Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Petite légende dorée de la Haute-Bretagne
Author: Sébillot, Paul, 1846-1918
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Petite légende dorée de la Haute-Bretagne" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



PETITE BIBLIOTHÈQUE BRETONNE

PAUL SÉBILLOT

PETITE LÉGENDE DORÉE

DE LA HAUTE-BRETAGNE

[Illustration]

NANTES

SOCIÉTÉ DES BIBLIOPHILES BRETONS ET DE L'HISTOIRE DE BRETAGNE

M.DCCC.XCVII

[Illustration]

TIRÉ À 400 EXEMPLAIRES NUMÉROTÉS

Pour la _Société des Bibliophiles bretons_

Exemplaire nº

SOCIÉTÉ DES BIBLIOPHILES BRETONS ET DE L'HISTOIRE DE BRETAGNE



TABLE


_La sainte marchant sur les eaux_, frontispice, dessin
de Paul Chardin_

PRÉFACE      I.

_Croix du Morbihan_ (XVIe siècle)      VIII

Sources      IX

I.--Sainte Blanche et les Anglais                                      1

_Sainte Blanche marchant sur les eaux_, dessin de Paul Chardin         3

II.--La statue de sainte Blanche                                       5

III.--Les taches de la mer et les saints                               9

IV.--Saint Riowen marchant sur les eaux                               12

V.--Saint Clément                                                     14

VI.--Saint Clément et les vents                                       16

VII.--Saint Clément et la tempête                                     21

VIII.--Pourquoi Saint-Jacut n'est plus une île                        24

IX.--Saint Cieux                                                      28

_Ancienne statue de saint Briac_,
dans l'église de ce nom, dessin d'Auguste Lemoine                     29

X.--Le pied de saint Cast                                             31

XI.--Saint Lunaire                                                    34
_Saint Lunaire et la colombe_                                         35
_Tombeau de saint Lunaire_                                            37

XII.--Saint Goustan                                                   38

XIII.--Les pas de la Vierge                                           40

XIV.--Le saut de saint Valay                                          43

XV.--Les saints et les mégalithes                                     45

XVI.--Saint Guillaume                                                 52

XVII.--Pierre Morin                                                   54

XVIII.--Le grés saint Méen                                            55

_Statue de Saint-Méen_, église de Paimpont                            55

_Saint Méen_, statuette à Notre-Dame du Haut                          57

XIX.--La chasse saint Hubert                                          58

XX.--La pierre de saint Lyphard                                       60

XXI.--Saint Convoyon et la roche aboyante                             62

XXII.--Saint Roch                                                     64

XXIII.--La fontaine du Pas de Saint                                   67

XXIV.--Saint Maudez, saint André et saint Fiacre                      70

XXV.--Pourquoi on offre des clous à saint Maudez                      72

XXVI.--Pourquoi on offre du chanvre à saint André                     74

XXVII.--Le cochon de saint Antoine                                    75

XXVIII.--Saint Jean, saint Antoine et les cochons                     77

XXIX.--Saint Mathurin, saint Eutrope et saint Amateur                 79

_Saint Mathurin_, image populaire                                     80

_Ancien plomb de saint Mathurin_                                      81

_Ancienne médaille de saint Mathurin, en plomb_                       82

XXX.--Sainte Anne et sainte Pitié                                     83

XXXI.--Le départ de saint Pabu                                        85

XXXII.--Saint Robert d'Arbrissel                                      88

XXXIII.--La chapelle du Bois-Picard                                   89

XXXIV.--La croix des sept loups                                       91

XXXV.--Les chapelles de Champeaux                                     93

XXXVI.--Les Notre-Dame de l'Épine                                     95

XXXVII.-- Notre-Dame du Nid de Merles                                100

XXXVIII.--La chapelle de Notre-Dame à Bovel                          103

XXXIX.--Le prieuré de Notre-Dame à Montreuil                         104

_Pierre sculptée_ de la façade du prieuré                            105

XL.--La statue qu'on ne peut emmener                                 106

XLI.--Saint Samson et la cathédrale de Dol                           107

XLII.--Saint Benoît de Macerac                                       109

_Tombeau de saint Benoît_                                            110

_Fontaine de saint Benoît_                                           111

XLIII.--Saint Lin                                                    113

XLIV.--Notre-Dame du Pont d'Ars                                      114

XLV.--La cane de sainte Brigitte                                     115

_La cane et ses canetons_, ancienne verrière de Montfort             121

XLVI.--Les fées chrétiennes                                          122

XLVII.--La croix des fées                                            125

XLVIII.--Comment Notre-Dame de Lamballe fut bâtie par les fées       126

XLIX.--Les fées et les chapelles                                     129

L.--Les canonisations populaires                                     132

LI.--La fosse à Gendrot                                              138

LII.--Saint Lénard                                                   141

LIII.--Saint Méloir                                                  144

LIV.--Les sept saints                                                146

LV.--Saint Mauron                                                    152

LVI.--Les saints et les Corbeaux                                     156

LVII.--Pourquoi les veuves de Landebla ne se remarient pas           158

LVIII.--Le fossé de saint Aaron                                      162

LIX.--Saint Jugon                                                    164

_Statuette de saint Jugon_, à Carentoir                              167

LX.--Légende de Rieux                                                171

LXI.--Saint Guillaume au Chemin-Chaussée                             174

_Le tombeau de saint Guillaume_ à Saint-Brieuc                       176

LXII.--Les aboyeuses de Josselin                                     177

LXIII.--Les vengeances de saint Yves                                 179

LXIV.--Saint Yves et les couturiers                                  182

_Saint Yves_, image populaire                                        183

LXV.--Pourquoi les gars de Saint-Servan n'ont plus de fesses         185

_Statuette de saint Gobrien_                                         186

LXVI.--Saint Guyomard                                                188

LXVII.--Saint Quay et les femmes                                     189

LXVIII.--Saint Melaine                                               195

_Saint Melaine et les prisonniers_, dessin de Busnel                 198

LXIX.--Saint Marcoul                                                 200

LXX.--Saint Suliac et les ânes                                       202

LXXI.--La submersion d'Herbauge                                      205

LXXII.--Le voleur puni                                               208

LXXIII.--Saint Eustache                                              210

LXXIV.--Saint Georges                                                214

LXXV.--La Vierge sauve Lamballe                                      216

LXXVI.--La Vierge de la Grand'Porte à Saint-Malo                     220

LXXVII.--La Vierge du Temple et les Anglais.....                     224

Table alphabétique des personnages sacrés
qui figurent dans la Petite Légende
dorée                                                                225



PRINCIPAUX OUVRAGES DU MÊME AUTEUR

CONTES POPULAIRES DE LA HAUTE-BRETAGNE, 1re série. _Paris_,
Bibliothèque Charpentier, 1880, in-18.      3 fr. 50

CONTES DES PAYSANS ET DES PÊCHEURS, 2e série des contes populaires
de la Haute-Bretagne. _Paris_, Bibliothèque Charpentier,
1881, in-18.      3 fr. 50

CONTES DES MARINS, 3e série des contes populaires de la
Haute-Bretagne. _Paris_, Bibliothèque Charpentier, 1882,
in-18.      3 fr. 50

LITTÉRATURE ORALE DE LA HAUTE-BRETAGNE. _Paris_, Maisonneuve,
1881, pet. in-12 elzévir.      5 fr.

TRADITIONS ET SUPERSTITIONS DE LA HAUTE-BRETAGNE. _Paris_,
Maisonneuve, 1882, 2 vol. petit in-12 elzévir.      10 fr.

CONTES DE TERRE ET DE MER, légendes de la Haute-Bretagne,
illustrations de G. Bellenger, Léonce Petit et Sahib. _Paris_,
Charpentier, 1883, in-8 (épuisé).

LE BLASON POPULAIRE DE LA FRANCE (en collaboration avec
H. Guidoz). _Paris_, L. Cerf, 1884, in-18.      3 fr. 50

CONTES DES PROVINCES DE FRANCE. _Paris_, L. Cerf, 1884, in-18.
3 fr. 50

GARGANTUA DANS LES TRADITIONS POPULAIRES. _Paris_, Maisonneuve,
1883, p. in-12 elzévir.      5 fr.

LÉGENDES CROYANCES ET SUPERSTITIONS DE LA MER. _Paris_, Bibliothèque
Charpentier, 1886-1887, 2 in-18.      7 fr.

COUTUMES POPULAIRES DE LA HAUTE-BRETAGNE. _Paris_, Maisonneuve,
1886, pet. in-12 elzévir.      5 fr.

LES TRAVAUX PUBLICS ET LES MINES DANS LES LÉGENDES ET LES
SUPERSTITIONS DE TOUS LES PAYS. _Paris_, Rothschild, 1894,
in-8 illustré.      40 fr.

LÉGENDES ET CURIOSITÉS DES MÉTIERS. _Paris_, E. Flammarion,
1895, gr. in-8 illustré.      12 fr.

ANNUAIRE DE BRETAGNE pour 1897 (en collaboration avec René
Kerviler). _Rennes_, Plihon et Hervé, 1897, in-8 illustré. 4 fr.

CONTES ESPAGNOLS. _Paris_, Charavay, Mantoux et Martin, 1897,
in-8 illustré.      1 fr. 50

[Illustration: Les «sentes» de la mer, dessin de PAUL CHARDIN.]



PRÉFACE


Les légendes qui figurent dans ce petit recueil ont un caractère très
nettement déterminé: elles sont avant tout locales, ou tout au moins
localisées par les conteurs, qui ne manquent pas d'indiquer les lieux où
se sont passés les actes, dont le souvenir n'a souvent survécu qu'à
l'état fragmentaire: la mer conserve la trace des saints qui l'ont
parcourue, les rochers portent à jamais les empreintes qu'ils y ont
laissées; des fontaines ont jailli sous leurs pas, et la piété populaire
a jalonné leur passage en construisant des chapelles ou en érigeant des
croix. Leurs sanctuaires sont le centre d'un culte qui est particulier à
une région et auxquels ses fidèles, parfois assez rares, demeurent très
attachés.

Parmi ces saints que l'on pourrait appeler nationaux en raison de leur
naturalisation populaire, il en est que l'Église ne reconnaît pas,
d'autres qui ne sont même pas mentionnés dans la _Vie des saints de
Bretagne_, pourtant si profondément légendaire; parfois le clergé du
diocèse où se trouve la petite chapelle placée sous leur vocable, la
petite croix qui leur est dédiée, ou la fontaine qui porte leur nom, ne
leur rend aucun culte et ignore même presque leur existence.

Le peuple, lui, les connaît, et jusqu'à ces derniers temps il a conservé
dans sa mémoire leur petite légende dorée, souvent plus intéressante au
point de vue des traditions que celle de beaucoup de bienheureux
célèbres. Mais elle n'est guère racontée que dans le voisinage du petit
monument qui porte le nom du saint obscur, mais pourtant aimé, que l'on
regarde dans le pays comme une sorte de divinité locale. Toutefois si le
culte persiste encore, la légende va s'effaçant un peu tous les jours,
comme ces pierres tombales des églises, jadis sculptées en relief, dont
le pied des passants a rongé peu à peu les ornements et les
inscriptions. Celles qu'on peut encore retrouver aujourd'hui,--j'allais
dire déchiffrer,--sont généralement courtes; au lieu d'une vie entière,
il ne subsiste plus que des épisodes, ou une sorte d'abrégé d'une
tradition, sans doute mieux sue jadis et plus développée.

J'ai fait de mon mieux pour sauver tout au moins les débris qui en
subsistent encore. Les quelques récits qui ont paru en 1885 dans la
_Revue de l'histoire des religions_ m'ont attiré de précieuses
communications; j'ai continué à enquêter autour de moi, et en réunissant
aux récits ainsi recueillis ceux puisés par divers auteurs dans la
tradition orale, je suis parvenu à réunir environ quatre-vingts
légendes.

Comme beaucoup de ces saints sont souvent à peu près inconnus dès qu'on
s'éloigne du lieu qui leur est consacré, leur légende n'est sue que de
bien peu de gens, dont le nombre va en diminuant tous les jours; ce sont
surtout les vieillards qui la connaissent: la jeune génération l'ignore
ou la traite avec dédain. Il faut beaucoup de patience et un peu de
bonheur pour arriver à rencontrer la personne, peut-être unique, qui la
conserve encore avec quelque précision. Il m'a été relativement plus
facile de recueillir en Haute-Bretagne près d'un millier de contes
populaires que de trouver le demi-cent de courtes légendes de ce volume
qui sont dues à mon enquête personnelle. Sans que j'aie fait porter
spécialement sur elles l'effort de mon exploration, je puis dire sans
exagérer que je m'en suis occupé pendant une vingtaine d'années. Mais
les conteurs sont, en ce qui regarde ces légendes, assez défiants; ils
ne les disent pas volontiers, craignant sans doute qu'on ne se moque des
récits naïfs, transmis de génération en génération, qui racontent des
épisodes de la vie des petits saints. Presque toujours ils s'expriment
avec un certain respect, même quand ils rapportent des traits, assez
rares d'ailleurs, qui n'ont pas toute la gravité qui convient à la
légende dorée. Mais il n'est que juste de remarquer que tel passage,
qui nous paraît vulgaire ou bizarre, semble tout naturel au conteur,
qui n'y entend pas malice. Dans deux ou trois récits seulement
intervient la note comique, et même un peu irrévérencieuse en apparence;
mais il ne faudrait pas y voir une idée de moquerie ou de scepticisme à
l'égard des bienheureux populaires. Presque toujours ceux qui leur ont
manqué de respect sont, ainsi qu'on le verra dans toute une série de
récits, trop punis, même pour des fautes assez vénielles, pour que les
conteurs se permettent autre chose qu'une plaisanterie, qui ne leur
semble pas déplacée.

Dans les légendes que j'ai recueillies moi-même comme dans celles que
j'ai empruntées à divers auteurs, il en est qui forment des récits à peu
près complets, le plus souvent assez courts, où l'on rencontre des
épisodes poétiques ou gracieux dans leur naïveté, qui ne dépareraient
pas une Vie des Saints de Bretagne; d'autres ne présentent plus guère
que des fragments assez frustes: en historien fidèle, je les ai
rapportés sans essayer de les restaurer. Ce sont en quelque sorte des
pièces d'un musée hagiographique de la Haute-Bretagne: à côté de
statuettes entières ou à peu près, il en est d'autres qui ont gravement
souffert des outrages du temps, et dont il ne reste guère que des
tronçons.

Si mutilées qu'elles soient, quelques-unes de ces légendes ont conservé
des détails qui méritent d'être notés. Plusieurs se retrouvent dans ce
fonds de merveilleux antérieur au christianisme, qui a fini par se mêler
au merveilleux chrétien. Parfois le saint paraît avoir emprunté des
épisodes entiers de sa vie à d'anciennes et obscures divinités locales,
de même qu'aux yeux du peuple, il a gardé les vertus de protection, de
bonheur ou de guérison, que les petits dieux inconnus auxquels il a
succédé passaient pour posséder il y a deux mille ans.

Dans mes notes j'ai relevé, aussi exactement que je l'ai pu, les
particularités physiques qui se trouvent dans le voisinage des lieux où
l'on rend à ces saints locaux un culte, soit public, soit clandestin; là
où il existe on constate presque toujours la présence d'une fontaine,
parfois elle est dans le sanctuaire lui-même; peut-être quelques-unes
cachent-elles encore dans leur couche séculaire de vase, des témoignages
des offrandes variées qui leur ont été faites aux différents âges.

J'aurais voulu pouvoir donner, à côté des récits, des représentations
iconographiques; je n'ai guère pu en trouver plus d'une douzaine. Cela
tient sans doute à ce que les petits saints sont surtout honorés dans de
modestes chapelles, et que ceux qui les ont bâties étaient plus riches
de piété que d'écus. Peut-être aussi n'a-t-on pas recherché avec assez
de soin les statuettes, les vieux tableaux ou les vitraux qui ont eu
pour but d'honorer ces humbles bienheureux. C'est un peu dans l'espoir
de provoquer des recherches que j'ai accompagné les récits de quelques
images; en cherchant bien il est probable qu'on en rencontrera plusieurs
qui ont jusqu'ici échappé aux investigations de l'auteur ou des
écrivains dont il a consulté les livres.

La _Petite Légende dorée_, telle que je la présente aujourd'hui, est
loin de contenir tout ce que le peuple raconte dans cet ordre d'idées.
Les lecteurs que ces récits intéresseront, s'ils ont la patience de
rechercher autour d'eux, en trouveront sans doute bien d'autres,
peut-être même de très jolis. Je m'estimerais très heureux si ce petit
volume devenait le point de départ d'un supplément d'enquête sur les
saints, pour ainsi dire nationaux, de la Haute-Bretagne.

[Illustration: Partie supérieure d'une croix du XVIe siècle, partie
française du Morbihan, d'après ROSENZWEIG.]



SOURCES ET OUVRAGES CITÉS

ALBERT LE GRAND. _La vie des saints de Bretagne_,
édition Kerdanet, 1837, in-4.

AMÉZEUIL (Ce d'). _Légendes bretonnes._ Dentu, 1863,
in-18.

_Annuaire de Bretagne_, par René Kerviler et Paul
Sébillot. Rennes, Plihon et Hervé, 1897, in-8.

(Pour les fêtes des saints et leurs patronages).

BÉZIER (P.). _Inventaire des mégalithes de l'Ille-et-Vilaine._
Rennes, H. Caillière, 1883, in-8.

--_Supplément à l'inventaire des mégalithes de
l'Ille-et-Vilaine._ Rennes, H. Caillière, 1884, in-8.

A. DE LA BORDERIE. _Saint-Lunaire, son histoire, ses
monuments._ Rennes, Plihon, 1881, in-8.

--_Histoire de Bretagne_, t. I. Rennes, Plihon, 1896,
in-4.

CAYOT-DELANDRE. _Le Morbihan._ Vannes, Cauderan,
1847, in-8.

CERNY (Elvire de). _Saint-Suliac et ses traditions._
Dinan, Huart, 1861, in-18.

(DUCREST DE VILLENEUVE). _Le château et la commune._
Rennes, 1842, in-18.

DULAURENS DE LA BARRE. _Nouveaux fantômes bretons._
Paris, Dillet, 1881, in-18.

ERNOUL DE LA CHENELIÈRE. _Inventaire des monuments
mégalithiques des Côtes-du-Nord._ Saint-Brieuc,
1881, in-8.

ESTOURBEILLON (Comte Régis de l'). _Légendes du
pays d'Avessac_, 1882, in-18.

----_Saint Benoît de Macerac et ses légendes_, 1883,
in-8.

----_Itinéraire des moines de Landévennec._ Saint-Brieuc,
1889, in-8.

FOUQUET (Docteur). _Légendes du Morbihan._ Vannes,
Cauderan, 1857, in-12.

(GOUDÉ: Le chanoine). _Histoires et légendes du pays
de Châteaubriant._ Châteaubriant, 1879, in-8.

GUILLOTIN DE CORSON. _Récits historiques, traditions
et légendes de la Haute-Bretagne._ Rennes, Gaillet,
1870, in-12.

----_Statistique des cantons de Bains, Redon, etc._
(Mém. de la Soc. arch. d'Ille-et-Vilaine, 1878).

HABASQUE. _Notions historiques sur le littoral des
Côtes-du-Nord._ Saint-Brieuc, Guyon, 1832-1836,
3 in-8.

HERPIN (Eugène). _La Côte d'Emeraude._ Rennes, II.
Caillière, 1894, in-8.

JOLLIVET (B.). _Les Côtes-du-Nord, Histoire et Géographie._
Guingamp, B. Jollivet, 1854 et suiv.,
in-8.

JOÜON DES LONGRAIS. _Jacques Doremet_, suivi de la
Cane de Montfort. Rennes, Plihon, 1894, in-18.

KERBEUZEC (Henri de). _La légende de saint Rou._
Rennes, Simon, 1894, in-18.

LE CLAIRE (abbé). _L'ancienne paroisse de Carentoir._
Vannes, Lafolye, 1895, in-8.

OGÉE. _Dictionnaire de Bretagne_, éd. Marteville.
Rennes, 1843-1853, 2 in-8.

OHEIX (Robert). _Bretagne et Bretons._ Saint-Brieuc,
1886, in-18.

ORAIN (A.). _Curiosités, Croyances, etc. de l'Ille-et-Vilaine_,
Rennes, p. in-12.

PITRE DE L'ISLE DU DRENEUC. _Dictionnaire archéologique
de la Loire-Inférieure._ (Saint-Nazaire), Nantes,
1884, in-8.

_Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou_ (passim).

_Revue des Traditions populaires_ (passim).

SÉBILLOT (Paul). _Contes populaires de la Haute-Bretagne_,
1re série. Paris, Charpentier, 1880, in-18.

--_Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne._
Paris, Maisonneuve, 1882, 2 in-12 elzévir.

--_Petites légendes chrétiennes de la Haute-Bretagne._
Paris, Leroux, 1885, in-8. (Extr. de la Revue
de l'histoire des Religions).

Légendes I, II, V, IX, X, XI, XXII, XXIV-XXIX.

--_Légendes, croyances et superstitions de la Mer._
Paris, Charpentier, 1886-1887, 2 in-18.

--_Coutumes populaires de la Haute-Bretagne._
Paris, Maisonneuve, 1880, in-12 elzévir.

_Semaine religieuse du diocèse de Rennes._

_Société d'émulation des Côtes-du-Nord._

_Société polymathique du Morbihan._



I

Sainte Blanche et les Anglais


Il était une fois un petit garçon dont la mère mourut; son père, qui
était capitaine de navire, resta avec lui et cessa de naviguer pour
l'élever de son mieux. Mais quand ses économies eurent été mangées, il
recommença à naviguer, après avoir mis son fils au collège. Celui-ci,
qui apprenait tout ce qu'il voulait, entra à l'école navale, en sortit
officier, et, en se battant contre les Anglais, il devint capitaine de
vaisseau.

Cependant les Anglais débarquèrent en France; partout où ils passaient,
ils dévastaient tout, brûlaient les églises et les châteaux, éventraient
les couettes pour mettre les plumes au vent, et quand ils ne pouvaient
plus boire, ils défonçaient les tonneaux pour s'amuser à voir le cidre
courir dans les ruisseaux.

Il y avait dans ce temps-là, au village de l'Isle en Saint-Cast, une
jeune fille, nommée Blanche, qui était un modèle de sainteté. Plusieurs
fois ce pays avait été envahi par les Anglais, qui prenaient aux pauvres
pêcheurs leurs bateaux et leurs filets. Un jour qu'ils étaient débarqués
à l'Isle, ils surprirent Blanche qui disait ses prières du soir dans une
vieille chapelle. Ses voisins eurent beaucoup de chagrin de la voir
ainsi emmenée, car elle était aimée de tout le monde; mais elle leur dit
de ne pas pleurer, parce que dans huit jours elle serait de retour à
Saint-Cast.

Blanche fut conduite à bord d'un des vaisseaux, et l'escadre anglaise
mit à la voile; quand elle fut arrivée dans le port de Londres, tous les
Bretons qui avaient été enlevés furent désignés pour être _guillotinés_.
L'exécution devait avoir lieu devant le Palais du roi, et on embarqua
les condamnés dans des chaloupes pour les y conduire. Blanche, qui était
avec les autres, s'écria tout d'un coup, en sautant à la mer:

--Je ne suis plus en votre pouvoir, Dieu m'appelle, et je retourne en
Bretagne.

Un des Anglais essaya de la retenir, et il lui coupa même deux doigts de
la main gauche; mais Blanche se dégagea, et elle se mit à marcher sur
l'eau, où sa trace reste marquée par un ruban de mer plus blanc que
l'eau voisine. Quelques heures après elle était de retour dans son pays.

[Illustration: Le chemin de sainte Blanche, dessin de PAUL CHARDIN]

Les habitants furent bien étonnés de la voir revenir sur l'eau, et tous
les journaux du temps (_sic_) racontèrent comment Blanche s'était sauvée
des mains des Anglais. Le capitaine de vaisseau, qui était aussi du
pays, vint pour la voir, et s'apercevant que c'était une sainte, il lui
demanda comment faire pour battre les Anglais; car il devait
prochainement prendre le commandement d'une expédition contre eux:
Blanche lui donna des conseils, et lui assura que dans quinze jours il
reviendrait vainqueur.

Le capitaine suivit les avis de la jeune fille, et quand, après avoir
battu les Anglais, il revint pour la remercier, il tomba amoureux
d'elle, et Blanche consentit à l'épouser. Elle suivait son mari partout,
même à la guerre. Un jour leur navire fut entouré d'ennemis; le
capitaine fut tué à son poste, et le découragement se mit parmi
l'équipage. Mais Blanche sauta à la mer, et, marchant sur les eaux, elle
se dirigea vers les Anglais. Ceux-ci eurent tant de peur qu'ils
s'enfuirent. Alors Blanche revint à bord, et ramena le vaisseau en
France.

Elle pleura beaucoup son mari, et avec les sept enfants qu'elle avait
eus de son mariage, elle se retira dans son village, où elle continua la
vie d'une sainte. Quand elle mourut, on l'enterra dans la chapelle où
elle avait coutume de prier, et depuis les gens du pays l'invoquent sous
le nom de sainte Blanche.

Ses enfants furent tous les sept des évêques et des saints, et s'ils ne
sont pas morts ils vivent encore.

(_Conté en 1884, par François Marquer, de Saint-Cast_).

* * *

Dans cette légende, où l'on trouve un singulier mélange
d'anachronismes et d'emprunts à l'histoire populaire
des guerres avec les Anglais, sainte Blanche est un
personnage en chair et en os, une sorte de Jeanne d'Arc
maritime: dans le récit suivant, ce n'est plus une sainte,
c'est la statue elle-même, qui est funeste aux Anglais et
opère des miracles.



II

La statue de sainte Blanche


Au temps jadis, lorsque les Anglais enlevaient
les pêcheurs avec leurs bateaux, et qu'ils volaient
les saints dans les églises, la statue de sainte
Blanche, qui se trouvait à sa chapelle de l'Isle en
Saint-Cast, fut mise sur un de leurs navires pour
être transportée en Angleterre.

Pendant la traversée, les Anglais lui firent mille
affronts, et même ils lui coupèrent deux doigts,
au moment où le navire entrait dans le port de
Londres. Mais la statue sauta par dessus le bord, et
elle se mit à marcher sur l'eau comme une personne
vivante. À cette vue, les Anglais furent saisis
d'épouvante, et ils firent feu sur elle; mais au
même instant le tonnerre tomba sur le vaisseau,
qui fut mis en pièces, et les hommes qui le montaient
furent brûlés ou noyés. C'est alors que les
Anglais crurent que sainte Blanche était vraiment
puissante, et qu'il ne faisait pas bon se moquer
d'elle.

Cependant la statue continua sa route pour
retourner à sa chapelle, et partout où ses pieds
ont touché la mer, les traces sont restées sur l'eau,
qui est plus claire que partout ailleurs; c'est ce
qu'on appelle encore aujourd'hui le «Chemin de
sainte Blanche».

Quand les habitants de Saint-Cast apprirent que
leur sainte avait échappé aux Anglais, ils coururent
à la chapelle, et furent bien heureux de la
retrouver à la place même où elle était avant
d'avoir été enlevée.

Mais les Anglais étaient furieux contre elle,
parce qu'elle avait fait tomber le tonnerre sur
leurs compagnons, et ils revinrent à Saint-Cast
pour enlever de nouveau sainte Blanche et la brûler.
Alors, la statue qui connaissait leurs projets,
se cacha dans une cheminée, et ils ne purent la
trouver. Quand les Anglais furent partis, elle sortit
de sa cachette et alla se remettre à sa place; mais
la fumée l'avait noircie, et les gens de l'Isle, qui
croyaient que leur sainte revenait encore d'Angleterre
disaient: «Ce n'est plus sainte Blanche, mais
sainte Noire».

(_Conté en 1883 par François Marquer_).

* * *

D'après une autre version, dès que la sainte eut
mis le pied en Angleterre, elle disparut si subitement
qu'on ne sut ce qu'elle était devenue. Elle
traversa pourtant la mer, et de Saint-Cast on la
vit marcher sur l'eau. Quand elle aborda, elle
n'avait point les pieds mouillés, et elle alla d'elle-même
se replacer dans sa niche, qui était alors
dans une vieille maison. Celle-ci s'écroula, mais
la statue n'eut d'autre mal qu'une égratignure au
doigt. Depuis le lieu de la côte anglaise d'où elle
partit jusqu'à Saint-Cast, il y a sur la mer une
trace blanche qu'on appelle le chemin de Sainte-Blanche.

* * *

La _Vie des saints de Bretagne_ fait mention d'une sainte
Blanche, épouse de saint Fracan, qui vivait à Ploufragan
au Ve siècle, et qui est fêtée le 30 octobre; aucun des
épisodes de notre légende n'y figure.

On raconte que jadis un habitant de Saint-Cast, étant
tombé dangereusement malade, fit un vœu à sainte
Blanche, et lui promit de faire repeindre sa statue que la
fumée avait toute noircie. Dès qu'il fut guéri, il porta la
statue chez un peintre auquel il raconta sa maladie et son
vœu. Le peintre lui dit que ce n'était pas difficile, et il
assura à son client que dans huit jours la statue serait
aussi fraîche que lorsqu'elle était neuve. Le lendemain il
se mit à l'ouvrage, et ayant voulu placer un peu de peinture
rose sur les joues de la sainte, il lui fut impossible de
la faire tenir; après avoir essayé à plusieurs reprises, il
vit bien que la sainte voulait garder son nom et qu'elle ne
voulait souffrir ni rose ni rouge sur sa figure.

La statuette de sainte Blanche est encore à l'Isle de
Saint-Cast; elle se trouve dans une maison située auprès
de l'endroit où était sa chapelle. Elle a soixante centimètres
environ de hauteur, et elle tient à la main une petite
baguette. On voit souvent à côté, de petits bonnets que les
mères offrent pour que leurs enfants soient préservés des
croûtes à la tête.

Sainte Blanche est invoquée à Saint-Cast pour la guérison
du mal blanc, qui se nomme aussi le mal Sainte-Blanche;
il consiste en une infinité de petits boutons qui couvrent
entièrement le corps. On vient tremper les chemises des
malades à une fontaine dite de sainte Blanche, au bas
de la falaise. Une chapelle et une fontaine, qui sont
dédiées à cette sainte, se trouvent près de l'abbaye en
ruine de Lantenac, dans la forêt de Loudéac. Elle a tous
les jours de nombreux visiteurs. On y vient de fort loin,
tellement l'eau est réputée favorable à la guérison de cette
maladie. Il faut boire un peu de cette eau et porter une
chemise qui ait été trempée dans la fontaine, et toujours
séchée à l'ombre: il ne faut pas oublier une prière et
l'offrande à la bienheureuse. Il est recommandé aussi
de ne pas négliger le culte de saint Froumi et de saint
Pontin dont les images se trouvent aux côtés de sainte
Blanche. (_Revue des Traditions populaires_, t. IV, p. 164).

[Illustration]



III

Les taches de la mer et les saints


Les légendes qui attribuent à des épisodes de
la vie des saints les taches qui se voient sur
la mer sont assez nombreuses en Haute-Bretagne.
Aux environs de Saint-Malo on appelle «Sentes de
la Vierge», des espèces de sentiers d'une couleur
plus blanche, dont la teinte laiteuse tranche sur
le bleu de la mer; quand on les voit distinctement,
les pêcheurs se réjouissent, parce que l'on croit
que c'est la trace du passage de la bonne Vierge,
qui descend sur les flots agités, et passe rapidement
un peu partout pour les calmer.

* * *

M. E. Herpin a inséré dans son livre la _Côte
d'Emeraude_, une légende qui se rattache au fait
historique de la bataille de 1758. Bien que j'aie
longtemps séjourné à Saint-Cast, je ne l'y ai
jamais entendue, ce qui ne veut pas dire qu'elle y
soit inconnue.

Au moment de la bataille, une belle dame
blanche s'éleva dans l'air, sortant du vieux puits
de Saint-Cast; c'était la sainte Vierge qui jusqu'alors
avait vécu sous la forme d'une petite statue
dans la niche étroite creusée dans la pierre du
vieux puits. Elle s'envolait vers la mer, si vite, si
vite, allant et venant au bord du rivage, qu'on eût
dit un long voile de mousseline qui se déroulait
sans fin, une étrange traînée de brouillard planant
au ras du flot, mystérieuse, indécise, impalpable.
Et à distance, ce long voile de mousseline, cette
étrange traînée de brouillard semblait être la crête
des dunes. Voilà pourquoi tous les canons anglais
tirèrent trop haut, durant la bataille.

Les longues traînées blanches qui se croisent,
s'entrelacent et se déroulent sont, dit la légende,
l'ineffaçable sillage qu'a laissé sur l'azur du flot la
robe miraculeuse de la Vierge lorsqu'elle glissait
comme une céleste apparition, au long des vaisseaux
anglais, pour leur voiler nos gars embusqués
dans les dunes.

* * *

Dans la baie de Fresnaye (Côtes-du-Nord),
quand le temps est calme et la mer haute, on voit
une marque blanche qu'on appelle le «Sillon de
saint Germain». Voici son origine: au temps jadis la
statue de ce saint, auquel est dédiée, à l'extrémité
de la commune de Matignon, une chapelle, débris
d'une ancienne église paroissiale et but d'un pèlerinage
annuel, se trouvait à Plévenon, le jour où
devait avoir lieu le pèlerinage; il faisait si mauvais
temps qu'aucun bateau ne pouvait se risquer sur
la mer. Pour ne pas contrarier les fidèles qui
étaient venus à sa chapelle, la statue du saint se
mit en mouvement, et traversa la mer toute seule.
Le sillon blanc est la trace de ses pas. Dans la
même baie une autre raie se nomme «Chemin de
saint Jean».

À Frégéac, vers l'embouchure de la Vilaine, est
la petite chapelle de saint Jacques: quelquefois,
lorsque le vent souffle vers l'amont de la rivière de
Vilaine, il pousse devant lui un rouleau d'écumes
que les habitants du pays appellent le «Chemin de
saint Jacques»: c'est la route que suivit le saint
lorsque remontant la Vilaine en marchant sur les
eaux, il voulut s'arrêter à Rieux.

(PAUL SÉBILLOT. _Légendes de la mer_, t. I, p. 184).

On trouvera un peu plus loin une version de cette légende
plus détaillée.

[Illustration]



IV

Saint Riowen marchant sur les eaux


Saint Riowen, moine du monastère de Redon,
vers l'an 837, est devenu depuis une époque
très reculée, patron de la frairie de la Haye, en
Avessac, où son souvenir est encore conservé
dans la dénomination du village de _Rozrion_ (tertre
de Rion ou Riowen) et dans celle du _Domaine
de saint Riowen_ (matrice cadastrale, section B,
nº 1593).

Saint Riowen, dit la tradition locale, aimait tout
particulièrement Avessac et surtout les bords de
la Vilaine, qu'il remontait souvent pour venir
soulager ou soigner les malheureux.

Un jour que les eaux, grossies par la marée et la
tempête, avaient emporté sa petite barque pendant
qu'il était à soigner un pauvre, on le vit, après
une courte prière, marcher sur les eaux à pied
sec, et, s'avançant sur les flots, gagner ainsi sans
crainte son monastère de Redon. Aussi, est-il
souvent invoqué, dans les mauvais temps, par les
bateliers du Don et de la Vilaine et les pêcheurs
d'anguilles de Murain.

(_Traditions locales recueillies par le marquis de l'Estourbeillon_).

* * *

La _Vie des saints de Bretagne_ relate plusieurs miracles
de personnages marchant sur l'eau, et parmi eux celui de
Riowen, moine de la suite de saint Convoyon qui, n'ayant
pas trouvé de bateau, traverse ainsi la Vilaine; saint
Guénolé frappe la mer avec son bourdon et elle devient
solide comme un chemin.

[Illustration]



V

Saint Clément


Un jour saint Clément, portant son ancre au
cou, voulut traverser la grève entre Saint-Servan
et Saint-Malo; mais la grande marée le
surprit, et comme le poids de son ancre l'empêchait
de se sauver, il se noya.

Un an après, la mer se retira plus que d'habitude,
et une femme, qui pêchait au bas de l'eau, vit le
corps de saint Clément étendu auprès d'un rocher,
et aussi frais que s'il venait de se noyer. Elle reconnut
qu'il était saint, et posant son enfant, qu'elle
avait amené avec elle, elle s'agenouilla auprès du
cadavre et pria jusqu'à ce que la mer vint mouiller
ses pieds. Elle n'eut que le temps de s'enfuir en
toute hâte, oubliant son enfant près du corps du
saint.

L'année suivante la mer se retira encore, et la
femme vint au bas de l'eau, à l'endroit où elle
avait vu le corps de saint Clément. Lorsqu'elle y
arriva, son fils dormait à la place où elle l'avait
laissé un an auparavant; bientôt il se réveilla, se
frotta les yeux et se mit à appeler sa mère.

On assure aussi que lorsque saint Clément fut
noyé il surgit une chapelle auprès de son corps.

* * *

Ce récit, qui a été recueilli dans les environs de Saint-Malo,
diffère, par les détails seulement, d'un épisode de la
vie de saint Clément qu'on peut lire dans la _Légende dorée_
(éd. Brunet, t. II, p. 205-6). Dans la version de Jacques de
Voragine, le saint, au lieu de se noyer par accident, est
jeté à la mer par un persécuteur. Le miracle de la mer qui
se retire a disparu du récit populaire, qui l'a remplacé par
le phénomène beaucoup plus naturel des marées d'équinoxe
qui découvrent de si vastes espaces; l'épisode de l'enfant
est, aux détails près, semblable à celui de la légende du
littoral, qui pourrait bien avoir été empruntée à la vie de
saint Clément, très populaire comme on le sait parmi les
gens de la mer. Peut-être aussi a-t-il circulé un livret de
colportage où la vie du saint, extraite de la _Légende dorée_,
aura surtout reproduit les épisodes de la vie de saint
Clément qui sont en relation avec la mer.

[Illustration]



VI

Saint Clément et les vents


Il y avait une fois un capitaine de Saint-Cast
qui sortit du port de Saint-Malo pour se rendre
à Terre-Neuve. Comme il passait près du Légeon, il
vit sur le rocher un homme qui appelait au secours.
Il fit aussitôt mettre la chaloupe a l'eau et le
naufragé fut amené à bord.

En ce temps-là il n'y avait pas de vent sur la mer,
et les navires étaient obligés d'aller dans le sens
du courant, ou bien on les faisait marcher à force
de rames. On avait jeté l'ancre pour recueillir le
naufragé, et le capitaine dit à ses matelots d'aller
se coucher en attendant que la marée permît
de recommencer la route. Il se trouva alors seul
avec l'homme qu'il venait de sauver, et celui-ci lui
dit:

--Où allez-vous, capitaine?

--À Terre-Neuve.

--À Terre-Neuve! je ne vous vois pas arrivé.

--J'arriverai avec le temps, et j'espère faire
une bonne année.

--Je puis vous porter chance, dit le naufragé;
mais il faut que pour cette fois, vous renonciez au
voyage de Terre-Neuve.

--Quelle idée avez-vous là! s'écria le capitaine,
si je ne vais pas au banc, que deviendront ma
femme et mes enfants?

--Ils n'y perdront rien, bien au contraire; ramenez-moi
à Saint-Malo et je vous enseignerai
mon secret.

Le capitaine fit lever l'ancre et revint à Saint-Malo.
Le naufragé lui dit alors:

--Vous avez entendu parler des vents, capitaine?

--Oui, et j'ai même ouï dire que le roi donnerait
son plus beau vaisseau au marin qui pourrait les
amener sur l'Océan.

--Hé bien! si vous voulez m'écouter, c'est
vous qui aurez le beau vaisseau du roi. Vous allez
partir pour le pays des vents, et ils vous suivront;
mais auparavant, il faut que je vous dévoile mon
secret. Lorsque j'étais sur le rocher, je me serais
bien sauvé tout seul si j'avais voulu, car je suis un
saint puissant et je m'appelle saint Clément; mais
j'ai voulu voir si vous aviez bon cœur, et, puisque
vous m'avez secouru, il est juste que je vous récompense.
Approchez votre bouche de la mienne.

Le capitaine obéit, le saint lui souffla dans la
bouche et lui dit:

--Depuis que les vents sont vents, c'est moi
qui les gouverne et ils m'obéissent. Quand vous
serez en leur présence, vous n'aurez qu'à siffler,
et il vous obéiront comme à moi. Vous les ferez
monter à votre bord, et quand ils seront sur
l'Océan, vous aurez le beau navire du roi.

Le capitaine remercia le saint, qui disparut aussitôt.
Il partit pour le pays des vents, et il fut longtemps
à aller, car les marées n'étaient pas toujours
favorables et les matelots se lassaient de ramer
sans cesse. Enfin on arriva au pays des vents. Le
capitaine descendit à terre, et quand il fut en
présence des vents, il dit à Nord, leur chef:

--Capitaine, il y a longtemps que vous êtes
dans ce pays, ainsi que vos matelots; j'ai reçu
l'ordre de vous emmener ailleurs et je viens
vous chercher.

Nord, qui ne voulait pas suivre le capitaine, se
mit en colère, et lui et tous ses matelots
soufflèrent sur le pauvre capitaine, qu'ils faisaient
tourbillonner en l'air comme une feuille morte. Il
se rappela alors le pouvoir que lui avait donné
saint Clément, et il siffla de toute sa force; aussitôt
les vents s'apaisèrent, devinrent doux comme des
moutons, et le suivirent à bord.

Le navire ne mit pas grand temps à se rendre
en France, car les vents soufflèrent constamment
sur les voiles; on marchait aussi bien de flot que
de jusant, et les matelots étaient joliment contents
de n'avoir plus à tirer sur les avirons.

Le capitaine débarqua les vents à terre; ils se
dispersèrent sur l'Océan, où depuis ils ont toujours
soufflé, et grâce à eux les matelots n'ont plus
besoin de ramer pour faire avancer les navires.

Le roi de France était bien content; il fit venir
le capitaine et lui donna son plus beau vaisseau.
Le capitaine cessa de naviguer peu de temps
après, et il resta à vivre à Saint-Cast, avec sa
femme et ses enfants. En reconnaissance du
service que saint Clément lui avait rendu, il fit
placer sa statue dans l'église paroissiale où elle
est toujours restée depuis.

(PAUL SÉBILLOT. _Légendes de la Mer_, t. II, p. 136).

* * *

Lorsqu'il fait tout calme les matelots de la
Haute-Bretagne invoquent souvent

    Saint Clément
Qui gouverne la mer et le vent.

et ils lui disent:

    Bien heureux saint Clément
    Donnez-nous du vent.

Après avoir sifflé, ils lui font une petite prière; s'il ne se hâte pas
de faire souffler la brise, ils se mettent à jurer, l'insultant et
l'appelant Pierrot.

Autrefois à Saint-Cast, lorsque les marins avaient fait bonne pêche, ou
s'ils n'avaient pas été contrariés dans leur voyage, ils allaient porter
de la raie à saint Clément. Cette coutume est tombée en désuétude.

On racontait naguère à Saint-Cast que les marins avaient acheté une
ancre à saint Clément, leur patron. Un matin, le recteur, en entrant
dans l'église, s'aperçut que l'ancre était tombée des mains du saint. Il
cria au miracle et sermonna ses paroissiens, leur disant que le saint
abandonnait les marins. Ils vinrent tous se jeter aux pieds du saint, le
priant de ne pas leur retirer sa protection. Depuis ce moment ils l'ont
pris pour leur patron définitif et ne cessent de l'invoquer dans les
plus grands périls. Saint Clément a sa statue dans plusieurs églises de
la côte: celle qu'on voit à Saint-Cast a environ un mètre de hauteur;
elle est en bois, le saint est représenté en costume de pape; il a une
croix dans la main droite et une ancre à la main gauche.



VII

Saint Clément et la tempête


Au temps jadis, saint Clément résolut de traverser la mer pour aller
chez les infidèles prêcher la religion chrétienne. Il se fit construire
un petit bateau, à bord duquel il s'embarqua.

Pendant qu'il était sur mer, il s'éleva une violente tempête. Saint
Clément tint vaillamment tête à l'ouragan et continua son voyage sans
s'émouvoir. Sur sa route il rencontra un navire, et les marins qui le
montaient, voyant ce petit bateau avec un seul homme dedans, crurent que
c'était un naufragé; ils mirent le cap dessus, et quand ils furent à
portée, le capitaine proposa au marin de le prendre à son bord. Saint
Clément accepta, à la condition qu'on embarquerait aussi son canot. Le
petit bateau fut hissé à bord et saint Clément monta sur le navire qui,
revenant des mers de Chine, se dirigeait vers les côtes de France.

Ce n'était pas la France que saint Clément désirait visiter; mais comme
le capitaine et les matelots parmi lesquels il se trouvait n'étaient pas
chrétiens, il résolut, avant de les quitter, de les convertir. Il se
fit d'abord connaître à eux en leur racontant la mission qu'il avait
reçu de Dieu. En l'entendant ainsi parler, le capitaine et les matelots
pensèrent qu'ils avaient affaire à un vieux marin que la tempête qu'il
avait essuyée à bord de son petit bateau avait rendu fou; et comme le
vent continuait à souffler avec rage et qu'ils avaient fort à faire, ils
le laissèrent et ne firent plus attention à lui.

Le lendemain l'homme de vigie aperçut la terre, et le capitaine reconnut
qu'il longeait la côte de Bretagne. La mer à cet endroit était plus
houleuse qu'au large, et le vent soufflait avec plus de force que
jamais. Le capitaine commanda de virer de bord, et les matelots
exécutèrent la manœuvre; mais le navire manqua à virer: ils essayèrent
une seconde fois, puis une troisième; mais ce fut en vain. Le capitaine
voyant qu'il était impossible de lutter contre la tempête, fit jeter les
ancres dehors et amener et carguer partout; cela ne servit pas à
grand'chose, car le navire une fois mouillé traînait ses ancres, et la
mer et le vent le poussaient violemment vers la côte. Tout le monde à
bord se considérait déjà comme perdu; seul saint Clément ne paraissait
même pas y faire attention. Cependant il se dirigea vers son canot, qui
était toujours sur le pont du navire, en tira une petite ancre de quinze
a vingt livres qu'il étalingua (attacha) à un bout de corde et lança à
la mer; les matelots le regardèrent avec pitié, car ils croyaient
réellement avoir affaire à un fou; mais un moment après, à leur grande
surprise, ils s'aperçurent que le navire ne bougeait plus; l'ancre de
saint Clément avait mordu le fond, et de plus la tempête était calmée,
et la mer, d'agitée qu'elle était, était devenue droite comme un papier.
Surpris de ce miracle, le capitaine et les matelots tombèrent à genoux
devant saint Clément et lui demandèrent pardon de s'être moqués de lui.
Ils se convertirent tous à la foi chrétienne, et aussitôt débarqués, le
capitaine emmena saint Clément à sa maison et le pria de rester avec
lui, mais il refusa et quitta le pays.

Le capitaine reconnaissant envers ce saint fit bâtir une chapelle en son
honneur.

(_Conté en 1892 par François Marquer_).



VIII

Pourquoi Saint-Jacut n'est plus une île


Au temps jadis, Saint-Jacut-de-la-Mer était une île, et le principal
village, qui porte encore le nom de l'Isle, était de tous côtés entouré
par l'eau. Quand il faisait mauvais temps, les Jaguens ne pouvaient
communiquer avec la terre ferme et ils en étaient bien marris.

Un jour que la mer était grosse, un pêcheur de Saint-Jacut essaya
d'aller en bateau à Trégon; mais il ne put y réussir, et il ramena son
embarcation dans le havre. Après l'avoir solidement amarrée, il se
disposait à s'en aller, quand il rencontra un bonhomme qui avait la mine
d'un ancien pécheur, et qui lui demanda la charité.

--Je ne sé (suis) pas riche, répondit le Jaguen, et je n'ai brin de pain
sez ma (pas de pain chez moi); mais si tu veux veni' o ma, (venir avec
moi), tu mangeras des patates.

Le bonhomme accepta, et pendant trois jours le Jaguen le traita de son
mieux: au bout de ce temps, l'homme se disposa à partir, et il demanda
à son hôte combien il lui devait pour l'avoir nourri et couché.

--Je ne vous demande ren, répondit le pêcheur, car vous n'ez (n'avez)
pas la mine pu' riche que ma, et entre pauvres gens i' faut s'entraider.

--Eh bien, mon ami, c'est Dieu qui vous récompensera, répondit le
bonhomme.

Et comme le pêcheur partait pour la pêche, le saint toucha un de ses
filets, et lui dit:

--Adieu, mon ami, je vous souhaite bonne chance; tâchez de prendre
beaucoup de poissons; je reviendrai vous voir.

Le saint disparut, et le pêcheur alla à la mer, en maugréant un peu, car
on sait qu'il ne faut pas souhaiter bonne chance à ceux qui vont à la
pêche.

Pourtant à cette marée, il prit beaucoup de poissons; le lendemain il en
prit encore davantage, et toutes les fois qu'il sortait, par bon ou
mauvais temps, il avait autant de poissons qu'il en pouvait porter. Il
était bien content, et il remarquait que les poissons se prenaient
toujours dans les mêmes filets--ceux que le saint avait touchés,--et
qu'ils n'avaient jamais besoin de réparation.

Bientôt il fut à l'aise, et il devint même l'homme le plus riche du
pays. Il attendait toujours la visite du bonhomme, qui avait promis de
venir le voir.

Un jour il le trouva à sa porte et il fut bien content; il lui offrit de
demeurer pour toujours avec lui, et il lui demanda qui il était. Le
saint lui raconta alors sa vie, et lui dit que Dieu l'envoyait prêcher
la religion aux infidèles.

--Vous aurez besoin de courage, grand saint, lui répondit le Jaguen;
car, à coup sûr, vous serez persécuté.

Le lendemain saint Jacut commença ses prédications; mais les Jaguens ne
voulurent pas l'écouter, et ils le dénoncèrent au seigneur du pays, qui
envoya des soldats pour se saisir de lui.

Le saint, en voyant cette troupe de gens armés, eut peur, et il
s'enfuit; mais comme la mer était haute et qu'elle entourait l'île, il
ne savait comment s'échapper. Arrivé sur le bord, il se mit en prière,
et posant la main sur l'eau, il dit: «Je désire qu'une terre relie cette
île au continent.»

Aussitôt une langue de terrain sembla sortir du fond de la mer, et forma
une sorte de route, sur laquelle le saint marcha à pied sec.

Quand il fut passé sur la terre ferme, il se retourna et dit:

--Tant que le monde sera monde, ceci existera.

C'est depuis ce temps que la paroisse de Saint-Jacut est devenue une
presqu'île.

À la vue de ce miracle, les Jaguens cessèrent de persécuter le saint,
et quand il mourut, ils les avait presque tous convertis à la foi
chrétienne.

(_Recueilli à Saint-Cast par François Marquer._)

* * *

On m'a montré à Saint-Jacut, il y a environ vingt-cinq ans, un rocher
isolé qui, vers son milieu, avait une dépression, et l'on disait que
c'était la marque de la corde du bateau de saint Jacut.

Saint Jacut, prince de Domnonée, premier abbé du monastère qui porte son
nom, Ve siècle (5 mars), est le patron de Saint-Jacut-du-Mené, de
Saint-Jacut-de-la-Mer, de Saint-Jacut-sur-Ars; ancien patron de
Gicquelleau, il a des chapelles à Dirinon et à Plestin.

Ce saint figure aussi dans une légende du Morbihan, intitulée les Sept
Saints, qu'on trouvera plus loin.

[Illustration]



IX

Saint Cieux


On trouva saint Cieux dans un rocher, où l'on montre encore son berceau
et l'empreinte de son premier pas. Il était en effet tout petit, et
personne ne savait d'où il venait.

Quand il fut en âge de gagner sa vie, il devint pêcheur, et tout en
faisant son métier, il se mit à prêcher la religion chrétienne, mais il
rencontra de mauvaises gens qui le tuèrent sur la falaise vis-à-vis la
pointe Saint-Martin.

À l'endroit où tomba saint Cieux, il y avait une grande tache de sang,
et l'on y voit encore une traînée rouge; on dit dans le pays que c'est
le sang de saint Cieux.

Au temps jadis, on y planta une croix; mais comme la mer rongeait la
falaise, on la transporta plus haut, à l'endroit où on la voit
actuellement, et qui est un peu plus éloigné du rivage.

(_Tradition orale de Lancieux_)


D'après Jollivet (_Les Côtes-du-Nord_, t. II, p. 338), on montre
près du rocher appelé Berceau de saint Cieux, le sentier
qu'il gravit, sur le bord duquel est placée une croix qui
porte son nom. Tout près sont un port et une fontaine,
dits aussi de saint Cieux. La fontaine se nomme aussi
«mine d'eau», et comme l'eau qui s'en échappe tombe
en gouttes ressemblant à des pleurs,
on a nommé celles-ci «les larmes de
saint Cieux».

On raconte à Lancieux une autre légende
assez différente:

Il y avait une fois huit frères
qui vinrent d'Angleterre en Bretagne,
pour y prêcher la religion
chrétienne: c'étaient saint Cast,
saint Jacut, saint Cieux, saint
Briac, saint Lunaire, saint Enogat,
saint Malo et saint Servan.
Saint Cieux débarqua à l'endroit
qu'on appelle le port Saint-Cieux.

[Illustration: Ancienne statue
de saint Briac.]

Il bâtit l'église de Lancieux,
qui était jadis sur une butte, auprès du moulin de
la Touche, sur la route de Ploubalay. Quelque
temps après la mort de saint Cieux, on transporta
son corps dans l'église qu'il avait bâtie; mais le
lendemain, on le trouva sur le bord de la falaise.
On le rapporta plusieurs fois dans l'église, mais
comme on le retrouvait toujours le lendemain au
bord de la mer, on comprit qu'il voulait que
l'église fût à l'endroit où on la voit aujourd'hui;
dès que le corps du saint eut été mis dans l'église
neuve, il resta tranquille dans sa tombe.

Pendant la Révolution, toutes les statues des
saints qui ornaient l'église furent brûlées, mais on
eut beau mettre dans le feu celle de saint Cieux
qui est au-dessus de l'autel, on ne put parvenir à
la brûler.

* * *

Les récits relatifs à saint Cieux et à saint Lunaire, ont
été recueillis en 1884, à Lancieux, par Mlle Marthe Gesnys,
ma nièce, alors âgée de treize ans.

L'épisode du saint qui ne veut rester que dans le lieu
qu'il a choisi, est fréquent dans les légendes religieuses
de tous les pays; ici cette préférence sert à expliquer
pourquoi l'église actuelle est à l'une des extrémités de la
paroisse. On remarquera que les huit frères prétendus sont
exactement dans l'ordre qu'occupent--en partant de
Saint-Cast--les paroisses qui portent leur nom. Le nom
de saint Servan a peut-être été ajouté à une époque moderne;
comme dans les légendes similaires les saints
devaient être au nombre de sept.

Saint Cieux, ou Cieu, disciple de saint Brieuc, VIe siècle
(26 mars), est invoqué dans les nécessités publiques. Il est
le patron de Lancieux.



X

Le pied de saint Cast


Il était une fois un saint qui vint de l'Irlande
en Bretagne pour y prêcher la religion chrétienne.
Il débarqua au pays qui porte maintenant le
nom de Saint-Cast, mais les habitants, le prenant
pour un pirate, voulurent le chasser. Le saint les
rassura et se fit connaître à eux.

Alors le seigneur du pays le fit appeler et lui dit:

--Puisque tu es saint et que tu te prétends
envoyé par Dieu, opère un miracle et nous croirons
en toi.

--Hé bien, répondit saint Cast, pour prouver la
vérité de ce que j'ai dit, j'imprimerai mon pied sur
le rocher, à l'endroit où je suis débarqué.

Suivi du seigneur et d'une foule de gens, il descendit
la falaise et, étant arrivé au rocher sur lequel
il était sauté en abordant, il frappa du pied,
et la marque resta empreinte sur le rocher.

--Tant que le monde sera monde, dit saint Cast,
mes pieds resteront marqués ici.

Le seigneur fut si étonné de ce prodige, qu'il
emmena saint Cast à son château, et lui donna un
terrain sur lequel il fit bâtir l'église.

(_Conté en 1885, par François Marquer, de Saint-Cast_).

* * *

En haut du sentier qui monte de la belle grève de Saint-Cast
au village de l'Isle, on voit sur le rocher une empreinte
longue de cinquante centimètres environ, dont la
forme rappelle en effet celle d'un grand pied. Dans le
Morbihan, saint Cado, évêque et martyr, VIe siècle (1er novembre),
a laissé, près d'Étel, une empreinte ayant à peu
près la forme d'un pied de grandeur plus qu'humaine; elle
est entourée d'une grille et l'on a élevé à côté une croix;
c'est la glissade que fit saint Cado lorsqu'il s'élança, pour
empêcher le diable de détruire le pont que Satan avait bâti.

La légende suivante attribue à l'empreinte du pied de
saint Cast une origine moins élevée.

* * *

Un jour saint Cast se promenait sur les rochers
de l'Isle en compagnie d'un cordonnier, son ami.
Comme il sautait d'une pierre sur l'autre, ses souliers,
qui s'étaient usés à l'eau de mer, se déchirèrent
et il resta les pieds nus. Il dit à son cordonnier:

--Il faudra me faire une paire de souliers,
prends-moi mesure avant de me quitter.

Alors saint Cast posa le pied sur un rocher de
la falaise, et il dit au cordonnier de marquer, car
il n'avait pas de mesure avec lui; mais le cordonnier
ne pouvait rien tracer sur le rocher. Saint
Cast frappa du pied sur la pierre, qui s'enfonça
comme de la vase mouillée, et il dit:

--Maintenant, tu peux mesurer à ton aise la
longueur et la largeur de mon pied; car, tant que
le monde sera monde, sa marque restera ici.

(_Conté en 1888 par François Marquer_).

* * *

Le calendrier breton place au 5 juillet saint Cast, évêque.
Il y a une assemblée assez fréquentée au bourg de Saint-Cast,
le second dimanche après la Saint-Pierre, elle porte
le nom de la «Saint-Cast-Saint-Lunaire;» ce saint est le
deuxième patron de la paroisse. Tout près de l'église est
une fontaine dite de saint Cast; autrefois en y allait puiser
de l'eau pour les personnes qui avaient mal aux yeux.
Cette pratique, qui semble tombée en désuétude, se rattachait
peut-être au culte de saint Lunaire, l'autre patron de
la paroisse.



XI

Saint Lunaire


Lorsque saint Lunaire quitta l'Irlande pour
venir prêcher l'Évangile en Bretagne, il s'embarqua
seul sur un petit navire, et mit le cap sur la
côte bretonne. Pendant trois jours il vécut heureux
comme un roi; mais, le quatrième, il fut entouré
d'une brume si épaisse, qu'il ne pouvait plus
reconnaître son chemin. Il se mit fort en colère
contre la brume qui lui barrait la route, et,
prenant son sabre, il le lui lança comme à une
ennemie. Aussitôt elle disparut, et saint Lunaire
put arriver à l'endroit qui porte aujourd'hui son
nom; et il aborda sur les rochers du Décollé, où
l'on aperçoit l'empreinte de ses souliers.

Depuis ce temps les marins le nomment le
patron de la brume, et ils l'invoquent quand elle les
incommode.

(_Conté en 1888 par Pierre Le Clerc, de Saint-Cast_).

Voici l'incantation que les marins adressent à la brume:

Brume, disparais de la mer,
Ou tu seras coupée par la moitié,
Avec un couteau d'acier.

Au hameau de Pontual, en Saint-Lunaire, on montre une
pierre qui servit à amarrer le bateau du saint quand il vint
évangéliser ce pays; une autre pierre en forme de prie-Dieu,
au-dessus du village des Landes, passe pour avoir
servi au même usage. (P. BÉZIER. _Inventaire des mégalithes
de l'Ille-et-Vilaine_, p, 70-71).

* * *

Sur le littoral on raconte encore l'épisode suivant
de la vie du saint:

Au temps jadis, quand saint
Lunaire vint prêcher la religion
chrétienne sur les côtes
de Bretagne, il apportait avec
lui une pierre sacrée, pour la
placer sur l'autel qu'il voulait
ériger. Mais il la perdit, et
comme il ne pouvait la retrouver,
il était chagrin et se tourmentait
beaucoup. Alors il se
mit à prier Dieu, et une colombe
la lui rapporta. C'est alors qu'il commença
à construire une église.

[Illustration: Partie supérieure
de la pierre tombale
de saint Lunaire]

* * *

Dans la vie de saint Lunaire, cet épisode figure aussi,
avec quelques variantes: Pendant l'ouragan qui assaillit
son navire, Lunaire dormait, et les matelots jetèrent à la
mer son bagage, parmi lequel se trouvait son autel portatif.
Le saint en fut vivement affligé; mais quand il prit terre,
en Armorique, deux colombes plus blanches que neige
arrivèrent de la mer, tenant entre leurs pattes son autel
qu'elles déposèrent à ses pieds. Au dernier siècle, le trésor
de la paroisse conservait encore cette pierre sacrée, et
pendant tout le moyen âge, on crut qu'un faux serment
fait sur cette relique entraînait dans l'année même la mort
du jureur.

M. A. de la Borderie a publié en 1881, sous le titre de:
_Saint-Lunaire, son histoire, son église, ses monuments_, une
monographie extrêmement intéressante, dans laquelle il
fait ressortir le rôle civilisateur et défricheur du saint, rôle
que la tradition populaire a oublié. C'est à cet ouvrage
que nous avons emprunté ceux des détails ci-dessus qui
ne figurent pas dans la tradition orale. Il est orné de gravures
représentant, vu de face et de profil, le tombeau
de saint Lunaire, dans l'ancienne église. Nous avons
reproduit en entier la vue du profil, et seulement la partie
supérieure de l'effigie vue de face, celle où la colombe
rapporte l'autel; le bâton épiscopal s'enfonce dans la
gueule d'un monstre.

D'après la légende locale, on a maintes fois essayé de
soulever la pierre tombale du saint; elle paraissait si
lourde que l'on était contraint toujours d'y renoncer.

Le culte de ce saint est très répandu en Haute-Bretagne;
lorsque les marins de Saint-Cast passent devant le dangereux
passage du Décollé, ils récitent un _Pater_ et un _Ave_,
et disent:

          Saint Lunaire,
Préservez-nous du naufrage en mer.

Il est le patron des églises paroissiales de Saint-Lunaire, Le Loscouët,
Miniac-sous-Bécherel, Saint-Lormel, second patron de Saint-Cast, et il
a une chapelle à Plouër; à la Chapelle-Blanche (Côtes-du-Nord) est un
ruisseau dit de saint Lunaire, et une croix qui porte son nom a été
récemment érigée sur la pointe du Décollé. Sa fête est célébrée en
général le premier jour de juillet ou le premier dimanche de juillet, et
il est invoqué pour les maux d'yeux; au Quiou, près Dinan, à
Saint-Lunaire et au Loscouët, les malades viennent se laver à des
fontaines placées sous son invocation; à Saint-Lormel, l'eau dont ils se
servent provient d'un puits placé sous la chaire de l'église.

Au Loscouët, la statuette du saint était dans une niche située sous le
pont du Men; elle fut enlevée par une crue d'eau, et une bonne femme,
qui la trouva dans un saule, l'emporta pieusement chez elle; mais le
saint ne voulut pas y rester, et quelque temps après on le retrouva dans
sa niche où il était retourné de lui-même. (_Revue des Traditions
populaires_, t. VII, p. 91, 105).

[Illustration: Statue de saint Lunaire sur son tombeau dans l'ancienne
église paroissiale.]



XII

Saint Goustan


Au temps jadis, saint Goustan arriva à la côte du Croisic au milieu
d'une tempête; il se noya, et son cadavre fut trouvé sur le rocher qui
supporte le pignon Nord-Ouest de la vieille chapelle.

On reconnut qu'il était saint, et l'on voulut lui élever une chapelle à
cet endroit même; d'abord on la construisit de façon qu'elle entourait
le rocher; mais les murs tombèrent. On en bâtit ensuite une autre qui
n'était pas sur le rocher; elle ne résista pas d'avantage. C'est alors
qu'on prit le parti de construire un des pignons sur le rocher même, de
façon qu'une partie du rocher se trouve en dedans et une autre partie en
dehors. Depuis ce temps la chapelle a résisté.

On voit à l'intérieur une cavité qui est l'endroit où le corps du saint
a été trouvé, et on y remarque l'empreinte de ses pieds.

Les habitants des environs du Croisic (Bourg-de-Batz et villages
voisins), viennent encore rouler leurs petits enfants sur la partie
extérieure du rocher, puis les portant dans les bras, font trois fois le
tour de la chapelle en récitant des prières, afin que par l'intervention
du saint leurs enfants se mettent à marcher.

Le lundi de Pâques, les jeunes gens et les jeunes filles, placés à deux
pas de l'ouverture, viennent jeter une épingle dans une fente du volet
d'une des petites ouvertures de la chapelle. Si l'épingle passe du
premier coup dans la fente, le mariage doit avoir lieu dans l'année,
sinon il est reculé d'autant d'années que l'on a essayé en vain de faire
passer l'épingle.

(_Recueilli en 1892 par M. Maillard, conducteur des Ponts-et-Chaussées
au Croisic, et communiqué par M. René Kerviler_).

* * *

Ogée rapporte, d'après Caillo jeune, que l'on avait voulu
construire la chapelle ailleurs que sur le rocher, mais que
chaque nuit l'ouvrage était détruit. On comprit qu'il fallait
la bâtir sur le rocher où saint Goustan abordant au Croisic
avait laissé l'empreinte de son corps.

Les femmes des marins y viennent en pèlerinage, bien
qu'elle soit au milieu du corps-de-garde, quand elles veulent
obtenir que les vents cessent de souffler du sud. Quand,
au contraire, elles veulent que le vent cesse de souffler du
nord, c'est au Crucifix que se font les neuvaines. Cette
chapelle a été démolie l'an dernier.

Saint Goustan, solitaire, VIIe siècle (28 novembre), est le
patron d'Auray, d'Hœdic, de Saint-Gildas de Ruys.



XIII

Les pas de la Vierge


Après avoir franchi la chaussée de l'étang
Priou, à la sortie de Moncontour, on gravit,
pour atteindre le haut de la colline sur laquelle
est bâtie la chapelle de Notre-Dame-du-Haut, un
sentier qui passe sur les rochers qui s'étagent
tout le long du coteau. La sainte famille fuyant la
colère d'Hérode, a suivi ce chemin pour se rendre
en Egypte, et elle y a laissé des traces de son
passage; sur le premier rocher on remarque une
empreinte de pied d'enfant: la sainte Vierge,
fatiguée de porter le petit Jésus, le déposa un
instant à terre, et l'empreinte du petit pied y est
restée gravée.

Un peu plus loin, la Vierge tomba de fatigue
sur un rocher, et sa jambe y est restée empreinte;
la marque toutefois affecte la forme d'une
cuisse plutôt que celle d'une jambe. Autrefois les
vieillards se mettaient à genoux dans ces deux
endroits, et après avoir nettoyé les deux empreintes,
ils les baisaient respectueusement. J'ai, dans
mon enfance, été maintes fois témoin de cette
scène de dévotion, qui est aujourd'hui tombée en
désuétude. Du reste un exhaussement du chemin
a enfoui cette empreinte.

À quelques pas de là on voit une pierre en
forme de chaise; la sainte Vierge s'y reposa, et y
donna à boire à l'enfant Jésus: une goutte de lait
qui tomba sur le granit s'y est pétrifiée; c'est elle
qui a produit la tache blanche que l'on remarque
sur la paroi du rocher.

(_Recueilli par M. J. Carlo_).

* * *

À Cesson le pas de la Vierge est un étroit sentier
pratiqué dans la montagne, que l'herbe ne recouvre
jamais et par lequel la mère de notre Seigneur
gravit un jour la côte. Elle était rendue de fatigue,
et s'arrêtant au lieu où depuis on lui bâtit une
chapelle, elle dit à saint Syphorien qui l'accompagnait:
«Nous avons bien assez monté, cessons»,
d'où le nom de la commune de Cesson.

(HABASQUE. _Notions historiques sur les Côtes-du-Nord_, t. II,
p. 313).

* * *

Habasque ajoute que de son temps cette tradition était
connue de tous les habitants du bourg; mes amis de Saint-Brieuc
m'ont assuré qu'elle était encore populaire.

À Ménéac on montre trois vestiges que les pieds
de la sainte Vierge ont imprimés sur une roche, et,
quand les petits enfants tardent trop à marcher,
on leur met les pieds dans ce creux.

(MAHÉ, _Antiquités du Morbihan_, p. 445.)

[Illustration]



XIV

Le saut de saint Valay


Un jour que le bienheureux saint Valay était
venu reprocher aux femmes de la rue Saint-Malo
leur mauvaise langue et leur conduite légère,
celles-ci se mirent en colère et elles prirent des
pierres pour les lui jeter.

Le saint s'enfuit le plus vite qu'il put; mais les
femmes couraient aussi bien que lui, et elles étaient
sur le point de l'atteindre, quand il arriva sur le
bord de la vallée des Réhories; alors il invoqua le
bon Dieu, prit son élan, et franchissant d'un bond
la vallée, il alla retomber de l'autre côté sur un
rocher où l'on montre encore l'empreinte de ses
pieds.

Mais les femmes le poursuivaient toujours; alors
il prit un autre élan, et, traversant la vallée où
coule la Rance, il alla tomber de l'autre côté de la
rivière, à Lanvallay. C'est en mémoire de ce saut
que Lanvallay porte ce nom; car on l'appela d'abord
l'Élan Vallay, en mémoire de l'élan prodigieux que
le saint avait dû prendre pour franchir cette distance.

(_Recueilli à Dinan en 1885._)

Suivant un autre récit, des voleurs poursuivaient saint
Valay, et ils étaient sur le point de l'atteindre, quand il se
recommanda à Dieu et s'élança pour franchir la vallée;
des anges le soutinrent, et il se trouva, debout, sans avoir
éprouvé aucun mal, à l'endroit où son pied est encore
marqué.

(PAUL SÉBILLOT, _Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne_,
t. I, p. 335).

* * *

Saint Valay, religieux de Landévennec, Ve siècle (12 juillet),
est le patron primitif de Lanvallay, de Ploubalay, et d'un
village à Hénon, canton de Moncontour, appelé la ville Balay.
Une chapelle, aujourd'hui détruite, lui était dédiée, non loin
de l'endroit où est bâtie la maison de campagne de Saint-Valay,
près Dinan. Je n'ai pas besoin de dire que l'étymologie
donnée par le premier conte est fantaisiste.

La légende attribue à saint Michel un saut encore plus
miraculeux. Lorsqu'il se disputait avec le diable pour
savoir qui nommerait le Mont, ils convinrent de faire
l'essai de leur puissance. L'épreuve consistait à franchir
d'un bond l'espace qui sépare le Mont-Dol du
Mont Saint-Michel. Le diable tomba dans l'eau, mais l'archange,
soutenu par ses ailes, alla se placer sans effort sur
le sommet du mont. On montre au Mont-Dol l'empreinte
du pied de l'archange sur un bloc de rocher, et à côté, la
marque du pied fourchu de Satan.



XV

Les saints et les mégalithes


Plusieurs des nombreux mégalithes ou des
pierres à légendes de la Haute-Bretagne portent
des noms de saints, et des récits populaires
attribuent à l'intervention des bienheureux les
circonstances merveilleuses de leur érection, les
particularités remarquables qu'ils présentent, ou
les empreintes naturelles ou artificielles que l'on
y remarque.

J'ai personnellement recueilli peu de ces légendes;
la plupart de celles qui figurent ici ont été
relevées au cours de leurs investigations par les
auteurs des Inventaires des mégalithes des Côtes-du-Nord,
de l'Ille-et-Vilaine et de la Loire-Inférieure,
qui leur ont, avec beaucoup de raison,
donné place dans leurs publications. Les deux
principaux saints qui figurent dans les fragments
que je réunis ici sont saint Michel et saint Martin.

La beauté et l'importance du Mont Saint-Michel
ont assez frappé les esprits, pour que, sur les deux
rives du Couesnon, on en ait attribué la construction,
soit au diable, soit à la collaboration de
l'Archange et de Satan, les deux rivaux qui représentent
le dualisme du bien et du mal, du ciel et
de l'enfer. Suivant une légende très connue en
Haute-Bretagne et en Basse-Normandie, le Mont
aurait été bâti par le diable à la suite d'une
gageure avec saint Michel, où chacun d'eux devait
montrer sa puissance; saint Michel bâtit en une
nuit un merveilleux palais de glace, le diable
construit le Mont; saint Michel trompe le diable,
soit en lui proposant un échange, comme dans la
légende normande, soit en dessinant avec le bras
une croix qui chasse à jamais le démon de l'édifice
qu'il avait bâti[1].

Pour construire sa merveilleuse bâtisse, Satan
avait eu besoin de puiser dans beaucoup de carrières;
c'est pour cela que l'on rencontre un assez
grand nombre de pierres qui étaient destinées au
Mont, et qui, pour des raisons diverses, n'ont point
été transportées à pied d'œuvre.

À Bazouges-sous-Hédé et à Dingé, des menhirs
passent pour être des matériaux que le diable y
portait. Les empreintes sont celles de la sangle
qui se rompit et le força à les laisser où on les
voit aujourd'hui, de son dos et de ses doigts; à
Plerguer, un rocher présente des creux qui sont
les marques laissées par le diable lorsqu'il essaya
de l'emporter; à Vieuxviel un menhir est tombé
de son bissac; à Mellé, à Saint-Étienne-en-Coglès,
à Parigné, des pierres ont été laissées par
le diable lorsqu'il bâtissait le Mont Saint-Michel,
et qu'on lui eut crié qu'il n'en fallait plus; une
pierre du diable, à Louvigné-du-Désert, porte l'empreinte
des efforts inutiles que le démon fit alors
pour la détacher.

(P. BÉZIER, _Inventaire des Mégalithes de l'Ille-et-Villaine_,
p. 9, 62, 110, 114, 115, 99).

* * *

En Haute-Bretagne saint Martin n'a pas la prodigieuse
popularité dont il jouit encore dans une
grande partie de la France, surtout vers le centre;
on rencontre toutefois son nom, associé à certains
mégalithes. Comme dans une partie de la Haute-Bretagne
saint Martin de Vertou est très connu, il
est possible qu'il s'agisse parfois de ce dernier
saint et non du grand apôtre des Gaules.

La pierre du diable, à Orgères d'après une
légende, très suspecte en ce qui concerne tout au
moins le nom du discobole, fut lancée par la druidesse
Irmanda contre saint Martin évangélisant le
pays et les creux que l'on remarque sur la pierre
sont l'empreinte des mains de la druidesse.

À Iffendic une pierre à bassin, située à la queue
de l'étang de Tromelin, est connue sous le nom de
Pas-de-Saint-Martin; les gens du pays prétendent
que l'excavation que l'on voit dans sa partie
médiane est l'empreinte de l'un des pieds du saint.
On s'y rend en pèlerinage pour la guérison de la
fièvre, et l'on dépose dans le pas des pièces de
monnaie et de petites croix de bois.

(P. BÉZIER, l. c., p. 9, 222).

* * *

Entre le Clion et Pornic, se trouve une vallée
très agréable, où l'on voit la fontaine dite de Saint-Martin,
lieu de pèlerinage pour beaucoup de gens
de la région. On lui attribue des propriétés merveilleuses
et multiples. Une quantité considérable
de petites croix de bois entoure la source qui sort
du rocher.

D'après la légende, saint Martin vint visiter le
pays, monté sur son cheval; celui-ci frappa la
terre d'un coup de sabot et la source jaillit sous le
choc.

(_Revue des Traditions populaires_, t. IX, p. 619).

À Mégrit, une pierre posée à la surface du sol
porte le nom de Pierre de Saint-Patrice; elle est
percée dans toute sa longueur. C'est dans ce trou
que, d'après la légende, saint Patrice s'est caché
pendant longtemps.

(E. DE LA CHENELIÈRE. _Inventaire des Mégalithes des Côtes-du-Nord_,
p. 3).

* * *

À Noyal-sous-Bazouges, une pierre, située à six
cents mètres du village de Saint-Léger, dans le
champ de l'Autel, est connue dans le pays sous le
nom d'Autel de saint Léger. La face supérieure
présente, à quelques centimètres du bord extérieur,
une rainure encadrant la partie centrale,
sur laquelle sont ébauchées à coups de ciseaux, de
petites croix.

Une tradition locale rapporte que c'est sur cette
pierre que saint Léger, patron de la paroisse voisine,
célébrait la messe.

(P. BÉZIER, _Inventaire_, p. 86).

* * *

La sainte Vierge se promenait sur les landes de
Pléchâtel, filant sa quenouille, et portant sur sa
tête Pierre-Longue et dans son tablier les Pierres
Blanches, lorsque son fuseau tomba à terre. Elle
se baissa pour le relever et, dans le mouvement
qu'elle fit, la pierre qu'elle portait sur la tête
glissa et se ficha en terre dans la place même où
était tombé le fuseau, puis celles du tablier «s'envolèrent»
et allèrent former dans le champ des
Meules, un cordon pour le fuseau de Pierre-Longue.
Telle est l'origine légendaire d'un alignement
autrefois considérable, dont il ne reste plus que
quelques fragments.

(P. BÉZIER, l. c., p. 179).

* * *

À quelque distance du bourg de Saint-Viaud est
un rocher dans lequel on montre une grotte qu'on
assure avoir été la demeure de saint Viau; cet
endroit nommé Pierre Cantin et aussi la «Pierre
qu'a nom» est en grande vénération dans le pays
et l'on y vient en pèlerinage pour les maux de
reins; les habitants s'imaginent y voir, tracée sur
la pierre, l'empreinte des pieds du saint, de son
bâton, de son livre, de son bonnet, etc. On y fait
de pieux pèlerinages.

(GIRAULT DE SAINT-FARGEAU. _Géographie de la Loire-Inférieure_,
1829.--OGÉE. _Dictionnaire de Bretagne_).

* * *

En la paroisse de Bains (Ille-et-Vilaine), sur le
sommet de la colline de _Guerchomin_, appelée
peut-être jadis: _Guerc'h er men_, la pierre de la
Vierge, se voient quatre gros blocs de quartz, dont
l'un mesure plus de deux mètres de haut et qui
proviennent d'un cromlech ruiné.

Chaque année, pendant la nuit de Noël, quatre
évêques venus des quatre points de l'horizon, s'y
réunissent au coup de minuit et officient sur cette
pierre toujours respectée. Puis, aussitôt leur office
terminé, ils s'en vont ensemble vers l'occident,
après avoir fait par trois fois le tour d'une autre
grosse pierre celtique située non loin de là et nommée
la _Roche-Aboyante_[2]. Ils sont désignés parfois
sous le nom de: «Saints des quatre saisons»
auxquelles chacun doit présider pour sa part au
cours de l'année nouvelle.

(DERMARS, _Redon et ses environs_, 1860, et _traditions locales
communiquées par le marquis de l'Estourbeillon_).



XVI

Saint Guillaume


À Louvigné-du-Désert sont des pierres à bassins
dites Roches Saint-Guillaume; les bassins
et les entailles ont, d'après la légende, été à
l'usage de saint Guillaume qui fit pendant quelque
temps son séjour en ce lieu. L'un était son douet
(lavoir), l'autre sa fontaine, une autre plus petite
son écuelle; deux autres qui se touchent sont
l'empreinte de ses genoux; une entaille à quatre
branches est celle où il déposait sa croix. Les intervalles
qui séparent ces blocs portent le nom de
rues du Paradis, du Purgatoire et de l'Enfer. Le lit
du saint qu'on montre est une sorte de grotte formée
par l'éboulement d'un bloc qui, dans sa chute,
a été retenu en avant, à une petite distance du sol,
par d'autres blocs.

Saint Guillaume vécut fort pauvrement en cet
endroit pendant sept années, nourri par la charité
des gens du pays. Il envoyait à la quête son âne,
qui par un instinct surnaturel, allait se présenter
dans tous les villages des environs: on lui donnait
du pain, qu'il portait ensuite au saint. Un jour les
habitants, trouvant peut-être qu'il était trop onéreux
de le nourrir, chargèrent l'animal quêteur
d'une telle quantité de pierres qu'il ne pouvait plus
marcher. Le solitaire n'ayant plus rien pour subsister,
s'en alla, dit-on, à Mortain, où il trouva, à ce
qu'on assure, «plus de roches que de pain».

Les habitants du village de la Loriais, qui avaient
chargé l'âne de pierres, ne tardèrent pas à être
punis. Ils furent pris par la soif, toutes les sources
ayant tari; aujourd'hui encore, on n'en saurait
trouver une, quoique le lieu soit bas et humide.

(P. BÉZIER. _Inventaire_, p. 90-91).

* * *

M. Jules Louail a publié dans le _Vieux Corsaire_, mars
1802, sous une forme non populaire, une version de cette
légende qui ne diffère pas beaucoup de celle qu'a rapportée
M. Bézier; le dénouement seul est changé: le saint ayant
rencontré à Mortain «plus de beurre que de pain», revint à
son ermitage; les gens de Louvigné lui demandèrent pardon
et le saint implora la clémence divine: la pluie tomba
et la campagne redevint fertile.

[Illustration]



XVII

Pierre Morin


À l'époque où l'on construisait l'ancienne église
de Guiguen, un moine allait chercher, assez
loin du pays, la pierre nécessaire à la construction
et l'amenait à l'aide d'un attelage composé de deux
petits bœufs et d'un âne.

Un jour que son attelage, suant et soufflant,
transportait la plus grosse pierre dont on l'eût encore
chargé, il entendit, en passant devant le village
de la Perchère, une voix céleste qui lui criait
que l'église était achevée, et qu'on n'avait plus besoin
de matériaux. Pierre Morin saisit la pierre
d'une main, et la lança sur le pâtis où elle est encore.
Sa main s'enfonça dans la roche comme dans
un bloc d'argile, et y laissa une empreinte ineffaçable.

(P. BÉZIER. _Supplément_, p. 87).



XVIII

Le grès saint Méen


À la lisière de la forêt de Talensac, près du
hameau de la Chapelle-ès-Oresve, se trouve
un bloc de schiste ferrugineux
ayant la forme d'un affiloir. Sa
face supérieure porte un certain
nombre de perforations cylindriques
et de rayures transversales
incontestablement dues à
l'industrie humaine. Les rayures
sont analogues à celles que l'on
obtiendrait en frappant vigoureusement,
du tranchant d'une
forte hache, et perpendiculairement
à la direction des feuillets,
la surface d'une masse
schisteuse. On dit dans le pays
que les gravures dont cette pierre
est ornée sont dues à saint Méen,
qui était charpentier et aiguisait
ses outils sur cette roche.

[Illustration: Statue de saint Méen,
église de Paimpont
XVe siècle.]

Un jour saint Méen, après avoir aiguisé sa
hache sur son grès, et l'avoir balancée dans l'espace,
dit:

Où ma hache tombera
Méen bâtira.

La hache tomba à Talensac, à deux kilomètres de cet endroit. L'église de
cette paroisse est dédiée à saint Méen.

(P. BÉZIER, _Inventaire_, p. 223).

* * *

Cette légende avait été rapportée sous une forme très
voisine par Theuvenot. _Notes sur quelques monuments
anciens de l'Ille-et-Vilaine_, etc. Congrès de la Soc. française
d'archéologie. Laval, 1878; qui ajoute ce détail: les bûcherons
du voisinage ne se font pas faute encore aujourd'hui
d'imiter saint Méen; la rouille et les traces du fer sont très
apparentes, sans avoir rien de commun avec les traces
primitives.

Saint Méen, abbé, VIe siècle (21 juin), est invoqué contre
la fièvre, la gale dite aussi «Mal saint Méen» et les maladies
des yeux; sa fontaine la plus renommée est près de
Gaël; le saint la fit jaillir d'une terre jusque-là aride. Il
est patron de la ville de ce nom, de Cancale, la Fresnaye,
Lanvallay, Plélan, Talensac, etc. Il a de nombreuses chapelles,
entre autres à Bains, Beignon et à Cancale. À
Rennes un hôpital porte son nom; il y a à Bourseul et
à Monteneuf, des villages de Saint-Méen, à la Chapelle-sous-Ploërmel,
une lande est dite Lande de Saint-Méen.

La statue que nous reproduisons est dans l'église de
Paimpont, abbaye qui dépendait de celle de saint Méen;
elle porte sur sa base les armoiries de l'abbé Olivier Guiho
qui est agenouillé aux pieds du saint. Dans la sacristie un
reliquaire d'argent renferme des reliques du saint: il a
la forme d'une main avec l'avant-bras, tenant un livre à
fermoirs dont les sculptures sont dorées. L'autre statuette
que l'on voit ci-dessous en compagnie de celles de saint
Lubin et de saint Mamère est dans la chapelle de N.-D. du
Haut prés Moncontour.

[Illustration]



XIX

La chasse saint Hubert


À Guémené-Penfao un monument bizarre composé
d'une longue série de pierres alignées
du nord-ouest au sud-ouest, est connu sous le nom
de Chasse de Saint Hubert. Cette chasse débouche
d'un vallon sauvage, puis elle se lance à travers
les landes du Lugançon, les bois du Luc et du Pont.
Le cerf, très en avant de la meute, est arrivé jusqu'aux
bords de l'Isac, c'est le menhir de Lau-sé.
J'ai suivi cette chasse fantastique, toujours guidé
par les gens du pays, qui l'avaient connue autrefois,
toujours déçu dans mes recherches, grâce au
défrichement des landes. Plus loin, de l'autre côté
du bois du Luc, on m'indiqua, dans la forêt du Pont,
un monument formé de plusieurs blocs maintenant
brisés que les gens du pays appellent la Voiture de
la chasse.

(PITRE DE LISLE DU DRENEUC, _Saint-Nazaire_, p. 67).

Suivant une tradition recueillie par M. J. Desmars,
_Redon et ses environs_, citée par Bézier, _Inv._ p. 181,
les menhirs qui composaient l'alignement, aujourd'hui
très mutilé, de la Chasse Saint Hubert
dans les landes de Lugançon (Loire-Inférieure)
avaient eu vie, et rappelaient la punition infligée
par saint Hubert à un chasseur du pays, qui avait
juré de forcer un cerf avant la grand'messe le jour
de Pâques. Emporté par l'ardeur de la chasse, il
n'avait pas entendu sonner l'office, et au moment
de l'élévation, il avait été pétrifié avec ses compagnons,
sa meute et la bête qu'il poursuivait.

[Illustration]



XX

La Pierre de saint Lyphard


Au temps où saint Lyphard habitait le bord de
la Brière, un dragon monstrueux désolait la
contrée; déjà onze jeunes filles avaient été dévorées,
lorsque que le monstre réclama la fille du
saint. Lyphard saisit alors son épée, et pour en
essayer la trempe, il asséna un coup sur une pierre
plantée près de là, et qui devint la pierre fendue,
puis dégageant la lame prise dans cette fente, il
court au monstre et lui tranche la tête.

On voyait encore, il y a peu d'années, cette roche
fendue dont l'ouverture béante était assez large
pour qu'un homme pût y passer; sur la paroi nord
étaient marqués les quatre doigts et le pouce du
saint qui s'étaient enfoncés, dans l'effort qu'il fit
pour dégager sa lame.

(PITRE DE LISLE DU DRENEUC, _Saint-Nazaire_, p. 131).

* * *

La chapelle de saint Lyphard en Thourie était jadis le
lieu de réunion d'une assemblée le Vendredi-Saint de chaque
année. Elle a été détruite vers 1830. On venait de fort
loin prier saint Lyphard, ou comme on le prononce saint
Liphord, «pour la vie ou pour la mort,» c'est-à-dire que
l'on invoquait le saint, pour qu'il obtint une guérison immédiate
du malade ou une prompte mort, afin d'abréger
les souffrances du moribond.

(P. BÉZIER, _Supplément_, p. 74).

[Illustration]



XX

Saint Convoyon
et la roche aboyante


La roche aboyante est un menhir à demi-renversé
que l'on voit dans la commune de
Bains. On dit que c'est en cet endroit que saint
Convoyon, abbé de Redon, et saint Fiacre, qui
habitait Trobert, village de Renac, aimaient à se
reposer et à converser lorsqu'ils se visitaient. Un
jour qu'ils étaient importunés par les aboiements
d'un chien de berger du voisinage et qu'ils ne
pouvaient obtenir son silence, ils le maudirent,
et aussitôt l'animal fut changé en la Roche
Aboyante.

Près de là se trouve un sentier sur lequel Dieu,
dit-on, n'a pas voulu qu'il poussât un brin d'herbe
qui pût effacer la trace du passage des saints.

(P. BÉZIER, _Inventaire_, p. 159).

Voici sur ce dernier sentier d'autres récits:

Entre la Lande de Guerchomin et le village de
Trobert, en Carentoir, se trouve un sentier toujours
dénudé qui se dirige vers la limite de Renac en
passant par le village de Boëd'hors en Bains.
«Jamais de mémoire d'hommes un brin d'herbe
n'y a poussé et cela, disent les gens du pays, par
la permission toute spéciale de Dieu, qui n'a pas
voulu que, même un brin d'herbe, pût effacer les
traces du grand saint Convoyon qui passait toujours
par là pour aller visiter saint Fiacre dans
son ermitage de Trobert.»

Il n'y a plus aucune trace de l'ermitage de
saint Fiacre, mais sur la limite de Renac, près
d'une source réputée miraculeuse, se voit encore
la chapelle de saint Fiacre d'où l'on vient de fort
loin pour se guérir de la colique et de la dyssenterie.

(DESMARS, _Redon et ses environs_, 1869, et _traditions locales
communiquées par le marquis de l'Estourbeillon_).

* * *

Saint Victor de Campbon passe pour avoir eu des rapports
fréquents avec un autre solitaire voisin, saint Laumer,
en l'honneur duquel fut élevée une chapelle encore
subsistante. Chaque jour ils se rencontraient pour converser
et prier, à une fontaine toujours vénérée. On montre le
sentier qu'ils suivaient, et tout ce qu'on sème des deux
côtés de la _voyette_, pousse, prétend-on, plus vigoureusement
que dans le reste du champ.

(R. OHEIX, _Bretagne et Bretons_, p. 53).



XXII

Saint Roch


Un jour saint Roch se promenait dans la forêt
de Bosquen; un homme de la Ville-Heu[3] le
rencontra, qui avait son petit chien auprès de lui.
Il avait l'air si malheureux que le bonhomme l'invita
à venir chez lui.

Le saint accepta, et il se plut tant dans ce pays,
qu'il voulut s'y faire bâtir une petite maison. Mais
les maçons ne trouvaient point d'eau aux environs,
ce qui les incommodait beaucoup, car pour faire du
mortier ils étaient obligés d'aller en chercher à
plus d'une demi-lieue. Saint Roch eut pitié d'eux,
et il fit jaillir une source auprès de leur chantier;
elle tarit quand les travaux furent terminés, et
alors il dit aux maçons qui il était.

Depuis ce temps, saint Roch est fêté tous les ans
dans la chapelle qui porte son nom. Il a la vertu
de guérir la dyssenterie. Lorsque dernièrement
une épidémie se déclara à Langourla, beaucoup de
gens allèrent se recommander à sa chapelle.

(_Conté en 1884 par J. M. Comault, du Gouray_).

Saint Roch, ou saint Ro', est un saint très populaire en
Haute-Bretagne; nombre de chapelles sont placées sous
son invocation; voici deux autres récits où il figure:

Un jour un pauvre voyageur, les habits en lambeaux
et couvert de poussière, s'arrêta dans le village
de la Baillerie en Chelun et demanda un verre
d'eau pour apaiser sa soif. Il n'y en avait pas une
goutte à la ferme; mais une femme s'empressa
d'en aller chercher à plusieurs kilomètres de là, à
la Fontaine d'Anjou, dans la Mayenne. Après s'être
désaltéré, le voyageur, voulant remercier la paysanne
de son acte charitable, piqua la terre de
l'extrémité de son bâton, et une source intarissable
jaillit aussitôt. Ce voyageur était saint Roch.

(P. BÉZIER, _Inventaire_, p. 130-1).

* * *

Jadis on alla chercher la statue de saint Roch
et on la plaça dans l'église du Gouray; mais peu
de temps après les prêtres et la plupart des habitants
furent atteints de dyssenterie: on comprit
que le saint voulait être dans sa chapelle; dès qu'il
y fut, la maladie cessa.

Un jour un habitant d'une paroisse voisine du
Gouray rencontra un de ses amis qui allait au
pardon de saint Roch, et il lui donna deux sous
pour les remettre comme offrande en son nom,
parce qu'il les lui avait promis étant malade. L'ami
s'amusa bien au pardon, et but un bon coup; au
moment de partir, il se ressouvint des deux sous
de son camarade, et il alla à la chapelle, où il les
jeta à saint Roch en disant: «Tiens, saint Roch,
voilà pour le derrière de X.» En s'en retournant,
il fut atteint de dyssenterie, et il ne fut guéri
qu'après être retourné faire un pèlerinage à la
chapelle du saint auquel il avait mal parlé.

(_Conté en 1892 par Ange Rault, de Saint-Glen._)

Il y a une fontaine miraculeuse auprès de la chapelle de
saint Roch; la statue de saint Fiacre est dans cette chapelle;
quand on va quêter, on demande toujours pour saint
Fiacre et pour saint Roch.

On affirme dans plusieurs pays que le choléra et les
autres épidémies de même nature ne peuvent régner dans
les paroisses qui ont une chapelle dédiée à saint Roch.
Ogée dit que vers la fin du XVIIe siècle, Dinan ayant été affligée
de la peste, le corps politique, se voua à saint Roch,
jusqu'à la Révolution, il se fit tous les ans une procession
suivie d'une messe à l'autel de ce patron en l'église
Saint-Sauveur. Dans beaucoup d'églises on voit saint Roch
en costume de pèlerin, montrant une plaie à sa jambe; à
côté de lui est son chien fidèle.



XXIII

La fontaine du pas de saint


Saint Guingalois, disent nos paysans, a passé
par Pierric, non pendant sa vie, mais après sa
mort. Son corps, renfermé dans une châsse très
lourde et portée par des hommes tout noirs, vint du
côté du soleil couchant et traversa la paroisse en
suivant à peu près une ancienne route qui côtoyait
la rive gauche de la Chère.

Ceci se passait dans la saison d'été, car les arbres
étaient entièrement feuillés et il faisait très chaud.
Le corps arriva avec de grandes fatigues pour les
porteurs à une suite de rochers élevés et de difficile
accès, situés sur le territoire de Pierric, loin de
toute habitation et de toute eau potable. Les
bons moines qui le portaient éprouvèrent un besoin
pressant de se désaltérer et ne le pouvant faire, le
religieux qui dirigeait la marche, un saint, pria
saint Guingalois d'obtenir du bon Dieu qu'il leur
procurât de l'eau, et aussitôt après, animé de la foi
la plus vive, il frappa le rocher de son pied qui,
en s'enfonçant, forma un pas profond, un creux,
d'où sortit une eau claire et fraîche qui permit aux
porteurs et à ceux qui les accompagnaient d'étancher
leur soif.

Il n'y avait alors qu'une chapelle à Pierric, dont
une grande partie du territoire était en landes et
en bois; mais plus tard, on y bâtit une église, à
laquelle on donna saint Guingâ ou Guingalois
pour patron, en mémoire du miracle qui avait eu
lieu aux rochers de Pengré, dont le creux, devenu
une petite fontaine, avait pris le nom de Fontaine
du Pas du Saint, ou plutôt de Pas de Saint, qu'il
porte encore aujourd'hui.

(Comte RÉGIS DE L'ESTOURBEILLON. _Itinéraire des moines de
Landévennec_, 1889, p. 7, d'après des notes de l'abbé Picou et
la tradition orale).

* * *

Dans un de ces rochers, ajoute l'_Itinéraire_, on trouve un
pas parfaitement moulé, de grande dimension, qui présente
toutes les parties d'un pied, dont la direction est orientée
du côté du bourg. Cette cavité, qui peut avoir de 20 à 25 centimètres
de profondeur, contient toujours de l'eau, même à
l'époque des plus grandes sécheresses.

Saint Guingalois est populaire dans les environs de Pierric,
dont il est le patron; les membres de la frairie de Nillac,
en la paroisse de Derval, limitrophe de Pierric, vont prier
au pied de la croix de saint Guingalois, située à l'un des
carrefours, et les petits pâtours de Luzanger et Derval,
chantent encore en gardant leurs bestiaux:

Saint Guingalois
Du fond des bois,
Veille sur nous
Et sur nos toits.

Saint Guingalois, en latin _Guingaloëns_ ou _Winwaloëus_, est le même
que saint Gwenole, premier abbé de Landévennec, Ve siècle (3 mars),
et il est invoqué par les femmes des marins pour les maris absents. Il
est le patron du Bourg-de-Batz, du Croisic, de Pierric, en
Haute-Bretagne; de Concarneau, de Landévennec, de l'île de Sein, de
Loeguénolé. Il a de nombreuses chapelles en pays bretonnant, où beaucoup
de fontaines portent son nom.

[Illustration]



XXIV

Saint Maudez, saint André et saint Fiacre


Quand saint Maudez, saint André et saint Fiacre eurent fini de bâtir
leur chapelle, ils résolurent de faire un grand dîner; ils envoyèrent
une femme des environs leur chercher de la viande, puis il lui dirent de
préparer le repas.

Pendant qu'il cuisait, les trois saints allèrent faire un tour de
promenade, chacun de son côté, en attendant le moment de se mettre à
table.

Les ouvriers qui venaient de finir leur ouvrage, aperçurent de beaux
plats de viande dans la maison, et, profitant de ce que la cuisinière
s'était un peu éloignée, ils convinrent entre eux de les prendre et de
les manger. Ils les dévorèrent en peu de temps.

Quand les saints revinrent de leur promenade, ils furent bien surpris de
ne rien trouver pour dîner; ils s'accusèrent les uns les autres d'avoir
mangé la viande, et il s'éleva même une dispute entre eux à ce sujet.

Saint Maudez et saint André sortirent de la chapelle pour aller se
promener encore; saint Fiacre y resta seul et s'endormit profondément
dans un coin. Les ouvriers qui revenaient pour ramasser leurs outils,
ayant aperçu le saint, qui ronflait comme un bienheureux qu'il était,
lui _embeurrèrent_ la bouche avec du jus de viande et des petits
morceaux, puis ils s'en allèrent sans faire de bruit.

Quand les deux saints furent de retour, et qu'ils virent saint Fiacre,
ils l'accusèrent de nouveau d'avoir mangé toute la viande pendant que la
cuisinière avait le dos tourné, et ils l'accablèrent de reproches.

Saint Fiacre, qui n'aimait pas le bruit, s'avoua coupable pour avoir la
paix, et les autres saints le laissèrent tranquille.

(_Conté en 1883 par François Ramel, du Gouray, âgé de 50 ans_).

* * *

Cette légende, assez irrespectueuse, a emprunté un des
traits de la fin à un épisode, très populaire en Bretagne et
ailleurs, des tours joués au loup par le renard. Celui-ci,
ayant mangé les provisions qui appartenaient à tous deux,
on convient que le coupable sera celui qui aura autour de
la bouche des traces du larcin; le loup s'endort et le renard
lui embeurre aussi la bouche pendant son sommeil.



XXV

Pourquoi on offre des clous
à saint Maudez


Quand saint Maudez voulut attacher les ardoises
sur la couverture de sa chapelle, il
n'avait pas de clous, et il se désolait, parce qu'il
ne savait comment s'en procurer.

Un homme du pays, ayant appris que le pauvre
saint Maudez n'avait pas de clous, lui en porta
tout ce qui lui en fallait. Or, cet homme avait des
_clous_ (furoncles) dans une fesse, qui le faisaient
beaucoup souffrir et l'empêchaient de travailler;
saint Maudez pour le récompenser du service qu'il
lui avait rendu, lui guérit aussitôt ses clous.

C'est depuis ce temps qu'on s'adresse à saint
Maudez quand on a des clous aux membres, et
qu'on lui offre des clous de fer en mémoire du
miracle qu'il fit en guérissant le bonhomme.

(_Conté en 1883 par François Ramet, du Gouray, âgé de
50 ans_).

Une commune de l'arrondissement de Dinan porte le
nom de saint Maudez. D'après Kerdanet, ce saint est, avec
saint Yves, celui auquel on a élevé le plus de chapelles en
Bretagne, au moins trente, dit-il; la seule de la Haute-Bretagne
qu'il cite est celle de Trébry, à laquelle précisément
se rattache la petite légende ci-dessus. C'était un
édifice du XVIe siècle, situé près d'un dolmen dit de saint
Maudez. Elle a été démolie il y a une quinzaine d'années;
mais on a mis de côté toutes les pierres qui portaient des
sculptures. Le pardon avait lieu le jour de la Trinité.
Auprès de la chapelle est une fontaine où l'on va en pèlerinage
pour les clous (furoncles); l'offrande consiste en une
poignée de clous à lattes qui ne doivent avoir été ni comptés
ni pesés. La statue de saint Maudez est maintenant dans
l'église de Trébry, ainsi que celles de saint André, et de
sainte Mamère qui se trouvaient dans l'ancienne chapelle;
cette dernière était implorée pour les maux de tête.

D'autres chapelles sont dédiées à saint Maudez, à Plérin,
à Plourhau, à la limite des deux langues, où a lieu un
pardon, et au Mottay en Evron. À la Croix-Helléan une foire
a lieu au village de Saint-Maudez. Il avait une chapelle
qui est maintenant convertie en ferme à Saint-Pôtan, près
de la Ville-Even; tout près est une fontaine, dite aussi
de saint Maudez; l'eau en est excellente, mais elle n'est
actuellement l'objet d'aucun culte. Elle doit la bonté de son
eau, non à un saint, mais à une fée qui y habite sous la
forme d'une anguille.

Je ne connais en Haute-Bretagne aucune représentation
iconographique de saint Maudez qui soit digne d'intérêt; à
Plogonnec, sa vie est représentée sur des volets sculptés.
(_Soc. arch. du Finistère_, t. XIII, p. 338).



XXVI

Pourquoi on offre du chanvre
à saint André


Lorsque saint André eut terminé sa chapelle,
il vit qu'il ne lui manquait rien, si ce n'est
une corde pour mettre à la cloche. Il en demanda
une à une bonne femme, mais celle-ci la lui refusa.

Alors il se mit à genoux et appela Dieu à son
aide. Sa prière fut exaucée, car en arrivant à la
porte de la chapelle, il y trouva assez de chanvre
pour faire une belle corde.

C'est depuis ce temps qu'on offre du chanvre à
saint André, afin que par ses prières le chanvre
devienne beau.

(_Conté en 1883 par François Ramet, du Gouray, âgé de
50 ans_).

* * *

Cette coutume subsiste encore. Saint André avait autrefois
en Trébry, canton de Moncontour, une chapelle; les cordes
des cloches étaient tressées avec le chanvre des offrandes.

(PAUL SÉBILLOT, _Coutumes_, p. 210).



XXVII

Le cochon de saint Antoine


Un jour que saint Antoine se promenait dans
le pays breton avec un autre saint, il fit rencontre
d'un cochon, en vous respectant. Comme il
n'avait point de domestique, il lui prit envie d'en
avoir un et il dit à son compagnon:

--Il faut que je transforme ce cochon en Breton;
c'est lui qui sera mon domestique.

Il prit le cochon par les jambes de devant et le
fit se planter sur ses jambes de derrière, puis il récita
une prière, et aussitôt le cochon devint semblable
aux Bretons qui viennent en pèlerinage à
Saint-Mathurin de Moncontour.

C'est depuis ce temps qu'on appelle saint Antoine
le patron des cochons, et c'est aussi depuis
cette époque qu'on dit en sobriquet en parlant des
Bas-Bretons:

Bretons
Cochons.

(_Conté en 1883, par J.-M. Comault_).

En Haute-Bretagne, saint Antoine est toujours accompagné
de son cochon; on y dit en proverbe: «Tu vas de porte
en porte comme le pourcé de saint Antoine», ce n'est
qu'une forme patoisée d'un dicton très usité au moyen-âge.

Leroux de Lincy, _Livre des Proverbes_, cite un dicton
apparenté à celui que les Gallos adressent aux Bas-Bretons:

Breton, cochon,
Français, polisson.

[Illustration]



XXVIII

Saint Jean, saint Antoine
et les cochons


Au temps jadis, les habitants de Saint-Cast
avaient coutume de vouer leurs cochons à
saint Jean, lui promettant un morceau d'échine, si
leur bête n'avait pas d'accident.

Mais il arriva qu'une année, presque tous les
cochons qui avaient été ainsi voués, furent enlevés
par une épidémie, et les Câtins se dirent:

--Saint Jean a laissé crever nos cochons; il
paraît qu'il n'a plus de pouvoir ou qu'il est tombé
en enfance, ce qui ne serait pas étonnant, car il
est bien vieux. Nous vouerons les premiers que
nous achèterons au bienheureux saint Antoine; il
ne les oubliera pas, car on dit qu'il a toujours avec
lui son petit cochon.

Qui fut dit fut fait: ils achetèrent d'autres cochons
et promirent, s'il ne leur arrivait pas d'accident,
de porter à saint Antoine un pied et une oreille. Les
cochons profitèrent cette année-la, et ils venaient
comme la pâte dans la met (huche). Aussi les Câtins
étaient joyeux, et ils portèrent des pieds et
des oreilles au bienheureux saint Antoine qui se
trouve à la chapelle de Saint-Sébastien en Pléhérel.

Cependant saint Jean était bien navré; car il
ne recevait plus un seul morceau d'échine; il se
_colèra_ bien fort, et il envoya une maladie sur les
cochons, qui les fit presque tous crever. Quand les
gens virent que le saint était fâché, il lui promirent
de nouveau des échines, et maintenant il en a plus
que saint Antoine n'a de pieds et d'oreilles.

(_Conté en 1883 par Cotti, de Saint-Jacut, boulanger_).

* * *

Ce récit constate une coutume encore en vigueur: pour
que les cochons profitent, sur le littoral entre Saint-Cast
et Erquy, on offre un morceau de lard à saint Jean (Saint-Cast),
à saint Antoine (Plurien).

En Muzillac (Morbihan), en Saint-Melaine (Ille-et-Vilaine),
ont lieu des pèlerinages et des assemblées de saint Antoine
très fréquentés.

Dans l'ancienne église de Bédée on voyait une statue de
saint Antoine entourée de fers à cheval; les gens du pays
venaient invoquer le saint quand leurs animaux étaient
malades, et lui offraient un fer à cheval, une motte de
beurre, ou de la laine, etc., suivant l'animal dont ils demandaient
la guérison.



XXIX

Saint Mathurin, saint Eutrope
et saint Amateur


Saint Mathurin, saint Eutrope et saint Amateur
étaient frères, et depuis longtemps ils voyageaient
ensemble sans avoir jamais eu envie de se
séparer. Mais ils arrivèrent à Bréhand-Moncontour
vers minuit; ils virent des _linceux_ (draps de lit)
étendus dans une prairie; saint Amateur, qui ne
savait ce que c'était, eut tellement peur qu'il
s'enfuit et alla jusqu'à Lamballe sans s'arrêter, et
sans oser regarder derrière lui. Saint Eutrope
s'évanouit, et il resta à Bréhand où il fit sa résidence,
et saint Mathurin retourna tranquillement
à Moncontour où il s'établit, et où il est toujours
resté depuis.

(_Recueilli aux environs de Moncontour_).

* * *

Ces trois saints ont en effet des chapelles ou des églises
dans ces communes. Saint Mathurin de Moncontour est l'un
des saints les plus populaires dans les deux Bretagnes; son
principal sanctuaire est à Moncontour, et sa légende est
retracée sur les belles verrières de cette église. On pourra
consulter pour les détails de son pardon la _Revue des Traditions
populaires_, t. III, p. 278, et la monographie de M. E.
Thoison. _Saint Mathurin_, étude historique et iconographique.
Paris, 1889, in-8. Cet auteur ne compte pas moins de 43 églises
ou chapelles qui sont consacrées à saint Mathurin dans
la partie française de la Bretagne. Malgré ce culte si étendu
et encore si florissant, saint Mathurin n'a point de légende,
et le court récit qui précède est le seul qui le fasse voyager
corporellement en Bretagne.

[Illustration: Saint Mathurin, image populaire
de la fabrique de Pierret à Rennes
(Collection Lucien Decombe)]

Un pèlerinage moins célèbre, mais pourtant assez fréquenté,
a lieu à la chapelle de saint Mathurin, à Maure; on
l'y invoque pour obtenir la cessation des épidémies et en
particulier du choléra. Une ancienne croyance, rapportée
par M. E. Thoison, affirme que le choléra ne peut exister
dans un pays qui possède soit une chapelle de saint Mathurin,
soit une de saint Roch. Saint Mathurin l'empêche
d'entrer ou saint Roch le renvoie (p. 156-7).

[Illustration: Plomb de saint Mathurin
Il est représenté vu de face et de dos avec le Saint-Esprit,
c'est le modèle ancien et il n'est plus en usage.]

Saint Eutrope (30 avril) a des chapelles à Saint-Brandan,
à Noyal-sur-Vilaine et à Malensac; il ne jouit pas d'une bien
grande popularité en Haute-Bretagne; cependant il guérit
de l'_enfle_ (enflure) ceux qui frottent la partie malade avec
une motte de terre prise au-dessous de sa statue à Bréhand.

Saint Amateur n'est honoré à Lamballe que depuis le
siècle dernier (1762), époque à laquelle ses reliques furent
envoyées de Rome. À la procession de saint Amateur (11
juillet), dont le culte est très populaire à Lamballe, beaucoup
de pèlerins portent des imitations de membres humains en
cire. Le membre choisi correspond naturellement à celui
dont souffre le pèlerin, ou la personne pour laquelle il est
venu en pèlerinage. On trouve à acheter ces objets chez
les ciriers de la ville; après la procession, ils sont offerts
à l'église. (_Revue des Trad. pop._, t. IV, p. 166).

Saint Amateur guérit aussi les enfants du mal Saint-Aragon.
On voit dans l'église de Bléruais (Ille-et-Vilaine) une
statue de saint Amateur, à laquelle on fait des pèlerinages
le 15 août; il guérit des rhumatismes.

[Illustration: Ancienne médaille de saint Mathurin en plomb.
(Pèlerinage de la Pentecôte à Moncontour).]



XXX

Sainte Anne et sainte Pitié


Les habitants de Merléac, canton d'Uzel,
assurent que sainte Anne est née chez eux,
au village du Vau-Gaillard. Elle avait une sœur
qui s'appelait Pitié. Toutes les deux vivaient dans
la crainte du Seigneur, et elles observaient religieusement
ses commandements. Alors il n'en était
pas de même de la plupart des habitants du voisinage,
qui avaient en particulier la mauvaise
habitude de jurer.

Sainte Anne et sa sœur essayèrent de les convertir
et de les empêcher de blasphémer; mais
voyant qu'elles ne pouvaient y parvenir, elles
résolurent d'aller vivre dans un pays où leurs
oreilles n'entendraient plus de semblables jurements.

Elles se mirent en route, et elles marchèrent
longtemps: un jour l'une d'elles épuisée de fatigue
déclara qu'elle ne pourrait aller plus loin; c'était
Pitié. Sainte Anne, se croyant plus forte que sa
sœur, continua sa route, mais elle ne tarda pas à
ralentir sa marche. Elle put faire encore une lieue,
puis elle vit qu'il lui était impossible de continuer.

Voilà pourquoi sainte Anne d'Auray et Notre-Dame
de Pitié sont dans le Morbihan; voilà pourquoi
leurs chapelles sont peu éloignées l'une de
l'autre.

(_Recueilli par M. J. Carlo, de Moncontour_)

[Illustration]



XXXI

Le départ de saint Pabu


Saint Pabu étant venu un jour visiter sa
chapelle, qui est près de Kerganton en
Saint-Guen, entendit une jeune fille qui se
disputait avec sa mère, fermière du Port-Thomas,
et elle finit par traiter sa mère de «bougresse»,
tant elle était en colère.

Saint Pabu se montra alors, et après avoir
reproché à la jeune fille les mauvaises paroles
qu'elle avait adressées à sa mère, il ajouta:

--Ta race sera maudite. Je voulais venir
habiter dans ma chapelle, mais après ce que je
viens d'entendre, je vais partir et je ne reviendrai
qu'après que Port Thomas aura brûlé trois fois,
que le _paillu_ (seuil) de la porte des femmes sera
usé, et que la dernière personne de ta race aura
disparu.

(_Recueilli à Saint-Guen par M. Émile Enaud, notaire_).

* * *

D'après cette prédiction, m'écrit M. Enaud, le bienheureux
saint Pabu ne tardera pas à revenir, car le Port-Thomas
a brûlé deux fois, le paillu de la porte réservé pour les
femmes est presque coupé en deux par l'usure, et la
dernière survivante de la fille qui appela sa mère irrévérencieusement
est très âgée et vieille fille.

Rober Oheix a, de son côté, recueilli une curieuse
variante qu'il a donnée dans son livre _Bretagne et Bretons_,
p. 26.

* * *

En Saint-Guen existe une chapelle Saint-Pabu,
qui porte aussi le nom de Saint-Tugdual; elle a
un intéressant jubé et des fragments de verrières.
Si vous demandez aux habitants de Saint-Guen
ce qu'était saint Pabu, ils vous répondront qu'il
fut ermite, compagnon de saint Elouan dont la
chapelle est voisine; qu'il est sorti de son sanctuaire
indigné de voir une fille battre sa mère dans
une maison située tout près de là, et que caché
dans un arbre des environs (un gros if) il attend
pour rentrer dans le lieu saint l'accomplissement
de quatre évènements: le complet anéantissement
de la famille, l'incendie trois fois répété de
la maison où le scandale s'est produit, l'arrivée de
la mer à Saint-Guen, et enfin l'usure complète du
seuil de sa chapelle par les pieds des pèlerins.
L'histoire ne serait pas jolie, si l'on n'ajoutait en
vous contant cela: le seuil est usé, Saint-Guen
n'est pas encore port de mer, mais la rigole alimentaire
du canal de Nantes à Brest y passe, et
c'est tout comme; la maison en question a déjà
été brûlée deux fois, la famille n'est plus représentée
que par une vieille fort âgée. Saint Pabu ne
peut donc tarder à revenir.

Saint Pabu ou Tugdual, Tudual ou Tual, évêque de Tréguier,
VIe siècle (30 novembre), invoqué pour les maladies
de poitrine, est surtout un saint populaire dans la Bretagne
bretonnante; en Haute-Bretagne, il est le patron de Saint-Tual
(Ille-et-Vilaine). Il y a à Erquy une chapelle de saint
Tudual; à Saint-Lunaire sont un village et un bois dits de
Pontual.

[Illustration]



XXXII

Saint Robert d'Arbrissel


Dans la paroisse d'Arbrissel il est un champ
qui ne porte pas de fougère, chose rare dans
le pays. Cependant, au temps du bienheureux
Robert, il y en avait en cet endroit, disent les bonnes
gens, et même beaucoup plus qu'ailleurs, si
bien que la fermière ne se gênait pas pour la couper
le dimanche.

--Eh quoi! s'écriait le saint, vous violez le jour
du Seigneur!

--Hélas, monsieur Robert, j'en ai grand regret,
mais les six jours de la semaine ne suffisent point
à détruire cette malheureuse plante.

--Voyons, si vous me promettez d'observer les
commandements, la fougère ne vous embarrassera
plus.

La paysanne jura d'être fidèle à la loi de Dieu et
depuis ce jour son champ fut délivré des mauvaises
herbes.

(Abbé F. DUYNES, _Revue des Traditions populaires_, t. IX,
p. 618).



XXXIII

La chapelle du Bois-Picard


Lorsque l'on va de Montauban à Boisgervilly,
à mi-route, on trouve une petite chapelle.
Sans aucune architecture, cette humble construction
ne ressemble point à ses voisines: aux chapelles
de Lannelou et de Saint-Maurice. Voici la
légende que me conta un jour une personne pour
qui cette histoire était une tradition de famille.

Il y avait une fois un riche fermier au Boisgervilly
qui s'appelait Giau[4]. Une après-midi, il s'en
fut comme d'habitude chercher son troupeau dans
la lande; après avoir regardé de tous côtés, il ne
trouva aucune de ses bêtes. Le lendemain il en fut
de même, celui d'après aussi. Désespéré, Giau
promit alors à saint Antoine de lui sculpter une
statue avec un vieux poirier qui se trouvait dans
son jardin. À peine avait-il fait ce vœu, qu'il lui
sembla qu'un bandeau lui tombait des yeux, et, à
son grand ébahissement, il vit son troupeau
broutant paisiblement autour de lui.

Giau se rappela sa promesse et fit faire une
statue à saint Antoine avec son poirier et la fit
placer dans l'endroit témoin de ce prodige. Un
jour cependant on voulut l'enlever pour la transporter
à l'église de Boisgervilly. Mais arrivé à
moitié route, il fut impossible d'aller plus loin: la
statue devint tout à coup tellement pesante que
sept chevaux ne purent même la remuer. À cette
vue, les habitants du Boisgervilly résolurent de
ramener la statue. Cette fois un seul cheval suffit
et saint Antoine revint dans sa lande.

Depuis on bâtit une chapelle et ce lieu devint un
pèlerinage.

(_Recueilli à Montauban-de-Bretagne, en 1890, par M. Louis
de Villers_).



XXXIV

Les croix des sept loups


Par une froide nuit en mois de décembre, un
voyageur cheminait sur la route en Médréac.
C'était un riche filassier des environs. Depuis
quelque temps déjà, il regardait avec inquiétude
autour de lui.

Soudain, il s'imagine entendre derrière lui un
léger craquement sur la neige. D'abord il croit
se tromper, mais le même bruit s'étant reproduit,
notre homme se retourne: une bande de sept
loups lui fait la conduite. Que faire? Pour toute
arme il n'a qu'un bâton. Cependant il ne perd point
courage, il s'adresse au Ciel et fait vœu d'élever
une croix de pierre en cet endroit, s'il arrive sain
et sauf à Médréac.

À peine notre filassier a-t-il fait cette promesse,
qu'un loup, plus audacieux que les autres, s'élance
vers lui. Rassemblant toute son énergie il l'abat
d'un vigoureux coup de bâton. Aussitôt les
autres loups se mettent à dévorer leur camarade.

Pendant ce moment de répit, notre voyageur
continue sa route, disant toutes les prières qu'il
savait et s'adressant à tous les saints du Paradis.
Mais les affreuses bêtes ne tardent pas à le
rejoindre. De nouveau il promet une seconde
croix et un second loup tombe par terre. Il en fut
ainsi jusqu'au près du bourg de Médréac où le
septième loup fut abattu, après la promesse de la
septième croix.

Il existe encore de nos jours quelques-unes de
ces vieilles croix en granit que le temps a malheureusement
peu respectées.

(_Recueilli à Médréac (I.-et-V.) en 1889, par M. Louis de
Villers_).



XXXV

Les chapelles de Champeaux


Lorsqu'on va de Champeaux au château de
l'Espinay, qui n'est qu'à un kilomètre du
bourg, on longe une vallée encaissée entre deux
coteaux. Sur chacun de ces deux coteaux se dressent,
en face l'une de l'autre, deux petites chapelles
dédiées l'une à saint Job et l'autre à saint Abraham.
Elles sont dans le pays l'objet de la légende
suivante:

En 1512, Guy d'Espinay, en guerre avec un
de ses voisins, fut un jour poursuivi de si près
qu'il se vit sur le point d'être prisonnier. Cerné de
tous côtés, il ne lui restait plus qu'à franchir
l'immense espace compris entre les deux collines.
Invoquant saint Abraham et saint Job, il fit vœu
de leur élever à chacun une chapelle, s'il échappait
à son ennemi. Aussitôt, éperonnant son
cheval, il le fit s'élancer du haut du rocher de
saint Job sur le coteau voisin. Les chapelles indiquent
la distance du saut accompli par le coursier
de Guy d'Espinay.

On ajoute que les deux maçons chargés de la
construction de ces petits oratoires n'avaient qu'un
marteau et qu'une truelle, qu'ils se lançaient de
l'un à l'autre quand ils en avaient besoin.

(AD. ORAIN. _Curiosités de l'Ille-et-Vilaine_, 1884, p. 9).

Il y a dans le Morbihan une paroisse de Saint Abraham.

[Illustration]



XXXVI

Les Notre-Dame de l'Épine


Une pauvre femme, pleine de piété, gardait un
jour son troupeau dans un champ de Hirel,
voisin du bourg de Ruca; tout en le surveillant,
elle adressait une fervente prière à la bonne Vierge,
lorsqu'elle aperçut devant elle une minuscule
statuette de la mère de Dieu, au milieu d'un buisson
d'épines fleuries. Elle continua sa prière avec
encore plus de dévotion, mais lorsque vint la nuit,
elle se dit à elle-même: «Vais-je laisser là cette jolie
petite Vierge? Si mal logée qu'elle soit chez moi,
elle y sera mieux pourtant qu'ici, exposée sur son
épine aux injures de l'air et de la saison.» Alors
elle s'approcha de l'aubépine, prit avec dévotion
la statuette et l'emporta dans sa chaumière.

La statue revint d'elle-même dans le buisson
d'aubépine, et l'on fut forcé de construire dans ce
lieu béni la chapelle d'Hirel.

(_Journal de Rennes_, 20 février 1802).

On a emporté plusieurs fois la statuette de Notre-Dame
de Hirel; mais elle ne se plaisait pas loin de son épine, et
toujours elle y est revenue d'elle-même.

* * *

Un jour des paysans apportèrent, au seigneur de
Laillé une statue de la Vierge qu'ils avaient trouvée
dans un buisson d'aubépine sur la Lande du
Désert.

Le seigneur de Laillé voulut qu'on la déposât
dans sa chapelle dédiée à saint Michel, et qui se
trouvait située à la porte du château.

Le lendemain, quelle ne fut pas la surprise de tous
en n'apercevant pas la statue de la Vierge dans la
chapelle de Laillé. À quelques jours de là, des pâtres
la virent de nouveau sur la lande et sous le même
buisson. Lorsque le seigneur de Laillé eut connaissance
de ce miracle, il ne douta pas que la sainte
Vierge voulût une chapelle sur la Lande du Désert,
et il fit édifier celle qu'on voit aujourd'hui et qui
occupe la place de l'aubépine abritant la statue.

(A. ORAIN. _Curiosités de l'Ille-et-Vilaine_, 1800).

* * *

Il y avait à Saint-Briac une statue de la Vierge
placée dans une épine, et qui faisait des miracles.
Le recteur la fit enlever et transporter en son
église, parce que les Briacais ne voulaient pas lui
faire bâtir une chapelle. Mais dès le lendemain la
statue se retrouva sur son épine, et les Briacais
lui élevèrent une chapelle à l'endroit où elle se
plaisait.

Un fermier du même pays, en labourant son
champ, trouva une petite bonne Vierge. Il l'emporta
à la maison et l'enferma dans son coffre. Le
lendemain, quand il l'ouvrit, il s'aperçut qu'elle
avait disparu, et pourtant la serrure n'avait pas
été ouverte, et il en avait la clé dans sa poche. Il
se mit à chercher dans les environs et finit par la
découvrir dans le haut d'une épine; il l'emporta
de nouveau et la renferma dans son coffre. Mais le
lendemain matin, on la retrouvait dans le haut de
l'épine.

(_Recueilli à Saint-Briac par M. Charles Sébillot_).

* * *

Dans les légendes populaires, ainsi qu'on l'a déjà vu, et
on en trouvera plus loin d'autres exemples, les saints ont
des endroits de prédilection dont ils n'aiment pas à être
dérangés.

Lorsque Saint-Germain-de-la-Mer cessa d'être
paroisse on chargea sur une charrette la statue du
saint pour l'emporter à Matignon; quand on arriva
au Pont-au-Prouvoire, le saint s'échappa et retourna
à travers champs jusqu'à sa chapelle; dans
ceux par où il a passé la récolte est plus belle que
dans les autres.

(PAUL SÉBILLOT, _Traditions_, t. I, p. 324).

À côté du Pont-Ruellan, en la commune de
Hénanbihen, se voit une statuette dite de saint
Mirli. Elle est en pierre et présente cette particularité
que la tête, ayant été séparée du tronc, y
était autrefois réunie par une tige. Celle-ci n'était
pas fixe, et on pouvait faire tourner la tête. Si on
peut l'embrasser un certain nombre de fois, on se
marie dans l'année. La tête de saint Mirli a été
plusieurs fois emportée, soit par des incrédules,
soit par des personnes désireuses d'avoir chez eux
ce saint: elle est toujours revenue d'elle-même à
sa place.

Dans ses _Légendes du Morbihan_, le docteur Fouquet a
raconté la découverte de la statue miraculeuse à laquelle
Notre-Dame du Roncier de Josselin doit son origine; bien
que son récit ne soit pas emprunté directement à la tradition
populaire, je le donne ici, en l'abrégeant un peu,
parce qu'il se rattache à un ordre d'idées voisin des Notre-Dame
de l'Épine.

Longtemps avant que Josselin fût une ville, des
paysans avaient remarqué, là même où dans les
XIVe et XVe siècles fut élevée son église collégiale,
une ronce que les neiges et les verglas des plus
rudes hivers ne pouvaient dépouiller de ses feuilles
toujours fraîches et toujours vertes. Surpris de ce
phénomène et guidés par un pressentiment religieux,
ils fouillèrent le sol sous cette ronce et
amenèrent au jour une statue de la Vierge qu'ils
reconnurent pour miraculeuse, car aucune tradition
du pays ne mentionnait l'existence en ce lieu d'une
ancienne statue.

À la nouvelle de cette découverte, des flots de
fidèles accoururent, les mains pleines d'offrandes,
pour obtenir les grâces et la protection de Notre-Dame
du Roncier, qui dans ce lieu d'élection, opérait
chaque jour des merveilles. Alors une sainte
chapelle fut construite pour y déposer la statue
vénérée et bientôt des maisons s'élevèrent dans ce
lieu béni.

L'ancienne édition d'Ogée reproduit des passages d'un
livre, probablement du XVIIe siècle, intitulé _Le Lis fleurissant
parmi les épines ou Notre-Dame du Roncier triomphante
dans la ville de Josselin_, par le P. I. de I. M.

Vers l'an 808, un paysan cultivant la terre, au lieu même
où l'on a bâti l'église de Notre-Dame, et coupant des ronces
avec un faucillon que l'on voit encore suspendu à la voûte
de l'autel, y déterra l'image consacrée. Le P. I. assure que
rien n'extirperait les ronces attachées à l'un des pignons
de l'église, et que le faucillon, suspendu au-dessus de
l'image miraculeuse, paraît neuf comme s'il sortait de la
main du maréchal. Il y a aussi à Rostronen une église de
Notre-Dame du Roncier.



XXXVII

Notre-Dame du Nid de Merle


La forêt de Rennes portait au XIIe siècle le
nom de forêt du Nid de Merle. Il y a bien
longtemps un jeune garçon qui gardait son troupeau
dans la forêt, aperçut une lumière dans le
feuillage d'un buisson. L'enfant s'arrête étonné; il
regarde plus attentivement et reconnaît que cette
lueur sort d'un nid construit là par un merle; il
écarte les branches, et trouve couchée sur un lit
de mousse une toute petite statue de la sainte
Vierge jetant autour d'elle une céleste clarté. Il
l'enlève doucement et va la porter chez le curé de
la paroisse, qui la place dans son église. Le lendemain,
il n'y trouve plus la statue. Le pâtre s'enfonça
dans la forêt et la retrouva dans le nid de
merle qu'elle avait choisi pour demeure. Trois fois
il rapporta au curé ce précieux trésor, trois fois la
Vierge retourna dans le petit nid. On prit alors le
parti d'y construire une chapelle qui reçut le nom
de Notre-Dame du Nid de Merle; non loin de là
s'éleva l'abbaye de Saint-Sulpice, dont les bénédictins
conservèrent avec soin la petite statue.

(GUILLOTIN DE CORSON. _Semaine religieuse_ du 31 mai 1873).

M. le chanoine Guillotin de Corson m'écrit que cette
légende lui a été racontée dans le pays; il y avait à Rennes,
dans la rue du Griffon, une statuette assez fruste qui
retraçait ce miracle.

* * *

À Sulniac, au hameau de la Vraie-Croix, où l'on parle
français, alors que dans le reste de la commune le breton
est usité, est une chapelle dont la légende raconte ainsi
l'origine:

Un croisé rapportant un fragment de la vraie
croix s'arrêta à cet endroit et y perdit sa relique;
il la rechercha vainement, et partit. Peu après, on
vit au haut d'une aubépine un nid de pie qui jetait
pendant la nuit une vive clarté. La pie avait volé
le fragment de la vraie croix. On fit construire une
chapelle pour la recevoir; mais toujours la relique
retournait au nid de pie, et l'on finit par comprendre
qu'elle voulait y rester. Alors on bâtit une
seconde chapelle, de façon à ce que le fragment de
la vraie croix fût placé à la hauteur même où
était le nid.

(CAYOT-DELANDRE, _Le Morbihan_, p. 384).

Voici encore une autre légende qui se rattache aux emplacements
préférés par les saints pour les édifices qu'on
leur élève:

Très anciennement, dit une tradition reléguée
dans la mémoire des vieillards, l'église de Vieux-Bourg
Quintin étant venue à tomber de vétusté,
les habitants résolurent de la reconstruire sur le
même emplacement. Mais, la nuit, les travaux
exécutés pendant le jour étaient renversés par
une main invisible. Ils comprirent que Dieu ne
voulait pas qu'on reconstruisit l'église dans l'endroit
où elle était primitivement; mais où la
placer? L'embarras était grand quand on vit des
pies s'abattre sur les murs, en détacher la chaux
et la porter à l'endroit où se trouve actuellement
l'église de Vieux-Bourg, c'est-à-dire à environ
quatre kilomètres de distance.

(B. JOLLIVET, _Géographie des Côtes-du-Nord_, t. I, p. 384).

[Illustration]



XXXVIII

La chapelle de Notre-Dame à Bovel


À Bovel, on raconte qu'on aperçut un jour sur
les vastes landes d'Anast une statue de la
sainte Vierge posée sur la bruyère. Quelqu'un la
plaça sur une charrette traînée par des bœufs, se
promettant de la conduire à l'église de sa paroisse.
Mais à peine l'attelage se fut-il engagé dans la
vallée marécageuse dominée par le manoir du
Bois-Denart que les bœufs s'arrêtent subitement,
et ni les menaces ni les coups ne purent les faire
avancer. On comprit que Notre-Dame voulait être
honorée en ce lieu et Dieu permit qu'une fontaine
jaillit à côté de l'endroit choisi par la sainte Vierge.
On éleva un sanctuaire en l'honneur de Marie, et
l'on y posa dévotement la statue que l'on y vénère
encore maintenant.

(GUILLOTIN DE CORSON. _Récits historiques_, p. 144).

Le jour de la Nativité, les pèlerins vont boire de l'eau à
la fontaine, jettent une pièce de monnaie dans la source,
vont prier aux pieds de la statue, puis déposent une seule
offrande dans le tronc béni.



XXXIX

Le prieuré de Notre-Dame de Montreuil


Il y avait une fois un riche seigneur qui avait
fait vœu de bâtir une chapelle dédiée à la
sainte Vierge dans un endroit appelé Montreuil,
sur la lisière de la forêt de Montauban. Bientôt
les matériaux furent à pied d'œuvre et on jeta les
fondements. Le soir de la première journée, les
ouvriers avaient choisi les plus grosses pierres
pour asseoir solidement les fondations. Quel ne
fut pas leur étonnement, le lendemain matin,
lorsqu'ils virent leur travail défait et les matériaux
transportés quelques champs plus loin.

Ils se remirent pourtant à l'ouvrage avec une
nouvelle ardeur. L'un d'eux, qui était un malin,
dit à ses compagnons:

--Il y a quelque sorcellerie là-dessous, m'attends
je; si vous voulez m'en croire, vous autres,
nous veillerons cette nuit.

Le soir venu, ils se cachèrent dans les broussailles;
vers le milieu de la nuit, ils aperçurent
deux anges resplendissants de lumière, qui enlevaient
les pierres et les transportaient dans
l'endroit où la veille les ouvriers les avaient
retrouvés.

Le seigneur comprit que c'était le lieu choisi par
la sainte Vierge, et c'est là qu'il fit construire la
chapelle. Des moines vinrent s'établir auprès et
construisirent un prieuré qui s'appela le Prieuré
de Notre-Dame de Montreuil. Il n'en existe plus
aujourd'hui que quelques vestiges.

(_Recueilli au village de Montreuil, près Montauban, en
1891, par M. Louis de Villers_).

[Illustration: Pierre sculptée sur la façade du prieuré
actuellement converti en ferme,
d'après un croquis de M. L. de Villers.]



XL

La statue qu'on ne peut emmener


Il y avait autrefois, non loin de l'antique
église de Guiguen (XIIe siècle) une chapelle
que l'on prétendait avoir été bâtie par le P. Morin,
célèbre prédicateur du XVe siècle, né à Guiguen.
Les gens du pays appelaient ce petit oratoire «la
Chapelle du bon Père Pierre Morin». Voici une
légende qu'on raconte encore aujourd'hui à son
sujet. Un jour quelques mauvais garnements du
bourg volèrent un fromage de cochon, et, le soir
venu, se rendirent sur une lande voisine du bourg
pour y faire ripaille. En passant devant la chapelle,
il vint à l'idée de l'un d'eux d'inviter Pierre
Morin. Il entra dans la chapelle et chargeant la
statue sur son épaule, il lui dit:

--Tu vas v'ni quanté nous, Pierrot, tu vas manger
du fricot.

Mais au moment où les jeunes gens allaient
entamer le plat de fromage, la statue se démena
tant et si bien, qu'ils furent obligés de la rapporter
dans la chapelle et de la remettre à la place où ils
l'avaient prise.

(L. DECOMBE, dans Bézier. _Supplément à l'Inventaire_, p. 87).



XLI

Saint Samson et la cathédrale de Dol


Un puissant seigneur ayant rencontré le
thaumaturge Samson lui dit: «Homme de
Dieu, tu vois cette grosse pierre; lance-la; autant
d'espace elle parcourra, autant de terrain je le
concéderai.»

Alors le saint, s'étant placé à l'extrémité de la
chapelle qui porte encore son nom, projeta la
pierre vers l'Occident. Elle tomba juste à l'endroit
où se termine aujourd'hui la cathédrale.

Lorsque l'emplacement fut ainsi obtenu, le
pieux évêque construisit sa basilique avec un âne
et un bœuf.

Cependant, si actif que fût le fondateur de la
cité doloise, il ne put achever la tour imposante
du Nord. Depuis, l'on a bien essayé de poursuivre
l'œuvre du saint, mais c'est inutile, car une main
mystérieuse fait tomber toutes les pierres que
l'on est tenté de placer sur la tant vieille tour.

L'église possède un souterrain merveilleux. Il
part de la tour du sud, fait trois kilomètres sous les
marais et débouche à Mont-Dol, au bas du tertre.

(Abbé F. DUYNES, _Revue des Traditions populaires_, t. VIII,
p. 36).

Deux villages voisins de Dol, (Mont-Dol et Carfantain) possèdent
chacun une fontaine à laquelle est attaché le nom de
saint Samson. Il n'existe pas d'autre _tradition orale_ sur le
célèbre thaumaturge dans le pays même qu'il a évangélisé.

Ici, comme en mainte circonstance, ajoute M. Duynes,
l'imagination populaire a poétisé les explications prosaïques
de l'histoire. Cette tour du Nord fut commencée au XVe siècle
sur les ruines d'une autre beaucoup plus ancienne. Pendant
plusieurs années les travaux s'effectuèrent vigoureusement,
mais les fonds ne tardèrent pas à manquer et l'entreprise
est demeurée dès lors dans l'abandon le plus complet. Il
ne faut voir là qu'une traduction hyperbolique de la
réalité. Jadis demi-forteresse, la vieille cathédrale de Dol
possédait nécessairement des communications dérobées
avec les fortifications et les palais de l'antique cité.

Samson, évêque de Dol, VIe siècle, (28 juillet) est le
patron de Bobital, Cadélac, Dol, Illifaut, La Fontenelle,
Kerity, Lanvellec, Lanvézéac, Saint-Samson, Saint-Ideuc,
et on lui a élevé de nombreuses chapelles.

Saint Samson était invoqué pour guérir de la folie. Encore
aujourd'hui les personnes qui redoutent cette maladie pour
leurs proches viennent implorer ce saint en sa chapelle
absidale. La raison de ces pèlerinages particuliers tient aux
détails de la vie du célèbre thaumaturge. Tous ses anciens
biographes nous le montrent ayant une puissance extraordinaire
d'exorcisme. Aussi au XIIIe siècle, dans la splendide
verrière de la cathédrale, l'artiste peignait «un prince
et une princesse couronnés, qui implorent le saint pour
une jeune fille, vêtue d'une robe jaune, dont les yeux
hagards et les mains liées indiquent assez une possédée.»



XLII

Saint Benoît de Macerac


Saint Benoît, disent les paroissiens, voulut
construire une église près de son héritage
favori, au village de Pen-Bu; mais bientôt, il ne
put donner suite à son pieux désir. À peine les
fondations commençaient-elles à sortir de terre,
que des milliers de grenouilles commencèrent à
coasser sans relâche dans les marais voisins et
troublèrent grandement les prières et les méditations
de notre saint. Néanmoins, confiant en la
bonté de Dieu, il supporta ce contre-temps avec
patience et se mit en devoir de continuer son
œuvre. Mais bientôt, les eaux étant devenues plus
grandes, les grenouilles poussèrent l'audace jusqu'à
venir établir leur demeure dans les constructions
destinées à devenir l'église, malgré saint
Benoît qui ne put les chasser et les détruire complètement.
Alors, croyant voir un avertissement
dans ce fait de la Providence, il se résigna à bâtir
plus loin son oratoire, et alla en poser les premières
pierres, non loin de sa fontaine, dans un lieu
qui, dit-on, n'était alors que forêt, et près de l'endroit
où avaient été construites tout d'abord les
cellules de ses neuf compagnons. Ainsi prirent
naissance le prieuré et le bourg de Macerac.

[Illustration: Tombeau de saint Benoît, dans la cimetière de Macerac.]

[Illustration: Cette fontaine a été reconstruite l'an dernier
par le curé de Saint-Benoît,
et la statuette haute de quarante centimètres environ
a été remplacée par une autre plus moderne.]

Dans son intéressante monographie _Saint Benoît
de Macerac_, M. de l'Estourbeillon relate encore
d'autres souvenirs: dans la paroisse de Macerac,
sur un coteau qui domine la vallée de la Vilaine,
on voit une masse de rochers, appelés dans le
pays la chaire de saint Benoît: «C'est là, disent
les paysans, que sainct Benoist preschait au paouvre
monde, et disait à nos anciens de tant si belles
chaouses sur noutre divin seigneur Dieu.» Une
procession s'y rend le 28 octobre. Les meilleurs
champs de la paroisse aux environs du bourg
s'appellent la Benoîterie. Non loin de l'ancienne
église, au nord de la paroisse et au bord du marais,
existe une ancienne fontaine, dite de Saint-Benoît;
elle est construite en gros appareil, dans le genre du
XIIIe siècle; et, est surmontée d'une croix de granit.
Au centre de son excavation existe encore une
antique statue de saint Benoît en bois peint, de
trente centimètres de hauteur environ. Elle représente
un moine imberbe, vêtu de bure, la tête
recouverte du capuce; la main droite retient,
appuyé sur la poitrine, un livre peint en rouge, la
gauche brisée au poignet, est tendue en avant, et
semble avoir tenu une crosse. On vient prier
devant cette petite statue, et plus d'un ancien,
après avoir bu de l'eau de la fontaine, embrasse
la statue avec une religieuse ferveur. Le tombeau
est dans le cimetière, il est composé d'un
seul bloc de granit posé sur un massif de maçonnerie;
le couvercle en partie brisé, porte les
empreintes d'une sorte d'étole gravée sur la
pierre, et en tête une croix de saint André très
distincte entre les deux bras de l'étole. C'est près
de ce tombeau que les habitants viennent en pèlerinage
«et l'on a jamais oueï prescheu, disent les
anciens, qu'aôcun de ceulx qui'taint venüs besouëgner
près de ly en preieres s'en fut retourné mécontent
et marri.»

Saint-Benoît de Masserac ou Macerac (23 octobre, _aliàs_
22 octobre), pénitent, XIe siècle, a son tombeau à Masserac,
dont il est le patron.



XLIII

Saint Lin


Lorsque saint Lin vint en Bretagne, il était
monté sur une charrette attelée de quatre
bœufs qui portait aussi son mobilier. Il n'avait pas
dit au conducteur où il voulait s'arrêter; mais
quand on arriva à l'endroit où est bâtie la chapelle
de saint Lin, les bœufs refusèrent d'avancer; le
conducteur eut beau les piquer et les frapper, ils
ne bougèrent pas de place, et les bœufs de limon
opposèrent une telle résistance, que maintenant
on montre encore sur le rocher l'empreinte de
leurs pieds.

(_Recueilli en 1884, aux environs de Moncontour_).

La commune de Saint-Vran, canton de Merdrignac, a une
chapelle de saint Lin, d'origine ancienne, et qui a été reconstruite
il y a quelques années. C'est à elle que se rapporte
cette légende. On voit auprès une fontaine, à laquelle on
se rend pour la guérison de la goutte et des rhumatismes.



XLIV

Notre-Dame du Pont d'Ars


De son temps le grand saint Martin était chait
en amour de sa vésine, et par un biau jou,
i fut la demander en mariage. Mais Notre-Dame du
Pont d'Ars li répondit:

--Je sai toute marrie, mon brave homme, de vous
faire offense, mais vey'ous, je tiens à demeurer
comme je sai, et à mourir vierge; recevez-en ben
mes excuses.

Et comme saint Martin insistait fort, la Vierge
du Pont d'Ars li dit:

--Je ne saurais épouser personne, mon bonhomme,
et j'vous l'dis sans feinte, car sans ça
j's'rais la vot', ben sûr:... vous m'plaisez ben, m'est
avis; aussi pour vous consoler, j'vous donne gage
de vous accorder tout c'que vous me d'manderez.

(Dr FOCQUET. _Bulletins de la Société polymathique du
Morbihan_, 1860-61, p. 127).

Cette courte légende sert à un conteur à expliquer la
dévotion particulière des gens de Saint-Martin pour Notre-Dame
du Pont d'Ars, à qui ils vont processionnellement
demander la cessation de la pluie.



XLV

La cane de sainte Brigitte


Il était une fois une princesse qui s'appelait
Brigitte, et elle avait douze enfants. Pendant
qu'elle voyageait avec eux sur mer, le navire qui
les portait fit naufrage, et la princesse, se voyant
sur le point de périr, invoqua sainte Brigitte et la
supplia de la sauver ainsi que sa famille. La sainte
exauça sa prière et ils furent changés en cane et
en canetons.

Ils gagnèrent facilement la terre ferme, et,
quand ils furent sur le rivage, sainte Brigitte leur
apparut et leur dit qu'elle ne pourrait leur rendre
leur forme première qu'au bout d'un certain
temps: jusque-là ils devaient se rendre en pèlerinage
à sa chapelle le jour de l'assemblée et le jour
des Rogations, pour demander à Dieu le pardon
de tous leurs péchés.

Lorsque leur pénitence fut terminée, sainte
Brigitte put leur faire reprendre la forme humaine,
et c'est depuis cette époque que l'on ne
voit plus venir à sa chapelle la cane et ses douze
canetons.

(_Conté en 1897, par François Marquer, de Saint-Cast_).

* * *

Il était une fois une princesse que poursuivait
un méchant capitaine qui en voulait à son honneur.
Sur le point d'être atteinte par lui, elle se jeta
à la mer, et elle allait périr, quand elle invoqua
sainte Brigitte, sa patronne. Sa prière fut exaucée,
et elle fut à l'instant changée en cane, de sorte
qu'il lui fut facile de s'éloigner en nageant.

La sainte ne borna pas là sa protection: un peu
plus loin la princesse rencontra un génie des eaux,
qui la recueillit dans son palais sous-marin; elle y
redevint femme et plus tard, il l'épousa.

En reconnaissance de cette miraculeuse intervention,
chaque année, le jour anniversaire de celui
où elle avait été sauvée, la princesse venait avec
ses enfants remercier sainte Brigitte en sa chapelle.
Mais pour éviter toute relation avec les hommes,
elle se montrait alors sous la forme de cane, que
la sainte lui avait donnée quand elle était en danger
de se noyer, et ses enfants devenaient pareillement
des canetons.

(_Recueilli par Mme Lucie de V. H._)

La légende qui suit est beaucoup plus tronquée, et les
conteurs ont oublié le commencement; mais elle explique
pourquoi les apparitions ont cessé, et relate en même temps
une vengeance de sainte Brigitte à l'égard d'une pèlerine
irrespectueuse:

Du temps des fées, on voyait tous les ans, à
l'assemblée de Sainte-Brigitte, arriver une cane
suivie de douze canetons, qui se rendait à sa
chapelle.

Elle y vint plusieurs années de suite; mais un
jour un méchant garçon tua l'un des canetons d'un
coup de pierre, et depuis ce temps, la cane ne
reparut plus. Celui qui avait commis ce meurtre
en fut puni, car à partir de ce moment lui et les
siens n'éprouvèrent que du malheur.

Il ne faisait pas bon se moquer de sainte Brigitte.
Un jour deux jeunes filles étaient venues en pèlerinage
à sa chapelle, et l'une d'elle s'écria en voyant
la statue:

--Oh! la vilaine sainte! pour tout l'argent du
monde, je ne voudrais pas l'embrasser!

À peine eut-elle achevé ces paroles, que par la
permission de la sainte sa tête fut changée de côté.

(_Conté en 1885, par J. M. Comault_).

La cane et les canetons suivaient aussi la procession des
Rogations.

D'après une autre version, le jeune homme qui
avait tué l'un des canetons fut aussitôt transformé
en épervier, et peu après il fut tué d'un coup de
fusil, au moment où il se disposait à enlever un
poulet dans la cour d'une ferme.

D'autres disent qu'il fut changé en cochon, et
qu'il se mit à suivre la procession en grognant.
Un fermier l'emmena; mais ayant essayé vainement
de l'engraisser, il lui cassa la tête d'un coup
de hache et l'enterra dans un coin de son jardin.

* * *

Sainte Brigide ou Brigitte, vierge et abbesse, VIe siècle
(8 septembre), est invoquée par les femmes en couches en
Basse-Bretagne, et en Haute-Bretagne elle donne du lait aux
nourrices. Elle est la patronne de Berhet, Kermoroch,
Loperhet, Noyalo, Perguet, Sainte-Brigitte, et elle y a de
nombreuses chapelles. En Haute-Bretagne, je ne connais
que celle qui est près de Merdrignac et celle à laquelle se
rattachent les légendes ci-dessus. Elle est située dans la
commune de Notre-Dame du Guildo; la statue de la sainte
est fort laide en effet, et l'on comprend en la voyant
l'exclamation de la pèlerine; il y a à côté une statuette de
sainte Marguerite, plus petite, et derrière la chapelle
sont deux fontaines dont l'eau est de bonne qualité et très
abondante, qui portent le nom des deux saintes.

Sainte Brigitte de Merdrignac est invoquée par les nourrices
pour avoir du lait. Près de sa chapelle est aussi une
fontaine. On raconte à Laurenan qu'un homme du village de
l'Erignac qui se rendait au marché, ayant entendu les lamentations
d'une femme qui suppliait la sainte de lui donner
du lait, entra dans la chapelle et se mit à se moquer d'elle.

Mal lui en prit, car à peine fut-il sorti qu'il lui sembla
qu'on lui tenaillait les seins, et quand il rentra chez lui
il était plus gonflé de lait que ne le fut jamais vache
laitière.

On m'a plusieurs fois raconté ces légendes, mais elles ne
sont plus connues de tout le monde dans le voisinage,
ainsi que j'ai pu m'en convaincre par l'enquête que j'ai
faite. Les deux premières versions sont assez étroitement
apparentées avec la célèbre légende de la cane de
Montfort.

Je n'ai jamais trouvé celle-ci dans la tradition orale, tout
au moins à l'état de récit en prose. M. Joüon des Longrais,
qui a réimprimé le «_Recit veritable de la venue d'une Canne
sauvage en la ville de Montfort_», composé en 1652 par le
père Barleuf, ne connaissait que des versions en vers de
cette légende[5], qu'il a étudiée dans sa curieuse introduction.
Mais il y reproduit plusieurs variantes de la chanson
populaire dont Châteaubriand cite quelques vers dans ses
_Mémoires d'outre-tombe_ et que sa mère lui chantait, il y a
plus d'un siècle; le docteur Roulin a recueilli, vers 1850, deux
versions qui sont reproduites dans les _Chansons populaires
d'Ille-et-Vilaine_ de Lucien Decombe, et j'ai moi-même rencontré
plusieurs chansons qui parlent d'une «fille du pais du
Maine», transformée en cane. Vers 1820, M. Poignand a
donné dans ses _Antiquités historiques et monumentales_, une
chanson qui, au contraire, localise l'aventure aux environs
de Montfort. C'est à ce titre que je la reproduis ci-dessous,
et aussi parce que c'est la seule chanson populaire qui, à ma
connaissance, se rattache à la légende dorée de la Haute-Bretagne.

Une fille du bourg de Saint-Gilles,
Des plus belles et des plus gentilles,
Un dimanche la matinée
Par des soldats fut enlevée.

Lui ont lié si dur les veines
Qu'elle ne peut avoir son haleine,
Et l'ont malgré tous ses efforts,
Conduite au château de Montfort.

L'officier la voyant venir
De joie ne pouvait se tenir:
«Faites-la monter dans ma chambre,
Nous dînerons tantôt ensemble.»

À chaque marche qu'elle montait,
Son pauvre cœur (il) soupirait.
«C'est donc ici la belle chambre
Où il faut que mon Dieu j'offense.»

Le capitaine assura bien
Que son Dieu n'offenserait point,
Qu'il lui donnait son cœur pour gage
Et la prendrait en mariage.

«Oh! monsieur, permettez-moi donc
Que je fasse mon oraison.»
Elle a prié Dieu, Notre-Dame
Et Saint-Nicolas d'être cane.

Quand la prière fut achevée,
En cane elle a pris sa volée,
Elle s'envola par une grille
Dans un étang plein de lentilles.

Quand le capitaine vit cela,
Tous ses soldats il appela,
Ont bien douné cinq cent coups d'armes
N'ont jamais pu toucher la cane.

Le capitaine au désespoir,
Ne veut rien entendre ni voir,
Ne veut plus être capitaine,
Dans un couvent se fera moine.

[Illustration: La cane et ses canetons, partie de la grande verrière de
l'église Saint-Nicolas de Montfort, aujourd'hui détruite, et qui avait
été donnée au XVIe siècle par Guy comte de Laval. (Réduction de la
gravure publiée par M. Joüon des Longrais.)]



XLVI

Les fées chrétiennes


Les esprits dont la croyance populaire a peuplé les lieux remarquables
par leur disposition singulière, les vieux édifices, les cavernes et
même les maisons, ne sont pas tous vus du même œil par les gens de
campagne. S'ils craignent les maléfices des démons, les espiègleries des
lutins et des animaux fantastiques, les fées leur semblent mériter des
égards particuliers. Dans les légendes, elles jouent presque toujours un
rôle bienfaisant: ce sont elles qui douent les enfants, qui protègent
contre l'ogre ou l'homme fort; le petit garçon faible, mais courageux,
qui, grâce à leur aide, finit par triompher; ce sont elles qui font aux
pauvres gens des présents bien précieux, du pain qui ne diminue pas, des
vêtements, ce qu'il faut pour les mettre à l'abri du besoin.

Les paysans leur sont reconnaissants; on les entend rarement les traiter
de sorcières, de maudites. Ils emploient au contraire des expressions
qui témoignent de la sympathie qu'ils leur gardent. Ils les nomment les
bonnes dames, nos bonnes mères les fées, et semblent regretter qu'elles
aient disparu au commencement de ce siècle. Plusieurs--en Haute-Bretagne
du moins--espèrent que leur départ n'est pas définitif et qu'on les
reverra le siècle prochain.

Une des preuves les plus convaincantes de la sympathie que leur garde le
peuple est la manière dont il envisage les fées au point de vue de la
religion. Il lui répugnerait de savoir païennes et damnées les dames
bienfaisantes des cavernes et des bois. Cependant il est dangereux pour
elles de devenir chrétiennes; car pour tuer les fées, il suffit de leur
mettre du sel dans la bouche. C'est de cette manière que, d'après les
conteurs, les fées de Plévenon ont cessé d'être immortelles[6], et,
comme le sel est un des ingrédients usités dans la cérémonie du baptême,
il est presque impossible qu'elles soient baptisées. Cependant elles
peuvent entrer dans les églises, être marraines et assister à des
mariages. Elles ne sont ni tout à fait chrétiennes ni tout à fait
païennes. Ce sont, d'après une croyance assez répandue en
Haute-Bretagne, des esprits, des espèces d'anges condamnés à une
pénitence qui doit être accomplie sur terre, et au bout de laquelle ils
reprendront leur rang dans le paradis.

Le peuple va parfois plus loin: il leur fait construire des églises, et,
ainsi qu'on le verra plus loin, ériger des croix. Par là sans doute
elles font œuvre chrétienne et leur pénitence est abrégée.

Les légendes qui suivent montrent des fées--ce sont toujours des fées
auxquelles on assigne une résidence dans le pays et non les fées
innommées des contes--qui touchent de près au christianisme; parfois
même elles font des actes chrétiens. Faut-il y voir un souvenir lointain
de l'époque où les prêtresses gauloises devinrent chrétiennes, ou ce
rôle leur est-il attribué uniquement par sympathie? C'est une question
que l'on peut poser, mais non résoudre, surtout en présence du très
petit nombre de documents qui montrent ce rôle particulier des fées.

[Illustration]



XLVII

La croix des fées


Il y a en Nazareth, près de Plancoët (Côtes-du-Nord), une croix qui, à
ce qu'on assure, a été plantée par les fées; il y a dessous trois
barriques d'argent. Si quelqu'un allait à minuit juste à cet endroit le
jour d'une grande fête, il pourrait facilement avoir cet argent; car à
minuit cette croix se lève de terre d'un côté, et est penchée tout d'un
bord, et l'on pourrait voir et prendre le trésor; mais après minuit,
elle revient à sa place.

(_Recueilli par M. Charles Sébillot._)

[Illustration]



XLVIII

Comment Notre-Dame de Lamballe fut bâtie par les fées


Le chœur de l'église Notre-Dame de Lamballe est bâti sur de belles caves
s'ouvrant au-dehors par une porte basse, située au pied du mur côté
nord. Si vous interrogiez les plus vieux des habitants de cette ville au
sujet de cette porte à l'air mystérieux et qu'ils n'ont jamais vu
s'ouvrir, ils vous répondraient invariablement, que c'est l'entrée d'un
souterrain reliant Notre-Dame au château de La Hunaudaye, avec
ramification jusqu'à la Caillibotière[7].

Ce souterrain a été construit par les fées en même temps que le chœur de
l'église: la meilleure preuve, c'est que les galeries du chœur
conduisent dans la chambre à Margot, comble du côté nord, justement
au-dessus de la porte du souterrain, et qu'on voyait encore ces
dernières années sa quenouille pétrifiée dans un coin de la chambre.
Tous les trésors de Margot sont dans le souterrain: il y a des monceaux
de pièces de six francs.

Si les prêtres parvenaient jusqu'au tas d'argent, qui est maintenant
gardé par un suppôt du diable, il leur suffirait d'y jeter quelques
gouttes d'eau bénite et le trésor appartiendrait à l'église. Ils ont
bien essayé à diverses reprises: la dernière fois, il n'y a pas plus de
cent ans; mais c'est impossible. Ils étaient entrés dans le souterrain
avec la croix, la bannière, chacun ayant un cierge béni à la main pour
éclairer la route, le recteur ayant ses étoles et un goupillon; mais,
avant d'avoir fait cent pas, ils virent une nuée de _guibettes_ (variété
de cousins) voltigeant autour de la flamme des cierges et s'y brûlant en
si grand nombre qu'elles finirent par tout éteindre. La procession eut
bien de la peine à sortir du souterrain: depuis, on a condamné la porte
et il est défendu d'y entrer.

Quant aux galeries du chœur, c'est une vraie chance qu'elles soient
finies. Si vous avez passé sur le tertre de Caliguet, un des contreforts
de la colline de Bel-Air, en Trébry, vous avez dû remarquer un grand
nombre de pierres de toutes dimensions, accumulées là comme à plaisir:
c'est la dernière _devantelée_ (charge d'un tablier) de Margot apportant
des pierres à ses sœurs, qui bâtissaient Notre-Dame et la tour de
Cesson.

Quand elle arriva, ses sœurs donnaient le dernier coup de truelle, ce
qui l'étonna, car l'église n'était commencée que depuis dix heures, et
elle n'avait apporté que trois devantelées de pierres. Voilà comment
Notre-Dame a été bâtie en deux heures, et avec les trois devantelées à
Margot.

(_Recueilli par M. Cauret, professeur au lycée de Saint-Brieuc_).

Suivant la légende, on aurait aperçu, il y a bien
longtemps, dans les rochers sur lesquels s'élève Notre-Dame,
au milieu des ronces, sous un bouquet d'aubépines
_toujours_ fleuries, une statuette de la Vierge Mère, conservée
dans cette église sous le vocable de Vierge miraculeuse.
Les habitants la portèrent inutilement dans leur église
paroissiale et dans chacune de leurs chapelles; la nuit
suivante, la statue retournait invariablement sur son
rocher; c'était dire clairement aux Lamballais qu'elle voulait
une chapelle en ce lieu.

Ils se décidèrent à construire une église, mais les travaux
étaient à peine commencés que les fées achevèrent le tout
dans une seule nuit, sans oublier la tour.

D'après un autre récit (SÉBILLOT, _Gargantua_, p. 70), c'est
après avoir laissé inachevé le portrait de saint Jacques le
Majeur en Saint-Alban, par la peur que Gargantua leur avait
faite, que les fées vinrent construire la cathédrale de
Lamballe.

[Illustration]



XLIX

Les fées et les chapelles


La chapelle de Hirel en Ruca (Côtes-du-Nord)
a été bâtie par les fées en une seule nuit.
Elles avaient l'intention de la faire plus grande et
de la joindre à l'église de Ruca. La nuit suivante,
elles allèrent au Port-à-la-Duc chercher les pierres
qu'il leur fallait pour cela. L'une d'elles revenant
avec son fardeau rencontra sur le chemin une pie
morte. Elle ne savait pas ce que c'était, et elle s'adressa
à une bonne femme qui passait sur la route.

--Qu'est-ce que cet oiseau qui ne bouge point?

--'Est eune pie morte, répondit la bonne femme.

La fée surprise demanda:

--Mais, est-ce que nous mourrons tous ainsi?

--Vère, ben sûr.

Quand la fée entendit cela, elle dénoua son
tablier et jeta sa «devantelée» de pierres, puis
elle courut bien vite dire à ses compagnes de ne
pas continuer, parce qu'elles mourraient toutes
comme la pie.

Les énormes pierres que l'on voit auprès du
moulin de Saint-Gilles, sont celles que la fée laissa
tomber de sa devantière.

(_Recueilli par M. Charles Sébillot_).

* * *

À Saint-Alban, commune assez voisine de Ruca,
se trouve une chapelle de saint Jacques le Majeur,
intéressante au point de vue architectural. Son
portail fut, dirent à Habasque vers 1835, des femmes
du voisinage, élevé par l'enchantement des
fées; mais elles ne le terminèrent point, parce
qu'elles rencontrèrent le cadavre d'une pie morte.

(_Notions historiques_, t. III, p. 70.)

Suivant une autre légende, pendant qu'elles
ramassaient des pierres pour cette chapelle, elles
virent Gargantua qui se promenait par Saint-Alban,
en le voyant si grand, elles crurent qu'il était plus
puissant qu'elles; elles prirent peur et laissèrent
leur ouvrage inachevé.

Ce sont aussi les fées qui ont construit la chapelle
de Notre-Dame-du-Haut en Trédaniel.

(PAUL SÉBILLOT, _Gargantua_, p. 70. _Revue des Trad. pop._,
t. II, p. 438.)

* * *

À Pleslin les anciens racontent que les fées
portant les pierres du Champ-des-Roches pour la
construction du grand Mont Saint-Michel, et les
trouvant trop lourdes, les déposèrent à Pleslin et
les alignèrent sur un espace de quatre à cinq cents
mètres.

(ERNOUL DE LA CHENELIÈRE, _Inventaire_, p. 10).

[Illustration]



L

Les canonisations populaires


Tous les saints dont nous avons jusqu'ici rapporté
les légendes ont été canonisés régulièrement,
ou ont une possession d'état de sainteté
qui remonte à plusieurs siècles; il en est d'autres
en Haute-Bretagne, comme ailleurs, qui ont été
béatifiés par le peuple sans l'intervention du clergé,
quelquefois malgré lui, et qui sont l'objet d'un
culte parfois clandestin. Quelques-uns ont une
sorte de légende, d'autres n'en possèdent que les
rudiments: ce sont surtout ces fragments que nous
avons réunis dans cette section.

* * *

Près d'Augan (Morbihan), un frais vallon au
milieu des landes se nomme le Vallon de saint
Couturier. Sur le sommet d'une de ses pentes est
une grotte naturelle formée d'énormes quartiers
de roches. C'est la grotte de saint Couturier. Quand
je demandai ce que c'était que saint Couturier, on
me répondit que c'était un pauvre homme qui
allait autrefois coucher toutes les nuits dans cette
grotte enveloppé de sa berne, qu'il trempait auparavant
dans l'eau du ruisseau, pour faire plus
rigoureuse pénitence. Aujourd'hui saint Couturier
a la réputation de guérir de la fièvre, et quelques
villageois pleins de foi dans sa vertu font de temps
à autre à sa grotte un dévot pèlerinage. À quelques
pas de là, on voit les débris d'une roche aux
fées, qui paraît avoir eu quinze mètres de longueur.

(CAYOT-DELANDRE, _Le Morbihan_, p. 305).

Il y a à Augan un village qui porte le nom de Saint-Couturier.

En se rendant du château du Bois-de-la-Roche
au bourg de Néant, on passe près d'une source
appelée la Fontaine de la sainte. Ce nom lui fut
donné parce qu'elle jaillit spontanément à l'endroit
où ceux qui portaient du château au bourg Mlle de
Volvire se reposèrent un instant[8]. C'est un lieu de
pèlerinage où l'on se rend de toutes les communes
voisines en grande dévotion.

(CAYOT-DELANDRE, l. c., p. 308.)

[Illustration]

À une petite distance du bourg de Péaule
(Morbihan) est une croix sur laquelle est grossièrement
gravée dans la pierre cette inscription:

    Croix de saint Carapibo
  mort le 1er novembre 1793

Elle a été élevée à l'endroit où le curé de Péaule
tomba sous les balles des bleus.

(C. D'AMEZEUIL, _Légendes bretonnes_, p. 85.)

Un peu avant de sortir de la forêt de Teillay ou
du Theil, du côté du bourg de ce nom, se trouve
la Tombe à la Fille. On raconte que cette fille
ayant vu une troupe de chouans qui se cachaient
dans la forêt, alla avertir les gardes nationaux de
Bains. Ceux-ci vinrent surprendre les royalistes et
les tuèrent tous. Elle fut surprise à son tour par
les chouans qui la fusillèrent et l'enterrèrent en
ce lieu où se voit encore sa tombe.

Les paysans des environs viennent parfois y
prier. Elle est connue sous le nom de sainte
Pataude, nom qui lui avait été donné ironiquement
par les royalistes. On sait que pendant la période
révolutionnaire les chouans désignaient les républicains
par le sobriquet de Pataud.

(GOUDÉ, _Histoires et légendes du pays de Châteaubriant_,
p. 352; P. BÉZIER, _La forêt du Theil_, p. 22).

[Illustration]

Sur l'emplacement de l'ancien cimetière d'Ercé-près-Liffré,
qui était autour de l'église, est un petit
tombeau surmonté d'une statuette de la Vierge en
faïence. C'est là que gît la sainte de Chasné, au
tombeau de laquelle on fait des neuvaines. Personne
ne sait son vrai nom. Sa réputation de sainteté
vient, m'a-t-on assuré, de ce que, en détruisant
l'ancien cimetière, on trouva un cadavre entier.
On se rappela que jadis on avait enterré en cet
endroit une femme qui avait supporté avec une
résignation exemplaire les mauvais traitements de
son mari, et l'on conclut que son corps n'ayant
pas été soumis à la pourriture, elle était sainte.

(PAUL SÉBILLOT, _Traditions et superstitions_, t. I p. 331.)

Saint Rou était un fameux chasseur. Il arriva
dans une lutte contre une troupe de sangliers que
son cheval s'emporta et vint se noyer dans la fontaine.
On y montre au fond sur une pierre énorme
l'empreinte de ses pieds, et durant les tempêtes,
on y entend des hennissements effroyables. Le
cavalier se noya aussi, et comme c'était un saint,
l'eau de la fontaine a une vertu miraculeuse.

(HENRI DE KERBEUZEC, _La Légende de saint Rou_, Rennes
1891).

Cette légende qui a été recueillie dans la forêt de Rennes,
vise un saint dont une de mes conteuses m'avait parlé
en 1880. D'après elle, la statuette du saint, en grès verni,
se voyait dans une niche près d'une fontaine, et était coiffée
d'un chapeau à trois cornes, à la mode du siècle dernier.
On s'y rend en pèlerinage pour la fièvre. Souvent les
pâtours vont chercher saint Rou pour s'amuser, et ils
oublient parfois de le rapporter dans sa niche; ils l'attachent
même quelquefois à des barrières, mais le lendemain
on le retrouve à sa place. On avait voulu le porter dans
l'église de Liffré; mais il s'y déplaisait, et il revint de lui-même
dans sa niche auprès de sa fontaine.

(PAUL SÉBILLOT, _Traditions_, t. I, p. 322).

D'après une lettre de l'auteur de la légende de saint Rou,
ce saint est en bois vermoulu, d'un travail très grossier.

* * *

Les paysans des environs de Rennes vont demander
la guérison de la fièvre sur une tombe du
cimetière de cette ville, qu'ils ont baptisée naïvement
de «tombe de la sainte aux pochons». Une
croix de bois, peinte à l'ocre, aux bras de laquelle
sont suspendus de petits sacs remplis de terre,
distingue seulement cet emplacement funéraire.
Les croyants se rendent à cette sépulture qui est,
d'après les dires, celle d'une religieuse de la famille
de Coëtlogon, dont l'existence fut toute consacrée
à la bienfaisance, emplissent de terre enlevée au
pied de la croix un petit sac qu'ils portent sur la
poitrine pendant neuf jours, et quand, à l'expiration
de ce laps de temps, ils viennent le suspendre
à la croix, le mal a dû les quitter.

La tombe de la sœur Nativité, religieuse urbaniste,
du siècle dernier, dans le cimetière de Laignelet,
reçoit des visiteurs aux mêmes fins, et est
l'objet des mêmes pratiques, ainsi que le tombeau
de M. Leroux, recteur de Boistrudan, tué dans le
cimetière de cette paroisse en 1792.

(P. BÉZIER, _La Forêt du Theil_, p. 24).

* * *

À Lamballe on porte les enfants au tombeau de
M. Lecuyer, enterré dans le cimetière; à Saint-Caradec
les mères viennent exercer leurs enfants
à marcher sur la tombe de Guillaume Coquil, recteur,
mort en odeur de sainteté en 1747.

(PAUL SÉBILLOT, _Trad. pop._, t. 1, p. 52).

[Illustration]



LI

La fosse à Gendrot


Dans la forêt du Theil, sur le bord d'un petit
ruisseau dont l'eau passe pour avoir des
vertus curatives, est un coin resserré, lieu de pèlerinage
pour les fiévreux, et qui est connu sous le
nom de la «Fosse à Gendrot».

D'après ce qu'on raconte dans les environs, Gendrot
ou Gendrin devait être un enfant du pays qui,
à l'époque de la Révolution, gagnait sa vie comme
domestique dans la Mayenne. Les évènements de
1793 le décidèrent à revenir à son village natal,
et il entreprit ce voyage en compagnie d'un ou
deux camarades. Comme ils traversaient la forêt à
la tombée de la nuit, des gardes nationaux tirèrent
sur eux, les prenant pour des espions des chouans.
Gendrot tomba mortellement blessé, tandis que
ses compagnons parvenaient à s'esquiver. Il se
traîna péniblement jusqu'au ruisseau, et le lendemain
il fut aperçu par un pâlour qui puisa de l'eau
à la source avec son sabot, et lui donna ainsi à
boire pour calmer la fièvre qui le dévorait. Il vécut
ainsi, dit-on, pendant trois jours.

La première personne qui le rencontra mort fut
une femme qui creusa légèrement le sol, au bord
du filet d'eau, et l'ensevelit en le recouvrant d'un
peu de terre et de feuilles. Le trou, creusé à la
hâte, étant trop court, le corps s'y trouva déposé
replié sur lui-même. Quelques semaines après la
femme fut atteinte de douleurs de reins qui ne la
quittèrent du reste de ses jours, et la courbèrent
comme elle avait fait du cadavre de Gendrot.

On dit que jusqu'à l'époque où l'on se décida à
l'enterrer convenablement, la tête reparaissait intacte
en dehors du trou, en manière de protestation.
Il y a une soixantaine d'années on creusa le
ruisseau, et le corps mis à découvert accidentellement
n'était pas décomposé.

Il n'était pas besoin d'autre chose pour que la
crédulité populaire inscrivît sur son martyrologue
particulier un nouveau saint qu'elle ne devait pas
tarder à invoquer pour la guérison de la fièvre,
puisque Gendrot était mort enfiévré.

Le clergé paroissial a essayé à différentes reprises,
mais vainement, d'arrêter les visites et pratiques
superstitieuses à la fosse. On dit tout bas qu'un
recteur qui avait fait enlever par sa domestique les
_ex-voto_ appendus au tombeau voisin, fut atteint de
la fièvre ainsi que sa domestique, et qu'ils ne furent
guéris qu'après avoir remis en place les pieux
objets dont ils avaient dépouillé l'arbre de la
tombe.

À ce tombeau sont fixées de nombreuses croix
de toutes dimensions, la plupart fabriquées dans
la forêt, au moyen de deux lamelles de coudrier
maintenues l'une à l'autre par une encoche, et une
ou deux petites grottes abritant une statuette de la
Vierge. Au pied d'une croix plus grande que les
autres et qui s'appuie à terre, et contre le tronc de
l'arbre, les visiteurs déposent dans un trou creusé
dans le sol des pièces de menue monnaie, que le
premier pauvre venu peut s'approprier, à charge
de réciter des prières. Dans les hameaux voisins,
on est persuadé que la fièvre ne manquerait pas
de s'attaquer à ceux qui se rendraient irrévérencieusement
à la fosse ou qui enleveraient du trou
les pièces de monnaie, sans s'acquitter de l'obligation
de la prière.

(P. BÉZIER, _La forêt du Theil_, 1888, p. 99 et suiv.)



LII

Saint Lénard


Lénard était un bandit de la pire espèce, ne
vivant que de vols, de pillages, tuant par
plaisir, et étant la terreur de la contrée. Les
rouliers n'osaient s'aventurer sur la grande lande
entre Sens et Andouillé que lorsqu'ils étaient assez
nombreux pour tenir tête au brigand, qui ne
quittait pas ces parages.

Un jour Lénard avisa un arbre et cueillit un de
ses fruits; c'était une poire sauvage appelée dans
le pays poire d'étranglard, tellement âcre que
Lénard, après l'avoir goûtée, la jeta vivement loin
de lui.

Le hasard voulut qu'elle tombât sur un petit
arbuste, où quelques mois plus tard, le voleur,
en passant par le même endroit, la retrouva; par
curiosité il la prit, et charmé de la belle couleur
qu'elle avait revêtue, la porta à ses lèvres.

La poire amère qu'il avait dédaignée était
devenue d'une saveur exquise. Frappé de ce fait,
Lénard devint pensif, il eut honte de sa conduite,
et pris d'un repentir soudain il s'écria: «Tout
s'amende ici-bas; il n'y a que moi qui suis de plus
en plus criminel. Eh bien! je changerai; et
Lénard le criminel deviendra désormais Lénard
l'honnête homme». Il en était là de ses réflexions,
lorsqu'il entendit les cris d'un roulier, essayant
de retirer son attelage d'une des nombreuses
ornières qui remplissaient le chemin.

Lénard vola au secours du charretier, qui
trompé par sa mauvaise réputation, et croyant
avoir à défendre sa vie, court sur le brigand et
l'assomme d'un coup de garrot.

Avant d'expirer Lénard fit part au roulier de
l'intention qu'il avait eue de réformer sa vie; dès
lors la pitié populaire en fit un saint.

* * *

Vers 1870, on lui a élevé le tombeau qu'on
aperçoit aujourd'hui sur la lande, témoin de ses
crimes et de sa conversion. Le curé d'Andouillé
cria au sacrilège et fit démolir le tombeau; mais il
a été réédifié par les soins des habitants qui y
voient une source de profit pour le pays. Le
vendredi saint la tombe de saint Lénard est le but
d'un pèlerinage, et on l'invoque pour la guérison
des douleurs rhumatismales.

(ORAIN, _Géographie d'Ille-et-Vilaine_, p. 465.)

J'ai donné dans mes _Contes populaires de la
Haute-Bretagne_, t. I, p. 343, une version de cette
légende recueillie à Ercé-près-Liffré; d'après elle
saint Lénard fut un méchant farceur, mais non un
brigand; il se contentait de jouer des tours aux
rouliers en creusant des ornières ou en plaçant
sur la route d'énormes pierres; il se cachait
derrière les arbres pour jouir de leur déconvenue.
L'épisode de la poire (ici c'est une pomme sauvage)
qui s'amende en vieillissant s'y retrouve aussi,
ainsi que la mort tragique de Lénard converti.
D'après ma version, le tombeau aurait été érigé par
un homme qui, passant près de là, aurait été irrévérencieux
à l'égard de saint Lénard, qui se vengea
en le rendant boiteux par des douleurs rhumatismales.
On raconte dans le pays nombre de punitions
analogues, ou de guérisons miraculeuses
obtenues par l'intercession de saint Lénard.

[Illustration]



LIII

Saint Méloir


Saint Méloir naquit dans un château de la
Cornouaille; son père était un chef qui fut
tué par un des oncles de Méloir, lequel voulut le
tuer aussi. Mais le bourreau eut pitié du jeune âge
de Méloir; il l'épargna et même sollicita sa grâce;
l'oncle, furieux, coupa le pied et la main de son
neveu. Mais Dieu guérit les blessures de Méloir et
lui mit un pied d'argent et une main d'or.

Le petit Méloir errait dans les bois, quand il
rencontra saint Corentin qui l'emmena dans son
monastère. Son oncle, ayant su où il s'était réfugié,
voulut encore le faire mourir. Corentin dit à son
disciple de s'enfuir; mais le méchant oncle atteignit
saint Méloir et le tua.

(_Recueilli aux environs de Dinan._)

* * *

Ce récit n'est qu'une sorte d'abrégé de la vie de saint
Mélar rapportée par Albert Le Grand.

Rivode, oncle de Mélar, envoya un de ses officiers avec
mission de lui apporter la tête de son neveu; il se laissa
attendrir par les prières et les présents de la mère du saint,
et se contenta de lui couper le pied gauche et la main
droite. On fit à Mélar un pied d'airain et une main d'argent
dont il se servait aussi bien que si c'eussent été ses
membres naturels, et l'un et l'autre croissaient en même
temps que les autres parties du corps. Un poète breton,
cité en note par Kerdanet, dit que la main et le pied descendirent
du ciel.

Cambry, éd. Fréminville, dit en parlant de Lanmeur que
saint Médard (lisez Mélar) eut une main coupée: Dieu la
fit repousser comme une patte d'écrevisse: pour rappeler
ce miracle, sa statue tient une main coupée, qu'elle montre
orgueilleusement aux spectateurs (p. 90).

Saint Mélar ou Méloir, prince breton et martyr, VIIe siècle
(2 octobre), est invoqué pour la bonne dentition des enfants.
Il est le patron de Fégréac, Lanmeur, Locmélar,
Meillan, Tréméloir, Saint-Méloir-des-Ondes, Saint-Méloir,
diocèse de Saint-Brieuc. Son nom vulgaire est saint M'la.
Il a de nombreuses chapelles, surtout en Basse-Bretagne.

[Illustration]



LIV

Les sept saints


Il y avait une fois une reine d'Irlande, qui,
devenue mère de sept garçons tous vivants, et
étant effrayée de leur nombre, donna l'ordre à la
femme qui l'assistait d'aller les jeter à l'eau.
Forcée d'obéir, la gardienne mit les sept enfants
dans un panier couvert et s'achemina vers la
rivière. Mais la Providence veillait sur la destinée
de ces enfants qui devaient tous un jour être des
saints, et elle fit que le roi leur père, revenant d'une
guerre lointaine, se trouva en ce moment sur le
chemin de cette femme.

Surpris d'entendre sortir du panier qu'elle cherchait
à cacher des vagissements plaintifs, il lui
demanda où elle allait et ce qu'elle portait. La
gardienne épouvantée, se précipita, les larmes
aux yeux aux genoux du roi, et lui faisant l'aveu
complet du crime dont elle était chargée, elle le
supplia de détourner d'elle sa colère, parce qu'elle
n'était que l'instrument de la reine à laquelle elle
était forcée d'obéir.

Dans le premier moment de son indignation, le
roi songea à punir de mort cette malheureuse
femme, mais touché de son repentir et de sa
douleur, il voulut bien lui pardonner, en exigeant
d'elle qu'elle laissât croire à la reine que le crime
était consommé, et qu'elle se mit en quête de sept
bonnes nourrices.

Tout fut fait comme le voulait le roi, et les sept
garçons, confiés à d'excellentes nourrices, furent
élevés dans la sagesse et grandirent en force, en
beauté et en vertus.

Quand ils furent assez grands et assez forts pour
n'avoir plus rien à craindre de la méchanceté de
leur mère, le roi voulut les reconnaître et les
élever au rang qui leur était dû. Il les fit tous
habiller de neuf et commanda de les amener au
palais. Dès qu'ils furent en sa présence, le roi
manda la reine et lui dit:

--Examinez bien ces jeunes gens, madame, et
dites-moi si vous en avez souvenir.

--Nullement, dit la reine, aucun d'eux ne m'est
connu, et pourtant, sire, leur vue me trouble.

--Ce qui vous trouble, madame, dit le roi, c'est
le remords; car ces jeunes gens sont vos enfants
et aussi les miens, enfants dont vous avez eu la
cruauté d'ordonner la mort et que moi, j'ai pu
sauver. L'heure de la justice a sonné pour vous et
vous allez mourir... Quant à vous, mes enfants,
continua le roi, non seulement je vous reconnais
et vous replace au rang qui vous appartient, mais
encore je fais le serment solennel de satisfaire au
premier vœu que vous voudrez bien exprimer.

--Soyez béni, notre père, dirent les sept jeunes
gens en se précipitant aux genoux du roi; mais ne
changez pas en un jour d'amertume ce jour de
bonheur, épargnez notre mère, et pour que notre
présence n'éveille pas en son cœur le remords éternel
d'un jour d'égarement, souffrez que nous nous
retirions du monde pour nous donner à Dieu.

Lié par son serment, le roi, qui était très bon et
très miséricordieux, voulut bien pardonner à la
reine; mais il ne pouvait se décider à se séparer de
ses fils, au moment où il venait de les rapprocher
de lui. Cependant, touché de leurs instances, il
consentit à les laisser partir, mais à la condition
qu'un d'eux au moins resterait auprès de lui.

Saint Maudé, saint Congard, saint Gravé, saint
Perreux, saint Gorgon et saint Dolay s'embarquèrent
alors pour la petite Bretagne, où les uns se firent
ermites et les autres moines, tandis que saint Jacut
restait en Irlande, à la cour de son père, qui le combla
d'honneurs, lui fit bâtir un beau palais et le
força d'épouser une jeune et belle princesse.

Mais saint Jacut, comme ses frères, était tout à
Dieu et fort peu aux choses de ce monde; aussi sa
jeune femme qu'il négligeait ne tarda pas à devenir,
par sa conduite, un sujet de scandale. Averti de
ses déportements, saint Jacut, sous prétexte de
promenade, sortit un jour avec elle, la conduisit
à la forêt voisine, et là, près d'une fontaine, il lui
dit: «On vous accuse, madame, de manquer à tous
vos devoirs; si vous êtes innocente, prouvez-le-moi
en vous trempant les mains dans cette fontaine».

La princesse, qui ne trouvait rien de grave dans
cette épreuve, plongea hardiment ses mains dans
l'eau, mais elle les retira aussitôt en jetant un cri
de douleur, car elle était cruellement brûlée. «Cette
épreuve me suffit, dit alors saint Jacut; vous êtes
coupable: ne soyez donc point surprise si je
vous fuis comme on fuit le péché mortel.» Et sur
le champ, il quitta l'Irlande et vint s'établir, comme
ses frères, dans notre Bretagne armoricaine, où il
se retira, pour vivre dans la prière, au fond d'une
immense forêt.

Mais dans cette forêt existait une retraite de
bandits qui, apprenant que le fils d'un roi s'était
établi près d'eux, imaginèrent qu'il avait avec lui
beaucoup d'or et de bijoux, et résolurent de le
dépouiller de ses richesses. Ils se présentèrent
donc à son ermitage, et le sommèrent avec brutalité
de leur livrer tout ce qu'il possédait. Saint
Jacut protesta en vain qu'il n'avait en ce monde
rien de ce qu'ils cherchaient; les bandits le fouillèrent,
ainsi que son ermitage, et furieux d'être
trompés dans leurs espérances, ils se jetèrent sur
lui et le tuèrent. Mais ils ne portèrent pas loin la
peine de leur crime, car du chemin du Paradis qui,
comme chacun sait, est semé de ronces, de pierres
et d'épines, saint Jacut fit pleuvoir sur eux les
plus gros cailloux qu'il put trouver et les écrasa
tous.

Fouquet, _Légendes du Morbihan_, p. 63-66, dit qu'il
a recueilli cette légende entre Ploermel et Josselin.
Sous le maître-autel d'une pauvre chapelle dédiée
à saint Mandé, ou la paroisse de la Croix-Helléan
existait autrefois une fontaine dans laquelle les
paysans de la contrée allaient plonger leurs
enfants nouveaux-nés en répétant sept fois ces
mots: «À la vie, à la mort!» Toutes les voix du
conseil, de la prière et du blâme ayant été impuissantes
à détruire cet usage barbare, il a fallu pour
y mettre fin, combler cette fontaine. D'après la
légende locale, cette funeste immersion avait pour
origine la légende ci-dessus, où saint Mandé et ses
six frères avaient dû, à leur naissance, être jetés à
l'eau par ordre de leur mère.

Il y a en Haute-Bretagne des chapelles dites des Sept
Saints à Ylliniac, Erquy, etc., à Morieux une fontaine porte
ce nom. Elles ne se rapportent pas aux saints indiqués
dans la légende ci-dessus; il est plus probable qu'elles se
trouvaient sur une des routes du _Tro-Breiz_ ou tour de
Bretagne, pèlerinage aux sept sanctuaires des fondateurs
des évêchés bretons: Paul, Tugdual, Brieuc, Malo, Samson,
Patern et Corentin. (Cf. _Revue archéologique du Finistère_,
t. XXIII, articles de M. le président Trévédy).

De ces sept saints les deux plus connus sont Saint Jacut,
dont nous avons rapporté une légende, p. 24, et saint
Maudez, abbé, VIe siècle (18 novembre), qui est invoqué
contre les enflures (v. p. 70 et 72).

Saint Perreux, moine, VIe siècle, est le patron de Châteaulin,
de Saint-Perreux, de Trébédan, de Trégon; saint
Gongard, saint Gravé, saint Gorgon et saint Dolay sont
moins connus. À l'exception de saint Maudé, tous ces saints
ont donné le nom à des paroisses peu éloignées les unes
des autres et qui sont vers la lisière du Morbihan et de la
Loire-Inférieure; Saint-Congard est la plus au nord; Saint-Dolay,
la dernière au sud, était la seule qui ne fit pas partie
de l'ancien évêché de Vannes. Ici la légende a procédé
comme sur le littoral de la Manche, où elle a fait des frères
de huit patrons d'églises--probablement aussi sept à
l'origine--toutes situées au bord de la mer.

* * *

JOLLIVET, _Les Côtes-du-Nord_, t. II, p. 73, parle aussi, sans
citer sa source, de trois sœurs et de sept frères qui débarquèrent
à l'embouchure de la Rance; ceux-ci se nommaient
Gabrien (Gobrien?), Helen, Petran, Germain, Veran, Abran
et Tressaint. Au pays de Dinan on trouve les paroisses de
Saint-Helen, de Saint-Germain-de-la-Mer, de Tressaint, de
Saint-Abraham au diocèse de Saint-Malo, et dans celui de
Saint-Brieuc celle de saint Vran (patron de cette paroisse
et de Trévérec) et la chapelle de saint Gobrien, au diocèse
de Vannes.

[Illustration]



LV

Saint Mauron


Saint Mauron était pâtour dans une ferme, et
il se faisait remarquer par sa piété et son
zèle à se rendre aux offices.

Un dimanche matin, il désirait assister à la première
messe; mais son maître lui commanda
d'aller mener paître les vaches et les moutons dans
une lande qui n'était pas entourée de clôture.

--J'irai bien tout de même à la messe, dit saint
Mauron.

Il se rendit au pâturage avec ses bêtes, et quand
il y fut arrivé, il demanda à Dieu qu'un talus s'élevât
partout où passerait la bêche qu'il avait apportée,
et qu'il se mit à traîner derrière lui, en suivant
le contour du champ qui appartenait à son maître.
À mesure que son outil touchait la terre, un talus
bien fait et bien garni de plantes épineuses s'élevait
derrière lui, et en peu d'instants, le champ
qui contenait douze jours de terre se trouva entouré
d'une haie. C'est le lieu qu'on appelle encore
aujourd'hui le Bras de saint Mauron, et qui est
situé dans la commune de Livré.

Saint Mauron arriva à la messe en même temps
que les gens de la maison, qui furent bien surpris
de le voir. Il leur dit que le troupeau était en
sûreté, puisque l'endroit où il pâturait était entouré
de haies, et, après la messe, son maître alla par
ses yeux s'assurer de la vérité de ce que disait
l'enfant.

Au temps de la moisson, on avait battu le grain
le samedi, et, quand vint le dimanche, on laissa à
saint Mauron le soin d'empêcher, pendant la messe
basse, les oiseaux de venir le manger. Le jeune
pâtour dit qu'il irait aussi lui à la messe, et il pria
Dieu d'empêcher les oiseaux de toucher à son grain.
À peine avait-il achevé sa prière, que tous les
oiseaux du pays se précipitèrent dans la grange
dont la porte était restée ouverte, et qu'il n'en vit
plus un seul aux environs. Il se hâta de fermer la
porte sur eux et de courir à la messe. Les gens de
la ferme étaient bien surpris de le voir; mais il
leur raconta ce qui lui était arrivé, et, quand ils
furent de retour, ils ouvrirent la grange, d'où les
oiseaux s'échappèrent en si grand nombre qu'ils
faillirent renverser ceux qui se tenaient derrière la
porte.

Saint Mauron fit encore de nombreux miracles,
et quand il mourut, il y a plusieurs centaines d'années,
on lui éleva, sur la paroisse de Livré, la
chapelle qui a depuis été convertie en grange.

Un jour que le fermier avait battu son grain, il
le mit dans l'ancienne chapelle, où se voyaient les
restes d'un autel surmonté de la statue du saint.

Comme il ne fermait pas la porte à clé, un des
batteurs lui demanda s'il n'avait pas peur que
quelque voleur vint lui dérober son grain.

--Saint Mauron le gardera, répondit-il.

La nuit venue, le batteur entra sans être vu dans
la chapelle, où il remplit de blé un sac qu'il avait
apporté. Pour le charger plus aisément sur ses
épaules, il le monta sur l'autel, mais quand il
présenta le dos au sac, il ne put ni le remuer, ni
sortir, et il resta jusqu'au matin dans cette position,
où le fermier le trouva en entrant.

--Ne t'avais-je pas bien dit que saint Mauron
garderait mon grain? dit le fermier; maintenant
je le prie de te laisser aller.

Et l'homme put sortir de la chapelle, bien penaud
de son aventure.

(PAUL SÉBILLOT, _Contes populaires de la Haute-Bretagne_,
1re série, n. LIV).

* * *

L'épisode des objets qui se collent sur le voleur se
retrouve dans la _Vie de saint Convoyon_, où un voleur ne
peut détacher de lui une ruche qu'il a dérobée aux religieux.
Le miracle des oiseaux qui se rassemblent à la
parole d'un saint, relaté dans les légendes suivantes, figure
dans la _Vie de saint Pol de Léon_; mais ils ne sont pas
enfermés dans une grange. (ALBERT LE GRAND, § 83).

Il y a en Livré un village appelé Saint-Modéran; à Chevaigné,
canton de Saint-Aubin d'Aubigné, existe une fontaine
sous l'invocation de saint Morand, les paysans prononcent
saint Marôn, dont les eaux guérissent de la fièvre ceux
qui s'y rendent à jeun et sans parler. (SÉBILLOT, _Trad._, t. I,
p. 67).

Saint Mauron est peut-être le même que saint Modéran,
évêque de Rennes, VIIIe siècle (22 octobre), patron d'un
ancien prieuré à Rennes, qui était situé contre la tour Saint-Moran,
entre les portes Mordelaises et Saint-Michel, et qui
s'appelait aussi Saint-Moran.

[Illustration]



LVI

Les saints et les corbeaux


Lorsque saint Lambert était jeune, il voulut
un jour accompagner ses parents qui allaient
aux noces. Mais ceux-ci n'y consentirent pas, et le
chargèrent de garder leur froment que les corneilles
auraient pu manger. Saint Lambert fit un
miracle, et toutes les corneilles des alentours vinrent
dans la grange, dont il ferma la porte.

Il alla aux noces sans en prévenir personne. Ses
parents l'ayant reconnu au milieu de la foule, lui
demandèrent pourquoi il n'était pas resté à garder
le froment:

--Je n'ai pas besoin de le garder, répondit-il;
toutes les corneilles sont dans la grange.

Les paysans des alentours de la chapelle Saint-Lambert,
commune de Saint-Vran, assurent que
les corneilles ne causent aucun dégât sur le territoire
de la commune.

(_Recueilli à Penguilly vers 1880_).

La chapelle de saint Lambert existe encore à Saint-Vran,
on y dit la messe une fois par an, lors de la fête du saint;
aux environs de Moncontour, ce saint est invoqué pour la
santé des cochons.

* * *

Un jour, saint Maurice étudiait en plein champ.
On était en automne et les cris des corbeaux
importunaient le jeune clerc. Il s'interrompt, leur
parle, les appelle, les réunit, leur ordonne de le
suivre et les conduit à la grange de son père. Il
ferme la grange, se remet à l'étude, et ne délivre
les corbeaux qu'après avoir fini sa tâche du jour.
Le narrateur ajoutera: c'est pour cela qu'il n'y a
plus de corbeaux autour du village de Saint-Maurice,
dans les champs que cultivaient ses parents.

(R. OHEIX, _Bretagne et Bretons_, p. 60).

Saint Maurice, abbé de Carnoët, XIIe siècle (5 octobre),
invoqué pour la guérison de la fièvre, est le deuxième patron
de Loudéac, et il a des chapelles à Clohars-Carnoët et à
Plédran.

* * *

On raconte à Pleurtuit que dans sa jeunesse
saint Guillaume allait aux champs travailler avec
son père; lorsqu'il voyait les corbeaux manger le
grain qu'on venait de semer, il priait le Seigneur
et commandait en son nom à ces bêtes rapaces de
se retirer, ce qu'elles faisaient aussitôt.

(GUILLOTIN DE CORSON, _Semaine religieuse de Rennes_, 6
mai 1871).



LVII

Pourquoi les veuves de Landebia
ne se remarient pas


Il y avait une fois à Landebia une jeune veuve
qui avait un petit garçon d'une dizaine d'années.
Elle était recherchée en mariage par un jeune
homme qui souvent venait lui faire la cour. Son
enfant lui faisait des reproches et lui disait:

--Si tu te maries à cet homme-là, jamais je ne
l'appellerai mon père et quand je serai grand, je te
quitterai.

Mais la veuve continuait à recevoir les visites de
son galant: un jour qu'elle savait qu'il devait venir,
elle envoya son enfant dans un champ qu'elle possédait
à quelques centaines de mètres de chez elle,
et elle lui dit qu'il fallait empêcher les corbeaux de
manger le blé qui s'y trouvait.

Il y avait à peu près une demi-heure que le petit
garçon y était, lorsqu'un homme se présenta tout
à coup devant lui, sans qu'il l'entendit venir, parce
qu'il était occupé à surveiller les corbeaux; aussi
eut-il bien peur en l'apercevant.

L'homme lui dit d'un air doux:

--Que fais-tu là, mon petit gars?

--Je suis à garder mon blé pour que les corbeaux
ne viennent pas le manger.

--Tu es surpris de ma présence, dit l'homme;
mais ne crains rien; je suis un saint et Dieu m'envoie
pour empêcher les corbeaux de faire aucun
dégât sur le territoire de Landebia; je vais garder
ton blé, et les corbeaux ne pourront lui nuire. Toi,
va-t'en bien vite pour préserver ta mère de celui
qui veut te l'enlever; car si elle se remariait, tu y
perdrais plus que si les corbeaux mangeaient tout
ton blé. Si tu arrives à la maison avant que le
galant de ta mère soit parti, tu peux être sûr qu'il
ne se mariera pas avec elle.

Après avoir dit cela, le saint disparut. L'enfant
courut à la maison, et y trouva sa mère en compagnie
de son bon ami. Elle n'était pas contente
de le voir rentrer, et elle lui dit:

--Tu reviens de bien bonne heure, je croyais
t'avoir envoyé garder notre blé!

--J'y suis allé aussi, répondit l'enfant; j'ai vu
dans notre champ un homme qui m'a dit être un
saint envoyé par Dieu pour empêcher les corbeaux
de ravager la récolte sur notre paroisse; il m'a
promis de veiller à notre blé, et que les corbeaux
ne lui feraient aucun mal. Il m'a dit aussi de
revenir à la maison pour te garder de celui qui
voudrait te ravir à mon affection.

À ces mots, la veuve fit la grimace, et son futur
se contenta de hausser les épaules, puis il s'en
alla en promettant de revenir le lendemain. Mais il
mourut dans la nuit; la veuve le pleura, mais elle
ne chercha pas à se remarier et elle resta avec son
enfant.

Son exemple a été suivi par les autres veuves de
cette paroisse qui, à ce qu'on assure, ne se remarient
jamais. Les corbeaux quittèrent depuis lors
Landebia, et si par hasard, il en passe quelques-uns,
on ne les voit jamais endommager la récolte;
c'est depuis ce temps qu'on dit en proverbe:

À Landebia jamais
Veuve ne s'est remariée,
Ni corbeau n'a gratté.

Ou bien:

    Jamais corbeau ne grattera,
    Ni veuve ne remariera
    Dans la commune de Landebia.

(_Recueilli en 1893_, _par M. F. Marquer_).

* * *

M. l'abbé Fouéré-Macé, recteur de Léhon, ancien vicaire à Saint-Pôtan,
paroisse voisine de Landebia, me communique la note suivante: la
tradition rapporte qu'un jour saint Guillaume, qui est devenu évêque de
Saint-Brieuc, arrivant à Landebia, rencontra dans son chemin le petit
enfant d'une veuve, qui avait les larmes aux yeux; le saint lui demanda
le sujet de son chagrin; l'enfant répondit dans son naïf langage: «Maman
veut se remarier; elle est à dire des contes à son amoureux. Pendant ce
temps, elle m'envoie garder les corneilles qui défont notre blé
nouvellement ensemencé.» Saint Guillaume lui dit: «Mon enfant, ne pleure
pas, va trouver ta mère; moi, je vais garder pour toi. Elle va
t'embrasser tendrement dès qu'elle va te voir et congédier son galant;
car jamais veuve de Landebia ne s'y remariera, mais aussi jamais dans le
champ de blé, corneille dégât ne fera.»

Cette prédiction de saint Guillaume s'est réalisée: depuis un temps
immémorial aucune veuve ne s'est remariée; les plus vieux registres, lus
attentivement pour vérifier ce fait, en font foi. On remarque aussi que
les corneilles ne ravagent jamais les blés récemment confiés à la terre.

Dans mes _Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne_,
t. II, p. 168, j'avais parlé de la croyance d'après laquelle les
corbeaux ne ravagent pas les récoltes de Landebia; suivant
le fragment de légende qui l'accompagnait, c'était à la
veuve qui voulait se remarier qu'il était arrivé malheur.



LVIII

Le fossé de saint Aaron


Une demi-enceinte, formée par un talus angulaire,
sur la lande de Bruc, est appelée fossé
de saint Aaron. Quel était ce saint, dont la légende
raconte les premières années? Petit enfant, il faisait
paître ses brebis en ce lieu, et c'était pour les
protéger contre le loup qu'il avait tracé merveilleusement
cette sorte d'enceinte au milieu des
bruyères.

Naguère on allait fréquemment en pèlerinage
aux pieds de la statue de saint Aaron placée dans
la chapelle du très vieux manoir de Noyal en Sixt.
Aujourd'hui cette chapelle tombe en ruines et l'on
n'y voit plus la statue du saint, mais sa mémoire
est toujours vénérée dans la paroisse de Bruc.

(GUILLOTIN DE CORSON, _Statistique de l'arrondissement de
Redon et récits historiques, légendes de la Haute-Bretagne_,
p. 200).

M. Guillotin de Corson ajoute: nous ne connaissons en
Bretagne qu'un saint Aaron; c'est le pieux solitaire que
saint Malo rencontra sur le bord de la mer en débarquant
dans notre pays; d'après les Bollandistes, ce saint était
armoricain; pourquoi Bruc ne serait-il pas le lieu de naissance,
inconnu des savants, de ce bienheureux?

* * *

Il y a dans les Côtes-du-Nord une commune qui s'appelle
Saint-Aaron; on y croyait autrefois que si on donnait à un
enfant le nom du patron de la paroisse, il ne vivrait pas.
Il y a des chapelles dédiées à ce saint à Pleumeur-Gautier
et à Saint-Malo.

[Illustration]



LVIX

Saint Jugon


Un enfant était né au village de Haudiard en
La Gacilly. C'était le fils d'une pauvre veuve.
Sa mère était tout pour lui après Dieu. À l'âge où
l'on envoie les enfants garder les troupeaux, le
petit Jugon cultivait déjà son jardin et son champ
avec un tel succès, qu'il en tirait un produit plus
grand que ne faisaient ses voisins d'un terrain
quatre fois plus étendu. Quand il avait labouré,
Jugon allait sur les landes de Sigré et de Mabio
garder et faire paître son pauvre troupeau, quelques
chétifs moutons et une bonne vache nourricière,
la compagne de son enfance; aussi aimait-il
sa bonne brune, et sa brune l'aimait-elle à son tour.

Cependant le petit berger se mit à penser qu'il
serait plus utile à sa mère, labourerait mieux son
jardin et deviendrait plus agréable au seigneur s'il
pouvait s'instruire. Pendant que sa vache et ses
moutons paissaient, il courait à deux lieues de là,
près du recteur de Saint-Martin. Un jour qu'il était
allé recevoir les leçons de son maître, après avoir
recommandé aux autres pâtres de veiller sur son
troupeau, le loup survint, et voyant les enfants très
occupés de leurs jeux, tua la vache du petit Jugon.
Il se préparait à la déchirer, quand sa mère survint
et jeta les hauts cris, en appelant son fils.

Celui-ci, qui étudiait dans le jardin du recteur,
lui dit tout à coup:

--On m'appelle, messire!

--Que dis-tu, Jugon! comment sais-tu cela?

--Placez votre pied sur le mien, répliqua l'enfant:
vous allez entendre comme moi.

Le recteur fit ce que désirait l'enfant, et aussitôt
il entendit une voix désolée qui appelait, et cette
voix était celle de la mère de Jugon. Alors le prêtre,
touché d'un tel prodige, serra affectueusement
l'enfant dans ses bras et lui dit:

--Va, mon ami, retrouver ta mère: tu en sais
plus que moi: tu as la grâce de Dieu.

Jugon partit à l'instant; arrivé sur la lande où
il avait laissé son troupeau, il s'approcha de sa
vache morte, traça de sa houlette blanche un cercle
à l'entour, et invoqua le Seigneur; puis il
toucha de sa baguette la vache, qui se leva soudain,
se mit à bondir joyeusement et à paître, comme si
elle n'avait jamais eu affaire au loup.

Un autre jour, au bas des champs de la Ville-Orion,
le saint enfant rencontra une troupe de
jeunes filles qui sanglotaient et jetaient des cris de
désespoir.

--Qu'avez-vous à vous affliger ainsi? demanda-t-il.

--Notre amie, la pauvre Annette se meurt,
répondirent-elles. Nous venons de faire une neuvaine
à saint Jacques pour sa guérison et la fièvre
a redoublé de violence; sa vie ne tient plus qu'à
un fil.

--Les pleurs ne remédient à rien, dit Jugon; il
faut toujours espérer en Dieu jusqu'à la fin, et ne
pas se rebuter, parce qu'on n'est pas exaucé à la
première prière. Récitons ensemble cinq fois le _Pater_
et l'_Ave_, et invoquons la patronne de la malade,
la bienheureuse sainte Anne». Les enfants s'agenouillèrent
sur le gazon au pied de la croix de
pierre du pâtis et prièrent avec ferveur. Ils se rendirent
ensuite auprès de la malade, qui après une
crise heureuse, venait de recouvrer connaissance.
Bientôt elle se rétablit tout à fait, et la renommée
du saint enfant s'accrut dans le pays.

À quelque temps de là, Jugon, à peine âgé de
seize ans, tomba malade, et voyant ses parents et
amis réunis autour de son chevet, il leur dit que
sa fin était proche; qu'il les priait de faire conduire
son corps à la sépulture par les bœufs blancs
de son oncle, et de l'enterrer là ou ils s'arrêteraient
d'eux-mêmes.

Jugon mourut bientôt, et il fut fait comme il
avait dit. Une chapelle s'éleva sur sa tombe, le
laboureur y vint prier pour ses récoltes et ses
troupeaux. On alla en procession baigner dans la
fontaine voisine le pied de la croix pour implorer
la pluie par les grandes sécheresses, et les malades
vinrent demander au nouveau saint la fin de leurs
souffrances, en passant avec foi au-dessus de la
pierre du tombeau, élevée de quelques pieds au-dessus
du sol.

[Illustration]

(E. D. V. (E. DUCREST DE VILLENEUVE), _Le château et la
commune_, p. 143).

Le récit de Ducrest de Villeneuve, publié en 1812, que
j'ai un peu abrégé parfois, n'a pas une forme populaire;
mais il est probable qu'il l'a recueilli à La Gacilly, dans la
première moitié de ce siècle. Dans ses _Légendes du Morbihan_,
p. 42-45, le Dr Fouquet a donné une autre version dont voici
l'analyse, et où se retrouvent à peu près les mêmes épisodes.

Saint Jugon était le fils d'une pauvre veuve, et
dès son enfance, il se montra très pieux. Un jour
il vit des pâtouresses qui se désolaient en pensant
qu'une de leurs compagnes allait mourir. Saint
Jugon leur dit de prier, et la jeune fille guérit.

Il cultiva son jardin, et se mit à étudier. Il allait
deux heures par jour prendre les leçons du recteur
de Saint-Martin; avant de quitter son troupeau
il traçait autour un cercle avec une branche
de houx; le troupeau n'en sortait pas et le loup ne
pouvait le franchir. Un jour il l'oublia: le loup
tua la vache, et la mère de Jugon se mit à pleurer.
Celui-ci, qui était à Saint-Martin, entendit les plaintes
de sa mère, et quand le recteur eut posé son
pied sur celui de Jugon, il les entendit à son tour.
Jugon se hâta de revenir; il toucha la vache de sa
branche de houx, et la vache ressuscita.

Peu après, il dit à son oncle:

--C'est vous qui me tuerez, et ce sont vos jeunes
bœufs qui n'ont point encore subi le joug qui
me porteront en terre, et vous désigneront le lieu
où doit reposer mon corps.

La prédiction s'accomplit: pendant que son oncle
bêchait, l'enfant s'étant approché de lui sans en
être vu, la bêche levée le frappa à la tête et il
tomba mort; on mit son corps sur une charrette
traînée par les bœufs et on le conduisit au cimetière
où il fut enterré. Le lendemain on trouva un
bras qui sortait de terre. Les bœufs furent attelés
et ils portèrent le cadavre à la lande où Jugon faisait
paître son troupeau. C'est là que fut élevée sa
chapelle.

* * *

M. Régis de l'Estourbeillon me communique une légende
qu'il a recueillie au village de Saint-Jugon de la bouche
d'un vieillard de 80 ans, Louis Bagot, qui y était né. On y
retrouve les épisodes du cercle miraculeux, de la voix entendue
au loin, de la vache ressuscitée; le narrateur ajoute
que saint Jugon mourut à l'âge de quinze ans, et que son
corps, placé sur une charrette, fut traîné par deux taurins
nés de la vache ressuscitée, et qu'il fut enterré à la place
même où ils s'arrêtèrent, et où fut depuis élevée la chapelle
de saint Jugon, jadis saint Jouhon des Boays.

La statue du saint Jugon (p. 167), a été faite par un
menuisier qui se nommait Jérôme l'Hopital, et vivait
vers 1770. Son saint Jugon, à qui il a donné le costume
traditionnel des paysans, est un gentil petit garçon que les
Carentoriens aimaient beaucoup et qu'ils revoient toujours
avec le plus grand plaisir. (ABBÉ LE CLAIRE, _L'ancienne
paroisse de Carentoir_, p. 34).

Saint Jugon, berger, dont la fête a lieu le 12 juin, est invoqué
contre la fièvre et les maux de tête, il guérit les
moutons de la clavelée. Il est patron de Carentoir; à La
Gacilly il a une chapelle qui fut réparée en 1838 par souscription
publique. Il s'y rend, le lundi de la Pentecôte, un
grand concours de pèlerins; trois fois par an on y bénit les
semences, le 1er mars, le lin et le chanvre; le blé noir, l'un
des jour des Rogations, et le seigle, la première semaine
de novembre. Les laboureurs s'y rendent avec de petits
sacs de semences qui sont bénits à l'issue de la messe. Ces
semences sont mêlées à celles qui doivent être confiées aux
sillons. (_Le château et la commune_, p. 148).

* * *

M. l'abbé Le Claire, curé de Carentoir, donne dans la
monographie de cette ancienne paroisse quelques détails
intéressants sur le culte de ce saint très populaire dans le
pays. Il avait à Carentoir, une chapellenie et une frairie.

La chapelle de saint Jugon des Bois avait été, suivant la
tradition, bâtie sur le tombeau du jeune saint, et pour en
perpétuer la mémoire; au XVIIe siècle «l'assemblée sainct
Jugon» se tenait tous les ans à la chapelle dans l'octave
du saint Sacrement et le lendemain, et le seigneur de La
Roche Gestin avait droit de coutume sur les marchands qui
y étalaient. Ce jour là les reliques étaient exposées à la
vénération des fidèles, et un prêtre, en surplis et en étole
promenait le vase qui les contenait sur les pèlerins prosternés.
Le clergé de Carentoir allait de l'église paroissiale à la
chapelle, portant en triomphe le chef du bienheureux, et
après les prières, le doyen plaçait un instant sur chacun la
tête vénérée. En 1793 cette relique fut brisée et foulée aux
pieds, et l'on ajoute que celui qui l'enleva mourut subitement
sur la chaussée de Saint-Nicolas de Redon. (ABBÉ LE
CLAIRE, l. c. p. 70).



LX

Légende de Rieux


Il existe une courte légende dont le récit a
souvent charmé mon enfance et qui a rapport
à la ville de Rieux.

Rieux, me disait ma mère, était autrefois une
cité importante quand Redon n'était qu'un village;
mais les habitants de la ville étaient durs et inhospitaliers,
tandis que ceux du petit village étaient
doux et compatissants.

Un jour saint Sauveur, sous la figure d'un enfant
demi-nu, abandonné dans une nacelle, aborda
sous les murs du château de Rieux, où plusieurs
femmes lavaient du linge. L'enfant, d'une voix pleine
de larmes, les supplia de le recueillir, ou de lui
donner du pain pour apaiser sa faim, et quelques
linges pour se couvrir.

Les laveuses, sans pitié, repoussèrent la nacelle
que la marée montante porta jusqu'au village de
Redon, où d'autres laveuses plus humaines accueillirent
le petit suppliant, qu'elles nourrirent, réchauffèrent
et vêtirent. Saint Sauveur, touché des
soins et des bontés des Redonnais, leur prédit que
chaque jour leur village s'enrichirait, tandis que
Rieux s'appauvrirait. «Vois, me disait ma mère,
combien la noble seigneurie est déchue et combien
le pauvre village a grandi et prospéré. Aussi les
habitants de Redon, reconnaissants envers saint
Sauveur, ont bâti une bien belle église, qu'ils lui
ont dédiée».

(CAYOT-DELANDRE, _Le Morbihan_, p. 276.)

Cette version, est, croyons-nous, la première en date qui
ait été écrite. Cayot-Delandre la tenait d'un de ses amis
dont il reproduit la lettre, où elle est, dit-il, rapportée avec
toute la naïve simplicité qu'on mettait à la lui raconter
dans ses premières années. Dans ce récit, qui se rattache à
fondation de Saint-Sauveur de Redon, l'enfant est un
saint, ou plutôt un des qualificatifs de Jésus-Christ, dont
on a fait une entité. Dans la légende racontée sous une
forme littéraire dans le _Conteur breton_, 2e année, p. 213,
c'est Jésus-Christ lui-même, qui après avoir prédit l'appauvrissement
de Rieux et la prospérité de Redon, disparaît.

Voici en résumé le récit de Fouquet: _Légendes du Morbihan_,
p. 19-20.

Des lavandières de Rieux, qui était alors une
grande ville, refusent tout secours à un enfant qui
était dans une barque qui venait de s'échouer; la
marée la reporte à Redon où des laveuses compatissantes
le soignent. L'enfant grandit, c'est Jésus-Christ
qui dit: «Rieux s'appauvrira tous les jours
d'un sou, et chaque jour Redon s'enrichira d'un
sou.»

D'après les _Notes sur la châtellenie de la Touche en Frégéac_,
imprimées à Cherbourg en 1861, le bateau resta suspendu
sous l'orgue de Saint Sauveur jusqu'à l'incendie de
1787.

On raconte encore une autre légende:

De Redon à son embouchure, la Vilaine se couvre
à certains moments et surtout à la suite des
tempêtes, d'un large ruban d'écume qui occupe
tout le milieu de son lit et se dirige avec le flot
vers l'amont de la rivière. Les habitants de Rieux
voient ce phénomène avec une sorte de terreur,
car ce ruban d'écume est, disent-ils, le chemin de
saint Jacques. Ce grand saint remontait la Vilaine
en marchant sur les eaux; il était fatigué et voulait
s'arrêter à Rieux qui était une grande ville;
mais cette ville était pleine de huguenots, et ces
mécréants ne permirent point à saint Jacques de
se reposer sur ce bord inhospitalier. Le saint,
irrité, s'écria d'un ton prophétique: «Ô ville de
Rieux! tu seras détruite!» et, continuant sa route,
il alla fonder la ville de Redon.

Ce fut, ajoute-t-on, pour apaiser saint Jacques
et détourner le mauvais présage qu'on lui éleva la
petite chapelle qui porte son nom.

(CAYOT-DELANDRE, l. c. p. 276).



LXI

Saint Guillaume et le Chemin-Chaussée


Guillaume Pinchon venait voir des parents
qu'il avait dans les environs du Chemin-Chaussée.
Il faisait chaud, et, se trouvant altéré, il
entra dans un cabaret pour s'y rafraîchir, après
quoi il donna sa bénédiction à l'hôte, et se disposa
à sortir. «De l'argent, lui dit cet homme intraitable;
je veux de l'argent.» Guillaume n'en ayant
pas, on saisit son bréviaire.

Le saint continua sa route et alla coucher à
l'Hôtellerie de l'Abraham, où l'on eut pour lui
toutes sortes d'égard. On les poussa au point de lui
remettre, avant son départ, le bréviaire qu'on
avait été dégager et prendre au Chemin-Chaussée.
Avant de sortir de l'Abraham, Guillaume proféra
ces paroles, dont on y garde le souvenir:

«Quiconque habitera l'Abraham y vivra à l'aise,
pourvu qu'il soit sobre et laborieux. Quant au Chemin-Chaussée,
jamais il ne prendra d'accroissement,
et a mesure qu'on y bâtira une maison, il
en tombera une autre.» Cette prédiction, disent
les habitants, s'est réalisée jusqu'à ce jour.

(HABASQUE, _Notions historiques,_ t. II, p. 91).

* * *

Cette légende qui fut racontée à Habasque par les habitants
du village, ne diffère pas beaucoup du récit d'Albert
Le Grand:

Il fut surpris de la nuict à son retour de Pleurtuis,
près d'un bourg nommé le Chemin-Chaussée,
de sorte qu'il fut contraint d'y loger. Le lendemain
il se leva de bon matin et se disposa de se remettre
en chemin, remerciant son hoste et priant Dieu
de le récompenser. Cet hoste envers qui telle
monnoie n'avoit point de cours, se mit en colère,
le chassa de sa maison avec injures et paroles outrageuses,
et pour un pauvre escot retint son bréviaire.
Le saint prelat, bien aise d'avoir receu cet
affront, mais marri que son bréviaire lui avoit esté
osté avant d'avoir dit son service, s'en alla en une
noblesse voysine, nommée l'Hostellerie Abraham,
où il fut reçu à bras ouverts par le seigneur de la
maison et sa femme, lesquels ayant entendu ce
qui estoit arrivé au Chemin-Chaussée, envoyent
dégager son bréviaire... Le saint ayant dit la
messe et disné, s'en retourna à Saint-Brieuc et
pria Dieu qu'il comblast de biens et de benedictions
ses bons hôtes et leur posterité, et l'on a remarqué
que les possesseurs de cette terre ont eu
abondance de biens... En punition de cette ingratitude
et inhospitalité, Dieu a voulu punir non
seulement cet hoste ingrat, mais encore tout le
bourg du Chemin-Chaussée, voulant que la mémoire
demeurast à la posterité, veu que depuis ce
temps-là toutes les maisons de ce bourg n'ont peu
estre conservées en leur entier et sont toujours
ruineuses: on a beau les bastir tout à neuf et les
réparer, quand on les refait d'un costé, elles tombent
de l'autre...

Saint Guillaume, évêque de Saint-Brieuc, XIIIe siècle (29 juillet),
est invoqué dans les calamités publiques. Il est le patron
du diocèse de Saint-Brieuc, de Collinée, de Langolen.

[Illustration: Effigie tumulaire de saint Guillaume Pinchon,
dans la chapelle Saint-Guillaume à Saint-Brieuc
(d'après une gravure du _Vieux Saint-Brieuc_).]



LXII

Les aboyeuses de Josselin


Un jour des lavandières étaient réunies à la
source connue aujourd'hui sous le nom de
Fontaine de la Vierge, pour y _essanger_ une lessive
et en sécher les pièces sur les buissons voisins,
près desquels leurs chiens vigilants faisaient bonne
garde, quand tout à coup une pauvre femme en
haillons, maigre et souffreteuse, s'approcha d'elles
la main tendue, sollicitant un faible secours, un
petit morceau de pain. Mais les lavandières, loin
de prendre en pitié sa misère, la traitèrent de voleuse,
et poussèrent la brutalité jusqu'à lancer
leurs chiens après elle. Alors, au lieu et place de
la mendiante, se dresse, pleine d'une majesté céleste,
la sainte Vierge, qui dit à ces méchantes
femmes:

--Je vous ai suppliées et vous m'avez outragée;
je vous ai tendu la main et vous avez excité vos
chiens après moi; eh bien, soyez maudites, et que
votre châtiment serve d'exemple et de leçon à tous
les cœurs peureux qui méprisent et insultent les
pauvres! toutes les fois que vous et ceux qui descendront
de vous, seront sur mes terres, au jour
qui m'est spécialement consacré, vous aboierez
comme des chiens, et vous vous tordrez dans des
convulsions!

À ces mots la Vierge disparut, et, depuis lors,
quand les descendants de ces lavandières, ignorants
de leur origine, viennent assister le lundi de
la Pentecôte aux offices et à la procession de Notre-Dame
du Roncier, ils sont, aux abords de l'église,
saisis d'affreuses convulsions, jettent des
cris inarticulés et des aboiements qui ne cessent
que lorsque, portés de force au tronc de Notre-Dame,
ils ont touché de leurs lèvres écumantes les
saintes reliques exposées à la vénération des
fidèles.

(FOUQUET, _Légendes du Morbihan_, p. 58).

C. Jeannel a publié à Rennes, en 1855, un petit livre sur
les _Aboyeuses de Josselin_, où il dit avoir vu lui-même des
aboyeuses amenées de force à l'autel, et il décrit les scènes
qui s'ensuivent. Il déclare croire à la bonne foi des malades.



LXIII

Les petites vengeances
de monsieur saint Yves


En la paroisse de Guémené-Penfaö, sur le bord
de l'ancien grand chemin, qui conduit de ce
bourg à Masserac, existe encore une vieille chapelle
dédiée au bienheureux saint Yves, en grande
vénération dans le pays. Saint Yves est un puissant
protecteur et, se souvenant sans doute de
son ancien métier d'avocat, il plaide volontiers en
Paradis la cause de tous ceux qui l'invoquent avec
piété et confiance; mais, aussi digne que compatissant,
il tient par contre à ce qu'on ne lui manque
pas de respect. Telle est du moins l'opinion
qu'ont de lui les habitants de Guémené-Penfaö,
qui racontent à ce propos plusieurs légendes.

* * *

Il ne fait pas bon se moquer des saints. Il y a jà
nombre d'années, un homme du village de Pussac,
situé, comme chacun sait, tout proche de la chapelle
Saint-Yves, et que ses nombreux tours
avaient fait surnommer _le grand farçou_ (le grand
farceur) déblatérait sans cesse contre le saint patron
de la frairie, au grand scandale de ses voisins,
et ne manquait pas de dire souvent entre
autres _museries_ (plaisanteries) aux gens dévotieux
que, si saint Yves avait besoin qu'on veille si souvent
à sa chapelle pour l'amuser, il trouverait bien
lui, quelque jour, un bon moyen de le distraire.
Mais notre homme était un fanfaron et son essai
ne lui réussit guère. À quelque temps de là, en
effet, ayant pris un jeune geai en revenant un soir
de la foire de Fougeray, il n'eut rien de plus pressé,
passant devant la chapelle, que d'y jeter, malgré
ses cris, le malheureux oiseau en criant bien fort:
«Tiens, saint Yves, toi qui n'as rien à faire, amuse
_te_ (toi) donc _o_ (avec) cela!» Mais à peine le _grand
farçou_ avait-il prononcé son blasphème, que ses
jambes refusèrent de le mener plus loin et que,
saisi d'une fièvre ardente, il dut se faire porter
chez lui par ses compagnons de route. Il ne fut
guéri qu'en promettant réparation à saint Yves, et
lorsqu'il lui porta en pèlerinage un oiseau de cire,
qu'on vit encore longtemps depuis dans sa chapelle.

* * *

Au village de la Landezais, tout proche la chapelle
de monsieur saint Yves, était une jeune _chambrière_
(servante), la plus _accorte_ (dégourdie) de
tous les environs. Raffolant de la toilette et ne
songeant qu'à paraître la plus belle aux assemblées
d'alentour, sa maîtresse lui avait souvent
dit qu'elle vendrait son âme pour un bout de ruban.
À coup sûr, elle ne pensait point dire si vrai,
car cela arriva comme elle l'avait prédit. Un soir
de _filerie_ (assemblée des gens d'un village réunis
pour filer le lin à la veillée d'hiver), un de ses
prétendus lui ayant demandé si elle était peureuse,
elle ne craignit pas de dire qu'assurément
elle n'avait peur de rien et que si on voulait lui
donner une _davantière_ (un tablier) de soie pour la
prochaine assemblée, elle promettait d'aller dès le
soir, au coup de minuit, chercher toute seule, la
statue de saint Yves dans sa chapelle, distante
d'un kilomètre environ, pour la rapporter au village
de la Landezais. Plusieurs jeunes gens tinrent
la gageure et lui promirent la davantière demandée,
si elle voulait exécuter sa promesse.
Hélas! mal en prit à notre chambrière; elle partit
au coup de minuit, comme elle s'y était engagée,
mais elle ne revint pas; le diable l'avait emportée
et son _bourgeois_ (son maître), la cherchant le lendemain,
ne trouva dans le chemin de la chapelle
que sa chevelure pendue à un arbre et la statue
du saint qu'elle avait volée, entre ses deux sabots.

(Comte RÉGIS DE L'ESTOURBEILLON, _Revue des Traditions
populaires_, t. IV, p. 340).



LXIV

Pourquoi les couturiers
sont généralement boiteux


Un jour que monsieur saint Yves revenait de
Paris en Basse-Bretagne, il se perdit sur le
_tard_ (le soir) dans les grandes landes de Montnoël
entre Guémené et Masserac. Le saint était fort
ennuyé, car les chemins étaient mauvais et sa
monture avait perdu un fer. Mais ayant entendu
chanter, il reprit bon espoir et aperçut bientôt un
tailleur de la Cavelais qui revenait de sa journée.
Notre saint l'aborda aussitôt et le pria de le remettre
dans son chemin en lui indiquant le bourg
le plus voisin, pour qu'il puisse faire referrer sa
bête. Mais au lieu d'obliger saint Yves, notre tailleur
qui n'avait guère de religion, se mit à le
railler et lui dit que «puisque les moines allaient
_deschaux_, sa bête pouvait bien faire de même, car
il était juste que le valet manquât de souliers du
moment que le maître n'en portait point.» Mais
saint Yves trouva la plaisanterie mauvaise, et voulant
punir aussitôt ce gouailleur, il lui déclara qu'à
l'avenir, lui et tous ses confrères qui n'auraient
pas plus de religion que lui, auraient comme son
cheval une jambe défectueuse. Et voilà pourquoi
la plupart des tailleurs sont boiteux aujourd'hui.

(Comte RÉGIS DE L'ESTOURBEILLON, _Revue des Traditions
populaires_, t. IV, p. 350).

[Illustration: Saint-Yves
Réduction d'une image populaire, gravée par PIXANET, de Rennes,
(Collection Paul Sébillot)]

Saint Yves, prêtre official de Tréguier, XIIe siècle, fêté
le 19 mai, est le patron des gens de justice, de la ville et
du diocèse de Tréguier, du Huelgoat, de la Motte, de la
Poterie, de Louannec, du Minihy-Tréguier, de Plougonver,
de Ploumiliau, de Plouray, de la Roche-Maurice, de Trédrez,
etc. Il a de nombreuses chapelles, surtout en pays bretonnant;
dans le pays gallo, il en a à Quintin, à Caro, à Saint-Helen,
etc. et il y est l'objet d'un culte assez répandu,
surtout dans la partie centrale des Côtes-du-Nord.

[Illustration]



LXV

Pourquoi les gars de Saint-Servant
n'ont plus de fesses


C'est à une punition céleste que les gars de
Saint-Servant dans le canton de Josselin,
doivent d'être privés de leurs _sietons_, racontent
ceux de Campénéac et des paroisses voisines.
Quand saint Gobrien, qui a sa chapelle dans la
paroisse de Saint-Servant, quitta Vannes pour venir
évangéliser le pays, les gens de Saint-Servant
le virent arriver d'un mauvais œil, comme cela a
lieu souvent pour tout _hors venu_ qui se mêle de déranger
les vieilles habitudes de chacun. Mais ce
fut le comble, lorsque le saint manifesta son intention
de bâtir une chapelle (qui lui fut consacrée depuis),
dans l'un des plus frais vallons de la paroisse.
Aussitôt, chacun de crier et répéter partout qu'en
construisant un nouvel édifice, le pieux évêque
voulait _réduire à rien_ leur ancien bourg, dont les
habitants, ne voyant plus venir la même quantité
de monde à l'office de leur église, seraient bientôt
réduits à la mendicité. Ils résolurent donc de s'en
venger, et un jour que le saint évêque était occupé
à charroyer de la pierre pour la construction de sa
chapelle, ils profitèrent de ce que, accablé par la
chaleur du jour, il avait mis quelques instants ses
bœufs à se reposer à l'ombre et s'était endormi à
côté d'eux, pour lui jouer un mauvais
tour. S'approchant en sourdine
des pauvres animaux, avec leurs
faulx à la main, ils tranchèrent
d'un seul coup les fesses des bœufs
de saint Gobrien. Mais le saint fut
réveillé aussitôt par les mugissements
de son attelage, et, indigné
de la méchanceté d'un peuple auquel
il ne voulait que du bien, il
montra aux coupables l'iniquité de
leur action et leur prédit que la Providence
à sa prière priverait à l'avenir
tous les descendants des paroissiens
de Saint-Servant de la
partie du corps qu'ils avaient voulu
retrancher à ses bœufs. Saint Gobrien remit alors
en place _le fessier_ à ses animaux, mais depuis ce
temps, tous les Servantais durent se passer du
leur.

[Illustration: Statue de saint
Gobrien à l'intérieur
de la chapelle
à Saint-Servan:
elle forme le
couronnement
d'un contrefort.]

(_Raconté en février 1894 par un paysan de Campénéac, et
recueilli par le marquis Régis de l'Estourbeillon_, «_Revue des
Traditions populaires_», t. IX, p, 401).

FOUQUET, _Légendes du Morbihan_, p. 67-68, raconte que
saint Gobrien, chassé de Vannes, alla dans un pays écarté,
mais que personne ne voulut l'aider à construire son ermitage;
il fabriqua une charrue, à laquelle il attela un
bœuf; mais un jour que le saint était en prière, les paysans
enlevèrent un morceau de chair à la cuisse du bœuf. Le
saint demanda vengeance, et les habitants de ce lieu, eurent,
comme le bœuf, une plaie au même endroit et, si
l'on en croit la légende, leurs descendants ont un côté
moins formé que l'autre.

Cayot-Delandre dit que dans une petite chapelle, au village
de Saint-Gobrien se trouve le tombeau du saint; une ancienne
fresque peinte sur le mur et maladroitement retouchée
et rajeunie représente un chariot rempli de malades
auxquels le saint donne sa bénédiction. Ces malades seraient
les Vannetais qui, après avoir chassé leur pasteur, furent
accablés de maux et vinrent lui demander pardon et guérison.

Saint Gobrien, évêque de Vannes, VIIe siècle, que le calendrier
breton place le 3, 11 ou 16 novembre est le patron
de Morieux et de Rohan; il a des chapelles à Camors, Mordelles,
Saint-Servant, etc.

[Illustration]



LXVI

La malédiction de saint Guyomard


Lorsque les gens de Sérent voulurent choisir
saint Guyomard pour leur patron, il n'obtint
pas, tant s'en faut, l'unanimité des suffrages, et
les habitants du village de Botqueret entre autres
s'opposèrent énergiquement au choix qu'on en
voulait faire et dirent de lui pis que pendre. Aussi,
après son élection, le saint se vengea en lançant
sur eux cette malédiction:

Tant que Botqueret sera
Borgne ou boiteux y aura.

(FOUQUET, _Légendes du Morbihan_, p. 50.)

Saint-Guyomard est le nom d'une paroisse du Morbihan,
formée d'une trêve de Sérent.



LXVII

Saint Quay et les femmes curieuses


Saint Quai avait été faire son tour du monde
du côté de Jérusalem, si bien qu'en passant,
au retour, du côté de Lanvollon, il avait des ampoules
tout plein ses pauvres pieds; le temps était
chaud en diable, et quand le voyageur, qui était né
natif de Plouba, arriva en vue de la mer, il avait
une soif, une soif à vider un puits, s'il y en avait
eu un par là.

Un peu plus loin, sur la côte, saint Quay aperçut
un village et mit le cap dessus. Il y avait là sur
le placis, huit ou dix femmes en train de baliverner,
et le bonhomme leur demanda à boire. Faut
vous dire que le vieux pèlerin avait une barbe
rousse de trois pieds de long, et une figure jaune
et maigre à faire peur; pas bonne mine du tout.
En sus, vu le jeûne et les ampoules, il donnait de
la bande comme un particulier qu'aurait pris plus
d'un quart de vin à la cambuse.

--Et que tu vas filer, vieux gabelou! lui dit une
commère qui tenait un balai vert à la main.

--Oh! que j'ai soif! dit saint Quay.

--Tiens, voilà la mer, dit une autre, tu peux
aller boire à ton aise....

Alors le bonhomme se mit à genoux; il enfonça
son petit doigt, comme un _fiferlin_, dans le milieu
d'une roche; et aussitôt voilà qu'une belle source
se mit à couler, et saint Quay de boire, de boire à
sa soif, et puis les femmes de regarder la chose
avec un tremblement de stupéfaction, que cela
leur parut louche en diable, si bien se qu'elles mirent
à crier toutes à la fois:

--C'est un sorcier, c'est un sorcier! à l'eau, le
renégat!

--Oui, à l'eau, le Bédouin! mais faut le fouetter
avant, et de la bonne façon.

Là-dessus, elles jetèrent le grappin sur le pauvre
bonhomme échoué sur le sable comme un cancre,
et, ma foi, elles le mirent sans dessus dessous et te
lui flanquèrent une ration de filin, ou plutôt de genêt
vert, que cela devait lui cuire après, naturellement
parlant...

Quand les commères furent lassées de jouer du
balai et de rire, voyant que le pauvre fatigué pouvait
à peine virer sur sa quille, deux ou trois effrontées
s'en allèrent prendre une vieille maie à pâte,
on y plaça le bonhomme, et toutes les femmes se
mirent à la manœuvre pour lancer à la mer ce
navire d'un genre nouveau.

La falaise était très haute à cet endroit; n'importe,
la maie et son matelot tombèrent d'aplomb
sur la mer.

--Que le diable te conduise! dit une méchante
harpie, en se penchant sur la falaise, pour voir si
l'embarcation n'allait pas sombrer, et toutes les
autres, tendant aussi le cou à gauche, se mirent à
regarder.

Mais le petit canot filait tranquillement, avec
bonne brise, et vent arrière, tandis que les commères
regardaient toujours, le cou tendu comme
une chaîne de cabestan.

À la fin pourtant, deux ou trois se retournèrent,
éclatèrent de rire en considérant les autres.

--Voyez donc, voyez donc, mes amies, comme
leur cou est devenu long!

--Oh! voyez donc, voyez donc, ripostaient celles-ci,
en riant à se tordre, comme leur tête est de
travers: elles ont attrapé le torticolis, pour sûr.

Naturellement tout ce branle-bas de combat
avait attiré toutes les commères du pays. Les
curieuses tendaient un cou demesuré pour voir,
et aussitôt tous les cous des bonnes femmes s'allongeaient,
s'allongeaient et restaient virés à
gauche...

Depuis cette fameuse aventure les femmes du
pays ont conservé le cou long et de travers. Si
vous ne voulez pas le croire, allez-y voir. Et l'on
dit en outre, que le genêt ne pousse plus dans la
contrée, sans doute parce qu'il fut employé, contre
le pauvre saint Quay, au mauvais usage que vous
savez.

(DU LAURENS DE LA BARRE, _Nouveaux Fantômes bretons_,
p. 37-46).

À partir de cet endroit, un conte de bord se greffe sur la
légende: une chaloupe noire accoste le petit canot où est
saint Quay, et un grand matelot, qui n'était autre que le
diable, le prend avec une fourche et le hisse à bord; il lui
propose un pacte, saint Quay refuse de le signer, se met en
oraison et la pluie tombe; saint Quay la recueille dans son
chapeau à trois cornes, la bénit et en asperge le diable et
la chaloupe qui disparaît: saint Quay reste seul dans son
petit risque-tout, et vient tranquillement aborder à la
côte.

* * *

Bien que Du Laurens de la Barre eût l'habitude de prendre
du grandes libertés à l'égard des récits populaires, j'ai
donné place à celui-ci, parce qu'il réunit des éléments que
l'on retrouve dans la tradition. Voici une autre légende que
rapporte B. Jollivet, _Les Côtes-du-Nord_, t. I, p. 107.

La grève des Fontaines en Saint-Quay tire son
nom de plusieurs sources d'eau douce qui jaillissent
de la falaise. C'est là, d'après la légende, que
débarqua saint Quay. Les habitants l'accueillirent
très mal et voulurent le chasser à coups de genêt:
aussi depuis cette époque, cette plante a cessé de
croître dans la commune.

Un homme d'armes étant venu le sommer de la
part du seigneur de la Ville-Mario, de s'éloigner,
le saint répondit qu'il était prêt à obéir, à la condition
qu'on lui rendît son bâton qu'il avait planté
dans la falaise, à l'endroit d'où jaillit la première
source. Mais le bâton, quelque effort qu'on fit, ne
put être arraché. Saint Quay demeura donc et ses
compagnons se répandirent aussitôt dans la contrée
pour y prêcher la foi.

* * *

Le Dr Paul Aubry me communique la note suivante
qui se rattache à l'un des traits rapportés par Du Laurens.

Saint Quay était sur une des plages de la commune
qui porte aujourd'hui son nom. Là il se
trouvait en butte aux avanies des infidèles. Un
groupe de femmes prenait grand plaisir à suivre
les péripéties de ce drame, qui se passait tout à
fait au pied de la falaise. Pour le voir, quoique sur
le bord du précipice, elles étaient encore obligées
d'allonger le cou. Ce que voyant saint Quay, qui,
en cela tout au moins, semble n'avoir pas été d'une
grande charité chrétienne, leur dit: «En punition
de ce que vous faites aujourd'hui, votre cou restera
toujours allongé, il en sera de même de vos filles.»

La _Vie des saints de Bretagne_ ne contient aucun de ces
deux épisodes; elle fait saint Ké débarquer sur la côte du
Léon, et elle ne mentionne aucunement le séjour du saint
aux environs de Saint-Brieuc.

Saint Ké ou Quay, évêque et confesseur, (7, _alias_ 5 novembre),
Ve siècle, est invoqué pour les bestiaux. Il est le
patron primitif de Languenan, le patron de Plouguerneau,
Saint-Ouen, Cleden, Perros et Saint-Quay-Portrieux. Il a
de nombreuses chapelles.

[Illustration]



LXVIII

Saint Melaine


On raconte à Avessac que saint Melaine aimait
dès sa jeunesse à se rendre à l'école à
Rennes, au grand désespoir de sa mère qui eût
de beaucoup préféré en faire un laboureur qu'un
grand savant. Souvent elle lui faisait des reproches
de son peu d'attrait pour les travaux des
champs et de sa négligence pour la culture de leur
petit domaine. Or, un jour que notre saint avait
encore quitté ses bestiaux pour aller à l'école à
Rennes, malgré les défenses de sa mère, et la
grande distance qui séparait cette ville de sa petite
chaumière de Brain, il entendit tout à coup, au
milieu de la classe, sa mère qui l'appelait: Melaine!
Melaine! Il en prévint aussitôt son maître qui
d'abord le prit pour fou et ne voulut pas le croire,
disant qu'à une pareille distance il était impossible
qu'il entendit la voix de ses parents. Mais le saint
insista, et ayant fait mettre au professeur sa main
droite dans la sienne, son pied gauche sur le
sien, celui-ci entendit aussi la voix, et, convaincu
alors de la vérité, laissa à l'enfant toute liberté de
s'en aller.

Melaine, à son retour, trouva sa mère fort en
colère, et celle-ci, non contente de l'injurier durement,
sortit pour ramasser des genêts et en
fouetta longtemps notre saint.

À partir de ce jour, saint Melaine quitta son
pays, et sur sa demande, par la permission de
Dieu, il n'y eut plus de genêts dans la paroisse.
Ainsi prit naissance le dicton encore en vogue
dans la contrée:

D'empeï que sa mère le reprint,
        Genêt en Brain,
        Melaine à Brain,
        Jamais ne vint.

Il existe encore dans la commune d'Avessac une famille dont presque tous
les membres ont sept et huit doigts à chaque main. La tradition locale
prétend que cette difformité héréditaire n'est qu'une punition infligée
par le ciel sur la demande de saint Melaine, un jour que celui avait vu
la queue de son cheval arrachée par une personne de cette famille.

(Comte RÉGIS DE L'ESTOURBEILLON, _Légendes du pays d'Avessac_, p. 21).

Cette légende a été rapportée par Guillotin de Corson,
_Récits historiques_, p. 19, sous une forme plus succinte et
moins populaire; mais lui aussi l'a recueillie oralement.

Ces épisodes de la vie de saint Melaine sont les seuls que
la tradition populaire semble avoir retenus; il est probable
qu'elle ne connaît plus celui qui a inspiré l'image que nous
reproduisons d'après l'_Histoire de Bretagne_, de M. A. de la
Borderie, qui le rapporte ainsi, t. I, p. 532.

* * *

Saint Melaine mourut vers l'an 530 dans sa retraite
chérie de Plaz (ou Placet), village en la paroisse
de Brain près Redon, où il allait se reposer
avec bonheur, des fatigues de son épiscopat. Le
bruit de sa mort promptement répandu attira à
Plaz les évêques des diocèses voisins, liés d'affection
avec lui, Albinus d'Angers (saint Aubin), Lauto
de Coutances (saint Lô), Victurius du Mans et une
foule de prêtres, entre autres Marcus, disciple
cher à saint Melaine.

«Après la veillée funèbre solennellement célébrée
à Plaz par les évêques et le clergé, on déposa
le lendemain matin le corps du pieux pontife
dans une grande barque, où entrèrent les trois
évêques et le prêtre Marcus. D'autres barques
suivaient, chargées de peuple, chargées de prêtres,
chargées des moines de Plaz chantant des psaumes
et des litanies. Tout ce funèbre cortège remonta
la Vilaine jusqu'à Rennes et vint prendre terre
au sud de l'agglomération qui formait alors cette
ville, vers le point aujourd'hui occupé par l'escalier
du Cartage ou le bas de la rue de Rohan.

[Illustration: Saint Melaine et les prisonniers
dessin de BUSNEL.]

«Là était la muraille de l'enceinte gallo-romaine,
avec sa base et ses neufs cordons de briques
qui avaient valu à Rennes le nom de _Ville
Rouge_. Là, contre cette muraille se dressait une
tour; dans cette tour douze voleurs attendant la
mort se lamentaient.--Au bruit des chants et de
la procession funèbre, informés que cette pompe
solennelle se déploie autour du corps du bon évêque
Melanius, ces malheureux lui adressent une
ardente prière, sollicitant de sa miséricorde--en
ce jour où il triomphait au ciel--leur délivrance.
Tout à coup, un bruit sourd et fort comme un
coup de tonnerre se fait entendre, le mur de la
tour se frange du haut en bas, par cette brèche les
voleurs sautent vivement, et ils vont grossir le
cortège funèbre de leur libérateur.»

Saint Melaine, évêque de Rennes, VIe siècle (6 novembre),
invoqué dans les calamités publiques, est le patron du diocèse
de Rennes et des paroisses d'Andouillé, Brain, Châtillon-sur-Seiche,
Cintré, Cornillé, Domalain, Lieuron, Moëlan,
Moigné, Montoir, Morlaix, Mouazé, Pacé, Rieux, Saint-Melaine,
Broons, Sion, Thorigné, Les Touches. On prononce
à Rennes, saint M'laine et parfois saint Blaine.

En Basse-Bretagne, il a une chapelle à Plélauf, où quelques-uns
prétendent qu'il est né. Saint Melaine avait d'autres
chapelles: deux à Carentoir, et une à Maroué, où existait
un prieuré.

Dans la commune de Pléchâtel on découvre sur les bords
d'un ruisseau les ruines de la chapelle de saint Melaine,
curieuse par sa fontaine qui coule dans la muraille du chevet,
au-dessous même de l'ancien autel. Les paysans de la contrée
vont en pèlerinage à saint Melaine pour avoir de la pluie.
Ils y portent comme offrande des pieds de cochon, et l'un
des pèlerins asperge, avec l'eau de la fontaine, un morceau
de bois, dernier débris du saint, en disant:

Saint Melaine, mon bon saint Melaine,
Arrose-nous comme je t'arrose.

(AD. ORAIN, _Curiosités, etc. de l'Ille-et-Vilaine_, 1885, p. 5).



LXIX

Saint Marcoul


La tradition carentorienne qui s'est conservée jusqu'à nous affirme que
saint Marcoul vint un jour frapper à la porte du château de la Ballue,
situé sur la voie Ahès, pour demander à y loger pendant la nuit. Le
seigneur de la Ballue ne voulut pas le recevoir, non plus que les
nombreux habitants du village.

Alors le saint se retira, après avoir prédit aux villageois que la
Ballue perdrait de son importance, et que son château s'engloutirait, ce
qui est arrivé, au dire des habitants actuels de la Ballue.

De là, l'apôtre s'achemina vers un lieu où se trouvait une petite maison
habitée par un pauvre couvreur. Il frappa à la porte et demanda
l'hospitalité pour la nuit. Elle lui fut gracieusement offerte.

Dès le lendemain, il se mit à prêcher l'évangile à son hôte et le
convertit sans peine; il en fut de même des habitants des villages
voisins.

Quand le saint missionnaire revenait de ses courses apostoliques, il
avait coutume, dit-on, de se reposer sur une grosse pierre placée à
l'endroit où nous voyons aujourd'hui la croix de saint Marcoul, à
l'entrée du bourg.

Avant de quitter ces braves gens qui l'avaient si bien reçu, Marcoul les
remercia et dit à son hôte que la bénédiction de Dieu serait sur lui et
sur sa maison, et que celle-ci deviendrait le centre d'un grand village,
qui s'appellerait le village du Couvreur. La prédiction du saint ne
tarda pas à se réaliser: en quelques années la maison du couvreur devint
le village, puis le bourg de Kerentouer.

(ABBÉ LE CLAIRE, _L'ancienne paroisse de Carentoir_, 1895, p. 19-20).

À Carentoir le pré de Saint-Marcoul est près du village
de la Touche Marcadé; la croix et la fontaine de saint
Marcoul se trouvaient à une petite distance de l'ancienne
église. Il avait une statue, faite en 1771, qui en remplaçait
une plus vieille.

Saint Marcoulff, abbé de Nanteuil (VIe siècle), est le patron
de Carentoir; sa fête anciennement célébrée le 7 juillet l'est
actuellement le 1er mai. Pour honorer leur patron, les
chapelles tréviales avaient coutume d'offrir à l'église une
certaine quantité de grain, avec lequel on faisait les tourteaux
de saint Marcoul, qui étaient vendus à la porte de
la chapelle.



LXX

Saint Suliac et les ânes


Saint Suliac avait établi un monastère, au lieu
qui porte maintenant son nom; il y avait
planté des vignes et semé du blé. La Rance n'était
alors qu'un faible ruisseau, qu'on traversait sur
deux mâchoires d'ânes, et en face de Garot se
voyait la métairie de Rigourden, dont les ânes
vinrent un jour brouter l'enclos des moines; ceux-ci
au bout de quelque temps s'en aperçurent et les
chassèrent.

L'abbé alla reprocher au fermier sa négligence;
mais celui-ci ne les garda pas mieux, et un matin
l'abbé les trouva broutant sa vigne, et les frappa
de sa crosse en les maudissant.

Le propriétaire alla à la recherche de ses ânes,
qu'il trouva immobiles, près de l'enclos des moines,
la tête retournée sur le dos; saint Suliac les
délivra de cette position incommode, et les ânes
s'en allèrent, mais ils firent un tel bruit que le
saint pour ne plus en être incommodé, élargit la
Rance et lui donna la largeur qu'elle a aujourd'hui.

On voyait naguère dans les caves du presbytère
un tableau sculpté en relief, fort vieux d'après la
grossièreté du travail, et représentant les ânes, la
tête retournée sur le dos.

La tradition populaire ajoutait qu'une ligne tracée
à l'entour du jardin et quatre petites houssines
plantées aux quatre angles avaient suffi
pour rendre immobiles, comme devant un mur de
clôture, le ânes de Rigourden.

(Mme DE CERNY, _Saint-Suliac et ses Traditions_ (abrégé), p. 13).

* * *

Dans la _Vie des saints de Bretagne_, éd. Kerdanet, la légende
de saint Suliac est assez développée. Ce n'est qu'à
partir du § 8 que l'on trouve des ressemblances entre elle
et la légende ci-dessus:

«Ayant labouré une pièce de terre, il y sema du
bled, lequel crust fort beau; mais le bestail qui
d'ordinaire, passoit ès prochains marets se jeta une
nuit dans ce champ qui n'estoit pas fermé et en
gasta une partie; le matin on vint en avertir saint
Suliac; il se mit en prière, et puis prit son baston,
dont il traça une ligne à l'entour du champ, et
aux quatre coins d'iceluy planta quatre petites houssines
pour toute haye et fossé.... la nuit suivante,
les mesmes animaux, sortant des marets et pasturages
se voulurent jetter sur ledit champ; mais
si tost qu'ils toucherent cette ligne que le saint
avoit tracée, ils devinrent tous immobiles, sans se
mouvoir ni se remuer non plus que s'ils eussent
esté de marbre ou de bronze; le saint abbé s'en
alla devers le champ, donna sa bénediction à ces
animaux, et leur deffendit désormais de venir ravager
son blé: ce qu'ils observerent invariablement
et se retirerent dans les marets.»

Dans la vie de saint Samson, des pourceaux ayant été
paître malgré la défense dans les prairies appartenant aux
religieux, sont changés en boucs hideux.

(ALBERT LE GRAND, § 21).

Saint Suliac (1er octobre), abbé, VIe siècle, est le patron de
la paroisse de ce nom dans l'Ille-et-Vilaine, de Sizun, de
Tressigneaux; il a une chapelle à Plomodiern. Dans l'église
de Saint-Suliac il est, dit-on, enterré au bas de l'épître:
au-dessus est un autel où sont exposés dans des reliquaires
les ossements du saint; on y fait des neuvaines pour les
fièvres. Il préserve aussi les animaux des épizooties, et est
invoqué pour la guérison des plaies.

Une pierre d'autel d'une chapelle qui, d'après la tradition
avait été bâtie par saint Suliac lui-même, a été plusieurs
fois vendue et déplacée, et est toujours revenue à la place
que le saint lui avait assignée; aujourd'hui qu'elle a disparu
sans qu'on sache où elle est, le peuple assure que le
patron l'a cachée et qu'on ne la retrouvera que lorsqu'une
église sera réédifiée là où elle était jadis. (Mme DE CERNY, l.
c. p. 6, 11).



LXXI

La submersion d'Herbauge

Quand Herbauge la grande ville
Sur les eaux reparaîtra,
Nantes, Nantes la vieille sibylle
De ses bords disparaîtra.


Autrefois il y avait a Grandlieu une ville qu'on appelait Herbauge, et
qui se trouvait à la place où sont les eaux. Les gens de là étaient
riches, riches, mais très mauvais; ils menaient une vie de païens et
adoraient une espèce de diable tout d'or.

Voilà que saint Martin voulut les sauver; il vint dans la ville et ne
trouva personne pour le loger, excepté Romain et sa femme. Il prêchait
tous les jours, mais il avait beau dire et beau faire, ils continuaient
tous à croire à la bête d'or.

Un soir que tout le monde était en fête, qu'on dansait et chantait dans
les rues, voilà que le saint fut averti que le bon Dieu était lassé de
tous ces païens et que, puisqu'ils ne voulaient pas se convertir, il
allait les faire périr en noyant toute la ville. Bien vite saint Martin
courut avertir Romain et sa femme, et leur dit qu'il avait permission de
les emmener, mais à la condition qu'ils ne se retourneraient pas et
qu'ils n'emporteraient que de quoi manger.

La femme de Romain venait justement de faire cuire une fournée; elle mit
trois tourteaux sur sa tête, et avec son homme, elle suivit le saint. Il
faisait tout noir, noir comme terre, et ils ne voyaient pas à un pas
devant eux. Voilà qu'ils entendent un grand bruit, comme si toute la
terre était en eau bouillante. La femme eut peur, elle se retourna, et
tout aussitôt elle fut changée en pierre avec ses tourteaux. Romain ne
l'entendant plus marcher, se retourna de même, et fut aussi lui changé
en pierre. On les voit encore dans une prée au bord de l'eau à Saint
Martin. Tous les ans, la veille de Noël, ceux qui pêchent en barque
entendent les cloches sonner sous l'eau.

(_Conté par Nannon La Racine, à la Haye Fouassière et recueilli par M.
Pitre de l'Isle du Dreneuc_).

* * *

À six cents mètres de Saint-Martin, on voit deux pierres. D'après la
tradition locale, lors de la submersion d'Herbauge, une femme pétrissait
son pain; elle se sauva en emportant dans une grêle ses «tourons», qui
sont auprès de la grosse pierre et sont de moyenne dimension. Une autre
pierre dans la même prée est le fils de la bonne femme, nommé Pierrot,
qu'elle avait prié Dieu de lui laisser emmener; mais s'étant détournée,
elle fut changée en pierre ainsi que le pauvre Pierrot.

(BIZEUL, _De Rezay et du pays de Rais_, p. 50).

Dans la _Vie des saints de Bretagne_, saint Martin va pour
détourner de leur mauvaise vie les habitants d'Herbauge;
mais il les prêche en vain, et ne trouve bon accueil que
chez une bonne femme et son mari. Dieu lui ayant révélé
qu'il allait punir cette ville impie, il leur commande de
sortir de la ville avec lui, et de se garder bien de regarder
derrière soi. «Ils n'estoient guerre loin que sainct Martin
s'estant mis en oraison, il se fit un effroyable tremblement
de terre, laquelle s'ouvrant, engloutit cette ville, avec ses
tours, murs, chasteaux, faux-bourgs et autres appartenances
qui en moins d'une heure fondirent en abyme, et en leur
lieu se fit un grand lac qui s'appelle à présent le lac de
Grandlieu. L'hostesse de saint Martin, oyant la fracas et
le tintamarre que causoient la cheute des édifices, les cris
et lamentations de ceux qui perissoient, se détourna pour
regarder ce que c'estoit, sans se soucier de la deffense du
saint; mais elle en fut punie sur-le-champ, ayant été
convertie en une statue de pierre. (Ed. Kerdanet, p. 647).

Saint Martin de Vertou, abbé, VIe siècle (27 octobre), est
le patron du Bignon, de Gorges, de Lavau, de Mouzillon,
du Pertre, de Pont-Saint-Martin, de Vertou.



LXXII

Le voleur puni


À la chapelle de Notre-Dame de Bon Encontre,
près Rohan, une fenêtre est murée; voici ce
que racontent à ce sujet les habitants du pays.

Une nuit, certain voleur s'imaginant trouver des
richesses dans la chapelle, résolut de s'y introduire;
mais il avait compté sans la patronne du lieu.
Lorsqu'il eut brisé le vitrail d'une des fenêtres, il
fut bien surpris, une fois monté sur la muraille,
de ne pouvoir plus bouger; en vain essayait-il de
descendre d'un côté ou d'un autre, impossible de
remuer. Le malheureux n'a jamais pu descendre
depuis lors, et vous le voyez pétrifié et blotti dans
la maçonnerie qui remplace la verrière défoncée par
lui; il est à genoux et semble demander grâce.

Telle est la légende; voici la réalité: au XVIIIe
siècle, on démolit un oratoire où se trouvait le
tombeau d'un chevalier surmonté d'une statue
tumulaire. La mode était alors de boucher les fenêtres
avec du moellon, pour éviter l'entretien des
vitraux; on employa ce pauvre chevalier à fermer
en partie l'une des baies, et voilà, comme quoi il
figure aujourd'hui dans la muraille qui remplit la
fenêtre. Intérieurement un badigeon recouvre cette
profanation; mais du dehors on distingue si bien
dans la maçonnerie le personnage agenouillé, que
le peuple a inventé le récit qui précède.

(GUILLOTIN DE CORSON, _Journal de Rennes_, 13 décembre 80).

[Illustration]



LXXIII

Saint Eustache


Il y avait une fois un monsieur qui était grand
chasseur, et il n'était pas chrétien. Il s'appelait
Eustache. Un jour il fut à la chasse, et, ayant
vu un cerf, il essaya de le tuer. Mais il ne put y
réussir, et le cerf s'approcha et lui dit:

--Je suis ton Dieu, je ne te crains pas; je viens
te prévenir que si tu veux être heureux, il faut te
faire baptiser, toi, ta femme et tes deux enfants,
sinon tu n'auras que du malheur en cette vie et
dans l'autre. Si tu veux te faire baptiser, tu seras
privé de tous les biens de ce monde, tu perdras
ta femme et tes deux fils; mais un jour vous serez
réunis tous les quatre, et heureux à jamais.

Le chasseur raconta à sa femme ce qui lui était
arrivé, et elle consentit à recevoir le baptême,
ainsi que ses enfants.

Peu après, ils devinrent pauvres comme les
mendiants des chemins, et ils résolurent de quitter
le pays. Comme ils étaient sur le point de s'embarquer,
et qu'ils n'avaient pas de quoi payer le
passage, le capitaine dit au mari:

--Si tu veux laisser ta femme, je te donnerai
le passage à toi et à tes deux fils.

Comme Eustache savait qu'il était destiné à
perdre sa femme, il la laissa au capitaine et
s'embarqua avec ses deux fils. Ils abordèrent en
pays étranger, et se trouvèrent au milieu d'une
petite forêt, où ils s'endormirent tous les trois. À
son réveil, le chasseur ne retrouva plus ses deux
fils; il en fut bien chagrin. Mais comme il n'avait
pas de quoi manger, il demanda de l'ouvrage dans
une ferme, où on l'employa aux besognes les plus
grossières.

Il survint une grande guerre, et Eustache, ayant
été reconnu pour un guerrier de mérite, devint
capitaine; ses fils étaient soldats dans son armée.

Un jour qu'ils se promenaient dans la campagne,
ils rencontrèrent leur mère qui ne les reconnut
pas; ils lui demandèrent qui elle était. Elle leur
dit son nom, et leur raconta comment elle avait
perdu son mari et ses petits garçons, puis, qu'ayant
été retenue à bord d'un navire, le capitaine, qui
avait voulu lui faire violence, avait été tué d'un
coup de tonnerre. «Maintenant, dit-elle, je cherche
mon mari et mes petits enfants, car je crois
qu'ils ne sont pas morts».

--C'est nous qui sommes vos enfants, lui dirent
les deux soldats. Nous avons perdu notre père
lorsque nous étions endormis dans un petit bois,
après avoir traversé la mer. Quelqu'un nous avait
enlevés sans nous réveiller.

La mère était si contente qu'elle alla se jeter aux
pieds du capitaine, pour lui demander de laisser
ses fils aller avec elle.

--Relevez-vous, dit-il, et contez-moi votre
histoire.

Quand elle lui eut dit ses aventures, il reconnut
que c'était sa femme, et il l'embrassa en lui
disant:

--Je suis Eustache, ton mari.

Plus tard, on sut qu'ils étaient chrétiens: les
païens les jetèrent tous les quatre dans une
fournaise ardente, et ils moururent au milieu du
feu, en chantant des cantiques.

(_Recueilli en 1882, aux environs de Dinan, par Mlle Elodie
Bernard_).

* * *

Cette légende reproduit en, les abrégeant beaucoup et en
y ajoutant quelques traits, les principaux épisodes de la vie
de saint Eustache telle qu'elle est racontée dans la Légende
Dorée (cf. JACQUES DE VORAGINE, t. I, p. 335, éd. Brunet). Si je
lui ai donné place parmi les Légendes dorées de la Haute-Bretagne,
c'est parce que à Saint-Cast, pays assez voisin de
Dinan, on la raconte à peu près de cette façon et que l'on
montre sur la grève de La Mare, l'endroit où le saint débarqua
avec ses enfants. Il me semble probable que cette
légende vient du livre cité plus haut, qui a été si populaire
au moyen âge.

Les habitants de Teillay et des environs ont, dit M.
Guillotin de Corson, _Récits historiques_, p. 56, une grande
dévotion pour ce bienheureux, car suivant un dicton
populaire:

Saint Eustache
De tous maux détache.

Il a une chapelle au milieu des ruines de l'ancien château du Teillay;
sur son rustique autel, on voit le saint en habit de chasse; à ses pieds
se trouve son chien fidèle, devant lui se montre le cerf mystérieux
présentant la croix au-dessus de sa tête. À saint Etienne en Coglès a
lieu un pèlerinage à la chapelle de saint Eustache, près de laquelle est
un beau rocher à bassin; il est surtout fréquenté par les femmes qui
désirent avoir des enfants, et a lieu le vendredi saint. Il y a un autre
pèlerinage à Ercé en La Mée près d'une chapelle de Saint-Eustache.

[Illustration]



LXXIV

Saint Georges


On raconte a Châtillon-en-Vendelais, que, il y a bien longtemps, un
pieux laboureur voulant débarrasser les pierres, dites la Roche-Aride,
des sorciers et des sorcières qui les hantaient s'était mis en prières
sous un hêtre, au lieu appelé depuis Saint-Georges, et là suppliait ce
grand et valeureux saint de venir avec son armée purger le pays des
malins esprits qui le désolaient.

Saint Georges, à la fin se laissa toucher et vint à la tête d'une légion
de cavaliers, livrer un assaut aux suppôts du diable, qui furent battus
et mis en déroute.

La mêlée avait été si longue, et si rude, que les chevaux de la légion
de saint Georges tarirent, tellement ils étaient altérés, une source qui
coulait au pied de la Roche-Aride.

Puis saint Georges et ses glorieux compagnons, avant de retourner au
Paradis, vinrent se reposer à l'ombre du hêtre sous lequel priait le
laboureur.

Ce serait en mémoire du passage du saint guerrier et pour le remercier
de sa puissante intervention, qu'une chapelle aurait été érigée et
placée sous son vocable dans l'emplacement même du hêtre.

(BÉZIER, _Supplément à l'Inventaire_, p. 49).

Châtillon-en-Vendelais a en effet saint Georges pour patron,
et son église lui est dédiée; au XIe siècle il y avait un
prieuré, sous le vocable de saint Georges, qui relevait de
l'abbaye de Saint-Florent.

[Illustration]



LXXV

La Vierge sauve Lamballe


Le souterrain qui part de dessous l'église
Notre-Dame, à Lamballe, va jusqu'à la mer;
il a été creusé par les Anglais, qui voulaient s'emparer
de la ville. Les habitants furent avertis du
danger par un des saints de l'église; son doigt,
qui était primitivement élevé, se baissa un peu
tous les jours; on finit par le remarquer, et, ayant
creusé dans la direction que montrait le saint, on
trouva le souterrain.

Les Anglais furent surpris, et l'on en tua tant,
qu'il y avait, dans la rue Bario, un _moulant_ de
sang assez fort pour faire tourner la roue d'un
moulin. Pour atteindre ceux qui étaient restés
dans le fond du souterrain, on attacha des faux à
deux bœufs, dans l'oreille desquels on mit de
l'argent-vif (du mercure), et on les lâcha dans le
souterrain, où ils mirent en pièces ce qui restait
des Anglais.

C'est depuis cette défaite que les Anglais appellent
Lamballe: «le traître Lamballe».

(_Recueilli à Saint-Gien en 1880_).

Il circule une autre version de cette prétendue défaite
des Anglais; M. Cauret l'a recueillie, et l'a reproduite à la
suite de la précédente dans les _Mémoires de la Société
d'émulation des Côtes-du-Nord_, 1887.

Au-dessus de la porte d'entrée de Notre-Dame,
côté ouest, à l'intérieur, le visiteur aperçoit une
statue en bois, haute de deux mètres, dont la pose
ne laisse pas de surprendre en pareil lieu.

La tête est légèrement renversée en arrière et
nue; le bras droit est levé au-dessus de la tête; la
main, un peu tendue, supporte un emblème indéchiffrable,
mais pouvait aussi bien, dans le principe,
agiter les grelots d'une _Folie_ que jeter le
bonnet phrygien d'une Raison par dessus les
moulins; le pied cambré, le bras gauche arrondi
et un peu éloigné du corps ont l'air d'esquisser
une figure de carmagnole.

Les vieux conteurs vous chuchotent à l'oreille
que c'est une statue de la Liberté ou de la Raison,
qui fut substituée a celle de la Vierge miraculeuse,
pendant la grande Révolution[9]. Leurs pères ont
parfaitement connu la vieille demoiselle qui servit
de modèle au sculpteur, quand elle était jeune.
En les poussant un peu, ils vous disent même son
nom.

Toujours est-il que cette statue est restée au-dessus
du maître-autel jusqu'à ces dernières
années: quand on a refait les boiseries du chœur,
on a remis la statue miraculeuse à sa place et on a
reporté la grande aussi près que possible de la
porte, sans oser la mettre dehors.

Quand on en fit la Foi, à la Restauration, on lui
appuya le bras gauche sur une croix qu'elle paraît
tenir malgré elle, et on substituait l'emblème qu'elle
devait avoir dans la main droite celui qu'elle
porte aujourd'hui.

Si l'on en croit la légende, cette statue serait le
saint dont le bras s'abaissa pour indiquer le souterrain.

Les Anglais avaient pénétré dans la place et se
préparaient au pillage, après avoir mis une bonne
garde à l'entrée du souterrain. Ils descendaient en
ville par la grande rue Notre-Dame, en rangs plus
serrés que la foule qui suit le Saint-Sacrement à
la Fête-Dieu. Dans leur précipitation, ils oublièrent
deux énormes coulevrines chargées à mitraille,
chacune contenant plus de quatre barriques de
projectiles, et qu'ils avaient braquées sur la ville
pour effrayer les habitants.

Une pauvre veuve, femme du peuple, priait
toute seule à Notre-Dame, avec son petit enfant,
quand elle vit cette grande statue lever son bras
droit et tenir dans sa main une torche allumée.

Saisie de frayeur, elle sort en toute hâte, aperçoit
la mèche qui fume auprès des coulevrines
restées sans gardiens et la rue pleine d'assiégeants
se ruant au pillage. Le geste de la statue, mais
c'est l'ordre de mettre le feu, ce qu'elle s'empresse
de faire. On entendit alors une détonation épouvantable
et tous les Anglais furent massacrés, un
peu par la mitraille et beaucoup par une puissance
surnaturelle qui profita du nuage de fumée produite
pour tuer le reste.

Le geste si bizarre de la main gauche aurait indiqué
le souterrain aux défenseurs de la place,
avant l'entrée des Anglais.

[Illustration]



LXXVI

La Vierge de la Grand'Porte à St-Malo
et la Vierge de Rennes


Un brick de Saint-Malo qui faisait voile vers
les Indes aperçut un jour un objet volumineux
qui flottait sur l'eau. Une chaloupe fut le
chercher; c'était une caisse cerclée de fer dans
laquelle se trouvait une statue de la Vierge, et
l'équipage fut bien étonné de voir qu'une telle
masse avait pu flotter sur l'eau. Le capitaine fit
disposer une place convenable dans l'entrepont
pour y placer la statue, faisant le vœu de l'offrir à
la ville de Saint-Malo, aussitôt après son retour. Il
voulut alors continuer sa route, mais il eut à subir
une telle série d'ouragans extraordinaires, qu'il
finit par comprendre que la Madone de pierre ne
voulait pas aller aux Indes et avait hâte de se
trouver à Saint-Malo. Aussitôt le beau brick vira de
bord, bout pour bout, et grand vent arrière, fila
vers le Clos-Poulet où il arrive après une très
rapide traversée.

La Vierge fut portée triomphalement dans le
chœur de la cathédrale où elle resta exposée plusieurs
mois à la dévotion des fidèles. Ensuite, elle
fut placée au-dessus de la Grand'Porte, à la place
où elle est encore aujourd'hui.

(E. HERPIN, _La côte d'Emeraude_, p. 1).

* * *

On attribua à cette statue plusieurs miracles:
c'est elle qui arrêta jadis l'incendie qui menaçait
de détruire Saint-Malo, et une pieuse croyance
raconte que jamais une calamité publique ne frappera
la ville tant qu'une bougie brillera aux pieds
de Notre-Dame de la Grand'Porte.

M. Harvut me communique la légende qui suit:

En 1693 et 1695 les Anglais bombardèrent la ville
de Saint-Malo, mais sans résultat appréciable;
dans ce même temps, on s'aperçut un jour que la
Vierge de la Grand'Porte avait étendu le bras
droit, et semblait, du doigt, indiquer un point de
la place qui s'étend devant sa niche. Comme on
craignait toujours les embûches des ennemis de la
France, on fit des recherches sur le point qu'indiquait
la Vierge, et on découvrit à une certaine
profondeur un dépôt de matières inflammables et
explosibles, munies d'une mèche se profilant au
dehors, et destinées évidemment à faire sauter le
quartier. Aussitôt cette découverte faite, la Vierge
reprit sa position habituelle.

Dans son livre sur les rues de Saint-Malo, M. Harvut
donne quelques détails sur cette statue:

Au-dessus de la porte, du côté intérieur des fortifications,
existe une niche dans laquelle le Père Vincent Huby, jésuite,
fit placer solennellement, en 1663, à la suite de l'incendie
de 1661, une statue de la Vierge de grandeur plus que
naturelle, pour mettre la ville sous l'invocation de
Notre-Dame-de-Bon-Secours.

* * *

Lorsque la statue de Notre-Dame-des-Miracles fut solennellement
remise en son premier et ancien autel, le P.
Georges Fautrel écrivit la relation de cette cérémonie, que
M. de Kerdanet a réimprimée dans son édition de la _Vie
des saints de Bretagne_.

On y trouve ce passage, où il rapproche le miracle de Saint-Malo,
d'un prodige plus ancien arrivé dans une autre ville
de Bretagne: «Il n'est presque personne à Rennes qui ne
sçache que depuis plus de trois cents ans, la ville doit sa
délivrance à la sainte image de Notre-Dame des Miracles.
On ne peut entrer dans Saint-Sauveur, qu'au centre et au
cœur de cette église, il ne s'y remarque aussitôt une pierre
assez visible qui s'élève un peu de terre et semble fermer
un puits: qui ne sait ce qu'elle fait là, ne se peut empêcher
d'en demander la raison. Mais la tradition apprend à
tous ceux qui s'en informent que cette pierre est là pour
boucher l'ouverture d'une mine que firent autrefois les
Anglais ayant dessein sur la ville, dans le désespoir où ils
étoient de l'emporter autrement que par surprise. De plus
elle nous dit que Rennes en fut miraculeusement délivrée
par la faveur de la sainte Vierge, dont l'image qui est
encore la même et sur le même autel qu'elle étoit alors,
par un sensible mouvement de main, montra distinctement
le lieu de la mine et l'endroit par où l'ennemi prétendoit
faire irruption. Et ce qui lui en ôta le moyen ce fut que la
propre nuit qu'il avoit arrêtée pour l'exécution de son
dessein, le peuple appelé en l'église de Saint-Sauveur, au
bruit extraordinaire des cloches qui sonnèrent d'elles-mêmes
à plusieurs reprises, au grand étonnement de tout
le monde, deux cierges ayant apparu sur l'autel où cette
sainte image est honorée, on s'aperçut aussitôt du danger
où l'on étoit, et il ne fut pas difficile aux braves qui
défendoient la ville de repousser ces aventuriers, qui, pour
s'être engagés en cette occasion, furent ensevelis en la
propre fosse qu'ils avaient faite».

[Illustration]



LXXVII

La Vierge du Temple et les Anglais


En 1758, au moment du débarquement des
Anglais en Bretagne, la statue de la Vierge du
Temple suait tellement que deux hommes étaient
constamment occupés à l'essuyer. On dut à son
intercession de voir les Anglais rétrograder. Jamais
en effet, à ce que les paysans racontèrent à Habasque
vers 1832, ils ne purent dépasser le Temple,
bien qu'on ne leur opposât pas de troupes. Suivant
une autre légende que j'ai recueillie, la Vierge pour
arrêter l'ennemi, fit grossir de telle sorte le ruisseau
qui passe à cet endroit, que les Anglais ne
purent le franchir.

(PAUL SÉBILLOT, _Traditions de la Haute-Bretagne_, t. I,
p. 369).

La chapelle du Temple, qui est fort ancienne, est située
au village de ce nom, en la paroisse de Pléboulle.



PERSONNAGES SACRÉS
QUI FIGURENT DANS LA PETITE LÉGENDE DORÉE


Aaron, 162.

Abraham, 93, 151.

Amateur, 79.

André, 74.

Anne (sainte), 83.

Antoine, 75, 77, 90.

Arbrissel, 88.


Benoît de Macerac, 109.

Blanche (sainte), 1, 5.

Briac, 29.

Brigitte (sainte), 115.


Cado, 32.

Carapibo, 133.

Cast, 29, 31.

Chasné (sainte de), 135.

Cieux, 28.

Clément, 14, 16, 21.

Congard, 148.

Convoyon, 62, 154.

Corentin, 144.

Couturier, 132.


Dolay, 148.


Enogat, 29.

Eustache, 211.

Eutrope, 79.


Fiacre, 62, 65, 70.

Froumi, 8.


Gendrot, 138.

Georges, 214.

Germain, 10, 97, 151.

Gobrien, 185.

Gorgon, 148.

Goustan, 38.

Gravé, 148.

Guénolé, 13, 69.

Guillaume, 52.

Guillaume Pinchon, 157, 161, 174.

Guingalois, 67.

Guyomard, 188.


Hubert, 58.


Jacques, 11, 173.

Jacut, 24, 148.

Jean, 77.

Jésus, 172.

Job, 93.

Jugon, 164.


Lambert, 156.

Léger, 49.

Lénard, 141.

Lin, 113.

Lunaire, 29, 33, 34.

Lyphard, 60.


Malo, 29.

Marcoul, 200.

Martin, 48.

Martin de Vertou, 48, 204.

Mathurin, 79.

Maudez, 70, 72, 148.

Maurise, 157.

Mauron, 152.

Méen, 55.

Melaine, 195.

Méloir, 144.

Michel, 45.

Mirli, 98.

Morin (Pierre), 54, 106.


Notre-Dame, 95, 100, 103, 106, 114, 127, 129, 208, 216, 220, 224.


Pabu, 85.

Pataude (sainte), 134.

Patrice, 49.

Perreux, 148.

Pitié (sainte), 83.

Pontin, 8.


Quay, 189.


Riowen, 12.

Roch, 64.

Rou, 135.


Sainte aux pochons, 136.

Samson, 107, 204.

Sauveur, 171.

Servan, 29.

Suliac, 202.

Syphorien, 41.


Tudual, 85.


Valay, 43.

Viau, 50.

Victor de Campbon, 63.

Vierge (la sainte), 9, 40, 49, 95, 177, 216, 220, 224.

Volvire (Mlle de), 133.

Vran, 151.


Yves, 179, 182.

[Illustration: Croix de la partie française du Morbihan, d'après
ROSENZWEIG, _Les Croix de pierre du Morbihan_.]

_Achevé d'imprimer_
le dix-sept avril mil huit cent quatre-vingt-dix-sept

PAR
H. DALOUX

14 _bis_--RUE LOFFICIAL--14. _bis_
BAUGÉ
(Maine-et-Loire)


NOTES:

[1] Cf. SÉBILLOT. _Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne_, t.
1, p. 326; en Berry une légende substitue saint Martin à saint Michel,
et lui fait bâtir en hiver un moulin tout de glace, que le diable troque
contre un moulin de pierre qu'il avait construit.

[2] Voir p. 62, une légende qui se rattache à cette roche.

[3] Village du Gouray, peu distant de la colline où se trouve la
chapelle de saint Roch.

À Ménéne, au milieu d'un ancien retranchement est la chapelle en ruine
de saint Roch. (CAYOT-DELANDRE, p. 340).

[4] Guillaume.

[5] Il mentionne le récit qui se faisait dans le peuple de Montfort
d'une empreinte laissée par la cane sur le manteau de la cheminée de la
grande salle du château.

[6] La mort des fées. _Contes populaires de la Haute-Bretagne_, 2e
série, nº XX.

[7] Village de Saint-Aaron, à six kilomètres de Notre-Dame, où l'on
prétend voir les ruines d'un vieux château.

[8] Voir la légende de la page 68; Mlle de Volvire mouru en odeur de
sainteté, l'an 1694.

[9] D'après une communication de M. Jules Lemoine, cette statue, qui lui
semble du XVIIe siècle, vient de l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Petite légende dorée de la Haute-Bretagne" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home