Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire du Consulat et de l'Empire, (Vol. 3 / 20) - faisant suite à l'Histoire de la Révolution Française
Author: Thiers, Adolphe, 1797-1877
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire du Consulat et de l'Empire, (Vol. 3 / 20) - faisant suite à l'Histoire de la Révolution Française" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.]



               HISTOIRE DU CONSULAT

                      ET DE

                     L'EMPIRE



                   FAISANT SUITE

       À L'HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE



                 PAR M. A. THIERS



                  TOME TROISIÈME



        [Illustration: Emblème de l'éditeur.]



                        PARIS
               PAULIN, LIBRAIRE-ÉDITEUR
                  60, RUE RICHELIEU
                         1845



PARIS, IMPRIMÉ PAR PLON FRÈRES, 36, RUE DE VAUGIRARD.



LIVRE DIXIÈME.


ÉVACUATION DE L'ÉGYPTE.

     Tous les yeux fixés sur la négociation engagée à Londres. -- On
     se demande quelle influence exercera la mort de Paul Ier sur
     cette négociation. -- État de la cour de Russie. -- Caractère
     d'Alexandre. -- Ses jeunes amis forment avec lui un gouvernement
     secret, qui dirige toutes les affaires de l'empire. -- Alexandre
     consent à réduire beaucoup les prétentions apportées à Paris par
     M. de Kalitcheff, au nom de Paul Ier. -- Il accueille Duroc avec
     bienveillance. -- Ses protestations réitérées du désir de bien
     vivre avec la France. -- Commencements de la négociation entamée
     à Londres. -- Conditions mises en avant, de part et d'autre. --
     Conquêtes des deux pays sur terre et sur mer. -- L'Angleterre
     consent à restituer une partie de ses conquêtes maritimes, mais
     subordonne toute la négociation à la question de savoir si la
     France gardera l'Égypte. -- Les deux gouvernements sont
     tacitement d'accord pour temporiser, afin d'attendre l'issue des
     événements militaires. -- Le Premier Consul, averti que la
     négociation dépend de ces événements, pousse l'Espagne à marcher
     vivement contre le Portugal, et fait de nouveaux efforts pour
     secourir l'Égypte. -- Emploi des forces navales. -- Diverses
     expéditions projetées. -- Navigation de Ganteaume au sortir de
     Brest. -- Cet amiral passe heureusement le détroit. -- Prêt à se
     diriger sur Alexandrie, il s'effraye de dangers imaginaires, et
     rentre dans Toulon. -- État de l'Égypte depuis la mort de Kléber.
     -- Soumission du pays, et situation prospère de la colonie sous
     le rapport matériel. -- Incapacité, anarchie dans le
     commandement. -- Déplorables divisions des généraux. -- Mesures
     mal conçues de Menou, qui veut toucher à tous les objets à la
     fois. -- Malgré l'avis réitéré d'une expédition anglaise, il ne
     prend aucune précaution. -- Débarquement des Anglais dans la rade
     d'Aboukir, le 8 mars. -- Le général Friant, réduit à quinze cents
     hommes, fait d'inutiles efforts pour les repousser. -- Deux
     bataillons ajoutés à la division d'Alexandrie auraient sauvé
     l'Égypte. -- Tardive concentration de forces ordonnée par Menou.
     -- Arrivée de la division Lanusse, et second combat livré avec
     des forces insuffisantes, dans la journée du 13 mars. -- Menou
     arrive enfin avec le gros de l'armée. -- Tristes conséquences de
     la division des généraux. -- Plan d'une bataille décisive. --
     Bataille de Canope, livrée le 21 mars, et restée indécise. -- Les
     Anglais demeurent maîtres de la plage d'Alexandrie. -- Longue
     temporisation, pendant laquelle Menou aurait encore pu relever
     les affaires des Français, en manoeuvrant contre les corps
     détachés de l'ennemi. -- Il n'en fait rien. -- Les Anglais
     tentent une opération sur Rosette, et réussissent à s'emparer
     d'une bouche du Nil. -- Ils pénètrent dans l'intérieur. --
     Dernière occasion de sauver l'Égypte, à Ramanieh, perdue par
     l'incapacité du général Menou. -- Les Anglais s'emparent de
     Ramanieh, et séparent la division du Kaire de celle d'Alexandrie.
     -- L'armée française, coupée en deux, n'a plus d'autre ressource
     que celle de capituler. -- Reddition du Kaire par le général
     Belliard. -- Menou, enfermé dans Alexandrie, rêve la gloire d'une
     défense semblable à celle de Gênes. -- L'Égypte définitivement
     perdue pour les Français.


[En marge: Avril 1801.]

[En marge: La paix va devenir générale en Europe.]

Le but que se proposait le Premier Consul en prenant le pouvoir,
allait bientôt se trouver atteint, car le calme régnait en France, une
satisfaction profonde remplissait les esprits, et la paix signée à
Lunéville avec l'Autriche, l'Allemagne et les puissances italiennes,
rétablie de fait avec la Russie, se négociait à Londres avec
l'Angleterre. Une fois signée formellement avec ces deux dernières
puissances, la paix devenait générale, et, en vingt-deux mois, le
jeune Bonaparte avait accompli sa noble tâche, et rendu sa patrie la
plus heureuse, la plus grande des puissances de l'univers. Mais il
fallait terminer ce grand ouvrage, il fallait surtout conclure la
paix avec l'Angleterre; car, tant que cette puissance n'avait pas
dépose les armes, la mer était fermée, et, ce qui était plus grave, la
guerre continentale pouvait renaître sous l'influence corruptrice des
subsides britanniques. L'épuisement universel laissait, il est vrai,
peu de chances à l'Angleterre d'armer de nouveau le continent; elle
venait même d'en voir la plus grande partie coalisée avec nous contre
sa puissance maritime, et, sans la mort de Paul, elle aurait pu expier
cruellement ses violences contre les neutres. Mais cette mort soudaine
était un fait nouveau et grave, qui ne pouvait manquer de modifier la
situation. Quelle influence la catastrophe de Pétersbourg allait-elle
exercer sur les affaires de l'Europe? C'est ce qu'on ignorait encore,
c'est ce que le Premier Consul était impatient de savoir. Il avait
envoyé Duroc à Pétersbourg, pour en être plus tôt et plus sûrement
informé.

[En marge: Difficultés diplomatiques avec la Russie, naissant des
prétentions de Paul 1er.]

Un peu avant la mort de Paul, les relations avec la Russie n'avaient,
pas laissé que de présenter d'assez grandes difficultés, par suite de
l'orgueil excessif de cet empereur, et de l'orgueil non moins excessif
de son ambassadeur à Paris, M. de Kalitcheff. Le czar défunt voulait,
comme nous l'avons dit ailleurs, dicter lui-même les conditions de la
France avec la Bavière, le Wurtemberg, le Piémont, les Deux-Siciles,
États dont il s'était fait le protecteur, ou spontanément, ou
obligatoirement, par suite des traités qui avaient noué la seconde
coalition. Il voulait même régler nos relations avec la Porte, et
prétendait que le Premier Consul devait évacuer l'Égypte, parce que
cette province appartenait au sultan, et qu'il n'y avait, disait-il,
aucune raison de la lui enlever.

[En marge: Progrès de l'ambition et de la puissance russe depuis un
siècle.]

Cet allié, tout ardent qu'il était contre l'Angleterre, présentait
donc aussi ses dangers, et la mésintelligence aurait pu renaître
prochainement avec lui; Du reste, ce qui pouvait ne paraître qu'un
trait de folie chez l'empereur Paul, était un singulier symptôme des
progrès de l'ambition russe, depuis trois quarts de siècle. En effet,
il y avait à peine quatre-vingts ans que Pierre-le-Grand, attirant
pour la première fois l'attention de l'Europe, se bornait à vouloir
influer sur le nord du continent, en luttant contre Charles XII pour
faire un roi de Pologne. Quarante ans après, la Russie, portant déjà
son ambition en Allemagne, luttait contre Frédéric avec l'Autriche et
la France, pour empêcher la formation de la puissance prussienne.
Quelques années plus tard, en 1772, elle partageait la Pologne. En
1778, elle faisait un pas de plus, et, réglant de moitié avec la
France les affaires allemandes, elle interposait sa médiation entre la
Prusse et l'Autriche, prêtes à en venir aux mains pour la succession
de Bavière, et avait l'insigne honneur de garantir à Teschen la
constitution germanique. Enfin, avant que le siècle fût révolu, en
1799, elle envoyait cent mille Russes en Italie, non pour une question
de territoire, mais pour une question morale, pour la conservation,
disait-elle, de l'équilibre européen, de l'ordre social, menacés par
la révolution française.

Jamais en si peu d'années, un tel agrandissement d'influence n'était
échu à une même puissance. Paul, en voulant se faire l'arbitre de
toutes choses, pour prix de son alliance avec le Premier Consul,
n'était donc que le fou d'une politique, qui, dans le cabinet russe,
était profondément réfléchie. Son représentant à Paris exigeait, avec
une morgue froide et soutenue, ce que son maître demandait avec le
désordre accoutumé de ses volontés. Il affectait même assez
maladroitement de se faire le protecteur des petites puissances, qui
étaient maintenant à la merci de la France, après l'avoir offensée. La
cour de Naples avait voulu se placer sous cette protection, ce qui lui
avait peu réussi, car M. de Gallo avait été renvoyé de Paris, et sa
cour obligée de subir à Florence les conditions du Premier Consul. M.
de Saint-Marsan, chargé de représenter la maison de Savoie auprès de
la République française, ayant voulu faire comme M. de Gallo, avait
été renvoyé de même.

M. de Kalitcheff s'était hâté de réclamer pour les cours de Naples et
de Turin, dont son maître avait garanti les États; et il entendait, en
signant un traité avec la France, ne pas se borner à stipuler le
rétablissement des bons rapports entre deux empires, qui n'avaient
rien à se disputer ni sur terre ni sur mer, mais régler les affaires
d'Allemagne et d'Italie, presque dans tous leurs détails, et jusqu'à
celles de l'Orient, car il persistait à demander la restitution de
l'Égypte à la Porte.

[En marge: Fermeté du cabinet français à l'égard des prétentions de la
Russie.]

Malgré le désir de ménager l'empereur Paul, on avait répondu avec
fermeté à son ambassadeur. On avait consenti à joindre au traité
patent, qui rétablirait purement et simplement la paix et l'amitié
entre les deux États, une convention secrète, dans laquelle on
prendrait l'engagement de se concerter avec la Russie pour le
règlement des indemnités germaniques, de favoriser particulièrement
les cours de Baden, de Wurtemberg et de Bavière, qui étaient ses
alliées ou ses parentes; de réserver un dédommagement à la maison de
Savoie, si on ne lui rendait pas ses États, mais sans dire ni où, ni
quand, ni combien; car le Premier Consul avait déjà le projet de
garder le Piémont pour la France. C'était là tout ce qu'on voulait
concéder. Quant à Naples, le traité de Florence était déclaré
irrévocable; et quant à la restitution de l'Égypte, on avait formé la
résolution de ne pas même écouter une parole sur ce sujet.

M. de Kalitcheff insistant avec un ton et des manières assez étranges,
on avait fini par ne plus lui répondre, et par le laisser à Paris
assez embarrassé de son rôle, et des engagements qu'il avait pris avec
les petites puissances. On en était là, lorsqu'on apprit la mort
tragique de Paul. M. de Kalitcheff, sans attendre les ordres de son
nouveau souverain, voulant sortir de la fausse position où il s'était
mis, adressa le 26 avril une note péremptoire à M. de Talleyrand, dans
laquelle il demandait une réponse immédiate sur tous les points de la
négociation, se plaignant de ce que des choses accordées, disait-il, à
Berlin, entre le général Beurnonville et M. de Krudener, étaient
contestées à Paris. Il semblait même insinuer que, si les États
faibles n'étaient pas mieux traités par la France, la gloire du
Premier Consul en souffrirait, et que son gouvernement serait confondu
avec les gouvernements révolutionnaires qui l'avaient précédé.

[En marge: Leçon sévère donnée à M. de Kalitcheff.]

M. de Talleyrand lui répondit sur-le-champ, que sa dépêche était
déplacée, qu'elle manquait aux égards que se doivent entre elles des
puissances indépendantes; qu'on ne la mettrait pas sous les yeux du
Premier Consul, dont elle offenserait la dignité; que M. de Kalitcheff
pouvait donc la regarder comme non avenue, et que la réponse
sollicitée au nom de son cabinet ne lui serait faite, que lorsque la
demande en serait renouvelée en d'autres termes, et dans une autre
dépêche.

Cette leçon sévère fit effet sur M. de Kalitcheff. Il parut
s'inquiéter des conséquences de sa démarche. Déjà même les petits
protégés qui s'abritaient derrière lui, avaient peur de son
protectorat, et en étaient aux regrets de lui avoir recommandé leurs
intérêts. M. de Kalitcheff, réduit ou à rester sans réponse, ou à
reproduire ses réclamations dans une meilleure forme, écrivit une
seconde dépêche, dans laquelle il réitérait sa demandé d'explication,
mais en énumérant chaque objet, sans réflexion aucune, sans plainte,
et sans compliments. La dépêche était froide, mais convenable. Il lui
fut dit alors par M. de Talleyrand, que dans la forme nouvelle, ses
questions seraient soumises au Premier Consul, et obtiendraient
prochainement une réponse. Il fut ajouté par M. de Talleyrand, que la
dernière dépêche serait seule conservée dans les archives de la
chancellerie française, et que la précédente y serait détruite.

Quelques jours après, M. de Talleyrand répondit à M. de Kalitcheff en
termes polis, mais fort positifs. Il renouvela sur tous les points le
dire du cabinet français, et ajouta cette réflexion fort naturelle,
que, si la France avait consenti, sur plusieurs des affaires les plus
importantes de l'Europe, à se concerter amicalement avec la Russie, et
avait paru disposée à faire ce que celle-ci désirait, c'était en
considération de l'alliance intime contractée avec Paul Ier, contre la
politique britannique; mais que, depuis l'avénement du czar Alexandre,
il fallait, avant d'accorder les mêmes choses, savoir si le nouvel
empereur entrerait dans les mêmes vues, et avoir la certitude qu'on
trouverait en lui un allié aussi résolu que dans l'empereur défunt.

À partir de ce jour, M. de Kalitcheff se tint tranquille, et attendit
les instructions de son nouveau maître.

[En marge: L'empereur Alexandre.--Sa personne et son caractère.]

C'était un prince singulier que celui qui venait de monter sur le
trône des czars, singulier comme la plupart des princes qui ont régné
sur la Russie, depuis un siècle. Alexandre avait vingt-cinq ans, une
stature élevée, une figure noble et douce, quoique peu régulière, une
intelligence pénétrante, un coeur généreux, une grâce parfaite.
Toutefois, on pouvait apercevoir en lui quelques traces des infirmités
paternelles. Son esprit, vif, impressionnable et changeant,
s'attachait tour à tour aux idées les plus contraires. Mais tout
n'était pas entraînement chez ce prince remarquable: il y avait dans
son intelligence étendue et prompte à varier, des profondeurs qui
échappaient aux meilleurs observateurs. Il était honnête, et en même
temps dissimulé, capable d'artifice, et déjà on avait pu apercevoir
quelque chose de ces qualités et de ces défauts, dans les tragiques
événements qui avaient précédé son arrivée au trône. Gardons-nous
cependant de calomnier ce prince illustre: il s'était fait
complétement illusion sur les projets du comte Pahlen; il avait cru
avec l'inexpérience de son âge, que l'abdication de son père était le
seul but, et serait le seul résultat de la conjuration dont on lui
avait fait la confidence; il avait cru, en s'y prêtant, sauver
l'empire, sa mère, ses frères, lui-même, d'étranges violences. Éclairé
aujourd'hui par l'événement, il détestait son erreur, et ceux qui la
lui avaient fait commettre. Ce jeune empereur enfin, noble d'aspect,
gracieux de manières, spirituel, enthousiaste, mobile, artificieux,
difficile à saisir, était doué d'un charme personnel infini, et
destiné à exercer sur ses contemporains la plus grande séduction. Il
était même appelé à exercer cette séduction sur l'homme
extraordinaire, si difficile à tromper, qui dominait alors la France,
et avec lequel il devait avoir, un jour, de si grands et de si
terribles démêlés.

[En marge: Éducation d'Alexandre.]

[En marge: Ses amis.]

L'éducation donnée à ce jeune prince avait été fort étrange. Élevé par
le colonel Laharpe, qui lui avait inspiré les sentiments et les idées
d'un républicain suisse, Alexandre avait subi avec sa facilité
ordinaire, l'influence de son précepteur, et s'en ressentait
visiblement en montant sur le trône. Pendant qu'il était prince
impérial, toujours soumis à un joug assez dur, tantôt celui de
Catherine, tantôt celui de Paul, il avait noué des liaisons avec
quelques jeunes gens de son âge, tels que M. Paul Strogonoff, M. de
Nowosiltzoff, et surtout le prince Adam Czartorisky. Ce dernier, issu
de l'une des plus grandes familles de Pologne, et fort attaché à sa
patrie, était à Pétersbourg une espèce d'otage; il servait dans le
régiment des gardes, et vivait à la cour avec les jeunes grands-ducs.
Alexandre, attiré vers lui par une sorte d'analogie de sentiments et
d'idées, lui communiquait les rêves de sa jeunesse. Tous deux
déploraient en secret les malheurs de la Pologne, ce qui était bien
naturel chez un descendant des Czartorisky, mais assez étonnant chez
le petit-fils de Catherine; et Alexandre faisait serment à son ami,
quand il serait monté sur le trône, de rendre à la malheureuse Pologne
ses lois et sa liberté.

[En marge: Gouvernement occulte, composé des jeunes amis d'Alexandre.]

Paul s'était aperçu de cette intimité, en avait conçu quelque ombrage,
et avait exilé le prince Czartorisky, en le nommant ministre de Russie
auprès d'un roi sans États, auprès du roi de Sardaigne. À peine
Alexandre fut-il empereur qu'il envoya un courrier à son ami, résidant
alors à Rome, et le fit venir à Pétersbourg. Il réunit aussi autour de
lui MM. Paul Strogonoff et de Nowosiltzoff. Il forma ainsi une espèce
de gouvernement occulte, composé de jeunes gens sans expérience,
animés de sentiments généreux, que tous n'ont pas conservés, remplis
d'illusions, et peu propres, il faut le dire, à diriger un grand État,
dans les difficiles conjonctures du siècle. Ils étaient impatients de
se débarrasser des vieux Russes, qui avaient gouverné jusque-là, et
avec lesquels ils ne sympathisaient sous aucun rapport. Un seul
personnage plus âgé, plus grave, le prince de Kotschoubey, mêlé à
cette société de jeunes hommes, tempérait par une raison plus mûre la
vivacité de leur âge. Il avait vu l'Europe, acquis des connaissances
précieuses, et entretenait constamment son souverain des améliorations
qu'il croyait utile d'apporter au régime intérieur de l'empire. Tous
ensemble blâmaient la politique, qui avait consisté d'abord à faire la
guerre à la France, à cause de la Révolution, puis à la faire à
l'Angleterre pour une thèse du droit des gens. Ils ne voulaient ni
d'une guerre de principe à la France, ni d'une guerre maritime à
l'Angleterre. Le grand empire du Nord, suivant eux, devait tenir la
balance entre ces deux puissances, qui menaçaient de dévorer le monde
dans leur lutte, et devenir ainsi l'arbitre de l'Europe, l'appui des
États faibles contre les États forts. Mais, en général, ce qui les
préoccupait, c'était moins la politique extérieure, que la
régénération intérieure de l'empire: ils ne méditaient pas moins que
de lui donner des institutions nouvelles, modelées en partie sur ce
qui se voyait dans les pays civilisés; ils avaient, en un mot, la
générosité, l'inexpérience, et la vanité de la jeunesse.

Les ministres ostensibles d'Alexandre étaient de vieux Russes,
prévenus contre la France, entêtés pour l'Angleterre, et, de plus,
fort désagréables à leur souverain. Le comte Pahlen seul, grâce à la
fermeté de son jugement, ne partageait pas les préjugés de ses
collègues, et voulait qu'on ne se livrât à aucune influence, qu'on
restât neutre entre la France et l'Angleterre. Sous ce rapport, ses
idées convenaient au nouvel empereur et à ses amis. Mais le comte
Pahlen avait le tort de traiter Alexandre en prince adolescent, qu'il
avait placé sur le trône, qu'il avait dirigé, qu'il voulait diriger
encore. La vanité très-sensible de son jeune maître en était souvent
blessée. Le comte Pahlen traitait surtout avec dureté l'impératrice
douairière, qui étalait une douleur fastueuse, et une haine ardente
contre les meurtriers de son époux. Dans un établissement religieux
qui dépendait d'elle, l'impératrice douairière avait fait placer une
figure de la Vierge, avec l'empereur Paul à ses pieds, implorant la
vengeance du ciel contre ses assassins. Le comte Pahlen fit enlever
l'image, malgré les cris de l'impératrice et le mécontentement de son
fils. Un ascendant exercé aussi rudement ne pouvait être durable.

[En marge: Premières mesures du nouvel empereur.]

[En marge: L'embargo levé sur le commerce anglais.]

[En marge: Alexandre renonce à la grande maîtrise de l'ordre de
Malte.]

Dans les premiers jours du règne, le comte Panin continua de présider
aux relations extérieures; le comte Pahlen resta le ministre influent,
se mêlant de toutes les affaires. Alexandre, après s'être concerté
avec ses amis, travaillait ensuite avec ses ministres ostensibles.
Sous ces influences diverses, quelquefois contraires, on résolut de
traiter avec l'Angleterre, et de commencer par lever l'embargo sur le
commerce britannique, embargo qui, suivant Alexandre, était une mesure
injuste. On décida qu'il fallait faire avec le lord Saint-Helens un
règlement maritime, qui sauvât sinon les droits des neutres, au moins
les intérêts de la navigation russe. Alexandre, rangeant au nombre des
idées peu raisonnables de son père, la prétention d'être grand-maître
de l'ordre de Jérusalem déclara qu'il ne voulait en être que le
protecteur, en attendant que les diverses langues qui composaient
l'ordre se fussent rassemblées, et eussent nommé un nouveau
grand-maître. Cette résolution faisait évanouir bien des difficultés,
soit avec l'Angleterre, qui tenait beaucoup à Malte, soit avec la
France, qui n'avait pas voulu s'engager à une guerre à outrance pour
faire rendre cette île à l'ordre, soit enfin avec Rome et l'Espagne,
qui n'avaient jamais consenti à reconnaître pour grand-maître de
Saint-Jean-de-Jérusalem un prince schismatique.

[En marge: Alexandre cesse de demander l'évacuation de l'Égypte.]

Pour faire cesser un autre sujet de contestation, celui-ci avec la
France, il fut décidé qu'on ne demanderait plus l'évacuation de
l'Égypte; car, en réalité, on était plutôt intéressé à la voir dans
les mains des Français que dans celles des Anglais. Quant à Naples et
au Piémont, on était lié, se disait-on, par des traités solennels, et
Alexandre, au début de son règne, prétendait donner une grande idée de
sa loyauté. Il fut arrêté qu'on réclamerait pour la cour de Naples,
non plus la révocation du traité de Florence, mais la garantie de ses
États actuels, et l'évacuation, à la paix, du golfe de Tarente. Quant
au Piémont, on résolut de demander pour la maison de Savoie ou le
Piémont même, ou, à défaut, une indemnité proportionnée. Enfin
Alexandre entendait régler, de concert avec la France, l'indemnité
promise aux princes allemands, pour leurs pertes territoriales à la
gauche du Rhin. Rien de tout cela ne présentait de difficultés, car le
Premier Consul y avait déjà consenti. M. de Kalitcheff fut rappelé, et
on choisit pour le remplacer M. de Markoff, homme d'esprit, mais, sous
le rapport des formes, ne valant pas mieux que son prédécesseur.

[Illustration: Duroc commandant l'artillerie de la garde consulaire.]

[En marge: Secret entretien d'Alexandre avec Duroc.]

Duroc, envoyé pour féliciter le nouvel empereur, trouva, en arrivant à
Pétersbourg, tous ces points résolus, et reçut, tant des ministres que
du monarque lui-même, un excellent accueil. Sa bonne tenue, son
intelligence, réussirent en Russie comme en Prusse, et il sut inspirer
l'estime et la confiance. Après les audiences d'apparat, il obtint
plusieurs entretiens particuliers, dans lesquels Alexandre mit une
sorte de coquetterie à se montrer à découvert devant le représentant
du Premier Consul. Un jour, notamment, dans l'un des jardins publics
de Saint-Pétersbourg, ce prince aperçut Duroc, alla vers lui, le
traita avec une familiarité pleine de grâce, fit éloigner ses
officiers, et, le conduisant dans un lieu écarté, sembla s'expliquer
avec un complet abandon.--Je suis, lui dit-il, ami de la France, et
depuis long-temps. J'admire votre nouveau chef, j'apprécie ce qu'il
fait pour le repos de son pays et l'affermissement de l'ordre social
en Europe. Ce n'est pas de moi qu'il pourra craindre une nouvelle
guerre entre les deux empires. Mais qu'il me seconde, et cesse de
fournir des prétextes à tous les jaloux de sa puissance. Vous le
voyez, j'ai fait des concessions. Je ne parle plus de l'Égypte; j'aime
mieux qu'elle soit à la France qu'à l'Angleterre; et si, par malheur,
les Anglais s'en emparaient, je me joindrais à vous pour la leur
arracher. J'ai renoncé à Malte, afin de supprimer l'une des
difficultés qui entravaient la paix de l'Europe. Je suis lié aux rois
de Piémont et de Naples par des traités; je sais qu'ils ont eu des
torts envers la France; mais que vouliez-vous qu'ils fissent, entourés
et dominés, comme ils l'étaient, par l'Angleterre? Je verrais avec un
grand chagrin que le Premier Consul s'emparât du Piémont, ainsi que
les actes récents de son administration tendent à le faire croire.
Naples se plaint de l'enlèvement d'une portion de son territoire. Tout
cela n'est pas digne de l'ambition du Premier Consul, et nuit à sa
gloire. On ne l'accuse pas, comme les gouvernements qui l'ont précédé,
de menacer l'ordre social, mais on l'accuse de vouloir envahir tous
les États. Cela lui fait tort, et m'expose, moi, aux criailleries de
ces petits princes, dont je suis obsédé. Qu'il fasse cesser entre nous
ces difficultés, et nous vivrons à l'avenir en parfaite intelligence.
--

Alexandre, s'abandonnant davantage, ajouta: Ne rapportez rien de tout
ceci à mes ministres; soyez discret; n'employez que des courriers
sûrs. Mais dites au général Bonaparte de m'envoyer des hommes auxquels
je puisse me confier. Les relations les plus directes seront les
meilleures, pour établir la bonne intelligence entre les deux
gouvernements.--Alexandre dit quelques mots encore relativement à
l'Angleterre. Il affirma qu'il ne voulait pas lui livrer la liberté
des mers, propriété commune de toutes les nations; que s'il avait levé
l'embargo sur ses vaisseaux, c'était par esprit de justice. Les
traités antérieurs accordaient, en cas de rupture, une année aux
négociants anglais, pour liquider leurs affaires; c'était donc une
injustice que de saisir leurs propriétés; et je n'en veux pas
commettre, s'écria vivement Alexandre; c'est là mon seul motif. Mais
je n'entends point me livrer à l'Angleterre. Il dépend uniquement du
Premier Consul, que je sois et demeure son allié, son ami. --

Le jeune empereur, dans cet entretien, s'était montré simple,
confiant, désireux surtout de se mettre à part de ses ministres, et de
faire voir qu'il avait ses vues et sa politique personnelles.

Duroc quitta Pétersbourg, comblé de ses égards, et des témoignages de
sa faveur.

[En marge: On n'a rien à espérer, rien à craindre de la Russie dans le
moment.]

Il était évident, d'après ces communications, que la Russie ne pouvait
plus être d'un grand secours contre l'Angleterre, mais aussi qu'à
l'avenir on aurait beaucoup moins de difficultés avec elle, pour
l'arrangement des affaires générales. Le Premier Consul, certain
aujourd'hui de pouvoir s'entendre avec cette cour, ne se hâta pas de
terminer la négociation, parce que le temps semblait chaque jour
aplanir les difficultés qui subsistaient encore entre elle et nous.
L'Angleterre, en effet, témoignait en ce moment peu d'intérêt pour les
maisons de Naples et de Piémont; et si, comme on avait lieu de le
croire, elle ne faisait plus, de ce qui les concernait, l'une des
conditions de la paix, il devait être bien plus facile de se conduire
comme on le voudrait à l'égard de ces deux maisons, lorsque
l'Angleterre elle-même les aurait livrées au Premier Consul.

[En marge: L'attention générale concentrée sur la négociation avec
l'Angleterre.]

La négociation avec l'Angleterre devenait donc l'objet essentiel, et à
peu près unique du moment. Pour la conduire, il fallait non-seulement
traiter habilement à Londres, mais aussi pousser vivement la guerre en
Portugal, et bien disputer l'Égypte aux forces britanniques, car
l'issue des événements dans ces deux régions devait exercer sur le
traité futur une grande influence. Le Premier Consul, voulant mettre
de nouveaux poids dans la balance, faisait même des préparatifs fort
apparents à Boulogne et à Calais, pour donner à entendre que ce moyen
extrême d'une expédition contre l'Angleterre, auquel le Directoire
avait long-temps songé, n'était ni hors de ses calculs, ni hors de ses
moyens. Des corps nombreux s'avançaient vers cette partie de la
France, et on réunissait sur les côtes de la Normandie, de la
Picardie, de la Flandre, un grand nombre de chaloupes canonnières,
solidement construites, fortement armées, capables de porter des
troupes, et de traverser le Pas-de-Calais.

[En marge: Premières prétentions mises en avant par l'Angleterre.]

[En marge: Ce qu'elle avait conquis pendant la guerre.]

Ainsi qu'on en était convenu, lord Hawkesbury et M. Otto avaient
employé le milieu d'avril 1801 (germinal an IX), en conférences
diplomatiques. Suivant l'usage, les premières prétentions avaient été
excessives. L'Angleterre proposait une base d'arrangement fort
simple, c'était l'_uti possidetis_, c'est-à-dire, que chacune des
puissances gardât ce que les événements de la guerre avaient mis en
ses mains. L'Angleterre, en effet, profitant de la longue lutte de
l'Europe contre la France, s'était enrichie pendant que ses alliés
s'épuisaient, et avait pris les colonies de toutes les nations. Elle
s'était emparée du continent entier des Indes, ainsi que des positions
commerciales les plus importantes, dans les quatre parties du monde.
Sur les Hollandais, elle avait acquis Ceylan, cette île si vaste et si
riche, qui, placée à l'extrémité de la péninsule indienne, en forme un
si beau complément. Elle avait acquis les autres possessions des
Hollandais dans la mer des Indes, moins, il est vrai, la grande
colonie de Java. Elle leur avait enlevé, entre les deux océans, le cap
de Bonne-Espérance, l'une des stations maritimes du globe les mieux
situées. Ses efforts les plus constants n'avaient pu lui procurer
l'île de France, que nous n'avions pas cessé de posséder. Dans
l'Amérique méridionale, elle avait encore arraché aux malheureux
Hollandais, les plus maltraités dans cette guerre, les territoires de
la Guyane, s'étendant entre l'Amazone et l'Orénoque, tels que Surinam,
Berbice, Demerari, Essequibo, contrées superbes, qui ne présentaient
pas, qui ne présentent pas encore aujourd'hui un notable développement
agricole et commercial, mais qui sont appelées un jour à une immense
prospérité, et qui avaient alors l'avantage d'être un pas fait vers
les grandes colonies espagnoles du continent américain. L'Angleterre
convoitait ces colonies; elle avait l'intention de les pousser au
moins à l'indépendance, pour se venger de ce qui lui était arrivé dans
l'Amérique du Nord, et se flattait d'ailleurs avec raison qu'une fois
devenues indépendantes, elles seraient bientôt la proie de son
commerce. C'est pour ce même motif, qu'elle tenait beaucoup à une
conquête faite dans les Antilles, celle-ci sur les Espagnols, la belle
île de la Trinité, située tout près de l'Amérique du Sud, comme une
sorte de pied-à-terre, heureusement disposé soit pour la contrebande,
soit pour l'agression des possessions espagnoles. Elle avait fait une
autre acquisition d'une grande valeur dans les Antilles, c'était la
Martinique enlevée aux Français. Les moyens employés avaient été peu
légitimes, car les colons de la Martinique, craignant un soulèvement
des esclaves, s'étaient mis eux-mêmes en dépôt dans ses mains; et d'un
dépôt volontaire elle avait fait une propriété. L'Angleterre tenait à
la Martinique, à cause du vaste port renfermé dans cette île. Elle
avait pris encore, dans les Antilles, Sainte-Lucie, Tabago, îles
médiocres en comparaison des précédentes, et, vers la région de la
pêche, Saint-Pierre et Miquelon. Enfin, en Europe, elle avait enlevé
aux Espagnols la plus précieuse des Baléares, et aux Français, qui
l'avaient conquise sur les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem,
Malte, la reine de la Méditerranée.

Après ces conquêtes, on peut dire qu'il ne restait pas grand'chose à
disputer aux nations maritimes, sauf les possessions continentales des
Espagnols dans les deux Amériques. Il est vrai que les Anglais
menaçaient, si on persistait à marcher sur le Portugal, de s'en
dédommager en prenant le Brésil.

[En marge: Conquêtes de la France pendant la présente guerre. Ses
prétentions.]

En revanche de ces vastes acquisitions maritimes, la France s'était
emparée des plus belles parties du continent européen, beaucoup plus
importantes assurément que tous ces territoires lointains; mais elle
les avait restituées, sauf la portion comprise dans les grandes lignes
des Alpes, du Rhin et des Pyrénées. Elle avait conquis, en outre, une
colonie qui, à elle seule, était un dédommagement de toute la grandeur
coloniale ajoutée à l'Angleterre, c'était l'Égypte. Aucune possession
ne valait celle-là. Songeait-on à ébranler de nouveau l'empire
britannique dans les Indes, l'Égypte était la route la plus sûre pour
y arriver. Ne voulait-on, ce qui était plus sage, que ramener vers les
ports de la France une partie du commerce de l'Orient, l'Égypte était
encore la route naturelle de ce commerce. Pour la paix comme pour la
guerre, c'était donc la plus précieuse colonie du globe. Si, dans le
moment, le chef du gouvernement français n'avait songé qu'à la France,
et point à ses alliés, il pouvait accepter le marché proposé par
l'Angleterre; car la Martinique elle-même, seule perte directe et
digne d'attention que la France eût faite dans cette guerre, était
bien peu de chose à côté de l'Égypte, véritable empire placé entre les
mers de l'Orient et de l'Occident, commandant à la fois, et abrégeant
la route de ces mers. Mais le Premier Consul tenait à honneur de faire
rendre aux alliés de la France la plus grande partie de leurs
possessions. Il ne dépendait pas de lui d'épargner à la Hollande tous
les sacrifices, auxquels la condamnait la défection de sa marine, qui
avait suivi, comme on sait, le stathouder en Angleterre; mais il
tenait à lui faire rendre le Cap et la Guyane; il voulait que
l'Espagne, qui n'avait rien acquis dans la guerre, ne perdît rien non
plus, et qu'on lui rendît la Trinité et les Baléares; enfin il était
décidé à ne céder Malte à aucun prix, car c'était infirmer d'avance la
conquête de l'Égypte, la rendre précaire dans nos mains. Son intention
était donc de laisser aux Anglais l'Indostan, même avec les petits
comptoirs de Chandernagor et de Pondichéry, qui n'avaient aucun
intérêt pour nous; d'y ajouter Ceylan, propriété des Hollandais, mais
d'exiger la restitution du Cap, des Guyanes, de la Trinité, de la
Martinique, des Baléares, de Malte, et de conserver l'Égypte, en
considérant cette conquête, comme l'équivalent pour la France, de
l'acquisition du continent des Indes par l'Angleterre. On va voir
comment il se conduisit pour arriver à ce but, pendant une négociation
qui dura cinq mois entiers.

[En marge: Manière de raisonner des deux négociateurs.]

À la prétention d'adopter l'_uti possidetis_, comme base du futur
traité de paix, le négociateur français fut chargé de répondre par des
arguments péremptoires. Vous voulez poser en principe, dit-il à lord
Hawkesbury, que chacune des deux nations gardera ce qu'elle a conquis:
mais alors la France devrait garder en Allemagne Baden, le Wurtemberg,
la Bavière, les trois quarts de l'Autriche; elle devrait garder en
Italie toute l'Italie elle-même, c'est-à-dire les ports de Gênes,
Livourne, Naples, Venise; elle devrait garder la Suisse, qu'elle se
propose d'évacuer dès qu'elle y aura rétabli un ordre de choses
raisonnable; elle devrait garder la Hollande, occupée par ses armées,
et où s'organiseraient, sous son influence, les plus puissantes
escadres. Elle pourrait prendre le Hanovre, le donner comme
compensation à certaines puissances du continent, et, par ce moyen, se
les attacher à jamais. Elle pourrait enfin pousser à bout la campagne
commencée contre le Portugal, dédommager l'Espagne avec les dépouilles
de cet État, et s'assurer à elle-même de nouveaux ports. Ce sont aussi
d'importantes positions maritimes, que celles qui s'étendent depuis le
Texel jusqu'à Lisbonne et Cadix, depuis Cadix jusqu'à Gênes, depuis
Gênes jusqu'à Otrante, depuis Otrante jusqu'à Venise. Si on veut
apporter des principes absolus dans la négociation, toute paix est
impossible. La France a rendu la plus grande partie de ses conquêtes à
tous les gouvernements vaincus par elle: à l'Autriche, elle a rendu
une partie de l'Italie; à la cour des Deux-Siciles, le royaume de
Naples; au Pape, l'État Romain tout entier; elle a donné la Toscane,
qu'il lui était facile de se réserver, à la maison d'Espagne; elle a
rétabli Gênes dans son indépendance; elle se borne à faire de la
Lombardie une république amie, et se prépare à évacuer la Suisse, la
Hollande, même le Hanovre. Il faut donc que l'Angleterre restitue
aussi une partie de ses conquêtes. Celles que la France réclame ne la
touchent pas elle-même directement, mais appartiennent à ses alliés.
La France se fait un devoir de les recouvrer, pour les leur rendre.
D'ailleurs, quand on concède à l'Angleterre l'Inde et Ceylan, que sont
auprès de ces possessions, celles dont on lui demande la restitution?
Si on ne veut pas faire de concession, il faut le dire; il faut
déclarer franchement que la négociation n'est qu'un leurre. L'univers
saura par la faute de qui la paix est devenue impossible; alors la
France fera un dernier effort, et cet effort difficile, périlleux,
sans doute, sera peut-être mortel pour l'Angleterre, car le Premier
Consul ne désespère pas de franchir le détroit de Calais, à la tête de
cent mille hommes.

[En marge: Le cabinet anglais est amené à des prétentions plus
modérées.]

Lord Hawkesbury et M. Addington négociaient avec le désir d'arriver à
une paix avantageuse pour eux, ce qui était tout naturel, mais à une
paix prochaine. Ils furent sensibles aux arguments du cabinet
français, et frappés de la résolution qui éclatait dans ses paroles.
Ils apportèrent donc tout de suite dans la négociation des prétentions
plus modérées, et qui amenèrent un rapprochement. Ils répondirent
d'abord à l'argument du Premier Consul, tiré des conquêtes restituées
par la France, que si la France avait abandonné une partie de ses
conquêtes, c'est qu'elle n'aurait pas pu les conserver, tandis
qu'aucune marine au monde ne pourrait enlever à l'Angleterre les
colonies qu'elle avait conquises; que si la France rendait une partie
des territoires occupés par ses armées, elle gardait Nice, la Savoie,
les bords du Rhin, et surtout les bouches de l'Escaut et Anvers, ce
qui l'agrandissait considérablement, non-seulement sur terre, mais sur
mer; qu'il fallait rétablir l'équilibre européen rompu, qu'il fallait
le rétablir, sinon sur le continent où il était tout à fait détruit,
au moins sur l'Océan; que si la France voulait conserver l'Égypte,
l'Inde n'était plus une compensation suffisante pour l'Angleterre, et
que le cabinet britannique voulait alors retenir une grande partie de
ses nouvelles acquisitions. Toutefois, ajoutait lord Hawkesbury, nous
n'avons fait qu'une première proposition; nous sommes prêts à nous
départir de ce qu'elle a de trop rigoureux. Nous restituerons
quelques-unes de nos conquêtes; dites-nous seulement celles dont la
restitution vous tient le plus à coeur.

Le Premier Consul fit une vive réplique à ces raisonnements des
ministres anglais. Il n'était pas exact de dire, suivant lui, que
l'Angleterre pût garder toutes ses conquêtes maritimes, tandis, au
contraire, que la France n'aurait pas pu garder ses conquêtes
continentales. La guerre continentale ayant fini, soit par
l'épuisement absolu d'une partie des alliés de l'Angleterre, soit par
le dégoût que les autres avaient de son alliance, la France, aidée des
ressources de la Hollande, de l'Espagne et de l'Italie, aurait fait
tout ce qu'elle aurait voulu sur le continent; et elle était en mesure
de faire sur mer beaucoup plus que ne croyaient les ministres
britanniques. La France, sans doute, n'aurait pas pu conserver le
centre de l'Allemagne, et les trois quarts de l'Autriche, sans amener
un bouleversement en Europe; mais elle aurait pu conclure une paix
moins modérée que celle de Lunéville; elle aurait pu, l'Autriche étant
épuisée après Hohenlinden, garder l'Italie entière, la Suisse même,
sans que personne eût la force de s'y opposer. Quant à l'équilibre
continental, il avait été rompu le jour où la Prusse, la Russie,
l'Autriche, partagèrent entre elles, sans équivalent pour aucune autre
puissance, le vaste et beau royaume de Pologne. Les rives du Rhin, les
versants des Alpes, étaient à peine pour la France un équivalent de ce
que ses rivaux avaient acquis sur le continent. Sur mer, l'Égypte
était à peine une compensation de la conquête des Indes. Il était même
douteux qu'avec cette colonie, la France conservât ses anciennes
proportions maritimes, à l'égard de l'Angleterre.

[En marge: Il est admis que l'Angleterre restituera une partie de ses
conquêtes maritimes.]

Ces arguments avaient la puissance de la raison, et heureusement aussi
celle de la force, car ce n'est pas assez de l'une des deux quand on
négocie. On fut bientôt d'accord sur la base de la négociation. Il fut
convenu que l'Angleterre, en restant propriétaire de l'Inde,
restituerait une partie des conquêtes faites sur la France, l'Espagne
et la Hollande. On entra ensuite dans le détail des objets à garder ou
à restituer.

[En marge: Détail des possession à restituer.]

Sans accorder formellement la possession de l'Égypte à la France,
point sur lequel le négociateur anglais aimait toujours à laisser
planer un doute, cependant il proposait deux hypothèses, celle où la
France conserverait l'Égypte, celle où la France y renoncerait, soit
qu'elle la perdît par la force des armes, soit qu'elle en fît
l'abandon volontaire. Dans la première hypothèse, celle de la
conservation de l'Égypte par la France, l'Angleterre, en gardant
l'Inde et Ceylan, Chandernagor et Pondichéry compris, exigeait en
outre le cap de Bonne-Espérance, une partie des Guyanes, c'est-à-dire
Berbice, Demerari, Essequibo, la Trinité et la Martinique dans les
Antilles, enfin et par-dessus tout l'île de Malte. Elle aurait rendu
les petites possessions hollandaises des Indes, Surinam, les îles
insignifiantes de Sainte-Lucie, et Tabago, Saint-Pierre et Miquelon,
enfin Minorque. Dans la seconde hypothèse, celle où les Français ne
resteraient pas en possession de l'Égypte, elle voulait toujours
l'Inde et Ceylan; mais elle consentait à rendre les petits comptoirs
de Pondichéry et de Chandernagor, le cap de Bonne-Espérance, la
Martinique ou la Trinité, l'une des deux à notre choix, en gardant
l'autre. Enfin, elle réclamait encore Malte, mais pas d'une manière
péremptoire.

[En marge: Dernières prétentions qui semblent définitives de part et
d'autre.]

Ces restitutions ne suffisaient pas, au jugement du Premier Consul. On
s'aborda de plus près encore, on arriva enfin, après un mois de
discussion, aux propositions suivantes, qui étaient au fond la pensée
des deux gouvernements.

L'Angleterre voulait, dans tous les cas, l'Inde et l'île de Ceylan. Si
les Français évacuaient l'Égypte, elle leur laissait les petits
comptoirs de Chandernagor et de Pondichéry; elle restituait le Cap aux
Hollandais, à condition qu'il serait déclaré port franc; elle leur
rendait encore, outre Berbice, Demerari, Essequibo sur le continent
américain, l'établissement de Surinam; elle rendait l'une des deux
grandes Antilles, la Martinique ou la Trinité, plus Sainte-Lucie,
Tabago, Saint-Pierre et Miquelon, enfin l'île de Minorque et Malte.
Ainsi, pour résultat de la guerre, elle obtenait, si nous n'avions pas
l'Égypte, le continent de l'Inde, Ceylan, plus l'une des deux
principales Antilles, la Trinité ou la Martinique; et si nous avions
l'Égypte, elle obtenait en outre Chandernagor et Pondichéry, le Cap,
la Martinique et la Trinité, enfin Malte; c'est-à-dire que, dans ce
second cas, il lui fallait comme précaution nous ôter les deux
pieds-à-terre de Chandernagor et Pondichéry, placés dans la Péninsule
indienne, et comme dédommagement, la Trinité, qui menaçait l'Amérique
espagnole, la Martinique, qui est le premier port des Antilles, enfin
Malte, qui est le premier port de la Méditerranée.

[En marge: À quels termes se trouve réduite la négociation.]

Quoique le Cap, la Martinique ou la Trinité, Malte, demandés comme
surplus dans le cas où nous aurions l'Égypte, fussent loin de valoir
cette importante possession, et qu'il eût été convenable de céder tout
de suite, si cette condition eût été inévitable, le Premier Consul
espérait garder l'Égypte, en payant moins cher cette concession. Il
espérait que si l'armée anglaise, dirigée vers le Nil, succombait, que
si les Espagnols poussaient vivement la guerre contre le Portugal, il
pourrait, tout en gardant l'Égypte, faire restituer le Cap aux
Hollandais, la Trinité aux Espagnols, Malte à l'ordre de
Saint-Jean-de-Jérusalem, et obliger ainsi l'Angleterre à se contenter
de l'Inde, de Ceylan, d'une partie des Guyanes, et d'une ou deux
petites Antilles.

Tout dépendait donc des événements de la guerre; et les Anglais,
espérant, de leur côté, qu'elle tournerait à leur avantage, n'étaient
pas fâchés d'en attendre l'issue, qui ne pouvait tarder d'être connue,
car il s'agissait de savoir si les Espagnols oseraient marcher sur le
Portugal, et si les troupes anglaises à bord de l'amiral Keith dans la
Méditerranée, pourraient toucher terre en Égypte. Il fallait pour
connaître ce résultat un mois ou deux au plus. Aussi, de part et
d'autre, tout en mettant un grand soin à ne pas rompre la négociation,
qu'on voulait sincèrement faire aboutir à la paix, on prit le parti de
gagner du temps, et la multiplicité, la complication des objets à
débattre, en fournissait le moyen très-naturel, sans l'emploi de
beaucoup de finesse diplomatique.

[En marge: Tout dépend des événements du Portugal et de l'Égypte.]

«Tout dépend, écrivait M. Otto, de deux choses: l'armée anglaise
sera-t-elle battue en Égypte? l'Espagne marchera-t-elle franchement
contre le Portugal? Hâtez-vous, obtenez ces deux résultats, ou l'un
des deux, et vous aurez la plus belle paix du monde. Mais je dois vous
dire, ajoutait-il, que, si les ministres anglais craignent beaucoup
nos soldats de l'armée d'Égypte, ils ne craignent guère la résolution
de la cour d'Espagne.»

[En marge: Efforts du Premier Consul pour faire tourner les événements
le mieux possible.]

[En marge: Préparatifs faits en Espagne pour l'expédition de
Portugal.]

Aussi le Premier Consul faisait-il de continuels efforts pour
réveiller la vieille cour d'Espagne, et pour la faire concourir à ses
deux grands desseins, qui consistaient d'une part à se saisir du
Portugal, de l'autre à diriger vers l'Égypte les forces navales des
deux nations. Malheureusement les ressorts de cette antique monarchie
étaient usés. Un roi honnête, mais aveuglé, et absorbé par les soins
les plus vulgaires, les moins dignes du trône; une reine livrée aux
plus honteuses débauches; un favori vain, léger, incapable,
consommaient dans l'insouciance et la licence les dernières ressources
de la monarchie de Charles-Quint. Lucien Bonaparte, envoyé en
ambassade à Madrid, pour le dédommager du ministère de l'intérieur,
Lucien, jaloux d'égaler les succès diplomatiques de Joseph, s'agitait
en Espagne, pour y servir avec éclat la politique de son frère; et il
est vrai qu'il y avait acquis de l'influence, grâce à son nom, grâce
aussi à la hardiesse heureuse avec laquelle il avait négligé les
ministres titulaires, pour aller droit au véritable chef du
gouvernement, c'est-à-dire au prince de la Paix. En plaçant ce prince
entre le ressentiment ou la faveur du Premier Consul, il avait excité
en lui un zèle peu ordinaire pour les intérêts de l'alliance, et lui
avait fait adopter complètement le projet de la guerre contre le
Portugal. Lucien avait dit à la cour d'Espagne: vous souhaitez la
paix, vous la souhaitez avantageuse, au moins non dommageable, vous
voulez la terminer sans avoir perdu aucune de vos colonies; aidez-nous
donc à saisir des gages, dont nous nous servirons, pour arracher à
l'Angleterre la plus grande partie de ses conquêtes maritimes.--De
pareilles raisons étaient excellentes, et sans réplique, mais ce
n'était pas les plus décisives auprès du prince de la Paix. Lucien en
avait imaginé de plus efficaces. Vous êtes tout ici, avait-il dit au
favori, mon frère le sait, il s'en prendra à vous du non-succès des
projets de l'alliance. Voulez-vous des Bonaparte pour amis ou pour
ennemis?--Ces arguments, employés déjà pour décider la guerre de
Portugal, étaient employés tous les jours pour en accélérer les
préparatifs. Du reste, quels que fussent les arguments qui agissent
sur le prince de la Paix, en faisant cette guerre, il ne trahissait
pas les intérêts de son pays. Il ne pouvait, au contraire, les mieux
servir, car la guerre contre le Portugal était le seul moyen
d'arracher à l'Angleterre la restitution des colonies espagnoles.

Les préparatifs étaient accélérés autant que possible, et on y
appliquait les dernières ressources de la monarchie. Qui croirait que
cette grande et noble nation, dont la gloire a rempli le monde, et
dont le patriotisme devait bientôt se produire avec éclat,
malheureusement contre nous, qui croirait qu'elle avait de la peine à
réunir vingt-cinq mille hommes; qu'avec des ports magnifiques, une
grande quantité de vaisseaux, restes du beau règne de Charles III,
elle était embarrassée de payer quelques ouvriers dans ses arsenaux,
pour remettre ses bâtiments à flot; qu'elle se trouvait enfin dans
l'impossibilité de se procurer des vivres pour approvisionner ses
flottes? Qui croirait que les quinze vaisseaux espagnols, enfermés
depuis deux ans à Brest, composaient toute sa marine, du moins sa
marine en état de servir? La privation des métaux, par suite de
l'interruption des relations avec le Mexique, l'avait réduite au
papier-monnaie, et le papier-monnaie était arrivé au dernier degré de
discrédit. On venait de faire un appel au clergé, qui ne possédait
pas, dans le moment, les fonds dont on avait immédiatement besoin,
mais qui jouissait de plus de crédit que la couronne, et, en se
servant de ce crédit, on avait pu achever les préparatifs commencés.

Vingt-cinq mille hommes, pas trop mal équipés, s'étaient enfin avancés
vers Badajos; mais cela ne suffisait pas. Le prince de la Paix avait
déclaré que, sans une division française, on ne pouvait pas se
hasarder à entrer en Portugal. Le Premier Consul avait hâté la réunion
de cette division à Bordeaux; bientôt elle avait traversé les
Pyrénées, et elle marchait à grandes journées vers Ciudad-Rodrigo. Le
prince de la Paix voulait entrer avec les Espagnols par l'Alentejo,
pendant que la division française pénétrerait par les provinces de
Tras-os-Montes et de Beïra. Le général Saint-Cyr, qui devait commander
les Français, était allé à Madrid concerter les opérations avec le
prince de la Paix; et, quoiqu'il fût peu propre à ménager la
susceptibilité d'autrui, en ayant beaucoup lui-même, il avait réussi à
faire accepter au prince de bons avis, et à concerter avec lui un plan
d'opérations convenable.

Le Portugal, en se voyant serré de si près, avait envoyé à Madrid M.
d'Aranjo, auquel on avait refusé passage. M. d'Aranjo s'était alors
rendu en France, où il avait trouvé les mêmes refus. Le Portugal se
disait prêt à subir toutes les conditions, pourvu qu'il ne fût pas
contraint à fermer ses ports aux bâtiments de commerce anglais. Ces
offres furent repoussées. Il fut convenu qu'on lui demanderait
l'expulsion complète des vaisseaux anglais, tant de guerre que de
commerce, qu'on tiendrait trois de ses provinces en dépôt, jusqu'à la
paix, et qu'on lui ferait payer enfin les frais de l'expédition.

[En marge: Les troupes espagnoles en marche vers le Portugal.]

Les troupes des deux nations se mirent en marche, et le Prince de la
Paix quitta Madrid, la tête remplie des plus beaux rêves de gloire. La
cour et Lucien lui-même devaient l'accompagner. Le Premier Consul
avait recommandé la plus exacte discipline aux troupes françaises; il
leur avait prescrit d'entendre la messe le dimanche, de visiter les
évêques lorsqu'on traverserait un chef-lieu de diocèse, en un mot, de
se conformer en tout aux coutumes espagnoles. Il voulait que la vue
des Français, au lieu d'éloigner les Espagnols, les rapprochât encore
davantage de la France.

[En marge: Emploi des forces navales de France, d'Espagne et de
Hollande.]

Tout allait, de ce côté, suivant les désirs du Premier Consul, et
suivant le plus grand intérêt de la négociation entamée à Londres.
Mais il restait encore beaucoup à faire, relativement à l'emploi des
forces navales. On a vu de quelle manière devaient concourir au but
commun, les trois marines de Hollande, de France et d'Espagne. Cinq
vaisseaux hollandais, 5 vaisseaux français, 5 vaisseaux espagnols, en
tout 15, chargés de troupes, devaient menacer le Brésil, ou essayer de
reprendre la Trinité. Tout le reste des forces navales était destiné à
l'Égypte. Ganteaume, sorti de Brest avec 7 vaisseaux, portant un
secours considérable, était en route pour Alexandrie. Les autres
bâtiments espagnols et français étaient demeurés à Brest, pour faire
craindre sans cesse une expédition en Irlande, tandis qu'une seconde
expédition, sortant de Rochefort, donnant la main à 5 vaisseaux
espagnols armés au Ferrol, à 6 autres vaisseaux armés à Cadix, devait
suivre Ganteaume en Égypte. Mais on n'avait pas pu révéler ce projet à
l'Espagne, crainte d'indiscrétion. On lui demanda, sans explication,
de faire passer à Cadix la division navale préparée au Ferrol. La cour
d'Espagne réclama vivement contre cette direction, allégua le danger
de percer les croisières anglaises, très-nombreuses à l'entrée du
détroit, et dans les environs de Gibraltar. Les vaisseaux du Ferrol
étaient d'ailleurs à peine en état de mettre à la mer, tant leur
armement avait été retardé. Lucien, sans avouer le projet sur
l'Égypte, parla du besoin de dominer la Méditerranée, de la
possibilité de tenter dans cette mer quelque chose d'utile aux deux
pays, d'essayer peut-être une expédition pour reprendre Minorque.
Enfin il arracha les ordres nécessaires, et la division espagnole du
Ferrol dut être conduite à Cadix par la flotte française de Rochefort.
Ce n'était pas tout: l'Espagne, comme on doit s'en souvenir, avait
promis le don de six vaisseaux. Il y avait contestation sur l'époque à
laquelle cette condition serait exécutée; mais, comme on allait livrer
la Toscane, avant même que la Louisiane fût remise à la France, il
était bien juste que les vaisseaux fussent donnés immédiatement. Le
ministère espagnol se décida enfin à en choisir six dans l'arsenal de
Cadix, et à nous les abandonner sur-le-champ; mais il ne voulait pas
les livrer armés, et pourvus de vivres. On ne pouvait cependant y
envoyer de France des canons et du biscuit. C'étaient là de mesquines
contestations, en présence de l'ennemi commun, qu'il fallait battre
par tous les moyens, si on voulait l'obliger à réduire ses
prétentions. Ces difficultés furent enfin résolues comme le souhaitait
le Premier Consul. On a déjà vu que l'amiral français Dumanoir était
parti en poste pour Cadix, afin de veiller à l'équipement des
vaisseaux espagnols devenus français, et d'en prendre le commandement.
Cet amiral avait visité les ports d'Espagne, et y avait trouvé toute
la confusion, tout le dénûment de l'opulence négligente et
désordonnée. Avec les débris d'un magnifique matériel, avec de
nombreux bâtiments fort beaux, mais désarmés, avec des établissements
superbes, il n'y avait à Cadix, faute de solde, ni un matelot, ni un
ouvrier, pour remettre cette marine à flot. Tout était livré au
gaspillage et à l'abandon[1]. Le ministère français avait envoyé à
l'amiral Dumanoir des crédits sur les maisons les plus riches de
Cadix, et, à force d'argent comptant, cet officier était parvenu à
vaincre les principales difficultés. Après avoir choisi les vaisseaux
qui avaient le moins souffert du temps et de la négligence espagnole,
il les arma en se servant du matériel enlevé aux autres; il se procura
des matelots français, les uns émigrés par suite de la Révolution, les
autres échappés des prisons d'Angleterre; il en reçut un certain
nombre, expédiés des ports de France sur des bâtiments légers; il
demanda et obtint la permission d'enrôler quelques Espagnols; il
engagea au moyen d'une forte solde des Suédois et des Danois. On lui
envoya en poste, à travers la Péninsule, les officiers nécessaires
pour organiser ses états-majors, et on fit marcher par la Catalogne
des détachements d'infanterie française pour compléter ses équipages.
Cette division, celle du Ferrol, celle de Rochefort, formant une force
d'environ dix-huit vaisseaux, devaient aller en Égypte, après avoir
touché à Otrante, pour y prendre dix mille hommes de débarquement. Ces
projets, dont on a vu plus haut l'exposé, étaient maintenant en
complète exécution.

         [Note 1: Les rapports de cet amiral, qui existent aux
         archives, non de la marine, mais des affaires étrangères,
         présentent le plus curieux tableau de ce que peut devenir un
         grand État dans de mauvaises mains.]

[En marge: Complaisance du Premier Consul à l'égard de l'Espagne, pour
exciter le zèle de celle-ci en faveur de la cause commune.]

Pour arracher à l'Espagne les faibles efforts qu'on venait d'en
obtenir avec tant de peine, le Premier Consul avait rempli toutes ses
promesses envers elle, avec une fidélité remarquable, et les avait
même outre-passées. La maison de Parme ayant reçu, en place de son
duché, le beau pays de la Toscane, ce qui était depuis long-temps le
voeu le plus ardent de la cour de Madrid, il fallait pour une telle
substitution le consentement de l'Autriche. Le Premier Consul s'était
appliqué à l'obtenir, et y avait réussi. Le duché de Toscane avait été
en outre érigé en royaume d'Étrurie. Le vieux duc régnant de Parme,
prince dévot, ennemi de toutes les nouveautés du temps, était frère,
comme nous l'avons dit, de la reine d'Espagne. Son fils, jeune homme
fort mal élevé, avait épousé une infante, et vivait à l'Escurial.
C'est à ces deux jeunes époux qu'on avait destiné le royaume
d'Étrurie. Toutefois le Premier Consul, n'ayant promis ce royaume
qu'en échange du duché de Parme, n'était tenu de livrer l'un, qu'à la
vacance de l'autre, et cette vacance ne pouvait avoir lieu qu'à la
mort ou à l'abdication du vieux duc régnant; mais ce vieux duc ne
voulait ni mourir, ni abdiquer. Malgré l'intérêt que le Premier Consul
avait à se délivrer d'un tel hôte en Italie, il consentit à le tolérer
à Parme, en plaçant tout de suite les infants sur le trône d'Étrurie.
Seulement il exigea qu'ils vinssent à Paris recevoir la couronne de
ses mains, comme autrefois les monarques sujets venaient, dans
l'antique Rome, recevoir la couronne des mains du peuple-Roi. C'était
un spectacle grand et singulier, qu'il voulait donner à la France
républicaine. Ces jeunes princes quittèrent donc Madrid pour se rendre
à Paris, au moment même où leurs parents s'acheminaient vers Badajos,
afin de donner au favori le plaisir d'être vu à la tête d'une armée.

Telles étaient les complaisances au moyen desquelles le Premier Consul
espérait éveiller le zèle de la cour d'Espagne, et la faire concourir
à ses desseins.

[En marge: Tous les regards tournés en ce moment vers l'Égypte.]

Dans cet instant tout convergeait vers l'Égypte. C'est vers elle que
tendaient les efforts, les regards, les craintes, les espérances des
deux grandes nations belligérantes, la France et l'Angleterre. Il
semblait qu'avant de déposer les armes, ces deux nations voulussent
s'en servir une dernière fois, pour terminer avec éclat, et à leur
plus grand avantage, la terrible guerre qui ensanglantait le globe
depuis dix années.

[En marge: Navigation de Ganteaume, sorti de Brest par une tempête.]

Nous avons laissé Ganteaume essayant de sortir de Brest, le 3 pluviôse
(23 janvier 1801), par une horrible tempête. Les vents avaient été
long-temps faibles ou contraires. Enfin, par une bouffée du nord-ouest,
qui portait à la côte, on avait mis à la voile, pour obéir à
l'aide-de-camp du Premier Consul, Savary, qui était à Brest, avec
mission de vaincre toutes les résistances. Ce pouvait être une grande
imprudence; mais comment faire en présence d'une flotte ennemie, qui
bloquait incessamment la rade de Brest, par tous les temps, et ne se
retirait que lorsque la croisière devenait impossible? Il fallait ou ne
jamais sortir, ou sortir par une tempête qui éloignât les Anglais.
L'escadre forte de 7 vaisseaux, 2 frégates, un brick, tous bâtiments qui
marchaient bien, portait 4 mille hommes de troupes, un immense matériel,
et de nombreux employés avec leurs familles, croyant aller à
Saint-Domingue. On éteignit les feux de l'escadre afin de n'être pas
aperçu, et on appareilla au milieu des plus grandes appréhensions. Le
vent de nord-ouest était, pour sortir de Brest, le plus dangereux de
tous. Il régnait en ce moment avec une extrême violence, mais
heureusement il n'acquit toute sa force que lorsqu'on avait déjà franchi
les passes, et qu'on arrivait au large. On eut à essuyer des rafales
horribles, et une mer épouvantable. L'escadre marchait en ordre de
bataille, le vaisseau amiral en tête; c'était l'_Indivisible_. Il était
suivi du _Formidable_, qui portait le pavillon du contre-amiral Linois.
Le reste de la division suivait, chaque vaisseau prêt à combattre, si
l'ennemi se présentait. À peine était-on au large, que le vent, toujours
plus furieux, emporta les trois huniers du _Formidable_. Le vaisseau la
_Constitution_ perdit son grand mât de hune; le _Dix-Août_ et le
_Jean-Bart_, qui le suivaient de près, se placèrent à droite et à
gauche, et le gardèrent à vue jusqu'au lendemain, pour venir à son
secours s'il en avait besoin. Le brick le _Vautour_ faillit être
submergé, et allait couler lorsqu'il fut secouru. Au milieu de la
tempête et des ténèbres, l'escadre avait été dispersée. Le lendemain à
la pointe du jour, Ganteaume, monté sur l'_Indivisible_, resta quelque
temps en panne afin de rallier sa division; mais craignant le retour des
Anglais, qui jusque-là ne s'étaient pas montrés, et comptant sur les
rendez-vous donnés à chaque vaisseau, il fit voile vers le point de
ralliement convenu. Ce point de ralliement était à cinquante lieues à
l'ouest du cap Saint-Vincent, l'un des caps les plus saillants de la
côte méridionale d'Espagne. Les autres vaisseaux de la division, après
avoir essuyé la tourmente, réparèrent leurs avaries en mer, au moyen de
leur matériel de rechange, et finirent par se réunir tous, sauf le
vaisseau amiral, qui, après les avoir attendus, avait fait voile vers le
lieu du rendez-vous. Le seul accident de la traversée fut une rencontre
de la frégate française la _Bravoure_, avec la frégate anglaise la
_Concorde_, qui était venue observer la marche de la division. Le
capitaine Dordelin, qui commandait la _Bravoure_, alla droit à la
frégate anglaise, et lui offrit le combat. Il se plaça bord à bord avec
elle, et lui envoya plusieurs volées de canon, qui produisirent sur son
pont un affreux ravage. Le capitaine Dordelin faisait ses dispositions
pour monter à l'abordage, lorsque la frégate anglaise, manoeuvrant de
son côté pour échapper à ce péril, se sauva en faisant force de
voiles[2].

         [Note 2: Les Anglais ont prétendu que c'était la frégate
         française qui avait abandonné le champ de bataille. Les
         renseignements puisés auprès de deux officiers supérieurs,
         qui existent encore, et qui faisaient partie de l'escadre, ne
         m'ont laissé aucun doute sur la vérité du récit que je
         présente ici.]

La frégate française rejoignit la division, et bientôt, sur le
méridien indiqué, tous les vaisseaux furent réunis autour du pavillon
amiral. On marcha ainsi vers le détroit de Gibraltar, après avoir
échappé comme par miracle aux dangers de la mer et de l'ennemi.
L'escadre était pleine d'ardeur; elle commençait à deviner où l'on
allait, et chacun désirait remplir la glorieuse mission de sauver
l'Égypte.

[En marge: Ganteaume franchit heureusement le détroit de Gibraltar.]

[En marge: Ganteaume, trompé sur la force de la division Warren,
rentre dans Toulon, au lieu de se rendre en Égypte.]

Il importait de se hâter, car dans ce moment la flotte de l'amiral
Keith, réunie dans la baie de Macri, sur la côte de l'Asie-Mineure,
n'attendait plus que les derniers préparatifs des Turcs, toujours fort
lents, pour mettre à la voile, et porter une armée anglaise aux
bouches du Nil. Il fallait donc la devancer, et les circonstances
semblaient s'y prêter de la manière la plus heureuse. L'amiral anglais
Saint-Vincent, qui commandait le blocus de Brest, averti trop tard de
la sortie de Ganteaume, avait envoyé à sa suite l'amiral Calder, avec
une force égale à la division française, c'est-à-dire avec 7 vaisseaux
et 2 frégates. Les Anglais, ne pouvant imaginer que la division
française osât pénétrer dans la Méditerranée, au milieu de tant de
croisières, trompés d'ailleurs par tous les rapports, crurent que les
Français avaient navigué vers Saint-Domingue. L'amiral Calder se
dirigea donc vers les Canaries, pour de là se porter aux Antilles.
Pendant ce temps Ganteaume avait embouché le détroit, et rangeait la
côte d'Afrique, pour se dérober aux croiseurs anglais de Gibraltar.
Les vents ne le secondaient pas suffisamment, mais l'occasion était
favorable pour remplir sa mission, car l'amiral anglais Warren, qui
croisait sans cesse de Gibraltar à Mahon, n'avait guère que 4
vaisseaux, tout le reste des forces anglaises étant, avec l'amiral
Keith, employé au transport de l'armée de débarquement.
Malheureusement Ganteaume ignorait ces détails, et la grave
responsabilité qui pesait sur sa tête, lui causait un trouble
involontaire, que jamais les boulets n'avaient produit dans son
intrépide coeur. Incommodé par deux bâtiments ennemis qui étaient
venus l'observer de trop près, le cutter le _Sprightly_ et la frégate
le _Succès_, il leur donna la chasse, et les prit tous les deux. Enfin
il passa le détroit, et entra dans la Méditerranée. Il n'avait plus
qu'à forcer de voiles, et à plonger vers l'Orient. L'amiral Warren, en
effet, était blotti dans la rade de Mahon, et l'amiral Keith,
embarrassé de deux cents transports, n'avait pas encore quitté les
parages de l'Asie-Mineure. Les rivages de l'Égypte étaient donc
libres, et l'on pouvait porter à l'armée française les secours qu'elle
attendait impatiemment, et qu'on lui annonçait depuis long-temps. Mais
Ganteaume, toujours inquiet du sort de son escadre, et plus encore du
sort des nombreux soldats qu'il avait à son bord, se troublait à la
vue des moindres bâtiments qu'il rencontrait. Supposant entre lui et
l'Égypte une escadre ennemie qui n'y était pas, il était surtout
effrayé de l'état de ses vaisseaux, et craignait, s'il fallait
précipiter sa marche devant un ennemi supérieur, de ne le pouvoir pas
avec des mâtures endommagées par la tempête, et hâtivement réparées à
la mer. Il avait donc perdu toute confiance. Mécontent de la frégate
la _Bravoure_ qui ne marchait pas assez bien à son gré, il voulut s'en
défaire, et la diriger vers Toulon. Au lieu de l'acheminer tout
simplement vers ce port, et de continuer, quant à lui, à longer la
côte d'Afrique en naviguant de l'ouest à l'est, il eut le tort de
remonter au nord, et de venir se placer presque en vue de Toulon. Son
intention était d'escorter la _Bravoure_ pendant une partie du chemin,
afin de la sauver des croiseurs ennemis; mauvaise raison assurément,
car il valait cent fois mieux compromettre le sort d'une frégate, que
le sort de sa mission. Grâce à cette faute, il fut aperçu de l'amiral
Warren, qui se hâta de sortir de Mahon. Ganteaume, pour lui imposer,
feignit de lui donner la chasse. L'intrépide capitaine Bergeret,
commandant le vaisseau français le _Dix-Août_, s'avançant plus vite et
plus loin que les autres, vint reconnaître les Anglais de très-près,
et n'aperçut que quatre vaisseaux et deux frégates. Saisi de joie à
cette vue, il crut que supérieurs aux Anglais, nous allions marcher
sur eux, pour les chasser ou les combattre. Mais tout à coup il reçut
le signal de cesser la poursuite, et de rejoindre l'escadre. Ce brave
officier, désolé, se mit tout de suite en communication avec
Ganteaume, lui répéta qu'il était trompé par ses vigies, qu'on n'avait
en présence que quatre vaisseaux: vains efforts! Ganteaume crut en
voir sept ou huit, et résolut de faire voile au nord. Cependant il
était certain (comme les rapports de l'amiral de Warren l'ont prouvé
depuis) que nous n'avions devant nous que quatre vaisseaux ennemis[3].
Ganteaume se rapprocha donc du golfe de Lion, pour expédier la
_Bravoure_, et, ayant aperçu de nouveau l'escadre anglaise, il rentra
éperdu dans Toulon. Là d'autres inquiétudes l'attendaient: c'était la
crainte de la colère du Premier Consul, indigné de voir compromettre,
au moment même du succès, une si importante expédition. Cette
résolution fatale perdit l'Égypte, qui ce jour même aurait pu être
sauvée.

         [Note 3: Voir un rapport de l'amiral Warren, du 23 avril
         1801, inséré au _Moniteur_ du 27 messidor an IX (numéro
         double 296 et 297).]

[En marge: Des frégates parties de Toulon et de Rochefort, parviennent
sans difficulté à Alexandrie.]

En effet, pendant que Ganteaume louvoyait entre, la côte d'Afrique et
Mahon, deux frégates, la _Justice_ et l'_Égyptienne_, sorties de
Toulon avec des munitions et 400 hommes de troupes, avaient fait voile
à l'est, et, sans rencontrer un seul vaisseau anglais, étaient entrées
dans Alexandrie. Deux autres frégates, la _Régénérée_ et
l'_Africaine_, parties de Rochefort, venaient de traverser l'Océan, et
de pénétrer par le détroit dans la Méditerranée, sans éprouver aucun
accident. Malheureusement elles s'étaient séparées. La _Régénérée_
arriva, sans fâcheuse rencontre, devant Alexandrie le 2 mars 1801 (11
ventôse an IX). L'_Africaine_, jointe par une frégate anglaise pendant
la nuit, s'arrêta pour la combattre. Elle avait 300 hommes de troupes
à bord, qui, voulant se mêler au combat, amenèrent un désordre
affreux, et, après une lutte héroïque, devinrent cause de sa défaite.
Elle fut prise par la frégate anglaise. Mais, comme on le voit, sur
quatre frégates parties les unes de Toulon, les autres de Rochefort,
trois, arrivées sans accident, avaient trouvé la côte d'Égypte
délivrée de la présence de l'ennemi, et si facilement abordable,
qu'elles étaient entrées sans coup férir dans le port d'Alexandrie:
tant les rencontres sont difficiles sur l'immensité des mers, tant
l'audace y peut servir un officier, qui veut risquer son pavillon pour
l'accomplissement d'un grand devoir!

Ganteaume était entré dans Toulon le 19 février (30 pluviôse), accablé
de fatigue, dévoré d'inquiétudes, éprouvant, écrivait-il au Premier
Consul, tous les tourments à la fois[4]. Cela devait être, car il
venait de compromettre des intérêts du premier ordre. Le Premier
Consul, naturellement irritable, contenait peu son humeur, quand on
avait fait échouer, ses projets. Mais il connaissait les hommes; il
savait que ce n'était pas dans le moment même de l'action, qu'il
fallait leur donner des signes de mécontentement, parce qu'en s'y
prenant ainsi, on les ébranlait au lieu de les ranimer; il savait que
Ganteaume avait besoin d'être encouragé, soutenu, et non pas
désespéré par les éclats d'une colère que tout le monde redoutait
alors, comme le plus grand des malheurs. Aussi, loin de l'accabler de
ses reproches, lui envoya-t-il son aide-de-camp Lacuée, afin de le
consoler et de le ranimer, afin de mettre à sa disposition des
troupes, des vivres, de l'argent, et d'en obtenir immédiatement une
nouvelle sortie. Il se borna, pour toute sévérité, à le blâmer,
doucement, d'avoir quitté les parages de l'Afrique pour ceux des
Baléares, et d'avoir attiré ainsi l'amiral Warren à sa poursuite.

         [Note 4: Lettre écrite le 19 février (30 pluviôse), jour même
         de son entrée à Toulon, et conservée aux archives de la
         marine.]

Ganteaume était un brave homme, bon marin et excellent soldat. Mais
son état moral en ce moment prouve que la responsabilité ébranle les
hommes, beaucoup plus que le danger du canon. Cela même est honorable
pour eux, car cela fait voir qu'ils craignent encore plus de
compromettre les plans dont ils sont chargés, que de compromettre leur
vie. Ganteaume, encouragé par le Premier Consul, se mit à l'oeuvre;
mais il perdit du temps soit pour réparer les avaries de ses
vaisseaux, soit pour attendre les vents favorables. Il restait
néanmoins encore quelques instants propices. L'amiral Warren s'était
porté vers Naples et la Sicile. L'amiral Keith s'approchait, il est
vrai, d'Aboukir avec l'armée anglaise; mais il n'était pas impossible
de tromper sa vigilance, et de débarquer les troupes françaises, ou au
delà d'Aboukir, c'est-à-dire à Damiette, ou en deçà, à vingt ou
vingt-cinq lieues à l'ouest d'Alexandrie, ce qui aurait permis à nos
soldats de regagner l'Égypte, au moyen de quelques marches à travers
le désert.

[En marge: Nouvelle sortie de Ganteaume.]

Tandis que les instances du Premier Consul provoquaient une seconde
sortie de Ganteaume, de nouvelles lettres parties de Paris pressaient
l'organisation des escadres de Rochefort, du Ferrol et de Cadix, pour
faire arriver des secours en Égypte par toutes les voies à la fois.
Enfin Ganteaume, ranimé par les exhortations du Premier Consul, mêlées
de nombreux témoignages de bonté, remit à la voile le 19 mars (28
ventôse). Mais au moment de sortir, le vaisseau la _Constitution_
échoua; il fallut attendre deux jours pour le remettre à flot. Le 22
mars (1er germinal), l'escadre appareilla de nouveau avec sept
vaisseaux, plusieurs frégates, et se dirigea vers la Sardaigne, sans
être aperçue par les Anglais.

Il était fort à désirer que ces efforts réussissent, au moins en
partie; car notre armée d'Égypte, livrée à ses seules ressources,
avait sur les bras les soldats réunis de l'Orient et de l'Occident.
Toutefois, même réduite à ses propres forces, elle pouvait vaincre la
multitude de ses ennemis, comme elle l'avait fait dans les champs
d'Aboukir et d'Héliopolis, si elle était bien conduite.
Malheureusement le général Bonaparte n'était plus à sa tête; Desaix et
Kléber étaient morts.

[En marge: État de l'Égypte depuis la mort de Kléber.]

Il faut maintenant faire connaître la situation de l'Égypte, depuis le
funeste coup de poignard qui avait abattu cette noble figure de
Kléber, dont le seul aspect, aux bords du Rhin comme aux bords du Nil,
suffisait pour raffermir le coeur de nos soldats, pour leur faire
oublier les périls, la misère, les douleurs de l'exil. Il faut décrire
l'état d'abord prospère de la colonie, et puis son désastre si
soudain; il le faut, car il est bon de présenter aux yeux d'une nation
le spectacle de ses revers comme celui de ses succès, pour qu'elle y
puise des leçons utiles. Certes, au milieu des prospérités inouïes du
Consulat, fruit d'une conduite accomplie, un malheur ne saurait
obscurcir l'éclat du tableau que nous avons à tracer; mais il faut
donner à nos hommes de guerre, et à nos généraux encore plus qu'à nos
soldats, la cruelle leçon contenue dans les derniers jours de
l'occupation d'Égypte. Puisse-t-elle les faire réfléchir sur leur
penchant trop ordinaire à la désunion, surtout quand une main
puissante ne les soumet pas, et ne tourne pas contre l'ennemi commun
l'activité de leur esprit, et la vivacité de leurs passions!

[En marge: Résignation des Égyptiens à la domination française.]

Lorsque Kléber mourut, l'Égypte paraissait soumise. Après avoir vu
l'armée du grand visir dissipée en un clin d'oeil, et la révolte des
trois cent mille habitants du Kaire réprimée en quelques jours par une
poignée de soldats, les Égyptiens regardaient les Français comme
invincibles, et considéraient leur établissement sur les Lords du Nil
comme un arrêt du destin. Et d'ailleurs ils commençaient à se
familiariser avec leurs hôtes européens, et à trouver que le nouveau
joug était beaucoup moins lourd que l'ancien; car ils payaient moins
d'impôts que sous les Mamelucks, et ne recevaient pas à l'époque de la
perception du miri des coups de bâton, comme sous leurs
coreligionnaires dépossédés. Mourad-Bey, ce prince mameluck d'un
caractère si brillant, si chevaleresque, et qui avait fini par
s'attacher aux Français, tenait en fief la Haute-Égypte. Il se
montrait vassal fidèle, payait exactement son tribut, et faisait avec
soin la police du Haut-Nil. C'était un allié sur lequel on pouvait
compter. Une simple brigade de 2,500 hommes, placée aux environs de
Beni-Souef, et toujours facile à replier sur le Kaire, suffisait pour
contenir la Haute-Égypte; ce qui était un grand avantage, vu
l'effectif très-restreint de nos troupes.

[En marge: Bonnes dispositions de l'armée française.]

L'armée française, de son côté, ayant partagé l'erreur de son général
à l'époque de la convention d'El-Arisch, et l'ayant réparée avec lui
dans les plaines d'Héliopolis, avait le sentiment de sa faute, et
n'était pas disposée à y retomber. Comprenant qu'elle devait compte à
la République d'une si belle possession, elle ne songeait plus à
l'évacuer. D'ailleurs le général Bonaparte se trouvait aujourd'hui
parvenu au pouvoir suprême; elle s'expliquait maintenant les motifs de
son départ, et ne le considérait plus comme un déserteur. Se croyant
toujours présente aux yeux de son ancien général, elle n'avait plus
aucune inquiétude sur son sort futur. Grâce, en effet, à la prévoyance
du Premier Consul, qui faisait noliser des navires de commerce dans
tous les ports, il ne se passait pas une semaine sans qu'il entrât
dans Alexandrie quelques bâtiments plus ou moins grands, qui
apportaient des munitions, des denrées d'Europe, des journaux, la
correspondance des familles, et les dépêches du gouvernement. Par
suite de ces communications fréquentes, la patrie était comme présente
à tous les esprits. Sans doute, le regret s'en éveillait promptement
dans les coeurs, lorsqu'une occasion venait les émouvoir. À la mort de
Kléber, par exemple, lorsque le général Menou prit le commandement,
tous les yeux se tournèrent encore une fois vers la France. Un général
de brigade, présentant ses officiers à Menou, lui demanda s'il
songerait enfin à les ramener dans leur patrie. Menou le gourmanda
vivement, proclama dans un ordre du jour sa résolution formelle de se
conformer aux intentions du gouvernement, qui étaient de garder la
colonie à jamais, et tous les coeurs se soumirent de nouveau. Mais,
par-dessus tout, le général Bonaparte occupait le pouvoir: c'était
toujours pour les anciens soldats d'Italie, la meilleure raison de se
confier, et d'espérer.

[En marge: L'armée vit dans l'abondance.]

[En marge: Ingénieux efforts de la colonie pour se suffire à
elle-même.]

[En marge: Rétablissement du commerce avec l'Afrique, l'Arabie et la
Grèce.]

La solde était au courant, les denrées à bas prix. Au lieu de fournir
la paye du soldat en vivres, on la lui donnait en argent. On ne lui
fournissait que le pain en nature. Il avait ainsi le bénéfice du bon
marché, et il vivait dans la plus grande abondance, mangeant le plus
souvent de la volaille au lieu de la viande de boucherie. Le drap
manquait; mais, vu la chaleur du climat, on y suppléait, pour une
partie de l'habillement, avec de la toile de coton, fort abondante en
Égypte. Pour le reste, on avait pris tous les draps apportés par le
commerce en Orient, quelle que fût leur couleur. Il en résultait
quelque diversité dans l'uniforme; on voyait, par exemple, des
régiments habillés en bleu, en rouge, en vert; mais enfin le soldat
était vêtu, et présentait même une belle tenue. Le savant colonel
Conte rendait à l'armée de grands services, par la fécondité de ses
inventions. Il avait amené avec lui la compagnie des aérostiers, reste
des aérostiers de Fleurus. C'était une réunion d'ouvriers de toutes
les professions, organisés militairement. Avec leur secours, il avait
établi au Kaire des machines à tisser, à fouler, à tondre les draps;
et, comme la laine ne manquait pas, on espérait que bientôt on
pourrait suppléer complétement aux étoffes d'Europe. Il en était de
même de la poudre. Les fabriques établies au Kaire par M. Champy, en
produisaient déjà une quantité suffisante pour tous les besoins de la
guerre. Le commerce intérieur se rétablissait à vue d'oeil. Les
caravanes, bien protégées, commençaient à venir du centre de
l'Afrique. Les Arabes de la mer Rouge se rendaient dans les ports de
Suez et de Cosséir, où ils échangeaient le café, les parfums, les
dattes, contre les blés et les riz de l'Égypte. Les Grecs, profitant
du pavillon turc, et plus agiles que les croiseurs anglais, venaient
apporter à Damiette, à Rosette et Alexandrie, de l'huile, du vin et
diverses denrées. En un mot, on ne manquait de rien dans le présent,
et de grandes ressources se préparaient dans l'avenir. Les officiers,
voyant que l'occupation définitive de l'Égypte était chose résolue,
faisaient leurs dispositions pour s'y établir le moins tristement
possible. Ceux qui vivaient à Alexandrie, ou au Kaire, et c'était le
plus grand nombre, y avaient trouvé des logements commodes. Des
femmes syriennes, grecques, égyptiennes, les unes achetées aux
marchands d'esclaves, les autres obéissant à un penchant volontaire,
étaient venues partager leur demeure. La tristesse était bannie. Deux
ingénieurs avaient construit un théâtre au Kaire, et les officiers y
jouaient eux-mêmes des pièces françaises. Les soldats ne vivaient pas
plus mal que leurs chefs, et, grâce à cette facilité du caractère
français à se familiariser avec toutes les nations, on les voyait
fumer, boire du café, en compagnie des Turcs et des Arabes.

[En marge: Bon état des finances.]

[En marge: Effectif de l'armée.]

Les ressources financières de l'Égypte, bien administrées,
permettaient de satisfaire à tous les besoins de l'armée. L'Égypte
avait payé, sous les Mamelucks, suivant la plus ou moins grande
rigueur des exactions, 36 à 40 millions. Elle ne payait guère
aujourd'hui plus de 20 à 25 millions, et la perception était moins
dure. Ces 20 à 25 millions suffisaient aux dépenses de la colonie, car
toutes ces dépenses réunies n'allaient guère au delà de 1,700,000
francs par mois, c'est-à-dire, 20,400,000 francs par an. Le temps,
améliorant la perception, la rendant plus exacte et plus douce à la
fois, devait alléger les charges de la population, et accroître la
richesse de l'armée. Il n'était pas impossible de se créer un excédant
de 3 à 4 millions par an, qui aurait servi à former un petit trésor,
soit pour subvenir aux circonstances extraordinaires, soit pour
fournir à des constructions d'utilité ou de défense. L'armée était
encore de 25 à 26 mille individus, en comptant les administrations,
les femmes, les enfants de beaucoup de militaires et d'employés. Sur
ce nombre, on pouvait compter 23 mille soldats, dont 6 mille moins
valides, mais en état de défendre les citadelles, et 17 ou 18 mille
bien portants, capables du service le plus actif. La cavalerie était
superbe; elle égalait les Mamelucks en bravoure, et les surpassait en
discipline. L'artillerie de campagne était rapide, et bien servie. Le
régiment monté avec des dromadaires, avait atteint le plus haut degré
de perfection. Il parcourait le désert avec une rapidité
extraordinaire, et avait complétement dégoûté les Arabes du pillage.
La perte courante en hommes était peu considérable, car on ne comptait
alors que 600 malades sur 26 mille individus. Cependant, en supposant
encore une longue guerre, les hommes auraient peut-être manqué; mais
les Grecs s'enrôlaient avec empressement; les Cophtes aussi. Les
nègres eux-mêmes, achetés à très-bas prix, et remarquables par leur
dévouement, formaient d'excellentes recrues. L'armée, avec le temps,
aurait pu recevoir dans ses cadres dix à douze mille soldats, fidèles
et vaillants. Confiante jusqu'à l'excès, dans sa bravoure et son
expérience guerrière, elle ne doutait pas de jeter à la mer les Turcs
ou les Anglais, qu'on lui enverrait d'Asie ou d'Europe. Il est certain
que, bien commandés, ces 18 mille hommes, réunis à propos, et portés
en masse sur des troupes nouvellement débarquées, devaient, quoiqu'il
arrivât, rester maîtres du rivage de l'Égypte. Mais il fallait qu'ils
fussent bien dirigés: c'était la condition du succès pour cette
armée, comme pour toute autre.

Qu'on imagine Kléber, ou, ce qui aurait mieux valu, Desaix, le sage,
le vaillant Desaix, laissé en Égypte, d'où le tira malheureusement la
tendre affection du Premier Consul; qu'on l'imagine, échappant au
poignard musulman, et gouvernant l'Égypte pendant quelques années! Qui
peut douter qu'il ne l'eût convertie en une colonie florissante, qu'il
n'y eût fondé un superbe empire? Un climat sain, sans une seule
fièvre, une terre d'une fertilité inépuisable, des paysans soumis et
comme attachés à la glèbe, des recrues volontaires, quelle supériorité
de conditions sur l'établissement que nous fondons aujourd'hui en
Afrique!

[En marge: Le général Menou. Raisons qui lui valurent le
commandement.]

Mais au lieu de Kléber, au lieu de Desaix, c'est Menou qui était
devenu général en chef de l'armée, par droit d'ancienneté. Ce fut un
malheur irréparable pour la colonie, et ce fut une faute de la part du
Premier Consul, de ne l'avoir pas remplacé. N'étant pas sûr de faire
arriver à point nommé un ordre en Égypte, il craignait que, si
l'arrêté qui contenait la nomination d'un nouveau général, tombait
dans les mains des Anglais, ils ne s'en servissent pour désorganiser
le commandement. Ils auraient fait savoir que Menou était destitué, et
n'auraient pas transmis l'ordre qui lui donnait un successeur. Le
commandement serait donc resté incertain pendant un temps plus ou
moins long. Cependant ce motif ne suffirait pas pour excuser le
Premier Consul, s'il avait pu connaître la profonde incapacité de
Menou sous le rapport militaire. Une raison le décida en faveur de ce
général, c'était son zèle connu pour la conservation et la
colonisation de l'Égypte. Menou avait, en effet, vivement résisté au
projet d'évacuation, combattu l'influence des officiers du Rhin, et
s'était fait, en un mot, le chef du parti coloniste. Il avait même
poussé l'enthousiasme jusqu'à se convertir à l'islamisme, et jusqu'à
épouser une femme turque. Il s'appelait Abdallah Menou. Ces
singularités faisaient rire nos soldats, naturellement railleurs, mais
ne nuisaient pas à l'établissement, dans l'esprit des Égyptiens. Menou
avait de l'intelligence, de l'instruction, une grande application au
travail, le goût des établissements coloniaux, toutes les qualités
d'un administrateur, mais aucune des qualités d'un général. Dépourvu
d'expérience, de coup d'oeil, de résolution, il était, d'ailleurs,
tout à fait disgracié sous le rapport physique. Il avait de
l'embonpoint, la vue très-faible, et montait gauchement à cheval.
C'était un chef mal choisi pour des soldats aussi alertes et aussi
hardis que les nôtres. De plus, il manquait de caractère, et, sous son
autorité débile, les chefs de l'armée se divisant, furent bientôt en
proie à des discordes funestes.

Sous le général Bonaparte, il n'y eut en Égypte qu'un esprit, qu'une
volonté. Sous Kléber, il y eut un moment deux partis, les colonistes
et les anticolonistes, ceux qui voulaient rester, ceux qui voulaient
partir. Mais, après l'affront que les Anglais essayèrent d'infliger à
nos soldats, affront glorieusement vengé à Héliopolis, après la
nécessité reconnue de rester, tout rentra dans l'ordre. Sous
l'autorité imposante de Kléber, il y eut union et ordre. Mais il
s'écoula peu de temps entre la victoire d'Héliopolis et la mort de
Kléber. Dès que Menou eut pris le commandement, l'union disparut.

[En marge: Le général Reynier.]

Le général Reynier, bon officier d'état-major, ayant servi en cette
qualité dans les armées du Rhin, mais froid, sans extérieur, sans
action sur les soldats, jouissait cependant de l'estime universelle.
On le considérait comme l'un des officiers les plus dignes de figurer
à la tête de l'armée. Il était après Menou le plus ancien. Le jour
même de la mort de Kléber, il s'éleva une vive altercation entre
Reynier et Menou, non pas pour se disputer le commandement, mais, au
contraire, pour en décliner le fardeau. Aucun des deux, ne voulait
l'accepter: et, en effet, la situation, ce jour-là, était effrayante.
On croyait que le coup de poignard, sous lequel avait succombé le
général Kléber, était le signal d'un vaste soulèvement, organisé dans
toute l'Égypte par l'influence des Turcs et des Anglais. On devait
donc craindre beaucoup la pesante responsabilité du commandement, dans
des circonstances aussi critiques. Menou se rendit néanmoins aux
instances de Reynier et des autres généraux, et consentit à devenir le
chef de la colonie. Mais on fut bientôt éclairé sur la situation, par
la tranquillité profonde qui suivit la mort de Kléber, et le
commandement, refusé d'abord, fut regretté ensuite. Le général Reynier
désira donc ce qu'il avait commencé par ne pas vouloir. Sous un
extérieur froid, modeste, timide même, il cachait une vanité
profonde. L'autorité de Menou lui devint insupportable. Tranquille et
soumis jusque-là, il se montra dès lors frondeur et tracassier. À tout
il trouvait à redire. Menou avait accepté le commandement sur les
instances mêmes de ses compagnons d'armes, et s'était qualifié de
_Commandant en chef par intérim_; Reynier critiquait le titre pris par
Menou. Aux funérailles de Kléber, Menou avait assigné les quatre coins
du cercueil à des généraux divisionnaires, et s'était placé derrière,
à la tête de l'état-major: Reynier trouvait qu'il avait tranché du
vice-roi. Menou avait chargé l'illustre Fourier de faire l'éloge de
Kléber: Reynier prétendait que c'était une négligence envers la
mémoire de Kléber, que de le faire louer par un autre. Un retard dans
une souscription ouverte pour élever un monument à Kléber, des
difficultés sur la succession de ce général, bien chétive, comme celle
des nobles guerriers de cette époque; ces puérilités et d'autres,
furent interprétées par Reynier et par ceux qui suivaient son exemple,
de la plus fâcheuse manière. Nous citons ces misères, qui seraient
indignes de l'histoire, si leur petitesse même n'était instructive, en
montrant à quoi peut descendre le mécontentement sans motif. Reynier
devint donc un lieutenant insoumis, sot, et coupable. À lui se joignit
le général Damas, ami de Kléber, chef de l'état-major général, et
portant dans son coeur toutes les jalousies de l'armée du Rhin contre
l'armée d'Italie. L'opposition résida dès lors au sein même des
bureaux de l'état-major. Menou ne voulut pas la souffrir si près de
lui, et résolut d'enlever au général Damas le poste que celui-ci avait
occupé sous Kléber.

[En marge: Discordes dans le sein de l'armée.]

Les opposants déconcertés essayèrent de parer le coup en envoyant à
Menou, pour négocier avec lui, le sage et brave général Friant,
lequel, appliqué uniquement à ses devoirs, étranger à toutes les
divisions, ne s'en mêlait que pour chercher à les apaiser. Menou, plus
ferme que de coutume, ne se laissa pas fléchir, et remplaça le général
Damas par le général Lagrange. Il se trouva dès lors incommodé de
moins près par ses ennemis; mais ils n'en furent pas moins irrités,
bien au contraire; et la discorde parmi les chefs de l'armée n'en
devint que plus scandaleuse et plus inquiétante. Les gens sages
gémissaient de l'ébranlement qui pouvait en résulter dans le
commandement; ébranlement fâcheux partout, mais plus fâcheux encore
lorsqu'on est loin de l'autorité suprême, et placé au milieu de
dangers continuels.

[En marge: Travaux administratifs de Menou.]

Menou, mauvais général, mais administrateur laborieux, travaillait,
jour et nuit, à ce qu'il appelait l'organisation de la colonie. Il fit
de bonnes choses, il en fit aussi de mauvaises, mais surtout il en fit
trop. Il s'occupa d'abord de mettre la solde au courant en employant à
cet usage la contribution de dix millions, frappée par Kléber sur les
villes égyptiennes, comme châtiment de la dernière révolte. C'était un
moyen de maintenir le contentement et la soumission dans l'armée; car,
au moment de la convention d'El-Arisch, on avait vu se manifester chez
elle quelques mouvements d'insubordination, provoqués en partie par
le retard de la solde. Menou regardait donc l'acquittement régulier de
ce qui était dû au soldat, comme une garantie d'ordre, et il avait
raison. Mais il prit l'engagement téméraire de payer la solde,
toujours, avant toute autre dépense, oubliant les cas forcés que la
guerre pouvait faire naître. Il s'occupa du pain des troupes, qu'il
rendit excellent. Il organisa les hôpitaux, et s'appliqua
soigneusement à introduire l'ordre dans la comptabilité. Menou était
d'une parfaite intégrité, mais un peu enclin à la déclamation. Il
exprima si souvent, dans ses ordres du jour, l'intention de rétablir
la moralité dans l'armée, qu'il blessa tous les généraux. Ceux-ci
demandaient avec amertume, si tout était au pillage avant Menou, et si
l'honnêteté parmi eux datait de son arrivée au commandement. Il était
vrai, en effet, qu'on avait commis fort peu de malversations, depuis
l'occupation de l'Égypte. On avait fait, après la violation de la
convention d'El-Arisch, une prise considérable dans le port
d'Alexandrie; c'était celle des nombreux bâtiments, venus sous
pavillon turc, pour transporter l'armée en France, et presque tous
chargés de marchandises. Une commission était chargée de les vendre au
profit du trésor de la colonie. Menou parut mécontent des opérations
de la commission et du général Lanusse, qui commandait à Alexandrie;
il rappela celui-ci, de manière à porter atteinte à son caractère, et
le remplaça par le général Friant. Le général Lanusse en fut offensé,
et, de retour au Kaire, vint accroître le nombre des mécontents.
Menou ne s'en tint pas là; il voulut changer le système des
contributions, et, sous ce rapport, commit des fautes graves. Sans
aucun doute, on pouvait opérer plus tard une réforme dans les finances
de l'Égypte. Avec une répartition équitable de l'impôt foncier, avec
quelques taxes bien entendues sur les consommations, il était facile
de soulager le peuple égyptien, et d'augmenter considérablement les
revenus de l'autorité publique. Mais dans le moment, exposé qu'on
était aux attaques du dehors, il ne fallait pas se créer des
difficultés au dedans, et faire éprouver à la population des
changements, dont elle ne saurait pas d'abord apprécier le bienfait.
Percevoir avec plus d'ordre et d'équité les anciens impôts, suffisait
pour établir entre les Mamelucks et les Français une comparaison toute
à l'avantage de ces derniers, et pour alimenter largement le trésor de
l'armée. Menou imagina un cadastre général des propriétés, un nouveau
système d'impôt foncier, et surtout l'exclusion des Cophtes, qui, en
Égypte, étaient les fermiers des revenus, et jouaient à peu près le
rôle que les Juifs jouent dans le nord de l'Europe. Ces projets, bons
pour l'avenir, étaient fort mauvais pour le présent. Menou,
heureusement, n'eut pas le temps de mettre tout son plan à exécution;
mais il eut celui de créer des contributions nouvelles. Les cheiks
_El-Beled_, magistrats municipaux de l'Égypte, recevaient à certaines
époques l'investiture du pouvoir municipal, et obtenaient, en présent,
ou des pelisses, ou des schalls, de l'autorité qui les investissait.
Ils répondaient à ces dons par des présents de chevaux, de chameaux,
de bétail. Les Mamelucks renouvelaient cette cérémonie le plus souvent
possible, à cause du produit dont elle était pour eux l'occasion.
Quelques-uns même l'avaient convertie en une prestation en argent.
Menou imagina de généraliser cette mesure, et de l'étendre à toute
l'Égypte. Il frappa sur les cheiks _El-Beled_ un impôt, qui pouvait
monter à deux millions et demi. Ils étaient certainement assez riches
pour le payer, et même, pour beaucoup d'entre eux, cet impôt régulier
était un véritable dégrèvement. Mais ils avaient une grande influence
dans les deux mille cinq cents villages placés sous leur autorité, et
c'était s'exposer à les tourner contre soi, que de les soumettre à un
impôt absolu, uniforme, sans compensation, qui entraînait d'ailleurs
la suppression d'une coutume dont l'effet moral était utile. Menou,
possédé du désir d'assimiler l'Égypte à la France, ce qu'il appelait
la civiliser, imagina de plus un système d'octrois. L'Égypte avait ses
impôts sur les consommations, qui se percevaient dans les _okels_,
espèce d'entrepôts, dans lesquels on dépose en Orient toutes les
marchandises, qui se transportent d'un lieu à un autre. Ce mode de
perception était simple et facile. Menou voulut le convertir en un
impôt à la porte des villes, fort peu nombreuses en Égypte.
Indépendamment du trouble apporté aux habitudes du pays, l'effet
immédiat fut de faire renchérir les denrées dans les garnisons, de
rejeter une partie de cette charge sur l'armée, et d'exciter de
nouveaux murmures. Enfin Menou résolut de faire contribuer les
négociants riches, qui échappaient aux charges publiques, c'étaient
les Cophtes, les Grecs, les Juifs, les Damasquins, les Francs, etc. Il
leur imposa une capitation de 2,500,000 francs par an. Le fardeau
n'était pas trop lourd assurément, surtout pour les Cophtes, enrichis
par le fermage des impôts. Mais ces derniers avaient été fort
maltraités dans la révolte du Kaire; on avait d'ailleurs besoin d'eux,
car c'était à leur bourse qu'il fallait s'adresser, quand on voulait
emprunter quelque somme d'argent. Il n'était donc pas prudent de se
les aliéner, pas plus que d'aliéner les commerçants grecs et
européens, lesquels, très-rapprochés de nos moeurs, de nos usages, de
notre esprit, devaient être nos intermédiaires naturels auprès des
Égyptiens. Enfin Menou créa un impôt sur les successions, qu'il voulut
étendre même à l'armée, ce qui devint un nouveau grief pour les
mécontents.

Cette manie d'assimiler une colonie à la métropole, et de croire qu'en
la froissant on la civilise, possédait Menou comme tous les
colonisateurs peu éclairés, et plus pressés de faire vite que de faire
bien. Pour achever l'oeuvre, Menou créa un conseil privé, non pas
composé de quatre ou cinq chefs de service, mais d'une cinquantaine
d'officiers civils et militaires, pris parmi les divers grades.
C'était un vrai parlement, que le ridicule empêcha de réunir. Il y
ajouta enfin un journal arabe, destiné à porter à la connaissance des
Égyptiens et de l'armée, les actes de l'autorité française.

Cependant les soldats s'occupaient peu de ces créations. Ils vivaient
bien, riaient de Menou, mais aimaient sa bonhomie et sa sollicitude
pour eux. Les habitants étaient soumis et trouvaient, après tout, le
joug des Français beaucoup plus supportable que celui des Mamelucks.
Cependant il y avait des gens infiniment plus irritables, c'étaient
les mécontents de l'armée. Pour que Menou ne fût pas blâmé, il aurait
fallu qu'il ne fît absolument rien, qu'il ne livrât pas un seul acte à
leur critique envenimée, et alors ils auraient blâmé son inaction.
Mais Menou était trop possédé de la manie d'organiser, pour ne fournir
aucune matière à leurs critiques. Ils en profitèrent, et allèrent
jusqu'à projeter la déposition du général en chef, acte insensé, qui
aurait bouleversé la colonie, et converti l'armée d'Égypte en armée de
prétoriens. On sonda les corps d'officiers dans plusieurs divisions,
mais on trouva l'esprit si sage, si peu tourné du côté des révoltes,
qu'on y renonça. Reynier et Damas avaient entraîné Lanusse: tous
ensemble entraînèrent Belliard et Verdier, et, le général Friant
excepté, tous les divisionnaires firent bientôt partie de cette
funeste opposition. Deux anciens conventionnels, que le général
Bonaparte avait conduits en Égypte, pour occuper leur oisiveté,
Tallien et Isnard, étaient au Kaire, et revenus à leurs anciennes
habitudes, se montraient les plus ardents agitateurs. À défaut de la
déposition du général en chef, reconnue impraticable, les généraux
imaginèrent de faire auprès de lui une démarche de corps, pour
présenter leurs observations sur des mesures, dont quelques-unes
assurément étaient fort critiquables. Ils s'y rendirent sans s'être
fait annoncer, et surprirent beaucoup Menou, par leur subite
apparition. Ils lui exposèrent leurs griefs, qu'il entendit avec assez
de déplaisir, mais non sans une certaine dignité. Il promit de tenir
compte de quelques-unes de leurs observations, et eut la faiblesse de
ne pas réprimer à l'instant même l'inconvenance d'une telle conduite.
Cette démarche produisit dans l'armée un vrai scandale, et fut
sévèrement blâmée. Du reste, Isnard et Tallien payèrent pour tous, et
furent embarqués pour l'Europe.

Sur ces entrefaites arriva l'ordre du Premier Consul, qui confirmait
Menou dans sa position, et l'investissait du commandement en chef
d'une manière définitive. Cette expression de la volonté suprême vint
fort à propos, et fit rentrer dans le devoir une partie des
mécontents. Malheureusement de nouvelles tracasseries survinrent, et
replacèrent bientôt les choses dans leur premier état. C'est en
querelles misérables, que ces esprits chagrins, aigris par l'exil,
encouragés à la discorde par la faiblesse du commandement, employèrent
le temps écoulé depuis Héliopolis jusqu'au moment présent,
c'est-à-dire une année: temps précieux, qu'il aurait fallu employer à
vivre unis, pour se préparer par l'union à vaincre le redoutable
ennemi prêt à descendre en Égypte.

[En marge: Moyens préparés pour attaquer l'Égypte.]

Le Nil baissait, les eaux rentraient dans leur lit, les terres
inondées commençaient à sécher. L'époque des débarquements était
venue. On touchait au mois de février 1801 (ventôse an IX). Les
Anglais et les Turcs se disposaient à livrer de nouveaux assauts à la
colonie. Le grand visir, celui que Kléber avait battu à Héliopolis,
était à Gaza, entre la Palestine et l'Égypte, n'ayant pas osé depuis
sa défaite reparaître à Constantinople, ne comptant guère plus de dix
à douze mille hommes dans son armée, dévorés par la peste, vivant de
pillage, et ayant tous les jours à combattre les montagnards de la
Palestine, soulevés contre de pareils hôtes. Celui-là n'était pas de
long-temps à craindre. Le capitan-pacha, ennemi du visir, favori du
sultan, croisait avec quelques vaisseaux, entre la Syrie et l'Égypte.
Il aurait voulu renouveler la convention d'El-Arisch, espérant peu de
la force des armes pour reconquérir l'Égypte, et se défiant beaucoup
des Anglais, qu'il suspectait fort de vouloir arracher cette belle
contrée aux Français, pour s'en emparer eux-mêmes. Enfin 18 mille
hommes réunis à Macri, dans l'Asie-Mineure, les uns Anglais, les
autres Hessois, Suisses, Maltais, Napolitains, conduits par des
officiers exclusivement anglais, et soumis à une excellente
discipline, allaient s'embarquer à bord de l'escadre de lord Keith, et
descendre en Égypte, sous les ordres d'un bon général, sir Ralph
Abercromby.

À ces 18 mille soldats européens, devaient se joindre 6 mille
Albanais, que le capitan-pacha transportait en ce moment sur son
escadre, 6 mille Cipayes venant de l'Inde par la mer Rouge, et une
vingtaine de mille hommes, mauvais soldats d'Orient, prêts à
rejoindre les 10 mille hommes du grand visir en Palestine. C'étaient
environ 60 mille soldats que l'armée d'Égypte allait avoir sur les
bras. Elle n'avait à leur opposer que 18 mille combattants. Cependant
c'était assez, et même plus qu'il n'en fallait, si la direction était
bonne.

[En marge: Avis nombreux annonçant une prochaine expédition.]

D'abord il n'y avait pas danger d'être surpris, car les avis
arrivaient de toutes parts, tant de l'Archipel par les bâtiments
grecs, que de la Haute-Égypte par Murad-Bey, et de l'Europe elle-même
par les expéditions fréquentes du Premier Consul. Tous ces avis
annonçaient une prochaine expédition, composée à la fois d'Orientaux
et d'Européens. Menou, sourd aux avertissements qui lui parvinrent, ne
fit, dans ce moment critique, rien de ce qu'il fallait faire, et de ce
qui était clairement indiqué par la situation.

[En marge: Menou est sourd à tous les avis qui lui parviennent.]

La bonne politique conseillait d'abord de se ménager soigneusement la
fidélité de Murad-Bey, en le traitant convenablement, car il gardait
la Haute-Égypte, et d'ailleurs il préférait les Français aux Turcs et
aux Anglais. Menou négligea ce soin, et répondit aux informations de
Murad-Bey de manière à nous l'aliéner, s'il avait pu l'être. La bonne
politique conseillait encore de profiter de la défiance des Turcs à
l'égard des Anglais, et sans renouveler le scandale de la convention
d'El-Arisch, de les paralyser au moyen d'une négociation simulée, qui,
en les occupant, aurait ralenti leurs efforts. Menou ne songea pas
plus à ce moyen qu'aux autres.

[En marge: Il ne prend aucune des mesures commandées par les
circonstances.]

Quant aux mesures administratives et militaires que réclamait la
circonstance, il ne sut en prendre aucune à propos. Il fallait
d'abord faire à Alexandrie, à Rosette, à Damiette, à Ramanieh, au
Kaire, partout où l'armée pourrait être rassemblée, de grands
approvisionnements de guerre, toujours faciles dans un pays aussi
abondant que l'Égypte. Menou s'y refusa, ne voulant rien détourner du
service de la solde, qu'il avait promis de tenir à jour, et que la
difficulté de percevoir les nouveaux impôts permettait tout juste
d'acquitter en cet instant. Il fallait remonter la cavalerie et
l'artillerie, ressource principale contre une armée de débarquement,
ordinairement dépourvue de ces deux armes. Il s'y refusa par les mêmes
raisons financières. Il poussa même l'imprévoyance, jusqu'à choisir ce
moment pour faire couper les chevaux d'artillerie, qui étaient
entiers, et que leur fougue rendait incommodes.

[En marge: Points d'attaque contre l'Égypte, et moyens d'y pourvoir.]

Enfin Menou s'opposa aux concentrations de troupes, que la santé des
soldats rendait convenables dans cette saison, quand bien même aucun
danger n'aurait menacé l'Égypte. En effet quelques signes de peste
avaient été aperçus. Camper les troupes, et les tirer des villes était
urgent, indépendamment du besoin de les rendre plus mobiles. L'armée
répandue dans les garnisons, ou inutilement amassée au Kaire, ou
employée à la perception du miri, n'était nulle part en mesure d'agir.
Et cependant en bien disposant des 23 mille hommes qui lui restaient,
et dont 17 ou 18 mille étaient capables de servir activement, Menou
était en mesure de défendre partout l'Égypte avec avantage. Il
pouvait être attaqué par Alexandrie à cause de la rade d'Aboukir,
située dans le voisinage, et toujours préférée pour les débarquements;
par Damiette, autre point propre aux atterrages, quoique beaucoup
moins favorable que celui d'Aboukir; enfin par la frontière de Syrie,
où le visir se trouvait avec les débris de son armée. De ces trois
points il n'y en avait qu'un de sérieusement menacé, c'était
Alexandrie et la rade d'Aboukir; chose facile à prévoir, car tout le
monde le pensait ainsi, et le disait dans l'armée. La plage de
Damiette, au contraire, était d'un accès difficile, et se liait par si
peu de points avec le Delta, que l'armée ennemie, si elle y avait
débarqué, aurait été bloquée facilement, et bientôt obligée de se
rembarquer. Il n'était donc pas probable que les Anglais vinssent par
Damiette. Du côté de la Syrie, le visir devait inspirer peu de
craintes. Il était trop faible, trop rempli du souvenir d'Héliopolis,
pour prendre l'initiative. Il ne voulait se porter en avant, qu'après
que les Anglais auraient réussi à débarquer. Dans tous les cas,
c'était un bon calcul que de le laisser avancer, car il serait
d'autant plus compromis, qu'il se serait porté plus en avant. Le sujet
unique des préoccupations du général en chef, devait donc être l'armée
anglaise, dont le débarquement était annoncé comme très-prochain. Dans
cette situation, il fallait laisser une forte division autour
d'Alexandrie, c'est-à-dire 4 ou 5 mille hommes de troupes actives,
indépendamment des marins et des dépôts destinés à la garde des forts.
Deux mille hommes suffisaient à Damiette. C'était assez du régiment
des Dromadaires pour observer la frontière de Syrie. Une garnison de 3
mille hommes au Kaire, pouvant être rejointe par les 2 mille hommes de
la Haute-Égypte, et renforcée par quelques mille Français des dépôts,
suffisait, et au delà, pour contenir la population de la capitale, le
visir eût-il paru sous ses murs. Ces divers emplois absorbaient 11 ou
12 mille hommes, sur 17 ou 18 mille de troupes actives. Il restait une
réserve de 6 mille hommes d'élite, dont il fallait faire un gros camp,
également à portée d'Alexandrie et de Damiette. (Voir la carte nº 12.)
Il existait en effet un point qui réunissait toutes les conditions
désirables, c'était Ramanieh: lieu sain, au bord du Nil, pas loin de
la mer, facile à nourrir, situé à une journée d'Alexandrie, à deux
journées de Damiette, à trois ou quatre de la frontière de Syrie. Si
Menou avait établi à Ramanieh sa réserve de 6 mille hommes, il
pouvait, au premier avis, la porter en 24 heures sur Alexandrie, en 48
heures sur Damiette, et, s'il l'avait même fallu, en trois ou quatre
jours, vers la frontière de Syrie. Une pareille force eût rendu
partout impuissantes les tentatives de l'ennemi.

[En marge: Les lieutenants de Menou lui proposent vainement les
dispositions militaires convenables.]

Menou ne songeait à aucun de ces moyens, et non-seulement n'y songeait
point, mais repoussa les avis de tous ceux qui voulurent l'y faire
penser. Les bons conseils lui vinrent de toutes parts, notamment des
généraux qui lui étaient opposés. Ceux-ci, on doit leur rendre cette
justice, et parmi eux Reynier, plus habitué que les autres aux
grandes dispositions militaires, ceux-ci lui révélèrent le danger, lui
indiquèrent les mesures à prendre; mais ils s'étaient ôté tout crédit
sur le général en chef, par leur opposition intempestive, et,
maintenant qu'ils avaient raison, ils n'étaient pas plus écoutés que
lorsqu'ils avaient tort.

[En marge: Faiblesse des moyens du général Friant à Alexandrie.]

Le brave Friant, étranger aux fatales discordes de l'armée, s'occupait
avec zèle de la défense d'Alexandrie. Il avait organisé les marins et
les hommes de dépôts, de manière à pouvoir leur confier la garde des
forts; mais cela fait, il n'avait guère plus de 2 mille hommes de
troupes actives à réunir sur le lieu où se ferait le débarquement.
Encore fallait-il qu'il en consacrât une partie à garder les points
principaux de la plage, tels que le fort d'Aboukir, les postes de la
Maison-Carrée, d'Edko, et de Rosette. Ces points occupés il ne devait
pas lui rester plus de 1,200 hommes. Heureusement la frégate la
_Régénérée_, venue de Rochefort, avait apporté un renfort de 300
hommes, avec un surcroît de munitions considérable. Grâce à cette
circonstance inattendue, la force mobile du général Friant s'éleva
jusqu'à 1,500 hommes. Qu'on imagine de quel secours eût été en ce
moment l'escadre de Ganteaume, si, comptant un peu plus sur la
fortune, cet amiral avait apporté les quatre mille soldats d'élite qui
se trouvaient à bord de ses vaisseaux.

Le général Friant, dans le dénûment où il était, se bornait à demander
deux bataillons de plus, et un régiment de cavalerie. Par le fait,
cette force eût suffi, mais il était bien téméraire, dans une telle
conjoncture, de se confier en un renfort d'un millier d'hommes. Il
faut le dire, la confiance de l'armée en elle-même contribua beaucoup
à la perdre. Elle avait pris l'habitude de se battre en Égypte, un
contre quatre, quelquefois un contre huit, et elle ne se faisait pas
une idée exacte des moyens des Anglais, en fait de débarquement. Elle
croyait qu'ils ne pourraient jamais descendre à terre plus de quelques
centaines d'hommes à la fois, sans artillerie et sans cavalerie, et
elle imaginait qu'elle en viendrait facilement à bout avec ses
baïonnettes. C'était une fatale illusion. Néanmoins ce renfort demandé
par Friant, ce renfort, quelque faible qu'il fût, aurait tout sauvé:
on va en juger par les événements.

[En marge: Nouvelle certaine du débarquement prochain, par un canot
fait prisonnier.]

[En marge: Mauvaises dispositions de Menou, en apprenant l'approche
des Anglais.]

Le 28 février 1801 (9 ventôse an IX), on aperçut, non loin
d'Alexandrie, un canot anglais, qui semblait occupé à faire une
reconnaissance. On mit des chaloupes à sa poursuite, on le prit ainsi
que les officiers qu'il contenait, et qui étaient chargés de préparer
le débarquement. Les notes trouvées sur eux ne laissèrent plus aucun
doute. Immédiatement après, la flotte anglaise, composée de 70 voiles,
parut en vue d'Alexandrie; mais, écartée par un gros temps, elle prit
le large. La fortune laissait encore une chance pour préserver
l'Égypte des Anglais, car il était probable que leur descente à terre
ne serait pas exécutée avant plusieurs jours. La nouvelle transmise
par Friant au Kaire, y arriva le 4 mars (13 ventôse), dans
l'après-midi. Si Menou avait pris sur-le-champ une résolution prompte
et sensée, tout pouvait être réparé. S'il avait fait refluer l'armée
entière vers Alexandrie, la cavalerie y serait arrivée en quatre
jours, l'infanterie en cinq, c'est-à-dire que le 8 et le 9 mars (17 et
18 ventôse), on aurait pu avoir 10 mille hommes sur la plage
d'Aboukir. Il était possible qu'à cette époque les Anglais eussent
déjà débarqué leurs troupes, mais il était impossible qu'ils eussent
trouvé le temps de débarquer leur matériel, de consolider leur
position, et on arrivait encore assez tôt pour les jeter à la mer.
Reynier, qui était au Kaire, écrivit, le jour même à Menou la lettre
la mieux raisonnée. Il lui conseillait de négliger le visir, qui ne
prendrait pas l'initiative, de négliger Damiette, qui ne semblait pas
le côté menacé, et de courir avec la masse de ses forces sur
Alexandrie. Rien n'était plus juste. En tout cas, on ne compromettait
rien en s'acheminant vers Ramanieh, car, arrivé en cet endroit, si on
apprenait que le danger était vers Damiette ou vers la Syrie, on
pouvait toujours se reporter facilement sur l'un ou l'autre de ces
points. On n'avait pas perdu un seul jour, et on s'était rapproché
d'Alexandrie, où se montrait le vrai danger. Mais il fallait se
décider sur-le-champ, et marcher la nuit même. Menou ne voulut rien
entendre, et devint absolu dans ses ordres, tout en restant incertain
dans ses idées. Ne sachant pas discerner le point véritablement
menacé, il envoya un renfort au général Rampon vers Damiette; il
dirigea Reynier avec sa division vers Belbeïs, pour faire face au
visir du côté de la Syrie. Il achemina la division Lanusse vers
Ramanieh. Encore ne l'envoya-t-il pas tout entière, car il retint la
88e demi-brigade au Kaire. Il n'expédia sur-le-champ que le 17e de
chasseurs. Le général Lanusse avait ordre de se diriger sur Ramanieh,
et, suivant les nouvelles trouvées sur ce point, de se porter de
Ramanieh sur Alexandrie. Menou demeura de sa personne au Kaire, avec
une grosse partie de ses forces, attendant les nouvelles ultérieures
dans cette position, si éloignée du littoral. On ne pouvait pousser
plus loin l'incapacité.

[En marge: Force de la flotte anglaise.]

Pendant ce temps, les événements marchaient avec rapidité. La flotte
anglaise était composée de 7 vaisseaux de ligne, d'un grand nombre de
frégates, de bricks et de gros bâtiments de la compagnie des Indes, en
tout 70 voiles. Elle portait à bord une masse considérable de
chaloupes. Comme nous l'avons dit ailleurs, lord Keith commandait les
forces de mer, sir Ralph Abercromby celles de terre. Le point qu'ils
choisirent pour débarquer, fut celui qu'on avait toujours choisi
auparavant, c'est-à-dire la rade d'Aboukir. C'était là que notre
escadre avait mouillé en 1798; ce fut là qu'elle fut trouvée et
détruite par Nelson; c'est là que l'escadre turque avait déposé les
braves janissaires, jetés à la mer par le général Bonaparte, dans la
glorieuse journée d'Aboukir. La flotte anglaise, après avoir été
obligée de tenir le large pendant plusieurs jours, retard funeste pour
elle, bien heureux pour nous, si Menou avait su en profiter, vint se
placer dans la rade d'Aboukir, le 6 mars (15 ventôse), à cinq lieues
d'Alexandrie.

[En marge: Caractères du sol dans la Basse-Égypte.]

[En marge: La rade d'Aboukir.]

La Basse-Égypte, ainsi que la Hollande, ainsi que Venise, est un pays
de lagunes. (Voir la carte nº 12.) Elle présente, comme tous les pays
de cette espèce, un caractère qu'il faut s'attacher à saisir, si on
veut bien comprendre les opérations militaires dont elle peut devenir
le théâtre. Aux points où tous les grands fleuves entrent dans la mer,
il se crée des bancs de sable, disposés tout autour de leur
embouchure. Ces bancs proviennent des sables que le fleuve entraîne,
que la mer repousse, et qui, pressés entre ces deux forces contraires,
s'étendent parallèlement au rivage. Ils forment ces barres, si
redoutées des navigateurs, et toujours si difficiles à franchir, quand
on veut sortir du lit des fleuves, ou y entrer. Elles s'élèvent
successivement jusqu'au niveau des eaux, puis, avec le temps,
au-dessus, et présentent de longues plages sablonneuses, battues en
dehors par les flots de la mer, baignées en dedans par les eaux
fluviales, qu'elles gênent dans leur écoulement. Le Nil, en se jetant
dans la Méditerranée, a formé, devant ses nombreuses embouchures, un
vaste demi-cercle de ces bancs de sable. Ce demi-cercle, qui a un
développement de soixante-dix lieues au moins, depuis Alexandrie
jusqu'à Peluse, est à peine interrompu près de Rosette, de Bourloz, de
Damiette, de Peluse, par quelques ouvertures, à travers lesquelles les
eaux du Nil se rendent à la mer. Baigné d'un côté par la Méditerranée,
il est baigné de l'autre par les lacs Maréotis et Madieh, par le lac
d'Edko, par les lacs Bourloz et Menzaleh. Tout débarquement en Égypte
devait s'effectuer nécessairement sur l'un de ces bancs de sable.
Conduits par l'exemple et la nécessité, les Anglais avaient choisi
celui qui forme la plage d'Alexandrie. (Voir la carte nº 18.) Ce banc,
long d'environ quinze lieues, s'étendant entre la Méditerranée d'un
côté, les lacs Maréotis et Madieh de l'autre, porte à l'une de ses
extrémités la ville d'Alexandrie, et, à l'autre, présente un rentrant
demi-circulaire, qui se termine à Rosette. C'est ce rentrant
demi-circulaire, qui forme la rade d'Aboukir. L'un des côtés de cette
rade était défendu par le fort d'Aboukir, ouvrage des Français,
battant de ses feux la plage environnante. Venaient ensuite quelques
monticules de sable, régnant autour du rivage, et allant expirer à
l'autre côté de la rade, dans une plaine sablonneuse et unie. Le
général Bonaparte avait ordonné de construire un ouvrage sur ces
monticules. Si on lui avait obéi, tout débarquement eût été
impossible.

[En marge: Débarquement des Anglais, exécuté le 8 mars.]

C'est au milieu de cette rade que la flotte anglaise vint mouiller,
rangée sur deux lignes. Elle attendit sur ses ancres que la houle,
devenue moins forte, permît de mettre les chaloupes à la mer. Enfin,
le 8 au matin (17 ventôse), le temps étant plus calme, lord Keith
distribua 5 mille hommes d'élite, dans 320 chaloupes. Ces chaloupes,
disposées sur deux rangs, et dirigées par le capitaine Cochrane,
s'avancèrent, ayant à chacune de leurs ailes une division de
canonnières. Ces canonnières recevaient et rendaient une canonnade
fort vive.

Le général Friant, accouru sur les lieux, s'était formé un peu en
arrière du rivage, afin de mettre ses troupes à l'abri de l'artillerie
anglaise. Il avait jeté, entre le fort d'Aboukir et le terrain qu'il
occupait, un détachement de la 25e demi-brigade, avec quelques pièces
de canon. À sa gauche même, il avait placé la 75e, forte de deux
bataillons, et cachée par les monticules de sable; au centre, deux
escadrons de cavalerie, l'un du 18e, l'autre du 20e de dragons; enfin,
à sa droite, la 61e demi-brigade, forte aussi de deux bataillons, et
chargée de défendre la partie basse du rivage. Ces divers corps ne
s'élevaient pas à plus de 1,500 hommes. Quelques avant-postes
occupaient le bord de la mer; l'artillerie française, placée sur les
parties saillantes du terrain, balayait la plage de ses boulets.

[En marge: Combat brillant, mais infructueux, pour repousser les
Anglais.]

Les Anglais s'avançaient à force de rames, les soldats couchés dans le
fond des chaloupes, les matelots debout, maniant leurs avirons avec
vigueur, et supportant avec sang-froid le feu de l'artillerie. Des
matelots tombaient, d'autres les remplaçaient à l'instant. La masse,
mue par une seule impulsion, s'approchait du rivage. Enfin, elle y
touche; les soldats anglais se lèvent du fond des chaloupes, et
s'élancent à terre. Ils se forment, et courent aux escarpements
sablonneux qui bordaient la rade. Le général Friant, averti par ses
avant-postes, qui se retiraient, arrive un peu tard. Cependant il
lance la 75e à gauche, sur les monticules de sable; la 61e à droite,
vers la partie basse du rivage. Celle-ci se précipite avec ardeur, et
la baïonnette baissée, sur les Anglais, qui de ce côté se trouvaient
sans appui. Elle les pousse avec vigueur, les accule à leurs
chaloupes, et y entre avec eux. Les grenadiers de cette demi-brigade
s'emparent de douze embarcations, et s'en servent pour faire un feu
meurtrier sur l'ennemi. La 75e, qui, avertie trop tard, avait laissé
le temps aux Anglais d'envahir les escarpements de gauche, s'avance
avec précipitation pour les enlever. Découverte par ce mouvement, et
exposée au feu des canonnières, elle reçoit une affreuse décharge à
mitraille, qui d'un coup tue 32 hommes et en blesse 20. Elle est
accueillie au même instant, par les redoutables feux de l'infanterie
anglaise. Cette brave demi-brigade, un instant surprise, et placée
d'ailleurs sur un terrain inégal, attaque avec une certaine confusion.
Le général Friant veut la faire soutenir, en ordonnant une charge de
cavalerie sur le centre des Anglais, qui se déployait déjà dans la
plaine, après avoir franchi les premiers obstacles. Le commandant du
18e de dragons, plusieurs fois appelé pour recevoir les ordres du
général, arrive après s'être fait attendre. Le général Friant, au
milieu d'une grêle de balles, lui indique avec précision le point
d'attaque. Cet officier, malheureusement peu résolu, n'aborde pas
directement l'ennemi, perd du temps à faire un détour, lance mal son
régiment, et fait tuer beaucoup de cavaliers et de chevaux, sans
ébranler les Anglais, et sans dégager la 75e, qui s'acharnait à
reprendre les hauteurs sablonneuses de gauche. Restait l'escadron du
20e. Un brave officier, nommé Boussart, qui le commandait, charge à la
tête de ses dragons, et renverse tout ce qui se présente devant lui.
Alors la 61e qui, vers la droite, était demeurée maîtresse du rivage,
sans pouvoir toutefois vaincre à elle seule la masse des ennemis, se
ranime, se jette à la suite du 20e de dragons, pousse la gauche des
Anglais sur leur centre, et déjà les oblige à se rembarquer. La 75e,
de son côté, sous un feu épouvantable, fait de nouveaux efforts. Si,
dans ce moment décisif, le général Friant avait eu les deux bataillons
d'infanterie et le régiment de cavalerie, qu'il avait tant de fois
demandés, c'en était fait, et les Anglais étaient jetés à la mer. Mais
une troupe de 1,200 hommes d'élite, composée de Suisses et
d'Irlandais, tourne les monticules de sable, et déborde la gauche de
la 75e. Celle-ci est de nouveau forcée de plier. Elle se retire,
laissant à notre droite, la 61e, acharnée à vaincre, mais compromise
par ses succès même.

Le général Friant, voyant que, la 75e étant obligée de rétrograder, la
61e pourrait être enveloppée, ordonne alors la retraite, et l'effectue
en bon ordre. Les grenadiers de la 61e, animés par le carnage et le
succès, obéissent avec peine aux ordres du général, et, en se
retirant, contiennent encore les Anglais par des charges vigoureuses.

Cette malheureuse journée du 8 mars (17 ventôse), entraîna la perte de
l'Égypte. Le brave général Friant avait peut-être choisi sa première
position, un peu trop loin du rivage; peut-être aussi avait-il trop
compté sur la supériorité de ses soldats, et supposé trop facilement
que les Anglais ne pourraient débarquer que peu de monde à la fois.
Mais cette confiance était fort excusable, et, après tout, justifiée,
car, s'il avait eu seulement un ou deux bataillons de plus, les
Anglais eussent été repoussés, et l'Égypte sauvée. Mais que dire de ce
général en chef, qui, depuis deux mois, averti du péril par toutes les
voies, n'avait pas concentré ses forces à Ramanieh, ce qui lui aurait
permis de réunir dix mille hommes devant Aboukir, le jour décisif?
qui, averti encore le 4 mars, par une nouvelle positive parvenue ce
jour-là au Kaire, n'avait pas fait partir des troupes, qui auraient pu
arriver le matin même du 8, et seraient par conséquent arrivées à
temps pour repousser les Anglais? Que dire aussi de cet amiral
Ganteaume, qui aurait pu déposer quatre mille hommes dans Alexandrie,
le jour même où la frégate la _Régénérée_ en apportait 300, lesquels
combattirent sur le rivage d'Aboukir? Que dire de tant de timidités,
de négligences, de fautes de tout genre, sinon qu'il y a des jours où
tout s'accumule pour perdre les batailles et les empires?

Le combat avait été meurtrier. Les Anglais comptaient 1,100 hommes
morts ou blessés, sur 5 mille qui avaient débarqué. Nous en avions eu
400 hors de combat, sur 1,500. On s'était donc bien battu. Le général
Friant se retira sous les murs d'Alexandrie, et donna les plus prompts
avis, soit à Menou, soit aux généraux, ses voisins, pour qu'on vînt à
son secours.

Cependant tout pouvait être réparé, si on profitait du temps qui
restait encore, des forces qu'on avait à sa disposition, et des
embarras dans lesquels les Anglais allaient se trouver placés, une
fois descendus sur cette plage de sable.

Ils avaient d'abord à débarquer le gros de leur armée, puis à mettre à
terre leur matériel, opération qui exigeait beaucoup de temps. Il leur
fallait ensuite s'avancer le long de ce banc de sable, pour
s'approcher d'Alexandrie, avec la mer à droite, les lacs Madieh et
Maréotis à gauche, appuyés, il est vrai, par leurs canonnières, mais
privés de cavalerie, et n'ayant d'autre artillerie de campagne, que
celle qu'ils pourraient traîner à bras. Évidemment leurs opérations
devaient être lentes, et bientôt difficiles, quand ils seraient en
présence d'Alexandrie, réduits pour sortir de ce cul-de-sac, ou à
prendre cette place, ou à cheminer sur les digues étroites, par
lesquelles on communique avec l'intérieur de l'Égypte. Si on voulait
réussir à les arrêter, il ne fallait plus leur livrer de ces combats
partiels et inégaux, qui leur donnaient confiance, qui faisaient
perdre à nos troupes leur assurance accoutumée, et réduisaient nos
forces déjà trop peu nombreuses. Même sans combattre, on avait la
certitude, en se plaçant bien, de leur barrer le chemin. Il n'y avait
donc qu'une chose utile à faire, c'était d'attendre que Menou, dont
l'aveuglement était maintenant vaincu par les faits, eût réuni l'armée
tout entière sous les murs d'Alexandrie.

[En marge: Arrivée de la division Lanusse à Alexandrie.]

Mais le général Lanusse avait été dirigé avec sa division sur
Ramanieh. Ayant appris là ce qui s'était passé du côté d'Aboukir, il
se hâta de marcher vers Alexandrie. Il amenait environ 3 mille hommes.
Friant en avait perdu 400 sur 1,500, dans la journée du 8 mars; mais,
ayant rappelé tous les petits postes, répandus depuis Rosette jusqu'à
Alexandrie, il en avait encore 17 ou 1,800. Les forts d'Alexandrie
étaient gardés par les marins et les soldats des dépôts. Avec la
division Lanusse qui arrivait, on avait donc à peu près 5 mille hommes
à mettre en ligne. Les Anglais en avaient débarqué 16 mille, sans
compter 2 mille marins. Il ne fallait donc pas combattre encore.
Cependant une circonstance entraîna les deux généraux français.

Ce long banc de sable, sur lequel étaient descendus les Anglais,
séparé par les lacs Madieh et Maréotis de l'intérieur de l'Égypte, ne
s'y rattachait que par une longue digue, passant entre les deux lacs,
et allant aboutir à Ramanieh. (Voir la carte nº 12 et la carte nº 18.)
Cette digue portait à la fois le canal qui amène l'eau douce du Nil à
Alexandrie, et la grande route qui unit Alexandrie et Ramanieh. En ce
moment, elle courait le danger d'être occupée par les Anglais, car ils
étaient près d'atteindre le point où elle se joint au banc de sable
qui porte Alexandrie. Les Anglais avaient employé les 9, 10, 11 mars
(18, 19, 20 ventôse) à débarquer et à s'organiser. Le 12, ils se
mirent en route, cheminant péniblement dans les sables, faisant
traîner leur artillerie par les marins de l'escadre, et appuyés de
droite et de gauche par des chaloupes canonnières. Le 12 au soir, ils
étaient tout près de l'endroit où la digue vient se relier au sol
d'Alexandrie. (Voir la carte nº 18.)

[En marge: Motifs qui décident les généraux Lanusse et Friant à livrer
un nouveau combat.]

Les généraux Friant et Lanusse craignirent de laisser occuper ce point
par les Anglais, et de leur livrer ainsi la route de Ramanieh, par
laquelle Menou devait arriver. Cependant, cette route perdue, il en
restait une, longue, il est vrai, difficile surtout pour l'artillerie,
c'était le lac Maréotis lui-même. Ce lac, plus ou moins inondé,
suivant la crue du Nil et la saison de l'année, laissait à découvert
des bas-fonds marécageux, sur lesquels on pouvait se frayer un chemin
sinueux, mais assuré. Dès lors il n'y avait pas de raison suffisante
pour combattre, en ayant tant de chances contre soi.

Néanmoins les généraux Friant et Lanusse, s'exagérant le danger auquel
leurs communications étaient exposées, se décidèrent à combattre. Il y
avait moyen de diminuer beaucoup la gravité de cette faute, en restant
sur des hauteurs sablonneuses, qui barraient dans sa largeur le banc
de sable sur lequel on combattait, hauteurs qui venaient aboutir à la
tête même de la digue. En demeurant dans cette position, en y
employant bien l'artillerie dont on était beaucoup mieux pourvu que
les Anglais, on se donnait les avantages de la défensive, on pouvait
compenser ainsi l'infériorité du nombre, et probablement réussir à
garder le point, pour la conservation duquel allait être livré un
second et regrettable combat.

C'est ce qui fut convenu entre les généraux Friant et Lanusse.
Lanusse était plein d'esprit naturel, de bravoure et d'audace.
Malheureusement il était peu disposé à écouter les conseils de la
prudence. Mêlé d'ailleurs aux divisions de l'armée, il eût été charmé
de vaincre avant l'arrivée de Menou.

[En marge: Nouveau combat, livré le 13 mars, pour conserver la route
de Ramanieh.]

Le 13 mars au matin (22 ventôse), les Anglais parurent. Ils étaient
distribués en trois corps: celui qui marchait à leur gauche, suivait
le bord du lac Madieh, menaçant la tête de la digue, et appuyé par des
chaloupes canonnières; celui du milieu s'avançait dans la forme d'un
carré, ayant des bataillons en colonne serrée sur ses flancs, afin de
résister à la cavalerie française, que les Anglais redoutaient fort;
celui qui formait leur droite longeait la mer, appuyé comme le premier
par des chaloupes canonnières.

Le corps destiné à s'emparer de la tête de la digue, avait devancé les
deux autres. Lanusse, voyant l'aile gauche anglaise aventurée seule le
long du lac, ne résista pas au désir de l'y précipiter. Il fit la
faute de descendre des hauteurs pour la joindre. Mais, au même
instant, le redoutable carré du centre, caché d'abord par des dunes
sablonneuses, parut tout à coup au delà de ces dunes, qu'il avait
franchies. Lanusse alors, obligé de se détourner de son but, marcha
droit à ce carré, qui était précédé à quelque distance par une
première ligne d'infanterie. Il jeta en avant le 22e de chasseurs, qui
se précipita au galop sur cette ligne d'infanterie, la coupa en deux,
et fit mettre bas les armes à deux bataillons. La 4e légère s'avançant
pour soutenir le 22e, acheva ce premier succès. Sur ces entrefaites,
le carré, qui était arrivé à portée de fusil, commença ces feux de
mousqueterie si bien nourris, dont notre armée avait déjà tant
souffert au débarquement d'Aboukir. La 18e légère accourut, mais elle
fut accueillie par des décharges meurtrières, qui mirent quelque
désordre dans ses rangs. Dans ce moment, on voyait avancer le corps
anglais de droite, qui abandonnait le bord de la mer, pour venir au
soutien du centre. Lanusse alors, qui n'avait que la 69e pour appuyer
la 18e, ordonna la retraite, craignant d'engager un combat trop
inégal. De son côté, Friant, surpris de voir Lanusse descendre dans la
plaine, y était descendu aussi pour l'appuyer, et s'était porté vers
la tête de la digue, contre la gauche des Anglais. Il essuyait depuis
assez long-temps un feu très-vif, auquel il répondait par un feu égal,
lorsqu'il aperçut la retraite de son collègue. Il se retira dès lors à
son tour, pour ne pas rester seul aux prises avec l'armée anglaise.
Tous deux, après ce court engagement, regagnèrent la position, qu'ils
avaient eu le tort de quitter.

Ce n'était qu'une véritable reconnaissance, mais très-superflue, et
qu'on aurait dû épargner à l'armée, car il en résultait une nouvelle
perte de 5 à 600 hommes, perte fort regrettable, puisqu'on n'avait
pas, comme les Anglais, le moyen de recevoir des renforts, et qu'on
était réduit à combattre avec des corps de cinq à six mille soldats.
Si les pertes des Anglais avaient pu être un dédommagement suffisant
pour les nôtres, elles étaient assez grandes pour nous satisfaire. Ils
avaient eu en effet 13 à 1,400 hommes hors de combat.

[En marge: Menou se décide enfin à marcher sur Alexandrie avec le gros
de ses forces.]

Il fut résolu qu'on attendrait Menou, lequel s'était enfin décidé à
diriger l'armée sur Alexandrie. Il avait ordonné au général Rampon de
quitter Damiette, pour se porter vers Ramanieh; il amenait avec lui la
masse principale de ses forces. Cependant il restait encore dans la
province de Damiette, aux environs de Belbeïs et de Salahié, au Kaire
même, et dans la Haute-Égypte, quelques troupes, qui n'étaient pas
aussi utiles dans les postes où on les laissait, qu'elles l'eussent
été en avant d'Alexandrie. Si Menou avait fait évacuer la Haute-Égypte
en la confiant à Mourad-Bey, et qu'il eût abandonné la ville du Kaire,
très-peu disposée à se soulever, aux hommes des dépôts, il aurait eu
deux mille hommes de plus à présenter à l'ennemi. Un tel surcroît de
forces n'était certainement pas à dédaigner, car ce qui pressait avant
tout, c'était de vaincre les Anglais. Les Égyptiens, éloignés dans le
moment de toute idée de révolte, ne méritaient pas les précautions
qu'on prenait contre eux. Ils ne devaient être à craindre que lorsque
les Français seraient décidément battus.

Menou, parvenu à Ramanieh, connut là toute la gravité du péril. Le
général Friant avait envoyé au-devant de lui deux régiments de
cavalerie. Ce général pensait avec raison, qu'enfermé pour quelques
jours dans les murs d'Alexandrie, il n'avait pas grand besoin de ces
régiments, et qu'ils seraient, au contraire, très-utiles à Menou pour
éclairer sa marche.

Menou fut obligé de faire d'assez longs circuits, dans le lit même du
lac Maréotis, pour regagner la plage d'Alexandrie. Il y réussit
cependant avec quelque fatigue, surtout pour son artillerie. Les
troupes arrivèrent les 19 et 20 mars (28 et 29 ventôse). Il arriva de
sa personne, le 19, et put apprécier de ses yeux, combien était grande
la faute d'avoir laissé prendre terre aux Anglais.

Ceux-ci avaient reçu quelques renforts, et beaucoup de matériel. Ils
s'étaient établis sur ces mêmes hauteurs sablonneuses, que Lanusse et
Friant occupaient le 13 mars. Ils y avaient exécuté des travaux de
campagne, et les avaient armées avec du gros canon. Les leur arracher
était fort difficile.

D'ailleurs, les Anglais nous étaient de beaucoup supérieurs en nombre.
Ils comptaient 17 ou 18 mille hommes, contre moins de 10 mille. Friant
et Lanusse, depuis l'affaire du 22, en avaient à peine 4,500 en état
de combattre; Menou en amenait tout au plus 5 mille. On n'avait donc
pas 10 mille hommes à opposer à 18 mille, établis dans une position
retranchée. Toutes les chances qu'on aurait eues pour soi, à la
première, même à la seconde affaire, on les avait maintenant contre.
Cependant la résolution la plus naturelle était de combattre. Après
avoir, en effet, essayé de rejeter les Anglais à la mer, d'abord avec
1,500 hommes, puis avec 5 mille, il eût été extraordinaire de ne pas
le tenter, quand on en avait 10 mille, lesquels étaient à peu près
tout ce qu'on pouvait réunir sur un même point.

[En marge: Deux partis à prendre: combattre ou temporiser.]

Il ne faut pas méconnaître qu'il y aurait eu un autre parti à prendre,
meilleur surtout si on l'avait pris après le débarquement, et avant
l'inutile combat livré par les généraux Lanusse et Friant: c'était de
laisser les Anglais dans l'impasse qu'ils occupaient; de faire
rapidement autour d'Alexandrie des travaux qui en rendissent l'attaque
difficile; d'en confier la garde aux marins, aux hommes des dépôts,
renforcés par un corps de 2 mille bons soldats, tirés des troupes
actives; d'évacuer ensuite tous les postes, excepté le Kaire, où l'on
aurait laissé 3 mille hommes de garnison, ayant pour réduit la
citadelle; puis, de tenir la campagne avec le reste de l'armée,
c'est-à-dire avec 9 à 10 mille hommes, dans le but de se jeter ou sur
les Turcs, s'ils pénétraient par la Syrie, ou sur les Anglais, s'ils
voulaient faire un pas dans l'intérieur, par les digues étroites qui
traversent la Basse-Égypte. On avait sur eux l'avantage de réunir
toutes les armes, cavalerie, artillerie, infanterie, et d'avoir la
jouissance exclusive des vivres du pays. On les eût bloqués, et
probablement contraints à se rembarquer. Mais, pour cela, il aurait
fallu un général autrement habile que Menou, autrement versé qu'il ne
l'était, dans l'art de remuer des troupes. Il aurait fallu enfin un
chef différent de celui qui, ayant toutes les chances en sa faveur au
début de la campagne, s'était comporté de telle façon, qu'il les avait
maintenant toutes contre lui.

Cependant, combattre les Anglais débarqués, était dans le moment une
résolution naturelle, conséquente avec tout ce qu'on avait fait,
depuis l'ouverture de la campagne. Mais, une fois résolu à tenter un
effort décisif, il fallait le tenter le plus tôt possible, pour ne pas
donner aux Turcs venant de la Syrie le temps de nous serrer de trop
près.

Pour livrer bataille, il était nécessaire de convenir d'un plan. Menou
était incapable de le concevoir, et il ne se trouvait plus avec ses
généraux dans des rapports qui lui rendissent facile le recours à
leurs conseils. Néanmoins le chef d'état-major Lagrange demanda un
plan à Lanusse et à Reynier, qui le rédigèrent en commun, et
l'envoyèrent à l'approbation de Menou. Celui-ci l'adopta presque
machinalement.

[En marge: Position des deux armées en avant d'Alexandrie.]

Les deux armées étaient en présence, occupant ce banc de sable, large
d'une lieue, long de quinze ou dix-huit, sur lequel les Anglais
avaient pris terre. (Voir la carte nº 18, et le plan particulier du
champ de bataille de Canope.) L'armée française était en avant
d'Alexandrie, sur un terrain assez élevé. Devant elle s'étendait une
plaine sablonneuse, et çà et là des dunes, que l'ennemi avait
soigneusement retranchées, de manière à former une chaîne continue de
positions de la mer au lac Maréotis. À notre gauche, tout juste contre
la mer, on voyait un vieux camp romain, espèce d'édifice carré, encore
intact, et, un peu en avant de ce camp, un monticule de sable, sur
lequel les Anglais avaient construit un ouvrage. C'est là qu'ils
avaient établi leur droite, sous le double feu de cet ouvrage, et
d'une division de chaloupes canonnières. Au milieu du champ de
bataille, à distance égale de la mer et du lac Maréotis, se trouvait
un autre monticule de sable, plus élevé, plus étendu que le précédent,
et couronné de retranchements. Les Anglais en avaient fait l'appui de
leur centre. Tout à fait à notre droite enfin, du côté des lacs, le
terrain en s'abaissant allait aboutir à la tête de la digue, pour
laquelle on avait combattu quelques jours auparavant. Une suite de
redoutes liait la position du centre avec la tête de cette digue. Les
Anglais avaient là leur gauche, protégée, comme l'était leur droite,
par une division de chaloupes canonnières, introduites dans le lac
Maréotis. Ce front d'attaque présentait, dans son ensemble, un
développement d'une lieue à peu près; il était garni de grosse
artillerie, qu'on y avait traînée à bras, et défendu par une partie de
l'armée anglaise. Mais le gros de cette armée se trouvait en bataille
sur deux lignes, en arrière des ouvrages.

[En marge: Bataille de Canope, livrée le 21 mars.]

Il fut convenu qu'on s'ébranlerait le matin du 21 mars (30 ventôse)
avant le jour, afin de mieux cacher nos mouvements, et d'être moins
exposé au feu des retranchements ennemis. L'intention des généraux
français était de brusquer ces retranchements, de les enlever en
courant, puis de les dépasser, afin d'aller attaquer de front l'armée
anglaise, rangée en bataille en arrière. En conséquence, notre gauche,
sous Lanusse, devait se porter en deux colonnes sur l'aile droite des
Anglais, appuyée à la mer. La première de ces deux colonnes devait
aborder directement, et au pas de course, l'ouvrage tracé sur un
monticule de sable, en avant du camp romain. La seconde, passant
rapidement entre cet ouvrage et la mer, devait assaillir le camp
romain, et l'enlever. Le centre de notre armée, commandé par le
général Rampon, avait ordre de se porter bien au delà de cette
attaque, de passer entre le camp romain et la grande redoute du
milieu, et d'assaillir l'armée anglaise elle-même, par delà les
ouvrages. Notre aile droite, composée des divisions Reynier et Friant,
mais commandée par Reynier, était chargée de se déployer dans la
plaine à droite, et d'y feindre une grande attaque vers le lac
Maréotis, pour persuader aux Anglais que le véritable péril était de
ce côté. Afin de les confirmer dans cette idée, les dromadaires
devaient, en suivant le fond du lac Maréotis, faire une tentative sur
la tête de la digue. On espérait que cette diversion rendrait plus
facile la brusque attaque de Lanusse vers la mer.

[En marge: Attaque heureuse des dromadaires sur la gauche des
Anglais.]

Le 21 avant le jour (30 ventôse) on se mit en marche. Les dromadaires
exécutèrent ponctuellement ce qui leur était prescrit. Ils
traversèrent rapidement les parties desséchées du lac Maréotis, mirent
pied à terre devant la tête de la digue, enlevèrent les redoutes, et
en tournèrent l'artillerie contre l'ennemi. C'était assez pour tromper
l'attention des Anglais, et l'attirer vers le lac Maréotis. Mais, pour
exécuter avec succès le plan convenu du côté de la mer, il aurait
fallu une précision difficile à obtenir, quand on opère la nuit, plus
difficile encore lorsqu'il n'y a pas pour diriger les mouvements un
chef unique, qui calcule exactement le temps et les distances.

[En marge: Attaque malheureuse du général Lanusse sur le camp des
Romains.]

La division Lanusse, manoeuvrant dans l'obscurité, s'avança sans
ordre, et coudoya souvent nos troupes du centre. La première colonne,
sous les ordres du général Silly, marcha résolument à la redoute, qui
était placée en avant du camp des Romains. Lanusse la dirigeait de sa
personne, et la conduisit sur la redoute même. Mais tout à coup il
s'aperçut que la seconde colonne faisait fausse route, et, au lieu de
longer la mer pour assaillir le camp romain, se rapprochait trop de la
première. Il courut à elle, afin de la ramener au but. Malheureusement
il tomba frappé à la cuisse d'une blessure mortelle; funeste événement
qui allait avoir de déplorables conséquences! Cet énergique officier
enlevé soudainement à ses troupes, l'attaque se ralentit. Le jour qui
commençait à poindre, indiquait aux Anglais où devaient porter leurs
coups. Nos soldats, assaillis à la fois par le feu des canonnières, du
camp romain et des redoutes, montrèrent une constance admirable. Mais
bientôt, tous leurs officiers supérieurs se trouvant atteints, ils
restèrent sans direction, et se replièrent derrière quelques mamelons
de sable, à peine suffisants pour les couvrir. Pendant ce temps, la
première colonne, que Lanusse avait quittée pour courir à la seconde,
venait d'enlever le premier redan de la redoute placée sur une
éminence à droite. Elle marcha ensuite directement sur le corps de
l'ouvrage, mais elle échoua dans son attaque de front, et se détourna
pour attaquer par le flanc. Le centre de l'armée, sous Rampon, voyant
l'embarras de cette colonne, se détourna aussi de son but pour la
seconder. La 32e demi-brigade, détachée du centre, vint assaillir la
fatale redoute. Ce concours d'efforts amena une sorte de confusion. On
s'acharna contre cet obstacle, et la brusque opération, qui devait
d'abord consister à enlever en courant la ligne des ouvrages, se
changea en une attaque longue, obstinée, qui fit perdre un temps
précieux. La 21e demi-brigade, qui appartenait au centre, laissant la
32e occupée devant la redoute si vivement disputée, exécuta seule le
plan projeté, dépassa la ligne des retranchements, et vint
audacieusement se déployer en face de l'armée anglaise. Elle essuya et
rendit un feu épouvantable. Mais il fallait la soutenir, et Menou,
pendant ce temps, incapable de commander, se promenait sur le champ de
bataille, n'ordonnant rien, laissant Reynier s'étendre inutilement
dans la plaine à droite, avec une force considérable, demeurée sans
emploi.

[En marge: Belle charge de la cavalerie française, restée sans
résultat.]

On conseille alors à Menou de faire avec la cavalerie qui était forte
de 1,200 chevaux, d'une valeur incomparable, une charge à fond, sur la
masse de l'infanterie anglaise, que la 21e était venue seule
affronter. Menou, accueillant ce conseil, donne l'ordre de charger. Le
brave général Roize se met aussitôt à la tête de ces 1,200 cavaliers,
traverse rapidement le coupe-gorge, formé de droite et de gauche par
des redoutes que notre infanterie attaquait vainement, débouche au
delà, trouve la 21e demi-brigade aux prises avec les Anglais, et fond
impétueusement sur eux. Cette cavalerie héroïque franchit d'abord un
fossé, qui la séparait de l'ennemi, puis s'élance avec ardeur sur la
première ligne de l'infanterie anglaise, la renverse, la culbute, et
sabre un grand nombre de fantassins. Elle la force ainsi à reculer. Si
Menou, dans ce moment, ou bien Reynier, suppléant son chef, avait
porté notre aile droite à l'appui de notre cavalerie, le centre de
l'armée anglaise, culbuté, entraîné au delà des ouvrages, nous eût
laissé une victoire assurée. Les ouvrages, isolés, séparés de tout
appui, seraient tombés en nos mains. Mais il n'en fut rien. La
cavalerie française, après avoir renversé une première ligne ennemie,
voyant d'autres lignes à renverser encore, et n'ayant que la 21e
demi-brigade pour appui, revint en arrière, repassant sous le feu
meurtrier des redoutes.

[En marge: Retraite de l'armée.]

Dès ce moment, la bataille ne pouvait plus avoir de résultat. La
gauche, privée de tout élan depuis la mort de son général, faisait un
feu inutile sur les positions retranchées, qui le lui rendaient plus
meurtrier. La droite, déployée dans la plaine, près du lac Maréotis,
pour faire une diversion qui n'avait plus d'objet, depuis que
l'engagement devenu général avait fixé chacun dans sa position, la
droite ne rendait aucun service. Sans doute un général vigoureux, qui
l'aurait rabattue sur le centre, et qui, renouvelant avec elle
l'attaque du général Roize, aurait essayé de faire une seconde
irruption sur le gros des Anglais, aurait peut-être changé le destin
de la bataille. Mais le général Menou ne commandait pas, et Reynier,
qui aurait pu en cette occasion prendre une initiative, qu'il prenait
si souvent hors de propos dans les affaires civiles, Reynier se
bornait à se plaindre de ne pas recevoir de direction du général en
chef. Dans cette situation, la seule chose qui restât à faire, était
de se retirer. Menou en donna l'ordre, et les divisions se replièrent,
en faisant bonne contenance, mais en essuyant de nouvelles pertes par
le feu des ouvrages.

Quel spectacle que la guerre, quand la vie des hommes, quand le sort
des États, sont ainsi confiés à des chefs, incapables ou divisés, et
que le sang coule, à proportion de l'ineptie, ou de la mauvaise
volonté de ceux qui commandent!

[En marge: Conséquences malheureuses de la bataille de Canope.]

On ne pouvait pas dire que la bataille fût perdue, l'ennemi n'ayant
pas fait un seul pas en avant; mais elle était perdue, dès qu'elle
n'était pas complétement gagnée, car il aurait fallu qu'elle le fût
complétement, pour ramener les Anglais vers Aboukir, et les
contraindre à se rembarquer. Les pertes étaient grandes des deux
côtés. Les Anglais avaient eu environ 2 mille hommes hors de combat,
et entre autres le brave général Abercromby, transporté mourant à bord
de la flotte. La perte des Français était à peu près égale. Placés
toute une journée sous un feu plongeant de front et de flanc, ils
avaient eu beaucoup à souffrir. Les troupes avaient montré un rare
sang-froid. L'élan de la cavalerie avait rempli les Anglais de
surprise et d'admiration. Le nombre d'officiers et de généraux frappés
en combattant, était plus qu'ordinaire. Les généraux Lanusse et Roize
étaient morts; le général de brigade Silly, commandant une des
colonnes de Lanusse, avait eu la cuisse emportée; le général Baudot
était blessé de manière à ne laisser aucune espérance. Le général
Destaing était atteint gravement. Rampon avait eu ses habits criblés
de balles.

L'effet moral était encore plus fâcheux que la perte matérielle. Il ne
restait aucun espoir d'obliger l'ennemi à se rembarquer. On allait
avoir sur les bras, outre les Anglais débarqués vers Alexandrie, les
Turcs venant de Syrie, le capitan-pacha arrivant avec l'escadre
turque, et s'apprêtant à mettre à terre 6 mille Albanais du côté
d'Aboukir; enfin 6 mille Cipayes amenés de l'Inde par la mer Rouge, et
prêts à toucher à Cosséir, sur les côtes de la Haute-Égypte. Que faire
au milieu de tant d'ennemis, avec une armée dont la vigueur, sans
doute, était la même au feu, mais qui, lorsque les affaires de la
colonie allaient mal, était toujours prête à dire, que l'expédition
avait été une brillante folie, et qu'on la sacrifiait inutilement à
une pure chimère?

Dans les trois engagements du 8, du 13, du 21 mars, on avait eu près
de 3,500 hommes hors de combat, dont un tiers mort, un tiers gravement
blessé, un tiers incapable de rentrer dans les rangs avant quelques
semaines. Quoique l'armée fût très-affaiblie, on pouvait encore
aujourd'hui, comme au début de la campagne, manoeuvrer rapidement
entre les divers corps ennemis tendant à se réunir, battre le visir
s'il entrait par la Syrie, le capitan-pacha s'il essayait de pénétrer
par Rosette, les Anglais s'ils voulaient cheminer sur les langues
étroites de terre, qui communiquent avec l'intérieur de l'Égypte. Mais
les 3,500 hommes qu'on avait perdus, rendaient ce plan plus difficile
que jamais. Si on laissait 3 mille hommes au Kaire, 2 à 3 mille dans
Alexandrie, il restait à peine 7 à 8 mille hommes pour manoeuvrer en
rase campagne, en supposant qu'on réunît tout ce qui était disponible,
et qu'on évacuât les postes secondaires, sans aucune exception. Avec
un général très-résolu et très-habile, cela eût été d'un succès
incertain, mais possible: qu'attendre de Menou, et de ses lieutenants?

Toutefois il restait une ressource. On n'en désespérait pas, et elle
était tous les jours annoncée. Cette ressource c'était Ganteaume avec
ses vaisseaux, et les troupes de débarquement qu'il avait à son bord.
Quatre mille hommes, arrivant en ce moment, pouvaient sauver l'Égypte.
On avait envoyé à l'amiral un aviso, pour lui indiquer un point de la
côte d'Afrique, à vingt ou trente lieues à l'ouest d'Alexandrie, sur
lequel il était possible de débarquer, loin de la vue des Anglais. On
pouvait alors laisser 3 mille hommes dans Alexandrie, et, réunissant
ce qu'il y avait de trop au Kaire, manoeuvrer avec 10 ou 11 mille
hommes, en rase campagne.

[En marge: Nouvelles et inutiles sorties de Ganteaume.]

Mais Ganteaume, quoique fort supérieur à Menou, n'agissait pas mieux
dans les circonstances présentes. Après avoir réparé à Toulon les
avaries essuyées en quittant Brest, il était, comme on l'a vu, sorti
de Toulon le 19 mars (28 ventôse), rentré une seconde fois à cause de
l'échouage du vaisseau la _Constitution_, et sorti de nouveau le 22
mars (1er germinal). En ce moment, il faisait voile vers la Sardaigne.
Un souffle de vent favorable, une inspiration hardie, pouvaient le
porter vers les parages de l'Égypte, car il avait échappé adroitement
à l'amiral Warren, en faisant fausse route. Déjà il était à quinze
lieues du cap Carbonara, point extrême de la Sardaigne, prêt à
s'engager dans le canal qui sépare la Sicile de l'Afrique.
Malheureusement dans la soirée du 26 mars (5 germinal), l'un de ses
capitaines commandant le _Dix-Août_, en l'absence du capitaine
Bergeret malade, eut la maladresse d'aborder le _Formidable_, reçut
une grosse avarie, et en causa une non moins grave au vaisseau abordé.
Effrayé de ces avaries, Ganteaume ne crut pas pouvoir tenir la mer
plus long-temps, et rentra dans Toulon le 5 avril (15 germinal),
quinze jours après la bataille de Canope.

On ignorait ces détails en Égypte, et malgré le temps écoulé, on
conservait encore un reste d'espérance. À la vue de la moindre voile,
on accourait pour s'assurer si ce n'était pas Ganteaume. Dans cette
anxiété, on ne prenait aucun parti, on attendait dans une inaction
funeste. Menou faisait seulement exécuter des travaux autour
d'Alexandrie, pour résister à une attaque des Anglais. Il avait donné
ordre qu'on évacuât la Haute-Égypte, et qu'on en tirât la brigade
Donzelot, pour la réunir au Kaire. Il avait porté quelques troupes
d'Alexandrie à Ramanieh, pour veiller aux mouvements qui se faisaient
du côté de Rosette. Par surcroît de malheur, Mourad-Bey, dont la
fidélité n'avait pas été un instant ébranlée, venait de mourir de la
peste, et livrait ses Mamelucks à Osman-Bey, sur lequel on ne pouvait
plus compter. La peste commençait à ravager le Kaire. Tout allait donc
au plus mal, et tendait à un dénoûment funeste.

[En marge: Opération des Anglais sur Rosette.]

Les Anglais de leur côté, craignant l'armée qu'ils avaient devant eux,
ne voulaient rien hasarder. Ils aimaient mieux marcher lentement, mais
sûrement. Ils attendaient surtout que leurs alliés les Turcs, dont ils
se défiaient beaucoup, fussent en mesure de les seconder. Il y avait
un mois qu'ils avaient débarqué, sans avoir tenté d'autre entreprise
que celle de prendre le fort d'Aboukir, lequel s'était défendu
bravement, mais avait succombé sous le feu écrasant de leurs
vaisseaux. Enfin vers le commencement d'avril (milieu de germinal),
ils songèrent à sortir de leur inaction, et de cette espèce d'état de
blocus, dans lequel ils étaient réduits à vivre. Le colonel Spencer
fut chargé, avec un corps de quelques mille Anglais, et les 6 mille
Albanais du capitan-pacha, de traverser par mer la rade d'Aboukir, et
d'aller débarquer devant Rosette. Leur intention était de s'ouvrir
ainsi un accès dans l'intérieur du Delta, de s'y procurer les vivres
frais dont ils manquaient, et de tendre la main au visir, qui
s'avançait à l'autre extrémité du Delta, par la frontière de Syrie. Il
n'y avait à Rosette que quelques centaines de Français, lesquels ne
purent opposer aucune résistance à cette tentative, et se replièrent
en remontant le Nil. Ils se réunirent à El-Aft, un peu en avant de
Ramanieh, à un petit corps de troupes envoyé d'Alexandrie. Ce corps
était composé de la 21e légère et d'une compagnie d'artillerie. Les
Anglais et les Turcs, maîtres d'une bouche du Nil, d'où les vivres
pouvaient leur parvenir, ayant accès dans l'intérieur de l'Égypte,
songèrent enfin à profiter de leurs succès, mais sans trop se hâter,
car ils attendirent encore plus de vingt jours avant de marcher en
avant. Pour un ennemi prompt et avisé, c'était là une belle occasion
de les battre. Le général Hutchinson, successeur d'Abercromby, n'avait
pas osé dégarnir son camp devant Alexandrie. Il avait à peine dirigé 6
mille Anglais et 6 mille Turcs vers Rosette, quoiqu'il lui fût arrivé
des renforts qui couvraient ses pertes, et portaient à 20 mille hommes
les forces dont il aurait pu disposer. Si le général Menou, employant
bien son temps, consacrant le mois écoulé à faire autour d'Alexandrie
les travaux de défense indispensables, s'était ainsi ménagé les moyens
de n'y laisser que peu de monde, s'il avait dirigé sur Ramanieh
environ 6 mille hommes, et attiré sur ce point tout ce qui n'était pas
nécessaire au Kaire, il aurait pu opposer 8 à 9 mille combattants aux
Anglais, qui venaient de pénétrer par Rosette. C'était assez pour les
rejeter aux bouches du Nil, pour remonter l'esprit de l'armée, assurer
la soumission des Égyptiens ébranlée, retarder la marche du visir,
replacer les Anglais dans un véritable état de blocus sur la plage
d'Alexandrie, et ramener enfin la fortune. Cette occasion fut la
dernière. Ce mouvement lui fut conseillé; mais toujours timide, il ne
suivit qu'à moitié le conseil qu'on lui avait donné. Il envoya le
général Valentin à Ramanieh, avec un renfort qui fut déclaré
insuffisant. Alors il en envoya un second, avec son chef d'état-major,
le général Lagrange. Tout cela réuni ne composait pas plus de 4 mille
hommes. Mais il ne fit pas descendre les troupes du Kaire; et le
général Lagrange, qui était d'ailleurs un brave officier, n'était
pourtant pas homme à se soutenir avec de tels moyens, en présence de 6
mille Anglais et de 6 mille Turcs. Menou aurait dû réunir là 8 mille
hommes au moins, avec son meilleur général. Il le pouvait par une
forte concentration de ses forces, et en sacrifiant partout
l'accessoire au principal.

[En marge: Mai 1801.]

[En marge: Perte de Ramanieh et des communications d'Alexandrie avec
le Kaire.]

Le général Morand, qui commandait le premier détachement dirigé sur
Rosette, s'était établi à El-Aft, sur les bords du Nil, près de la
ville de Foûéh, dans une position qui présentait quelques avantages
défensifs. C'est là que le général Lagrange vint le rejoindre. Les
Anglais et les Turcs, maîtres de Rosette et de l'embouchure du Nil,
avaient couvert le fleuve de leurs chaloupes canonnières, et ils
eurent bientôt enlevé la petite ville ouverte de Foûéh. Il fallut donc
se replier sur Ramanieh dans la nuit du 8 mai (18 floréal). Le site de
Ramanieh ne présentait pas de grands avantages défensifs, et on ne
pouvait guère y contre-balancer, par la force du lieu la supériorité
numérique de l'ennemi. Cependant, s'il avait fallu opposer quelque
part une résistance désespérée, c'était à Ramanieh même; car, cette
position perdue, le corps détaché du général Lagrange était séparé
d'Alexandrie, et contraint de se replier sur le Kaire. L'armée
française était ainsi coupée en deux, une moitié confinée à
Alexandrie, une moitié au Kaire. Si, lorsqu'elle était réunie tout
entière, elle n'avait pas pu disputer le terrain aux Anglais, il était
bien impossible, que, coupée en deux, elle leur opposât une résistance
efficace. Dans ce cas, elle ne devait plus avoir d'autre ressource que
celle de signer une capitulation. La perte de Ramanieh était donc la
perte définitive de l'Égypte. Menou écrivit au général Lagrange, qu'il
allait arriver à son secours avec 2 mille hommes, ce qui prouve qu'il
pouvait au moins disposer de ce nombre. Il y en avait bien 3 mille au
Kaire; on aurait pu par conséquent se trouver au nombre de 9 mille, et
de 8 mille au moins à Ramanieh. Alors, en rase campagne, ayant une
excellente cavalerie et une belle artillerie légère, et avec la
résolution de vaincre ou de mourir, on était assuré de triompher. Mais
Menou ne parut pas, et Belliard, qui commandait au Kaire, n'avait reçu
aucun ordre. Le général Lagrange, à la tête des 4 mille hommes dont il
disposait, appuyait ses derrières à Ramanieh, et au Nil, qui baigne en
passant les habitations de cette petite ville. Dans cette position il
avait à dos les canonnières anglaises, qui occupaient le fleuve, et
lançaient une grêle de boulets dans le camp des Français; il avait en
face, dans la plaine, sans autre abri pour se couvrir que quelques
ouvrages de campagne très-médiocres, le gros des ennemis, composé de
Turcs et d'Anglais. Ceux-ci étaient environ douze mille contre quatre.
Le danger était grand; cependant mieux valait combattre, et, si on
était vaincu, se rendre prisonniers le soir sur le champ de bataille,
après avoir lutté toute la journée, que d'abandonner une telle
position, sans l'avoir disputée. Quatre mille hommes de pareilles
troupes, voulant se bien défendre, avaient encore des chances de
succès. Mais le chef d'état-major de Menou, quoique fort dévoué aux
idées de son général, et à la conservation de la colonie, ne jugeant
pas la portée de cette retraite, abandonna Ramanieh le 10 mai (20
floréal) au soir, pour se retirer sur le Kaire. Il y arriva le 14 au
matin (24 floréal). Il avait perdu à Ramanieh un convoi d'une immense
valeur, et, ce qui était plus grave, les communications de l'armée.

À partir de ce jour, plus rien en Égypte ne fut digne de critique, ou
même d'intérêt. Les hommes y descendirent bientôt avec la fortune,
au-dessous d'eux-mêmes. Ce fut partout la plus honteuse faiblesse,
avec la plus déplorable incapacité. Et, quand nous parlons des hommes,
c'est des chefs seuls que nous entendons parler; car les soldats et
les simples officiers, toujours admirables en présence de l'ennemi,
étaient prêts à mourir jusqu'au dernier. On ne les vit pas manquer une
seule fois à leur ancienne gloire.

Au Kaire comme à Alexandrie il ne restait plus rien à faire, si ce
n'est de capituler. Il n'y avait d'autre mérite à déployer que de
retarder la capitulation; mais c'est quelque chose que de retarder une
capitulation. On semble en apparence ne défendre que son honneur, et
souvent, en réalité, on sauve son pays! Masséna, en prolongeant la
défense de Gênes, avait rendu possible la victoire de Marengo. Les
généraux qui occupaient le Kaire et Alexandrie, en faisant durer une
résistance sans espoir, pouvaient seconder encore très-utilement les
graves négociations de la France avec l'Angleterre. Ils ne le savaient
pas, il est vrai; c'est pourquoi, dans l'ignorance des services qu'on
peut rendre en prolongeant une défense, il faut écouter la voix de
l'honneur, qui commande de résister jusqu'à la dernière extrémité. De
ces deux généraux bloqués, le plus malheureux, car il avait commis le
plus de fautes, Menou, en s'obstinant à retarder la reddition
d'Alexandrie, fut encore utile, comme on va le voir, aux intérêts de
la France. Ce fut plus tard sa consolation, ce fut son excuse auprès
du Premier Consul.

[En marge: Le général Belliard renfermé au Kaire.--Délibération sur
le parti à prendre.]

[En marge: Inutile sortie du Kaire pour repousser le visir.]

Lorsque les troupes détachées à Ramanieh rentrèrent dans le Kaire, il
y eut à délibérer sur la conduite à suivre. Le général Belliard était,
par son grade, le commandant en chef. C'était un esprit avisé, mais
plus avisé que résolu. Il convoqua un conseil de guerre. Il restait
environ 7 mille hommes de troupes actives, plus 5 à 6 mille individus
malades, blessés, et employés de l'armée. La peste sévissait; on avait
peu d'argent et de vivres, et une ville, d'un immense circuit, à
défendre. Sept mille hommes étaient insuffisants pour garder ce
circuit. L'enceinte n'était nulle part faite pour résister à l'art
des ingénieurs européens. La citadelle présentait, il est vrai, un
réduit, mais insuffisant pour recevoir 12 mille Français, et ne
pouvant tenir contre le gros canon des Anglais. Un tel poste était bon
uniquement, pour s'abriter contre la populace du Kaire. Il n'y avait
évidemment que deux choses à faire: ou d'essayer, par une marche
hardie, de descendre dans la Basse-Égypte, d'y surprendre le passage
du Nil, et de rejoindre Menou vers Alexandrie, ou bien de se retirer à
Damiette, ce qui était plus sûr, plus facile, surtout à cause de la
multitude qu'on était obligé de traîner après soi. On devait se
trouver là, au milieu de lagunes, qui ne communiquaient avec le Delta
que par des langues de terre fort étroites, et que sept mille soldats
de l'armée d'Égypte suffisaient à défendre bien long-temps, contre un
ennemi deux ou trois fois supérieur. On était assuré de vivre dans une
grande abondance de toutes choses, car la province était couverte de
bestiaux, la ville de Damiette regorgeait de grains, et le lac
Menzaleh abondait en poissons les meilleurs, les plus propres à la
nourriture des troupes. Puisqu'il ne s'agissait plus que de capituler,
Damiette permettait de retarder de six mois au moins ce triste
résultat. L'officier du génie d'Hautpoul proposa cette sage
résolution; mais, pour la suivre, il fallait prendre un parti
difficile, celui d'évacuer le Kaire. Le général Belliard, qui fut
capable quelques jours après de rendre cette ville aux ennemis, par
une déplorable capitulation, ne le fut point ce jour-là de l'évacuer
volontairement, en conséquence d'une résolution militaire, forte et
habile. Il se décida donc à rester dans cette capitale de l'Égypte,
sans savoir ce qu'il allait y faire. Par la rive gauche du Nil, les
Anglais et les Turcs remontaient de Ramanieh au Kaire; par la rive
droite, le grand-visir, suivi de 25 à 30 mille hommes, ramassis de
mauvaises troupes orientales, venait du côté de la Syrie, et
s'avançait aussi sur le Kaire par la route de Belbeïs. Le général
Belliard, se souvenant des trophées d'Héliopolis, voulut marcher
au-devant du visir, par la route qu'avait suivie Kléber. Il sortit à
la tête de 6 mille hommes, et s'avança jusqu'à la hauteur d'Elmenaïr,
à peu près la valeur de deux marches. Enveloppé souvent par une nuée
de cavaliers, il envoyait après eux son artillerie légère, qui, çà et
là, en atteignait quelques-uns avec ses boulets. Mais c'était le seul
résultat qu'il put obtenir. Les Turcs, bien dirigés cette fois, ne
voulaient pas accepter une bataille d'Héliopolis. Il n'y avait qu'une
manière de les joindre, c'était d'aller prendre leur camp à Belbeïs.
Mais le général Belliard, accueilli devant tous les villages par des
coups de fusil, voyait à chaque pas augmenter le nombre de ses
blessés, et s'agrandir la distance qui le séparait du Kaire. Il
craignait que les Anglais et les Turcs n'y entrassent en son absence.
Il aurait fallu prévoir ce danger avant d'en sortir, et se demander si
on aurait le temps de faire le trajet de Belbeïs. Sorti du Kaire sans
savoir ce qu'il ferait, le général Belliard y rentra de même, après
une opération sans résultat, et qui le fit passer pour vaincu aux yeux
de toute la population. À l'imitation des peuples récemment soumis,
les Égyptiens tournaient avec la fortune, et, quoique n'étant pas
mécontents des Français, ils se disposaient à les abandonner.
Cependant il n'y avait pas d'insurrection à craindre, à moins qu'on ne
voulût condamner la ville du Kaire aux horreurs d'un siége.

[En marge: Négociations entamées par le général Belliard.]

[En marge: Conseil de guerre tenu pour délibérer sur l'évacuation du
Kaire.]

L'armée française, dégoûtée des humiliations auxquelles l'exposait
l'incapacité des généraux, était complétement revenue aux idées qui
amenèrent la convention d'El-Arisch. Elle se consolait de ses malheurs
en rêvant le retour en France. Si un général résolu et habile lui eût
donné les exemples qui furent donnés à la garnison de Gênes par
Masséna, elle les eût suivis; mais il ne fallait rien attendre de
pareil du général Belliard. Serré sur la rive gauche du Nil par
l'armée anglo-turque venue de Ramanieh, sur la rive droite par le
grand visir qui l'avait accompagné pas à pas, il offrit à l'ennemi une
suspension d'armes, qui fut acceptée avec empressement, car les
Anglais cherchaient moins ici l'éclat que l'utilité. Ce qu'ils
souhaitaient avant tout, c'était l'évacuation de l'Égypte, n'importe
par quel moyen. Le général Belliard assembla un conseil de guerre, au
sein duquel la discussion fut fort orageuse. On élevait de graves
plaintes contre ce commandant de la division du Kaire. On lui disait
qu'il n'avait su ni abandonner le Kaire à temps, pour aller prendre
position à Damiette, ni se maintenir dans cette capitale de l'Égypte,
par des opérations bien concertées; qu'il n'avait trouvé à faire
qu'une ridicule sortie, pour combattre le visir, sans réussir à le
joindre, et qu'aujourd'hui, ne sachant où donner de la tête, il venait
demander à ses officiers s'il fallait négocier ou se faire tuer,
lorsqu'il avait déjà résolu la question lui-même, par l'ouverture
spontanée des négociations. Tous ces reproches lui furent adressés
avec amertume, surtout par le général Lagrange, ami de Menou, et
partisan fort chaud de la conservation de l'Égypte. Au général
Lagrange se joignirent les généraux Valentin, Duranteau, Dupas,
soutenant vivement tous trois, que, pour l'honneur du drapeau, il
fallait absolument combattre. Malheureusement on ne le pouvait plus
sans cruauté pour l'armée, sans cruauté surtout pour la nombreuse
population de malades et d'employés, attachée à ses pas. On avait
devant soi plus de quarante mille ennemis, sans compter les Cipayes,
qui, débarqués à Cosséir, allaient descendre le Nil avec les
Mamelucks, devenus infidèles depuis la mort de Murad-Bey. On avait
derrière soi une population à demi barbare, de trois cent mille âmes,
atteinte par la peste, menacée par la disette, et toute prête
aujourd'hui à se soulever contre les Français. L'enceinte à défendre
était trop étendue pour être gardée par sept mille hommes, et trop
faible pour résister à des ingénieurs européens. On pouvait être
enlevé, et égorgé avec la colonie, à la suite d'un assaut. Vainement
quelques braves officiers faisaient-ils entendre le cri de l'honneur
indigné: se rendre était la seule ressource. Le général Belliard,
voulant se montrer prêt à tout, fit examiner de nouveau la question de
savoir si on se retirerait à Damiette, question aujourd'hui fort
tardive, et une autre question au moins étrange, celle de savoir si on
se retirerait dans la Haute-Égypte. Ce dernier parti était insensé. Ce
n'étaient là que les ruses de la faiblesse, cherchant à cacher sa
confusion, sous un faux semblant de témérité. Il fut donc résolu que
l'on capitulerait; et on ne pouvait faire autre chose, si on ne
voulait être égorgés tous ensemble, à la suite d'une attaque de vive
force.

[En marge: Juin 1801.]

On envoya des commissaires au camp des Anglais et des Turcs afin de
négocier une capitulation. Les généraux ennemis acceptèrent cette
proposition avec joie, tant ils craignaient, même encore en ce moment,
un retour de fortune. Ils accédèrent aux conditions les plus
avantageuses pour l'armée. On convint qu'elle se retirerait avec les
honneurs de la guerre, avec armes et bagages, avec son artillerie, ses
chevaux, tout ce qu'elle possédait enfin, qu'elle serait transportée
en France, et nourrie pendant la traversée, aux frais de l'Angleterre.
Ceux des Égyptiens qui voudraient suivre l'armée (et il y en avait un
certain nombre de compromis par leurs liaisons avec les Français),
étaient autorisés à se joindre à elle. Ils avaient en outre la faculté
de vendre leurs biens.

[En marge: Capitulation du Kaire.]

Cette capitulation fut signée le 27 juin 1801, et ratifiée le 28 (8 et
9 messidor an IX). L'orgueil des vieux soldats d'Égypte et d'Italie
souffrait cruellement. Ils allaient rentrer en France, non pas comme
ils y rentrèrent en 1798, après les triomphes de Castiglione,
d'Arcole et de Rivoli, fiers de leur gloire et des services rendus à
la République: ils allaient y rentrer vaincus, mais ils allaient y
rentrer, et, pour ces coeurs souffrant d'un long exil, c'était une
joie involontaire qui les étourdissait sur leurs revers. Il y avait au
fond des âmes une satisfaction qu'on ne s'avouait pas, mais qui
perçait sur les visages. Les chefs seulement étaient soucieux, en
songeant au jugement que le Premier Consul porterait de leur conduite.
Les dépêches dont ils accompagnaient la capitulation étaient
empreintes de la plus humiliante anxiété. On choisit, pour porter ces
dépêches, les hommes qui, par leurs actes personnels, étaient le plus
exempts de tout blâme: ce furent l'officier du génie d'Hautpoul, et le
directeur des poudres Champy, qui avaient été si utiles à la colonie.

[En marge: Situation de Menou dans Alexandrie.]

[En marge: Août 1801.]

Menou était enfermé dans Alexandrie, et, comme Belliard, il ne lui
restait qu'à se rendre. Il ne pouvait y avoir entre l'un et l'autre
qu'une différence de temps. La peste faisait quelques victimes dans
Alexandrie; les vivres y manquaient, par suite de la faute qu'on avait
commise de ne pas faire les approvisionnements de siége. Il est vrai
que les caravanes arabes, attirées par le gain, y apportaient encore
de la viande, du laitage et quelques grains. Mais on manquait de
froment, et il fallait mettre du riz dans le pain. Le scorbut
diminuait chaque jour le nombre d'hommes en état de servir. Les
Anglais, pour isoler complétement la place, avaient imaginé de verser
le lac Madieh dans le lac Maréotis à moitié desséché, d'envelopper
ainsi Alexandrie d'une masse d'eau continue, et d'une ceinture de
chaloupes canonnières. Pour cela ils avaient pratiqué une coupure dans
la digue qui va d'Alexandrie à Ramanieh, et qui forme la séparation
des deux lacs. (Voir la carte nº 18.) Mais, comme la différence de
niveau n'était que de neuf pieds, le versement des eaux d'un lac dans
l'autre, se faisait lentement, et, du reste, l'opération, bonne s'il
eût importé de séparer le général Belliard du général Menou, n'avait
plus la même utilité, depuis les événements du Kaire. Si elle étendait
l'action des chaloupes canonnières, elle avait pour les Français
l'avantage de resserrer le front d'attaque, sans même les priver de
leurs communications avec les caravanes; car la longue plage de sable
sur laquelle Alexandrie est située, communique par son extrémité
occidentale avec le désert de Libye. Aussi les Anglais voulurent-ils
bientôt compléter l'investissement; et pour cela ils embarquèrent des
troupes sur leurs chaloupes, et vinrent, vers le milieu d'août (fin de
thermidor), exécuter un débarquement non loin de la tour du Marabout.
Ils entreprirent même le siége en règle du fort de ce nom. À partir de
ce moment, la place, complétement investie, ne pouvait tarder à se
rendre.

L'infortuné Menou réduit ainsi à l'inaction, ayant le loisir de penser
à ses fautes, entouré du blâme universel, se consolait cependant par
l'idée d'une résistance héroïque, comme celle de Masséna dans Gênes.
Il l'écrivait au Premier Consul, et lui annonçait une défense
mémorable. Les généraux Damas et Reynier étaient restés sans troupes à
Alexandrie. Ils y tenaient un fâcheux langage, et n'avaient pas même,
dans ces derniers instants, une attitude convenable. Menou les fit
arrêter pendant une nuit, avec un grand éclat, et ordonna leur
embarquement pour la France. Cet acte de vigueur après coup, produisit
peu d'effet. L'armée, dans son bon sens, blâmait sévèrement Reynier et
Damas, mais n'estimait guère Menou. La seule grâce qu'elle lui
faisait, c'était de ne le point haïr. Écoutant froidement ses
proclamations, dans lesquelles il annonçait la résolution de mourir
plutôt que de se rendre, elle était prête, s'il le fallait, à se
battre à outrance, mais elle ne croyait plus guère à cette nécessité.
Elle comprenait trop bien les conséquences de ce qui s'était passé au
Kaire, pour ne pas entrevoir une capitulation prochaine; et dans
Alexandrie comme au Kaire, elle se consolait de ses revers, par
l'espoir de revoir bientôt la France.

À compter de ce jour, plus rien d'important ne signala la présence des
Français en Égypte, et l'expédition fut en quelque sorte terminée.
Admirée comme un prodige d'audace et d'habileté par les uns, cette
expédition a été considérée comme une brillante chimère par les
autres, par ceux notamment qui affectent de peser toutes choses, dans
les balances d'une froide raison.

Ce dernier jugement, avec les apparences de la sagesse, est au fond
peu sensé et peu juste.

Napoléon, dans sa longue et prodigieuse carrière, n'a rien imaginé qui
fût plus grand, et qui pût être plus véritablement utile. Sans doute,
si on songe que nous n'avons pas même conservé le Rhin et les Alpes,
on doit se dire que l'Égypte, l'eussions-nous occupée quinze ans, nous
aurait été plus tard enlevée, comme nos frontières continentales,
comme cette antique et belle possession de l'île de France, que nous
ne devions pas aux guerres de la révolution. Mais, à juger ainsi les
choses, on pourrait aller jusqu'à se demander, si la conquête de la
ligne du Rhin n'était pas elle-même une folie et une chimère. Il faut,
pour juger sainement une telle question, il faut supposer un instant
nos longues guerres, autrement terminées qu'elles ne l'ont été, et se
demander si, dans ce cas, la possession de l'Égypte était possible,
désirable, et d'une grande conséquence. À la question ainsi posée, la
réponse ne saurait être douteuse. D'abord l'Angleterre était presque
résignée en 1801 à nous concéder l'Égypte, moyennant des
compensations. Ces compensations, qu'on avait fait connaître à notre
négociateur, n'avaient rien d'exorbitant. Il est hors de doute, que,
pendant la paix maritime qui suivit, et dont nous ferons bientôt
connaître la conclusion, le Premier Consul, prévoyant la brièveté de
cette paix, eût envoyé aux bouches du Nil d'immenses ressources, en
hommes et en matériel, et que la belle armée expédiée à
Saint-Domingue, où l'on alla chercher un dédommagement de l'Égypte
perdue, aurait mis pour long-temps notre nouvel établissement à l'abri
de toute attaque. Un général comme Decaen, ou Saint-Cyr, joignant à
l'expérience de la guerre l'art d'administrer, ayant, outre les
vingt-deux mille hommes qui restaient en Égypte de la première
expédition, les trente mille qui périrent inutilement à
Saint-Domingue, placé avec cinquante mille Français et un immense
matériel, sous un climat parfaitement sain, sur un sol d'une fertilité
inépuisable, cultivé par des paysans soumis à tous les maîtres, et
n'ayant jamais leur fusil à côté de leur charrue, un général,
disons-nous, comme Decaen ou Saint-Cyr, aurait pu avec de tels moyens
défendre victorieusement l'Égypte, et y fonder une superbe colonie.

Le succès était incontestablement possible. Nous ajouterons que, dans
la lutte maritime et commerciale, que soutenaient l'une contre l'autre
la France et l'Angleterre, la tentative était en quelque sorte
commandée. L'Angleterre venait, en effet, de conquérir le continent
des Indes, et de se donner ainsi la suprématie dans les mers de
l'Orient. La France, jusque-là sa rivale, pouvait-elle céder, sans la
disputer, une semblable suprématie? Ne devait-elle pas à sa gloire, à
sa destinée, de lutter? Les politiques ne peuvent pas répondre ici
autrement que les patriotes. Oui, il fallait qu'elle essayât de lutter
dans ces régions de l'Orient, vaste champ de l'ambition des peuples
maritimes, et qu'elle essayât d'y faire une acquisition, qui pût
contre-balancer celles des Anglais. Cette vérité admise, qu'on cherche
sur le globe, et qu'on nous dise, s'il y avait une acquisition mieux
adaptée que l'Égypte au but qu'on se proposait? Elle valait en
elle-même les plus belles contrées, elle touchait aux plus riches, aux
plus fécondes, à celles qui fournissent la plus ample matière au
négoce lointain. Elle ramenait dans la Méditerranée, qui était notre
mer alors, le commerce de l'Orient; elle était, en un mot, un
équivalent de l'Inde, et en tout cas elle en était la route. La
conquête de l'Égypte était donc pour la France, pour l'indépendance
des mers, pour la civilisation générale, un service immense. Aussi,
comme on pourra le voir ailleurs, notre succès fut-il souhaité plus
d'une fois en Europe, dans ces courts intervalles de temps où la haine
ne troublait pas l'esprit des cabinets. Pour un tel but, il valait la
peine de perdre une armée, et non pas seulement celle qu'on envoya la
première fois en Égypte, mais celles qu'on envoya depuis périr
inutilement à Saint-Domingue, dans les Calabres et en Espagne. Plût au
ciel que, dans les élans de sa vaste imagination, Napoléon n'eût rien
conçu de plus téméraire!


FIN DU LIVRE DIXIÈME.



LIVRE ONZIÈME.

PAIX GÉNÉRALE.

     Dernière et infructueuse sortie de Ganteaume. -- Il touche à
     Derne, n'ose débarquer deux mille hommes qu'il avait à son bord,
     et rebrousse chemin vers Toulon. -- Prise en route du vaisseau le
     _Swiftsure_. -- L'amiral Linois, envoyé de Toulon à Cadix, est
     obligé de jeter l'ancre dans la baie d'Algésiras. -- Beau combat
     d'Algésiras. -- Une escadre composée de Français et d'Espagnols
     sort de Cadix, pour venir au secours de la division Linois. --
     Rentrée des flottes combinées dans Cadix. -- Combat
     d'arrière-garde avec l'amiral anglais Saumarez. -- Affreuse
     méprise de deux vaisseaux espagnols, qui, trompés par la nuit, se
     prennent pour ennemis, se combattent à outrance, et sautent en
     l'air tous les deux. -- Beau fait d'armes du capitaine Troude. --
     Courte campagne du prince de la Paix contre le Portugal. -- La
     cour de Lisbonne se hâte d'envoyer un négociateur à Badajos, pour
     se soumettre aux volontés de la France et de l'Espagne réunies.
     -- Marche des affaires européennes depuis le traité de Lunéville.
     -- Influence croissante de la France. -- Séjour à Paris des
     infants d'Espagne, destinés à régner en Étrurie. -- Reprise de la
     négociation de Londres, entre M. Otto et lord Hawkesbury. --
     Nouvelle manière de poser la question du côté des Anglais. -- Ils
     demandent Ceylan dans les Indes, la Martinique ou la Trinité dans
     les Antilles, Malte dans la Méditerranée. -- Le Premier Consul
     répond à ces prétentions, en menaçant de conquérir le Portugal,
     et au besoin d'exécuter une descente en Angleterre. -- Vive
     polémique entre _le Moniteur_ et les journaux anglais. -- Le
     cabinet britannique renonce à Malte, et résume toutes ses
     prétentions en demandant l'île espagnole de la Trinité. -- Le
     Premier Consul, pour sauver les possessions d'une cour alliée,
     offre l'île française de Tabago. -- Le cabinet britannique
     refuse. -- Folle conduite du prince de la Paix, qui fournit une
     solution inattendue. -- Ce prince traite avec la cour de
     Lisbonne, sans se concerter avec la France, et prive ainsi la
     légation française de l'argument qu'on tirait des dangers du
     Portugal. -- Irritation du Premier Consul, et menaces de guerre à
     la cour de Madrid. -- M. de Talleyrand propose au Premier Consul
     de terminer la négociation aux dépens des Espagnols, en livrant
     aux Anglais l'île de la Trinité. -- M. Otto reçoit l'autorisation
     de faire cette concession, mais seulement à la dernière
     extrémité. -- Pendant qu'on négocie, Nelson tente les plus grands
     efforts pour détruire la flottille de Boulogne. -- Beaux combats
     devant Boulogne, soutenus par l'amiral Latouche-Tréville contre
     Nelson. -- Défaite des Anglais. -- Joie en France, inquiétudes en
     Angleterre, à la suite de ces deux combats. -- Dispositions
     réciproques à un rapprochement. -- On passe par-dessus les
     dernières difficultés, et la paix se conclut, sous forme de
     préliminaires, par le sacrifice de l'île de la Trinité. -- Joie
     inouïe en Angleterre et en France. -- Le colonel Lauriston,
     chargé de porter à Londres la ratification du Premier Consul, est
     conduit en triomphe pendant plusieurs heures. -- Réunion d'un
     congrès dans la ville d'Amiens pour conclure la paix définitive.
     -- Suite de traités signés coup sur coup. -- Paix avec le
     Portugal, la Porte-Ottomane, la Bavière, la Russie, etc. -- Fête
     à la paix, fixée au 18 brumaire. -- Lord Cornwallis,
     plénipotentiaire au congrès d'Amiens, assiste à cette fête. --
     Accueil qu'il reçoit du peuple de Paris. -- Banquet de la Cité à
     Londres. -- Témoignages extraordinaires de sympathie que se
     donnent en ce moment les deux nations.


[En marge: Mai 1801.]

[En marge: Troisième sortie de Ganteaume.]

Pendant que l'armée d'Égypte succombait, faute d'un chef habile, et
faute aussi d'un secours apporté à propos, l'amiral Ganteaume tentait
sa troisième sortie du port de Toulon. Le Premier Consul lui avait à
peine laissé le temps de réparer les avaries, provenant de l'abordage
du _Dix-Août_ et de l'_Indomptable_, et il l'avait obligé à repartir
presque immédiatement. L'amiral Ganteaume avait remis à la voile le 25
avril (5 floréal). Il avait l'ordre de longer les parages de l'île
d'Elbe, afin d'exécuter en passant une démonstration sur
Porto-Ferraio, et d'en faciliter l'occupation par les troupes
françaises. Le Premier Consul tenait à reprendre cette île, dont les
traités avec Naples et l'Étrurie assuraient la possession à la France,
et dans laquelle se trouvait une petite garnison, moitié toscane,
moitié anglaise. L'amiral obéit, se montra devant l'île d'Elbe, jeta
quelques boulets sur Porto-Ferraio, et passa outre, pour ne pas
s'exposer à des dommages, qui l'auraient réduit à l'impossibilité de
remplir sa mission. S'il eût fait voile directement, il aurait pu être
encore utile à l'armée d'Égypte, car, ainsi qu'on l'a vu, la position
de Ramanieh ne fut perdue que le 10 mai (20 floréal). Il était donc
encore temps, en partant le 25 avril, d'empêcher l'armée d'être coupée
en deux, et réduite à capituler une division après l'autre. Il aurait
fallu, pour cela, ne pas perdre un instant. Mais une sorte de fatalité
s'attachait à toutes les opérations de l'amiral Ganteaume. On l'a vu,
sorti heureusement de Brest, entré plus heureusement encore dans la
Méditerranée, manquer tout à coup de confiance, prendre quatre
vaisseaux pour huit, et rentrer dans Toulon. On l'a vu, sorti de ce
port en mars, échapper à l'amiral Warren, dépasser la pointe
méridionale de la Sardaigne, et s'arrêter encore une fois, par suite
de l'abordage du _Dix-Août_ et de l'_Indomptable_. Il n'était pas au
terme de ses malheurs. À peine allait-il quitter les eaux de l'île
d'Elbe, qu'une maladie contagieuse se déclara sur son escadre. Soit
fatigue des troupes embarquées depuis long-temps, soit mauvaise
fortune, cette maladie atteignit subitement une grande partie des
soldats et des équipages. On jugea imprudent et inutile de porter en
Égypte un tel nombre de malades, et l'amiral Ganteaume prit le parti
de diviser son escadre. Confiant au contre-amiral Linois trois
vaisseaux, il plaça sur ces trois vaisseaux les matelots et soldats
malades, et les achemina sur Toulon. Il continua sa mission avec
quatre vaisseaux et deux frégates, portant deux raille hommes de
troupes seulement, et se dirigea vers l'Égypte. Mais il n'était plus
temps, car on touchait au milieu de mai, et, à cette époque, l'armée
française était perdue, puisque les généraux Belliard et Menou se
trouvaient séparés l'un de l'autre, par suite de l'abandon de
Ramanieh. L'amiral Ganteaume l'ignorait. Il dépassa la Sardaigne et la
Sicile, se montra dans le canal de Candie, parvint à se dérober
plusieurs fois à l'ennemi, s'avança même jusque dans l'Archipel pour
lui échapper, et vint enfin mouiller sur la côte d'Afrique, à quelques
marches à l'ouest d'Alexandrie. Le point qu'il avait choisi était
celui de Derne, désigné dans ses instructions comme propre à un
débarquement. En donnant aux troupes des vivres, et de l'argent pour
louer les chameaux des Arabes, on croyait qu'elles pourraient
traverser le désert, et atteindre Alexandrie en quelques marches. Ce
n'était là qu'une conjecture très-hasardée. L'amiral Ganteaume venait
de jeter l'ancre depuis quelques heures, et de mettre à la mer une
partie de ses chaloupes, lorsque les habitants accoururent sur le
rivage, et firent sur nos embarcations une vive fusillade. Le plus
jeune frère du Premier Consul, Jérôme Bonaparte, se trouvait au milieu
des troupes de débarquement. On fit de vains efforts pour attirer à
soi les habitants, et pour se les concilier. Il aurait fallu détruire
leur petite ville de Derne, et marcher sur Alexandrie sans eau,
presque sans vivres, en combattant toujours. C'était une entreprise
folle, et d'ailleurs sans objet, car mille hommes tout au plus sur
deux mille, seraient arrivés au terme du voyage. Il ne valait plus la
peine de faire périr tant de braves gens, pour un si faible secours.
Du reste, un événement, facile à prévoir, termina tous les doutes.
L'amiral crut apercevoir la flotte anglaise; dès lors il ne délibéra
plus, hissa ses chaloupes à bord, ne prit pas même le temps de lever
ses ancres, et coupa ses câbles, pour n'être pas attaqué au mouillage.
Il mit à la voile, et ne fut pas joint par l'ennemi.

[En marge: Juin 1801.]

[En marge: Subite rentrée de l'amiral Ganteaume.]

[En marge: Prise du vaisseau anglais _le Swiftsure_.]

La fortune qui l'avait mal servi, car elle ne seconde, comme on l'a
dit souvent, que les esprits assez audacieux pour se confier à elle,
la fortune lui réservait un dédommagement. En traversant le canal de
Candie, il rencontra un vaisseau anglais de haut bord: c'était le
_Swiftsure_. Lui donner la chasse, l'envelopper, le canonner, le
prendre, fut l'affaire de quelques instants. C'était le 24 juin, (5
messidor) que lui advint cette heureuse rencontre. L'amiral Ganteaume
entra dans Toulon, avec cette espèce de trophée, faible compensation
pour tant de mauvais succès. Le Premier Consul, enclin à l'indulgence
pour les hommes qui avaient traversé avec lui de grands périls, voulut
bien accepter cette compensation, et la publier dans _le Moniteur_.

[En marge: Juillet 1801.]

Cependant tous ces mouvements d'escadre devaient finir d'une manière
moins triste pour notre marine. Pendant que l'amiral Ganteaume
rentrait dans Toulon, l'amiral Linois, qui était venu y déposer ses
soldats et ses matelots atteints de la fièvre, en était reparti sur
l'ordre formel du Premier Consul. Se hâtant de faire laver à la chaux
les murailles intérieures de ses bâtiments, de changer les troupes
malades contre des troupes fraîches, de renouveler ses équipages avec
des matelots valides, il avait appareillé, pour se diriger vers sa
nouvelle destination. Une dépêche qu'il ne devait ouvrir qu'à la mer,
lui prescrivait d'aller sur-le-champ à Cadix, joindre les six
vaisseaux armés dans ce port par l'amiral Dumanoir, les cinq vaisseaux
espagnols du Ferrol, ce qui, avec les trois qu'il amenait, devait
former une division de quatorze grands bâtiments. Il était possible
que l'escadre de Rochefort, sous l'amiral Bruix, y fût arrivée. On
pouvait alors réunir une flotte de plus de vingt vaisseaux, qui devait
être maîtresse de la Méditerranée pendant quelques mois, prendre les
troupes d'Otrante, et porter d'immenses secours en Égypte. On ignorait
encore en France qu'il était trop tard, et qu'il ne restait à défendre
que la place d'Alexandrie. Sauver ce dernier point n'était pourtant
pas une chose indifférente.

[En marge: Sortie de Toulon de l'amiral Linois.]

[En marge: Il mouille à Algésiras.]

L'amiral Linois s'empressa d'obéir, et fit voile vers Cadix. En route,
il chassa quelques frégates anglaises, qu'il faillit prendre, fut
contrarié par les vents à l'entrée du détroit, et enfin réussit à y
pénétrer, vers le commencement de juillet (milieu de messidor). La
flotte anglaise de Gibraltar, qui observait Cadix, lui ayant été
signalée, il vint mouiller dans le port espagnol d'Algésiras, le 4
juillet au soir (15 messidor).

[En marge: Baie d'Algésiras.]

Près du détroit de Gibraltar, c'est-à-dire vers la pointe méridionale
de la Péninsule, les côtes montagneuses de l'Espagne s'entr'ouvrent,
et, prenant la figure d'un fer à cheval, forment une baie profonde
dont l'ouverture est tournée au midi. (Voir la carte nº 19.) Sur l'un
des côtés de cette baie se trouve Algésiras, sur l'autre Gibraltar; de
manière qu'Algésiras et Gibraltar sont placés vis-à-vis, et à quatre
mille toises de distance, à peu près une lieue et demie. D'Algésiras
on voit distinctement ce qui se passe à Gibraltar, au moyen d'une
lunette ordinaire. Il n'y avait pas un seul vaisseau anglais dans la
baie, mais le contre-amiral Saumarez n'était pas loin. Il observait
avec sept vaisseaux le port de Cadix, où étaient réunies dans ce
moment plusieurs divisions navales, soit françaises, soit espagnoles.
Averti de ce qui se passait, il se hâta de profiter de l'occasion qui
s'offrait à lui de détruire la division Linois, car il pouvait opposer
sept vaisseaux à trois. Toutefois, sur les sept il en avait détaché
un, le _Superbe_, pour observer l'embouchure du Guadalquivir. Il lui
fit le signal de ralliement; mais le vent ne favorisant pas le retour
du _Superbe_, il s'achemina vers Algésiras, avec six vaisseaux et une
frégate.

L'amiral Linois, de son côté, avait reçu des autorités espagnoles avis
du danger qui le menaçait, et il eut recours aux seules précautions
que la nature des lieux lui permît de prendre. La côte d'Algésiras,
dans la baie de ce nom, située, comme nous venons de le dire,
vis-à-vis de Gibraltar, présente un mouillage plutôt qu'un port. C'est
une côte peu saillante, toute droite, qui se prolonge du sud au nord,
sans aucun renfoncement où les vaisseaux puissent s'abriter.
Seulement, aux deux extrémités de ce mouillage, se trouvaient deux
batteries: l'une au nord d'Algésiras, sur un point élevé de la côte,
connue sous le nom de batterie Saint-Jacques; l'autre au midi
d'Algésiras, sur un îlot appelé l'île Verte. La batterie de
Saint-Jacques était armée de cinq pièces de 18, celle de l'île Verte
de sept pièces de 24. Ce n'était pas là un grand secours, surtout à
cause de la négligence espagnole, qui avait laissé tous les postes de
la côte sans artilleurs et sans munitions. Cependant l'amiral Linois
se mit en rapport avec les autorités locales, qui firent de leur mieux
pour secourir les Français. Il rangea ses trois vaisseaux et sa
frégate le long du rivage, en appuyant les extrémités de cette ligne
si courte aux deux positions fortifiées de Saint-Jacques et de l'île
Verte. Venait d'abord le _Formidable_, qui, placé le plus au nord,
s'appuyait à la batterie Saint-Jacques; puis le _Desaix_, qui se
trouvait au milieu; enfin l'_Indomptable_, qui était le plus au midi,
vers la batterie de l'île Verte. Entre le _Desaix_ et l'île Verte se
trouvait la frégate la _Muiron_. Quelques chaloupes canonnières
espagnoles étaient entremêlées avec les vaisseaux français.

[En marge: Combat d'Algésiras, livré le 6 juillet.]

Le 6 juillet 1801 (17 messidor an IX), vers sept heures du matin, le
contre-amiral Saumarez, venant de Cadix par un vent d'ouest-nord-ouest,
s'achemina vers la baie d'Algésiras, doubla le cap Carnero, entra dans
la baie, et se porta vers la ligne d'embossage des Français. Le vent,
qui n'était pas favorable à la marche des vaisseaux anglais, les sépara
les uns des autres, et heureusement ne leur permit pas d'agir avec tout
l'ensemble désirable, (Voir la carte nº 19.) Le _Vénérable_, qui était
en tête de la colonne, resta en arrière; le _Pompée_ prit sa place.
Celui-ci, remontant le long de notre ligne, défila successivement sous
le feu de la batterie de l'île Verte, de la frégate la _Muiron_, de
l'_Indomptable_, du _Desaix_, du _Formidable_, lâchant ses bordées à
chacun d'eux. Il vint prendre position à portée de fusil de notre
vaisseau amiral le _Formidable_, monté par Linois. Il s'engagea entre
ces deux adversaires un combat acharné, presque à bout portant. Le
_Vénérable_, éloigné d'abord du lieu de l'action, tâcha de s'en
rapprocher pour joindre ses efforts à ceux du _Pompée_. L'_Audacieux_,
le troisième des vaisseaux anglais, destiné à combattre le _Desaix_, ne
put pas arriver à sa hauteur, s'arrêta devant l'_Indomptable_, qui était
le dernier au sud, et commença contre celui-ci une vive canonnade. Le
_César_ et le _Spencer_, quatrième et cinquième vaisseaux anglais,
étaient l'un en arrière, l'autre entraîné au fond de la baie par le
vent, qui soufflait de l'ouest à l'est. Enfin le sixième, l'_Hannibal_,
porté d'abord vers Gibraltar, mais parvenu après beaucoup de manoeuvres
à se rapprocher d'Algésiras, manoeuvra pour tourner notre vaisseau
amiral le _Formidable_, et se placer entre lui et la côte. Le combat,
entre les vaisseaux qui avaient pu se joindre était fort opiniâtre. Pour
n'être pas emportés d'Algésiras vers Gibraltar, les Anglais avaient
chacun jeté une ancre. Notre vaisseau amiral, le _Formidable_, avait
deux ennemis à combattre, le _Pompée_ et le _Vénérable_, et allait en
avoir trois, si l'_Hannibal_ réussissait à prendre position entre lui et
la côte. Le capitaine du _Formidable_, le brave Lalonde, venait d'être
emporté par un boulet. La canonnade continuait avec une extrême vivacité
aux cris de _Vive la République! Vive le Premier Consul!_ L'amiral
Linois qui était à bord du _Formidable_, montrant à propos le travers au
_Pompée_, qui ne lui présentait que l'avant, avait réussi à le démâter,
et à le mettre à peu près hors de combat. Profitant en même temps du
changement de la brise, qui avait passé à l'est, et portait sur
Algésiras, il avait fait signal à ses capitaines de couper leurs câbles,
et de se laisser échouer, de manière à ne pas permettre aux Anglais de
passer entre nous et la côte, et de nous mettre entre deux feux, comme
autrefois Nelson avait fait à la bataille d'Aboukir. Cet échouage ne
pouvait pas avoir de grands inconvénients pour la sûreté des bâtiments
français, car on était à la marée basse, et à la marée haute ils étaient
certains de se relever facilement. Cet ordre, donné à propos, sauva la
division. Le _Formidable_, après avoir mis le _Pompée_ hors de combat,
vint s'échouer sans secousse, car la brise en tournant avait faibli. Se
dérobant ainsi au danger dont le menaçait l'_Hannibal_, il acquit à
l'égard de celui-ci une position redoutable. En effet, l'_Hannibal_, en
voulant exécuter sa manoeuvre, avait échoué lui-même, et il était
immobile sous le double feu du _Formidable_ et de la batterie
Saint-Jacques. Dans cette situation périlleuse, l'_Hannibal_ fait
effort pour se relever; mais, la marée baissant, il se trouve
irrévocablement fixé à sa position. Il reçoit de tous côtés
d'épouvantables décharges d'artillerie, tant de la terre que du
_Formidable_, et des canonnières espagnoles. Il coule une ou deux de ces
canonnières, mais il essuie plus de feux qu'il ne peut en rendre.
L'amiral Linois, ne jugeant pas que la batterie Saint-Jacques fût assez
bien servie, débarque le général Devaux avec un détachement des troupes
françaises qu'il avait à bord. Le feu de cette batterie redouble alors,
et l'_Hannibal_ est accablé. Mais un nouvel adversaire vient achever sa
défaite. Le second vaisseau français, le _Desaix_, qui était placé après
le _Formidable_, obéissant à l'ordre de se jeter à la côte, et ayant, à
cause de la faiblesse de la brise, exécuté lentement sa manoeuvre, se
trouvait ainsi un peu en dehors de la ligne, également en vue de
l'_Hannibal_ et du _Pompée_, que le _Formidable_, en s'échouant, avait
découvert à ses feux. Le _Desaix_, profitant de cette position, lâche
une première bordée au _Pompée_, qu'il maltraite au point de lui faire
abattre son pavillon; puis dirige tous ses coups sur l'_Hannibal_. Ses
boulets, rasant les flancs de notre vaisseau amiral le _Formidable_,
vont porter sur l'_Hannibal_ un affreux ravage. Celui-ci, ne pouvant
plus tenir, amène aussi son pavillon. C'étaient par conséquent deux
vaisseaux anglais sur six, réduits à se rendre. Les quatre autres, à
force de manoeuvres, étaient rentrés en ligne, et assez pour combattre à
bonne portée le _Desaix_ et l'_Indomptable_. Le _Desaix_, avant de
s'échouer, leur avait fait tête, tandis que l'_Indomptable_ et la
frégate la _Muiron_, en se retirant lentement vers la côte, leur
répondaient par un feu bien dirigé. Ces deux derniers bâtiments étaient
venus se placer sous la batterie de l'île Verte, dont quelques soldats
français débarqués dirigeaient l'artillerie.

Le combat durait depuis plusieurs heures, avec la plus grande énergie.
L'amiral Saumarez, ayant perdu deux vaisseaux sur six, et n'espérant
plus aucun résultat de cette action, car pour aborder les Français de
plus près il aurait fallu courir la chance de s'échouer avec eux,
donna le signal de la retraite, nous laissant l'_Hannibal_, mais
voulant nous enlever le _Pompée_, qui, tout démâté, restait immobile
sur le champ de bataille. L'amiral Saumarez avait fait venir de
Gibraltar des embarcations, qui réussirent à remorquer la carcasse du
_Pompée_, que nos vaisseaux échoués ne pouvaient plus reprendre.
L'_Hannibal_ nous resta.

[En marge: Beaux résultats du combat d'Algésiras.]

Tel fut ce combat d'Algésiras, où trois vaisseaux français
combattirent contre six anglais, en détruisirent deux, et sur les deux
en gardèrent un prisonnier. Les Français étaient remplis de joie,
quoiqu'ils eussent essuyé des pertes sensibles. Le capitaine Lalonde,
du _Formidable_, était tué; Moncousu, capitaine de l'_Indomptable_,
était mort glorieusement. Nous comptions environ 200 morts et 300
blessés, en tout 500 officiers et marins hors de combat, sur 2 mille
qui montaient l'escadre. Mais les Anglais avaient eu 900 hommes
atteints par le feu; leurs vaisseaux étaient criblés.

[En marge: Péril de Linois au mouillage d'Algésiras.]

Quelque glorieuse que fût cette action, tout n'était pas fini. Il
fallait, dans l'état de délabrement où se trouvaient nos vaisseaux, se
tirer du mouillage d'Algésiras. L'amiral Saumarez, furieux, jurant de
se venger dès que Linois quitterait son asile pour se rendre à Cadix,
faisait de grands préparatifs. Il employait les vastes ressources du
port de Gibraltar à remettre sa division en état de combattre, et
préparait même des brûlots, résolu à incendier au moins les vaisseaux
français, s'il ne pouvait les attirer en pleine mer. L'amiral Linois
n'avait, pour réparer ses avaries, que les ressources à peu près
nulles d'Algésiras. L'arsenal de Cadix, à la vérité, se trouvait près
de là; mais il était peu aisé d'en tirer des matières par mer à cause
des Anglais, par terre à cause de la difficulté des transports; et
cependant les hautes manoeuvres des vaisseaux français étaient
détruites, plusieurs de leurs grands mâts se trouvaient ou coupés, ou
fortement endommagés. L'amiral Linois fit de son mieux pour se mettre
en mesure de reprendre la mer. C'est à peine si on avait de quoi
panser les blessés. Il avait fallu que les consuls français des ports
voisins amenassent en poste des médecins et des médicaments.

[En marge: L'escadre franco-espagnole de Cadix sort pour venir au
secours de la division Linois à Algésiras.]

Il y avait en ce moment à Cadix l'escadre espagnole venue du Ferrol,
plus les six vaisseaux donnés à la France, et équipés à la hâte par
l'amiral Dumanoir. La force de ces deux divisions, sous le rapport du
nombre, était fort rassurante sans doute; mais la marine espagnole,
toujours digne, par sa bravoure, de l'illustre nation à laquelle elle
appartenait, se ressentait de la négligence générale, qui paralysait
toutes les ressources de la monarchie. La division de l'amiral
français Dumanoir, à peine équipée avec des marins de toute origine,
ne pouvait pas inspirer une grande confiance. Aucun des vaisseaux qui
la composaient ne valait ceux de la division Linois, exercés par de
longues croisières, exaltés par leur dernière victoire.

Il fallut de vives instances pour décider l'amiral Massarédo,
commandant à Cadix, et de fort mauvaise volonté pour nous, à venir au
secours de l'amiral Linois. Le 9 juillet (20 messidor) il détacha
l'amiral Moreno, excellent officier, plein de bravoure et
d'expérience, et le dirigea sur Algésiras, avec les cinq vaisseaux
espagnols tirés du Ferrol, avec un des six vaisseaux donnés à
Dumanoir, le _Saint-Antoine_, avec trois frégates. Cette escadre
portait le matériel destiné à la division Linois. Elle fut rendue dans
une journée au mouillage d'Algésiras.

[En marge: Le 12 juillet, la division de secours, jointe à la division
Linois, quitte Algésiras pour Cadix.]

On travailla jour et nuit à réparer les trois vaisseaux qui avaient
livré un combat si glorieux. Ces trois vaisseaux s'étaient trouvés à
flot à la première marée. On refit leur gréement le mieux, et le plus
tôt possible; on leur composa des mâts de hune avec des mâts de
perroquet, et le 12 au matin ils étaient prêts à tenir la mer. On se
donna les mêmes soins pour le vaisseau l'_Hannibal_, qui avait été
pris sur les Anglais, et qu'on voulait aussi transférer à Cadix.

Le 12 au matin, l'escadre combinée appareilla, par un vent
d'est-nord-est, qui la poussa hors de la baie d'Algésiras, dans le
détroit. Elle marchait en ordre de bataille, les deux plus gros
vaisseaux espagnols, le _San-Carlos_ et le _Saint-Herménégilde_, qui
étaient de 112 canons, formant l'arrière-garde. Les deux amiraux
étaient, suivant l'usage de la marine espagnole, montés sur une
frégate. C'était la _Sabine_. Vers la chute du jour, les vents
tombèrent. On ne voulut pas rentrer au mouillage d'Algésiras, parce
que cette position était dangereuse à prendre, en présence d'une
division ennemie, et que de plus il fallait craindre l'arrivée des
renforts, attendus à chaque instant par l'escadre anglaise. On se
décida cependant à laisser en arrière l'_Hannibal_, qui ne pouvait
plus marcher, quoique remorqué par la frégate l'_Indienne_. On le
renvoya au mouillage d'Algésiras. L'escadre combinée se mit en panne,
espérant que dans le courant de la nuit les vents reprendraient
quelque force. L'amiral Saumarez avait, de son côté, ordonné de mettre
à la voile. Il avait perdu l'_Hannibal_; le _Pompée_ était désormais
hors de service; il n'avait donc plus que quatre des six vaisseaux qui
avaient combattu à Algésiras. Mais il avait été rejoint par le
_Superbe_, ce qui lui formait une division de cinq vaisseaux, outre
plusieurs frégates et quelques bâtiments légers pourvus de matières
incendiaires. Il avait poussé l'acharnement jusqu'à placer sur ses
vaisseaux des fourneaux à rougir les boulets. Quoiqu'il n'eût que cinq
grands bâtiments, et que les alliés en eussent neuf, il voulait tout
braver pour réparer l'échec humiliant d'Algésiras, et s'épargner un
redoutable jugement de l'Amirauté anglaise. Il suivait à très-petite
distance l'escadre franco-espagnole, attendant le moment de se jeter
sur l'arrière-garde, s'il en trouvait l'occasion.

[En marge: Combat d'arrière-garde entre la flotte anglaise et la
flotte franco-espagnole.]

[En marge: Une erreur de nuit met aux prises les deux vaisseaux
espagnols le _Sans Carlos_ et le _Saint-Herménégilde_.]

[En marge: Ces deux vaisseaux sautent en l'air.]

Vers le milieu de la nuit le vent avait fraîchi, et l'escadre combinée
se dirigeait de nouveau vers Cadix. Son ordre de marche était un peu
changé. L'arrière-garde était formée par trois vaisseaux, rangés sur
une seule ligne, le _San-Carlos_ à droite, le _Saint-Herménégilde_ au
milieu, et le _Saint-Antoine_, vaisseau de 74 devenu français, à
gauche. Ils marchaient ainsi à côté les uns des autres, séparés par
une très-petite distance. L'obscurité était profonde. L'amiral
Saumarez enjoignit au _Superbe_, excellent marcheur, de forcer de
voiles, et d'attaquer notre arrière-garde. Le _Superbe_ eut bientôt
joint la flotte franco-espagnole. Il avait éteint ses feux, pour être
moins aperçu. Se plaçant un peu en arrière du _San-Carlos_, et par
côté, il lui envoya toute sa bordée; puis, continuant sans relâche, il
lui en envoya une seconde, une troisième, en tirant à boulets rouges.
Le feu prit aussitôt à bord du _San-Carlos_. Le _Superbe_, s'en
apercevant, s'arrêta, et, diminuant sa voilure, se tint à quelque
distance. Le _San-Carlos_, en proie aux flammes, manoeuvré avec
confusion, tomba sous le vent, et au lieu de rester en ligne, se
trouva bientôt en arrière de ses deux voisins. Il tirait dans toutes
les directions; ses boulets arrivèrent au _Saint-Herménégilde_, qui,
le prenant pour la tête de la colonne anglaise, lui envoya tout son
feu. Alors une affreuse erreur s'empara des deux équipages espagnols,
qui se prirent pour ennemis. Ils s'abordèrent avec fureur, et
s'approchant jusqu'à mêler leurs vergues, engagèrent un combat
opiniâtre. L'incendie, devenu plus violent sur le _San-Carlos_, se
communiqua bientôt au _Saint-Herménégilde_, et ces deux vaisseaux,
dans cet état, continuèrent à se canonner avec violence. Les escadres
opposées étaient également dans les ténèbres et l'ignorance de ce qui
se passait; et, sauf le _Superbe_, qui devait comprendre cette funeste
méprise, puisqu'il en était l'auteur, aucun bâtiment n'osait
approcher, ne sachant lequel était espagnol ou anglais, lequel il
fallait secourir ou attaquer. Le vaisseau français le _Saint-Antoine_
s'était éloigné de ce voisinage dangereux. Bientôt l'embrasement
devint immense, et jeta sur la mer une sinistre lueur. Il paraît que
l'illusion funeste qui armait ces braves Espagnols les uns contre les
autres, fut alors dissipée, mais trop tard; le _San-Carlos_ sauta en
l'air avec un fracas épouvantable. Quelques instants après le
_Saint-Herménégilde_ sauta aussi, et répandit la terreur dans les deux
escadres, qui ne savaient à qui arrivait ce désastre.

Le _Superbe_, voyant le _Saint-Antoine_ séparé des deux autres, se
dirigea vers lui, et l'attaqua hardiment. Ce vaisseau, récemment armé,
se défendit sans l'ordre et le sang-froid, qui sont indispensables
pour mouvoir ces vastes machines de guerre. Il fut horriblement
maltraité, et deux nouveaux adversaires, le _César_, le _Vénérable_,
accourant à l'instant, rendirent sa défaite inévitable. Il amena son
pavillon après avoir été ravagé.

[En marge: Prise du _Saint-Antoine_ par les Anglais.]

L'amiral Saumarez s'était cruellement vengé, sans beaucoup de gloire
pour lui, mais avec un grand dommage pour la flotte espagnole. Les
deux amiraux Linois et Moreno, montés sur la _Sabine_, s'étaient tenus
le plus près possible de cette scène affreuse. Ne pouvant, au milieu
de l'obscurité, ni distinguer ce qui se passait, ni donner un ordre à
propos, ils étaient en proie aux plus vives inquiétudes. Au point du
jour, ils se trouvaient à quelque distance de Cadix, avec leur escadre
ralliée, mais diminuée de trois vaisseaux, le _San Carlos_ et le
_Saint-Herménégilde_ qui avaient sauté, le _Saint-Antoine_ qui avait
été pris.

[Illustration: Beau fait d'armes du capitaine Troude.]

[En marge: Combat du capitaine Troude, montant le _Formidable_, contre
trois vaisseaux et une frégate.]

Un quatrième vaisseau de la flotte combinée était demeuré en arrière,
c'était le _Formidable_, vaisseau amiral de Linois, qui s'était
couvert de gloire au combat d'Algésiras, mais qui se ressentait des
coups reçus dans cette journée. Privé d'une partie de sa voilure,
marchant lentement, voisin d'ailleurs des deux vaisseaux embrasés, et
redoutant les funestes méprises de la nuit, il s'était tenu en
arrière, ne croyant pouvoir être utile à aucun des combattants. C'est
ainsi qu'il s'était trouvé un peu séparé de l'escadre. Aperçu le matin
dans son isolement, il fut enveloppé par les Anglais, et attaqué par
une frégate et trois vaisseaux. L'amiral Linois, ayant passé à bord de
la frégate la _Sabine_, avait laissé à l'un de ses lieutenants, le
capitaine Troude, le commandement du _Formidable_. Cet habile et
vaillant officier, jugeant avec une rare présence d'esprit, que, s'il
voulait se sauver à force de voiles, il serait devancé par des
vaisseaux qui étaient mieux gréés que le sien, résolut de chercher son
salut dans une bonne manoeuvre, et dans un combat vigoureux. Son
équipage partageait ses sentiments, et personne ne voulait perdre les
lauriers d'Algésiras. C'étaient de vieux matelots, exercés par une
longue navigation, et ayant l'habitude de la guerre, plus nécessaire
encore sur mer que sur terre. Leur digne capitaine Troude n'attend pas
que les adversaires qui le poursuivent soient tous réunis contre le
_Formidable_, il va droit à celui qui était le plus près placé,
c'était la frégate la _Tamise_. Il s'approche, et dirige sur elle un
feu supérieur et terrible, qui la dégoûte bientôt de cette lutte
inégale. Après elle, venait à toutes voiles, le _Vénérable_, vaisseau
anglais de 74. Le capitaine Troude, se sentant encore supérieur à
celui-ci (le _Formidable_ était un vaisseau de 80), l'attend pour le
combattre, tandis que les deux autres vaisseaux anglais, cherchant à
le gagner de vitesse, vont fermer le chemin de Cadix. Manoeuvrant
habilement, il présente son redoutable flanc, armé de canons, à la
proue dégarnie de feux du _Vénérable_, et, joignant à la supériorité
de son artillerie l'avantage de la manoeuvre, il le crible de boulets,
lui abat d'abord un mât, puis un second, puis un troisième, et, après
l'avoir rasé comme un ponton, le perce encore à fleur d'eau de
plusieurs coups dangereux, qui l'exposent au péril prochain de couler
à fond. Ce malheureux navire, horriblement maltraité, excite les
alarmes du reste de la division anglaise. La frégate la _Tamise_
revient pour lui porter secours; les deux autres vaisseaux anglais qui
avaient cherché à se placer entre Cadix et le _Formidable_,
rebroussent aussitôt chemin. Ils veulent à la fois sauver l'équipage
du _Vénérable_, qui craignait de couler bas, et accabler le vaisseau
français qui faisait une si belle résistance. Celui-ci, confiant dans
sa manoeuvre et sa bonne fortune, leur lâche coup sur coup les bordées
les plus rapides et les mieux dirigées; il les décourage, et les
renvoie au secours du _Vénérable_, prêt à sombrer si on ne venait
s'occuper activement de son salut.

Le brave capitaine Troude, débarrassé de ses nombreux ennemis,
s'achemine triomphalement vers le port de Cadix. Une partie de la
population espagnole, attirée par la canonnade et les explosions de la
nuit, était accourue sur le rivage. Elle avait vu le péril et le
triomphe du vaisseau français, et malgré une douleur bien naturelle,
car le malheur des deux vaisseaux espagnols était connu, elle poussait
des acclamations à l'aspect du _Formidable_, rentrant victorieux dans
la rade.

[En marge: Résultat de ces combats.]

Les Anglais ne pouvaient nous disputer la gloire de ces combats; et
quant aux dommages matériels, ils étaient partagés également. Si les
Français avaient perdu un vaisseau, et les Espagnols deux, les Anglais
avaient laissé en notre pouvoir un vaisseau, et en avaient eu deux
maltraités au point de ne pouvoir plus servir. Sans un accident de
nuit, ils auraient pu être considérés comme tout à fait battus, dans
ces différentes rencontres. Le combat d'Algésiras, et la rentrée du
_Formidable_, étaient au nombre des plus beaux faits d'armes connus
dans les annales de la marine. Mais les Espagnols étaient tristes,
car, quoique leur amiral Moreno se fût bien conduit, ils n'étaient pas
dédommagés, par une action brillante, de la perte du _San-Carlos_ et
du _Saint-Herménégilde_.

Cependant les événements du Portugal leur offraient une consolation.
Nous avons laissé le prince de la Paix s'apprêtant à commencer la
guerre du Portugal, à la tête des forces combinées des deux nations,
dans le dessein, déjà longuement exposé, d'influer sur les
négociations de Londres.

[En marge: Marche des Espagnols en Portugal.]

[En marge: Les Portugais rendent les armes. On négocie à Badajos.]

D'après le plan convenu, les Espagnols devaient opérer sur la gauche
du Tage, et les Français sur la droite. Trente mille Espagnols étaient
réunis en avant de Badajos, sur la frontière de l'Alentejo. Quinze
mille Français marchaient, par Salamanque, sur le Tras-os-Montes.
Grâce à des efforts précipités, à des emprunts sur le clergé, et au
sacrifice de tous les services, on avait pourvu à l'équipement des
trente mille Espagnols. Mais le train d'artillerie était fort en
arrière. Toutefois le prince de la Paix, comptant avec raison sur
l'effet moral de la réunion des Français et des Espagnols, voulut
brusquer les hostilités, et se hâter de cueillir les premiers
lauriers. Il tenait à remporter tout l'honneur de cette campagne, et
voulait se réserver les Français, uniquement comme ressource en cas
de revers. On pouvait laisser une telle satisfaction au prince de la
Paix. Les Français, dans le moment, ne couraient pas après la gloire,
mais après les résultats utiles; et ces résultats consistaient à
occuper une ou deux provinces du Portugal, pour avoir de nouveaux
gages contre l'Angleterre. Bien que la guerre parût facile, il y avait
cependant un danger à craindre, c'est qu'elle devînt nationale de la
part des Portugais. La haine de ceux-ci contre les Espagnols aurait pu
produire ce résultat fâcheux, si l'approche des Français, placés à
quelques marches en arrière, n'avait fait tomber toutes les velléités
de résistance. Le prince de la Paix se hâta donc de passer la
frontière, et d'aborder les places du Portugal avec de l'artillerie de
campagne, à défaut d'artillerie de siége. Il occupa sans difficulté
Olivença et Jurumenha. Mais les garnisons d'Elvas et de Campo-Mayor se
renfermèrent dans leurs murs, et firent mine de se défendre. Le prince
de la Paix ordonna de les bloquer, et, pendant ce temps, il marcha
au-devant de l'armée portugaise, commandée par le duc d'Alafoëns. Les
Portugais ne tinrent nulle part, et s'enfuirent vers le Tage. Les
places bloquées ouvrirent alors leurs portes. Campo-Mayor fit sa
reddition; on entreprit le siége en règle d'Elvas, avec un parc arrivé
de Séville. Le prince de la Paix suivit triomphalement l'ennemi,
traversa rapidement Azumar, Alegrete, Portalegre, Castello-de-Vide,
Flor-de-Rosa, et arriva enfin sur le Tage, derrière lequel les
Portugais s'empressèrent de chercher asile. Il avait réussi à se
rendre maître de la presque totalité de la province d'Alentejo. Les
Français n'avaient pas encore franchi la frontière du Portugal, et il
était évident que si les Espagnols seuls avaient obtenu de tels
résultats, les Espagnols et les Français, réunis, devaient être en
très-peu de jours maîtres de Lisbonne et d'Oporto. La cour de
Portugal, qui avait toujours refusé de croire que l'attaque dirigée
contre elle fût sérieuse, voyant aujourd'hui ce qui arrivait, se hâta
de faire sa soumission, et d'envoyer M. Pinto de Souza au
quartier-général espagnol, pour accepter toutes les conditions qu'il
plairait aux deux armées combinées de lui imposer. Le prince de la
Paix, voulant rendre ses maîtres témoins de sa gloire, fit venir le
roi et la reine d'Espagne à Badajos, pour distribuer des récompenses à
l'armée, et tenir une sorte de congrès. Ainsi cette cour, jadis si
grande, aujourd'hui déshonorée par une reine dissolue, par un favori
incapable et tout-puissant, cherchait à se donner l'illusion des
grandes affaires. Lucien Bonaparte avait suivi le roi et la reine à
Badajos. Tels étaient les événements à la fin de juin, et au
commencement de juillet.

Les combats d'Algésiras et de Cadix, qui étaient faits pour rendre
confiance à notre marine, la courte campagne du Portugal, qui prouvait
l'influence décisive du Premier Consul sur la Péninsule, et le pouvoir
qu'il avait de traiter le Portugal comme Naples, la Toscane ou la
Hollande, compensaient jusqu'à un certain point les événements connus
de l'Égypte. On ne savait d'ailleurs ni la bataille de Canope, ni la
capitulation déjà signée du Kaire, ni la capitulation désormais
inévitable d'Alexandrie. Les nouvelles de mer ne se transmettaient pas
alors avec la même rapidité qu'aujourd'hui; il fallait un mois au
moins, quelquefois davantage, pour connaître à Marseille un événement
arrivé sur le Nil. On ne savait des affaires d'Égypte que le
débarquement des Anglais, leurs premiers combats sur la plage
d'Alexandrie; on ne se faisait aucune idée de ce qui avait suivi, et
on était dans le plus grand doute sur le résultat définitif de la
lutte. Le poids dont la France pesait dans la balance des
négociations, n'était donc en rien diminué; il s'accroissait au
contraire de l'influence qu'elle acquérait de jour en jour en Europe.

[En marge: Influence de la France en Europe depuis la paix de
Lunéville.]

[En marge: Nouvelle activité imprimée aux négociations de Londres.]

Le traité de Lunéville portait en effet ses inévitables conséquences.
L'Autriche désarmée, et désormais impuissante à tous les yeux,
laissait un libre cours à nos projets. La Russie, depuis la mort de
Paul Ier et l'avénement d'Alexandre, n'était plus, il est vrai,
disposée à des actes énergiques contre l'Angleterre, mais pas
davantage à résister aux desseins de la France en Occident. Aussi le
Premier Consul ne prenait-il plus aucune peine de cacher ses vues. Il
venait de convertir, par un simple arrêté, le Piémont en départements
français, sans paraître s'inquiéter des réclamations du négociateur
russe. Il avait déclaré, quant à Naples, que le traité de Florence
resterait la loi imposée à cette cour. Gênes venait de lui soumettre
sa constitution, afin qu'il y apportât certains changements, destinés
à rendre plus forte l'autorité du pouvoir exécutif. La République
Cisalpine, composée de la Lombardie, du duché de Modène et des
légations, constituée une première fois par le traité de Campo-Formio,
une seconde fois par le traité de Lunéville, s'organisait de nouveau
en État allié, et dépendant de la France. La Hollande, à l'exemple de
la Ligurie, soumettait sa constitution au Premier Consul, pour y
donner plus de force au gouvernement, espèce de réforme qui s'opérait,
en ce moment, dans toutes les républiques filles de la République
française. Enfin les petits négociateurs, qui naguère encore
cherchaient un appui auprès de M. de Kalitcheff, l'orgueilleux
ministre de Paul Ier, en étaient aujourd'hui aux regrets d'avoir
recherché ce protectorat, et demandaient à la faveur seule du Premier
Consul l'amélioration de leur condition. C'étaient surtout les
représentants des princes d'Allemagne, qui montraient à cet égard le
plus grand empressement. Le traité de Lunéville avait posé le principe
de la sécularisation des États ecclésiastiques, et du partage de ces
États entre les princes héréditaires. Toutes les ambitions étaient
mises en éveil par ce futur partage. Les grandes comme les petites
puissances aspiraient à obtenir la meilleure part. L'Autriche, la
Prusse, quoiqu'elles eussent perdu bien peu de chose à la gauche du
Rhin, voulaient participer aux indemnités promises. La Bavière, le
Wurtemberg, Baden, la maison d'Orange, assiégeaient de leurs instances
le nouveau chef de la France, parce que, partie principale au traité
de Lunéville, il devait avoir la plus grande influence sur l'exécution
de ce traité. La Prusse elle-même, représentée à Paris par M. de
Lucchesini, ne dédaignait pas de descendre au rôle de solliciteuse, et
de relever par ses sollicitations le pouvoir du Premier Consul. Ainsi
les six mois écoulés depuis la signature donnée à Lunéville, quoique
marqués par des revers en Égypte, revers, il est vrai, imparfaitement
connus en Europe, avaient vu croître l'ascendant du gouvernement
français, car le temps ne faisait que rendre sa puissance plus
évidente et plus effective. Cet ensemble de circonstances devait
influer sur la négociation de Londres, qu'on avait laissée languir un
moment, mais que, d'un commun accord, on allait reprendre avec une
activité nouvelle, par une singulière conformité de pensées chez les
deux gouvernements. Le Premier Consul, en voyant les premiers actes de
Menou, avait jugé la campagne perdue, et il voulait, avant le
dénoûment qu'il devinait, signer un traité à Londres. Les ministres
anglais, incapables de prévoir comme lui le résultat des événements,
craignaient néanmoins quelque coup de vigueur de cette armée d'Égypte,
si renommée par sa vaillance, et voulaient profiter d'une première
apparence de succès pour traiter: de manière qu'après avoir été
d'accord pour temporiser, on était maintenant d'accord pour conclure.

Mais, avant de nous engager de nouveau dans le dédale de cette vaste
négociation, où les plus grands intérêts de l'univers allaient être
débattus, il faut rapporter un événement qui occupait, en cet
instant, la curiosité de Paris, et qui complète le singulier spectacle
que présentait alors la France consulaire.

[En marge: Les infants d'Espagne à Paris.]

Les infants de Parme, destinés à régner sur la Toscane, avaient quitté
Madrid, au moment où leur royale famille partait pour Badajos, et ils
venaient d'arriver à la frontière des Pyrénées. Le Premier Consul
avait tenu beaucoup à leur faire traverser Paris, avant de les envoyer
à Florence, prendre possession du nouveau trône d'Étrurie. Tous les
contrastes plaisaient à l'imagination vive et grande du général
Bonaparte. Il aimait cette scène vraiment romaine, d'un roi fait par
lui, de ses mains républicaines; il aimait surtout à montrer qu'il ne
craignait pas la présence d'un Bourbon, et que sa gloire le mettait
au-dessus de toute comparaison avec l'antique dynastie, dont il
occupait la place. Il aimait aussi, aux yeux du monde, à étaler dans
ce Paris, tout récemment encore le théâtre d'une révolution sanglante,
une pompe, une élégance dignes des rois. Tout cela devait marquer
mieux encore quel changement subit s'était opéré en France, sous son
gouvernement réparateur.

Cette prévoyance attentive et minutieuse, qu'il savait apporter dans
une grande opération militaire, il ne dédaignait pas de la déployer
dans ces représentations d'apparat, où devaient figurer sa personne et
sa gloire. Il tenait à régler les moindres détails, à pourvoir à
toutes les convenances, à mettre chaque chose à sa place; et cela
était nécessaire dans un ordre social entièrement nouveau, créé sur
les débris d'un monde détruit. Tout y était à refaire, jusqu'à
l'étiquette, et il en faut une, même dans les républiques.

[En marge: Le roi et la reine d'Étrurie reçus sous le titre du comte
et de la comtesse de Livourne.]

Les trois Consuls délibérèrent assez longuement sur la manière dont le
roi et la reine d'Étrurie seraient reçus en France, et sur le
cérémonial qui serait observé à leur égard. Pour prévenir beaucoup de
difficultés, il fut convenu qu'on les recevrait sous le nom emprunté
du comte et de la comtesse de Livourne, et qu'on les traiterait comme
des hôtes illustres, ainsi qu'on avait fait dans le dernier siècle à
l'égard du jeune czar, depuis Paul Ier, et de l'empereur d'Autriche,
Joseph II. On supprimait ainsi, au moyen de l'_incognito_, les
embarras qu'aurait suscités la qualité officielle de roi et de reine.
Les ordres furent donnés en conséquence sur toute la route, aux
autorités civiles et militaires des départements.

La nouveauté charme les peuples dans tous les temps. C'en était une,
et des plus surprenantes, qu'un roi et qu'une reine, après douze
années d'une révolution, qui avait renversé, ou menacé tant de trônes:
c'en était une surtout, bien flatteuse pour le peuple français, car ce
roi et cette reine étaient l'ouvrage de ses victoires. Partout de vifs
transports éclatèrent à la vue des infants. Ils furent reçus avec des
égards et des respects infinis. Aucun désagrément ne put leur faire
sentir qu'ils voyageaient au milieu d'un pays naguère bouleversé de
fond en comble. Les royalistes, que rien ne flattait dans cette
oeuvre monarchique de la Révolution française, furent les seuls à
saisir l'occasion de montrer quelque malice. Au théâtre de Bordeaux
ils crièrent avec violence et affectation: _Vive le roi!_ on répondit
par ce cri: _À bas les rois!_

Le Premier Consul modéra lui-même, par des lettres émanées de son
cabinet, le zèle un peu excessif des préfets, et ne voulut pas qu'on
fît de cette apparition royale un trop grand événement. Ces jeunes
princes arrivèrent à Paris en juin, pour y passer un mois entier. Ils
devaient loger chez l'ambassadeur d'Espagne. Le Premier Consul,
quoique simple magistrat temporaire d'une république, représentait la
France: devant cette prérogative tombaient tous les priviléges du sang
royal. Il fut convenu que les deux jeunes majestés, prévenant le
Premier Consul, lui feraient la première visite, et qu'il la leur
rendrait le lendemain. Le second et le troisième Consul, qui ne
pouvaient pas se dire au même degré les représentants de la France,
durent faire la première visite aux infants. Ainsi se trouvait
rétablie, quant à ceux-ci, la distance de la naissance et du rang. Le
lendemain même de leur arrivée, le comte et la comtesse de Livourne
furent conduits à la Malmaison par l'ambassadeur d'Espagne, comte
d'Azara. Le Premier Consul les reçut à la tête de cette maison toute
militaire, qu'il s'était composée. Le comte de Livourne, un peu
embarrassé de sa contenance, se jeta naïvement dans les bras du
Premier Consul, qui, de son côté, le serra dans les siens. Il traita
ces jeunes époux avec une bonté paternelle, et des égards délicats,
mais au travers desquels perçaient néanmoins toutes les supériorités
de la puissance, de la gloire et de l'âge. Le lendemain, le Premier
Consul leur rendit visite à l'hôtel de l'ambassadeur. Les consuls
Cambacérès et Lebrun accomplirent de leur côté les devoirs prescrits,
et obtinrent des jeunes princes les témoignages qui leur étaient dus.

[En marge: Divers manières d'interpréter la présence à Paris des
princes d'Espagne.]

Le Premier Consul devait, à l'Opéra, présenter le comte et la comtesse
de Livourne au public de Paris. Le jour convenu pour cette
présentation, il se trouva indisposé. Le consul Cambacérès le suppléa,
et conduisit les infants à l'Opéra. Entré dans la loge des Consuls, il
prit le comte de Livourne par la main, et le présenta au public, qui
répondit par des applaudissements unanimes, mais sans aucune intention
malicieuse ou blessante. Cependant les oisifs, habitués à s'épuiser en
interprétations subtiles à l'occasion des événements les plus
ordinaires, interprétaient de cent façons le voyage à Paris des
princes d'Espagne. Ceux qui ne cherchaient que le plaisir des bons
mots, disaient que le consul Cambacérès venait de présenter les
Bourbons à la France. Les royalistes, qui s'obstinaient à espérer du
général Bonaparte ce qu'il ne pouvait ni ne voulait faire,
prétendaient que c'était de sa part une manière de préparer les
esprits au retour de l'ancienne dynastie. Les républicains, au
contraire, disaient qu'il voulait, par ces pompes royales, habituer la
France au rétablissement de la monarchie, mais à son propre profit.

[En marge: Fêtes brillantes données au comte et à la comtesse de
Livourne.]

Les ministres eurent ordre de prodiguer les fêtes aux princes
voyageurs. M. de Talleyrand n'avait pas besoin qu'on lui en intimât
l'ordre. Modèle du goût et de l'élégance sous l'ancien régime, il
l'était à bien plus juste titre sous le nouveau, et il donna au
château de Neuilly une fête magnifique, où la plus belle société de
France accourut, où figurèrent des noms depuis long-temps écartés des
cercles de la capitale. La nuit, au milieu d'une illumination
brillante, la ville de Florence apparut tout à coup, représentée avec
un art surprenant. Le peuple toscan, dansant et chantant sur la
célèbre place du _Palazzo Vecchio_, offrit des fleurs aux jeunes
souverains, et des couronnes triomphales au Premier Consul. Cette
magnificence avait coûté des sommes considérables. C'était la
prodigalité du Directoire, mais avec l'élégance d'un autre temps, et
cette décence toute nouvelle, qu'un maître sévère s'efforçait
d'imprimer aux moeurs de la France révolutionnaire. Le ministre de la
guerre se joignit au ministre des affaires étrangères, et donna une
fête militaire, consacrée à célébrer l'anniversaire de la bataille de
Marengo. Le ministre de l'intérieur, les second et troisième Consuls,
s'appliquèrent aussi à recevoir magnifiquement les princes voyageurs,
et pendant un mois entier la capitale présenta l'aspect d'une
réjouissance continuelle. Le Premier Consul ne voulait cependant pas
que les infants assistassent aux solennités républicaines du mois de
juillet, et il fit les dispositions nécessaires pour qu'ils eussent
quitté Paris avant l'anniversaire du 14 juillet.

Au milieu de ces représentations brillantes, il avait essayé de
donner quelques conseils au couple royal, qui allait régner sur la
Toscane. Mais il fut frappé de l'incapacité du jeune prince, qui,
lorsqu'il était à la Malmaison, se livrait dans le salon des
aides-de-camp à des jeux dignes tout au plus d'un adolescent. La
princesse parut seule intelligente, et attentive aux conseils du
Premier Consul. Ce dernier augura mal de ces nouveaux souverains,
donnés à une partie de l'Italie, et comprit bien qu'il aurait à se
mêler souvent des affaires de leur royaume.--Vous voyez, dit-il assez
publiquement à plusieurs membres du gouvernement, vous voyez ce que
sont ces princes, issus d'un vieux sang, et surtout ceux qui ont été
élevés dans les cours du Midi. Comment leur confier le gouvernement
des peuples! Du reste, il n'est pas mal d'avoir montré à la France cet
échantillon des Bourbons. On aura pu juger si ces anciennes dynasties
sont au niveau des difficultés d'un siècle comme le nôtre.--Tout le
monde, en effet, en voyant le jeune prince, avait fait la même
remarque que le Premier Consul. Le général Clarke fut donné pour
mentor à ces jeunes souverains, sous le titre de ministre de France
auprès du roi d'Étrurie.

[En marge: Reprise des négociations de Londres.]

[En marge: Motifs de toutes les classes en Angleterre pour désirer la
paix.]

Au milieu de ce vaste mouvement d'affaires, au milieu de ces fêtes,
qui elles-mêmes étaient presque des affaires, le grand ouvrage de la
paix maritime n'avait point été négligé. Les négociations entamées à
Londres, entre lord Hawkesbury et M. Otto, étaient devenues publiques.
On se cachait moins depuis qu'on était pressé d'en finir. Comme nous
l'avons dit ailleurs, au désir de temporiser avait succédé le désir
de conclure, car le Premier Consul augurait mal des événements qui se
passaient aux bords du Nil, et le gouvernement britannique craignait
toujours un exploit inattendu de la part de l'armée d'Égypte. Le
nouveau ministère anglais surtout voulait la paix, parce qu'elle était
la seule raison de son existence. Si, en effet, la guerre devait
continuer, M. Pitt valait beaucoup mieux que M. Addington, à la tête
des affaires. Tous les événements survenus, soit dans le Nord, soit en
Orient, bien qu'ils eussent amélioré la situation relative de
l'Angleterre, leur semblaient des moyens de faire une paix meilleure,
plus facile à défendre dans le Parlement, mais non des motifs de la
désirer moins. Ils regardaient au contraire l'occasion comme bonne, et
ne voulaient pas imiter la faute, tant reprochée à M. Pitt, de n'avoir
pas traité avant Marengo et Hohenlinden. Le roi d'Angleterre, ainsi
qu'on l'a vu, était revenu aux idées pacifiques, par estime pour le
Premier Consul, et même par un peu d'humeur contre M. Pitt. Le peuple,
opprimé par la disette, amoureux de changement, espérait de la fin de
la guerre une amélioration à son sort. Les gens raisonnables, sans
exception, trouvaient que c'était assez de dix ans de lutte sanglante,
qu'il ne fallait pas, en s'obstinant davantage, fournir à la France
une occasion de s'agrandir encore. D'ailleurs on ne laissait pas que
d'être inquiet à Londres des préparatifs de descente, aperçus le long
des côtes de la Manche. Une seule espèce d'hommes en Angleterre, ceux
qui se livraient aux grandes spéculations maritimes, et qui avaient
souscrit les énormes emprunts de M. Pitt, voyant que la paix, en
ouvrant les mers au pavillon de toutes les nations, et à celui de la
France en particulier, leur enlèverait le monopole du commerce, et
qu'elle ferait cesser les grandes opérations financières, avaient peu
de penchant pour le système de M. Addington. Ils étaient tout dévoués
à M. Pitt, et à sa politique; ils étaient encore portés pour la
guerre, quand M. Pitt commençait lui-même à regarder la paix comme
nécessaire. Mais ces riches spéculateurs de la Cité étaient obligés de
se taire devant les cris du peuple et des fermiers, et surtout devant
l'opinion unanime des hommes raisonnables de la nation.

[En marge: Traité entre l'Angleterre et la Russie relativement au
droit des neutres.]

Le ministère anglais était donc résolu non-seulement à négocier, mais
à négocier promptement, afin de pouvoir présenter le résultat de ses
négociations, à la prochaine réunion du Parlement, c'est-à-dire à
l'automne. On venait de traiter avec la Russie, à des conditions
avantageuses. L'Angleterre n'avait à régler avec cette cour qu'une
question de droit maritime. Elle avait fait quelques concessions au
nouvel empereur, et elle en avait exigé quelques-unes aussi, que ce
prince, jeune, inexpérimenté, pressé de satisfaire le parti qui
l'avait placé sur le trône, plus pressé encore de se livrer
tranquillement à ses idées de réforme intérieure, avait eu la
faiblesse de se laisser arracher. Sur les quatre principes essentiels
du droit maritime, soutenus par la ligue du Nord et par la France, la
Russie en avait abandonné deux, et fait prévaloir deux. Par une
convention signée le 17 juin, entre le vice-chancelier Panin et le
lord Saint-Helens, on avait arrêté les stipulations suivantes.

1º Les neutres pouvaient naviguer librement entre tous les ports du
globe, même ceux des nations belligérantes. Ils pouvaient, suivant
l'usage, y apporter tout, excepté la contrebande dite de guerre. La
définition de cette contrebande était faite dans les intérêts russes.
Ainsi les céréales, les matières navales, autrefois interdites aux
neutres, n'étaient plus comprises dans la contrebande de guerre, ce
qui était fort important pour la Russie, qui produit des chanvres, des
goudrons, des fers, des bois de mâture, des blés. Sur ce point, l'un
des plus importants du droit maritime, la Russie avait défendu les
libertés du commerce général, en défendant les intérêts de son
commerce particulier.

2º Le pavillon ne couvrait pas la marchandise, à moins que cette
marchandise n'eût été acquise pour le compte du commerçant neutre.
Ainsi du café provenant des colonies françaises, des lingots exportés
des colonies espagnoles, n'étaient pas saisissables, s'ils étaient
devenus la propriété d'un Danois ou d'un Russe. Il est bien vrai que
cette réserve sauvait, dans la pratique, une partie du commerce
neutre; mais la Russie sacrifiait le premier principe du droit
maritime, _le pavillon couvre la marchandise_; et ne soutenait pas le
noble rôle qu'elle avait entrepris de jouer, sous Paul et sous
Catherine. Cette protection du faible, si ambitionnée par elle sur le
continent, était tristement abandonnée sur les mers.

3º Les neutres, quoique pouvant naviguer librement, devaient
s'arrêter, suivant l'usage, à l'entrée d'un port bloqué, mais _bloqué
réellement_, avec _danger imminent de forcer le blocus_. Sous ce
rapport, le grand principe du blocus réel était rigoureusement
maintenu.

4º Enfin le droit de visite, sujet de tant de contestations, cause
déterminante de la dernière ligue du Nord, était entendu d'une manière
peu honorable pour le pavillon neutre. Ainsi on n'avait jamais voulu
admettre que des bâtiments de commerce, convoyés par un vaisseau de
l'État, lequel attestait par sa présence leur nationalité, et surtout
l'absence de toute contrebande à leur bord, pussent être visités. La
dignité du pavillon militaire n'admettait pas en effet qu'un capitaine
de vaisseau, peut-être un amiral, pussent être arrêtés par un
corsaire, pourvu d'une simple lettre de marque. Le cabinet russe crut
sauver la dignité du pavillon au moyen d'une distinction. Il fut
décidé que le droit de visite, à l'égard des bâtiments de commerce
convoyés, ne s'exercerait plus par tous les navires indistinctement,
mais par les navires de guerre seuls. Un corsaire muni d'une simple
lettre de marque n'avait pas le droit d'arrêter et d'interpeller un
convoi, escorté par un vaisseau de guerre. Le droit de visite ne
pouvait plus, par conséquent, s'exercer que d'égal à égal. Sans doute
par ce moyen une partie de l'inconvenance était évitée, mais le fond
du principe était sacrifié, et la chose était d'autant moins honorable
pour la cour de Saint-Pétersbourg, que c'était celui des quatre
principes contestés, pour lequel Copenhague venait d'être bombardé
trois mois auparavant, et pour lequel Paul Ier avait voulu soulever
toute l'Europe contre l'Angleterre.

Ainsi la Russie avait fait prévaloir deux des grands principes du
droit maritime, et en avait sacrifié deux. Mais l'Angleterre, il faut
le reconnaître, avait fait des concessions, et, dans son désir
d'obtenir la paix, s'était désistée d'une partie des orgueilleuses
prétentions de M. Pitt. Les Danois, les Suédois, les Prussiens étaient
invités à adhérer à cette convention.

[En marge: Nouvelle proposition de lord Hawkesbury à M. Otto.]

Délivrée de la Russie, ayant obtenu un premier succès en Égypte,
l'Angleterre ne voulait tirer de cette amélioration de situation,
qu'une paix plus prompte avec la France. Lord Hawkesbury fit appeler
M. Otto au Foreign-Office, et le chargea de présenter au Premier
Consul la proposition suivante. L'Égypte est en ce moment envahie par
nos troupes, lui dit-il; de grands secours doivent leur arriver; leur
succès est probable. Cependant la lutte n'est pas terminée, nous
l'avouons. Faisons cesser l'effusion du sang; convenons que de part et
d'autre nous ne chercherons pas à rester en Égypte, et que nous
l'évacuerons pour la rendre à la Porte.

À cette proposition lord Hawkesbury ajoutait la prétention de garder
Malte; car Malte, disait-il, n'avait dû être évacuée par l'Angleterre,
qu'en retour de l'abandon volontaire de l'Égypte par la France. Cet
abandon étant aujourd'hui, de la part de la France, non plus une
concession volontaire, mais une conséquence forcée des événements de
la guerre, il n'y avait plus de raison de la payer par la restitution
de Malte.

Dans les Indes orientales, le ministre anglais voulait toujours
Ceylan; mais il s'en contentait. Il offrait de rendre le cap de
Bonne-Espérance à la Hollande, plus les parties du continent de
l'Amérique méridionale qu'on lui avait prises, telles que Surinam,
Demerari, Berbice, Essequibo. Mais il demandait dans les Antilles une
grande île, la Martinique ou la Trinité, l'une ou l'autre, au choix de
la France.

[En marge: L'Angleterre veut l'Indostan et Ceylan dans les Indes, la
Martinique ou la Trinité dans les Antilles, Malte dans la
Méditerranée.]

Ainsi le résultat définitif de ces dix ans de guerre eût été pour
l'Angleterre, indépendamment de l'Indostan, l'île de Ceylan dans la
mer des Indes, l'île de la Trinité ou de la Martinique dans la mer des
Antilles, l'île de Malte dans la Méditerranée. Le cabinet avait de la
sorte un beau présent à faire à l'orgueil anglais, dans chacune des
trois mers principales.

[En marge: Réponse du Premier Consul. Il ne concède ni la Martinique,
ni la Trinité, ni Malte.]

Le Premier Consul répondit sur-le-champ aux offres britanniques. On se
faisait fort des événements d'Égypte pour élever de grandes
prétentions, il se faisait fort, pour les repousser, des événements du
Portugal. Lisbonne et Oporto, répondit-il à lord Hawkesbury, par
l'organe de M. Otto, Lisbonne et Oporto vont nous appartenir, si nous
le voulons. On traite en ce moment à Badajos, pour sauver les
provinces du plus fidèle allié de l'Angleterre. Le Portugal propose,
pour racheter ses États, d'exclure les Anglais de tous ses ports, de
payer en outre une forte contribution de guerre, et l'Espagne paraît
assez disposée à consentir à cette concession. Mais tout dépend du
Premier Consul. Il peut accorder ou refuser ce traité; et il va le
rejeter, il va faire occuper les principales provinces du Portugal, si
l'Angleterre ne consent pas à la paix, à des conditions raisonnables
et modérées. On demande, ajouta-t-il, que la France évacue l'Égypte,
soit; mais l'Angleterre, de son côté, abandonnera Malte; elle
n'exigera ni la Martinique, ni la Trinité, et se contentera de l'île
de Ceylan, acquisition assez belle, et qui complète assez grandement
le superbe empire des Indes.

Le négociateur anglais, en réponse à ces propositions, s'expliqua
d'une manière peu satisfaisante pour le Portugal, et qui prouvait, ce
que d'ailleurs on savait déjà, que l'Angleterre se souciait
médiocrement des alliés qu'elle avait compromis. Si le Premier Consul
envahit les États du Portugal en Europe, répondit lord Hawkesbury,
l'Angleterre envahira les États du Portugal au delà des mers. Elle
prendra les Açores, le Brésil, et se pourvoira de gages, qui, dans ses
mains, vaudront beaucoup mieux que le continent portugais dans les
mains de la France. Ce qui signifiait qu'au lieu de défendre un allié,
l'Angleterre songeait à se venger, sur cet allié même, des nouvelles
acquisitions que pouvait faire sa rivale.

[En marge: Résolution énergique du Premier Consul.]

Le Premier Consul vit qu'il fallait prendre en cette occasion un ton
énergique, et montrer ce qui était dans le fond de son coeur,
c'est-à-dire la résolution de lutter corps à corps avec l'Angleterre,
jusqu'à ce qu'il l'eût amenée à des prétentions modérées. Il déclara
que jamais, à aucune condition, il ne concéderait Malte; que la
Trinité appartenait à un allié, dont il défendrait les intérêts comme
les siens même; qu'il ne laisserait pas cette dernière colonie aux
Anglais, qu'ils devaient se contenter de Ceylan, complément bien
suffisant de la conquête des Indes, et que du reste aucun des points
contestés, sauf l'île de Malte, ne valait une seule des douleurs qu'on
allait causer au monde, une seule goutte du sang qu'on allait
répandre.

[En marge: Le Premier Consul fait craindre une descente aux Anglais.]

À ces explications diplomatiques, il ajouta des déclarations publiques
au _Moniteur_, et le récit détaillé des armements qui se faisaient sur
la côte de Boulogne.

Des divisions de chaloupes canonnières sortaient, en effet, des ports
du Calvados, de la Seine-Inférieure, de la Somme, de l'Escaut, pour se
rendre à Boulogne en côtoyant, et y avaient déjà réussi plusieurs
fois, malgré les croisières anglaises. Le Premier Consul n'était pas
encore fixé, comme il le fut plus tard[5], sur le plan d'une descente
en Angleterre; mais il voulait intimider cette puissance par l'éclat
de ses préparatifs, et enfin il était résolu à compléter ses
dispositions, et à passer des menaces aux effets, si la rupture
devenait définitive. Il s'expliqua longuement à cet égard dans une
délibération du Conseil, à laquelle n'assistaient que les Consuls
mêmes. Plein de confiance dans le dévouement de ses collègues Lebrun
et Cambacérès, il leur dévoila toute sa pensée. Il leur déclara
qu'avec les armements actuellement existants à Boulogne, il n'avait
pas encore le moyen de tenter une descente, opération de guerre des
plus difficiles; qu'il voulait uniquement par ces armements faire
comprendre à l'Angleterre de quoi il s'agissait, c'est-à-dire d'une
attaque directe, pour le succès de laquelle, lui, général Bonaparte,
n'hésiterait pas à risquer sa vie, sa gloire et sa fortune; que s'il
ne réussissait pas à obtenir du cabinet britannique des sacrifices
raisonnables, il prendrait son parti, compléterait la flottille de
Boulogne, au point de porter cent mille hommes, et s'embarquerait
lui-même sur cette flottille, pour tenter les chances d'une opération
terrible, mais décisive.

         [Note 5: Il faut bien distinguer ce premier essai de
         flottille, qui est de 1801, de la grande organisation navale
         et militaire, connue sous le nom si célèbre de Camp de
         Boulogne, et se rapportant à l'année 1804.]

[En marge: Articles insérés dans _le Moniteur_ au sujet de cette
négociation.]

Voulant appeler à son secours l'opinion de l'Angleterre et de l'Europe
elle-même, il joignait aux notes de son négociateur, qui ne
s'adressaient qu'aux ministres anglais, des articles au _Moniteur_,
qui s'adressaient au public européen tout entier. Dans ces articles,
modèles de polémique nette et pressante, qui étaient écrits par lui,
et dévorés par les lecteurs de toutes les nations attentives à cette
scène singulière, il caressait les ministres anglais actuels, les
présentait comme des hommes sages, raisonnables, bien intentionnés,
mais intimidés par les violences des ministres déchus, M. Pitt, et
surtout M. Windham. C'est particulièrement sur ce dernier qu'il jetait
les sarcasmes à pleine main, parce qu'il le considérait comme le chef
du parti de la guerre. Dans ces articles, il cherchait à rassurer
l'Europe sur l'ambition de la France; il s'attachait à montrer que ses
conquêtes étaient à peine un équivalent des acquisitions que la
Prusse, l'Autriche et la Russie avaient faites lors du partage de la
Pologne; que cependant elle avait rendu trois ou quatre fois plus de
territoire qu'elle n'en avait retenu; que l'Angleterre, en retour,
devait restituer une grande partie de ses conquêtes; qu'en gardant le
continent de l'Inde elle restait en possession d'un empire superbe,
auprès duquel les îles contestées n'étaient rien; qu'il ne valait pas
la peine pour ces îles de verser plus long-temps le sang des hommes;
que si la France, à la vérité, semblait y tenir si fortement, c'était
par honneur, pour défendre ses alliés, pour garder tout au plus
quelques relâches dans les mers lointaines; que, du reste, si on
voulait continuer la guerre, l'Angleterre pourrait bien, sans doute,
conquérir encore d'autres colonies, mais qu'elle en avait déjà plus
qu'il n'en fallait à son commerce; que la France avait, tout autour de
ses frontières, des acquisitions bien autrement précieuses à faire,
entrevues par tout le monde sans les désigner, puisque ses troupes
occupaient la Hollande, la Suisse, le Piémont, Naples, le Portugal; et
qu'enfin on pourrait encore simplifier la lutte, la rendre moins
onéreuse aux nations, en la réduisant à un combat corps à corps,
entre la France et l'Angleterre. Le général écrivain se gardait de
blesser l'orgueil britannique; mais il faisait entendre qu'une
descente serait enfin sa dernière ressource, et que si les ministres
anglais voulaient que la guerre finît par la destruction de l'une des
deux nations, il n'y avait pas un Français qui ne fût disposé à faire
un dernier et vigoureux effort, pour vider cette longue querelle, à
l'éternelle gloire, à l'éternel profit de la France. Mais pourquoi,
disait-il, placer la question dans ces termes extrêmes? pourquoi ne
pas mettre fin aux maux de l'humanité? pourquoi risquer ainsi le sort
de deux grands peuples?--Le Premier Consul terminait l'une de ces
allocutions, par ces paroles si singulières et si belles, qui devaient
avoir un jour une si triste application à lui-même: «Heureuses,
s'écriait-il, heureuses les nations, lorsqu'arrivées à un haut point
de prospérité, elles ont des gouvernements sages, qui n'exposent pas
tant d'avantages aux caprices et aux vicissitudes d'un seul coup de la
fortune!»

Ces articles, remarquables par une logique vigoureuse, par un style
passionné, attiraient l'attention générale, et produisaient sur les
esprits une sensation profonde. Jamais gouvernement n'avait tenu ce
langage ouvert et saisissant.

[En marge: Le ministère anglais renonce à l'île de Malte.]

Le langage du Premier Consul, accompagné de démonstrations
très-sérieuses sur les côtes de France, devait agir, et agit en
effet beaucoup de l'autre côté de la Manche. La déclaration formelle
que la France ne concéderait jamais Malte, avait fait grande
impression, et le gouvernement britannique répondit qu'il voulait
bien y renoncer, à condition que cette île serait restituée à
l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, mais qu'alors il demandait le
Cap de Bonne-Espérance. Il renonçait encore à la Trinité, même à la
Martinique, s'il obtenait une partie du continent hollandais
d'Amérique, c'est-à-dire Demerari, Berbice ou Essequibo.

C'était un pas dans la négociation que l'abandon de Malte. Le Premier
Consul insista pour ne céder ni Malte, ni le Cap, ni les possessions
continentales des Hollandais en Amérique. À ses yeux, Malte n'avait dû
être que la compensation de l'Égypte cédée aux Français: puisqu'il
n'était plus question de l'Égypte pour les Français, il ne devait plus
être question de Malte pour les Anglais, ni de semblables équivalents.

[En marge: Le cabinet anglais réduit ses prétentions, et ne demande
plus que la Trinité.]

Le cabinet anglais cessa enfin d'insister sur Malte, et sur le Cap,
comme compensation de Malte. Il se résuma, et demanda une des grandes
Antilles; et, comme on n'osait plus parler de l'île française de la
Martinique, il demanda l'île espagnole de la Trinité.

[En marge: Août 1801.]

Le Premier Consul ne voulait pas plus céder la Trinité que la
Martinique. C'était une colonie espagnole, qui procurait aux Anglais
un pied-à-terre dangereux sur le vaste continent de l'Amérique du sud.
Il poussa la loyauté envers l'alliée de la France, jusqu'à offrir la
petite île française de Tabago pour racheter la Trinité. Elle n'était
pas très-importante, mais elle intéressait l'Angleterre, parce que
tous les planteurs en étaient anglais. Avec un noble orgueil, qui
n'est permis que lorsqu'on a comblé son pays de gloire et de grandeur,
il ajouta: C'est une colonie française; cette acquisition devra
toucher l'orgueil britannique, qui sera flatté d'obtenir l'une de nos
dépouilles coloniales, et la conclusion de la paix en deviendra sans
doute plus facile[6].

         [Note 6: Le ministre des relations extérieures à M. Otto,
         commissaire de la République française à Londres.

                                     20 thermidor an IX (8 août 1801).

         ..... Quant à l'Amérique, aux observations péremptoires que
         contient la note, je joins celles-ci.

         Le gouvernement britannique demande à conserver dans les
         Antilles une des îles qu'il y a nouvellement acquises, et
         cela sous le prétexte qu'elle serait nécessaire à la
         conservation de ses anciennes possessions. Or, sous aucun
         rapport, cette convenance ne peut s'entendre de l'île de la
         Trinité. Éloignez donc toute discussion à cet égard. La
         Trinité serait, par sa position, non un moyen de défense pour
         les colonies anglaises, mais un moyen d'attaque contre le
         continent espagnol. L'acquisition serait d'ailleurs, pour le
         gouvernement britannique, d'une importance et d'une valeur
         qui passeraient toute mesure. La discussion ne peut porter
         que sur Curaçao, Tabago, Sainte-Lucie, ou quelque autre île
         de la même espèce. Quoique ces deux dernières soient
         françaises, le gouvernement pourrait être amené à en
         abandonner une, et peut-être l'orgueil national en Angleterre
         serait-il flatté de conserver ainsi quelqu'une de nos
         dépouilles coloniales. Vous ne manquerez pas, citoyen, de
         relever la valeur des îles dont la cession peut être
         consentie par nous, et particulièrement de Tabago. Cette île,
         naguère anglaise, n'est encore habitée que par des planteurs
         anglais, toutes ses relations sont anglaises. Son sol est
         neuf, et son commerce est susceptible d'un grand
         développement.]

On en était là, vers la fin de juillet, et au commencement d'août
1801. L'animation était grande de part et d'autre. Les préparatifs
faits sur la côte de France, étaient imités sur la côte d'Angleterre.
On y exerçait les milices; on y faisait construire des chars pour
transporter les troupes en poste, afin d'accourir plus rapidement sur
le point menacé. Les journaux anglais du parti de la guerre tenaient
un langage violent. Quelques-uns, dont la rédaction était, disait-on,
inspirée par M. Windham, se permirent d'exciter le peuple anglais
contre M. Otto, et contre les prisonniers français. M. Otto demanda
ses passe-ports sur-le-champ, et le Premier Consul fit aussitôt
insérer dans le _Moniteur_ les réflexions les plus menaçantes.

Lord Hawkesbury accourut chez M. Otto, insista pour le retenir, et y
réussit, quoique avec beaucoup de peine, en lui faisant espérer un
prompt rapprochement. Cependant l'animosité nationale semblait
réveillée, et on craignait une rupture. Tous les hommes raisonnables
d'Angleterre la redoutaient, et cherchaient à la prévenir. On
désespérait du succès de leurs efforts, car le Premier Consul ne
voulait céder à aucun prix les possessions de ses alliés, qu'on
s'obstinait à lui demander.

Mais tandis qu'il défendait si loyalement les colonies espagnoles, le
prince de la Paix, avec l'inconséquence d'un favori vain et léger,
faisait tenir à son maître la plus malheureuse conduite, et dégageait
le Premier Consul de tout devoir d'amitié envers l'Espagne.

[En marge: Le prince de la Paix, en abandonnant l'expédition de
Portugal à peine commencée, fournit au Premier Consul la solution des
dernières difficultés.]

On n'a point oublié que M. de Pinto, envoyé de Portugal, était arrivé
au quartier espagnol, pour s'y soumettre aux volontés de la France et
de l'Espagne. Le prince de la Paix était pressé de terminer une
campagne, dont les débuts avaient été brillants et faciles, mais dont
la continuation pouvait présenter des difficultés, qui ne seraient
surmontables qu'avec le concours des Français. S'il fallait, par
exemple, occuper Lisbonne ou Oporto, le secours de nos soldats était
indispensable. L'entreprise, d'une simple affaire d'ostentation,
pourrait devenir une affaire sérieuse, et demander un nouveau corps de
troupes françaises. Prévoyant même ce besoin, le Premier Consul
faisait spontanément avancer dix mille hommes de plus, ce qui allait
porter le nombre total des Français présents en Espagne à vingt-cinq
mille. Or le prince de la Paix, qui avait appelé nos soldats sans
réflexion, s'effrayait, sans réflexion, de leur arrivée. Cependant ils
avaient observé une exacte discipline, et témoigné pour le clergé, les
églises, les cérémonies du culte, un respect qui ne leur était pas
ordinaire, et que le général Bonaparte pouvait seul obtenir de leur
part. Mais aujourd'hui qu'on les avait auprès de soi, on était, en
Espagne, ridiculement épouvanté de leur présence. Il fallait ou ne pas
les faire venir, ou, les ayant appelés, s'en servir pour atteindre le
but proposé. Or, ce but ne pouvait consister à disperser quelques
bandes portugaises, à obtenir quelques millions de contributions, ou
même à fermer aux vaisseaux anglais les ports du Portugal: il devait
consister évidemment à s'emparer de gages précieux, dont on pût se
servir pour arracher aux Anglais les restitutions qu'ils ne voulaient
pas faire. Pour cela, il fallait occuper certaines provinces du
Portugal, celle notamment dont Oporto était la capitale. C'était le
moyen le plus sûr d'agir sur le cabinet britannique, en agissant sur
les gros marchands de la Cité, fort intéressés dans le commerce
d'Oporto. La chose avait été ainsi convenue, entre les gouvernements
de Paris et de Madrid. Cependant, malgré tout ce qui avait été
stipulé, le prince de la Paix imagina d'accepter les conditions du
Portugal, et de se contenter, pour l'Espagne de la place d'Olivença,
pour la France de quinze à vingt millions, et pour les deux puissances
alliées, de la clôture des ports du Portugal à tous les vaisseaux
anglais, soit de guerre, soit de commerce. À ces conditions, la
campagne qu'on venait de faire était puérile. Elle n'était plus qu'un
passe-temps, inventé pour distraire un favori rassasié de faveurs
royales, et cherchant la gloire militaire par des voies ridicules,
comme il convenait à sa coupable et folle légèreté.

Le prince de la Paix fit valoir auprès de ses maîtres les sentiments
paternels faciles à émouvoir chez eux, mais il faut le dire, émus ou
trop tard, ou trop tôt. Il fit craindre la présence des Français,
crainte, il faut le dire encore, bien tardive et bien chimérique, car
il ne pouvait guère entrer dans l'esprit de personne que quinze mille
Français voulussent conquérir l'Espagne, ou même y prolonger leur
séjour d'une manière inquiétante. Tout cela supposait des projets, qui
n'existaient même pas en germe dans la tête du Premier Consul, et qui
n'y sont entrés depuis, qu'après des événements inouïs, que ni lui ni
personne ne prévoyait alors. Dans le moment, il ne voulait qu'une
chose, arracher à l'Angleterre une île de plus, et cette île était
espagnole.

En acceptant les conditions proposées par la cour de Lisbonne, qui
consistaient uniquement à concéder Olivença aux Espagnols, vingt
millions aux Français, et l'exclusion du pavillon anglais des ports du
Portugal, on avait eu soin de préparer deux copies du traité, une que
devait signer l'Espagne, une autre que devait signer la France. Le
prince de la Paix revêtit de sa signature celle qui était destinée à
sa cour, et qui fut datée de Badajos, parce que tout se passait dans
cette ville. Il fit ensuite donner la ratification par le roi qui se
trouvait sur les lieux. Lucien signa de son côté la copie destinée à
la France, et la fit partir pour là soumettre à la ratification de son
frère.

Le Premier Consul reçut ces communications, au moment même de la plus
grande chaleur des négociations de Londres. L'irritation qu'il en
ressentit est facile à deviner. Quoiqu'il fût sensible aux affections
de famille, souvent jusqu'à la faiblesse, il contenait son
irritabilité moins avec ses parents qu'avec toute autre personne, et
assurément on pouvait en cette occasion lui pardonner de s'y laisser
aller. Aussi le fit-il sans réserve, et se livra-t-il contre son frère
Lucien à un violent emportement.

Toutefois il espérait que le traité ne serait pas encore ratifié. Des
courriers extraordinaires furent envoyés à Badajos, pour annoncer que
la France refusait sa ratification, et pour prévenir celle de
l'Espagne. Mais ces courriers trouvèrent le traité ratifié par Charles
IV, et l'engagement devenu irrévocable. Lucien fut consterné du rôle
embarrassant, humiliant même, qui lui était réservé en Espagne, au
lieu du rôle brillant qu'il avait espéré y jouer. Il répondit à la
colère de son frère par un accès de mauvaise humeur, accès assez
fréquent chez lui, et envoya sa démission au ministre des affaires
étrangères. De son côté le prince de la Paix devint arrogant. Il se
permit un langage, qui était ridicule et insensé à l'égard d'un homme
tel que celui qui gouvernait alors la France. Il annonça d'abord la
cessation de toute hostilité envers le Portugal, puis demanda la
retraite des Français, et ajouta même cette déclaration fort
imprudente, que, si de nouvelles troupes passaient la frontière des
Pyrénées, leur passage serait considéré comme une violation de
territoire. Il réclama de plus la restitution de la flotte enfermée à
Brest, et une prompte conclusion de la paix générale, pour faire
cesser le plus tôt possible une alliance devenue onéreuse à la cour de
Madrid[7]. Cette conduite était aussi inconvenante que contraire aux
véritables intérêts de l'Espagne. Il faut dire cependant que l'affreux
malheur qui venait de frapper deux vaisseaux espagnols, avait jeté
quelque tristesse dans l'esprit de la nation, et avait contribué à
cette disposition chagrine, qui se manifestait d'une manière si
intempestive et si nuisible à la politique des deux cabinets.

         [Note 7: Note du 26 juillet.]

Le Premier Consul, parvenu au comble de l'irritation, fit répondre
sur-le-champ que les Français resteraient dans la Péninsule, jusqu'à
la paix particulière de la France avec le Portugal; que si l'armée du
prince de la Paix faisait un seul pas pour se rapprocher des quinze
mille Français qui étaient à Salamanque, il considérerait cela comme
une déclaration de guerre, et que, si à un langage inconvenant on se
permettait d'ajouter un seul acte hostile, la dernière heure de la
monarchie espagnole aurait sonné[8]. Il enjoignit à Lucien de
retourner à Madrid, d'y déployer son caractère d'ambassadeur, et
d'attendre des ordres ultérieurs. C'en était assez pour intimider et
contenir l'indigne courtisan, qui compromettait si légèrement les plus
grands intérêts qu'il y eût dans l'univers. Bientôt, en effet, il
écrivit les lettres les plus soumises, afin de rentrer en grâce auprès
de l'homme dont il craignait l'influence et l'autorité personnelles
sur la cour d'Espagne.

         [Note 8: Le Premier Consul écrivait des notes courtes et
         vives, destinées à fournir la pensée des instructions que ses
         ministres devaient transmettre aux ambassadeurs. Voici la
         note envoyée au cabinet des affaires étrangères, pour servir
         à la rédaction de la dépêche qu'on allait expédier à Madrid.
         M. de Talleyrand, parti pour les eaux, était remplacé par M.
         Caillard.

         _Au ministre des relations extérieures._

                                  21 messidor an IX (10 juillet 1801).

         Faites connaître, citoyen-ministre, à l'ambassadeur de la
         République à Madrid, qu'il doit se rendre à la cour, et y
         déployer le caractère nécessaire dans cette circonstance. Il
         fera connaître:

         Que j'ai lu le billet du général prince de la Paix; qu'il est
         si ridicule qu'il ne mérite pas une sérieuse réponse; mais
         que si ce prince, acheté par l'Angleterre, entraînait le roi
         et la reine dans des mesures contraires à l'honneur et aux
         intérêts de la République, la dernière heure de la monarchie
         espagnole aurait sonné;

         Que mon intention est que les troupes françaises restent en
         Espagne jusqu'au moment où la paix de la République sera
         faite avec le Portugal;

         Que le moindre mouvement des troupes espagnoles, ayant pour
         but de se rapprocher des troupes françaises, serait considéré
         comme une déclaration de guerre;

         Que cependant je désire faire ce qu'il est possible, pour
         concilier les intérêts de la République, avec la conduite et
         les inclinations de Sa Majesté catholique;

         Que, quelque chose qu'il puisse arriver, je ne consentirai
         jamais aux articles trois et six;

         Que je ne m'oppose point à ce que les négociations
         recommencent entre l'ambassadeur de la République et M.
         Pinto, et qu'un protocole de négociations soit tenu tous les
         jours;

         Que l'ambassadeur doit s'attacher à faire bien comprendre au
         prince de la Paix, et même au roi et à la reine, que des
         paroles et des notes même injurieuses, lorsqu'on est amis au
         point où nous le sommes, peuvent être considérées comme des
         querelles de famille, mais que la moindre action ou le
         moindre éclat serait irrémédiable;

         Que quant au roi d'Étrurie, on lui a offert un ministre parce
         qu'il n'a personne autour de lui, et que pour gouverner les
         hommes il faut y entendre quelque chose; que cependant, sur
         ce qu'il a espéré trouver à Parme des hommes capables de
         l'aider, je n'ai plus insisté;

         Que relativement aux troupes françaises en Toscane, il
         fallait bien en laisser pendant deux ou trois mois, jusqu'à
         ce que le roi d'Étrurie eût lui-même organisé ses troupes;

         Que les affaires d'État peuvent se traiter sans passion, et
         que, du reste, mon désir de faire quelque chose d'agréable à
         la maison d'Espagne serait bien mal payé, si le roi souffrait
         que l'or corrupteur de l'Angleterre pût parvenir, au moment
         où nous touchons au port après tant d'angoisses et de
         fatigues, à désunir nos deux grandes nations; que les
         conséquences en seraient terribles et funestes;

         Que, dans ce moment-ci, moins de précipitation à faire la
         paix avec le Portugal, aurait considérablement servi pour
         accélérer la paix avec l'Angleterre, etc., etc.

         Vous connaissez ce cabinet; vous direz donc dans votre
         dépêche tout ce qui peut servir à gagner du temps, empêcher
         des mesures précipitées, faire recommencer les négociations,
         et en même temps imposer, en leur mettant sous les yeux la
         gravité des circonstances et les conséquences d'une démarche
         inconsidérée.

         Faites sentir à l'ambassadeur de la République, que si le
         Portugal consentait à laisser à l'Espagne la province
         d'Alentejo jusqu'à la paix, cela pourrait être un _mezzo
         termine_, puisque par là l'Espagne se trouverait exécuter à
         la lettre le traité préliminaire.

         J'aime autant ne rien avoir que quinze millions en quinze
         mois.

         Expédiez le courrier que je vous envoie, directement à
         Madrid.

                                                      BONAPARTE.]

Cependant il fallait prendre un parti sur cette étrange et
inconcevable conduite du cabinet de Madrid. M. de Talleyrand était
absent alors pour raison de santé. Il se trouvait aux eaux. Le Premier
Consul lui communiqua toutes les pièces, et en reçut en réponse une
lettre fort sensée, contenant son avis sur cette grave affaire.

Une guerre de notes, suivant M. de Talleyrand, ne mènerait à rien,
quelque succès de raison qu'on pût se promettre, en se fondant sur les
engagements pris, sur les promesses faites de part et d'autre. La
guerre contre l'Espagne, outre qu'elle éloignait du but, qui était la
pacification générale de l'Europe, outre qu'elle était contraire à la
véritable politique de la France, devenait une chose risible dans
l'état pitoyable de la monarchie espagnole, avec nos troupes au milieu
de ses provinces, avec ses escadres à Brest. Il y avait un moyen bien
plus naturel de la punir; c'était de céder aux Anglais l'île espagnole
de la Trinité, seule et dernière difficulté pour laquelle on retardait
la paix du monde. L'Espagne nous avait en effet dispensés de tout
devoir, de tout dévouement envers elle. Dans ce cas, ajoutait M. de
Talleyrand, il faut perdre du temps à Madrid et en gagner à Londres,
en accélérant la négociation avec l'Angleterre, par la concession de
la Trinité[9].

         [Note 9: Nous citons cette curieuse lettre de M. de
         Talleyrand:

                                   20 messidor an IX (9 juillet 1801).

         GÉNÉRAL,

         Je viens de lire avec toute l'attention dont je suis capable
         les lettres d'Espagne. Si l'on veut faire une réponse de
         controverse, il nous est facile d'avoir raison, même en nous
         en rapportant à la lettre des trois ou quatre traités que
         nous avons faits cette année avec cette puissance; mais ce
         sont là des pages de factum. Il faut voir si ce ne serait pas
         le moment d'adopter un plan définitif de conduite avec ce
         triste allié.

         Je pars des données suivantes: L'Espagne a fait, pour me
         servir d'une de ses expressions, _avec hypocrisie_ la guerre
         contre le Portugal; elle veut définitivement faire la
         paix.--Le prince de la Paix est, à ce qu'on nous mande et à
         ce que je crois aisément, en pourparlers avec l'Angleterre;
         le Directoire le croyait acheté par cette puissance.--Le roi
         et la reine dépendent du prince; il n'était que favori, le
         voilà pour eux établi homme d'État, et grand homme de
         guerre.--Lucien, est dans une position embarrassante dont il
         faut absolument le tirer.--Le prince emploie assez habilement
         dans ses notes cette phrase: _Le roi s'est décidé à faire la
         guerre à ses enfants._ Ce mot sera quelque chose pour
         l'opinion.--Une rupture avec l'Espagne est une menace risible
         quand nous avons ses vaisseaux à Brest, et que nos troupes
         sont dans le coeur du royaume.--Il me semble que voilà notre
         position, tout entière avec l'Espagne: cela posé,
         qu'avons-nous à faire?

         Voilà le moment où je m'aperçois bien que depuis deux ans je
         ne suis plus accoutumé à penser seul. Ne pas vous voir laisse
         mon imagination et mon esprit sans guide; aussi vais-je
         probablement écrire de bien pauvres choses, mais ce n'est pas
         ma faute, je ne suis pas complet quand je suis loin de vous.

         Il me semble que l'Espagne, qui à toutes les paix a gêné le
         cabinet de Versailles par ses énormes prétentions, nous a
         extrêmement dégagés dans cette circonstance. Elle nous a
         elle-même tracé la conduite que nous avons à tenir: nous
         pouvons faire avec l'Angleterre ce qu'elle fait avec le
         Portugal; elle sacrifie les intérêts de son allié, c'est
         mettre à notre disposition l'île de la Trinité dans les
         stipulations avec l'Angleterre. Si vous adoptiez cette
         opinion, il faudrait alors presser un peu la négociation à
         Londres et s'en tenir à faire de la diplomatie ou plutôt de
         l'ergoterie à Madrid, en restant toujours dans des
         discussions douces, dans des explications amicales, en
         rassurant sur le sort du roi de Toscane, en ne parlant que
         des intérêts de l'alliance, etc., etc. En tout, perdre du
         temps à Madrid et précipiter à Londres.

         Changer d'ambassadeur dans ces circonstances, ce serait
         donner de l'éclat, et il faut l'éviter si vous adoptez, comme
         je le propose, la temporisation. Pourquoi ne permettriez-vous
         pas à Lucien d'aller à Cadix voir les armements, de voyager
         dans les ports? Pendant cette course, les affaires avec
         l'Angleterre marcheraient; vous ne laisseriez pas
         l'Angleterre stipuler pour le Portugal, et il reviendrait à
         Madrid pour traiter définitivement de cette paix.

         Je crains bien, général, que vous ne trouviez que mon opinion
         ne se sente un peu des douches et des bains que je prends
         bien exactement. Dans dix-sept jours je vaudrai mieux. Je
         serai bien heureux de vous renouveler l'assurance de mon
         dévouement et de mon respect.

                                            Ch.-Maur. Talleyrand.]

[En marge: La Premier Consul, pour punir l'Espagne, abandonne la
Trinité.]

Cet avis était fondé en raison, et parut tel au Premier Consul.
Cependant, tenant à honneur de défendre même un allié devenu infidèle,
il informa M. Otto de ses nouvelles dispositions relativement à la
Trinité, et se montra prêt à la sacrifier, mais pas tout de suite,
seulement à la dernière extrémité, quand on ne pourrait pas faire
autrement, à moins d'amener une rupture. Il lui ordonna d'insister
encore pour faire accepter en échange de la Trinité l'île française de
Tabago.

Malheureusement l'étrange conduite du prince de la Paix avait beaucoup
affaibli notre négociateur. Une nouvelle arrivée depuis peu, celle de
la capitulation du général Belliard au Kaire, l'affaiblissait
davantage encore. Toutefois, la persistance du général Menou dans
Alexandrie maintenait un dernier doute favorable à nos prétentions.
C'était à notre flottille de Boulogne que devait appartenir l'honneur
de terminer toutes les difficultés de cette longue négociation.

[En marge: La question décidée par deux combats de la flottille de
Boulogne.]

[En marge: Ligne d'embossage de notre flottille devant Boulogne.]

En Angleterre les esprits n'avaient cessé de se préoccuper des
préparatifs faits sur les côtes de la Manche. Pour les rassurer,
l'amirauté anglaise avait rappelé Nelson de la Baltique, et lui avait
donné le commandement des forces navales placées dans ces parages. Ces
forces se composaient de frégates, bricks, corvettes, bâtiments légers
de toute dimension. L'esprit entreprenant du célèbre marin anglais
faisait espérer qu'il aurait bientôt détruit, par quelque coup hardi,
la flottille française. Le 4 août (16 thermidor), il se présenta vers
la pointe du jour devant la plage de Boulogne, avec une trentaine de
petits bâtiments. Son pavillon était arboré sur la frégate la
_Méduse_. Il prit position à 1,900 toises de notre ligne, c'est-à-dire
hors de la portée de notre artillerie, et seulement à la portée des
gros mortiers. Son intention était de bombarder notre flottille. Elle
avait pour commandant un brave marin, plein de génie naturel et
d'ardeur pour la guerre, et appelé, s'il avait vécu, aux plus belles
destinées: c'était l'amiral Latouche-Tréville. Il exerçait tous les
jours nos chaloupes canonnières, il accoutumait nos soldats et nos
marins à monter rapidement à bord des bâtiments, à en descendre de
même, à manoeuvrer ensemble, avec célérité et précision. Le 4, notre
flottille était formée en trois divisions, sur une seule ligne
d'embossage parallèle au rivage, à 500 toises de la côte, et à
l'ancre. Elle se composait de gros bateaux canonniers, soutenus de
distance en distance par des bricks. Trois bataillons d'infanterie
étaient embarqués sur ces bâtiments de toutes sortes, pour seconder la
bravoure de nos marins.

[En marge: Nelson bombarde notre flottille pendant seize heures sans
lui causer aucun dommage.]

Nelson rangea en avant de son escadrille une division de bombardes, et
commença le feu dès cinq heures du matin. Il espérait, en l'accablant
de ses bombes, détruire notre flottille, ou l'obliger du moins à
rentrer dans le port. Il en fit donc jeter une quantité infinie, et
pendant toute la journée. Ces projectiles, lancés par de gros
mortiers, passaient pour la plupart au delà de notre ligne, et
allaient tomber sur la grève. Nos soldats et nos matelots, immobiles
sous ce feu incessant, et du reste plus effrayant que meurtrier,
montraient un sang-froid, une gaieté rares. Malheureusement ils
n'avaient pas les moyens de riposter. Nos bombardes, construites à la
hâte, ne pouvaient pas résister à l'ébranlement des mortiers, et
tiraient à peine quelques coups mal dirigés. La poudre, prise dans les
vieux approvisionnements de nos arsenaux, était sans force; elle
n'envoyait pas les projectiles à la distance nécessaire. Les équipages
français demandaient qu'on se portât en avant, soit pour être à la
portée du canon, soit afin de s'élancer à l'abordage. Mais nos bateaux
canonniers, lourdement construits, et sans l'expérience qu'on acquit
plus tard dans ce genre de construction, n'étaient pas faciles à
manoeuvrer, sous le vent du nord-est qui soufflait en ce moment. Ils
auraient été poussés par le vent et le courant sur la ligne anglaise,
et obligés, pour revenir à la côte, de lui montrer le travers, ce qui
les aurait laissés sans feux, car leurs canons étaient placés à
l'avant. Il fallut donc rester immobiles sous cette pluie de
projectiles, qui dura seize heures. Nos soldats de terre et de mer, la
supportant courageusement, regardaient en riant les bombes passer sur
leurs têtes. Le brave commandant, Latouche-Tréville, était au milieu
d'eux avec le colonel Savary, aide-de-camp du Premier Consul. On leur
jeta un millier de bombes, et, par une sorte de miracle, il n'y eut
personne de grièvement blessé. Deux de nos bâtiments furent coulés,
sans qu'il pérît un seul homme. Une canonnière, la _Méchante_,
commandée par le capitaine Margoli, fut percée par le milieu. Ce brave
officier jeta son équipage sur d'autres bateaux, puis, gardant deux
marins avec lui, ramena sa canonnière faisant eau de toute part, et
l'échoua sur le sable, avant qu'elle eût le temps de couler à fond.

Les Anglais, malgré le désavantage de notre position, et la mauvaise
qualité de notre poudre, avaient été plus maltraités que nous. Ils
avaient eu trois ou quatre hommes tués ou blessés par les éclats de
nos bombes.

Nelson s'éloigna très-mortifié, promettant de se venger dans quelques
jours, et de revenir avec des moyens certains de destruction.

On s'attendait donc à tout moment à le voir reparaître, et l'amiral
français se mettait en mesure de le bien recevoir. Il renforça sa
ligne, la pourvut de meilleures munitions, anima de son esprit ses
matelots et ses soldats, qui du reste se montraient pleins d'ardeur,
et tout fiers d'avoir bravé les Anglais sur leur élément. Trois
bataillons d'élite, pris dans les 46e, 57e, et 108e demi-brigades,
avaient été placés sur la flottille, pour y servir comme dans la
journée du 4.

[En marge: Seconde attaque sur la flottille, le 16 août, celle-ci à
l'abordage.]

Douze jours après, le 16 août (28 thermidor), Nelson parut avec une
division navale, beaucoup plus considérable que la première. Tout
annonçait de sa part l'intention d'une attaque sérieuse, et à
l'abordage. C'était ce que désiraient les Français.

Nelson avait 35 voiles, beaucoup de chaloupes et deux mille hommes
d'élite. Vers la chute du jour, il avait rangé ses chaloupes autour de
la _Méduse_, y avait distribué son monde, et donné ses instructions.
Ces chaloupes, montées par des soldats de la marine anglaise, devaient
pendant la nuit s'avancer à la rame, et enlever notre ligne à
l'abordage. Elles étaient formées en quatre divisions. Une cinquième
division, composée de bombardes, devait se placer, non plus en face de
notre flottille, position qui avait procuré peu de résultats dans le
bombardement du 4 août, mais sur le côté, de manière à pouvoir la
prendre d'enfilade.

Vers minuit, ces quatre divisions, commandées par quatre officiers
intrépides, les capitaines Sommerville, Parker, Cotgrave et Jones,
s'avancèrent rapidement vers la côte de Boulogne. Une petite
embarcation française, montée par huit hommes seulement, avait été
laissée en sentinelle avancée. Elle fut abordée et enveloppée, mais
elle se défendit bravement avant de succomber, et le bruit de sa
mousqueterie servit à signaler la présence de l'ennemi.

Les quatre divisions anglaises s'approchaient de toute la force de
leurs rames. Dès qu'elles eurent été aperçues, on ouvrit sur elles un
feu nourri de mousqueterie et de mitraille. La première division,
celle que commandait le capitaine Sommerville, entraînée par le
mouvement de la marée vers l'est, fut contrariée dans sa marche, et
emportée bien au delà de notre aile droite, qu'elle était chargée
d'attaquer. Les deux divisions du centre, conduites par les capitaines
Parker et Cotgrave, dirigées directement sur le milieu de notre ligne
d'embossage, y arrivèrent les premières, vers une heure du matin, et
l'attaquèrent franchement. Celle qui se trouvait sous les ordres du
capitaine Parker, après avoir échangé avec nos bâtiments une fusillade
fort vive, se jeta sur l'un des gros bricks, qu'on avait entremêlés
avec nos chaloupes pour les soutenir. C'était l'_Etna_, que commandait
le capitaine Pevrieu. Six péniches l'entourèrent afin de le prendre à
l'abordage. Les Anglais l'escaladèrent hardiment, leurs officiers en
tête; mais ils furent reçus par deux cents hommes d'infanterie, et
jetés à la mer à coups de baïonnette. Le brave Pevrieu, ayant
successivement affaire à deux matelots anglais, quoique blessé d'un
coup de poignard et d'un coup de pique, les tua tous les deux. En peu
d'instants on eut culbuté les assaillants, et on fit sur les péniches
un feu qui abattit le plus grand nombre des matelots employés à les
diriger. Nos chaloupes reçurent tout aussi vaillamment les assaillants
qui les voulurent aborder, et s'en défirent à coups de hache ou de
baïonnette. Un peu plus loin, la division commandée par le capitaine
Cotgrave aborda bravement la ligne des bateaux français, mais sans
plus de résultat. Une grosse chaloupe canonnière la _Surprise_,
entourée par quatre péniches, coula la première de ces péniches, prit
la seconde, et mit les deux autres en fuite. Les soldats rivalisèrent
avec les matelots dans ce genre de combat, qui allait parfaitement à
leur caractère vif et audacieux.

Pendant que la seconde et la troisième divisions anglaises étaient
ainsi accueillies, la première, qui aurait dû aborder notre aile
droite, entraînée à l'est par la marée, comme on vient de le voir,
n'avait pu arriver que très-tard sur le lieu de l'action. Faisant
effort pour revenir de l'est à l'ouest, elle semblait menacer
l'extrémité de notre ligne d'embossage, et vouloir passer entre la
terre et nos bâtiments, suivant une manoeuvre fort ordinaire aux
Anglais. C'était, au surplus, un effet de sa position plutôt qu'un
calcul. Mais des détachements de la 108e, postés sur le rivage, firent
sur elle un feu meurtrier. Les marins anglais, sans se laisser
rebuter, se jetèrent sur la canonnière le _Volcan_, qui gardait
l'extrême droite de notre ligne. L'enseigne qui la commandait, nommé
Guéroult, officier plein d'énergie, reçut l'abordage à la tête de ses
matelots, et de quelques soldats d'infanterie. Il eut un combat
opiniâtre à soutenir. Tandis qu'il se défendait sur le pont de sa
canonnière, les embarcations anglaises qui l'enveloppaient, essayèrent
de couper les câbles pour emmener la canonnière elle-même.
Heureusement l'une des attaches était en fer, et put résister à tous
les efforts qu'on fit pour la rompre. Le feu, parti des autres bateaux
français et du rivage, obligea enfin les Anglais à lâcher prise.
L'attaque sur ce point avait donc été aussi heureusement repoussée que
sur les deux autres.

L'aurore commençait à poindre. La quatrième division ennemie, destinée
à se porter vers notre gauche, et ayant à faire un grand mouvement
vers l'ouest, malgré la marée qui portait à l'est, n'était point
arrivée à temps. De leur côté, les bombardes de Nelson, grâce à la
nuit, ne nous avaient pas fait grand mal. Les Anglais se voyaient
partout repoussés; la mer était couverte de leurs cadavres flottants,
et bon nombre de leurs embarcations étaient coulées ou prises. La
clarté du jour, devenant à chaque instant plus vive, rendait leur
retraite nécessaire. Ils la firent vers quatre heures du matin. Le
soleil parut pour éclairer leur fuite. Cette fois ce n'était plus de
leur part une tentative infructueuse, c'était une véritable défaite.

Nos équipages étaient tout joyeux; ils n'avaient pas perdu beaucoup de
monde, et les Anglais, au contraire, avaient fait des pertes assez
notables. Ce qui ajoutait encore à la satisfaction produite par cette
action brillante, c'était d'avoir battu Nelson en personne, et
d'avoir rendu vaines toutes les menaces de destruction, qu'il avait
publiquement proférées contre notre flottille.

L'effet contraire devait être produit de l'autre côté du détroit; et,
bien que ce combat à l'ancre ne prouvât pas encore ce qu'une semblable
flottille pourrait faire en mer, quand il faudrait porter cent mille
hommes, toutefois la confiance des Anglais dans le génie entreprenant
de Nelson était fort diminuée, et le danger inconnu dont ils étaient
menacés les préoccupait bien davantage.

[En marge: Les deux combats de Boulogne et l'abandon de la Trinité,
amènent le terme de la négociation.]

Mais les vicissitudes de cette grande négociation touchaient à leur
terme. Décidé par la conduite du cabinet espagnol, le Premier Consul
avait enfin autorisé M. Otto à concéder la Trinité. Cette concession et
les deux combats de Boulogne devaient faire cesser les hésitations du
cabinet britannique. Il consentit donc aux bases proposées, sauf
quelques difficultés de détail restant encore à vaincre. Le cabinet
anglais voulait, en rendant Malte à l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem,
stipuler que l'île serait placée sous la protection d'une puissance
garante; car il ne comptait guère sur la force de l'ordre pour la
défendre, quand même on réussirait à le constituer. On n'était pas
d'accord avec nous sur la puissance garante. Le pape, la cour de Naples,
la Russie étaient successivement mis en discussion et repoussés. Enfin
la forme même de la rédaction présentait certains embarras. Comme
l'effet de ce traité sur l'opinion publique devait être grand dans les
deux pays, on tenait, des deux côtés, à l'apparence autant qu'à la
réalité. L'Angleterre consentait bien à énumérer, dans le traité, les
nombreuses possessions qu'elle restituait à la France et à ses alliés,
mais elle voulait énumérer aussi celles qui lui étaient définitivement
acquises. Cette prétention était juste, plus juste que celle du Premier
Consul, qui voulait que les objets restitués à la France, à la Hollande,
à l'Espagne, fussent énumérés, et que le silence observé à l'égard des
autres fût pour l'Angleterre la seule manière d'en acquérir la
propriété.

À ces difficultés peu graves au fond, s'enjoignaient d'accessoires,
relativement aux prisonniers, aux dettes, aux séquestres, surtout aux
alliés des deux parties contractantes, et au rôle qu'on leur
assignerait dans le protocole. Cependant on était pressé d'en finir,
et de mettre un terme aux anxiétés du monde. D'une part, le cabinet
anglais voulait avoir conclu avant la réunion du Parlement, de
l'autre, le Premier Consul craignait à tout moment d'apprendre la
reddition d'Alexandrie, car la résistance prolongée de cette place
laissait planer un doute utile à la négociation. Impatient de grands
résultats, il soupirait après le jour où il pourrait faire entendre à
la France le mot si nouveau, si magique, non pas de paix avec
l'Autriche, avec la Prusse, avec la Russie, mais de paix générale avec
le monde entier.

[En marge: Sept. 1801.]

[En marge: On convient de part et d'autre de signer la paix sous forme
de préliminaires.]

En conséquence, on convint de consacrer immédiatement les grands
résultats obtenus, et de remettre à une négociation ultérieure les
difficultés de forme et de détail. Pour cela on imagina de rédiger
des préliminaires de paix, et, tout de suite après la signature de
ces préliminaires, de charger des plénipotentiaires de rédiger à
loisir un traité définitif. Toute difficulté qui n'était pas
fondamentale, et dont la solution entraînait des lenteurs, devait être
renvoyée à ce traité définitif. Pour être plus certain d'en finir
bientôt, le Premier Consul voulut enfermer les négociateurs dans un
délai déterminé. On était au milieu de septembre 1801 (fin de
fructidor an IX); il accorda jusqu'au 2 octobre (10 vendémiaire an X).
Après ce terme, il était décidé, disait-il, à profiter des brumes de
l'automne, pour exécuter ses projets contre les côtes d'Irlande et
d'Angleterre. Tout cela fut dit avec les égards dus à une nation
grande et fière, mais avec ce ton péremptoire qui ne laisse aucun
doute.

Les deux négociateurs, M. Otto et lord Hawkesbury, étaient d'honnêtes
gens, et voulaient la paix. Ils la voulaient pour elle-même, et aussi
par l'ambition bien naturelle et bien légitime, de placer leur nom au
bas de l'un des plus grands traités de l'histoire du monde. Aussi
toutes facilités compatibles avec leurs instructions, furent par eux
apportées dans la rédaction des préliminaires.

Il fut convenu que l'Angleterre restituerait à la France et à ses
alliés, c'est-à-dire à l'Espagne et à la Hollande, toutes les
conquêtes maritimes qu'elle avait faites, _à l'exception des îles de
Ceylan et de la Trinité, qui lui étaient définitivement acquises_.

Telle avait été la forme admise pour concilier le juste amour-propre
des deux nations. En définitive, l'Angleterre gardait le continent de
l'Inde, qu'elle avait conquis sur les princes indiens; l'île de
Ceylan, enlevée aux Hollandais, et appendice nécessaire de ce vaste
continent; enfin l'île de la Trinité, prise dans les Antilles sur les
Espagnols. Il y avait là de quoi satisfaire la plus grande ambition
nationale. Elle restituait le Cap, Demerari, Berbice, Essequibo,
Surinam, aux Hollandais; la Martinique, la Guadeloupe, aux Français;
Minorque aux Espagnols, Malte à l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem.
Quant à ce dernier point, la puissance garante devait être désignée
dans le traité définitif. L'Angleterre évacuait Porto-Ferraio, qui
revenait avec l'île d'Elbe aux Français. En compensation, les Français
devaient évacuer l'État de Naples, c'est-à-dire le golfe de Tarente.

Enfin l'Égypte était abandonnée par les troupes des deux nations, et
restituée à la Porte. Les États de Portugal étaient garantis.

[En marge: Résultats de la guerre pour les deux nations.]

[En marge: Grandeur extraordinaire de la France.]

Si on veut considérer seulement les grands résultats, que ces
restitutions tant débattues de quelques îles, ne diminuaient ni
n'augmentaient beaucoup, voici ce qui ressortait du traité. Dans cette
lutte de dix années, l'Angleterre avait acquis l'empire des Indes,
sans que l'acquisition de l'Égypte par la France en devînt le
contre-poids. Mais en retour la France avait changé la face du
continent à son profit; elle avait conquis la formidable ligne des
Alpes et du Rhin, éloigné à jamais l'Autriche de ses frontières, par
l'acquisition des Pays-Bas; arraché à cette puissance l'objet éternel
de sa convoitise, c'est-à-dire l'Italie, qui avait passé presque tout
entière sous la domination française. Elle avait, par le principe posé
des sécularisations, affaibli considérablement la maison impériale en
Allemagne, au profit de la maison de Brandebourg. Elle avait fait
subir à la Russie de désagréables échecs, pour avoir voulu se mêler
des affaires de l'Occident. Elle dominait la Suisse, la Hollande,
l'Espagne et l'Italie. Aucune puissance n'exerçait dans le monde un
prestige égal au sien; et si l'Angleterre s'était agrandie sur mer, la
France avait cependant ajouté à l'étendue de ses rivages les côtes de
la Hollande, de la Flandre, de l'Espagne, de l'Italie, pays
complétement soumis à sa domination ou à son influence. C'étaient là
de vastes moyens de puissance maritime.

Voilà tout ce que consacrait l'Angleterre, en signant les
préliminaires de Londres, pour prix, il est vrai, du continent de
l'Inde. La France y pouvait consentir. Nos alliés vigoureusement
défendus recouvraient presque tout ce que la guerre leur avait fait
perdre. L'Espagne était privée de la Trinité, par sa faute, mais elle
gagnait Olivença en Portugal, la Toscane en Italie. La Hollande
abandonnait Ceylan, mais elle recouvrait ses colonies de l'Inde, le
Cap, les Guyanes; elle était délivrée du stathouder.

[En marge: Octob. 1801.]

[En marge: Signature donnée le 1er octobre.]

Telles étaient les conséquences de cette paix si belle, la plus
glorieuse que la France ait jamais conclue. Il était naturel que le
négociateur français fût impatient d'en finir. On était arrivé au 30
septembre, et on était encore arrêté par quelques difficultés de
rédaction. On les leva toutes, et enfin, le 1er octobre au soir,
veille du jour fixé comme terme fatal par le Premier Consul, M. Otto
eut la joie de placer sa signature au bas des préliminaires de paix,
joie profonde, sans égale, car jamais négociateur n'avait eu le
bonheur d'assurer par sa signature tant de grandeurs à sa patrie!

On convint de laisser cette nouvelle secrète à Londres pendant
vingt-quatre heures, afin que le courrier de la légation française pût
l'annoncer le premier au gouvernement. Cet heureux courrier partit le
1er octobre dans la nuit, et arriva le 3 (11 vendémiaire), à quatre
heures de l'après-midi à la Malmaison. Dans ce moment les trois
Consuls y tenaient conseil de gouvernement. À l'ouverture des dépêches
la sensation fut vive; on abandonna le travail, on s'embrassa. Le
Premier Consul, qui mettait volontiers toute retenue de côté avec les
hommes de sa confiance, laissa percer les sentiments dont il était
plein. Tant de résultats obtenus en si peu de temps, l'ordre, la
victoire, la paix, rendus à la France par son génie et un travail
opiniâtre, en deux années, c'étaient là des bienfaits dont il devait
être assurément bien heureux, et bien fier! Dans ces épanchements
d'une satisfaction commune, M. Cambacérès lui dit: Maintenant que nous
avons fait un traité de paix avec l'Angleterre, il faut faire un
traité de commerce, et tout sujet de division sera écarté entre les
deux pays.--N'allons pas si vite, lui répondit le Premier Consul avec
vivacité. La paix politique est faite, tant mieux, jouissons-en. Quant
à la paix commerciale, nous la ferons si nous pouvons. Mais je ne veux
à aucun prix sacrifier l'industrie française, je me souviens des
malheurs de 1786.--Il fallait que cette singulière et instinctive
passion pour les intérêts de l'industrie française fût bien forte,
pour éclater dans un tel moment. Mais le consul Cambacérès, avec sa
sagacité ordinaire, avait touché la difficulté qui, plus tard, devait
brouiller de nouveau les deux peuples.

La nouvelle fut à l'instant envoyée à Paris, pour y être publiée. Vers
la chute du jour, le canon retentissait dans les rues, et tout le
monde se demandait quel était l'heureux événement qui motivait ces
manifestations. On courait le savoir dans les lieux publics, où les
commissaires du gouvernement avaient ordre de faire connaître la
signature des préliminaires. Dans le moment, en effet, la conclusion
de la paix était proclamée sur tous les théâtres, au milieu d'une
allégresse dont on n'avait pas eu depuis long-temps l'exemple. Cette
allégresse était naturelle, car la paix avec l'Angleterre était la
véritable paix générale, elle consolidait le repos du continent,
supprimait la cause des coalitions européennes, et ouvrait le monde à
l'essor de notre commerce et de notre industrie. Paris fut
soudainement illuminé dans cette soirée.

[En marge: Le colonel Lauriston chargé de porter à Londres la
ratification du traité préliminaire de paix.]

Le Premier Consul donna immédiatement sa ratification au traité des
préliminaires, et chargea son aide-de-camp Lauriston de porter à
Londres cette ratification. Si le contentement était vif et général
en France, il était poussé en Angleterre jusqu'au délire. La nouvelle,
d'abord cachée par les négociateurs, avait enfin transpiré, et on
avait été obligé de l'annoncer au lord-maire de Londres, par un
message. Ce message fit d'autant plus d'effet, que, depuis quelques
heures, on répandait le bruit de la rupture des négociations.
Sur-le-champ le peuple se livra sans retenue à ces transports
violents, qui sont particuliers au caractère passionné de la nation
anglaise. Les voitures publiques partant de Londres portaient ces
mots, écrits à la craie et en grosses lettres: PAIX AVEC LA FRANCE.
Partout on les arrêtait, on les dételait, on les traînait en triomphe.
On se figurait que tous les maux de la disette, de la cherté, allaient
finir à la fois. On rêvait des biens inconnus, immenses, impossibles.
Il y a des jours où les peuples, comme les individus, fatigués de se
haïr, éprouvent le besoin d'une réconciliation, même passagère, même
trompeuse. Dans cet instant, malheureusement si court, le peuple
anglais croyait presque aimer la France; il adorait le héros, le sage
qui la gouvernait: il criait _Vive Bonaparte_, avec transport.

Telle est la joie humaine: elle n'est vive, elle n'est profonde, qu'à
la condition d'ignorer l'avenir. Remercions la sagesse de Dieu d'avoir
fermé aux hommes le livre du destin! Combien tous les coeurs eussent
été glacés ce jour-là, si, le voile qui cachait l'avenir, venant à
tomber tout à coup, les Anglais et les Français avaient pu voir devant
eux, quinze ans d'une haine atroce, d'une guerre acharnée, le
continent et les mers inondés du sang des deux peuples! Et la France,
combien elle eût été consternée, si, tandis qu'elle se croyait grande,
grande à jamais, elle eût entrevu, dans une page de ce redoutable
livre du destin, les traités de 1815! Et ce héros, victorieux et sage,
qui la gouvernait, combien il eût été surpris, épouvanté, si, au
milieu de ses plus belles oeuvres, il avait pu apercevoir ses immenses
fautes; si, au milieu de sa prospérité la plus pure, il avait entrevu
sa chute effroyable, et son martyre! Oh! oui, la Providence, dans la
profondeur de ses desseins, a bien fait de ne découvrir que le présent
à l'homme; c'est bien assez pour son faible coeur! Et nous,
aujourd'hui, qui savons tout, et ce qui se passait alors, et ce qui
s'est accompli depuis, tâchons de nous rendre un moment l'ignorance de
ce temps, pour en comprendre, pour en partager les vives et profondes
émotions.

[En marge: Transports du peuple anglais en recevant la nouvelle des
ratifications.]

Un léger doute restait encore à Londres, et troublait un peu la joie
anglaise, car les ratifications du Premier Consul n'étaient pas
arrivées, et on craignait quelque résolution soudaine de ce caractère
si prompt, si fier, si exigeant pour sa nation. Ce doute était
pénible; mais tout à coup on apprend à Londres qu'un propre
aide-de-camp du Premier Consul, un de ses compagnons d'armes, le
colonel Lauriston, est descendu à l'hôtel de M. Otto, et qu'il apporte
le traité ratifié. Dégagée du dernier doute qui la contenait encore,
la joie n'a plus de bornes. On court chez M. Otto, on le trouve qui
montait en voiture avec le colonel Lauriston, pour se rendre chez lord
Hawkesbury, et faire l'échange des ratifications. Le peuple dételle
les chevaux, et traîne ces deux Français chez lord Hawkesbury.

[En marge: Le colonel Lauriston traîné en triomphe par le peuple dans
les rues de Londres.]

De chez lord Hawkesbury les deux négociateurs devaient se rendre chez
le premier ministre M. Addington, et ensuite à l'Amirauté, chez lord
Saint-Vincent. Le peuple s'obstine; on veut traîner la voiture, d'un
ministre chez un autre. Enfin, à l'hôtel de l'Amirauté, la foule était
devenue telle, la confusion si étrange, que lord Saint-Vincent,
craignant quelque accident, se mit lui-même à la tête du cortége, de
peur que la voiture ne fût renversée, et qu'un accident fâcheux ne fût
la suite involontaire de cette joie convulsive. Plusieurs jours
s'écoulèrent en transports de ce genre, en témoignages d'un
contentement extraordinaire.

[En marge: La nouvelle de la reddition d'Alexandrie arrive huit heures
après la signature du traité.]

Un fait digne de remarque, c'est que, quelques heures après la
signature des préliminaires, il arriva un courrier d'Égypte, apportant
la nouvelle de la reddition d'Alexandrie, laquelle avait eu lieu le 30
août 1801 (12 fructidor).--Ce courrier, dit lord Hawkesbury à M. Otto,
nous est arrivé huit heures après la signature du traité: tant mieux!
s'il fût arrivé plus tôt, nous aurions été forcés par l'opinion
publique d'être plus exigeants, et la négociation eût été probablement
rompue. La paix vaut mieux qu'une île de plus ou de moins.--Ce
ministre, honnête homme, avait raison. Mais c'est une preuve que la
résistance d'Alexandrie avait été utile, et que, même dans une cause
désespérée, la voix de l'honneur, qui conseille de résister le plus
long-temps possible, est toujours bonne à écouter.

[En marge: On convient de réunir des plénipotentiaires dans la ville
d'Amiens pour conclure un traité définitif.]

[En marge: Choix de lord Cornwallis pour représenter l'Angleterre au
congrès d'Amiens.]

Il fut convenu que des plénipotentiaires se réuniraient dans la ville
d'Amiens, point intermédiaire entre Londres et Paris, pour y rédiger
le traité définitif. Le cabinet britannique fit choix d'un vieux et
respectable militaire, qui s'était honoré en portant long-temps les
armes pour sa patrie, mais qui croyait le moment venu de mettre un
terme aux maux du monde, c'était lord Cornwallis, l'un des personnages
les plus estimés de la Grande-Bretagne. Lord Cornwallis avait commandé
les armées anglaises en Amérique et dans l'Inde. Il avait été
gouverneur-général du Bengale et vice-roi d'Irlande pendant la fin du
dernier siècle. Il fut convenu que lord Cornwallis se rendrait à
Paris, pour complimenter le Premier Consul, avant de se transporter
sur le lieu des négociations.

[En marge: Choix de Joseph Bonaparte pour représenter la France.]

Le Premier Consul, de son côté, fit choix de son frère Joseph, qu'il
chérissait particulièrement, et qui, par l'aménité de ses formes, la
douceur de son caractère, était parfaitement propre au rôle de
pacificateur, qui lui était habituellement réservé. Joseph avait signé
la paix avec l'Amérique à Morfontaine, avec l'Autriche à Lunéville; il
allait la signer avec l'Angleterre à Amiens. Le Premier Consul
faisait, ainsi cueillir par son frère les fruits qu'il avait cultivés
lui-même de ses mains triomphantes. M. de Talleyrand, en voyant tout
l'honneur apparent de ces traités, dévolu à un personnage étranger aux
travaux de notre diplomatie, ne put se défendre d'un mouvement de
dépit, mouvement passager, fortement contenu, saisi néanmoins par
l'oeil observateur et méchant des diplomates résidant à Paris,
lesquels en remplirent plus d'une dépêche. Mais l'habile ministre
savait qu'il ne fallait pas s'aliéner la famille du Premier Consul, et
que d'ailleurs, si, après avoir fait la part du général Bonaparte, il
restait une portion de gloire à décerner à quelqu'un dans ces belles
négociations, le public européen ne la décernerait qu'au ministre des
affaires étrangères.

[En marge: Suite de traités signés coup sur coup avec toutes les
puissances de l'Europe.]

Les négociations entamées avec divers États, et non conclues encore,
furent terminées presque immédiatement. Le Premier Consul entendait
l'art de produire de grands effets sur l'imagination des hommes, parce
qu'il avait lui-même beaucoup d'imagination. Il brusqua les
difficultés avec toutes les cours, et voulut, coup sur coup, accabler
la France de satisfactions de tout genre, l'étourdir, l'enivrer, à
force de résultats extraordinaires.

[En marge: Traité avec le Portugal.]

Il en finit avec le Portugal, et fit signer à Madrid, par son frère
Lucien, les conditions d'abord refusées de Badajos, sauf quelques
modifications peu importantes. On n'insista plus sur l'occupation de
l'une des provinces portugaises, car, les bases de la paix avec
l'Angleterre étant arrêtées depuis l'abandon de la Trinité, il n'y
avait plus aucun intérêt à retenir les gages dont on avait d'abord
voulu se munir. On convint d'une indemnité pour les frais de la
guerre, de quelques avantages commerciaux pour notre industrie, tels,
par exemple, que l'introduction immédiate de nos draps, et le
traitement de la nation la plus favorisée, à l'égard de tous nos
produits. L'exclusion des vaisseaux anglais de guerre et de commerce
fut stipulée formellement, jusqu'à la conclusion de la paix.

[En marge: Traités avec la Porte, Alger et Tunis.]

L'évacuation de l'Égypte terminait toutes les difficultés avec la
Porte-Ottomane. M. de Talleyrand conclut à Paris, avec un ministre du
sultan, des préliminaires de paix, qui stipulaient la restitution de
l'Égypte à la Porte, le rétablissement des anciens rapports de la
France avec elle, et la mise en vigueur de tous les traités antérieurs
de commerce, et de navigation.

Des conventions semblables furent faites avec les régences de Tunis et
d'Alger.

[En marge: Traité avec la Bavière.]

Un traité fut signé avec la Bavière pour la replacer, à l'égard de la
République, dans les rapports d'alliance qui avaient existé autrefois
entre cette cour et la vieille monarchie française, lorsque celle-ci
protégeait toutes les puissances allemandes de second ordre, contre
l'ambition de la maison d'Autriche. C'était un véritable
renouvellement des traités de Westphalie et de Teschen. La Bavière
faisait à la France l'abandon direct de tout ce qu'elle avait possédé
jadis sur la rive gauche du Rhin. En retour, la France promettait
d'employer son influence, dans les négociations dont les affaires
germaniques seraient bientôt le sujet, pour procurer à la Bavière une
indemnité suffisante, et convenablement située. La France, en outre,
lui garantissait l'intégrité de ses États.

[En marge: Traité avec la Russie.]

Enfin, pour achever l'oeuvre de cette pacification générale, le traité
avec la Russie, qui rétablissait de droit une paix existant déjà de
fait, fut signé après de longs débats, entre M. de Markoff et M. de
Talleyrand. Le nouvel empereur avait montré, comme on l'a vu, moins
d'énergie dans sa résistance aux prétentions maritimes de
l'Angleterre, mais aussi moins d'ostentation et d'exigence dans la
protection accordée aux petits États allemands et italiens, qui
avaient fait partie de la coalition contre la France. Alexandre
n'avait jamais élevé de difficultés quant à l'Égypte; mais, en tout
cas, elles étaient toutes supprimées par les derniers événements. Il
ne prétendait plus à la qualité de grand-maître des chevaliers de
Malte, ce qui rendait facile la reconstitution de l'ordre sur son
ancien pied, ainsi qu'on en était convenu avec l'Angleterre. Il n'y
avait eu de différend sérieux avec Alexandre, que sur Naples et sur le
Piémont. En persistant, en gagnant du temps, on avait vaincu les
principales difficultés relativement à ces deux États. L'évacuation de
la rade de Tarente venait d'être promise aux Anglais. La Russie s'en
tenait pour satisfaite, et y voyait l'accomplissement d'une condition
essentielle à son honneur, l'intégrité des États de Naples. Elle avait
cessé de parler de l'île d'Elbe. Quant au Piémont, chaque jour ajouté
au silence de l'Angleterre, pendant la négociation de Londres, avait
enhardi le Premier Consul à ne pas rendre cette importante province
au roi de Sardaigne. La Russie invoquait les promesses qui lui avaient
été faites à ce sujet. Le Premier Consul répondait, en disant qu'on
lui avait promis aussi de défendre le vrai droit maritime dans toute
sa teneur, et qu'on en avait abandonné une partie à l'Angleterre. On
convint d'un article, par lequel on se promettait de s'occuper à
l'amiable, et de gré à gré, des intérêts de S. M. le roi de Sardaigne,
et d'_y avoir les égards compatibles avec l'état actuel des choses_.
C'était se donner une grande liberté relativement à ce prince, et
notamment celle de l'indemniser un jour, avec le duché de Parme ou de
Plaisance, comme le Premier Consul en avait alors la pensée. La
conduite du roi de Sardaigne, son dévouement aux Anglais pendant la
dernière campagne d'Égypte, avaient profondément irrité le chef du
gouvernement français. Celui-ci, néanmoins, avait de meilleures
raisons que la colère: il tenait au Piémont comme à la plus belle des
provinces italiennes pour nous, car elle nous permettait de déboucher
toujours en Italie, et d'y avoir sans cesse une armée. Elle devenait
enfin pour la France ce que le Milanais avait été si long-temps pour
l'Autriche.

On avait été constamment d'accord avec la Russie sur les affaires
d'Allemagne; il n'y avait par conséquent aucune difficulté sur ce
dernier sujet.

On rédigea donc le traité d'après ces bases, de concert avec le
nouveau négociateur, M. de Markoff, récemment arrivé de Pétersbourg.
On signa un premier traité patent, où il fut dit purement et
simplement, que la bonne intelligence était rétablie entre les deux
gouvernements, et qu'ils ne souffriraient pas que les sujets émigrés
de l'un ou de l'autre pays, entretinssent des menées coupables dans
leur ancienne patrie. Cet article avait trait aux Polonais d'une part,
aux Bourbons de l'autre. À ce traité patent fut jointe une convention
secrète, dans laquelle il était dit, que, les deux empires s'étant
bien trouvés de leur intervention dans les affaires d'Allemagne, à
l'époque du traité de Teschen, ils réuniraient de nouveau leur
influence, pour amener en Allemagne les arrangements territoriaux les
plus favorables au bon équilibre de l'Europe; que la France notamment
s'emploierait à procurer une indemnité avantageuse à l'électeur de
Bavière, au grand-duc de Wurtemberg, au grand-duc de Baden (ce dernier
avait été ajouté à la liste des protégés de la Russie, à cause de la
nouvelle impératrice, qui était une princesse badoise); que les États
de Naples seraient évacués à la paix maritime, et jouiraient de la
neutralité en cas de guerre, et enfin qu'on s'entendrait à l'amiable
sur les intérêts du roi de Sardaigne, quand il y aurait lieu, _et de
la manière la plus compatible avec l'état actuel des choses_.

Le Premier Consul envoya sur-le-champ son aide-de-camp Caulaincourt à
Pétersbourg, pour porter au jeune empereur une lettre adroite et
caressante, dans laquelle il se félicitait de la paix conclue,
l'informait avec une sorte de complaisance d'une multitude de détails,
et paraissait désormais vouloir conduire de moitié avec lui les
grandes affaires du monde. M. de Caulaincourt, en attendant l'envoi
d'un ambassadeur, devait remplacer Duroc, qui s'était un peu trop hâté
de revenir de Pétersbourg. Le Premier Consul avait envoyé à ce dernier
une somme considérable, avec ordre d'assister au couronnement de
l'empereur, et d'y représenter la France avec éclat. Duroc n'ayant pas
eu le temps de recevoir cette lettre, était reparti. Une autre cause
l'y avait décidé. Alexandre lui avait fait adresser l'invitation
d'assister à son couronnement, mais M. de Panin ne lui avait pas
transmis cette invitation. Plus tard une explication ayant eu lieu à
ce sujet, l'empereur, blessé de l'inexécution de ses ordres, enjoignit
à M. de Panin de se rendre dans ses terres, et le remplaça par M. de
Kotschoubey, l'un des membres de son conseil occulte. Le jeune
empereur commençait ainsi à se débarrasser des hommes qui avaient
contribué à son avénement, et qui voulaient l'entraîner dans leur
politique exclusivement anglaise. Tout faisait donc présager de bonnes
relations avec la Russie. Les égards délicats et flatteurs du Premier
Consul ne pouvaient que rendre ce résultat plus certain.

[En marge: Nov. 1801.]

[En marge: Fête pour la paix générale.]

[En marge: Lord Cornwallis à Paris.]

Ces divers traités, qui complétaient la paix du monde, furent signés à
peu près en même temps que les préliminaires de Londres. La
satisfaction publique était au comble, et il fut décidé qu'on
donnerait une grande fête, pour célébrer la paix générale. Elle fut
fixée au 18 brumaire. On ne pouvait mieux en choisir le jour, car
c'était à la révolution du 18 brumaire, qu'il fallait attribuer tant
de beaux résultats. Lord Cornwallis dut y assister. Il arriva le 16
brumaire (7 novembre) à Paris avec un grand nombre de ses
compatriotes. À peine la signature des préliminaires avait-elle été
donnée, que les demandes de passe-ports pour la France s'étaient
multipliées chez M. Otto. On en avait envoyé trois cents. Cela ne
suffit pas, il fallut en envoyer un nombre illimité. Les bâtiments
destinés à venir chercher des denrées françaises, et à nous apporter
des marchandises anglaises, mirent le même empressement à obtenir des
sauf-conduits. Toutes ces demandes furent accordées avec la plus
parfaite bonne volonté, et les relations se trouvèrent rétablies
sur-le-champ avec une promptitude et une ardeur incroyables. Le 18
brumaire Paris était déjà rempli d'Anglais, impatients de voir cette
France si nouvelle, et devenue tout à coup si brillante, de voir
surtout l'homme qui dans ce moment faisait l'admiration de
l'Angleterre et du monde. L'illustre Fox était du nombre des Anglais
impatients de visiter la France. Le jour de cette fête, qui fut belle
par la joie paisible et profonde de toutes les classes de citoyens, la
circulation des voitures était interdite. On n'avait fait d'exception
que pour lord Cornwallis. La foule s'ouvrait avec empressement et
respect devant cet honorable représentant des armées anglaises, qui
venait faire la paix de sa nation avec la nôtre. Il était surpris de
trouver cette France si différente des tableaux hideux qu'en traçaient
à Londres les émigrés. Tous ses compatriotes partageaient le même
sentiment, et l'exprimaient avec une naïve admiration.

Tandis que cette fête avait lieu à Paris, un banquet superbe était
donné à Londres dans la Cité, et on y portait, au milieu des
acclamations les plus vives, les toasts suivants:

Au roi de la Grande-Bretagne!

Au prince de Galles!

À la liberté, à la prospérité des royaumes-unis de la Grande-Bretagne
et de l'Irlande!

AU PREMIER CONSUL BONAPARTE, à la liberté, au bonheur de la RÉPUBLIQUE
FRANÇAISE.

Des acclamations bruyantes et unanimes accompagnèrent ce dernier
toast.

La paix de la France était faite avec toutes les puissances de la
terre. Il restait une seule paix à conclure, plus difficile peut-être
que les précédentes, car elle exigeait un tout autre génie que celui
des batailles, et elle était fort désirable aussi, puisqu'elle devait
rétablir le repos dans les âmes, l'union dans les familles. Cette paix
était celle de la République avec l'Église. Le moment est donc venu de
raconter les négociations laborieuses dont elle était l'objet, avec le
représentant du Saint-Siége.


FIN DU ONZIÈME LIVRE.



LIVRE DOUZIÈME.

CONCORDAT.

     L'Église catholique pendant la Révolution française. --
     Constitution civile du clergé décrétée par l'Assemblée
     Constituante. -- Cette constitution avait voulu assimiler
     l'administration des cultes à celle du royaume, établir un
     diocèse par département, faire élire les évêques par les fidèles,
     et les dispenser de l'institution canonique. -- Serment à cette
     constitution exigé de la part du clergé. -- Refus de serment, et
     schisme. -- Diverses catégories de prêtres, leur rôle et leur
     influence. -- Inconvénients de cet état de choses. -- Moyens
     qu'il fournit aux ennemis de la Révolution, pour troubler l'État
     et les familles. -- Divers systèmes proposés pour porter remède
     au mal. -- Le système de l'inaction. -- Le système d'une Église
     française, dont le Premier Consul serait le chef. -- Le système
     d'un fort encouragement au protestantisme. -- Opinions du Premier
     Consul sur les divers systèmes proposés. -- Il forme le projet de
     rétablir la religion catholique, en appropriant sa discipline aux
     nouvelles institutions de la France. -- Il veut la déposition des
     évêques anciens titulaires, une circonscription comprenant 60
     siéges au lieu de 158, la création d'un nouveau clergé composé de
     prêtres respectables de toutes les sectes, l'attribution à l'État
     de la police des cultes, un salaire aux prêtres au lieu d'une
     dotation territoriale, enfin la consécration par l'Église de la
     vente des biens nationaux. -- Relations amicales du pape Pie VII
     avec le Premier Consul. -- Monsignor Spina, chargé de négocier à
     Paris, retarde la négociation dans un intérêt temporel du
     Saint-Siége. -- Désir secret de recouvrer les Légations. --
     Monsignor Spina sent enfin le besoin de se hâter. -- Il s'abouche
     avec l'abbé Bernier, chargé de traiter pour la France. --
     Difficultés du plan proposé à la cour romaine. -- Le Premier
     Consul envoie son projet à Rome, et demande au Pape de
     s'expliquer. -- Trois cardinaux consultés. -- Le Pape, après
     cette consultation, veut que la religion catholique soit déclarée
     religion de l'État, qu'on le dispense de déposer les anciens
     titulaires, et de consacrer autrement que par son silence la
     vente des biens d'Église, etc. -- Débats avec M. de Cacault,
     ministre de France à Rome. -- Le Premier Consul, fatigué de ces
     lenteurs, ordonne à M. de Cacault de quitter Rome sous cinq
     jours, si le Concordat n'est pas adopté dans ce délai. --
     Terreurs du Pape et du cardinal Consalvi. -- M. de Cacault
     suggère au cabinet pontifical l'idée d'envoyer à Paris le
     cardinal Consalvi. -- Départ de celui-ci pour la France, et ses
     frayeurs. -- Son arrivée à Paris. -- Accueil bienveillant du
     Premier Consul. -- Conférences avec l'abbé Bernier. -- On
     s'entend sur le principe d'une religion d'État. -- On déclare la
     religion catholique, religion de la majorité des Français. --
     Toutes les autres conditions du Premier Consul, relativement à la
     déposition des anciens titulaires, à la nouvelle circonscription,
     à la vente des biens d'Église, sont acceptées, sauf quelques
     changements de rédaction. -- Accord définitif sur tous les
     points. -- Efforts tentés au dernier moment par les adversaires
     du rétablissement des cultes, afin d'empêcher le Premier Consul
     de signer le Concordat. -- Il persiste. -- Signature donnée le 15
     juillet 1801. -- Retour du cardinal Consalvi à Rome. --
     Satisfaction du Pape. -- Solennité des ratifications. -- Choix du
     cardinal Caprara, comme légat _a latere_. -- Le Premier Consul
     aurait voulu célébrer le 18 brumaire la paix de l'Église, en même
     temps que la paix avec toutes les puissances de l'Europe. -- La
     nécessité de s'adresser aux anciens titulaires, pour avoir leur
     démission, entraîne des retards. -- Demande de leur démission
     adressée par le Pape à tous les anciens évêques, constitutionnels
     ou non constitutionnels. -- Sage soumission des constitutionnels.
     -- Noble résignation des membres de l'ancien clergé. --
     Admirables réponses. -- Il n'y a de résistance que de la part des
     évêques retirés à Londres. -- Tout est prêt pour le
     rétablissement du culte en France, mais une vive opposition dans
     le sein du Tribunat fait naître de nouveaux délais. -- Nécessité
     de vaincre cette opposition avant de passer outre.


[En marge: Mars 1801.]

[En marge: Négociations avec le Saint-Siége.]

Le Premier Consul aurait voulu que le jour anniversaire du 18
brumaire, consacré à célébrer la réconciliation de la France avec
l'Europe, pût l'être aussi à célébrer la réconciliation de la France
avec l'Église. Il avait fait les plus grands efforts pour que les
négociations avec le Saint-Siége fussent terminées en temps utile, et
que les cérémonies religieuses vinssent se mêler aux fêtes populaires.
Mais il est encore moins facile de traiter avec les puissances
spirituelles qu'avec les puissances temporelles, car les batailles
gagnées n'y suffisent pas; et c'est l'honneur de la pensée humaine de
ne pouvoir être vaincue que par la force accompagnée de la
persuasion.

C'est ce difficile travail de la persuasion jointe à la force, que le
vainqueur de Rivoli et de Marengo avait entrepris auprès de l'Église
romaine, pour la réconcilier avec la République française.

La Révolution, comme nous l'avons déjà dit bien des fois, avait
dépassé le but en beaucoup de choses. La ramener en arrière, quant à
ces choses seulement, et pas plus en deçà qu'au delà du but, était une
réaction légitime, salutaire, que le Premier Consul avait entreprise,
et qu'alors il rendait admirable, par la sagesse et l'habileté des
moyens qu'il y employait.

La religion était évidemment une des choses à l'égard desquelles la
Révolution avait dépassé toutes les bornes justes et raisonnables.
Nulle part il n'y avait autant à réparer.

[En marge: État du clergé pendant la Révolution.]

[En marge: Constitution civile du clergé.]

[En marge: Ce que c'était que le serment.]

[En marge: Schisme et persécution sous la Législative et la
Convention.]

Il avait existé sous l'ancienne monarchie un clergé puissant, en
possession d'une grande partie du sol, ne supportant aucune des
charges publiques, faisant seulement quand il lui plaisait des dons
volontaires au trésor royal, constitué en pouvoir politique, et
formant l'un des trois ordres qui, dans les États-Généraux,
exprimaient les volontés nationales. La Révolution avait emporté le
clergé avec sa fortune, son influence et ses priviléges; elle l'avait
emporté avec la noblesse, les parlements, et le trône lui-même. Il
était impossible qu'elle fît autrement. Un clergé propriétaire, et
constitué en pouvoir politique, pouvait convenir dans la société du
moyen âge, être utile alors à la civilisation, mais il était
inadmissible au dix-huitième siècle. L'Assemblée Constituante avait
bien fait de l'abolir, et de mettre à la place un clergé voué
uniquement aux fonctions du culte, étranger aux délibérations de
l'État, salarié au lieu d'être propriétaire. Mais c'était exiger
beaucoup du Saint-Siége, que de lui demander l'approbation de tels
changements. Si on voulait réussir, il fallait s'en tenir là, et ne
pas lui fournir un prétexte légitime de dire, qu'on attaquait la
religion elle-même, dans ce qu'elle avait d'immuable et de sacré.
L'Assemblée Constituante, poussée par ce goût de régularité, si
naturel à l'esprit des réformateurs, assimila, sans hésiter,
l'administration de l'Église à celle de l'État. Il y avait des
diocèses trop vastes, d'autres trop restreints; elle voulut que la
circonscription ecclésiastique fût la même que la circonscription
administrative, et créa un diocèse par département. Rendant électives
toutes les fonctions civiles et judiciaires, elle voulut rendre
électives aussi les fonctions ecclésiastiques. Cette disposition lui
paraissait d'ailleurs un retour aux temps de la primitive Église, où
les évêques étaient élus par les fidèles. Elle supprima du même coup
l'institution canonique, c'est-à-dire la confirmation des évêques par
le Pape; et de toutes ces dispositions, elle composa ce qu'on a nommé
la Constitution civile du clergé. Les hommes qui agissaient de la
sorte étaient animés d'intentions fort pieuses. C'étaient des croyants
véritables, des jansénistes fervents, mais des esprits étroits,
entêtés de disputes théologiques, esprits, par conséquent, fort
dangereux dans les affaires humaines. Pour compléter la faute, ils
exigèrent du clergé français, qu'il prêtât serment à la Constitution
civile. C'était faire naître un cas de conscience pour les prêtres
sincères, et un prétexte pour les prêtres malveillants: c'était, en un
mot, préparer un schisme. Rome, déjà blessée des malheurs du trône,
fut bientôt irritée des malheurs de l'autel. Elle interdit le serment.
Une partie du clergé, fidèle à sa voix, refusa de le prêter; une autre
partie y consentit, et forma, sous le titre de clergé _assermenté_, ou
constitutionnel, le clergé reconnu par l'État, et seul admis à exercer
les fonctions du culte. On ne proscrivit pas encore les prêtres; on se
contenta d'interdire l'exercice du sacerdoce aux uns, et d'en investir
les autres. Mais les prêtres mis à l'écart furent généralement
préférés par les fidèles, parce que la conscience religieuse est
susceptible, prompte à s'alarmer, défiante surtout du pouvoir. Elle se
tournait vers les ecclésiastiques qui passaient pour orthodoxes, et
qui semblaient persécutés. Elle s'éloignait par instinct de ceux dont
l'orthodoxie était contestée, et qui avaient pour eux l'appui du
gouvernement. Il y eut donc alors un culte public et un culte
clandestin, celui-ci plus suivi que celui-là. Les passions ennemies de
la Révolution se liguèrent avec la religion offensée, et la
précipitèrent dans les fautes de l'esprit de faction. D'un schisme on
en vint bientôt, dans les campagnes de la Vendée, à une guerre civile
effroyable. La Révolution ne resta pas en arrière, et de la simple
privation des fonctions ecclésiastiques, elle arriva en peu de temps à
la persécution. Elle proscrivit les prêtres et les déporta. Puis vint
l'abolition de tous les cultes, et la proclamation de l'Être suprême.
Alors, prêtres soumis ou insoumis aux lois, _assermentés_ ou
_non-assermentés_, furent traités à l'égal les uns des autres, et
envoyés tous à ce même échafaud, où royalistes, constituants,
girondins, montagnards, allaient mourir ensemble.

[En marge: État des cultes sous le Directoire.]

Sous le Directoire, la proscription sanglante cessa. Un régime
variable, inclinant tantôt à l'indifférence, tantôt à la rigueur,
maintint encore l'Église proscrite dans un état d'anxiété. Le Premier
Consul, par sa puissance, et par l'évidence de ses intentions
réparatrices, rassurant tous ceux qui avaient souffert, à quelque
titre que ce fût, fit sortir de leurs retraites cachées, ou revenir de
l'exil, les ministres du culte. Mais, en les attirant à la lumière, il
rendit le schisme plus sensible, plus choquant peut-être. Pour
supprimer la difficulté du serment, il cessa de l'exiger, et mit à la
place une simple promesse de soumission aux lois. Cette promesse, qui
ne pouvait alarmer la conscience des prêtres, avait facilité leur
retour, mais avait ajouté, en quelque sorte, de nouvelles divisions à
celles qui existaient déjà, en créant dans le sein du clergé une
catégorie de plus.

[En marge: Différentes classes de prêtres, par suite du schisme.]

Il y avait les prêtres constitutionnels ou _assermentés_, légalement
investis des fonctions sacerdotales, et jouissant de l'usage des
édifices religieux, qui leur avaient été rendus en vertu d'un arrêté
des Consuls. Il y avait les prêtres _non-assermentés_, n'ayant jamais
voulu prêter aucun serment, qui après avoir vécu dans l'exil, dans les
prisons, venaient de reparaître en masse dès les premiers jours du
Consulat, mais qui officiaient dans des maisons particulières, et
déclaraient mauvais le culte public, pratiqué dans les églises. Enfin,
ces prêtres _non-assermentés_ se divisaient en prêtres qui n'avaient
pas fait la _promesse_, et en prêtres qui s'étaient résignés à la
faire. Ces derniers n'étaient pas complétement approuvés des
orthodoxes. On s'était adressé à Rome, qui, ménageant le Premier
Consul, avait refusé de s'expliquer. Mais le cardinal Maury, retiré
dans les États du Saint-Siége, où il était devenu évêque de
Montefiascone, intermédiaire auprès du Pape du parti royaliste, et ne
voulant pas, du moins alors, favoriser la soumission des prêtres au
nouveau gouvernement, avait interprété le silence de Rome, et fait
parvenir en France, au sujet de la _promesse_, des lettres
improbatives, qui jetaient un nouveau trouble dans les consciences.

[En marge: À qui obéissaient les assermentés et les non-assermentés.]

Tous ces prêtres, ainsi divisés, avaient chacun leur hiérarchie. Les
prêtres constitutionnels obéissaient aux évêques, élus sous le régime
de la Constitution civile. Parmi ces évêques, il y en avait de morts,
les uns naturellement, les autres violemment. Ceux qui étaient morts
avaient été remplacés par des évêques, qui, n'ayant pas été
régulièrement élus, au milieu de la proscription qui frappait
également tous les cultes, avaient usurpé leurs pouvoirs, ou s'étaient
fait élire par des chapitres clandestins, espèces de coteries
religieuses sans aucune autorité, ni légale ni morale. Ainsi les
pouvoirs des évêques constitutionnels eux-mêmes, du point de vue de la
Constitution civile, étaient chez quelques-uns d'entre eux contestés,
et frappés de discrédit. Il y avait dans ce clergé un certain nombre
de sujets respectables; mais, en général, ils avaient perdu la
confiance des fidèles, parce qu'on les savait en désaccord avec Rome,
et parce qu'ils avaient, en se mêlant aux disputes religieuses et
politiques du temps, perdu la dignité du sacerdoce. Plusieurs, en
effet, étaient des clubistes violents, et sans moeurs. Les meilleurs
étaient des prêtres sincères, que la fureur du jansénisme avait jetés
dans le schisme.

Le clergé prétendu orthodoxe avait aussi ses évêques, exerçant une
autorité moins publique, mais plus réelle, et fort dangereuse. Les
évêques _non-assermentés_ avaient presque tous émigré. Il y en avait
en Italie, en Espagne, en Allemagne, surtout en Angleterre, où ils
étaient attirés par les subsides du gouvernement britannique.
Correspondant avec leur diocèse, par le moyen de grands-vicaires
choisis par eux et approuvés par Rome, ils gouvernaient leur église du
sein de l'exil, sous l'inspiration des passions que l'exil fait
naître, souvent même au profit des ennemis de la France. Ceux qui
étaient morts, et le nombre en était grand depuis dix années, ceux-là
étaient partout remplacés par des administrateurs cachés, revêtus des
pouvoirs de la cour de Rome. De manière que l'une des précautions les
plus sages, les plus anciennes de l'Église gallicane, celle de faire
administrer les siéges vacants par les chapitres, et non par les
agents du Saint-Siége, était complètement abandonnée. L'Église
française avait ainsi perdu son indépendance, car elle était
directement gouvernée par Rome, quand elle cessait de l'être par des
évêques complices de l'émigration. Avec encore un peu de temps, les
évêques émigrés devant être presque tous morts, l'Église entière de
France eût été placée sous l'autorité ultramontaine.

Il y a des hommes que cet aspect moral d'une société déchirée par
mille sectes, touche peu; ils veulent que le gouvernement dédaigne
comme lui étant étrangères, ou respecte comme sacrées pour lui, ces
divergences religieuses. Cependant il y a quelque chose qui ne permet
pas cette superbe indifférence, c'est le trouble profond de la
société, surtout quand ce trouble est toujours prêt à se changer en
désordre matériel.

[En marge: Influence du clergé hostile au gouvernement.]

Ces clergés divers s'efforçaient d'attirer à eux les consciences. Le
clergé constitutionnel avait peu de pouvoir; il était seulement un
sujet de récriminations pour les Jacobins, qui avaient l'habitude de
dire que la Révolution était partout sacrifiée, notamment dans la
personne des seuls prêtres qui se fussent attachés à sa cause; à quoi
le gouvernement ne pouvait évidemment rien, car il ne dépendait pas de
lui de disposer des fidèles, en faveur d'un clergé ou d'un autre. Mais
le clergé réputé orthodoxe agissait sur les esprits dans un sens
entièrement contraire à l'ordre établi. Il cherchait à tenir éloignés
du gouvernement, tous ceux que la fatigue des dissensions civiles
tendait à ramener au Premier Consul. S'il eût été possible de
réveiller les passions de la Vendée, il l'eût fait. Il y entretenait
encore de sourdes défiances, et une sorte de mécontentement. Il
troublait le Midi, moins soumis que la Vendée, et dans les montagnes
du centre de la France, réunissait tumultueusement la population
autour des curés orthodoxes. Partout ce clergé inquiétait les
consciences, agitait les familles, en persuadant à tous ceux qui
avaient été ou baptisés, ou mariés de la main des _assermentés_,
qu'ils n'étaient pas dans le sein de la véritable communion
catholique, et qu'ils devaient de nouveau se faire baptiser ou marier,
s'ils voulaient devenir de vrais chrétiens, ou sortir du concubinage.
Ainsi l'état des familles, non pas du point de vue légal, mais du
point de vue religieux, était mis en question. Il existait plus de dix
mille prêtres mariés, qui, entraînés par le vertige du temps, ou
poussés même par la terreur, avaient cherché dans le mariage, les uns
la satisfaction de passions qu'ils n'avaient pas su contenir, les
autres une abjuration qui les sauvât de l'échafaud. Ils étaient époux,
pères de familles nombreuses, et flétris par le préjugé public, tant
qu'on ne leur procurait pas le pardon de l'Église.

Les acquéreurs de biens nationaux, ceux de tous les citoyens que le
gouvernement avait le plus d'intérêt à protéger, vivaient aussi dans
un état de trouble et d'oppression. Ils étaient assiégés au lit de
mort de suggestions perfides, et menacés d'une damnation éternelle,
s'ils ne consentaient à des arrangements spoliateurs. La confession
devenait ainsi une arme puissante dont se servaient les émigrés, pour
porter atteinte à la propriété, au crédit public, en un mot à l'un des
principes les plus essentiels de la Révolution, l'inviolabilité des
ventes nationales. La police de l'État, et les lois, étaient également
impuissantes contre les maux de ce genre.

Tous ces désordres n'étaient pas de ceux qu'un gouvernement doit
regarder avec indifférence. Quand les sectes religieuses n'ont d'autre
conséquence que de pulluler sur un vaste sol comme celui de
l'Amérique, que de se succéder à l'infini, en ne laissant après elles
que le souvenir passager d'inventions ridicules, ou de pratiques
indécentes, on conçoit, jusqu'à un certain point, que l'État demeure
indifférent et inactif. La société présente un triste aspect moral,
mais l'ordre public n'est pas sérieusement troublé. Il n'en était pas
ainsi, au milieu de la vieille société française en 1801. On ne
pouvait pas, sans un immense péril, livrer aux factions ennemies le
gouvernement des âmes. On ne pouvait pas laisser dans leurs mains les
torches de la guerre civile, avec faculté de les secouer quand elles
voudraient, sur la Vendée, sur la Bretagne, sur les Cévennes. On ne
pouvait pas leur permettre de troubler le repos des familles,
d'assiéger le lit des mourants pour extorquer des stipulations
iniques, de mettre en doute le crédit de l'État, d'ébranler enfin
toute une classe de propriétés, celles mêmes que la Révolution avait
promis de rendre à jamais inviolables.

La manière de penser du Premier Consul sur la constitution des
sociétés, était trop juste et trop profonde, pour qu'il pût voir d'un
oeil indifférent les désordres religieux de la France à cette époque;
et il avait d'ailleurs, pour y porter la main, des motifs plus élevés
encore que ceux que nous venons d'indiquer, s'il y en a de plus élevés
que l'ordre public et le repos des familles.

[En marge: Besoin d'une religion chez tous les peuples.]

Il faut une croyance religieuse, il faut un culte à toute association
humaine. L'homme, jeté au milieu de cet univers, sans savoir d'où il
vient, où il va, pourquoi il souffre, pourquoi même il existe, quelle
récompense ou quelle peine recevront les longues agitations de sa vie;
assiégé des contradictions de ses semblables, qui lui disent, les uns
qu'il y a un Dieu, auteur profond et conséquent de toutes choses, les
autres qu'il n'y en a pas; ceux-ci, qu'il y a un bien, un mal, qui
doivent servir de règle à sa conduite; ceux-là, qu'il n'y a ni bien ni
mal, que ce sont là les inventions intéressées des grands de la terre:
l'homme, au milieu de ces contradictions, éprouve le besoin impérieux,
irrésistible, de se faire sur tous ces objets une croyance arrêtée.
Vraie ou fausse, sublime ou ridicule, il s'en fait une. Partout, en
tout temps, en tout pays, dans l'antiquité comme dans les temps
modernes, dans les pays civilisés comme dans les pays sauvages, on le
trouve au pied des autels, les uns vénérables, les autres ignobles ou
sanguinaires. Quand une croyance établie ne règne pas, mille sectes,
acharnées à la dispute comme en Amérique, mille superstitions
honteuses comme en Chine, agitent, ou dégradent l'esprit humain. Ou
bien, si, comme en France en quatre-vingt-treize, une commotion
passagère a emporté l'antique religion du pays, l'homme, à l'instant
même où il avait fait voeu de ne plus rien croire, se dément après
quelques jours, et le culte insensé de la déesse Raison, inauguré au
côté de l'échafaud, vient prouver que ce voeu était aussi vain qu'il
était impie.

À en juger donc par sa conduite ordinaire et constante, l'homme a
besoin d'une croyance religieuse. Dès lors que peut-on souhaiter de
mieux à une société civilisée, qu'une religion nationale, fondée sur
les vrais sentiments du coeur humain, conforme aux règles d'une morale
pure, consacrée par le temps, et qui, sans intolérance et sans
persécution, réunisse, sinon l'universalité, au moins la grande
majorité des citoyens, au pied d'un autel antique et respecté?

Une telle croyance, on ne saurait l'inventer, quand elle n'existe pas
depuis des siècles. Les philosophes, même les plus sublimes, peuvent
créer une philosophie, agiter par leur science le siècle qu'ils
honorent: ils font penser, ils ne font pas croire. Un guerrier couvert
de gloire peut fonder un empire, il ne saurait fonder une religion.
Que dans les temps anciens, des sages, des héros, s'attribuant des
relations avec le ciel, aient pu soumettre l'esprit des peuples, et
lui imposer une croyance, cela s'est vu. Mais, dans les temps
modernes, le créateur d'une religion serait tenu pour un imposteur;
et, entouré de terreur comme Robespierre, ou de gloire comme le jeune
Bonaparte, il aboutirait uniquement au ridicule.

On n'avait rien à inventer en 1800. Cette croyance pure, morale,
antique, existait: c'était la vieille religion du Christ, ouvrage de
Dieu suivant les uns, ouvrage des hommes suivant les autres, mais
suivant tous, oeuvre profonde d'un réformateur sublime; réformateur
commenté pendant dix-huit siècles par les conciles, vastes assemblées
des esprits éminents de chaque époque, occupées à discuter, sous le
titre d'hérésies, tous les systèmes de philosophie, adoptant
successivement sur chacun des grands problèmes de la destinée de
l'homme les opinions les plus plausibles, les plus sociales, les
adoptant pour ainsi dire à la majorité du genre humain, arrivant enfin
à produire ce corps de doctrine invariable, souvent attaqué, toujours
triomphant, qu'on appelle UNITÉ CATHOLIQUE, et au pied duquel sont
venus se soumettre les plus beaux génies! Elle existait, cette
religion, qui avait rangé sous son empire tous les peuples civilisés,
formé leurs moeurs, inspiré leurs chants, fourni le sujet de leurs
poésies, de leurs tableaux, de leurs statues, empreint sa trace dans
tous leurs souvenirs nationaux, marqué de son signe leurs drapeaux,
tour à tour vaincus ou victorieux! Elle avait disparu un moment dans
une grande tempête de l'esprit humain; mais, la tempête passée, le
besoin de croire revenu, elle s'était retrouvée au fond des âmes,
comme la croyance naturelle et indispensable de la France et de
l'Europe.

[En marge: Motifs qui portent le Premier Consul à rétablir le culte
catholique.]

Quoi de plus indiqué, de plus nécessaire en 1800, que de relever cet
autel de saint Louis, de Charlemagne et de Clovis, un instant
renversé? Le général Bonaparte, qui eût été ridicule s'il avait voulu
se faire prophète ou révélateur, était dans le vrai rôle que lui
assignait la Providence, en relevant de ses mains victorieuses cet
autel vénérable, en y ramenant par son exemple les populations quelque
temps égarées. Et il ne fallait pas moins que sa gloire pour une telle
oeuvre! De grands génies, non pas seulement parmi les philosophes,
mais parmi les rois, Voltaire et Frédéric, avaient déversé le mépris
sur la religion catholique, et donné le signal des railleries pendant
cinquante années. Le général Bonaparte, qui avait autant d'esprit que
Voltaire, plus de gloire que Frédéric, pouvait seul, par son exemple
et ses respects, faire tomber les railleries du dernier siècle.

Sur ce sujet, il ne s'était pas élevé le moindre doute dans sa pensée.
Ce double motif de rétablir l'ordre dans l'État et la famille, et de
satisfaire au besoin moral des âmes, lui avait inspiré la ferme
résolution de remettre la religion catholique sur son ancien pied,
sauf les attributions politiques, qu'il regardait comme incompatibles
avec l'état présent de la société française.

Est-il besoin, avec des motifs tels que ceux qui le dirigeaient, de
rechercher s'il agissait par une inspiration de la foi religieuse, ou
bien par politique et par ambition? Il agissait par sagesse,
c'est-à-dire par suite d'une profonde connaissance de la nature
humaine, cela suffit. Le reste est un mystère, que la curiosité,
toujours naturelle quand il s'agit d'un grand homme, peut chercher à
pénétrer, mais qui importe peu. Il faut dire cependant, à cet égard,
que la constitution morale du général Bonaparte le portait aux idées
religieuses. Une intelligence supérieure est saisie, à proportion de
sa supériorité même, des beautés de la création. C'est l'intelligence
qui découvre l'intelligence dans l'univers, et un grand esprit est
plus capable qu'un petit de voir Dieu à travers ses oeuvres. Le
général Bonaparte controversait volontiers sur les questions
philosophiques et religieuses, avec Monge, Lagrange, Laplace, savants
qu'il honorait et qu'il aimait, et les embarrassait souvent, dans leur
incrédulité, par la netteté, la vigueur originale de ses arguments. À
cela il faut ajouter encore, que, nourri dans un pays inculte et
religieux, sous les yeux d'une mère pieuse, la vue du vieil autel
catholique éveillait chez lui les souvenirs de l'enfance, toujours si
puissants sur une imagination sensible et grande. Quant à l'ambition,
que certains détracteurs ont voulu donner comme unique motif de sa
conduite en cette circonstance, il n'en avait pas d'autre alors que de
faire le bien, en toutes choses; et sans doute, s'il voyait, comme
récompense de ce bien accompli, une augmentation de pouvoir, il faut
le lui pardonner. C'est la plus noble, la plus légitime ambition, que
celle qui cherche à fonder son empire sur la satisfaction des vrais
besoins des peuples.

[En marge: Difficultés attachées au rétablissement du culte catholique
en 1801.]

La tâche qu'il s'était proposée, facile en apparence, puisqu'il
s'agissait de satisfaire à un besoin public très-réel, était cependant
fort épineuse. Les hommes qui l'entouraient, presque sans exception,
étaient peu disposés au rétablissement de l'ancien culte; et ces
hommes, magistrats, guerriers, littérateurs ou savants, étaient les
auteurs de la Révolution française, les vrais, les uniques défenseurs
de cette Révolution alors décriée, ceux avec lesquels il fallait la
terminer, en réparant ses fautes, en consacrant définitivement ses
résultats raisonnables et légitimes. Le Premier Consul avait donc à
contrarier vivement ses collaborateurs, ses soutiens, ses amis. Ces
hommes, pris dans les rangs des révolutionnaires modérés, n'avaient
pas, avec Robespierre et Saint-Just, versé le sang humain, et il leur
était facile de désavouer les grands excès de la Révolution; mais ils
avaient partagé les erreurs de l'Assemblée Constituante, répété en
souriant les plaisanteries de Voltaire, et il n'était pas facile de
leur faire avouer qu'ils avaient long-temps méconnu les plus hautes
vérités de l'ordre social. Des savants comme Laplace, Lagrange, et
surtout Monge, disaient au Premier Consul qu'il allait abaisser devant
Rome la dignité de son gouvernement et de son siècle. M. Roederer, le
plus fougueux monarchiste du temps, celui qui voulait le plus
promptement, le plus complétement possible, le retour à la monarchie,
voyait cependant avec peine le projet de rétablir l'ancien culte. M.
de Talleyrand lui-même, le prôneur assidu de tout ce qui pouvait
rapprocher le présent du passé, et la France de l'Europe, M. de
Talleyrand, l'ouvrier en second, mais l'ouvrier utile et zélé de la
paix générale, voyait néanmoins avec assez de froideur ce qu'on
appelait la paix religieuse. Il voulait bien qu'on ne persécutât plus
les prêtres; mais, gêné par des souvenirs personnels, il ne désirait
guère qu'on rétablît l'ancienne Église catholique, avec ses règles et
sa discipline. Les compagnons d'armes du général Bonaparte, les
généraux qui avaient combattu sous ses ordres, dépourvus la plupart
d'éducation première, nourris des vulgaires railleries des camps,
quelques-uns des déclamations des clubs, répugnaient à la restauration
du culte. Quoique entourés de gloire, ils semblaient craindre le
ridicule qui pouvait les atteindre au pied des autels. Enfin, les
frères du général Bonaparte, vivant beaucoup avec les lettrés du
temps, encore imbus des écrits du dernier siècle, craignant pour le
pouvoir de leur frère tout ce qui avait l'apparence d'une résistance
sérieuse, et ne sachant pas voir qu'au delà de cette résistance
intéressée ou peu éclairée des hommes qui approchaient le
gouvernement, il y avait le besoin réel, et déjà senti des masses
populaires, lui déconseillaient fortement ce qu'ils regardaient comme
une réaction imprudente, ou prématurée.

[En marge: Opinions diverses soutenues auprès du Premier Consul par
les hommes qui l'entouraient.]

On assiégeait donc le Premier Consul de conseils de toute espèce. Les
uns lui disaient de ne pas se mêler des affaires religieuses, de se
borner à ne plus persécuter les prêtres, et de laisser les
_assermentés_ et les _insermentés_ s'entendre comme ils pourraient.
Les autres, reconnaissant le danger de l'indifférence et de
l'inaction, l'engageaient à saisir l'occasion au vol, à se faire
sur-le-champ le chef d'une Église française, et à ne plus laisser
ainsi dans les mains d'une autorité étrangère l'immense pouvoir de la
religion. D'autres enfin lui proposaient de pousser la France vers le
protestantisme, et lui disaient que s'il donnait l'exemple en se
faisant protestant, elle suivrait cet exemple avec empressement.

Le Premier Consul résistait de toutes les forces et de sa raison et de
son éloquence, à ces vulgaires conseils. Il s'était formé une
bibliothèque religieuse, composée de peu de livres, mais bien choisis,
relatifs pour la plupart à l'histoire de l'Église, et surtout aux
rapports de l'Église avec l'État; il s'était fait traduire les écrits
latins de Bossuet sur cette matière; il avait dévoré tout cela, dans
les courts instants que lui laissait la direction des affaires, et
suppléant par son génie à ce qu'il ignorait, comme dans la composition
du Code civil, il étonnait tout le monde par la justesse, l'étendue,
la variété de son savoir sur la matière des cultes. Suivant sa coutume
quand il était plein d'une pensée, il s'en expliquait tous les jours
avec ses collègues, avec ses ministres, avec les membres du Conseil
d'État ou du Corps Législatif, avec tous les hommes enfin dont il
croyait utile de redresser l'opinion. Il réfutait successivement les
systèmes erronés qu'on lui proposait, et le faisait par des arguments
précis, nets, décisifs.

[En marge: Réponse du Premier Consul aux divers systèmes proposés.]

[En marge: Réponse à ceux qui prétendent qu'il ne faut pas se mêler
des affaires du culte.]

Au système qui consistait à ne pas se mêler du tout des affaires
religieuses, il répondait que l'indifférence, tant prônée par certains
esprits dédaigneux, était peu de mise chez un peuple que l'on venait
de voir, par exemple, envahir une église, et menacer de la saccager,
parce qu'on avait refusé la sépulture à une actrice chérie du public.
Comment rester indifférent dans un pays qui, avec la prétention
d'être indifférent, l'était si peu? Le Premier Consul demandait
d'ailleurs comment on ferait pour ne pas s'en mêler, quand les prêtres
_assermentés_ ou _non-assermentés_ se disputaient entre eux les
édifices du culte, et venaient invoquer à chaque instant
l'intervention de l'autorité publique pour saisir les uns et dessaisir
les autres. Il demandait comment on ferait, lorsque le clergé
constitutionnel, déjà peu suivi par la population croyante, serait
abandonné tout à fait par elle, et que le clergé qui avait refusé le
serment, seul écouté et suivi, serait exclusivement en possession
d'exercer le culte, comme il arrivait déjà, et le pratiquerait dans
des réunions clandestines. Ne faudrait-il pas restituer enfin le
temporel du culte, à ceux qui en auraient conquis le spirituel? Ne
serait-ce pas là s'en mêler? Et puis, ces prêtres dont la Révolution
avait pris la dotation territoriale, il fallait bien les faire vivre,
et pour cela leur donner des appointements sur le budget de l'État, ou
souffrir qu'ils organisassent, à titre de contributions volontaires,
un vaste système d'impôt, dont le produit s'élèverait à une somme de
30 ou 40 millions, dont la distribution appartiendrait à eux seuls,
peut-être à une autorité étrangère, et peut-être même irait un jour, à
l'insu du gouvernement, alimenter en Vendée les vieux soldats de la
guerre civile. Quoi qu'on fît, le gouvernement serait donc arraché
malgré lui à son inaction, soit qu'il eût à maintenir le bon ordre,
soit qu'il eût à disposer des édifices du culte, soit enfin qu'il eût
à payer lui-même les prêtres, ou à surveiller leur mode de payement.
Il aurait ainsi la charge de gouverner, sans en avoir les avantages,
sans pouvoir, en s'emparant de l'administration religieuse par un sage
accord avec le Saint-Siége, ramener le clergé au gouvernement,
l'associer à ses intentions réparatrices, rétablir le repos dans les
familles, tranquilliser les mourants, les acquéreurs de biens
nationaux, les prêtres mariés, etc., tous les hommes enfin compromis
au service de la Révolution.

L'inaction était donc un pur rêve, suivant le Premier Consul, et de
plus une duperie, imaginée par des gens qui n'avaient aucune idée
pratique en fait de gouvernement.

[En marge: Opinion du Premier Consul sur la création d'une Église
française indépendante de Rome, et dont il serait le chef.]

Quant à la pensée de créer une Église française, indépendante, comme
l'Église anglaise, de toute suprématie étrangère, et au lieu d'un chef
spirituel placé au dehors, ayant un chef temporel placé à Paris, qui
ne serait autre que le gouvernement lui-même, c'est-à-dire le Premier
Consul, il la trouvait aussi vaine que digne de mépris. Lui, homme de
guerre, portant l'épée et les éperons, livrant des batailles, se
ferait chef d'église, espèce de pape, réglant la discipline et le
dogme! Mais on voulait le rendre aussi odieux que Robespierre,
l'inventeur du culte de l'Être suprême, ou aussi ridicule que
Laréveillère-Lepeaux, l'inventeur de la théophilanthropie! Qui donc le
suivrait? qui donc lui composerait un troupeau de fidèles? Ce ne
seraient pas les chrétiens orthodoxes assurément, formant d'ailleurs
le grand nombre des catholiques, et ne voulant pas suivre même de
saints prêtres, qui n'avaient eu d'autre tort que celui de prêter le
serment ordonné par les lois. Ce seraient quelques mauvais
ecclésiastiques, quelques moines échappés de leurs couvents, habitués
des clubs, ayant vécu de scandale ou voulant en vivre encore, et
attendant du chef de la nouvelle Église qu'il permît le mariage des
prêtres! Il n'aurait pas même pour lui l'abbé Grégoire, qui, tout en
demandant le retour à la primitive Église, tenait cependant à rester
en communion avec le successeur de saint Pierre! Il n'aurait pas même
Laréveillère-Lepeaux, qui voulait réduire le culte à quelques chants
religieux, à quelques fleurs déposées sur un autel! Et c'est là
l'Église dont on prétendait le faire le chef! c'était là le rôle
auquel on voulait réduire le vainqueur de Marengo et de Rivoli, le
restaurateur de l'ordre social! Et c'étaient les amis ombrageux de la
liberté qui lui proposaient un tel projet!... Mais, en supposant que
ce projet réussît, ce qui d'ailleurs était impossible, et qu'à son
pouvoir temporel déjà immense, le Premier Consul réunît le pouvoir
spirituel, il deviendrait le plus redoutable des tyrans, il serait le
maître des corps et des âmes, il ne serait pas moins que le sultan de
Constantinople, qui est à la fois chef de l'État, de l'armée et de la
religion! Du reste, c'était là une vaine hypothèse; il ne serait qu'un
tyran dérisoire, car il ne réussirait qu'à produire le schisme le plus
sot de tous. Lui, qui voulait être le pacificateur de la France et du
monde, terminer toutes les divisions politiques et religieuses, serait
l'auteur d'un nouveau schisme, un peu plus absurde et pas moins
dangereux que les précédents. Oui, sans doute, disait le Premier
Consul, il me faut un pape, mais il me faut un pape qui rapproche au
lieu de diviser, qui réconcilie les esprits, les réunisse, et les
donne au gouvernement sorti de la Révolution, pour prix de la
protection qu'il en aura obtenue. Et, pour cela, il me faut le vrai
Pape, catholique, apostolique et romain, celui qui siége au Vatican.
Avec les armées françaises et des égards, j'en serai toujours
suffisamment le maître. Quand je relèverai les autels, quand je
protégerai les prêtres, quand je les nourrirai et les traiterai comme
les ministres de la religion méritent de l'être en tous pays, il fera
ce que je lui demanderai, dans l'intérêt du repos général. Il calmera
les esprits, les réunira sous sa main, et les placera sous la mienne.
Hors de là, il n'y a que continuation et aggravation du schisme
désolant qui nous dévore, et pour moi un immense, un ineffaçable
ridicule.

[En marge: Le Premier Consul écarte l'idée de pousser la France au
protestantisme.]

Quant à l'idée de pousser la France au protestantisme, elle paraissait
au Premier Consul plus que ridicule, elle lui paraissait odieuse.
D'abord il croyait qu'il n'y réussirait pas davantage. On s'imaginait
à tort, suivant lui, qu'en France on pouvait tout ce qu'on voulait.
C'était une erreur peu honorable pour ceux qui la commettaient, car
ils supposaient la France sans conscience et sans opinion. Il ferait,
disait-on, tout ce qu'il voudrait; oui, répondait-il, mais dans le
sens des besoins, vrais et sentis de la France. Elle était dans un
trouble profond, et il lui avait apporté le calme le plus parfait; il
l'avait trouvée en proie à des anarchistes, qui commençaient même à
ne plus savoir la défendre contre l'étranger, et il avait dispersé ces
anarchistes, rétabli l'ordre, renvoyé loin des frontières les
Autrichiens et les Russes, donné la paix dont on était avide; il avait
fait cesser, en un mot, les scandales d'un gouvernement faible et
dissolu: était-il bien étonnant qu'on lui laissât faire de telles
choses? Et encore, tout récemment, les opposants du Tribunat avaient
voulu lui refuser le moyen de purger les grandes routes des brigands
qui les infestaient! Et on prétendait après cela qu'il pourrait tout
ce qui lui plairait! C'était une erreur. Il pouvait ce qui était dans
le sens des besoins et des opinions régnant dans le moment en France,
mais pas davantage. Il le pouvait mieux, plus puissamment qu'un autre,
mais il ne pourrait rien contre le mouvement actuel des esprits. Ce
mouvement portait vers le rétablissement de toutes les choses
essentielles dans une société: la religion était la première. Je suis
bien puissant aujourd'hui, s'écriait le Premier Consul; eh bien! si je
voulais changer la vieille religion de la France, elle se dresserait
contre moi, et me vaincrait. Savez-vous quand le pays était hostile à
la religion catholique? C'est quand le gouvernement, d'accord avec
elle, brûlait des livres, envoyait à la roue Calas et Labarre; mais,
soyez-en sûrs, si je me faisais l'ennemi de la religion, tout le pays
se mettrait avec elle. Je changerais les indifférents en croyants, en
catholiques sincères. Je serais un peu moins raillé peut-être en
voulant pousser au protestantisme qu'en voulant me faire le
patriarche d'une Église gallicane, mais je deviendrais bientôt l'objet
de la haine publique. Est-ce que le protestantisme est la vieille
religion de la France? Est-ce qu'il est la religion qui, après de
longues guerres civiles, après mille combats, l'a définitivement
emporté comme plus conforme aux moeurs, au génie de notre nation? Ne
voit-on pas ce qu'il y a de violent à vouloir se mettre à la place
d'un peuple, pour lui créer des goûts, des habitudes, des souvenirs
même qu'il n'a pas? Le principal charme d'une religion, c'est celui
des souvenirs. Pour moi, disait un jour le Premier Consul à l'un de
ses interlocuteurs, je n'entends jamais à la Malmaison la cloche du
village voisin, sans être ému; et qui pourrait être ému en France,
dans ces prêches où personne n'est allé dans son enfance, et dont
l'aspect froid et sévère convient si peu aux moeurs de notre nation?
On croit peut-être que c'est un avantage de ne pas dépendre d'un chef
étranger. On se trompe. Il faut un chef partout, en toutes choses. Il
n'y a pas une plus admirable institution que celle qui maintient
l'unité de la foi, et prévient, autant du moins qu'il est possible,
les querelles religieuses. Il n'y a rien de plus odieux qu'une foule
de sectes se disputant, s'invectivant, se combattant à main armée si
elles sont dans leur première chaleur, ou, si elles ont pris
l'habitude de vivre à côté les unes des autres, se regardant d'un oeil
jaloux, formant dans l'État des coteries qui se soutiennent, poussent
leurs sujets, écartent ceux des sectes rivales, et donnent au
gouvernement des embarras de toute espèce. Les querelles de sectes
sont les plus insupportables que l'on connaisse. La dispute est le
propre de la science; elle l'anime, la soutient, la conduit aux
découvertes. La dispute en fait de religion, à quoi conduit-elle,
sinon à l'incertitude, à la ruine de toute croyance? D'ailleurs,
lorsque l'activité des esprits se dirige vers les controverses
théologiques, ces controverses sont tellement absorbantes, qu'elles
détournent la pensée de l'homme de toutes les recherches utiles. On
rencontre rarement ensemble une grande controverse théologique, et de
grands travaux de l'esprit. Les querelles religieuses sont ou cruelles
et sanguinaires, ou sèches, stériles, amères: il n'y en a pas de plus
odieuses. L'examen en fait de science, la foi en matière de religion,
voilà le vrai, l'utile. L'institution qui maintient l'unité de la foi,
c'est-à-dire le Pape, gardien de l'unité catholique, est une
institution admirable. On reproche à ce chef d'être un souverain
étranger. Ce chef est étranger, en effet, et il faut en remercier le
ciel. Quoi! dans le même pays, se figure-t-on une autorité pareille à
côté du gouvernement de l'État? Réunie au gouvernement, cette autorité
deviendrait le despotisme des sultans; séparée, hostile peut-être,
elle produirait une rivalité affreuse, intolérable. Le Pape est hors
de Paris, et cela est bien; il n'est ni à Madrid ni à Vienne, et c'est
pourquoi nous supportons son autorité spirituelle. À Vienne, à Madrid,
on est fondé à en dire autant. Croit-on que, s'il était à Paris, les
Viennois, les Espagnols, consentiraient à recevoir ses décisions? On
est donc trop heureux qu'il réside hors de chez soi, et qu'en
résidant hors de chez soi, il ne réside pas chez des rivaux, qu'il
habite dans cette vieille Rome, loin de la main des empereurs
d'Allemagne, loin de celle des rois de France ou des rois d'Espagne,
tenant la balance entre les souverains catholiques, penchant toujours
un peu vers le plus fort, et se relevant bientôt si le plus fort
devient oppresseur. Ce sont les siècles qui ont fait cela, et ils
l'ont bien fait. Pour le gouvernement des âmes, c'est la meilleure, la
plus bienfaisante institution qu'on puisse imaginer. Je ne soutiens
pas ces choses, ajoutait le Premier Consul, par entêtement de dévot,
mais par raison. Tenez, disait-il un jour à Monge, celui des savants
de cette époque qu'il aimait le plus, et qu'il avait sans cesse auprès
de lui, tenez, ma religion, à moi, est bien simple. Je regarde cet
univers si vaste, si compliqué, si magnifique, et je me dis qu'il ne
peut être le produit du hasard, mais l'oeuvre quelconque d'un être
inconnu, tout-puissant, supérieur à l'homme autant que l'univers est
supérieur à nos plus belles machines. Cherchez, Monge, aidez-vous de
vos amis, les mathématiciens et les philosophes, vous ne trouverez pas
une raison plus forte, plus décisive, et, quoi que vous fassiez pour
la combattre, vous ne l'infirmerez pas. Mais cette vérité est trop
succincte pour l'homme; il veut savoir sur lui-même, sur son avenir,
une foule de secrets que l'univers ne dit pas. Souffrez que la
religion lui dise tout ce qu'il éprouve le besoin de savoir, et
respectez ce qu'elle aura dit. Il est vrai que ce qu'une religion
avance, d'autres le nient. Quant à moi, je conclus autrement que M.
de Volney. De ce qu'il y a des religions différentes, qui
naturellement se contredisent, il conclut contre toutes; il prétend
qu'elles sont toutes mauvaises. Moi, je les trouverais plutôt toutes
bonnes, car toutes au fond disent la même chose. Elles n'ont tort que
lorsqu'elles veulent se proscrire: mais c'est là ce qu'il faut
empêcher par de bonnes lois. La religion catholique est celle de notre
patrie, celle dans laquelle nous sommes nés; elle a un gouvernement
profondément conçu, qui empêche les disputes, autant qu'il est
possible de les empêcher avec l'esprit disputeur des hommes; ce
gouvernement est hors de Paris, il faut nous en applaudir; il n'est
pas à Vienne, il n'est pas à Madrid, il est à Rome, c'est pourquoi il
est acceptable. Si, après l'institution de la papauté, il y a quelque
chose d'aussi parfait, ce sont les rapports avec le Saint-Siége de
l'Église gallicane, soumise et indépendante tout à la fois: soumise
dans les matières de foi, indépendante quant à la police des cultes.
L'unité catholique et les articles de Bossuet, voilà le vrai régime
religieux; c'est celui qu'il faut rétablir. Quant au protestantisme,
il a droit à la protection la plus ferme du gouvernement; ceux qui le
professent ont un droit absolu au partage égal des avantages sociaux;
mais il n'est pas la religion de la France. Les siècles en ont décidé.
En proposant au gouvernement de le faire prévaloir, on propose une
violence et une impossibilité. D'ailleurs, qu'y a-t-il de plus hideux
que le schisme? qu'y a-t-il de plus affaiblissant pour une nation?
Quelle est de toutes les guerres civiles celle qui entre le plus
profondément dans les coeurs, qui trouble plus douloureusement les
familles? c'est la guerre religieuse. Il nous faut la finir. La paix
avec l'Europe est faite; maintenons-la tant que nous pourrons; mais la
paix religieuse est la plus urgente de toutes. Celle-là conclue, nous
n'avons plus rien à craindre. Il est douteux que l'Europe nous laisse
tranquilles bien long-temps, ni qu'elle nous souffre toujours aussi
puissants que nous le sommes; mais, quand la France sera unie comme un
seul homme, quand les Vendéens, les Bretons, marcheront dans nos
armées avec les Bourguignons, les Lorrains, les Franc-Comtois, nous
n'aurons plus à craindre l'Europe, fût-elle tout entière réunie contre
nous.

C'étaient là les discours que le Premier Consul tenait sans cesse à
ses conseillers intimes, à MM. Cambacérès et Lebrun, qui partageaient
son avis, à MM. de Talleyrand, Fouché, Roederer, qui ne le
partageaient pas, à une foule de membres du Conseil d'État, du Corps
Législatif, qui en général étaient dans d'autres idées. Il y mettait
une chaleur, une constance sans égales. Il ne voyait rien de plus
utile, de plus urgent que de finir les divisions religieuses, et s'y
appliquait avec cette ardeur qu'il apportait dans les choses regardées
par lui comme capitales.

Il avait arrêté son plan, qui était simple, sagement conçu, et qui a
réussi à terminer les divisions religieuses de la France; car les
disputes malheureuses que le Premier Consul devenu empereur, eut plus
tard avec la cour de Rome, se passèrent entre lui, le Pape, les
évêques, et n'altérèrent jamais la paix religieuse rétablie parmi les
populations. On ne vit plus renaître, même quand le Pape fut
prisonnier à Fontainebleau, deux cultes, deux clergés, deux classes de
fidèles.

[En marge: Plan du Premier Consul pour le rétablissement du culte
catholique.]

Le Premier Consul forma le projet de réconcilier la République
française et l'Église romaine, en traitant avec le Saint-Siége sur la
base même des principes posés par la Révolution. Plus de clergé
constitué en pouvoir politique, plus de clergé propriétaire, c'était
chose impossible en 1800: un clergé uniquement voué aux fonctions du
culte, salarié par le gouvernement, nommé par lui, confirmé par le
Pape: une circonscription nouvelle des diocèses, qui comprendrait
soixante siéges au lieu de cent cinquante-huit, existant jadis sur le
territoire de l'ancienne et de la nouvelle France: la police des
cultes déférée à l'autorité civile, la juridiction sur le clergé au
Conseil d'État, en place des parlements abolis: tel était le plan du
Premier Consul. C'était la constitution civile décrétée en 1790, avec
les modifications qui pouvaient la rendre acceptable à Rome,
c'est-à-dire avec des évêques nommés par le gouvernement, et institués
par le Pape, au lieu d'évêques élus par les fidèles, avec une promesse
générale de soumission aux lois, au lieu d'un serment à telle ou telle
institution religieuse, serment qui avait servi de prétexte aux
prêtres malveillants ou timorés pour élever des cas de conscience;
c'était, en un mot, la véritable réforme du culte, la réforme à
laquelle la Révolution aurait dû se borner, pour la rendre
supportable au Pape, condition qu'il ne fallait pas mépriser, car tout
établissement religieux était impossible sans un accord sincère avec
Rome.

On a dit[10] qu'il y manquait quelque chose de capital: c'était
d'exiger que les évêques nommés par le pouvoir civil, fussent acceptés
bon gré mal gré par le Pape. Dans ce cas, le gouvernement spirituel de
Rome eût été gravement infirmé, et c'est ce qu'il ne fallait pas
vouloir. Le pouvoir civil, en nommant un évêque, désigne le sujet
auquel il reconnaît, avec les qualités morales d'un pasteur, les
qualités politiques d'un bon citoyen, qui respecte et fera respecter
les lois du pays. C'est au Pape à dire si, dans ce sujet, il reconnaît
le prêtre orthodoxe, qui enseignera les vraies doctrines de l'Église
catholique. Vouloir fixer un délai de quelques mois, après lequel
l'institution du Pape aurait été considérée comme accordée, c'eût été
forcer l'institution même, enlever au Pape son autorité spirituelle,
et renouveler pas moins que la mémorable et terrible querelle des
investitures. En fait de religion, il y a deux autorités: l'autorité
civile du pays dans lequel le culte s'exerce, chargée de veiller au
maintien des lois et des pouvoirs établis: l'autorité spirituelle du
Saint-Siége, chargée de veiller au maintien de l'unité de croyance. Il
faut que toutes deux concourent dans la composition du clergé.
L'autorité religieuse du Saint-Siége refuse quelquefois, il est vrai,
l'institution aux évêques choisis; elle se sert de ce moyen pour
violenter le gouvernement temporel. Cela s'est vu en effet, et c'est
un abus, mais passager, mais inévitable. L'autorité civile aussi peut
faillir, et cela s'est vu sous Napoléon même, ce restaurateur si
éclairé, si courageux, de l'ancienne Église catholique.

         [Note 10: L'abbé de Pradt, dans _les Quatre Concordats_.]

[En marge: Système du Premier Consul pour passer de l'ancien état au
nouveau.]

[En marge: Il veut la suppression des anciens siéges, et la déposition
par le Pape des titulaires de ces siéges.]

Le plan du Premier Consul ne laissait donc rien à désirer pour
l'établissement définitif du culte; mais il fallait s'occuper de la
transition, c'est-à-dire du passage de l'état présent à l'état
prochain, qu'on voulait créer. Comment faire à l'égard des siéges
existants? Comment s'entendre avec ces ecclésiastiques de toute
espèce, évêques ou simples prêtres, les uns _assermentés_ et attachés
à la Révolution, pratiquant publiquement le culte dans les églises,
les autres _insermentés_, émigrés ou rentrés, exerçant clandestinement
les fonctions de leur ministère, et la plupart hostiles? Le général
Bonaparte imagina un système, dont l'adoption était d'une immense
difficulté à Rome, car, depuis dix-huit siècles de durée, l'Église
n'avait jamais fait ce qu'on allait lui proposer. D'après ce système,
on devait abolir tous les diocèses existants. Pour cela, on
s'adresserait aux titulaires anciens qui vivaient encore, et le Pape
leur demanderait leur démission. S'ils la refusaient, il prononcerait
leur déposition; et, quand on aurait ainsi fait table rase, alors on
tracerait sur la carte de France soixante nouveaux diocèses, dont
quarante-cinq évêchés et quinze archevêchés. Pour les remplir, le
Premier Consul nommerait soixante prélats, pris indistinctement dans
les _assermentés_ ou _insermentés_, mais plutôt dans ces derniers, qui
étaient les plus nombreux, les plus considérés, les plus chers aux
fidèles. Il choisirait les uns et les autres parmi les ecclésiastiques
dignes de la confiance du gouvernement, respectables par leurs moeurs
et réconciliés avec la Révolution française. Ces prélats, nommés par
le Premier Consul, seraient institués par le Pape, et entreraient
sur-le-champ en fonctions, sous la surveillance de l'autorité civile
et du Conseil d'État.

Un salaire proportionné à leurs besoins leur serait alloué sur le
budget de l'État. Mais en retour le Pape reconnaîtrait comme valable
l'aliénation des biens de l'Église, interdirait les suggestions que
les prêtres se permettaient au lit des mourants, réconcilierait avec
Rome les ecclésiastiques mariés, aiderait, en un mot, le gouvernement
à mettre fin à toutes les calamités du temps.

Ce plan était complet, et, à quelques détails près, excellent pour le
présent comme pour l'avenir. Il réorganisait l'Église autant que
possible sur le même modèle que l'État; il procédait à l'égard des
individus par voie de fusion, en prenant, dans tous les partis, les
hommes sages, modérés, qui mettaient le bien public au-dessus de leur
entêtement révolutionnaire ou religieux. Mais on va voir à quel point
le bien est difficile à exécuter, même quand il est nécessaire, même
quand il est un besoin réel et pressant; car malheureusement, de ce
qu'il est un besoin, il n'en résulte pas qu'il soit une notion claire,
évidente, non susceptible de contestation.

[Illustration: Pie VII.]

À Paris, il y avait le parti des railleurs, des sectateurs encore
vivants de la philosophie du dix-huitième siècle, des anciens
jansénistes devenus prêtres constitutionnels, et enfin des généraux
imbus de préjugés vulgaires: c'était l'obstacle du côté de la France.
Mais à Rome, il y avait la fidélité aux précédents antiques, la
crainte de toucher au dogme en touchant à la discipline, des scrupules
religieux sincères ou affectés, surtout des ressentiments contre notre
Révolution, et en particulier une sorte de complaisance à l'égard du
parti royaliste français, composé d'émigrés, prêtres ou nobles, les
uns résidant à Rome, les autres correspondant avec elle, tous ennemis
passionnés de la France et du nouvel ordre de choses qui commençait à
s'y établir: c'était l'obstacle du côté du Saint-Siége.

Le Premier Consul persista dans son plan avec une fermeté, une
patience invincibles, pendant l'une des plus longues et des plus
difficiles négociations connues dans l'histoire de l'Église. Jamais
les pouvoirs temporel et spirituel ne s'étaient rencontrés en de plus
grandes circonstances, jamais ils n'avaient été plus dignement
représentés.

[En marge: Pie VII et le Premier Consul; leurs dispositions l'un pour
l'autre.]

Ce jeune homme si sensé, si profond dans ses vues, mais si impétueux
dans ses volontés, qui gouvernait la France, ce jeune homme, par un
singulier dessein de la Providence, se trouvait placé sur la scène du
monde, en présence d'un pontife d'une vertu rare, d'une physionomie et
d'un caractère angéliques, mais d'une ténacité capable de braver
jusqu'au martyre, lorsqu'il croyait compromis les intérêts de la foi
ou ceux de la cour romaine. Sa figure, vive et douce à la fois,
exprimait bien la sensibilité un peu exaltée de son âme. Âgé d'environ
soixante ans, faible de santé quoiqu'il ait vécu long-temps, portant
la tête inclinée, doué d'un regard fin et pénétrant, d'un langage
touchant et gracieux, il était le digne représentant, non plus de
cette religion impérieuse qui, sous Grégoire VII, commandait et
méritait de commander à l'Europe barbare, mais de cette religion
persécutée, qui, n'ayant plus dans ses mains les foudres de l'Église,
ne pouvait exercer sur les hommes d'autre puissance que celle d'une
douce persuasion.

Un attrait secret l'attachait au général Bonaparte. Ils s'étaient
rencontrés tous deux, comme nous l'avons dit ailleurs, pendant les
guerres d'Italie, et, au lieu de ces farouches guerriers vomis par la
Révolution française, qu'on dépeignait en Europe comme des
profanateurs de l'autel, comme des assassins des prêtres émigrés, Pie
VII, alors évêque d'Imola, avait trouvé un jeune homme plein de génie,
parlant comme lui la langue italienne, montrant les sentiments les
plus modérés, maintenant l'ordre, faisant respecter les temples, et,
loin de poursuivre les prêtres français, usant de son pouvoir pour
obliger les églises italiennes à les recevoir et à les nourrir.
Surpris et charmé, l'évêque d'Imola contint l'esprit insubordonné des
Italiens de son diocèse, et rendit au général Bonaparte les services
que son Église en avait reçus. L'impression produite par ces premières
relations ne s'effaça jamais du coeur du pontife, et influa sur toute
sa conduite envers le général devenu Consul et Empereur: preuve
frappante qu'en toutes choses, petites ou grandes, un bien n'est
jamais perdu. Plus tard, en effet, lorsque le conclave était assemblé
à Venise pour donner un successeur à Pie VI, mort prisonnier à
Valence, le souvenir des premiers actes du général de l'armée d'Italie
avait influé, d'une manière pour ainsi dire providentielle, sur le
choix du nouveau Pape.

On se souvient qu'au moment même où Pie VII était préféré par le
conclave, dans l'espérance de trouver en lui un conciliateur, qui
rapprocherait Rome de la France, et terminerait peut-être les maux de
l'Église, le Premier Consul gagnait la bataille de Marengo, devenait
du même coup maître de l'Italie, dominateur de l'Europe, et envoyait
un émissaire, le neveu de l'évêque de Verceil, pour annoncer ses
intentions au pontife récemment élu. Il lui faisait dire qu'en
attendant des arrangements ultérieurs, la paix entre la France et Rome
existerait de fait, sur le pied de traité de Tolentino, signé en 1797;
qu'il ne serait plus parlé de la République romaine inventée par le
Directoire, que le Saint-Siége serait rétabli et reconnu par les
Français, comme dans les temps anciens. Quant à la question de savoir
si on rendrait à l'Église les trois grandes provinces perdues,
Bologne, Ferrare, la Romagne, on n'en avait pas dit un mot. Mais le
Pape était replacé sûr son trône, il avait la paix. Le reste, il
l'abandonnait à la Providence. Le Premier Consul avait de plus ordonné
aux Napolitains d'évacuer les États romains, qu'ils avaient évacués
en effet, sauf les enclaves de Bénévent et Ponte-Corvo. En outre, dans
tous les mouvements de ses armées, autour de Naples et d'Otrante, le
Premier Consul avait prescrit de ménager les États romains. Il avait
même envoyé Murat, qui commandait l'armée française de la
Basse-Italie, s'agenouiller au pied du trône pontifical. Monsignor
Consalvi avait donc deviné juste, et il en était amplement récompensé,
car, arrivé à Rome, le Pape l'avait nommé cardinal secrétaire d'État,
premier ministre du Saint-Siége, poste qu'il a conservé pendant la
plus grande partie du pontificat de Pie VII.

C'est à la suite de ces événements, en quelque sorte miraculeux, que
le Pape, sur la demande du Premier Consul, avait envoyé à Paris
monsignor Spina, prêtre génois, fin, dévot, avide, pour traiter de
toutes les affaires tant politiques que religieuses. D'abord monsignor
Spina n'avait pris aucun titre officiel, tant le Saint-Père, malgré
son goût pour le général Bonaparte, malgré son désir ardent d'un
rapprochement, craignait d'avouer ses relations avec la République
française. Mais bientôt en voyant arriver à Paris, à la suite des
ministres de Prusse et d'Espagne qui s'y trouvaient déjà, ceux
d'Autriche, de Russie, de Bavière, de Naples, de toutes les cours
enfin, le Saint-Père n'hésita plus, et permit à monsignor Spina de
revêtir un caractère officiel, et d'avouer le but de sa mission. Le
parti émigré français poussa de grands cris, et fit d'inutiles efforts
pour empêcher, par ses remontrances, le rapprochement de l'Église
avec la France, sachant bien que si le moyen de la religion lui
manquait pour agiter les esprits, il perdrait bientôt la meilleure de
ses armes. Mais Pie VII, quoique chagriné, quelquefois même intimidé
par ces remontrances, se montra décidé à placer l'intérêt de la
religion et du Saint-Siége au-dessus de toute considération de parti.
Une seule raison ralentissait un peu ses excellentes résolutions,
c'était l'espoir vague et peu sensé de recouvrer les Légations perdues
lors du traité de Tolentino[11].

         [Note 11: Il n'existe pas une négociation plus curieuse, plus
         digne d'être méditée, que la négociation du Concordat; il
         n'en existe pas une sur laquelle les archives françaises
         soient plus riches, car, outre la correspondance diplomatique
         de nos agents, et surtout la propre correspondance de l'abbé
         Bernier, nous possédons la correspondance de monsignor Spina
         et du cardinal Caprara avec le Pape et le cardinal Consalvi.
         La dernière nous a été conservée en vertu d'un article du
         Concordat, d'après lequel les archives de la légation
         romaine, en cas de rupture, devaient rester en France. Les
         lettres de monsignor Spina et du cardinal Caprara, écrites en
         italien, sont un des monuments les plus curieux du temps, et
         donnent seules le secret des négociations religieuses de
         cette époque, secret encore fort mal connu aujourd'hui, même
         après les divers ouvrages publiés sur cette matière.]

[En marge: Secret désir de la Cour romaine de recouvrer les
Légations.--Lenteurs dont ce désir est la cause.]

Monsignor Spina, rendu à Paris, avait ordre de gagner du temps, pour
voir si le Premier Consul, maître de l'Italie, pouvant en disposer à
volonté, n'aurait pas la bienheureuse pensée de restituer les
Légations au Saint-Siége. Une parole qu'on trouvait fréquemment dans
la bouche du Premier Consul, avait fait naître plus d'espérance qu'il
n'en voulait donner. Que le Saint-Père, disait-il souvent, s'en fie à
moi, qu'il se jette dans mes bras et je serai pour l'Église un nouveau
Charlemagne.--S'il est un nouveau Charlemagne, répondaient ces prêtres
peu instruits des affaires du siècle, qu'il le prouve, en nous rendant
le patrimoine de saint Pierre.--On était malheureusement assez loin de
compte, car le Premier Consul croyait avoir beaucoup fait en
rétablissant le Pape à Rome, en lui rendant avec son trône pontifical
l'État romain, en offrant de traiter avec lui pour le rétablissement
du culte catholique. Et en effet, il avait beaucoup fait, vu l'état
des esprits en France, vu leur état en Italie. Si les patriotes
français, tout pleins encore des idées du dix-huitième siècle,
voyaient avec peu de satisfaction le prochain rétablissement de
l'Église catholique, les patriotes italiens voyaient avec désespoir
relever chez eux le gouvernement des prêtres. Il était donc impossible
au Premier Consul de pousser la complaisance jusqu'à rendre au
Saint-Siége les Légations, qui ne pouvaient supporter le gouvernement
clérical, et qui étaient d'ailleurs une portion promise de la
République Cisalpine. Mais la cour de Rome, se trouvant à la gêne
depuis qu'elle avait été privée du revenu de Bologne, de Ferrare, de
la Romagne, raisonnait autrement. Du reste le Pape, qui, au milieu des
pompes du Vatican, vivait en anachorète, songeait moins à cet intérêt
terrestre que le cardinal Consalvi, et le cardinal Consalvi moins que
monsignor Spina. Celui-ci marchait à pas de loup dans la négociation,
écoutant tout ce qu'on lui disait relativement aux questions
religieuses, ayant l'air d'y attacher une importance exclusive, et
néanmoins par quelques paroles lancées de temps en temps sur la misère
du Saint-Siége, essayant d'amener l'entretien sur les Légations. Il
n'avait pas réussi à se faire comprendre, et traînait en longueur,
jusqu'à ce qu'il eût obtenu quelque chose qui répondît aux fausses
espérances imprudemment inspirées à sa cour.

[En marge: L'abbé Bernier et Monsignor Spina s'abouchent, afin de
commencer les négociations.]

Pour traiter avec monsignor Spina, le Premier Consul avait fait choix,
comme nous l'avons dit, du fameux abbé Bernier, le pacificateur de la
Vendée. Ce prêtre, simple curé dans la province d'Anjou, dépourvu des
dehors que procure une éducation soignée, mais doué d'une profonde
connaissance des hommes, d'une prudence supérieure, long-temps exercée
au milieu des difficultés de la guerre civile, fort instruit dans les
matières canoniques, était l'auteur principal du rétablissement de la
paix dans les provinces de l'Ouest. Attaché à cette paix qui était son
ouvrage, il désirait naturellement tout ce qui pouvait la raffermir,
et regardait un rapprochement de la France avec Rome, comme l'un des
moyens les plus assurés de la rendre complète et définitive. Aussi ne
cessait-il d'adresser au Premier Consul les plus vives instances pour
hâter les négociations avec l'Église. Muni de ses instructions, il fit
connaître à l'archevêque de Corinthe les propositions du gouvernement
français, déjà énoncées: démission imposée à tous les évoques, anciens
titulaires; nouvelle circonscription diocésaine; soixante siéges au
lieu de cent cinquante-huit; composition d'un clergé nouveau, formé
d'ecclésiastiques de tous les partis; nomination de ce clergé par le
Premier Consul, institution par le Pape; promesse de soumission au
gouvernement établi; salaire sur le budget de l'État; renonciation aux
biens de l'Église, et reconnaissance complète de la vente de ces
biens; police des cultes déférée à l'autorité civile, représentée par
le Conseil d'État; enfin pardon de l'Église aux prêtres mariés, et
leur réunion à la communion catholique.

Monsignor Spina se récria beaucoup en entendant énoncer ces
conditions, les qualifia d'exorbitantes, de contraires à la foi, et
soutint que le Saint-Père ne consentirait jamais à les admettre.

[En marge: Résistance de monsignor Spina aux conditions proposées par
le Premier Consul.]

D'abord il exigeait que, dans le préambule du Concordat, on déclarât
la religion catholique _religion de l'État_ en France, que les Consuls
en fissent profession publique, et que les lois et actes contraires à
cette déclaration d'une _religion d'État_ fussent abrogés.

[En marge: Propositions du Saint-Siége.]

Quant à une nouvelle circonscription des diocèses, il admettait le
nombre des siéges, mais il prétendait que le Pape n'avait pas le droit
de déposer un évêque, que jamais aucun de ses prédécesseurs n'avait
osé le faire, depuis l'existence de l'Église romaine, et que, si le
Saint-Père se permettait une telle innovation, il créerait un second
schisme, dirigé cette fois contre le Saint-Père lui-même; que tout ce
qu'il pouvait à ce sujet, c'était de s'entendre à l'amiable avec le
Premier Consul; que ceux des anciens titulaires qui montraient de
bons sentiments à l'égard du gouvernement français, seraient rappelés
purement et simplement dans leur diocèse, ou du moins dans le diocèse
correspondant à celui qu'ils avaient occupé jadis; que ceux, au
contraire, qui s'étaient conduits ou se conduisaient encore de manière
à ne pas mériter la confiance de ce gouvernement, seraient laissés de
côté, et qu'en attendant leur mort, certainement prochaine si on
songeait à leur âge, des administrateurs choisis par le Pape et le
Premier Consul gouverneraient leur siége par intérim.

Monsignor Spina n'admettait donc l'idée de la composition d'un nouveau
clergé, pris dans toutes les classes de prêtres, et dans tous les
partis, que pour les siéges vacants. Encore ne voulait-il pas que les
constitutionnels y eussent part, à moins qu'ils ne fissent l'une de
ces rétractations solennelles, qui pour Rome sont un triomphe, et un
dédommagement du pardon qu'elle accorde.

Quant à la nomination des évêques par le chef de la République, et à
leur institution par le Pape, il y avait peu de difficulté. On partait
naturellement du principe, que le nouveau gouvernement aurait en cour
de Rome toutes les prérogatives de l'ancien, et que le Premier Consul
représenterait en tout les rois de France. Dès lors la nomination des
évêques devait lui appartenir. Cependant la charge de Premier Consul,
au moins pour le moment, était élective; le général Bonaparte,
actuellement revêtu de cette charge, était Catholique, mais ses
successeurs pourraient ne pas l'être; et on n'admettait pas à Rome
qu'un prince protestant pût nommer des évêques. Monsignor Spina
demandait que cette exception fût prévue.

On était d'accord sur les curés. L'évêque devait les nommer, en les
faisant agréer par l'autorité civile.

La promesse de soumission aux lois était admise, sauf la rédaction.

La consécration par le Pape, de la vente des biens d'églises, coûtait
beaucoup au négociateur romain. Il reconnaissait bien l'impossibilité
absolue de revenir sur ces ventes; mais il demandait qu'on épargnât au
Saint-Siége une déclaration, qui pourrait impliquer l'approbation
morale de ce qui s'était passé à cet égard. Il concédait une
renonciation à toute recherche ultérieure, en refusant la
reconnaissance formelle du droit d'aliénation. Ces biens, disait
monsignor Spina, appelés _vota fidelium_, _patrimonium pauperum_,
_sacrificia peccatorum_, ces biens, l'Église elle-même n'aurait pas le
droit de les aliéner. Cependant elle peut renoncer à en faire
poursuivre le recouvrement. En revanche il demandait la restitution
des domaines non encore aliénés, et la faculté accordée aux mourants
de tester en faveur des établissements religieux, ce qui impliquait le
renouvellement des biens de main-morte, et recommençait l'ancien ordre
de choses, c'est-à-dire un clergé propriétaire.

Enfin, le pardon accordé aux prêtres mariés, et leur réconciliation
avec l'Église, était une affaire d'indulgence, facile de la part de la
cour de Rome, qui est toujours disposée à pardonner, quand la faute
est reconnue par celui qui l'a commise. Elle exceptait toutefois du
pardon deux classes de prêtres, les anciens religieux qui avaient fait
certains voeux, et les prélats. Ce n'était pas une manière de
concilier au Saint-Siége la bonne volonté du ministre des affaires
étrangères, M. de Talleyrand.

Ces prétentions de la cour de Rome, bien qu'elles n'impliquassent pas
une véritable impossibilité de s'entendre avec le gouvernement
français, laissaient apercevoir néanmoins de graves dissentiments.

[En marge: Persévérance du Premier Consul dans ses idées.]

Le Premier Consul en éprouvait, et en témoignait une vive impatience.
Il avait vu plusieurs fois monsignor Spina, et lui avait déclaré lui
même qu'il ne se départirait jamais du principe fondamental de son
projet, qui consistait à faire table rase, à composer une nouvelle
circonscription et un nouveau clergé, à déposer les anciens
titulaires, à prendre leurs successeurs dans toutes les classes de
prêtres. Il lui avait dit que la fusion des hommes honnêtes et sages
de tous les partis, était son principe de gouvernement, qu'il
appliquerait ce principe à l'Église comme à l'État, que c'était pour
lui le seul moyen de terminer les troubles de la France, et qu'il y
persisterait invariablement.

[En marge: Efforts de l'abbé Bernier pour amener à bien la négociation
entreprise avec le Saint-Siége.]

L'abbé Bernier, qui, à l'ambition très-avouable d'être le principal
instrument du rétablissement de la religion, joignait un sincère amour
du bien, adressait à monsignor Spina les plus vives instances pour
lever les difficultés qu'on opposait, de la part de la cour de Rome,
au projet du Premier Consul. Déclarer, disait-il, la religion
catholique _religion de l'État_, était impossible, contraire aux idées
reçues en France, et ne serait jamais admis, par le Tribunat et le
Corps Législatif, dans la rédaction d'une loi. On pouvait, suivant
lui, remplacer cette déclaration par la mention d'un fait, c'est que
la religion catholique était la religion de la majorité des Français.
La mention de ce fait était aussi utile que la déclaration désirée.
Insister sur une chose impossible, plutôt d'orgueil que de principe,
c'était compromettre le véritable intérêt de l'Église. Le Premier
Consul pourrait assister de sa personne aux cérémonies solennelles du
culte, et c'était un grand acte que la présence à ces cérémonies d'un
homme tel que lui; mais il fallait renoncer à lui demander certaines
pratiques, comme la confession ou la communion, qui dépassaient la
mesure dans laquelle il convenait de se renfermer avec le public
français. Il fallait ramener les esprits, ne pas les choquer, surtout
ne pas leur donner à rire. La demande de leur démission, adressée aux
anciens titulaires, était toute simple; elle était la conséquence de
la démarche qu'ils avaient faite envers Pie VI en 1790. À cette
époque, les prélats français, afin de paraître résister dans l'intérêt
de la foi, non dans leur intérêt particulier, avaient déclaré qu'ils
acceptaient le Pape pour arbitre, et qu'ils remettaient leurs siéges
dans ses mains; que s'il croyait devoir en faire l'abandon en faveur
de la Constitution civile, ils se soumettraient. Il n'y avait donc
aujourd'hui qu'à les prendre au mot, et à exiger l'accomplissement de
cette offre solennelle. Si quelques-uns d'entre eux, par des motifs
personnels, empêchaient un aussi grand bien que la restauration du
culte en France, il fallait ne plus les regarder comme titulaires, et
les considérer comme démissionnaires depuis 1790. L'abbé Bernier
ajoutait qu'il y avait un exemple de ce genre dans l'Église, c'était
la résignation en masse des trois cents évêques d'Afrique, consentie
pour mettre fin au schisme des Donatistes. Il est vrai qu'on ne les
avait pas déposés. Quant aux nouveaux choix à faire, il fallait
concéder le principe de la fusion au Premier Consul. Ce principe, le
Premier Consul l'appliquerait surtout au profit des prêtres
_insermentés_; il choisirait deux ou trois constitutionnels,
uniquement pour l'exemple, mais en masse il n'appellerait que des
orthodoxes. Le négociateur français s'avançait ici pour son propre
compte, plus qu'il n'aurait dû. Il est vrai que le Premier Consul
estimait peu les évêques constitutionnels, qui étaient pour la plupart
des jansénistes étroits ou des déclamateurs de clubs; il est vrai
qu'il n'estimait dans ce clergé que les simples prêtres, lesquels, en
général, avaient prêté serment par soumission aux lois, par désir de
continuer leur saint ministère, et n'avaient pas profité de
l'agitation du temps pour s'élever dans la hiérarchie sacerdotale.
Néanmoins, s'il avait peu de considération pour les évêques
constitutionnels, il tenait à son principe de fusion, et ne faisait
pas aussi bon marché, que semblait l'annoncer l'abbé Bernier, des
droits du clergé _assermenté_. Mais l'abbé Bernier le disait ainsi
pour faire réussir la négociation. Quant à la nomination des évêques
par le Premier Consul, il fallait, suivant l'abbé Bernier, passer
par-dessus une difficulté fort éloignée, fort improbable, celle
d'avoir un jour un Premier Consul protestant. Ce n'était pas la peine,
suivant lui, de regarder à un avenir si peu vraisemblable.
Relativement aux biens du clergé, il fallait se hâter de s'entendre
sur la rédaction, puisqu'on était d'accord sur le principe.
Relativement à la restitution des biens non vendus, et aux donations
testamentaires en biens fonds, elles étaient inconciliables avec les
principes politiques aujourd'hui reconnus en France, principes
absolument contraires aux biens de main-morte. On devait se contenter
à cet égard d'une concession, celle de donations constituées en rentes
sur l'État.

Le temps, disait enfin l'abbé Bernier, le temps était venu de
conclure, car le Premier Consul commençait à être mécontent. Il
croyait que le Pape n'avait pas la force de rompre avec le parti
émigré, pour se donner tout à fait à la France. Il finirait par
renoncer au bien dont il avait eu d'abord la pensée, et, sans
persécuter les prêtres, les livrant à eux-mêmes, il laisserait
l'Église devenir en France ce qu'elle pourrait, sans compter qu'il
tiendrait en Italie une conduite hostile à la cour de Rome. C'était,
suivant l'abbé Bernier, c'était avoir perdu tout discernement, que de
ne pas profiter des dispositions d'un si grand homme, seul capable de
sauver la religion. Lui aussi avait de grandes difficultés à vaincre
à l'égard du parti révolutionnaire; et, loin de le contrarier, on
devait l'aider à surmonter ces difficultés, en lui faisant les
concessions dont il avait besoin pour regagner les esprits, peu
disposés en France en faveur du culte catholique.

Monsignor Spina commençait à être fort embarrassé. Il était croyant,
et plus avide encore que croyant. Demandant sans cesse de l'argent à
sa cour, son voeu le plus ardent était de la rendre riche et prodigue
comme jadis. Mais le peu de succès de ses insinuations relativement
aux provinces perdues le décourageait singulièrement. Il s'apercevait
que le Premier Consul, aussi rusé que les prêtres italiens, ne voulait
pas s'expliquer avec des gens qui ne s'expliquaient pas eux-mêmes. Il
voyait en outre toutes les cours pour ainsi dire à ses pieds; il
voyait le négociateur russe, M. de Kalitscheff, qui avait voulu
protéger si insolemment les petits princes d'Italie, molesté et parti,
toute l'Allemagne dépendante de la France pour le partage des
indemnités territoriales, le Portugal soumis, et l'Angleterre
elle-même amenée à la paix par la fatigue. En présence d'un tel état
de choses, il était convaincu qu'il n'y avait plus d'autre ressource
que de se soumettre, et d'attendre ce qu'on désirait de la seule
volonté du Premier Consul. Disposé à céder, monsignor Spina n'osait
pas toutefois adhérer aux conditions si absolues que le cabinet
français avait posées avec la résolution évidente de ne pas s'en
départir, parce qu'elles étaient établies d'après les nécessités
impérieuses de la situation.

[En marge: Avril 1801.]

[En marge: Le Premier Consul pour en finir, rédige un projet de
Concordat, et l'envoie à Rome.]

Le Premier Consul, avec sa vigueur accoutumée, tira d'embarras le
négociateur romain. C'était le moment, déjà décrit plus haut, où
toutes les négociations marchaient à la fois, notamment avec
l'Angleterre. Pensant avec une sorte de joie à l'effet prodigieux
d'une paix générale, qui comprendrait jusqu'à l'Église elle-même, il
voulut en finir par une marche prompte et décidée. Il fit rédiger un
projet de Concordat pour l'offrir définitivement à monsignor Spina.
C'étaient deux ecclésiastiques sortis des ordres, M. de Talleyrand et
M. d'Hauterive, qui, dans les bureaux des affaires étrangères, se
mêlaient de cette question. Heureusement, entre eux et monsignor
Spina, se trouvait l'habile et orthodoxe Bernier. Le projet écrit par
M. d'Hauterive, revu par l'abbé Bernier, était simple, clair, absolu.
Il contenait, rédigé en style de loi, tout ce qu'avait proposé la
légation française. Ce projet fut présenté à monsignor Spina, qui en
fut fort troublé, et qui offrit de l'envoyer à sa cour, mais déclara
ne pouvoir le signer lui-même.--Pourquoi, lui dit-on, refusez-vous de
le signer? Serait-ce que vous n'avez pas de pouvoirs? Alors que
faites-vous à Paris depuis six mois? Pourquoi affectez-vous un rôle de
négociateur, que vous ne pouvez pas remplir jusqu'à son terme
nécessaire, c'est-à-dire à une conclusion? Ou bien trouvez-vous le
projet inadmissible? Alors osez le déclarer; et le cabinet français,
qui ne peut accorder d'autres conditions, cessera de négocier avec
vous. Il rompra ou ne rompra pas avec le Saint-Siége; mais il en
finira avec monsignor Spina.--

L'astucieux prélat ne savait que répondre. Il affirma qu'il avait des
pouvoirs. N'osant pas avouer qu'il jugeait les propositions françaises
inadmissibles, il allégua qu'en matière de religion, le Pape, entouré
des cardinaux, pouvait seul accepter un traité. Et en conséquence il
renouvela l'offre d'envoyer le projet du Premier Consul à Sa
Sainteté.--Soit, lui dit-on; mais déclarez du moins en l'envoyant que
vous l'approuvez.--Monsignor Spina se refusa encore à toute formule
approbative, et répondit qu'il adresserait ses instances au
Saint-Père, pour l'adoption d'un traité qui devait opérer en France le
rétablissement de la foi catholique.

On fit partir un courrier pour Rome avec le projet de Concordat, et
avec ordre à M. de Cacault, ambassadeur de France auprès du
Saint-Siége, de le soumettre à l'acceptation immédiate et définitive
du Pape. Ce courrier était porteur d'un présent qui devait causer une
grande joie en Italie, c'était la fameuse Vierge en bois de
Notre-Dame-de-Lorette, enlevée du temps du Directoire à Lorette même,
et déposée depuis à la Bibliothèque nationale de Paris, comme un objet
de curiosité. Le Premier Consul savait que, pour beaucoup de croyants
sincères et irritables, c'était un sujet de scandale que le dépôt
d'une telle relique à la Bibliothèque royale, et il fit précéder le
Concordat de cette restitution pieuse.

[En marge: Accueil fait par le Pape au projet de Concordat.]

Ce présent fut accueilli dans la Romagne avec une joie difficile à
comprendre en France. Le Pape reçut le Concordat mieux qu'on ne
l'espérait. Ce digne pontife, préoccupé des intérêts de la foi plus
que de ses intérêts temporels, ne voyait dans le projet rien
d'absolument inadmissible, et croyait qu'avec quelques changements de
rédaction il arriverait à satisfaire le Premier Consul, ce qu'il
regardait comme très-important; car le rétablissement de la religion
en France était à ses yeux la plus grande, la plus essentielle des
affaires de l'Église.

Il désigna les trois cardinaux Cavandini, Antonelli et Gerdil, pour
faire un premier examen du projet envoyé de Paris. Les cardinaux
Antonelli et Gerdil passaient pour les deux plus savants personnages
de l'Église. Le cardinal Gerdil était même devenu Français, car il
appartenait par sa naissance à la Savoie. On leur enjoignit à tous
trois de se hâter. Le premier examen terminé, ils durent faire leur
rapport à une congrégation de douze cardinaux, choisis parmi ceux qui
se trouvaient à Rome, et qui comprenaient le mieux les intérêts de
l'Église romaine. On leur fit promettre le secret sur les saints
Évangiles. Le Pape, craignant les menées, les cris des émigrés
français, cherchait à soustraire la décision du sacré collége à toute
influence de parti. De son côté donc, les efforts furent d'une
parfaite sincérité. Il avait auprès de lui un ministre français
entièrement de son goût: c'était M. de Cacault, homme de coeur et
d'esprit, partagé entre les souvenirs du dix-huitième siècle, auquel
il appartenait par son âge et son éducation, et les sentiments que
Rome inspire à tous ceux qui vivent au milieu de sa grandeur ruinée,
et de ses pompes religieuses. En partant de Paris, M. de Cacault
avait demandé au Premier Consul ses instructions. Celui-ci lui avait
répondu par ce mot superbe: Traitez le Pape comme s'il avait deux cent
mille soldats.--M. de Cacault aimait Pie VII et le général Bonaparte,
et, par ses rapports bienveillants, les disposait à s'aimer l'un
l'autre.--Fiez-vous au Premier Consul, disait-il sans cesse au Pape;
il arrangera vos affaires. Mais faites ce qu'il vous demande, car il a
besoin de ce qu'il vous demande pour réussir.--Il disait au Premier
Consul: Prenez un peu de patience. Le Pape est le plus saint, le plus
attachant des hommes. Il veut vous satisfaire, mais donnez-lui-en le
temps. Il faut habituer son esprit et celui des cardinaux, aux
propositions absolues que vous envoyez ici. On est à Rome plus croyant
que vous ne le pensez. Il faut mener cette cour avec douceur. Si nous
la brusquons, nous lui ferons perdre la tête. Elle se jettera dans une
résolution de martyre, comme la seule ressource de sa situation.--Ces
sages conseils tempéraient l'impétuosité du Premier Consul, et le
disposaient à souffrir patiemment le méticuleux examen de la cour de
Rome.

Enfin, quand le travail fut achevé, le Pape et le cardinal Consalvi
eurent plusieurs entretiens avec M. de Cacault. Ils lui communiquèrent
le projet romain. M. de Cacault, le trouvant trop distant du projet
français, fit des efforts réitérés pour obtenir des modifications. Il
fallut recourir une seconde fois à la congrégation des douze
cardinaux, ce qui prit encore beaucoup de temps, de manière que, sans
obtenir de notables résultats, M. de Cacault contribua lui-même à
faire perdre un mois entier. Enfin, on se mit d'accord autant que
possible, et on aboutit à un projet, dont les différences avec le
projet du Premier Consul étaient les suivantes.

[En marge: Contre-projet de Concordat envoyé par la cour de Rome au
Premier Consul.]

La religion catholique serait déclarée en France _religion de l'État_;
les Consuls la pratiqueraient publiquement; il y aurait une nouvelle
circonscription diocésaine, et seulement soixante siéges, comme le
voulait le Premier Consul. Le Pape s'adresserait aux anciens
titulaires pour leur demander leur renonciation volontaire, en
s'autorisant de l'offre de démission par eux faite à Pie VI en 1790.
Il était probable qu'un très-grand nombre la donneraient, et alors les
siéges vacants par mort ou par démission fourniraient au gouvernement
français une ample liste de nominations à faire. Quant à ceux qui la
refuseraient, le Pape prendrait les mesures convenables, pour que
l'administration de leurs siéges ne restât pas dans leurs mains.

[En marge: Mai 1801.]

L'excellent pontife disait au Premier Consul, dans une lettre
touchante qu'il lui adressait: Dispensez-moi de déclarer publiquement,
que je destituerai de vieux prélats, qui ont souffert de cruelles
persécutions pour la cause de l'Église. D'abord, mon droit est
douteux; secondement, il m'en coûte de traiter ainsi des ministres de
l'autel, malheureux et exilés. Que répondriez-vous à ceux qui vous
demanderaient de sacrifier ces généraux dont vous êtes entouré, et
dont le dévouement vous a rendu tant de fois victorieux?... Le
résultat que vous désirez obtenir sera le même au fond, car la plupart
des siéges, par mort ou par démission, deviendront vacants. Vous les
remplirez, et, quant au petit nombre de ceux qui resteront occupés,
par suite de quelques refus de démission, nous n'y nommerons pas
encore de titulaires; mais nous les ferons administrer par des
vicaires, dignes de votre confiance et de la nôtre.--

Sur les autres points, le projet romain était à peu près conforme au
projet français. Il accordait les nominations au Premier Consul, sauf
le cas où le Premier Consul serait protestant; il contenait la
consécration des ventes nationales, mais en persistant à demander
qu'on put faire au clergé des dons testamentaires en biens-fonds; il
concédait aux prêtres mariés les indulgences de l'Église.

Évidemment, la difficulté la plus sérieuse était la déposition des
anciens évêques qui refuseraient leur démission. Un tel sacrifice
coûtait au Pape, car c'était immoler aux pieds mêmes du Premier Consul
l'ancien clergé français. Cependant cette immolation était
indispensable, pour que le Premier Consul pût supprimer à son tour le
clergé constitutionnel, et des divers clergés n'en faire qu'un seul,
composé des sujets estimables de toutes les sectes. C'était l'une de
ces occasions, où, dans tous les siècles, la papauté n'avait pas
hésité à prendre de grandes résolutions pour sauver l'Église. Mais, au
moment de se résoudre, l'âme bienveillante et timorée du pontife était
en proie aux plus douloureuses perplexités.

[En marge: Démarche du Premier Consul pour terminer les hésitations de
la cour de Rome.]

Tandis que l'on employait ainsi le temps à Rome, soit en conférences
des cardinaux entre eux, soit en conférences de la secrétairerie
d'État avec M. de Cacault, le Premier Consul à Paris avait perdu
patience. Il commençait à craindre que la cour de Rome ne fût en
intrigue, ou avec les émigrés, ou avec les cours étrangères,
l'Autriche notamment. À sa défiance naturelle, se joignaient les
suggestions des ennemis de la religion, qui cherchaient à lui
persuader qu'on le trompait, et que lui, si pénétrant, si habile,
était dupe de la finesse italienne. Il était peu disposé à croire
qu'on pût être plus fin que lui, mais il voulut cependant jeter la
sonde dans cette mer qu'on lui disait si profonde, et, le jour même
(13 mai), où le courrier porteur des dépêches du Saint-Siége quittait
Rome, il fit à Paris une démarche menaçante.

Il manda l'abbé Bernier, monsignor Spina, et M. de Talleyrand à la
Malmaison.--Il leur déclara qu'il n'avait plus confiance dans les
dispositions de la cour de Rome; que chez elle le désir de ménager les
émigrés l'emportait évidemment sur le désir de se réconcilier avec la
France, et l'intérêt de parti sur l'intérêt de la religion; qu'il
n'entendait pas que l'on consultât des cours ennemies, et peut-être
même les chefs de l'émigration, pour savoir si on traiterait avec la
République française; que l'Église, pouvant recevoir de lui d'immenses
bienfaits, devait les accepter ou les refuser sur-le-champ, et ne pas
retarder le bien des peuples, par d'inutiles hésitations, ou par des
consultations plus déplacées encore; qu'il se passerait du
Saint-Siége, puisqu'on ne voulait pas le seconder; que sans doute il
ne rendrait pas à l'Église les jours de la persécution, mais qu'il
livrerait les prêtres à eux-mêmes, en se bornant à châtier les
turbulents, et en laissant les autres vivre comme ils pourraient;
qu'il se considérerait, relativement à la cour romaine, comme libre
envers elle de tout engagement, même des engagements contenus dans le
traité de Tolentino, puisque, de fait, ce traité avait disparu le jour
de la guerre déclarée entre Pie VII et le Directoire. En disant ces
paroles, le ton du Premier Consul était froid, positif, atterrant. Il
fit entendre, par les développements ajoutés à cette déclaration, que
sa confiance dans le Saint-Père était toujours la même, mais qu'il
imputait les lenteurs qui le blessaient, au cardinal Consaivi et à
l'entourage du Pape.

[En marge: Ordre à M. de Cacault de quitter Rome sous cinq jours, si
le projet de Concordat n'est pas accepté.]

Le Premier Consul avait atteint son but, car le malheureux Spina avait
quitté la Malmaison dans un véritable désordre d'esprit, et s'était
rendu en hâte à Paris, pour écrire à sa cour des dépêches toutes
pleines de l'épouvante dont il était rempli lui-même. M. de
Talleyrand, de son côté, écrivit à M. de Cacault une dépêche conforme
à l'entretien de la Malmaison. Il lui enjoignit de se rendre auprès du
Pape et du cardinal Consaivi, de leur déclarer que le Premier Consul,
plein de confiance dans le caractère personnel du Saint-Père, n'en
avait pas autant dans son gouvernement; qu'il était résolu à
interrompre une négociation trop peu sincère, et que lui, M. de
Cacault, avait ordre de quitter Rome sous cinq jours, si le projet de
Concordat n'était pas adopté immédiatement, ou n'était adopté qu'avec
des modifications. M. de Cacault, en effet, avait pour instruction de
se retirer dans ce délai à Florence, et d'attendre là que le Premier
Consul lui fit connaître ses volontés.

[En marge: Le cardinal Consalvi se décide à se rendre à Paris.]

Cette dépêche parvint à Rome dans les derniers jours de mai. Elle
chagrina fort M. de Cacault, qui craignait, par les nouvelles dont il
était porteur, de troubler, peut-être de pousser à des résolutions
désespérées, le gouvernement romain, qui craignait surtout d'affliger
un pontife pour lequel il n'avait pu se défendre de concevoir un
véritable attachement. Cependant les ordres du Premier Consul étaient
tellement absolus, qu'il n'y avait aucun moyen d'en éluder
l'exécution. M. de Cacault se rendit donc auprès du Pape et du
cardinal Consalvi, leur montra ses instructions, qui leur causèrent à
tous deux une vive douleur. Le cardinal Consalvi en particulier, qui
se voyait clairement désigné dans les dépêches du Premier Consul,
comme l'auteur des interminables délais de cette négociation, se
sentait mourir d'épouvante. Il avait peu de torts néanmoins, et les
formes surannées de cette chancellerie, la plus vieille du monde,
étaient la seule cause des lenteurs dont se plaignait le Premier
Consul, au moins depuis que l'affaire était portée à Rome. M. de
Cacault proposa au Pape et au cardinal Consalvi une idée, qui les
surprit et les troubla d'abord, mais qui leur parut ensuite la seule
voie de salut.--Vous ne voulez pas, leur dit-il, adopter le Concordat
venu de Paris, dans toutes ses expressions; eh bien! que le cardinal
lui-même se rende en France, revêtu de vos pouvoirs. Il se fera
connaître au Premier Consul, il lui inspirera confiance; il en
obtiendra les changements de rédaction indispensables. Si quelque
difficulté se rencontre, il sera là pour la lever. Il préviendra, par
sa présence sur les lieux, les pertes de temps, qui blessent surtout
le caractère impatient du chef de notre gouvernement. Vous serez tirés
ainsi d'un grand péril, et les affaires de la religion seront
sauvées.--C'était pour le Pape une grande douleur de se séparer d'un
ministre dont il ne savait plus se passer, et qui seul lui donnait la
force de supporter les peines de la souveraineté. Il était plongé dans
des perplexités affreuses, trouvant très-sage l'idée de M. de Cacault,
mais cruelle la séparation qu'on lui proposait.

[En marge: Agitations du Pape, et terreurs du cardinal Consalvi.]

Cette faction implacable, composée non-seulement des émigrés, mais de
tous les gens qui, en Europe, détestaient la Révolution française,
cette faction, qui aurait désiré une guerre éternelle avec la France,
qui avait vu avec douleur la fin de la guerre civile en Vendée, et qui
voyait avec non moins de douleur la fin prochaine du schisme,
assiégeait Rome de lettres, la remplissait de propos, couvrait ses
murs de placards. On disait, par exemple, dans l'un de ces placards,
que Pie VI pour sauver la foi avait perdu le Saint-Siége, et que Pie
VII pour sauver le Saint-Siége perdrait la foi[12]. Les invectives
dont il était l'objet, n'ébranlaient pas chez ce pontife sensible,
mais dévoué à ses devoirs, la résolution de sauver l'Église, malgré
tous les partis, malgré le parti de l'Église elle-même; mais il en
souffrait cruellement. Le cardinal Consalvi était son confident, son
ami; s'en séparer était pour lui une peine poignante. Le cardinal à
son tour était effrayé de se voir à Paris, dans ce gouffre
révolutionnaire, qui avait dévoré, lui disait-on, tant de victimes. Il
tremblait à la seule idée de se trouver en présence de ce redoutable
général, objet tout à la fois d'admiration et de crainte, que
monsignor Spina lui dépeignait comme particulièrement irrité contre le
secrétaire d'État. Ces malheureux prêtres se faisaient mille idées
fausses sur la France, sur son gouvernement; et, tout amélioré qu'on
le disait, ils frémissaient à la seule pensée d'être un moment entre
ses mains. Le cardinal se décida donc, mais comme on se décide à
braver la mort.--Puisqu'il faut une victime, dit-il, je me dévoue, et
je m'en remets à la Providence.--Il eut même l'imprudence d'écrire à
Naples des lettres conformes à ces paroles, lettres qui furent connues
de notre ministre à Naples, et communiquées au Premier Consul.
Celui-ci heureusement les jugea plutôt risibles qu'irritantes.

         [Note 12:

            Pio VI per conservar la fede
              Perde la sede.
            Pio VII per conservar la sede
              Perde la fede.]

[En marge: Juin 1801.]

Mais le voyage à Paris du secrétaire d'État, était loin de lever
toutes les difficultés, et de prévenir tous les dangers. Le départ de
M. Cacault et sa retraite à Florence, où résidait le quartier-général
de l'armée française, allait être une manifestation funeste peut-être
pour les deux gouvernements de Rome et de Naples. Ces deux
gouvernements, en effet, étaient continuellement menacés par les
passions comprimées, et toujours ardentes, des patriotes italiens.
Celui du Pape était odieux aux hommes qui ne voulaient plus être
gouvernés par des prêtres, et le nombre de ces hommes était grand dans
l'État romain; celui de Naples était justement abhorré pour le sang
qu'il avait répandu. Le départ de M. de Cacault pouvait être pris
comme une sorte de permission, donnée aux mauvaises têtes italiennes,
d'essayer quelque tentative dangereuse. Le Pape le craignait ainsi. On
convint alors, pour prévenir toute interprétation fâcheuse, de faire
partir ensemble M. de Cacault et le cardinal Consalvi, lesquels
devaient voyager de concert jusqu'à Florence. M. de Cacault en
quittant Rome y laissa son secrétaire de légation.

[En marge: Départ du cardinal Consalvi pour Paris.]

MM. Consalvi et de Cacault sortirent de Rome le 6 juin (17 prairial),
et s'acheminèrent vers Florence. Ils voyageaient dans la même voiture,
et partout le cardinal montrait aux populations M. de Cacault en leur
disant: Voilà le ministre de France; tant il avait envie qu'on sût
qu'il n'y avait pas rupture. L'agitation en Italie fut assez vive.
Cependant elle ne produisit rien de fâcheux, dans le moment, car on
attendait pour essayer quelque chose, que les dispositions du
gouvernement français fussent plus claires. Le cardinal Consalvi se
sépara de M. de Cacault à Florence, et s'achemina en tremblant vers
Paris[13].

         [Note 13:

                                       Florence, le 19 prairial an IX.

         _François Cacault, ministre plénipotentiaire de la République
         française à Rome, au citoyen ministre des relations
         extérieures._

         CITOYEN MINISTRE,

         Me voilà arrivé à Florence. Le cardinal secrétaire d'État est
         parti de Rome avec moi. Il est venu me prendre à mon logis.
         Nous avons fait route ensemble dans le même carrosse. Nos
         gens suivaient de la même manière dans la seconde voiture, et
         la dépense de chacun était payée par son courrier respectif.

         Nous étions regardés partout d'un air ébahi. Le cardinal
         avait grande peur qu'on imaginât que je me retirais à
         l'occasion d'une rupture; il disait sans cesse à tout le
         monde: _Voilà le ministre de France._ Ce pays, écrasé des
         maux passés de la guerre, frissonne à la moindre idée de
         mouvements de troupes. Le gouvernement romain a plus de peur
         encore de ses propres sujets mécontents, surtout de ceux qui
         ont été alléchés à l'autorité et au pillage par l'espèce de
         révolution passée. Nous avons ainsi prévenu et dissipé à la
         fois les frayeurs mortelles et les espérances téméraires. Je
         pense que la tranquillité de Rome ne sera pas troublée.

         Le cardinal a passé ici la journée du 18 en grande et
         ostensible amitié avec le général Murat, qui lui a fait
         donner un logement et une garde d'honneur. Il a fait la même
         chose pour moi. Je n'ai rien accepté, je suis logé à
         l'auberge.

         Le cardinal est parti ce matin pour Paris. Il arrivera peu de
         temps après ma dépêche; il ira extrêmement vite. Le
         malheureux sent bien que s'il échouait il serait perdu sans
         ressource, et que tout serait perdu pour Rome. Il est pressé
         de savoir son sort. Je lui ai fait sentir qu'un grand moyen
         de tout sauver était d'user de diligence, parce que le
         Premier Consul avait des motifs graves de conclure vite et
         d'exécuter promptement.

         J'avais essayé à Rome d'amener le Pape à signer seulement le
         Concordat, et s'il m'eût accordé ce point je ne serais pas
         parti de Rome; mais cette idée ne m'a pas réussi.

         Vous jugez bien que le cardinal n'est pas envoyé à Paris pour
         signer ce que le Pape a refusé de signer à Rome; mais il est
         premier ministre de Sa Sainteté et son favori, c'est l'âme du
         Pape qui va entrer en communication avec vous. J'espère qu'il
         en résultera un accord concernant les modifications. Il
         s'agit de phrases, de paroles qu'on peut retourner de tant de
         manières qu'à la fin on saisira la bonne.

         Le cardinal porte au Premier Consul une lettre confidentielle
         du Pape et le plus ardent désir de terminer l'affaire. C'est
         un homme qui a de la clarté dans l'esprit. Sa personne n'a
         rien d'imposant, il n'est pas fait à la grandeur; son
         élocution un peu verbeuse n'est pas séduisante; son caractère
         est doux et son âme s'ouvrira aux épanchements, pourvu qu'on
         l'encourage avec douceur à la confiance.

         J'ai écrit à Madrid, à l'ambassadeur Lucien Bonaparte, en
         quoi consistait cet éclat du voyage à Paris du cardinal
         Consalvi et de ma retraite à Florence. J'ai également fait
         connaître aux ministres à Rome de l'Empereur et du roi
         d'Espagne qu'il n'y avait aucune apparence de guerre avec le
         Pape.

         Je vous salue respectueusement.

                                                        CACAULT.]

Dans cet intervalle, le Premier Consul, en recevant de Rome le projet
amendé, et reconnaissant que les différences étaient plutôt de forme
que de fond, s'était calmé. La nouvelle que le cardinal Consalvi
venait lui-même, pour achever de mettre d'accord le Saint-Siége avec
le cabinet français, le satisfit complétement. Il y voyait la
certitude d'un arrangement prochain, et en outre un grand lustre pour
son gouvernement. Il s'apprêta donc à faire le meilleur accueil au
premier ministre de la cour romaine.

[En marge: Arrivée du cardinal Consalvi, et entrevue avec le Premier
Consul.]

Le cardinal Consalvi arriva le 20 juin (1er messidor) à Paris. L'abbé
Bernier et monsignor Spina accoururent pour le recevoir, et le
rassurer sur les dispositions du Premier Consul. On convint du costume
dans lequel il serait présenté à la Malmaison, et il s'y rendit, fort
ému de l'idée de voir le général Bonaparte. Celui-ci, bien averti,
n'eut garde d'ajouter au trouble du cardinal. Il déploya tout l'art de
langage dont la nature l'avait doué, pour s'emparer de l'esprit de son
interlocuteur, pour lui montrer à fond ses intentions franchement
bienveillantes envers l'Église, pour lui rendre sensibles les
difficultés graves attachées au rétablissement du culte public en
France, et surtout pour lui faire comprendre que l'intérêt qu'on avait
à ménager l'esprit français, était bien plus grand que celui qu'on
pouvait avoir à ménager les ressentiments des prêtres, des émigrés,
des princes déchus, méprisés et abandonnés de l'Europe en ce moment.
Il déclara au cardinal Consalvi, qu'il était prêt à transiger sur
certains détails de rédaction qui offusquaient la cour de Rome, pourvu
qu'au fond on lui accordât ce qu'il regardait comme indispensable, la
création d'un établissement ecclésiastique tout à fait nouveau, qui
fût son ouvrage, et qui réunît les prêtres sages et respectables de
tous les partis.

[En marge: Dernières prétentions de la cour romaine.]

Le cardinal sortit pleinement rassuré de cette entrevue avec le
Premier Consul. Il se montra peu dans Paris, observa une réserve
convenable, également éloignée d'une sévérité outrée et de cette
facilité italienne, tant reprochée aux prêtres romains. Il accepta
quelques invitations chez les ministres et les Consuls, mais refusa
constamment de se montrer dans les lieux publics. Il se mit à l'oeuvre
avec l'abbé Bernier, pour résoudre les dernières difficultés de la
négociation. Deux points faisaient surtout obstacle à l'accord des
deux gouvernements: l'un relatif au titre de _Religion d'État_, qu'on
cherchait à obtenir pour la religion catholique, l'autre à la
déposition des anciens titulaires. Le cardinal Consalvi voulait que
pour justifier, aux yeux de la chrétienté, les grandes concessions
faites au Premier Consul, on pût alléguer une solennelle déclaration
de la République française, en faveur de l'Église catholique; il
voulait qu'on proclamât du moins la religion catholique _Religion
dominante_, qu'on promît l'abrogation des lois qui lui étaient
contraires, que le Premier Consul s'engageât à la professer
publiquement de sa personne. On regardait son exemple comme devant
être d'un effet tout-puissant sur l'esprit des populations.

L'abbé Bernier répétait que proclamer une _religion d'État_ ou une
_religion dominante_, c'était alarmer les autres cultes, faire
craindre le retour d'une religion envahissante, oppressive,
intolérante, etc., etc.; qu'il était impossible d'aller au delà de la
déclaration d'un fait, c'est que la majorité des Français était
catholique. Il ajoutait que, pour abroger les lois antérieures, il
fallait le concours du pouvoir législatif, ce qui jetterait le cabinet
français dans des embarras inextricables; que le gouvernement, comme
gouvernement, ne pouvait professer une religion; que les Consuls
pouvaient la professer de leur personne, mais que ce fait, tout
individuel et en quelque sorte privé, n'était pas de nature à figurer
dans un traité. Quant à la conduite personnelle du Premier Consul,
l'abbé Bernier disait tout bas qu'il assisterait à un _Te Deum_, à
une messe, mais que les autres pratiques du culte, il ne fallait pas
les attendre de lui, et qu'il y avait des choses que le discernement
du cardinal devait renoncer à exiger, car elles produiraient un effet
plutôt fâcheux que salutaire. On convint enfin d'un préambule, qui, se
liant à l'article premier, remplissait à peu près les vues des deux
légations.

[En marge: La religion catholique déclarée religion de la majorité des
Français.]

_Le gouvernement_, disait-on, _reconnaissant que la religion
catholique était la religion de la grande majorité des Français..._

_Le Pape de son coté reconnaissant que cette religion avait retiré, et
attendait encore dans ce moment le plus grand bien du rétablissement
du culte catholique en France, et de la profession particulière qu'en
faisaient les Consuls de la République, etc..._

Par ce double motif les deux autorités, pour le bien de la religion et
pour le maintien de la tranquillité intérieure, établissaient (article
premier) _que la religion catholique serait exercée en France, et que
son culte serait public, en se conformant aux règlements de police
jugés nécessaires pour le maintien de la tranquillité;_ (article
second) _qu'il y aurait une nouvelle circonscription, etc._

[En marge: Le cardinal Consalvi demande qu'on dispense le Pape de
déposer les anciens titulaires.]

Ce préambule remplissait suffisamment l'intention de toutes les
parties, car il proclamait hautement le rétablissement du culte,
rendait sa profession publique en France comme autrefois, faisait de
la profession de ce culte par les Consuls un fait particulier,
personnel aux trois Consuls en exercice, plaçait cette allégation dans
la bouche du Pape, et non dans celle du chef de la République. Ces
premières difficultés paraissaient donc heureusement vaincues.
Venaient ensuite les contestations relatives à la déposition des
anciens titulaires. On était d'accord sur le fond, mais le cardinal
Consalvi demandait qu'on épargnât au Pape la douleur de prononcer dans
un acte public la déposition des anciens évêques français. Il
promettait que ceux qui refuseraient leur démission, ne seraient plus
considérés comme titulaires, et que le Pape consentirait à leur donner
des successeurs; mais il ne voulait pas que cela fût formellement
contenu dans le Concordat. Le Premier Consul se montra inflexible sur
ce point, et sauf rédaction, exigea qu'il fût dit en termes positifs
que le Pape s'adresserait aux anciens titulaires, qu'il leur
demanderait la résignation de leurs siéges, laquelle il attendait avec
confiance de leur amour de la religion, et que s'ils refusaient, _il
serait pourvu par de nouveaux titulaires au gouvernement des évêchés
de la circonscription nouvelle_. C'étaient les propres expressions du
traité.

Les autres conditions n'étaient pas contestées. Le Premier Consul
devait nommer, le Pape devait instituer les évêques. Cependant le
cardinal Consalvi réclama, et le Premier Consul accorda une réserve,
par laquelle il était dit que, dans le cas où le Premier Consul serait
protestant, une convention nouvelle serait faite, pour régler le mode
des nominations. Il était stipulé que les évêques nommeraient les
curés, et les choisiraient parmi des sujets agréés par le
gouvernement. La question du serment était résolue, par l'adoption
pure et simple du serment que les évêques prêtaient anciennement aux
rois de France. Le Saint-Siége avait réclamé avec raison, et on avait
accordé sans difficulté, l'autorisation d'établir des séminaires pour
le recrutement du clergé, mais sans obligation de les doter de la part
de l'État. L'engagement de ne pas troubler les acquéreurs de biens
nationaux était formel. La propriété des biens acquis leur était
expressément reconnue. Il était dit que le gouvernement prendrait des
mesures pour que le clergé fût convenablement salarié, pour que tous
les anciens édifices du culte et tous les presbytères non encore
aliénés lui fussent rendus. Il était convenu que la permission de
faire des donations pieuses serait accordée aux fidèles, mais que
l'État en réglerait la forme. On s'était secrètement mis d'accord sur
cette forme, qui était celle de rentes sur le grand livre, vu que le
Premier Consul ne voulait à aucun prix rétablir les biens de
main-morte. Cette disposition devait se trouver dans des règlements
ultérieurs sur la police des cultes, que le gouvernement avait seul le
pouvoir de faire.

Quant aux prêtres mariés, le cardinal avait donné sa parole qu'un bref
d'indulgence serait immédiatement publié; mais il demandait qu'un acte
de charité religieuse, émanant de la clémence du Saint-Père, conservât
son caractère libre, spontané, et ne passât point pour une condition
imposée au Saint-Siége. Cette considération fut accueillie.

[En marge: Accord sur tous les points contestés.]

On était enfin d'accord sur toutes choses, et d'après des bases
raisonnables, qui garantissaient à la fois l'indépendance de l'Église
française, et sa parfaite union avec le Saint-Siége. Jamais on n'avait
fait avec Rome une convention plus libérale, et en même temps plus
orthodoxe; et il faut reconnaître qu'on avait arraché au Pape une
résolution grave, mais parfaitement justifiée par les circonstances,
celle de déposer les anciens titulaires qui refuseraient de se
démettre. Il fallait donc se tenir pour satisfait, et conclure.

[En marge: Derniers efforts tentés par les adversaires du Concordat
pour empêcher la signature.]

[En marge: Concile du clergé constitutionnel.]

[En marge: L'abbé Grégoire.]

Cependant on s'agitait autour du Premier Consul pour empêcher son
consentement définitif. Les hommes qui l'approchaient ordinairement,
et qui jouissaient du privilége de lui donner leurs conseils,
combattaient sa détermination. Le parti du clergé constitutionnel se
remuait beaucoup, dans la crainte d'être sacrifié au clergé
_insermenté_. Il avait obtenu l'autorisation de s'assembler, et de
former une espèce de concile national à Paris. Le Premier Consul avait
accordé cette autorisation, pour stimuler le zèle du Saint-Siége, et
lui faire sentir le danger de ses lenteurs. On débita dans cette
réunion beaucoup de choses très-peu sensées sur les coutumes de
l'Église primitive, auxquelles les auteurs de la Constitution civile
avaient voulu ramener l'Église française. On y professa que les
fonctions épiscopales devaient être conférées par l'élection, que,
s'il n'en était pas ainsi complétement, il fallait au moins que le
Premier Consul choisît les sujets sur une liste présentée par les
fidèles de chaque diocèse; que la nomination des évêques devait être
confirmée par les métropolitains, c'est-à-dire par les archevêques,
et celle de ces derniers seulement par le Pape; mais que l'institution
papale ne pouvait pas être laissée à l'arbitraire du Saint-Siége, et
qu'après un délai déterminé il fallait qu'elle fut forcée: ce qui
équivalait à l'anéantissement complet des droits de la cour de Rome.
Tout ce qui fut dit dans cette espèce de concile n'était cependant pas
aussi dépourvu de raison pratique. On y présenta quelques idées saines
sur la circonscription des diocèses, sur l'émission des bulles, sur la
nécessité de ne souffrir aucune publication émanée de l'autorité
pontificale, sans la permission expresse de l'autorité civile. On se
promit de réunir ces diverses observations sous la forme de voeux, qui
seraient présentés au Premier Consul pour éclairer ses résolutions. Ce
qu'on répéta aussi très-volontiers et très-fréquemment dans cette
assemblée, c'est que, pendant la terreur, le clergé constitutionnel
avait rendu de grands services à la religion proscrite, qu'il n'avait
pas fui, pas abandonné les églises, et qu'il n'était pas juste de le
sacrifier à ceux qui, pendant la persécution, avaient pris le prétexte
de l'orthodoxie pour se soustraire aux dangers du sacerdoce. Tout cela
était exact, surtout pour les simples prêtres, dont la plupart avaient
eu véritablement les vertus qu'on leur attribuait. Mais les évêques
constitutionnels, dont quelques-uns cependant méritaient le respect,
étaient pour la plupart des hommes de dispute, de vrais sectaires, que
l'ambition chez les uns, l'orgueil des querelles théologiques chez les
autres, avaient entraînés, et qui ne valaient pas leurs subordonnés,
gens simples et sans prétention. Celui qui à leur tête se montrait le
plus remuant, l'abbé Grégoire, était un chef de secte, dont les moeurs
étaient pures, mais l'esprit étroit, la vanité excessive, et la
conduite politique entachée d'un souvenir malheureux. Sans être exposé
ni aux entraînements, ni aux terreurs, qui arrachèrent à la Convention
un vote de mort contre l'infortuné Louis XVI, l'abbé Grégoire alors
absent, et libre de se taire, avait adressé à cette assemblée une
lettre qui respirait des sentiments peu conformes à l'humanité et à la
religion. Il était l'un de ceux à qui le retour aux idées saines
convenait le moins, et qui essayaient, quoique en vain, de lutter
contre la tendance imprimée à toutes choses, par le gouvernement
consulaire. Il avait eu soin de se créer des liaisons dans la famille
Bonaparte, et faisait ainsi parvenir au chef de cette famille une
multitude d'objections contre la résolution qui se préparait. Le
Premier Consul laissait faire et dire les constitutionnels, prêt à les
arrêter si leur agitation allait jusqu'au scandale; mais il n'était
pas fâché de rendre leur présence importune au Saint-Siége, et
d'appliquer à sa lenteur ce genre de stimulant. Quoique ayant peu de
goût pour les membres de ce clergé, parce qu'ils étaient en général
des théologiens querelleurs, il voulait défendre leurs droits, et
imposer au Pape, comme évêques, ceux qui étaient connus par des moeurs
pures et un esprit soumis. Il n'en fallait pas davantage au plus grand
nombre, car ils étaient fort loin de répugner à la réunion avec le
Saint-Siége. Ils la désiraient même, comme le moyen le plus sûr et le
plus honorable pour eux de sortir d'une vie agitée, et d'un état de
déconsidération fâcheux auprès des fidèles. La plupart en effet ne
résistaient à un arrangement avec Rome, que dans la crainte d'être
sacrifiés en masse aux anciens titulaires.

[En marge: Juillet 1801.]

[En marge: Opposition de M. de Talleyrand au Concordat.]

Il y avait une opposition plus redoutable auprès de Premier Consul;
c'était celle qui se produisait dans le ministère même. M. de
Talleyrand, blessé par l'esprit de la cour de Rome, qui s'était
montrée moins facile, moins indulgente qu'il ne l'avait cru d'abord,
était devenu pour elle froid et malveillant. Il contrariait
visiblement la négociation, après l'avoir commencée avec assez de
bonne volonté, quand il n'y voyait qu'une paix de plus à conclure. Il
était parti pour les eaux, comme nous l'avons déjà dit, laissant au
Premier Consul un projet tout rédigé, projet absolu dans la forme,
blessant sans utilité, et que la cour de Rome ne voulait admettre à
aucun prix. M. d'Hauterive s'était chargé de continuer son rôle. Ce
dernier, engagé à moitié dans les ordres, en étant sorti à l'époque de
la Révolution, était peu favorable aux désirs du Saint-Siége. Il
opposait mille difficultés de rédaction au projet convenu entre l'abbé
Bernier et le cardinal Consalvi. On devait y énoncer, suivant lui,
d'une manière plus expresse et plus patente la destitution des anciens
titulaires, y mentionner la condition que les legs pieux ne pourraient
être faits qu'en rentes, y spécifier enfin dans un article formel la
réhabilitation catholique des prêtres mariés, etc. M. d'Hauterive
faisait ainsi renaître les difficultés de rédaction, devant
lesquelles la négociation avait failli échouer. Le jour même de la
signature, il envoya encore sur ces divers points un mémoire des plus
pressants au Premier Consul.

[En marge: Conseil de gouvernement dans lequel le Concordat est
adopté.]

Tous ces débats terminés, il y eut une réunion des Consuls et des
ministres, dans laquelle la question fut définitivement discutée et
résolue. On y répéta les objections déjà connues; on y fit valoir
l'inconvénient de froisser l'esprit français, d'ajouter au budget de
nouvelles charges, de mettre même, disait-on, les biens nationaux en
péril, en réveillant chez le clergé ancien, rétabli dans ses
fonctions, plus d'espérances qu'on ne voulait en satisfaire. On parla
d'un projet de simple tolérance, qui consisterait seulement à rendre
les édifices religieux, tant aux prêtres _insermentés_ qu'aux prêtres
_assermentés_, et à demeurer spectateur paisible de leurs querelles,
sauf à intervenir si l'ordre matériel venait à être troublé.

[En marge: Opinion du consul Cambacérès.]

Le consul Cambacérès, fort partisan du Concordat, s'exprima sur ce
sujet avec chaleur, et répondit victorieusement à toutes les
objections. Il soutint que le danger de froisser l'esprit français
n'était vrai qu'à l'égard de quelques beaux esprits frondeurs, mais
que les masses accueilleraient volontiers le rétablissement du culte,
et en éprouvaient déjà un vrai besoin moral; que la considération de
la dépense était une considération méprisable en pareille matière; que
les biens nationaux étaient, au contraire, garantis plus solidement
que jamais par la consécration des ventes obtenue du Saint-Siége. M.
Cambacérès fut en cet endroit interrompu par le Premier Consul, qui,
toujours inflexible quand il s'agissait des biens nationaux, déclara
qu'il faisait le Concordat, précisément à cause des acquéreurs de ces
biens, particulièrement dans leur intérêt, et qu'il écraserait de sa
puissance les prêtres assez sots ou assez malveillants, pour abuser du
grand acte qu'on allait faire. Le consul Cambacérès, reprenant son
allocution, montra ce qu'il y avait de ridicule, d'inexécutable dans
ce projet d'indifférence entre des partis religieux, qui se
disputeraient la confiance des fidèles, les édifices du culte, les
dons volontaires de la piété publique, qui donneraient au gouvernement
les ennuis d'une intervention active, sans aucun de ses avantages, et
aboutiraient peut-être à la réunion de toutes les sectes dans une
seule Église ennemie, indépendante de l'État, et dépendante d'une
autorité étrangère.

Le consul Lebrun parla dans le même sens, et enfin le Premier Consul
se prononça en peu de mots, d'une manière nette, précise et
péremptoire. Il connaissait les difficultés, les périls même de son
entreprise; mais la profondeur de ses vues allait au delà de quelques
difficultés du moment, et il était résolu. Il se montra tel dans ses
paroles. Dès lors il n'y eut plus de résistance, sauf à désapprouver,
à fronder même sa résolution hors de sa présence. On se soumit, et
l'ordre fut donné de signer le Concordat, tel que l'abbé Bernier et le
cardinal Consalvi l'avaient définitivement rédigé.

[En marge: Joseph Bonaparte chargé de signer le Concordat.]

[En marge: Signature du Concordat le 15 juillet 1801.]

Suivant son usage de réserver à son frère aîné la conclusion de tous
les actes importants, le Premier Consul désigna pour plénipotentiaires
Joseph Bonaparte, le conseiller d'État Cretet, et enfin l'abbé
Bernier, à qui cet honneur était bien dû pour les peines qu'il s'était
données, et l'habileté qu'il avait déployée dans cette longue et
mémorable négociation. Le Pape eut pour plénipotentiaires le cardinal
Consalvi, monsignor Spina, et le père Caselli, savant Italien qui
avait suivi la légation romaine, afin de l'aider de ses connaissances
théologiques. On se réunit pour la forme chez Joseph Bonaparte, on
relut les actes, on fit ces petits changements de détail, toujours
réservés pour le dernier moment, et, le 15 juillet 1801 (26 messidor),
on signa ce grand acte, le plus important que la cour de Rome ait
conclu avec la France, et peut-être avec aucune puissance chrétienne,
car il terminait l'une des plus affreuses tourmentes que la religion
catholique ait jamais traversées. Pour la France, il faisait cesser un
schisme déplorable, et le faisait cesser en plaçant l'Église et l'État
dans des rapports d'union et d'indépendance convenables.

[En marge: Août 1801.]

Il restait beaucoup à faire après la signature de ce traité, qui a
porté depuis le titre de Concordat. Il fallait en demander la
ratification à Rome, puis obtenir les bulles qui devaient en
accompagner la publication, ainsi que les brefs adressés à tous les
anciens titulaires, pour réclamer leur démission; il fallait tracer
ensuite la nouvelle circonscription, choisir les soixante nouveaux
prélats, et en toutes ces choses marcher d'accord avec Rome. C'était
une négociation non interrompue, jusqu'au jour où l'on pourrait enfin
chanter un _Te Deum_ à Notre-Dame, pour y célébrer le rétablissement
du culte. Le Premier Consul, toujours pressé d'arriver au résultat,
aurait voulu que tout cela fût fini promptement, pour célébrer en même
temps la paix avec les puissances européennes, et la paix avec
l'Église. L'accomplissement d'un tel désir était difficile. On se hâta
néanmoins dans l'expédition de ces détails, afin de retarder le moins
possible le grand acte de la restauration religieuse.

[En marge: Séance dans laquelle le Concordat est communiqué au Conseil
d'État.]

Le Premier Consul ne publia point encore le traité signé avec le Pape,
car auparavant il fallait avoir reçu les ratifications. Mais il en fit
part au Conseil d'État, dans la séance du 6 août (18 thermidor). Il ne
communiqua point l'acte dans sa teneur, il se contenta d'en donner une
analyse substantielle, et accompagna cette analyse de l'énumération
des motifs qui avaient décidé le gouvernement. Ceux qui l'entendirent
ce jour-là furent frappés de la précision, de la vigueur, de la
hauteur de son langage. C'était l'éloquence du magistrat chef
d'empire. Cependant, s'ils furent saisis de cette éloquence simple et
nerveuse, que Cicéron appelait chez César _vim Cæsaris_, ils furent
peu ramenés à l'oeuvre du Premier Consul[14]. Ils restèrent mornes et
muets, comme s'ils avaient vu périr avec le schisme une des oeuvres
les plus regrettables de la Révolution. L'acte n'étant pas soumis
encore aux délibérations du Conseil d'État, il n'y avait ni à le
discuter ni à le voter. Rien ne troubla la froideur silencieuse de
cette scène. On se tut, on se sépara sans mot dire, sans exprimer un
suffrage. Mais le Premier Consul avait montré sa volonté, désormais
irrévocable, et c'était beaucoup pour une infinité de gens. C'était au
moins le silence assuré de ceux qui ne voulaient pas lui déplaire, et
de ceux aussi qui, respectant son génie, reconnaissant l'immensité des
biens qu'il versait sur la France, étaient décidés à lui passer même
des fautes.

         [Note 14: Lettre de Mgr Spina au cardinal Consalvi,
         secrétaire d'État:

                                                     Parigi, 8 agosto.

         Giovedi scorso il Primo Console essendo al Consiglio di
         Stato, instruito che in Parigi si parla della convenzione da
         esso fatta con Sua Santità, e che ognuno ignorandone il
         preciso ne parla e fa dei comenti a seconda della propria
         immaginazione, prese dà ciò ragione di communicarne al
         Consiglio medesimo l'intiero tenore. So che parlò un ora e
         mezza, dimostrandone la necessità et l'utilità, e mi vien
         riferito che parlasse eccellentemente. Siccome non richiese
         qual fosse il parere del suo Consiglio, ognuno si tacque. Non
         ho ancora potuto sapere quale impressione facesse nell'animo
         dei consiglieri in generale. I buoni ne godettero, ma il
         numero di questi è ben ristretto. Procurerò d'indagare quai
         sia l'impressione fatta in quelli che sono di diversa
         opinione. Pare che il Primo Console andar voglia preparando
         gli spiriti di quelli che sono nemici di questa operazione a
         non contrariarla, mà nulla otterrà fino a che non prende
         qualche misura più energica contro i costituzionali, e fine a
         che lascia il culto cattolico esposto alla sferza del
         ministro della pulizia.]

[En marge: Dissolution du concile formé par le clergé
constitutionnel.]

Le Premier Consul, pensant qu'il avait maintenant assez stimulé la
cour de Rome, jugea qu'il fallait mettre fin au prétendu concile des
constitutionnels. En conséquence il leur ordonna de se séparer, et
ils obéirent. Aucun d'eux n'aurait osé blesser l'autorité qui allait
distribuer soixante siéges, relevés cette fois par l'institution
pontificale. En se séparant, ils présentèrent au Premier Consul un
acte convenable dans la forme, et qui contenait leurs vues,
relativement au nouvel établissement religieux. Il renfermait les
propositions que nous avons déjà fait connaître.

[En marge: Convocation des cardinaux pour leur soumettre le
Concordat.]

Le cardinal Consalvi était parti de Paris pour retourner à Rome, et
ramener M. de Cacault auprès du Saint-Siége. Le Pape soupirait après
ce double retour, car la Basse-Italie était dangereusement agitée. Les
patriotes italiens de Naples et de l'État romain attendaient avec
impatience l'occasion d'un nouveau bouleversement, et les bandits de
l'ancien parti Ruffo, les sicaires de la reine de Naples, ne
demandaient pas mieux qu'un prétexte pour se jeter sur les Français.
Ces hommes, si différents d'intention, étaient prêts à unir leurs
efforts, pour tout mettre en confusion. La nouvelle de l'accord établi
entre les deux gouvernements français et romain, la certitude de
l'intervention du général Murat placé dans le voisinage à la tête
d'une armée, continrent les esprits, et prévinrent ces sinistres
projets. Le Pape fut ravi en voyant revenir à Rome le cardinal
Consalvi, et le ministre de France. Sur-le-champ il convoqua la
congrégation des cardinaux afin de leur soumettre le nouvel ouvrage,
et il fit préparer les bulles, les brefs, tous les actes enfin, suite
nécessaire du Concordat. Le digne pontife était joyeux, mais agité. Il
avait la certitude de bien faire, et de n'immoler que des intérêts de
faction au bien général de l'Église. Mais le blâme du vieux parti du
trône et de l'autel éclatait avec violence à Rome, et, bien que le
Saint-Père eût éloigné de lui tous les malveillants, il entendait
leurs paroles amères; il en était ému. Le cardinal Maury, jugeant avec
la supériorité de son esprit la cause de l'émigration perdue, et déjà
peut-être voyant avec une secrète satisfaction le moment d'un
rapatriement général pour tous les hommes qui gémissaient loin de leur
pays, le cardinal Maury se tenait à l'écart dans son évêché de
Montefiascone, s'occupant uniquement des soins d'une bibliothèque qui
charmait son exil. Le Pape, pour ne donner aucun ombrage au Premier
Consul, avait d'ailleurs fait sentir à ce cardinal, que sa retraite
absolue à Montefiascone était, dans le moment, une convenance du
gouvernement pontifical.

[En marge: Sept. 1801.]

[En marge: Adoption du Concordat par le Sacré-Collége.]

[En marge: Choix du cardinal Caprara comme légat du Pape en France.]

Le Pape était donc satisfait, mais plein d'émotion[15], et il
pressait vivement l'achèvement de l'entreprise si heureusement
commencée. La congrégation des cardinaux était toute favorable au
Concordat depuis sa nouvelle rédaction, et elle se prononça d'une
manière affirmative. Le Pape, pensant qu'il fallait désormais se jeter
dans les bras du Premier Consul, et accomplir avec éclat une oeuvre
qui avait un aussi noble objet que le rétablissement du culte
catholique en France, voulut que la cérémonie des ratifications fût
entourée de beaucoup de solennité. En conséquence, il donna ces
ratifications dans un grand consistoire, et, pour ajouter encore à
l'éclat de cette fonction pontificale, il nomma trois cardinaux. Il
reçut M. de Cacault en pompe, et déploya, malgré la gêne de ses
finances, tout le luxe que cette circonstance comportait. Ayant à
faire choix d'un légat pour l'envoyer en France, il désigna le
diplomate le plus éminent de la cour romaine, c'était le cardinal
Caprara, personnage distingué par sa naissance (il était de l'illustre
famille des Montecuculli), distingué par ses lumières, son expérience,
sa modération. Autrefois ambassadeur auprès de Joseph II, il avait vu
les tribulations de l'Église dans le siècle dernier, et avait souvent,
par son habileté et son esprit d'à-propos, épargné plus d'un
désagrément au Saint-Siége. Le Premier Consul avait exprimé lui-même
le désir d'avoir auprès de sa personne ce prince de l'Église. Le Pape
se hâta de satisfaire à ce désir, et fit même de grands efforts pour
vaincre la résistance du cardinal, âgé, malade, et peu disposé à
recommencer la carrière laborieuse de sa première jeunesse. Cependant
cette répugnance fut vaincue par les vives instances du Saint-Père, et
par l'intérêt pressant de l'Église. Le Pape voulut conférer au
cardinal Caprara la plus haute dignité diplomatique de la cour
romaine, celle de légat _a latere_. Ce légat a les pouvoirs les plus
étendus; il est précédé partout de la croix; il peut tout ce qui se
peut loin du Pape. Pie VII renouvela en cette occasion les antiques
cérémonies, dans lesquelles on remettait aux représentants de saint
Pierre le signe vénéré de leur mission. Un grand consistoire fut
convoqué de nouveau, et, en présence de tous les cardinaux, de tous
les ministres étrangers, le cardinal Caprara reçut la croix d'argent,
qu'il devait faire porter devant lui dans cette France républicaine,
étrangère depuis long-temps aux pompes catholiques.

         [Note 15: Lettre de M. de Cacault, ministre plénipotentiaire
         de la République française à Rome, au ministre des relations
         extérieures:

                            Rome, le 8 août 1801 (20 thermidor an IX).

         CITOYEN MINISTRE,

         Pour vous informer de l'état de l'affaire de la ratification
         du Pape attendue à Paris, je ne puis mieux faire que de vous
         transmettre en original la lettre que je viens de recevoir du
         cardinal Consalvi.

         Ce cardinal étant obligé de garder le lit, Sa Sainteté est
         venue travailler aujourd'hui chez son secrétaire d'État.

         Le Sacré-Collége entier doit concourir à la ratification;
         tous les docteurs de premier ordre sont employés et en
         mouvement. Le Saint-Père est dans l'agitation, l'inquiétude
         et le désir d'une jeune épouse, qui n'ose se réjouir du grand
         jour de son mariage. Jamais on n'a vu la cour pontificale
         plus recueillie, plus sérieusement et plus secrètement
         occupée de la nouveauté sur le point d'éclore, sans que la
         France, dont il s'agit, pour laquelle on travaille, intrigue,
         promette, donne, ni brille ici, suivant les anciens usages.
         Le Premier Consul jouira bientôt de l'accomplissement de ses
         vues à l'égard de l'accord avec le Saint-Siége, et cela sera
         arrivé d'une manière nouvelle, simple et vraiment
         respectable.

         Ce sera l'ouvrage d'un héros et d'un saint, car le Pape est
         d'une piété réelle.

         Il m'a dit plusieurs fois: «Soyez sûr que si la France, au
         lieu d'être puissance dominante, était dans l'abattement et
         la faiblesse à l'égard de ses ennemis, je n'en ferais pas
         moins tout ce que j'accorde aujourd'hui.»

         Je ne crois pas qu'il soit arrivé souvent qu'un si grand
         résultat, d'où dépendra beaucoup désormais la tranquillité de
         la France et le bonheur de l'Europe, ait été obtenu sans
         violence comme sans corruption.

         J'ai l'honneur de vous saluer respectueusement.

                                                         CACAULT.]

[En marge: Octob. 1801.]

Le Premier Consul, sensible à la conduite cordiale du Pape, lui
témoigna en retour les plus grands égards. Il prescrivit à Murat
d'épargner aux États romains les passages de troupes; il fit évacuer
par les Cisalpins le petit duché d'Urbin, que ces derniers avaient
envahi sous le prétexte d'une contestation de limites. Il annonça la
prochaine évacuation d'Ancône, et, en attendant, envoya des fonds pour
en payer la garnison, afin de soulager le trésor pontifical de cette
dépense. Les Napolitains s'obstinant à occuper deux enclaves
appartenant au Saint-Siége, Bénévent et Ponte-Corvo, reçurent de
nouveau l'injonction d'en sortir. Le Premier Consul fit enfin préparer
et meubler avec luxe un des beaux hôtels de Paris, afin d'y loger, aux
frais du trésor français, le cardinal Caprara.

[En marge: Arrivée à Paris du cardinal Caprara.]

Les ratifications avaient été échangées, les bulles approuvées, les
brefs allaient être expédiés dans toute la chrétienté pour provoquer
les démissions des anciens titulaires. Le cardinal Caprara, malgré son
âge, avait hâté son voyage en France. Partout on avait ordonné aux
autorités de l'accueillir d'une manière conforme à sa haute dignité.
Elles l'avaient fait avec empressement, et la population des
provinces, secondant leur zèle, avait donné au représentant du
Saint-Siége des marques de respect, qui prouvaient l'empire du vieux
culte sur le peuple des campagnes. Mais on craignait de mettre à une
telle, épreuve le peuple railleur de Paris, et tout fut disposé pour
que le cardinal entrât de nuit dans la capitale. Il y fut reçu avec
des soins empressés, et logé dans l'hôtel qu'on lui avait préparé. On
lui fit savoir de la manière la plus délicate, qu'une partie des frais
de sa mission était à la charge du gouvernement français, et que
c'était un usage diplomatique qu'on entendait établir à l'égard du
Saint-Siége. Le Premier Consul avait envoyé chez le légat deux
voitures attelées de ses plus beaux chevaux.

Le cardinal Caprara fut reçu comme un ambassadeur étranger, mais point
encore comme un représentant de l'Église. Cette réception était
ajournée jusqu'à l'époque du rétablissement définitif du culte. On se
réservait d'instituer, le même jour, les nouveaux évêques, de chanter
un _Te Deum_, et de faire prêter au cardinal-légat le serment qu'il
devait au Premier Consul.

Les formalités indispensables dont il fallait que la publication du
Concordat fût précédée, avaient pris beaucoup plus de temps qu'on ne
l'avait cru d'abord, et avaient conduit jusqu'à l'époque où les
préliminaires de paix venaient d'être signés à Londres. Le Premier
Consul aurait voulu pouvoir faire coïncider la fête consacrée le 18
brumaire à la paix générale, avec la grande solennité religieuse de la
restauration du culte. Mais il fallait que les démissions des anciens
titulaires fussent arrivées à Rome, avant d'y faire approuver la
nouvelle circonscription diocésaine et les choix des nouveaux évêques.
Ces démissions demandées par le Pape à l'ancien clergé français,
étaient dans ce moment l'objet de l'attention générale. On désirait
savoir de toutes parts, comment serait accueilli ce grand acte, du
Pape et du Premier Consul, se tenant par la main, et demandant aux
anciens ministres du culte, amis ou ennemis de la Révolution, répandus
en Russie, en Allemagne, en Angleterre, en Espagne, leur demandant de
sacrifier leur position, leurs affections de parti, l'orgueil même de
leurs doctrines, pour faire triompher l'unité de l'Église, et rétablir
la tranquillité intérieure de la France. Combien y en aurait-il qui
seraient assez sensibles à ce double motif, pour immoler tant de
sentiments et d'intérêts personnels à la fois? Le résultat prouva la
sagesse du grand acte que faisaient en ce moment le Pape et le Premier
Consul; il prouva l'empire que pouvait exercer sur les âmes l'amour du
bien, noblement invoqué par un saint pontife et un héros.

[En marge: Demande de leur démission à tous les anciens titulaires.]

Les brefs adressés aux évêques orthodoxes et aux évêques
constitutionnels n'étaient pas les mêmes. Le bref destiné aux évêques
qui s'étaient refusés à reconnaître la Constitution civile du clergé,
les considérait comme légitimes titulaires de leurs siéges, leur
demandait de se démettre au nom de l'intérêt de l'Église, en vertu
d'une offre faite jadis à Pie VI, et, en cas de refus, les déclarait
déchus. Le langage en était affectueux, affligé, mais plein
d'autorité. Le bref adressé aux constitutionnels était paternel aussi,
respirait l'indulgence la plus douce, mais ne parlait pas de
démission, vu que l'Église n'avait jamais reconnu les constitutionnels
comme évêques légitimes. Il leur demandait d'abjurer d'anciennes
erreurs, de rentrer dans le sein de l'Église, et de terminer un
schisme qui était à la fois un scandale et une calamité. C'était une
manière de provoquer leur démission sans la réclamer, car la réclamer
eût été une reconnaissance de leur titre que le Saint-Siége ne pouvait
faire.

[En marge: Démission donnée en masse par les évêques
constitutionnels.]

Il faut rendre une égale justice à tous les hommes qui facilitèrent ce
grand acte de réunion. Les évêques constitutionnels, dont quelques-uns
auraient voulu résister, mais dont la majorité, bien conseillée,
désirait franchement seconder le Premier Consul, se démirent en masse.
Le bref, quoique plein de cordialité, les blessait, parce qu'il ne
parlait que de leurs erreurs, et non de leur démission. Ils
imaginèrent une forme d'adhésion aux volontés du Pape, qui, sans
impliquer aucune rétractation du passé, impliquait néanmoins leur
soumission et leur démission. Ils déclarèrent qu'ils adhéraient au
nouveau Concordat, et se dépouillaient en conséquence de leur dignité
épiscopale. Ils étaient environ cinquante. Tous se soumirent, un seul
excepté, l'évêque Saurine, homme d'une imagination fort vive, d'un
zèle religieux plus ardent qu'éclairé, prêtre d'ailleurs de moeurs
pures, que le Premier Consul appela plus tard à des fonctions
épiscopales, après l'avoir fait agréer au Pape.

Cette partie de l'oeuvre n'était pas la plus difficile. Elle était
d'ailleurs la plus immédiatement réalisable, parce que les
constitutionnels étaient presque tous à Paris, sous la main du Premier
Consul, et sous l'influence des amis, qui s'étaient constitués leurs
défenseurs et leurs guides.

[En marge: Noble réponse des anciens titulaires du clergé orthodoxe, à
la sommation du Pape.]

Les évêques non assermentés étaient répandus dans toute l'Europe. Il y
en avait cependant un certain nombre en France. L'immense majorité
offrit un noble exemple de piété et de soumission évangéliques. Sept
résidaient à Paris, huit dans les provinces, en tout quinze. Pas un
n'hésita dans la réponse à faire au Pontife, et au nouveau chef de
l'État. Ils la firent surtout dans un langage digne des plus beaux
temps de l'Église. Le vieux évêque de Belloy, prélat vénérable, qui
avait remplacé M. de Belsunce à Marseille, et qui était le modèle de
l'ancien clergé, se hâta de donner à ses confrères le signal de
l'abnégation. «Plein, disait-il, de vénération et d'obéissance pour
les décrets de Sa Sainteté, et voulant toujours lui être uni de coeur
et d'esprit, je n'hésite pas à remettre entre les mains du Saint-Père
ma démission de l'évêché de Marseille. Il suffit qu'elle l'estime
nécessaire à la conservation de la religion en France pour que je m'y
résigne.»

L'un des plus savants évêques du clergé français, l'historien de
Bossuet et de Fénélon, l'évêque d'Alais écrivait: «Heureux de pouvoir
concourir par ma démission, autant qu'il est en moi, aux vues de
sagesse, de paix et de conciliation, que Sa Sainteté s'est proposées,
je prie Dieu de bénir ses pieuses intentions, et de lui épargner les
contradictions qui pourraient affliger son coeur paternel.»

[En marge: Nov. 1801.]

L'évêque d'Acqs écrivait au Saint-Père: «Je n'ai pas balancé un moment
à m'immoler, dès que j'ai appris que ce douloureux sacrifice était
nécessaire à la paix de la patrie et au triomphe de la religion...
Qu'elle sorte glorieuse de ses ruines! qu'elle s'élève, je ne dirai
pas seulement sur les débris de tous mes intérêts les plus chers, de
tous mes avantages temporels, mais sur mes cendres mêmes, si je
pouvais lui servir de victime expiatoire!... Que mes concitoyens
reviennent à la concorde, à la foi, et aux saintes moeurs! Jamais je
ne formerai d'autres voeux pendant ma vie, et ma mort sera trop
heureuse si je les vois accomplis.»

Confessons-le, c'est une belle institution, que celle qui inspire ou
commande de tels sacrifices, et un tel langage. Les plus grands noms
de l'ancien clergé et de l'ancienne France, les Rohan, les
Latour-du-Pin, les Castellane, les Polignac, les Clermont-Tonnerre,
les Latour-d'Auvergne, se faisaient remarquer sur la liste des
démissionnaires. Il y avait un entraînement général, qui rappelait les
généreux sacrifices de l'ancienne noblesse française dans la nuit du 4
août. C'était le même empressement à faciliter, par un grand acte
d'abnégation, l'exécution de ce Concordat, que M. de Cacault avait
appelé l'oeuvre d'un héros et d'un saint.

[En marge: Résistance des évêques réfugiés en Angleterre.]

Les évêques réfugiés en Allemagne, en Italie, en Espagne, suivirent
cet exemple pour la plupart. Restaient les dix-huit évêques retirés en
Angleterre. On attendait ces derniers pour voir s'ils sauraient
échapper aux influences ennemies qui les entouraient. Le gouvernement
britannique, ramené dans le moment vers la France, voulut demeurer
étranger à leur détermination. Mais les princes de la maison de
Bourbon, les chefs de la chouannerie, les instigateurs de la guerre
civile, les complices de la machine infernale, Georges et consorts,
étaient à Londres, vivant des secours donnés aux émigrés. Ils
entouraient les dix-huit prélats, bien résolus à les empêcher de
compléter par leur adhésion la réunion de tout le clergé français
autour du Pape et du général Bonaparte. De longues délibérations
s'établirent. Parmi les récalcitrants se trouvaient l'archevêque de
Narbonne, auquel on attribuait des intérêts très-temporels, car il
devait perdre avec son siége d'immenses revenus, et l'évêque de
Saint-Pol-de-Léon, qui s'était créé une charge, disait-on,
avantageuse, celle d'administrer les subsides britanniques aux prêtres
déportés. Ils agirent sur les évêques et en entraînèrent treize. Mais
ils rencontrèrent une noble résistance dans cinq autres prélats, à la
tête desquels se trouvaient deux des membres les plus illustres, les
plus imposants du vieux clergé: M. de Cicé, archevêque de Bordeaux,
ancien garde des sceaux sous Louis XVI, personnage auquel on
reconnaissait un esprit politique supérieur; M. de Boisgelin, évêque
savant et grand seigneur, qui avait montré jadis l'attitude d'un
prêtre digne, fidèle à sa religion, mais nullement ennemi des lumières
de son siècle. Ils envoyèrent leur adhésion, avec leurs trois
collègues MM. d'Osmond, de Noé, et du Plessis d'Argentré.

Presque tout l'ancien clergé s'était donc soumis. L'oeuvre du Pape
était accomplie, avec moins d'amertume pour son coeur, qu'il ne
l'avait craint d'abord. Toutes ces démissions, insérées successivement
au _Moniteur_, à côté des traités signés avec les cours de l'Europe,
avec la Russie, l'Angleterre, la Bavière, le Portugal, produisaient un
effet immense, et dont les contemporains ont conservé un profond
souvenir. Si quelque chose fit sentir l'influence entraînante du
nouveau gouvernement, ce fut cette soumission respectueuse, empressée,
des deux Églises ennemies, l'une dévouée à la Révolution, mais
corrompue par le démon de la dispute; l'autre fière, orgueilleuse de
son orthodoxie, de la grandeur de ses noms, infectée de l'esprit de
l'émigration, animée d'un royalisme sincère, et croyant d'ailleurs
qu'il suffisait du temps pour la rendre victorieuse. Ce triomphe fut
l'un des plus beaux, des plus mérités, des plus universellement
sentis.

Le 18 brumaire, consacré à la grande fête de la paix générale,
approchait. Le Premier Consul fut saisi de l'un de ces sentiments
personnels, qui souvent, chez les hommes, se mêlent aux plus nobles
résolutions. Il voulait jouir de son ouvrage, et pouvoir célébrer le
rétablissement de la paix religieuse dans la journée du 18 brumaire.
Mais, pour cela, il fallait deux choses: premièrement, qu'on eût
envoyé de Rome la bulle relative aux nouvelles circonscriptions, et
secondement que le cardinal Caprara eût la faculté d'instituer les
nouveaux évêques. Alors on aurait nommé et sacré les soixante
titulaires, et chanté en leur présence, un _Te Deum_ solennel dans
l'église Notre-Dame. Par malheur, on avait attendu à Rome la réponse
de cinq évêques français retirés dans le nord de l'Allemagne; et,
quant à la faculté de donner l'institution canonique, on ne l'avait
pas attribuée au cardinal Caprara, parce que jamais un tel pouvoir
n'avait été déféré, même à un légat _a latere_. On était au 1er
novembre (10 brumaire), il ne restait plus que quelques jours. Le
Premier Consul manda le cardinal Caprara, lui parla de la manière la
plus amère, se plaignit, avec une vivacité qui n'était ni digne ni
méritée, du peu de concours qu'il obtenait de la part du gouvernement
pontifical pour l'accomplissement de ses projets, et causa au
respectable cardinal une vive émotion[16]. Mais il s'apercevait bien
vite de ses fautes, et cherchait aussitôt à les réparer. Il sentit
sur-le-champ qu'il avait tort, et, voulant adoucir l'effet produit par
sa véhémence, il retint le cardinal toute une journée à la Malmaison,
le charma par sa grâce et sa bonté, et le consola de ses emportements
du matin.

         [Note 16: Lettre du cardinal Caprara au cardinal Consalvi:

                                              Parigi, 2 novembre 1801.

         Ritornato da Malmaison verso le ore 11 della notte mi pongo a
         dettare il risultato dell'abboccamento avuto col Primo
         Console. In niun modo ha fatto il medesimo parola meco dei
         cinque articoli che in copia annetto alla mia del 1º
         novembre, ma immediatamente con quella vivacità che è propria
         del suo carattere, ed aggiungo anche, mostrando di essere
         indispettito, ha incominciato dal fare lagnanze le più amare
         contro tutti i Romani, dicendo che lo menano in barchetta, e
         che studiano di prenderlo alla trappola; che lo menano in
         barchetta colla eterna lungaggine nello spedire la bolla di
         circoscrizione, al cui ritardo hanno contribuito col non
         mandare i brevi ai vescovi nel tempo che dovevano, e col non
         spedirli per mezzo di corrieri, corne avrebbe fatto ogni
         governo cui premeva un affare: che studiano di prenderlo alla
         trappola, perche vorrebbero fargli fare la figura di
         bamboccio nell'indurre il papa a non ammettergli le nomine
         ch'egli farà di vescovi costituzionali, e proseguendo a
         parlare a guisa di torrente, ha ripetuto esattamente tutto
         ciò, che in presenza di monsignor Spina mi disse jeri sera il
         consigliere Portalis.

         Dopo un discorso si veemente, e mescolato di espressioni
         assai agre io ho preso a giustificare i Romani accusati; al
         che egli interrompendomi, ha detto: Non accetto
         giustificazioni, e solo dal numéro eccettuo il papa, per cui
         hò rispetto e tenerezza....................
         ..............Parendomi in quel punto meno trasportato che in
         principio, mi sono studiato di fargli sentire che avendo
         tenerezza per nostro signore doveva dargliene un contrassegno
         col togliergli il dispiacere di nominare vescovi
         costituzionali. A questa proposizione, ha ripreso l'antico
         tuono, ed ha detto: I costituzionali saranno da me nominati,
         ed in numero di quindici. Hò fatto quel che potevo, e non
         recederò neppure di una linea dalla determinazione che ho
         presa......... ...............Quanto ai capi di setta, il
         consigliere Portalis, che era presente, ha voluto assicurarmi
         che potevo vivere quieto, e che su i soggetti sarei stato
         contento; ma quanto alla sommissione il Primo Console ha
         ripreso, è superbia il dimandarla, ed è viltà il prestarla; e
         qui senza attendere risposta, si è aperto un campo vasto in
         ordine alla canonica istituzione, e non piu come militare, ma
         a guisa di canonista ha tenuto un lunghissimo discorso, non
         dirò da persuadere, ma da tenere a bada, ed in fine ha detto:
         Ma i vescovi non fanno la professione di fede, e prestano
         giuramento? Rispostogli di si dallo stesso consigliere
         Portalis, ha conchiuso, questo tratto di ubbidienza al papa
         basta per mille sommissioni. E rivolgendosi a me, mi ha
         laconicamente ripetuto: Procurate che sollecitamente venga la
         bella della circoscrizione, e che ciò che ne viene di
         seguito, e di cui vi ho parlato, non abbia per parte di Roma
         la stessa sorte che hanno avuto i brevi spediti ai vescovi,
         quali secondo le mie notizie non erano stati consegnati ad
         alcuno in Germania a tutto il 21 del passato.

         Cosi è finito l'abboccamento, devo però soggiungerle, che
         finito il medesimo all' incirca un' ora dopo mezzogiorno'
         egli parti con Madama, stando fuori all' incirca un' altra
         ora: ma prima mi obbligo di rimanere presso di lui a pranzo
         non ostante che fossi impegnato dal fratello Giuseppe,
         alquale egli stesso spedi. Certamente senza esagerazione
         fuori del tempo del pranzo sino a dieci ore della notte volle
         tratternersi meco, passeggiando alla sua maniera la più parte
         del tempo e parlando di tutti gli oggetti economici e
         politici possibili in ordine a noi.]

On écrivit à Rome, on dépêcha en Allemagne un respectable prêtre, le
curé de Saint-Sulpice, M. de Pancemont, depuis évêque de Vannes, pour
aller chercher la réponse des cinq prélats qu'on attendait
impatiemment. Cependant le 18 brumaire se passa sans que les actes
désirés fussent arrivés. L'éclat de cette journée était du reste assez
grand pour faire oublier au Premier Consul ce qui pouvait y manquer
encore. Enfin les réponses de Rome arrivèrent. Le Pape, toujours
enclin à faire ce que désirait celui qu'il appelait son cher fils,
envoya la bulle de circonscription, et le pouvoir d'instituer les
nouveaux évêques, conféré au légat d'une manière tout à fait inusitée.
Pour prix de tant de déférence, il désirait une chose confiée à
l'habileté du cardinal Caprara, c'est qu'on lui épargnât le chagrin
d'instituer des constitutionnels.

[En marge: Tout est prêt pour la cérémonie du rétablissement du culte;
mais il reste à vaincre l'opposition du Tribunat.]

Plus rien ne s'opposait désormais à la proclamation du grand acte
religieux, si laborieusement accompli. Mais on avait laissé passer le
moment propice. La session de l'an X était ouverte, suivant l'usage, à
partir du 1er frimaire (22 novembre 1801). Le Tribunat, le Corps
Législatif, le Sénat, étaient assemblés: on annonçait une vive
résistance et des discours scandaleux contre le Concordat. Le Premier
Consul ne voulait point que de tels éclats vinssent troubler une
auguste cérémonie, et il résolut d'attendre, pour célébrer le
rétablissement des cultes, qu'il eût ramené ou brisé le Tribunat.
Maintenant les lenteurs devaient venir de lui, et c'est le Saint-Siége
qui allait se montrer pressant. Du reste, les difficultés soudaines
qu'il était exposé à rencontrer, prouvaient le mérite et le courage de
sa résolution. Ce n'était pas seulement au Concordat qu'on annonçait
une vive opposition, mais au Code civil lui-même, mais à quelques-uns
des traités qui venaient d'assurer la paix du monde. Fier de ses
oeuvres, fort de l'assentiment public, le Premier Consul était résolu
de se porter aux plus grandes extrémités. Il ne parlait que de briser
les corps qui lui résisteraient. Ainsi les passions humaines allaient
mêler leurs emportements aux plus belles oeuvres d'un grand homme et
d'une grande époque.

FIN DU LIVRE DOUZIÈME.



LIVRE TREIZIÈME.

LE TRIBUNAT.

     Administration intérieure. -- Les grandes routes purgées du
     brigandage, et réparées. -- Renaissance du commerce. --
     Exportations et importations de l'année 1801. -- Résultats
     matériels de la Révolution française, relativement à
     l'agriculture, à l'industrie, à la population. -- Influence des
     préfets et sous-préfets sur l'administration. -- Ordre et
     célérité dans l'expédition des affaires. -- Conseillers d'État en
     tournée. -- Discussion du Code civil au Conseil d'État. --
     Brillant hiver de 1801 à 1802. -- Affluence extraordinaire des
     étrangers à Paris. -- Cour du Premier Consul. -- Organisation de
     sa maison militaire et civile. -- La garde consulaire. -- Préfets
     du palais et dames d'honneur. -- Soeurs du Premier Consul. --
     Hortense de Beauharnais épouse Louis Bonaparte. -- MM. Fox et de
     Calonne à Paris. -- Bien-être et luxe de toutes les classes. --
     Approches de la session de l'an X. -- Une vive opposition s'élève
     contre les plus belles oeuvres du Premier Consul. -- Causes de
     cette opposition, répandue non-seulement parmi les membres des
     assemblées délibérantes, mais parmi quelques chefs de l'armée. --
     Conduite des généraux Lannes, Augereau et Moreau. -- Ouverture de
     la session. -- Dupuis, l'auteur de l'ouvrage sur l'origine de
     tous les cultes, est nommé président du Corps Législatif. --
     Scrutins pour les places vacantes au Sénat. -- Nomination de
     l'abbé Grégoire, contrairement aux propositions du Premier
     Consul. -- Explosion violente au Tribunat, pour le mot _sujet_,
     inséré dans le traité avec la Russie. -- Opposition au Code
     civil. -- Irritation du Premier Consul. -- Discussion au Conseil
     d'État sur la conduite à tenir dans ces circonstances. -- On
     prend le parti d'attendre la discussion des premiers titres du
     Code civil. -- Le Tribunat rejette ces premiers titres. -- Suite
     des scrutins pour les places vacantes au Sénat. -- Le Premier
     Consul a proposé d'anciens généraux, qui ne sont pas pris parmi
     ses créatures. -- Le Tribunat et le Corps Législatif les
     repoussent, et se mettent d'accord pour proposer M. Daunou, connu
     par son opposition au gouvernement. -- Vive allocution du Premier
     Consul à une réunion de sénateurs. -- Menaces d'un coup d'État.
     -- Les opposants intimidés se soumettent, et imaginent un
     subterfuge pour annuler l'effet de leurs premiers scrutins. -- Le
     consul Cambacérès dissuade le Premier Consul de toute mesure
     illégale, et lui persuade de se débarrasser des opposants, au
     moyen de l'article 38 de la Constitution, qui fixe en l'an X la
     sortie du premier cinquième du Corps Législatif et du Tribunat.
     -- Le Premier Consul adopte cette idée. -- Suspension de tous les
     travaux législatifs. -- On en profite pour réunir à Lyon, sous le
     titre de Consulte, une diète italienne. -- Avant de quitter Paris
     le Premier Consul expédie une flotte chargée de troupes à
     Saint-Domingue. -- Projet de reconquérir cette colonie. --
     Négociations d'Amiens. -- Objet de la Consulte convoquée à Lyon.
     -- Diverses manières de constituer l'Italie. -- Projets du
     Premier Consul à ce sujet. -- Création de la République
     Italienne. -- Le général Bonaparte proclamé Président de cette
     république. -- Enthousiasme des Italiens et des Français réunis à
     Lyon. -- Grande revue de l'armée d'Égypte. -- Retour du Premier
     Consul à Paris.


[En marge: Nov. 1804.]

[En marge: Administration intérieure du Premier Consul.]

On vient de voir au moyen de quels efforts persévérants et habiles, le
Premier Consul, après avoir vaincu l'Europe par ses victoires, avait
réussi à la rapprocher de la France par sa politique: on vient de voir
au moyen de quels efforts, non moins méritoires, il avait réconcilié
l'Église romaine avec la République française, et mis fin aux malheurs
du schisme. Ses efforts pour rétablir la sécurité et la viabilité sur
les routes, pour rendre l'activité au commerce et à l'industrie, pour
ramener l'aisance dans les finances, l'ordre dans l'administration,
pour rédiger un code de lois civiles approprié à nos moeurs, pour
organiser enfin dans toutes ses parties la société française,
n'avaient été ni moins constants ni moins heureux.

[En marge: Succès complet dans la répression du brigandage.]

Cette race de brigands qui s'était formée des déserteurs des armées,
et des soldats licenciés de la guerre civile, qui poursuivait les
propriétaires riches dans les campagnes, les voyageurs sur les
grandes routes, pillait les caisses publiques, et répandait la
terreur dans le pays, venait d'être réprimée avec la dernière rigueur.
Ces brigands avaient choisi, pour se répandre, le moment où les armées
portées presque toutes à la fois au dehors, avaient privé l'intérieur
des forces nécessaires à sa sécurité. Mais depuis la paix de
Lunéville, et le retour d'une partie de nos troupes en France, la
situation n'était plus la même. De nombreuses colonnes mobiles,
accompagnées d'abord de commissions militaires, et plus tard de ces
tribunaux spéciaux dont nous avons raconté l'établissement, avaient
parcouru les routes en tout sens, et châtié avec la plus impitoyable
énergie ceux qui les infestaient. Plusieurs centaines d'entre eux
avaient été fusillés en six mois, sans qu'aucune réclamation s'élevât
en faveur de scélérats, restes impurs de la guerre civile. Les autres,
complètement découragés, avaient remis leurs armes, et fait leur
soumission. La sécurité était rétablie sur les grands chemins, et
tandis qu'aux mois de janvier et de février 1801, on pouvait à peine
voyager de Paris à Rouen, ou de Paris à Orléans, sans courir le danger
d'être égorgé, on pouvait à la fin de cette même année traverser la
France entière sans être exposé à aucun accident. C'est à peine si,
dans le fond de la Bretagne ou dans l'intérieur des Cévennes, il
subsistait encore quelques restes de ces bandes. Elles allaient être
bientôt complétement dispersées.

[En marge: Réparation des routes déjà fort avancée.]

On a vu précédemment comment dix années de troubles avaient presque
interrompu la viabilité en France; comment l'ancienne corvée avait
été remplacée par la taxe des barrières; comment, sous le régime de
cette taxe incommode et insuffisante a la fois, les routes étaient
tombées dans un état de complète dégradation; comment enfin le Premier
Consul, en nivôse dernier, avait consacré un subside extraordinaire à
réparer vingt des principales chaussées, qui traversaient le sol de la
République. Il avait lui-même veillé à l'emploi de ce subside, et par
une attention de tous les moments, excité au plus haut degré le zèle
des ingénieurs. Chacun de ses aides-de-camp, ou des grands
fonctionnaires qui voyageaient en France, était interrogé par lui pour
savoir si ses ordres étaient exécutés. Les fonds avaient été votés
cette année un peu tard; la fin de cette même année avait été
pluvieuse, et de plus la main-d'oeuvre manquait généralement. C'était
la conséquence de défrichements soudains et immenses, et surtout d'une
longue guerre civile. Ces causes diverses avaient retardé les travaux;
mais l'amélioration était cependant remarquable. Le Premier Consul
venait de consacrer un nouveau subside, pris sur l'an X (1801 et
1802), à la réparation de quarante-deux autres routes. Ce subside,
emprunté aux fonds généraux du trésor, devait s'ajouter au produit de
la taxe. En comptant 2 millions non employés en l'an IX, 10 millions
d'extraordinaire imputés sur l'an X, 16 provenant de la taxe, la somme
totale consacrée à l'entretien des routes pour l'année courante,
devait être de 28 millions. C'était deux ou trois fois plus qu'on ne
leur avait affecté aux époques antérieures. Aussi les réparations
marchaient-elles avec une grande rapidité, et tout annonçait que, dans
le courant de 1802, les chemins seraient ramenés en France à un état
de parfaite viabilité.

[En marge: Création de nouvelles routes entre la France et l'Italie,
la France et la Belgique.]

Des ordres étaient donnés pour la création de nouvelles
communications, entre les diverses parties de la France ancienne et
nouvelle. Quatre grandes routes se préparaient entre l'Italie et la
France. Celle du Simplon, mentionnée plusieurs fois, avançait
rapidement. On avait déjà mis la main à celle qui devait réunir le
Piémont et la Savoie par le Mont-Cenis. Une troisième par le
Mont-Genèvre, unissant le Piémont et le midi de la France, était
ordonnée. Les ingénieurs parcouraient les lieux, pour arrêter les
projets. La réparation de la grande route du col de Tende, traversant
les Alpes maritimes, était entreprise. Ainsi la barrière des Alpes
allait se trouver comme abaissée, entre la France et l'Italie, au
moyen de ces quatre voies, praticables pour les plus gros transports
civils et militaires. Le miracle du passage du Saint-Bernard devenait
inutile pour l'avenir, quand il faudrait courir au secours de
l'Italie.

[En marge: Canaux de Saint-Quentin, de l'Ourcq, et d'Aigues-Mortes.]

Le canal de Saint-Quentin s'exécutait. Le Premier Consul était allé
voir lui-même le canal de l'Ourcq, et avait ordonné la reprise des
travaux. Le canal d'Aigues-Mortes à Beaucaire, confié à une compagnie,
était en cours d'exécution. Le gouvernement avait encouragé la
compagnie en lui faisant de vastes concessions de terrain. Les ponts
nouveaux sur la Seine, concédés à une association de capitalistes,
étaient presque achevés. Ces nombreuses et belles entreprises
attiraient vivement l'attention publique. Les esprits, toujours vifs
en France, se détournaient avec une sorte d'entraînement des grandeurs
de la guerre vers les grandeurs de la paix.

[En marge: Augmentation dans les importations et les exportations
commerciales.]

Déjà pendant l'an IX (1800-1801) le commerce avait repris un grand
essor, bien que la guerre maritime eût encore régné pendant tout le
cours de cette année. Les importations qui avaient été en l'an VIII de
325 millions seulement, étaient montées en l'an IX, à 417. C'était
presque une augmentation d'un quart, dans l'espace d'une seule année.
Cette augmentation était due à deux causes: la consommation rapidement
accrue des denrées coloniales, et l'introduction en quantité
considérable des matières premières, propres aux fabriques, telles que
cotons bruts, laines, huiles: ce qui était le signe évident de la
renaissance de nos manufactures. Les exportations s'étaient ressenties
beaucoup moins de ce mouvement général d'accroissement, parce que
notre commerce extérieur n'était pas encore rétabli en l'an IX
(1800-1801), et parce qu'il fallait bien d'ailleurs que la fabrication
des produits en devançât l'exportation. Cependant la somme des
exportations, qui ne s'était élevée en l'an VIII qu'à 271 millions,
montait en l'an IX à 305. Cette augmentation de 34 millions était due
particulièrement à des sorties extraordinaires de nos vins et de nos
eaux-de-vie, ce qui avait excité à Bordeaux une grande activité
commerciale. On remarquera aussi quelle différence avaient produite,
entre nos exportations et nos importations, ces dix années de guerre
maritime, puisque nous venions de recevoir 417 millions de valeurs, et
que nous n'en avions exporté que 305. Mais la restauration de nos
manufactures devait bientôt combler cette différence.

[En marge: Rétablissement de l'industrie des soieries.]

Les soieries du Midi commençaient à refleurir. Lyon, la ville favorite
du Premier Consul, se livrait de nouveau à sa belle industrie. Sur
quinze mille ateliers consacrés autrefois au tissage des soies, il
n'en était resté que deux mille en activité, pendant le temps de nos
troubles. Sept mille étaient déjà rétablis. Lille, Saint-Quentin,
Rouen, participaient au même mouvement, et les ports de mer qui
allaient être débloqués préparaient de nombreux armements. Le Premier
Consul, de son côté, faisait, pour le rétablissement de nos colonies,
des préparatifs dont on verra bientôt l'objet et l'étendue.

[En marge: État numérique de la population après la Révolution
française.]

[En marge: État de l'agriculture.]

[En marge: Défrichements considérables.]

On avait voulu se rendre compte de l'état dans lequel la Révolution
laissait la France, sous le rapport de l'agriculture et de la
population. Les recherches statistiques, impossibles lorsque des
administrations collectives géraient les affaires provinciales,
étaient devenues praticables depuis l'institution des préfectures et
des sous-préfectures. On avait ordonné des recensements, qui avaient
donné des résultats singuliers, confirmés d'ailleurs par les conseils
généraux de départements, assemblés pour la première fois en l'an IX.
Le travail relatif à la population était alors achevé pour 67
départements, sur les 102, dont la France se composait en 1801. La
population qui, dans ces 67 départements, s'élevait à 21,176,243
habitants en 1789, s'élevait à 22,297,443 en 1800. C'était une
augmentation de onze cent mille âmes, c'est-à-dire d'environ un
dix-neuvième. Ce résultat peu croyable, s'il n'avait été confirmé par
les déclarations d'une foule de conseils généraux, prouvait qu'après
tout, le mal produit par les grandes révolutions sociales est plus
apparent que réel, sous le rapport matériel du moins, et que bientôt
d'ailleurs le bien efface le mal avec une rapidité prodigieuse.
L'agriculture était en progrès presque partout. La suppression des
capitaineries avait été extrêmement utile dans la plupart des
provinces. Si, en détruisant le gibier, elle avait détruit l'une des
jouissances les plus avouables des classes riches, elle avait d'autre
part délivré l'agriculture de vexations ruineuses. La vente d'une
quantité de grandes terres avait amené des défrichements
considérables, et mis en valeur une partie du sol auparavant
improductive. Beaucoup de biens d'église, passés des mains d'un
usufruitier négligent aux mains d'un propriétaire intelligent et
actif, augmentaient chaque jour la masse des produits agricoles. La
révolution qui s'est faite chez nous dans la propriété territoriale,
et qui, en la divisant en mille mains, a si prodigieusement augmenté
le nombre des propriétaires, ainsi que l'étendue des terrains
cultivés, cette révolution s'accomplissait dans ce moment, et donnait
déjà des résultats immenses. Sans doute les procédés de la culture
n'étaient pas encore sensiblement améliorés, mais l'exploitation du
sol s'était étendue d'une manière extraordinaire.

[En marge: Répression des désordres dans l'administration des forêts.]

Les forêts, soit de l'État, soit des communes, se ressentaient du
désordre administratif des derniers temps. C'était un des objets
auxquels il était urgent de pourvoir, car on défrichait les terres
plantées en bois et on ne respectait ni les propriétés de l'État ni
celles des particuliers. L'administration des finances, saisie d'une
grande quantité de forêts par la confiscation des biens des émigrés,
ne savait pas encore les surveiller et les exploiter avec avantage.
Beaucoup de propriétaires, ou absents, ou intimidés, abandonnaient la
défense des bois dont ils étaient possesseurs, les uns réellement, les
autres fictivement pour le compte des familles proscrites. C'était la
conséquence d'un état de choses qui allait heureusement cesser. Le
Premier Consul avait donné à la conservation de la richesse forestière
de la France une attention particulière, et avait déjà commencé à
rétablir l'ordre, et le respect des propriétés. Un code rural était
demandé partout, afin de prévenir les dommages causés par les
troupeaux.

[En marge: Résultats remarquables de l'institution des préfets et des
sous-préfets.]

La nouvelle institution des préfets et des sous-préfets, créée par la
loi de pluviôse an VIII, avait produit des résultats immédiats. Au
désordre, à la négligence des administrations collectives, avaient
succédé la régularité, la promptitude d'exécution, conséquences
prévues et nécessaires de l'unité du pouvoir. Les affaires de l'État
et des communes en avaient également profité, car elles avaient enfin
trouvé des agents qui s'en occupaient avec une application suivie. La
confection des rôles et la perception de l'impôt, autrefois si
négligées, n'étaient en retard nulle part. On commençait aussi à
mettre de l'ordre dans les revenus et les dépenses des communes.
Cependant plusieurs parties de leur administration étaient encore en
souffrance. Les hôpitaux, par exemple, étaient tombés dans un état
déplorable. L'anéantissement d'une portion de leurs revenus, par la
vente de leurs biens, par la privation de beaucoup de perceptions
abolies, les réduisaient à la plus extrême détresse. On avait, pour
quelques villes, imaginé l'octroi, et essayé en petit le
rétablissement des contributions indirectes. Mais ces octrois, encore
mal assis, n'étaient ni suffisants ni assez généralement employés. Le
service des enfants trouvés se ressentait aussi de la perturbation
générale. On voyait une quantité d'enfants abandonnés, que la charité
publique ne recueillait plus, ou qui étaient confiés à de malheureuses
nourrices, dont les gages n'étaient point payés. On redemandait
presque partout les anciennes soeurs hospitalières, pour le service
des hôpitaux.

[En marge: Soins donnés aux registres de l'État civil.]

Les registres de l'état civil, enlevés aux prêtres et confiés aux
officiers municipaux, étaient fort mal tenus. Il fallait, pour mettre
l'ordre dans cette partie de l'administration, si importante pour
l'état des familles, non-seulement le zèle et la vigilance des
administrateurs, mais l'amélioration de la loi, encore insuffisante ou
mal faite. C'était l'un des objets que devait régler le Code civil,
actuellement en discussion au Conseil d'État.

[En marge: Conseillers d'État envoyés en tournée.]

On se plaignait de la trop grande division des communes, de leur
nombre infini, et on demandait la réunion de beaucoup d'entre elles.
Cette belle administration française, qui maintenant est achevée, et
surpasse en régularité, en précision, en vigueur, toutes les
administrations de l'Europe, s'organisait ainsi rapidement, sous la
main créatrice et toute-puissante du Premier Consul. Il avait imaginé
un moyen des plus efficaces pour être instruit de tout, et pour
apporter à cette vaste machine les perfectionnements dont elle était
susceptible. Il avait chargé quelques-uns des conseillers d'État, les
plus capables, de parcourir la France, et d'observer sur les lieux
mêmes la marche de l'administration. Ces conseillers, arrivés dans les
départements principaux, y appelaient les préfets des départements
voisins, les chefs des divers services, et y tenaient des conseils,
dans lesquels on leur révélait les difficultés qui n'avaient pu être
prévues d'avance, les obstacles inattendus qui surgissaient de la
nature des choses, les lacunes des lois ou des règlements qu'on avait
faits depuis dix ans. Ils examinaient en même temps si cette
hiérarchie de préfets, sous-préfets, maires, fonctionnait avec ordre
et facilité; si les individus étaient bien choisis, s'ils se
montraient pénétrés des intentions du gouvernement, s'ils étaient,
comme lui, fermes, laborieux, impartiaux, dégagés de tout esprit de
parti. Ces tournées produisaient le meilleur effet. Les conseillers en
mission stimulaient le zèle des fonctionnaires, et rapportaient au
Conseil d'État des lumières utiles, soit pour la décision des affaires
courantes, soit pour la confection ou le perfectionnement des
règlements administratifs. Encouragés surtout par l'énergie du
Premier Consul, ils n'hésitaient pas à lui dénoncer les agents ou
faibles, ou incapables, ou animés d'un mauvais esprit.

La sollicitude du Premier Consul ne se bornait pas à cette revue du
pays par les conseillers d'État en tournée. Les nombreux aides-de-camp
dépêchés par lui, tantôt aux armées, tantôt dans les ports de mer,
pour y communiquer l'énergie de ses volontés, avaient ordre, chemin
faisant, de tout observer, et de tout rapporter à leur général. Les
colonels Lacuée, Lauriston, Savary, envoyés à Anvers, Boulogne, Brest,
Rochefort, Toulon, Gênes, Otrante, avaient mission à leur retour de
s'arrêter dans chaque lieu, de voir, d'écouter, et de prendre des
notes sur toutes choses: état des routes, mouvement des affaires
commerciales, conduite des fonctionnaires, voeux des populations,
opinion publique. Aucun n'y manquait, aucun ne craignait de dire la
vérité à un chef juste et tout-puissant. Ce chef, qui ne songeait
alors qu'à faire le bien, parce que ce bien, infini dans son étendue
et sa diversité, suffisait pour absorber l'ardeur de son âme,
accueillait avec empressement la vérité qu'il avait provoquée, et en
faisait courageusement son profit, soit qu'il fallût frapper un
fonctionnaire coupable, réparer une lacune dans les institutions
nouvelles, ou porter son attention sur un objet qui avait échappé
jusqu'alors à ses infatigables regards[17].

         [Note 17: Voici quelques échantillons des instructions
         données à ses aides-de-camp en mission.

          _Au citoyen Lauriston, aide-de-camp._

                            Paris, 7 pluviôse an IX (27 janvier 1801).

         Vous partirez, citoyen, pour vous rendre à Rochefort. Vous
         visiterez dans le plus grand détail le port et l'arsenal, en
         vous adressant à cet effet au préfet maritime.

         Vous me rapporterez des mémoires sur les objets suivants:

         1º Le nombre d'hommes, dans le plus exact détail, qui se
         trouvent sur les deux frégates qui partent, et l'inventaire
         de tous les objets d'artillerie ou autres que ces frégates
         auraient à bord. Vous resterez à Rochefort jusqu'à ce
         qu'elles soient parties.

         2º Combien reste-t-il de frégates en rade?

         3º Un rapport particulier sur chacun des vaisseaux le
         _Foudroyant_, le _Duguay-Trouin_ et l'_Aigle_. Dans quel
         temps chacun de ces vaisseaux sera-t-il prêt à mettre à la
         voile?

         4º Un rapport particulier sur chacune des frégates la
         _Vertu_, la _Cybèle_, la _Volontaire_, la _Thétis_,
         l'_Embuscade_ et la _Franchise_.

         5º L'état de tous les fusils, pistolets, sabres, boulets qui
         seraient arrivés dans ce port pour les expéditions maritimes.

         6º Existe-t-il dans les magasins des vivres de la marine de
         quoi en donner pour six mois à six vaisseaux de guerre,
         indépendamment des trois ci-dessus nommés?

         7º Enfin a-t-on pris toutes les mesures pour recruter les
         matelots et faire arriver de Bordeaux et Nantes les vivres,
         cordages et tout ce qui est nécessaire à l'armement d'une
         escadre?

         Si vous prévoyiez rester à Rochefort plus de six jours, vous
         m'enverriez par la poste votre premier rapport. Vous ne
         manquerez pas de faire connaître au préfet que je suis dans
         l'opinion que le ministre de la marine a pris toutes les
         mesures pour que neuf vaisseaux puissent partir de Rochefort
         au commencement de ventôse. Vous sentez que ceci doit être
         dit en grand secret au préfet.

         _Vous profiterez de toutes les circonstances pour recueillir
         dans tous les lieux où vous passerez des renseignements sur
         la marche des administrations et sur l'esprit public._

         Si le départ des frégates est retardé, je vous autorise à
         aller à Bordeaux et à revenir par Nantes. Vous m'apporterez
         un mémoire sur les trois frégates en armement.

         Je vous salue.                                BONAPARTE.


         _Au citoyen Lacuée, aide-de-camp._

                             Paris, 9 ventôse an IX (28 février 1801).

         Vous vous rendrez, citoyen, en toute diligence à Toulon. Vous
         remettrez la lettre ci-jointe au contre-amiral Ganteaume.
         Vous verrez tous les vaisseaux de l'escadre, ainsi que
         l'arsenal: vous aurez soin de vous assurer par vous-même de
         la force et du nombre des vaisseaux anglais qui bloqueraient
         le port de Toulon. S'il est moindre que celui du
         contre-amiral Ganteaume, vous l'engagerez à ne se point
         laisser bloquer par une force inférieure.

         Si les circonstances décident le général Ganteaume à
         continuer sa mission, vous l'engagerez à prendre à Toulon le
         plus de troupes qu'il pourra porter. Vous verrez à cet effet
         le commandant militaire pour lever tous les obstacles, et que
         les troupes lui soient fournies.

         Vous ferez sentir au contre-amiral Ganteaume que l'on a, en
         général, un peu blâmé sa course sur Mahon, parce qu'elle a
         réveillé l'attention de l'amiral Warren, dont le seul but
         était de défendre Mahon.

         Si le contre-amiral Ganteaume se décide à achever sa mission,
         vous resterez à Toulon quatre jours après son départ.

         Si, au contraire, les nouvelles de la mer faisaient penser
         qu'il resterait trop long-temps, vous reviendrez à Paris,
         _après avoir passé quinze jours à Toulon, six à Marseille,
         quatre à Avignon et cinq ou six à Lyon_.

         Vous aurez soin de me rapporter l'état de tout ce qui est
         embarqué sur chaque vaisseau; l'état des bâtiments et
         frégates expédiés de Toulon depuis le 1er vendémiaire de l'an
         IX; l'état de l'arsenal, _et des notes sur les fonctionnaires
         publics du pays où vous passerez, ainsi que de l'esprit qui y
         règne_.

         Vous profiterez de tous les courriers qu'expédiera le préfet
         maritime pour me donner des nouvelles de l'escadre, de la mer
         et des Anglais.

         Vous encouragerez par vos discours tous les capitaines de
         vaisseau, en leur faisant sentir de quel immense intérêt pour
         la paix générale est leur expédition.

         Je vous salue.                                BONAPARTE.


         _Au citoyen Lauriston._

                            Paris, 30 pluviôse an X (19 février 1802).

         J'ai reçu, citoyen, vos différentes lettres et votre dernière
         du 25 pluviôse. Je vous prie de prendre en secret des
         renseignements sur l'administration des vivres, dont le
         service paraît exciter des plaintes.

         À votre retour, sachez me rapporter un état détaillé sur les
         marchandises du Nord qu'a fournies dans le courant de l'an X
         la compagnie Lechie. Elle prétend en avoir, dans ce moment,
         pour 1,700,000 francs en magasins.

         Quelle est la quantité de bois qui est arrivée du Havre
         depuis la paix, et travaille-t-on enfin à l'achèvement des
         cinq vaisseaux qui sont en construction?

         En repassant à Lorient, voyez combien il y a de vaisseaux en
         construction, et le temps où chacun d'eux pourra prendre la
         mer. Visitez tous les canonniers et grenadiers garde-côtes,
         afin de pouvoir me rendre compte quelle espèce d'hommes ce
         sont, et ce qu'il sera possible d'en faire au moment de la
         paix définitive.

         Enfin voyez à Nantes de vous assurer des marchandises du Nord
         qui ont été reçues en l'an X, et ce qu'il reste encore de
         chanvre; si le transport des bois à Brest est en activité!
         _Arrêtez-vous deux jours à Vannes pour prendre sur l'esprit
         public les observations convenables._

         Dans toutes ces observations tâchez de voir par vous-même, et
         sans le conseil des autorités.

         Sachez me dire quelle réputation le nommé Charron a laissée à
         Lorient, et restez-y trois ou quatre jours _afin d'observer
         la marche de l'administration dans ce port_.

         _Enfin ne laissez échapper aucune circonstance de voir par
         vous-même et de fixer votre opinion sur l'administration
         civile, maritime et militaire._

         _Informez-vous dans chaque département quelle apparence a la
         récolte prochaine._

         J'imagine que vous m'apporterez des notes sur la manière dont
         les troupes sont soldées, habillées, et sur la tenue des
         principaux hôpitaux de terre.

         Je vous salue.                                BONAPARTE.]

[En marge: Discussion du Code civil dans le sein du Conseil d'État.]

Un spectacle frappait en ce moment tous les yeux, c'était la
discussion du Code civil dans le sein du Conseil d'État. Le besoin de
ce code était certainement le plus urgent des besoins de la France.
L'ancienne législation civile, composée de droit féodal, de droit
coutumier, de droit romain, ne convenait plus à une société
révolutionnée de fond en comble. Les anciennes lois sur le mariage,
celles qu'on avait improvisées depuis sur le divorce et les
successions, ne convenaient ni au nouvel état de la société, ni à un
ordre de choses moral et régulier. Une commission, composée de MM.
Portalis, Tronchet, Bigot de Préameneu et Malleville, avait rédigé un
projet de Code civil. Ce projet avait été envoyé à tous les tribunaux,
pour qu'ils en fissent l'objet de leur examen et de leurs
observations. En conséquence de cet examen et de ces observations, le
projet avait été modifié, et soumis enfin au Conseil d'État, qui
venait de le discuter article par article, pendant plusieurs mois. Le
Premier Consul, assistant à chacune de ces séances, avait déployé, en
les présidant, une méthode, une clarté, souvent une profondeur de
vues, qui étaient pour tout le monde un sujet de surprise. Habitué à
diriger des armées, à gouverner des provinces conquises, on n'était
pas étonné de le trouver administrateur, car cette qualité est
indispensable à un grand général; mais la qualité de législateur avait
chez lui de quoi surprendre. Son éducation sous ce rapport avait été
promptement faite. S'intéressant à tout parce qu'il comprenait tout,
il avait demandé au consul Cambacérès quelques livres de droit, et
notamment les matériaux préparés sous la Convention pour la rédaction
du nouveau Code civil. Il les avait dévorés, comme ces livres de
controverse religieuse dont il s'était pourvu, lorsqu'il s'occupait du
Concordat. Bientôt, classant dans sa tête les principes généraux du
droit civil, joignant à ces quelques notions rapidement recueillies,
sa profonde connaissance de l'homme, sa parfaite netteté d'esprit, il
s'était rendu capable de diriger ce travail si important, et il avait
même fourni à la discussion une large part d'idées justes, neuves,
profondes. Quelquefois une connaissance insuffisante de ces matières,
l'exposait à soutenir des idées étranges; mais il se laissait bientôt
ramener au vrai par les savants hommes qui l'entouraient, et il était
leur maître à tous, quand il fallait tirer, du conflit des opinions
contraires, la conclusion la plus naturelle et la plus raisonnable. Le
principal service que rendait le Premier Consul, c'était d'apporter à
l'achèvement de ce beau monument, un esprit ferme, une volonté de
travail soutenue, et par là de vaincre les deux grandes difficultés
devant lesquelles on avait échoué jusqu'alors, la diversité infinie
des opinions, et l'impossibilité de travailler avec suite, au milieu
des agitations du temps. Quand la discussion, comme il arrivait
souvent, avait été longue, diffuse, obstinée, le Premier Consul savait
la résumer, la trancher d'un mot, et, de plus, il obligeait tout le
monde à travailler en travaillant lui-même des journées entières. On
imprimait et on publiait le procès-verbal de ces séances remarquables.
Cependant, avant de le livrer au _Moniteur_, le consul Cambacérès
avait soin de le revoir, et de supprimer ce qui pouvait n'être pas
convenable à publier, soit que le Premier Consul eût émis des opinions
quelquefois singulières, ou traité des questions de moeurs avec une
familiarité de langage qui ne devait pas aller au delà de l'enceinte
d'un conseil intime. Il ne restait donc dans les procès-verbaux que la
pensée quelquefois rectifiée, souvent décolorée, mais toujours
frappante, du Premier Consul. Le public en était saisi, et s'habituait
à le considérer comme l'unique auteur de ce qui se faisait de bon et
de grand en France. Il prenait même une sorte de plaisir à voir
législateur celui qu'il avait vu générai, diplomate, administrateur,
et constamment supérieur dans ces rôles si divers.

Le premier livre du Code civil était achevé, et c'était un des projets
nombreux qui allaient être soumis au Corps Législatif. La pacification
de la France et sa réorganisation intérieure marchaient donc du même
pas. Bien que tout le mal ne fût pas réparé, que tout le bien ne fût
pas accompli, cependant la comparaison du présent avec le passé
remplissait les âmes de satisfaction et d'espérance. Tout le bien
accompli, on l'attribuait au Premier Consul, et on avait raison, car,
d'après le témoignage de son collaborateur assidu, le consul
Cambacérès, il dirigeait l'ensemble, soignait lui-même les détails, et
_faisait encore plus dans chaque partie, que ceux à qui elle était
spécialement confiée_.

[En marge: Spectacle que présentait la France à la fin de 1801.]

L'homme qui a régi la France de 1799 à 1815, a eu dans sa carrière des
jours de gloire enivrants, sans doute; mais certainement ni lui ni la
France, qu'il avait séduite, n'ont traversé des jours pareils, des
jours où la grandeur fût accompagnée de plus de sagesse, et surtout de
cette sagesse qui fait espérer la durée. Il venait de donner, après la
victoire, la paix la plus belle, et celle qu'il n'a jamais obtenue
depuis la paix maritime; il avait donné après le chaos l'ordre le plus
complet; il avait laissé encore une certaine liberté, non pas toute la
liberté désirable, mais celle du moins qui était possible le
lendemain d'une révolution sanglante; il n'avait fait à tous les
partis que du bien; excepté la déportation des cent et quelques
prescripteurs révolutionnaires frappés sans jugement après la machine
infernale, il avait respecté les lois; et cet acte lui-même, coupable
parce qu'il était illégal, on n'y pensait pas dans cette immensité de
bien. L'Europe enfin, réconciliée avec la République, sentant sans le
dire qu'elle avait eu tort en voulant se mêler d'une révolution qui ne
la regardait pas, et que la grandeur inouïe de la France était la
juste conséquence d'une agression injuste, héroïquement repoussée,
l'Europe venait avec empressement déposer ses hommages aux pieds du
Premier Consul, heureuse de pouvoir dire, pour sa dignité, qu'elle ne
faisait la paix qu'avec un révolutionnaire plein de génie,
restaurateur glorieux des principes sociaux.

Certes il fallait s'en tenir aux merveilles de ces premiers temps, et
l'histoire, en parlant de ce règne, eût dit que rien de plus grand, de
plus complet ne s'était vu sur la terre. Tout cela était écrit sur le
visage empressé, admirateur, de ces hommes de tous les rangs, de
toutes les nations, qui se pressaient autour du Premier Consul. Une
affluence extraordinaire d'étrangers étaient accourus à Paris, pour
voir la France, pour voir le général Bonaparte; et la plupart d'entre
eux se faisaient présenter à lui par les ministres de leur
gouvernement. Sa cour, car il s'en était fait une, sa cour était à la
fois militaire et civile, sévère et élégante. Il y avait ajouté
quelque chose depuis l'année précédente; il avait composé une maison
militaire pour lui et les Consuls, et donné un entourage princier à
madame Bonaparte.

[En marge: Organisation de la garde consulaire, depuis garde
impériale.]

[En marge: Nouvelle organisation de la maison civile du Premier
Consul.]

[En marge: Soeurs du Premier Consul.]

La garde consulaire avait été formée de quatre bataillons
d'infanterie, forts de douze cents hommes chacun, les uns de
grenadiers, les autres de chasseurs, et de deux régiments de
cavalerie, le premier de grenadiers à cheval, le second de chasseurs à
cheval. Les uns et les autres étaient composés des plus beaux, des
plus vaillants soldats de l'armée. Une artillerie nombreuse et bien
servie complétait cette garde, et en faisait une véritable division de
guerre, pourvue de toutes armes, s'élevant à environ six mille hommes.
Un brillant état-major commandait cette troupe superbe. Il y avait un
colonel par bataillon, et un général de brigade par deux bataillons
réunis. Quatre lieutenants-généraux, un d'infanterie, un de cavalerie,
un d'artillerie, un du génie, commandaient alternativement le corps
entier, pendant une décade, et faisaient le service auprès des
Consuls. C'était un corps d'élite, dans lequel les meilleurs soldats
trouvaient une récompense de leur bonne conduite, qui entourait le
gouvernement d'un éclat conforme à son caractère guerrier, et qui, le
jour des batailles, offrait une réserve invincible. On se souvient que
le bataillon des grenadiers de la garde consulaire avait presque sauvé
l'armée à Marengo. À cet état-major particulier de la garde consulaire
le Premier Consul avait ajouté un gouverneur militaire pour le palais
des Tuileries, accompagné de deux officiers d'état-major, sous le
titre d'adjudants. Ce gouverneur était l'aide-de-camp Duroc, toujours
employé dans les missions délicates. Aucun officier n'était plus
propre à faire régner dans le palais du gouvernement l'ordre et la
bienséance, qui convenaient aux goûts du Premier Consul, et à l'esprit
du temps. Il fallait tempérer cet appareil tout militaire, par un
certain appareil civil. Un conseiller d'État, M. Benezech, avait été
chargé pendant la première année de présider aux réceptions, et
d'accueillir avec les égards convenables, soit les ministres
étrangers, soit les grands personnages admis auprès des Consuls.
Quatre officiers civils, sous le titre de préfets du palais,
remplacèrent dans cet office le conseiller d'État Benezech. Quatre
dames du palais furent données à madame Bonaparte, pour l'aider à
faire les honneurs du salon du Premier Consul. Dès qu'il fut connu que
cette nouvelle organisation du palais se préparait, de nombreuses
prétentions s'élevèrent, même parmi les familles appartenant à ce
qu'on appelait l'ancien régime. Ce ne fut pas encore la haute
noblesse, celle qui remplissait autrefois les appartements de
Versailles, qui se présenta pour solliciter: le moment de se soumettre
n'était pas venu pour elle. Ce furent toutefois des familles
distinguées du temps passé, n'ayant point marqué dans l'émigration, et
se rapprochant les premières d'un gouvernement puissant, qui, par sa
gloire, rendait le service; auprès de lui honorable pour tout le
monde. Le général Bonaparte choisit pour préfets du palais M.
Benezech, qui en avait déjà rempli les fonctions, MM. Didelot et de
Luçay, sortis de l'ancienne finance, M. de Rémusat, de la
magistrature. Les quatre dames du palais, chargées d'en faire les
honneurs à côté de madame Bonaparte, furent mesdames de Luçay, de
Lauriston, de Talhouet et de Rémusat. Les personnages les plus
dénigrants des salons émigrés de Paris, n'avaient rien à dire quant à
la convenance de ces choix; et les hommes raisonnables, qui ne veulent
des cours que ce que la bienséance rend nécessaire, n'avaient point à
critiquer cette organisation militaire et civile. Il faut, en effet,
dans une république comme dans une monarchie, garder le palais des
chefs de l'État, et l'entourer de l'appareil imposant de la force
publique; il faut, dans l'intérieur de ce palais, des hommes, des
femmes, choisis, qui en fassent des honneurs soit aux étrangers
illustres, sort aux citoyens distingués qui sont admis auprès des
premiers magistrats de la république. Dans cette mesure, la cour du
Premier Consul était imposante et digne. Elle recevait une certaine
grâce de sa femme et de ses soeurs, toutes remarquables ou par les
manières, ou par l'esprit, ou par la beauté. Nous avons parlé ailleurs
des frères du Premier Consul; c'est le moment de faire connaître ses
soeurs. La soeur aînée du Premier Consul, madame Élisa Bacciochi, peu
remarquable par la figure, l'était beaucoup par l'esprit, et attirait
autour d'elle les hommes de lettres les plus distingués du temps, tels
que MM. Suard, Morellet, Fontanes. La seconde, Caroline Murat, qui
avait épousé le général de ce nom, ambitieuse et belle, enivrée de la
fortune de son frère, cherchant à en attirer sur elle et sur son
époux la meilleure part, était l'une des femmes de cette cour
nouvelle, qui lui donnaient le plus de mouvement et d'élégance. La
troisième, Pauline Bonaparte, celle qui avait épousé le général
Leclerc, et qui épousa depuis un prince Borghèse, était l'une des plus
belles personnes de son temps. Elle n'avait pas encore provoqué la
médisance, autant qu'elle le fit plus tard, et, si sa conduite
inconsidérée affligeait quelquefois son frère, la tendresse passionnée
qu'elle ressentait pour lui, le touchait, et désarmait sa sévérité.
Madame Bonaparte les dominait toutes par sa position d'épouse du
Premier Consul, et charmait par sa bonne grâce les Français et les
étrangers admis dans le palais du gouvernement. Les rivalités
inévitables, et déjà visibles, entre les membres de cette famille si
voisine du trône, étaient contenues par le général Bonaparte, qui,
tout en aimant ses proches, traitait avec une rudesse militaire ceux
qui troublaient la paix qu'il voulait voir régner autour de lui.

[En marge: Mariage d'Hortense de Beauharnais avec Louis Bonaparte.]

Un événement de quelque importance venait de se passer dans la famille
consulaire, c'était le mariage d'Hortense de Beauharnais, avec Louis
Bonaparte. Le Premier Consul, qui chérissait tendrement les deux
enfants de sa femme, avait voulu marier Hortense de Beauharnais avec
Duroc, croyant qu'un penchant réciproque rapprochait ces deux jeunes
coeurs; mais ce mariage, peu favorisé par madame Bonaparte, ne s'était
pas réalisé. Madame Bonaparte, toujours tourmentée par la crainte
d'un divorce, depuis qu'elle n'espérait plus avoir des enfants,
imagina de marier sa propre fille avec l'un des frères de son époux,
se flattant que les enfants qui naîtraient de cette union, tenant par
deux liens à la fois au nouveau chef de la France, pourraient lui
servir d'héritiers. Joseph Bonaparte était marié; Lucien vivait d'une
manière peu régulière, et se conduisait en ennemi de sa belle-soeur;
Jérôme expiait sur la flotte quelques écarts de jeunesse. Louis était
le seul propre aux vues de madame Bonaparte. Elle le choisit. Il était
sage, instruit, mais morose, et peu assorti par le caractère à la
femme qu'on lui destinait. Le Premier Consul, qui en jugeait ainsi,
résista d'abord, céda ensuite, et consentit à un mariage, qui ne
devait pas faire le bonheur des deux époux, mais qui faillit un
instant donner des héritiers à l'empire du monde.

La bénédiction nuptiale fut donnée par le cardinal Caprara, et dans
une maison particulière, ainsi qu'on faisait alors pour toutes les
cérémonies du culte, quand c'étaient des prêtres _insermentés_ qui
officiaient. Par la même occasion, on donna cette bénédiction au
général Murat et à sa femme Caroline, lesquels ne l'avaient pas encore
reçue, comme beaucoup d'autres maris et femmes de ce temps, dont le
mariage n'avait été contracté que devant le magistrat civil. Le
général Bonaparte et Joséphine étaient dans le même cas. Celle-ci
pressa vivement son mari d'ajouter le lien religieux au lien civil qui
les unissait déjà; mais, soit prévoyance, soit crainte d'avouer au
public le contrat incomplet qui le liait à madame Bonaparte, le
Premier Consul ne voulut pas y consentir.

Telle était alors la famille consulaire, depuis famille impériale. Ces
personnages, tous remarquables à divers titres, heureux de la gloire
et de la prospérité du chef qui faisait leur grandeur, contenus par
lui, et point encore gâtés par la fortune, présentaient un spectacle
intéressant, qui n'affligeait pas les yeux comme cette cour
directoriale, dont le directeur Barras avait fait les honneurs pendant
plusieurs années. Si quelques Français envieux ou dédaigneux, qui
souvent étaient ses obligés, la poursuivaient de leurs sarcasmes, les
étrangers, plus justes, lui payaient un tribut de curiosité et
d'éloges.

Une fois par décade, comme nous l'avons dit ailleurs, le Premier
Consul recevait les ambassadeurs et les étrangers, qui lui étaient
présentés par les ministres de leur nation. Il parcourait les rangs de
l'assemblée toujours nombreuse, suivi de ses aides-de-camp. Madame
Bonaparte venait après lui, accompagnée des dames du palais. C'était
le même cérémonial qu'on observait dans les autres cours, avec un
moindre cortége d'aides-de-camp et de dames d'honneur, mais avec
l'incomparable éclat qui entourait le général Bonaparte. Deux fois par
décade il invitait à dîner les personnages éminents de la France et de
l'Europe, et une fois par mois il donnait dans la galerie de Diane un
repas, auquel cent conviés étaient quelquefois appelés. Ces jours-là
il tenait cercle aux Tuileries dans la soirée, et admettait auprès de
lui les hauts fonctionnaires, les ambassadeurs, les personnes de la
haute société française qui se rapprochaient du gouvernement. Portant
toujours le calcul dans les moindres choses, il prescrivait à sa
famille certains costumes, pour en rendre l'usage général par
l'imitation. Il ordonnait, l'habit de soie, pour faire revivre autant
que possible les soieries de Lyon. Il recommandait à sa femme l'étoffe
connue sous le nom de _linon_, afin de favoriser les fabriques de
Saint-Quentin[18]. Quant à lui, simple entre tous, il portait un
modeste habit de chasseur de la garde consulaire. Il avait obligé ses
collègues à porter l'habit brodé de consul, et à tenir cercle chez
eux, pour y répéter, quoique avec moins d'éclat, ce qui se faisait aux
Tuileries.

         [Note 18: Voici une lettre écrite de Saint-Quentin au consul
         Cambacérès:

                   Saint-Quentin, 21 pluviôse an IX (10 février 1801).

         Les manufactures si intéressantes de la ville de
         Saint-Quentin et environs, qui employaient 70,000 ouvriers et
         faisaient rentrer en France plus de quinze millions de
         numéraire, ont dépéri des cinq sixièmes. L'on désirerait bien
         ici que nos dames missent le linon à la mode, sans donner aux
         mousselines cette préférence absolue. L'idée de ranimer une
         de nos manufactures les plus intéressantes et que nous
         possédons exclusivement, et de donner du pain à un si grand
         nombre de familles françaises, est bien faite, en effet, pour
         mettre à la mode les linons: d'ailleurs, n'y a-t-il pas assez
         long-temps que les linons sont en disgrâce?]

[En marge: Paris pendant l'hiver de 1801 à 1802.]

Cet hiver de 1801 à 1802 (an X) fut extrêmement brillant, par la
satisfaction qui régnait dans toutes les classes, les unes heureuses
de rentrer en France, les autres de jouir enfin d'une entière
sécurité, les autres d'entrevoir dans la paix maritime des
perspectives illimitées de prospérité commerciale. Les étrangers
contribuèrent par leur affluence à l'éclat des fêtes de l'hiver. Parmi
les personnages qui parurent à Paris à cette époque, il y en eut deux
qui attirèrent l'attention générale: l'un était un Anglais illustre,
l'autre un émigré dont le nom avait autrefois occupé la renommée.

[En marge: Voyage de M. Fox à Paris.]

L'Anglais illustre était M. Fox, l'orateur le plus éloquent de
l'Angleterre; l'émigré fameux était M. de Calonne, l'ancien ministre
des finances, dont l'esprit facile et fertile en expédients, sut
cacher quelques instants, aux yeux de la cour de Versailles, l'abîme
vers lequel elle marchait à grands pas. M. Fox éprouvait une véritable
impatience de voir l'homme pour lequel, malgré son patriotisme
britannique, il se sentait un penchant irrésistible. Il vint à Paris
immédiatement après la signature des préliminaires de paix, et fut
présenté au Premier Consul par le ministre d'Angleterre. Il venait
pour voir la France et son chef, mais aussi pour compulser nos
archives diplomatiques, car le grand orateur whig occupait alors ses
loisirs en écrivant l'histoire des deux derniers Stuarts. Le Premier
Consul donna des ordres pour que toutes les archives fussent ouvertes
à M. Fox, et lui fit un accueil qui aurait suffi pour ramener un
ennemi, mais qui charma un ami qu'il s'était acquis par sa seule
gloire. Le Premier Consul mit avec ce généreux étranger toute
étiquette de côté, l'introduisit dans son intimité, eut avec lui de
longs et fréquents entretiens, et sembla vouloir faire, dans sa
personne, la conquête du peuple anglais lui-même. Souvent cependant
ils furent d'un avis différent. M. Fox était doué de cette imagination
vive, qui fait les orateurs entraînants, mais son esprit n'était ni
positif ni pratique. Il était plein de nobles illusions, que le
Premier Consul, quoiqu'il eût autant d'imagination que de profondeur
d'esprit, n'avait jamais partagées, ou du moins ne partageait plus. Le
jeune général Bonaparte était désenchanté, comme on l'est après une
révolution commencée au nom de l'humanité, et naufragée dans le sang.
Il n'avait conservé en lui qu'un seul des premiers enchantements de la
Révolution, celui de la grandeur, et le poussait à l'excès. Il était
trop peu libéral pour plaire au chef des whigs, et trop ambitieux pour
plaire à un Anglais. L'un et l'autre se froissèrent donc quelquefois
par des opinions contraires. M. Fox fit sourire le Premier Consul par
une naïveté, par une inexpérience, singulières chez un homme qui
comptait près de soixante ans. Le Premier Consul effraya quelquefois
le patriotisme britannique de M. Fox, par la grandeur de ses desseins
trop peu dissimulés. Cependant ils se convinrent tous deux par
l'esprit et par le coeur, et furent enchantés l'un de l'autre. Le
Premier Consul mit un soin infini à faire voir à M. Fox Paris tout
entier, et quelquefois voulut l'accompagner lui-même dans les
établissements publics. Il y avait alors une exposition des produits
de l'industrie française, qui était la seconde depuis la Révolution.
Tout le monde était surpris des progrès de nos manufactures,
lesquelles, au milieu du trouble général, participant cependant à la
commotion imprimée aux esprits, avaient inventé une quantité de
perfectionnements et de procédés nouveaux. Les étrangers en
paraissaient vivement frappés, surtout les Anglais, bons juges en
cette matière. Le Premier Consul conduisit M. Fox dans les salles de
cette exposition, qui avaient été disposées dans la cour du Louvre, et
jouit quelquefois de la surprise de son hôte illustre. M. Fox, au
milieu des caresses dont il était l'objet, laissa échapper une saillie
qui honore les sentiments et l'esprit de ce noble personnage, et qui
prouve que chez lui la justice envers la France se conciliait avec le
patriotisme le plus susceptible. Il y avait dans une des salles du
Louvre un globe terrestre, fort grand, fort beau, destiné au Premier
Consul, et artistement construit. Un des personnages qui suivaient le
Premier Consul, faisant tourner ce globe, et posant la main sur
l'Angleterre, dit assez maladroitement que l'Angleterre occupait bien
peu de place sur la carte du monde.--Oui, s'écria M. Fox avec
vivacité; oui, c'est dans cette île si petite que naissent les
Anglais, et c'est dans cette île qu'ils veulent tous mourir; mais,
ajouta-t-il en étendant les bras autour des deux Océans et des deux
Indes, mais pendant leur vie ils remplissent ce globe entier, et
l'embrassent de leur puissance.--Le Premier Consul applaudit à cette
réponse pleine de fierté et d'à-propos.

[En marge: M. de Calonne à Paris.]

Le personnage qui, après M. Fox, occupait le plus l'attention
publique, était M. de Calonne. C'est le prince de Galles qui avait
sollicité et obtenu pour lui la permission de reparaître à Paris. M.
de Calonne tenait depuis son arrivée un langage fort inattendu, et qui
faisait sensation parmi les royalistes. Il ne voulait pas servir,
disait-il, le gouvernement nouveau. Il ne le pouvait pas, attaché
comme il l'avait été à la maison de Bourbon; mais il devait dire la
vérité à ses amis. Personne en Europe n'était capable de tenir tête au
Premier Consul: généraux, ministres, rois, étaient ses inférieurs et
ses dépendants. Les Anglais avaient passé pour lui de la haine à
l'enthousiasme. Ce sentiment existait dans toutes les classes de la
population britannique, et il y était extrême comme le sont tous les
sentiments chez les Anglais. Il ne fallait donc pas compter sur
l'Europe pour renverser le général Bonaparte. Il ne fallait pas non
plus déshonorer la cause royaliste, par d'odieux complots, qui
remplissaient d'horreur les honnêtes gens du monde entier. Il fallait
se soumettre, tout espérer du temps, et de la double difficulté de
gouverner la France sans la royauté, de fonder une royauté sans la
famille de Bourbon. Les vicissitudes infinies des révolutions
pouvaient seules faire naître des chances qui n'existaient pas
aujourd'hui en faveur des princes exilés. Mais, quoi qu'il arrivât, il
fallait tout attendre de la France seule, de la France éclairée,
revenue à de meilleurs sentiments, mais rien de l'étranger ni des
conspirations. Ce langage singulier à force de sagesse, surtout dans
la bouche de M. de Calonne, causait un véritable étonnement, et
faisait croire que M. de Calonne ne serait pas long-temps sans entrer
en relations avec le gouvernement consulaire. Il avait vu le consul
Lebrun, qui recevait les royalistes du consentement du Premier Consul,
et s'était entretenu avec lui des affaires de la France. On disait
même qu'il allait devenir pour les finances, ce que M. de Talleyrand
était pour la diplomatie, le grand seigneur rallié, prêtant son
expérience, l'influence de son nom, au génie du Premier Consul. Il
n'en était rien cependant. Il fallait au Premier Consul moins d'éclat
d'esprit, mais plus d'application que n'en avait montré M. de Calonne,
et il avait trouvé ce qu'il lui fallait dans M. Gaudin, qui avait
introduit un ordre parfait dans nos finances. Néanmoins, sur ce simple
bruit, une foule de solliciteurs, récemment rentrés en France, et
voulant suppléer à leur fortune par des emplois, avaient entouré M. de
Calonne, pensant qu'ils ne pouvaient pas choisir auprès du nouveau
gouvernement un introducteur plus convenable, et qui justifiât mieux
par son exemple leur adhésion au Premier Consul[19].

         [Note 19: Il existait à Paris des agents des princes déchus,
         dont quelques-uns étaient gens d'esprit, et quelquefois assez
         bien informés. Ces agents faisaient des rapports presque
         quotidiens, dont j'ai parlé précédemment. Voici un extrait de
         ces rapports, relativement à M. de Calonne.

         «M. de Calonne est de retour à Paris depuis un mois environ.
         Avant de quitter l'Angleterre il a eu une conférence avec les
         ministres, et il en a été parfaitement accueilli. On lui a
         demandé si, en retournant en France, son projet n'était pas
         de rentrer aussi dans l'administration. Il a répondu que ses
         principes, sa conduite pendant la révolution et son
         dévouement à la famille royale, lui imposaient l'obligation
         de n'accepter aucune place des mains du nouveau gouvernement;
         mais qu'attaché à la France par goût et par instinct, il ne
         refuserait point de donner des conseils, si on lui en
         demandait, et s'il les croyait avantageux à sa patrie.

         »Son arrivée à Paris a fait une grande sensation. Il se voit
         tous les jours assiégé de visites et entouré de créatures,
         comme au moment le plus brillant de sa fortune et de son
         crédit. L'opinion qu'il va être élevé au ministère lui amène
         des nuées de solliciteurs; et, pour s'y dérober, il a été
         obligé de fuir à la campagne. Il ne paraît pas cependant que
         cette opinion soit fondée; et si jamais elle se réalise, ce
         ne sera pas encore à présent. Tout ce qu'on sait, c'est qu'il
         devait être présenté, il y a quelques jours, à Bonaparte, et
         avoir une conférence secrète avec lui.

         »Il voit tous ses anciens amis, et s'ouvre à eux avec une
         entière liberté. Témoin de la faiblesse et de la nullité des
         puissances étrangères, il ne croit pas qu'on puisse trouver
         en elles la moindre garantie contre l'invasion
         révolutionnaire, et bien moins encore une protection efficace
         pour la cause du Roi. Il répète ce que nous savions déjà
         depuis long-temps, que les hommes qui gouvernent en Europe,
         sont des hommes sans moyens et sans caractère, qui ne
         connaissent point le temps où ils vivent, qui ne savent ni
         juger le présent ni pressentir l'avenir, et qui sont
         également dépourvus du courage qui fait entreprendre et de la
         fermeté qui sait persévérer. Il les regarde tous comme livrés
         à Bonaparte, tremblants devant lui, et prêts à exécuter
         humblement toutes ses volontés. Aussi est-il persuadé que ce
         n'est qu'en France qu'on peut travailler à la restauration de
         la monarchie, non en se mettant en avant, et en fomentant de
         sots et de ridicules complots, plus propres à déshonorer sa
         cause qu'à lui préparer de véritables succès; mais en
         s'occupant, sans bruit et sans éclat, du soin de rétablir
         l'opinion, de détruire la prévention, d'affaiblir les
         craintes, de réunir tous les serviteurs du Roi, et de les
         tenir prêts à profiter en sa faveur de tous les événements
         que le cours naturel des choses doit amener.

         »M. de Calonne assure qu'en Angleterre l'enthousiasme pour
         Bonaparte est non-seulement général, mais porté à un excès
         dont il est difficile de se faire une idée. La cour et la
         ville, la capitale et les provinces, toutes les classes de
         citoyens, depuis les ministres jusqu'aux artisans, tous
         s'empressent de publier ses louanges, et chantent à l'envi
         ses victoires et l'éclat de son pouvoir. Au reste, cet
         enthousiasme n'est pas particulier à l'Angleterre; toute
         l'Europe en est, pour ainsi dire, infectée. De toutes parts
         on accourt à Paris pour voir le grand homme au moins une fois
         en sa vie, et la police a été obligée de menacer
         d'arrestation des Danois qui avaient publiquement fléchi le
         genou devant lui toutes les fois qu'ils l'apercevaient.

         »C'est là une des principales causes de sa force et de son
         immense pouvoir. Comment les Français oseraient-ils lutter
         contre lui tant qu'ils voient toutes les puissances
         européennes prosternées à ses pieds?»]

[En marge: Redoublement d'opposition dans certains corps de l'État
contre la politique du Premier Consul.]

Qui croirait qu'en présence de tant de bien, ou déjà fait, ou prêt à
se faire, il pût s'élever une opposition, et surtout une opposition
vive? Il s'en préparait une cependant, et des plus violentes, contre
les oeuvres les meilleures du Premier Consul. Ce n'était pas dans les
partis violents, radicalement opposés au gouvernement du Premier
Consul, royalistes ou révolutionnaires, que cette opposition se
préparait, mais dans le parti même qui avait désiré, secondé le
renversement du Directoire comme insuffisant, et appelé un
gouvernement nouveau, qui fût à la fois habile et ferme. Les
révolutionnaires subalternes, hommes de désordre et de sang, étaient
contenus, soumis ou déportés, et s'enfonçaient chaque jour davantage
dans leur obscurité, pour n'en plus sortir. Les scélérats du
royalisme, depuis la machine infernale, avaient besoin de reprendre
haleine, et se tenaient en repos. On venait d'ailleurs de faire passer
par les armes une partie de ceux qui infestaient les grandes routes.
Les royalistes de haut parage, tenant toujours des discours
impertinents dans les salons de Paris, laissaient déjà voir néanmoins
le penchant qui les amena plus tard à jouer, les hommes le rôle de
chambellans, les femmes celui de dames d'honneur, dans le palais des
Tuileries, que les Bourbons n'habitaient plus.

[En marge: Division dans le parti révolutionnaire modéré qui avait
fait le 18 brumaire.]

Mais le parti révolutionnaire modéré, appelé à composer le nouveau
gouvernement, était divisé, comme il arrive à tout parti victorieux
qui veut fonder un gouvernement, et qui se divise sur la manière de
le constituer. Dès les premiers jours du Consulat, ce parti, qui avait
concouru de diverses manières au 18 brumaire, avait paru partagé en
deux tendances contraires: l'une, consistant à faire aboutir la
Révolution à une république démocratique et modérée, comme celle que
Washington venait d'établir en Amérique; l'autre, à la faire aboutir à
une monarchie, ressemblant plus ou moins à la monarchie anglaise, et,
s'il le fallait même, à l'ancienne monarchie française, moins les
préjugés d'autrefois, moins le régime féodal, plus la grandeur. On
entrait dans la troisième année du gouvernement consulaire, et,
suivant l'usage, les deux tendances allaient s'exagérant par la
contradiction même. Les uns redevenaient presque des révolutionnaires
violents, envoyant ce qui se faisait, en voyant l'autorité du Premier
Consul s'accroître, les idées monarchiques se répandre, une cour se
former aux Tuileries, le culte catholique restauré ou prêt à l'être,
les émigrés rentrer en foule. Les autres devenaient presque des
royalistes d'autrefois, tant ils étaient pressés de réagir, et de
refaire une monarchie, tant ils étaient disposés à s'accommoder même
d'un despotisme éclairé, pour tout résultat de la Révolution. En fait
de despotisme éclairé, celui qui s'élevait en ce moment en France,
avait tant de génie, procurait un si doux repos, que la séduction
était grande. Cependant la contradiction était poussée à ce point de
part et d'autre, qu'une crise devait bientôt s'ensuivre.

Le Tribunat, agité les sessions précédentes, tantôt pour des lois de
finances, tantôt pour les tribunaux spéciaux, l'était cette année bien
davantage, à l'aspect de tout ce qui se passait, à la vue de ce
gouvernement marchant si vite à son but. Le Concordat surtout
l'indignait comme Pacte le plus contre-révolutionnaire qui se pût
imaginer. Le Code civil n'était pas, suivant lui, assez conforme à
l'égalité. Ces traités de paix eux-mêmes, qui contenaient la grandeur
de la France, lui déplaisaient dans leur rédaction, comme on le verra
bientôt.

[En marge: Résultats de la constitution de M. Sieyès.]

[En marge: Jalousie entre les divers corps de l'État.]

M. Sieyès, en voulant empêcher toute agitation au moyen de ses
précautions constitutionnelles, n'en avait, comme on le voit, empêché
aucune, car les constitutions ne créent pas les passions humaines et
ne sauraient les détruire; elles ne sont que la scène sur laquelle ces
passions se produisent. En plaçant tout le sérieux, toute l'activité
des affaires dans le Conseil d'État; le bruit, la parole, la critique
vaine dans le Tribunat; en réduisant celui-ci au rôle de plaider pour
ou contre les actes du gouvernement, devant un Corps Législatif réduit
à répondre par oui ou par non; en plaçant au-dessus un Sénat oisif,
qui, à de grands intervalles, élisait les hommes, chargés de jouer ces
deux rôles assez vains dans les deux assemblées législatives; en
choisissant le personnel du gouvernement dans le même sens; en plaçant
les hommes propres aux affaires dans le Conseil d'État, les hommes
propres à la parole, enclins au bruit, dans le Tribunat, les fatigués
obscurs dans le Corps Législatif, les fatigués d'un ordre élevé dans
le Sénat, M. Sieyès n'avait guère empêché les passions du temps
d'éclater; il y avait même ajouté, il faut le dire, une certaine
jalousie des corps entre eux. Le Tribunat sentait la vanité
déclamatoire de son rôle; le Corps Législatif sentait le ridicule de
son silence, et contenait d'ailleurs beaucoup d'anciens prêtres sortis
des ordres, organisés par l'abbé Grégoire en une opposition
silencieuse, mais gênante. Le Sénat lui-même, dont M. Sieyès avait
voulu faire un vieillard opulent et tranquille, n'était pas aussi
tranquille qu'il l'avait supposé. Ce corps était quelque peu ennuyé de
sa dignité oisive, car les sénateurs étaient privés de fonctions
publiques, et leur puissance électorale, si rarement exercée, était
loin d'occuper leur temps. Tous ensemble jalousaient le Conseil
d'État, qui partageait seul avec le Premier Consul la gloire des
grandes choses qui s'accomplissaient chaque jour.

Ainsi, cette société, que M. Sieyès avait cru assoupir dans une espèce
de régime aristocratique, à l'exemple de Venise ou de Gênes, s'agitait
encore comme un malade qui a un reste de fièvre, et pouvait être
soumise, contenue par un maître, mais point endormie d'un paisible
sommeil, ainsi que l'avait espéré son auteur.

[En marge: M. Sieyès et l'opposition du Sénat.]

Et, chose singulière, M. Sieyès, inventeur de tous ces arrangements
constitutionnels, en vertu desquels il régnait tant d'activité d'un
côté, si peu de l'autre, M. Sieyès arrivait à se fatiguer de sa propre
inaction. Modéré, et même monarchique dans ses opinions, il aurait dû
approuver les actes du Premier Consul; mais des causes, les unes
inévitables, les autres accidentelles, commençaient à les brouiller.
Ce grand esprit spéculatif, réduit à tout voir, à ne rien faire,
devait jalouser le génie actif et puissant, qui allait chaque jour
s'emparant de la France et du monde. M. Sieyès, dans les magnifiques
oeuvres du général Bonaparte, voyait déjà le germe de ses fautes
futures, et, s'il ne le disait pas encore très-hautement, il
l'indiquait quelquefois par son silence, ou par un trait de son
langage, profond comme sa pensée. Peut-être des ménagements de tous
les instants auraient pu le calmer, le rattacher au Premier Consul.
Mais celui-ci s'était un peu trop tôt regardé comme quitte envers M.
Sieyès par le don de la terre de Crosne, et d'ailleurs, absorbé par
ses travaux immenses, il avait trop négligé l'homme supérieur qui lui
avait si noblement cédé la première place au 18 brumaire. M. Sieyès,
oisif, jaloux, blessé, trouvait à redire même dans l'immensité du bien
présent, et se montrait morose, froidement improbateur. Le Premier
Consul n'était pas assez maître de son humeur pour laisser tous les
torts à ses adversaires. Il parlait cavalièrement de la métaphysique
de M. Sieyès, de son ambition impuissante, et tenait à ce sujet mille
propos, immédiatement répétés et envenimés par les malveillants. M.
Sieyès avait à ses côtés quelques amis, tels que M. de Tracy, esprit
distingué, mais point religieux, philosophe original dans une école
qui l'était peu, caractère respectable; M. Garat, philosophe disert,
plus prétentieux que profond; M. Cabanis, voué à l'étude de l'homme
matériel, et ne voyant rien au delà des bornes de la matière; M.
Lanjuinais, dévot sincère, honnête homme véhément, qui avait noblement
défendu les Girondins, et qui aujourd'hui s'échauffait volontiers à
l'idée de résister au nouveau César. Ils entouraient M. Sieyès, et
formaient dans le Sénat une opposition déjà sensible. Le Concordat
leur paraissait, à eux comme à beaucoup d'autres, la preuve la plus
frappante d'une contre-révolution prochaine.

[En marge: Manière dont le Premier Consul supporte l'opposition.]

Le Premier Consul, voyant la France et l'Europe enchantées de ses
oeuvres, ne comprenait guère que les seuls improbateurs de ces mêmes
oeuvres se trouvassent précisément autour de lui. Dépité de cette
opposition, il appelait les opposants du Sénat des idéologues, menés
par un boudeur, qui regrettait l'exercice du pouvoir dont il était
incapable; il appelait les gens du Tribunat des brouillons, auxquels
il saurait bien rompre en visière, et prouver qu'on ne l'effrayait pas
avec du bruit; il appelait les mécontents plus ou moins nombreux du
Corps Législatif, des prêtres défroqués, des jansénistes, que l'abbé
Grégoire, d'accord avec l'abbé Sieyès, cherchait à organiser en
opposition contre le gouvernement; mais il disait qu'il briserait
toutes ces résistances, et qu'on ne l'arrêterait pas facilement dans
le bien qu'il voulait accomplir. N'ayant pas vécu dans les assemblées,
il ignorait cet art de ménager les hommes, que César lui-même, si
puissant qu'il fût, ne négligeait pas, et qu'il avait appris dans le
Sénat de Rome. Le Premier Consul exprimait son déplaisir,
publiquement, audacieusement, avec le sentiment de sa force et de sa
gloire, et n'écoulait guère le sage Cambacérès, qui, fort expérimenté
dans le maniement des assemblées, lui conseillait vainement la mesure
et les égards.--Il faut, répondait le Premier Consul, prouver à ces
gens-là qu'on ne les craint pas; et ils auront peur à condition qu'on
n'ait pas peur soi-même.--C'était déjà, comme on le voit, les moeurs,
les idées de la royauté pure, à mesure qu'on approchait du moment où
la monarchie allait devenir inévitable.

[En marge: Opposition militaire.]

L'opposition n'éclatait pas seulement dans les corps de l'État, mais
dans l'armée. La masse de l'armée, comme la masse de la nation,
sensible aux grands résultats obtenus depuis deux ans, était
entièrement dévouée au Premier Consul. Toutefois, parmi les chefs, se
trouvaient des mécontents, les uns sincères, les autres seulement
jaloux. Les mécontents sincères étaient les Révolutionnaires de bonne
foi, qui voyaient avec peine le retour des émigrés, et l'obligation
prochaine d'aller montrer leurs uniformes dans les églises. Les
mécontents par jalousie étaient ceux qui voyaient avec chagrin un
égal, les ayant surpassés d'abord en gloire, prêt maintenant à devenir
leur maître. Les premiers appartenaient davantage à l'armée d'Italie,
qui avait toujours été franchement révolutionnaire; les seconds, à
l'armée du Rhin, calme, modérée, mais un peu envieuse.

[En marge: Lannes éloigné de Paris, et envoyé en ambassade.]

Les chefs de l'armée d'Italie, généralement dévoués au Premier Consul,
mais ardents dans leurs sentiments, n'aimant ni les prêtres ni les
émigrés, se plaignaient qu'on voulût faire d'eux des gens d'église, et
disaient tout cela dans la langue originale, et peu séante des
soldats. Augereau, Lannes, mauvais politiques, mais guerriers
héroïques, surtout le second, qui était un homme de guerre accompli,
se permettaient les plus étranges discours. Lannes, devenu commandant
en chef de la garde consulaire, en administrait la caisse avec une
prodigalité connue et autorisée par le Premier Consul. Un hôtel
richement défrayé servait à l'état-major de cette garde. Lannes y
tenait table ouverte pour tous ses camarades, et là, dans des festins
soldatesques, se répandait en invectives contre la marche du
gouvernement. Le Premier Consul n'avait pas à craindre que le
dévouement de ces soldats oisifs en fût altéré à son égard. Au premier
signal, il était sûr de les retrouver tous, et Lannes plus qu'aucun
autre. Cependant il était dangereux de laisser aller plus loin ces
têtes et ces langues, et il manda Lannes chez lui. Celui-ci, habitué à
une grande familiarité avec son général en chef, se permit quelques
emportements, bientôt réprimés par la tranquille supériorité du
Premier Consul. Il s'en alla malheureux de sa faute, malheureux du
mécontentement qu'il avait encouru. Dans un mouvement d'honorable
susceptibilité, il voulut payer les dépenses qui avaient pesé sur la
caisse de la garde, du consentement du Premier Consul. Mais ce
général, qui avait tant fait la guerre en Italie, ne possédait presque
rien. Augereau, tout aussi inconsidéré, mais excellent coeur, lui
prêta une somme qui composait tout son avoir, et lui dit: Tiens,
prends cet argent, va trouver cet ingrat pour lequel nous avons versé
notre sang, rends-lui ce qui est dû à la caisse, et ne soyons plus ses
obligés, ni les uns ni les autres.--Le Premier Consul ne permit pas à
ces anciens compagnons d'armes, héros et enfants tout à la fois, de
s'affranchir de leur affection envers lui. Il les dispersa. Lannes fut
destiné à une ambassade avantageuse, celle du Portugal. C'est le
consul Cambacérès qui fut chargé de cet arrangement. Augereau eut
ordre d'être plus circonspect à l'avenir, et de retourner à son armée.

Cependant ces scènes, fort exagérées par la malveillance qui les
propageait en les défigurant, produisaient sur l'opinion publique,
notamment dans les provinces, un effet fâcheux. Nulle part elles ne
valaient un improbateur au Premier Consul, auquel on était disposé à
donner raison contre toute opposition; mais elles inspiraient
l'inquiétude, et faisaient craindre des difficultés graves pour le
pouvoir dont on invoquait l'établissement[20].

         [Note 20: Voici le passage d'une lettre de M. de Talleyrand,
         qui quelque temps après s'était rendu à Lyon pour
         l'organisation de la Consulte italienne:

                            Lyon, le 7 nivôse an X (28 décembre 1801).

         «Général,

         »J'ai l'honneur de vous informer de mon arrivée à Lyon
         aujourd'hui à une heure et demie du matin. La route de
         Bourgogne, à six ou huit lieues près, n'est pas
         très-mauvaise, et les préfets placés sur cette ligne de
         communication ont profité du mouvement d'enthousiasme que
         répand l'espérance de votre passage, pour faire suivre avec
         activité les travaux de la réparation des routes. Partout où
         j'ai trouvé quelques communes, quelques habitations, j'ai
         entendu des _vive Bonaparte_. Pendant les dix dernières
         lieues que j'ai faites au milieu de la nuit, chacun venait
         sur mon passage une lumière à la main pour répéter les mêmes
         mots. C'est une expression que vous êtes constamment destiné
         à entendre.

         »L'histoire du général Lannes s'était répandue et paraissait
         occuper beaucoup: le sous-préfet d'Autun, un citoyen
         d'Avallon m'en avaient parlé, mais avec des circonstances
         diverses, que des lettres de Paris leur avaient rapportées
         comme anecdotes. J'ai eu de nouveau occasion de remarquer à
         quel point tout ce qui a trait à votre personne s'empare de
         l'attention publique et devient sur-le-champ l'occupation de
         la France.»]

Ces scènes avec les officiers de l'armée d'Italie étaient des scènes
d'amis, brouillés un jour, s'embrassant le lendemain. Elles avaient
quelque chose de plus sérieux avec les généraux du Rhin, plus froids
et plus haineux. Malheureusement une division funeste commençait à
éclater entre le général en chef de l'armée d'Italie, et le général en
chef de l'armée du Rhin, entre le général Bonaparte et le général
Moreau.

Moreau, depuis la campagne d'Autriche, dont il devait le succès, du
moins en partie, au Premier Consul, qui lui avait donné à commander la
plus belle armée de la France, Moreau passait pour le second général
de la république. Au fond personne ne se trompait sur sa valeur: on
savait bien que c'était un esprit médiocre, incapable de grandes
combinaisons, et entièrement dépourvu de génie politique. Mais on
s'appuyait sur ses qualités réelles de général sage, prudent et
vigoureux, pour en faire un capitaine supérieur, et capable de tenir
tête au vainqueur de l'Italie et de l'Égypte. Les partis ont un
merveilleux instinct pour découvrir les faiblesses des hommes
éminents. Ils les flattent, ou les offensent tour à tour, jusqu'à ce
qu'ils aient trouvé l'issue par laquelle ils peuvent pénétrer dans
leur coeur, pour y introduire leurs poisons. Ils avaient bientôt
trouvé le côté faible de Moreau, c'était la vanité. Ils lui avaient,
en le flattant, inspiré contre le Premier Consul une jalousie fatale,
qui devait le perdre un jour. Pour surcroît de malheur, Moreau venait
de faire un mariage qui avait contribué à le jeter dans cette voie
funeste. Les femmes des deux familles Bonaparte et Moreau s'étaient
brouillées pour ces misères qui brouillent les femmes entre elles.
Dans la famille de Moreau, on cherchait à lui persuader qu'il devait
être le premier et non le second; que le général Bonaparte était mal
disposé à son égard, qu'il cherchait à le déprécier et à lui faire
jouer un rôle secondaire. Moreau, qui était dépourvu de caractère,
n'avait que trop écouté ces dangereuses suggestions. Le Premier Consul
cependant n'avait envers lui aucune espèce de tort; il l'avait, au
contraire, comblé de distinctions de tout genre; il avait affecté d'en
dire plus de bien qu'il n'en pensait, surtout à propos de la bataille
de Hohenlinden, qu'il proclamait publiquement comme un chef-d'oeuvre
d'art militaire, tandis qu'en secret il la regardait plutôt comme une
bonne fortune que comme une combinaison savante et réfléchie. Toujours
enfin il l'avait traité avec des égards étudiés, connaissant ses
faiblesses, et sachant le parti qu'on ne manquerait pas de tirer du
moindre défaut de soin. Mais dès que Moreau se fut donné les premiers
torts, il ne resta pas en arrière, et, avec la promptitude ordinaire
de son caractère, il les égala promptement. Un jour il offrit à Moreau
de le suivre à une revue; Moreau refusa sèchement, pour n'être pas
confondu dans l'état-major du Premier Consul, et donna pour excuse
qu'il n'avait pas de cheval à monter. Le Premier Consul, blessé de ce
refus, lui rendit bientôt la pareille. À l'une des grandes fêtes qu'on
avait fréquemment l'occasion de donner, tous les hauts fonctionnaires
étaient invités à un dîner aux Tuileries. Moreau était à la campagne;
mais, revenu la veille pour une affaire, il se rendit auprès du consul
Cambacérès pour s'entretenir avec lui de l'objet qui l'amenait.
Celui-ci, qui s'occupait sans cesse à concilier, accueillit Moreau de
son mieux. Surpris de le voir à Paris, il courut avertir le Premier
Consul, et le pressa vivement d'inviter le général en chef de l'armée
du Rhin au grand dîner du lendemain.--Il m'a fait un refus public,
répondit le Premier Consul, je ne m'exposerai pas à en recevoir un
second.--Rien ne put le vaincre, et, le lendemain, tandis que tous les
généraux et les hauts fonctionnaires de la République étaient aux
Tuileries, assis à la table du Premier Consul, Moreau se vengea
d'avoir été négligé en allant publiquement, et en habit civil, dîner
dans un des restaurants les plus fréquentés de la capitale, avec une
troupe d'officiers mécontents. Ce fait fut très-remarqué, et produisit
un effet des plus fâcheux.

À partir de ce jour, c'est-à-dire de l'automne de 1801, les généraux
Bonaparte et Moreau se témoignèrent une extrême froideur. Tout le
monde le sut bientôt, et les partis hostiles se hâtèrent d'en
profiter. Ils se mirent à exalter le général Moreau aux dépens du
général Bonaparte, et cherchèrent à remplir ces deux coeurs du poison
de la haine. Ces détails paraîtront peut-être bien au-dessous de la
dignité de l'histoire; mais tout ce qui fait connaître les hommes, les
petitesses déplorables même des plus grands, est digne de l'histoire;
car tout ce qui peut instruire lui appartient. On ne saurait trop
avertir les personnages considérables de la futilité des motifs qui
les brouillent souvent, surtout quand leurs divisions deviennent
celles de la patrie.

[En marge: Ouverture de la session de l'an X.]

L'ouverture de la session de l'an X eut lieu le 1er frimaire (22
novembre 1801), d'après le voeu même de la Constitution, qui la fixait
à ce jour-là. Certes, si jamais on a dû être fier de se présenter à
une assemblée législative, c'est avec ce qu'apportait alors le
gouvernement consulaire. La paix conclue avec la Russie, l'Angleterre,
les puissances allemandes et italiennes, le Portugal, la Porte, et
conclue avec toutes ces puissances à de superbes conditions; un projet
de conciliation avec l'Église, qui terminait les troubles religieux,
et qui, en réformant l'Église française d'après les principes de la
Révolution, obtenait cependant l'adhésion des orthodoxes aux
conséquences de cette révolution; un Code civil, monument admiré
depuis du monde entier; des lois d'une haute utilité sur l'instruction
publique, sur la Légion d'Honneur, et sur une infinité d'autres
matières importantes; des projets financiers qui plaçaient les
dépenses et les revenus de l'État en parfait équilibre: quoi de plus
complet, de plus extraordinaire, qu'un tel ensemble à offrir à une
nation! Cependant toutes ces choses furent, comme on va le voir, fort
mal accueillies.

[En marge: Dupuis, auteur du livre sur l'_Origine de tous les Cultes_,
nommé président du Corps Législatif.]

La session du Corps Législatif fut ouverte cette fois avec une
certaine solennité. Le ministre de l'intérieur était chargé de
présider à cette ouverture. On fit de part et d'autre quelques
discours d'apparat, et on sembla vouloir imiter les formes usitées en
Angleterre, quand le Parlement est ouvert par commissaires. Ce nouveau
cérémonial, emprunté à une royauté constitutionnelle, fut remarqué
avec malveillance par les opposants. Le Tribunat et le Corps
Législatif se constituèrent, et on commença ce genre de
manifestations, par lesquelles les assemblées révèlent volontiers
leurs sentiments secrets, les choix de personnes. Le Corps Législatif
nomma pour son président M. Dupuis, l'auteur du livre fameux _sur
l'origine de tous les cultes_. M. Dupuis n'était pas aussi opposant
que son livre aurait pu le faire croire, car il avait avoué au Premier
Consul, en s'entretenant avec lui, que la réconciliation avec Rome
était nécessaire; mais son nom avait une haute signification, dans un
moment où le Concordat était l'un des principaux griefs allégués
contre la politique consulaire. L'intention était facile à saisir, et
elle fut comprise par le public, surtout par le Premier Consul, qui
s'en exagéra même la portée.

[En marge: Présentation au Corps Législatif des traités de paix, et du
Code civil.]

Les deux assemblées exerçant la puissance législative, c'est-à-dire le
Tribunat et le Corps Législatif, étant constituées, trois conseillers
d'État présentèrent l'exposé de la situation de la République. Cet
exposé, dicté par le Premier Consul, était simple et noble sous le
rapport du langage, magnifique sous le rapport des choses. Il fit sur
l'opinion publique un effet profond. Puis, le lendemain, une nombreuse
suite de conseillers d'État vint apporter une série de projets de
lois, que bien rarement un gouvernement a l'occasion de présenter à
des chambres assemblées. C'étaient les projets destinés à convertir en
lois les traités avec la Russie, avec la Bavière, avec Naples, avec le
Portugal, avec l'Amérique, avec la Porte-Ottomane. Le traité avec
l'Angleterre, conclu préalablement à Londres sous forme de
préliminaires de paix, allait recevoir en ce moment, dans le congrès
d'Amiens, la forme de traité définitif, et ne pouvait pas encore être
soumis aux délibérations du Corps Législatif. Quant au Concordat, on
ne voulait pas l'exposer tout de suite à la mauvaise volonté des
opposants. Le conseiller d'État Portalis vint lire ensuite un discours
demeuré célèbre sur l'ensemble du Code civil. Les trois premiers
titres de ce code furent en même temps apportés par trois conseillers
d'État; le premier était relatif _à la publication des lois_; le
second, _à la jouissance et à la privation des droits civils_; le
troisième, _aux actes de l'état civil_.

[En marge: Scène violente à l'occasion du mot _sujets_, introduit dans
le traité avec la Russie.]

Il semble qu'un tel programme de travaux législatifs aurait du faire
tomber toute opposition; cependant il n'en fut rien. Lorsque, suivant
l'usage, ces projets furent communiqués au Tribunat, la communication
du traité avec la Russie provoqua la scène la plus violente. L'article
3 de ce traité contenait une stipulation importante, que les deux
gouvernements avaient imaginée, pour se garantir contre les secrètes
menées, qu'ils auraient pu se permettre l'un à l'égard de l'autre, en
cas de mauvaise volonté. Ils s'étaient promis, disait cet article 3,
_de ne pas souffrir qu'aucun de leurs sujets se permît d'entretenir
une correspondance quelconque, soit directe soit indirecte, avec les
ennemis intérieurs du gouvernement actuel des deux États, d'y propager
des principes contraires à leurs constitutions respectives, ou d'y
fomenter des troubles_. Le gouvernement français avait eu en vue les
émigrés, le gouvernement russe avait eu en vue les Polonais. Rien
n'était plus naturel qu'une telle précaution, surtout pour le
gouvernement français, qui avait les Bourbons à craindre, et à
surveiller. Mais, en voulant qualifier les individus qui pourraient
attenter au repos commun des deux pays, on avait employé le mot qui
naturellement se présentait comme le plus fréquemment employé dans la
langue diplomatique, c'était le mot _sujets_. On l'avait employé sans
aucune intention, parce que c'est le mot ordinaire dans tous les
traités, parce qu'on dit _les sujets_ d'une république, aussi bien que
_les sujets_ d'une monarchie. À peine avait-on achevé la lecture du
traité que le tribun Thibaut, l'un des membres de l'opposition,
demanda la parole. Il s'est glissé, dit-il, dans le texte de ce
traité, une expression inadmissible dans notre langue, et qui ne
saurait y être supportée. Il s'agit du mot _sujets_, appliqué aux
citoyens de l'un des deux États. Une république n'a point de sujets,
mais des citoyens. C'est sans doute une erreur de rédaction, mais il
est indispensable de la réparer.--Ces paroles produisirent une
agitation fort vive, comme il arrive toujours dans une assemblée émue
à l'avance, qui attend un événement, et que chaque circonstance, même
légère, fait tressaillir, si elle touche aux objets qui préoccupent
les esprits. Le président coupa court à l'explication qui allait
s'engager, en faisant remarquer que la délibération n'était pas
ouverte en ce moment, et que ces observations devaient être réservées
pour le jour où, sur le rapport d'une commission, le traité présenté
serait mis en discussion. Ce rappel au règlement empêcha le tumulte
d'éclater à l'instant même, et une commission fut immédiatement
nommée.

[En marge: Scrutins pour les places vacantes au Sénat.]

Cette manifestation accrut l'émotion qui régnait dans les grands corps
de l'État, et irrita davantage le Premier Consul. Les manifestations,
par le moyen des élections de personnes, continuèrent. Il y avait
plusieurs places à remplir au Sénat. Une était vacante par la mort du
sénateur Crassous; deux autres étaient à remplir en vertu de la
Constitution. Cette Constitution, comme on doit s'en souvenir, n'avait
d'abord pourvu qu'à soixante places de sénateurs, sur les
quatre-vingts, qui formaient le nombre total du Sénat. Pour arriver à
ce nombre, on devait en nommer deux par an, pendant dix ans. C'était
donc trois places à donner dans le moment, en comptant celle qui
devenait vacante par la mort du sénateur Crassous. D'après la
Constitution, le Premier Consul, le Corps Législatif et le Tribunat
présentaient chacun un candidat, et le Sénat choisissait ensuite
entre les candidats présentés.

[En marge: L'abbé Grégoire présenté par le Corps Législatif comme
candidat au Sénat.]

On commença les scrutins pour cet objet, soit au Corps Législatif,
soit au Tribunat. Au Tribunat, l'opposition portait M. Daunou, qui
s'était publiquement brouillé avec le Premier Consul, à l'occasion des
tribunaux spéciaux, tant discutés à la session dernière. Il n'avait
plus voulu reparaître au Tribunat, disant qu'il resterait étranger à
tous les travaux législatifs, _tant que durerait la tyrannie_. En
effet, il avait tenu parole, et on ne l'avait plus aperçu. Les
opposants avaient donc choisi M. Daunou, comme le candidat le plus
désagréable au Premier Consul. Les partisans décidés du gouvernement,
dans le même corps, portaient l'un des auteurs du Code civil, M. Bigot
de Préameneu. Ni l'un ni l'autre ne l'emporta. La majorité des voix se
réunit sur un candidat sans signification, le tribun Desmeuniers,
personnage modéré, et qui, par ses relations, n'était pas étranger au
Premier Consul. Mais le Corps Législatif se prononça plus nettement,
et nomma l'abbé Grégoire pour son candidat au Sénat. Ce choix, après
la présidence déférée à M. Dupuis, était un redoublement de
manifestation contre le Concordat. M. Bigot de Préameneu avait eu dans
ce corps un certain nombre de voix, les deux cinquièmes à peu près.

[En marge: Candidats présentés par le Premier Consul.]

Le Premier Consul voulut faire de son côté une proposition
significative. Il aurait pu attendre que les deux corps, chargés de
présenter des candidats concurremment avec le pouvoir exécutif,
eussent choisi ces candidats pour les deux places qui restaient à
remplir. Il était probable que le Corps Législatif et le Tribunat, ne
voulant pas rompre définitivement avec un gouvernement aussi populaire
que celui du Premier Consul, livrés d'ailleurs à ce mouvement
oscillatoire des assemblées, qui reculent toujours le lendemain quand
elles se sont trop avancées la veille, feraient des choix moins
tranchés, et adopteraient même pour les deux candidatures restantes
des noms acceptables par le gouvernement. Ainsi M. Desmeuniers, par
exemple, était un choix que le Premier Consul pouvait parfaitement
admettre, car il avait promis de le récompenser de ses services, par
une place de sénateur. Il était probable que le nom de M. Bigot de
Préameneu sortirait de l'un des scrutins, du Corps Législatif ou du
Tribunat. Le Premier Consul aurait pu alors présenter, pour son
compte, ceux des candidats adoptés par ces assemblées, qui lui
auraient convenu le mieux, et, dans ce cas, un nom présenté par deux
autorités sur trois, avait la presque certitude d'être accueilli par
la majorité du Sénat. Le consul Cambacérès conseillait cette conduite;
mais c'était là un genre de ménagements dont on fait beaucoup usage
dans le gouvernement représentatif, et qui répugnait souverainement au
Premier Consul. Le général-magistrat, étranger à cette forme de
gouvernement, ne voulait pas se mettre ainsi à la suite du Corps
Législatif ou du Tribunat, et attendre leurs préférences pour
manifester les siennes. En conséquence il présenta immédiatement, non
pas un candidat, mais trois à la fois, et il choisit trois généraux.
Malgré les espérances données antérieurement à M. Desmeuniers, le
Premier Consul, mécontent de lui, parce qu'il ne s'était pas prononcé
assez haut dans les discussions déjà engagées sur le Code civil,
l'écarta, et présenta les généraux Jourdan, Lamartillière et Berruyer.
Il est vrai que ces généraux étaient parfaitement choisis pour la
circonstance. Le général Jourdan avait paru contraire au 18 brumaire,
mais il jouissait du respect universel, il se conduisait avec sagesse,
et avait reçu depuis le gouvernement du Piémont. En le présentant au
Sénat, le Premier Consul faisait preuve de la véritable impartialité
qui convient à un chef de gouvernement. Quant au général
Lamartillière, c'était le plus ancien officier de l'artillerie, et il
avait fait toutes les campagnes de la Révolution. Le général Berruyer
était un officier d'infanterie très-âgé, qui, après avoir pris part à
la guerre de Sept-Ans, venait d'être blessé dans les armées de la
République. Ce n'étaient donc pas des créatures à lui que le général
Bonaparte proposait de récompenser, mais de vieux serviteurs de la
France sous tous les régimes. Cette conduite fière et cassante
adoptée, on ne pouvait faire de plus dignes choix. Chose plus
singulière encore, ils furent motivés dans un préambule. Le sens du
préambule avait une haute signification. Vous avez la paix, disait le
gouvernement au Sénat; vous la devez au sang que les généraux ont
versé en cent batailles. Prouvez-leur, en les appelant dans votre
sein, que la patrie n'est pas ingrate envers eux.--

[En marge: L'abbé Grégoire nommé sénateur par un scrutin du Sénat, et
préféré ainsi au candidat du Premier Consul.]

Le Sénat s'assembla, et fut agité par beaucoup d'intrigues. M.
Sieyès, qui vivait habituellement à la campagne, la quitta dans cette
occasion, et vint se mêler à ces intrigues. On entraîna beaucoup de
bonnes gens, comme le vieux Kellermann, par exemple, en leur disant
que le Corps Législatif, si on préférait son candidat, c'est-à-dire
l'abbé Grégoire, payerait cette préférence en proposant pour la
seconde place vacante le général Lamartillière, l'un des trois
candidats du Premier Consul, et qu'alors, en nommant un peu plus tard
ce général, on satisferait deux autorités en même temps, le Corps
Législatif et le gouvernement. Ces menées réussirent, et l'abbé
Grégoire fut élu sénateur à une grande majorité.

[En marge: Déc. 1801.]

[En marge: Discussion du mot _sujets_ dans le sein du Tribunat.]

Tandis que ces choix de personnes agitaient les esprits, et causaient
une grande joie aux opposants, les discussions dans le Corps
Législatif et le Tribunat prenaient le caractère le plus fâcheux. Le
traité avec la Russie, à l'occasion du mot _sujets_, était devenu
l'objet des plus violentes discussions dans la commission du Tribunat.
M. Costaz, le rapporteur de cette commission, qui n'était point du
parti des opposants, avait demandé quelques explications au
gouvernement. Le Premier Consul l'avait reçu, lui avait expliqué le
sens de l'article tant attaqué, lui avait fait connaître le motif de
son insertion au traité, et, quant au mot _sujets_, lui avait prouvé,
le Dictionnaire de l'Académie à la main, que ce mot, employé
diplomatiquement, s'appliquait aux citoyens d'une république aussi
bien qu'à ceux d'une monarchie. Il lui avait même raconté, pour
achever son édification, divers détails sur les relations de la
France avec la Russie, touchant les émigrés. M. Costaz, convaincu par
l'évidence de ces explications, fit son rapport dans un sens favorable
à l'article en question; mais, intimidé par la violence du Tribunat,
il blâma l'emploi du mot _sujets_, et raconta les choses d'une manière
assez maladroite, qui pouvait donner à la Russie l'apparence d'un
gouvernement faible, livrant les émigrés au Premier Consul, et au
Premier Consul l'apparence d'un gouvernement persécuteur, poursuivant
les émigrés jusque dans leur asile le plus lointain. M. Costaz, comme
il arrive souvent aux hommes circonspects, qui veulent ménager tous
les partis à la fois, déplut également aux opposants et au Premier
Consul, qu'il compromettait avec la Russie.

Le jour de la discussion arrivé, c'était le 7 décembre 1801 (16
frimaire), le tribun Jard-Panvilliers demanda que le débat eût lieu en
comité secret. Cette proposition fort sage fut adoptée. Dès que les
tribuns furent délivrés de la présence du public, qui leur était
d'ailleurs peu favorable, ils se livrèrent aux plus inconcevables
emportements. Ils voulaient absolument rejeter le traité, et en
proposer le rejet au Corps Législatif. Si jamais il y eut une folie
coupable, c'était celle-là; car, pour un mot, juste d'ailleurs, et
parfaitement innocent, rejeter un traité pareil, si long, si difficile
à conclure, et qui procurait la paix avec la première puissance du
continent, c'était agir en insensés et en furieux. MM. Chénier et
Benjamin Constant se livrèrent aux plus véhémentes déclamations. M.
Chénier alla jusqu'à prétendre qu'il avait d'importantes choses à dire
sur cette question; mais qu'il ne les dirait que lorsque la séance
serait publique, car il voulait que la France entière pût les
entendre. On lui répondit qu'il valait mieux commencer par les
communiquer à ses propres collègues. Il recula cependant, et un tribun
inconnu, homme simple et de bon sens, fit rentrer la raison dans les
esprits par une courte allocution. Je n'entends rien, dit-il, à la
diplomatie; je n'en sais ni l'art ni la langue. Mais je vois dans le
traité proposé un traité de paix. Un traité de paix est une chose
précieuse, qu'il faut adopter en entier, avec tous les mots qu'il
renferme. Croyez que la France ne vous pardonnerait pas un rejet, et
que la responsabilité qui pèserait sur vous serait terrible. Je
demande donc que la discussion soit terminée, la séance rendue
publique, et le traité mis immédiatement aux voix.--Après ces courtes
paroles, débitées avec calme et simplicité, on allait voter, lorsqu'un
des opposants demanda le renvoi au lendemain, à cause de l'heure fort
avancée. Le renvoi fut adopté. Le lendemain le tumulte fut tout aussi
grand que la veille. M. Benjamin Constant prononça un discours écrit,
très-développé, très-subtil. M. Chénier déclama de nouveau avec
violence, disant que cinq millions de Français étaient morts pour
n'être plus _sujets_, et que ce mot devait rester enseveli dans les
ruines de la Bastille. La majorité, fatiguée de ces violences, allait
en finir, quand arriva une lettre du conseiller d'État Fleurieu,
adressée au rapporteur Costaz. M. Costaz avait donné comme
officielles les explications qu'il avait présentées dans son rapport,
et avait voulu faire entendre qu'elles venaient du Premier Consul.
Fournissez-en la preuve positive, lui avait-on répondu. Il avait alors
provoqué une déclaration de M. Fleurieu, qui était le conseiller
d'État chargé de soutenir le projet. Celui-ci, après avoir pris les
ordres du Premier Consul, envoya la déclaration désirée, en la faisant
suivre de beaucoup de rectifications, que le rapport de M. Costaz
rendait indispensables, et qui ranimèrent le débat. M. Ginguené le
termina par une proposition épigrammatique et peu séante.
Reconnaissant qu'il était difficile pour un mot déplaisant de rejeter
un traité de paix, il demanda d'émettre un vote motivé en ces termes:
«Par amour pour la paix, le Tribunat adopte le traité conclu avec la
cour de Russie.»

M. de Girardin, qui était un des membres les plus raisonnables et les
plus spirituels du Tribunat, fit repousser toutes ces propositions, et
décida l'assemblée à passer immédiatement aux voix. Après tout, la
majorité du Tribunat voulait, par ses choix de personnes, donner au
Premier Consul des signes de mécontentement; elle ne désirait pas
entrer en lutte surtout à propos d'un traité, dont le rejet lui aurait
valu l'animadversion publique. Il fut adopté par 77 voix contre 14.
L'adoption au Corps Législatif eut lieu sans tumulte, grâce à la forme
de l'institution.

Cette scène fit dans Paris un effet pénible. On ne considérait pas le
Premier Consul comme un ministre exposé à perdre la majorité, et on ne
craignait pas pour son existence politique. On le considérait comme
cent fois plus nécessaire qu'un roi ne le paraît dans une monarchie
bien établie. Mais on voyait avec chagrin la moindre apparence de
nouveaux troubles, et les amis d'une sage liberté se demandaient,
comment avec un caractère semblable à celui du général Bonaparte,
comment avec une constitution dans laquelle on avait négligé
d'admettre le pouvoir de dissolution, une telle lutte pourrait finir,
si elle se prolongeait.

En effet, si la dissolution eût été possible, la difficulté eût été
bientôt résolue, car la France convoquée n'eût pas réélu un seul des
adversaires du gouvernement. Mais, obligés de vivre ensemble jusqu'au
renouvellement par cinquième, les pouvoirs étaient exposés, comme sous
le Directoire, à quelque violence des uns à l'égard des autres; et si
pareille chose avait lieu, ce n'étaient évidemment ni le Tribunat ni
le Corps Législatif qui pouvaient l'emporter. Il suffisait d'un acte
de la volonté du Premier Consul, pour mettre au néant et la
constitution et ceux qui en faisaient un tel usage. Aussi tous les
hommes sages tremblaient-ils en voyant cet état de choses.

[En marge: Discussion du Code civil.]

[En marge: Critiques dont le Code civil est l'objet.]

La discussion du Code civil ne fit qu'accroître ces craintes.
Aujourd'hui que le temps a valu à ce Code l'estime universelle, on
n'imaginerait pas toutes les critiques dont il fut l'objet à cette
époque. Les opposants exprimaient d'abord un grand étonnement de
trouver ce Code si simple, si peu nouveau. Comment, ce n'est que cela!
disaient-ils; mais il n'y a dans ce projet aucune conception nouvelle,
aucune grande création législative, qui soit particulière à la
société française, qui puisse lui imprimer un caractère propre et
durable: ce n'est qu'une traduction du droit romain ou coutumier. On a
pris Domat, Pothier, les Institutes de Justinien; on a rédigé en
français tout ce qu'ils contiennent; on l'a divisé en articles; on a
lié ces articles par des numéros, bien plus que par une déduction
logique; et puis on vient présenter cette compilation à la France
comme un monument qui a droit à son admiration et à ses respects!--MM.
Benjamin Constant, Chénier, Ginguené, Andrieux, tous dignes de mieux
employer leur esprit, raillaient les conseillers d'État, disaient que
c'étaient des procureurs conduits par un soldat, qui avaient fait
cette plate compilation, fastueusement appelée le Code civil de la
France.

[En marge: Réponse de M. Portalis à ces critiques.]

M. Portalis et les hommes de sens qui étaient ses collaborateurs,
répondaient qu'en fait de législation, il ne s'agissait pas d'être
original, mais clair, juste et sage; qu'on n'avait pas une société
nouvelle à constituer, comme Lycurgue ou Moïse, mais une vieille
société à réformer en quelques points, à restaurer en beaucoup
d'autres; que le Droit français se faisait depuis dix siècles; qu'il
était tout à la fois le produit de la science romaine, de la
féodalité, de la monarchie, et de l'esprit moderne, agissant ensemble
pendant une longue durée de temps sur les moeurs françaises; que le
Droit civil de la France, résultant de ces causes diverses, devait
être assorti aujourd'hui à une société qui avait cessé d'être
aristocratique pour devenir démocratique; qu'il fallait, par exemple,
revoir les lois sur le mariage, sur la puissance paternelle, sur les
successions, pour les dépouiller de tout ce qui répugnait au temps
présent; qu'il fallait purger les lois sur la propriété de toute
servitude féodale, rédiger cet ensemble de prescriptions dans un
langage net, précis, qui ne donnât plus lieu aux ambiguïtés, aux
contestations interminables, et mettre le tout dans un bel ordre; que
c'était là le seul monument à élever, et que, si, contrairement à
l'intention de ses auteurs, il arrivait qu'il surprît par sa
structure, qu'il plût à quelques lettrés par des vues nouvelles et
originales, au lieu d'obtenir la froide et silencieuse estime des
jurisconsultes, il manquerait son but véritable, dût-il plaire à
quelques esprits plus singuliers que sensés.

Tout cela était parfaitement raisonnable et vrai. Le Code, sous ce
rapport, était un chef-d'oeuvre de législation. De graves
jurisconsultes, pleins de savoir et d'expérience, sachant parler la
langue du Droit, et dirigés par un chef, soldat il est vrai, mais
esprit supérieur, habile à trancher leurs doutes et à les soumettre au
travail, avaient composé ce beau résumé du Droit français, purgé de
tout droit féodal. Il était impossible de faire autrement ni mieux.

Il est vrai que, dans ce vaste code, on pouvait substituer ça et là un
mot à un autre mot, transporter un article d'une place à une autre
place; on le pouvait sans beaucoup de danger, mais sans beaucoup
d'utilité aussi; et c'est là justement ce qu'aiment à faire, même des
assemblées bienveillantes, uniquement pour imprimer leur main sur
l'oeuvre qui leur est soumise. Quelquefois, en effet, après la
présentation d'un projet de loi considérable, on voit des esprits
médiocres et ignorants, s'assembler autour d'une oeuvre de
législation, fruit d'une profonde expérience et d'un long travail,
changer ceci, changer cela, d'un tout bien lié faire un tout informe
et incohérent, sans relation avec les lois existantes et les faits
réels. Ils agissent souvent ainsi, sans esprit d'opposition, seulement
par goût de retoucher l'oeuvre d'autrui. Qu'on se figure des tribuns
véhéments et peu instruits, s'exerçant de la sorte sur un code de
quelques mille articles! c'était à y renoncer.

[En marge: Titre préliminaire du Code civil.]

Le titre préliminaire essuya le premier débordement des critiques du
Tribunat. Il avait été renvoyé à une commission dont le tribun
Andrieux était le rapporteur. Ce titre contenait, sauf quelques
différences de rédaction peu importantes, les mêmes dispositions qui
ont définitivement prévalu, et qui forment aujourd'hui comme la
préface de ce beau monument de législation. Le premier article était
relatif à la promulgation des lois. On avait abandonné l'ancien
système, en vertu duquel la loi n'était exécutoire qu'après
l'enregistrement accordé par les parlements et les tribunaux. Ce
système avait produit jadis la lutte des parlements et de la royauté,
lutte qui avait été dans son temps un utile correctif de la monarchie
absolue, mais qui aurait été un vrai contre-sens à une époque où il
existait des assemblées représentatives, chargées d'accorder ou de
refuser l'impôt. On avait substitué à ce système l'idée fort simple de
faire promulguer la loi par le pouvoir exécutif, de la rendre
exécutoire dans le chef-lieu du gouvernement vingt-quatre heures après
sa promulgation, et dans les départements après un délai proportionné
aux distances. Le second article interdisait aux lois tout effet
rétroactif. Quelques grandes erreurs de la Convention sur ce sujet,
rendaient cet article utile et même nécessaire. Il fallait poser en
principe que la loi ne pourrait jamais troubler le passé, et ne
réglerait que l'avenir. Après avoir limité l'action des lois quant au
temps, il fallait en limiter l'action quant aux lieux; dire quelles
seraient les lois qui suivraient les Français hors du territoire de la
France, et les obligeraient en tous lieux, comme celles qui réglaient,
par exemple, les mariages et les successions; et quelles seraient les
lois qui ne les obligeraient que sur le territoire de la France, mais,
sur ce territoire, obligeraient les étrangers aussi bien que les
Français. Les lois relatives à la police ou à la propriété devaient
être dans cette dernière catégorie: c'était l'objet de l'article
trois. L'article quatre obligeait le juge à juger, même quand la loi
ne lui semblait pas suffisante. Ce cas venait de se rencontrer plus
d'une fois, dans la transition d'une législation à l'autre. Souvent,
en effet, les tribunaux, faute de lois, avaient été sincèrement
embarrassés de prononcer; souvent aussi ils s'étaient frauduleusement
soustraits à l'obligation de rendre la justice. La Cour de Cassation
et le Corps Législatif étaient encombrés de recours en interprétation
de lois. Il fallait empêcher cet abus, en obligeant le juge à donner
une décision, dans tous les cas; mais il fallait en même temps
l'empêcher de se constituer législateur. C'était l'objet de l'article
cinq, qui défendait aux tribunaux de décider autre chose que le cas
spécial qui leur était soumis, et de prononcer par voie de disposition
générale. Enfin le sixième et dernier article limitait la faculté
naturelle qu'ont les citoyens de renoncer au bénéfice de certaines
lois, par des conventions particulières. Il rendait absolues et
impossibles à éluder, les lois relatives à l'ordre public, à la
constitution des familles, aux bonnes moeurs. Il décidait qu'on ne
pouvait s'y soustraire par aucune convention particulière.

Ces dispositions préliminaires étaient indispensables, car il fallait
bien dire quelque part, dans notre législation, comment les lois
devaient être promulguées, à quel moment elles devenaient exécutoires,
jusqu'où s'étendaient leurs effets quant au temps et quant aux lieux.
Il fallait bien prescrire aux juges le mode général de l'application
des lois, les obliger à juger, mais en leur interdisant de se
constituer législateurs; il fallait enfin rendre immuables les lois
qui constituent l'ordre social et la morale, et les soustraire aux
variations des conventions particulières. Si ces choses étaient
indispensables à écrire, où pouvait-on mieux le faire qu'en tête du
Code civil, le premier, le plus général, le plus important de tous les
Codes? Auraient-elles été mieux placées, par exemple, en tête d'un
Code de commerce ou de procédure civile? Évidemment ces maximes
générales étaient nécessaires, bien écrites, et bien placées.

On se ferait difficilement une idée aujourd'hui des critiques
dirigées par M. Andrieux contre le titre préliminaire du Code civil,
au nom de la commission du Tribunat. D'abord, ces dispositions,
suivant lui, pouvaient être placées partout; elles n'appartenaient pas
plus au Code civil qu'à tout autre. Elles pouvaient, par exemple, se
trouver en tête de la Constitution, aussi bien qu'en tête du Code
civil. Cela était vrai; mais puisqu'on n'avait pas songé à les mettre
en tête de la Constitution, ce qui était naturel, car elles n'avaient
aucun caractère politique, où les placer mieux que dans le Code, qu'on
pouvait appeler le Code social?

Secondement, l'ordre de ces six articles était arbitraire, suivant M.
Andrieux. On pouvait faire du premier le dernier, et du dernier le
premier. Ceci n'était pas tout à fait exact, et, en y regardant bien,
il était facile de découvrir une véritable déduction logique, dans la
manière dont ils étaient disposés. Mais, en tout cas, qu'importait
l'ordre de ces articles, si l'un était aussi bon que l'autre? Le
meilleur ordre n'était-il pas celui que des jurisconsultes éminents,
après le travail le plus consciencieux, avaient préféré? N'y avait-il
pas assez de difficultés naturelles dans cette grande oeuvre, sans y
ajouter des difficultés puériles?

Enfin, suivant M. Andrieux, c'étaient des maximes générales,
théoriques, appartenant plutôt à la science du droit qu'au droit
positif, qui dispose et commande. Ceci était faux, car la forme de la
promulgation des lois, la limite donnée à leurs effets, l'obligation
pour les juges de juger et de ne pas réglementer, l'interdiction de
certaines conventions particulières contraires aux lois, tout cela
était impératif.

Ces critiques étaient donc aussi vaines que ridicules. Cependant elles
touchèrent le Tribunat, qui les jugea dignes de la plus grande
attention. Le tribun Thiessé trouva la disposition qui interdit aux lois
tout effet rétroactif extrêmement dangereuse et contre-révolutionnaire.
C'était, disait-il, rapporter jusqu'à un certain point les conséquences
de la nuit du 4 août, car les individus nés sous le régime du droit
d'aînesse et des substitutions, pourraient dire que la loi nouvelle sur
l'égalité des partages était rétroactive quant à eux, et dès lors nulle
à leur égard.

[En marge: Rejet par le Tribunat et par le Corps Législatif du titre
préliminaire du Code civil.]

De telles absurdités furent accueilles, et ce titre préliminaire fut
rejeté par 63 voix contre 15. Les opposants, enchantés de ce début,
voulurent poursuivre ce premier succès. D'après la Constitution, le
Tribunat nommait trois orateurs pour soutenir, contre trois
conseillers d'État, la discussion des lois devant le Corps Législatif.
MM. Thiessé, Andrieux, Favard, furent chargés de demander le rejet de
ce titre préliminaire. Ils l'obtinrent à 142 voix contre 139.

Ce résultat, rapproché des divers votes sur les personnes, de la scène
sur le mot _sujets_, était grave. On annonçait comme à peu près
certain le rejet des deux autres titres déjà présentés, sur _la
jouissance des droits civils_, et _sur la forme des actes de l'état
civil_. Le rapport de M. Siméon, sur _la jouissance et la privation
des droits civils_, concluait, en effet, au rejet. M. Siméon, cet
esprit ordinairement si sage, avait, entre différentes critiques, fait
celle-ci, c'est que la loi proposée négligeait de dire, que les
enfants nés de Français dans les colonies françaises, étaient Français
de droit. Nous citons cette critique singulière, parce qu'elle avait
excité chez le Premier Consul un étonnement mêlé de colère. Il
convoqua le Conseil d'État, pour aviser à ce qu'il y avait à faire
dans cette occurrence. Fallait-il persister ou non dans la marche
adoptée? fallait-il changer le mode de présentation au Corps
Législatif? ou bien convenait-il de différer ce grand ouvrage, si
impatiemment attendu, et de le remettre à une autre époque? Le Premier
Consul était exaspéré.--Que voulez-vous faire, s'écriait-il, avec des
gens qui, avant la discussion, disaient que les conseillers d'État et
les Consuls _n'étaient que des ânes_, et qu'il fallait leur jeter leur
ouvrage à la tête? Que voulez vous faire, quand un esprit tel que
Siméon accuse une loi d'être incomplète, parce qu'elle ne déclare pas
que les enfants nés de Français dans les colonies françaises, sont
Français? En vérité, on est confondu en présence de si étranges
aberrations. Même avec la bonne foi apportée dans cette discussion au
sein du Conseil d'État, nous avons eu la plus grande peine à nous
mettre d'accord; comment y parvenir, dans une assemblée cinq ou six
fois plus nombreuse, et qui discute sans bonne foi? Comment rédiger un
Code tout entier, dans de pareilles conditions? J'ai lu le discours de
Portalis au Corps Législatif, en réponse aux orateurs du Tribunat: il
ne leur a rien laissé à dire, _il leur a arraché les dents_. Mais
quelque éloquent qu'on soit, parlât-on vingt-quatre heures de suite,
on ne peut rien contre une assemblée prévenue, qui est résolue à ne
rien entendre.--

[En marge: Discussion au Conseil d'État pour savoir comment on
procédera pour la présentation des autres titres du Code civil.]

Après ces plaintes, exprimées en un langage vif et amer, le Premier
Consul demanda l'avis du Conseil d'État sur la meilleure manière de
s'y prendre, pour assurer l'adoption du Code civil par le Tribunat et
le Corps Législatif. Le sujet n'était pas nouveau, dans le Conseil
d'État. On y avait déjà prévu la difficulté, et proposé divers moyens
pour la résoudre. Les uns avaient imaginé de ne présenter que des
principes généraux, sur lesquels le Corps Législatif voterait, sauf à
donner ensuite les développements par voie réglementaire. C'était peu
admissible, car on comprend difficilement les principes généraux des
lois, et les développements rédigés séparément. Les autres proposaient
un plan plus simple: c'était de présenter le Code entier en une seule
fois. On n'aurait pas, disait-on, plus de peine pour les trois livres
du Code, qu'on en avait pour un seul. Les Tribuns s'acharneraient sur
les premiers titres, puis se fatigueraient, et laisseraient aller le
reste. La discussion se trouverait ainsi réduite par son immensité
même. Cette conduite était la plus plausible et la plus sage.
Malheureusement, pour qu'elle pût réussir, il manquait bien des
conditions. On n'avait pas alors la faculté d'amender les propositions
du gouvernement, ce qui permet ces petits sacrifices, au moyen
desquels on satisfait la vanité des uns, on désarme les scrupules des
autres, en améliorant les lois. Il manquait aussi aux opposants un
peu de cette bonne foi sans laquelle toute discussion grave est
impossible; et enfin il manquait au Premier Consul lui-même cette
patience constitutionnelle, que l'habitude de la contradiction inspire
aux hommes façonnés au gouvernement représentatif. Il n'admettait pas
que le bien sincèrement voulu, et laborieusement préparé, pût être
différé ou gâté, pour plaire à ce qu'il appelait des bavards.

Quelques esprits tranchants allèrent jusqu'à proposer de présenter le
Code civil comme on présentait les traités, avec une loi d'acceptation
à côté, et de le faire voter ainsi en bloc, par oui ou par non. Cette
façon de faire était trop dictatoriale, et on n'y songea pas
sérieusement.

Sur l'avis des membres les plus éclairés, Tronchet notamment, on
conclut qu'il fallait attendre quel serait le sort des deux autres
titres présentés au Tribunat.--Oui, dit le Premier Consul, nous
pouvons risquer encore deux batailles. Si nous les gagnons, nous
continuerons la marche commencée. Si nous les perdons, nous entrerons
dans nos quartiers d'hiver, et nous aviserons au parti à prendre.--

[En marge: On se décide à attendre le sort des deux autres titres
présentés.]

[En marge: Rejet du titre du Code civil sur la jouissance et la
privation des droits civils.]

Ce plan de conduite fut adopté, et on attendit l'issue des deux
discussions. L'opinion commençait à se prononcer fortement contre le
Tribunat. Aussi les meneurs imaginèrent-ils un moyen, pour tempérer
l'effet de leurs rejets successifs, ce fut de les entremêler d'une
adoption. Le titre relatif à la tenue _des actes de l'état civil_ leur
plaisait fort en lui-même, parce qu'il consacrait plus rigoureusement
encore les principes de la Révolution à l'égard du clergé, en lui
interdisant absolument l'enregistrement des naissances, des morts et
des mariages, pour les attribuer exclusivement aux officiers
municipaux. Ce titre présenté par le conseiller d'État Thibaudeau
était excellent, ce qui ne l'aurait pas sauvé, s'il n'eût contenu des
dispositions contraires au clergé. On se décida donc à l'adopter. Mais
dans l'ordre de présentation il ne devait venir que le troisième. On
le fit passer le second, et on le vota sans difficulté, pour rendre
plus certain le rejet du titre relatif _à la jouissance et à la
privation des droits civils_. Ce dernier, mis en discussion à son
tour, fut repoussé à une majorité immense par le Tribunat. Le rejet
par le Corps Législatif n'était pas douteux. La série des difficultés
prévues reparaissait donc tout entière. Ces difficultés devaient être
bien plus graves quand il s'agirait des lois sur le mariage, sur le
divorce, sur la puissance paternelle. Quant au Concordat, et au projet
relatif à l'instruction publique, il n'y avait évidemment aucune
chance de réussir à les faire adopter.

[En marge: Janv. 1802.]

[En marge: Nouveau scrutin pour la candidature au Sénat.]

[En marge: M. Daunou désigné par le Tribunat et le Corps Législatif.]

Mais ce qui acheva de pousser les choses à l'extrême, ce fut un
nouveau scrutin sur les personnes, qui prit à l'égard du Premier
Consul le caractère d'une hostilité tout à fait directe. On avait déjà
fait prévaloir le choix de l'abbé Grégoire comme sénateur,
contrairement aux propositions du gouvernement, et pour donner un
signe d'improbation à sa politique religieuse. Restaient, comme on
vient de le voir, deux places à remplir, et on voulait non-seulement
qu'elles fussent remplies d'une manière contraire aux propositions
déjà connues du Premier Consul en faveur de trois généraux, mais on
tenait aussi à faire le choix qui lui serait le plus désagréable. Ce
choix était celui de M. Daunou. On s'efforça donc d'obtenir la
présentation de M. Daunou par les deux autorités législatives à la
fois, c'est-à-dire par le Tribunat et le Corps Législatif, ce qui
rendait sa nomination par le Sénat presque inévitable.

On fit les démarches les plus actives, et on sollicita les votes avec
une hardiesse qui avait lieu d'étonner, en présence d'une autorité
aussi redoutée que celle du Premier Consul.

M. Daunou fut ballotté au Corps Législatif avec le général
Lamartillière, candidat du gouvernement. Il y eut des scrutins
réitérés. Enfin M. Daunou obtint 135 voix et le général Lamartillière
122. Il fut proclamé candidat du Corps Législatif, pour une des places
vacantes au Sénat. Au Tribunat M. Daunou eut encore pour concurrent le
général Lamartillière. Il obtint 48 voix, le général Lamartillière 39:
il fut proclamé candidat. Il avait donc deux présentations pour une.
Ce scrutin avait lieu le 1er janvier 1802 (11 nivôse), jour même du
rejet du titre du Code civil, sur _la jouissance et la privation des
droits civils_.

[En marge: Le Premier Consul, poussé à bout, songe à un coup d'État.]

D'après les règles ordinaires du régime représentatif, on aurait dû
dire que la majorité était perdue. Mais, dans ce cas, celui qui aurait
dû se retirer était le Premier Consul, vu qu'il était tout dans
l'admiration de la France, comme dans la haine de ses ennemis.
Cependant personne n'avait la prétention de l'exclure, parce que
personne n'en avait le moyen. C'était donc une vraie tracasserie,
indigne d'hommes sérieux. C'était du dépit le plus puéril et le plus
dangereux en même temps, car on poussait à bout un caractère violent,
plein du sentiment de sa force, et capable de tout. Le consul
Cambacérès lui-même, ordinairement fort modéré, voyant là un véritable
désordre, dit qu'on ne pouvait pas tolérer des hostilités aussi
directes, et que pour lui, il ne répondait plus de réussir à calmer le
Premier Consul. En effet la colère de celui-ci était au comble, et il
annonça hautement la résolution de briser les obstacles qu'on
cherchait à opposer à tout le bien qu'il voulait faire.

[En marge: Vive allocution à une réunion de sénateurs.]

Le lendemain, 2 janvier (12 nivôse), était le jour de la décade où il
donnait audience aux sénateurs. Il en vint beaucoup, même de ceux qui
avaient agi contre lui. Ils venaient, les uns par curiosité, les
autres par faiblesse, et pour désavouer par leur présence leur
participation à ce qui se passait. M. Sieyès se trouvait au nombre des
visiteurs. Le Premier Consul était comme d'usage en uniforme; son
visage paraissait animé, on s'attendait à quelque scène violente. On
fit cercle autour de lui. Vous ne voulez donc plus, dit-il, nommer des
généraux? cependant vous leur devez la paix: ce serait le moment de
leur témoigner votre reconnaissance.--Après ces premiers mots, les
sénateurs Kellerman, François de Neufchâteau et d'autres furent
rudement interpellés. Ils se défendirent assez mal. Puis la
conversation redevint générale, et le Premier Consul reprit la parole
en dirigeant ses regards du coté de M. Sieyès.--Il y a des gens,
dit-il à très-haute voix, qui veulent nous donner un Grand-Électeur,
et qui songent à un prince de la maison d'Orléans. Ce système, je le
sais, a des partisans même au Sénat.--Ces paroles faisaient allusion à
un projet, vrai ou faux, attribué à M. Sieyès, et que ses ennemis lui
prêtaient auprès du Premier Consul. M. Sieyès, en entendant ces
paroles offensantes, se retira en rougissant. Le Premier Consul
s'adressant alors aux sénateurs réunis, ajouta: Je vous déclare que si
vous nommez M. Daunou sénateur, je prendrai cela pour une injure
personnelle, et vous savez que je n'en ai jamais souffert aucune.--

Cette scène effraya la masse des sénateurs présents, et affligea les
plus sages. Ceux-ci voyaient avec peine qu'on poussât à une telle
irritation un homme si grand, si nécessaire, mais si peu maître de
lui, quand il était offensé. Les malveillants s'en allèrent, criant
que jamais on n'avait traité les membres des corps de l'État, d'une
manière plus indécente et plus insupportable. Cependant le coup était
porté. La peur avait pénétré dans ces âmes haineuses mais timides, et
cette bruyante opposition allait s'humilier tristement devant l'homme
qu'elle avait voulu braver.

[En marge: Le consul Cambacérès fait prévaloir l'idée d'une mesure
légale, l'exclusion par le scrutin, du cinquième sortant en l'an X.]

Les Consuls discutèrent entre eux le parti à prendre. Le général
Bonaparte était résolu à un éclat, et à un acte violent. S'il avait eu
la faculté légale de dissoudre le Tribunat et le Corps Législatif, la
solution eût été facile par des voies régulières, et elle eût amené,
par une élection générale, une majorité tout à fait favorable aux
idées du Premier Consul. Il est vrai qu'une élection générale aurait
exclu en masse les hommes de la Révolution, et fait surgir des hommes
entièrement nouveaux, animés plus ou moins de sentiments royalistes,
tels que ceux contre lesquels il avait fallu faire le 18 fructidor, ce
qui eût été un malheur d'un autre genre. Tant il est vrai qu'au
lendemain d'une révolution sanglante, qui avait profondément irrité
les esprits les uns contre les autres, le libre jeu des institutions
constitutionnelles était impossible! Pour sortir des mains des
révolutionnaires irréfléchis, on serait tombé dans les mains des
royalistes malintentionnés. Mais en tout cas, la dissolution n'était
pas dans les lois; il fallait trouver un autre moyen.

Le Premier Consul voulait retirer le Code civil, laisser chômer le
Corps Législatif et le Tribunat, ne plus rien présenter que les lois
de finances; et puis, quand il aurait bien fait sentir à la France,
que ces corps étaient l'unique cause de l'interruption apportée aux
travaux bienfaisants du gouvernement, saisir une occasion de briser
les instruments incommodes que la Constitution lui imposait. Mais le
consul Cambacérès, l'homme aux expédients habiles, trouva des moyens
plus doux, d'une légalité très-soutenable, et d'ailleurs les seuls
praticables dans le moment. Il dissuada le général, son collègue, de
toute mesure illégale et violente.--Vous pouvez tout, lui dit-il; on
souffrirait tout de votre part. On a bien permis au Directoire de
faire ce qu'il a voulu, au Directoire qui n'avait pour lui ni votre
gloire, ni votre ascendant moral, ni vos immenses succès militaires et
politiques. Mais le coup d'État du 18 fructidor, tout nécessaire qu'il
était, a perdu le Directoire. Il a rendu la Constitution directoriale
si méprisable, que personne ne l'a plus prise au sérieux. La nôtre est
bien meilleure. En ayant l'art de s'en servir, on peut faire le bien
avec elle. Ne la livrons donc pas au mépris public, en la violant au
premier obstacle qu'elle nous présente.--Le consul Cambacérès admit
qu'il fallait retirer le Code civil, interrompre la session, mettre
les corps délibérants en vacance, et faire peser sur eux, comme un
grave sujet de reproche, l'inaction forcée à laquelle le gouvernement
allait être réduit. Mais cette inaction était une impasse, et il
fallait en sortir. M. Cambacérès en trouva le moyen dans l'article 38
de la Constitution, ainsi conçu: _Le premier renouvellement du Corps
Législatif et du Tribunat n'aura lieu que dans le cours de l'an_ X.

On était en l'an X (1801-1802). On pouvait très-bien choisir telle
époque de l'année qu'on voudrait pour faire ce renouvellement. On
pouvait, par exemple, y procéder dans le courant de l'hiver, en
pluviôse ou ventôse; renvoyer alors un cinquième du Tribunat et du
Corps Législatif, ce qui faisait vingt membres pour le Tribunat,
soixante pour le Corps Législatif; exclure ainsi les plus hostiles,
les remplacer par des gens sages et paisibles, et ouvrir une session
extraordinaire au printemps, pour faire adopter les lois qui étaient
maintenant arrêtées au passage par la mauvaise volonté de
l'opposition. Ce moyen était évidemment le meilleur. En excluant vingt
membres du Tribunat et soixante du Corps Législatif, on écartait les
hommes remuants qui entraînaient la masse inerte, et on intimidait
ceux qui auraient pu être encore tentés de résister. Mais, si on
voulait réussir, il fallait disposer du Sénat pour obtenir deux
choses: premièrement, l'interprétation de l'article 38 dans le sens du
plan projeté; secondement, l'exclusion des opposants, et leur
remplacement par des hommes dévoués au gouvernement. M. Cambacérès,
connaissant bien ce corps, sachant que la masse était timide, et les
opposants peu courageux, répondait que le Sénat, quand il verrait à
quel point on l'entraînait au delà des bornes de la prudence et de la
raison, se prêterait à tout ce que le gouvernement désirerait de lui.
L'article 38, qu'il s'agissait d'interpréter, ne disait pas quel
serait le mode employé pour la désignation du cinquième sortant. Dans
le silence de cet article, le Sénat, chargé de choisir, pouvait
préférer, à son gré, le scrutin au sort. Il y avait à dire, contre une
telle interprétation, que l'usage constant, lorsqu'il faut renouveler
partiellement une assemblée, c'est de recourir au sort, pour désigner
la portion qui doit être exclue la première. Il y avait à répondre
qu'on a recours au sort lorsqu'on ne peut pas faire autrement. On ne
peut pas, en effet, demander à quelques centaines de colléges
électoraux la désignation du cinquième sortant, car, s'adresser à une
partie d'entre eux, c'est désigner soi-même ce cinquième; s'adresser
à tous, c'est recourir à une élection générale, et, dans une élection
générale, on ne peut pas fixer d'avance le nombre des exclus, car ce
serait encore désigner soi-même le cinquième qu'il s'agit d'éliminer.
Le sort est donc la seule ressource, dans le système ordinaire des
élections, par des colléges électoraux. Mais, ayant ici le Sénat,
chargé d'élire, et pouvant aisément lui faire désigner par un scrutin
le cinquième à exclure, il était plus naturel de recourir à l'autorité
clairvoyante de ses votes qu'à l'autorité aveugle du tirage au sort.
On rendait, il est vrai, le Sénat arbitre de la question; mais on se
conformait ainsi au véritable esprit de la Constitution; car, en
conférant au Sénat toutes les prérogatives du corps électoral, elle
l'avait rendu juge des conflits qui pouvaient s'élever entre les
majorités législatives et le gouvernement. En un mot, on rétablissait
par un subterfuge la faculté de dissolution, indispensable dans tout
gouvernement régulier.

[En marge: Le Premier Consul adopte le plan proposé par M.
Cambacérès.]

La raison la plus sérieuse, c'est qu'on se tirait d'embarras, sans
violer ostensiblement la Constitution. Le Premier Consul déclara qu'il
admettrait ce plan, ou tout autre, pourvu qu'on le délivrât des hommes
qui l'empêchaient de faire le bien de la France. M. Cambacérès accepta
le soin de rédiger un mémoire sur ce sujet. On libella le message qui
devait annoncer au Corps Législatif que le Code civil était retiré. Ce
fut le général Bonaparte qui se chargea de le libeller lui-même, dans
un style noble et sévère.

Déjà l'on commençait à craindre les éclats de sa colère; on disait
qu'on allait en voir une manifestation prochaine. Le lendemain de la
scène faite aux sénateurs, le 3 janvier (13 nivôse), un message fut
envoyé au président du Corps Législatif. Il fut lu au milieu d'un
silence profond, et qui décelait une sorte de terreur. Ce message
était ainsi conçu:

«LÉGISLATEURS,

[En marge: On commence par retirer le Code civil.]

»Le gouvernement a résolu de retirer les projets de loi du Code civil.

»C'est avec peine qu'il se trouve obligé de remettre à une autre
époque les lois attendues avec tant d'intérêt par la nation; mais il
s'est convaincu que le temps n'est pas venu où l'on portera dans ces
grandes discussions, le calme et l'unité d'intention qu'elles
demandent.»

Cette sévérité méritée produisit le plus grand effet. Tous les
gouvernements ne peuvent pas et ne doivent pas parler un tel langage;
cependant il faut le leur permettre quand ils ont raison, et qu'ils
ont dispensé à un pays une immense gloire, d'immenses bienfaits, payés
par une opposition inconsidérée.

[En marge: Le Corps Législatif et le Sénat, intimidés, imaginent un
subterfuge pour annuler leurs premiers scrutins, et faire prévaloir
les candidats du Premier Consul aux places vacantes dans le Sénat.]

Le Corps Législatif, frappé de ce coup, tomba aux pieds du
gouvernement d'une manière peu honorable. On demanda, séance tenante,
à passer au scrutin pour la présentation d'un candidat à la troisième
et dernière place vacante au Sénat. Le croirait-on? les mêmes hommes
qui s'étaient prêtés avec tant de malveillance à présenter MM.
Grégoire et Daunou, votèrent à l'instant même pour le général
Lamartillière. Il obtint 233 suffrages sur 252 votants. On ne pouvait
pas se rendre plus promptement aux désirs du Premier Consul. En
conséquence, le général Lamartillière fut déclaré le candidat du Corps
Législatif.

Cette présentation fournit un expédient au Sénat pour satisfaire le
Premier Consul, sans s'humilier trop profondément. On ne songeait plus
à prendre M. Daunou, depuis la scène faite aux sénateurs, dans
l'audience du 2 janvier. Cependant M. Daunou avait été présenté par
deux corps à la fois, le Corps Législatif et le Tribunat. Préférer le
candidat du gouvernement à un candidat qui avait pour lui la double
présentation des deux assemblées législatives, c'était se jeter trop
ouvertement aux genoux du Premier Consul. On imagina un assez pauvre
subterfuge, qui ne sauva pas la dignité du Sénat, et qui ne fit que
mettre son embarras dans un plus grand jour. Il s'assembla le
lendemain, 4 janvier (14 nivôse). La présentation de M. Daunou par le
Corps Législatif avait été résolue le 30 décembre, celle du général
Lamartillière, le 3 janvier. Le Sénat supposa que la résolution du 30
décembre n'était pas communiquée, que celle du 3 janvier l'était
seule, et que le général Lamartillière était, par conséquent, l'unique
candidat connu du Corps Législatif. Il joignit à ce subterfuge une
autre ruse plus mesquine encore. On remplissait la seconde des trois
places vacantes; or, le général Lamartillière était le premier, le
général Jourdan le second, sur la liste du Premier Consul. On crut
donc pouvoir considérer le général Jourdan comme le candidat du
gouvernement pour la place actuellement vacante. Alors le Sénat
libella ainsi sa décision:

«_Vu le message du Premier Consul du 25 frimaire, par lequel il
présente le général Jourdan; vu le message du Tribunat du 11 nivôse,
par lequel il présente le citoyen Daunou; vu enfin le message du Corps
Législatif du 13 nivôse, par lequel il présente le général
Lamartillière, le Sénat adopte le général Lamartillière et le proclame
membre du Sénat conservateur._» Par ce moyen, le Sénat semblait avoir
adopté, non pas le candidat du Premier Consul, mais celui du Corps
Législatif. C'était ajouter à la honte de la soumission, la honte d'un
mensonge qui ne trompait personne. Certes on faisait bien de reculer
devant un homme indispensable, sans lequel la France eût été plongée
dans le chaos, sans lequel pas un des opposants n'eût été assuré de
conserver sa tête; mais il ne fallait pas alors l'offenser, quand on
savait qu'on ne pourrait pas pousser l'offense jusqu'au bout.

Les opposants du Tribunat jetèrent les hauts cris contre la faiblesse
du Sénat, faiblesse qu'ils devaient bientôt imiter, et surpasser
eux-mêmes.

[En marge: Le Premier Consul quitte Paris pour aller présider à Lyon
la Consulte de la République italienne.]

Le plan adopté par le gouvernement fut immédiatement mis à exécution.
Les travaux législatifs furent suspendus, et on annonça publiquement
que le Premier Consul allait quitter Paris, pour faire à Lyon un
voyage de près d'un mois. L'objet de ce voyage avait la grandeur
accoutumée des actes du général Bonaparte. Il s'agissait de constituer
la République Cisalpine, et cinq cents députés, de tout âge, de toute
condition, passaient en ce moment les Alpes, par un hiver rigoureux,
pour former à Lyon une grande diète, sous le nom de _Consulte_, et
recevoir de la main du général Bonaparte, des lois, des magistrats, un
gouvernement tout entier. Il avait été convenu que chacun ferait la
moitié du chemin, et Lyon avait été jugé, après Paris, le point le
plus convenable pour un pareil rendez-vous. De vastes préparatifs
étaient déjà faits dans cette ville, pour cet imposant spectacle
politique. On devait même l'entourer d'un grand appareil militaire,
car les vingt-deux mille hommes restant de l'armée d'Égypte, débarqués
à Marseille et à Toulon par la marine anglaise, étaient en marche sur
Lyon, pour y être passés en revue par leur ancien général.

[En marge: Le Corps Législatif et le Tribunat, laissés à Paris dans
une embarrassante oisiveté.]

On ne s'occupa plus du Corps Législatif ni du Tribunat. On les laissa
dans une parfaite oisiveté, sans leur expliquer d'aucune façon les
projets que le gouvernement pouvait avoir conçus. La Constitution ne
contenait pas plus la faculté de prorogation que celle de dissolution.
On ne renvoya donc pas les deux assemblées, mais on ne leur fournit
aucun travail. On avait retiré, outre les lois du Code civil, une loi
relative au rétablissement de la marque pour le crime de faux. Ce
crime, par suite des circonstances de la Révolution, s'était multiplié
d'une manière effrayante. Tant de pièces exigées par les règles
nouvelles de la comptabilité, tant de certificats de civisme, naguère
indispensables pour n'être pas considéré comme suspect, tant de
certificats de présence demandés aux émigrés rentrés pour les purger
du délit d'émigration, tant de constatations de tout genre, exigées et
fournies par écrit, avaient donné naissance à une détestable classe de
criminels: c'étaient les faussaires. Ils infestaient la région des
affaires, comme naguère les brigands infestaient les grands chemins.
Le Premier Consul avait voulu une peine spéciale contre eux, comme il
avait voulu une juridiction spéciale contre les dévastateurs des
grandes routes, et il venait de proposer la marque. Le crime de faux
enrichit, disait-il; un faussaire qui a fini sa peine rentre dans la
société, et avec du luxe il fait oublier son crime. Il faut une
flétrissure indélébile de la main du bourreau, qui ne permette plus
aux complaisants que la richesse entraîne toujours après elle, de
s'asseoir à la table du faussaire enrichi. Cette proposition avait
rencontré les mêmes difficultés que le Code civil. On la retira, et il
ne resta plus rien en délibération; car les lois relatives à
l'instruction publique, au rétablissement des cultes, n'avaient pas
même été présentées. Quant aux lois de finances, on les réservait pour
servir de prétexte à une session extraordinaire au printemps. On
laissa donc cette espèce de parlement, non dissous, non prorogé,
oisif, inutile, embarrassé de son inaction, et portant aux yeux de la
France la responsabilité d'une interruption complète dans les bons et
utiles travaux du gouvernement.

Il fut convenu que pendant l'absence du Premier Consul, M.
Cambacérès, qui avait un art particulier pour manier le Sénat, se
chargerait de faire interpréter comme on le voulait, l'article 38 de
la Constitution, et qu'il veillerait lui-même à l'exclusion des vingt
et des soixante membres, qu'il s'agissait de faire sortir du Tribunat
et du Corps Législatif.

Avant de partir, le Premier Consul avait eu à s'occuper de deux
affaires importantes, l'expédition de Saint-Domingue, et le congrès
d'Amiens. La seconde le retenait au delà du terme fixé pour son
départ.

[En marge: Projet d'une expédition à Saint-Domingue.]

L'ambition des possessions lointaines était une vieille ambition
française, que le règne de Louis XVI, très-favorable à la marine,
avait réveillée, et que de grands revers maritimes n'avaient pas
encore découragée. Les colonies étaient alors un sujet d'ardente
convoitise de la part de toutes les nations commerçantes. L'expédition
d'Égypte, imaginée pour disputer aux Anglais l'empire de l'Inde, était
une conséquence de ce penchant général, et sa mauvaise issue avait
rendu très-vif le désir d'un dédommagement. Le Premier Consul en
préparait deux, la Louisiane et Saint-Domingue. Il avait donné la
Toscane, cette belle et précieuse partie de l'Italie, à la cour
d'Espagne, pour obtenir la Louisiane en échange; et il exigeait en ce
moment l'exécution de l'engagement pris par cette cour. Il était en
même temps résolu de recouvrer l'île de Saint-Domingue. Cette île
était, avant la révolution, la première, la plus importante des
Antilles, et la plus enviée des colonies à sucre et à café. Elle
fournissait à nos ports et à notre marine la matière du plus grand
commerce. Les imprudences de l'Assemblée Constituante avaient induit
les esclaves à se révolter, et amené les horreurs si tristement
mémorables, par lesquelles la liberté des noirs avait signalé son
apparition dans le monde. Un nègre, doué d'un véritable génie,
Toussaint Louverture, avait fait à Saint-Domingue quelque chose de
semblable à ce que faisait le Premier Consul en France. Il avait
dompté, gouverné cette population révoltée, et rétabli une espèce
d'ordre. Grâce à lui on n'égorgeait plus à Saint-Domingue, et on
commençait à y travailler. Il avait imaginé une Constitution qu'il
avait soumise au Premier Consul, et il montrait pour la métropole une
sorte d'attachement national. Ce nègre avait pour l'Angleterre un
profond éloignement; il demandait à être libre, et Français. Le
Premier Consul avait d'abord admis cet état de choses; mais bientôt il
avait conçu des doutes sur la fidélité de Toussaint Louverture, et,
sans vouloir ramener les nègres à l'esclavage, il songeait à profiter
de l'armistice maritime, résultant des préliminaires de Londres, pour
expédier à Saint-Domingue une escadre et une armée. Le Premier Consul
avait, à l'égard des noirs, le projet de maintenir la situation que
les événements avaient amenée. Il voulait, dans toutes les colonies où
la révolte n'avait pas pénétré, maintenir l'esclavage, sauf à
l'adoucir, et à Saint-Domingue souffrir une liberté devenue
indomptable. Mais il prétendait assurer la domination de la métropole
dans cette dernière île, et pour cela y avoir une armée. Soit que les
noirs restes libres devinssent des sujets infidèles, soit que les
Anglais recommençassent la guerre, il avait l'intention, en respectant
la liberté des noirs, de rendre leurs propriétés aux anciens colons,
qui remplissaient Paris de leur misère, de leurs plaintes, de leurs
imprécations contre le gouvernement de Toussaint-Louverture. Une
considérable partie des nobles français, déjà privés de leurs biens en
France par la Révolution, étaient en même temps colons de
Saint-Domingue, et dépouillés des riches habitations qu'ils avaient
jadis possédées dans cette île. On ne voulait pas leur rendre leurs
biens en France, devenus biens nationaux; mais on pouvait leur rendre
leurs sucreries, leurs caféteries à Saint-Domingue, et c'était un
dédommagement qui semblait pouvoir les satisfaire. Ce furent là les
motifs très-divers, qui agirent sur la détermination du Premier
Consul. Recouvrer la plus grande de nos colonies, la tenir non pas de
la douteuse fidélité d'un noir devenu dictateur, mais de la force des
armes; la posséder solidement contre les noirs et les Anglais; rendre
aux anciens colons leurs propriétés, cultivées par des mains libres;
joindre enfin à cette reine des Antilles les bouches du Mississipi, en
acquérant la Louisiane, telles furent les combinaisons du Premier
Consul, combinaisons regrettables, comme on le verra bientôt, mais
commandées, pour ainsi dire, par une disposition des esprits, qui
était générale en France à cette époque.

Il importait de se hâter, car, bien que la paix définitive négociée en
ce moment dans le congrès d'Amiens, fût à peu près certaine, il
fallait, à tout événement, si les Anglais faisaient surgir des
prétentions nouvelles et inadmissibles, il fallait profiter des
quelques mois pendant lesquels la mer allait être ouverte, pour
envoyer une flotte. Le Premier Consul fit préparer à Flessingue,
Brest, Nantes, Rochefort et Cadix, un immense armement, composé de 26
vaisseaux de ligne, et de 20 frégates, capables de porter vingt mille
hommes. Il donna le commandement de l'escadre à l'amiral
Villaret-Joyeuse, et le commandement des troupes au général Leclerc,
l'un des bons officiers de l'armée du Rhin, devenu le mari de sa soeur
Pauline. Il exigea que cette soeur accompagnât son mari. Il avait pour
elle une tendresse extrême: il envoyait donc là ce qu'il avait de plus
cher, et ne voulait pas, comme le dirent depuis les partis, déporter
dans un pays fiévreux et mortel, les soldats et les généraux de
l'armée du Rhin qui lui faisaient ombrage. Une autre circonstance
prouve l'intention qui le dirigea dans la composition du corps envoyé
à Saint-Domingue. Comme la paix semblait devoir être générale, et dès
lors solide, les militaires craignaient de n'avoir plus de carrière.
Un très-grand nombre demandaient à faire partie de l'expédition, et ce
fut une faveur qu'on fut obligé de distribuer entre eux, avec une
sorte de justice et d'égalité. Le brave Richepanse, ce héros de
l'armée d'Allemagne, fut donné comme lieutenant au général Leclerc.

[En marge: Départ de l'expédition de Saint-Domingue.]

Le Premier Consul apporta dans ces préparatifs sa célérité accoutumée;
et il pressa, tant qu'il put, le départ de ces divisions navales,
répandues depuis la Hollande jusqu'à l'extrémité méridionale de la
Péninsule. Cependant, avant qu'elles missent à la voile, on fut obligé
de s'en expliquer avec les ministres anglais, que ce vaste armement
offusquait beaucoup. On eut quelque peine à les rassurer, bien qu'en
réalité ils désirassent l'expédition. Ils n'étaient pas alors aussi
ardents pour l'affranchissement des nègres, que les ministres
britanniques ont paru l'être depuis. Le spectacle de la liberté des
noirs à Saint-Domingue, les effrayait pour leurs colonies, surtout
pour la Jamaïque. Ils souhaitaient donc le succès de notre entreprise;
mais la grandeur des moyens les inquiétait, et ils auraient voulu que
les troupes fussent embarquées sur des bâtiments de commerce. On
réussit pourtant à leur faire entendre raison; ils se résignèrent à
laisser passer cet immense armement, en envoyant toutefois une escadre
d'observation. Ils promirent même de mettre toutes les ressources de
la Jamaïque en vivres et munitions à la disposition de l'armée
française, moyennant, bien entendu, le payement de ce qui serait
fourni. La principale division navale, formée à Brest, mit à la voile
le 14 décembre. Les autres suivirent à peu de distance. À la fin de
décembre toute l'expédition était en mer, et devait par conséquent
être arrivée à Saint-Domingue, quel que fut le résultat des
négociations d'Amiens.

[En marge: Congrès d'Amiens.]

[En marge: Lenteurs causées par L'Espagne qui refuse d'envoyer un
négociateur au congrès.]

Ces négociations, conduites par lord Cornwallis et Joseph Bonaparte,
marchaient lentement, sans néanmoins faire craindre une rupture. La
première cause du retard avait été dans la composition même du
congrès, qui devait comprendre non-seulement les plénipotentiaires
français et anglais, mais aussi les plénipotentiaires hollandais et
espagnol; car, d'après les préliminaires, la paix devait être conclue
entre les deux grandes nations belligérantes et tous leurs alliés.
L'Espagne, qui d'une extrême intimité avait passé presque à
l'inimitié, contrariait le Premier Consul en n'envoyant pas son
plénipotentiaire au congrès. Comme, au fond, elle savait que la paix
était certaine, et qu'elle n'avait à figurer dans le protocole que
pour l'abandon de la Trinité, elle ne se hâtait guère de faire arriver
son négociateur. Les Anglais, de leur côté, voulaient voir au congrès
d'Amiens un plénipotentiaire espagnol, pour obtenir une cession en
forme de l'île de la Trinité. Ils annonçaient même ne vouloir pas
négocier, si le plénipotentiaire espagnol n'était pas présent. Le
Premier Consul fut obligé de prendre avec la cour d'Espagne un ton qui
réveillât son apathie, et il ordonna au général Saint-Cyr, devenu
ambassadeur à la place de Lucien, de mettre sous les yeux du roi et de
la reine la conduite extravagante du prince de la Paix, et de leur
déclarer que, si _on continuait à se conduire dans ce système, cela
finirait par un coup de tonnerre_[21].

         [Note 21: Voici cette lettre, fort importante pour apprécier
         les relations de la France avec l'Espagne à cette époque.

         _Au citoyen Saint-Cyr, ambassadeur à Madrid._

                                10 frimaire, an X (1er décembre 1801).

         Je ne comprends plus rien, citoyen ambassadeur, à la conduite
         du cabinet de Madrid. Je vous charge spécialement de faire
         toutes les démarches pour faire ouvrir les yeux à ce cabinet,
         pour qu'il prenne une marche régulière et convenable. Le
         sujet me paraît tellement important, que je crois devoir vous
         en écrire moi-même.

         La plus intime union régnait entre la France et l'Espagne
         lorsque S. M. jugea à propos de ratifier le traité de
         Badajoz.

         M. le prince de la Paix passa alors à notre ambassadeur une
         note dont j'ordonne qu'on vous envoie la copie. Cette note
         était trop pleine d'injures grossières pour que je dusse y
         faire attention. Peu de jours après, il remit à l'ambassadeur
         français à Madrid une note dans laquelle il déclarait que S.
         M. C. allait faire sa paix particulière avec l'Angleterre.
         J'ordonne également qu'on vous en envoie copie. Je sentis
         alors combien je pouvais peu compter sur les efforts d'une
         puissance dont le ministre s'exprimait avec si peu d'égards,
         et montrait un tel dérèglement dans sa conduite. Connaissant
         pleinement la volonté du roi, je lui aurais fait connaître
         directement la mauvaise conduite de son ministre, si la
         maladie de S. M. ne fût survenue sur ces entrefaites.

         J'ai fait prévenir plusieurs fois la cour d'Espagne que son
         refus d'exécuter la convention de Madrid, c'est-à-dire
         d'occuper le quart du territoire portugais, entraînerait la
         perte de la Trinité: elle n'a tenu aucun compte de ces
         observations.

         Dans les négociations qui ont eu lieu à Londres, la France a
         discuté les intérêts de l'Espagne comme elle l'aurait fait
         pour elle-même; mais enfin S. M. B. n'a jamais voulu se
         désister de la Trinité, et je n'ai pas pu m'y opposer,
         d'autant plus que l'Espagne menaçait la France, par une note
         officielle, d'une négociation particulière: nous ne pouvions
         plus compter sur son secours pour la continuation de la
         guerre.

         Le congrès d'Amiens est réuni, et la paix définitive sera
         promptement signée; cependant S. M. C. n'a pas encore fait
         publier les préliminaires, ni fait connaître de quelle
         manière elle voulait traiter avec l'Angleterre. Il devient
         cependant bien essentiel pour sa considération en Europe,
         pour les intérêts de sa couronne, qu'elle prenne promptement
         un parti, sans quoi la paix définitive sera promptement
         signée sans sa participation.

         L'on m'a dit qu'à Madrid on voulait revenir sur la cession de
         la Louisiane; la France n'a manqué à aucun traité fait avec
         elle, et elle ne souffrira pas qu'aucune puissance lui manque
         à ce point. Le roi de Toscane est sur son trône et en
         possession de ses États, et S. M. C. connaît trop la foi
         qu'elle doit à ses engagements, pour refuser plus long-temps
         la mise en possession de la Louisiane.

         Je désire que vous fassiez connaître à Leurs Majestés mon
         extrême mécontentement de la conduite injuste et
         inconséquente du prince de la Paix.

         Dans le dernier mois, ce ministre n'a épargné ni notes
         insultantes, ni démarches hasardées: tout ce qu'il a pu faire
         contre la France, il l'a fait. Si l'on continue dans ce
         système, dites hardiment à la reine et au prince de la Paix
         que cela finira par un coup de tonnerre.]

[En marge: Autres difficultés avec les Hollandais.]

Le ministre espagnol destiné à figurer au congrès d'Amiens, M.
Campo-Alange, était malade en Italie. L'Espagne se décida enfin à
donner à M. d'Azara, ambassadeur à Paris, l'ordre de se rendre au
congrès. Cette difficulté levée avec les Espagnols, il y en avait une
autre à lever avec les Hollandais. Le plénipotentiaire hollandais, M.
Schimmelpenninck, ne voulait pas admettre la base des préliminaires,
c'est-à-dire la cession de Ceylan, avant de savoir comment la Hollande
serait traitée relativement à la restitution de ses flottes passées en
Angleterre, relativement aux indemnités qu'on prétendait exiger pour
le stathouder dépossédé, relativement enfin à certaines questions de
limites avec la France. Joseph Bonaparte eut ordre de notifier à M.
Schimmelpenninck, qu'il ne serait reçu au congrès qu'à la condition de
reconnaître préalablement les préliminaires de Londres, comme base de
la négociation. Lord Cornwallis s'étant contenté de cette forme, le
congrès se trouva constitué.

Cependant les Anglais auraient voulu y introduire le Portugal, sous le
prétexte que c'était un allié de l'Angleterre. Le motif secret était
d'obtenir l'exemption, pour la cour de Lisbonne, de la contribution
de 20 millions, qui lui avait été imposée par une condition du traité
de Madrid. Le Premier Consul s'y refusa, en déclarant que la paix de
la France avec le Portugal était faite, et n'était plus à faire. Cette
prétention écartée, le congrès se mit à l'oeuvre, et on fut bientôt
d'accord sur les bases.

[En marge: Les préliminaires de Londres pris pour base invariable du
traité définitif.]

Pour éviter des difficultés incalculables, on convint de repousser
toute demande en dehors des préliminaires: _Rien de plus, rien de
moins que les articles de Londres_, fut la maxime réciproquement
admise. Les Anglais avaient, en effet, remis en discussion l'abandon
par la France de l'île de Tabago. Le Premier Consul, de son côté,
avait demandé une extension de territoire dans la région de
Terre-Neuve, pour améliorer les pêcheries françaises. De part et
d'autre on avait repoussé une telle prétention, et, pour en finir, on
était convenu de ne rien réclamer au delà des concessions contenues
dans le traité des préliminaires. Autrement c'était mettre la paix en
question, en faisant renaître des difficultés heureusement résolues.
Ce principe adopté, il restait à préciser par la rédaction les
stipulations de Londres.

Deux points importants étaient à résoudre: le payement des frais pour
les prisonniers, et le régime à imposer à l'île de Malte.

[En marge: Difficultés relativement aux prisonniers.]

L'Angleterre avait eu à nourrir beaucoup plus de prisonniers français,
que la France de prisonniers anglais, et elle réclamait le
remboursement de la différence. La France répondait que le principe
généralement reconnu était, que chaque nation nourrît les prisonniers
qu'elle avait faits; que, si on voulait le principe contraire, la
France avait à demander un remboursement pour les Russes, les
Bavarois, et autres soldats aux gages de l'Angleterre, qu'elle avait
pris et entretenus; que les combattants soldés par l'Angleterre
devaient figurer au nombre des prisonniers, qu'elle avait le devoir
d'entretenir. Du reste, ajoutait le plénipotentiaire français, c'était
là une pure question d'argent, à vider par le moyen de commissaires
liquidateurs.

[En marge: Difficultés relativement à Malte.]

Quant à Malte, la question était plus sérieuse. Les Anglais et les
Français étaient à cet égard pleins de défiance, ils semblaient
entrevoir l'avenir, et craignaient que l'île ne repassât, un jour, au
pouvoir de l'une ou de l'autre puissance. Le Premier Consul, par un
singulier instinct, proposait de détruire les établissements
militaires de Malte de fond en comble, de ne laisser subsister que la
ville démantelée, d'y créer un grand lazaret neutre, commun à toutes
les nations, et de convertir l'ordre en un ordre hospitalier, qui
n'aurait plus aucune force militaire.

Les Anglais n'étaient pas rassurés par cette proposition. Ils disaient
que le rocher était tellement fort, que, même dépourvu des
fortifications accumulées par les chevaliers, il serait un point
encore très-redoutable. Ils alléguaient la résistance de la population
maltaise à toute destruction de ses belles forteresses, et proposaient
la reconstitution de l'ordre sur des bases nouvelles et plus solides.
Ils voulaient y laisser une langue française, moyennant qu'on y
instituât une langue anglaise, et une langue maltaise, celle-ci
accordée à la population de l'île, pour lui donner part à son
gouvernement; ils voulaient que ce nouvel établissement fût placé sous
la garantie d'une grande puissance, la Russie, par exemple. Les
Anglais espéraient qu'avec les langues anglaise et maltaise, qui leur
seraient dévouées, ils auraient un pied dans l'île, et empêcheraient
les Français d'y rentrer.

Le Premier Consul insista pour la destruction des fortifications,
disant que l'ordre était aujourd'hui fort difficile à reconstituer;
que déjà la Bavière s'était emparée de ses propriétés en Allemagne;
que l'Espagne, depuis l'établissement de la protection russe sur
Malte, songeait à en faire autant, et à prendre les biens qui étaient
situés chez elle; que l'institution de chevaliers protestants serait
une raison déterminante à ses yeux; que le Pape, déjà fort contraire à
tout ce qu'on faisait à l'égard de l'ordre, ne consentirait à aucun
prix aux nouveaux arrangements, et que la France enfin ne pouvait
fournir une langue française, vu que ses lois actuelles n'admettaient
plus en aucune façon le rétablissement d'une institution nobiliaire.
Il accordait bien, si on y tenait, le rétablissement de l'ordre de
Malte sur ses anciennes bases, avec la conservation des fortifications
existantes, mais sans langue anglaise ni française, et sous la
garantie de la cour la plus voisine, celle de Naples. Il repoussait la
garantie de la Russie.

On n'avait parlé d'aucun des arrangements du continent. Le Premier
Consul l'avait expressément défendu à la légation française.
Cependant, comme le roi d'Angleterre prenait un intérêt très-vif à la
maison d'Orange, privée du stathoudérat, le Premier Consul voulait
bien se charger de lui procurer un dédommagement territorial en
Allemagne, lorsque serait traitée la grande question des indemnités
germaniques. Il demandait en retour la restitution, en nature ou en
argent, de la flotte batave enlevée par les Anglais.

Au fond il n'y avait dans tout cela rien d'absolu, rien
d'inconciliable; car la question des prisonniers était une affaire
d'argent, toujours arrangeable au moyen de deux liquidateurs. La
question de Malte était plus difficile, car c'était une affaire de
défiance réciproque. Il fallait (et c'était possible), il fallait
trouver un système qui rassurât tout le monde, contre l'éventualité
d'une occupation subite, par l'une des deux grandes nations maritimes.
Quant à l'affaire du stathouder, rien n'était plus aisé, puisqu'on
était d'accord.

[En marge: Ordre donné par le Premier Consul, à son frère Joseph,
d'être coulant sur les difficultés de détail.]

Le Premier Consul souhaitait d'en finir au plus tôt. Il désirait avoir
le traité tout prêt à son retour de Lyon, vu qu'il se proposait
d'apporter ce complément de la paix générale, avec le Concordat et les
lois de finances, au Corps Législatif renouvelé. Il donna donc à son
frère Joseph l'ordre d'être coulant sur les difficultés de détail qui
restaient à résoudre, et de pousser vivement à la signature.

[En marge: Départ du Premier Consul pour Lyon.]

Le Premier Consul partit le 8 janvier (18 nivôse) avec sa femme et une
partie de sa maison militaire, pour se rendre à Lyon. M. de Talleyrand
l'y avait devancé, pour tout disposer, de manière qu'à son arrivée,
il n'eût plus que des résultats à sanctionner par sa présence.
L'hiver était rigoureux, et néanmoins tous les députés italiens se
trouvaient déjà réunis, et ils s'impatientaient de ne pas voir
paraître le général Bonaparte, objet principal de leur voyage.

[En marge: Affaires d'Italie.]

[En marge: Avis divers sur la constitution de la République
italienne.]

Le moment était venu de régler les affaires d'Italie, en constituant
une seconde fois la République Cisalpine. M. de Talleyrand était fort
contraire à cette création. Ce ministre alléguait la difficulté de
faire marcher les choses dans une république; il citait les
Républiques Batave, Helvétique, Ligurienne, Romaine et Parthénopéenne,
et les embarras qu'on avait eus, ou qu'on avait encore avec elles. Il
disait qu'on avait assez de ces filles de la République française,
qu'il n'en fallait pas une de plus, et proposait une principauté ou
une monarchie, comme celle d'Étrurie, qu'on donnerait à quelque
prince, ami et dépendant de la France. Il n'aurait pas été éloigné
d'accorder cet État à un prince de la maison d'Autriche, au grand-duc
de Toscane, par exemple, qu'on devait indemniser en Allemagne, si on
ne l'indemnisait pas en Italie. Cette combinaison, infiniment agréable
pour l'Autriche, l'aurait fort attachée à la paix. Elle eût satisfait
également les puissances allemandes, qui auraient eu par ce moyen un
copartageant de moins à dédommager, avec les terres des princes
ecclésiastiques. Elle aurait plu surtout au Pape, qui espérait qu'on
lui rendrait les Légations, lorsqu'on ne serait plus lié par les
promesses faites à la Cisalpine. Cette combinaison, en un mot, était
du goût de tout le monde en Europe; car elle supprimait une
république, laissait un territoire de plus à répartir, et plaçait un
État de moins sous la domination directe de la République française.

[En marge: Nécessité de constituer l'Italie.]

C'était assurément une raison de grand poids que celle de rendre notre
grandeur plus supportable à l'Europe, et de donner ainsi plus de
chances à la durée de la paix. Quand la France avait le Rhin et les
Alpes pour frontières, quand elle avait sous son influence immédiate
la Suisse, la Hollande, l'Espagne et l'Italie; quand elle possédait
directement le Piémont, du consentement général, quoique tacite, de
toutes les puissances; quand elle en était arrivée à ce degré de
grandeur, la politique la plus modérée était, dès ce jour même, la
meilleure et la plus sensée. Sous ce rapport M. de Talleyrand avait
raison. Cependant, après tout ce qu'on avait fait, on était forcément
engagé à constituer l'Italie; et puisqu'on l'avait déjà enlevée à
l'Autriche, il fallait songer à la lui enlever irrévocablement,
résultat qu'on ne pouvait obtenir qu'en la constituant d'une manière
forte et indépendante. On ne froissait par là que l'Autriche seule, et
une des cent batailles qu'on a livrées depuis, pour créer des royaumes
français sur tout le continent, aurait suffi pour faire supporter
définitivement à l'Europe l'état de choses qu'on aurait voulu créer en
Italie.

[En marge: Manière de la constituer.]

Dans ce système, il fallait renoncer à posséder le Piémont, car si les
Italiens préfèrent les Français aux Allemands, au fond ils n'aiment ni
les uns ni les autres, parce que les uns et les autres sont étrangers
pour eux. C'est un sentiment naturel et légitime, qu'on doit
respecter. Les Français, protégeant l'Italie sans la posséder, se
l'attachaient pour toujours, et ne s'y préparaient pas ces brusques
revirements d'affection, dont elle a donné tant de fois l'exemple,
depuis que, ballottée entre les Français et les Allemands, elle n'a
jamais fait que changer de maîtres. Il aurait fallu, dans ce plan, ne
pas donner l'Étrurie à un prince espagnol. Réunissant alors la
Lombardie, le Piémont, les duchés de Parme et de Modène, le Mantouan,
les Légations, la Toscane, on constituait un État superbe, s'étendant
depuis les Alpes maritimes jusqu'à l'Adige, depuis la Suisse jusqu'à
l'État romain. Il était facile de détacher, soit en Toscane, soit dans
la Romagne, une portion de territoire pour dédommager le Pape, dont le
dévouement ne pouvait pas être durable, si tôt ou tard on ne venait au
secours de sa misère. Il fallait réunir ces provinces diverses sous un
gouvernement fédératif, dans lequel le pouvoir exécutif fût fortement
constitué, qui pût rassembler promptement ses forces, et donner à nos
armées le temps de venir à son secours. L'alliance, en effet, devait
être intime entre cet État et la France, car il ne pouvait vivre que
par elle; et la France, de son côté, devait avoir à son existence un
intérêt immense et invariable.

Un État italien de dix ou douze millions d'habitants, possédant les
plus belles frontières, baigné par deux mers, ayant à la première
guerre heureuse la chance certaine de s'accroître des États vénitiens,
et de s'étendre alors aux frontières naturelles de l'Italie,
c'est-à-dire aux Alpes juliennes; pouvant plus tard comprendre, au
moyen d'un simple lien fédératif, qui laisserait à chaque principauté
son indépendance propre, la République génoise nouvellement
constituée, le Pape, avec les conditions nécessaires à son existence
politique et religieuse, l'État de Naples, délivré d'une cour inepte
et sanguinaire, un tel État ainsi constitué, et avec les
accroissements que l'avenir lui préparait, était le fondement de la
régénération italienne, et donnait à l'Europe une troisième
fédération, laquelle ajoutée aux deux qui existaient déjà, l'allemande
et la suisse, devait rendre d'immenses services à l'équilibre général.

Quant à la difficulté de gouverner l'Italie, elle pouvait être résolue
par le protectorat de la France, qui, en s'étendant sur elle pendant
tout un règne, la conduirait par la main dans ces premières voies
d'indépendance et de liberté.

[En marge: Plan actuel du Premier Consul à l'égard de l'Italie.]

Du reste le plan qu'on suivait en ce moment, n'excluait pas ce bel
avenir, car le Piémont pouvait être restitué un jour au nouvel État
italien, le duché de Parme à la mort du duc actuel, mort qui d'après
toutes les probabilités devait être prochaine; l'Étrurie elle-même
pouvait lui être rendue s'il le fallait. Il était donc facile de
reprendre ce plan ultérieurement, et c'était en poser un premier et
large fondement, que de constituer la Cisalpine en république
indépendante. D'ailleurs, il valait peut-être mieux, dans le moment,
ne pas avouer tout entier le projet d'une régénération italienne,
pour ne pas effaroucher l'Europe. Mais morceler les belles provinces
qu'on possédait actuellement, comme le proposait M. de Talleyrand,
pour construire une petite monarchie de plus au profit d'un prince
autrichien, c'était donner l'Italie à l'Autriche, car ce prince,
quoiqu'on fît, serait toujours autrichien, et les peuples eux-mêmes,
dont on aurait indignement trahi les espérances, concevant pour la
France une haine méritée, reviendraient aux Allemands par ressentiment
et par désespoir.

Le général Bonaparte, qui avait acquis sa première et peut-être sa
plus belle gloire, en délivrant l'Italie des mains de l'Autriche, ne
pouvait commettre une telle faute. Il adopta un système moyen, qui
n'empêchait pas plus tard un vaste système d'indépendance italienne,
qui devait même en être le commencement.

[En marge: Délimitation de la nouvelle République italienne.]

[En marge: Grands travaux de fortification pour défendre et contenir
l'Italie.]

[En marge: Création de la grande place d'Alexandrie.]

Il donna donc à la République Cisalpine toute la Lombardie jusqu'à
l'Adige, les Légations, le duché de Modène, tout ce qu'elle avait en
un mot à la paix de Campo-Formio. Le duché de Parme restait en
suspens; le Piémont appartenait dans le moment à la France. La
Cisalpine, telle qu'on la constituait, comptait près de cinq millions
d'habitants. Elle pouvait aisément produire un revenu de 70 à 80
millions, et entretenir une armée de 40 mille hommes, qui
n'absorberait pas au delà de la moitié de son revenu, et laisserait
des ressources suffisantes pour payer convenablement son
administration. Elle était couverte en avant par les Alpes et l'Adige;
elle avait à gauche le Piémont devenu français, à droite l'Adriatique;
en arrière la Toscane, placée sous la dépendance de la France. Elle
était donc entourée de tout côté par notre protection. D'immenses
travaux de fortifications ordonnés par le général Bonaparte, avec une
sûreté de coup d'oeil et une expérience du pays, que personne au monde
ne pouvait posséder au même degré, devaient la rendre inaccessible aux
Autrichiens, et toujours secourable à temps par la France. L'Adige
était fortifié, depuis Rivoli jusqu'à Legnago, de manière à ne pouvoir
pas être franchi. Les environs du lac de Garda, et notamment la
position de la Rocca d'Anfo, étaient assez bien fermés, pour que la
ligne de l'Adige ne pût pas être tournée. Le Mincio formait une
seconde ligne en arrière. Peschiera et Mantoue, fort accrues,
donnaient une grande force à ce second boulevard. Mantoue notamment,
améliorée sous les rapports défensif et sanitaire, devait subsister
par elle-même, l'Adige fût-il forcé. D'autres ouvrages avaient pour
but d'assurer en tout temps l'arrivée des armées françaises. Elles
pouvaient déboucher, premièrement, par le Valais sur le Milanais, en
suivant la route du Simplon; secondement, par la Savoie ou la Provence
sur le Piémont, en suivant les routes du mont Cenis, du mont Genèvre,
du col de Tende. On a vu que des travaux étaient ordonnés pour rendre
ces quatre routes prochainement praticables à tous les transports. Il
fallait y créer de solides points d'appui, de vastes établissements
militaires, destinés, soit à recueillir une armée française,
momentanément obligée de se retirer, soit à servir de débouché à
cette même armée, mise en état de reprendre l'offensive. Pour cela
deux places avaient été choisies, et étaient devenues l'objet de
grandes dépenses: l'une au débouché de la route du Simplon, l'autre au
débouché des trois routes du mont Cenis, du mont Genèvre, du col de
Tende. La première, et la moindre des deux, devait être située à
l'extrémité du lac Majeur. Telle qu'on l'avait projetée, elle pouvait
contenir les malades, les blessés, le matériel des troupes en
retraite, ainsi que la flottille du lac, et se défendre trois ou
quatre semaines, jusqu'à ce qu'une armée de secours, traversant le
Simplon, pût se reporter en avant. La seconde, et la plus grande,
faite pour contenir le Piémont, pour recevoir toutes les ressources
des armées françaises, pour leur servir de point d'appui et de moyen
de descendre en tout temps en Italie, la seconde, aussi forte, aussi
vaste que Mayence, Metz ou Lille, pouvant soutenir le plus long siége,
devait être construite à Alexandrie même. Ce point, voisin du champ de
bataille de Marengo, était reconnu comme le plus favorable aux grandes
combinaisons militaires, dont l'Italie peut devenir le théâtre. Turin
se trouvait trop sous l'influence d'une population nombreuse, et en
certains cas ennemie. Pavie était au delà du Pô. Alexandrie, entre le
Pô et le Tanaro, au vrai débouché de toutes les routes, réunissait les
plus grands avantages, et pour cela fut préférée. De vastes travaux
furent ordonnés. Ceux-ci, étant en Piémont, durent être exécutés aux
dépens du trésor français; tous les autres devaient l'être avec les
fonds de la Cisalpine, parce qu'ils la concernaient plus
particulièrement.

Grâce à ces dispositions, la France, toujours en mesure de secourir la
Cisalpine, tenait sous sa main la haute et la moyenne Italie, et
dominait de son influence l'Italie méridionale. Elle pouvait envoyer à
Rome et à Naples des ordres moins ostensibles, mais tout aussi obéis
qu'à Turin ou Milan.

[En marge: Gouvernement donné à la Cisalpine.]

Il fallait donner un gouvernement à cette République Cisalpine. On
avait commencé par lui composer des autorités provisoires, consistant
dans un comité exécutif de trois membres, MM. de Somma-Riva, Visconti
et Ruga, et dans une _Consulte_, espèce d'assemblée législative peu
nombreuse, choisie parmi les hommes sages et dévoués. Mais un tel état
de choses ne pouvait être maintenu long-temps.

Le Premier Consul avait auprès de lui le ministre de la Cisalpine à
Paris, M. Marescalchi, de plus MM. Aldini, Serbelloni et Melzi,
envoyés en France pour les affaires de l'Italie. C'étaient les
personnages les plus considérables du pays. Il les consulta sur
l'organisation à donner à la nouvelle république, et, d'accord avec
eux, il rédigea une constitution, imitée à la fois de la Constitution
française et des anciennes constitutions italiennes.

[En marge: Forme de la constitution imaginée.]

Au lieu de la liste des notables de M. Sieyès, qui commençait à être
décriée en France, le Premier Consul et ses collaborateurs imaginèrent
trois colléges électoraux, permanents et à vie, se complétant
eux-mêmes quand la mort y faisait des vide. Le premier devait être
composé de grands propriétaires, au nombre de 300; le second, de
commerçants notables, au nombre de 200; le troisième, des gens de
lettres, des savants, des ecclésiastiques les plus distingués
d'Italie, au nombre de 200. Ces trois colléges devaient choisir dans
leur propre sein une commission de 21 membres, dite _Commission de
Censure_, qui avait la mission d'élire tous les corps de l'État, et de
remplir le rôle électoral que le Sénat remplissait en France.

Cette autorité créatrice devait nommer ensuite, sous le titre de
_Consulte d'État_, un Sénat de huit membres, chargé, comme le Sénat
français, de veiller à la Constitution, de délibérer sur les
circonstances extraordinaires, d'ordonner l'arrestation de tout
individu dangereux, de mettre hors de la Constitution le département
qui l'aurait mérité, de délibérer sur les traités, de nommer le
président de la République. L'un de ces huit membres était de droit
ministre des affaires étrangères.

Il devait y avoir un Conseil d'État, sous le titre de Conseil
législatif, composé de dix membres, rédigeant les lois et les
règlements, et les soutenant devant le Corps Législatif; enfin un
Corps Législatif de 75 membres, choisissant dans son sein 15 orateurs,
chargés de discuter devant lui les lois, qu'il était ensuite appelé à
voter.

À la tête de la République devaient enfin se trouver un président et
un vice-président, nommés pour dix ans. Ils étaient, comme on vient de
le dire, nommés par la _Consulte d'État_, ou Sénat; mais toutes les
autres autorités ne pouvaient être formées que par le choix de la
_Commission de Censure_.

Des appointements considérables étaient destinés à ces fonctionnaires
de tout rang.

On voit que c'était la Constitution française, avec des corrections,
qui étaient la critique de l'ouvrage de M. Sieyès. Les listes de
notables étaient remplacées par trois colléges électoraux à vie. Le
Sénat ou _Consulte d'État_ ne faisait plus les élections; il ne
nommait que le chef du pouvoir exécutif, mais il délibérait sur les
traités, qui se trouvaient soustraits par ce moyen à l'examen
tumultueux des assemblées. Le Tribunat était confondu dans le Corps
Législatif. Au lieu de trois Consuls, il y avait un Président.

[En marge: Personnel du nouveau gouvernement italien.]

Quand le Premier Consul se fut mis d'accord sur ce projet, avec MM.
Marescalchi, Aldini, Melzi, et Serbelloni, il fallut s'occuper du
personnel de ce gouvernement. Les choix importaient d'autant plus, que
la permanence des corps principaux était plus grande, et que le bien
ou le mal résultant de leur composition devaient durer davantage. Or,
l'Italie était divisée, comme la France, en partis difficiles à
concilier. À une extrémité se trouvaient les partisans du passé,
dévoués au gouvernement autrichien; à l'extrémité contraire, les
patriotes exagérés, prêts comme partout aux plus grands excès, mais
n'ayant du reste jamais versé le sang, contenus qu'ils avaient
toujours été par l'armée française. Enfin, entre deux, se trouvaient
les libéraux modérés, chargés du fardeau du gouvernement et de
l'impopularité qui s'y attache, surtout en temps de guerre, où il faut
grever le pays de charges fort lourdes. Avec ces divers partis, les
élections ne pouvaient, pas plus qu'en France, donner des résultats
satisfaisants. Le Premier Consul, pour suppléer aux élections,
s'arrêta à une idée qui n'était point chez lui une inspiration
d'ambition, mais de bon sens: c'était de composer lui-même le
personnel de ce gouvernement, comme il venait d'en composer la
structure, et pour cette première fois de faire toutes les nominations
de sa propre autorité. Il n'était animé en cela que du sentiment du
bien, et, en tout cas, il avait sans contredit le droit d'en agir
ainsi; car cet État nouveau naissait d'un pur acte de sa volonté, et,
en le créant d'une manière spontanée, il avait bien le droit de le
créer conformément à sa pensée, qui, en cette occasion, était
parfaitement pure et élevée.

[En marge: Le Premier Consul imagine de se faire président de la
République italienne, et de composer lui-même tout le personnel de ce
gouvernement.]

Mais, entre toutes ces nominations, la plus difficile à faire était
celle d'un président. L'Italie, toujours gouvernée par des prêtres ou
des étrangers, n'avait pu enfanter des hommes d'État; elle n'avait pas
à produire un seul nom, devant lequel les autres dussent consentir à
s'effacer. Le Premier Consul imagina encore de se faire donner le
titre de président, en nommant un vice-président choisi parmi les
principaux personnages italiens, auquel il déléguerait le détail des
affaires, en se réservant leur direction supérieure. C'était, pour les
débuts de cette république, le seul système de gouvernement
convenable. Livrée à ses propres choix et à un président italien,
elle eût été bientôt, comme un vaisseau sans boussole, abandonnée à
tous les vents. Administrée, au contraire, par des Italiens, et
dirigée de loin par l'homme qui était son créateur, et devait
long-temps encore demeurer son protecteur, elle avait grande chance,
dans ce système, d'être à la fois indépendante et bien gouvernée.

À tout cela il fallait ajouter une imposante solennité, dans laquelle
la Constitution serait donnée au nouvel État, et toutes les autorités
proclamées. Cet acte de création ne pouvait avoir trop d'éclat. Il
fallait parler à la fois à l'Italie et à l'Europe. Le Premier Consul
conçut le projet d'une vaste réunion de tous les Italiens à Lyon, car
c'était trop loin pour eux de venir à Paris, et trop loin pour lui
d'aller à Milan. La ville de Lyon, qui est placée au revers des Alpes,
et dans laquelle l'Italie s'était assemblée autrefois en concile,
était le lieu le plus naturellement indiqué. Le Premier Consul mettait
d'ailleurs un véritable intérêt à mêler ensemble les Français et les
Italiens. Il croyait même servir par là le rétablissement du commerce
des deux pays, car c'est à Lyon que s'échangeaient autrefois les
produits de la Lombardie avec les produits de nos provinces de l'Est.

Une partie de ces idées fut communiquée par M. de Talleyrand aux
Italiens qu'on avait à Paris, c'est-à-dire à MM. Marescalchi, Aldini,
Serbelloni et Melzi. On ne leur tut que celle qui consistait à déférer
la présidence au Premier Consul. On voulait la faire sortir d'un élan
d'enthousiasme, au moment même de la réunion de la _Consulte_. Les
vues du Premier Consul étaient trop conformes aux vrais intérêts de la
patrie italienne, pour n'être pas accueillies. Ces personnages
partirent, et allèrent, de concert avec le ministre de France à Milan,
M. Petiet, homme sage et influent, travailler à l'accomplissement du
plan d'organisation qui venait d'être arrêté à Paris.

[En marge: Les Italiens adhèrent avec empressement aux projets du
Premier Consul.]

Le projet de Constitution ne rencontra aucune objection. Il fut reçu,
avec une grande satisfaction, car on avait hâte de sortir de l'état
précaire dans lequel on vivait et d'acquérir une existence assurée. Le
comité-exécutif et la _Consulte_, chargés du gouvernement provisoire,
acceptèrent ce projet avec empressement, sauf quelques modifications
de détail, qui furent transmises à Paris, et acceptées. Mais on était
très embarrassé de la mise en vigueur de la nouvelle Constitution, et
du choix des personnes qui la feraient mouvoir. M. Petiet communiqua
secrètement à quelques personnages influents, l'idée de déférer au
Premier Consul la nomination du personnel entier du gouvernement,
depuis le président jusqu'aux trois colléges électoraux. À peine cette
idée d'un arbitre suprême, si bien placé pour ne partager aucune des
passions qui divisaient l'Italie, et pour ne vouloir que son bonheur,
à peine cette idée fut-elle communiquée, qu'elle réussit à l'instant
même, et que le gouvernement provisoire déféra au Premier Consul le
choix de toutes les autorités.

Un message lui fut adressé pour lui annoncer l'acceptation de la
Constitution, et lui exprimer le voeu du peuple cisalpin, de voir le
premier magistrat de la République française, choisir lui-même les
magistrats de la République italienne.

[En marge: On invite les Italiens à venir eux-mêmes recevoir leur
constitution des mains du Premier Consul.]

[En marge: Empressement des Italiens à se rendre à Lyon.]

On s'en tint là, et on ne dit pas un mot de la présidence. Mais il
fallait disposer les Italiens à venir à Lyon, et ce fût l'objet d'une
nouvelle communication aux membres du gouvernement provisoire. On leur
fit sentir la difficulté de constituer la République Cisalpine en
restant à Paris, de faire sept à huit cents choix, loin des hommes et
des lieux; la difficulté en même temps pour le Premier Consul de se
rendre de Paris à Milan, l'avantage au contraire de partager la
distance, de réunir les Italiens en corps à Lyon, et d'y faire venir
le Premier Consul; de former là une sorte de grande diète italienne,
où la République nouvelle serait constituée, avec un appareil et un
éclat qui donneraient plus de solennité à l'engagement que le Premier
Consul prenait, en la créant, de la maintenir et de la défendre. Cette
idée avait quelque chose de grand, qui devait plaire à des
imaginations italiennes. Elle réussit comme toutes les idées qu'on
avait mises en avant, et fut sur-le-champ adoptée. Un projet était
déjà préparé, et il fut converti en décret du gouvernement provisoire.
On choisit des députations dans le clergé, la noblesse, la grande
propriété, le commerce, les universités, les tribunaux, les gardes
nationales. Quatre cent cinquante-deux personnes furent désignées, au
nombre desquelles se trouvaient des prélats vénérables, chargés
d'années, dont quelques-uns même devaient succomber aux fatigues du
voyage. Ils partirent au mois de décembre, et traversèrent les Alpes
par un des hivers les plus rigoureux qu'on eût essuyés depuis
long-temps. Tous voulaient assister à cette proclamation de
l'indépendance de leur patrie, par le héros qui l'avait affranchie.
Les routes du Milanais, de la Suisse, du Jura étaient encombrées. Le
Premier Consul, qui pensait à tout, avait donné des ordres pour que
rien ne manquât, tant sur les routes qu'à Lyon même, à ces
représentants de la nationalité italienne, qui venaient par leur
présence lui rappeler ses premiers et ses plus beaux triomphes. Le
préfet du Rhône avait fait d'immenses préparatifs pour les recevoir,
et disposé de grandes et belles salles pour les solennités qui
devaient avoir lieu. Une partie de la garde consulaire avait été
envoyée à Lyon. L'armée d'Égypte, autrefois armée d'Italie, et
récemment débarquée, venait d'y arriver aussi. On se hâtait de la
vêtir magnifiquement, et d'une manière conforme au climat de la
France, qui semblait tout nouveau à ces soldats brunis par le soleil
de l'Égypte, et transformés en véritables africains. La jeunesse
lyonnaise avait été réunie, et formée en un corps de cavalerie, aux
armes et aux couleurs de l'antique cité lyonnaise. M. de Talleyrand et
M. Chaptal, ministre de l'intérieur, avaient précédé le Premier
Consul, pour recevoir les membres de la _Consulte_. Le général Murat,
M. Petiet étaient accourus de Milan, M. Marescalchi de Paris, au
rendez-vous commun. Les préfets, les autorités de vingt départements
étaient accumulés à Lyon. Le Premier Consul se fit attendre, à cause
du congrès d'Amiens, dont les négociations avaient exigé sa présence à
Paris quelques jours de plus. Les députés italiens commençaient à
s'impatienter. Pour les occuper, on les divisa en cinq sections, une
par province du nouvel État, et on leur soumit le projet de
Constitution. Ils firent des observations utiles, que M. de Talleyrand
avait ordre d'écouter, de peser, et d'admettre, sans toutefois porter
atteinte aux principes fondamentaux du projet. Sauf quelques
dispositions de détail qui furent modifiées, la nouvelle Constitution
obtint l'assentiment général. On proposa aussi aux députés cisalpins,
pour tromper leur impatience, de faire des listes de candidats, afin
d'aider le Premier Consul dans les choix nombreux qu'il avait à faire.
Ce dépouillement de noms remplit utilement leur temps.

[En marge: Arrivée du Premier Consul à Lyon.]

Le Premier Consul arriva le 11 janvier 1802 (21 nivôse). La population
des campagnes, assemblée sur les routes, l'attendait jour et nuit.
Elle était réunie autour de grands feux, et accourait au devant de
toutes les voitures qui venaient de Paris, en criant: _Vive
Bonaparte!_--Le Premier Consul parut enfin, et fit le chemin jusqu'à
Lyon, au milieu de transports continuels d'enthousiasme. Il y entra le
soir, accompagné de sa femme, de ses enfants adoptifs, de ses
aides-de-camp, et fut reçu par les ministres, les autorités civiles et
militaires, une députation italienne, l'état-major d'Égypte, et la
jeunesse lyonnaise à cheval. La ville, illuminée tout entière, était
resplendissante comme en plein jour. On le fit passer sous un
arc-de-triomphe, que surmontait un noble emblème de la France
consulaire: c'était un lion endormi. Il descendit à l'Hôtel-de-Ville,
qu'on avait disposé convenablement pour lui servir d'habitation.

[En marge: Le Premier Consul proclamé Président de la République
italienne.]

Le lendemain, le Premier Consul employa la journée à recevoir toutes
les députations départementales, et après elles la _Consulte_
italienne, qui comptait quatre cent cinquante membres présents sur
quatre cent cinquante-deux, exemple d'exactitude bien rare, si on
considère le nombre des personnes, la saison, et les distances: et
encore l'un des deux absents était-il le respectable archevêque de
Milan, qui venait de mourir d'une attaque d'apoplexie chez M. de
Talleyrand. Les Italiens, auxquels le Premier Consul parlait leur
langue, étaient charmés de le revoir, et de trouver en lui un Français
et un Italien tout à la fois. On procéda les jours suivants aux
derniers travaux de la _Consulte_. Les modifications proposées à la
Constitution avaient été agréées par le Premier Consul; les listes de
candidats étaient arrêtées. On imagina de composer un comité de trente
membres, pris dans la _Consulte_ tout entière, pour discuter avec le
Premier Consul la longue série des choix qui étaient à faire. Ce
travail prit plusieurs jours, pendant lesquels le Premier Consul,
après avoir employé une partie de ses journées à voir et à entretenir
les Italiens, s'occupait en même temps des affaires de France,
recevait les préfets, les députations départementales, entendait
l'expression de leurs voeux et de leurs besoins, et apprenait à
connaître de ses propres yeux l'état vrai de la République.
L'enthousiasme allait chaque jour croissant, et c'est au milieu de cet
entraînement général, que les Français et les Italiens se
communiquaient les uns aux autres, que fut produite l'idée de nommer
le Premier Consul Président de la République Cisalpine. MM.
Marescalchi, Petiet, Murat, de Talleyrand, voyaient tous les jours les
membres du comité des Trente, et conféraient avec eux sur le choix
d'un Président. Quand on les jugea bien embarrassés, bien divisés sur
ce choix, qui était en effet très-difficile à faire, on leur laissa
entrevoir une manière de sortir d'embarras, en donnant au personnage
italien qui serait préféré la simple qualité de vice-président, et en
couvrant son insuffisance de la gloire du Premier Consul, qui serait
nommé Président. Cette idée si simple, encore plus utile à la
Cisalpine, à son existence, à la bonne administration de ses affaires,
qu'à la grandeur du Premier Consul, fut trouvée excellente, mais à la
condition toutefois d'un vice-président italien. On décida le citoyen
Melzi à se charger de la vice-présidence, sous le Premier Consul. Tout
étant prêt, un des membres du comité des Trente, fit cette proposition
au comité. Elle fut reçue avec joie, et convertie sur-le-champ en
projet de décret. On ne perdit pas de temps, et le lendemain 25
janvier (5 pluviôse) le projet fut présenté à la _Consulte_ assemblée.
Elle l'accueillit avec acclamation, et proclama NAPOLÉON BONAPARTE
Président de la République italienne. C'est la première fois qu'on
voit ces deux noms de NAPOLÉON et de BONAPARTE, réunis l'un à l'autre.
Le général devait joindre au titre de Premier Consul de la République
française, le titre de Président de la République italienne. Une
députation lui fut envoyée pour lui en exprimer le voeu.

[Illustration: Revue à Lyon de l'armée d'Égypte.]

[En marge: Revue à Lyon de l'armée d'Égypte.]

Pendant que cette délibération avait lieu, le général des armées
d'Italie et d'Égypte passait la revue de ses anciens soldats. Les
demi-brigades de l'armée d'Égypte, qu'on avait eu le temps de réunir,
avaient été jointes à la garde consulaire, à de nombreux détachements
de troupes, et à la milice lyonnaise. Ce jour-là, les brumes de
l'hiver s'étaient dissipées un instant, et, par un soleil étincelant
et un froid rigoureux, le général Bonaparte parcourait le front de ces
vieilles bandes, qui le recevaient avec d'incroyables transports de
joie. Les soldats d'Égypte et d'Italie, charmés de retrouver si grand
ce fils de leurs oeuvres, le saluaient de leurs cris, et tenaient à
lui persuader qu'ils n'avaient pas cessé d'être dignes de lui, quoique
conduits un moment par des chefs indignes d'eux. Il faisait sortir de
vieux grenadiers hors des rangs, leur parlait des combats auxquels ils
avaient assisté, des blessures qu'ils avaient reçues; il reconnaissait
çà et là des officiers qu'il avait vus en plus d'une rencontre, leur
serrait la main à tous, et les remplissait d'une sorte d'ivresse, dont
lui-même ne pouvait se défendre, en présence de ces braves gens, qui
l'avaient aidé par leur dévouement à produire les merveilles dont il
jouissait, et dont la France jouissait avec lui. Cette scène se
passait sur les ruines de la place Bellecour, et en effaçait la
tristesse, comme la gloire efface le malheur.

C'est en rentrant à l'hôtel-de-ville après cette revue, que le Premier
Consul trouva la députation de la _Consulte_, reçut son voeu, déclara
qu'il l'agréait, et qu'il répondrait le lendemain à ce nouvel acte de
confiance de la nation italienne.

Le lendemain, 26 janvier (6 pluviôse), il se rendit dans le local
destiné aux séances générales de la _Consulte_. C'était dans une
grande église, disposée et décorée pour cet usage. Tout s'y passa
comme dans une séance royale, soit en France, soit en Angleterre. Le
Premier Consul, entouré de sa famille, des ministres français, d'un
grand nombre de généraux et de préfets, était placé sur une estrade.
Il fit en langue italienne, qu'il prononçait parfaitement, un discours
simple et précis, dans lequel il annonça son acceptation, ses vues
pour le gouvernement et la prospérité de la nouvelle République, et
proclama les principaux choix qu'il avait faits, conformément aux
voeux de la _Consulte_. Ses paroles furent couvertes par les cris de
_Vive Bonaparte! Vive le Premier Consul de la République française!
Vive le Président de la République italienne!_ On lut ensuite la
Constitution, et la liste des citoyens de tous les rangs qui devaient
contribuer à la mettre en activité. Une longue acclamation exprima
l'accord des volontés, entre le peuple italien et le héros qui l'avait
affranchi. Cette séance fut solennelle et imposante; elle commençait
dignement l'existence de la nouvelle république qui devait s'appeler
désormais RÉPUBLIQUE ITALIENNE. Cette fois, comme tant d'autres, il ne
fallait souhaiter au général Bonaparte qu'une chose: c'est que le
génie qui conserve accompagnât, chez ce favori de la fortune, le génie
qui crée.

Le Premier Consul était depuis vingt jours à Lyon. Le gouvernement de
la France réclamait sa présence à Paris, et il avait à donner les
derniers ordres pour la signature de la paix définitive, qui se
négociait au congrès d' Amiens. Pendant ce temps, le consul Cambacérès
et le Sénat travaillaient à le débarrasser des opposants inconsidérés,
qui l'avaient contrarié si violemment, dans le moment de sa carrière
où il a le moins mérité de l'être. Il allait se trouver en mesure de
reprendre cette longue série de travaux, qui faisaient le bonheur et
la grandeur de la France. Il était donc pressé de revenir à Paris,
reprendre ses occupations accoutumées, et y recevoir probablement,
pour prix de ses oeuvres, une grandeur nouvelle juste récompense de la
plus noble, de la plus féconde ambition qui fût jamais.

[En marge: Retour du Premier Consul à Paris.]

Il partit le 28 janvier (8 pluviôse) laissant les Italiens
enthousiasmés et remplis d'espérance, laissant les Lyonnais enchantés
d'avoir possédé quelques jours l'homme extraordinaire qui remplissait
le monde de son nom, et qui montrait pour leurs ville une prédilection
si marquée. Il avait reçu de l'empereur Alexandre une réponse à une
lettre, dans laquelle il demandait à ce monarque quelques avantages
pour le commerce de Lyon. Cette lettre, qui annonçait les meilleures
dispositions de la part de la Russie, fut publiée en substance, et
produisit la plus vive satisfaction. En partant, le Premier Consul
donna trois écharpes aux trois maires de la ville de Lyon, en mémoire
de cette glorieuse visite. Les Bordelais lui avaient envoyé une
députation pour le prier de traverser leurs murs. Il leur en fit la
promesse, dès que la paix définitive lui aurait rendu un peu de
loisir. Il passa par Saint-Étienne, Nevers, et arriva le 31
janvier[22] (11 pluviôse) à Paris.

         [Note 22: Nous donnons quelques extraits de la correspondance
         du Premier Consul pendant son séjour à Lyon.

         _Aux consuls Cambacérès et Lebrun._

                               Lyon, 24 nivôse an X (14 janvier 1802).

         Je reçois, citoyens consuls, votre lettre du 21. Il fait ici
         un froid excessif, et je passe les matinées, de midi à six
         heures, à recevoir les préfets et les notables des
         départements voisins. Vous savez que dans ces sortes de
         conférences il faut parler long-temps.

         Ce soir la ville de Lyon donne un concert et un bal. Je vais
         y aller dans une heure.

         Les travaux de la Consulte avancent.

         Les troupes de l'armée d'Orient arrivent à force à Lyon; je
         prends des mesures pour les faire habiller. Je compte en
         passer la revue le 28.

         Je continue à être extrêmement satisfait de tout ce que je
         vois, soit du peuple de Lyon, soit du midi de la France.

         Les négociations d'Amiens me paraissent avancer.

         Je vous félicite de la manière dont tout marche dans vos
         mains.

         Joseph m'a écrit d'Amiens que le lord Cornwallis lui avait
         dit que le cabinet britannique avait reçu des nouvelles de
         Saint-Domingue favorables à l'armée française, que la
         division s'était manifestée dans l'armée de Toussaint.


         _Aux mêmes._

                               Lyon, 26 nivôse an X (16 janvier 1802).

         J'ai reçu, citoyens consuls, vos dépêches des 22 et 23
         nivôse... Les Lyonnais nous ont donné une fête
         très-distinguée. Vous en trouverez ci-joint le détail, ainsi
         que les vers qui ont été chantés.

         Je vais très-lentement dans mes opérations, car je passe
         toutes mes matinées à recevoir des députations des
         départements voisins.

         Il fait aujourd'hui très-beau, mais très-froid.

         Le bien-être de la République est sensible depuis deux ans.
         Lyon, pendant les années VIII et IX, a vu accroître sa
         population de plus de vingt mille âmes, et tous les
         manufacturiers que j'ai vus de Saint-Étienne, d'Annonay,
         etc., m'ont dit que leurs fabriques sont en grande activité.

         Toutes les têtes me paraissent pleines d'activité, non de
         celle qui désorganise les empires, mais de celle qui les
         recrée, et produit leur prospérité et leur richesse.

         Je passerai en revue dans quelques jours près de six
         demi-brigades de l'armée d'Orient.


         _Au consul Cambacérès._

                               Lyon, 28 nivôse an X (18 janvier 1802).

         Je viens, citoyen consul, de recevoir la députation de
         Bordeaux. Elle m'a remis une pétition pour me solliciter de
         passer dans leur ville, ce que je leur ai promis de faire,
         lorsque leurs relations seraient en pleine activité avec les
         Antilles et l'île de France.

         Votre lettre du 25 m'a instruit des délibérations du Sénat.
         Je vous prie de tenir la main à ce qu'on nous débarrasse
         exactement des vingt et des soixante mauvais membres, que
         nous avons dans les autorités constituées. La volonté de la
         nation est que l'on n'empêche point le gouvernement de faire
         le bien, et que la tête de Méduse ne se montre plus dans nos
         tribunes ni dans nos assemblées.

         La conduite de Sieyès dans cette circonstance prouve
         parfaitement qu'après avoir concouru à la destruction de
         toutes les constitutions depuis 91, il veut encore s'essayer
         contre celle-ci. Il est bien extraordinaire qu'il n'en sente
         pas la folie. Il devrait faire brûler un cierge à Notre-Dame
         pour s'être tiré de là si heureusement, et d'une manière si
         inespérée; mais plus je vieillis, et plus je m'aperçois que
         chacun doit remplir son destin.

         J'imagine que vous avez pris toutes les mesures pour démolir
         le Châtelet.

         Si le ministre de la marine a besoin des frégates du roi de
         Naples, il peut s'en servir. Il serait même bien qu'il les
         fît partir le plus tôt possible pour l'Amérique. Tout
         s'arrangera après avec le roi de Naples.

         Le froid a beaucoup diminué aujourd'hui.

         Le général Jourdan, qui est arrivé aujourd'hui du Piémont,
         me rend un compte assez satisfaisant de cette province.

         Les opérations de la Consulte avancent, toutes leurs lois
         organiques se rédigent.

         J'ai conféré une partie de la matinée avec les préfets.

         Je vous recommande de voir le ministre de la marine pour vous
         assurer que les vivres de Saint-Domingue sont partis.


         _Aux consuls Cambacérès et Lebrun._

                               Lyon, 30 nivôse an X (20 janvier 1802).

         Je désirerais, citoyens consuls, que le ministre du Trésor
         public envoyât dans la 16e division militaire le citoyen
         Roger, pour y vérifier la comptabilité du payeur et des
         principaux receveurs des départements qui composent cette
         division.

         Je désirerais également que le ministre du Trésor public
         envoyât à Rennes un homme comme le citoyen Roger pour faire
         la même opération dans la 13e division militaire.

         Faites aussi partir les conseillers d'État Thibaudeau et
         Fourcroy, l'un pour la 13e division militaire et l'autre pour
         la 16e, pour inspecter ces divisions comme ils l'ont fait
         déjà dans leur précédente mission. Une partie des plaintes
         vient de ce que le ministre de la guerre n'a pas fait toucher
         aux officiers l'indemnité de fourrage et de logement pour le
         premier trimestre de l'an X, de ce que les receveurs gardent
         long-temps les fonds et que les payeurs payent le plus tard
         qu'ils peuvent. Les payeurs et les receveurs forment la plus
         grande plaie de l'État...


         _Aux mêmes._

                               Lyon, 30 nivôse an X (20 janvier 1802).

         Je reçois, citoyens consuls, votre lettre du 26 et 27. À Lyon
         comme à Paris, le temps s'est considérablement adouci...

         J'ai vu hier différents ateliers. J'ai été satisfait de
         l'industrie et de la sévère économie dont j'ai cru entrevoir
         que la fabrique de Lyon use envers ses ouvriers.

         Je devais aujourd'hui faire ma parade, mais je l'ai remise au
         5 pluviôse, les troupes de l'armée d'Orient n'étaient pas
         habillées; j'ai l'espoir, au contraire, que le 5 elles le
         seront, ce qui offrira un coup d'oeil satisfaisant.

         J'ai vu avec grand plaisir l'arrêté que vous avez pris sur le
         Châtelet. Si les temps devenaient rigoureux, je ne crois pas
         que la mesure que vous avez prise, de donner 4,000 francs par
         mois pour les ateliers extraordinaires, soit suffisante.

         Il serait nécessaire que vous ordonnassiez qu'indépendamment
         des 100,000 francs que le ministre de l'intérieur donne par
         mois aux comités de bienfaisance, on y joignît 25,000 fr.
         d'extraordinaire pour distribuer du bois; et si le froid
         revenait, il faudrait, comme en 89, faire allumer du feu dans
         les églises et autres grands établissements, pour chauffer
         beaucoup de monde.

         Je compte être à Paris dans le courant de la décade. Je vous
         prie de voir s'il ne serait pas convenable de mettre dans le
         _Moniteur_ le dernier message au Sénat, et de mettre à la fin
         deux lignes pour dire que le Sénat a nommé une commission
         qui, ayant fait son rapport dans la séance du... il a décidé
         qu'il procéderait au renouvellement, conformément à l'article
         38 de la Constitution, etc., etc.

         Plusieurs renseignements qui me sont venus me porteraient à
         croire que Caprara exige que des prêtres signent des formules
         ou professions de foi à peu près dans ces termes:

         «Aimons d'ailleurs à faire ici une profession solennelle d'un
         respect filial, d'une soumission parfaite, d'une obéissance
         ponctuelle envers...»

         Ces renseignements me sont venus, entre autres, de
         Maëstricht. Je vous prie d'en conférer avec Portalis. Cette
         formule paraît bien inconcevable.


         _Aux mêmes._

                              Lyon, 2 pluviôse an X (22 janvier 1802).

         Je n'ai reçu, citoyens consuls, votre lettre du 29 nivôse
         qu'aujourd'hui à trois heures après midi. Le dégel et les
         inondations ont retardé de quelques heures votre courrier.

         Le service des fourrages est entièrement désorganisé dans le
         département de la Drôme; il faudrait retenir 10,000 francs
         sur l'ordonnance de pluviôse, jusqu'à ce que ce service soit
         au courant.

         Les hôpitaux civils, auxquels il n'est accordé que 14 sous
         pour les journées des militaires malades, se plaignent de
         n'avoir encore rien reçu pour l'an X. Celui de Valence
         réclame même, avec l'an X, le mois de fructidor an IX.

         Le travail de l'organisation des troupes piémontaises, que
         j'ai signé il y a plus d'un mois, n'est pas encore arrivé à
         Turin, ce qui met de l'incertitude parmi ces troupes. En
         général, il y a du retard et pas d'activité dans le
         département de la guerre; c'est l'opinion de tous ceux qui
         ont affaire avec ce département.

         Il est indispensable que le ministre de la guerre envoie un
         ancien et bon ordonnateur à Turin...

         Toutes les principales dispositions de la Consulte sont
         arrêtées. Je compte toujours être dans le courant de la
         décade à Paris.

         Il serait à désirer que le Sénat nommât une douzaine de
         préfets, soit au Tribunat, soit au Corps Législatif. Celui du
         Mont-Blanc serait du nombre.

         Je désirerais que vous fissiez mettre dans les journaux
         plusieurs articles pour relever l'escroquerie de Fouilloux,
         et tourner en ridicule les gobe-mouches étrangers qui
         répandaient des bruits absurdes, tous fondés sur le bulletin
         manuscrit d'un petit escroc qui n'avait pas de quoi dîner et
         qui les a dupés. Il est bon de revenir plusieurs fois sur cet
         objet.


         _Aux mêmes._

                              Lyon, 5 pluviôse an X (25 janvier 1802).

         Je reçois, citoyens consuls, votre lettre du 2 pluviôse.

         J'ai eu aujourd'hui parade à la place Bellecour. La journée a
         été superbe. Le soleil était comme au mois de floréal.

         La Consulte a nommé un comité de trente individus qui lui a
         fait un rapport, que, vu les circonstances intérieures et
         extérieures de la Cisalpine, il était indispensable de me
         laisser gérer la première magistrature, jusqu'à ce que les
         circonstances permettent, et que je juge convenable de nommer
         un successeur. Demain je compte me rendre à la Consulte
         réunie. On y lira la Constitution, les nominations, et tout
         sera terminé. Je serai à Paris décadi...


         _Aux mêmes._

                              Lyon, 6 pluviôse an X (26 janvier 1802).

         J'ai reçu, citoyens consuls, votre lettre du 3 pluviôse. Je
         crois qu'il est bon d'attendre la signature de la paix à
         Amiens, avant de lever l'état de siége de la ville de Brest.

         À deux heures je me suis rendu dans la salle des séances de
         la Consulte extraordinaire; j'y ai prononcé en italien un
         petit discours, dont vous trouverez ci-joint la traduction
         française. On y a lu la Constitution, la première loi
         organique, une relative au clergé. Les différentes
         nominations ont été proclamées.

         Je vous enverrai demain le procès-verbal de toute la
         Consulte, dans lequel se trouvera la Constitution. Les deux
         ministres, quatre conseillers d'État, vingt préfets, des
         généraux et officiers supérieurs m'ont accompagné. Cette
         séance a eu de la majesté, une grande unanimité, et j'espère
         du Congrès de Lyon tout le résultat que j'en attendais.

         Je crois qu'il est inutile, si l'on ne fait pas courir de
         faux bruits sur le congrès de Lyon, que vous publiiez rien
         avant l'arrivée du courrier que je vous expédierai demain. Ce
         ne serait que dans le cas où l'on aurait répandu que la
         Consulte m'a nommé Président, que vous pourriez faire
         imprimer les deux pièces ci-jointes, qui font connaître la
         véritable tournure qu'ont prise les choses.

         Je passerai la journée de demain à Lyon pour terminer tout,
         et je partirai dans la nuit. Je serai décadi à Paris...]

FIN DU LIVRE TREIZIÈME.



LIVRE QUATORZIÈME.

CONSULAT À VIE.

     Arrivée du Premier Consul à Paris. -- Scrutin du Sénat qui exclut
     soixante membres du Corps Législatif et vingt membres du
     Tribunat. -- Les membres exclus remplacés par des hommes dévoués
     au gouvernement. -- Fin du congrès d'Amiens. -- Quelques
     difficultés surgissent au dernier moment de la négociation, par
     suite d'ombrages excités en Angleterre. -- Le Premier Consul
     surmonte ces difficultés par sa modération et sa fermeté. -- La
     paix définitive signée le 25 mars 1802. -- Quoique le premier
     enthousiasme de la paix soit amorti en France et en Angleterre,
     on accueille avec une nouvelle joie l'espérance d'une
     réconciliation sincère et durable. -- Session extraordinaire de
     l'an X, destinée à convertir en loi le Concordat, le traité
     d'Amiens, et différents projets d'une haute importance. -- Loi
     réglementaire des cultes ajoutée au Concordat, sous le titre
     d'_Articles organiques_. -- Présentation de cette loi et du
     Concordat au Corps Législatif et au Tribunat renouvelés. --
     Froideur avec laquelle ces deux projets sont accueillis, même
     après l'exclusion des opposants. -- Ils sont adoptés. -- Le
     Premier Consul fixe au jour de Pâques la publication du
     Concordat, et la première cérémonie du culte rétabli. --
     Organisation du nouveau clergé. -- Part faite aux
     constitutionnels dans la nomination des évêques. -- Le cardinal
     Caprara refuse, au nom du Saint-Siége, d'instituer les
     constitutionnels. -- Fermeté du Premier Consul, et soumission du
     cardinal Caprara. -- Réception officielle du cardinal comme légat
     _a latere_. -- Sacre des quatre principaux évêques à Notre-Dame,
     le dimanche des Rameaux. -- Curiosité et émotion du public. -- La
     veille même du jour de Pâques et du _Te Deum_ solennel qui doit
     être chanté à Notre-Dame, le cardinal Caprara veut imposer aux
     constitutionnels une rétractation humiliante de leur conduite
     passée. -- Nouvelle résistance de la part du Premier Consul. --
     Le cardinal Caprara ne cède que dans la nuit qui précède le jour
     de Pâques. -- Répugnance des généraux à se rendre à Notre-Dame.
     -- Le Premier Consul les y oblige. -- _Te Deum_ solennel et
     restauration officielle du culte. -- Adhésion du public, et joie
     du Premier Consul en voyant le succès de ses efforts. --
     Publication du _Génie du Christianisme_. -- Projet d'une amnistie
     générale à l'égard des émigrés. -- Cette mesure, débattue au
     Conseil d'État, devient l'objet d'un sénatus-consulte. -- Vues du
     Premier Consul sur l'organisation de la société en France. -- Ses
     opinions sur les distinctions sociales, et sur l'éducation de la
     jeunesse. -- Deux projets de loi d'une haute importance, sur
     l'institution de la Légion-d'Honneur, et sur l'instruction
     publique. -- Discussion de ces deux projets dans le sein du
     Conseil d'État. -- Caractère des discussions de ce grand corps.
     -- Paroles du Premier Consul. -- Présentation des deux projets au
     Corps Législatif et au Tribunat. -- Adoption à une grande
     majorité du projet de loi relatif à l'instruction publique. --
     Une forte minorité se prononce contre le projet relatif à la
     Légion-d'Honneur. -- Le traité d'Amiens présenté le dernier,
     comme couronnement des oeuvres du Premier Consul. -- Accueil fait
     à ce traité. -- On en prend occasion de dire de toutes parts,
     qu'il faut décerner une récompense nationale à l'auteur de tous
     les biens dont jouit la France. -- Les partisans et les frères du
     Premier Consul songent au rétablissement de la monarchie. --
     Cette idée paraît prématurée. -- L'idée du consulat déféré à vie
     prévaut généralement. -- Le consul Cambacérès offre son
     intervention auprès du Sénat. -- Dissimulation du Premier Consul,
     qui ne veut jamais avouer ce qu'il désire. -- Embarras du consul
     Cambacérès. -- Ses efforts auprès du Sénat, pour obtenir que le
     consulat soit déféré au général Bonaparte pour la durée de sa
     vie. -- Les ennemis secrets du général profitent de son silence,
     pour persuader au Sénat qu'une prolongation du consulat pour dix
     années lui suffit. -- Vote du Sénat dans ce sens. -- Déplaisir du
     Premier Consul. -- Il veut refuser. -- Son collègue Cambacérès
     l'en empêche, et propose, comme expédient, de recourir à la
     souveraineté nationale, et de poser à la France la question de
     savoir si le général Bonaparte sera consul à vie. -- Le Conseil
     d'État chargé de rédiger la question. -- Ouverture de registres
     pour recevoir les votes, dans les mairies, les tribunaux, les
     notariats. -- Empressement de tous les citoyens à porter leur
     réponse affirmative. -- Changements apportés à la constitution de
     M. Sieyès. -- Le Premier Consul reçoit le consulat à vie, avec la
     faculté de désigner son successeur. -- Le Sénat est investi du
     pouvoir constituant. -- Les listes de notabilité sont abolies, et
     remplacées par des colléges électoraux à vie. -- Le Tribunat
     réduit à n'être qu'une section du Conseil d'État. -- La nouvelle
     constitution devenue tout à fait monarchique. -- Liste civile du
     Premier Consul. -- Il est proclamé solennellement par le Sénat.
     -- Satisfaction générale d'avoir fondé enfin un pouvoir fort et
     durable. -- Le Premier Consul prend le nom de NAPOLÉON BONAPARTE.
     -- Sa puissance morale est à son apogée. -- Résumé de cette
     période de trois ans.


[En marge: Janv. 1802.]

Le voyage du Premier Consul à Lyon avait eu pour but de constituer la
République italienne, et de s'en assurer le gouvernement dans
l'intérêt de l'Italie, et dans celui de la France. Il avait eu pour
but aussi d'embarrasser l'opposition, de la discréditer en la laissant
oisive, en prouvant que le bien était impossible avec elle; enfin de
ménager au consul Cambacérès le temps d'exclure du Corps Législatif et
du Tribunat les personnages les plus remuants et les plus incommodes.

[En marge: Embarras des opposants laissés à Paris sans aucun projet de
loi à discuter.]

[En marge: Adoption au Sénat du plan imaginé par le consul Cambacérès,
pour l'exclusion des opposants du Corps Législatif et du Tribunat.]

Tout ce qu'on avait voulu était réalisé. La République italienne,
constituée avec éclat, se trouvait liée à la politique de la France,
sans perdre son existence propre. Les opposants du Tribunat et du
Corps Législatif, frappés par le message qui retirait le Code civil,
laissés à Paris sans un seul projet de loi à discuter, ne savaient
comment sortir d'embarras. Partout on s'en prenait à eux de
l'interruption des beaux travaux du gouvernement; partout on les
blâmait d'imiter mesquinement et hors de propos les agitateurs
d'autrefois. C'est dans cette situation que M. Cambacérès leur porta
le dernier coup, par la combinaison ingénieuse qu'il avait imaginée.
Il fit appeler le savant jurisconsulte Tronchet, introduit au Sénat
par son influence, et jouissant dans ce corps de la double autorité du
savoir et du caractère. Il lui communiqua son plan, et le lui fit
agréer. On a vu dans le livre précédent quel était ce plan; on a vu
qu'il consistait à interpréter l'article 38 de la Constitution, qui
fixait en l'an X la sortie d'un premier cinquième du Tribunat et du
Corps Législatif, et à donner au Sénat la désignation de ce cinquième.
Il y avait beaucoup de raisons pour et contre cette manière
d'entendre l'article 38: la meilleure de toutes était le besoin de
suppléer à la faculté de dissolution, que la Constitution n'avait
point attribuée au pouvoir exécutif. M. Tronchet, homme sage, bon
citoyen, admirant et craignant à la fois le Premier Consul, mais le
jugeant indispensable, et reconnaissant avec M. Cambacérès que si on
ne le délivrait pas de l'opposition importune du Tribunat, il se
jetterait, par amour même du bien qu'on l'empêchait de faire, dans des
mesures violentes, M. Tronchet entra dans les vues du gouvernement, et
se chargea de préparer le Sénat à l'adoption des mesures projetées. Il
y réussit sans peine, car le Sénat sentait qu'on l'avait rendu
complice et dupe de la mauvaise humeur des opposants. Ce corps avait
déjà reculé avec beaucoup d'empressement et peu de dignité dans
l'affaire des candidatures. Dominé par cet amour du repos et du
pouvoir, qui avait saisi tout le monde, il consentit à écarter les
opposants dont il avait d'abord secondé les projets. Le plan ayant été
accueilli par les principaux personnages du corps, Lacépède, Laplace,
Jacqueminot, et autres, on procéda sans délai à l'exécution, par un
message daté du 7 janvier 1802 (17 nivôse an X).

«Sénateurs, disait le message, l'article 38 de la Constitution veut
que le renouvellement du premier cinquième du Corps Législatif et du
Tribunat ait lieu dans l'an X, et nous touchons au quatrième mois de
cette année. Les Consuls ont cru devoir appeler votre attention sur
cette circonstance. Votre sagesse y trouvera la nécessité de vous
occuper sans délai des opérations qui doivent précéder ce
renouvellement.»

[En marge: Élimination de 20 membres du Tribunat, et de 60 membres du
Corps Législatif.]

Ce message, dont l'intention était facile à deviner, frappa de
surprise les opposants des deux assemblées législatives, et
naturellement excita chez eux la plus vive irritation. Par légèreté,
par entraînement, ils s'étaient jetés dans cette carrière
d'opposition, sans en prévoir l'issue, et ils étaient étrangement
surpris du coup qui les menaçait, coup qui aurait été plus rude sans
l'intervention du consul Cambacérès. Ils s'assemblèrent pour rédiger
un mémoire, et le présenter au Sénat. M. Cambacérès, qui les
connaissait presque tous, s'adressa aux moins compromis. Il leur fit
sentir qu'en se signalant davantage par leur résistance, ils
attireraient sur leur personne l'attention du Sénat, et le pouvoir
d'exclusion dont ce corps allait être revêtu. Cette observation calma
la plupart d'entre eux, et ils attendirent en silence la décision de
cette autorité suprême. Dans les séances des 15 et 18 janvier (25 et
28 nivôse), le Sénat résolut la question que soulevait le message des
Consuls. À une très-grande majorité, il décida que le renouvellement
du premier cinquième, dans les deux assemblées législatives, aurait
lieu immédiatement, et que la désignation de ce cinquième se ferait
par le scrutin, et non par le sort. Mais on adopta un tempérament de
forme, et au lieu de faire porter le scrutin sur le nom de ceux qui
devaient sortir, on le fit porter sur le nom de ceux qui devaient
rester. La mesure avait alors l'apparence d'une préférence, au lieu
d'avoir celle d'une exclusion. Moyennant ce léger adoucissement de
forme, on procéda sans délai à la désignation des deux cent quarante
membres du Corps Législatif, et des quatre-vingts membres du Tribunat,
destinés à continuer la législature. Les sénateurs dont on disposait
le plus immédiatement avaient le secret des noms qu'on voulait sauver
de l'exclusion, et dans les derniers jours de janvier (fin de nivôse
et commencement de pluviôse), les scrutins incessamment répétés du
Sénat, opérèrent la séparation des partisans et des adversaires du
gouvernement. Soixante membres du Corps Législatif, qui avaient montré
le plus de résistance aux projets du Premier Consul, surtout au projet
du rétablissement des cultes, vingt membres du Tribunat les plus
actifs, furent frappés d'exclusion, ou, comme on dit alors,
_éliminés_. Les principaux parmi ces vingt étaient MM. Chénier,
Ginguené, Chazal, Bailleul, Courtois, Ganilh, Daunou et Benjamin
Constant. Les autres, moins connus, gens de lettres ou d'affaires,
anciens conventionnels, anciens prêtres, n'avaient eu d'autre titre
pour entrer au Tribunat que l'amitié de M. Sieyès et de son parti; le
même titre les en fit sortir.

Telle fut la fin, non pas du Tribunat, qui continua d'exister quelque
temps encore, mais de l'importance momentanée que ce corps avait
acquise. Il eût été à désirer que le Premier Consul, si plein de
gloire, si dédommagé par l'adhésion universelle de la France d'une
opposition inconvenante, pût se résigner à supporter quelques
détracteurs impuissants. Cette résignation eût été plus digne, et
aussi moins dommageable à l'espèce de liberté qu'il aurait pu nous
laisser alors, pour nous préparer plus tard à une liberté véritable.
Mais en ce monde la sagesse est plus rare que l'habileté, plus rare
même que le génie; car la sagesse suppose la victoire sur ses propres
passions, victoire dont les grands hommes ne sont guère plus capables
que les petits. Le Premier Consul, il faut le reconnaître, manqua de
sagesse en cette occasion, et on ne peut faire valoir en sa faveur
qu'une seule excuse: c'est qu'une telle opposition, encouragée par sa
patience, serait peut-être devenue plus qu'incommode, mais dangereuse
et même insurmontable, si la majorité du Corps Législatif et du Sénat
avait fini par y prendre part, ce qui était possible. Cette excuse a
un certain fondement, et elle prouve qu'il y a des temps où la
dictature est nécessaire, même aux pays libres, ou destinés à l'être.

[En marge: Caractère de l'opposition du Tribunat.]

Quant à cette opposition du Tribunat, elle n'a pas mérité les éloges
qu'on lui a décernés souvent. Inconséquente et tracassière, elle
résista au Code civil, au rétablissement des autels, aux meilleurs
actes enfin du Premier Consul, et regarda en silence la proscription
des malheureux révolutionnaires, déportés sans jugement, pour cette
machine infernale, dont ils n'étaient pas les auteurs. Les tribuns
s'étaient tus alors, parce que la terrible explosion du 3 nivôse les
avait glacés d'effroi, et qu'ils n'osaient pas défendre les principes
de la justice, dans la personne d'hommes qui la plupart étaient
couverts de sang. Le courage qu'ils n'eurent pas pour blâmer une
illégalité flagrante, ils le trouvèrent tristement pour entraver des
mesures excellentes! Si, du reste, un sentiment sincère de liberté
inspirait beaucoup d'entre eux, chez d'autres on pouvait apercevoir ce
fâcheux sentiment d'envie, qui animait le Tribunat contre le Conseil
d'État, les hommes réduits à ne rien faire, contre ceux qui avaient le
privilége de tout faire. Ils commirent donc de graves fautes, et
malheureusement en provoquèrent de non moins graves de la part du
Premier Consul: déplorable enchaînement, que l'histoire observe si
souvent dans notre univers agité, dont les passions sont l'éternel
mobile.

[En marge: Remplacement par des hommes dévoués, du cinquième exclu
dans le Corps Législatif et le Tribunat.]

Il fallait remplacer le cinquième exclu, dans le Corps Législatif et
le Tribunat. La majorité, qui avait prononcé les exclusions, prononça
les nouvelles admissions, et le fit de la manière la plus
satisfaisante pour le gouvernement consulaire. On se servit pour les
nouveaux choix des listes de notabilité imaginées par M. Sieyès, comme
base principale de la Constitution. Malgré les efforts du Conseil
d'État, pour trouver une manière convenable de former ces listes,
aucun des systèmes imaginés n'avait racheté l'inconvénient du
principe. Elles étaient lentes et difficiles à former, parce qu'elles
inspiraient peu de zèle aux citoyens, qui ne voyaient, dans cette
vaste présentation de candidats, aucun moyen direct et immédiat
d'influer sur la composition des premières autorités. Elles n'étaient
en réalité qu'une manière de sauver les apparences, et de dissimuler
la nécessité, alors inévitable, de la composition des grands corps de
l'État par eux-mêmes; car toute élection tournait à mal, c'est-à-dire
aux extrêmes. On avait eu la plus grande peine à terminer ces listes,
et, sur cent deux départements alors existants, dont deux, ceux de la
Corse, étaient hors la loi, dont quatre, ceux de la rive gauche du
Rhin, n'étaient pas organisés, quatre-vingt-trois seulement avaient
envoyé leurs listes. Il fut convenu qu'on ferait les choix dans les
listes envoyées, sauf à dédommager par des choix postérieurs les
départements qui n'avaient pas encore exécuté la loi.

On appela au Corps Législatif bon nombre de ces grands propriétaires,
que la sécurité nouvelle dont on les faisait jouir portait à quitter
la retraite dans laquelle ils avaient jusqu'ici cherché à vivre. On y
appela aussi quelques préfets, quelques magistrats, qui, depuis trois
ans, venaient de se former à la pratique des affaires, sous la
direction du gouvernement consulaire. Parmi les personnages introduits
au Tribunat se trouvait Lucien Bonaparte, revenu d'Espagne, après une
ambassade plus agitée qu'utile, et affectant de ne plus rien désirer
qu'une existence tranquille, employée à servir son frère dans le sein
de l'un des grands corps de l'État. Avec lui on avait introduit
Carnot, sorti depuis peu du ministère de la guerre, où il n'avait pas
eu l'art de plaire au Premier Consul. Ce dernier n'était pas plus
favorable au gouvernement consulaire que les tribuns récemment exclus;
mais c'était un personnage grave, universellement respecté, dont
l'opposition devait être peu active, et que la Révolution ne pouvait
pas, sans une odieuse ingratitude, laisser à l'écart. Cette nomination
était d'ailleurs un dernier hommage à la liberté. Après ces deux noms,
le plus notable était celui de M. Daru, administrateur capable et
intègre, esprit sage et cultivé.

Pendant que ces opérations s'exécutaient, le Premier Consul était
arrivé à Paris, à la suite d'une absence de vingt-quatre jours. Il
était de retour le 31 janvier au soir (11 pluviôse). La soumission
était partout, et ce mouvement singulier de résistance qu'on avait vu
se produire naguère dans les deux assemblées législatives, était
maintenant complétement apaisé. L'autorité nouvelle dont le Premier
Consul venait d'être revêtu, avait elle-même agi sur les esprits.
Assurément c'était peu pour la puissance du Premier Consul, que la
République italienne ajoutée à cette République française, qui avait
vaincu et désarmé le monde; mais cet exemple de déférence, donné au
génie du général Bonaparte par un peuple allié, avait produit un grand
effet. Les corps de l'État vinrent tous avec empressement lui
présenter leurs félicitations, et lui adresser des discours où
perçait, à côté de l'exaltation de langage qu'il inspirait
ordinairement, une nuance marquée de respect. Il semblait qu'on voyait
déjà sur cette tête dominatrice la double couronne de France et
d'Italie.

[En marge: Le Premier Consul, délivré de toute opposition, peut donner
cours à ses projets.]

Il pouvait tout maintenant, et pour l'organisation de la France, qui
était son premier objet, et pour sa grandeur personnelle, qui était le
second. Il n'avait plus à craindre que les codes qu'il avait fait
rédiger, et qu'il faisait rédiger encore, que les arrangements conclus
avec le Pape pour la restauration des autels, n'échouassent devant la
mauvaise volonté, ou devant les préjugés des grands corps de l'État.
Ces projets n'étaient pas les seuls qu'il méditait. Depuis quelques
mois, il préparait un vaste système d'éducation publique, pour
façonner la jeunesse française au régime sorti de la Révolution. Il
projetait un système de récompenses nationales, qui, sous une forme
militaire, convenable au temps et à l'imagination guerrière des
Français, pût servir à rémunérer les grandes actions civiles, aussi
bien que les grandes actions militaires; c'était la Légion-d'Honneur,
noble institution long-temps méditée en secret, et certainement pas la
moins difficile des oeuvres que le Premier Consul voulait faire agréer
à la France républicaine. Il désirait aussi fermer une des plaies les
plus profondes de la Révolution, c'était l'émigration. Beaucoup de
Français vivaient encore à l'étranger, dans les mauvais sentiments que
l'exil inspire, privés de leur famille, de leur fortune, de leur
patrie. Avec le projet d'effacer les traces de nos profondes
discordes, et de conserver tout ce que la Révolution avait eu de bon,
d'en écarter tout ce qu'elle avait eu de mauvais, l'émigration n'était
pas un de ses résultats qu'il fallût laisser subsister. Mais, à cause
des acquéreurs de biens nationaux, toujours susceptibles et défiants,
c'était l'un des actes les plus difficiles, et qui exigeaient le plus
de courage. Toutefois le moment approchait où un tel acte allait
devenir possible. Enfin si, comme on le disait alors de toutes parts,
il fallait consolider le pouvoir dans les mains de l'homme qui l'avait
exercé d'une manière si admirable, s'il fallait donner à son autorité
un nouveau caractère, plus élevé, plus durable, que celui d'une
magistrature temporaire de dix années, dont trois s'étaient déjà
écoulées, le moment était venu encore, car la prospérité publique,
fruit de l'ordre, de la victoire, de la paix, était au comble; elle
était sentie en cet instant, avec une vivacité que le temps pouvait
plutôt émousser qu'accroître.

[En marge: Fév. 1802.]

[En marge: Suite du congrès d'Amiens.]

Cependant ces projets de bien public et de grandeur personnelle qu'il
nourrissait tous à la fois, avaient besoin pour s'accomplir d'un
dernier acte, c'était la conclusion définitive de la paix maritime,
laquelle se négociait au congrès d'Amiens. Les préliminaires de
Londres avaient posé les bases de cette paix; mais tant que ces
préliminaires n'étaient pas convertis en traité définitif, les
alarmistes intéressés à troubler le repos public, ne manquaient pas de
dire chaque semaine qu'on avait cessé d'être d'accord, et qu'on serait
bientôt replongé dans la guerre maritime, et par la guerre maritime
dans la guerre continentale. Aussi, dès son retour à Paris, le Premier
Consul avait imprimé une nouvelle activité aux négociations d'Amiens.
Signez, écrivait-il chaque jour à Joseph, car depuis les préliminaires
il n'y a plus aucune question sérieuse à débattre.--Cela était vrai.
Les préliminaires de Londres avaient résolu les seules questions
importantes, en stipulant la restitution de toutes les conquêtes
maritimes des Anglais, sauf Ceylan et la Trinité, dont les Hollandais
et les Espagnols devaient faire le sacrifice. Les Anglais avaient
bien, comme on l'a vu, demandé au congrès d'Amiens la petite île de
Tabago; mais le Premier Consul avait tenu bon, et ils y avaient
renoncé. Dès lors, il n'y avait plus de contestation que relativement
à des points tout à fait accessoires, tels que l'entretien des
prisonniers, et le régime à donner à l'île de Malte.

On a exposé précédemment la difficulté relative aux prisonniers.
C'était une pure question d'argent, toujours facile à résoudre. Le
régime à donner à Malte présentait une difficulté plus réelle, car une
défiance réciproque compliquait les vues des deux puissances. Le
Premier Consul, par un singulier pressentiment, voulait raser les
fortifications de l'île, la réduire à un rocher, et en faire un
lazaret neutre et ouvert à toutes les nations. Les Anglais, qui
voyaient dans Malte une échelle pour aller en Égypte, disaient que le
rocher seul était trop important, pour le laisser toujours accessible
aux Français, qui de l'Italie pouvaient passer en Sicile, de Sicile à
Malte. Ils voulaient le rétablissement de l'ordre sur ses anciennes
bases, avec la création d'une langue anglaise, et d'une langue
maltaise, celle-ci composée des habitants de l'île, qui leur étaient
dévoués. Le Premier Consul n'avait pas admis ces conditions; car, dans
l'état des moeurs en France, on ne pouvait pas espérer de composer une
langue française assez nombreuse, pour contre-balancer la création
d'une langue anglaise. On s'était enfin mis d'accord sur ce point.
L'ordre devait être rétabli, sans qu'il y eût aucune langue nouvelle.
Un autre grand-maître devait être nommé, car on ne voulait plus de M.
de Hompesch, qui, en 1798, avait livré Malte au général Bonaparte. En
attendant que l'ordre fût réorganisé, il était décidé qu'on
demanderait au roi de Naples de fournir une garnison napolitaine de
deux mille hommes, laquelle occuperait l'île lorsque les Anglais
l'évacueraient. Par surcroît de précaution, on désirait que quelque
grande puissance garantît cet arrangement, pour mettre Malte à l'abri
de l'une de ces entreprises, qui depuis cinq ans l'avaient fait tomber
au pouvoir, tantôt des Français, tantôt des Anglais. On songeait à
demander cette garantie à la Russie, en se fondant sur l'intérêt que
cette puissance avait témoigné à l'ordre sous Paul Ier. Sur tous ces
points on était encore d'accord, au départ du Premier Consul pour
Lyon. Les pêcheries rétablies sur leur ancien pied, l'indemnité
territoriale promise en Allemagne à la maison d'Orange pour la perte
du stathoudérat, la paix et l'intégrité de territoire assurées soit au
Portugal, soit à la Turquie, ne présentaient que des questions
résolues. Cependant, depuis le retour du Premier Consul à Paris, la
négociation paraissait languir, et lord Cornwallis, inquiet, semblait
reculer à mesure que le négociateur français faisait de nouveaux pas
vers lui. On ne pouvait suspecter lord Cornwallis, bon et respectable
militaire, qui ne demandait qu'à terminer amiablement les difficultés
de la négociation, et à joindre à ses services guerriers un grand
service civil, celui de donner la paix à sa patrie. Mais ses
instructions étaient tout à coup devenues plus rigoureuses, et la
peine qu'il en ressentait se peignait clairement sur son visage. Son
cabinet, en effet, lui avait enjoint d'être plus difficile, plus
vigilant dans la rédaction du traité, et lui avait imposé des
conditions de détail qu'il était peu aisé de faire subir à l'humeur
altière et défiante du Premier Consul. Ce brave militaire, qui avait
cru couronner sa carrière par un acte mémorable, en était à craindre
de voir sa vieille considération ternie par le rôle qu'on allait lui
faire jouer dans une négociation scandaleusement rompue. Dans son
chagrin, il s'en était franchement ouvert à Joseph Bonaparte, et
faisait avec lui de sincères efforts pour vaincre les obstacles
opposés à la conclusion de la paix.

On se demandera quel motif avait pu détruire tout à coup, ou refroidir
du moins, les dispositions pacifiques du cabinet présidé par M.
Addington? Ce motif est facile à comprendre. Il s'était fait à Londres
une sorte de revirement, ordinaire dans les pays libres. Les
préliminaires étaient signés depuis six mois, et, dans cet état
intermédiaire, qui, sauf les coups de canon, ressemblait assez à la
guerre, on avait peu joui des bienfaits de la paix. Le haut commerce,
qui en Angleterre était la classe la plus intéressée à une reprise
d'hostilités, parce que la guerre lui valait le monopole universel,
avait cru se dédommager de ce qu'il perdait en faisant des
expéditions nombreuses pour les ports de France. Il y avait trouvé des
règlements prohibitifs, qui étaient nés d'une lutte violente, et qu'on
n'avait pas eu le temps d'adoucir. Le peuple, qui espérait
l'abaissement du prix des denrées alimentaires, n'avait pas vu
jusqu'ici se réaliser son espérance, car il fallait un traité
définitif pour vaincre les spéculateurs qui tenaient le prix des
céréales encore très-élevé. Enfin les grands propriétaires, qui
souhaitaient la réduction de tous les impôts, les classes moyennes,
qui demandaient la suppression de l'_income-tax_, n'avaient point
encore recueilli les fruits promis de la pacification du monde. Un peu
de désenchantement avait donc succédé à cet engouement inouï pour la
paix, qui, six mois auparavant, avait saisi subitement le peuple
anglais, peuple tout aussi sujet à engouement que le peuple français.
Mais, plus que tout le reste, les scènes de Lyon avaient agi sur son
imagination ombrageuse. Cette prise de possession de l'Italie, devenue
si manifeste, avait paru pour la France et pour son chef quelque chose
de si grand, que la jalousie britannique en avait été vivement
excitée. C'était un argument de plus pour le parti de la guerre, qui
déjà ne manquait pas de dire que la France allait s'agrandissant
toujours, et l'Angleterre se rapetissant à proportion. Une nouvelle
récente et très-répandue agissait également sur les esprits: c'était
celle d'une acquisition considérable faite par les Français en
Amérique. On avait vu la Toscane donnée sous le titre de royaume
d'Étrurie à un infant, sans connaître le prix de ce don fait à
l'Espagne. Maintenant que le Premier Consul réclamait à Madrid la
cession de la Louisiane, qui était l'équivalent stipulé de la Toscane,
cette condition du traité se trouvait divulguée; et ce fait, joint à
l'expédition de Saint-Domingue, révélait des projets nouveaux et
vastes en Amérique. À tout cela on ajoutait qu'un port considérable
était acquis par la France dans la Méditerranée, c'était celui de
l'île d'Elbe, échangée contre le duché de Piombino.

Ces divers bruits répandus à la fois, pendant que la Consulte, réunie
à Lyon, décernait au général Bonaparte le gouvernement de l'Italie,
avaient rendu à Londres un peu de force au parti de la guerre, lequel
avait été obligé jusqu'ici de se renfermer dans une extrême réserve,
et de saluer, au moins de quelques hommages hypocrites, le
rétablissement de la paix.

M. Pitt, sorti du cabinet depuis l'année dernière, mais toujours plus
puissant dans sa retraite que ses honnêtes et faibles successeurs ne
l'étaient au pouvoir, s'était tu sur les préliminaires. Il n'avait
rien dit des conditions, mais il avait approuvé le fait même de la
paix. Ses anciens collègues, fort inférieurs à lui, et par conséquent
moins modérés, MM. Windham, Dundas, Grenville, avaient blâmé la
faiblesse du cabinet Addington, et trouvé les conditions des
préliminaires désavantageuses pour la Grande-Bretagne. En apprenant le
départ d'une flotte portant vingt mille hommes à Saint-Domingue, ils
s'étaient récriés contre la duperie de M. Addington, qui laissait
passer une escadre destinée à rétablir la puissance française dans
les Antilles, sans être assuré de la paix définitive. Ils présageaient
qu'il serait victime de son imprudente confiance. À la nouvelle des
événements de Lyon, de la cession de la Louisiane, de l'acquisition de
l'île d'Elbe, ils s'étaient récriés plus vivement encore, et lord
Carlisle avait fait une violente sortie contre l'ambition gigantesque
de la France, et contre la faiblesse du nouveau cabinet britannique.

M. Pitt continuait de se taire, pensant qu'il fallait laisser épuiser
ce goût pour la paix, dont la multitude de Londres paraissait éprise,
et qu'il convenait de protéger encore quelque temps le cabinet destiné
à satisfaire un goût probablement passager. Le cabinet anglais
lui-même se montrait ému de l'effet produit sur l'opinion publique;
mais il craignait beaucoup plus ce qu'on dirait, si la paix était
rompue aussitôt qu'essayée, et si un traité en forme ne prenait pas la
place des articles préliminaires. Il se borna donc à expédier quelques
bâtiments armés, qu'on avait trop tôt rappelés dans les ports, et à
les envoyer dans les Antilles, pour y surveiller la flotte française
dirigée sur Saint-Domingue. Il envoya à lord Cornwallis des
instructions, qui, sans changer le fond des choses, aggravaient
certaines conditions, et surchargeaient la rédaction définitive, de
précautions ou inutiles, ou désagréables pour la dignité du
gouvernement français. Lord Hawkesbury voulait que l'on stipulât avec
précision un solde au profit de l'Angleterre, pour le nombre de
prisonniers qu'elle avait eu à entretenir; il voulait que la Hollande
payât à la maison d'Orange une indemnité en argent, indépendamment de
l'indemnité territoriale promise en Allemagne; il voulait que l'on
stipulât formellement que l'ancien grand-maître ne serait pas remis à
la tête de l'ordre de Malte. Il aurait désiré surtout faire figurer un
plénipotentiaire turc au congrès d'Amiens, car, toujours rempli du
souvenir de l'Égypte, le cabinet britannique tenait à enchaîner
l'audace du Premier Consul en Orient. Il souhaitait enfin une
rédaction, qui permît au Portugal d'échapper aux stipulations du
traité de Badajos, stipulations en vertu desquelles la cour de
Lisbonne perdait Olivença en Europe, et un certain arrondissement
territorial en Amérique.

Telles furent les instructions envoyées à lord Cornwallis. Cependant
il y eut une proposition qui fut réservée pour être faite directement
par lord Hawkesbury à M. Otto. Cette proposition était relative à
l'Italie.--Nous voyons, dit lord Hawkesbury à M. Otto, qu'il n'y a
rien à obtenir du Premier Consul, en ce qui touche le Piémont.
Demander quelque chose à cet égard serait vouloir l'impossible. Mais
que le Premier Consul concède la plus faible indemnité territoriale au
roi de Sardaigne, dans quelque coin de l'Italie que ce soit, et, en
échange de cette concession, nous reconnaîtrons à l'instant même tout
ce que la France a fait dans cette contrée. Nous reconnaîtrons le
royaume d'Étrurie, la République italienne et la République
ligurienne.--

Les changements demandés soit par lord Cornwallis, soit par lord
Hawkesbury, consistant plutôt dans la forme que dans le fond,
n'étaient bien fâcheux ni pour la puissance ni pour l'orgueil de la
France. La paix était assez belle en soi, pour l'accepter telle qu'on
la proposait. Mais le Premier Consul, ne pouvant pas démêler si ces
nouvelles demandes étaient une pure précaution du cabinet anglais,
dans l'intention de rendre le traité plus présentable au Parlement, ou
si en effet ce retour en arrière sur des points déjà concédés,
accompagné d'armements maritimes, cachait une secrète pensée de
rupture, agit comme il faisait toujours, en allant résolument au but.
Il concéda ce qui lui semblait devoir être concédé, et refusa
nettement le reste. Relativement aux prisonniers, il repoussa la
stipulation précise d'un solde au profit de l'Angleterre, mais accorda
la formation d'une commission, qui réglerait le compte des dépenses,
en considérant toutefois comme prisonniers anglais, les soldats
allemands ou autres qui avaient été à son service. Il ne voulut pas
que la Hollande donnât un florin pour le stathouder. Il consentit
d'une manière formelle à la nomination d'un nouveau grand-maître de
Malte, mais sans aucune expression applicable à M. de Hompesch, et de
laquelle on pût induire que la France se laissait imposer l'abandon
des gens qui l'avaient servie. Il voulut bien que la garantie de
Malte, proposée à la Russie, fût demandée aussi à l'Autriche, à la
Prusse et à l'Espagne. Enfin, sans admettre un plénipotentiaire turc
ou portugais, il consentit à l'insertion d'un article dans lequel
l'intégrité du territoire turc, et celle du territoire portugais,
seraient formellement garanties.

[En marge: Mars 1802.]

Quant à la reconnaissance de la République italienne, de la République
ligurienne, et du royaume d'Étrurie, il déclara qu'il s'en passerait,
et qu'il ne l'achèterait par aucune concession faite au roi de
Piémont, dont il avait résolu dès lors l'expropriation définitive.

Après avoir envoyé ces réponses à son frère Joseph, avec une liberté
suffisante quant à la rédaction, il lui recommanda d'agir avec une
grande prudence, pour bien constater que le refus de signer la paix ne
venait pas de lui, mais de l'Angleterre. Il fit en outre déclarer,
soit à Londres, soit à Amiens, que, si on ne voulait pas accepter ce
qu'il proposait, on devait en finir, et qu'à l'instant il allait
réarmer l'ancienne flottille de Boulogne, et former un camp vis-à-vis
des côtes d'Angleterre.

[En marge: Signature de la paix d'Amiens, donnée le 25 mars 1802.]

La rupture n'était pas plus désirée à Londres qu'à Paris, ou Amiens.
Le cabinet anglais sentait qu'il succomberait sous le ridicule, si la
trêve de six mois, suite des préliminaires, n'avait servi qu'à ouvrir
les mers aux flottes françaises. Lord Cornwallis, qui savait que la
légation anglaise serait injustifiable, car c'était elle seule qui
avait élevé les dernières difficultés, lord Cornwallis fut
très-conciliant dans la rédaction. Joseph Bonaparte ne le fut pas
moins, et le 25 mars 1802 au soir (4 germinal an X), la paix avec la
Grande-Bretagne fut signée, sur un instrument surchargé de corrections
de tout genre.

On prit trente-six heures, pour la traduction du traité, dans autant de
langues qu'il y avait de puissances intéressées. Le 27 mars (6
germinal), les plénipotentiaires se réunirent à l'hôtel-de-ville. Le
Premier Consul avait voulu que tout se passât avec le plus grand
appareil. Depuis long-temps il avait fait partir pour Amiens un
détachement de ses plus belles troupes, habillées à neuf; il avait fait
réparer les routes d'Amiens à Calais et d'Amiens à Paris, et envoyé des
secours aux ouvriers du pays privés de travail, pour que rien ne pût
inspirer au négociateur anglais une fâcheuse idée de la France. Il avait
enfin prescrit des préparatifs dans la ville même d'Amiens, pour que la
signature fut donnée avec une sorte de solennité. Le 27, à 11 heures du
matin, des détachements de cavalerie allèrent chercher les
plénipotentiaires à leur demeure, et les escortèrent à l'hôtel-de-ville,
où une salle avait été préparée pour les recevoir. Ils employèrent un
certain temps à revoir les copies du traité, et vers deux heures enfin,
on introduisit les autorités et la foule, empressées d'assister à ce
spectacle imposant des deux premières nations de l'univers, se
réconciliant à la face du monde, se réconciliant, hélas! pour trop peu
de temps! Les deux plénipotentiaires signèrent la paix, et puis
s'embrassèrent cordialement, aux acclamations des assistants émus et
transportés de joie. Lord Cornwallis et Joseph Bonaparte furent
reconduits à leurs demeures, au milieu des démonstrations les plus
bruyantes de la multitude. Lord Cornwallis entendit son nom béni par le
peuple français, et Joseph rentra chez lui, entendant de toutes parts
ce cri, qui devait être long-temps, et qui aurait pu être toujours, le
cri de la France: _Vive Bonaparte!_

Lord Cornwallis partit immédiatement pour Londres, malgré l'invitation
qu'il avait reçue de se rendre à Paris. Il craignait que les facilités
de rédaction auxquelles il s'était prêté, ne fussent point approuvées
par son gouvernement, et il voulut assurer la ratification du traité
par sa présence.

L'heureuse issue du congrès d'Amiens, si elle n'excita pas chez le
peuple anglais les mêmes transports d'enthousiasme que la signature
des préliminaires, le trouva encore joyeux et bruyant. Cette fois on
lui dit, qu'il allait jouir de la réalité de la paix, du bas prix des
denrées, et de l'abolition de l'_income-tax_. Il le crut, et se montra
véritablement satisfait.

[En marge: Conséquences du traité d'Amiens.]

L'effet fut à peu près le même de notre côté. Moins de démonstrations
extérieures, pas moins de satisfaction réelle, tel fut le spectacle
donné par le peuple en France. Enfin, on croyait tenir la paix
véritable, celle des mers, condition certaine et nécessaire de la paix
du continent. Après dix années de la plus grande, de la plus terrible
lutte qui se soit vue chez les hommes, on posait les armes: le temple
de Janus était fermé.

[En marge: Avril 1802.]

Qui avait fait tout cela? Qui avait rendu la France si grande et si
prospère, l'Europe si calme? Un seul homme, par la force de son épée,
et par la profondeur de sa politique. La France le proclamait ainsi,
et l'Europe entière faisait écho avec elle. Il a vaincu depuis, à
Austerlitz à Iéna, à Friedland, à Wagram, il a vaincu en cent
batailles, ébloui, enrayé, soumis le monde; jamais il ne fut si grand,
car jamais il ne fut si sage!

[En marge: Session extraordinaire de l'an X.]

Aussi tous les corps de l'État vinrent de nouveau lui dire, dans des
harangues pleines d'un sincère enthousiasme, qu'il avait été le
vainqueur, qu'il était aujourd'hui le bienfaiteur de l'Europe. Le
jeune auteur de tant de biens, le possesseur de tant de gloire, était
loin de se croire au terme de sa tâche; il jouissait à peine de ce
qu'il avait fait, tant il était impatient de faire davantage.
Passionné alors pour les travaux de la paix, sans être bien certain
que cette paix durât long-temps, il était pressé d'achever ce qu'il
appelait l'organisation de la France, et de concilier ce qu'il y avait
de vrai, de bon dans la Révolution, avec ce qu'il y avait d'utile, de
nécessaire à tous les temps, dans l'ancienne monarchie. Ce qui lui
tenait aujourd'hui le plus à coeur, c'était la restauration du culte
catholique, l'organisation de l'éducation publique, le rappel des
émigrés, et l'institution de la Légion-d'Honneur. C'étaient là, non
pas les seules choses qu'il méditait, mais c'étaient suivant lui les
plus urgentes. Maître désormais des esprits dans les corps de l'État,
il usa des prérogatives de la Constitution pour ordonner une session
extraordinaire. Il était revenu le 31 janvier 1802 (11 pluviôse) de la
Consulte tenue à Lyon; le traité d'Amiens avait été signé le 25 mars
(4 germinal); les promotions au Corps Législatif et au Tribunat
étaient finies depuis plusieurs semaines, et les nouveaux élus rendus
à leur poste: il convoqua donc une session extraordinaire pour le 5
avril (15 germinal). Elle devait durer jusqu'au 20 mai (30 floréal),
c'est-à-dire un mois et demi. Cela suffisait à ses plans, quelque
grands qu'ils fussent, car la contradiction qu'il était exposé à
rencontrer désormais, ne pouvait lui faire perdre beaucoup de temps.

Le premier des projets soumis au Corps Législatif fut le Concordat.
C'était toujours le plus difficile des nouveaux projets à faire
adopter, sinon par les masses populaires, au moins par les hommes qui
entouraient le gouvernement, civils et militaires. Le Saint-Siége, qui
avait mis tant de lenteur à concéder, tantôt le fond même du
Concordat, tantôt la bulle des nouvelles circonscriptions, tantôt la
faculté d'instituer les nouveaux évêques, avait tout envoyé depuis
long-temps au cardinal Caprara, pour qu'il fût en mesure de déployer
les pouvoirs du Saint-Siége, lorsque le Premier Consul le jugerait
opportun. Le Premier Consul avait pensé avec raison que la
proclamation de la paix définitive était le moment où l'on pourrait, à
la faveur de la joie publique, donner pour la première fois le
spectacle du gouvernement républicain prosterné au pied des autels, et
remerciant la Providence des bienfaits qu'il en avait reçus.

[En marge: Reprise de l'affaire du Concordat.]

Il disposa tout pour consacrer le jour de Pâques à cette grande
solennité. Mais les quinze jours qui précédèrent ce grand acte, ne
furent ni les moins critiques, ni les moins laborieux. Il fallait
d'abord, outre le traité appelé Concordat, et qui, à titre de traité,
devait être voté par le Corps Législatif, il fallait rédiger et
présenter une loi, qui réglerait la police des cultes, d'après les
principes du Concordat et de l'Église gallicane. Il fallait composer
le nouveau clergé destiné à remplacer les anciens titulaires, dont la
démission avait été demandée par le Pape, et presque universellement
obtenue. C'étaient soixante siéges à remplir à la fois, en choisissant
parmi les prêtres de tous les partis des sujets respectables, en
prenant garde de froisser par ces choix les sentiments religieux, et
de faire renaître le schisme par l'excès même du zèle qu'on apportait
à l'éteindre.

Ce furent là des difficultés que la ténacité, enveloppée de douceur,
du cardinal Caprara, que les passions du clergé, aussi grandes que
celles des autres hommes, rendirent fort graves, fort inquiétantes,
jusqu'au dernier instant, jusqu'à la veille même du jour où le grand
acte du rétablissement des autels fut consommé.

[En marge: Loi des articles organiques.]

Le Premier Consul commença par la loi destinée à régler la police des
cultes. C'est celle qui porte dans nos codes le titre d'_articles
organiques_. Elle était volumineuse, et réglait les rapports du
gouvernement avec toutes les religions, catholique, protestante,
hébraïque. Elle reposait sur le principe de la liberté des cultes,
leur accordait à tous sécurité et protection, leur imposait égards et
tolérance entre eux, soumission envers le gouvernement. Quant à la
religion catholique, celle qui embrasse la presque totalité de la
population de notre pays, elle était réglée d'après les principes de
l'Église romaine, consacrés dans le Concordat, et les principes de
l'Église gallicane, proclamés par Bossuet. D'abord il était établi
qu'aucune bulle, bref, ou écrit quelconque du Saint-Siége, ne pourrait
être publié en France sans l'autorisation du gouvernement; qu'aucun
délégué de Rome, excepté celui qu'elle envoyait publiquement comme son
représentant officiel, ne serait admis, ou reconnu, ou toléré; ce qui
faisait disparaître ces mandataires secrets, dont le Saint-Siége
s'était servi pour gouverner clandestinement l'Église française
pendant la Révolution. Toute infraction quelconque aux règles
résultant soit des traités avec le Saint-Siége, soit des lois
françaises, commise par un membre du clergé, était qualifiée _abus_,
et déférée à la juridiction du Conseil d'État, corps politique et
administratif, animé d'un véritable esprit de gouvernement, et qui ne
pouvait éprouver pour le clergé l'antique haine que la magistrature
lui avait vouée sous l'ancienne monarchie. Aucun concile, général ou
particulier, ne pouvait être tenu en France, sans l'ordre formel du
gouvernement. Il devait y avoir un seul catéchisme, approuvé par
l'autorité publique. Tout ecclésiastique consacré à l'enseignement du
clergé devait professer la Déclaration de 1682, connue sous le titre
de PROPOSITIONS DE BOSSUET. Ces propositions, comme on sait,
contiennent ces beaux principes de soumission et d'indépendance, qui
caractérisent particulièrement l'Église gallicane, laquelle, toujours
soumise à l'unité catholique, qu'elle a fait triompher en France et
défendue en Europe, mais indépendante dans son régime intérieur,
fidèle à ses rois, n'a jamais abouti ni au protestantisme, comme
l'Église allemande ou anglaise, ni à l'inquisition, comme l'Église
espagnole. Soumission au chef de l'Église universelle sous le rapport
spirituel, soumission au chef de l'État sous le rapport temporel, tel
est le double principe sur lequel le Premier Consul voulut que
l'Église française restât établie. C'est pourquoi il exigea d'une
manière formelle l'enseignement dans le clergé des propositions de
Bossuet. Il fut arrêté ensuite dans les articles organiques, que les
évêques nommés par le Premier Consul, institués par le Pape,
choisiraient les curés, mais, avant de les installer, seraient obligés
de les faire agréer par le gouvernement. Il fut accordé aux évêques de
former des chapitres de chanoines dans les cathédrales, et des
séminaires dans les diocèses. Tous les choix des professeurs dans ces
séminaires devaient être approuvés par l'autorité publique. Aucun
élève des séminaires ne pouvait être ordonné prêtre, s'il n'avait 25
ans, s'il ne faisait preuve d'une propriété de 300 francs de revenu,
s'il n'était agréé par l'administration des cultes. Cette condition de
propriété n'a pas pu tenir devant la réalité[23]; mais il eût été à
désirer qu'elle fût praticable, car l'esprit du clergé serait moins
descendu que nous ne l'avons vu depuis. Les archevêques devaient
recevoir 15,000 francs d'appointements, les évêques 10,000. Les curés
de première classe devaient recevoir 1,500 francs, ceux de seconde,
1,000, sans cumul toutefois avec les pensions ecclésiastiques, dont
beaucoup de prêtres jouissaient en compensation des biens
ecclésiastiques aliénés. Le casuel, c'est-à-dire les rétributions
volontaires des fidèles pour l'administration de certains sacrements,
était conservé, à condition d'un règlement donné par les évêques. Du
reste, il était stipulé que tous les secours du culte seraient
administrés gratuitement. Les églises étaient restituées au nouveau
clergé. Les presbytères, et les jardins attenants, ce que dans nos
campagnes on appelle la _maison du curé_, devaient être les seules
portions des anciens biens d'église, rendues aux prêtres; bien entendu
qu'il n'était pas question de ceux de ces biens qui avaient été
vendus. L'usage des cloches était rétabli pour appeler les fidèles à
l'église; mais avec défense de les employer à aucun usage civil, à
moins d'une permission de l'autorité. Le sinistre souvenir du tocsin
avait fait adopter cette précaution. Aucune fête, excepté celle du
dimanche, ne pouvait être établie sans l'autorisation du gouvernement.
Le culte ne devait pas être extérieur, c'est-à-dire, célébré hors des
temples, dans les villes où il existait des temples appartenant à des
religions différentes. Enfin le calendrier grégorien se trouvait en
partie concilié avec le calendrier républicain. C'était là
certainement la plus grave des difficultés. On ne pouvait pas abolir
complètement le calendrier qui rappelait, plus que toute autre
institution, le souvenir de la Révolution, et qui avait été adapté au
nouveau système des poids et mesures. Mais il n'était pas possible non
plus de rétablir la religion catholique sans rétablir le dimanche, et
avec le dimanche la semaine. D'ailleurs les moeurs avaient déjà fait
ce que la loi n'avait pas osé faire encore, et le dimanche était
redevenu partout un jour de fête religieuse, plus ou moins observé,
mais universellement admis comme interruption du travail de la
semaine. Le Premier Consul adopte un moyen terme. Il décida que
l'année, le mois, seraient nommés comme dans le calendrier
républicain, et le jour, la semaine, comme dans le calendrier
grégorien; qu'on dirait, par exemple, pour le jour de Pâques, dimanche
28 germinal an X, ce qui répondait au 18 avril 1802. Il exigea enfin
qu'on ne pût marier personne à l'église, sans la production préalable
de l'acte du mariage civil; et quant aux registres des naissances, des
morts, des mariages, que le clergé avait continué de tenir par suite
de ses habitudes, il fit déclarer que ces registres ne pourraient
jamais avoir aucune valeur en justice. Enfin toute donation
testamentaire ou autre, faite au clergé, devait être constituée en
rentes.

         [Note 23: Elle n'a été abolie qu'en février 1810.]

Telle est en substance la sage et profonde loi qui porte le nom
d'_articles organiques_. Elle était pour le gouvernement français un
acte tout intérieur, qui le regardait seul, et qui, à ce titre, ne
devait pas être soumis au Saint-Siége. Il suffisait qu'elle ne contînt
rien de contraire au Concordat, pour que la cour de Rome ne fût pas
raisonnablement fondée à se plaindre. La lui soumettre, c'était se
préparer des difficultés interminables, difficultés plus grandes, plus
nombreuses que celles qu'avait rencontrées le Concordat lui-même. Le
Premier Consul n'avait garde de s'y exposer. Il savait bien qu'une
fois le culte publiquement rétabli, le Saint-Siége ne romprait pas la
nouvelle paix entre la France et Rome, pour des articles concernant la
police intérieure de la République. Il est bien vrai que, plus tard,
ces articles sont devenus l'un des griefs de la cour de Rome contre
Napoléon, mais ils furent un prétexte plutôt qu'un grief véritable.
Ils avaient été, du reste, communiqués au cardinal Caprara, qui ne
parut point révolté à leur lecture[24], à en juger toutefois par ce
qu'il écrivit à sa cour. Il fit quelques réserves, et conseilla au
Saint-Père de ne point s'en affliger, espérant, disait-il, que ces
articles ne seraient pas exécutés à la rigueur.

         [Note 24: Ces assertions sont fondées sur la correspondance
         même du cardinal Caprara.]

[En marge: Après la rédaction des articles organiques, on s'occupe de
la nomination des évêques.]

[En marge: Le Pape voudrait qu'il n'y eût pas des prêtres
constitutionnels parmi les nouveaux évêques.]

La loi des articles organiques rédigée, et discutée en Conseil d'État,
il fallait s'occuper du personnel du clergé. C'était un travail
considérable, car il y avait une multitude de choix à examiner de
très-près, avant de les arrêter définitivement. M. Portalis, que le
Premier Consul avait chargé de l'administration des cultes, et qui
était éminemment propre, soit à traiter avec le clergé, soit à le
représenter auprès des corps de l'État, et à le défendre par une
élocution douce, brillante, empreinte d'une certaine onction
religieuse, M. Portalis résistait ordinairement au Saint-Siége, avec
une fermeté respectueuse. Cette fois il s'était fait en quelque sorte
l'allié du cardinal Caprara, dans une prétention de la cour de Rome,
celle d'exclure complètement le clergé constitutionnel des nouveaux
siéges. Le Pape, tout ému encore d'un acte aussi exorbitant à ses yeux
que la déposition des anciens titulaires, voulait au moins s'en
dédommager, en éloignant de l'épiscopat les ministres du culte qui
avaient pactisé avec la Révolution française, et prêté serment à la
Constitution civile. Depuis que le Concordat était signé, c'est-à-dire
depuis environ huit à neuf mois, le cardinal Caprara, qui remplissait
incognito les fonctions de légat _à latere_, et qui voyait sans cesse
le Premier Consul, lui insinuait avec douceur, mais avec constance,
les désirs de l'Église romaine, s'avançant plus hardiment quand le
Premier Consul était d'humeur à le laisser dire, se retirant
précipitamment, et avec humilité, quand il était d'humeur contraire.
Ces désirs de l'Église romaine ne consistaient pas seulement à
repousser de la nouvelle composition du clergé français les prêtres
qu'elle appelait _intrus_, mais à recouvrer les provinces perdues,
Bologne, Ferrare et la Romagne.--Le Saint-Père, disait le cardinal,
est fort pauvre depuis qu'il a été dépouillé de ses provinces les plus
fertiles; il est si pauvre qu'il ne peut payer ni des troupes pour le
garder, ni l'administration de ses États, ni le Sacré Collége. Il a
perdu même une partie de ses revenus extérieurs. Au milieu de ses
douleurs, le rétablissement de la religion en France est la plus
grande de ses consolations; mais ne mêlez pas des amertumes à cette
consolation, en l'obligeant à instituer des prêtres qui ont apostasié,
en privant le clergé fidèle des places déjà tant réduites par la
nouvelle circonscription.--Oui, répondait le Premier Consul, le
Saint-Père est pauvre; je le soulagerai. Toutes les limites des États
d'Italie ne sont pas irrévocablement fixées; celles de l'Europe
elle-même ne sont pas définitivement arrêtées. Mais je ne puis
aujourd'hui ôter des provinces à la République italienne, qui vient de
me prendre pour chef. En attendant, il faut au Saint-Père plus
d'argent qu'il n'en a. Il lui faut quelques millions; je suis prêt à
les lui donner. Quant aux _intrus_, ajoutait-il, c'est autre chose. Le
Pape a promis, une fois les démissions données, de réconcilier avec
l'Église, sans aucune distinction, tous ceux qui se soumettraient au
Concordat. Il l'a promis, il faut qu'il tienne sa parole. Je la lui
rappellerai, et il n'est ni homme, ni pontife à y manquer. D'ailleurs
je ne suis pas venu pour faire triompher tel ou tel parti; je suis
venu pour les réconcilier les uns avec les autres, en tenant la
balance égale entre eux. Depuis quelque temps, vous m'avez obligé à
lire l'histoire de l'Église. J'y ai vu que les querelles religieuses
ne se passent pas autrement que les querelles politiques; car vous
prêtres, nous militaires ou magistrats, nous sommes tous hommes. Elles
ne finissent que par l'intervention d'une autorité assez forte pour
obliger les partis à se rapprocher et à se fondre. Je mêlerai donc
quelques évêques constitutionnels aux évêques que vous appelez
fidèles; je les choisirai bien, j'en choisirai peu, mais il y en
aura. Vous les réconcilierez avec l'Église romaine; je les obligerai à
être soumis au Concordat, et tout ira bien. Du reste, c'est chose
résolue, n'y revenez plus.--LE GRAND CONSUL, comme l'appelait le
cardinal, si on insistait, s'animait vite; et le cardinal s'arrêtait,
car il l'admirait, l'aimait, le craignait également, et disait au
Saint-Père: N'irritons pas cet homme! lui seul nous soutient dans ce
pays, où tout le monde est contre nous. Si son zèle se refroidissait
un instant, ou si par malheur il venait à mourir, il n'y aurait plus
de religion en France.--Le cardinal, quand il n'avait pas réussi,
s'efforçait néanmoins de paraître satisfait, car le général Bonaparte
aimait à voir les gens contents, et prenait de l'humeur quand on se
présentait à lui avec un visage chagrin. Le cardinal se montrait donc
toujours doux et serein, et avait, par ce moyen, trouvé l'art de lui
plaire. Il voyait d'ailleurs les peines qu'avait le général Bonaparte,
et il n'aurait pas voulu les accroître. Le général, à son tour,
s'efforçait d'expliquer au cardinal les susceptibilités, les ombrages
de l'esprit français; et, malgré sa puissance, il faisait autant
d'efforts pour le convaincre, que le cardinal en pouvait faire de son
côté pour l'amener à ses vues. Un jour, impatienté des instances du
légat, il le fit taire par cette parole à la fois gracieuse et
profonde.--Tenez, lui dit-il, cardinal Caprara, possédez-vous encore
le don des miracles? le possédez-vous?... en ce cas, employez-le, vous
me rendrez grand service. Si vous ne l'avez pas, laissez-moi faire;
et, puisque je suis réduit aux moyens humains, permettez-moi d'en
user comme je l'entends, pour sauver l'Église.--

[En marge: Nominations aux siéges de la nouvelle circonscription.]

C'est un spectacle curieux et saisissant, conservé tout entier dans la
correspondance du cardinal Caprara, que celui de ce puissant homme de
guerre, déployant tour à tour une finesse, une grâce, une véhémence
extraordinaires, pour persuader le vieux cardinal, théologien et
diplomate. Tous deux étaient ainsi arrivés au moment de la publication
du Concordat, sans avoir pu se convaincre. M. Portalis, qui, sur ce
point uniquement, était de l'avis du Saint-Siége, n'osa pas, comme il
le voulait d'abord, exclure tout à fait les constitutionnels de ses
propositions pour les soixante siéges à remplir, mais il n'en présenta
que deux. S'étant entendu avec l'abbé Bernier pour les choix à faire
dans le clergé orthodoxe, il avait proposé les membres les plus
éminents et les plus sages de l'ancien épiscopat, et, en assez grand
nombre, des curés estimables, distingués par leur piété, leur
modération, et la continuation de leurs services pendant la terreur.
Il disait avec l'abbé Bernier, que n'appeler aucun membre de l'ancien
épiscopat, et ne désigner que des curés, ce serait créer un clergé
trop nouveau, trop dépourvu d'autorité; que nommer, au contraire,
d'anciens évêques seuls à tous les siéges, ce serait trop oublier le
clergé inférieur, qui avait rendu de vrais services pendant la
Révolution, et dont la juste ambition serait ainsi gravement froissée.
Ces vues étaient raisonnables, et furent admises par le Premier
Consul. Mais, quant aux deux prélats constitutionnels, il ne s'en
contenta pas. Sur soixante siéges, j'en veux dit-il, donner le
cinquième au clergé de la Révolution, c'est-à-dire douze. Il y aura
deux archevêques constitutionnels sur dix, et dix évêques
constitutionnels sur cinquante, ce qui n'est pas trop.--Après s'être
concerté avec MM. Portalis et Bernier, il fit avec eux les choix les
mieux entendus, sauf un ou deux. M. de Belloy, évêque de Marseille, le
plus respectable, le plus âgé des membres de l'ancienne Église de
France, digne ministre d'une religion de charité, qui joignait une
figure vénérable à la piété la plus sage, fut nommé archevêque de
Paris. M. de Cicé, ancien garde des sceaux sous Louis XVI, autrefois
archevêque de Bordeaux, esprit ferme et politique, fut promu à
l'archevêché d'Aix. M. de Boisgelin, grand seigneur, prêtre éclairé,
instruit et doux, jadis archevêque d'Aix, devint archevêque de Tours.
M. de La Tour-du-Pin, ancien archevêque d'Auch, reçut l'évêché de
Troyes. Ce digne prélat, illustre par son savoir autant que par sa
naissance, eut la modestie d'accepter ce poste si inférieur à celui
qu'il quittait. Le Premier Consul l'en récompensa plus tard par le
chapeau de cardinal. M. de Roquelaure, autrefois évêque de Senlis,
l'un des prélats les plus distingués de l'ancienne Église, par l'union
de l'aménité et des bonnes moeurs, obtint l'archevêché de Malines. M.
Cambacérès, frère du second Consul, fut appelé à l'archevêché de
Rouen. L'abbé Fesch, oncle du Premier Consul, prêtre orgueilleux, qui
mettait sa gloire à résister à son neveu, fut fait archevêque de
Lyon, c'est-à-dire primat des Gaules. M. Lecoz, évêque constitutionnel
de Rennes, prêtre de bonnes moeurs, mais janséniste ardent et
incommode, fut nommé archevêque de Besançon. M. Primat, évêque
constitutionnel de Lyon, autrefois oratorien, prêtre instruit et doux,
ayant donné des scandales fâcheux sous le rapport du schisme, mais
aucun sous le rapport des moeurs, fut promu à l'archevêché de
Toulouse. Un curé distingué, M. de Pancemont, fort employé dans
l'affaire des démissions, fut tiré de la paroisse de Saint-Sulpice,
pour être envoyé à Vannes comme évêque. Enfin, l'abbé Bernier, le
célèbre curé de Saint-Laud d'Angers, autrefois le meneur caché de la
Vendée, depuis son pacificateur, et, sous le Premier Consul, le
négociateur du Concordat, reçut l'évêché d'Orléans. Ce siége n'était
pas en rapport avec la haute influence que le Premier Consul lui avait
laissé prendre sur les affaires de l'Église de France; mais l'abbé
Bernier sentait que les souvenirs de la guerre civile, attachés à son
nom, ne permettaient pas une élévation trop marquante et trop brusque;
que le pouvoir réel dont il jouissait valait mieux que les honneurs
extérieurs. Le Premier Consul lui destinait d'ailleurs le chapeau de
cardinal.

Quand ces nominations, qui étaient arrêtées, mais qui ne devaient être
publiées qu'après la conversion du Concordat en loi de l'État, furent
communiquées au cardinal Caprara, celui-ci opposa une vive résistance,
versa même des larmes, se disant dépourvu de pouvoirs, bien qu'il eût
reçu de Rome une latitude absolue, et jusqu'à la faculté
extraordinaire d'instituer les nouveaux prélats, sans recours au
Saint-Siége. MM. Portalis et Bernier lui déclarèrent que la volonté du
Premier Consul était irrévocable, qu'il fallait se soumettre, ou
renoncer à la restauration solennelle des autels, promise sous
quelques jours. Il se soumit, écrivant au Pape que le salut des âmes,
privées de religion, s'il avait persisté, l'avait emporté dans son
esprit sur l'intérêt du clergé fidèle.--On me blâmera, disait-il au
Saint-Père; mais j'ai obéi à ce que j'ai cru la voix du ciel.--

Il consentit donc, se réservant d'exiger des constitutionnels
nouvellement élus, une rétractation, qui couvrît cette dernière
condescendance du Saint-Siége.

Tout étant prêt, le Premier Consul fit apporter le Concordat au Corps
Législatif, pour y être voté comme une loi, suivant les prescriptions
de la Constitution. Au Concordat étaient joints les articles
organiques. Ce fut le premier jour de la session extraordinaire, 5
avril 1802 (15 germinal), que le Concordat fut présenté au Corps
Législatif par les conseillers d'État Portalis, Régnier, et Regnault
de Saint-Jean-d'Angély. Le Corps Législatif n'était point en séance
quand le traité d'Amiens, signé le 25 mars, avait été connu à Paris.
Il n'avait donc pas été au nombre des autorités, venues pour féliciter
le Premier Consul. On proposa dès cette première séance d'envoyer une
députation de vingt-cinq membres, pour complimenter le Premier Consul,
à l'occasion de la paix générale. Dans cette proposition il ne fut pas
dit un mot du Concordat, ce qui montre l'esprit du temps, même dans
le sein du Corps Législatif renouvelé. La députation fut présentée le
6 avril (16 germinal).

[En marge: Allocution du Premier Consul à une députation du Corps
Législatif, relativement au Concordat.]

«Citoyen consul, dit le président du Corps Législatif, le premier
besoin du peuple français attaqué par l'Europe était la victoire, et
vous avez vaincu. Son voeu le plus cher après la victoire était la
paix, et vous la lui avez donnée. Que de gloire pour le passé, que
d'espérance pour l'avenir! Et tout cela est votre ouvrage! Jouissez de
l'éclat et du bonheur que la République vous doit!» Le président
terminait cette allocution par l'expression la plus vive de la
reconnaissance nationale, mais il se taisait absolument au sujet du
Concordat. Le Premier Consul saisit l'occasion de lui donner à ce
sujet une sorte de leçon, et de ne parler que du Concordat, à des gens
qui ne parlaient que de la paix d'Amiens. «Je vous remercie, dit-il
aux envoyés du Corps Législatif, des sentiments que vous m'exprimez.
Votre session commence par l'opération la plus importante de toutes,
celle qui a pour but l'apaisement des querelles religieuses. La France
entière sollicite la fin de ces déplorables querelles, et le
rétablissement des autels. J'espère que dans votre vote vous serez
unanimes comme elle. La France verra avec une vive joie que ses
législateurs ont voté la paix des consciences, la paix des familles,
cent fois plus importante pour le bonheur des peuples que celle à
l'occasion de laquelle vous venez féliciter le gouvernement.»

[En marge: Adoption du Concordat par le Corps Législatif, et sa
conversion en loi de l'État.]

Ces nobles paroles produisirent l'effet qu'en attendait le Premier
Consul. Le projet, porté immédiatement du Corps Législatif au
Tribunat, y fut examiné avec gravité, même avec faveur, et discuté
sans véhémence. Sur le rapport de M. Siméon, il fut adopté par 78
suffrages contre 7. Au Corps Législatif, 228 voix se prononcèrent
pour, et 21 contre.

[En marge: Réception officielle du cardinal Caprara comme légat _à
latere_.]

Ce fut le 8 avril (18 germinal) que les deux projets furent convertis
en lois. Il n'y avait plus d'obstacle. On était au jeudi; le dimanche
suivant était le dimanche des Rameaux; le dimanche d'après, celui de
Pâques. Le Premier Consul voulut consacrer ces jours solennels de la
religion catholique, à la grande fête du rétablissement des cultes. Il
n'avait pas encore reçu officiellement le cardinal Caprara, comme
légat du Saint-Siége. Il lui assigna le lendemain, vendredi, pour
cette réception officielle. L'usage des légats _à latere_ est de faire
porter devant eux la croix d'or. C'est le signe du pouvoir
extraordinaire que le Saint-Siége délègue aux représentants de cette
espèce. Le cardinal Caprara voulant, conformément aux vues de sa cour,
que l'exercice du culte fût aussi public, aussi extérieur que possible
en France, demandait que, suivant l'usage, le jour où il irait aux
Tuileries, la croix d'or fût portée devant lui, par un officier vêtu
de rouge, et à cheval. C'était là un spectacle qu'on craignait de
donner au peuple parisien. On négocia, et il fut convenu que cette
croix serait portée dans l'une des voitures qui devaient précéder
celle du légat.

Le vendredi 9 avril (19 germinal), le cardinal-légat se rendit en
pompe aux Tuileries, dans les équipages du Premier Consul, escorté par
la garde consulaire, et précédé par la croix portée dans l'une des
voitures. Le Premier Consul le reçut à la tête d'un nombreux
entourage, composé de ses collègues, de plusieurs conseillers d'État,
et d'un brillant état-major. Le cardinal Caprara, dont l'extérieur
était doux et grave, adressa au Premier Consul un discours, dans
lequel la dignité se mêlait à l'expression de la reconnaissance. Il
prêta le serment convenu de ne rien faire contre les lois de l'État,
et de cesser ses fonctions dès qu'il en serait requis. Le Premier
Consul lui répondit en termes élevés, et destinés surtout à retentir
ailleurs que dans le palais des Tuileries.

[En marge: Sacre des quatre premiers évêques le dimanche des Rameaux.]

Cette manifestation extérieure était la première de toutes celles
qu'on préparait, et elle fut peu aperçue, parce que le peuple de
Paris, n'étant point averti, n'avait pu céder à sa curiosité
ordinaire. Le surlendemain était le dimanche des Rameaux. Le Premier
Consul avait déjà fait agréer au cardinal quelques-uns des principaux
prélats, dont la nomination était arrêtée. Il voulait qu'on les sacrât
dans cette journée du dimanche des Rameaux, pour qu'ils pussent
officier le dimanche suivant, jour de Pâques, dans la grande solennité
qu'il avait projetée. C'étaient MM. de Belloy, nommé archevêque de
Paris, de Cambacérès, archevêque de Rouen, Bernier, évêque d'Orléans,
de Pancemont, évêque de Vannes. L'église Notre-Dame était encore
occupée par les constitutionnels, qui en gardaient les clefs. Il
fallut un ordre formel pour les obliger à les rendre. Ce beau temple
se trouvait dans un état de délabrement fort triste; rien n'y était
prêt pour la cérémonie du sacre des quatre prélats. On y pourvut au
moyen d'une somme fournie par le Premier Consul, et avec tant de
précipitation que, le jour de la cérémonie venu, on n'avait pas même
disposé un lieu propre à servir de sacristie. Une maison voisine fut
employée à cet usage. Les nouveaux prélats s'y revêtirent de leurs
ornements pontificaux, et traversèrent dans cet appareil la place qui
précède la cathédrale. Le peuple, averti qu'une grande cérémonie se
préparait, était accouru, et se montra calme et respectueux. La figure
du vénérable archevêque de Belloy était si noble et si belle, qu'elle
toucha les coeurs simples dont se composait cette foule, et tous,
hommes et femmes, s'inclinèrent avec respect. L'église était pleine de
cette nombreuse classe de chrétiens, qui avaient gémi des malheurs de
la religion, et qui, n'appartenant à aucune faction, recevaient avec
reconnaissance le présent que leur faisait en ce jour le Premier
Consul. La cérémonie fut touchante par le défaut même de pompe, par le
sentiment qu'on y apportait. Les quatre prélats furent sacrés d'après
toutes les formes usitées.

Dès ce moment, il faut le dire, la satisfaction était générale dans
les masses, et on était certain de l'approbation publique, pour la
grande manifestation fixée au dimanche suivant. Excepté les hommes de
parti, révolutionnaires entêtés dans leurs systèmes, ou royalistes
factieux qui voyaient avec chagrin le levier de la révolte leur
échapper, tout le monde approuvait ce qui se passait, et le Premier
Consul pouvait reconnaître déjà que ses vues étaient plus justes que
celles de ses conseillers.

[En marge: _Te Deum_ solennel chanté à Notre-Dame, le jour de Pâques,
pour célébrer la paix générale et le rétablissement du culte.]

Le dimanche suivant, jour de Pâques, fut destiné à un _Te Deum_
solennel qu'on devait chanter, pour célébrer en même temps la paix
générale et la réconciliation avec l'Église. Cette cérémonie fut
annoncée par l'autorité publique comme une véritable fête nationale.
Les préparatifs et le programme en furent publiés. Le Premier Consul
voulut s'y transporter en grand cortége, accompagné de tout ce qu'il y
avait de plus élevé dans l'État. Il fit savoir par les dames du Palais
aux femmes des hauts fonctionnaires, qu'elles satisferaient l'un de
ses désirs les plus vifs, en se rendant à la métropole le jour du _Te
Deum_. La plupart ne se firent pas presser. On sait quels motifs
frivoles se joignent aux motifs les plus pieux, pour augmenter
l'affluence dans ces solennités de la religion. Les plus brillantes
femmes de Paris obéirent au Premier Consul. Les principales d'entre
elles avaient rendez-vous aux Tuileries, pour accompagner madame
Bonaparte dans les voitures de la nouvelle cour.

Le Premier Consul avait donné un ordre formel à ses généraux de
l'accompagner. C'était le plus difficile à obtenir, car on disait
partout qu'ils tenaient un langage inconvenant et presque factieux. On
a déjà vu les écarts de Lannes. Augereau, toléré à Paris, était
actuellement l'un de ceux qui parlaient le plus haut. Il fut chargé
par ses camarades de se présenter au Premier Consul, et de lui
exprimer leur désir de ne pas se rendre à Notre-Dame. C'est en séance
consulaire, en présence des trois Consuls et des ministres, que le
général Bonaparte voulut recevoir Augereau. Celui-ci exposa son
message, mais le Premier Consul le rappela à son devoir avec cette
hauteur qu'il savait apporter dans le commandement, surtout à l'égard
des gens de guerre. Il lui fit sentir l'inconvenance de sa démarche,
lui rappela que le Concordat était maintenant loi de l'État, que les
lois étaient obligatoires pour toutes les classes de citoyens, aussi
bien pour les militaires que pour les citoyens les plus humbles et les
plus faibles; qu'il veillerait du reste à leur exécution, en sa double
qualité de général et de premier magistrat de la République; que ce
n'était pas aux officiers de l'armée, mais au gouvernement à juger la
convenance de la cérémonie ordonnée pour le jour de Pâques; que toutes
les autorités avaient ordre d'y assister, les autorités militaires
comme les autorités civiles, que toutes obéiraient; que quant à la
dignité de l'armée, il en était aussi jaloux, et aussi bon juge
qu'aucun des généraux ses compagnons d'armes, et qu'il était certain
de ne la point compromettre, en assistant de sa personne aux
cérémonies de la religion; qu'au surplus, ils n'avaient pas à
délibérer, mais à exécuter un ordre, et qu'il s'attendait à les voir
tous dimanche, à ses côtés, dans l'église métropolitaine. Augereau ne
répliqua point, et ne rapporta auprès de ses camarades que l'embarras
d'avoir commis une légèreté, et la résolution d'obéir.

[En marge: Dernières difficultés la veille de la cérémonie, suscitées
par le cardinal Caprara, relativement aux évêques choisis parmi les
constitutionnels.]

Tout était prêt, mais au dernier instant les arrière-pensées du
cardinal Caprara faillirent mettre au néant les nobles projets du
Premier Consul. Les évêques choisis dans le clergé constitutionnel,
s'étaient rendus chez le cardinal Caprara, pour le procès informatif
qui se fait à l'égard de tout évêque présenté au Saint-Siége. Le
cardinal avait exigé d'eux une rétractation, par laquelle ils
abjuraient leurs anciennes erreurs, en qualifiant de la manière la
plus flétrissante leur adhésion à la Constitution civile du Clergé.
C'était une démarche humiliante, non-seulement pour eux, mais pour la
Révolution elle-même. Le Premier Consul averti ne voulut pas la
souffrir, et leur enjoignit de ne pas céder, promettant de les
appuyer, et de forcer le représentant du Saint-Siége à renoncer à ses
prétentions si peu chrétiennes. Le cardinal Caprara n'avait vu d'autre
excuse à sa condescendance, s'il instituait ce qu'on appelait des
_intrus_, que dans une rétractation formelle de leur conduite passée.
Mais le Premier Consul ne l'entendait pas ainsi.--Quand j'accepte pour
évêque, disait-il, l'abbé Bernier, l'apôtre de la Vendée, le Pape peut
bien agréer des Jansénistes ou des Oratoriens, qui n'ont eu d'autre
tort que d'adhérer à la Révolution.--Il leur ordonna de se renfermer
dans une simple déclaration, consistant à dire qu'ils adhéraient au
Concordat et aux volontés du Saint-Siége, écrites dans ce traité. Il
soutenait avec raison, que le Concordat contenant les principes sur
lesquels l'Église française et l'Église romaine s'étaient mises
d'accord, on ne pouvait exiger davantage, sans avouer l'intention
d'humilier un parti au profit d'un autre, et il déclarait qu'il ne le
permettrait pas.

Le samedi soir, veille de Pâques, cette contestation n'était pas
terminée. M. Portalis fut chargé d'aller annoncer au cardinal que la
cérémonie du lendemain n'aurait pas lieu, que le Concordat ne serait
point publié, et resterait sans effet, si l'on insistait plus
long-temps sur la rétractation demandée. Cette résolution, au surplus,
était sérieuse, et le Premier Consul, en se montrant plein de
condescendance pour l'Église, ne voulait cependant pas céder sur les
points qui lui semblaient compromettre le but lui-même, c'est-à-dire
la fusion des partis. Il savait que, pour être conciliateur, il faut
être énergique, car il en coûte pour amener les partis à transiger,
presque autant que pour les vaincre.

[En marge: Le cardinal Caprara cède enfin à l'égard des
constitutionnels.]

Le cardinal céda enfin, mais très-avant dans la nuit. Il fut convenu
que les nouveaux élus, pris dans le clergé constitutionnel, subiraient
chez lui leur procès informatif, qu'ils professeraient de vive voix
leur réunion sincère à l'Église, et qu'ensuite on déclarerait qu'ils
s'étaient réconciliés, sans dire comment, ni dans quels termes.
Toujours est-il que la rétractation demandée ne fut pas faite.

[En marge: Publication du Concordat le jour de Pâques.]

Le lendemain, jour de Pâques, 18 avril 1802 (28 germinal an X), le
Concordat fut publié dans tous les quartiers de Paris, avec grand
appareil, et par les principales autorités. Tandis que cette
publication se faisait dans les rues de la capitale, le Premier
Consul, qui voulait solenniser dans la même journée tout ce qu'il y
avait d'heureux pour la France, échangeait aux Tuileries les
ratifications du traité d'Amiens. Cette importante formalité
accomplie, il partit pour Notre-Dame, suivi des premiers corps de
l'État, et d'un grand nombre de fonctionnaires de tout ordre, d'un
brillant état-major, d'une foule de femmes du plus haut rang, qui
accompagnaient madame Bonaparte. Une longue suite de voitures
composait ce magnifique cortége. Les troupes de la première division
militaire, réunies à Paris, bordaient la haie, depuis les Tuileries
jusqu'à la métropole. L'archevêque de Paris vint processionnellement
recevoir le Premier Consul à la porte de l'église, et lui présenter
l'eau bénite. Le nouveau chef de l'État fut conduit sous le dais, à la
place qui lui était réservée. Le Sénat, le Corps Législatif, le
Tribunat étaient rangés des deux côtés de l'autel. Derrière le Premier
Consul, se trouvaient debout les généraux en grand uniforme, plus
obéissants que convertis, quelques-uns même affectant une contenance
peu décente. Quant à lui, revêtu de l'habit rouge des Consuls,
immobile, le visage sévère, il ne montrait ni la distraction des uns,
ni le recueillement des autres. Il était calme, grave, dans l'attitude
d'un chef d'empire, qui fait un grand acte de volonté, et qui commande
de son regard la soumission à tout le monde.

La cérémonie fut longue et digne, malgré la mauvaise disposition de la
plupart de ceux qu'il avait fallu y amener. Du reste, l'effet en
devait être décisif, car, l'exemple une fois donné par le plus
imposant des hommes, toutes les anciennes habitudes religieuses
allaient renaître, et toutes les résistances s'évanouir.

La fête avait deux motifs, le rétablissement du culte et la paix
générale. Naturellement la satisfaction était partout, et quiconque
n'avait pas dans le coeur les mauvaises passions des partis, était
heureux du bonheur public. Ce jour-là il y eut de grands dîners chez
les ministres, auxquels assistèrent les principaux membres des
administrations. Les représentants des puissances étaient conviés chez
le ministre des affaires étrangères. Il y avait un banquet brillant
chez le Premier Consul, où étaient invités le cardinal Caprara,
l'archevêque de Paris, les principaux élus du nouveau clergé, les plus
hauts personnages de l'État. Le Premier Consul s'entretint long-temps
avec le cardinal; il lui montra sa joie d'avoir achevé une telle
oeuvre. Il était fier de son courage, et de son succès. À peine un
léger nuage traversa-t-il un instant son noble front: ce fut à
l'aspect de certains des généraux dont l'attitude et le langage
n'avaient pas été convenables en cette circonstance. Il leur exprima
son mécontentement avec une fermeté de ton qui n'admettait pas la
réplique, et qui ne laissait pas craindre une récidive.

[En marge: Ouvrage de M. de Chateaubriand sur le génie du
christianisme.]

Pour compléter l'effet que le Premier Consul avait voulu produire dans
ce même jour, M. de Fontanes rendait compte, dans le _Moniteur_, d'un
livre nouveau, qui faisait grand bruit en ce moment: c'était le _Génie
du Christianisme_. Ce livre, écrit par un jeune gentilhomme breton, M.
de Chateaubriand, allié des Malesherbes, long-temps absent de sa
patrie, décrivait avec un éclat infini les beautés du christianisme,
et relevait le côté moral et poétique des pratiques religieuses,
livrées vingt ans auparavant aux plus amères railleries. Critiqué
violemment par MM. Chénier et Ginguené, qui lui reprochaient des
couleurs fausses et outrées, soutenu avec passion par les partisans de
la restauration religieuse, le _Génie du Christianisme_, comme toutes
les oeuvres remarquables, fort loué, fort attaqué, produisait une
impression profonde, parce qu'il exprimait un sentiment vrai, et
très-général alors dans la société française: c'était ce regret
singulier, indéfinissable, de ce qui n'est plus, de ce qu'on a
dédaigné ou détruit quand on l'avait, de ce qu'on désire avec
tristesse quand on l'a perdu. Tel est le coeur humain! Ce qui est, le
fatigue ou l'oppresse; ce qui a cessé d'être, acquiert tout à coup un
attrait puissant. Les coutumes sociales et religieuses de l'ancien
temps, odieuses et ridicules en 1789, parce qu'elles étaient alors
dans toute leur force, et que de plus elles étaient souvent
oppressives, maintenant que le dix-huitième siècle, changé vers sa fin
en un torrent impétueux, les avait emportées dans son cours
dévastateur, revenaient au souvenir d'une génération agitée, et
touchaient son coeur disposé aux émotions par quinze ans de spectacles
tragiques. L'oeuvre du jeune écrivain, empreinte de ce sentiment
profond, remuait fortement les esprits, et avait été accueillie avec
une faveur marquée par l'homme qui alors dispensait toutes les
gloires. Si elle ne décelait pas le goût pur, la foi simple et solide,
des écrivains du siècle de Louis XIV, elle peignait avec charme les
vieilles moeurs religieuses qui n'étaient plus. Sans doute on y
pouvait blâmer l'abus d'une belle imagination; mais après Virgile,
mais après Horace, il est resté, dans la mémoire des hommes, une place
pour l'ingénieux Ovide, pour le brillant Lucain, et, seul peut-être
parmi les livres de ce temps, le _Génie du Christianisme_ vivra,
fortement lié qu'il est à une époque mémorable: il vivra, comme ces
frises sculptées sur le marbre d'un édifice vivent avec le monument
qui les porte.

[En marge: Rappel des émigrés.]

En rappelant les prêtres à l'autel, en les faisant sortir des
retraites obscures où ils pratiquaient leur culte, et conspiraient
souvent contre le gouvernement, le Premier Consul avait réparé l'un
des plus fâcheux désordres du temps, et satisfait l'un des plus grands
besoins moraux de toute société. Mais il restait un autre désordre
extrêmement triste, et qui laissait à la France l'aspect d'une contrée
déchirée par les factions: c'était l'exil d'une quantité considérable
de Français, vivant à l'étranger dans l'indigence, quelquefois dans la
haine de leur patrie, et recevant des gouvernements ennemis un pain,
que beaucoup d'entre eux payaient par des actes indignes envers la
France. C'est une affreuse invention de la discorde, que l'exil: elle
rend l'exilé malheureux, elle dénature son coeur, elle le met à
l'aumône de l'étranger, elle promène au loin l'affligeant spectacle
des troubles du pays. De toutes les traces d'une révolution, c'est
celle qu'il faut effacer la première. Le général Bonaparte considérait
le rappel des émigrés comme le complément indispensable de la
pacification générale. C'était un acte réparateur dont il était
impatient de braver les difficultés, et d'avoir la gloire. Déjà il
existait pour les émigrés un système de rappel fort incomplet, fort
partial, fort irrégulier, qui avait tous les inconvénients d'une
mesure générale, et qui n'en avait pas l'éclat bienfaisant; c'était le
système des radiations, qui étaient accordées aux émigrés les mieux
recommandés, sous prétexte qu'ils avaient été indûment portés sur les
listes. On n'amnistiait pas toujours ainsi les plus excusables ou les
plus intéressants.

[En marge: Dispositions principales composant la mesure du rappel des
émigrés.]

Le Premier Consul forma donc la résolution de faire rentrer les
émigrés en masse, sauf certaines exceptions. De graves objections
s'élevaient contre cette mesure. D'abord toutes les constitutions, et
notamment la Constitution consulaire, disaient formellement qu'on ne
rappellerait jamais les émigrés. Elles le disaient, surtout à cause
des acquéreurs de biens nationaux, qui étaient fort ombrageux, et qui
regardaient l'exil des anciens possesseurs de leurs biens, comme
nécessaire à leur sûreté. Le Premier Consul se considérant comme le
plus ferme appui de ces acquéreurs, ayant toujours exprimé la ferme
volonté de les défendre, seul au monde en ayant la puissance, se
croyait assez fort de la confiance qu'il leur inspirait à tous, pour
pouvoir ouvrir les portes de la France aux émigrés. Il fit donc
préparer une résolution dont la première clause était la consécration
nouvelle et irrévocable des ventes faites par l'État aux acquéreurs de
biens nationaux. Il y fit insérer ensuite une disposition par
laquelle tous les émigrés étaient rappelés en masse, en les
soumettant à la surveillance de la haute police, et en soumettant à
cette surveillance, pendant toute leur vie, ceux qui en auraient une
seule fois provoqué l'application. Il y avait toutefois quelques
exceptions à ce rappel général. Le bénéfice en était refusé aux chefs
des rassemblements armés contre la République, à ceux qui avaient eu
des grades dans les armées ennemies, aux individus qui avaient
conservé des places ou des titres dans la maison des princes de
Bourbon, aux généraux ou représentants du peuple qui avaient pactisé
avec l'ennemi (ceci concernait Pichegru et quelques membres des
assemblées législatives), enfin aux évêques et archevêques qui avaient
refusé la démission demandée par le Pape. Le nombre de ces exclus
était infiniment peu considérable.

La plus difficile question à résoudre était celle qui s'élevait au
sujet des biens des émigrés, qu'on n'avait pas encore vendus. Si, avec
toute raison, on déclarait inviolables les ventes faites par l'État,
cependant il pouvait paraître dur de ne pas restituer aux émigrés
leurs biens, restés encore intacts dans les mains du gouvernement.--Je
ne fais rien, disait le Premier Consul, si je rends à ces émigrés leur
patrie, sans leur rendre leur patrimoine. Je veux effacer les traces
de nos guerres civiles, et, en remplissant la France d'émigrés
rentrés, qui resteront dans l'indigence, tandis que leurs biens seront
là sous le séquestre de l'État, je crée une classe de mécontents qui
ne nous laisseront aucun repos. Et ces biens restés sous le séquestre
de l'État, qui croyez-vous qui les achète, en présence de leurs
anciens propriétaires rentrés?--Le Premier Consul résolut donc de
rendre tous les domaines non vendus, excepté les maisons ou bâtiments
consacrés à un service public.

[En marge: Discussion en conseil privé de la mesure du rappel.]

Cette résolution ainsi rédigée fut soumise à un conseil privé, composé
des Consuls, des ministres, d'un certain nombre de conseillers d'État
et de sénateurs. Elle fut chaudement discutée dans cette réunion, et
parut exciter de vifs ombrages. Cependant l'entraînement général vers
toutes les mesures réparatrices, qui tendaient à effacer les traces de
nos troubles, le prestige de la paix générale, la volonté positive du
Premier Consul, toutes ces causes réunies amenèrent l'adoption du
principe même du rappel des émigrés. Mais on tint à insérer dans la
résolution le mot d'amnistie, pour conserver à l'émigration le
caractère d'un acte criminel, que la nation victorieuse et heureuse
voulait bien oublier. Le Premier Consul, désirant faire les choses
d'une manière complète, répugnait à l'emploi du mot d'amnistie. Il
disait qu'on ne devait pas humilier les gens dont on voulait opérer la
réconciliation avec la France, et que les traiter comme des criminels
graciés, c'était les humilier profondément. On lui répondait que
l'émigration, à l'origine, avait été un crime, car elle avait eu pour
but principal de faire la guerre à la France, et qu'il fallait qu'elle
restât condamnée par les lois. La plus vive contestation s'engagea
relativement aux biens des émigrés. Les conseillers, appelés à
délibérer, repoussèrent obstinément la restitution des bois et forêts,
que la loi du 2 nivôse an IV avait déclarés inaliénables. C'était, à
leur avis, remettre des richesses immenses dans les mains de la
grande-émigration, priver l'État d'une énorme valeur, et surtout de
forêts d'une utilité indispensable, pour le service de la guerre, et
de la marine. Malgré tous ses efforts, le Premier Consul fut obligé de
céder, et il garda ainsi, sans y songer, l'un des plus puissants
moyens d'influence sur l'ancienne noblesse française, celui qui depuis
a servi à la lui ramener presque tout entière: ce moyen était la
restitution individuelle qu'il fit plus tard de leurs biens, à ceux
des émigrés qui se soumettaient à son gouvernement.

[En marge: La mesure du rappel rendue dans la forme d'un
sénatus-consulte.]

La résolution ainsi modifiée, il restait à savoir comment on lui
donnerait un caractère légal. On ne voulait pas en faire une loi; on
voulait lui donner un caractère plus élevé, s'il était possible. On
imagina donc d'en faire un sénatus-consulte organique. La résolution
touchait à la Constitution même, et, par ce côté, elle semblait
appartenir plus particulièrement au Sénat. Déjà le Sénat, par deux actes
considérables, celui qui avait proscrit les Jacobins faussement accusés
de la machine infernale, celui qui avait interprété l'article 38 de la
Constitution, et exclu les opposants des deux assemblées législatives,
avait acquis une sorte de pouvoir supérieur à la Constitution même, car
il avait légitimé ou les mesures extraordinaires, ou les nouvelles
dispositions constitutionnelles, dont le gouvernement avait cru avoir
besoin. Après avoir fait des actes rigoureux, il devait être agréable au
Sénat d'être chargé d'un acte de clémence nationale. Il fut donc arrêté
que la résolution, prononçant le rappel des émigrés, serait d'abord
discutée au Conseil d'État, comme l'étaient les règlements, les lois,
les sénatus-consultes, et soumise ensuite au Sénat, pour y être
délibérée comme une mesure touchant à la Constitution même.

La chose fut ainsi exécutée. Le projet d'amnistie, discuté au Conseil
d'État le 16 avril (26 germinal), avant-veille de la publication du
Concordat, fut porté dix jours après au Sénat, le 26 avril 1802 (6
floréal). Il y fut adopté sans aucune contestation, et avec des motifs
remarquables.

«Considérant, disait le Sénat, que la mesure proposée est commandée
par l'état actuel des choses, par la justice, par l'intérêt national,
et qu'elle est conforme à l'esprit de la Constitution;

»Considérant qu'aux diverses époques, où les lois sur l'émigration ont
été portées, la France, déchirée par des divisions intestines,
soutenait contre presque toute l'Europe une guerre dont l'histoire
n'offre pas d'exemple, et qui nécessitait des dispositions rigoureuses
et extraordinaires;

»Qu'aujourd'hui, la paix étant faite au dehors, il importe de la
cimenter à l'intérieur par tout ce qui peut rallier les Français,
tranquilliser les familles, et faire oublier les maux inséparables
d'une longue révolution;

»Que rien ne peut mieux consolider la paix au dedans qu'une mesure qui
tempère la sévérité des lois, et fait cesser les incertitudes et les
lenteurs résultant des formes établies pour les radiations;

»Considérant que cette mesure n'a pu être qu'une amnistie qui fît
grâce au plus grand nombre, toujours plus égaré que criminel, et qui
fît tomber la punition sur les grands coupables par leur maintenue
définitive sur la liste des émigrés;

»Que cette amnistie, inspirée par la clémence, n'est cependant
accordée qu'à des conditions justes en elles-mêmes, tranquillisantes
pour la sûreté publique, et sagement combinées avec l'intérêt
national;

»Que des dispositions particulières de l'amnistie, en défendant de
toute atteinte les actes faits avec la République, consacrent de
nouveau la garantie des ventes des biens nationaux, dont le maintien
sera toujours un objet particulier de la sollicitude du Sénat
Conservateur, comme il l'est de celle des Consuls; le Sénat adopte la
résolution proposée.»

Cet acte courageux de clémence devait obtenir l'approbation de tous
les hommes sages, qui souhaitaient sincèrement la fin de nos troubles
civils. Grâce aux nouvelles garanties données aux acquéreurs de biens
nationaux, grâce à la confiance que leur inspirait le Premier Consul,
cette dernière mesure du gouvernement ne leur causa pas de trop
grandes inquiétudes, et elle satisfit cette masse honnête, et
heureusement la plus nombreuse, du parti royaliste, qui recevait sans
dépit le bien qu'on lui faisait. Elle ne rencontra l'ingratitude que
chez les hommes de la haute émigration, qui vivaient dans les salons
de Paris, y payant en mauvais discours les bienfaits du gouvernement.
Suivant eux, l'acte était insignifiant, incomplet, injuste, parce
qu'il faisait quelques distinctions entre les personnes, parce qu'il
ne restituait pas les biens des émigrés vendus ou non vendus. Il
fallait bien se passer de l'approbation de ces vains discoureurs.
Cependant le Premier Consul était si avide de gloire que ces
misérables critiques troublaient quelquefois le plaisir que lui
causait l'assentiment universel de la France et de l'Europe.

Mais son ardeur à bien faire ne dépendait pas de la louange et de la
critique, et à peine avait-il consommé le grand acte que nous venons
de rapporter, qu'il en préparait déjà d'autres de la plus haute
importance politique et sociale. Débarrassé des obstacles que
présentait à sa féconde activité la résistance du Tribunat, il était
résolu, pendant cette session extraordinaire de germinal et floréal,
de terminer, ou du moins d'avancer beaucoup la réorganisation de la
France. Il faut exposer ses idées à cet égard.

[En marge: Manière de penser du Premier Consul, relativement à
l'organisation sociale de la France, et projets qui en découlent.]

Par les actes déjà connus du Premier Consul, surtout par le
rétablissement des cultes, il était facile de deviner quelle était la
tendance ordinaire de son esprit, et sa manière particulière de penser
sur les questions d'organisation sociale. En général, il était disposé
à contredire les systèmes étroits ou exagérés de la Révolution, ou,
pour parler plus exactement, de quelques révolutionnaires; car, dans
ses premiers mouvements, la Révolution avait toujours été généreuse et
vraie. Elle avait voulu abolir les irrégularités, les bizarreries, les
injustes distinctions, dérivant du régime féodal, et en vertu
desquelles, par exemple, un juif, un catholique, un protestant, un
noble, un prêtre, un bourgeois, un Bourguignon, un Provençal, un
Breton, n'avaient pas les mêmes droits, les mêmes devoirs, ne
supportaient pas les mêmes charges, ne jouissaient pas des mêmes
avantages, en un mot, ne vivaient pas sous les mêmes lois. Faire de
tous ces Français, quelle que fût leur religion, leur naissance, leur
province natale, des citoyens égaux en droits et en devoirs, aptes à
tout suivant leur mérite, voilà ce qu'avait voulu la Révolution dans
ses premiers élans, avant que la contradiction ne l'eût irritée
jusqu'au délire; voilà ce que voulait le Premier Consul, depuis que ce
délire avait fait place à la raison. Mais cette chimérique égalité que
des démagogues avaient rêvée un instant, qui devait mettre tous les
hommes sur le même niveau, qui admettait à peine les inégalités
naturelles provenant de la différence des esprits et des talents,
cette égalité, il la méprisait, ou comme une chimère de l'esprit de
système, ou comme une révolte de l'envie.

Il voulait donc dans la société une hiérarchie, sur les degrés de
laquelle tous les hommes, sans distinction de naissance, viendraient
se placer suivant leur mérite, et sur les degrés de laquelle
resteraient établis ceux que leurs pères y auraient portés, sans faire
obstacle toutefois aux nouveaux venus qui tendraient à s'élever à leur
tour.

Cette espèce de végétation sociale, résultant de la nature même,
observée en tout pays et en tout temps, il entendait lui donner un
libre cours dans les institutions qu'il s'occupait de fonder. Comme
tous les esprits puissants, qui s'appliquent à découvrir dans le
sentiment des masses les vrais instincts de l'humanité, et aiment à
opposer ce sentiment aux vues étroites de l'esprit de système, il
cherchait, dans les dispositions manifestées sous ses yeux par le
peuple lui-même, des arguments pour ses opinions.

[En marge: Opinion du Premier Consul sur les distinctions sociales.]

À ceux qui, en matière de religion, lui avaient conseillé
l'indifférence, il avait opposé ce mouvement populaire, qui s'était
produit récemment à la porte d'une église, pour forcer les prêtres à
donner la sépulture à une actrice. Voyez, avait-il dit à ces partisans
de l'indifférence, voyez comme ce peuple est indifférent! Et
vous-mêmes, leur avait-il dit aussi, pourquoi avez-vous, au milieu du
plus grand paroxysme révolutionnaire, proclamé l'Être suprême?...
C'est qu'au fond du coeur du peuple, il y a quelque chose qui le porte
à se donner un Dieu, n'importe lequel.--

[En marge: Mai 1802.]

Quant à la manière de classer les hommes dans la société, il disait à
ceux qui ne voulaient aucune distinction: Pourquoi donc avez-vous créé
les fusils et les sabres d'honneur? C'est une distinction que
celle-là, et assez ridiculement inventée, car on ne porte pas un fusil
ou un sabre d'honneur à sa poitrine, et, en ce genre, les hommes
aiment ce qui s'aperçoit de loin.--Le Premier Consul avait observé un
fait singulier, et il le faisait volontiers remarquer à ceux avec
lesquels il avait l'habitude de s'entretenir. Depuis que la France,
objet des égards et des empressements de l'Europe, était remplie des
ministres de toutes les puissances, ou d'étrangers de distinction qui
venaient la visiter, il était frappé de la curiosité avec laquelle le
peuple et même des gens au-dessus du peuple suivaient ces étrangers,
et étaient avides de voir leurs riches uniformes et leurs brillantes
décorations. Il y avait souvent foule dans la cour des Tuileries, pour
assister à leur arrivée et à leur départ.--Voyez, disait-il, ces
vaines futilités que les esprits forts dédaignent tant! Le peuple
n'est pas de leur avis. Il aime ces cordons de toutes couleurs, comme
il aime les pompes religieuses. Les philosophes démocrates appellent
cela vanité, idolâtrie. Idolâtrie, vanité, soit. Mais cette idolâtrie,
cette vanité sont des faiblesses communes à tout le genre humain, et
de l'une et de l'autre on peut faire sortir de grandes vertus. Avec
ces hochets tant dédaignés, on fait des héros! À l'une comme à l'autre
de ces prétendues faiblesses, il faut des signes extérieurs; il faut
un culte au sentiment religieux; il faut des distinctions visibles au
noble sentiment de la gloire.--

Le Premier Consul résolut de créer un ordre qui remplacerait les armes
d'honneur, qui aurait l'avantage d'être donné au soldat comme au
général, au savant paisible comme au militaire, qui consisterait en
décorations, semblables pour la forme à celles qu'on portait dans
toute l'Europe, et de plus en dotations utiles, utiles surtout au
simple soldat, quand celui-ci serait rentré dans ses champs. C'était,
à ses yeux, un moyen de plus de mettre la France nouvelle en rapport
avec les autres pays. Puisque c'était ainsi que dans toute l'Europe on
signalait à l'estime publique les services rendus, pourquoi ne pas
admettre le même système en France? Les nations, disait-il, ne
doivent pas plus chercher à se singulariser que les individus.
L'affectation de faire autrement que tout le monde, est une
affectation réprouvée par les gens sensés, et surtout par les gens
modestes. Les cordons sont en usage dans tous les pays, qu'ils soient,
ajoutait le Premier Consul, en usage en France! Ce sera un rapport de
plus établi avec l'Europe. Seulement on ne les donnait en France, on
ne les donne chez nos voisins qu'à l'homme bien né; je les donnerai à
l'homme qui aura le mieux servi dans l'armée et dans l'État, ou qui
aura produit les plus beaux ouvrages.--

Une remarque frappait plus particulièrement le Premier Consul, et chez
lui était devenue l'objet d'une véritable préoccupation: c'est à quel
point les hommes de la Révolution étaient désunis, sans lien entre
eux, sans force contre leurs ennemis communs. Tandis que les anciens
nobles se donnaient tous la main; tandis que les Vendéens étaient,
quoique épuisés et soumis, secrètement coalisés encore; tandis que le
clergé, bien que reconstitué, formait cependant une corporation
puissante, amie fort équivoque du gouvernement, les hommes qui avaient
fait cette Révolution étaient divisés, et désavoués même, il faut le
dire, par l'opinion ingrate et trompée. À peine laissait-on les
élections aller seules qu'on voyait aussitôt surgir ou des personnages
nouveaux, à qui on ne pouvait imputer ni mal ni bien, ou, par
contre-coup, des révolutionnaires fougueux, dont le souvenir inspirait
la terreur. Aux yeux d'une génération nouvelle, qui ne savait aucun
gré de leurs efforts à ceux qui, depuis quatre-vingt-neuf jusqu'à
dix-huit cent, avaient tant souffert pour affranchir la France, le
titre principal était de n'avoir rien fait. Le Premier Consul était
convaincu, et avec raison, que, si on se prêtait à ce mouvement, il
n'y aurait bientôt plus sur la scène un seul des auteurs de la
Révolution; qu'on verrait se produire une classe nouvelle, facile à
incliner vers le royalisme; que tout au plus y aurait-il dans certains
moments une réaction révolutionnaire, qui ferait reparaître quelques
hommes de sang; que les élections opérées sous le Directoire,
alternativement royalistes à la façon du club de Clichy, ou
révolutionnaires à la façon de Baboeuf, en étaient la preuve, et que,
de convulsions en convulsions, on aboutirait ainsi au triomphe des
Bourbons et de l'étranger, c'est-à-dire à la contre-révolution pure.

[En marge: Comment le Premier Consul veut organiser la société sortie
de la Révolution.]

Il regardait donc comme indispensable de ralentir le mouvement des
institutions libres, de maintenir ainsi au pouvoir la génération qui
avait fait la Révolution, de l'y maintenir, à l'exception seulement de
quelques individus souillés de sang, et à ceux-là même d'assurer de
l'oubli et du pain; de fonder avec cette génération une société
tranquille, régulière et brillante, dont il serait le chef, dont ses
compagnons d'armes et ses collaborateurs civils formeraient la classe
élevée, aristocratie si l'on veut, mais aristocratie toujours ouverte
au mérite naissant, dans laquelle resteraient placés, eux et leurs
enfants, les hommes qui auraient rendu de grands services, et
pourraient toujours venir prendre place les hommes qui seraient
capables de rendre des services nouveaux. Cette société ainsi formée,
d'après les éternelles lois de la nature, il la voulait entourer de
toutes les gloires, embellir par tous les arts, pour l'opposer avec
avantage à cet ancien régime, existant comme un vivant souvenir dans
la mémoire des émigrés, existant comme une réalité dans toute
l'Europe; et il espérait y rattacher les émigrés eux-mêmes, quand le
temps les aurait corrigés, quand l'attrait des hauts emplois les
aurait attirés, à condition toutefois qu'ils viendraient, non en
protecteurs dédaigneux, mais en serviteurs utiles et soumis. Quel
degré de liberté politique accorderait-il à cette société ainsi
constituée? Il ne le savait pas. Il croyait que le moment présent n'en
comportait pas beaucoup, car toute liberté accordée se changeait en
réactions cruelles; et il croyait de plus que la liberté arrêterait
son génie créateur. Du reste, il pensait peu alors à cette question;
et le pays, avide d'ordre seulement, ne l'y faisait guère penser. Il
voulait donc fonder cette société d'après les principes de la
Révolution française, lui donner de bonnes lois civiles, une puissante
administration, de riches finances, et la grandeur extérieure,
c'est-à-dire tous les biens, sauf un seul, laissant plus tard à
d'autres le soin de lui dispenser, ou de lui laisser prendre, ce
qu'elle comporterait de liberté politique.

C'est d'après ces idées qu'il avait conçu son système de récompenses
civiles et militaires, et son plan d'éducation.

[En marge: Institution de la Légion-d'Honneur.]

[En marge: Serment des Légionnaires.]

Les armes d'honneur, imaginées par la Convention, n'avaient guère
réussi, parce qu'elles n'étaient pas adaptées aux moeurs. Elles avaient
d'ailleurs entraîné des complications administratives assez fâcheuses,
à cause de la double paye accordée aux uns, refusée aux autres. Le
Premier Consul imagina un ordre militaire par la forme, mais non pas
destiné aux militaires seuls. Il l'appela Légion-d'Honneur, voulant
imprimer l'idée d'une réunion d'hommes voués au culte de l'honneur, et à
la défense de certains principes. Elle devait être composée de 15
cohortes, chaque cohorte de 7 grands-officiers, 20 commandeurs, 30
officiers et 350 simples légionnaires, en tout 6 mille individus de tout
grade. Le serment indiquait à quelle cause on devait se consacrer,
lorsqu'on faisait partie de la Légion-d'Honneur. Chaque membre
promettait de se dévouer à la défense de la République, de l'intégrité
de son territoire, du principe de l'égalité, de l'inviolabilité des
propriétés dites nationales. C'était, par conséquent, une légion qui
mettrait son honneur à faire triompher les principes et les intérêts de
la Révolution. Des décorations et des dotations étaient attachées à
chaque grade. Il était alloué aux grands-officiers 5,000 francs de
traitement, aux commandeurs 2,000, aux officiers 1,000, aux simples
légionnaires 250 francs. Une dotation en biens nationaux devait suffire
à ces dépenses. Chaque cohorte devait avoir son siége dans la province
où seraient situés ses biens particuliers. Toutes les cohortes réunies
devaient être administrées par un conseil supérieur, formé de sept
membres: les trois Consuls d'abord, et puis quatre grands-officiers,
dont le premier serait désigné par le Sénat, le second par le Corps
Législatif, le troisième par le Tribunat, le quatrième par le Conseil
d'État. Le conseil de la Légion-d'Honneur, composé de la sorte, était
chargé de gérer les biens de la Légion, et de délibérer sur la
nomination de ses membres. Enfin, ce qui achevait de compléter
l'institution, et d'en indiquer l'esprit, c'est que les services civils
dans toutes les carrières, telles que l'administration, le gouvernement,
les sciences, les arts, les lettres, étaient des titres d'admission
aussi bien que les services militaires. Pour partir du présent état de
choses, il était décidé que les militaires qui avaient des armes
d'honneur, seraient de droit membres de la Légion, et classés dans ses
rangs selon leur grade dans l'armée.

Cette institution ne compte guère plus de quarante ans, et elle est
déjà consacrée, comme si elle avait traversé les siècles, tant elle
est devenue, dans ces quarante ans, la récompense de l'héroïsme, du
savoir, du mérite en tout genre! tant elle a été recherchée par les
grands et les princes de l'Europe, les plus orgueilleux de leur
origine! Le temps, juge des institutions, a donc prononcé sur
l'utilité et la dignité de celle-ci. Laissons de côté l'abus qui a pu
être fait quelquefois d'une telle récompense, à travers les divers
régimes qui se sont succédé, abus inhérent à toute récompense donnée
par des hommes à d'autres hommes, et reconnaissons ce qu'avait de
beau, de profond, de nouveau dans le monde, une institution, tendant à
placer sur la poitrine du simple soldat, du savant modeste, la même
décoration qui devait figurer sur la poitrine des chefs d'armée, des
princes et des rois! reconnaissons que cette création d'une
distinction honorifique était le triomphe le plus éclatant de
l'égalité même, non de celle qui égalise les hommes en les abaissant,
mais de celle qui les égalise en les élevant; reconnaissons enfin que,
si, pour les grands de l'ordre civil ou militaire, elle pouvait bien
n'être qu'une satisfaction de vanité, elle était, pour le simple
soldat rentré dans ses champs, l'aisance du paysan, en même temps que
la preuve visible de l'héroïsme.

[En marge: Système d'éducation imaginé par le Premier Consul.]

Après ce beau système de récompenses, le Premier Consul s'était occupé
avec non moins d'empressement d'un système d'éducation pour la
jeunesse française. L'éducation, en effet, était alors nulle ou livrée
aux ennemis de la Révolution.

[En marge: État de l'éducation pendant le cours de la Révolution.]

Les corporations religieuses autrefois employées à élever la jeunesse,
avaient disparu avec l'ancien ordre de choses. Elles tendaient bien à
renaître; mais le Premier Consul n'avait garde de leur livrer la
génération nouvelle, les considérant comme les ouvriers secrets de ses
ennemis. Les institutions par lesquelles la Convention avait cherché à
les remplacer, n'avaient été qu'une chimère déjà presque évanouie. La
Convention avait voulu donner gratuitement l'instruction primaire au
peuple, et l'instruction secondaire aux classes moyennes, de manière à
rendre l'une et l'autre accessibles à toutes les familles. Elle
n'avait abouti à rien. Les communes avaient donné aux instituteurs
primaires des logements, en général ceux des anciens curés de
campagne, mais ne les avaient point appointés, ou du moins l'avaient
fait avec des assignats. L'indigence avait bientôt dispersé ces
malheureux instituteurs. Les écoles centrales, dans lesquelles se
dispensait l'instruction secondaire, placées dans chaque chef-lieu de
département, étaient des établissements en quelque sorte académiques,
où se faisaient des cours publics, auxquels la jeunesse pouvait
assister quelques heures par jour, mais en retournant ensuite dans les
familles, ou dans des pensionnats formés par l'industrie particulière.
La nature des études était conforme à l'esprit du temps. Les études
classiques, considérées comme une vieille routine, y avaient été
presque abandonnées. Les sciences naturelles et exactes, les langues
vivantes, avaient pris la place des langues anciennes. Un muséum
d'histoire maternelle était attaché à chacune de ces écoles. Une telle
instruction avait peu d'influence sur la jeunesse; car un cours qui
dure une ou deux heures par jour, n'est pas un moyen de s'emparer
d'elle. On la laissait former par les chefs de pensionnat, pour la
plupart alors ennemis du nouvel ordre de choses, ou spéculateurs
avides traitant la jeunesse comme un objet de trafic, non comme un
dépôt sacré de l'État et des familles. Les écoles centrales
d'ailleurs, placées dans les cent deux départements, une dans chaque
chef-lieu, étaient trop nombreuses. Il n'y avait pas assez d'élèves
pour ces cent deux écoles. Trente-deux seulement avaient attiré des
auditeurs, et étaient devenues des foyers d'instruction. On avait vu
s'y produire quelques professeurs distingués, conservant encore
l'esprit des saines études. Mais les vicissitudes politiques, là comme
ailleurs, avaient fait sentir leur triste influence. Les professeurs,
choisis par des jurys d'instruction, s'étaient succédé comme les
partis au pouvoir, avaient paru et disparu tour à tour, et les élèves
avec eux! Enfin ces écoles, sans lien, sans unité, sans direction
commune, présentaient des fragments épars, et non un grand édifice
d'instruction publique.

[En marge: Plan du Premier Consul.]

Le Premier Consul forma son projet d'un jet, avec la résolution
d'esprit qui lui était ordinaire.

D'abord, les finances de la France ne permettaient pas de fournir,
partout et gratis, l'instruction primaire au peuple, lequel, du reste,
n'aurait pas eu assez de loisir pour la recevoir, si l'État avait eu
assez d'argent pour la lui donner. C'est tout au plus si on était en
mesure de faire les frais du nouveau clergé, et on le pouvait grâce à
une circonstance particulière du temps, c'était la masse des pensions
ecclésiastiques, qui tenaient lieu de traitement à la plupart des
curés. Il était donc impossible de payer un instituteur primaire par
commune. On se contenta d'en établir chez les populations assez aisées
pour en faire elles-mêmes les frais. La commune accordait le logement
et l'école, les écoliers payaient une rétribution calculée sur les
besoins de l'instituteur. C'était tout ce qu'on pouvait faire alors.

[En marge: Création des Lycées.]

Pour le moment, le plus important était l'instruction secondaire. Le
Premier Consul supprima dans son projet les écoles centrales, qui
n'étaient que des cours publics, sans ensemble, sans action sur la
jeunesse. On comptait trente-deux écoles centrales, qui avaient plus
ou moins réussi. C'était une indication du besoin d'instruction dans
les diverses parties de la France. Le Premier Consul projeta
trente-deux établissements, qu'il nomma lycées, d'un nom emprunt à
l'antiquité, et qui étaient des pensionnats où la jeunesse, casernée,
retenue pendant les principales années de l'adolescence, devait subir
la double influence d'une forte instruction littéraire, et d'une
éducation mâle, sévère, suffisamment religieuse, tout à fait
militaire, modelée sur le régime de l'égalité civile. Il voulut y
rétablir l'ancienne règle classique, qui assignait aux langues
anciennes la première place, ne donnait que la seconde aux sciences
mathématiques et physiques, laissant aux écoles spéciales le soin
d'achever l'enseignement des dernières. Il avait raison en cela comme
dans le reste. L'étude des langues mortes n'est pas seulement une
étude de mots, mais une étude de choses; c'est l'étude de l'antiquité
avec ses lois, ses moeurs, ses arts, son histoire si morale, si
fortement instructive. Il n'y a qu'un âge pour apprendre ces choses:
c'est l'enfance. La jeunesse une fois venue avec ses passions, avec
son penchant à l'exagération et au faux goût, l'âge mûr avec ses
intérêts positifs, la vie se passe, sans qu'on ait donné un moment à
l'étude d'un monde, mort comme les langues qui nous en ouvrent
l'entrée. Si une curiosité tardive nous y ramène, c'est à travers de
pâles et insuffisantes traductions qu'on pénètre dans cette belle
antiquité. Et dans un temps où les idées religieuses se sont
affaiblies, si la connaissance de l'antiquité s'évanouissait aussi,
nous ne formerions plus qu'une société sans lien moral avec le passé,
uniquement instruite et occupée du présent; une société ignorante,
abaissée, exclusivement propre aux arts mécaniques.

Le Premier Consul voulut donc que, dans son projet, les études
classiques reprissent leur rang. Les sciences ne venaient qu'après. On
devait en enseigner ce qui est utile dans toutes les professions de la
vie, et ce qui est nécessaire pour passer des écoles secondaires aux
écoles spéciales. L'instruction religieuse y devait être donnée par
des aumôniers, l'instruction militaire, par de vieux officiers sortis
de l'armée. Tous les mouvements devaient s'y exécuter au pas
militaire, et au son du tambour. Ce régime était convenable à une
nation destinée tout entière à manier les armes, ou dans l'armée ou
dans la garde nationale. Huit professeurs de langues anciennes ou de
belles-lettres, un censeur des études, un économe, chargé du matériel,
un chef supérieur, sous le nom de proviseur, composaient le personnel
de ces établissements.

Telles étaient les écoles dans lesquelles le Premier Consul voulait
former la jeunesse française. Mais comment l'y attirer? Là était la
difficulté. Le Premier Consul y pourvut par un de ces moyens hardis et
sûrs, comme il faut les employer quand on veut sérieusement atteindre
un but. Il imagina de créer 6,400 bourses gratuites, dont l'État
ferait les frais, et qui, au taux moyen de 7 à 800 francs,
représenteraient une dépense totale de 5 à 6 millions par an, somme
considérable alors. Ces six mille et quelques cents élèves suffisaient
pour fournir le fond de la population des lycées. La confiance des
familles, qu'on espérait acquérir plus tard, devait un jour dispenser
l'État de continuer un tel sacrifice. Le produit de ces six mille
bourses formait en même temps une ressource suffisante pour couvrir la
plus grande partie des frais des nouveaux établissements.

Le Premier Consul entendait distribuer de la manière suivante les
bourses dont le gouvernement allait avoir la disposition: 2,400
devaient être données aux enfants des militaires en retraite qui
étaient peu aisés, des fonctionnaires civils qui avaient utilement
servi, des habitants des provinces récemment réunies à la France. Les
4,000 autres étaient destinées aux pensionnats actuellement établis.
Il y avait en effet un grand nombre de ces pensionnats exploités par
l'industrie particulière. Le Premier Consul crut devoir les laisser
exister; mais, il les rattacha à son plan par le moyen le plus simple
et le plus efficace. Ces pensionnats ne pouvaient subsister désormais
qu'avec l'autorisation du gouvernement; ils devaient être inspectés
tous les ans par les agents de l'État; ils étaient obligés d'envoyer
leurs élèves aux cours des lycées, moyennant une faible rétribution.
Enfin, les 4,000 bourses devaient, après un examen annuel, être
distribuées entre les élèves des divers pensionnats, en raison du
mérite reconnu et de la bonne tenue de chaque maison. Ainsi rattachés
au plan général, les pensionnats en faisaient tout à fait partie.

Passant ensuite à l'instruction spéciale, le Premier Consul s'occupa
d'en compléter l'organisation. L'étude de la jurisprudence avait péri
avec l'ancien établissement judiciaire; il créa dix écoles de droit.
Les écoles de médecine, moins négligées, subsistaient au nombre de
trois; il proposa d'en créer six. L'École Polytechnique existait,
elle fut rattachée à cette organisation. On y ajouta une école des
services publics, connue depuis sous le titre d'École des
Ponts-et-Chaussées, une école des arts mécaniques, alors fixée à
Compiègne, depuis à Châlons-sur-Marne, premier modèle des écoles des
arts et métiers, qui sont aujourd'hui jugées si utiles; enfin une
école du grand art qui faisait alors la puissance du Premier Consul et
de la France, une école d'art militaire, destinée à occuper le château
de Fontainebleau.

Il manquait à cet ensemble un complément, c'est-à-dire un corps
enseignant, qui fournît à ces colléges des instituteurs, qui les
embrassât dans sa surveillance, en un mot, ce qu'on a nommé depuis
l'Université. Mais le moment n'en était pas encore venu. C'était déjà
beaucoup de recueillir du naufrage les établissements d'instruction
publique, et de créer tout d'abord, avec les professeurs actuels, des
colléges dépendants de l'État, où la jeunesse de toutes les classes,
attirée par l'éducation gratuite, serait formée sur un modèle commun,
régulier, conforme aux principes de la Révolution française, et aux
saines doctrines littéraires. Le Premier Consul dit au savant
Fourcroy: Ceci n'est qu'un commencement; plus tard, nous ferons plus
et mieux.--

[En marge: Discussion du Conseil d'État, sur l'institution de la
Légion-d'Honneur, et sur le nouveau système d'éducation publique.]

Ces deux projets importants furent d'abord portés au Conseil d'État,
et livrés, dans ce corps éclairé, à de vives controverses. Le Premier
Consul, qui n'aimait pas la discussion publique, parce qu'elle agitait
alors les esprits trop long-temps émus, la recherchait, la provoquait
même dans le sein du Conseil d'État. C'était son gouvernement
représentatif à lui. Il y était familier, original, éloquent, s'y
permettait tout à lui-même, y permettait tout aux autres, et, par le
choc de son esprit sur celui de ses contradicteurs, faisait jaillir
plus de lumières qu'on ne peut en obtenir d'une grande assemblée, où
la solennité de la tribune, les inconvénients de la publicité gênent
et compriment sans cesse la vraie liberté de la pensée. Cette forme de
discussion serait même la meilleure pour l'éclaircissement des
affaires, s'il ne dépendait d'un maître absolu de l'arrêter aux
limites fixées par sa volonté. Mais un tel corps est pour le
despotisme éclairé, quand il veut être éclairé, la meilleure des
institutions.

[En marge: Caractère des discussions dans le sein du Conseil d'État.]

Le Conseil d'État, composé de tous les hommes de la Révolution, et de
quelques-uns de ceux qui avaient surgi plus récemment, offrait dans
son ensemble les diverses nuances de l'opinion publique, et peu
affaiblies, car si, d'une part, MM. Portalis, Roederer, Regnaud de
Saint-Jean d'Angély, Devaines y représentaient vivement le parti de la
réaction monarchique, MM. Thibaudeau, Berlier, Truguet, Emmery,
Bérenger y représentaient le parti fidèle à la Révolution, jusqu'à
défendre quelquefois ses préjugés. Mais là, dans le huis-clos du
Conseil d'État, les discussions étaient sincères et profondément
utiles.

Le projet de la Légion-d'Honneur fut fortement attaqué. Ici, comme
dans l'affaire du Concordat, le Premier Consul devançait peut-être le
mouvement des esprits. Cette génération, qui bientôt fut au pied des
autels, qui bientôt se couvrit de décorations avec un empressement
puéril, résistait encore, dans le moment, au rétablissement des cultes
et à l'institution de la Légion-d'Honneur.

[En marge: Objections élevées dans le sein du Conseil d'État, contre
l'institution de la Légion-d'Honneur.]

On trouvait même au Conseil d'État que l'institution de la
Légion-d'Honneur blessait l'égalité, qu'elle recommençait
l'aristocratie détruite, qu'elle était un retour trop avoué à l'ancien
régime. L'objet si élevé, si positif, indiqué par le serment,
c'est-à-dire le maintien des principes de la Révolution, ne touchait
que médiocrement les opposants. Ils demandaient si les obligations
contenues dans ce serment n'étaient pas communes à tous les citoyens,
si tous ne devaient pas concourir à défendre le territoire, les
principes de l'égalité, les biens nationaux, etc.; si particulariser
cette obligation pour les uns, ce n'était pas la rendre moins stricte
pour les autres. On demandait si cette légion n'avait pas un but trop
exceptionnel, comme, par exemple, de défendre un pouvoir auquel elle
serait attachée par le lien des bienfaits. D'autres, alléguant la
Constitution, objectaient qu'elle n'avait parlé que d'un système de
récompenses militaires. Ils ajoutaient que l'institution se
comprendrait mieux, soulèverait moins d'objections, si elle avait pour
but de récompenser exclusivement les actions de guerre; que les
actions de ce genre étaient si positives, si facilement appréciables,
si généralement récompensées en tout pays, que personne ne trouverait
à redire si on se bornait à cet objet clair et limité.

[En marge: Réponses du Premier Consul aux objections élevées contre la
Légion-d'Honneur.]

Le Premier Consul répondit à toutes ces objections avec la dialectique
la plus vigoureuse. Qu'y a-t-il d'aristocratique, disait-il, dans une
distinction toute personnelle, toute viagère, accordée à l'homme qui a
déployé un mérite civil ou militaire, accordée à lui seul, accordée
pour sa vie seulement, et ne passant point à ses enfants? Une telle
distinction est le contraire de l'aristocratie; car le propre des
titres aristocratiques est de se transmettre de celui qui les a
mérités à son fils qui n'a rien fait pour les acquérir. Un ordre est
la plus personnelle, la moins aristocratique des institutions. Mais,
dit-on, après ceci viendra autre chose. Cela se peut, ajoutait le
Premier Consul; mais voyons d'abord ce qu'on nous donne, nous jugerons
le reste ensuite. On demande ce que signifie cette légion composée de
six mille individus, et quels seront ses devoirs. On demande si elle a
d'autres devoirs que ceux qui sont imposés à l'universalité des
citoyens, tous également tenus de défendre le territoire, la
Constitution, l'égalité. Premièrement on peut répondre à cette
question que tout citoyen doit défendre la patrie commune, et que
cependant il y a l'armée, à qui on en impose plus particulièrement le
devoir. Serait-il dès lors étonnant que, dans l'armée, il y eût un
corps d'élite, auquel on demanderait plus de dévouement à ses devoirs,
plus de disposition au grand sacrifice de la vie? Mais d'ailleurs
veut-on savoir ce que sera cette légion, s'écriait le Premier Consul,
en revenant à son idée favorite; le voici. C'est un essai
d'organisation pour les hommes, auteurs ou partisans de la Révolution,
qui ne sont ni émigrés, ni Vendéens, ni prêtres. L'ancien régime, si
battu par le bélier de la Révolution, est plus entier qu'on ne le
croit. Tous les émigrés se tiennent par la main; les Vendéens sont
encore secrètement enrôlés; et, avec les mots de roi légitime, de
religion, on peut en un instant réunir des milliers de bras, qui se
lèveraient, soyez-en sûrs, si leur fatigue et la force du gouvernement
ne les retenaient. Les prêtres forment un corps, au fond peu ami de
nous tous. Il faut que, de leur côté, les hommes qui ont pris part à
la Révolution s'unissent, se lient entre eux, forment aussi un tout
solide, et cessent de dépendre du premier accident qui frapperait une
seule tête. Il s'en est fallu de bien peu que vous ne fussiez rejetés
dans le chaos par l'explosion du 3 nivôse, et livrés sans défense à
vos ennemis. Depuis dix ans nous n'avons fait que des ruines, il faut
fonder enfin un édifice pour nous établir dedans, et y vivre. Ces six
mille légionnaires, composés de tous les hommes qui ont fait la
Révolution, qui l'ont défendue après l'avoir faite, qui veulent la
continuer dans ce qu'elle a de raisonnable et de juste, ces six mille
légionnaires, militaires, fonctionnaires civils, magistrats, dotés
avec les biens nationaux, c'est-à-dire avec le patrimoine de la
Révolution, sont une des plus fortes garanties que vous puissiez
donner à l'ordre de choses nouveau. Et puis, soyez-en sûrs, la lutte
n'est pas finie avec l'Europe; tenez pour certain qu'elle
recommencera. N'est-on pas heureux d'avoir dans les mains un moyen si
facile de soutenir, d'exciter la bravoure de nos soldats? Au lieu de
ce chimérique milliard, que vous n'oseriez même plus promettre, vous
pouvez, avec seulement trois millions de revenu en biens nationaux,
susciter autant de héros pour soutenir la Révolution qu'elle en a
trouvé pour l'entreprendre.--

Tels étaient les arguments du Premier Consul. Il en avait d'autres
encore, destinés à ceux qui demandaient que le nouvel ordre fût
purement militaire, et décerné seulement à l'armée. Je ne veux pas,
disait-il, fonder un gouvernement de prétoriens; je ne veux pas
récompenser uniquement les militaires. J'entends que tous les mérites
soient frères, que le courage du président de la Convention, résistant
à la populace soit rangé à côté du courage de Kléber, montant à
l'assaut de Saint-Jean-d'Acre. On parle des termes de la Constitution!
Il ne faut pas se laisser ainsi enchaîner par les mots. La
Constitution a voulu tout dire, et ne l'a pas toujours su: c'est à
nous d'y suppléer. Il faut que les vertus civiles aient leur part de
récompense comme les vertus militaires. Ceux qui s'y opposent
raisonnent comme les Barbares. C'est le culte de la force brutale
qu'ils nous conseillent! Mais l'intelligence a ses droits avant ceux
de la force; la force elle-même n'est rien sans l'intelligence. Dans
les temps héroïques, le général, c'était l'homme le plus fort, le plus
adroit de sa personne; dans les temps civilisés, le général, c'est le
plus intelligent des braves. Quand nous étions au Kaire, les Égyptiens
ne pouvaient pas comprendre que Kléber, si imposant de sa personne, ne
fût pas le général en chef. Lorsque Mourad-Bey eut vu de près notre
tactique, il comprit que c'était moi, et pas un autre, qui devais être
le général d'une armée ainsi conduite. Vous raisonnez comme les
Égyptiens, quand vous prétendez borner les récompenses à la valeur
guerrière. Les soldats, ajoutait le Premier Consul, les soldats
raisonnent mieux que vous. Allez dans leurs bivouacs, écoutez-les.
Croyez-vous que, parmi leurs officiers, ce soit le plus grand, le plus
imposant par sa stature, qui leur inspire le plus de considération?
Non, c'est le plus brave. Croyez-vous même que le plus brave soit
précisément le premier dans leur esprit? Sans doute, ils mépriseraient
celui dont ils suspecteraient le courage; mais ils mettent bien
au-dessus du brave celui qu'ils croient le plus intelligent. Moi-même,
croyez-vous que ce soit uniquement parce que je suis réputé un grand
général, que je commande à la France? Non, c'est parce qu'on
m'attribue les qualités de l'homme d'État et du magistrat. La France
ne tolérera jamais le gouvernement du sabre; ceux qui le croient se
trompent étrangement. Il faudrait cinquante ans d'abjection pour qu'il
en fût ainsi. La France est un trop noble pays, trop intelligent, pour
se soumettre à la puissance matérielle, et pour inaugurer chez elle le
culte de la force. Honorons l'intelligence, la vertu, les qualités
civiles en un mot, dans toutes les professions; récompensons-les d'un
prix égal dans toutes.--

Ces raisons, données avec chaleur, avec verve, et sortant de la bouche
du plus grand capitaine des temps modernes, entraînèrent, en le
charmant, le Conseil d'État tout entier. Elles étaient, il faut le
dire, sincères et intéressées tout à la fois. Le Premier Consul
voulait qu'il fût bien entendu, surtout pour les militaires, que ce
n'était pas comme général seulement, mais comme homme de génie, qu'il
était le chef de la France.

Ne pouvant le faire renoncer à son projet, on l'engagea cependant à
l'ajourner, lui disant que c'était trop tôt, qu'ayant devancé
peut-être le mouvement des esprits à l'égard du Concordat, il fallait
s'arrêter un instant, et donner à l'opinion un moment de répit. Il
n'écouta aucun de ces conseils. Sa nature était, en toutes choses,
impatiente du résultat.

[En marge: Discussion dans le Conseil d'État du plan d'éducation
publique.]

Le projet relatif au système d'éducation publique souleva aussi de
graves objections dans le sein du Conseil d'État. Le parti de la
réaction monarchique n'était pas éloigné de souhaiter le
rétablissement des corporations religieuses. Le parti contraire
soutenait les écoles centrales, et demandait plutôt l'amélioration que
l'abrogation de ce système. Ce dernier montrait aussi quelque défiance
au sujet de ces 6,400 bourses laissées à la distribution du
gouvernement.

Les anciennes corporations ne sont pas de ce temps, disait le Premier
Consul, d'ailleurs elles sont ennemies. Le clergé s'accommode du
gouvernement actuel, il le préfère à la Convention et au Directoire;
mais les Bourbons seraient bien mieux son fait. Quant aux écoles
centrales, elles n'existent pas. C'est le néant. Il faut créer un
vaste système, et organiser l'éducation publique en France. On croit
peut-être que c'est dans un but d'influence que ces 6,400 bourses ont
été imaginées. C'est voir la question par un bien petit côté. De
l'influence, le gouvernement actuel en a plus qu'il n'en désire. Il
n'y a rien, en effet, qu'il ne pût aujourd'hui, surtout s'il voulait
réagir contre la Révolution, détruire ce qu'elle a fait, rétablir ce
qu'elle a détruit. On le lui demande de toutes parts. Il est assailli
d'écrits confidentiels de toute espèce, dans lesquels chacun propose
la restauration d'une partie de l'ancien régime. Il faut bien se
garder de céder à une telle impulsion. Ces six mille bourses sont
nécessaires pour organiser une société nouvelle, et la remplir de
l'esprit du siècle. D'abord il est nécessaire de s'occuper des
militaires et de leurs enfants. On leur doit tout. Ils n'ont rien
touché du milliard promis. C'est bien le moins de leur assurer le
nécessaire. Ces bourses sont un supplément indispensable à la modicité
de leurs traitements. Les fonctionnaires civils méritent à leur tour
d'être récompensés et encouragés quand ils auront bien servi. Ils sont
d'ailleurs aussi pauvres que les militaires. Les uns et les autres
nous donneront leurs enfants à élever, à façonner au nouveau régime.
Les quatre mille boursiers que nous prendrons dans les pensionnats,
seront aussi une pépinière de sujets dont nous nous emparerons dans le
même but. Il faut que nous fondions une société nouvelle, d'après les
principes de l'égalité civile, dans laquelle tout le monde trouve sa
place, qui ne présente ni les injustices de la féodalité, ni le
pêle-mêle de l'anarchie. Il est urgent de fonder cette société, car
elle n'existe pas. Pour la fonder, il est nécessaire d'avoir des
matériaux: les seuls bons, c'est la jeunesse. Il faut donc consentir à
la prendre; et, si nous ne l'attirons pas à nous par l'attrait de
l'éducation gratuite, les parents ne nous la confieront pas de leur
propre mouvement. Nous sommes tous suspects, nous auteurs, complices
ou défenseurs de la Révolution, tant les nations sont changeantes!
tant on est revenu des illusions de quatre-vingt-neuf! On ne nous
donnera pas facilement les enfants des familles si nous ne prenons pas
des moyens pour les attirer. Si nous formions des lycées sans bourses,
ils seraient encore plus déserts que les écoles centrales, cent fois
davantage; car les parents peuvent envoyer sans crainte leurs enfants
à des cours publics, dans lesquels l'on professe le latin et les
mathématiques, mais ils ne les enverraient pas facilement à des
pensionnats dans lesquels l'autorité dominera complètement. Il n'y a
qu'un moyen de les attirer, ce sont les bourses. Et les habitants des
départements récemment réunis, il faut les faire français aussi! Il
n'y a qu'un moyen encore, c'est de prendre leurs enfants un peu malgré
eux, de les mettre avec les fils de vos officiers, de vos
fonctionnaires, et de vos familles peu aisées, que l'avantage d'une
éducation gratuite aura disposées à une confiance qu'elles n'auraient
pas naturellement. Alors ces enfants apprendront notre langue,
recevront notre esprit. Nous aurons ainsi fondu ensemble les Français
d'autrefois, et les Français d'aujourd'hui; les Français du centre, et
les Français des bords du Rhin, de l'Escaut et du Pô.--

Ces raisons profondes, répétées en plus d'une séance, et sous mille
formes diverses, dont nous ne rapportons ici que la substance, firent
prévaloir le projet de loi. C'est M. Fourcroy qui fut chargé de le
porter au Corps Législatif, et d'en soutenir la discussion.

[En marge: Adoption, par le Corps Législatif, du projet de loi sur
l'instruction publique.]

[En marge: Faible majorité accordée au projet de loi relatif à la
Légion-d'Honneur.]

Ce projet et celui de la Légion-d'Honneur furent présentés au Corps
Législatif à peu près en même temps, car le Premier Consul ne voulait
pas laisser passer cette courte session, sans avoir posé les
principales bases de son vaste édifice. La loi sur l'instruction
publique ne rencontra pas de grands obstacles, et, soutenue par M.
Fourcroy, qui en était l'auteur de moitié avec le Premier Consul, elle
fut adoptée à une majorité considérable. Dans le Tribunat elle obtint
80 boules blanches contre 9 boules noires; dans le Corps Législatif,
251 contre 27. Mais il n'en fut pas ainsi pour la loi relative à la
Légion-d'Honneur. Elle rencontra, dans les deux assemblées, une
résistance également vive. Lucien Bonaparte en fut nommé rapporteur;
et, à la vivacité qu'il mit à la défendre, il devint trop évident
qu'il défendait une idée de famille. L'institution fut fort attaquée
au Tribunat par MM. Savoie-Rollin et de Chauvelin, ce dernier mettant
une sorte de prétention à défendre le principe de l'égalité, malgré le
nom qu'il portait. Lucien, qui avait le talent de la parole, mais qui
ne l'avait pas suffisamment exercé, répondit avec peu de sang-froid et
de mesure et contribua beaucoup à indisposer le Tribunat. Malgré
l'épuration que ce corps avait subie, le projet présenté n'obtint que
56 boules blanches contre 38 noires. Au Corps Législatif, la
discussion, quoique dirigée tout entière dans un même sens, puisque le
Tribunat, ayant adopté la proposition du gouvernement, n'avait envoyé
que des orateurs chargés de l'appuyer, la discussion ne ramena pas
beaucoup les esprits. Il n'y eut que 166 suffrages favorables contre
110 suffrages contraires. Le projet de loi fut donc adopté; mais
rarement la minorité avait été si forte, et la majorité si faible,
même avant l'exclusion des opposants. C'est que le Premier Consul
avait heurté ici le sentiment de l'égalité, seul survivant dans les
coeurs. Ce sentiment s'effarouchait à tort sans doute, car il n'y
avait rien de moins aristocratique qu'une institution qui avait pour
but de décerner à des soldats, à des savants, une distinction purement
viagère, et la même que devaient porter des généraux et des princes.
Mais tout sentiment, quand il est vif, est susceptible et ombrageux.
Le Premier Consul était allé trop vite; il en convint.--Nous aurions
dû attendre, dit-il, cela est vrai. Mais nous avions raison, et il
faut savoir hasarder quelque chose quand on a raison. D'ailleurs ce
projet a été mal défendu; on n'a pas fait valoir les bons arguments.
Si on avait su les présenter avec vérité et vigueur, l'opposition se
serait rendue.--

[En marge: Présentation au Corps Législatif du traité d'Amiens.]

[En marge: Motifs qui avaient fait différer cette présentation.]

La fin de cette session si féconde approchait, et cependant le traité
d'Amiens n'avait pas encore été apporté au Corps Législatif, pour y
être converti en loi. Ce grand acte était réservé pour le dernier. On
voulait qu'il servît en quelque sorte de couronnement aux oeuvres du
Premier Consul, et aux délibérations de cette session extraordinaire.
De plus, on le regardait comme une occasion de faire éclater la
reconnaissance publique, en faveur de l'auteur de tous les biens dont
on jouissait.

[En marge: Mouvement de l'opinion publique en faveur du Premier
Consul.]

[En marge: Voeu général de lui continuer pour toute sa vie, le pouvoir
qu'il a reçu pour dix ans.]

Depuis quelque temps, en effet, on se demandait si on ne donnerait pas
un grand témoignage de gratitude nationale à l'homme qui, en deux
années et demie, avait tiré la France du chaos, et l'avait réconciliée
avec l'Europe, avec l'Église, avec elle-même, et déjà presque
complètement organisée. Ce sentiment de reconnaissance était universel
et mérité. Il était facile de le faire aboutir à l'accomplissement des
voeux secrets du Premier Consul, voeux qui consistaient à obtenir à
perpétuité le pouvoir qui lui avait été confié pour dix ans. Les
esprits, au surplus, étaient fixés à cet égard, et, sauf un petit
nombre de royalistes ou de jacobins, personne n'aurait compris,
personne n'aurait voulu, que le pouvoir passât dans d'autres mains que
celles du général Bonaparte. On regardait la continuation indéfinie de
son autorité, comme la chose la plus simple et la plus inévitable.
Convertir cette disposition des esprits en un acte légal était donc
facile; et, si dix-huit mois auparavant, lorsque le fameux _Parallèle
entre César, Cromwell et le général Bonaparte_, provoqua trop tôt la
discussion sur ce point, on rencontra quelque répulsion, il n'en était
plus ainsi désormais. Il n'y avait qu'un mot à dire pour que
sur-le-champ on offrît au Premier Consul, sous tel titre et telle
forme qu'il voudrait, une véritable souveraineté. Il suffisait de
choisir un à-propos quelconque, et d'énoncer la proposition, pour
qu'elle fût immédiatement accueillie.

Le moment où tant d'actes mémorables venaient de se succéder coup sur
coup, était effectivement celui que le Premier Consul dans ses
calculs, ses amis dans leur impatience intéressée, les esprits avisés
dans leurs prévisions, avaient désigné, et que le public, naïf,
sincère dans ses sentiments, était prêt à accepter pour une grande
manifestation. Le général Bonaparte souhaitait le suprême pouvoir,
c'était naturel et excusable. En faisant le bien, il avait obéi à son
génie; en le faisant, il en avait espéré le prix. Il n'y avait là rien
de coupable, d'autant plus que, dans sa conviction et dans la vérité,
pour achever ce bien, il fallait long-temps encore un chef
tout-puissant. Dans un pays qui ne pouvait pas se passer d'une
autorité forte et créatrice, il était légitime de prétendre au pouvoir
suprême, quand on était le plus grand homme de son siècle, et l'un des
plus grands hommes de l'humanité. Washington, au milieu d'une société
démocratique, républicaine, exclusivement commerciale, et pour
long-temps pacifique, Washington avait eu raison de montrer peu
d'ambition. Dans une société républicaine par accident, monarchique
par nature, entourée d'ennemis, dès lors militaire, ne pouvant se
gouverner et se défendre sans unité d'action, le général Bonaparte
avait raison d'aspirer au pouvoir suprême, n'importe sous quel titre.
Son tort, ce n'est pas d'avoir pris la dictature, alors nécessaire;
c'est de ne l'avoir pas toujours employée comme dans les premières
années de sa carrière.

[En marge: Voeu secret du Premier Consul.]

[En marge: Projets formés dans le sein de la famille Bonaparte.]

[En marge: Projet de conférer au général Bonaparte le Consulat à vie,
avec faculté de désigner son successeur.]

Le général Bonaparte cachait profondément dans son coeur des désirs
que tout le monde, même le peuple le plus simple, apercevait
clairement. C'est tout au plus s'il s'en ouvrait à ses frères. Jamais
il ne disait que le titre de Premier Consul pour dix ans avait cessé
de lui suffire. Sans doute, quand la question se présentait sous forme
théorique, quand on parlait d'une manière générale de la nécessité
d'une autorité forte, il se donnait carrière, et exprimait sa pensée à
cet égard. Mais jamais il ne concluait à demander pour lui-même une
prorogation de pouvoir. Tout à la fois dissimulé et confiant, il
communiquait certaines choses aux uns, certaines aux autres, et
cachait quelque chose à tous. À ses collègues, surtout à M.
Cambacérès, dont il appréciait la haute sagesse; à MM. Fouché et de
Talleyrand, auxquels il accordait une grande part d'influence, il
parlait complètement de ce qui intéressait les affaires publiques,
beaucoup plus qu'à ses frères, auxquels il était loin de confier le
secret de l'État. Pour ce qui le touchait personnellement, au
contraire, il disait peu à ses collègues ou à ses ministres, et
beaucoup à ses frères. Toutefois il ne leur avait pas même découvert,
à eux, la secrète ambition de son coeur; mais elle était si aisée à
deviner, on était dans le sein de sa famille si pressé de la faire
réussir, qu'on lui épargnait la peine de s'en ouvrir le premier. On
l'en entretenait sans cesse, et on lui laissait la position plus
commode d'avoir à modérer plutôt qu'à exciter le zèle pour sa
grandeur. On lui disait donc que le moment était venu de constituer en
sa faveur autre chose qu'un pouvoir éphémère et passager, qu'il
fallait songer enfin à lui en attribuer un qui fût tout à fait solide
et durable. Joseph avec la douceur paisible de son caractère, Lucien
avec la pétulance de sa nature, tendaient ouvertement au même but. Ils
avaient pour confidents et pour coopérateurs les hommes de leur
intimité, qui, soit dans le Conseil d'État, soit dans le Sénat,
partageaient leur sentiment par conviction, et par envie de plaire.
MM. Regnaud, Laplace, Talleyrand et Roederer, celui-ci toujours le
plus ardent dans cette voie, étaient franchement d'avis qu'il fallait,
le plus tôt possible et le plus complètement, retourner à la
monarchie. M. de Talleyrand, le plus calme, mais pas le moins actif
d'entre eux, aimait fort la monarchie, surtout élégante et brillante,
comme dans le palais de Versailles, sans les Bourbons toutefois, avec
lesquels il se croyait alors incompatible. Il répétait sans cesse,
avec une autorité qui ne pouvait appartenir qu'à lui, que pour
négocier avec l'Europe il serait bien plus facile de traiter au nom
d'une monarchie que d'une république; que les Bourbons étaient pour
les rois des hôtes incommodes et déconsidérés; que le général
Bonaparte, avec sa gloire, sa puissance, son courage à comprimer
l'anarchie, était pour eux le plus souhaitable, le plus attendu de
tous les souverains; que quant à lui, ministre des affaires
étrangères, il affirmait qu'ajouter, n'importe quoi, à l'autorité
actuelle du Premier Consul, c'était se concilier l'Europe, bien loin
de la blesser. Ces confidents intimes de la famille Bonaparte avaient
fort débattu entre eux la question du moment. Cependant, aboutir de
plein saut à une souveraineté héréditaire, qu'on l'appelât empire ou
royauté, semblait une témérité bien grande. Peut-être valait-il mieux
y arriver, en passant par un ou plusieurs intermédiaires. Mais sans
changer le titre du Premier Consul, ce qui était plus commode, on
pouvait lui donner l'équivalent du pouvoir royal, et l'équivalent même
de l'hérédité: c'était le Consulat à vie, avec faculté de désigner son
successeur. En apportant quelques modifications à la Constitution,
modifications faciles à obtenir du Sénat, qui était devenu une sorte
de pouvoir constituant, il était possible de créer une vraie
souveraineté, sous un titre républicain. On se donnait même, par la
faculté de désigner le successeur, les seuls avantages de l'hérédité
actuellement désirables; car le Premier Consul n'ayant pas d'enfants,
n'ayant que des frères et des neveux, il valait mieux lui confier le
droit de choisir entre eux celui qu'il jugerait le plus digne de
succéder à sa puissance.

[En marge: Agitations intérieures de la famille Bonaparte.]

Cette idée paraissant la plus prudente et la plus sage, on semblait
s'y être arrêté dans le sein de la famille Bonaparte. Cette famille
était, dans le moment, singulièrement émue. Les frères du Premier
Consul qui avaient sur leur front un rayon de sa gloire, mais à qui
cela ne suffisait pas, et qui auraient voulu qu'il devînt un vrai
monarque, pour devenir princes par le droit du sang, s'agitaient
beaucoup, se plaignaient de n'être rien, d'avoir servi à l'élévation
de leur frère, et de n'avoir pas dans l'État un rang proportionné à
leur mérite et à leurs services. Joseph, plus paisible par caractère,
satisfait d'ailleurs du rôle de négociateur ordinaire de la paix,
riche, considéré, était moins impatient. Lucien, qui se donnait pour
républicain, était cependant celui de tous qui se montrait le plus
pressé de voir le pouvoir souverain de son frère, élevé sur les ruines
de la République. Tout récemment il avait refusé de dîner chez madame
Bonaparte, disant qu'il s'y rendrait lorsqu'il y aurait une place
marquée pour les frères du Premier Consul. Au sein de cette famille,
madame Bonaparte, plus digne d'intérêt parce qu'elle n'éprouvait pas
toutes ces ardeurs ambitieuses, et les redoutait, au contraire, madame
Bonaparte était, suivant son ordinaire, plus effrayée que satisfaite
des changements qui se préparaient. Elle avait peur, comme nous
l'avons déjà dit, qu'on ne fît franchir trop tôt à son mari les
marches de ce trône, où elle avait vu siéger les Bourbons, et où il
lui semblait incroyable que d'autres qu'eux pussent être assis. Elle
craignait que des frères inconsidérés, jaloux de partager la grandeur
de leur frère, ne hâtassent imprudemment son élévation, et, pour le
faire monter trop vite, ne précipitassent elle, lui, eux, tous enfin,
dans un abîme. Rassurée à un certain degré, par la tendresse de son
époux, sur le danger d'un divorce prochain, elle était dans le moment
poursuivie d'une seule image, celle du nouveau César, frappé d'un coup
de poignard, à l'instant où il essaierait de poser le diadème sur sa
tête.

Madame Bonaparte avouait hardiment ses craintes à son époux, qui la
faisait taire, en lui imposant silence brusquement. Repoussée, elle
s'adressait alors aux hommes qui avaient sur lui quelque influence,
les suppliait de combattre les conseils de frères ambitieux et mal
avisés, et donnait ainsi à ses répugnances, à ses craintes, un éclat
fâcheux qui déplaisait au Premier Consul.

Parmi les personnages admis dans cet intérieur, le ministre Fouché
entrait plus qu'un autre dans les vues de madame Bonaparte. Ce n'est
pas qu'il eût plus de fierté de sentiments que les hommes dont le
Premier Consul était entouré, et que seul, entre tous, il ne cherchât
pas à plaire au maître inévitable; non, sans doute. Mais il avait un
grand sens; il voyait avec appréhension l'impatience de la famille
Bonaparte; il entendait de plus près que personne les cris sourds,
étouffés, des républicains vaincus, peu nombreux, mais révoltés d'une
usurpation si prompte; et lui-même, au milieu de ce mouvement des
choses, ressentait quelque émotion de ce qu'on allait entreprendre.
Bien qu'il ne voulût pas perdre la confiance du Premier Consul, qu'il
voulût au contraire l'avoir plus que jamais, puisque le Premier Consul
allait devenir arbitre de toutes les existences, cependant il avait
laissé deviner une partie de ce qu'il pensait. Lié avec madame
Bonaparte, il avait entendu l'expression des craintes dont elle était
assiégée, et, craignant le ressentiment de son mari, avait cherché à
la calmer.--Madame, lui avait-il dit, tenez-vous en repos. Vous
contrariez inutilement votre époux. Il sera consul à vie, roi ou
empereur, tout ce qu'on peut être. Vos craintes le fatiguent; mes
conseils le blesseraient. Restons donc à notre place, et laissons
s'accomplir des événements, que vous ni moi ne saurions empêcher.--

Le dénoûment de cette scène agitée approchait, à mesure qu'on arrivait
au terme de la session extraordinaire de l'an X, et on entendait les
meneurs répéter plus souvent et plus haut, qu'il fallait donner de la
stabilité au pouvoir, et un témoignage de reconnaissance au
bienfaiteur de la France et du monde. Cependant, on ne pouvait pas
amener ce dénouement d'une manière sûre et naturelle, sans la main
d'un homme, et cet homme était le consul Cambacérès. Nous avons déjà
parlé de son influence occulte, mais réelle, et habilement ménagée,
sur l'esprit du Premier Consul. Son action sur le Sénat était
également grande. Ce corps avait une véritable déférence pour le vieux
jurisconsulte, devenu confident du nouveau César. M. Sieyès, créateur
en quelque sorte du Sénat, y avait d'abord joui d'un certain
ascendant. Bientôt, son intention de tourner ce corps à l'opposition,
ayant été dévoilée et vaincue, M. Sieyès n'était plus que ce qu'il
avait toujours été, c'est-à-dire un esprit supérieur, mais chagrin,
impuissant, réduit désormais à médire de toutes choses, dans la terre
de Crosne, prix vulgaire de ses grands services. M. Cambacérès, au
contraire, était devenu le directeur secret du Sénat. Dans la
conjoncture actuelle, le général Bonaparte ne pouvant pas se proclamer
lui-même consul à vie ou empereur, ayant besoin qu'un corps
quelconque prît l'initiative, c'était évidemment le Sénat, et dans le
Sénat, l'homme qui le dirigeait, auquel appartenait la plus grande
importance.

M. Cambacérès, quoique dévoué au Premier Consul, ne voyait pas
toutefois sans quelque déplaisir un changement, qui tendait à le
placer à une distance encore plus grande de son illustre collègue.
Sachant néanmoins que les choses n'en resteraient pas où elles
étaient, qu'on perdrait sa peine à faire obstacle aux désirs du
général Bonaparte, et que d'ailleurs, dans leurs limites actuelles,
ces désirs étaient légitimes, M. Cambacérès résolut de s'entremettre
spontanément, pour faire aboutir à un résultat raisonnable toute cette
agitation intérieure, et pour donner au gouvernement une forme stable,
qui satisfît l'ambition du Premier Consul, sans trop effacer les
formes républicaines, chères encore à beaucoup d'esprits.

[En marge: Dissimulation du Premier Consul, à l'égard de son collègue
Cambacérès.]

Tandis qu'on s'entretenait vivement à ce sujet autour du Premier
Consul, lui se bornant à écouter, affectant même de garder le silence,
M. Cambacérès mit fin à cet état de contrainte, en parlant le premier
à son collègue de ce qui se passait. Il ne lui dissimula pas le danger
de la précipitation dans une affaire de cette nature, et l'avantage
qu'il y aurait à conserver une forme modeste, et toute républicaine, à
un pouvoir aussi réel, aussi grand que le sien. Toutefois, lui
offrant, en son propre nom et au nom du troisième consul Lebrun, un
dévouement sans réserve, il lui déclara qu'ils étaient prêts, l'un et
l'autre, à faire ce qu'il voudrait, et à lui épargner l'embarras
d'intervenir de sa personne, dans une circonstance où il devait
paraître recevoir, et non pas prendre, le titre qu'il s'agissait de
lui donner. Le Premier Consul, lui exprimant sa gratitude d'une
pareille ouverture, convint du danger qu'il y aurait à faire trop et
trop vite, déclara qu'il ne formait aucun désir, qu'il était content
de sa position actuelle, qu'il n'était pas pressé de la changer, et ne
ferait rien pour en sortir; que cependant la constitution du pouvoir
était, à son avis, précaire, et ne présentait pas un caractère
suffisant de solidité et de durée; que, dans son opinion, il y avait
quelque changements à introduire dans la forme du gouvernement, mais
qu'il était trop directement intéressé dans cette question pour s'en
mêler lui-même; qu'il attendrait donc, et ne prendrait aucune
initiative.

M. Cambacérès répondit au Premier Consul que sans doute sa dignité
personnelle exigeait beaucoup de réserve, et lui interdisait de
prendre ostensiblement l'initiative, mais que s'il voulait bien
s'expliquer avec ses deux collègues, leur faire connaître à tous deux
le fond de sa pensée, ils lui épargneraient, une fois ses intentions
connues, la peine de les manifester, et mettraient sans plus tarder la
main à l'oeuvre. Soit qu'il éprouvât un certain embarras à dire ce
qu'il désirait, soit qu'il désirât plus qu'on ne lui destinait alors,
la souveraineté peut-être, le Premier Consul se couvrit de nouveaux
voiles, et se contenta de répéter qu'il n'avait aucune idée arrêtée,
mais qu'il verrait avec plaisir que ses deux collègues surveillassent
le mouvement des esprits, le dirigeassent même, pour prévenir les
imprudences que pourraient commettre des amis malhabiles.

Jamais le Premier Consul ne voulut avouer sa pensée à son collègue
Cambacérès. À la gêne naturelle qu'il éprouvait, se joignait une
illusion. Il croyait que, sans qu'il eut besoin de s'en mêler, on
viendrait déposer la couronne à ses pieds. C'était une erreur. Le
public, tranquille, heureux, reconnaissant, était disposé à
sanctionner tout ce qu'on ferait; mais ayant en quelque sorte abdiqué
toute participation aux affaires publiques, il n'était pas prêt à s'en
mêler, même pour témoigner la gratitude dont il était plein. Les corps
de l'État, sauf les meneurs intéressés, étaient saisis d'une sorte de
pudeur, à l'idée de venir, à la face du ciel, abjurer ces formes
républicaines, qu'ils avaient récemment encore fait serment de
maintenir. Beaucoup de gens, peu versés dans les secrets de la
politique, allaient jusqu'à croire que le Premier Consul, satisfait de
la toute-puissance dont il jouissait, depuis surtout qu'on l'avait
débarrassé de l'opposition du Tribunat, se contenterait de pouvoir
tout ce qu'il voudrait, et se donnerait la gloire facile d'être un
nouveau Washington, avec bien plus de génie et de gloire que le
Washington américain. Aussi quand les meneurs disaient qu'on n'avait
rien fait pour le Premier Consul, qui avait tant fait pour la France,
certains esprits simples répondaient naïvement: Mais que voulez-vous
qu'on fasse pour lui? que voulez-vous qu'on lui offre? quelle
récompense serait proportionnée aux services qu'il a rendus? Sa vraie
récompense, c'est sa gloire.--

[En marge: Malgré le refus du Premier Consul de s'expliquer, M.
Cambacérès cherche à propager l'idée du Consulat à vie.]

M. Cambacérès était trop sage pour se venger de la dissimulation du
Premier Consul, en laissant les choses dans cette stagnation. Il
fallait en finir, et il résolut de s'en mêler sur-le-champ. Dans son
opinion et dans celle de beaucoup d'hommes éclairés, une prorogation
de pouvoir de dix années, accordée au Premier Consul, laquelle, avec
les sept années restant de la première période, portait à dix-sept la
durée totale de son Consulat, était bien suffisante. C'était en effet
soit en France, soit en Europe, déjouer les ennemis qui auraient
calculé sur le terme légal de sa puissance. Mais M. Cambacérès savait
bien que le Premier Consul ne s'en contenterait pas, qu'il fallait lui
offrir autre chose, et qu'avec le Consulat à vie, accompagné de la
faculté de désigner son successeur, on se procurerait tous, les
avantages de la monarchie héréditaire, sans les inconvénients d'un
changement de titre, sans le déplaisir que ce changement causerait à
beaucoup d'hommes de bonne foi. Il s'arrêta donc à cette idée, et
s'efforça de la propager dans le Sénat, dans le Corps Législatif, dans
le Tribunat. Mais s'il y avait beaucoup d'individus prêts à tout
voter, il y en avait d'autres qui hésitaient, et qui ne voulaient
qu'une prorogation de dix ans.

Le Premier Consul avait différé jusqu'à ce jour, et avec intention, la
présentation du traité d'Amiens au Corps Législatif, pour y être
converti en loi. M. Cambacérès, comprenant que cette circonstance
était celle dont il fallait user pour faire sortir d'une espèce
d'acclamation générale les changements proposés, disposa tout pour
amener un tel résultat. Le 6 mai (16 floréal) avait été choisi pour
porter au Corps Législatif le traité qui complétait la paix générale.
Le président du Tribunat, M. Chabot de l'Allier, était l'un des amis
du consul Cambacérès. Celui-ci le fit appeler, et convint avec lui de
la marche à suivre. Il fut arrêté entre eux que, lorsque le traité
serait porté du Corps Législatif au Tribunat, M. Siméon proposerait
une députation au Premier Consul pour lui témoigner la satisfaction de
cette assemblée; qu'alors le président Chabot de l'Allier quitterait
le fauteuil, et proposerait l'émission du voeu suivant: «Le Sénat est
invité à donner aux Consuls un témoignage de la reconnaissance
nationale».

[En marge: Le Tribunat prend occasion de la présentation du traité
d'Amiens, pour émettre le voeu d'une récompense nationale au Premier
Consul.]

[En marge: Motion de M. Chabot de l'Allier.]

Les choses ainsi disposées, le projet de loi fut porté le 6 mai (16
floréal) par trois conseillers d'État au Corps Législatif: c'étaient
MM. Roederer, Bruix (l'amiral), et Berlier. Ordinairement les projets
étaient communiqués purement et simplement par le Corps Législatif au
Tribunat; cette fois, vu l'importance de l'objet, le gouvernement
voulut communiquer directement au Tribunat le traité soumis aux
délibérations législatives. Trois conseillers d'État, Régnier,
Thibaudeau et Bigot-Préameneu, furent chargés de ce soin. À peine
avaient-ils achevé de faire cette communication, que le tribun Siméon
demanda la parole. Puisque le gouvernement, dit-il, nous a communiqué
d'une manière aussi solennelle le traité de paix conclu avec la
Grande-Bretagne, nous devons répondre à cette démarche par une
démarche pareille. Je demande qu'il soit adressé une députation au
gouvernement, pour le féliciter du rétablissement de la paix générale.
Cette proposition fut aussitôt adoptée. Le président Chabot de
l'Allier se fit ensuite remplacer au fauteuil par M. Stanislas de
Girardin, et, se transportant à la tribune, prononça les paroles
suivantes:

«Chez tous les peuples on a décerné des honneurs publics aux hommes
qui, par des actions éclatantes, ont honoré leur pays et l'ont sauvé
de grands périls.

»Quel homme eut jamais plus que le général Bonaparte des droits à la
reconnaissance nationale?

»Quel homme, soit à la tête des armées, soit à la tête du
gouvernement, honora davantage sa patrie, et lui rendit des services
plus signalés?

»Sa valeur et son génie ont sauvé le peuple français des excès de
l'anarchie, et des malheurs de la guerre, et le peuple français est
trop grand, trop magnanime, pour laisser tant de bienfaits sans une
grande récompense.

»Tribuns, soyons ses organes. C'est à nous surtout qu'il appartient de
prendre l'initiative lorsqu'il s'agit d'exprimer, dans une
circonstance si mémorable, les sentiments et la volonté du peuple
français.»

Pour conclusion de ce discours, M. Chabot de l'Allier proposa au
Tribunat d'émettre le voeu d'une grande manifestation de la
reconnaissance nationale, envers le Premier Consul.

[En marge: Voeu du Tribunat.]

Il proposa, en outre, de communiquer ce voeu au Sénat, au Corps
Législatif et au gouvernement. La proposition fut adoptée à
l'unanimité.

[En marge: Formation d'une commission dans le sein du Sénat, pour
l'accomplissement du voeu du Tribunat.]

Cette délibération fut aussitôt connue du Sénat, et ce corps décida
immédiatement qu'il serait formé une commission spéciale, afin de
présenter ses vues sur le témoignage de reconnaissance nationale qu'il
conviendrait de donner au Premier Consul.

La députation que le tribun Siméon avait proposé d'envoyer au
gouvernement fut reçue le lendemain même 7 mai (17 floréal) aux
Tuileries. Le Premier Consul était entouré de ses collègues, d'un
grand nombre de hauts fonctionnaires, et de généraux. Il avait une
attitude grave et modeste. M. Siméon portait la parole. Il célébra les
hauts faits du général Bonaparte, les merveilles de son gouvernement,
plus grandes que celles de son épée; il lui attribua les victoires de
la République, la paix qui les avait suivies, le rétablissement de
l'ordre, le retour de la prospérité, et, terminant enfin cette
allocution, «je me hâte, dit-il, je crains de paraître louer, quand il
ne s'agit que d'être juste, et d'exprimer en peu de mots un sentiment
profond que l'ingratitude seule aurait pu étouffer. Nous attendons que
le premier corps de la nation se rende l'interprète de ce sentiment
général, dont il n'est permis au Tribunat que de désirer et de voter
l'expression.»

[En marge: Réponse du Premier Consul à une députation du Tribunat.]

Le Premier Consul, après avoir remercié le tribun Siméon des
sentiments qu'il venait de lui témoigner, après avoir dit qu'il y
voyait un résultat des communications plus intimes établies entre le
gouvernement et le Tribunat, faisant ainsi une allusion directe aux
changements opérés dans ce corps, le Premier Consul termina par ces
nobles paroles: «Pour moi, je reçois avec la plus sensible
reconnaissance le voeu émis par le Tribunat. Je ne désire d'autre
gloire que celle d'avoir rempli tout entière la tâche qui m'était
imposée. Je n'ambitionne d'autre récompense que l'affection de mes
concitoyens: heureux s'ils sont bien convaincus que les maux qu'ils
pourraient éprouver seront toujours pour moi les maux les plus
sensibles; que la vie ne m'est chère que par les services que je puis
rendre à ma patrie; que la mort même n'aura point d'amertume pour moi,
si mes derniers regards peuvent voir le bonheur de la République aussi
assuré que sa gloire.»

[En marge: Nouvelle dissimulation du Premier Consul.]

Il ne s'agissait plus que de se fixer sur le témoignage de
reconnaissance nationale à donner au général Bonaparte. Personne ne
s'y trompait: tout le monde savait bien que c'était par une extension
de pouvoir qu'il fallait payer à l'illustre général les bienfaits
immenses qu'on en avait reçus. Cependant quelques esprits simples,
soit au Tribunat, soit au Sénat, avaient cru, en votant, qu'il
s'agissait peut-être d'un témoignage public, comme une statue ou un
monument. Mais ces esprits simples étaient en bien petit nombre. La
masse des tribuns et des sénateurs savaient parfaitement comment il
fallait exprimer sa reconnaissance. Pendant cette journée et la
suivante, les Tuileries et l'hôtel de M. Cambacérès, qui était logé
hors du palais, ne désemplirent point. Les sénateurs venaient avec
empressement demander comment il fallait agir. Le zèle était grand
parmi eux; on n'avait qu'à énoncer ce qu'on voulait pour qu'ils le
décrétassent. L'un d'eux alla même jusqu'à dire au consul Cambacérès:
Que veut le général? Veut-il être roi? qu'il le dise. Moi et mes
collègues de la Constituante, nous sommes tout prêts à voter le
rétablissement de la royauté, et plus volontiers pour lui que pour
d'autres, parce qu'il en est le plus digne.--Curieux de connaître la
pensée véritable du Premier Consul, les sénateurs s'approchèrent de
lui le plus qu'ils purent, et s'y prirent de cent manières, pour avoir
au moins un mot de sa bouche tant soit peu significatif. Mais il
refusa constamment de dévoiler ses intentions, même au sénateur
Laplace, qui était l'un de ses amis particuliers, et qu'on avait, à ce
titre, chargé de sonder ses intentions secrètes. Il répondit toujours
que ce qu'on ferait, quoi qu'on fît, serait reçu avec gratitude, et
qu'il n'avait rien d'arrêté dans son esprit. Quelques-uns voulurent
savoir si une prorogation de dix ans lui serait agréable. Il répondit
avec une humilité affectée que tout témoignage de la confiance
publique, celui-là ou tout autre, lui suffirait, et le remplirait de
satisfaction. Les sénateurs, fort peu instruits après de telles
communications, retournaient auprès des consuls Cambacérès et Lebrun,
s'informer de la conduite qu'ils avaient à tenir. Nommez-le consul à
vie, répondaient-ils, et vous ferez ce qu'il y a de mieux.--Mais on
dit qu'il ne le veut pas, répliquaient les plus simples, et que dix
ans de prorogation lui suffisent. Pourquoi aller plus loin qu'il ne
veut?--

Les consuls Lebrun et Cambacérès avaient de la peine à les persuader.
Celui-ci en avertit le Premier Consul.--Vous avez tort, lui dit-il, de
ne pas vous expliquer. Vos ennemis, et il vous en reste, malgré vos
services, même au Sénat, abuseront de votre réserve.--Le Premier
Consul ne parut ni surpris, ni même flatté de l'empressement des
sénateurs. Laissez-les faire, répondit-il à M. Cambacérès; la majorité
du Sénat est toujours prête à faire plus qu'on ne lui demande. Ils
iront plus loin que vous ne croyez.--

[En marge: Le Sénat, trompé sur les véritables désirs du Premier
Consul, se borne à voter une prorogation de ses pouvoirs pour dix
ans.]

M. Cambacérès lui répliqua qu'il se trompait. Mais il fut impossible
de vaincre cette dissimulation opiniâtre; et, comme on va le voir, les
conséquences en furent singulières. Malgré les avis de MM. Cambacérès
et Lebrun, beaucoup de bonnes gens qui trouvaient plus commode de
donner moins que plus, crurent que le Premier Consul regardait une
prorogation de dix ans comme un témoignage suffisant de la confiance
publique, et comme une assez grande consolidation de son pouvoir. Le
parti Sieyès, toujours fort malveillant, s'était réveillé à cette
occasion, et agissait sourdement. Les sénateurs qui étaient
secrètement liés à ce parti, circonvinrent leurs collègues incertains,
et leur affirmèrent que la pensée du Premier Consul était connue,
qu'il se contentait d'une prorogation de dix ans, qu'il la préférait à
toute autre chose, qu'on le savait, que d'ailleurs c'était mieux en
soi; que par cette combinaison le pouvoir public était consolidé, la
République maintenue, et la dignité de la nation sauvée. Comme dans
l'affaire des candidatures au Sénat, le brave Lefebvre fut un de ceux
qui se laissèrent persuader, et qui crurent, en votant une prorogation
de dix ans, faire ce que le général Bonaparte désirait. Il y avait
quarante-huit heures qu'on délibérait. Il fallait en finir. Le
sénateur Lanjuinais, avec le courage dont il avait donné tant de
preuves, attaqua ce qu'il appelait l'usurpation flagrante dont la
République était menacée. Son discours fut écouté avec peine, et comme
un hors-d'oeuvre. Des ennemis habiles avaient préparé une meilleure
manoeuvre. Ils avaient fait prévaloir l'idée de proroger pour dix ans
les pouvoirs du Premier Consul. Cette résolution fut en effet adoptée
le 8 mai (18 floréal), vers la fin du jour. Le sénateur Lefebvre
courut des premiers aux Tuileries, pour y annoncer ce qui venait de se
passer, croyant y apporter la nouvelle la plus agréable. Elle y
arrivait de toutes parts, et y causait une surprise aussi imprévue que
pénible.

[En marge: Assemblée de famille chez le Premier Consul, à laquelle M.
Cambacérès est appelé.]

[En marge: Expédient imaginé par le consul Cambacérès.]

Le Premier Consul, entouré de ses frères, Joseph et Lucien, apprit ce
résultat avec le plus vif déplaisir. Dans le premier moment, il ne
songeait à rien moins qu'à refuser la proposition du Sénat. Il fit
tout de suite appeler son collègue Cambacérès. Celui-ci accourut
sur-le-champ. Trop sage, trop prudent pour triompher de sa prévoyance,
et de la faute du Premier Consul, il dit que ce qui arrivait était
désagréable sans doute, mais facile à réparer; qu'avant tout il ne
fallait montrer aucune humeur; que, dans deux fois vingt-quatre
heures, tout pourrait être changé, mais qu'il était nécessaire pour
cela de donner à l'affaire une face nouvelle, et qu'il s'en chargeait.
Le Sénat vous offre une prorogation de pouvoir, dit M. Cambacérès,
répondez que vous êtes reconnaissant d'une telle proposition, mais que
ce n'est pas de lui, que c'est du suffrage de la nation que vous tenez
votre autorité, que c'est de la nation seule que vous pouvez en
recevoir la prorogation; et que vous voulez la consulter par les mêmes
moyens qui ont été employés pour l'adoption de la Constitution
consulaire, c'est-à-dire par des registres ouverts dans toute la
France. Alors nous ferons libeller par le Conseil d'État la formule
qui sera soumise à la sanction nationale. En faisant ainsi un acte de
déférence pour la souveraineté du peuple, nous parviendrons à
substituer un projet à un autre. Nous poserons la question de savoir,
non pas si le général Bonaparte doit recevoir une prorogation pour dix
ans du pouvoir consulaire, mais s'il doit recevoir le Consulat à vie.
Si le Premier Consul faisait lui-même une telle chose, ajouta M.
Cambacérès, les convenances seraient trop blessées. Mais je puis, moi,
second Consul, très-désintéressé dans cette circonstance, donner
l'impulsion. Que le général parte publiquement pour la Malmaison; je
resterai seul à Paris; je convoquerai le Conseil d'État, et c'est par
le Conseil d'État que je ferai rédiger la nouvelle proposition, qui
devra être soumise à l'acceptation de la nation.--

Cet habile expédient fut adopté avec grande satisfaction par le
général Bonaparte, et par ses frères. M. Cambacérès fut beaucoup
remercié de son ingénieuse combinaison, et chargé de tout avec un
entier abandon. Il fut convenu que le Premier Consul partirait le
lendemain, après avoir arrêté avec M. Cambacérès lui-même le texte de
la réponse au Sénat.

Ce texte fut rédigé le lendemain matin, 9 mai (19 floréal), par M.
Cambacérès et le Premier Consul, et adressé tout de suite au Sénat, en
réponse à son message.

[En marge: Réponse du Premier Consul au voeu du Sénat.]

«Sénateurs, disait le Premier Consul, la preuve honorable d'estime
consignée dans votre délibération du 18, sera toujours gravée dans mon
coeur.

»Dans les trois années qui viennent de s'écouler, la fortune a souri à
la République; mais la fortune est inconstante: et combien d'hommes
qu'elle y avait comblés de ses faveurs, ont vécu trop de quelques
années!

»L'intérêt de ma gloire et celui de mon bonheur sembleraient avoir
marqué le terme de ma vie publique au moment où la paix du monde est
proclamée.

»Mais la gloire et le bonheur du citoyen doivent se taire quand
l'intérêt de l'État et la bienveillance publique l'appellent.

»Vous jugez que je dois au peuple un nouveau sacrifice; je le ferai,
si le voeu du peuple me commande ce que votre suffrage autorise.»

[En marge: Délibération au sein du Conseil d'État, sur la question à
soumettre au peuple français, relativement au Consulat à vie.]

Le Premier Consul, sans s'expliquer, indiquait assez clairement qu'il
n'acceptait pas telle quelle la résolution du Sénat. Il partit
sur-le-champ pour la Malmaison, laissant à son collègue Cambacérès le
soin de terminer cette grande affaire, conformément à ses désirs.
Celui-ci appela auprès de lui les conseillers d'État, plus habitués à
seconder les vues du gouvernement, et convint avec eux de ce qui se
ferait dans le sein du conseil. Le lendemain, 10 mai (20 floréal), le
Conseil d'État fut assemblé extraordinairement. Les deux consuls
Cambacérès et Lebrun, tous les ministres, excepté M. Fouché,
assistaient à la séance. M. Cambacérès la présidait. Il énonça l'objet
de cette réunion, et fit appel aux lumières de ce grand corps, dans la
circonstance importante où le gouvernement se trouvait placé. MM.
Bigot de Préameneu, Roederer, Regnaud, Portalis, prirent aussitôt la
parole, soutinrent que la stabilité du gouvernement était aujourd'hui
le premier besoin de l'État; que les puissances, pour traiter avec la
France, que le crédit public, le commerce, l'industrie, pour reprendre
leur essor, avaient besoin de confiance; que la perpétuité du pouvoir
du Premier Consul était le moyen le plus certain de leur en inspirer;
que cette autorité, conférée pour dix ans, était une autorité
éphémère, sans solidité, sans grandeur, parce qu'elle était sans
durée; que le Sénat, gêné par la Constitution, n'avait pas cru
possible d'ajouter plus de dix ans de prolongation au pouvoir du
Premier Consul, mais qu'en s'adressant à la souveraineté nationale,
comme on avait fait pour toutes les constitutions antérieures, on
n'était plus gêné par la loi existante, puisqu'on remontait à la
source de toutes les lois, et qu'il fallait purement et simplement
poser cette question: LE PREMIER CONSUL SERA-T-IL CONSUL À VIE?--Le
préfet de police Dubois, membre du Conseil d'État, homme d'un
caractère généralement décidé et indépendant, fit part de l'opinion
qui régnait dans Paris. De tout côté, on trouvait la proposition du
Sénat ridicule; on disait qu'il fallait un gouvernement à la France,
qu'enfin on en avait trouvé un, fort, habile, heureux, qu'il fallait
le garder; qu'on aurait pu ne pas toucher à la Constitution, mais qu'à
y toucher, autant valait en finir, et organiser ce gouvernement de
manière à le conserver toujours.--Ce que rapportait le préfet Dubois
était vrai. L'opinion était si favorable au Premier Consul qu'on
voulait universellement trancher la question sur-le-champ, et donner à
son pouvoir la durée de sa vie même. Après avoir entendu ces diverses
allocutions, M. Cambacérès demanda si personne n'avait d'objection à
faire; et comme les opposants, au nombre de cinq ou six, tels que MM.
Berlier, Thibaudeau, Emmery, Dessoles, Bérenger, se taisaient, il mit
la résolution aux voix, et elle fut adoptée à une immense majorité. Il
fut donc arrêté que l'on provoquerait un vote public sur cette
question: NAPOLÉON BONAPARTE SERA-T-IL CONSUL À VIE?--Cette résolution
prise, M. Roederer, qui était le plus hardi de tous les membres du
parti monarchique, proposa d'ajouter une seconde question à la
première, c'était celle-ci: LE PREMIER CONSUL AURA-T-IL LA FACULTÉ DE
DÉSIGNER SON SUCCESSEUR?--M. Roederer tenait beaucoup à cette
question, et il avait raison. Si on agissait de bonne foi, si on ne
cachait pas l'arrière-pensée de revenir quelque temps après sur ce
qu'on faisait aujourd'hui, si on voulait enfin constituer
définitivement le pouvoir nouveau, la faculté de désigner le
successeur était le meilleur équivalent de l'hérédité, quelquefois
supérieur par ses effets à l'hérédité même, car c'est le moyen qui a
donné au monde le règne des Antonins. Un consul à vie, avec la faculté
de désigner son successeur, était une vraie monarchie sous une
apparence républicaine. C'était un beau et puissant gouvernement, qui
sauvait du moins la dignité de la génération présente, laquelle avait
juré de vivre en république, ou de mourir. M. Roederer, qui était
opiniâtre dans ses idées, insista, et fit poser cette seconde
question. Elle fut adoptée comme la précédente. Il fallait ensuite se
décider sur la forme à donner à toutes deux. On pensa que cet appel
fait au peuple français par le moyen des registres ouverts dans les
communes, était un acte qui devait appartenir au gouvernement, car
c'était pour ainsi dire une simple convocation; qu'il était naturel
dès lors de le faire délibérer au Conseil d'État; que la publication
de cette délibération, qui avait eu lieu en présence des second et
troisième Consuls, et en l'absence du premier, sauvait toutes les
convenances; qu'il fallait seulement trouver une rédaction convenable.
Une commission, composée de quelques conseillers d'État, fut chargée,
séance tenante, de rédiger la délibération. Cette commission y procéda
immédiatement, et rentra, une heure après, avec l'acte destiné à être
publié le lendemain.

Voici quel était cet acte:

«Les Consuls de la République, considérant que la résolution du
Premier Consul est un hommage éclatant rendu à la souveraineté du
peuple; _que le peuple, consulté sur ses plus chers intérêts, ne doit
connaître d'autre limite que ses intérêts mêmes_, arrêtent ce qui
suit....., etc. Le peuple français sera consulté sur ces deux
questions:

1º NAPOLÉON BONAPARTE SERA-T-IL CONSUL À VIE?

2º AURA-T-IL LA FACULTÉ DE DÉSIGNER SON SUCCESSEUR?

»Des registres seront ouverts à cet effet dans toutes les mairies, au
greffe de tous les tribunaux, chez les notaires et chez tous les
officiers publics.»

Le délai pour émettre les votes était de trois semaines.

M. Cambacérès se rendit ensuite auprès du Premier Consul pour lui
soumettre la résolution du Conseil d'État. Le Premier Consul, par une
disposition d'esprit difficile à expliquer, repoussa opiniâtrement la
seconde question. Qui voulez-vous, disait-il, que je désigne pour mon
successeur? Mes frères? Mais la France, qui a bien consenti à être
gouvernée par moi, consentira-t-elle à l'être par Joseph ou Lucien?
Vous désignerais-je, vous, consul Cambacérès? Oseriez-vous
entreprendre une telle tâche? Et puis on n'a pas respecté le testament
de Louis XIV, respecterait-on le mien? Un homme mort, quel qu'il soit,
n'est plus rien.--Le Premier Consul ne put être vaincu sur ce point;
il s'impatienta même contre M. Roederer, qui, sans attendre l'avis de
personne, ne suivant que les impulsions de son esprit, avait mis cette
idée en avant. Il fit donc retrancher de la résolution du Conseil
d'État la seconde question, relative au choix d'un successeur. Le
motif du Premier Consul, dans cette circonstance, est fort obscur.
Voulait-il, en laissant une lacune dans l'organisation du
gouvernement, se ménager un nouveau prétexte pour dire encore une
fois, et un peu plus tard, que le pouvoir était sans avenir, sans
grandeur, et qu'il fallait le convertir en monarchie héréditaire? ou
bien craignait-il les rivalités de famille, et les tribulations que
lui vaudrait la faculté de choisir un successeur parmi ses frères et
ses neveux? À en juger par son langage de cette époque, cette dernière
conjecture paraîtrait la plus vraie. Quoi qu'il en soit, il retrancha
la seconde question de l'acte émané du Conseil d'État; et, comme on ne
voulait pas perdre du temps à faire une nouvelle convocation, la
délibération ainsi tronquée fut envoyée au journal officiel.

Elle parut le 11 au matin (21 floréal) dans le _Moniteur_, deux jours
après celle du Sénat. Annoncer qu'une telle question venait d'être
posée à la France, c'était annoncer qu'elle était résolue. Si
l'opinion publique, devenue passive, ne prenait plus l'initiative des
grandes résolutions, on pouvait compter néanmoins qu'elle
sanctionnerait avec empressement tout ce qu'on proposerait pour le
Premier Consul. Il y avait pour lui confiance, admiration,
reconnaissance, tous les sentiments qu'un peuple vif et enthousiaste
est capable d'éprouver pour un grand homme, dont il a reçu tous les
biens à la fois. Sans doute, si les questions de forme avaient
conservé quelque importance, dans un temps où l'on avait vu les
constitutions faites et refaites tant de fois, on aurait dû trouver
singulier que le Sénat, ayant proposé une simple prorogation de dix
ans, cette proposition, émanée de la seule autorité qui eut pouvoir
pour la faire, fût convertie en une proposition de Consulat à vie,
faite par un corps qui n'était ni le Sénat ni le Corps Législatif, ni
le Tribunat, qui n'était qu'un conseil dépendant du gouvernement. Il
est vrai que le Conseil d'État avait alors une haute importance, qui
le rendait presque l'égal des assemblées législatives; que l'appel à
la souveraineté nationale était une espèce de correctif, qui couvrait
toutes les irrégularités de cette manière de procéder, et donnait au
Conseil d'État le rôle apparent d'un simple rédacteur de la question à
poser à la France. D'ailleurs on n'y regardait pas alors de si près.
Le résultat, c'est-à-dire la consolidation et la perpétuation du
gouvernement du Premier Consul, convenait à tout le monde; et ce qui
conduisait à ce résultat le plus directement possible, paraissait le
plus naturel et le meilleur. On railla un peu le Sénat, qui, en effet,
fut passablement confus de n'avoir pas mieux compris les désirs du
général Bonaparte, et qui se tut, n'ayant rien de convenable ni à
dire, ni à faire; car il ne pouvait ni revenir sur sa détermination,
ni s'approprier celle du Conseil d'État. Quant à résister, il n'en
avait pas le moyen, et pas même la pensée. Sans doute le torrent
n'était pas si général, qu'il y eût du blâme dans certains lieux, par
exemple, dans les retraites obscures où les républicains fidèles
cachaient leur désespoir, dans les hôtels brillants du faubourg
Saint-Germain, où les royalistes détestaient ce pouvoir nouveau,
qu'ils n'avaient pas encore commencé à servir. Mais ce blâme, presque
insaisissable au milieu du choeur de louanges qui de toutes parts
s'élevait autour du Premier Consul, et montait jusqu'à son oreille,
était de peu d'effet. Seulement, les hommes réfléchis, et c'est
toujours le petit nombre, pouvaient faire de singulières réflexions
sur les vicissitudes des révolutions, sur les inconséquences de cette
génération, renversant une royauté de douze siècles, voulant même dans
son délire renverser toutes les royautés de l'Europe, et, revenue
maintenant de ses premières ardeurs, réédifiant, pièce à pièce, un
trône détruit, et cherchant avec empressement à qui le donner.
Heureusement elle avait trouvé pour cet emploi un homme
extraordinaire. Les nations dans un tel besoin ne rencontrent pas
toujours un maître qui ennoblisse au même degré leurs inconséquences.
Cependant l'embarras de la pudeur avait un moment saisi tout le monde,
ce maître d'abord, n'osant lui-même avouer ses désirs, le Sénat
ensuite, n'osant les deviner, et hésitant à les satisfaire, jusqu'à ce
que le Conseil d'État, mettant de côté cette fausse honte, eût le
courage, pour tous, d'avouer ce qu'il fallait dire et faire.

[En marge: Le Tribunat et le Corps Législatif viennent voter
solennellement dans les mains du Premier Consul, en faveur du Consulat
à vie.]

[En marge: Empressement universel des citoyens à venir déposer leur
vote, en faveur du Consulat à vie.]

Ces difficultés d'un instant firent bientôt place à une véritable
ovation. Le Corps Législatif et le Tribunat voulurent se rendre chez
le Premier Consul, afin de donner le signal des adhésions, en venant
en corps voter dans ses mains, pour la perpétuité de son pouvoir. Le
motif imaginé pour colorer cette démarche, c'est que les membres du
Corps Législatif et du Tribunat, retenus pendant cette session
extraordinaire sur leurs siéges de législateurs, ne pouvaient pas être
dans leurs communes, afin d'y voter. La raison fut trouvée bonne, et
on se rendit en corps aux Tuileries. M. de Vaublanc y porta la parole
au nom du Corps Législatif, et M. Chabot de l'Allier au nom du
Tribunat. Reproduire les discours prononcés dans cette occasion,
serait fastidieux. C'était toujours l'expression de la même
reconnaissance, de la même confiance dans le gouvernement du Premier
Consul. Un tel exemple ne pouvait qu'entraîner les citoyens à voter,
s'ils en avaient eu besoin; mais une si haute impulsion n'était pas
nécessaire. Ils allaient avec empressement dans les mairies, chez les
notaires, dans les greffes des tribunaux, inscrire leurs votes
approbatifs sur les registres ouverts pour les recevoir.

[En marge: La session de l'an X terminée par le vote des lois de
finance.]

La fin de floréal était arrivée. On se hâta de terminer cette courte
et mémorable session par la présentation des lois financières. Le
budget proposé était des plus satisfaisants. Tous les revenus se
trouvaient augmentés grâce à la paix, tandis que les dépenses de la
guerre et de la marine étaient fort diminuées. Ce budget de l'an X
montait à 500 millions, 26 millions de moins que celui de l'an IX[25],
porté à 526 millions par les évaluations les plus récentes; et, si
l'on ajoute les centimes additionnels pour le service des
départements, qui se comptaient alors en dehors et s'élevaient à 60
millions environ, si l'on ajoute les frais de perception, qui
n'étaient pas portés au budget général parce que chaque régie des
impôts payait elle-même ses propres dépenses, lesquelles montaient à
70 millions, on peut évaluer en totalité à 625 ou 630 millions le
budget définitif de la France à cette époque.

         [Note 25: L'exercice de l'an IX fut d'abord fixé à 415
         millions, puis à 526, et enfin à 545 millions.]

La paix amenait des économies dans certains services, des
augmentations dans quelques autres, mais, en élevant le produit de
tous les impôts à vue d'oeil, préparait le rétablissement de
l'équilibre entre les dépenses et le revenu, équilibre si désiré, si
peu prévu deux années auparavant. L'administration de la guerre,
divisée en deux ministères, celui du matériel et celui du personnel,
devait coûter 210 millions au lieu de 250. On sera étonné sans doute
qu'il n'y eût que 40 millions de différence, entre l'état de guerre et
l'état de paix; mais il ne faut pas oublier que nos armées
victorieuses avaient vécu sur le sol étranger, et que rentrées depuis
sur notre territoire, sauf une centaine de mille hommes, elles étaient
alimentées par le trésor français. La marine, qu'on avait cru devoir
fixer à 80 millions depuis la fin des hostilités, était portée à 105
millions par le Premier Consul, qui était d'avis qu'on doit employer
le temps de paix à organiser la marine d'un grand État. D'autres
dépenses singulièrement réduites prouvaient, par leur réduction,
l'heureux progrès du crédit. Les obligations des receveurs généraux,
dont on a vu ailleurs l'origine, l'utilité, le succès, ne s'étaient
d'abord escomptées qu'à un pour cent par mois, puis à trois quarts.
Aujourd'hui elles s'escomptaient à un demi pour cent par mois,
c'est-à-dire à 6 pour cent par an. Aussi avait-on pu sans injustice
réduire l'intérêt des cautionnements de 7 à 6 pour cent. Toutes ces
économies avaient ramené les frais de négociation du trésor, de 32
millions à 15. Aucune réduction ne faisait autant d'honneur au
gouvernement, et ne prouvait mieux le crédit dont il jouissait. La
rente cinq pour cent, montée d'abord de 12 à 40 et 50 francs, était
dans le moment à 60.

À côté de ces diminutions de dépense, se rencontraient quelques
augmentations, qui étaient la suite des sages arrangements financiers
proposés en l'an IX, et si injustement critiqués par le Tribunat. Le
gouvernement avait voulu, comme nous l'avons dit en son lieu, achever
d'inscrire le tiers _consolidé_, c'est-à-dire le tiers de l'ancienne
dette, seul excepté de la banqueroute du Directoire. Quant aux deux
tiers _mobilisés_, c'est-à-dire frappés de déchéance, il avait voulu
leur donner une sorte de valeur, en les admettant au payement de
certains biens nationaux, ou en leur accordant la conversion en cinq
pour cent _consolidés_, sur le pied du vingtième du capital, ce qui
répondait au cours actuel. Le Premier Consul, désirant terminer ces
arrangements le plus tôt possible, fit décider, par la loi de finances
de l'an X, que les deux tiers _mobilisés_ seraient forcément convertis
en rentes cinq pour cent, au taux convenu dans la loi de ventôse an
IX. L'inscription définitive du tiers _consolidé_, la conversion des
deux tiers _mobilisés_ en cinq pour cent, d'autres liquidations, qui
restaient à faire pour les anciennes créances des émigrés, pour le
transport au grand livre des dettes des pays conquis, devaient faire
monter le total de la dette publique à 59 ou 60 millions de rentes
cinq pour cent. Cependant il importait de rassurer les esprits sur le
chiffre auquel ces diverses liquidations pourraient élever la dette
publique. On décida donc, par un article de ce même budget de l'an X,
qu'elle ne serait pas portée, soit par emprunt, soit par suite des
liquidations à terminer, à plus de 50 millions de rentes. On espérait
que les rachats de la caisse d'amortissement, largement dotée en biens
nationaux, absorberaient, avant qu'il eût le temps de se produire, cet
excédant prévu de 9 à 10 millions. Mais en tout cas, un article du
budget ajoutait qu'à l'instant où les inscriptions dépasseraient 60
millions, il serait créé sur-le-champ une portion d'amortissement pour
absorber en quinze ans la somme qui excéderait le terme désormais fixé
à la dette publique.

Le titre de cette dette dut aussi être régularisé. Les dénominations
diverses de _tiers consolidé_, de _deux tiers mobilisés_, de _dette
belge_, et autres, furent abolies et remplacées par le titre unique de
cinq pour cent consolidé. Il fut établi que la dette serait inscrite
la première au budget, que les intérêts en seraient acquittés avant
toute autre dépense, et toujours dans le mois qui suivrait l'échéance
de chaque semestre. On estimait que la dette viagère, qui dans le
moment s'élevait à 20 millions, pourrait s'élever à 24; mais, on
supposait que, les extinctions allant aussi vite que les nouvelles
liquidations, elle serait toujours ramenée au taux de 20 millions. Les
pensions civiles étaient arrêtées aussi à un taux de 20 millions. Les
dépenses qui étaient susceptibles de s'augmenter encore, étaient
celles de l'intérieur pour les routes et les travaux publics, celles
du clergé pour l'établissement successif de nouvelles cures: dépenses
plutôt heureuses que regrettables. Quant à celles de l'instruction
publique et de la Légion-d'Honneur, il y était pourvu, comme on l'a vu
précédemment, au moyen d'une dotation en biens nationaux.

En regard de ces dépenses croissantes, la marche du revenu faisait
entrevoir des produits croissant plus rapidement encore. Les douanes,
les postes, l'enregistrement, les domaines de l'État, donnaient des
plus-values considérables. D'ailleurs il restait la ressource des
impôts indirects, qui n'avaient été rétablis jusqu'à ce jour qu'au
profit des villes, et pour le service des hôpitaux. Les plaintes
avaient été vives, dans le Corps Législatif et le Tribunat, cette
année, contre le fardeau des contributions directes, et avaient
préparé de nouveaux arguments pour le rétablissement des taxes sur les
consommations. Des calculs fort exacts avaient fait ressortir, plus
que jamais la proportion excessive des contributions directes. L'impôt
sur la propriété foncière s'élevait à 210 millions; l'impôt personnel
et mobilier, à 32; l'impôt sur les portes et fenêtres, à 16; sur les
patentes, à 21; total, 279, plus de moitié par conséquent dans un
budget des recettes de 502 millions. On comparait ces sommes avec
celles qu'on avait payées pendant l'administration de MM. Turgot et
Necker, et on demandait le rétablissement d'une proportion plus juste
entre les diverses contributions. Avant 1789, en effet, l'impôt
foncier et personnel produisait 221 millions, l'impôt indirect 294,
total 515 millions. La conclusion naturelle de ces plaintes était le
rétablissement des anciennes perceptions sur les boissons, sur le
tabac, sur le sel, etc. Le Premier Consul entendait avec plaisir ces
réclamations, qui lui préparaient une puissante raison pour une
création financière, depuis long-temps résolue dans son esprit, mais
pas encore assez mûre pour être proposée.

La situation de nos finances était donc excellente, et se régularisait
tous les jours davantage. Les 90 millions affectés, au moyen d'une
création de rentes, à l'apurement des exercices V, VI et VII,
antérieurs au Consulat, étaient reconnus suffisants; les 21 millions
consacrés à la liquidation de l'an VIII, première année du Consulat,
suffisaient également pour acquitter cet exercice tout entier. Enfin,
l'exercice an IX, le premier qui eût été régulièrement établi, quoique
porté à 526 millions au lieu de 415, se trouvait liquidé en totalité,
au moyen de l'accroissement extraordinaire des produits. Nous venons
de dire que l'exercice courant, celui de l'an X, était en parfait
équilibre.

[En marge: Budget de la France avant et après la Révolution.]

En résumé, une dette en rentes perpétuelles de 50 millions,
parfaitement régularisée, réunie sous un seul titre, pourvue d'une
dotation suffisante en biens nationaux; une dette en rentes viagères
de 20 millions, des pensions civiles pour 20; 210 millions affectés à
la guerre, 105 à la marine, composaient, avec les autres dépenses
moins considérables, un budget de 500 millions, sans les centimes
additionnels et les frais de perception, de 625 avec ces centimes et
ces frais: budget couvert par des revenus qui augmentaient à vue
d'oeil, sans compter le rétablissement des contributions indirectes,
restant comme ressource pour les besoins nouveaux, qui pourraient plus
tard se produire. Ainsi, après dix ans de guerre, de conquêtes
superbes, on revenait à 500 millions, budget de 1789, avec cette
différence que la dette se trouvait dans une faible proportion à
l'égard du revenu, et que ce chiffre de 500 millions, porté à 625 par
les centimes additionnels et les frais de perception, représentait
toutes les charges du pays; tandis que les 500 millions du budget de
Louis XVI laissaient en dehors, non-seulement les frais de perception,
mais les revenus du clergé, les droits féodaux, les corvées,
c'est-à-dire pour plusieurs centaines de millions de charges. Si, en
1802, la France payait 625 millions également répartis, la France, en
1789, payait 11 ou 12 cents millions mal répartis, avec un territoire
moindre d'un quart. La Révolution, sans compter le bienfait d'une
réforme sociale complète, avait donc produite, au moins sous le
rapport matériel, autre chose que des calamités. Il n'y avait dans
toute cette prospérité financière qu'un souvenir regrettable: c'était
la banqueroute, résultant du papier-monnaie, mais nullement imputable
au gouvernement consulaire.

Ces propositions ne furent plus accueillies, comme celles de l'an IX,
par une violente opposition. Elles satisfirent les deux assemblées
législatives, et furent votées avec de simples observations, sur la
proportion des contributions directes et indirectes, observations que
le gouvernement aurait dictées lui-même, si on ne les avait pas faites
spontanément.

Ce fut là le dernier acte de cette session de quarante-cinq jours
consacrée à de si grands objets.

Le Tribunat et le Corps Législatif se séparèrent le 20 mai (30
floréal), laissant la France dans un état dans lequel elle n'avait pas
été encore, et ne sera peut-être jamais.

[En marge: Juin 1802.]

[En marge: Grand nombre de votes apportés dans les mairies, les
greffes des tribunaux, les offices des notaires, etc.]

En ce moment, la population se présentait avec empressement aux
mairies, aux greffes des tribunaux, chez les notaires, pour donner une
réponse affirmative à la question posée par le Conseil d'État. On
évaluait entre trois et quatre millions le nombre des votes qui
étaient ou qui allaient être donnés. C'est peu en apparence sur une
population de 36 millions d'âmes; c'est beaucoup, c'est plus qu'on ne
demande, et qu'on n'obtient dans la plupart des constitutions connues,
où trois, quatre, cinq cent mille suffrages, au plus, expriment les
volontés nationales. En effet, sur 36 millions d'individus, il y en a
la moitié à écarter comme appartenant à un sexe qui n'a pas de droits
politiques. Sur les 18 millions restants, il y a les vieillards, les
enfants, qui réduisent à 12 millions au plus la population mâle et
valide d'un pays. C'est donc un nombre extraordinaire, si on songe aux
hommes travaillant de leurs mains, la plupart illettrés, sachant à
peine sous quel gouvernement ils vivent, c'est un nombre
extraordinaire, que celui de quatre millions d'habitants sur douze,
amenés à se former une opinion, et surtout à l'exprimer.

Il y avait, toutefois, quelques dissidents républicains ou royalistes,
qui venaient exprimer leur voeu négatif, et qui par leur présence
attestaient la liberté laissée à tout le monde. Mais c'était une
minorité imperceptible. Du reste, adhérents ou refusants se montraient
fort calmes, et produisaient par leur concours un mouvement à peine
sensible, tant la population était tranquille et satisfaite.

[En marge: Changements qu'on projette d'apporter à la Constitution.]

Il y avait cependant une sorte de fermentation d'esprit autour du
gouvernement, au sujet des changements qu'on ne pouvait manquer
d'apporter à la Constitution, à la suite de la prorogation du Consulat
à vie. On répandait à cette occasion mille bruits divers, ayant pour
origine les voeux de chaque parti.

Les frères du général Bonaparte, Lucien en particulier, n'avaient pas
entièrement renoncé à la monarchie héréditaire, qui leur donnait tout
de suite rang de princes, et les mettait hors de pair avec les autres
grands fonctionnaires de l'État. M. Roederer, l'ami et le confident de
Lucien, était, de tous les personnages se mêlant d'avoir un avis, le
plus avancé dans les opinions monarchiques, bien plus du reste par son
inclination naturelle, que par aucune suggestion intéressée. Il était
conseiller d'État, chargé de l'instruction publique sous les ordres du
ministre de l'intérieur Chaptal, et il usait de cette position pour
adresser aux préfets des circulaires, qui, parfaitement étrangères à
l'objet dont il était chargé, avaient trait directement aux questions
dont s'occupaient alors le gouvernement et le public. Ces circulaires,
dans lesquelles on adressait aux préfets certaines questions, en
indiquant la réponse, et en l'indiquant dans un sens tout monarchique,
ces circulaires n'émanant pas du ministre lui-même, mais partant
cependant d'une autorité fort élevée, semblaient révéler un projet
occulte, remontant peut-être très-haut. Elles agitaient les esprits
dans les provinces, et donnaient lieu à mille rumeurs.

M. Roederer et ceux qui partageaient ses idées, auraient voulu qu'on
fît surgir des départements une sorte de voeu spontané, qui autorisât
plus de hardiesse qu'on ne venait d'en montrer récemment. Ils ne
manquaient pas d'adresser de vives instances au Premier Consul, pour
qu'il tranchât plus hardiment les questions soulevées. Mais le Premier
Consul était fixé. Il croyait, avec tous les amis sages du
gouvernement, que c'était assez, du moins cette fois, que d'établir le
Consulat à vie; que c'était la monarchie elle-même, surtout si on y
ajoutait la faculté de désigner son successeur. Un mouvement d'opinion
assez sensible parmi les hommes qui entouraient le pouvoir, même parmi
les plus dévoués, avait averti le Premier Consul qu'il n'en fallait
pas faire davantage. Il avait donc résolu de s'arrêter, et il
qualifiait de démarches indiscrètes, tout ce que faisaient et disaient
autour de lui des amis inhabiles, dont le zèle était loin de lui
déplaire, mais n'était pas assez généralement partagé pour être
accueilli.

Il s'occupait de faire lui-même à la Constitution quelques changements
qui lui semblaient indispensables. Quoique médisant volontiers de
l'ouvrage de M. Sieyès, il songeait à en conserver le fond, en y
ajoutant seulement certaines commodités nouvelles pour le
gouvernement.

[En marge: Quelques esprits songent un moment à la monarchie
constitutionnelle, comme elle existe en Angleterre.]

Il se produisit une singulière disposition d'esprit chez quelques
hommes. Ils demandaient qu'on revînt à la monarchie, puisque ainsi le
voulait la force des choses; mais qu'en retour on donnât à la France
les libertés qui, dans la monarchie, sont compatibles avec la royauté,
c'est-à-dire qu'on lui donnât purement et simplement la monarchie
anglaise, avec une royauté héréditaire et deux chambres indépendantes.
M. Camille Jordan avait publié sur ce sujet un écrit, fort remarqué du
petit nombre de personnes qui se mêlaient encore de questions
politiques; car la masse n'avait pas d'autre avis que celui de laisser
le Premier Consul faire comme il voudrait. Ainsi cette idée de la
monarchie représentative, qui, dès le début de la Révolution, s'était
présentée à MM. Lally-Tollendal et Mounier, comme la forme nécessaire
de notre gouvernement, et qui, cinquante ans plus tard, devait en
devenir la forme dernière, cette idée apparaissait encore une fois à
quelques esprits, comme un de ces monts élevés et lointains, que, dans
une longue route, on aperçoit plus d'une fois avant de les atteindre.

Les royalistes sincères, qui désiraient la monarchie, même sans les
Bourbons, si les Bourbons étaient reconnus impossibles, et avec le
général Bonaparte si elle n'était possible qu'avec lui, étaient fort
de cet avis; et les royalistes gens de parti en étaient aussi, mais
ces derniers par des motifs différents. Ils espéraient qu'avec des
élections et une presse libre, tout serait bientôt remis en confusion,
ainsi qu'il était arrivé sous le Directoire, et que de ce
renouvellement du chaos, surgirait enfin la monarchie légitime des
Bourbons, comme terme nécessaire des maux de la France.

[En marge: Le Premier Consul repousse l'idée de la monarchie
anglaise.]

Le Premier Consul n'avait garde d'adhérer à un tel projet, quoique ce
projet contînt la royauté pour lui-même. Ce n'était pas seulement par
aversion pour les résistances que lui aurait opposées une pareille
forme de gouvernement, c'était par la conviction sincère de
l'impossibilité d'un tel établissement, dans l'état présent des
choses.

Ceux qui ne veulent voir en lui qu'un homme de guerre, tout au plus un
administrateur, point un homme d'État, s'imaginent qu'il n'avait
aucune idée de la Constitution anglaise. C'est une complète erreur.
Voyant dans l'Angleterre la seule ennemie redoutable que la France eût
en Europe, il tenait sur elle les yeux constamment fixés, et il avait
pénétré les plus secrets ressorts de sa Constitution. Dans ses
entretiens fréquents sur les matières de gouvernement, il en
raisonnait avec une sagacité rare. Une chose lui déplaisait fort dans
la Constitution britannique, et il en exprimait son sentiment avec
cette vivacité de langage qui lui était propre: c'était de voir les
grandes affaires d'État, celles qui exigent pour réussir, de longues
méditations, une grande suite dans les vues, un secret profond dans
l'exécution, livrées à la publicité, et aux hasards de l'intrigue ou
de l'éloquence.--Que MM. Fox, Pitt ou Addington, disait-il, soient
plus adroits l'un que l'autre dans la conduite d'une intrigue
parlementaire, ou plus éloquents dans une séance du Parlement, et nous
aurons la guerre au lieu de la paix; le monde sera de nouveau en feu;
la France détruira l'Angleterre, ou sera détruite par elle! Livrer,
s'écriait-il avec colère, livrer le sort du monde à de tels
ressorts!--Ce grand esprit, exclusivement préoccupé des conditions
d'une bonne exécution dans les affaires de l'État, oubliait que, si on
ne veut pas soumettre ces affaires aux influences parlementaires,
lesquelles ne sont, après tout, que les influences nationales
représentées par des hommes passionnés, faillibles sans doute, comme
ils le sont tous, elles retombent sous des influences bien autrement
fâcheuses, sous celle de madame de Maintenon dans un siècle dévot, de
madame de Pompadour dans un siècle dissolu, et même, si on a la bonne
fortune très-passagère de posséder un grand homme, comme Frédéric ou
Napoléon, sous l'influence de l'ambition, épuisant jusqu'au bout la
chance des batailles.

Cette erreur à part, erreur bien naturelle chez le général Bonaparte,
il était frappé, et il en convenait, de cette liberté sans orages,
dont la Constitution britannique fait jouir l'Angleterre. Seulement il
paraissait douter qu'elle pût convenir au caractère français, si
prompt et si vif. À cet égard il laissait voir la plus complète
incertitude. Mais il la regardait comme parfaitement impossible en
France dans les circonstances présentes.

Le Premier Consul disait qu'une telle Constitution exigeait d'abord
une forte dose d'hérédité; qu'il y fallait un roi et des pairs
héréditaires; qu'en France les idées n'étaient pas tournées de ce
côté; qu'on était prêt à le prendre, lui général Bonaparte, pour
dictateur, mais qu'on n'en voudrait pas pour monarque héréditaire (ce
qui était vrai dans le moment); qu'il en était de même pour le Sénat,
auquel personne ne voudrait accorder l'hérédité, tout en lui accordant
un pouvoir constituant extraordinaire; que le besoin de stabilité
était senti jusqu'à faire concéder à tout le monde des pouvoirs fort
étendus, mais viagers; que telle était actuellement la disposition des
esprits; qu'il n'avait donc pas sous la main les éléments de la
royauté à l'anglaise, car il n'avait ni roi ni pairs; que les
sénateurs à vie de M. Sieyès, aristocrates d'hier, la plupart sans
fortune, vivant d'appointements, seraient ridicules, si on essayait de
les convertir en lords d'Angleterre; que, si, à leur défaut, on
voulait prendre les grands propriétaires, on se mettrait sur les bras
les plus redoutables ennemis, car ils étaient royalistes au fond du
coeur, plus amis des Anglais et des Autrichiens que des Français;
qu'il n'avait pas de quoi faire une chambre haute; qu'en prenant les
parleurs du Tribunat et les muets du Corps Législatif, il aurait bien,
à la rigueur, de quoi faire une chambre basse, mais que pour rendre
sérieuse cette imitation de l'Angleterre, il faudrait la tribune, la
presse, des élections libres, et qu'on s'exposerait ainsi à
recommencer les quatre années du Directoire, dont il avait été témoin,
et qui ne sortiraient pas de sa mémoire; qu'on avait vu se former
alors dans les colléges électoraux une majorité, qui, sous prétexte
d'écarter les hommes souillés de sang, ne voulait élire que des
royalistes plus ou moins avoués; qu'on avait vu en même temps cent
journaux, tout pleins des fureurs du royalisme, pousser dans le même
sens, et que, sans le 18 fructidor, sans la force prêtée au Directoire
par l'armée d'Italie, on aurait assisté au triomphe de cette contre
révolution déguisée; que bientôt, par un contre-coup inévitable, à ces
élections royalistes avaient succédé des élections terroristes, dont
tous les honnêtes gens avaient été effrayés, et avaient demandé
l'annulation; que, si on ouvrait de nouveau la carrière aux esprits,
on irait, de convulsions en convulsions, au triomphe des Bourbons et
de l'étranger; qu'il fallait en finir, arrêter ce torrent, et terminer
la Révolution, en maintenant au pouvoir les hommes qui l'avaient
faite, et en consacrant dans nos lois ses principes justes et
nécessaires.

À cette occasion, le Premier Consul répétait sa thèse favorite,
consistant à dire que, pour sauver la Révolution, il fallait d'abord
sauver ses propres auteurs, en les maintenant à la tête des affaires;
et que sans lui ils seraient déjà tous disparus, par l'ingratitude de
la génération présente.--Voyez, s'écriait-il, ce que sont devenus
Rewbell, Barras, La Réveillère! où sont-ils? qui pense à eux? il n'y a
de sauvés que ceux que j'ai pris par la main, mis au pouvoir,
soutenus, malgré le mouvement qui nous entraîne. Voyez M. Fouché,
combien j'ai de peine à le défendre! M. de Talleyrand crie contre M.
Fouché; mais les Malouet, les Talon, les Calonne, qui m'offrent leurs
plans et leur concours, auraient bientôt écarté M. de Talleyrand
lui-même, si je voulais m'y prêter. On ménage un peu plus les
militaires, parce qu'on les craint, et parce qu'il n'est pas facile de
prendre à la tête des armées la place des généraux Lannes et Masséna.
Mais si on les ménage aujourd'hui, les ménagera-t-on long-temps?
Moi-même, sais-je ce qu'on voudrait faire de moi? Ne m'a-t-on pas
proposé de me nommer connétable de Louis XVIII? Sans doute l'esprit de
la Révolution est immortel, il survivrait aux hommes. La Révolution
finirait par triompher, mais par la main de messieurs de la société du
Manége! et ce seraient toujours des réactions, des déchirements, et,
pour fin dernière, la contre-révolution!--

Maintenant, ajoutait le Premier Consul, il faut faire un gouvernement
avec les hommes de la Révolution d'abord, avec ceux qui ont de
l'expérience, des services, et point de sang sur leurs habits, à moins
que ce ne soit le sang des Russes et des Autrichiens; puis leur
adjoindre un petit nombre d'hommes surgis nouvellement, et jugés
capables, ou d'hommes d'autrefois, tirés de Versailles si l'on veut,
pourvu qu'ils soient capables aussi, et qu'ils viennent en adhérents
soumis, non en protecteurs dédaigneux. Pour atteindre ce but, la
Constitution de M. Sieyès est bonne, sauf quelques modifications. Il
faut, en outre, consacrer le grand principe de la Révolution
française, qui est l'égalité civile, c'est-à-dire, la justice
distributive en toutes choses, législation, tribunaux, administration,
impôt, service militaire, distribution des emplois, etc. Aujourd'hui
tout département est l'égal d'un autre département; tout Français est
l'égal d'un autre Français; tout citoyen obéit à la même loi,
comparaît devant le même juge, subit le même châtiment, reçoit la même
récompense, paie le même impôt, fournit le même service militaire,
arrive aux mêmes grades, quelle que soit sa naissance, sa religion ou
son lieu d'origine. Voilà le grand résultat social de la Révolution,
pour lequel il valait la peine de souffrir ce qu'on a souffert, et
qu'il faut maintenir invariablement. Après ce résultat, il en est un
autre à maintenir avec une égale vigueur, c'est la grandeur de la
France. Les cris de la presse, les éclats de la tribune, tout cela ne
nous va plus, tout cela nous ira peut-être dans d'autres temps.
Maintenant il nous faut de l'ordre, du repos, de la prospérité, des
affaires bien conduites, et la conservation de notre grandeur
extérieure. Pour conserver cette grandeur, la lutte n'est pas finie,
elle recommencera; et pour la soutenir nous aurons besoin de beaucoup
de force et d'unité dans le gouvernement!--

Telle est la substance des entretiens continuels du Premier Consul,
avec ceux qu'il avait admis à lui donner leurs idées, et avec lesquels
il prépara le remaniement de la Constitution consulaire.

On peut y reconnaître sa manière habituelle de penser. Sans nier
l'avenir, ne s'inquiétant que du présent, il voyait le bien actuel de
la France dans la réunion de tous les partis, dans le maintien et
l'achèvement de la réforme sociale accomplie par la Révolution; enfin,
dans le développement de la puissance acquise par nos armes. Quant à
la liberté, il l'écartait comme un retour à tous les troubles, comme
un obstacle à tout ce qu'il voulait faire de bon, et lui laissait dans
sa pensée la place d'un problème difficile, obscur, dont la solution
ne le concernait pas lui-même, car douze années d'agitation en avaient
fait passer le besoin et le désir pour long-temps. M. Sieyès, avec sa
constitution aristocratique, empruntée aux républiques du moyen âge à
leur déclin, avec son Sénat revêtu du pouvoir électoral, avec ses
listes de notabilité, espèce de livre d'or immuable, avait trouvé la
constitution qui convenait le mieux à cette situation.

[En marge: Idées auxquelles s'arrête le Premier Consul, relativement à
la Constitution, et aux changements qu'il convient d'y apporter.]

Le Premier Consul n'avait garde de toucher au Sénat: il voulait, au
contraire, le rendre plus puissant; mais il projeta un premier
changement, qui, en apparence, fut une concession à l'influence
populaire.

Les listes de notabilité, qui contenaient les cinq cent mille
individus parmi lesquels on devait choisir les conseils
d'arrondissement et de département, le Corps Législatif, le Tribunat,
le Sénat lui-même, auxquelles on ne touchait jamais que pour y
remplacer les morts ou en retrancher les indignes, tels que les
faillis par exemple, les listes de notabilité paraissaient trop
illusoires, et laissaient le gouvernement, comme on dirait
aujourd'hui, sans lien avec le pays. Elles étaient d'ailleurs
très-difficiles à composer, car les citoyens ne mettaient aucun
intérêt à se mêler d'une oeuvre aussi insignifiante.

Le Premier Consul pensa que l'augmentation d'autorité qui lui était
destinée, et quelques autres modifications favorables au pouvoir qui
allaient être apportées à la Constitution, devaient être payées d'une
concession populaire, au moins apparente. Il résolut de rétablir les
colléges électoraux.

[En marge: Suppression des listes de notabilité.]

En conséquence, on imagina diverses espèces de colléges. D'abord on
créa des assemblées de canton, composées de tous les habitants du
canton qui avaient l'âge et la qualité de citoyen, chargées d'élire
deux colléges électoraux, l'un d'arrondissement, l'autre de
département. Le collége d'arrondissement devait être formé en raison
de la population, et se composer d'un individu sur cinq cents. Le
collége de département devait être formé de même, à raison d'un sur
mille. Mais les choix pour celui-ci ne pouvaient pas aller au delà des
six cents plus imposés.

[En marge: Établissement de collége électoraux à vie.]

Les deux colléges électoraux d'arrondissement et de département
devaient être élus à vie par les assemblées de canton, qui, une fois
cette nomination générale faite, n'avaient plus qu'à remplacer les
morts ou les indignes.

Le gouvernement nommait les présidents de toutes ces assemblées, tant
assemblées de canton que colléges électoraux. Il pouvait dissoudre un
collége électoral. Alors les assemblées de canton étaient convoquées
pour composer de nouveau le collége dissous.

[En marge: Juillet 1802.]

[En marge: Les colléges électoraux chargés de présenter des candidats
entre lesquels le Sénat doit choisir.]

Les assemblées de canton et les deux colléges électoraux
d'arrondissement et de département présentaient des candidats aux
Consuls, pour la composition des justices de paix, des autorités
municipales et départementales. Les colléges d'arrondissement
présentaient deux candidats pour les places vacantes au Tribunat; les
colléges de département, deux candidats pour les places vacantes au
Sénat. Chacun de ces deux colléges présentait deux candidats pour les
places vacantes au Corps Législatif, ce qui en faisait quatre. De
façon que le Tribunat avait pour origine le conseil d'arrondissement;
le Sénat avait pour origine le conseil de département; le Corps
Législatif, l'un et l'autre.

C'était toujours le Sénat qui était chargé de choisir, entre les
candidats présentés, les membres du Tribunat, du Corps Législatif et
du Sénat lui-même.

On voit en quoi consistait le changement apporté à la Constitution. Au
lieu de ces listes de notabilité, complétées ou modifiées de temps en
temps par l'universalité des citoyens, des colléges électoraux à vie,
nommés par cette même universalité, désignaient des candidats, entre
lesquels choisissait le Sénat, corps générateur de tous les autres. Le
changement n'était pas grand, car ces colléges électoraux à vie,
modifiés quelquefois, quand il y avait des morts ou des indignes à
remplacer, étaient à peu près aussi immuables que les listes de
notabilité, mais ils s'assemblaient dans certaines occasions pour
élire des candidats. Sous ce rapport les citoyens recouvraient
quelque part à la composition des assemblées délibérantes. Il y avait
peu, du reste, à craindre avec une telle composition le tumulte
électoral.

Le Corps Législatif et le Tribunat devaient être divisés en cinq
séries, sortant l'une après l'autre, chaque année. Le Sénat remplaçait
la série sortante, en prenant les nouveaux élus parmi les candidats
présentés. Les colléges à vie remplaçaient ensuite les candidats que
l'élection du cinquième avait absorbés.

Après cette concession, qui paraissait si exorbitante alors, que tous
les collaborateurs du Premier Consul allaient disant qu'il fallait un
pouvoir bien fort, bien sûr de lui-même, pour faire une aussi large
part à l'influence populaire, on s'occupa de compléter les
attributions du Sénat, conformément aux indications tirées des
derniers événements.

[En marge: Nouvelles attributions données au Sénat.]

Le Sénat dut conserver d'abord le pouvoir d'élire tous les corps de
l'État. On voulut lui conférer, en outre, un pouvoir constituant plus
complet. Déjà on lui avait fait exercer ce pouvoir, en lui donnant à
interpréter l'article 38 de la Constitution, en l'appelant à prononcer
le rappel des émigrés, en lui demandant une prolongation d'autorité
pour le Premier Consul. Il était commode d'avoir à côté de soi un
pouvoir constituant, toujours prêt à créer ce dont on aurait besoin.

[En marge: Pouvoir constituant.]

Il fut donc établi que le Sénat, par des sénatus-consultes, dits
organiques, aurait la faculté d'interpréter la Constitution, de la
compléter, de faire en un mot tout ce qui serait nécessaire à sa
marche.

[En marge: Pouvoir de suspendre la Constitution, de dissoudre le Corps
Législatif, de cesser les décisions des tribunaux.]

Il fut arrêté encore, que, par des sénatus-consultes simples, le
Sénat pourrait prononcer la suspension de la Constitution ou du jury
dans certains départements, statuer dans quel cas un individu, détenu
extraordinairement, serait renvoyé à ses juges naturels, ou maintenu
en état de détention. On délégua enfin à ce corps deux attributions
extraordinaires, l'une appartenant à la royauté dans la monarchie,
l'autre n'appartenant à aucun pouvoir dans un État régulier; la
première était la faculté de dissoudre le Corps Législatif et le
Tribunat; la seconde, celle de casser les jugements des tribunaux,
lorsqu'ils seraient attentatoires à la sûreté de l'État.

Cette dernière attribution serait inconcevable, si les circonstances
du temps ne l'avaient expliquée. Certains tribunaux venaient, en
effet, de rendre des jugements, en matière de biens nationaux, qui
pouvaient pousser au désespoir la classe nombreuse et puissante des
acquéreurs.

[En marge: Augmentation du nombre des sénateurs.]

Il fut décidé ensuite que le Sénat, qui devait en dix ans être porté
de soixante membres à quatre-vingts, au moyen de deux nominations par
an, serait immédiatement porté à quatre-vingts. C'étaient quatorze
nominations à faire sur-le-champ. Le Premier Consul reçut, en outre,
le pouvoir de nommer directement des sénateurs jusqu'au nombre de
quarante, ce qui faisait cent vingt pour le nombre total du corps. On
affranchissait ainsi le gouvernement de nouveaux désagréments, tels
que ceux qu'il avait essuyés au commencement de la session de l'an X.

[En marge: Modifications à l'organisation du Conseil d'État et du
Tribunat.]

Le Tribunat et le Conseil d'État furent également modifiés dans leur
organisation. Tandis que le Conseil d'État put être porté à cinquante
membres, le Tribunat dut être réduit à cinquante, par voie
d'extinction successive, et divisé en sections, répondant aux sections
du Conseil d'État. Il devait faire un premier examen en section, et à
huis-clos, des projets de lois, qui lui seraient soumis ensuite en
assemblée générale. Il devait toujours les discuter par l'organe de
trois orateurs devant le Corps Législatif muet, contradictoirement
avec trois conseillers d'État, ou d'accord avec eux, suivant que le
projet aurait été rejeté ou adopté.

Ce n'était plus dès lors qu'un second Conseil d'État, chargé de
critiquer à huis-clos, et par conséquent sans énergie, ce qu'avait
fait le premier.

[En marge: Création d'un Conseil privé.]

Enfin la prérogative de voter les traités fut enlevée au Corps
Législatif et au Tribunat. Le Premier Consul se souvenait de ce qui
était arrivé au traité avec la Russie, et ne voulait pas être exposé à
une scène du même genre. Il imagina un Conseil privé, composé des
Consuls, des ministres, de deux sénateurs, de deux conseillers d'État,
de deux membres de la Légion-d'Honneur, ayant la qualité de
grands-officiers, les uns et les autres désignés par le Premier Consul
pour chaque occasion importante. Ce Conseil privé devait être seul
consulté sur la ratification des traités. Il était chargé aussi de
rédiger les sénatus-consultes organiques.

La création d'un Conseil privé était un tort fait au Conseil d'État,
et ce dernier y parut sensible. Le Premier Consul lui retirait, par
cette institution, la connaissance des traités qu'il avait eue
jusque-là, commençant à croire que c'était trop de trente à quarante
individus, pour des communications de ce genre.

[En marge: Pouvoir de désigner son successeur, accordé au Premier
Consul.]

Restait à organiser le pouvoir exécutif sur la nouvelle base du
Consulat à vie. Le Premier Consul voulut que le pouvoir, qui lui était
déféré à vie, le fût aussi pour la même durée de temps à ses
collègues. Vous avez assez fait pour moi, dit-il au consul Cambacérès,
pour que j'assure votre position.--Le principe de la durée à vie fut
donc posé pour les trois Consuls, aussi bien dans le présent que dans
l'avenir. Restait la grande question de la désignation du successeur
du Premier Consul, par laquelle il fallait suppléer à l'hérédité. Le
général Bonaparte avait d'abord refusé la faculté qu'on voulait lui
conférer de désigner lui-même son successeur. Il se rendit enfin, et
on arrêta qu'il pourrait le désigner de son vivant. Dans ce cas, il
devait le présenter au Sénat avec un grand appareil. Le successeur
désigné prêtait serment à la République dans le sein du Sénat, en
présence des Consuls, des ministres, du Corps Législatif, du Tribunat,
du Conseil d'État, du tribunal de cassation, des archevêques et
évêques, des présidents des colléges électoraux, des grands-officiers
de la Légion-d'Honneur, et des maires des vingt-quatre grandes villes
de la République. Après cette solennité, il était adopté par le Consul
vivant et par la nation. Il prenait rang au Sénat avec les Consuls,
immédiatement après le troisième.

Toutefois, si pour s'épargner des chagrins de famille, le Premier
Consul ne désignait pas son successeur de son vivant, et ne voulait le
nommer que dans son testament, alors il devait, avant sa mort,
remettre ce testament, revêtu de son sceau, aux autres Consuls, en
présence des ministres, et des présidents du Conseil d'État. Ce
testament devait rester déposé aux archives de la République. Mais
dans ce cas il fallait que le Sénat ratifiât la volonté testamentaire,
qui ne s'était pas produite du vivant du Consul testateur.

Lorsque le Premier Consul n'avait pas fait d'adoption pendant sa vie,
lorsqu'il n'avait pas laissé de testament, ou que son testament
n'avait pas été ratifié, alors les second et troisième Consuls étaient
chargés de désigner le successeur. Ils le proposaient au Sénat, qui
était chargé de l'élire.

Telles furent les formes employées pour garantir la transmission du
pouvoir. C'était l'adoption au lieu de l'hérédité, mais rien
n'empêchait que ce fût aussi l'hérédité, car le chef de l'État était
libre de choisir son fils, s'il en avait un. Seulement, il pouvait
préférer entre ses héritiers celui qui lui paraîtrait le plus digne.

Les Consuls étaient de droit membres du Sénat; ils devaient le
présider.

Une grande prérogative fut ajoutée au pouvoir du Premier Consul. Il
reçut le droit de faire grâce. C'était assimiler, autant que possible,
son autorité à celle de la royauté.

À l'avénement du nouveau Premier Consul, une loi devait fixer son
traitement, ou, pour mieux dire, sa liste civile. Cette fois, une
somme de six millions pour le Premier Consul, de douze cent mille
francs pour ses deux collègues, dut être inscrite au budget.

[En marge: Quelques dispositions nouvelles relatives aux tribunaux.]

À toutes ces dispositions furent ajoutés quelques arrangements
nouveaux, relativement à la discipline des tribunaux. L'administration
se comportait mieux que la justice, parce que dépendant d'un maître
impartial et ferme, révocable à chaque instant par lui, elle marchait
exactement suivant son esprit. Mais la justice usait de son
indépendance, comme on usait alors de toute liberté accordée, pour se
livrer aux passions du temps. En certains lieux, elle persécutait les
acquéreurs de biens nationaux; en d'autres, elle les favorisait
injustement. Mais nulle part elle ne montrait cette discipline qu'on
lui a vue depuis, et qui donne à un grand corps de magistrature un
aspect digne, quoique soumis. À la disposition qui venait de déférer
dans certains cas les jugements des tribunaux au Sénat, disposition
tout extraordinaire, et heureusement passagère, on ajouta une
disposition disciplinaire. Les tribunaux de première instance furent
placés sous la discipline des tribunaux d'appel, et les tribunaux
d'appel sous celle du tribunal de cassation. Un juge qui avait manqué
à ses devoirs pouvait être appelé devant le tribunal supérieur,
réprimandé ou suspendu. À la tête de toute la magistrature dut être
placé un GRAND-JUGE, ayant la faculté de présider les tribunaux s'il
le voulait, chargé de les surveiller, et de les administrer. Il était
ainsi ministre de la justice en même temps que magistrat.

Telles furent les modifications apportées à la Constitution
consulaire, les unes imaginées par le Premier Consul, les autres
proposées par ses conseillers. Elles furent réunies dans un projet de
sénatus-consulte organique, qui devait être présenté au Sénat et
adopté par ce corps.

Elles consistaient, comme on vient de le voir, à substituer aux listes
de notabilité, vaste candidature inerte et illusoire, des colléges
électoraux à vie, s'assemblant quelquefois pour présenter des
candidats au choix du Sénat; à donner au Sénat, déjà chargé des
fonctions électorales, et du soin de veiller à la Constitution, le
pouvoir de modifier cette Constitution, de la compléter, de lever tout
obstacle à sa marche, le pouvoir enfin de dissoudre le Tribunat et le
Corps Législatif; à conférer au général Bonaparte le Consulat à vie,
avec faculté de désigner son successeur; à lui donner, en outre, la
plus belle des prérogatives de la royauté, le droit de faire grâce; à
ôter au Tribunat la puissance du nombre, et presque celle de la
publicité, à en faire ainsi un second Conseil d'État, chargé de
critiquer les oeuvres du premier; à reporter du Corps Législatif et du
Conseil d'État vers un Conseil privé, certaines grandes affaires de
gouvernement, telles par exemple que l'approbation des traités, enfin
à établir entre les tribunaux une hiérarchie et une discipline.

C'était toujours la constitution aristocratique de M. Sieyès, apte à
tourner à l'aristocratie ou au despotisme, suivant la main qui la
dirigerait; tournant en ce moment au pouvoir absolu sous la main du
général Bonaparte, mais pouvant tourner, après sa mort, à une franche
aristocratie, si, avant de mourir, il ne précipitait pas le tout dans
un abîme.

En attribuant, pour sa propre commodité, de si hautes attributions au
Sénat, le Premier Consul s'était assuré, pendant sa vie, un instrument
dévoué, par la main duquel il pourrait tout ce qu'il voudrait; mais,
après sa mort, l'instrument, devenu indépendant, serait tout-puissant
à son tour. Sous un successeur moins grand, moins glorieux, avec des
esprits éveillés à la suite d'un long repos, un spectacle entièrement
nouveau devait s'offrir. L'aristocratie départementale, dont se
composaient les colléges électoraux à vie, l'aristocratie nationale
dont se composait le Sénat, l'une présentant des candidats à l'autre,
pouvaient bien un jour par un concours de vues naturel, même
nécessaire, créer dans le Corps Législatif et le Tribunat une majorité
invincible pour le monarque qualifié de Premier Consul, et faire
renaître ainsi une sorte de liberté, liberté aristocratique, il est
vrai, mais qui n'est ordinairement ni la moins fière, ni la moins
conséquente, ni la moins durable de toutes. Du reste, la liberté est
toujours garantie quand le pouvoir est partagé et soumis à des
délibérations. Il ne peut, en effet, jamais y avoir sur les grands
intérêts d'un pays que deux opinions plausibles. Si le pouvoir a en
face de lui une autorité capable de lui résister, celle-ci,
aristocratique ou autre, embrasse, par un irrésistible penchant à la
contradiction, l'opinion qu'il a repoussée. Elle tend à la paix en
présence d'un pouvoir tendant à la guerre; elle tend à la guerre en
présence d'un pouvoir tendant à la paix; elle adopte les vues
libérales en présence d'un pouvoir inclinant aux vues conservatrices.
En un mot, il y a contradiction, dès lors examen et liberté; car la
liberté consiste principalement à faire débattre franchement et
courageusement par les citoyens, n'importe de quelle origine, le pour
et le contre sur les affaires de l'État. Cette constitution de M.
Sieyès pouvait donc un jour revenir à son but primitif; mais, dans le
moment, elle n'était qu'un masque pour la dictature. Une constitution,
quelle qu'elle soit, donne toujours des résultats conformes à l'état
présent des esprits. Il y a des temps où contredire est la tendance
dominante, d'autres où le goût d'adhérer est général. On était alors
porté à l'adhésion: la forme du pouvoir était, au fond, assez
indifférente.

[En marge: Caractère du nouveau gouvernement après l'institution du
Consulat à vie.]

Il faut toutefois le reconnaître, cette république nominale avait une
rare grandeur: elle rappelait, sous quelque rapport, la République
romaine convertie en Empire. Ce Sénat avait la puissance du Sénat de
l'ancienne Rome, puissance qu'il livrait à l'Empereur quand celui-ci
était fort, qu'il reprenait pour en user lui-même, quand l'Empereur
était faible ou libéral. Ce Premier Consul avait bien le pouvoir des
Empereurs romains; il en avait l'hérédité, c'est-à-dire le choix
entre ses successeurs naturels ou adoptifs. Ajoutons qu'il en avait à
peu près la puissance sur le monde.

[En marge: Le Sénat chargé de supputer les votes émis, et de proclamer
le résultat.]

La nouvelle Constitution remaniée était prête; les votes demandés à
tous les citoyens étaient émis. Le consul Cambacérès, toujours
conciliant, proposa au Premier Consul l'idée fort sage, de confier au
Sénat le soin de supputer les votes recueillis, d'en compter et d'en
proclamer le nombre. C'était, disait-il avec raison, une manière toute
naturelle de tirer ce grand corps d'une situation fausse, amenée par
une méprise. Le Sénat avait, effectivement, proposé une prorogation de
dix ans, et le Premier Consul avait pris le Consulat à vie. Depuis le
Sénat s'était tu, et n'avait fait, ni pu faire aucune démarche. Lui
donner le résultat à proclamer, c'était l'y associer, et le tirer de
l'état de gêne où il se trouvait.--Venez, dit M. Cambacérès au Premier
Consul, venez au secours de gens qui se sont trompés en voulant trop
vous deviner.--Le Premier Consul sourit d'une malice peu ordinaire à
son prudent collègue, et consentit avec empressement à la proposition
si sensée qui lui était faite. Les registres sur lesquels les votes
avaient été déposés furent envoyés au Sénat pour qu'il en fît la
supputation. 3,577,259 citoyens avaient donné leurs suffrages, et, sur
ce nombre, 3,568,885 avaient voté pour le Consulat à vie. Sur cette
énorme masse d'approbateurs, il y avait eu seulement huit mille et
quelques cents refusants: c'était une imperceptible minorité. Jamais
gouvernement n'a obtenu un tel assentiment, et ne l'a mérité au même
degré.

Ce résultat constaté, le Sénat rendit un sénatus-consulte en trois
articles. Le premier de ces articles était ainsi conçu: _Le peuple
français_ NOMME, et le _Sénat_ PROCLAME, NAPOLÉON BONAPARTE Premier
Consul à vie.

C'est à partir de cette époque que le prénom de NAPOLÉON a commencé de
figurer dans les actes publics, à côté du nom de famille du général
BONAPARTE, seul connu jusqu'alors dans le monde. Ce prénom si
éclatant, que la voix des nations a tant répété depuis, n'avait été
encore employé qu'une fois, c'est dans l'acte constitutif de la
République italienne. En approchant de la souveraineté, le prénom, se
détachant peu à peu du nom de famille, devait bientôt figurer seul
dans la langue universelle, et le général Bonaparte, appelé un moment
Napoléon Bonaparte, ne devait bientôt plus s'appeler que Napoléon,
conformément à la manière de désigner les rois.

Le second article du sénatus-consulte portait qu'une statue de la
Paix, tenant dans une main le laurier de la victoire, et dans l'autre
le décret du Sénat, attesterait à la postérité la reconnaissance de la
nation.

Enfin, le troisième article portait que le Sénat en corps irait
présenter au Premier Consul, avec ce sénatus-consulte, l'expression de
la CONFIANCE, de l'AMOUR et de l'ADMIRATION du peuple français. Ces
trois expressions sont celles du décret lui-même.

[En marge: Le Sénat apporte aux Tuileries le sénatus-consulte, qui
proclame NAPOLÉON BONAPARTE consul à vie.]

On choisit pour amener le Sénat aux Tuileries un jour de grande
réception diplomatique. C'était le 3 août 1802 (15 thermidor) au
matin. Tous les ministres de l'Europe pacifiée étaient réunis dans une
vaste salle, où le Premier Consul avait coutume de les recevoir, et de
se faire présenter les étrangers de distinction. L'audience était à
peine commencée lorsqu'on annonça le Sénat. Ce corps rassemblé tout
entier fut introduit à l'instant même. Le président Barthélemy portait
la parole.

«Le peuple français, dit-il au Premier Consul, le peuple français,
reconnaissant des immenses services que vous lui avez rendus, veut que
la première magistrature de l'État soit inamovible entre vos mains. En
s'emparant ainsi de votre vie tout entière, il n'a fait qu'exprimer la
pensée du Sénat, déposée dans le sénatus-consulte du 18 floréal. La
nation, par cet acte solennel de gratitude, vous donne la mission de
consolider nos institutions.» Après cet exorde, le président énumérait
brièvement les grandes actions du général Bonaparte dans la guerre et
dans la paix, prédisait les prospérités de l'avenir, sans les malheurs
que personne peut-être ne prévoyait alors, et lui répétait enfin ce
que proclamaient dans le moment toutes les bouches de la renommée. Le
président lut ensuite le texte du décret. Le Premier Consul,
s'inclinant devant le Sénat, répondit par ces nobles paroles:

«La vie d'un citoyen est à sa patrie. Le peuple français veut que la
mienne tout entière lui soit consacrée..., j'obéis à sa volonté.

[En marge: Août 1802.]

»Par mes efforts, par votre concours, citoyens sénateurs, par le
concours de toutes les autorités, par la confiance et la volonté de
cet immense peuple, la liberté, l'égalité, la prospérité de la France
seront à l'abri des caprices du sort et de l'incertitude de l'avenir.
Le meilleur des peuples sera le plus heureux, comme il est le plus
digne de l'être; et sa félicité contribuera à celle de l'Europe
entière.

»Content alors d'avoir été appelé, par l'ordre de celui de qui tout
émane, à ramener sur la terre l'ordre, la justice, l'égalité,
j'entendrai sonner la dernière heure, sans regret et sans inquiétude
sur l'opinion des générations futures.»

Après des remercîments affectueux au Sénat, le Premier Consul
reconduisit ce corps, et continua de recevoir les étrangers, que lui
amenaient les ministres d'Angleterre, de Russie, d'Autriche, de
Prusse, de Suède, de Bavière, de Hesse, de Wurtemberg, d'Espagne, de
Naples, d'Amérique, car l'univers entier était dans ce moment en paix
avec la France. Ce même jour on présentait au Premier Consul lord
Holland et lord Grey (ceux que la génération actuelle a connus), avec
une foule d'autres personnages de distinction.

[En marge: Le sénatus-consulte, contenant les modifications à la
Constitution, délibéré au Conseil d'État.]

Le lendemain, 4 août, les nouveaux articles modificatifs de la
Constitution furent soumis au Conseil d'État. Le Premier Consul
présidait cette séance solennelle; il lisait les articles l'un après
l'autre, et les motivait avec précision et vigueur. Il exprimait sur
chacun les idées que nous avons exposées ci-dessus. Il provoquait
lui-même les objections, et y répondait. Sur la désignation du
successeur, il y eut une courte discussion, dans laquelle on put
apercevoir encore quelque trace de la résistance qu'il avait opposée à
cette disposition. MM. Petiet et Roederer soutenaient que la
désignation du successeur, faite par testament, devait être aussi
obligatoire que si elle était faite par le moyen de l'adoption
solennelle, en présence des corps de l'État. Le Premier Consul ne
voulut pas que ce testament fût obligatoire pour le Sénat, par le
motif qu'un homme mort, quelque grand qu'il eût été, n'était plus
rien; que sa dernière volonté pouvait toujours être cassée, et qu'en
la soumettant à la ratification du Sénat, on ne faisait que
reconnaître une nécessité inévitable. À cette occasion, il prononça
sur l'hérédité quelques paroles singulières, qui prouvaient que, pour
l'instant, il n'y songeait plus. Il répéta en effet, avec de certains
développements, qu'elle était hors des moeurs et des opinions
régnantes. Sa nature ne le portait ni au mensonge ni à l'hypocrisie;
mais, placé, comme les hommes le sont toujours, sous l'influence du
moment présent, il repoussait l'hérédité, parce qu'il avait vu les
esprits peu disposés à l'adopter, et que, revêtu d'ailleurs d'un
pouvoir tout à fait monarchique, il se contentait de la réalité sans
le titre. À en juger par ses paroles, il avait franchement pris son
parti à cet égard.

Il y eut ensuite des réclamations contre l'institution du Conseil
privé, dans l'intérêt du Conseil d'État, qui se trouvait un peu
diminué par cette institution. Ici le Premier Consul laissa voir un
certain embarras, envers un corps qu'il avait jusque-là traité avec
une prédilection si marquée, et qu'il semblait dépouiller d'une partie
de son importance. Il dit que le Conseil privé n'était institué que
pour des cas fort rares, qui exigeaient un secret rigoureux,
impossible dans une réunion de quarante ou cinquante personnes; que du
reste le Conseil d'État conserverait toujours la même importance, et
la connaissance des grandes affaires.

Après quelques modifications de détail, le sénatus-consulte fut porté
au Sénat, et après une sorte d'homologation converti en
Sénatus-Consulte organique. Le lendemain, 5 août (17 thermidor), il
fut publié avec les formes d'usage, et devint ainsi le complément de
la Constitution consulaire.

La France ressentait une satisfaction profonde. La famille du Premier
Consul n'avait vu s'accomplir ni toutes ses craintes, ni tous ses
voeux; néanmoins elle partageait le contentement général. Madame
Bonaparte commençait à se rassurer, en voyant s'évanouir l'idée de la
royauté. Cette espèce d'hérédité, qui laissait au chef de l'État le
soin de se choisir un successeur, était tout ce qu'elle désirait, car
elle n'avait pas d'enfant du général Bonaparte, et possédait une fille
chérie, épouse de Louis Bonaparte, qui allait devenir mère. Elle
souhaitait et se flattait d'avoir un petit-fils. Elle croyait voir en
lui l'héritier du sceptre du monde. Son époux partageait ces vues. Les
frères de Napoléon (nous l'appellerons ainsi désormais), les frères de
Napoléon étaient moins satisfaits, du moins Lucien, dont rien ne
calmait la continuelle activité d'esprit. Mais on venait d'introduire
pour eux, dans les articles organiques, une disposition imaginée pour
leur plaire. La loi de la Légion-d'Honneur avait statué que le grand
conseil de la Légion serait composé des trois Consuls, et d'un
représentant de chacun des grands corps de l'État. Le Conseil d'État
avait nommé pour cette charge Joseph Bonaparte; le Tribunat, Lucien.
Une disposition du sénatus-consulte portait que les membres du grand
conseil de la Légion-d'Honneur seraient de droit sénateurs. Les deux
frères de Napoléon étaient donc personnages principaux dans la belle
institution chargée de distribuer toutes les récompenses, et de plus
membres du Sénat, appelés naturellement à exercer dans ce corps une
grande influence. Joseph, modéré dans ses voeux, semblait ne plus rien
désirer. Lucien n'était satisfait qu'à moitié; il n'était pas dans sa
nature de l'être davantage. Le Premier Consul, en faisant ses
collègues Cambacérès et Lebrun consuls à vie, avait voulu avoir autour
de lui des collègues heureux de sa propre élévation. Il y avait
réussi. Un seul personnage du temps sortait assez maltraité de cette
crise, si favorable à la grandeur de tout le monde, c'était M. Fouché,
ministre de la police. Soit que son avis personnel à l'égard des
projets de la famille Bonaparte eût percé, soit que les efforts tentés
pour le desservir auprès du maître eussent réussi, ou, ce qui est plus
probable, que le Premier Consul voulût ajouter à tous ses actes
récents de clémence, et de conciliation, une mesure qui eût encore
plus que les autres le caractère de la confiance et de l'oubli, le
ministère de la police fut supprimé.

[En marge: Suppression du ministère de la police.]

Ce ministère, comme nous l'avons dit ailleurs, avait alors une
importance qu'il n'aura jamais dans un régime régulier, grâce au
pouvoir arbitraire dont le gouvernement était investi, grâce aux fonds
dont il disposait sans contrôle. Émigrés, rentrés ou rentrants,
Vendéens, républicains, prêtres non ralliés, il avait à surveiller
tous ces agents de trouble, et le faisait sans faiblesse. Aussi ce
ministère, quoique exercé avec tact, et beaucoup d'indulgence, par M.
Fouché, était-il devenu odieux aux partis qu'il contenait. Le Premier
Consul le supprima, et se contenta de faire de la police une simple
direction générale, attachée au ministère de la justice. Le conseiller
d'État Réal fut chargé de cette direction. L'administration de la
justice fut enlevée à M. Abrial, homme sage, appliqué à ses devoirs,
mais dont le travail lent et pénible était peu agréable au Premier
Consul. Elle fut donnée à M. Régnier, depuis duc de Massa, magistrat
instruit, disert, ayant inspiré de la confiance et du goût au chef qui
disposait de toutes les existences. M. Régnier reçut avec
l'administration de la justice le titre de Grand-Juge, titre
nouvellement créé par le sénatus-consulte organique. La nature de son
esprit le rendait peu propre à diriger M. Réal dans les difficiles
investigations de la police; aussi M. Réal, travaillant directement
avec le Premier Consul, devint-il à peu près indépendant du ministre
de la justice. Malheureusement, on perdait avec M. Fouché une
connaissance des hommes, et des relations avec les partis, que lui
seul possédait au même degré. Ce sacrifice précipité aux idées du jour
était irréfléchi, et eut, comme on le verra bientôt, des conséquences
regrettables. Cependant on ne voulait pas que le ministre Fouché parût
disgracié. On lui réserva une place au Sénat, ainsi qu'à M. Abrial. M.
Fouché, dans l'acte qui le nommait sénateur, obtint une mention
flatteuse de ses services. Il fut même dit dans cet acte, que, si les
besoins du temps faisaient renaître l'institution aujourd'hui
supprimée, c'est M. Fouché qu'on irait chercher sur les bancs du
Sénat, pour faire un ministre de la police. On apporta encore quelques
autres changements au personnel du gouvernement. M. Roederer, qui
s'entendait peu avec le ministre de l'intérieur, Chaptal, relativement
aux affaires de l'instruction publique dont il était chargé, céda
cette direction au savant Fourcroy, et reçut, comme MM. Fouché et
Abrial, le dédommagement d'un siége au Sénat. Le Premier Consul nomma
encore sénateur le respectable archevêque de Paris, M. de Belloy. En
agissant de la sorte, il n'entendait pas donner une influence au
clergé sur les affaires politiques; mais il voulait que les grands
intérêts sociaux fussent représentés au Sénat, l'intérêt de la
religion comme tous les autres.

[En marge: Le 15 août célébré comme jour anniversaire de la naissance
du Premier Consul.]

Le 15 août (27 thermidor) fut célébré pour la première fois comme jour
anniversaire de la naissance du Premier Consul. C'était l'introduction
progressive des usages monarchiques, qui font de la fête du souverain
une fête nationale. Le matin de ce jour, le Premier Consul reçut le
Sénat, le Tribunat, le Conseil d'État, le clergé, les autorités
civiles et militaires de la capitale, le corps diplomatique, venant le
féliciter du bonheur public et de son bonheur privé. À midi, un _Te
Deum_ fut chanté à l'église Notre-Dame, et dans toutes les églises de
la République. Le soir, des illuminations brillantes représentèrent
dans Paris, ici la figure de la Victoire, ailleurs celle de la Paix,
plus loin enfin, et sur l'une des tours de Notre-Dame, le signe du
Zodiaque, sous lequel était né l'auteur de tous les biens dont la
nation remerciait le ciel.

[En marge: Séance consulaire au Sénat.]

Quelques jours après, le 21 août (3 fructidor), le Premier Consul alla
en pompe prendre possession de la présidence du Sénat. Toutes les
troupes de la division bordaient la haie, depuis les Tuileries
jusqu'au palais du Luxembourg. La voiture du nouveau maître de la
France, escortée par un nombreux état-major et par la garde consulaire
à cheval, était traînée par huit chevaux magnifiques, comme autrefois
la voiture des rois. Personne ne partageait avec lui l'honneur de
l'occuper. Dans les voitures qui suivaient, venaient les second et
troisième Consuls, les ministres, les présidents du Conseil d'État.
Arrivé au palais du Luxembourg, le Premier Consul fut accueilli à son
entrée par une députation de dix sénateurs. Il reçut, assis sur un
fauteuil assez semblable à un trône, le serment de ses deux frères,
Lucien et Joseph, devenus sénateurs de droit, en leur qualité de
membres du grand conseil de la Légion-d'Honneur. Après cette
formalité, des conseillers d'État choisis pour cette fonction
présentèrent cinq projets de sénatus-consultes, relatifs, le premier
au cérémonial des grandes autorités, le second au renouvellement par
séries du Corps Législatif et du Tribunat, le troisième au mode à
suivre en cas de dissolution de ces deux assemblées, le quatrième à la
désignation des vingt-quatre grandes villes de la République, le
cinquième enfin à la réunion de l'île d'Elbe au territoire de la
France.

Afin de saisir tout de suite le Sénat de l'influence qui lui était
promise dans les grandes affaires de l'État, M. de Talleyrand lut un
rapport d'une haute importance, sur les arrangements qui se préparaient
en Allemagne, sous la direction de la France, pour indemniser avec les
principautés ecclésiastiques les princes héréditaires dépossédés à la
rive gauche du Rhin. C'était, comme on va le voir prochainement dans la
suite de cette histoire, la plus grande affaire du moment. Celle-là
finie, le monde semblait en repos pour long-temps. En publiant dans ce
rapport au Sénat les vues de la France, le Premier Consul annonçait à
l'Europe ses idées sur cet important sujet, ou, pour mieux dire, lui
intimait ses volontés; car on savait bien qu'il n'était pas homme à
revenir d'une résolution aussi publiquement annoncée. La lecture de ce
rapport terminée, il se retira, laissant au Sénat le soin d'examiner les
cinq sénatus-consultes organiques qui venaient de lui être soumis.

Accompagné de nouveau par les dix sénateurs qui l'avaient reçu à son
arrivée, et accueilli sur son passage par les acclamations du peuple
de Paris, le Premier Consul rentra au palais des Tuileries comme un
monarque constitutionnel qui vient de tenir une séance royale.

[En marge: Le Premier Consul va s'établir à Saint-Cloud.]

On était fort avancé dans l'été, car on touchait à la fin d'août. Le
Premier Consul alla prendre possession du château de Saint-Cloud,
qu'il avait d'abord refusé, quand on le lui avait offert comme
habitation de campagne. Revenu de cette première détermination, il y
avait ordonné des réparations, qui, peu considérables en commençant,
avaient fini bientôt par embrasser le château tout entier. Elles
avaient été récemment achevées. Le Premier Consul en profita pour
aller s'établir dans cette belle résidence. Il y recevait, à des jours
choisis, les hauts fonctionnaires, les grands personnages de toutes
les classes, les étrangers, les ambassadeurs. Le dimanche, on y disait
la messe à la chapelle, et les opposants au Concordat commençaient à y
assister, comme autrefois on assistait à la messe à Versailles. Le
Premier Consul, accompagné de sa femme, entendait une messe fort
courte, et puis s'entretenait, dans la galerie du château, avec ceux
qui lui avaient fait visite. Les assistants, rangés sur deux lignes,
attendaient, recherchaient ses paroles, comme on recherche celles de
la royauté ou celles du génie. Dans ce cercle on ne voyait, on ne
regardait que lui. Aucun potentat sur la terre n'a obtenu, n'a mérité
au même degré, les purs hommages dont il était alors l'objet de la
part de la France, et du monde entier.

C'était déjà la puissance impériale qu'on lui a vue depuis, mais avec
l'assentiment universel des peuples, avec des formes moins royales,
mais plus dignes peut-être, car il y restait une certaine modestie
républicaine, qui convenait à ce pouvoir nouveau, et qui rappelait
Auguste conservant, au milieu de la suprême puissance, les habitudes
extérieures du citoyen romain.

[En marge: Résumé de la période de trois ans, écoulée de 1799 à 1802.]

Quelquefois, après une longue route à travers une vaste et belle
contrée, on s'arrête un instant pour contempler d'un lieu élevé le
pays qu'on a parcouru: imitons cet exemple, arrêtons-nous, et jetons
un regard en arrière, pour contempler les prodigieux travaux du
général Bonaparte, depuis le 18 brumaire. Quelle profusion, quelle
variété, quelle grandeur d'événements!

Après avoir traversé les mers par miracle, revu la France, surprise et
ravie de sa soudaine apparition, renversé le Directoire, saisi le
pouvoir, accepté, en la modifiant sous le rapport de la puissance
exécutive, la Constitution de M. Sieyès, il avait mis en hâte quelque
ordre dans l'administration, rétabli la perception et le versement de
l'impôt, relevé le crédit, envoyé un premier secours aux armées,
profité de l'hiver pour accabler la Vendée sous une réunion imprévue
de troupes, reporté brusquement ces troupes vers les frontières, et,
au milieu de la confusion apparente de tous ces mouvements, créé au
pied des Alpes une armée inaperçue, invraisemblable, destinée à tomber
à l'improviste au milieu des ennemis, qui se refusaient à croire à son
existence. Tout étant prêt pour entrer en campagne, il avait offert à
l'Europe la paix ou la guerre, et la guerre ayant été préférée, il
avait ordonné le passage du Rhin, porté Moreau sur le Danube, placé
Masséna dans Gênes, pour y arrêter les Autrichiens et les y retenir.
Puis Moreau, d'un côté, ayant jeté M. de Kray sur Ulm, Masséna, de
l'autre, ayant fixé M. de Mélas sur Gênes par une défense héroïque, il
avait, à l'improviste, passé les Alpes sans route frayée, avec son
artillerie traînée dans des troncs d'arbres, paru au milieu de
l'Italie étonnée, coupé la retraite aux Autrichiens, et, dans une
bataille décisive, perdue et regagnée plusieurs fois, pris leur armée,
recouvré l'Italie, anéanti les projets de la coalition, et arraché à
l'Europe confondue un armistice de six mois.

C'est pendant ces six mois de trêve, que les travaux du Premier Consul
étaient devenus plus étonnants encore. Négociant et administrant tout
à la fois, il avait changé la face de la politique, tourné les
affections de l'Europe vers la France et contre l'Angleterre, gagné le
coeur de Paul Ier, décidé les incertitudes de la Prusse, donné au
Danemark et à la Suède le courage de résister aux violences maritimes
dont leur commerce était l'objet, noué ainsi la ligue des neutres
contre la Grande-Bretagne, fermé à celle-ci les ports du continent,
depuis le Texel jusqu'à Cadix, depuis Cadix jusqu'à Otrante, et
préparé d'immenses armements pour secourir l'Égypte. Tandis qu'il
faisait tout cela, il avait achevé la réorganisation des finances,
restauré le crédit, payé en numéraire les créanciers de l'État, créé
la banque de France, réparé les routes, réprimé le brigandage, percé
les Alpes de communications magnifiques, établi des hospices sur leur
cime, entrepris la grande place d'Alexandrie, perfectionné Mantoue,
ouvert des canaux, jeté de nouveaux ponts, commencé la rédaction des
Codes. Enfin, après ces six mois d'armistice, l'Autriche hésitant
encore à signer la paix, il avait poussé Moreau en avant, et celui-ci,
en achevant par la mémorable bataille de Hohenlinden la destruction de
la puissance autrichienne, avait arraché, sous les murs mêmes de
Vienne, la promesse d'une paix, signée bientôt à Lunéville.

C'est dans ce moment qu'un crime affreux, la machine infernale,
mettant en péril les jours du Premier Consul, avait irrité son âme
bouillante, et provoqué la seule faute commise dans ce temps de
conduite parfaite, la déportation sans jugement de cent trente
révolutionnaires. Tristes vicissitudes de la violence, dans les
révolutions! Les assassins de septembre, frappés à leur tour, ne
trouvaient ni lois ni courage pour les défendre; et le Tribunat, qui
s'opposait aux meilleures mesures du Premier Consul, n'avait pas osé
proférer une parole pour ces proscrits!

Dominateur du continent, ayant discrédité, expulsé des affaires les
deux ministres fauteurs de toutes les coalitions, M. de Thugut à
Vienne, M. Pitt à Londres, le Premier Consul avait jeté l'Europe
entière sur l'Angleterre. Nelson en frappant les Danois à Copenhague,
les Russes en égorgeant leur empereur, avaient sauvé l'Angleterre des
désastres qui la menaçaient, mais, en la sauvant de ces désastres, ne
lui avaient donné ni le courage, ni les moyens de prolonger la
guerre.

La nation anglaise, saisie de crainte et d'admiration en présence du
général Bonaparte, venait enfin de consentir à la paix d'Amiens, la
plus belle que la France ait jamais conclue.

Le temple de Janus se trouvait donc fermé! Et alors le Premier Consul,
voulant ajouter à la paix avec les puissances européennes la paix avec
l'Église, s'était hâté de négocier le Concordat, de réconcilier Rome
et la Révolution, de relever les autels, de rendre à la France tout ce
qui est nécessaire aux sociétés civilisées, et, parvenu à la troisième
année de son Consulat, s'était présenté aux deux assemblées
législatives, apportant la paix avec la terre et les mers, la paix
avec le ciel, l'amnistie pour tous les proscrits, un code de lois
superbe, un système puissant d'éducation publique, un système glorieux
de distinctions sociales. Quoiqu'en se présentant la main pleine de
tous ces dons, il avait cependant trouvé une résistance inattendue,
violente, peu éclairée, naissant de bons et de mauvais sentiments,
chez les uns l'envie, chez les autres l'amour d'une liberté alors
impossible. Délivré, par l'habileté de son collègue Cambacérès, de
cette résistance que dans sa fougue il voulait briser violemment, il
venait enfin d'achever toutes ses oeuvres, de faire accepter les
traités signés avec l'Europe, le Concordat, son système d'éducation
laïque et nationale, la Légion-d'Honneur, et de recevoir pour prix de
tant de services le pouvoir à vie, et la grandeur des empereurs
romains. En cet instant il reprenait le travail des Codes: arbitre en
même temps de tous les intérêts du continent, il réformait la
Constitution de l'Allemagne, et en distribuait le territoire à ses
princes, avec une équité reconnue de l'Europe.

Maintenant, si oubliant ce qui s'est passé depuis, on s'imagine un
moment ce dictateur, alors nécessaire, restant aussi sage qu'il a été
grand, unissant ces contraires que Dieu, il est vrai, n'a jamais
réunis dans un même homme, cette vigueur de génie qui constitue les
grands capitaines, avec cette patience qui est le trait distinctif des
fondateurs d'empire, calmant par un long repos la société française
agitée, et la préparant peu à peu à cette liberté, honneur et besoin
des sociétés modernes; puis, après avoir rendu la France si grande,
apaisant, au lieu de les irriter, les jalousies de l'Europe, changeant
en une donnée permanente de la politique générale les démarcations
territoriales de Lunéville et d'Amiens, enfin terminant sa carrière
par un acte digne des Antonins, et allant chercher, n'importe où, le
successeur le plus digne pour lui remettre cette France organisée,
préparée à la liberté, et pour toujours agrandie: quel homme eût
jamais égalé celui-là! Mais cet homme guerrier comme César, politique
comme Auguste, vertueux comme Marc-Aurèle, eût été plus qu'un homme,
et la Providence ne donne pas au monde des dieux pour le gouverner.

Du reste, à cette époque, il paraissait si modéré après avoir été si
victorieux, il était si profond législateur après avoir été si grand
capitaine, il montrait tant d'amour pour les arts de la paix, après
avoir tant excellé dans les arts de la guerre, qu'il pouvait faire
illusion à la France et au monde. Seulement quelques-uns des
conseillers qui l'approchaient, et qui étaient capables d'entrevoir
l'avenir dans le présent, étaient saisis d'inquiétude autant que
d'admiration, en voyant l'activité infatigable de son esprit et de son
corps, l'énergie de sa volonté, l'impétuosité de ses désirs. Ils
tremblaient, même à lui voir faire le bien comme il le faisait, tant
il était pressé de le faire vite, et de le faire immense. Le sage
Tronchet, qui l'admirait et qui l'aimait tout à la fois, qui le
regardait comme le sauveur de la France, disait cependant un jour avec
chagrin au consul Cambacérès: Ce jeune homme commence comme César;
j'ai peur qu'il ne finisse comme lui.

FIN DU QUATORZIÈME LIVRE ET DU TOME TROISIÈME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES

DANS LE TOME TROISIÈME.


LIVRE DIXIÈME.

ÉVACUATION DE L'ÉGYPTE.

    Tous les yeux fixés sur la négociation engagée à
    Londres. -- On se demande quelle influence exercera la
    mort de Paul Ier sur cette négociation. -- État de la
    cour de Russie. -- Caractère d'Alexandre. -- Ses jeunes
    amis forment avec lui un gouvernement secret, qui dirige
    toutes les affaires de l'empire. -- Alexandre consent à
    réduire beaucoup les prétentions apportées à Paris par
    M. de Kalitcheff, au nom de Paul Ier. -- Il accueille
    Duroc avec bienveillance. -- Ses protestations réitérées
    du désir de bien vivre avec la France. -- Commencements
    de la négociation entamée à Londres. -- Conditions mises
    en avant, de part et d'autre. -- Conquêtes des deux pays
    sur terre et sur mer. -- L'Angleterre consent à
    restituer une partie de ses conquêtes maritimes, mais
    subordonne toute la négociation à la question de savoir
    si la France gardera l'Égypte. -- Les deux gouvernements
    sont tacitement d'accord pour temporiser, afin
    d'attendre l'issue des événements militaires. -- Le
    Premier Consul, averti que la négociation dépend de ces
    événements, pousse l'Espagne à marcher vivement contre
    le Portugal, et fait de nouveaux efforts pour secourir
    l'Égypte. -- Emploi des forces navales. -- Diverses
    expéditions projetées. -- Navigation de Ganteaume au
    sortir de Brest. -- Cet amiral passe heureusement le
    détroit. -- Prêt à se diriger sur Alexandrie, il
    s'effraye de dangers imaginaires, et rentre dans Toulon.
    -- État de l'Égypte depuis la mort de Kléber. --
    Soumission du pays, et situation prospère de la colonie
    sous le rapport matériel. -- Incapacité, anarchie dans
    le commandement. -- Déplorables divisions des généraux.
    -- Mesures mal conçues de Menou, qui veut toucher à tous
    les objets à la fois. -- Malgré l'avis réitéré d'une
    expédition anglaise, il ne prend aucune précaution. --
    Débarquement des Anglais dans la rade d'Aboukir, le 8
    mars. -- Le général Friant, réduit à quinze cents
    hommes, fait d'inutiles efforts pour les repousser. --
    Deux bataillons ajoutés à la division d'Alexandrie
    auraient sauvé l'Égypte. -- Tardive concentration de
    forces ordonnée par Menou. -- Arrivée de la division
    Lanusse, et second combat livré avec des forces
    insuffisantes, dans la journée du 13 mars. -- Menou
    arrive enfin avec le gros de l'armée. -- Tristes
    conséquences de la division des généraux. -- Plan d'une
    bataille décisive. -- Bataille de Canope, livrée le 21
    mars, et restée indécise. -- Les Anglais demeurent
    maîtres de la plage d'Alexandrie. -- Longue
    temporisation, pendant laquelle Menou aurait encore pu
    relever les affaires des Fiançais, en manoeuvrant contre
    les corps détachés de l'ennemi. -- Il n'en fait rien. --
    Les Anglais tentent une opération sur Rosette, et
    réussissent à s'emparer d'une bouche du Nil. -- Ils
    pénètrent dans l'intérieur. -- Dernière occasion de
    sauver l'Égypte, à Ramanieh, perdue par l'incapacité du
    général Menou. -- Les Anglais s'emparent de Ramanieh, et
    séparent la division du Kaire de celle d'Alexandrie. --
    L'armée française, coupée en deux, n'a plus d'autre
    ressource que celle de capituler. -- Reddition du Kaire
    par le général Belliard. -- Menou, enfermé dans
    Alexandrie, rêve la gloire d'une défense semblable à
    celle de Gênes. -- L'Égypte définitivement perdue pour
    les Français.                                              1 à 112


LIVRE ONZIÈME.

PAIX GÉNÉRALE.

    Dernière et infructueuse sortie de Ganteaume. -- Il
    touche à Derne, n'ose débarquer deux mille hommes qu'il
    avait à son bord, et rebrousse chemin vers Toulon. --
    Prise en route du vaisseau le _Swiftsure_. -- L'amiral
    Linois, envoyé de Toulon à Cadix, est obligé de jeter
    l'ancre dans la baie d'Algésiras. -- Beau combat
    d'Algésiras. -- Une escadre composée de Français et
    d'Espagnols sort de Cadix, pour venir au secours de la
    division Linois. -- Rentrée des flottes combinées dans
    Cadix. -- Combat d'arrière-garde avec l'amiral anglais
    Saumarez. -- Affreuse méprise de deux vaisseaux
    espagnols, qui, trompés par la nuit, se prennent pour
    ennemis, se combattent à outrance, et sautent en l'air
    tous les deux. -- Beau fait d'armes du capitaine Troude.
    -- Courte campagne du prince de la Paix contre le
    Portugal. -- La cour de Lisbonne se hâte d'envoyer un
    négociateur à Badajos, pour se soumettre aux volontés de
    la France et de l'Espagne réunies. -- Marche des
    affaires européennes depuis le traité de Lunéville. --
    Influence croissante de la France. -- Séjour à Paris des
    infants d'Espagne, destinés à régner en Étrurie. --
    Reprise de la négociation de Londres, entre M. Otto et
    lord Hawkesbury. -- Nouvelle manière de poser la
    question du côté des Anglais. -- Ils demandent Ceylan
    dans les Indes, la Martinique ou la Trinité dans les
    Antilles, Malte dans la Méditerranée. -- Le Premier
    Consul répond à ces prétentions, en menaçant de
    conquérir le Portugal, et au besoin d'exécuter une
    descente en Angleterre. -- Vive polémique entre _le
    Moniteur_ et les journaux anglais. -- Le cabinet
    britannique renonce à Malte, et résume toutes ses
    prétentions en demandant l'île espagnole de la Trinité.
    -- Le Premier Consul, pour sauver les possessions d'une
    cour alliée, offre l'île française de Tabago. -- Le
    cabinet britannique refuse. -- Folle conduite du prince
    de la Paix, qui fournit une solution inattendue. -- Ce
    prince traite avec la cour de Lisbonne, sans se
    concerter avec la France, et prive ainsi la légation
    française de l'argument qu'on tirait des dangers du
    Portugal. -- Irritation du Premier Consul, et menaces de
    guerre à la cour de Madrid. -- M. de Talleyrand propose
    au Premier Consul de terminer la négociation aux dépens
    des Espagnols, en livrant aux Anglais l'île de la
    Trinité. -- M. Otto reçoit l'autorisation de faire cette
    concession, mais seulement à la dernière extrémité. --
    Pendant qu'on négocie, Nelson tente les plus grands
    efforts pour détruire la flottille de Boulogne. -- Beaux
    combats devant Boulogne, soutenus par l'amiral
    Latouche-Tréville contre Nelson. -- Défaite des Anglais.
    -- Joie en France, inquiétudes en Angleterre, à la suite
    de ces deux combats. -- Dispositions réciproques à un
    rapprochement. -- On passe par-dessus les dernières
    difficultés, et la paix se conclut, sous forme de
    préliminaires, par le sacrifice de l'île de la Trinité.
    -- Joie inouïe en Angleterre et en France. -- Le colonel
    Lauriston, chargé de porter à Londres la ratification du
    Premier Consul, est conduit en triomphe pendant
    plusieurs heures. -- Réunion d'un congrès dans la ville
    d'Amiens pour conclure la paix définitive. -- Suite de
    traités signés coup sur coup. -- Paix avec le Portugal,
    la Porte-Ottomane, la Bavière, la Russie, etc. -- Fête à
    la paix, fixée au 18 brumaire. -- Lord Cornwallis,
    plénipotentiaire au congrès d'Amiens, assiste à cette
    fête. -- Accueil qu'il reçoit du peuple de Paris. --
    Banquet de la Cité à Londres. -- Témoignages
    extraordinaires de sympathie que se donnent en ce moment
    les deux nations.                                        113 à 193


LIVRE DOUZIÈME.

CONCORDAT.

    L'Église catholique pendant la Révolution française. --
    Constitution civile du clergé décrétée par l'Assemblée
    Constituante. -- Cette constitution avait voulu
    assimiler l'administration des cultes à celle du
    royaume, établir un diocèse par département, faire élire
    les évêques par les fidèles, et les dispenser de
    l'institution canonique. -- Serment à cette
    constitution exigé de la part du clergé. -- Refus de
    serment, et schisme. -- Diverses catégories de prêtres,
    leur rôle et leur influence. -- Inconvénients de cet
    état de choses. -- Moyens qu'il fournit aux ennemis de
    la Révolution, pour troubler l'État et les familles. --
    Divers systèmes proposés pour porter remède au mal. --
    Le système de l'inaction. -- Le système d'une Église
    française, dont le Premier Consul serait le chef. -- Le
    système d'un fort encouragement au protestantisme. --
    Opinions du Premier Consul sur les divers systèmes
    proposés. -- Il forme le projet de rétablir la religion
    catholique, en appropriant sa discipline aux nouvelles
    institutions de la France. -- Il veut la déposition des
    évêques anciens titulaires, une circonscription
    comprenant 60 siéges au lieu de 158, la création d'un
    nouveau clergé composé de prêtres respectables de toutes
    les sectes, l'attribution à l'État de la police des
    cultes, un salaire aux prêtres au lieu d'une dotation
    territoriale, enfin la consécration par l'Église de la
    vente des biens nationaux. -- Relations amicales du pape
    Pie VII avec le Premier Consul. -- Monsignor Spina,
    chargé de négocier à Paris, retarde la négociation dans
    un intérêt temporel du Saint-Siége. -- Désir secret de
    recouvrer les Légations. -- Monsignor Spina sent enfin
    le besoin de se hâter. -- Il s'abouche avec l'abbé
    Bernier, chargé de traiter pour la France. --
    Difficultés du plan proposé à la cour romaine. -- Le
    Premier Consul envoie son projet à Rome, et demande au
    Pape de s'expliquer. -- Trois cardinaux consultés. -- Le
    Pape, après cette consultation, veut que la religion
    catholique soit déclarée religion de l'État, qu'on le
    dispense de déposer les anciens titulaires, et de
    consacrer autrement que par son silence la vente des
    biens d'Église, etc. -- Débats avec M. de Cacault,
    ministre de France à Rome. -- Le Premier Consul, fatigué
    de ces lenteurs, ordonne à M. de Cacault de quitter Rome
    sous cinq jours, si le Concordat n'est pas adopté dans
    ce délai. -- Terreurs du Pape et du cardinal Consalvi.
    -- M. de Cacault suggère au cabinet pontifical l'idée
    d'envoyer à Paris le cardinal Consalvi. -- Départ de
    celui-ci pour la France, et ses frayeurs. -- Son arrivée
    à Paris. -- Accueil bienveillant du Premier Consul. --
    Conférences avec l'abbé Bernier. -- On s'entend sur le
    principe d'une religion d'État. -- On déclare la
    religion catholique, religion de la majorité des
    Français. -- Toutes les autres conditions du Premier
    Consul, relativement à la déposition des anciens
    titulaires, à la nouvelle circonscription, à la vente
    des biens d'Église, sont acceptées, sauf quelques
    changements de rédaction. -- Accord définitif sur tous
    les points. -- Efforts tentés au dernier moment par les
    adversaires du rétablissement des cultes, afin
    d'empêcher le Premier Consul de signer le Concordat. --
    Il persiste. -- Signature donnée le 15 juillet 1801. --
    Retour du cardinal Consalvi à Rome. -- Satisfaction du
    Pape. -- Solennité des ratifications. -- Choix du
    cardinal Caprara, comme légat _a latere_. -- Le Premier
    Consul aurait voulu célébrer le 18 brumaire la paix de
    l'Église, en même temps que la paix avec toutes les
    puissances de l'Europe. -- La nécessité de s'adresser
    aux anciens titulaires, pour avoir leur démission,
    entraîne des retards. -- Demande de leur démission
    adressée par le Pape à tous les anciens évêques,
    constitutionnels ou non constitutionnels. -- Sage
    soumission des constitutionnels. -- Noble résignation
    des membres de l'ancien clergé. -- Admirables réponses.
    -- Il n'y a de résistance que de la part des évêques
    retirés à Londres. -- Tout est prêt pour le
    rétablissement du culte en France, mais une vive
    opposition dans le sein du Tribunat fait naître de
    nouveaux délais. -- Nécessité de vaincre cette
    opposition avant de passer outre.                        194 à 285


LIVRE TREIZIÈME.

LE TRIBUNAT.

    Administration intérieure. -- Les grandes routes purgées
    du brigandage, et réparées. -- Renaissance du commerce.
    -- Exportations et importations de l'année 1801. --
    Résultats matériels de la Révolution française,
    relativement à l'agriculture, à l'industrie, à la
    population. -- Influence des préfets et sous-préfets sur
    l'administration. -- Ordre et célérité dans l'expédition
    des affaires. -- Conseillers d'État en tournée. --
    Discussion du Code civil au Conseil d'État. -- Brillant
    hiver de 1801 à 1802. -- Affluence extraordinaire des
    étrangers à Paris. -- Cour du Premier Consul. --
    Organisation de sa maison militaire et civile. -- La
    garde consulaire. -- Préfets du palais et dames
    d'honneur. -- Soeurs du Premier Consul. -- Hortense de
    Beauharnais épouse Louis Bonaparte. -- MM. Fox et de
    Calonne à Paris. -- Bien-être et luxe de toutes les
    classes. -- Approches de la session de l'an X. -- Une
    vive opposition s'élève contre les plus belles oeuvres
    du Premier Consul. -- Causes de cette opposition,
    répandue non-seulement parmi les membres des assemblées
    délibérantes, mais parmi quelques chefs de l'armée. --
    Conduite des généraux Lannes, Augereau et Moreau. --
    Ouverture de la session. -- Dupuis, l'auteur de
    l'ouvrage sur l'origine de tous les cultes, est nommé
    président du Corps Législatif. -- Scrutins pour les
    places vacantes au Sénat. -- Nomination de l'abbé
    Grégoire, contrairement aux propositions du Premier
    Consul. -- Explosion violente au Tribunat, pour le mot
    _sujets_, inséré dans le traité avec la Russie. --
    Opposition au Code civil. -- Irritation du Premier
    Consul. -- Discussion au Conseil d'État sur la conduite
    à tenir dans ces circonstances. -- On prend le parti
    d'attendre la discussion des premiers titres du Code
    civil. -- Le Tribunat rejette ces premiers titres. --
    Suite des scrutins pour les places vacantes au Sénat. --
    Le Premier Consul a proposé d'anciens généraux, qui ne
    sont pas pris parmi ses créatures. -- Le Tribunat et le
    Corps Législatif les repoussent, et se mettent d'accord
    pour proposer M. Daunou, connu par son opposition au
    gouvernement. -- Vive allocution du Premier Consul à une
    réunion de sénateurs. -- Menaces d'un coup d'État. --
    Les opposants intimidés se soumettent, et imaginent un
    subterfuge pour annuler l'effet de leurs premiers
    scrutins. -- Le consul Cambacérès dissuade le Premier
    Consul de toute mesure illégale, et lui persuade de se
    débarrasser des opposants, au moyen de l'article 38 de
    la Constitution, qui fixe en l'an X la sortie du premier
    cinquième du Corps Législatif et du Tribunat. -- Le
    Premier Consul adopte cette idée. -- Suspension de tous
    les travaux législatifs. -- On en profite pour réunir à
    Lyon, sous le titre de Consulte, une diète italienne. --
    Avant de quitter Paris le Premier Consul expédie une
    flotte chargée de troupes à Saint-Domingue. -- Projet de
    reconquérir cette colonie. -- Négociations d'Amiens. --
    Objet de la Consulte convoquée à Lyon. -- Diverses
    manières de constituer l'Italie. -- Projets du Premier
    Consul à ce sujet. -- Création de la République
    Italienne. -- Le général Bonaparte proclamé Président de
    cette république. -- Enthousiasme des Italiens et des
    Français réunis à Lyon. -- Grande revue de l'armée
    d'Égypte. -- Retour du Premier Consul à Paris.           286 à 404


LIVRE QUATORZIÈME.

CONSULAT À VIE.

    Arrivée du Premier Consul à Paris. -- Scrutin du Sénat
    qui exclut soixante membres du Corps Législatif et vingt
    membres du Tribunat. -- Les membres exclus remplacés par
    des hommes dévoués au gouvernement. -- Fin du congrès
    d'Amiens. -- Quelques difficultés surgissent au dernier
    moment de la négociation, par suite d'ombrages excités
    en Angleterre. -- Le Premier Consul surmonte ces
    difficultés par sa modération et sa fermeté. -- La paix
    définitive signée le 25 mars 1802. -- Quoique le premier
    enthousiasme de la paix soit amorti en France et en
    Angleterre, on accueille avec une nouvelle joie
    l'espérance d'une réconciliation sincère et durable. --
    Session extraordinaire de l'an X, destinée à convertir
    en loi le Concordat, le traité d'Amiens, et différents
    projets d'une haute importance. -- Loi réglementaire des
    cultes ajoutée au Concordat, sous le titre d'_Articles
    organiques_. -- Présentation de cette loi et du
    Concordat au Corps Législatif et au Tribunat renouvelés.
    -- Froideur avec laquelle ces deux projets sont
    accueillis, même après l'exclusion des opposants. -- Ils
    sont adoptés. -- Le Premier Consul fixe au jour de
    Pâques la publication du Concordat, et la première
    cérémonie du culte rétabli. -- Organisation du nouveau
    clergé. -- Part faite aux constitutionnels dans la
    nomination des évêques. -- Le cardinal Caprara refuse,
    au nom du Saint-Siége, d'instituer les constitutionnels.
    -- Fermeté du Premier Consul, et soumission du cardinal
    Caprara. -- Réception officielle du cardinal comme légat
    _a latere_. -- Sacre des quatre principaux évêques à
    Notre-Dame, le dimanche des Rameaux. -- Curiosité et
    émotion du public. -- La veille même du jour de Pâques
    et du _Te Deum_ solennel qui doit être chanté à
    Notre-Dame, le cardinal Caprara veut imposer aux
    constitutionnels une rétractation humiliante de leur
    conduite passée. -- Nouvelle résistance de la part du
    Premier Consul. -- Le cardinal Caprara ne cède que dans
    la nuit qui précède le jour de Pâques. -- Répugnance des
    généraux à se rendre à Notre-Dame. -- Le Premier Consul
    les y oblige. -- _Te Deum_ solennel et restauration
    officielle du culte. -- Adhésion du public, et joie du
    Premier Consul en voyant le succès de ses efforts. --
    Publication du _Génie du Christianisme_. -- Projet d'une
    amnistie générale à l'égard des émigrés -- Cette mesure,
    débattue au Conseil d'État, devient l'objet d'un
    sénatus-consulte. -- Vues du Premier Consul sur
    l'organisation de la société en France. -- Ses opinions
    sur les distinctions sociales, et sur l'éducation de la
    jeunesse. -- Deux projets de loi d'une haute importance,
    sur l'institution de la Légion-d'Honneur, et sur
    l'instruction publique. -- Discussion de ces deux
    projets dans le sein du Conseil d'État. -- Caractère des
    discussions de ce grand corps. -- Paroles du Premier
    Consul. -- Présentation des deux projets au Corps
    Législatif et au Tribunat. -- Adoption à une grande
    majorité du projet de loi relatif à l'instruction
    publique. -- Une forte minorité se prononce contre le
    projet relatif à la Légion-d'Honneur. -- Le traité
    d'Amiens présenté le dernier, comme couronnement des
    oeuvres du Premier Consul. -- Accueil fait à ce traité.
    -- On en prend occasion de dire de toutes parts, qu'il
    faut décerner une récompense nationale à l'auteur de
    tous les biens dont jouit la France. -- Les partisans et
    les frères du Premier Consul songent au rétablissement
    de la monarchie. -- Cette idée paraît prématurée. --
    L'idée du consulat déféré à vie prévaut généralement. --
    Le consul Cambacérès offre son intervention auprès du
    Sénat. -- Dissimulation du Premier Consul, qui ne veut
    jamais avouer ce qu'il désire. -- Embarras du consul
    Cambacérès. -- Ses efforts auprès du Sénat, pour obtenir
    que le consulat soit déféré au général Bonaparte pour la
    durée de sa vie. -- Les ennemis secrets du général
    profitent de son silence, pour persuader au Sénat qu'une
    prolongation du consulat pour dix années lui suffit. --
    Vote du Sénat dans ce sens. -- Déplaisir du Premier
    Consul. -- Il veut refuser. -- Son collègue Cambacérès
    l'en empêche, et propose, comme expédient, de recourir à
    la souveraineté nationale, et de poser à la France la
    question de savoir si le général Bonaparte sera consul à
    vie. -- Le Conseil d'État chargé de rédiger la question.
    -- Ouverture de registres pour recevoir les votes, dans
    les mairies, les tribunaux, les notariats. --
    Empressement de tous les citoyens à porter leur réponse
    affirmative. -- Changements apportés à la constitution
    de M. Sieyès. -- Le Premier Consul reçoit le consulat à
    vie, avec la faculté de désigner son successeur. -- Le
    Sénat est investi du pouvoir constituant. -- Les listes
    de notabilité sont abolies, et remplacées par des
    colléges électoraux à vie. -- Le Tribunat réduit à
    n'être qu'une section du Conseil d'État. -- La nouvelle
    constitution devenue tout à fait monarchique. -- Liste
    civile du Premier Consul. -- Il est proclamé
    solennellement par le Sénat. -- Satisfaction générale
    d'avoir fondé enfin un pouvoir fort et durable. -- Le
    Premier Consul prend le nom de NAPOLÉON BONAPARTE. -- Sa
    puissance morale est à son apogée. -- Résumé de cette
    période de trois ans.                                    405 à 562





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire du Consulat et de l'Empire, (Vol. 3 / 20) - faisant suite à l'Histoire de la Révolution Française" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home