Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0011, 13 Mai 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0011, 13 Mai 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION

No. 11. Vol. I.--SAMEDI 13 MAI 1843

Bureaux, rue de Seine, 33.



SOMMAIRE.

Don Carlos. Portrait; _hôtel Panette_.--Courrier de Paris.--Manuscrits
de Napoléon. Lettres sur l'histoire de la Corse.--Courses du
Champ-de-Mars. _Courses de haies; pesage des jockeys; traitement du
cheval après la course_.--Anniversaire de la délivrance d'Orléans.
_Statue de Jeanne d'Arc_.--Nécrologie. _Portraits de Colocotroni et du
duc de Sussex, chapelle de Notre-Dame-des-Flammes, à Bellevue_.--La
Vengeance des Trépassés, nouvelle, sixième partie.--Théâtres. Lucrèce;
Brutus; la Comédie à cheval; les deux Favorites: le Métier à la
Jacquart; les Canuts; le Voyage en l'air; j'ai du bon Tabac; Marguerite
Fortier; les Prétendants. _Deux scènes de Lucrèce_; le Voyage en l'air;
une scène du Métier à la Jacquart et une scène des canuts. Théâtre de
l'Opéra-Comique: On ne s'avise jamais de tout.--Lettre sur les Incendies
de théâtre.--Industrie. Le sucre de canne et le sucre de betterave
(suite). _Deux gravures_.--Caricatures par Bertal. _Dix-sept
gravures_.--Bulletin bibliographique--Annonces.--Modes. _Trois
gravures_. Météorologie.--Echecs. Rébus.



Don Carlos.

Les journaux ont dernièrement appelé l'attention publique et provoqué
des explications du Gouvernement sur la position réelle de don Carlos.
On a demandé si ce prince espagnol était l'hôte ou le prisonnier de la
France; si le ministère lui imposait sa résidence à Bourges ou si le
royal proscrit s'était pris au contraire d'une belle passion pour la
patrie de George Sand, au point d'y fixer volontairement son séjour.

Il y a là, sans doute, une grave question de droit des gens et de
liberté individuelle. Pour _l'Illustration_, il y a lieu avant tout à un
portrait et à une biographie.

Don Carlos est âgé aujourd'hui de cinquante-cinq ans; il était le second
fils du roi Charles IV et frère de Ferdinand VII, mort en 1833. Il
semblait que le trône ne pouvait manquer à ce prince. Le roi, son frère,
avait eu quatre épouses, et la dernière, Marie-Christine, fille du roi
de Naples, François 1er, lui donna seule deux enfants, et ces enfants
étaient deux filles. Les dispositions de la loi salique, adoptée en 1713
par Philippe V, assuraient à don Carlos la succession royale, quand des
intrigues de cour poussèrent le vieux roi à abolir la loi salique et à
nommer la reine régente, après sa mort, du royaume d'Espagne, pendant la
minorité d'Isabelle II. Ce coup d'État détruisit les beaux rêves de
royauté de don Carlos, qui avait toute raison de se voir un jour
couronne en tête et sceptre au poing, quand une petite fille de trois
ans, sa nièce, monta sur ce trône qu'il avait si ardemment convoité.

Nous autres, pauvres gens, quand la réalité vient souffleter nos rêves
de gloire ou de fortune, quand le but que nous poursuivons s'éloigne
devant nous, il ne nous vient pas à l'idée de troubler le monde de notre
dépit. Le poète alors chante sa souffrance, l'auteur sifflé recommence
bravement un nouveau chef-d'oeuvre, le spéculateur combine de nouveaux
calculs. Perrette pleure, la pauvre enfant, devant son lait répandu et
ses projets évanouis; pourquoi donc les prétendants à tous les trônes
possibles n'en feraient-ils pas autant quand le trône leur échappe, au
lieu d'appeler aux armes les populations et de faire tuer des braves
gens qui, en Espagne, comme en Vendée, comme partout, se battent
hardiment sans trop savoir pourquoi?

Ainsi fit don Carlos. Pour avoir le futile plaisir de s'asseoir sur ces
planches de sapin recouvertes d'un morceau de velours, il ne craignit
pas de porter la guerre civile dans sa patrie, de soulever et de ruiner
des provinces entières, tristes moyens qui dégoûteraient les meilleurs
peuples des meilleurs rois!

On sait quels horribles excès furent commis de part et d'autre pendant
cette longue et douloureuse lutte; la malheureuse Espagne en gardera
longtemps le souvenir. Don Carlos trouva parmi ses partisans un homme de
génie, Zumalacarreguy, grande et sombre figure qui domine toute cette
sanglante épopée. Ce fut lui qui rappela don Carlos en Espagne après la
signature du traité de la quadruple alliance.

Suivi de quelques serviteurs dévoués, le prince quitta l'Angleterre, et
traversa la France pour se rendre à la frontière. Il resta deux jours à
Paris, et la police ne fut pas ou ne voulut pas être instruite de sa
présence. Un de ses émissaires les plus actifs, M. Auguet, raconte que,
traversant en voiture découverte la place de la Concorde, don Carlos
rencontra Louis-Philippe et sa famille se rendant en char-à-banc à
Neuilly et que le roi des Français répondant à quelques acclamations
salua sans le reconnaître, son cousin d'Espagne. «Mon bon cousin
d'Orléans, dit celui-ci en riant, ne se doute pas que je traverse ses
États sans sa permission pour aller déchirer avec la pointe de mon épée
son traité de la quadruple alliance.» Charmante espièglerie! et ce jeune
étourdi, qui ne comptait guère alors que quarante-six ans, ne se doutait
probablement pas que, de la pointe de son épée, il allait aussi déchirer
le sein de sa patrie et livrer aux horreurs de la guerre civile des
populations laborieuses et dévouées, comme si la vie des hommes n'était
que l'enjeu naturel de ces folles et sanglantes parties.

[Illustration: Hôtel Panette, rue du Poirier, no. 1, à Bourges, habité
autrefois par l'archevêque de Mercy, le général Lapoype, par les
maréchaux qui commandaient l'armée de la Loire, et aujourd'hui par Don
Carlos.]

Don Carlos franchit les Pyrénées et longtemps il tint en échec les
forces de la reine. Le général Espartero eut la gloire de mettre fin à
cette lutte acharnée. Il refoula Don Carlos en France; mais, comme le
personnage de la fable il mit d'accord les deux plaideurs en s'emparant
de l'objet du débat.

Aujourd'hui Espartero est de fait roi d'Espagne, et don Carlos est à
Bourges, et la reine régente est rue de Courcelles à Paris. Singulier
effet des vicissitudes humaines; c'était bien la peine de mettre
l'Espagne à feu et à sang pour en venir là. Puisse du moins cette
mémorable leçon donnée aux princes de sang royal par un obscur
_ayachucho_ leur être profitable et les éclairer sur la vanité de leur
ambition.



Courrier de Paris.

Le dernier bal a valsé sa dernière valse; le dernier concert a chanté sa
dernière roulade et donne son dernier coup d'archet. Le même soir, en
même temps, aux deux points opposés le bal achevait magnifiquement sa
brillante vie d'hiver: d'une part, sous les lambris héréditaires d'un
noble hôtel de la rue de l'Université; de l'autre, rue Bleue, dans un
hôtel fraîchement bâti sur des fondations de rails et de cinq pour cent.
Ainsi le bal à écusson et le bal financier ont fini leur campagne par un
coup d'éclat; après ces deux fêtes merveilleuses, il n'est plus permis
de danser ni de valser honorablement; cela serait du plus mauvais genre.
Donner un bal au mois de mai, fi donc! nous prenez-vous pour un salon de
cent couverts faisant toute l'année noces et festins? Il faudrait
n'avoir ni riante villa aux bords de la Seine ou de l'Oise, ni vieux
château breton ou tourangeau; or, je vous le demande, qui n'a pas une
villa? qui n'a pas un château? qui ne prend pas les eaux? qui ne court
pas, l'été venu, sur quelque grande route, du côté des Pyrénées ou des
Alpes? Personne, en vérité.--Pardon, belle comtesse! Paris possède et
abrite six à sept cent mille honnêtes gens absolument privés de maison
de campagne, de berline de voyage, de parc, de tourelles, d'Alpes et de
Pyrénées.--Ah! vous croyez?

Le Paris mondain, l'élégant Paris, tourne ainsi, depuis quinze jours, à
la vie champêtre et voyageuse; il ne tourbillonne plus dans ses fêtes
sensuelles et illuminées, mais il n'a pas encore fait son entrée en
solitude, à l'ombre des charmilles. Le printemps l'appelle à l'air libre
et à la verdure, et l'hiver le retient toujours par un des pans de son
habit; il n'est plus là, mais il n'est pas encore ici. C'est une
situation intermédiaire qui lui donne une physionomie inquiète et
maussade; rien n'est pire, quand on va partir, que de n'être pas parti.

Cependant, ce Paris privilégié et épris de villégiature, prend ses
précautions et fait ses préparatifs: il met les housses aux causeuses et
aux fauteuils de son salon; il enveloppe ses bronzes et son lustre d'un
voile de mousseline épaisse, et jette une cuirasse de toile écrue sur la
soie de ses tentures. Puis, se fortifiant d'avance contre les loisirs de
la résidence bucolique, ou contre les ennuis du voyage et de l'auberge,
il met dans sa malle quelques livres aimés et s'abonne à
_l'Illustration._ Avant quinze jours, la plupart des hôtels du faubourg
Saint-Germain seront silencieux et déserts; les volets intérieurs,
casematant les vastes fenêtres de haut en bas, laisseront voir leur
vêtement gris-blanc, égayé de filets d'or, et diront aux passants que le
maître est absent. L'herbe, jusqu'au 1er décembre, aura le temps de
croître dans les cours.

De leur côté, les jardiniers émondent les parterres, font la toilette
des arbustes et des fleurs, sablent et ratissent les allées et tondent
la pelouse pour faire honneur à _madame_ et à _monsieur_, tandis que les
chefs d'hôtel, les entrepreneurs d'eaux plus ou moins sulfureuses et de
salons de conversation lancent sur Paris, de tous les coins de l'Europe,
leurs séduisants prospectus. Il en vient d'Allemagne et d'Italie, de
l'Ouest et de l'Est, du Nord et du Midi, de la Tamise, de l'Escaut, de
l'Adige, du Rhin et surtout de la Garonne. Le Mont-d'Or sonne sa
trompette, Bade donne son roulement de tambour, Ems et Wisbaden mettent
leur carillon en branle; mais nul n'égale Spa pour les sourires
attrayants et les ravissantes promesses; Spa, cette année, veut rester
sans rivaux dans l'art de séduire le gentleman et de faire le bonheur du
prince portugais, russe, italien, polonais ou cochinchinois. Que
reprocher à Spa? que lui demander encore? Il vous prend au saut du lit
et vous inonde de concerts d'harmonie, de journaux, de revues, de
brochures, de vaudevilles, de comédies, d'opéras-comiques, de chevaux
caracolants, d'aubades de nuit et de jour: puis, vous offrant la main,
le voici qui vous conduit dans les frais sentiers, sous les bois
ombreux, aux penchants des collines verdoyantes, prêt à se retirer
discrètement et à vous laisser rêver dans votre solitude, si tel est
votre bon plaisir. Rossini. Alexis Dupont, les frères Batta madame
Damoreau et d'autres encore, spirituels acteurs, harmonieux instruments,
voix mélodieuses, sont promis à Spa, et M. le bourgmestre s'est engagé à
être charmant.

Pars donc, ô toi, le Paris du boudoir et du salon, le Paris des heures
inoccupées, agréable désoeuvré! va promener, ci et là, ton sourire
légèrement railleur, ton petit bâillement énervé, ta migraine, tes maux
de nerfs, tes rhumatismes et ton binocle: donne un peu d'air pur à ta
poitrine fatiguée par la brûlante atmosphère des veilles et des bougies;
et tâche de ranimer le teint pâli de tes belles valseuses pour le
donner, au bal de 1844, à prendre encore et à dévorer!

Mai est aussi le mois où les princes et les princesses de théâtre se
mettent à voyager; je veux dire les acteurs, les chanteurs et les
danseuses, en crédit, ceux qui ont le privilège des gros appointements
et des couronnes. Les autres ont tout au plus le loisir d'aller, le
dimanche, à Saint-Germain et à Montmorency, l'aire un dîner sur l'herbe;
encore le coup d'archet du chef d'orchestre vient-il les rappeler
brusquement avant le dessert, comme ces pauvres soldats en permission
qu'on voit courir hors d'haleine, à travers rues et à travers champs à
l'heure de la retraite et au roulement du tambour. Quant aux
merveilleuses Hermiones, aux glorieux Orestes, aux ténors fameux, aux
sylphides adorées, ils montent on chaise de poste et font tourbillonner
la poussière des grands chemins. Après avoir plus ou moins charmé
Babylone pendant les six mois d'hiver, nos illustres distribuent leurs
tirades, leur _ut_ de poitrine et leurs jetés-battus dans les
départements et à l'étranger. Ces bienfaits, ils les étendent sur toute
la nature, et donnent indistinctement la pâture aux grands théâtres et
aux petits depuis le chef-lieu jusqu'au canton. Phèdre ne rougit pas de
déclarer sa passion à Hippolyte sous la balle au blé, convertie en
Mycènes; et Agamemnon a, plus d'une fois, transporté l'Aulide dans une
grange et sacrifié Iphigénie.

Il faut donc en faire notre deuil: nos meilleurs acteurs nos meilleurs
chanteurs vont nous quitter. C'est peu des moissons dorées qu'ils
récoltent ici; ils veulent bien se compromettre jusqu'à faire la même
_razzia_ en province: Toulouse Bordeaux, Lyon, Rouen, Dijon, Lille, et
vous tous, honorables chefs-lieux, qui aimez la roulade, l'alexandrin et
le rond de jambe, ouvrez votre bourse et préparez vos dithyrambes et vos
couronnes; on prendra volontiers vos vers et surtout votre argent; c'est
un honneur qu'on daignera vous faire.

Mademoiselle Rachel ira à Marseille; elle ne veut plus de l'Angleterre.
Est-ce Nicodème qui a inspiré à Laodice cette rancune contre Rome?
Laodice se souviendrait-elle de l'hospitalité cruellement violée et du
martyre d'Annibal? Marseille cependant est dans une grande attente. Ces
vives imaginations s'exaltent à l'approche de Camille, de Marie-Stuart
et de Roxane, que la Provence n'a point encore vues. Marseille, la ville
phocéenne, se réjouit surtout de recevoir Monime, cette autre fille de
la Grèce, cette fleur suave et délicate éclose à son poétique soleil. Ce
sera une entrevue de famille. Mademoiselle Rachel et Marseille pourront
s'entretenir ensemble d'Athènes et d'Éphèse.

        .....Je crois que je vous suis connue
        Ephèse est mon pays, mais je suis descendue
        D'aïeux ou rois, seigneur, ou héros, qu'autrefois
        Leur vertu, chez les Grecs, mit au-dessus des rois.

Dans quinze jours, Monime fera ses bagages et descendra vers le Rhône,
jusque-là elle continuera à être Judith. C'est une politesse de femme à
femme, une dette un peu gênante que le talent paie à l'esprit.
Mademoiselle Rachel devait ce dévouement à madame de Girardin. On n'ose
pas dire que ce soit un sacrifice, mais cela y ressemble beaucoup. Jouer
une froide tragédie au milieu de la froideur du public, quand on était
habituée à l'ardeur d'un parterre enthousiaste, n'est-ce pas une
résignation héroïque à la Curtius? Dieu en tiendra compte à Judith. Ce
trait l'élève et l'honore plus que la décapitation d'Holopherne, qu'elle
pratique régulièrement de deux jours l'un. De temps en temps, on
murmure. L'autre jour quelqu'un a sifflé; c'était sans doute un
spectateur qui se rappelait ce mot de Voltaire s'excusant de ses
privautés railleuses avec l'héroïne de Béthulie: «Le livre de _Judith_
n'étant pas dans le canon juif, on peut se permettre avec cette Judith
un peu de familiarité.»

Puisque nous en sommes aux déesses de théâtre, ne laissons point passer
une morte charmante, sans effeuiller sur sa tombe une fleur et un
regret. Nous voulons parler de mademoiselle Lucile Grahn, qui vient de
s'éteindre si cruellement et si rapidement. La nouvelle nous est arrivée
de Saint-Pétersbourg, où mademoiselle Grahn était retournée, non pas
pour mourir, mais pour vivre au contraire dans toute la riante espérance
de ses vingt ans, escortée de toutes les grâces de la jeunesse et de
tous les enivrements du succès.

Mademoiselle Grahn était venue de Copenhague à Paris, il y a trois ou
quatre ans. Le Nord nous l'avait envoyée douce, légère, rapide et un peu
semblable à ces ombres délicates et penchées qui passent dans les nuages
d'Ossian. La blanche fille de la Norwége courait grand risque alors:
Marie Taglioni était encore présente à tous les souvenirs. Voltiger
après elle, dans la forêt enchantée de _la Sylphide_, c'était se
hasarder beaucoup; il fallait bien de la grâce et de la souplesse, un
pied bien doux et bien prompt, pour se faire pardonner l'audacieuse
entreprise. Eh bien! Paris pardonna à Lucile Grahn: même il commençait à
l'adorer et à la poursuivre dans ce pays des fées, lorsqu'un accident
vint interrompre tristement ces naissantes amours. Lucile Grahn, dans un
de ses vols sylphidiques, se blessa au genou. Pendant deux ans, elle
souffrit de cette blessure, et ainsi disparut du théâtre, presque au
début. Un jour, la pauvre jeune fille crut renaître: se retrouvant
légère et forte, elle s'envola du côté de Saint-Pétersbourg. C'est là
qu'elle est morte, sur le grand théâtre impérial, le jour même d'un
triomphe, au moment où elle recueillait de toutes parts, les couronnes
et les bravos, et goûtait toutes les émotions enivrantes du succès. Un
violent effort pour vaincre la fatigue et surmonter la douleur de sa
blessure tout à coup renaissante, a tué Lucile Grahn. Vous connaissez le
dénoûment du ballet de _la Sylphide_. La nymphe, frappée mortellement
par les maléfices de la méchante sorcière, s'évanouit: ses ailes se
détachent et se brisent.--C'était aussi dans ce ballet de _la Sylphide_
que Lucile Grahn dansait le soir de sa mort; et de même ses ailes sont
tombées cette fois, mais pour toujours! Le costumier n'a pas même essayé
de les rattacher.--Lucile Grahn était douce, spirituelle, aimable et
fine, et son talent lui ressemblait.

Que fais-tu donc, ô homme! si tu n'y prends garde, la femme va te
détrôner, autocrate barbu! Les temps prédits par les prophètes en
cotillon semblent approcher. L'émancipation féminine nous gagne de jour
en jour, et par toutes les voies; nous avons la femme à tragédies, la
femme à romans philosophiques, la femme Euclide, la femme Socrate, la
femme Mirabeau; celle-là se promène sous les ombrages de l'Académie;
celle-ci monte sur les _hustings_ et prononce une harangue à tous crins.
Il y a un mois, on a enterré une femme César qui avait la croix
d'honneur, dix-huit campagnes et quatorze blessures.

L'Académie française a proposé un prix de poésie. Le sujet est
magnifique: il s'agit de louer Molière. Oui remportera le prix? quelque
jeune barbe sans doute. Allons donc! est-ce que les barbes aujourd'hui
sont bonnes à quelque chose? Vingt poèmes rivaux se mettent sur les
rangs; un seul offre des qualités énergiques et viriles: l'Académie
demande quel est donc le gaillard qui a fait ces beaux vers-là? Un
corsage, des joues blanches et roses, de longs cheveux blonds, un
soulier de prunelle, une robe de soie, un mantelet de velours,
s'avancent et disent: «C'est nous!» L'Académie s'étonne et regarde, et
reconnaît madame Louise Collet-Révoil. Ainsi, le bataillon des poètes
académiques est mis, cette année, en déroute par madame Collet. Cette
héroïne dithyrambique n'en est pas à ses premières armes; elle avait
déjà bravement affronté l'Académie et obtenu une couronne. Madame Collet
a de plus l'attention délicate d'être jolie. Savez-vous que le métier
des quarante commence à devenir agréable? Mais, que dites-vous de madame
Collet faisant l'éloge de Molière et méritant le prix? N'est-ce pas un
peu embarrassant pour l'auteur des _Femmes savantes_, et la vengeance ne
vous semble-t-elle pas charmante et de bon goût? Si ce régime continue,
je déclare que je passerai chez la marchande de modes et chez la
couturière pour changer de culotte.

Au reste, et Dieu merci, nous commençons à prendre soin de nos grands
hommes. L'Académie n'a jamais manqué positivement à cette religion. Si,
de leur vivant, elle en a oublié quelques-uns, et des plus illustres,
Molière, par exemple, elle les caresse du moins après leur mort. Je veux
donc surtout parler de l'ingratitude jusqu'ici pratiquée par les
municipalités et par les villes; elles commencent à se repentir et à
comprendre que les images des hommes de génie debout sur les places
publiques ou sur la face des monuments, sont pour la multitude, comme
une gloire et comme un bel exemple perpétuellement visibles. Déjà Rouen
à Corneille; Strasbourg à Gutenberg; Louis-le-Saulnier à Bichat; ici, on
dresse un piédestal à Cuvier; là à Desaix. Paris achève la statue de
Molière, et voici qu'il songe à Jean Goujon. On mettra la statue sur la
fontaine des Innocents, un des chefs-d'oeuvre du sculpteur? Là, en
effet, Jean Goujon fut tué, le 24 août 1572, d'un coup d'arquebuse, le
jour du massacre de la Saint-Barthélémy, tandis qu'il semait au fronton
du palais les trésors de son fin et délicieux génie. Après tout, au
Louvre ou ailleurs, qu'importe? on prépare une statue à l'habile
sculpteur, et c'est là le point important et la louable pensée. Paris
devait bien cette reconnaissance au Phidias du château d'Anet, de
l'hôtel Carnavalet, de la salle des Cent-Suisses, de la chambre de Diane
et de tant d'oeuvres renommées, filles légères et gracieuses du goût
antique, souvenir charmant du ciseau grec. Oui, que nos cités se
peuplent de toutes ces nobles images! que la statue du poète, du soldat,
de l'orateur, de l'artiste, raniment partout l'exemple des grands
talents et des grands services! Cela ne vaut-il pas mieux que les
statues orgueilleusement inutiles?

Les deux premières semaines du mois de mai se sont d'ailleurs
particulièrement occupées de lampions et de chemins de fer; les fêtes
royales et les inaugurations à la vapeur ont absorbé tous les esprits;
on ne rencontrait par toute la ville que des figures affairées, les unes
officielles, les autres curieuses et populaires; celles-ci courant aux
illuminations et au feu d'artifice; celles-là s'apprêtant à débiter des
harangues qui n'étaient pas non plus sans artifice. Aujourd'hui, la
ville se ruait tout entière aux Champs-Élysées et dans les antichambres
des Tuileries: un autre jour, elle roulait sur les rails d'Orléans et de
la vieille cité normande. Voilà la vie de ce pays-ci: mouvement
perpétuel, comédie perpétuelle, rapide tourbillon! On parle de la
récente découverte de la vapeur: il y a longtemps que Paris l'avait
inventée!

Il a plu par torrents depuis huit jours, et entre autres pluies, nous
avons essuyé une averse de croix qui se sont accrochées à toutes sortes
de boutonnières. Les hommes se parent de rubans comme les coquettes; ils
sont terriblement femmes pour cela: la manie, loin de se guérir, s'en va
s'agrandissant. Vous avez vu ce projet de l'autre jour, qui a révélé un
honnête marquis occupant sa vie à courir vers tous les coins de
l'horizon, à la chasse d'un ruban et d'une croix; il y mangeait son
patrimoine, et, pour devenir chevalier, se faisait ronger par les
chevaliers d'industrie. Après ces recherches haletantes, notre homme
finit par recevoir un brevet de la sultane Falkir. L'honneur lui en
revint à 15.000 fr.; mais qu'est-ce que 15.000 fr au prix du titre de
grand cordon de l'ordre de la sultane? Le voilà bien joyeux! Arrive le
procès en question: l'illustre chevalier apprend qu'il a payé de cette
grosse somme un ruban que tous les garçons de café et les portiers
portent gratis. La leçon le corrigera-t-elle? Non: mon marquis doit être
en ce moment à la piste de quelque éperon d'or, de quelque étoile
polaire ou d'un ours blanc.

Un de nos dramaturges fameux et d'origine africaine a particulièrement
cette maladie des croix; il en a dépeuplé l'Espagne, la Belgique, la
France, et surtout l'Italie. Un jour, il entrait dans un salon avec une
collection de décorations sur la poitrine, enfilées les unes au bout des
autres, et pareilles à deux douzaines de mauviettes à la broche. «Que
faites-vous de tout cela? lui demanda quelqu'un.--Que voulez-vous,
répondit le Californien, ça amuse les nègres!» M. Alexandre D... aurait
pu ajouter que ça sert aussi à faire la traite des blancs.

Le brave capitaine Bruat s'est embarqué depuis peu de temps pour aller
prendre possession des îles Marquises dont il est gouverneur. Le plus
grave, le plus austère de nos ministres lui dit, après l'audience de
congé: «Allez, monsieur, partez pour cette contrée inculte et lointaine:
tâchez de civiliser les hommes et de rendre les femmes sauvages!»

Le Cirque-Olympique vient de mettre fin à ses batailles du boulevard du
Temple; son canon ne tonne plus; sa gargousse sommeille. Le Cirque a
pris possession de sa maison de campagne des Champs-Elysées; déjà Auriol
grimpe aux frises et sourit, et mademoiselle Caroline caracole.



MANUSCRITS DE NAPOLÉON.

(Suite.--Voyez p. 22, 38, et 70.)

LETTRES SUR LA CORSE A M. L'ABBÉ RAYNAL.



LETTRE TROISIÈME ET DERNIÈRE

Monsieur.

Les Génois, maîtres de la Corse, se comportèrent avec modération; ils
prirent les conventions del Lago Benedetto pour base de leur
gouvernement; le peuple conserva une portion de l'autorité législative;
une commission de douze personnes, présidée par le gouverneur, eut le
pouvoir exécutif; des magistrats élus par la nation et ressortissant du
syndicat eurent la justice distributive. A leur grand étonnement, les
Corse se trouvèrent tranquilles, gouvernés par leurs lois; ils crurent
qu'ils devoient désormais oublier l'indépendance et vivre sous une forme
de gouvernement propre à rendre à la patrie toute la splendeur dont elle
étoit susceptible. Les Génois trouvoient dans la Corse de quoi accroître
leur commerce; ils y trouvoient des matelots et des soldats intrépides
pour augmenter leur force.... Mais il étoit à craindre que, situés si
avantageusement, ces insulaires ne fissent un commerce nuisible à celui
de la métropole; il étoit à craindre qu'avec l'accroissement de forces
que donne un bon gouvernement, ils ne devinssent indépendants en peu de
temps. La jalousie politique sera toujours le tourment des petits États,
et l'on sait que la jalousie commerciale a toujours été la passion
spéciale de Gênes.

D'ailleurs tous les ordres de l'État, accoutumés à se partager les
possessions de la République, murmurèrent contre une administration où
ils n'avoient point de part, où il n'y avoit point d'emploi pour eux. «A
quoi nous a servi la conquête de la Corse, si l'on doit conserver à
celle-ci un gouvernement presque indépendant; il valoit vraiment bien la
peine que nos pères répandissent tant de sang et dépensassent tant
d'argent,» disoit-on publiquement à Gênes. La grande noblesse voyoit
avec dépit l'autorité du gouverneur restreinte, réduite presque à rien
par le conseil des Douze et par les assemblées populaires. La petite
noblesse, dite noblesse du grand conseil, que l'on peut appeler le
peuple de l'aristocratie, attendoit avec une impatience facile à
concevoir, l'occasion de pouvoir se saisir de tous les emplois
qu'occupoient les Corses. Les prêtres convoitoient nos bénéfices; les
négociants aspiroient au moment où ils pourroient, au moyen de sages
lois, fixer seuls le prix de nos huiles et de nos denrées.

Ce n'étoit qu'un cri dans tous les ordres de la République: pour la
première fois le même voeu les unissoit. Aussi l'on ne tarda pas à
supprimer en Corse toute la représentation nationale. En peu de temps le
gouverneur réunit sur sa tête toute l'autorité.... Il put faire mettre à
mort un citoyen sans autre procès, sans autre enquête, sans autre
formalité que celle-ci: _Je le prends sur ma conscience_, et la grande
noblesse fut satisfaite.

Tous les emplois civils et militaires furent donnés par le gouverneur ou
par le sénat, et furent donnés à des nobles Génois. Pour ne laisser
naître aucune espérance présomptueuse, il y eut une loi qui déclara les
Corses incapables d'occuper aucun emploi.... et la petite noblesse fut
contente. Le noble du grand conseil, excessivement pauvre, n'a pour
nourrir une famille nombreuse que le droit qu'il tient de sa naissance,
de gérer les emplois de la République Il faut que chacun profite à son
tour de ce droit, parce qu'il faut que chacun vive; aussi ne peut-on
être que deux ans en place, et est-on obligé, durant un certain temps,
de n'occuper aucun autre emploi. Il faut donc, pendant ces deux années,
amasser assez pour se maintenir pendant quatre ans et fournir aux
différents voyages que l'on doit entreprendre.

Gênes, jadis très-puissante, avoit un grand nombre d'emplois à donner;
mais au temps dont nous parlons, elle étoit réduite à la Corse seule, et
la Corse étoit obligée de supporter presque tout cet horrible fardeau.
Chaque deux ans l'on voyoit arriver des flottilles de ces gentillâtres
avec leurs familles, affamés, nuds, sans éducation, sans délicatesse.
Plus redoutables que des sauterelles, ils dévoroient les champs,
vendoient la justice et emprisonnoient les plus riches pour obtenir une
rançon. On rioit à Gènes de ces plaisanteries nobiliaires; le répertoire
des gens aimables, des couleurs de bons mots, de ces personnes qui
tiennent toujours le haut bout dans les sociétés, n'est rempli que
d'aventures de ces gentilshommes, et toujours le Corse est le battu et
le moqué... Combien avez-vous gagné? Nous avez-vous laissé quelque chose
à prendre? demandoient ceux qui alloient partir à ceux qui étoient de
retour. Un honnête sénateur fort religieux avoit coutume de dire une
prière toutes les fois qu'il entendoit la cloche des morts annoncer le
décès de quelque patricien; il demandoit toutefois avant si le défunt
avoit été employé en Corse, et dans ce cas il se dispensoit de la
prière, disant: A quoi cela serviroit-il? _è a casa del Diavolo_, il est
en diable.

Les bénéfices ecclésiastiques furent donnés par les évêques; les évêques
furent nommés à la sollicitation des cardinaux génois. Il est sans
exemple qu'un Corse ait été évêque, et les prêtres génois furent
contents.

Et le négociant! Comment son intérêt eût-il été oublié dans un État
commerçant?... Des lois positives lui accordèrent le monopole de
l'approvisionnement et du trafic. L'on détruisit les marais salants qui
existoient, l'on en fit autant des poteries et de toutes les
manufactures. Cela accrut le petit cabotage et rendit le pays plus
sujet.

Les marchandises cessant d'avoir leur prix, le peuple cessa de
travailler, les champs devinrent incultes, et un pays appelé à
l'abondance, au commerce, un sol qui promet à ses habitants la santé, la
richesse, ne lui offrit que la misère et l'insalubrité. Malheureusement,
à force de piller, l'on épuisa notre pauvre pays, qui n'eut plus rien à
offrir que des pierres. Il falloit cependant que cette illustre noblesse
vécût; elle eut recours à deux moyens: d'abord chaque commandant de
petites tours, chaque petit commissaire, eut une boutique à laquelle il
fallut donner la préférence; enfin ils vendirent la permission de porter
les armes.

Dépouillé des biens qui rendent la vie aimable et sûre, exclu de tous
les grades, de toutes les places, prive de toute considération, réduit à
la dernière misère, outragé par la classe la plus méprisable de
l'univers, comment le Corse, si hardi, si fier, si intrépide, se
laissa-t-il traîner dans la fange sans résister? Je m'empresse de vous
développer ces tristes circonstances, afin qu'en plaignant ce peuple,
vous ne cessiez pas de l'estimer.

Je vous ai, en deux pages, tracé l'histoire du gouvernement génois; mais
ces deux pages renferment cent cinquante ans. On marcha pas à pas. Si
tout d'un coup le sénat eût découvert son horrible projet, sans exciter
des soulèvements, ma nation seroit si vile, qu'elle ne mériteroit pas
d'être plainte.

Immédiatement après la mort de Sampiéro, ou provoqua de toutes les
manières les émigrations, qui, dès ce moment furent très-considérables.
On souffla partout l'esprit de la division, et la République accorda un
refuge aux criminels, on favorisa leur fuite. Les émigrations
s'accrurent. La peste affligea l'Italie; elle vint en Corse; la famine
s'y joignit: la mortalité fut immense... Le gouvernement se montra
insouciant, et si ces deux fléaux finirent, c'est que tout finit. C'est
ici l'occasion de faire une observation bien remarquable: toutes les
fois que les Corses ont perdu leur liberté, ils ont été, quelque temps
après, affligés d'une grande mortalité. Après la conquête de 1770, ou
vit encore la mortalité et la famine dépeupler le pays. Alors la
République ne garda plus de mesure; elle jeta le masque, renversa le
gouvernement national et établit les choses telles que nous les avons
décrites.

Quelle position douloureuse! Le Corse sentoit la peste lui dévorer les
chairs, la faim lui ronger les entrailles, et l'esclavage navroit son
coeur, effrayoit son imagination et anéantissoit les ressorts de son
âme!!!

Cependant, pour maintenir ce peuple dans cet assujettissement, il
falloit ou avoir une grande force ou se faire une étude de le diviser.
On adopta ce dernier parti, et l'on relâcha à cet effet les ressorts de
la justice criminelle; chacun fut obligé de pourvoir de soi-même à sa
sûreté; de là est né le droit de _vendetta._

L'homme dans l'état de nature ne connut d'autre loi que son intérêt.
Pourvoir à son existence, détruire ses ennemis fut son occupation
journalière. Mais lorsqu'il se fut réuni en société, ses sentiments
s'agrandirent: son âme, dégagée des entraves de l'égoïsme, prit son
essor, l'amour de la patrie naquit, et les Curtius, les Decius, les
Brutus, les Dion, les Caton, les Léonidas, vinrent émerveiller le monde.
Des magistrats assurèrent à chacun la conservation de sa propriété et de
sa vie; le but des actions individuelles dut être le bonheur général de
l'association, et personne ne dut plus agir par le sentiment de son
propre intérêt. Les rois régnèrent; avec eux régna le despotisme;
l'homme méprisé n'eut plus de volonté. Avili, il fut à peine l'ombre de
l'homme libre; les rois, qui tinrent dans leurs mains la force publique,
durent l'employer pour assurer à chacun sa vie et sa propriété. La
confédération changea, s'altéra même, si l'on veut, mais exista
cependant toujours. La force publique seroit devenue dans les mains du
prince un instrument inutile, s'il eût vu l'homicide sans le punir; si,
par une dépravation inouïe, il eut lui-même aiguisé les poignards de
l'assassin. Personne ne peut nier qu'alors la confédération ne se fut
trouvée dissoute et les hommes rendus à l'anarchie. Telle étoit notre
situation. Le sénat voyoit avec plaisir s'entr'égorger des hommes dont
il craignoit l'union; les subalternes y trouvoient leur intérêt; le
meurtre ne fut plus puni; il fut encouragé, il fut récompensé: il fallut
cependant que chacun veillât à sa propre sûreté. Des confédérations de
familles, quelquefois de villages se formèrent. On jura de veiller à
l'intérêt de tous et de faire guerre éternelle à celui qui offenseroit
un des confédérés; les liens du sang se resserrèrent; on chercha des
parents; l'île fut divisée en autant de puissances qu'il y eut de
familles, qui se faisoient la paix ou la guerre selon leur caprice et
leur intérêt... On appela vertu l'audace de s'exposer à tous les dangers
pour soutenir ses parents ou les membres de sa confédération: les
citoyens ne furent que des membres d'autant de puissances
étrangères, liées entre elles par leurs rapports politiques. Ils
respectérent les femmes et les enfants et les laissèrent sortir de la
maison assiégée pour prendre de l'eau et pour vaquer aux affaires du
ménage. Il étoit aussi d'usage de laisser croître sa barbe lorsqu'on
étoit en guerre; c'étoit un acte de courage, car il n'y avoit point de
buisson, de rocher qui ne put receler un ennemi, c'étoit s'exposer à
périr à tous les moments du jour.... Celui-là passoit pour un homme
lâche, un homme vil, qui, à la nouvelle de la mort de son parent, ne
couroit jurer sur son cadavre de le venger, et, des ce moment, ne
laissoit croître sa barbe. La paix se faisoit cependant quelquefois: il
y avoit des gens sages, des vieillards respectés, qui réconcilioient les
partis. On étoit scrupuleux dans l'exécution du traité.

Tels furent, monsieur, les effets de l'administration génoise. Accablés
sous le poids des impôts arbitraires, désunis, les mains dégoûtantes du
sang de nos frères, nous gémîmes longtemps: mais ce ne fut qu'en 1715
que l'on commença à s'apercevoir qu'il se faisoit un mouvement général.
L'on envoya un orateur à Gênes représenter l'état déplorable de la
nation; il étoit entre autres choses chargé de solliciter un désarmement
général et prioit le sénat de faire respecter son autorité. Les patentes
pour porter les armes étoient à la fois une spéculation de finances et
de politique. Le sénat eut l'impudence de se refuser à la demande si
raisonnable, et d'alléguer pour prétexte la diminution que cela
produiroit dans le revenu public. L'orateur proposa une nouvelle
imposition beaucoup plus forte: l'imposition fut acceptée, mais les
patentes continuèrent toujours à se distribuer, et la justice s'occupa
tout aussi peu de se faire respecter.

L'île étoit déserte, inculte et dépeuplée. Depuis l'époque de
Giovan-Paolo, la population avoit diminué des trois quarts; elle étoit
alors de 400.000 habitants, et en 1720, on n'en comptoit que 120.000. Le
commerce étoit anéanti et la férocité des Corses étoit à son comble.
Leur existence étoit si misérable, qu'ils n'avoient rien à perdre. Il ne
falloit qu'un signal.

En 1729, le lieutenant génois qui commandoit à Corte imposa, de sa
propre fantaisie, une nouvelle taxe qui, jointe à toutes les autres et à
la misère du pays, devenoit insupportable. Cardone di Bozio, vieillard
estropié, ayant reçu de la nature un corps difforme, mais une âme
vigoureuse et une élocution très-facile, assembla les habitants du
village de Bozio pour leur parler dans les termes les plus forts sur
l'avilissement ou ils vivoient, sur la gloire de leurs ancêtres et les
charmes de la liberté. Il profita du moment où les collecteurs venoient
percevoir l'imposition pour les faire chasser et poursuivre. Il excite
ses compatriotes à marcher vers Corte. Ceux-ci rencontrent un
détachement de soldats envoyés pour les punir; ils le battent, les
désarment, arrivent à Corte et brûlent la maison du commandant, qui a le
bonheur de se sauver A cette nouvelle, on se rallie de tous côtés, ou
prend les armes, on court à Bastia pour punir le gouverneur-général
Pinelli, objet de l'exécration publique; on prend une partie de la
ville, on surprend Algajola, et voilà le joug rompu sans retour... «Aux
yeux de Dieu, disoit souvent Cardone, le premier crime est de tyranniser
les hommes, le second, c'est de le souffrir.» Jamais révolution ne
s'opéra plus subitement Les ennemis oublièrent leur haine, firent
partout la paix, objet de tous les voeux. La prospérité de la patrie
naissante sembla être le mobile des actions de chacun; le feu du
patriotisme agrandit subitement des âmes qu'avoient, pendant tant
d'années rétrécies l'égoïsme et la tyrannie... Amis, nous sommes hommes!
étoit le cri de ralliement. Fiers tyrans de la terre, prenez-y bien
garde! Que ce sentiment ne pénètre jamais dans le coeur de vos sujets,
préjugé, habitude, religion, foibles barrières! le prestige est détruit,
votre trône s'écroule si vos peuples se disent jamais: «Et nous aussi,
nous sommes des hommes! »

Les premières années de la guerre, les Corses n'eurent aucune forme de
gouvernement: la haine des tyrans guidoit tout le monde. Ce ne fut qu'à
la réunion de Saint-Pancrazio que l'on nomma Giafferi commandant des
armées. A l'assemblée de Corte, on déclara les Génois déchus de leur
souveraineté, l'on déclara la nation libre et indépendante. Pour rendre
cette déclaration plus imposante, pour achever de détruire les préjugés
que la multitude pouvoit conserver, on assembla à Orezza un congrès des
théologiens les plus célèbres des différents ordres. On leur proposa
trois questions: si la guerre actuelle étoit juste, si les Génois
étoient des tyrans, si l'on étoit délié du serment de fidélité. Ce
congrès, que présida le célèbre Orticoni, répondit à tout d'une manière
satisfaisante. La guerre, dit-il, est non-seulement juste, mais même
sainte: le serment est nul dès lors que le souverain est tyran.

Mal armés, sans discipline, ils battirent partout leurs tyrans, malgré
leur nombre, leur expérience et leur artillerie Assiégés dans le château
de Bastia, ils étoient, au bout de deux ans d'une guerre opiniâtre,
réduits à abandonner notre île lorsque l'aigle impériale, arborée au
lieu de la croix ligurienne, vint nous présager de nouveaux malheurs,
mais non décourager notre courage.

Qu'avions-nous fait aux Allemands pour qu'ils voulussent notre
destruction? Que pouvoit importer à l'empereur d'Occident qu'une petite
île de la Méditerranée fût libre ou esclave? Mais les puissances se
jouent des intérêts de l'humanité, et les méchants ont toujours des
protecteurs. Le général allemand, à la tête de sa petite armée,
s'engagea dans des défilés: il perissoit infailliblement, lorsqu'il
trouva dans l'humanité des Corses une commisération inattendue, dont il
s'est rendu indigne par son lâche manque de foi. On lui accorda la
permission de retourner à Bastia, à condition qu'il feroit savoir à son
souverain la manière dont les Corses agissoient à son égard, et l'on
conclut un traité de deux mois; mais, avant l'expiration de la trêve,
les Allemands se remontrèrent au delà du Golo en plus grand nombre. Au
respect que nous avoient inspiré les armes d'un grand prince, succéda
l'indignation pour la perfidie de ses ministres. Après avoir laissé
environ deux mille morts ou prisonniers, nos ennemis regagnèrent leurs
remparts avec précipitation. L'enthousiasme produisit les actions les
plus dignes d'être transmises à la postérité. Vingt et un bergers de
Bastelica faisoient paître leurs troupeaux dans la plaine de Campo di
Loro, deux cents hussards et six cents piétons vinrent pour les enlever:
ces braves gens se réunissent, tiennent ferme, repoussent cette
nombreuse troupe et la font fuir. Investis enfin par quatre cents autres
ennemis, ils périssent tous en prononçant le nom sacré de la patrie.

L'honneur de l'empereur avoit essuyé bien des échecs. Si l'honneur des
princes consiste à protéger le juste contre le méchant, le faible contre
le fort, sans doute l'empereur Charles VI avoit déshonoré ses armes;
mais si l'honneur consiste à massacrer des infortunés, le cabinet de
Vienne sut bien réparer ce qu'il n'avait pu faire à la campagne
précédente. Il envoya le prince de Wirtemberg avec des renforts
considérables: et quoique ses premiers efforts ne furent pas heureux il
étoit désormais impossible de résister à des forces si imposantes. On
fit des propositions de paix: les Génois reconnurent, accordèrent,
promirent tout ce qu'on voulut et l'on posa les armes.

Il étoit tout naturel que, ne voulant observer aucune des conditions du
traité, les Génois commençassent par se défaire des chefs qui avoient
conduit les Corses avec tant de bonheur dans des circonstances si
difficiles. Les principaux parmi ces chefs furent arrêtés et conduits
dans le château de Sagone; c'en étoit fait de leur vie, si Boerio et
Orticone n'eussent su intéresser le prince Eugène au sort de ces
illustres prisonniers L'empereur, éclairé, exigea du sénat leur
délivrance. Ne pouvant les perdre, les Génois tentèrent de se les
attacher en leur faisant des offres qu'ils méprisèrent. On suivit le
même plan de persécution contre les principaux citoyens; la mort ou la
prison.

FIN DES LETTRES SUR LA CORSE.



Courses du Champ-de-Mars.

Dimanche, 30 avril.

Les courses de la Société d'Encouragement pour l'amélioration de la race
des chevaux en France comptent déjà dix années d'existence, dix années
de progrès incontestables. N'est-ce pas une oeuvre nationale que de
prétendre affranchir un jour son pays du tribut chevalin qu'il paie à
l'étranger? Pour arriver plus vite à des résultats meilleurs, il n'a
manqué à la Société d'Encouragement que d'avoir des fondateurs moins
élégants et moins jeunes. Longtemps les esprits forts, Thomas plus
jaloux qu'incrédules, ont affecté de traiter avec légèreté ses projets
et ses courses. Le prestige de la nouveauté qui, en France, protège tous
les établissements naissants, n'est pas venu en aide à la Société; il a
fallu dix ans d'efforts et de sacrifice, dix ans féconds en éleveurs et
en chevaux pour ouvrir les yeux à ces aveugles volontaires. Une
association d'hommes, que l'on trouvait trop heureuse pour la trouver
intelligente, a donné l'élan: aujourd'hui ils ont rallié à leurs idées
tous les départements propres à l'élève du cheval; bien mieux, ils ont
converti l'administration des haras elle-même! Quelle victoire! Les
haras ont enfin admis la supériorité du pur sang anglais; ils ont
augmenté les allocations de courses et modifié leurs règlements; ils
préparent de loin des améliorations plus importantes encore. De jour en
jour les préjugés disparaissent: la maigreur jadis proverbiale des
chevaux de course a cessé d'être une vérité; on commence à savoir qu'ils
ne sont ni exténués ni tués par le régime de l'entraînement. Les chevaux
savamment entraînés dépouillent la graisse qui paralyserait le jeu des
muscles et de la respiration, et qui gênerait leur vitesse. Plus tard,
rentrés dans la vie privée, affectés au service de la production, ils
acquièrent cet embonpoint que l'on considère quelquefois comme un signe
de force et de beauté, et qui n'est, en réalité, que l'enseigne de la
fainéantise.

[Illustration: Courses de haies au Champ-de-Mars.]

Dimanche, 30 avril, quand sont arrivés sur le terrain de course,
_Prospero_ à M. de Rothschild, _Cédar_ à M. A. Fould. _Mirobolant_ au
comte d'Hédonville, _Effie_ à M. Jules Rivière. _Maid_ à M John Drake,
et _Kate-Nickleby_ au vicomte Delaveux, la foule ne les a trouvés ni
trop maigres ni trop efflanqués; ils n'étaient pas tous également dignes
d'éloges: _Effie, Maid_ et _Kate_ ont bien quelques reproches à se
faire; mais ici-bas rien n'est ni parfait ni complet. Onze chevaux
devaient été engagés pour ce prix: _bourse de mille francs_; cinq ont
été retirés; sur les six qui restent, trois se présentent beaux et bien
faits, les yeux ardents, la tête fière, le poil lisse et brillant:
peut-on se plaindre? Les partis variaient de _Prospero_ à _Cédar_: les
_Prospéristes_ l'ont emporté sur les _Cédaristes_.

[Illustration: Pesage des jockeys.]

_Pris de l'administration des Haras_: 2000 fr. _pour poulains et
pouliches de trois ans_.--Huit chevaux inscrits, quatre présents.
_Vesperine, Karagheuse, Drummer_ et _Ursule_: ils partent comme une
seule flèche; mais bientôt la flèche se fend en quatre; la première,
c'est _Vesperine_, la seconde, c'est _Ursule, Drummer_ tient la tête;
_Karagheuse_ la tiendrait si on le laissait aller. Près du but, d'un
bond prodigieux il s'élance, passe _Drummer_ et gagne, _Karagheuse_
appartient à M. Sabatier, un de nos éleveurs sérieux, et jusqu'ici assez
peu favorisé par la chance des courses. Sa tardive victoire n'a trouvé
que des mains pour applaudir. Le jockey de _Drummer_ a prétendu avoir
été coupé par _Karagheuse_, mais sa réclamation n'a pas été admise.

_Prix du ministère du Commerce_: 2000 fr. _pour chevaux entiers et
juments de trois ans et au-dessus, nés et élevés en France, et tracés au
Stud-Book français._

_Pamphile_ à M. Fasquel, _Angora_ à M Lupin, _Opéra_ à M. de Morny,
paraissent seuls au poteau. _Angora_ a tous les parieurs pour lui. Ce
fils de _Lottery_ et de _Young-Mouse_ est célèbre sur le _turf_: déjà il
a remporté plus d'un prix à Paris et à Versailles; il est arrivé second
au Derby de Chantilly. De ses deux adversaires, l'un, _Opéra_, est
inconnu; l'autre, _Pamphile_, est mal connu, et cependant _Pamphile_ a
battu _Opéra_ second, _Angora_ troisième; sur quoi compter?

_Course de haies: 2000 fr. pour chevaux de tout âge et de tout pays: le
vainqueur pourra être réclamé pour quatre mille francs._

Par un heureux hasard, un seul cheval manque à l'appel, et ce cheval,
c'est le favori, c'est _Turpin_. _Pewet, Lansquenett, Muley-Hamet,
Pantalon. Paddy_ et _Leporello_ viennent parader et s'essayer sur la
haie qui fait face aux tribunes publiques: presque tous sautent mal,
enfoncent la haie; _Paddy_ même désarçonne presque son jockey; bien des
chutes sont prévues, quel bonheur! Mais le signal est donné, les chevaux
partent du dernier tournant de l'École-Militaire; la terre tremble sous
leur galop; ils chargent à toute vitesse le premier obstacle. _Pantalon_
est en tête; il franchit admirablement la haie. Ses rivaux, piqués
d'émulation, se font applaudir à côté de lui. La victoire n'a pas été un
seul instant douteuse: qui peut lutter contre _Pantalon_? Il est arrivé
premier au but, et son dernier élan a été le plus beau.

Courses du 7 mai.

Les dimanches et les courses se suivent et ne se ressemblent pas; les
solennités hippiques de la journée ont été bien modestes; il y avait
beaucoup de courses et peu de chevaux; c'est là un de ces petits
malheurs que la plus sage volonté ne peut prévenir. Dans le monde
cheval, il est des réputations si bien posées, que toute rivalité
disparaît devant un nom trop redoutable; quelquefois aussi, comme dans
le _trial-stakes,_ poule d'essai, deux chevaux sont engagés, et si l'un
des deux tombé malade, force est bien à l'autre de s'escrimer tout seul.
_Spark_. à M. Aumont a été débarrassé de _Governess_, à M. de Perrigaux,
par une indisposition qui n'aura pas de suite.

_Prix extraordinaire de 1843. 3000 fr. pour chevaux et juments de quatre
ans et au-dessus: entrée, 2000 fr.: un tour et quart en partie liée. Le
cheval qui arrivera second recevra la moitié des entrées._

Sans cette dernière et adroite condition, _Nautilus_ n'eut pas trouvé de
concurrent. _Nautilus_, au comte de Cambis, est le meilleur cheval qu'il
y ait en France en ce moment. Parvenu à l'âge mûr, il prend à tâche de
faire oublier, à force de succès, les défaites de sa jeunesse.
_Pamphile_ et _Miserere_ ne prétendent nullement au prix de 3000 fr.; la
moitié des entrées suffit à leur modeste ambition. Les trois chevaux se
divisent en deux pelotons. Premier peloton. _Nautilus_ tout seul;
deuxième peloton. _Pamphile_ et _Miserere_. Aux deux épreuves ils sont
arrivés dans le même ordre, et _Pamphile_ a touché 400 fr.

_Prix du cadran: 3000 fr. pour poulains et pouliches de quatre ans.
Entrée, 500 fr.; distance, deux tours._

Le programme promettait _Angora, Eliezer, Adolphus_ et _Annetta_, mais
_Annetta_ est une _Nautilus_ femelle; comme, cette fois, il n'y avait
pas de second prix à gagner, elle a couru seule.

Ces trois courses, dont le dénouement était prévu, excitaient quelques
murmures, lorsqu'en manière de dédommagement, onze _hacks_, chevaux non
entraînés, sont entrés en lice. Cette poule, servie comme un
hors-d'oeuvre aux convives gourmands et peu connaisseurs du
Champ-de-Mars, a montré _Lantara, Césarévitch, Hurrican, Olivia,
Thesoroconicocrysides, Yorick, Young Cadland, Repentir, Fenella,
Verveine_ et _Mistigri_. Faire bien partir tant de chevaux peu pressés
de partir n'était pas chose facile, et M. Bertollaci n'a obtenu aucune
espèce de succès dans cette partie officielle de ses fonctions. _Yorick,
Verveine, Hurrican_ et _Mistigri_ entendent seuls l'ordre du départ.
_Yorick_ a gagné.

[Illustration: Traitement du cheval après la course.]

_Prix du Printemps: 3500 fr. pour poulains et pouliches de trois ans.
Entrée 200 fr.; distance, un tour._

Enfin voici une course à émotion. _Mam'zelle Amanda_, au comte de
Cambis, débute, et l'on dit d'elle quelque bien. _Drummer_ a une
revanche à prendre, et _Karagheuse_ une réputation à conserver.
_Vesperine, Alcindor, Péri, Moustique_ et _Ursule_ retirés; pendant
toute la course, _Karagheuse_ retenu à pleines mains, voudrait et
pourrait passer; mais son jockey obéit aux ordres qui lui enjoignent
d'attendre. Au dernier tournant de l'École-Militaire, il veut saisir la
tête, _Drummer_ lâche pied; _Mam'zelle Amanda_ tient bon: tous trois ils
sont roulés et éperonnés. Qui gagnera? C'est _Mam'zelle Amanda_, mais à
peine a-t-elle un quart de tête d'avantage sur _Karagheuse._

Ainsi se sont passées les premières courses de la Société
d'Encouragement; nous pouvons prédire à celles qui suivront une destinée
plus glorieuse encore. Au Champ-de-Mars, c'est comme chez Nicolet,
_toujours de plus fort en plus fort._



Anniversaire de la délivrance d'Orléans

(8 MAI)

[Illustration: Statue de Jeanne-d'Arc, à Orléans.]

Ce fut, comme on sait, le 8 mai 1429 que Jeanne d'Arc obligea les
Anglais à lever le siège d'Orléans; depuis ce jour, le souvenir de
l'héroïque jeune fille est resté, chez les Orléanais, entouré d'un
religieux prestige.

On voyait autrefois sur l'ancien pont d'Orléans, à l'angle de la rue de
la Vieille-Poterie et de la rue Royale, un groupe représentant Charles
VII et Jeanne d'Arc agenouillés devant Notre-Dame-de-Pitié. Ce monument
passa par bien des vicissitudes; en 1567, lors des troubles religieux,
il subit des mutilations qui furent réparées ensuite. Plus tard, la
démolition de l'ancien pont ayant obligé de l'enlever, on le déposa à
l'Hôtel-de-Ville, où il resta jusqu'en 1771. A cette époque, un M.
Desfriches obtint, à force de sollicitations, qu'il fût réédifié. Mais,
quelques années après, en 1792, on le brisa pour en fondre des canons.

Dans une délibération du 50 frimaire an XI, le conseil municipal
d'Orléans arrêta qu'une souscription serait ouverte en vue d'ériger un
nouveau monument à Jeanne d'Arc.--Chaptal, ministre de l'intérieur,
proposa, dans un rapport du 2 floréal même année(1805), le
rétablissement de l'anniversaire du 8 mai; et Napoléon, alors premier
consul, apostilla en ces termes la délibération du conseil municipal
d'Orléans:

«Ecrire au maire d'Orléans, M. Crignon-Desormeaux, que cette
délibération m'est très-agréable.

«L'illustre Jeanne d'Arc a prouvé qu'il n'est pas de miracle que le
génie français ne puisse produire, dans les circonstances ou
l'indépendance nationale est menacée.

«Unie, la nation française n'a jamais été vaincue; mais nos voisins,
plus calculateurs et plus adroits, abusant de la franchise et de la
loyauté de notre caractère, semèrent constamment parmi nous ces
dissensions d'où naquirent les calamités de cette époque et tous les
désastres que rappelle notre histoire.»

La fête, vraiment patriotique du 8 mai fut donc réinstituée en 1805; et
dans cette fête on inaugura une statue provisoire de Jeanne d'Arc,
exactement semblable à celle que le conseil municipal venait de voter.

Le monument définitif, qu'on peut voir aujourd'hui au centre de la place
du Martroi (quartier Vert), et que notre gravure représente, ne fut
érigé qu'en 1805. C'est une statue en bronze, de huit pieds, due au
talent de M. Gois. Elle repose sur un piédestal de neuf pieds de haut
sur quatre de large, revêtu de marbres d'une beauté remarquable, et orné
de bas-reliefs dont les sujets sont empruntés à la vie de la religieuse
héroïne.

Le quatre cent quatorzième anniversaire de la délivrance d'Orléans a été
célébré lundi dernier, 8 mai.

Voici à peu près le programme annuel de cette cérémonie: Le jour de la
fête, la cloche du beffroi sonne, de quart d'heure en quart d'heure,
depuis le lever du soleil jusqu à la rentrée du cortège dont nous allons
parler. A neuf heures du matin, le corps municipal, les diverses
corporations et les fonctionnaires civils et militaires se réunissent à
la cathédrale, où un orateur agréé par l'évêque prononce le panégyrique
de Jeanne d'Arc. Après la cérémonie religieuse, le cortège va faire une
station sur l'ancienne place des Tourelles, illustrée par les exploits
de Jeanne d'Arc. Une salve d'artillerie annonce ensuite le retour du
cortège, qui rentre à la cathédrale, pour entendre un _Te Deum_
solennel.

Maintenant, grâce aux chemins de fer qui viennent d'être inaugurés la
semaine dernière, on peut visiter dans la même journée le théâtre du
triomphe et celui du martyre de la Pucelle d'Orléans.



Nécrologie.--THÉODORE COLOCOTRONI

[Illustration: Décédé le 16 février 1843.]

Théodore Colocotroni est mort le 16 février dernier dans la ville
d'Athènes, d'une attaque d'apoplexie, à l'âge de 74 ans.

La gravure ci-jointe, dont le dessin a été fait par un artiste récemment
arrivé d'Athènes, représente le célèbre général grec, tel qu'il était
exposé aux regards de la foule, avec son uniforme et ses décorations, la
veille de ses funérailles.

Avant la révolution grecque, Theodore Colocotroni s'était acquis une
grande réputation comme chef de partisans, nous pourrions presque dire
comme chef de bandits. Il se faisait remarquer surtout par son audace,
par son courage et par sa cruauté. Forcé de s'exiler, il prit tour à
tour du service dans les armées de la Russie et de l'Angleterre. Au
moment où la révolution grecque éclata, c'est-à-dire au mois d'avril
1821 il habitait les îles Ioniennes, où il exerçait la profession de
boucher. A peine la nouvelle de l'insurrection lui fut parvenue, il
s'embarqua, passa en Morée et il devint bientôt un des chefs principaux
de l'armée révolutionnaire. Aussi habile que brave, il sut se défendre
avec succès contre toute» les attaques des ennemis de sa patrie, jusqu'à
la bataille de Navarin. Mais l'indépendance de la Grèce proclamée, il se
montra l'un des ennemis les plus violents du roi Othon et du
gouvernement établi par les puissances alliées. Accusé du crime de haute
trahison, il fut condamne à mort. D'abord le jeune roi commua sa peine
en un emprisonnement perpétuel; puis il lui accorda un pardon complet et
il lui rendit ses grades, ses honneurs et ses propriétés Le jour de ses
funérailles. Colocotroni a été conduit à sa dernière demeure par la
population d'Athènes. Les troupes de la garnison, les dignitaires de
l'État les représentants des grandes puissances assistaient à cette
cérémonie. A ce moment suprême chacun oubliait les fautes de l'homme
dont on allait confier à la terre la dépouille mortelle, pour ne se
rappeler que les eminents services qu'il avait rendus à son pays.



LE DUC DE SUSSEX

[Illustration: Décédé le 21 avril 1843.]

Le jeudi 4 mai 1843 ont eu lieu, à Londres, les obsèques du duc de
Sussex, oncle de la reine Victoria, mort le 21 avril dernier, à l'âge de
soixante-onze ans. Ce prince a eu une existence si honorable, sa mort a
excité des regrets si universels que nous avons cru devoir emprunter aux
journaux anglais la courte biographie qui va suivre. De semblables
exemples sont rares, aussi il est toujours bon et utile de les signaler
à la méditation et à la reconnaissance publiques Le duc de Sussex ne
s'est illustré par aucune action d'éclat: il n'a rendu aucun service
importants à son pays; il n'était après tout qu'un homme ordinaire: mais
aussi il n'a jamais recherché la puissance, il ne s'est servi de sa
fortune que pour faire le bien, il a constamment méprisé, sans
affectation, toutes les distinctions de la naissance et de la richesse.
Issu d'une famille royale, il a aimé le peuple d'une affection sincère,
enfin, il est toujours resté fidèle à sa conscience. Ne sont-ce pas là
des qualités qui méritent un honorable souvenir?

Le duc de Sussex, le sixième fils de George III et de la reine
Charlotte, était né à Buckingham-House, le mercredi 27 janvier 1775. Ses
frères, les ducs d'York, de Kent, de Cumherland et de Cambridge,
adoptèrent la profession des armes. Le duc de Clarence se fit marin.
Seul de tous les membres de la famille, le duc de Sussex s'adonna
exclusivement, pendant sa jeunesse, à l'étude de» arts et de la
littérature--Envoyé en Allemagne, avec ses frères Ernest et Adolphe,
il devint un des meilleurs élèves de l'université de Gottingue, fondée
par Georges II en 1734; puis il alla achever son éducation à Rome, les
troubles de tout genre uni avaient suivi la révolution de 1789 ne lui
ayant pas permis de visiter la France et Paris.

Le prince Auguste-Frédéric, ainsi s'appelait le futur duc de Sussex
passa donc à Rome les années 1792 et 1793. Parmi les Anglais qui
résidaient à cette époque dans la métropole du monde chrétien, se
trouvaient le comte et la comtesse de Dunmore et leur seconde fille,
lady Augusta Murray. Les charmes et l'amabilité de lady Angusta Murray
produisirent une impression si vive sur le prince Auguste, que, malgré
la différence d'âge (lady Augusta Murray avait trois ans de plus que le
prince Auguste), malgré les dispositions prohibitives du _royal marriage
act_, qui défend aux descendants de George II de se marier avant l'âge
de vingt-cinq ans sans le consentement du roi régnant, malgré la
sévérité bien connue de son père, le fils de George III se décida à
épouser la fille du comte de Dunmore. Il avait alors vingt-un ans. Le
mariage fut célébré à Rome, le 4 avril 1793, par un prêtre de l'église
d'Angleterre. L'année suivante, la princesse Augusta donna le jour à un
enfant du sexe masculin, qui est aujourd'hui le colonel sir A. d'Este.

Dès que la nouvelle de cette union fut parvenue, en Angleterre, le
gouvernement se hâta de la faire déclarer nulle par les tribunaux
ecclésiastiques, en vertu du _royal marriage act_; mais le prince
Auguste persista à soutenir sa validité; il traita toujours lady Augusta
comme sa femme, et son fils comme un enfant légitime, leur donnant en
toute occasion les titres de princesse et de prince. Toutes ses
protestations furent inutiles. Seulement, en 1806, lady Augusta reçut du
roi l'autorisation de prendre le nom de comtesse d'Ameland. Elle habita
pendant plusieurs années une maison de campagne située près de Ramsgate,
et jusqu'à sa mort, qui eut lieu le 5 mars 1830, les habitants des
villages voisins continuèrent à l'appeler «la duchesse de Sussex.»

Le prince Auguste résida encore longtemps sur le continent. Il fit un
assez long séjour en Suisse, passa deux années entières à Berlin, visita
Lisbonne, et ne revint définitivement en Angleterre qu'en 1801. Le 21
novembre de cette année, il fut élevé à la pairie, créé duc de Sussex,
comte d'Inverness et baron d'Arklow. A peine admis dans la chambre des
lords, il s'y fit remarquer par son opposition franche et vigoureuse, au
ministère tory, par son libéralisme intelligent, et sinon par son
éloquence, du moins par l'élégante facilité avec laquelle il savait
s'exprimer en public. Aussi eut-il bientôt acquis dans le Parlement une
influence qu'aucun membre de la famille royale n'avait jamais possédée.
Quand George III perdit complètement l'usage de sa raison, quand le
prince de Galles, devenu régent, eut trahi honteusement ses anciens
amis, le duc de Sussex ne suivit pas l'exemple de son frère. Il resta
fidèle à ses opinions; car il les avait adoptées par conviction, et non
par ambition personnelle, et jusqu'à sa mort il se montra un des
défenseurs les plus sincères et les plus dévoués des droits et des
libertés de la nation. On ne put lui reprocher d'avoir jamais cherché à
se rendre populaire, pour exploiter à son profit sa popularité. Ce
n'était pas un motif égoïste qui le faisait agir ou parler; mais
uniquement le sentiment de son devoir, l'amour du bien public, la haine
de l'injustice. Aussi se mit-il rarement en avant. «Je ne prends la
parole dans cette Chambre, disait-il dans son discours sur le bill de
réforme, que lorsque de grandes questions constitutionnelles y sont
discutées, que lorsqu'il s'agit des droits et des libellés de
l'Angleterre. Alors je regarde comme un devoir pour moi de venir occuper
ma place, d'exprimer mon opinion, et de donner mon vote consciencieux.

«Je connais le peuple mieux qu'aucun de vous, continuait-il en
s'adressant à ses collègues. Ma position, mes habitudes, mes relations
avec un grand nombre d'institutions charitables et utiles, et d'autres
circonstances qu'il est inutile d'énumérer ici, me mettent journellement
en rapport avec des individus de tous les rangs. Permettez-moi donc de
vous apprendre quelles sont les habitudes et les récréations du peuple.
Vous parlerai-je des ouvriers de Nottingham, par exemple? Ce que je vais
vous dire, vous l'ignorez sans doute... Les ouvriers de Nottingham
possèdent une bibliothèque qui ferait honneur à un lord. Le choix de
leurs livres prouve qu'ils ont un aussi bon jugement que vos
excellences. Et s'ils sont aussi sensés, aussi intelligents que vous,
pourquoi ne jouiraient-ils pas des mêmes droits?--Personne ne respecte
plus que moi les privilèges du rang; mais, permettez-moi de vous le
dire, l'éducation ennoblit l'homme plus que toute autre chose, et quand
je vois le peuple s'instruire et s'enrichir, je serais curieux de savoir
pourquoi il ne lui serait pas donné de s'élever d'un ou de plusieurs
degrés sur l'échelle sociale... J'ai toujours été partisan de la
réforme, et tant que la constitution ne sera pas réformée, je resterai
un réformateur.»

Sans doute ce ne sont là que des lieux-communs un peu vieux, et le reste
du discours auquel nous les empruntons contient des passages moins
estimables; mais, qu'on ne l'oublie pas, l'orateur qui tenait un pareil
langage était le frère de George IV, et il parlait à l'aristocratie
anglaise. D'ailleurs, le duc de Sussex ne défendit pas seulement dans
ses discours au Parlement la cause de la réforme, il réclama tour à tour
l'abrogation des lois céréales, la liberté religieuse, la réforme du
code pénal, etc., et une foule d'autres mesures non moins importantes,
etc.--En 1792, lorsque le jugement et l'exécution de Louis XVI eurent
réduit à quarante-cinq le nombre des partisans de Fox, il n'abandonna
pas ce grand homme d'état. Enfin, après la bataille de Waterloo, il
protesta dans les journaux de la chambre des lords contre la captivité
de Napoléon.

Toutefois, malgré sa grande popularité, le Parlement ne fut pas le
théâtre où le duc de Sussex joua le rôle le plus noble et le plus utile.
Chez lui, le philanthrope l'emporte de beaucoup sur l'homme politique
Pour l'apprécier à sa juste valeur, il fallait le voir dans une de ces
réunions charitables qu'il présidait avec tant de complaisance, de tact
et d'esprit. Pendant quarante années il plaida la cause du pauvre, de la
veuve et de l'orphelin. Il prêcha la charité et il fit de nombreux
prosélytes; car il était éloquent et il joignait toujours l'exemple à la
leçon...

Le duc de Sussex fut, en outre, durant toute sa vie, un protecteur zélé
et intelligent des artistes et des gens de lettres. Il possédait des
connaissances variées et un goût parfait; la belle bibliothèque qu'il
avait formée au palais de Kensington en fournirait au besoin une preuve
suffisante. Cette bibliothèque se composait de 50.000 volumes; elle
comprenait toutes les branches des sciences humaines et des manuscrits
précieux, mais elle était surtout riche en ouvrages théologiques. En
1816, le duc de Sussex avait été nommé président de la Société des Arts.
En 1830, il fut élevé à la présidence de la Société Royale, et chaque
année, depuis cette époque, il réunit dans ses salons de Kensington
l'élite des savants, des artistes et des littérateurs de l'Angleterre,
tous les membres des diverses sociétés scientifiques de Londres. En 1839
il donna sa démission, parce que ces soirées lui occasionnaient des
dépenses hors de proportion avec ses revenus.

Le duc de Sussex devait violer deux fois dans sa vie les dispositions du
_royal marriage act_. Après la mort de sa première femme, il conçut un
vif attachement pour la veuve de sir George Buggin, qui avait obtenu du
roi l'autorisation de prendre le nom d'Underwood. On assure qu'ils se
marièrent en secret. Quoi qu'il en soit, lady Cecilia Underwood fut
admise dans la plus haute société, et dès lors elle accompagna le duc
partout on il allait. En 1840 la reine Victoria l'éleva à la pairie et
lui conféra le titre de duchesse d'Inverness. A cette occasion, elle
reçut de nombreuses visites de félicitations, et on remarqua que les
visiteurs la traitèrent comme un membre de la famille royale. Ils ne lui
laissèrent pas leurs cartes, mais ils inscrivirent eux-mêmes leurs noms
sur un registre.

La mort du duc de Sussex laisse vacants les emplois et les titres
de:--président de la Société des Arts;--grand-maître de l'ordre du
Bain;--veneur des parcs de Saint-James et de Hyde;--grand intendant de
Plymouth;--colonel de la compagnie d'artillerie;--grand-maître des
francs-maçons;--gouverneur et constable du château de
Windsor;--chevalier de la Jarretière.

Le duc de Sussex avait déclaré dans son testament qu'il ne voulait pas
être enterré au château de Windsor, dans la chapelle du cardinal Wolsey,
où sont ensevelis tous les membres de la famille royale. Il avait choisi
lui-même, pour le lieu de sa dernière demeure, le cimetière public du
petit village de Kensal-Green. Ses dernières volontés ont été
religieusement observées. Le fils de George III repose à côté du plus
humble des sujets de son père; seulement, on lui a fait des obsèques
royales; mais nous n'ennuierons pas nos lecteurs du récit de cette
triste et fastidieuse cérémonie, à laquelle le public n'a pas été admis.
Les véritables amis du duc de Sussex n'auraient pas prononcé sur sa
tombe des adieux aussi étranges que ceux que sir Charles Young, le
_Garter King at arms_, a été forcé par l'étiquette de cour, de réciter à
haute voix en présence du mari de la reine:

«Ainsi, il a plu à Dieu tout-puissant de rappeler à lui le très-haut,
très-puissant et très-illustre feu prince-Auguste Frédéric, duc de
Sussex, baron d'Inverness et baron d'Arklow, chevalier de l'ordre
très-noble de la Jarretière, chevalier de l'ordre très-noble et
très-ancien du Chardon, grand-maître et chevalier grand-croix de l'ordre
militaire très-honorable du Bain, sixième fils de feu S. M. le roi
George III, et oncle de sa très-excellente majesté la reine Victoria,
que Dieu bénisse et à qui il accorde une longue vie, une bonne santé,
beaucoup d'honneur, et tous les bonheurs de ce monde.» Au lieu de ces
vains titres, ils eussent rappelé ses vertus et ses talents, ils eussent
dit comme nous: «Il fui bon, honnête, fidèle à ses opinions; il mérita
l'estime et la reconnaissance de ses concitoyens.»



CHAPELLE DE NOTRE-DAME-DES-FLAMMES.

A BELLEVUE. ANNIVERSAIRE DU 8 MAI.

[Illustration:]

Tout le monde a entendu parler de la chapelle qui a été élevée à
Bellevue, sous l'invocation de _Notre-Dame-des-Flammes_, à l'endroit
même où a éclaté, l'année dernière, l'horrible catastrophe du chemin de
fer de Paris à Versailles, rive gauche. Nous allons essayer de compléter
par quelques indications l'idée que nos lecteurs pourront se faire de ce
monument funèbre, à l'aide de la gravure que nous mettons sous leurs
yeux.

Comme on le voit, cette chapelle, de style ogival, a la forme d'un
triangle. L'intérieur est d'une extrême simplicité, d'une sévère nudité.
Dans l'angle qui fait face à la porte d'entrée, c'est-à-dire du côté de
l'orient, conformément à l'usage symbolique adopté, dans la construction
de la plupart des églises, se trouve l'autel. Pour tout ornement, il
porte des candélabres en pierre figurant des ossements humains et des
têtes de mort. Au-dessus de l'autel est sculptée une petite image de la
Vierge, les pieds sur un globe à demi enveloppé de flammes, les mains
jointes, les yeux au ciel, dans l'attitude de la prière. Sur la console
qui supporte cette statuette, on lit: _Aux victimes du VIII mai
MDCCCXLII;_ et au-dessous: _O bonne et tendre Marie! défendez-nous
contre les flammes de la terre, mais préservez-nous surtout des flammes
de l'éternité_. Plus haut, tout près de la voûte, un vitrail peint en
forme de médaillon, dont la partie supérieure, représente la Trinité
chrétienne, et la partie inférieure une scène de l'incendie du chemin de
fer. Plusieurs malheureux, à demi plongés dans les flammes, lèvent les
yeux et les mains vers les trois personnes divines, qu'ils semblent
invoquer. Nous avons remarqué, surtout une mère qui serre son enfant dans
ses bras avec une expression d'angoisse suppliante.

La frise intérieure de la chapelle représente des ossements humains qui
brûlent, avec des têtes de mort à chacun des angles. Le pendentif de la
voûte est également orné de têtes de morts entourées de flammes.

Quant à l'extérieur, le monument est couronné par une statue de la
Vierge, en tout semblable, à celle de l'intérieur. A ses pieds on lit:
_N.-D.-des-Flammes_. Plus bas, c'est encore comme à l'intérieur, une
frise d'ossements humains qui brûlent.

Au-dessous du fronton, occupé par un demi-relief qui représente
vraisemblablement un épisode de la triste catastrophe, est écrit: _Paix
aux victimes du VIII mai!_ souhait pieux contre lequel proteste
brutalement, à chaque instant du jour, le fracas des wagons qui passent
comme l'ouragan.

Enfin, sur la porte, peinte en rouge, ces deux mots: _De profundis_,
sollicitent des visiteurs une mélancolique et courte prière, trop
rarement accordée sans doute.

La chapelle Notre-Dame-des-Flammes, toute en pierres de taille, est
assise sur un petite tertre sablonneux d'où l'oeil embrasse un superbe
panorama: de belles prairies, une partie du cours de la Seine, et
là-bas, dans un lointain vaporeux, Paris avec ses magnificences
architecturales à demi voilées. Un treillage de bois, à l'intérieur
duquel règne une guirlande de buis jaune, dessine autour du monument un
pourtour triangulaire; à chaque angle s'élève une modeste croix de bois.

La chapelle est si près des rails, que, de l'intérieur de l'enceinte
qu'elle occupe, on éprouve sensiblement l'impression de l'air chassé par
la violence des convois qui passent.

L'édification de _Notre-Dame-des-Flammes_ est due à l'une des personnes
les plus cruellement éprouvées par la catastrophe du 8 mai. M. Lemarié,
architecte, ayant perdu, dans ce jour néfaste, son fils, sa belle-soeur
et un cousin, a voulu consacrer à leur mémoire ce monument de pieux
regrets, élevé par lui-même, et qui ne fait pas moins honneur à son
talent qu'à son coeur.

La chapelle de Notre-Dame-des-Flammes a été inaugurée, le 16 novembre
1842, par M. l'évêque de Versailles. On a attaché à sa fondation une
institution régulière de quatre messes par an, qui doivent être dites
par M. le curé de Meudon, indépendamment de celles que peuvent demander
les parents des victimes. Le lugubre anniversaire y a été célébré lundi
dernier, à onze heures du matin, par une cérémonie religieuse.

Nous renonçons à décrire la physionomie de tristesse religieuse de cette
petite chapelle blanche qui s'élève, comme une muette prière, à côté de
la voie sur laquelle s'agitent pêle-mêle, avec une précipitation
bruyante, les passions, les affaires et les plaisirs des hommes. Il y a
là un effet de contraste qui jette sur le chemin de fer un reflet de
poésie que nous n'aurions jamais eu, avant, la hardiesse de soupçonner
dans un chemin de fer.



La Vengeance des Trépassés,

NOUVELLE.

Suite.--Voyez p. 75, 89, 105, 121 et 157.


§ VII.--Philosophie.--Folie.--Adieux.

Don Christoval avait une de ces âmes fortement trempées qui luttent
contre la douleur et parviennent à la vaincre, au moins dans ses effets
ordinaires, c'est-à-dire que le triomphe est extérieur, et qu'an dedans
les ravages s'exercent plus profonds et plus durables.

Il s'enferma deux jours sans permettre à âme qui vive de pénétrer
jusqu'à lui; ce temps passé, on le vit reparaître pâle, amaigri, mais
non abattu; il reprit ses courses botaniques, mais dom Sulzer ne pouvait
plus l'accompagner. Le soir il revenait couvert de poussière et chargé
de fleurs sauvages dont il jonchait la tombe de sa femme et de son fils;
il restait fort tard à les arranger, puis rentrait, et avant l'aurore il
était reparti pour toute la journée. Voilà sa vie.

Cette fatigue du corps ne suffisant pas à dompter l'activité de sa
pensée, il essaya d'un autre système: c'était de lasser son imagination
en lui donnant pleine carrière. A cet effet, il se jeta dans les idées
philosophiques; c'était un retour vers une science qui l'avait fait
briller dans sa jeunesse à l'université de Salamanque. Il s'y adonna de
nouveau, sans pour cela renoncer à ses excursions lointaines; il
emportait de quoi écrire, et jetait en courant sur le papier les idées
dont il voulait faire les matériaux d'un grand ouvrage: ces idées
roulaient sur le temps, sur la mort, sur la résurrection et l'autre vie.
Tous ceux qui ont voulu approfondir ces terribles questions ont payé
cher leur témérité; don Christoval éprouva le même sort. Voici
quelques-uns de ces fragments décousus; ils feront comprendre
l'exaltation cérébrale de cet infortuné et la catastrophe qui
s'ensuivit.

Elle est morte! Qu'est-ce que la mort? qu'est-ce que la vie? Le temps
existe-t-il pour les morts? L'Écriture se sert à chaque instant de ces
mots _la fin des temps,--la consommation des siècles_. Le temps finira
donc? oui. Le temps une créature de Dieu qui sera détruite comme les
autres; son seul privilège sera d'être détruite la dernière. J'ai
entendu dom Sulzer s'écrier un jour en prêchant: _Sortez du temps!_ et
comment sortir du temps? Le temps est l'enveloppe dans laquelle se meut
l'humanité. Il est bien difficile à la pensée humaine de sortir du
temps; toutefois cela ne paraît pas impossible.

Et qu'est-ce que l'éternité? l'absence du temps et de la durée: un
point; pas même un point, puisque dans un point, si petit qu'on le
conçoive, il y a encore l'idée de dimension; au lieu que dans l'éternité
le centre et les extrémités se confondent.

La résurrection des morts suit donc immédiatement l'instant de leur
trépas; ils sont comme un homme qui tombe et aussitôt se relève; et les
hommes partis de différents points du temps arriveront tous
simultanément à la cessation du temps.

Car le temps est une illusion, l'illusion fondamentale de notre vie,
laquelle n'est elle-même qu'une illusion destinée sans doute à éprouver
les âmes.

Nous rentrons par intervalles dans la réalité au moyen du sommeil. Ce
sommeil éteint la matière et en dégage l'âme: alors le temps cesse pour
nous. La preuve en est claire: c'est que celui qui se réveille est
incapable de dire s'il a dormi dix heures ou dix minutes.

Et souvent en dix minutes il a rêvé des faits dont la réalisation dans
le temps demanderait une année.

Et lorsqu'il rapporte dans le temps ces souvenirs d'une, excursion hors
du temps, il juge, il compare, il mesure et dit: Qu'on est insensé quand
on dort!--C'est probablement, au contraire, le seul moment où l'on soit
sensé.

Si Adam n'avait point goûté du fruit défendu, il ne fût pas mort,
c'est-à-dire que son illusion eut été éternelle; il n'y eut pas eu de
fin des temps ni de consommation des siècles, et ses enfants eussent été
immortels comme lui.

Aurait-il en des enfants exempts du péché originel, et par conséquent de
la mort, ils auraient promptement encombré la terre, et que fut-il
arrivé?

Ou il n'en aurait pas eu; alors la création se fût bornée à deux êtres
humains qui n'auraient pas fini.

L'Éternel avait dit au premier homme: Si tu goûtes de ce fruit, tu
mourras de mort. Le tentateur dit à Eve: Si vous goûtez de ce fruit,
vous deviendrez semblables à Dieu.

Les deux paroles furent accomplies: Adam, par suite de son péché,
mourut; et il devint semblable à Dieu, en ce point qu'il sortit du temps
hors duquel Dieu habite.

Le passage de la vie à la mort, l'instant précis de ce passage, est-il
sensible pour ceux qui le franchissent? Non: mais on s'aperçoit des
approches.

N'est-il pas probable qu'à ce moment solennel, avant la séparation de
l'esprit et de la matière, nos facultés éprouvent par anticipation un
éclair de perfectionnement, que les sens acquièrent subitement une
subtilité surnaturelle; l'intelligence une hauteur, une plénitude, un
pouvoir inaccessibles à l'état de vie normale? J'en suis convaincu; mais
presque toujours quand ce phénomène arrive, le moribond n'en peut rien
témoigner à ceux qui l'entourent.

Ou, s'il leur en témoigne quelque chose, ils disent: Ce sont les
illusions de la mort; la tête n'y est plus!

Léonor a vu l'ombre de soeur Dorothée; le père Dominique, l'ombre de son
pénitent; je n'en doute pas. En y réfléchissant, il n'est pas plus
étrange de voir une âme sortie du temps y rentrer pour quelques minutes,
que de voir le contraire, c'est-à-dire une âme prisonnière dans le temps
s'échapper quelques minutes dans l'éternité. Seulement le second est
plus commun que le premier, c'est pourquoi la raison humaine, la pire de
nos illusions, nous affirme que le premier est impossible, sa coutume
étant de nier tout ce qu'elle ne peut contrôler.

Ce qu'on appelle la raison de l'homme n'est que l'essence de son
orgueil.

Nous cherchons à entrevoir les vérités éternelles avec notre raison, à
travers le temps, c'est-à-dire avec un instrument faux à travers un
milieu qui nous trompe. On soupçonne des erreurs, mais nul moyen de les
calculer, encore moins de les corriger. Les contemplateurs sont les
sages; ils sont en très-petit nombre: les autres suivent leur route sans
songer à rien, sans se douter de rien; ce sont les heureux.

Notre raison est essentiellement terrestre, non qu'elle ne puisse
s'élever, quelquefois même assez haut, mais elle retombe toujours sur la
terre et rapporte, tout à elle-même et aux choses d'ici-bas.
L'inspiration, l'extase, le délire, la folie, tous ces états dans
lesquels l'àme cherche à prendre l'essor loin de la matière, nous
livreraient peut-être le secret de notre vie et de notre avenir, mais la
raison les méprise et nous empêche de les étudier. Et pourtant, sans la
raison, que ferions-nous? notre malheur est de ne pouvoir nous passer
d'elle; c'est le bâton qui nous sert à marcher, mais ce bâton est garni
de plomb qui nous attache à la terre et nous empêche de nous envoler.

Le mystérieux Orient, qui a su tant de secrets concernant notre race, a
toujours regardé les fous comme des êtres sacrés, en communication
directe avec Dieu. Peut-être viendra-t-il un jour où Dieu, dans sa
bonté, enlèvera tout à coup la raison au genre humain pour laisser
régner exclusivement la sagesse.

La raison n'est peut-être nécessaire aux hommes que parce que, dans
l'état actuel des choses, elle est l'apanage du plus grand nombre?

Dans le malheur affreux où je suis plongé, quel voeu puis-je encore
former ici-bas? Un seul, dont l'accomplissement me rendrait le bonheur:
c'est de perdre la raison; alors je pourrais retrouver Léonor, et nous
serions rejoints tout en habitant une vie différente. Oh! si je pouvais
me débarrasser de cette funeste raison!

A force de creuser dans ces étranges idées, le malheureux Christoval
obtint ce qu'il souhaitait.

Une nuit, dom Sulzer, après avoir veillé fort tard dans son cabinet,
venait de mettre en ordre ses cahiers de l'histoire des abbés de
Reichenau, et il se disposait à passer dans sa chambre à coucher,
lorsqu'il lui sembla distinguer dans le profond silence de la nuit des
accents interrompus auxquels se joignaient quelques accords. Il écouta,
et s'assura que quelqu'un chantait à voix basse dans l'enclos situé
derrière le corps de logis de son habitation. Il ouvrit la fenêtre. Le
ciel était pur, mais sans lune: il n'v avait que la clarté douteuse des
étoiles. Le chanteur, invisible à cause de la position du bâtiment,
effleurant à peine les cordes de sa guitare, fit entendre les paroles
suivantes:

        Toda mi dicha fundo
        Solo in querer te;
        Y daria mil vidas,
        Solo por ver te.

«Je mets tout mon bonheur à te voir; rien que pour te voir je donnerais
mille fois ma vie. »

Le chanoine n'eut pas de peine à deviner ce qui se passait. Il fit un
signe de croix, ce qui était chez lui la plus grande marque de
compassion, et se disposa à descendre. Sans appeler personne pour
l'aider, il remit sa redingote, sortit appuyé sur sa grande, canne,
traversa d'un pied lent et mal assuré les longues et obscures galeries
du couvent, et par un escalier de pierre depuis longtemps hors de
service, soupirant et trébuchant à chaque degré, il entra dans l'enclos.
L'herbe discrète étouffait sa marche. Il parvint ainsi, sans être
aperçu, à deux pas de don Christoval, et s'arrêta pour le considérer.
L'infortuné, debout devant la pierre moussue qui recouvrait sa femme et
son enfant, avait cessé de chanter. Il méditait dans un sombre silence,
les bras croisés sur la poitrine et enveloppé dans son manteau, pareil à
un génie funèbre. Sa guitare reposait sur la tombe. Quelques minutes
s'écoulèrent sans que Christoval fit aucun mouvement, et sans que le
vieux prêtre osât interrompre la douleur de son jeune ami. A la fin
pourtant le chanoine risqua de l'appeler doucement. A cette voix,
Christoval releva la tête et demanda: «Qui m'appelle? Que voulez-vous?

«C'est moi, votre ami, dom Sulzer.--Ah! dom Sulzer vous venez à propos;
c'est le ciel qui vous envoie. J'aurais été fâché de m'en aller sans
vous avoir dit adieu et serré la main.--Vous en aller? où? que
faites-vous ici?--Ne le voyez-vous pas? Je suis venu faire visite à
Léonor. J'ai mis exprès, pour lui plaire, le costume que je portais la
nuit que je l'enlevai. Je lui ai chanté _Marinero del alma,_ qu'elle
aimait tant. Eh bien, le croiriez-vous? cet air, dont jadis une seule
note l'entraînait vers moi, cet air aujourd'hui la laisse insensible!
Elle ne répond rien? Ah! c'est que ce n'est plus à elle à venir à moi;
c'est au contraire à moi d'aller à elle. Elle a Carlos qui la retient;
je comprends cela. Je vais les rejoindre tous deux. Que faut-il dire à
Léonor de votre part?--Et quel chemin prendrez-vous pour les
rejoindre?--Alors Christoval se penchant à l'oreille du chanoine, comme
s'il lui eût confié un grand secret: «Le chemin du lac, dit-il. Oui, je
vais me jeter dans le lac. Vous le sentez bien, dom Sulzer,
continua-t-il avec une apparente tranquillité, vous le sentez bien, ma
vie est désormais inutile; mon existence n'a plus de but: c'est un effet
sans cause. Où est Léonor, là est ma vie. Il faut que je me noie dans le
lac, cela est de toute nécessité. Si vous avez à me charger de quelque
chose pour elle, dépêchez-vous.--C'est inutile, dit le chanoine
épouvanté de cette folie de sang-froid, mais cachant sa frayeur sous un
ton sec et bref.--Pouquoi inutile?--Parce que vous n'irez pas.--Et qui
m'en empêchera?--Moi. Je vous le défends!»

Christoval, jusqu'alors paisible dans sa tristesse, commença de
s'agiter, et ce trouble, que trahissaient son geste et sa voix, arriva
rapidement à l'exaspération. «Comment, vous me le défendez? C'est
indigne! c'est affreux! Allez! j'ai été la dupe de votre affection
simulée; mais à compter de ce moment je ne le suis plus; je vous
connais. Vous êtes un méchant homme. Laissez-moi! laissez-moi! Non, non,
ma Léonor, n'aie pas peur que je l'écoute, que je me laisse arrêter par
lui! Il veut que je demeure! Et pour qui, mon Dieu? Qui désormais à
besoin de moi?--Moi, mon fils, moi! cria le vieillard en s'accrochant à
lui.» Mais dans le débat son pied heurta la pierre sépulcrale; dom
Sulzer perdit l'équilibre et roula sur la tombe de Léonor en poussant un
douloureux gémissement.

Il n'en fallut pas davantage pour abattre subitement l'exaltation du
pauvre fou. Il prit le vieillard dans ses bras, et d'un ton tout
différent: «Dom Sulzer, s'écria-t-il, je vous ai fait mal? Etes-vous
blessé?

--Non, mon ami, répondit dom Sulzer, se relevant avec peine. Le mal que
vous avez fait à mon corps n'est rien auprès de celui que vous faites à
mon coeur. Le premier est involontaire, je vous le pardonne; mais
l'autre!...--Ah! pardonnez-le-moi aussi,» dit Christoval en embrassant
son vieil ami et fondant en larmes. C'était la fin de la crise. Le bon
chanoine ne put résister à l'entraînement de ce désespoir, et oubliant
ses projets de fermeté, il se mit à pleurer aussi.

Dom Sulzer triompha le premier de son émotion et parvint à la comprimer.
« Mon ami, dit-il, mon cher ami, que faisons-nous? A quelle faiblesse
nous laissons-nous aller! Dieu soit béni de ce que vous ayez enfin
reconnu ma voix. Ecoutez votre vieux père qui vous aime et qui souffre
toutes vos douleurs Vous croyez que votre tâche ici-bas est accomplie
parce que vous n'avez plus à la remplir envers votre femme et votre
fils, non, cher Christoval, elle ne l'est pas. Il vous en reste une
autre plus importante encore, oui, oui, plus importante encore; je vous
la ferai connaître et vous en conviendrez. Vous dites que votre
existence n'a plus de but. Ah! mon fils il vous en reste un à atteindre
que vous ne voyez pas, parce que les pleurs qui remplissent vos yeux
obscurcissent votre vue. Vous voulez savoir ce que c'est? Je ne puis
vous l'expliquer ici: l'heure et le lieu ne s'y prêtent pas. D'ailleurs
je souffre un peu et nous avons l'un et l'autre besoin de repos. Venez
me voir demain matin à huit heures précises, et je vous apprendrai à
quelle fin vous devez consacrer le reste de vos jours, et vous ne
sortirez pas de chez moi sans être consolé.»

Don Christoval promit d'être exact au rendez-vous. Il reconduisit le bon
chanoine jusqu'à la porte de sa chambre, et dom Sulzer ne le renvoya pas
sans l'avoir embrassé et lui avoir donné sa bénédiction.

Dom Sulzer, resté seul, s'agenouilla sur son prie-Dieu et fit une longue
et fervente prière. Lorsqu'il se releva, son visage exprimait le
contentement intérieur d'un homme plein de confiance dans la bonté du
ciel, et certain d'avoir obtenu l'objet de sa demande. Bien qu'il fût
une heure du matin, le chanoine, au lieu de se mettre au lit, chercha
dans sa bibliothèque un volume de médiocre grosseur: l'ayant trouvé, il
se replaça à son bureau et se mit à feuilleter le livre avec attention.

Le lendemain don Christoval fut ponctuel. Huit heures sonnant, il
frappait à la porte du cabinet de son ami. Point de réponse: il ouvre
doucement. Qu'aperçoit-il? Le chanoine, assis devant sa table couverte
de papiers, dans son grand fauteuil de cuir, le corps droit, immobile,
et profondément endormi. Le sommeil l'avait surpris au milieu de
l'étude, car il avait la main droite posée sur un livre ouvert, et son
index allongé semblait montrer un passage. L'affaiblissement et
l'incertitude de sa vue avaient fait prendre au vieillard cette habitude
de suivre, en lisant la ligne, avec le doigt, pour ne pas s'égarer dans
la page. Le soleil levant, s'introduisant de côté dans cette chambre
studieuse, illuminait la tête pâle et vénérable de dom Sulzer. En face
du vieillard et ombrageant le volume, un pot de fleurs, ou s'élevait une
jolie plante le réséda taillée en boule par les soins du chanoine, qui
mettait son plaisir à cultiver et à soigner ce petit arbre dont il
aimait singulièrement le parfum. Une fauvette de vignes chantait sur le
rebord de la fenêtre entr'ouverte par le vent frais du matin.

Don Christoval contemple un instant avec admiration ce tableau plein de
calme et de solennité. Ne voulant pas troubler le repos de son vieil
ami, il s'approcha sur la pointe des pied pour voir quel ouvrage avait
captivé si tard l'application du chanoine. Il lut ces paroles:

«Mon fils, ne vous rebutez point des travaux que vous avez entrepris
pour moi: ne vous laissez point abattre à tout ce qui peut vous arriver
de fâcheux; mais que dans tous les événements de la vie ma promesse vous
encourage et vois console.

«Un jour, qui n'est connu que du Seigneur, vous amènera la paix, et ce
jour ne sera point comme ceux de cette vie, mêlé de l'alternative de la
nuit: la lumière en sera perpétuelle et la charité infinie. La paix dont
vous jouirez sera solide et votre repos assuré.

«Est-il rien de pénible qu'on ne doive supporter pour la vie éternelle?

«Mon fils, ma grâce est précieuse et ne souffre point le mélange des
choses étrangères ni des consolations de la terre.

«Si vous voulez la recevoir, faites-vous un lieu de retraite ne
recherchez l'entretien de personne, mais répandez-vous devant Dieu par
une ardente prière.»

--Don Christoval, plus surpris et plus attendri à mesure qu'il lisait,
arriva enfin au verset sur lequel était placé le doigt de dom Sulzer:

«IL FAUT QUITTER LE MONDE: IL FAUT VOUS SÉPARER DE VOS CONNAISSANCES ET
DE VOS AMIS ET TENIR VOTRE AME DANS LA PRIVATION DE TOUTES LES
CONSOLATIONS HUMAINES!»[1]

Christoval, extrêmement ému, éprouva alors comme une soudaine
révélation: il toucha la main de dom Sulzer, il la trouva froide et
glacée! Il approcha ses lèvres du front du vieillard, et le contact lui
parut celui d'une statue de marbre! Dom Sulzer habitait désormais une
meilleure vie; il avait reçu le prix de ses souffrances et de ses
vertus, il connaissait le jour du Seigneur dont la lumière est
perpétuelle et la clarté infinie: il était mort. Don Christoval comprit
que ce but dont la veille encore lui parlait le saint vieillard, était
d'obtenir une mort pareille à celle-là.

Il se prosterna près du défunt, et son coeur, dans une effusion de
pieuse reconnaissance, prit l'engagement que la bouche du dernier moine
de Reichenau, cette bouche désormais muette, semblait lui dicter par
l'organe du _plus beau livre qui soit sorti de la main des hommes_. [2]

Dom Sulzer fut inhumé vingt-quatre heures après dans le choeur de
l'antique église de l'abbaye. L'humble et dernier représentant du
monastère, le simple moine, reçut un honneur jadis réservé pour ses
puissants abbés. Il arriva parmi eux comme un messager chargé de leur
annoncer l'extinction définitive de leur famille; comme un soldat fidèle
qui se réfugie au milieu de ses chefs pour attendre la chute de
l'édifice dont la ruine les doit tous ensevelir dans un commun tombeau.

          [Note 1: _Imitation de J.-C._]

          [Note 2: J.-J. Rousseau.]

Le lendemain de ces funérailles auxquelles assistèrent tous les
habitants de l'île, la maisonnette de don Christoval était déserte. Ou
trouva sur une table une lettre qui la donnait, avec tout son mobilier,
à un pauvre laboureur, pere de famille, de qui la grange avait brûlé
quelques mois auparavant. Le bruit public 'fut que don Christoval,
accablé par la triple perte qu'il venait de faire, n'avait pu résister à
son désespoir, et s'était précipité dans le lac. Un batelier racontait
que, l'Espagnol était venu le soir de l'enterrement louer un bateau pour
passer, disait-il, à Radolsszell. Au point du jour, le bateau avait été
retrouvé flottant au hasard sur la rive; on conjecturait que le vent
l'avait repoussé vers Reichenau, après la catastrophe de celui qui le
montait. Cependant, le cadavre de don Christoval ne reparut point sur
les îlots, et les pêcheurs sondèrent en vain le lac.

_(La fin à un numéro prochain.)_



Théâtres.

[Illustration: (Théâtre de l'Odéon.--Lucrèce, par M. Ponsard.--Brute:
Bocage;--Lucrèce: madame Dorval.)]

LA GRÈCE.--BRUTUS.--LA COMÉDIE A CHEVAL.--LES DEUX FAVORITES.--LE MÉTIER
A LA JACQUART--LES CANUTS.--LE VOYAGE EN L'AIR.--J'AI DU BON
TABAC.--MARGUERITE FORTIER.--LES PRÉTENDANTS.

Le second Théâtre-Français est tout émerveillé de la foule qui
l'assiège; il n'est pas accoutumé à ces bonnes fortunes: une recette de
3,500 fr. à l'Odéon, est un de ces prodiges dont la mémoire se perd dans
la nuit des temps. Il faut en rendre grâce à M. Ponsard; c'est à
_Lucrèce_ que l'honneur en revient. _Lucrèce_ ameute la foule sur toute
la place de l'Odéon, comme autrefois au Forum, autour de ses glorieux
restes, pour marcher contre la tyrannie et les Tarquins. Le public est
décidément conquis par Lucrèce et par M. Ponsard. Il prête une oreille
attentive aux vers énergiques ou gracieux du jeune poète; il s'émeut aux
accents de Brute, de Sextus et de Tullie; deux scènes surtout semblent
l'intéresser et le tenir attentif: l'une montre Lucrèce dans une
mutuelle confidence avec Brute; la jeune et chaste Romaine a pénétré les
projets du citoyen. Elle a passé à travers l'enveloppe du fou, pour
arriver jusqu'à l'âme patriotique. Sous le sublime mensonge de cette
folie, Lucrèce entrevoit la mâle pensée qui veille et s'alimente dans
cette âme profonde, comme une lampe mystérieuse dans un lieu solitaire
et caché. Elle déclare à Brute que son vaste dessein est connu d'elle,
Lucrèce, et qu'elle le paie silencieusement de son estime et de son
admiration. Avoir l'estime de Lucrèce, quelle consolation pour Brute!
Comme la plaie des affronts qu'il subit pour son pays est adoucie par
cette secrète amitié de la femme fidèle et chaste! Aussi le glorieux
insensé soulève-t-il un instant, devant cet oeil discret, le voile de sa
pensée; Brute ne se cache plus pour Lucrèce; il n'avoue pas, mais il
permet qu'on devine. Et c'est là un grand éloge, pour la vertu de cette
femme, que Brute, l'homme au génie enveloppé et muet, laisse ainsi
passer jusqu'à elle une lueur du vaste projet que son esprit médite et
dissimule.

[Illustration: (Dernière scène de la tragédie de Lucrèce.)]

Dans l'autre scène, le spectateur contemple avec émotion le corps
inanimé de Lucrèce, qui vient de se donner la mort; c'est le, moment
héroïque du sacrifice si vigoureusement décrit par Tite-Live, et
qu'après Tite-Live, M. Ponsard a revêtu des couleurs d'une, mâle
poésie.--Lucrèce s'est frappée au coeur du couteau qu'elle tenait caché
sous sa robe, et tombant sous le coup, elle a rendu le dernier soupir.
Tandis que Lucrétius son père, et Valère et Collatin s'abandonnent à
leur douleur, Brutus tire de la blessure le fer tout dégouttant de
sang: «Par ce sang si pur, s'écrie-t-il, je jure, et vous, dieux, je
vous prends à témoin de ce serment; je jure de poursuivre par le fer,
par le feu, par tous les moyens qui sont en mon pouvoir, Lucius Tarqnin
le Superbe et son épouse criminelle, et toute sa postérité, et de ne
jamais souffrir que ni eux ni d'autres règnent dans Rome!» La douleur a
fait place à la colère; on suit Brutus à la destruction de la royauté;
le corps de Lucrèce, placé sur un brancard, est porté au Forum, et
Brutus excite le peuple, à prendre les armes. Assurément c'est là un de
ces spectacles qui remuent l'âme et la trempent fortement. Le parterre
de l'Odéon y applaudit avec l'ardeur généreuse des vives et jeunes
émotions.

Le théâtre du Vaudeville a voulu aussi avoir son _Brutus_; mais celui-là
est un Brutus pour rire; d'abord il n'est pas de Rome, mais de Pontoise
ou de Quimper-Corentin; les Tarquins lui sont complètement étrangers; il
n'entend rien au Forum, et au Capitole encore moins. Parlez-lui de
Lucrèce, il vous répondra: «Connais pas!» Nommer Arnal, c'est tout dire;
cela vous donne la mesure de mon Brutus. Il n'est pas fou, tant s'en
faut: Brutus a de la modestie, et se contente d'être niais. Il frotte
les habits et cire les bottes de M. Courtois, son seigneur et maître, et
ne sera jamais consul romain. Quant à la république, Brutus la sert fort
mal; appelé, en sa qualité de soldat du guet, à réprimer une émeute
royaliste, il a jeté là son fusil, comme Horace son bouclier, et il pris
la fuite; mais à cet exploit se borne la ressemblance de Brutus et du
poète favori de Mécènes: Brutus est capable de fuir, mais incapable de
faire l'ode à la nymphe de Blanduse et l'épître aux Pisons.

Un instant, les destins de Brutus prennent une allure magnifique; de
simple valet qu'il est, il risque de devenir marquis. Un anneau trouvé
par Brutus lui donne cette espérance; il a mis l'anneau à son doigt, et
peu s'en faut que de cet anneau il ne résulte, un père pour Brutus.
Cette trouvaille l'accommoderait fort; car, enfin, Brutus ne sait pas de
quelle côte il est sorti. Brid'oison dit bien qu'on est toujours le fils
de quelqu'un, mais de quel père? Telle est la question compliquée que
Brutus se pose tous les jours à lui-même, sans avoir pu jusqu'ici la
résoudre. Il a cependant une consolation, c'est que s'il ne connaît pas
son père, sa mère probablement a dû le connaître.

Donc, Brutus se croit fils d'un marquis; et, pour un Brutus, vous
avouerez que la filiation est un peu embarrassante, d'autant plus que le
marquis est proscrit. Comment échappera-t-il aux agents républicains? La
crédulité de Brutus vient à son aide dans cette périlleuse affaire;
Brutus, le prenant pour son père, a pour lui toutes les tendresses
burlesques qu'on peut attendre d'Arnal; il le suit à la piste, il lui
tend les bras, et veut à tout propos le presser sur son coeur et
l'embrasser tendrement. Le meilleur de ce dévouement filial, c'est que
Brutus procure une carte de sûreté et un passe-port à son prétendu père;
et celui-ci en profite pour s'esquiver. Quant à Brutus, par un de ces
grands mouvements de fortune qui accompagnent les révolutions, il
devient portier. Quelle situation pour le fils d'un marquis! Après tout,
qu'importe? il tirera le cordon au lieu de la porte en sautoir! C'est à
peu près la même chose.--Ce quiproquo, égayé par quelques mots plaisants
et par le jeu naïf d'Arnal, a honnêtement réussi. Les auteurs sont MM.
Varin et Conailhac. On avait sifflé la veille un autre vaudeville
intitulé: _la Comédie à cheval_. Le cheval a fait un faux pas à moitié
chemin, et la comédie désarçonnée, une lourde chute.

Pour Jacquart, c'est autre chose; le Gymnase a pris la revanche du
théâtre du Vaudeville, Bouffé y aidant, et aussi le talent de M.
Fournier, l'auteur du _Métier à la Jacquart._ Tout le monde connaît
Jacquart, le bienfaiteur de la filature lyonnaise, l'inventeur du
merveilleux métier si fécond pour l'industrie, si utile au soulagement
de l'ouvrier. M. Fournier nous montre Jacquart préoccupé de son
ingénieuse invention: il l'entrevoit, mais il ne la tient pas encore;
Jacquart cherche ce rien, ce dernier mot, si difficile à trouver, et qui
arrête souvent les plus magnifiques découvertes; ce pauvre Jacquart en
rêve nuit et jour; vous pensez, comme en rêvant, il néglige les intérêts
de sa maison; aussi la pauvreté en a-t-elle franchi le seuil. Quelques
milliers de francs restaient, dernier espoir de sa femme et de sa fille;
Jacquart les a perdus par sa distraction. C'est peu encore; en voyant
cet homme si insouciant de ses intérêts et si rêveur, on dit de lui: «Il
est fou!» Et chacun de le montrer au doigt. Enfin, notre Jacquart perd
courage; ruiné, honni, s'épuisant vainement à la poursuite de ce dernier
secret qui lui échappe; toujours, il prend une résolution désespérée. Le
malheureux se dirige vers le Rhône pour s'y précipiter: une main
inconnue l'arrête avant l'accomplissement du suicide; et voilà Jacquart
tout étonné de se trouver dans une chaise de poste roulant sur la route
de Paris.

A Paris, on le conduit dans un magnifique palais; des soldats veillent
aux portes; des hommes tout brodés d'or et tout chamarrés de rubans vont
et viennent dans les galeries et dans les antichambres. De Lyon à Paris,
Jacquart a eu le temps de se remettre et de reprendre le sang-froid
plein de franchise, et le naturel sans façon qui le caractérisent. Il ne
se gêne donc guère avec tous ces beaux messieurs-là; et comme Jacquart
n'a qu'une idée en tête, sa fameuse découverte, il en parle à qui veut
l'entendre. Voyez-vous ce grand homme sec qui regarde Jacquart d'un air
railleur? c'est un illustre chambellan à qui Jacquart explique le
mécanisme de sa machine. Le grand seigneur d'en rire. Que voulez-vous?
on est chambellan, et l'on n'est pas obligé pour cela d'avoir de
l'instruction et de l'esprit. Le chambellan n'y voit donc goutte; comme
tous les ignorants et les sots, il se tire d'embarras en ricanant et
traite Jacquart d'insensé.--Une porte s'ouvre; ce n'est plus au valet
brodé, c'est au maître que Jacquart a affaire: et ce maître est
Napoléon, l'empereur et le roi! S'il n'a pu se faire comprendre par le
chambellan, Jacquart est bientôt compris par le grand homme; le génie du
héros fécondera le génie de l'ouvrier, et le métier Jacquart sort
victorieux de cette entrevue. L'industrie lyonnaise a fait sa conquête.
Qui est ravi? Jacquart, et la femme de Jacquart, et la fille de
Jacquart, laquelle, du coup, épouse un très-joli et très-excellent jeune
homme, qui l'aime et qu'elle aime; double amour qui attendait depuis
longtemps, et restait sur le métier. Bouffé est charmant dans ce rôle de
Jacquart.

(Théâtre du Palais-Royal.--Voyage entre Ciel et Terre.)

Le Gymnase ne s'en est point tenu là; Charles II a succédé à Jacquart.
Il s'agit du faible et galant Charles II, roi d'Angleterre. Charles mène
de front deux intrigues amoureuses; véritable bagatelle pour un tel
consommateur. D'une part, le roi a une liaison avec la duchesse de
Cleveland; de l'autre, il cherche à séduire une jeune fille innocente et
pure; c'est un assez vilain métier que S. M. fait là. N'est-ce pas un
peu un métier de roi? D'abord la duchesse est furieuse et jalouse; elle
soupçonne la jeune fille de perfidie et de complicité; puis, bientôt
convaincue de sa candeur, elle se laisse émouvoir et emploie toutes les
ressources de son expérience à sauver l'innocente Jenny des pièges que
l'amour du roi lui tend: pièges cachés sous le sourire, les tendres
regards et les enivrantes promesses. Grâce à cet appui, Jenny, en effet,
échappe au danger. Le roi, battu et très-peu content, revient, l'oeil
morne et la tête baissée, à la duchesse de Cleveland. Ainsi, madame la
duchesse, vous avez fait votre bien en faisant le bien d'autrui: honnête
cumul que la loi ne défend pas et qu'il est même bon d'encourager.
L'auteur, M. Jules de Prémaray, appelle cela _les Deux Favorites_.
Pourquoi pas? Madame Volnys et mademoiselle Rose Chéri sont les deux
brebis que ce loup de Charles II essaie de dévorer de la même dent; nous
avons dit que l'une des deux brebis échappait à cette dent d'ogre, et
c'est mademoiselle Rose Chéri, la plus fraîche, la plus blanchi et la
plus tendre.

[Illustration: Théâtre du Palais-Royal.--Les Canuts.]

Le Jacquart du Gymnase a son pendant au théâtre du Palais-Royal: même
sujet, même homme, mêmes événements; le titre seul est différent: _Les
Canuts_ décorent l'affiche. Quant au fond des choses, rien n'est changé.
Vous retrouvez Jacquart rêvant. Jacquart désespéré. Jacquart méconnu.
Jacquart tout près du suicide, puis enfin Jacquart triomphant et son
métier avec lui. Le Gymnase a l'avantage de la forme. Son Jacquart est
beaucoup plus ingénieux et plus fin que le concurrent; l'un est brutal
et donne dans le gros rire; l'autre vous communique une gaieté de
meilleur goût et d'une saveur plus relevée. Ainsi, le Gymnase et le
Palais-Royal s'entendent pour satisfaire tous les appétits. Les délicats
goûteront de Bouffé les amateurs de grosses épices tâteront de Lemesnil,
le Jacquart du Palais-Royal. Ceux-là applaudiront M. Fournier, ceux-ci
MM. Varnet et Deslandes.

[Illustration: (Théâtre du Gymnase.--Le Métier à la Jacquart.--Bouffé et
Klein.)]

Un honnête aéronaute monte dans son ballon: le voilà dans l'espace,
entreprenant un voyage en l'air. Notre homme se croit seul, en compagnie
avec les nuages, bien entendu, et la voûte azurée. Qui s'aviserait, en
effet, de l'escorter dans une pareille promenade? Nous ne voyageons pas
sur la grande route; nous ne flânons pas sur les boulevards ni aux
Champs-Élysées: ici la pérégrination n'est pas facile: on ne marche pas
dans l'air comme sur l'asphalte, la canne à la main et de plain-pied.

Et cependant un homme a suivi l'aéronaute ci et s'est blotti au fond de
sa nacelle. Où ne se fourrerait-on pas pour fuir un créancier? Tel
débiteur se cache sous terre; celui-ci a pris le: chemin des étoiles.
Tout à coup, il sort de sa tanière et se montre aux yeux du Margat
épouvanté. Ce ne serait rien encore, et à la rigueur le ballon porterait
nos deux hommes; mais tous deux se reconnaissent; ce sont deux rivaux,
deux voisins acharnés qui se disputaient sur terre les mêmes beaux yeux
et la même dot. Se trouvant face à face, l'aéronaute et son rival se
livrent à des attaques furieuses; d'abord ils se lancent des mitrailles
de quolibets, et se bombardent avec des calembours. De la parole on en
vient à l'action; nos gens se prennent au collet et se montrent le
poing; mais ils comptaient sans leur hôte, c'est-à-dire sans leur
ballon: le ballon chavire dans le désordre de la bataille. Gare
là-dessous! les combattants vont choir. Heureusement le danger les rend
sages; ils concluent un armistice, rétablissent l'équilibre et échappent
au danger par un effort commun. Après quoi, ils s'embrassent, et l'un
sacrifie son amour à l'amour de l'autre. Ce vaudeville est plus
philosophe qu'il n'en a l'air. Mais quelle philosophie! une philosophie
en style de tréteaux. M. Duvert en est le Socrate et M. Lauzanne le
Platon.

Vous avez du bon tabac dans votre tabatière, ô théâtre des Variétés!
cela est possible, et votre affiche l'annonce; mais quelques bonnes
pièces dans votre salle vaudraient mieux encore et ne feraient pas mal.
Votre bon tabac lui-même n'a pas grand goût, et ne saurait être reçu
pour du pur Virginie. La scène se passe dans un bureau de tabac; et
c'est là toute la malice: un certain marquis y vient roder pour les
beaux yeux de la dame de céans. Celle-ci a du penchant pour les marquis
et les priserait volontiers; mais le mari est jaloux et surveille; il a
du bon tabac dans sa tabatière, et entend que personne n'y touche.
J'aurais grand'peur pour le mari, malgré ses airs d'Othello en carotte,
si quelqu'un, ou plutôt quelqu'une, ne venait à son aide, préservant
d'une éclipse menaçante son astre conjugal peu à peu pâlissant. M. le
marquis a laissé derrière lui une jeune femme abandonnée; cette Ariane
prend les vêtements d'un aimable cavalier, et fait concurrence dans le
coeur de la tabatière, aux séductions du marquis. Elle le dépiste ainsi,
et le met en déroute, se déclarant après la victoire, et jouissant de la
défaite de son infidèle, qui s'humilie, se repent et tombe à ses pieds.
C'est tout au plus si le public a dit à ce vaudeville de MM. Desnoyers
et Danvin: «Dieu vous bénisse!»

MM. Alboise et Paul Foucher font couler des ruisseaux de larmes au
théâtre de la Gaieté; _Marguerite Fortier_ en est cause; et comment ne
pas s'attendrir aux infortunes de Marguerite et ne pas accompagner de
sanglots son innocence persécutée; Marguerite est la victime d'un
abominable pendard; ce pendard vole, et c'est Marguerite Fortier qu'il
accuse, et l'innocente porte la flétrissure de cette calomnie; pendant
dix ans, on la pourchasse, on l'emprisonne; elle est maudite à droite, à
gauche, de tous les côtés. Enfin! enfin! le jour de la récompense
arrive: le bandit est récompensé par le gendarme et le procureur du roi,
et Marguerite par l'estime de tous les honnêtes gens; on peut dire que
cette estime-là, elle ne l'a pas non plus volée!

Une comédie de M. Lesguillon a essuyé, au second Théâtre-Français, les
bourrasques du parterre; quelques jolis vers n'ont pu la soutenir dans
ce naufrage. _Requiescat!_

THÉÂTRE DE L'OPÉRA-COMIQUE.

_On ne s'avise jamais de tout_, opéra-comique en un acte.

Cette pièce est de Sedaine, en date de 1775, ou à peu près.--Voilà qui
est bien vieux!--D'accord; mais le _Misanthrope_ est bien plus vieux
encore, et les pièces de théâtre ne sont pas sans doute du nombre de ces
choses que la nature a condamnées à enlaidir en vieillissant.

_On ne s'avise jamais de tout!_ Voilà, pour un opéra-comique, un titre
qui promet. Calculez, si vous l'osez, tous les stratagèmes amoureux,
toutes les ruses de guerre, toutes les perfidies féminines, toutes les
déceptions, toutes les mystifications que peut renfermer un magasin qui
s'annonce par une pareille enseigne. Beaumarchais a intitulé sa comédie:
_Le Barbier de Séville, ou la Précaution inutile_. Pourquoi ne l'a-t-il
pas plutôt intitulée: _Le Barbier de Séville, ou l'on ne s'avise jamais
de tout_? Vraiment, il n'eût pas demandé mieux: mais Sedaine avait pris
les devants, et Beaumarchais, en homme habile qu'il était, a compris que
c'était bien assez de voler à son prédécesseur ses personnages, et qu'il
fallait au moins respecter son titre, qui eut mis le plagiat trop à
découvert.

En effet, il y a, dans le petit opéra de Sedaine, quatre personnages:

1° Un vieux médecin, tuteur d'une jeune fille dont il est amoureux,
qu'il veut épousera tout prix, et qu'il tient hermétiquement enfermée,
afin de lui arracher par force et par surprise un consentement qu'elle
lui refuserait infailliblement si elle connaissait mieux le monde, et si
elle se connaissait mieux elle-même.

2° Cette jeune fille, qui en sait plus long que le docteur ne le pense,
à qui la captivité enseigne la dissimulation, à qui l'oppression donne
de la volonté et du courage, et qui choisit, ouvertement et sans façon

        Le jeune amant sans barbe à la barbe du vieux.

3º Une vieille duègne, que le docteur place auprès de Lise, pour la
surveiller pendant qu'il visite ses malades.

4º Un jeune seigneur, épris de Lise, qui lui fait la cour en
perspective, puis se déguise pour arriver jusqu'à elle, et finit par
l'enlever au docteur, malgré _ses précautions inutiles_, ses verrous,
ses grilles et sa duègne.

Ne voilà-t-il pas, trait pour trait, les originaux de Bartholo, de
Marceline, de Rosine et d'Almaviva?

Avec ces éléments et le talent dramatique dont la nature l'avait si
richement pourvu, comment Sedaine n'aurait-il pas fait une comédie
plaisamment intriguée, vive, spirituelle et réjouissante? Il n'y a pas
manqué, vous pouvez le croire, et les habitués de l'Opéra-Comique ont
accueilli comme une bonne fortune cette résurrection de l'esprit sans
apprêt et de la franche gaieté d'autrefois.

«La musique, a dit M. Mocker, chargé de jeter au public le nom des
auteurs, la musique est de M. Lefèvre.» Lefèvre! Aviez-vous jamais vu
figurer ce nom sur la liste des compositeurs du dix-huitième
siècle?--Non.--Et parmi ceux du temps présent?--Pas davantage.--Si nos
souvenirs sont exacts, le musicien collaborateur de Sedaine fut
Monsigny, qui, alors, livra son nom au public, et qui, sans doute, n'est
pas sorti du tombeau tout exprès pour se déguiser sous un nom d'emprunt.
D'ailleurs la musique que nous avons entendue à l'Opéra-Comique n'est
pas celle de Monsigny. Qu'est-ce donc que Lefèvre, dont personne n'a
jamais entendu parler, dont le nom n'a jamais figuré en tête du moindre
morceau de salon, de la plus modeste romance? A la rigueur, nous
pourrions facilement vous le dire. Vous le connaissez, lecteurs de
_l'Illustration_..... Mais, chut! je le vois d'ici qui me reproche mon
indiscrétion, et me fait entendre, que la vengeance des vivante est pour
le moins aussi redoutable que celle des trépassés. Je me tais donc, et
me borne à vous dire que sa musique est comme sa prose, correcte, pure,
facile, naturelle, élégante sans recherche, et spirituelle sans effort
et sans affectation. J'y dois signaler de plus un mérite fort rare, et
qui fait de la nouvelle partition une oeuvre à part. L'auteur,
travaillant sur un _poème_ qui date de plus de soixante années, a senti
que, pour qu'il y eût unité dans l'ouvrage, il devrait se mettre, par la
pensée, à côté de son collaborateur. Ainsi a-t-il fait. Vous trouverez
dans _On ne s'avise jamais de tout_ le caractère et les charmantes
qualités de la musique d'autrefois, la mélodie simple et naïvement
expressive, l'harmonie claire et naturelle, les formes, les modulations,
les cadences finales usitées au temps de Sedaine. Vous croirez entendre
quelque oeuvre inédite de Grétry ou de Dalayrac,--en supposant toutefois
que Grétry ait appris le contre-point, et que Dalayrac ait eu, cette
fois, à sa disposition toutes les conquêtes matérielles de
l'instrumentation moderne.

--Parmi les innombrables concerts de cette année, celui qui a été donné
dernièrement par madame Biarez mérite d'être particulièrement remarqué.
Madame Biarez était naguère une femme du monde, et n'avait, à cultiver
la musique, aucun autre intérêt que le plaisir qu'elle y trouvait. Mais
la musique est une amie qui n'oublie jamais ce qu'on a fait pour elle,
et qui vous reste fidèle après que tous les autres amis vous ont
abandonné. Frappée par les événements, madame Biarez a demandé à la
musique ce que la fortune venait de lui enlever, et maintenant elle est
artiste, et artiste distinguée, comme son concert l'a prouvé. Sa voix
est pure, accentuée et vibre délicieusement. Son exécution est
très-correcte et son chant très-expressif. C'est principalement sous ce
dernier point de vue que madame Biarez mérite de fixer l'attention.
Plusieurs artistes éminents, MM. Haumann, M. Herz, madame Dorus, etc.,
s'étaient joints à elle, et une nouvelle inédite de M. Frédéric Soulié,
fort bien lue par M. Roger, est venue ajouter un vif intérêt littéraire
à toutes les jouissances musicales de cette soirée. De nombreux et
fréquents applaudissements ont prouvé à madame Biarez la satisfaction de
l'assemblée qui s'était réunie pour l'entendre.



Correspondance

A MONSIEUR LE RÉDACTEUR DU JOURNAL L'ILLUSTRATION.

Monsieur le Rédacteur,

Permettez-moi de vous soumettre quelques réflexions que m'a fait naître
la nouvelle de l'incendie du théâtre du Havre.

Les incendies de théâtres n'ont presque jamais lieu le soir, pendant la
durée de la représentation. Neuf fois sur dix, comme à l'Odéon, comme au
Vaudeville, comme au Havre, c'est pendant la nuit, après les rondes et
les patrouilles, lorsque chacun se livre au repos, qu'une étincelle
échappée d'un flambeau, que la pipe mal éteinte d'un ouvrier, que la
chaufferette oubliée d'une duègne, allume un incendie qui se montre,
s'élève, grandit et dévore en un instant la salle tout entière.

Contre de tels sinistres, les précautions prise? par l'administration
supérieure sont à peu près sans portée.

Isoler les théâtres est une mesure sage sans doute, non pour eux-mêmes,
mais pour le reste de la ville. L'Odéon, le théâtre du Havre étaient
isolés et n'en nul pas moins brûlé. Il serait, cependant à désirer que
cette mesure devint générale. Combien de théâtres, à Paris même, sont
encore accolés à d'autres constructions! Les laissera-t-on ainsi
jusqu'au jour où l'incendie viendra les faire disparaître avec tout le
quartier qui les environne?

Le réservoir est fort utile pendant la durée des représentations; mais
lorsque le feu éclate, lorsque la flamme court le long des cordages et
envahit toute la salle, le réservoir est inabordable et ne sert plus à
rien.

On en peut dire autant du rideau en tôle. Il peut sans doute éviter aux
spectateurs une panique dangereuse; mais c'est seulement au commencement
de l'incendie qu'on peut en tirer quelque utilité.

Pourquoi n'emploierait-on pas dans la construction, dans la
distribution, dans la décoration des salles de spectacle, des matériaux
tout à fait réfractaires à l'action du feu? Cela, certes, n'a rien
d'impossible. Pour les murailles, c'est tout simple; pour les planchers,
n'en avons-nous pas vu faire d'élégants et de légers avec du fer et des
poteries? Pour la toiture, nous avons sous les yeux de belles et solides
couvertures en fer et en zinc. Rien n'empêche, par conséquent, avec de
la pierre, du marbre, des poteries, du fer, du cuivre, du zinc, de faire
la cage et les principales distributions d'un théâtre. Ces matériaux se
prêteront à toutes les exigences de l'architecture, et ne seront jamais
dévorés par l'incendie.

Quant aux loges, aux galeries, il ne sera pas bien difficile de les
construire élégantes et commodes, sans y faire entrer un seul morceau de
bois.

Sur le théâtre, la réforme sera plus difficile assurément; mais qu'on
fasse un appel aux hommes spéciaux, et l'on verra toutes les difficultés
s'évanouir. Un plancher en fer paraît fort convenable pour jouer le
drame et la tragédie, pour chanter l'opéra ou le vaudeville. Peut-être
les danseurs s'en plaindront-ils. Rien n'empêchera de leur donner un
parquet mobile en bois pour le temps du ballet.

Dans les décorations, les changements sont indispensables. Bien
n'empêche d'abord de remplacer les cordes ordinaires par des cordes
métalliques en fer ou en laiton, de substituer des poulies en cuivre aux
poulies en bois, d'employer les métaux exclusivement pour la
construction et le jeu des machines; les châssis qui portent les
décorations et les chariots mobiles sur lesquels on les fait mouvoir,
peuvent être en fer. Ils en seront moins lourds, certainement.

Viennent maintenant la toile d'avant-scène et les toiles de fond, les
nuages et les autres décorations peintes sur toile; tout cela
pourrait-il être remplacé par de la toile métallique? Cela ne me paraît
pas douteux. On fait en ce moment des étoffes métalliques si serrées et
si fines, qu'elles peuvent, comme celles de chanvre et de lin, prendre
l'apprêt de la peinture et servir à tous les usages du décor. Peut-être
coûteront-elles plus cher: mais une légère augmentation dans le prix
d'achat sera et au-delà compensé, par la durée, et surtout par
l'_incombustibilité._

Si maintenant la chimie trouvait moyen, et c'est possible de préparer
des couleurs sans huile et de faire des vernis inattaquables par le feu,
il ne resterait plus dans un théâtre aucune chance d'incendie.

Alors les entreprises théâtrales ne seraient plus exposées à ces
désastres qui les ruinent; alors, certaines de vivre, elles
s'occuperaient d'améliorer, d'embellir leurs salles de spectacle, et
nous verrions disparaître, non plus par les flammes, mais sous le
marteau des démolisseurs, ces théâtres où l'on n'a tenu compte ni du
confort ni du bon goût.

Veuillez agréer, monsieur le rédacteur....

UN DE VOS ABONNÉS.



Industrie.

LE SUCRE DE CANNE ET LE SUCRE DE BETTERAVE.

(Suite--Voir p. 90 et 159.)

II.

Production et fabrication du sucre de betterave.

La betterave est une plante du genre _bette_, pivotante, charnue,
très-épaisse, et d'une grosseur qui va quelquefois à 25 et à 30 cent, de
diamètre dans sa partie supérieure. Il en existe plusieurs variétés.
Celle qui est reconnue aujourd'hui comme la plus favorable à la
production du sucre est la betterave blanche de Silésie _(beta alba)_:
vient ensuite la betterave jaune _(beta major)_, venue de la graine de
Castelnaudary; puis la rouge _(beta romana)_, et enfin la betterave
ordinaire ou des champs, connue aussi sous le nom de disette _(beta
sylvestris)_.

Margraaf est le premier chimiste qui ait découvert dans la betterave
l'existence du principe saccharin, et Achard le premier industriel qui
établit, en Silésie, une usine pour la conversion de la betterave en
sucre. En 1809 seulement, ces procédés de fabrication furent introduits
en France. Cette industrie fut d'abord accueillie avec faveur par
Napoléon qui entrevoyait dans sa prospérité future un des soutiens les
plus énergiques de son système continental; elle fit cependant peu de
progrès. Il en fut de même pendant les premières années de la
Restauration. Mais peu à peu les droits élevés qui furent mis sur le
sucre colonial, les primes accordées à l'exportation des sucres
raffinés, donnèrent à l'industrie betteravière une impulsion d'autant
plus grande, qu'elle jouissait en partie des primes qui, dans le
principe, avaient été données à l'exportation du sucre colonial. Ce
système protecteur et l'exemption complète de tous droits lui ont fourni
les moyens de se développer, en même temps que les découvertes et les
applications de la chimie lui apportaient chaque: jour le secours de
leurs nouveaux perfectionnements. Cependant, malgré ces incroyables
immunités, la production marcha d'un pas moins rapide qu'on n'aurait pu
le croire; car, en 1828, il n'y avait en France que 58 fabriques en
activité, produisant 2.685.000 kil.

Ce ne fut que quelques années plus tard que l'industrie betteravière,
favorisée par l'exemption des droits et la continuation des causes que
nous venons d'énumérer, prit une extension plus considérable. Aussi,
quand on réduisit le taux des primes à l'exportation, et qu'on imposa le
sucre indigène au droit d'abord de 15 fr. (16 fr. 50 c. avec le décime),
et plus tard à celui de 25 fr. (27 fr. 50 c. par 100 kilog.), il fut
assez fort pour lutter contre la concurrence coloniale. Il est vrai
qu'il lui restait encore une protection de 22 fr. Quelques usines
seulement furent obligées de fermer, mais ce furent surtout celles qui
étaient placées dans de mauvaises conditions de travail ou de débouché.

Le chiffre de 1828 ne tarda pas à être dépassé. En 1830, la production
était déjà évaluée à 6 millions de kilog.; en 1834, à 26 millions; en
1835, à 38 millions; en 1836, à 49 millions. An commencement de 1837, le
nombre des fabriques en activité ou en construction s'élevait à 343, et
si toutes avaient fonctionné, elles pouvaient produire 55 millions de
kilog. Aujourd'hui, le nombre des fabriques en activité est de 382; 25
autres, sans avoir travaillé, avaient des sucres en charge au
commencement de cette campagne, qui, comme on le sait, commence au 1er
octobre de chaque année. Les quantités inventoriées, à la charge de
l'année précédente, se montaient à 4.338.664 kilog. Pendant le mois de
janvier 1842, il a été fabriqué 5.505.533 kilog.; et pendant les trois
mois antérieurs, 16.960,348 kilog.: total, 22.465.881 kilog., dont,
pendant cet espace de temps, y compris le mois de janvier, 17.982.926
kilog. ont été livrés à la consommation. A la fin du mois, il restait en
fabrique 8.821.619 kilog. Les 382 fabriques en activité au mois de
janvier 1843 se répartissent ainsi qu'il suit entre les différents
départements qui les possèdent.

        Aisne                           36
        Nord                           158
        Oise                             8
        Pas-de-Calais                   79
        Puy-de-Dôme                     10
        Seine-et-Oise                    4
        Somme                           37
        34 autres départements          50

                         Total égale   382

Les droits sur le sucre indigène ont, en 1842, rapporté au Trésor une
somme de 8.981.000 fr.

La betterave est cultivée dans quarante et un départements; mais le
rendement est loin d'être égal pour chacun d'eux. Il ne sera peut-être
pas sans intérêt de compléter le tableau suivant, que nous empruntons à
la _Statistique agricole de la France_, publié en 1840.

                           Nombre d'hect.  Quintaux métr.    Produit
        Départements         cultivés       recueillis.    par hectare.

        Nord                   12.244       5,145.599         420
        Pas-de-Calais           7.167       2.316.123         525
        Haut-Rhin.              1.757         602.454         347
        Ardennes.                 141          42.066         297
        Puy-de-Dôme.            1,020         286.927         279
        Aisne.                  3.359         859.742         256
        Bas-Rhin.               1,945         446.186         230
        Ain.                      216          27.917         129

Dans les départements où la terre est propice à la culture de la
betterave, un hectare rend 3.675 kilog. de sucre, et il pourrait en
donner jusqu'à 4,400. Dans le principe, on n'obtenait que 50 kilog. de
jus pour 100 kilog. de betteraves; mais on est parvenu à retirer 70 à 75
kilog. de premier jet.

Après ces données générales, nous pouvons exposer les procédés de la
fabrication actuelle du sucre de betterave. On met en pratique deux
modes principaux, celui dit _de la cristallisation lente_, et celui _de
la cristallisation prompte_ ou de _la cuite_. Ces deux modes ont été
décrits avec une telle précision par M. Crespel-Delisse, fabricant à
Arras, lorsqu'il fut entendu dans la dernière enquête sur les sucres,
que nous croyons devoir copier ici textuellement sa déposition. Nous le
faisons d'autant plus volontiers, que nous essaierions peut-être en vain
d'atteindre à l'exactitude de ses descriptions:

«Les manipulations, d'après le mode de la cristallisation lente, dit M.
Crespel-Delisse, sont: le lavage, le râpage, le pressurage,
l'acidification, l'évaporation, la clarification, la cristallisation et
l'extraction de la mélasse du sucre brut.

«La betterave, amenée des champs ou des magasins, est jetée dans de
grands baquets pleins d'eau; des hommes la frottent avec un balai, et la
retournent de tous les sens jusqu'à ce qu'elle soit propre. On la retire
de ces baquets avec une pelle de bois, percée de divers trous, de trois
centimètres de diamètre.

«Du lavoir, la betterave est portée à la râpe, cylindre armé de lames de
scie, et auquel on imprime un mouvement de rotation d'environ mille
tours par minute. Cette impulsion est donnée par des boeufs attelés à un
manège; la betterave est poussée contre la râpe, dans les coulisseaux,
par un sabot de bois; la pulpe est reçue dans un baquet de cuivre.

«La pulpe est prise de ce baquet avec une pelle de bois, et mise dans
une toile de chanvre un peu claire. Ce sac est étendu sur une claie en
osier, le bout du sac reployé de manière à ce que la pulpe ne s'en
échappe pas. On forme une pile de trente sacs, ainsi rangés, que l'on
soumet à l'action d'une presse hydraulique, en dix minutes, la pression
s'effectue, et on tire de cette pile un hectolitre et demi de jus,
environ 75 à 80 p. 100 du poids de la pulpe.

«Le jus est reçu de la presse dans des baquets doublés de plomb de la
contenance de 8 hectolitres. Aussitôt qu'un bac est plein, on y ajoute,
en le mêlant au liquide, deux hectogrammes d'acide sulfuriquc concentré
à 66 degrés, et préalablement étendu d'eau dans la proportion d'une
partie d'acide sur quatre parties d'eau. Ainsi préparé, le jus peut se
conserver vingt-quatre heures.

«Le jus est monté par une pompe dans la chaudière à défécation; sa
contenance est aussi de 8 hectolitres. On met le feu au fourneau; on
ajoute aussitôt au liquide 2 hectogrammes 50 grammes de chaux vive, que
l'on a fait éteindre pour former un lait de chaux. Un brosse le tout
fortement, et lorsque la masse est arrivée à 50 degrés de chaleur du
thermomètre de Réaumur, on y ajoute de nouveau 8 litres de sang de boeuf
ou de lait écrémé; ou pousse activement le feu et on le retire au
premier bouillon, c'est-à-dire quand le jus a atteint 80 degrés Réaumur.
Ou enlève toutes les parties hétérogènes qui se sont accumulées à la
surface du liquide. Ces eaux sont portées dans des sacs soumis aussi à
la pression d'une presse à vis, pour retirer toutes les parties
liquides, lesquelles sont reportées dans la chaudière d'évaporation.

«Le liquide, laissé en repos après la défécation, est tiré au clair par
un robinet placé au fond de la chaudière. Les huit hectolitres sont
partagés en deux chaudières d'évaporation. On ajoute au jus déféqué 5
hectogrammes de noir animal par hectolitre. On accélère, autant que
possible, l'évaporation par une ébullition forte et prolongée, jusqu'à
ce que le sirop marque 52 degrés à l'aréomètre de Beaume.

«Le sirop est reçu des chaudières d'évaporation dans un chaudière de
clarification, et lorsque plusieurs opérations réunies forment une
quantité de six hectolitres, on procède à la clarification en mettant au
sirop six à huit litres de sang de boeuf, ou de lait écrémé. On fait
faire un ou deux bouillons à la masse, on tire le feu du fourneau et
l'on fait rouler le sirop avec toutes ses impuretés dans des cuves de la
contenance de six hectolitres si on se dispose à faire cristalliser
lentement, et dans des filtres, si on veut procéder à la cristallisation
prompte.

«Après trois ou quatre jours de repos du sirop dans les cuves, on le
décante au moyen de robinets placés à différentes distances du fond de
ces cuves. Il est porté bien clair à l'étuve, et mis dans des
cristallisoirs placés sur des rayons. Ou entretient dans l'étuve une
chaleur de 50 degrés Réaumur, et par une évaporation lente que subit le
sirop, il se forme à la surface une couche cristalline que l'on a soin
de briser tous les deux jours.

Après six semaines de séjour à l'étuve, le sirop est complètement
cristallisé. On reprend alors les cristallisoirs, on le« pose debout
au-dessus d'un réservoir, pour laisser écouler le plus gros de la
mélasse. Le sucre reste en masse dans le cristallisoir; on l'en détache
pour le porter à deux cylindres à travers lesquels on le fait passer à
plusieurs reprises Cette manipulation a pour but de séparer les cristaux
qui adhèrent fortement les uns aux autres, et par le frottement de ces
cristaux les uns contre les autres, la mélasse qui se trouve desséchée à
leur surface s'en détache. Au sortir des cylindres, le sucre a
l'apparence d'une pâte; on le met dans des sacs entre deux claies
d'osier, ainsi qu'on le fait pour la pulpe, et on en soumet une pile
d'environ quarante sacs à l'action d'une presse hydraulique. Après
vingt-quatre heures, on le retire pour être livré à la consommation.»

[Illustration: Intérieur de la Sucrerie de betteraves de Château-Frayé,
près Villeneuve-Saint-Georges.--Première vue.]

Il nous reste actuellement à indiquer le second mode de fabrication;
celui _par la cristallisation prompte_, on _la cuite_.

Nous emprunterons encore à M. Crespel-Delisse la description des
procédés qui s'emploient le plus généralement:

«Jusqu'à la sixième manipulation, dit-il, la fabrication est conduite de
la même manière que dans la cristallisation lente. Arrivé là, le sirop
est coulé dans des filtres, et le sirop clair est reçu dans un réservoir
commun.

«Le sirop est monté par une pompe dans une chaudière de cuivre où on
lui fait subir une nouvelle évaporation par une forte ébullition, et
lorsqu'il a atteint une densité de 30 à 40 degrés de l'aréomètre de
Beaume, ou un degré de chaleur élevé dans la masse du sirop à 90 degrés
Réaumur, il est porté dans un rafraîchissoir. Après la réunion de
plusieurs cuites successives, ce sirop cuit est porté dans des formes
bâtardes: il s'y cristallise en vingt-quatre heures, et après ce temps
on débouche les formes pour opérer l'écoulement de la mélasse Les formes
sont placées sur des pots destinés à recevoir la mélasse Il faut trois
semaines à un mois pour obtenir la purgation des sucres lorsque, les
matières sont de bonne qualité, et jusqu'à deux ou trois mois
lorsqu'elles sont mauvaises.

«Comme il est impossible d'obtenir du premier jet tout le sucre que
contient le sirop soumis à la cuite, on reprend les mélasses provenant
de la purgation que l'on reporte à la chaudière de cuite. On obtient
encore de ces mélasses un sucre de seconde qualité.»

Le procédé _à la cuite_ a peu à peu prévalu, chez la plupart des
fabricants, sur celui de la cristallisation lente. Les motifs qui ont
déterminé leur préférence à cet égard sont consignés dans une déposition
de Ml. Blanquet (de Famars). Nous allons la transcrire ici, autant pour
compléter l'histoire de tous les procédés en usage, que pour faciliter
l'intelligence de ce qui va suivre.

[Illustration: Intérieur de la Sucrerie de betteraves de
Château-Frayé.--Deuxième vue.]

«Nous avons été effrayé, dit M. Blanquet, de la lenteur des opérations
pour obtenir le sucre par la cristallisation lente, et de l'apparence
toute particulière qu'il présentait après le pressurage, qui est une des
conditions nécessaires de ce mode de production. La quantité de
cristallisation nécessaire pour une grande fabrication, l'immensité des
locaux destinés à les recevoir, le séjour prolongé des cristallisoirs
dans les étuves, le broiement et le pressurage des cristaux péniblement
obtenus; toutes ces considérations nous ont fait rechercher avec soin
quelles étaient les causes qui, dans l'esprit du plus grand nombre des
fabricants, déterminaient une préférence prononcée pour ce genre de
fabrication, à l'exclusion du mode bien moins embarrassant de la
cristallisation par la cuite. Nous avons trouvé que la cuite, plus
simple dans l'exécution, était effectivement une opération plus
délicate, et qui exigeait une précision de laquelle on ne pouvait
s'écarter sans dommages notables; mais, en revanche, nous avons trouvé
aussi que le sucre obtenu de cette manière avait précisément le même
aspect que les moscouades ordinaires livrées au commerce par les
colonies. Nous avons alors examiné quelle influence pouvait exercer sur
les moscouades obtenues par ces deux procédés les agents de défécation
indiqués pour chacun d'eux. Nous avons vu que l'acide sulphurique était
employé simultanément avec la chaux dans la défécation, pour la
cristallisation lente, et que la chaux seulement était employée pour la
défécation dans le procédé à la cuite. Des considérations théoriques se
présentant en grand nombre pour proscrire l'acide de la fabrication du
sucre, nous avons suivi le sucre obtenu par la cristallisation lente
dans les ateliers du raffineur, et là, nous avons vu que ce sucre
travaillé pour faire les candis produisait au lieu de mailles à faces
bien prononcées, des candis appelés vulgairement _candis tremblés_,
c'est-à-dire dont la cristallisation est confuse au lieu d'être nette et
détachée. Nous avons entendu des raffineurs se plaindre de ce que les
suites, après la première cristallisation, étaient moins riches qu'elles
n'auraient dû être, par rapport à la nuance de la moscouade. Ces
observations étant parfaitement d'accord avec les données théoriques,
nous avons opté pour l'autre mode de travail, en nous proposant le
problème d'atténuer autant qu'il serait en nous les difficultés de la
cuite.»

Ces explications, empruntées aux hommes les plus compétents, permettront
facilement au lecteur de suivre sur le dessin que nous lui donnons, et
qui représente la sucrerie de Château-Frayé, près
Villeneuve-Saint-Georges, appartenant à Chaper, les diverses phases de
la fabrication.

Les betteraves, arrivées dans la cour de l'établissement, sont d'abord
posées sur un petit pont à bascule, puis arrivent dans un magasin
contigu au lavoir, dans lequel elles sont déposées par des enfants dont
le salaire est de 1 fr. par jour. Du lavoir elles passent dans le
coupe-racine ou râpe, mu par un manège qui les découpe en tranches de 2
millimètres d'épaisseur, et les rejette dans un bac à sec dans lequel se
trouve un filet ou poche de toile; cette poche reçoit les tranches et,
au moyen d'un treuil, les transporte d'abord dans les chaudières
d'amortissement chauffées au moyen de la vapeur, et successivement dans
six chaudières de macération à froid, où elles déposent leur jus jusqu'à
ce qu'il ait atteint une densité de 7 degrés.

Ainsi qu'on a déjà pu le remarquer, le procédé employé à Château-Frayé
est celui de la cuite; on n'y emploie point l'acide sulfurique, et le
pressurage, au lieu de s'opérer par la presse hydraulique, s'obtient par
les chaudières d'amortissement et de macération. Quand le jus est arrivé
à la densité voulue, on opère alors la défécation au moyen d'un lait de
chaux; vient ensuite l'évaporation. Le jus ainsi déféqué est, au moyen
d'un système de tuyaux de refoulement, renvoyé dans des bacs de dépôt
d'où il passe dans des filtres sur le noir animal en grain qui a la
propriété d'absorber la chaux et de colorer et dégraisser le jus. Cette
opération a pour but de clarifier le jus. Il ne reste plus alors qu'à
opérer la cristallisation. On y parvient de la manière suivante: après
le premier passage sur le noir, on évapore à 22 degrés, on passe une
seconde fois sur le noir pour que la clarification soit entière, et l'on
cuit dans une chaudière dans le vide, toujours au moyen de la vapeur.

Après la cuisson, le sirop est reçu dans des rafraîchissoirs, et, sans
qu'il soit besoin de le décanter, on le coule dans des formes, où sa
cristallisation s'opère en douze heures. La mélasse s'écoule entre les
cristaux, et laisse au fond des formes un résidu qui, vendu aux
distillateurs, produit des esprits qui, livrés au commerce, sont mêlés
aux 3/6 obtenus du raisin.

L'arrachement et la conservation des betteraves constituent une des
principales difficultés de l'industrie sucrière. Les plus grandes
précautions sont nécessaires pour empêcher la gelée ou la pourriture de
les attaquer, et dans certaines usines, c'est la seule cause qui ait mit
des bornes à l'extension de la fabrication. Frappé de ces inconvénients,
Schützenbach entreprit de dessécher la betterave et de la réduire en une
poudre qui pouvait alors non-seulement se conserver indéfiniment, mais
encore se transporter au loin sans beaucoup de frais et sans altération.
Le succès semblait, dès le principe, devoir couronner cette tentative;
100 de betteraves qui, par les anciens procédés, ne donnaient, après la
macération, que 5 à 6 au plus, ont rendu 7, 8 et quelquefois davantage
par le procédé Schützenbach. Toutefois, si nous en croyons certaines
personnes bien informées, ce succès n'aurait pas été de longue durée. Un
cessionnaire des procédés de Schützenbach en France, le propriétaire de
la Sucrerie de Vigneux aurait été obligé de renoncer, après des pertes
considérables, à ce procédé de fabrication, et lui-même, malgré tous les
soins qu'il devait naturellement apporter dans l'emploi de la méthode
dont il était l'inventeur, aurait été forcé de fermer l'usine qu'il
avait élevée à Carlsruhe. Quoi qu'il en soit, l'attention des savants
s'est alors éveillée; l'on a cherché si le procédé Schützenbach,
applicable à la dessiccation de la canne, ne produirait pas des effets
analogues. Les résultats, quoique conformes dans la théorie à ceux qu'on
avait reconnus dans le traitement de la betterave, ont laissé beaucoup à
désirer dans la pratique.

On conçoit cependant de quelle importance serait pour nos Antilles et
nos possessions à sucre l'application de ce procédé nouveau, si les
colons toutefois, sortis de la position précaire où les place depuis si
longtemps notre régime économique, étaient en état de faire des avances
nécessaires à toute industrie qui veut se transformer avec avantage; car
de deux choses l'une, ou les colons cultiveraient en cannes une moins
grande quantité de terres et laisseraient le reste à d'autre cultures
productives, ou bien ils en cultiveraient autant, et exporteraient ainsi
une plus grande quantité qu'ils ne le font aujourd'hui. Comme ces sucres
seraient obtenus avec moins de perte, par conséquent à plus bas prix,
leur placement serait plus facile sur le marché de la métropole, à
laquelle les colonies demanderaient dès lors une plus grande masse de
produits industriels. Ces sucres, obtenus ainsi à moins de frais, tout
en laissant aux colons un bénéfice raisonnable, permettraient d'abaisser
dans une proportion plus considérable la surtaxe qui grève les sucres
étrangers, et, en facilitant ainsi nos échanges avec des pays éloignés,
donneraient de nouveaux débouchés à notre commerce extérieur, de
nouveaux éléments de prospérité à notre navigation lointaine.

Nous ne parlons pas ici des autres végétaux qui contiennent en eux le
principe saccharin, et pourraient facilement être convertis en sucre,
tels que le mais, le melon, la citrouille. Nous ne dirons rien non plus
du sucre de l'érable. Nous nous contenterons de quelques mots sur le
sucre de pomme de terre ou de fécule, dont la fabrication a pris depuis
quelque temps une extension considérable pour que l'on évalue de 4 à 5
millions de kilog. la production de 1842. Ce sucre s'obtient par le
traitement des fécules, mais on n'a pu lui donner la consistance des
autres sucres. Aussi est-il principalement livré aux distillateurs et
aux épiciers, qui l'emploient surtout dans la confection des liqueurs,
des confitures et autres préparations analogues. La pharmacie peut aussi
s'en servir pour édulcorer des breuvages ou des potions. Quant aux
sucres produits par les végétaux que nous avons cités plus haut, ils
n'ont donné que des essais, mais il n'en est pas entré dans la
consommation. Nous ne devons donc point nous en occuper.



Caricatures par Bertal.

M. Bertal est un jeune artiste qui doit, je ne dirai pas donner de
brillantes espérances, mais inspirer des craintes sérieuses à ses
concitoyens; car il se moque impitoyablement de tout: hommes, bêtes ou
choses. Ce redoutable critique n'écrit pas, il dessine; mais ses
victimes n'en sont que plus à plaindre; il les fait si ressemblantes,
qu'il leur est impossible de ne pas se reconnaître. Malheur aux
ridicules que rencontre M. Bertal! ils sont aussitôt signalés à la risée
publique.--Souvent même,--comment peut-on avoir un semblable
courage?--le cruel jeune homme,--cet âge est sans pitié,--nous fait rire
malgré nous aux dépens des individus les plus inoffensifs et les moins
comiques qui se puissent voir.

Quelquefois, mais rarement, il se contente de nous représenter, d'après
nature, un père de famille lisant, pendant sa promenade, un délicieux
numéro de _l'Illustration_,

[Illustration.]

et contemplant la machine aérienne de M. Henson, qui transporte
rapidement de Paris à Saint-Cloud une cargaison de touristes; mais
bientôt le naturel reprend le dessus, et M. Bertal est sans pitié: nous
n'oserions ajouter sans remords.

[Illustration.]

N'a-t-il donc jamais pris plaisir à entendre Duprez chanter son bel air:
_Asile héréditaire_, qu'il nous le montre courant à perdre haleine après
son _ut_ de poitrine?

[Illustration.]

Si ressemblantes qu'elles paraissent, mademoiselle Rachel et
mademoiselle Georges ne sont réellement ni aussi maigres, ni aussi
grasses que ces deux caricatures:

[Illustration.]

Que M. Bertal se moque de certains tableaux exposés au Salon, je le lui
pardonne,--surtout lorsqu'il nous représente une vue de la Hougue (effet
de nuit), par M. Jean-Louis Petit (n° 958).

[Illustration.]

ou Napoléon en raccourci, par M. J.-B. Mauzaisse (n° 844), et le
portrait de madame la marquise de......., par Lehmann.

[Illustration.]

_Les Buses-Graves_, je les lui abandonne encore; car ces infortunés
vieillards, au lieu de se retirer dans leur burg, persistent à se faire
siffler jusqu'à la 40e représentation par un auditoire de moins en moins
géant.

[Illustration.]

Mais est-il juste de traiter avec la même sévérité que ces vieillards
stupides, la noble et chaste Lucrèce et la pâle Judith?--La caricature,
me répondra M. Bertal, a le droit de se moquer de tout, du laid, du beau
et du médiocre. Heureusement pour lui nous n'avons pas le temps de
discuter,--et nous reconnaissons, après tout, que notre critique a fait
des charges fort spirituelles des plus belles scènes de la remarquable
tragédie de M. Ponsard. Voyez Valére et Brute causant politique:

[Illustration.]

Lucrèce racontant son songe à sa nourrice, pendant

[Illustration.]

que celle-ci, qui possède la clef des songes, lui tire les cartes à
l'instar de mademoiselle Lenormand, et qu'une jeune esclave joue un air
varié sur un instrument fort peu éolien,

        Sextus faisant une déclaration d'amour à Lucrèce,

[Illustration.]

et la grande scène finale, que nos lecteurs trouveront à la 7e page de
cette livraison:

[Illustration.]

M. Bertal a été moins bien inspiré par Judith que par Lucrèce.
Cependant, nous avons remarqué dans son feuilleton la scène où la veuve
Manassé fait mettre à genoux Mindus. Achion et Crioch:

[Illustration.]

et son repas de noce avec Holopherne.

[Illustration.]

Terminons cet examen critique des Omnibus comme un numéro de
_l'Illustration_.--par une gravure de mode qui

[Illustration.]

nous donne des échantillons de nos costumes les plus élégants.



Bulletin bibliographique.

Storia universale de CESARE CANTÙ.. Quinta edizione.--Torino. _Pomba et
Comp._ 1843.

Histoire universelle de CESARE CANTÙ. Cinquième édition.--Turin. _Pomba
et Comp._ 1843.

Constatons d'abord, en l'honneur de l'auteur de cet ouvrage et en
l'honneur de l'Italie trop souvent calomniée, le grand succès que la
_Storia universale_ a obtenu au delà des Alpes. Quatre éditions, dont
trois de luxe et une populaire, entièrement épuisées en moins de cinq
années, prouvent que M. César Cantù a fait un livre vraiment
remarquable, et que ses compatriotes s'intéressent encore aux travaux de
l'esprit sérieux et utiles.

Quoique à peine âgé de trente-huit ans, M. Cesare Cantù est un des
écrivains les plus féconds de la jeune Italie; outre un nombre
considérable d'articles de journaux, il a publié plusieurs ouvrages
d'histoire ou d'imagination, qui lui ont valu une réputation méritée. Il
y a quinze ans environ, il était professeur de littérature à Sondrio,
dans la Valteline, lorsqu'il fit paraître une nouvelle en quatre chants,
intitulée _l'Algiso_, suivie bientôt (en 1829), de _l'Histoire de la
ville et des diocèses de Come_, et, deux années plus tard (1831), de la
_Révolution de la Valteline_, épisode de la réforme en Italie. La même
année, comme pour se délasser de ces travaux sérieux, il s'amusait à
rédiger un _Itinéraire_ du lac de Come et des routes du Stelvio et du
Splügen, et à composer quelques pièces de vers imprimées dans le premier
numéro de la _Streuna del Vallardi_. Peu de temps après, le retard si
incompréhensible que mettait Alessandro Manzoni à publier son _Histoire
de la Colonne infâme_, détermina le jeune auteur de _l'Histoire de Come_
et de la _Révolution de la Valteline_ à écrire ses _Ragionamenti sulla
Storia Lombarda_, destinés à servir de Commentaires au roman des
_Promessi Sposi_. Ce petit livre, rempli de faits curieux, n'eut pas
moins de douze éditions. Son _Aperçu critique sur Victor Hugo et sur le
romantisme en France_, son beau roman intitulé _Margherita Pustella_,
ses _Hymnes sacrés_. ses _Letture Giovanili_, ses traductions du _Voyage
en Orient_ de Lamartine; _De la Décadence de l'Empire romain_ de
Sismondi; _Des Arabes en Espagne_ de Marlés, etc..., l'occupèrent
presque entièrement depuis 1832 jusqu'en 1837.

Le 14 décembre 1837, M. Cesare Cantù annonça pour la première fois, dans
l'appendice de la _Gazette de Milan_, la publication prochaine de son
_Histoire universelle_, à laquelle il a déjà consacré cinq années de sa
vie, et dont le succès va toujours croissant. Au mois de mars suivant,
il fit paraître en effet son introduction, qui contenait, en 96 pages,
une exposition large et nette du plan de cet ouvrage. A partir du mois
d'avril 1838, M. Cesare Cantù s'engageait à livrer chaque semaine à ses
souscripteurs deux feuilles d'impression. Jusqu'à ce jour il a tenu
parole.

Cette introduction produisit une certaine sensation en Italie. Quelques
écrivains reprochèrent, il est vrai, à M. Cesare Cantù de s'être montré
trop sévère envers les historiens qui l'avaient précédé:--mais il se
justifia sans peine de ces accusations. D'ailleurs on loua généralement
son érudition déjà connue et appréciée, son style élégant et clair, bien
que trop facile, son zèle infatigable, et surtout le but de ce nouveau
travail. En effet, ce n'était pas l'histoire des faits, c'était
l'histoire des idées et des moeurs qu'il se proposait d'écrire,
l'histoire du développement intellectuel et moral île tous les peuples
du globe; en un mot, l'histoire de la civilisation humaine. Pour juger
les progrès de l'humanité, il s'est placé au point de vue chrétien. Dans
son opinion, le christianisme relève l'histoire et la rend universelle:
en proclamant l'unité de Dieu, il proclame celle du genre humain; en
nous enseignant que nous devons invoquer _il padre nostro_, il nous
apprend que nous sommes tous frères.' Alors seulement, dit-il, peut
naître l'idée d'une fusion entre toutes les époques et entre toutes les
nations, et l'observation philosophique et religieuse des progrès
perpétuels et indéfinis de l'humanité vers la grande oeuvre de la
régénération et le règne de Dieu.»

M. Cesare Cantù divise l'histoire universelle en dix-huit parties qu'il
appelle époques, et qui portent les titres suivants I. Jusqu'à l'an 770
du monde.--II. De la dispersion des peuples jusqu'aux olympiades.--III.
Des Olympiades à la mort d'Alexandre.--IV. Guerres puniques.--V.
Guerres civiles depuis la cent trente-quatrième année avant Jésus Christ
jusqu'à la quatrième année après Jésus-Christ.--VI. Les Empereurs
jusqu'à Constantin.--VII. De Constantin à Augustus.--VIII. Les
Barbares.--IX. Mahomet.--X. Charlemagne.--XI. Les Croisades.--XII. Les
Communes. XIII. Chute de l'Empire.--XIV. L'Amérique.--XV. La Reforme.
XVI. Louis le Grand et Pierre le Grand.--XVII. Le dix-septième
siècle.--XVIII. La Révolution.--Chaque volume comprend une époque. 12
volumes sont publies; ils contiennent l'histoire ancienne (7 vol.) et
l'histoire du Moyen-Age (5 vol.). M. Cesare Cantù va commencer
prochainement la publication de l'histoire moderne.

M. Cesare Cantù ne se contente pas d'affirmer les faits qui loi
paraissent évidents, il essaie de les prouver. Son ouvrage se compose de
deux parties distinctes: 1º le _Racconto_, ou le récit; 2º les
Documenti, ou documents. Les documents sont classes et coordonnés dans
des volumes séparés, ainsi que les discussions scientifiques, les
biographies, les passages les plus remarquables des prosateurs ou des
poètes, relatifs aux événements exposés dans le texte. L'auteur donne
aussi pour appendice une illustration très-variée des monuments et un
traité assez étendu de chronologie.

Nous n'admettons pas sans faire quelques réserves toutes les opinions
exprimées par M. Cesare Cantù; mais, bien que nous différions parfois de
principes avec lui, nous nous empressons de joindre nos éloges sincères
à ceux que lui ont prodigués déjà ses compatriotes et plusieurs journaux
français. Qu'il ne se laisse pas décourager, qu'il continue à marcher
dans la voie glorieuse qu'il parcourt depuis cinq années avec tant de
bonheur, et en moins de deux années il atteindra son but, il achèvera un
des plus importants ouvrages qu'aura produits le dix neuvième siècle.
Nous sommes heureux, quant à nous, d'annoncer que la _Storia
universale_, vient d'être traduite en français Cette traduction revue,
corrigée et augmentée par M. Cantù, qui est en ce moment à Paris, ne
doit point tarder à paraître.

_Loi salique_, ou Recueil contenant les anciennes rédactions de cette
loi et le texte connu sous le nom de _Lex emendata_; par J.-.M.
PARDESSES, membre de l'Institut.--Paris. 1843. Imprimerie Royale. 1 vol.
in-4º de 844 payes. Prix: 35 fr.

Ce volume commence par une préface de 80 pages qui contiennent la
description de toutes les éditions et de tous les manuscrits connus de
la loi salique, il renferme en outre huit textes différents, d'après les
manuscrits, avec, variantes; quarante titres qu'on ne trouve point dans
la _Les emendata_, d'après le manuscrit 4404 de la Bibliothèque royale
de Paris et le manuscrit 119, in-4, de Leyde; les prologues, l'épilogue
et les récapitulations, d'après divers manuscrits; un commentaire de 824
notes, et enfin quatorze dissertations, dont la première sur les
diverses rédactions de la loi salique, et les autres sur les points les
plus remarquables du droit privé des Francs sous la première race.

Les dissertations comprennent 309 pages, et sont suivies d'une table
alphabétique des matières.

_Mémoire sur l'Irlande indigène, et saxonne_; par DANIEL O'CONNELL,
membre du Parlement. Traduit de l'anglais et augmenté d'une notice
biographique sur l'auteur; par ORTAIRE FOURNIER. Tome 1er,
1172-1660.--Paris, 1843. _Charles Warèe._ 7 fr. 50 c.

A peine cet ouvrage eut-il paru à Londres, nous nous empressâmes d'en
annoncer la publication, d'exposer le plan de l'auteur, et de résumer en
quelques lignes le contenu du 1er volume,--le seul qui ait été mis en
vente jusqu'à ce jour.--Nous le répétons, O'Connell ne pouvait pas
écrire une histoire réfléchie, sérieuse, logique, bien ordonnée. Tous
les hommes habitués à improviser ne mènent jamais à bonne fin,--en
supposant qu'ils se sentent le courage de l'entreprendre,--un travail
qui exige une attention froide, calme et soutenue. D'ailleurs le tribun
irlandais est trop fougueux et trop passionné pour ne pas se laisser
emporter souvent, dans ses écrits comme dans ses discours, au delà des
bornes de la justice et de la raison. Il a oublié qu'il y avait une
grande différence à établir entre l'écrivain et l'orateur. On écoute
plus facilement et plus volontiers qu'on ne lit. Si long, si diffus, si
fatigant qu'il soit, l'orateur politique est presque toujours sûr de
conserver son auditoire, obligé, sinon de prêter l'oreille à son
discours, du moins d'attendre, sans pouvoir quitter sa place, qu'il
l'ait terminé. Mais, loin de s'imposer au public, l'écrivain reste
entièrement sous sa dépendance; il est si facile de fermer un livre qui
ennuie, et quand une fois on l'a fermé, il est si difficile de le
rouvrir.

Le premier volume du _Mémoire sur l'Irlande indigène et saxonne_
comprend toute la période de temps qui s'étend depuis l'année 1172
jusqu'en 1660. Ainsi que nous l'avons déjà dit, il se compose de 50
pages de texte et de 400 pages d'observations, de preuves et
d'explications. Les volumes suivants ne seront même que la suite de
cette seconde partie; car le texte proprement dit ou la première partie
renferme dans les neuf chapitres de ses 50 pages toute l'histoire
d'Irlande, depuis l'année 1172 jusqu'en 1840. La conclusion qui suit le
chapitre IX se termine par ces mots: «La dernière demande de l'Irlande
est dégagée de toute alternative, c'est le rappel de l'Union.»

Nous doutons que cet ouvrage étrange soit plus favorablement accueilli
en France qu'en Angleterre; mais, malgré ses énormes défauts, nous
devons savoir gré à M. Ortaire Fournier d'avoir songé à le traduire, car
il contient une foule de documents curieux qui pourront servir un jour
aux historiens futurs de la malheureuse Irlande.

_Essai sur l'Éducation du peuple_, ou sur les Moyens d'améliorer les
Écoles primaires populaires et le sort des Instituteurs: par J. WILLM,
inspecteur de l'Académie de Strasbourg.--Strasbourg. _Veuve
Levrault._--Paris, _Bertrand._ 1843. I vol. in-8º. 7 fr. 50 c.

L'auteur de cet _Essai_ a reçu sa première instruction dans une école de
village; il a été ensuite aide-instituteur, avant que d'heureuses
circonstances lui permissent de se livrer à des études supérieures.
Depuis, après avoir professé pendant dix années dans un collège
important, il a été, comme inspecteur de l'Académie de Strasbourg,
chargé de visiter une grande partie des écoles primaires des deux
départements du Rhin. Comme on le voit, il n'est pas étranger à la
matière sur laquelle il écrit, et il la traite avec connaissance de
cause.

L'Essai qu'il vient de publier s'adresse à tous ceux qui s'intéressent à
l'éducation populaire, et spécialement à ceux à qui la loi et le
gouvernement ont donné part à l'administration, à la surveillance et à
la direction des écoles primaires Ils y trouveront bien des choses
connues que l'auteur a voulu seulement leur rappeler; il ne revendique
pour lui que le mérite de les avoir classées et groupées autour d'un
principe fondamental, d'une idée générale, exposée dans l'introduction
et formulée dans la conclusion générale du livre. Du reste, loin
d'aspirer à la nouveauté, M. J. Willm évite surtout,--c'est lui qui le
déclare,--«de proposer des améliorations qui ne se rattacheraient pas
naturellement à ce qui existe, et qui ne découleraient pas de la nature
même des choses, de la constitution politique du pays et de la loi
organique de l'instruction primaire. Les propositions qu'il fait, il a
voulu qu'elles fussent légales, nationales, françaises et surtout
praticables.»

M. J. Willm a divisé son travail en trois parties: dans la PREMIÈRE
PARTIE, il recherche le principe et le but de l'éducation en général.
Selon lui, le vrai _principe_ de l'éducation doit être _universel_,
exclusif de tout intérêt particulier, de tout but spécial qu'on voudrait
poursuivre aux dépens de tout le reste, bien que servant tous les
intérêts légitimes et tout but raisonnable, embrassant tous les
sentiments, toutes les dispositions essentielles et pouvant s'appliquer
à tous les états, à toutes les classes de la société et à tous les
genres d'écoles et d'éducation.--Son _but_ est de former l'homme
d'abord, puis le citoyen, puis l'artiste, le soldat, le laboureur ou
l'artisan; de jeter les fondements d'une oeuvre que toute la vie,
quels qu'en soient d'ailleurs les accidents et les destinées
particulières, sera consacrée à continuer, à perfectionner: d'appeler au
jour tous les germes de raison, de vertu, de grandeur qui constituent la
vraie nature humaine, et de les développer assez pour leur assurer la
victoire sur toutes les dispositions contraires. Cette éducation
_générale_ doit être la base et la condition de toute éducation
particulière. Si, a raison des diverses conditions de la société et de
la destination présumée des élèves, elle était diversement appliquée, il
ne saurait y avoir de différence que sous le rapport de la quantité et
non sous celui de la qualité: mais cette éducation générale, une dans
son principe et dans son but, se compose d'éléments divers. Pour être
complète, il faut qu'elle soit tout à la fois _morale, intellectuelle,
esthétique et religieuse_;--car l'homme aspire naturellement au _bien_,
au _vrai_, au _beau_, à l'_infini_--et en même temps _sociale_ et
_nationale_, puisque l'homme n'est rien que par la société.

Ces principes posés, M. J. Willm cherche à les appliquer, à montrer ce
que peut et ce que doit être dans les écoles primaires populaires cette
éducation générale dont il a tracé le plan. Il traite successivement,
dans la SECONDE PARTIE de son _Essai_, de _l'organisation des écoles
primaires_ et de la _construction des maisons d'école, ainsi que du
mobilier_; de _l'éducation_ et de l'_instruction_ dans ces mêmes écoles;
de la _méthode_ et de la _discipline_, de _l'administration_ et de la
_surveillance_ de ces écoles. Il termine par l'examen de ces deux
questions; _Faut-il rendre la fréquentation de l'école primaire
obligatoire?_ et _l'instruction primaire doit-elle être gratuite?_ M. J.
Willm demande que tous les enfants qui ont atteint l'âge de six ans
soient annuellement soumis à une sorte de conscription scolaire et tenus
de payer la rétribution mensuelle, si leurs parents sont assez aisés
pour cela, ou amenés à l'école, s'ils sont pauvres, par tous les moyens
dont peut disposer l'administration.

Le sort des écoles populaires dépend principalement du dévouement
éclairé, du zèle et de l'habileté des instituteurs. Pour que les écoles
soient bonnes, il ne suffit pas de les placer dans des maisons
parfaitement appropriées, dans des salles vastes, saines, bien éclairées
et munies de tout ce qui est nécessaire à l'enseignement, il faut
surtout qu'elles soient dirigées par des maîtres habiles et dévoués. Or,
pour que les maîtres soient habiles, il faut leur fournir les moyens
d'acquérir les connaissances nécessaires a leur état, et pour soutenir
leur zèle, il faut travailler à rendre leur position aussi bonne et
aussi honorable que possible. M. J. Willm s'est donc occupe
successivement, dans la TROISIÈME PARTIE de son _Essai_, des moyens de
former les instituteurs, et spécialement des écoles _normales
primaires_: des moyens de leur faire continuer leur instruction après
leur entrée en fonctions, et spécialement des _conférences_ et des
_bibliothèques_ de l'école; enfin des moyens matériels d'améliorer leur
condition, et des _encouragements_ qu'il convient de leur offrir pour
soutenir leur zèle.

M. J. Willm achève la conclusion de son ouvrage en demandant qu'il soit
créé au sein de l'Académie des Sciences morales et politiques une
section de pédagogie, et que quelques chaires soient consacrées, à Paris
et dans les départements, à cet art, le plus important de tous,
puisqu'il a pour but de former les hommes.

_Bluettes_; par EUGÈNE DE LONLAY. I vol. in-18.--Paris. 1843. _Amyot_.

Comment ne pas accueillir avec intérêt un charmant volume bien imprimé
sur du papier satiné, qui se présente sous un titre si modeste et vous
demande humblement un regard et un sourire bienveillants? Quel reproche
le critique le plus dur aurait-il le courage d'adresser à des
_Bluettes_, surtout lorsque Béranger déclare les avoir lues avec
infiniment de plaisir, lorsqu'elles ont déjà eu deux éditions, et engin
lorsque leurs grâces naïves et leur tournure originale méritent
réellement le succès qu'elles ont obtenu? Ce qu'il faut au poète, a dit
M. E. de Lonlay dans sa première _Bluette._

        Ce qu'il faut au poète,
            C'est l'amour!...

L'auteur des _Bluettes_ est-il poète? Bien qu'il fasse des vers
charmants, nous attendrons, pour lui décerner un si beau titre, la
publication du _Trappiste_; mais, poète ou compositeur d'agréables
romances, il a ce qu'il lui faut, il est amoureux; ne nous étonnons donc
pas s'il ne chante que sa passion. Jetez les yeux sur la table générale
des _Bluettes_, qu'y voyez-vous: «Avoir tout à t'offrir.--Es-tu fille
des cieux?--Ne m'oubliez pas.--Tes yeux ont pris mon âme.--Que peut-elle
faire?--Je me souviens toujours.--Tout un jour sans te voir.--Loin des
yeux, près du coeur, etc.» Aussi M. E. de Lonlay donne-t-il ses vers à
celle qui seule, en les lisant, pourra dire: C'est moi; il les lui donne
«comme aux vertes savanes, la rosée abandonne ses perles limpides,
connue sur les sentiers l'aubépine épand ses débris embaumés, comme à la
terre endormie l'aube jette ses rayons d'or, comme aux coquettes plantes
de ses rives le lac prête son miroir mouvant, comme la fleur à l'abeille
donne son miel, comme au pèlerin l'étoile donne sa clarté, comme à
l'Éternel le croyant donne sa prière, comme à la mère l'enfant donne ses
premières caresses, la vierge à son amant le parfum de son premier
baiser.»

_Océanie_, ou Cinquième partie du Monde, revue géographique et
ethnographique de la Malaisie, de la Micronésie, de la Polynésie et de
la Mélanésie; par M. G.-L. DOMENY DE RIENZI. 3 vol. in-8º, ornés de
gravures et cartes. Paris. Firmin Didot. 1843.

«L'Océanie, ou cinquième partie du monde, plus étendue à elle seule que
le reste de notre globe, dit M. Domeny de Rienzi dans son introduction,
en est la moins connue et pourtant la plus curieuse et la plus variée.
C'est la terre des prodiges: elle renferme les races d'hommes les plus
opposées, les plus étonnantes merveilles de la nature et les monuments
les plus admirables de l'art. On y voit le pygmée à côté du géant, et le
blanc à côté du noir; près d'une tribu patriarcale une peuplade
d'anthropophages; non loin des hordes sauvages les plus abruties des
nations civilisées avant nous; les tremblements de terre et les
aérolithes bouleversent les campagnes, et les volcans foudroient des
villages entiers. Sur son continent austral, les animaux les plus
bizarres, et dans l'Ile la plus grande à la fois de ses archipels et du
globe, l'orang-outang, bimane anthropomorphe présentent aux philosophes
un profond sujet de méditations. Une de ses îles s'enorgueillit de la
majesté de ses temples et de ses palais antiques, supérieurs aux
monuments de la Perse et du Mexique, et comparables aux chefs-d'oeuvre
de l'Inde et de l'Égypte; d'autres étaient des pagodes, des mosquées et
des tombeaux modernes, rivalisant d'élégance et de grâce avec ce que
l'Orient et la Chine nous offrent de plus parfait en ce genre.»

Avant la publication de l'ouvrage de M. de Rienzi, il n'existait
cependant aucun livre spécial et complet sur l'Océanie Le dernier
descendant du célèbre tribun italien ne s'est pas contenté, comme on
pourrait le croire, de résumer tous les travaux des voyageurs,
navigateurs, géographes ou hydrographes qui l'avaient précédé. Cinq
voyages entrepris par amour pour la science dans diverses parties de
l'Océanie l'ont mis à même d'ajouter un grand nombre de fats nouveaux
aux faits déjà connus.--Son ouvrage comble donc une lacune importante
dans l'histoire de la géographie; car il contient, outre un tableau
général de l'Océanie, la description et l'histoire de la _Malaisie_, ou
grand archipel indien, de la _Micronésie_, de la _Polynésie_ et de
la _Mélanésie_. Plusieurs des dessins qui accompagnent le texte sont
inédits, et ont été exécutés par l'auteur sur les lieux; les autres sont
empruntés aux ouvrages les plus estimés. Douze morceaux de musique, dont
hut inédits, un tableau idiomographique des langues de ces contrées,
deux inscriptions importantes; enfin une nouvelle carte générale et
trois nouvelles cartes particulières de l'Océanie, complètent cette
description.

_L'Océanie_ a paru il y a deux ans; mais la prise de possession des
_îles Marquises_ et l'occupation de Taïti, donnent un intérêt
d'actualité à cette remarquable et utile publication.



Modes.

[Illustration: (Mantelet à la vieille.)]

Le mantelet est renouvelé de la mode assez peu éloignée de 1837: il y a
fort peu de différence entre celui d'aujourd'hui et celui d'alors; les
garnitures différent, mais la coupe est à peu près la même. Les
mantelets de taffetas noir, puce ou marron, sont ceux que l'un porte en
négligé comme en toilette du soir: le taffetas glacé en nuances claires
n'appartient qu'aux demi-toilettes de jour.

Les rubans employés comme garniture sont moins bien que les garnitures
en étoffe. Le taffetas est coupé en biais, et il se forme à quatre
rangs.

Notre dessin représente une femme qui porte son mantelet avec toute la
grâce sévère de la distinction; à peine doit-on apercevoir la taille
derrière le dos arrondi.

Quelques façons de robes nouvelles paraissent à l'horizon des modes: ce
sont des manches bouillonnées au poignet, des corsages lacés, et des
jupes garnies d'immenses volants à l'espagnole.

Les plumes sur les chapeaux de paille prennent faveur; quoique les
rubans simples soient de bon goût, une nouveauté tout à fait remarquable
et remarquée est le chapeau Pénélope de Lucy Hocquet. C'est une
fantaisie, une innovation, une bizarrerie. Aussitôt qu'il se fait un
chapeau Pénélope, il disparaît du magasin; cependant il doit rester
distingué en raison de sa simplicité un peu étrange.

[Illustration.]

Voici deux jolis costumes de jeunes garçons: l'aîné, en veste de drap et
pantalon de tricot ou de nankin a la chemine de toile, dont le collet
rabat sur la cravate; le plus jeune, en blouse de velours, a les jambes
nues, et les guêtres de tricot ou le pantalon de flanelle dans la
guêtre. Sa chemise, plissée comme une chemisette suisse, sort de la
blouse et laisse dégagé son cou. La casquette va bien sur les cheveux à
la jeune France.

[Illustration.]

Nous regrettons de ne pouvoir donner ici un détail un peu étendu des
avantages du chariot hygiénique dans lequel on a placé l'enfant que nous
avons sous les yeux. M. Lebrun, mécanicien habile, inventeur d'une
ceinture de sauvetage, mérite une place en première ligne à
l'illustration. Si les mères comprennent bien les bienfaits de ce petit
chariot, il est certain que le nombre des enfants contrefaits diminuera
sensiblement. Une quantité d'enfants nés droits, mais délicats et
faibles, se déjettent faute de pouvoir se supporter sur leurs jambes.
Nous ne saurions trop engager les mères et les nourrices à visiter M.
Lebrun. Elles se féliciteront de cette prévoyance, et en seront
immédiatement récompensées par le bonheur qu'elles procureront à ces
pauvres petits êtres impuissants, heureux entre ces jambes artificielles
qui les supportent et les transportent à leur gré, sans péril et sans
fatigue.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:
Les personnalités attirent la haine.

ÉPITAPHE D'UN GRAND HOMME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0011, 13 Mai 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home