Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3259, 12 Août 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3259, 12 Août 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3259 12 AOÛT 1905 ***



AVEC CE NUMÉRO:
_SUPPLÉMENT MUSICAL._


[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]


SUPPLÉMENT MUSICAL: Fragments de _Maïa_, par MM. Gallois
et Samuel-Rousseau, prix de Rome.

[Illustration: L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: 75 Centimes._
SAMEDI 12 AOUT 1905
_63e Année--N° 3259_]


[Illustration. L'amiral Wilson. L'amiral Wilson, commandant de la flotte
anglaise du Détroit, précède le roi.]

[Illustration: L'amiral Gaillard. S. M. le roi. Le roi Édouard VII,
suivi de l'amiral Caillard, quitte le _Masséna_.]

[Illustration: Les ambassadeurs d'Angleterre et de France et
l'état-major royal montent à bord. LA VISITE DU ROI ÉDOUARD VII A BORD
DU "MASSÉNA" Comment le correspondant anglais de "L'Illustration", M.
Stephen Cribb, installé dans la superstructure du "Masséna", a pu
photographier les visites officielles.--_Voir l'article, page 109._]



_L'ILLUSTRATION_ du 19 août sera accompagnée d'un numéro de
_L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE_ contenant une oeuvre--inédite sous sa forme
dramatique--d'un des plus grands écrivains contemporains:

CRAINQUEBILLE, par ANATOLE FRANCE.

On n'a pas oublié le succès de ces trois tableaux au théâtre de la
Renaissance où le rôle de Crainquebille était tenu par M. Lucien Guitry.

Le même numéro de _L'ILLUSTRATION_ contiendra de beaux dessins de M.
Georges Scott sur la FÊTE DES VIGNERONS DE VEVEY.



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Dimanche soir, en wagon. Dix heures. Je suis allée dîner, comme tout le
monde, à la campagne et, dans la cohue, parmi les cris et les
bousculades du retour, je me suis laissé pousser, hisser vers le premier
wagon venu. Troisième classe. Des gens sont debout sur le marchepied;
d'autres, assis sur l'escalier qui mène à l'impériale de la voiture. On
s'entasse, on s'écrase joyeusement. Quatorze personnes se sont empilées
dans le compartiment de dix places où je suis assise. Les jeunes gens,
un peu «allumés», s'excusent, en propos comiques, de tenir tant de
place; les femmes rient; une petite fille pleure: on lui donne une
claque; elle se tait. La chaleur est intenable; on a entassé sur les
planches supérieures du compartiment des brassées de fleurs, une
brouette d'enfant, des paniers où sonnent la vaisselle et les bouteilles
vides du déjeuner, des filets mouillés où il y a du poisson frais, des
engins de pêche. On roule... A côté de moi, est installée toute une
famille: le père, la mère, la grand'mère, deux petits garçons, un bébé.
Types d'ouvriers aisés. La mère secoue sur ses genoux, pour l'endormir,
le dernier-né dont les petites mains se crispent sur un biberon; la
grand'mère s'est assoupie tout doucement, contre mon épaule; le lumignon
jaune de la voiture éclaire de reflets tragiques ses joues en sueur, ses
mèches grises dénouées que coiffe un chapeau trop fleuri, posé de
travers. D'une voix pâteuse--la voix d'un homme qui a eu soif depuis ce
matin et ne semble pas encore désaltéré--le père raconte aux voisins sa
journée: lever à cinq heures; quatre heures de course au soleil, à la
recherche d'une «bonne place»; déjeuner sur l'herbe, «trop de mouches»;
pêche et promenade jusqu'au dîner; orage; retour à la gare sous
l'averse... Il bâille en contant cela. Tout le monde s'est endormi; la
grand'mère est maintenant affalée sur moi de tout son poids, et ronfle.
On la réveille. C'est Paris.

Je les regarde descendre de wagon, chargés de paquets, titubants, les
yeux brouillés de sommeil, exténués. On a posé le petit enfant dans la
brouette et la famille, lentement, se met en marche, parmi les groupes
braillards qui la bousculent.

Et j'admire au prix de quels éreintements le peuple s'amuse, et ce que
représente, pour lui, de fatigue une journée de «repos». On mettrait en
interdit le patron qui oserait, à quelque prix que ce fût, imposer à des
ouvriers de pareilles tâches...

Tous, il est vrai, n'ont pas les mêmes goûts; et, par exemple, un grand
nombre de Parisiens avaient, dimanche dernier, préféré au plaisir de la
«balade» champêtre celui de demeurer à Paris pour y acclamer Étienne
Dolet. Justement, à l'heure de prendre mon train, j'ai vu passer, sous
ma fenêtre, un de ces groupes. Une jeune femme, coiffée d'un chapeau
rouge, le précédait; derrière elle, un drapeau rouge était déployé, que
portaient des jeunes gens. Je les ai suivis jusqu'à l'Hôtel de Ville.
Ils criaient, sur un rythme de marche: _Hou! Hou! la calotte!_ Un de mes
amis, professeur à l'École des Langues orientales, m'accompagnait; je le
priai de me renseigner sur l'étymologie de ce cri, que j'entendais pour
la première fois.

--J'ignore, me dit-il, l'origine de _Hou! Hou!_ Je sais seulement que
cette sorte de beuglement est très usitée dans les réunions hostiles au
clergé. C'est également le clergé que désigne cette expression: _la
calotte_, et je ne saurais non plus vous dire à qui revient le mérite de
l'avoir lancée.

--Y a-t-il longtemps, demandai-je, qu'existe cette coutume parisienne de
commémorer Étienne Dolet?

--Non, dit mon ami. Cela est tout récent. C'est venu comme une mode. Les
libres penseurs cherchaient un ancêtre; ils ont découvert celui-là.

--Ce sont des prêtres qui ont brûlé Dolet?

--Du tout. Ce sont des juges ordinaires.

--Avait-il commis quelque crime de lèse-majesté?

--Non. Dolet respectait et aimait passionnément son roi; et jusqu'à la
fin de sa vie--jusqu'au bûcher exclusivement--François Ier le protégea.

--C'était un ennemi de la religion, sans doute?

--Nullement. Dolet fut un parfait catholique, ennemi de toutes les
hérésies, et qui ne dut l'ennui d'être brûlé vif qu'à des haines
personnelles, à des jalousies, à des cabales d'école où la religion
n'était pour rien. En sorte que ce martyr serait fort étonné s'il
pouvait apprendre aujourd'hui quelles sortes de gens l'acclament. Il est
vrai que ceux qui l'acclament seraient bien plus surpris encore si on
leur apprenait au juste ce que c'était qu'Etienne Dolet. La plupart
n'éprouvent pas, d'ailleurs, le besoin de le savoir. La statue de Dolet,
c'est quelque chose au sujet de quoi l'on manifeste contre quelqu'un;
c'est, une fois par an, l'occasion de pousser des cris dans la rue,
«d'embêter Lépine», et de remplir d'un peu d'agitation les loisirs d'un
dimanche d'été.

Il ne m'a pas paru cependant que cette manifestation, ces défilés de
couronnes, de bouquets d'immortelles et de drapeaux causassent à M. le
préfet de police beaucoup d'émotion. Il allait et venait, presque
souriant, et l'on eût dit que lui aussi était heureux de cette occasion
d'occuper sa journée... Car il est devenu, depuis quinze jours,
terriblement vide d'événements, notre Paris. C'est effrayant à avouer:
on s'y ennuie. Il semble que les vacances aient emporté loin de lui tous
les sujets de curiosité, de plaisir ou d'émotion que la vie
ordinairement y multiplie; et nous sommes de pauvres abandonnés qui
n'avons plus d'autre ressource, pour nous distraire, que de braquer nos
lunettes au loin, sur l'horizon de la province et de l'étranger.

Le prince Kadolin et M. Bouvier se reposent, et c'est aux États-Unis que
sont engagés, à cette heure, les grands colloques diplomatiques.
Witte... Komura... que nous voilà loin du quai d'Orsay! Les fêtes de
l'Entente cordiale s'étaient commencées à Brest et continuées à Paris;
elles s'achèvent au-delà du détroit, et c'est de Portsmouth que nous
vient, cette semaine, le bruit des canonnades fraternelles et des
clameurs de fête. Nos champs de courses sont déserts; c'est en Normandie
qu'il faut aller pour perdre avec élégance son argent. Les amateurs de
théâtre courent à Orange acclamer Berlioz, Eschyle et Boïto, ou célébrer
à Vevey la Fête des Vignerons; et, pour ceux qui ne veulent pas, quand
même, s'éloigner trop du boulevard, il y a le théâtre de la Nature, à
Champigny... Les reporters suivent M. Deibler à Dunkerque; un congrès de
_Bleus_ s'ouvre en Bretagne et c'est à Boulogne-sur-Mer que M. le
docteur Zamenhof inaugurait, tout à l'heure, un autre congrès: celui des
espérantistes.

SONIA.



QU'EST-CE QUE L'ESPÉRANTO?

Les espérantistes viennent de tenir, à Boulogne-sur-Mer, leur premier
congrès international. _L'espéranto_, la première «langue universelle»
qui ait la chance d'être patronnée par de nombreux savants, compte
aujourd'hui en France 30.000 adhérents; mais la plupart des personnes
qu'il laisse sceptiques ou indifférentes en ignorent totalement le
principe. Essayons de le préciser en quelques lignes.

Pour chaque mot, ou plutôt pour chaque idée, on a choisi la racine
correspondant à cette idée dans le plus grand nombre de langues
aryennes. Ainsi, on a pris les racines _doktor, honest, pur_, qui se
retrouvent dans cinq ou six langues; _dom_ (maison), _via_ (voir), qui
existent dans deux ou trois. Les mots spéciaux à une langue, comme
_sport_, ont été conservés; enfin, entre deux racines différentes
représentant chacune la même idée dans un nombre de langues égal ou
sensiblement égal, on a généralement donné la préférence à la racine la
plus latine.

Fait à noter, d'ailleurs, cette langue internationale n'est pas
construite comme l'exigerait une langue «universelle» dans l'acception
scientifique du mot; elle se préoccupe surtout d'être accessible au
monde américo-européen. Or, si l'on songe que l'anglais peut être
considéré comme une langue franco-allemande, on ne s'étonnera point
de rencontrer les racines latines en majorité dans le vocabulaire
espéranto.

[Illustration: Le docteur Zamenhof, inventeur de l'espéranto. Phot.
Meys.]

Ce vocabulaire comprend actuellement un millier de racines, chiffre très
suffisant pour répondre aux besoins normaux de la conversation et de la
correspondance. Toute la connaissance de la langue se réduit à la
possession de ces racines, en général faciles à retenir pour les Latins,
surtout s'ils possèdent quelques notions d'allemand.

Avec ces racines qui expriment des idées, nous formons les mots et les
phrases, à l'aide d'une trentaine de préfixes et de suffixes et de seize
règles extrêmement simples ne comportant aucune exception.

L'article défini _la_ est invariable comme le _the_ anglais. Le genre
grammatical n'existe pas: il n'y a que le genre de sexe.

Tous les modes d'un mot s'expriment par un changement de finale:
_patro_, père; _patra_, paternel; _pâtre_, paternellement; _patrino_,
mère; _patrina_, maternel.

Le verbe ne change pas pour les personnes, celles-ci sont désignées par
le seul pronom. Tous les temps sont déterminés par douze finales: _mi
jaras_, je fais; _mi jaris_, je faisais ou j'ai fait; _mifaros_, nous
ferons; _mi farus_, nous ferions, etc.

L'emploi des préfixes et des suffixes évite encore un nombre
considérable de mots nouveaux. _Mal_ indique le contraire: _ami_, aimer;
_malami_, haïr. _Ist_ indique la profession: _boto_, botte; _botisto_,
bottier, etc.

Ces quelques exemples nous paraissent résumer de façon très claire les
principes de l'espéranto.

Ajoutons que chaque mot se prononce absolument comme il est écrit, les
lettres gardant le son alphabétique qui se trouve presque toujours
conforme à celui de l'alphabet français. L'accent tonique se place sur
l'avant-dernière syllabe. On supprime ainsi toute difficulté sérieuse
pour l'intelligence de la langue entre personnes de nationalités
différentes.

[Illustration: UN DOCUMENT QUI A ÉCHAPPÉ A LA POLICE RUSSE.--Le maître
de la police de Moscou venant interrompre la première séance du Congrès
des zemstvos.]

Le volapük, qui occupait le monde vers 1885, était plus compliqué et
empruntait presque tous ses éléments aux langues saxonnes. Cette phrase:
«La vie de l'homme est courte», s'exprimait en volapük: «Lif mena binom
blefik.» En espéranto, elle se traduit: «La vivo de l'homo estas
mallonga.»

L'espéranto est justement considéré comme un chef-d'oeuvre et il est à
prévoir que, d'ici quelques années, il sera parlé et compris sur tous
les points du globe par les personnes possédant une certaine culture
intellectuelle. Il fut créé de toutes pièces par un Russe, le docteur
Zamenhof, né en 1859, à Biélostok, dans le gouvernement de Grodno
(Pologne). Ce savant, dont le nom encore ignoré du grand public deviendra
bientôt mondial, a ainsi résolu un problème qui, depuis deux siècles,
hantait les esprits les plus remarquables et auquel on n'avait apporté
que des solutions lamentables. Il conçut son projet de langue
universelle vers 1878, alors qu'il était élève au gymnase de Varsovie;
c'est seulement en 1887 qu'il publia son premier ouvrage sous le
pseudonyme de Doktoro Espéranto (qui espère).

Détail amusant et éloquent: c'est la librairie Hachette, la maison
classique par excellence, qui édite tous les ouvrages concernant
l'espéranto, approuvés par le docteur Zamenhof.



LA POLICE AU CONGRÈS DES ZEMSTVOS

Nous avons publié la semaine dernière deux photographies du Congrès des
zemstvos à Moscou. Celle que nous donnons aujourd'hui présente un
intérêt tout particulier et l'on peut dire qu'elle était attendue de
tous nos lecteurs depuis que _le Temps_ du 21 juillet avait publié le
récit suivant:

Au moment où le comte Heyden va occuper le fauteuil présidentiel, le
prince Paul Dolgoroukof entre, annonçant l'arrivée de la police et
demandant au Congrès la permission d'introduire les agents.

Le maître de la police, accompagné de plusieurs sous-officiers, pénètre
et déclare qu'il a l'ordre de la préfecture d'interdire la réunion et de
saisir les documents. Il lit les articles du code et la circulaire du
ministre de l'Intérieur en vertu desquels il se prépare à instrumenter.
Le président proteste; le maître de la police voulant dresser la liste
des membres du Congrès, une voix s'élève: «Inscrivez toute la Russie!»
Les membres des zemstvos présents comme témoins, non comme délégués,
sont les premiers à lui donner leurs noms. Le maître de la police prend
alors le parti de sortir pour rédiger un procès-verbal et la séance
continue.

_Un photographe, qui a enregistré l'incident, se hâte de mettre ses
instantanés en sûreté..._

Le maître de la police rentre à ce moment et lit son procès-verbal...

La séance est levée après une déclaration de M. Golovine. _Le
photographe, qui a seul instrumenté, pendant que le commissaire s'en
allait bredouille, est arrêté; la perquisition faite dans ses appareils
reste sans résultat._

Nous n'ajouterons à ce compte rendu que quelques lignes. L'opérateur
incorrigible qui, en dépit du maître de la police et au péril de sa
liberté, photographia ce grave incident, n'était autre--on l'a
deviné--que le correspondant de _L'Illustration_ en personne.

Malgré toutes les vicissitudes qui en ont retardé l'envoi, la
photographie séditieuse nous est enfin parvenue. Le maître de la police
de Moscou a fait arrêter notre photographe et perquisitionner dans ses
appareils. Nous prenons aujourd'hui notre revanche malicieuse en dédiant
à ce fonctionnaire sa propre image dans un document historique que les
circonstances ont rendu inestimable.



L'IMPÉRATRICE EUGÉNIE A STOCKHOLM

Parfois, au hasard de ses croisières sur le yacht _Thistle_,
l'impératrice Eugénie passe en vue d'une capitale étrangère. Il y a là,
tout auprès, le palais d'une famille dont jadis, au temps des fêtes
impériales, les membres furent reçus, en pompe, aux Tuileries.
L'impératrice errante, qui se souvient, interrompt son voyage pendant
quelques heures. Elle fait une courte visite à ces princes et ces reines
qui sont demeurés ses amis. A la souveraine détrônée, on rend les
honneurs dus aux souverains régnants qui voyagent incognito; on lui
prodigue, en plus, les marques de vénération que commandent son grand
âge et le souvenir de ses infortunes.

Notre photographie représente l'ex-impératrice au moment où, après avoir
déjeuné, le 25 juillet, avec le roi Oscar, à Stockholm, elle se dispose
à regagner son yacht.

[Illustration: L'EX-IMPÉRATRICE EUGÉNIE A STOCKHOLM regagnant son yacht
après avoir déjeuné au palais du roi.--Phot. Blomberg.]

[Illustration: L'hôtel, de ville de Portsmouth et son souhait de
bienvenue.]



[Illustration: Le _Masséna_ dans la fumée de ses canons, après le salut
au roi.]

[Illustration: La foule anglaise massée sur la plage, attendant
l'arrivée de l'escadre française.]

[Illustration: Les escadres anglaise et française en rade de Cowes. LA
VISITE DE L'ESCADRE FRANÇAISE A COWES ET A PORTSMOUTH _Photographies
copyright S. Cribb, Gale and Polden et Topical Press Agency._]

[Illustration: LE CUIRASSÉ «MASSÉNA», BATTANT PAVILLON DE L'AMIRAL
CAILLARD, EN RADE DE COWES.]

La visite de la flotte française en Angleterre a été l'occasion de
grandes fêtes maritimes qui ont duré toute cette semaine. Suivant le
programme arrêté par l'Amirauté britannique, notre escadre du Nord
venait mouiller en rade de Cowes, ayant en tête le _Masséna_, battant
pavillon de l'amiral Gaillard, commandant en chef. Celui-ci, aussitôt
après le mouillage, se faisait conduire à bord du yacht
_Victoria-and-Albert_, pour saluer le roi; puis Édouard VII lui rendait
sa visite à bord du _Masséna_. Cette première journée était, d'ailleurs,
plus particulièrement consacrée aux réceptions officielles; dans le
bruit des canons tonnant en salves d'allégresse, ce fut, sur le pont du
vaisseau-amiral français, un va-et-vient de brillants uniformes:
l'amiral Wilson, commandant en chef de la flotte anglaise de la Manche,
les états-majors, les ambassadeurs, etc. Spectacle curieusement animé,
dont, malgré la sévérité des consignes prohibitives, le correspondant de
_L'Illustration_, posté à une hauteur favorable, a réussi à obtenir les
curieuses photographies que nous reproduisons en première page.



[Illustration: LA FÊTE DES VIGNERONS, A VEVEY.--La danse du Printemps.]

Vevey est une gracieuse cité vaudoise, assise sur la rive nord-est du
lac de Genève, à l'endroit même où se jette la Vevayse. Cette petite
ville de 6.000 habitants est deux fois célèbre, à cause d'un livre et à
cause d'une tradition. C'est dans les environs de Vevey que Rousseau
trouva le cadre de sa _Nouvelle Héloïse_. C'est à Vevey même que, de
loin en loin, une fête fameuse, la Fête des Vignerons, réunit
d'innombrables spectateurs dans un admirable théâtre de la nature.

La scène de ce théâtre est une place de la ville. Le décor, c'est, aux
plans lointains, au-dessus des toits et des clochers, le paysage des
monts abrupts et des verts pâturages. Les acteurs, ce sont tous les
habitants du pays, en costumes de fête nationaux.

La Fête des Vignerons se présente sous un double aspect: elle est à la
fois antique et moderne. Il y a des nymphes, des bacchantes et des
bergers à houlettes. Les musiciens portent l'habit et la perruque du
temps des baillis de Vevey. Les données du poème ne varient guère depuis
l'année 1797. Ce sont, exaltés par les chants et mimés par des danses,
les principaux événements de la vie rustique au cours des quatre
saisons. Cette année, comme lors des représentations précédentes, on a
applaudi la danse du _Printemps_, le pas des _Bacchantes_, le ballet des
_Feuilles mortes_, le chant des _Glaneuses_, le défilé des chars de
l'Été et l'_Hymne à Gérés_, et, naturellement, le _Ranz des vaches_.

Nous publierons la semaine prochaine les dessins de notre envoyé
spécial, M. Georges Scott.

[Illustration: _L'Hymne à Cérès_ devant les chars de
l'Été.--_Photographies Fisher._]

[Illustration: Gravé par Ch. Maylander. Peint par Mme Colin-Libour. EN
DÉTRESSE]

_Au bord de la mer: un coin de plage, le ciel et l'eau se confondant
presque en une vaste étendue; à l'horizon, les voiles d'une flottille de
pêche; au premier plan, deux personnages. Sujet d'une composition très
simple, que Mme Colin-Libour a traité avec la sobriété qui convenait;
mais, en sa simplicité, quelle scène émouvante évoque ce tableau!
S'écartant des abords trop fréquentés de la terrasse banale, une jeune
mère s'est aventurée au loin, avec sa fillette, sur une de ces langues
de sable où l'on se sent en pleine sécurité, à marée basse. Là, pendant
qu'elle partageait les jeux ingénus de l'enfant, elle a perdu la notion
du temps, s'est attardée, sans prendre garde au flot perfide; et voici
que la mer, continuant de monter, menace de couper toute retraite en
couvrant la langue de sable déjà transformée en îlot. La situation est
critique: l'imprudente, affolée, dans une anxiété poignante, multiplie
les appels, les signaux de détresse; espérons qu'elle en sera quitte
pour la peur et que, grâce à un prompt sauvetage, l'aventure n'aura pas
un dénouement tragique._



[Illustration: UN SPECTACLE DE L'AN 1452 QU'ON A REVU, LE 6 AOUT 1905, A
BRUXELLES Le cortège historique des fêtes de l'Indépendance belge sur la
Grand'Place: Philippe le Bon et le comte de Charolais.--_Voir l'article,
page 116._]



EN NORVÈGE

_Fragments d'un journal de voyage._

(Suite III.--Voir les numéros des 8 et 29 juillet:)

LES LAPONS

Dans les rues de Tromsoe; de-ci de-là, de bizarres personnages, petits,
roux, coiffés d'un bonnet bleu et rouge, comme des valets de carreau,
déambulent, couverts de fourrures, chaussés de bottes en peau de renne,
avec un assortiment d'objets bizarres en os, pendus à la ceinture et au
bout des doigts. Ce sont des Lapons. Ils sont moins sales qu'on ne s'y
attendait. Le visage rose ou rouge est éclairé par des yeux bleus, et
des cheveux filasses encadrent les pommettes saillantes du type mongol.

Ce sont bien des Lapons; mais ils sont trop liants, trop bons vendeurs,
ils parlent trop bien l'anglais; ils ressemblent trop, comme mentalité
commerciale, aux Italiens marchands de moulages qui nous mettent dans
les mains, à Paris, un objet dont on a offert le dixième du prix
demandé. Les Lapons suivent les touristes, offrant des _spoons_,
cuillers faites d'un os de renne et ornées d'un dessin en profil de cet
animal.

À Tromsdal, en face de Tromsoe, se trouve le fameux camp des Lapons tant
«blagué», tant attendu aussi. Il est établi à quatre kilomètres de la
côte. Pourquoi? Parce que le propriétaire du terrain qui le reçoit l'a
voulu ainsi afin de forcer les touristes à utiliser des voitures sur le
prix de location desquelles une part d'argent lui est remise.

Par un chemin impossible, cahoteux, détrempé, étroit, rocailleux,
franchissant des torrents et sur lequel les voitures tressautent, on
arrive au camp, après avoir traversé un bois de bouleaux qui, l'hiver,
disparaît sous la neige.

On nous a tellement dit que, ces Lapons, nous aurions pu les voir au
Jardin d'acclimatation, que nous sommes ravis de les trouver tout de
même un peu plus pittoresques. Sur un mamelon vert environné de
montagnes, trois ou quatre huttes ressemblent à de gros tas de terre.
Dans un enclos, voici les rennes, deux cents environ. Ils sont tout
petits et leurs ramures confondues font comme un fouillis agité de
branchages.

Nous entrons dans une hutte. Elle est bien telle qu'on l'a décrite, avec
le feu de bois au centre, au-dessous du trou ménagé au sommet. Tout
autour, à terre, sur des peaux, sont étendus les habitants. Des têtes de
morues sont suspendues pour sécher. Une montre en argent, à remontoir,
brille dans un coin. Une femme vêtue de fourrures et de lainages rouges
et bleus surveille un bébé tout blanc, bien emmailloté, dont le berceau
est un grand sabot de bois. Sur la prière d'un touriste, prière affirmée
par le don d'une pièce blanche, elle sort de la hutte pour être
photographiée, et, complaisamment, lève le voile qui cachait la figure
de l'enfant; mais, lorsque survient un nouveau touriste armé d'un nouvel
appareil, le voile est précipitamment baissé et ne se relèvera que
contre une nouvelle obole. Vous vous rappelez les tableaux d'église dont
le sacristain lève le rideau en Italie?

Les touristes--nous sommes près de deux cents--entourent et absorbent
les Lapons. Ce camp de Lapons ne ressemble plus maintenant qu'au pesage
d'un champ de courses de province. Il faut se contenter de contempler
des groupes. Là, une élégante Française a pris des mains d'une Laponne
un travail d'aiguille et lui montre un point de broderie nouveau. La
Laponne est dans le ravissement. Ici, un touriste bourre et allume la
pipe d'un être bizarre à l'oeil allumé, au visage d'ivrogne, un
Quasimodo avec des couleurs de personnage, d'un jeu de cartes barbares.
Des enfants norvégiens vendent des cartes postales. La carte postale
illustrée a unifié le monde.

Les Lapons font des affaires d'or. Ils vendent, à des prix très
exagérés, des objets fabriqués par eux: cornes de rennes, pipes d'os de
renne, blagues à tabac en peau de renne, cuillers d'os de renne, etc.

Voici l'heure de la fantasia finale. Un Lapon pénètre dans l'enclos où
sont les rennes, tenant un de ces animaux en laisse, un conducteur
docile qui donnera l'exemple aux autres. Le troupeau sort en tumulte de
l'enclos et, sous les aboiements des chiens et les cris des hommes,
traverse un torrent que le mouvement de la multitude de pattes minces
raye d'une barre d'écume. Tous les animaux, en un clin d'oeil, se
dispersent dans la montagne où ils disparaissent dans le taillis.

[Illustration: Le cap Nord.]

[Illustration: Un camp lapon, à Tromsdal.]

Il pleut, lentement, doucement, pleinement, avec constance. Le ciel et
la mer sont du même gris, on ne voit pas une ligne d'horizon, de sorte
que les bateaux tout noirs, avec leurs mâts, semblent suspendus dans
l'espace opalin et laiteux.

                                  *
                                 * *

Il y aurait à bord une jolie moisson de confessions à faire. Mais ce
serait une trahison que de répéter les secrets qu'on a pu surprendre
dans l'abandon forcé d'une vie commune d'un mois. C'est malheureux. On
ne peut ici indiquer que des silhouettes de groupes. Il y a tout un clan
d'isolées, de veuves ou de femmes mariées dont les maris sont restés en
France. Quels drames intimes ces séparations consenties ou imposées
peuvent-elles cacher? Il y a aussi des isolés. De quelles peines
cherchent-ils l'oubli? Pendant les heures du crépuscule sans fin, on
rêve à toutes ces misères et l'on sent qu'elle n'était pas exacte,
l'impression du début, qui nous faisait croire que notre bateau était
celui des gens heureux; nous avons aussi embarqué des douleurs.

LES ACHATS

Une scène amusante, pendant les escales, est celle du retour à bord des
touristes chargés d'achats. Tout le long de l'escalier, c'est une
succession de paquets enveloppés de papiers jaunes, de hautes cornes de
rennes. Les femmes sont particulièrement heureuses. On a pu faire du
_Shoping_ à Tromsoe. Une fois sur le pont, chacun déballe ses
acquisitions devant tout le monde. Ce sont des peaux d'ours blancs qui
coûtent 150 ou 200 couronnes, c'est-à-dire 200 ou 300 francs, des
renards bleus plus chers qu'à Paris, naturellement, non montés, mal
préparés, mais qu'on déclare des occasions extraordinaires, chère
madame; des bottes de fourrures de tous les modèles; des pantoufles de
peau de renne ornées de lainages blancs et rouges qu'on trouve
délicieuses et qui, à Paris, seront déclarées des horreurs.

Une dame a acheté... un bateau. Elle en est folle de joie. Dès la montée
de l'échelle, ce sont des cris: «J'ai acheté un bateau. Vous savez, j'ai
acheté un bateau...!» Et sur le pont: «Vous allez voir mon bateau, parce
que je dois vous dire que j'ai acheté un bateau.»

Et comme quelqu'un, peu de temps après, lui dit: «Il parait, madame, que
vous avez acheté un bateau...» De très bonne foi, elle s'écrie:

--Comment savez-vous cela? C'est curieux comme on potine à bord...

Les retours sont gais. C'est un babillage, un piaillement, un étalage
naïf de petites vanités dans l'ébrouement des parapluies mouillés et des
caoutchoucs ruisselants.

_Vendredi 15 juillet._--Départ de Tromsoe.

Navigation dans le Lygenfiord. Toute la journée nous avons navigue, par
un soleil superbe, dans le Lygenfiord, entre deux rangées de hautes
montagnes couvertes de neige et séparées par des glaciers qui descendent
jusqu'à la mer. C'est un spectacle merveilleux que ce défilé de verdure,
de blancheurs neigeuses et de bleus glaciaires.

Il faudrait abuser des épithètes superlatives pour essayer de dépeindre
ce spectacle. J'avoue m'en sentir incapable. Je ne puis que dire notre
émotion, et le silence auquel nous étions condamnés par la grandeur de
ce décor dont les toiles de fonds étaient d'une hauteur dépassant mille
mètres.

Nous longeons la côte et tous les appareils photographiques, délaissés
sous les brumes des jours passés sont sortis des étuis, de sorte que la
vue des glaciers est, dans mon souvenir, accompagnée des bruits de
déclics de kodak et de plaques de vérascope qui tombent.

HISTOIRE DE CHIENS

Il y a eu à Tromsoe et chez les Lapons un enlèvement de chiens. Nous en
avons huit à bord, je crois. Les Lapons en font l'élevage en vue de
l'arrivée des touristes. Il y en a de gros et de petits, de jeunes et de
vieux, de dociles et d'inapprochables; ce sont de gros loulous au poil
rude et fourni qui souffriront en France, aux chaleurs de l'été.

Hier, quelqu'un en achète un et l'envoie à bord.

C'est une jeune Norvégienne, trop blonde, qui le conduit. Elle arrive
avant l'acheteur, l'attend, s'ennuie. Le chien est _son_ chien, son père
l'a vendu malgré elle et elle en a le coeur gros. Elle veut le
remporter, heureuse de ce contre-temps. Et c'est un peu triste, ce
passage de gens venus de si loin et qui, pour la satisfaction d'un
caprice, vont laisser derrière eux ce gros chagrin dans ces yeux bleu
pâle.

On ne laisse pas partir la jeune fille avec son chien, qui d'ailleurs
est fort beau. Une dame élégante déclare que, si le premier acheteur
n'en veut plus, à son retour, elle le prendra. On paye les 30 couronnes
à la petite Norvégienne si blonde, qui descend en sanglotant l'escalier
du bord et s'éloigne dans une barque que dirigent d'autres fillettes.
Elle ne songe plus alors à cacher son chagrin et nous suivons des yeux
son petit châle noir que les épaules secouent.

                                   *
                                  * *

Je cherche des comparaisons pour donner une idée du spectacle qu'offre
le Lygenfiord. Je n'en trouve qu'une vieille, celle des vagues immenses
subitement fixées, vagues neigeuses à la base verte. Ces vagues ont plus
de mille mètres de haut, et il y en a sur une longueur de quinze lieues.

Au fond d'un des bras du fiord, voici une fumée. Les lorgnettes
découvrent un yacht qui vient sur nous. C'est un bateau français. Petite
émotion patriotique lorsque les sirènes et les pavillons échangent leurs
saluts. Le yacht s'éloigne et bientôt il n'est plus qu'une fumée qui
disparaît... Hélas! nous devions le revoir, ce bateau!

[Illustration: Le soleil de minuit.]

On nous promet pour ce soir le soleil de minuit. Nous désespérions, mais
le ciel est bleu et la chance nous est revenue.

LE SOLEIL DE MINUIT

J'ai vu le soleil de minuit ou plutôt, j'ai vu le soleil à minuit. Il y
a eu sur le bateau, pendant toute la journée, une effervescence, et,
dans les groupes, les savants ont expliqué le phénomène. On dîne en
hâte, et l'on va prendre sa place sur le pont, la lorgnette à la main.
Nous sommes arrivés un peu tôt à la sortie du Lygenfiord et, en
attendant l'heure de la représentation, notre bateau décrit un grand
cercle dans la baie. Il est onze heures du soir. Le soleil brille d'un
éclat affaibli. Vraiment il faut saluer. Devant un tel spectacle, les
sentiments religieux s'exaltent, naissent ou ressuscitent en chacun de
nous. Nous sommes d'abord effarés, car nos yeux reçoivent des
impressions de couleurs qu'ils n'ont jamais ressenties. Nous sommes
devant un spectacle tellement différent de ceux que nous avons
l'habitude de contempler qu'il y a certainement une inquiétude, un
trouble, tout au moins dans notre admiration.

Devant nous, la pleine mer et le soleil.

Au-dessus de l'horizon et sur une ligne parallèle, de petits nuages
verts, rares comme des choses très précieuses et très belles, nous
étonnent, car ils sont à la fois verts comme du bronze et délicats comme
une soie vaporeuse effilochée.

Voilà ce qui est devant nous. A droite et à gauche, de hautes montagnes
avec des plis verticaux, dans lesquels la neige est restée et qui font
de larges lignes blanches sinueuses du sommet jusqu'à la mer, et non
seulement jusqu'à la mer, mais jusqu'à nous, par leurs reflets dans
l'eau.

Au fond, loin, des glaciers.

Tout cela si grand, si beau, n'est rien en soi... Cela vaut par
l'éclairage. Ce qui est extraordinaire ici, c'est la lumière, elle est
autre et cela rend l'évocation presque impossible. Elle est différente à
ce point de celle dont nous avons l'habitude que la sensation
persistante est celle d'être non pas dépaysé, mais déplanétisé.

A vrai dire, le paysage est, en bien, un paysage de la terre. Il y a
autre part la mer, des montagnes neigeuses et des glaciers, mais la
coloration qui les baigne ici les rend tels que la comparaison qui vient
à plusieurs de nous est que nous pourrions nous croire dans la planète
Mars... On s'aperçoit du petit nombre de mots que nous possédons pour
désigner les couleurs...

Dans la partie que le soleil couchant n'éclaire pas, la masse sombre et
lumineuse pourtant est éclairée par des neiges qui sont bleues et
mauves. Le reflet dans la mer moire tout cela dans une vibration lente.
Vers le soleil, c'est une coulée d'or. D'un bout à l'autre de la baie,
il y a jusqu'à l'horizon, jusqu'au soleil, une succession de vagues
minces comme des frissons, parallèles, et qui sont véritablement de l'or
vert en fusion.

La mer derrière nous, vers les glaciers, est grise, mais du gris le plus
fin et le plus varié, le plus lumineux. Il faut encore évoquer ici
l'idée d'un métal en fusion, mais d'un métal léger, fluide. Ces gris
comportent des violets et des blancs effacés.

Le rire d'un groupe de passagers qui échappent à l'émotion générale nous
irrite jusqu'à la crispation. On voudrait un silence absolu. Seule la
petite musique que fait l'eau refoulée doucement par l'étrave ne détonne
pas ici.

Nous sommes à l'extrême-avant. De là, en nous retournant, nous voyons se
projeter sur les glaciers voisins la cheminée et les mâts de notre
bateau, qui deviennent gigantesques et fantastiques, dans la solitude,
dans la désolation du paysage. Grosse surprise: lorsque nous détournons
nos yeux éblouis, toutes les colorations sont changées, et le pavillon
rouge de notre grand mât est vert. L'irritation de notre rétine nous
fait voir partout non les couleurs réelles, mais leurs complémentaires.
C'est une fantasmagorie.

Les sentiments religieux évoqués sont ceux du paganisme. Nous venons
certes de faire une sorte de pèlerinage à l'astre qui entretient la vie
sur notre planète, nous sommes venus de très loin pour saluer la
perpétuité, la continuité visible du soleil. Il y a eu comme une
adoration dans notre attente silencieuse et recueillie. A voir ce soleil
qui ne meurt pas et la joie naïve que nous avons éprouvée devant sa
pérennité évidente, les profanes pensent au cri de la Pâque russe:
«Christ est ressuscité», et aux baisers qu'échangent les fidèles. Nous
les avons remplacés par un toast au soleil--libations aux dieux--parce
que certains voulaient choisir leurs voisines.

_(A suivre.)_ BRIEUX.



LES FÊTES DE L'INDÉPENDANCE BELGE

LE GRAND CORTÈGE HISTORIQUE DE BRUXELLES

Dans le programme de ces fêtes, il faut citer, comme une des parties les
plus réussies, le grand cortège historique organisé à Bruxelles.

Pendant trois après-midi, les 22 juillet, 6 et 15 août, il aura parcouru
les rues de la ville, suivant chaque fois un itinéraire différent. Au
point de vue de la reconstitution pittoresque du passé, sa sortie de
dimanche dernier offrait un attrait particulier, en raison de
l'itinéraire de ce jour, comprenant la fameuse Grand'Place, d'un
caractère si original, avec son superbe hôtel de ville et le décor si
complet de ses vieilles architectures. Nul autre cadre, en effet, ne
pouvait mieux s'adapter au groupe du cortège correspondant à la «période
bourguignonne» de l'histoire des Flandres, puisque celui-ci
représentait, abrités sorts le dais ducal et accompagnés d'une brillante
escorte, Philippe le Bon et son fils, le comte de Charolais, se rendant
au tournoi qui eut lieu sur cette même Grand'Place, le 20 février 1452,
et où le futur Charles le Téméraire reçut le baptême des armes.
Personnages et milieu s'harmonisaient donc à merveille, et les
spectateurs, fortement illusionnés, auraient pu se croire transportés en
plein quinzième siècle, sans l'anachronisme discordant de leurs costumes
modernes.



LE PLUS HAUT ASCENSEUR DU MONDE

On vient d'inaugurer, au Burgenstock, une des plus charmantes stations
d'altitude (800 m.), vis-à-vis de Lucerne, très fréquentée surtout par
des Français, un ascenseur électrique, qui peut transporter six à sept
personnes à la fois, en moins de trois minutes, au sommet de la
Hammetschwand (1.140 m.), d'où la vue sur le lac des Quatre-Cantons et
sur les Alpes d'Uri et d'Unterwalden est incomparable. On arrive en
funiculaire de Kehrsiten (aux bords du lac), aux hôtels du Burgenstock,
d'où un chemin des plus pittoresques, longeant la montagne tout droit
au-dessus du lac et creusé en grande partie dans le rocher, vous conduit
en trente minutes à l'ascenseur, caché dans une grotte rocheuse à côté
de la chambre des machines. La cabine, de 4 mètres carrés, s'élève
d'abord dans une cage en pierre, de 64 mètres de hauteur, au sommet de
laquelle s'érige une tour aérienne en fer de 116 mètres. Cette tour,
cela va sans dire, est solidement attachée au rocher à différents
endroits, sans compter le pont d'accès, très solide, qui conduit les
voyageurs sur le sommet de la montagne.

[Illustration: LE PLUS HAUT ASCENSEUR DU MONDE.--Au sommet de la
Hammetschwand, sur le lac des Quatre-Cantons.--_Phot. Goet_]

La cabine, suspendue à deux cordes en acier, offre toutes les garanties
de sécurité: en cas d'excès de vitesse, arrêt automatique par un
contrepoids; en cas d'interruption du courant, possibilité de conduire à
la main la cabine à l'un des points de départ; enfin, une échelle en fer
le long de la tour permet de monter ou de descendre aux personnes qui ne
souffrent pas du vertige.

DR. GUGLIELMINETTI.



UNE BAIGNADE DANS UNE FONTAINE PUBLIQUE

Une bande de gamins à demi dévêtus a envahi le bassin d'une fontaine
publique: plongés dans l'eau jusqu'à la ceinture, ils barbotent à coeur
joie, s'éclaboussent copieusement, se livrent, avec des cris aigus et de
francs éclats de rire, à toute sorte de jeux aquatiques; quelques-uns,
sous les jets en chute de la vasque supérieure, ont, inconsciemment, un
mouvement, une pose du torse nu d'un tel caractère sculptural que l'on
croirait voir s'animer les tritons de bronze du parc de Versailles ou de
la place de la Concorde.

Mais ce n'est pas chez nous que s'offre ce tableau d'un réalisme
pittoresque; nos règlements de police n'autorisent ni ne tolèrent la
transformation des fontaines publiques en piscines populaires où nos
gavroches puissent prendre leurs ébats devant les badauds amusés. Ce
privilège est un de ceux de la libre Amérique, et la scène reproduite
ici, à titre d'exemple, a été photographiée récemment dans un square de
New-York: là-bas, pendant les chaleurs de l'été, particulièrement
torrides cette année, il est permis aux _boys_, parmi lesquels il y a
peut-être de futurs milliardaires, de se procurer gratis l'agrément et
les bienfaits du bain froid complet, douche comprise; cette
hydrothérapie en plein air n'offusque personne et l'hygiène y trouve son
compte.

[Illustration: L'ÉTÉ A NEW-YORK.--Baignade d'enfants dans une fontaine
publique.--_Phot. Grantham Bain._]



[Illustration: Le baron Komura. M. Sato. LE PLÉNIPOTENTIAIRE JAPONAIS ET
SON PREMIER SECRÉTAIRE, ARRIVANT A NEW-YORK.]

Samedi dernier 5 août, les plénipotentiaires russes et japonais, chargés
de discuter les bases de la paix, entraient en contact au large
d'Oyster-Bay, à bord du _May-Flower_, yacht du gouvernement américain,
où les présentations étaient faites par le président Roosevelt; mardi 8,
ils s'installaient à Portsmouth (New-Hampshire), lieu choisi pour les
travaux de la conférence, dont les résultats sont si impatiemment
attendus.

L'attention se porte tout naturellement vers les éminents diplomates
auxquels incombe la tâche difficile de mettre un terme à la guerre
désastreuse allumée depuis un an et demi en Extrême-Orient, et qui, dès
maintenant, sont des figures historiques.

Nous avons déjà donné de M. Witte, le premier plénipotentiaire russe, un
portrait obtenu lors de son récent passage à Paris; une photographie du
baron Komura, prise au moment de son arrivée à New-York, nous permet de
montrer sous un aspect caractéristique le premier plénipotentiaire
japonais, accompagné de M. Sato, son premier secrétaire, le personnage
le plus _interviewé_ de la délégation.



LE MOUVEMENT LITTÉRAIRE

Un livre d'actualité: _Dans l'intimité du sultan du Maroc_, par Gabriel
Veyre[1].

[Note 1: Librairie Universelle, 1 vol., 3 fr. 50.]

Un premier mérite de ce livre, et qu'on peut lui accorder _a priori_ sur
le seul vu de son titre, c'est l'opportunité; il paraît au moment où la
question marocaine occupe le premier plan de l'actualité, s'impose à
l'attention de l'Europe et met particulièrement en jeu la politique
extérieure de la France. Les autres mérites, le chapitre introductif les
fait pressentir par les explications de l'auteur touchant les motifs et
les conditions de son séjour au Maroc.

M. Gabriel Veyre est un ingénieur dont on a eu plus d'une fois
l'occasion de remarquer le nom dans _L'Illustration,_ sous
d'intéressants documents relatifs précisément au sujet qu'il traite
aujourd'hui. Après avoir déjà pas mal couru le monde, il se reposait aux
bords du Rhône, lorsqu'il apprit qu'on cherchait un homme capable
d'enseigner tout d'abord au sultan Mouley Abd-el-Aziz la photographie
pour laquelle il s'était passionné, puis de l'initier, au besoin, aux
plus récentes inventions: cinématographe, applications de l'électricité
à la télégraphie, à la téléphonie, à la phonographie, à l'éclairage;
modes de locomotion modernes, bicyclette, voire automobile. Tenté par
l'attrait d'un pays nouveau, plus mystérieux et plus fermé encore que
tous ceux qu'il avait parcourus jusque-là, il posait sa candidature,
était agréé, débarquait à Tanger au commencement de 1901 Son séjour,
qui, suivant ses prévisions, ne devait guère excéder une durée de six
mois, se prolongea quatre ans, et, à son retour en France, à la fin de
1904, il possédait, pour une utile contribution à l'histoire de
l'Afrique contemporaine, de précieux éléments, sinon régulièrement notés
sur des carnets et systématiquement classés dans des dossiers, du moins
nettement fixés dans sa mémoire.

Car M. Veyre, il tient à le déclarer, n'avait pas le dessein préconçu de
faire un livre. La moindre ambition littéraire était si loin de sa
pensée qu'à aucun moment il ne tint de «journal» et que, pour préciser
ses souvenirs sur certains points, il a dû feuilleter, avant d'écrire
ces pages, tout un lot de lettres adressées de Marakech et de Fez à ses
proches, à des amis, «conversations très libres au courant de la plume».

Cet aveu n'est pas, tant s'en faut, de nature à déprécier la valeur de
l'ouvrage ainsi composé.

Les auteurs de relations de voyage et autres travaux similaires
pourraient, en effet, se diviser en trois catégories: 1° le voyageur qui
passe rapidement, note à la hâte quelques observations superficielles,
quelques impressions fugitives, et, mettant dans son récit plus
d'imagination et de littérature que de faits positifs et scrupuleusement
vérifiés, risque des affirmations téméraires comme le proverbial: «Ici,
toutes les femmes sont rousses»; 2° le chargé de mission--officielle ou
officieuse--embarrassé d'un programme ou trop vaste ou trop étroit, qui,
dans un temps limité, accumule documents, statistiques, renseignements
de seconde main, regarde les réalités à travers les verres brouillés ou
déformateurs de lunettes spéciales, et, rédigeant sa relation en style
de rapport, y fait tout converge vers des conclusions préméditées et
tendancieuses; 3° l'hôte indépendant,--commerçant, industriel,
ingénieur, peu importe!--séjournant un temps assez long parmi les
étrangers pour s'initier peu à peu, par la force même de l'habitude, à
leur vie qu'il partage, observant d'un oeil curieux mais tranquille
hommes et choses, caractères et moeurs, sachant simplement voir, écouter
et retenir.

M. Veyre appartient à cette troisième catégorie, la meilleure, à notre
sens, parce que c'est celle qui présente le plus de garanties de
sincérité, d'impartialité, partant d'exactitude, et l'on a eu bien
raison de l'engager à réunir, rédiger et publier les souvenirs
personnels que sa situation tout exceptionnelle et privilégiée là-bas
lui a permis de recueillir sur le jeune sultan et la cour chérifienne;
certes, surtout dans les circonstances actuelles, l'intérêt n'en est pas
douteux. Il les a, d'ailleurs, résumés, coordonnés et présentés
d'excellente façon, en une série de chapitres bien coupés: _Comment
j'abordai au Maroc.--Les Commencements d'un règne.--El Menebhy, ministre
de la Guerre.--Le Caïd Mac Lean.--Dans la cour des Amusements.--La Vie
au palais: une journée du sultan.--Mouley Abd-el-Aziz: l'homme, le
souverain.--Moeurs marocaines: l'esclavage.--La France au Maroc: la
«pénétration pacifique»_.

Ce chapitre final contient, au sujet du rôle de notre diplomatie,
diverses critiques et indications formulées avec beaucoup de réserve et
de modestie par un homme étrange--il s'empresse de le proclame--aux
subtilités de la politique, mais qui n'en semblent pas moins fort
judicieuses et dignes d'être prises en sérieuse considération.

En somme, un volume à la fois maniable et substantiel, dont le texte
s'agrémente et se complète de nombreuses reproductions photographiques;
une narration sans prétention, mais claire, concise, alerte, relevée
fréquemment d'une note pittoresque, d'une pointe d'humour, abondante en
anecdotes caractéristiques; des portraits qu'on sent dépourvus
d'artifices conventionnels, tant les personnages apparaissent vivants;
un livre de bonne foi, mieux approprié que tels ouvrages compacts, de
pâte ferme, à la propagation d'utiles enseignements, parce que, sous la
légèreté de la forme, qui n'exclut pas la solidité du fond, il est plus
accessible à tous et, d'une lecture captivante, répand la lumière sans
engendrer l'ennui.

EDMOND FRANK.



ONT PARU:

Peu de livres nouveaux en cette saison d'été. Parmi les derniers
ouvrages parus, il faut mentionner spécialement:

ROMANS.--_Dans l'ornière_, par Mme la duchesse de Brissac
 (Plon-Nourrit
et Cie, 3 fr. 50).--_L'Impossible Pardon_, oeuvre très émouvante de M.
Antoine Albalat, qui, après avoir publié des livres sur _l'Art
d'écrire_, prouve l'excellence de ses leçons en écrivant lui-même avec
beaucoup d'art (E. Petit, 3 fr. 50).--_L'Invasion de la mer_, la
première oeuvre posthume de Jules Verne (Hetzel, 3 fr.).--_Les Visites
d'Elisabeth_, le célèbre roman anglais d'Elenor Glysa, traduit par
Arnelle (Ollendorff, 3 fr. 50).--_Les Chevaliers teutoniques_, par
Henrik Sienkiewiez, le célèbre auteur de _Quo vadis?_ (Fasquelle, 3 fr.
50).

QUESTIONS ACTUELLES.--_La France en Afrique_, par le commandant Edmond
Ferry, qui connaît admirablement les hommes et les choses de l'Islam et
qui détermine avec une remarquable précision les conditions essentielles
et permanentes de l'existence de notre empire africain (Armand Colin, 3
fr. 50).--_Trois Mois avec Kuroki_, par M. Ch. Victor-Thomas, avec
préface de M. Henry Houssaye: un récit très net, très instructif, sans
phrases, d'un correspondant de guerre occasionnel (A. Challamel, 2 fr.
50).--_Causeries morales et d'utilité générale_, par le capitaine
d'artillerie A. Grange, recueil de conférences familières qui ont été
faites par l'auteur dans une caserne et qui devraient être répétées ou
imitées dans toutes les casernes (H. Charles-Lavauzelle, 2 fr.). _Les
Colonies françaises à l'Exposition de Liège_, par M. L. Brunet (Walhoff
et Roche).

[Illustration: Le nouveau pont à transbordeur de Marseille--_Phot. J.
Fabre._]

BEAUX-ARTS.--_Schumann, sa vie et ses oeuvres_, par MM. Louis Schneider
et Marcel Mareschal. On sait la grande place que Schumann occupe dans la
musique à côté de Bach, de Beethoven, de Mozart et de Schubert. C'est ce
que MM. Louis Schneider et Marcel Mareschal ont établi avec une
compétence très éclairée. Ils l'ont même fait avec une rare conscience,
puisqu'ils n'ont pas émis une assertion sans la légitimer par des
extraits de la correspondance du grand musicien. Ce mode de procéder,
très scientifique, fait aussi que le lecteur prend part à la vie même du
maître que l'on veut faire connaître. La tâche était difficile, puisque
la correspondance de Schumann était inconnue en France et qu'il a fallu
aller la trouver en Allemagne et en Angleterre. Elle est, du reste,
attachante au suprême degré, comme on le verra en lisant ce _Schumann_.
MM. Louis Schneider et Marcel Mareschal ont aussi poussé le scrupule
jusqu'à analyser en détail les principales grandes oeuvres de Schumann.
Aussi leur livre est-il d'une incontestable utilité. Cette _Vie de
Schumann_ mérite d'être aussi connue que les oeuvres du maître dont la
vogue est aujourd'hui si grande (Fasquelle, 3 fr. 50).


LE SCULPTEUR LE VEEL.

Une erreur typographique nous a fait prêter, dans notre dernier numéro,
le nom de Seveel au sculpteur Le Veel, qui vient de mourir. Cette
rectification était due à la mémoire d'un artiste éminent, dont une des
oeuvres, une statue équestre de Napoléon, est unanimement admirée sur
les quais de Cherbourg.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LE PONT À TRANSBORDEUR DE MARSEILLE.

Dans le but de réunir le quai de la Tourette au boulevard du Phare,
c'est-à-dire pour éviter aux véhicules et aux piétons venant de la
Juliette les longs détours qu'ils seraient obligés de faire en suivant
les quais ou en descendant la rue de la République pour se rendre dans
les quais sud de Marseille, Eudonne ou les Catalans, un pont métallique
à transbordeur a été mis en construction (la photographie ci-dessus le
montre à la veille d'être terminé).

Tout le monde connaît ce mode de traversée qui consiste à jeter
par-dessus la passe maritime un pont métallique dont le tablier sera
situé à la hauteur exigée par les plus hautes mâtures. Sur une voie
ferrée placée sur ce tablier, se meuvent des trains de galets, reliés à
un cadre de roulement sous lequel est suspendue une nacelle qui se meut
à la hauteur des quais. Les dimensions de cette nacelle sont
proportionnées au trafic qu'elle est appelée à desservir. Les
constructions de ce type qui ont été élevées par M. F. Arnodin à Bilbao
(Espagne), entre les deux plages de Portugalete et de Las Arenas, sur
les deux rives du Nervion (1889); à Rouen, sur la Seine (1897); à
Bizerte, à l'entrée du canal (Tunisie), en 1898; à Martrou, sur la
Charente, près Rochefort (1899); à Newport-Mon, sur l'Usk, en Angleterre
(1903), sont des câbles suspendus à courbes paraboliques avec poutre
raidissante du type de pont appelé «semi-rigide».

Un tel système a besoin de prendre ses points d'appui pour l'amarrage de
ses câbles dans des massifs en maçonnerie très importants. Dans tous ces
ouvrages, la traversée s'effectue en une minute environ.

Quant au trafic, il passe en moyenne, par jour, à Bilbao, 2.000 piétons
et, à Rouen, 5.500 personnes, sans compter les voitures, bestiaux, etc.,
etc.

Le pont à transbordeur de Marseille aura la plus grande longueur de
tablier de tous les ouvrages jusqu'à ce jour construits (240 mètres). La
hauteur de ses pylônes (84 mètres) sera également la plus grande.

Par son architecture imposante, malgré toute la légèreté métallique de
ses pylônes et de son tablier, ce pont à transbordeur constituera, à
l'entrée du Port-Vieux de Marseille, un nouvel embellissement qui, nous
le souhaitons, coopérera dans la mesure de ses fonctions à la prospérité
et à la grandeur de ce port.

CAFÉS SANS CAFÉINE.

On sait que le café doit son action excitante spéciale à un alcaloïde,
la caféine, qui agit sur le coeur en renforçant sa contractilité et
augmente ainsi, de façon passagère, la tension sanguine. Par ce
mécanisme, la sensation de fatigue disparaît et le travail cérébral est
notablement facilité. De façon générale, on trouve de 10 à 15 grammes de
caféine par kilogramme de café.

Or M. Gabriel Bertrand vient de faire connaître qu'il existe, à la
Grande-Comore, des cafés sans caféine. Dans l'île de Madagascar, au
massif de la montagne d'Ambre, on trouverait aussi des cafés exempts de
caféine.

Cette absence ne dépend d'ailleurs ni du sol, ni du climat, car, à côté
de ces espèces, on en trouve d'autres qui contiennent de la caféine en
quantité normale.

Il y a dans cette constatation une application possible à l'hygiène de
la table, car il existe des personnes qui aiment le café avec passion et
s'en passeraient difficilement, et auxquelles, cependant, le café est
nuisible. Si la caféine est la substance dont les effets physiologiques
troublent ces personnes il serait indiqué de leur recommander l'usage
des cafés de la Comore et de Madagascar.

LE THÉÂTRE DES AMATEURS, DE DIVONNE.

On a récemment inauguré, en présence de S. A. R. le khédive, le nouveau
théâtre de Divonne, dont M. Duval, sous-inspecteur des palais nationaux,
fut l'architecte.

Une des particularités de l'ancien théâtre actuellement démoli était
que, par tradition, des amateurs seuls devaient y tenir des rôles. Bien
des gens connus, le marquis Alfieri, la comtesse Amati, M. Millet,
résident à Tunis, etc., furent éclairés par sa rampe, aux feux de
laquelle Coppée fit représenter sa première pièce: _Mon Journal_.

Conformément aux vieux principes, c'est une troupe élégante, recrutée
dans la haute société parisienne, qui, pour la représentation
d'inauguration du nouveau théâtre, a interprété eux pièces, les _Coteaux
du Médoc_, de Tristan Bernard, et _1807_, d'Aderer, précédées d'un
prologue en vers de M. le comte Durrieu.

UN SÉRUM ANTITUBERCULEUX.

Il y a quelques semaines, au hameau de Goizet, commune de
Saint-Denis-de-Piles (Gironde), un mouvement inaccoutumé se produisait
autour d'une vache. Cette vache, comme on peut le voir sur une de nos
photographies, était présentée à une assemblée d'experts et de
notabilités locales par un vétérinaire: elle semblait se fort bien
porter. Quelques minutes après elle était sacrifiée et, comme le montre
l'autre photographie, on en faisait l'autopsie. Et c'est à cause de
cette vache que tout ce monde s'était réuni. Atteinte de tuberculose
généralisée, il y a quelques mois, elle était tombée au dernier degré de
la cachexie, ne mangeait plus, et paraissait devoir mourir à bref délai.
La tuberculine de Koch avait, à diverses reprises, révélé toute
l'étendue du mal. Le vétérinaire V.-J.-T. Faure la vit et, aussitôt, à
l'instigation de la marquise de Castellane, essaya l'action d'un sérum
inventé par le docteur Cuguillière, de Toulouse, qui avait donné de bons
résultats dans un autre cas. La vache se remit: on voit qu'elle a bonne
apparence. Mais ce n'était pas pour la garder indéfiniment qu'on l'avait
ressuscitée: on voulait examiner l'état de ses lésions et s'assurer, par
l'autopsie, de sa guérison. On la sacrifia donc et l'autopsie fut faite
sous la présidence du docteur Arnozan, le professeur à la faculté de
Bordeaux, montrant que les lésions étaient bien guéries, de façon
générale. Pourtant, quelques-unes subsistaient encore, mais impuissantes
à agir sur l'état général de l'animal et en voie de guérison. La
question est de savoir si ces lésions sont stériles ou s'il y reste des
bacilles vivants. On ne saura ce qu'il en est que par des cultures et
inoculations qui sont actuellement encours. Peut-être s'est-on un peu
trop pressé de sacrifier la vache; peut-être aurait-il fallu la traiter
8 ou 10 mois, au lieu de 6.

[Illustration: Un théâtre d'amateurs à Divonne.]

En tout cas, si l'on avait un sérum capable d'améliorer l'état d'un
animal tuberculeux (et aussi d'un être humain) au point où la vache de
Goizet a été amélioré, ce serait un résultat des plus remarquables. Nous
regrettons toutefois de ne pouvoir donner aucun détail sur le sérum du
médecin toulousain: rien n'a été dit sur la manière de l'obtenir et,
d'autre part, nous n'avons aucune statistique des cas traités par M.
Cuguillière. Il convient donc de rester très réservé tant que nous ne
disposerons pas de documents probants et certifiés par des praticiens
experts.

QUELLE ÉPAISSEUR DOIVENT AVOIR LES MURS DES HABITATIONS?

En hiver, nous chauffons nos maisons; mais il se perd beaucoup de
chaleur. C'est la faute des murs qu'on fait trop minces, par raison
d'économie. Les murs de 20 à 25 centimètres, qui sont très courants dans
les constructions légères, sont absolument insuffisants. Avec des murs
de 60 centimètres, les variations saisonnières de température sont
beaucoup moins sensibles. Mais, pour bien faire, il faudrait un mètre
d'épaisseur,--comme dans les vieux châteaux. Nous ne sommes pas, tant
s'en faut, près d'adopter de telles épaisseurs. Au contraire, on les
réduit; et l'on peut le faire, grâce à l'emploi de substances qui, tout
en ayant moins d'épaisseur, ont autant de solidité. La nature des
matériaux importe beaucoup: les substances poreuses perméables à l'air,
briques perforées, mortier maigre au sable, ralentissent les variations
thermiques. Mais les matières poreuses prennent vite l'humidité. Dans
les murs mitoyens entre habitations, on devrait laisser un intervalle de
5 centimètres, qu'on bourrerait de débris de liège, feutre, coton,
papier. Entre les étages, dans les entrevous, il faudrait un matelas de
mâchefer, de scories, de charbon. Et les toitures devraient être à
double paroi, avec matelas d'air interposé. Telles sont les conclusions
d'un hygiéniste allemand, M. Nussbaum, de Hanovre, qui vient de
s'occuper dé la question.

PROGNATHISME ET DÉGÉNÉRESCENCE.

On entend par prognathisme une hypertrophie du maxillaire inférieur, qui
se caractérise, à l'extérieur, par une proéminence du menton, dont la
hauteur est exagérée, et une saillie anormale de la lèvre inférieure.

M. Galippe, qui a fait, de cette anomalie, une étude particulière,
montre qu'elle s'observe aussi bien chez les animaux que chez l'homme
et, en particulier, chez les animaux vivant à l'état de domesticité; et
il la considère comme étant toujours un stigmate de dégénérescence.

Ce stigmate apparaît surtout chez les dogues de Bordeaux et chez les
mastiffs, et, fixé par voie de sélection, il a donné naissance aux
bull-dogs. Il se rencontre également chez certaines espèces de chèvres,
de cochons, chez les bovidés (boeufs natos), chez le cheval et même chez
certaines espèces d'animaux sauvages.

Dans notre histoire, on trouve d'illustres prognathes, parmi lesquels
Louis XIII et Marie-Antoinette. M. Galippe, en présentant un des
portraits de cette reine à l'Académie, a fait remarquer qu'il fallait
considérer comme inexacts tous les portraits dans lesquels des artistes
serviles avaient supprimé le caractère familial pour flatter le modèle.
La forme arrondie du maxillaire inférieur et la hauteur de la symphyse
mentonnière confèrent aux prognathes une physionomie d'un caractère tout
à fait spécial qu'on retrouve chez un groupe de malades dont tout le
système osseux subit une hypertrophie particulière, les acromégaliques,
dont les géants ne sont qu'une variété.

UNE VILLE INTERMITTENTE.

Les villes, généralement, comme la plupart des choses, du reste, durent
de façon continue, une fois qu'elles ont pris existence: elles finissent
bien par disparaître; mais, si leur vie s'affaiblit progressivement,
elle n'est jamais totalement suspendue. Leur vie est continue, et
non-pas intermittente. Il n'en est pas ainsi, toutefois, pour la ville
d'Avalon, en Californie. Avalon est une ville essentiellement
intermittente. Située dans l'île de Santa-Catalina, près de Los Angeles,
elle n'existe que pendant quatre ou cinq mois par an. Au mois d'avril
elle sort de terre. Sur un sol qui n'était qu'un aride désert, des
ingénieurs ont établi toute la partie souterraine d'une ville: égouts,
canalisation d'eau, etc.; en certains endroits, ils ont planté des
palmiers, des arbres. Il y a bien quelques petits chalets sans
importance: ce sont les bâtiments administratifs La ville même ne
comporte pas une seule maison. Elle est toute en tentes. Celles-ci,
remisées à l'abri, en hiver, sortent de leur cachette en avril. On les
dresse un peu partout: on peut apporter la sienne ou bien en louer une à
l'administration. Elles sont de toutes dimensions; il en est qui ne
comportent qu'une seule pièce; d'autres ont un salon, une salle à manger
et plusieurs chambres à coucher. Le prix de location est fort modéré. La
Compagnie gagne en réalité peu de chose sur la location; son bénéfice
est dans la vente des provisions. Elle vend les matières premières à qui
veut faire sa cuisine: aux personnes, plus nombreuses, qui veulent être
affranchies du souci d'un ménage, elle vend des plats tout préparés.
Elle a organisé des tentes de lecture, des tentes de concerts, etc. Et,
en été, Avalon contient 80.000 personnes, toutes logées sous
d'innombrables tentes éparpillées au bord d'une jolie baie. Elles sont
fort confortables, munies d'une salle de bains, d'un cabinet de toilette
et du reste. La Compagnie, qui a organisé Avalon, qui est propriétaire
des bateaux amenant les voyageurs, des tentes où ils se logent, des
restaurants où ils se nourrissent, des cuisines où elle prépare les repas
«pour la ville», des magasins de toute sorte, établis pour tenter le
public ou lui offrir les objets divers dont il a besoin, est enchantée
de sa spéculation. Il est vraisemblable que l'exemple sera suivi et que
d'autres susciteront à Avalon une concurrence.



[Illustration: Présentation, par le vétérinaire Faure, d'une vache
traitée par le sérum antituberculeux du docteur Cuguillière.]

[Illustration: La vache tuberculeuse, immolée, est autopsiés et reconnus
en voie de guérison. _Photographies Sereni._]

L'EXPERIMENTATION D'UN NOUVEAU SÉRUM ANTITUBERCULEUX.

[Illustration: M. Jules Jaluzot.--_Phot. Benque._]

M. JULES JALUZOT

Un krach sur le marché des sucres à la Bourse de commerce de Paris, la
situation critique d'une des grandes maisons de nouveautés de la
capitale, la fermeture des guichets d'une caisse d'épargne annexée à
cette maison, tels sont les faits, amplement exposés et commentés par la
presse quotidienne, qui mettent en vedette le nom de M. Jules Jaluzot.

Né à Corvol-l'Orgueilleux (Nièvre), M. Jaluzot a accompli, le 4 mai
dernier, sa soixante et onzième année. Notable négociant, fondateur des
magasins du Printemps, dont il a pris et conservé jusqu'à présent la
direction, il est, en outre, à la tête d'établissements agricoles et
industriels; enfin, depuis quinze ans, il occupe un siège législatif à
la Chambre des députés, comme représentant de son département natal pour
l'arrondissement de Clamecy. Ses divers titres et qualités expliquent le
retentissement public des événements d'ordre commercial et financier où
sa responsabilité se trouve engagée.

SPORT ET TRANSPORT

Deux grandes épreuves d'automobile, établies dans un but tout différent,
presque opposé, viennent d'avoir lieu ces jours derniers: la course de
pure vitesse du Circuit des Ardennes, gagnée par Hémery, à plus de 100
kilomètres à l'heure de moyenne, et le concours pratique, utilitariste,
qui a promené dans tout le nord-ouest de la France les derniers modèles
de camions, de fourgons et d'omnibus; l'une et l'autre de ces épreuves
ont leur utilité et nos grandes maisons de construction d'automobiles
n'auront pas manqué d'en tirer les enseignements qu'elles comportent.

MORT DE L'INFANT FERNANDO

L'infant Fernando, second fils du comte de Caserte, prince des Asturies,
et de la princesse, soeur aînée d'Alphonse XIII, décédée à la fin de
l'année dernière, a succombé à une méningite, le 4 août, à l'âge de deux
ans et cinq mois.

Avant le transfert du corps de Saint-Sébastien à Madrid, où ont eu lieu,
à l'Escurial, avec le cérémonial d'usage, les obsèques et l'inhumation
du neveu du roi d'Espagne, une cérémonie funèbre avait été
solennellement célébrée dans l'église del Antiguo, voisine du palais de
Miramar, où est mort le jeune prince.

M. le duc de Sotomayor, grand majordome du palais, le capitaine général
de la province de Burgos, les aides de camp du roi Alphonse XIII et du
prince des Asturies, conduisaient le deuil.

LE NOUVEAU PONT DE VALENCE.

Dimanche prochain, la ville de Valence sera triplement en fête pour une
triple inauguration: celle d'un nouveau collège, celle d'un nouveau parc
(le parc Jouvet), et celle d'un nouveau pont sur le Rhône.

M. Loubet présidera lui-même ces cérémonies.

Le collège est construit sur des plans modernes; le parc est dessiné
avec beaucoup d'art; quant au pont, il remplacera avantageusement
l'ancien pont suspendu qu'on aperçoit en second plan sur notre
photographie.

[Illustration: Le nouveau pont de Valence-sur-Rhône (masquant l'ancien
pont suspendu). _Phot. de M. Sédallian_]

Construit par M. Clerc, ingénieur en chef, c'est le premier pont de
pierre jeté sur le Rhône en aval de Lyon depuis le treizième siècle.

Il n'en existe, en dehors de lui, qu'un seul, conservé dans sa totalité,
celui de Pont-Saint-Esprit, qui remonte à 1277.

[Illustration: Les obsèques de l'infant don Fernando: transport du
cercueil à l'église de Saint-Sébastien.]

Le nouveau pont de Valence est formé d'arches de 50 mètres d'ouverture,
dimension qui a été dépassée pour des arches isolées, mais qui n'avait
pas encore été atteinte pour des arches en série.

La construction des arches du pont de Valence a exigé l'emploi nouveau
de cintres métalliques à grande portée, dont le montage et le démontage
ont donné lieu à des manoeuvres intéressantes.

NOTRE SUPPLÉMENT MUSICAL

Nous consacrons cette semaine notre supplément musical aux concours du
prix de Rome.

Le premier grand prix, qui donne à ses titulaires le droit de résider
quatre ans à la Villa Médicis, à Rome, a été attribué à deux
concurrents, M. Victor Gallois et M. Marcel Samuel-Rousseau. Ce dernier
hérite de la place laissée vacante par la démission de M. Pech, qui a
quitté Rome pour se marier; il ne sera pensionnaire de la Villa Médicis
que pendant les trois ans qui restent à courir sur les quatre ans de M.
Pech.

M. Victor Gallois est né à Douai en 1880; il étudia d'abord l'harmonie
au Conservatoire de Paris, sous la direction de M. Xavier Leroux et
obtint un premier prix; puis il entra chez M. Lenepveu, professeur de
fugue et de contrepoint; c'est dans cette classe qu'il a remporté son
premier prix.

Ce qui caractérise la «manière» de M. Gallois--on pourra s'en rendre
compte par le fragment que nous publions--c'est l'élégance de la pensée
et la recherche de l'écriture. Il semble qu'on retrouverait, dans le duo
coloré de Maïa et de Jean, certaines harmonies de Léo Delibes, ce qui
n'est pas un mince compliment.

M. Marcel Samuel-Rousseau est le fils du regretté compositeur Samuel
Rousseau, auteur de la _Cloche du Rhin_ et de _Merowig_. Egalement élève
de M. Lenepveu, le jeune lauréat a déjà fait recevoir à l'Opéra-Comique
un drame lyrique en un acte, le _Bonheur des yeux_, livret de M. Georges
Mitchell.

Le fragment de la dernière scène de _Maïa_, que nous avons choisi dans
la cantate de M. Marcel Rousseau, est d'une noble inspiration et même
d'un sentiment dramatique assez puissant. M. Rousseau a su créer une
atmosphère à ses personnages et la ligne mélodique est commentée et
éclairée fort ingénieusement par l'accompagnement.

Il y a là le souci d'une trame harmonique intéressante et très
travaillée.

Détail curieux: M. Marcel Samuel-Rousseau a été classé second des deux
grands-prix parce que sa cantate portait le numéro 6 tandis que celle de
M. Gallois portait le numéro 5; et voilà aussi pourquoi il ne restera
que trois ans à Rome.

Mais les deux concurrents sont d'un égal mérite; et, à Rome, débarrassés
du poids de l'enseignement scolaire, ils vont pouvoir dégager leur
personnalité et leur originalité.

[Illustration: Hémery, gagnant du Circuit des Ardennes, sur voiture
Darracq, passe devant les tribunes de Bastogne, suivi de Le Blon.]

[Illustration: Le retour aux Tuileries des véhicules industriels et des
fourgons militaires ayant participé au concours de transport dans le
nord-ouest de la France.]

SPORT ET TRANSPORT


[Illustration: PETITES DÉFINITIONS, par Henriot.]


_NOUVELLES INVENTIONS_

_(Tous les articles compris sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)_

LE GOUDRONNAGE DES ROUTES

En ces temps d'automobilisme à outrance, la poussière est devenue sur
les routes un véritable fléau contre lequel on ne saurait trop prendre
de mesures.

Mais comment la combattre d'une façon radicale, permanente et cependant
peu dispendieuse?

Les procédés auxquels on a recours à l'heure actuelle sont au nombre de
trois:

L'arrosage à l'eau, l'arrosage aux huiles lourdes rendues solubles dans
l'eau et le goudronnage à chaud ou à froid. Le procédé véritablement
efficace, le goudronnage à chaud, est le seul dont nous entretiendrons
nos lecteurs. Ce procédé est celui préconisé tout particulièrement par
le docteur Guglielminetti, dont les travaux sur la lutte contre la
poussière sont bien connus et appréciés de tout le monde.

Le goudronnage à chaud, convenablement pratiqué, permet de supprimer à
peu près totalement la poussière pendant une année entière, sur une
chaussée même très fréquentée, tout en réduisant les frais d'entretien.

Son application, pour être efficace et peu coûteuse, réclame des soins
et des appareils spéciaux.

Les meilleurs résultats à ce double point de vue ont été obtenus par M.
Lassailly, ingénieur-directeur de la Société de goudronnage, 17, rue de
Bourgogne, à Paris.

Les lecteurs nous permettront ici quelques considérations utiles
concernant le goudron.

Ce produit, tel qu'il est fourni par les usines à gaz et qui doit être
employé très chaud pour pouvoir s'épandre facilement sur le sol et y
pénétrer, contient, en dissolution et en suspension, suivant les
charbons dont il provient et les procédés employés pour l'extraction du
gaz, de 4 à 7% d'eau ammoniacale, génératrice des ammoniaques du
commerce. Ce sont les vapeurs de ce produit qui, commençant à se former
vers 70-80° soulèvent la masse goudronneuse et font mousser le goudron
par-dessus les bords de la chaudière; ce goudron vient généralement
s'enflammer au contact du foyer et peut provoquer un incendie. Ce grave
inconvénient ne peut être évité même avec des chaudières à foyer
amovible comme celles qui existent déjà, car il faut toujours compter
avec l'imprévoyance d'un chauffeur et, d'ailleurs, une fois que le
goudron a commencé à mousser, il arrive fréquemment qu'on ne peut plus
l'arrêter, même en cessant le feu, la chaleur acquise par le foyer étant
largement suffisante pour assurer la continuation du débordement jusqu'à
la vidange de la moitié du contenu de la chaudière, si ce n'est
quelquefois de la chaudière entière.

Avec le goudron Lassailly, dépouillé d'eau et de produits légers
inflammables, ce grave inconvénient est supprimé; il peut être chauffé
impunément dans n'importe quel récipient et notamment dans les
chaudières spécialement fournies pour cet usage, jusqu'à 190° de
température; il n'y a d'ailleurs pas lieu d'atteindre ce chiffre, 100 à
120° suffisant largement. Ainsi chauffé il peut être appliqué au moyen
d'arrosoirs et de balais; étant beaucoup plus chaud que le goudron brut,
qu'on ne peut amener sans danger dans une chaudière ordinaire à plus de
70° de température, il possède l'avantage précieux de s'étendre beaucoup
plus facilement.

[Illustration: Le tonneau Lassailly, pour le goudronnage automatique des
routes.--_Phot. de M Martin._]

L'appareil automatique que représente notre gravure a donné de
remarquables résultats et attiré l'attention des pouvoirs publics, en
raison de sa grande rapidité opératoire et de l'économie considérable
qu'il permet de réaliser, en abaissant de 0 fr. 25 à 0 fr. 15 le prix du
goudronnage par mètre carré.

Nous empruntons sa description au remarquable mémoire du docteur
Guglielminetti: _les Différents Moyens de combattre la poussière des
routes_.

Les appareils Lassailly se composent essentiellement de deux voitures:
l'une, chauffe-goudron, destinée à porter le goudron à la température
voulue (90° environ); l'autre, goudronneuse, prenant le goudron ainsi
chauffé dans la première et l'étalant automatiquement sur le sol. Pour
les travaux qu'elle a à exécuter dans Paris et la banlieue, la Société
Lassailly n'emploie que la seconde voiture, qui vient s'alimenter à
l'usine de distillation, à Issy.

La vapeur est l'agent de chauffage et de propulsion adopté; son
efficacité est très grande, puisque, en moins d'une demi-heure, on peut
charger, chauffer et refouler dans la voiture goudronnante 1.000 litres,
soit 1.200 kilos de goudron. Pendant que la goudronneuse étale
automatiquement ces 1.000 litres, une nouvelle charge est introduite et
chauffée à la température voulue dans le chauffe-goudron et l'opération
se continue sans arrêt.

A remarquer dans cette goudronneuse un bac régulateur placé au-dessous
de la tonne, dans lequel le goudron est maintenu, suivant les
indications d'un flotteur, à une hauteur constante, ce qui permet
d'obtenir une vitesse de sortie uniforme et, par suite, un épandage
régulier de goudron. Cet épandage se fait au moyen d'une rampe alimentée
par ledit bac et percée de trous dont le nombre et le diamètre sont
fonction de la vitesse moyenne d'un cheval et de la quantité de goudron
à répandre par mètre carré.

Une attention particulière doit être aussi accordée au système de
balais-lisseurs qui prennent le goudron chaud au sortir de la tonne et
l'étalent en une couche mince parfaitement régulière. Ces balais,
absolument mobiles, sont attelés par des chaînes à la voiture et
suppriment l'équipe de balayeurs, qui représente le facteur le plus
élevé dans l'application du goudronnage, sans compter que ce travail,
fait en pleine chaleur, sous les rayons ardents du soleil, constitue un
métier très pénible et que l'on peut, sans exagération, taxer de
«galérien».

Bref, les appareils Lassailly, tant par leur construction bien comprise
que par les résultats qu'ils ont déjà donnés, paraissent réaliser toutes
les conditions désirables pour le goudronnage, et nous ne saurions trop
engager nos lecteurs que la question intéresse à s'adresser à la Société
générale de goudronnage, qu'ils pourront d'ailleurs voir opérer à bref
délai dans les différentes rues macadamisées de la capitale
(principalement dans le quartier des Ternes), puisque cette Société
vient d'être déclarée adjudicataire pour cette année du goudronnage de
Paris.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3259, 12 Août 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home