Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (6/9)
Author: Viollet-le-Duc, Eugène-Emmanuel, 1814-1879
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (6/9)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Droits de traduction et de reproduction réservés.


PARIS

IMPRIMÉ CHEZ BONAVENTURE ET DUCESSOIS
Quai des Augustins, 55, près du Pont-Neuf.



DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DE
L'ARCHITECTURE
FRANÇAISE
DU XIe AU XVIe SIÈCLE

PAR

M. VIOLLET-LE-DUC
ARCHITECTE DU GOUVERNEMENT
INSPECTEUR-GÉNÉRAL DES ÉDIFICES DIOCÉSAINS



TOME SIXIÈME

[Illustration]

PARIS
B. BANCE, ÉDITEUR
RUE BONAPARTE, 13.

MDCCCLXIII



G


GÂBLE, s. m. Terme de charpenterie appliqué à la maçonnerie. Il y a
encore une association de charpentiers à laquelle on donne le nom de
_Gavauds_, et, dans le Berri, un homme qui a les jambes arquées en
dehors s'appelle un _gavaud_. Le gâble est originairement la réunion, à
leur sommet, de deux pièces de bois inclinées. Le gâble d'une lucarne
comprend deux arbalétriers assemblés dans un bout de poinçon et venant
reposer au pied, à l'extrémité de deux semelles (1).

Nous avons vu ailleurs (voy. CATHÉDRALE, CONSTRUCTION) qu'à la fin du
XIIe siècle et au commencement du XIIIe, on reconstruisit, dans les
villes du domaine royal et du nord de la France, toutes les cathédrales
et un grand nombre d'églises paroissiales. Bien qu'en commençant ces
édifices les ressources fussent abondantes, lorsqu'on atteignit le
niveau des voûtes hautes, l'argent vint à manquer, ou du moins ne put-on
le recueillir que beaucoup plus lentement. Il fallut donc employer des
moyens provisoires de couvertures qui permissent d'abriter les
constructions faites, tant pour éviter les dégradations causées par la
pluie et la gelée que pour livrer ces édifices au culte. D'ailleurs,
dans les très-grands monuments, comme la cathédrale d'Amiens, par
exemple, il eût été imprudent d'élever les piles, les grandes fenêtres,
le mur et le bahut qui les surmontent, de poser la charpente supérieure
sur ces murs isolés, ou plutôt sur ce quillage, sans bander les grandes
voûtes et les arcs-boutants qui les contre-buttent; car la stabilité de
ces sortes d'édifices ne consiste qu'en un système d'équilibre, de
pressions opposées, dont nous avons suffisamment expliqué le mécanisme à
l'article CONSTRUCTION. Il fallait donc souvent maçonner les hautes
voûtes parties par parties, puis attendre la récolte des ressources
nécessaires pour élever, les murs-goutterots et les grandes charpentes.
Alors on couvrait provisoirement chaque portion de voûte terminée par le
procédé le plus simple et le plus économique: au-dessus des
arcs-formerets, on élevait des gâbles en charpente dont le sommet était
au niveau d'un faîtage posé sur des potelets suivant l'axe principal de
la voûte. On réunissait ces sommets de gâbles avec ce faîtage, on
chevronnait, et on posait du lattis et de la tuile sur le tout (2) (voy.
le tracé A). Les constructeurs avaient eu le soin de réserver, dans les
reins des voûtes, des cuvettes aboutissant à des gargouilles jetant les
eaux directement sur le sol, comme à la Sainte-Chapelle de Paris, ou
dans les caniveaux de couronnements d'arcs-boutants, comme à Notre-Dame
d'Amiens (v. le tracé B, en C). Ainsi pouvait-on attendre plusieurs
mois, plusieurs années même, avant de se mettre à élever les tympans
au-dessus des fenêtres, les bahuts et les grandes charpentes; les voûtes
étaient couvertes, et les maçonneries n'avaient rien à craindre de la
pluie, de la neige ou de la gelée. Dès que les approvisionnements
accumulés permettaient de continuer l'oeuvre, entre ces gâbles, et sans
détruire les couvertures provisoires, on élevait les piles D et les
portions de bahuts G; sur ces portions de bahuts, dont l'arase
supérieure atteignait le niveau des faîtages des couvertures
provisoires, on faisait passer les sablières du comble définitif (voy.
le tracé A, en H), on posait la grande charpente, on la couvrait et,
celle-ci terminée, on enlevait par-dessous les couvertures provisoires,
les gâbles de bois, et on posait les tympans sur les formerets ou
archivoltes de fenêtres, ainsi que les bouts de corniches et de bahuts
manquants. Des tuyaux ménagés dans les piles D (voy. le tracé B)
jetaient les eaux des chéneaux E dans les gargouilles C, qui avaient
ainsi été utilisées avec les couvertures provisoires et avec les
couvertures définitives. Mais les yeux s'étaient habitués à voir ces
gâbles de bois surmontant les formerets des voûtes, interrompant les
lignes horizontales des corniches et bahuts. Lorsqu'on les enlevait,
souvent les couronnements des édifices achevés devaient paraître froids
et pauvres; les architectes eurent donc l'idée de substituer à ces
constructions provisoires, dont l'effet était agréable, des gâbles en
pierre. C'est ce que Pierre de Montereau fit à la Sainte-Chapelle de
Paris dès 1245[1]. Cet exemple fut suivi fréquemment vers la fin du
XIIIe siècle, et notamment autour du choeur de la cathédrale d'Amiens;
puis, plus tard, à Cologne.

Pendant la seconde moitié du XIIIe siècle, les gâbles de pierre
devinrent ainsi un motif de décoration souvent employé. Les portails
nord et sud du transsept de la cathédrale de Paris, dont la construction
date de 1257, sont surmontés de gâbles qui ne remplissent aucune
fonction utile, mais qui terminent les archivoltes par de grands
triangles en partie ajourés, rompant la monotonie des lignes
horizontales de ces immenses pignons.

Voici (3) le gâble du portail méridional de Notre-Dame de Paris. La
balustrade et la galerie passent derrière ce gâble, qui n'est autre
chose qu'un mur triangulaire isolé de 0,33 c. d'épaisseur. D'autres
gâbles, plus petits, surmontent les niches qui accompagnent ce portail,
et forment ainsi une grande dentelure à la base de l'édifice. Nous avons
dit ailleurs[2] comment les constructeurs du moyen âge s'étaient servis
de ces gâbles décoratifs pour charger les sommets des arcs-formerets et
empêcher leur gauchissement.

Les trois portails de la cathédrale d'Amiens, très-profonds, compris
entre de larges contre-forts saillants, sont couverts par des combles à
double pente fermés par des gâbles pleins, donnant un angle presque
droit au sommet et décorés seulement par des crochets rampants et un
fleuron de couronnement. À la cathédrale de Laon, la même disposition a
été adoptée; mais l'architecte de la façade de la cathédrale de Reims,
vers 1260, voulut, tout en conservant ce principe, donner aux gâbles des
trois portails une richesse sans égale.

Le gâble du portail central (4) représente le Couronnement de la Vierge
de grandeur colossale, surmonté d'une succession de dais s'étageant, en
manière de gradins, jusqu'au sommet du triangle. La statuaire est
ronde-bosse; les saillies sont prononcées au point de faire presque
oublier la forme primitive du gâble. Ici les lignes de l'architecture
sont détruites par la sculpture.

Le XIVe siècle, tout en donnant aux gâbles une grande richesse de
détails, eut toujours pour principe, cependant, de laisser aux lignes de
l'architecture leur importance nécessaire. Le gâble du portail de la
Calende, à la cathédrale de Rouen, est un des mieux composés parmi ceux
qui nous restent de cette époque (5). Il est entièrement ajouré
au-dessus de la galerie, et orné de bas-reliefs dans des lobes
au-dessous; ses rampants sont garnis de redans délicats, qui ont
remplacé les crochets, comme au portail méridional de la cathédrale de
Paris.

Au XVe siècle, les rampants des gâbles deviennent plus aigus encore,
plus épais, plus chargés de moulures, et les découpures intérieures plus
ajourées et plus maigres. À la fin du XVe siècle, souvent les rampants
des gâbles forment des angles curvilignes concaves, en manière
d'accolades allongées, au-dessus des archivoltes. (Voy. CONTRE-COURBE;
CONSTRUCTION, fig. 106, 108; FENÊTRE, fig. 19, 26; FLÈCHE, fig. 4,6;
LUCARNE, PIGNON.)

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]

     [Note 1: Voy. FENÊTRE, fig. 19.]

     [Note 2: Voy. CONSTRUCTION, fig. 108.]



GALERIE, s. f. Passage couvert, de plain-pied, donnant à l'intérieur ou
à l'extérieur, servant de communication d'un lieu à un autre, de
circulation, aux différents étages d'un édifice; c'est plutôt l'aspect
monumental que le plus ou moins de largeur et de hauteur qui fait donner
le nom de galerie à un passage. La dénomination de galerie entraîne avec
elle l'idée d'un promenoir étroit relativement à sa longueur, mais
décoré avec une certaine richesse. On donne aussi le nom de _galerie_ à
tout passage de service, très-étroit d'ailleurs, mais très-apparent et
faisant partie de l'architecture d'un édifice. On dit la galerie des
Rois à Notre-Dame, la _galerie des Latéraux_ de la cathédrale de Rouen,
bien que cette dernière galerie ne soit qu'un très-fâcheux passage.
Quant aux galeries qui surmontent les bas-côtés dans les églises, les
archéologues sont convenus de leur donner le nom de _triforium_, que
nous leur conserverons sans discuter la valeur de cette dénomination.

Nous diviserons les galeries en galeries _de service_ contribuant à la
décoration extérieure ou intérieure des monuments, et en galeries
_promenoirs_, dans les châteaux ou les édifices publics ou privés.

Les architectes du moyen âge établissaient, dans leurs grands monuments,
des couloirs de service à différentes hauteurs, afin de rendre la
surveillance et l'entretien faciles. Les hautes façades des cathédrales,
par exemple, étaient divisées en plusieurs étages de galeries qui
permettaient de communiquer de l'intérieur à l'extérieur, d'entretenir
les parements, de réparer les vitres des roses, et de décorer au besoin
les façades, à l'aide de tentures, lors des grandes cérémonies. Nos
cathédrales françaises du Nord, bâties vers le commencement du XIIIe
siècle, celles dont les façades ont été terminées, sont décorées de
galeries superposées. À Notre-Dame de Paris, la façade, qui a été
construite entre les années 1210 et 1225, présente, au-dessus des trois
portails, une première galerie, fort riche, dont les entre-colonnements
sont remplis de statues colossales des rois de Juda. Cette galerie est
un véritable portique couvert par un plafond de dalles épaisses.
Au-dessus est la galerie de la Vierge, sous la rose; celle-ci est
découverte et n'est qu'une terrasse munie d'une balustrade. Une
troisième galerie, en manière de portique très-svelte et très-riche,
ceint la base des deux tours et les réunit. Sur la façade de Notre-Dame
d'Amiens, au-dessus des trois porches, est une galerie de service
couverte, richement décorée d'arcatures et de colonnettes; la galerie
des Rois la surmonte, et celle-ci supporte une terrasse comme à Paris. À
Reims, à la base des deux tours occidentales, au-dessus de la rose
centrale, est la galerie découverte dite du _Gloria_. C'est de cette
galerie qu'à certaines fêtes de l'année, devant le peuple assemblé sur
le parvis, le clergé de Notre-Dame entonnait le _Gloria in excelsis..._
Une longue suite de statues colossales de rois enveloppe la base du
pignon et des tours au-dessus de cette terrasse. À Notre-Dame de
Chartres, on observe une disposition analogue, mais dans des proportions
beaucoup plus simples, et ne s'étendant qu'entre les deux tours. On peut
donc ainsi se faire une idée de ce que sont les galeries dans les
édifices du moyen âge. Nous allons entrer dans de plus amples détails
sur ces parties importantes des constructions.

_Galeries des Rois_. La plus ancienne galerie des Rois à laquelle on
puisse donner ce nom, en ce qu'elle sert en même temps de passage pour
le service et de décoration, est celle de la façade de Notre-Dame de
Paris; on ne saurait lui assigner une date postérieure à 1220. Elle se
compose d'une suite de piles (1) portant un plafond de pierre sur des
encorbellements, et devant chacune desquelles est plantée une colonne.
Les rois sont posés en A et abrités sous l'arcature portée par ces
colonnes. La fig. 2 donne cette galerie en coupe; les statues des rois
sont placées en A, un peu en retraite du socle des colonnes, et en B est
une circulation pour le service, derrière les piliers de renfort posés
au droit des colonnes. La terrasse dite de _la Vierge_ est en C. La fig.
3 présente l'aspect extérieur de la galerie. Par son style comme par sa
composition, cette galerie est certainement la plus belle de toutes
celles qui existent sur les façades de nos cathédrales françaises. On
observera comme cette arcature, basse, simple par la composition
générale, brillante par ses détails, forme un encadrement favorable
autour des statues des rois. Quant à son effet sur l'ensemble de la
façade, il est excellent. La galerie des Rois de Notre-Dame de Paris
trace une zone riche et solide cependant au-dessus des trois portails et
les couronne très-heureusement. La statuaire est bien à l'échelle du
monument, paraît grande, sans pour cela rapetisser les membres de
l'architecture[3].

Le style de la galerie des Rois de Notre-Dame de Reims est tout autre.

À Reims, cette galerie remplace celle qui à Paris enveloppe la base des
tours: elle n'est qu'une décoration et ne fournit pas une circulation
continue. La construction date de la fin du XIIIe siècle, la statuaire
en est médiocre. Cette galerie étant donnée en détail dans l'ouvrage de
M. J. Gailhabaud[4], il ne paraît pas nécessaire de la reproduire ici.

Quant à la cathédrale d'Amiens, la disposition de sa galerie des Rois
est fort belle. Comme celle de Paris, elle surmonte les trois portails;
mais à Amiens, entre la galerie des Rois et les gâbles des porches, est
une galerie intermédiaire du plus beau style de l'art du XIIIe siècle
(1235 environ). La galerie basse (4), celle des Rois et la terrasse
supérieure A sont praticables et communiquent avec les étages intérieurs
des tours. Derrière la galerie basse s'ouvrent de grandes baies sans
meneaux, qui éclairaient la nef centrale, à travers une autre galerie
intérieure, avant la pose de la tribune des grandes orgues. D'autres
fenêtres courtes sont ouvertes derrière la galerie des Rois; celles-ci
donnent sur une seconde galerie qui surmonte la galerie inférieure. Le
plan (5) explique cette belle disposition, qui, malheureusement, est
masquée aujourd'hui par le buffet d'orgues. On remarquera (fig. 4) que
la galerie inférieure porte sur des piles composées de trois colonnes
groupées devant un pilastre; des arcs de décharge richement décorés de
redans et d'animaux sculptés sur le devant des sommiers reposent sur ces
piles. Entre ces arcs de décharge, l'arcature est libre: c'est un simple
remplissage à jour porté sur une colonne monolithe et maintenu seulement
sous l'intra-dos des archivoltes par deux tenons dépendants des deux
morceaux supérieurs du cercle. Ainsi l'architecte n'avait pas à craindre
la rupture des parties de ce remplissage à jour sous la charge ou le
tassement des parties supérieures. Une seule assise de pierre sépare la
galerie basse de celle des Rois. Le dallage du passage découvert
supérieur porte sur des linteaux qui forment les sommiers de l'arcature
des rois. Chacun de ces sommiers est taillé en caniveau et rejette
extérieurement les eaux du dallage par les têtes de gargouilles qui
décorent les faces au-dessus des tailloirs.

_Galeries de service des églises_. Avec la galerie des Rois de la
cathédrale d'Amiens, nous voyons une de ces galeries de service et
décoratives à la fois qui venaient couper les lignes verticales des
façades. Ces galeries, pendant le XIIIe siècle, sont passablement
variées dans leur composition et leurs détails; elles prennent une
importance considérable comme la grande galerie à jour de la base des
tours de Notre-Dame de Paris, comme celles du portail de Notre-Dame de
Dijon, ou elles ne sont que des portiques bas, trapus, comme la galerie
de la façade de Notre-Dame de Laon.

La question d'art et de proportions domine dans ces cas la question de
service. Cependant ces galeries ont toujours une utilité. Dans leurs
grands édifices, les architectes du moyen âge établissaient des moyens
de circulation faciles à des niveaux différents, afin de pouvoir
surveiller et entretenir les constructions, les couvertures et les
verrières, sans être obligés, comme on le fait aujourd'hui, de poser des
échafaudages dispendieux et nuisibles, à cause des dégradations qu'ils
occasionnent aux sculptures et parties délicates de l'architecture.

Les deux galeries superposées de la face occidentale de l'église
Notre-Dame de Dijon (XIIIe siècle) sont remarquablement belles, comme
composition et sculpture. Nous donnons (6) l'une de ces galeries,
surmontée d'une haute frise d'ornements en façon de métopes posées entre
des figures saillantes. Ces galeries étaient destinées à relier la base
de deux tours qui n'ont jamais été élevées.

À l'extérieur des églises rhénanes du XIIe siècle, sous les combles,
règnent souvent des galeries de circulation, particulièrement autour des
absides. Ces galeries étaient prises alors aux dépens des reins des
voûtes en cul-de-four de ces absides; elles sont basses, formées de
colonnettes portant une arcature plein cintre, et donnent de la richesse
et de la légèreté aux couronnements de ces édifices.

Nous observerons que ce parti est adopté quelquefois dans le midi de la
France, notamment dans les monuments religieux construits en brique.
Ainsi, au sommet de l'église des Jacobins à Toulouse, on voit une
galerie de service, un véritable chemin de ronde, placé sous le chéneau,
et qui, donnant dans des échauguettes placées aux angles de l'édifice,
permet de faire le tour de la construction près du sommet des voûtes.
Cette galerie A (7) prend jour du dehors, par les oeils B, et permet
d'examiner les voûtes par les petites fenêtres C vitrées et s'ouvrant
sous les formerets; elle est portée sur de grands arcs de décharge D
bandés d'un contre-fort à l'autre et abritant parfaitement les verrières
placées en E. Toute cette construction est en brique et présente un
aspect des plus monumental.

À l'intérieur des grands vaisseaux gothiques voûtés, on trouve,
au-dessus des triforiums, particulièrement en Bourgogne, des galeries de
service qui passent derrière les formerets des voûtes. Nous voyons des
galeries de ce genre à l'intérieur de l'église Notre-Dame de Dijon, de
Notre-Dame de Semur, de Saint-Étienne d'Auxerre (voy. CONSTRUCTION, fig.
78, 79 bis. et 88). Dans les églises de Champagne et de Bourgogne, nous
voyons aussi que des galeries de service sont disposées dans les
bas-côtés et chapelles, au-dessus des arcatures de rez-de-chaussée, sous
les appuis des fenêtres (voy. CONSTRUCTION, fig. 86, 87).

Une galerie de ce genre, fort joliment composée, existe autour des
bas-côtés du choeur de l'église abbatiale de Saint-Jean à Sens[5]. Sous
les formerets des voûtes de ces bas-côtés s'ouvrent des triples
fenêtres; la galerie passe à travers leurs pieds-droits comme elle passe
derrière les piles portant les voûtes (8).

Nous ne pouvons omettre ici les galeries de service qui coupent à peu
près aux deux tiers de la hauteur des bas-côtés les piles de la nef de
la cathédrale de Rouen, qui passent sur des arcades et pourtournent ces
piles du côté du collatéral. Cette disposition singulière, et dont on ne
s'explique guère aujourd'hui le motif, a paru assez nécessaire alors
(vers 1220) pour que l'on ait cru devoir bander des arcs sous les
archivoltes et donner aux encorbellements pourtournant les piles une
importance et une richesse considérables. La figure perspective 9 donne,
en A, le plan de la galerie au niveau B de la naissance des arcades. En
C devait exister une balustrade, dont les supports sont en place, mais
qui n'a, croyons-nous, jamais été posée. La nef de l'église
Saint-Étienne-du-Mont à Paris, qui date du XVIe siècle, présente une
disposition analogue. Ces galeries ne pouvaient servir qu'à faciliter la
tenture des nefs, les jours de fête. On observera encore, à ce sujet,
combien les architectes du moyen âge apportent de variété dans
l'ensemble comme dans les détails de leurs conceptions. Leurs méthodes
souples leur donnent toujours des moyens neufs lorsqu'il s'agit de
satisfaire à un besoin, de remplir les diverses parties d'un programme.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]

     [Note 3: Voy., au 7e _Entretien sur l'Architecture_,
     l'ensemble de cette façade.]

     [Note 4: _L'Architecture du Ve au XVIIe siècle et les arts
     qui en dépendent_. T. I.]

     [Note 5: Actuellement chapelle de l'hospice (1230 environ).]



_Galeries de service des palais_. On établissait souvent, dans les
châteaux et palais du moyen âge, des galeries de service donnant sur les
pièces principales (voy. CONSTRUCTION, fig. 119 et 120). Ces galeries
desservaient un ou plusieurs étages. Au sommet des bâtiments fortifiés
des XIVe et XVe siècles, elles devenaient des chemins de ronde propres à
la défense et étaient munies alors de mâchicoulis (voy. CHÂTEAU, DONJON,
MÂCHICOULIS). Nous voyons dans quelques châteaux les restes de ces
galeries de service; elles sont quelquefois prises dans l'épaisseur même
des murs, passent à travers des contre-forts, comme dans l'exemple cité
ci-dessus (fig. 120, CONSTRUCTION), ou sont portées sur des
encorbellements.

Dans le bâtiment méridional du palais des Papes à Avignon, du côté de la
cour, on trouve encore une jolie galerie, du XIVe siècle, qui donnait
entrée dans les salles du second étage. Nous reproduisons (10) la coupe
transversale de cette galerie voûtée en arcs d'ogives et éclairée par de
petites fenêtres ouvrant sur la cour. Le dessus de cette galerie servait
de chemin de ronde découvert, crénelé et décoré de pinacles.

Ces sortes de galeries de service aboutissaient à des escaliers et se
combinaient avec ceux-ci. Vers la fin du XIVe siècle, on augmenta la
largeur de ces couloirs, et on arriva, à la fin du XVe siècle, à en
faire de véritables promenoirs. Cet usage fut adopté définitivement au
XVIe siècle, comme on peut le voir aux châteaux de Blois, de
Fontainebleau (galerie de François Ier), de Chambord, etc. Alors on les
enrichit de peintures, de sculptures, on les garnit de bancs. Les
galeries remplacèrent ainsi fort souvent la grand'salle du château
féodal.

Sauval rapporte[6] «qu'en 1432 le duc de Bethfort fit faire, au palais
des Tournelles, une galerie longue de dix-huit toises et large de deux
et demie: on la nomme la _gallerie des Courges_, parce qu'il la fit
peindre de courges vertes; elle étoit terminée d'un comble peint de ses
armes et de ses devises, couverte de tuiles assises à mortier de chaux
et ciment, et environnée de six bannières rehaussées de ses armoiries et
de celles de sa femme. Mais dans les siècles passés, ajoute cet auteur,
il n'y en a point eu de plus magnifique que celle qu'acheva Charles V
dans l'appartement de la reine à l'hôtel Saint-Pol.» Cette galerie était
peinte depuis le lambris jusqu'à la voûte, de façon à représenter un
bosquet tout rempli de plantes, d'arbres fruitiers, de fleurs, parmi
lesquels se jouaient des enfants; la voûte était blanc et azur. «Outre
cela, continue Sauval, le roi Charles V fit peindre encore une petite
allée par où passoit la reine pour venir à son oratoire de l'église
Saint-Paul. Là, de côté et d'autre, quantité d'anges tendoient une
courtine des livrées du roi: de la voûte, ou pour mieux dire d'un ciel
d'azur qu'on y avoit figuré, descendoit une légion d'anges, jouant des
instrumens et chantant des antiennes de Notre-Dame. Le ciel, au reste,
aussi bien de l'allée que de la gallerie, étoit d'azur d'Allemagne
(outremer) qui valoit dix livres parisis la livre, et le tout ensemble
coûta six-vingt écus.»

Les galeries des habitations privées, destinées à desservir plusieurs
pièces se commandant, étaient habituellement disposées en forme
d'appentis donnant un portique à rez-de-chaussée, propre à abriter les
provisions de bois de chauffage, à faire sécher le linge, etc. Ces
galeries, légèrement construites en bois sur des colonnes de pierre ou
sur des poteaux, n'avaient que la largeur d'un corridor, 1m,00 à 1m,50
c. (voy. MAISON).

[Illustration: Fig. 10.]

     [Note 6: _Hist. et Antiq. de la ville de Paris_. T. II, p.
     281.]



GALETAS, s. m. Étage d'une maison, sous le comble, destiné à garder des
provisions, à tendre le linge. Beaucoup de maisons du moyen âge,
particulièrement dans le midi de la France, où le besoin de fraîcheur se
fait sentir, possédaient leurs galetas sous les combles (voy. MAISON).



GARDE-CORPS, GARDE-FOUS, s. m. (voy. BALUSTRADE).



GARGOUILLE, s. f. _Gargolle_, _guivre_, _canon_, _lanceur_. Ce n'est
guère que vers le commencement du XIIIe siècle que l'on plaça des
chéneaux et, par suite, des gargouilles à la chute des combles.
Jusqu'alors, dans les premiers siècles du moyen âge, l'eau des toits ou
des terrasses s'égouttait directement sur la voie publique au moyen de
la saillie donnée aux corniches (voy. CHÉNEAU). À la cathédrale de
Paris, du temps de Maurice de Sully; c'est-à-dire lors de l'achèvement
du choeur en 1190, il n'y avait point de chéneaux et de gargouilles;
plus tard, dans le même édifice, vers 1210 encore, les eaux des chéneaux
s'écoulaient sur la saillie des larmiers, au moyen de rigoles ménagées
de distance en distance. Nous voyons apparaître les gargouilles, vers
1220, sur certaines parties de la cathédrale de Laon. Ces gargouilles
sont larges, peu nombreuses, composées de deux assises, l'une formant
rigole, l'autre recouvrement (1). Déjà cependant ces gargouilles
affectent la forme d'animaux fantastiques, lourdement taillés, comme
pour laisser voir leur structure. Bientôt les architectes du XIIIe
siècle reconnurent qu'il y avait un avantage considérable à diviser les
chutes d'eau. Cela, en effet, évitait les longues pentes dans les
chéneaux et réduisait chacune des chutes à un très-mince filet d'eau ne
pouvant nuire aux constructions inférieures. On multiplia donc les
gargouilles; en les multipliant, on put les tailler plus fines, plus
sveltes, et les sculpteurs s'emparèrent de ces pierres saillantes pour
en faire un motif de décoration des édifices. La variété des formes
donnée aux gargouilles est prodigieuse; nous n'en connaissons pas deux
pareilles en France, et nos monuments du moyen âge en sont couverts.
Beaucoup de ces gargouilles sont des chefs-d'oeuvre de sculpture; c'est
tout un monde d'animaux et de personnages composés avec une grande
énergie, vivants, taillés hardiment par des mains habiles et sûres. Ces
êtres s'attachent adroitement aux larmiers, se soudent à l'architecture
et donnent aux silhouettes des édifices un caractère particulier,
marquant leurs points saillants, accusant les têtes des contre-forts,
faisant valoir les lignes verticales. On peut juger de l'habileté des
architectes et des sculpteurs dans la combinaison et l'exécution de ces
lanceurs par la difficulté qu'on éprouve à les combiner et les faire
exécuter. Dans les pastiches modernes que l'on a faits des édifices
gothiques, il est fort rare de voir des gargouilles qui se lient
heureusement à l'architecture: elles sont ou mal placées, ou lourdes, ou
trop grêles, ou molles de forme, pauvres d'invention, sans caractère;
elles n'ont pas cet aspect réel si remarquable dans les exemples
anciens; ce sont des êtres impossibles, ridicules souvent, des
caricatures grossières dépourvues de style.

Certains calcaires du bassin de la Seine, comme le liais-cliquard, se
prêtaient merveilleusement à la sculpture de ces longs morceaux de
pierre en saillie sur les constructions. Il fallait, en effet, une
matière assez ferme, assez tenace pour résister, dans ces conditions, à
toutes les causes de destruction qui hâtaient leur ruine. Aussi est-ce à
Paris ou dans les contrées où l'on trouve des liais, comme à Tonnerre,
par exemple, que l'on peut recueillir encore les plus beaux exemples de
gargouilles. D'ailleurs l'école de sculpture de Paris, au moyen âge, a
sur celles des provinces voisines une supériorité incontestable, surtout
en ce qui touche à la statuaire.

Les gargouilles sont employées systématiquement à Paris vers 1240; c'est
à Notre-Dame que nous voyons apparaître, sur les corniches supérieures
refaites vers 1225, des gargouilles, courtes encore, robustes, mais
taillées déjà par des mains habiles (2). Celles qui sont placées à
l'extrémité des caniveaux des arcs-boutants de la nef, et qui sont à peu
près de la même époque, sont déjà plus longues, plus sveltes, et
soulagées par des corbeaux qui ont permis de leur donner une très-grande
saillie en avant du nu des contre-forts (3).

À la Sainte-Chapelle du Palais à Paris, les gargouilles sont plus
élancées, plus développées: ce ne sont plus seulement des bustes
d'animaux, mais des animaux entiers attachés par leurs pattes aux
larmiers supérieurs; leurs têtes se détournent pour jeter les eaux le
plus loin possible des angles des contre-forts (4). Quelques-unes de ces
gargouilles sont évidemment sculptées par des artistes consommés.

Nous avons indiqué, à l'article GÂBLE, comment les constructeurs
gothiques, lorsqu'ils élevaient les grandes voûtes des nefs,
ménageaient, provisoirement, des cuvettes dans les reins de ces voûtes,
avec gargouilles extérieures pour rejeter les eaux pluviales dans les
caniveaux des arcs-boutants jusqu'à l'achèvement des combles définitifs.
Ces gargouilles provisoires devenaient définitives elles-mêmes, lorsque
les chéneaux supérieurs étaient posés, au moyen d'une conduite presque
verticale, descendant du chéneau jusqu'à ces gargouilles. Voici (5) une
de ces gargouilles à double fin, provenant des parties supérieures de la
nef de la cathédrale d'Amiens (1235 environ).

Les gargouilles sont doublées de chaque côté des contre-forts, comme à
la Sainte-Chapelle de Paris, comme autour de la salle synodale de Sens,
autour des chapelles du choeur de Notre-Dame de Paris; ou elles
traversent l'axe de ces contre-forts, comme à Saint-Nazaire de
Carcassonne et dans tant d'autres édifices des XIIIe et XIVe siècles, et
alors elles portent sur une console (6); ou elles sont appuyées sur la
tête même de ces contre-forts, comme autour des chapelles du choeur de
la cathédrale de Clermont (7) (fin du XIIIe siècle).

C'est vers ce temps que la composition des gargouilles devient plus
compliquée, que les figures humaines remplacent souvent celles
d'animaux, ainsi qu'on le voit dans ce dernier exemple, qui nous montre
un démon ailé paraissant entraîner une petite figure nue.

Il existe autour des monuments de cette époque bon nombre de gargouilles
qui sont de véritables morceaux de statuaire. L'église Saint-Urbain de
Troyes porte, au sommet des contre-forts de l'abside, des gargouilles
fort remarquables; nous donnons l'une d'elles (8).

Pendant le XIVe siècle, les gargouilles sont généralement longues, déjà
grêles et souvent chargées de détails; au XVe siècle, elles
s'amaigrissent encore et prennent un caractère d'étrange férocité. Bien
que les détails en soient fins et souvent trop nombreux, cependant leur
masse conserve une allure franche, d'une silhouette énergique; les
pattes, les ailes des animaux sont bien attachées, les têtes étudiées
avec soin (9 et 9 bis). Ces parties importantes de la sculpture du moyen
âge ont toujours été traitées par des mains exercées; elles conservent
très-tard leur caractère original, et encore, aux premiers temps de la
Renaissance, on voit, sur les édifices, des gargouilles qui conservent
le style du XVe siècle. Ce n'est que pendant la seconde moitié du XVIe
siècle que les sculpteurs repoussent absolument les anciennes formes
données aux lanceurs, pour adopter des figures de chimères rappelant
certaines figures antiques, ou des consoles, ou de simples tuyaux de
pierre en forme de canons.

Pendant le moyen âge on n'a pas toujours sculpté les gargouilles;
quelquefois, dans les endroits qui n'étaient pas exposés à la vue, les
gargouilles sont seulement épannelées. Il en est un grand nom cette
sorte qui affectent une forme très-simple (10)[7]. Les gargouilles sont
fréquentes dans l'Île-de-France, dans la Champagne et sur les bords
basse Loire; elles sont rares en Bourgogne, dans le centre et le midi de
la France; ou si l'on en trouve dans les monuments d'outre-Loire, c'est
qu'elles tiennent à des édifices élevés aux XIIIe, XIVe et XVe siècles,
par des architectes du Nord, comme la cathédrale de Clermont, celle de
Limoges, celle de Carcassonne (Saint-Nazaire), celle de Narbonne. Là où
les matériaux durs sont peu communs, comme en Normandie, par exemple,
les gargouilles sont courtes, rarement sculptées, ou manquent
absolument, les eaux s'égouttant des toits sans chéneaux.

Les chéneaux en plomb, posés sur les édifices civils ou religieux,
portaient aussi leurs gargouilles de métal. Nous en possédons fort peu
aujourd'hui de ce genre d'une époque antérieure au XVI siècle. En voici
une (11) qui se voit à l'angle d'une maison de Vitré; elle date du XVe
siècle et est faite en plomb repoussé (voy. PLOMBERIE). Nous ne
connaissons pas de gargouilles du moyen âge en terre cuite. Dans les
édifices en brique, les gargouilles sont en pierre, ainsi qu'on peut le
voir aux Jacobins de Toulouse, au collége Saint-Rémond, et dans beaucoup
d'autres édifices anciens de la même ville.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 9. bis.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]

     [Note 7: Notre-Dame de Paris.]



GAUFRURE, s. f. Application de pâtes sur la pierre ou le bois, formant
des ornements saillants, des _fonds gaufrés_, ordinairement dorés (voy.
APPLICATION, PEINTURE).



GIRON, s. m. Est la largeur d'une marche d'escalier. Le giron est dit
_droit_, lorsque la marche est d'une égale largeur dans toute sa
longueur; _triangulaire_, lorsque la marche est renfermée dans une cage
circulaire. Alors on mesure le giron de la marche au milieu de sa
longueur.



GIROUETTE, s. f. _Wire-wire_. Plaque de tôle ou de cuivre munie d'une
douille ou de deux anneaux, et roulant sur une tige de fer placée au
sommet d'un comble. Les girouettes sont destinées à indiquer d'où vient
le vent. Pendant le moyen âge, il n'était pas permis à tout le monde de
placer des girouettes sur les combles des habitations. La girouette
était un signe de noblesse, et sa forme n'était pas arbitraire. «Les
gentilshommes, dit le Laboureur[8], ont seuls droit d'avoir des
girouettes sur leurs maisons; elles sont en pointes comme les pennons,
pour les simples chevaliers, et carrées comme les bannières, pour les
chevaliers bannerets.»--«On sait, dit encore Sainte-Palaye[9], que le
premier acte de possession d'un fief, d'une seigneurie, d'une place
prise à la guerre, était marqué par la bannière du nouveau seigneur,
arborée sur le lieu le plus éminent, sur la tour la plus élevée.» Les
girouettes anciennes sont rares; habituellement elles étaient peintes
aux armes du seigneur ou découpées de façon à figurer les pièces de ces
armes; quelquefois on les surmontait d'une couronne, mais cela vers la
fin du XVe siècle. La plupart des girouettes ou _wire-wire_ anciennes
sont disposées de telle façon que la partie pleine est maintenue en
équilibre par des contre-poids, de manière à faciliter le roulement sur
le pivot de fer (1). Les girouettes du moyen âge sont petites, haut
montées sur les tiges de fer et accompagnées d'épis en plomb (voy. ÉPI).
L'Hôtel-Dieu de Beaune conserve encore les anciennes girouettes de ses
combles, peintes aux armes de Nicolas Rollin, chancelier de Bourgogne
(1441); ces girouettes sont carrées, avec un seul contre-poids, et
décorées aux deux angles extrêmes de feuilles découpées. Voici l'une
d'elles (2). Nous avons encore vu au château d'Amboise, en 1833, des
girouettes du commencement du XVIe siècle, aux armes de France découpées
et couronnées (3). Il y a longtemps que tous les bourgeois de France
peuvent mettre des girouettes sur leurs maisons, et ne s'en font-ils pas
faute.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]

     [Note 8: _Origines des armoiries_, p. 93. (Voy. Salvaing,
     Chambolas, et la Peirère.)]

     [Note 9: _Mémoires sur l'ancienne chevalerie_, t. I. p. 360
     (Notes).]



GNOMON, s. m. Style scellé dans une dalle et donnant l'heure du jour par
l'ombre qu'il projette sur un cadran. Nous voyons, dans les _Olim_,
qu'au XIIIe siècle il y avait des gnomons sur les grands chemins. Louis
IX, en 1267, fait faire une enquête par un certain chevalier, Guiters de
Vilète, bailli de Tours, et un chanoine de Loches, Théobald de Compans,
pour savoir si le roi a le droit de faire enlever les stalles de chevaux
fixées à terre et les cadrans solaires supportés par des colonnes,
toutes choses qui obstruent les chemins. Nous voyons des cadrans
solaires des XIVe et XVe siècles aux angles de certains édifices du
moyen âge, notamment à l'angle du clocher vieux de la cathédrale de
Chartres et à l'angle du cloître de la cathédrale de Laon (voy. CLOÎTRE,
fig. 16).



GOND, s. m. Morceau de fer coudé, dont la patte est scellée dans la
pierre et dont le mamelon cylindrique ou légèrement conique entre dans
l'oeil de la penture d'une porte (voy. SERRURERIE).



GORGE, s. f. Moulure concave. On donnait aussi le nom de _gorge_,
autrefois, à la partie de la hotte d'une cheminée comprise entre la
tablette et la corniche de couronnement sous le plafond.



GOTHIQUE (ARCHITECTURE). Voy. ARCHITECTURE.



GOUSSET, s. m. Pièce de bois horizontale posée diagonalement pour
maintenir le roulement d'une enrayure composée de pièces assemblées
d'équerre (1). A est un gousset (voy. CHARPENTE).

[Illustration: Fig. 1.]



GOÛT, s. m. Un homme d'esprit a dit: «Le manque de goût conduit au
crime.» Le mot étant vrai, à notre sens, nous sommes entourés de
criminels ou de gens disposés à le devenir. Le goût est l'habitude du
beau et du bien; pour être homme de goût, il est donc essentiel de
discerner le bien du mal, le beau du laid. Le goût (car les définitions
ne manquent pas, si la qualité est rare) est encore le respect pour le
vrai; nous n'admettons pas qu'on puisse être artiste de goût sans être
homme de goût, car le goût n'est pas un avantage matériel, comme
l'adresse de la main, mais un développement raisonné des facultés
intellectuelles. C'est ce qui fait que nous rencontrons dans le monde
nombre d'artistes habiles qui, malgré leur talent, n'ont pas de goût, et
quelques amateurs qui sont gens de goût, sans pour cela pratiquer les
arts. On considère, en général, parmi les artistes, les amateurs comme
un fléau, comme des usurpateurs dont l'influence est pernicieuse.
Non-seulement nous ne partageons pas cette opinion, mais nous croyons
que si le goût tient encore une place en France, c'est principalement au
public que nous devons cet avantage. Nous prétendons ne parler ici que
de l'architecture. Nous ne saurions admettre qu'un architecte obéissant
à des intérêts étroits, à des passions mesquines, dont le caractère
n'est ni respectable ni respecté, puisse mettre du goût dans ses
oeuvres. L'homme de goût ne ment pas à sa conscience, il exprime ses
pensées par les moyens les plus naturels. Avoir du goût dans les arts,
c'est aimer le vrai, c'est savoir l'exprimer simplement; c'est repousser
l'exagération, toujours fausse; c'est laisser voir le côté moral de
l'homme, sa raison, ses affections, ses tendances et son but. Si donc ce
côté moral est faible, si la raison est obscure, si les affections sont
basses et le but vulgaire ou odieux, il est difficile que le goût soit
satisfait.

Le bon goût, comme la vérité, ne s'impose pas, il persuade; et le jour
où l'on vient dire: «Voici l'expression du bon goût», on ne se
contentera pas de votre affirmation, il faudra plus que cela; il faudra
que cette expression du _bon goût_ soit discutée, prouvée par un accord
intime entre vos principes et la forme qu'ils adoptent. Vos principes
étant vicieux, si belle que soit la forme, le goût fait défaut. Faites
que la forme soit le langage de l'idée, et vous serez artiste de goût;
encore faut-il avoir des idées, les avoir bonnes et les exprimer en bon
langage.

On a pensé, depuis longtemps déjà, qu'il suffisait, pour faire preuve de
goût, d'adopter certains types reconnus beaux et de ne jamais s'en
écarter. Cette méthode, admise par l'Académie des Beaux-Arts en ce qui
touche à l'architecture, nous a conduits à prendre pour l'expression du
goût certaines formules banales, à exclure la variété, l'invention, et à
mettre hors la loi du goût tous les artistes qui cherchaient à exprimer
des besoins nouveaux par des formes nouvelles, ou tout au moins soumises
à de nouvelles applications.

Depuis le XVIIe siècle, on a mis en honneur bien des hypocrisies, et
nous avons l'hypocrisie du goût, comme nous avons l'hypocrisie
religieuse. Ce sont des découvertes dont, à la rigueur, nous nous
serions passés. Mais de même que l'hypocrisie religieuse, c'est-à-dire
l'observation extérieure des formules sans les principes, conduit à
l'incrédulité et à la débauche, de même l'hypocrisie du goût amène à la
dépravation, et pendant que l'Académie des Beaux-Arts contraint ses
initiés à se soumettre à des formules dont elle n'explique même pas le
sens, nous voyons, autour de nous, l'architecture se livrer au plus
étrange dévergondage, non-seulement en dehors du sanctuaire des initiés,
mais dans leur sanctuaire même. Le goût (en architecture), au lieu
d'être une loi découlant d'un principe vrai, général, admis par tous et
applicable à toute chose, est devenu le privilége d'une école exclusive.
Il a été convenu, par exemple, que les ordres de l'antiquité romaine
étaient oeuvres de goût; ce que nous admettons sans difficulté, si ces
ordres ont une raison d'être; ce que nous n'admettons pas, si rien ne
justifie leur emploi. L'art, réduit à certaines pratiques, déclarées
seules orthodoxes en matière de goût, s'est atrophié, descendant d'un
degré à chaque génération d'initiés; on est devenu architecte de goût en
suivant une ornière de plus en plus étroite et profonde, et à la
condition de n'en jamais sortir. Quelques architectes trouvent peut-être
à cela un avantage, car rien n'est plus doux et facile, dans les arts,
que de faire partie d'une coterie puissante; mais on peut affirmer que
l'art y a perdu. Avec l'Académie des Beaux-Arts, gardienne jalouse du
goût depuis un assez long temps, dit-elle, l'architecture, encore si
vivace au milieu du XVIIe siècle, est tombée peu à peu dans un
affaissement qui nous a conduits de chute en chute à l'anarchie, à
l'obéissance aveugle ou à la révolte. Mais quant au goût, au bon goût,
c'est-à-dire à cette connaissance exacte des besoins, des idées, du
génie de notre civilisation, à cette expression vraie et tempérée de ce
qu'elle a droit de nous demander, il faut chercher longtemps pour le
trouver; et si, par aventure, ce goût du vrai se fait jour, il étonne la
foule, et excite la censure, sinon les colères de ceux qui se donnent
comme les seuls dépositaires des saines doctrines.

Toute forme d'architecture qui ne peut être donnée comme la conséquence
d'une idée, d'un besoin, d'une nécessité, ne peut être regardée comme
oeuvre de goût. S'il y a du goût dans l'exécution d'une colonne, ce
n'est pas une raison pour que la colonnade dont elle fait partie soit
une oeuvre de goût; car, pour cela, il faut que cette colonnade soit à
sa place et ait une raison d'être. Si l'on vient dire: «Ce palais est
mal distribué, incommode; les services ne sont pas à leur place, les
pièces sont obscures, la construction est vicieuse, mais il est décoré
avec goût»; c'est à peu près comme si on prétendait qu'un livre est
rempli d'erreurs, que les idées de l'auteur sont confuses, son sujet mal
développé, mais qu'il est écrit avec élégance. La première loi, pour un
écrivain, c'est de savoir ce qu'il veut dire et de se faire comprendre;
la clarté est une des conditions du goût en littérature comme en
architecture. Pour exprimer ses idées avec clarté, avec élégance,
faut-il avoir des idées, faut-il que ces idées précèdent la forme qui
devra servir à les exprimer. Mais si, au contraire, nous nous
préoccupons de la forme avant de savoir ce qu'elle devra exprimer, nous
ne faisons pas preuve de goût. Si les portiques des Romains, élevés près
des places publiques; si ces vastes promenoirs couverts, accessibles à
la foule, laissant circuler l'air et la lumière sous un beau climat,
marquaient le goût des maîtres du monde en fait de constructions
urbaines, la colonnade du Louvre, élevée sur un rez-de-chaussée,
inaccessible au public, n'abritant les rares visiteurs qui la parcourent
ni du soleil ni de la pluie, n'étant pas en rapport de proportions et de
dimensions avec les autres parties du palais, ne peut raisonnablement
passer pour une oeuvre de goût. Nous admettrons bien, si l'on veut, que
l'ordre est étudié avec goût, c'est-à-dire qu'il est en rapport
harmonieux de proportions avec lui-même; mais ce portique, comme
portique appliqué à un palais, est de très-mauvais goût.

       « Sed nunc non erat bis locus...»

Il est des temps, heureux pour l'art, où le goût n'a pas besoin d'être
défini; il existe par cela même que l'art est vrai, qu'il se soumet aux
enseignements de la raison, qu'il ne répudie pas son origine et ne parle
qu'autant qu'il a quelque chose à dire. Dans ces temps, on ne se
préoccupe pas de donner les règles du goût, pas plus que parmi
d'honnêtes gens on ne se préoccupe de discuter sur ce qui est licite et
ce qui ne l'est pas. On commence à parler du goût quand le goût
s'éloigne de l'art pour se réfugier dans l'esprit de rares artistes; on
n'écrit des livres sur la vertu que quand le vice domine. Ces temps
heureux sont loin de nous; ils ont existé chez les Grecs de l'antiquité,
ils ont brillé pendant le moyen âge, ils pourraient renaître peut-être,
à la condition d'admettre que le goût consiste dans l'observation de
principes très-simples, non dans la préférence donnée à telle forme sur
une autre. Quand le goût est renfermé dans les limites d'une coterie, si
puissante qu'on veuille la supposer, ce n'est plus qu'une prétention
funeste, dont chacun tend à s'affranchir; car le goût, le bon goût
possède ce privilége de s'imposer à travers les temps et malgré les
préjugés comme tout ce qui découle de la vérité. Mais à peine,
aujourd'hui, si l'on s'entend sur ce que c'est que le goût. On professe,
lorsqu'il s'agit d'architecture, de véritables hérésies en matière de
goût; on donne, chaque jour, comme des modèles de goût, des oeuvres dont
il est impossible de comprendre le sens, qui ne se font remarquer que
par un désaccord complet entre le but et l'apparence. On nous dit que
cette façade est de bon goût; mais, pourquoi? Est-ce parce que toutes
ses parties sont symétriques, qu'elle est ornée de colonnes et de
statues, que de nombreux ornements sont répandus partout? Mais cette
symétrie extérieure cache des services fort divers: ici une grande
salle, là des cabinets, plus loin un escalier. Cette fenêtre qui éclaire
la chambre du maître est de même taille et de même forme que cette autre
qui s'ouvre sur un couloir. Ces colonnes saillantes accusent-elles des
murs de refend, tiennent-elles lieu de contre-forts? Mais les murs de
refend sont placés à côté de ces colonnes et non sur leur axe; les
contre-forts sont superflus, puisque les planchers ne portent même pas
sur ce mur de face. Nous voyons des niches évidées au milieu de trumeaux
là où nous aurions besoin de trouver un point d'appui. Pourquoi, si nous
raillons ces gens qui veulent paraître autres qu'ils ne sont, si nous
méprisons un homme qui cherche à nous en imposer sur sa qualité, sur son
rang dans le monde, et si nous trouvons ses façons d'être de
très-mauvais goût, pourquoi trouvons-nous qu'il y ait du goût à élever
une façade de palais devant des bureaux de commis, à placer des
colonnades devant des murs qui n'en ont nul besoin, à construire des
portiques pour des promeneurs qui n'existent pas, à cacher des toits
derrière des acrotères comme une chose inconvenante, à donner à une
mairie l'aspect d'une église, ou à un palais de justice l'apparence d'un
temple romain? Le goût n'est pas, comme le pensent quelques-uns, une
fantaisie plus ou moins heureuse, le résultat d'un instinct. Personne ne
naît homme de goût. Le goût, au contraire, n'est que l'empreinte laissée
par une éducation bien dirigée, le couronnement d'un labeur patient, le
reflet du milieu dans lequel on vit. Savoir, ne voir que de belles
choses, s'en nourrir, comparer; arriver, par la comparaison, à choisir;
se défier des jugements tout faits, chercher à discerner le vrai du
faux, fuir la médiocrité, craindre l'engouement, c'est le moyen de
former son goût. Le goût est comme la considération: on ne l'acquiert
qu'à la longue, en s'observant et en observant, en ne dépassant jamais
la limite du vrai et du juste, en ne se fiant point au hasard. Comme
l'honneur, le goût ne souffre aucune tache, aucun écart, aucune
concession banale, aucun oubli de ce que l'on doit aux autres et à
soi-même. Le respect pour le public est, de la part d'un artiste qui
produit une oeuvre, la première marque de goût. Or la sincérité est la
meilleure façon d'exprimer le respect. Si le mensonge était jamais
permis, ce serait envers ceux que l'on méprise. Cependant nous nous
sommes éloignés des règles du goût à ce point, dans l'art de
l'architecture, que nous ne montrons plus au public que des
_apparences_. Nous simulons la pierre avec des enduits ou du ciment, le
marbre et le bois avec de la peinture. Ces voussures que vous croyez en
pierre sculptée ne sont qu'un plâtrage sur des lattes; ces panneaux de
chêne, ce sont des planches de sapin recouvertes de pâtes et d'une
couche de décoration; ces pilastres de marbre et d'or, qui paraissent
porter une corniche et soutenir un plafond, sont des plaques de plâtre
accrochées au mur chargé de leur poids inutile. Ces caissons du plafond
lui-même, qui nous représentent des compartiments de menuiserie, ne sont
autre chose que des enduits moulurés suspendus par des crampons de fer à
un grossier plancher qui n'a nul rapport avec cette décoration; si bien
que, dans cette salle où vous croyez voir la main-d'oeuvre le disputer à
la richesse de la matière, tout est mensonge. Ces piliers qui paraissent
porter sont eux-mêmes accrochés comme des tableaux; ces arcs masquent
des plates-bandes en bois ou en fer; cette voûte est suspendue à un
plancher qu'elle fatigue; ces colonnes de marbre sont des cylindres de
stuc revêtant des poteaux. L'artiste, dites-vous, est homme de goût;
oui, si c'est faire preuve de goût de se moquer de vous et de tromper le
public sur la qualité de l'oeuvre.

Comment procédaient cependant ces artistes du moyen âge en France,
accusés de mauvais goût par les beaux-esprits des XVIIe et XVIIIe
siècles, peu connaisseurs en architecture, et par nos débiles écoles
modernes, copiant avec du carton et du plâtre les robustes splendeurs de
ces derniers siècles, et tombant, de contrefaçons en contrefaçons, par
ennui et fatigue, par défaut de principes et de convictions, jusqu'à
l'imitation du _style_ du temps de Louis XVI, comme si l'art de ce temps
d'affaissement possédait un style? comme si, pour en venir à cette
triste extrémité, il était nécessaire d'envoyer nos jeunes architectes à
Rome et à Athènes s'inspirer des arts de l'antiquité?

Leur première loi était la sincérité. Avaient-ils de la pierre, du bois,
du métal, des stucs à mettre en oeuvre? ils donnaient à chacune de ces
matières la structure, la forme et la décoration qui pouvaient leur
convenir; et, lors même qu'ils tentaient d'imposer à l'une de ces
matières des formes empruntées à d'autres, le goût leur traçait les
limites qu'on ne saurait dépasser, car jamais ils ne cherchaient à
tromper sur l'apparence. On peut bien trouver que telle rose, tels
meneaux sont délicatement travaillés: personne ne prendra une rose en
pierre, des meneaux en pierre pour du bois ou du fer; encore ces détails
des édifices religieux ne sont-ils que des claires-voies, des
accessoires qui ne tiennent pas à la véritable structure, on le
reconnaît sans être architecte. Pour eux, une salle est une salle; une
maison, une maison; un palais, un palais; une église, une église; un
château, un château; et jamais il ne leur serait venu à l'esprit de
donner à un édifice municipal la silhouette d'une église en manière de
pendant, pour amuser les badauds, grands amateurs de la symétrie.
Font-ils couvrir cette salle d'un berceau en bois? c'est bien un lambris
que nous voyons, non point le simulacre d'une voûte en maçonnerie.
Font-ils un plafond? c'est la structure du plancher qui donne ses
compartiments, sa décoration. À leur avis, un toit est fait pour couvrir
un édifice; aussi lui donnent-ils la pente suffisante pour rejeter les
eaux; ils ne le dissimulent pas derrière un attique; dans un même
palais, ils n'élèveront pas des toits plats et des toits aigus: ils
adopteront les uns ou les autres partout, suivant le besoin, le climat
ou la nature des couvertures. Est-ce une galerie qui passe derrière ce
mur? nous le reconnaîtrons, à l'extérieur, par la manière dont les jours
sont percés; est-ce une grand'salle? les fenêtres seront hautes et
larges; est-ce une suite de cellules? les fenêtres seront fréquentes et
petites. Partant de principes vrais, simples, raisonnés, le goût n'est
plus affaire de hasard: il s'attache à quelque chose de réel; il apporte
dans l'étude des détails le respect pour la vérité; il se complaît à
exprimer les besoins, les nécessités du programme; à chaque instant il
varie son expression, suivant le thème qui lui est donné. Savoir ne dire
que ce qu'il faut et savoir dire les choses à propos est une preuve de
goût dans les relations du monde; c'est faire preuve de peu de goût de
donner à la maison d'un simple particulier habitée par des locataires
l'apparence d'un palais. «Si le propriétaire peut payer ce luxe,
direz-vous, pourquoi ne pas le satisfaire?» Soit; mais vous ne pourrez
nous empêcher de trouver que l'architecte et son client ont mauvais
goût, et l'extravagance de celui-ci n'excuse pas la complaisance du
premier. On n'écrit pas une ordonnance de police comme un discours à
l'Académie, un inventaire avec le style qui convient à un roman; et la
lettre que vous adressez à votre jardinier pour lui recommander de
planter des salades en temps opportun n'est pas faite comme celle que
vous écrivez à un prince pour réclamer sa bienveillance. Pourquoi donc,
si nous admettons ces distinctions dans la façon d'écrire, ne les
observons-nous pas dans notre architecture? Nous trouvons dans l'art du
moyen âge cet à-propos, marque d'un goût sûr. L'église du village ne
ressemble pas à une cathédrale; elle n'est pas un diminutif de celle-ci.
La maison d'un bourgeois n'est pas faite avec les rognures d'un palais.
La halle de la cité ne peut être prise pour une salle de fêtes,
l'hôpital pour une maison de ville; et l'étranger qui se promenait
autrefois dans nos cités pouvait deviner la destination de chaque
édifice à son apparence extérieure; il ne lui serait jamais arrivé de
chercher un bénitier à la porte d'une mairie, croyant entrer dans une
église, ou de demander, sous le vestibule d'une caserne, le nom du riche
seigneur pour lequel on a bâti ce majestueux édifice.

Le goût est relatif à l'objet; il s'appuie donc avant tout sur la
raison. Comme le bon sens est une des qualités (fort ancienne) de notre
pays, nous avons apporté dans nos arts un goût délicat, lorsque nous
avons été laissés à nos propres instincts. Malheureusement,
l'architecture s'est brouillée depuis longtemps en France avec le bon
sens, et par suite avec le bon goût, sous l'influence de doctrines
erronées. On a reconnu, au XVIIe siècle, que l'architecture antique
était un art soumis à un goût pur, ce qui est incontestable; on s'est
mis à faire de l'architecture antique, sans penser que, si
l'architecture antique est conforme au goût, c'est qu'elle est une
expression nette, précise, de la civilisation qui l'a constituée. Mais
si par cela même l'architecture antique se soumet aux règles du goût
sous les empereurs romains, elle est contraire à ces règles sous la
société de Louis XIV, qui ne ressemble pas absolument à la société de
Tibère ou de Claude. Alors (au XVIIe siècle) on ne faisait guère entrer
le raisonnement dans les questions d'art; l'architecture était une
affaire de colonnades, de chapiteaux, de frontons et de corniches, de
symétrie, toutes choses qu'on déclarait être de _grand goût_, comme on
disait alors, sans définir d'ailleurs ce qu'on entendait par ce _grand
goût_, qui n'est, à notre avis, qu'un grand engouement. Cependant (car
c'est une occasion de faire preuve de goût, et de ne pas tomber dans
l'exagération) il est juste de reconnaître que ce siècle (nous parlons
de celui de Louis XIV) a su produire en architecture des oeuvres d'une
grande valeur, toutes fois qu'elles n'ont pas abandonné complétement
notre sens français. Certes, on ne peut nier que l'Hôtel des Invalides,
par exemple, ne soit un chef-d'oeuvre d'architecture. Pourquoi? Est-ce
parce que nous y trouvons des archivoltes romaines, des corniches
romaines? Non certainement: c'est parce que cet édifice présente un plan
parfaitement approprié à l'objet; partout de la grandeur, sans place
perdue, des services faciles, un aspect général extérieur qui indique
clairement sa destination. Mais à qui devons-nous ces belles
dispositions? Est-ce à l'antiquité romaine? Sont-ce les architectes
romains qui nous ont donné, entre autres choses, cette belle composition
de la cour, avec ses quatre escaliers aux angles, autour desquels tourne
le cloître? Non, c'est là le plan d'une cour d'abbaye française, avec
son vaste réfectoire, avec ses dortoirs, son église accessible de tous
les points des bâtiments, ses galeries et ses services journaliers.
C'est par ces dispositions appropriées à l'objet que l'Hôtel des
Invalides est une oeuvre de goût, et non parce que l'architecte a semé
sur ses façades quelques profils romains; au contraire, ces détails
empruntés à une architecture entièrement étrangère à notre climat, à nos
usages et à notre génie, ne font que gâter le monument, ou le rendre, au
moins, froid, monotone. Ces toits à pentes rapides (qui sont bien
français) jurent avec ces corniches antiques, avec ces arcades qui ont
le grand tort de vouloir rappeler quelque portique de théâtre ou
d'amphithéâtre romain. En cela le goût ne saurait être satisfait, car le
goût demande aussi un rapport, une corrélation entre l'ensemble et les
détails. Quand Molière a pris à Plaute son sujet d'_Amphytrion_, bien
qu'il ait adopté le canevas antique, il a fait parler Mercure, la Nuit,
Jupiter, Amphytrion, Alcmène et Sosie, comme parlaient les seigneurs,
les dames et les valets de la cour, et non comme des Grecs. Bien mieux,
il a donné à ses personnages les sentiments, les idées et les préjugés
de son temps; pour exprimer ces idées, ces sentiments, il n'a pas cousu
des mots grecs ou latins à sa phrase française. Le nom des personnages
ne fait là rien à l'affaire, et Jupiter pourrait s'appeler Louis le
Grand et porter la grande perruque. Certes Molière, comme tous les
auteurs illustres du XVIIe siècle, appréciait fort les anciens, avait su
s'en servir; cessait-il pour cela d'être Français, et si nous
l'admirons, n'est-ce pas parce qu'il est bien Français? Pourquoi donc, à
l'architecture seule, serait-il permis de s'exprimer comme l'écolier
limousin de Rabelais, et en quoi ce jargon peut-il être conforme aux
règles du goût?

La pierre, le bois, le fer, sont les matériaux avec lesquels
l'architecte bâtit, satisfait aux besoins de son temps; pour exprimer
ses idées, il donne des formes à ces matériaux; ces formes ne sont pas
et ne peuvent être dues au hasard, elles sont produites par les
nécessités de la construction, par ces besoins mêmes auxquels l'artiste
est tenu de satisfaire, et par l'impression qu'il veut produire sur le
public; c'est une sorte de langage pour les yeux: comment admettre que
ce langage ne corresponde pas à l'idée, soit dans l'ensemble, soit dans
les détails? et comment admettre aussi qu'un langage formé de membres
sans relations entre eux puisse être compris? Cette confusion,
introduite au XVIIe siècle, a bientôt fait de l'architecture un art
incompréhensible pour le public; nous en voyons aujourd'hui plus que
jamais les tristes effets.

De l'introduction irréfléchie de certaines formes et non de l'esprit de
l'antiquité dans l'architecture, on en est venu bientôt à la corruption
de ces formes dont les principes n'avaient point été reconnus tout
d'abord. Au XVIIIe siècle, on croyait encore pratiquer les arts romains,
tandis qu'on ne faisait qu'aggraver le désordre qui s'était mis dans
l'étude de l'architecture. Cependant le goût, le sentiment des
convenances est assez naturel chez nous, pour que, dans ce désordre
même, on trouve les traces de cette qualité française. Nos châteaux, nos
édifices publics du dernier siècle ont un certain air de grandeur calme,
une raison, bien éloignés des exagérations que l'on rencontre alors dans
les édifices analogues bâtis en Italie et en Allemagne. L'un des signes
les plus visibles de la confusion qui s'est faite dans les esprits
depuis cette époque, c'est le rôle infime que l'on a donné au goût dans
l'architecture. Le goût est devenu une qualité de détail, un attrait
fugitif, à peine appréciable, que l'on ne saurait définir, vague, et qui
dès lors n'était plus considéré par nos architectes comme la conséquence
de principes invariables. Le goût n'a plus été qu'un esclave de la mode,
et il s'est trouvé alors que les artistes reconnus pour avoir du goût en
1780 n'en avaient plus en 1800. Cette dépréciation du goût a fait dire,
par exemple, que tel artiste ne possédait ni la théorie ni la pratique
de son art; qu'il était, en deux mots, passablement ignorant, mais qu'il
_avait du goût_. Est-il donc possible de faire preuve de goût en
architecture, sans être profondément versé dans cet art? Comme preuve de
la dépréciation du goût, citons un auteur sérieux, éclairé, et voyons ce
qu'il dit à propos du goût[10]. «De même, pour tout ce qui a rapport à
l'imitation des beaux-arts[11], la faculté qu'on appelle le _goût_
s'exerce principalement sur les qualités agréables, sur le choix d'une
certaine manière d'être ou de faire que le sentiment seul comprend, et
qu'aucune analyse ne peut démontrer.» Voilà qui est embarrassant, et
c'est le cas de dire: «On ne peut disputer des goûts», puisqu'on ne peut
démontrer s'il existe ou n'existe pas. Et plus loin: «Le goût n'est pas
celui qui, dans la composition, fait découvrir ces grands partis
d'ordonnance, ces lignes heureuses, ces masses imposantes qui saisissent
à la fois l'esprit et les yeux; mais ce sera lui souvent qui mêlera à
ces combinaisons l'attrait de la facilité, d'où résultera l'apparence
d'une création spontanée.» Ainsi nous voyons que, pour un des auteurs
les plus distingués qui ont écrit sur l'art de l'architecture au
commencement de ce siècle, le goût est insaisissable; il ne préside
point à l'ordonnance générale, il n'est appelé par l'artiste que quand
l'oeuvre est conçue et qu'il ne s'agit plus que de lui donner un tour
attrayant, c'est-à-dire lorsqu'il faut, en bon français, la soumettre
aux exigences de la mode du jour. C'était bien la peine de parler et
d'écrire sur le goût pendant deux siècles, de fonder des académies
destinées à maintenir les règles du goût, pour en arriver à cette
conclusion: «L'attrait de la facilité... une manière d'être et de faire
que le sentiment seul comprend!»

Rapetissant le goût à ces maigres et fugitives fonctions, on a dû
nécessairement rapetisser ceux qui sont considérés comme les
dépositaires du goût. Aussi, les architectes ont vu bientôt une certaine
partie des édifices publics sortir de leurs mains, puisque le goût
n'avait rien à voir dans «les grands partis d'ordonnance, les masses
imposantes.» On a pensé que leur concours était inutile s'il s'agissait
de bâtir des ponts, d'élever des quais, de faire de grands travaux de
terrassement, des casernes, des ouvrages militaires. Et si le public
trouve la plupart de ces bâtisses laides, disgracieuses, barbares même,
on peut dire que le goût n'entre pour rien là-dedans, et que lui,
public, n'a point à l'y chercher. Eh bien, nos architectes du moyen âge,
d'accord avec le public de leur temps, croyaient que le goût se dévoile
aussi bien dans la construction d'un pont et d'une forteresse que dans
l'ornementation d'une chapelle ou d'une chambre à coucher; pour eux, le
goût présidait à la conception, aux dispositions d'ensemble, aussi bien
qu'aux détails de l'architecture, et l'on pourra reconnaître même que
cette qualité générale en matière de goût se retrouve jusque pendant le
XVIIe siècle. Il suffit de voir comme étaient conçus les châteaux de
Vaux, de Maison, de Coulommiers, du Rincy, de Berny, de Versailles, de
Monceaux, de Saint-Germain, de Chantilly, leurs parcs et dépendances,
pour s'assurer que le goût, chez les architectes qui ont présidé à la
construction et à l'arrangement de ces résidences, n'était pas seulement
une qualité s'attachant aux détails, un tour indéfinissable que le
sentiment seul comprend et qu'aucune analyse ne peut démontrer», mais au
contraire le résultat de bonnes traditions, du savoir, de vues
générales, justes et larges en même temps, résultat dont les causes
comme les effets peuvent être démontrés. C'est bien plutôt dans les
dispositions d'ensemble que les architectes du XVIIe siècle montrent
leur goût que dans l'exécution des détails. Par le fait, le goût se
manifeste dans tout, préside à tout, au milieu des civilisations qui
sont dans les conditions propres à son développement. Il y autant de
goût dans la composition et l'ordonnance du Parthénon, dans la manière
dont il est planté sur l'Acropole d'Athènes, que dans le tracé et
l'exécution des profils et des sculptures.

Voyons maintenant comment les artistes du moyen âge, en France, ont
manifesté cette qualité essentielle. Ainsi que nous l'avons dit plus
haut, le vrai est la première condition du goût. Les architectes de ces
temps possèdent de la brique pour bâtir, leur construction ne simulera
pas un édifice en pierre de taille; ils adopteront, non-seulement la
structure, mais la décoration que peut fournir la brique; ils éviteront,
dans les bandeaux et les corniches, les fortes saillies; ce ne sera pas
par la sculpture qu'ils produiront de l'effet, mais par les masses que
donnent naturellement des parements de terre-cuite revêtissant un
blocage. Aussi les monuments de brique élevés par les architectes du
moyen âge rappellent-ils certaines constructions romaines du temps de
l'Empire; employant les mêmes procédés, ils étaient entraînés à rappeler
les mêmes formes, bien qu'alors les habitudes des constructeurs fussent
très-différentes de celles des Romains. Ils font ressortir la grandeur
de ces masses simples par des cordons délicats mais très-accentués dans
leurs détails, ainsi qu'on peut les composer avec des briques posées sur
l'angle et en encorbellement. S'ils mêlent la pierre à la brique, et si
la pierre est rare, ils ne l'emploieront que pour des colonnes
monostyles, des chapiteaux, des tablettes de corniches, des corbeaux
sculptés, des appuis de fenêtres, des jambages et des archivoltes. Plus
la matière est chère, plus ils sauront en rehausser le prix par la
main-d'oeuvre. Économes de matériaux (ce qui est encore une preuve de
goût), ils ne les prodigueront pas inutilement, les choisissant suivant
la fonction qu'ils doivent remplir, la place qu'ils doivent occuper.
Dans un même édifice, nous verrons des colonnes monostyles, dont le
transport, la taille et la pose ont dû demander beaucoup de temps, de
soins et de peine, porter des constructions en petits matériaux, montés
et posés à la main. Observateurs fidèles des principes de leur
construction[12], ils voudront que ces principes soient apparents; leur
appareil n'est pas seulement une science, c'est un art qui veut être
apprécié, qui s'adresse aux yeux, explique à tous les procédés employés
sans qu'il soit nécessaire d'être initié aux secrets du praticien.
Jamais la construction ne dissimule ses moyens; elle ne paraît être que
ce qu'elle est. Aussi (et c'est là une observation que chacun peut
faire) un édifice du moyen âge gagne plutôt qu'il ne perd à faire voir
son appareil, les joints et lits de sa construction; en peut-on dire
autant des édifices bâtis depuis le XVIIIe siècle? Dans la plupart de
ces monuments, au contraire, la construction réelle n'est-elle pas
tellement en désaccord avec les formes, qu'on est forcément entraîné à
chercher les moyens propres à la dissimuler? Imagine-t-on l'effet que
produirait, par exemple, la colonnade du Louvre avec des joints et lits
franchement accusés comme ils le sont sur la façade de Notre-Dame de
Paris? En cela donc on ne peut refuser aux architectes du moyen âge
d'être vrais. On objectera peut-être ceci: que les Grecs et même les
Romains n'ont pas accusé l'appareil, les moyens de la construction, le
détail de la structure, et que cependant on ne saurait prétendre qu'ils
ont ainsi manqué de goût en cessant d'être vrais. Les Grecs et les
Romains, lorsqu'ils ont employé la pierre ou le marbre, ont eu en vue
d'élever des édifices qui parussent tout d'une pièce; ils posaient leurs
pierres parfaitement jointives, sans mortier entre elles, de manière à
ce que les sutures demeurassent invisibles. Chez les Grecs, l'idée de
donner à un édifice l'aspect d'une matière homogène, comme le serait un
monument taillé dans le roc, était dominante à ce point que, s'ils ne
pouvaient employer des matériaux d'une extrême finesse et pureté,
lorsqu'ils bâtissaient en pierre et non en marbre, ils revêtissaient
cette pierre d'un stuc fin, coloré, qui cachait absolument ces joints et
lits à peine visibles. Or nous avons adopté ou cru adopter les formes de
l'architecture des Grecs et des Romains, et nous construisons comme les
architectes du moyen âge, en posant nos pierres sur mortier ou plâtre.
C'est alors que nous ne faisons pas preuve de goût, puisque notre
construction est visible, malgré nos efforts pour la dissimuler, et que
nous adoptons des formes évidemment altérées si l'appareil reste
apparent. Si donc, en construction, pour montrer du goût il faut être
vrai, les anciens, comme les artistes du moyen âge, étaient des gens de
goût, et nous ne saurions aujourd'hui prétendre au même avantage.

Passons aux dispositions générales. On ne saurait nier que nos églises
du moyen âge, grandes ou petites, remplissaient parfaitement leur objet;
que les plans de ces édifices, empruntés le plus souvent à la basilique
romaine, mais profondément modifiés suivant les besoins et les moyens de
construction, étaient bien conçus, puisque, depuis lors, on n'a rien su
trouver de mieux, et que, même dans les temps où l'architecture du moyen
âge était considérée comme un art barbare, on n'a fait autre chose que
de copier ces plans, en les gâtant toutefois. La belle disposition des
sanctuaires avec collatéraux, qui appartient au moyen âge, est
non-seulement propre à l'objet, mais produit infailliblement un
très-grand effet. Or cette disposition est simple, facile à comprendre,
favorable aux développements des cérémonies du culte et à toutes les
décorations les plus somptueuses. Partout une circulation facile, de
l'air et de la lumière. Si, dans les châteaux des XIIIe, XIVe et XVe
siècles, on ne découvre pas ces dispositions symétriques adoptées depuis
lors, c'est qu'en réalité les besoins journaliers des habitants de ces
demeures ne se prêtaient point à la symétrie. On songeait bien plutôt à
trouver des distributions intérieures convenables, des moyens de défense
suffisants, qu'à présenter aux passants des façades pondérées. Le goût
ne consistait pas alors à chercher cette symétrie sans raison, mais à
exprimer au contraire les besoins divers par les aspects différents
donnés aux bâtiments. La grand'salle, la chapelle, les logis, les
cuisines, les défenses, les communs, adoptaient le caractère
d'architecture propre à chacune de ces parties. De même que dans la cité
tous les édifices étaient marqués au coin de leur destination propre,
dans le château, chaque service possédait une physionomie particulière.
Cela n'était pas conforme au goût des architectes du XVIIe siècle, mais
c'était conforme au goût absolu, c'est-à-dire à la vérité et à la
raison. Les anciens ne procédaient pas autrement, et les diverses
parties qui composaient une _villa_ romaine n'avaient pas de rapports
symétriques entre elles.

Les maisons des particuliers, pendant le moyen âge, soit qu'elles
occupassent une grande surface, soit qu'elles fussent petites,
laissaient voir clairement, à l'extérieur, leur distribution intérieure.
La salle, le lieu de réunion de la famille se distinguaient des chambres
et des cabinets par l'ordonnance de ses baies; les escaliers étaient
visibles, en hors-d'oeuvre le plus souvent, et si des étages étaient
entre-solés, l'architecte ne coupait pas de grandes fenêtres par les
planchers. Une façade en pans-de-bois ne se cachait pas sous un enduit
simulant la pierre, et les détails étaient à l'échelle de l'habitant. Si
des portiques protégeaient les passants, ils étaient assez bas et assez
profonds pour les abriter en laissant une circulation facile sous leurs
arcades. Avant de songer à faire d'une fontaine un point de vue, on
croyait qu'elle était destinée à fournir de l'eau à tous ceux qui en
avaient besoin. Avant de faire de l'entrée d'un établissement public une
décoration monumentale, on trouvait convenable d'abriter sous un auvent
les personnes qui frappaient à la porte. La tâche de l'architecte de
goût était donc de donner à toute chose une apparence conforme à
l'usage, quitte à appliquer la décoration que comportait chaque partie.
L'architecture ne s'imposait pas, elle obéissait; mais elle obéissait
comme une personne libre, sans contrainte, sans abandonner ses
principes, en mettant ses ressources et son savoir au service des
besoins auxquels il fallait satisfaire, considérant, avant tout, ces
besoins comme une question dominante.

Pour en revenir à des méthodes conformes au goût, nous avons donc
quelque chose à faire, beaucoup à défaire; nous avons à laisser de côté
ce que des esprits peu indulgents considèrent comme le pédantisme
d'école, une coterie arrivée à la puissance d'une oligarchie tyrannique;
nous avons à respecter le vrai, à repousser le mensonge, à lutter contre
des habitudes déjà vieilles et considérées par cela même comme
respectables; nous avons encore à acquérir cette souplesse dans l'emploi
des moyens mis à notre disposition, souplesse qui est un des charmes de
l'architecture des anciens comme de l'architecture du moyen âge et de la
Renaissance. Un amateur des arts disait un jour devant nous, en admirant
fort quelque groupe en terre-cuite de Bouchardon: «C'est l'antiquité,
moins la roideur!» Autant de mots, autant d'hérésies en fait de goût.
Les terres-cuites de Bouchardon ne ressemblent nullement aux antiques,
et la sculpture antique n'est jamais roide. Ce qui est roide, gêné,
contraint, c'est, en toute chose, l'imitation, la recherche, la
_manière_. Celui qui sait, celui qui est vrai fait ce qu'il fait avec
grâce, avec souplesse, avec goût par conséquent. En architecture, la
seule façon de montrer du goût, c'est d'appliquer à propos des principes
qui nous sont devenus familiers; ce n'est pas de rechercher l'imitation
de formes, si belles qu'elles soient, sans savoir pourquoi on les imite.

     [Note 10: Quatremère de Quincy, _Dictionnaire
     d'Architecture_, art. _Goût_.]

     [Note 11: Qu'est-ce que l'imitation des beaux-arts? L'auteur
     veut-il parler des arts d'imitation ou de l'imitation de la
     nature dans l'art?]

     [Note 12: Voy. CONSTRUCTION.]



GOUTTIÈRE, s. f. Voy. GARGOUILLE.



GRANGE, s. f. Bâtiment rural propre à renfermer les fourrages et les
grains. Les moines, qui s'occupaient fort, surtout à dater du XIe
siècle, de travaux agricoles, bâtirent un grand nombre de granges soit
dans l'enceinte des abbayes, soit dans la campagne. À l'article
ARCHITECTURE MONASTIQUE, nous avons donné quelques-uns de ces bâtiments,
entourés de murs de clôture, comme le sont aujourd'hui nos fermes. Ces
granges étaient en assez grand nombre et généralement bien construites,
car il en existe encore plusieurs dans l'Île-de-France, la Normandie, la
Champagne et la Touraine, qui datent des XIIe, XIIIe et XIVe siècles.
C'est principalement à la fin du XIIe siècle, au moment où les abbayes,
devenues très-riches, s'appliquaient à l'exploitation de leurs terres,
que les plus belles granges et les plus vastes ont été élevées.
Habituellement elles se composent de trois nefs séparées par deux
rangées de piles ou de poteaux supportant une énorme charpente. MM.
Verdier et Catiois, dans leur excellent ouvrage sur l'_Architecture
domestique au moyen âge_, en donnent quelques-unes, et entre autres la
belle grange monumentale de l'abbaye de Maubuisson, qui date de la
première moitié du XIIIe siècle. M. de Caumont, dans son _Bulletin
monumental_[13], signale celles de Perrières, celle d'Ardennes, celles
de l'Eure; elles datent des XIIe, XIIIe et XIVe siècles. L'une des
granges de l'abbaye de Longchamps, près Paris, existe encore tout
entière; elle date du XIIIe siècle. Nous en donnons le plan (1).

L'entrée est pratiquée sur l'un des grands côtés, en A. Cette entrée se
compose d'une porte charretière, avec porte bâtarde à côté; en B est un
puits. La fig. 2 présente l'un des pignons renforcés chacun de cinq
contre-forts, et la fig. 3 la coupe transversale. La charpente est
exécutée avec le plus grand soin, en beau bois de chêne, à vive arête.
La fig. 4 donne l'une des travées longitudinales[14]. Ces granges sont
toujours placées sur des terrains abrités, secs, nivelés avec soin, de
manière à éloigner les eaux pluviales de la base des murs. Dans le
voisinage des châteaux, et même quelquefois dans la bâille, des granges
étaient élevées pour recevoir les approvisionnements de fourrages et de
grains nécessaires à la garnison.

Les grandes abbayes avaient le soin de bâtir leurs granges sur des
terrains entourés de murs de clôture, défendus par des échauguettes et
de bonnes portes flanquées. Ces centres de provisions de grains et de
fourrages étaient occupés par des moines que l'on détachait
temporairement dans ces établissements isolés au milieu des champs, par
suite de quelque faute, et pour faire pénitence. Ils étaient habités
aussi par des frères convers et par des paysans. Ils contenaient donc
des logements disposés près des portes, et, la nuit, les voyageurs
pouvaient trouver un gîte dans ces dépendances, signalées au loin par un
fanal et le son d'une cloche suspendue au-dessus de l'une des entrées.
Peu à peu les granges d'abbayes, avec leurs enceintes et logis, virent
se grouper autour d'elles des habitations de paysans, et devinrent ainsi
le noyau d'un hameau. Nous avons en France beaucoup de villages qui
n'ont pas une autre origine, et qui ont conservé le nom de _la Grange_.
En temps de guerre, les paysans se renfermaient dans l'enceinte et s'y
défendaient de leur mieux. À l'instigation de quelque seigneur rival de
l'abbaye, il leur arrivait aussi de piller les granges des moines ou d'y
mettre le feu, ce qui ne leur était pas d'un grand profit.

Quelquefois ces bâtiments ruraux contenaient des étables à
rez-de-chaussée; telle est la belle grange qui existe encore près de
l'église de Saint-Martin-au-Bois, dans le département de l'Oise. Le
rez-de-chaussée est voûté et est destiné à recevoir des troupeaux;
au-dessus, un vaste grenier sert de magasin aux fourrages. Les granges
sont elles-mêmes, dans certaines localités, des bâtiments fortifiés,
entourés de fossés, flanqués de tours; toutefois cette disposition
n'apparaît guère qu'au XVe siècle, c'est-à-dire à l'époque où la
campagne, en France, était continuellement ravagée par des bandes de
routiers.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]

     [Note 13: T. XIV, p. 491; t. XV, p. 193, 443 et 492.]

     [Note 14: Nous devons ces dessins, relevés avec le plus grand
     soin, à M. Davioud, architecte de la ville de Paris.]



GRIFFE, s. f. C'est le nom que l'on donne à un appendice de la base des
colonnes pendant une certaine partie du moyen âge. On sait que les bases
des ordres ionique et corinthien romains se composent de tores
circulaires reposant sur une plinthe carrée (1). Il résulte de cette
disposition que les tores A laissent quatre angles B, découverts, à
surface supérieure horizontale, que le moindre mouvement de la colonne
fait briser. Nous ne nions pas que la composition de ce détail
architectonique ne soit parfaitement classique; mais, cet aveu fait, on
nous permettra de considérer cette disposition comme vicieuse, au point
de vue de la construction, peu rassurante même pour l'oeil, qui ne
comprend pas à quoi servent ces angles minces réservés sous une charge
verticale. Les anciens avaient eux-mêmes si bien senti l'inconvénient
pratique de la plinthe carrée, qu'ils amaigrissaient, sous les
diagonales _ab_, le lit inférieur de ces angles saillants (2). C'était
un aveu de leur inutilité; il eût été plus simple de ne pas les
conserver, et de donner à la plinthe une forme circulaire ou polygonale.

Il faut croire que les architectes romans voulurent éviter la casse des
angles des plinthes de bases, car, dès le XIe siècle, nous observons
déjà que, du dernier tore à l'angle de la plinthe, on laisse un
appendice ou renfort qui donne un certain empattement et une plus grande
résistance à ces angles. Ces premières griffes (3) sont très-simples de
forme: ce sont des boutons, des ergots qui, partant du tore, s'appuient
sur la surface triangulaire des quatre angles de la plinthe (voy. BASE).
Mais bientôt, ces appendices étant fort près de l'oeil, on en fit des
morceaux de sculpture très-soignés et souvent très-riches. Au XIIe
siècle, dans les édifices rhénans, on voit des bases de colonnes
cylindriques armées de griffes volumineuses, finement sculptées, qui
amortissent puissamment les tores sur les plinthes. Voici (4) une de ces
griffes provenant des bases des gros piliers du choeur de la cathédrale
de Strasbourg. Cet ornement donne à la base une fermeté très-convenable
à ce membre de l'architecture, fermeté qui manque absolument à la base
romaine; le gros tore inférieur, aplati (voy. BASE), se prête d'ailleurs
à recevoir ces appendices.

Autour du choeur de l'église abbatiale de Vézelay, les gros piliers
cylindriques reposent sur des bases ornées de fort belles griffes (5).
Nous en trouvons de très-remarquables, également sculptés, sur les
angles des plinthes des grosses colonnes du sanctuaire de l'église
collégiale de Poissy; quelques-unes (car ces griffes sont variées à
chaque base) représentent des animaux fantastiques sculptés avec
beaucoup de finesse (6). Ces deux exemples appartiennent à la fin du
XIIe siècle. Au commencement du XIIIe siècle, les griffes sont moins
variées comme forme; mais leur sculpture est énergique, bien appropriée
à la place, largement modelée.

Voici (7) une des griffes provenant des bases du tour du choeur de la
cathédrale de Laon. Cette feuille, terminée par un crochet, enroulée sur
elle-même à son extrémité, se lie intimement au tore; elle semble avoir
poussé sur sa surface et l'envelopper. On comprend que ces appendices
puissants donnent de la solidité aux cornes de la plinthe et leur
permettent de résister à une pression produite par un tassement
irrégulier.

Quelquefois (au commencement du XIIIe siècle) la griffe n'est qu'un
évidement pratiqué à l'angle d'une plinthe très-épaisse. On voit des
exemples de ces sortes de griffes aux colonnes engagées des chapelles du
tour du choeur de la cathédrale de Troyes (8). La griffe la plus
vulgaire adoptée à cette époque affecte la forme d'une feuille d'eau,
ressemblant assez au rez-de-coeur de l'architecture antique, mais d'un
modelé plus énergique. C'est ainsi que sont sculptées les griffes des
bases des colonnes de la partie inférieure de la cathédrale de Paris
(9). Vers le milieu du XIIIe siècle, les plinthes des bases étant
presque toujours taillées sur plan octogonal, la griffe disparaît. On la
voit renaître dans quelques monuments du XIVe siècle, comme à la
cathédrale (ancienne) de Carcassonne(10), à la cathédrale de Sens
(11)[15]. Elle disparaît définitivement au XVe siècle. On peut regretter
que ce bel ornement ait été complétement abandonné; et bien que si, par
aventure, un architecte s'avisait de l'employer de nouveau, comme un
appendice nécessaire, rassurant pour l'oeil, on ne manquerait pas
d'accuser cet architecte de nous faire rétrograder vers les temps
barbares. Il ne faut pas désespérer de lui voir reprendre la place qu'il
occupait si légitimement.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]

     [Note 15: Pilier de gauche à l'entrée de la nef, repris au
     XIVe siècle.]



GRILLAGE, s. m. Réseau en fer mince ou en fil de fer destiné à garantir
les vitraux contre la grêle, à préserver des sculptures du contact,
quelquefois aussi des objets précieux déposés dans les trésors des
églises ou des châteaux. Il reste peu d'exemples de grillages d'une
époque ancienne; cependant nous en possédons encore qui datent du XIIIe
siècle. Les fenêtres du chevet de l'ancienne cathédrale de Béziers
conservent leurs grillages, qui sont de jolies pièces de forge. Ils se
composent (1) de montants simples et alternativement de montants
auxquels sont soudées de fines brindilles de fer. Ces grillages sont
scellés dans les tableaux des baies au moyen des traverses A; celles-ci
sont pourvues d'oeils renflés, ainsi que l'indique le détail B. Les
traverses ont 0,02 c. d'épaisseur sur 0,035m c. de largeur; les montants
ont 0,015m d'épaisseur sur 0,02 c. de largeur; les brindilles ont en
moyenne 0,01 c. carré, et sont retenues au moyen d'embrasses C serrées à
froid. Mais ce sont là plutôt des grilles très-délicates que des
grillages.

Voici (2) un exemple de grillages fabriqués avec des fils de fer et qui
datent du XIVe siècle. Ce fragment a été trouvé à Rouen chez un marchand
de ferrailles, et nous en avons vu un autre absolument semblable dans la
cathédrale de Munich. On admettra que les anciens serruriers ou
grillageurs avaient plus d'imagination que ceux de notre temps. Nos
grillages modernes sont d'un aspect moins agréable.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]



GRILLE, s. f. Clôture à jour en fer ou en bronze. L'antiquité romaine
employait souvent le bronze coulé pour les grilles de clôture. À
l'exemple des anciens, dans les premiers temps du moyen âge, ce procédé
fut quelquefois adopté. Tout le monde connaît les belles grilles en
cuivre coulé de Notre-Dame d'Aix-la-Chapelle, et qui datent de l'époque
de Charlemagne[16]. Ces clôtures avaient été vraisemblablement
fabriquées soit en Orient, soit par des artistes byzantins établis en
Lombardie. Mais, outre que ces clôtures étaient fort chères, tant à
cause de la matière employée que par les frais de modèle et de moulage,
elles pouvaient être brisées facilement. Le fer, d'un emploi très-commun
dans les Gaules dès une époque reculée, fut de préférence adopté pour
toutes les clôtures à jour fabriquées pendant le moyen âge en France.
L'art du forgeron était d'ailleurs développé chez nous, et il se
perfectionna singulièrement pendant les XIe et XIIe siècles. Il faut
savoir qu'alors on n'avait pas les moyens de fabrication introduits par
l'industrie moderne; le fer était étendu en plaques ou corroyé en forme
de barres, à la main, sans le secours de ces cylindres puissants qui,
aujourd'hui, réduisent instantanément un bloc de fer rouge en fil de
fer. Obtenir une barre de fer longue, d'une égale épaisseur, bien
équarrie et dressée, c'était là une première difficulté, dont nous ne
pouvons avoir une idée, puisque tous les fers nous sont livrés, par les
usines, réduits en barres de toutes grosseurs et de sections
très-variées, sans que la main du forgeron ait en rien participé à ce
premier travail. Bien que l'on ne puisse méconnaître les immenses
avantages de la fabrication mécanique, il est certain cependant que les
forgerons ont dû peu à peu perdre l'habitude de manier le fer et d'en
connaître les qualités. Il y a vingt-cinq ans, on aurait vainement
cherché à Paris un forgeron capable de façonner la grille la plus
simple, et si nous en trouvons aujourd'hui, c'est grâce aux recherches
sur les arts industriels du moyen âge, grâce à quelques-uns de ces
architectes, qui, au dire de plusieurs, ne tendent à rien moins qu'à
faire rétrograder l'art de l'architecture vers la barbarie. Ceci dit,
afin de rendre à chacun ce qui lui est dû, occupons-nous des grilles. On
comprendra sans peine que, lorsqu'il fallait réduire à la main un
morceau de fer rougi en une barre, on évitait autant que possible de
donner à ces barres une grande longueur. Le forgeron, obligé de
retourner le bloc sur l'enclume et de l'amener peu à peu aux dimensions
d'une tringle équarrie, ne pouvait dépasser certaines dimensions assez
peu étendues, et devait chercher, par des combinaisons d'assemblage, à
éviter les pièces très-longues, par conséquent très-lourdes. Cela seul
explique pourquoi les plus anciennes grilles sont composées autant que
possible, de petites pièces de forge.

Une des plus anciennes grilles que nous connaissions, et qui soit une
oeuvre d'art, se trouve dans la cathédrale du Puy-en-Vélay. Cette grille
ouvrante, à un vantail, se compose d'un châssis de fer de 0,04 c. sur
0,02 c. d'épaisseur, contenant quatre traverses séparées par des
montants de 0,015m sur 0,02 c., entre lesquels sont disposés des
rinceaux de fer très-artistement composés. Cette grille date,
pensons-nous, du commencement du XIIe siècle. En voici un fragment (1).
Dans la hauteur, on compte cinq panneaux de brindilles soudées à des
embases et arrêtées aux montants par des embrasses B. Ces embrasses ne
sont pas soudées, mais simplement contournées à chaud. Le fer forgé à la
main présentant toujours des irrégularités, le forgeron, pour dissimuler
ces défauts, a eu l'idée de couvrir les montants, les brindilles et
leurs embases, de coups de poinçon et de burin qui donnent à cette
ferronnerie un aspect brillant, précieux et fin. Le détail (2) indique
ce genre de travail fait à froid. L'irrégularité même du travail donne
un charme particulier à ces pièces de forge dans lesquelles on sent
partout la main de l'homme. Les montants de cette grille sont posés de
champ et portent, ainsi que nous l'avons dit, 0,015m sur 0,02 c. Les
brindilles ont en moyenne 0,007m sur 0,015m.

Pendant le cours du XIIe siècle, le mode de fabrication des grilles ne
se modifie guère; ce sont toujours des montants compris dans des châssis
et renfermant des ornements composés de brindilles de fer à section
carrée ou méplate. Quand on veut donner beaucoup de force aux grilles,
les montants, comme les brindilles, se présentent de champ (3); quand,
au contraire, on prétend donner un aspect léger à ces grilles, les
montants et brindilles présentent à la vue leur côté large (4). Ceci
peut paraître étrange, car le tracé géométral produit précisément
l'effet contraire; mais les architectes du moyen âge ne se préoccupaient
pas de l'effet géométral, purement de convention. Il est clair que,
toute grille se voyant obliquement dans la plus grande partie de sa
surface, si les fers sont posés de champ, leurs côtés larges
apparaissent et se développent, ce qui donne un aspect robuste à
l'ouvrage; si les fers, au contraire, sont posés de plat, leurs faces
larges diminuent par l'effet de la perspective, et les surfaces étroites
n'empiètent point sur les vides. La fig. 5, qui donne le même dessin de
grille, l'un, celui A, obtenu avec des fers de champ, l'autre, celui B,
avec des fers de plat, fera comprendre cette loi si simple et si peu
observée généralement, par suite de l'habitude que nous avons prise de
ne pas nous préoccuper de l'effet perspectif en exécution. D'après le
tracé géométral, la grille A semblerait légère et la grille B paraîtrait
robuste, tandis qu'en exécution c'est le contraire qui a lieu.

Vers la fin du XIIe siècle, cependant, les serruriers cherchèrent,
parfois, d'autres combinaisons que celles données par des enroulements
de brindilles compris entre des montants et des traverses: ils
assemblèrent ensemble, avec beaucoup d'adresse, des panneaux d'ornements
formant, par leur réunion, de grands dessins. Cela toutefois ne fut
guère employé que pour des clôtures délicates et composées de fers
très-minces. M. Didron possède une très-jolie grille de ce genre, qui a
été gravée dans les _Annales archéologiques_[17], et qui appartient
certainement à la serrurerie si remarquable de la fin du XIIe siècle et
du commencement du XIIIe. Ces grilles, composées de brindilles enroulées
et seulement ornées de quelques coups de poinçons ou de gravures,
semblèrent trop pauvres aux forgerons du XIIe siècle, lorsqu'il fallut
entourer des sanctuaires, fermer certaines parties importantes des
édifices religieux ou civils; bientôt ils terminèrent ces brindilles par
des ornements enlevés à chaud au moyen d'une étampe ou matrice de fer
trempé. C'est ainsi que sont fabriquées les belles grilles dont nous
voyons encore quelques débris dans l'église abbatiale de Saint-Denis, et
dont nous donnons ici un spécimen (6). Ces grilles, qui datent de la fin
du XIIe siècle, sont forgées avec une rare perfection, et il semble
qu'entre les mains de l'ouvrier le fer avait acquis la malléabilité du
plomb. Les ornements ne sont étampés que sur une face. Notre figure est
au quart de l'exécution; en A, nous avons tracé la section d'une des
brindilles, moitié d'exécution. L'abbé Suger avait fait faire pour son
église des grilles en cuivre fondu, ainsi que le constatent les auteurs
contemporains et Dom Doublet qui les avait vues; elles ont été détruites
au commencement du dernier siècle. On observera que le système de
grilles en fer composées de panneaux d'ornements compris entre des
montants et traverses offrait en même temps beaucoup de solidité et de
légèreté; ces panneaux pouvaient être facilement montés, démontés ou
réparés, riches ou simples, très-fournis ou grêles. Il arrivait que ces
panneaux étaient parfois embrevés entre des montants munis de plaques de
fer débordant leur largeur et formant ainsi une suite de rainures.
Beaucoup de sanctuaires d'églises étaient fermés par des grilles ainsi
combinées; nous en trouvons encore un assez bel exemple dans le choeur
de l'église abbatiale de Saint-Germer[18], et, de tous côtés, des débris
qui nous font assez voir que leur emploi était fréquent, que ces sortes
d'ouvrages n'étaient point très-rares, et que les forgerons les
façonnaient sans difficulté. Des armoires contenant des objets précieux,
des tombeaux, des châsses, étaient entourés parfois de grilles d'une
extrême richesse, surtout à l'époque où l'art du forgeron nous fournit
les plus beaux exemples de serrurerie, nous voulons parler du XIIIe
siècle (voy. SERRURERIE). Ces sortes de grilles ne sont décorées que du
côté de la face extérieure, et les brindilles, au lieu d'être comprises
entre des montants et des traverses, sont souvent appliquées devant
l'armature principale. Telle est, par exemple, la belle grille en fer
qui protége le tombeau de la reine Eléonor dans le choeur de l'église
abbatiale de Westminster. Nous possédons aussi, dans les magasins de
l'église impériale de Saint-Denis, des fragments de grilles forgées et
assemblées suivant cette méthode (6 bis), qui avait l'avantage de roidir
singulièrement les châssis simples composés de montants et de traverses.
Ces enroulements de brindilles finement forgées, étampées et retouchées
au burin, rivées sur des châssis en fer, leur donnaient une grande
richesse en même temps qu'une solidité à toute épreuve.

Les grilles de défense des trésors, des sanctuaires, des riches
tombeaux, de précieux reliquaires, présentent non-seulement un obstacle
aux voleurs ou aux indiscrets, mais elles sont aussi parfois armées de
pointes et de chardons qui en rendent l'escalade périlleuse: telle est
la grille du sanctuaire de l'église de Conques (Aveyron), dont nous
donnons (6 ter) un fragment. Cette grille, qui n'a que 1m,40 de hauteur,
non compris les couronnements, présente extérieurement, au droit de
chaque montant, un appendice saillant qui ôte toute idée de tenter une
escalade; de plus, les montants eux-mêmes sont munis de fers pointus,
barbelés, forgés avec soin. Les appendices A se terminent par de petites
têtes de dragons qui semblent être les gardiens du sanctuaire. Cette
grille curieuse est décrite et dessinée en géométral dans le tome Xl des
_Annales archéologiques_ de M. Didron; elle nous paraît appartenir à la
fin du XIIe siècle ou au commencement du XIIIe.

Avant de présenter des modèles de grilles de clôture d'une époque plus
récente, il est nécessaire de dire quelques mots des grilles dormantes
et de garde scellées dans les baies vitrées, et servant à la fois de
grillage et de défense. Les fenêtres de trésors d'églises, de
rez-de-chaussée, de baies de châteaux, étaient souvent munies de ces
sortes de grilles artistement travaillées. Nous voyons encore, à
l'extérieur des baies romanes de l'église de la Brède (Gironde), des
grilles du XIIe siècle, intéressantes à étudier. Leur fabrication est
très-naïve, et cependant elles produisent un fort bon effet. Ces
fenêtres romanes n'ont pas plus de 0,26 c. de largeur sur une hauteur de
0,90 c. La défense (7) consiste en une seule barre verticale de fer
carré de 0,03 c., avec traverses A fichées comme des clavettes à travers
des renflements de la barre verticale. Ces traverses sont aplaties, 0,02
c. sur 0,007m. Des enroulements en fer plat de 0,03 c. sur 0,004m sont
également traversés et maintenus, par conséquent, au moyen des
traverses-clavettes A. La tige verticale est affûtée à sa partie
supérieure pour entrer dans un trou pratiqué dans la clef de l'arc, et
façonnée en queue de carpe à sa partie inférieure pour fournir un bon
scellement. Ici donc pas de soudures, seulement de petites pièces de
forge assemblées de la manière la plus naturelle. Nous avons vu aussi de
ces sortes de grilles de défense posées devant des fenêtres du XIIIe
siècle, et qui se composent de barres verticales en fer plat de 0,035m
sur 0,02 c., avec clavettes rivées en croix, ainsi que l'indique la fig.
8[19]. Le rivet est carré afin d'empêcher les clavettes A de tourner. Il
nous faut mentionner ici encore une fort belle grille dormante de
défense trouvée à Agen, rue Saint-Antoine[20]. Elle remplit aujourd'hui
un cintre complet de 1m,60 de diamètre, et devait, pensons-nous, garnir
une rose. Six panneaux, disposés en claveaux, composent le demi-cintre,
et sont maintenus au moyen de deux demi-cercles et de sept barres
rayonnantes (9). Nous donnons, en A, le détail de la pièce principale de
l'un de ces panneaux formés de brindilles en fer carré de 0,008m,
soudées au moyen d'embases B, suivant la méthode employée par les
forgerons des XIIIe et XIVe siècles (voy. SERRURERIE).

Revenons maintenant aux grilles de clôtures avec parties ouvrantes. La
fig. 6 nous fournit un des premiers exemples de ces sortes de grilles
avec ornements étampés; mais là, les fers sont étampés et côtelés sur le
plat; le travail était beaucoup plus difficile s'il s'agissait d'orner
les brindilles sur le champ du fer. C'est cependant ce que firent
souvent les forgerons du XIIIe siècle. On voit encore dans l'église de
Braîne, près de Soissons, des portions de grilles dormantes d'un
charmant dessin, forgées suivant cette méthode. Très-légères en
apparence, ces grilles, dont les fers se présentent de champ, ont une
grande solidité. Nous donnons (10) un des fragments de leurs panneaux.
En A est tracée la section des brindilles, grandeur d'exécution. Ces
brindilles sont étampées des deux côtés en B et C, ce qui ajoute
singulièrement à la difficulté d'exécution. L'épaisseur du champ diminue
beaucoup à l'extrémité de chaque tigette portant un ornement, de manière
à ce que ces ornements se renferment dans l'épaisseur EF.

Cependant l'art du forgeron, en France, ne restait pas stationnaire; il
cherchait des moyens nouveaux, des formes qui n'avaient pas encore été
employées. Dès le commencement du XIVe siècle, le système des grilles
composées de brindilles contournées et étampées, assemblées au moyen
d'embrasses non soudées, comme les grilles de Saint-Denis, de
Saint-Germer, de Saint-Aventin[21], de Braîne, de la cathédrale de
Reims, n'étaient plus guère usitées; on cherchait d'autres combinaisons,
on introduisait les plaques de fer battu découpées et modelées, comme
moyen décoratif, à la place des ornements étampés en plein fer. Les
forgerons voulaient produire plus d'effet avec des moyens de fabrication
plus simples. L'industrie se perfectionnait, mais l'art y perdait. Les
rivets remplaçaient les embrasses et même les soudures; on voulait
fabriquer plus vite et avec peu de dépense; il ne faut pas moins
reconnaître que les ouvriers de cette époque étaient beaucoup plus
habiles que les nôtres lorsqu'il s'agissait de manier le fer et de le
soumettre à l'action du feu. En effet, pour qui a pris la peine de se
rendre compte des procédés employés par les forgerons, ce qui doit
surprendre dans la fabrication de ces ouvrages délicats, c'est l'égalité
dans l'exécution et la malléabilité laissée au métal. Les fers de ces
anciennes grilles, bien qu'ils aient dû passer au feu un grand nombre de
fois avant d'arriver à l'achèvement de l'ouvrage, ne sont jamais brûlés;
ils conservent leur souplesse, et les soudures sont faites avec une
perfection et une liberté très-difficiles à obtenir aujourd'hui[22]. La
lime s'est chargée de rectifier les maladresses du forgeron; alors la
lime ne s'attaquait jamais aux pièces apparentes: c'était le marteau
seul qui laissait son empreinte sur le fer.

Voici un fragment d'une grille de clôture du XIVe siècle (11) qui
explique la transition entre le système des grilles avec ornements
étampés et ceux obtenus au moyen de plaques de tôle modelées, rapportées
à l'aide de rivures. Ici ce n'est pas encore la tôle rapportée, mais ce
n'est plus le fer étampé; le principe des montants et traverses
persiste, chaque brindille est façonnée ainsi que l'indique le détail A;
les feuilles découpées sont obtenues aux dépens de la brindille dont le
fer a été refoulé pour former une masse, aplatie ensuite au marteau. Au
lieu d'être attachées aux montants par des embrasses, comme dans les
grilles du XIIIe siècle, ces brindilles sont rivées latéralement en C.
Les montants passés à travers les oeils des traverses hautes sont rivées
sous les traverses basses en D; de plus, ils sont recouverts sur les
deux faces de deux plaques minces de fer battu retouchées et gravées au
burin. Ces plaques, que nous avons supprimées dans le tracé de
l'ensemble de la grille, sont figurées dans le détail E; les montants et
traverses ont 0,016m de large sur 0,025m de champ; les brindilles,
0,006m sur 0,016m de champ. La grille tout entière, d'une traverse à
l'autre, porte près d'un mètre[23].

Généralement, à la fin du XIVe siècle et au commencement du XVe, les
plaques de fer battu servant d'ornements sont soudées aux gros fers ou
aux brindilles; ce n'est que plus tard que la tôle rivée est employée
comme décoration. Il existe, dans le cloître de la cathédrale du
Puy-en-Vélay, une grille de ce genre très-habilement forgée. Nous en
donnons un ensemble (12). Chaque travée porte une accolade soudée aux
contre-forts A (voy., en K, la section sur _a b_). Le sommet de
l'accolade est rivé, en B, au montant-milieu de la travée qui est tors;
les autres montants sont à section carrée de 0,015m de gros. Les trèfles
C sont aplatis à la forge aux dépens des extrémités des redans. Les
fleurons D sont en tôle et soudés aux accolades. Entre chaque montant,
de petites plaques de tôle découpée et embrévées forment l'arcature E
(voy. le détail G). Les fleurons du couronnement sont également en tôle
et soudés avec soin aux pointes des fers. Les bases et chapiteaux des
montants, les profils des contre-forts sont façonnés au marteau, sans
trace de lime. On posait souvent alors (vers le commencement du XVe
siècle) les montants ou traverses sur l'angle, comme l'indique le dessin
ci-contre. Cela permettait parfois de maintenir les ornements de
remplissage sans avoir recours aux rivets ou aux embrasses. En voici un
exemple remarquable qui provient de la cathédrale de Constance (13). On
voit ici comment le fer diagonal A est maintenu prisonnier par les deux
entailles qui entrent dans les deux traverses B posées sur l'angle. Dans
cet exemple, les fers plats des brindilles rivées en C aux fers
diagonaux se convertissent en plaques de tôle découpée à leur pli D, et
ces tôles sont toutes variées, comme l'indiquent les divers tracés H.

Dans le cloître de cette dernière cathédrale, on voit encore une jolie
grille du XVe siècle, sans ornements de fer battu ou étampé, mais dont
la composition simple et le procédé de fabrication méritent d'être
signalés (14). De distance en distance, des contre-forts A reçoivent des
traverses B, à travers lesquelles passent les montants C posés d'angle.
Ces montants sont, de deux en deux, élégis à leur partie supérieure,
ainsi que l'indique le détail D, pour recevoir les brindilles E et leurs
rivets. Les autres montants F possèdent un tenon, qui vient s'assembler
dans la corniche supérieure, à travers les brindilles, en G.

L'ornementation inférieure présente une construction analogue. Les
brindilles se retournent le long des contre-forts, comme nous le voyons
en I, et les traverses L les fixent à ces contre-forts, ainsi que
l'indique le détail O. D'autre part, ces brindilles s'appuient le long
des évidements façonnés à la partie inférieure des lances P auxquelles
des rivets les attachent. Les montants F'passent, à travers ces
brindilles, en R, pour venir s'assembler dans la barre horizontale S. On
comprend que ce système de ferrures est fort solide; les brindilles ne
sont pas seulement attachées par des rivets, mais dépendent de la
structure principale, puisque les montants ou les traverses les arrêtent
d'une manière sûre par des tenons. Les montants sont en fer carré de
0,015m, les contre-forts en fer de 0,03 c. sur 0,025m, les traverses en
fer de 0,03 c. sur 0,02 c.

Les derniers exemples de grilles que nous venons de donner indiquent, la
plupart, des couronnements plus ou moins riches. En effet, les grilles
du moyen âge en possédaient toujours, à moins qu'elles ne fussent
disposées pour servir d'appuis. Ces couronnements prennent parfois, à
dater du XVe siècle, une grande importance, et ne sont que la
prolongation décorée des montants dépassant la traverse supérieure. Dans
les baies de la clôture du choeur de la cathédrale de Toulouse, on
remarque des grilles dormantes, très-simples d'ailleurs, fabriquées au
XVe siècle, et dont les couronnements remplissent les trilobes d'une
arcature en pierre. Voici (15) l'un d'eux. Les grilles dormantes des
fenêtres de châteaux ou de maisons sont presque toujours terminées par
des couronnements que l'on peut considérer comme un épanouissement des
montants. Nous citerons ici les grilles des fenêtres du château de
Tarascon (XVe siècle). Ces grilles se composent de montants serrés
pénétrant des traverses à oeils renflés et formant avec eux des carrés
parfaits. Les deux montants extrêmes et celui du milieu sont terminés
(16) par des fleurons de tôle soudée, tandis que les extrémités
inférieures de ces mêmes montants sont affûtées en pointes très-aiguës.
Chaque montant est scellé dans la pierre par un coude en équerre, ainsi
que l'indique le profil A. Il en est de même des traverses. Souvent les
montants de grilles dormantes de fenêtres sont terminés à la partie
supérieure et à l'extrémité inférieure par des pointes de fer
très-ouvragées qui présentent des défenses formidables; ces sortes de
grilles _épineuses_, dont nous présentons (17) un spécimen, étaient
placées devant les fenêtres des châteaux, afin d'éviter surtout les
tentatives de trahison, l'introduction d'ennemis dans une place de
guerre au moyen d'échelles, par les ouvertures donnant sur le dehors.
Ces grilles, profondément scellées au plomb à chaque traverse A et même
quelquefois à chaque montant, ne pouvaient être arrachées qu'après un
long travail. Les mesures de précaution étaient même poussées si loin
que, dans certains cas, les montants et traverses étaient assemblés de
telle façon qu'il devenait impossible soit de faire couler les montants
dans les oeils des traverses, soit les traverses dans les oeils des
montants, ces oeils étant alternativement pratiqués dans les traverses
et les montants (18). Il fallait être fort habile forgeron pour
fabriquer de pareilles grilles, car chaque oeil renflé devait être forgé
à mesure que l'on assemblait les traverses et les montants; c'est-à-dire
que la grille devait être forgée toute brandie, ce qui devait
occasionner un travail considérable. L'ouvrier devait ainsi mettre au
feu chaque maille de grille un certain nombre de fois. Mais ces hommes
semblaient se jouer avec les difficultés de main-d'oeuvre qui
aujourd'hui nous paraissent insurmontables. L'exemple que nous donnons
ici provient d'une maison de Constance. On trouve des grilles de ce
genre, c'est-à-dire à oeils alternés, à Troyes, à Strasbourg, et dans
beaucoup de localités du Nord et de l'Est. Elles datent des XIVe, XVe et
XVIe siècles. Celle-ci (fig. 18) est du commencement du XVIe siècle.
Toutefois, l'habileté des forgerons n'est pas égale dans toutes les
provinces qui composent la France de nos jours.

On travaillait beaucoup mieux le fer au nord de la Loire et dans les
provinces voisines du Rhin que dans l'Ouest et dans le Midi. Certaines
grilles appartenant à des édifices du XVe siècle, sur les bords de la
Garonne, par exemple, quoique bien composées, ne peuvent être comparées
aux ouvrages de ferronnerie de l'Île-de-France, de la Picardie ou des
Flandres. On voit encore, dans l'église Saint-Sernin de Toulouse, une
grille (19) qui clôt le choeur au droit des piles du transsept; quoique
cette oeuvre de serrurerie soit fort bien entendue, comme composition,
le travail en est des plus grossiers. Les montants en fer carré,
lourdement travaillés, se terminent par des couronnements E en fer battu
et soudés. Des frises en tôle façonnée et ajourée A et B masquent les
traverses de la grille et leurs trous renflés, ainsi que l'indique le
profil D. Les tôles de la traverse _b_, détaillées en B, se terminent
par un petit crénelage avec rosaces, dont le figuré perspectif C
explique la façon. Les tôles des traverses _ab_, AB, sont maintenues par
des rivets qui passent au-dessus et au-dessous des barres horizontales;
elles sont donc entièrement indépendantes des grilles et ne servent qu'à
la décoration de l'oeuvre. Ces grilles, qui datent de la fin du XVe
siècle, sont des premières où la tôle rapportée et rivée remplace les
plaques de fer battu et soudées. Cela simplifiait la fabrication, allait
permettre de décorer la serrurerie d'une façon très-riche, mais devait
peu à peu supprimer l'école des forgerons, si brillante pendant une
partie du XIIe siècle et tout le cours du XIIIe. Cette école, cependant,
n'était pas près de s'éteindre dans les provinces du Nord-Est, ainsi que
nous venons de le dire, et la serrurerie des XVe et XVIe siècles est,
comme oeuvre de forge, sur les bords du Rhin, dans les Flandres, en
Suisse et en Bavière, d'une exécution parfaite. Nous ne savons pas quel
fut le forgeron qui fabriqua les grilles du tombeau de Maximilien à
Insbruck; mais, comme oeuvre de serrurerie, ces grilles sont supérieures
à tout ce que nous connaissons en ce genre (voy. serrurerie). À la fin
du XVe siècle et au commencement du XVIe, on trouve assez souvent, dans
les provinces de l'Est, des grilles dont les panneaux sont façonnés
ainsi que l'indique la fig. 20. Tout le compartiment est formé d'une
seule tige de fer rond de 0,012m de grosseur, se repliant sur elle-même
et se pénétrant, comme le fait voir le tracé A. À l'article serrurerie,
nous décrivons les procédés de fabrication de ces sortes de grilles,
qu'à grand'peine, et après avoir brûlé bien des tringles de fer, nous
sommes parvenus à faire reproduire par des forgerons très-habiles.
Cependant ces sortes de grilles composées de tiges de fer se pénétrant
en tous sens sont assez communes pour que l'on doive admettre qu'on les
façonnait aux XVe et XVIe siècles sans difficultés. Elles présentaient,
quoique légères, une parfaite solidité; car ce qui aujourd'hui rend les
grilles peu solides, malgré le poids extraordinaire qu'on est obligé de
leur donner, ce sont ces tenons et ces goupilles qui font de la
serrurerie une fabrication que l'on pourrait comparer à la menuiserie.
Assembler des fers au moyen de tenons et de mortaises avec goupilles eût
paru aux forgerons du moyen âge et de la Renaissance une énormité; ce
moyen, convenable lorsqu'il s'agit de menuiserie, ne s'accorde point
avec la nature du fer et les dimensions qu'on doit donner aux parties
d'une grille. De fait, nous ne savons plus souder le fer, nous
l'assemblons; ce n'est plus là de la serrurerie; et cependant nous
croyons savoir employer les métaux propres aux bâtiments beaucoup mieux
que ne le faisaient les serruriers qui nous ont précédés de quelques
siècles. Il est clair que la grande fabrication, celle des usines, s'est
développée de notre temps d'une manière remarquable; mais il est certain
aussi que la main-d'oeuvre est tombée bien au-dessous de ce qu'elle
était il y a quelques siècles, lorsqu'il s'agit de travailler le fer. On
a fait cependant encore de fort belles grilles en France pendant les
XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles; mais la tôle repoussée et rivée joue le
rôle principal dans la décoration de ces ouvrages; on a perdu les
procédés de soudure si habilement pratiqués par les corporations de
forgerons des temps antérieurs.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 6. bis.]
[Illustration: Fig. 6. ter.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]
[Illustration: Fig. 12.]
[Illustration: Fig. 13.]
[Illustration: Fig. 14.]
[Illustration: Fig. 15.]
[Illustration: Fig. 16.]
[Illustration: Fig. 17.]
[Illustration: Fig. 18.]
[Illustration: Fig. 19.]
[Illustration: Fig. 20.]

     [Note 16: Voy. Gailhabaud, _Architecture du_ Ve _au_ XVIIe
     _siècle_, t. IV.]

     [Note 17: T. X, p, 117.]

     [Note 18: Voy. l'_Encyclopédie d'architecture_. Bance,
     éditeur.]

     [Note 19: Maison à Saint-Antonin (Tarn-et-Garonne).]

     [Note 20: Par M. Alaux, architecte. Cette grille, ou plutôt
     ce fragment de grille, est disposé aujourd'hui sous le cintre
     d'une porte d'habitation dont la construction remonte à une
     époque assez récente. Le centre de la grille n'existe plus,
     nous le supposons rétabli.]

     [Note 21: Voy. Gailhabaud, _L'Architecture du_ Ve _au_ XVIIe
     _siècle et les arts qui en dépendent_, t. IV.]

     [Note 22: Nous ne voulons pas paraître injuste envers notre
     temps: avec un peu de persistance et de bons avis on arrive
     encore aujourd'hui à faire fabriquer ces ouvrages de
     ferronnerie. D'ailleurs ce ne sont jamais les ouvriers qui
     nous font défaut en France. L'obstacle, c'est la routine, ce
     sont les préjugés; tranchons le mot: l'ignorance des chefs,
     ignorance passée à l'état de privilége inattaquable.]

     [Note 23: Provenant d'une clôture, magasins de Saint-Denis.]



GRISAILLE. (Voy. VERRIÈRE.)



GUETTE, s. f. _Gaîte_. La personne chargée de guetter au sommet des
défenses des châteaux.

       «Nous n'avons point de gaîte, sauriiez-vous gaitier?[24]»

La _gaîte_ était chargée non-seulement de prévenir les gens du château
de tout ce qui se passait dans la campagne, mais aussi de jouer des airs
à certains moments de la journée:

       «Gautiers est demorez, s'acheta moïnel,
       Grant buisine d'airain et cornet et fretel[25].»

Quelquefois le nom de _gaite_ est donné au lieu où se tient le guetteur
(voy. ÉCHAUGUETTE).

     [Note 24: _Gautier d'Aupais_. Fabliau du XIIIe siècle, pub.
     par Fr. Michel; 1835.]

     [Note 25: _Gautier d'Aupais_. Fabliau du XIIIe siècle, pub.
     par Fr. Michel; 1835.]



GUICHET, s. m. Petit vantail découpé dans le grand vantail d'une porte
et pouvant s'ouvrir séparément (voy. PORTE).



GYPSERIE, s. f. Ouvrage léger en plâtre. On a fort employé le plâtre
pendant le moyen âge, particulièrement pour enduire les intérieurs. Nous
avons vu encore, dans le palais archiépiscopal de Narbonne, une petite
rose dont les compartiments en plâtre séparaient deux salles voisines.
Cet ouvrage datait du XIVe siècle. Bon nombre de manteaux de cheminées,
dans les maisons, étaient faits en plâtre (voy. CHEMINÉE). On faisait
aussi en plâtre des cloisons, des clôtures à jour dans les intérieurs
des palais, des augets de plafond (voy. PLANCHER).

H


HALLE, s. f. Lieu enclos, couvert ou découvert, dans lequel des
marchands, moyennant une redevance payée au seigneur dudit lieu,
acquiéraient le droit de vendre certaines natures de marchandises. Dès
les Xe et XIe siècles il y avait à Paris une halle qui se tenait sur un
terrain entouré d'un fossé désigné sous le nom de _Campelli_,
_Champeaux_, à peu près sur l'emplacement du marché des Innocents. «Au
commencement du XIIe siècle, dit Sauval[26], Louis le Gros y établit un
nouveau marché pour les merciers et les changeurs... Philippe-Auguste,
en 1181, y transféra la foire de Saint-Lazare... Deux ans après il y fit
faire deux halles entourées d'une muraille _garnie de logis_ et fermée
de bonnes portes, afin que, quand il pleut, les marchands y pussent
vendre leurs marchandises et les tenir à couvert en tout temps et en
toute sûreté.» Les halles se multiplièrent singulièrement à Paris
pendant le cours des XIIIe et XIVe siècles; saint Louis en fit établir
plusieurs vers 1263. Généralement les halles, pendant le moyen âge,
n'étaient autre chose qu'un espace appartenant à un seigneur féodal ou à
la ville, sur lequel on permettait la vente de marchandises. La halle se
tenait sur une place, sous des porches d'églises, sous des portiques de
maisons, autour des beffrois, des hôtels de ville, sous des appentis.
Par le fait, la halle n'avait pas un caractère monumental qui lui fût
particulier. Il n'y a donc pas lieu de nous étendre ici sur ces
établissements. Sauval, cependant, mentionne la halle aux draps en gros
de Paris, qui, dès 1417, «consistait en vingt travées, avait six toises
de large, et était couverte d'une voûte de pierre de taille.» Mais cette
halle ayant été démolie en 1572, nous n'avons aucun renseignement sur sa
structure.

     [Note 26: L. IV.]



HERSE, s. f. _Harse_, _coulisse_. Lourde claire-voie composée de pièces
de fer ou de charpente assemblées, s'engageant verticalement dans deux
rainures et formant un obstacle sous le passage d'une porte fortifiée.
La herse se relève au moyen de contre-poids et d'un treuil; elle retombe
par son propre poids. Les Romains connaissaient la herse; on la voit
figurée sur des vignettes de manuscrits dès les IXe et XIe siècles.
Toutefois, dans les édifices militaires encore debout, nous n'en
connaissons pas qui soient antérieures au XIIe siècle.

Nous avons l'occasion de donner un certain nombre de combinaisons de
herses à l'article PORTE.



HEURTOIR, s. m. _Hurtoir_. Marteau pour frapper aux portes. Les premiers
heurtoirs paraissent avoir été de petits maillets suspendus
extérieurement aux huis des portes.

       «Bien sembloit l'hermitage de vieil antiquité.
       Cele part est alée s'a à l'uisset hurté.
       D'un maillet qui là pent a sus l'uis assené[27].»

Les anneaux de fer attachés à des têtes de bronze en dehors des portes,
dès une époque très-ancienne, servaient également de heurtoirs, car ils
sont souvent munis d'une boule ou partie renflée qui frappait sur une
grosse tête de clou. Ces anneaux facilitaient le tirage des vantaux
lorsqu'on voulait les fermer; de plus ils étaient, à la porte de
certaines églises, un signe d'asile. Pour requérir l'asile, il suffisait
de saisir l'anneau. À ce sujet, Lebeuf[28] dit avoir eu connaissance de
cet ancien usage (mentionné d'ailleurs par Grégoire de Tours) dans
l'histoire des miracles de saint Germain, recueillis par le moine Hérie
d'Auxerre, sous Charles le Chauve. Au XVIe siècle, pour indiquer
l'action de se servir du heurtoir, on disait _tabuter_ à la porte[29].

Voici (1) l'un des plus anciens heurtoirs à anneau que nous connaissions
en France, et qui est attaché à la porte du nord de la cathédrale du
Puy-en-Vélay; il date du XIe siècle; la tête de bronze est parfaitement
conservée; l'anneau seul a été enlevé. Nous en donnons un second (2) qui
date du commencement du XIIIe siècle et qui est intact; il est attaché à
la porte occidentale de la cathédrale de Noyon. Ici la tête et l'anneau
sont en bronze.

Mais ces heurtoirs à anneaux paraissent avoir été particulièrement
destinés aux portes d'églises, par suite peut-être de cette tradition du
droit d'asile. Aux vantaux des portes d'habitations, les heurtoirs sont
primitivement, ainsi que nous le disions tout à l'heure, des maillets,
puis plus tard des marteaux suspendus au moyen de deux tourillons. Les
plus anciens dont nous ayons pu nous procurer des dessins sont
très-simples de forme (3)[30] et ne sont ornés que par les gravures au
burin qui couvrent la tige du marteau ainsi que les deux boucles servant
à maintenir ses tourillons. Les heurtoirs du XVe siècle sont moins
rares; il en existe un fort beau sur le vantail de la porte de
l'Hôtel-Dieu de Beaune[31]. En voici un autre qui provient de Châteaudun
et qui est de la même époque (4). Les tourillons du marteau sont
garantis de l'humidité par un petit toit en appentis percé d'une
lucarne. Le tout est en fer forgé d'un joli travail. L'un des plus beaux
provient d'une maison de Troyes (5), et est actuellement déposé dans le
musée archéologique de la ville. Il appartient également au XVe siècle,
et le marteau se meut non plus au moyen de deux tourillons, mais est
suspendu par un oeil à travers lequel passe un boulon. Devant la tige du
heurtoir, sur un cul-de-lampe très-délicatement forgé et ciselé, est
posé un enfant nu portant un écusson armoyé, vairé de... au chef de...
chargé d'un lion léopardé de... Cette petite figure est une pièce de
forge très-remarquable. En A, on voit le profil du marteau, moitié
d'exécution. Probablement l'écu était peint aux couleurs du blason.

Au XVIe siècle, on en revient aux heurtoirs en forme d'anneau ou de
boucle, avec poids à l'extrémité, pour les portes d'hôtels et de
maisons. Il en existe de fort jolis de ce genre aux musées du Louvre et
de Cluny. Les heurtoirs à marteau ne furent plus guère en usage que pour
les portes d'habitations rurales.

Il y avait aussi des heurtoirs aux portes des châteaux forts.--«Atant es
vous, chevalier qui hurte à la porte: et on vint as creniaus[32].»
Toutefois il faut admettre que ces heurtoirs ne pouvaient être attachés
qu'aux huis des poternes sans pont-levis, ou aux portes des barrières
extérieures.

Les heurtoirs ont disparu de nos maisons et hôtels pour faire place aux
sonnettes ou timbres, qui ont cet avantage de ne pas réveiller toute la
maisonnée si quelque habitant attardé veut se faire ouvrir la porte au
milieu de la nuit.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]

     [Note 27: _Li Romans de Berte aus grans piés_, ch. XLV. Édit.
     Techener; 1832.]

     [Note 28: _Histoire de la ville et du diocèse de Paris_, t.
     I, p. 374.]

     [Note 29: _Cymbalum mundi_.]

     [Note 30: Heurtoir qui nous paraît être du XIVe siècle, et
     qui provient d'une porte d'une maison de Vézelay.]

     [Note 31: Voy. l'_Archit. viv. et domest._ par MM. Verdier
     et Cattois, t, I, p. 6.]

     [Note 32: _La Chronique de Rains_ (XIIIe siècle), ch. XXXI.
     Publ. d'après le manuscrit de la Bib. imp., par Louis Pâris;
     1837.]



HÔPITAL. (Voy. HÔTEL-DIEU.)



HORLOGE, s. f. _Reloige_, _reloge_, _orloge_. Dès le XIe siècle, il y
avait des horloges dans les églises et dans les châteaux. Ces horloges
étaient habituellement placées à l'intérieur comme de grands meubles.
Cet usage se perpétua jusqu'au XVIe siècle. Toutefois des sonneries
annonçaient l'heure à l'extérieur.

       «Quant il ont le convers oï
       Durement furent esbahi
       Qu'il n'orent oï soner cloche
       Ne champenelle, ne reloge[33].»

Guillaume Durand, au XIIIe siècle, dans le chapitre Ier de son
oeuvre[34], considère l'horloge comme une des parties essentielles de
l'Église. «L'horloge, dit-il, sur laquelle on lit et on compte les
heures, signifie l'empressement et le soin que les prêtres doivent avoir
à dire les Heures canoniques au temps voulu, selon cette parole: Sept
fois par jour je te louai, Seigneur.»

L'abbé Pierre de Chastelux donna, vers 1340, à l'abbaye de Cluny, une
horloge remarquable en ce que son mécanisme présentait un calendrier
perpétuel qui marquait l'année, le mois, la semaine, le jour, l'heure et
les minutes, et un calendrier ecclésiastique qui désignait les fêtes et
les offices de chaque jour. Cette horloge indiquait encore les phases de
la lune, les mouvements du soleil, puis quantité de petites figurines
mobiles représentant le mystère de la Résurrection, la Mort, saint
Hugues et saint Odilon, abbés de Cluny, la sainte Vierge, la passion,
etc. Les heures étaient annoncées par un coq qui battait des ailes et
chantait à deux reprises; en même temps un ange ouvrait une porte et
saluait la sainte Vierge; le Saint-Esprit descendait sur sa tête sous la
forme d'une colombe, le Père Éternel la bénissait; un carillon
harmonique de petites clochettes jouait un air; des animaux fantastiques
agitaient leurs ailes, faisaient mouvoir leurs yeux; l'heure sonnait, et
toutes les figurines rentraient dans l'intérieur de l'horloge[35].

Ces horloges compliquées étaient fort en vogue pendant les XIVe, XVe et
XVIe siècles. À l'extérieur même, les sonneries des horloges étaient
presque toujours accompagnées de _Jacquemars_, qui frappaient sur les
timbres avec des marteaux. Quelques beffrois de nos villes du Nord,
notamment celui de Compiègne, ont conservé ces jacquemars qui jouissent
d'une grande popularité. Tout le monde a vu ou entendu parler des
horloges célèbres des cathédrales de Lyon et de Strasbourg. La première
horloge intérieure de Strasbourg fut commencée en 1352 et achevée en
1354, sous l'épiscopat de Jean de Lichtenberg; elle se composait d'un
coffre de menuiserie, avec un grand disque en bois, représentant en
peinture les indications relatives aux principales fêtes mobiles. Dans
la partie du milieu se trouvait un cadran dont les aiguilles marquaient
les mouvements du soleil et de la lune, les heures et leurs
subdivisions. Le couronnement était orné d'une statuette de la Vierge,
devant laquelle on voyait, à l'heure de midi, s'incliner trois mages; un
coq chantait au même instant en battant des ailes. Un petit carillon
jouait des airs à certaines heures. Cette horloge fut remplacée en 1547,
puis refaite en 1838; c'est celle que nous voyons aujourd'hui sur la
paroi du transsept méridional, en face de l'emplacement réservé à
l'ancienne horloge[36].

On voit encore dans les cathédrales de Beauvais et de Reims des horloges
dont les coffres datent du XIVe siècle. Elles sont toutes deux fort bien
gravées dans le recueil publié par M. Gailhabaud[37].

Sur les tours d'églises du XIIe au XIVe siècle, aucun espace n'est
disposé pour le placement de cadrans pouvant être aperçus de loin; ce
qui fait supposer qu'avant le XVe siècle, si des sonneries indiquaient
les heures aux habitants des villes, il n'y avait point de cadrans
extérieurs. On ne voit apparaître ceux-ci que vers la fin du XVe siècle.
Ils sont alors couverts par de petits auvents, et façonnés soit en bois,
soit en plomb, et revêtus de peintures.

     [Note 33: Rutebeuf, _Du segrestain et de la famme au
     chevalier_ (XIIIe siècle).]

     [Note 34: Cap. I, § XXXV.]

     [Note 35: _Hist. de l'abbaye de Cluny_, par M. P. Lorain, p.
     203.]

     [Note 36: Voy. _Descript. abrégée de l'horloge astron. de la
     cathéd. de Strasbourg_, 1847.]

     [Note 37: _L'Architecture du_ Ve _au_ XVIIe _siècle_, t. IV.]



HÔTEL, s. m. On donnait le nom d'_hôtel_ aux habitations qui, dans les
villes, appartenaient à des seigneurs ou à de riches particuliers, mais
qui n'avaient point le caractère d'un château, c'est-à-dire qui ne
possédaient point de droits féodaux.

La résidence des souverains dans Paris s'appelait le _palais_. Le
Louvre, bâti hors les murs, était un château. On désignait les autres
résidences souveraines établies dans Paris, mais qui n'avaient point un
caractère féodal, non plus sous le nom de _palais_, mais sous celui
d'_hôtel_. On disait l'hôtel Saint-Pol, l'hôtel des Tournelles. On
disait aussi l'hôtel de Cluny, l'hôtel de Sens, l'hôtel de Bourbon,
l'hôtel de Nevers, l'hôtel de la Trémoille. À Bourges, l'habitation de
Jacques Coeur est un véritable hôtel. Toutefois, pour ne pas mettre de
la confusion dans l'esprit de nos lecteurs, nous avons rangé les hôtels
dans l'article MAISON, la différence entre l'hôtel et la maison étant
souvent difficile à établir.



HÔTEL DE VILLE, s. m. Maison commune. Le mouvement politique qui se
manifesta, dès le XIe siècle, dans un certain nombre de villes, et qui
eut pour résultat l'affranchissement de la commune, chercha
naturellement à centraliser la _conjuration_ en élevant un édifice
propre à contenir les jurés. Toutes fois qu'une charte de commune était
octroyée, le droit d'ériger une maison commune et un beffroi s'y
trouvait compris. Mais, jusqu'au XIVe siècle, les communes ont à subir
des vicissitudes si diverses, aujourd'hui octroyées, demain abolies,
qu'il nous reste bien peu de maisons de ville antérieures à cette
époque, le premier acte de l'autorité qui abolissait la commune étant
d'exiger la démolition de l'hôtel et du beffroi. «Les maisons communes,
dit M. Champollion-Figeac[38], appartenaient quelquefois au roi ou aux
seigneurs suzerains qui en permettaient l'usage à de certaines
conditions. En 1271, celle de Carcassonne provint d'un don royal, et le
sénéchal y exerçait la police au nom du monarque[39]... Celle de la
ville de Limoges appartenait, en 1275, au vicomte de ce nom, qui
permettait aux consuls de s'y assembler avec le prévôt pour discuter les
affaires municipales, et elle portait le nom de _Consulat_. Elle avait
cependant été construite par la commune; mais il fut reconnu que c'était
sur un emplacement appartenant au vicomte, ce qui fut cause que la
propriété lui fut adjugée sur sa réclamation.»

L'état précaire des communes, le peu de ressources dont elles
disposaient pour subvenir à toutes les charges qui leur étaient
imposées, devaient les arrêter souvent dans leurs projets de
constructions de maisons de ville. Cependant certaines grandes cités,
comme Bordeaux, par exemple, possédaient des édifices bâtis pour servir
de maisons de ville, vers la fin du XIIe siècle[40]. Il est certain que
les villes de la Gaule situées au midi de la Loire avaient conservé,
beaucoup mieux que celles du nord, les traditions municipales des
derniers temps de l'Empire romain. «C'est là seulement, dit M. Aug.
Thierry[41], que les cités affranchies atteignirent à la plénitude de
cette existence républicaine, qui était en quelque sorte l'idéal auquel
aspiraient toutes les communes.» Aussi ces villes possédaient-elles des
édifices auxquels on peut donner le nom de _maison commune_, à une
époque où, dans le Nord, on n'avait eu ni le loisir ni les moyens
matériels nécessaires à leur érection. Certaines parties du Capitole de
Toulouse indiquent une date fort ancienne, et cet hôtel municipal était
une véritable forteresse dès le XIIe siècle.

Dans la petite ville de Saint-Antonin, située dans le département de
Tarn-et-Garonne, cité autrefois importante et riche, il existe encore un
hôtel de ville du milieu du XIIe siècle, qui est certainement l'un des
plus curieux édifices civils de la France. Il servait de halle à
rez-de-chaussée.

Le premier et le second étage contenaient chacun une salle et un
cabinet. Une tour servant de beffroi couronnait un des côtés de la
façade. Voici (1), en A, le plan du rez-de-chaussée. L'espace H servait
de halle couverte et était mis en communication avec un marché M
existant autrefois sur ce point; en P était le passage d'une voie
publique sous le beffroi. L'escalier pour monter aux étages supérieurs
était primitivement bâti en E; mais cet escalier, détruit depuis
longtemps, a été remplacé par une vis qui est disposée en V. Le dessous
du beffroi a subi quelques changements, afin de consolider les piles qui
étaient fort altérées; mais ces changements laissent parfaitement voir
la construction primitive. En B est tracé le plan du premier étage,
auquel on arrivait par la porte F donnant sur l'ancien escalier. Ce
premier étage se compose d'une salle S et d'un cabinet N ayant vue sur
la place publique par la fenêtre R et sur une rue principale par celle
T. Le sol de ce cabinet est élevé de quelques marches au-dessus de celui
de la salle. Le plan C est celui du second étage. La porte d'entrée
étant autrefois percée en F', du cabinet N' on montait à la guette du
beffroi par un escalier en bois ou plutôt une sorte d'échelle de meunier
passant à travers la voûte en berceau tiers-point qui couvre l'espace
_a,b,c,d_. La salle principale S, au premier étage, est largement
éclairée par une belle claire-voie qui a toujours été disposée pour être
vitrée.

Nous donnons (2) l'élévation de cet édifice, dont la partie supérieure X
seule est moderne[42], et (3) un détail de la claire-voie du premier
étage. En A est tracée la coupe de cette claire-voie avec le plancher B
et l'arc C de rez-de-chaussée. En D, nous avons présenté la face
extérieure d'une partie (1/3) du fenestrage, et, en E, sa face
intérieure. Des châssis ouvrants viennent battre sur des traverses en
bois hautes et basses G. La construction de tout le monument est traitée
avec soin, faite en pierre très-dure du pays; la sculpture est d'une
finesse et d'une pureté remarquables, tous les profils sont d'un
excellent style et taillés en perfection. Des cuvettes en faïence
émaillée, incrustées dans la pierre, ornaient certaines parties de la
façade[43]. Sur l'un des deux piliers qui coupent la claire-voie en
trois travées, on remarque une statue d'un personnage couronné tenant un
livre de la main droite et de la gauche un long sceptre terminé par un
oiseau; sur l'autre, un groupe d'Adam et d'Ève tentés par le serpent.
Ces figures en ronde-bosse, petite nature, sont d'un beau caractère et
sculptées avec une extrême délicatesse de détails. La figure du
personnage couronné a été l'occasion de quelques discussions.
Quelques-uns ont voulu voir là Moïse, d'autres Charlemagne, d'autres
encore un roi contemporain du monument. À grand'peine, sur le livre
ouvert, nous avons pu, il y a quelques années, découvrir les fragments
d'une inscription peinte.

Nous donnons ici les traces visibles de cette peinture sur les deux
pages (4); traces dont nous n'avons pu déchiffrer le sens. Peut-être
quelques archéologues seront-ils plus heureux que nous. Sans donner ici
notre opinion pour autre chose que comme une hypothèse nouvelle, nous
verrions dans cette statue le Christ dominateur: _Christus regnat,
Christus imperat_.

Les colonnettes et chapiteaux de la claire-voie, son encadrement et les
fenêtres, étaient colorés; sur les murs des salles recouverts d'enduits,
nous avons pu constater des traces de peintures de deux époques (XIIe et
XVe siècle). Derrière le portique du rez-de-chaussée était une place
ayant toujours servi de marché; autrefois on ne pouvait y arriver qu'en
passant sous les arcades du rez-de-chaussée.

Si nous voyons encore, dans le nord de l'Allemagne et en Belgique, des
hôtels de ville d'une époque assez ancienne, comme ceux de Lubeck,
d'Aix-la-Chapelle, bâtis au XIIIe siècle, ceux de Brunswick, de Dantzig,
de Munster, de Ratisbonne, élevés pendant les XIVe et XVe siècles, nous
ne possédons plus en France d'édifices de ce genre, sauf celui de
Saint-Antonin, antérieurs à la fin du XVe siècle et au commencement du
XVIe. On peut encore étudier les hôtels de ville de cette époque à
Orléans, à Compiègne, à Saumur, à Luxeuil, à Beaugency, à Saint-Quentin.
Entre tous, le plus complet, le plus remarquable, est certainement
l'hôtel de ville de Compiègne, gravé avec beaucoup de soin dans
l'ouvrage de MM. Verdier et Cattois[44].

Cet édifice se compose d'un seul corps de logis, avec grand escalier à
vis dans la partie antérieure centrale; cet escalier est couronné par un
très-joli beffroi. Au rez-de chaussée, au premier et au second étage, de
grandes salles sont disposées à droite et à gauche de la tour centrale.
Au-dessus de la porte, une large niche avait été remplie par une statue
équestre de Louis XII. Deux échauguettes saillantes flanquent les deux
angles du bâtiment. On observera que cette tradition avait été suivie
encore dans l'hôtel de ville de Paris, élevé pendant le XVIe siècle et
terminé sous Henri IV.

Les maisons de ville du Nord possédaient toujours un balcon saillant,
une bretèche, d'où l'on pouvait parler au peuple assemblé sur la place.
À Compiègne, ce balcon n'est déjà plus qu'une petite loge disposée à la
base du beffroi, au niveau de la balustrade du comble. À Paris, la
bretèche est remplacée par le large escalier avec perron qui donne accès
à la cour centrale; mais à Arras, bien que l'édifice municipal date de
la fin du XVIe siècle, la bretèche traditionnelle existe encore ou
existait il y a peu d'années.

Plusieurs causes avaient contribué à priver les villes françaises
situées au nord de la Loire des bâtiments destinés aux réunions
municipales. Jusqu'au XIVe siècle, l'affranchissement des communes, bien
qu'il eût eu des conséquences considérables au point de vue politique,
n'avait pu que très-difficilement s'établir d'une manière durable. Vers
la fin du XIIe siècle, des évêques, soit pour reconquérir l'autorité
diocésaine qui leur avait été en grande partie enlevée par les
établissements religieux, soit pour trouver un point d'appui dans leurs
tentatives d'empiétement sur le pouvoir féodal laïque, s'étaient mis à
élever à Noyon, à Senlis, à Sens, à Paris, à Amiens, à Chartres, à
Troyes, à Bourges, à Reims, à Soissons, à Laon, à Cambrai, à Arras, à
Beauvais, à Auxerre, à Rouen, d'immenses églises cathédrales, à la
construction desquelles les populations urbaines avaient apporté une
ardeur d'autant plus active, que ces édifices prenaient alors à la fois
un caractère civil et religieux. Les citadins appelés par les évêques à
concourir à l'édification du _monument_, avec l'assurance que ce
monument leur serait ouvert pour leurs assemblées, regardèrent
longtemps, dans ces villes dépendantes ou voisines du domaine royal, la
cathédrale comme un édifice municipal. Et nous voyons en effet que,
jusqu'au XVe siècle, les cathédrales servent non-seulement au service
religieux, mais à des réunions politiques et profanes (voy. CATHÉDRALE).
Cette habitude prise, les populations urbaines du nord de la France
sentaient moins le besoin d'élever des maisons de ville, d'autant qu'ils
savaient par expérience que ces édifices municipaux excitaient la
défiance des seigneurs suzerains. L'ombre des cathédrales leur
suffisait. Ainsi, ce n'est qu'en 1452 que Jean de Bourgogne accorde les
permissions nécessaires pour bâtir un hôtel de ville à Auxerre. «Les
habitants, dit Lebeuf[45], n'en avaient point eu jusqu'alors: quand il
leur fallait traiter de leurs affaires, ils étaient obligés de tenir
leurs assemblées dans les places publiques ou dans les églises, dans les
chapitres de communautés ou dans les cloîtres religieux. C'était aussi
dans ces lieux qu'on représentait les fêtes qui servaient de
divertissements publics.» La cathédrale de Laon servit, jusqu'au XVIe
siècle, de lieu de réunion pour les habitants de la ville. Des
assemblées se tiennent pendant les XIVe et XVe siècles dans les
cathédrales d'Auxerre, de Paris, de Sens, lorsqu'il s'agit de délibérer
sur les affaires publiques. Ces édifices avaient conservé quelque chose
de la basilique romaine; des marchés s'installaient sous leurs porches,
et même, sous leurs voûtes, on vendait. Les évêques s'élevèrent
naturellement contre ces habitudes; mais ce ne fut que bien tard qu'ils
parvinrent à les détruire entièrement. Il ne faut pas, par conséquent,
demander à la France des XIIe, XIIIe et XIVe siècles, ces vastes
bâtiments municipaux des villes de l'Italie et de la Flandre; ils n'ont
jamais existé parce qu'ils n'avaient pas lieu d'exister. Mais aussi
est-ce dans ces provinces françaises situées au nord de la Loire que
l'on voit s'élever, sous une puissante impulsion, les plus grandes
cathédrales qui aient été construites dans la chrétienté à cette époque.

Pour se faire une idée exacte de ce qu'il y avait de précaire dans
l'établissement municipal de la ville de Paris, par exemple, il suffit
de lire ce qu'écrit Sauval sur ce qu'était la maison de ville avant le
milieu du XIVe siècle. Ce ne fut qu'en 1357 que le receveur des gabelles
vendit au prévôt des marchands, Étienne Marcel, la maison qui devint
définitivement l'hôtel de ville. «Pour ce qui est du bâtiment, ajoute
Sauval, c'étoit un pelit logis qui consistoit en deux pignons, et qui
tenoit à plusieurs maisons bourgeoises.» Ce fait seul donne assez à
entendre que les hôtels de ville, en France, ne différaient guère, pour
la plupart, jusqu'au XVe siècle, des maisons de particuliers. Cependant
Bourgueville[46] prétend que la ville de Caen possédait une maison
commune «de fort ancienne et admirable structure, de quatre estages en
hauteur, en arcs-boutans fondez dedans la rivière sur pilotins, laquelle
flue par trois grandes arches (cet hôtel de ville était bâti sur le pont
Saint-Pierre); et aux coings de cest édifice et maison sont quatre tours
qui se joignent par carneaux, en l'une desquelles (qui faict le befroy)
est posée la grosse orloge: ceste quelle maison, pont et rivière,
séparent les deux costez de la ville, de façon que les quatre murailles
d'icelle commencent, finissent et aboutissent sur ce pont, anciennement
appellé de Darnetal, comme il se treuve par certaine chartre, estant au
matrologe ou chartrier de la ville, de l'an 1365.» En effet, dans de
vieux plans de la ville de Caen[47], on voit, figuré sur le pont
Saint-Pierre, un bâtiment en forme de châtelet (car il fallait passer
sous l'hôtel de ville pour traverser l'Orne) dont la face orientale est
ouverte en face la grande rue qui servait de lieu de foire. Le bâtiment
est flanqué de quatre tourelles et couvert en pavillon; la tour du
beffroi était bâtie à l'angle sud-ouest. La salle d'assemblée, située au
premier étage, avait ses fenêtres ouvertes sur la rivière, du côté de
l'arrivée des navires, au nord, et, au sud, sur des prairies. La
situation de cette maison commune était donc des mieux choisies pour une
ville marchande et industrielle.

La disposition des maisons communes, à dater de la fin du XIIIe siècle,
paraît avoir été à peu près la même dans les villes du Nord, depuis la
Picardie jusqu'à Lubeck. Un beffroi s'élevait au centre de la façade et
était flanqué latéralement de deux grandes salles où pénétrait un grand
logis à pignons latéraux. Le beffroi servait de prison commune, de dépôt
des archives et de guette avec carillon. Devant la façade s'ouvrait, à
rez-de-chaussée, un portique avec grands escaliers et loge ou bretèche
pour les cris publics. La ville de Lubeck possède encore les restes d'un
vaste hôtel de ville qui, au XIIIe siècle, se composait de trois grands
logis accolés, avec trois pignons sur la face antérieure et trois autres
sur la face postérieure. Ces pignons étaient percés de très-grandes
fenêtres à meneaux qui éclairaient largement ces trois salles. Le
rez-de-chaussée était occupé par des services secondaires. Il n'est pas
besoin de rappeler ici que les maisons des villes du Nord du XIIIe au
XVIe siècle présentaient leurs pignons sur la rue. Ce parti avait été
adopté pour les hôtels de ville, et à Saint-Quentin encore la maison
commune, dont la construction est du XVIe siècle, conserve le principe
de cette disposition. En réunissant les documents épars que nous avons
pu nous procurer sur les maisons communes de ces villes riches et
commerçantes du Nord, il est possible de présenter un type de ces
constructions qui, plus qu'aucune autre, ont été soumises à tant de
changements et de catastrophes. Comme il serait beaucoup trop long et
fastidieux de donner séparément ces renseignements épars, nous avons
pensé que nos lecteurs ne nous sauraient pas mauvais gré de les réunir
en un faisceau et de présenter un type complet d'un hôtel de ville de la
fin du XIIIe siècle.

C'est ce que nous avons essayé de faire en traçant la fig. 5, qui donne,
en A, le plan du rez de-chaussée d'un édifice municipal, et en B le plan
du premier étage. Sous le portique antérieur C, à droite et à gauche,
montent deux rampes qui arrivent au vestibule D, précédé de la loge E.
On entre à rez-de-chaussée, sous les voûtes du vestibule, dans les
prisons F du beffroi, et par les portes C dans les salles H destinées à
des services journaliers. Au premier étage, du vestibule D on pénètre
dans la pièce I située sous le beffroi, et de là dans une première salle
K servant de vestibule aux deux grandes salles L, largement éclairées
par les fenestrages M.

La fig. 6 présente l'élévation perspective de cet édifice.

Toutefois il arrivait fréquemment, avant le XVe siècle, que les beffrois
étaient indépendants de l'hôtel de ville. Celui de Tournay, qui date du
XIIe siècle, est isolé. Celui d'Amiens, dont la partie basse remonte au
XIVe siècle, était également indépendant de la maison commune, ainsi que
ceux de Commines et de Cambrai. Millin, dans le tome V de ses
_Antiquités nationales_, donne une vue de l'hôtel de ville de Lille,
démoli en 1664, et reproduite d'après un dessin de la bibliothèque de
Saint-Pierre. D'après ce dessin, le bâtiment principal, sans beffroi, se
compose d'un corps de logis à trois étages, avec deux grands pignons et
échauguettes aux angles. La base du comble est crénelée. À la suite de
ce bâtiment s'élève un logis plus bas avec crénelages surmontés de lions
et de deux statues de sauvages, dont l'une porte l'étendard de la ville.
Ces constructions, autant que l'imperfection du dessin permet de le
reconnaître, paraissent appartenir au XIIIe siècle. Si beaucoup de
beffrois très-anciens des villes du Nord étaient isolés, celui de
Bergues Saint-Winox (Nord), qui datait du XIVe siècle, se trouvait
autrefois disposé, relativement à la maison commune de cette ville,
comme l'est celui de notre fig. 6. On observera qu'à Compiègne le
beffroi est au centre du bâtiment principal et sur sa face; seulement il
pénètre un gros et profond logis dont les deux pignons sont placés
latéralement, de manière toutefois à présenter, au premier étage, un
plan pareil à celui de la fig. 5.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]

     [Note 38: _Droits et usages concernant les travaux de
     construction, etc., sous la troisième race des rois de
     France_. Paris, 1860.]

     [Note 39: On observera que les Carcassonnais, chassés de
     l'ancienne ville après le siége mis par Trincavel, obtinrent
     du roi saint Louis de rebâtir une ville de l'autre côté de
     l'Aude (voy. ARCHITECTURE MILITAIRE).]

     [Note 40: Voy. le _Bulletin des comités historiques_, février
     1854; _Notice sur l'hôtel de ville de Bordeaux_, par M.
     Lamothe.]

     [Note 41: _Lettres sur l'histoire de France_ (XIIIe siècle).]

     [Note 42: Cet édifice a été restauré sous la direction des
     Monuments historiques. La restauration s'est bornée toutefois
     à la construction de l'escalier postérieur, au couronnement
     de la tour qui menaçait ruine et à la réfection des
     planchers. Voy. l'_Archit. civ. et domest._ de MM. Verdier et
     Cattois.]

     [Note 43: Nous n'avons pu trouver que des fragments de ces
     cuvettes de faïence, qui avaient de 0,30 c. à 0,40 c. de
     diamètre.]

     [Note 44: _Archit. civ. et domest. au moyen âge et à la
     Renaissance_, t. I.]

     [Note 45: _Mém. sur l'hist. civ. et ecclés. d'Auxerre (sous
     la dépend. du duc de Bourgogne)_, t. III, p. 319.]

     [Note 46: _Les Recherches et antiquitez de la province de
     Neustrie, à présent duché de Normandie, etc._, par Ch. de
     Bourgueville, sieur de Bras. Nouv. édit. Caen, 1833.]

     [Note 47: Notamment celui de Mérian et celui gravé en
     _fac-simile_ dans l'ouvrage de Bourgueville, édit. de 1833.]



HOTEL-DIEU, s. m. _Maison-Dieu_, _maladrerie_, _hospice_, _hôpital_,
_léproserie_. Rien n'établit que les anciens eussent des maisons de
refuge pour les malades où ceux-ci pouvaient recevoir les soins des
médecins et attendre leur guérison. À Athènes, les soldats mutilés
étaient entretenus aux frais de la république[48]; mais il n'est pas dit
que ce secours fût autre chose qu'une pension; d'ailleurs ce fait ne
paraît pas avoir existé dans les autres villes de la Grèce. À Sparte,
après la bataille perdue par les Lacédémoniens contre Antigone, les
maisons des citoyens furent ouvertes pour recevoir les blessés[49]. Les
Romains, en campagne, avaient des espaces réservés aux hommes et aux
chevaux malades; mais aucun auteur ne signale, ni à Rome ni dans les
villes de l'Empire, des hôpitaux destinés soit aux soldats blessés, soit
aux pauvres malades. Saint Jérôme, le premier, parle d'une certaine
Fabiola, dame romaine fort riche, qui fonda, vers l'an 380, un hôpital
dans lequel on recevait les malades, jusqu'alors gisant abandonnés dans
les rues et sur les places publiques. Dans les premiers temps du moyen
âge, en effet, dans les villes de l'Italie, de la France, de
l'Allemagne, il se fait de nombreuses fondations pour soigner et loger
les malades, les voyageurs, les pauvres. Dans l'origine, ces fondations
consistent en l'abandon d'une maison, d'un local, avec une rente
perpétuelle. Naturellement, les établissements religieux réguliers, les
chapitres, les paroisses même, étaient les conservateurs de la
fondation. «La plus ancienne mention, peut-être, de l'Hôtel-Dieu de
Paris remonte, dit M. Guérard dans sa préface aux cartulaires de
l'église Notre-Dame de Paris[50], à l'année 829.» Du Breul[51] admet que
cet établissement fut fondé par saint Landry, vingt-huitième évêque de
Paris, vers l'an 660. Guillaume de Nangis dit, dans la _Vie du roi saint
Louis_, que ce prince l'augmenta considérablement en 1258. Lebeuf[52]
prétend que cet hôpital portait encore le nom de _Saint-Christophe_ dans
le Xe siècle; il ne trouve point de preuves que saint Landry ait établi
proche de la cathédrale une maladrerie ou un Hôtel-Dieu. «On doit
distinguer, dit-il, entre un Hôpital, un Hôtel-Dieu ou une Maladrerie.
J'ai beaucoup de peine à croire que les Maladreries ayent été
originairement proche les cathédrales qui étoient bâties dans
l'intérieur des cités. Pour ce qui est des indigens qui ne faisoient que
passer, j'avoue qu'on a pu leur donner l'hospitalité dans ce quartier-là
sous la seconde race de nos rois... Peut-être, ajoute-t-il, qu'avec de
plus profondes recherches on trouveroit l'époque du changement de
l'hôpital ou maison de l'hospitalité de cette cathédrale en Maladrerie
ou Hôtel-Dieu.» En 1168, sous l'épiscopat de Maurice de Sully, le nombre
des lits fut augmenté par suite d'un statut du chapitre de Notre-Dame.
Il fut décidé que tous les chanoines qui viendraient à mourir ou qui
quitteraient lenr prébende donneraient à cet hôpital un lit garni.
Trente ans après ce règlement, Adam, clerc du roi Philippe Auguste, fit
don à l'Hôtel-Dieu de deux maisons dans Paris, afin que, sur le revenu
de ces maisons, le jour de son anniversaire, on fournirait aux malades
«tout ce qu'il leur viendroit dans la pensée de vouloir manger.»

Pendant les XIe, XIIe et XIIIe siècles, il est fondé une quantité
prodigieuse d'hospices; presque toutes les abbayes avaient un hôpital
dans leur enceinte. De plus, on fonda un grand nombre de léproseries
hors les villes. «La maison de Saint-Lazare, dit Lebeuf[53], ne doit
être considérée que comme une célèbre Léproserie. Autant la ville de
Paris étoit fameuse, autant sa Léproserie l'étoit en son espèce. Ce fut
dans le XIIe siècle que l'on commença à avoir une attention plus
singulière de séparer les lépreux d'avec le reste du peuple: de là
l'époque de l'origine de toutes ces maladreries du titre de
Saint-Lazare, dont on voit encore des restes proche une infinité de
bourgs et de villages du royaume... Dès le règne de Louis le Jeune, il y
avoit entre Paris et Saint-Denis un hôpital de lépreux, qui consistoit
en un assemblage de plusieurs cabanes où ils étoient renfermés. Odon de
Dueil, moine de Saint-Denis, écrit qu'il fut témoin, comme, en l'an
1147, le mercredi onzième de juin, ce même roi, venant prendre
l'étendard à Saint-Denis avant de partir pour la croisade, entra dans
cet hôpital situé sur sa route, et prit la peine d'y rendre visite aux
lépreux dans leurs cellules, accompagné seulement de deux personnes.»
Cette célèbre léproserie, dès la fin du XIIe siècle, était gouvernée par
des religieux de l'ordre de Saint-Augustin. Les léproseries étaient au
nombre de 2,000 dans les États du roi de France, au XIIIe siècle, ainsi
que le prouve une donation faite par Louis VIII, dans son testament du
mois de juin 1225[54]. Nous ne chercherons pas à établir si la lèpre fut
importée en France par les croisés revenus de Palestine, ou si, comme le
prétendent quelques auteurs, cette maladie existait déjà, dès l'époque
celtique, sur le sol occidental de l'Europe[55]. Ce qu'il est difficile
de nier, c'est que cette maladie, ou une maladie certainement analogue,
qui était ou que l'on croyait contagieuse, existait sur toute la surface
de l'Europe au XIIe siècle, même dans les contrées qui n'avaient envoyé
personne en Palestine, puisque, d'après Mathieu Pâris, on ne comptait
pas moins de 19,000 léproseries en France, en Allemagne, en Angleterre,
en Italie, en Espagne, en Brabant, en Suisse, en Hongrie, en Pologne, en
Bohême et dans les États du Danemark. Ces établissements, situés hors
des villes, ainsi que nous venons de le dire, consistaient en une
enceinte dans laquelle s'élevaient des cellules assez semblables à
celles des chartreux, avec une chapelle commune. Les religieux qui
avaient cure du temporel et du spirituel des léproseries logeaient dans
des bâtiments voisins de l'église.

Il est clair que les dispositions architectoniques n'avaient rien à voir
dans ces enclos parsemés de cabanes. Il n'en est pas de même pour les
hôpitaux. Il nous reste, de l'époque du moyen âge et particulièrement
des XIIe et XIIIe siècles, d'admirables bâtiments affectés aux malades
recueillis dans les monastères, dans le voisinage des cathédrales, ou
même dans des cités florissantes. Chaque monastère possédait son
aumônerie, c'est-à-dire un personnel chargé d'exercer l'hospitalité.
Pendant le moyen âge, l'hospitalité était obligatoire. Dès l'époque
carlovingienne, il existait des impôts destinés à secourir les pauvres,
les pèlerins, les malades. Charlemagne avait, dans ses ordonnances et
capitulaires, recommandé à ses sujets d'offrir l'hospitalité, et «il
n'était pas permis alors de refuser aux voyageurs le couvert, le feu et
l'eau[56].» Les communes rivalisèrent avec les rois, les seigneurs et
les simples particuliers, dans ces oeuvres de bienfaisance. Beaucoup de
villes établirent des hospices, à leurs dépens, soit dans des bâtiments
neufs, soit dans des édifices abandonnés que l'on faisait restaurer en
vue de cette destination. Des hospices furent même bâtis dans des lieux
isolés pour servir de refuges aux voyageurs et les garantir contre les
voleurs qui infestaient les routes; ces bâtiments étaient souvent fondés
par des cénobites et sous la garde de religieux. Les villes étant
habituellement fermées le soir, les voyageurs attardés étaient
contraints de passer la nuit à la belle étoile; des maisons de refuge,
sortes de caravansérails gratuits, s'élevèrent non loin des portes. «En
1202, deux nobles allemands voulurent remédier à ce grave inconvénient,
et firent construire un hospice hors la porte de Saint-Denis à Paris. Un
emplacement d'une contenance de deux arpents fut promptement couvert de
bâtiments. Une grande salle en pierre de taille, élevée au milieu du sol
au moyen d'arcades formées à croix d'osier, y fut construite pour y
coucher les pauvres; elle avait vingt-deux toises et demie de long et
six toises de largeur[57].» En 1310, le nombre des maisons-Dieu,
maladreries et léproseries qui recevaient des secours en argent sur la
cassette particulière du roi de France, était de cinq cents environ;
dans la banlieue de Paris seulement, quarante-huit maladreries
profitaient de ces dons. La charité publique et privée sut encore rendre
son assistance plus efficace, en fondant des hôpitaux pour certaines
infirmités particulières. Saint Louis donna l'exemple en faisant bâtir
l'hospice des _Quinze-Vingts_ pour les aveugles de Paris; sans parler
des léproseries, on fonda, dans beaucoup de villes, des hospices pour
les boiteux, pour les fous, pour les vieillards indigents, pour les
femmes en couche. Les confréries voulurent aussi avoir leurs maisons de
refuge, leurs hospices, et enfin, pendant les pestes qui désolèrent les
villes du moyen âge, des évêques, des seigneurs laïques prêtèrent des
locaux dépendant de leurs résidences pour soigner les malades, et
voulurent souvent eux-mêmes les assister. À côté des désordres de toute
nature et des abus sans nombre qui signalèrent cette époque, il faut
donc reconnaître que tous, petits et grands, cherchaient à adoucir le
sort des classes souffrantes par les moyens les plus efficaces, et que
l'esprit de charité ne fut jamais plus actif que dans ces temps. Il faut
dire que, souvent, tel seigneur qui fondait un hospice en mourant avait,
sa vie durant, fait plus de malheureux qu'on n'en pouvait secourir de
longtemps dans la maison élevée par lui. Le moyen âge est ainsi fait:
c'est un mélange sans mesure de bien et de mal; aussi y a-t-il autant
d'injustice à présenter cette époque comme un temps de misères
continuelles que comme un âge de foi vive, de charité et de sagesse.
Partout, à côté d'un mal, d'un abus monstrueux, trouve-t-on le sentiment
du droit, le respect pour l'homme, pour ses malheurs et ses faiblesses.
Le mot de _fraternité_ n'est pas seulement dans les discours, il trouve
partout une application pratique, et si la passion ou l'intérêt font
trop souvent enfreindre cette loi sacrée, du moins son principe n'est
jamais méconnu. Par le fait, nos grandes institutions de charité nous
viennent du moyen âge et lui survivent; il est bon de ne pas trop
l'oublier: ayant profité de la belle partie de l'héritage, peut-être
serait-il juste d'être indulgents pour son côté misérable.

On comprendra que parmi tant d'édifices élevés sous l'inspiration d'une
charité vive et voulant immédiatement porter remède au mal, beaucoup
n'étaient que des bicoques, des maisons que l'on appropriait tant bien
que mal au service des pauvres et des malades; car nombre de ces
hospices se composaient d'une maison donnée par un simple bourgeois,
avec une rente à prendre sur son bien. Peu à peu ces modestes donations
s'étendaient, s'enrichissaient par les quêtes et devenaient des
établissements importants. Cependant il nous reste encore quelques
hôpitaux du moyen âge qui, au point de vue de l'art, sont remarquables.
Bien bâtis, bien aérés, spacieux, ils ont aussi cet avantage, sur les
constructions analogues que nous élevons aujourd'hui généralement, de
laisser à l'art une large place, de ne point attrister les malades par
cet aspect froid et désolé qui caractérise de notre temps (sauf de rares
exceptions) les édifices publics de charité[58].

Parmi les hôpitaux les plus anciens qui existent encore en France, il
faut citer l'Hôtel-Dieu de Chartres, situé près de la cathédrale, et
l'hôpital d'Angers. Ce dernier surtout est remarquable par son étendue
et par les services qui l'entourent. En voici le plan (1). Il se compose
d'une grande salle à trois nefs A, précédée d'un cloître, d'une chapelle
voisine B, de logements, dénaturés aujourd'hui, et d'un vaste magasin ou
grenier C, propre à renfermer des provisions de toutes natures. La
construction de cet établissement date de 1153. La chapelle est un peu
plus moderne (1184). C'est aussi vers cette dernière époque que fut
élevé le grand bâtiment aux provisions. La fig. 2 présente la coupe
transversale de la grande salle, dans laquelle quatre rangées de lits
peuvent facilement trouver place. La construction de ces bâtiments est
excellente, traitée avec soin, les chapiteaux des piliers d'un excellent
style. Le bâtiment des provisions est un édifice remarquable par ses
dispositions et ses détails[59].

L'Hôtel-Dieu de Chartres date à peu près de la même époque et consiste
aujourd'hui en une grande salle à trois nefs, séparées par deux rangs de
colonnes et portant des charpentes lambrissées. Au fond, trois voûtes en
pierre ferment les trois dernières travées. C'est une disposition
analogue à celle de l'hôpital d'Angers, et qui paraît avoir été
généralement suivie pendant les XIIe et XIIIe siècles.

Dans les bâtiments abbatiaux de Saint-Jean-des-Vignes de Soissons et
d'Ourscamp, on voit encore de belles salles qui ont été affectées aux
malades. La salle dite _des Morts_, à Ourscamp, est, entre toutes ces
constructions hospitalières, la plus belle et la mieux entendue. C'est
toujours un grand vaisseau divisé en trois nefs, celle du milieu plus
large que les deux autres; le tout est couvert par des voûtes d'arête et
un vaste grenier.

La fig. 3 présente le plan de cette salle avec son annexe, qui servait
probablement de cuisine et de laboratoire; la fig. 4 la coupe
transversale de la grande salle des malades, et la fig. 5 une de ses
travées. On observera que les fenêtres sont disposées de manière à
donner beaucoup de jour à l'intérieur, celles du haut étant à vitrages
fixes et celles du bas pouvant s'ouvrir pour aérer la salle. Suivant la
disposition généralement adoptée à cette époque, il devait y avoir
quatre rangées de lits disposés ainsi que l'indique notre plan en A; la
salle pouvait en contenir facilement cent. Le long du mur, au droit des
colonnes, sont percées de petites niches à hauteur de la main, pour
déposer les boissons ou les pansements des malades. Une grande cheminée,
s'ouvrant contre le pignon B, permettait d'assainir et de réchauffer ce
vaste intérieur[60]. Le bâtiment et son annexe sont isolés. Le pignon G
seul est rapproché des bras de croix de l'église, à laquelle on pouvait
probablement communiquer par le petit passage H. Toute la construction
date des premières années du XIIIe siècle; et l'intérieur était peint de
joints rouges avec archivoltes festonnées en petites arcatures.

À l'article CONSTRUCTION, fig. 123 et suivantes, nous avons donné un
bâtiment dépendant de l'abbaye Sainte-Marie de Breteuil, dont une partie
servait d'hospice pour les pauvres. Presque toutes les abbayes
possédaient ainsi des bâtiments assez vastes pour donner asile aux
voyageurs, ou même de véritables hôpitaux, comme cette grande salle
d'Ourscamp[61].

La ville de Tonnerre possédait, au XIe siècle déjà, un Hôtel-Dieu situé,
suivant l'usage, à côté de l'église Notre-Dame, qui servait de chapelle
à cet établissement; un autre hôpital, également de la même époque,
existait dans le faubourg de Bourberault. «Les dépendances de cet
hôpital, dit M. Camille Dormois[62], ne consistaient qu'en une petite
chapelle obscure, une très-petite maison et un jardin.» En 1204, Eudes
III, duc de Bourgogne, fonda, dans la même ville, l'hôpital du
Saint-Esprit; mais Marguerite de Bourgogne, belle-soeur de saint Louis,
reine de Sicile, voulut doter la ville de Tonnerre d'un hôpital
magnifique. En 1293, elle acheta un vaste clos près d'une source appelée
_Fontenille_, le long de l'Armençon et des murs de la ville. Dans l'acte
de fondation, il est dit que les pauvres seront hébergés dans
l'établissement, les convalescents nourris sept jours et renvoyés avec
chemise, cotte et soulier; qu'une chapelle sera bâtie avec quatre
autels; que les frères et soeurs, au nombre de vingt, chargés des soins
intérieurs, auront pour mission de donner à manger et à boire à ceux qui
auront faim et soif, de recevoir les étrangers et pèlerins et de les
héberger, de vêtir les pauvres, de visiter les malades, de consoler les
prisonniers et d'ensevelir les morts; que les frères et soeurs auront
des dortoirs et réfectoires séparés, et ne devront prendre leurs repas
qu'après le service des malades. L'hôpital fut-promptement élevé, et
Marguerite se fit bâtir, à côté, un logis pour pouvoir surveiller
elle-même son établissement; lorsqu'elle mourut, en 1308, les bâtiments
et leurs dépendances étaient complétés depuis longtemps. Il nous reste
de cet hôpital la grande salle et quelques dépendances, et nos lecteurs
ne nous sauront pas mauvais gré probablement de leur donner un ensemble
ainsi que des détails de la partie principale de cette grande salle, en
même temps chapelle et hospice.

La figure 6 présente le plan à l'échelle de 0,001m pour mètre. En A est
la grande salle, autrefois précédée d'un porche B avec escalier, dont
nous allons indiquer la destination. Cette salle contenait quarante
cellules de boiseries, sortes d'alcôves dans chacune desquelles était
placé un lit (voir en C). En D était un autel principal sous une voûte,
et en F deux chapelles également voûtées. Le tombeau de la fondatrice
était en E, et se composait d'une figure de bronze couchée sur un
sarcophage. La sacristie des chapelles était en G. En H, un jubé, posé
devant le choeur, mettait en communication deux galeries latérales qui,
établissant une circulation continue au-dessus des alcôves, permettaient
d'ouvrir les fenêtres et de surveiller l'intérieur des cellules. On
pouvait monter à ces galeries par l'escalier latéral du porche[63] et
par un escalier I qui était mis en communication avec une galerie
réunissant le logis L de la reine à la grande salle. De ses
appartements, situés au premier étage de ce logis, cette princesse
pouvait ainsi, soit descendre dans la salle, soit inspecter les cellules
en se promenant sur la galerie qu'elles portaient. En Z était une petite
chapelle. Les bâtiments de service de l'hôpital sont situés en K et la
cuisine en M. On communiquait de ces bâtiments avec la salle au moyen
d'une autre galerie N aboutissant à une petite porte. La voie publique
passe en O. En P était le cimetière; en J, le jardin de la reine, borné
par la muraille de la ville et par le ruisseau de Fontenille. En R, un
lavoir; en V, un bras de l'Armençon, et en S le prieuré. Deux canaux
souterrains passant des deux côtés de la grande salle entraînaient dans
la rivière les vidanges de l'établissement. Outre les murailles de la
ville, des remparts entouraient les autres parties du clos. En X était
un puits public.

La fig. 7 donne la coupe transversale de ce magnifique vaisseau, qui n'a
pas moins de 18m,60 de largeur dans oeuvre sur 88m,00 de long depuis le
porche jusqu'au sanctuaire. La coupe (fig. 7) montre, en A, les alcôves
avec la galerie supérieure B, passant par-dessus le jubé. On aperçoit au
fond les trois absides. La charpente en chêne, bien conservée, nous
donne des bois d'une longueur extraordinaire; les entraits, d'un seul
morceau, ont 21m,40; les arbalétriers et chevrons portant ferme, 19m,00.
Elle est entièrement lambrissée en berceau plein cintre légèrement
surbaissé à l'intérieur. En C, nous avons tracé l'un des chevrons
portant ferme, et en D une coupe d'une travée de charpente avec le
lambrissage et les ventilateurs E, de 0m,10 d'ouverture. Les fenêtres
latérales, à meneaux, sont disposées pour pouvoir être ouvertes du bas
jusqu'à la naissance des tiers-points, et des marches, ménagées dans
l'appui, permettent de tirer les targettes. Ce vaisseau, qui existe à
peu près intact, sauf le porche, produit un grand effet. C'est un des
plus beaux exemples de l'architecture civile de la fin du XIIIe siècle;
il n'a pas moins fallu que toute l'insistance de la _Commission des
monuments historiques_ pour obtenir de la ville de Tonnerre sa
conservation. Pourquoi la ville de Tonnerre voulait-elle démolir cet
édifice? C'est ce qu'on aurait beaucoup de peine à savoir probablement.
Pourquoi la ville d'Orléans a-t-elle démoli son ancien Hôtel-Dieu, l'un
des plus beaux édifices de la Renaissance? Combien de villes se sont
ainsi, sans raison sérieuse, dépouillées des monuments qui constataient
leur ancienneté, qui leur donnaient un intérêt particulier et qui
retenaient des étrangers dans leurs murs! Beaucoup regrettent, un peu
tardivement, ces actes de vandalisme, et s'étonnent de ce que les
voyageurs passent indifférents au milieu de leurs rues neuves,
n'accordant pas même un regard au frontispice à colonnes du palais de
justice, ou à la façade de l'hôpital nouveau que l'on confond volontiers
avec une caserne.

La disposition des lits de l'hôpital de Tonnerre, logés chacun dans une
cellule avec galerie de service supérieure, mérite de fixer notre
attention. Chaque malade, en étant soumis à une surveillance d'autant
plus facile qu'elle s'exerçait de la galerie, se trouvait posséder une
véritable chambre. Il profitait du cube d'air énorme que contient la
salle et recevait du jour par les fenêtres latérales; sa tête étant
placée du côté du mur et abritée par la saillie du balcon, il ne pouvait
être fatigué par l'éclat de la lumière. On objectera peut-être que la
ventilation de ces cellules était imparfaite; mais la salle ne contenant
que quarante lits, les fenêtres latérales pouvant être ouvertes, et le
vaisseau étant fort élevé, ventilé par les trous percés dans le
lambrissage de la charpente, on peut admettre que les conditions de
salubrité étaient bonnes.

Pour faire saisir à nos lecteurs la disposition des cellules et des
galeries de surveillance, nous présentons(8) une vue perspective d'une
des travées de la salle.

Les fenêtres de la galerie étaient garnies de vitraux en grisaille,
celles du sanctuaire en vitraux colorés. Une longue flèche en charpente
surmontait ce sanctuaire; elle était couverte de plomberie peinte et
dorée, et ne fut détruite qu'en 1793. Toute la charpente de la salle est
couverte en tuiles vernies avec faîtières en terre cuite émaillée.

Par l'escalier carré pratiqué vers le nord, à côté de l'une des deux
chapelles du chevet, on arrivait à une salle voûtée bâtie au-dessus de
cette chapelle, et servant autrefois, comme encore aujourd'hui, de
trésor et de chartrier. Le tympan de la porte principale s'ouvrant sous
le porche du côté de la rue était décoré d'un bas-relief représentant le
Jugement dernier, dont il existe encore quelques fragments[64].

Tous ceux qui s'intéressent quelque peu à nos anciens édifices ont
visité le charmant Hôtel-Dieu de Beaune, fondé en 1443 par Nicolas
Rolin, chancelier du duc de Bourgogne. Cet établissement est à peu près
tel que le XVe siècle nous l'a laissé, bien qu'il soit construit, en
grande partie, en bois. Il se compose de trois corps de logis élevés
autour d'une cour quadrangulaire. Dans le bâtiment qui donne sur la rue
est placée la grande salle, avec sa chapelle à l'extrémité, la porterie
et quelques pièces voûtées destinées aux provisions. Les deux autres
corps de logis, devant lesquels passe une galerie à deux étages,
contiennent le noviciat des soeurs, trois salles, la cuisine et la
pharmacie. De grands gâbles en charpente, vitrés, donnent du jour dans
les salles par-dessus les galeries du dehors, tandis que l'aération se
fait par les galeries mêmes et par les faces opposées (voy.
l'_Architecture civile et domestique_ de MM. Verdier et Cattois, t. I).
La cour de cet établissement, d'un aspect riant, bien proportionnée,
contenant encore son puits du XVe siècle, son lavoir et sa chaire,
donnerait presque envie de tomber malade à Beaune. La porte sur la rue
est protégée par un auvent en charpente couvert en ardoise (voy.
AUVENT).

Nous donnons (9) le plan de l'Hôtel-Dieu de Beaune, et (10) la vue de
l'angle de la cour du côté de l'escalier principal desservant les deux
étages. En A (voy. le plan) est l'entrée; en B, un passage de service;
en C, la grande salle lambrissée[65] avec sa chapelle D, maintenant
séparée de la salle; en E, le réfectoire des soeurs et le salon de la
supérieure; en F, les salles aux provisions; en G, le noviciat des
soeurs; en H, des salles de malades; en I, un passage donnant sur un
jardin; en K, la cuisine, et en L la pharmacie; le puits est placé en O,
la chaire en M, et le lavoir en P.

Examinons maintenant un de ces établissements plus modestes qui,
éloignés des grands centres, voisins de quelque abbaye ou de quelque
prieuré, étaient si fort répandus sur le sol français au moyen âge.
Entrons dans la maladrerie dite du _Tortoir_, non loin de la route qui
mène de Laon à la Fère (Aisne). Nous allons retrouver là les curieuses
dispositions intérieures de l'hôpital de Tonnerre. La maladrerie du
Tortoir date, croyons-nous, de la première moitié du XIVe siècle[66].
L'ensemble de l'établissement, compris dans un carré, contient encore
trois bâtiments de l'époque de la construction (11). A, la salle des
malades; B, une chapelle; C, un corps de logis à deux étages, pour les
religieux probablement et pour la cuisine. Les autres bâtiments qui
existent aujourd'hui dans l'enceinte sont d'une époque assez récente.
Occupons-nous de cette salle A. Ses deux extrémités sont fermées par
deux pignons avec cheminées. Sur le préau, à l'intérieur de l'enceinte,
s'ouvre une large porte, avec guichet à côté; sur cette face, pas
d'autres ouvertures que deux fenêtres relevées. Devant cette large porte
était suspendu un appentis très-saillant (si l'on en juge par ses
amorces et les entailles de la charpente), qui servait d'abri aux
chariots amenant les malades. Pour l'usage ordinaire, on se contentait
de passer par la petite porte. Sur les dehors, au contraire, cette salle
de malades était percée de deux rangs de larges fenêtres disposées de
telle façon que celles du bas éclairaient des cellules en bois,
semblables à celles de l'hôpital de Tonnerre, et celles du haut
s'ouvraient sur une galerie, à laquelle on montait par un escalier
ménagé dans la travée I (voy. le plan) dépourvue de fenêtre. À Tonnerre,
l'intervalle entre chaque cloison est de 2 toises (3m,95); même espace
entre les axes des contre-forts de la salle du Tortoir (voy., fig. 12,
un angle de la face de la salle du côté extérieur). En supposant les
cloisons des cellules de la même profondeur que celles de l'hôpital de
Tonnerre, et plaçant sept cloisons dans l'axe de chaque contre-fort, la
salle ayant dix mètres de large, il restait six mètres pour la
circulation du côté de l'entrée, en dehors des cellules (voy. le plan),
et on pouvait placer sept lits dans celles-ci, l'escalier de la galerie
prenant la place d'une cellule. Or ce nombre de sept lits est
très-fréquemment admis dans ces petits établissements de charité. Si
nous nous rappelons que les maladreries étaient spécialement réservées
aux malheureux affectés de maladies contagieuses, et que des précautions
minutieuses étaient prises non-seulement pour les séparer des
populations, mais aussi pour les isoler entre eux, nous comprendrons ici
cette disposition des cellules avec fenêtres, qui permettaient à ces
pauvres gens de voir la campagne et de se réchauffer aux premiers rayons
du soleil, car ces fenêtres donnent au levant. Elles étaient d'ailleurs
munies de volets à l'intérieur, de manière à éviter la trop grande
chaleur. Un chemin de ronde avec mâchicoulis réunissait les bâtiments et
était mis en communication, par des portes percées dans les pignons,
avec la galerie intérieure. Un fossé entourait l'enceinte, ainsi qu'on
peut le reconnaître en examinant les soubassements extérieurs de la
grande salle. On n'arrivait au sommet des quatre tourelles que par la
galerie et des échelles posées dans ces tourelles servant
d'échauguettes.

Le moyen âge montrait donc dans la composition de ces établissements de
bienfaisance l'esprit ingénieux qu'on lui accorde dans la construction
des monuments religieux. C'est un singulier préjugé, en effet, de
vouloir que ces architectes eussent été si subtils lorsqu'il s'agissait
d'élever des églises, et en même temps si grossiers lorsqu'il fallait
élever des édifices civils. Ce n'est pas leur faute si l'on a détruit,
depuis le XVIe siècle, la plupart de ces établissements de bienfaisance
divisés à l'infini, mais généralement bien disposés d'ailleurs, pour les
remplacer par des hôpitaux dans lesquels, au contraire, on a cherché,
peut-être à tort, à concentrer le plus grand nombre de malades possible.
Louis XIV, le grand niveleur de toute chose et de tout état en France, a
gratifié les hôpitaux élevés sous son règne des biens de ces nombreuses
maladreries et léproseries qui n'avaient plus guère de raison d'exister,
puisque, de son temps, il n'y avait pas de lépreux à soigner; mais ce
n'est pas à dire que les hôpitaux du XVIIe siècle soient des modèles à
suivre comme disposition, au point de vue de la salubrité, de l'hygiène,
et du respect que l'on doit avoir pour les malades pauvres. Dans le peu
d'hôpitaux du moyen âge qui nous sont restés, nous trouvons un esprit de
charité bien entendu et délicat. Ces bâtiments sont d'un aspect
monumental sans être riches; les malades ont de l'espace, de l'air et de
la lumière; ils sont souvent séparés les uns des autres, comme on peut
le constater dans les exemples précédents; leur individualité est
respectée, et certes s'il est une chose qui répugne aux malheureux qui
trouvent un refuge dans ces établissements, malgré les soins si éclairés
qu'on leur donne abondamment aujourd'hui, c'est la communauté dans de
vastes salles. Souvent alors la souffrance de chaque malade s'accroît
par la vue de la souffrance du voisin. Sans prétendre que le système
cellulaire, appliqué fréquemment dans les hôpitaux du moyen âge, fût
préférable matériellement au système adopté de notre temps, il est
certain qu'au point de vue moral il présentait un avantage. Nous tenons
à constater qu'il émanait d'un sentiment de charité très-noble chez les
nombreux fondateurs et constructeurs de nos maisons-Dieu du moyen âge.

Avant de terminer cet article, nous tenterons encore de détruire une
erreur fort répandue, touchant l'établissement des léproseries. On a
prétendu que la lèpre avait été rapportée d'Orient en Occident au moment
des croisades; mais, ainsi que nous l'avons dit plus haut, il y avait,
du temps de Mathieu Pâris, 19,000 ladreries en Europe, la plupart bâties
dans des contrées qui n'avaient eu aucun rapport avec l'Orient. De plus,
des 300,000 hommes conduits en Orient par le frère de Philippe 1er,
5,000 à peine parvinrent en Palestine, et très-peu revinrent en Europe.
De l'armée de l'empereur Conrad III, il ne resta qu'un bien petit nombre
de croisés en état de revoir leur patrie. Louis le Jeune et Richard
Coeur-de-Lion revinrent presque seuls de Palestine. Comment donc ces
armées, qui furent englouties en Orient, auraient-elles pu rapporter et
répandre la lèpre en Occident, de manière qu'on fût obligé de fonder
19,000 maisons pour soigner les lépreux? Sans entrer dans une discussion
qui ne serait pas à sa place ici, à propos de l'invasion de cette
maladie en Europe et particulièrement en France, on peut toutefois
reconnaître comme certain qu'elle existait. bien avant les
croisades[67].

Voici la liste des principaux hôpitaux fondés à Paris du VIIe au XVIe
siècle:

Hôtel-Dieu, fondé, dit la tradition. par saint Landry (VIIe siècle).

Hôpital des Haudriettes, fondé sous Clovis, et où l'on prétend que
mourut sainte Geneviève. Au XIIIe siècle, la famille Haudry
reconstruisit cet établissement.

Hôpital de Saint-Gervais, fondé par Gatien Masson, prêtre, en 1171, la
chapelle de cet hôpital ne fut dédiée qu'en 1411.

Hôpital de Sainte-Catherine, appelé primitivement de Sainte-Opportune
(1180 environ), La chapelle fut construite en 1222, puis réparée en
1479.

Hôpital de la Sainte-Trinité, rue Saint-Denis, fondé par les deux frères
Escuacol en 1202. Cet hôpital possédait une fort belle salle pour
coucher les pauvres. En 1210, on y ajouta une chapelle. Les enfants des
pauvres étaient recueillis et élevés dans l'établissement. Cet hôpital
fut successivement augmenté jusqu'en 1598.

Hôpital des Quinze-Vingts, fondé par saint Louis en 1254.

Hôpital de Saint-Marcel (anciennement de l'Oursine), fondé par
Marguerite de Provence après la mort de saint Louis.

Hôpital des Jacobins, fondé en 1263. En 1366, Jeanne de Bourbon, femme
de Charles V, l'augmenta.

Hôpital de Saint-Jacques-du-Haut-Pas, fondé par Philippe IV en 1286.

Hôpital tenant au prieuré de la Charité (Notre-Dame-des-Billettes),
fondé par le bourgeois de Paris Roger Flamming, en 1299.

Hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins, rue Saint-Denis, fondé en 1315 par
Louis X. La chapelle fut terminée en 1323.

Hôpital Saint-Julien-aux-Ménétriers, fondé par deux ménétriers en 1330.
En 1334, les fondateurs augmentèrent cet hôpital par l'acquisition de
plusieurs maisons voisines.

Hôpital du Saint-Sépulcre, fondé par Philippe de Valois en 1333.

Hôpital du Saint-Esprit, fondé en 1361 pour les enfants.

Hôpital conventuel ou commanderie du Petit-Saint-Antoine, fondé en 1368,
sous Charles V.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]
[Illustration: Fig. 12.]

     [Note 48: Plutarque, l'_ie de Solon_, cap. XXXI.]

     [Note 49: Justin, _Historia_, lib. XXVIII.]

     [Note 50: _Collection des docum. inéd. sur l'hist. de
     France_. Paris, 1850. T. I.]

     [Note 51: _Le Théât. des antiq. de Paris_, 1612. L. I, p.
     71.]

     [Note 52: _Hist. de la ville et du dioc. de Paris_, t. I, p.
     22.]

     [Note 53: _Hist. de la ville et du dioc. de Paris_, t. I, 2e
     partie, p. 481.]

     [Note 54: «Art. 13. Donamus et legamus duobus millibus
     domorum leprosorum decem millia librarum, videlicet cuilibet
     earum centum solidos.»]

     [Note 55: Voy. le curieux ouvrage de M. Labourt, _Recherches
     sur l'origine des ladreries, maladreries et léproseries_,
     Paris, 1854.]

     [Note 56: Voy. _Droits et usages concern. les travaux de
     construction publ. ou privées sous la troisième race des rois
     de France_, par M. A. Champollion-Figeac, p. 166. Paris,
     1860.]

     [Note 57: _Ibidem_.]

     [Note 58: Il faut reconnaître que depuis peu on a fait chez
     nous de grands progrès en ce genre. L'hospice de Charenton,
     ceux de Vincennes et du Vézinet, sont non-seulement
     parfaitement appropriés à leur destination; mais ce sont
     aussi, comme oeuvres d'architecture, des édifices faits pour
     donner aux malades des idées plutôt agréables que tristes.]

     [Note 59: Voy. l'_Archit. civ. et domest._ de MM. Verdier et
     Cattois, t., II.]

     [Note 60: Voy., pour de plus amples détails, les gravures des
     _Archives des monum. hist._, publiées par les ordres du
     ministre d'État; aussi l'ouvrage précédemment cité de MM.
     Verdier et Cattois, t. II, p. 104.]

     [Note 61: L'abbaye d'Ourscamp appartient aujourd'hui à M.
     Peigné-Delacour, qui, heureusement, conserve avec un soin
     particulier ces restes remarquables.]

     [Note 62: _Notes hist. sur l'hôpital de Tonnerre_. Auxerre,
     1853.]

     [Note 63: Les comptes de 1556, d'après l'excellent travail de
     M. C. Dormois cité plus haut, présentent des dépenses
     occasionnées par la réfection de l'une de ces galeries.

     «Payé à Jehan Desmaisons, charpentier, la somme de 91 liv. 40
     s. pour la fasson de la grande gallery dudit hospital,
     contenant 20 toises de long et 2 de large... À Nicolas...,
     maçon, pour avoir fait la massonnerie pour soutenir les
     poteaux d'icelle gallery... À Jehan et Pierre les Mathieux,
     couvreurs, la somme de 8 liv. 13 s. pour avoir couvert
     l'escalier de la d. gallery... À Jehan, marchand,... pour
     ferrer les portes de l'hospital et les chevrons de la grande
     gallery,...» etc.]

     [Note 64: C'est à M. Lefort, architecte à Sens, que nous
     devons un relevé minutieux de cette grande salle de l'hôpital
     de Tonnerre. M. Lefort a eu l'obligeance de mettre tous ses
     dessins à notre disposition.]

     [Note 65: Un plafond a été établi sous la voûte en bardeau et
     a détruit l'aspect grandiose de cette salle.]

     [Note 66: Voy. l'_Archit. civ. et domest._ de MM. Verdier et
     Cattois, t. II, p. 107.]

     [Note 67: Voy. à ce sujet les _Recherches sur l'origine des
     ladreries, maladreries et léproseries_, par L. A. Labourt.
     Paris, 1854.]

Il existait encore, en dehors de ces établissements, dans un grand
nombre de communautés et dans les paroisses, des maisons ou salles pour
les malades, les pauvres et les pèlerins.



HÔTELLERIE. Il existait, à l'époque gallo-romaine, sur les grands
chemins, des hôtelleries à distances assez rapprochées pour que le
voyageur pût trouver un gîte à la fin de chaque journée. Ces auberges,
_mansions_, étaient de grandes hôtelleries dans lesquelles on trouvait
des chevaux de poste, un gîte, à boire et à manger. Elles servaient
d'étapes pour les soldats et étaient placées sous la surveillance
d'inspecteurs, _frumentarii_ et _curiosi_, qui veillaient à leur bonne
tenue et qui étaient chargés d'espionner les voyageurs. Les hôtelleries
devenaient ainsi des lieux utiles à la police secrète des préfets du
prétoire, et cependant, pour avoir droit de gîte dans les _mansions_, il
fallait se munir d'une sorte de carte de circulation, _diploma
tractatorium_. D'ailleurs, les _mansions_ servaient de gîte
non-seulement aux simples particuliers et aux soldats, mais aux
magistrats et préteurs en tournée, et à l'empereur lui-même lorsqu'il
voyageait. C'est dans une _mansion_ du pays des Sabins que Titus fut
pris de la fièvre dont il mourut peu de jours après. S'il fallait
montrer sa carte de circulation pour coucher dans une mansion, à plus
forte raison ne pouvait-on se procurer des chevaux de relais qu'avec des
_lettres de poste_.

Après l'invasion des barbares, cette institution des hôtelleries
impériales fut, bien entendu, entièrement ruinée. Les races germaines
pratiquaient largement l'hospitalité. Un Franc, un Bourguignon, ne
croyaient pas pouvoir refuser l'entrée de sa maison à un étranger;
aussi, dans les voyages, pendant les premiers siècles du moyen âge,
avait-on pour habitude, à chaque couchée, de demander le gîte et la
nourriture dans les habitations que l'on rencontrait sur son chemin. Si
le propriétaire auquel on s'adressait était trop pauvre ou trop à
l'étroit pour pouvoir vous satisfaire, il vous accompagnait chez un
voisin mieux partagé, et tous ensemble prenaient leur repas. «Aucune
autre nation, dit Tacite en parlant des Germains[68], n'accueille ses
convives et ses hôtes avec plus de générosité; fermer sa maison a une
personne, quelle qu'elle fût, serait un crime[69]. Selon sa fortune,
chacun reçoit l'hôte, offre un repas; et lorsque les provisions sont
épuisées, celui qui, tout à l'heure, recevait, indique un autre asile et
y conduit: ils entrent chez ce nouvel hôte sans invitation, et sont
accueillis avec une égale bonté: connus, inconnus, sont, quant aux
droits d'hospitalité, traités avec les mêmes égards.» En faisant la part
de l'exagération dans le tableau tracé par Tacite, il est certain
toutefois que les conquérants barbares des Gaules regardaient
l'hospitalité comme un devoir dont on ne pouvait s'affranchir.

Cependant, du temps de Grégoire de Tours, il existait des auberges,
puisqu'il en signale quelques-unes. Les établissements monastiques
répandus sur le sol des Gaules dès le IXe siècle exerçaient
l'hospitalité, et dans les abbayes ou prieurés des XIe et XIIe siècles
il est toujours fait mention de la maison des hôtes, bâtie proche la
porte d'entrée. Il n'en existait pas moins, au XIIe siècle, un nombre
prodigieux d'hôtelleries sur les grands chemins et dans les faubourgs
des villes, et ces hôtelleries, moins bien surveillées que ne l'étaient
celles du temps de l'Empire, étaient le refuge des voleurs, des
assassins, des femmes perdues, des joueurs et des débauchés. La légende
de l'_Enfant prodigue_ le représente toujours, à cette époque, dans une
hôtellerie, au milieu de femmes qui l'enivrent et lui dérobent son
argent. Courtois d'Arras est dépouillé dans une auberge où on lui
présente tout ce qui peut séduire un jeune homme: car les hôtelleries
alors étaient bien garnies, pourvues de bons lits _mous de plumes_, de
bon vin à foison, souvent frelaté cependant, de volaille et de venaison;
des filles étaient attachées à l'établissement et servaient d'appât pour
attirer, retenir et dépouiller les voyageurs.

Au XIIIe siècle, les hôtelleries, tavernes, étaient le refuge de la lie
des villes, et les ordonnances des rois restaient sans effet devant ces
repaires de la canaille. Sous Philippe Auguste, en 1192, et pendant la
régence de la reine Blanche de Castille, en 1229, des rixes terribles
eurent lieu entre des écoliers de l'Université et des cabaretiers de
Paris; le prévôt fut incarcéré à la suite de la première, et
l'Université renvoya les clercs à la suite de la seconde, sous le
prétexte qu'on ne leur rendait pas justice. Au XIVe siècle, ces
désordres ne firent que s'accroître; la plupart des hôteliers étaient
coupeurs de bourses, détrousseurs de passants; si bien qu'en 1315, pour
ôter aux aubergistes l'envie d'assassiner les étrangers qui s'arrêtaient
chez eux, il fut rendu une ordonnance dans laquelle il était dit que
«l'hoste qui retient les effets d'un étranger mort chez lui doit rendre
le triple de ce qu'il a retenu[70].» C'est dans une hôtellerie de la rue
Saint-Antoine, à l'enseigne de l'Aigle, que Jeanne de Divion vint
s'installer pour fabriquer les faux à l'aide desquels Robert d'Artois
prétendait s'emparer de la succession de la comtesse de Mahaut. Ce lieu,
dit M. Le Roux de Lincy, «était un petit séjour situé au bord de la
rivière et plus loin que la Grève, partie de la ville alors presque
déserte.» Les hôtelleries servaient aussi de repaire aux faux
monnayeurs, ainsi que le témoigne ce passage du _Renart contrefait[71]_:

       «C'est hostel de gloutonnie
       Plain de trestoute ribandie
       Recept de larrons et houlliers
       De bougres, de faux monnoiers.
       Quant tous malvais voeullent trichier
       Es tavernes se vont muchier
       Hostel de bourdes et vantance
       Plain de male perseverance.»

C'était aussi dans les hôtelleries que venaient discourir les fauteurs
de troubles publics, que se cachaient les espions[72].

On comprendra que ces établissements n'étaient autre chose que des
maisons, le plus souvent isolées, et n'ayant d'autre marque distinctive
qu'une enseigne pendue à la porte.

     [Note 68: _Germania_, cap. XXI.]

     [Note 69: La loi ripuaire faisait de l'hospitalité un devoir
     impérieux, et punissait d'une amende ceux qui y
     manquaient.--Les _Capitulaires_ de Charlemagne commandent
     l'hospitalité sous les mêmes peines.]

     [Note 70: Laurière.]

     [Note 71: Manuscrit de la Bib. imp., nº 6985, f. Lancelot,
     fº 32.]

     [Note 72: Voy. _les Hôtelleries et Cabarets au moyen âge_,
     par Franc. Michel et Éd. Fournier: t. I. _Le Livre d'or des
     métiers_.]



HOURD, s. m. _Hourt_, _hour_, _ourdeys_, _gourt_. Échafaud fermé de
planches; appliqué à l'architecture militaire, est un ouvrage en bois,
dressé au sommet des courtines ou des tours, destiné à recevoir des
défenseurs, surplombant le pied de la maçonnerie et donnant un
flanquement plus étendu, une saillie très-favorable à la défense. Nous
avons expliqué, dans l'article ARCHITECTURE MILITAIRE (voy. fig. 14, 15,
16 et 32), les moyens de construction et l'utilité des hourds; toutefois
l'objet prend une si grande importance dans l'art de la défense des
places du XIe au XIVe siècle, que nous devons entrer dans des
développements.

Il y a tout lieu de croire que, dès l'époque romaine, les hourds étaient
en usage, car il est question, dans les _Commentaires_ de César,
d'ouvrages en bois qui sont de véritables hourds. Nous en avons donné un
exemple à l'article FOSSÉ, fig. 1. Dans l'ouvrage en bois qui couronnait
les fossés du camp de César devant les Bellovaques, les galeries
réunissant les tours sont des hourds continus protégeant un parapet
inférieur[73]. La nécessité pour les défenseurs de commander le pied des
remparts, d'enfiler les fossés et de se mettre à l'abri des projectiles
lancés par les assiégeants, dut faire adopter les hourds dès l'époque
gallo-romaine. Les crénelages supérieurs ne pouvaient, en cas de siége,
présenter une défense efficace, puisque en tirant, les archers ou
arbalétriers étaient obligés de se découvrir. Si l'assiégeant se logeait
au pied même des murs, il devenait de toute impossibilité aux assiégés
non-seulement de lui décocher des traits, mais même de le voir, sans
passer la moitié du corps en dehors des créneaux. À la fin du XIe siècle
déjà et au commencement du XIIe, nous remarquons, au sommet des tours et
remparts, des trous de hourds percés au niveau des chemins de ronde[74].
Souvent alors ces trous sont doubles, de manière à permettre de poser,
sous la solive en bascule, un lien destiné à soulager sa portée.

Les merlons des tours et courtines du château de Carcassonne (1100
environ) sont hauts (1m,60 à 1m,80); les trous de hourds sont espacés
régulièrement, autant que le permet la courbe des tours ou les
dispositions intérieures; sous leurs pieds-droits sont percés, tout à
travers, quatre trous: deux un peu au-dessous de l'appui des créneaux,
deux au niveau du chemin de ronde. Du chemin de ronde (1), les
charpentiers faisaient couler par le trou inférieur une première pièce
A, puis une seconde pièce B, fortement en bascule. L'ouvrier passant par
le créneau se mettait à cheval sur cette seconde pièce B, ainsi que
l'indique le détail perspectif B', puis faisait entrer le lien C dans
son embrèvement. La tête de ce lien était réunie à la pièce B par une
cheville; un potelet D, entré de force par derrière, roidissait tout le
système. Là-dessus, posant des plats-bords, il était facile de monter
les doubles poteaux E, entre lesquels on glissait les madriers servant
de garde antérieure, puis on assujettissait la toiture qui couvrait le
hourdis et le chemin de ronde, afin de mettre les défenseurs à l'abri
des projectiles lancés à toute volée. Des entailles G ménagées entre les
madriers de face permettaient de viser. Ainsi des arbalétriers postés
sur les hourds pouvaient envoyer des projectiles par des meurtrières
multipliées et jeter des pierres par le mâchicoulis K sur les
assaillants. Du chemin de ronde, d'autres arbalétriers ou archers
avaient encore les meurtrières à demeure L, par lesquelles, au-dessous
des hourds, ils envoyaient des traits aux assiégeants. La communication
du chemin de ronde avec le hourd s'établissait de plain-pied par les
crénelages, dont les merlons sont assez élevés pour permettre à un homme
de passer. La couverture était faite de forts madriers sur lesquels on
posait de la grande ardoise ou de la tuile, et si on craignait l'envoi
de projectiles incendiaires, des peaux fraîches, de grosses étoffes de
laine, du fumier ou du gazon. Ce blindage était fait au sommet des
courtines et tours de toute place forte destinée à subir un siége en
règle, le crénelage en maçonnerie ne servant qu'en temps de paix et pour
la garde ordinaire. Par le fait, les créneaux étaient autant de portes
qui mettaient les hourds en communication avec le chemin de ronde sur un
grand nombre de points; et si le hourdage venait à brûler ou à être
détruit par les pierriers de l'assiégeant, il restait encore debout une
défense de maçonnerie offrant une dernière protection aux soldats qui
garnissaient les remparts.

Ces sortes de hourds n'étaient pas généralement posés à demeure, mais
seulement en temps de guerre. En temps de paix, ces charpentes étaient
facilement démontées et rangées à couvert dans les tours et dans les
nombreux réduits disposés le long des remparts, à l'intérieur. Aussi,
pour faciliter la pose et pour éviter de numéroter les pièces, de les
classer et de les chercher, les trous de hourds sont percés à des
distances égales, sauf dans certains cas exceptionnels, de sorte que
tous les madriers de garde, formant parement, coupés de longueur,
glissaient indifféremment entre les montants doubles assemblés à
l'extrémité des solives en bascule. On comprend dès lors comment la pose
des hourds pouvait être rapidement exécutée. En effet, les montants
doubles de face posés (2), et dont la section est tracée en A, le
charpentier n'avait qu'à laisser couler entre eux les madriers de garde,
ainsi qu'on le voit en B. Si des pierres d'un fort volume, lancées par
les machines de l'assiégeant, avaient rompu quelques madriers, on
pouvait de même les remplacer promptement et facilement du dedans des
hourds pendant la nuit, sans avoir besoin ni de clous ni de chevilles.

Cependant, quelquefois, les hourds étaient à demeure, particulièrement
au sommet des tours; alors on les _hourdait_ en maçonnerie comme des
pans de bois, ou on les couvrait d'ardoises. Il existe encore, dans le
château de Laval, une tour du XIIe siècle qui a conservé un hourdage
supérieur dont la construction paraît remonter au XIIIe siècle. Ce
hourdage fait partie du comble et se combine avec lui (3). C'est un bel
ouvrage de charpenterie exécuté en beau et fort bois de chêne. Suivant
l'usage de cette époque, chaque chevron de la charpente est armé, porte
ferme et repose sur les blochets A (voy. la coupe C), lesquels sont
portés sur la tête des poteaux de face D recevant une sablière S, et
maintenus par les grandes contre-fiches intérieures moisées E. Ces
contre-fiches viennent en outre soulager ces chevrons vers le premier
tiers de leur longueur. Sous chaque poteau de face et sous chaque
contre-fiche est posé un patin P qui forme bascule et mâchicoulis. En G,
on voit le système du hourdage de face, lequel est voligé et couvert
d'ardoises comme le comble lui-même. De distance en distance, de petites
ouvertures sont percées dans le hourdage pour permettre de tirer.
L'enrayure basse est maintenue par des entraits comme dans toutes les
charpentes de combles coniques. Nous reviendrons tout à l'heure sur ces
hourds à demeure, très-fréquents dans les constructions militaires du
XVe siècle qui ne sont point couronnées par des mâchicoulis avec murs de
garde en pierre de taille.

Pendant le XIIIe siècle, on simplifia encore le système des hourdages en
charpente au sommet des remparts. On renonça aux trous doubles, on se
contenta d'un seul rang de larges trous carrés (0,30 c. x 0,30 c.
environ) percés au niveau des chemins de ronde; et, en effet, une pièce
de bois de chêne de 0,30 c. d'équarrissage, fût-elle de trois mètres en
bascule, peut porter un poids énorme. Or les hourds avaient rarement
plus de 1m,95 c. de saillie (une toise). Il n'est pas nécessaire de
s'étendre ici sur ces hourds simples, dont nous avons suffisamment
indiqué la construction dans l'article ARCHITECTURE MILITAIRE, fig. 32.
Mais souvent, au XIIIe siècle, il est question de hourds doubles,
notamment dans l'_Histoire de la croisade contre les Albigeois_[75].

À Toulouse, assiégée par le comte Simon de Montfort, les habitants
augmentent sans cesse les défenses de la ville:

       «E parec ben a lobra e als autres mestiers
       Que de dins et de fora ac aitans del obriers
       Que garniron la vila els portals els terriers
       Els murs e las bertrescas els cadafales dobliers
       Els fossatz e las lissas els pons els escaliers
       E lains en Toloza ac aitans carpentiers.
       ...[76]»

Ailleurs, au siége de Beaucaire:

       «Mas primier fassam mur ses cans e ses sablo
       Ab los cadafales dobles et ab ferm bescalo[77].»

Nous avons dû chercher sur les monuments mêmes la trace de ces hourds à
deux étages. Or, à la cité de Carcassonne, des deux côtés de la porte
Narbonnaise, dont la construction remonte au règne de Philippe le Hardi,
nous avons pu reconnaître les dispositions d'un de ces échafauds
doubles, indiquées par la construction de merlons très-puissants et
taillés d'une manière toute particulière. Ces merlons (4) sont
appareillés en fruit sur le chemin de ronde, ainsi que l'indique le
profil A. Leur base est traversée au niveau du chemin de ronde, par des
trous de hourds de 0,30 c. de côté, régulièrement espacés. Sur le
parement du chemin de ronde du côté de la ville est une retraite
continue B. Les hourds doubles étaient donc disposés ainsi: de cinq
pieds en cinq pieds passaient par les trous de hourds les fortes solives
C, sur l'extrémité desquelles, à l'extérieur, s'élevait le poteau
incliné D, avec des contre-poteaux E formant la rainure pour le passage
des madriers de garde. Des moises doubles J pinçaient ce poteau, se
reposaient sur la longrine F, mordaient les trois poteaux GHI, celui G
étant appuyé sur le parement incliné du merlon, et venaient saisir le
poteau postérieur K également incliné. Un second rang de moises, posé en
L, à 1m,80 du premier rang, formait l'enrayure des arbalétriers M du
comble. En N, un mâchicoulis était réservé le long du parement extérieur
de la courtine. Ce mâchicoulis était servi par des hommes placés en O,
sur le chemin de ronde, au droit de chaque créneau muni d'une ventrière
P. Les archers et arbalétriers du hourd inférieur étaient postés en R,
et n'avaient pas à se préoccuper de servir ce premier mâchicoulis. Le
second hourd possédait un mâchicoulis en S. Les approvisionnements de
projectiles se faisaient au dedans de la ville par les guindes T. Des
escaliers Q, disposés de distance en distance, mettaient les deux hourds
en communication. De cette manière, il était possible d'amasser une
quantité considérable de pierres en V, sans gêner la circulation sur les
chemins de ronde ni les arbalétriers. En X, on voit de face, à
l'extérieur, la charpente du hourdage dépourvue de ses madriers de
garde, et, en Y, cette charpente garnie. Par les meurtrières et
mâchicoulis, on pouvait lancer ainsi sur l'assaillant un nombre
prodigieux de projectiles. Comme toujours, les meurtrières U, à demeure,
percées dans les merlons, dégageaient au-dessous des hourds et
permettaient à un second rang d'arbalétriers postés entre les fermes,
sur le chemin de ronde, de viser l'ennemi. On conçoit que l'inclinaison
des madriers de garde était très-favorable au tir. Elle permettait, de
plus, de faire surplomber le second mâchicoulis S en dehors du hourdage
inférieur. La dépense que nécessitaient des charpentes aussi
considérables ne permettait guère de les établir que dans des
circonstances exceptionnelles, sur des points mal défendus par la
nature, et c'était précisément le cas des deux côtés de la porte
Narbonnaise, particulièrement pour la courtine du nord (voy. PORTE), sur
l'étendue de laquelle, entre cette porte et la tour du Trésau, ce
système a été appliqué.

Si les courtines étaient garnies de hourds, à plus forte raison le
sommet des tours devait-il être muni de cette défense nécessaire,
puisqu'on avait plus d'avantage à attaquer une tour qu'une courtine;
aussi les tours de la cité de Carcassonne sont-elles toutes percées, au
niveau de leur plancher supérieur, de trous de hourds très-larges, bien
dressés et également répartis sur la circonférence. Mais ces tours étant
couvertes par des charpentes, il était indispensable de disposer
celles-ci de telle sorte que l'on pût poser les toitures des hourds sans
gâter celles des tours. À cet effet, on laissait au-dessus des corniches
un espace vide entre les blochets, pour passer les chevrons du hourd
(5), qui étaient calés sur les semelles du comble et arrêtés derrière
les jambettes au moyen de clefs, ainsi que l'indique le profil A. Le
hourdage d'une tour ronde se trouvait former un plan polygonal à plus ou
moins de côtés, suivant que la circonférence de la tour était plus ou
moins étendue, car les trous de hourds sont toujours, comme les créneaux
et meurtrières, percés à distances égales. Le mâchicoulis continu était
ouvert soit le long du parement de la tour, en B, soit le long des
madriers de garde, en C, suivant le lieu et l'occasion; voici pourquoi:
les bases des tours (comme celles des courtines) sont montées en talus,
sauf de rares exceptions. Le talus finissait ordinairement au niveau de
la crête de la contrescarpe du fossé. Si l'assaillant parvenait à
combler le fossé, il arrivait au sommet du talus, en G, comme l'indique
le tracé M. Alors le mâchicoulis percé en C ne battait pas verticalement
les mineurs attachés en G; il était donc nécessaire d'avoir un
mâchicoulis, en B, le long du parement même de la tour. Si, au
contraire, le mineur s'attachait à la base de la tour, au fond du fossé
en F, il fallait ouvrir un mâchicoulis en C, directement au-dessus de
lui, car les projectiles tombant par le mâchicoulis B, ricochant sur le
talus, devaient décrire une parabole _ab_ par-dessus la tête des
mineurs. Mais si l'assaillant se présentait en masse à la base d'une
tour ou d'une courtine, garanti par une galerie roulante, une _gate_, le
projectile tombant verticalement du mâchicoulis B lui causait plus de
dommages en ricochant, car il pouvait entrer ainsi sous la _gate_. En P,
nous donnons une vue perspective du sommet d'une tour de la fin du XIIIe
siècle, faisant partie de l'enceinte de la cité de Carcassonne, avec ses
hourds posés et en partie recouverts de peaux fraîches, afin d'éviter
l'effet des projectiles incendiaires sur toutes les pièces saillantes du
hourdage.

Mais, dès la première moitié du XIIIe siècle, on avait déjà cherché à
parer, au moins en partie, aux dangers d'incendie que présentaient ces
hourds saillants posés sur des solives en bascule, et contre lesquels
les assaillants lançaient une quantité de barillets de feux grégeois, de
dards garnis d'étoupe, de résine ou de bitume enflammés, toutes matières
qui, par leur nature, pouvaient s'attacher aux charpentes et produire un
feu très-vif que l'eau ne pouvait éteindre. Nous voyons déjà, au sommet
des tours élevées à Coucy par Enguerrand III de 1220 à 1230, des
consoles en pierre destinées à la pose des hourds de bois. La
combinaison de ces hourds est très-apparente et fort ingénieuse au
sommet du donjon de Coucy (voy. DONJON, fig. 39). Le pied des hourds de
ce donjon célèbre, le plus grand de tous ceux que possède l'Europe, est
à 40 mètres au-dessus de la contrescarpe du fossé. Et bien qu'à cette
hauteur les assiégés n'eussent pas à redouter les projectiles
incendiaires, ils ont établi, tout autour de l'énorme cylindre,
quarante-huit consoles de pierre de 1m,07 de saillie sur 0,30 c.
d'épaisseur, pour asseoir le hourdage dont notre fig. 6 donne la coupe
en A. En B, on voit l'une des consoles formées de deux assises chacune.
Sur ces consoles, en temps de guerre, reposait un patin C, recevant deux
poteaux inclinés DE. Des moises F, posées un peu au-dessus du niveau de
la ventrière des créneaux, servaient à porter un plancher destiné aux
arbalétriers. En avant de ce plancher était ouvert un mâchicoulis G à
l'aplomb de la base du talus du donjon au fond du fossé. Suivant le
système précédemment expliqué, des madriers de garde entraient en
rainure en avant des poteaux D, doublés d'un deuxième poteau pincé à sa
base par les moises. Au sommet de la corniche H est élevé un talus
double de pierre, sur lequel venait s'appuyer le double chevronnage II',
dont le glissement était maintenu par l'équerre J. Sur le banc continu K
intérieur étaient posés d'autres poteaux inclinés L, pincés par les
moises M et s'assemblant dans les chevrons I'. Sur ces moises M, des
longrines recevaient un plancher O, qui, au droit de chaque créneau, se
reposait sur la ventrière, mais de manière à laisser entre ces planchers
et celui du hourdage un mâchicoulis N à l'aplomb du parement extérieur
de la tour. Le plancher O, mis en communication avec la terrasse par
quelques escaliers P, permettait d'arriver au plancher du hourdage, et
de poster un second rang d'arbalétriers qui pouvaient tirer par les
meurtrières en maçonnerie R (voy. la face intérieure T qui représente,
en T', le crénelage nu, et en T''le crénelage avec les hourds). L'angle
du tir est surtout disposé pour couvrir de projectiles le chemin de
ronde de la chemise du donjon. Les mâchicoulis suffisaient amplement
pour battre le fond du fossé dallé, creusé entre cette chemise et la
tour. Les défenseurs postés soit sur le hourdage, soit à l'intérieur,
étaient ainsi parfaitement à couvert. Des pierres amassées dans
l'embrasure des créneaux sur le plancher O pouvaient être poussées du
pied et être jetées rapidement par le mâchicoulis N. En S sont percées
les conduites rejetant à l'extérieur les eaux de la terrasse; ces
conduites étaient autrefois garnies de plomb, comme la terrasse
elle-même. Un fragment du plan du sommet du donjon de Coucy, avec les
hourds posés supposés coupés au niveau _ab_ (7), complète l'explication
de la fig. 6.

Nous avons tenu à nous rendre compte de la manière de poser ces hourds,
à une hauteur de 46 mètres au-dessus du fond du fossé, sur des consoles
isolées en contre-bas des crénelages. Ayant eu à poser un échafaudage à
la hauteur de ces consoles, pour placer deux cercles en fer et pour
réparer les couronnements profondément lézardés par l'explosion de 1652,
nous avons dû chercher naturellement quels avaient été les moyens
pratiques employés au XIIIe siècle pour assembler les hourds. Or tout
est prévu et calculé dans ce remarquable couronnement de donjon pour
faciliter ce travail en apparence si périlleux, et nous avons été
conduit, par la disposition même des maçonneries, des pleins et des
vides, à appliquer les procédés qu'employaient les charpentiers du XIIIe
siècle, par la raison qu'on ne peut en employer d'autres. On se rappelle
(voy. DONJON, fig. 38 et 39) comment est tracé le plan de la plate-forme
du donjon de Coucy. Cette plate-forme se compose d'un large chemin de
ronde circulaire, pourtournant une voûte à douze pans revêtue de plomb
et formant un pavillon plat, au centre duquel est percé un oeil. Ce
chemin de ronde circulaire, et divisé par pentes et contre-pentes pour
rejeter les eaux en dehors, pouvait être facilement nivelé au moyen de
madriers posés sur cales. Ces madriers (voy. fig. 8), sur deux rangs A
et B, formaient deux chemins de bois sur lesquels étaient posée une grue
dont les roues A, d'un plus grand diamètre que celles B, permettaient la
manoeuvre circulaire. Le nez C de cette grue dépassait l'aplomb de la
grande corniche D à l'extérieur. Comme sur les talus de cette corniche
s'élevaient quatre pinacles P, il fallait que la flèche de la grue pût
se relever pour passer au droit de ces pinacles. Cette flèche pivotait
donc sur un tourillon G, et était ramenée à son inclinaison, puis
arrêtée à la queue par la traverse F et par un boulon I. Le détail K
présente cette grue de face du côté du treuil. Mais il fallait que les
charpentiers pussent, à l'extérieur, assembler les pièces que cette grue
péchait et enlevait par les ouvertures des créneaux. Un échafaud en
bascule, indiqué en L en profil et en L' de face, permettait d'avoir un
premier pont M au droit de chaque créneau et au niveau des moises basses
du hourdage, et un second pont N, en contre-bas, pour pouvoir poser les
patins sur les consoles et assembler les poteaux inclinés dans ces
patins. Des ouvriers à cheval sur le sommet des talus de la corniche
pouvaient facilement assembler les chevrons entre eux et régler le plan
de chaque ferme. Ainsi, de l'intérieur du donjon, l'opération entière de
la pose des hourds pouvait se faire en peu de temps et sans exiger
d'autres échafauds que ces petits planchers en bascule établis en dehors
de chaque créneau, d'autres engins que cette grue, manoeuvrant
circulairement par le moyen de ses roues de diamètres différents.
L'échafaud L en bascule était fait seulement pour un créneau et
transporté successivement par la grue elle-même[78]. En examinant cette
dernière figure avec attention, on voit 1º que l'ouverture des créneaux
est mise en rapport avec les écartements des consoles, pour que les
moises pendantes O puissent passer juste le long de leurs parois; 2º que
la fermeture en tiers-point de ces créneaux est faite pour permettre
d'étançonner convenablement les deux solives en bascule posant sur la
ventrière V; 3º qu'au moyen des deux traverses RR, des jambettes
inclinées S et des chandelles également inclinées J, les solives en
bascule M ne pouvaient ni branler ni s'en aller au vide; 4º que les
talus de la grande corniche, dont on ne pouvait s'expliquer l'utilité,
sont parfaitement motivés par l'inclinaison des chevrons qui venaient se
reposer franchement sur leurs faces; 5º que la forte saillie intérieure
et extérieure de cette corniche soulageait d'autant ces chevrons;
qu'enfin ce qu'il y a d'étrange au premier abord dans ce couronnement
colossal, nullement motivé par la présence des créneaux et des
meurtrières, s'explique du moment qu'on étudie la combinaison des hourds
et la manière de les poser. Mais telle est cette architecture du moyen
âge: il faut sans cesse chercher l'explication de toutes ses formes, car
elles ont nécessairement, surtout dans les édifices militaires, une
raison d'être, une utilité; et cela contribue à l'effet saisissant de
ces vastes constructions.

La fig. 9 donne en perspective les manoeuvres des charpentiers posant
les hourds du donjon de Coucy. On voit comment les petits ponts en
bascule des créneaux suffisaient parfaitement pour assembler ces
charpentes ferme par ferme; car celles-ci placées, la circulation était
de suite établie en dehors pour clouer les planches du chemin de ronde
et les madriers de la couverture. Il faut bien admettre certainement que
les charpentiers de cette époque étaient fort habiles au levage, et il
suffit d'ailleurs, pour s'en convaincre, de voir les charpentes qu'ils
ont dressées; mais les moyens pratiques employés ici sont si bien
expliqués par la disposition des lieux, et ces moyens sont si sûrs, si
peu dangereux, comparativement à ce que nous voyons faire chaque jour,
que le hourdage du donjon de Coucy ne devait présenter aucune difficulté
sérieuse[79].

Il ne fallait pas moins, pour _armer_ une fortification de ses hourds,
des ouvriers, du bois en quantité, et encore risquait-on de laisser
brûler ces galeries extérieures par l'ennemi; aussi, vers le
commencement du XIVe siècle, renonce-t-on généralement en France aux
hourds de charpente pour les remplacer par des mâchicoulis avec mur de
garde en pierre (voy. ARCHITECTURE MILITAIRE, fig. 33, 34, 36, 37 et 38,
et l'article MÂCHICOULIS). Ce n'est que dans les provinces de l'Est que
les architectes militaires continuent à employer les hourds. On en voit
encore un grand nombre, qui datent des XIV, XVe et XVIe siècles, en
Suisse, en Allemagne; mais ces hourds sont habituellement posés sur la
tête des murs et ne se combinent plus avec les crénelages comme ceux des
XIIe et XIIIe siècles.

Voici, par exemple, un hourdage posé au sommet d'un clocher du XIIe
siècle, à Dugny près Verdun. Ce hourdage (10) est, bien entendu, d'une
époque postérieure, du XIVe siècle, pensons-nous. Il se compose d'un pan
de bois posé en encorbellement sur des solives et revêtu d'une chemise
de planches verticales clouées sur les traverses hautes et basses de ce
pan de bois. Le tout est recouvert d'un comble[80]. Beaucoup de tours
des environs de Verdun sont encore garnies de ces hourds élevés pendant
les guerres des XIVe et XVe siècles et qui, depuis lors, ont été laissés
en place et servent de beffrois.

À Constance, en Suisse, on voit encore un certain nombre de tours
garnies de hourds qui datent du XVe siècle. Le bâtiment de la douane de
cette ville, qui date de 1398, a conservé à sa partie supérieure une
belle galerie de hourds de la même époque, galerie dont nous présentons
(11) une coupe. Ces hourds se combinent avec la charpente du comble et
couronnent la tête des murs sur deux côtés du bâtiment faisant face aux
quais (voy. BRETÈCHE, fig. 3). Le tracé A fait voir le système de
hourdage en planches verticales à l'extérieur, et le tracé B le détail
de la découpure inférieure de ces planches en sapin d'une forte
épaisseur, avec leurs couvre-joints C. Comme toujours, un mâchicoulis
continu est réservé en D.

On établit encore des hourds contre l'artillerie à feu; mais alors on
prenait la précaution de remplacer les planches par un hourdis en
maçonnerie entre les membrures. On voit des hourds de ce genre encore
existants en Lorraine et en Suisse, notamment au-dessus de la tour qui
termine le pont de Constance du côté de la ville. À Nuremberg, il existe
encore des hourds du XVIe siècle sur les remparts élevés par Albert
Dürer (voy. CRÉNEAU, fig. 18). Ces hourds sont maçonnés entre les
membrures et couronnent les parapets des courtines par-dessus la grosse
artillerie.

On donnait aussi le nom de _hourd_ à des échafauds que l'on dressait
soit dans des salles, soit sur l'un des côtés d'un champ, pour permettre
à des personnes de distinction de voir certaines cérémonies, des ballets
ou des combats en champ clos. Ces hourds étaient alors encourtinés,
c'est-à-dire recouverts de riches étoffes, d'écussons armoyés, de
peintures sur toile, de tapisseries. Leur intérieur était disposé en
gradins et quelquefois divisé en loges séparées par des cloisons
drapées. Les manuscrits du XVe siècle nous ont conservé un grand nombre
de ces échafauds décorés, établis à l'occasion d'un tournois, d'un
banquet ou d'une fête.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]

     [Note 73: _De Bello Gallico_, I. VIII, c. IX.]

     [Note 74: Au château de Carcassonne, par exemple, où les
     trous de hourds sont partout conservés.]

     [Note 75: Voy. _Coll. des docum. inéd. sur l'hist. de
     France_, 1re série; _Hist. polit._; _Hist. de la croisade
     contre les hérét. albigeois, en vers provençaux, par un poëte
     contemporain_, trad. par M. C. Fauriel; 1837.]

     [Note 76: Vers 6854 et suiv.

       «Il y parut bien à l'oeuvre et aux autres métiers;
       Dedans comme dehors on ne voit qu'ouvriers
       Qui garnissent la ville et les portes et les plates-formes,
       Les murs et les bretèches, les _hourds doubles_,
       Les fossés et les lices, les ponts, les escaliers,
       Et dans Toulouse ce ne sont que charpentiers.
       ...»]

     [Note 77: Vers 3988 et suiv.

       «Mais auparavant faisons un mur sans chaux ni sable
       Avec un _double hourd_ et escalier solide.»]

     [Note 78: C'est là le procédé qui a été employé par nous lors
     de la restauration, sans qu'il y ait eu le moindre accident à
     déplorer. Trois ouvriers ont été tués pendant les reprises
     des lézardes, mais par suite d'une négligence dans la
     manoeuvre. Ce malheur est arrivé, d'ailleurs, en dehors des
     ponts dont il est fait ici mention, et sur lesquels on a pu
     barder des pierres lourdes, des pièces de fer et de bois d'un
     poids considérable.]

     [Note 79: Nous le répétons: une opération absolument
     semblable a été faite, par les mêmes moyens, en très-peu de
     temps et avec des bois légers, par quatre ouvriers
     charpentiers conduits par un ancien compagnon habile, M. La
     France; ce ne sont donc pas là des hypothèses.]

     [Note 80: Le dessin de ce clocher nous a été communiqué par
     M. Petitot-Bellovène, de Verdun.]



HOURDAGE, s. m. _Hourdeïs_. Réunion de hourds (voy. HOURD).



HOURDIS, s. m. Maçonnerie de brique ou de plâtras faite entre les
membrures d'un pan de bois.



HUIS, s. m. Vieux mot employé pour désigner les vantaux d'une porte;
toute partie de menuiserie ouvrante (voy. PORTE, VANTAIL).



HUISSERIE, s. f. Partie de menuiserie isolée formant cloison ou barrière
(voy. MENUISERIE).


I


IMAGERIE, s. f. _Ymagerie_. Ce mot s'appliquait, au moyen âge, à toute
représentation de scènes sculptées sur la pierre ou le bois. Les
sculpteurs de figures avaient le titre d'_ymagiers_ à dater du XIIIe
siècle (voy. STATUAIRE).



IMBRICATION, s. f. S'emploie aujourd'hui pour désigner un appareil
délicat de parements, formant des dessins variés par la disposition de
petites pierres taillées ou de briques. Les imbrications sont
quelquefois composées de pierres de diverses couleurs, comme en Auvergne
et dans certaines provinces du Midi; de pierres et de terres cuites,
comme dans le cloître de la cathédrale du Puy; de briques de diverses
nuances ou émaillées. Les imbrications obtenues au moyen de pierres
posées de manière à décorer des parements sont fréquentes pendant les
XIe et XIIe siècles. On n'en trouve plus que fort rarement dans les
édifices du XIIIe siècle. Les imbrications formées de briques de nuances
variées se rencontrent particulièrement dans les maisons et châteaux des
XVe et XVIe siècles (voyez APPAREIL).



INCRUSTATION, s. f. Ce mot ne peut s'appliquer dans l'architecture du
moyen âge en France qu'à des remplissages en plomb ou en mastic
d'intailles faites dans de la pierre dure, comme, par exemple, dans des
dallages, dans des pierres tombales (voy. DALLAGE). En France, on n'a
pas employé ce genre d'incrustation si fréquent en Italie, et qui
consiste à remplir avec des marbres de couleur, découpés, des dessins
creusés dans des plaques de marbre blanc. On voit des incrustations de
ce genre dans la petite église de San-Miniato près Florence, faites pour
décorer le pavage, la clôture et l'ambon du sanctuaire et même la façade
(XIIIe siècle). La cathédrale de Sienne, celle de Florence
(Sainte-Marie-des-Fleurs), celle de Gênes, sont couvertes extérieurement
d'incrustations de marbre.



INTRADOS, s, m. Surface intérieure d'un arc ou d'une voûte (voyez
EXTRADOS).


J


JAMBAGE, s. m. Nom que l'on donne aux deux montants verticaux d'une
baie, porte ou fenêtre, lorsque cette baie est terminée par un linteau.
Lorsque la baie est fermée par un arc, on donne, de préférence, aux deux
montants verticaux qui portent l'arc, le nom de _pieds droits_, AA (1)
sont les jambages de la baie B (voy. PORTE).

[Illustration: Fig. 1.]



JAMBETTE, s. f. Terme de charpenterie qui désigne habituellement la
petite pièce de bois légèrement inclinée qui soulage le pied de
l'arbalétrier d'une ferme ou un chevron et s'assemble dans l'entrait ou
le blochet. A (1) est une jambette (voy. CHARPENTE).

[Illustration: Fig. 1.]



JARDIN, s. m. _Cortil_, _courtil_, _gardin_. Dans les bourgs et les
villes même (principalement celles des provinces du Nord), beaucoup de
maisons possédaient des jardins. Il est fait mention de jardins dans un
grand nombre de pièces des XIIe et XIIIe siècles; et souvent, derrière
ces maisons, dont les façades donnaient sur des rues étroites et
boueuses, s'ouvraient de petits jardins.

L'amour pour les jardins et les fleurs a toujours été très-vif parmi les
populations du nord de la France, et les fabliaux, les romans, sont
remplis de descriptions de ces promenades privées. Pour les châteaux, le
jardin était une annexe obligée; il se composait toujours d'un préau
gazonné, avec fontaine lorsque cela était possible, de berceaux de
vignes, de parterres de fleurs, principalement de roses, fort prisées
pendant le moyen âge, d'un verger et d'un potager. Si l'on pouvait avoir
quelque pièce d'eau, on y mettait des cygnes et du poisson[81]. Des
paons animaient les pelouses, et les volières étaient une des
occupations favorites des dames. Les intendants de Charlemagne devaient
nourrir des paons sur ses domaines[82]; la liste des plantes dont on
devait orner les jardins est même donnée tout au long[83]. On y trouve
les lis, les roses, quantité de plantes potagères; le pommier, le
prunier, le châtaignier, le sorbier, le néflier, le poirier, le pêcher,
le coudrier, l'amandier, le mûrier, le laurier, le pin, le figuier, le
noyer et le cerisier.

Dans le _Ménagier de Paris_[84], il est fait mention de toutes les
plantes potagères et d'agrément que l'on doit cultiver dans les jardins.
On y trouve les fèves, la marjolaine, la violette, la sauge, la lavande,
la menthe, le panais, l'oseille, les poireaux, la vigne, le chou blanc
pommé, les épinards, le framboisier, la joubarbe, la giroflée, le
persil, le fenouil, le basilic, la laitue, la courge, la bourrache, la
follette, les choux-fleurs, les brocoli, l'hysope, la pivoine, la
serpentine, le lis, le rosier, le groseillier, les pois, le cerisier, le
prunier, etc. L'auteur ne se contente pas de donner une simple
nomenclature, il indique la manière de planter, de semer, de soigner, de
fumer, de greffer ces plantes; les méthodes employées pour détruire les
fourmis, les chenilles, pour conserver les fruits, les légumes et même
les fleurs en hiver. Dans la campagne, les jardins étaient entourés de
haies ou de palis, quelquefois de murs; les allées étaient déjà, au XVe
siècle, bordées de huis. Le tracé de ces jardins ressemblait beaucoup à
ces plans que nous voyons reproduits dans les oeuvres de Du Cerceau[85],
c'est-à-dire qu'ils ne se composaient que de plates-bandes séparées par
des allées et de grandes pelouses quadrangulaires (préaux) entourées
d'arbres et de treilles formant ombrage.

Les abbayes possédaient de magnifiques jardins avec vergers, qui étaient
souvent, pour ces établissements religieux, une source de produits
considérables. Les moines faisaient exécuter des travaux importants pour
y amener de l'eau et les arroser au moyen de petits canaux de maçonnerie
ou de bois. Tel monastère était renommé pour ses pommes ou ses poires,
tel autre pour ses raisins ou ses prunes; et, bien entendu, les
religieux faisaient tout pour conserver une réputation qui augmentait
leur richesse.

[Illustration: Fig. 1.]

     [Note 81: _De ornatu mundi_, poëme de Hildebert.]

     [Note 82: _Capitularia_, éd. de Baluze, t. I, ch. CCCXXXVII.]

     [Note 83: Ch. CCCXLI et CCCXLII.]

     [Note 84: Composé, vers 1393, par un bourgeois parisien.
     Publ. par la Société des bibliophiles français. T. II, p. 43
     et suiv.]

     [Note 85: _Des plus excellens bastimens de France_.]



JESSÉ (ARBRE DE). Généalogie du Christ. Dans l'Évangile selon saint
Matthieu, il est dit que Jessé engendra David, qui fut roi, et que,
depuis ce roi jusqu'à Jésus-Christ, il y eut vingt-huit générations. Or,
dans beaucoup de nos monuments religieux, la généalogie du Christ est
représentée commençant à Jessé, duquel sort un tronc d'arbre portant un
certain nombre de rois, puis saint Joseph, la sainte Vierge et le
Christ. Ce motif de sculpture et de peinture a fourni aux statuaires et
aux peintres verriers particulièrement un de leurs sujets favoris à
dater de la fin du XIIe siècle. Beaucoup de nos cathédrales placées sous
le vocable de la sainte Vierge présentent un arbre de Jessé dans les
voussures de la porte principale. On en voit un fort bien sculpté au
portail central de la cathédrale d'Amiens, dans la voussure
intermédiaire du côté droit en entrant. Le Jessé (1) est représenté
dormant suivant l'usage, coiffé d'un bonnet juif; au-dessus de lui est
placé le roi David, couronné, et toute la succession des rois. On voit
également un arbre de Jessé, sculpté au commencement du XIIIe siècle, à
la porte centrale de la cathédrale de Laon; un du XVIe siècle au portail
de la cathédrale de Rouen, etc. Un vitrail du XIIe siècle, au-dessus de
l'entrée de la cathédrale de Chartres, représente un arbre de Jessé qui
est un des plus beaux exemples de l'art de la verrerie à cette époque;
là, Jessé est couché sur un lit, au pied duquel brûle une lampe. Il
existe également un très-beau vitrail du temps de l'abbé Suger,
représentant l'arbre généalogique, dans la chapelle de la Vierge de
l'église abbatiale de Saint-Denis. On en trouve également, du XIIIe
siècle, dans les cathédrales de Reims, d'Amiens, de Bourges, à la
Sainte-Chapelle du Palais. Un des vitraux les plus remarquables du XVIe
siècle qui existe en France se voit dans l'une des chapelles absidales
de l'église Saint-Étienne de Beauvais, et représente un arbre de Jessé;
on en trouve, de la même époque, dans les cathédrales d'Autun, de Sens,
etc. On en sculptait quelquefois sur les poteaux corniers des maisons.
Il n'y a pas longtemps qu'il existait un arbre de Jessé à l'angle d'une
maison de la rue Saint-Denis, à Paris. On en trouve un, à peu près
intact, à l'angle d'une maison de Sens.



JOINT, s. m. Séparation verticale remplie de mortier ou de plâtre entre
deux pierres d'appareil. Chaque pierre d'appareil est toujours placée
entre deux lits horizontaux AB, CD (1) et deux joints verticaux AC, BD
(voy. CONSTRUCTION).

Dans les constructions du moyen âge, les joints, d'abord très-épais
jusqu'au XIe siècle, deviennent alors très-minces, particulièrement dans
les provinces méridionales et en Bourgogne, et sont presque dépourvus de
mortier; ils s'épaississent vers le milieu du XIIe siècle, et les
pierres étant posées à bain de mortier sans être ravalées après la pose,
ces joints en mortier ne sont pas repassés au fer, mais simplement
coupés à la truelle. Les constructeurs ne faisant pas de ravalements ne
faisaient pas non plus de rejointoiements.

Cependant il est quelques provinces, comme l'Auvergne, où, pendant les
XIe et XIIe siècles, on faisait des joints en mortier légèrement
saillants sur les parements et coupés vifs aux arêtes, ainsi que
l'indique le profil (2); mais ces joints ne s'appliquent généralement
qu'à de petits appareils. Ils sertissent, par exemple, les imbrications
composées de matériaux de diverses couleurs, en formant autour de chaque
pierre un filet d'un centimètre de largeur environ, saillant d'un
millimètre sur le nu du mur. Ces sortes de joints étaient faits après la
pose, repassés et soigneusement recoupés au fer. Le mortier en est fort
dur, mais n'a pas toujours une parfaite adhérence avec celui qui a servi
à la pose et qu'il a fallu dégrader à une certaine profondeur pour
rejointoyer.

On voit aussi, dans des édifices de la fin du XIe siècle des provinces
méridionales voisines du Centre, comme l'église Saint-Sernin de
Toulouse, par exemple, des joints saillants, mais à section convexe (3).
Ceux-ci, en n'arrêtant pas l'humidité qui coule le long des parements,
sont moins sujets à se dégrader par l'effet de la gelée.

La durée des joints dépend beaucoup de la qualité de la pierre employée.
Avec les calcaires poreux, avec les calcaires siliceux très-rugueux, on
fait d'excellents joints; il n'en peut-être de même avec le grès, qui
jamais n'adhère parfaitement au mortier par suite de son aptitude
particulière à absorber l'humidité. Alors les mortiers se dessèchent et
se dégradent promptement. Aussi avons-nous observé, dans quelques
monuments de l'Alsace, comme à la cathédrale de Strasbourg, par
exemple[86], que les constructeurs (pour éviter, sur des plans inclinés
ou des parements directement exposés à la pluie, la dégradation des
joints de mortier, toujours pulvérulents, surtout près de la surface
extérieure), avaient pratiqué, des deux côtés de ces joints, de petites
saignées pour conduire les eaux sur les parements et préserver le
mortier du lavage (4).

En principe, du moment qu'on ne peut poser les pierres absolument
jointives, comme le faisaient les Grecs et même les Romains lorsqu'ils
employaient le grand appareil, mieux vaut un joint épais qu'un joint
mince, le mortier ne se conservant qu'à la condition de former un volume
assez considérable. Les plus mauvais joints sont les joints coulés soit
en mortier, soit en plâtre. L'eau s'évaporant ou étant absorbée par la
pierre, le _coulis_ subit un retrait, et il reste des vides dans
lesquels vient se loger la poussière qui engendre des végétaux. La seule
méthode à employer quand on élève des constructions en pierre, c'est de
poser les pierres à la louve et à bain de mortier; le fichage est
quelquefois commandé, comme, par exemple, dans les reprises en
sous-oeuvre; mais il demande à être fait avec un soin extrême. Dans ce
cas, dès que le mortier fiché commence à prendre, il faut le bourrer
avec des palettes de fer jusqu'au refus; puis on rejointoie quelque
temps après jusqu'à une profondeur de cinq à six centimètres. Bien
entendu, ce que nous disons ici s'applique encore plus aux lits qu'aux
joints.

Les architectes du moyen âge ont souvent simulé des joints en peinture
dans les intérieurs, soit en rouge sur fond blanc ou jaune, soit en
blanc sur fond ocre (voy. PEINTURE).

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]

     [Note 86: Face des contre-forts du transsept exposée au vent
     de pluie.]



JUBÉ, s. m. _Ambon_, _lectrier_, _doxale_, _pupitre_. Le jubé appartient
à la primitive Église; c'était alors une tribune élevée placée en bas du
choeur, entre celui-ci et les fidèles répandus dans la nef. Du haut de
cette tribune se faisaient les leçons tirées des épîtres ou des
évangiles, et même des prédications. Prudence rapporte que l'évêque
instruisait le peuple du haut du jubé[87]. Grégoire de Tours décrit le
jubé de l'église de Saint-Cyprien[88]. Le pape Martin Ier fit lire les
canons du concile de Latran du haut du jubé de cette basilique. Les
capitulaires de Charlemagne ordonnent d'y lire les règlements du prince.
On chantait aussi, au jubé, l'_Alleluia_, les _proses_ ou _séquences_;
mais cet usage ne fut pas conservé. Du temps de Guillaume Durand, on
chantait déjà _in plano_, et on ne montait au jubé que les jours de
grandes fêtes pour dire les leçons.

Ce n'est pas ici le lieu de chercher à décrire les diverses sortes de
jubés qui existaient dans les églises d'Orient et d'Occident pendant les
premiers siècles; il est certain que l'ambon de l'Église grecque et de
l'Église latine, jusqu'au XIVe siècle, n'était point du tout, comme
forme, ce que nous entendons aujourd'hui par jubé. Les ambons de
Saint-Vital de Ravenne, de Saint-Marc de Venise, de
Saint-Laurent-hors-les-murs à Rome, de Saint-Ambroise de Milan, de la
cathédrale de Sienne, de l'église de San-Miniato à Florence, sont plutôt
de vastes chaires pouvant contenir plusieurs personnes que des jubés
comme ceux de nos églises occidentales qui, à dater du XIIe siècle au
moins, forment une séparation, une sorte de galerie relevée entre le
haut de la nef et le bas du choeur. Dans les églises abbatiales
d'Occident, ces jubés servaient ainsi de clôture antérieure au choeur
des religieux, clôture percée quelquefois de trois portes, mais le plus
souvent d'une seule. Deux escaliers y montaient: l'un à droite en
entrant, du côté de l'Épître, l'autre à gauche du côté de l'Évangile; ce
qui n'empêchait pas la galerie supérieure d'être d'une seule venue d'un
côté à l'autre de la nef, comme une tribune. Il n'existe plus en France,
malheureusement, un seul jubé d'une époque ancienne, et cependant toutes
nos églises abbatiales, toutes nos cathédrales en possédaient, mais
aussi beaucoup d'églises paroissiales. Il faut observer toutefois que
les grandes cathédrales bâties vers la fin du XIIe siècle et le
commencement du XIIIe, comme celles de Noyon, de Paris, de Chartres, de
Bourges, de Reims, d'Amiens, de Rouen, n'avaient point été primitivement
disposées pour recevoir des jubés et des clôtures de choeur (voy.
CHOEUR). Ce ne fut que vers le milieu du XIIIe siècle que les évêques ou
les chapitres firent élever des jubés devant le choeur des cathédrales.
Thiers cependant prétend que la cathédrale de Sens[89], de son temps,
possédait un jubé fort ancien, puisqu'il lui donne une date de huit
siècles (ce qui d'ailleurs n'était pas possible, la cathédrale ayant été
construite à la fin du XIIe siècle). Mais sa description est
intéressante, car elle nous indique que ce jubé était, suivant la
tradition primitive, séparé en deux ambons. «Ils sont, dit-il[90], de
pierre, séparés l'un de l'autre; le crucifix est entre deux[91]. Ils
sont soutenus par-devant de quatre colonnes de pierre, qui font trois
arcades en face. Ils ont chacun leur entrée du côté du choeur, et chacun
leur sortie du côté de la nef, aux deux côtés de la principale porte du
choeur. La plupart des autres tribunes de cette sorte n'ont que chacune
un escalier par lequel on entre et on sort. Ce qu'il y a de particulier
aux tribunes de Sens, est qu'on chante l'Épître dans celle qui est à
gauche en entrant au choeur, et l'Évangile dans celle qui est à droite.»
Non-seulement il n'est pas possible d'accorder au jubé de la cathédrale
de Sens l'âge que lui donne Thiers, mais il est fort douteux même que ce
jubé fût antérieur au XIIIe siècle. Jusqu'au XIVe siècle, la cathédrale
de Sens ne possédait pas de transsept, conformément aux dispositions de
plusieurs grandes églises épiscopales bâties à la fin du XIIe siècle ou
au commencement du XIIIe; elle se composait d'une seule nef avec
collatéraux pourtournant le sanctuaire et de trois chapelles: l'une
carrée à l'abside, et deux orientées latéralement à la hauteur du
bas-choeur actuel[92]. On ne saurait indiquer dès lors la place d'un
jubé contemporain de l'église du XIIe siècle. Toujours suivant les
données des cathédrales de cette époque, on ne voit pas qu'une clôture
ait été prévue autour du sanctuaire. Or il ne se faisait guère de jubé
sans clôture. Nous ne pouvons donc considérer l'opinion de Thiers comme
suffisamment fondée pour admettre que, même exceptionnellement, en
France, il ait existé des jubés dans les cathédrales bâties par l'école
laïque de 1160 à 1230. Nous admettrions plus volontiers que, dans ces
édifices, il a pu être élevé des ambons, ou vastes chaires, comme celles
de Saint-Marc de Venise, sauf le style; mais certainement le sanctuaire
était entièrement ouvert et souvent de plain-pied avec le collatéral,
comme à Notre-Dame de Paris, comme à Meaux, à Sens, et à Senlis
primitivement. Les jubés n'apparurent dans les cathédrales qu'après
l'acte d'union des barons de France en novembre 1246, c'est-à-dire
lorsque les évêques durent renoncer à leur prétention de connaître de
toutes les contestations judiciaires, sous le prétexte que tout procès
résultant d'une fraude, et que toute fraude étant un péché, c'était au
pouvoir religieux à juger les affaires réelles, personnelles ou mixtes,
les causes féodales ou criminelles, et même les simples délits. Les
évêques étant réduits, par la fermeté du roi saint Louis, par
l'établissement de ses baillis royaux et l'organisation du parlement, à
s'en tenir à la juridiction spirituelle ou à celle qu'ils possédaient
comme seigneurs féodaux; ne pouvant, comme ils l'avaient espéré au
commencement du XIIIe siècle, faire de la cathédrale, la _cathedra_, le
siége de toute espèce de juridiction, se contentèrent d'en faire des
_églises_ épiscopales, et s'enfermèrent avec leurs chapitres dans ces
vastes sanctuaires élevés sous une inspiration à la fois politique et
religieuse (voy. CATHÉDRALE).

Nous avons donné, à l'article CHOEUR, les figurés de deux jubés, ceux de
l'église abbatiale de Saint-Denis et de la cathédrale de Paris. C'est
d'après ces dispositions que furent élevés les jubés de Notre-Dame de
Chartres, de Saint-Étienne de Bourges, de Notre-Dame d'Amiens, de la
cathédrale de Reims, de 1250 à 1500[93]. Celui de la cathédrale d'Alby,
qui date du commencement du XVIe siècle; ceux des églises de la
Madeleine à Troyes, de Saint-Étienne-du-Mont à Paris, de
Saint-Florentin, d'Arques, qui existent encore, sont des oeuvres
remarquables de l'époque de la Renaissance.

On conserve, dans l'une des chapelles des cryptes de Notre-Dame de
Chartres, les débris de l'ancien jubé jeté bas par le chapitre dans le
dernier siècle. Ces fragments, qui appartiennent tous au milieu du XIIIe
siècle, sont d'une beauté rare, entièrement peints et dorés; ils ont été
découverts par feu Lassus, notre confrère et ami. Nous avons trouvé
depuis peu, sous le dallage du choeur de la cathédrale de Paris, refait
par l'ordre de Louis XIV, quantité de débris du jubé qui datait du
commencement du XIVe siècle et était d'une finesse d'exécution
incomparable. Malheureusement ces fragments ne sont pas assez nombreux
pour pouvoir reconstituer d'une manière certaine et dans toutes leurs
parties ces charmants monuments. De tous les jubés que nous possédons
encore en France, celui de la cathédrale d'Alby est certainement le plus
vaste, le plus complet et le plus précieux; chargé d'une multitude
infinie de sculptures, de tailles délicates, il présente un des
spécimens les plus extraordinaires de l'art gothique arrivé aux
dernières limites de la délicatesse et de la complication des formes.
Quelques églises de Bretagne conservent encore leurs jubés de bois; nous
citerons, comme le plus remarquable, celui de Saint-Fiacre au Faouët,
qui date de la fin du XVe siècle. Il est entièrement peint.

     [Note 87: Hymne de saint Hippolyte.]

     [Note 88: L. I, Mirac., ch. XLIV.]

     [Note 89: _Dissertations ecclés. sur les jubés des églises_.
     Paris, 1688.]

     [Note 90: Chap. III.]

     [Note 91: Il est probable que cette séparation n'était pas
     telle qu'il fallût descendre de l'ambon de droite pour monter
     dans celui de gauche, puisque l'ensemble formait trois
     arcades, à moins toutefois d'admettre que l'arcade du milieu
     n'était qu'un _arc_ portant le crucifix.]

     [Note 92: Cette disposition, dont nous retrouvions des traces
     très-visibles en élévation, est confirmée par des fouilles
     récentes que MM. Lance, architecte diocésain, et Lefort,
     inspecteur, ont bien voulu faire exécuter sous nos yeux.]

     [Note 93: Tous ces jubés ont été détruits.]



JUGEMENT DERNIER. Ce sujet est fréquemment représenté, soit en
sculpture, soit en peinture, dans nos églises du moyen âge. Mais la
manière de le représenter diffère suivant le temps et suivant les écoles
provinciales.

C'est sur le portail des églises abbatiales que nous voyons le Jugement
dernier tenant tout d'abord une place importante; mais, au XIIIe siècle,
il apparaît dans les tympans des portes principales des cathédrales, des
églises paroissiales et même des chapelles.

Sur la porte de la cathédrale d'Autun, dont la construction est de 1140
environ, nous voyons sculpté un des jugements derniers les plus anciens
et les plus complets. Le Christ occupe la partie centrale du tympan; à
côté de lui se tient un ange qui pèse les âmes et un diable qui attend
les damnés. Dans le linteau, à la droite du Christ, sont les élus qui
regardent le ciel. Un ange colossal prend une à une les âmes des
bienheureux et les introduit, par une fenêtre, dans un palais qui
représente le paradis À la gauche du Sauveur sont les damnés; un ange
armé d'une épée leur interdit la communication avec les élus. Ces
damnés, nus, ont la tête plongée dans leurs mains. Déjà, dans cette
sculpture, l'idée dramatique domine; les expressions sont rendues avec
une vigueur sauvage qui ne manque ni de style ni de noblesse. Mais c'est
au commencement du XIIIe siècle que les artistes se sont plu à
représenter d'une manière étendue les scènes du Jugement dernier;
non-seulement alors elles occupent les tympans au-dessus des portes,
mais les claveaux inférieurs des voussures. Le Jugement dernier de la
porte centrale de la cathédrale de Paris est un des mieux traités. Le
linteau est entièrement occupé par des personnages de divers états
sortant de leurs tombeaux, réveillés par deux anges qui, de chaque côté,
sonnent de la trompette. Tous ces personnages sont vêtus; on y voit un
pape, un roi, des guerriers, des femmes, un nègre. Dans la zone
supérieure, au centre, est un ange qui pèse les âmes; deux démons
essayent de faire pencher l'un des plateaux de leur côté. À la droite du
Christ sont les élus, tous vêtus de longues robes et couronnés. Ces élus
sont représentés imberbes, jeunes et souriants; ils regardent le Christ.
À la gauche, un démon pousse une foule d'âmes enchaînées portant chacune
le costume de leur état. Les expressions de ces personnages sont rendues
avec un rare talent: la terreur, le désespoir se peignent sur leurs
traits. Dans la partie supérieure est, au centre, le Christ assis,
demi-nu, qui montre ses plaies; deux anges, debout, à droite et à
gauche, tiennent les instruments de la Passion; puis sont placés à
genoux, implorant le Sauveur, la Vierge et saint Jean. Les voussures du
côté des damnés sont occupées, à la partie inférieure, par des scènes de
l'enfer, et, du côté des élus, par un ange et les patriarches, parmi
lesquels on voit Abraham tenant des âmes dans son giron; puis des élus
groupés. Cette sculpture remarquable date de 1210 à 1215; elle était
entièrement peinte et dorée.

Nous trouvons le même sujet représenté à la cathédrale de Chartres, à
Amiens, à Reims, à Bordeaux. Mais, dans ces derniers bas-reliefs, les
âmes sont représentées nues généralement, sauf celles des élus, et les
compositions sont loin de valoir celle de Notre-Dame de Paris. Le
sentiment dramatique est déjà exagéré, les groupes sont confus, les
damnés grimaçants, les démons plus ridicules qu'effrayants. Presque
toujours l'entrée de l'enfer est représentée par une gueule énorme
vomissant des flammes au milieu desquelles des démons plongent les
damnés. Au XIVe siècle, ce sujet, bien que fréquemment représenté, perd
beaucoup de son importance; les figures, trop nombreuses, sont petites,
et les artistes, en cherchant la réalité, en multipliant les scènes, les
personnages, ont enlevé à leur sculpture ce caractère de grandeur si
bien tracé à Paris. On voit des bas-reliefs représentant le Jugement
dernier sur le tympan du portail des Libraires à la cathédrale de Rouen,
sur la porte principale de l'église Saint-Urbain de Troyes, qui datent
du XIVe siècle, et qui, par leurs détails sinon par l'ensemble,
présentent encore des sculptures traitées avec une rare habileté. Des
vitraux de roses étaient souvent occupés par des scènes du Jugement
dernier dès le commencement du XIIIe siècle. Celles de la rose de
l'église de Mantes, qui appartiennent à cette époque, sont fort belles.
La rose sud de la cathédrale de Sens (XVIe siècle) présente d'assez
bonnes peintures de ce même sujet. Mais les meilleures peintures sur
verre du Jugement dernier, de l'époque de la Renaissance, sont celles de
la sainte-chapelle du château de Vincennes, attribuées à Jean Cousin. Il
existe aussi quelques peintures murales du Jugement dernier en France;
nous mentionnerons particulièrement celles de la cathédrale d'Alby, qui
datent de la fin du XVe siècle.


K


KARNEL, s. m. (voy. CRÉNEAU).



KEMINÉE, s f. (voy. CHEMINÉE).


L


LABYRINTHE, s. m. Il était d'usage, pendant le moyen âge, de disposer,
au milieu de la nef de certaines grandes églises, des pavages de pierres
blanches et noires ou de carreaux de couleur formant, par leurs
combinaisons, des méandres compliqués auxquels on donnait le nom de
_labyrinthe_, de _chemin de Jérusalem_ ou _de la Lieue_. Nous ne
saurions dire quelle fut l'origine de ces sortes de pavages. M. Louis
Pâris, dans son _Mémoire du mobilier de Notre-Dame de Reims_, prétend
que ces pavages étaient une réminiscence de quelque tradition païenne:
c'est possible; cependant il n'en est fait mention ni dans Guillaume
Durand, ni dans les auteurs antérieurs à lui qui ont écrit sur les
choses touchant aux églises. Les plus anciens labyrinthes que nous
connaissions ne sont pas antérieurs à la fin du XIIe siècle, et le
seigneur de Caumont, dans son _Voyaige d'oultremer en Jhérusalem_[94],
en parlant du labyrinthe de Crète[95], ne dit rien qui puisse faire
croire à une tradition de cette nature, c'est-à-dire qu'il n'établit
aucun point de comparaison entre le labyrinthe du Minotaure et ceux
qu'il avait évidemment vus tracés sur le pavé des églises de son pays.
Le labyrinthe de la cathédrale de Reims s'appelait _dédale_, _méandre_,
_lieue_ ou _chemin de Jérusalem_. Quelques archéologues ont voulu voir,
dans ces pavés à combinaisons de lignes concentriques, un jeu des
maîtres des oeuvres, en se fondant sur ce fait, que trois de ces
labyrinthes, ceux de Chartres, de Reims et d'Amiens, représentaient,
dans certains compartiments, les figures des architectes qui avaient
élevé ces cathédrales. Nous nous garderons de trancher la question. On
trouve les tracés de la plupart de ces labyrinthes dans l'ouvrage de M.
Amé intitulé: _Carrelages émaillés du moyen âge et de la Renaissance_.
M. Vallet, dans sa description de la crypte de Saint-Bertin de
Saint-Omer, établit que les fidèles devaient suivre à genoux les
nombreux lacets tracés par les lignes de ces méandres, en mémoire du
trajet que fit Jésus de Jérusalem au Calvaire. La petite basilique de
_Reparatus_ à Orléans-Ville (Algérie) montre, sur son pavé, une mosaïque
que l'on peut prendre pour un de ces labyrinthes, c'est-à-dire un
méandre compliqué. Or cette basilique date de 328, ainsi que le croit M.
F. Prévost. Cet usage est-il venu d'Orient après les premières
croisades? ou est-il une tradition locale? Nous inclinons à penser que
la représentation des maîtres de l'oeuvre sur ces pavages les
rattacherait à quelque symbole maçonnique adopté par l'école des maîtres
laïques, d'autant que nous ne voyons apparaître ces labyrinthes sur les
pavages des églises qu'au moment où les constructions religieuses
tombent dans les mains de cette école puissante. Si ces méandres avaient
été tracés pour représenter le trajet de Jésus de la porte de Jérusalem
au Calvaire, il est à croire qu'un signe religieux aurait rappelé les
stations, ou du moins la dernière; or on ne remarque rien de semblable
sur aucun des labyrinthes encore existants ou sur ceux dont les dessins
nous sont restés. De plus, nous trouvons des carrelages émaillés qui
représentent des combinaisons de lignes en méandres dans des dimensions
si petites, qu'on ne pouvait, à coup sûr, suivre ces chemins compliqués,
ni à pied ni à genoux, puisque quelques-uns de ces labyrinthes, comme
celui de l'église abbatiale de Toussaints (Marne), n'ont pas plus de
0,25 c. de côtés. À vrai dire, ces derniers méandres datent du XIVe
siècle et peuvent passer pour une copie d'oeuvres plus grandes; mais,
encore une fois, les petits ou les grands ne renferment aucun signe
religieux.

     [Note 94: En 1418. Publié par M. le marquis de la Grange.
     Paris, A. Aubry, 1858.]

     [Note 95: Page 41.]



LAMBOURDE, s. f. Terme de charpenterie qui sert à désigner une pièce de
bois posée horizontalement le long d'un mur sur des corbeaux, ou
flanquant une poutre maîtresse, sur laquelle viennent s'assembler et
porter les solives des planchers dont la construction reste apparente. A
(1) est une lambourde accolée à un mur, et BB sont des lambourdes
flanquant une poutre maîtresse. Dans ce dernier cas, les lambourdes
étaient maintenues contre la poutre au moyen de longues chevilles de
fer, de boulons à clavettes ou d'étriers (voy. PLANCHER). On donne aussi
le nom de lambourdes à des longrines de bois de faible équarrissage qui
posées sur les planchers, servent à clouer les parquets; mais les
parquets n'étant pas fort anciens en France, la dénomination de
_lambourde_ donnée à ces longues cales est très-moderne.

[Illustration: Fig. 1.]



LAMBRIS, s. m. _Lambruscature_. Ne s'employait, au moyen âge, que pour
désigner un revêtement uni de planches. Les charpentes des XIIIe, XIVe
et XVe siècles sont souvent, à l'intérieur, garnies de lambris en forme
de berceau plein cintre ou en tiers-point. Ce sont alors des charpentes
lambrissées (voy. CHARPENTE). Ces lambris étaient toujours revêtus de
peintures plus ou moins riches. On en voit encore beaucoup en Bretagne,
en Normandie et en Picardie. La grand'salle du Palais à Rouen est
couverte par une charpente lambrissée. La salle de l'hôpital de Tonnerre
possède également une énorme charpente lambrissée (voy. HÔTEL-DIEU,
SALLE). On garnissait aussi fréquemment de lambris la partie inférieure
des salles ou chambres, c'est-à-dire de planches avec couvre-joints
au-dessous des tapisseries. Ces lambris étaient isolés des murs et
cloués sur des tasseaux scellés au plâtre dans des rainures A (1). On
évitait ainsi la fraîcheur des murs, toujours assez dangereuse dans les
habitations.

[Illustration: Fig. 1.]



LANTERNE DES MORTS. _Fanal_, _tournièle_, _phare_. Pile creuse en pierre
terminée à son sommet par un petit pavillon ajouré, percé à si base
d'une petite porte, et destinée à signaler au loin, la nuit, la présence
d'un établissement religieux, d'un cimetière. «Adont moru Salehedins li
miudres princes qui onkes fust en Paienie et fu enfouis en la cymitère
S. Nicholai d'Acre de jouste sa mère qui moult ricement y fu ensévelie:
et à sour eaus une tournièle bièle et grant, où il art nuit et jour une
lampe plaine d'oile d'olive: et le paient et font alumer cil del
hospital de S. Jehan d'Acre, qui les grans rentes tiènent que Salehedins
et sa mère laissièrent[96].»

Les provinces du centre et de l'ouest de la France conservent encore un
assez grand nombre de ces monuments pour faire supposer qu'ils étaient
jadis fort communs. Peut-être doit-on chercher dans ces édifices une
tradition antique de la Gaule celtique. En effet, ce sont les
territoires où se trouvent les pierres levées, les _menhirs_, qui nous
présentent des exemples assez fréquents de lanternes des morts. Les mots
_lanterne_, _fanal_, _phare_, _pharus ignea_[97], ont des étymologies
qui indiquent un lieu sacré, une construction, une lumière. _Later_,
_laterina_, en latin, signifient brique, lingot, bloc, amas de briques;
[Grec phanos], en grec, lumineux, flambeau; [Grec phanês],
dieu de lumière; _fanum_, lieu consacré; _par_, en celtique, pierre
consacrée; _fanare_, réciter des formules de consécration. Le dieu celte
Cruth-Loda habite un palais dont le toit est parsemé de feux
nocturnes[98]. Encore de nos jours, dans quelques provinces de France,
les pierres levées dont on attribue, à tort selon nous[99], l'érection
aux druides, passent pour s'éclairer, la nuit, d'elles-mêmes, et pour
guérir les malades qui se couchent autour la nuit précédant la
Saint-Jean. La pierre des Érables (Touraine), entre autres, prévient les
terreurs nocturnes. Il est bon d'observer que le _menhir_ des Érables
est percé d'un trou de part en part, ainsi que plusieurs de ces pierres
levées. Ces trous n'étaient-ils pas disposés pour recevoir une lumière?
et s'ils devaient recevoir une lumière, ont-ils été percés par les
populations qui primitivement ont élevé ces blocs, ou plus tard? Que les
menhirs aient été des pierres consacrées à la lumière, au soleil, ou des
pierres préservatrices destinées à détourner les maladies, à éloigner
les mauvais esprits, ou des termes, des bornes, traditions des voyages
de l'Hercule tyrien, toujours est-il que le phare du moyen âge,
habituellement accompagné d'un petit autel, semble, particulièrement
dans les provinces celtiques, avoir été un monument sacré d'une certaine
importance. Il en existait à la porte des abbayes, dans les cimetières,
et principalement sur le bord des chemins et auprès des maladreries. On
peut donc admettre que les lanternes des morts érigées sur le sol
autrefois celtique ont perpétué une tradition fort antique, modifiée par
le christianisme.

Les premiers apôtres des Gaules, de la Bretagne, de la Germanie et des
contrées scandinaves, éprouvaient des difficultés insurmontables
lorsqu'ils prétendaient faire abandonner aux populations certaines
pratiques superstitieuses. Souvent ils étaient contraints de donner à
ces pratiques, qu'ils ne pouvaient détruire, un autre but et de les
détourner, pour ainsi dire, au profit de la religion nouvelle, plutôt
que de risquer de compromettre leur apostolat par un blâme absolu de ces
traditions profondément enracinées. M. de Caumont[100] pense que les
lanternes des morts, pendant le moyen âge, étaient destinées
particulièrement aux services des morts qu'on apportait de très-loin et
qui n'étaient point introduits dans l'église. Il admet alors que le
service se faisait dans le cimetière et que le fanal remplaçait les
cierges. Cette opinion est partagée par M. l'abbé Cousseau[101]: «Les
églises mères (_ecclesiæ matrices_) seules, dit M. Cousseau, possédaient
sans restrictions tous les droits qui se rattachent à l'exercice du
culte. Cela résultait de ce que souvent le seigneur, en faisant donation
d'une église à un corps religieux, apportait à sa libéralité cette
restriction, que le droit de dîme, le droit de sépulture, etc., ne
seraient pas compris dans la donation.» Que les lanternes des morts
aient été utilisées pour les services funèbres dans les cimetières, le
fait paraît probable; mais qu'on ait élevé des colonnes de plusieurs
mètres de hauteur pour placer à leur sommet, _en plein jour_, des lampes
allumées dont personne n'aurait pu apercevoir l'éclat, et cela seulement
avec l'intention de remplacer l'éclairage des cierges, c'est douteux. Si
les lanternes des morts n'eussent été destinées qu'à tenir lieu de
cierges pendant les enterrements, il eut été plus naturel de les faire
très-basses et disposées de manière que la lumière pût être aperçue de
jour par l'assistance. Au contraire tout, dans ces petits monuments,
paraît combiné pour que la lampe que renferme leur lanterne supérieure
puisse être vue de très-loin et de tous les points de l'horizon. M.
Lecointre, archéologue de Poitiers[102], «remarque que les colonnes
creuses ou fanaux étaient élevés particulièrement dans les cimetières
qui bordaient les chemins de grande communication ou qui étaient dans
des lieux très-fréquentés. Il pense que ces lanternes étaient destinées
à préserver les vivants de la peur des revenants et des esprits de
ténèbres, de les garantir de ce _timore nocturno_, de ce _negotio
perambulante in tenebris_ dont parle le Psalmiste; enfin de convier les
vivants à la prière pour les morts.» Quant à l'idée qu'on attachait à
ces monuments, au XIIe siècle par exemple, M. Lecointre nous paraît être
dans le vrai; mais nous n'en sommes pas moins disposés à croire que ces
colonnes appartiennent, par la tradition, à des usages ou à des
superstitions d'une très-haute antiquité[103]. Il est à regretter qu'il
ne nous reste plus de lanternes des morts antérieures au XIIe siècle; il
n'y a pas à douter de leur existence, puisqu'il en est parfois fait
mention, entre autres à la bataille livrée entre Clovis et Alaric, mais
nous ne connaissons pas la forme de ces premiers monuments chrétiens.

Une des lanternes des morts les mieux conservées, datant du XIIe siècle,
se voit à Celfrouin (Charente)(4). La petite porte qui servait à
introduire, à allumer et à guinder la lampe, est relevée de trois mètres
au-dessus de la plate-forme circulaire sur laquelle s'élève l'édicule;
ce qui fait supposer qu'il fallait se servir d'une échelle pour allumer
cette lampe et la hisser au sommet de la cheminée. La lanterne de
Celfrouin, contrairement à l'usage adopté, n'a qu'une seule ouverture au
sommet, par laquelle on peut apercevoir la lumière de la lampe. Quant à
la petite tablette qui se trouve disposée sous l'ouverture inférieure,
elle ne saurait être considérée comme un autel, mais seulement comme un
repos destiné à appuyer l'échelle et à placer la lampe pour l'arranger
avant de la monter.

Une autre lanterne, plus complète que celle-ci, se trouve dans le
village de Ciron (Indre); elle date de la fin du XIIe siècle. Posée sur
une large plate-forme élevée de sept marches au-dessus du sol, elle
possède une table d'autel et, à la droite de cette table, l'ouverture
nécessaire à l'introduction de la lampe (2). Cette porte était fermée
par un vantail en bois. Nous donnons, en A, le plan général du monument
de Ciron; en B, le plan au niveau de l'autel, et en C, au niveau de la
lanterne supérieure. La fig. 3 présente l'élévation et la coupe de ce
monument, bien conservé encore aujourd'hui. La lanterne est à
claire-voie, de manière à laisser voir la lumière de tous les points de
l'horizon. La fig. 4 présente une vue perspective et un plan de la
lanterne des morts d'Antigny (Vienne), qui date du milieu du XIIIe
siècle. Le monument, suivant l'usage, repose sur une plate-forme de
trois marches; il est sur plan carré, possède son petit autel avec une
marche, une porte latérale pour l'introduction de la lampe et quatre
ouvertures au sommet pour laisser passer la lumière. L'amortissement
supérieur était probablement terminé par une croix, comme les deux
exemples précédents.

Les lanternes des morts perdent leur caractère de pierre levée, de
colonne isolée, pendant le XIVe siècle, et sont remplacées par de
petites chapelles ajourées dans lesquelles on tenait une lampe allumée
(voy. CHAPELLE, fig. 20). C'est ainsi que les vieilles traditions
gauloises, qui s'étaient perpétuées à travers le christianisme jusqu'à
la fin du XIIIe siècle, changeaient de forme peu à peu jusqu'à faire
oublier leurs origines.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]

     [Note 96: _La Chronique de Rains_ (XIIIe siècle). Publ. par
     Louis Pâris. Paris, Techener, 1837.]

     [Note 97: Il existait un _pharus ignea_ près Poitiers, sur
     l'emplacement de l'église Saint-Hilaire, lors de la bataille
     de Clovis contre Alaric.]

     [Note 98: Edward, _Recherches sur les langues celtiques_
     (voy. l'ouvrage de M. L. A. Labourt: _Recherches sur
     l'origine des ladreries, maladreries_, etc. Paris, 1854.)]

     [Note 99: Ce n'est pas ici le lieu de discuter cette question
     qne nous nous proposons de traiter ailleurs. Nous devons dire
     seulement que nous considérons ces monuments comme
     appartenant à des traditions antérieures à la domination des
     Celtes.]

     [Note 100: _Cours d'antiquités_, t. VI.]

     [Note 101: _Bulletin monumental_, t. IX, p. 540.]

     [Note 102: _Bulletin monumental_, t. III, p. 452.]

     [Note 103: Pour ne donner ici qu'un petit nombre d'exemples
     de l'antiquité de cette tradition, Hérodote rapporte que,
     dans le temple de l'Hercule tyrien, il y avait une colonne
     isolée en émeraude (escarboucle) qui éclairait d'elle-même
     tout l'intérieur de ce temple. Le géographe Pomponius Méla
     prétend qu'au sommet du mont Ida, célèbre dans l'antiquité
     par le jugement de Pâris, on voit, la nuit, briller des feux
     qui se réunissent en faisceau avant le lever du soleil.
     Euripide dit la même chose dans les _Troyennes_.]



LARMIER, s. m. Profil pris dans une hauteur d'assise, formant bandeau ou
membre supérieur de la corniche, et destiné à protéger les parements, en
faisant écouler loin des murs l'eau pluviale.

Le larmier de la corniche romaine n'est qu'un léger évidement A (1)
pratiqué au-dessous de la saillie formée par le membre saillant de la
corniche; par conséquent, l'eau pluviale, avant de quitter la pierre
protectrice, suit la pente _ab_, le filet _c_, la doucine _d_ et la face
_e_. Ce principe est à peu près suivi pendant l'époque romane, et même
souvent alors, le larmier faisant défaut, l'eau bave sans obstacle tout
le long des profils jusqu'aux parements des murs que ces profils doivent
protéger. Si l'école laïque de la fin du XIIe siècle soumettait toutes
les parties de la construction à un raisonnement absolu, elle ne
négligeait pas les profils; pour l'exécution de ce détail, elle
abandonnait les traditions romanes; elle inventait des profils en raison
des nécessités reconnues, comme elle inventait un système de
construction appuyé sur de nouveaux principes. Cette école donna donc
aux larmiers, c'est-à-dire aux assises protectrices des parements, le
profil qui était le plus favorable au rejet des eaux. Ce profil se
composait (2) d'un talus A, terminé à sa partie inférieure par un
coupe-larmes B nettement découpé. Si l'on voulait éloigner davantage la
goutte d'eau du parement, on ajoutait une moulure sous le coupe-larme
(3) (voy. CORNICHE). Ce principe fut suivi pendant les XIIIe, XIVe et
XVe siècles; vers ces derniers temps, on voulut donner plus de légèreté
à ces talus, et, au lieu de les couper suivant un plan droit, on leur
donna une forme concave (4). Mais comme cet évidement affaiblissait la
pierre, comme aussi le filet A paraissait épais à côté de cette surface
courbe, on arriva à profiler l'extrémité du larmier, le coupe-larme,
suivant le tracé (5), vers la fin du XVe siècle. Le larmier persiste
longtemps encore dans l'architecture de la Renaissance; c'est qu'en
effet ce profil était certainement le plus propre à garantir les
parements sous un climat où les pluies sont fréquentes. En règle
générale, le filet B du larmier (fig. 2) est toujours tracé à angle
droit avec la ligne du talus. Les larmiers sont puissants et épais dans
l'architecture du XIIIe siècle de l'Île-de-France; ils sont plus fins et
moins hauts en Champagne; ils ne se voient qu'assez tard (vers la
seconde moitié du XIIIe siècle) en Bourgogne, et alors ils affectent
toujours la forme d'une dalle talutée avec une mouchette profonde sous
le talus (voy. PROFIL).

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]



LATRINES, s. f. _Privé, retrait_. Le mot _latrines_ ne s'emploie qu'au
pluriel. On admet volontiers que nos aïeux, dans leurs maisons, palais
et châteaux, n'avaient aucune de ces commodités dont aujourd'hui on ne
saurait se passer (dans les villes du Nord au moins); et de ce qu'à
Versailles les seigneurs de la cour de Louis XIV se trouvaient dans la
nécessité de se mettre à leur aise dans les corridors, faute de
cabinets, on en déduit, en faisant une règle de proportion, que chez les
ducs de Bourgogne ou d'Orléans, au XVe siècle, on ne prenait même pas
tant de précautions[104].

Cependant, si les châteaux du moyen âge ne présentaient pas des façades
arrangées par _belle symétrie_, des colonnades et des frontons, ils
possédaient des latrines pour les nobles seigneurs comme pour la
garnison et les valets; ils en possédaient autant qu'il en fallait et
très-bien disposées. À Coucy, les tours et le donjon du commencement du
XIIIe siècle ont des latrines à chaque étage, construites de manière à
éviter l'odeur et tous les inconvénients attachés à cette nécessité. Les
latrines du donjon s'épanchent dans une fosse large, bien construite, et
dont la vidange pouvait se faire sans incommoder les habitants. Quant
aux latrines des tours, elles étaient établies dans les angles rentrants
formés par la rencontre de ces tours et les courtines, et rejetaient les
matières au dehors dans l'escarpement boisé qui entoure le château.

Voici (1) un de ces cabinets donnant sur un palier A en communication
avec les salles et l'escalier. B est la courtine, C la tour. De B en D
est construit un mur en encorbellement masquant le siége E. En F est un
urinoir et en G une fenêtre. Le tracé H donne l'aspect du cabinet à
l'extérieur, et le tracé I sa coupe sur AX. Là il n'y avait pas à
craindre l'odeur, puisque les matières tombaient dans un précipice.

La fig. 2 nous présente un cabinet qui existe encore intact dans le
château de Landsperg (Bas-Rhin)[105], et qui jette, de même que ceux des
tours de Coucy, les matières à l'extérieur. Le siége d'aisances est
entièrement porté en encorbellement sur le nu du mur. La figure A donne
le plan, la figure B la coupe, et la figure C la vue de l'encorbellement
du siége avec la chute en perspective. Comme il y avait lieu de se
défier des traits qui pouvaient être lancés du dehors, on observera que
le constructeur a eu la précaution de placer une dalle de champ
descendant en contre-bas des deux corbeaux latéraux, afin de masquer
complétement les jambes de la personne assise sur le siége, composé
d'une simple dalle trouée. La nuit, il était d'usage de se faire
accompagner, lorsqu'on se rendait au cabinet, par un serviteur tenant un
flambeau. Cette habitude ne paraît avoir été abandonnée que fort tard.
Grégoire de Tours rapporte qu'un prêtre mourut aux privés pendant que le
serviteur qui l'avait accompagné avec un flambeau l'attendait derrière
le voile qui tombait sur l'entrée[106]; et dans les _Mémoires_ de Jehan
Berthelin, écrits vers 1545, nous lisons qu'un chevalier du roi, logé à
Rouen à l'hôtel du Cheval blanc, «luy estant levé il se en alit aux
pryvetz avec le serviteur dudit logis, lesquels tous deux fondyrent et
tombèrent dedens lesdits pryvets, et furent tous deux noiez à
l'ordure[107].» Dans les _Cent nouvelles nouvelles_, il est également
question de personnages qui se font accompagner par des serviteurs. Ceci
explique pourquoi, dans les latrines du moyen âge, on laissait une place
large devant les siéges, ou souvent une sorte de couloir assez long
entre le siége et l'entrée.

Les fosses étaient l'objet d'une attention particulière de la part des
constructeurs; nous en avons de nombreux exemples dans des châteaux du
moyen âge. Elles étaient voûtées en pierre, avec ventilation et pertuis
pour l'extraction. Mais c'est surtout dans la construction des latrines
communes que les architectes ont fait preuve de soin. Dans les châteaux
devant contenir une assez grosse garnison, il y a toujours une tour ou
un bâtiment séparé réservés à l'établissement des latrines. Il y avait
au château de Coucy, entre la grand'salle et le bâtiment des cuisines,
des latrines importantes dont la fosse est conservée. On voit des restes
de latrines disposées pour un personnel nombreux dans un des trois
châteaux de Chauvigny (Poitou). En Angleterre, au château de Langley
(Northumberland), il existe un bâtiment à quatre étages destiné aux
latrines, lesquelles sont établies d'une manière tout à fait
monumentale. On en voyait de fort belles et grandes au château de
Marcoussis, à peu près pareilles à celles de Langley. Les latrines du
château de Marcoussis, élevées au XIIIe siècle, adossées à l'une des
courtines, se composaient d'un bâtiment étroit, couvert, mais dépourvu
de planchers, et dont les cabinets (3)[108] communiquaient avec les
étages des logis voisins au moyen des portes et des passages B (voir la
coupe transversale A). La fosse était en C, et sa voûte était composée
de deux arcs doubleaux entre lesquels passaient les trois trémies de
chute des trois étages de siéges. Ces siéges étaient au nombre de quatre
à chaque étage, et du sol D (rez-de-chaussée) au comble, posé à 1m,00
environ en contre-haut de la fenêtre supérieure E, il n'y avait pas de
planchers. Ainsi la ventilation pouvait se faire facilement et l'odeur
n'était pas entraînée par les portes B dans les logis voisins. En F,
nous avons tracé la coupe du bâtiment parallèlement aux siéges, et pour
les laisser voir, nous avons supposé les appuis G en partie détruits.

Au château de Pierrefonds, dont la construction date de 1400, il est une
tour, du côté des logements de la garnison, qui était entièrement
destinée aux latrines. Nous donnons (4) les tracés de cette curieuse
construction. En A est figuré le plan de la tour au niveau du sol
extérieur du château qui est le sol de la fosse; en C est le pertuis
d'extraction; en D, un ventilateur, et en E un massif de pierres de
taille planté au milieu de la fosse pour faciliter la vidange des
matières. Le tracé B donne le plan du premier étage (rez-de-chaussée
pour la cour du château). Des salles G, on ne pouvait arriver aux
latrines que par le long couloir F, muni de deux portes. La salle H
possédait une suite de siéges en I et un coffre L qui était la descente
des latrines des deux étages supérieurs. La coupe perspective faite sur
BK fait voir, en M, la fosse avec le massif N et le ventilateur O; en P,
les siéges du rez-de-chaussée; en R, les siéges du premier étage, et en
S les siéges du troisième. Pour faire voir les trémies et tous les
siéges, nous avons supposé les planchers enlevés. La dernière trémie S
se prolongeait, par une cheminée latérale, jusqu'au-dessus des combles,
de manière à former appel, et près du tuyau de prolongation de cette
dernière trémie était disposé un petit foyer pour activer cet appel. Il
faut bien reconnaître que beaucoup de nos établissements occupés par un
personnel nombreux, tels que les casernes, les lycées, les séminaires,
n'ont pas des latrines aussi bien disposées que celles-ci. Observons
que, grâce au pertuis latéral d'extraction de la fosse et au massif
central, il était très-facile de faire faire des vidanges fréquentes et
promptes; que cette fosse contenait un cube d'air considérable; qu'elle
était doublement ventilée, et que, par conséquent, elle ne devait pas
dégager beaucoup de gaz dans les pièces, lesquelles étaient ventilées
par des fenêtres; que d'ailleurs toutes les entrées ménagées aux divers
étages de cette tour consistent en des couloirs longs, détournés,
ventilés eux-mêmes et fermés par des doubles portes.

Dans le même château, les latrines du grand logis seigneurial ou donjon
sont disposées, avec un soin extrême, dans une partie étroite des
bâtiments recevant de l'air de deux côtés, isolées et ouvrant les
fenêtres des cabinets au nord (voy. DONJON, fig. 41, 42 et 43). Il faut
remarquer que les jours des grandes latrines de la garnison que nous
venons de donner dans la figure précédente s'ouvrent également vers le
nord. Ces précautions minutieuses apportées à la construction de ces
parties importantes des habitations font place, vers la fin du XVIe
siècle, à une négligence extrême. Mais c'est qu'alors on se préoccupait
avant tout de faire ce qu'on appelait de belles ordonnances symétriques;
que le bien-être des habitants d'un palais ou d'une maison, ce que nous
appelons le _comfort_, était soumis à des conditions architectoniques
plutôt faites pour des dieux que pour de simples mortels. En finissant,
nous ne devons pas omettre de prémunir nos lecteurs contre les récits
d'oubliettes que font tous les _cicerone_ chargés de guider les amateurs
de ruines féodales. Dix-neuf fois sur vingt, ces oubliettes, qui
émeuvent si vivement les visiteurs des châteaux du moyen âge, sont de
vulgaires latrines, comme certaines chambres de torture sont des
cuisines. Plusieurs fois nous avons fait vidanger des fosses de château
que l'on considérait, avec une respectueuse terreur, comme ayant
englouti de malheureux humains; mêlés à beaucoup de poudrette, on y
trouvait quantité d'os de lapins ou de lièvres, quelques pièces de
monnaie, des tessons et des momies de chats en abondance.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]

     [Note 104: Cette négligence à satisfaire aux nécessités de
     notre nature physique était poussée très-loin dans le temps
     où l'on songeait surtout à faire de l'architecture _noble_.
     Non-seulement le château de Versailles, où résidait la cour
     pendant le XVIIIe siècle, ne renfermait qu'un nombre
     tellement restreint de privés, que tous les personnages de la
     cour devaient avoir des chaises percées dans leurs
     gardes-robes; mais des palais beaucoup moins vastes n'en
     possédaient point. Il n'y a pas fort longtemps que tous les
     appartements des Tuileries étaient dépourvus de cabinets, si
     bien qu'il fallait chaque matin faire faire une vidange
     générale par un personnel _ad hoc_. Nous nous souvenons de
     l'odeur qui était répandue, du temps du roi Louis XVIII, dans
     les corridors de Saint-Cloud, car les traditions de
     Versailles s'y étaient conservées scrupuleusement. Ce fait,
     relatif à Versailles, n'est point exagéré. Un jour que nous
     visitions, étant très-jeune, ce palais avec une respectable
     dame de la cour de Louis XV, passant dans un couloir empesté,
     elle ne put retenir cette exclamation de regret: «Cette odeur
     me rappelle un bien beau temps!»]

     [Note 105: Ce dessin nous a été fourni par M. Cron,
     architecte. Ce château date du XIIe siècle.]

     [Note 106: Lib. II, cap. XXIII.]

     [Note 107: _Journal du bourgeois de Rouen; Revue rétrospect.
     normande._ Publ. par André Pottier; 1842.]

     [Note 108: D'après un ancien dessin en notre possession.]



LAVABO, s. m. Grande vasque en pierre ou en marbre répandant l'eau par
une quantité de petits orifices, percés autour de ses bords, dans un
bassin inférieur, et destiné aux ablutions; par extension, le nom de
_lavabo_ a été donné à la salle ou à l'aire au milieu de laquelle
s'élevait la fontaine. La plupart des cloîtres de religieux possédaient
un lavabo. Quelquefois le lavabo était posé au centre du préau, à ciel
ouvert, plus fréquemment le long d'une des galeries du cloître ou dans
un angle, et alors le lavabo était couvert; c'était une annexe du
cloître vers laquelle les religieux se dirigeaient avant d'entrer au
réfectoire et en revenant des travaux des champs, quand ils
travaillaient aux champs. Les cisterciens, qui, au XIIe siècle, se
piquaient de revenir aux premières rigueurs de la vie monastique, qui
excluaient de leurs couvents tout luxe, toute superfluité, avaient
cependant construit des lavabos dans leurs cloîtres, disposés non point
comme un motif de décoration, mais comme un objet de première nécessité.
C'est qu'en effet les cisterciens du XIIe siècle s'occupaient à de rudes
travaux manuels; il leur fallait, avant d'entrer à l'église ou au
réfectoire, laver les souillures qui couvraient leurs mains. Aussi
voyons-nous que les lavabos des monastères cisterciens sont une partie
importante du cloître. L'abbaye de Pontigny possédait un lavabo dont la
cuve existe encore; celle du Thoronet (Var), XIIe siècle, possède au
contraire l'édicule qui contenait la cuve, tandis que celle-ci a
disparu.

Voici (1) le plan de ce lavabo; c'est une salle hexagone tenant à la
galerie du cloître qui longe le réfectoire; les religieux entraient dans
la salle par une porte et sortaient par l'autre, de manière à eviter
tout désordre; ils se rangeaient ainsi autour du bassin, au nombre de
six ou huit, pour faire leurs ablutions.

La fig. 2 présente la coupe de ce lavabo sur _ab_[109]. Conformément à
la règle de l'ordre de Cîteaux, cette salle est extrêmement simple,
couverte par une coupole en pierre à cinq pans avec arêtiers dans les
angles rentrants.

L'abbaye de Fontenay, près Montbard, dépendant du même ordre, possédait,
le long de l'une des galeries de son cloître, un lavabo d'une
remarquable construction (3)[110]. En A était le réfectoire. Les
religieux entraient à la file dans le lavabo par une arcade et sortaient
par l'autre, comme au Thoronet. Une colonne centrale, passant à travers
la vasque B, portait la retombée de quatre voûtes d'arête avec arcs
doubleaux. Cette salle, assez spacieuse pour permettre à quinze
religieux au moins de se tenir autour du bassin, était basse comme les
galeries du cloître et bien abritée du vent et du soleil par conséquent.

La fig. 4 présente une vue perspective de ce lavabo prise du point C, en
supposant la voûte coupée de _a_ en _b_. C'était là un édifice dont la
disposition était rigoureusement prise d'après le programme donné et qui
devait présenter un aspect agréable, bien que l'architecture en fût
très-simple. Les beaux matériaux calcaires dont disposaient les
religieux de Fontenay leur avaient permis d'élever cette salle au moyen
de gros blocs de pierre; les noyaux des piles sont monolithes, les bases
et chapiteaux pris dans une seule assise. Ce mode de construction
ajoutait au caractère de grandeur du monument malgré sa petite
dimension. L'abbaye de Saint-Denis possédait une fort belle vasque dans
son cloître qui servait aux ablutions des moines; cette vasque, déposée
aujourd'hui au milieu de la seconde cour de l'École des Beaux-Arts, date
du XIIIe siècle, est d'un profil remarquable et présente, tout autour,
entre chaque goulotte, une tête sculptée d'un beau style[111]. Lorsque
les moines ne pouvaient amener l'eau dans une vasque pour les ablutions
journalières, ils se contentaient d'un puits avec une auge circulaire ou
semi-circulaire[112] autour ou à proximité.

Cependant, en Espagne, les couvents possédaient des lavabos magnifiques.
Le voisinage des établissements arabes, dans lesquels l'abondance de
l'eau était considérée comme une nécessité de premier ordre, avait dû
exercer une certaine influence sur les constructions des cloîtres. C'est
aussi dans les monastères du midi de la France qu'on trouvait autrefois
les lavabos les mieux disposés et les plus spacieux. Il est à regretter
que ces salles, qui se prêtaient si bien aux compositions
architectoniques, aient été détruites partout, dès avant la fin du
dernier siècle, par les moines eux-mêmes, qui ne se soumettaient plus à
l'usage de se laver au même moment et ensemble. Les lavabos consistaient
seulement parfois en une grande auge en marbre, en pierre ou en bronze,
placée à l'entrée du réfectoire (voyez, dans le _Dictionnaire du
Mobilier_, l'article LAVOIR).

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]

     [Note 109: Voy. les gravures faites d'après les relevés de M.
     Questel, dans le recueil des archives des _Monuments
     historiques_, pub. sous les auspices de M. le ministre
     d'État.]

     [Note 110: On voit encore en place les deux entrées du
     lavabo, et nous avons retrouvé, en 1844, dans les débris qui
     jonchaient le cloître, les fragments des piles de la salle,
     dont le périmètre était apparent au-dessus du sol du préau.]

     [Note 111: Voy. la gravure de cette vasque dans les _Exemples
     de décoration_ de M. Léon Gaucherel.]

     [Note 112: Voy. le cloître de la cathédrale de Girone.]



LAVATOIRE, s. m. Auge placée dans une salle près du cloître des
monastères, et servant à déposer et laver les morts avant leur
ensevelissement.

L'usage de laver les morts avant de les enterrer est une pratique qui
remonte à l'antiquité[113] et qui s'est conservée jusqu'à la fin du
dernier siècle dans quelques provinces, comme le pays basque, par
exemple, les environs d'Avranches et le Vivarais. Le sieur de
Moléon[114] décrit ainsi le lavatoire de l'abbaye de Cluny: «Au milieu
d'une chapelle fort spacieuse et fort longue, où l'on entre du cloître
dans le chapitre, est le lavatoire, qui est une pierre longue de six ou
sept pieds, creusée environ de sept ou huit pouces de profondeur, avec
un oreiller de pierre qui est d'une même pièce que l'auge; et un trou au
bout du côté des pieds, par où s'écoulait l'eau après qu'on avait lavé
le mort.» L'auteur donne un figuré de ce lavatoire que nous présentons
ici (1); il ajoute qu'il y avait des pierres semblables dans l'hôpital
de la ville de Cluny, dans le chapitre de l'église cathédrale de Lyon,
dans le revestiaire de celle de Rouen et dans presque tous les
monastères des ordres de Cluny et de Cîteaux.

[Illustration: Fig. 1.]

     [Note 113: Voy. les _Actes des apôtres_, chap. IX; Sidoine
     Apollinaire, liv. III, lettre III.]

     [Note 114: _Voyages liturgiques en France_. Paris, 1718.]



LÉGENDE, s. f. Ce mot, en architecture, s'applique aux représentations
groupées, soit sculptées, soit peintes, sur mur ou sur verre, de sujets
légendaires, comme, par exemple, l'histoire de l'Enfant prodigue,
l'histoire du mauvais Riche, ou bien certaines vies de saints racontées
dans la _Légende dorée_. Les portails de nos églises du moyen âge
présentent souvent des sujets légendaires sculptés sur leurs
soubassements à dater de la fin du XIIIe siècle. À la cathédrale
d'Auxerre, au portail de la Calende de la cathédrale de Rouen, au
portail occidental de celle de Lyon, on voit de très-fines sculptures
représentant des sujets légendaires. Mais c'est surtout sur les vitraux
que s'étendent les séries innombrables de ces sortes de sujets (voy.
VITRAIL).



LICE, s. f. Barrière, palissade, par extension, espace réservé entre les
deux enceintes d'une ville fortifiée, ou entre les murs et les barrières
extérieures (voy. ARCHITECTURE MILITAIRE). On donnait aussi le nom de
lices aux champs clos destinés aux exercices, joutes, tournois, pas
d'armes et jugements de Dieu.

Lorsqu'une armée campait et s'entourait de palis, on disait «sortir des
lices» pour sortir de l'enceinte palissadée. Quand Harold vient de
Londres au-devant de Guillaume le Bâtard, il fait placer son corps
d'armée derrière des palissades. Le matin de la bataille, Harold va
reconnaître l'ennemi,

       «E de lor lices furz issu[115].»

Après la bataille de Mansourah ou de la Massoure, des espions viennent
avertir saint Louis qu'il sera attaqué de grand matin dans son camp. «Et
lors commanda le roy à touz les cheveteins des batailles que il feissent
leur gent armer dès la mienuit, et se traisissent hors des paveillons
jusques à la lice, qui estoit tele que il y avoit lous merriens, pour ce
que les Sarrazins ne se férissent parmi l'ost; et estoient atachiés en
terre en tel manière, que l'en pooit passer parmi le merrien à
pié[116].» Ainsi, dans les campements faits à la hâte, les pieux qui
formaient la lice étaient espacés l'un de l'autre de manière à permettre
aux gens de pied de passer entre eux. Ces pieux formaient ainsi une
suite de merlons qui n'empêchaient pas les fantassins de se jeter sur
l'assaillant, mais qui arrêtaient les charges de cavalerie, et
permettaient aux soldats de se rallier s'ils étaient obligés de se
replier.

Les châteaux étaient toujours entourés de lices, c'est-à-dire de
barrières palissadées, quelquefois avec fossés, qui protégeaient le pied
des remparts et permettaient de faire des rondes extérieures lorsque
l'on était investi. C'était là une tradition des populations guerrières
du Nord.

       «Amis, beau-frère, est Orenge si riche?
       Dist li chêtis: «Si m'aïst Dex, beau sire,
       Se véiez le palés de la vile,
       Qui toz est fez à voltes et à lices[117]!»

Ce qui veut dire que le château de la ville est maçonné, voûté et
entouré de palissades de bois.

     [Note 115: Le _Roman de Rou_, vers 12,125.]

     [Note 116: _Hist. de saint Louis_, Joinville. Pub. par M.
     Franc. Michel; 1858.]

     [Note 117: _La prise d'Orenge; Guillaume d'Orange_, chanson
     de geste des XIe et XIIe siècles, pub. par M. W. J. A.
     Jonckbloet; 1854.]



LIEN, s. m. Terme de charpenterie. Pièce de bois ayant un tenon à chaque
bout et qui, posée en écharpe, lie le poinçon avec l'arbalétrier ou avec
le faîtage d'une charpente de comble (1). A étant le poinçon et B les
arbalétriers, les pièces C sont des liens; D étant des poinçons et F le
faîtage, les pièces G sont des liens.

[Illustration: Fig. 1.]



LIERNE, s. f. Nervure d'une voûte en arcs d'ogive qui réunit la clef des
arcs ogives aux sommets des tiercerons. Les nervures A (1) sont des
liernes (voy. CONSTRUCTION, VOÛTE).

Dans la charpenterie, les liernes sont des pièces de bois horizontales
qui réunissent à leur base deux poinçons dans le sens longitudinal du
comble et qui reçoivent les solives des faux planchers. Ce sont aussi
des pièces de bois courbes, posées horizontalement entre les
arbalétriers d'un comble conique, et qui servent à assembler les
chevrons lorsque ceux-ci doivent être répartis à distances à peu près
égales dans la hauteur de la toiture. Les pièces A (2) sont des liernes.
Dans les combles de tours cylindriques, les liernes sont nécessaires
lorsque la charpente n'est pas disposée de manière à ce que chaque
chevron porte ferme. La méthode des chevrons portant ferme étant presque
toujours adoptée dans les charpentes de combles du moyen âge, il est
rare qu'on ait eu recours aux liernes. On les emploie depuis le XVe
siècle pour les charpentes sphéroïdes formant coupole.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]



LIMON, s. m. Est une pièce de bois rampante qui porte les marches d'un
escalier à leur extrémité opposée au mur (voy. ESCALIER). Les limons de
pierre n'étaient pas employés dans l'architecture du moyen âge, les
révolutions des marches dans les escaliers à plan carré ou barlong étant
alors portées sur des arcs, ce qui était beaucoup plus solide que le
système de limons appareillés.



LINÇOIR, s. m. Terme de charpenterie. Pièce de bois posée
horizontalement au-dessus des lucarnes ou des souches de cheminées pour
recevoir les chevrons du comble.



LINTEAU, s. m. Bloc de pierre posé sur les jambages d'une porte ou d'une
fenêtre pour fermer la partie supérieure. Dans la charpenterie, la pièce
de bois horizontale qui remplit le même office s'appelle aussi _linteau_
(voy. FENÊTRE, PORTE).



LIS (FLEUR DE). Voyez FLORE.



LIT, s. m. Surface horizontale de pose d'une pierre de taille. Chaque
pierre de taille est comprise entre deux lits: le lit inférieur et le
lit supérieur; naturellement le lit supérieur d'une pierre reçoit le lit
inférieur de celle qui vient au-dessus. Les Grecs posaient leurs
matériaux taillés, marbre ou pierre, à joints et lits vifs, sans
mortier. Dans le grand appareil, les Romains firent de même, et cela
avec tant de perfection que, dans les constructions grecques et romaines
élevées en pierres de taille ou en marbre, on aperçoit à peine la suture
entre les blocs. Cette méthode a quelquefois été imitée pendant le moyen
âge, particulièrement dans les contrées où il existait encore un grand
nombre de monuments antiques, comme en Provence et dans le Languedoc;
mais l'imitation est fort loin d'atteindre la perfection de la taille
antique en ce qui concerne les lits. Dans les provinces du centre et du
nord de la France, on employa le mortier entre les pierres d'appareil
depuis l'époque mérovingienne. Les lits de mortier sont fort épais du
VIIe au XIIe siècle; ils deviennent fins et réguliers à cette époque,
reprennent une épaisseur qui varie de 0,01 c. à 0,03 c. au XIIIe siècle,
lorsque l'on élève les grands édifices religieux, les châteaux et les
palais; puis s'amincissent de nouveau pendant les XIVe et XVe siècles,
mais en conservant toujours une épaisseur de 0,01 c. au maximum. Quant
aux lits taillés, ils sont planes, bien layés, sans flâches, depuis le
XIIe siècle jusqu'au XVIe. Dans les constructions du moyen âge, les lits
sont dressés avec autant de soin que les parements.

On appelle _pierre posée en délit_ celle dont le lit de carrière est
vertical au lieu d'être horizontal. Les matériaux calcaires se sont
formés par une suite de dépôts marins, lacustres ou fluvials, et se
composent ainsi d'une superposition de couches plus ou moins homogènes.
Lorsque ces couches n'ont pas été fortement agglutinées par une
circonstance naturelle, elles tendent à se séparer. Il est donc
important de poser les pierres _sur leur lit de carrière_, c'est-à-dire
conformément à leur position géologique. Cependant les Romains et les
constructeurs du moyen âge ne se sont pas fait faute d'employer les
calcaires en délit, mais alors ils choisissaient avec soin ceux qui
pouvaient sans danger prendre cette position (voyez CONSTRUCTION,
JOINT).



LOGE, s. f. Pièce ou portion de galerie, dépendant d'un édifice public
ou privé, élevée au-dessus du sol extérieur et s'ouvrant largement sur
le dehors, sans vitrines ou fermetures à demeure. La loge ressemble
d'une part au portique, de l'autre à la bretèche; cependant il faut la
distinguer de ces deux membres d'architecture. La loge diffère du
portique en ce qu'elle est élevée au-dessus de la voie publique, possède
une entrée particulière et que sa longueur est bornée, tandis que le
portique est une galerie couverte dont la longueur est indéterminée. La
loge tenant à des maisons diffère de la bretèche en ce point important
qu'elle est ouverte aux intempéries, en dehors des appartements, tandis
que la bretèche est fermée par des vitres ou volets et ajoute aux pièces
une annexe saillante sur la voie publique. L'architecture française du
moyen âge n'admettait guère la loge que dans les provinces méridionales,
où elle pouvait avoir une certaine utilité. Dans nos climats, on
préférait toujours une pièce fermée à ces salles ouvertes à tous vents,
si fréquentes dans les villes italiennes des XIIIe et XIVe siècles. Les
municipalités italiennes élevaient volontiers ces édifices propres aux
réunions de citoyens, couverts par des voûtes ou des lambris pour éviter
les rayons du soleil. C'était dans ces loges que les marchands venaient
s'entretenir de leurs affaires, comme aujourd'hui dans les bourses et
cercles. On concevra facilement qu'en France les _parloirs_, qui
correspondent aux grandes loges d'Italie, devaient être clos neuf mois
sur douze; dès lors, ils n'étaient que des salles plus ou moins vastes.
De même aussi, dans nos maisons, il était rare de trouver sous les
combles ces loges que l'usage a fait ouvrir au sommet des habitations
italiennes, et qui sont disposées pour respirer l'air frais du soir.
Cependant la loge n'était pas absolument bannie de nos habitations du
nord. Il existait encore, il y a peu d'années, sur la place de la
cathédrale de Laon, une petite maison du XIIIe siècle, dépendant
autrefois du chapitre, qui possédait une loge à la base de son comble,
disposée en appentis et interrompue aux angles par des échauguettes.

La figure 1 donne l'élévation perspective de la façade de cette maison.
À la base du pignon, élevé en retraite, était pratiquée une loge en
charpente qui se retournait sur les deux murs goutterots et passait
alors sous le comble. C'était comme un chemin de ronde avec ses
échauguettes.

La figure 2 présente en A le plan de la façade de la maison, à l'étage
sous la loge, et en B le plan de cette loge. Les loges voisines du
comble prenaient le nom de _soliers_, comme les combles eux-mêmes; elles
servaient à la défense, elles permettaient de voir tout ce qui se
passait au dehors, elles donnaient aux habitants un séchoir excellent.
Observons que ces loges sont basses, bien abritées et fermées aux
extrémités.

Dans le voisinage des places de marchés, on établissait aussi parfois
des loges peu élevées au-dessus du sol de la voie publique sous quelques
maisons, pour permettre aux marchands de traiter de leurs affaires à
l'abri du soleil et de la pluie. Il existe encore à Vire (Calvados) une
petite loge de ce genre, disposée sous une maison du XIVe siècle. Rien
n'est plus simple que cette construction (3), qui se compose de deux
piles et de deux colonnes en pierre, reposant sur un bahut; d'une aire
dallée et de quelques marches posées à chacune des extrémités donnant
sur la voie publique. La façade de la maison, en pan de bois hourdé de
briques, repose sur les deux piles d'angles et les deux colonnes, si
bien que cette loge n'est autre chose qu'un bout de portique surélevé
avec bahut sous ses colonnes.

Sur les façades des hôtels de ville, des palais, des maisons de riches
particuliers, il y avait quelquefois, mais fort rarement en France, des
loges disposées à la façon des bretèches, c'est-à-dire portées en
encorbellement sur des consoles. Ces loges, par leur petite dimension,
n'étaient, à proprement parler, que des balcons couverts. Elles étaient
moins rares dans les provinces de l'est et du sud-est que dans
l'Île-de-France, les provinces de l'ouest et du centre. Quelques maisons
de Dijon en possédaient autrefois; on en trouvait à Metz, à Verdun et
vers les bords du Rhin, comme en témoignent de nombreuses gravures des
XVIe et XVIIe siècles. Ces loges en encorbellement, ou plutôt ces
bretèches ouvertes, étaient posées au-dessus des portails des maisons,
au premier étage, et formaient ainsi une sorte d'auvent sur l'entrée.

Nous donnons (4) l'une d'elles que nous trouvons indiquée assez finement
dans un manuscrit français du XVe siècle de la bibliothèque de Munich.
Elle est faite entièrement de pierre, recouverte de plomb et posée
au-dessus d'une porte.

Les guerres d'Italie de la fin du XVe siècle inspirèrent aux seigneurs
français le goût des loges; mais les architectes du commencement de la
Renaissance, qui conservaient les traditions sensées de l'art de notre
pays, se décidèrent dificilement à leur donner l'aspect d'une
construction ouverte sur trois côtés; ils les traitaient plutôt comme
des portiques bas d'une longueur réduite, s'ouvrant seulement par la
face.

Au sommet de l'escalier de la Chambre des Comptes, à Paris, il y avait
ainsi un vestibule non vitré qui pouvait bien passer pour une loge
(voyez ESCALIER, figure 3). Ce vestibule se composait de deux travées
ouvertes sur la cour de la Sainte-Chapelle; ses arcades, dépourvues de
vitrages comme celles de l'escalier, étaient flanquées de contre-forts
décorés de statues[118]. La loge, premier vestibule de la chambre, était
fort riche, ainsi qu'on en peut juger par notre figure 5, qui en donne
une perspective extérieure. Au-dessous, à rez-de-chaussée, était la
porte des logements du premier huissier et du receveur des épices. Le
grand palier couvert que nous donnons ici comme une loge tenait lieu de
petite salle des pas-perdus. Nous possédons à Paris un monument
très-remarquable par le style de son architecture et qui était traité à
la manière des loges italiennes, c'est le monument dont on a fait la
fontaine des Innocents. Cette loge se composait de trois arcades, deux
de face et une en retour. Dans le soubassement, au-dessous de l'arcade
en retour, sur la rue, en dehors, était une fontaine. Des balustrades se
trouvaient entre les pieds-droits[119]. La loge et fontaine des
Innocents était élevée au coin de la rue Saint-Denis et de la rue aux
Fers. Pierre Lescot en fut l'architecte et Jean Goujon le sculpteur. En
1785, on la déposa pièce à pièce et on en fit le monument que nous avons
vu restaurer depuis peu, monument auquel il est bien difficile
aujourd'hui de donner une signification, car on ne comprend pas trop
pourquoi on a eu l'idée de placer une fontaine jaillissante à six ou
huit mètres de hauteur au-dessus du sol, et pourquoi, la mettant si
haut, on a jugé nécessaire de la faire couler à l'abri de la pluie, sous
un dôme. On admet une fontaine couverte si elle est à la portée des
passants, mais un jet d'eau couronnant une pyramide de cuvettes n'a
vraiment pas besoin de parapluie. Après tout, les charmantes sculptures
du monument nous restent, et il y aurait mauvaise grâce à se plaindre
des transformations étranges qu'on a fait subir à l'architecture de
Pierre Lescot.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]

     [Note 118: Voyez l'oeuvre d'Israël Silvestre, Mérian, et,
     dans la _Topographie de la France_, Bibl. imp., de grands
     dessins de la façade de la Chambre des Comptes.]

     [Note 119: Voyez l'oeuvre d'Israël Sylvestre, Marot, Mérian,
     Félibien.]



LUCARNE, s. f. Baie ouverte dans les rampants d'un comble, destinée à
éclairer les galetas. Pendant le moyen âge on a fait des lucarnes avec
devanture en pierre, d'autres entièrement en bois apparent ou recouvert
de plomb ou d'ardoises. Les lucarnes n'ont toutefois été adoptées que
lorsque les combles ont pris une grande importance. Pendant la période
romane, les charpentes des combles étant généralement plates, il n'y
avait pas lieu de les éclairer par des lucarnes, puisqu'on ne pouvait y
ménager des logements; mais, à dater du XIIIe siècle, les bâtiments
d'habitation furent couronnés par des combles formant, en coupe, un
triangle équilatéral au moins; on utilisait la partie inférieure de ces
combles en y pratiquant des chambres éclairées et aérées par des
lucarnes. Plus tard, on donna le nom de _mansardes_ à ces fenêtres, et
on fit à Mansart cet honneur de le considérer comme l'inventeur de ces
baies, qui existaient sur tous les édifices publics ou privés du nord
bien avant lui.

Nous nous occuperons d'abord des lucarnes dont la devanture de pierre
pose sur la corniche, au nu des murs de face. Les XIIIe, XIVe et XVe
siècles nous fournissent un grand nombre d'exemples de ces sortes de
baies qui se composent de deux pieds-droits avec allège et d'un linteau
terminé par un gâble et un tympan. Ces lucarnes avec face en pierre sont
généralement assez élevées pour qu'une personne puisse facilement
s'approcher de l'allège et regarder dans la rue; leurs baies sont même
souvent garnies d'une traverse en pierre, comme dans l'exemple que nous
donnons ici (1)[120]. Les pieds-droits sont épaulés par deux
contre-forts qui leur donnent de l'assiette sur la tête du mur; de
petites gargouilles pourtournent ces contre-forts et rejettent les eaux
des noues dans le chéneau A, existant entre chaque lucarne, et muni de
grandes gargouilles. Le linteau est d'un seul morceau et porte avec lui
les deux petits pignons latéraux. Un second morceau de pierre forme le
couronnement. Les rampants du gâble portent larmier devant et derrière,
de manière à recouvrir le comble en ardoise B de la lucarne. Les jouées
sont en retraite sur les pieds-droits; ce genre de lucarne est fréquent
au XIIIe siècle. Quelquefois, mais rarement à cette époque, les tympans
sont décorés et les rampants garnis de crochets. Cependant ces
couronnements des édifices, se découpant sur les combles, ne tardèrent
pas à recevoir une assez riche ornementation. Il était d'usage, pendant
la seconde moitié du XIIIe siècle et jusqu'au XVIe, de pratiquer, dans
les logis des palais et châteaux, des grandes salles sous les combles.
On ne pouvait éclairer ces salles lambrissées que par des lucarnes
très-hautes, descendant jusqu'au sol intérieur placé au-dessous de la
corniche extérieure et interrompant celle-ci. Les charpentes se
composaient seulement de chevrons portant-ferme, dont les entraits
s'assemblaient dans les jambettes descendant en contre-bas des blochets
(voir l'article CHARPENTE, figure 26). L'importance de ces lucarnes
exigeait un soin particulier dans leur construction, car il fallait que
leur devanture en pierre pût se soutenir d'elle-même, qu'elle reçût des
pénétrations en charpente, et que les filtrations d'eau pluviale fussent
évitées entre la pierre et la couverture. Conformément aux habitudes de
bâtir des architectes du moyen âge, ces précautions relatives à la
stabilité et à la réunion des matériaux très-divers sont minutieusement
observées. Nous avons, de nos jours, remplacé ce soin dans l'étude des
détails par des moyens assez grossiers, tels que solins en plâtre,
raccords en zinc; mais aussi faut-il envoyer sans cesse les couvreurs
réparer les vices primitifs d'une construction mal étudiée, ou tout au
moins, pour terminer l'oeuvre d'une manière passable, faire succéder
plusieurs fois sur ces points délicats les maçons aux couvreurs, les
couvreurs aux maçons et ainsi à diverses reprises. Dans ces temps
anciens d'ignorance, lorsque le maçon avait terminé son ouvrage, venait
le charpentier, puis le couvreur; chacun trouvait les choses disposées
pour n'avoir plus à y revenir lorsque la dernière ardoise et la dernière
faîtière étaient posées. La fig. 2 montre une de ces grandes lucarnes de
combles lambrissés. En A nous en donnons la section horizontale fait au
niveau _a b_ de la face B. La corniche du bâtiment avec son chéneau est
en E; la face de la lucarne est épaulée latéralement par des
contre-forts F et postérieurement par les pilastres G, contre lesquels
viennent s'appuyer les jouées en charpente. De petits caniveaux H
recueillent les eaux du comble qui coulent le long de ces jouées pour
les verser dans les chéneaux (voir la face latérale D). Sur les
sablières I posées sur les jouées (voir la face postérieure C), venaient
s'embréver les madriers formant chevrons et recevant les lambris
intérieurs de manière à dégager le jour dormant K, les châssis
rectangulaires étant seuls ouvrants. Des lucarnes de ce genre existaient
au Palais à Paris, sur les bâtiments du commencement du XIVe siècle, aux
châteaux de Montargis, de Sully, de Coucy et de Pierrefonds
(commencement du XVe siècle), et de beaucoup d'autres palais ou
châteaux. Celles du milieu et de la fin du XVe siècle sont
très-communes.

Dans certaines provinces de France, comme la Bretagne, la Picardie et la
Normandie, on avait pour habitude, pendant les XIVe et XVe siècles, de
donner à certains bâtiments des campagnes, à des logis de châteaux, une
assez faible hauteur et de les couronner par des combles énormes, car
bien que ces bâtiments fussent simples en épaisseur, ils contenaient
quelquefois jusqu'à dix et onze mètres dans oeuvre en largeur; or, les
combles étant tracés d'après un triangle équilatéral, on comprend que
les faîtages devaient s'élever beaucoup au-dessus de la corniche. Ces
bâtiments, en coupe, étaient alors disposées de cette manière (3): 1º Un
étage de caves A; 2º un rez-de-chaussée B; 3º un premier étage C, à demi
mansardé; 4º un étage à mi-comble D et le grenier; dès lors les fenêtres
du premier étage C participaient déjà de la lucarne et ne faisaient
qu'un tout avec elle. Nous possédons un fort bel exemple de ce genre de
construction dans le château de Josselin, en Bretagne (4), dont la
construction date des dernières années du XVe siècle. Là, le faîtage des
lucarnes est au niveau du faîtage du comble; leur face est décorée de
sculptures, de chiffres, devises et armoiries; les baies sont larges,
munies de meneaux, les gâbles hauts et flanqués de pinacles. La
balustrade est posée sur le bord d'un chéneau jetant ses eaux par une
gargouille entre chacune des lucarnes. Dans l'étage mansardé supérieur,
les lucarnes formaient comme des cabinets bien éclairés, dans lesquels
on pouvait se tenir pour travailler ou jouir de la vue de la campagne.
L'aspect pittoresque que donnaient ces grandes lucarnes aux façades des
logis engagea les constructeurs à leur accorder de plus en plus
d'importance; elles devinrent quelquefois la partie principale de la
décoration, vers la fin du XVe siècle et le commencement du XVIe, ainsi
qu'on peut le voir encore au palais de justice de Rouen, où il semble
que les façades ne sont faites que pour les lucarnes, puisque leur
composition part du sol de la cour. Dans des proportions plus modestes
on voit encore de belles lucarnes du commencement du XVIe siècle à
l'hôtel de Cluny, à Paris, à l'hôtel de ville de Compiègne; sur des
maisons de Tours, de Bourges, d'Orléans et de Caen; sur l'hôtel de ville
de Saumur, etc. Les lucarnes du château de Josselin, comme celles du
palais de justice de Rouen, sont de véritables pignons masquant des
combles pénétrant, à angle droit, le toit principal. Dans ce cas elles
servent même à maintenir la poussée des charpentes lorsque celles-ci
sont dépourvues d'entraits à leur base, ou du moins elles rompent cette
poussée, sur les murs goutterots, de distance en distance, et donnent à
ces murs, par leur poids, une grande stabilité.

Les lucarnes en charpente, petites et modestes pendant les XIIIe et XIVe
siècles, prennent de même beaucoup d'importance pendant le XVe siècle;
comme les lucarnes à faces de pierre, elles n'apparaissent, dans
l'architecture du moyen âge, qu'au moment où les combles cessent d'être
plats et sont tracés au moins d'après une pente de 45º. Alors elles sont
posées, non sur les bahuts de ces combles, mais sur leurs chevrons, pour
éclairer des galetas. Toujours elles sont bien combinées comme charpente
et d'une forme gracieuse, contrairement à ce qui se pratique
aujourd'hui.

Les plus anciennes lucarnes de bois que nous connaissions ne sont, à
proprement parler, que de grands _chiens-assis_, faits pour donner de
l'air et de la lumière dans les greniers, mais qui ne pouvaient point
recevoir des châssis vitrés; elles sont taillées dans de grosses pièces
de charpente et couvertes avec de la tuile, de l'ardoise ou du plomb. Il
en existait sur le comble incendié de la cathédrale de Chartres, qui
datait du XIIIe siècle. Voici (5) quelle était leur structure: Deux
linçoirs A formaient un jour rectangulaire comprenant deux intervalles
de chevrons. Sur les chevrons B, s'assemblaient deux potences D recevant
la devanture E à leur extrémité, et de petits entraits avec chevrons F.
De fortes planches de chêne étaient clouées sur ces chevrons et les
reliaient avec la devanture; sur ces planches était posé le plomb, qui
formait bourrelet sur le devant et sur les côtés, ainsi que l'indique le
détail G. D'autres feuilles de plomb revêtaient la devanture et les
jouées, compris leur épaisseur. Les bois étaient forts de 0,15 c. à 0,25
c. d'équarrissage, et nettement coupés.

On voit apparaître cependant, au XIVe siècle, des lucarnes en charpente
d'une assez grande dimension, quelquefois divisées en deux baies par un
meneau. Les combles de la cathédrale d'Autun en ont conservé
quelques-unes qui datent de la fin du XIVe siècle et sont d'une assez
belle forme (6); le bois de ces lucarnes est toujours resté apparent et
est abrité par un comble en tuile très-saillant. Ces lucarnes étaient
faites pour être fermées, au-dessous du linteau, par des volets avec
vitrages s'ouvrant en dedans; le gâble restait ouvert.

L'église de Notre-Dame de Châlons-sur-Marne a conservé, sur la croupe de
l'abside, une jolie lucarne recouverte de plomb, avec épi et girouette
(7). On voit encore, sur les grands combles de la cathédrale de Reims,
des lucarnes qui datent du XVe siècle, mais qui sont aujourd'hui
défigurées par de nombreuses restaurations. Ces lucarnes sont, de même
que celle de Notre-Dame de Châlons, couronnées par des épis. Quelques
maisons en pans de bois du XVe siècle, dont les façades ne sont point
des pignons, mais des murs goutterots, sont surmontées de lucarnes assez
belles. Dans l'ouvrage de MM. Verdier et Cattois, sur l'_architecture
civile et domestique_, nous en signalerons quelques-unes, notamment
celles de l'hôtel-Dieu de Beaune et celle d'une maison à Lisieux. Les
architectes du XVe siècle ont quelquefois adopté, pour la construction
des lucarnes de charpente, la disposition des lucarnes de pierre, citées
plus haut, du château de Josselin, c'est-à-dire qu'ils ont posé les
lucarnes empiétant sur la hauteur du mur de face et éclairant un étage
sous comble, un grenier.

Nous donnons (8) une lucarne établie d'après ce système et qui provient
d'une maison de Gallardon (Eure-et-Loir). En A, nous la présentons de
face et, en B, en coupe. Ici les bois sont apparents sous la ventrière
C, qui est couverte d'ardoises. Le plomb ne recouvre que l'épi et le
faîte. Les rampants et les jouées sont aussi garnis d'ardoises. Des
châssis vitrés fermaient les baies.

Si l'on consulte les anciennes vues peintes et gravées faites d'après
des châteaux et palais du moyen âge, on voit que les lucarnes
remplissaient un rôle important dans ces habitations, puisque les
combles contenaient beaucoup de logements. Quelquefois, comme au château
de Pierrefonds, les lucarnes de pierre ou de bois se combinaient avec
les crénelages des chemins de ronde et étaient alors destinées à
éclairer les salles placées derrière ces passages extérieurs. Leur face
portait alors sur le mur du chemin de ronde, et le jour pénétrant leur
couverture arrivait dans la salle par une baie percée dans le gros mur.

Il est certain que les architectes du moyen âge, contrairement à ce qui
se pratique aujourd'hui généralement, apportaient un soin minutieux dans
l'étude de toutes les parties des combles, soit au point de vue de la
solidité, de la bonne exécution, soit au point de vue de l'art. Pour
eux, bien couronner un édifice était l'affaire importante, et ils ne
pensaient pas que le rôle de l'architecte cessât à la hauteur des
corniches. La composition des lucarnes avait dû nécessairement fixer
leur attention, puisque ces parties importantes des combles se
détachaient sur le ciel et contribuaient ainsi à l'aspect monumental des
édifices. Nous devons observer, d'ailleurs, que cette tradition s'est
maintenue pendant les XVIe et XVIIe siècles; car beaucoup de châteaux de
la Renaissance, du temps de Henri IV et de Louis XIII ont conservé des
lucarnes composées avec soin, souvent fort richement décorées de
sculptures et de statues, et prenant, dans la disposition des façades,
la plus grande place.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]

     [Note 120: D'une maison de Beauvais du XIIIe siècle, démolie
     aujourd'hui.]



LUNETTE, s. f. Oeil circulaire ménagé au centre d'une voûte d'arête, en
guise de grande clef, pour le passage des cloches.


M


MÂCHICOULIS, s. m. Trous carrés ou larges rainures pratiquées
horizontalement le long du chemin de ronde d'une tour ou d'une courtine,
et permettant d'en défendre le pied en laissant tomber des pierres, des
pièces de bois ou des matières brûlantes. Les mâchicoulis existaient
dans les hourds de bois que l'on élevait sur les remparts dans les
premiers temps du moyen âge et jusqu'au XIIIe siècle (voyez HOURD). Mais
les hourds étant souvent incendiés par les assiégeants, on les remplaça,
vers la fin du XIIIe siècle, par des chemins de ronde de pierre bâtis en
encorbellement au sommet des murs et tours, et percés de trous
rapprochés par lesquels on laissait tomber sur l'assaillant des
matériaux de toute nature, de l'eau bouillante, de la poix chauffée,
etc. Nous avons vu, à l'article _Hourd_, comment au château de Coucy
déjà, c'est-à-dire au commencement du XIIIe siècle, on avait remplacé
les solives en bascules des hourdages en bois par des consoles en
pierre. Cependant, dès cette époque, on avait établi de véritables
mâchicoulis de pierre au sommet de quelques édifices, notamment sur
l'une des dépendances de la cathédrale de Puy-en-Vélay, dépendance dont
la construction remonte au XIIe siècle. Cette belle bâtisse, connue dans
le pays sous le nom de Bâtiment des mâchicoulis, mérite une mention
toute particulière, car c'est une des plus remarquables constructions
militaires que nous possédions en France, une défense importante et
solide placée au-dessus d'une grande salle voûtée en berceau
tiers-point, défense qui peut contenir deux cents hommes et couvrir de
projectiles tout le flanc sud de la cathédrale, entre celle-ci et le
rocher de Corneille. C'était comme un ouvrage avancé pour le château qui
couronnait ce rocher, arrêtant les assaillants sur le seul point où il
était abordable, et masquant absolument le cloître et ses dépendances.
Dans l'origine, c'est-à-dire au XIIe siècle, la grande salle qui servit
longtemps de salle des États provinciaux était couverte immédiatement
sur la voûte en berceau par une double pente en tuiles posées à bain de
mortier. Au XIIIe siècle, on surmonta cette salle de la défense dont
nous donnons ici le plan (1). On n'arrivait à cette défense que par un
passage étroit, communiquant à la porte A. Devant des contre-forts B
s'ouvrent des mâchicoulis C, d'autres mâchicoulis D défendent le nu des
murs entre ces contre-forts. Des piles E posées sur les contre-forts en
arrière des mâchicoulis et d'autres piles F élevées sur le mur donnant
vers le cloître portent des filières sur lesquelles reposent les fermes
qui soutiennent la couverture abritant toute la surface du bâtiment. Aux
deux extrémités sont des pignons.

La coupe transversale, faite sur _a b_ (2) indique en A la grande salle
des États; en B, les contre-forts. On voit comment sont disposés les
mâchicoulis, dont le crénelage C est porté sur des arcs reposant sur des
encorbellements. Un parapet D garantissait les défenseurs contre les
traits lancés du dehors. Les meutrières sont percées dans les ventrières
des créneaux et non dans les merlons, ainsi que l'indique le plan et la
coupe. Par suite de la disposition des piles, la défense était
complétement indépendante de la charpente. La face extérieure du
crénelage donne la figure 3. Les mâchicoulis sont solidement construits
au moyen d'arcs bandés sur des assises en encorbellement. On observera
la construction intéressante des grands mâchicoulis entre les
contre-forts, dont les arcs jumeaux sont surmontés d'un arc de décharge
qui soulage l'encorbellement du milieu. Au droit de chaque contre-fort,
les chevrons de la charpente font saillie afin d'abriter les petits
mâchicoulis. Toute cette construction est faite en belles pierres
d'appareil de lave, et il semble qu'elle date d'hier. Son effet
extérieur est saisissant. Ces mâchicoulis, en façon de larges rainures,
appartiennent particulièrement aux provinces méridionales et ont précédé
de près d'un siècle les mâchicoulis du nord qui consistent en une suite
de trous carrés ménagés entre des consoles. Nous verrons tout à l'heure
des mâchicoulis en forme de rainures dans des défenses du XIVe siècle,
appartenant à la cathédrale de Béziers.

Les mâchicoulis de la grande salle du Puy ne sont pas d'ailleurs les
seuls de ce genre que l'on trouve en Auvergne. L'église de Royat, près
de Clermont, est couronnée par des mâchicoulis dont le style et la
construction méritent d'être étudiés. Alors, les architectes chargés de
diriger des travaux militaires ne croyaient pas que la laideur ou la
vulgarité des formes fût une des conditions du programme imposé, sous le
prétexte de tout sacrifier à l'utile. Parce que l'art entrait pour
quelque chose dans leur composition, ces défenses ne perdaient rien de
leur force; souple, prêt à satisfaire à tous les besoins et même à les
indiquer, l'artiste savait plaire aux yeux par l'étude attentive et
vraie des moindres détails. Certes, dans des travaux destinés à la
défense d'une place ou d'un poste, quand l'art, comme chez les Chinois,
intervient pour sculpter ou peindre, sur les créneaux, des monstres
hideux, destinés à épouvanter les assaillants, on peut rire de ses
inspirations; mais quand, au contraire, loin de s'amuser à ces
puérilités, l'art, se soumettant à toutes les exigences de la défense,
sait donner aux moindres détails une forme belle, indiquant clairement
leur destination; quand il ne cherche autre chose que la structure la
mieux raisonnée, la plus solide, on peut admettre qu'il est bon de lui
laisser prendre sa place. Or, il est donné à l'art seul d'exprimer par
des formes convenables tous les besoins, même les plus vulgaires, et
nous ne verrions nul inconvénient à ce que, dans nos défenses modernes,
l'aspect extérieur fût d'accord avec la réalité[121]. Couronner
aujourd'hui une porte, une caserne, un ouvrage défendu par des
mâchicoulis, cela serait ridicule; mais il l'est tout autant, au moins,
de donner à ces ouvrages militaires l'aspect d'un hôtel, de les entourer
de pilastres romains, de les terminer par des corniches profilées
suivant les règles de Vignole, et de border leurs baies de chambranles
empruntés aux traités d'architecture qui remplissent les étalages des
marchands de gravures. Tous les exemples des diverses parties de
l'architecture du moyen âge que nous donnons dans cet ouvrage font assez
voir que chacune de ces parties remplit exactement une fonction, et
qu'on ne saurait confondre un détail d'un édifice militaire avec un
détail d'un édifice civil ou religieux. Chaque monument conserve une
physionomie qui lui est propre, chaque détail s'accorde avec la partie
du programme qui l'a commandé, et plus le programme tend à imposer une
certaine forme nécessitée par un besoin défini, impérieux, et plus
l'architecture donne à cette forme un caractère accentué. Nous en aurons
la preuve une fois de plus ici, si l'on veut bien nous suivre dans notre
étude sur les mâchicoulis.

Voici (4) quelle est la disposition des mâchicoulis couronnant l'église
de Royat. En A on voit le mâchicoulis en coupe; il est présenté de face
en B. Cette construction appartient à la première moitié du XIIIe
siècle; elle se compose d'une suite d'arcades portées sur des consoles.
Entre chaque contre-fort de l'édifice, on compte quatre arcades.
L'architecte, ayant compris que les angles, plus encore que les faces,
avaient besoin d'être protégés par des mâchicoulis, a adopté une
disposition d'encorbellements C qui permettent aux merlons de suivre
leurs plans, et qui laissent à chacun de ces angles un large mâchicoulis
en équerre. Le détail des consoles est tracé dans la figure 5, de profil
en B et de face en C. On voit ici percer le goût de l'artiste, car ces
consoles sont galbées de la manière la plus heureuse. Mais si nous nous
rapprochons des provinces du nord, les mâchicoulis ne se présentent
guère qu'à la fin du XIIIe siècle. La facilité de se procurer du bois et
aussi le grand relief des fortifications de ces contrées permettaient de
conserver le système des hourds plus longtemps. Les défenses de
Carcassonne, par exemple, qui ont été élevées par Philippe le Hardi vers
1285, ne présentent nulle part de traces de mâchicoulis, bien qu'il y en
eût déjà dans les provinces du centre et du midi, et que ces défenses
fussent établies avec un grand luxe de précautions défensives: mais
Carcassonne était alors entourée, de vastes forêts, et ses remparts
avaient été élevés par des architectes du nord.

Vers la même époque, en Bourgogne, où la pierre calcaire est abondante,
belle et solide, nous voyons poindre les mâchicoulis. Il en existe déjà
au sommet de la tour du château de Montbard; mais ces mâchicoulis ne
sont point continus, ils ne forment que des sortes d'échauguettes
saillantes sur chacune des faces de cette tour, dont le plan, est un
carré terminé par trois pans coupés. Ces mâchicoulis défendent donc les
faces et non les angles. Nous en présentons en A (6) le plan; en B, la
face intérieure; en C, la face extérieure; en D, la coupe sur _a b_; en
E, la face latérale sur _c d_, et en F, la section, sur _m n_. Ces
mâchicoulis sont couverts et présentent, à l'extérieur, l'aspect d'un
merlon saillant porté sur des corbeaux, percé d'une meurtrière en forme
de quatre-feuilles. Les jouées et la face de cette logette saillante
sont construites au moyen de trois dalles de 0,20 c. d'épaisseur; le
chaperon est fait de deux pierres. Le trou du mâchicoulis est presque à
la hauteur des ventrières des créneaux, de sorte qu'il fallait
nécessairement soulever les projectiles que l'on voulait laisser tomber
sur l'assaillant. Quant aux merlons posés entre ces mâchicoulis, ils
sont couronnés de pinacles, percés de meurtrières dans les faces longues
et armés de crochets en fer, ainsi que les jouées des mâchicoulis,
destinés à suspendre des volets de bois. Une figure perspective (7) fera
saisir l'ensemble de ce système de défense. Cette construction est faite
de beaux matériaux que le temps n'a pas altérés. Les pinacles seuls ont
été jetés bas; nous ne les avons pu restaurer qu'au moyen de fragments.

Il est clair que les assaillants placés en O, à la base de la tour (voir
le plan, figure 6), ne pouvaient guère être atteints par les projectiles
tombant de ces mâchicoulis; mais il faut dire que cette tour est élevée
sur un escarpement de rochers et que l'assiégé comptait sur les
ricochets. On ne tarda pas cependant à chercher un système de
mâchicoulis continus pouvant battre toute l'étendue des remparts, et
ceux-ci furent, à leur base, disposés en prévision des effets produits
par la chute des projectiles, ainsi que cela avait été tenté déjà pour
les hourds (voyez ce mot). On voulut aussi que les mâchicoulis pussent
battre les angles saillants. Mais ces perfectionnements ne furent
introduits dans l'art de la fortification des places et châteaux que
vers le milieu du XIVe siècle. On voit des mâchicoulis de cette époque
fort bien établis au sommet de la tour du château de Beaucaire. Le plan
de cette tour, ou plutôt de ce donjon, donne la figure ci-contre (8),
présentant vers l'extérieur de la forteresse le bec saillant A.

Bien que ce bec domine un escarpement de rocher considérable et qu'il
soit plein, cependant il est couronné par la rangée de mâchicoulis qui
pourtourne l'ouvrage. En plan (9), les consoles de ces mâchicoulis
biaisent pour arriver à former deux lignes parallèles à la pointe, ainsi
que l'indique le tracé A. Le bec est donc dominé par un créneau
perpendiculaire à son axe et par deux trous de mâchicoulis
triangulaires; il est défendu. Nous en présentons en B la vue
perspective. Le profil C est pris sur l'axe d'une arcature de
mâchicoulis. On remarquera la saillie D, ménagée en contre-bas des
consoles, et qui était destinée à empêcher les projectiles E, tombant
par les trous, de ricocher le long des aspérités des parements, ce qui
les eût fait dévier de leur ligne verticale de chute; or, la ligne
verticale de chute était calculée avec grand soin par les constructeurs
militaires, elle venait toujours rencontrer un talus qui faisait décrire
à ces projectiles une certaine parabole en raison de leur poids et de la
hauteur de la muraille. Si l'assaillant venait se loger au pied même du
rempart, il pouvait facilement se garantir des projectiles tombant
verticalement au moyen d'un pavois bardé de fer et rembourré d'étoupes,
mais il lui était bien plus difficile de parer des coups arrivant
obliquement; d'ailleurs, ces coups empêchaient les approches. Afin
d'être assurés de l'effet des projectiles tombant à travers les
mâchicoulis, les assiégés avaient le soin de les faire tailler. Dans des
siéges longs et lorsque les approvisionnements venaient à manquer, on
jetait par les mâchicoulis tout ce qui se trouvait sous la main,
morceaux de bois, tuiles, cailloux, moellons. Mais si la place était
bien munie, les projectiles propres à la défense par les mâchicoulis
étaient faits de pierres lourdes, sphériques et d'un diamètre régulier;
alors seulement on pouvait être assuré de leur effet[122]. Donc si l'on
veut étudier des mâchicoulis, il faut en même temps observer
l'inclinaison des talus inférieurs des murailles, car ces talus sont
commandés par la hauteur de cette muraille, par la saillie des
mâchicoulis et par la nécessité de battre tel point du fossé, ou de
l'escarpe, ou du terre-plein. Dans les fortifications du XIVe siècle et
du commencement du XVe, les mâchicoulis et les talus sont combinés
simultanément pour produire un certain effet imposé par les besoins de
la défense. Soit (10) en A la coupe du rempart avec mâchicoulis, le
rempart peu élevé au-dessus du fond du fossé G; il s'agit dès lors
d'empêcher l'assaillant de s'approcher assez pour pouvoir poser des
échelles, le talus formera un angle accusé avec le nu du mur vertical,
alors les projectiles seront renvoyés loin du point H (pied du talus) et
rouleront en ressautant au fond du fossé. Plus le projectile sera lourd
et plus la parabole IK se rapprochera de la ligne droite et s'éloignera
du point H. Si l'ennemi arrive au point H, des projectiles d'un poids
médiocre pourront l'atteindre. S'il comble partie du fossé et qu'il
arrive au niveau L, il reçoit le projectile obliquement et dans toute sa
force.

En supposant que les remparts B sont assez élevés pour ne pas craindre
les échelades, le talus formera avec la verticale un angle plus obtus,
et le projectile viendra tomber obliquement près du pied du talus. En
supposant encore que le rempart est peu élevé au-dessus de la
contrescarpe du fossé, mais que celui-ci est profond (C), le talus sera
disposé de telle façon que le projectile le rasera dans toute la hauteur
à une faible distance. Si le rempart est construit sur un escarpement de
rocher (D), le talus sera tracé de maniène que le projectile viendra
tomber au pied de ce rocher afin d'en écarter les mineurs. Ceci fait
comprendre combien il était important d'avoir des projectiles sphériques
et d'un poids connu pour défendre le pied des remparts au moyen des
mâchicoulis, suivant la nature de l'attaque, et comment la section des
talus devait être tracée en raison de la nature des lieux. Or, si nous
savons aujourd'hui que les officiers du génie calculent avec précision
les angles des bastions et la coupe des remparts pour obtenir certains
effets, nous pouvons être assurés qu'au XIVe siècle les architectes
militaires n'apportaient pas moins de soin et de calcul dans le tracé de
leurs constructions, ce qui ne les empêchait pas de donner aux corbeaux
de leurs mâchicoulis, aux chaperons de leurs créneaux et à tous les
détails de ces constructions, des proportions heureuses et des profils
d'un beau caractère.

Cependant nous avons vu, à l'article HOURD, que les chemins de ronde en
charpente avec mâchicoulis étaient couverts. Il fallait, en effet,
abriter les défenseurs placés sur ces chemins de ronde, derrière les
crénelages, contre les projectiles lancés à toute volée par les
assaillants; on se mit donc à couvrir aussi les mâchicoulis de pierre,
comme on avait couvert les hourds, par des combles en charpente, mais à
demeure cette fois. Les mâchicoulis de ce genre les plus remarquables
qui existent en France sont certainement ceux du château de Pierrefonds;
ils datent de 1400. Nous y reviendrons tout à l'heure.

Il est nécessaire, avant de nous occuper de ces sortes de mâchicoulis,
de parler de ceux des remparts d'Avignon, élevés vers le milieu du XIVe
siècle, et qui présentent certaines particularités dignes d'attention,
comme, par exemple, les retours d'équerre sur les tours, les consoles
d'angle, les mâchicoulis ressautants, etc. Les mâchicoulis des remparts
d'Avignon n'ayant jamais été destinés à être couverts et étant surmontés
d'un simple crénelage, afin d'éviter la bascule les constructeurs ont
donné aux encorbellements un assez grand nombre d'assises de manière à
charger la queue de chaque corbeau. Ainsi (11), soit en A l'angle d'une
tour, il y aura des corbeaux diagonaux en B, lesquels, suivant la coupe
_c d_, donneront le profil D possédant six assises de corbeaux; les deux
encorbellements C seront légèrement biais pour obtenir des arcs BC égaux
aux arcs CF, les encorbellements C et F n'auront que cinq assises (voir
le profil E fait sur _e f_). En élévation, cet angle présentera le tracé
G, qui explique pourquoi l'encorbellement d'angle B, étant plus long que
les autres, prend une assise de plus en contre-bas. Les arcs des
mâchicoulis voisins de l'angle pénètrent cet encorbellement diagonal. En
_g_ est figuré, en perspective, l'assise _g'_; en _h_, l'assise _h'_; en
_i_, l'assise _i'_; en _l_, l'assise _l'_. Ces pierres, étant chargées à
la queue par le massif O (voir les coupes D E), ne peuvent basculer sous
le poids du crénelage. Les échauguettes flanquantes et les tours étant
plus élevées que les courtines, le chemin de ronde devient un
emmarchement et les mâchicoulis ressautent ainsi que l'indique le figuré
L; chaque marche _m_ est percée de son mâchicoulis (voyez le profil P
fait sur la ligne _r h_). On voit au palais des Papes, à Avignon, des
mâchicoulis obtenus au moyen de grands arcs qui reposent sur des
contre-forts. Ces mâchicoulis donnaient de longues rainures par
lesquelles on pouvait jeter non-seulement des pierres, mais des pièces
de bois en travers (voyez ARCHITECTURE MILITAIRE, figure 40); ils
avaient l'inconvénient de ne pas battre le devant de ces contre-forts et
de laisser ainsi des points accessibles aux assaillants. Ce système n'a
guère été employé par les architectes militaires des provinces du nord;
ceux-ci ont admis de préférence le système des mâchicoulis continus.
C'est, en effet, dans les oeuvres des architectes septentrionaux qu'il
faut toujours aller chercher les défenses les plus sérieuses; beaucoup
de fortifications du midi de la France et de l'Italie semblent faites
plutôt pour frapper les yeux que pour opposer un obstacle formidable aux
assaillants, et dans ces contrées souvent les mâchicoulis sont une
décoration, un couronnement, non point une défense efficace.

Nous l'avons dit tout à l'heure, les mâchicoulis ne se défendent bien
que s'ils sont couverts comme l'étaient les hourds. Examinons donc les
mâchicoulis du château de Pierrefonds. Ceux-ci formaient une ceinture
non interrompue au sommet des tours et courtines; ils étaient
non-seulement couverts, mais encore surmontés d'un crénelage qui
commandait les approches au loin. Voici (12) comment étaient disposés
ces mâchicoulis. En A, nous donnons le plan d'une section de chemin de
ronde des tours prise au niveau _a_. Les trous des mâchicoulis sont
tracés en _b_. En B est figurée la coupe de toute la défense et en C sa
face extérieure développée. Les chemins de ronde D, avec leurs
mâchicoulis, sont couverts par les combles en appentis G. De distance en
distance, des lucarnes E, posées sur le mur du chemin de ronde, en face
des fenêtres F, éclairent les salles I. En K est le crénelage supérieur.
Les queues des assises des corbeaux L, profondément engagées dans la
maçonnerie, sont chargées par le gros mur, afin de maintenir la bascule.
Les linteaux M sont appareillés en clausoirs entre chaque corbeau, ainsi
que l'indique le tracé extérieur; les sommiers O sont donc taillés
conformément au tracé perspectif O'; ainsi aucune chance de rupture dans
la construction. Un démaigrissement du parement entre chaque corbeau
laisse en P une arête saillante qui empêche les traits lancés du bas de
remonter en ricochant dans le chemin de ronde par les trous des
mâchicoulis. À la base des tours et courtines, un talus prononcé fait
ricocher les projectiles jetés par les trous, ainsi que l'indique la
figure 10. C'était là une défense sérieuse et combinée d'une manière
tout à fait remarquable lorsque les armées ne possédaient pas encore
d'artillerie à feu, et lorsque les chemins de ronde étaient assez élevés
au-dessus du sol pour que leurs murs et leurs couvertures n'eussent rien
à craindre des machines de jet tels que les mangonneaux, les pierriers
et trébuchets. Sans modifier en rien ce système, vers le milieu du XVe
siècle, on voulut donner aux mâchicoulis, à l'extérieur, un aspect moins
sévère; quelquefois on les décora. Tels sont, par exemple, les
mâchicoulis posés au-dessus de la porte du beau château du roi René, à
Tarascon (13). À la fin du XVe siècle, les progrès de l'artillerie à feu
firent renoncer à ce moyen de défense; cependant on figura encore, par
tradition du moins, des mâchicoulis au sommet des tours des châteaux.

On établit quelquefois des mâchicoulis sur le couronnement des églises
lorsqu'on jugeait que celles-ci pouvaient être investies; c'est ainsi
que sur l'abside de la cathédrale de Béziers, entre les contre-forts, et
pour défendre les fenêtres contre une escalade, on a construit vers le
commencement du XIVe siècle des mâchicoulis terminés par un parapet avec
crénelages à jour en forme de balustrade. Ce monument, placé sur le
point culminant de la ville et se reliant aux fortifications, était
considéré comme une citadelle, et de tout temps il avait été garni de
crénelages (voy. CRÉNEAU). Lors de la reconstruction de son abside,
après les guerres des Albigeois, on ne fit donc que se conformer à une
tradition. Voici (14) une vue extérieure de l'un de ces mâchicoulis du
chevet: en A est tracée la coupe de la défense. Ajoutons que les
fenêtres sont garnies de grillages très-serrés et qui présentaient un
obstacle suffisant pour arrêter les assaillants à l'aplomb des rainures
des mâchicoulis. Nos corniches à grandes consoles, nos balcons en
saillie portés sur des corbeaux sont encore une dernière trace de ces
mâchicoulis si fréquents dans les habitations seigneuriales des XIVe et
XVe siècles. Pour terminer, disons que les trous des mâchicoulis des
fortifications du nord de la France ont des dimensions évidemment
réglementaires; ils forment un carré qui varie de 0,33 c. (1 pied) à
0,40 c. (15 pouces): aussi les projectiles destinés à couler dans ces
trous pouvaient-ils être indifféremment portés dans telle ou telle place
forte; ce qui était un point important.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]
[Illustration: Fig. 12.]
[Illustration: Fig. 13.]
[Illustration: Fig. 14.]

     [Note 121: Combien est-il de nos casernes casematées qui ont
     l'apparence de maisons de carton? Telles qu'elles sont, nous
     admettons qu'elles résisteraient parfaitement aux effets des
     bombes; mais à voir, à l'extérieur, leur maigre structure,
     personne ne leur prête les qualités robustes qu'elles
     possèdent.]

     [Note 122: Il n'y a pas à douter que les projectiles destinés
     aux mâchicoulis fussent taillés d'avance et sphériques. Nous
     avons trouvé une énorme quantité de ces balles de pierre dans
     des constructions antérieurement à l'emploi de l'artillerie à
     feu, et ce qui est plus probant, on en voit souvent qui sont
     restés engagés dans des trous de mâchicoulis trop étroits
     pour les laisser passer.]



MAÇONNERIE, s. f. Toute construction dans laquelle il entre de la pierre
ou du moellon, de la brique, du mortier ou du plâtre (voy.
CONSTRUCTION).



MAIN-COURANTE, s. f. Couronnement d'une rampe d'escalier (voyez
ESCALIER).



MAISON, s. f. _Meson_, _hostel_; (petite maison) _borde_, _bordel_,
_abitacle_. Il faut distinguer les maisons des villes des maisons des
champs, mais ces dernières ne sauraient être confondues avec les
manoirs. La véritable maison des champs est celle du colon, du paysan,
de la famille attachée à la terre seigneuriale. Quant aux maisons des
villes, celles des seigneurs ont un caractère particulier. Nous les
rangeons dans les palais ou les hôtels[123]. Il est vrai que, jusqu'au
XIIe siècle, la noblesse n'habitait guère les villes, et les moeurs des
conquérants du sol des Gaules se conservèrent longtemps chez leurs
descendants.

Les habitations des Gallo-Romains ne purent être modifiées immédiatement
après les invasions des Ve et VIe siècles. Les nouveaux possesseurs du
territoire ne songèrent pas, vraisemblablement, à faire bâtir des
maisons sur une forme nouvelle, ils occupèrent les _villæ_ romaines;
car, vivant aux champs plus volontiers que dans les cités, s'ils y
faisaient construire des habitations pour leurs colons ou leurs serfs,
ces maisons devaient nécessairement conserver la forme consacrée par une
longue habitude.

Dans l'art de l'architecture, la maison est certainement ce qui
caractérise le mieux les moeurs, les goûts et les usages d'une
population; son ordonnance, comme ses distributions, ne se modifie qu'à
la longue, et si puissants que soient des conquérants, leur tyrannie ne
va jamais jusqu'à tenter de changer la forme des habitations du peuple
conquis; il arrive au contraire que l'envahisseur se plie, en ce qui
concerne les habitations, aux usages du vaincu, surtout si celui-ci est
plus civilisé. Cependant le nouveau venu introduit peu à peu dans ces
usages des modifications qui tiennent à son caractère et à ses
traditions; il s'établit un compromis entre les deux principes en
présence et, un siècle ou deux écoulés, l'habitation laissée par le
premier possesseur du sol s'est peu à peu transformée. Toutefois il ne
faudrait pas croire que ces transformations soient telles qu'elles ne
laissent subsister des traces très-apparentes des habitudes et par
conséquent de la structure primitives. Dès les premiers siècles du moyen
âge, c'est-à-dire pendant l'époque carlovingienne, la demeure des champs
du Français prend un caractère de défense. Quant à la maison des villes,
occupant un espace plus étroit par suite de la nécessité où l'on se
trouvait d'enceindre ces villes de murailles, elle dut nécessairement
abandonner, dans bien des circonstances, les dispositions étendues à
rez-de-chaussée pour superposer des étages afin de trouver en hauteur
l'espace qui lui manquait en surface. Si les Romains n'employaient pas
le bois à profusion lorsqu'ils construisaient des maisons pour eux, il
est certain que les populations des Gaules ne cessèrent jamais de se
servir de cette matière: peut-être donnèrent-elles, pendant la
domination romaine, une importance plus grande aux constructions en
maçonnerie; mais, sous l'influence des invasions du nord, elles
reprirent certainement les constructions de bois sans difficultés.

En effet, l'art de la charpente, l'emploi exclusif du bois dans la
construction n'appartient qu'aux races indo-germaniques. Le bois enrichi
de peintures joue un rôle important dans la construction de l'époque
mérovingienne, et les incendies fréquents qui détruisirent des villes
tout entières pendant les premiers siècles du moyen âge témoignent assez
de l'emploi presque exclusif de la charpente dans les constructions
privées.

De ces habitations antérieures au XIe siècle, il ne reste rien
aujourd'hui; on ne peut donc s'en faire une idée qu'en recueillant les
renseignements laconiques donnés par les écrivains, les vignettes de
manuscrits, fort imparfaites, et quelques bas-reliefs. Mais, si vagues
que soient ces documents, ils n'en sont pas moins concluants sur un
point important, à savoir que les maisons des premiers temps du moyen
âge étaient faites de bois, que ces constructions de bois étaient un
mélange de charpenterie et d'empilages de pièces assemblées aux angles;
et ce point mérite toute notre attention. Expliquons-nous. Il y a deux
manières de construire en employant exclusivement le bois: ou l'on peut
empiler les uns sur les autres des troncs d'arbres équarris en les
embrévant aux retours d'équerre; ou l'on peut, par des combinaisons plus
ou moins ingénieuses, en se servant du bois tantôt comme support rigide,
tantôt comme chaîne, tantôt comme décharge, tantôt comme simple
remplissage, obtenir des pans de bois d'une extrême solidité,
très-légers et permettant d'élever les constructions à de grandes
hauteurs. La première de ces méthode n'exige pas de la part des
constructeurs de grands efforts d'intelligence; nous la voyons suivie
encore chez les peuples slaves, tandis que la seconde n'appartient
qu'aux races blanches pures; nous la voyons pratiquée à l'origine chez
tous les peuples descendus des plateaux septentrionaux de l'Inde, chez
les Scandinaves, chez les Francs, chez les Normands. Les renseignements
que l'on peut réunir sur les habitations des époques mérovingienne et
carlovingienne nous laissent voir quelques traces de la méthode des
constructions de bois, par empilage, une connaissance assez développée
de la construction de bois de charpente assemblés et des traditions
gallo-romaines.

À l'époque où nous pouvons commencer à recueillir des fragments
d'habitations françaises, c'est-à-dire à la fin du XIe siècle, nous
constatons encore la présence de ces influences diverses, tenant d'une
part à la civilisation latine, de l'autre aux traditions
indo-germaniques plus ou moins pures. Il se produit même, dans l'art de
la construction des maisons en France, au moyen âge, des oscillations
singulières qui dépendent de la prédominance du caractère gaulois ou
germain sur les restes de la civilisation latine, ou de celle-ci sur les
traditions locales et sur les goûts des envahisseurs transrhénans.

Ainsi, au XIIe siècle, pendant le plus grand développement de l'institut
monastique clunisien et cistercien, dans les villes où domine
l'influence de nos abbayes, la maison est construite en maçonnerie, la
tradition romaine résiste à l'influence du nord; tandis que dans les
villes plus indépendantes ou immédiatement placées sous le pouvoir
royal, la maison de bois tend chaque jour à remplacer la maison de
pierre. Le plus ou moins d'abondance de l'une de ces deux matières, à
proximité des centres de population, bois ou pierre, n'avait pas une
influence décisive sur le système de construction adopté.

Pour ne pas sortir des limites de cet ouvrage, nous devons nous borner à
signaler ce fait, dont nous essayerons ailleurs de donner l'explication.

     [Note 123: Voir, pour les hôtels, la fin de l'article sur les
     maisons des villes.]



MAISONS DES VILLES.--La rareté du terrain, dans les villes ou bourgades
fermées, obligeait les constructeurs à élever plusieurs étages au-dessus
du rez-de-chaussée. Si à Rome, dans l'antiquité, les maisons possédaient
un grand nombre d'étages superposés, il ne paraît pas que cette méthode
fût suivie dans les villes provinciales. À Pompeï, les maisons n'ont
qu'un rez-de-chaussée, à très-peu d'exceptions près; les peintures
antiques indiquent rarement des habitations composées de plusieurs
étages. Au contraire, dès l'époque mérovingienne, les maisons urbaines
possèdent un ou plusieurs étages au-dessus du rez-de-chaussée; les
auteurs mentionnent souvent leurs étages, et les représentations
sculptées ou peintes nous les montrent plutôt dans la forme de tours ou
de pavillons élevés que comme des logis juxtaposés. Grégoire de Tours
signale des maisons à plusieurs étages: «Priscus, dit-il, avait ordonné,
au commencement de son épiscopat, que l'on exhaussât les bâtiments de la
maison épiscopale[124].»... «Le duc Beppolen étant à table dans une
maison à trois étages, tout à coup le plancher s'écroula[125]...»

Les maisons mérovingiennes, dont il reste des traces nombreuses dans le
nord de la France, se composent habituellement d'une cave en maçonnerie
non voûtée, surmontée de constructions de bois; leur périmètre est petit
et les logements devaient nécessairement être superposés. C'est d'après
ce programme que paraissent avoir été construites les maisons dont nous
donnons ici (1 et 2) les copies. La figure 1 indique évidemment une
construction de bois; mais il faut dire qu'elle se trouve sur un
chapiteau de l'église primitive de Vézelay, antérieure à l'établissement
de la commune; tandis que, dans cette même localité, on voit encore de
nombreux fragments de maisons de pierre du commencement du XIIe
siècle[126]. En effet, Aug. Thierry, dans ses _Lettres sur l'histoire de
France_[127], en racontant les phases de l'établissement de la commune
de Vézelay, signale cette tendance des citoyens émancipés à s'entourer
des signes extérieurs de leur affranchissement. «Ils élevèrent autour de
leurs maisons, chacun selon sa richesse, des murailles crénelées... L'un
des plus considérables parmi eux, nommé Simon, jeta les fondements d'une
grosse tour carrée...» La figure 2 présente une particularité qu'il ne
faut pas omettre, c'est un escalier extérieur; nous verrons en effet que
ces escaliers extérieurs, ou grands perrons, jouent un rôle important
dans les habitations des XIe et XIIe siècles. La tapisserie de Bayeux
nous montre Harold et ses compagnons banquetant dans une maison au
moment de leur passage en Normandie. La salle du banquet est située au
premier étage sur un rez-de-chaussée formé d'arcades; un perron descend
de cette salle supérieure au bord de la mer. Ce rez-de-chaussée est
évidemment construit en maçonnerie, tandis que le premier étage paraît
être un ouvrage de charpenterie.

On retrouve cette disposition des escaliers extérieurs dans des
manuscrits grecs du VIIIe siècle (voy. PERRON), et nous la voyons se
perpétuer jusqu'au XVIe siècle. Signalons ce fait important: c'est qu'en
France, pendant la première période du moyen âge et jusqu'au XIIe
siècle, il semble que dans les habitations privées on ait maintenu les
traditions de l'antiquité gallo-romaine pour le rez-de-chaussée, et que
l'on ait adopté les habitudes introduites par les peuples venus du nord
pour les étages supérieurs. Il se pourrait bien, en effet, qu'après
l'invasion, les nouveaux conquérants aient conservé bon nombre de ces
habitations de ville ou de campagne gallo-romaines, et que sur les
rez-de-chaussées qui les composaient ils aient fait élever, en
charpenterie, des salles et des services dont ils avaient besoin. On
aurait ainsi adopté depuis lors un système de construction résultant de
deux méthodes entées l'une sur l'autre par les habitudes de deux
civilisations ou plutôt de deux races différentes. Dans les maçonneries,
l'influence gallo-romaine se fait sentir très-tard, tandis que les
ouvrages de bois ont, dès l'origine, un caractère qui appartient
évidemment aux races du nord et qui ne rappelle point l'art de la
charpenterie des Romains. Cette superposition de deux systèmes de
constructions, issus de deux civilisations opposées, ne parvient qu'à
grand peine à former un ensemble complet, et, jusqu'à la fin du XIIe
siècle, on reconnaît que le mélange n'est point effectué.

L'école laïque du XIIIe siècle parvient à opérer ce mélange, parce
qu'elle abandonne entièrement les traditions romaines, et c'est
seulement à cette époque que les constructions privées prennent un
caractère véritablement français, homogène, adoptent des méthodes
logiques, en raison des matériaux mis en oeuvre. Il suffit de jeter les
yeux sur les manuscrits occidentaux des IXe, Xe et XIe siècles, sur
quelques sculptures d'ivoire de cette époque et même sur la tapisserie
de Bayeux, pour constater l'influence des traditions de constructions
gallo-romaines dans les maçonneries du rez-de-chaussée des habitations
et celle des constructions de bois indo-germaniques pour les
couronnements des palais et maisons, tandis que les églises affectent
toujours ou la forme de la basilique latine ou celle de l'édifice
religieux byzantin.

Évidemment, si les seigneurs et les citadins laissaient les moines
arranger l'architecture de leurs monastères à leur guise (et ceux-ci
étaient latins par tradition), ils exerçaient une influence sur les
constructeurs chargés d'élever leurs habitations, et malgré l'antipathie
qui existait entre les castes des conquérants venus d'outre-Rhin et les
vieux Gaulois devenus latins, il semblerait qu'au contact de ces races
plus pures, le Gallo-Romain se rappelait son origine, reprenait peu à
peu les goûts natifs, réagissait contre l'influence si longtemps subie
des arts romains et, dans ses habitations, se plaisait à composer un art
qui fût à lui. Aussi, au XIIe siècle déjà, les maisons des citadins ne
ressemblent nullement aux bâtiments d'habitation des monastères: c'est
un autre art, ce sont d'autres méthodes de construire; l'architecture
civile se forme avec l'établissement des communes, elle prend une allure
indépendante tout comme le château féodal qui, de son côté, s'éloigne de
plus en plus de la villa romaine aux traditions de laquelle les abbayes
seules restent fidèles. Il est toujours intéressant de voir comment,
chez les populations livrées à leurs instincts, les arts, et
l'architecture en particulier, reflètent les tendances des esprits.

Au XIIe siècle, l'architecture monastique, arrivée à son apogée, ne
progresse plus. Saint Bernard essaye de lui rendre la signification
qu'elle perd chaque jour, en lui imposant la simplicité comme première
condition; mais après lui, cet art puritain, qu'il a prétendu donner
comme type des établissements religieux, est entraîné dans le torrent
commun. L'architecture militaire féodale et l'architecture domestique au
contraire se développent avec une prodigieuse activité; les vieux restes
des arts romains sont décidément mis de côté, et les bourgeois, comme
les seigneurs, veulent avoir un art flexible qui se prête à toutes les
exigences des habitudes changeantes d'une société. Dès que le pouvoir
des établissements religieux s'affaiblit, l'esprit municipal et même
politique se révèle, et le siècle n'est pas encore achevé que tous les
travaux d'art et d'industrie sont entre les mains de ces gens de ville
qui, cinquante ans plus tôt, devaient tous demander aux couvents depuis
le plan du palais jusqu'aux serrures des portes.

Il serait du plus haut intérêt de posséder encore aujourd'hui
quelques-unes de ces maisons de ville du XIe siècle, c'est-à-dire de
l'époque où les traditions gallo-romaines, encore assez entières, et
gauloises primitives, se mélangeaient si étrangement avec les formes
d'architecture importées par les peuples du nord de la Germanie et par
les Normands. Nous n'avons sur ces temps que les documents
très-imparfaits donnés par les manuscrits; ils nous permettent,
toutefois, de constater la présence de ces ouvrages de bois qui n'ont
guère d'analogie qu'avec quelques anciennes charpenteries du Danemark,
du Tyrol et de la Suisse[128].

L'aspect de la maison de ville française de la fin du XIe siècle et du
commencement du XIIe ne rappelle pas la maison romaine. Les vues ne sont
plus prises, ainsi que dans la maison antique, sur des cours
intérieures, mais sur la voie publique, et la cour, s'il en existe,
n'est réservée qu'aux services domestiques. De la rue on entre
directement dans la salle principale, presque toujours relevée au-dessus
du sol de plusieurs marches. Si l'habitation a quelque importance, cette
première salle, dans laquelle on reçoit, dans laquelle on mange, est
doublée d'une arrière-salle qui sert alors de cuisine, ou, les jours
ordinaires, de salle à manger; les chambres sont situées au premier
étage. Mais un plan tracé nous évitera de trop longues explications.
Voici donc (3) le plan d'une de ces maisons du commencement du XIIe
siècle[129]. De la rue on monte à la salle A par un escalier
détourné[130] présentant un premier palier avec banc, puis un second
palier fermé devant la porte d'entrée qui est pleine.

Ce second palier est ou porté en encorbellement ou posé à l'angle
externe sur une colonnette; le dessous du palier ainsi suspendu sert
d'abri à la descente des caves. Celles-ci sont généralement spacieuses,
bien bâties, bien voûtées, avec colonnes centrales et arcs-doubleaux.
Quelquefois même il y a deux étages de caves, particulièrement dans les
pays vignobles. À côté de la porte d'entrée, qui est pleine et ferrée
lourdement, est une petite ouverture pour reconnaître les personnes qui
frappent à l'huis. De cette première salle, qui n'est habituellement
éclairée que par une fenêtre donnant sur le dehors et par la porte
lorsqu'il fait beau[131], on entre dans un dégagement B aboutissant à
l'escalier en limaçon qui monte au premier, et sous lequel on passe dans
la petite cour D intérieure, commune quelquefois à plusieurs habitations
et possédant un puits. C'est sur cette cour que s'éclaire
l'arrière-salle C servant de cuisine. Au premier, la distribution est la
même; la pièce du devant sert de chambre à coucher pour les maîtres, la
salle postérieure est réservée aux domestiques. Mais ce premier étage
est très-souvent construit en bois[132]. Son fenêtrage large occupe plus
de la moitié de l'espace et le tout est couvert par un toit saillant,
car le bâtiment, double à cette époque, ne présente que rarement son
pignon sur la rue. Le pan de bois de face du premier étage, fait en
grosses pièces, porté sur de très-fortes solives qui d'autre part
reposent sur le mur de refend, est hourdé en mortier entre les bois; sur
l'enduit sont tracés des dessins à la pointe. Le dessous de la saillie
des toits et le pan de bois lui-même sont peints de couleurs
tranchantes, jaune et noir, blanc et brun ou rouge, rouge et noir[133].
Nous donnons, au-dessous du plan, la vue de la façade de cette maison
romane.

Les distributions intérieures de la maison romane s'étaient sensiblement
éloignées de celles des maisons gallo-romaines et mérovingiennes; en
effet, on constate encore dans ces dernières la séparation de
l'appartement des femmes, tandis que la vie en commun est indiquée dans
la maison du XIe siècle. Grégoire de Tours mentionne encore des
gynécées: «On envoya, dit-il, Septimine dans le domaine de Marlheim
tourner la meule pour préparer chaque jour les farines nécessaires à la
nourriture des femmes réunies dans le gynécée[134].» Dans la maison
romane du XIIe siècle, la famille se réunit autour du même foyer. À
rez-de-chaussée, la grande pièce est la boutique, si le propriétaire est
un marchand; alors la salle est au premier étage. Cette salle sert de
chambre à coucher, de lieu de réunion; elle est vaste et contient le lit
du père, de la mère et des enfants en bas âge. Les apprentis ou
domestiques couchent dans le galetas élevé au-dessus du premier. Presque
toujours alors la cuisine est séparée du logis principal par une petite
cour; une galerie permet d'y arriver à couvert; une allée contenant un
degré droit flanque la boutique et donne entrée directement de la rue
dans la salle du premier étage. De cette salle on communique également à
l'étage au-dessus de la cuisine par une galerie. C'est d'après ce
système que sont élevées les maisons de la ville de Cluny qui datent du
XIIe siècle[135]. Nous donnons (4) le plan de l'une d'elles.

Le rez-de-chaussée A fait voir l'allée avec le degré droit en C, la
boutique en D, la galerie ou portique à jour en E, la cour en F, la
cuisine en H avec sa grande cheminée I. Un puits est en G. Le premier
étage, tracé en B, montre l'arrivée du degré en K, la salle en L, la
galerie à jour ou vitrée en N avec un petit degré pour monter aux
galetas, et une chambre en O. La coupe générale sur _ab_ de cette maison
est tracée dans la figure 5 en A, et l'élévation de la façade sur la rue
en B. Cette façade est encore aujourd'hui conservée jusqu'au niveau C,
l'étage du galetas ayant seul été détruit; quant aux bâtiments
postérieurs, il en reste à peine quelques traces. Les maisons du XIIe
siècle de la ville de Cluny sont mitoyennes, c'est-à-dire séparées par
des murs communs à deux propriétés, et bien que cette coutume soit
ordinaire dans la plupart des villes françaises, il est certaines
localités, particulièrement en Bourgogne, où les maisons des XIIe et
XIIIe siècles sont séparées par une ruelle étroite et possèdent par
conséquent chacune des murs latéraux indépendants. On peut reconnaître
que cette coutume existait également dans la plupart des _bastides_, ou
petites villes fermées, élevées d'un seul jet à la fin du XIIIe siècle,
sous la domination d'Édouard Ier, dans la Guienne. Mais les règlements
en vigueur concernant la plantation des maisons dans les villes de
France au moyen âge, leurs saillies sur la voie publique, la manière de
prendre les jours, les écoulements des eaux, variaient à l'infini,
chaque seigneur ayant établi une coutume particulière sur le territoire
soumis à sa juridiction. Il arrivait aussi que deux maisons étaient
accolées avec mur mitoyen intermédiaire, comble unique à deux égoûts sur
deux ruelles latérales.

On voit encore dans la petite ville de Montréale (Yonne) quelques
maisons construites d'après ce système, et une, entre autres, proche de
la porte du côté d'Avallon, qui est assez bien conservée. La fig. 6 en
reproduit le plan. Cette maison double paraît remonter aux premières
années du XIIIe siècle.

En A sont les entrées avec perrons et bancs de pierre; en B, les
descentes de caves donnant, suivant l'habitude bourguignonne, sur la
voie publique; en CC', les salles du rez-de-chaussée. En D sont deux
petites cours entourées d'appentis en bois ne s'élevant que d'un
rez-de-chaussée. La cage de l'escalier est commune, bien que ses rampes
soient séparées. De la salle C, on monte au premier en prenant le palier
E, et de la salle C' en prenant le palier F; ainsi, à l'étage supérieur,
la porte de l'escalier de la maison C est en G, et celle de la maison C'
est en H. En I est un puits commun. Sur la rue, cette maison double
présente la façade (7).

Les contre-forts antérieurs avec leurs encorbellements portent un balcon
au premier étage et la saillie du toit a deux égoûts avec pignon commun,
de sorte que les deux perrons, les deux descentes de caves et les deux
balcons sont abrités. Derrière ces habitations sont plantés de petits
jardins auxquels on arrive par les ruelles. Nous ne saurions dire si ces
jardins étaient communs à plusieurs maisons ou s'ils appartenaient
seulement à quelques-unes d'elles, car les clôtures de ces terrains ont
été depuis longtemps bouleversées; ils arrivaient en bordure le long de
l'ancien rempart.

Les ruelles d'isolement entre les maisons, qu'elles fussent simples ou
jumelles, avaient nécessairement amené les architectes à élever les murs
goutterots sur les ruelles et les pignons sur la rue. Ces ruelles, qu'en
langage gascon on appelle _endronnes_, existaient même parfois lorsque
les maisons formaient portique continu ou allée couverte sur la rue,
disposition assez fréquente dans les bastides françaises et anglaises
bâties aux XIIIe et XIVe siècles sur les bords de la Garonne, de la
Dordogne, du Lot et dans les provinces méridionales[136]. On conçoit
parfaitement pourquoi, s'il fallait laisser des ruelles entre les
propriétés, on réunissait deux lots pour profiter du terrain d'une
ruelle. De deux maisons, deux propriétaires n'en faisaient réellement
qu'une, avec mur de séparation dans l'axe du pignon. Toutefois cette
méthode est rarement employée.

Les ruelles entre les maisons n'ont quelquefois que la largeur d'un
caniveau, ainsi qu'on peut le constater encore dans la ville de
Montpazier, dont le plan général est d'une si parfaite régularité et
ordonnance (voyez ALIGNEMENT, fig. 1); mais alors ces maisons possèdent
deux façades, l'une sur une rue de 10 mètres de largeur, l'autre
postérieure sur une ruelle de 3 mètres environ[137]. Nous reviendrons
tout à l'heure sur ces habitations de la fin du XIIIe siècle.

Nous avons donné une maison de la ville de Cluny qui date du XIIe
siècle; dans notre article CONSTRUCTION, fig. 115, 116, 117 et 118, on
voit les élévations, plans et coupes d'une façade de maison de cette
même ville, construite vers la moitié du XIIIe siècle. Déjà les jours
sont plus larges, les étages plus élevés, la construction de pierre plus
importante et d'une apparence plus svelte. Dans quelques villes fermées
on élevait, au XIIIe siècle, des habitations à plusieurs étages dont les
façades étaient entièrement construites en pierre. Sur la place de la
petite ville de Saint-Antonin (Tarn-et-Garonne), qui possède une si
belle maison municipale du XIIe siècle (voy. HÔTEL DE VILLE), on voit
encore un assez grand nombre de maisons du XIIIe siècle d'une apparence
monumentale[138]. Ces maisons sont spacieuses, profondes, possédant des
façades assez étendues, remarquablement construites. Le rez-de-chaussée
est occupé par des magasins ou boutiques, le premier et le second étage
sont occupés sur la rue par une grande salle sur le devant avec un
escalier et petite salle annexe donnant sur une ruelle, comme à
Montpazier. Voici (8) la façade d'une de ces maisons donnant sur la
place de la ville.

Les arcades du rez-de-chaussée servaient de lieu de vente les jours de
marché, ainsi que cela se pratique encore dans beaucoup de localités.
Alors des rideaux étaient tendus sous les arcs pour abriter vendeurs et
acheteurs. Les grandes salles du premier et du second étage sont
éclairées largement par des arcatures continues, qui à l'intérieur
forment quatre fenêtres séparées par des trumeaux étroits. Au sommet de
la maison, sous le comble, est le galetas où habitaient les gens, où
l'on mettait les provisions. On observera que les pieds-droits des
fenêtres du premier et du second étage sont garnis, à la hauteur des
naissances, d'anneaux de fer avec crochets. Ces anneaux étaient destinés
à recevoir des perches auxquelles étaient fixées des bannes. Cet usage
s'est perpétué dans le midi de la France, en Italie et en Espagne. La
fig. 9 reproduit la disposition de ces bannes.

En A est un des anneaux-crochets scellés dans la maçonnerie. Les bannes
étaient divisées par travées, ainsi que les perches qui s'emmanchaient
l'une dans l'autre (voir le détail B). Des perches-étais C soulevaient
les extrémités des toiles dont le mouvement et le déversement étaient
maintenus par des cordelles passant dessous, en croix de saint André, et
venant se fixer par des anneaux aux crochets D. Une large pente froncée
tombait sur le devant, autant pour arrêter les rayons du soleil que pour
donner du poids à la partie inférieure de la banne et obliger ainsi les
perches-étais C à rester inclinées.

La petite ville de Cordes, entre Saint-Antonin et Gaillac, a conservé
presque toutes ses maisons qui datent des XIIIe et XIVe siècles et se
rapprochent, par leur style d'architecture et leurs dispositions
intérieures, de celle que nous venons de décrire. Mais ces villes des
bords de la Garonne, du Tarn, du Lot et de l'Aveyron, étaient
profondément pénétrées de l'esprit communal, ou plutôt n'avaient jamais
abandonné les traditions municipales de l'époque gallo-romaine; la
plupart ont conservé des restes d'habitations privées qui indiquent une
administration locale très-développée, une grande prospérité intérieure
et des habitudes de bien-être et même de luxe qui ont disparu depuis les
guerres de religion du XVIe siècle. Notre époque se laisse aller
volontiers au courant de certains préjugés qui flattent l'amour propre
et dispensent d'étudier bien des questions ardues, en ce qu'elles
demandent du temps et des recherches. Combien de fois n'a-t-on pas dit
ou écrit, par exemple, que les maisons des villes du moyen âge ne sont
que de pauvres bicoques, tristes, petites, obscures, inhabitables
enfin[139]? Certes, les vieilles maisons de Saint-Antonin, de Cordes, de
Saint-Yriex, de Montpazier, de Toulouse, de Périgueux, d'Alby, de
Mont-Ferrand, de Cluny, de Provins, de Bourges, de Laon, de Beauvais, de
Reims, de Soissons, de Dol, de Caen, de Chartres, de Dreux, d'Angers,
etc., ne sont que des petits édifices, si on les compare à nos hôtels
modernes de Paris, de Lyon ou de Rouen; mais il ne faut pas oublier que
la plupart de ces maisons anciennes, debout encore, n'existent que dans
des villes singulièrement déchues, que dans des villes de deuxième ou
troisième ordre, abandonnées aujourd'hui, alors riches et prospères,
quoiqu'elles fussent peu importantes si on les compare aux grands
centres de population de la même époque; que ces vieilles maisons, si on
les met en parallèle avec celles que l'on bâtit aujourd'hui dans ces
mêmes localités, sont incomparablement mieux construites, mieux
entendues et d'un aspect moins pauvre; qu'elles indiquent un état social
plus avancé, établi plus solidement, une prospérité moins fugitive, des
institutions municipales plus robustes. Il est évident que, établissant
un parallèle entre une des maisons de la petite ville de Cordes et
l'hôtel de M..., à Paris, on donnera le champ libre à la raillerie; mais
comparons une maison ancienne de Saint-Antonin avec une de celles qu'on
bâtit aujourd'hui dans la même localité; comparons l'hôtel de M... avec
l'hôtel de Sens ou l'hôtel de Trémoille, ou l'hôtel Saint-Pol, ou
l'hôtel de Cluny, ou même la maison de Jacques Coeur, à Bourges, qui
existe encore à peu près entière: de quel côté seront les rieurs?

Nous ne voulons point faire ici de la critique sociale, ni même de la
politique; nous parlons art. Or, c'est une étrange illusion de
confondre, quand il s'agit d'art, l'état civilisé avec le développement
intellectuel. De ce qu'une société est parfaitement policée, de ce
qu'elle a répandu des habitudes de _confort_ dans les dernières classes
de la société, cela ne dit point du tout qu'elle développe son
intelligence; cela ne fait pas surtout que la vie se répande dans tous
les rameaux du corps social. Si au XIIe siècle, si pendant les XIIIe et
XIVe siècles on bâtissait de grands édifices, et si les artistes
abondaient à Paris, à Rouen, à Lyon, à Reims, à Chartres, à Bourges, à
Tours, à Toulouse; dans la dernière petite ville, dans le dernier
village de France, on trouvait un art relativement aussi élevé: en
est-il ainsi aujourd'hui? Nous bâtissons de magnifiques palais à Paris,
à Lyon ou à Marseille; mais que fait-on dans les chefs-lieux de canton,
dans les villages? de pauvres constructions branlantes, mal conçues,
hideuses d'aspect, bien qu'elles affectent une certaine apparence de
luxe; des maisons incommodes, à peine abritées, cachant l'ignorance du
constructeur ou la mesquinerie du propriétaire sous des enduits que
chaque hiver fait tomber. Dans ces faibles bâtisses, non-seulement l'art
n'entre plus, mais le bon sens, la raison semblent en être exclus. Un
lambeau de vanité puérile apparaît seulement sur la façade symétrique ou
dans des intérieurs pauvrement luxueux. Nous sommes émerveillés de voir
dans une petite ville antique comme Pompéï de méchantes maisons bâties
en briques revêtues d'enduits présenter cependant des exemples d'un art
délicat; mais nous possédions, au moyen âge, ce même privilége de mettre
de l'art dans tout. Les maisons de Pompéï ne seraient guère
_confortables_ pour nous, gens du XIXe siècle; celles du XIIIe siècle en
France ne le sont guère plus: qu'est-ce que cela fait à la question
d'art? Les maisons de Pompéï nous charment parce qu'elles sont bien les
demeures des habitants de la Campanie; celles de Cluny ou de Cordes ont
les mêmes qualités. Mais que seront les nôtres pour les populations qui
les verront dans six siècles, s'il en reste quelqu'une? Le _confort_ est
aujourd'hui le maître, nous l'admettons; alors soyons conséquents.

Est-il confortable d'élever à Marseille des maisons sur le modèle de
celles de Paris, ou même de construire des façades exposées au nord
pareilles à celles qui sont ouvertes vers le midi? Est-il confortable
d'éclairer des pièces, petites et grandes, au moyen de fenêtres d'égales
dimensions, d'avoir des trumeaux étroits pour de grandes salles, et
larges pour des cabinets? Des portiques sur la rue, qui laissent
pénétrer le soleil ou la pluie sur toute la largeur de leur pavé,
sont-ils confortables? Est-ce une chose confortable que cette division
multipliée des pièces sur une surface peu étendue, qui fait que la vie
intérieure se passe à ouvrir et fermer des portes, et qu'on ne sait où
placer les meubles les plus indispensables. Et ces étages de moins de
trois mètres de hauteur, sous plafond, sont-ils sains et confortables?
Ces murs minces, ces toits en zinc qui soumettent les intérieurs à
toutes les variations de la température, cette absence de saillies
devant les façades qui laisse les baies exposées tout le jour au soleil,
sont-ce là des choses confortables? Allons aux champs, c'est bien pis!
La petite maison blanche, aux murs minces comme du carton, aux toits
couverts de feuilles de zinc, aux fenêtres fermant mal, aux
rez-de-chaussées humides, aux planchers qui crient, aux escaliers qui
crient, aux cuisines répandant une odeur nauséabonde dans l'intérieur,
mais qui, à l'extérieur, paraît un beau petit, pavillon carré, brillant
au soleil; cette habitation est-elle confortable? Le château moderne
avec ses tourelles, ses toits ornés, des placages de briques et de
pierres qui prétendent imiter la vieille construction... ce château
est-il confortable? Non point. Tout cela est apparence: les tourelles
sont accrochées avec du fer; les toits compliqués, couverts avec des
moyens économiques, mais garnis de crêtes à jour en zinc, laissent
filtrer les eaux dans les intérieurs; les murs trop minces craquent; les
planchers, trop faibles pour leurs portées, fléchissent. Les écoulements
d'eau sont insuffisants; les cheminées fument parce que les âtres sont
larges comme il convient dans un château, et que les tuyaux sont étroits
puisqu'ils passent dans des murs minces. Partout les porte-à-faux
produisent des lézardes, parce qu'on a demandé de grandes pièces à
rez-de-chaussée, et que les étages supérieurs sont divisés à l'infini
par des cloisons. Des cheminées portent sur le milieu des planchers.
Nous n'en finirions pas si nous voulions énumérer toutes les misères
plus ou moins secrètes du _château_ moderne; misères qui se révèlent de
temps à autre par quelque procès intenté à l'architecte complaisant qui
n'a fait, au total, que ce qu'on lui a demandé. Sur son refus d'ailleurs
ne s'en serait-il pas trouvé dix autres?

Les maisons du moyen âge étaient faites pour les habitudes de ceux qui
les élevaient; de plus, elles sont toujours sagement et simplement
construites. Chaque besoin est indiqué par une disposition particulière:
la porte n'est pas faite pour plaire aux regards du passant, mais pour
celui qui entre dans la maison. La fenêtre n'est pas disposée avec un
art symétrique, mais elle éclaire la pièce qu'elle est destinée à
éclairer, et elle prend la dimension qui convient à cette pièce.
L'escalier n'est point caché, mais apparent. La façade est abritée si
cela est nécessaire. La sculpture est rare, mais les planchers sont bons
et solides, les murs d'une épaisseur suffisante. Dans les provinces
méridionales, les fenêtres sont petites; dans celles du nord, elles sont
nombreuses et larges. D'ailleurs, pour la maison du bourgeois, le
programme diffère peu. Toujours la salle à chaque étage avec escalier
intérieur, ou, plus souvent, sur le derrière avec petite cour. Cela
n'est pas confortable pour nous, c'est accordé; mais cette disposition
convenait aux habitudes du temps où, même dans le château, la _famille_,
c'est-à-dire les proches et les serviteurs, se réunissaient dans la même
pièce autour du maître. Le programme étant donné, les architectes y ont
satisfait pleinement, ce qui nous permet de supposer qu'ils eussent
satisfait également à tout autre programme, voire à ceux d'aujourd'hui.

Si, dans une ville du nord, commerçante et populeuse, nous cherchons des
maisons construites sur un programme semblable à celui qui faisait
élever celles de Saint-Antonin, de Cordes, de Sarlat, datant de 1230 à
1300, nous en trouvons quelques-unes à Beauvais, à Soissons, à Amiens,
très-mutilées, il est vrai, mais qui laissent encore voir leur système
de structure. C'est toujours la grande salle à chaque étage sur la rue;
mais dans les villes du nord, l'architecture civile est plus large, plus
monumentale. Les maisons se ressentent de l'esprit des communes ayant
reconquis leurs priviléges. Examinons, par exemple, cette maison dont on
voit encore de beaux fragments dans la rue Saint-Martin, à Amiens, et
qui rappelle par son style les maisons de Beauvais et de Soissons de la
même époque (9 _bis_); elle date de 1230 à 1240, comme celle de
Saint-Antonin. Mais il y a un certain air magistral, dans cette
architecture, qui lui donne une supériorité marquée sur celle des villes
du midi. Nous avons rétabli le pignon et le rez-de-chaussée d'après
d'autres fragments du même temps et des mêmes contrées, ces parties
ayant été détruites ou modifiées dans la maison de la rue Saint-Martin
d'Amiens[140].

Cette différence marquée de style est plus frappante encore lorsqu'on
établit le parallèle entre les habitations bâties en pierre dans le
nord, et celles en grande partie élevées en brique dans certaines villes
du midi. Voici (10) une maison de Caussade (Tarn-et-Garonne); elle est
contemporaine de celle de Saint-Antonin et de celle d'Amiens, et date du
milieu du XIIIe siècle. Les bases des piles du rez-de-chaussée, les
colonnettes des fenêtres, les bandeaux et les sommiers sont seuls en
pierre dure de Caylus; le reste de la construction est en brique[141].
En plan, cette maison donne au premier et au second étage une grande
salle presque carrée avec cheminée, un escalier et un cabinet
postérieurs éclairés sur un jardin. Le troisième étage est divisé par
une cloison et forme deux pièces. On sent encore, dans cette habitation,
l'influence de la petite forteresse privée; c'était là un reste de ces
traditions des municipalités méridionales si fort éprouvées pendant les
guerres des Albigeois[142]. Prenons encore dans le nord une maison un
peu plus récente, de 1240 à 1250 environ; cherchons une des plus grandes
et des plus riches de cette époque; allons à Reims, et examinons la
maison dite des Musiciens, située dans la rue du Tambour. Cette maison,
dont le rez-de-chaussée est fort mutilé, a conservé intact son premier
étage sur la voie publique. Au-dessus s'élevait le toit, avec des
mansardes dont on ne trouve plus que des traces sous le comble moderne.

La façade de cette maison possède quatre fenêtres hautes et larges au
premier étage avec cinq niches dans les trumeaux; ces niches sont
décorées de figures de musiciens assis, plus grandes que nature: le
premier musicien, en commençant par la gauche, joue du tambour et d'une
sorte de clarinette; le second joue de la cornemuse, le troisième (celui
du milieu) tenait un faucon sur le poing, le quatrième joue de la harpe
et le cinquième du violon; ce dernier est coiffé d'un chapel de fleurs.
Voici (11) une travée de cette façade. Des boutiques du rez-de-chaussée
indiquées dans notre figure, il ne reste que les petits arcs et un des
pieds-droits. Une large porte cochère s'ouvre vers l'extrémité opposée
et donnait dans une cour autrefois entourée de bâtiments de la même
époque, mais dont on ne trouve que des fragments. Le bâtiment sur la rue
est simple en épaisseur, et était, paraît-il, divisé en deux salles à
peu près égales. L'escalier tenait aux bâtiments de la cour.

Cette maison appartenait peut-être à la confrérie des ménétriers de
Reims qui, au XIIIe siècle, jouissait d'une certaine réputation
non-seulement en Champagne, mais dans tout le nord. Comme on peut en
juger par l'examen de notre figure, la construction est simple,
l'ornementation riche. Les figures sont du meilleur style
champenois[143].

Les provinces avaient pour leurs bâtiments privés des écoles d'art
différentes comme pour leurs églises et leurs établissements publics;
une maison de la Bourgogne, au XIIIe siècle, ne ressemblait pas à une
maison de l'Aquitaine, de l'Île-de-France ou de la Normandie. Ainsi, par
exemple, nous ne trouvons qu'en Bourgogne ces sortes de maisons dont
l'escalier à vis est engagé dans le mur de face sur la rue et sert de
vestibule à rez-de-chaussée. À Avallon, à Flavigny, dans la petite ville
de Sémur en Auxois et même à Dijon, on voit encore des restes de maisons
qui présentent en plan la disposition que voici (12). Au milieu de la
façade est planté l'escalier A, partie en encorbellement au-dessus de la
porte d'entrée B; à gauche ou à droite, selon que gironne l'escalier,
est la porte C qui donne entrée dans la première pièce D, de laquelle on
pénètre dans la seconde E, puis dans la troisième F; ainsi à chaque
étage. De la pièce E commune, on entre dans une cour ou un petit jardin
G. En façade sur la voie publique, cette maison présente l'élévation
(13). La porte d'entrée B est abritée par la saillie de l'escalier, dont
la cage est posée sur l'about des marches formant encorbellement devant
la façade; une entrée de cave O est pratiquée sous l'allége d'une des
fenêtres du rez-de-chaussée; les caves, en Bourgogne, ont toujours été
une dépendance importante des habitations. Cette disposition simple,
économique et commode (car rien ne s'oppose à ce qu'au premier et au
second la petite pièce E ne devienne une antichambre donnant dans les
deux salles D et F), s'accordait bien avec les procédés et matériaux de
construction de la Bourgogne, qui fournit de la pierre dure excellente,
propre à monter ces cages d'escalier d'une faible épaisseur en saillie
sur l'about des marches de la première révolution.

Du reste, en examinant les habitations de cette époque qui existent
encore dans une même province, si l'on constate que certaines
dispositions générales des plans étaient adoptées par tous au même
moment, comme s'accordant avec les besoins, on signale également dans
les détails, dans la manière dont les jours sont percés, une extrême
variété. C'est que dans cette belle phase du moyen âge, le sentiment de
l'individualité n'était pas éteint; que chacun pensait plutôt à
satisfaire à ses goûts ou à ses besoins personnels qu'à imiter son
voisin et à se modeler sur un type uniforme. Aucune municipalité alors
n'aurait songé à imposer à tous les propriétaires d'une même rue une
hauteur uniforme de bandeaux et un style uniforme d'architecture, et
dans ce siècle, qu'on nous signale comme un temps d'oppression, l'idée
ne serait jamais venue à une autorité quelconque de mouler les
habitations de mille citoyens sur un même type. Chacun avait trop alors
la conscience de son individualité, de la responsabilité personnelle,
pour supposer que des hommes pussent être parqués comme des animaux d'un
jardin zoologique dans des barraques pareilles pour récréer les yeux des
promeneurs oisifs. On remarquera dans l'élévation fig. 13 la disposition
des chéneaux de pierre inclinés vers deux gargouilles extrêmes et portés
sur des corbeaux saillants. C'est encore là une disposition commune en
Bourgogne et dans la haute Champagne. Ailleurs, là où les pierres
longues et résistantes font défaut, ces chéneaux sont simplement creusés
dans une poutre ou en planches recouvertes de plomb. Dès le milieu du
XIIIe siècle en effet, en Bourgogne et en Champagne, on évite de laisser
égoutter les eaux des combles devant les façades, et on les conduit par
des chéneaux dans des gargouilles saillantes posées à l'aplomb des
jambes-étrières.

Nous avons encore vu à Vitteaux (Côte-d'Or), il y a quinze ans,
plusieurs maisons charmantes des XIIIe et XIVe siècles, presque toutes
démolies ou dénaturées aujourd'hui. L'une d'elles, datant de la seconde
moitié du XIIIe siècle, présentait en plan la disposition suivante (14)
à rez-de-chaussée.

En A, sous la cage d'escalier, comme dans l'exemple précédent, est la
porte d'entrée. La porte de cave donne sur la rue, en B. Ayant franchi
la porte d'entrée, on passe dans un petit vestibule C; de là en face,
dans la cuisine D, et à gauche dans la salle. La même distribution se
répète au premier étage et donne deux chambres; puis au second, sous
comble, est une grande pièce divisée en deux dans l'épaisseur du
bâtiment. L'élévation (15) montre en A la porte d'entrée, et en B celle
de la cave. La cage de l'escalier n'est plus portée sur l'about des
marches, mais sur une plate-bande rampante bien appareillée. Au sommet,
la cage de l'escalier passe de la forme cylindrique au plan hexagonal,
afin de faciliter la couverture faite en bardeaux. Une cour intérieure,
ou plutôt un petit jardin planté, derrière la maison, donne de l'air et
de la lumière à la cuisine et à la partie postérieure de la salle. Le
bâtiment du côté de ce jardin est fermé par un pan de bois (voir le
plan). Profitant de la saillie donnée par l'escalier en encorbellement,
et d'une console à l'aplomb de la jambe-étrière de gauche, l'architecte
a posé une ferme boiteuse en saillie, abritant toute la façade (voir
l'élévation). Les eaux coulant dans les chéneaux mitoyens sont rejetées
à gauche sur la rue par une gargouille en bois, et à droite dans la cour
par une conduite en bois-tombant dans un petit réservoir en pierre placé
à l'angle de la cuisine. Au rez-de-chaussée et au premier sont disposées
des cheminées sur les murs mitoyens, cheminées dont les têtes sont
visibles dans l'élévation. Ainsi donc sur un terrain de 100 mètres
environ, sur lesquels 49 mètres superficiels étaient réservés à la
construction, l'architecte bourguignon de la petite ville de Vitteaux
trouvait le moyen d'élever une maison capable de loger convenablement
une famille dans des pièces saines, bien éclairées, assez spacieuses, et
pour une somme évidemment très-modique; car on remarquera que le mur de
face et les murs mitoyens sont seuls en maçonnerie; les planchers
portent sur ces deux murs mitoyens et sur le pan de bois du milieu. Une
construction de ce genre, avec le mode adopté, coûterait, caves
comprises, en province, 250 fr. le mètre superficiel; la maison
reviendrait donc à la somme de 12,250 fr. Or, nous pouvons voir les
bâtisses que l'on élève tous les jours dans les petites villes des
départements; sur une surface aussi peu étendue, elles coûtent plus
cher, sont moins saines et moins commodes, mais aussi sont-elles
remarquablement laides, bien qu'elles essayent de ressembler à la grosse
maison bourgeoise de la grande ville la plus voisine. Ce n'est
certainement pas la richesse de l'ornementation qui plaît dans ces
constructions civiles, puisqu'elles sont généralement dépourvues de
sculpture jusqu'au XVe siècle; ce n'est pas non plus cette symétrie
vulgaire tant prisée par les édilités modernes. Ce qui plaît, ce qui
charme dans ces modestes bâtisses, c'est l'empreinte des besoins et des
habitudes de la famille qu'elles protégent; c'est la sincérité des
procédés de construction, l'imprévu, l'adresse et l'esprit, disons-le,
avec lesquels l'artiste a su profiter de tous les accidents du programme
donné. En supposant que nos villes modernes fussent ensevelies sous les
cendres, comme Pompéï, il serait bien difficile aux archéologues qui les
découvriraient dans deux mille ans de se faire une idée des goûts, des
moeurs et des habitudes de la génération qui les a élevées; mais si on
pénètre aujourd'hui dans une maison du moyen âge passablement conservée,
tout, dans ces habitations, nous reporte aux façons de vivre de leurs
habitants. Là on sent un peuple qui a son caractère à lui, ses goûts
distincts, ses traditions et ses tendances.

D'ailleurs, l'hôtel du seigneur et même la maison du bourgeois devenu un
personnage important dans la cité se distinguent de l'habitation du
citadin, du commerçant ou du fabricant, d'une manière tranchée. Si le
citadin pose sa façade sur la rue, tient à vivre sur la rue, l'homme
noble, au contraire, élève son logis en arrière, entre cour et jardin;
sur la voie publique, il place un mur de clôture ou des communs. Autant
la maison du simple bourgeois ressemble à une lanterne, autant celle du
seigneur ou de l'homme devenu un gros personnage est fermée aux regards
du passant. Nous avons lu quelque part que la marquise de Rambouillet
fut la première à Paris qui eut l'idée de se faire bâtir un hôtel entre
cour et jardin; c'est là une de ces erreurs comme tant d'autres
propagées avec insistance pour faire croire que le XVIIe siècle a tout
fait et qu'avant cette époque il n'y avait que ténèbres et barbarie.
D'abord, Tallemant des Réaux, qui seul, parmi les contemporains de la
marquise, parle des soins qu'elle prit de la construction de son hôtel,
ne dit pas un mot de cela, et, l'eût-il dit, que les hôtels existant
bien antérieurement à cette époque lui donneraient le plus complet
démenti. En effet, les hôtels de Saint-Pol, des Tournelles, de Bourbon,
de la Trémoille, de Sens, de Guise, de Cluny, à Paris, étaient et sont
encore entre cour et jardin. Il était donc facile, dans une ville, de
reconnaître les habitations des personnages considérables entre celles
des bourgeois. Mais les maisons des bourgeois elles-mêmes avaient un
cachet particulier en raison de l'état ou de la position de ceux qui les
habitaient. Les maisons d'une ville manufacturière et marchande comme
Beauvais, Amiens, Reims, Troyes, ne ressemblaient pas à celles d'une
ville habitée par des propriétaires de terres et vivant de leurs revenus
ou d'un commerce de grains, de vins ou autres produits. Si la maison du
Rémois ou du bourgeois de Troyes est ouverte à rez-de-chaussée ou élevée
sur un portique qui permet aux marchands de parler de leurs affaires,
celle de Provins, par exemple, ou de Laon, est soigneusement murée sur
la rue jusqu'à la hauteur du premier étage. La fig. 16 reproduit la
façade d'une de ces maisons de Provins, donnant sur la rue de Paris, et
datant de la seconde moitié du XIIIe siècle.

Ici, l'habitant se renferme; le dehors n'a pas à s'occuper de ce qui se
passe chez lui. La salle est au premier étage ainsi que les chambres. Le
rez-de-chaussée est réservé aux communs, aux provisions, à la cuisine.
Les étages sont hauts entre planchers; on sent que dans ces habitations
la vie est simple et large. D'ailleurs, on observera avec quel soin la
construction est faite, comme les vides des fenêtres sont bien soulagés
par ces arcs de décharge en pierre; comme cette façade, composée de si
peu d'éléments, prend un caractère monumental. Savoir mettre de l'art
dans un mur en moellon percé de baies, sans décoration aucune, sans
procédés de construction dispendieux, en se bornant au strict
nécessaire, n'est-ce pas la marque d'un état social très-avancé, au
point de vue de l'art, et pouvons-nous en dire autant de notre siècle?
Nous n'ignorons pas que, pour un grand nombre de personnes aujourd'hui,
l'art n'est qu'une des expressions du luxe, une superfluité, et qu'en
fait d'architecture, une façade qui n'est pas plaquée de colonnes ou de
pilastres, de moulures et d'ornements ramassés un peu partout suivant la
mode, n'est point une oeuvre d'art. Le moyen âge qui a laissé peu de
livres ou de discours sur l'art, mais qui était artiste, savait mettre
de l'art sur la façade la plus riche et sur le mur de l'humble
habitation du citadin d'une petite ville; il savait aimer et respecter
cet art dans ses modestes expressions comme dans ses conceptions
splendides. Un siècle qui ne croit plus pouvoir manifester son goût pour
l'art qu'en accumulant les ornements, qu'en dépensant des sommes
énormes, mais qui dans les oeuvres de chaque jour oublie ses principes
élémentaires, passe d'un type à un autre, n'a plus d'originalité, ce
siècle penche vers le déclin des arts. Quand une époque est descendue à
ce niveau inférieur dans l'histoire des arts, peu à peu l'exécution
s'appauvrit; ne trouvant plus à s'attacher qu'à des oeuvres
privilégiées, elle se retire des extrémités pour concentrer ses derniers
efforts sur quelques points; chaque jour la barbarie gagne du terrain.

On bâtit encore des palais, des monuments où toutes les richesses sont
amoncelées sans ordre ni raison; mais les habitations, les édifices de
la petite cité, ne sont plus que des oeuvres grossières, ridicules,
uniformément vulgaires, et dont les vices de construction feront
promptement justice. C'est la seule consolation qui reste, au milieu de
ces misères, aux esprits assez préoccupés des choses d'art, pour croire
encore que la postérité juge un peu les civilisations d'après leurs
monuments. Quand l'art n'est plus qu'une affaire de luxe, le jour de sa
proscription est proche. Au moyen âge, la puissance vitale de l'art se
manifeste partout; son expression est un besoin pour tous, grands et
petits. Les vieilles maisons qui couvraient encore nos anciennes villes
françaises il y a quelques années, et que des besoins nouveaux font
disparaître rapidement, en étaient la preuve vivante. Nous ne prétendons
pas que l'on doive, aux dépens de la salubrité publique, en présence des
développements de la prospérité des classes moyennes, conserver quand
même des masures pourries; mais nous aimerions retrouver aujourd'hui
dans nos constructions privées ces instincts d'une population aimant les
arts et sachant en répandre partout les véritables expressions. Mais
non, ce vieux et riche sang gaulois, qui, après une longue compression,
avait pu, vers le XIIIe siècle, circuler librement, porter la vie dans
toutes les provinces, couvrir le sol d'édifices de toute nature,
originaux, logiques, francs, sans alliages, véritable enveloppe d'une
nation pleine de qualités brillantes; ce sang limpide et pur s'est
coagulé de nouveau sous une seconde invasion étrangère. Il a fallu
redevenir romains, et encore, sous quels Romains! La symétrie a dû
remplacer la logique, une imitation pâle d'un art mort s'est substituée
à l'originalité native de notre pays. Des doctrines faussées, enseignées
avec persistance, ont peu à peu pris racine dans tous les esprits, et
l'engouement pour un art fastueux que personne ne comprend et que
personne n'explique, parce qu'il ne saurait être expliqué devant des
esprits naturellement clairs et logiques, a remplacé ce goût inné pour
cet art vrai fait pour notre taille et au milieu duquel nous nous
sentions chez nous.

La maison du moyen âge, en France, est l'habitation de l'homme ne sur le
sol. La maison de nos jours est l'habitation banale, uniformément
confortable; comme si la vie du négociant, ses moeurs et ses besoins
ressemblaient à la vie, aux moeurs et aux besoins du soldat; comme si le
logement qui convient à un notaire convenait à une femme à la mode.
Cette uniformité, incommode pour tous, à tout prendre, est telle que
l'homme aujourd'hui voué à une carrière est obligé de se faire bâtir une
maison pour lui, s'il ne veut pas chaque jour avoir à lutter contre les
ennuis et les difficultés que lui cause le logis banal. Chacun est mal à
l'aise dans la boîte qu'il loue, mais les passants ne voient que des
façades à peu près identiques et qui nous auraient déjà fait mourir du
spleen si dans notre pays nous pouvions tomber sous l'empire de cette
maladie[144].

Mais (et c'est là un motif de ne pas désespérer de l'avenir) ce n'est
pas de notre temps qu'on a tenté pour la première fois de _mouler_,
dirons-nous, les habitants d'une cité dans des compartiments réguliers,
alignés, identiques. Les seigneurs, au moyen âge, ne comprenaient pas
beaucoup mieux que nos édilités modernes les questions d'art, ce qui n'a
pas empêché la nation de posséder son art. Les Anglais, notamment, ne
paraissent pas à cette époque avoir pénétré le génie français; et en
leur qualité d'étrangers, nous ne saurions leur en vouloir: «Dans la
seconde moitié du XIIIe siècle, temps de paix et de prospérité, dit M.
Félix de Verneilh[145], un petit coin de l'une des provinces se couvrit
rapidement de ces villes neuves appelées _bastides_ dans l'ancienne
langue du midi. Voici par quelles circonstances. Alphonse de Poitiers,
frère de saint Louis, était devenu, par son mariage avec l'héritière des
comtes de Toulouse, le seigneur nominal d'une partie de la Guienne.»
Comme tel, et bien que cette souveraineté se réduisît souvent à un
titre, il prétendit assurer son autorité directe en faisant bâtir une
capitale, Villefranche de Rouergue. «Dans l'Agénois, il fonda Villeneuve
d'Agen et plusieurs bourgs moins considérables. Dans le Périgord, où il
avait quelques possessions, il fonda aussi des bastides.» Ces villes, ou
bastides, étaient construites sur des terrains accordés gratuitement,
suivant l'indication des _ingénieurs_, et jouissaient de franchises
étendues. C'était un moyen d'attirer sous la dépendance directe du
suzerain des populations entières; le moyen réussit malgré les
protestations des seigneurs féodaux et les excommunications des évêques.
«De son côté, continue M. F. de Verneilh, Édouard Ier, d'abord comme duc
et bientôt comme roi, multiplia singulièrement les fondations de ce
genre; et c'est un des meilleurs titres de ce grand prince au souvenir
reconnaissant de l'ancien duché de Guienne. Libourne, entre autres, lui
doit son existence (1286)...» Beaumont fut ainsi construit pour le
compte du roi d'Angleterre en 1272; le maréchal Jean de La Linde
commença sur son propre domaine la bastide de La Linde. On bâtit la
ville de Montpazier vers 1284. Or, ce plan de Montpazier tracé en 1284
n'a pas été altéré depuis. Comme tous les plans de villes de cette
époque, tracés en Guienne et en Périgord, la ville de Montpazier est
non-seulement alignée avec une régularité parfaite (voir l'article
ALIGNEMENT, fig. 1), mais encore toutes les maisons sont d'égales
dimensions et distribuées de la même manière. Un îlot des maisons de la
ville de Montpazier (17) fait voir avec quelle uniformité cellulaire ces
habitations sont construites. Certes, la régularité observée dans des
villes modernes, comme Napoléon-Vendée, comme certaines villes
d'Algérie, n'est que désordre, en comparaison de cette symétrie absolue.
Il faut admettre (ce qui était vrai alors) que tous les gens venant
s'établir dans ces bastides privilégiées, sorte de refuges offerts par
en suzerain, étaient tous sur le pied de l'égalité; quels qu'ils
fussent, il est certain qu'ils se soumettaient à ces conditions
d'alignement, de façades et de surfaces imposées, puisque ces villes ont
été bâties d'un seul jet et ont atteint un degré de prospérité relative
très-élevé peu après leur construction.

On reconnaît ainsi que ces idées, que nous croyions appartenir à notre
époque, de _cités ouvrières_, de centres de populations établies sous
une apparence d'égalité absolue, ne sont pas nouvelles, et que le moyen
âge a même atteint dans ce sens un point pratique dont nous sommes
encore fort éloignés. Mais si modestes que soient ces habitations, elles
sont du moins en rapport avec les besoins et les habitudes de l'époque.
Elles se composent toutes d'un rez-de-chaussée, d'un premier et
quelquefois d'un second étage; leurs façades sont variées d'aspect, en
raison des goûts ou de l'état de fortune de chacun; d'ailleurs bien
bâties et solides. La place de la ville seule, sur un côté de laquelle
s'élève la halle, est entourée de portiques très-larges, bas et
aboutissant aux rues donnant entrée sur cette place; car les
_ingénieurs_ qui ont tracé les plans de ces bastides se sont bien gardés
de percer les rues dans les milieux des côtés du carré, ce qui eût été
peut-être conforme aux règles académiques, mais point du tout à celles
de la raison. Une place est généralement, dans une ville, une aire plus
ou moins vaste où l'on se réunit; si deux rues coupent le centre à
angles droits, il est clair que les gens qui passent gênent beaucoup
ceux qui demeurent. Établir la circulation sur les côtés d'une place et
laisser le milieu en dehors de cette circulation a toujours été la
préoccupation des planteurs de villes du moyen âge. Des pans coupés,
ménagés aux retours d'équerre des maisons d'angle, permettent aux
chariots d'entrer dans la place facilement les jours de marché. Nous
présentons (18) le plan d'un quart de la place de la bastide de
Montpazier[146], et (19) la vue perspective d'une des entrées de cette
place prise du point A du plan. On voit dans cette figure comment les
angles des maisons sont portés en encorbellement au-dessus des larges
pans coupés qui donnent entrée diagonalement sur la place.

Les maisons de ces bastides de la fin du XIIIe siècle sont construites
en pierre, en brique ou moellon; la structure de bois est exclue des
façades. Du reste, les maisons de bois sont très-rares dans les
provinces méridionales, tandis que dès la fin du XIII siècle nous voyons
qu'elles deviennent de plus en plus fréquentes dans les provinces du
Nord. D'abord, ce ne sont que les étages supérieurs qui sont construits
en pans de bois, puis bientôt le rez-de-chaussée seul se maintient en
pierre; puis enfin, pendant le XVe siècle et le commencement du XVIe,
des façades tout entières sont non-seulement élevées en pans de bois,
mais souvent même entièrement boisées comme de grands meubles, sans
qu'il y ait trace apparente de maçonnerie. Outre le goût que les
populations du Nord ont toujours conservé pour les constructions de
bois, outre l'influence qu'exerçaient sur ces populations les traditions
apportées par les invasions septentrionales, le voisinage de grandes
forêts, la construction de bois présentait des avantages qui devaient
entraîner tous les habitants des villes populeuses des provinces
françaises proprement dites à employer cette méthode.

Comme nous l'avons dit, dans ces grandes villes du Nord, telles que
Paris, Rouen, Beauvais, Amiens, Troyes, Caen, etc., la place était rare.
Ces villes, entourées de murailles, ne pouvaient s'étendre comme de nos
jours; on cherchait donc à gagner en hauteur la surface qui manquait en
plan, et on empiétait autant que faire se pouvait sur le vide de la voie
publique, au moyen d'étages posés en encorbellement: or, la construction
de bois se prêtait seule à ces dispositions imposées par la nécessité.
On pensait alors à bien abriter les parements des façades par la saillie
des toits, soit que l'on élevât sur la rue un mur goutterot ou un
pignon. Les rues devenant de plus en plus étroites à mesure que les
villes devenaient plus riches et populeuses sans pouvoir reculer leurs
murailles, on agrandissait les fenêtres pour prendre le plus de jour
possible. Mais, à ce sujet, nous devons placer ici une observation. De
notre temps, et non sans raison, on aime à éclairer largement les
intérieurs des pièces d'une habitation; il n'en était pas ainsi pendant
le moyen âge. Les maisons romanes les plus anciennes sont percées de
fenêtres relativement étroites et laissent passer peu de lumière, les
habitants cherchaient l'obscurité dans les intérieurs avec autant de
soin que nous cherchons la lumière; il y avait là encore les restes
d'une tradition antique. Au XIIIe siècle, les maisons commencent à
prendre des jours plus larges; on veut au moins une salle bien éclairée.
Ce goût s'étend à mesure que la vie active, l'industrie et le commerce
prennent plus d'importance parmi les populations urbaines. Tous les
états avaient besoin de la lumière du jour pour se livrer à leurs
occupations. La maison n'était plus le refuge fermé de la famille,
c'était encore l'atelier; aussi est-ce dans les villes industrielles que
les maisons s'ouvrent largement sur la rue dès la fin du XIIIe siècle.

Malgré la mise à jour des façades des maisons dès cette époque, on ne
conçoit guère aujourd'hui comment, dans ces rues étroites, bordées
d'habitations dont les étages surplombaient, certaines industries
pouvaient s'exercer; cela ne s'explique que quand on a vu, par exemple,
les ouvriers en soie de Lyon travailler aux tissus les plus délicats
dans des pièces où à peine on croirait pouvoir lire. La vue s'habitue à
l'obscurité, et l'excessive lumière naturelle ou factice que nous
répandons partout aujourd'hui n'est pas une condition absolue pour
travailler à des ouvrages d'une grande finesse. Quoi qu'il en soit, de
ces ateliers du moyen âge, qui nous sembleraient si sombres aujourd'hui,
sortaient des ouvrages d'orfévrerie, des broderies et des tissus dont,
avec toute la lumière que nous nous donnons, nous atteignons
difficilement la délicatesse. Ce sont là des questions d'habitude, et de
ce qu'un ouvrier s'est habitué dès l'enfance à travailler sous un jour
douteux, il ne s'ensuit pas que cet ouvrier est un maladroit. De ce que
nos pères voyaient représenter le _Cid_ de Corneille à la lueur des
chandelles, il ne faudrait pas en conclure qu'ils appréciaient moins
vivement le chef-d'oeuvre du poëte tragique. Laissons donc là, une fois
pour toutes, ces reproches adressés aux architectes des maisons du moyen
âge d'en avoir fait des réduits sombres, inhabitables; sombres et
inhabitables pour nous, soit; mais les citadins de ce temps les
trouvaient commodes et suffisamment claires. Cela est indépendant de la
question d'art; le plus ou moins de qualité architectonique d'une façade
de maison ne dépend pas de la plus ou moins grande largeur de la rue sur
laquelle elle s'élève. Nous en avons la preuve tous les jours.

Voici (20) une de ces maisons élevées en maçonnerie et bois que nous
avons dessinée à Châteaudun en 1841. Le rez-de-chaussée et le premier
étage sont élevés en pierre, les murs mitoyens en moellon; le mur du
fond, sur une cour, également en pierre. Au rez-de-chaussée (voir le
plan A) s'ouvre sur la rue un vaste magasin avec poteau central et bout
de mur de refend B. Une poutre maîtresse porte sur un corbeau de la pile
du milieu de la façade, sur le poteau central et sur la tête de ce
tronçon de mur de refend; il reçoit le solivage. Un escalier à vis,
ajouré, monte au premier et au second étage. Du couloir C, on passe dans
la cour D et dans une arrière-salle E. Au premier étage, la distribution
est pareille; seulement la poutre maîtresse passe à travers les murs de
face et reçoit les entraits de la charpente. Pour obtenir le plus de
lumière possible sur la rue, le constructeur a bandé deux arcs de
décharge dans l'épaisseur du mur de face, et sous ces arcs il a posé de
véritables châssis en pierre très-ajourés. L'étage de comble est divisé
en deux pièces dans l'épaisseur du bâtiment. On observera qu'une ferme
de la charpente est en saillie sur le mur de face, afin de bien
l'abriter. Cette ferme repose sur les bouts des sablières soulagées par
des liens et sur l'about de la filière d'axe également soulagée par un
lien. Les solivages des planchers sont posés aux niveaux G et H. La
construction de cette maison appartient au commencement du XIVe siècle.
Toutefois, dans cet exemple, l'étage de comble en bois n'est pas posé en
encorbellement.

La figure 21 donne le plan et l'élévation d'une maison de Laval d'une
époque un peu plus récente, mais où la structure de bois prend plus
d'importance et s'élève en encorbellement sur le rez-de-chaussée. Cette
maison, dont la façade s'élève sur une rue ayant une forte pente, est
divisée pour deux ménages. La pente de la rue a permis au constructeur
de donner un entre-sol A à l'habitant de gauche, les solivages des
planchers étant en B et C; l'habitant de droite ne possède qu'un
rez-de-chaussée élevé et un premier étage, le solivage du plancher étant
au niveau C'. Ainsi que l'indique le plan P, chaque habitant possède son
escalier, montant de la boutique au premier. Un pan de bois de refend
posé dans l'axe de la façade sépare les deux habitations du haut en bas.
Le pan de bois de face du premier étage est en saillie sur le nû du pan
de bois du rez-de-chaussée et repose sur trois sablières en
encorbellement (voy. PAN DE BOIS). Ce pan de bois du premier étage est
abrité par la ferme de tête du comble posée sur les abouts des sablières
S. Les poteaux corniers de face ne sont là que pour maintenir le pan de
bois sur la rue, car derrière ces poteaux corniers s'élèvent les murs
mitoyens en moellon portant cheminées. Ici la maçonnerie de la façade
s'arrête à la hauteur du rez-de-chaussée de l'habitation de gauche, et
plus bas pour l'habitation de droite. Les pans de bois, comme dans
l'exemple précédent, sont hourdés en maçonnerie entre les poteaux,
décharges et tournisses.

Ces deux exemples font déjà voir avec quelle liberté les architectes de
maisons employaient ces méthodes simples et sensées qu'ils avaient su
trouver; profitant de la disposition des lieux, des pentes, de la
qualité des matériaux, remplissant les programmes donnés sans s'attacher
à des formes de convention, mais cependant observant avec scrupule les
principes d'une construction solide et durable. Il fallait bien que ces
principes fussent bons pour que des habitations élevées à l'aide de
moyens aussi simples et peu dispendieux aient pu durer cinq siècles.

Au moment où le mode des pans de bois en encorbellement semble prévaloir
pour les habitations urbaines, ce mode n'est pas soumis au même système
de construction dans toutes les provinces composant aujourd'hui la
France. Savant, recherché dans les provinces au nord de la Loire, il
conserve vers celles du centre et de l'est une apparence primitive. Dans
la Bresse, par exemple, les maisons en bois des XIVe et XVe siècles
possèdent des pans de bois où le système d'empilage, admis en Suisse
encore aujourd'hui, est apparent et se mêle au système de charpente
d'assemblage. Ce système de charpente par empilages de bois, outre qu'il
appartient à certaines populations dont le caractère ethnique est
reconnaissable, est aussi provoqué par l'abondance des arbres résineux,
droits, comme le sapin des Vosges, du Jura et des Alpes. S'il est
difficile, en effet, d'empiler horizontalement des brins de chêne qui
demandent un équarrissement long et pénible, rien n'est plus aisé au
contraire que de poser les uns sur les autres des troncs de sapins,
naturellement droits et faciles à équarrir. Dans les provinces de l'est
et même dans celles du centre, les forêts étaient abondantes et
nombreuses au moyen âge; dans la Haute-Loire notamment, dans la Loire et
l'Ardèche, partie de l'ancien Lyonnais, les montagnes, arides
aujourd'hui, étaient, il y a quatre siècles, couvertes de forêts
séculaires, protégées par les lois féodales. Aussi n'est-il pas rare de
trouver encore dans ces contrées de vieilles maisons de bois, témoins de
l'abondance de cette matière. Dans la petite ville d'Annonay, il existe,
ou il existait encore il y a quelques années (car ces vieilles
habitations disparaissent comme les feuilles en automne), un petit
nombre de maisons des XIVe et XVe siècles presque entièrement
construites en bois, dont la construction méritait d'être étudiée, et
qui avaient échappé aux incendies du XVIe siècle. Nous donnons (22)
l'une d'elles, que nous classons parmi les maisons du XIVe siècle.

Sur un rez-de-chaussée élevé en gros blocs de pierre est posée une
épaisse en rayure en sapin, dont le troisième rang forme plancher et
déborde sur la face de manière à porter, en encorbellement, le pan de
bois du premier, composé sur la face antérieure de trois sablières
superposées, jointives, sur lesquelles s'assemblent les montants. Deux
poteaux corniers retiennent les extrémités des trois sablières.
Latéralement, des pans de bois ordinaires, hourdés en moellon et
mortier, forment murs mitoyens. Sur ce premier pan de bois, un second
plancher en bascule reçoit un second étage également en pans de bois,
surmonté d'un comble très-saillant sur la rue, dont notre figure
explique suffisamment la combinaison. La saillie du comble sur le nû du
mur du rez-de-chaussée est de 3m50 environ; la façade était donc
parfaitement mise à l'abri de la pluie et de la neige; ces habitations
étaient ainsi appropriées au climat de cette contrée, chaud en été,
très-rude en hiver. Il est facile de reconnaître que ces sortes de
maisons en bois ne ressemblent point à celles élevées au nord de la
Loire. Il y a là d'autres traditions et aussi d'autres besoins. Le
citadin des villes du Lyonnais demandait moins de jour et un abri plus
efficace. À Annonay, par exemple, on voulait non-seulement garantir les
façades contre les bourrasques de neige, mais aussi les rues montueuses,
de manière à faciliter la circulation des habitants en hiver. C'est
qu'au moyen âge, quoi qu'en aient pu dire les détracteurs de cette
époque, le citadin ne se renfermait pas dans cet égoïsme brutal si
général aujourd'hui; en élevant sa maison, il pensait aussi qu'il était
citoyen, il bâtissait pour lui et pour sa ville. De notre temps, les
règlements de voirie sont établis pour sauvegarder les intérêts communs.
Alors les règlements de voirie étaient certainement moins complets et
moins prévoyants, mais chaque citoyen pensait un peu plus à l'intérêt
général et tenait à assurer le bien-être de tous. Or, cette alliance de
l'intérêt général et de l'intérêt particulier, comprise par tous les
habitants d'une même ville, est plus intelligente que ne peuvent l'être
les règlements les plus complets et les mieux exécutés. Au point de vue
de l'art, le résultat est bien autrement intéressant. Il en est de cela
comme de la charité privée comparée à la charité publique. Si celle-ci
est plus régulière et peut-être plus efficace, la première est plus
délicate et intelligente. Mais nous n'avons pas à nous occuper de ce
triste côté de notre civilisation moderne, qui semble avoir besoin
d'être journellement vantée pour se distraire de comparaisons fâcheuses.
Revenons à notre architecture domestique.

Les constructions de maisons par empilages sont mieux caractérisées si
nous nous rapprochons des Alpes, Nantua (Ain), on voit encore quelques
maisons à peu près de la même époque que celle d'Annonay, donnée
ci-dessus, mais dont la structure se rapproche davantage de celle des
habitations suisses dites _châlets_[147]. On retrouve dans ces maisons
(23) des traditions fort anciennes. La manière dont les pans de bois du
premier étage sont posés sur la maçonnerie, les sablières doublées sous
le comble, appartiennent tout à fait à des constructions primitives de
certaines peuplades qui n'employaient que le mode de charpente par
empilage, tandis que le tracé de la ferme de face formant auvent et
certaines parties des pans de bois se rapprochent des charpentes
assemblées si fréquentes dans le nord de la France. Il faut se hâter de
faire une étude complète et critique de ces vieux débris des habitations
du sol des Gaules, car cette étude peut puissamment aider au classement
des races répandues sur ce territoire. Les édifices religieux et les
châteaux se sont élevés sous des influences souvent étrangères au sol où
nous les trouvons aujourd'hui, tandis que les maisons ont conservé
très-tard les traditions primitives des populations indigènes. En
Angleterre, par exemple, on ne peut méconnaître que toutes les
constructions de bois des XIVe et XVe siècles, nombreuses encore, ont
une grande analogie avec l'art de la charpenterie navale. Les
assemblages des bois, leur force relative, l'emploi fréquent des
courbes, reportent sans cesse l'esprit vers les combinaisons de la
charpente des navires; tandis qu'à la même époque, dans le nord de la
France, nous voyons employer un mode de charpente qui ne se compose que
de bois de bout et de traverses avec quelques décharges et croix de
saint André; dans l'est, un mode fort ancien et qui appartient plus ou
moins à ce noyau de populations qui occupaient tout l'espace compris
entre la haute Loire, la Saône, les Alpes et le Jura; dans l'ouest et le
midi, un système de charpente très-restreint, et qui ne se compose que
de planchers et de chevronnages, laissant le maçon élever les murs de
face, latéraux et de refend.

Nous sommes très-porté à croire que les maisons de certaines contrées au
moyen âge ne différaient guère de celles élevées par leurs populations
avant la domination romaine; les Romains n'ont exercé une influence sur
le mode de construire les habitations que dans quelques provinces: dans
la Provence, une petite partie du Lyonnais, le Languedoc, la Saintonge,
l'Angoumois, le Périgord et une partie de la Bourgogne. Partout
ailleurs, des traditions remontant à une haute antiquité s'étaient
conservées, et, vers le XIVe siècle, sauf dans la Provence et le
Languedoc, il s'est fait une réaction définitivement _antiromaine_, au
point de vue de la structure des habitations. Il semblerait qu'à cette
époque, la vieille nation gauloise revenait, en construisant ses
habitations, à un art dont les principes étaient restés à l'état latent.
La féodalité séculière, loin de comprimer ce mouvement, paraît au
contraire y avoir aidé, non certainement par suite d'un goût particulier
pour une forme d'art, mais à cause de sa haine sourde pour les
institutions monastiques, lesquelles, comme nous l'avons dit plus haut,
avaient conservé les traditions gallo-romaines assez pures. Le moyen âge
est un composé d'éléments très-divers et souvent opposés; il est
difficile, sans entrer dans de longs développements, de rendre compte
des effets, étranges en apparence, qui se produisent tout à coup au sein
des populations sans cesse en travail. C'est dans l'habitation du
citadin et de l'homme des champs, autant que dans l'histoire politique,
que l'on trouve les traces du mouvement national qui commença pendant le
règne de saint Louis, et qui se continua avec une merveilleuse activité
pendant les XIVe et XVe siècles, à travers ces temps d'invasions, de
guerres et de misères de toutes sortes. Il semble qu'alors les habitants
des villes, qui s'étaient emparés de la pratique des arts, cherchaient
dans toutes les constructions à s'éloigner des traditions conservées par
les couvents; ils revenaient à la structure de bois, et se livraient aux
combinaisons hardies que permet la charpente; ils ouvraient de plus en
plus les façades de leurs maisons, de manière à composer les rues de
devantures à jour qui semblaient faites pour rendre la vie de tous les
citadins commune. Il résultait nécessairement de ce voisinage intime une
solidarité plus complète entre les citoyens; sans être obligés de
descendre sur la voie publique, ils pouvaient s'entendre, se concerter.
Dans certaines rues du XIVe siècle, les habitants des maisons formaient
un conciliabule en ouvrant leurs fenêtres. Ce besoin politique, cette
entente nécessitée par l'état de lutte de la classe bourgeoise contre
les pouvoirs cléricaux et séculiers, explique ces dispositions, qui nous
paraissent si bizarres aujourd'hui, de maisons qui, quoique
très-ouvertes sur leurs façades, forment des ruelles impénétrables, qui
se touchent presque au faîte, en laissant à leur base une circulation
très-facile à intercepter. La grande question pour la cité alors,
c'était la concentration, la réunion des moyens, l'entente complète à un
moment donné; force était donc de grouper les maisons autant que
possible et de mettre leurs habitants en communication immédiate. Les
façades en charpente se prêtaient bien mieux que celles en maçonnerie à
ces dispositions resserrées et à ce système de claires-voies; de plus
elles prenaient moins de ce terrain si précieux. Il n'y a donc pas lieu
de s'étonner si, parmi les populations urbaines qui ont acquis vers le
XIVe siècle des priviléges, une certaine indépendance, qui sont devenues
industrieuses et riches, la construction de bois a été presque
exclusivement adoptée. Dans les villes du Midi, où les traditions de la
municipalité romaine ne s'étaient jamais entièrement perdues, et qui
n'avaient pas éte forcées de réagir violemment contre le pouvoir féodal,
surtout contre le pouvoir féodal clérical devenu plus lourd pour les
cités que la puissance laïque, l'architecture domestique conserva la
construction de maçonnerie, des dispositions de rues relativement plus
larges, et n'adopta point ces façades entièrement ouvertes qui
mettaient, pour ainsi dire, tous les bourgeois d'une cité en contact les
uns avec les autres.

Nous venons de dire que le pouvoir féodal clérical pesait plus
lourdement alors sur les villes du Nord que tout autre. On se rappelle
que (dans l'article CATHÉDRALE) nous avons expliqué comment les évêques,
vers la fin du XIIe siècle, préoccupés de l'importance exagérée que
prenaient les établissements monastiques, lesquels avaient absorbé à
leur profit une grande partie de l'autorité diocésaine d'une part, et
désireux d'empiéter sur le pouvoir féodal laïque de l'autre,
s'entendirent avec la plupart des grandes villes situées au nord de la
Loire[148], pour élever des cathédrales qui deviendraient le monument de
la cité, dans lequel les habitants pourraient se réunir à leur gré,
traiter des affaires publiques, faire juger leurs procès[149]; comment
ces évêques espéraient ainsi détruire le pouvoir colossal que s'étaient
attribué les abbayes, et amoindrir celui des seigneurs laïques; comment
cette tentative, d'abord secondée avec une ardeur extrême par les cités,
échoua en partie à la suite de la protestation des quatre barons
délégués en 1246 vers le roi Louis IX, et de l'établissement des baillis
royaux; comment cependant la bourgeoisie, faisant alliance plus intime
avec la royauté dont elle sentait dès lors le pouvoir protecteur, cessa
brusquement de subvenir à la construction de ces immenses basiliques,
regardées comme une garantie de leurs libertés futures, pour lutter
contre le pouvoir féodal de l'évêque et des chapitres, le plus étendu,
presque toujours, dans la cité. Cette lutte, soutenue souvent par les
seigneurs laïques et tolérée par le pouvoir royal lorsqu'il y trouvait
un moyen d'étendre son autorité, eut pour résultat d'entretenir au sein
de la population de ces villes une fermentation incessante et de lui
donner une idée de sa force si elle se maintenait unie. De là ces
habitations si intimement liées, si voisines, toutes construites à peu
près sur un même programme suivi jusqu'à la fin du XVe siècle.

Il nous faut toujours pénétrer dans les moeurs du moyen âge lorsque nous
voulons avoir la raison de son architecture. Les Romains passaient une
grande partie de leur temps dans les monuments publics, dans les
basiliques, sous les portiques, dans les thermes et les édifices
destinés à des jeux, théâtres, cirques, amphithéâtres, etc. Bien que, de
nos jours, les grandes villes contiennent beaucoup de monuments publics,
cependant, lorsqu'on jette les yeux sur le plan de la Rome antique, où
les monuments occupent une si grande surface relative, on se demande où
logeaient les habitants d'une ville aussi populeuse; c'est que les
Romains (nous ne parlons pas de ceux qui possédaient des palais immenses
dont la surface prenait encore un espace considérable) ne demeuraient
guère chez eux que pour prendre leur repas et dormir. Au moyen âge, au
contraire, dans les villes du nord de la France, chaque famille vivait
dans sa maison; les citoyens n'avaient pas d'occasion de se grouper, et
les villes eussent-elles été assez riches pour élever de nombreux
édifices publics, que le principe du gouvernement féodal s'y serait
opposé. L'église était le seul monument de la cité où la réunion des
citoyens fût admise; ainsi s'explique-t-on l'empressement avec lequel
les villes populeuses vinrent en aide aux évêques, lorsqu'ils
projetèrent de construire les grandes cathédrales. Mais lorsque cet élan
fut tout à coup suspendu, la bourgeoisie, trouvant dans le pouvoir royal
des garanties sérieuses, se mit à construire des habitations avec une
ardeur toute nouvelle, et le bois se prêtait merveilleusement à la
satisfaction prompte de ces besoins: rapidité dans l'exécution,
économie, et, ce qui importait plus encore, faible surface occupée par
les pleins.

Partout ailleurs, jusqu'à la fin du XVIe siècle, l'architecture suit son
cours régulier, elle améliore les habitations, les rend plus claires et
plus commodes, mais continue à employer les méthodes romaines. La forme
seule se modifie. On voit dans la Bourgogne, dans le Lyonnais, dans le
Limousin, dans le Périgord, dans l'Auvergne et le Languedoc, des maisons
des XIVe et XVe siècles qui ne diffèrent de celles du XIIe et du XIIIe
que par leur style d'architecture[150]. Ni la structure, ni la
disposition de ces habitations ne se modifient d'une manière sensible.
Dans des provinces plus méridionales encore et qui, au XIVe siècle,
n'étaient pas françaises, on voit élever, à cette époque, des
habitations dont le style conservait absolument le caractère roman.
Telles sont, par exemple, quelques maisons de la ville de Perpignan;
l'une de ces maisons, qui depuis avait été affectée aux service du
palais de justice, présente une façade d'un goût presque antique, malgré
les détails empruntés au style aragonais de cette époque (24)[151]. Du
côté de l'est, les traditions de la construction romane se conservent
aussi très-tard dans les habitations, c'est-à-dire jusqu'au XVe siècle.
Certaines maisons de Trèves, de Cologne, de Mayence, qui ont été élevées
au commencement du XIIIe siècle, pourraient, dans l'Île-de-France et la
Champagne, passer pour des maisons romanes. On retrouve même encore dans
quelques-unes de ces habitations des dispositions particulières qui
n'appartiennent en France qu'au XIIe siècle ou au commencement du XIIIe:
telles sont, par exemple, ces cheminées dont les tuyaux sont portés en
encorbellement sous les murs de face, à partir du premier étage (voy.
CHEMINÉE). Nous donnons (25) la façade d'une des vieilles maisons de la
ville de Trèves qui date du commencement du XIVe siècle, et qui montre
sa cheminée au milieu du mur pignon sur la rue.

L'âtre est placé ainsi que l'indique le fragment de plan A, et le tuyau,
terminé par le couronnement B, repose sur trois consoles en forme de
chapiteaux et sur deux petits arcs entre les fenêtres du premier étage.
Il devait être assez agréable, en se chauffant, de jouir de la vue du
dehors. Des fenêtres ainsi percées permettaient de travailler auprès de
la cheminée, et de se chauffer sans être incommodé par la réverbération
de la flamme. Les gens de ce temps avaient donc leur _confort_, et de ce
que nous ne saurions nous en accommoder aujourd'hui, il ne s'ensuit pas
que le nôtre soit plus sagement entendu. Si primitif que fût ce
_confort_, au moins l'architecture s'y soumettait-elle entièrement,
tandis qu'aujourd'hui notre architecture (du moins celle qu'on veut nous
persuader être nôtre) est en désaccord perpétuel avec nos habitudes
intérieures.

Revenons aux maisons des villes françaises des XIVe et XVe siècles. Le
bois domine décidément dans leur construction à dater de cette époque,
et généralement ce sont les pignons qui se présentent sur la rue, les
terrains propres à bâtir ayant plus de profondeur que de largeur, par
cette raison, qui domine toujours dans les villes, que le terrain en
façade est le plus recherché. Cependant si le terrain était en bordure,
ce qui se présentait quelquefois, les pignons s'établissaient sur les
murs mitoyens et le pan de bois de face sur la rue était goutterot.
Voici (26) une maison de Beauvais[152] qui présentait cette disposition.
Au rez-de-chaussée était un portique avec boutiques en arrière, ainsi
qu'on en voit encore à Reims[153]. Le premier étage sur la rue se
composait de deux pièces auxquelles on montait par un escalier à vis
disposé au fond de l'allée A. Sous le comble était une grande pièce
éclairée par deux lucarnes, une sur la rue, l'autre sur une petite cour.
Cette habitation datait du commencement du XVe siècle. Il existe encore
quelques maisons de ce genre à Orléans, sauf le portique.

Après la guerre de l'indépendance, au XVe siècle, lorsque les Anglais
furent contraints d'abandonner le nord et l'ouest de la France, il y
eut, sous le règne de Louis Xl, un mouvement prononcé de prospérité au
sein des populations urbaines. Des constructions privées s'élevèrent en
grand nombre, à Paris, à Reims, à Orléans, à Beauvais, à Rouen, dans
toutes les cités de la Normandie, de la Picardie et de l'Île-de-France.
Par suite de ce besoin de construire, le terrain acquit une valeur
considérable, et tout en laissant une circulation libre à
rez-de-chaussée, en supprimant même les portiques dont les piliers ou
poteaux étaient un embarras, on posa les façades en encorbellement sur
la rue dès le niveau du plancher du premier étage. Ces façades
devenaient ainsi de véritables bretèches, larges et donnant aux étages
jusqu'à deux mètres de saillie sur le nu du soubassement. Les devantures
des boutiques étaient dès lors parfaitement abritées. Ce système de
construction était surtout admis au débouché des rues sur les places de
marchés, presque toujours entourées de portiques.

On voit encore à Reims[154] une maison dont la façade en pan de bois,
parfaitement conservée du haut en bas, est ainsi portée en
encorbellement sur cinq fortes potences et est en saillie de 1m,65 sur
la voie publique (26 _bis_). D'un côté, un mur mitoyen A en pierre porte
les cheminées, et sa jambe étrière reçoit deux liens. De l'autre, la
mitoyenneté n'est établie que sur un simple pan de bois. Les statues en
bois qui étaient rapportées sur le poteau cornier du côté de la jambe
étrière de pierre n'existent plus; mais les deux liens inférieurs
extrêmes représentent sculptés, en demi-ronde bosse, d'un côté Samson
tuant le lion, et de l'autre saint Michel terrassant le démon. Ce pan de
bois de face, faisant bretèche, puisqu'il prend un jour latéral, est
taillé avec une grande perfection; et il faut, en effet, que ses
assemblages aient été parfaitement disposés, puisque la charpente n'a
pas subi de déformation, bien que dans toute sa hauteur il n'y ait pas
de croix de Saint-André. Les intervalles des poteaux sont hourdés en
maçonnerie et enduits.

Voici également (27) une maison de Rouen en pan de bois, à quatre
étages, un peu antérieure à la précédente, c'est-à-dire appartenant à la
première moitié du XVe siècle, et qui forme angle de deux rues[155]. Les
pans de bois de chaque étage sont posés en encorbellement les uns sur
les autres (voir la coupe A), de sorte que le troisième étage prend une
surface sensiblement plus grande que celle occupée par le
rez-de-chaussée. La corniche à la base du pignon figure une suite de
mâchicoulis.

Au XVe siècle, les fenêtres de ces maisons de bois sont multipliées et
petites; cela était une nécessité de construction dès lors que les pans
de bois atteignaient une grande hauteur. En effet, ces sortes de
constructions, par la nature même de la matière employée, sont sujettes
à jouer. De grands châssis de fenêtres eussent été souvent dérangés,
comprimés ou gauchis par le mouvement des pièces de bois. Il eût fallu
continuellement les démonter et les retoucher, tandis que de petits
châssis étaient bien moins sensibles aux changements de température ou
suivaient plus aisément les mouvements de la charpente. On remarquera,
d'ailleurs, que les alléges de ces fenêtres, soigneusement garnies de
croix de Saint-André, empêchaient le déversement des poteaux
d'huisseries, et que le poids des pans de bois est reporté sur les
poteaux corniers par des décharges à chaque étage. Mais les habitants
des villes du Nord cherchent de plus en plus à ouvrir ces façades en
bois. À la fin du XVe siècle souvent, ils en font de véritables
lanternes, ainsi que le démontre l'exemple ci-contre (28) tiré également
d'une maison de Rouen[156]. Seules les alléges avec leurs croix de
Saint-André arrêtent le roulement du pan de bois, taillé du reste avec
toute la perfection d'une oeuvre de menuiserie. C'est que aussi, à cette
époque, la maison de bois perd le caractère de construction de
charpenterie pour prendre celui d'un meuble, d'un bahut immense.

Dans la figure 28, les hourdis en maçonnerie dans les alléges sont
encore apparents; bientôt ces hourdis disparaissent derrière des
panneaux de menuiserie, et toute la face de la maison ne présente plus
qu'un assemblage de boiseries. C'est d'après cette donnée qu'ont été
construites beaucoup de maisons à la fin du XVe siècle et au
commencement du XVIe.

La figure 29, qui reproduit une portion d'habitation de l'abbaye de
Saint-Amand, à Rouen, laisse voir au-dessus d'un rez-de-chaussée en
maçonnerie deux étages de pans de bois entièrement garnis, à
l'extérieur, de panneaux de menuiserie sculptés. Lorsqu'un peu plus
tard, avec la Renaissance, on en revint aux constructions de pierre,
cette habitude s'était si bien conservée que l'on bâtit encore un grand
nombre de maisons de bois, mais dans lesquelles cependant on trouve des
formes de pilastres et de bandeaux qui n'appartiennent point au système
de construction en charpente. Il existe encore dans la rue de la
Grosse-Horloge, à Rouen, deux maisons de ce genre qui sont couvertes de
détails précieux. Nous donnons (30) une portion de l'une d'elles[157].

Le XVIe siècle vit élever encore quantité de ces maisons si coquettes,
dernier reflet de l'art du moyen âge. Après les désastres de la fin de
ce siècle, les habitations reviennent à un style plus simple, mais les
plans se modifient très-peu et beaucoup de maisons du temps de Henri IV
et de Louis XIII reproduisent exactement les plans des habitations
antérieures. Ce n'est guère que sous le règne de Louis XIV que les
maisons (nous ne parlons pas des hôtels) perdent tout caractère
extérieur. Ce sont presque toujours alors des murs unis ou des pans de
bois hourdés et crépis, percés de fenêtres carrées, sans rien qui occupe
les yeux; mais aussi les intérieurs se modifient profondément.

La _salle_, que nous retrouvons dans les habitations jusque vers le
commencement du XVIIe siècle, fait place à des chambres. Les surfaces
sont divisées; chacun veut être chez soi, et les habitudes de la vie en
commun disparaissent. On comprend comment une famille s'attachait à sa
maison lorsque la salle commune, qui même souvent servait de chambre aux
maîtres, avait vu naître et mourir plusieurs générations, avait été
témoin des fêtes de l'intérieur, avait été longtemps foulée par des pas
amis; on comprend alors comment chaque bourgeois tenait à ce que sa
maison fût plaisante, ornée; mais on ne comprend pas le luxe répandu sur
des façades de maisons banales dans lesquelles les habitants ne laissent
qu'un souvenir fugitif. Naturellement l'aspect de ces maisons doit être
banal comme leur usage. Au point de vue de l'art, est-ce là un progrès?

Des exemples d'habitations urbaines que nous venons de présenter dans
cet article il ressort une série d'observations intéressantes. Le
caractère _individuel_ de ces habitations est frappant; or, nous nous
rangeons de l'avis de ceux qui prétendent que l'état moral d'un peuple,
sa vitalité est en raison du plus ou moins de responsabilité laissée à
chacun. La véritable civilisation, cette civilisation distincte de
l'état policé, la civilisation fertile, active, est celle au milieu de
laquelle le citoyen conserve la plénitude de son individualité. Les
civilisations théocratiques ou despotiques de l'Orient sont destinées à
jeter un vif éclat à un moment donné, puis à s'éteindre peu à peu, pour
ne jamais plus se relever. Alors, en effet, le citoyen n'existe pas: il
y a le souverain, la théocratie ou l'aristocratie; puis un troupeau
d'hommes dont le passage est marqué seulement par ces monuments
prodigieux tels que ceux de l'Égypte, de l'Inde ou de l'Asie Mineure.
Sous un état pareil, la maison n'existe pas; entre le palais et la hutte
de terre il n'y a pas d'intermédiaire, et encore toutes les huttes de
terre se ressemblent-elles et par la forme et par la dimension. Aux
races septentrionales qui émigrèrent en Occident, conduisant avec eux
ces grands charriots contenant leurs familles, véritables maisons
roulantes que l'on fixait au sol le jour où la tribu avait conquis une
place, à ces races seules, les Grecs de l'antiquité en tête, il a été
donné de bâtir des maisons, c'est-à-dire des habitations indiquant les
habitudes et les goûts de chacun, se modifiant au fur et à mesure des
changements qui s'opèrent dans ces habitudes et ces goûts. Le système
féodal, bien qu'imposé en France par la conquête, bien qu'anthipatique
aux populations gallo-romaines, n'était pas fait pour détruire
l'_individualisme_, la responsabilité personnelle; au contraire, il
développait avec énergie ce sentiment naturel aux populations
occidentales, il établissait la lutte à l'état permanent, il laissait un
dernier recours contre l'oppression par l'emploi du mécanisme féodal
lui-même: car tout individu opprimé par un seigneur pouvait toujours
recourir au suzerain, et toute municipalité pouvait, en se jetant tantôt
dans le parti de l'évêque, tantôt dans celui du baron laïque, ou en les
repoussant l'un et l'autre pour se donner au suzerain, faire un dernier
appel contre la tyrannie. Ce n'était pas là certainement un état réglé,
policé, comme nous l'entendons; mais ce n'était pas non plus un état
contraire au développement intellectuel de l'individu. Aussi,
l'individu, dans les villes du moyen âge, est quelque chose et, par
suite, son habitation conserve un caractère défini, reconnaissable.

Le gouvernement absolu de Louis XIV étouffe presque entièrement ce
sentiment si actif encore jusqu'à la fin du XVIe siècle, et la maison du
citadin français au XVIIe perd tout caractère individuel. L'habitation
des villes devient un magasin de famille. Uniformément bâties,
uniformément percées ou distribuées, ces demeures engloutissent les
citoyens qui perdent, en y entrant, toute physionomie individuelle et ne
se reconnaissent plus, pour ainsi dire, que par des noms de rues et des
numéros d'ordre. Aussi nous voyons qu'en Angleterre, où le sentiment de
la responsabilité personnelle, de la distinction de l'individu s'est
beaucoup mieux conservé que chez nous, les habitants des grandes villes,
s'ils possèdent des maisons à peu près semblables comme apparence, les
possèdent du moins par familles et ne se prêtent que difficilement à
cette réunion de nombreux locataires dans une même habitation. Ce fait
nous paraît avoir une signification morale d'une haute importance, et ce
n'est pas sans une vive satisfaction que nous voyons de nos jours ce
sentiment de la distinction de la famille, de l'_individualisme_,
s'emparer de nouveau des esprits, et réagir contre l'énervant système
introduit en France sous le gouvernement de Louis XIV.

Chacun désire avoir sa maison: or, si l'immense majorité des habitants
de nos grandes cités ne peut encore satisfaire ce goût à la ville, du
moins cherche-t-on à s'affranchir des conditions fâcheuses de la demeure
banale, en faisant élever ces myriades de petites maisons suburbaines
qui peuplent tous nos environs, et dans lesquelles les familles même peu
fortunées peuvent passer une bonne partie de l'année. Ce sera une des
gloires du gouvernement actuel de la France d'avoir su prendre les
mesures les plus radicales pour provoquer cette tendance saine des
esprits: car, selon nous, un État ne pourra se dire moralement civilisé
que le jour où chaque citoyen possédera son logis en propre, dans lequel
il pourra élever sa famille, où il laissera les souvenirs du bien qu'il
a pu faire ou des services qu'il a rendus à ses voisins. Les murs
parlent, et tel homme qui fera une action honteuse dans le logement loué
qu'il quittera dans six mois hésitera, entre les murs qui lui
appartiennent et où ses enfants grandiront, à se livrer à ses mauvais
penchants.

Il nous faut parler maintenant des hôtels, c'est-à-dire des maisons de
ville qui appartenaient à des seigneurs ou à de riches particuliers et
qui occupaient des espaces assez étendus, qui renfermaient des cours et
même quelquefois des jardins, mais qui n'affectaient pas les
dispositions de défense des palais seigneuriaux, qui n'étaient point
munies de tours et de murailles crénelées. Ainsi que nous l'avons dit en
commençant cet article, l'hôtel n'avait pas habituellement ses
appartements d'habitation sur la voie publique, mais plutôt des communs,
des dépendances, quelquefois un simple mur avec porterie. Autant les
bourgeois, les marchands, tenaient à participer à la vie journalière de
la rue (c'était d'ailleurs pour la plupart d'entre eux une nécessité),
autant le noble et le négociant enrichi, menant un grand train, tenaient
à se renfermer chez eux, à vivre à la ville de la vie féodale, isolée,
n'ayant pas de communications habituelles avec le dehors. Le caractère
de l'hôtel, ou, si on l'aime mieux, de la maison noble, diffère donc
entièrement de celui de la maison du bourgeois. Ces sortes d'habitations
ont dû subir plus de changements encore que les maisons des bourgeois.
Occupant des espaces plus considérables, ayant successivement appartenu
à des personnages riches, elles ont été modifiées suivant le goût du
jour; nous ne trouvons plus en France d'hôtels antérieurs au XVe siècle,
ou du moins les débris qui nous en restent n'ont qu'une médiocre valeur.

Un des plus anciens, parmi ces hôtels, se voit encore à Provins; il
appartenait à quelque riche chanoine de Saint-Quiriace. Il se
compose(31) «de deux corps de bâtiments distincts, séparés par un
passage voûté. À gauche se trouvait la grande salle de réception placée
au premier étage; on y arrivait de la cour par un escalier extérieur en
bois. Trois fenêtres géminées ouvertes sur la façade qui regarde
l'église éclairaient cette pièce; elle était chauffée par une grande
cheminée en pierre et recouverte par une charpente apparente lambrissée
en berceau. À droite du passage se trouvaient la cuisine et deux pièces
placées entre cour et jardin et qui servaient à l'habitation[158].»

Dans quelques-unes de ces villes florissantes du Midi, aujourd'hui à
peine connues, il existe encore des habitations des XIIIe et XIVe
siècles qui participent à la fois de l'hôtel et de la maison. Le riche
négociant de ces municipalités des bords de la Garonne, de l'Aveyron, du
Tarn et du Lot, au sein desquelles les traditions gallo-romaines
s'étaient assez bien conservées, prétendait, lorsqu'il construisait un
hôtel, avoir des magasins sur la rue soit pour l'exercice de son propre
négoce, soit pour louer. Ces constructions mixtes étaient fréquentes à
Toulouse, à Alby, à Saint-Antonin, à Cordes, à Gaillac, à
Villeneuve-d'Agen.

Nous donnons (32) le plan d'un de ces hôtels situé dans la grande rue de
la ville de Cordes, en face la promenade de la _Bride_.

À droite et à gauche de l'entrée A, sont des magasins ou boutiques
s'ouvrant sur la rue. En B est la cour principale et en C une petite
cour de service à laquelle on arrive par un passage D. La salle ouverte
E servait probablement d'écurie. F est un cellier. Un large escalier à
vis G donne entrée dans la grande salle du rez-de-chaussée H, élevée de
sept marches au-dessus du sol de la cour. Un passage I communique à un
jardin K, situé en dehors du vieux rempart contre lequel est adossé
l'hôtel. Des bâtiments d'une époque récente ont été construits en partie
sur le jardin de _a_ en _b_. Les boutiques LL n'avaient pas accès dans
la cour et probablement ceux qui les occupaient logeaient ailleurs, à
moins que ces magasins ne fussent à l'usage du propriétaire de l'hôtel.
Le grand escalier G monte au premier étage dans une salle située
au-dessus de celle H, et communique par un passage en bois M au logis de
face dont la surface n'était divisée que par des cloisons. Un second
étage s'élève encore sur ce logis de face et est desservi par le grand
escalier et un second passage. L'écurie et le cellier ne possèdent qu'un
rez-de-chaussée. Une petite terrasse N avec perron donne sur la cour en
face de la salle H[159]. Cette habitation, qui date des premières années
du XIVe siècle, a tous les caractères de l'hôtel du moyen âge, bien que
des boutiques s'ouvrent sur la rue et que le bâtiment de face serve de
logement au premier et au second étage.

Les renseignements que l'on peut réunir sur les hôtels des XIIIe et XIVe
siècles, dans les villes du Nord, ne sont pas assez complets pour nous
permettre de donner des plans de ces habitations. Nous constatons
seulement qu'elles contenaient des cours, avec portiques sur une ou deux
faces, un corps de logis en retraite donnant sur la cour et sur un
jardin, et des communs disposés dans le voisinage de la rue. Le plus
ancien édifice de ce genre, encore entier, est l'hôtel de Jacques Coeur,
à Bourges. C'est sur un fief établi sur les murs qui fermaient la ville
que Jacques Coeur éleva cette splendide demeure[160].

Nous en donnons (33) le plan à rez-de-chaussée.

Les tours S, R, Q faisaient partie des remparts de la ville et furent
utilisés. Celle S fut couronnée par un riche pavillon crénelé, et un
escalier y fut accolé ainsi qu'à la tour Q. La disposition du rempart,
formant un angle très-ouvert et sur lequel le mur de face fut monté,
obligea l'architecte à donner à ses bâtiments la disposition biaise que
nous voyons se reproduire dans la cour. Mais alors on ne songeait guère
aux combinaisons symétriques et l'on profitait du terrain autant que
cela était possible. L'entrée de l'hôtel est sur la rue en A et se
compose d'une porte cochère avec poterne B à côté; l'escalier F monte à
la chapelle située au-dessus de l'entrée. Du dehors, il était donc
facile d'arriver à cette chapelle sans entrer dans l'intérieur de
l'habitation. De l'entrée A, pour les voitures ou pour les cavaliers, et
de la poterne B, on pénétrait dans la grande cour C, sous le portique
fermé D et sous celui E. Ce dernier portique était ajouré sur une cour
G, possédant un puits mitoyen G'. En H est l'escalier principal, donnant
entrée, à rez-de-chaussée, dans une grande salle à manger I et dans une
galerie de service J, communiquant aux cuisines disposées en K et K'. La
cuisine K' possédait un four avec cheminée et fourneau potager. De la
rue, on pouvait directement arriver aux cuisines par le couloir L et la
petite cour de service L', mise en communication avec la grande cour par
le passage L''. La grande salle à manger, chauffée par une immense
cheminée _c_, est accompagnée d'une petite tribune I' destinée aux
ménétriers. On arrivait à cette tribune sans passer par la salle mais
par l'escalier _f_ Sur l'aire de la salle I s'ouvre une trappe _i_
donnant dans les caves. Cette trappe était-elle réservée au service du
sommelier qui pouvait ainsi faire monter directement le vin frais dans
la salle au moment des repas, ou bien, comme quelques-uns le prétendent,
permettait-elle de jeter dans les caves l'argenterie en cas d'incendie:
c'est ce que nous ne saurions décider. La grande cheminée _c_, de six
mètres d'ouverture, était richement décorée; son manteau représentait
une ville fortifiée, et des deux côtés deux statues d'Adam et d'Ève nus
étaient séparées par l'arbre de science. M était l'office d'où, par un
tour _m_, on faisait passer les plats dressés dans la salle. Le petit
escalier droit que l'on remarque dans cet office descendait dans l'étage
inférieur de la tour S, qui servait ainsi d'annexe à l'office. Donnant
dans la petite cuisine K, est, au-dessous du four, une laverie voûtée et
dallée avec gargouille aboutissant à un puits perdu. Des latrines pour
les domestiques étaient placées à côté de cette laverie sous le massif
de l'escalier. Un escalier _n_ met cette cuisine en communication avec
un entre sol de la tour S et un premier étage au moyen de la vis _t_. La
petite cour L' possède un beau puits avec gargouille, permettant de
remplir les réservoirs disposés dans la grande cuisine K. Des cuisines
on apportait les mets dans l'office par le passage J qui se dégageait
sous le grand escalier H. En passant sous l'escalier O, on trouvait un
couloir qui mettait la grande cour en communication directe avec la
place de Berri P. En TT' sont deux grandes pièces dont la destination
n'est pas connue mais qui paraissent, par leur position, avoir dû servir
de chambre avec garde-robe disposée dans la tour carrée R. Tout cet
angle, compris la tour Q, constitue un appartement complet, indépendant,
puisqu'on pouvait de la grande chambre T' descendre dans la petite cour
G par l'escalier _g_, ou monter aux étages supérieurs. La conciergerie
était en V. Quant à la galerie D, elle servait de lieu de réunion pour
les pauvres auxquels on distribuait les restes de la table de Jacques
Coeur. Ces pauvres n'avaient pas ainsi un accès dans l'hôtel et
pouvaient attendre, à l'abri, que de la cuisine on leur apportât ce qui
leur était réservé. Les escaliers X, H, O, _g_ montent de fond et
desservent les étages supérieurs.

Si ce plan est irrégulier, on doit reconnaître que sa disposition est
bien entendue. Chaque service est à sa place, les communications entre
eux sont faciles et cependant ils sont indépendants. À la droite de
l'entrée, service de cuisine avec sa cour, sa sortie particulière et son
grand portique de distribution d'aumônes. En face, l'escalier principal
pour les appartements supérieurs et la salle à manger du
rez-de-chaussée. À gauche, appartement complet, indépendant, avec sa
cour et son portique, permettant d'entrer ou de sortir à couvert.
Beaucoup d'hôtels du XVIIe siècle sont loin de présenter des
distributions aussi commodes et aussi bien étudiées.

La figure 34 trace le plan du premier étage de l'hôtel de Jacques Coeur.
L'escalier principal A donne entrée dans la grande salle B, qui
possédait une estrade comme les grandes salles des châteaux. Les
appartements d'habitation étaient en C; ils étaient mis en communication
avec la grande salle B et avec la galerie D par des couloirs de service
et des issues directes. De la galerie D on se rendait à la chapelle E, à
laquelle aussi on montait directement du vestibule inférieur par
l'escalier F. Une autre galerie G mettait également la chapelle en
communication avec la salle J et l'appartement séparé K, lequel
possédait un escalier L particulier. Le service de l'appartement
principal C se faisait par l'escalier M ou par l'escalier X. Le salon I
trouvait une issue par l'escalier N; la grande salle B elle-même, outre
le grand escalier, était desservie par le second escalier O. Au premier
étage comme au rez-de-chaussée, les divers services de cet hôtel étaient
rendus indépendants, et les pièces destinées aux réceptions ne pouvaient
gêner les dispositions privées des habitants. Comme dans les châteaux,
on voit que le programme obligeait l'architecte à trouver des
combinaisons de plans très-compliquées pour satisfaire aux goûts ou aux
besoins particuliers du propriétaire. Il est certain que ces dégagements
nombreux, dissimulés, paraissaient indispensables, et que l'on
sacrifiait toute idée de symétrie aux nécessités de l'habitation, telles
qu'on les comprenait alors. On observera que les appartements destinés à
l'habitation se composent, outre les grandes pièces, de nombreux
réduits, cabinets, garde-robes, qui ne laissaient pas d'être fort
commodes; que toutes ces pièces, grandes et petites, sont éclairées.

Jacques Coeur, en utilisant les tours gallo-romaines des remparts,
n'avait peut-être pas été fâché de donner à son hôtel un aspect de
domaine féodal, et c'est, en grande partie, la conservation de ces tours
qui a nécessité les irrégularités de ce plan. L'architecture adoptée se
prête d'ailleurs à ces défauts de symétrie, et rien n'est plus
pittoresque, plus brillant, que cet intérieur de cour, avec ses
tourelles d'escaliers, ses combles distincts surmontés de tuyaux de
cheminée, d'épis, de lucarnes, de faîtages de plomb, autrefois dorés et
peints.

Nous présentons (35) une vue cavalière de cet hôtel, prise du point P'
(voir le plan du rez-de-chaussée). La construction est partout traitée
avec un soin extrême et la sculpture d'un charmant style, appropriée à
chacun des services, entremêlée d'emblèmes, de devises, de coeurs, de
plumes et de coquilles. Ainsi, au-dessus des trois baies de l'escalier
de la chapelle, dans les tympans, le sculpteur a placé un prêtre revêtu
de l'aube, se disposant à la bénédiction de l'eau; derrière lui un jeune
clerc sonne la messe; puis vient un mendiant, appuyé sur une béquille,
comme pour indiquer que le lieu saint est accessible à tous. Le second
bas-relief représente des clercs préparant l'autel. Le troisième, des
femmes qui arrivent à l'office, précédées d'un enfant qui ouvre une
porte. En haut de l'escalier est un quatrième bas-relief représentant le
Père Éternel avec deux anges en adoration. Au-dessus de la porte de
l'escalier, côté des cuisines, est sculptée une large cheminée devant
laquelle pend un coquemard; un enfant tourne la broche, une femme lave
des plats, et un cuisinier pile des épices dans un mortier.

Parmi les devises gravées sur quelques tympans, ou peintes sur des
vitraux, on lit celle-ci: «A coeurs vaillants riens impossible.» Puis
ces mots énigmatiques: «Dieu. faire. taire. de. ma. joie.» ou bien
encore ce dicton: «En bouche close n'entre mousche.» Jacques Coeur avait
adopté pour armes: _d'azur à la fasce d'or chargée de trois coquilles de
sable, accompagnée de trois coeurs de gueule posés, 2 en chef, 1 en
pointe_.

Les voûtes de la chapelle sont entièrement peintes; dans chacun des
triangles de cette voûte est un ange vêtu de blanc, tenant un phylactère
et se détachant sur un fond bleu étoilé d'or. Ces peintures sont d'une
bonne exécution et passablement conservées. On sait combien l'illustre
négociant parvenu du XVe siècle paya cher ces magnificences. L'homme est
une des individualités les plus remarquables de notre pays. Cette
habitation est donc un édifice intéressant à tous les points de vue,
parmi ceux de ce genre que nous possédons en France[161].

Nous allons arriver à la fin du XVe siècle, et décrire l'un des plus
charmants hôtels de ce temps, si riche en constructions de ce genre.

Il existait encore, en 1840, rue des Bourdonnais, un hôtel dit de La
Trémoille; c'était un fief régulier, créé à Paris sous Charles VI et
relevant directement du roi, plus tard de l'évêque. Il fut rebâti, tel
que nous l'avons vu, vers 1490, par Louis de La Trémoille, né en 1460.
Ce fut ce Louis de La Trémoille qui prit le duc d'Orléans à la bataille
de Saint-Aubin-du-Cormier en 1488; ce qui n'empêcha pas le Valois,
devenu roi de France, de lui confier le commandement de l'armée du
Milanais en 1500. Il fut tué à la bataille de Pavie. Voici (36) le plan
du rez-de-chaussée de cet hôtel.

La porte d'entrée A, accompagnée de sa poterne _a_, s'ouvrait sur la rue
des Bourdonnais; elle donnait entrée dans une cour assez spacieuse,
possédant près de l'entrée un portique avec retour du côté droit. Au
fond, s'élevait le logis principal. Sous une tourelle, portée sur deux
colonnes à gauche, en B, était un passage mettant la cour en
communication avec un jardin qui s'étendait jusqu'à la rue Tirechappe et
qui, de ce côté, possédait une porte charretière avec communs à droite
et à gauche pour les équipages et chevaux. Un grand perron C donnait
entrée dans la grande salle D, dans l'escalier principal E, dans la
salle F par la porte G et dans la petite pièce voûtée H, en descendant
quelques marches. Continuant à descendre, on arrivait aux caves, bien
voûtées et spacieuses. Une autre porte I, avec perron et montoir K,
permettait de pénétrer directement de la cour dans les deux pièces M et
L. Un second escalier N, de service, montait aux étages supérieurs et
desservait même les combles. En O était une petite cour avec puits. Les
cuisines et leurs dépendances se trouvaient en P; elles étaient en
grande partie détruites et enclavées dans une propriété voisine. Un
portique R, se reliant à celui de l'entrée du côté de la rue Tirechappe,
permettait de passer à couvert de cette cuisine et des communs dans le
logis principal en traversant le palier inférieur de l'escalier de
service, et d'arriver ainsi à la salle à manger D. La conciergerie était
disposée du côté de la rue Tirechappe en V. En Y, on découvrit un égoût
fort bien construit, qui autrefois conduisait les eaux pluviales et
ménagères sous cette rue. Au premier étage, la distribution du grand
logis était la même que celle du rez-de-chaussée; le mur de refend _b_
se trouvait cependant supprimé, les deux salles L et M profitaient de la
largeur du passage B, et cette dernière donnait entrée dans l'oratoire
ou cabinet placé dans la tourelle d'angle. Le portique Q ne formait, au
premier, qu'une seule galerie coudée depuis le point S jusqu'au point T.
Cette galerie, largement éclairée sur la cour, n'était percée sur la rue
que par trois petites fenêtres. Le grand logis seul, entre cour et
jardin, possédait un second étage desservi par les deux escaliers E, N.
Le bâtiment des cuisines, les communs et le portique R n'avaient qu'un
rez-de-chaussée. En X, nous donnons un ensemble de l'hôtel de La
Trémoille avec les développements du jardin et des bâtiments des
communs.

L'architecture de cet hôtel était une des plus gracieuses créations de
la fin du XVe siècle. La tourelle de gauche, le grand escalier, les
portiques avec leur premier étage, n'avaient subi que de légères
mutilations. Quant à la façade du logis sur la cour, elle avait été fort
gâtée, mais tous les éléments de sa décoration subsistaient par parties
sous des plâtrages modernes. Du côté du jardin, la façade était
très-simple. Ce qu'on ne pouvait trop admirer dans cette charmante
architecture, c'était le goût délicat qu'y avait déployé l'architecte.
L'assemblage des parties lisses et des parties décorées était des plus
heureux. Tout cela fut jeté bas en 1840. De concert avec la commission
des Monuments historiques, nous fîmes alors les plus pressantes
sollicitations pour conserver ce chef-d'oeuvre. Toutefois, nous ne pûmes
obtenir autre chose que le transport de quelques fragments à l'École des
beaux-arts, où on les voit encore enclavées dans le mur de gauche en
entrant.

Nous donnons (37) la façade du grand logis comprise entre la tourelle et
l'escalier[162].

Tout le monde connaît l'hôtel de Cluny, qui contient aujourd'hui le
musée des objets du moyen âge et qui est bâti sur les thermes de Julien;
cet édifice est du même temps que l'hôtel de La Trémoille et présente
une disposition analogue. Sur la rue des Mathurins, s'élève un mur de
clôture crénelé, le logis est situé entre cour et jardin. Nous
empruntons à M. le baron de Guilhermy cet aperçu sommaire de l'histoire
de cet hôtel[163]:

«Dans la première moitié du XIVe siècle, vers 1340, Pierre de Chaslus,
abbé de Cluny, acheta l'emplacement du palais des Thermes, dans
l'intention d'y construire un logis rapproché du collége que son abbaye
possédait en face de la Sorbonne. Ce projet ne paraît pas avoir été
suivi d'exécution; car ce ne fut qu'à la fin du XVe siècle que Jean de
Bourbon, un des successeurs de Pierre de Chaslus, entreprit la
construction de l'édifice qui subsiste encore. Quand ce prélat mourut,
en 1485, les fondations sortaient à peine de terre. Jacques d'Amboise,
qui réunissait en même temps les titres d'évêque de Clermont, d'abbé de
Cluny, d'abbé de Jumiéges et d'abbé de Saint-Alyre, reprit, en 1490,
l'oeuvre de son prédécesseur et la conduisit jusqu'à son entière
perfection.»

Plus heureux que l'hôtel de La Trémoille, l'hôtel de Cluny fut conservé,
grâce à la collection que Dusommerard sut y réunir et à la réputation
européenne qu'acquit bientôt ce musée d'objets du moyen âge. En 1842,
l'État acheta cet hôtel et la collection qu'il renfermait, se fit céder
par la ville de Paris les restes des Thermes de Julien, et aujourd'hui
cet ensemble est devenu le rendez-vous de toutes les personnes qui
prennent quelque souci des choses du passé[164].

Nous donnons (38) le plan du rez-de-chaussée de cet hôtel. Le logis
d'habitation est plus vaste que celui de l'hôtel de La Trémoille, mais
le jardin était moins étendu. En A est la porte principale sur la rue
des Mathurins-Saint-Jacques avec sa poterne A'. La conciergerie est en
B; puis s'élève un portique C qui donne entrée dans les pièces H du
rez-de-chaussée, pièces dans lesquelles on entre également par le grand
escalier F et par une petite porte _f_. La cuisine est en D, avec son
perron, et son escalier particulier P, ayant à la fois issue au dehors,
sur le sol de la cuisine et dans la salle H'. Une porte _g_ donne
directement entrée de la cour dans cette cuisine. En I, est une pièce en
retour sur le jardin avec escalier d'angle R, ayant porte sur le jardin,
porte sur cette salle I et sur la galerie L. En K est une salle ouverte,
sorte de préau couvert sous la chapelle située au premier étage. F est
une cour avec entrée O dans l'une des salles antiques des thermes. M est
également une salle antique dans laquelle probablement étaient disposées
les écuries. La galerie L communiquait autrefois à des latrines. Le mur
sur la rue est crénelé et était muni d'un chemin de ronde en bois porté
sur des corbeaux détruits aujourd'hui et remplacés par des potences en
fer. Un petit escalier S permet de descendre de la salle I dans le préau
couvert K et de monter directement à la chapelle. Le jardin G, de 17
mètres de largeur sur 35 mètres de longueur environ, était bordé par des
propriétés particulières. L'escalier principal F est terminé par une
plate-forme à laquelle on arrive par un petit escalier à vis partant de
l'étage sous comble. L'hôtel de Cluny, comme celui de La Trémoille,
possède des caves, un rez-de-chaussée, un premier étage et un étage sous
comble mansardé. Les constructions sont assez bien conservées. Les
planchers anciens, formés de poutres recevant un solivage, sont encore
apparents, et plusieurs des cheminées datent de la construction
primitive. Bien que l'architecture des logis n'ait pas l'élégante
délicatesse de l'hôtel de La Trémoille, cependant elle ne manque ni de
grâce ni de style. Les fenêtres sont heureusement percées, les escaliers
très-habilement disposés et la chapelle est un petit chef-d'oeuvre. Elle
possède une absidiole portée en encorbellement sur la pile extérieure du
préau couvert. Comme ce préau, elle est voûtée, et ses quatre voûtes en
arcs d'ogives portent sur une colonne centrale[165]. La figure 39 donne
la vue cavalière de cet hôtel, prise du côté de l'entrée.

Il existe encore à Paris un hôtel de la fin du XVe siècle: c'est l'hôtel
de Sens, qui servait de résidence aux archevêques de Sens lorsqu'ils
séjournaient à Paris[166]. Cet hôtel est situé au carrefour formé par la
rencontre des rues de l'Hôtel-de-Ville, du Figuier, de l'Étoile, des
Barrés et du Fauconnier. Il fut élevé par l'archevêque Tristan de
Salazar, de 1475 à 1519. Les mutilations nombreuses qu'il a subies lui
ont enlevé presque entièrement son caractère.

On voit encore de jolis hôtels de la Renaissance et du commencement du
XVIIe siècle dans quelques villes de province. L'hôtel de Pincé, à
Angers, est un charmant édifice du XVIe siècle; celui de Vauxluisant, à
Troyes, qui date des premières années du XVIIe siècle, est remarquable
par son plan et les heureuses silhouettes de ses bâtiments. À Toulouse,
il reste encore bon nombre d'hôtels du XVIe siècle. L'oeuvre de
Ducerceau (_Les maisons des villes_) présente de nombreux exemples de
bons plans et de bâtiments d'un goût excellent.

Si les maisons, pendant le XVIIe siècle, ne furent plus guère que des
logis banals, dans lesquels il est difficile de trouver la trace d'un
art, il n'en fut pas de même des hôtels. Sous les règnes de Henri IV, de
Louis XIII, de Louis XIV et de Louis XV, Paris, Lyon, Toulouse,
Bordeaux, Caen, Nantes, virent élever quantité de beaux hôtels, qui
conservaient encore la disposition des habitations des nobles et riches
bourgeois du moyen âge et de la Renaissance. Les hôtels Lambert,
Carnavalet, de Mazarin (Bibliothèque impériale), de Pimodan, de Soubise
(archives de l'Empire), sont encore des modèles de grandeur et de bon
goût qui font quelque tort à tout ce que l'on fait en ce genre de nos
jours. C'est qu'il est plus facile d'acquérir la richesse que le
sentiment de la grandeur et le goût.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 9. bis.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]
[Illustration: Fig. 12.]
[Illustration: Fig. 13.]
[Illustration: Fig. 14.]
[Illustration: Fig. 15.]
[Illustration: Fig. 16.]
[Illustration: Fig. 17.]
[Illustration: Fig. 18.]
[Illustration: Fig. 19.]
[Illustration: Fig. 20.]
[Illustration: Fig. 21.]
[Illustration: Fig. 22.]
[Illustration: Fig. 23.]
[Illustration: Fig. 24.]
[Illustration: Fig. 25.]
[Illustration: Fig. 26.]
[Illustration: Fig. 26. bis.]
[Illustration: Fig. 27.]
[Illustration: Fig. 28.]
[Illustration: Fig. 29.]
[Illustration: Fig. 30.]
[Illustration: Fig. 31.]
[Illustration: Fig. 32.]
[Illustration: Fig. 33.]
[Illustration; Fig. 34.]
[Illustration: Fig. 35.]
[Illustration: Fig. 36.]
[Illustration: Fig. 37.]
[Illustration: Fig. 38.]
[Illustration: Fig. 39.]

     [Note 124: _Hist. Franc._ Lib. IV, cap. XXXVI.]

     [Note 125: _Ibid._ Lib. VIII, cap. XLII.]

     [Note 126: La figure 1 reproduit une maison sculptée sur un
     chapiteau de l'église de Vézelay, antérieur à la
     reconstruction du commencement du XIIe siècle. La figure 2
     donne une maison copiée sur un chapiteau du cloître de
     Moissac (XIIe siècle).]

     [Note 127: Lettre XXII.]

     [Note 128: Il faut dire toutefois que l'élément slave a
     modifié profondément ces constructions dans le Tyrol;
     cependant on y reconnaît encore la trace de ces charpentes
     indo-germaniques, caractérisées dans les monuments
     manuscrits.]

     [Note 129: D'après des plans recueillis particulièrement en
     Bourgogne, dans le Nivernais et la haute Champagne.]

     [Note 130: Cette disposition est fréquente dans les contrées
     où la pierre est belle et abondante, comme en Bourgogne et la
     haute Champagne; elle était adoptée, bien entendu, lorsque
     les maisons appartenaient à des particuliers n'ayant pas
     besoin de boutiques sur la rue. On voit des restes de ces
     maisons avec escalier et palier fermé à Vézelay, à Montréale
     (Yonne). Nous avons également pu reconnaître ces dispositions
     dans des habitations de Montbar, de Semur, de
     Châtillon-sur-Seine, d'Arc-en-Barrois, de Château-Villain, de
     Joinville. Il existe encore des rez-de-chaussées de ce genre
     parfaitement conservés dans certaines villes d'Italie et
     particulièrement à Viterbe (voyez l'_Architecture civile et
     domestique_ de MM. Verdier et Cattois).]

     [Note 131: L'usage de laisser les portes des rez-de-chaussées
     ouvertes dans les temps tranquilles, et lorsque la
     température n'était pas trop rude, est un usage antique qui
     s'est perpétué très-tard. Ces portes étaient alors simplement
     masquées par un rideau. Les vignettes des manuscrits et les
     vitraux indiquent toujours ce genre de fermeture.]

     [Note 132: Ayant trouvé quantité de ces rez-de-chaussées de
     maisons du XIIe siècle surmontés d'étages modernes en
     maçonnerie, nous avons été induit à penser que les premiers
     étages étaient construits légèrement dans l'origine. C'est
     alors qu'examinant les têtes des murs de refend qui seules
     restaient anciennes dans ces constructions, nous avons pu
     constater la trace des pans de bois de face portés en
     encorbellement et affleurant la saillie de ces sortes de
     contre-forts élevés sur le prolongement des murs mitoyens.]

     [Note 133: Nous avons trouvé des traces de ces peintures sur
     des bois déposés et reposés dans des constructions des XIVe
     et XVe siècles, particulièrement sur des chevrons de combles
     retaillés.]

     [Note 134: _Hist. Franc._ Lib. IX, cap. XXXVIII.]

     [Note 135: Voy. l'_Architecture domestique_ de MM. Verdier et
     Cattois. M. Verdier a relevé quelques-unes de ces jolies
     maisons.]

     [Note 136: Nous citerons parmi ces bastides bâties d'un seul
     jet, de 1260 à 1330, celles d'Aigues-Mortes, de Carcassonne
     (ville basse), de Libourne, de Villeneuve-d'Agen, de
     Villefranche-de-Rouergue, de Montflanquin, de Valence, de
     Castillonnès, de Sauveterre, de Puyguilhem, de La Sauvetat,
     de Villeréal en Agénais, de Villefranche-de-Belvès, de La
     Linde, de Beaumont, de Domme, de Sainte-Foy (Gironde), de
     Ville-franche-de-Longchapt, de Molières et de Montpazier dans
     le bas Périgord; de Mont-Ségur, de Belin, de Cadillac, de
     Saint-Osbert, de Créon, dans les environs de Bordeaux (voy,
     les articles sur l'_Architec. civile du moyen âge_, par MM.
     Félix de Verneilh et Victor Petit; _Annales archéologiques_,
     t. VI, X, XI et XII.) Dans le nord de la France, nous
     citerons encore les villes de Villeneuve-le-Roi, de
     Villeneuve-l'Archevêque; toutes ces bastides présentent des
     plans réguliers tirés au cordeau, avec places, marchés,
     églises, fontaines et remparts, maisons avec ou sans allées
     couvertes, mais bâties d'après un lotissement égal. Nous
     savons que ces faits dérangent quelque peu les théories sur
     l'irrégularité et le désordre systématiques que l'on prête
     aux constructions civiles du moyen âge; mais nous ne pouvons
     qu'engager les archéologues à visiter ces localités, s'ils
     veulent prendre une idée de ce qu'était une petite ville du
     XIIIe siècle, élevée, sur un plan arrêté, dans un espace de
     temps très-court. Comme le dit si bien M. F. de Verneilh:
     «Dans la seconde moitié du XIIIe siècle et dans une région
     très-limitée de la France, en Guienne et en Languedoc,
     cinquante villes peut-être se sont fondées sans que nos
     historiens aient donné la moindre attention à cette grande
     oeuvre de civilisation et de progrès. Au moins vingt de ces
     bastides, les plus récentes et les plus parfaites, sont dues
     à la domination anglaise, et l'histoire des Sismondi et des
     Guizot ne parle pas de ce bienfait toujours actuel, quoiqu'il
     date de six siècles. Si, au lieu de fonder tant de villes,
     Édouard Ier en avait violemment détruit une seule, tous nos
     livres retentiraient encore de ce fait d'armes. Mais
     l'histoire du moyen âge est ainsi faite...» Ajoutons que ces
     renseignements précieux, recueillis par un de nos plus
     savants archéologues français, ne paraissent pas avoir été
     consultés par M. Champollion-Figeac, qui, s'étendant
     longuement sur les constructions urbaines du moyen âge dans
     son traité des _Droits et usages_, et entamant la question
     d'architecture sans avoir eu le loisir d'aller visiter
     quelques-unes de ces constructions civiles, nous demande où
     nous avons pris les plans d'Aigues-Mortes, de
     Villeneuve-le-Roi, de Sainte-Foy et de Montpazier! et si
     l'exécution répondit aux _projets_! qui nous demande encore
     de lui _démontrer_ l'ancienneté des maisons de la ville de
     Cluny... Mais ne pourrions-nous, avec bien plus de raison,
     lui demander de nous _démontrer_ l'authenticité des textes
     qu'il prend la peine de transcrire? Ces villes sont debout,
     habitées, et en quelques jours chacun peut les voir avec
     leurs vieilles rues alignées, les restes de leurs remparts,
     leurs places et leurs églises; quant aux projets de leur
     plantation, il serait intéressant de les retrouver sans
     doute, bien que cette découverte ne pût rien ajouter à
     l'importance du fait de l'existence de ces villes qui, depuis
     six siècles, n'ont pas cessé d'être habitées.]

     [Note 137: On observera que cet usage s'est conservé à
     Londres.]

     [Note 138: Saint Louis acheta du comte de Toulouse la ville
     de Saint-Antonin, moyennant 1,500 livres tournois. La maison
     que nous donnons est un peu postérieure à l'époque de cette
     acquisition.]

     [Note 139: Voir l'ouvrage de M. Champollion-Figeac, _Droits
     et usages_, déjà cité. Si un homme d'une érudition profonde
     partage ces préjugés, on ne doit pas s'étonner de les voir
     répandus dans le vulgaire.]

     [Note 140: Il existe encore sous cette maison denx étages de
     caves fort belles.]

     [Note 141: Cette maison appartient à M. de Maleville, qui a
     bien voulu nous promettre de ne point la vendre ni la
     détruire. Les boutiques du bas ont été bouchées et les
     fenêtres du premier étage modifiées au XVe siècle, mais on
     retrouve parfaitement le plan et la forme des fenêtres
     primitives. Celles des deux étages supérieurs sont
     conservées.]

     [Note 142: Voyez dans l'ouvrage de MM. Verdier et Cattois,
     l'_Architecture civile et domestique_, quelques maisons des
     provinces méridionales, notamment celle du _Veneur_, à
     Cordes. On voit sur la façade de la maison Caussade, donnée
     ici, des anneaux scellés aux jambages des fenêtres pour
     porter les perches et les bannes, préservatives du soleil.]

     [Note 143: Plusieurs fois déjà il a été question de démolir
     cette belle maison, le plus intéressant des édifices civils
     de Reims. En attendant cette démolition, l'un des
     propriétaires (car la façade appartient à deux particuliers)
     a le soin de faire peindre à l'huile tous les deux ou trois
     ans sa façade, compris les statues. Si cette maison doit être
     démolie, il serait bien à souhaiter que la façade pût être
     replacée à Reims même; certes, le sacrifice minime que la
     ville s'imposerait alors serait bien largement compensé par
     l'intérêt que présente la conservation de cette oeuvre
     d'art.]

     [Note 144: Il faut être vrai, l'excès, en France, amène
     bientôt la réaction, et tout porte à croire que les orgies de
     symétrie auxquelles on s'est livré depuis le commencement du
     siècle, et particulièrement depuis quelques années,
     conduiront à un soulèvement universel contre cette façon
     barbare de comprendre l'art de l'architecture.]

     [Note 145: Voy. les _Annales archéologiques_, t. VI, p. 71.
     Peu d'archéologues ont fait, de notre temps, des études aussi
     complètes et riches de fait que M. Félix de Verneilh, en ce
     qui regarde les villes du moyen âge particulièrement.]

     [Note 146: À Montpazier, les propriétés possèdent toutes
     leurs murs latéraux. Il n'y a pas de murs mitoyens. Cette
     disposition est même conservée autour de la place, là où
     existe un portique: c'est une exception à la règle.]

     [Note 147: La construction des châlets est des plus
     intéressantes à étudier, et c'est une de celles qui se
     rapprochent le plus, en Europe, des structures en bois des
     âges primitifs.]

     [Note 148: Noyon, Senlis, Paris, Bourges, Chartres, Rouen,
     Sens, Arras, Amiens, Cambrai, Troyes, Reims, Laon, Soissons,
     Beauvais, Auxerre, etc.]

     [Note 149: Par suite de ce raisonnement «que l'Église, en
     vertu d'un pouvoir que Dieu lui a donné, doit prendre
     connaissance de tout ce qui est péché, afin de savoir si elle
     doit remettre ou retenir, lier ou délier.» C'était là un
     empiétement sur le pouvoir judiciaire de la féodalité laïque
     en masse.]

     [Note 150: Voy. l'_Architecture civile et domestique_, de MM.
     Verdier et Cattois.]

     [Note 151: Les colonnettes des fenêtres du premier étage de
     cette maison sont en marbre; le reste de la façade est
     construit en pierre et en petit moellon. On remarquera
     l'appareil exagéré des claveaux de la porte centrale, les
     plates-bandes des baies latérales du rez-de-chaussée. Il y a
     là les restes de traditions qui sont bien éloignées de celles
     des provinces du Nord.]

     [Note 152: Cette maison existait encore sur la place de
     Beauvais, côté oriental, en 1834.]

     [Note 153: D'une époque plus récente.]

     [Note 154: Place des Marchés.]

     [Note 155: Rue de la Tuile. Le dessin de cette maison nous a
     été fourni par M. Devret, architecte, qui, au salon de 1861,
     a exposé plusieurs habitations anciennes de Rouen et
     d'Orléans relevées avec un soin extrême. Le ministre d'État,
     sur la demande de la commission des monuments historiques, a
     fait relever aussi un certain nombre de ces maisons d'Orléans
     par M. Vaudoyer.]

     [Note 156: Rue Malpalu. Nous empruntons encore ce dessin au
     travail de M. Devret.]

     [Note 157: Ces maisons, qui font aussi partie du travail de
     M. Devret, vont prochainement disparaître par suite du
     percement d'une nouvelle voie. Il serait à désirer que ces
     précieuses façades fussent déposées, à l'abri des
     intempéries, dans quelque monument public de la ville de
     Rouen.]

     [Note 158: Voy. l'_Archit. civ. et domest._ par MM. Verdier
     et Callois, t. II, p. 205.]

     [Note 159: Ces plans ont été relevés par M. Thomas,
     ex-architecte du Tarn. M. Thomas a fait sur les maisons de
     Cordes un travail intéressant déposé aux archives des
     Monuments historiques.]

     [Note 160: Par une charte de 1224, Louis VIII permit aux
     habitants de Bourges de bâtir sur les remparts. Plusieurs
     tours et courtines devinrent ainsi des propriétés privées. En
     1443, Jacques Coeur acheta de Jacques Belin, moyennant 1,200
     écus, le fief comprenant deux tours des remparts de Bourges
     sur lequel il bâtit son hôtel. (Voy. les _Antiq. et les
     monuments du Berry_, par Hazé. 1834.)]

     [Note 161: Ce charmant édifice, converti en palais de
     justice, avait subi de nombreuses mutilations. Placé
     aujourd'hui entre les mains d'un de nos confrères les plus
     distingués, M. Bailly, nous sommes assurés qu'il sera
     restauré avec le soin et le respect qu'il mérite.]

     [Note 162: Voyez, pour les détails de cette tourelle et de
     l'escalier, l'_Archit. civ. et domest._ de MM. Verdier et
     Cattois, t. II.]

     [Note 163: Voy. _Itinéraire archéol. de Paris_, Paris, 1855.]

     [Note 164: M. Edmond Dusommerard, fils du fondateur de la
     collection, est depuis 1843 conservateur de ce musée qui,
     grâce à son intelligente direction, s'accroît chaque jour et
     est un des plus riches de l'Europe.]

     [Note 165: Voir, pour les détails de cet hôtel, _la
     Statistique monumentale de Paris_, publiée par M. A. Lenoir,
     sous la direction du ministère de l'instruction publique.]

     [Note 166: L'évêché de Paris fut, jusqu'au XVIIe siècle,
     suffragant de l'archevêché de Sens.]



MAISONS DES CHAMPS.--Ainsi que nous l'avons dit en commençant cet
article, il ne faut pas confondre la maison des champs avec le manoir.
Le manoir est l'habitation d'un gentilhomme, d'un chevalier, qui ne
possède pas les droits seigneuriaux de haute et basse justice, mais qui
est propriétaire terrien et qui n'a d'autre redevance à fournir au
seigneur que le service militaire personnel (voy. MANOIR). La maison des
champs, la _masure_, est l'habitation du fermier, du colon, du métayer,
du bordier, du paysan. Les habitants des campagnes renouvellent moins
souvent que ceux des villes leurs demeures, d'abord parce qu'ils sont
plus pauvres, puis parce que leurs besoins varient peu. Un citadin de
nos jours n'a rien conservé des habitudes de son aïeul, tandis qu'un
paysan, au milieu du XIXe siècle, vit à peu près comme vivait celui du
XIVe. Aussi, plus on descend les degrés de l'échelle et moins on trouve
de différences entre les demeures des champs du moyen âge et celles de
notre temps. En parcourant les campagnes de nos provinces françaises qui
ont été particulièrement soustraites au contact des habitants des
grandes villes, comme certaines parties du Languedoc, la Corrèze,
l'Auvergne, le Berry, la Saintonge, la Bretagne, la Haute-Marne, le
Morvan, le Jura et les Vosges, on découvre encore des habitations
séculaires qui n'ont été que bien légèrement modifiées et nous
fournissent, très-probablement par transmission, des exemples des
demeures des campagnards gallo-romains.

En effet, dans ces habitations, on reconnaît l'emploi de certains
procédés de construction qui conservent tous les caractères d'un art
naïf, et si la matière est brute, si la main-d'oeuvre est grossière,
l'application du principe est vraie et parfois tout empreinte de ce
charme qui s'attache aux arts primitifs, pour qui sait voir. Il existe
encore, au milieu des bois du Morvan, certaines demeures de paysans dans
lesquelles un campagnard éduen, s'il revenait après dix-huit siècles, ne
trouverait nul changement; et nous avons vu même, sur les bords de la
Loire, de la Seine et dans les Vosges, des paysans demeurant dans des
grottes creusées de mains d'hommes, qui sont conservées telles que les
armées romaines ont pu les voir. La variété de ces demeures des champs
sur le sol de la France est une des preuves de la conservation de
traditions reculées; car si toutes nos maisons des villes se ressemblent
aujourd'hui, il n'en est pas ainsi dans les campagnes, et la chaumière
du Picard ne ressemble point à celle du Breton; celle-ci diffère
essentiellement de la cabane du Morvandiau, qui ne rappelle en rien
celle du Franc-Comtois, de l'Auvergnat ou du Bas-Languedocien.

Il nous est arrivé de nous arrêter dans certains villages de France, où
chaque maison, faite sur un patron unique, conservait un caractère
d'âpreté primitive fort éloigné de notre civilisation moderne, où tout
tend à perdre sa physionomie propre. On ne s'attend pas, pensons-nous, à
ce que nous donnions ici des maisons de paysans classées par époques
certaines, comme nous avons pu le faire pour les habitations urbaines.
La transmission de quelques types admis, depuis des siècles, interdit
d'ailleurs ce classement. Puisque nous sommes amenés à croire que
certaines provinces n'ont pas cessé d'élever les mêmes maisons rurales
depuis l'époque de l'invasion des barbares, il est évident que nous
pourrions difficilement distinguer une habitation du Xe siècle d'une
autre du XIVe. Nous nous contenterons donc de fournir quelques-uns de
ces types bien caractérisés, sans leur assigner une époque précise, et
cela d'autant moins, que ces constructions, faites en général à l'aide
des plus faibles ressources, n'ont pu résister à l'action du temps et
n'ont conservé ce caractère primitif que par la reproduction des mêmes
procédés, l'emploi des mêmes matériaux et la conformité des habitudes.
Toutefois, les maisons rurales les plus anciennes, ou du moins celles
qui paraissent avoir subi le moins d'altérations, appartiennent aux
contrées du Centre et de l'Est. Dans le Morvan, la vieille maison du
paysan ne présente à l'extérieur qu'une masse de pierres amoncelées. Des
murs élevés en gros blocs de granit percés de petites ouvertures, un
rez-de-chaussée très-bas, servant de cellier, de dépôt, de poulailler ou
de porcherie. Porte élevée d'un ou deux mètres au-dessus du sol avec
escalier et palier engagé dans la muraille; plafond formé de grosses
poutres avec solivage. Grenier au-dessus protégé par une lourde
charpente couverte en plaquettes de pierres appelées _laves_ dans le
pays (40). Chaque maison ne contient qu'une pièce avec sa cheminée; si
l'on veut deux pièces, ce sont deux maisons qui se joignent par les
pignons. Dans cette habitation, aucune décoration, rien qui fasse
pressentir un goût pour l'art même le plus grossier. Les bois sont à
peine équarris, le plancher est couvert d'une terre battue enduite d'une
couche formée de sable granitique et d'argile[167]. Si on se rapproche
du Nivernais et de la haute Bourgogne, souvent au contraire, dans les
maisons de paysans, trouve-t-on les traces d'un art; les intérieurs de
porte sont taillés avec soin, les jambages bien dressés, les intérieurs
sont enduits et quelquefois recouverts jusqu'à la hauteur d'appui d'un
lambris. Les bois sont équarris, chanfreinés même; la tuile, dès les
temps anciens, remplace la lourde couverture en pierre. Parfois les
escaliers extérieurs sont coquettement disposés, le palier garni de
beaux garde-corps en pierre; les solives des plafonds débordent à
l'extérieur, forment auvent et s'assemblent dans les chevrons (41)[168].
Ces habitations de la campagne bourguignonne sont souvent parementées
avec soin, et affectent certaines formes architectoniques.

Les maisons de paysans encore bien conservées, dans le village de
Rougemont, entre Montbar et Aisy, en fournissent la preuve. Ces maisons,
qui datent la plupart du commencement du XIIIe siècle, présentent leur
pignon sur la route, sont bâties avec un soin remarquable (42) et
possèdent presque toutes un étage au-dessus du rez-de-chaussée; mais il
faut dire que ce village dépendait d'une riche abbaye. C'est, en effet,
dans le voisinage des établissements religieux que les maisons des
campagnards sont le mieux construites, jusques au XIVe siècle, et ces
maisons sont habituellement élevées en maçonnerie. Suenon[169] dit que
les terrains destinés aux habitations des paysans autour des
établissements agricoles des religieux étaient divisés en parties
égales. «Nous croyons, dit M. L. Delisle[170], que ce précepte a été
souvent suivi dans notre province (en Normandie), où, depuis longtemps,
le mot _boels_ a le sens de cour ou masure. On assignait donc aux colons
des boels, ordinairement plus longs que larges, d'où le nom si répandu
de _longs boels_. À l'une des extrémités du boel, chacun élevait sa
chaumière. Toutes les portes s'ouvraient du même côté sur le chemin, qui
devenait la rue du village.» Cette disposition est observée à Rougemont
comme dans beaucoup d'autres centres agricoles appartenant aux abbayes
pendant les XIIe et XIIIe siècles.

Dans le Nord, en Normandie et en Picardie, les habitations des champs,
la _masure_ «mansura, masura, masagium, mesagium, masnagium,» était un
clos avec maison habituellement construite en bois. Sur les bords de la
basse Seine, de l'Orne, de la Dives, sur les côtes de la Manche, depuis
Eu jusqu'à Cherbourg, les Normands ont laissé des traces encore
apparentes de leur génie particulier. Les maisons des paysans sont en
pans de bois hourdés en terre mêlée de paille, couvertes en chaume ou en
bardeaux. Si, depuis quelques années, les anciennes habitations de ces
campagnes tendent à disparaître pour être remplacées par la petite
maison de brique, couverte en ardoise, on en voyait encore un grand
nombre jusqu'en 1830, qui rappelaient, par leur structure, les
charpentes de la Norvége, du Danemark, et celles indiquées sur la
tapisserie de Bayeux. Les Normands, comme tous les peuples de la
Scandinavie, ne construisaient qu'en bois et étaient bons charpentiers
dès l'époque où ils vinrent s'établir sur les côtes de la France.
Navigateurs, leurs habitations conservaient quelque chose de la
structure navale. Les manuscrits considérés comme saxons en Angleterre,
et conservés en assez grand nombre au British Museum, présentent dans
leurs vignettes des spécimens d'habitations qui rappellent aussi les
constructions navales.

En Norvége et en Islande, il existe encore quelques-unes de ces bâtisses
en charpente d'une époque assez récente (XVIe siècle), mais qui
reproduisent exactement les formes et les procédés d'un art beaucoup
plus ancien. Dans ces habitations, comme sur les broderies de la
tapisserie de Bayeux, on remarque, par exemple, ces poinçons richement
décorés qui terminent les deux extrémités du faîtage et qui sont reliés
au-dessus du comble par une pièce de bois découpée en manière de crête.
On voyait encore dans les campagnes de l'Eure, il n'y a pas longtemps,
des restes affaiblis de cette tradition exprimés clairement dans notre
figure 43. Ces maisons normandes des XIe et XIIe siècles ne contenaient
qu'une salle assez élevée, éclairée de tous côtés, couverte par une
charpente grossièrement lambrissée. Le foyer était placé vers le milieu
de la pièce, et la fumée s'échappait par un tuyau de bois passant à
travers la couverture en bardeaux épais.

Dans les provinces du Centre, comme l'Auvergne, le Vélay et la partie
septentrionale de l'ancienne Aquitaine, il semblerait que les traditions
celtiques s'étaient conservées très-avant dans le moyen âge. Les maisons
des habitants des campagnes étaient en partie creusées sous terre et
recouvertes d'une sorte de _tumulus_ formé de terre et de pierres
amoncelées sur des pièces de bois posées rayonnant autour d'une poutre
principale. Une ouverture pratiquée sur un des côtés de cet
amoncellement servait de porte et de fenêtre, la fumée du foyer
s'échappait par un orifice ménagé au centre du _tumulus_. Nous avons vu,
dans les montagnes du Cantal, des habitations de ce genre qui
paraissaient anciennes, et qui certainement étaient une tradition d'une
époque fort reculée. Il n'est pas besoin de dire que l'art n'entre pour
rien dans ces sortes d'habitations. Certaines chaumières du Bocage et de
la Bretagne ont bien quelques rapports avec celles-ci, en ce que le sol
intérieur est plus bas que le sol extérieur, et que les toits couverts
en chaume descendent presque jusqu'à terre. Mais ces habitations
n'affectent pas à l'extérieur la forme conique, elles sont couvertes par
des toits à double pente avec deux pignons en pierres sèches ou en pans
de bois hourdés en torchis.

En nous rapprochant des bords du Rhin, dans les provinces de l'Est, dans
les montagnes des Vosges, près des petits lacs de Gérardmer et de
Retournemer, on voit encore des habitations de paysans qui présentent
tous les caractères de la construction de bois par empilage. Basses,
larges, bien faites pour résister aux ouragans et pour supporter les
neiges, elles ont un aspect robuste. Presque toujours ces maisons se
composent de trois pièces à rez-de-chaussée et de quatre pièces sous
comble (43 _bis_). Le plan A d'une de ces maisons, prise au niveau du
rez-de-chaussée, présente en B la salle d'entrée, de laquelle on passe
ou dans la grande salle C, ou dans l'arrière-pièce D qui possède
l'unique escalier montant au premier étage sous comble. C'est dans la
salle C, éclairée par les deux bouts, que se réunit toute la maisonnée
pour les repas et la veillée. C'est aussi dans cette pièce que se
préparent les aliments. Une grande cheminée avec pieds-droits,
contre-coeur, manteau et tuyau en maçonnerie, traverse la toiture. C'est
la seule partie du bâtiment qui, avec les socles, ne soit pas en bois.
La couverture est faite ou en tuiles, ou en grès schisteux, ou en lames
minces de grès; de plus elle est chargée de pierres. Les maisons
s'élèvent sur un soubassement de 1m,00 de hauteur environ, formé de gros
blocs de grès. Un pan de bois composé de troncs d'arbres assez
grossièrement équarris sépare la masure dans sa longueur par le milieu,
et supporte l'extrémité supérieure des chevrons. Ce pan de bois, les
deux autres latéraux, débordent sur les deux pignons, en encorbellement,
et forment ainsi des auvents très-prononcés. Un plancher fait de solives
porte sur ces trois pans de bois parallèles. Ces masures ne prennent de
jour qu'à travers les pans de bois formant pignons. Il est difficile de
ne pas voir, dans ces habitations, une tradition fort ancienne et qui se
rapproche des constructions en bois de la vieille Suisse, si
intéressantes à étudier.

C'est sur les bords de la Garonne, dans le Languedoc et la Provence que
l'on trouve les habitations rurales les plus gracieuses, celles qui
rappellent le mieux ces maisons des champs des peintures antiques. La
tradition romaine est restée plus pure, dans ces contrées, que partout
ailleurs en France. Ces maisons de paysans sont larges, spacieuses,
basses, orientées toujours de la manière la plus favorable, possédant
des portiques ou plutôt des appentis à jour, bas, afin d'abriter les
habitants qui, sous ce climat doux, se livrent à leurs travaux en dehors
de la maison.

Dans les plaines de Toulouse, dans l'Ariége et l'Aude, du côté de
Limoux, on voit au milieu de bouquets d'arbres séculaires des maisons
bâties sur ces données et qui sont relativement anciennes, c'est-à-dire
qui datent du XVe siècle. D'ailleurs, celles que l'on construit encore
aujourd'hui, en briques crues ou en cailloux, suivent exactement le même
programme. En effet, ces populations ont toujours été agricoles,
attachées à la terre, et n'ont guère modifié leurs habitudes depuis le
XIVe siècle. Voici (44) une de ces habitations rurales.

Le système des _tenures à moitié_ des fiefs fermes était usité au moyen
âge dans les provinces du Languedoc comme il l'est encore aujourd'hui.
Les paysans qui tenaient ces fermages, ces métayers couraient moins de
risques que ceux qui affermaient à temps ou qui obtenaient une
concession territoriale moyennant certaines redevances fixes; ils
vivaient dans un état de sécurité plus complet. C'est ce qui explique le
caractère d'aisance que l'on observe dans les habitations rurales de
cette contrée, mais aussi leur uniformité depuis plusieurs siècles.

Dans le Nord, et particulièrement en Normandie, le système des _tenures
à moitié_, ou des concessions perpétuelles moyennant une rente fixe, fut
généralement remplacé dès le XIIIe siècle par le bail à terme. Le
seigneur conservait la propriété de sa terre et en cédait la jouissance
à un cultivateur pour un temps limité et à des conditions déterminées.
«Plusieurs causes, dit M. L. Delisle[171], favorisèrent les
développements de cette tenure, et la firent préférer aux concessions
perpétuelles. Dans les premiers siècles de la féodalité, on n'avait
guère connu que ces dernières; mais on finit par s'apercevoir que la
rente stipulée par contrat d'inféodation perdait avec le temps la plus
grande partie de sa valeur. C'était une conséquence inévitable,
non-seulement de l'altération des monnaies, mais encore de la révolution
qui s'opérait dans le rapport de l'argent avec les objets de
consommation. D'une autre part, l'affaiblissement du régime féodal
tendait à priver les seigneurs des principaux moyens qu'ils employaient
précédemment pour exploiter leurs domaines non fieffés. On conçoit donc
comment ils furent amenés à traiter avec les fermiers. Ils se
déchargeaient des embarras et des frais de l'exploitation, et n'étaient
plus exposés à voir leur fortune réduite à des rentes dont la valeur
nominale n'était pas altérée, mais dont la valeur réelle devenait de
plus en plus insignifiante.» Quelquefois même le seigneur, ayant besoin
d'argent comptant, faisait payer au fermier, en passant le contrat de
louage, le montant total du prix de fermage pendant plusieurs années. Il
est évident que ces véritables emprunts étaient faits à des conditions
onéreuses pour le propriétaire et tendaient à enrichir le laboureur.
Aussi, est-ce en Normandie où l'on voit les habitations rurales prendre
une importance relative considérable et se modifier plus rapidement que
dans toute autre province.

Sur les côtes de la Méditerranée, on trouve parfois des habitations des
champs qui affectent la forme d'une tour ou d'un petit donjon, et qui
appartiennent à une époque assez ancienne; mais ces maisons ont été
plutôt habitées par des pirates que par des agriculteurs. Il en existe
quelques-unes entre Toulon et Cannes.

Voici (45) l'une d'elles encore entière, bâtie à l'entrée du village de
Cannet, près Cannes, à mi-côte et à quatre kilomètres environ de la mer.
Elle consiste en une tour carrée possédant deux étages et un
rez-de-chaussée sans communication avec l'extérieur. La porte, relevée
de trois mètres au-dessus du terrain extérieur, n'était accessible qu'au
moyen d'une échelle que l'on pouvait facilement rentrer pour éviter les
importuns. Le premier étage, ou plutôt le second (car on ne communique
au rez-de-chaussée que par une trappe ménagée dans le plancher du
premier), est percé de six mâchicoulis en forme de hottes, et ne
possédait pas de fenêtre. Le premier n'a d'autre ouverture que la porte.
De cet étage on montait à celui des mâchicoulis par une échelle de
meunier[172]. L'ornement en torsade qui décore le linteau de la porte
indique une époque assez ancienne. Au Cannet, cette tour est connue sous
le nom de la _Maison du brigand_. Le dernier étage est voûté en moellon
sous le comble. On voit encore, en Corse, un certain nombre
d'habitations de ce genre.

Ces habitations des champs, disposées de manière à pouvoir servir de
refuge à quelques hommes vivant isolés et mal, probablement, avec leurs
voisins, se retrouvent aussi sur les côtes occidentales. L'une des mieux
conservées et des plus importantes existe près de Bordeaux (46); elle
était entourée autrefois d'un fossé plein d'eau. Un escalier de douze
marches engagées dans la muraille conduisait du niveau de l'eau à la
porte relevée. Peut-être jetait-on une planche sur le fossé lorsqu'on
voulait entrer. Cette porte donne issue dans la salle unique du premier
étage, laquelle est munie d'une cheminée, percée d'une petite fenêtre et
de six meurtrières.

On communiquait à une cave par une trappe percée au centre de la pièce.
En prenant l'escalier à vis on arrive au second étage possédant une
cheminée comme le premier; des meurtrières et un mâchicoulis sont
suspendus sur la porte d'entrée[173].

On nous a signalé quelques-unes de ces habitations sur les côtes entre
Bordeaux et Bayonne et même au delà, jusqu'à Saint-Jean de Luz. Nous
inclinons à croire que ces maisons datent de l'époque de la domination
anglaise en Guienne. En effet, on voit dans le comté de Suffolk, en
Angleterre, une petite maison (Wenham Hall) construite en brique d'après
le même mode et qui date de la fin du XIIIe siècle. Cette construction
est un parallélogramme avec escalier à vis dans une tourelle à l'un des
angles. L'entrée était relevée, et on arrivait par des marches engagées
dans la muraille.

Il ne faut pas omettre ici les maisons bâties dans les cimetières, les
_maisons croisées_ qui étaient franches, en dehors de toute juridiction
séculière, qui servaient de refuge aux pèlerins, aux malades, et qui se
trouvaient placées sous la surveillance de religieux. Ces maisons se
reconnaissaient à des croix de bois fichées sur leur comble.

[Illustration: Fig. 40.]
[Illustration: Fig. 41.]
[Illustration: Fig. 42.]
[Illustration: Fig. 43.]
[Illustration: Fig. 43. bis.]
[Illustration: Fig. 44.]
[Illustration: Fig. 45.]
[Illustration: Fig. 46.]

     [Note 167: Dans ces maisons, d'un aspect si pauvre, il n'est
     pas rare de trouver des familles de paysans relativement
     riches et possédant des biens assez considérables. Chez ces
     populations, rien n'est sacrifié au bien-être. Leur unique
     préoccupation est de posséder la terre et d'amasser des écus
     pour agrandir leur petit domaine.]

     [Note 168: Entre Dijon et Saint-Seine.]

     [Note 169: _Leges Scaniæ_, I. IV. c. j, cité dans le _Gloss._
     de du Cange, au mot _Boel_.]

     [Note 170: _Études sur la condition de la classe agric. en
     Normandie au moyen âge_, p. 396. Évreux, 1851.]

     [Note 171: _Études sur la condit. de la classe agric. en
     Normandie au moyen âge_, p. 51. Évreux, 1851.]

     [Note 172: Nous devons ces dessins à l'obligeance de M.
     Mérimée.]

     [Note 173: Ces dessins nous ont été fournis par M. Durand,
     architecte à Bordeaux.]



MANOIR, s. m. (_manerium_[174]). Le manoir, bien que ce nom désigne
parfois un château, est l'habitation d'un propriétaire de fief, noble ou
non, mais qui ne possède pas les droits seigneuriaux permettant d'élever
un château avec tours et donjon. Le manoir est fermé cependant, il peut
être clos de murs et entouré de fossés, mais non défendu par des tours,
hautes courtines crénelées et réduit formidable. Le manoir est la maison
des champs placée, au point de vue architectonique, entre le château
féodal et la maison du vavasseur, degré supérieur de la classe attachée
à la terre seigneuriale, homme libre. «Les vavasseurs,» dit M.
Delisle[175] à propos de la position de cette classe en Normandie,
«différaient essentiellement des nobles, qui ne tenaient leur fief que
moyennant la foi, l'hommage et le service militaire.» Dans certaines
seigneuries cependant, ils devaient le service militaire à cheval, armés
de lances, d'écus et d'épées. Les demeures des vavasseurs, et même des
_aînés_, c'est-à-dire de ceux qui tenaient du seigneur des terres plus
ou moins étendues, qui réunissaient plusieurs vavassoreries sous leur
main et qui demeuraient responsables du service et des redevances des
vavasseurs du groupe, ne pouvaient être considérées comme des manoirs en
ce qu'elles n'étaient point fermées.

Le manoir quelquefois n'est qu'une maison peu étendue, entourée de murs
avec jardin; plus souvent c'est une agglomération de bâtiments destinés
à l'exploitation, entourés de fossés, avec logis principal pour
l'habitation du propriétaire. Les _villæ_ des rois de la première race
étaient plutôt des manoirs que des châteaux, et, jusqu'au XVIe siècle,
les grands seigneurs suzerains en France, outre leurs châteaux, qui
étaient de véritables places fortes, se plaisaient à élever des maisons
de plaisance pour se livrer au plaisir de la chasse, ou pour se retirer
pendant un certain temps; ces maisons peuvent être considérées comme des
manoirs. Beaucoup d'abbayes royales possédaient dans leur enclos des
manoirs où les princes venaient se reposer des affaires (voy.
ARCHITECTURE MONASTIQUE). La maison de plaisance de Bicêtre, près Paris,
ou plutôt de Vincestre[176], qui fut brûlée par le peuple en 1411, était
un grand manoir plutôt qu'un château, bien qu'elle possédait une
tour[177]. Sous les rois de la troisième race, Fontainebleau, Blois
étaient de même, de grandes maisons de plaisance qui avaient les
caractères du manoir.

L'Angleterre a conservé un nombre assez considérable de ces maisons de
campagne des XIIIe, XIVe et XVe siècles; mais en France nous n'en
connaissons pas qui soient entières et qui remontent au-delà du XVe
siècle. Le manoir, proprement dit, contenait toujours une salle, comme
le château, et en Angleterre la dénomination de _manor-house_ s'est
conservée. C'est qu'en effet dans ces résidences la salle est la partie
importante du programme jusqu'au XVe siècle.

Au XIIe siècle, le roi Richard d'Angleterre avait à Southampton un
manoir qui servait de lieu de rendez-vous au moment de l'embarquement.
Ce bâtiment se composait d'une salle, d'une chapelle et d'un
cellier[178]. Une chambre privée était souvent placée à côté de la
salle.

Le nom de _manoir_ est quelquefois appliqué à la maison de l'hôte, du
colon, mais lorsque cette maison est entourée d'une clôture:

       «Lez le bois avoit un manoir
       Où un vilain soloit manoir
       Qui moult avoit cos et gelines[179].»

La disposition des manoirs, à la fin du XIIe siècle et pendant une
partie du XIIIe, était la même en France et en Angleterre. L'abbaye de
Saint-Maur possédait au Piple, près Boissy-Saint-Léger, un manoir d'où
dépendaient vingt-deux arpents de vigne, avec deux pressoirs et sept
arpents de bois. L'abbé Pierre Ier, vers le milieu du XIIIe siècle, fit
rebâtir ce manoir en partie; on y construisit, par son ordre, une
chapelle, une salle avec cellier au-dessous, et un logis qui fut entouré
de murs et de larges fossés[180]. Cependant, dès le XIIIe siècle, la
distinction entre le château et le manoir fut moins tranchée en
Angleterre que de ce côté-ci du détroit. Beaucoup de châteaux anglais de
cette époque seraient pour nous de grands manoirs en ce qu'ils ne
possèdent pas les défenses qui constituent chez nous le château. Les
châteaux d'Aydon (Northumberland) de Stokesay (Shropshire)[181]
seraient, en France, classés parmi les manoirs, et celui d'Aydon
particulièrement est un des plus complets et des plus vastes que l'on
puisse voir. Il comprend un corps de logis principal à trois étages avec
ailes, des cours et un jardin enclos de bonnes murailles. Ce manoir est
crénelé, mais ne possède ni tours ni donjons. Les châteaux les plus
forts en Angleterre conservent, sauf de rares exceptions, une apparence
de _maison de campagne_ qui les distingue de nos grandes résidences
féodales, telles que Coucy, par exemple, ce qu'explique l'état intérieur
du pays depuis le XIIIe siècle.

Plusieurs des châteaux de la Guienne, bâtis sous la domination anglaise,
bien qu'ils conservent, dans leurs détails, tous les caractères dé
l'architecture française de la fin du XIIIe siècle et du commencement du
XIVe, présentent cette particularité de rappeler les dispositions des
grands manoirs anglo-normands. Il suffit, pour s'en assurer, de
feuilleter l'excellent ouvrage que publie sur ces édifices M. Léo
Drouyn[182]. Logis carrés, avec enceintes, absence de tours flanquantes,
bâtiments percés sur le dehors, basses-cours entourées de murs, fossés
extérieurs. Plans irréguliers comme ceux de la villa romaine, services
séparés les uns des autres et formant autant de corps de bâtisses. Les
Anglais ont conservé, dans les dispositions des maisons de campagne
qu'ils élèvent aujourd'hui, ces traditions du moyen âge, ne s'en
trouvent pas plus mal et appliquent sans difficulté ces principes vrais
à la vie moderne. Nous reconnaissons volontiers que les Anglais sont nos
maîtres en fait de _confort_ (ils ont trouvé le mot), et nous répétons
sur tous les tons que l'architecture du moyen âge ne peut se prêter à
nos habitudes modernes. Il y a là une de ces contradictions si
nombreuses dans les jugements que nous portons en France à propos des
choses d'art.

Déjà, dans le château du moyen âge, on reconnaît que les services divers
occupent la place convenable, prennent leur importance relative sans que
les architectes se soient autrement préoccupés des questions de
symétrie. Mais dans le château la raison militaire imposait souvent des
distributions qui ont pu contrarier ou modifier certaines habitudes de
bien-être (voy. CHÂTEAU); il n'en est pas ainsi dans le manoir. Là il
s'agit seulement de satisfaire aux besoins et aux goûts de l'habitant.
La question de défense est accessoire; le manoir n'est qu'une maison de
campagne suffisamment fermée pour être à l'abri d'un coup de main tenté
par quelques aventuriers, elle ne prétend point résister à un siége en
règle. Simple, pendant les XIIe et XIIIe siècles, comme les habitudes
des propriétaires terriens de ce temps, le manoir ne possède alors
qu'une salle avec cellier au-dessous et petit appartement accolé; à
l'entour viennent se grouper quelques bâtiments ruraux, granges,
étables, pressoir, fournil, logis des hôtes ou des colons, le tout
enclos d'une muraille ou d'un fossé profond.

Au XIVe siècle le manoir s'étend, il essaye de ressembler au château, il
possède plusieurs étages, les services se compliquent. À la fin du XVe
siècle, le manoir prend souvent toute l'importance du château, sauf les
défenses, consistant en tours nombreuses, ouvrages avancés, courtines
élevées. Plessis-les-Tours, habité par Louis XI, n'était qu'un grand
manoir, et sa véritable défense consistait en une surveillance assidue
des abords qui en éloignait les indiscrets et les gens suspects. Lorsque
l'artillerie à feu devint un moyen d'attaque contre lequel la
fortification du moyen âge fut reconnue impuissante, des manoirs
s'élevèrent en grand nombre parce qu'on constatait chaque jour
l'inutilité des défenses dispendieuses élevées par les siècles
précédents. Au XVIe siècle, beaucoup de petits châteaux même virent
démolir leurs tours inutiles, percer leurs courtines sur les dehors, et
furent ainsi convertis en manoirs. Ces modifications apportées en France
par les moeurs, par la centralisation du pouvoir, par l'affaiblissement
de la féodalité, dans les résidences des champs, modifications qui
tendaient à remplacer le château par le manoir, n'avaient pas de raisons
de se produire en Angleterre. Dans ce pays le château n'est qu'une place
forte; l'habitation de campagne prend, dès une époque ancienne, l'aspect
du manoir, et elle le conserve encore aujourd'hui.

Il n'existe plus en France de ces manoirs des XIIIe et XIVe siècles,
comme on en voit encore en Angleterre; les guerres des XVe et XVIe
siècles en renversèrent un grand nombre, car ces résidences ne pouvaient
se défendre contre des corps armés. Au dernier siècle, l'amour de la
nouveauté fit détruire une quantité immense de ces demeures des champs.
Quelques-unes des plus solides, se rapprochant des dispositions
défensives du château, furent seules conservées. Quant aux manoirs
ouverts, et qui seraient pour nous des maisons de campagne, c'est à
peine si dans quelques fermes de la Champagne, de la Bourgogne, de
l'Île-de-France, de Laonnais, du Soissonnois et du Beauvoisis, on en
retrouve quelques traces, telles que caves, substructions et enceintes.

Nous décrirons plusieurs des manoirs encore debout, et nous entrerons
dans quelques détails touchant les conditions imposées aux constructeurs
de ces demeures. Charlemagne fit bâtir deux palais «d'un remarquable
travail, dit Eginhard[183], le premier non loin de Mayence, près de la
terre d'Ingelheim[184]; l'autre à Nimègue sur le Vahal[185].» À
l'exemple de l'empereur, sous les carlovingiens, les demeures
construites par les grands propriétaires tenaient de la _villa_ romaine.
Mais à mesure que le système féodal se constituait, l'habitation des
champs se convertissait en place forte, et ce ne fut guère qu'au XIIIe
siècle, sous le règne de Louis IX, que le pouvoir royal fut assez fort
pour réglementer la construction des habitations des propriétaires
terriens. À ce sujet, les _Olim_ nous fournissent de nombreux
renseignements. Nous voyons que le parlement intervient pour empêcher
des chevaliers, des écuyers, de fortifier leurs demeures[186]. Au sein
de l'organisation féodale plusieurs motifs arrêtaient le trop grand
développement des demeures fortifiées, obligeaient même, dans certains
cas, les grands barons à se contenter de manoirs. «Des seigneurs
puissants relevaient souvent, pour certains fiefs, de seigneurs qui,
dans l'ordre hiérarchique de la société, leur étaient de beaucoup,
inférieurs; ainsi, le duc de Bourgogne était, par rapport au fief de
Châtillon, vassal de l'évêque de Langres. Ces grands vassaux devaient
donc porter leurs causes au tribunal de ces seigneurs, quand des procès
surgissaient, soit à l'occasion des fiefs qu'ils tenaient d'eux, soit
par rapport à un délit quelconque commis sur le territoire de ces fiefs.
Cette jurisprudence était trop simple, trop conforme à l'usage des
fiefs, pour avoir jamais été contestée. Mais les plaignants, quand ils
avaient pour adversaire un des grands barons du royaume, et pour juge un
seigneur hors d'état de faire exécuter ses arrêts et par conséquent de
les prononcer avec indépendance, s'adressaient à la cour du roi, et
demandaient que l'inculpé fut tenu, comme vassal direct de la couronne,
de répondre devant elle[187].»

Grâce à cette intervention du parlement du roi dans les contestations
entre vassaux, intervention provoquée par les baillis royaux, un grand
seigneur possédant un fief relevant d'un seigneur moins puissant que lui
ne pouvait plus y élever une de ces demeures fortifiées qui eut dominé
le pays; il était contraint de se contenter d'un simple manoir, auquel,
bien entendu, il donnait, si bon lui semblait, toute l'importance, comme
habitation, mais non comme place forte, d'un véritable château. C'est
aussi au moment où la féodalité est sérieusement attaquée, c'est-à-dire
à dater du règne de Louis IX, que l'on éleva beaucoup de grands manoirs
en France. Ces manoirs, bien qu'ils n'eussent pas les signes visibles de
la demeure féodale, c'est-à-dire les tours munies, les courtines et le
donjon, possédaient, comme fiefs, les droits féodaux, droits de chasse
entre autres, car nous voyons presque toujours que des _garennes_
dépendent des manoirs; or la garenne, comme l'a démontré M.
Championnière[188], était le droit exclusif de chasse sur les terres des
vassaux et non le droit d'élever, en certains lieux, des lapins. Mais
des arrêts du parlement[189] avaient admis en principe que le droit
d'établir de nouveaux péages, de nouvelles garennes et de nouveaux
viviers[190] n'appartenait qu'au roi. Ainsi d'une part, le roi, par
l'organe de son parlement, s'opposait, autant qu'il était possible, à la
construction des châteaux fortifiés, et de l'autre refusait la sanction
des droits les plus chers aux seigneurs, la chasse et les péages,
lorsque ces droits n'étaient pas établis sur une possession antérieure.
D'ailleurs, l'acquisition d'un fief ne donnait pas les prérogatives de
la noblesse, et si des roturiers achetaient un fief, ou portion d'un
fief, ce qui eut lieu fréquemment à dater du XIIIe siècle, ils ne
pouvaient y bâtir un château, une demeure fortifiée; des contestations
s'élevaient souvent entre un seigneur et son vassal sur la nature de la
construction élevée par ce dernier; beaucoup de manoirs prétendaient
ressembler à des châteaux et tenir lieu de défense, à dater du moment
surtout où les grands barons ruinés étaient obligés d'aliéner leurs
biens. Ce fut ainsi que pendant les XIVe et XVe siècles, la France se
couvrit de manoirs qui pouvaient protéger leurs habitants contre les
bandes armées répandues sur le territoire, et que beaucoup de maisons de
propriétaires de fiefs devinrent des postes assez bien munis et fermés
pour inquiéter le pays et ajouter aux causes de désordre de ce temps.

Dès le XIIIe siècle, les bords de la Garonne, de la Dordogne, du Lot, du
Gers, du Tarn et de l'Aveyron virent élever un grand nombre de ces
manoirs fermés, propres à la défense; c'est qu'en effet dans ces
contrées les fiefs étaient très-divisés, et, depuis la guerre des
Albigeois, les grands barons des provinces méridionales ruinés, réduits
à l'impuissance. Le sol se couvrait de propriétaires à peu près égaux en
pouvoir et en richesse; la domination anglaise, loin de changer cet état
de choses, y voyait au contraire un gage de sécurité pour elle, de
prospérité pour le pays.

Ces manoirs fermés sont désignés, dans le Bordelais, sous le nom de
_Casteras_, et sont encore assez communs.

Non loin de Bordeaux, à l'entrée des Landes, est un manoir qui paraît
appartenir à la première moitié du XIIIe siècle, et qui conserve des
traces de distributions intérieures d'un grand intérêt; il s'agit du
_Castera_ de Saint-Médard-en-Jalle. La Jalle est un ruisseau qui prend
sa source au lieu nommé _Cap d'aou bos_ (Tête du bois), et qui se jette
dans la Garonne.

Le manoir de Saint-Médard est bâti sur la rive droite du ruisseau qui,
sur ce point, s'étend et forme un marécage. Un fossé large entourait
cette habitation fortifiée, dont nous donnons le plan au niveau du
rez-de-chaussée (1). Ce plan est tracé sur un carré avec quatre
tourelles aux angles. La porte est en A, et deux meurtrières s'ouvrent,
à rez-de-chaussée dont le sol est peu élevé au-dessus du marécage, sur
chacune des faces du carré. Dans l'origine, cette enceinte carrée
enveloppait une construction de bois dont on voit les scellements sur
les parois intérieures. À la place des deux murs O,O, d'une époque plus
récente, il y avait quatre gros poteaux de bois qui portaient le
plancher du premier, des cloisons et un pan de bois de refend. Un
escalier de bois permettait de monter au premier étage. Ce
rez-de-chaussée du sol au plafond n'a pas plus de 2m,65.

Le premier étage (2) présente une disposition des plus curieuses. Il
était entre-solé dans une partie de la surface ainsi que le prouvent 1º
les scellements de solivages, la trace des huisseries; 2º les étroites
fenêtres BB'B'' doublées dans la hauteur de l'étage et séparées par des
linteaux; 3º les grandes fenêtres CC'C'' qui prennent toute la hauteur
de l'étage, qui sont larges et divisées dans leur largeur par un meneau.
Cet entre-sol était en bois, porté sur les poteaux de fonds et sur ceux
_dd'_. De plus le pan de bois de refend portait les combles doubles,
ainsi que nous le verrons tout à l'heure. Un degré en bois P permettait
de monter à l'entre-sol. La grande salle R avait entre le plancher et le
plafond 4m,30 de hauteur, et chacun des étages entre-solés 2m,30 environ;
de sorte que le plancher au-dessus de cette grande salle et celui
au-dessus de l'entre-sol, en comptant l'épaisseur des poutres et solives,
s'arrasait au niveau d'un chemin de ronde supérieur.

En effet, en calculant ces hauteurs,
       L'étage entre-solé                     2m,30
       Épaisseur du plancher                     30
       L'entre-sol                            2m,30  5m,20
       Épaisseur du plancher                     30

       Hauteur de la grande salle             4m,30
       Poutres et corbeaux                       60  5m,20
       Solivages                                 30

L'escalier à vis N montait du sol de la grande salle au chemin de ronde
défendu par un parapet crénelé. I sont des cheminées et K des armoires.
En L sont des latrines sur le dehors; en M, dans la tourelle nord ouest,
sont disposées d'autres latrines avec tuyau de chute indiqué sur le plan
du rez-de-chaussée.

Nous donnons (3) la vue perspective de ce manoir prise du coté de
l'entrée. La maçonnerie est entière, sauf les parapets crénelés, dont il
ne reste que des fragments[191]. Tous les bois ont été brûlés et ont
laissé de nombreuses traces. Les combles se divisaient
très-vraisemblablement en deux, conformément aux habitudes des
constructions de ce temps, et renfermaient des logements en pans de bois
au niveau du chemin de ronde, ainsi que l'indique notre vue. Sur la
face, quatre trous carrés ménagés dans la bâtisse du parement au-dessus
de l'entrée étaient destinés à recevoir un hourd saillant auquel on
descendait par le chemin de ronde. Nous avons présenté une des fermes de
ce hourd, posée. Cette méthode, qui consiste à envelopper un logis de
bois d'une chemise de pierre fortifiée, est curieuse à observer, car
nous la voyons employée dans beaucoup de ces donjons carrés du XIIe
siècle tel que celui de Loches, par exemple. Il est à présumer que les
pans de bois ou plutôt les poteaux inférieurs durent être remplacés, car
au XIVe ou au XVe siècle on éleva les deux murs figurés sur le plan du
rez-de-chaussée.

Il existe encore dans la Gironde un manoir d'une époque moins ancienne
(de la fin du XIIIe siècle ou du commencement du XIVe), qui ressemble
beaucoup, par ses dispositions, à celui de Saint-Médard-en-Jalle, mais
où la maçonnerie a remplacé les divisions intérieures en bois: c'est le
manoir de Camarsac; situé sur un point assez élevé, il domine
l'embouchure de la Dordogne et était autrefois entouré de fossés.
L'entrée de ce manoir (4) était en C et protégée par une porte
extérieure posée à angle droit sur le mur de face. La porte s'ouvrait
sur une première salle D avec escalier E montant de fond[192]. De cette
première salle (voir le plan A du rez-de-chaussée), on pénétrait dans
les trois autres pièces percées seulement, dans l'origine, de
meurtrières destinées à battre le fossé. En G est un arc qui porte le
mur de refend élevé au premier étage. Ce rez-de-chaussée ne pouvait
servir que comme dépôt des provisions, ou comme refuge en temps de
guerre. Le premier étage (voir le plan B) était destiné à l'habitation.
Il est divisé en cinq salles avec communication centrale H,
très-ingénieusement disposée. Quatre de ces salles possèdent des
cheminées I. Dans la salle L s'ouvre un mâchicoulis K, battant la porte
d'entrée. De la salle L et de celle M on passe dans la tourelle d'angle
F servant de latrines et dans le couloir muni de meurtrières qui
battaient le fossé du côté de l'entrée. Deux combles posés sur les murs
latéraux et sur le mur de refend couvraient ce castera, qui était
couronné de mâchicoulis avec crénelage sur ses quatre fronts. Des
meurtrières percées dans les échauguettes défendaient les angles et
flanquaient les faces. Les pièces du premier étage étaient éclairées par
des fenêtres étroites, remplacées aujourd'hui par des baies modernes. Ce
castera ou manoir était un véritable donjon et offrait un refuge
très-sûr. La figure 5 donne la vue perspective de cette habitation
fortifiée prise du côté de l'entrée[193].

En Angleterre, quelques manoirs du XIVe siècle présentent des
dispositions à peu près semblables à celles-ci, notamment celui de
Belsay (Northumberland). Il est certain que ces casteras n'étaient que
le logis principal d'une agglomération de bâtiments ruraux entourés d'un
mur ou d'un fossé; c'était la demeure du possesseur du fief. Pendant les
XIVe et XVe siècles, les manoirs adoptent plus franchement les
dispositions d'une habitation des champs, même dans les provinces
méridionales. Ainsi à Xaintrailles, près de Nérac (Lot-et-Garonne), on
voit encore les restes assez entiers du manoir où naquit le célèbre
Pothon. Ce manoir date des premières années du XVe siècle (6). Il se
compose d'une _baille_ ou basse-cour B, occupée aujourd'hui par des
bâtiments modernes. Le chemin A, qui conduit au manoir, donnait entrée
dans cette baille par une première porte A'. Franchissant un fossé, on
entrait dans la cour intérieure E par une porte charretière ou par une
poterne. Du passage de la porte on entrait dans la salle F, où se tenait
le gardien ou même un poste au besoin. La grande salle est en G et la
cuisine en H avec porte sur la cour. À gauche est une autre grande salle
I dans laquelle on entre en passant sur le palier inférieur du grand
escalier K. En L est un petit donjon avec escalier extérieur M et
escalier intérieur à vis. Le donjon ne se réunissait aux deux corps de
logis que par des courtines aujourd'hui englobées dans des constructions
récentes. Ces deux logis ne se défendaient que par un crénelage à la
base du comble et par quatre échauguettes posées aux quatre angles. Le
manoir est entouré de jardins du côté gauche et derrière le donjon. Cet
ensemble est assez bien conservé, sauf la partie _ab_ comprise entre le
grand escalier et le logis de droite qui a été rasée, et dont on
n'aperçoit plus que les fondations. La figure 7 donne la vue perspective
du manoir de Xaintrailles, prise des jardins[194].

Près de Nesles (Oise), on aperçoit encore les restes d'un joli manoir de
la fin du XVIe siècle[195]. Il était entouré d'un enceinte polygonale
avec fossé et porte défendue. Une tour quadrangulaire, étroite,
couronnée par quatre mâchicoulis, servait d'oratoire à rez-de-chaussée
et de guette au sommet; de plus elle commandait l'entrée. Modifiés au
XVIIe siècle, puis plus récemment encore, les bâtiments d'habitation ont
perdu leur caractère et ne laissent voir que des murs recrépis; ils
servent aujourd'hui à l'exploitation des terres environnantes (8).

Dans les vignettes des manuscrits du XVe siècle, on voit parfois des
manoirs assez bien figurés, qui rappellent les dispositions de ceux que
nous venons de donner en dernier lieu, et donnent une agglomération de
bâtiment accolés sans symétrie, mais suivant les besoins des habitants.

Beaucoup de ces manoirs du commencement du XVe siècle et passablement
défendus furent ouverts au XVIe, leurs murs extérieurs furent percés de
fenêtres et les fossés, en partie comblés, remplacés par des terrasses.

Tel est le manoir de Sédières (Corrèze) dont nous donnons (9) une vue.
Ce manoir, bâti pendant les premières années du XVe siècle, se composait
de la tour carrée A, du logis B et de la porterie C. Les autres
bâtiments E étaient probablement plus bas et fermaient la cour
intérieure Au XVIe siècle, des fenêtres furent percées sur les dehors
dans le vieux logis; les intérieurs furent refaits et des bâtiments,
aujourd'hui presque entièrement démolis, s'élevèrent en E et en F; on
combla les fossés du côté du jardin. C'est ainsi que ces manoirs du
moyen âge, dont les premiers possesseurs avaient fait des résidences
fortifiées, se changeaient au XVIe siècle en demeures de plaisance, ne
conservant de leur ancien caractère que des mâchicoulis devenus inutiles
et des morceaux de fossés au devant des portes.

Les châteaux de Rambouillet, de Nantouillet, près Paris, de la
Rochefoucauld en Angoumois, de Villers-Cotterets, de Compiègne, etc.,
n'étaient plus que des manoirs sous le règne de François Ier, par suite
des travaux d'appropriation qu'on y avait fait exécuter pour les ouvrir
sur les dehors et leur enlever leur caractère de forteresses.

Le XVIe siècle éleva quantité de manoirs dont il reste des débris. Nous
citerons, entre autres, le manoir d'Ango, près de Dieppe, construit par
le célèbre armateur vers 1525. «Il avait acquis la belle terre de
Varengeville,» dit M. Vitet dans son excellente histoire de Dieppe[196],
«ancien domaine de la famille de Longueil; la beauté du pays, la
proximité de Dieppe, l'engagèrent à démolir le vieux castel pour s'y
faire bâtir un _manoir_ à la moderne et à sa fantaisie. C'est ce manoir
dont il reste encore quelques corps de logis convertis en ferme, mais
que, par une antique habitude, les habitants du pays ne connaissent et
ne désignent jamais que sous le nom de _château_.» Ce manoir était
considérable en étendue puisque Ango put y recevoir le roi François Ier.
Mais, ainsi que nous l'avons dit déjà, les manoirs au XVIe siècle
remplaçaient le château. Azay-le-Rideau, Meillant, Chenonceaux, Anet,
par leurs dispositions et leur destination, appartiennent aux manoirs
bien plus qu'aux châteaux et se rapprochent singulièrement de la villa
antique. Le château symétrique du règne de Louis XIV a fait disparaître
les dernières traces du manoir, puisque depuis cette époque les simples
maisons de campagne ont cherché à copier, en petit, ces masses
pondérées, régulières, qui distinguent particulièrement, en France, le
château de la fin du XVIIe siècle entre toutes les habitations des
siècles précédents. Mais il y a dans les dispositions des grands
châteaux du XVIIe slecle, tels que ceux de Richelieu, de Coulommiers, de
Maisons, de Monceaux, de Vaux, etc., une certaine ampleur, une majesté
qui conviennent à ces demeures princières, et qui réflètent l'existence
large des seigneurs d'un puissant pays qui n'ont pas besoin de se
renfermer dans leurs demeures comme les barons du moyen âge; cette
ampleur et cette majesté, réduites aux proportions de l'habitation d'un
bourgeois servi par deux ou trois domestiques, deviennent des ridicules.
En cela, nos voisins les Anglais ont mieux su garder la mesure, et leurs
petites maisons de campagne sont bien, aujourd'hui, la demeure des
particuliers dont la fortune et les goûts sont modestes, et qui
préfèrent les commodités intérieures à la satisfaction vaine d'élever un
diminutif de château.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]

     [Note 174: Habitatio cum certa agri portione, a manendo
     dicta, Gallis, _Manoir_; quomodo in Consuetudinibus nostris
     municipalibus vulgo accipitur pro præcipua feudi domo, quæ
     cum universo ipsius ambitu penes primogenitum esse debet...
     (DUCANGE.)]

     [Note 175: _Études sur la condition de la classe agr. en
     Normandie au moyen âge_, p. 6. Évreux, 1851.]

     [Note 176: Parce qu'elle avait appartenu en 1204 à Jean,
     évêque de Vinchester. (Voy. Sauval, _Antiq. de la ville de
     Paris_, t. II, p. 72.)]

     [Note 177: On voit des ruines du manoir de Bicêtre dans une
     gravure représentant le ballet donné par le comte de Soissons
     au Louvre en 1632. M. le comte Horace de Vielcastel nous a
     fourni de précieux renseignements à ce sujet.]

     [Note 178: Voy. _Domest. archit., twelfth century_, par Huds.
     Turner, H. Parker. Oxford, 1851.]

     [Note 179: _Le roman du Renart_, v. 8593.]

     [Note 180: _Hist. du diocèse de Paris_, Lebeuf, t. XIV, p.
     324.]

     [Note 181: _Domest. archit., thirteenth century_, chap. IV.]

     [Note 182: _La Guienne militaire, pendant la domination
     anglaise_, par Léo Drouyn. Bordeaux.]

     [Note 183: _Vita Karoli_ imperat., cap. XVII.]

     [Note 184: À quatre lieues S.-O. de Mayence.]

     [Note 185: Le manoir d'Ingelheim et celui de Nimègue furent
     rebâtis sous forme de châteaux par Frédéric Ier. Ermoldus
     Nigellus donne la description du palais d'Ingelheim, I. IV et
     V. Il ressemblait à une _villa_ romaine par les dispositions
     d'ensemble.]

     [Note 186: Voici un exemple: «Étienne de Breziac, écuyer,
     construisait une maison fortifiée, ainsi qu'il était dit, sur
     le mont Avoie. L'abbé de Cluny s'y opposait, prétendant que
     cet écuyer ne pouvait construire en ce lieu à cause de
     certaines conventions intervenues autrefois entre leurs
     prédécesseurs, et aussi parce que cela tournait au détriment
     de son Église et de tout le pays; c'est pourquoi l'abbé
     demandait que l'on détruisit ce qui avait été construit en
     cet endroit et que l'on enjoignit à l'écuyer de ne plus y
     bâtir désormais. Étienne, d'autre part, répondait que l'abbé
     ne devait pas être écouté à ce sujet et qu'on ne devait pas
     détruire sa demeure; il ajoutait qu'il n'avait pas élevé une
     forteresse, qu'il ne relevait pas de l'abbé, que lui-même et
     ses prédécesseurs étaient de temps immémorial en saisine de
     cette montagne comme de son aleu, ainsi que de la garenne et
     des autres dépendances. En résumé, ayant entendu les raisons
     des deux parties, et ayant appris par le bailli de Mâcon que
     cette montagne, par elle-même, était déjà très-forte, et que
     plusieurs nobles et autres personnes réclamaient et
     s'opposaient de leur côté à ce que l'on édifiât en ce lieu,
     parce qu'une maison (forte) pourrait causer au pays un grand
     préjudice, il fut arrêté que l'écuyer Étienne de Breziac ne
     pourrait construire une maison de ce genre sur la montagne
     sus désignée, et que la portion de la dite maison déjà
     construite par Étienne serait détruite et supprimée.»
     (_Arrestat. in pallam_, 1264, arr. VI.)]

     [Note 187: _Les Olim_, publ. par le comte Beugnot, t. I,
     notes, p. 1045. _Docum. inéd. sur l'Histoire de France_, Ire
     série, _hist. polit._]

     [Note 188: _De la Propriété des eaux courantes_. Paris, 1846,
     p. 86-97.]

     [Note 189: Voir à ce sujet un arrêt de 1317. _Les Olim_, t.
     III, 2e part., 1317, arr. LXV.]

     [Note 190: Les _vivaria_ ou _viaria_ étaient des lieux clos
     ou non, dans lesquels étaient élevés des animaux de petite
     espèce et particulièrement des lapins.]

     [Note 191: Voy. la _Notice sur le castera près de
     Saint-Médard-en-Jalle_, par M. Durand. 1839. (_Recueil de
     l'académie royale de Bordeaux_, lecture du 21 fév. 1839.)]

     [Note 192: La tourelle E ainsi que l'échauguette F ont été
     modifiées au XVe siècle; on leur a donné un plus fort
     diamètre.]

     [Note 193: Ces dessins nous ont été fournis par M. Alaux,
     architecte à Bordeaux.]

     [Note 194: Partie de ce manoir était encore occupée en 1843
     par M. le marquis de Lusignan.]

     [Note 195: Le manoir de Launay, qui fut la résidence de
     Santeuil.]

     [Note 196: _Histoire de Dieppe_, 4e partie, p. 451.]



MARBRE, s. m. Calcaire cristallisé, dur, recevant le poli.--En France,
on a peu employé le marbre, pendant le moyen âge; d'abord parce que
cette matière n'y est pas très-commune, puis parce que son emploi exige
des frais considérables. Les architectes romans des premiers temps
dépouillèrent souvent des monuments antiques de leurs colonnes et de
leurs chapiteaux pour les appliquer à leurs nouvelles bâtisses; sous les
premiers carlovingiens même, par un reste des traditions romaines, ils
firent sculpter parfois des chapiteaux dans du marbre, mais ces exemples
sont rares. Cette matière dure, longue à travailler, ne pouvait convenir
à des artistes qui n'avaient plus les ressources suffisantes pour mener
à fin des ouvrages de cette nature. Dans le midi de la France, l'emploi
du marbre ne cessa pas cependant jusques vers le milieu du XIVe siècle,
principalement dans le voisinage des Pyrénées. Il existe encore
plusieurs cloîtres de ces provinces méridionales dont les colonnes et
les chapiteaux même sont en marbre (voy. CLOÎTRE). On employa aussi
parfois le marbre de couleur comme incrustation pendant les XIe, XIIe et
XIIIe siècles[197], comme pavé, et le marbre blanc pour des autels, des
retables, des tombeaux et des statues. Le système de construction admis
à la fin du XIIe siècle en France ne se prêtait point d'ailleurs à
l'emploi du marbre, qui, même dans l'antiquité romaine (excepté
lorsqu'il s'agit de points d'appuis isolés comme des colonnes), n'était
guère appliqué que sous forme de revêtement.

Les poëtes et les chroniqueurs du moyen âge ne se font pas faute
cependant de mentionner des ouvrages de marbres, _palais marbrins_,
_escaliers marbrins_, _chambres marbrines_. Ce qui prouve que l'emploi
de cette matière était considéré comme un luxe extraordinaire. Les abbés
qui reconstruisirent leurs monastères pendant les XIe et XIIe siècles,
ou les contemporains qui racontent leurs _gestes_, ne manquent pas de
signaler de nombreux ouvrages en marbre qui n'ont jamais existé. Ce sont
là de ces hyperboles très-fréquentes chez ces chroniqueurs. C'est ainsi
que Suger avait, dit-on, fait venir des colonnes de marbre d'Italie pour
le pourtour du sanctuaire de l'église abbatiale de Saint-Denis; or, ces
colonnes sont en pierre dure provenant de carrières près Pontoise. Le
vulgaire donne souvent aussi le nom de _marbre_ à certains calcaires
durs qui prennent le poli, mais qui n'ont pas pour cela les qualités du
marbre.

Lorsque les sculpteurs du moyen âge ont voulu tailler le marbre, ils
s'en sont tirés à leur honneur; il suffit, pour s'en assurer, d'aller
voir à Saint-Denis un assez grand nombre de statues de marbre blanc des
XIVe et XVe siècles qui sont d'une excellente facture (voy. STATUAIRE).

Les musées de Toulouse et d'Avignon possèdent aussi beaucoup de débris
de monuments en marbre des XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles, d'un beau
travail.

     [Note 197: À la cathédrale de Lyon, par exemple.]



MARCHÉ, s. m. Lieu de vente, couvert (voy. HALLE).



MARQUETERIE (ouvrage de), voy. MENUISERIE.



MENEAU, s. m.; peu usité au singulier.--On donne ce nom aux montants et
compartiments de pierre qui divisent la surface d'une fenêtre en
plusieurs parties vides que l'on remplit soit au moyen de vitrages
dormants, soit au moyen de châssis ouvrants, également pourvus de
vitrages (voy. FENÊTRE). En Italie, en Espagne et même en France, dans
les premiers siècles du moyen âge, les fenêtres des édifices publics
étaient souvent dépourvues de vitres; des claires-voies en pierre, en
métal ou en bois étaient alors disposées dans leur ouverture béante,
pour tamiser la lumière et empêcher le vent ou la pluie de pénétrer dans
les intérieurs. Lorsque l'usage des vitrages devint habituel, vers le
XIe siècle, on garnit les baies de vitraux maintenus au moyen de
barlotières en fer. Mais vers la fin du XIIe siècle, au moment de
l'adoption du système de l'architecture dite gothique, les fenêtres
venant à s'agrandir, il fallut disposer dans leur surface vide des
séparations en pierre pour maintenir les vitraux; car les armatures en
fer, difficiles à fabriquer, flexibles, ne présentaient pas une
résistance suffisante à l'effort du vent. D'ailleurs, ces baies larges
et hautes, laissées vides, n'étaient pas d'un heureux effet; elles ne
donnaient pas l'échelle de la structure, et les architectes des écoles
laïques de la fin du XIIe siècle possédaient assez le sentiment des
proportions pour ne pas laisser de grandes surfaces vides sans les
occuper par des compartiments de pierre qui pouvaient seuls rappeler
leur dimension. On voit apparaître ces divisions vers les premières
années du XIIIe siècle dans l'Île-de-France, le Soissonnais, le
Beauvaisis et la Champagne. Ces premiers meneaux sont composés d'assises
de pierre, sont _bâtis_. Tels sont les meneaux de la cathédrale de
Soissons et de la cathédrale de Chartres. Les meneaux des fenêtres des
chapelles du choeur de Notre-Dame de Reims, bien qu'ils datent de 1215
environ, sont encore composés d'assises ou de claveaux (voy. FENÊTRES,
fig. 13, 14, 15, 16, 17 et 18). Mais bientôt l'école laïque du XIIIe
siècle fit, des meneaux, de véritables châssis de pierre formés de
montants posés en délit et de compartiments ajourés découpés dans des
dalles plus ou moins épaisses suivant les dimensions des baies. Dans les
édifices voûtés, comme les églises ou certaines grandes salles
d'assemblée, dont les fenêtres occupent toute ou presque toute la
surface laissée sous les formerets des voûtes, les meneaux se composent
d'abord d'un montant central, avec deux tiers-points surmontés d'un
oeil. Telles sont les fenêtres hautes du choeur et de la nef de la
cathédrale de Paris, refaites vers 1225 (voir CATHÉDRALE, fig. 3 et 4).
Or, les meneaux des fenêtres hautes de Notre-Dame de Paris peuvent être
considérés comme les premiers qui aient été faits en manière de châssis
de pierre, rigides, entre des pieds-droits et des arcs construits par
assises.

Il est intéressant de voir comment l'architecte introduisit ces châssis
de pierre dans les anciennes fenêtres du XIIe siècle, et comment les
meneaux furent appareillés. Les fenêtres hautes du choeur de Notre-Dame
de Paris avaient été construites vers 1170. Elles se composaient (1),
conformément au tracé A, de pieds-droits avec colonnettes à l'extérieur
(voir la section horizontale B, faite sur _ab_), surmontés de deux arcs
en tiers-point concentriques C extra-dossés d'un rang de damiers. En D
était le filet de recouvrement du comble en appentis posé sur la
galerie, et en E des roses s'ouvrant sous cet appentis au-dessus des
voûtes de cette galerie (voir CATHÉDRALE, fig. 3 et 4). Le système,
nouveau alors, des meneaux qui permettaient de remplir de très-grandes
fenêtres de vitraux colorés, avait si bien séduit les évêques, les
chapitres et leurs architectes, qu'on n'hésita pas à détruire les roses
E, les anciens appuis des fenêtres du XIIe siècle J, à remplacer les
combles par des terrasses, à couper les pieds-droits F et à enlever
l'arc intérieur des baies. Cela fait, on tailla dans les pierres
restantes les colonnettes G, à l'intérieur et à l'extérieur; on incrusta
des morceaux H dans les parties laissées vides par l'enlèvement des
claveaux des roses, ainsi que l'indique le trait haché, on passa le
meneau I au milieu des baies, et on appareilla sur ce meneau et sur les
pieds-droits recoupés le châssis de pierre supérieur composé de deux
arcs et d'un oeil. La courbe des arcs des fenêtres primitives fut ainsi
changée, et entre l'extra-dos du châssis de pierre et l'intra-dos du
second arc du XIIe siècle, laissé en place, on incrusta le remplissage
K. Les joints de ce châssis de pierre, marqués sur notre figure, furent
coulés en plomb avec goujons de fer posés ainsi que l'indique le détail
L. Il est à présumer que la crainte qu'avaient les architectes de voir
fléchir les arcs des vieilles fenêtres, affaiblis d'un rang de claveaux,
les détermina à donner plus d'aiguïté à l'arc tiers-point des meneaux.
Chacun de ces meneaux se composait ainsi: 1º de la colonnette centrale,
dont nous donnons la section en M; 2º du sommier central en fourche; 3º
des deux sommiers latéraux; 4º des deux closoirs des arcs inférieurs; 5º
des quatre claveaux latéraux; 6º de la clef de l'oeil et de deux
closoirs supérieurs, en tout treize morceaux de pierre pour une fenêtre
de 10m,00 de haut sur 3m,40 de largeur en moyenne. Mais les espaces
vides laissés entre ces divisions de pierre étaient trop grands encore
pour pouvoir être vitrés sans le secours du fer. Une barre transversale
passant à la naissance des arcs en N et traversant la tête du chapiteau
P fut posée en construisant le châssis. Des barlotières O, scellées
entre les pieds-droits et le meneau central, formèrent une suite de
panneaux quadrangulaires; des montants verticaux R servirent encore à
diminuer la largeur des deux vides et formèrent la bordure du vitrail.
Dans l'oeil, quatre barres S vinrent aussi diviser la surface vide du
cercle. Ces barres furent scellées dans le châssis circulaire. On
observera que les joints de l'appareil tendent toujours aux centres du
cercle ou des tiers-points.

Déjà cependant les fenêtres des chapelles du choeur de la cathédrale de
Reims, contemporaines de celles que nous donnons ci-dessous, possédaient
des meneaux qui, construits par assises, renfermaient dans l'oeil
supérieur des redents destinés à diminuer le vide de ces oeils (voy.
FENÊTRE, fig. 18). Dans ce cas, comme toujours, c'est à la Champagne que
sont dues les innovations dans l'architecture gothique. Les fenêtres
hautes de la nef et du choeur de Notre-Dame de Reims, bien que
construites vers le milieu du XIIIe siècle, ont consacré le principe
admis par l'architecte primitif de cet incomparable édifice. Ces
fenêtres, indiquées d'ailleurs dans le croquis de Villard de Honnecourt
antérieurement à la reprise des travaux de la cathédrale en 1241,
appartiennent ainsi comme composition à une époque plus ancienne. Elles
se composent d'un meneau central portant deux tiers-points avec un oeil
subdivisé par des redents à six lobes (2). Les meneaux reproduisent sur
une plus grande largeur ceux des chapelles. Les vides n'ont pas moins de
2m,30 (7 pieds), aussi ont-ils été garnis de puissantes armatures en
fer. Les redents de l'oeil sont rapportés en feuillure, comme l'indique
la section A faite sur _ab_. La feuillure maintenant les vitraux est
refouillée intérieurement, ainsi qu'on le voit par la section
horizontale B, faite sur le meneau central, l'extérieur étant en E. Les
panneaux de vitraux sont maintenus dans l'oeil au moyen de pitons _d_
scellés à l'intérieur des redents. L'armature en fer de cet oeil est
elle-même scellée au nu intérieur des redents. La section C est faite
sur _ef_. On remarquera que les tiers-points du grand arc et des deux
petits arcs ont pour générateur un triangle équilatéral, les centres des
arcs étant posés aux naissances mêmes des courbes. On observera aussi
que le second rang de colonnettes porte les boudins formant le nerf
principal des meneaux, mais que ces boudins ne suivent pas la courbe du
grand arc; de sorte que le nerf ou boudin de l'oeil pénètre dans le
grand biseau X, que cet oeil semble circonscrit par l'archivolte, mais
indépendant de son profil, que les meneaux paraissent n'être qu'un
châssis rapporté ne faisant pas corps avec l'architecture, le tout étant
cependant fait avec la bâtisse. Le système admis par l'architecte
primitif de la cathédrale de Reims et scrupuleusement suivi par ses
successeurs jusqu'à la fin du XIIIe siècle n'était plus de mode
cependant à dater de 1240. À cette époque déjà, on prétendait ne plus
laisser des vides aussi larges pour les panneaux des vitraux. Les
fenêtres prenant toute la largeur entre les piles, un seul meneau ne
suffisait pas toujours; on voulut subdiviser ces espaces lorsqu'ils
étaient très-larges, et au lieu de deux claires-voies on en établit
quatre, de manière à ne plus avoir à vitrer que des vides de 1m,00 à
1m,30 au plus (3 ou 4 pieds). Mais cette extension du principe
présentait des difficultés; car rien, dans l'architecture antique, dans
l'architecture romane, ni dans l'architecture orientale, ne pouvait à
cette époque servir d'exemple. L'architecte qui conçut les premiers
plans de la cathédrale d'Amiens, Robert de Luzarches, mais qui vit
seulement élever les parties basses de la nef, avait disposé les
fenêtres des collatéraux suivant le système adopté pour les fenêtres de
la cathédrale de Reims: un meneau central, deux tiers-points et un oeil
circulaire avec redents rapportés en feuillure.

Ses successeurs, ayant à vitrer les énormes fenêtres hautes de la nef,
qui ont 6m,00 de largeur sur 13m,00 de hauteur, songèrent à garnir ces
vides d'une armature en pierre assez puissante et assez serrée pour
pouvoir poser des vitraux entre leurs vides sans avoir recours à cet
amas de ferrailles que nous voyons appliquées aux fenêtres de la
cathédrale de Reims. Toutefois, ils partirent toujours du même principe:
ils établirent l'ossature principale suivant la donnée admise à
Notre-Dame de Reims, c'est-à-dire qu'ils la composèrent d'un meneau
central portant deux arcs en tiers-point avec un oeil circulaire
supérieur; mais dans les deux grands intervalles laissés entre les
pieds-droits et ce meneau central ils firent un second châssis de
pierre, composé de la même manière: d'un meneau central portant deux
tiers-points et un oeil. Ce système de _cristallisation_, c'est-à-dire
de répétition à l'infini du principe admis que nous voyons appliqué
rigoureusement dès la fin du XIIIe siècle dans l'architecture gothique,
n'atteignit pas de prime abord ses conséquences logiques; il y eut des
tâtonnements, il se présenta des difficultés d'exécution qui ne furent
qu'imparfaitement résolues. Les fenêtres hautes de la nef de la
cathédrale d'Amiens sont certainement une de ces premières tentatives,
car leur construction ne saurait être postérieure à 1235. Ces fenêtres
(3)[198] se composent, comme on le sait, d'un meneau central bâti par
hautes assises, de deux meneaux divisionnaires d'une plus faible
section, composés de pierres en délit, de deux arcs en tiers-points
parfaits, principaux, avec le grand oeil supérieur, et de deux arcs en
tiers-points parfaits portant sur les meneaux divisionnaires avec leur
oeil secondaire. Ces arcs en tiers-points secondaires portent leur nerf
ou boudin continuant la section des meneaux divisionnaires, et ce nerf
ou boudin vient pénétrer dans les biseaux des pieds-droits et du meneau
central, ainsi que le fait voir le tracé perspectif A. Quant aux oeils
secondaires B et C, leur section est particulière et ne participe pas
des membres dans lesquels ils pénètrent. On observera même que, gêné par
l'appareil, le constructeur a posé les redents de l'oeil B en feuillure
comme ceux du grand oeil central. (En E, nous donnons au double la
section sur _ab_ de ces oeils secondaires.)

À Amiens, les constructeurs ne possédaient que des matériaux d'une assez
médiocre résistance et d'une dimension peu considérable; ils avaient
donc éprouvé des difficultés pour construire ces énormes claires-voies,
ils avaient dû multiplier les joints pour éviter les trop grands
morceaux de pierre. Or, si on fait attention à l'appareil que nous avons
exactement reproduit, on verra qu'en effet les morceaux n'ont que des
dimensions ordinaires et que les joints sont tracés de manière à éviter
les ruptures qui sont à craindre dans ces ouvrages à claires-voies.
Comme il arrive toujours, ce ne sont pas les moyens les plus simples qui
se présentent d'abord à l'esprit de ceux qui inventent. Ces meneaux,
avec leurs sections variées, avec leurs redents en feuillure, offraient
certainement des difficultés de tracés et de tailles, des pénétrations
dont les tailleurs de pierre ne se rendaient pas aisément compte, un
désaccord entre les membres principaux et les membres secondaires, des
parties grêles et des parties lourdes, des jarrets dans les courbes
comme aux points I, par exemple; cependant déjà les architectes avaient
fait régner le boudin ou nerf G tout au pourtour de l'archivolte,
continuant la section de la colonnette H et venant pénétrer le nerf de
grand oeil à la tangente.

C'était un progrès de tracé sur les meneaux des fenêtres de Notre-Dame
de Reims. Mais on n'arrive pas, si rapidement que l'on marche, aux
méthodes simples, aux procédés pratiques sans des tâtonnements. Donner
un dessin sur une échelle réduite des compartiments ajourés d'une
fenêtre et une seule section pouvant suffire à en tracer l'épure en
grand, c'était évidemment le but auquel devaient tendre les architectes.
Il s'agissait de trouver une méthode. Il fallait aussi éviter la
disproportion entre les ajours, c'est-à-dire les répartir de telle sorte
qu'ils ne fussent ni trop resserrés ni trop lâches. Il fallait (puisque
le parti était admis de ne plus avoir des armatures en fer d'une grande
surface) faire un réseau de pierre assez également serré pour éviter ces
armatures lourdes, compliquées et dispendieuses. Les architectes de la
nef haute de la cathédrale d'Amiens avaient dû s'apercevoir de la
disproportion qui existait entre les oeils des meneaux, de la lourdeur
des tiers-points secondaires englobant les oeils inférieurs, de la
difficulté des tailles de ces pénétrations de membres à sections
différentes. Aussi, élevant peu après les fenêtres hautes de la nef
celles qui s'ouvrent dans le mur occidental du transsept, ils avaient
déjà apporté des perfectionnements dans le tracé des meneaux de ces
fenêtres (4).

Relevant la naissance de l'archivolte au-dessus des chapiteaux des
meneaux, ils purent donner un diamètre moindre à l'oeil principal,
trouver entre les petits tiers-points inférieurs et les deux
tiers-points secondaires un large espace qu'ils remplirent par des
trilobes qui ne donnaient plus un diminutif de l'oeil central. Dans
l'oeil central, au lieu de redents simples, ils imaginèrent des redents
_redentés_ A qui occupaient mieux la surface vide et diminuaient
l'importance de l'armature en fer. De plus ils ajoutèrent des redents B
aux tiers-points inférieurs. Ce dessin général est évidemment mieux
conçu que celui donné figure 3; mais aussi le travail de l'appareilleur
et du tailleur de pierre est simplifié. On observera que, dans ce tracé,
seuls les redents de l'oeil central sont embrevés en feuillure (voir la
coupe C, faite sur _ab_); tous les autres membres sont pris dans
l'appareil général. De plus, une seule section est génératrice de tous
les membres; ainsi le meneau central est le profil DEF. Les meneaux
secondaires I sont donnés par la section dérivée GEH. Les redents des
tiers-points inférieurs adoptent la section KEL. Quant à la section
faite sur _ed_, elle est donnée par DEM. Au moyen de cette combinaison,
les axes seuls des boudins principaux P et des boudins ou colonnettes
secondaires S étant tracés, et la section DEF avec ses dérivés étant
donnée, l'ensemble des meneaux était obtenu sans difficulté par
l'appareilleur. Restaient seulement, en dehors de cette combinaison, les
redents de l'oeil central. Tous les profils de cette section DEF
_roulaient_, sauf l'exception admise seulement pour l'extra-dos T des
tiers-points secondaires et de l'oeil central, qui prend le profil
simplifié DMD. On observera encore que, dans cette épure, l'appareil est
infiniment plus simple et rationnel que dans l'épure précédente. Les
joints tendent sans difficultés aux centres des tiers-points et en même
temps aux centres des lobes. Ces joints étaient donc toujours normaux
aux courbes, évitaient les aiguïtés et par conséquent les causes de
brisures. Enfin les armatures en fer sont réduites à de simples
barlottières garnies de pitons et à quelques barres secondaires légères.

Toutefois, dans cette combinaison ingénieuse, des tâtonnements sont
encore apparents, aucune méthode géométrique ne préside au point de
départ du tracé. Nous allons voir que les architectes du même édifice
arrivent bientôt à des méthodes sûres, à des règles données par des
combinaisons géométriques.

Les fenêtres des chapelles du choeur de la cathédrale d'Amiens sont
contemporaines de la Sainte-Chapelle de Paris, elles datent de 1240 à
1245; or, les meneaux de ces fenêtres sont tracés d'après un principe
géométrique fort-simple et très-bon. Il faut dire que ces meneaux
consistent en un seul faisceau central portant la claire-voie sous les
archivoltes (voy. CHAPELLE, fig. 39 et 40).

Soit (5), en A, la section horizontale d'une de ces fenêtres avec son
meneau central B. Soient les lignes BB'B'', axes du meneau central et
des colonnettes des pieds-droits. On remarquera d'abord que le même
profil est adopté pour le meneau central et les pieds-droits. Soit la
ligne CD, la naissance de l'arc qui doit terminer la fenêtre. L'espace
entre les deux axes E et F, demi-largeur de la fenêtre, est divisé en
quatre parties égales E_f_, _f_G, G_h_, _h_F. Du point _f_, prenant la
demi-épaisseur de la colonnette ou boudin, cette demi-épaisseur est
portée sur la ligne de base en _f_. Du point _h_, on reporte également
cette demi-épaisseur en _h'_. Prenant la longueur E_h'_, on la reporte
sur la ligne de base en _h''_. Sur cette base _h'h''_, on élève le
triangle équilatéral _h'h''_H. Sur la base _f'h'_, on élève également le
triangle équilatéral I_f'h'_, et du sommet H du grand triangle
équilatéral on tracera le petit triangle équilatéral H_i'i_, semblable à
celui I_f'h'_. Prenant alors la longueur _ef'_ et les points I_f'h'_,
H_ii'_ comme centres, on décrit les trilobes. Prenant les points _h'_ et
_h''_ comme centres et la longueur _h''_O comme rayon, on décrit le
grand arc OP. Pour trouver les centres des deux arcs tiers-points
inférieurs, des points _f'_ et _h'_, on trace deux lignes parallèles à
_h'_I et à _f'_I; ces deux parallèles rencontrent les arcs inférieurs du
trilobe en _l_ et _l'_. Sur ces deux lignes, de _l_ en _m_ et de _l'_ en
_m'_, on prend une largeur égale à la colonnette ou boudin. De ces deux
points _m_ et _m'_, on tire deux parallèles à _mg'_ et à _m'g_; ces deux
parallèles rencontrent les lignes internes des boudins en _n_ et en
_n'_; dès lors les deux triangles _mng'_, _m'gn'_ sont équilatéraux, et
prenant les points _g_ et _g'_ comme centres et la longueur _gn'_ comme
rayon, on trace les arcs tiers-points inférieurs. En T, nous avons tracé
la moitié des meneaux avec les épaisseurs des profils. Ainsi, toutes les
sections normales aux courbes donnent la section génératrice du meneau
central B.

L'appareil est simple, logique, solide, car toutes les coupes sont
normales, comme l'indique le tracé T. Sans tâtonnements, le boudin, aux
points de rencontre de deux figures courbes, conserve toujours sa même
épaisseur, ce qui est la règle la plus essentielle du tracé des
claires-voies des meneaux. À dater du milieu du XIIIe siècle, les
meneaux sont toujours tracés d'après des méthodes géométriques
délicates, au moins dans les édifices élevés dans l'Île de France, la
Champagne et la Picardie. Parmi ces meneaux, ceux dont les dessins
paraissent les plus compliqués sont souvent produits par un procédé
géométrique simple et n'offrant aucune difficulté à l'appareilleur. Nous
en fournirons la preuve. D'abord les architectes de cette époque évitent
les meneaux à sections différentes dans la même fenêtre; ils adoptent
une seule section, même pour des meneaux de fenêtres à quatre travées,
comme celles supérieures de l'église abbatiale de Saint-Denis (voy.
FENÊTRE, fig. 24). Dès lors, il ne s'agit plus que de tracer les
compartiments au moyen des lignes d'axes de la section des meneaux. Ce
principe permet d'ailleurs de garnir les fenêtres d'un, de deux, de
trois, de quatre meneaux, sans difficulté, de tracer les compartiments à
une petite échelle, suivant une méthode géométrique, et de laisser faire
ainsi, sans danger d'erreurs, le tracé de l'épure sur le chantier.

Les meneaux des fenêtres de l'église de Saint-Urbain de Troyes, qui
datent de la seconde moitié du XIIIe siècle (1260 environ), sont tracés
conformément à ce principe, c'est-à-dire qu'avec le dessin que nous
donnons ici de l'une de ces fenêtres et une section des meneaux,
grandeur d'exécution, l'épure peut être faite pour couper les panneaux.
C'était là un avantage considérable dans un temps où beaucoup de
monuments s'élevaient dans les provinces françaises, et même à
l'étranger, sur des dessins envoyés par nos architectes du domaine
royal. L'influence extraordinaire que le style adopté par notre école
laïque avait acquise sur toute l'étendue du territoire actuellement
français, sur une partie de l'Allemagne et de l'Espagne, était telle que
les architectes avaient dû forcément chercher des méthodes de tracés qui
ne fussent pas sujettes à de fausses interprétations.

À l'article CONSTRUCTION, pages 197 et suivantes, à propos de la
structure de l'église Saint-Nazaire de Carcassonne, nous avons fait voir
que les combinaisons les plus compliquées de tracés pouvaient facilement
être transmises à l'aide de dessins faits à une petite échelle; la
supériorité que devraient nous donner sur nos devanciers de six siècles
des connaissances plus étendues en géométrie et tant d'autres avantages
n'est pas telle cependant que nous puissions aussi facilement
aujourd'hui transmettre les détails de notre architecture avec une
complète confiance dans la manière de les interpréter. L'architecture
n'est digne d'être considérée comme un art qu'autant qu'elle sort tout
entière du cerveau de l'artiste et qu'elle peut s'écrire. Un temps où
l'on arrive à tâtonner pendant l'exécution et à _effacer_, pour ainsi
dire, sur le monument même au lieu d'effacer sur le papier, ne peut
avoir la prétention de posséder une architecture[199]. Une pareille
époque ne saurait montrer trop de respect pour les artistes qui savaient
ce qu'ils voulaient et qui combinaient un édifice tout entier dans leur
cerveau avant d'ouvrir les chantiers. Examinons donc les meneaux des
fenêtres du choeur de Saint-Urbain de Troyes (6).

Soit AB la largeur de la fenêtre. Sur cette largeur, qui donne les axes
des boudins ou colonnettes des pieds-droits ayant pour section une
demi-section de meneau, on a tracé l'arc brisé CDE; donc la base CD et
les deux arcs de cercle circonscrivent un triangle équilatéral. Divisant
ce triangle équilatéral par l'axe EF et par les deux lignes CG, DH
passant par les milieux des deux lignes DE, CE, on obtient la figure
EKIL, dans laquelle nous inscrivons le cercle dont le centre est sur
l'axe en M. Marquant sur les lignes LC, LD deux points M'M'' à une
distance égale à la longueur LM, on trace les deux autres cercles à
l'aide de rayons égaux à celui du cercle dont le centre est en M. Il est
clair que ces trois cercles sont tangents et inscrits par le grand arc
brisé. Divisant ensuite la largeur AB en trois parties égales A,_ab_,B
et chacune de ces trois divisions en deux, nous élevons des points N et
O deux verticales, soit celle OP qui rencontre la circonférence du
cercle M'' en P. De ce point P, prenant une longueur égale à _b_B, nous
formons le triangle équilatéral P_b_S. Alors nous avons la base RS de la
claire-voie portant sur les meneaux. Prenant les points _b_S comme
centres et la longueur _b_S comme rayon, nous traçons les trois arcs
brisés inférieurs; nous cherchons sur cette base RS les centres T du
second arc brisé milieu, partant des naissances _a,b_ et devant être
tangent aux deux circonférences M'M''. Toutes ces lignes forment les
axes X des meneaux dont nous avons donné la section en Y. Le tracé plus
sombre Z sur cette section Y donne la section des redents. L'axe _p_ de
ces redents est à une certaine distance de l'axe X et ne se confond pas
avec lui. Pour tracer les redents, nous prenons donc cette distance à
l'intérieur de la circonférence des cercles et des arcs brisés
inférieurs. Pour les redents des cercles, _m_ étant le point marqué sur
l'axe à la distance X_p_ donnée par la section des meneaux, on divise la
longueur _m_M en deux parties égales; du point _m'_ milieu et prenant
_m'm_ comme rayon, nous traçons les redents à quatre lobes des cercles.
Quant aux redents des arcs brisés inférieurs, ils sont tracés suivant un
même rayon; les centres des branches inférieures étant placés sur la
ligne de base RS. Les redents de l'espace Q sont de même inscrits dans
un triangle équilatéral. En AA, nous avons tracé à l'échelle de 0m,05
pour mètre le détail des redents des cercles avec l'armature circulaire
en fer pincée par les quatre extrémités des lobes et destinée à
maintenir les verrières. L'appareil des meneaux est indiqué par les
lignes _g_, etc. En BB est donné le détail des chapiteaux. Ces meneaux,
qui n'ont que 0m,095 d'épaisseur sur 0m,23 de champ, suffisent pour
maintenir les vitraux de fenêtres qui ont 4m,40 de largeur sur 9m,20 de
hauteur de l'appui à la clef, et encore reposent-ils sur une galerie à
tour (voy. _CONSTRUCTION_, fig. 103); ils sont taillés dans du beau
liais de Tonnerre et sont bien conservés. Il était impossible de
combiner et d'exécuter un châssis de pierre plus léger, mieux entendu et
plus résistant eu égard à son extrême ténuité.

Les formerets de la voûte circonscrivent exactement les grands arcs
brisés qui ont servi de cintre pour les bander; car ces arcs entrent en
feuillure sous ces formerets, comme l'indique la section X'. Il n'est
pas besoin de dire que les meneaux verticaux sont d'une pièce et que les
ajours sont taillés dans de très-grands morceaux de pierre, ainsi que
l'indique l'appareil tracé sur la figure 6.

Vers la fin du XIIIe siècle et le commencement du XIVe, on employa des
méthodes encore plus précises et plus rationnelles. On remarquera, dans
l'exemple précédent, qu'il y a encore certains tracés qui sont livrés au
tâtonnement; ainsi, l'inscription du cercle du sommet, générateur des
trois autres, dans la figure EKIL, ne peut guère être obtenue dans la
pratique qu'en cherchant sur l'axe EF le centre M au moyen du
_troussequin_; les tangentes de ce cercle avec les lignes CI, DH et les
deux arcs CE, DE ne pouvant être connues d'avance que par des opérations
géométriques compliquées que certainement il était inutile de faire, les
architectes ont donc été amenés à chercher des méthodes géométriques qui
pussent toujours être démontrées et par conséquent dont le tracé fût
absolu. Ce résultat est remarquable dans la partie de l'église de
Saint-Nazaire de Carcassonne qui fut élevée au commencement du XIVe
siècle. Le triangle équilatéral devient, dans cet édifice, le générateur
de tous les compartiments des meneaux. Prenons d'abord les fenêtres du
sanctuaire de cette église qui sont les plus simples, et qui ne sont
divisées que par un meneau central supportant une claire-voie. Le tracé
générateur est fait sur l'axe des colonnettes ou boudins. Soit (7) une
de ces fenêtres. Les trois lignes verticales AA'A'' passent par les axes
des colonnettes dont la section est donnée en B. Cet axe est tracé en
_a_. La naissance de l'arc brisé étant en CC', sur cette base CC' on
élève le triangle équilatéral CC'D, et prenant CC' comme centres on
trace les deux arcs CD, C'D qui sont toujours les axes des boudins
donnés en _a_ sur la section B. Divisant les lignes CD, C'D en deux
parties égales, des points _dd'_ diviseurs et des points DCC'_c_, pris
comme centres, nous traçons les trois angles curvilignes équilatéraux
inscrits. Deux verticales abaissées des deux points _dd'_ divisent les
deux arcs C_c_, _c_C' en deux segments égaux. Prenant alors à
l'intérieur des deux travées des distances égales à la distance qu'il y
a entre les axes générateurs _a_ et les axes _b_ des membres secondaires
du faisceau dont la section est en B, soit en _ee'_, la naissance de la
claire-voie étant fixée au niveau E, sur cette naissance nous cherchons
le centre de l'arc de cercle qui doit passer par les points _e_ et _f_;
centre qui s'obtient naturellement en faisant passer une ligne par les
points _e_ et _f_ en élevant une perpendiculaire du milieu de cette
ligne jusqu'à sa rencontre avec la ligne de niveau E. Dès lors, on
considère les arcs C'D, C'_d'_, _cd'_, _dd'_, etc., comme membres
principaux, et les arcs _c_C', _ef_, _e'f_ comme membres secondaires.
Les centres des redents G sont pris sur les axes passant par le sommet
des triangles curvilignes, ainsi que l'indiquent les rayons ponctués;
ces redents sont membres secondaires. c'est-à-dire que leur section est
celle donnée par la seconde section génératrice dont l'axe est en _b_.
Mais les arcs C_c_, _c_C' étant secondaires eux-mêmes, les axes des
redents sont tangents à ces arcs, comme on le voit en _g_. Quant aux
redents inférieurs _h_, ils sont tertiaires et prennent la section _h'_
sous-division de la section génératrice B. Les chapiteaux des arcs sont
placés au niveau CC'.

Le tracé F de la moitié de la claire-voie, sur une échelle de 0m,04 pour
mètre, explique le tracé de cette épure de manière à faire comprendre la
section de tous les membres. Souvent, comme dans le cas présent, la
section des extra-dos M est simplifiée et donne la coupe N, mais cette
disposition est rare; à dater de la fin du XIIIe siècle les sections
sont uniformes aux intra-dos comme aux extra-dos des arcs des
claires-voies. Sur ce tracé est donnée la section du formeret qui
enveloppe exactement l'arc de la claire-voie lui servant ainsi de
cintre. Les claires-voies de ces fenêtres sont d'une heureuse
proportion; de l'appui à la naissance E des arcs inférieurs les
colonnettes ont 7m,70 et sont composées de deux ou trois morceaux.

Les compartiments des claires-voies supérieures engendrés par des
triangles équilatéraux se prêtaient parfaitement au système des meneaux
disposés par trois travées, assez généralement adopté au XIVe siècle.
Puisqu'on décorait les fenêtres par des vitraux, on voulait avoir un
motif milieu; les fenêtres, par deux et quatre travées, étaient moins
favorables à la peinture des sujets que la division par trois. Il y
avait donc entente entre l'architecte et le peintre verrier. Dans la
même église de Saint-Nazaire, les grandes fenêtres orientales du
transsept sont, en effet, divisées en trois travées au moyen de deux
meneaux; les compartiments surmontant ces meneaux, bien que variés entre
eux; procèdent tous de combinaisons données par le triangle équilatéral.
Voici (8) l'une de ces fenêtres.

Il est entendu qu'à dater du milieu du XIII siècle les compartiments des
meneaux sont tracés en prenant les axes des colonnettes ou boudins.
Soient donc _aa'_ les axes de ces colonnettes dont la section est donnée
en A, avec ses décompositions en membres secondaires et tertiaires; la
ligne _b_ étant l'axe du membre secondaire et celle _c_ l'axe du membre
tertiaire. La naissance du formeret étant en B, sur la ligne de base BB'
on élève le triangle équilatéral BB'C. Les points BB' sont les centres
des arcs principaux BC, B'C. Du même point B' et du point D, prenant BD
comme rayon, nous décrivons les deux arcs B'_e_, D_e_; du point _e_
comme centre, nous décrivons le troisième arc DB', mais en diminuant le
rayon de la distance qu'il y a entre les deux axes A et _b_. Il est
clair que le centre _e_ se trouve sur le côté B'C du grand triangle
équilatéral. Prenant les points _e_ et C comme centres, nous traçons le
triangle équilatéral curviligne supérieur. Du point _f_ de rencontre de
l'arc de base avec l'axe de la fenêtre et prenant toujours la distance
_aa'_ comme rayon, nous obtenons les points de rencontre _g_ qui sont
les centres de l'arc brisé milieu _fg_. Ce sont là les axes des membres
principaux du compartiment, ceux dont la section est la plus forte,
celle A. Il s'agit maintenant de tracer les compartiments dont la
section est donnée sur l'axe _b_ secondaire. Prenant les points C_e_
comme centres, et ayant divisé l'arc C_e_ en deux parties égales, les
longueurs _ei_, C_i_, nous donnent les rayons des trois arcs formant le
riangle curviligne concave à l'intérieur du triangle curviligne convexe
supérieur. Ayant élevé les deux verticales _ll'_ à une distance des axes
_aa'_ égale à la distance existant entre le grand axe A et l'axe
secondaire _b_, du point _n_, prenant la distance _ll'_ comme rayon,
nous obtenons les points _oo'_ qui sont les centres des arcs inférieurs
_on_, _o'n_. Toujours en observant la distance entre les deux axes A et
_b_ de la section, nous traçons le trèfle milieu dont les centres sont
posés aux angles d'un triangle équilatéral; puis, sur la ligne de niveau
_oo'_ prolongée, nous élevons l'arc brisé central inférieur tangent aux
lobes du trèfle. Tous ces membres appartiennent à la section secondaire
dont l'axe est en _b_. Les redents, les petits trèfles et les
subdivisions tracées en P appartiennent à la section tertiaire _c_. En R
est représentée la moitié des meneaux avec tous leurs membres, suivant
l'épaisseur de chaque section, obtenus en portant à droite et à gauche
des axes les demi-épaisseurs de ces sections. En S, nous figurons un des
chapiteaux _s_ des meneaux, et en T les goujons qui traversent les
barres de fer placées à la naissance des claires-voies et qui sont
destinés à maintenir dans leur plan et les colonnettes verticales et les
compartiments. Ces scellements de goujons et tous les joints d'appareils
sont coulés en plomb, précaution devenue nécessaire du jour où l'on
avait réduit la section des meneaux à une très-petite surface. Si l'on
veut apporter quelque attention à la disposition de cet appareil, on
remarquera que les vides laissés au milieu des morceaux d'une grande
dimension sont étrésillonnés par ces subdivisions de trèfles et de
redents qui ajoutent à la solidité de ces claires-voies. Ces architectes
de l'école gothique française sont de terribles logiciens, et la
composition des meneaux de leurs grandes baies en est une nouvelle
preuve.

Ainsi, par exemple, ces redents H que nous voyons apparaître vers le
milieu du XIIIe siècle dans l'Île-de-France et d'abord à la
Sainte-Chapelle de Paris, ces redents considérés comme une décoration,
un agrément, sont primitivement indiqués par un besoin de solidité.
Chaque fois qu'un inconvénient résultait d'une forme adoptée, on
cherchait et on trouvait aussitôt un moyen d'y remédier, et ce moyen
devenait un motif de décoration. On voit dans la figure 8 que la branche
K est isolée et que le moindre tassement, qu'une pression inégale
pourrait la briser en L; or, cette branche est consolidée au moyen du
redent P formant lien en potence au-dessous. Il est clair que les
trèfles X, inscrits dans les triangles évidés des plus grands morceaux
de l'appareil, donnent une grande force aux branches de ces triangles.
De même les redents M des branches des triangles curvilignes supérieurs
et ceux N des trois étrésillons droits ajoutent singulièrement à la
résistance de ces parties d'appareil. On ne fait pas autre chose
aujourd'hui lorsqu'on veut donner une plus grande résistance à des
pièces de fonte de fer, par exemple, sans augmenter sensiblement leur
poids; mais il est vrai que l'on veut considérer ces moyens comme des
innovations dues à la science moderne.

On nous permettra, tout en rendant justice à notre temps, de restituer
cependant à chaque époque ce qui lui revient de fait; on est bien forcé,
quand on veut étudier avec attention la composition de ces claires-voies
de pierre adoptées par l'école laïque du moyen âge, de reconnaître que
ces claires-voies, occupant des surfaces considérables relativement à
celles données par les modes d'architecture antérieurs et modernes, sont
tracées, combinées et appareillées de manière à présenter le moins de
pleins et à offrir la plus grande résistance possible. Par le tracé des
nerfs principaux et des coupes des joints, toutes les pesanteurs sont
reportées sur les meneaux verticaux, mais principalement sur les
jambages; quant aux panneaux ajourés, ils sont rendus presque aussi
rigides que des dalles pleines au moyen de ces étrésillonnements
tertiaires tels que les trèfles et les redents. Il fallait que ces
combinaisons fussent assez bonnes, puisque la plupart de nos grands
édifices gothiques ont conservé leurs meneaux, et que quand ils ont
souffert des dégradations, il est facile de les restaurer ou de les
remplacer comme on remplace un châssis de fer ou de menuiserie. Les
meneaux de pierre ont même cet avantage qu'ils peuvent être réparés en
partie s'il s'est fait quelques brisures, tandis qu'un châssis de bois
ou de fer, une fois altéré, doit être refait à neuf.

Ajoutons que ces meneaux de pierre supportent des vitraux d'un poids
énorme et les armatures de fer destinées à les attacher. Ne considérant
ces membres d'architecture qu'au point de vue de l'effet qu'ils
produisent, ils nous paraissent former des dessins d'un aspect agréable,
rassurants pour l'oeil et heureusement composés. C'est dans
l'Île-de-France qu'il faut toujours aller chercher les meilleurs
exemples de cette architecture au moment où elle se développe pour
arriver aux formules. On trouve au sein de cette école, la plus pure et
la plus _classique_ de l'art du moyen âge, une sobriété, une application
de principes vrais, obtenue à l'aide des méthodes les plus simples, une
délicatesse dans les proportions, dans le choix des profils qui laissent
au second rang les oeuvres des autres provinces[200]. Nous donnons (9)
une des fenêtres des chapelles du choeur de Notre-Dame de Paris, élevées
en même temps que le choeur de l'église de Saint-Nazaire de Carcassonne,
c'est-à-dire vers 1320.

On voit ici l'absence de toute combinaison compliquée, c'est toujours le
dessin des meneaux des fenêtres de la Sainte Chapelle du Palais, mais
allégé. Ces fenêtres se divisent encore en quatre travées au moyen d'un
meneau central dont la section est donnée par l'axe A, et de deux
meneaux secondaires dont la section dérivée de la principale est donnée
par l'axe _b_. Soient _a_ et _a'_ les axes de la section principale A.
Du point B, prenant _a'a''_ comme rayon, on décrit l'arc concentrique au
formeret CB. Donc, BC est le côté d'un triangle équilatéral. De ce même
point B et du point I, milieu de la base du triangle, prenant BI comme
rayon, nous traçons les arcs BE. Or, BE est égal à EC. On trace le
cercle supérieur tangent aux arcs BC,IE. Tels sont les axes des membres
principaux, ceux dont la section est donnée par le profil dont l'axe est
A. Reportant en dedans de la fenêtre et des points _aa'_ une distance
égale à la distance qu'il y a entre les axes A et _b_, en _ee'_ et
divisant la ligne de base _ee'_ en deux parties égales, prenant _ef_
comme rayon, nous traçons les arcs inférieurs _efg_, _fe'g'_, puis nous
traçons le sous-arc secondaire concentrique à l'arc brisé IBE. Nous
inscrivons un second cercle dont le centre est en F, tangent aux deux
arcs inférieurs et à l'arc secondaire IBE. Prenant à l'intérieur de ce
cercle et des arcs inférieurs une distance égale à la distance qu'il y a
entre l'axe _b_ de la section secondaire et l'axe _c_ de la section
tertiaire, nous traçons les axes des redents.

L'épure de ces meneaux est donc facile à faire, la composition est
heureuse, claire, solide et d'un appareil solide, ainsi qu'on peut le
voir en G. En K est donnée la section du pied-droit _h_, portant le
formeret de la voûte formant archivolte à l'extérieur. En L est donné le
profil de l'appui dont l'extérieur est en _l_ avec la pénétration des
bases. Le tracé _m_ donne la projection horizontale des tailloirs des
chapiteaux, celui _n_ la projection horizontale des bases. C'est ici que
la fonction des redents est évidente. Ces redents _i_ donnent une grande
force supplémentaire aux branches principales et secondaires des arcs,
et on voit comme ils sont adroitement disposés pour ne pas gêner les
coupes des joints. Le meneau central et les deux meneaux secondaires
verticaux sont d'un seul morceau chacun; quant à la claire-voie
supérieure, elle se compose seulement de quinze morceaux, et cependant
ces fenêtres ont 4m,00 de largeur sur 4m,50 environ de hauteur sous
clef, dans oeuvre.

Une fois le principe logique admis dans la construction des meneaux
comme dans les autres membres de l'architecture gothique, les
architectes ne s'arrêtent pas. Bientôt ils renoncent totalement aux
sections génératrice, secondaire et tertiaire; ils adoptent une seule
section pour tous les membres des meneaux, sauf les redents qui prennent
moins de champ. Vers la fin du XIVe siècle on cherche déjà même à éviter
les arcs brisés. Les meneaux ne se composent que de courbes et de
contre-courbes, de manière à ne former plus qu'un réseau d'une
résistance uniforme. En théorie cela était logique; en pratique, ces
formes étaient d'un aspect moins satisfaisant.

Pour ne pas charger cet article, déjà très-étendu, d'un trop grand
nombre d'exemples, nous allons étudier les meneaux adoptés au XVe
siècle, et dans la composition desquels on aperçoit cette tendance des
constructeurs de cette époque de ne plus tenir compte que de la logique,
souvent aux dépens du style et de la simplicité apparente.

Alors, dans la composition des meneaux, les architectes cherchent à
résumer toutes les forces et pesanteurs en une pression verticale. Soit
(10) une de ces fenêtres du XVe siècle[201]. La section des trois
meneaux de ces fenêtres est la même (voir le détail A), elle se
reproduit également dans la claire-voie; les redents seuls ont moins de
champ et prennent la section B. Au moyen des grandes contre-courbes des
deux divisions principales, les pesanteurs sont amenées sur le meneau
central C et sur les jambages D. Une partie de ces pesanteurs est même
déviée sur les meneaux intermédiaires E par les courbes renversées _a_
et par celles _b_. Les combinaisons de ces courbes et contre-courbes
font assez connaître le but que s'est proposé d'atteindre le
constructeur, savoir: une claire-voie formant un réseau dont les mailles
se résolvent en des pressions verticales, un système d'étrésillonnement
général et des renforts à tous les points faibles donnés par les
redents. On comprend, par exemple, que la corne _c_ se briserait sous la
moindre pression, si elle n'était renforcée par le redent _d_. Les
barres _e_ destinées à maintenir les panneaux des vitraux viennent
encore ajouter un étrésillonnement à celui donné par la combinaison de
la claire-voie de pierre.

Si l'on veut examiner ces meneaux avec attention, on reconnaîtra que
tous les points faibles, ceux qui doivent subir les plus fortes
pressions, sont étayés ou étrésillonnés par des courbes qui tendent à
rendre tous les membres solidaires; que ces courbes sont tracées en
raison de la véritable direction des pressions, de manière à décomposer
celles qui sont obliques et à les ramener à des pesanteurs agissant
verticalement; que les joints d'appareil sont coupés perpendiculairement
à la direction de ces pressions, afin d'éviter les joints maigres,
sujets à glisser ou à causer des brisures. Nous n'avons pas pour ce
genre d'architecture un goût bien vif, mais il nous est impossible de ne
pas reconnaître là l'oeuvre de constructeurs très-expérimentés,
très-savants, logiques jusqu'à l'excès et chez lesquels la fantaisie ou
le hasard n'avait pas de prise. Quand l'abus d'un principe conduit à de
pareilles conceptions, il faut déplorer l'abus, mais il faut
équitablement constater la valeur du principe et tâcher d'en tirer
profit en évitant ses excès. Ces gens-là connaissaient à fond les
ressources de leur art, ne faisaient toute chose que guidés par leur
raison. Il ne nous appartient pas aujourd'hui de leur jeter la pierre,
nous qui, possesseurs de matériaux variés et excellents, ne savons pas
en tirer parti, et qui montrons notre insuffisance lorsqu'il s'agit de
combinaisons de ce genre en architecture. Dans ce dernier exemple, les
meneaux verticaux sont d'une seule pièce chacun, de l'appui à la
naissance des courbes. La barre G traverse la tête de ces meneaux et
maintient les sommiers de la claire-voie au moyen de goujons en os[202].
Quant aux barres H, ce sont des barlotières simplement engagées d'un
centimètre ou deux dans les montants. Des vergettes maintenaient les
panneaux des vitraux engagés dans les feuillures I. Les barres et
barlotières, ainsi que les tringles _e_, sont garnies de pitons et de
clavettes. Les architectes du XVe siècle se fiaient si bien à la
combinaison de leurs meneaux qu'ils les taillèrent souvent dans de la
pierre demi-dure, dans du banc royal, par exemple. Il faut dire aussi
qu'ils leur donnaient une section relativement plus forte que celle
adoptée pour les meneaux du XIVe siècle, qui sont toujours les plus
délicats. Ces compartiments de meneaux furent conservés jusque vers le
milieu du XVIe siècle. Cependant, à l'époque de la Renaissance, quelques
tentatives furent faites pour mettre les meneaux en harmonie avec les
nouvelles formes de l'architecture en vogue à cette époque. Témoin
certains des meneaux de l'église de la Ferté-Bernard, qui présentent le
plus singulier mélange des traditions du moyen âge et de réminiscences
de l'antiquité romaine. On croirait voir des arabesques de Pompéii
exécutées en pierre.

Voici (11)l'une de ces combinaisons. La fenêtre est divisée par deux
meneaux verticaux G, son axe étant en M. L'appareilleur n'a pas ici
cherché des coupes savantes pour assembler les morceaux de la
claire-voie. Celle-ci ne se compose réellement que de trois linteaux
ajourés, superposés, dont on voit les lits en LL'L'', les branches
d'arcs O faisant partie de ces linteaux. On reconnaît encore cependant
que l'architecte, par la disposition des arabesques, a voulu donner de
la résistance aux points faibles des évidements. Les figurines, les
enroulements n'existent qu'en dehors du vitrial, les panneaux de verre
étant enchâssés dans les compartiments principaux. La colonnette K même
ne porte que la demi-épaisseur des meneaux et n'existe que du côté du
dehors. En A est tracée la section sur _ab_ et en B la section sur _cd_.
La partie la plus délicate de cette claire-voie n'est guère qu'une
décoration extérieure qui ne maintient en aucune façon les panneaux de
verre, mais qui cependant donne un peu plus de solidité à l'ouvrage. Ces
meneaux produisent un assez bon effet et sont exécutés avec une finesse
et une perfection remarquables. Les soffites rampants sous les corniches
et frontons sont ornés de gravures délicates. Le système de linteaux ou
d'assises ajourés adoptés ici ne pouvait convenir qu'à des fenêtres
assez étroites, puisqu'il interdisait les joints verticaux. Dans la même
église, les claires-voies des fenêtres ayant trois meneaux et quatre
travées sont combinées dans le genre de celles données précédemment,
fig. 10.

Les fenêtres de l'architecture civile possédaient aussi des meneaux,
lorsqu'elles étaient d'une trop grande largeur pour qu'il fût possible
de ne les fermer qu'avec un seul ventail (voy. FENÊTRE, fig. 29, 31, 32,
33, 35, 36, 37, 38, 40, 41 et 42). Ces meneaux, jusqu'à la fin du XIIIe
siècle, ne consistent habituellement qu'en une colonnette soulageant le
linteau. Les architectes déployaient un certain luxe de sculpture dans
les meneaux de palais et quelquefois même ornaient leurs fûts de
figures, en manière de cariatides. Nous avons retrouvé à Sens un
très-beau meneau de ce genre qui date du XIIe siècle (12)[203]. La
statuette adossée à la colonne à section octogonale formant le corps du
meneau représente la Géométrie ou l'Architecture; elle tient un grand
compas d'appareilleur. En A est tracée la section du meneau faite sur
_ab_, et en B le côté du meneau avec le renfort postérieur destiné à
recevoir les targettes. Dans la section A, nous n'avons pas indiqué par
des hachures la coupe de la figure afin de laisser voir celle de la
colonnette dans le fût de laquelle s'engage la statue. Sur la partie
inférieure des meneaux des fenêtres hautes de la cathédrale de Nevers, à
l'extérieur, on remarque aussi des statuettes adossées aux fûts des
colonnettes centrales.

À l'époque de la Renaissance, on voit aussi des meneaux en forme de
cariatides, ou de gaînes surmontées de bustes. Ce ne fut guère que sous
le règne de Louis XIV que l'on renonça définitivement aux meneaux; on
les employait encore au commencement du XVIIe siècle pour maintenir les
fermetures des baies de croisées. Les fenêtres intérieures de la cour du
Louvre étaient originairement garnies de meneaux d'un aspect monumental
qui donnait de l'_échelle_ à ces grandes ouvertures. Ces meneaux sont
remplacés aujourd'hui par des montants en bois avec impostes également
en bois, qui ne sont guère en harmonie avec l'édifice, qu'il faut
repeindre tous les dix ans et refaire à neuf lorsqu'ils viennent à
pourrir, c'est-à-dire deux ou trois fois par siècle. Cela est, dit-on,
plus conforme aux règles de la bonne architecture; pourquoi? Nous
serions fort embarrassés de le dire.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]
[Illustration: Fig. 12.]

     [Note 198: Voyez l'ensemble de la composition de ces fenêtres
     à l'article FENÊTRE, fig. 20.]

     [Note 199: Il n'est pas besoin ici de rappeler combien de
     fois, à Paris même, nous avons vu depuis peu défaire et
     refaire sur les monuments eux-mêmes; c'est une manière de
     chercher le bien ou le mieux quelque peu dispendieuse. Jadis
     on l'essayait sur le papier; mais, une fois l'exécution
     commencée, toutes les parties se tenaient, étaient
     solidaires, et ne pouvaient ainsi être changées sans qu'il
     fût possible de donner des raisons sérieuses de ces
     changements.]

     [Note 200: Il ne faut pas oublier que la construction du
     choeur de l'église Saint-Nazaire de Carcassonne est due à un
     architecte du domaine royal.]

     [Note 201: Celle que nous donnons ici vient du choeur de
     l'église d'Eu, dans lequel l'architecture du milieu du XVe
     siècle est pure et sagement entendue.]

     [Note 202: À dater du XVe siècle, les constructeurs qui
     avaient eu l'occasion de constater combien les goujons en
     fer, en gonflant par suite de l'oxydation, étaient
     préjudiciables aux travaux de pierre et les faisaient
     éclater, remplacèrent ces goujons de métal par des goujons en
     os de mouton ou en corne de cerf. Ces derniers ont conservé
     toute leur dureté.]

     [Note 203: Cette colonnette, qui servait de meneau à une
     fenêtre, est placée aujourd'hui à l'une des baies du
     rez-de-chaussée de la salle synodale de Sens.]



MENUISERIE, s. f. (_Hucherie_, _huisserie_, menuisiers, _scieurs d'aiz_,
_manhuissiers_). Si les populations du Nord sont particulièrement aptes
à faire des ouvrages de charpenterie, elles ne sont pas moins habiles à
donner aux bois ces formes à la fois délicates, légères et solides qui
constituent la menuiserie. L'art de la menuiserie n'est d'ailleurs
qu'une branche, qu'un dérivé de l'art des charpentiers dans les premiers
siècles du moyen âge; les moyens d'exécution sont les mêmes.

L'art de la menuiserie se distingue nettement de l'art de la
charpenterie, lorsque l'on commence à employer pour le débitage, la
coupe et le polissage des bois, des outils très-perfectionnés.
L'invention de la scie remonte à une haute antiquité; les anciens
connaissaient le rabot ou la demi-varlope et la varlope. Cependant,
jusqu'au XIIIe siècle, on employait souvent, pour la menuiserie, des
bois refendus (merrain), travaillés au ciseau et à la gouge sans le
secours du rabot.

Il ne nous reste qu'un bien petit nombre d'objets de menuiserie
antérieurs au XIIIe siècle, et ces fragments ressemblent beaucoup, pour
la combinaison des assemblages, à des oeuvres de charpenterie exécutées
sur une petite échelle. Mais à dater du XIIIe siècle, l'art de la
menuiserie prend un grand essor, possède ses règles particulières et
arrive à un degré de perfection remarquable. Les ouvrages de menuiserie
qui nous restent des XIVe et XVe siècles sont souvent des chefs-d'oeuvre
de combinaison, de coupe et de trait. Les traditions de cet art,
conservées jusqu'au XVIIe siècle, résultent: 1º d'une parfaite
connaissance des bois; 2º d'un principe de tracé savant; 3º d'un emploi
judicieux de la matière, en raison de ses qualités propres.

Comme dans tout système de construction, dans la menuiserie, la matière
employée doit commander les procédés d'assemblages et imposer les
formes; or, le bois est une matière qui possède des propriétés
particulières dont il faut tenir compte dans la combinaison des oeuvres
de menuiserie comme dans la combinaison des oeuvres de charpente; les
artisans du moyen âge ne se sont pas écartés de ce principe vrai. La
connaissance des bois est une des conditions imposées au menuisier;
cette connaissance étant acquise, faut-il encore savoir les employer en
raison de leur texture et de leur force. Le bois qui se prête le mieux
aux ouvrages de menuiserie est le chêne, à cause de sa rigidité, de la
finesse de ses fibres, de sa dureté égale, de sa durée et de sa beauté.
Aussi, pendant le moyen âge, en France du moins, le chêne a-t-il été
exclusivement employé dans la menuiserie de bâtiment.

Pour être employé dans la menuiserie, le chêne, doit être parfaitement
sec, c'est-à-dire débité depuis au moins six ans. Si nous examinons les
ouvrages de menuiserie des XIIIe, XIVe et XVe siècles, nous observons,
en effet, que les bois n'ont point joué, qu'ils sont restés dans leurs
assemblages et qu'ils ne présentent pas de gerces. Ces bois, une fois
débités, étaient d'abord laissés dans des lieux humides et même dans
l'eau, puis empilés à claires-voies sous des abris secs, retournés
souvent et quelquefois soumis à l'action de la fumée[204].

Les menuisiers du moyen âge n'employaient pas les bois trop vieux qui
sont sujets à se gercer et à se piquer. Ils faisaient débiter des chênes
de deux cents à trois cents ans, c'est-à-dire des troncs, dont le
diamètre, à 3m,00 au-dessus du sol, aubier déduit, varie de 0m,70 à
1m,00. Ces troncs étaient sciés en quatre dans la longueur à angle
droit; chaque quart était débité suivant diverses méthodes, mais
toujours en tenant compte, autant que possible, de la texture du bois.
Un tronc de chêne qu'on laisse desséché se gerce conformément à la
figure A (O), ce qui est facile à expliquer. Les couches concentriques
sont d'autant plus dures et compactes qu'elles se rapprochent du centre,
d'autant plus poreuses qu'elles se rapprochent de la circonférence. Ces
couches contiennent donc d'autant plus d'eau qu'elles ont un plus grand
rayon. Lorsque le bois se dessèche, les couches extérieures prennent un
retrait plus considérable que celles intérieures; il en résulte des
fentes ou gerces, tendant toutes au coeur du tronc. Si le débitage du
bois est fait, sans tenir compte de cet effet de la dessiccation, les
planches débitées se gercent ou se contournent; elles sont sensibles à
toutes les variations de la température. Si, au contraire, ce débitage
est fait en raison de la direction naturelle des gerces, les planches se
rétrécissent dans leur largeur, mais ne peuvent ni se fendre ni
cartiner, c'est-à-dire se courber dans le sens de leur sciage. Le chêne
est formé d'une succession de couches comme tous les bois, mais ces
couches sont réunies par des espèces de chevilles naturelles qui les
rendent solidaires; ces chevilles, qu'on nomme _mailles_, tendent au
centre du tronc. Si donc le débitage est fait comme l'indique le tracé
sur le quart B, il est fait dans les meilleures conditions; c'est ce
qu'on appelle le débitage sur _maille_ (parallèlement aux mailles). Ce
débitage est long et laisse tomber beaucoup de triangles qui ne sont que
des chanlattes. Le meilleur débitage après celui-ci est le débitage
tracé sur le quart D, puis celui tracé sur le quart E. Quant aux
madriers et membrures, le débitage le plus économique est celui tracé en
F. Les mailles du chêne donnent non-seulement de la solidité aux
planches débitées suivant les rayons du tronc, mais encore présentent
des parements d'un aspect soyeux, moiré, qui ajoute beaucoup à la beauté
du bois. Les chênes débités sur maille sont donc les meilleurs pour la
menuiserie[205].

Bien que les menuisiers employassent la colle de peau et la colle de
fromage, cependant la solidité de l'oeuvre dépendait avant tout de la
disposition des assemblages à queue d'hironde, ou chevillés.

Pour joindre des ais, on ne se servit qu'assez tard (vers le XVe siècle)
des rainures ou languettes. On les réunit au moyen de queues d'hirondes
entaillées à mi-bois (1), ainsi qu'on le voit en A; ou de barres
embrévées et chevillées, B; ou de barres-à-queues entièrement embrévées,
C; ou de prisonniers D; en bois dur ou même en fer. Ce sont là des
combinaisons élémentaires qui ont dû être appliquées de tout temps. En
effet, des ouvrages de bois de l'antiquité égyptienne sont façonnés
d'après ces procédés.

Sur les rives des ais, on interposait une couche de colle de fromage qui
faisait adhérer les planches ou les madriers entre eux. Au moyen d'un
racloir de fer recourbé, on polissait la face vue et on la recouvrait de
peinture, ou on l'intaillait à une faible profondeur en réservant des
ornements ou des figures. C'est d'après ce procédé que sont faites les
portes en pin de la cathédrale du Puy-en-Vélay qui remontent au XIe
siècle. Ces ornements, légèrement découpés en relief, étaient eux-mêmes,
ainsi que les fonds, recouverts de peintures sur une impression d'oxyde
de plomb (_minium_)[206].

Deux conditions principales semblent avoir été imposées aux oeuvres de
menuiserie du moyen âge: économie de la matière, et la plus grande force
possible laissée au bois au droit des assemblages.--Économie de la
matière, en ce que les renforts sont évités du moment qu'ils ne peuvent
être compris dans une pièce équarrie; en ce que les panneaux, par
exemple, n'ont jamais que la largeur d'une planche, c'est-à-dire 0m,22
au plus, 8 pouces; les montants et traverses, 0m,08, 3 pouces au plus,
pour les ouvrages ordinaires.--Plus grande force possible laissée au
bois là où il porte assemblage, en ce que les chanfreins, élégissements
et moulures s'arrêtent dès qu'un assemblage est nécessaire.
L'observation de ces deux conditions donne un caractère particulier à la
menuiserie. Si la matière est économisée, si elle est employée en raison
de ses qualités, la main-d'oeuvre est prodiguée, comme pour faire
ressortir les précieuses propriétés du bois; car il ne faut pas oublier
que pendant le moyen âge la main-d'oeuvre est toujours en raison de la
valeur de la matière; elle lui est supérieure, mais dans une proportion
relative.

Les menuisiers du moyen âge tiennent compte de la valeur du bois, comme
les appareilleurs tiennent compte de la valeur de la pierre. Il y a là
une idée juste, un principe vrai et un sentiment de l'économie qui
imposent l'attention et l'étude, sans nuire à l'art, car c'est de l'art.
Ces artisans pensaient qu'une matière aussi précieuse que le bois, qui
vient lentement et demande des préparations longues pour être
définitivement mise en oeuvre, mérite qu'on ne la prodigue pas et qu'on
donne l'idée de sa valeur par le soin avec lequel on la travaille. Ces
artisans ne donnaient pas à la menuiserie de pin, de mélèze ou de sapin,
les formes que permet l'emploi du chêne ou du noyer. Observant les
qualités particulières aux diverses essences, ils tenaient à la légèreté
jointe à la solidité; ce qui est la première loi de la menuiserie, ainsi
que nous l'avons dit déjà. Jamais, par conséquent, il ne leur serait
venu à la pensée de _simuler_ en menuiserie des formes convenables pour
de la pierre; jamais ils n'appliquaient à la menuiserie de grandes
courbes qui exigent un déchet considérable et forcent de couper le bois
à contre-fil. Toutes leurs combinaisons partent de la ligne droite, au
moins pour les membrures. L'étude de cet art, si fort détourné de sa
voie aujourd'hui, est donc intéressante; car avec un système de
structure très-restreint, des dimensions qui se renferment dans les
forces de bois débités uniformément, ces artisans sont parvenus à
trouver les combinaisons les plus variées et les plus ingénieuses sans
être arrêtés jamais par les difficultés que pouvaient présenter ces
combinaisons.

Il nous faut classer les ouvrages de menuiserie par natures, afin de
mettre de l'ordre dans cet article. Nous commencerons par les plus
simples en principe, par les claires-voies, les assemblages de bois
d'égale force, présentant des clôtures à jour sur un seul plan, des
grillages en un mot.

CLÔTURES, CLAIRES-VOIES, CLOTETS, LAMBRIS.--Voici (2) une de ces grilles
de bois comme on en voit encore dans la cathédrale de Bâle et dans
quelques églises des provinces de l'Est. D'un simple treillis de
chevrons assemblés à mi-bois, le menuisier arrivait à façonner une
clôture d'une aspect monumental. Le principe émis ci-dessus, et qui
consiste à laisser au bois toute sa force au droit des assemblages, est
scrupuleusement observé; mais entre ces assemblages, au droit des vides,
l'ouvrier a pratiqué des élégissements qui forment une décoration et
enlèvent à cette combinaison si simple l'apparence grossière qu'elle
aurait si les bois eussent conservé leur équarrissage[207].

Voici encore (3) un exemple d'un grillage formant lambris plein. Les
montants et les traverses sont de même, assemblés à mi-bois, élégis
entre les assemblages. Les vides carrés laissés entre le grillage sont
remplis par des petits panneaux simplement engagés dans une feuillure
comme des tablettes dans un cadre (voir la section A)[208].

Ces sortes de grilles en bois étaient fort en usage au moyen âge dans
les châteaux et les maisons; souvent les grandes salles étaient divisées
par des claires-voies de ce genre, mobiles, que l'on plaçait lorsque
l'on voulait obtenir des divisions provisoires. En hiver, des
tapisseries étaient suspendues à ces claires-voies; en été, elles
restaient à jour. Ces divisions mobiles, appelées _clotets_, étaient
souvent fort richement décorées, possédant des panneaux à jour et
formées d'entrelacs, de membrures ingénieusement assemblés, toujours à
mi-bois. Car, ne l'oublions pas, le caractère dominant de la menuiserie
française au moyen âge, c'est d'être assemblée, de conserver une
structure logique en concordance parfaite avec la forme. Il existe en
Italie, en Espagne, en Orient même, des ouvrages de menuiserie d'un
aspect saisissant, qui séduisent par leur excessive richesse et leur
combinaison compliquée; mais lorsque l'on examine attentivement la
structure de ces ouvrages, on s'aperçoit bientôt que cette structure ne
concorde nullement avec l'apparence. La légèreté n'est qu'extérieure, la
construction est des plus grossières; ce sont, par exemple,--ainsi que
cela se voit dans la menuiserie arabe de l'Espagne,--des placages de
moulures coupées d'onglet et clouées sur des fonds de madriers rangés à
côté les uns des autres plutôt qu'assemblés; ce sont des collages de
bois découpés, rapportés les uns sur les autres, suivant un charmant
dessin, mais sans que cette décoration s'accorde en rien avec la
structure vraie; ce sont encore,--ainsi qu'on peut l'observer dans
certaines oeuvres de menuiserie de l'Italie et même de l'Allemagne du
moyen âge,--de véritables billes de bois réunies par des _prisonniers_,
à travers lesquelles passent des moulures, des bas-reliefs, des
ornements, coupés en pleine masse comme dans un bloc de marbre. Les
moulures sont taillées à contre-fil, les joints tombent au milieu d'un
relief, peu importe. Entre l'emploi de la matière et la façon de la
décorer, il n'y a nulle harmonie, nulle entente; le menuisier et
l'artiste sont deux hommes qui travaillent l'un après l'autre
séparément. Le menuisier n'est qu'un assembleur de blocs; l'artiste,
qu'un sculpteur ne se préoccupant pas de la nature de la matière qu'on
lui fournit. À coup sûr, ces oeuvres peuvent être fort belles au point
de vue de l'art du sculpteur, mais on ne saurait les considérer comme de
la menuiserie. Pourquoi faut-il que nous en soyons venus au point
d'expliquer ainsi et de revendiquer ces qualités si bien françaises?
Pourquoi sont-elles méconnues, oubliées?... Ces ouvrages de bois des
Arabes, des Orientaux, ont au moins conservé la forme traditionnelle de
la véritable menuiserie, et si les artisans n'en comprennent pas et n'en
savent plus appliquer la structure, du moins ils en ont respecté
l'apparence; mais on n'en saurait dire autant de la menuiserie
italienne, non plus que de celle que l'on fait en France depuis le XVIIe
siècle par imitation et, contrairement à notre esprit, éminemment
logique[209].

Voici (4) une de ces clôtures en bois de sapin comme on en voit encore
dans les provinces de l'Est et sur des vignettes de manuscrits ou
peintures du XVe siècle[210]. Le système se compose de tringles de sapin
de 18 lignes d'équarrissage (0m,04). Sur les montants A, s'assemblent à
mi-bois les écharpes B. Sur celles-ci, les écharpes C, D et E; sur ces
derniers, les montants F, toujours à mi-bois. Tout l'ouvrage est
maintenu entre un châssis G, H, I, fait de chevrons de 3 pouces
d'épaisseur (0m,08) sur 3 pouces et demi (0m,095). Au droit de chaque
assemblage à mi-bois, est une cheville en fer doux K, munie de deux
rondelles et rivée. Sur les faces de chaque hexagone, les arêtes sont
chanfreinées, ainsi que l'indique le détail L, et dans les triangles à
jour M, les arêtes des tringles sont également entaillées de manière à
former des étoiles à six pointes, composées de deux triangles
équilatéraux se pénétrant. On observe ici que, si le principe est
simple, si la matière est commune, la main-d'oeuvre prend une certaine
importance. En N, nous avons présenté une coupe de la clôture faite sur
_ab_, et en P un détail perspectif du morceau O désassemblé. Il est
inutile de faire remarquer la solidité et la parfaite rigidité de ce
léger treillis, dont l'effet est très-brillant. Ces sortes d'ouvrages de
menuiserie étaient presque toujours peints de couleurs claires,
rehaussées de filets bruns ou noirs. Ainsi, dans l'exemple que nous
donnons ici, les fonds étaient blancs, les chanfreins des hexagones brun
rouge, ainsi que les trois biseaux des étoiles; celles-ci étaient en
outre bordées d'un mince filet noir. Les rondelles et rivets en fer
étaient également peints en noir.

Nous pourrions multiplier ces exemples, mais les personnes du métier
sentiront tout le parti qu'on peut tirer de ces combinaisons sans qu'il
soit nécessaire d'insister.

Il y a, dans la menuiserie française du XIVe siècle, certains ouvrages
qui ont bien quelque ressemblance avec les oeuvres des Orientaux
mentionnées ci-dessus, mais dont la structure cependant est mieux
raisonnée. Ces clôtures, ces barrières, ces lambris étaient simplement
formés de planches posées jointives, embrévées dans un bâti; pour
empêcher les planches de gauchir, de coffiner, autant que pour décorer
les surfaces planes, au moins d'un côté, le menuisier rapportait
par-dessus un treillis de bois légers assemblés à mi-bois et formant des
combinaisons géométriques plus ou moins compliquées. La surface plane
des planches était même souvent sculptée en faible relief (puisque la
sculpture était obtenue aux dépens de l'épaisseur de ces planches) entre
les compartiments formés par les treillis.

Voici (5) un exemple de ces ouvrages de menuiserie. Les joints des
planches, d'une largeur d'un pied (0m,32), sont marqués sur notre
dessin. Le treillis assemblé à ses extrémités dans les membrures du
bâti, ainsi qu'il est indiqué en _a_ (voir le détail A), est cloué, à
chaque rencontre, sur les planches du fond, et forme ainsi une surface
parfaitement rigide qui empêche le gauchissement de ce fond. Ce treillis
est assemblé à mi-bois avec coupes d'onglet au droit des moulures, ainsi
qu'on le voit en _b_. La coupé C donne en _c_ l'épaisseur de la planche
et en _d_ celle du treillis[211]. Une claire-voie, composée de
colonnettes tournées, surmontait l'appui D; de distance en distance, des
montants E maintenaient le tout. En F, nous donnons le profil de la
traverse supérieure _f_; en G, le profil de l'appui _g_ et en H, le
profil de la traverse basse _h_. Nous verrons tout à l'heure des vantaux
d'une porte de l'église de Gannat, combinés d'après le même principe.

On comprendra comment les tringles de bois, rapportées sur ces planches
et se coupant dans tous les sens, devaient les maintenir dans leur plan.
Ce système, toutefois, est exceptionnel dans les oeuvres de menuiserie
du moyen âge en ce que nous n'y trouvons pas les panneaux embrévés, mais
un fond simple sur lequel est cloué un réseau de bois; ce réseau n'est
pas seulement une décoration rapportée, il est composé de pièces
assemblées et se tient de lui-même. Dès le XIIIe siècle, on avait
façonné en France des ouvrages de menuiserie où le système des panneaux
embrévés en feuillures est adopté; mais les languettes et feuillures
sont généralement alors à _grain d'orge_.

Nous donnons (6) un de ces panneaux, présenté de face en A, en coupe en
B, et en section horizontale en B'. Ce système mérite quelque attention.
Un lambris se compose de montants et de traverses, entre lesquels sont
embrévés des panneaux. Les montants de _rive_, ceux qui forment les
extrémités du lambris, reçoivent les traverses à tenons et mortaises;
tandis que les montants intermédiaires s'assemblent dans les traverses.
En C, on voit un montant d'extrémité; en D, un montant intermédiaire.
Dans ce cas, la moulure E de la traverse est poussée sans tenir compte
des assemblages. Puis, lorsqu'il s'agit de faire les assemblages des
montants intermédiaires, la moulure est enlevée, ainsi qu'il est indiqué
en F. Dès lors, cette moulure vient battre contre la tête des montants.
Ceux-ci ne sont chanfreinés ou moulurés que dans leur partie libre; les
chanfreins ou moulures s'arrêtent en G par un congé, pour laisser au
montant toute sa force au droit des assemblages et pour éviter les
joints d'onglet toujours défectueux. Les panneaux H sont embrévés à
grain d'orge, suivant la section I; s'ils sont amincis sur leurs quatre
rives pour entrer en feuillure, ils conservent toute leur force au
centre, comme le marque la section B' en K. Ces panneaux sont libres
dans leurs feuillures; ils peuvent se rétrécir sans inconvénients. Les
montants et traverses étant assemblés carrément, le jeu que donne la
dessiccation des bois n'apparaît pas dans les joints, ainsi qu'il arrive
toujours avec le procédé des onglets. Tout le système se rétrécit
ensemble. Nous donnons en L divers modes d'assemblages des montants avec
les traverses des lambris. En M, ce sont les montants dont la moulure
est poussée, sans tenir compte de l'assemblage, et ce sont les traverses
qui portent des _arrêts m_ au droit de chacun de ces assemblages. En N,
les montants et traverses ont l'un et l'autre des arrêts au droit des
assemblages. En O, de même. En M'N'O', sont tracés les assemblages des
montants avec les traverses basses ou plinthes. En M''N''O'', les
sections horizontales des panneaux avec les montants.

Lorsque les lambris sont hauts, il est nécessaire de les couper dans
leur hauteur par une ou plusieurs traverses intermédiaires qui évitent
les panneaux trop longs, toujours portés à gauchir. Ainsi (7), soit un
lambris de cinq pieds de haut (1m,62), on aura d'abord une semelle ou
plinthe A, dans laquelle viendra s'embréver la traverse basse B. Sur
cette traverse basse s'assembleront les montants C intermédiaires, et
elle-même s'assemblera dans les montants extrêmes D. Le même système
renversé sera adopté pour la traverse haute F et la corniche E. Mais en
G, on assemblera entre chaque montant des traverses à tenons H et
mortaises, afin de diminuer, comme nous l'avons dit, la longueur des
panneaux. Ceux-ci seront souvent, lorsqu'il s'agit de lambris adossés à
des murs, simplement posés en feuillure, ainsi que l'indique la coupe en
I, et retenus par quelques pattes. Ces panneaux ne peuvent influer en
rien sur la membrure, et s'ils sont faits en bois bien sec, n'ayant que
la largeur d'une planche de merrain ou débitée comme nous l'avons marqué
au commencement de cet article, tout l'ouvrage subira sans inconvénients
les changements de température. Car la question principale, dans les
oeuvres de menuiserie, est toujours de laisser au bois la facilité de
gonfler ou de se rétrécir sans influer sur les assemblages. Les tenons K
des montants passent à travers la traverse haute et la corniche, afin
d'empêcher le gauchissement de celle-ci, ce qui ne manque pas d'arriver
lorsque ces corniches ou cimaises sont simplement embrévées à languettes
dans les traverses hautes. En effet, l'épaisseur de ces corniches ou
cimaises étant plus forte que celle de la traverse haute, elles ont
assez de puissance, lorsqu'elles gauchissent, pour faire éclater la
languette prise dans le bois de fil. Ce système de lambris à panneaux
est adopté pendant les XIIIe et XIVe siècles avec des variantes dans les
profils. Quant aux assemblages, jusqu'au XVe siècle, ils sont toujours
francs, c'est-à-dire pris dans le bois conservant son équarrissage.

L'exemple que nous donnons, figure 7, montre les moulures de toutes les
traverses poussées sans arrêts et celles des montants avec arrêts au
droit de ces assemblages. Même lorsque la moulure d'encadrement des
panneaux se suit sans interruption sur les montants et les traverses,
ainsi que cela est souvent pratiqué dans les lambris du XVe siècle, les
assemblages d'onglet sont évités. Nous en trouvons un exemple dans l'un
des jolis lambris qui tapissent les chapelles de la nef de l'église de
Semur-en-Auxois (8). Les montants et traverses de ces lambris ont 0m,04
d'épaisseur (1 pouce 1/2); on voit que le profil d'encadrement A
s'arrondit en quart de cercle pour se continuer le long des montants,
mais que les assemblages sont toujours francs, sans onglets. Cette
moulure d'encadrement ne se retourne pas sur la traverse intermédiaire
B, et celle-ci ne possède que des chanfreins peu prononcés avec arrêts
au droit de chaque assemblage. Quant aux panneaux inférieurs, ils sont
sans moulures d'encadrement, mais avec des chanfreins comme pour donner
plus de solidité à ce soubassement. Une corniche C, dont nous donnons le
profil en C', est clouée sur la face de la traverse haute. Dans la frise
supérieure D, des panneaux ajourés posés en long allégissent la
boiserie. Les panneaux pleins n'ont que 0m,20 de largeur vue (8 pouces,
compris les languettes), 0m,01 d'épaisseur aux rives (5 lignes), mais
sont renforcés par ces nervures figurant des parchemins pliés. (Voir la
section horizontale E, faite au niveau _e_, et la section F, faite au
niveau _f_.) En G est tracé la coupe verticale des lambris, en H le
profil de la traverse A, et en I l'arrêt de la moulure d'encadrement sur
les traverses.

Nous donnons (9) plusieurs exemples de ces renforcements de panneaux,
figurant des parchemins pliés. L'exemple A montre des petites baguettes
ornées, passant derrière ces parchemins.

Dans la menuiserie antérieure au XVe siècle, il était d'usage souvent,
surtout pour les meubles, de revêtir les panneaux de peau d'âne ou de
toile collée sur le bois au moyen de colle de fromage ou de peau.
Lorsque ces boiseries vieillirent, ces revêtements durent quelquefois se
décoller en partie des bois déjetés; de là des plis, des bords
retournés. Il est à présumer que les menuisiers eurent l'idée de faire
de ces accidents un motif d'ornement et un moyen de donner de
l'épaisseur aux panneaux, tout en laissant leurs rives et languettes
très-minces. De là ces panneaux à parchemins plissés si fort en vogue
pendant le XVe siècle et le commencement du XVIe.

Nos ouvriers du moyen âge n'étaient pas seulement d'habiles praticiens,
ils étaient observateurs, attentifs à profiter de tout ce que le hasard
leur faisait découvrir. Un défaut, un effet du temps sur les matériaux,
devenait pour eux motif de perfectionnement ou d'ornement. Aimant leur
métier parce qu'il était le produit d'un labeur raisonné et non une
vague et inexpliquée tradition d'un art étranger, ils suivaient leur
propre génie, trouvant des combinaisons nouvelles dans l'observation
journalière de l'atelier sans emprunter au dehors des formes dont le
sens n'avait plus pour eux de signification. Les architectes ont depuis
longtemps déjà détourné la menuiserie de sa véritable ligne en voulant
lui imposer des formes en désaccord avec ses ressources. Pendant les
deux derniers siècles on a imité beaucoup de choses à l'aide de la
menuiserie, le stuc, le marbre, la pierre, le bronze, des colonnes, des
draperies, des corniches saillantes, des arcs, tout, sauf la menuiserie,
et cela au nom du grand art classique. Il semblerait, au contraire, que
l'art classique consistait à employer le bois, la pierre ou le métal, en
raison des propriétés particulières à chacune de ces matières. Ouvrons
un traité de menuiserie de ces derniers temps et nous y verrons, quoi?
Comment on fait des colonnes corinthiennes, des arcs et des pénétrations
de courbes, des culs-de-lampes, des trompes avec des madriers et des
planches, afin de simuler en bois des ouvrages de maçonnerie; comment on
fait des portes à grands cadres, des consoles et des corniches de 0m,50
de saillie; comment tout cela ne peut tenir qu'avec force équerres,
plates-bandes, vis et colle. De sorte que les menuisiers ont fini par ne
plus savoir faire de la menuiserie véritable, et que depuis un petit
nombre d'années seulement plusieurs d'entre eux ont commencé à
rapprendre cet art pratiqué il y a quatre cents ans avec autant de
savoir que de goût. Mais c'est toujours dans les contrées du Nord qu'il
faut chercher les oeuvres de menuiserie dignes de ce nom. Occupons-nous
maintenant des portes, des huis pleins ou à claires-voies, des croisées.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]

     [Note 204: C'est ainsi qn'ont dû être préparés les bois qui
     ont servi à faire les stalles de la cathédrale d'Auch. Ces
     bois ont acquis l'apparence du bronze florentin.]

     [Note 205: Qualité que nous appelons aujourd'hui chêne de
     Hollande et qui est encore, en grande partie, fournie par la
     Champagne. En effet, beaucoup de bois de menuiserie qui nous
     viennent de la Hollande sont achetés par des marchands
     hollandais dans les forêts au-dessus de Reims. La manière de
     débiter nos bois nous rend tributaires des Hollandais. En
     effet, les Hollandais débitent les bois sur _maille_,
     c'est-à-dire qu'ils font faire les sciages, autant que
     possible, tendant toujours au centre de l'arbre, ainsi que
     cela se pratiquait au moyen âge et ainsi que le pratiquent
     encore les fendeurs de merrain. (Voy. à ce sujet le _Traité
     de l'évaluation de la menuiserie_ par A. Boileau et F.
     Bellot, Paris, 1847, p. 48 et suiv.; et Hassenfratz, _Théorie
     des bois_, Paris, 1804, p. 133.)]

     [Note 206: Beaucoup de menuiseries anciennes conservent des
     traces d'une impression au minium, et cette impression a
     singulièrement contribué à leur conservation. Ce procédé,
     renouvelé depuis une dizaine d'années par nous-même, donne
     d'excellents résultats. Aujourd'hui, il est assez
     généralement adopté. (Voyez, relativement à l'assemblage et
     au polissage des ais, l'oeuvre du moine Théophile,
     _Diversarum artium schedula_, lib, I, cap. XVII.)]

     [Note 207: Cette grille conserve des formes qni appartiennent
     à l'époque romane, bien que nous ne la croyions pas
     antérieure, comme fabrication, au XIVe siècle.]

     [Note 208: De l'hôtel de ville de Gand (XVe siècle).]

     [Note 209: Nous avons souvent élé appelé à démonter des
     oeuvres de menuiserie des XVIIe et XVIIIe siècles. On ne
     comprend pas comment une sculpture, souvent aussi délicate,
     une ornementation charmante, s'allie à une structure aussi
     grossière et peu raisonnée. Les belles stalles de Notre-Dame
     de Paris, qui datent du commencement du dernier siècle, sont
     un exemple de cet alliage de moyens barbares masqués sous la
     plus riche apparence.]

     [Note 210: Celle que nous donnons ici a été dessinée par nous
     à Luxeuil.]

     [Note 211: Cet ouvrage de menuiserie existait en fragments
     dans la cathédrale de Perpignan en 1834, et servait de
     lambris dans la chapelle Saint-Jean. Il était en sapin.]



HUIS.--Les portes les plus anciennes que nous retrouvons éparses encore
dans quelques provinces françaises ne sont pas antérieures au XIe
siècle, et il faut dire qu'à cette époque ces ouvrages de menuiserie
sont très-grossiers. Ils consistent en une série d'ais simplement
jointifs, doublés par d'autres ais disposés de manière à se relier aux
premiers par des clous. C'est suivant ce principe que sont disposés des
vantaux de portes de la cathédrale du Puy-en-Vélay et un vantail d'une
porte de l'église de la Voulte-Chilhac (IO). Du côté intérieur A, cette
porte ne présente qu'une suite de planches jointives; à l'extérieur B,
d'autres planches posées sur les premières en travers sont clouées et
présentent une apparence de panneaux couverts d'ornements plats[212]. En
C est donnée la coupe de l'huis faite par _ab_. Cette sorte de
menuiserie est tout orientale, comme les ornements qui la décorent. On
ne voit là ni assemblages, ni aucune des combinaisons à la fois légères
et solides qui constituent les oeuvres de menuiserie. Ce sont des
planches clouées les unes sur les autres, et rien de plus.
Très-postérieurement à cette époque, on voit encore dans des provinces
du centre de la France des huis qui, bien que moins naïvement exécutés,
découlent encore du même principe. Il existe dans l'église de Gannat une
porte à deux vantaux (11)[213], dont chaque huis est composé de quatre
planches posées jointives; pour les rendre solidaires et les empêcher de
gauchir, l'ouvrier a posé en dehors un treillis de bois formant comme
des panneaux à peu près carrés. En A, la porte est présentée à
l'intérieur. Le détail B donne la moitié d'un vantail du côté extérieur
avec son treillis. Le détail C indique le mode d'assemblage des montants
et traverses du treillis, la section D étant faite sur _a b_ et la
section E sur _e f_. G présente l'assemblage perspectif des traverses et
F la section sur le battement. Un clou à tête carrée en pointe de
diamant est fiché au milieu de chaque assemblage et dans les traverses
et montants entre chacun de ces assemblages. Ces clous, au droit des
joints des planches, ont leurs pointes doubles, rabattues à droite et à
gauche, ainsi qu'on le voit en D. Cet ouvrage est solide, puisqu'il est
resté en place depuis le XIVe siècle; mais ce n'est pas là une oeuvre de
menuiserie comme on en voit à cette époque et même antérieurement dans
les provinces du Nord. Les vantaux de cette porte sont serrés au moyen
de pentures clouées en dedans, ainsi que l'indique le figuré A. Les
planches et le treillis sont en chêne, et le tout est d'ailleurs bien
dressé.

La figure 12 nous montre les anciens vantaux de porte de la
Sainte-Chapelle haute de Paris. Cet ouvrage de menuiserie datait du
milieu du XIIIe siècle comme l'édifice; il était autrefois décoré de
peintures à l'extérieur et à l'intérieur. En A, nous présentons un
vantail du côté intérieur; en B, du côté extérieur. Le système consiste
en une membrure fortement assemblée avec deux montants, trois traverses
et des décharges destinées à reporter tout le poids de l'huis sur les
gonds. Les traverses sont assemblées dans les montants à queue
d'hironde, et les décharges, outre des tenons, possèdent des
embrévements qui roidissent l'ouvrage. Devant ce bâti sont clouées des
frises assemblées à grain d'orge; puis une décoration en bois mince est
clouée sur ces frises à l'extérieur. En C, nous avons indiqué la section
des vantaux. Les pentures posées en dedans sur les trois
traverses,--nous avons tracé une seule de ces pentures sur la traverse
du milieu,--sont doublées en dehors par des plates-bandes en fer mince,
ornées de gravures. Ainsi ces traverses se trouvent serrées entre deux
bandes de fer, et les clous des pentures intérieures sont rivés
extérieurement sur ces bandes de tôle. Des clous à têtes carrées en
pointes de diamant très-plates réunissent encore les frises à la
membrure. Le gâble avec son tiers-point, ses redents, ses crochets et
colonnettes, n'est qu'un placage maintenu au moyen de pointes. Un
battement existe à la jonction des deux vantaux avec le trumeau central
en pierre et forme comme un petit contre-fort sur la rive du vantail. À
l'intérieur, les montants, traverses et décharges sont chanfreinés entre
les assemblages et élégissent la membrure. Ces vantaux, très-altérés par
des guichets que l'on avait pratiqués à travers les huis et presque
entièrement pourris dans leur partie inférieure, ont dû être remplacés
lors des restaurations.

L'emploi de ce système de portes est très-fréquent pendant les XIIIe et
XIVe siècles. Il est léger, solide et se prête bien à la pose des
ferrures de suspension. Les portes de la façade de la cathédrale de
Paris, décorées à l'extérieur des belles pentures si connues, sont
combinées de la même manière et datent probablement du commencement du
XIIIe siècle, car nous ne pensons pas qu'elles aient été refaites. Leur
parement extérieur, sous les pentures, était couvert primitivement d'une
peinture rouge très-brillante d'un ton laqueux.

La cathédrale de Poitiers possède encore ses vantaux de portes qui
datent du commencement du XIVe siècle. Ces oeuvres de menuiserie sont
d'un certain intérêt, parce qu'elles servent de transition entre les
vantaux composés d'un bâti contre lequel était appliqué un parquet de
planches de chêne et les vantaux à panneaux embrévés entre la membrure
elle-même. De plus quelques-uns de ces vantaux sont déjà munis de
guichets. La figure 12 _bis_ présente l'un de ces vantaux en A du côté
intérieur, et en B du côté extérieur. Les montants _a_ et _b_ sont plus
épais que les traverses haute et basse; ils ont 0m, 13, tandis que
celles-ci n'ont que 0m,10. Quant aux traverses intermédiaires, elles
n'ont que 0m,08. Des montants de même épaisseur sont assemblés entre ces
traverses et reçoivent des panneaux entre eux, ainsi que le fait voir en
C et D le détail P. À l'extérieur, la membrure tout entière et les
panneaux sont au même nu, et ces panneaux ne se distinguent des autres
parties que par un élégissement indiqué en G dans le détail P. Des
décharges assemblées dans les montants C, et n'ayant que la moitié de
l'épaisseur de ceux-ci, empêchent le vantail de se déformer et de
fatiguer les assemblages par son poids. En I est tracé un détail
perspectif de l'assemblage des décharges avec les montants
intermédiaires; ces pièces sont réunies à leur rencontre par des clous K
à tête carrée et à doubles pointes rabattues à l'intérieur. En L est
tracé le détail du battement, muni d'une colonnette à pans, saillante à
l'extérieur, O étant le chapiteau figuré en _o_, R la bague _r_, S la
base _s_. Ces détails sont à l'échelle de 0m,10 pour mètre.

Ce ne fut guère qu'à la fin du XIVe siècle que les menuisiers se mirent
à faire des portes à panneaux, c'est-à-dire ayant les faces extérieure
et intérieure pareilles et composées de montants et de traverses entre
lesquels étaient embrévées des planches à grains d'orges ou à
languettes. L'église Notre-Dame de Beaune possède encore au commencement
du bas côté du choeur, côté nord, un huis de ce genre qui date de la fin
du XIVe siècle (13).

En A est l'une des faces de cet huis, composé de deux montants de rive,
de deux traverses hautes et basses, de trois autres traverses
intermédiaires et de deux autres montants assemblés dans les traverses.
En B est tracé le détail d'une traverse C, avec le montant intermédiaire
D assemblé et le bout d'un panneau E. En F est la section horizontale
d'un panneau avec les deux montants; en G, la section verticale d'une
traverse avec deux panneaux et leurs languettes; en H nous donnons le
détail perspectif d'un montant désassemblé, son extrémité supérieure
étant en _a_. Déjà les panneaux sont renforcés dans leur milieu, ainsi
que l'indique la section F, et ce sont les baguettes des montants et
traverses qui reçoivent entre elles les languettes des panneaux laissés
libres d'ailleurs. À la partie inférieure de ces panneaux, des
chanfreins poussés sur les traverses remplacent les baguettes, afin de
ne point arrêter la poussière. Ces baguettes se joignent d'onglet à la
partie supérieure des panneaux et reposent en sifflet sur les chanfreins
inférieurs, comme l'indique notre détail perspectif H. Ainsi, les
baguettes et chanfreins pouvaient être poussés au _guillaume_ le long
des montants et traverses sans arrêts, et les assemblages étaient faits
après coup en enlevant des baguettes et chanfreins ce qu'il fallait pour
faire les repos et les mortaises. Bien entendu, cette porte, comme les
précédentes, est en chêne.

Mais le XIVe siècle avait fait, en menuiserie, des oeuvres remarquables;
il nous reste de cette époque des stalles fort belles (voy. STALLE), des
fragments de boiseries taillés et assemblés de main de maître.
L'incurie, l'amour du changement, le faux goût, ont laissé ou fait
disparaître un nombre prodigieux de ces oeuvres d'art. Il faut
aujourd'hui en chercher les débris dans quelques musées, en recueillir
quelques traces conservées par de vieilles gravures ou des dessins. La
Normandie, la Picardie, la Champagne et la Bourgogne étaient
particulièrement riches en beaux ouvrages de menuiserie. Les vantaux de
porte, très-simples jusqu'à cette époque, étaient devenus depuis lors un
motif de décoration de bois. On renonçait aux applications de bronze,
aux pentures de fer très-historiées, aux revêtements de cuir peint, pour
donner au bois les formes les plus riches, sans cependant abandonner les
principes de la vraie construction qui appartiennent à la menuiserie.
Quelquefois alors, on laissait dans ces vantaux des ajours, et s'ils
étaient d'une trop grande dimension pour être ouverts à chaque instant,
on y pratiquait des guichets, ainsi qu'on a pu le remarquer déjà dans
l'exemple donné figure 12 _bis_.

Voici (14)[214] une de ces portes. Sa membrure se composait de deux
montants de rive, de deux traverses haute et basse, d'une large traverse
intermédiaire, de deux décharges B formant gâble et de deux montants
intermédiaires C, assemblés à mi-bois avec les décharges dans la partie
supérieure et servant de dormants au guichet dans la partie inférieure.
Les panneaux A, de la partie supérieure, étaient ajourés et vitrés
probablement. Pour faire comprendre la construction de ce grand vantail,
nous donnons en D la coupe faite sur _a b_, montrant le chapiteau des
montants intermédiaires; en E la section faite sur _c d_ du gâble; en F
la section faite sur _g h_; en G la section faite sur la traverse
intermédiaire avec le battement _i_ du guichet; en II la section faite
sur la traverse intermédiaire du guichet; en K la section faite sur la
traverse basse avec le battement _l_ du guichet; en OP la section
verticale faite sur les panneaux latéraux de la partie inférieure; en R
la section faite sur _n p_; en S est l'échelle de l'ensemble; en _s_,
celle des détails.

Il existe encore un assez bon nombre de vantaux du XVe siècle; nous
citerons ceux du portail sud de la cathédrale de Bourges, ceux du
portail principal de l'église Notre-Dame de Beaune, ceux de la porte
principale de l'hôtel de Jacques Coeur, à Bourges, ceux de
l'avant-portail des libraires de la cathédrale de Rouen, ceux de
l'hôtel-Dieu de Beaune parmi les plus remarquables. On employait fort
souvent, au XVe siècle, ces vantaux ajourés, soit comme fermeture de
vestibules, de chapelles, d'oratoires ou même de réduits, c'est-à-dire
de cabinets donnant dans une chambre. Ces vantaux ajourés étaient même
parfois brisés et pouvaient se replier comme nos volets, de manière à ne
pas prendre de place dans de petites pièces lorsqu'on voulait les tenir
ouverts. On voit encore à l'entrée d'une des chapelles du nord de
l'église de Semur-en-Auxois une de ces portes exécutée avec un goût
parfait (15). Cette porte se compose de deux vantaux, chacun d'eux se
repliant en deux feuilles. En A nous présentons un vantail en dehors, et
en B en dedans. La section horizontale C est faite au niveau D, et la
section E au niveau F. La brisure est indiquée en G et le battement des
deux vantaux en H. En I est tracée la section verticale de la traverse
supérieure et de la traverse intermédiaire. En K, la section _a b_,
moitié d'exécution. Cette jolie menuiserie conserve encore ses ferrures,
qui sont très-finement travaillées (voy. SERRURERIE). Tout cela s'ouvre
facilement, est agréable à la main; c'est bien là de la menuiserie
d'appartement, légère, élégante, solide, faite pour l'usage journalier.
Rien n'est plus simple, cependant, que sa construction, ainsi que le
fait voir notre figure. Ici les moulures d'encadrement des panneaux se
retournent sans arrêts, mais ne sont pas assemblées d'onglet, le retour
d'équerre de ces moulures étant coupé à contre-fil dans les montants.
Les battements saillants du milieu et des brisures sont chevillés sur
les montants, ainsi que les profils L. Il n'y a ni clous, ni vis; les
ferrures seules sont retenues au moyen de crampons très-adroitement
combinés pour ne point fatiguer ni ces ferrures ni le bois.

À l'intérieur des châssis de croisées, on posait dans les appartements
des volets pleins ou ajourés qui étaient de véritables vantaux. Les
ajours de ces volets étaient quelquefois pratiqués dans leur partie
inférieure pour permettre de voir à l'extérieur sans ouvrir le vantail.

La fig. 16 représente un de ces volets[215] solidement construit et
d'une forte épaisseur; la membrure principale A (voy. la section B faite
sur _a b_) encadre un second châssis C, qui maintient les panneaux D. En
E, nous avons tracé le profil pris sur _e_; en F le profil des deux
membrures AC et en G, le détail perspectif de l'assemblage _g_ de la
traverse intermédiaire dans le montant. Les panneaux inférieurs sont
délicatement ajourés suivant le profil E, les membres secondaires de cet
ajour ne prenant que l'épaisseur _h i_.

L'art de la menuiserie, au XVe siècle, arrivait à une perfection
d'exécution qui ne fut jamais atteinte depuis. Le goût dominant dans
l'architecture alors se prêtait d'ailleurs aux formes qui conviennent à
de la menuiserie, puisque les ouvrages de pierre avaient le défaut de
rappeler les délicates combinaisons données par l'emploi du bois. Les
menuisiers du XVe siècle n'employaient que des bois parfaitement purgés,
secs et sains, et ils les travaillaient avec une adresse que nous avons
grand'peine à atteindre aujourd'hui, lors même que nous voulons payer la
main-d'oeuvre. Les menuiseries de la seconde moitié du XVe siècle ne
sont pas très-rares en France et, grâce à l'excellent choix et à la
sécheresse des bois employés, ces menuiseries sont biens conservées, ne
se sont pas déjetées ni gercées, et ne sont piquées que lorsqu'elles ont
été placées dans des conditions tout à fait défavorables.

Pour terminer notre étude sur les huis, les vantaux de porte, nous
donnerons ici l'un de ceux qui ferment l'entrée principale de la nef de
l'église Notre-Dame de Beaune. La structure de ces vantaux (17) est
simple, elle se compose de vingt panneaux embrévés entre des montants et
des traverses; un guichet, composé de quatre panneaux _a_, s'ouvre au
milieu du vantail. Deux montants de rive, deux traverses haute et basse,
trois montants intermédiaires avec quatre rangs d'entre-toises forment
l'ossature de ce vantail. Les montants sont renforcés de contre-forts et
les entre-toises de profils saillants. Ces contre-forts et les panneaux
sont délicatement moulurés et sculptés dans du beau bois de chêne.

Nous donnons (18) quelques détails de cet ouvrage de menuiserie,
c'est-à-dire le panneau _b_ et partie de celui inférieur _c_, avec les
contre-forts des montants et profils des entre-toises. En A est tracée la
coupe de ces détails, faite sur _e f_; en B, la section horizontale d'un
montant avec son contre-fort; en C, la section à une plus grande échelle
des moulures évidées dans l'épaisseur des panneaux. Cette manière
d'orner les panneaux par des compartiments évidés à mi-épaisseur,
représentant des meneaux de fenêtres, était fort en vogue au XVe siècle,
et il fallait que ces panneaux pussent être très-facilement et
rapidement sculptés, car on en trouve partout. Les ouvriers menuisiers
façonnaient ces ouvrages au moyen de longs ciseaux, de gouges ou de
burins, emmanchés comme l'indique le tracé G. La grande gouge _g_,
terminée souvent par une sorte de cuiller comme les outils dont se
servent les sabotiers, se manoeuvrait des deux mains, le morceau de bois
en oeuvre étant maintenu horizontalement sur l'établi au moyen d'un
_valet_ ou d'une vis, ainsi que cela se pratique encore
aujourd'hui[216].

Tous les panneaux de ces vantaux des portes de l'église de Beaune sont
variés de dessins; quelquefois, à la place de ces compartiments de
meneaux, on sculptait des bas-reliefs ou des arabesques vers la fin du
XVe siècle et le commencement du XVIe. Nous ne devons pas omettre, parmi
les beaux exemples de vantaux, ceux des portes de l'église de
Saint-Maclou, de Rouen, attribués à Jean Goujon, et qui, s'ils ne sont
pas de lui, n'en présentent pas moins un des meilleurs exemples de
menuiserie de la Renaissance.

CROISÉES.--Nous avons expliqué à l'article FENÊTRE comment, pendant la
période romane, les baies de croisées n'étaient souvent fermées qu'avec
des volets pendant la nuit, et comment, pour obtenir du jour à
l'intérieur des pièces, on laissait entrer l'air avec la lumière dans
les appartements. Ces volets furent d'abord percés de petits ajours
devant lesquels on tendait du parchemin ou un canevas, ou encore on
incrustait des morceaux de verre. Cet usage se conserva longtemps parmi
les populations du centre et du midi de la France; mais dans le nord, la
rigueur du climat et l'insuffisance de la lumière extérieure obligèrent
les habitants des villes et châteaux à faire de véritables châssis
propres à recevoir une surface étendue de vitraux ou de parchemin. Au
XIIe siècle, ces châssis, ces croisées (pour leur appliquer le nom
consacré par l'usage), n'étaient encore que de véritables volets
composés de montants et de traverses, mais dont les panneaux de bois
étaient remplacés par des vitres ou par du vélin huilé.

De ces ouvrages de menuiserie, il n'existe que bien peu de débris.
Cependant à Paris, dans la tour dite de Bichat, ancienne commanderie des
Templiers et qui a été détruite il y a neuf ans, il existait encore,
dans une fenêtre du dernier étage, composée de deux parties séparées par
un meneau, deux vantaux de croisée qui paraissaient appartenir à
l'époque de la construction de cette tour (1160 environ). Pris dans un
bouchement en platras déjà ancien, ils avaient pu échapper à la
destruction et, quoique entièrement pourris, ils conservaient encore des
lambeaux de vitraux blancs posés en feuillure. La figure 19 donne la
face intérieure de l'un de ces vantaux de croisée avec sa ferrure. En A,
nous en donnons la coupe sur _a b_, et en B la section horizontale sur
_c d_. Ces sortes de châssis vitrés laissaient, relativement à leur
surface, pénétrer peu de lumière; mais alors on ne tenait pas, comme
aujourd'hui, à éclairer beaucoup les intérieurs. Ces châssis étaient
dépourvus de dormants et battaient dans les feuillures de la baie de
pierre.

Au XIIIe siècle on ne se contentait plus déjà d'ajours aussi étroits,
les fenêtres devenaient hautes et larges, leurs meneaux étaient diminués
d'épaisseur et, par suite, les châssis de croisée s'allégissaient pour
mieux faire pénétrer la lumière dans les salles. Les croisées en
menuiserie de ce temps, n'existent plus que par fragments, et il faut
réunir bien des renseignements épars pour pouvoir reconstituer un de ces
châssis entier. Les scellements des ferrures les feuillures conservées
dans les ébrasements, la trace des battants existent encore cependant
dans un grand nombre de bâtiments. À la porte de Laon, à Coucy
(commencement du XIIIe siècle), à Carcassonne (fin du XIIIe siècle), à
Loches, à Château-Chinon, au palais de justice de Paris et dans
plusieurs châteaux et maisons de nos anciennes provinces, il est facile
de se rendre compte de la position des châssis vitrés, de leur ferrure
et de leur épaisseur. Puis, en cherchant avec quelque soin, on retrouve
encore çà et là des débris réparés bien des fois, il est vrai, de ces
menuiseries. C'est ainsi que dans le bâtiment abbatial de Château-Landon
nous avons pu retrouver une croisée presque tout entière en recherchant,
il y a quelques années, parmi les châssis réparés, certains fragments
primitifs.

Nous donnons (20) le résultat de ces recherches. Ces châssis étaient par
couples dans les grandes fenêtres et séparés par un meneau; ils se
composaient d'un montant, avec tourillons ferrés, haut et bas AB, tenant
au montant même. Ces deux tourillons entraient dans des oeils disposés
dans la pierre, comme on peut le voir encore à l'intérieur des baies de
la maison des Musiciens, à Reims, et dans beaucoup d'habitations du
XIIIe siècle. Ainsi le châssis était posé en construisant; le battant C
arrivait en feuillure sur le meneau de la fenêtre et était maintenu par
deux verrous manoeuvrés au moyen d'une tige de fer ronde avec poignée
(voy. SERRURERIE). Deux traverses haute et basse s'assemblaient dans les
deux montants. Un troisième montant intermédiaire était assemblé dans
les deux traverses, haute et basse, et recevait à son tour deux autres
fortes traverses intermédiaires D et deux entre-toises E plus faibles.
Des colonnettes F tenaient lieu de _petits-bois_. À l'extérieur, les
montants et traverses étaient pourvus de feuillures G (voir le détail H)
destinées à recevoir les panneaux de vitraux. Quant aux _petits-bois_,
ils ne portaient pas de feuillures, mais des tourniquets en fer I qui
servaient à maintenir les panneaux. Ces châssis de croisée étaient
garnis intérieurement de volets brisés (voir la section horizontale K)
et divisés en trois parties _abc_, de manière à pouvoir n'ouvrir, si bon
semblait, qu'une travée ou un tiers ou deux tiers de travée. À cause de
l'ébrasement de la fenêtre, ces volets brisés en _g_ ne se développaient
qu'à angle droit et se rangeaient ainsi que l'indiquent les lignes
ponctuées _l_. Développés, ces volets présentaient du côté du jour le
figuré L, et leur ferrure brisée était placée du côté intérieur _g_. Les
feuilles supérieures et inférieures des volets étaient ajourées pour
donner de la lumière à l'intérieur, les volets étant fermés, et pour
permettre, par les ajours inférieurs, de voir au dehors. Les battants de
la croisée ont 2 pouces d'épaisseur, ceux des volets 1 pouce 1/2. En H
sont donnés les détails du bâti de la colonnette, leur profil en H'; en
M, la section du montant intermédiaire; en N, la section des
entre-toises E; en O, la section verticale des traverses des volets, et
en O' celle horizontale de leurs battants. P est le détail des ajours
inférieurs. Les volets étaient ferrés après le montant de la croisée sur
des gonds rivés extérieurement sur de petites plaques de tôle. Ces
châssis ne portaient pas de _jet d'eau_; l'eau de pluie qui glissait le
long de leur parement extérieur était recueillie dans une petite rigole
ménagée dans l'appui et s'écoulant au dehors. Enfin les volets étaient
maintenus fermés au moyen de targettes entrant dans des gâches ménagées
sur les renforts intérieurs du meneau de pierre et, au besoin, par des
barres.

Pour poser ces châssis, il n'y avait donc aucune entaille ni scellement
à faire après coup dans les tableaux et feuillures ou ébrasements;
l'objet arrivait à sa place complet, achevé à l'atelier, sans qu'il fût
nécessaire, comme cela se pratique aujourd'hui dans nos constructions,
d'envoyer successivement des ouvriers de deux ou trois états pour
terminer la pose et la ferrure d'une croisée. La maçonnerie, la
charpente, la menuiserie et la serrurerie étaient achevées simultanément
et, les toits couverts, il n'y avait plus qu'à peindre et à tapisser.
Quand les châssis de croisée ne roulaient pas, comme ceux-ci, au moyen
de tourillons, quand ils étaient attachés après coup, les gonds qui les
suspendaient se scellaient dans les lits d'assises pendant la
construction, afin d'éviter les entailles et les trous de scellement qui
déshonorent les ravalements de nos maisons et de nos palais.

Les châssis de croisée, dans les maisons du XIVe siècle, étaient souvent
plus simples que ceux-ci et se composaient seulement de montants, de
battants et de traverses. Les _petits-bois_ n'avaient pas d'utilité
quand on employait les panneaux de vitraux mis en plomb, et ils
commencèrent à garnir les châssis quand on substitua aux panneaux mis en
plomb des morceaux de verre taillés en assez grands fragments dans des
_boudines_, c'est-à-dire dans des plaques de verre circulaire ayant au
centre un renflement (voy. VITRAIL). Les châssis de croisée au moyen âge
ne présentaient donc pas le réseau de _petits-bois_ qui garnit les
châssis du XVIIe siècle, et qui produit un effet si déplaisant à cause
de la monotonie de ces compartiments égaux coupant le vide de la baie en
quantité de petits parallélogrammes. Les panneaux de vitraux étaient
fixés dans les feuillures des châssis au moyen d'un mastic recouvert
d'une lanière de parchemin faisant corps avec ce mastic, ou simplement,
pour les intérieurs où il n'importait pas d'obtenir un calfeutrage
parfait, par des tourniquets dans le genre de ceux représentés ci-dessus
en I. Alors, entre les panneaux, les tourniquets étant ouverts, on
introduisait une bande de feutre épais à la jonction de ces panneaux,
bande de feutre fendue au droit de chaque tourniquet; puis on fermait
ceux-ci qui alors exerçaient une pression sur ce feutre et empêchaient
le ballotement des vitraux. Cet usage s'est conservé assez longtemps
dans les provinces du centre, puisque nous avons encore vu de ces
feutrages et tourniquets adaptés à des châssis du XVIe siècle.

Les châssis de croisée du XVe siècle, dans les hôtels et châteaux,
composaient parfois une oeuvre de menuiserie passablement compliquée.
L'hôtel de La Trémoille, à Paris, possédait encore dans l'étage
au-dessus du portique donnant sur la cour des châssis de croisée fort
délabrés et dépendant de la construction primitive, datant de la fin du
XVe siècle. Ces châssis (21) garnissaient des fenêtres composées d'un
meneau central avec une traverse de pierre. Ils consistaient donc en
quatre compartiments: deux grands oblongs inférieurs et deux carrés. En
A, nous donnons l'un des châssis inférieurs et en B l'un des châssis
posés au-dessus de la traverse.

Ces châssis possédaient des dormants fixés dans la feuillure de pierre
par des pattes, ainsi que cela se pratique encore aujourd'hui. Les
châssis inférieurs pouvaient s'ouvrir dans toute leur hauteur de _a_ en
_b_ au moyen de paumelles, et partiellement en tabatière, de _c_ en _d_.
Les châssis supérieurs s'ouvraient aussi au moyen de paumelles. En C est
tracée la section sur _e f_, les châssis AB étant vus à l'intérieur. En
D est indiqué l'angle inférieur du châssis A avec les jets d'eau à
l'extérieur.

Nous avons tracé à une échelle double, c'est-à dire à 0m,10 pour mètre,
en A', la section sur _g h_; en F, la section sur _i k_; en G, la
section sur _l m_; en H, la section sur _m n_, et en I la section sur _o
p_. En L est donnée la section sur _r s_, et en M la section sur _t v_.
Des feuilles de volets à jour, indiquées en VXY, se repliant en deux,
ainsi qu'il est marqué en _u_, ferrées sur les dormants, permettaient de
masquer les vitres à l'intérieur.

Ces croisées, en bon bois de chêne, étaient tracées et façonnées avec
grand soin; leurs vitraux étaient, comme nos vitres, posés en feuillure
et mastiqués. La figure 22 donne l'assemblage du jet d'eau inférieur A
dans le montant du dormant B. On voit en D comment le jet d'eau du grand
châssis ouvrant venait s'embréver en partie dans le montant dormant
possédant une gueule de loup. C donne le profil de ce jet d'eau A; ce
profil était tracé de manière à empêcher l'eau de pluie chassée par le
vent, suivant l'inclinaison _a b_, de remonter dans la feuillure _c_. La
courbe _d b_ obligeait la goutte d'eau, poussée par le vent sur ce
profil, à suivre la courbe _d e_, c'est-à-dire à retomber à l'extérieur.
Ces détails font voir avec quelle attention les menuisiers de cette
époque établissaient leurs épures, comme ils donnaient aux moulures une
forme convenable en raison de leur place et de leur destination. Il faut
reconnaître que depuis ce temps nous n'avons pas fait de progrès
sensibles dans l'art de la menuiserie de bâtiment.

Les châssis de croisée n'étaient point ferrés alors comme ils le sont
aujourd'hui au moyen d'équerres entaillées; les ferrures des paumelles,
qui quelquefois formaient équerres, étaient posées sur le bois au moyen
de clous et d'attaches (mais non entaillées): il fallait donc que les
assemblages de ces châssis fussent très-bien faits pour éviter des
déformations et les dislocations. Les ferrures entaillées sont une bonne
chose, mais les menuisiers s'y fient trop pour maintenir les
assemblages; puis elles contribuent singulièrement à l'extérieur à hâter
la pourriture des bois précisément au droit de ces assemblages.

[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]
[Illustration: Fig. 12.]
[Illustration: Fig. 12. bis.]
[Illustration: Fig. 13.]
[Illustration: Fig. 14.]
[Illustration: Fig. 15.]
[Illustration: Fig. 16.]
[Illustration: Fig. 17.]
[Illustration: Fig. 18.]
[Illustration: Fig. 19.]
[Illustration: Fig. 20.]
[Illustration: Fig. 21.]

     [Note 212: Voy. les détails intéressants de cette porte dans
     l'_Architecture et les arts qui en dépendent_, par M.
     Gailhabaud, t. II.]

     [Note 213: Ce dessin nous a été communiqué par M. Millet,
     architecte.]

     [Note 214: D'après un dessin provenant de la collection de
     feu Garneray. Cette porte s'ouvrait sur une des grandes
     salles de l'abbaye Saint-Ouen, à Rouen, et existait encore,
     paraîtrait-il, à la fin du dernier siècle.]

     [Note 215: D'une maison à Abbeville, rue du Moulin-du-Roi.]

     [Note 216: Nous avons souvent vu des miniatures de manuscrits
     du XVe siècle où ces outils sont représentés. Il existe dans
     les stalles de l'église de Montréale (Yonne) un bas-relief
     représentant un menuisier taillant un petit pinacle au moyen
     de l'outil figuré en _l_, qu'il tient de la main droite. À
     l'échelle, cet outil paraît avoir au moins 0m,50 de longueur.
     Quant au ciseau, il était d'un usage fréquent, comme de nos
     jours.]



VOUSSURES, PLAFONDS, TAMBOURS.--Les menuisiers du moyen âge savaient,
comme nous l'avons dit, ménager le bois et renfermer leurs tracés dans
les équarrissements ordinaires qui alors étaient à peu près les mêmes
que ceux donnés aujourd'hui par les scieries. C'est surtout dans la
grosse menuiserie que l'on constate l'attention qu'ils apportaient à
cette partie importante de leur art. Le merrain de 1 pouce 1/2 ou de
0m,04 d'épaisseur était généralement employé pour les membrures, puis le
chevron de 3 pouces (0m,08) pour les plus fortes pièces. Quant aux
panneaux, ils n'avaient guère que 9 lignes d'épaisseur (0m,02). Avec ces
dimensions de bois, ils composaient leurs ouvrages de menuiserie les
plus importants, tels que tambours, buffets d'orgues, stalles, caisses
d'horloges, escaliers, grandes clôtures, etc. Pour donner de la
résistance à ces bois, lorsqu'ils avaient de grandes dimensions en
hauteur et les empêcher de gauchir, ils embrévaient les madriers ainsi
que l'indique, par exemple la figure 23 en A, et les assemblaient à la
base et en tête dans des chevrons, comme on le voit en B et en C. De
plus les montants étaient reliés et maintenus par des goussets D,
formant arcatures. Les intervalles étaient remplis par des panneaux
libres E, ou assemblés à grain d'orge (voy. STALLE).

Villars de Honnecourt[217] nous a conservé un curieux dessin d'une
grande caisse d'horloge du XIIIe siècle en menuiserie. C'est un
véritable campanile qui devait avoir une grande importance. On voit
encore de ces caisses d'horloge en grosse menuiserie des XIVe et XVe
siècles dans les cathédrales de Beauvais et de Reims[218].

Quoiqu'il ne reste qu'un petit nombre de fragments des lambris de bois
qui garnissaient souvent les murs des châteaux pendant les XIIIe et XIVe
siècles, cependant on peut constater leur emploi par les nombreux
scellements et les traces qui existent encore sur les parois de ces
murailles; scellements et traces indiquant des ouvrages de grosse
menuiserie garnissant des pièces entières du pavé au plafond et composés
de membrures de 0m,04 d'épaisseur sur 0m,08 de largeur, avec panneaux.
On faisait aussi des plafonds en menuiserie dès le XIVe siècle et
peut-être avant cette époque, ou, pour être plus vrai, des plafonds dans
la composition desquels la charpente et la menuiserie prenaient leur
part. Ainsi, n'est-il pas rare de trouver encore des plafonds dont les
entrevoux des solivages, au lieu d'être formés d'enduits, consistent en
des planches posées en travers, découpées et doublées d'une planche
posée en long (24)[219]. Mais, à l'article PLAFOND, nous avons
l'occasion de décrire les diverses combinaisons mixtes adoptées par les
charpentiers et menuisiers du moyen âge.

Au XVe siècle, et même encore au XVIe, les plafonds de menuiserie, au
lieu de participer à la charpente, comme dans l'exemple précédent,
étaient accrochés à celle-ci au moyen de clefs pendantes. La figure 25
fait voir un de ces plafonds, composé alternativement de culs-de-lampes
et de caissons. Le tracé A indique, en projection horizontale, le
système des membrures, consistant en une suite de triangles
équilatéraux. Les poinçons B, dans lesquels viennent s'assembler les
chevrons D soulagés par des liens, sont suspendus à des poutres
jumelles, indiquées en E dans la coupe C, au moyen de clefs F et
d'entailles. La coupe G, faite sur _a b_, et celle H, faite sur _e f_,
expliquent la disposition des culs-de-lampe et des caissons. Les liens
formant culs-de-lampe étaient revêtus entre eux de feuillets en façon de
voussures et d'ornements sculptés sur les arêtes ou nervures. Les
caissons étaient plus ou moins enfoncés et décorés. Ce système se
retrouve adopté, avec quelques variantes toutefois, dans certains
plafonds qui nous sont conservés par des estampes ou qui existent
encore, tels que ceux des palais de justice de Rouen et de Paris.
L'ancienne chambre des Comptes, brûlée pendant le dernier siècle, en
possédait un fort beau de ce genre qui nous a servi à faire le tracé de
la figure 25[220]; il avait été établi sous le règne de Louis XII et
était décoré entièrement, outre les sculptures, de peintures et de
dorures.

L'état de menuiserie exigeait, vers les derniers temps du moyen âge, des
connaissances étendues en géométrie descriptive. Il est facile de s'en
convaincre si l'on veut examiner les stalles de la cathédrale d'Amiens
et la plupart des oeuvres de menuiserie des XVe et XVIe siècles.
L'exécution demandait des soins infinis et du temps, car on ne peut
faire de bonne menuiserie qu'en y mettant le temps et l'argent
nécessaires, le temps surtout. Quand il fallait quinze jours à un bon
ouvrier menuisier et quinze autres jours à un sculpteur sur bois pour
ouvrer un poteau cornier d'une chaire, d'un clotet ou d'un tambour, on
était assuré que ce poteau, tant de fois retourné sur l'établi, élégi,
refouillé, était bien sec, avait produit son effet avant la pose; aussi,
ces oeuvres de menuiserie délicate des XIVe et XVe siècles n'ont pas
bougé et sont restées telles qu'elles ont été assemblées. D'ailleurs ces
artisans choisissaient leur bois avec un soin extrême et le laissaient
longtemps en magasin avant de le mettre en chantier.

[Illustration: Fig. 22.]
[Illustration: Fig. 23.]
[Illustration: Fig. 24.]
[Illustration: Fig. 25.]

     [Note 217: Voyez l'_Album_ de Villars de Honnecourt, pl. XI.]

     [Note 218: Voyez Gailhabaud, _Architecture du Ve au XVIIe
     siècle_.]

     [Note 219: D'une maison de Cordes (Tarn-et-Garonne).]

     [Note 220: Topog. de la France. Bibl. imp.]



MARQUETERIE.--La marqueterie n'est point employée, pendant le moyen âge
en France, pour décorer les ouvrages de menuiserie de bâtiment; elle ne
s'applique guère qu'aux meubles; encore ces marqueteries sont-elles
très-rares avant le XVIe siècle. L'usage de plaquer des bois de
différentes nuances, de manière à composer des dessins colorés, ne
pouvait s'appliquer aux formes de la menuiserie gothique, qui relève
toujours de la charpente. Les architectes faisaient peindre et dorer les
ouvrages délicats de menuiserie, mais leur construction était telle,
ainsi que les exemples précédents le font voir, qu'il n'était pas
possible de les plaquer. En Italie, au contraire, la marqueterie prenait
place dans la menuiserie dès le XIVe siècle; mais aussi, comme nous
l'avons dit, les formes données à cette menuiserie ne sont pas toujours
d'accord avec la structure. Nous ne connaissons, en fait d'ouvrages de
marqueterie française, que les dossiers des stalles de la chapelle du
château de Gaillon, et ces ouvrages sont du commencement du XVIe siècle.
On peut en voir encore certaines parties dans le choeur d'hiver des
chanoines de l'église impériale de Saint-Denis.



MEURTRIÈRE, s. f. _Archère_, _archière_, _raière_. Nous avons vu
ailleurs[221] comment les fortifications romaines permanentes ne se
défendaient que par leur sommet. Les courtines et les tours étaient
pleines à la base et n'opposaient aux attaques que l'épaisseur de leurs
constructions; mais lorsque les armes de jet, maniables, se furent
perfectionnées et eurent acquis une portée plus longue et plus sûre, on
ne se borna plus, pour défendre les approches d'une place forte, à
couronner les parapets de crénelages; on perça des ouvertures à la base
des courtines et aux différents étages des tours. Ces ouvertures
apparaissent dans les fortifications du commencement du XIIe siècle;
assez rares alors, elles se multiplient pendant le XIIIe siècle, elles
participent aux moyens de défense; vers le milieu du XIVe siècle, ces
ouvertures redeviennent de plus en plus rares dans les parties
inférieures de défenses et se multiplient à leur sommet; elles ne
reparaissent qu'au moment où l'artillerie à feu remplace les anciens
engins de défense. Ces meurtrières ou archères, percées au niveau du sol
intérieur des remparts et des planchers des tours, permettaient
non-seulement de lancer des traits d'arbalète ou des flèches, mais aussi
de voir, sans se découvrir, les travaux que les assiégeants pouvaient
tenter pour battre ou saper les ouvrages. Parmi les plus anciennes
meurtrières caractérisées, nous citerons celles des tours et courtines
du château de la cité de Carcassonne, château dont la construction
remonte au commencement du XIIe siècle. Ces meurtrières (1) se composent
à l'intérieur d'une sorte de niche voûtée en berceau surbaissé, destinée
à recevoir au moins un défenseur. Le mur, réduit à une épaisseur de
0m,70 par la construction de la niche, est percé d'une ouverture évasée
à l'intérieur et très-étroite à l'extérieur, afin de découvrir le dehors
suivant un angle de 35º. Un linteau cintré couronne cette baie et une
plongée très-inclinée la termine dans sa partie inférieure. Le tracé A
donne le plan de cette meurtrière, le tracé B sa coupe sur _a b_, le
tracé D sa face intérieure et le tracé F son aspect extérieur. Afin de
donner plus de champ à l'angle du tir, la partie inférieure de la
rainure, qui n'a que 0m,06 d'ouverture, est taillée ainsi que l'indique
le détail C; _d_ donnant le plan, _e_ la face externe, _f_ la coupe.

La formule qui a servi à tracer cette entaille inférieure de la rainure
est celle-ci (2): AB étant l'ouverture intérieure de la meurtrière; CD
l'ouverture que l'on a voulu donner à l'entaille, prenant les points _a
b_ à une distance de 0m,03; de ces points _a b_ on a tiré les deux
lignes _a_D, _b_C. Ces entailles sont primitivement triangulaires; vers
le milieu du XIIIe siècle, elles deviennent carrées, ainsi que nous le
verrons tout à l'heure. Ces meurtrières, percées dans les tours, se
chevauchent, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas placées les unes
au-dessus des autres, mais pleins sur vides, afin de découvrir tous les
points de la circonférence. Ce n'est qu'au XIIIe siècle que l'on
reconnaît, dans le percement des archères, l'emploi d'une méthode
suivie, un tracé très-habilement calculé. À cette époque, des
meurtrières flanquent exactement les courtines à leur base et à leur
sommet, de manière à enfiler tout leur parement d'une tour à l'autre.
Voici (3) le tracé d'une tour à trois étages, plus l'étage crénelé,
comme la plupart de celles qui flanquent l'enceinte intérieure de la
cité de Carcassonne, du côté méridional.

Au-dessus de l'empattement ou talus, cette tour ayant 6m,00 de diamètre
et ses murs 1m,20, à 2m,20 environ de la circonférence AB, on a tracé
l'arc de cercle CD; divisant cet arc de cercle en 16 parties égales, _o
e_, _e f_, _f g_, _g h_, etc.; prenant sur le parement de la tour les
points _p_ à 0m,30 du parement de la courtine, on a divisé la
circonférence externe de cette tour en 8 parties égales. Alors des
points _e, g, i, k_, etc., on a tiré des lignes passant par les points
diviseurs de la circonférence de la tout. Ces lignes ont donné les
ouvertures des meurtrières percées dans les trois étages; les
meurtrières _a_ appartenant au rez-de-chaussée, celles _b_ au premier
étage et celles _c_ au troisième; les meurtrières flanquant les
courtines étant ainsi doublées dans la hauteur. Donc, tous les points de
l'arc de cercle CD sont vus, et au delà les traits se croisent. Ajoutons
les hourds supérieurs à ces meurtrières pour le commandement du pied de
la tour (voy. HOURD), et cet ouvrage se trouve entièrement défendu, les
courtines enfilées par trois meurtrières sur chaque flanc, deux
au-dessus l'une de l'autre à rez-de-chaussée et au troisième étage, et
la troisième un peu en avant.

Les meurtrières des ouvrages de petite dimension ne sont pas munies de
niches intérieures; elles ne consistent qu'en un large ébrasement. Nous
reproduisons (4) le détail de l'une d'elles. A donne leur plan, B leur
coupe sur l'axe et C leur face intérieure. L'extrémité inférieure de la
rainure est évasée pour étendre le champ du tir au moyen d'une entaille
carrée dont le détail est tracé en D (face extérieure) et en E (coupe).
En F, nous avons donné une vue perspective intérieure de ces sortes de
meurtrières, adoptées de 1250 à 1350 environ.

Dans les ouvrages importants de la cité de Carcassonne, les meurtrières
qui percent les tours et les courtines bâties sous Philippe le Hardi
possèdent des niches assez semblables à celles du château du XIIe
siècle. Mais alors les murs sont plus épais; ces niches sont surmontées
d'arcs plein-cintre, et leurs parois sont garnies de bancs de pierre.
Voici (5) une des meurtrières de la tour dite du Trésau. En A, nous
donnons le plan; en B la coupe sur l'axe; en C la face intérieure, et en
D une vue perspective intérieure. Ces dimensions paraissent avoir été
réglementaires, car elles sont semblables dans tous les ouvrages de la
même époque. L'inclination du tir, et par conséquent la longueur de la
rainure, se modifient en raison de la position de la meurtrière par
rapport au sol extérieur, ces inclinaisons étant toutes dirigées sur une
même circonférence à une distance donnée du pied de la tour, ainsi que
l'indique la figure 3.

Quelques archéologues ont prétendu que ces meurtrières, percées aux
divers étages des tours et à la base des courtines, étaient plutôt
faites pour permettre de voir à couvert ce qui se passait au dehors que
pour la défense. Il est certain que ces longues rainures facilitaient la
surveillance des dehors, mais il est impossible d'admettre qu'elles ne
dussent pas servir à la défense. L'échancrure inférieure seule qui ouvre
l'angle du tir démontrerait leur fonction. Nous avons essayé de tirer à
travers ces rainures, non au moyen d'une arbalète, ce qui est aussi
facile qu'avec un mousquet, mais avec un arc; les côtés de la rainure,
au lieu de gêner le tir, remplissent l'office d'une mire et le rendent
au contraire plus sûr que si l'on visait un objet en plein air.
D'ailleurs, les textes des XIIe et XIIIe siècles mentionnent souvent ces
_archières_ pour _lanchier_; _traire_ et _défendre_. On observera que,
quand les murs ont une très-forte épaisseur, comme dans l'exemple
précédent, les constructeurs ont toujours pratiqué ces larges niches qui
permettent au tireur de s'approcher du parement extérieur, ce qui
diminue d'autant pour lui la profondeur de l'ébrasement.

Il existe cependant des défenses très-fortes du commencement du XIIIe
siècle, dont les meurtrières assez rares étaient plutôt faites pour
surveiller les dehors que pour offrir un moyen de défense. À la porte de
Laon de la ville de Coucy, dont la construction date de 1210 environ,
les deux grosses tours sont percées de meurtrières dont l'angle peu
ouvert et l'extrême profondeur ne pouvaient guère que donner une vue sur
un point, de la lumière et de l'air à l'intérieur des salles. Voici (6)
l'une de ces meurtrières.

En A, nous avons tracé le plan; en B la coupe, et en C l'élévation
intérieure. Ici le constructeur a craint d'affamer les murs par des
niches profondes, et il n'a donné aux ébrasements des archères qu'un
angle très peu ouvert. Les rainures ne sont pas entaillées à leur
extrémité inférieure pour augmenter le champ du tir, et bien que ces
meurtrières soient très-élevées au-dessus du fossé, leur inclinaison est
peu considérable. Ces sortes de meurtrières ne peuvent donc être
considérées que comme des vues sur les dehors et des prises de jour et
d'air. Les niches ne sont pas garnies de bancs, ce qui est encore un
indice de leur usage étranger à la défense, car partout où on posait un
factionnaire ou un défenseur à l'intérieur des tours et logis, on trouve
le banc de pierre. La saillie D portait les planchers.

Nous avons dit que vers la fin du XIVe siècle, on renonça aux
meurtrières percées aux étages inférieurs des tours et courtines. C'est
qu'en effet à cette époque, l'art du mineur s'était très-perfectionné,
et que ces longues rainures indiquaient au dehors les points faibles de
la construction. En creusant une mine entre deux de ces rainures, on
était presque assuré de faire tomber toute une portion de muraille.
L'avantage qu'on retirait donc du percement des meurtrières inférieures
ne compensait pas les dangers qu'elles présentaient pour les assiégés.
Alors on établit les hourds permanents ou mâchicoulis à la crête des
tours et courtines, avec crénelages et archères percées dans le milieu
des merlons. Les constructions inférieures restèrent entièrement
pleines, empattées, épaisses, homogènes, et par conséquent beaucoup plus
propres à résister à la sape et à la mine.

Alors les meurtrières ne se rencontrent plus qu'au sommet des défenses
ou sur certains points où l'on posait des factionnaires comme, par
exemple, au-dessus des portes et sur leurs flancs, dans des passages,
des deux côtés des herses, etc. Les meurtrières, à dater du milieu du
XIVe siècle, ne consistent plus seulement, à l'extérieur, qu'en une
rainure simple ou avec entaille inférieure; la rainure est souvent
entaillée vers son milieu par une traverse formant une sorte de croix
pattée, ainsi que l'indique la figure 7[222].

Naturellement, ce sont les armes de jet qui ont imposé la forme de ces
meurtrières. Du XIIe au milieu du XIVe siècle en France, on n'employait
guère comme arme de jet, à main, que l'arbalète. Or, l'arbalète est une
arme excellente pour tirer de but en blanc; elle a les qualités du
mousquet, sauf la portée. Les archers étaient peu employés par les
armées, féodales du domaine royal. Dans le Nord, dans les Flandres et en
Angleterre, au contraire, ils formaient des corps considérables et
avaient acquis, comme nous ne l'avons que trop éprouvé à Crécy, une
supériorité marquée sur les arbalétriers, tant à cause de la rapidité du
tir de l'arc que par la portée extraordinaire des flèches. Mais les
archers, en bataille, tiraient bien plus à la volée que de but en blanc,
et, pour qui s'est exercé à tirer de l'arc, il est facile d'apprécier
les effets du tir à la volée. La flèche, en retombant verticalement
après avoir décrit une parabole, est un projectile terrible en ce qu'on
ne peut s'en garantir. Un archer médiocrement exercé envoie facilement
une flèche à quarante ou cinquante mètres de hauteur obliquement;
arrivée à fin de course, elle décrit une parabole brusque, et tombant
verticalement de cette hauteur elle perce une planche de trois
centimètres d'épaisseur. Au lieu de disposer les meurtrières pour le tir
d'arbalète rapproché, et de haut en bas seulement, on les fit de telle
sorte que les archers pussent tirer à la volée soit par une entaille
intermédiaire _a_ (voir la figure 7), soit par une entaille supérieure
_b_. Ainsi (8) l'arbalétrier ou l'archer pouvait, par l'entaille
inférieure de la meurtrière, envoyer de but en blanc le trait A, et
l'archer seulement par l'entaille intermédiaire envoyait la flèche B,
par l'entaille supérieure la flèche C. Des assiégeants masqués par des
mantelets évitaient difficilement les projectiles B, mais ne pouvaient
se garantir des projectiles C. La nécessité de laisser les parties
inférieures des tours et courtines entièrement pleines pour mieux
résister à la sape et à la mine et l'emploi fréquent des archers, dès le
milieu du XIVe siècle, pour la défense aussi bien que pour l'attaque,
firent percer les meurtrières au sommet des défenses et amenèrent à
échancrer leurs rainures, ainsi que l'indique la figure 7. En effet,
c'est en Guienne et dans le Maine et le Poitou, c'est dans le Nord que
ces meurtrières en croix pattée apparaissent d'abord, c'est-à-dire dans
les contrées occupées alors par les armées anglaises, en partie
composées d'archers. Dans les murailles d'Avignon, qui datent du milieu
du XIVe siècle, nous voyons également des meurtrières en croix pattée;
mais les papes d'Avignon n'avaient guère que des troupes de mercenaires,
et parmi celles-ci des archers recrutés en Suisse et dans le Dauphiné.

Ces sortes d'archères se retrouvent partout en France dès le XVe siècle;
leur forme était définitivement adoptée comme la meilleure, en ce
qu'elle permettait le tir de plein fouet et à la volée. L'artillerie à
feu vint alors modifier de nouveau la forme des meurtrières. Celles-ci
ne se composèrent plus que de trous ronds pour passer la gueule du
mousquet avec une mire au-dessus (9). Quelquefois ces trous sont
doubles, avec une rainure horizontale entre eux deux. Voici une de ces
meurtrières qui provient de la porte orientale d'Angolsheim (10). On
observera que ces trous sont percés dans une dalle assez mince, posée au
nu extérieur du mur de défense et entourée d'un ébrasement en maçonnerie
à l'intérieur. Une balle de mousquet envoyée du dehors pouvait très-bien
briser la dalle. Cette meurtrière est percée à côté de la porte et
commande la route qui descend vers le village; c'est ce qui explique son
élévation au-dessus du sol intérieur. En A, la meurtrière est présentée
du côté extérieur; en B du côté intérieur, et en C en coupe. Mais les
progrès rapides que faisait l'artillerie à feu au XVe siècle déroutaient
fort les constructeurs militaires. Ils abandonnaient difficilement
l'ancien système et n'opposaient aux effets des nouveaux projectiles que
des obstacles presque toujours insuffisants. Ce n'est qu'à la fin de ce
siècle que les ingénieurs ou architectes combinent de véritables
meurtrières pour de la mousqueterie, et parmi celles-ci on peut citer
comme particulièrement intéressantes celles du bastion élevé en avant de
la porte de Laon à Coucy. Ce bastion, aujourd'hui en grande partie
couvert par la route impériale, battait le plateau et enfilait les
fossés de la ville au moyen d'un ouvrage souterrain percé de meurtrières
et de petites embrasures. Il dut être élevé vers les dernières années du
XVe siècle, si l'on s'en rapporte à quelques sculptures et moulures qui
décorent les voûtes de l'étage souterrain.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.]
[Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]

     [Note 221: Voyez ARCHITECTURE MILITAIRE, CRÉNEAU.]

     [Note 222: Des remparts d'Avignon.]

Ce bastion, dont l'ensemble est donné en A (11), possède à sa base, à
1m,00 environ au-dessus du fond du fossé, une galerie voûtée en berceau
plein-cintre de 1m,20 de largeur. Une chambre voûtée en arcs ogives est
construite derrière le saillant. Les galeries sont percées, à des
distances assez rapprochées, de meurtrières disposées de manière à
croiser les feux de mousqueterie au fond du fossé, ainsi que l'indiquent
les lignes ponctuées en B. En C, nous avons tracé le plan de la chambre
du saillant, avec ses deux meurtrières _a_ et ses évents _b_ percés dans
la voûte; en D, le plan de l'une des meurtrières des faces, lesquelles
sont doubles dans la hauteur du parement. En _d_ sont également des
évents. La coupe E est faite sur _e f_; celle G sur _g h_, et celle H
sur _i_K. Ces galeries, percées de nombreuses meurtrières, sont
évidemment destinés à empêcher le travail de la sape et de la mine au
pied du bastion. Toute cette construction est exécutée avec grand soin
et s'est parfaitement conservée. À l'article PORTE nous expliquons avec
plus de détails l'utilité de cet ouvrage, si intéressant par sa date et
si complet.



MISÉRICORDE, s. f. Petite console disposée sous la tablette mobile des
stalles, servant de siége et permettant aux clercs, lorsque cette
tablette est relevée, de s'asseoir en paraissant être debout (voy.
STALLE).



MITRE, s. f. Couronnement d'un tuyau de cheminée, destiné à empêcher la
pluie ou le vent de s'introduire dans la trémie, en laissant cependant
échapper la fumée. Les mitres, pendant le moyen âge, sont faites en
terre cuite, en brique ou en pierre. Peut-être en existait-il en fer
battu, mais nous n'en avons pas trouvé en place, bien que parfois des
scellements conservés à la tête de tuyaux de cheminée indiquent la
présence d'un chapeau en fer.

Il existe encore dans l'hôpital de Sens une belle mitre en terre cuite
vernissée qui paraît remonter au XIIIe siècle. En voici (1) le tracé.
Cette mitre, en forme de faîtière, laissait échapper la fumée par trois
orifices verticaux, quatre gueules latérales et les deux extrémités de
la courbure. La disposition de ces issues était bien faite pour empêcher
le vent de s'engouffrer dans la trémie. En A, nous donnons la projection
horizontale de cette mitre, en B sa coupe transversale, et en C sa face
latérale. Les dents qui bordent les petits cylindres sont obtenus au
moyen d'un coup de pouce donné dans le profil lorsqu'il était encore
frais et après la soudure de ces cylindres sur le dos de la faîtière.
Habituellement cependant, à cette époque, les tuyaux de cheminée se
terminaient en cylindre et les mitres alors prenaient la forme conique.
Une de ces mitres coniques en terre cuite vernissée se voyait encore, il
y a quelques années, sur une maison du XIVe siècle dépendant de la porte
orientale de la ville de Semur en Auxois (2). En A est tracé sa
projection horizontale et en B son élévation. Sens, Troyes,
Villeneuve-sur-Yonne possèdent encore quelques débris de ces anciens
couronnements de tuyaux de cheminée en terre cuite. Mais dans les
contrées où la pierre est résistante et facile à travailler, les tuyaux
ont presque toujours des couronnements tenant à la construction, et les
chapiteaux de ces tuyaux sont de véritables mitres. De même, dans les
pays où la brique était employée pendant le moyen âge, les mitres sont
faites au moyen d'assemblages de tuiles et de briques (voy. CHEMINÉE).
Les architectes du moyen âge cherchaient toujours à décorer les parties
de la construction qui se découpaient sur le ciel et à leur donner une
silhouette agréable. On voit, dans les vignettes des manuscrits du XVe
siècle, des têtes de cheminées richement ornées; mais malheureusement la
fragilité de ces détails des édifices publics ou privés, très-exposés
aux intempéries, est cause de leur destruction dans toutes nos anciennes
cités.

On fit encore, pendant l'époque de la Renaissance, d'assez belles mitres
en terre vernissée et même en faïence. Ces mitres en faïence sont
composées de plusieurs rondelles s'emmanchant les unes sur les autres et
quelquefois curieusement ornées de détails délicats soit en relief, soit
en peinture, trop petits d'échelle, il est vrai, pour la place qu'ils
occupent.

Mais alors le sentiment vrai de la décoration extérieure des édifices
était fort altéré, et ces mitres en poterie fine, très-jolies à voir de
près dans un musée, ne produisent aucun effet sur le sommet d'un comble.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]



MOELLON, s. m. Pierre de petit échantillon, basse entre lits, et que
l'on débite à la carrière pour construire des murs avec du mortier ou du
plâtre. Le moellon est piqué ou brut. Le moellon piqué est celui qui
présente un parement taillé, rustiqué et qui n'a pas besoin d'être
enduit. Le moellon brut n'a pas de forme régulière, c'est-à-dire qu'il
ne possède ni lits ni parements. On employait beaucoup le moellon piqué
au moyen âge dans les constructions de maisons et d'édifices élevés à
peu de frais, et ces sortes de constructions sont excellentes, en ce que
les parements font parfaitement corps avec le blocage intérieur. Dans
quelques contrées de la France, et notamment dans la Bourgogne et le
Charolais, on trouve des bancs considérables d'un calcaire dur,
compacte, qui se délitent en assises très-basses, de 0m,10 à 0m,20,
régulières, et qui fournissent ainsi d'excellent moellon piqué, ne
demandant qu'une taille préparatoire très-légère. Aussi, dans ces
contrées, on voit beaucoup de monuments anciens dont les parements sont
montés en moellon piqué présentant une surface aussi plane que celle
donnée par la pierre de taille. Entre les contre-forts, les murs des
nefs des églises de Vézelay, de Pontigny, de Beaune, sont montés en
moellon piqué admirablement conservé. Les transports étant alors
difficiles, on comprend comment les constructeurs pouvaient
s'approvisionner plus aisément de moellon piqué, qu'on amenait à la
rigueur à dos d'âne, que de pierre de taille. Ils réservaient celle-ci
pour les colonnes, pour les angles, les piles, les contre-forts, les
socles, les corniches, les tableaux de fenêtre.

Les Romains ont souvent employé le moellon piqué, mais en morceaux
présentant extérieurement des surfaces carrées et non pas barlongues.
Cette tradition fut suivie dans certaines provinces de France jusqu'au
XIIe siècle. Ainsi la nef de la cathédrale du Mans, par exemple, dont la
construction remonte en partie au XIe siècle, présente extérieurement
des parements qui ont toute l'apparence d'une construction romaine. Sur
les bords de la Mayenne et de la Loire, on voit quantité d'édifices du
XIe et XIIe siècles qui offrent la même particularité. Le Beauvoisis et
une partie du Valois conservent encore de nombreux restes de
constructions du XIe siècle que l'on pourrait croire faites par des
maçons romains.



MONTOIR, s. m. Degré assez élevé pour permettre de monter à cheval sans
l'aide de l'étrier. Il n'y avait pas de cour de château, d'hôtel ou
d'hôtellerie sans un ou plusieurs montoirs. Il y en avait pour les
femmes et pour les hommes, et les perrons qui jouent un rôle si
important dans l'habitation seigneuriale étaient accompagnés de
montoirs. Les chevaux et mules étaient dressés à _aller au montoir_,
c'est-à-dire à se tenir assez près de ces degrés pour que le cavalier
pût se mettre facilement en selle. Un cheval qui n'allait pas au montoir
était réputé vicieux. On comprend que pour un homme pesamment armé, le
montoir était une nécessité, et sans montoir un chevalier, à l'époque où
les armures étaient d'un poids très-considérable, ne pouvait guère
enfourcher son cheval.

Il y avait au Louvre de Charles V un montoir pour le roi et un pour la
reine. Nous avons vu l'un de ces montoirs (1) dans la cour de l'hôtel de
la Trémoille, à Paris, rangé le long du mur de la façade du fond à côté
du perron. Ce montoir, taillé dans un seul bloc de pierre, se composait
de trois degrés; le dernier formant un petit palier.

Le perron du château de Pierrefonds était accompagné, à droite et à
gauche du degré principal, de deux larges montoirs (voy. PERRON). Devant
les hôtelleries, il y avait toujours en dehors un montoir de pierre et
dans la cour plusieurs montoirs de bois, sortes d'escabeaux que l'on
déplaçait au besoin. Les montoirs étaient garnis de tapis pour les jours
de cérémonie dans les châteaux et palais. À l'extrémité des lices,
pendant les tournois, on disposait des montoirs pour les combattants, et
alors se mettre en selle sans le secours du montoir était considéré
comme un acte de _druerie_.

[Illustration: Fig. 1.]



MORTAISE, s. f. _Mortoise_. Terme de charpente et de menuiserie. La
mortaise est l'entaille qui reçoit un tenon. (Voyez CHARPENTE,
MENUISERIE, TENON.)



MORTIER, s. m. Composé de sable et de chaux. Pour faire du bon mortier,
le sable de rivière, le gravier, a été reconnu comme le meilleur. Quelle
que soit la qualité du sable de plaine ou de carrière, ce sable étant
toujours mêlé d'une certaine quantité d'argile, il ne remplit pas les
conditions nécessaires à la façon du bon mortier.

Pendant le moyen âge, les mortiers sont de qualités très-différentes;
autant ils sont durs et compactes dans les constructions romaines,
autant ils sont de qualité médiocre pendant les IXe, Xe, et XIe siècles.
Il semble qu'alors on avait perdu les procédés de fabrication de la
chaux, et ce n'est que par exception que l'on trouve, dans des édifices
de cette époque, des mortiers offrant une certaine consistance. Au XIIe
siècle, les mortiers commencent à reprendre de la force; pendant les
XIIIe, XIVe et XVe siècles, on en fit d'excellents.

La qualité des mortiers est donc un des moyens fournis aux architectes
pour reconnaître la date d'un édifice, mais il est d'autres signes plus
caractérisés. Le mortier employé dans les monuments romans antérieurs au
XIIe siècle est quelquefois mélangé de débris de tuileaux, surtout
pendant le Xe siècle et avant; il est maigre, c'est-à-dire qu'il
contient peu de chaux, et celle-ci est mal cuite. Au XIe siècle, on
trouve dans l'Île-de-France, la Champagne et la Bourgogne, des mortiers
composés de gravier fin (sable de plaine souvent) et de chaux en
quantité, mais mal cuite et noyée, n'ayant plus de force. Les débris de
tuileaux ont disparu. Au XIIe siècle, surtout à dater de la seconde
moitié, les mortiers sont égaux, bien corroyés, le sable fin, choisi
parfois avec soin ou tamisé. À dater de la fin du XIIe siècle, les
mortiers deviennent généralement très-bons et sont de deux sortes. Le
mortier des blocages est fait avec de très-gros gravier, celui des
joints et lits avec du bon sable de rivière, fin et pur. La chaux
employée pour les lits et joints est plus blanche que celle des blocages
qui est très-mélangée de débris de charbon. Pendant les XIVe et XVe
siècles, on emploie souvent le sable de plaine, très-rarement le gros
gravier; les mortiers sont parfaitement corroyés, la chaux bien cuite et
bien éteinte. Mais alors le sable de plaine employé paraît avoir été
lavé, car il ne contient pas d'argile. Il n'y a que dans certaines
parties de la Picardie où le sable argileux de plaine ait été employé
sans lavage pour faire du mortier, et bien que ces mortiers aient acquis
de la dureté, ils sont toujours gercés dans les blocages et ne
présentent pas une masse parfaitement compacte.

Les constructeurs ont employé la chaux telle que pouvaient la leur
fournir les calcaires dont ils disposaient. Ces chaux sont hydrauliques
dans les contrées où la pierre à chaux possède cette qualité, grasses
dans les pays où la pierre à chaux ne contient que très-peu d'argile.
Ils ne connaissaient pas, par conséquent, la chaux hydraulique factice.
Mais leurs chaux grasses ont, à dater de la fin du XIIe siècle, acquis
une très-grande dureté, même en fondation, ainsi que nous avons pu le
reconnaître dans les substructions des cathédrales de Reims, d'Amiens,
de Paris, de Sens, etc.

Il faut dire qu'à cette époque, c'est-à-dire au commencement du XIIIe
siècle, des raisons d'économie forçaient quelquefois les constructeurs à
n'employer que très-peu de chaux dans leur mortier et du sable comme on
le trouvait. Les mortiers dans la construction des cathédrales de Laon,
de Troyes, de Châlons-sur-Marne, de Séez sont très-mauvais. Mais nous
avons donné ailleurs les raisons qui avaient fait élever ces édifices
avec une extrême économie (voy. CATHÉDRALE, CONSTRUCTION).



MOSAÏQUE, s. f. Ouvrages faits de petits cubes de pierres dures ou de
pâtes de verre de diverses couleurs, collés sur les parements des
monuments ou sur les aires au moyen d'un ciment composé de chaux, de
sable très-fin, de pouzzolane ou de brique pilée. Les Romains des bas
temps ont employé la mosaïque non-seulement pour décorer les aires des
salles, mais aussi pour tapisser les murs. Il n'est pas nécessaire ici
de répéter ce qui a été écrit sur ce sujet. Il nous suffit de constater
que la mosaïque était fort souvent appliquée dans les monuments de
l'époque mérovingienne en Occident. Grégoire de Tours parle des
mosaïques qui décoraient plusieurs églises de son temps. Saint Pallade,
évêque d'Auxerre, fit élever au VIIe siècle le monastère de
Saint-Eusèbe; l'abside de l'église était décorée de mosaïques dans
lesquelles l'or entrait pour une grande partie[223]. En effet, le
travail de mosaïque, auquel on donne le nom de _byzantin_, se compose de
fonds d'or obtenus au moyen de petits cubes de pâtes de verre dorés et
recouverts d'un émail transparent. Les sujets, les ornements se
détachent sur ces fonds d'or. Ces sortes de mosaïques, très-répandues en
Italie, en Sicile et en Orient, sont très-rares en France, puisque nous
n'en connaissons qu'un seul exemple existant encore dans la petite
église de Germigny-les-Prés, près de Sully-sur-Loire, exemple qui paraît
dater du IXe siècle.

L'abbé Lebeuf, dans son _Histoire du diocèse de Paris_[224], dit que
dans le château de Bicêtre, bâti par le duc de Berry, frère de Charles
V, il y avait deux petites salles «enrichies d'un parfaitement bel
ouvrage à la mosaïque.» Il est difficile aujourd'hui de se faire une
idée de ce que pouvait être cet ouvrage de mosaïque du XIVe siècle,
puisque nous ne connaissons aucun travail de ce genre ayant été exécuté
en France depuis le XII siècle. Cependant nous possédons encore, dans
les magasins de l'église abbatiale de Saint-Denis, les restes d'un pavé
en mosaïque à fonds d'or et de couleur datant de la fin du XIIe siècle,
et qui rappelle parfaitement, comme facture, les mosaïques italiennes de
la même époque. Ce pavage, dont l'ensemble a été conservé par un dessin
de Percier fait en 1797, représentait les travaux de l'année entourant
un large compartiment occupé par des animaux fantastiques. Si la facture
est italienne, le dessin est évidemment français. Mais il ne faut pas
oublier que Suger avait fait venir, si l'on en croit ses _gestes_, des
artistes de tous pays pour contribuer à l'érection de la nouvelle église,
commencée en 1140. Toutefois, nous ne pouvons donner aux cartons qui ont
dû servir à l'exécution de ce pavage une date antérieure à 1190[225]. En
débarrassant cette même église de Saint-Denis des tristes superfétations
qui en ont si profondément altéré le caractère, nous avons trouvé, sous
les carrelages modernes, quantité de petits cubes de terre cuite
vernissée de 0m,015 à 0m,02 de côté qui ont évidemment servi à faire des
mosaïques par un procédé peu dispendieux. Au XIIe siècle, nos
architectes ont quelquefois cherché à imiter ces pavages italiens,
connus sous le nom d'_opus alexandrinum_, mais les pierres dures leur
manquant, ils y suppléaient par la terre cuite vernissée. Plus
habituellement, les carrelages en terre cuite avec dessins incrustés ou
les dalles gravées remplaçaient chez nous les anciennes mosaïques
gallo-romaines ou celles d'outre-monts. Quant aux mosaïques sur
parements, ainsi que nous l'avons dit, il n'en existe qu'un nombre
très-restreint de ce côté-ci des Alpes, et sont-elles antérieures au
XIIe siècle. Les vitraux étaient la véritable décoration des édifices en
France à dater de cette époque, et par le fait les vitraux sont une
sorte de mosaïque translucide (voy. VITRAIL).

     [Note 223: L'abbé Lebeuf. _Mémoires concernant l'hist. civile
     et ecclésiastique d'Auxerre_, t. I, p. 149.]

     [Note 224: T. X, p. 16.]

     [Note 225: Il faut mentionner ici la mosaïque représentant
     les figures du zodiaque retrouvée en 1831 à Saint-Omer, et
     provenant de la tombe du prince Guillaume, mort à Aire en
     1109 (abbaye de Saint-Bertin).]



MOULIN, s. m. _Molin_, _molinel_, _molis_. Ne nous occupant ici que des
bâtiments contenant une machine à moudre, à fouler ou à façonner des
métaux, nous avons les moulins mus par un cours d'eau et les moulins à
vent. Les moulins à eau paraissent être les plus anciens. Lambert,
quarantième abbé de Saint-Bertin, fait établir définitivement des
moulins à eau, commencés sous Odland en 797. Ces moulins, dit la
chronique des abbés de Saint-Bertin, étaient les premiers qui furent
établis dans le pays[226]. Cet abbé Lambert (1095 à 1123) fit exécuter
même des travaux hydrauliques qui paraissent avoir été assez importants,
puisqu'au moyen des roues motrices des moulins abbatiaux il fit monter
l'eau nécessaire au service du monastère, afin de la répandre dans les
bâtiments par des aqueducs souterrains. Il n'est pas question de moulins
à vent en France antérieurement au XIIe siècle. Quelques auteurs
prétendent que l'invention de ces sortes de moulins fut rapportée
d'Orient par les premiers croisés; et, en effet, les moulins à vent sont
nommés en Normandie, pendant le XIVe siècle, _moulins turquois_. Des
chartes de Philippe-Auguste concèdent le droit d'établir des moulins à
vent et des moulins à eau[227], et dans le roman d'Ogier de
Danemarche[228], il est deux fois question de moulins à eau.

       «Del brut de lui (de la fontaine) tornent troi molinel
       Qui ne s'arestent ne esté ne yver[229].
       ...
       Quant il velt molre, par soi le va cargier,
       Et le molin vait par lui afaitier[230].»

Les _Olim_ donnent des arrêts du parlement relatifs à l'établissement de
moulins à vent. Nous citerons l'un de ces arrêts, rendu en 1275, sous
Philippe III:

«Les moines de Royaumont se plaignaient de ce qu'un moulin à vent,
appartenant à Pierre de Baclai, avait été récemment construit, près de
Baclai, à leur préjudice et dommage, et au détriment de leurs moulins de
Gonesse; ils demandaient que ce moulin fût détruit, lorsque,
disaient-ils, le seigneur Roi l'aurait dit ou commandé par jugement. Les
raisons des parties adverses entendues, l'arrêt suivant fut prononcé: Le
moulin, quant à ce qui concernait les moines, ne devait pas être
détruit[231].»

Au XVe siècle, le seigneur de Caumont, en passant à Rhodes et décrivant
les édifices qui lui paraissent remarquables dans la ville, s'exprime
ainsi:

«...Et tout au lonc d'icelle (muraille de la cité) sont assis .XVI. molis
de vent, toux d'un ranc, qui nuyt et jour molent yver et esté; et à
paynes l'on les voit toux ensemble molir he toux à ung cop cesser[232].»

Sur les tours de l'enceinte intérieure de la cité de Carcassonne, il y
avait plusieurs moulins à vent, ainsi que le constatent une vignette de
1467[233] et les dénominations anciennes de quelques-unes de ces
tours[234]. Les moulins à eau dépendant de châteaux ou d'abbayes isolés
étaient souvent fortifiés. L'établissement d'un moulin ne pouvait avoir
lieu que par une cession du seigneur terrien. En cédant le droit de
bâtir un moulin, le seigneur lui assignait une étendue de territoire, le
_ban_ du moulin. Tous les habitants compris dans les limites du ban
étaient tenus de faire moudre leur grain dans le moulin _banal_, sous
peine de voir confisquer leur blé, le cheval et la voiture, au profit du
propriétaire du moulin et du seigneur du délinquant. Ces moulins
devenaient ainsi de véritables fiefs dont la conservation importait au
seigneur qui en avait permis l'établissement, au propriétaire et aux
habitants compris dans le ban; il était nécessaire que ces bâtiments
fussent en état de résister à un coup de main, de se défendre. Aussi les
bâtissait-on autant que possible sur des îlots, ou bien le long d'un
pont facilement barricadé. Ces moulins étaient assez forts quelquefois
pour soutenir un siége en règle, et, afin qu'on ne pût détruire leurs
roues motrices au moyen de pierriers ou de mangonneaux, celles-ci
étaient alors soigneusement abritées sous la construction en maçonnerie.
Le moulin dit du Roi, sur l'Aude, à Carcassonne, résista ainsi aux
attaques de l'armée de Trencavel, en 1240. Dans son excellent ouvrage
sur la _Guienne militaire_, M. Léo Drouyn donne plusieurs exemples de
moulins à eau qui datent la plupart du XIVe siècle, et qui font voir
avec quel soin ces usines étaient établies au moyen âge. Le bâtiment qui
contient le mécanisme est presque toujours sur plan carré ou barlong, la
roue motrice étant placée en dedans le long d'un des côtés du
parallélogramme. S'il n'existe plus de moulins antérieurs au XIIIe
siècle, les textes aussi bien que les représentations de ces usines ne
peuvent nous laisser de doutes sur leur établissement dès le
commencement du XIIe siècle au moins. Un des chapiteaux de la nef de
Vézelay nous montre un mécanisme de moulin et des gens qui apportent du
grain dans la trémie. Le manuscrit d'Herrade de Landsberg[235], qui date
du XIIe siècle, nous montre également le mécanisme d'un moulin à eau
possédant une roue motrice à palettes dont l'arbre, muni d'une roue
d'engrenage, fait tourner la meule inférieure. Dès le temps de Guillaume
le Conquérant, dit M. L. Delisle[236], on avait établi à l'entrée du
port de Douvres un moulin mis en mouvement par le flux et le reflux de
la mer[237]. «En 1235, il en existait un à Veules[238].

«Au XIVe siècle, l'archevêque de Rouen possédait à Dieppe deux moulins
de marée...» En 1277, Philippe le Hardi avait affermé à Guillaume
l'Archier les moulins de marée établis aux ponts d'Ouve, près Carentan.

Il existe en France des moulins à eau d'une date ancienne et qui sont
encore en usage; on en trouve en Normandie, en Touraine, et
particulièrement en Guienne, où ces usines, presque toutes fortifiées,
ont été établies pendant la domination anglaise, époque de prospérité et
de développement pour cette province. À Melun, avant 1830, on voyait
encore les restes d'un moulin fortifié dépendant des ruines connues sous
le nom de château de la _reine Blanche_. Ce moulin, dont on ne voyait
plus que les soubassements, se composait de deux piles épaisses avec
éperons opposés au courant de la rivière et couronnées de tourelles; de
celles-ci, les premières assises seulement étaient apparentes. La roue
motrice était placée entre ces deux piles et parfaitement garantie par
conséquent. Le plan du rez-de-chaussée, porté par une arche qui
réunissait les deux piles, n'était probablement qu'une salle barlongue.
Nous n'avons pu nous procurer sur le couronnement de cette usine aucun
renseignement. La construction datait certainement du XIIIe siècle, à
considérer les profils de la souche des tourelles.

Voici (1) le plan de cette usine en A et les restes de son élévation en
B. Nous ne pensons pas que le côté aval fût couronné par des tourelles;
c'est qu'en effet on n'avait guère à craindre (le moulin étant autrefois
entouré d'eau) que des attaques venant d'amont. Le plancher du
rez-de-chaussée au-dessus de la roue motrice était placé au niveau C, et
en D était un pont de bois porté sur des corbeaux, l'entrée du moulin
étant en E. Le moulin de Bagas (canton et arrondissement de la Réole,
Gironde), donné par M. Léo Drouyn[239], fut élevé au XIVe siècle. «En
1436, dit cet auteur, cent vingt ans après sa construction, il fut donné
par Henri VI, roi d'Angleterre, à Pierre Durant, écuyer.» Aujourd'hui
cette usine fonctionne encore. Voici (2X) le plan du moulin de Bagas ou
de Bagatz à rez-de-chaussée, tel qu'il s'établit sur l'un des bras du
Drot. La digue qui maintient le bief est en A. Deux éperons BB' dirigent
les eaux sur deux roues CC'. En aval, les eaux des vannes s'échappent
par des ouvertures couvertes par des linteaux, D est un îlot. Les
entrées du moulin sont en amont et en aval, par les portes fermées au
moyen des tiers-points (G et H). On ne pouvait arriver à ces portes que
par l'îlot D, ou directement en bateau par la pointe de terre H. Ce
rez-de-chaussée est défendu sur trois de ses faces par six meurtrières
s'ouvrant latéralement et en amont. Par un escalier de bois on monte au
premier étage XX. De la berge, du côté opposé à l'îlot, on arrivait de
plain-pied ou à peu près à la porte E, au moyen d'un pont volant. C'est
par cette porte que les grains entraient dans l'usine. Cet étage, qui ne
se compose, comme le rez-de-chaussée, que d'une salle, contient des
latrines en F; une petite porte I s'ouvrait autrefois sur une galerie de
bois J, qui probablement régnait le long de la façade d'aval. On montait
au second XXX également par un escalier de bois. Cet étage est muni aux
quatre angles d'échauguettes flanquantes dont l'une contient l'escalier
qui monte aux combles et au crénelage supérieur. Quatre fenêtres
éclairent cette salle, percée en outre de sept meurtrières et garnie
d'une cheminée.

Voici (3) la vue perspective de ce moulin prise du point P[240]. M. Léo
Drouyn, auquel nous empruntons ces renseignements, présente des vues et
plans de plusieurs autres moulins pris dans la même contrée et bâtis
pendant le XIVe siècle.

Dans les villes, on profitait souvent des arches de pont pour établir
des moulins, et même alors les ponts et moulins, bâtis en bois, ne
formaient qu'une seule et même construction. Avant 1835, il existait
encore à Meaux, en Brie, un pont de ce genre entièrement en bois ainsi
que les moulins y attenant; cet ensemble datait de la fin du XVe siècle.
À Châlon-sur-Saône, le pont de pierre qui communiquait à l'île était
garni de tours rondes au-dessus des piles, avec moulins entre ces tours
au droit des arches; cette disposition pittoresque a subsisté jusqu'au
XVIIe siècle[241]. À Paris, le pont aux meuniers qui traversait le grand
bras de la Seine en aval du pont au Change, en face le Palais, était
établi dans les mêmes conditions que celui de Meaux.

Nous n'avons pu trouver de documents ayant quelque valeur sur la forme
des moulins à vent du moyen âge, ou plutôt sur la disposition de leur
couronnement, car, pour le corps de la bâtisse, elle se composait d'une
tour ronde. Cependant la vignette citée plus haut, et qui donne une vue
de la cité de Carcassonne en 1467, indique un des moulins à vent qui
garnissaient les tours de l'enceinte intérieure; or cette représentation
rappelle les moulins de notre temps: toit conique sur une tour ronde et
quatre ailes garnies de toiles. À Castelnaudary, il y a quinze ans, on
voyait encore quelques moulins à vent du XVIe siècle qui ne différaient
pas des nôtres.

Au XVe siècle il existait des moulins à vent sur la butte dite _des
Moulins_, à Paris, située entre le palais actuel des Tuileries et le
boulevard; et sur plusieurs des tours de l'enceinte de Philippe-Auguste
on en avait établi dès avant cette époque. La célèbre tapisserie de
l'hôtel-de-ville, qui date de la seconde moitié du XVIe siècle, montre
autour de la capitale un assez grand nombre de moulins à vent sur les
points élevés.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]

     [Note 226: Voy. _les abbés de Saint-Bertin, d'après les
     anciens monuments de ce monastère_, par M. Henri De La Place,
     Ire partie, 1854, p. 41, 186 et 187.]

     [Note 227: En 1195. Voy. Ducange, _Gloss._: «Concedo
     monialibus antedictis... molendina ad aquam et ad ventum.»]

     [Note 228: Du XIIe siècle.]

     [Note 229: Vers 6673.]

     [Note 230: Vers 8349.]

     [Note 231: _Les Olim_. t. I, p. 62.]

     [Note 232: _Voyage d'Oultremer en Jérusalem_, par le S. de
     Caumont, l'an MCCCCXVII, publ. par M. le marquis de La
     Grange, 1858.]

     [Note 233: Bibl. imp. Estampes, nº 7402, folio 40.]

     [Note 234: Du moulin du connétable, du moulin d'Avar, du
     moulin du midi.]

     [Note 235: Bibl. de Strasbourg.]

     [Note 236: _Études sur la condition de la classe agric. en
     Normandie_. Évreux, 1851.]

     [Note 237: In introitu portus de Dovere est unum molendinum
     quod omnes pene naves confringit per magnam turbationem
     maris, et maximum damnum facit regi et hominibus, et non ibi
     fuit tempore regis Edwardi. _Domesday Book_, cité par S. H.
     Ellis, t. I, p. 124.]

     [Note 238: _Cartul._ de Fécamp.]

     [Note 239: Dans son ouvrage déjà cité sur la _Guienne
     militaire_, p. 28. Nous ne saurions trop recommander le
     travail de M. Léo Drouyn à nos lecteurs. On ne peut trouver
     réunis plus de renseignements intéressants sur les monuments
     d'une de nos belles provinces de France, ni rendre avec plus
     de charme et de scrupule l'aspect de ces édifices civils et
     militaires.]

     [Note 240: Les crénelages seuls aujourd'hui sont détruits.
     Les autres parties de la construction sont à peu près
     intactes.]

     [Note 241: Voy. _Civitat. orbis terrar._, in-fol., 2 vol.,
     1574. La vue de Châlon-sur-Saône se trouve au commencement du
     4e livre.]



MOUSTIER, s. m. _Muster_, _monastère_. Voy. ARCHITECTURE MONASTIQUE.


N


NAISSANCE, s. f. Point de départ d'un arc sur les pieds-droits. Au moyen
âge, les architectes de l'époque romane, aussi bien que ceux de l'époque
gothique, ont presque toujours relevé les naissances des arcs au-dessus
des bandeaux ou tailloirs de chapiteaux. Ainsi, ces architectes
avaient-ils à tracer une archivolte sur deux colonnes AB (1): au lieu de
poser le point de centre de l'arc sur la ligne _a b_, ils relevaient ce
point de manière à ce qu'un rayon visuel _c d_, par exemple, ne perdît
pas la naissance de cet arc par l'effet de la saillie des tailloirs ou
bandeaux.

Dans l'article CONSTRUCTION, nous donnons les raisons qui souvent
obligeaient les architectes à relever les naissances des arcs. On peut
aussi recourir au mot OGIVE.

[Illustration: Fig. 1.]



NARTHEX, s. m. Dans la basilique romaine, le narthex est le portique
élevé en avant de la nef et formant le fond de l'atrium. Dans la
primitive Église, le narthex était destiné à contenir les catéchumènes,
les énergumènes, et au centre, en face la porte de la nef, les pénitents
auditeurs, c'est-à-dire ceux auxquels il était permis d'assister au
service divin en dehors du temple. Pendant le moyen âge, le mot de
_narthex_ n'a point été appliqué aux porches ouverts ou fermés de nos
églises; d'ailleurs il n'y avait plus alors ici ni catéchumènes ni
énergumènes. Ce n'est que depuis le réveil des études archéologiques que
cette dénomination de _narthex_ a été donnée aux porches fermés de
certaines églises, comme les porches de Cluny, de Vézelay, de Tournus,
etc. Nous l'acceptons, puisque nous avons cru devoir ne point modifier
le vocabulaire admis par les architectes et les archéologues. Il n'en
faut pas moins constater que le mot _narthex_ n'est pas applicable à nos
édifices religieux; il est remplacé par le mot _Porche_.

Il y a des porches ouverts, il y en a de fermés. Les églises de l'ordre
de Cluny et celles de l'ordre de Cîteaux avaient toutes des porches
fermés plus ou moins étendus, en avant de la nef. Le porche des églises
de Cluny était même une sorte d'_antéglise_ très-vaste, ainsi que ceux
des églises abbatiales de Vézelay, de la Charité-sur-Loire, de
Saint-Philibert de Tournus, etc. La distinction entre les porches
ouverts et fermés étant fort difficile à établir souvent, nous renvoyons
nos lecteurs au mot PORCHE pour l'étude de cette partie
très-intéressante de nos édifices religieux; d'autant que nous ne
saurions dire pourquoi les archéologues de nos jours ont donné aux
porches fermés la dénomination de _narthex_, tandis que les véritables
narthex n'étaient qu'un portique ouvert, au moins sur sa face
antérieure, dans les premières basiliques chrétiennes.



NEF, s. f. La basilique antique romaine se compose d'une ou de trois
nefs terminées par un hémicycle servant de tribunal, au-devant duquel,
quand l'espace le permettait, au dire de Vitruve, on élevait des
_chalcidiques_, ce que nous appelons aujourd'hui _croisée_, _transsept_.
Le mot _nef_ ne veut donc dire autre chose qu'une salle plus longue que
large, fermée par deux murs et un comble, ou accompagnée latéralement de
deux autres nefs plus basses, portant une galerie ou un comble en
appentis. Dans les premières basiliques chrétiennes, comme Saint-Paul
hors les murs, à Rome, les nefs ont été portées jusqu'au nombre de cinq:
une nef centrale et deux collatéraux de chaque côté de la nef centrale.
Aujourd'hui, on ne donne pas le nom de nefs aux ailes, aux collatéraux,
mais seulement au vaisseau central, qu'il soit couvert par une charpente
lambrissée ou voûté. L'ancienne église de Saint-Martin-des-Champs, à
Paris, aujourd'hui École des Arts et Métiers, ne se compose que d'une
seule nef rebâtie vers le milieu du XIIIe siècle et terminée par un
choeur du XIe entouré d'un bas-côté avec chapelles. Les cathédrales de
Reims, d'Amiens, de Rouen, de Chartres, de Bayeux, de Coutances, de
Tours, etc., possèdent une nef centrale avec bas-côtés simples,
précédant le transsept. Les cathédrales de Paris, de Bourges, de
Cologne, l'église abbatiale de Saint-Sernin de Toulouse, etc., ont une
nef centrale accompagnée latéralement de bas-côtés doubles. Jusqu'à la
fin du XIIe siècle, les nefs des églises avec collatéraux n'excèdent
guère dix à onze mètres d'axe en axe des piles; mais, à dater de la
période gothique, ces nefs atteignent quinze et seize mètres d'axe en
axe des piles. Quant aux églises à une seule nef, comme les cathédrales
de Toulouse et d'Alby (XIIe et XIVe siècles), leur largeur dans oeuvre
atteint vingt mètres et au delà (voy. ARCHITECTURE RELIGIEUSE,
CATHÉDRALE, TRAVÉE). Les églises conventuelles des Jacobins, bâties
pendant le XIIIe siècle, se composent habituellement de deux nefs égales
en longueur, largeur et hauteur; ces nefs jumelles sont séparées par un
rang de piliers (voy. ARCHITECTURE MONASTIQUE). Cette disposition est
observée aussi pour des salles affectées à des services monastiques ou
civils, comme le réfectoire de Saint-Martin-des-Champs à Paris, comme
l'ancienne Grand'salle du Palais à Paris (voy. SALLE).

Nos plus anciennes cathédrales françaises ont été la plupart conçues
avec une nef centrale accompagnée de collatéraux simples ou doubles,
mais sans transsept. La cathédrale de Noyon, parmi celles élevées
pendant le XIIe siècle, et celle de Soissons, font seules exception à
cette règle. Non-seulement ces granites églises ne contenaient pas de
transsept, mais elles étaient dépourvues de chapelles latérales; c'est à
peine si quelques-unes d'entre elles en possédaient trois, très-petites,
s'ouvrant sur les bas-côtés du sanctuaire. Des fouilles que nous avons
fait faire dans la cathédrale de Sens bâtie, comme on sait, vers le
milieu du XIIe siècle, ont mis à jour les bases des piliers qui
passaient au milieu du transsept actuel, et lorsqu'on est prévenu de ce
fait, on reconnaît aisément comment, au XIVe siècle, des bras de croix
furent ajoutés à cette grande église en détruisant deux travées de la
nef à droite et à gauche. À Senlis, même disposition; la cathédrale se
composait d'une nef avec collatéraux sans transsept. L'adjonction de la
croisée est là facilement reconnaissable. La cathédrale de Meaux, qui
datait de la fin du XIIe siècle, était originairement dépourvue de
transsept. À Paris même, des fouilles, faites dans le prolongement des
piliers du choeur et des travées restées visibles dans les reins de la
grande voûte de la croisée, nous portent à croire que cette église avait
été conçue sans transsept. À Bourges enfin, dont la construction remonte
aux premières années du XIIIe siècle, mais dont la composition, comme
plan, est plus ancienne (voy. CATHÉDRALE), il n'existe pas de transsept.
On peut donc conclure de ces faits que le programme de la cathédrale
française du XIIe siècle, donné au moment où les évêques réunissant les
efforts des communes commencèrent ces grandes constructions, ne
demandait qu'une nef centrale avec collatéraux, sans chalcidique,
croisée ou transsept, et même souvent sans chapelles. La cathédrale
française n'était donc qu'une salle, qu'une basilique; lieu de réunion
pour les citoyens, au centre duquel était l'autel et le trône de
l'évêque, la _cathedra_. Remarquons encore que, dans la plupart de ces
édifices, à Paris, à Senlis, à Meaux, il y avait des galeries
supérieures disposées comme sont les allées de premier étage de la
basilique antique. Un texte vient appuyer ce fait de l'absence des
transsepts dans les églises cathédrales rebâties au moment où l'art de
l'architecture passe aux mains des laïques.

Guillaume Durand, dans son _Rational_, en décrivant les diverses parties
de l'église, dit (chap. I, § 17): «Certaines églises sont faites en
forme de croix,» et en prêtant un sens mystique à chacune des parties de
l'église, depuis le choeur jusqu'au porche, il ne parle pas du
transsept. Or, puisqu'il observe que «certaines églises» étaient, de son
temps, en forme de croix, ce dont on ne peut douter, il en existait qui
n'en possédaient point, et Guillaume Durand, évêque en 1285, mort en
1296, avait dû voir encore plusieurs cathédrales françaises dépourvues
de transsepts. L'attention minutieuse avec laquelle le célèbre prélat
cherche à donner une signification symbolique religieuse aux diverses
parties de l'église indique d'ailleurs les tendances du haut clergé à
l'époque où il écrivait. Il s'agissait alors d'enlever à la cathédrale,
construite à l'aide de circonstances plutôt politiques que religieuses,
le caractère civil qu'elle conservait dans l'esprit des populations
urbaines; et, pour nous, l'établissement des transsepts, des chapelles
latérales et des clôtures de choeur, pendant la fin du XIIIe siècle et
le commencement du XIVe; la destruction, par conséquent, des grandes
nefs primitives des églises épiscopales de la première période gothique,
est un des faits les plus intéressants de notre histoire, en ce qu'il
indique le mouvement communal appuyé par les évêques au XIIe siècle,
parce qu'ils espéraient en profiter pour assurer leur pouvoir, et la
réaction cléricale contre ce mouvement, dès que la puissance royale
s'établit solidement et que l'épiscopat dut renoncer à soumettre la
société française à une sorte de théocratie.



NICHE, s. f. Retraite peu profonde réservée sur le nu d'un mur, d'une
pile ou d'un contre-fort, pour placer une statue. Les niches sont peu
communes dans l'architecture du moyen âge; on n'en voit point dans les
édifices de l'époque romane, et elles n'apparaissent que vers le
commencement du XIIIe siècle. Nous ne pouvons donner le nom de _niches_
à des arcatures remplies de figures en ronde-bosse, comme celles qui
garnissent, par exemple, les façades des églises de Notre-Dame la Grande
à Poitiers ou de la cathédrale d'Angoulême.

Les architectes du moyen âge n'avaient pas songé à ménager sur le nu
d'un mur un enfoncement, que rien ne motivait d'ailleurs, pour y loger
une statue. Le goût et le sens dont ils étaient doués ne leur
permettaient pas d'employer ces moyens décoratifs, qui ne peuvent guère
se comparer en architecture qu'aux _chevilles_ placées par certains
poëtes dans leurs vers. Les architectes romains de l'Empire usaient et
abusaient même de la niche, mais le système de leur construction s'y
prêtait. Afin d'alléger les énormes massifs de maçonnerie de la
structure romaine, et pour économiser les matériaux, on pratiquait des
niches en pleine maçonnerie qui n'étaient, après tout, que des
évidements avec arcs de décharge. La section horizontale de ces niches
était ou un demi-cercle ou un enfoncement rectangulaire, et, dans ces
sortes d'alvéoles, on plaçait des statues. Mais dans l'architecture du
moyen âge les pleins n'ayant que la section nécessaire à leur fonction,
il n'y avait pas lieu de les alléger par des vides. Les niches
n'apparaissent donc qu'aux sommets des contre-forts, c'est-à-dire là où
la construction n'ayant plus rien à porter, il est bon de lui donner une
apparence légère. On voit de véritables niches pratiquées à la tête des
contre-forts de la nef de Notre-Dame de Chartres. On en voit aussi qui
forment le couronnement de quelques-uns des contre-forts de la nef de la
cathédrale de Rouen (commencement du XIIIe siècle) (1). Quelquefois,
mais plus rarement, des niches sont placées sur des contre-forts au
droit des portails et pour relier les grandes _imageries_ des
ébrasements. Mais ces niches ne sont pas prises aux dépens de la masse,
elles forment comme un encadrement saillant autour d'une statue. L'un
des plus beaux exemples de ces sortes de niches se voit sur la façade de
la cathédrale de Paris, à la hauteur des naissances des voussures des
trois portails. Les contre-forts se retraitant au-dessus de ces
naissances, l'architecte a profité de la saillie inférieure pour la
couronner par un bandeau saillant portant deux colonnettes monolithes
surmontées d'une arcature couverte par les talus de la retraite. Ces
quatre niches, qui participent à la décoration des portes, sont remplies
par quatre figures représentant saint Étienne, l'Église, la Synagogue et
saint Denis. Nous donnons (1 _bis_) la niche qui contient la
personnification de l'Église[242].

Nous ne pouvons considérer comme des niches les pinacles qui couronnent
les contre-forts de l'église cathédrale de Reims (voy. PINACLE). Mais
autour du choeur de la cathédrale du Mans, les faces des contre-forts, à
mi-hauteur, sont allégés par des niches contenant des statues (2) (1250
environ). On observera que ces niches laissent passer le nu de la face
des contre-forts et ne sont qu'une arcature rapportée sur ce nu. Les
statues étant posées sur un socle formant saillie, la niche n'est, pour
ainsi dire, qu'un encadrement entourant une statue en saillie sur le nu
de la construction.

C'est toujours ainsi que sont traitées les niches jusqu'à la fin du
XIIIe siècle. Au commencement du XIVe, les niches sont décidément prises
aux dépens du parement; elles forment enfoncement. C'est ainsi que sont
traitées les niches ménagées à l'extérieur, entre les fenêtres des
grandes chapelles du tour du choeur de Notre-Dame de Paris (1325).
Encore là les statues sont-elles portées sur des piédestaux qui
désaffleurent le parement extérieur; elles sont jumelles, c'est-à-dire
qu'il y avait toujours deux personnages réunis. Il semble que les
architectes du moyen âge ne pensaient pas que les statues isolées,
placées dans des niches, pussent produire un effet heureux; ils avaient
le soin de les réunir au moins deux par deux. D'ailleurs ces niches du
tour du choeur de la cathédrale de Paris forment, avec les fenêtres, une
décoration continue; elles participent à l'ensemble. Des deux côtés du
portail méridional de cette église cathédrale, portail qui date de 1257,
on voit de même des niches disposées trois par trois, qui continuent la
série des statues placées dans les ébrasements de la porte. La figure 3
donne la disposition de ces niches, dont nous avons tracé le plan en A.

À l'intérieur de ce portail, sur le mur sud du transsept, il existe de
véritables niches entre le gâble de la porte centrale et les deux gâbles
décoratifs latéraux. Ces niches (1257), très-peu profondes, sont
surmontées de dais élevés comme pour indiquer un point saillant, non un
enfoncement, et les statues sont encore supportées sur des piédestaux.

Ce n'est qu'au XVe siècle que l'on fait des niches isolées et qui
peuvent être considérées comme telles. On en voit aux angles des façades
de certaines maisons de cette époque; mais encore sont-elles toujours
surmontées d'un dais et les statues portées sur un cul de lampe
(4)[243].

Tous ces exemples n'ont pas le caractère de la niche, telle qu'on la
comprend depuis le XVIe siècle. Sur la façade de la maison dite des
Musiciens, à Reims (voy. MAISON, fig. 11), les trumeaux entre les
fenêtres sont légèrement creusés en manière de niches terminées par une
archivolte à redans; mais les statues assises, très-saillantes, portées
sur des culs-de-lampes, présentent une silhouette prononcée sur cette
façade et forment un ensemble, comme une réunion de figures participant
à une même scène: loin de paraître renfermées chacune dans leur loge,
elles semblent bien plutôt se concerter. De même, sur les parties
inférieures de certaines façades d'église, dans les ébrasements des
porches, on voit quelquefois une série de niches couronnées de dais.
Mais les statues qui remplissent ces niches se coudoient, forment une
frise continue de figures, et on ne peut ainsi les considérer comme
étant placées dans des niches.

En véritables artistes, les sculpteurs du moyen âge n'ont guère admis la
statuaire isolée. Pour eux, comme pour les Grecs, la statuaire est le
développement d'une idée, une série, et ce n'est que par exception
qu'ils ont admis la figure unique (voy. STATUAIRE).

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 1 bis.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]

     [Note 242: Cette statue, détruite à la fin du dernier siècle,
     a été refaite par M. Geoffroy-Dechaume. C'est une des
     meilleures statues de cet artiste distingué. La Synagogue qui
     lui fait pendant est de M. Fromanger. La statue de saint
     Denis est de M. Pascal, et celle de saint Étienne de M.
     Chenillon. Une autre niche, en retour, se voit du côté du
     midi; elle abrite la statue de saint Marcel, due au ciseau
     d'un de nos meilleurs statuaires, M. Toussaint, mort depuis
     peu.]

     [Note 243: De la maison dite de la reine de Sicile, à
     Saumur.]



NIMBE, s. m. Auréole généralement en forme de disque, qui accompagne la
tête des personnages divins et des saints. M. Didron, dans son
_Iconographie chrétienne_[244], a consacré un chapitre étendu à
l'histoire du nimbe dans les monuments du moyen âge. Nous ne pourrions
rien ajouter à cette savante dissertation, à laquelle on doit
nécessairement recourir lorsqu'il s'agit de la sculpture et de la
peinture de nos anciens édifices (voy. STATUAIRE, PEINTURE).

     [Note 244: Paris, 1843.]



NOUE, s. f. Angle rentrant que forment deux rampants de combles qui se
pénètrent. On dit _branche de noue_ pour indiquer la pièce de charpente
qui supporte les chevrons des deux pans de comble se pénétrant. Dans les
anciennes charpentes composées de chevrons _portant-ferme_, les chevrons
viennent s'assembler dans la branche de noue (voy. CHARPENTE).



NOYAU, s. m. Cylindre de pierre ou de bois montant de fond, formant
l'axe d'un escalier à vis. Les noyaux sont pleins ou évidés, tenant aux
marches ou indépendants, et dans ce dernier cas portant celles-ci au
moyen d'un embrèvement ou d'un repos (voy. ESCALIER).



O


OEIL, s. m. On donne ce nom aux jours circulaires percés dans des
pignons, et qui sont destinés à donner de l'air et de la lumière dans
les combles.

Les clefs largement ouvertes, circulaires, qui dans les voûtes servent
de passage aux cloches et qui prennent habituellement le profil des arcs
ogives sont aussi appelées quelquefois _oeils_ ou _lunettes_ (voy.
LUNETTE). L'oeil, _oculus_ de la basilique chrétienne primitive, est une
baie circulaire avec ébrasement intérieur, qui était percée dans le mur
pignon de face au-dessous du lambris de la charpente. On trouve encore
la trace de cette tradition dans certaines églises romanes, surtout au
midi de la Loire. La rose gothique est un développement de l'_oculus_ de
la basilique primitive (voy. ROSE).



OGIVE, s. f. _Augive_. On donne, assez improprement, le nom d'_ogive_ à
la figure formée par deux arcs de cercle se coupant suivant un angle
quelconque[245]. Beaucoup de pages ont été écrites sur l'origine de ce
mot, et l'esprit de parti (parti dans les questions d'art s'entend) s'en
mêlant, on en est venu à si bien embrouiller la matière que toute
conclusion semble avoir été ajournée à des temps plus calmes. Nous
déclarons tout d'abord que nous n'avons pas la prétention de donner ici
une solution, qui d'ailleurs importe assez peu; il nous suffira de
fournir à nos lecteurs les renseignements que nous avons pu recueillir
sur l'adoption de cette figure dans l'architecture, à dater du XIIe
siècle en France, renseignements dont on peut vérifier l'exactitude sur
les monuments eux-mêmes. Quant à la conclusion, nous laisserons à chacun
le loisir de la tirer.

Le compas étant inventé, les intersections de cercles étaient trouvées,
par conséquent la figure appelée _ogive_. Ce n'est donc pas l'origine de
la figure qu'il importe de rechercher, mais l'origine de son application
à la construction. Des monuments de l'Asie, de la Grèce et de l'Italie,
d'une très-haute antiquité, nous montrent des ogives, c'est-à-dire des
berceaux ou des cavités (comme celle du trésor d'Atrée, par exemple),
dont la section est donnée par deux arcs de cercle se coupant; mais tous
ces monuments, sans exception, présentent un appareil horizontal,
c'est-à-dire que les lits des pierres formant ces berceaux ou ces
cavités sont horizontaux et non point normaux aux courbes. C'est là
cependant un point essentiel, pour des architectes, car on ne peut ainsi
donner à ces surfaces concaves les noms d'_arc_ ou de _voûte_. Laissons
donc cette origine qui ne nous apprend qu'une chose, savoir que,
lorsqu'il s'est agi de _fermer_ un passage ou une salle, on a donné,
pendant les époques primitives dont nous parlons, des formes diverses
aux _encorbellements_, seuls moyens admis pour arriver à ce résultat.
Retraites, plans inclinés, courbures, ce sont toujours des
encorbellements et non des voûtes, et la forme ogivale n'est alors
qu'une fantaisie du constructeur, non un système. Les Étrusques, qui ont
fait de véritables arcs appareillés, c'est-à-dire composés de claveaux
dont les coupes sont normales à la courbe, et les Romains qui ont fait
des arcs et des voûtes en berceau d'arêtes et en calotte hémisphérique,
n'ont jamais adopté l'ogive, ou s'ils l'ont fait, ce sont des exceptions
trop rares pour qu'on en puisse tirer une conclusion. Les Romains n'ont
admis qu'une courbe génératrice de la voûte, c'est le demi-cercle, ce
qu'on appelle le plein-cintre ou l'arc de cercle, cintre incomplet.
D'Auguste à Constantin, pas d'exception à cette méthode. Ce n'est guère
qu'au VIe siècle que nous voyons poindre l'ogive sur les bords de la
Méditerranée, en Égypte, au Caire; et là, elle apparaît déjà comme le
résultat d'un calcul. Dans un autre ouvrage, nous avons expliqué d'une
manière détaillée comme quoi les anciens se sont servis du triangle pour
mettre en proportion leurs édifices[246]; comment parmi les triangles
ils en avaient adopté trois: 1º le triangle équilatéral; 2º le triangle
pris verticalement sur la diagonale d'une pyramide à base carrée, dont
la section verticale, faite du sommet parallèlement à l'un des côtés de
la base, est un triangle équilatéral; 3º le triangle dont la base est
quatre et la hauteur, prise perpendiculairement du milieu de cette base
au sommet, est deux et demi. Ces trois triangles donnent au sommet un
angle de moins de 90º; donc il n'est pas possible de les inscrire dans
un demi-cercle. Le dernier de ces triangles, celui sur lequel a été
tracée la pyramide de Chéops, et qui passait chez les Égyptiens, au dire
de Plutarque[247], comme dérivé du triangle parfait, est donc celui-ci
(1) en A: _ab_ étant la base divisée en quatre parties, sur la
perpendiculaire élevée du point _c_, milieu de la base, nous portons
deux parties et demie, _cd_; réunissant le point _d_ aux points _a_ et
_b_, nous obtenons le triangle _abd_. Du milieu d'un des côtés _bd_,
élevant une perpendiculaire jusqu'à sa rencontre _e_ avec la base _ab_,
ce point _e_ est le centre de l'arc _bd'd_, dont le côté _bd_ est la
corde; procédant de même pour le côté _ad_, nous avons tracé deux arcs
qui se coupent au point _d_ et qui composent ce qu'on appelle une ogive.
Prenant le triangle _abd_ comme générateur de proportions, c'est-à-dire
comme donnant un rapport satisfaisant entre la base _ab_ et la hauteur
_cd_, il était naturel de conserver ces rapports entre le diamètre et la
hauteur sous clef d'un arc. C'est suivant ces méthodes que procédèrent
les architectes d'Alexandrie, dès le VIIe siècle de notre ère, et
l'école des Nestoriens, qui s'éleva bientôt à un degré remarquable de
splendeur chez les peuples d'Orient, pères de l'architecture à laquelle
on donna le nom d'_arabe_. Le génie des Grecs se retrouve encore dans ce
principe de proportion des arcs, ainsi que nous l'avons démontré
ailleurs[248].

Le triangle équilatéral (voir figure 1, en B) est aussi un générateur de
l'ogive; mais ce n'est que beaucoup plus tard qu'onl'emploie, tandis que
le triangle pris sur la diagonale d'une pyramide à base carrée, dont la
section verticale, faite du sommet parallèlement à l'un des côtés de la
base, donne un triangle équilatéral, est adopté très-anciennement pour
tracer l'arc brisé. Soit _fgh_ la moitié de la projection horizontale
d'une pyramide à base carrée, dont la section verticale faite sur _ik_
est un triangle équilatéral; la section verticale faite sur la diagonale
_fh_ donne le triangle _fhl_. Élevant une perpendiculaire _mn_ sur le
milieu d'un des côtés _hl_ de ce triangle, le point de rencontre _n_ de
cette perpendiculaire avec la base _fh_ donnera le centre de l'arc
_hol_. Traçant du point _l_, comme sommet, un angle égal à l'angle
_l'fg_, de manière à ce que la ligne _lp_ sépare cet angle en deux
angles égaux, nous avons les deux côtés _lq_, _lr_, d'un triangle
équilatéral quelconque; prolongeant le tracé des arcs _loh_ jusqu'à leur
rencontre avec ces côtés _lr_, _lq_; _qrl_ est un triangle équilatéral
dont les côtés _ql_, _rl_ sont les cordes des arcs _lor_, _lo'q_. L'arc
brisé _qrl_ est _outre-passé_; il donne au plus grand écartement _fh_,
entre les deux arcs, la proportion du triangle _fhl_, et, à sa naissance
_qr_, la proportion du triangle équilatéral _qrl_. Le nu des
pieds-droits de cet arc sera en _s_ et _t_, c'est-à-dire à l'aplomb des
deux points _f_, _h_. Cette forme d'arc outre-passé, employée
fréquemment dans les monuments de la Perse, se trouve déjà adoptée pour
la construction des portiques de la mosquée d'Amrou au Caire, construite
en 640 environ, avec quelques variantes dans la méthode du tracé. Mais
les architectes de l'école d'Alexandrie, et les artistes grecs,
initiateurs des populations d'Orient après le Ve siècle, n'avaient fait
autre chose que de donner à l'arc brisé un tracé méthodique, en vue de
satisfaire à un sentiment délicat des proportions. Bien que dans la
construction de ces arcs, les joints des claveaux fussent normaux aux
courbes, tendissent aux deux centres, ainsi qu'on le voit en X[249];
que, par conséquent, la structure fût d'accord avec la forme, et que ces
arcs brisés fussent plus résistants que l'arc plein-cintre, tout en
exerçant une poussée moins grande, cependant les architectes orientaux
n'avaient pas entrevu d'autre application de cette forme nouvelle, le
système des voûtes n'était pas pour cela modifié. Il était réservé aux
architectes du nord de la France de s'emparer de l'arc brisé et d'en
faire le point de départ d'une structure neuve, d'un art original.

Sur les arcs brisés ou plein-cintre (car les Orientaux les employaient
simultanément, quoique cependant l'arc brisé persiste au Caire et en
Perse plus que partout ailleurs), on élevait dans tout l'Orient des
pendentifs et des calottes sphéroïdales, comme dans les premiers temps
de l'empire de Byzance, sans chercher à tirer de cette nouvelle forme
d'arcs des conséquences de nature à modifier la construction des voûtes.
Avec ce génie inventif et pratique qui distingue les peuples de
l'extrême occident, nos architectes, dès le commencement du XIIe siècle,
c'est-à-dire après les premières croisades, s'emparèrent de l'arc brisé
et en firent rapidement une application fertile en résultats.
Jusqu'alors, en France, on ne connaissait que la voûte romaine et on
s'évertuait à la transformer sans obtenir autre chose que de grossières
tentatives accusant un désir de satisfaire à de nouvelles nécessités
bien plutôt qu'un progrès. Ne construisant plus en blocages, rarement en
brique, la voûte d'arête romaine n'était fermée qu'à la suite de
difficultés nombreuses, qu'à l'aide de tâtonnements. Les arêtes
saillantes de la voûte romaine moulée sur forme, lorsqu'on voulait les
construire en moellon, n'offraient pas de solidité; on rehaussait les
clefs, on cherchait un compromis entre cette forme de voûte et la
coupole, afin de donner le moins de saillie possible à ces arêtes[250]
que l'on ne savait comment maintenir entre les portions de cylindre ou
de conoïdes poussant au vide. On tendait toujours vers la coupole et
l'on cherchait, au moyen de cintres permanents, d'arêtes appareillées,
dès le commencement du XIIe siècle, à maintenir les lobes des voûtes.
Ces arêtes appareillées (arcs diagonaux, _arcs ogives_) étaient déjà un
grand pas de fait.

Les Clunisiens, qui dès le XIe siècle étaient maîtres en l'art de bâtir,
et qui avaient formé une école d'architecture déjà brillante à cette
époque, furent les premiers qui surent appliquer l'ogive à la
construction, non-seulement des arcs mais des voûtes[251]. En relations
constantes avec l'Orient, ils en rapportèrent l'arc brisé; mais ce ne
fut que sur le sol français que cet arc détermina une révolution dans
l'art de la construction.

En effet, tous les monuments clunisiens et cisterciens bâtis en
Palestine avant le XIIIe siècle, et si complétement décrits par M. le
comte Melchior de Vogué dans son ouvrage sur la Terre Sainte[252], en
adoptant l'ogive pour les arcs, conservent cependant le système de la
structure romane, et dans aucun de ces édifices l'ogive n'intervient
pour modifier la voûte d'arête romaine, en berceau, ou la coupole. Mais
sitôt introduite dans les provinces françaises au nord de la Loire,
l'ogive se mêle à la voûte et la modifie. Voici d'abord comment le
mélange se fait. Soit (2), une coupole hémisphérique dont nous
présentons la projection horizontale en perspective; inscrivant un carré
_abcd_ dans le cercle et élevant deux plans verticaux sur les deux
diagonales _ad_, _bc_, on coupe l'hémisphère en quatre parties égales
_abe_, _ace_, _cde_, _dbe_. Un plan vertical élevé sur _ab_ coupera
l'hémisphère suivant un demi-cercle _abf_, et en supposant que ce
demi-cercle est un arc doubleau plein-cintre, ayant opéré de même sur
les quatre côtés du carré, on aura obtenu une calotte hémisphérique,
pénétrée par quatre cylindres se coupant à angle droit et formant quatre
pendentifs. Mais si nous voulons de cette voûte en calotte, portée sur
pendentifs, faire une voûte d'arêtes, au lieu des demi-cercles, sur les
côtés _ab_, _bd_, etc., élevons quatre arcs brisés _abg_, _bdh_, etc.,
réunissons les sommets _gh_ de ces arcs brisés au point _e_ nous
détachons de la calotte les arêtes diagonales _ae_, _be_, _de_, etc., et
nous obtenons des surfaces courbes _age_, _bge_, etc., qui peuvent être
des portions de berceaux engendrés par des arcs brisés et donnant par
leur pénétration dans les plans verticaux diagonaux _ad_, _bc_ des
demi-cercles _aed_, _bec_. Ainsi aura-t-on résolu déjà un problème
essentiel, savoir: de pouvoir faire des voûtes d'arêtes sur tous les
plans avec des arcs générateurs de hauteurs et de diamètres différents.
Les Romains, les Grecs byzantins, n'avaient tenté autre chose
jusqu'alors, que de couper la voûte hémisphérique par des plans
verticaux dont la section ne donnait toujours que des demi-cercles[253].
Nos architectes occidentaux procèdent de même, seulement ils ont vu
l'arc brisé, ils le posent à la place du demi-cercle donné par la
section verticale et relèvent les pans de la coupole sur cet arc brisé.
Leur opération est simple en principe, et peut être définie ainsi:
supposant une coupole hémisphérique en substance élastique, flexible,
faisant les quatre coupures verticalement sur les côtés d'un carré
inscrit dans le cercle, on relève quelque peu avec le doigt le bord
supérieur de chacune des coupures; les surfaces restantes de
l'hémisphère suivent ce relèvement et forment deux plis diagonaux qui se
perdent au sommet de la calotte. Pour obtenir un résultat si simple,
combien a-t-il fallu de siècles[254]? C'est dans le porche de l'église
abbatiale de Vézelay, bâti vers 1135, que nous constatons une
application déjà savante et raisonnée de ce principe.

Prenons d'abord une des voûtes des bas-côtés de ce porche, voûtes
établies sur plan carré (3). La forme génératrice de cette voûte est un
hémisphère. La preuve, c'est que les deux plans verticaux passant par
les diagonales _ab_, _cd_, donnent deux demi-cercles dont l'un est
rabattu en _abd_. Pour tracer les arcs doubleaux, au-dessus de l'arrase
formée par les tailloirs A des chapiteaux on a pris une distance AB pour
bien dégager la naissance de ces arcs. La ligne de niveau BC étant
tracée, la longueur de cette ligne étant _db_, côté du carré, cette
ligne a été divisée en quatre parties; élevant une perpendiculaire sur
le milieu de la ligne de naissance, cette perpendiculaire a été divisée
en deux parties et demie égales à chacune des divisions de la ligne de
naissance. On a ainsi tracé le triangle _ghf_. Du milieu de chacun des
côtés de ce triangle, élevant une perpendiculaire _ei_, les points de
rencontre _i_ de ces perpendiculaires avec la ligne _gh_ ont donné les
centres de l'arc brisé _gfh_. Réunissant le sommet _d'_ de la voûte avec
les sommets des quatre arcs, la voûte d'arête engendrée par une coupole
hémisphérique et par quatre ogives a été construite.

Le principe admis, les conséquences allaient s'ensuivre avec une
prodigieuse rapidité. Le grand embarras, pour les architectes romains,
n'était pas de faire des voûtes sur plan carré, mais sur plan barlong.
Les Romains, dans ce cas, avaient fait des berceaux avec pénétration ou
des voûtes d'arêtes _trichées_, c'est-à-dire engendrées par deux
cylindres de diamètres différents se pénétrant; les cylindres du plus
faible diamètre ayant leur naissance au-dessus de celle des cylindres de
grand diamètre, ce qui produit un très-mauvais effet. Mais dès que la
coupole devenait le point de départ de toute voûte, ces embarras
devaient disparaître. Nous avons expliqué, figure 2, comment d'une
calotte hémisphérique on pouvait faire une voûte d'arête sur plan carré,
en substituant aux sections semi-circulaires données par des plans
verticaux élevés sur les côtés du carré inscrit, des arcs brisés ou des
ogives. Les conséquences de cette innovation ne se firent pas attendre.

Soit (4) une coupole sur plan horizontal circulaire, dont le centre est
en A. La section verticale de cette coupole, faite sur le diamètre,
donne la courbe brisée BCD dont la flèche AD a deux parties et demie des
quatre divisant la base. Il s'agit de faire de cette voûte, présentant
la forme d'un mamelon, une voûte d'arête barlongue. Soit le plan
horizontal de cette voûte barlongue le parallélogramme rectangle BFEC
inscrit dans le cercle. Si la coupole était hémisphérique, les sections
verticales élevées sur BF, BE donneraient les demi-cercles BGF, BHE;
mais nous redoutons les poussées, nous avons admis l'arc brisé comme
moyen de rendre ces poussées moins puissantes pour nous conformer à un
système de proportions qui nous satisfait plus que le plein-cintre. Nous
divisons alors les lignes de base de nos sections BF, BE en trois
parties égales, et prenant les points II', KK' comme centres, les
longueurs IFI'B, KE, K'B comme rayons, nous décrivons les deux arcs
brisés BLF, BME, ogives qui sont les rabattements des arcs doubleaux sur
lesquels viendront reposer la voûte. Dès lors les diamètres BC, FE dont
le rabattement est donné par l'arc brisé BDC deviendront des arêtes, la
voûte sera d'arêtes bien que donnée par une coupole; de plus nous serons
les maîtres de donner aux arcs BF, BE les diamètres dont les longueurs
relatives sont arbitraires. C'est suivant ce principe qu'ont été
construites les voûtes hautes du porche de l'église abbatiale de
Vézelay. Mais constatons d'abord un fait essentiel, qu'on paraît avoir
négligé dans les recherches faites jusqu'à ce jour sur les théories des
voûtes d'arêtes du moyen âge; c'est que l'opération de tracé, au moment
de la transition, n'est pas établie à l'_intra-dos_ des arcs doubleaux
ou formerets, mais à l'_extra-dos_. Dans l'exemple, figure 3,
l'épaisseur des arcs doubleaux est indépendante du tracé, elle est
rapportée en contre-bas. C'est la concavité de la voûte à laquelle on
cherche d'abord à donner une forme solide, raisonnée et se prêtant à
toutes les combinaisons. Les arcs doubleaux viennent se sous-poser comme
un nerf, ou une décharge destinée à porter des constructions
supérieures. Aussi les arêtes diagonales n'apparaissent-elles pas
encore, leur présence n'étant point regardée comme absolument
nécessaire[255] tant que les voûtes dérivant de la coupole se portaient
par elles-mêmes. Voyons donc ces voûtes hautes du porche de Vézelay (5).
Les quatre piles étant tracées,--elles sont indiquées par des
hachures,--conformément à ce que nous venons de démontrer dans l'exemple
précédent, les diamètres de la coupole génératrice sont les deux
diagonales AB, CD; la section verticale de cette coupole faite sur son
diamètre donne la courbe (demie) BE, le diamètre ayant quatre parties et
la flèche FE deux et demie. L'extra-dos des arcs doubleaux part des
points DB, l'extra-dos des formerets des points AD. Cet arc doubleau,
rabattu, est ainsi tracé: les tailloirs des chapiteaux étant au niveau
G, la naissance, afin de se dégager, a été relevée en H. La ligne de
base _hi_, de l'extra-dos, a été divisée en quatre parties; sur le
milieu _k_ de cette ligne la perpendiculaire _kl_, étant élevée, a été
divisée en deux parties et demie de manière à ce que cette flèche _kl_
soit à la base comme 2 1/2 sont à 4. Établissant le triangle dont le
côté est _hl_, élevant sur le milieu une perpendiculaire, la rencontre
de cette perpendiculaire avec la ligne de base _hi_ donne le point _g_
centre de l'arc _hg'l_. Relevant la ligne de naissance des formerets de
la hauteur _op_ au-dessus du tailloir des chapiteaux, on a procédé de
même que pour l'arc doubleau; la ligne de base AD de ces formerets étant
à la flèche _pq_ comme 4 est à 2 1/2. La section verticale, sur le grand
axe _ot_ de la voûte, donne en S la clef E de la section verticale faite
sur AB; en T, l'extra-dos de la clef de l'arc formeret; en _l_,
l'extra-dos de l'arc doubleau. Si nous joignions le point T au point S
par une droite, nous ne pourrions dégager l'arête projetée en BXS; alors
nous cherchons sur la ligne de base en _s_ le centre d'un arc passant
par les points TS. Cette courbe est la section verticale de la ligne de
clefs F_t_. Quant au point _l_, il peut être réuni au point S par une
droite, ainsi que le fait voir la section verticale V faite sur FP.
L'épaisseur de l'arc doubleau _i_R étant fixée, il se trouve que la
ligne de naissance RH comprise entre l'intra-dos est divisée en trois
parties égales par les points _g_, _m_ centres de l'arc brisé. Alors cet
arc est un tiers point. On observe donc que tout le tracé est commandé
par les extra-dos des arcs, que cette voûte est un compromis entre la
coupole et la voûte d'arêtes, que l'introduction de l'arc brisé donne
une grande liberté au constructeur dans la disposition des voûtes sur
plan barlong, et que cependant l'artiste a soigneusement observé un
principe de proportions qu'il regardait non sans raisons comme bon,
puisqu'il résulte du triangle auquel les anciens donnaient une valeur
harmonique parfaite.

Une difficulté, purement matérielle et minime en apparence, obligea
bientôt les architectes à faire de nouveaux progrès dans le tracé des
voûtes et à étendre les applications de l'arc brisé. Vers la fin du XIIe
siècle on commençait des édifices religieux et civils d'une dimension
inusitée jusqu'alors. On portait la largeur des grandes nefs jusqu'à
quinze et seize mètres et même jusqu'à vingt[256]. L'art de
l'architecture était alors exclusivement tombé entre les mains des
laïques, et ceux-ci comprirent bientôt tout le parti qu'ils pouvaient
tirer du nouveau système de voûtes. Avec cette logique qui distingue
l'habitant des Gaules, les maîtres des oeuvres reconnurent que, puisque
de la coupole on ne conservait plus que deux diagonales, ou deux
sections faites sur les diagonales d'un parallélogramme inscrit dans le
cercle, base de cette coupole, il fallait franchement donner à ces deux
arcs croisés une fonction utile, indispensable; il fallait en faire
l'ossature de la voûte et porter sur cette ossature des voûtains
indépendants les uns des autres, pouvant ainsi s'incliner en tous sens,
se biaiser, s'allonger, devenir très-concaves ou presque plats. Les
voûtes des cathédrales de Paris, de Senlis, celles de beaucoup d'églises
de l'Île de France bâties de 1160 à 1200, présentent déjà une quantité
de combinaisons qui indiquent combien, en très-peu d'années, l'école
laïque s'était émancipée, tout en conservant le principe primitif issu
de la coupole et de l'arc brisé. Cependant,--car si rapidement que l'on
progresse, il y a toujours entre le point de départ et le point
d'arrivée des transitions,--la coupole considérée comme génératrice est
une tradition si puissante, que pour la construction des grandes voûtes,
les architectes n'osent pas encore se fier entièrement aux conséquences
du système que nous venons d'indiquer. Ils ont encore dans l'esprit la
configuration de la coupole, ils tâtonnent.

Les hautes voûtes du choeur de la cathédrale de Paris, qui étaient
terminées avant l'année 1190, nous fournissent à cet égard un sujet
d'études intéressantes. La date de leur construction est certaine, et
elles n'ont pas été modifiées plus tard ainsi que cela est arrivé pour
la plupart des absides du XIIe siècle.

Le souvenir de la coupole a évidemment inspiré le tracé de ces voûtes
(6). Un cercle dont le centre est en C et dont le rayon est CA a d'abord
été tracé. Ce cercle a été divisé en neuf parties. Des points 2 et 7,
deux lignes parallèles au grand axe AA' ont été tirées. Ces deux lignes
2B, 7D sont les nûs des murs du haut choeur au-dessus des piles. On voit
que les deux segments du cercle 2--3, 6--7 débordent le nû des deux
murs. Les points 2 et 7 ont été réunis par une ligne qui est la
projection horizontale de l'arc doubleau du sanctuaire. Des lignes E3,
E4, E5, E6, réunissant le milieu de l'arc doubleau 2--7 aux points
diviseurs de la circonférence, sont les projections horizontales des
arcs ogives, nerfs de la voûte du sanctuaire. Les lignes 3E, 6E,
prolongées jusqu'à leur rencontre avec les lignes de nûs 7D, 2B, sont
les projections horizontales des branches d'ogives contrebutant les arcs
rayonnants. Une ligne FG, perpendiculaire au grand axe et tangente au
cercle, donne la projection horizontale du dernier arc doubleau des
grandes voûtes d'arêtes. Ayant pris sur le grand axe une longueur 9H
égale à 9E, on a obtenu le centre, la clef de la voûte en arcs d'ogives
FGBD. Mais de même que le triangle GE6 est divisé par l'arc doubleau E7,
on a cru devoir diviser le triangle DHG par un arc doubleau IHK. Voilà
pour les projections horizontales. Pour le tracé des arcs, la méthode
suivie est celle-ci: l'arc doubleau BD, ou celui FG, ou celui 2--7, sont
engendrés par un triangle dont la base est quatre et la hauteur deux et
demi. Sur le milieu de la base ou naissance BD divisée en quatre, on a
élevé la perpendiculaire _ab_. Celle-ci ayant deux parties et demie
égales à chacune des divisions de la base, on a tracé le triangle BD_b_.
Portant sur la ligne de base de D en _e_ une épaisseur égale à celle des
claveaux de l'arc doubleau on a réuni le point _e_ au sommet _b_. Du
milieu de cette ligne _eb_, élevant une perpendiculaire jusqu'à sa
rencontre avec la ligne BD, on a obtenu en _t_ le centre de l'une des
branches de l'arc doubleau. Quant aux arcs-ogives, arcs-diagonaux qui
sont comme les derniers témoins de la coupole, ils sont plein-cintres,
ainsi que l'indique notre rabattement; leur point de centre étant relevé
en _g_, au-dessus du tailloir des chapiteaux, afin que la clef _h_ de
ces arcs se trouve à un niveau plus élevé que celui des clefs _b_ des
arcs doubleaux, car on tenait à avoir une pente dans la section de la
voûte, de H en _a_. Dès lors, il fallait que la clef des arcs doubleaux
intersecteurs IK se trouvât au niveau de la clef des arcs ogives. On a
donc relevé en _p_ le centre des branches de cet arc doubleau rabattu
sur notre figure. La projection verticale de l'arc doubleau 2--7 du
sanctuaire est exactement celle des arcs doubleaux BD, FG. Mais comme
les branches d'ogives rayonnantes du sanctuaire doivent aboutir à la
clef E de cet arc doubleau 2--7, ces branches sont excentriques, ne sont
pas les rayons du cercle dont le centre est C; donc la branche 3E est
plus courte que la branche 4E. Il a donc fallu un tracé particulier à
chacune de ces deux branches. Ces tracés sont rabattus sur notre figure;
les clefs _l_ et _m_ de ces branches atteignent, bien-entendu, le niveau
de la clef E de l'arc doubleau 2--7.

De tout ceci il résulte que les arcs ogives BG, FD, F6, G3, et les
branches 4E, 5E sont bien réellement des côtes de coupoles entre
lesquelles on a percé des formerets et des arcs doubleaux affectant la
courbe aiguë. Les architectes n'osaient même encore s'affranchir de la
configuration concave de la coupole, bien que le système admis l'eût
permis, car ils avaient le soin de tenir les clefs des arcs doubleaux et
des formerets plus basses que celles des arcs diagonaux, afin de
conserver à la structure cette forme de calotte qui leur semblait
nécessaire à la solidité.

Le principe de la coupole considérée comme génératrice des voûtes en
arcs d'ogives nous paraît trop important pour que nous n'insistions pas.
Ainsi (7), soit une voûte absidale en quart de sphère, et dont le plan
est ponctué en _aa_, voûte appelée _cul-de-four_ et si fréquemment
employée par les Romains et pendant la période romane. Supposons que
nous divisions ce cul-de-four en cinq parts (voir le plan A), que
réservant seulement des côtes _cbd_, nous enlevions, entre ces côtes,
les triangles _edb_, _ebb_, etc.; nous aurons la figure perspective
tracée en B. Il est clair que nous pouvons voûter les triangles vides,
soit au moyen d'un formeret plein-cintre _c_, soit au moyen d'un
formeret aigu D dont la clef E est en contre-bas de la clef F, soit au
moyen d'un formeret aigu dont la clef G est au niveau de celle F. Ce que
nous indiquons ici dans une seule figure, il a fallu quelques années
pour le faire. Les hautes voûtes de l'abside de l'église abbatiale de
Vézelay sont faites conformément au figuré C; elles datent de 1190
environ. Celles de la cathédrale de Paris sont faites d'après le tracé D
(1180). Celles des églises du commencement du XIIIe siècle, conformément
au tracé G[257]. Comme l'arc ogive (plein-ceintre) _bd_ est plus long
que l'arc doubleau _cd_, lorsqu'on a voulu avoir les clefs de ces arcs
doubleaux au niveau de celles des arcs ogives, il a fallu prendre la
forme aiguë pour les premiers, ainsi qu'on le voit en H. Il est évident
que sur ces côtes conservées de la coupole, on n'a pas immédiatement osé
faire porter tout le poids des voûtains. Les architectes, en laissant
les clefs des formerets à un niveau plus bas que celui des clefs des
arcs ogives, pensaient ainsi faire porter une partie du poids des
voûtains ou remplissages triangulaires sur les murs, et ils ne se
trompaient pas; mais ils reconnurent bientôt que cette structure avait
des inconvénients: elle tendait à déverser les formerets en dehors.
C'était un compromis entre la structure antique et celle nouvellement
inaugurée qui devait arrêter quelque temps les développements de l'art
du XIIIe siècle; d'ailleurs, il était plus simple de considérer les arcs
réservés de la coupole comme les points résistants, destinés à
transmettre les pesanteurs des voûtes, et de maintenir alors solidement
la poussée de ces côtes; c'est ce que l'on fit bientôt: 1º en adoptant
l'arc brisé pour les formerets; 2º en élevant les clefs de ceux-ci au
niveau des clefs des arcs ogives, comme l'indique la figure 7 en G.

Les projections des grandes voûtes du choeur de la cathédrale de Paris
que nous avons tracées (fig. 6) nous montrent en BDFG one voûte presque
carrée, composée de deux arcs ogives BG, DF, de deux arcs doubleaux BD,
FG, d'un arc doubleau intermédiaire KI et de quatre formerets BK, KF,
DI, IG. Ayant la disposition des voûtes sur plan carré des collatéraux,
des points d'appuis en B, K, F, D, I, G d'une part, et la tradition de
la coupole de l'autre, les constructeurs, cherchant à conserver de cette
coupole deux tranches diagonales BG, DF, sur lesquelles devaient reposer
les remplissages ou voûtains, ne pensaient pas que ces diagonales
dussent ne point se couper suivant des angles très-rapprochés de l'angle
droit, sinon droits. Ils franchissaient ainsi deux travées, faisant
porter ces arcs ogives ou diagonaux sur les points d'appuis, de deux en
deux; mais autant pour diminuer la surface des remplissages que pour
répartir leur poids sur toutes les piles, ces constructeurs recoupaient
la voûte en arcs d'ogives par un arc doubleau intermédiaire KI.

Voici donc ce que donnait cette combinaison (8). La coupole à projection
horizontale circulaire était encore la génératrice de cette voûte. En
effet (voir la projection horizontale A), les arcs ogives _ab_, _cd_, ne
sont autre chose que les tranches réservées de la coupole; seulement,
les murs de la nef étant sur les deux parallèles _ad_, _cb_, un arc
doubleau intermédiaire bandé de la pile _e_ à la pile _f_ permettait de
voûter chacun des triangles _adg_, _cbg_ au moyen de deux voûtains
_aeg_, _edg_, _cfg_, _fbg_. Au lieu de deux formerets _ad_, _cb_, on
obtenait quatre formerets _ae_, _ed_, _cf_, _fb_. Le figuré perspectif B
explique ce système. Là, le plan fictif de la coupole est visible. Les
deux arcs ogives CD, EF en sont les dernières traces; l'arc doubleau
intermédiaire GH, au lieu d'être, comme les arcs ogives, une tranche
séparée de la coupole, a été reporté de G' en G et de H' en H; son
sommet atteint le niveau de la clef I des arcs ogives; puis, l'ossature
ainsi établie, dans les triangles K restés vides on a bandé les voûtains
K', qui portent sur les arcs ogives, les arcs doubleaux, et qui sont
tracés par les formerets L. Ce système offrait encore l'avantage de
prendre des jours latéraux sous les formerets dans la hauteur même de la
voûte.

Mais il était peu logique, ayant des points d'appuis égaux en force, en
_aed_, de faire porter deux arcs ogives et un arc doubleau sur les piles
_ad_, tandis qu'on ne chargeait la pile _e_ que d'un seul arc doubleau.
On prit donc, vers 1230, le parti de faire des grandes voûtes par
travées, très-barlongues, et de charger également toutes les piles.
C'est ainsi que sont construites les voûtes hautes des nefs des
cathédrales d'Amiens et de Reims; la coupole en est cependant le
principe générateur comme pour les voûtes précédentes. Dans la
cathédrale d'Amiens les arcs diagonaux ou ogives sont des plein-cintres,
ou très-peu s'en faut; mais dans celle de Reims la coupole génératrice
des arcs ogives est tracée sur un triangle équilatéral, et l'épure de
ces voûtes est aussi simple que profondément raisonnée.

En A (9) est donnée la projection horizontale d'une de ces voûtes
hautes; les piles étant en _abcd_, l'axe de ces piles donne les points
de départ des deux arcs ogives _ad_, _bc_, ou plutôt les arcs ogives
sont les diagonales d'un parallélogramme rectangle dont les angles
tombent sur les axes des piles. Ces arcs ogives sont les tranches
réservées d'une coupole dont la trace horizontale est donnée par le
cercle _iji'j'_ et dont la section verticale est la courbe brisée
_klk'l'_, inscrivant un triangle dont la base est à la hauteur comme 13
est à 10.--On remarquera que le tracé est donné par
l'extra-dos.--L'extra-dos des arcs doubleaux rabattus en _efg_ inscrit
un triangle équilatéral; l'extra-dos des formerets rabattus en _hmn_
inscrit de même un triangle équilatéral; la clef _n_ de ces formerets
atteint le niveau de la clef _g_ des arcs doubleaux, de sorte que leur
naissance est relevée en _mh_. Ces formerets sont d'ailleurs les
archivoltes des fenêtres. Ainsi donc les conséquences du principe de la
voûte d'arête dite gothique se simplifiaient rapidement. Les épures
pouvaient être indiquées déjà vers 1230 par une simple formule. Le
triangle équilatéral est toutefois rarement employé pour tracer les
grands arcs doubleaux des voûtes, il est plutôt adopté pour les
formerets dont il fallait relever les naissances (voy. CONSTRUCTION).

Villars de Honnecourt[258], parmi ses croquis, trace la figure 10, sous
laquelle il inscrit cette légende: «Par chu fait om trois manires dars,
a compas ovrir one fois.» Ce qui veut dire: «Par ce moyen l'on fait
trois manières d'arcs avec une seule ouverture de compas.» En effet,
soit le rayon AB, nous traçons le demi-cercle (plein-cintre) CBD. Posant
la pointe du compas en C, avec le même rayon nous traçons l'arc brisé
ACE, inscrivant un triangle équilatéral. Abaissant du point E une
perpendiculaire sur la ligne de base, le point de rencontre F divise le
rayon AC en deux parties égales. Posant la pointe du compas sur F,
toujours avec le même rayon nous tracerons l'arc GCH. Les centres de
l'arc brisé GCH seront posés sur les points FA qui divisent la base CG
en trois parties égales. C'est cet arc auquel quelques auteurs ont donné
le nom de _tiers-point_[259]. Or, les architectes du moyen âge ne
trouvaient pas toujours des aires assez étendues pour pouvoir tracer
entièrement les épures des arcs de leurs voûtes grandeur d'exécution; on
comprend en effet que lorsqu'il s'agissait d'élever une cathédrale comme
celles d'Amiens ou de Reims, il eût fallu pour tracer, grandeur
d'exécution, toutes les épures simultanément nécessaires, un emplacement
plus vaste que n'était la surface occupée par le monument lui-même.
Force était alors de chercher des moyens de tracés occupant peu de place
et présentant cependant une exactitude rigoureuse. L'album de Villars de
Honnecourt indique plusieurs procédés propres à tracer des panneaux de
claveaux d'arcs sans le secours d'une épure d'ensemble, et ce défaut
d'espace pour faire les épures obligea les architectes à adopter
certains arcs brisés tracés d'après une formule géométrique. Ainsi, ces
architectes ont-ils admis de préférence, à dater du milieu du XIIIe
siècle, trois arcs brisés: 1º l'arc brisé engendré par le triangle
équilatéral; 2º l'arc brisé tiers-point, et 3º l'arc brisé quinte-point.
Le tracé des ogives obtenu en posant les centres sur deux points
diviseurs de la base, en trois, en quatre, en cinq, en six, en sept et
en huit, permettait de faire une épure rigoureuse, sans qu'il fût
nécessaire de tracer l'ensemble d'un demi-arc. Soit (11) en A un arc
brisé engendré par un triangle équilatéral, il est évident que le rayon
_ab_ est égal à la base _ad_; que si nous traçons le quart de cercle
_do_, le segment _bo_ sera la moitié du segment _db_, puisque le
triangle équilatéral divise le cercle en six parties égales. La clef _b_
est donc le troisième point du quart de cercle divisé en trois segments
égaux; c'est la raison qui a fait donner parfois le nom d'_arc en
tiers-point_ à l'arc équilatéral, c'est-à-dire d'arc dont la clef tombe
sur le troisième point du quart de cercle divisé en trois parties
égales. Soit en B l'arc brisé auquel le nom de tiers-point doit être
appliqué de préférence à tout autre, la base _ce_ étant divisée en trois
parties égales, cette base pourra être divisée en six parties égales, et
la perpendiculaire abaissée du sommet de l'arc sur la base divisera
celle-ci en deux parties égales; donc le rayon _fe_ ayant quatre de ces
parties, le rayon _fg_ en contiendra également quatre. Or, supposons que
pour tracer l'épure des claveaux de l'arc brisé B nous n'ayons que
l'espace _f_B_g_, la base _ce_ étant connue, nous en prendrons le
sixième que nous tracerons en B'_f'_ (voir le figuré C); sur la base
B'_f'_, du point B' nous élèverons une perpendiculaire B'_g'_; prenant
alors un rayon _f'g'_ ayant quatre fois la longueur de B'_f'_ qui est le
tiers du demi-diamètre de l'arc, et posant la pointe du troussequin en
_f_, la rencontre de la ligne _f'g'_ avec la perpendiculaire B'_g'_
donnera le point _g'_, sommet de l'arc brisé. Nous pourrons tracer une
portion d'arc _g'i_, donner l'épaisseur des claveaux _i_K et tracer les
joints d'un de ces claveaux. Tous les claveaux de l'arc seront donc
donnés par celui _lmno_, et nous pourrons, sur ce panneau, en faire
tailler des milliers. Reste à tracer la clef ou plutôt la contre-clef,
puisque les arcs brisés ont un joint à la clef. Le prolongement de la
perpendiculaire B'_g'_ nous donnera le panneau de cette contre-clef,
comme l'indique notre figure. Mais nous avons encore un autre moyen
d'obtenir son panneau (voir le tracé D). Soit la ligne _pq_ l'épaisseur
des claveaux, nous la divisons en quatre parties; traçant du point _q_,
au moyen d'une sauterelle, un angle _qrs_ égal à l'angle _f'ut_, nous
prendrons sur le côté _qs_ une longueur _qv_ égale à l'une des quatre
parties de la ligne d'épaisseur _pq_; nous réunirons le point _p_ au
point _v_, et nous aurons tracé le triangle _pqv_ à ajouter aux claveaux
pour former le panneau de la contre-clef. Pour tracer les panneaux des
claveaux de l'arc quinte-point figuré en G, on procèdera de la même
manière; seulement, la base de l'arc étant divisée en cinq parties
égales, nous prendrons une de ces parties et demie pour commencer
l'opération et nous en prendrons quatre pour le rayon. Ce n'était donc
pas au hasard que les constructeurs du moyen âge, dans le tracé de leurs
arcs brisés, posaient les centres sur la ligne de base ou de naissance
de ces arcs, et comme preuve de leur méthode de tracé d'épures
partielles, on peut observer que les claveaux ayant été taillés sans
connaître exactement le nombre nécessaire à chacune des branches de
l'arc, ou la largeur de douelle, il arrive souvent qu'au moment de
fermer l'arc, on pose une contre-clef très-large ou un dernier claveau
beaucoup plus mince que les autres.

Mais une figure singulière, tracée dans l'Album de Villars de
Honnecourt, nous donne la clef de tout un système de tracés d'arcs pour
un édifice entier et permettant, comme dans l'exemple précédent, de
faire des épures partielles avec une rigoureuse exactitude et sans avoir
besoin d'aires d'une surface considérable[260]. La planche XXXIX de cet
album nous montre une clef de tiers-point tracée d'après la méthode
précédente, puis une spirale coupée par une ligne droite passant par son
oeil. Au-dessous de ce croquis, on lit: «Par chu tailon one clef del
quint point» (Par ce moyen taille-t-on une clef de quinte-point). Le
texte ne se rapporte qu'au trait de la clef, mais la présence de cette
spirale, dessinée là comme un simple souvenir, se rapporte évidemment
aux tracés d'arcs engendrés par une division du diamètre en cinq. Ce
croquis est celui reproduit exactement par le trait plein de notre
figure 12[261]. Sur une base AB, divisée en cinq parties égales et
donnant six points, du milieu C comme centre on a tracé le demi-cercle
AB.--On observera que ce point C sépare la division 3--4 en deux parties
égales.--Prenant alors le point 3 comme centre et 3A comme rayon, on a
tracé le second demi-cercle A5. Reportant la pointe du compas sur C et
prenant C5 comme rayon, on a tracé le troisième demi-cercle 2--5.
Reportant la pointe du compas sur 3 et prenant 3--2 comme rayon, on a
tracé le quatrième demi-cercle 2--4. Reportant enfin la pointe du compas
sur C et prenant C4 comme rayon, on a tracé le cinquième demi-cercle
3--4. Si des deux centres 3 et C, qui ont servi à tracer tous les
demi-cercles, nous élevons les deux perpendiculaires 3_a_, C_b_, nous
coupons ces demi-cercles en _a_, en _c_, en _b_ et en _d_. En supposant
que les arcs ogives d'une grande voûte barlongue de nef soient le
plein-cintre dont AB est le diamètre, les arcs doubleaux ayant une base
comprenant quatre parties ou la longueur A5, ces arcs doubleaux se
composeront d'une branche d'arc A_a_ et d'une seconde branche d'arc 5_a_
dont le centre sera _e_ point milieu de la partie 2--3. L'arc doubleau
sera tracé au moyen de deux arcs de cercle dont le rayon sera CA et dont
les centres C_e_ seront des points diviseurs du diamètre A5 en huit
parties égales. Le diamètre de l'arc ogive ayant cinq parties et l'arc
doubleau quatre (voir la projection horizontale H), l'arc formeret aura
trois parties, car l'arc formeret _lm_ formant un angle droit sur l'arc
doubleau _ln_, si nous donnons à la base de cet arc doubleau 4, à la
base de l'arc formeret 3, l'hypothénuse _mn_, ou base d'un des arcs
ogives, aura 5 par la raison que le carré de 4 est 16, le carré de 3, 9,
que 16 + 9 = 25 carré de 5. Donc AB étant la base de l'arc ogive d'une
voûte dont l'arc doubleau est A5, le formeret aura pour base 3B
comprenant trois parties, et nous aurons tracé l'arc ogive de cette
voûte, son arc doubleau et son arc formeret avec la même ouverture de
compas; les points diviseurs de la base AB nous ayant donné en C le
centre des arcs ogives, en C_e_ les centres de l'arc doubleau, en C_f_
les centres de l'arc formeret. Par conséquent, les mêmes arcs de cercle
servant pour tracer ces trois arcs, tous les panneaux des claveaux de
ces arcs pourront être taillés sur une seule épure ou portion d'épure,
en supposant que nous appliquions le procédé indiqué en D (11). Si c'est
une voûte plus étroite que nous voulions tracer, c'est-à-dire une voûte
dont la base des formerets soit la moitié de la base de l'arc doubleau,
nous aurons alors en projection horizontale le tracé _lpqn_ (voir le
figuré H). Alors l'arc ogive _np_ aura pour diamètre 4 parties 1/2. Cet
arc ogive sera donc la courbe brisée dont le diamètre est A_f_ et dont
les centres sont les points 3 et C. L'arc doubleau aura pour diamètre
comme précédemment A5 et pour points de centre _e_C, et l'arc formeret
aura pour diamètre soit 2--4, soit 3--5, et pour points de centre soit
_e_C, soit _ef_: dans le premier cas cet arc formeret sera tracé avec
une ouverture de compas plus courte que celle qui a servi à tracer l'arc
ogive et l'arc doubleau; dans le second, il sera tracé avec la même
ouverture de compas. Si nous divisons le tympan sous l'arc formeret en
deux baies jumelles, chacune aura une partie de la base AB soit 3--4; et
le centre de chacun de ces arcs dont la clef est _d_ sera en 3 et en 4,
cet arc sera équilatéral. Si l'arc formeret de la voûte barlongue
_lnmr_, ayant pour base 3B et pour centres C _f_, nous paraît trop aigu,
nous pouvons lui substituer l'arc dont la base est 2--5, dont la clef
est _b_ et dont les centres sont 3--4. On comprend donc qu'à l'aide de
cette figure, les bases de tous les arcs de la voûte donnant toujours
des divisions égales connues ainsi que les rayons de ces arcs, ils
peuvent être taillés à l'aide d'une épure partielle prenant très-peu de
surface. Et en effet, si nous examinons des églises gothiques bâties
pendant le XIIIe siècle, nous reconnaissons que tous les arcs ogives,
doubleaux, formerets, que les archivoltes, travées de galeries, etc.,
sont tracés au moyen de points de centres posés sur des divisions égales
en cinq ou dix d'un seul diamètre de cercle. Il ne nous paraît pas
nécessaire d'insister davantage sur l'importance de la figure spirale
contenue dans l'Album de Villars de Honnecourt, mais il n'est pas hors
de propos de faire remarquer que la voûte barlongue _lnmr_, dont la
projection horizontale est tracée en H, dérive du triangle donné par
Plutarque comme étant le triangle parfait des Égyptiens, et que l'arc
doubleau, dont le diamètre est A5 divisé en quatre, possède une flèche
3_a_ divisée en 2 1/2 moins une très-minime fraction, c'est-à-dire qu'il
inscrit un triangle à très-peu près semblable à celui que donne la
section verticale de la grande pyramide de Chéops. L'arc dit _ogive_
mérite donc quelque attention: ce n'est pas seulement un motif de
solidité qui l'a fait adopter, mais aussi un sentiment des proportions
et un accord harmonique entre toutes les courbes des voûtes; c'est une
nécessité résultant de la pratique dans le tracé des épures; c'est
surtout un besoin de liberté dans la construction de ces voûtes dont on
ne saurait trop étudier à fond le principe excellent, puisqu'il permet
toutes les combinaisons.

Depuis vingt ans on a fait beaucoup de pastiches de la structure
gothique; bien rarement ces imitations satisfont les yeux: c'est qu'en
effet ceux qui les élèvent, en admirant fort d'ailleurs nos anciens
monuments, ne se sont probablement pas donné la peine d'en rechercher
les savants et judicieux éléments. En architecture, le goût, le
sentiment sont beaucoup; mais pour les appuyer il faut nécessairement se
servir du compas et de la géométrie. On voit qu'au moyen de la formule
(12) il n'est qu'un des arcs brisés qui ait ses centres en dehors de ses
naissances.

C'est qu'en effet dans ces belles écoles de l'Île-de-France, de la
Champagne, du Soissonnais, les architectes, gens de goût, avaient senti
que la dernière limite d'aiguïté de l'ogive était l'arc équilatéral; que
les centres des branches d'arc placés en dehors des naissances donnaient
une brisure dont l'extrême aiguïté était choquante, une proportion
désagréable, en ce que les rapports de la base avec la hauteur
outrepassaient le triangle équilatéral (voy. PROPORTION). Mais les
Normands, les Anglo-Normands étaient moins délicats et cherchaient dans
leur structure, avant toute chose, les formules qui supposent des moyens
pratiques simples. Aussi, au lieu de tenter, comme dans la figure 12, de
trouver des arcs brisés de diamètres différents ayant tous des angles
égaux au sommet ou du moins peu dissemblables, des rapports analogues
entre les diamètres et les flèches, ces gens pratiques du Nord, bons
constructeurs dès le commencement du XIIe siècle, se préoccupent
médiocrement des rapports proportionnels, du choix des formes: ils
veulent une méthode expéditive. Nous avons vu comme Villars de
Honnecourt donne les moyens de tracer un plein-ceintre et plusieurs arcs
brisés «avec la même ouverture de compas.» Or, les voûtes normandes
élevées vers 1220 présentent souvent une disposition telle que _tous_
les arcs, arcs ogives, arcs doubleaux, formerets, archivoltes, sont
tracés à l'aide d'un même rayon.

Ainsi (13), soit la projection horizontale d'une de ces voûtes, l'arc
générateur est l'arc ogive qui est un plein-cintre rabattu en ABC. L'arc
doubleau AC rabattu en ACS est tracé au moyen du rayon _ab_ égal au
rayon OC. L'arc doubleau de recoupement des arcs ogives DE rabattu en
DEF est tracé de même, au moyen du rayon _ef_ égal au rayon OC, sa clef
F étant naturellement au niveau C de la clef des arcs ogives. Soit _i_K,
_lm_, l'épaisseur des piles, les arcs formerets étant compris entre
K_l_. Ces arcs formerets rabattus en K_lp_ sont encore tracés au moyen
du rayon _rt_ égal au rayon OC, leur naissance étant relevée de K en V
si l'on veut que les clefs des formerets atteignent le niveau des clefs
des arcs ogives. Si ces formerets servent d'archivoltes aux baies
divisées par un meneau, ce sera encore le rayon _nq_ égal au rayon OC
qui servira à tracer les arcs diviseurs de la fenêtre.

Sauf pour les clefs, l'épure d'un seul claveau d'arc suffisait alors
pour tailler les panneaux de tous les arcs des voûtes, archivoltes,
baies, etc. Et (voir le tracé G), si nous divisons un diamètre d'arc
ogive en quatre ou en dix, avec la même ouverture de compas, nous
pourrons avoir une suite d'arcs dont les diamètres seront au diamètre du
plein-ceintre, qui est le plus grand arc de la voûte ou l'arc ogive,
comme trois, deux, un sont à quatre, ou comme neuf, huit, sept, six,
etc., sont à dix. Ayant donc des claveaux tous taillés sur un même arc,
et une base ou fraction de base, nous pouvons, sans épure, monter tous
les arcs d'un édifice. On comprend alors le motif qui avait fait adopter
l'arc brisé que l'on appelle _lancette_: c'était une économie de tracé,
on évitait toute complication d'épures et de panneaux, il ne s'agissait
plus que de donner la section de chacun de ces arcs suivant leur
fonction. Tous taillés d'ailleurs sur une même courbure (à l'extra-dos),
ils prenaient leur place suivant la désignation donnée. S'il fallait des
épures, c'était seulement pour les cintres en charpente, et encore ces
arcs étant tous tracés à l'aide d'un même rayon, l'épure du demi-cercle
ou de l'arc ogive permettait de mettre sur ligne tous les autres
cintres, puisqu'il suffisait de savoir quel était le rapport existant
entre les diamètres de ces arcs et celui du demi-cercle pour avoir le
tracé complet de chacun d'eux, ainsi que le fait voir la figure 13 en
G[262].

De ce qui précède on peut conclure: lº que l'arc brisé, appelé _ogive_,
a été d'abord une importation d'Orient; 2º qu'adopté en Orient comme une
courbure donnée par un principe de proportion expliqué ailleurs[263],
cet arc brisé a été en France le point de départ de tout un système de
construction parfaitement logique, et permettant une grande liberté dans
l'application; 3º que par conséquent l'arc brisé, comme forme,
appartient probablement à l'école d'Alexandrie et aux Nestoriens, qui
paraissent les premiers l'avoir adopté; mais que, comme principe d'un
nouveau système de voûtes, il appartient sans aucun doute à nos
provinces du nord de la Loire, puisqu'en 1140, dans l'église abbatiale
de Saint-Denis, les constructions élevées par Suger ne laissent
apparaître les plein-cintres que pour les arcs ogives, et qu'elles ont
appliqué déjà le système de voûtes que nous voyons se développer dans la
cathédrale de Paris vingt ans plus tard. Or, nulle part, ni en Europe,
ni en Orient, au milieu du XIIe siècle, on ne construisait de voûtes
ayant quelques points de rapports, comme emploi de l'arc brisé, avec
celles de l'église de Saint-Denis et de la cathédrale de Paris. Si donc
l'arc brisé a pris naissance hors de France comme forme d'arc, nous
sommes les premiers qui ayons su l'appliquer à l'une des plus fertiles
inventions dans l'histoire de la construction. Si donc l'arc brisé a
pris naissance hors de France, nous sommes les premiers qui ayons su
tirer de cette forme, issue d'un sentiment des proportions[264], des
conséquences d'une valeur considérable, puisqu'elles ont produit la
seule architecture originale qui ait paru dans le monde depuis
l'antiquité.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]
[Illustration: Fig. 3.]
[Illustration: Fig. 4.]
[Illustration: Fig. 5.]
[Illustration: Fig. 6.]
[Illustration: Fig. 7.]
[Illustration: Fig. 8.][Illustration: Fig. 9.]
[Illustration: Fig. 10.]
[Illustration: Fig. 11.]
[Illustration: Fig. 12.]
[Illustration: Fig. 13.]

     [Note 245: _Croix d'augives_, au commencement dn XIVe siècle,
     s'entendaient pour les arcs diagonaux d'une voûte d'arête
     gothique. Or, ces croix d'augives, ou arcs ogives, sont le
     plus souvent des pleins-cintres. «Item II. crois d'augives
     pour faire les voûtes sus et une arche entre II crois
     augivères...». (Titre de fondation d'une chapelle à Averdoin,
     du mois de juin 1347. Archives de M. le duc de
     Luynes...--Voy. t. II des _Annales archéologiques_, p. 41,
     l'article de M. Lassus sur l'_arc ogive_.) Pendant le moyen
     âge, et jusqu'au XVIe siècle, le mot _ogive_ ou _augive_,
     _arcs ogives_, ne s'appliquait qu'aux nervures croisées. Les
     autres arcs, fussent-ils aigus, s'appelaient _arc doubleau_,
     _tiercerons_, _formerets_. (Voy. les articles ARC,
     CONSTRUCTION.)]

     [Note 246: Voyez le _Neuvième Entretien sur l'Architecture_.]

     [Note 247: _Traité sur Isis et Osiris_.]

     [Note 248: Voyez le _Neuvième Entretien sur l'Architecture_.]

     [Note 249: Les Italiens n'ont jamais compris les raisons qui
     avaient fait adopter la forme de l'arc brisé au point de vue
     des proportions et de sa véritable fonction. On peut en avoir
     la preuve si l'on observe que presque tous leurs arcs brisés
     sont appareillés comme un plein-cintre, c'est-à-dire que les
     joints des claveaux tendent à un seul centre, ce qui est un
     contre sens; que les proportions de ces arcs brisés
     présentent presque toujours un rapport de proportions
     désagréable entre la base et la hauteur. Mais les Italiens du
     moyen âge n'ont pas compris grand'chose à l'art grec
     postérieur au bas temps, et les Grecs le savaient, puisqu'ils
     les considéraient comme des barbares.]

     [Note 250: Voyez les voûtes des bas-côtés de l'église de
     Saint-Martin-des-Champs, à Paris; celles des bas-côtés de
     l'église de Poissy, etc.]

     [Note 251: Les arcs doubleaux de l'église de Saint-Front de
     Périgueux datent des dernières années du Xe siècle, et sont
     déjà des arcs brisés.]

     [Note 252: _Les Églises de la Terre Sainte_, par le comte
     Melch. de Vogué. Paris, 1860.]

     [Note 253: Par cette raison que toute section d'une sphère
     par un plan donne un cercle.]

     [Note 254: D'autres découvertes aussi simples dans leur
     principe que fertiles en résultats ont mis, en ce monde, bien
     du temps à surgir; mais rarement on a considéré ces éclairs
     de l'esprit humain comme un signe de barbarie. Rarement les
     peuples au milieu desquels ils ont apporté une lumière
     nouvelle ont cherché à voiler leur éclat.]

     [Note 255: Ces arcs diagonaux sont ce qu'on appelle, dans la
     construction des voûtes gothiques, les _arcs ogives_. (Voy.
     CONSTRUCTION.)]

     [Note 256: Nef de l'ancienne cathédrale de Toulouse.]

     [Note 257: La Bourgogne est de quelques années en retard sur
     l'Île de France, et les voûtes du choeur de Vézelay
     correspondent comme facture à celles (anciennes) de la
     cathédrale de Noyon, qui date du milieu du XIIe siècle.]

     [Note 258: _Album de Villars de Honnecourt_. Voir les
     éditions française et anglaise. Pl. XI.]

     [Note 259: Cette dénomination nous semble en effet
     parfaitement applicable à cette sorte d'arc, puisque la
     pointe du compas est placée sur le troisième des points
     diviseurs de la base. Cependant l'arc équilatéral est souvent
     aussi appelé tiers-point. Nous allons voir pour quelle
     raison.]

     [Note 260: L'usage de cette figure, qui n'a point été
     expliquée dans l'édition française de Villars de Honnecourt,
     est, en présence des monuments, d'une importance capitale.
     N'oublions pas que les anciens maîtres des oeuvres, bâtissant
     dans des villes resserrées, ne pouvaient disposer de chantier
     ou d'aires d'une grande étendue. En théorie, on ne tient
     guère compte de ces difficultés, mais dans la pratique elles
     ont une telle importance, qu'elles forcent les architectes
     qui tiennent à faire tracer leurs épures devant eux à adopter
     des méthodes qui influent sur les formes adoptées.]

     [Note 261: Les lignes ponctuées, chiffres et lettres ont été
     posés par nous pour expliquer l'usage de cette figure.]

     [Note 262: C'est en faisant refaire des arcs de voûtes
     gothiques que nous avons été amené à reconnaître cette unité
     de la courbe pour beaucoup d'entre eux dans un même édifice,
     quel que fut le diamètre de chacun de ces arcs, car les
     courbes de cintres en charpente taillés pour l'un servaient
     pour plusieurs; seulement le segment de chaque branche était
     plus ou moins long.]

     [Note 263: Dans nos _Entretiens sur l'architecture_
     (Neuvième).]

     [Note 264: Voyez le _Neuvième Entretien sur l'architecture_
     et l'art. PROPORTION.]



ORATOIRE, s. m. Petite chapelle élevée sur le lieu témoin d'un événement
considéré comme miraculeux, ou pour conserver un souvenir religieux. On
donne aussi le nom d'_oratoire_ à certaines chapelles dépendant des
appartements d'un château, d'un palais ou d'un hôtel. On appelait encore
oratoires, pendant le moyen âge, des _clotets_, c'est-à-dire de petites
chambres tapissées que l'on dressait dans les grandes chapelles de
châteaux et qui étaient destinées aux châtelains et à leurs proches.

Lebeuf, dans son _Histoire du diocèse de Paris_[265], mentionne certains
oratoires élevés dans les endroits où saint Germain s'était arrêté pour
prier ou pour instruire le peuple. Les anciennes abbayes possédaient,
outre la principale église, des oratoires élevés en plusieurs lieux de
l'enclos. C'est pour perpétuer les souvenirs que rappelaient de
très-anciens oratoires, qu'en 1034 on rebâtit les petites chapelles de
Saint-Martial à Paris, qu'un incendie avait détruit[266]. La plupart des
monastères ne furent, dans l'origine, qu'un oratoire élevé au milieu
d'un désert et autour duquel des cénobites vinrent s'établir. Saint
Clément érigea ainsi un oratoire en un lieu dit Gorze, près de Metz, qui
devint bientôt le centre d'un grand monastère[267]. Un oratoire avait
été érigé en face le monastère de Sennoul pour y déposer les reliques de
saint Siméon. C'est retiré dans son oratoire, à Vienne, en Dauphiné, que
l'archevêque Turpin ou Tulpin apprit la mort de Charlemagne à Cologne
par plusieurs diables qui s'en retournaient sans avoir pu enlever l'âme
de l'empereur, disaient-ils, si l'on en croit la chronique de Richer.
Charlemagne fit bâtir aussi un grand nombre d'oratoires, parmi lesquels
il faut citer celui de la vallée de Moyen-Moustier, élevé en l'honneur
de saint Denis, et dans lequel était conservé le corps du pape
Alexandre, martyr, recueilli à Rome. Cet oratoire était pavé en mosaïque
et exista jusqu'en 1586[268]. À Cluny, à Clairvaux on conservait encore,
au dernier siècle, les oratoires de saint Odilon et de saint Bernard:
c'est-à-dire les cellules isolées dans lesquelles se tenaient
habituellement ces personnages. Bien entendu, ces chambrettes n'étaient
remarquables que par leur extrême simplicité.

On disposait aussi certains oratoires au milieu des forteresses du moyen
âge; placés sous le vocable d'un saint particulièrement vénéré dans la
contrée et dépositaires de quelques-unes de ses reliques, ils
protégeaient les défenses.

C'est ainsi qu'au milieu de la cité de Villeneuve-lès-Avignon, on voit
encore un oratoire du XIIe siècle conservé au milieu de l'enceinte
rebâtie au XIVe siècle. La figure 1 donne le plan de cette petite
chapelle, et la figure 2 son élévation perspective.

Outre la chapelle, qui était commune à tous les familiers, les châteaux
possédaient un ou plusieurs oratoires tenant aux appartements du
châtelain et de la châtelaine. Ces oratoires n'étaient autre chose
qu'une petite pièce retirée, ordinairement placée dans une tour. On s'y
enfermait pour prier, mais on n'y faisait pas l'office divin. Ce ne fut
guère qu'au XIVe siècle que les oratoires de châteaux devinrent par fois
de véritables petites chapelles dans lesquelles on pouvait dire la
messe.

En 1365, Charles V fit disposer dans la chapelle du château du Louvre un
oratoire très-richement décoré, afin de s'y retirer lorsqu'il voulait
assister à la messe[269]. Louis XI fit de même bâtir, entre deux des
contre-forts de la Sainte-Chapelle du Palais, à Paris, un oratoire d'où
il pouvait voir l'office par une petite baie biaise, sans être vu des
assistants. Cet oratoire, qui existe encore, est voûté en berceau et
fort simple; il était probablement tendu en tapisseries. L'extérieur
est, au contraire, richement décoré de fines sculptures et terminé par
une balustrade fleur-de-lysé avec un L couronné au centre. Un oratoire
est accolé également à la Sainte-Chapelle du château de Vincennes (voy.
CHAPELLE).

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]

     [Note 265: T. I, p. 102.]

     [Note 266: Lebeuf, t. II, p. 498.]

     [Note 267: _Chroniq. de Richer_, l. II, chap. III.]

     [Note 268: _Chroniq. de Richer_, l. II, chap. IX.]

     [Note 269: Sauval. _Hist. et antiq. de la ville de Paris_, t.
     II, p. 22.]



ORGUE, s. m. (Voy. BUFFET.)



OSSUAIRE, s. m. Construction couverte, élevée dans les cimetières pour y
déposer les ossements que l'on retrouve dans la terre sainte, lorsqu'on
y creuse de nouvelles fosses. Autrefois tous les cimetières possédaient
un ossuaire. Quelquefois, comme au cimetière des Innocents, à Paris,
l'ossuaire n'était qu'un cloître, sous les lambris duquel on plaçait
successivement les ossements que la multiplicité des sépultures mettait
à découvert. Sur les parois des églises, et même des deux côtés de leur
porte principale, on pratiquait aussi des enfoncements abrités par un
bout de galerie de cloître, et dans ces enfoncements garnis de grilles
serrées on jetait les ossements dont regorgeait la terre des cimetières.
Un ossuaire de ce genre (1) existait sur l'un des côtés de la façade de
l'église de Fleurance (Gers). Plus souvent l'ossuaire formait comme une
chapelle percée d'une quantité de petites baies, à travers lesquelles on
apercevait les ossements accumulés peu à peu à l'intérieur. La Bretagne
conserve encore un assez grand nombre d'ossuaires qui datent des XVe et
XVIe siècles, et l'on n'a point cessé d'y déposer des ossements;
quelques-uns en sont remplis jusqu'au comble. Lorsque les ossements
exhumés par le creusement de nouvelles fosses appartiennent à des morts
auxquels on a pu donner un nom, les familles font enfermer le chef, le
crâne du mort, dans une petite boîte surmontée d'une croix, et ces
boîtes sont posées sur l'appui des nombreuses baies de l'ossuaire. La
fig. 2 représente une vue de l'ossuaire du Faouët (Finistère), qui se
trouve accolé à l'église et donne sur le cimetière[270].

Dans des églises des provinces méridionales, surtout dans le pays
basque, nous avons vu souvent, à l'extérieur des absides des églises
rurales entourées de leur cimetière, des niches pratiquées sous les
appuis des fenêtres et dans lesquelles se trouvent rangés avec soin des
crânes recueillis en remuant la terre sainte. Les caveaux pratiqués sous
certaines parties des églises servaient quelquefois aussi d'ossuaires.

Le désir d'être enterré le plus près possible des églises, lorsqu'on ne
pouvait l'être dans son enceinte même, faisait rapprocher les tombes
autour des fondations «sous l'égoût du toit.» Des ossuaires étaient donc
habituellement disposés entre les contre-forts des nefs, comme pour
satisfaire au voeu habituel des mourants. C'est ce qui explique pourquoi
les galeries de cloître accolées aux églises étaient, du côté opposé à
la claire-voie, percées d'enfoncements, de réduits, sortes d'_armoires_,
dans lesquels on rangeait les ossements rendus au jour par la bêche du
fossoyeur; réduits ou armoires dont notre figure 1 donne la disposition.
Si on construisait des ossuaires en dehors des églises, on devait en
avoir aussi pour l'intérieur, car on n'aurait pas voulu rejeter au
dehors des ossements de fidèles découverts dans l'intérieur. Mais comme
on ne devait exhiber dans l'intérieur de l'église que les restes de
personnages saints, on plaçait les os sortis d'anciennes sépultures
inconnues dans de petits caveaux, dans certaines parties des cryptes,
ou, comme nous l'avons vu quelquefois, dans des trous pratiqués à
travers les maçonneries et murés. Cet usage était fréquent chez les
religieux, et nous avons découvert, en réparant de vieux murs d'églises
abbatiales, de ces réduits murés entièrement remplis d'ossements humains
provenant évidemment de plusieurs corps.

[Illustration; Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]

     [Note 270: Nous devons le dessin de cet ossuaire à M.
     Gaucherel.]



OUBLIETTES, s. f. (S'emploie au pluriel.) Fosse profonde creusée sous le
plancher ou la voûte d'une salle, et dans laquelle on précipitait les
gens que l'on tenait à faire disparaître. Il n'y a pas de château du
moyen âge dans lequel on ne montre des oubliettes, et cependant nous
devons avouer que nous avons très-rarement trouvé des fosses auxquelles
on puisse donner ce nom; généralement ce que l'on considère comme des
oubliettes sont des fosses d'aisances dont il est bien aisé de
reconnaître l'emploi, pour peu que l'on soit familier avec l'art de la
construction (voy. LATRINES).

Nous avons vu dans beaucoup de châteaux, d'abbayes et d'officialités,
des cachots, des _vade in pace_; mais nous ne connaissons que trois
oubliettes considérées comme telles avec quelque raison. Les unes se
trouvaient au château Chinon, les secondes à la Bastille et les
troisièmes dans celui de Pierrefonds. Il faut constater aussi que les
romans et les chroniques du moyen âge parlent souvent de _chartres_, de
cachots; mais d'oubliettes, il n'en est pas question. Nous ne serions
pas éloigné de croire que les oubliettes du château Chinon sont des
latrines, ce qui réduirait les exemples cités à deux. «Nous devons
avertir nos lecteurs, dit M. Mérimée dans les _Instructions du comité
historique des arts et monuments_[271], de se tenir en garde contre les
traditions locales qui s'attachent aux souterrains des donjons. On donne
trop souvent au moyen âge des couleurs atroces, et l'imagination accepte
trop facilement les scènes d'horreurs que les romanciers placent dans de
semblables lieux. Combien de celliers et de magasins de bois n'ont pas
été pris pour d'affreux cachots! Combien d'os, débris de cuisines, n'ont
pas été regardés comme les restes des victimes de la tyrannie féodale!
C'est avec la même réserve qu'il faut examiner les cachots désignés sous
le nom d'_oubliettes_, espèces de puits où l'on descendait des
prisonniers destinés à périr de faim, ou bien qu'on tuait en les y
précipitant d'un lieu élevé dont le plancher se dérobait sous leurs
pieds. Sans révoquer absolument en doute l'existence des oubliettes, on
doit cependant les considérer comme fort rares, et ne les admettre que
lorsqu'une semblable destination est bien démontrée.» Nous sommes
d'autant plus disposé à considérer les oubliettes du château Chinon
comme une fosse de latrines, que l'espèce de puits à plan carré qui les
compose est percé à peu près à mi-hauteur d'une porte qui semble être la
voie d'extraction des matières, à moins d'admettre que cette porte n'ait
été pratiquée pour voir si le condamné était bien mort. Quant aux
oubliettes de la Bastille, elles pourraient passer pour une glacière. En
voici la coupe (1). Elles consistaient en une salle voûtée à six pans,
située dans le soubassement d'une des tours, à laquelle on n'arrivait
que par une petite porte communiquant à l'escalier à vis; tout autour de
cette salle était un trottoir d'un mètre de large, et au milieu un cône
renversé terminé par un petit orifice destiné à entraîner les eaux. Il
est certain qu'un malheureux descendu dans le fond de cet entonnoir ne
pouvait ni s'asseoir, ni se coucher, ni se tenir debout. Il faudrait
admettre que le petit canal était une vidange, et que les gens qu'on
descendait dans ce cul de basse-fosse étaient placés là pour leur donner
le loisir de faire des réflexions. C'était une sorte de question
prolongée. Mais ce cône peut bien être une glacière, et ce ne serait pas
le seul exemple d'un magasin de glace existant dans un château. Nos
ancêtres aimaient à boire frais, le petit canal inférieur est alors bien
expliqué. Quant aux oubliettes du château de Pierrefonds, on ne peut
douter de leur destination; en voici la coupe (2). Elles consistent en
un puits creusé au milieu d'une salle qui était certainement un cachot,
puisqu'il contient dans une niche un siége d'aisances.

On ne peut même descendre dans ce cachot que par un orifice A percé au
centre de sa voûte. On descendait du rez-de-chaussée à la salle C, qui
devait servir également de prison, par un escalier à vis. À cette salle
C est joint un cabinet d'aisances; elle ne recevait de jour que par une
très-petite ouverture D. Si l'orifice des oubliettes restait béant dans
le cachot, s'il n'était pas fermé par un tampon, on conçoit quelle
devait être la situation du malheureux prisonnier craignant sans cesse
de tomber dans ce trou qu'il ne pouvait voir, puisque le cachot ne
reçoit pas de jour. Les deux orifices, celui de la voûte et celui des
oubliettes, se correspondant exactement, de la trappe A on pouvait faire
tomber quelqu'un dans le puits sans prendre la peine au préalable de le
descendre dans le cachot. Nous sommes descendus au fond de ces
oubliettes; nous y avons trouvé le rouet qui a servi à les fonder, mais
aucune trace d'être humain. En B est le niveau du fond du fossé. En les
creusant de deux mètres nous en avons fait un puits qui donne de l'eau
pour les besoins du château. Dans ce même château il existe d'autres
cachots semblables à celui-ci, sauf le puits des oubliettes; dans l'un
de ces cachots nous avons constaté l'existence de noms gravés et une
grossière sculpture faite sur les parements. On prétend qu'au château de
Blois il existe aussi des oubliettes, mais nous n'avons pu en vérifier
exactement la forme.

[Illustration: Fig. 1.]
[Illustration: Fig. 2.]

     [Note 271: _Collection de documents inédits sur l'hist. de
     France. Architecture militaire_, p. 74.]



OUVRIER, s. m. Quelle était la situation de l'ouvrier de bâtiments au
moyen âge? Cette question est difficile à résoudre. Avant
l'établissement régulier des corporations, vers le milieu du XIIIe
siècle, l'ouvrier était-il libre, comme celui de notre temps, ou
faisait-il partie d'un corps, obéissant à des statuts, soumis à une
sorte de juridiction exercée par ses pairs? Les marques de tâcherons que
l'on trouve sur les pierres des parements de nos monuments du XIIe
siècle et du commencement du XIIIe, dans l'Île-de-France, le
Soissonnais, le Beauvoisis; une partie de la Champagne, en Bourgogne et
dans les provinces de l'Ouest, prouvent évidemment que les ouvriers
tailleurs de pierre, au moins, n'étaient pas payés à la journée, mais à
la tâche. Suivant le mode de construire de cette époque, les pierres des
parements faisant rarement parpaing et n'étant que des carreaux d'une
épaisseur à peu près égale, la maçonnerie de pierre se payait à tant la
toise superficielle au maître de l'oeuvre, et la pierre taillée, compris
lits et joints, à tant la toise de même à l'ouvrier. Celui-ci marquait
donc chaque morceau sur sa face nue afin que l'on pût estimer la valeur
du travail qu'il avait fait.

Il faut bien admettre alors que l'ouvrier était libre, c'est-à-dire
qu'il pouvait faire plus ou moins de travail, se faire embaucher ou se
retirer du chantier comme cela se pratique aujourd'hui. Mais vers le
milieu du XIIIe siècle, lorsque les règlements d'Étienne Boileau furent
mis en vigueur, ce mode de travail dut être modifié.

Les ouvriers durent d'abord se soumettre aux statuts de la corporation
dont ils faisaient partie; le salaire fut réglé par les maîtrises, et
chaque affilié ne pouvant avoir qu'un, deux ou trois apprentis sous ses
ordres, devenait ainsi, vis à vis le maître de l'oeuvre, ce que nous
appelons aujourd'hui le _compagnon_, ayant avec lui un ou plusieurs
_garçons_.

Alors le salaire se régla par journées de compagnon et d'aide, et chaque
compagnon devenait ainsi comme une fraction d'entrepreneur concourant à
l'entreprise générale, au moyen d'un salaire convenu et réglé pour telle
ou telle partie. Aussi les marques de tâcherons ne se voient plus sur
nos monuments des provinces du domaine royal à dater du milieu du XIIIe
siècle.

Le maître de l'oeuvre, chargé de la conception et de la direction de
l'ouvrage, se trouvait en même temps le répartiteur des salaires,
faisant, comme nous dirions aujourd'hui, soumissionner telle partie,
telle voûte, tel pilier, tel portion de muraille par tel et tel
compagnon. C'est ce qui explique, dans un même édifice, ces différences
d'exécution que l'on remarque d'un pilier, d'une voûte, d'une travée à
l'autre, certaines variations dans les profils, etc. Les matériaux étant
fournis par celui qui faisait bâtir, ils étaient livrés à chacun de ces
compagnons après avoir été tracés par le maître de l'oeuvre, car le
maître de l'oeuvre était forcément appareilleur[272]. Le système de
construction admis par les architectes du moyen âge les obligeait à se
mettre en rapport direct avec les ouvriers. Et encore aujourd'hui ne
peut-on procéder autrement quand on veut l'appliquer. Il résultait
naturellement de ces rapports continuels entre l'ordonnateur et
l'exécutant un cachet d'art très-fortement empreint sur les moindres
parties de l'oeuvre, comme l'expression d'une même pensée entre l'esprit
qui combinait et la main qui exécutait.

_Nous avons changé tout cela_, et de notre temps les intermédiaires
entre l'architecte qui travaille dans son cabinet et l'ouvrier qui
taille la pierre sont si nombreux, se connaissent si peu, que
l'exécution n'est qu'une empreinte effacée de la conception.

Nous sommes certainement des gens civilisés, mais nous le serions
davantage si, au lieu de manifester un dédain profond pour des
institutions que nous connaissons mal et qui nous donneraient quelque
peine à étudier, nous tentions d'en profiter. Ainsi, il est bien certain
qu'au moyen âge, entre le maître de l'oeuvre et l'ouvrier il n'y avait
pas la distance immense qui sépare aujourd'hui l'architecte des derniers
exécutants; ce n'était pas certes l'architecte qui se trouvait placé
plus bas sur les degrés de l'échelle intellectuelle, mais bien l'ouvrier
qui atteignait un degré supérieur. Pour ne parler que de la maçonnerie,
la manière dont les tracés sont compris par les tailleurs de pierre,
l'intelligence avec laquelle ils sont rendus, indique chez ceux-ci une
connaissance de la géométrie descriptive, des pénétrations de plans, que
nous avons grand-peine à trouver de notre temps chez les meilleurs
appareilleurs. L'exécution matérielle des tailles atteint toujours une
grande supériorité sur celle que nous obtenons en moyenne. Mais si nous
allons chercher des corps de métiers plus relevés, comme par exemple les
sculpteurs, les _tailleurs d'ymages_, il nous faut beaucoup d'années et
des soins infinis pour former des ouvriers en état de rivaliser avec
ceux du moyen âge.

De notre temps, les charpentiers forment le seul corps qui ait conservé
l'esprit des ouvriers du moyen âge. Ils sont organisés, ils ont conservé
l'_initiative_; n'est pas charpentier qui veut. Ils sont solidaires sur
un chantier, très-soumis au savoir du chef quand ils l'ont bien reconnu,
mais parfaitement dédaigneux pour son insuffisance si elle est
constatée, ce qui n'est pas long. Et parmi les ouvriers de bâtiment les
charpentiers qui ont su maintenir leur ancienne organisation sont en
moyenne les plus intelligents et les plus instruits.

On s'occupe beaucoup des ouvriers depuis quelques années; on pense à
assurer leur bien-être, à trouver des refuges pour leur vieillesse; le
côté matériel de leur existence s'est sensiblement amélioré. Mais pour
ce qui est du bâtiment, on ne s'est peut-être pas assez occupé de leur
instruction, de relever la _façon_. Le système de la concurrence, qui
certes présente de grands avantages, a aussi des inconvénients: il tend
à avilir la main d'oeuvre, à faire employer des hommes incapables de
préférence à des hommes habiles, parce que les premiers acceptent des
conditions de salaire inférieures, ou bien parce qu'ils font en moins de
temps et plus mal, il est vrai, tel travail demandé. Ce n'est pas là un
moyen propre à améliorer la situation morale de l'ouvrier. Les chantiers
ouverts sur plusieurs points de la France pour la restauration de nos
anciens édifices du moyen âge ont formé des pépinières d'exécutants
habiles, parce que, dans ces chantiers, la perfection de la
main-d'oeuvre est une condition inhérente au travail. Tout cela est à
considérer, mais ce qu'il faudrait, c'est un enseignement pour les
ouvriers de bâtiments; le système des corporations n'existe plus, il
serait nécessaire de le remplacer par un système d'enseignement
appliqué. En attendant, les architectes, sur leurs chantiers, peuvent
prendre une influence très-salutaire sur les ouvriers qu'ils emploient,
s'ils veulent se donner la peine de s'occuper directement du travail qui
leur est confié, et s'ils ne dédaignent pas de leur expliquer eux-mêmes
les moyens les plus propres à obtenir une exécution parfaite.

     [Note 272: Toutes les représentations de maître des oeuvres
     au moyen âge les montrent avec le grand compas d'appareilleur
     à la main. Si nous disons que le maître de l'oeuvre était
     forcément appareilleur, c'est qu'en effet, le système de
     l'architecture dite gothique admis, il est nécessaire que
     l'architecte trace lui-même les épures des divers membres de
     son édifice. Ce fait seul explique pourquoi ce système de
     construction est repoussé, comme indigne de notre état
     civilisé, par les maîtres des oeuvres de notre temps. C'est,
     à tout prendre, un assez dur métier que celui
     d'appareilleur.]



FIN DU TOME SIXIÈME.

TABLE PROVISOIRE

DES MOTS CONTENUS DANS LE TOME SIXIÈME.


G

Gable
Galerie
--de service des églises
--de service des palais
Galetas
Garde-corps, Garde-fous (voy. BALUSTRADES).
Gargouille
Gaufrure
Giron
Girouette
Gnomon
Gond
Gorge
Gothique (voy. ARCHITECTURE).
Gousset
Goût
Gouttière (voy. GARGOUILLE).
Grange
Griffe
Grillage
Grille
Grisaille (voy. VERRIÈRE).
Guette
Guichet
Gypserie

H

Halle
Herse
Heurtoir
Hôpital (voy. HÔTEL-DIEU).
Horloge
Hôtel
Hôtel-de-Ville
Hôtel-Dieu
Hôtellerie
Hourd
Hourdage (voy. HOURD).
Hourdis
Huis
Huisserie (voy. MENUISERIE).

I

Imagerie
Imbrication
Incrustation
intra-dos

J

Jambage
Jambette
Jardin
Jessé
Joint
Jubé
Jugement dernier

K

Karnel (voy. CRÉNAU).
Keminée (voy. CHEMINÉE).

L

Labyrinthe
Lambourde
Lambris
Lanterne des morts
Larmier
Latrines
Lavabo
Lavatoire
Légende
Lice
Lien
Lierne
Limon
Linçoir
Linteau
Lis (fleur de) (voy. FLORE).
Lit
Loge
Lucarne
Lunette

M

Mâchicoulis
Maçonnerie
Main-courante
Maison
--des villes
--des champs
Manoir
Marbre
Marché (voy. HALLE).
Marqueterie (v. MENUISERIE).
Meneau
Menuiserie
--Clôtures, claires-voies,
  clotets, lambris
--Huis
Menuiserie, Voussures, plafonds,
       tambours
--Marqueterie
Meurtrière
Miséricorde
Mitre
Moellon
Montoir
Mortaise
Mortier
Mosaïque
Moustier (voy. ARCHITECTURE MONASTIQUE).

N

Naissance
Narthex
Nef
Niche
Nimbe
Noue
Noyau

O

Oeil
Ogive
Oratoire
Orgue (voy. BUFFET).
Ossuaire
Oubliettes
Ouvrier



FIN DE LA TABLE PROVISOIRE DU TOME SIXIÈME.

Paris.--Imprimé chez Bonaventure et Ducessois, 55, quai des Augustins.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (6/9)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home