Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Catherine de Médicis (1519-1589)
Author: Mariéjol, Jean-H., 1855-1934
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Catherine de Médicis (1519-1589)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by www.archive.org



Jean-H. MARIÉJOL
Professeur à la Faculté des Lettres de l'Université de Lyon.


CATHERINE
DE MÉDICIS

(1519-1589)

_DEUXIÈME ÉDITION_



LIBRAIRIE HACHETTE
79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, PARIS

1920



A LA MÊME LIBRAIRIE

HISTOIRE DE FRANCE ILLUSTRÉE,
publiée sous la direction de M. E. Lavisse
TOME VI
par M. Jean-H. MARIÉJOL

1re Partie.--LA RÉFORME ET LA LIGUE.
L'ÉDIT DE NANTES.
2e Partie.--HENRI IV ET LOUIS XIII.
Deux volumes in-8 illustrés, chaque volume:
Broché... 20 fr.; Relié... 35 fr.



Tous droits de traduction, de reproduction,
et d'adaptation réservés pour tous pays.
_Copyright_, par _Librairie Hachette, 1920_.



PRÉFACE


Cette biographie n'est ni un plaidoyer, ni un réquisitoire, ni une
satire, ni un panégyrique, mais une histoire aussi objective que
possible de la vie et du gouvernement de Catherine de Médicis.

Le sujet n'a jamais été traité en son ensemble et il est en effet vaste,
complexe et divers. Née d'un père florentin et d'une mère française,
élevée en Italie jusqu'à l'âge de quatorze ans et depuis fixée en France
par son mariage avec un fils de François Ier, Catherine participait de
deux pays et de deux civilisations. Épouse aimante, docile, effacée
d'Henri II et Reine-mère très puissante, elle dirigea presque
souverainement les affaires du royaume, pendant plus d'un quart de
siècle, au nom de Charles IX et d'Henri III, ses fils. La lutte entre le
parti protestant et l'État catholique commençait quand elle prit le
pouvoir, et elle le garda jusqu'à sa mort parmi les résistances, les
troubles et les guerres que provoqua dans toutes les provinces et dans
toutes les classes le conflit des passions religieuses, des intérêts
politiques, des ambitions personnelles.

Mais l'œuvre est difficile moins par son étendue et sa variété que par
l'effort d'impartialité quelle exige. Le massacre de la Saint-Barthélemy
est si odieux que l'horreur en rejaillit sur tous les actes de celle qui
le décida et qu'on a peine à se défendre de la juger uniquement sur
cette crise de fureur. L'excès contraire, et celui-là inexcusable, ce
serait, par réaction contre cet instinct d'humanité, de vouloir
l'absoudre et l'innocenter en tout. Mais, tout en répugnant au paradoxe
d'une réhabilitation, on a bien le droit de se demander si ce crime de
l'ambition et de la peur est l'indice d'une nature perverse. La plupart
des historiens représentent cette grande coupable comme indifférente au
bien et au mal, n'aimant rien ni personne, fausse, perfide et
foncièrement cruelle, en un mot, comme une criminelle-née. Ils ont l'air
d'oublier qu'elle passait pour douce et bénigne et qu'au début de son
gouvernement elle se montra capable de bonnes intentions et de bonnes
actions. J'ai vérifié les causes de cette réprobation absolue et
j'expose ici le résultat de mes recherches. Je pense avoir découvert une
Catherine assez différente du Machiavel féminin de la légende ou de
l'histoire et qui n'est ni si noire ni si grande. Peut-être me suis-je
trompé, mais c'est de très bonne foi, et l'on se convaincra, je
l'espère, après m'avoir lu jusqu'au bout, que mon erreur, si erreur il y
a, n'est pas sans excuses.

Avant que la correspondance de Catherine de Médicis fût publiée, je
n'aurais eu ni le moyen ni même l'idée d'écrire ce livre. Les lettres,
surtout les lettres familières, où l'on n'a pas intérêt à dissimuler,
sont la source d'information la plus sûre sur les pensées et les
arrière-pensées. La plupart reposaient dans les Archives publiques ou
privées, et le peu qui en avait paru était dispersé dans toutes sortes
d'ouvrages. Le comte Hector de La Ferrière entreprit, et, lui mort, M.
le comte Baguenault de Puchesse, avec une méthode rigoureuse, acheva de
réunir l'inédit et l'imprimé dans un seul recueil. Le tout remplit dix
volumes de la Collection des Documents inédits relatifs à l'Histoire de
France et mérite d'être cité, à côté des_ Lettres Missives d'Henri IV,
_comme une œuvre qui fait très grand honneur à l'érudition française.
S'il est étrange que le premier en date des deux éditeurs ait, pour
rendre ses préfaces plus alertes et vivantes, coupé en dialogues des
rapports et des dépêches d'ambassadeurs, s'il se rencontre en cet
immense travail quelques erreurs de datation ou d'identification, la
coquetterie de la forme et de légères imperfections de fond, qu'un
erratum peut facilement corriger, ne doivent pas faire oublier
l'importance du service rendu.

Que saurait-on exactement, sans toutes ces lettres, du caractère de
Catherine, de ses goûts, de ses sentiments, de ses projets, de ses
illusions, de ses rêves, de toutes les manifestations de la personnalité
qui échappent le plus souvent à l'histoire officielle? Si elles
n'apprennent rien sur son éducation italienne, elles permettent
d'apprécier, au cours de sa vie en France, sa formation intellectuelle,
son tour d'esprit, sa sagesse mondaine, l'agrément de son commerce, ses
qualités d'épistolière, de diplomate, d'orateur, de politique. Elles
expliquent ses ambitions, ses variations, ses contradictions, ses
complaisances: amour conjugal et partage avec la favorite Diane de
Poitiers, tendresse maternelle et jalousie du pouvoir, tolérance
religieuse et guerre d'extermination, alliances catholiques et alliances
protestantes, lutte contre l'Espagne et capitulation devant la Ligue.
Lues et relues de suite et de près, complétées, éclairées, rectifiées
l'une par l'autre, elles aident à deviner sous la teinte des attitudes
une femme d'État dont la maîtrise sur elle-même fut la grande vertu.
Assurément, ces investigations ne sont pas toujours favorables à
Catherine, et souvent elles lui sont contraires. On la prend, malgré ses
échappatoires, en flagrant délit de mauvaise foi, de ruse et de
mensonge. Le principal mérite de sa correspondance, c'est que, sans le
vouloir, elle s'y peint elle-même au naturel en bien comme en mal.

Aussi est-elle mon meilleur témoin. On voudra bien se souvenir que
j'écris une biographie de Catherine de Médicis, et non l'histoire de son
temps. J'ai donc raconté en détail les événements où elle a joué un
rôle, mais je me suis borné pour les autres aux traits et aux
circonstances qui pouvaient servir de cadre et d'éclaircissement à son
action. Les lecteurs qui seraient curieux d'en savoir davantage sur
l'administration, la politique générale et la guerre n'ont qu'à se
reporter au tome VI. I de l'Histoire de France de Lavisse. Grâce à ce
départ, j'ai pu resserrer en un volume de quatre cents pages le cours de
cette existence et si longue et si pleine. Qu'il s'agisse de l'enfance
et de la première jeunesse de Catherine en Italie, de son mariage avec
un fils de France, de sa vie de Dauphine et de Reine et de son
gouvernement pendant le règne de ses fils, c'est d'elle toujours et
principalement d'elle qu'il sera question.

Mon sujet était si restreint et si particulier qu'il n'exigeait pas
absolument de nouvelles recherches d'archives. Il suffisait, pour mener
à bien une étude psychologique de cette Médicis française, de recourir
par-dessus tous les autres documents, à ses Lettres. Même réduite à
cette proportion, c'était, je crois, une œuvre utile. Cette
correspondance risquerait, comme tant d'autres monuments imprimés, de
dormir dans le silence des Bibliothèques du demi-sommeil de l'inédit, si
quelques indiscrets, dont je suis, ne s'avisaient de les toucher d'une
main amie. Les Préfaces même, ces préfaces si bien informées, qui
pourraient servir tout au moins de guide aux curieux, font tellement
corps avec les grands in-quarto qu'elles restent comme eux un objet
lointain d'admiration et de respect,_ major e longinquo reverentia. _Il
est bon que des vulgarisateurs se dévouent, pour la gloire même des
érudits, à signaler au public lettré, dans des livres plus maniables, ce
que ces immenses travaux de découverte, de collation, de critique
ajoutent à la connaissance du temps passé et aux progrès de la vérité
historique. Et ce n'est même pas assez. Il serait mieux encore de
choisir dans la masse des textes ceux qui sont le plus capables d'aider
le lecteur à se faire une opinion aussi personnelle que possible des
événements et des hommes d'autrefois. J'ai à cette intention cité dans
ce livre, et presque à chaque page, les lettres de Catherine en prenant
le soin toutefois d'encadrer ces extraits et de les mettre en leur
meilleur jour. Je l'aurais laissée parler toute seule si je l'avais pu.
Mais il y a telle époque, comme celle de son enfance, où Catherine ne
pouvait pas se raconter, et plus tard des circonstances où elle ne l'a
pas voulu. Il a fallu alors de toute nécessité que j'intervinsse pour
reconstituer sa vie à l'aide d'autres témoignages.

J'aurais voulu épargner à mes lecteurs l'effort auquel oblige
l'orthographe du XVIe siècle. Elle n'est pas seulement différente de la
nôtre: elle est incohérente, parce que personnelle. On ne peut pas
parler de faute et d'ignorance quand il n'y a pas encore de règle
établie. Les imprimeurs naturellement tendent à l'uniformité, mais ils
n'ont d'action directe que sur les écrivains et les rédacteurs de
papiers publics. Le reste, c'est-à-dire à peu près tout le monde, écrit
à sa guise, d'après le souvenir imprécis de ses yeux ou de ses oreilles,
et quelquefois, dans la même page ou dans la même phrase le même mot se
présente figuré de deux ou trois manières. Aussi les publications
d'inédit de notre temps ont un aspect d'autant plus rébarbatif qu'elles
sont en général plus consciencieuses et plus fidèles. Ajoutons que, pour
augmenter la bigarrure, les minutes étant souvent perdues, il ne reste
que des copies faites plusieurs années ou même un siècle après par des
gens qui dénaturaient à la mode de leur époque l'orthographe du modèle.
J'avais pensé d'abord à corriger tous ces textes et à les ramener à une
forme commune, mais quelle forme? Celle de mon choix, puisqu'au XVIe
siècle il n'y en a point d'universellement admise. Mais je ne me suis
pas senti le courage, n'étant pas grammairien, de prendre une pareille
responsabilité. J'ai donc reproduit les textes tels qu'ils se
rencontraient dans les meilleures éditions dont je me suis servi. C'est
un habit d'arlequin, j'en conviens, mais il n'en faut accuser que la
diversité des temps et des personnes. Quant à la graphie de Catherine,
elle est parfois si purement phonétique, que j'ai été obligé, pour
comprendre certains passages, de les lire à haute voix au lieu de les
parcourir des yeux. Le mélange de sons et de mots italiens la fait
paraître encore plus étrange. J'ai, pour la clarté du sens, modernisé ou
francisé entre parenthèses ce qui me paraissait inintelligible. Et même
dans les citations les plus longues, quand les obscurités abondaient
trop, j'ai pris le parti de reproduire l'original et d'en donner en
note--le mot n'est qu'un peu fort--une traduction.

Il est probable que j'ai commis dans le récit des événements des erreurs
de dates ou de faits (sans parler des fautes d'impression), mais je ne
crois pas qu'il y en ait d'essentielles et qui infirment mes
conclusions, et c'est là ce qui importe. Assurément il vaut mieux être
exact jusqu'à la minutie, mais, outre qu'il n'est pas toujours facile de
mettre d'accord les contemporains et qu'il faut choisir quelquefois,
sans contrôle possible, entre différentes indications chronologiques et
historiques, il est inévitable que l'auteur, en un si long effort, soit
sujet à quelques défaillances. Se tromper d'un ou même de plusieurs
jours et sur certains détails, le mal n'est pas bien grand quand l'ordre
des événements n'est pas interverti et que l'effet n'est pas pris pour
la cause ou réciproquement. Ce sont peccadilles qui paraîtront, je
l'espère, pardonnables surtout à ceux qui auront le plaisir de les
relever.

Je m'excuse enfin de n'avoir pas joint à cette courte biographie une
bibliographie très complète; il y faudrait celle des trois quarts du
XVIe siècle. Je me suis borné à indiquer en tête du volume, et surtout
au bas des pages, les recueils de documents et les livres dont je me
suis le plus servi. Je renvoie pour les autres, c'est-à-dire pour le
plus grand nombre, à l'Histoire de France de Lavisse, t. V. 2 et t. VI.
1[1]. On y trouvera catalogués à leur place les ouvrages que j'ai
consultés ou suivis pour le récit général des faits, sans avoir pris
toujours la peine de les citer à nouveau. Mais je n'ai pas manqué de
dire et même de redire mes références toutes les fois qu'il s'agissait
de rectifier une erreur ou d'établir une vérité dans la vie, le rôle et
le gouvernement de Catherine de Médicis.

      [Note 1: On trouvera la plupart des indications
      bio-bibliographiques réunies dans le _Manuel de Bibliographie
      biographique et d'iconographie des Femmes célèbres, par un vieux
      bibliophile_, (Ungherini), 1892. Turin-Paris, Col.
      133-135;--_Supplément_ (1900), Col. 94-95;--_Second et dernier
      supplément_ (1905). Col. 39-40.]



CATHERINE de MÉDICIS



_CHAPITRE PREMIER_

LA JEUNESSE DE CATHERINE DE MÉDICIS


CATHERINE de Médicis, la Catherine des Guerres de Religion, bru de
François Ier, femme d'Henri II, mère des trois derniers rois de la
dynastie des Valois-Angoulême, et qui gouverna presque souverainement le
royaume sous deux de ses fils, Charles IX et Henri III, n'était pas de
pure race florentine. Elle avait pour père Laurent de Médicis,
petit-fils de Laurent le Magnifique, mais sa mère était une Française de
la plus haute aristocratie, Madeleine de La Tour d'Auvergne, comtesse de
Boulogne.

Ce mariage d'une jeune fille apparentée à la famille royale avec le
neveu du pape Léon X, fut, comme le sera celui d'Henri de Valois avec
Catherine de Médicis, nièce du pape Clément VII, un calcul de la
diplomatie française.

Après la victoire de Marignan et la conquête du Milanais, François Ier,
désireux de changer en alliance la paix qu'il venait d'imposer à Léon X,
avait pris rendez-vous avec lui à Bologne, et là, dans les entretiens où
fut ébauché le plan du Concordat (déc. 1515), il lui parla de ses
projets sur Naples. Le Saint-Siège étant le suzerain de droit de ce
royaume, dont les Espagnols étaient les maîtres de fait, il offrait au
Pape, en échange de l'investiture, de favoriser ses ambitions de
famille[2]. Léon X, qui avait autant à cœur l'intérêt des siens que le
repos de la chrétienté, accueillit bien les avances du Roi et ne
découragea pas ses prétentions; des avantages qui s'annonçaient
immédiats pouvaient bien être payés d'un vague acquiescement à des rêves
de conquêtes. Les Médicis, qui avaient recouvré leur pouvoir à Florence
en 1512, après un exil de dix-huit ans, devaient craindre que le parti
républicain, mal résigné, ne cherchât, conformément à ses traditions,
encouragement et secours auprès du roi de France. L'amitié de François
Ier, leur proche voisin à Milan et à Plaisance, les garantissait contre
les complots et les agressions. Elle leur permettait par surcroît les
grands desseins.

      [Note 2: A. de Reumont, _La Jeunesse de Catherine de Médicis_,
      ouvrage traduit, annoté et augmenté par Armand Baschet, Paris,
      1866, p. 247-248: lettre de François Ier à Laurent de Médicis, 4
      fév. 1516, dont on n'a pas jusqu'ici tiré parti.]

De la descendance légitime de Côme l'Ancien, il ne restait que trois
mâles, le Pape, son frère Julien--qui mourut d'ailleurs à la fin de
1516,--et Laurent, le fils de son frère aîné. Sur ce neveu reposait
l'avenir de la dynastie. Léon X le fit reconnaître par le peuple chef de
la République (après la mort de Julien). En même temps, il le nomma
capitaine général de l'Église, et il lui conféra le duché d'Urbin, un
fief pontifical, dont il dépouilla le titulaire, François-Marie de La
Rovere, que son oncle, Jules II, en avait investi. Il n'aurait pas
risqué ce coup d'autorité (1517) et la guerre qui s'ensuivit, sans la
connivence du maître de Plaisance et de Milan. François Ier applaudit à
cet acte de népotisme. Dans une lettre d'Amboise, du 26 septembre 1517,
il félicitait le nouveau duc de ces faveurs qui en présageaient
d'autres, ajoutant: «C'est ce que pour ma part je désire beaucoup et de
vous y aider de mon pouvoir et en outre de vous marier à quelque belle
et bonne dame de grande et grosse parenté et ma parente, afin que
l'amour que je vous porte aille s'augmentant et se renforçant encore
plus fort (_rinforzi piu forte_)»[3].

      [Note 3: Reumont-Baschet, p. 251. Le texte de la lettre est en
      italien.]

Les Médicis étaient des parvenus de trop fraîche date pour n'être pas
flattés d'un cousinage, si lointain qu'il fût, avec la Maison de France.
Laurent n'était, comme Côme l'Ancien et Laurent le Magnifique, qu'un
citoyen privilégié entre tous, investi par un vote du peuple du droit
d'occuper, sans exclusions légales ni condition d'âge, toutes les
magistratures, et qui, s'il ne les exerçait pas, employait les moyens et
les expédients légaux pour y faire élire ses parents et ses clients. II
était, non le souverain de Florence mais le chef de la Cité (_capo della
Citta_). Aussi ses prédécesseurs avaient-ils longtemps borné leurs
ambitions matrimoniales à s'allier avec les autres grandes familles
florentines ou avec l'aristocratie romaine. Laurent le Magnifique avait
épousé une Orsini, et fait épouser une autre Orsini, Alfonsina, à son
fils Pierre. Des trois sœurs de Léon X, l'une, Madeleine, était mariée
au fils du pape Innocent VIII, François Cibo; les deux autres, Lucrèce
et Contessina, à de riches Florentins, Jacques Salviati et Pierre
Ridolfi. Sa nièce germaine, Clarice, sœur de Laurent, avait été, pendant
le long bannissement des siens (1494-1512), fiancée à un simple
gentilhomme, Balhazar Castiglione, l'auteur du _Cortigiano_, ce célèbre
traité des perfections du courtisan, et finalement elle était devenue la
femme d'un grand banquier florentin, Philippe Strozzi[4]. Mais Léon X,
après le rétablissement des Médicis à Florence (1512) et son élévation
au souverain pontificat (1513), prétendit à de plus hautes alliances. Il
avait marié, en février 1515, son frère Julien à une princesse de la
maison de Savoie, Philiberte, laide, quelque peu bossue et maigrement
dotée à titre viager de revenus patrimoniaux, mais sœur d'un prince
régnant de vieille race, Charles III, et de la reine-mère de France,
Louise de Savoie[5]. Il accepta bien volontiers l'offre d'un mariage
princier en France. Il fut question pour Laurent d'une fille de Jean
d'Albret, roi de Navarre, mais, la négociation matrimoniale traînant,
Madeleine (Magdelaine ou Magdeleine) de La Tour d'Auvergne, comtesse de
Boulogne, fut choisie.

      [Note 4: La généalogie des descendants de Côme l'Ancien, dans
      Litta, _Famiglie celebri italiane_. t. XII, tables VIII-XI. Cf
      Roscoë. _Vie de Laurent le Magnifique_, trad. Thirot, t. II. p.
      190.]

      [Note 5: Samuel Guichenon, _Histoire généalogique de la royale
      maison de Savoye_, 1660, t. I, p. 606.]

La mère de Madeleine, Jeanne de Bourbon-Vendôme, était une princesse du
sang, veuve en premières noces d'un prince du sang, Jean II, duc de
Bourbon, le frère aîné de Pierre de Beaujeu. Son père, Jean III de La
Tour, mort en 1501, était de la maison de Boulogne qui faisait remonter
son origine aux anciens ducs d'Aquitaine, comtes d'Auvergne[6]. Il
possédait au centre du royaume les comtés de Clermont et d'Auvergne et
les baronnies de La Tour et de La Chaise avec leurs appartenances et
dépendances;--au midi, les comtés de Lauraguais et de Castres, «et
autres choses baillées par le feu roy (Louis XII) au comte Bertrand
(père de Jean III) en récompense (en compensation) du comté de
Boulogne», dont les rois de France s'étaient saisis;--et çà et là, en
Limousin et en Berry, quelques seigneuries: toutes terres et droits[7],
qui ensemble, avec les propres de sa femme, lui constituaient environ
120,000 livres de revenu[8].

      [Note 6: Baluze, _Histoire généalogique de la maison d'Auvergne_,
      t. I, Préface et p. 350-352.]

      [Note 7: Sur les biens de cette famille, Baluze, t. II (Preuves),
      p. 687-692.--Cf. Testament de Catherine, _Lettres_, IX, p. 496;
      oraison funèbre de la Reine-mère, par l'archevêque de Bourges
      Renaud de Beaune, _Lettres_, IX, p. 504; une note de 1585 sur la
      garde des châteaux du comté d'Auvergne et de la baronnie de La
      Tour, Mercurol, Ybois, Montredon, Busseol, Copel, Crems, de La
      Tour, _Lettres_, VIII, 485-486, et X, 471. Catherine, après la
      mort de sa sœur et de son beau-frère avait recueilli tout
      l'héritage de son père. La bibliothèque de Chantilly possède un
      beau terrier illustré du domaine de Besse (près du château de
      Montredon). Brantôme fait valoir les grands biens de Catherine,
      _Œuvres_, VII, p. 338.]

      [Note 8: C'est-à-dire 470 000 francs de notre monnaie en valeur
      absolue, et peut-être un million en valeur relative. D'Avenel,
      _Histoire économique de la propriété_, etc., I, p. 481, estime que
      la livre tournois (monnaie de compte) équivalait, de 1512 à 1542,
      à 18 grammes en poids d'argent, c'est-à-dire à 3 fr. 92 de notre
      monnaie. Les tables de Wailly, _Variations de la livre tournois_,
      1857, donnent un chiffre un peu différent.]

La sœur aînée de Madeleine, Anne, avait épousé un Écossais, Jean Stuart,
duc d'Albany et comte de la Marche, tuteur du roi d'Écosse, Jacques V.
Les demoiselles de La Tour Boulogne étaient donc de très riches partis.

François Ier espérait tant pour ses entreprises italiennes de son
entente avec le Pape qu'il célébra le mariage à Amboise avec autant de
magnificence que si c'eût été celui d'une de ses filles avec un
souverain étranger (28 avril 1518). Il donna à l'époux une compagnie de
gendarmes et le Collier de l'Ordre (de Saint-Michel), il dota l'épouse
d'une pension de dix mille écus sur le comté de Lavaur. Au banquet de
noces, il les fit asseoir à sa table. Le service était solennel; les
plats arrivaient annoncés par des sonneries de trompettes. Trois jours
avant, au baptême du Dauphin que Laurent tint sur les fonts pour Léon X,
il y avait eu des danses et un ballet où figuraient soixante-douze
dames, réparties en six groupes diversement «desguisés», dont un à
l'italienne, avec masques et tambourins. De nouveau, le soir du mariage,
à la lumière des torches et des flambeaux, qui éclairaient comme en
plein jour, «fut dansée et ballées jusques à ungne heure après minuict».
Un festin suivit jusqu'à deux heures, et alors, dit le jeune Florange,
qui enviait peut-être le bonheur de cet Italien, on mena coucher la
mariée, «qui estoit trop plus belle que le mariez».

Le lendemain se firent «les joutes les plus belles qui furent oncques
faictes en France». «Et fut là huyt jours le combat dedans les lisses et
dehors les lisses, et à piedt et à la barrière, où à tous ces combatz,
estoit ledict duc d'Urbin, nouveau mariez, qui faisoit, dit avec quelque
ironie le narrateur jaloux, le mieulx qu'ilz povoit devant sa mye.»

Ce que Florange ne dit pas, c'est que le duc d'Urbin n'était pas
complètement remis d'une arquebusade à la tête, qu'il avait reçue
pendant la conquête d'Urbin. Aussi se garda-t-on de l'exposer dans un
tournoi, qui représentait trop fidèlement le siège et la délivrance
d'une place forte, «contrefaicte de boys et fossés», et défendue par
quatre grosses «quennons (pièces de canon) faictes de boys chelez
(cerclé) de fer», tirant «avecque de la pouldre». Les assiégés,
renforcés par un secours, que le Roi leur amena, sortirent à la
rencontre des assiégeants. L'artillerie des remparts lançait de «grosses
balles plaines de vent, aussi grosse que le cul d'ung tonneau», qui,
bondissant et rebondissant, frappaient les hommes et «les ruoient par
terre sans leur faire mal.» Mais le choc des deux troupes, «ce
passe-tamps... le plus approchant du naturel de la guerre», fut si rude
qu'il y eut «beaulcoup de tuez et affolez[9]».

      [Note 9: _Mémoires du maréchal de Florange, dit le jeune
      Adventureux_, p. p. la Société de l'Histoire de France par Robert
      Goubaux et P.-André Lemoisne, I (1505-1521), 1913, p. 222-226.]

Le Pape fit même étalage de contentement. Il envoya à Madeleine et à la
famille royale des cadeaux qui furent estimés 300 000 ducats. La
Reine-régnante, Claude, qui venait d'avoir son second enfant, eut pour
sa part la _Sainte Famille_ de Raphaël, et le Roi reçut de Laurent le
_Saint Michel terrassant le Dragon_, deux tableaux symboliques, qui
comptent parmi les chefs-d'œuvre du Louvre.

Léon X avait, plus que François Ier, lieu de se réjouir; il ne se
repaissait pas seulement d'espérances. Il avait déjà retiré les profits
de l'alliance et, à part soi, il était décidé à en répudier les
obligations. Sans doute, il appréhendait la puissance du jeune roi de
Naples, Charles, déjà souverain des Pays-Bas, de l'Espagne et du
Nouveau-Monde, et qui hériterait à la mort de l'empereur Maximilien, son
grand-père, des domaines de la Maison d'Autriche et peut-être de la
dignité impériale. Mais il estimait que les Français, s'ils joignaient
Naples à Milan, ne seraient pas moins dangereux pour la liberté de
l'Italie et l'indépendance du Saint-Siège. Il voulait, unissant Rome et
Florence, constituer au centre de la péninsule une sorte d'État à deux
têtes, ecclésiastique et laïque, assez fort pour se faire respecter de
ces grandes puissances étrangères et capables avec l'aide de l'une de
s'opposer aux empiètements de l'autre. A-t-il rêvé encore, comme le
racontait plus tard le pape Clément VII à l'historien Guichardin, de
détruire les «barbares» les uns par les autres et de les expulser tous
d'Italie? Mais, même pour servir de contrepoids à la prépondérance
espagnole ou française, il fallait que le groupement romano-florentin
fût compact et durable. Léon X avait donné le fief pontifical d'Urbin à
Laurent de Médicis, moins pour accroître ses revenus de 25 000
ducats[10] que pour resserrer les liens du Saint-Siège avec la
République de Florence. Lui-même, n'ayant que trente-six ans en 1513,
lors de son exaltation, pouvait compter sur un long pontificat. À tout
hasard, il avait fait cardinal son cousin germain de la main gauche,
Jules, pape en expectative et qui le fut en effet, mais non
immédiatement après lui. Deux autres Médicis, des enfants naturels
encore, alors tout petits, Hippolyte et Alexandre, en attendant les fils
de Laurent, s'il en avait, et sans compter les Cibo, les Salviati, les
Strozzi, les Ridolfi, qui étaient des Médicis par leurs mères,
assuraient le recrutement de la dynastie ecclésiastique à Rome. Il y
avait même une autre branche des Médicis, proche parente de la branche
régnante, et que son chef, Jean des Bandes Noires, illustrait à la
guerre[11]. Mais Léon X se défiait du fameux condottiere et préférait
les bâtards de son oncle, de son frère et de son neveu à cet
arrière-petit-cousin très légitime.

      [Note 10: C'est le chiffre donné par Pastor, _Histoire des Papes_,
      traduction française, t. VII, p. 122.]

      [Note 11: Litta, _Famiglie celebri italiane_, t. XII, table
      XII.--Gauthiez, _Jean des Bandes Noires_, Paris, 1901. Il y avait
      d'autres lignées collatérales, mais plus éloignées. L'un de ces
      Médicis, de la branche des Chiarissimi, Ottaviano, fut le père du
      pape Léon XI, qui ne régna que quelques mois. Voir Litta,
      _Famiglie_, t. XII, table XX. Le pape Pie IV (1559-1565) était un
      Médicis de Milan.]

Les contemporains, qui avaient vu les deux Borgia, le pape et son fils,
s'acharner à la destruction de la féodalité romaine, supposaient que
César Borgia avait voulu unifier l'État pontifical pour l'accaparer à
son profit, ou, comme on dit, le séculariser. Ils s'attendaient toujours
à quelque recommencement. L'ancien secrétaire de la République
florentine, Machiavel, disgracié à la rentrée des Médicis et qui
occupait ses loisirs à établir les lois de la science politique, dédia à
Laurent son livre du _Prince_, où il exposait dogmatiquement, sans souci
du bien ni du mal, les moyens de fonder et de conserver un État (1519).
Suspect, pauvre et malade, il parlait au chef de la Cité, non en
quémandeur, mais en conseiller. Machiavel était de ces Italiens qui
rêvaient d'indépendance, à défaut d'unité, et qui détestaient la
monarchie pontificale, ce gouvernement de prêtres, comme incapable de la
procurer[12]. Mais ils la savaient assez puissante au dedans et assez
influente au dehors pour s'opposer, soit avec ses propres forces, soit
avec l'aide des étrangers, à toute tentative qui ne viendrait pas
d'elle. Aussi ces ennemis du pouvoir temporel voyaient-ils avec faveur
grandir un fils d'Alexandre VI, comme César, ou un neveu de Léon X,
comme Laurent, hommes d'épée de l'Église, et qui pourraient être tentés
d'usurper sa puissance au grand profit de l'Italie[13].

      [Note 12: Francesco Flamini, _Il Cinquecento_ (t. VI de la _Storia
      litteraria d'Italia_, éd. Vallardi), s.d. ch. I de la première
      partie. _Il pensiero politico_, passim, p. 24-25, 31 et
      bibliographie, p. 527 sqq., et surtout le terrible passage des
      _Discorsi sopra la prima Deca di Tito-Livio_; liv. I, ch. XII, qui
      commence ainsi: «Abbiamo adunque con la Chiesa e con i preti noi
      Italiani...», éd du _Prince_ et des _Discours_, Turin, 1852, p.
      139.]

      [Note 13: L'idée de fond de Machiavel, elle est probablement dans
      le chapitre XXVI et dernier du _Prince_, où il exhorte les
      Médicis, appuyés de leur «vertu» et favorisés de Dieu et de
      l'Église, dont l'un d'entre eux (Léon X) est le souverain, à
      saisir la bannière et à marcher, suivis de tous les Italiens, à la
      «rédemption» de l'Italie. Pasquale Villari, _Niccolò Machiavelli e
      i suoi tempi_, 2e éd. 1895, t. II, p. 413-414. _Il Principe_, ch.
      XXVI, éd. de Turin, p. 99-101.]

Mais Laurent de Médicis emporta en mourant les rêves du penseur laïque
et les espérances du Pape. C'était un brave soldat, sinon un capitaine.
Il passait, comme sa mère, Alfonsina Orsini, pour orgueilleux et
autoritaire; il s'isolait de ses concitoyens, et Léon X l'avait, dit-on,
sévèrement repris de les regarder comme des sujets. Il ne s'était jamais
complètement remis du coup d'arquebuse reçu dans la campagne d'Urbin et
aussi, s'il fallait en croire quelques chroniqueurs français ou
italiens, d'un mal qui aurait dû retarder, sinon empêcher son mariage.
Madeleine aurait épousé le mari et le reste[14].

      [Note 14: Florange, p. 224, Cambi, _Istorie_ dans les _Delizie
      degli Eruditi toscani_, p. p. Ildefonso di San Luigi, t. XXIII, p.
      145.]

Cette belle jeune Française avait fait son entrée à Florence le 7
septembre 1518. Elle tenait à plaire et elle y réussit. C'était, dit le
frère Giuliano Ughi, «une gentille dame, belle et sage, et gracieuse et
très vertueuse (_onestissima_)»[15].

      [Note 15: _Cronica di Firenze dell' anno_ 1501 _al_ 1546, Append.
      à l'_Archivio storico italiano_, t. VII (1849), p. 133.]

Mais elle eut juste le temps de se faire regretter: le 13 avril 1519,
elle accoucha d'une fille--c'était la future reine de France--et quinze
jours après (28 avril), elle mourut de la fièvre. Laurent, qui, depuis
le mois de décembre, gardait le lit ou la chambre, ne lui survécut que
quelques jours (4 mai).

L'enfant avait été baptisée le samedi 16 avril à l'église de
Saint-Laurent, la paroisse de Médicis, par le Révérend Père Lionardo
Buonafede, administrateur de l'hôpital de Santa Maria Nuova, en présence
de ses parrains et marraines: Francesco d'Arezzo, général de l'Ordre des
Servites, Francesco Campana, prieur de Saint-Laurent, sœur Speranza de'
Signorini, abbesse des Murate, Clara degli Albizzi, prieure du couvent
d'Annalena, Pagolo di Orlando de' Medici, et Giovanni Battista dei
Nobili, deux ecclésiastiques, deux nonnes et deux membres de
l'aristocratie florentine[16]. Elle reçut les prénoms de Catherine et de
Marie, l'un qui lui venait de sa mère ou de son arrière grand'mère
paternelle[17], l'autre de la Madone, à qui le jour du samedi est plus
particulièrement consacré. François Ier avait promis de tenir sur les
fonts baptismaux le premier enfant de Laurent et de Madeleine, si
c'était une fille. Mais l'état des parents ne laissa pas le temps de
prendre ses ordres.

      [Note 16: Acte de baptême rapporté par Trollope, _The Girlhood of
      Catherine de Medici_, Londres, 1856, p. 345. Le nom et le pays de
      la mère ont été dénaturés par le scribe ou le copiste: Maddalena
      di Manone Milanese (_sic_) in Francia allevata.]

      [Note 17: Le prénom de Romola, qu'il était d'usage, paraît-il, en
      ce temps-là d'ajouter à celui des nobles Florentines, en souvenir
      de Romulus, le prétendu fondateur de Fesulae (Fiesole), métropole
      de Florence, n'est pas mentionné dans l'acte de baptême. Celui de
      Catherine, que personne jusqu'ici ne s'est avisé d'expliquer, fut
      donné peut-être à l'enfant en mémoire de sa bisaïeule en ligne
      paternelle, Caterina d'Amerigo San Severino, mère d'Alfonsina et
      grand'mère de Laurent (voir Litta, _Famiglie celebri italiane_, t.
      XXI, table XXIII). Une cousine germaine de Laurent, fille de
      Madeleine de Médicis et de François Cibo et femme de Jean-Marie
      Varano, duc de Camerino, s'appelait aussi Catherine. Mais il n'est
      pas impossible que ce prénom vînt à Catherine de sa mère. Celle-ci
      n'a pas d'autre prénom que Madeleine dans l'arbre généalogique de
      la maison d'Auvergne dressé par Baluze, mais il n'en faut pas
      conclure que ce fût nécessairement le seul, ces sortes de tableaux
      étant souvent incomplets. Le contraire peut se déduire d'une
      lettre où Vasari, un peintre florentin, fameux surtout comme
      historien de la peinture italienne, engageait l'évêque de Paris,
      Pierre de Gondi (5 octobre 1569), à recommander comme une
      obligation de bienséance à Catherine de Médicis, alors
      toute-puissante pendant le règne de son fils Charles IX, de fonder
      à Florence un service pour le repos de l'âme de sa mère, de son
      père et de son frère naturel, Alexandre (Vasari, _Opere_, éd.
      Milanesi, 1878-1885, t. VIII, p. 441-442). C'étaient, disait-il,
      de tous les Médicis les seuls qui n'eussent pas leur obit. Il
      proposait de placer celui de la mère de Catherine le lendemain de
      la fête de sainte Catherine: celui de son père Laurent, le
      lendemain de la saint-Laurent, «comme le jour après saint Côme il
      se fait pour Côme l'ancien». Le service étant, comme on le voit
      par l'exemple de Côme et de Laurent, placé le lendemain de la fête
      de leur patron, il n'est pas déraisonnable de conclure que
      Madeleine s'appelait Catherine comme sa fille, puisque la messe de
      _Requiem_ devait être dite le lendemain de la Sainte-Catherine (26
      novembre).]

En août, Catherine fut malade à mourir. Léon X en fut très affecté,
contrairement à son habitude de prendre légèrement les mauvaises
nouvelles. Elle se rétablit vite, et, en octobre, elle fut amenée à Rome
par sa grand'mère, Alfonsina. Le Pape racontait à l'ambassadeur de
Venise qu'il avait été ému par le chagrin de sa belle-sœur, pleurant la
mort des siens, ou, comme s'exprimait ce pontife lettré, «les malheurs
des Grecs». Et ces paroles, continue l'ambassadeur, il les disait les
larmes aux yeux, et il me dit encore quelques mots à ce sujet, et que la
petite à feu D. Lorenzo était «belle et grassouillette[18].»

      [Note 18: Reumont-Baschet, p. 263 «Recens fert (Alfonsina) ærumnas
      Danaum». Ce n'est pas une citation de Virgile, comme paraît le
      croire Baschet. Introd. p. VII: cf. p. 62.]

Cette enfant était le seul rejeton légitime de la dynastie régnante, ou,
pour parler comme l'Arioste, l'unique rameau vert avec quelques
feuilles, dont Florence partagée entre la crainte et l'espérance se
demande si l'hiver l'épargnera ou le tranchera[19]. Si frêle qu'elle
fût, elle comptait déjà dans les calculs de la diplomatie. Ses droits
sur Florence étaient incertains, le principat n'étant pas une véritable
monarchie et l'exercice des magistratures, qui en était la condition,
excluant d'ailleurs les femmes. Mais elle avait hérité de son père le
duché d'Urbin. François Ier, toujours préoccupé de ses projets d'Italie,
réclama la tutelle de la fille de Madeleine, la petite duchesse d'Urbin,
_la duchessina_. Cette prétention inquiéta Léon X, qui ne voulait pas
laisser les Français s'établir à Urbin, et peut-être le contrecarrer
dans le règlement des affaires de Florence. Même avant que son neveu fût
mort, il avait, pour se dérober aux sollicitations du Roi de France,
conclu (17 janvier 1519) avec Charles roi des Espagnes, un traité secret
d'alliance où Florence était comprise «comme ne faisant qu'un avec les
États et la souveraineté propre de Sa Sainteté»,[20] et même il signa
encore avec lui (20 janvier) un traité de garantie mutuelle où Laurent
était compris. Il prenait ses précautions contre François Ier, mais il
ne rompit pas avec lui. L'empereur Maximilien étant mort sur ces
entrefaites (11 janvier), il se déclara contre l'élection de Charles à
l'empire. C'était un des dogmes de la politique pontificale que le même
homme ne devait pas être empereur et roi de Naples, maître du sud de
l'Italie et suzerain nominal ou effectif d'une partie de l'Italie du
Nord. Il favorisa donc tout d'abord la candidature de François Ier et ne
changea de parti que lorsque les électeurs allemands eurent marqué
décidément leur préférence[21]. Mais même après l'élection de Charles
(28 juin 1519), il continua de montrer une faveur égale aux deux
souverains que leur compétition avait irrémédiablement brouillés.
Toutefois il inclinait vers Charles-Quint, dont il avait besoin pour
arrêter les progrès de l'hérésie luthérienne en Allemagne. La mort de
son neveu avait ruiné ses grandes ambitions de famille: il s'en
consolait, disait-il à son secrétaire Pietro Ardinghello, comme d'une
épreuve qui le libérait de la dépendance des princes et lui permettait
de ne plus penser dorénavant «qu'à l'exaltation et à l'avantage du
Saint-Siège apostolique»[22]. Longtemps encore il pratiqua son jeu de
bascule diplomatique, mais quand il fallut prendre parti, il aima mieux,
guerre pour guerre, s'allier aux Impériaux contre les Français qu'aux
Français contre les Impériaux. L'insistance de François Ier à réclamer
le prix d'anciens services et son indiscrétion à rappeler de vagues
promesses lui étaient la preuve que le Roi de France tout-puissant
serait un tuteur tyrannique. Charles-Quint se serait contenté d'une
alliance défensive contre son rival. Ce fut le Pape qui inspira les
décisions énergiques[23]. Puisqu'il fallait rompre, il voulut une action
offensive, c'est-à-dire profitable, qui chasserait les Français de Milan
et de Gênes, et rendrait à l'Église les duchés de Parme et de Plaisance,
dont elle avait été dépossédée par le vainqueur de Marignan (8 mai
1521). François Ier n'avait pas réfléchi qu'après la mort de Laurent de
Médicis, il n'avait plus à offrir à Léon X que des exigences[24], tandis
que Charles-Quint pouvait l'aider à se pourvoir. Il dénonça hautement
«les malins projets du Pape» et sa trahison; mais Milan fut pris par
l'armée pontifico-impériale le 19 novembre 1521. Léon X triomphait de ce
succès, quand il fut emporté, probablement par une crise de malaria, à
quarante-six ans (2 déc. 1521).

      [Note 19: Lodovico Ariosto, _Opere minori_, éd. par Filippo-Luigi
      Polidori, Florence, 1894. t. I, p. 216.]

      [Note 20: Le texte du traité a été publié par Gino Capponi,
      _Archivio storico italiano_, t. I, 1842, p. 379-383.]

      [Note 21: Pastor, _Histoire des Papes_, trad. française, t. VII,
      p. 223.]

      [Note 22: Reumont-Baschet, p. 260.]

      [Note 23: Sur le revirement et les dernières hésitations de Léon
      X. Nitti. _Leone X e la sua politica_. Florence, 1892, p. 412
      sqq.]

      [Note 24: _Ibid._, p. 428. François Ier ne voulait pas prendre
      l'engagement formel d'aider Léon X contre le duc de Ferrare, un
      vassal insoumis de l'Église, et Léon X ne croyait pas que le roi
      de France, maître de Naples, consentît à céder au Saint-Siège,
      comme il l'offrait, les territoires napolitains jusqu'au
      Garigliano.]

Son successeur ne fut pas un Médicis, mais le précepteur de
Charles-Quint, Adrien d'Utrecht, un théologien flamand très austère, qui
se passionna pour la réforme de l'Église, et qui, par réaction contre le
népotisme, laissa François-Marie de La Rovere rentrer en possession du
duché d'Urbin. Catherine ne fut plus duchesse qu'en titre. Elle avait
perdu sa grand'mère, Alfonsina Orsini, deux ans avant son grand-oncle (7
février 1520). Pendant l'absence du cardinal de Médicis, qui était parti
pour Florence quelques jours après l'élection d'Adrien, elle vécut à
Rome sous la garde soit de sa grand'tante, Lucrèce de Médicis, mariée au
banquier Jacques Salviati, soit de sa tante germaine, Clarice, femme de
Philippe Strozzi, une Médicis intelligente, vertueuse et si énergique
qu'on l'avait surnommée «l'Amazone».

Avec Catherine vivaient deux bâtards, son cousin Hippolyte, né le 23
mars 1511 de Julien de Médicis et d'une dame de Pesaro, et son frère
Alexandre, que Laurent avait eu, en 1512, d'une belle et robuste
paysanne de Collavechio (un village de la Campagne romaine), sujette ou
serve d'Alfonsina Orsini[25].

      [Note 25: Et non d'une esclave noire ou mulâtre, comme le répète
      Reumont-Baschet, p. 234. Voir Ferrai, _Lorenzino de Medici e la
      Società cortigiana del Cinquecento_, 1891, p. 71.]

Heureusement pour Catherine, Adrien VI mourut après un an et demi de
règne (9 janvier 1522-14 septembre 1523). Les cardinaux, las de
l'outrance réformatrice de ce barbare du Nord, élurent un grand seigneur
italien, ce cardinal Jules, que Léon X avait placé en réserve dans le
Sacré Collège pour continuer la dynastie pontificale des Médicis (19
novembre 1523).

Depuis la mort de Laurent, il gouvernait Florence. Devenu pape, il
voulut y organiser la dynastie laïque. Dans cet État singulier, qui
n'était plus une République et qui n'était pas encore une monarchie, et
où le pouvoir suprême réclamait un homme, Léon X avait pensé concilier
les droits dynastiques de la fille de Laurent avec le caractère du
gouvernement, en fiançant Catherine à son cousin Hippolyte, et en les
déclarant princes de Florence[26]. Peut-être l'aurait-il fait s'il en
avait eu le temps. Ce fut aussi la première idée de Clément VII.
Hippolyte fut envoyé à Florence où il fit son entrée le 31 août 1524. Il
fut reçu comme l'héritier des Médicis et déclaré éligible, malgré son
âge, à toutes les charges de la République. Le cardinal de Cortone,
Passerini, devait diriger le jeune homme et la Cité. L'année suivante,
en juin 1525, arrivèrent Catherine et Alexandre avec leur gouverneur,
Messer Rosso Ridolfi, un parent peut-être des Ridolfi, les alliés des
Médicis. Ils passèrent probablement l'été dans la belle villa de Poggio
à Cajano, que Laurent le Magnifique avait fait bâtir par son grand ami,
l'architecte Giuliano da San Gallo, au milieu des arbres et des jardins,
sur les bords de l'Ombrone, à quelques heures de Florence, et, l'hiver
venu, s'établirent au Palais Médicis de la Via Larga[27].

      [Note 26: Reumont-Baschet, p. 264.]

      [Note 27: Aujourd'hui Palais Riccardi, Müntz, _Histoire de l'art
      pendant la Renaissance_, t. I, p. 459. Sur Poggio à Cajano, voir
      Müntz, _ibid._, t. II, p. 355.]

Catherine avait, semble-t-il, plus de sympathie pour ce cousin, dont on
lui avait dit peut-être qu'elle serait la femme, que pour son frère
Alexandre. Mais l'avenir des Médicis fut bientôt remis en question.
Après la défaite de François Ier à Pavie et son emprisonnement à Madrid,
Clément VII s'était concerté avec les autres États libres d'Italie pour
sauvegarder leur commune indépendance contre l'hégémonie de
Charles-Quint. Lorsque Francois Ier fut remis en liberté, les alliés
l'envoyèrent supplier de les secourir. Le Roi de France, malgré les
engagements du traité de Madrid, avait adhéré à la Ligue contre
l'Empereur et promis des subsides, une flotte, une armée (Cognac, 22 mai
1526), mais il ne s'était pas pressé de tenir sa parole. Les coalisés
italiens, abandonnés à leur initiative et réduits à leurs moyens,
n'avaient rien fait. Charles-Quint, faute d'argent, gardait la
défensive. La guerre traînait. Mais au printemps de 1527, l'armée
impériale d'Italie, où le manque de solde provoquait des mutineries
furieuses, ayant été renforcée de dix mille lansquenets presque tous
luthériens, se dirigea, pour s'y refaire, vers Rome, cette Babylone
gorgée d'or par l'exploitation du monde chrétien. Elle la prit d'assaut
(6 mai), la saccagea et bloqua le Pape dans le château Saint-Ange. Les
Florentins étaient mécontents de l'administration de Passerini, un
brouillon qui voulait tout faire et ne faisait rien, et furieux de ses
extorsions fiscales. Ils profitèrent de l'occasion pour se révolter et
bannirent Hippolyte et Alexandre de Médicis. Clarice Strozzi, qui, de
tout son cœur d'honnête femme, détestait les bâtards et leur patron,
Clément VII, arriva trop tard pour sauvegarder les droits de Catherine.
Elle l'emmena à Poggio à Cajano.

Le gonfalonier élu par le peuple soulevé, Niccolô Capponi, était un
homme de grande famille, doux et clairvoyant, qui n'aurait pas voulu
rompre tout rapport avec Clément VII et qui, en tout cas, conseillait à
ses compatriotes de rechercher l'appui de Charles-Quint; l'expérience
montrait assez quel fonds il fallait faire sur une intervention
française. Mais le peuple, fidèle à l'alliance des lis, imposa sa
politique au gouvernement. Capponi, convaincu de correspondre avec
Clément VII, fut déposé (avril 1529) et remplacé par le chef du parti
populaire, Francesco Carducci. Les adversaires intransigeants des
Médicis, ou, comme on disait, les _Arrabiati_ (enragés), brisèrent
partout les emblèmes de la dynastie, et détruisirent les effigies en
cire de Léon X et de Clément VII, qui avaient été, par honneur,
suspendues aux murs de l'église de l'Annunziata. Le Pape fut tellement
ému de cet outrage qu'il déclara à l'ambassadeur d'Angleterre qu'il
aimait mieux être le chapelain et même le «_stalliere_» (le garçon
d'écurie) de l'Empereur que le jouet de ses sujets (29 mai 1529)[28].

      [Note 28: Dépêche de l'ambassadeur vénitien, Gaspar Contarini, au
      Sénat, citée par de Leva, _Storia documentata di Carlo V, in
      correlazione all'Italia_, t. II, 532.]

Un mois après, il signa avec Charles-Quint, à Barcelone, un traité de
réconciliation, qui stipulait le rétablissement des Médicis à Florence.
Mais ce n'était plus Hippolyte qu'il destinait au principat. Pendant une
grave maladie dont il pensa mourir (janvier 1529), il l'avait fait
cardinal malgré lui. C'était couper court, s'il mourait, à toute
compétition entre les deux cousins, qui eût aggravé la situation des
Médicis. Peut-être jugea-t-il que, bâtard pour bâtard, Alexandre, fils
de Laurent était, d'après les règles de succession dynastique, plus
qualifié qu'Hippolyte, fils de Julien, pour prendre le gouvernement de
la Cité. Il vécut, et les avantages de sa décision se révélèrent encore
plus grands. Il put, au traité de Barcelone, en arrêtant le mariage de
son neveu avec une bâtarde de Charles-Quint, Marguerite d'Autriche,
intéresser personnellement l'empereur à la réduction de Florence[29].
D'autre part, l'élévation d'Hippolyte au cardinalat laissait la main de
Catherine disponible pour de nouvelles combinaisons diplomatiques, et
par exemple pour une entente avec la France. Réconciliation avec
Charles-Quint, accord avec François Ier, c'était le retour au jeu de
bascule dont l'abandon lui avait été si funeste. Naturellement, le Pape
ne dit à personne ses raisons. Aussi certains contemporains, surpris de
ce revirement, soupçonnèrent à tort Clément VII d'avoir eu pour
Alexandre une affection qui dépassait celle d'un oncle.

      [Note 29: _Ibid._, p. 535. Le traité dans Du Mont, t. IV, partie
      2, p. 1.]

En tout cas le sort de Florence était réglé. Comme Capponi l'avait
prévu, François Ier fit lui aussi la paix avec l'Empereur (Cambrai, 5
août 1529), et, moyennant l'abandon des clauses les plus onéreuses du
traité de Madrid, il abandonna sans façon ses alliés et ses clients
d'Italie, le duc de Ferrare, les Vénitiens et les Florentins au bon
vouloir de Charles-Quint. Une armée impériale se joignit aux troupes
pontificales pour attaquer Florence. En octobre 1529, l'investissement
de la place commença.

La petite Catherine fit l'expérience d'un siège. François Ier avait bien
offert aux Florentins, après le bannissement d'Hippolyte et d'Alexandre,
de recueillir la duchessina, qu'il traitait de parente. Mais les ennemis
des Médicis trouvaient qu'elle était déjà trop loin à Poggio à Cajano,
et, appréhendant entre le Pape et le Roi de France quelque négociation
matrimoniale, dont leur indépendance paierait les frais, ils l'avaient
fait rentrer dans la ville pour prévenir une fuite ou un enlèvement.
Catherine avait été mise d'abord au couvent de Sainte-Lucie, ou à celui
de Sainte-Catherine de Sienne. De là, elle fut transférée, à la demande
de l'ambassadeur de France, M. de Velly, chez les _Murate_, où il savait
qu'elle trouverait bon accueil, en reconnaissance des dons et des
faveurs dont les Médicis avaient gratifié cette communauté[30]. On se
rappelle que l'abbesse en 1519--et peut-être était-elle encore vivante
en 1527?--avait servi de marraine à Catherine. Celle-ci n'eut donc pas
trop à souffrir de la perte de sa tante Clarice, morte en mai 1528.

      [Note 30: Sur les _Murate_, consulter, avec les réserves
      nécessaires, Reumont-Baschet, p. 97-100. Trollope, ch. IX, p. 129
      sqq.]

Ce couvent de Bénédictines ou de Clarisses, où l'enfant demeura trente
et un mois, du 7 décembre 1527 au 31 juillet 1530, n'était pas une de
ces retraites austères où les pécheurs s'enferment pour pleurer leurs
fautes et les justes pour ajouter à leurs mérites. Il n'y avait pas
beaucoup de ces couvents-là en Italie en l'an de grâce 1527, avant que
la Réforme protestante eût suscité la Contre-Réforme catholique. Le nom
d'_Emmurées_ (Murate) n'était plus qu'un souvenir; il ne restait de
l'époque lointaine où des recluses volontaires s'emprisonnaient leur vie
durant entre quatre murs qu'un nom et une cérémonie symbolique.
Lorsqu'une novice prononçait les vœux éternels, on la faisait entrer
dans le monastère par une brèche ouverte dans l'enceinte. Mais les
portes n'étaient rigoureusement closes que ce jour-là. Le cloître
servait de retraite à de grandes dames. Catherine Sforza, l'héroïque
virago, mère de Jean des Bandes Noires, avait voulu y être enterrée[31].
C'était aussi une excellente maison d'éducation où les plus nobles
familles mettaient leurs filles. Sa réputation s'étendait très loin. Les
rois de Portugal, de 1509 à 1627, envoyèrent tous les ans aux Murate--on
ne sait pour quelle raison--un cadeau de sept caisses de sucre. Elles
servaient probablement à faire des confitures. Catherine put apprendre,
en mangeant des tartines, l'existence d'un royaume, où avait régné trois
siècles auparavant une de ses parentes, Mathilde de Boulogne, et le
grand événement des découvertes maritimes; savoureuse leçon d'histoire
et de géographie. La communauté des Murate était à la mode. Les
cérémonies religieuses y étaient très belles, et le grand monde de
Florence affluait aux vêpres pour y entendre une musique et des chants
si doux qu'on eût dit, rapporte le prologue d'un mystère de l'époque,
«Anges saints chanter au ciel», et «qu'on se serait attardé un an à ouïr
pareille mélodie»[32]. Les religieuses excellaient aussi à fabriquer de
petits objets en filigrane. L'âpre réformateur, qui, conformément au
plus pur ascétisme chrétien, voyait un danger pour l'âme dans tous les
plaisirs de l'imagination, de l'oreille et des yeux, Savonarole,
s'excusait presque en chaire, dans la cathédrale de Santa Maria del
Fiore, d'avoir consenti, trois ans après la prière qui lui en avait été
faite, à prêcher chez ces nonnes mondaines: «J'ai été aux Murate
vendredi dernier... Je leur ai parlé de la lumière qu'il faut avoir,
j'entends la lumière supranaturelle, et de celle qui fait qu'on laisse
les sachets, les rets et les réticules et les brins d'olivier (_ulivi_),
qu'elles fabriquent en or et en argent, ainsi que leurs cahiers de
musique (_libriccini_)... et je leur ai dit que de ce chant noté
(_figurato_) l'inventeur était Satan, et qu'elles jetassent bien loin
ces livres de chant et ces instruments»[33].

      [Note 31: Mais elle n'y a pas passé les derniers temps de sa vie,
      comme le dit Reumont, p. 100. Voir Pasolini, _Caterina Sforza_,
      1903, t. II, p. 337.]

      [Note 32: Cité par Trollope, p. 370-371.]

      [Note 33: Trollope p. 371 et p. 185.]

Elles n'en firent rien heureusement; l'enfant entendit de la bonne
musique.

On a quelques renseignements sur elle dans une chronique du couvent
écrite, entre 1592 et 1605[34], par la sœur Giustina Niccolini, qui
avait entendu «nos très vieilles et révérendes mères» parler du séjour
de Catherine au couvent. Les «mères avaient bien accueilli et choyé
cette mignonnette de huit ans, de manières très gracieuses et qui
d'elle-même se faisait aimer de chacun»... et qui «était si douce avec
les mères et si affable, qu'elles compatissaient à ses ennuis et à ses
peines extrêmement». Le charme de cette petite personne fut si efficace
que quelques unes des religieuses, la majorité peut-être, se déclarèrent
pour les Médicis. Mais d'autres résistèrent à l'entraînement et la
communauté fut partagée.

      [Note 34: Et non pas au moment même, comme ont l'air de le croire
      Trollope, p. 139 et Reumont-Baschet, p. 97-99. Cette chronique est
      aujourd'hui égarée, mais quelques fragments ont été recueillis par
      le chanoine Domenico Moreni. Il les a publiés, avec une étude
      inédite de Mellini, sous le titre: _Ricordi intorni ai costumi
      azioni e governo del Sereniss. Gran Duca Cosimo I scritti da
      Domenico Mellini di commissione della Sereniss. Maria Cristina di
      Lorena ora per la prima volta pubblicati con illustrazzioni_,
      Florence, 1820, p. 126-129.--L'époque où la sœur écrivit cette
      partie de la chronique est établie par l'allusion au pape régnant,
      Clément VIII (1592-1605), fils du chancelier Salvestro
      Aldobrandini, p. 128.]

Le fait est confirmé par l'un des défenseurs de Florence, Busini. «La
reine de France actuelle (Catherine de Médicis), écrivait-il en 1549,
était pendant le siège chez les Murate, et elle mit tant d'art (_arte_)
et de confusion parmi ces femmelettes (_nencioline_) que le couvent
était troublé et divisé; les unes priaient Dieu (n'ayant pas d'autres
armes) pour la liberté, les autres pour les Médicis»[35].

      [Note 35: _Lettere di Giambattista Busini à Benedetto Varchi_,
      Florence, 1861, p. 165.]

Busini, l'ancien combattant, n'est pas éloigné de croire à quelque noir
dessein contre la République. Un complot au couvent! Il oublie l'âge de
la fillette.

Mais il est toutefois notable que Catherine, à peine au sortir de
l'enfance, ait eu un pareil succès de séduction. Les nonnes, que sa
bonne grâce enthousiasmait, s'enhardirent jusqu'à envoyer aux partisans
de sa maison qui avaient été emprisonnés des pâtisseries et des
corbeilles de fruits, avec des fleurs disposées de façon à figurer les
six boules héraldiques (_palle_) des Médicis.

C'était une insulte à ce peuple qui, malgré le nombre des assiégeants,
l'inertie calculée d'un haut condottiere à sa solde, Hercule d'Este, la
trahison du gouverneur, Malatesta, la canonnade, le blocus, la peste et
la famine, s'opiniâtrait à résister. Des furieux, Lionardo Bartolini et
Ceo, parlaient de faire mourir l'enfant, ou de l'exposer sur les
remparts aux coups des ennemis; d'autres, plus forcenés encore, de la
mettre dans un lupanar.

Les Dix de la Liberté, qui dirigeaient la défense, s'étaient eux aussi
émus de la provocation des religieuses; et comme d'autre part ils
savaient que le Pape et le Roi projetaient de faire évader la
pensionnaire, ils décidèrent de l'enfermer à Sainte-Lucie, une
communauté de religieuses que dirigeaient les Dominicains de Saint Marc,
toujours fidèles à l'esprit républicain de Savonarole. Un soir, tard,
raconte la sœur Giustina Niccolini, des commissaires, escortés
d'arquebusiers, vinrent la chercher, et, sur le refus des Murate de la
livrer, ils menacèrent de briser la porte et de mettre le feu au
couvent. Les nonnes en larmes finirent par obtenir un jour de répit.
Catherine croyait qu'on allait la conduire à la mort. Avec une décision
remarquable pour son âge, elle coupa ses cheveux et revêtit une robe de
religieuse, espérant qu'on n'oserait pas porter la main sur une vierge
consacrée. C'est dans ce costume que la trouva, le lendemain, de très
grand matin, le chancelier Salvestro Aldobrandini, chargé d'exécuter les
ordres de la Seigneurie. «Il la pria de bien vouloir remettre ses
vêtements ordinaires, mais elle refusa d'en rien faire, et avec beaucoup
de hardiesse répondit qu'elle s'en irait ainsi, afin que tout le monde
vît qu'ils arrachaient une religieuse de son couvent. Par là, elle
laissait voir la lourde angoisse qui lui serrait le cœur....»
Aldobrandini la rassura, lui promettant qu'avant un mois elle
reviendrait aux Murate, et la décida ainsi à le suivre. Elle traversa la
ville à cheval, en son habit de nonnette (_monachina_), sous la garde de
magistrats et de citoyens en armes, et fut conduite chez les
Dominicaines, à Sainte-Lucie, où elle avait peut-être passé quelques
mois avant d'entrer aux Murate (21 juillet 1530)[36].

      [Note 36: La sœur Giustina Niccolini ne dit rien de ce premier
      séjour à Sainte-Lucie. Ce serait, d'après elle, au couvent de
      Sainte-Catherine de Sienne que Catherine aurait été placée à son
      retour de Poggio à Cajano. La sœur Niccolini est peut-être
      exactement informée sur ce point, mais elle se trompe d'un an
      quand elle indique le 21 août 1529 comme le jour où Catherine a
      quitté les Murate.]

Elle y resta jusqu'à la fin du siège. Florence, à bout de force, fut
réduite à traiter (12 août 1530). La capitulation portait que
Charles-Quint réglerait à sa volonté la forme du gouvernement, sans
toutefois porter atteinte aux libertés. Mais, en attendant, les
partisans des Médicis s'emparèrent du pouvoir et mirent en jugement les
hommes de la révolution, dont quelques-uns furent exécutés, plusieurs
bannis, un plus grand nombre condamnés à de lourdes amendes. Clément VII
laissa faire; mais pour ne pas compromettre la popularité de sa maison,
il ne voulut pas qu'aucun Médicis restât spectateur de ces vengeances.
Il fit venir à Rome sa nièce, qu'il n'avait pas vue depuis cinq ans
(octobre 1530). Sa Sainteté, écrit un agent français, le protonotaire
Nicolas Raince, lui fit «un cordial et vrai accueil paternel et s'est pu
connaître que c'est bien la chose du monde qu'il aime le mieux. Il la
reçut les bras tendus, les larmes aux yeux, mêmement (surtout) par la
grande joie et plaisir de la ouïr parler tant sagement et la voir en si
prudente contenance»[37].

      [Note 37: _Lettres de Catherine de Médicis_, t. I, p. p. Hector de
      La Ferrière, Introd., p. XI.]

Le secrétaire de Clément VII remarque aussi qu'elle est «bien disante et
sage au-dessus de son âge». Cette enfant de onze ans parle sans colère,
ou, comme dit Raince, avec «fort bonne grâce» «du maltraitement qu'on
lui a fait»; mais elle «ne peut oublier». Le vicomte de Turenne, que
François Ier avait chargé de la visiter à son passage à Florence, en
septembre 1528, écrivait au duc d'Albany, «qu'il ne vit oncques personne
de son âge qui se sente mieux du bien ou du mal qui lui est fait.»

La première lettre qu'on ait d'elle, et qui est de 1529 ou de 1530, est
une recommandation adressée au Roi de France en faveur du fils de son
gouverneur, ce Messer Rosso Ridolfi, qui l'avait servie six ans avec un
entier dévouement[38]. Après la reddition de Florence, elle sauva la
vie à Salvestro Aldobrandini, qui, dans l'accomplissement de son devoir,
s'était montré bon pour elle. Elle fit la fortune des fils de Clarice
Strozzi. Elle garda toujours un tendre souvenir aux bonnes dames des
Murate. Dès le plus jeune âge, elle se révèle capable de sentiment et de
ressentiment. C'est un trait de caractère à retenir.

      [Note 38: Baluze, _Histoire généalogique_, t. II, p. 698.]

À Rome, où elle demeura d'octobre 1530 à avril 1532, elle habita le
palais Médicis (plus tard le palais Madame, et aujourd'hui le palais du
Sénat). Elle y vivait avec son cousin, le cardinal Hippolyte, et son
frère Alexandre, de six à sept ans plus âgés qu'elle, et qui aimaient
les fêtes et le luxe. Ils inspirèrent leurs goûts à Catherine, si elle
ne les avait pas déjà naturellement. Le vieux banquier, Jacques
Salviati, le beau-frère de Léon X, qui habitait le palais, avait été
probablement chargé par Clément VII de fournir l'argent et de régler les
comptes de la maison. Économe et caissier, il conseillait au Pape de
tenir les mains bien serrées et par là il se rendit si odieux à ces
jeunes gens qui avaient grand appétit, raconte l'ambassadeur vénitien,
Antonio Soriano, «de dépenser et de répandre» (_Spendere e spandere_)
que le cardinal Hippolyte fut sur le point de tuer Salviati de sa
main[39].

      [Note 39: Alberi, _Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato_,
      série II, vol. III. p. 287.]

Ce cousin de Catherine avait en 1531 vingt ans. Il n'avait
d'ecclésiastique que l'habit, et encore ne le portait-il guère. Le
portrait que Titien a fait de lui le représente en costume de cavalier,
vêtu d'un long justaucorps serré à la taille, d'un violet sombre, et sur
lequel s'accroche aux épaules un manteau de même couleur. À sa toque
étincelle une double aigrette de diamants. De la main droite il tient un
bâton de commandement, et de la gauche étreint son épée. Il n'a pas
l'air commode avec ses lèvres pincées, son nez mince, son regard dur, et
qui justifie sa réputation de «_cervello gagliardo et insopportabile_»
comme dit un contemporain, ce que Brantôme traduit si bien, sans le
savoir, par «mutin, fort escalabrous». Mais il était si élégant et si
cultivé! Il aimait les beaux chevaux, les vêtements magnifiques et
marchait escorté de barbares pittoresques: Maures, habiles à
l'équitation et au saut; Tartares, incomparables archers; Éthiopiens,
invincibles à la course et à la lutte; Indiens, habiles nageurs; Turcs,
adroits tireurs et chasseurs. Bon musicien, il chantait en
s'accompagnant de la cithare et de la lyre, et jouait en virtuose de la
flûte[40]. Il était poète. Sa traduction en vers italiens non rimés du
second livre de l'Énéide passait pour un chef-d'œuvre. Quelle merveille
qu'avec ces goûts et ces talents, il ait fait impression sur cette
fillette d'intelligence précoce! «J'ai entendu murmurer par quelques
personnes, raconte en 1531 l'ambassadeur vénitien Antonio Soriano, que
l'intention du cardinal de Médicis était de se défroquer
(_dispretandosi_) et de prendre pour femme la duchessina, nièce du Pape,
sa cousine au troisième degré, pour laquelle il a un grand amour, et
dont il est lui aussi aimé. Elle n'a de confiance qu'au Cardinal et ne
s'adresse qu'à lui pour les choses qu'elle désire ou pour ses affaires.»
De la part de Catherine, cette affection si tendre, premier éveil du
cœur, n'est pas invraisemblable; mais il est plus difficile de croire
qu'Hippolyte ait partagé cette passionnette. Catherine ne fut jamais
jolie, et elle traversait l'âge ingrat. «Elle est, dit toujours Soriano,
petite de taille et maigre; ses traits ne sont pas fins et elle a de
gros yeux, tout à fait pareils à ceux des Médicis»[41]. Dans
l'inclination d'Hippolyte pour sa parente, il entrait certainement
beaucoup de calcul.

      [Note 40: Pauli Jovii, _Elogia verorum bellica virtuis
      illustrium_, Bâle, 1577, p. 307-310.]

      [Note 41: Alberi, _Relazioni_, serie IIe, vol. III, p. 282.]

L'Empereur avait arrêté, d'accord avec Clément VII (octobre 1530),
qu'Alexandre serait duc de Florence, à titre héréditaire, mais Hippolyte
ne se résignait pas à son exclusion. Il affectait de mépriser l'élu, ce
fils d'une servante. Lui se disait né d'une noble dame, unie à Julien de
Médicis par un mariage secret. Il quitta secrètement Rome, avant que
Charles-Quint eût publié l'acte d'investiture, et parut à l'improviste à
Florence, pensant y provoquer une manifestation en sa faveur (avril
1531)[42]. Il put constater l'indifférence du peuple et s'en revint
immédiatement. Le Pape était confondu de l'escapade de son neveu. «Il
est fou, _Diavolo_, il est fou, disait-il à l'ambassadeur de Venise; il
ne veut pas être prêtre.» Pour le décider à se tenir tranquille, il paya
ses dettes, et lui donna une part des bénéfices du cardinal Pompeo
Colonna, qui venait de mourir. Il fit partir sa nièce pour Florence
après la fête de Saint-Marc, (c'est-à-dire à la fin d'avril ou au
commencement de mai 1532)[43]. L'agent du duc de Milan, qui donne ce
renseignement, écrivait encore le 15 mai à son maître qu'Hippolyte de
Médicis avait consenti à rester cardinal. Le 20 juin, il fut nommé légat
à l'armée que l'Empereur rassemblait en Hongrie contre les Turcs, et le
26 août il faisait son entrée solennelle à Ratisbonne. Cette
renonciation aux ambitions laïques et cette mission lointaine sont
intéressantes à rapprocher du départ de Catherine; mais peut-être
n'est-ce qu'une coïncidence.

      [Note 42: Cf. Agostino Rossi. _Francesco Guicciardini_, t. I. p.
      260-265.]

      [Note 43: Lettre de l'agent milanais au duc de Milan, dans
      Reumont-Baschet. p. 290, Saint Marc tomba le 25 avril. Trollope se
      trompe d'un an quand il conteste, p. 243, que Catherine soit
      revenue à Florence avant le 16 avril 1533.]

Clément VII avait intérêt à montrer aux Florentins l'héritière légitime
réunie fraternellement au bâtard, chef de l'État, et autorisant en
quelque sorte par sa présence l'organisation définitive du gouvernement.
Le décret impérial promulgué en mai 1531 avait rétabli les Médicis dans
les droits dont ils jouissaient avant 1527 et perpétué par surcroît
Alexandre et sa descendance dans le pouvoir de fait que ses
prédécesseurs se transmettaient de génération en génération. Mais si le
Pape s'était réjoui que les Médicis fussent élevés au rang des familles
princières, il lui était désagréable qu'ils tinssent leurs droits
souverains de l'Empire à titre de vassaux, avec les obligations et les
responsabilités que l'investiture comporte. Sous main il avait
encouragé les partisans de sa maison à abolir l'ancienne Constitution
que Charles-Quint prétendait maintenir, en la modifiant. Un vote du
peuple (statuts du 27 avril 1532), qui était une manifestation
d'indépendance à l'égard de l'Empire en même temps qu'une renonciation
aux libertés traditionnelles, déclara Alexandre duc perpétuel et
héréditaire de la République florentine.

Catherine, en personne sage, s'était prêtée aux volontés de son oncle,
quels que fussent ses sentiments. Clément VII lui préparait une superbe
compensation. François Ier n'était pas sitôt sorti d'Italie qu'il
pensait à y rentrer. Il recherchait avec passion l'alliance du Pape, et,
pour l'obtenir, proposait de marier son fils cadet, Henri, duc
d'Orléans, à Catherine. La jeune fille était riche d'espérances:
duchesse honoraire, mais qui pouvait devenir effective, d'Urbin, nièce
du Pape. Aussi les prétendants étaient nombreux. Charles-Quint, pour
l'empêcher de se marier en France et débarrasser son futur gendre
Alexandre d'une compétition possible, voulait la donner au duc de Milan,
François Sforza, qui n'était plus jeune et passait pour impuissant. Le
duc d'Albany, oncle de Catherine, proposait son ancien pupille, Jacques,
roi d'Écosse. Clément VII était surtout tenté par l'offre d'un fils de
France; mais l'honneur lui paraissait si grand, comme il est vrai, qu'il
refusait d'y croire. Il s'imaginait que François Ier, en le pressant
depuis longtemps de lui confier Catherine jusqu'à la célébration du
mariage, n'avait d'autre intention que de mettre la main sur la nièce
pour diriger l'oncle, et qu'en fin de compte il se bornerait à lui
donner pour mari quelque grand seigneur. Mais François Ier estimait tant
le concours de Rome qu'il était décidé a y mettre son fils comme prix.
Clément VII ne résistait que pour se faire prier davantage. Cette
alliance si glorieuse lui était plus que jamais nécessaire. L'Empereur
ne s'était-il pas avisé d'accorder aux protestants d'Allemagne une trêve
religieuse, en attendant la réunion d'un concile général. L'idée d'une
consultation de l'Église universelle était un cauchemar pour le Pape,
qui, promu cardinal, malgré sa bâtardise, contrairement aux saints
canons, et resté grand seigneur de la Renaissance en un commencement de
réforme, craignait d'être déposé par une majorité de prélats rigides,
d'accord avec l'Empereur. Il n'avait pas non plus oublié le sac de Rome.

Il consentit, par un accord qu'il voulait absolument secret, aux
fiançailles de Catherine avec le duc d'Orléans (9 juin 1531)[44]. Il
promettait en dot à sa nièce Modène et Reggio, et même Parme et
Plaisance, et se disait prêt à l'aider à reconquérir le duché d'Urbin.
Quant aux prétentions de François Ier sur Gênes et Milan, il les
trouvait «très raisonnables». La célébration du mariage fut remise à un
temps opportun. Les agents français, par indiscrétion ou par calcul,
ébruitèrent la nouvelle de ce contrat. Charles-Quint, informé des
pratiques de Clément VII, et bien instruit des liaisons du Roi de France
avec les protestants d'Allemagne, le roi d'Angleterre les Hongrois et
les Turcs, demanda ou plutôt imposa au Pape une entrevue qui eut lieu à
Bologne (décembre 1532-février 1533). Il ne put obtenir de lui la
convocation d'un concile; mais il lui fit prendre l'engagement écrit
d'agir ensemble pour obliger François Ier, si le mariage se faisait, à
embrasser de bonne foi l'affaire du concile, la défense de la Chrétienté
contre les Turcs et l'observation des traités de Madrid et de Cambrai
(24 février 1533)[45]. Il le força aussi d'adhérer à une ligue italienne
qui défendrait contre tout agresseur le _statu quo_ territorial dans la
péninsule. Ces précautions prises, il jugea qu'il pouvait laisser à la
maison de France les maigres profits d'une mésalliance[46].

      [Note 44: Le document dans Reumont-Baschet, App., p. 297.]

      [Note 45: Hector de La Ferrière (_Lettres de Catherine_, t. I, p.
      XVIII), dit que Clément VII refusa de signer, mais Leva affirme le
      contraire, t. III, p. 109, d'après Guichardin. Voir d'ailleurs les
      articles dans Granvelle, _Papiers d'État_. t. II, p. 1-7.]

      [Note 46: Henri VIII détournait aussi François Ier de cette
      alliance par trop inégale, à moins qu'il n'y trouvât grand profit.
      Trollope, p. 241 et p. 377, note 55.]

Pendant que les cours d'Europe étaient occupées de cette question de
mariage, Catherine vivait à Florence sa dernière année de jeune fille,
dans le palais Médicis (aujourd'hui palais Riccardi). Le Pape l'avait
placée sous la garde d'Ottaviano de Médicis, un vieux parent, qui
pendant le siège l'avait protégée de son mieux, et il l'avait confiée
aux soins de Maria Salviati, veuve de Jean des Bandes Noires, dont le
fils Côme était du même âge que sa cousine et partagea probablement ses
jeux. Elle avait en 1532 treize ans accomplis. Sœur du duc régnant et
promise d'un fils de France, elle avait sa place immédiatement après son
frère dans les cérémonies officielles et les fêtes. Jamais elles ne
furent si nombreuses et si brillantes qu'en cette première année du
règne, pour donner occasion aux Florentins de comparer aux misères de
l'anarchie les plaisirs et les magnificences de l'ordre monarchique.

Il existait depuis longtemps à Florence des associations de gens du
peuple et d'artisans ayant chacune son étendard, son costume, et des
chefs aux noms ronflants, duc, roi, empereur. Les Puissances
(_Potenzie_), comme on les appelait, paraissaient aux cérémonies et aux
réjouissances publiques, défilant avec leurs enseignes et leurs lances
de bois multicolores, paradant, manœuvrant et joutant. Mais, depuis les
souffrances du siège, la famine et la peste, le populaire n'avait plus
cœur à s'amuser. Alexandre fit revivre (mai 1532) les «Potenzie». Il
leur donna de beaux étendards neufs «en taffetas», plus riches que ceux
qu'elles avaient jamais eus, et décorés d'insignes symboliques: à
l'Empire du Prato (_Lonperio di sul Prato_), un Puits; à _Monteloro_, un
Mont d'Or; à _Città Rossa_, une Cité toute rouge; aux _Melandastri_, un
guerrier à cheval: à la _Nespola_, une jeune fille au pied d'un
néflier[47]. Florence reprit sa vie animée, et les cérémonies
religieuses y eurent une large place.

      [Note 47: Sur les «Potenzie», voir, pour les références, Mellini,
      _Ricordi..._, 1820, p. 35.]

Ce fut le 15 novembre 1532 l'entrée solennelle du nouvel archevêque,
Andrea Buondelmonte. À cheval, en vêtements pontificaux, isolé sous un
baldaquin de soie et d'or, et suivi de tout le clergé, il alla droit à
San Piero Maggiore, une communauté de nonnes, dont une coutume
immémoriale voulait qu'il épousât mystiquement l'abbesse, en lui passant
au doigt une superbe bague de saphir. Pendant que s'accomplissait le don
de l'anneau, les spectateurs, selon la tradition aussi, se jetèrent sur
le dais et l'équipage et s'en disputèrent les parts de vive force. Des
citoyens notables donnèrent l'exemple de se lancer à la curée. Matteo
Strozzi, ayant conquis la selle, la plaça sur la tête d'un de ses
serviteurs et la fit transporter chez lui au son des trompettes. Ce
furent ensuite (décembre 1532) pendant plusieurs jours d'interminables
processions, où l'archevêque, les prêtres et les réguliers promenèrent,
dans une chasse recouverte de brocart d'or, à travers les principales
églises et par les rues, les reliques de saints dont Clément VII avait
gratifié sa bonne ville.

L'année suivante, au printemps, arriva à Florence, pour y passer
quelques jours, la fiancée d'Alexandre, Marguerite d'Autriche, une
enfant de neuf ans, qui s'en allait attendre à Naples l'âge d'être
épousée. Catherine, «très bien parée», accompagnée de douze demoiselles
ou fillettes de nobles maisons, alla au-devant de sa future belle-sœur
jusqu'à Caffagiolo, une villa des Médicis, à six ou sept lieues de
distance. L'entrée fut digne d'une fille de Charles-Quint, qui était
destinée à régner à Florence. Gravement, en tête chevauchaient le
cardinal Cibo, légat du Pape, un cardinal allemand, ambassadeur de
l'Empereur, et le duc Alexandre, tous trois sur la même ligne. Derrière
ces représentants des trois puissances qui dominaient sur la Cité,
venait la troupe virginale entourant Marguerite et Catherine. La garde
du Duc, à pied et à cheval, servait d'escorte. Toute la population
assistait au spectacle. Les boutiques avaient été fermées, mais les
prisons ouvertes par grâce souveraine et les détenus mis en liberté, à
l'exception de neuf prisonniers pour dettes, crime impardonnable dans
une ville commerçante. Le cortège se rendit processionnellement au
palais Médicis (16 avril 1533). Les jours suivants, il y eut
illuminations et feu d'artifice (_girandola_), place Saint-Laurent, et
course de taureaux, place Santa Croce, à l'autre bout de la ville. Le 23
avril, fête de Saint-Georges, le Duc donna en l'honneur de sa fiancée un
grand banquet où il avait invité cinquante jeunes Florentines, toutes
vêtues de soie. Le palais était plus superbement décoré qu'il ne le fut
jamais. Le repas, qui devait avoir lieu dans les jardins, fut, à cause
de la pluie, servi dans les _loggie_. Pendant que les convives, le
festin fini, se récréaient de comédies et de danses mauresques, au
dehors, dans la rue, les quatre «Potenzie» populaires s'escrimaient avec
leurs lances de bois peint, parées des brillants costumes qu'on leur
avait distribués le jour même: Lonperio, en drap vert; Monteloro, en
jaune; la Nespola, en tanné, et Melandastri en blanc.

Le 26 avril, Marguerite, avec le même apparat et le même cortège, sortit
de la ville et se dirigea vers Naples[48]. Catherine jouait son rôle
dans les représentations officielles; mais elle était naturellement vive
et gaie, et, à l'occasion, le laissait voir. Le peintre Vasari, alors
tout jeune mais déjà célèbre, avait été chargé de faire son portrait
pour Henri d'Orléans, son fiancé, et il s'était installé au palais avec
tout son appareil. Un jour qu'il était sorti pour aller dîner, Catherine
et sa compagnie prirent les pinceaux et peignirent une image de moresque
en tant de couleurs et si éclatantes qu'on aurait cru voir trente-six
diables. Lui-même, quand il revint, allait être traité de la même façon,
et enluminé comme sa toile, s'il n'avait descendu l'escalier à toutes
jambes.

      [Note 48: Sur ces fêtes que vit Catherine, voir Cambi, _Istorie
      fiorentine_, dans les _Delizie degli eruditi toscani_ p. p. Fra
      Ildefonso di San Luigi, 1770-1789, t. XXIII, p. 124 sqq. Mais
      Catherine ne put pas, comme l'imagine Trollope, p. 250-252,
      assister à l'entrée de Charles-Quint à Florence en 1536,
      puisqu'elle en partit en 1533.]

Vasari, qui avait vingt ans, était ravi de cette espièglerie. Il
promettait à un ami de Rome, Messer Carlo Guasconi, de lui faire une
copie de ce portrait, après celle qu'il destinait à Ottaviano de
Médicis, le bon vieux parent de Catherine.

«L'amitié que cette Signora nous témoigne, lui écrivait-il, mérite que
nous gardions auprès de nous son portrait d'après nature et qu'elle
demeure réellement devant nos yeux, comme, après son départ, elle
demeurera gravée dans le plus profond de notre cœur. Je lui suis
tellement attaché, mon cher Messer Carlo, pour ses qualités
particulières et pour l'affection qu'elle porte non pas seulement à moi,
mais à toute ma patrie, que je l'adore, s'il est permis de parler ainsi,
comme on adore les saints du paradis»[49].

      [Note 49: Vasari, _Opere_, éd. Milanesi, VIII, p. 243.]

Ainsi, tous les témoignages s'accordent à donner de Catherine l'idée
d'une jeune fille précocement intelligente, libérale et prodigue,
capable d'affection et de rancune, et qui avait à un haut degré le don
de plaire. Mais ils ne disent presque rien de son éducation. Quels
maîtres a-t-elle eus à Rome et à Florence, et que lui ont-ils enseigné?
Que savait-elle quand elle partit pour la France? On en est le plus
souvent réduit à des conjectures.

Elle a commencé à apprendre le français en 1531, quand il a été question
de son mariage avec Henri d'Orléans, et probablement elle le parlait et
l'écrivait en 1533, à son départ de Florence; mais longtemps encore elle
correspondit plus volontiers en italien. En outre de ces deux langues,
on lui a enseigné sans doute, comme il était d'usage, les éléments des
lettres et des sciences, et par exemple, l'histoire sainte et le calcul.
Mais c'était un minimum et, qui devait paraître tel, pour une femme de
son rang, aux religieuses du couvent mondain des Murate. Sans doute, les
Isabelle d'Este, les Éléonore de Gonzague, les Vittoria Colonna, pour ne
parler que des grandes dames italiennes, qui égalaient par leur culture
les hommes les plus cultivés, et qui les surpassaient par le charme et
la distinction de l'esprit, étaient et ne pouvaient être que des
exceptions. Mais, sans viser à cet idéal, les éducateurs de la
Renaissance estimaient que l'intelligence des femmes devait être
développée autant que celle des hommes, et que le moyen de ce
développement, c'était, pour les uns et pour les autres, l'étude des
anciens. Malheureusement, il n'est pas possible de savoir combien de
temps Catherine a été soumise à cette discipline, ni si même elle y a
été soumise[50].

      [Note 50: Rodocanachi, _La femme italienne à l'époque de la
      Renaissance. Sa vie privée et mondaine, son influence sociale_,
      Paris, 1907.--Julia Cartwright, _Isabelle d'Este, marquise de
      Mantoue_, traduit et adapté par Mme Schlumberger, Hachette, 1912.
      Voir aussi, pour la bibliographie, de Maulde La Clavière, _Les
      femmes de la Renaissance_, Paris, 1898.]

Elle a eu à Rome, à sa disposition, la plus riche bibliothèque, celle
des Médicis, où le cardinal Jean (plus tard Léon X) avait réuni les
manuscrits de Laurent le Magnifique, dispersés par la révolution de 1494
et qu'il avait rachetés, les œuvres de beaucoup de philosophes, de
poètes et d'orateurs de l'antiquité, des écrits à la louange de Côme, de
Pierre et de Laurent de Médicis et tant d'autres livres: les
_Commentaires_ de Marsile Ficin sur Platon, le _Traité d'Architecture_
de L. B. Alberti, etc.. Mais Catherine était-elle d'âge à profiter de ce
trésor de connaissances et de ce puissant moyen de culture? Son
éducation en Italie a dû se faire surtout par les yeux. Elle a passé à
Rome ou à Florence ces années d'enfance et de jeunesse où les
impressions toutes neuves sont si vives. Il y a des preuves directes
qu'elle était capable à douze et treize ans--l'âge de la
passionnette--d'une émotion esthétique profonde et même durable. Huit
ans après son arrivée en France, elle demandait au pape Paul III le
portrait de «Donna Julia» qu'elle avait vu étant enfant dans la chambre
du cardinal Hippolyte et «pour lequel elle s'était prise d'amour[51]».
C'était l'image de la femme la plus belle d'Italie, une très grande dame
chère au Cardinal, qui l'avait fait peindre par le meilleur élève de
Raphaël, Sébastien del Piombo. Beaucoup plus tard encore, reine-mère et
toute-puissante elle offrait de payer d'un bénéfice l'Adonis «qui est si
beau», probablement l'Adonis mourant de Michel Ange[52]. Elle a vu à
Rome l'immense champ de ruines d'où émergeaient quelques monuments
presque intacts et les débris peut-être encore plus impressionnants de
la grandeur romaine. Elle vivait dans la Rome nouvelle que, parmi l'amas
des églises, des couvents et des masures, les papes à partir de Nicolas
V, et surtout Jules II et Léon X, avaient travaillé à construire, sinon
à la taille, du moins à l'image de l'ancienne Rome, élargissant la
basilique de Saint-Pierre pour édifier au siège de la Chrétienté la plus
vaste église du monde, agrandissant le Vatican, le décorant de tableaux,
de fresques, de statues et l'enrichissant de livres et de manuscrits
pour en faire la plus belle et la plus noble des demeures souveraines.

      [Note 51: Romier, _Les origines politiques des guerres de
      religion_. T. I: _Henri II et l'Italie_ (1547-1555), Paris, 1913,
      p. 17.--J'ai identifié cette Donna Julia». Voir ch. VII, p. 235,
      note 2.]

      [Note 52: H. Thode, _Michelangelo und das Ende der Renaissance_,
      t. III, Berlin, 1912, p. 111, a l'air d'admettre comme Grünwald,
      que le sculpteur de l'Adonis est Vincenzo de Rossi. Cf. du même le
      tome I, p. 43-46, Berlin, 1908 de ses _Kritische Untersuchungen_,
      sur les œuvres de Michel-Ange et comme appendice à son Michel-Ange
      et la fin de la Renaissance. Mais il est douteux que la Reine-mère
      voulût acheter si cher l'œuvre d'un sculpteur de second ordre. Je
      reviendrai un jour sur ce point.]

Catherine habitait le palais Médicis (aujourd'hui palais du Sénat),
banque et palais tout ensemble, avec quelques vestiges de forteresse
féodale[53], dont un guide du commencement du XVIe siècle, le _De
Mirabilibus novae Urbis Romae,_ vante les belles porte de marbre
polychrome et la bibliothèque ornée de peintures et de statues. Elle
passait probablement les mois chauds de l'été aux portes de Rome, dans
la villa Médicis (depuis villa Madame), aujourd'hui abandonnée et
délabrée, que Clément VII, alors cardinal, avait fait construire par
Jules Romain, sur les dessins de Raphaël, au flanc du Monte Mario[54].
Le premier étage, où l'on accédait par une pente douce en venant de
Rome, était une vaste salle, dont le plafond au centre s'arrondissait en
coupole et dont la voûte et les murs étaient décorés en stuc ou à la
fresque d'une foule de petites scènes d'inspiration bucolique ou
amoureuse, que dominait de sa taille gigantesque un Polyphème pleurant
les dédains de Galatée. La loggia s'ouvrait sur un jardin, véritable
escalier de larges terrasses plantées d'arbres et de fleurs et vivifiées
par les eaux d'un immense réservoir. Un éléphant, image populaire à Rome
depuis la procession solennelle de celui que le roi de Portugal,
Emmanuel le Fortuné, le découvreur des Indes, avait envoyé à Léon X,
allongeait sa trompe en fontaine. Deux Hercules robustes, armés
d'énormes massues, semblaient garder cette retraite de verdure. L'œil
avait pour horizon, de l'Étrurie aux monts Albains, un cercle de
montagnes bleues et la cime abrupte et souvent neigeuse du Soracte.

      [Note 53: Rodocanachi, _Rome au temps de Jules II et de Léon X_,
      Paris, 1912, p. 35, dit qu'Alfonsina Orsini l'avait apporté en dot
      à son mari. Mais Schmarsow, dans son édition (Heilbron, 1886), de
      _l'Opusculum Francisci Albertini, De Mirabilibus novae Urbis
      Romae_, note 24 de la page 27, avance que les Médicis avaient
      acheté leur palais de Guido Ottieri frère d'un «domestique» bien
      en cour de Sixte IV. Sur la bibliothèque, _ibid._, p. 35.]

      [Note 54: Il ne faut pas confondre cette villa avec la villa
      Médicis du Pincio où est installée l'Académie française des
      Beaux-Arts. La villa Médicis du Monte Mario passa à Marguerite
      d'Autriche, après la mort du duc Alexandre, d'où son nom de villa
      Madame; elle revint à Catherine à la mort de Marguerite et fut
      définitivement cédée par elle au cardinal Farnèse. Description
      assez inexacte de la villa dans Müntz, II, p. 355, avec un plan
      assez fantaisiste de Geymüller.]

Nièce de deux papes et vivant dans leur intimité, Catherine circulait
librement dans le Vatican, dont les cours et les jardins servaient alors
de musée aux chefs-d'œuvre retrouvés de la sculpture antique: le
Laocoon, le Torse, l'Apollon du Belvédère, etc. Elle a vu de ses yeux
curieux d'enfant resplendir en leurs fraîches décorations sur les murs
des chapelles et des appartements les sujets sacrés ou quelquefois
profanes traités par les peintres du Quattrocento et du Cinquecento.
Elle a regardé au plafond de la Sixtine la fameuse fresque où
Michel-Ange a raconté, avec une grandeur et une poésie surhumaines,
l'histoire du monde, de la Création jusqu'au Déluge et jusqu'à la
conclusion d'une nouvelle alliance entre Dieu et sa créature en faveur
des mérites de Noé. Elle a parcouru le long des «Loges» la Bible que
Raphaël et ses élèves y ont illustrée, et dans les «Chambres» la
succession des grands panneaux allégoriques, où le maître a distribué en
groupes harmonieux autour du Christ, d'Apollon, de Platon et d'Aristote,
et comme proposé ensemble à l'admiration de la Chrétienté, les saints de
l'Ancien Testament, les docteurs de la nouvelle loi, les philosophes de
l'antiquité avec des savants, des hommes d'État, des artistes et les
plus grands poètes de tous les âges.

De cette Rome des papes, qui s'harmonisait si bien avec la Rome des
Césars, Catherine a eu plusieurs années le spectacle[55]. Le sac de Rome
n'en avait pas sensiblement altéré l'aspect. Les soudards de l'armée
impériale avaient saccagé les palais et les églises, transformé en
étables les plus belles chambres du Vatican et la chapelle Sixtine,
enfumé les fresques, emporté les trésors d'orfèvrerie, dépouillé les
autels, détruit ou volé nombre de tableaux[56], mais les édifices
restaient debout et Clément VII, aussitôt rentré à Rome, avait employé à
réparer le mal, autant qu'il était réparable, les artistes qui avaient
échappé à la catastrophe, restaurant les palais, rafraîchissant les
peintures et purifiant les églises[57]. Malgré les dévastations de ces
nouveaux Vandales, la jeune fille quitta Rome les yeux pleins d'une
vision de grandeur.

      [Note 55: De 1521 à 1525 et de 1530 à 1532.]

      [Note 56: Pastor, _Histoire des papes depuis la fin du moyen âge_,
      trad. Alfred Poizat, t. IX, p. 295-321.]

      [Note 57: _Ibid._, t. X, p. 255-268.]

À Florence, où elle a passé plus de temps encore qu'à Rome, le palais
Pitti sur sa base de blocs rustiques, le palais Strozzi, en la grâce de
son austérité, et enfin le palais Médicis, sa maison patrimoniale, avec
ses cours et ses jardins animés de marbres antiques, répondaient à
l'idéal classique et en renforçaient l'impression.

Et combien plus les œuvres qui l'intéressaient personnellement, comme
les monuments funéraires de son oncle Julien et de son père, que Léon X
avait commandés à Michel-Ange, et que Clément VII lui fit exécuter. Ils
n'étaient pas encore en place dans la nouvelle sacristie de
Saint-Laurent, et Michel Ange laissa ce soin à d'autres; mais il avait
achevé les statues des deux Médicis et les figures symboliques des
piédestaux. Il était encore à Florence la dernière année que Catherine y
passa. Elle a pu voir l'œuvre et même l'ouvrier. Son père, idéalisé, en
costume d'impérator, est assis, soutenant de la main gauche sa tête
lourde de pensées. L'œil, qui semble se cacher dans la ligne d'ombre du
casque, les lèvres closes sous les doigts, _il Pensieroso_ médite un
secret--quel secret? celui de Léon X ou celui de Machiavel?--que son
regard ni sa bouche ne trahissent. À ses pieds sont couchés l'Aurore,
une jeune femme, qui s'éveille tout alanguie, et le Crépuscule,
vieillard fortement musclé, aux joues creuses, au front plissé et au
sourire amer, sans qu'il soit possible de dire quel rapport il y a ni
même s'il y a un rapport entre le principat de Laurent, si plein
d'espérances, si court de durée, si vide de réalisations, et le matin et
le soir du jour ou de l'activité humaine personnifiés en ces corps
glorieux[58].

      [Note 58: Peut-être que l'Aurore et le Crépuscule, avec le Jour et
      la Nuit du tombeau de Julien représentent simplement les quatre
      parties de la journée ou les quatre âges de la vie. Les derniers
      interprètes sont allés chercher bien loin des explications.
      Celui-ci (Brockhaus, _Michel angelo und die Medici-Kapelle_, 2e
      éd., Leipzig, 1911, p. 64) explique l'œuvre du sculpteur par les
      hymnes ambroisiennes, où il est question du jour, de la nuit, du
      crépuscule et de l'aurore, comme s'il n'en était question que là:
      celui-là (Ernst Steinmann, _Das Geheimnis der Medicigraeber_,
      Leipzig, 1907, p. 78) à qui il convient d'ailleurs de reconnaître
      le mérite d'avoir énuméré tous les commentaires depuis l'origine,
      propose à son tour comme motif d'inspiration un chant de Carnaval,
      _le Triomphe des quatre complexions_ de la nature et de l'homme:
      belliqueuse, amoureuse, flegmatique, mélancolique. Après ces
      belles hypothèses, je ne crains plus d'en risquer une autre sur
      l'attitude méditative de Laurent de Médicis et le sens allégorique
      des statues du piédestal. On sait que dans le fameux sonnet sur la
      Nuit Michel-Ange fait allusion aux malheurs de Florence. Pourquoi
      n'aurait-il pas pensé aussi aux rêves toujours renaissants et
      toujours déçus des patriotes italiens?]

Catherine doit encore à sa ville natale une conception plus large de
l'art. Le milieu florentin a résisté ou échappé à cet excès d'idéalisme
qu'a provoqué ailleurs la superstition de l'antiquité. Le quattrocento
où il a donné sa mesure et produit ses chefs-d'œuvre est une époque de
sincérité et de spontanéité plus que d'inspiration savante ou de
recherche éperdue de la perfection. Il ne s'est pas détourné de la
réalité par dégoût de ses tares; il a embelli sans affadir. Michel-Ange
est un génie isolé, qui, par delà les âges chrétiens, retrouve et
traduit la grandeur de la vieille Rome et l'ardente poésie d'Israël.
Léonard de Vinci, interprète pénétrant de l'âme et qui excelle à
représenter en beauté sensible sa grâce et sa morbidesse, échappe lui
aussi à l'influence du milieu et du temps. Mais la plupart des
Florentins sont de leur temps et de leur pays. Masaccio, Ghirlandajo,
Botticelli, pour n'en citer que quelques-uns, sont les peintres
véridiques de la vie et de la figure florentine. Benozzo Gozzoli, dont
Catherine voyait l'éclatante fresque à la messe dans la chapelle de son
palais, avait représenté le fils et le petit-fils de Côme l'Ancien,
Pierre et Laurent, l'empereur d'Orient, Jean Paléologue, le patriarche
de Constantinople, Joseph, tels que Florence, lors du célèbre concile de
1439, les avait vus passer en procession solennelle, avec leurs costumes
éclatants d'or et de pierreries, montés sur des chevaux richement
harnachés et suivis d'une troupe somptueuse de serviteurs, de soldats et
de clients. Plus réalistes encore sont, à quelques exceptions près, les
sculpteurs florentins de la même époque, Verrocchio, Donatello, etc.,
qui avaient peuplé d'images l'intérieur ou les façades des églises et
des palais. Beaucoup de monuments étaient debout dont Vitruve, le
théoricien consultant de la Renaissance, avait ignoré la forme. Le
Palazzo Vecchio, avec son beffroi à mâchicoulis d'où Alexandre venait de
faire descendre la cloche qui sonnait les assemblées du peuple (12
octobre 1532)[59], rappelait probablement de trop mauvais souvenirs à
Catherine pour qu'elle fût sensible à sa grandeur sévère, mais l'avenir
prouvera qu'elle a aimé, en la gaieté de leurs marbres polychromes,
Santa Maria del Fiore, le Campanile et le Baptistère. Ce que Florence a
de différent de Rome et de l'antiquité a laissé son empreinte dans
l'imagination de la jeune fille.

      [Note 59: Cambi, _Istorie fiorentine_ dans les _Delizie_, t.
      XXIII, p. 122.]

Elle se souviendra de ce qu'elle a vu dans l'une et l'autre ville,
quand, devenue reine de France, elle fera travailler à ses maisons de
campagne, à ses palais de ville, au tombeau de son mari et de ses
enfants. Que ces grands musées à ciel ouvert de Florence et de Rome et
que l'atmosphère d'art où elle s'est mue si longtemps aient profondément
contribué à sa formation intellectuelle, c'est ce que prouvent assez la
préférence de ses goûts et le caractère particulier de sa culture. Les
deux princesses, ses contemporaines, à qui son mariage avec Henri
d'Orléans allait l'apparenter, Marguerite d'Angoulême et Marguerite de
France, la sœur et la fille de François Ier, sont des lettrées; mais
elle, elle préside au groupe des souveraines encore plus curieuses d'art
que de lettres.

Cependant l'époque fixée pour le mariage approchait. Le Pape et le Roi
s'étaient donné rendez-vous, d'abord à Nice, puis à Marseille, pour les
épousailles.

Le duc Alexandre s'était occupé de faire le trousseau de sa sœur. Sous
prétexte de se procurer des fonds pour les fortifications de la ville,
il leva sur les Florentins un emprunt forcé de 35 000 écus, qui servit à
l'achat de broderies à l'aiguille (_richami d'agho_), de bijoux, de
vêtements, de velours, de rideaux de lit d'or[60].

      [Note 60: Cambi, _Delizie_, t. XXIII, p. 131.]

Ces princesses, parées certains jours comme des idoles, manquaient
souvent du nécessaire. La duchesse de Camerino, Catherine Cibo, que
Clément VII avait envoyée à Florence pour assister sa nièce, écrivait à
la marquise de Mantoue, la célèbre Isabelle d'Este, qu'elle avait trouvé
la fiancée dépourvue de tout, et principalement de linge et de
vêtements. Elle lui expliquait qu'il n'y avait pas à Florence d'ouvriers
capables de faire les travaux de broderie qu'elle désirait, et la priait
de vouloir bien «avec son humanité et sa courtoisie» habituelle choisir
quelque bon maître de Mantoue pour confectionner deux corsages et deux
jupes (_due vesti et due sottane_). Elle lui expédiait, pour les
broderies, trois livres d'or, deux livres d'argent et deux livres de
soie, promettant, si c'était nécessaire, de faire un autre envoi[61] (6
août 1533).

      [Note 61: Lettre dans Reumont-Baschet, App. p. 292-293.]

Le Ier septembre 1533, après avoir offert un grand dîner d'adieu à
nombre de nobles dames florentines, Catherine quitta Florence, qu'elle
ne devait plus revoir, et alla s'embarquer à la Spezzia sur les galères
françaises commandées par son oncle maternel, le duc d'Albany. Elle
attendit à Villefranche (près de Nice) Clément VII qui arrivait par mer
de Livourne, accompagné de dix cardinaux. La présence d'Hippolyte de
Médicis devait démentir, s'il en était besoin, le bruit de l'amourette.
Le Pape et sa nièce abordèrent à Marseille le 12 octobre, salués par les
cloches de toutes les églises et par trois cents pièces de canons. Le
Roi, la reine, Éléonore d'Autriche, les princes du sang, les grands
dignitaires et la Cour de France les y avaient devancés.

Visites, entrevues, discussion du contrat commencèrent. Après l'entrée
solennelle du Roi et de la Reine, Catherine fit la sienne le 23 octobre
en grand apparat, précédée d'un carrosse de velours noir--véhicule
nouveau en France,--de huit pages à cheval de la maison d'Hippolyte,
habillés aussi de velours noir, et de six haquenées, conduites à la
main, dont une toute blanche, couverte de toile d'argent. Elle montait
une haquenée rousse, qui était caparaçonnée d'une toile d'or tissée en
soie cramoisie et s'avançait escortée par la garde du Roi et du Pape, et
suivie de Catherine Cibo, de Marie Salviati et de douze demoiselles à
cheval, toutes vêtues à l'italienne et très richement.

Elle descendit au logis du Pape où se trouvait le Roi, qui la baisa et
la fit baiser à son futur mari, le duc d'Orléans. Le 27, le contrat fut
signé, en présence des deux souverains et des deux Cours. Le cardinal de
Bourbon requit le consentement des époux, et prononça la formule
d'union. Le duc d'Orléans embrassa sa femme; et soudain sonnèrent
«fifres, trompettes, cornets et autres instruments». Le lendemain, 28,
Clément VII assista à la messe nuptiale et voulut bénir lui-même les
anneaux. Le Roi vêtu de satin blanc, avec un manteau royal parsemé d'or
et de pierres précieuses, mena au banquet l'épousée, qui était «couverte
de brocat (brocard) avec le corset d'hermine, rempli de perles et de
diamants» et avait «sur sa tête une coiffe de broderie avec des perles
et des pierres précieuses et par dessus une couronne de duchesse»[62].
Le soir, la Reine de France, avec toutes ses dames, accompagnèrent la
Duchesse jusqu'à la chambre où les deux époux--deux enfants de quatorze
ans--devaient cette nuit-là dormir ensemble. Le lendemain, de grand
matin, le Pape, comme s'il n'eût été sûr de la validité du mariage
qu'après sa consommation, alla surprendre les mariés au lit, et les
ayant trouvés de joyeuse humeur, montra plus de contentement qu'on ne
lui vit jamais[63].

      [Note 62: Bouche, _Histoire de Provence_, t. II, p. 567, d'après
      le manuscrit de Valbelle, témoin oculaire. Le portrait, très
      contesté de Catherine, qui est à Poggio à Cajano,--une princesse
      moldave, dit Bouchot,--répond cependant assez bien à cette
      description et à celle du témoin italien cité par Baschet. p.
      321.]

      [Note 63: Reumont-Baschet, _La jeunesse de Catherine de Médicis_,
      récit d'un témoin, p. 323.]

Le Roi et le Pape étaient logés en deux maisons séparées seulement par
une rue et qu'on avait reliées par un pont en bois, pour qu'ils pussent,
à l'insu des indiscrets et des curieux, se voir et causer à toute heure.

François Ier pensait que Clément VII, en faveur de cette alliance,
acquiescerait à ses entreprises italiennes. Dans le projet de traité
qu'il lui soumit, il lui demandait de l'aider secrètement de ses
conseils et de son argent à conquérir le Milanais pour le duc d'Orléans;
d'accorder alors à ce fils de France, devenu prince italien,
l'investiture de Parme et de Florence, et de contribuer à moitié frais à
la reprise du duché d'Urbin. Mais le Pape était trop avisé pour risquer,
au profit de la France, une nouvelle guerre avec Charles-Quint. Il
s'était fait accompagner à Marseille par Guichardin, l'historien et
l'homme d'État florentin, qui avait blâmé le voyage et l'entrevue comme
une imprudence et presque une provocation[64]. Il le tint à l'écart des
négociations mais il voulait l'avoir près de lui, pour rassurer
l'Empereur. Il est probable, comme le suppose l'ambassadeur vénitien,
Antonio Soriano, qu'il n'adhéra qu'en paroles, «lesquelles il savait si
bien dire», aux grands projets de François Ier. Même dans le contrat de
mariage, il avait pris des précautions contre les revendications
françaises sur l'héritage des Médicis. Catherine renonçait, en faveur de
son oncle, à tous les biens meubles et immeubles de son père, et à tous
ses droits et prétentions, le duché d'Urbin excepté, moyennant une somme
de trente mille écus[65]. En considération de la Maison où elle entrait,
Clément VII lui constituait en dot une somme de cent mille écus, dont il
fit d'ailleurs payer une bonne part aux Florentins comme participant à
l'honneur de l'alliance. Il y ajouta des cadeaux superbes. Il avait
apporté à François Ier un coffret en cristal de roche, où le tailleur en
pierres fines le plus habile du temps, Valerio Belli Vicentino, avait
gravé sur le couvercle et les quatre faces les principales scènes de la
vie du Christ[66]. Il fit don à sa nièce de bijoux magnifiques, qu'il
chargea Philippe Strozzi de remettre au Roi, et dont la liste article
par article, soussignée par François Ier, est à Rome[67].

      [Note 64: Agostino Rossi, _Francesco Guicciardini e il governo
      fiorentino_, t. II, 1899, p. 53-59.]

      [Note 65: Le projet de traité secret dans Reumont-Baschet, p.
      325-327; le texte du contrat (en français) dans _Lettres_, t. X.
      p. 478-484.]

      [Note 66: C'est probablement le coffret qui se trouve au Musée des
      Offices, à Florence, salle des Gemmes, mais Trollope, p. 265-267,
      le décrit assez inexactement. Voir ses références, p. 266 et 384.
      Où Reumont a-t-il vu des figures d'Évangélistes aux angles,
      Reumont-Baschet, p. 180? Il parle aussi de vingt scènes gravées,
      et Trollope de vingt-quatre. Il y en a vingt et une.]

      [Note 67: Le reçu, après vérification des joyaux en Conseil du
      roi, est du 13 février 1535. Il se trouve aux manuscrits de la
      Bibliothèque Barberini à Rome et a été publié par F. Cerasoli,
      dans l'_Archivio della R. Società Romana di Storia patria_, t.
      XII, 1889, p. 376-378.]

Ils valaient ensemble 27 900 écus d'or. Les plus beaux et les plus chers
étaient une ceinture d'or avec huit beaux rubis balais et d'autres
diamants estimée 9 000 écus, une «grande table de diamant» de 6 500
écus[68], et, comme pièce d'une parure, une table d'émeraude à laquelle
pendait une «perle en forme de poire»[69].

      [Note 68: «Una gran tavola di diamante posta in un anello d'oro
      smaltato di bigio, bianco e nero.»]

      [Note 69: «_Una tavola di smeraldo_, incastrata in tre anelli
      smaltati in forma di punta di diamante con una perla pendente fata
      a pera.»]

La légende courut--et elle a été recueillie par Brantôme--qu'outre la
dot, les bagues et les bijoux, Clément VII avait à Marseille promis au
Roi «par instrument authentique» «trois perles d'inestimable valeur»,
Naples, Milan et Gênes[70], mais il est certain qu'il n'a pris aucun
engagement de ce genre. Il avait même peur qu'on l'en crût capable.
Aussitôt après son retour à Rome, il s'empressa de confier à l'agent du
duc de Milan qu'au grand mécontentement de François Ier, il avait
repoussé l'idée d'une attaque contre le Milanais. Il fit même avertir
l'Empereur que le Roi lui avait dit que, non seulement il n'empêcherait
pas la venue du Turc, mais qu'il «la procurerait». Cependant François
Ier, escomptant les belles paroles de Clément VII, fit au commencement
de 1534 de grands préparatifs d'entrée en campagne. Il publia les droits
de son fils sur le duché d'Urbin, poussa le landgrave de Hesse à
reprendre les armes contre l'Empereur, et se concerta avec Khairedin
Barberousse, qui venait de s'emparer de Tunis. Une mort prématurée, si
fréquente chez les Médicis, dispensa le Pape de prendre parti (25
septembre 1534). Mais s'il eût vécu, il avait trop de raisons de manquer
à sa parole; il savait ce que lui avait coûté en 1527 sa ligue italienne
contre Charles-Quint. Il avait d'ailleurs avantage à tenir la balance
égale entre les deux monarques rivaux et à leur vendre au plus haut prix
ses promesses et ses signatures. En négociant des deux côtés, il avait
fait de son neveu un duc héréditaire de Florence et le gendre de
l'Empereur, et de sa nièce la bru du Roi de France.

      [Note 70: Brantôme, _Œuvres_, éd. Lalanne (_Soc. Hist. France_),
      t. VII, p. 340, et Lalanne, _Brantôme, sa vie et ses écrits_,
      1896, app., p. 363-366. De cette légende rapportée par Brantôme et
      plus longuement encore par un historien florentin, Bernardo Segni,
      Lalanne avait cru pouvoir conclure que trois joyaux de la couronne
      de France: l'Œuf de Naples, la Pointe de Milan et la Table de
      Gênes étaient des apports dotaux de Catherine et symbolisaient les
      promesses faites par le Pape au Roi à Marseille, Lalanne espérait
      qu'un jour la publication de la liste des cadeaux de noces
      confirmerait cette hypothèse. Il ne savait pas que la liste avait
      été publiée depuis sept ans par Cerasoli. Or en comparant le
      document conservé à Rome avec les Inventaires, postérieurs au
      mariage, des joyaux de la Couronne de France publiés par M. Bapst,
      _Histoire des Joyaux de la Couronne de France_, Paris, 1889
      (Inventaire de Henri II, 1551, de François II, 1559, de Marie
      Stuart, 1560, de Charles IX, 1570), on voit nettement que les
      trois pierres précieuses aux noms trompeurs ne sont pas venues
      d'Italie avec Catherine. L'Œuf de Naples était «ung gros ruby
      ballay à jour percé d'une broche de fer avec une grosse perle
      pendant en forme de poire»; la Pointe de Milan, «un diamant à six
      pointes»; la Table de Gênes, «ung diamant longuet escorné d'un
      coing à deux fons». Mais la perle piriforme de Catherine pendait à
      une table d'émeraude; celle de l'Œuf de Naples à un rubis. Il
      n'est pas question dans les cadeaux de Clément VII d'un diamant à
      six pointes, autrement dit de la Pointe de Milan. La Table de
      Gênes, ce «diamant longuet escorné», ne ressemble guère à la
      Grande Table de diamant qui figure dans le reçu de 1535. De plus,
      ces trois joyaux n'apparaissent pas, du moins avec leur nom, l'Œuf
      de Naples avant 1551, les deux autres avant 1570, bien qu'il soit
      question d'un diamant à six pointes, mais encore anonyme, dans
      l'Inventaire des bagues de Marie Stuart du 26 février 1560. Il
      s'agit donc de diamants achetés par la Couronne et auxquels on
      avait donné ces appellations en soi peu intelligibles, longtemps
      après le mariage de Catherine, en souvenir probablement des
      conquêtes glorieuses, quoique éphémères, de la France en Italie.]

Que François Ier se soit flatté de lui faire abandonner un système
d'équilibre si profitable, c'est une preuve entre quelques autres qu'il
n'était pas grand clerc en diplomatie italienne. Il crut qu'en perdant
Clément VII, il avait perdu le bénéfice de cette mésalliance: «J'ai eu,
disait-il, seulement, la fille toute nue.» Mais il n'eut rien tiré des
espérances si l'oncle avait vécu. C'est la moralité du mariage de
Catherine de Médicis et des grandes combinaisons fondées sur le concours
de Rome et de Florence.



CHAPITRE II

DAUPHINE ET REINE


Catherine avait quatorze ans quand elle fit ses débuts à la Cour de
France, où elle allait s'élever par degrés jusqu'au premier rang,
duchesse d'Orléans, dauphine et enfin reine. C'était un milieu très
différent de celui où elle avait vécu. Mais elle avait une expérience
au-dessus de son âge.

Dans les séjours qu'enfant et déjà grande fille elle fit à Rome,
capitale religieuse et centre des affaires du monde, l'arrivée des
ambassadeurs des divers pays, leurs entrées et leurs audiences
solennelles lui avaient appris, en une suite de leçons vivantes, les
noms et les intérêts des princes et des peuples, la géographie et
l'histoire politique de l'Europe. Pour avoir d'elle une idée juste, il
ne faut pas se figurer une infante d'Espagne, élevée dans une sorte de
claustration, sans connaissance du dehors ni culture, ni même une
princesse française du temps de la Renaissance, dressée aux élégances et
aux bienséances de la Cour, et le plus souvent ignorante du reste du
monde. Cette jeune Florentine avait le sens des réalités de la vie et de
la politique.

Elle avait été certainement très bien élevée. Ses tantes, Clarice
Strozzi, Lucrèce Salviati, et sa cousine, Maria de Médicis, à qui
Clément VII confia successivement la surveillance de son éducation,
étaient des femmes vertueuses, sages et distinguées. Mais la société des
nonnes et des prêtres, à Rome et à Florence, a dû agir sur elle plus
efficacement. Elle y apprit par l'exemple à contenir ses sentiments, à
régler ses gestes et ses paroles, et même à masquer son irritation d'un
sourire. Les compliments, les caresses, les flatteries dont elle fut
toujours si prodigue, s'expliquent en partie par son sexe, sa race, et
le désir ou le besoin de plaire, de convaincre ou de tromper. Mais la
maîtrise de soi-même, si remarquable chez elle, est un don de nature,
qui a été porté à sa perfection par le séjour au couvent et à la Cour
des papes.

Elle n'oubliait pas non plus par quel coup de fortune elle était entrée
dans la maison royale de France. Elle était la première femme de sa
famille qui eût fait un si grand mariage, et elle sentit vivement
toujours, avec une modestie dont l'expression cause parfois quelque
malaise, le rare honneur qu'elle avait eu d'épouser un fils de roi. Plus
tard, quand elle fut régente du royaume, après la mort de son mari, elle
parlait de ses enfants comme s'ils étaient d'une autre race qu'elle,
«lesquels je ayme, écrivait-elle à une de ses filles, comme du lyeu d'où
vous aytes tous venus»[71]. Bien des complaisances de sa vie
s'expliquent par le sentiment qu'elle avait de la médiocrité de son
origine.

      [Note 71: 7 décembre 1560. _Lettres_. L. p. 568. En sa vieillesse,
      elle écrivait qu'elle n'aurait pas souffert, comme elle l'avait
      fait, la présence à la Cour des maîtresses du roi son mari, si
      elle avait été fille de roi. _Lettres_, VIII, 181, 25 avril 1584.]

De précoces épreuves y contribuèrent aussi. Elle avait vu le sac de Rome
et la captivité de son oncle, Clément VII; elle avait vu la révolte de
Florence et l'expulsion des Médicis. Elle avait craint pour elle-même un
sort pire encore. Le jour où le chancelier de la République, Salvestro
Aldobrandini, vint la prendre au couvent des Murate, pour la mener à
celui de Sainte Lucie, elle avait cru marcher à la mort: terreur de
quelques heures qui laissa son empreinte en ce cœur d'enfant et le
rendit pour toujours pusillanime. Elle apprit à céder aux puissants et à
leur complaire, à simuler et dissimuler.

Ce n'était pas trop de son intelligence et de sa culture pour s'adapter
à la Cour de France. Celle de Rome était tout ecclésiastique: un prêtre
pour souverain, un conseil de cardinaux, des clercs de tous grades et de
toute robe dans les offices du palais et dans l'administration de la
ville, de l'État et de la chrétienté. Les plus grandes fêtes étaient des
cérémonies religieuses, qui nulle part n'étaient exécutées par tant de
figurants, célébrées avec autant d'éclat, de pompe et de majesté.
Cependant le Vatican n'était pas un monastère. Léon X avait sa troupe de
musiciens et son équipage de chasse; il courait à cheval par monts et
par vaux à la poursuite du gibier; il donnait des concerts et,
personnellement irréprochable, se plaisait trop aux facéties grossières
de ses bouffons et aux plaisanteries scabreuses de comédies comme _La
Calandria_[72]. Clément VII, plus retenu[73], avait lui aussi les goûts
fastueux d'un prince de la Renaissance[74]. Le temps des papes de la
Contre-réforme n'était pas encore venu; mais il est vrai que celui des
Borgia était pour toujours fini. Les attaques de Luther contre «la
prostituée de Babylone» avaient accru les scrupules et imposé un grand
air de décence. Le souverain de Rome n'oubliait plus qu'il était le
pontife des chrétiens, et, sans renoncer aux ambitions temporelles, il
affectait de s'intéresser avant tout à sa mission spirituelle.

      [Note 72: Pastor. _Histoire des papes depuis la fin du moyen âge_,
      trad. Alfred Poizat, t. VIII, 1909, p. 8, p. 60 sqq., p. 75.]

      [Note 73: _Id._, t. IX, 2e. éd., 1913, p. 191 et note 1; t. X, p.
      242.]

      [Note 74: _Id._, t. X, p. 245 sqq.]

Encore moins l'entourage d'Alexandre de Médicis, le nouveau duc de
Florence, aurait-il pu donner à Catherine l'idée du monde où elle
entrait. Le gouvernement tenait tout entier dans le palais de la Via
Larga, la demeure patrimoniale des Médicis. Il n'y avait là ni passé, ni
tradition, ni étiquette. Le Duc avait un train de vie plus somptueux que
celui des autres grandes familles florentines, une clientèle plus
nombreuse et le privilège d'une garde. C'étaient toutes les marques
extérieures d'une fortune de fraîche date.

Le roi de France était le souverain héréditaire d'une grande nation,
attachée à sa personne et à sa race par une habitude séculaire de
respect et d'obéissance. Sa Cour était un petit monde de princes, de
grands officiers, de prélats, de seigneurs, de conseillers, une France
en raccourci, mais éminente en dignité, qui vivait avec lui et
l'accompagnait dans ses déplacements et ses voyages, le centre de la vie
politique et des affaires, une vraie capitale ambulante que suivaient
les ambassadeurs, et où affluaient les solliciteurs et les ambitieux,
quiconque désirait une pension, un bénéfice, une charge.

Son originalité, entre les autres cours de la chrétienté, c'était le
nombre et l'importance des dames. Anne de Bretagne, femme de Louis XII,
pour ajouter à l'éclat de sa maison et soulager les familles nobles, que
la disparition des dynasties féodales ou leur destruction par Louis XI
laissait sans emploi, avait appelé auprès d'elle des femmes et des
filles de gentilshommes[75]. François Ier, qui ruina le dernier des
grands vassaux, le connétable de Bourbon, hérita de sa clientèle, et,
par politique comme par goût, accrut encore le personnel féminin. Les
reines et les filles de France eurent chacune leur maison, où des dames
et des demoiselles nobles furent attachées avec un titre et un
traitement: dames et filles d'honneur, dames d'atour, dames et filles de
la chambre, etc.

      [Note 75: Brantôme, VII, p. 314-315.]

La présence de tant de femmes, dont beaucoup étaient belles,
intelligentes et cultivées, changea le caractère de cette Cour, et d'une
réunion d'hommes d'État et de capitaines, fit le lieu d'élection des
fêtes et des plaisirs. Les divertissements prirent une très large place
dans le cérémonial. Bals, concerts, assemblées chez la reine, banquets,
défilés et cortèges, furent autant d'occasions d'étaler le luxe des
vêtements et les magnificences de la chair. Mais l'esprit païen de la
Renaissance, qui triomphait dans cette glorification de la richesse et
de la beauté, inspirait aussi la recherche de plaisirs plus délicats. Le
goût des lettres antiques gagnait les plus hautes classes: de très
grandes dames se faisaient gloire de les cultiver, et celles même qui
n'en avaient ni le temps ni la force respiraient dans l'air les idées et
les sentiments que les écrivains y avaient répandus.

La famille royale était composée, en 1533, de la sœur de François Ier,
Marguerite d'Angoulême, reine de Navarre, de sa seconde femme, Éléonore
d'Autriche, une sœur de Charles-Quint, épousée par politique, et des
enfants de sa première femme Claude: trois fils, le dauphin François,
Henri duc d'Orléans, Charles d'Angoulême; et deux filles, Marguerite,
qui épousa sur le tard le duc de Savoie, et Madeleine, qui mourut très
jeune, en juillet 1537, quelques mois après son mariage avec le roi
d'Écosse, Jacques V.

C'est le milieu où Catherine allait vivre. Étrangère, de médiocre
origine épousée pour le secours que le Roi attendait du Pape dans ses
entreprises italiennes et, depuis la mort de Clément VII, privée du
prestige des espérances, sa situation était difficile. Sans doute, ces
parfaits gentilshommes, François Ier et ses fils, étaient incapables de
lui tenir rigueur de leurs mécomptes, mais quelques-uns de leurs
conseillers n'étaient pas aussi généreux. La première relation
vénitienne où il soit question d'elle, en 1535, dit que son mariage
avait mécontenté toute la France. Elle n'avait ni crédit, ni parti. Les
haines religieuses et politiques ont pu seules imaginer beaucoup plus
tard qu'en 1536, âgée de dix-sept ans, elle ait eu les moyens ou l'idée
de faire empoisonner son beau-frère, le dauphin François, pour assurer
la couronne à son mari. Le dauphin fut emporté probablement par une
pleurésie, et son écuyer, Montecuculli, condamné à mort pour un crime
imaginaire, n'avait de commun avec Catherine que d'être Italien.

Devenue par cet accident dauphine et reine en expectative, elle continua
comme auparavant à ne laisser voir d'autre ambition que de plaire. Elle
s'attachait à dissiper les préventions et à gagner les sympathies. Elle
se montrait douce, aimable, prévenante. L'ambassadeur vénitien dit ce
mot caractéristique: «Elle est très obéissante.» C'était un de ses
grands moyens de séduction.

L'homme qu'après son mari elle avait le plus d'intérêt et qu'elle mit le
plus de soin à gagner, ce fut le Roi, que d'ailleurs elle admirait
beaucoup. Plus tard, quand elle gouverna le royaume, elle se proposa et
proposa toujours à ses enfants la Cour et le gouvernement de François
Ier comme le modèle à imiter. Le Roi-chevalier était aimable, et même en
son âge mûr il restait pour les femmes le héros de Marignan et de Pavie.
Des sentiments qu'il inspirait, on peut juger par la lettre que lui
écrivirent les princesses de sa famille et l'amie chère entre les plus
chères, la duchesse d'Étampes, en apprenant qu'il venait de prendre
Hesdin aux Impériaux (mars 1537):

«Monseigneur, nostre joye indicible nous ouste l'esperist et la force de
la main pour vous escripre, car combien que la prise de Hedin feust
fermement espérée, sy (cependant) nous demeuroit-il une peur de toutes
les choses qui pouvoient estre à craindre, sy très (tellement) grande
que nous avons esté despuis lundy comme mortes; et, à ce matin, ce
porteur nous a resuscitées d'une si merveilleusse consolation que après
avons (avoir) couru les unes chés les aultres, pour annoncer les bonnes
nouvelles, plus par larmes que par paroles, nous sommes venues ycy
avesques la Royne, pour ensemble aller louer Celluy qui en tous vos
afaires vous a presté la destre de sa faveur, vous aseurant Monseigneur,
que la Royne a bien embrassé et le porteur et toutes celles qui
participent à sa joye, en sorte que nous ne savons [ce] que nous faisons
ny [ce] que nous vous escripvons».

Au nom de la Reine et des dames, elles le suppliaient de leur permettre
d'aller le voir en tel lieu qu'il lui plairait.

«Car, disent-elles, avesques Sainct Tournas, nous ne serons contantes
que nous n'ayons veu nostre Roy resuscité par heureuse victoire et très
humblement vous en resuplions.

«Vos très humbles et obéissantes subjectes: Catherine, Marguerite (de
France), Marguerite (de Navarre), Marguerite (de Bourbon-Vendôme, plus
tard duchesse de Nevers), Anne (duchesse d'Étampes).[76]»

La lettre est trop jolie pour être de Catherine, bien qu'elle ait signé
la première en sa qualité de dauphine; on y reconnaît la manière de la
reine de Navarre, ce délicat écrivain; et comme elle traduit bien, avec
l'adoration de la sœur, l'enthousiasme de ces jeunes femmes.

La favorite en titre, Anne de Pisseleu, duchesse d'Étampes, qui signait
avec les princesses, était une de ces triomphantes beautés, le désespoir
des reines et l'ornement de la Cour de France[77]. Catherine s'était
liée avec elle, sachant que c'était une voie très sûre pour arriver au
cœur du Roi. En sa vieillesse, comme elle avait souffert cruellement
elle-même de la faveur d'une maîtresse, elle s'excusera sur la nécessité
d'avoir autrefois fréquenté des dames de médiocre vertu. «Aystent
(étant) jeune, j'avès un Roy de France pour beau-père, qui me ballet cet
qui luy pleyset (baillait la compagnie qui lui plaisait) et me fallet
l'aubeir et anter (hanter) tout cet qu'il avoyst agréable et
l'aubeyr»[78]. Mais il ne semble pas que l'obéissance lui ait coûté.
François Ier avait formé une petite bande «des plus belles gentilles et
plus de ses favorites» avec lesquelles «se dérosbant de sa court, s'en
partoit et s'en alloit en autres maisons courir le cerf et passer son
temps». Catherine «fit prière au Roy de la mener tousjour quant et luy
et qu'il luy fist cest honneur de permettre qu'elle ne bougeast jamais
d'avec luy.» François Ier, qui «l'aymoit naturellement», l'en aima plus
encore, «voyant la bonne volonté qu'il voyoit en elle d'aimer sa
compagnie»[79].

      [Note 76: _Lettres de Catherine de Médicis_, t. X, p. 1 et 2.]

      [Note 77: Sur la duchesse d'Étampes, voir Paulin Paris, _Études
      sur François Ier_, 1885, t. II, p. 209 sqq.]

      [Note 78: _Lettres de Catherine de Médicis_, t. VIII, p. 180.]

      [Note 79: Brantôme, éd. Lalanne, t. VII, p. 344-345.]

Elle se plaisait comme lui aux exercices de plein air. C'était un goût
qu'elle tenait probablement des Médicis. Son oncle, Léon X, partait tous
les ans pour les régions giboyeuses de Civita-Vecchia, de Corneto et de
Viterbe avec ses cardinaux favoris, ses musiciens, sa garde et la troupe
des piqueurs, rabatteurs et valets, en tout plus de trois cents
personnes. Il traquait à cheval les bêtes sauvages, petites ou grandes,
non quelquefois sans péril. Dans une de ces battues dont un poète de
cour a célébré les incidents dramatiques, le cardinal Bibbiena avait tué
d'un coup d'épée un sanglier qui fonçait sur le cardinal Jules de
Médicis (le futur Clément VII); le Pape, assailli par un loup, avait été
sauvé par les cardinaux Salviati, Cibo, Cornaro, Orsini; l'éloquent
général des Augustins, Egidio de Viterbe, avait fait voir qu'il valait
«autant par le bras que par la parole»[80]. Avant de quitter l'Italie,
Catherine, déjà grande fille, a dû suivre des chasses. Autrement on ne
s'expliquerait pas qu'aussitôt arrivée en France, elle ait montré
l'ardeur dont parle Ronsard, peut-être avec quelque exagération
poétique:

        Laquelle (Catherine) dès quatorze ans
        Portoit au bois la sagette
        La robe et les arcs duisans (convenant)
        Aux pucelles de Taygette.
        . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
        Toujours dès l'aube du jour
        Alloit aux forêts en queste
        Ou de reths tout à l'entour
        Cernoit le trac d'une beste:
        Ou pressoit les cerfs au cours;
        Ou par le pendant des roches,
        Sans chiens assailloit les ours
        Et les sangliers aux dents croches[81].

      [Note 80: Rodocanachi, _Rome sous Jules II et Léon X_, 1912, p.
      66.]

      [Note 81: _Œuvres de Ronsard_, éd. Blanchemain, t. II. p. 182.]

Elle abandonna la «sambue», sorte de selle en forme de fauteuil où les
dames étaient assises de côté, les pieds appuyés sur une planchette,
mais ne pouvaient aller qu'à l'amble, et elle introduisit l'usage,
qu'elle avait déjà peut-être pratiqué en Italie, de monter à cheval
comme les amazones d'aujourd'hui, le pied gauche à l'étrier et la jambe
droite fixée à la corne de l'arçon[82]. Elle pouvait ainsi courir du
même train que les hommes et les suivre partout. François Ier, grand
chasseur, appréciait fort cette enragée chevaucheuse, que les chutes ne
décourageaient pas. Elle ne renonça qu'à soixante ans à ce plaisir
dangereux[83].

      [Note 82: Cependant Brantôme rapporte que Catherine avait appris à
      monter en amazone de la duchesse douairière de Lorraine, Christine
      de Danemark, c'est-à-dire après sa venue en France. Éd. Lalanne,
      t. IX. p 621.]

      [Note 83: En 1545, dans une chasse au cerf, la haquenée qu'elle
      montait s'emballa et se précipita dans une cabane dont le toit
      était très bas. Elle fut désarçonnée et se blessa au côté droit.
      En 1563, elle tomba de cheval au sortir du château de Gaillon et
      se fit à la tête une blessure si profonde qu'il fallut la
      trépaner. Bernardino de Médicis, ambassadeur florentin, à Côme Ier
      29 avril 1545. Desjardins, _Négociations diplomatiques de la
      France avec la Toscane_, t. III p. 158.--Lettre de Charles IX du
      19 septembre 1563 et du cardinal de Lorraine du 2 octobre, dans
      _Additions aux Mémoires de Castelnau_, éd. Le Laboureur, 1731, t.
      II, p. 288-289.]

Sa vive intelligence, à défaut de ses habitudes de complaisance, lui
rendait facile de s'adapter aux goûts lettrés de cette Cour. Elle avait
très bien appris le français que d'ailleurs elle écrivit toujours en une
orthographe très personnelle et elle le parlait non sans une pointe
d'accent exotique, dont elle ne parvint jamais à se débarrasser.

Il n'y a pas dans ses lettres une citation, une phrase latine[84]. Au
lieu de l'expression courante _in cauda venenum_, elle emploie la forme
française «en la queue gist le venyn». Ce n'est pas d'ailleurs la preuve
qu'elle ignorât le latin[85]. Elle savait du grec. En 1544,
l'ambassadeur de Côme, Bernardino de Médicis, bon lettré et l'un des
fondateurs de l'Académie Florentine, écrivait qu'elle possédait cette
langue «à stupéfier tout homme» (_che fa stupire ogni uomo_). Même en
admettant que ce compatriote de la Dauphine, qui était aussi son
arrière-petit-cousin à la mode de Bretagne, ait un peu exagéré, il doit
y avoir dans cet éloge une part de vérité. Avait-elle commencé à étudier
le grec en Italie? Bernardino ne le dit pas. Elle a bien pu l'apprendre
en France où elle était depuis dix ans. Il est probable qu'elle eut pour
maître notre grand helléniste Danès[86].

      [Note 84: Une seule fois, elle aurait cité une phrase latine, mais
      c'est un verset de l'Évangile.]

      [Note 85: Elle le comprenait assurément. Voir ci-dessous, p. 103,
      note 2.]

      [Note 86: L'ambassadeur ne nomme pas Danès. Il dit simplement que
      des dix hommes très lettrés qui vont se réunir pour arrêter les
      articles à présenter au Concile de Trente, l'un est le maître de
      la Dauphine (Desjardins, III, p. 140, déc. 1544). Or nous savons
      d'autre part que Danès fut envoyé à ce Concile par François Ier et
      qu'il s'y distingua comme orateur. Voir Abel Lefranc, _Hist. du
      Collège de France_, Paris, 1893, p. 172. L'identification paraît
      donc légitime.]

Un fait qui paraît bien établi, c'est sa culture scientifique. Elle est,
dit François de Billon, dans _Le Fort inexpugnable de l'Honneur du sexe
féminin_, 1555, réputée pour sa «science mathématique». Ronsard célèbre
aussi en images poétiques «le comble de son savoir»:

        Quelle dame a la pratique
        De tant de mathématique?
        Quelle princesse entend mieux
        Du grand monde la peinture,
        Les chemins de la nature,
        Et la musique des cieux?

Ce qui probablement veut dire qu'elle était savante en géographie, en
physique et en astronomie. C'était dans la famille royale une
originalité. Elle se distinguait par là des autres princesses de la
Renaissance française, qui étaient de pures lettrées.

Elle se lia étroitement--et ce sera pour la vie--avec Marguerite de
France, plus jeune qu'elle et qui étudiait les anciens avec passion.
Peut-être est-ce pour lui plaire qu'elle a commencé ou continué après
son mariage l'étude du grec. Elle rechercha pour son intelligence et son
crédit la sœur très chère du Roi, Marguerite d'Angoulême, âme tendre
avec quelque mièvrerie, inquiète et joyeuse, conteur gaillard et poète
mystique, claire en son réalisme et confuse en ses aspirations, et,
malgré ces contrastes, ou même à cause d'eux, une des figures les plus
attachantes de la Renaissance littéraire et religieuse du XVIe siècle.
Catherine avait certainement lu ou entendu lire en manuscrit les
_Nouvelles_ de la Reine de Navarre, qui lui rappelaient un autre conteur
célèbre, Boccace, Florentin celui-là. Elle et Marguerite de France
résolurent d'écrire un recueil du même genre, idée d'imitation qui
devait paraître à cette princesse de lettres une flatterie délicate.
Aussi l'aimable femme s'en est-elle souvenue dans le Prologue de
l'_Heptaméron_; et, vraiment généreuse, elle laisse croire que le projet
de ses nièces était du même temps que le sien, ou même un peu
antérieur, et n'avait d'autre modèle que Boccace; mais à la différence
des Nouvelles du _Décaméron_, les leurs devaient être de «véritables
histoires».

Toutes deux et le Dauphin «prosmirent» «... d'en faire chacun dix et
d'assembler jusques à dix personnes qu'ils pensoient plus dignes de
racompter quelque chose». Mais on se garderait de s'adresser à des «gens
de lettres», car Henri, ce robuste garçon, à qui l'on n'a pas coutume de
prêter tant de finesse, «ne voulloyt que leur art y fust mêlé, et aussy
de peur que la beaulté de la rethoricque feit (fît) tort en quelque
partye à la vérité de l'histoire.»

Les grandes affaires de François Ier et les occupations de la Dauphine
firent «mectre en obly du tout ceste entreprinse»[87]. Quel malheur de
n'avoir pas ce Brantôme en raccourci, moins les exagérations de crudité,
un _Triméron_ en trente nouvelles, sans embellissements romanesques, de
la Cour et de la société au temps de François Ier. La correspondance
restera l'unique œuvre littéraire de Catherine de Médicis[88].

Catherine venait d'un pays où toutes sortes de poèmes étaient chantés à
quatre, cinq, six ou huit voix, que les instruments soutenaient. En
France même, la tradition des jongleurs, conteurs et chanteurs, ne
s'était pas encore perdue, et les poètes contemporains, comme Mellin de
Saint-Gelais, s'accompagnaient du luth autrement que par métaphore[89].
Quand Clément Marot eut rimé en français les trente premiers psaumes de
David, les grands musiciens d'alors, Certon, Jannequin, Goudimel,
s'empressèrent de les mettre en musique. Ces chants où le musicien et le
poète ont chacun, à sa façon, traduit et souvent trahi la grandeur, la
couleur et la passion de la poésie hébraïque, eurent à la Cour de
François Ier un grand succès, mais moins d'édification que de mode.

      [Note 87: L'_Heptaméron des nouvelles de Marguerite d'Angoulême
      reine de Navarre_, éd. Benjamin Pifteau, t. I, p. 28-29.]

      [Note 88: Sous le titre: _Les Poésies inédites de Catherine de
      Médicis_, Paris, 1885. M. Edouard Frémy a publié, dans une
      biographie d'ailleurs intéressante, des poésies qui ne sont pas de
      Catherine. Il suffit pour s'en convaincre de les lire sans parti
      pris. Les idées, les sentiments, la langue ne répondent pas à sa
      façon de sentir et de penser et l'indication des lieux est en
      désaccord avec ses itinéraires bien connus. C'est aussi l'avis de
      M. le Comte Baguenault de Puchesse. Je renvoie à sa solide
      démonstration, _Revue des questions historiques_, t. XXXIV, 1883,
      p. 275-279. Ces vers rappellent la manière de Marguerite de
      Navarre, et ils en sont probablement un pastiche.]

      [Note 89: Augé-Chiquet. _La vie, les idées et l'œuvre de Jean
      Antoine de Baïf_, Paris et Toulouse, 1909, p. 303-304.]

L'amateur le plus ardent de cette musique sacrée, c'était le Dauphin,
qui la faisait chanter ou la chantait lui-même «avec lucs (luths),
violes, espinettes, fleustes, les voix de ses chantres parmi». Aussi les
gens de son entourage, en bons courtisans, voulaient tous avoir leur
Psaume, et s'adressaient au maître pour leur en trouver un qui répondit
à leurs sentiments. Il s'était réservé pour lui le Psaume:

        Bien heureux est quiconques
        Sert à Dieu volontiers, etc.

et il en avait fait lui-même la musique. Catherine choisit le 141e[90],
dont le traducteur est inconnu:

        Vers l'Éternel des oppressez le Père
        Je m'en yrai...

Dans sa douleur de n'avoir pas d'enfant, après neuf ans de mariage, elle
recourait à Dieu, comme à l'unique espérance. Mais le chant des Psaumes
était si cher aux hérétiques qu'il en devint suspect. La Cour laissa les
cantiques pour les «vers lascifs» d'Horace, qui, disait un réformé,
«eschauffent les pensées et la chair à toutes sortes de lubricitez et
paillardises»[91].

      [Note 90: Le 141e de la Vulgate est le 142e du Psautier hébreu et
      huguenot, la Vulgate ayant réuni en un seul les psaumes IX et X du
      texte hébraïque original (O. Douen, _Clément Marot et le Psautier
      huguenot_, t. I, 1878, p. 284, note 5, et p. 285).]

      [Note 91: _Joannis Calvini Opera quae supersunt omnia_, éd. Baum,
      Cunitz, Reuss, t. XVII, _col._ 614-615.]

Catherine, toujours déférente, fit fête aussi aux «chansons folles»[92].

Ce n'est pas merveille qu'avec cette bonne volonté, elle ait réussi à
retourner l'opinion. L'ambassadeur vénitien, Matteo Dandolo, disait dans
sa Relation de 1542: «Elle est aimée et caressée du Dauphin, son mari, à
la meilleure enseigne. Sa Majesté François Ier l'aime aussi, et elle est
aussi grandement aimée de toute la Cour et de tous les peuples,
tellement qu'à ce que je crois il ne se trouverait personne qui ne se
laissât tirer du sang pour lui faire avoir un fils»[93].

      [Note 92: Etait-ce la traduction ou des imitations du poète latin
      faites par des poètes de la Renaissance, ou les Odes même
      d'Horace, que l'on trouve déjà dans un livre publié à Francfort,
      en 1532, mises en musique à quatre voix, sur des airs populaires
      de l'époque: _Melodiae in Odas Horatii, Et quaedam alia carminum
      genera_, Francofordiae, 1532. (Catalogue de la Bibliothèque de feu
      M. Ernest Strœhlin, professeur honoraire à l'Université de Genève,
      publié par la librairie Emile Paul et Guillemin, Paris, 1912).
      Consulter P.-M. Masson, _Les Odes d'Horace en musique au XVIe
      siècle, Revue musicale_, 1906 (t. VI), p. 355 sq.]

      [Note 93: Alberi, _Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato_,
      serie Ia, Francia, t. IV, p. 47.]

Elle craignait d'être répudiée comme stérile, depuis que son mari avait
su par expérience qu'il pouvait avoir des enfants. En 1537, lors de sa
campagne en Piémont avec le connétable de Montmorency, il connut à
Moncallier (Moncalieri) une jeune fille, Philippa Duc, sœur d'un écuyer
de la grande Écurie, Jean-Antoine, et eut d'elle une fille qu'il
légitima plus tard sous le nom de Diane de France et maria à Hercule
Farnèse, duc de Castro. Les anciens adversaires du mariage florentin
crurent tenir leur revanche. «Il y eust, dit Brantôme, force personnes
qui persuadèrent (c'est-à-dire conseillèrent) au Roy et à M. le Dauphin
de la répudier, car il estoit besoing d'avoir de la lignée de France».
Il assure que «ny l'un ny l'autre n'y voulurent consentir tant ils
l'aymoient»[94]. Mais Brantôme n'était pas né en 1538 et ne parle que
par ouï-dire. L'ambassadeur vénitien, Lorenzo Contarini, qui écrivait
treize ans après la crise, rapporte au contraire que le beau-père et le
mari étaient décidés au divorce, et que Catherine réussit à les fléchir.
Elle alla trouver le Roi et lui dit que pour les grandes obligations
qu'elle lui avait, elle aimait mieux s'imposer cette grande douleur que
de résister à sa volonté, offrant d'entrer dans un monastère, «ou
plutôt, si cela pouvait plaire à Sa Majesté, de rester au service de la
femme assez heureuse pour devenir l'épouse de son mari»[95].

      [Note 94: Brantôme, éd. Lalanne, VII, p. 341.]

      [Note 95: Alberi, _Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato_,
      serie Ia, Francia, t. IV, p. 73.]

François Ier, ému de sa peine et de sa résignation, lui aurait juré
qu'elle ne serait pas répudiée. Mais elle appréhendait sans doute un
retour offensif de la raison d'État. Elle employait tous les moyens pour
avoir des enfants, prenant les remèdes des médecins, buvant les drogues
que lui envoyait le Connétable, et recourant à l'expérience de sa dame
d'atour, Catherine de Gondi, mère d'une nombreuse famille. Enfin, après
dix ans de mariage, le 20 janvier 1544, elle mit au monde un fils, dont
la naissance fit pleurer de joie le Roi et sa sœur Marguerite et fut
célébrée à l'égal d'une victoire par Marot, Mellin de Saint-Gelais et
Ronsard.

Une cause de chagrin qui s'éternisa, ce fut la passion de son mari pour
Diane de Poitiers, veuve du grand sénéchal de Normandie, Louis de Brézé,
une des plus grandes dames de la Cour. Henri avait en 1538, quand il se
lia avec elle, dix neuf ans; elle en avait trente-huit, et pourtant il
l'aima et jusqu'au bout lui resta fidèle de cœur.

On a imaginé que cet amour ne fut si durable que parce qu'il fut pur,
une amitié amoureuse. Sans doute, les romans de chevalerie à la mode,
l'_Amadis des Gaules_, qu'Herberay des Essars commença en 1540 à
traduire ou à adapter de l'espagnol, et les autres _Amadis_ de divers
pays et en diverses langues qui suivirent, célèbrent, entre les
paladins, ceux qui, chastes et constants, aiment en tout respect,
adorent en toute humilité. Si cette littérature eut tant de succès,
c'est qu'elle répondait peut-être à un réveil des idées chevaleresques
et du culte de la femme.

La conception de l'amour dégagé de la servitude des sens, telle que
l'expose Phèdre dans _le Banquet_ et l'interprétation que donna Marsile
Ficin de la doctrine de Platon, contribuèrent, plus encore que les
romans, à élever les sentiments et à épurer les passions[96]. Le
spiritualisme du philosophe grec et de son commentateur florentin,
répandu par les traductions qui parurent à partir de 1540, eut pour
centre d'élection l'entourage de Marguerite d'Angoulème «... Quant à
moy, je puis bien vous jurer, dit un des personnages de l'_Heptaméron_,
que j'ay tant aymé une femme que j'eusse mieulx aymé mourir que pour moy
elle eust faict chose dont je l'eusse moins estimée. Car mon amour
estoit tant fondée en ses vertus que, pour quelque bien que j'en eusse
sceu avoir, je n'y eusse voulu veoir une tache»[97]. À travers ces
nouvelles, qui sont pour la plupart très gaillardes, circule un fort
courant d'idéalisme, et nul document ne prouve mieux le conflit dans la
société polie d'alors entre les aspirations de l'esprit nouveau et la
grossièreté des mœurs. Le «Pétrarquisme» des poètes de la Renaissance
tendait aussi à spiritualiser la passion[98].

      [Note 96: Abel Lefranc, _le Platonisme et la littérature en France
      à l'époque de la Renaissance_. Revue d'histoire littéraire, 15
      janvier 1896. Bourciez, _Les mœurs polies et la littérature de
      Cour sous Henri II_, ch. III et ch. IV.]

      [Note 97: Dixième nouvelle, t. I, p. 148, éd. Pifteau. Cf. p. 157
      et 158, et comme allusion plus directe à la doctrine
      platonicienne, p. 83 (huitième nouvelle).]

      [Note 98: Sur l'influence de Pétrarque, Vianey, _Le Pétrarquisme
      en France_, Montpellier et Paris, 1909, ch. II: à l'École de Bembo
      et des Bembistes.]

Ce rêve sentimental avait ses dangers. Il menaçait le mariage, qui n'a
pas l'amour pour unique ou même pour principal objet, et, à vrai dire,
il ne se déployait à l'aise qu'en dehors de lui. Les plus raffinés,
parmi ces admirateurs de Platon, n'estimaient pas suffisamment héroïque
une constance qui serait, après un temps d'épreuve, payée de retour; ils
voulaient un renoncement sans espoir et un sacrifice sans récompense. Ce
serait un sacrilège de ravaler à son plaisir l'être à qui l'on avait
dressé un autel et un culte. Mais la nature a ses exigences et la vie
ses obligations. Aussi la morale romanesque, pour concilier le besoin
d'idéal et les nécessités physiques ou sociales, admettait comme
légitime qu'on eût une femme et une «parfaite amye», celle-là mère des
enfants et continuatrice de la race, celle-ci inspiratrice de grandes et
nobles pensées. L'attachement du mari de Catherine pour Diane de
Poitiers serait l'exemple le plus illustre, quoique rare, de ce
compromis amoral du temps.

Voilà la thèse que j'ai fortifiée de mon mieux, comme si je l'avais
adoptée. Et voici maintenant les témoins. Les Français sont récusables.
Suivant les temps et les intérêts de parti, ils se sont déclarés pour ou
contre la vertu de Diane. Pendant le règne de François Ier, les
partisans de la duchesse d'Étampes, favorite du Roi, ne se firent pas
faute d'incriminer les mœurs de la favorite du Dauphin. Après
l'avènement d'Henri II, l'éloge de la vertu de Diane fut de règle:
diffamation ou louange qu'il y a lieu de tenir pour également suspecte.
Il n'est pas nécessaire de demander si Brantôme, qui enregistre avec
tant de plaisir l'histoire et la légende amoureuse du XVIe siècle,
pouvait croire à l'innocence des rapports d'Henri II et de la favorite.
Mais les étrangers et même les Vénitiens, d'ordinaire si bien informés,
ne sont pas d'accord sur la nature de cette liaison. Marino Cavalli, qui
fut ambassadeur de la République en France en 1546, pense que le Dauphin
était peu adonné aux femmes (en quoi il se trompait) et qu'il s'en
tenait à la sienne. Pour ce qui est de la «Grande Sénéchale», il se
serait contenté de son «commerce» et «conversation». Celle-ci aurait
entrepris de l'«instruire», le «corriger», l'«avertir» et l'«exciter ...
aux pensées et actions dignes d'un tel prince»[99]. Elle serait parvenue
à lui inspirer de meilleurs sentiments pour sa femme, et à faire de lui
un bon mari. C'est le rôle de la «parfaite amie» dans ces sortes de
ménages à trois des romans de chevalerie. Cavalli n'affirme pas pourtant
que Diane ne fût que l'Égérie du Dauphin. Lorenzo Contarini, qui, en
1551, résume l'histoire intérieure de la Cour de France, rapporte que,
d'après le bruit public, Diane a été la maîtresse de François Ier et de
beaucoup d'autres avant de devenir celle du Dauphin[100]. Giovanni
Soranzo, dans une relation de 1558, ne parle que de sa liaison avec
Henri, dauphin et roi. Il dit qu'elle a été très belle, qu'elle avait
été grandement aimée, et que l'amour était resté le même (elle était
alors dans sa soixantième année), mais «qu'en public il ne s'est jamais
vu aucun acte déshonnête»[101].

      [Note 99: Alberi, _Relazioni_, serie Ia, t. I, p. 243, ou
      Tommaseo, _Relations des ambassadeurs vénitiens_, trad. française,
      (Coll. Doc. inédits), I, p. 287.]

      [Note 100: Alberi, _Relazioni_, serie Ia, t. IV, p. 77-78.]

      [Note 101: _Id._ serie Ia, t. II, p. 437.]

C'est probablement la vérité. Henri aimait beaucoup les dames, et se
plaisait «à aller au change». Si Brantôme dit vrai, ses nombreuses
expériences lui auraient permis un jour de faire par comparaison un
éloge fort indiscret de sa femme. Ses poètes favoris étaient Lancelot de
Carles et Mellin de Saint-Gelais, qui ne sont pas des chantres de
l'amour transi. Mais il est vrai qu'il n'aimait pas le scandale et se
débarrassait vite des femmes qui, glorieuses de son choix, faisaient,
comme dit Catherine, «voler les éclats» de leur faveur. Aussi donna-t-il
congé à une grande dame écossaise, Lady Fleming[102], qui, ayant eu de
lui un enfant, affectait les prétentions d'une maîtresse en titre. Et
cependant il reconnut le fils qu'il avait eu d'elle, Henri d'Angoulême,
comme il avait reconnu Diane de France, la fille de Philippa Duc. S'il
n'a pas avoué l'enfant de Nicole de Savigny[103], c'est peut-être que la
mère étant mariée, l'attribution de paternité restait douteuse. Il a eu
bien d'autres caprices qui n'ont pas laissé de traces.

      [Note 102: Johanna ou Janet Stewart, fille naturelle de Jacques IV
      d'Écosse et veuve du lord Haut-Chambellan Fleming, avait
      accompagné en France, à titre de gouvernante, la petite reine
      Marie Stuart, fiancée au fils aîné d'Henri II.]

      [Note 103: Cependant l'abbé Pierfitte dit que Nicole de Savigny
      eut cet enfant d'Henri II avant d'épouser son cousin Jean II de
      Ville, baron de Saint-Rémy. Mais alors pourquoi Henri II n'a-t-il
      pas légitimé le fils de cette maîtresse, une dame noble, et
      pourquoi celui-ci s'appelle-t-il Henri de Saint-Rémy, un titre qui
      appartenait au mari de sa mère? Abbé Pierfitte, _Journal de la
      société d'archéologie de Lorraine_, 1904, p. 101 et note 1 de la
      page 102.--C'est de cet Henri de Saint-Rémy, qui fut gentilhomme
      ordinaire d'Henri III, que descendait la fameuse comtesse de
      Lamotte-Valois, l'aventurière de l'affaire du Collier.]

Est-il vraisemblable que cet homme de tempérament amoureux ait, dans
l'ardeur de sa jeunesse, adoré de loin Diane de Poitiers, cette beauté
savoureuse, alors dans l'épanouissement de sa maturité?

S'il ne l'avait pas aimée d'amour, lui aurait-il écrit pendant qu'elle
était absente: «Je croy que pourés asés panser le peu de plésyr que
j'aré (aurai) à Fontainebleau sans vous voyr, car estant ellongné de
sele de quy dépant tout mon byen, il est bien malésé que je puysse avoir
joye».--«Je ne puis vivere (vivre) sans vous».--Et il signe «Seluy qui
vous ayme plus que luy mesmes».--«Vous suplye avoyr toujours souvenance
de celuy qui n'a jamés aymé ni n'aymera jamés, que vous». Elle est,
comme il le lui dit en vers, «sa princesse», la «dame roine et
maistresse» de la «forteresse» de sa «foi», une «déesse», de qui il
avait craint qu'elle «ne se voulut abeser» (abaisser) jusqu'à faire
«cas» de lui[104]. Il avait, en 1547, quand il succéda à son père,
vingt-huit ans. L'agent du duc de Ferrare savait qu'il allait à toute
heure, après dîner, après souper, voir la Sénéchale. L'ambassadeur de
Charles-Quint, Saint-Mauris, qui avait intérêt à renseigner son
gouvernement sur les influences de la nouvelle Cour, avait appris
d'Éléonore d'Autriche, veuve de François Ier, des détails qu'elle tenait
de Mme de Roye, une très grande dame, dont le prince de Condé épousa
plus tard la fille. Tous les jours le jeune Roi, qui s'était empressé de
faire Diane duchesse de Valentinois, allait lui rendre compte des
affaires importantes qu'il avait traitées avec les ambassadeurs
étrangers ou ses ministres. Et puis après, «il se assiet au giron d'elle
avec une guinterne (cithare) en main de laquelle il joue et demande
souvent au Connétable, s'il y est, ou à Omale (François de Guise, alors
duc d'Aumale) si led. Silvius (Diane) n'a pas belle garde touchant quant
et quant les tetins et _la regardant ententivement comme homme surprins
de son amitié_»[105]. Diane minaudait, protestant «que désormais elle
sera ridée».

      [Note 104: Voir quelques lettres et des vers d'Henri II à Diane de
      Poitiers dans les _Lettres inédites de Dianne de Poytiers_, p. p.
      Georges Guiffrey, Paris, 1866, p. 220, 223, 226, 228.]

      [Note 105: Lettre de Saint-Mauris à sa Cour, _Revue Hist._, t. V,
      1877. p. 112.--Contre la «thèse ingénieuse reprise récemment» des
      amours platoniques d'Henri II avec Diane, voir d'autres références
      dans le livre de M. Lucien Romier, _Les Origines politiques des
      guerres de religion_. t. I, 1913: _Henri II et l'Italie_,
      (1547-1555). p. 26, note 1.]

Quelle adoration et qui s'accorde si bien avec ses lettres d'amant
humble et tendre! Pour qu'il lui ait gardé jusqu'à la mort le même
amour, et comme une sorte de reconnaissance émue, il faut bien qu'elle
ne l'ait pas rebuté dans la crise de désir de sa jeunesse; et peut-être
qu'éprise elle-même--elle avait en 1538, quand il la connut, près de
quarante ans, l'âge des grandes passions,--elle se soit donnée et
abandonnée.

La principale intéressée, Catherine n'avait aucun doute sur la nature
des rapports de son mari avec Diane. Elle dissimula la haine que lui
inspirait la maîtresse en titre tant que vécut Henri II, et même après
la mort du Roi elle s'abstint, par respect pour sa mémoire, de trop
vives représailles. Mais elle n'oubliait pas. Veuve depuis vingt-cinq
ans, elle remontrait à sa fille, la reine de Navarre, dans une lettre du
25 avril 1584, qu'elle ne devait pas caresser les maîtresses de son
mari, car celui-ci pourrait croire que, si elle se montrait si
indulgente, c'est qu'elle trouvait son contentement ailleurs. Et, allant
au-devant de l'objection probable, elle ajoutait: [Qu'elle] (ma fille)
«ne m'alègue [mon exemple] en sela; car cet (si) je fesé bonne chère à
Madame de Valentinois, c'estoyt le Roy (à cause du Roi) et encore je luy
fésèt tousjour conestre (au Roi) que s'estoyt à mon très grent regret:
car jeamès famme qui aymèt son mary, n'éma sa p...., car on ne le peust
apeler aultrement, encore que le mot souyt vylayn à dyre à (par) nous
aultres»[106].

      [Note 106: _Lettres de Catherine_, t. VIII, p. 181.]

Il est possible qu'au déclin de son automne, la favorite, intelligente
et avisée, comme on le voit par ses lettres, ait compris qu'un tel
attachement, pour durer toujours, devait changer de nature. Elle pouvait
craindre, à mesure que la différence d'âge apparaissait mieux, le
ridicule et la désaffection.

Le rôle d'amie, prôné par les doctrines littéraires et sentimentales du
temps, la gardait de ce risque. Ce fut dès lors, pour les courtisans et
les poètes qui voulaient plaire, une vérité établie que Diane, plus
belle qu'Hélène et plus chaste que Lucrèce, était chérie du Roi, dit
Ronsard, «comme une dame saige, de bon conseil et de gentil couraige».
Mais le souvenir de la possession, si la possession a cessé, resta si
vif chez Henri II que, pour expliquer l'empire sans limite ni terme de
cette femme qui n'était plus jeune sur cet homme qui l'était encore, le
grave historien De Thou admet l'emploi de moyens magiques, le charme
d'un maléfice.

Catherine avait pour l'infidèle, son mari et son roi, une tendresse
mêlée de respect. Plus tard, au commencement de sa régence, en pleine
période d'incertitude et de trouble (7 décembre 1560) elle rappelait à
sa fille Élisabeth, reine d'Espagne, le temps où, disait-elle, je
n'avais «aultre tryboulatyon que de n'estre asés aymaye (aimée) à mon
gré du roy vostre père qui m'onoret plus que je ne mérités, mais je
l'aymé tant que je avés toujours peur»[107]. Elle avait toujours
souffert du partage, et quand Henri fut devenu roi, elle en souffrit
plus encore, mais pour d'autres raisons. Henri II était aimable et plein
d'égards pour sa femme. A son avènement, il lui avait assigné deux cent
mille francs par an et retenu à son service «trop plus de femmes qu'il
n'y avoit du vivant du feu roy, que l'on dit excéder d'un tiers»[108].
Mais personne n'ignorait que Diane avait la première place dans son cœur
et sa faveur. Lorsqu'il fit son entrée solennelle à Lyon, en 1548, 23
septembre, les consuls, bons courtisans, imaginèrent de le faire
recevoir, au portail de Pierre Encize, par une Diane chasseresse, qui
menait en laisse un lion mécanique «avec un lien noir et blanc», les
couleurs de la favorite[109]. Une Diane figurait aussi au fronton de
l'arc triomphal dressé à la porte du Bourg-Neuf. Le lendemain, quand la
Reine fit son entrée (24 septembre), la Diane arriva encore avec son
automate qui «s'ouvrit la poitrine montrant les armes» de Catherine «au
milieu de son cœur, et, à l'heure», elle «luy dit quelques vers». La
Reine «lui ayant fait la révérence» passa outre et s'attarda ailleurs à
des symboles plus plaisants. Dans les fêtes que donna le cardinal Jean
du Bellay à Rome pour la naissance du quatrième enfant du roi (en mars
1549) un défilé de nymphes précéda le tournoi. «Desquelles, raconte
Rabelais, témoin oculaire, la principale, plus éminente et haute de
toutes autres représentant Diane portoit sur le sommet du front un
croissant d'argent, la chevelure blonde esparse sur les épaules, tressée
sur la teste avec une guirlande de lauriers, toute instrophiée de roses,
violettes et autres belles fleurs»[110]. Lors du sacre de la Reine à
Saint-Denis (juin 1549), Diane de Poitiers marchait à sa suite en
compagnie des princesses du sang[111].

      [Note 107: 7 déc. 1560. _Lettres_ I, p. 568.]

      [Note 108: Saint-Mauris, _Revue Hist._, t. V, p. 115.]

      [Note 109: Théodore Godefroy, _Le Cérémonial françois_, t. I, p.
      837. Cf. p. 851.]

      [Note 110: Rabelais, _La Sciomachie_, œuvres complètes, éd.
      Moland, p 596.]

      [Note 111: On sait que les reines étaient sacrées, quelquefois
      longtemps après les rois, et non à Reims, mais à Saint-Denis. Le
      récit du sacre par Simon Renard, ambassadeur de Charles est en
      appendice, p. 245, dans le livre de M. de Magnienville, _Claude de
      France, duchesse de Lorraine_. Paris, 1885.]

La favorite et un favori, Anne de Montmorency, accaparaient le pouvoir
et tenaient la Reine à l'écart des affaires. C'était, explique le
Vénitien Contarini, parce que, malgré sa sagesse et sa prudence, «elle
n'étoit pas l'égale du roi ni de sang royal». Mais n'en pouvait-on pas
dire autant de la toute-puissante maîtresse? Les poètes et les
courtisans arrangèrent l'histoire. Ronsard mettant en scène le dieu
fluvial du Clain, un petit cours d'eau qui passe à Poitiers, lui faisait
prédire à l'ancêtre de la maison des Poitiers une descendance royale. Il
apparentait probablement de parti pris et confondait avec intention les
comtes de Valentinois, la grande famille dauphinoise d'où Diane était
issue, avec les anciens souverains du pays, les Dauphins de Vienne, qui
se sont constitués, pour ainsi dire, par adoption une lignée royale, en
léguant leur titre avec leurs domaines au fils aîné du roi de France. On
imagine combien Catherine devait souffrir de voir exalter l'origine de
la favorite et rabaisser la sienne. Et cependant, pour complaire à son
mari, elle dissimulait sa jalousie et même faisait bonne grâce à sa
rivale.

Les égards même que la favorite lui montrait ne devaient pas la lui
rendre plus chère. Diane s'occupait des enfants royaux comme s'ils
étaient siens. Elle servit à la Reine de garde-malade. Souvent, dit une
relation vénitienne de 1551, elle envoyait le Roi coucher avec elle.
Mais c'était une attention humiliante et qui n'était pas désintéressée.
Sans doute elle aimait mieux qu'il prît son plaisir en lieu légitime que
de courir les aventures, où, entre autres risques, il pouvait rencontrer
une nouvelle passion. Les deux femmes s'étaient unies contre Lady
Fleming[112].

Le grand amour de Catherine apparaît surtout dans la correspondance,
quand son mari fait campagne. Henri II, à l'exemple de François Ier,
s'était allié avec les protestants d'Allemagne contre Charles-Quint et,
pour prix de son concours, il avait obtenu d'occuper Metz, Toul et
Verdun, ces trois évêchés de langue française, qui étaient membres du
Saint-Empire (traité de Chambord, 15 janvier 1552)[113]. Il alla
lui-même en prendre possession avec une armée que commandait son ami de
cœur, le connétable de Montmorency, et il y réussit presque sans coup
férir[114].

      [Note 112: Toutefois, il me paraît invraisemblable, malgré
      l'affirmation de l'agent ferrarais Alvarotti (Romier, t. I, p. 85
      et note), que Diane, ayant guetté Henri II, qui se rendait de nuit
      chez Lady Fleming, lui ait reproché de déshonorer la reine
      d'Ecosse, Marie Stuart, sa future belle-fille, en lui donnant une
      p..... pour gouvernante.]

      [Note 113: Lemonnier, _Histoire de France de Lavisse_, t. V, 2, p.
      145 sq.]

      [Note 114: Metz fut pris le 10 avril, Toul le 13, et Verdun le 2
      juin. L'armée royale poussa jusqu'au Rhin, et parut le 3 mai
      devant Strasbourg, dont les portes restèrent fermées. En juillet,
      la campagne était finie.]

La Cour avait suivi de loin. A Joinville, en Champagne, Catherine tomba
malade, en fin mars 1552, d'une fièvre pourpre dont elle faillit mourir.
Le médecin Guillaume Chrestien affirme qu'elle fut sauvée par les soins
et les prières de Diane. Mais Diane elle-même indique, avec peut-être
quelque ironie, un meilleur remède: «Vous puys asseurer, écrivait-elle
au maréchal de Brissac (4 avril 1552), que le Roi a fait fort bien le
bon mari, car il ne l'a jamais abandonnée»[115]. En cet extrême danger,
Henri II se montra pour sa femme si attentif et si tendre, qu'on en fut,
écrit le 5 avril l'agent du duc de Ferrare, «stupéfié»[116]. Mais cette
crise d'affection dura aussi longtemps que la fièvre.

      [Note 115: Guiffrey, _Lettres de Diane_, p. 96.]

      [Note 116: Romier, qui rapporte cette lettre d'Alvarotti, I, p.
      19, note 2, en conclut qu'Henri II entourait se femme de «soins»
      et de «respects», mais si les attentions du Roi causaient tant de
      surprise, «un stupore», c'est qu'elles n'étaient pas habituelles.]

Pendant cette campagne, et pendant les deux qui suivirent, en 1553 et
1554, le Roi fut souvent absent de la Cour. Catherine alors s'habillait
de noir et de deuil et obligeait son entourage à faire comme elle. «Elle
exhorte chacun, rapporte Giovanni Cappello, à faire de très dévotes
oraisons, priant Notre Seigneur Dieu, pour la félicité et la prospérité
du Roi absent»[117]. Michel de l'Hôpital, alors chancelier de Marguerite
de France, duchesse de Berry, disait en vers latins au cardinal de
Lorraine, qui avait suivi le Roi dans ce voyage d'Austrasie. «Que s'il
te plaît peut-être de savoir ce que nous devenons, ce que fait la Reine,
si anxieuse de son mari, ce que font la sœur du Roi et sa bru, et Anne
(d'Este) la femme de ton frère, et toute leur suite impropre à porter
les armes, sache, que par des prières continuelles et par des vœux,
elles harcèlent les Puissances célestes implorant le salut pour vous et
pour le Roi et votre retour rapide après la défaite des ennemis»[118].

      [Note 117: Alberi, _Relazioni_, serie Ie, t. II, p. 280, ou
      Tommaseo, I, p. 358.]

      [Note 118: Duféy, _Œuvres complètes de Michel de l'Hospital,
      chancelier de France_ 4 vol. dont un de planches. Paris,
      1824-1825, t. III, p. 193.]

La femme et la maîtresse faisaient au Connétable, chef de l'armée, les
mêmes recommandations. Veillez sur le Roi, écrit Diane, «car il ly a
bien de quoy le myeux garder que jamès, tant de poyssons (poisons) que
de l'artyllerye»[119]. Battez les ennemis, écrit Catherine (août 1553),
mais tenez le Roi loin des coups, «car s'il advient bien come je
m'aseure tousjour, l'aunneur et le byen lui en retournera; s'yl advenet
aultrement, [le Roi] n'y estant point, le mal ne saret aystre tieul
(saurait être tel) que y ne remedyé (vous n'y remédiiez). Je vous parle
en femme.» Peu lui importe le reste, «pourvu que sa personne n'aye
mal»[120]. Les lettres de la maîtresse semblent d'une épouse, inquiète
sans doute, mais sûre de l'affection de l'absent; celles de la femme
sont d'une maîtresse amoureuse. Catherine écrit à la duchesse de Guise,
qui a rejoint son mari à l'armée: «Plet (plût) à Dyeu que je feusse
aussi byen aveques le myen»[121]. Elle est irritée contre Horace
Farnèse, duc de Castro, le mari de Diane de France, qui venait de
capituler dans Hesdin, après avoir reçu d'ailleurs un coup d'arquebuse
dont il mourut: «J'é grand regret qu'i (Horace Farnese) ne l'eut [reçu]
avant rendre Hédin.» Ce n'est pas qu'elle paraisse sensible à la perte
de cette place forte; mais Henri II étant retenu à la frontière pour la
couvrir contre l'ennemi. Horace Farnese est «cause, dit-elle, de quoy je
ne voy point le Roy»[122].

      [Note 119: Sur cette crainte assez inattendue du poison, voir
      l'explication de G. Guiffrey, _Lettres de Diane de Poytiers_, p.
      101, note 2.]

      [Note 120: _Lettres de Catherine de Médicis_, t. I, p. 78.]

      [Note 121: Fin août 1553, _Lettres_, I, p. 50.]

      [Note 122: Fin juillet 1553, _Lettres_, I, p. 77.]

Mais lui n'est pas à l'unisson. Diane parait informée jour par jour des
événements; mais Catherine reste longtemps sans l'être. Elle apprend en
juin 1552, par l'entourage de son mari, qu'elle va se rapprocher de
l'armée et se rendre à Mézières. «Mes, dit-elle, je ne m'an ause réjeuir
pour n'an n'avoyr heu neul comandemant du Roy»[123]. Elle se plaint
quelquefois de ne pas recevoir de réponse à ses lettres. Henri II laisse
tomber la correspondance, peut-être pour éviter les effusions
conjugales. Il n'aime que Diane et Montmorency, et c'est à eux qu'il
réserve ses déclarations d'amour. Catherine en est réduite à demander de
ses nouvelles à tout le monde et à se recommander par intermédiaire à sa
bonne grâce. Elle multiplie les lettres au Connétable, qu'elle prie de
dire au Roi la passion qu'elle a pour son service et pour sa personne.
«Mon conpère, lui écrit-elle, fin juin 1552, je vis arsouyr set que me
mandès teuchant ma maladye, mès y fault que je vous dye que se n'é pas
l'eau qui m'ay fayst malade, tant come n'avoyr point dé novelles deu
Roy, car je pansès que luy et vous et teu le reste ne vous sovynt plulx
que je aystès ancore en vie: aseuré vous qu'il n'i a sayrayn qui me seut
fayre tant de mal que de panser aystre aur de sa bonne grase et
sovenance; par quoy, mon conpère, set désirés que je vive ay sauy sayne
antertené m'i le plulx que pourès et me fayste savoir sovant de ses
novelles; et vela le meilleur rejeyme que je sarès tenir»[124].

      [Note 123: Lettre écrite entre le 18 et le 25 juin 1552,
      _Lettres_, I, p. 66.]

      [Note 124: _Ibid._, Voici cette lettre en orthographe moderne:

      «Mon compère, je vis hier soir ce que [vous] me mandez touchant ma
      maladie, mais il faut que je vous die (dise), que ce n'est pas
      l'eau (l'humidité du soir), qui m'a faite malade, tant comme [de]
      n'avoir point des nouvelles du Roi, car je pensais que lui et vous
      et tout le reste, [il] ne vous souvînt plus que j'étais encore en
      vie: assurez-vous qu'il n'y a serein qui me sût faire tant de mal
      que de penser être hors de sa bonne grâce et souvenance; par quoi
      mon compère, si [vous] désirez que je vive et sois saine (bien
      portante), entretenez-m'y (en la bonne grâce du Roi), le plus que
      [vous] pourrez et me faites savoir souvent de ses nouvelles; et
      voilà le meilleur régime que je saurais tenir».]

Dans une autre lettre au Connétable (6 mai 1553), elle s'excusait de ne
rejoindre son mari que le lendemain. Mais la lettre du Roi portait
qu'elle devait venir le plus tôt qu'elle pourrait avec toute la
compagnie, ses enfants compris. S'il lui eût écrit d'arriver tout de
suite, elle n'aurait pas manqué de partir seule, même sans chevaux. Ce
n'était qu'un retard d'un jour, et cependant elle s'en justifiait comme
d'une faute, protestant que «... Dieu mercy, depuis que j'ay l'onneur de
lui estre (au Roi) ce que je luy suis, je n'ay jamais failly de faire ce
qu'il m'a commandé, m'aseurant qu'il me faict cest honneur de le croire
ainsi dans son cueur, [ce] qui me faict estre contante et m'aseurer que
j'aye cest heur que d'estre en sa bonne grace et qu'il me cognoist pour
telle que je luy suis.»

Elle revient plusieurs fois, comme pour s'en bien convaincre elle-même,
sur cette assurance où elle est de n'être «jamais esloignée» de sa
bonne grâce, ajoutant pour le Connétable «tant plus quen (d'autant plus
quand) je sçay qu'estes auprès de luy qui estes et faictes profession
d'homme de bien[125].»

      [Note 125: _Lettres_, I, p. 75-76, 6 mai 1553.]

Comme elle craint de déplaire! Et cependant, à la même époque, elle
montrait quelque velléité de rompre avec ses habitudes d'effacement.
Elle osa se plaindre de la façon dont le Roi, partant en campagne, avait
organisé le gouvernement[126]. Il l'avait déclarée régente (25 mars
1552), mais au lieu de lui conférer pleine et entière autorité, comme
c'était l'usage et comme il le lui avait promis, elle se découvrit pour
compagnon le garde des sceaux, Bertrandi, une créature de Diane. Ainsi
que l'écrivait au Connétable le sieur du Mortier, Conseiller au Conseil
privé, c'est Bertrandi lui-même qui avait fait réformer le pouvoir de la
Reine, lors de la première lecture qui en fut faite au Roi, «pour s'y
faire adjouster au lieu même qu'il est nommé»[127], hardiesse
qu'assurément, on peut le croire, il ne se fût pas permise s'il n'y
avait été poussé par la toute-puissante favorite. En outre, les affaires
occurrentes devaient être délibérées avec «aucuns grands et notables
personnages» du Conseil privé, qui donneraient leur «avis pour y
pourvoir». Ainsi la Régente partageait avec le garde des sceaux la
présidence du Conseil privé, et dans le Conseil les décisions seraient
prises à la majorité des voix. Pour plus de complication, Catherine
était autorisée--avec l'avis du Conseil--à lever les troupes que le
besoin requerrait pour la défense du royaume; et l'Amiral de
France--c'était alors Claude d'Annebaut[128]--avait charge lui aussi de
s'occuper des mêmes choses concernant le fait de la guerre, dont il lui
serait toujours «conféré et communiqué». L'Amiral ne savait comment
concilier ses attributions avec celles du Conseil privé et du Garde des
sceaux.

      [Note 126: En 1548, elle n'avait pas protesté quand Henri II,
      passant en Piémont, laissa à Mâcon le cardinal de Lorraine, le duc
      de Guise, le chancelier (Olivier), le seigneur de Saint-André et
      l'évêque de Coutances (Philippe de Cossé-Brissac), pour entendre
      avec elle à ses affaires de deçà (lettre du 27 juillet 1548). Il
      est possible, contrairement à ce que pense M. Romier (Bibliothèque
      de l'École des Chartes, t. LXX, p. 431-432), qu'il ne s'agisse pas
      ici d'un véritable Conseil de régence, mais simplement d'un
      Conseil d'expédition des affaires courantes pendant l'absence du
      Roi. En tout cas, Catherine n'y avait que sa place sans
      spécification de pouvoirs, et cependant elle ne s'était pas
      plainte.]

      [Note 127: Ribier, _Lettres et mémoires d'Estat des roys, princes,
      ambassadeurs et autres ministres sous les règnes de François
      premier, Henry II et Françoys II_, Paris, 1666, t. II, p. 389.]

      [Note 128: Il mourut le 11 novembre 1552. Lettres au Roi dans
      Ribier, _ibid._, t. II, p. 387-388, Joinville, 11 avril 1552.]

Le Connétable, ce vieux renard, avait refusé, sous quelque prétexte, de
communiquer ce pouvoir à la Reine; et ce fut sur ces entrefaites qu'elle
tomba malade à Joinville. Quand elle fut rétablie, elle demanda de le
lui apporter, désir de convalescente qu'il fallut satisfaire. «Et alors,
en se souriant, a dit qu'en aucuns endroits on luy donnoit beaucoup
d'autorité, et en d'autres bien peu, et que quand ledit pouvoir eust
esté selon la forme si ample qu'il avait pleu au Roy de luy dire qu'il
estoit, elle se fust toutefois bien gardée d'en user autrement que
sobrement, et selon ce que ledit seigneur luy eust fait entendre son
intention en particulier, soit de bouche ou par écrit, car elle ne veut
penser qu'à luy obéir....»

Elle faisait remarquer à du Mortier que Louise de Savoie «eut une
ampliation telle que l'on n'y eust sceu rien adjouster; et de plus elle
n'avoit point de compagnon comme il semble que l'on luy veuille bailler
Monsieur le Garde des Sceaux qui est nommé audit pouvoir». Elle notait
aussi que, dans une autre clause, le Roi disait qu'il emmenait avec lui
«tous les Princes de ce royaume». Il s'ensuivrait donc que «s'il fust
demeuré aucuns desdits princes par deçà, elle n'y eut pas été régente».
Et toujours en protestant qu'elle n'eût jamais usé du pouvoir le plus
ample «autrement qu'il eust plu audit Seigneur», elle se refusait à
faire publier la déclaration de régence «es Cours de Parlement ny
Chambre de Comptes», car elle «diminueroit plus qu'elle n'augmenteroit
de l'authorité que chacun estime qu'elle a, ayant cet honneur d'estre ce
qu'elle est au Roy.» D'Annebaut, du Mortier tentèrent sans succès de la
ramener. Du Mortier, qui au fond était de son avis, écrivit au
Connétable de décider le Roi «à mettre en termes généraux les
particularitez contenues audit pouvoir»[129].

Le Connétable répondit qu'il fallait qu'il fût publié. Doucement elle
insista «... Quant à set (ce) que me mandès de mon pouvoir, je suys bien
ayse, puisqu'i (il) fault qui (qu'il) souyt (soit) veu, qui (qu'il)
souyt de façon que l'on conese que set que me mandés ay (est) vrai que
je suys an la bonne grase deu Roy»[130]. Probablement, pour en finir,
Henri lui écrivit, et la voilà contente, «car, écrit-elle au Connétable,
j'é aystés an grant pouyne (peine) pour la longueur deu temps qui l'y
avest que n'en avés seu (eu de lettres), par quoy je vous prye si ledist
signeur et vous avés anvye que je ne retombe poynt malade que je aye le
byen d'an savoir (avoir) plux sovant»[131].

Et aussitôt elle s'empresse. Elle annonce au Connétable que tous ceux du
Conseil ont été d'avis que l'Amiral devait demeurer ici jusqu'à ce que
le Roi en eût ordonné autrement. «Par quoy mandé nous vystement sa
volonté, afin que ne fasyon (fassions) faulte à l'ensuyvre.» Elle met
avec joie la main à l'administration. «Mon compère, écrit-elle au
Connétable, vous verrez par la lectre que j'escris au Roy que je n'ay
pas perdu temps à apprendre l'estat et charge de munitionnaire»[132].

Mais, pour tout remerciement, Montmorency la rabroua: «Il me semble
estant ledit seigneur (Roy) si prochain de vous qu'il sera doresnavant
que vous ne devez entrer en aucune despense ny plus faire ordonnance
d'autres deniers sans premièrement le luy faire sçavoir et entendre son
bon plaisir»[133].

      [Note 129: Sur cette affaire, voir Ribier, _Lettres et Mémoires
      d'Estat... sous les règnes de Françoys premier, Henry II, Françoys
      II_, 1666, t. II, lettre du sieur du Mortier au Connétable, p.
      388.]

      [Note 130: Fin avril 1552, _Lettres_, I, 52.]

      [Note 131: Autre lettre de fin avril, I, p. 52.]

      [Note 132: 20 mai 1552, _Lettres_, I, p. 56.]

      [Note 133: Citée par De Cruc, _Anne de Montmorency_, p. 115, sans
      indication de date.--Une lettre très ironique du Roi dans
      Lemonnier, _Hist. de France_, t. V, 2, p. 132.]

Ses initiatives inquiétaient. Pour la première fois, elle laissait voir
le désir assurément légitime de tenir son rang. Sa prétention d'être
régente pour tout de bon, et cette passion d'activité, c'était une
révélation. Une Catherine apparaît que la Cour ne soupçonnait pas. La
femme d'État perçait sous l'épouse obéissante.

Dans les affaires italiennes, elle montre à la même époque la même
volonté d'intervenir. À son départ pour la France, Alexandre de Médicis
était depuis deux ans duc héréditaire de Florence, par la grâce de
Clément VII et de Charles-Quint et le consentement du peuple. Elle
n'aimait guère ce frère bâtard, estimant peut-être qu'il occupait une
place où elle se croyait, comme fille légitime, plus justement destinée.
Quand la nouvelle survint qu'il avait été assassiné par un de leurs
cousins, Lorenzino de Médicis (5 février 1537), elle prit la chose si
doucement, racontait la reine de Navarre à un agent florentin, «que
mieux ne se pouvait imaginer»[134]. Alexandre ne laissait pas d'enfant.
Un Médicis, d'une branche cadette, intelligent et énergique, Côme, fils
de Maria Salviati et de Jean des Bandes Noires, l'ancien compagnon de
jeux de Catherine, accourut à Florence et se fit reconnaître pour chef
par le peuple, et quelques mois après par l'Empereur. François Ier n'eut
pas même le temps de décider s'il ferait valoir les droits de sa bru ou
travaillerait à rétablir la République. L'oncle de Catherine, le fameux
banquier Philippe Strozzi, souleva les ennemis du nouveau duc; mais il
fut vaincu à Montemurlo (1538) et enfermé dans une prison où il mourut,
non sans soupçon d'aide.

François Ier avait gardé rancune à Côme de son bonheur et de ses
attaches avec Charles-Quint. Il refusa d'accorder à son ambassadeur la
préséance sur celui de Ferrare[135]. Henri II, qui pouvait se prévaloir
des droits de sa femme, était encore plus mal disposé[136]. Entre tous
les _fuorusciti_ (bannis), napolitains, milanais, génois, etc., que la
Cour de France recueillait pour s'en servir dans ses entreprises
italiennes, il montrait une particulière faveur aux Florentins. «La
mauvaise volonté du Roi envers vous, écrivait à Côme son ambassadeur à
Rome, vient de ce que vous avez servi et servez l'Empereur... _et de ce
que vous êtes maître de cet État de Florence auquel aspire Sa Majesté
très Chrétienne_»[137].

      [Note 134: «Che ella se ne passava tanto bene, che plu non si
      poteva imaginare.» Ferrai, _Lorenzino de Medici e la Società
      Cortigiana del Cinquecento_. Milan, 1891, p. 282.]

      [Note 135: Eletto Palandri, _Les négociations politiques et
      religieuses entre la Toscane et la France à l'Époque de Cosme Ier
      et de Catherine de Médicis_ (Recueil de travaux publiés par les
      membres des Conférences d'histoire et de philologie de
      l'Université de Louvain), Paris, Picard, 1908, p. 41 sqq.]

      [Note 136: À Reims, le jour du sacre, l'ambassadeur du duc de
      Mantoue prit le pas sur celui de Florence. _Id. ibid._ p. 54-55.]

      [Note 137: Averardo Serristori à Côme, 27 mai 1551, dans Elleto
      Palandri, _Ibid._, p. 73. Cf. p. 67.]

Pendant le règne de François Ier et les premières années de celui
d'Henri II, Catherine affecta de rester étrangère à ce conflit des
puissances. Elle avait des revendications à faire valoir sur les propres
de son frère Alexandre et ne tenait pas à se brouiller avec le souverain
de la Toscane; elle entretenait une correspondance amicale avec lui et
faisait gracieux accueil aux ambassadeurs qu'il envoyait de temps à
autre en France pour tenter un rapprochement.

Elle disait, en 1539; à l'un d'eux, l'évêque de Saluces, Alfonso
Tornabuoni qu'elle se recommandait à Côme et à la mère de Côme, Maria
Salviati, et que si elle avait occasion de rendre service au Duc elle le
ferait de bon cœur, «comme pour son propre frère, car elle tient Votre
Excellence pour tel, et elle m'a donné commission de le lui dire de sa
part»[138]. Lors du règlement de l'affaire de préséance, elle en écrivit
à Côme ses regrets: «Je veodré (voudrais) que lé choses feusent pasé
autrement, et sy je use plulx pleusant esté (et si j'eusse été plus
puissante)»[139]. Elle reçut l'ambassadeur Ricasoli, lorsqu'il vint
féliciter Henri II sur son avènement «avec une bénignité (_dolcezza_) et
une démonstration d'affection qui ne se peut redire»[140]. Mais Côme, un
Médicis aussi fin qu'elle et qui savait la valeur des compliments, ne
croyait pas à tant d'amour.

      [Note 138: Desjardins, _Négociations diplomatiques de la France
      avec la Toscane_, III, p. 17.]

      [Note 139: _Lettres_, t. I, p. 12, fin juillet 1545. Il faut
      entendre: et les choses se seraient passées autrement si j'avais
      été plus puissante.]

      [Note 140: Desjardins, _Négociations diplomatiques_, III, p. 191.]

Elle était entourée de fuorusciti ardents à qui la maison de son maître
d'hôtel, le poète Luigi Alamanni, servait de «synagogue». Elle prit en
1552 pour dame d'atour Maddalena Bonaiuti, femme d'Alamanni, qui lui
peignait en noir (_sinistramente_) le gouvernement de Florence[141]. Ses
cousins, Pierre, Léon, Robert et Laurent Strozzi, avaient leur père
Philippe à venger. Ils cherchaient partout des ennemis à Côme et n'y
épargnaient ni peine ni argent. Robert faisait fructifier les capitaux
de la famille dans ses banques de Rome et de Lyon: Laurent était
d'Église; Léon, chevalier de Malte; Pierre avait essayé du service de
l'Empereur avant de passer à celui du roi de France. C'était un
condottiere de race, brave, aventureux, haut à la main, et si lettré
qu'il pouvait traduire en grec les Commentaires de César. Il avait
épousé Laudomia (ou Laudomina) de Médicis, la sœur du meurtrier
d'Alexandre. Catherine avait pour ce cousin à mine rébarbative une
préférence marquée. Lorsqu'il avait rejoint François Ier au camp de
Marolles[142] «avec la plus belle compagnie qui fut jamais veue de deux
cens harquebuziers à cheval les mieux montez, les mieux dorez et les
mieux en poinct qu'on eust sceu voir», la Dauphine, «qui estoit cousine
dudict sieur Estrozze qu'elle aymoit, s'en cuyda perdre de joye, raconte
Brantôme, pour voir ainsi son cousin parestre et faire un si beau
service au roy et le tout à ses propres despans»[143]. Sans imaginer
qu'elle l'ait aimé au sens où se plait à l'entendre l'historien des
_Dames galantes_, il faut que son affection ait été bien vive pour se
manifester avec un éclat presque compromettant.

      [Note 141: Romier, I, p. 146 et 147. Cf. Hauvette, _Un exilé
      florentin à la Cour de France: Luigi Alamanni_, 1903, p. 137.]

      [Note 142: François Ier avait dressé son camp à Marolles pour
      secourir Landrecies que Charles Quint assiégeait. Brantôme, t. II,
      p. 269.]

      [Note 143: Brantôme, _Œuvres_, éd. Lalanne, II, 269-270. Cf. VI,
      163.]

C'était bien le serviteur qu'il lui fallait, entreprenant et fidèle. Au
nom de la liberté, ce fils du vaincu de Montemurlo pouvait soulever
contre Côme les partisans de Catherine et ceux de la République. Henri
II, qui avait mêmes vues sur lui, le nomma, aussitôt après son
avènement, capitaine général de l'infanterie italienne[144]. Il le fit
chevalier de l'Ordre le jour de son sacre. Strozzi, si cher à la Reine,
avait eu le talent de plaire à la favorite, à un favori, le maréchal de
Saint-André, et aux Guise. Mais Montmorency le considérait comme un
aventurier, et son crédit était grand.

La défiance du Connétable parut justifiée par la conduite du frère de
Pierre, Léon, qui commandait les galères du Levant. C'était quelques
mois avant la campagne d'Austrasie et l'occupation des Trois-Evêchés.
Henri II avait pris parti pour les Farnèse, que le pape Jules III
voulait dépouiller du duché de Parme, un fief de l'Église romaine, pour
en investir l'Empereur, et il les soutenait d'hommes et d'argent[145].
Pendant ces premières hostilités, Léon, qui avait été, par intrigue ou
pour incapacité, privé de sa charge en faveur du sieur de Villars, neveu
du tout puissant Connétable, tua, de colère, un de ses serviteurs,
Jean-Baptiste Corse, qu'il accusait d'avoir comploté sa disgrâce et même
voulu attenter à sa vie, et il s'enfuit de Marseille à Malte avec deux
galères (septembre 1551)[146]. Cette défection, à la veille d'une grande
guerre--presque une trahison--risquait de ruiner tous les Strozzi et de
compromettre la Reine, leur cousine et leur patronne. Aussi Catherine ne
perdit-elle pas de temps. Six jours seulement après la naissance
d'Édouard-Alexandre (le futur Henri III), elle se mettait à son
écritoire, écrivait au Roi, au Connétable: «Je vouldrois, disait-elle à
Montmorency, que Dieu eust tant faict pour luy de l'avoir osté de ce
monde à l'heure qu'il luy donna la volunté de s'en aller»[147]. Elle ne
pensait pas revoir jamais «chose qui aprochast de ceste faute» et
pourtant elle était sûre «qu'il ne l'a point faict par meschanceté»,
s'étonnant «qu'ung si meschant homme comme Jehan Baptiste Corse eut eu
puissance de luy faire peur ou doubte». Avant tout elle avait à cœur de
certifier la fidélité de Pierre. Elle priait le Connétable de faire que
«le Roy ayt tousjours le seigneur Pietre pour recommandé, car bien que
son frère ayt failli, je suis, affirmait-elle, certaine de luy qu'il
mourra à son service»[148] (26 septembre 1551).

      [Note 144: _Corresp. de Saint-Mauris, ambassadeur de
      Charles-Quint_, Rev. hist, t. V (septembre-décembre 1877), p.
      107.]

      [Note 145: Romier, I, p. 230 sqq.]

      [Note 146: Brantôme, t. IV, p. 393.]

      [Note 147: 26 septembre 1551, _Lettres_, I, 44.]

      [Note 148: _Ibid._, _Cf._ I, 46.]

Dans une lettre à Henri II, tout en déclarant que son plus grand désir
serait de savoir le coupable noyé, elle ne laissait pas d'indiquer les
circonstances atténuantes. Quant à Pierre, elle se portait garante qu'il
mourrait plutôt «de san (cent) myle mort que de vous faire jeamès faulte
ny oublyer l'aublygazyon quy (qu'il) vous ha». Elle le suppliait de lui
pardonner cette longue lettre, «pansant le deplésyr que je hay» dont
rien ne la pourra ôter que l'assurance de n'être pas éloignée, par la
faute de ce malheureux, «de votre bonne grâce an laquele, disait-elle,
très humblemant me recommande». Et elle signait: «Vostre tres humble
et tres hobéysante famme»[149].

      [Note 149: _Lettres_, 45 et aussi p. 47.]

Elle n'obtint pas pour Laurent un sauf-conduit pour venir se justifier,
mais le seigneur «Pietre», les affaires d'Italie aidant, fut plus en
faveur que jamais.

Les fuorusciti s'étaient jetés avec passion dans la guerre de Parme,
espérant y entraîner toute la péninsule. Ceux de Florence projetaient
d'attaquer Côme. Catherine favorisait leurs menées et partageait leurs
espérances. Quand elle apprit que le pape Jules III, las de sa politique
belliqueuse, négociait avec Henri II une alliance de famille entre les
Farnèse, clients de la France, et Côme, vassal de l'Empereur, elle se
plaignit à son mari de n'avoir pas été consultée. «En cette
circonstance, mandait à Côme son secrétaire d'ambassade en France, B.
Giusti. la Reine a fait la folle: elle a pleuré devant le Roi, disant
qu'on n'avait nul égard pour elle»[150].

      [Note 150: Desjardins, _Négoc._, t. III, p. 278.]

Mais Henri II, comme on le vit bientôt, jouait double jeu. Quand les
Siennois eurent chassé (26 juillet 1552) la garnison espagnole qui,
depuis douze ans, occupait la citadelle, il leur envoya des secours.
Sienne, à deux ou trois journées de Florence, pouvait servir de point
d'appui aux ennemis de Côme. Après quelques hésitations, il nomma Pierre
Strozzi, leur chef, son lieutenant général à Sienne (29 octobre 1553).
Catherine crut que le moment était venu de faire valoir ses droits sur
Florence. Elle obtint de son mari l'autorisation d'engager ses domaines
d'Auvergne pour aider Strozzi à délivrer Florence de l'esclavage, et
elle en vendit, paraît-il, pour cent mille écus[151]. Elle déclara aux
ambassadeurs de Sienne, qui sollicitaient sa protection, qu'elle voulait
être «la procuratrice» de la Cité. «Il est impossible, écrivait le 4 mai
le Siennois Claudio Tolomei, de peindre l'ardeur et l'amour avec
lesquels la Reine se dévoue aux affaires de Sienne et le courage qu'elle
montre, non seulement en paroles, mais par ses actes»[152]. Le cardinal
de Tournon déclarait à l'ambassadeur vénitien, Giovanni Capello, (10
juillet 1554) que «si la liberté de Florence était rétablie, la Reine en
aurait tout le mérite»[153]. Henri II avait rappelé Léon Strozzi à son
service (janvier 1554); il nomma Pierre maréchal de France pour
accroître son prestige (20 juillet 1554).

      [Note 151: Par une procuration du 28 novembre 1533, Henn II, à la
      sollicitation de sa femme, l'autorise à vendre, aliéner, engager
      tout ce qu'elle tient et possède... «par succession de ses feu
      père et mère en nostre pays d'Auvergne... afin de nous bailler les
      deniers qu'elle en pourra tirer et recouvrer.» _Correspondance
      politique de Dominique du Gabre_ (évêque de Lodève), _trésorier
      des armées à Ferrare_ (1552-1557), publiée par Alexandre Vitalis,
      Paris 1903, Append., p. 291-292.--Romier, p. 418.]

      [Note 152: Romier, t. I, p. 418 et notes.]

      [Note 153: _Id._, I, 428.]

Mais Strozzi fut vaincu à Marciano (2 août 1554) par les troupes
espagnoles, renforcées de celles de Côme, et ces grands espoirs furent
détruits. On cacha quelques jours la mauvaise nouvelle à Catherine, qui
était enceinte de deux mois. Quand elle l'apprit, elle pleura beaucoup;
mais avec cette maîtrise, «dont elle donna plus tard tant de preuves»,
elle se ressaisit vite. Elle envoya un de ses valets de chambre visiter
Pierre, qui avait été grièvement blessé. Elle écrivit aux Siennois, pour
relever leur courage, une lettre curieuse où un mot fait impression:
«Davantage (de plus) de notre côté, pour la dévotion que nous avons (non
moindre que la vôtre) _à la Patrie_, nous vous prions d'être assurés que
nous nous emploierons et procurerons continuellement envers le Roi, mon
dit Seigneur, de sorte et manière que sa puissance ne vous manquera en
compte aucun pour l'entretenement et conservation de votre État et
liberté en son entier»[154].

La patrie dont elle parle, ce n'est ni Sienne, ni Florence, ni même la
Toscane, mais l'Italie. Le souvenir de Rome maintenait vivante parmi les
divisions territoriales de la péninsule l'idée d'une patrie commune. Et
puis le mot sonnait si bien.

Catherine put croire encore quelque temps que ses revendications sur
Florence et sur le duché d'Urbin resteraient le principal objet de la
politique française; mais Henri II avait bien d'autres affaires. Il se
dégoûtait d'une lutte stérile en Italie et ne pensait qu'à sauvegarder
ses conquêtes en Lorraine. Quand Sienne, que les Espagnols assiégeaient,
eut capitulé, après une défense héroïque (17 avril 1555)[155], il
conclut une alliance avec le pape et négocia la paix avec Charles-Quint.
Catherine fut mécontente de cette «volte-face»[156], mais on se passa de
son approbation. Une trêve glorieuse conclue à Vaucelles (5 février
1556) laissa les Trois-Évêchés et le Piémont à la France.

      [Note 154: Lettres, X, p. 13, Villers-Cotterets, 29 septembre
      1554. C'est visiblement une lettre écrite en français et traduite
      en italien.]

      [Note 155: Courteault, _Blaise de Monluc historien_, ch. VI: la
      défense de Sienne, p. 229-298.]

      [Note 156: Romier, I, 522.]

L'année suivante, Henri II, à la sollicitation du pape Paul IV Carafa et
du cardinal-neveu, un condottiere revêtu de la pourpre, recommença la
lutte contre la maison d'Autriche, malgré le Connétable, grand ennemi
des aventures italiennes. Une armée française, commandée par le duc de
Guise, passa les Alpes. Mais, contrairement aux désirs de la Reine,
c'était pour conquérir le royaume de Naples et non la Toscane. Côme
avait négocié avec tout le monde pour éviter une attaque. Peut-être
Catherine espérait-elle qu'après Naples le tour de Florence viendrait.
En attendant elle réclamait du Pape, pour ses clients et ses parents, le
prix de l'intervention française. Elle rappelait avec quelque humeur, en
mars 1557, au cardinal Carafa que, lors de sa légation en France
(juin-août 1556) il lui avait promis «que Monsieur de Saint-Papoul
(Bernard Salviati, évêque de Saint-Papoul, son cousin) serouyt (serait)
le premyer cardynal» que le Pape ferait. Et cependant une promotion de
cardinaux avait eu lieu (15 mars 1557), où il n'était pas compris. Elle
s'en déclarait «heun peu aufansaye (offensée)», «veu, disait-elle, que
je l'aves ynsin (ainsi) dist à tout le monde, m'aseurant que vous ne
m'eussiès veolu porter heune parole pour vous moquer de moy.» Elle
réclamait pour Salviati une promotion «aur (hors) de l'aurdinayre». Que
le Pape «panse au lyeu que je tyens et que j'é moyen de reconestre le
plesyr que vous me fayrés»[157].

      [Note 157: Mars 1557, _Lettres_, X, 17-18. Salviati ne fut fait
      cardinal que quatre ans après.]

Elle se vantait. Depuis la chute de Sienne et l'abandon des projets sur
la Toscane, elle ne comptait guère. Mais elle ne se résignait pas à se
désintéresser des affaires d'Italie. Elle multipliait les lettres,
répétait les nouvelles, les assurances, les promesses et s'agitait dans
le vide, ne pouvant employer autrement son besoin d'activité. Elle
annonce au cardinal Carafa (avril 1557) comme s'il ne le savait pas, que
le Roi a décidé de secourir le Pape et «que y (il) ne changera plulx de
aupynyon». Elle lui conseille d'écrire «quelque auneste lestre à
Monsyeur le Conestable», reconnaissant par là même qu'elle ne peut
rien[158]. Elle avait avec lui une correspondance qu'elle tenait,
semble-t-il, à cacher. Le secrétaire français du Cardinal s'étant enfui,
il s'empressa de lui faire dire, pour la rassurer, que ce serviteur
infidèle n'avait lu aucune de ses lettres (1er mai 1557)[159]. Son
«secret» d'Italie, c'est la revanche de son effacement en France. Elle
intervient, mais à des fins très personnelles, dans la politique
étrangère.

      [Note 158: _Ibid._, p. 19.]

      [Note 159: Georges Duruy _Le cardinal Carafa_, Paris, 1882, App.,
      p 387.]

Quand les Carafa, effrayés par la marche sur Rome du duc d'Albe,
vice-roi de Naples, se hâtèrent de traiter avec Philippe II, elle
écrivit doucement au duc de Palliano, l'aîné des neveux de Paul IV, que
le Roi son mari, «a esté bien ayse de ce que Sa Saincteté s'est
accommodée en ses affaires par l'accord qu'il a faict avec le Roy
d'Espeigne, ayant (Henri II) mieulx aymé se mectre en poyne pour la (Sa
Sainteté) mectre en repoz et tranquillité que d'en avoir usé
aultrement»[160]. Elle glissait sans dignité sur la défection, mais elle
n'oubliait pas ses intérêts. Elle recommandait au Duc les procès qu'elle
avait engagés en Cour de Rome contre sa belle-sœur, Marguerite
d'Autriche, à qui elle disputait l'héritage de son frère bâtard,
Alexandre, le duc de Florence assassiné, et de son cousin, le cardinal
Hippolyte, mort lui aussi. Elle remerciait le Pape, ce pape qui venait
de trahir la cause française, d'avoir ordonné aux juges de passer outre
aux artifices de procédure et elle le suppliait «de leur commander
derechef qu'ayant son bon droit en bonne recommandation» ils missent fin
au procès[161]. La plaideuse paraît oublier qu'elle est Reine de
France[162].

      [Note 160: _Lettres_, t. I, p. 111, 27 octobre 1557.]

      [Note 161: _Ibid._, p. 112 (décembre).]

      [Note 162: Toutefois il n'est pas croyable qu'elle ait écrit en ce
      même mois de décembre 1557 à Carafa la lettre publiée au tome X de
      ses _Lettres_, p. 20, et où elle proteste de sa reconnaissance et
      de son dévouement. C'eût été se compromettre que d'écrire en ces
      termes au Cardinal-neveu, qui avait rejoint Philippe II à
      Bruxelles, comme légat du Pape, et qui négociait le prix de la
      défection des siens. Les faits dont il est question dans cette
      lettre sans date prouvent d'ailleurs qu'elle a été mal datée par
      les éditeurs. Catherine remercie le Cardinal de son zèle pour la
      grandeur de ses fils et du bon accueil fait à Rome au maréchal
      Strozzi. Or Strozzi arriva à Rome fin janvier ou commencement
      février 1556 (Duruy, _Le cardinal Carlo Carafa_, 1882, p.
      100-101). L'allusion aux fils de France ne peut s'entendre que du
      traité d'alliance entre Henri II et Paul IV (13 octobre 1555),
      dont l'article XXII donnait le royaume de Naples et le duché de
      Milan à deux des fils cadets d'Henri II (Duruy, _ibid._, p.
      80-81.) La lettre est donc probablement de février ou mars 1556.]

Pourtant elle venait d'avoir occasion d'en faire figure. Ce fut quand
les Espagnols eurent mis en déroute, devant Saint-Quentin (août 1557),
l'armée du Connétable et menacèrent Paris. Henri II, qui rassemblait de
toutes parts des troupes pour faire tête à l'ennemi, envoya sa femme
demander aux bourgeois de sa capitale un secours immédiat d'argent.
Catherine se rendit à l'Assemblée Générale, qui avait été réunie à
l'Hôtel de Ville (13 août), accompagnée de Marguerite de France, sa
belle-sœur, et de plusieurs autres dames. «Et estoit, la dite dame et sa
compaignée, dit le procès-verbal du greffier, vestues d'abillemens
noirs, comme en deul». La Reine exposa la grandeur du désastre, le
danger du royaume et «la nécessité de lever gens pour empescher l'ennemy
de venir plus avant». Brantôme dit qu'elle parla très bien. «Elle excita
et esmeut messieurs de Paris....» Le procès-verbal en sa sécheresse n'y
contredit pas. Elle demanda «humblement» à l'Assemblée «de ayder au Roy
d'argent pour lever en diligence dix mile hommes de pied». On la pria de
vouloir bien se retirer dans une petite salle pendant la délibération,
mais on la rappela aussitôt. Les bourgeois avaient voté sans débat les
dix mille hommes de pied, «pour lesquels seroit levé sur tous les
habitants de ladite ville et faulxbourgs, sans en excepter ni exempter
aucun, la somme de trois cent mil livres tournois». La Reine remercia
bien fort «et _humblement_». Ce mot «humblement», qui revient pour la
seconde fois, a été ensuite effacé, évidemment comme peu convenable à la
dignité royale, mais le greffier ne l'a pas inventé, et d'ailleurs il
s'accorde trop bien avec les façons modestes de Catherine pour n'être
point vrai[163].

Après cette apparition en pleine lumière, elle s'effaça. Toutes ses
pensées ne tendent qu'à complaire au Roi son mari. Elle le suit partout.
Par déférence et par tendresse, elle se contraint d'honorer et
«caresser» la favorite[164]. Elle n'a aucune autorité dans l'État, mais
elle tient superbement sa Cour, à l'imitation de celle de François Ier.
Elle dépense beaucoup pour elle et son entourage, en frais de table, en
vêtements. Libérale et généreuse, elle donne à pleines mains et
sollicite infatigablement pour ses parents, ses amis et les clients de
ses amis. Elle a une réputation bien établie de douceur et de
«bénignité».

      [Note 163: Brantôme, t. VII, 348.--_Registre des délibérations du
      Bureau de la Ville de Paris_ (Publications de la Ville de Paris),
      t. IV (1552-1558), éd. et annoté par Bonnardot, p. 496-497 et la
      note.]

      [Note 164: En décembre 1557, écrivant au roi de Navarre, Antoine
      de Bourbon, pour le prier de favoriser le mariage de son neveu
      germain, Jacques de Clèves, comte d'Orval, avec Diane de La Mark,
      petite-fille de Diane de Poitiers, elle déclarait avec assurance
      qu'elle s'intéressait à cette union pour l'amour «que j'é tout
      jour portaye à Madame de Valantynois et à sa fille», Lettres, t.
      X, 540.]

Exclue du pouvoir, elle entend se réserver le gouvernement de sa
famille. Elle était une mère tendre, mais autoritaire, comme on le voit
par les Mémoires de sa fille Marguerite. L'ambassadeur vénitien,
Giovanni Soranzo, dans sa Relation de 1558, dit qu'elle a élevé le
Dauphin, plus tard François II, dans de telles habitudes de respect à
son égard «qu'on voit bien qu'il dépend en tout de sa volonté»[165].

      [Note 165: Alberi, _Relazioni_, serie Ia, vol. II, p. 400.]

Mais l'action de la mère était contrecarrée par celle de la fiancée du
Dauphin, Marie Stuart, reine d'Écosse, qui avait été envoyée en France,
en 1548, à l'âge de cinq ans, pour être élevée à la Cour. Marie Stuart
était la fille de Jacques V d'Écosse, mort de chagrin (16 décembre 1542)
après la défaite de ses troupes par les Anglais, et de sa seconde femme,
Marie de Lorraine, sœur du duc de Guise et du cardinal de Lorraine. Elle
était naturellement attachée à ses oncles germains, prenait leurs
conseils, entrait dans leurs intérêts et consolidait leur crédit, que
leurs services à l'armée et dans le gouvernement et une alliance de
famille avec Diane de Poitiers égalaient presque à celui du Connétable.
Cette «reinette» intelligente, vive et gracieuse, faisait les délices
d'Henri II; mais elle déplaisait à sa future belle-mère, qui ne la
trouvait pas docile et qui craignait pour son fils, faible et maladif,
les risques d'une union précoce. Mais après la prise de Calais et de
Thionville par le duc de Guise, il ne fut plus possible d'ajourner les
épousailles (24 avril 1558). Le mari avait quatorze ans, et la femme
quinze. Elle accaparait ce pâle adolescent, blême et bouffi, s'isolait
avec lui, et même le caressait trop. La mère était inquiète et jalouse.
La Dauphine, infatuée de la grandeur de la maison de Lorraine et de sa
couronne d'Écosse, se serait un jour oubliée jusqu'à traiter sa
belle-mère, cette Médicis, de fille de marchand[166]. Catherine
dissimula en public sa rancune, mais elle ne pardonna pas, comme elle le
montra plus tard.

      [Note 166: «Che non sarete mai altro che figlia di un mercante»,
      d'après le nonce Prosper de Sainte-Croix, cité par Chéruel,
      _Catherine de Médicis et Marie Stuart_, ch. II, p. 17.]

L'année 1559 est la date décisive de sa vie. Elle avait alors quarante
ans. Ses traits commençaient à s'empâter; les yeux saillaient à fleur de
tête, embrumés de myopie. Ses dix maternités lui avaient donné l'ampleur
des formes, ou, comme dit Brantôme, «ung embonpoint très riche». Mais,
avec ses belles épaules, une gorge «blanche et pleine, la peau fine, la
plus belle main qui fust jamais veue», une jambe bien faite que
dessinait un bas bien tiré[167], elle était en somme une Junon
appétissante en sa maturité et qui paraissait telle, sauf à Jupiter.

      [Note 167: Brantôme, _Œuvres_, éd. Lalanne, t. VII, p. 242.]

La guerre entre la France et l'Espagne, alliée de l'Angleterre, fut
close par le traité du Câteau-Cambrésis. Henri gardait Calais que le duc
de Guise avait conquis sur les Anglais, mais il restituait au duc de
Savoie tous ses États, sauf quelques villes qu'il retenait en gage[168],
et il renonçait à toutes ses prétentions sur l'Italie. Les sacrifices
lui paraissaient compensés par la cessation de la guerre et les
bienfaits de la paix, par le mariage de sa sœur, Marguerite de France,
avec le duc de Savoie, Emmanuel-Philibert, et de sa fille Élisabeth avec
le roi d'Espagne, Philippe II, veuf de Marie Tudor, reine d'Angleterre,
et par le plaisir de revoir son ami de cœur, le Connétable, qui,
prisonnier aux Pays-Bas, depuis la bataille de Saint-Quentin, avait été
le médiateur et le négociateur de cet accord. Mais Catherine n'avait pas
autant de raisons de se réjouir. Il est possible que dans son chagrin de
perdre à jamais Florence et Urbin elle soit allée, dès qu'elle sut les
préliminaires de la paix, se jeter aux pieds du Roi, accusant le
Connétable de n'avoir jamais fait que mal. Mais Henri aurait répliqué
que le Connétable avait toujours bien fait et que ceux-là seuls avaient
mal fait qui lui avaient conseillé de rompre la trêve de Vaucelles[169].
En tout cas, elle ne s'attarda pas aux récriminations, et, moins d'un
mois après la signature de la paix (2-3 avril 1559), elle écrivit au duc
de Savoie: «...J'aye souhaitté pour vous ce que je voye, me resentant de
l'alliance que autrefois vostre maison et la mienne ont eue ensemble...
si jusques à ceste heure j'aye eu envye de m'employer en ce qui vous
touche, je vous prie croire que d'icy en avant je m'y employrai de toute
telle affection que pour mes enfans propres....»[170] Elle se consolait
probablement de ses déceptions en pensant au grand mariage de sa fille
et au bonheur de sa chère belle-sœur Marguerite, cette vieille fille de
lettres qu'agitait--en ses trente-six ans[171]--le «démon de midi».

      [Note 168: Turin, Quiers, Pignerol, Chivas et Villeneuve d'Ast, Du
      Mont, _Corps diplomatique_, t. V, I, p. 39.]

      [Note 169: Dépêche de l'agent ferrarais, Alvarotti, du 18 novembre
      1558, citée par Romier, t. II, p. 314, note 1. Mais il n'est pas
      vraisemblable que Diane de Poitiers, qui avait poussé à la paix,
      la trouvant ensuite un livre à la main et lui ayant demandé «ce
      qu'elle lisait de beau», elle ait répondu: «Les histoires de ce
      royaume où elle trouvait que toujours de temps en temps les _donne
      putane_, pour parler comme elle fit, ont été cause de la politique
      des rois». Ces bravades ne sont pas de sa façon.]

      [Note 170: _Lettres de Catherine de Médicis_, t. I, p. 120, 25
      août 1559.]

      [Note 171: Romier, t. II, p. 374 sqq.]

À l'occasion des noces, de grandes fêtes furent données à Paris, parmi
lesquelles un tournoi. Henri II y porta les couleurs blanches et noires
de Diane. Sous les yeux des deux reines, la légitime et l'autre, il
fournit plusieurs courses, rompit des lances, montra sa vigueur et son
adresse. Il voulut finir par un coup d'éclat et donna l'ordre à
Mongomery, son capitaine des gardes, de courir contre lui. Catherine
qui, dit-on, la nuit précédente, l'avait vu en rêve, la tête sanglante,
le fit prier, superstition d'Italienne et d'amoureuse, de se dédire,
mais il persista. Les deux adversaires prirent du champ, lancèrent leurs
chevaux à toute vitesse, et, en se croisant, s'entre-frappèrent de leurs
lances. L'arme de Mongomery se brisa et le tronçon qu'il avait en main,
soulevant la visière du casque royal, blessa Henri au sourcil droit et à
l'œil gauche[172]. On l'emporta évanoui au palais des Tournelles où il
expira le 10 juillet.

      [Note 172: Notice du Dr Lannelongue, dans les _Grandes scènes
      historiques du XVIe siècle. Reproduction fac-simile du Recueil de
      J. Tortorel et J. Perissin_, publiée par Alfred Franklin, Paris,
      1886.]

La Reine assista, priant et pleurant, à la fin de ce mari tendrement
aimé. Elle porta dorénavant le deuil, «et ne se para jamais de mondaines
soies», sauf aux noces de ses fils, Charles IX et Henri III, afin de
«solemniser, disait-elle, la feste par ce signal par dessus les
autres».[173] Elle prit pour armes parlantes une lance brisée, avec ces
mots en banderole: «Hinc dolor, hinc lacrymae» (de là ma douleur, de là
mes larmes); et aussi une montagne de chaux vive, avec cette devise:
«Ardorem extincta testantur vivere flamma», voulant dire que, comme la
chaux vive «arousée d'eau brusle estrangement... encor qu'elle ne face
point apparoir de flamme», ainsi l'ardeur de son amour survivait à la
perte de l'être aimé.

      [Note 173: Brantôme, _Œuvres_, t. VII, p. 398. Cf. le F. Hilarion
      de Coste, _Les Éloges et vies des Reynes, princesses, Dames et
      demoiselles illustres en piété courage et doctrine..._ Paris,
      1630, p. 169: «Par là elle declaroit que les flammes du vrai et
      sincère amour qu'elle portoit au Roy son époux jettoient encore
      des étincelles après que la vie de ce bon prince qui les allumoit
      estoit eteinte».]



CHAPITRE III

L'AVÈNEMENT AU POUVOIR


La mort d'Henri II avait surpris Catherine. Avant qu'elle eût pris une
décision, le gouvernement était constitué. François II, alors âgé de
quinze ans et majeur d'après les lois du royaume, délégua la direction
des affaires militaires et des finances, c'est-à-dire le pouvoir, au duc
de Guise et au cardinal de Lorraine, oncles de Marie Stuart, et que
recommandaient, l'un ses succès sur les Impériaux et les Anglais,
l'autre la négociation de la paix du Cateau-Cambrésis. La Reine-mère
agréa ce choix, qu'elle n'aurait pas eu d'ailleurs les moyens
d'empêcher. Elle n'avait ni parti ni crédit. L'opinion était faite à
l'idée de son effacement. Sa timide protestation contre l'acte de
régence de 1552 et son initiative dans les affaires italiennes, premiers
indices de son ambition, n'étaient connues que de quelques hommes d'État
français ou étrangers. À l'Hôtel de Ville, en 1557, elle avait fait
impression par sa douceur et sa modestie. Personne ne la croyait capable
ou même ne la soupçonnait de vouloir jouer un rôle politique. Mais on se
trompait. Pour ne pas perdre de vue son fils, elle quitta aussitôt le
palais des Tournelles, où elle laissa le corps de son mari, et
contrairement à la coutume des reines-veuves en France de rester
quarante jours dans le même logis que le mort, elle alla s'installer
auprès de François II, au Louvre. C'était signifier qu'elle ne se
laisserait pas tenir à l'écart, comme pendant le dernier règne.

Entre tous les candidats au pouvoir, ce sont les Guise qu'elle aurait
élus à défaut d'elle-même. Ils étaient riches et puissants, apparentés à
la maison royale[174], et cependant, malgré leurs charges, leurs
alliances et leur gloire, ils n'avaient pas de profondes attaches dans
la noblesse et l'aristocratie de vieille race française. Leurs
ennemis--et ces gens heureux en avaient beaucoup--affectaient de les
considérer comme des étrangers, la Lorraine étant alors un membre du
Saint-Empire romain germanique. Catherine pouvait croire que les deux
ministres dirigeants, pour se fortifier contre l'opposition de
l'influence qu'elle avait sur le Roi son fils, seraient obligés de lui
faire sa part, la meilleure part dans le gouvernement.

      [Note 174: Ils étaient fils de Claude de Guise et d'Antoinette de
      Bourbon, sœur d'Antoine de Bourbon, roi de Navarre. François
      lui-même avait épousé Anne d'Este, fille d'Hercule, duc de
      Ferrare, et de Renée de France, et petite-fille de Louis XII.
      _Histoire de France de Lavisse_, t. VI, I, p. 3-4.]

Elle était d'accord avec eux pour éloigner au plus vite le tout-puissant
favori du feu roi, le Connétable de Montmorency, «qu'elle hayssoit à
mort», dit un contemporain en général bien informé[175], assurément par
rancune jalouse et par ressentiment de ses rebuffades. François II, à
qui il alla offrir ses services, lui déclara que, pour soulager sa
vieillesse, il le dispensait des «peines et travaux de sa suite». Quand
il quitta la Cour et fit à la Reine-mère sa visite d'adieu, elle lui
aurait reproché aigrement d'avoir osé dire que, de tous les enfants
d'Henri II, c'était la bâtarde Diane de France, mariée à François de
Montmorency, qui lui ressemblait le plus: un propos qu'elle affectait de
trouver injurieux pour son honneur de femme[176].

      [Note 175: Louis Regnier de La Planche, ou l'éditeur de l'Histoire
      publiée sous son nom. L'ambassadeur vénitien, Giovanni Michieli,
      dans sa Relation, de 1561 dit aussi qu'à cause de son accord avec
      Diane de Poitiers et d'une parole de mépris pour cette «fille de
      marchand» le Connétable était «_non solo poco amato, ma
      intrinsecamente odiato_». Alberi, _Relazioni_, t. III, p. 438.]

      [Note 176: Regnier de la Planche, _Histoire de l'Estat de France
      tant de la République que de la religion sous le règne de François
      II_. Choix de chroniques et mémoires sur l'Histoire de France, éd.
      Buchon, p. 204 et 207. Le même ambassadeur vénitien (voie note
      précédente) dans une dépêche du 21 août 1559 (citée par Armand
      Baschet, _La diplomatie vénitienne_, p. 495) dit que la Reine-mère
      reçut au contraire le Connétable avec d'affectueuses paroles et
      lui promit de prendre en protection les intérêts de sa maison.
      Michieli disait vrai en 1559 comme en 1561. Les violences de
      paroles ne sont pas de la façon de Catherine et, si vive que fût
      sa rancune, il n'était pas de son intérêt de s'aliéner, en
      l'affichant, un si puissant personnage.

En tout cas, un mois après, la Reine-mère annonçait à Montmorency
qu'elle avait fait accorder à sa fille Louise l'abbaye de Maubuisson,
_Lettres_, t. I, p. 125.--Cf. la lettre amicale qu'elle lui écrivit
après l'affaire de la grande maîtrise, _Lettres_, t. I, p. 128-129 (fin
novembre 1559).]

Même après le congé sans terme que le jeune Roi lui avait imposé,
Montmorency était redoutable. Il occupait deux des grands offices de la
Couronne, la Connétablie et la Grande Maîtrise, le commandement en chef
de l'armée et le gouvernement de la maison du Roi. Ses pouvoirs
militaires étaient suspendus en temps de paix; son éloignement
l'empêchait d'exercer sa juridiction sur les officiers de bouche et le
droit de garder les clefs des résidences royales. Mais on ne pouvait
l'en priver pour toujours sans lui faire son procès, et il n'eût pas été
prudent de lui donner des juges. Montmorency était le parent ou l'allié
des plus anciennes familles de l'aristocratie française, les Levis, les
Turenne, les La Rochefoucauld, les La Trémoille, les Rohan, etc. Son
fils aîné, François de Montmorency, avait le gouvernement de Paris et de
l'Île-de-France. Un des fils de sa sœur, Coligny, était amiral de
France; un autre, d'Andelot, colonel général de l'infanterie française.
Il possédait, dit-on, plus de six cents fiefs et passait pour le plus
riche propriétaire du royaume. Son gouvernement de Languedoc, à
l'extrémité du royaume, lui constituait comme une sorte de vice-royauté
sur une grande part du Midi, des monts d'Auvergne à la Méditerranée, et
de la Provence à la Guyenne. Ce n'était pas un adversaire qu'il eût
fallu pousser à bout. Catherine, après son algarade, si algarade il y
eut, mit sa diplomatie à l'affaiblir par persuasion.

Elle le décida un peu malgré lui à céder la grande maîtrise au duc de
Guise contre une charge de maréchal qui fut donnée à François de
Montmorency.

Elle avait autant de raisons que les oncles du Roi d'appréhender
d'autres compétiteurs possibles au gouvernement de l'État: les princes
du sang[177]. Ils descendaient tous du sixième fils du saint Louis et
formaient la maison de Bourbon, alors divisée en quatre branches:
Vendôme, Condé, La Roche-sur-Yon, Montpensier.

Depuis la trahison du connétable de Bourbon, François Ier et Henri II, à
son exemple, les tenaient dans une sorte de disgrâce et affectaient de
leur préférer des cadets de familles princières étrangères: les La Mark,
les Clèves, les Guise de Lorraine, les Savoie-Nemours et les Gonzague de
Mantoue. Ils donnaient le pas aux ducs et pairs de toute origine sur les
princes du sang qui ne l'étaient pas, et même quand ils l'étaient, ils
réglaient la préséance sur l'ancienneté de la création des pairies,
comme si le choix du souverain devait l'emporter sur la naissance. Au
sacre d'Henri II, les ducs de Nevers (François de Clèves) et de Guise
(Claude de Lorraine) marchèrent comme pairs de plus vieille date avant
Louis de Bourbon, duc de Montpensier. La déclaration du Roi du 25
juillet 1547, portant que ce précédent ne ferait préjudice au duc de
Montpensier, soit «pour semblable acte ou autre», était une satisfaction
platonique. Au sacre de François II, Nevers passa encore avant
Montpensier[178].

Mais la nation continuait à révérer ces descendants de saint Louis,
souverains en expectative, et qui seraient les rois de demain, si les
fils d'Henri II mouraient, comme Charles VIII et Louis XII, sans
héritier mâle. Le Parlement, gardien d'une tradition de respect,
résistait, comme il pouvait, aux innovations du pouvoir absolu. Il
donnait la préférence, n'osant faire plus, aux princes du sang, quelle
que fût la date de leur pairie, sur les pairs qui n'étaient pas princes
du sang. En juin 1541, par dérogation à l'ordre d'ancienneté qui
désignait le duc de Nevers, il permit au duc de Montpensier, de lui
_bailler les roses_, que quatre fois par an les pairs offraient en signe
d'hommage à la Cour suprême. Le greffier en chef du parlement de Paris,
Jean du Tillet, ferme défenseur du droit privilégié des reines-mères à
la régence, est pourtant d'avis que les princes du sang, conseillers-nés
de la Couronne, font de droit partie du Conseil pour le gouvernement et
administration du royaume pendant les minorités. Il professe une sorte
de vénération religieuse pour ces grands personnages «issus de la plus
noble et ancienne maison du monde»[179].

      [Note 177: Les raisons contre les princes du sang très bien vues
      par Regnier de la Planche p. 218.]

      [Note 178: Le comté de Nevers avait été érigé en duché-pairie en
      janvier 1538; et le duché de Montpensier un mois seulement après
      (février 1538).]

      [Note 179: Il convient d'insister sur cette question des princes
      du sang, qui est si étroitement mêlée à l'histoire de Catherine de
      Médicis et des derniers Valois, et dont l'intelligence éclaire
      tant de points obscurs des guerres de religion. Voir Jean du
      Tillet, _Les princes du sang_ dans son _Recueil des Roys de
      France, leur Couronne et maison, Ensemble le rang des grands de
      France_, Paris, 1618, p. 95 sqq. et surtout p. 313-317.]

De tout temps, les sires des Fleurs de Lis avaient, en cas de minorité,
prétendu et quelquefois réussi à être les tuteurs des rois. Leur droit
n'était ni légalement ni historiquement établi, et même il se heurtait à
celui que les reines-mères tiraient de la nature; mais la vénération des
peuples et l'attachement de la noblesse pouvaient leur tenir lieu de
titres. François II, faible d'intelligence et de corps, n'était-il pas,
malgré ses quinze ans, incapable de gouverner? Le duc de Montpensier et
le prince de la Roche-sur-Yon, gens paisibles et qui n'étaient
d'ailleurs que des Bourbons de branches cadettes, n'élevaient aucune
prétention. Mais le chef de leur maison, Antoine, que son mariage avec
Jeanne d'Albret avait fait roi de Navarre, montrait quelque velléité de
disputer le pouvoir aux oncles de Marie Stuart, et il y était poussé par
un de ses frères[180], le prince de Condé, jeune, pauvre et remuant.
S'il parvenait à se faire attribuer la régence comme étant plus apte à
l'exercer à titre de premier prince du sang, sous un roi qui n'était
majeur que d'âge, son droit se trouverait par là même établi contre
celui des reines-mères. C'en était fait des ambitions de Catherine dans
le présent et l'avenir.

      [Note 180: Il en avait un autre, Charles, qui était cardinal et
      archevêque de Rouen, mauvais théologien, bon amateur d'art et ami
      personnel de Catherine. C'est le futur roi de la Ligue.]

Les Guise, au contraire, mettaient leurs soins à la contenter. Ils
obligèrent Diane de Poitiers, bien que leur frère, le duc d'Aumale, eût
épousé une de ses filles, à restituer les joyaux de la Couronne qu'elle
avait en sa possession et à céder à Catherine Chenonceaux en échange de
Chaumont, qui était d'un bien moindre prix. Ils ôtèrent les sceaux au
cardinal Bertrandi, créature de la favorite, et rappelèrent le
chancelier Olivier, un honnête homme qu'elle avait fait disgracier. Mais
ils n'étaient pas disposés à partager le pouvoir avec elle. Le Cardinal
était orgueilleux et jaloux de son autorité; le Duc était un homme de
guerre habitué à commander. Au Conseil, il opinait en termes brefs et
qui n'admettaient point de réplique: «Et faut qu'il soit ainsi, et
ainsi.» La Reine-mère s'aperçut bien vite qu'elle n'obtiendrait d'eux
que des égards. Et cependant elle estimait qu'elle avait son mot à dire.
Mère du Roi et ayant quatre autres enfants tout petits à établir[181],
elle pensait avoir plus d'intérêt que les ministres à gouverner
habilement.

      [Note 181: Liste des enfants de Catherine encore vivants en 1559,
      d'après une note officielle rédigée entre 1561 et 1563 (Louis
      Paris, Négociations, etc., 1841, p. 892):

      François, né le samedi 19 janvier 1544, successeur d'Henri II
      (août 1559), mort le 3 décembre 1560.

      Élisabeth, née le 2 avril 1546, mariée en 1559 à Philippe II.

      Claude, née le 12 novembre 1547, mariée à Charles III, duc de
      Lorraine, le 5 février 1558.

      Charles-Maximilien, né le 27 juin 1550, duc d'Angoulême, puis
      d'Orléans, puis roi à la mort de François II, son frère. Mort le
      30 mai 1574.

      Édouard-Alexandre, né le 10 septembre 1551, duc d'Anjou, de
      Poitiers, puis duc d'Angoulême, puis duc d'Orléans, et qui reçut à
      sa confirmation le nom d'Henri, depuis duc d'Anjou, puis roi à la
      mort de Charles IX, son frère.

      Marguerite, née le 14 mai 1553, et qui épousa en 1572 le roi de
      Navarre, Henri de Bourbon.

      Hercules, né le 18 mars 1555, et qui reçut à la confirmation le
      nom de François, duc d'Anjou, puis d'Alençon, et enfin de nouveau
      duc d'Anjou.

      Catherine avait à l'avènement de François II perdu trois enfants:
      un fils, Louis d'Orléans né le 3 février 1549, mort le 24 octobre
      1550, et deux jumelles, Victoire et Jeanne (ou Julie) qui nées le
      24 juin 1556, vécurent, l'une quelques jours, et l'autre deux
      mois.]

La politique religieuse était le grave problème du moment. Comment
traiter les dissidents dont le nombre ne cessait d'augmenter malgré les
persécutions? François Ier avait, au début de son règne, protégé autant
qu'il l'avait pu, contre la Sorbonne et le Parlement, les humanistes
«mal sentants de la foi» et l'Église de Meaux, comme on appelle le
groupe de réformateurs paisibles dont Marguerite de Navarre était la
protectrice, Lefèvre d'Etaples le théologien, Briçonnet l'évêque, et qui
voulait, sans violences, supprimer l'abus des œuvres et l'idolâtrie des
images et rétablir le culte en esprit et en vérité[182]. Il avait même
longtemps ménagé, par politique ou par humanité, les ennemis déclarés de
l'unité et de la foi catholique, les luthériens et les sacramentaires,
dont les uns niaient le changement de substances dans l'Eucharistie, et
les autres, plus hardis encore, la présence réelle. Même après
l'affichage de placards contre la messe à la porte de sa chambre à
Amboise, il n'avait sévi que par à-coups, passant de sursauts de
rigueur--mais quels sursauts!--à des relâches de tolérance.

      [Note 182: Imbart de la Tour, _Les Origines de la Réforme_. T.
      III: _L'Évangélisme_. Paris, 1914. Sur, l'Église de Meaux, voir le
      chap. III: Lefèvre d'Étaples, p. 110-153, et sur le mysticisme de
      Marguerite de Navarre, p. 290-293, avec les références, p. 290.]

Mais Henri II, poussé par les Lorrains et Diane de Poitiers, avait
organisé la persécution, érigé la terreur en système, rêvé
d'extermination. D'ailleurs les novateurs à qui il eut affaire, ce
n'étaient plus les quiétistes de Meaux, ennemis du désordre et
respectueux des pouvoirs établis, ni des luthériens et des
sacramentaires épars et divisés par leur querelle sur l'Eucharistie, ni
quelques anabaptistes, révolutionnaires sociaux, odieux à tout le monde,
mais des milliers de fidèles, groupés par la même foi en une communion
dont le nom, Église réformée, montrait qu'elle pensait être l'image de
la primitive Église retrouvée et ressuscitée. Elle avait pour fondateur
un Picard, Jean Calvin, humaniste et théologien, qui avait quitté la
France pour échapper à la persécution.

Après beaucoup de traverses, il s'était fixé à Genève, une petite
république de langue française (alliée aux cantons suisses),
qu'affaiblissaient ses discordes intestines et que guettait l'ambition
des ducs de Savoie. Appelé à réformer l'État et l'Église, il imposa la
pratique du pur Évangile pour règle de la vie politique et religieuse.
Président du conseil des pasteurs, sorte de théologien consultant de la
Cité, il en fut, de 1541 à sa mort, l'inspirateur et le maître.

Ce n'est pas par l'originalité de la doctrine que se distingue Calvin,
bien qu'il donne cette impression par la rigueur de sa logique. Venu
après Zwingle, Bucer, Œcolampade, et tant d'autres réformateurs qui
avaient dépassé Luther et tiré les conséquences de ses principes, il ne
faisait que les imiter quand il rejetait, ce que Luther n'osa point, les
pratiques et les croyances que les Écritures n'autorisaient pas
expressément. Par même respect scrupuleux du texte sacré, il continuait
à voir dans la Cène un repas spirituel où Jésus-Christ nourrit nos âmes
de sa substance--un sacrement[183]--alors que Zwingle la considérait
déjà comme une simple commémoration de la dernière Pâque, célébrée par
le Fils de Dieu avec ses disciples. Mais s'il n'a pas innové, il a
ramassé ou retrouvé et lié en système les raisons et les preuves pour la
réformation et contre le catholicisme qui sont éparses dans les écrits
et les prédications de ses devanciers. Son «_Institution de la religion
chrestienne_» est la première et la plus forte synthèse d'un Évangélisme
plus radical que celui de Luther; et il est sorti de là une nouvelle
forme d'Église.

      [Note 183: _L'Histoire ecclésiastique_, dit: «Qu'encores que le
      corps de Jésus-Christ soit maintenan au ciel et non ailleurs, ce
      nonobstant nous sommes faits participans de son corps et de son
      sang par une manière spirituelle et moyennant la foy». Ed. Baum et
      Cunitz, t. I, p. 582-583.]

Le modèle qu'à Genève il en a donné est marqué de son empreinte austère.
La hiérarchie que Luther maintenait a disparu: point d'évêques; des
pasteurs tous égaux entre eux. Le temple aux murs nus, sans autel, sans
images, est fait pour un culte dont les cérémonies ordinaires sont le
chant des psaumes et le prêche. Aucune pompe, aucun spectacle qui puisse
solliciter les yeux et distraire l'âme de son véritable objet,
l'adoration intérieure. La musique seule est admise pour donner plus de
force et d'ardeur aux élans d'amour et aux supplications des fidèles. Le
point de doctrine sur lequel Calvin revient sans cesse, c'est le péché
originel, l'impuissance de l'homme déchu à faire son salut. Même le
sacrifice volontaire du Christ, ce titre de l'humanité tout entière à la
miséricorde divine, ne suffit pas à effacer la souillure de la première
faute. Les œuvres ne sont rien en regard de la grandeur et de la bonté
de Dieu; elles n'ont de mérite que par sa grâce, et celle-ci ne peut
être qu'arbitraire, élisant de toute éternité les uns et réprouvant les
autres. Mais ce cruel dogme de la prédestination--où Calvin se
complaît,--et qui semblerait devoir décourager l'effort échauffa le zèle
et trempa les énergies. Les fidèles firent par amour de Dieu plus qu'ils
n'auraient fait par amour de leur salut. Le martyre même, accepté, non
comme un titre de la créature à la faveur du Créateur, mais comme le
prix de sa reconnaissance, fut pour des âmes passionnées la plus
puissante des séductions et le mobile le plus ardent de
prosélytisme[184].

      [Note 184: Lemonnier, _Histoire de France de Lavisse_, t. V, 2, p.
      183 sqq. Une forte analyse de la doctrine de Calvin, dans Faguet,
      _Seizième siècle. Études littéraires_, Paris, 1891, p. 151-188.]

La doctrine de Calvin se répandit en Allemagne, en Angleterre et dans
les Pays-Bas. Elle conquit l'Écosse. En France, elle absorba les
dissidents de toute origine et entama les masses catholiques. L'Église
de Genève fut la mère des Églises réformées, et son enseignement reçu
comme l'interprétation la plus pure de la parole divine. Capitale
religieuse du protestantisme français, son foyer de rayonnement et de
propagande, le séminaire de ses ministres et le point de départ de ses
apôtres, la petite république du lac Léman eut, grâce à la forte
discipline de Calvin, une très grande place dans le monde.

L'effort d'Henri II s'était brisé contre ce bloc compact de fidèles unis
par la communauté de croyance et la passion de la vérité. Au cours du
règne, malgré tous les supplices et peut-être à cause d'eux, le nombre
des réformés alla sans cesse en augmentant. Soixante-douze églises,
grandes ou petites, se constituèrent dans les diverses parties du
royaume, et les ministres et les anciens de onze d'entre elles, réunis à
Paris en un synode, le premier synode national (mai 1559), avaient
arrêté une «confession de foi»[185].

La «Réforme» avait des adhérents dans toutes les classes. Elle tentait
les hommes que les abus et les superstitions de l'Église établie
dégoûtaient, ceux que la logique convainc, ceux que les épreuves
attirent et qui prennent l'acceptation joyeuse du martyre pour la preuve
de la vérité. Même des grands seigneurs avaient été ou émus de pitié ou
gagnés par l'attrait du pur Évangile, ou bien encore séduits par les
espérances d'avenir d'une Église dont ils constataient les progrès. Un
neveu du Connétable, d'Andelot, avait cessé d'aller à la messe; et,
comme Henri II lui en demandait la raison, il avait répondu que c'était
une abomination sacrilège de vouloir renouveler tous les jours «pour les
péchés des morts et des vivants» l'immolation du Christ sur la
croix[186]. Le Roi, furieux, l'avait fait emprisonner au château de
Melun et ne l'avait remis en liberté que par égard pour son oncle et
après une sorte de rétractation[187]. Coligny, prisonnier aux Pays-Bas
après la capitulation de Saint-Quentin, avait dans sa captivité
(1557-1559) lu la Sainte Écriture et un autre «livre plein de
consolation» et pris goût à la vérité. Le premier prince du sang,
Antoine de Bourbon, roi de Navarre, s'était lui-même enhardi jusqu'à se
mêler aux réformés qui, profitant d'une absence du Roi, se promenaient
dans le Pré-aux-Clercs en chantant des psaumes (mai 1558)[188].

      [Note 185: Lemonnier, _Histoire de France, Lavisse_, t. V, 2, p.
      230-237.]

      [Note 186: Le ministre Macar à Calvin, 22 mai 1558, _Opera Omnia_,
      XVII, Col. 179. La Place, p. 9 et 10. _Hist. ecclés._, I, p.
      168-169.]

      [Note 187: Lemonnier, _Histoire de France_, t. V, 2, p.
      240-242.--Cf. sur toute cette affaire, Romier, t. II, p. 282-286,
      d'après Alvarotti, agent du duc de Ferrare.]

      [Note 188: _Romier_, t. II, p. 272-278.]

Henri II renvoya bien vite Antoine de Bourbon en son royaume pyrénéen.
Irrité, dit-on, de ce pullulement d'hérétiques, il se serait hâté de
signer la paix du Cateau-Cambrésis pour se consacrer tout entier à
l'œuvre d'épuration. Mais il ne trouvait plus chez les magistrats la
ferveur d'intolérance qu'il eût voulu. La chambre criminelle du
Parlement ou Tournelle acquitta deux réformés[189]: ce fut un scandale.
Les zélés demandèrent que le Parlement délibérât en corps sur
l'application des ordonnances contre les hérétiques et interdît à ses
membres une jurisprudence de douceur. Dans les séances du mercredi, ou
mercuriales, où se débattaient les questions de discipline, quelques
conseillers courageux, Paul de Foix, Antoine Fumée, Eustache de La
Porte, remontrant que les novateurs se défendaient d'être des
hérétiques, demandèrent la suspension «de la persécution et jugements
capitaux» jusqu'à ce qu'un concile général, librement consulté, se fût
prononcé sur leur doctrine. Le Roi averti alla tenir son lit de justice
au Parlement (10 juin) et commanda de continuer la discussion en sa
présence. Du Faur «dit qu'il falloit bien entendre qui estoient ceux qui
troubloient l'Église, de peur qu'il n'advint ce qu'Élie dit à Achab:
C'est toi qui troubles Israël»[190]. Le conseiller-clerc, Anne Du Bourg,
rendit «graces à Dieu de ce qu'il avoit là amené le Roy pour estre
présent à la décision d'une telle cause et ayant exhorté le Roy d'y
entendre, pour ce que c'estoit la cause de nostre Seigneur Jésus Christ,
qui doit estre avant toutes choses maintenue des Roys, il parla en toute
hardiesse comme Dieu luy avoit donné. Ce n'est pas, disoit-il, chose de
petite importance que de condamner ceux qui, au milieu des flammes,
invoquent le nom de Jésus Christ»[191]. Le Roi, qui se crut visé, fit
conduire à la Bastille ces officiers infidèles et nomma des commissaires
pour les juger.

      [Note 189: _Mémoires de Condé_, I, p. 217.]

      [Note 190: _Ibid._, p. 220-221.]

      [Note 191: _Histoire ecclésiastique des églises réformées_, t. I,
      223-224. De La Place, _De l'estat de la religion et république_
      (éd. Buchon), p. 12-14.]

Deux mois après, il était mort, et François II lui succédait. Les
réformés comptaient que le changement de règne amènerait un changement
de politique. Mais les Guise n'avaient nulle volonté d'arrêter la
persécution. Ils étaient zélés pour la cause catholique et intéressés à
la défendre. Le cardinal de Lorraine, archevêque de Reims, abbé de
Saint-Denis, de Cluny, de Marmoutier, de Tours, de Fécamp, etc., et qui
tirait de tous ses bénéfices 300 000 livres de revenu, devait détester
une secte qui voulait abolir la hiérarchie ecclésiastique, organiser
démocratiquement l'Église et l'appauvrir pour la régénérer. Les réformés
avaient d'ailleurs des relations inquiétantes avec le premier prince du
sang, Antoine de Bourbon, le héros du Pré-aux-Clercs, de qui ils
attendaient le triomphe de l'Évangile. Dès le premier jour ils
opposèrent les droits qu'il tenait de sa naissance à ceux que conférait
aux oncles de Marie Stuart la désignation royale. Les jurisconsultes de
l'Église réformée--et il en était d'éminents, comme François
Hotman,--recueillirent, dans la plus ancienne histoire de France, les
précédents qui assignaient aux princes du sang un rang privilégié dans
l'État, bien au-dessus des sujets et tout à côté des rois. Sous prétexte
que François II était incapable de gouverner, ils soutenaient qu'il y
avait lieu de constituer une régence dont le titulaire ne pouvait être
qu'Antoine de Bourbon, premier prince du sang. Les Guise ne furent que
plus ardents à appliquer les édits. Ils pressèrent le jugement des
quatre conseillers arrêtés le jour de la fameuse mercuriale, et en
particulier d'Anne Du Bourg, conseiller-clerc qui passait pour avoir
bravé Henri II en face[192].

      [Note 192: Interrogatoires de Du Bourg et des autres conseillers,
      _Mémoires de Condé_, t. I, p. 224-246.]

C'est alors qu'en leur désespoir, les réformés, sur le conseil de Condé,
de sa belle-mère, Mme de Roye, et de l'Amiral, écrivirent à la
Reine-mère pour la prier de s'opposer à la fureur des Guise.

Le bruit courait qu'elle n'était pas «ennemie de la religion». Elle
aimait tendrement Marguerite de France, la nouvelle duchesse de Savoie,
une catholique si tiède que Calvin l'exhortait un peu plus tard à faire
défection. Elle avait vécu dans l'intimité de Marguerite d'Angoulême, le
poète de l'amour divin, et y avait connu un certain Villemadon. Ce vieux
gentilhomme lui rappela (lettre du 26 août), qu'au temps où elle
désespérait d'avoir des enfants, il lui avait conseillé de recourir à
Dieu et que l'ayant fait, elle avait été exaucée. Elle gardait alors
dans son coffre une Bible,--la traduction peut-être de Lefèvre d'Etaples
ou d'Olivetan[193]--où elle lisait quelquefois ou laissait lire ses
serviteurs; elle avait, lors du grand engouement de la Cour pour la
musique sacrée, chanté, et certainement de tout cœur, le psaume 141, qui
exprimait mieux que les autres la souffrance d'une épouse stérile et
délaissée.

      [Note 193: La traduction en français du Nouveau Testament, par
      Lefèvre d'Etaples, parut en 1523. Le Trésor des Saints Livres,
      d'Olivétan, ou, comme on dit, la Bible de Serrières, du lieu où
      elle fut imprimée (près de Neuchâtel, en Suisse), parut en 1535.]

Cette crise de religiosité avait été courte, mais on voulait croire à un
sentiment profond, refoulé par les attraits du monde, et qui, à la
première occasion favorable, reparaîtrait. Un indice, pensait-on, c'est
que la Reine, si timide et si déférente aux volontés de son mari, eût
pendant les dernières années du règne montré une fois quelque regret de
la persécution. Un mois environ après la défaite de Saint-Quentin (5
septembre 1557), on avait surpris dans une maison de la rue
Saint-Jacques, en face du collège du Plessis, près de cent cinquante
réformés, hommes et femmes, dont plusieurs nobles dames, réunis là pour
prier ensemble et célébrer la Cène. Écoliers, prêtres et gens du
quartier, qui rendaient l'hérésie responsable des malheurs du royaume,
leur firent escorte jusqu'aux prisons du Châtelet, où le guet les
conduisait, en les invectivant et les frappant, au désespoir de ne
pouvoir faire pis[194]. Les juges en condamnèrent quelques-uns au feu,
et parmi eux un vieux maître d'école, un avocat au parlement de Paris et
une jeune femme de vingt-trois ans, «Damoiselle Philippe de Luns», veuve
du sieur de Graveron. Les deux hommes furent brûlés vifs; leur compagne,
flamboyée aux pieds et au visage avant d'être étranglée et jetée au
feu[195]. Tous trois moururent avec une «constance» admirable. Le récit
de ce supplice, et peut-être du courage de la jeune femme, émut
Catherine, qui le laissa voir. Elle fit plus, à ce qu'il semble. Une de
ses dames, Françoise de La Bretonnière ou de Warty, veuve de Charles
d'Ailly, seigneur de Picquigny, et mère de Marguerite d'Ailly, qui
épousa en 1581 François de Châtillon, comte de Coligny[196], assistait à
l'assemblée de la rue Saint-Jacques, et elle avait été, elle aussi,
emprisonnée. Comme le président La Place, un contemporain, dit qu'elle
«fut renvoyée à la Reine», il n'est pas exagéré de croire que Catherine
demanda sa mise en liberté[197].

      [Note 194: Les références dans Calvin, _Opera Omnia_, t. XVI, col.
      602 et 603, note. Ajouter La Place, _Commentaires_, p. 4.--Romier,
      t. II, p. 254, note 1, a publié la liste des prisonniers.]

      [Note 195: [Jean Crespin], _Histoire des martyrs persecutez et mis
      à mort pour la vérité de l'Évangile depuis le temps des Apostres
      jusques à l'an 1574, revue et augmentée d'un tiers en ceste
      dernière édition_, 1582, livre VII, fo 434. Cf. N. Weiss, _B. S.
      H. P. F._, 1916, p. 195-235.]

      [Note 196: _Lettres de Catherine_, X, 509, note 9, et 510, note
      8.]

      [Note 197: Les ministres Farel, Bèze et Carmel, sollicitant le
      Conseil de Berne d'intervenir au nom des Cantons auprès d'Henri II
      en faveur des prisonniers (lettre du 27 septembre 1557, citée par
      Romier, _Les Origines politiques des guerres de religion_, t. II,
      1914, p. 263, note 3), lui rappellent «qu'il y a des plus gros de
      la Court [de France] qui favorisent à nostre cause, mays sont
      timides», et immédiatement le supplient d'«escripre à la Royne
      (Catherine), à Madame Marguerite [de France], au roy de Navarre et
      à Monseigneur de Nevers (François de Clèves) qu'ils prennent
      couraige pour parler au Roy....». Cette lettre prouve tout au
      moins que Catherine ne passait pas pour hostile aux réformés.]

Les réformés interprétaient ce mouvement de compassion comme une marque
de sympathie pour leurs croyances. Ainsi peut-on s'expliquer que dans
leur recours à Catherine, ils ne lui aient pas écrit comme à une
inconnue. «Vivant le feu roy Henri et de longtemps, disaient-ils, ils
avoyent beaucoup espéré de sa douceur et bénignité, en sorte qu'oultre
les prières qui se faisoyent ordinairement pour la prospérité du roy,
ils prioient Dieu particulièrement qu'il luy pleust la fortifier
tellement en son esprit qu'elle peust servir d'une seconde Esther». Ils
la suppliaient de «ne permetre ce nouveau règne estre souillé de sang
innocent», ajoutant avec la rude gaucherie des gens de foi entière:
«lequel [sang] avoit tant crié devant Dieu qu'on s'estoit bien peu
appercevoir son ire avoir esté embrasée». Catherine avait le droit de
s'irriter que, deux ou trois semaines après la perte d'un mari très
cher, sa mort lui fut présentée comme un juste châtiment du ciel, mais
il n'était pas de son intérêt de repousser les avances. La prévision,
par où la supplique finissait, de nouveaux malheurs, si la persécution
continuait, lui donnait envie d'en apprendre davantage. Elle répondit,
écrit le ministre Morel à Calvin (1er août), «avec assez de bonté
(_satis humaniter_)»[198].

Les réformés insistèrent. Ils tremblaient pour Du Bourg et les autres
conseillers dont le cardinal de Lorraine hâtait la condamnation.
Quelques jours après, ils lui écrivirent encore qu'elle ne permît pas,
en dissimulant toujours, de verser à flots le sang des fidèles. Elle fit
une réponse assez bienveillante (_satis comiter_), promettant de faire
améliorer leur sort «pourvu qu'on ne s'assemblast et que chacun vescut
secrètement et sans scandale»[199].

      [Note 198: Regnier de La Planche, _Histoire de l'estat de
      France... sous le règne de François II_, éd. Buchon (Panthéon
      littéraire), p. 211. Cette supplique est antérieure au 1er août,
      date d'une lettre de Morel à Calvin où il en est question.
      _Calvini Opera_, t. XVII, col. 590.]

      [Note 199: Seconde lettre des fidèles: Morel à Calvin, 3 août
      1559. _Calvini Opera Omnia_, XVII, col. 591. Réponse de la Reine:
      Morel à Calvin, 15 août. _Ibid._, col. 597. Voir aussi Regnier de
      La Planche, p. 211, dont les lettres de Morel permettent ici et
      ailleurs de préciser et de rectifier la chronologie.]

Mais elle entendait rester juge du mode et de l'heure de son
intervention. Les suppliants apprirent avec colère qu'elle avait
d'autres affaires que de sauver les «pieux».... Comme, en sa présence,
le cardinal de Lorraine donnait des ordres pour l'extermination des
prisonniers, non seulement elle n'essaya pas d'apaiser cette bête
féroce, mais elle ne donna pas le moindre signe de tristesse. Alors le
Consistoire de l'Église de Paris, ou, comme s'exprime Morel, «notre
Sénat[200]», lui écrivit en des termes que probablement les politiques
de la secte conseillèrent sans succès d'adoucir: «Que sur son asseurance
de faire cesser la persécution, ils s'estoyent de leur part contenus
selon son désir et avoyent faict leurs assemblées si petites que l'on ne
s'en estoit comme point apperceu, de peur qu'à ceste occasion elle ne
fust importunée par leurs ennemis de leur courir sus de nouveau; mais
qu'ils ne s'appercevoyent aucunement de l'effect de ceste promesse, ains
(mais) sentoyent leur condition estre plus misérable que par le passé,
et sembloit, veu les grandes poursuites contre Du Bourg, qu'on n'en
demandast que la peau.... Quoy advenant, elle se pouvoit asseurer que
Dieu ne laisseroyt une telle iniquité impunie, veu qu'elle cognoissoit
l'innocence d'iceluy et que tout ainsi que Dieu avoit commencé à
chastier le feu roy, elle pouvoit penser son bras estre encore levé pour
parachever sa vengeance sur elle et ses enfans...» Catherine fut, comme
de raison, outrée de ce langage. «Eh bien! dit-elle, on me menace,
cuidant me faire peur, mais ils n'en sont pas encore où ils
pensent»[201]. On lui parlait comme si elle trahissait une cause qui fût
sienne; mais, déclarait-elle à l'Amiral, à Condé, à Mme de Roye, qui
cherchaient à l'apaiser, elle n'entendait rien à leur religion «et ce
qui l'avoit paravant esmeue à leur désirer bien estoit plustost une
pitié et compassion naturelle qui accompaigne volontiers les femmes, que
pour estre autrement instruite et informée si leur doctrine estoit vraie
ou fausse»[202].

      [Note 200: _Calvini Opera Omnia_, t. XVII, col. 597, 15 août.]

      [Note 201: Cette lettre est antérieure au 15 août, comme on peut
      le voir d'après la lettre de Morel à Calvin où il en est fait
      mention. Elle est rapportée tout au long par Regnier de La
      Planche, mais pas à sa date (p. 219-220).--Morel à Calvin,
      _Calvini Opera Omnia_, XVII, col. 597: «Quibus perfectis, hem,
      inquit, etiam mihi minantur».]

      [Note 202: Regnier de La Planche, p. 220.]

Ainsi commençaient par un malentendu les rapports entre Catherine et les
réformés. Elle, attentive aux mouvements de l'opinion et au parti
qu'elle en pourrait tirer, et d'ailleurs naturellement encline à la
douceur; eux, convaincus que la timidité seule ou quelque calcul
l'empêchait de se déclarer pour eux, et s'irritant de ce qu'ils
appelaient sa dissimulation. Dans leur première lettre, ils la priaient;
dans la seconde, ils la pressaient; et dans la troisième--une quinzaine
de jours après--ils la sommaient de sauver leurs frères prisonniers, la
menaçant, si elle n'agissait pas, de nouvelles représailles célestes.
C'était lui demander de se déclarer contre les ministres du Roy son
fils. Mais elle n'était pas disposée à se compromettre pour des clients
si exigeants et dont elle ne savait pas encore ce qu'elle pouvait
attendre.

À ce moment les Guise frappèrent un grand coup. Instruits par des
apostats du nom et des lieux de réunion des religionnaires, ils
mobilisèrent commissaires et sergents et cernèrent le faubourg
Saint-Germain, surnommé «la petite Genève», et les rues avoisinantes. Un
conseiller au Châtelet assaillit avec cinquante archers la maison du
nommé Le Vicomte, dans la rue au Marais, où descendaient beaucoup de
gens suspects, mais il fut chaudement reçu. Les hommes qui s'y
trouvaient s'ouvrirent un chemin à la pointe de l'épée. La police
n'arrêta qu'un vieillard, une femme, des enfants, en tout une douzaine
de personnes. Mais elle saisit «certains escripts en rime françoise
faisant mention de la mort advenue au roy Henri par le juste jugement de
Dieu, esquels aussi ladicte dame (Catherine) estoit taxée de trop
déférer au Cardinal»[203]. Il y eut d'autres perquisitions dans les
divers quartiers de Paris (25-26 août). Les curés au prône sommèrent les
fidèles, sous peine d'excommunication, de dénoncer tous les «mal
sentants» de la foi[204]. Pour exciter le fanatisme populaire, on
faisait courir le bruit que les hérétiques s'assemblaient pour
paillarder à chandelles éteintes. Le Cardinal, qui savait bien le
contraire, mais qui cherchait à détourner la Reine-mère de ses velléités
de modération, lui fit amener pour la convaincre deux apprentis bien
stylés. Ils récitèrent la leçon apprise: qu'en la place Maubert, dans la
maison d'un avocat, le jeudi avant Pâques, en une réunion nombreuse, on
avait mangé le cochon, et puis après on s'était mêlé au hasard dans les
ténèbres. Catherine était si ignorante de l'esprit d'austérité de la
nouvelle Église qu'elle fut «merveilleusement aigrie et étonnée». Elle
déclara à quelques siennes demoiselles qui favorisaient ceux de la
religion, que «si elle savoit pour tout certain qu'elles en fussent elle
les feroit mourir, quelque amitié ou faveur qu'elle leur portast». Mais
celles-ci obtinrent qu'on interrogeât les apprentis, et l'imposture fut
découverte[205]. En cette circonstance, Mme de Roye, une «héroïne»,
écrivait le ministre Morel à Calvin, se porta garante de la vertu des
réformés. «Mais, objectait la Reine, j'entends beaucoup de gens dire
qu'il n'y a rien de plus dissolu (flagitiosius) que cette sorte de
gens.» À quoi la dame de Roye répondit qu'il était facile de nous
charger, «puisque personne n'ose nous défendre et que si elle nous
connaissait, nous et notre cause, elle en jugerait tout autrement.»
L'entretien continuant, Catherine exprima le désir de voir quelqu'un des
ministres de la nouvelle secte, et plus particulièrement un d'entre eux,
Antoine de Chandieu, dont on parlait beaucoup, et qui était gentilhomme.
Elle assura qu'il n'aurait rien à craindre et qu'elle disposerait tout
pour que l'entrevue eût lieu dans le plus grand secret[206].

      [Note 203: Regnier de La Planche, p. 222-223.]

      [Note 204: Une déclaration datée de Villers-Cotterets, 4 septembre
      1559, et enregistrée au Parlement le 23 décembre, ordonna de raser
      les maisons où se tiendraient des conventicules; un édit du 9
      novembre, enregistré le 23, prononça la peine de mort contre les
      auteurs d'assemblées illicites (Isambert, _Recueil des anciennes
      lois françaises_, XIV, p. 9 et 11).]

      [Note 205: Regnier de La Planche, p. 223-225.]

      [Note 206: Lettre de Morel à Calvin du 11 septembre, (_Calvini
      Opera Omnia_, XVII, col. 634-635). Antoine de Chandieu, seigneur
      de la Roche-Chandieu, né au château de Chabot, dans le Mâconnais,
      vers 1534, fut d'abord pasteur à Paris, et enfin à Genève, où il
      mourut en 1591. Haag, _La France protestante_, 2e éd., t. III,
      col. 1049-1058.]

Mme de Roye expédia immédiatement un courrier aux fidèles de Paris, les
exhortant à ne pas laisser échapper cette occasion d'entrer en relations
avec la Reine-mère.» C'était à tort, leur disait-elle,--et ce témoignage
est important à retenir ce--qu'on avait cru auparavant que la Reine
avait lu des livres de piété (_pios libros_) ou entendu des hommes
doctes ou vraiment chrétiens» et elle exprimait l'espoir que si la Reine
rencontrait Chandieu, elle changerait d'opinion et deviendrait favorable
à leur cause[207]. Après beaucoup d'hésitation, le Consistoire donna son
consentement.

Ce n'était pas uniquement pour des raisons religieuses que Catherine
désirait se rencontrer avec ce pasteur gentilhomme. Elle savait la
sympathie des réformés pour les princes du sang et tenait à se
renseigner sur ce point. Antoine de Bourbon arrivait du Béarn à petites
journées pour assister au sacre. Peut-être avait-elle appris qu'il avait
été, dans toutes les villes où il passait, visité par les ministres, et
qu'à Vendôme, en sa présence, s'était tenue une assemblée mi-politique,
mi-religieuse, de réformés et de ses partisans, qui l'avait exhorté à
revendiquer son droit au gouvernement de l'État. Villemadon, l'ancien
serviteur de la reine de Navarre, ne lui recommandait pas seulement
comme un moyen de mériter la bénédiction divine le chant «des beaux
Psalmes Davidiques», ainsi qu'elle avait fait autrefois, et «la
quotidiane ouye ou lecture de la parole de Dieu», il la pressait aussi
d'éloigner les Guise, «monstres étranges», «qui ne sont de la maison»
[royale], «occupant par dol et violence la puissance du Roy et de Vous»,
et qui vont «récultans (reculant) et affoiblissans et mettans comme sous
le pied les Princes et le Sang de ceste couronne»--«Les princes du
sang», insistait-il «vous soyent en honneur[208]» (26 août). La lettre
de Villemadon, dit Regnier de La Planche, émut la Reine-mère «à penser à
ses affaires conjecturant que les princes du sang n'estoyent ainsi mis
en avant qu'ils ne fissent jouer ce jeu aux autres»[209]. Les autres,
c'étaient les ennemis des Guise et entre autres les réformés, dont il
lui importait tant de connaître les intentions. Que gagnerait-elle ou
que perdrait-elle au renversement des oncles de Marie Stuart? Elle
pensait qu'une conversation avec La Roche-Chandieu l'éclairerait sur ce
point. Il fut convenu que vers le 18 septembre, date du sacre, La
Roche-Chandieu attendrait bien caché, aux environs de Reims, qu'elle le
fît secrètement appeler.

      [Note 207: Morel, 11 septembre, _Calvini Opera_, XVII, col. 635.]

      [Note 208: _Calvini_, XVII, col. 618.]

      [Note 209: Regnier de La Planche, p. 212.]

Mais, après réflexion, elle n'osa pas ou ne voulut pas lui faire
signe[210]. Écouter un représentant des doctrines nouvelles, c'était
prendre parti contre les Guise qui les persécutaient. Et puis le
changement d'attitude des réformés l'inquiétait. Sous Henri II, ils
souffraient patiemment la prison et le martyre sans discuter le pouvoir
qui les opprimait. Mais maintenant certains d'entre eux, et non des
moindres, «se faschoyent de la patience chrestienne et évangélique». Des
alliés s'offraient à les aider à rendre coup pour coup: soldats et
capitaines que la paix et l'embarras des finances avaient obligé les
Guise à licencier[211], gentilshommes pauvres et batailleurs, amis
d'Antoine de Bourbon et du Connétable, tous ceux enfin que sollicitait
le ressentiment d'une injure ou l'amour des nouveautés. La Réforme
allait servir de mot d'ordre à tous les opposants. Mais ces fidèles
d'occasion, plus sensibles à la tyrannie des Lorrains qu'aux «abus du
pape», poussaient les vrais fidèles à la rébellion. L'histoire du parti
protestant commençait.

      [Note 210: Regnier de La Planche, p. 220, dit cependant que ce
      jour-là elle en fut empêchée par la visite de plusieurs cardinaux
      et autres seigneurs venus au sacre.]

      [Note 211: Ordonnance du 14 juillet 1559; de Ruble, _Antoine de
      Bourbon et Jeanne d'Albret_, t. II, p. 127. Brantôme t. IV, p.
      224.]

L'alliance des mécontents politiques et des novateurs religieux se fit
sur la question des droits des princes du sang. Les ennemis des Guise
prétendaient qu'en raison de la mauvaise santé du Roi et de la faiblesse
de son entendement, il y avait lieu, malgré sa majorité, de réunir les
États généraux du royaume et de confier le gouvernement aux princes de
son sang, à l'exclusion de tous autres, conformément à leur degré de
parenté. Un peu plus d'un mois seulement après la mort d'Henri II, le
ministre de l'Église de Paris, Morel, avait exposé à Calvin cette
théorie nouvelle de droit constitutionnel. Les gens d'action du parti
allaient encore plus loin, comme l'écrivit plus tard Calvin à
Coligny[212]. En septembre ou octobre 1559, car ses indications ne
permettent pas de préciser davantage la date de la consultation,
«quelqu'un, raconte-t-il, ayant charge de quelque nombre de gens, me
demanda conseil s'il ne seroit pas licite de résister à la tyrannie dont
les enfans de Dieu estoyent pour lors opprimez, et quel moyen il y
auroit. Pour ce que je voyoye (voyais) que desjà piusieurs s'estoyent
abreuvez de ceste opinion, apres luy avoir donné response absolue qu'il
s'en faloit déporter, je m'efforçay de luy monstrer qu'il n'y avoit nul
fondement selon Dieu, et mesme que selon le monde il n'y avoit que
legereté et presomption qui n'auroit point bonne issue.» «Il n'y eut
pas, continue Calvin, faute de réplique, voire avec quelque couleur. Car
il n'estoit pas question de rien attenter contre le Roy ny son
authorité, mais de requerir un gouvernement selon les lois du pais
attendu le bas aage du Roy.» Et puis, «d'heure en heure on attendoit une
horrible boucherie pour exterminer tous les povres fidèles». Mais Calvin
répondit «simplement» que s'il s'espandoit une seule goutte de sang, les
rivières en découlleroyent par toute l'Europe» et qu'il valait mieux
périr «tous cent fois que d'estre cause que le nom de Chrestienté et
l'Évangile fust exposé à tel opprobre». Toutefois, il concéda «que si
les Princes du sang requerroyent d'estre maintenus en leur droit pour le
bien commun, et que les Cours de Parlement se joignissent à leur
querele, qu'il serait licite à tous bons sujects de leur prester main
forte». L'homme alors demanda: «_Quand on auroi induit l'un des princes
du sang à cela, encore qu'il ne fust pas le premier en degré_, s'il ne
serait point permis». Mais, ajoute Calvin, «il eut encore response
négative en cest endroit. Bref je luy rabbati si ferme tout ce qu'il me
proposoit que je pensoye bien que tout deust estre mis sous le
pied»[213].

      [Note 212: 16 avril (?) 1561, _Opera Omnia_, XVIII, col. 425-431.
      Ce «quelqu'un» n'est pas La Renaudie, qui, quelque temps après,
      alla voir Calvin et fut d'ailleurs mal reçu. _Ibid._, col. 427 et
      429.]

      [Note 213: _Calvini Opera Omnia_, XVIII, col. 425-426.--Sur
      l'opinion de Calvin, voir Mignet, _Journal des savants_, 1857, p.
      95.]

Il y avait des casuistes qui, comme le jurisconsulte François Hotman,
estimaient que le consentement d'un seul prince du sang autorisait
l'insurrection contre les Guise. Si le premier, Antoine de Bourbon, se
dérobait, ou, comme on disait par euphémisme, «en son absence», son
frère le prince de Condé pouvait, selon la tradition et la loi écrite,
réclamer la charge de suprême conseil du Roi[214].

      [Note 214: Calvin à Pierre Martyr, mai 1560, _Opera Omnia_, XVIII,
      col. 82 et les notes. Cf. Regnier de La Planche, p. 237.]

C'était en effet à l'intention de ce Bourbon, énergique, pauvre et
ambitieux, qu'avait été imaginée la théorie de l'unique prince du sang.

L'opposition désespérait d'Antoine de Bourbon. Après l'assemblée de
Vendôme, il n'avait paru à la Cour que pour s'y faire bafouer. À
Saint-Germain, où il était allé trouver le Roi, les Guise ne lui
assignèrent pas de logement et il en fut réduit à se contenter de
l'hospitalité que le maréchal de Saint-André lui donna par pitié. Il
n'avait pas été convoqué aux séances du Conseil. À Reims, lors du sacre,
il souffrit qu'on arrêtât en sa présence un de ses gentilshommes,
Anselme de Soubcelles, suspect d'avoir diffamé les ministres dirigeants.
Prétendant honteux, il n'eut pas le courage de déclarer son droit et
accepta avec empressement la mission que lui offrit Catherine de
conduire en Espagne Élisabeth de Valois, la jeune femme de Philippe
II[215].

      [Note 215: De Ruble, _Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret_, t.
      II, p. 41-45 et p. 58.]

Mais Condé agissait pour lui ou sans lui. Il faisait instruire
mystérieusement le procès des Guise, et, comme bien l'on pense,
«l'information faite, il se trouva, dit Regnier de La Planche, par le
témoignage de gens notables et qualifiés, iceux (les Guise) estre
chargés de plusieurs crimes de lèze-majesté ensemble d'une infinité de
pilleries, larrecins et concussions». «Ces informations veues et
rapportées au Conseil du Prince, attendu que le Roy, pour son jeune
aage, ne pouvoit cognoistre le tort à luy faict et à toute la France, et
encore moins y donner ordre, estant enveloppé de ses ennemis (les
Guise), il ne fut question que d'adviser les moyens de se saisir de la
personne de François, duc de Guise, et de Charles, cardinal de Lorraine,
son frère, pour puis après leur faire procès par les Estats»[216].
Cependant l'entreprise était si hasardeuse que Condé n'osa s'y risquer.
Il en laissa la conduite à un certain La Renaudie, gentilhomme
périgourdin, qui, ayant eu des démêlés avec la justice, en rendait les
Guise responsables. La Renaudie enrôla en France et à l'étranger des
soldats et des capitaines et réunit secrètement à Nantes (1er février
1560) les principaux conjurés. Il fut autorisé par cette assemblée, qui
était censée tenir lieu d'États généraux, à se saisir des ministres et à
les mettre dans l'impossibilité de nuire. Les fauteurs du complot
voulaient, par tout cet appareil de procédure: enquête, procès,
consultation d'États, apaiser les scrupules de chrétiens comme Calvin et
donner à un coup de main le caractère d'une action légale. Ils
résolurent d'envahir en forces le château d'Amboise, où était la Cour,
et de demander à François II humblement, l'épée en main, le renvoi et la
mise en jugement de ses ministres. L'exécution, fixée d'abord au 10 mars
1560, fut définitivement ajournée au 16.

      [Note 216: Regnier de La Planche, p. 237-238.--Paillard,
      _Additions critiques à l'histoire de la Conjuration d'Amboise_,
      Revue historique, t. XIV, 1880, 61-108 et 311-355 (analyse de la
      correspondance de Chantonnay, frère du cardinal Granvelle et
      ambassadeur d'Espagne en France).]

Le secret du complot, si bien gardé qu'il fût, transpira. Le 12 février
les Guise eurent un premier avertissement, vague d'ailleurs, donné par
un prince protestant d'Allemagne; puis vint, quelques jours après, la
dénonciation d'Avenelles, un avocat de Paris, qui avait logé La Renaudie
à son passage et avait reçu ses confidences[217]. Catherine s'émut de ce
danger de guerre civile. Elle commençait à trouver que les ministres de
son fils étaient trop violents. Ne s'étaient-ils pas avisés d'ailleurs
de contrecarrer ses volontés? Elle n'avait rien tenté, peut-être par
affectation de piété conjugale, pour sauver Du Bourg, qui fut exécuté le
23 décembre 1559. Mais elle s'intéressait à Fumée, à cause de Jean de
Parthenay-Larchevêque, sieur de Soubise, à qui «elle portoit de longue
main faveur». Or le cardinal de Lorraine éludait ses bonnes intentions
et l'amusait de promesses. A la fin elle lui déclara «que ces façons de
faire luy desplaisoient et que s'ils en usoient plus, elle en auroit
mescontentement». Le Cardinal, dépité, offrit de se retirer en sa
maison. Mais son départ, suivi naturellement de celui de son frère,
l'aurait laissée seule en face des réformés, sans qu'elle fût sûre des
catholiques; elle l'apaisa. Il mit alors la faute de la poursuite,
raconte l'_Histoire des Églises réformées_, sur le procureur général,
Bourdin, sur certains conseillers et commissaires du Châtelet et sur
l'inquisiteur de la Foi, Démocharès, et quelques Sorbonistes, qu'il
disait «estre les plus méchants garnemens du monde et dignes de mille
gibets.... Sur quoy la dicte dame respondit qu'elle s'esbahissoit
donques et trouvoit merveilleusement estrange qu'il se servoit d'eux
puisqu'il les connoissoit tels»[218]. Fumée fut absous à pur et à plein
(février 1560).

      [Note 217: La chronologie des révélations est difficile à établir.
      Voir Paillard, _Additions critiques à l'histoire de la conjuration
      d'Amboise_, Revue hist., 1880, t. XIV, p. 81-84 et _passim_.]

      [Note 218: _Histoire ecclésiastique des Églises réformées du
      royaume de France_, éd. nouvelle par Baum et Cunitz, 1883, I, p.
      294-298.]

Les Guise, pensant avec raison que les «belîtres», dont on leur
dénonçait l'entreprise, ne pouvaient être que les prête-noms de tout
autres ennemis, sentaient plus que jamais le besoin de se concilier la
Reine-mère. En leur inquiétude, ils la prièrent d'appeler à la Cour
l'Amiral, d'Andelot et le cardinal de Châtillon, les neveux du
Connétable. Elle y consentit bien volontiers, car elle avait «confiance»
dans «les vertus de ces personnages» et «portoit» «amitié à
l'Admiral»[219]. Coligny, bien qu'il inclinât décidément à la Réforme,
n'avait pas paru à l'assemblée de Vendôme[220]. Il estimait probablement
que la nouvelle Église risquait de s'aliéner la Reine-mère, en montrant
un zèle exclusif pour la cause des princes du sang. Peut-être aussi
jugeait-il Antoine de Bourbon à sa valeur. Il arriva le 24 février à la
Cour, et, prié par Catherine de dire son avis, «il luy déclara le grand
mescontentement de tous les subjects du roy... non seulement pour le
faict de la religion, mais aussi pour les affaires politiques, et que
l'on avoit mal à gré et du tout à contre-cœur que les affaires du
royaume fussent maniées par gens qu'on tenoit comme étrangers, en
eslongnant les princes et ceux qui avoient bien déservy de la chose
publique»[221], il voulait dire le Connétable. Alors elle fit un premier
pas. Elle, jusqu'alors si prudente, alla trouver le Roi et lui persuada
de consulter le Conseil sur la situation religieuse. Les Guise la
laissaient faire. Le Conseil fut d'avis d'accorder et le gouvernement
publia une amnistie pour tous les religionnaires qui vivraient désormais
en bons catholiques, exception faite des prédicants et de tous ceux qui,
sous prétexte de religion, avaient conspiré contre la Reine-mère,
nommée, remarquons-le, la première, le Roi, la Reine, les frères du Roi,
et les principaux ministres (mars). L'Édit, pour couvrir les Guise,
imaginait que leurs ennemis avaient projeté de détruire avec eux la
famille royale et même les Bourbons, et il excluait du pardon ces grands
coupables, ainsi que les prêcheurs des doctrines nouvelles suspects de
propager l'esprit de révolte[222]. Mais cette simple distinction entre
les réformés paisibles et les fauteurs de désordre était de grande
conséquence. La pratique de l'hérésie n'était donc pas aussi criminelle
qu'un complot, puisque celle-là était pardonnable et que celui-ci
restait punissable? L'État prenait donc moins à cœur les affaires de
Dieu que les siennes? Aussi l'Édit fut-il trouvé «fort estrange» par
plusieurs catholiques, dit le journal de Nicolas Brûlart, chanoine de
Notre-Dame de Paris[223]. Pour bien marquer que Catherine en était
l'inspiratrice, le conseiller et secrétaire des finances du roi, Jacques
de Moroges, chargé de le porter au Parlement, déclara «qu'il a eu
commandement exprès de la Reine-mère pour dire à la Cour de sa part
qu'elle procède le plus promptement qu'elle pourra à la vérification des
dites lettres». Sans user de ses lenteurs ordinaires, le Parlement
enregistra le 11 mars.

      [Note 219: Regnier de La Planche p. 247.]

      [Note 220: Erichs Marcks, _Gaspard von Coligny_, I, 1893, p. 350.]

      [Note 221: Regnier de La Planche, p. 247.]

      [Note 222: Fontanon, _Les Edicts et Ordonnances des roys de
      France_, 1611, t. IV, p. 263-264.]

      [Note 223: Journal de Pierre (lisez Nicolas) Bruslart, dans
      _Mémoires de Condé_, I, p. 9.]

C'était l'entrée en scène de Catherine et la première manifestation
publique d'une politique personnelle. Mais les concessions venaient trop
tard; les bandes de La Renaudie étaient aux portes d'Amboise. Les Guise,
qui n'avaient pas cessé d'armer, dispersèrent, massacrèrent ou livrèrent
au bourreau les soldats, gentilshommes, bourgeois et gens «mécaniques»
qui marchaient à l'attaque du château. Catherine n'osa pas s'opposer aux
exécutions par jugement, qui suivirent les tueries en pleine campagne.
Elle estimait certainement criminelle cette façon d'adresser requête au
Roi par soulèvement, surprise, assaut et bataille. Mais elle trouva que
les Guise outrepassaient la rigueur de la justice. Elle aurait voulu
pardonner à un prisonnier qui dans l'un des interrogatoires où elle
assista, fit «à demy confesser au cardinal [de Lorraine] sa doctrine
estre vraye, mesmes en la doctrine de la Cène». Mais on se hâta de le
dépêcher, pendant qu'elle était occupée ailleurs, «de quoy elle fut
aulcunement faschée, se disoit-elle, car elle l'avoit jugé innocent».
Pour sauver Castelnau, un brave capitaine, dont Coligny et d'Andelot
représentaient les «grands services faicts par ses prédécesseurs et par
luy à la Couronne et maison de France», «elle fit tout ce qu'elle peut
(put) disoit-elle, jusques à aller chercher et caresser en leurs
chambres _ces nouveaux rois_». Le mot doit être d'elle, car elle l'a
employé plusieurs fois contre les Guise dans sa correspondance, mais ils
«se montrerent invincibles et de fureur irréconciliables». La duchesse
de Guise elle-même allait pleurer chez la Reine-mère sur les «cruautés
et inhumanités qui s'exercent», car «elles deux ensemble avoient fort
privéement devisé de l'innocence de ceux de la religion»[224].

      [Note 224: Regnier de La Planche, p. 257, 265, 266. Regnier de La
      Planche ou plutôt l'Histoire publiée sous son nom ne veut pas que
      la Reine ait été sincère. C'est un parti pris chez les ennemis de
      Catherine qui lui dénie tout bon sentiment.]

Elle fit plus. Elle envoya Coligny en Normandie pour enquêter sur la
cause des troubles, et elle montra aux Guise la lettre où l'Amiral les
imputait à la violence de leur politique. Elle les força, conformément
aux Édits, de relâcher les prisonniers arrêtés pour cause de religion.

L'Édit de Romorantin (mai 1560), qu'elle a certainement inspiré,
remettait le jugement du crime d'hérésie aux évêques, et la punition des
assemblées et des conventicules aux juges présidiaux[225]. C'était une
nouvelle tentative, aussi hardie qu'elle pouvait l'être au lendemain du
complot d'Amboise, pour distinguer le spirituel du temporel, et la
religion de la police du royaume.

[Note 225: Fontanon, _Les Edits et Ordonnances des roys de France_, éd.
1611, t. IV, p. 229-230.]

Elle cherchait en même temps à renouer avec les réformés, qui, depuis le
«Tumulte», avaient laissé tomber les relations. Elle dépêcha donc à
Tours deux de ses serviteurs favorables à leur cause: Chastelus, abbé de
La Roche, son maître des requêtes, et Hermand Taffin, son gentilhomme
servant, chargés de «faire parler à elle» La Roche-Chandieu, de qui elle
voulait savoir «la vraye source et origine des troubles» et le «moyen de
donner estat paisible» à ceux de la religion, sans provoquer toutefois
les catholiques. Mais les fidèles de Tours répondirent «que le ministre
que la Roine demandoit n'estoit pas à Tours ny mesmes au royaume». Et
comme les messagers les pressaient d'envoyer à sa place le ministre du
lieu, Charles d'Albiac, dit Duplessis, «ils refusèrent», l'Église de
Tours «ayant ses pasteurs trop chers pour les hasarder ainsi». Ils
ajoutèrent que «la dicte dame avoit donné peu de témoignage de son bon
vouloir envers eux par les actions passées, aussi que ce qu'elle
désiroit sçavoir se pourroit bien escrire par lettres». Elle ne parut
pas s'offenser de leur méfiance, «promettant qu'elle monstreroit par
effect n'avoir dédaigné leur conseil». Et cependant elle les priait de
«se contenir en la plus grande modestie que faire se pourroit, afin que
leurs adversaires n'eussent occasion de leur courir sus». Par-dessus
tout elle leur recommandait «de tenir secret tout ce qu'ils voudroient
lui envoyer, car elle vouloit s'en aider en telle sorte que l'on pensast
que les ouvertures qu'elle feroit vinssent seulement de son advis et
industrie, et non d'autres mains, aultrement elle gasteroit tout, leur
pensant aider»[226].

Ils dressèrent alors pour elle une belle remontrance sous le nom
emprunté de Théophile, que Le Camus, fils de son ancien pelletier, lui
fit remettre le 24 mai, jour de l'Ascension[227].

      [Note 226: Regnier de La Planche, p. 298-299.]

      [Note 227: Et non de l'Assomption, comme dit le texte imprimé de
      Regnier de La Planche, p. 302. Cf. p. 304, les faits qui
      permettent de rectifier cette fausse indication.]

C'était, affirmait Théophile, une vérité établie que les «forces...
apparues près Amboyse n'estoyent contre la majesté du Roy ny contre elle
ou aucun prince du sang, mais seulement pour se munir contre ceux qui
les voudroyent empescher de se présenter à Leurs Majestés pour leur
remontrer les choses qui concernoyent l'estat du Roy et la conservation
du royaume». Il allait de soi «qu'il n'y a droict ni divin ni humain qui
permette aux subjects d'aller en armes faire doléance à leurs princes,
ains seulement avec humbles prières». Aussi combien de fois--la
Reine-mère pouvait s'en souvenir--les réformés, ayant les moyens de se
défendre, avaient-ils mieux aimé «mettre les armes bas» et «encourir la
note de cueur lasche que de faire acte approchant de rébellion et de
désobéissance contre leur prince et naturel seigneur». Mais ces preuves
de leur fidélité ayant uniquement servi d'occasion «aux meschans d'estre
tant plus audacieux jusques à faire acte de tyrans, usurpateurs du roy
et du royaume, contre toutes les loix et statuts inviolablement observés
en France, il a été finalement licite de repoulser ceste violence par
aultre violence, veu que leurs ennemys empruntoient les forces du roy
pour les destruire.» «Et ce qui les esmouvoit davantage,» c'est que les
édits faits «durant les dangers» n'étaient pas appliqués, et que l'on
avait lieu de croire qu'ils ne le seraient pas, tant que les Guise
seraient près de Sa Majesté. En effet, ils «poursuivoyent», pour les
faire mourir et s'emparer de leurs biens, les gentilshommes qui
s'étaient retirés de l'entreprise, confiants dans le pardon du Roi.
Aussi ceux-là et même «ceux qui n'estoyent encore bougés de leurs
maisons... se préparoyent à marcher comme désespérés, jugeant qu'il leur
convenoit plutost mourir tous ensemble en combattant qu'estant prins en
leurs maisons l'un après l'autre tendre le col à un bourreau.»

C'est ce que la Reine-mère «devoit bien considérer et penser en
elle-mesme à la conséquence où pourroyent tomber ces désespérées
entreprinses, où l'on jouoit à quitte ou à double. Car encores que ce
fut la ruyne de ceux qui s'eslesveroyent, si est-ce qu'elle devait
plutost y remédier promptement que l'effect advenu procéder à la
destruction entière de ceux qui autrement estoyent de ses meilleurs
subjects». Le remède, c'était en premier lieu de «pourveoir au
gouvernement du royaume et bailler un Conseil au Roy, non à l'appétit de
ceux de Guyze, mais selon les anciennes constitutions et observations de
France»; en second lieu, de tenir un «Concile sainct et libre, sinon
général, à tout le moins national», où toutes choses étant «décidées par
la parolle de Dieu,» «ceux qu'on condamnoit maintenant sans estre ouys
s'attendaient de gaigner leur cause». Et jusque-là Théophile requérait
pour les fidèles le droit de demeurer «en la simplicité des Escriptures»
et «de vivre selon le contenu d'une confession de foy accordée et receue
en toutes les églises réformées de France»[228].

      [Note 228: Analyse du _Théophile_, dans Regnier de La Planche, p.
      299-302.]

La Reine mère venait de lire cette consultation politico-religieuse
quand Marie-Stuart, «qui la suyvoit, comme estant aux aguets de toutes
ses actions», entra et la surprit le mémoire en main. Elle lui demanda
ce que c'était, et Catherine, pour se tirer d'embarras, nomma le porteur
du paquet. Les Guise firent arrêter Le Camus.

Catherine n'était pas brave, et vite elle abandonnait les gens qui la
compromettaient. D'ailleurs l'insistance des réformés à mettre en avant
les droits des princes du sang, qui étaient destructifs des siens, ne
pouvait que lui déplaire. Quand Le Camus fut plus tard conduit devant
elle, le 5 juin, à Villesavin (près de Romorantin), elle lui reprocha,
en présence des Guise, ces remontrances «pleines d'injures et animosité
contre le Roy son fils et elle». Et comme Le Camus répondit que «sous sa
correction les dites remontrances n'estoient telles», elle répliqua que
«c'estoit bien contre elle en tant qu'elles s'adressoyent contre les
sieurs de Guise, ministres et oncles du Roy». Le Camus protesta qu'elles
ne tendaient «qu'à induire le Roy et ladicte Dame à faire assembler les
Estats du royaume pour remédier aux confusions» du pays «et au
mescontentement de ce que lesdicts de Guyse s'estoient emparés de la
personne du Roy et du gouvernement du royaume contre la volonté des
princes du sang et des Estats». On l'envoya prisonnier au château de
Loches[229].

      [Note 229: Regnier de La Planche, p. 304.]

Il importait beaucoup à Catherine de savoir si les «connétablistes»
s'accordaient avec les réformés sur cette question des princes du sang.
À Saint-Léger[230], où la Cour alla en ce même mois de juin (1560), elle
manda «un certain Louis Regnier, seigneur de La Planche», «qu'on
estimoit dès lors servir de conseil bien avant au mareschal de
Montmorency », fils du Connétable. L'histoire publiée sous son nom[231],
_De l'Estat de France sous François II_, précieuse par les documents
qu'elle cite, quelquefois tout au long, et par les faits qu'elle
rapporte, est le récit le plus complet et le plus vivant, quoique
partial et passionné, des débuts politiques de Catherine. La Planche,
qu'elle questionna sur la conjuration d'Amboise, s'excusa tant qu'il put
de dire son avis; mais, sommé de parler, il expliqua que les troubles
avaient à la fois des causes religieuses et politiques, et qu'il y avait
«deux diverses sortes» de «huguenauds». Les uns, qui «ne regardent qu'à
leur conscience» avaient été «esmeus» par La Renaudie à prendre les
armes, «ne pouvant plus à la vérité supporter la rigueur, laquelle on a
si longtemps continuée contre eux»; les autres, qui «regardent à l'estat
public», sont irrités de voir l'estat du royaume estrangement conduit
par estrangers, les princes du sang estant forclos».

      [Note 230: Saint-Léger (Seine-et-Oise), est à 12 kilomètres de
      Rambouillet; les rois de France y avaient une résidence, au milieu
      de la forêt.]

      [Note 231: Elle n'est probablement pas de lui, au moins en entier.
      Il ne s'appellerait pas lui-même (éd. Buchon, p. 316) «_un
      certain_ Louis Regnier», et ne donnerait pas comme une opinion
      qu'il fût le confident du maréchal de Montmorency. Après avoir dit
      à la Reine-mère, dans l'entretien analysé ici, que La Renaudie
      voulait, «soubs prétexte de présenter une requeste, venger la
      mort» d'un sien beau-frère, il ne se serait pas démenti en ces
      termes (éd. Buchon, p. 318). «Tel fust le pourparler de La
      Planche, homme politique plustost que religieux, s'abusant en ce
      qu'il mict en avant des différends de la religion, non moins qu'en
      ce qu'il dict de l'intention qui avoit esmeu La Renaudie». La
      critique de beaucoup de documents du XVIe siècle reste à faire.]

Il serait aisé--en quoi La Planche se trompait--d'apaiser les huguenots
de religion «par une assemblée de quelques suffisans personnages,
lesquels, soubs couleur de traduire fidèlement la Bible, cotteroyent les
différends (les points de désaccord entre les réformés et les
catholiques), et trouveroyent finalement qu'il n'y a pas si grande
discorde qu'il semble entre les parties». Mais les huguenots d'État «ne
s'apaiseroyent aiséement, sinon mettant les princes du sang en leur
degré et demettant tout doucement ceux de Guyse par une assemblée des
Estats». La Planche reprocha aux Guise, simples cadets de la maison de
Lorraine, de prétendre au gouvernement de l'État et même au titre de
princes, le roi ne pouvant faire des princes qu'avec la reine. «Sa
conclusion fut que si elle (Catherine) vouloit éviter un remuement bien
dangereux, il falloit contenir ceux de Guyse en leurs limites ou pour le
moins leur bailler comme une bride et contrepoix de François naturels et
tenir les uns et les autres en raison.» Elle répondit qu'en employant
les Guise, elle n'avait fait que suivre «les traces du feu roy son mary»
et «qu'elle eust bien voulu que le roy de Navarre et le prince de Condé
se fussent rangés à la Cour, à l'exemple de messieurs de Montpensier et
de La Roche-sur-Yon, qui s'y voyoient favorablement traictés et
honorés.» Mais... «c'estoit mesmes contre la personne du Roy» que
l'entreprise d'Amboise avait été dressée. La Planche répliqua que «ceux
qui occupoyent la place des princes du sang, sçachant iceux ne pouvoir
estre déboutés, selon leurs anciens privilèges, que par le seul premier
chef du crime lèze-majesté, avoyent plustost forcé (? forgé) ceste
accusation, substituant la personne du Roy au lieu de la leur.»

Le cardinal de Lorraine avait entendu cette attaque contre sa maison,
«caché derrière la tapisserie». La Planche fut «renvoyé disner», puis
rappelé l'après-midi. La Reine-mère alors lui déclara «qu'elle ne se
pouvoit persuader que ceste querelle fut advenue pour les honneurs
prétendus par ceux de Guyse» et qu'en tout cas «il se trouveroit bon
remède, donnant le premier lieu aux princes du sang et le second à ceux
de Guyse, de sorte qu'après le premier prince du sang marcherait le
premier prince de Lorraine; après le second prince du sang, le second
prince de Lorraine, et ainsi consécutivement; mais qu'il sçavoit bien
d'autres choses s'il les vouloit dire.» Par promesses claires, par
menaces vagues, elle essaya de le faire parler et même elle le pria de
l'aider à prendre «certains principaux rebelles sans luy nommer de près
ny de loing la maison de Montmorency». Mais La Planche courageusement
remontra «que ceux de Lorraine ne devoyent nullement tirer au colier
avec les princes du sang, ains (mais) leur céder et faire place». «Et
quant à la capture de ces prétendus rebelles, il trancha le mot, qu'il
n'estoit ni prévost des mareschaulx ni espion.» Elle le fit arrêter,
mais «il se purgea si évidemment d'avoir eu intelligence avec La
Renaudie qu'au bout de quatre jours il fut relâché[232].

      [Note 232: Regnier de La Planche, p. 316-318.]

De toutes ces consultations, Catherine conclut qu'il fallait à tout prix
rompre la coalition des huguenots d'État et des huguenots de religion.
Peut-être pensait-elle, comme Regnier de La Planche, qu'il serait plus
aisé de satisfaire ceux-ci que ceux-là et en tout cas c'étaient les
concessions qui devaient le moins lui coûter. L'état du royaume
demandait qu'on se hâtât. L'Édit de Romorantin n'avait pas calmé les
passions; les réformés tenaient des prêches et s'assemblaient en armes;
ils faisaient aux Guise une guerre de pamphlets qui était le prélude de
l'autre. Déjà des bandes couraient la Provence, le Dauphiné, la Guyenne
et saccageaient les églises. Sur l'avis de Coligny, la Reine-mère fit
décider la réunion à Fontainebleau des plus grands personnages pour
aviser aux nécessités du royaume. Ce fut une sorte de Conseil élargi, où
le Roi appela, outre ses conseillers ordinaires, les princes du sang,
les grands officiers de la Couronne et les chevaliers de l'Ordre [de
Saint-Michel]. Le Connétable y vint accompagné de huit cents ou mille
chevaux. Mais, malgré ses exhortations, Antoine de Bourbon et son frère
restèrent en Béarn et laissèrent passer l'occasion d'exposer
solennellement leurs droits et leurs griefs, et d'ôter à leur cause
l'allure d'un complot.

L'assemblée s'ouvrit le 21 août, «en la chambre de la Reine-mère», sous
la présidence du jeune Roi. Catherine pria les personnages «que le Roy
son fils» avait convoqués de le «vouloir conseiller.... en sorte que son
sceptre fust conservé et ses subjects soulagés et les malcontents
contentés s'il estoit possible»[233].

Le nouveau chancelier, Michel de l'Hôpital, ancien conseiller au
Parlement de Paris et ancien Président de la Chambre des comptes, était
une créature des Guise, mais «sitost qu'il eust été estably en sa
charge», il se proposa «de cheminer droict en homme politique et de ne
favoriser ny aux uns ny aux autres, ains de servir au Roy et à sa
patrie»[234].

      [Note 233: Pierre de La Place, _Commentaires de l'estat de la
      religion et république sous les roys Henri et François seconds et
      Charles neuviesme_, éd. Buchon, p. 53-54.]

      [Note 234: Regnier de La Planche, p. 305.]

Mais il cheminait prudemment. C'était l'homme qu'il fallait à Catherine.
Il prit la parole après elle pour développer sa pensée. Il compara le
royaume où «tous estats» étaient «troublés» et corrompus «avec un très
grand mécontentement d'un chascun» à un malade et il invita l'assemblée
à rechercher la cause du mal. Si on pouvait la «découvrir, le remède
seroit aisé.... _Hoc opus, hic labor est._» Le duc de Guise et le
cardinal de Lorraine rendirent ensuite compte du fait de leurs charges:
gendarmerie et finances.

Le 23, François II se disposait à prendre les avis, et «... comme il
eust commandé d'opiner à l'évêque de Valence», Monluc, le dernier en
date des conseillers, l'Amiral se levant s'approcha du Roi, et, après
deux grandes révérences, il lui présenta deux requêtes des réformés,
l'une à lui adressée, l'autre à sa mère. Dans la première «les fidèles
chrétiens épars en divers lieux et endroicts de son royaume» suppliaient
le roi leur souverain seigneur «très humblement de faire surseoir les
rigoureuses persécutions», et de leur permettre «qu'ils se pussent
assembler en toute révérence et humilité» pour célébrer ensemble leur
culte, et en attendant un concile général de «leur ordonner quelques
temples en ce royaume» afin que «leurs assemblées ne fussent plus
secrètes et suspectes»[235]. Mais la requête à la Reine demandait bien
davantage: «Vous, disait-elle, comme vertueuse et magnanime princesse,
ensuyvant l'exemple de la Royne Esther, ayez pitié du peuple esleu de
Dieu pour le délivrer des griefs périls esquels il s'est senti exposé
jusques à présent.... Très illustre et souveraine princesse, nous vous
supplions... pour l'affection que devez à Jésus Christ, à establir son
vray service et deschasser toutes erreurs et abus qui empeschent qu'il
ne règne comme il faut. Vueillez faire ce bien aux povres chrestiens
afin que par ce moyen Dieu soit servi et honoré publiquement en ce
royaume, et le sceptre de vostre fils, nostre souverain roy, soit
conservé en intégrité soubs Jésus Christ, le Roy des Roys»[236].

      [Note 235: P. de La Place, p. 54-55, résume les deux requêtes sans
      les distinguer.]

      [Note 236: L'adresse à la Reine est dans les _Mémoires de Condé_,
      II p. 647-648.]

C'était lui parler comme à une personne confidente, dont l'Église
réformée attendait, non seulement un régime de tolérance, mais
l'avènement du règne de Dieu.

Après ce coup de théâtre, l'évêque de Valence, Monluc, «personnage de
grand sçavoir et littérature, mesme ès lettres saintes», parla, en homme
bien informé, des services rendus par la Reine-mère, lors de la
conjuration d'Amboise où «avec sa prudence accoustumée, aidée de celle
des sieurs de Guyse soubs son authorité», elle «avoit usé de telle
intelligence que des souspeçons qui sembloyent estre legiers et de nulle
apparence, elle avoit soudainement descouvert l'entreprise des
tumultes», et puis y avait avisé «plus avec la douceur qu'avec la
force». Le moyen de pourvoir «aux vices et abus» de l'Église et de
l'État, c'était la «réunion d'un nombre de gens de bien» «de toutes les
provinces» et la convocation d'un concile national, si le pape n'en
voulait pas tenir un général. Il jugeait «inexcusables» et par
conséquent punissables ceux des sectaires qui, «soubs le prétexte et
manteau de religion, estoyent devenus séditieux et rebelles», oubliant
que «Sainct Pierre et Sainct Paul nous commandent de prier Dieu pour les
roys, de leur rendre toute subjection et obéissance et à leurs
ministres, ores qu'ils fussent iniques et rigoureux.» Mais il ne
trouvait ni juste, ni utile, ni conforme aux traditions de l'Église
primitive de traiter en factieux ceux qui «retenoyent» la nouvelle
doctrine «avec telle craincte de Dieu et révérence au Roy et ses
ministres qu'ils ne vouldroyent pour rien l'offenser». Ceux-là faisaient
bien connaître «par leur vie et par leur mort» «qu'ils n'estoyent meus
que d'un zèle et ardent désir de chercher le seul chemin de leur salut,
cuidans l'avoir trouvé». Aussi «l'expérience avoit appris à tout le
monde que les peines en cest endroict ne profitoyent de rien, ains au
contraire...» Les «empereurs chrestiens de saincte et recommandable
mémoire», Constantin, Valentinien, Théodose, Marcien n'avaient voulu
user «de plus de rigueur envers les autheurs des hérésies que de les
envoyer en exil et de leur oster le moyen de séduire les bons». Quant
aux assemblées, Monluc n'était pas d'avis de les permettre, «pour le
danger qui en peult advenir», mais il s'en remettait «au bon jugement»
du Roi pour avoir égard «en la punition des transgresseurs»... «à
l'heure, au nombre, à l'intention et à la façon qu'ils se seroient
assemblés»[237].

      [Note 237: Le discours de Monluc, dans La Place, p. 55-58.]

L'avis de Monluc, c'était celui de la Reine-mère, dont ce prélat humain
et mondain était le confident. Elle estimait nécessaire de relâcher la
persécution sans compromettre l'ordre, de ménager les consciences sans
désarmer le pouvoir. Monluc s'était gardé de prononcer le nom des États
généraux, et il avait eu en passant un mot d'éloge pour les Guise. A
tous ces traits, on reconnaît la façon prudente de Catherine.

Mais l'archevêque de Vienne, Marillac, parla, lui, avec une hardiesse
qu'on n'aurait pas attendue d'un client des Guise, mais qui cependant
s'expliquait. Ancien ambassadeur de France en Allemagne, en Angleterre,
en Suisse, il pouvait craindre que l'intolérance de ses patrons ne
compromît les alliances protestantes, et en tout cas il constatait
qu'elle troublait le royaume[238]. Il signala le fardeau toujours
croissant des impôts et la corruption du clergé déclarant qu'il n'y
avait autre moyen pour «asseurer»... «la bénévolence du peuple et
l'intégrité de la religion» que d'assembler les États généraux et de
tenir un concile national, quelque empêchement que le pape y mît. Il
insista sur le devoir de réformer l'Église et «d'ouyr les plaintes du
peuple» sans s'arrêter aux dangers imaginaires que quelques-uns
concevaient de ces grandes assemblées. «Si les premiers ministres du
Roi, dit-il, sont calomniés comme autheurs et cause de tout le mal passé
et qui peut advenir, comme ceux qui tournent toutes choses à leur
advantage et font leur proffit particulier de la calamité de tous, y
a-t-il d'autre moyen pour se nettoyer de tous souspeçons que de faire
entendre en telle assemblée en quel estat l'on a trouvé le royaume [et]
comme il a été administré...» C'était presque dire que les accusations
avaient quelque apparence. Et quand Marillac montrait le Roi, gardé par
l'amour de sa mère, «de tant de princes du sang», de l'Église et de la
noblesse, ne signifiait-il pas aux oncles de Marie Stuart que leurs
services n'étaient pas indispensables[239]?

      [Note 238: Cf. sur le revirement de Marillac, connu jusque-là pour
      un partisan des Guise, Pierre de Vaissière, _Charles de Marillac,
      ambassadeur et homme politique sous les règnes de François Ier,
      Henri II et François II_, Paris 1896, p. 383-384.--Le discours de
      Marillac est dans Regnier de La Planche, p. 352-360.]

      [Note 239: Regnier de La Planche, p. 357.]

L'Amiral, qui décidément se posait en porte-parole des réformés, attaqua
vivement la politique religieuse et le gouvernement des Guise. Le Duc
répliqua sur le même ton. Le Cardinal, calme et ironique, remarqua que
si les novateurs se disaient «très obéissans, c'estoit toutesfois avec
condition que le roy seroit de leur opinion et de leur secte ou pour le
moins qu'il l'approuveroit»[240].

      [Note 240: [De Mayer], _Des États généraux et autres Assemblées
      nationales_, t. X, p. 306-307.--La Place, p. 66-68.]

Il dissuada le Roi de leur «bailler temples et lieu d'assemblée», car
«ce seroit approuver leur idolatrie», ce qu'il «ne sçauroit faire sans
estre perpétuellement damné». Toutefois il fut d'avis que tout en
continuant à punir «griesvement» les séditieux et «perturbateurs du
peuple et du royaume» on ne «touchast plus par voye de punition de
justice,» à ceux «qui sans armes, et de peur d'estre damnés, iroyent au
presche, chanteroient les psalmes et n'iroyent point à la messe.» Il se
prononça pour la réunion des États généraux, et, quant à la réforme de
l'Église, il proposa de faire ouvrir par les évêques et les curés une
enquête sur les abus «pour en informer le Roy à fin de regarder la
nécessité d'assembler un concile général ou national». Les chevaliers de
l'Ordre opinèrent tous comme le cardinal de Lorraine, dont l'avis passa
à la majorité des voix. En conséquence, les États généraux furent
convoqués pour le 10 décembre suivant à Meaux (31 août 1560).

La Reine-mère avait pris une telle importance que l'Amiral et quelques
grands seigneurs en qui elle se fiait la sollicitèrent de se saisir du
pouvoir et de renvoyer pour quelque temps les Guise en leur maison. Mais
elle les «cognoissoit de si grand cœur que malaisement» endureraient-ils
de n'être rien. Le Duc se fortifiait de toutes sortes de gens, et
«disoit haut et clair avoir la promesse de mille ou douze cens
gentilshommes signalés et le serment de leurs chefs, avec lesquels et
les vieilles bandes venues du Piedmond et autres dont il s'asseuroit, il
passerait sur le ventre à tous ses ennemis». Disgracier les Guise, ce
«seroit pour entrer de fiebvre en chaud mal»[241]. Il lui faudrait
rappeler le Connétable qu'elle n'aimait pas et s'appuyer sur les princes
du sang et les réformés, dangereux alliés qui ne manqueraient pas, lors
de la réunion des États généraux, de bailler au Roi un conseil où elle
était sûre de n'avoir pas la première place.

      [Note 241: Regnier de La Planche, p. 313-314.]

Il n'est pas imaginable combien les protestants, à part quelques hommes
comme Coligny[242], se souciaient peu de la gagner. Ils la pressaient de
se compromettre pour eux, et en même temps déclaraient dans tous leurs
écrits qu'en cas de minorité les princes du sang devaient avoir le
premier rang dans l'État, à l'exclusion des étrangers et des
reines-mères. Ils l'estimaient, à ce qu'il semblait, trop heureuse de
les servir gratuitement. C'était se méprendre du tout sur ses
sentiments. Son ambition, naturellement très grande, s'était encore
accrue à la faveur des événements et du succès. Elle voyait jour pour
arriver au pouvoir suprême; elle y aspirait pour elle et dans l'intérêt
de ses enfants. Or les novateurs religieux, qui auraient dû s'assurer
son concours à tout prix, jetaient en travers de sa route et
consolidaient sottement la théorie des princes du sang. La _Briesve
Exposition_, qu'ils publièrent après la conjuration d'Amboise, et la
_Response chrestienne et défensive_, qui est du même temps que le
«Théophile» de l'Église de Tours, et Le Camus, porteur de ce mémoire
consultatif, invoquaient contre les Guise l'ancienne constitution du
royaume et soutenaient tous que la loi salique et la coutume excluaient
du gouvernement les étrangers[243].

Pour entraîner Antoine de Bourbon, qui suivant son habitude atermoyait,
les représentants des Églises tinrent à Nérac une sorte de grand conseil
auquel se trouvèrent le jurisconsulte huguenot Hotman, réfugié à
Strasbourg depuis le tumulte d'Amboise, et Théodore de Bèze, poète,
écrivain, humaniste, maintenant théologien et le principal coadjuteur de
Calvin à Genève. Ils rédigèrent pour le roi de Navarre et le prince de
Condé une «Remontrance» où les prétentions des princes du sang étaient
appuyées de précédents historiques spécieux et d'attaques passionnées
contre la tyrannie des Guise[244].

      [Note 242: Coligny n'assistait pas, comme on l'a vu, à la réunion
      de Vendôme, Erichs Marcks, _Gaspard von Coligny_, 1893, t. I, p.
      350.]

      [Note 243: Aussi approuva-t-elle, si elle ne l'inspira pas, la
      réfutation de la thèse des protestants par Jean du Tillet,
      greffier en chef du Parlement de Paris, _Pour la majorité du roy
      tres chrestien contre les escrits des rebelles_, Paris, 1560,
      in-4º (B. N., Lb. 32). Les protestants répondirent par un
      _Légitime conseil des rois de France pendant leur jeune aage
      contre ceux qui veulent maintenir l'ilégitime gouvernement de ceux
      de Guise, soubz le titre la majorité du roy, ci-devant publié_
      (Mémoires de Condé, t. I, p. 471 sqq.) Du Tillet répliqua: _Pour
      l'entière majorité du roi tres chrestien contre le Légitime
      conseil_, Paris, 1560 (dans Dupuy, _Traité de la majorité de nos
      rois et des régences du royaume_, Paris, 1655. Preuves, p. 329
      sqq.,) où se trouve aussi, p. 319 sqq., le premier écrit de Du
      Tillet. Du Tillet maintient que les rois sont majeurs à quatorze
      ans, qu'ils règlent, comme ils l'entendent, par testament les
      régences; que les reines-mères sont, par lois et coutumes,
      préférées aux princes du sang en cas de mort _ab intestat_; qu'il
      n'y a pas de régents nés, qu'on ne saurait sans «impugner»
      l'autorité de François II et de sa mère blâmer le choix qu'ils ont
      fait des Guise pour ministres. «C'est, dit-il à la Reine-mère,
      vouloir vous asservir à d'autres non mis ne destituables par vous,
      et c'est ce tuteur [forcé] qu'ils amènent et nomment légitime
      conseil.» Dupuy, _Preuves_, p. 333.]

      [Note 244: Bèze partit pour Nérac le 10 juillet (1560) (_Calvini
      Opera Omnia_, t. XVIII, col. 98, note 5). Il y était à la fin de
      juillet (_ibid._, col. 154, note 4). Hotman y arriva peu après
      lui. Les conférences ont dû avoir lieu soit fin juillet, soit
      plutôt au commencement d'août. La consultation est dans La
      Planche, p. 318-338. Elle est probablement d'Hotman; De Ruble, t.
      II, p. 315. Mais il n'en est pas fait mention dans l'_Essai sur
      François Hotman_, de Rodolphe Dareste, Paris, 1850, ni dans ses
      deux articles de la _Revue historique_, t. II, 1876, p. 1 et p.
      367.]

En même temps, la guerre civile commençait. Un des hommes d'épée les
plus remuants du parti, Maligny le jeune, s'empara de Lyon, la capitale
du Sud-Est, et il s'y serait maintenu si Antoine de Bourbon, effrayé de
ce coup d'audace, ne lui avait commandé de licencier ses bandes et
d'évacuer la ville (septembre 1560). Mais il lui faisait dire en même
temps de faire couler les soldats un à un vers Limoges, où il pensait
les employer--du moins le bruit en courut--à surprendre Bordeaux et
assurer ses communications par mer avec l'Angleterre protestante[245].
Le prince de Condé avait dépêché un certain La Sague à plusieurs grands
seigneurs qu'il priait «de ne luy faillir au besoin». Les Guise
parvinrent à saisir ce messager et trouvèrent sur lui les réponses du
Connétable et du vidame de Chartres, François de Vendôme. Anne de
Montmorency, qui savait le danger des écritures, «exhortoit le prince à
la paix, lui conseillant qu'il se gardast bien d'entreprendre chose que
Sa Majesté peust trouver mauvaise». Mais le Vidame lui mandait «qu'il se
devoit asseurer de luy comme de son très humble serviteur et parent et
qu'il maintiendrait son party et ceste juste querelle contre tous, sans
excepter que le Roy, messieurs ses frères et les roynes.»[246] Les Guise
enfermèrent cet imprudent à la Bastille (29 août).

      [Note 245: De Ruble, t. II, p. 336-337, prête peut-être au roi de
      Navarre des desseins sans proportion avec son intelligence et son
      énergie.]

      [Note 246: Regnier de La Planche, p. 345-346.]

La Reine-mère, à qui François de Vendôme était particulièrement
agréable[247], approuva l'arrestation. Épouvantée de ces bruits d'armes,
dégoûtée de ses avances aux huguenots, tremblant pour ses fils et pour
elle-même, elle se rapprocha des Guise et se fit leur alliée contre les
Bourbons. Elle écrivit à Philippe II et au duc de Savoie pour leur
demander appui et seconda le gouvernement de toute façon. François II
avait sommé le roi de Navarre de lui amener son frère pour que celui-ci
se justifiât de l'embauchage des hommes d'armes dont on le chargeait,
«vous pouvant asseurer que là où il refusera de m'obéyr, je sauroy fort
bien faire congnoistre que je suis roy»[248], et elle, dans une lettre
au comte de Crussol, porteur de cet ordre impérieux, elle le chargeait
de dire à Antoine que le Connétable et ses deux fils, Montmorency et
Damville, avaient «en jens de bien» fait sur l'entreprise de Condé des
révélations qui avaient «esté en partie cause de la prise de La Sague et
du Vidame»[249]. C'était une «charité» que Montmorency se hâta de
démentir (26 septembre)[250] mais qu'elle avait lancée à tout hasard
pour rompre l'accord des connétablistes et des partisans des Bourbons.

      [Note 247: Voir ci-dessous, p. 207-208.]

      [Note 248: De Ruble, t. II, p. 361 et 363.]

      [Note 249: _Lettres_, t. I, p. 347.]

      [Note 250: Louis Paris, _Négociations...relatives au règne de
      François II_, p. 577.]

Cependant les Guise massaient des soldats dans Orléans, où ils avaient
fait transférer les États généraux. C'est là qu'ils attendaient leurs
ennemis.

Le roi de Navarre, forcé de choisir entre l'obéissance et la révolte et
menacé d'être pris à dos par les miliciens de la Navarre espagnole, dont
Philippe II avait ordonné la levée en masse, s'était décidé à conduire
son frère à François II. Ses partisans, ses amis, la femme de son frère
l'avertissaient du danger qu'ils couraient tous deux[251]. Il put vite
s'apercevoir que les gouverneurs le traitaient en suspect et gardaient
soigneusement les villes qu'il traversait. Le sénéchal du Poitou,
Montpezat, avait reçu de Catherine l'ordre écrit de ne pas le laisser
entrer dans Poitiers, une des places les plus fortes de l'Ouest, dont on
craignait qu'il ne s'emparât. Il lui signifia la défense «de par le
roi», ajoutant de son cru: «sur la peine de la vie». Antoine fut si
outré de l'insulte qu'il délibéra de revenir sur ses pas; il demanda une
explication à la Reine-mère, qui répondit sans hésiter que «personne n'a
eu charge ne commandement de luy (le Roi) ne de moi de vous tenir ce
langage»[252], ce qui n'était vrai que de la menace. Femme, elle se
croit autorisée, ou même elle se complaît à se défendre avec les armes
des faibles, le mensonge et la ruse. Antoine, rassuré, continua sa
route, et le soir même de l'arrivée à Orléans (31 octobre), Condé fut
emprisonné.

      [Note 251: Comte J. Delaborde, _Éléonore de Roye_, p. 68; De
      Ruble, _Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret_, t. II, 1882, p.
      370.]

      [Note 252: _Lettres_, I, p. 150 (17 octobre 1560).]

Catherine avait aidé à la capture des Bourbons pour enlever à la révolte
ses chefs naturels. Mais les Guise estimaient que ce n'était pas assez
et qu'il fallait faire un exemple. Ils en voulaient surtout au prince de
Condé dont ils avaient senti la main dans tous les remuements.

La santé de François II, qui n'avait jamais été bonne, était à ce moment
encore plus mauvaise; de là leurs inquiétudes et leur passion contre le
plus redoutable des ennemis du lendemain. Ils n'osèrent le traduire
devant le Parlement garni de pairs, le seul tribunal légitime, de peur
d'un acquittement, et ils lui donnèrent pour juges, par autorité
absolue, des commissaires: magistrats, conseillers d'État, chevaliers de
l'Ordre[253]. Catherine répugnait aux cruautés superflues. D'ailleurs
elle réfléchissait que les Guise, débarrassés de l'esprit agissant de
l'opposition, n'auraient plus les mêmes raisons de la contenter et la
relégueraient au second plan. Sans tarder, elle se tourna vers le
connétable de Montmorency, qui, sous prétexte de maladie, s'était excusé
de venir à Orléans. Le jour même où commença l'instruction contre Condé
(13 novembre), elle lui écrivait: «Je voldrès que vostre santé peut
(pût) permettre que feusiés avecques nous, car je cré fermement que l'on
seroyt plus sage et, ne l'étant, vous ayderié à sortir le roy aur (hors)
de page, car vous aves tousjour voleu que vos mestres feusset aubéi
partout»[254]. Elle ne nommait personne, mais il est clair que les gens
qui n'étaient pas suffisamment sages et qui tenaient le Roi en tutelle,
ce ne peut être que les ministres dirigeants. Pour s'opposer à leurs
violences, elle appelait à l'aide son vieil ennemi.

      [Note 253: Le procès de Condé dans le Comte Delaborde, _Éléonore
      de Roye_, p. 81-92.]

      [Note 254: _Lettres de Catherine_, t. I, p. 153.]

Elle se ménageait même un recours du côté du roi de Navarre. Un jour
qu'Antoine de Bourbon, ému du danger de son frère, rappelait dans une
séance du Conseil privé les services rendus par les princes de sa maison
et s'écriait que si le Roi avait tant soif du sang des Bourbons....,
elle l'avait interrompu, promettant que la justice seule triompherait
des hésitations de son fils[255]. Plusieurs fois elle l'aurait fait
prévenir de desseins tramés contre lui: coup maladroit dans une partie
de chasse, assassinat dans la chambre royale et de la main même du
Roi[256]. Mais est-il sûr que les Guise aient voulu supprimer ce pauvre
rival? On peut croire avec plus de vraisemblance que la Reine-mère a
discrètement enrayé la poursuite contre son frère. Après la condamnation
pour crime de lèse-majesté (26 novembre), deux des commissaires, le
chancelier de L'Hôpital et le conseiller d'État Du Mortier, «reculoyent
tousjours» de signer la sentence, «en donnant toutefois bonne
espérance»[257]. Or, c'étaient deux hommes à Catherine; ils réussirent à
gagner du temps. Le jeune Roi, cet adolescent débile que son mariage
précoce avec Marie Stuart avait achevé d'affaiblir, eut le 9 novembre et
le 16 des syncopes alarmantes. Son état s'aggrava subitement et fut
bientôt désespéré. Dans l'appréhension de cette fin, les Guise
proposèrent, dit-on, à Catherine de hâter l'exécution du prince[258].
C'était, s'ils le firent, avoir une très médiocre idée et très fausse de
son intelligence. Alors que l'avènement de son fils Charles, un enfant
de dix ans, lui offrait l'occasion inespérée de se saisir du pouvoir,
pouvaient-ils croire qu'elle se mettrait à leur merci et s'aliénerait à
jamais les huguenots, en sacrifiant Condé? Mais elle était fermement
résolue à priver Antoine de Bourbon de la régence. Il n'y avait pas de
loi expresse qui réglât la transmission du pouvoir en cas de minorité.
Le précédent de Blanche de Castille était favorable aux reines-mères,
mais la loi salique, en excluant les femmes du trône, semblait par
analogie les exclure du gouvernement et y appeler les princes du sang.
Demander aux États généraux ou au Parlement de trancher ce grand débat,
c'était provoquer une décision qui pourrait être contraire à ses droits,
et qui, si elle ne l'était pas, risquait d'être contestée par son
concurrent, les armes à la main. Le mieux était de s'assurer la
direction paisible de l'État par un accord à l'amiable avec le premier
prince du sang. Mais il fallait l'y amener.

      [Note 255: De Ruble, _Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret_, t.
      II, 1882, p. 417-418.]

      [Note 256: _Ibid._, p. 419.]

      [Note 257: Regnier de La Planche, p. 401.]

      [Note 258: C'est ce que raconte de Thon, _Histoire_, Londres,
      1734, liv. XXVI, t. III, p. 373-374.]

Elle conduisit l'affaire habilement. Plusieurs fois elle déclara de
façon à être entendue qu'elle se procurerait le pouvoir à tout prix.
Puis quand elle jugea le roi de Navarre bien apeuré, elle le manda dans
son cabinet[259]. Il croyait marcher à la mort (2 décembre). Au passage,
une dame, peut-être la duchesse de Montpensier, sa cousine et la
confidente de la Reine, lui dit à l'oreille de tout accepter, sinon
qu'il y allait de sa vie. Il entra. Le duc de Guise et le cardinal de
Lorraine étaient présents. Après qu'un secrétaire eut donné lecture d'un
mémoire établissant, par les précédents historiques, le droit des
reines-mères à la régence, Catherine, sévèrement, rappela tous les
complots des Bourbons. Les dénégations étaient inutiles. Antoine avait
perdu par sa conduite les prétentions qu'il aurait pu élever comme
premier prince du sang au gouvernement du royaume. Le roi de Navarre
protesta de son innocence, ajoutant toutefois qu'il faisait volontiers
abandon de ses droits. Catherine lui fit signer cette renonciation et
lui «promit à (de) bouche qu'il seroit lieutenant du roy en France... et
que rien ne seroit ordonné sinon par son advis et des autres princes du
sang». Mais elle voulait plus encore: inaugurer son avènement par la
réconciliation des chefs de partis. Elle ne craignit pas d'affirmer à
Antoine que le Roi avait de sa propre autorité décidé seul l'arrestation
et le jugement de Condé et que les Guise n'en étaient pas responsables.
Antoine admit encore cette explication et consentit à «embrasser» les
deux frères, les pires ennemis de sa maison[260]. Trois jours après,
François II mourut (5 décembre), et Charles d'Orléans lui succéda sous
le nom de Charles IX. Le règne de Catherine commençait. Elle s'était
élevée au premier rang à pas si comptés et d'un mouvement si doux
qu'elle avançait sans avoir l'air de cheminer.

      [Note 259: De Ruble, t. II, p. 434 ne soupçonne pas le jeu.]

      [Note 260: Regnier de La Planche, p. 415-417. D'après cet
      historien (p. 416), le Roi lui-même, trois jours avant sa mort,
      aurait déclaré au roi de Navarre qu'il avait «de son propre
      mouvement et contre leur advis» (des Guise) fait emprisonner le
      prince de Condé.]



CHAPITRE IV

LA RÉGENTE[261] ET LES RÉFORMÉS


Catherine prenait le gouvernement dans des conditions difficiles: un roi
enfant, des États généraux réunis (après environ quatre-vingts ans
d'interruption)[262], les partis et les religions en lutte, les Guise
jaloux de leur pouvoir perdu, Antoine de Bourbon envieux de celui qu'il
avait cédé; elle, l'étrangère, «n'y ayent (n'y ayant), disait-elle, heun
seul [homme] à qui je me puise du tout fyer, qui n'aye quelque pasion
partycoulyère». Mais elle avait confiance, comme elle l'écrivait à sa
fille le surlendemain de l'avènement de Charles IX: «...Vous diré (je
vous dirai de) ne vous troubler de ryen et vous aseurer que je ne feré
pouyne (peine) de me gouverner de fason que Dyeu et le monde aront
aucasion d'estre contens de moy, car s'et mon prinsypale bout (but) de
avoir l'honneur de Dyeu an tout devent les yeulx et conserver mon
authorité, non pour moy, més pour servir à la conservation de set (ce)
royaume et pour le byen de tous vos frères»[263].

      [Note 261: Catherine de Médicis n'a pas eu en titre la régence que
      les États généraux, comme on le verra plus loin, auraient été
      plutôt portés à décerner au roi de Navarre. Dans une note sur les
      dates de la naissance de ses enfants, écrite entre la mort de
      François II (5 déc. 1560) et la majorité de Charles IX (17 août
      1563), le secrétaire d'État, Claude de l'Aubespine, la qualifie de
      «_Gouvernante de France_» (Louis Paris, _Négociations_, etc. p.
      892). C'est le pouvoir de régente sans le nom. Aussi ne me suis-je
      pas fait scrupule de l'appeler Régente au lieu de «Gouvernante de
      France».]

      [Note 262: Les États de 1506 sous Louis XII et de 1558 sous Henri
      II ne sont pas de véritables États généraux. En 1506 les députés
      des villes étaient seuls; en 1558 les représentants du clergé, de
      la noblesse, de la justice et du tiers état avaient été désignés
      par le roi. Mais les États de 1560 furent une vraie Assemblée
      générale élue des trois ordres de la Nation.]

      [Note 263: 2 décembre 1560. _Lettres de Catherine_, I, p. 568, ou
      I. p. 158.]

Les États généraux, élus du vivant de François II, se réunirent à
Orléans cinq jours après sa mort. C'était la première fois depuis 1484
que les trois ordres de la nation étaient consultés ensemble sur leurs
griefs et sur leurs vœux. La bataille électorale avait été très disputée
et, malgré la pression gouvernementale, la Noblesse et le Tiers état
avaient choisi nombre de représentants hostiles aux Guise et favorables
à la réformation de l'Église, sinon à la Réforme. Catherine pouvait
craindre que cette assemblée sans expérience ni tradition, entraînée
par les passions religieuses ou politiques, ne fût tentée de jouer un
grand rôle à ses dépens. Pendant tout le principat des Guise, les
réformés n'avaient pas cessé de soutenir dans les «livrets» et de crier
dans les libelles qu'en cas de minorité les États généraux étaient seuls
aptes à constituer une régence et les princes du sang à l'exercer, et
cette polémique avait fait impression. Outre cette raison de principe,
les députés très ardents des provinces d'Aquitaine (Sud-Ouest) et de
quelques bailliages de Normandie, Touraine, Maine, etc.[264], en avaient
une autre pour exclure la Reine-mère. Inspirés par les prédicants
calvinistes, ils voulaient, pour régénérer l'Église, amputer les abus,
les superstitions, les vices qui la corrompaient et ils jugeaient
Catherine incapable, par défaut de zèle ou manque de vigueur, de porter
le fer dans les parties gâtées du corps ecclésiastique. Sous prétexte
qu'ils avaient été convoqués par François II et qu'ils avaient été
délégués par devers lui, ils se déclaraient sans pouvoirs sous son
successeur et demandaient soit de nouvelles élections, soit le temps de
consulter leurs bailliages et d'en recevoir un nouveau mandat. Mais
Catherine craignait que les électeurs, enhardis par la défaite des Guise
et du parti catholique, ne nommassent une majorité résolument
calviniste, qui donnerait ou même imposerait la régence au roi de
Navarre. Elle fit si bien que la majorité des deux ordres laïques
déclara que, la dignité royale ne mourant point, les pouvoirs dont ils
avaient été investis sous François II restaient valables sous Charles
IX.

      [Note 264: On en trouvera la liste dans [Lalourcé et Duval],
      _Recueils des cahiers généraux des trois ordres_, t. I, p.
      176-177. Naturellement ils protestaient qu'ils n'avaient pas eu
      l'intention de diminuer «l'autorité» de la Reine-mère.]

Sauf en ce qui concernait son autorité, Catherine était disposée aux
concessions. Son accord avec Antoine de Bourbon et l'aide qu'elle
attendait de lui contre un retour offensif des Guise l'auraient, à
défaut d'autres motifs, obligée à suspendre la persécution contre les
protestants. Mais elle avait de plus constaté que la rigueur était
impuissante à détruire une croyance invétérée et à convertir les
dissidents, quand ils sont multitude. Il fallait de toute nécessité
changer de méthode, employer la douceur et la persuasion là où la force
et la violence avaient échoué. Confiante avec excès dans son habileté,
elle ne croyait pas impossible de satisfaire les réformés sans soulever
les catholiques et de les acheminer les uns et les autres dans les voies
de la tolérance.

Le chancelier Michel de l'Hôpital était lui aussi partisan de la
conciliation. Dans la séance royale d'ouverture des États, le 13
décembre, il fit avec quelque rudesse la leçon à tout le monde[265]. «Ne
soyons si prompts à prendre et suyvre nouvelles opinions, chacun à sa
mode et façon... Autrement s'il est loisible à un chacun prendre la
nouvelle religion à son plaisir, voyés et prenés garde qu'il n'y ait
autant de façons et manières de religions qu'il y a de familles ou chefs
d'hommes. Tu dis que ta religion est meilleure, je défends la mienne;
lequel est le plus raisonnable que je suyve ton opinion ou toy la
mienne.» C'était à l'Église universelle, non aux particuliers, de
décider les points de foi. Le Roi et la Reine n'oublieraient rien pour
hâter la réunion du Concile général que le pape venait d'annoncer (20
novembre); et «où ce remède faudroit (manqueroit), ils useront de toutes
autres provisions, dont ses prédécesseurs roys ont usé», c'est-à-dire
assembleraient un Concile national.

      [Note 265: Le discours dans Duféy, _Œuvres complètes de
      l'Hôpital_, t. I, p. 403 sqq., et dans [Lalourcé et Duval],
      _Recueil de pièces originales et authentiques_, t. I, p. 42-66.]

Il reprocha aux catholiques de n'avoir pas employé les meilleurs moyens
pour ramener les dissidents. «Nous avons cy devant fait comme les
mauvais capitaines, qui vont assaillir le fort de leurs ennemis avec
toutes leurs forces, laissans despourveus et desnués leurs logis. Il
nous faut doresnavant garnir de vertus et de bonnes mœurs, et puis les
assaillir avec les armes de charité, prières, persuasions, paroles de
Dieu qui sont propres à tel combat. La bonne vie, comme dit le proverbe,
persuade plus que l'oraison. Le cousteau vaut peu contre l'esprit, si ce
n'est à perdre l'âme ensemble avec le corps.... Prions Dieu incessamment
pour eux et faisons tout ce que possible nous sera, tant qu'il y ait
espérance de les réduire et de les convertir. La douceur profitera plus
que la rigueur.»

Mais contre «aulcuns» «qu'on ne peut contenter et qui ne demandent que
troubles, tumultes, et confusions», le Roi déploiera à l'avenir toute sa
puissance. «Si est ce que jusques icy a esté procédé si doulcement que
cela semble plutost correction paternelle que punition. Il n'y a eu ni
portes forcées, ne murailles des villes abbatues, ne maisons bruslées,
ne privilèges ostés aux villes comme les princes voisins ont fait de
nostre temps en pareils troubles et séditions»[266]. C'était
l'affirmation d'une politique qui, indulgente aux erreurs de l'esprit,
réprimerait sans pitié les désordres.

Les réformés ardents s'indignèrent que le Chancelier les eût accusés de
vouloir «planter leur religion avec espées et pistoles». Mais pourtant
l'_Histoire ecclésiastique_, qui reflète si fidèlement leurs idées,
reconnaît que «puisqu'il n'y a qu'une vraye religion à laquelle tous les
petits et grands doivent viser, le magistrat doit sur toutes choses
pourvoir à ce qu'elle seule soit advouée et gardée es pays de sa
subjection...»[267]. C'est dire que le jour où ils seraient les maîtres,
ils réformeraient, autrement dit changeraient la religion, doucement,
s'ils le pouvaient, par force, s'ils y trouvaient de la résistance.

      [Note 266: _Œuvres complètes de Michel de l'Hôpital, chancelier de
      France_, publiées par Duféy, t. I, 1824, p. 403.]

      [Note 267: _Histoire ecclésiastique_, I, p. 426.]

Aussi poussaient-ils Antoine de Bourbon, l'espoir des Églises, à
disputer à Catherine la première place. C'est à lui et non à elle que
les ordres laïques habilement travaillés allèrent, le 14 décembre,
porter leurs cahiers de doléances et demander l'autorisation de siéger
jusqu'à ce qu'ils eussent reçu mandat de leurs électeurs sur
l'organisation du gouvernement. Mais Antoine tint loyalement sa parole
et le Conseil privé régla, sans consulter les États généraux, le partage
des pouvoirs entre la Reine-mère et le premier prince de sang (21
décembre 1560). Catherine assisterait aux conseils ou, quand elle s'en
dispenserait, se ferait faire rapport sur les délibérations. Elle
recevrait les dépêches de France et de l'étranger et ouvrirait les
paquets pour en prendre connaissance la première. Les lettres du Roi ne
seraient expédiées qu'après qu'elle les aurait lues et elles partiraient
accompagnées toujours d'une lettre d'elle[268]. Présidence des conseils,
droit d'initiative et droit de contrôle, direction de la politique
extérieure et intérieure et, comme il va de soi, sans que le règlement
le dît, nomination aux offices et bénéfices, c'était le pouvoir
souverain que l'arrêt du Conseil conférait à la Reine-mère. Le roi de
Navarre resterait auprès d'elle, «d'aultant que les louys (lois) de set
royaume, reconnaissait Catherine, le portet ainsyn» et il avait «le
premier lieu» après elle, mais c'était un surveillant honoraire. Sa
principale fonction était de recevoir les gouverneurs et les capitaines
des places frontières ou d'ouvrir leurs dépêches et d'en faire rapport à
la Reine-mère, qui déciderait les mesures à prendre et les réponses à
faire. La part du premier prince du sang était bien petite et Catherine
pouvait écrire à sa fille, la reine d'Espagne, qu'il était tout à fait
«aubéysant et n'a neul comendement que seluy que je luy permés»[269].
Les États, n'étant pas soutenus, reconnurent à leur tour à la Reine-mère
«le gouvernement et administration du royaume».

      [Note 268: Dupuy, _Traité de la majorité des rois_, 1655, Preuves,
      p. 353-354.]

      [Note 269: _Lettres de Catherine_, t. I, p. 569, 19 déc. 1560.]

La Régente avait hâte de se débarrasser d'eux. Le 1er janvier 1561, elle
mena Charles IX et la Cour entendre leurs réponses au programme exposé
par le Chancelier dans la séance solennelle d'ouverture. Ce fut la
manifestation éclatante des divisions du pays. Les trois ordres,
contrairement au précédent des derniers États généraux tenus à Tours en
1484, ne siégeaient ni ne délibéraient ensemble; répartis en trois
chambres, ils ne s'assemblaient que pour les séances solennelles. Ils ne
s'étaient même pas entendus pour désigner un orateur commun. Le Tiers ne
voulut pas du cardinal de Lorraine que le Clergé proposait; les
sentiments de la Noblesse étaient si connus que les Guise n'osèrent pas
même la solliciter. De dépit, le cardinal de Lorraine s'excusa de parler
pour l'Église seule. L'orateur du Clergé, Quintin, docteur régent en
droit canon de l'Université de Paris, rappela que Dieu avait dans
l'Ancien Testament interdit à son peuple de lier amitié, de contracter
mariage avec les idolâtres et les gentils, à qui les hérétiques devaient
être assimilés. «Garde-toi bien, faisait-il dire à ce maître
impitoyable, qu'ils n'habitent en la terre, n'aye aucune compassion
d'eux, frappe-les jusqu'à internecion, qui est la mort»[270]. Les ordres
laïques attaquèrent violemment l'ordre ecclésiastique. L'orateur du
Tiers état, Jean Lange, avocat au Parlement de Bordeaux, s'éleva contre
l'avarice et l'ignorance des clercs: et celui de la Noblesse, Jacques de
Silly, baron de Rochefort, exhorta le Roi à supprimer les justices
ecclésiastiques et à réformer «l'estat de prebstrise», si le prêtre, au
lieu de prier, prêcher, et administrer les sacrements, «s'entremesle et
embrouille des affaires temporelles et du monde»[271].

      [Note 270: Lalourcé et Duval, _Recueil de pièces_, I. p.
      220-221.]

      [Note 271: Pierre de La Place, _Commentaires de l'estat de la
      religion et république soubs les roys Henry et François seconds et
      Charles neufviesme_, éd. Buchon, p. 91.]

Les trois ordres n'étaient d'accord que pour refuser au gouvernement les
moyens de gouverner. La dette publique était de 43 millions de livres,
le quadruple du revenu annuel du royaume. Quoi qu'eût pu dire le
Chancelier de la détresse de l'enfant-roi «engagé, endebté, empesché»,
il ne décida point les députés aux sacrifices nécessaires. Le Tiers se
déclara sans pouvoirs pour voter une augmentation d'impôts; la Noblesse
et le Clergé repoussèrent une demande de subsides. La Régente, n'en
pouvant rien tirer, les congédia (31 janvier 1561), et ordonna la
réunion à Melun, au mois de mai, d'une autre assemblée d'États, «pour
donner advis des moyens d'acquitter le roy», mais qui serait composée
seulement de deux députés, un du Tiers et un de la Noblesse, de chacun
des treize gouvernements de France, «tant pour éviter aux frais que à la
confusion d'une par trop grande multitude de personnes». Quant au
Clergé, il tiendrait ses séances à part.

De l'hostilité des ordres laïques contre l'ordre ecclésiastique, le
gouvernement profita pour adoucir le sort des réformés. Des lettres de
cachet du 28 janvier 1561 et des lettres patentes du 22 février
enjoignirent aux parlements de relâcher les prisonniers arrêtés pour
cause de religion, avec obligation pour les amnistiés de vivre
catholiquement à l'avenir et sans faire aucun acte scandaleux ni
séditieux[272]. C'était le début d'une politique nouvelle. Catherine en
exposa les motifs à son ambassadeur en Espagne, l'évêque de Limoges,
chargé de faire agréer cet essai de tolérance au plus intolérant des
souverains (31 janvier 1561). Le mal datait de trop loin pour que les
remèdes ordinaires fussent efficaces. «Nous avons, écrit-elle, durant
vingt ou trente ans, essayé le cautère pour cuyder arracher la contagion
de ce mal (l'hérésie) d'entre nous et nous avons veu par expérience que
ceste violence n'a servy qu'à le croistre et multiplier, d'aultant que
par les rigoureuses pugnitions qui se sont continuellement faictes en ce
royaume une infinité de petit peuple s'est confirmé en ceste oppinion
jusques à avoir été dict de beaucoup de personnes de bon jugement qu'il
n'y avoit rien plus pernicieux pour l'abollissement de ces nouvelles
opinions que la mort publique de ceulx qui les tenoyent, puisqu'il se
voyoit que par icelles (les rigoureuses punitions) elles (les nouvelles
opinions) estoyent fortiffiez». La rigueur serait plus dangereuse en ce
moment que jamais. «Vray est qu'estant le Roy monsieur mon filz en la
minorité qu'il est et les cendres du feu qui s'est estaint (conjuration
d'Amboise et troubles qui suivirent) encores si chauldes que la moindre
scintille (étincelle) le flamberoit plus grand qu'il n'a jamays esté»,
elle avait été «conseillée par tous les princes du sang et aultres
princes et seigneurs du Conseil du Roy»,... ayant «esgard à la saison où
nous sommes», «d'essayer par honnestes remontrances, exhortations et
prédications de réduire ceulx qui se trouveront errer au faict de la
foy», et d'autre part «de pugnir sévèrement ceulx qui feront scandales
ou séditions, affin que la sévérité en l'ung et la douceur en l'aultre
nous puissent préserver des inconvéniens d'où nous ne faisons que
sortir»[273].

      [Note 272: _Mémoires de Condé_, II, p. 268 et 271. Cf. _Joannis
      Calvini Opera omnia_, t. XVIII, col. 360 et les notes 8 et 9.]

      [Note 273: _Lettres_, I, p. 577-578, 31 janvier 1561.]

Sous les raisons d'opportunité, les seules que Philippe II fût capable
de comprendre, le dégoût de la violence et l'esprit de charité se
devinent. Mais c'étaient de dangereuses illusions. Pour imposer la
tolérance aux intolérants, c'est-à-dire à presque tout le monde, il
aurait fallu un gouvernement absolu en fait comme en droit. Or le
pouvoir de Catherine, bien qu'il fût en principe la délégation de celui
du Roi, était en réalité beaucoup plus faible, n'ayant guère d'autre
force propre qu'une tradition d'obéissance et de respect. Les princes du
sang, les grands officiers de la couronne, les gouverneurs de provinces,
chargés d'exécuter les ordres de la Régente, étaient pour la plupart des
chefs de partis, passionnés, ambitieux, indociles et qui, selon les
idées du temps, trouvaient bien moins criminel de désobéir au
représentant du roi qu'à un roi majeur, et commandant en personne.

Catherine comptait surtout sur son habileté. Elle se flattait d'obliger
les catholiques à quelques sacrifices et de satisfaire les protestants
par ces demi-concessions. Elle pensait aussi s'attacher les Bourbons et
le Connétable sans désespérer les Guise, et les tenir tous unis sous sa
main. A défaut, elle s'aiderait des uns pour faire contrepoids aux
autres. Mais ce jeu de bascule demandait un imperturbable sang-froid.
Femme, et à l'occasion nerveuse, ne risquait-elle pas, en appuyant sur
l'un des plateaux, de rompre l'équilibre?

Le Premier Prince du sang constatait avec humeur qu'elle ne lui laissait
aucun pouvoir effectif; il lui reprochait aussi de ménager les Lorrains,
dont il n'avait pas encore oublié la conduite. A Fontainebleau, où la
Cour s'était installée le 5 février (1561), il réclama le renvoi du duc
de Guise, qui, en sa qualité de grand maître, avait les clefs du
château. Catherine, sentant que, si elle cédait cette fois, elle se
donnait un maître, refusa. Antoine annonça qu'il s'en irait lui-même et
décida le Connétable et les Châtillon à le suivre. Cette sécession était
une menace de guerre civile. La Reine-mère fit la leçon au petit Roi qui
pria Montmorency de ne pas l'abandonner. Le vieux favori d'Henri II fut
touché et promit d'obéir. Antoine, qui ne savait rien faire seul, se
résigna lui aussi à rester (27 février). Mais Catherine ne cachait pas à
son ambassadeur en Espagne que «l'alarme» avait été «grande»[274]. Pour
adoucir le roi de Navarre, elle permit à Condé, qui depuis sa sortie de
prison vivait en Picardie, de reparaître à la Cour[275]. Le Conseil
privé le déclara innocent, et comme Condé n'acceptait pas cette
absolution politique, il fallut que le Parlement admît son instance en
revision[276]. Mais les fils de la politique étaient tellement
embrouillés qu'elle avait beaucoup de peine à en dévider les «fusées»
(fuseaux). Les électeurs de la prévôté de Paris, convoqués le 18 février
pour élire leurs députés aux États généraux, posaient comme mandat
impératif le refus de tout subside; le Tiers dressait la liste d'un
Conseil de Régence, d'où les Guise étaient exclus. La Noblesse désignait
comme régent le roi de Navarre.

      [Note 274: 3 mars 1561, _Lettres_, I, 586. De Ruble, _Antoine de
      Bourbon et Jeanne d'Albret_, t. III, p. 55-56.]

      [Note 275: _Lettres_, t. I, p. 171, mars 1561.]

      [Note 276: De Ruble, _ibid._, t. III, p. 61. L'instruction dura
      plusieurs mois et le Prince fut déclaré innocent (13 juin).]

Catherine alla trouver Antoine de Bourbon et lui demanda s'il avouait
cette agitation. «Il me feit response, raconte-t-elle, qu'il estoit bien
ayse de ce qu'il voyoit, car par là je congnoistrois ce qui lui
appartenoit et ce qu'il faisoit pour moi en me le ceddant». Elle
répliqua que, de lui avoir obligation d'une chose qu'elle pensait lui
appartenir, elle ne le pouvait nullement du monde endurer. La duchesse
de Montpensier, Jacqueline de Longwy, négocia et fit accepter un
compromis. Antoine fut nommé lieutenant général du royaume (27 mars)
avec le commandement suprême des armées, mais il abandonna ses droits à
tout ce qui pouvait lui être attribué par les États de puissance et
d'autorité: renonciation que tous les princes du sang contresignèrent.
«Je retiens toujours, écrit Catherine à sa fille, la reine d'Espagne, la
principalle authorité comme de disposer de tous les estats (charges) de
ce royaume, pourveoir aux offices et beneffices, le cachet et les
depesches et le commandement des finances». Les opérations
électorales furent annulées, et, pour donner aux esprits le temps de se
calmer, on remit à la fin de juillet, après le sacre, la réunion des
États.

L'élévation du chef des réformés à la lieutenance générale indisposa les
Guise qui, en attendant le sacre, se retirèrent en leurs maisons.
Catherine, qui savait leurs rapports avec Philippe II, appréhendait
qu'ils ne lui fissent accroire «qu'i (ils) feusent aylongné ou pour
l'ayfaist (le fait) de la religion ou pour aultre aucasion»[278]. Le
Connétable, que sa femme, ardente catholique, travaillait à détacher du
roi de Navarre et des Châtillon, était lui aussi mécontent et il le fit
bien voir[279]. Catherine avait choisi pour prêcher le carême à la Cour
l'évêque de Valence, Jean de Monluc, ce prélat selon son cœur, qui se
montrait aussi facile aux nouveautés qu'il l'avait été aux séductions du
siècle. Montmorency trouva à dire à l'orthodoxie de ses sermons et il
s'en fut entendre dans les communs du château un moine jacobin, qui
endoctrinait catholiquement la valetaille. Il y rencontra le duc de
Guise et, après l'entretien qu'ils eurent, ces deux ennemis se
réconcilièrent. Unis avec le maréchal de Saint-André, ancien favori
d'Henri II et gouverneur du Lyonnais, ils formèrent pour la défense du
catholicisme un _triumvirat_, dont ils déclarèrent la nature et l'objet,
en communiant ensemble le lundi de Pâques (7 avril). L'alliance des
chefs catholiques et la pression qu'elle pouvait craindre poussa
Catherine à se rapprocher un peu plus qu'il n'eût fallu, et peut-être
qu'elle n'eût voulu, des chefs réformés. Mais l'appui qu'elle leur
demandait l'obligeait à des concessions. Coligny avait fait venir de
Genève un ministre, Jean Raymond Merlin, dit M. de Monroy, qui prêchait
dans ses appartements, où étaient admis à l'entendre des gentilshommes
et des gens du commun. La duchesse douairière de Ferrare, Renée de
France, et la princesse de Condé, Éléonore de Roye, tenaient aussi des
réunions de prières. Monroy s'enhardit jusqu'à parler en public devant
un nombreux auditoire, non loin du château. Les catholiques se
plaignirent de cette violation des édits. Catherine invita doucement
(_blande_) le ministre à cesser ses prédications en plein air, mais ce
fut sans succès. «Il est décidé, écrit Calvin, à tout risquer plutôt que
de reculer»[280].

      [Note 278: Lettre à la reine d'Espagne (avril 1561), _Lettres_, I,
      p. 593.]

      [Note 279: Sur les causes du revirement du Connétable, voir La
      Place _Commentaires de l'estat de la religion et république_, liv.
      V, éd. Buchon, p. 122-124.]

      [Note 280: Comte J. Delaborde, _Gaspard de Coligny, amiral de
      France_, t. I, 1879, p. 504.--De Ruble, _Antoine de Bourbon et
      Jeanne d'Albret_, III, p. 69.--Lettre de Calvin du 24 mai 1561,
      dans _Calvini Opera Omnia_, t. XVIII, col. 466-467.]

À ces première essais de tolérance, les catholiques répondirent par des
menaces et des agressions. Le 24 avril, les étudiants de l'Université
chassèrent à coups de bâton une bande de réformés qui se promenait dans
le Pré-aux-Clercs en chantant des psaumes; deux jours après, ils
revinrent en nombre assiéger la maison du sieur de Longjumeau, où les
battus s'étaient réfugiés. À Beauvais, la populace envahit le palais
épiscopal, où l'évêque--c'était le cardinal de Châtillon, frère de
Coligny--avait, disait-on, le dimanche de Pâques, 6 avril, célébré la
Cène à la mode de Genève. Au Mans, le jour de la fête de l'Annonciation,
les artisans du faubourg Saint-Jean assaillirent les protestants, qui
tenaient des assemblées, et dans la bagarre en tuèrent un. À Angers, et
dans beaucoup d'autres villes, comme au Mans, le populaire s'ameuta
contre ceux de la religion. Le parlement de Toulouse et celui de
Provence s'entêtaient, malgré Catherine, à persécuter.

Le gouvernement crut couper court aux violences par l'édit du 19 avril
qui défendait d'employer les termes injurieux de huguenots et de
papistes, réservait aux gens de justice le droit de pénétrer dans les
maisons pour découvrir les «assemblées illicites», et réitérait l'ordre
de mettre en liberté les personnes détenues pour le fait de la religion.
Michel de l'Hôpital, un modéré autoritaire, envoya l'Édit aux baillis et
sénéchaux et même au prévôt de Paris sans le soumettre à la vérification
du Parlement. Les magistrats protestèrent contre cette façon nouvelle de
promulguer les lois et parlèrent même d'ajourner le Chancelier[281].

      [Note 281: L'Édit dans _Mémoires de Condé_, t. II, p. 334 sqq; les
      remontrances du Parlement, _ibid._, t. II, p. 352 et La Place, p.
      124-126. Sur l'irritation contre le Chancelier, voir le Journal de
      Pierre (lisez Nicolas) Bruslart, chanoine de Notre-Dame de Paris
      et conseiller-clerc au Parlement de Paris, _Mémoires de Condé_, t.
      I, p. 27.]

L'Édit du 19 avril n'autorisait pas les prêches en privé, mais Catherine
invitait le procureur général Bourdin à «ne pas trop curieusement
resercher ceulx qui seront en leurs maisons, ny trop exactement
s'enquérir de ce qu'ilz y feront», et, au contraire, elle lui commandait
de faire «roide punition» des émeutiers du Pré-aux-Clercs, de quelque
«qualité, estat, condition et religion» qu'ils fussent[282]. Le roi de
Navarre, qu'elle avait dépêché à Paris, réunit au Louvre les curés des
paroisses, les délégués des ordres religieux, le recteur de
l'Université, les régents et théologiens de Sorbonne. Après qu'il eut
fait lire des lettres du Roi assez sévères pour les catholiques
séditieux, il reprocha vivement au recteur de souffrir les désordres des
écoliers, aux curés de souffler le fanatisme, aux officiers municipaux
de tolérer l'émeute. L'assemblée se retira, confondue de cette leçon.

Mais les chefs catholiques répliquèrent. Lors de la cérémonie du sacre
(15 mai 1561), le cardinal de Lorraine, archevêque de Reims, déclara au
jeune Roi que «quiconque lui conseillerait de changer de religion lui
arracherait en même temps la couronne de la tête». Il remontra, au nom
de tout le Clergé, à la Reine-mère, «que les édicts donnés pour le faict
de la religion n'estoyent aucunement gardés»,... les juges s'excusant de
ne pas les appliquer «sur maintes lettres qui leur estoyent
envoyées»[283]. A Nanteuil, où elle s'arrêta au retour de Reims, le duc
de Guise, son hôte, lui dit en face qu'il obéirait à son fils et à elle
tant qu'ils resteraient catholiques.

      [Note 282: Lettre du 27 avril 1561, _Lettres_, I, p. 193.]

      [Note 283: La Place, _De l'estat de la religion_, etc., éd.
      Buchon, p. 127.]

D'Espagne lui venaient de sévères avertissements. Un envoyé
extraordinaire de Philippe II, Don Juan Manrique de Lara, lui avait
apporté, avec les compliments de condoléances sur la mort de François
II, le conseil impératif de «ne permettre jamais aux nouveautés qui ont
pris naissance dans son royaume d'y faire plus de progrès», de ne
favoriser en aucune manière et de n'admettre jamais «dans sa familiarité
aucuns de ceux qui ne sont pas fermes, comme ils devraient l'être, dans
leur religion»[284]. L'ambassadeur ordinaire Chantonnay, frère du
cardinal Granvelle, guettait tous ses manquements et la harcelait de
reproches. Elle s'excusait sur la nécessité, qui l'avait «conduite» à
s'accommoder «à quelque doulceur et démonstration de clémence pour les
choses passées, qui n'est que pour mectre le repos en ce royaulme et
mieulx establir l'advenir»[285]. Mais dans ses lettres à sa fille, femme
de Philippe II, elle qualifiait hardiment de «menteries» les bruits qui
couraient en Espagne sur ses complaisances envers les réformés, et elle
en accusait les Guise. «Vous pouvés panser que _sous qui soulet aystre
roy_... (ceux qui étaient habitués à être rois) meteron toujours pouyne
(peine) de faire trouver mauvese mes actyons.» C'est leur faute si elle
ne peut pas faire «tout soudeyn ce que désirés», car ils «nous aunt ten
embroullé nous afayres (ils nous ont tant embrouillé nos affaires)».
Philippe II aurait bien tort de les croire. «Quant yl avest (ils
avaient) le moyen qu'il etet (ils étaient) comme roys», ils excitaient
François II contre lui et cela, pour la brouiller elle-même avec son
fils à qui elle conseillait de vivre en bonne amitié avec le roi
d'Espagne[286]. Elle ne réfléchit pas qu'en les accusant de n'avoir eu
d'autre dessein que de la ruiner elle les disculpe de tout parti pris
d'hostilité contre Philippe II. Mais elle aime mieux s'embarrasser dans
les récriminations que de répondre aux reproches. Elle les accuse encore
d'avoir fait courir le bruit qu'en haine d'eux elle ne tenait plus
compte de sa fille, Claude, duchesse de Lorraine, leur cousine par
alliance, et elle s'indigne. C'est de toutes leurs calomnies la plus
perfide, car «se je falle (si je manque) à ma propre fille, quelle
seureté l'on pourré avoyr en moi?» «Mès, conclut-elle, je prans tout en
pasiense. Le prinsipal ayst que Dyeu mersi j'é tout le
comendement...»[287]. C'est le cri du cœur.

      [Note 284: Instruction de Don Juan Manrique de Lara, du 4 Janvier
      1561, dans _Lettres_, I, p. 168, note.]

      [Note 285: 3 mars 1561, _Lettres_, I, p. 587.]

      [Note 286: Mars 1561, _Lettres_, I, p. 581.]

      [Note 287: Mai 1561, _Lettres_, I, p. 597.]

Elle avait d'autres raisons d'en vouloir aux Guise. Ne prétendaient-ils
pas marier leur nièce, Marie Stuart, une veuve, à Don Carlos, fils
unique de Philippe II, alors qu'elle avait elle-même une fille à marier,
la petite Marguerite. Elle pressait la reine d'Espagne de rompre à tout
prix ce projet, car si l'infant épousait Marie Stuart et que Philippe II
vînt à mourir, elle serait, reine douairière sous cette reine régnante,
la femme la plus malheureuse du monde, tandis qu'elle assurerait sa vie
en mariant sa sœur, une autre elle-même[288], à l'héritier de son mari.
Catherine indiquait à sa fille un plan de sa façon pour écarter Marie
Stuart et pousser au premier rang Marguerite. Qu'elle engageât tout
d'abord la sœur de Philippe II, doña Juana, reine douairière du
Portugal, à prétendre pour elle-même à la main de son neveu.
Probablement Juana, parente si proche de Don Carlos et beaucoup plus
âgée que lui, repousserait cette suggestion, mais elle en serait tout de
même flattée et, reconnaissante à sa belle-sœur de vouloir la marier au
souverain en expectative, elle travaillerait à faire de Marguerite la
femme de Don Carlos. «Et me sanble que y devés mestre tous vos sin san
(cinq sens) pour fayre l'eun au (ou) l'autre mariage»[289].

      [Note 288: «Qui fust heun vous mesme», _Lettres_, I, p. 576, fin
      janvier 1561.]

      [Note 289: Fin janvier 1561, _Lettres_, I, p. 576.]

Comme les affaires de France seraient faciles à régler si Philippe II se
prêtait aux convenances de sa belle-mère! Ne devrait-il pas satisfaire
Antoine de Bourbon, en qui elle cherchait un support contre les Guise?
S'il ne voulait pas lui restituer la Navarre outre monts, dont Ferdinand
le Catholique s'était emparé en 1513, il pourrait lui donner une
compensation en Italie, Sienne ou la Sardaigne. Tout le monde gagnerait
à cet arrangement, même la religion catholique y trouverait son profit.
Elle ne disait pas comment et ne le savait pas. C'était une de ces
promesses vagues, dont elle prit l'habitude pour tâcher d'obtenir des
avantages certains.

Le gouvernement espagnol était bien résolu à ne faire ni cadeaux ni
mariages, uniquement pour complaire à Catherine, mais il se gardait de
dire non. Antoine de Bourbon fut si surpris de ne pas se heurter à un
refus catégorique qu'il commença naïvement à espérer, et, voulant donner
des gages à Philippe II, il cessa de montrer du zèle pour la cause
réformée. Mais tout irait bien plus vite, pensait Catherine, si elle
pouvait voir son gendre et lui parler. Elle était sûre de le convaincre
de l'opportunité de sa politique religieuse et de l'intérêt qu'il avait
à marier Don Carlos avec Marguerite et à indemniser le roi de Navarre.
Déjà en avril 1561, elle lui avait fait proposer une entrevue
immédiatement après le sacre[290]. De Reims elle reviendrait à Paris et
partirait immédiatement pour le Midi avec le roi de Navarre. On
s'expliquerait et tous les malentendus seraient levés. Philippe II
s'excusa. Homme d'État circonspect et lent et qui avait pour maxime de
«cheminer à pieds de plomb», il n'expédiait pas à la légère les intérêts
de l'Espagne et du catholicisme. Il avait fait dire et répéter à la
Régente que ses complaisances pour les réformés étaient dangereuses et
criminelles et elle avait répondu par des justifications qui étaient un
aveu et par des démentis que les justifications infirmaient. Il ne
voulait pas d'un tête-à-tête qui pourrait passer pour une approbation.

      [Note 290: Catherine à Élisabeth du 21 avril, _Lettres_, I, p.
      189.]

Catherine affirmait hardiment que tout allait bien en France... «pour le
fayst de la relygion», mais elle savait le contraire. Les religionnaires
violaient les édits qui défendaient les prêches publics ou privés; ils
s'assemblaient de jour, de nuit, même en armes. Dans le Midi, ils
rendaient aux catholiques coup pour coup. A Paris le bruit courut qu'ils
projetaient de troubler la procession solennelle du Saint Sacrement le
jour de la Fête-Dieu (15 juin). L'Édit du 19 avril était resté lettre
morte, les magistrats refusant d'appliquer une loi que le Chancelier
avait soustraite à l'enregistrement et les réformés la jugeant trop
rigoureuse et s'obstinant à réclamer des temples.

La Régente décida de faire de nouvelles concessions, mais de ne pas en
prendre seule la responsabilité. A Reims, le Cardinal de Lorraine, après
les reproches que l'on sait sur le «nonchaloir» dans l'application des
lois, l'avait engagée à faire délibérer sur la question religieuse les
princes, seigneurs et autres membres du Conseil privé avec les
présidents et conseillers du Parlement, et de «garder puis après
inviolablement ce qui serait arresté». Elle voulut tenter la chance et
obtenir d'une assemblée, qui serait presque toute catholique,
l'approbation de sa politique religieuse. Elle caressa les Guise, appela
le Duc à Paris pour escorter la procession de la Fête-Dieu; écrivit à
son ambassadeur en Espagne de recommander à Philippe II les intérêts de
Marie Stuart. Alors, se croyant sûre du résultat, elle mena le Roi et le
Conseil privé tenir séance au Parlement «pour adviser aux différends de
la religion en ce qui concernoit le fait d'estat»[291].

      [Note 291: La «grande consultation» de la Cour de Paris avait été
      précédée de dix jours de conférences juridico-théologiques entre
      le Parlement, le Clergé, la Sorbonne. Maugis, _Histoire du
      Parlement de Paris de l'avènement des rois Valois à la mort de
      Henri IV_, t. II, 1914, p. 29.]

Le Chancelier, fut bien obligé de reconnaître que les «troubles et
esmotions» pullulaient et multipliaient de jour en jour en ce royaume et
il pria l'Assemblée d'indiquer «quelque bon remède et propre» à y
pourvoir, mais il n'eut pas celui qu'il attendait. Après de longs débats
(23 juin-11 juillet 1561), cette «grande compagnie» fut d'avis à trois
voix de majorité d'interdire «sous peine de confiscation de corps et de
biens de faire aucuns conventicules et assemblées publiques ou privées
avec armes ou sans armes».

Conformément au vœu que la Reine avait provoqué, le Chancelier dressa
l'Édit de juillet (1561), qui interdisait l'exercice public ou privé du
culte réformé et déférait la connaissance des faits «de simple hérésie»
aux gens d'Église. Mais la peine de mort se trouvait d'une manière
implicite abolie, les hérétiques convaincus n'étant déclarés passibles
que du bannissement. L'Édit défendait «sur peine de la hart» les
injures, les irruptions «dans les maisons», «soubs quelque prétexte ou
couleur que ce soit de religion ou autre», et commandait aux
prédicateurs de «n'user en leurs sermons ou ailleurs de paroles
scandaleuses ou tendantes à exciter le peuple à esmotion». Enfin il
octroyait à nouveau grâce, pardon et abolition pour «toutes les fautes
passées procédans du faict de la religion ou sédition provenue à cause
d'icelle depuis la mort du roi Henri II, en vivant paisiblement et
catholiquement et selon l'Église catholique et observation
accoutumée»[292].

      [Note 292: Édit du 30 juillet dans Fontanon, _Edicts et
      Ordonnances des rois de France_, éd. 1611 t. IV, p. 264-265.]

D'ailleurs le gouvernement, avec une inconséquence généreuse, se
disposait à violer l'Édit qu'il venait de publier. Le ministre Merlin
écrivait, le 14 juillet 1561, aux fidèles: «Les moins puissans d'entre
nous auront occasion... d'estre assuretz en leurs maisons ou de leurs
voysins, jouissant de la prédication de la parole de Dieu». Il leur
faisait même prévoir «quelques aultres meilheures nouvelles» qu'il ne
voulait pas divulguer, de peur que «nos adversaires» ne pussent brasser
«les moyens de nous priver du bien qui nous peut revenir en les tenant
secrettes et cachées»[293]. A Saint-Germain, où la Cour s'était
installée au retour du sacre, «il se faist tousjours, écrit
l'ambassadeur d'Espagne Chantonnay, quelque presche en la maison de
quelque seigneur et dame, et s'est presché plus hardiment ces jours
passez dedans le chasteau de Saint-Germain qu'il n'y fust oncques devant
l'Édit»[294]. Le président du présidial de Poitiers, menacé d'une émeute
par les réformés s'il publiait l'Édit, consulta la Reine-mère qui lui
ordonna de le faire lire «au siège sans en faire la publication à son de
trompe, comme il est accoustumé», ajoutant: «Ne vous mectez en nulle
peyne d'en requérir l'observation si exacte».[295] La jurisprudence du
gouvernement était toujours plus libérale que la loi.

      [Note 293: Comte J. Delaborde, _Les protestans à la Cour de
      Saint-Germain, lors du colloque de Poissy_, 1874, p. 79.]

      [Note 294: _Mémoires de Condé_, t. II, p. 13 et 16, 31 août 1561.]

      [Note 295: 2 septembre 1561, _Lettres_, I, p. 233-234.]

La plupart des huguenots ne savaient aucun gré à Catherine de ses
complaisances. Ils avaient si vivement mené la campagne aux élections de
mai qu'ils eurent la majorité dans les ordres laïques aux États généraux
de Pontoise. Les sectaires et les gens à principes du parti jugèrent le
moment venu d'ôter la régence à la Reine-mère et d'en investir Antoine
de Bourbon, qui, nouveau David, fonderait la nouvelle Jérusalem[296].
Mais le roi de Navarre, alors tout occupé de gagner le roi d'Espagne,
repoussa leurs avances; et Coligny leur fit «approuver l'accord passé
entre la Reyne et le roi de Navarre pour le faict du gouvernement». Le
Clergé paya les frais de l'entente. Au château de Saint-Germain, où se
réunirent (26 août), pour la séance royale, les ordres laïques venus de
Pontoise et l'ordre ecclésiastique, assemblé à Poissy, l'orateur du
Tiers, Bretagne, vierg (maire) d'Autun, justifia la liberté de
conscience par le «grand zèle» que les sujets avaient «au salut de leurs
âmes». Il rappela au Roi que «le faict principal [le] plus précieux et
salutaire» de son office était «à l'exemple des bons roys, comme David,
Ezechias et Josias, de faire» qu'en son royaume «le vray et droict
service du Seigneur soit administré», et, en attendant, il réclama des
temples ou autres lieux à part pour ceux «qui croyent ne pouvoir
communiquer en saine conscience aux cérémonies de l'Église
romaine»[297]. L'orateur de la Noblesse appuya ce vœu. Le cahier du
Tiers proposait la confiscation des biens du Clergé comme un moyen qui
«surpassoit tous les autres en profict et commodité» pour rembourser les
emprunts de l'État. Le gouvernement profita des dispositions hostiles
des ordres laïques pour amener le Clergé, qui ne payait pas d'impôts
directs, à verser au Roi une subvention de 1 600 000 livres pendant six
ans et à prendre l'engagement d'amortir en dix ans les rentes de l'Hôtel
de Ville, autrement dit la dette publique[298]. C'est l'accord connu
sous le nom de Contrat de Poissy et qui fut définitivement arrêté le 21
septembre 1561[299].

      [Note 296: Sur la «similitude» du roi de Navarre avec David, voir
      une lettre de Renée de France, duchesse de Ferrare, _Opera
      Calvini_, XX, col. 271.]

      [Note 297: La Place, p. 146.]

      [Note 298: La ville de Paris faisait office de banque d'émission
      et recevait de l'État, pour le paiement des arrérages, la
      disposition de certaines taxes.]

      [Note 299: Louis Serbat, _Les assemblées du clergé de France_,
      Paris, 1906, p. 36.]

Catherine poursuivait un plus grand objet. La coexistence de deux
religions dans le même État apparaissait aux croyants de cette époque
comme l'affirmation sacrilège de deux vérités et aux politiques comme
une atteinte à l'unité nationale. «Nous... voyons, avait dit L'Hôpital
aux États d'Orléans, que deux François et Anglois qui sont d'une mesme
religion ont plus d'affection et d'amitié entre eux que deux citoyens
d'une mesme ville, subjects à un mesme seigneur, qui seroyent de
diverses religions»[300]. Aussi la tolérance, dans les idées du temps,
n'était pas un hommage aux droits de la conscience, mais la constatation
qu'une des deux confessions était impuissante à supprimer l'autre ou
qu'elle n'y réussirait qu'à la ruine de tout le peuple. Les protestants
ne pensaient pas autrement que les catholiques. S'ils fussent devenus
les maîtres en France, ils auraient travaillé à la décatholiciser. Quand
ils réclamaient le droit de bâtir des temples et de célébrer leur culte
en public, c'était avec l'espérance de faire assez de prosélytes pour
imposer légalement leur credo au reste du pays. Pour les mêmes motifs de
conscience, que renforçait la crainte des représailles, les catholiques
défendaient par tous les moyens leur suprématie dans l'État. L'histoire
de l'Europe éclaire d'un jour brutal la conception du siècle en matière
religieuse. L'Italie et l'Espagne catholiques avaient exterminé les
groupes épars de dissidents; l'Angleterre protestante comprimait
méthodiquement la majorité catholique; la Suède et le Danemark l'avaient
convertie de force. Quant à l'Allemagne, elle ne sortit de l'indivision
religieuse que par la division politique; l'accroissement de la
souveraineté des princes au préjudice du pouvoir impérial fut la
conciliation empirique de l'impossibilité matérielle de maintenir une
seule religion et de l'impossibilité morale d'en admettre deux. Le
Saint-Empire, État fédéral en droit, se transforma en une confédération
de fait pour permettre à deux et même trois confessions d'avoir chacune
son territoire: _Cujus regio hujus religio_.

      [Note 300: Lalourcé et Duval, _Recueil de pièces..._, t. I, p.
      58-59.]

Aussi les esprits sages et modérés ne voyaient d'autre remède au
morcellement politique ou à la persécution que l'union des Églises
rivales et, la jugeant nécessaire, ils l'estimaient possible. Catherine
se flattait de réussir là où Charles-Quint avec toute sa puissance avait
échoué. Depuis quelque temps elle préparait une rencontre des ministres
réformés avec les représentants de l'Église établie et elle y avait fait
consentir l'assemblée tenue en Cour de Parlement qui avait inspiré
l'Édit de juillet. Des six cardinaux présents à Poissy, trois étaient à
sa dévotion: le cardinal de Bourbon, par sympathie personnelle, le
cardinal de Tournon par vieille habitude d'obéissance, le cardinal de
Châtillon par dévouement à la Réforme. Le cardinal d'Armagnac était un
diplomate; le cardinal de Lorraine avait accepté, voulant jouer aux
réformés le tour de les mettre en contradiction avec les docteurs
luthériens qu'il ferait venir d'Allemagne; le cardinal de Guise était
toujours du même avis que son frère. La Reine espérait que théologiens
protestants et catholiques, mis en présence, débattraient leurs
différends et, comme en un congrès de diplomates, les régleraient par
des concessions réciproques.

Elle ne savait pas qu'au jugement d'un croyant le moindre désaccord est
capital, puisqu'il y va du salut éternel. Catholique de naissance et
d'éducation, elle pratiquait par habitude et par goût un culte dont le
cérémonial, la grandeur et l'éclat touchaient son imagination. Mais elle
prenait ailleurs ses règles de conduite. Dans les conseils de morale que
plus tard elle adressait à sa fille Marguerite, dans les explications
qu'elle donne de ses actes, elle n'invoque jamais que des raisons de
sagesse humaine. La religion n'avait pas pénétré jusqu'à son for
intérieur. Sa façon de concevoir les rapports de la créature avec le
Créateur était restée païenne. Les devoirs qu'elle rend à Dieu ne sont
pas une manifestation de reconnaissance et de tendresse, mais un choix
de moyens pour se concilier sa bienveillance ou apaiser sa colère. C'est
un échange. Elle n'est pas tourmentée par le mystère de l'au-delà. Elle
est incapable de regarder longuement en ce miroir de l'âme où la reine
de Navarre reconnaissait ses péchés et les grâces de Jésus-Christ, son
néant et son tout, à la fois humiliée de sa misère et ravie d'amour pour
l'époux divin qui l'en avait tirée[301]; elle n'a pas le sens religieux.
Il est étrange, mais il semble vrai, qu'ayant, pendant les vingt-cinq
premières années de sa vie en France, entendu sans aucun doute parler de
la répression de l'hérésie, elle n'ait pas songé à s'informer de
l'erreur des persécutés. La Réforme n'a commencé à l'intéresser que
lorsqu'elle apparut constituée en parti, mais ce n'est pas de la
doctrine qu'elle voulait s'instruire. Du retour à la pureté de
l'Évangile, du rétablissement du culte en esprit et en vérité, elle
avait un médiocre souci. Elle n'est pas hostile à ces nouveautés, elle y
est indifférente. Et c'est parce qu'elle ignore la force de
l'enthousiasme et du fanatisme qu'elle s'exagère l'action des chefs de
partis et croit que de leur bonne intelligence dépend la fin des
troubles. Aussi tenait-elle à montrer une Cour unie aux deux Églises
qu'elle voulait convaincre de l'inutilité de l'intransigeance. Elle
négocia la réconciliation du duc de Guise et du prince de Condé, qui se
fit solennellement en présence de toute la Cour. Les paroles d'accord
avaient été convenues d'avance et un secrétaire d'État requis pour
dresser le procès-verbal. «... Monsieur, dit le duc de Guise au Prince,
je n'ay ni ne voudrais avoir mis en avant aucune chose qui fust contre
vostre honneur et n'ay esté autheur, motif ne instigateur de vostre
prison. Sur quoy monsieur le prince de Condé a dit: Je tiens pour
meschant et malheureux celuy et ceux qui en ont été cause. Et la dessus
mondit sieur de Guise a respondu: Je le croy ainsi, cela ne me touche en
rien. Ce fait, le Roy les a priés de s'embrasser et, comme ils estoient
proches parens, de demeurer bons amis. Ce qu'ils ont faict et promis.»
(24 août)[302]. La trêve des partis était au moins assurée pendant le
colloque de Poissy.

      [Note 301: «_Le miroir de lame pecheresse, ouquel elle recongnoit
      ses faultes et pechez aussi les graces et benefices a elle faicts
      par Jesuchrist son epoux_». Alençon, 1531; et dans l'édition de
      Paris, 1533: «_auquel elle voit son néant et son tout_».]

      [Note 302: _Histoire ecclésiastique des Églises réformées_, I, p.
      522-523.]

Sur l'invitation du roi de Navarre, les Églises réformées de France
avaient député à Poissy, entre autres représentants, des ministres
chargés de débattre avec les docteurs catholiques les points de doctrine
et les moyens d'entente. Calvin, trop caduc pour faire le voyage et que
le gouvernement d'ailleurs eût craint de ne pouvoir protéger contre un
attentat catholique, avait envoyé à sa place Théodore de Bèze, son
éloquent coadjuteur. De Suisse vint un des plus savants théologiens de
l'Église réformée, Pierre Vermigli, autrement dit Pierre Martyr, Italien
de naissance, chassé de son pays par la persécution et alors pasteur à
Zurich. Bèze, le lendemain de son arrivée, fut «esbahi», suivant sa
propre expression, de trouver le soir, chez le roi de Navarre où il
était attendu, la Reine-mère elle-même avec Condé, les cardinaux de
Bourbon et de Lorraine, Mme de Crussol et une autre dame. Aux assurances
qu'il lui donna de «servir» avec ses compagnons «à Dieu et à Sa Majesté
en une si sainte et nécessaire entreprise», elle, «avec un fort bon
visage» «respondit qu'elle serait très aise d'en veoir un effect si bon
et heureux que le royaume en peust venir à quelque bon repos»[303]. Le
cardinal de Lorraine immédiatement attaqua Bèze sur le dogme de
l'Eucharistie, mais il le fit sans aigreur, en s'excusant même d'être
«rude en ces affaires», comme un grand seigneur qui parle devant des
princes et une Reine, et qui a grand désir de conciliation. Bèze montra
même volonté, convenant que bien que «le corps [du Christ] soit
aujourd'huy au Ciel et non ailleurs..., toutefoys aussi véritablement
nous est donné ce corps et receu par nous moyennant la foy en vie
éternelle». Le Cardinal, qui, dit-on, ne croyait guère au changement du
pain et du vin en corps et sang de Jésus-Christ, effleura la question de
la transsubstantiation et, préoccupé avant tout de la foi en la présence
réelle, il put croire, après la déclaration de son interlocuteur, que
sur ce point fondamental ils s'entendaient. «Je le croy ainsi, madame,
dit-il à Catherine, et voilà qui me contente». «Alors, raconte Bèze, me
tournant vers la Reine, voilà donc ces sacramentaires si longtemps
tourmentés et chargés de toutes sortes de calomnies»[304]. Sous ce nom
de sacramentaires les catholiques englobaient diverses sortes de
dissidents, bien à tort d'ailleurs. En effet, les disciples de Zwingle
ne voyaient dans la Cène qu'une commémoration du sacrifice expiatoire du
Sauveur, mais pour les calvinistes elle était une vraie participation,
quoique purement spirituelle, au corps et au sang de Jésus-Christ. Bèze
relevait avec ironie l'erreur des adversaires de son Église. Catherine,
attentive à tout indice de rapprochement, souligna sa protestation.
«Escoutez-vous, dit-elle, monsieur le Cardinal? Il dit que les
sacramentaires n'ont point aultre opinion que ceste cy à laquelle vous
accordez.» Après quelques autres propos «touchant l'accord et union», la
Reine-mère s'en alla «fort satisfaite». Les jours suivants, elle se
montra très aimable, elle demanda ou fit demander des nouvelles de
Calvin, de son âge, de sa santé, de ses occupations. Elle s'enquit avec
intérêt de Pierre Martyr Vermigli, son compatriote, qui n'arriva qu'un
peu plus tard. Elle permit à Bèze de prêcher au logis du prince de Condé
et de l'Amiral. Elle crut que les docteurs des deux confessions
parviendraient à s'entendre.

      [Note 303: Bèze, dans la lettre à Calvin du 25 août, _Calvini
      Opera Omnia_, t. XVIII, col. 631-632, se contente de dire qu'il
      lui déclara la cause de sa venue, «à quoi elle me respondit très
      humainement».]

      [Note 304: Lettre de Bèze dans les _Calvini Opera Omnia_, XVIII,
      col. 63-633. La lettre est en français et toutefois cette phrase
      adressée à la Reine est en latin: Catherine comprenait donc cette
      langue.]

Mais elle se faisait illusion. Catholiques et réformés avaient même fin
qui était de détruire l'Église rivale. Bèze remontrait à Condé, le jour
de son «apoinctement» avec Guise, que «quant à sa querelle
particuliere»... il «(Condé) savoit assez à qui il en faloit remettre la
vengeance. Mais que nul ne povoit estre tenu pour amy de Dieu s'il ne se
declairoit ennemy des ennemys jurez d'iceluy et de son Église en ceste
qualité»[305]. L'Église gallicane se sentait même devoir contre les
hérétiques. Elle autorisa, par zèle catholique, l'établissement en
France de l'ordre des jésuites que jusque-là elle avait repoussé, en
haine de ses principes ultramontains. Elle avait consenti à entendre les
novateurs en leur justification, mais comme un tribunal chargé de
prononcer l'arrêt. Les ministres réformés sollicitèrent du Roi la
déclaration «que les evesques, abbés et ecclésiastiques» ne fussent
point leurs «juges», attendu qu'ils étaient leurs «parties». Mais la
Reine-mère estima que «pour lors il n'estoit expedient» de délivrer cet
acte, «joinct qu'ils se devoient bien contenter de sa simple parole et
promesse que les dits ecclésiastiques ne seroient aucunement juges en
cette partie»[306].

Le clergé catholique n'admettait point d'égalité. Il attendit les
défenseurs de l'hérésie dans le réfectoire des nonnains de Poissy, lieu
ordinaire de ses séances. Cardinaux, évêques, docteurs occupaient,
chacun à son rang, les deux côtés de la salle. Au fond, dominant
l'assemblée, siégeaient sur un échafaud, le Roi, la Reine-mère,
Monsieur, frère de Charles IX, Marguerite, sa sœur et le roi et la reine
de Navarre. Après un discours du Chancelier sur les avantages que le Roi
se promettait de cette réunion, les ministres furent introduits. Ils
apparurent dans leur simple et sévère costume, escortés par le duc de
Guise et les archers, et se rangèrent debout le long d'une barrière qui
les séparait des docteurs catholiques assis[307]. (9 septembre 1561).

Théodore de Bèze exposa la doctrine de l'Église réformée[308]. Il dit en
quoi elle s'accordait avec celle de l'Église romaine, en quoi elle s'en
distinguait, et franchement il aborda la question de l'Eucharistie.
Jusque-là l'admiration, mêlée de surprise, de sa parole élégante et
noble, forte et précise, avait contenu les passions de l'auditoire, mais
quand il en vint à dire que le corps du Christ «est esloingné du pain et
du vin, autant que le plus haut ciel est esloingné de la terre»[309], un
murmure de protestation s'éleva. Le cardinal de Tournon dit au Roi et à
la Reine: «Avez-vous ouï ce blasphème?» Bèze, entendant cette rumeur,
resta un moment «étonné». Quand il eut fini, le cardinal de Tournon
«pria le Roy, la Reine mère et l'assistance de n'adjouster pas foy aux
erreurs qu'ils avaient ouïes!» Catherine, embarrassée, répondit «que le
Roi, son fils, et elle vouloient vivre et mourir en la foy catholique,
en laquelle avoient vécu ses prédécesseurs Roys de France»[310].

      [Note 305: Bèze à Calvin, 25 août 1561, _Calvini Opera omnia_, t.
      XVIII, col. 631.]

      [Note 306: _Histoire ecclésiastique_, t. I, p. 553-555.]

      [Note 307: Sur le colloque, ajouter aux références indiquées par
      La Ferrière, _Lettres de Catherine_, I, 238, De Ruble, _Le
      Colloque de Poissy septembre-octobre 1561_, dans _Mémoires de la
      Société de l'Histoire de Paris_, XVI, 1889.]

      [Note 308: Le discours de Bèze dans _Calvini Opera omnia_, XVIII,
      col. 688-702.]

      [Note 309: _Ibid._, col. 699.]

      [Note 310: Relation de Claude Despence, un des docteurs
      catholiques insérée par De Ruble dans les _Mémoires de la Société
      de l'Histoire de Paris_, t. XVI, 1889, p. 29. C. _Histoire
      ecclésiastique_, I, p. 578.]

Le lendemain Bèze lui écrivit pour s'expliquer. On accusait à tort les
réformés de vouloir «forclorre (mettre hors) Iesus Christ de la Cene,
[ce] qui seroit une impiété toute manifeste.... Et de faict, s'il estoit
autrement, ce ne seroit point la Cene de nostre Seigneur».... «Mais il y
a grande différence de dire que Iesus Christ est présent en la Saincte
Cène, en tant qu'il nous y donne véritablement son corps et son sang, et
de dire que son corps et son sang soyent conjoincts avec le pain et le
vin»[311]. Catherine aurait mieux aimé qu'il ne distinguât point. Bèze,
écrivait-elle à son ambassadeur à Vienne, «s'oublia en une comparaison
si absurde et tant offenssive des oreilles de l'assistance que peu s'en
fallut que je ne luy imposasse silence et que je ne les renvoyasse tous
sans les laisser passer plus avant»[312]. Le cardinal de Lorraine se
prévalut de la «comparaison». Dans sa réplique du 16 septembre, au nom
du Clergé, il s'attacha presque uniquement aux deux points qui
divisaient le plus: l'autorité doctrinale de l'Église et des Conciles et
le dogme de l'Eucharistie et il concentra son effort à établir contre
l'opinion de ces nouveaux hérétiques la présence réelle, substantielle
et charnelle du corps et du sang de Jésus-Christ. «... A tout le moins,
s'écria-t-il en s'adressant aux ministres, de ce différent ne refusés
l'Église Grecque pour juge si tant vous abhorrés la Latine, c'est-à-dire
Romaine, recourant à une particulière puisque l'universelle vous
deplaist. Que dyray-je Grecque? Croyez-en la confession Augustane (la
confession d'Augsbourg)[313] et les Églises qui l'ont receue. De toutes
incontinent vous vous trouverez convaincus»[314].

Bèze aurait voulu répondre, mais on ne le lui permit pas. C'en était
fait des tentatives d'union. L'arrivée d'un légat, le cardinal de
Ferrare, Hippolyte d'Este, chargé d'annoncer la réunion prochaine d'un
Concile général, aurait empêché toute transaction, même si l'Église
gallicane y eût été disposée. Catherine réduisit le Colloque à un débat
obscur entre théologiens à portes closes. Lainez, second général des
Jésuites, qui avait accompagné le légat, lui dit en face «que si elle ne
chassoit telles gens sentants mal de la Religion chrestienne, ils
gasteroient le royaume de France». Il parlait avec tant de «vehemence à
la mode italienne qu'il fit venir les larmes aux yeux de la Reine mère,
à ce qu'on dit»[315].

      [Note 311: _Calvini Opera omnia_, t. XVIII, col. 703.]

      [Note 312: _Lettres_, t. I, p. 608, 14 septembre.]

      [Note 313: Luther, en effet, admettait comme les catholiques la
      présence réelle de Jésus-Christ dans l'Eucharistie, sous les
      espèces du pain et du vin (consubstantiation), tout en rejetant le
      dogme catholique du changement du pain et du vin en corps et sang
      de Jésus-Christ (trans-substantiation).]

      [Note 314: _Histoire ecclésiastique_, T. I, p. 160.--La Place, p.
      176.]

      [Note 315: Relation de Claude Despence, _Mémoires de la Société de
      l'Histoire de Paris_, XVI, p. 39.]

Elle s'obstina pourtant dans la politique de tolérance qui était son
œuvre et qu'elle se flattait de mener à bien. Elle mettait son orgueil à
résister à la pression des triumvirs et de l'Espagne. Sa grande crainte,
écrit le nonce Prosper de Sainte-Croix, qui avait rejoint le Légat,
c'est de paraître «gouvernée». L'Amiral lui savait gré de ses bonnes
intentions. Condé s'effaçait derrière son frère aîné et celui-ci,
uniquement préoccupé de ses ambitions navarraises, se désintéressait des
affaires de France. Elle n'en était que plus disposée à favoriser les
chefs protestants.

Peut-être aussi a-t-elle pu croire que l'avenir était à la cause de la
Réforme et a-t-elle voulu s'y ménager la première place. Les progrès de
la jeune Église étaient prodigieux. Les masses restaient fidèles au
catholicisme, mais une partie de la bourgeoisie et de la noblesse
faisait défection. La politique avait autant de part à ces conversions
que les raisons de conscience; la haine des Guise avait fait autant de
huguenots d'État que le pur Évangile de huguenots de religion. La mode
aussi s'en mêlait. Il n'était, dit Blaise de Monluc, fils de bonne mère
qui ne voulût en être. Le curé de Provins, Claude Haton, exagère quand
il évalue les protestants au quart de la population, mais il est vrai
qu'ils étaient nombreux dans toutes les provinces et dans toutes les
classes. Au premier synode national de Paris en 1558, onze églises
seulement étaient représentées; deux ans après, la Provence seule en
comptait soixante. Coligny avait présenté requête à l'Assemblée de
Fontainebleau pour 50 000 fidèles de Normandie; à Poissy, 2 500 églises
réclamaient le droit de bâtir des temples. Le Colloque, cette sorte de
reconnaissance officielle de la nouvelle religion, accrut encore
l'audace et les espérances des réformés[316]. Catherine avait à son
service des dames et des hommes qui étaient des adversaires plus ou
moins déclarés de la vieille Église: Claude de Beaune, mariée au
seigneur du Goguier, commise à la recette et distribution de ses
deniers; Chastelus, abbé de La Roche, son maître des requêtes;
Feuquières, son écuyer; Hermand Taffin, un de ses gentilshommes
servants. Elle avait pour intime amie Jacqueline de Longwy, duchesse de
Montpensier, qui ne voulut pas mourir (août 1561) sans avoir conféré
avec un ministre «du faist de sa conscience». Une de ses favorites, la
spirituelle et galante Louise de Clermont-Tonnerre, comtesse de Crussol,
n'était pas contraire aux nouveautés, et Soubise, avec qui elle aimait à
se moquer du culte des images, y était tout à fait favorable. Le prélat
dont elle appréciait le plus l'intelligence, Jean de Monluc, ce frère si
dissemblable du rude soldat qui a écrit les _Commentaires_, longeait les
limites de l'orthodoxie que le cardinal de Châtillon avait, sans le
dire, déjà franchies. Les événements de ces derniers mois avaient
approché ou rapproché d'elle les grandes dames et les princesses
protestantes: Renée de France, duchesse douairière de Ferrare, Mme de
Roye et sa fille, la princesse de Condé, Mme l'Amirale, la marquise de
Rothelin, mère du jeune duc de Longueville, et enfin la reine de
Navarre, Jeanne d'Albret, arrivée le 29 août 1561 à Saint-Germain pour
surveiller les infidélités de son mari et les intérêts de la
Réforme[317]. Est-il excessif de croire que, vivant en ce milieu ardent,
Catherine ne s'en soit pas quelque peu ressentie.

      [Note 316: _Lettres de Catherine_, t. I, Introd., p. CVIII et
      CIX.]

      [Note 317: Elle n'abjura publiquement la religion romaine qu'à la
      Cène de Noël 1561, à Pau; mais déjà en avril 1561 elle envoyait un
      ministre à Tournon pour y organiser l'Église réformée (_Calvini
      Opera omnnia_, XVIII, col. 433.)]

Faut-il y ajouter l'action d'un homme? Bèze, on l'a vu, était un
prêcheur éloquent. Son exposition débarrassée du fatras scolastique,
alerte et claire, rendait accessible aux gens de Cour les discussions
théologiques. Claude Haton, un ennemi, parle de sa «langue diserte et
bien affillée», de son «beau et propre vulgaire françoys» et reconnaît,
tout en se moquant, la force de son action oratoire. Il «triompha,
dit-il, de cacqueter, ayant la mine et les gestes attrayans les cœurs et
vouloirs de ses auditeurs»[318]. Les princes et les seigneurs, raconte
un témoin, couraient à ses prêches; les courtisans l'escortaient comme
un roi: les pages et les valets s'agenouillaient sur son passage. La
Reine elle-même avait voulu l'entendre et y avait pris «grand
goust»[319]. Le lendemain de la harangue du cardinal de Lorraine,
peut-être pour apaiser Bèze, à qui on refusait le droit de répliquer,
elle lui parla très familièrement»--c'est lui-même qui l'écrit à
Calvin--et lui donna de grandes espérances (_spem mihi magnam
fecit_)[320]. Le jour d'après, elle le fit venir encore chez elle avec
Pierre Martyr et leur recommanda d'employer tous leurs moyens pour
arriver à un accord[321]. Le roi de Navarre et l'Amiral obtinrent de
Calvin qu'il laissât en France quelque temps encore ce personnage si en
faveur. Catherine l'avait prié de rester. «La Reine, je ne sais comment,
me voit volontiers, dit-il, elle l'a affirmé à beaucoup de personnes et,
au vrai, j'en ai la preuve»[322]. L'Édit de juillet n'avait pas été plus
appliqué que les édits précédents. «Enfin j'ai obtenu grâce à Dieu,
écrivait Bèze à Calvin le 30 octobre 1561, qu'il soit permis à nos
frères de tenir leurs réunions en toute sécurité, mais seulement par
autorisation tacite jusqu'à ce qu'un édit solennel nous fasse des
conditions meilleures et plus assurées»[323]. Mais au lieu de
s'assembler 2 à 300, chiffre qu'ils ne devaient pas dépasser, ils
affluaient en nombre de 2 à 3000 et quelquefois 10000. Le prince de La
Roche-sur-Yon, gouverneur de Paris, sous prétexte qu'il n'avait d'ordre
que pour réprimer les émeutiers, protégeait ces conventicules et ses
soldats arrêtaient ou frappaient les catholiques qui essayaient de les
troubler[324]. «Grâces à Dieu, remarquait Bèze, les choses sont bien
changées en peu d'heures, estans maintenant faicts gardiens des
assemblées ceux la mesme qui nous menoyent en prison». Mais il craignait
qu'il n'y eût des fidèles dont l'impatience détruirait «plus en un jour»
qu'il n'avait bâti «en un moys»[325]. Et en effet le Conseil du roi,
pour arrêter cette licence, prépara un édit qui n'autorisait les
réunions que dans les faubourgs des villes et en dehors des jours de
fête. Bèze, prévenu un peu tard, au retour d'une course à Paris,
déclarait à Calvin que s'il avait été à Saint-Germain, il aurait
peut-être empêché cette mesure[326]. Quand il sut que les restrictions
étaient pires encore et qu'il faudrait s'assembler, non pas dans les
faubourgs, mais à deux cents pas des murailles des villes, il protesta
qu'il ferait supprimer cet article[327]. À qui pouvait-il demander
pareille concession? Est-ce à L'Hôpital, dont il parlait avec tant de
mépris en août: «Le chancelier que vous savez» et qu'il avait l'air de
considérer comme un faux frère?[328] Était-ce au lieutenant-général si
versatile et si mou et alors en coquetterie avec les Espagnols? Quelle
autre personne que la Reine était capable d'imposer à un Conseil en
grande majorité catholique l'amendement d'un édit défavorable aux
réformés?

      [Note 318: Claude Haton, curé de Provins, _Mémoires_ (1553-1582),
      publiés par Félix Bourquelot (Coll. des Doc. inédits), 1857, t. I,
      p. 156.]

      [Note 319: De Ruble, _Mémoires de la Société de l'Histoire de
      Paris_, t. XVI, p. 8.]

      [Note 320: _Calvini Opera omnnia_, t. XVIII, col. 722.]

      [Note 321: _Ibid._, col. 725.]

      [Note 322: À Calvin, _ibid._, t. XIX, col 97.]

      [Note 323: _Ibid._, col. 88.]

      [Note 324: Languet, _Arcana_, liv. II, p. 155. Journal de
      Bruslart, _Mémoires de Condé_, I, p. 59.]

      [Note 325: Bèze à Calvin, 4 nov., _Calvini Opera omnnia_, t. XIX,
      col. 96-98.]

      [Note 326: 9 novembre, _ibid._, col. 109.]

      [Note 327: _Ibid._, col. 141, 29 novembre 1561.]

      [Note 328: Calvin qualifie le début du discours de L'Hôpital à
      l'assemblée de Fontainebleau de «_Præfatio adulationis putidæ_»
      (Préface d'adulation fétide); Calvin à Bullinger, 1er octobre
      1560, _Calvini Opera omnia_, t. XVIII. col. 206. Bèze, lors du
      Colloque de Poissy, écrivait à Calvin, 25 août 1561: «Le
      chancelier que savez... vouloit avoir l'honneur de m'avoir
      introduict. Force me fut de le suyvre, mais ce fut avec un tel
      visage qu'il cognut assez que je le cognoissoys», _Calvini Opera
      omnia_, t. XVIII, col. 630.]

Philippe II s'irritait de tant de complaisances, persuadé qu'une
mutation de religion en France tendait «à la destruction et brouillerie
de ses États»[329]. «.... Il luy touche autant qu'à personne, écrivait
Élisabeth à sa mère, car stant France lutérien (entendez calviniste),
Flandres et Espagne ne sont point loin.» Aussi lui mettait-elle le
marché à la main: ou elle s'allierait avec Philippe II contre les
protestants, ou Philippe II s'allierait contre elle avec les catholiques
français[330]. Chantonnay faisait même déclaration à Charles IX. Les
Guise, pour marquer leur mécontentement, quittèrent la Cour (fin
octobre). Ils avaient, dit-on, projeté pis. Quelques jours avant leur
départ, le duc de Nemours (Jacques de Savoie), qui par amour,
croyait-on, de la duchesse de Guise, était tout dévoué à son mari,
proposa, au frère puîné du jeune roi, Édouard-Alexandre, de l'emmener en
Lorraine ou en Savoie[331]. C'était pour l'opposer à la Reine-mère si
elle passait avec Charles IX au protestantisme. Monsieur, le duc
d'Orléans (plus tard Henri III) était celui de tous ses enfants que
Catherine aimait le plus. Tout émue, elle dénonça cette tentative de
rapt à Philippe II[332]. Elle demanda des explications à Guise, qui
froidement répondit qu'il ne savait rien.

      [Note 329: Lettre de l'ambassadeur de France en Espagne à
      Catherine du 30 octobre 1561, _Lettres_, t. I, p. 601, note.]

      [Note 330: Réponse de la reine d'Espagne à une lettre de Catherine
      de juillet 1561, _Lettres_, t. I, p. 600 note.]

      [Note 331: Voir les réserves que fait Noël Valois dans le _Projet
      d'enlèvement d'un enfant de France_, (Bibliothèque de l'École des
      Chartes, t. LXXV, 1914), p. 140.]

      [Note 332: _Lettres_, t. I, p. 245-246, et la lettre de l'évêque
      de Limoges, _ibid._, p. 250.]

En même temps les nouvelles des Pays-Bas, d'Allemagne, de Rome,
annonçaient une guerre prochaine entre la France et l'Espagne. Catherine
était affolée[333]. Serait-il possible que son gendre eût pareil
dessein, demandait-elle à son ambassadeur à Madrid? «Toutefois, je ne
veulx riens croire, tant je l'estime prince de vérité, de vertu et de
parolle, ne pouvant me persuader qu'il soit pour entreprendre une guerre
sans juste occasion»[334]. Avec sa fatuité de femme, Catherine,
convaincue que, si elle le voyait, elle le gagnerait à sa politique,
remettait en avant le projet d'entrevue. Mais le roi d'Espagne, qui ne
l'avait d'abord accusée que d'imprudence, commençait à douter de sa
bonne foi.

      [Note 333: A l'évêque de Limoges, _Lettres_, t. I, p. 253 et
      surtout p. 267 (4 janvier 1562).]

      [Note 334: _Lettres_, t. I, p. 252, novembre 1561.]

Elle se montrait toujours plus indocile aux conseils, ou, si elle en
demandait, c'était en faisant ses conditions. «Cella s'entend autre
advis que la force, écrit-elle à son ambassadeur à Madrid, car je ne
veulx pas empirer le marché, ne moings avoir affaire des estrangiers,
mais eschapper le temps, s'il est possible, sans laisser rien gaster
irremediablement attendant l'aage (la majorité) de mon fils». Et elle
ajoute de sa main: «... Je ne veos (veux) ni ne suys conselleyé de venir
aus arme» [contre les réformés][335]. Elle inclinait plus que jamais du
côté des chefs protestants: Coligny, d'Andelot, Condé, la reine de
Navarre; elle permettait que les édits fussent violés sous ses yeux.
Bèze annonçait à Calvin, le 25 novembre, de Saint-Germain où était la
Cour, qu'ils avaient commencé à y établir une église et que le dimanche
suivant, Dieu aidant, ils célébreraient la Cène. Il lui parlait avec
enthousiasme des trois fils de la Reine. Sache qu'ils sont «d'un naturel
admirable et tel qu'on peut le souhaiter vu leur âge, sans en excepter
même le puîné (Henri) à qui la tentative [de rapt] a admirablement
profité»[336]. La proposition du duc de Nemours avait eu en effet le
résultat inattendu de dégoûter ce petit prince de dix ans du
catholicisme. Il «criait» «sans cesse» à sa jeune sœur Marguerite, qui
le raconte dans ses Mémoires, de changer de religion: il lui prenait ses
_Heures_ pour les jeter au feu, et lui donnait des psaumes et prières
huguenotes. La fillette allait avec sa gouvernante trouver le cardinal
de Tournon, qui remplaçait les _Heures_ et y ajoutait des chapelets.
Alors, dit-elle, «mon frère et ces autres particulières ames, qui
avoient entrepris de perdre la mienne, me les retrouvant, animez de
courroux m'injurioient, disants que c'estoit enfance et sottise qui me
le faisoit faire.. Et mon frère y adjoustant les menaces disoit que la
Royne ma mère me feroit fouetter; ce qu'il disoit de luy-mesme, car la
Royne ma mère ne sçavoit point l'erreur où il estoit tombé»[337]. Il est
peu croyable que Catherine fût si mal instruite des actions de son fils
le plus cher; elle a probablement fermé les yeux sur cet accès de
«huguenoterie», qui était une sauvegarde de plus contre une nouvelle
velléité d'enlèvement. Ce prosélytisme d'enfants donne l'idée d'une
«Cour infectée d'hérésie». Le nonce Prosper de Sainte-Croix rapportait à
la Cour de Rome, le 15 novembre, que dans une mascarade le jeune Roi
avait paru déguisé avec une mitre sur la tête pour se moquer de l'ordre
du clergé[338].

      [Note 335: Lettre du 28 novembre 1561, _Lettres_, I, p. 612.]

      [Note 336: _Calvini Opera omnia_, XIX, col. 131.]

      [Note 337: _Mémoires et lettres de Marguerite de Valois_, publiées
      par Guessard, Paris, 1842, p. 6.]

      [Note 338: Lettre de Prosper de Sainte-Croix, du 15 novembre 1561,
      dans Aymon, _Tous les synodes_, I, p. 15.]

Un jour, probablement de novembre aussi, Charles IX, causant avec la
très huguenote Jeanne d'Albret, s'étonna que le roi de Navarre le suivît
à la messe et, sur la réponse que c'était par marque de déférence, il
déclara qu'il l'en dispensait volontiers et que, quant à lui, il y
allait pour faire plaisir à sa mère[339]. Catherine tenait la main à
l'observation des pratiques, mais Bèze devait croire que c'était sans
bonne foi. «Je t'assure, écrivait-il à Calvin le 16 décembre, que cette
Reine, _notre Reine_, est mieux disposée pour nous qu'elle ne le fut
jamais auparavant». Et il ajoutait: «Plût à Dieu que je pusse sous le
sceau du secret t'écrire de ses trois fils nombre de choses que
j'entends dire d'eux par des témoins sûrs. Assurément ils sont tels pour
leur âge que tu ne pourrais même le souhaiter»[340].

Catherine allait emportée par son élan, mais elle commençait à
s'effrayer de son audace. Dans une lettre écrite à sa fille, la reine
d'Espagne, au moment où elle se compromettait le plus avec les
protestants, elle passe tout d'un coup de combinaisons matrimoniales à
l'instabilité du bonheur et au danger que l'on court en ne servant pas
Dieu comme on doit et en l'oubliant parmi les «plésir», «ayse» et
«jeoye» qu'il donne. «... Retournés tousjour à lui, reconesés [vous] de
luy et que san luy vous ne seriés ne (ni) pouriés rien, afin qu'i (de
peur qu'il) ne vous envoy de ses verge pour le vous faire reconestre
comme il a faist ha (à) vostre bonne mère»[341]. Il fallait un danger
bien pressant pour incliner son orgueil devant ce maître tout-puissant
et jaloux. Mais elle ne laissait pas d'employer les moyens humains de
défense.

      [Note 339: Conversation racontée par Jeanne d'Albret à
      Throcmorton, ambassadeur d'Angleterre en France et rapportée par
      celui-ci à sa souveraine, Élisabeth d'Angleterre, dans une dépêche
      du 26 novembre 1561 (_Calendar of state papers, foreign series, of
      the reign of Elizabeth_, 1561-1652, p. 415, publié par Joseph
      Stevenson, Londres, 1866).]

      [Note 340: _Calvini Opera omnia_, t. XIX, col. 178, 16 décembre
      1561.]

      [Note 341: _Lettres_, I, p. 612.]

Inquiète de l'agitation des catholiques et des menaces de l'Espagne,
elle voulut savoir de quelles forces militaires les réformés pourraient
l'assister, le cas échéant. L'Amiral s'entremit avec beaucoup de zèle.
On constata qu'il y avait plus de «deux mille cent cinquante églises»
établies, et en leur nom les députés et les ministres présents à Paris
adressèrent une requête au Roi pour avoir des temples, offrant «tous
services... de leurs biens et personnes à leurs propres despens, s'il en
avoit besoin». Mais cette promesse générale de dévouement ne suffisait
pas à la Reine. Coligny, pour la contenter, fit décider, dans une
réunion des chefs du parti et des ministres, que chaque église serait
invitée à dresser à l'heure du prêche la liste des hommes de pied et de
cheval prêts à défendre le royaume contre les étrangers, au cas où il
serait attaqué pour le motif de la religion.

Bèze, qui s'était prononcé contre ce projet de dénombrement pour des
raisons qu'il ne nous a pas dites, reconnaissait toutefois que les
calomnies n'étaient pas à craindre, car rien n'était fait en cachette ni
sans patronage (_sine auspiciis_), bien que la Reine ne voulût pas être
nommée[342]. Mais beaucoup d'églises, surprises ou même alarmées de
cette invitation, ne répondirent pas ou firent des objections.
Quelques-unes et même des provinces entières s'organisèrent ou, comme la
Haute-Guyenne et le Limousin, étaient déjà organisées pour la défense ou
pour l'attaque--et ce n'était pas seulement contre l'Espagnol.

      [Note 342: Lettre de Bèze à Calvin du 6 janvier 1562, _Calvini
      Opera omnia_, XIX, col. 238-239.--_Histoire ecclésiastique_, I, p.
      168. Les indications de Bèze et de l'_Histoire ecclésiastique_,
      sans concorder absolument, ne se contredisent pas.]

Cet appel à l'aide était grave; il encourageait la minorité dissidente à
s'armer, il surexcitait les craintes de la majorité catholique. Dans le
Midi, les passions religieuses faisaient rage; les huguenots du
Sud-Ouest chassaient ou tuaient les moines et brisaient les images;
leurs adversaires massacraient en tas. Le baron de Fumel fut assassiné
par ses paysans, qui étaient de la religion (24 novembre 1561)[343].
Quelques jours auparavant (19 novembre 1561), la populace de Cahors
avait assailli, enfumé et égorgé une trentaine de réformés qui
célébraient le culte dans un de leurs logis. Mêmes violences menaçaient
le reste du royaume. À Paris il y eut une bagarre sanglante. Avec le
consentement tacite de la Régente, les protestants s'assemblaient,
malgré les édits, au quartier de l'Université, hors de la porte
Saint-Marcel, tout près de l'église Saint-Médard, «en une maison appelée
le Patriarche». Le lendemain de la Noël (26 décembre), le clergé de la
paroisse, pour empêcher le prêche du ministre, fit sonner les cloches à
toute volée. Un réformé alla leur dire de cesser ce bruit assourdissant;
il fut tué; ses compagnons forcèrent l'entrée de l'église, battirent et
blessèrent des fidèles et des prêtres. Le guet survenant arrêta les
provocateurs, laïques ou clercs, et les conduisit en plein jour aux
prisons du Châtelet. Cet emprisonnement de prêtres fit scandale parmi la
population parisienne furieusement catholique. Le Parlement évoqua
l'affaire, relâcha immédiatement les ecclésiastiques et, quelques mois
plus tard, il fit pendre le chevalier du guet, par forme de réparation
(21 août 1562).

      [Note 343: Sur l'anarchie en Guyenne, voir Courteault, _Blaise de
      Monluc, historien_, 1908, p. 402. Courteault place le massacre de
      Cahors le 16.]

La Reine-mère était bien obligée de reconnaître que «les troubles et
séditions» s'étaient, «au lieu de s'apaiser, de beaucoup augmentés en
divers endroits de ce royaume», mais elle ne se demandait pas si le
droit qu'elle s'arrogeait de suspendre les lois qu'on venait de publier
n'en était pas en partie cause. Elle escomptait toujours l'effet
adoucissant d'un nouvel édit. Elle fit venir à Saint-Germain les
«principaulx et plus notables présidens et conseillers des Cours
souveraines» pour y délibérer avec le Conseil privé sur les moyens de
pacification. Le Roi en personne ouvrit les délibérations. Le chancelier
de L'Hôpital, avec un optimisme déconcertant, affirma que, depuis le
début des troubles, la situation du royaume n'avait jamais été
meilleure[344]. Généreusement il repoussa l'idée que le Roi dût se
déclarer pour un parti et exterminer l'autre, comme contraire à la
«profession» de chrétien et à l'humanité, et comme irréalisable dans
l'état de division du pays et des familles. Les remèdes employés
jusqu'ici contre le mal étant restés sans effet, il demandait à la
compagnie de déclarer si, oui ou non, elle était d'avis d'en essayer un
nouveau, qui était la liberté pour les prédicants de tenir des
assemblées. Qu'elle ne se méprît point d'ailleurs sur son rôle. «Le Roy,
dit-il, ne veut point que vous entriez en dispute quelle opinion est la
meilleure: car il n'est pas ici question _de constituenda religione sed
de constituenda republica_; et plusieurs peuvent estre _Cives qui non
erunt christiani_; mesmes un excommunié ne laisse pas d'estre
citoyen»[345].

      [Note 344: Il y a deux textes de ce discours, l'un dans Aymon,
      _Tous les synodes nationaux des églises réformées de France_, La
      Haye, 1710, t. I, p. 49-65, l'autre dans _Mémoires de Condé_, t.
      II, p. 606-612. Le premier est en italien, accompagné d'une
      traduction française, et il est, en certaines parties, complété
      par le second.]

      [Note 345: _Mémoires de Condé_, II, p. 612.]

Les débats furent vifs et parfois même violents (7-15 janvier 1562). Au
vote, sur 49 opinants, 22 furent d'avis d'accorder des temples aux
réformés, 27 de les leur refuser, tout en leur permettant, comme on
l'avait toléré dans les tout derniers mois, de se réunir pour célébrer
leur culte[346]. Avant de clore l'assemblée, la Reine-mère[347] fit une
déclaration. Elle parla «de telle manière qu'on dit, rapporte le nonce
Prosper de Sainte-Croix, n'avoir jamais entendu aucun orateur qui se
soit exprimé avec plus d'éloquence, ni avec plus de succès. Sa Majesté a
dit elle-même qu'il lui semblait que dans cet instant-là Dieu lui mît
les paroles à la bouche.» Elle pria les députés de répéter qu'elle et
ses enfants et tous les membres de son Conseil voulaient qu'on vécût
dans la religion catholique et sous l'obéissance de la sainte Église
romaine; que les novateurs n'auraient point des temples et seraient au
contraire obligés de rendre ceux dont ils s'étaient emparés; qu'il leur
serait défendu d'en construire ou d'avoir d'autres lieux d'assemblée
dans les villes, mais que, sous certaines conditions, elle souffrirait
qu'ils se réunissent secrètement en quelque maison. C'était d'ailleurs
pour empêcher le désordre et l'effusion du sang qu'elle faisait cette
concession, mais provisoirement, en attendant les décisions du Concile
de Trente, qu'elle s'engageait dès maintenant à suivre et à faire suivre
en tous points[348]. Conformément à l'avis de la majorité, l'Édit de
janvier (17 janvier 1562) défendit aux réformés «presches et
prédications, soit en public ou en privé ny de jour ny de nuict», dans
les villes, mais il les autorisa «par provision et jusques à la
détermination du dict Concile général» à s'assembler de jour, hors des
villes, «pour faire leurs presches, prières et autres exercices de leur
religion»[349].

      [Note 346: Languet, _Arcana_, liv. II, p. 195.]

      [Note 347: Et non la reine de Navarre, Jeanne d'Albret, comme
      l'imagine sottement le traducteur des lettres du nonce Prosper de
      Sainte-Croix (Aymon, I, p. 41-42).]

      [Note 348: Lettre du 5 février 1562, Aymon, _Tous les synodes_, I,
      p. 43.]

      [Note 349: _Mémoires de Condé_, t. III, p. 10-11.]

Elle avait proclamé son orthodoxie, au risque d'inquiéter les
dissidents, pour faire accepter aux catholiques ce régime de
demi-tolérance. Mais le nonce était seul à croire ce qu'il écrivait à
Rome, qu'à mesure des progrès de son pouvoir, elle ferait toujours plus
ouvertement paraître sa bonne volonté. A Paris, où depuis l'affaire
Saint-Médard la population était très excitée, les huguenots furent
insultés. Le Parlement refusa d'enregistrer l'Édit. L'ambassadeur
d'Espagne alla se plaindre à la Reine-mère du discours du Chancelier
«tendant à mestre une forme d'_interim_ et laisser vivre tout le monde à
sa discrétion». Il la pressa d'expulser les prédicants, lui offrant pour
cet effet les forces de son souverain, mais elle répondit «qu'elle ne
vouloyt point veoir d'estrangers dans ce royaulme ny aussi pas allumer
une guerre qui la contraignist de les y appeller». «De là il est entré,
continue la relation française de l'audience[350], sur la nourriture
(éducation) du Roy et de messeigneurs ses frères», prétendant que devant
eux «chacun disoyt de la religion tout ce qu'il vouloist». Catherine
répliqua en colère «que cela (cette accusation) ne touchoyst qu'elle et
qu'elle voyoit qu'il (Chantonnay) estoit bien adverty, non pas
véritablement, mais bien curieusement, et que si elle cognoissoit les
advertisseurs qui calomnient ainsi toutes ses actions, elle leur feroyst
sentir combien ilz s'oublient de parler ainsi peu revèremment et
véritablement d'elle» «.... Elle avoyt des enfans qui luy estoyent si
obéissans qu'on ne leur disoyt rien qu'ils ne luy redissent, par où il
(l'ambassadeur) se pouvoit assurer qu'elle sçavoit tous les lengages
qu'on leur tenoist et qu'elle les faisoit nourrir de telle façon qu'elle
s'asseuroyt que ce royaulme et tous les gens de bien luy en auroient un
jour grande obligation»[351]. Dans une lettre à Philippe II de ce même
mois de janvier, elle certifiait à son gendre, «monsieur mon fils»,
comme elle l'appelle, qu'elle ferait «tousjour grande diférance entre
seus qui tiene nostre bonne religion et les aultres qui s'en deportent»,
mais l'âge de son fils et les troubles du royaume «ne m'ont permis,
dit-elle, d'avoyr peu fayre conestre à tout le monde set (ce) que je an
né (en ai) dans le cour (cœur) et m'on contreynt faire bocup (beaucoup)
de chause que en heun aultre sayson je n'euse faist»[352].

      [Note 350: Ce récit de l'entrevue de la Reine-mère et de
      Chantonnay (_Mémoires de Condé_, t. II p. 601), n'a pas été
      vraisemblablement expédié à son destinataire, l'ambassadeur de
      France en Espagne. La minute de la dépêche porte des corrections
      et des additions d'une autre main. Elle est datée du 8 ou 9
      janvier, au moment où se tenaient les réunions préparatoires à
      l'Édit de janvier.]

      [Note 351: _Mémoires de Condé_, t. II, p. 603.]

      [Note 352: _Lettres_, I, p. 265.]

Mais que cette explication soit ou non sincère, qu'elle agisse par
politique ou par dégoût de la violence, on se prend à l'admirer de
suivre courageusement la voie qu'elle s'est tracée. Elle réunit dans
les derniers jours de janvier quelques théologiens et quelques ministres
pour débattre plus particulièrement la question des images. Elle amène à
ce nouveau colloque des évêques et des cardinaux. C'était,
expliquait-elle au légat, Hippolyte d'Este, le meilleur moyen de
convaincre les prédicants d'ignorance que de leur permettre de présenter
leurs arguments[353]. En réalité, ce qu'elle voudrait, c'est un
programme de réformes, souscrit par les catholiques et les protestants,
qu'elle pût présenter au prochain Concile comme le vœu commun des deux
Églises. Bèze savait la vanité de cette tentative, mais il s'y prêta
pour lui complaire[354]. Monluc et les docteurs catholiques les plus
conciliants, Salignac, Despence, Picherel, Bouteiller, sans vouloir,
comme les ministres, proscrire absolument les images, émirent le vœu
«que les évêques, curés et autres pasteurs remontrassent souvent au
peuple que les images n'ont esté receues en l'Église que pour instruire
les simples et représenter ce que notre Sauveur a fait pour nous»;
qu'elles ne sont pas elle-mêmes un objet de culte et que toutes, «hormis
la simple croix», doivent être «déplacées des autels et mises en parois
en tels lieux qu'on ne les puisse plus adorer, saluer, baiser, vestir,
couronner de fleurs, bouquets, chapeaux, leur offrir vœux, les porter
par les rues et temples sur les espaules ou bastons». Mais la majorité
des docteurs, tout en blâmant l'abus, décida de maintenir l'usage. Il en
fut de ce petit colloque comme du grand colloque de Poissy.

      [Note 353: Baronii, Raynaldi et Laderchi, _Annales ecclesiastici_,
      éd. de 1879, Bar-le-Duc et Paris, t. XXXIV, p. 178, lettre du
      cardinal de Ferrare, du 17 janvier 1562.]

      [Note 354: _Histoire ecclésiastique_, I, p. 692.--Lettre de Bèze à
      Calvin, 1er février 1562, _Calvini Opera omnia_, XIX, col.
      273-275.]

Catherine continuait à jouer très serré, multipliant les affirmations de
son zèle pour le catholicisme, et laissant les réformés jouir du
bénéfice de l'Édit de janvier et même d'un peu plus de liberté. Mais une
nouvelle et définitive évolution d'Antoine de Bourbon[355] la priva de
son plus solide appui du côté des protestants. Le Légat, qui était aussi
fin qu'elle, s'était bien gardé de la heurter de front et même, pour lui
plaire, il l'aurait, dit-on, un jour accompagnée au prêche. Entre temps,
comme s'il n'eût voulu que la seconder, il travaillait lui aussi à
rapprocher le roi de Navarre de Philippe II. Antoine de Bourbon avait
beaucoup varié en ses pratiques religieuses au cours de l'année 1561,
allant successivement ou le même jour à la messe et au prêche et, selon
ses intérêts, fidèle de l'une ou l'autre Église, correspondant avec
Calvin et déléguant au pape pour qu'il lui fît obtenir du roi d'Espagne
la compensation si ardemment convoitée. La Cour de Rome donna de bonnes
paroles. Hippolyte d'Este, le cardinal de Tournon et Chantonnay lui
persuadèrent que, s'il menait son fils à la messe--ce fils que Jeanne
d'Albret nourrissait avec tant de soin dans l'hérésie--il gagnerait le
cœur du Roi catholique et obtiendrait de lui ce qu'il voulait. Il le
crut et, immédiatement après l'Édit de janvier, il rompit,
définitivement cette fois, avec les réformés. C'était pour eux un coup
terrible, comme on en peut juger par la fureur de Bèze. «Ce malheureux,
écrit-il à Calvin le 1er février, est absolument perdu et il a résolu de
tout perdre avec lui. Il éloigne sa femme, il ose à peine regarder
l'Amiral à qui il doit tout»[356]. Bèze ne veut plus désormais l'appeler
que «Julien» (l'apostat). «À peine pourrait-on trouver, dit-il, pareil
exemple de légèreté, de perfidie, de scélératesse»[357]. Quant à la
Reine-mère, ou, comme il dit, notre «autocratrice» Áυτοκράτορα, il
reconnaît, «qu'il n'y a pas de sa faute et qu'elle est grandement
offensée de ce qui se passe (_istis maxime offendi_)»[358]. Dans le
premier moment de colère, elle s'en prit au Connétable, qu'elle rendait
responsable du revirement du roi de Navarre, «et en sont venues parolles
si aigres que le Connétable s'en est allé»[359]. Le moment était
critique. Elle était brouillée avec les chefs du parti catholique, et,
dans le parti protestant, elle n'avait plus pour elle que l'Amiral et
son frère, d'Andelot, qu'elle avait fait entrer au Conseil privé, la
Reine de Navarre, et Condé, qui à la fin de février relevait à peine
d'une grosse attaque de fièvre. Sous peine de se perdre, elle était
obligée de changer d'allure, sinon de sentiments. Elle donna l'ordre à
toutes ses dames et demoiselles de vivre catholiquement à son exemple,
si elles ne voulaient pas être chassées honteusement et punies. Le 4
février, elle communia et suivit la procession, accompagnée de toute la
Cour[360]. Elle coupa court aux fantaisies huguenotes d'Henri d'Orléans.
Elle «le tansa fort, raconte Marguerite, luy et ses gouverneurs, et, le
faisant instruire, le contraignist de reprendre la vraye, saincte et
ancienne religion de nos pères, de laquelle elle ne s'estoit jamais
departie»[361]. Après cette évolution, elle pouvait, dans une lettre à
la Reine d'Espagne, s'élever contre ceux qui calomniaient la conduite de
son fils. «Le cardysnal de Tournon, écrit-elle, m'a dyst luy-mesme qu'il
l'a veu à la mese» (messe)[362].

      [Note 355: La défection définitive de Antoine de Bourbon a suivi
      l'Édit de janvier, _Histoire ecclésiastique_, I, p. 688.]

      [Note 356: _Calvini Opera Omnia_, XIX, col. 275.]

      [Note 357: _Ibid._, col. 299.]

      [Note 358: _Ibid._, col. 275. Bèze a cancellé dans ses lettres
      manuscrites, et par conséquent les anciennes édition ne portent
      pas les passages où il est question de la bonne volonté de la
      Reine-mère (voir supra p. 109, 110 et ici, p. 115, avec les
      renvois aux documents). Mais les consciencieux érudits Baum Cunitz
      et Reuss, qui ont publié les Œuvres complètes de Calvin, ont
      rétabli tous les endroits supprimés et inédits, et, ce faisant,
      ils ont rendu aux historiens de Catherine un inappréciable
      service. Bèze s'en voulait d'avoir été dupe, et les éditeurs de la
      correspondance de Calvin sont confus qu'il se soit trompé sur le
      caractère de la Reine et les vertus de ses enfants (XIX, col. 178,
      notes 6, 7, et col 275, note 16). Au vrai, il n'y a pas tant à
      rougir. Bèze a vu la Reine-mère, telle qu'elle fut, sincère en cet
      essai d'apaisement et de tolérance. Si elle a changé de sentiment,
      c'est qu'elle y a été contrainte par la force des choses. Il faut,
      sans parti pris, lui tenir compte de ses bonnes intentions.]

      [Note 359: Lettre de Chantonnay, ambassadeur d'Espagne en France,
      du 3 février 1562, _Mémoires de Condé_, II, p. 21-22.]

      [Note 360: Lettre du nonce du 5 février, Aymon, _Tous les
      synodes_, I, p. 65.]

      [Note 361: _Mémoires et lettres de Marguerite de Valois_, publiées
      par Guessart, Paris, 1842, p. 7.]

      [Note 362: Louis Paris, _Négociations sous François II_ (Coll.
      Doc. inédits), p. 849. Il s'agit, non comme le croit Louis Paris,
      de Charles IX qui vivait avec sa mère, mais d'Henri d'Orléans qui
      avait sa «maison» à part et qu'elle avait moins d'occasions de
      voir. Rapprocher d'ailleurs cette indication de ce que dit plus
      haut Marguerite de son frère et du cardinal de Tournon.]

Surtout elle s'attachait à convaincre le nonce, son garant auprès de la
Cour de Rome. Prosper de Sainte-Croix étant allé lui demander de faire
quelques modifications à l'Édit de janvier, que le parlement de Paris
s'entêtait à ne pas enregistrer, elle lui expliqua qu'il était bien
difficile d'aller contre l'opinion de la compagnie consultée à
Saint-Germain, mais elle promit toutefois, après en avoir parlé au
Chancelier, de lui faire savoir ce qui se pourrait faire. Le Nonce
comprit qu'on ne ferait rien et le lui dit. Alors elle se lamenta fort
(_se duole grandemente_) de ne pouvoir aller plus avant et que la plaie
fût de telle nature qu'elle ne pouvait être guérie autrement,
c'est-à-dire que par des remèdes doux. Chasser les prédicants et, comme
d'un coup, était chose impossible, mais elle avait l'espérance de
pouvoir faire de bien en mieux chaque jour. En témoignage de sa bonne
volonté, elle allait renvoyer l'Amiral en sa maison pour montrer une
fois de plus qu'elle n'approuvait pas qu'on vécût comme il vivait. Elle
lui annonça aussi qu'elle venait d'écrire aux prélats de son royaume et
à Monsieur de Candale (Henri de Foix), qu'elle avait choisi pour
ambassadeur, de partir pour le Concile, mais elle voudrait que ceux de
la nouvelle religion pussent s'y rendre en toute sûreté et y être
entendus. Elle parla si bien mêlant le faux et le vrai, adoucissant les
refus et amplifiant les promesses, que le Nonce assurait la Cour de Rome
du «désir très grand» de la Reine de mettre fin «à toutes diversités de
religion»[363].

Comme il n'était pas aussi facile de convaincre le Parlement, le même
jour où elle lui renouvelait par lettres de jussion l'ordre de vérifier
l'Édit, elle en faisait publier une interprétation restrictive (14
février). Étaient autorisés à prendre part aux assemblées de ceux de la
religion les «officiers ordinaires auxquels appartient la cognoissance
de la police comme baillifs, senechaux, prevosts, etc.», mais défense
était faite d'y paraître aux officiers des «Cours souveraines» ni autres
«de judicatures», «que (lesquels) nous entendons (faisoit-elle dire au
Roy en cette déclaration) vivre en la foy et religion de Nous et nos
prédécesseurs»[364]. Elle laissa partir d'Andelot et Coligny (22
février).

Mais elle renonçait de très mauvaise grâce à sa politique et le montrait
bien à l'occasion. Les huguenots continuaient à prêcher à Paris,
écrivait le nonce le 28 février, et s'assemblaient par troupes de dix ou
douze mille personnes[365]. Les catholiques injurièrent les allants et
venants, et ceux-ci menacèrent de s'armer. Les deux partis recoururent à
la Reine, qui invita les réformés à se contenter de la liberté que le
Roi leur avait octroyée et promit aux catholiques de leur faire réponse
le lundi prochain. Elle ne se décidait pas à éloigner le cardinal de
Châtillon. Elle ne souffrait plus de prêche dans le château, mais elle
gardait comme prédicateur et premier aumônier Louis Bouteiller, un
théologien, si ami des concessions que son orthodoxie en était suspecte
(_poco sincero_, dit Prosper de Sainte-Croix).

      [Note 363: Lettre du 5 février, Aymon, _Tous les synodes_, I, p.
      66.]

      [Note 364: Condé, _Mémoires_, t. III, p. 16.]

      [Note 365: Aymon, _Synodes_, I, p. 77-79.]

Elle refusait de renvoyer le chancelier de L'Hôpital que l'ambassadeur
d'Espagne dénonçait comme hérétique. C'est de lui certainement qu'il est
question dans une lettre très vive à sa fille, la reine d'Espagne:
«...Mon valet ayst plus homme de byen que seus qui en parle et je vous
en naseure, (en assure), més pour se qu'i(il) ne reconé que moy et ne
dépend de personne, yl (ils) le aïse (haïssent), mais s'et de quoy je
l'ayme»[366].

      [Note 366: Février 1562, _Lettres_, I, p. 614; Louis Paris,
      _Négociations_, p. 849.]

Pour détourner Navarre de prendre parti contre elle, elle recommandait
ses intérêts à l'ambassadeur de France à Madrid et sollicitait de
Philippe II plus vivement que jamais, cette entrevue où elle se croyait
sûre de le convaincre. Irritée de l'opposition où s'acharnait le
Parlement contre l'Édit de janvier, elle galopa jusqu'à Paris et força
l'enregistrement (6 mars). C'était six jours après le massacre de Vassy.

Les triumvirs s'étaient donné rendez-vous à Paris pour décider ou
obliger la Régente à revenir sur ses concessions. Le duc de Guise, parti
de son château de Joinville, s'arrêta le dimanche 1er mars à Vassy pour
y entendre la messe. Quelques-uns de ses gens se prirent de querelle
avec les réformés de la ville et des environs, qui tenaient leur prêche
dans une grange près de l'église. Ils appelèrent à l'aide leurs
compagnons, assaillirent en armes l'assemblée des fidèles, frappèrent et
tuèrent[367]. Cette échauffourée sanglante fut célébrée par les
catholiques à l'égal d'une victoire. Le Connétable alla au-devant de
Guise jusqu'à Nanteuil[368]. Paris, où il entra le 16 mars, le salua de
ses acclamations[369]. Le prévôt des marchands lui offrit, au nom de la
ville vingt mille hommes et six millions de livres, pour rétablir la
paix religieuse, c'est-à-dire l'unité. Le Duc répondit modestement que
c'était l'affaire de la Reine-mère et du roi de Navarre, lieutenant
général du royaume, et «qu'en sa qualité de sujet du roi, il mettait son
honneur à leur obéir»[370]. Les protestants armèrent pour se défendre et
se venger. Des centaines de gentilshommes rejoignirent à Paris le prince
de Condé, qui, depuis la défection de son frère, était regardé comme le
chef du parti. Bèze courut à Saint-Germain demander justice des
massacreurs. Le roi de Navarre, avec l'ardeur d'un néophyte, imputa le
fait de Vassy à l'insolence des religionnaires, mais la Reine «fit
gratieuse response promettant que bonnes informations seroient prises et
que pourvu qu'on se contînt on pourvoiroit à tout»[371]. Elle nomma
gouverneur de Paris le cardinal de Bourbon, qui, frère du roi de Navarre
et du prince de Condé, devait inspirer confiance aux deux partis. Le
Cardinal réunit les présidents au Parlement et, sur leur avis, décida
que Guise et Condé seraient priés de s'éloigner. Mais «les habitans,
mesmement (surtout) les marchands» requirent les triumvirs «de
n'abandonner la dite ville», et Guise et Montmorency restèrent[372].
Quelques jours après, Condé, qui appréhendait de livrer bataille dans
les rues à cette population fanatique, partit avec ses troupes.

      [Note 367: Sur le massacre, voir _Histoire de France_ de Lavisse,
      t. VI, 1, p. 58-59.--Lavisse, _Le massacre fait à Vassy_ dans _les
      Grandes Scènes historiques du_ XVIe _siècle... de Tortorel et
      Perrissin_, publiées par Franklin, Paris, 1886.]

      [Note 368: _Mémoires du duc de Guise_, Michaud et Poujoulat, t.
      VI, p. 489.]

      [Note 369: Journal de l'année 1562, _Revue rétrospective ou
      Bibliothèque historique_, 1re série, t. V (1834), p. 86-87.]

      [Note 370: De Ruble, _Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret_, t.
      IV, p. 119.]

      [Note 371: _Histoire ecclésiastique_, II, p. 3.]

      [Note 372: _Mémoires du duc de Guise_, Michaud et Poujoulat, t.
      VI, p. 489.]

Il aurait dû marcher sur Fontainebleau, où se trouvait la Cour, enlever
le Roi et la Reine et, les conduisant dans son camp, y transporter la
légalité. Il ne lui vint même pas à l'esprit de rester dans le voisinage
pour les défendre contre une agression des triumvirs. Les quatre lettres
que Catherine lui écrivit du 16 au 26 mars le lui signifiaient assez
clairement[373]. «Je n'oublyeray jamais, dit-elle dans l'une, ce que
ferez pour le Roy mon filz et moy»[374]. «Je voy tant de choses qui me
déplaisent, écrit-elle dans une autre, que, si ce n'estoit la fiance que
j'ay en Dieu et asseurance en vous que m'ayderez à conserver ce royaume
et le service du Roy mon fils, en despit de ceulx qui veullent tout
perdre, je seroys encore plus faschée, mais j'espère que nous remédirons
bien à tout avec vostre bon conseil et ayde...»[375] Et dans une
troisième: «Je n'oublyeray jamais, disait-elle, ce que faictes pour moy
et si je meurs avant avoir le moyen de le pouvoir recongnoistre, comme
j'en ay la voulonté, j'en lairray une instruction à mes enffans»[376].
Plus tard elle avouait que lorsque le Prince, à son départ de Paris, lui
avait, de La Ferté, demandé la permission «pour sa seureté», de rester
en armes, elle lui avait répondu qu'elle ne le trouvait «mauvés pourveu
qu'y (il) ne fallit à set (se) desarmer» quand elle le lui
manderait[377]. Condé manqua de décision ou voulut éviter jusqu'à
l'apparence de la contrainte. Il abandonna la capitale et ne mit pas la
main sur Charles IX, oubliant que la prise du Roi ou de Paris est, comme
dit Tavannes, la moitié de la victoire.

Les triumvirs le savaient bien. Guise et Antoine de Bourbon allèrent
droit à Fontainebleau avec mille cavaliers, et invitèrent la Reine à
rentrer avec son fils à Paris. Elle refusa, pria, supplia. Restée seule
avec Antoine de Bourbon, elle réussit à l'attendrir. Mais Guise survint.
Antoine se ressaisit, et ordonna les apprêts du départ, menaçant de
coups de bâton «ceux qui ne vouloient destendre le lit du Roy par
crainte de la Reyne»[378]. La Cour prisonnière s'achemina vers la
capitale (31 mars). Catherine pleurait de dépit. Mais Guise goguenard
remarquait qu'un «bien qui vient d'amour ou de force ne laisse pas
d'être toujours un bien».

      [Note 373: _Lettres_, I, p. 281-284.]

      [Note 374: _Ibid._, p. 282.]

      [Note 375: _Ibid._, p. 283.]

      [Note 376: _Ibid._, p. 284.]

      [Note 377: _Ibid._, p. 291, 10 avril.]

      [Note 378: De Ruble, IV, p. 134. Le roi, quand il allait d'une
      résidence à l'autre, emportait sa literie.]

Elle ne se lamenta pas longtemps. Sa politique de tolérance lui avait
été inspirée non par quelque sympathie pour des doctrines qu'elle
connaissait mal, mais par le dégoût des persécutions et la constatation
de leur impuissance. Il est possible que, si les protestants avaient eu
le dessus, elle eût, pour garder le pouvoir, consenti, suivant un mot
qu'on lui prête, à entendre la messe en français. Mais elle n'avait plus
à choisir; l'énergie de Guise avait décidé en faveur du catholicisme.
Elle n'était pas femme à se sacrifier pour une minorité qui n'avait su
ni se défendre ni la défendre. Elle s'accorda sans peine avec les
vainqueurs. Ils ne lui imposèrent d'autre condition, comme on peut en
juger d'après ce qui suivit, que de revenir sur les concessions de
l'Édit de Janvier. Ils avaient intérêt à la ménager et à la maintenir à
sa place et à son rang, pour ôter à leurs adversaires l'occasion de se
poser en champions du Roi. Le revirement de Catherine fut si prompt
qu'il n'eut pas l'air d'être forcé. Elle recommença ou plutôt continua
de gouverner l'État et elle prit avec aisance la direction du parti
catholique. Les lettres qu'elle venait d'écrire au prince de Condé
étaient claires, mais elle prétendit prouver à ses ambassadeurs, à
Philippe II, au cardinal de Châtillon et au destinataire lui-même
qu'elles n'avaient pas le sens qu'elles paraissaient avoir. Comme Condé,
fort de ses déclarations, soutenait qu'elle était, avec son fils,
prisonnière des triumvirs, elle retourna l'argument contre les huguenots
en armes: «lesquelz, il fault que je croye, retiennent contre son gré
mon cousin le prince de Condé... pour donner plus d'auctorité à leur
faict». Mais «si prisonniers [il] y a» du côté catholique, «ce sont les
dicts princes et seigneurs (les triumvirs), desquelz le roy mondict filz
et moy tenons et les cueurs et les vyes si affectées au bien de ceste
couronne que je les veoy prestz à les sacrifier pour la conservation
d'icelle et le service du Roy...»[379]

      [Note 379: _Lettres_, t. I, p. 294-295, 11 avril 1562.]

Elle s'inquiétait surtout de l'effet de ses lettres sur les princes
protestants d'Allemagne. Condé leur en avait envoyé copie ainsi qu'à la
Diète germanique pour justifier sa prise d'armes et réclamer des secours
d'hommes et d'argent. La Reine jugeait aussi dangereux de passer pour
complice que pour victime des chefs catholiques. Le duc de Wurtemberg,
un luthérien, qui ne savait pas son évolution, lui avait écrit, le 15
avril 1562, de bien prendre garde aux «moyens persuasions menaces et
tous autres empêchements.... possibles» aux ennemis de la parole de Dieu
pour la «faire trébucher et desvoyer de la vraye doctrine et religion du
saint Évangile que notre Seigneur par sa sainte grâce» lui avait
«esclairci»[380]. Il lui parlait comme à une convertie, tant il est vrai
qu'à cette époque la tolérance d'une doctrine passait pour une adhésion.
Mais, avant d'avoir reçu cette exhortation, Catherine qui appréhendait
pour la sûreté du royaume le contre-coup du massacre de Vassy et de
l'enlèvement de Fontainebleau, faisait partir le 17 avril Courtelary,
interprète d'allemand, chargé d'assurer de vive voix au pieux souverain
qu'elle demeurait «permanente» en la Confession chrestienne de la
Saincte Doctrine de l'Évangile»[381]. Elle trouvait légitime de mentir
pour éviter une invasion.

      [Note 380: 15 avril 1562, _Bulletin de la Société du
      Protestantisme français_, XXIV, 1875, p. 507.]

      [Note 381: Le duc de Wurtemberg à la Reine-mère, 16 mai, _Mémoires
      de Condé_, III, 286. La lettre de Catherine du 17 avril à laquelle
      il répond ne dit rien de semblable (_ibid._ 283). Catherine vient
      d'apprendre à ses dépens le danger des écritures et elle se
      garderait bien de se compromettre à nouveau. Mais il n'est pas
      douteux qu'elle a fait donner au Duc oralement les assurances
      qu'il répète et probablement dans les mêmes termes où Courtelary
      les lui a transmises.]

La réaction s'annonça par un privilège octroyé à la ville de Paris. Le
11 avril, le Roi, tout en confirmant l'Édit de janvier, interdit par une
dérogation formelle les prêches, assemblées publiques ou privées, et
administration des sacrements, si ce n'est à la mode catholique, dans
les faubourgs et la banlieue de la capitale. Après que Catherine eut
fait ce premier pas en arrière, les triumvirs lui délivrèrent un
certificat d'orthodoxie qu'elle s'empressa d'expédier à Philippe II (16
avril)[382]. Le 12 mai, elle sortit de Paris et alla s'établir en son
château de Monceaux.

      [Note 382: _Lettres_, I, p. 296-297.]

Libre de ses mouvements, elle ne désespérait pas de maintenir la paix.
C'était avoir une foi robuste en ses moyens. À Sens, à Angers, à Tours
et en d'autres grandes villes, la populace catholique avait renouvelé
l'exploit de Vassy; la «grande lèvrière», comme on disait, donnait la
chasse aux hérétiques avec un entrain furieux[383]. De leur côté, les
bandes huguenotes assaillaient les places fortes et quelquefois
rendaient violence pour violence. Condé, avec quelques centaines de
gentilshommes, avait enlevé Orléans, pour ainsi dire au galop (2 avril).
Ses lieutenants occupèrent Angers, Tours, Blois, tout le cours moyen de
la Loire. Dans la vallée du Rhône, le baron des Adrets surprit Valence
le 27 avril et, trois jours après, Lyon, la seconde ville du royaume. Le
prestige des triumvirs était atteint par ces échecs. Catherine n'en
était que plus à l'aise pour négocier. Elle n'aimait pas la guerre qui
donne aux chefs militaires trop d'importance. Elle expédia à Orléans,
devenue la capitale du parti protestant, des ambassadeurs de tout état:
gens de robe, gens d'épée, gens d'Église, Arthus de Cossé, sieur de
Gonnor, l'abbé de Saint Jehan de Laon, le maréchal de Vieilleville, le
sieur de Villars--et son fidèle Monluc, l'évêque de Valence, qui, pour
rester plus longtemps dans la ville, contrefit si bien le malade que le
bruit courut qu'il était mort. Mais il y perdit sa peine. Catherine
voulait supprimer partout le libre exercice du culte réformé que Condé
voulait maintenir là où il était autorisé par l'Édit de janvier.
C'étaient des exigences inconciliables.

      [Note 383: Mariéjol, _Histoire de France de Lavisse_, t. VI, 1, p.
      63-64.]

Elle se mit elle-même en campagne et donna rendez-vous au Prince à Toury
(9 juin)[384]. Gênée peut-être par la présence du roi de Navarre, en qui
elle pouvait craindre un surveillant, elle se montra, contre son
naturel, violente et agressive. Elle parla même d'excepter de l'amnistie
les magistrats rebelles. Comme Condé témoignait une grande confiance en
ses troupes, elle riposta sur un ton de menace: «Puisque vous vous fiez
à vos forces, nous vous montrerons les nôtres». On se sépara sans avoir
rien fait. Cependant l'opinion s'établissait que la présence des
triumvirs à la tête de l'armée catholique était le grand obstacle à la
paix. Condé offrit à son frère, s'ils s'éloignaient, de se livrer
lui-même en otage à la Reine: condition qui fut de part et d'autre
exécutée. Mais quand, à Talcy, où les chefs protestants allèrent la
trouver (29 ou 30 juin), elle leur signifia qu'il fallait renoncer à
l'Édit de janvier et au libre exercice du culte, Coligny, au nom de
tous, protesta. La Reine s'emporta et reprocha au Prince de l'avoir
trompée sur les dispositions de ses partisans. «Ha! mon cousin, vous
m'affolez, vous me ruinez»[385]. Avait-elle pu croire que les huguenots
se livreraient à merci? Même s'ils avaient eu pleine confiance en son
bon vouloir, ils pouvaient douter de sa puissance et se défier de la
pression des chefs catholiques et de la fureur des masses. Elle estimait
probablement que la capitulation sans réserves d'un parti serait
glorieuse pour elle et lui donnerait la force d'imposer un compromis à
l'autre. C'était toujours au rôle de médiatrice et d'arbitre qu'elle en
revenait. Mais était-il possible de faire la loi aux belligérants avant
qu'ils fussent épuisés par la lutte? Le passé ne permettait pas de le
croire. Toutefois il est certain que la Régente, comme on le vit après
ces premiers troubles, n'avait pas l'intention de désarmer les
protestants pour les donner en proie aux catholiques.

      [Note 384: Sur cette entrevue et celles qui suivirent, voir de
      Ruble, _Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret_, t. IV, p. 244, ou
      Edmond Cabié, _Ambassade en Espagne de Jean Ébrard, seigneur de
      Saint-Sulpice, de_ 1562 _à_ 1565.., Albi, 1903, p. 44 sq., note
      1.]

      [Note 385: De Ruble, t. IV, p. 263.]

Alors, dans son grand désir de pacification, elle s'avisa d'un moyen qui
n'était pas ordinaire. Sachant la répugnance de Condé à «entrer en
guerre contre sa propre nation», elle lui fit suggérer par Monluc de
faire paraître ses sentiments «par toutes belles offres et beaux
effets», comme de déclarer, à la première entrevue qu'elle aurait avec
lui, qu'il aimait mieux sortir du royaume «avec ses amis» que de le
«voir.... exposé au feu et au sang». Monluc laissait entendre que la
Reine, surprise de cette générosité, «ne sauroit que respondre» et se
montrerait d'autant plus facile sur les conditions d'un accord. Aussi,
quand Condé revit Catherine, il se dit résigné à l'exil, s'il le fallait
absolument pour épargner au pays les malheurs de la guerre. Elle le prit
au mot et sur-le-champ lui donna congé de vivre hors de France jusqu'à
la majorité du roi. Mais l'Amiral, que son expérience et son caractère
égalaient presque à Louis de Bourbon, ne crut pas que l'armée fût liée
par l'imprudence de son chef. Il consulta les soldats qui, tout d'une
voix, répondirent «que la terre de France les avoit engendrez et qu'elle
leur serviroit de sépulture»[386]. Ainsi finit cette comédie à
l'italienne.

La lutte reprit avec plus de violence sur tous les points du territoire
et les étrangers s'y mêlèrent. Catherine avait demandé des secours à
Philippe II, au duc de Savoie et au pape; Condé et Coligny à l'Allemagne
protestante et aux Anglais, mais ceux-ci vendirent fort cher les
subsides et les soldats qu'ils fournirent. Ils avaient, au traité du
Cateau-Cambrésis (1559), abandonné à Henri II, pour huit ans, la ville
de Calais, cette glorieuse conquête de Guise, à charge pour le roi de
France, s'il tardait à la rendre au terme fixé, de leur payer une
indemnité de huit cent mille couronnes, sans préjudice de leurs droits.
C'était une formule diplomatique pour ménager leur amour-propre et
masquer la cession définitive. La reine d'Angleterre, Élisabeth, qui
avait, à son avènement, ratifié à contre-cœur cette clause onéreuse,
voulut profiter des divisions de ses voisins, pour recouvrer «son bien».
Les négociateurs huguenots la suppliant «à grosses larmes» de prendre en
mains la défense des Églises, elle y mit pour condition que Condé et
Coligny s'engageraient à lui faire restituer Calais, le plus tôt
possible, sans attendre ni prétexter le délai de huit ans prévu au
Cateau-Cambrésis et qu'en garantie de leur promesse ils lui livreraient
immédiatement Le Havre (Convention d'Hampton-Court, 20 septembre
1562)[387].

      [Note 386: F. de La Noue, _Mémoires_, ch. IV, éd. Buchon, p.
      282-283.--De Ruble, t. IV, p. 263-267.]

      [Note 387: Le texte le plus exact de l'accord se trouve dans les
      _Mémoires de Condé_, t. III, p. 689.]

L'armée royale, après s'être emparée de Poitiers (31 mai) et de Bourges
(31 août), marcha droit à Rouen, qu'il importait de reprendre aux
huguenots avant le débarquement des Anglais (septembre 1562). Catherine
alla s'établir devant la place avec les assiégeants. Pour les
encourager, elle «ne failloit tous les jours, raconte Brantôme, à venir
au fort Sainte-Catherine», qui dominait la ville, «tenir conseil et voir
faire la batterie. Que je l'aye veue souvent passant par ce chemin creux
de Sainte-Catherine. Les canonnades et harquebusades pleuvoient autour
d'elle qu'elle s'en soucioit autant que rien... Et quand Monsieur le
Connestable et Monsieur de Guise luy remonstroient qu'il luy en
arriveroit malheur, elle n'en faisoit que rire et dire pourquoy elle s'y
épargnerait non plus qu'eux puisqu'elle avoit le courage aussi
bon»[388]. Elle bravait la mort comme un homme. Son prestige en fut
accru ainsi qu'elle y comptait.

      [Note 388: Brantôme, VII, p. 365.]

Mais elle aspirait à la paix et le hasard la servit bien. Antoine de
Bourbon mourut quelques jours après la prise de Rouen d'un coup
d'arquebuse reçu au siège (17 novembre). Les chefs des deux armées,
Condé et le Connétable, furent faits prisonniers et Saint-André tué à la
bataille de Dreux, l'action la plus mémorable de cette première guerre
civile (19 décembre). Guise fut assassiné par Poltrot de Méré devant
Orléans qu'il assiégeait (24 février 1563). Elle se trouva débarrassée
momentanément ou pour toujours des principaux chefs des deux partis.
Mais Coligny continuait à tenir la campagne et les Anglais étaient au
Havre. Crussol, le mari d'une de ses dames favorites, qu'elle avait
envoyé pacifier le Languedoc, réussissait si bien à s'entendre avec les
huguenots de la province qu'il en devenait inquiétant. Il fallait faire
la paix au plus vite. Elle eut l'air de la considérer comme un accord
entre les catholiques et les protestants, où la royauté n'interviendrait
à la fin que pour donner sa sanction. Elle s'assurait ainsi le moyen
d'opposer à leurs exigences un contrat d'obligations mutuelles. Le
Connétable et Condé furent de part et d'autre relâchés pour discuter
les clauses du traité. Catherine était sûre que les négociateurs ne se
sépareraient pas sans conclure. C'était à Montmorency, l'un des auteurs
responsables du conflit, de voir quelles concessions il pouvait faire
aux protestants. Le dernier survivant du triumvirat tint à honneur de ne
pas se dédire. À sa première rencontre avec Condé, il lui refusa si net
le rétablissement de l'Édit de janvier que le jeune Prince, impatient de
sa captivité, consentit à débattre et finit par accepter des clauses
moins avantageuses[389]. L'Édit de pacification d'Amboise (19 mars 1563)
octroya la liberté de conscience aux réformés dans tout le royaume, mais
restreignit la liberté de culte à certains lieux ou à certaines
personnes. Les seigneurs hauts justiciers, avec leurs familles et leurs
sujets, et les seigneurs ayant fief, avec leur famille seulement, en
jouiraient dans leurs maisons; l'ensemble des fidèles, dans une ville
par bailliage, où il leur serait loisible d'avoir des temples dans les
faubourgs. Et même dans la vicomté et prévôté de Paris, il n'y aurait
d'autre exercice que du catholicisme. Ainsi les droits en matière
religieuse étaient localisés et hiérarchisés. Les hauts justiciers
pouvaient admettre leurs sujets à leurs cérémonies domestiques, ce que
les simples fieffés ne pouvaient pas faire. Le reste des nobles, les
gens des villes et les paysans, à moins que ceux-ci ne fussent sujets
d'un haut justicier, étaient obligés d'aller chercher souvent très loin
un temple ou une assemblée de prière. Les gentilshommes qui défendaient
Orléans acceptèrent, par lassitude et préjugé de distinction sociale, ce
compromis que les ministres réfugiés dans la place avaient unanimement
condamné[390]. Les chefs spirituels prévoyaient sans doute que la
Réforme, cantonnée et, pour ainsi dire, parquée, n'aurait plus de
pouvoir rayonnant, chacun de ses foyers étant isolément trop faible.
Coligny, arrivé aussitôt après la conclusion de la paix, blâma Condé
d'avoir fait «la part à Dieu», une petite part et d'avoir ruiné plus
d'églises «par ce trait de plume que toutes les forces ennemies n'en
eussent pu abattre en dix ans»[391]. Calvin le traitait de «misérable»
qui avait trahi «Dieu en sa vanité»[392]. La faute était en effet de
conséquence dans le présent et pour l'avenir. L'aristocratie du parti
semblait s'être désintéressée de la cause commune. Se réserver la pleine
jouissance du culte, continuer à occuper les plus hautes charges et les
premières dignités de l'État et consentir qu'une grande partie des
habitants des villes et des campagnes fût privée de la liberté la plus
chère, c'était montrer peu de zèle pour les humbles et les petits et
proclamer dans l'unité de foi l'inégalité des conditions. Le
protestantisme apparut aux masses simplistes comme la religion de la
haute noblesse, un nouveau privilège. Le recrutement par en bas se
ralentit[393].

      [Note 389: _Mémoires de Condé_, IV, p. 311.]

      [Note 390: _Calvini Opera omnia_, XIX, col. 681 et la note 2.]

      [Note 391: _Histoire ecclésiastique_, II, p. 335.]

      [Note 392: Calvin à Soubise, 5 avril 1563. _Calvini Opera omnia_,
      t. XIX, col. 686.--Cf. le même à Bullinger, col. 690.]

      [Note 393: Mariéjol, _Histoire de France de Lavisse_, t. VI. I, p.
      74-75.]

Catherine sortait indemne d'une expérience où sa fortune avait couru
tant de risques. Femme et étrangère, elle avait, sous un roi enfant,
entrepris d'inaugurer la tolérance dans un pays où les prisons
regorgeaient d'hérétiques et en un temps où persécuteurs et persécutés,
s'accusant mutuellement d'hérésie, professaient tous qu'elle était
punissable, même de mort. C'est sa gloire--une gloire qu'il ne faut pas
lui dénier--d'avoir conçu ce dessein et de l'avoir poursuivi, malgré les
menaces et les dangers. Mais elle n'avait prévu ni les effets ni les
réactions de sa politique généreuse. Aussi fut-elle surprise par
l'explosion des haines et des exigences. Confiante à l'excès dans ses
moyens et persuadée qu'il lui suffisait de parler pour convaincre, elle
pensait diriger les événements, et ce fut les événements qui la
menèrent. De son propre aveu fait en une heure de sincérité, elle y
pourvoyait au jour la journée. C'était encore trop dire; en réalité elle
ne savait qu'ajouter une nouvelle concession à la concession déjà faite,
sans pouvoir, ou, peut-être même, en un très court moment, sans vouloir
dire aux réformés: «Vous n'irez pas plus loin». Les chefs catholiques,
prenant l'offensive, la mirent en demeure de choisir entre les deux
religions. Que fût-il advenu d'elle, si Condé, accourant à son appel,
l'avait conduite dans son camp et placée à la tête des troupes
protestantes? Son bonheur la sauva de ce risque. Le retour forcé de
Fontainebleau à Paris fut son chemin de Damas; il lui révéla l'avenir du
catholicisme. C'était la fin, sans retour possible, des colloques
qu'elle présidait solennellement avec le Roi, des apparitions aux
prêches, des entretiens familiers avec Bèze et Pierre Martyr, des
mascarades mitrées de Charles IX et des démonstrations iconoclastes du
duc d'Orléans. Elle avait éprouvé la force des masses et des grands
corps de l'État et leur attachement passionné à l'Église traditionnelle.
Mais si elle traita désormais les protestants en minorité dissidente et
renonça aux complaisances, elle continua longtemps encore à pratiquer
ses principes de modération et de tolérance.



CHAPITRE V

L'EXPÉRIENCE ET L'ÉCHEC DE LA POLITIQUE MODÉRÉE


Catherine était une femme heureuse; le hasard et le fanatisme l'avaient
d'eux-mêmes si bien servie qu'elle n'aurait pu souhaiter un dénouement
plus favorable. Ses rivaux de pouvoir, le roi de Navarre et le duc de
Guise, étaient morts[394], laissant pour chefs de leur maison deux
enfants, Henri de Bourbon et Henri de Lorraine, celui-ci âgé de treize
ans et celui-là de neuf. Le dernier des triumvirs, Montmorency,
vieillissait assoupli par sa mésaventure de Dreux. Condé était las des
batailles et désireux de reprendre à la Cour la place d'Antoine de
Bourbon. La Reine-mère, forte de l'affaiblissement des partis, gouverna
le royaume pendant quatre ans, avec une pleine autorité, non sans
troubles, mais sans révolte.

      [Note 394: Ce n'est pas une raison suffisante pour insinuer
      qu'elle pourrait bien avoir été la complice de Poltrot de Méré, en
      vertu du dangereux adage: _Is fecit cui prodest_, comme le fait
      dans cette œuvre sombre: _De quelques assassins_, 2e éd., Paris,
      1912, p. 84 et suiv., l'historien élégant, distingué et
      d'ordinaire si bienveillant des diplomates, des gentilshommes et
      des créoles de l'ancienne France, M. Pierre de Vaissière.]

Cette période d'accalmie est, semble-t-il, le moment le mieux choisi
pour la voir à l'œuvre et la bien juger. Avant, c'est l'essai orageux
d'un régime de tolérance; après, c'est une longue guerre d'extermination
contre les protestants, deux crises d'illusion et de haine, où elle
s'est peut-être montrée meilleure ou pire que nature. Mais durant sa
paisible possession du pouvoir de 1563 à 1567, rien ne l'empêchait ni ne
la détourna d'être elle-même. La façon dont elle dirigea les affaires
selon ses principes ou ses intérêts peut donner une idée suffisamment
juste, sous les réserves d'ailleurs que ce genre d'appréciations
comporte, de son intelligence politique et de son système de
gouvernement.

La première guerre de religion avait eu déjà le caractère international
de celles qui suivirent. Catholiques et huguenots avaient appelé à
l'aide leurs coreligionnaires de tous pays. Mais ce recours, ainsi qu'on
s'en aperçut, était dangereux. Pour s'assurer l'appui du duc de Savoie,
Emmanuel-Philibert, Catherine dut échanger Turin, Chieri, Villeneuve
d'Asti, Chivasso, que le traité du Cateau-Cambrésis avait laissés
provisoirement à la France, contre Pérouse et Savillan, qui valaient
beaucoup moins (traité de Fossano, 2 novembre 1562). Il lui en coûta, du
moins on veut le croire, de resserrer encore les possessions d'entre
monts, porte ouverte sur cette Italie où l'attirait le mirage de
Florence et d'Urbin. Dans une lettre à Bourdillon, gouverneur du
Piémont, elle s'excusait presque de cet abandon sur la durée des
troubles et sur le besoin qu'elle avait de trois mille hommes de pied et
de deux cents chevaux promis par le duc de Savoie[395].

Les huguenots, par même nécessité, avaient fait pis: ils avaient
introduit les Anglais dans le royaume. Élisabeth s'était fait livrer la
place forte du Havre, contre un secours d'hommes et d'argent. Et
maintenant, la paix faite, elle prétendait la garder si Condé et Coligny
ne tenaient pas l'engagement pris à Hampton-Court (20 septembre 1562) de
lui faire recouvrer dans le plus bref délai possible «sa ville» de
Calais. Or, le traité du Cateau-Cambrésis de 1559 n'obligeait la France
à restituer Calais à l'Angleterre que dans huit ans, et même stipulait
pour toute sanction, en cas de retard, autant dire de refus, le paiement
d'une indemnité de 500 000 couronnes. Les chefs protestants comprirent
un peu tard qu'ils avaient été bien imprudents, pour ne pas dire
criminels, de promettre cette rétrocession avant terme, ou même à terme.
Condé, en avisant Élisabeth de la signature prochaine de la paix, la
louait intentionnellement d'avoir, au début de la guerre, protesté que
«aultre occasion ne vous a menée à nous favoriser que le seul zelle que
vous portez à la protection des fidelles qui désirent la publicacion de
la pureté de l'Évangile»[396]. Mais Élisabeth repoussa bien loin ces
suggestions de politique désintéressée et rappela brutalement les
clauses d'Hampton-Court; elle voulait Calais en échange du Havre.

      [Note 395: Catherine à Bourdillon, gouverneur du Piémont, 17
      juillet 1562, _Lettres_, t. I, p. 359. Le maréchal de Brissac que
      Bourdillon avait remplacé, avait demandé son rappel pour ne pas
      être obligé d'exécuter les clauses du traité du Cateau-Cambrésis.
      Catherine lui fit donner, en compensation, le gouvernement de
      Picardie.--De Ruble, _Le Traité de Cateau-Cambrésis_, 1889, p.
      55-56, dit à tort que la France céda aussi Pignerol. «Par l'advis
      de tout le Conseil du Roy monsieur mon fils, écrit Catherine, nous
      sommes contentez de _prandre_ Pinerol, La Perouse et Savillan,
      avec les antiens finages et territoires.»]

      [Note 396: Lettre écrite d'Orléans le 8 mars 1563, Duc d'Aumale,
      _Histoire des princes de Condé pendant les_ XVIe _et_ XVIIe
      _siècles_, 1889, t. I app., p. 405.]

Catherine n'eut garde de s'interposer tout de suite entre les anciens
alliés. Elle laissa partir sans pouvoirs Bricquemault, un brave
capitaine huguenot, que Condé et Coligny envoyaient en Angleterre
proposer au nom du parti la restitution de Calais, à l'échéance fixée
par le traité du Cateau-Cambresis. Il revint sans avoir rien obtenu. Il
expliqua naïvement à la Reine-mère que s'il avait été libre d'offrir
comme otages son fils, Henri d'Orléans ou le prince de Navarre ou le duc
de Guise, il aurait certainement réussi à conclure l'accord. Elle
s'amusa de ce diplomate si généreux et lui conseilla d'aller prendre du
repos en sa maison. Et cependant, dit-elle, «nous ne perdrons point le
temps»[397]. Elle était bien résolue à garder Calais et à reprendre Le
Havre. Jusque-là Charles IX s'était borné à écrire à Élisabeth en termes
amicaux que la paix étant rétablie entre ses sujets de diverses
religions l'occupation du Havre était désormais sans objet (30 avril).
Quand les rapports entre les protestants et les Anglais furent
suffisamment tendus, il intervint directement. Catherine délégua en
Angleterre un tout jeune secrétaire d'État, le sieur d'Alluye, qui parla
très haut comme elle l'espérait. Élisabeth, irritée de ses bravades, se
serait oubliée jusqu'à écrire en France qu'elle avait pris et gardait Le
Havre, «non pour le motif de la religion», «mais bien pour se venger de
ce royaume de France et des injures et des torts qu'on lui avait
faits... et pour s'indemniser» de Calais, «qui était son droit»[398].

      [Note 397: Middlemore, agent d'Élisabeth en France, à Cecil,
      secrétaire d'État de la Reine (17 mai), Duc d'Aumale, _Histoire
      des princes de Condé_, t. I. app., p. 497.]

      [Note 398: Middlemore à Cecil du 19 juin 1563, _Ibid._, I, p.
      497.]

Cette lettre, authentique ou non, exprimait si bien ses vrais
sentiments, qu'elle indisposa beaucoup de huguenots. Condé, avec nombre
de gentilshommes de la religion, rejoignit l'armée royale sous les murs
du Havre. La tranchée était à peine ouverte que la place capitula (28
juillet 1563). Après le départ de cette garnison étrangère, Catherine
fit arrêter (5 août) l'ambassadeur anglais, Throcmorton, qui, pendant la
guerre civile, avait passé au parti protestant et qu'Élisabeth chargeait
_in extremis_ de négocier la confirmation du traité du Cateau-Cambrésis.
Du château de Gaillon où elle s'était installée chez le cardinal de
Bourbon pour suivre les opérations du siège, elle mena le Roi en son
parlement de Rouen, et dans la séance même où Charles IX se déclara
majeur, le Chancelier proclama les Anglais déchus par une agression sans
motifs de tous les droits qu'ils pouvaient prétendre sur Calais (17
août). Élisabeth, intimidée par la décision du gouvernement et par
l'accord des partis, se réduisit à l'indemnité de 500 000 couronnes,
mais sans succès, et, après un long marchandage, elle finit par accepter
120 000 couronnes que Charles IX lui offrait «à titre d'honnesteté et de
courtoisie». Calais était définitivement acquis à la France (traité de
Troyes, 12 avril 1564).

Catherine se flattait de régler avec le même bonheur les querelles
religieuses.

Pour s'assurer le surcroît d'autorité que les hommes du temps
attribuaient aux ordres du roi donnés par le roi même, et probablement
aussi pour ruiner les prétentions de Condé à la lieutenance-générale,
elle émancipa son fils. L'ordonnance de Charles V fixait à quatorze ans
la majorité des rois de France, et Charles IX n'en avait que treize;
mais le Conseil, sollicitant ce texte dans le sens le plus favorable,
arrêta qu'il signifiait l'entrée dans la quatorzième année. Le
Chancelier avait fait aussi décider que l'inauguration du pouvoir
personnel se ferait non au parlement de Paris, mais à celui de Rouen,
sous prétexte que tous les parlements de France étaient des «classes»
régionales du Parlement du roi. En fait, il voulait éviter les
remontrances de la première Cour du royaume sur la déclaration
confirmative de l'Édit d'Amboise, qui devait être jointe à l'acte de
majorité.

Charles se rendit processionnellement (17 août) au Parlement, accompagné
de la Régente, des princes, du Connétable, des maréchaux de France et de
beaucoup de seigneurs et autres conseillers en son Conseil[399]. Il prit
place en son siège royal, ayant à sa droite sa mère, son frère Henri et
les princes du sang, et à sa gauche les cardinaux de Châtillon et de
Guise. Les portes ayant été closes, il dit que Dieu lui ayant fait la
grâce de pacifier son royaume et d'en chasser les Anglais, il était venu
en cette ville pour faire entendre «qu'ayant atteint l'aage de majorité,
comme j'ay à présent, que je ne veux plus endurer que l'on use en mon
endroit de la désobeyssence que l'on m'a jusques ici portée depuis que
ces troubles sont encommencez». Il ordonnait à ses sujets de garder son
Édit de paix, sous peine «d'estre chastiez comme rebelles» et leur
interdisait à tous petits ou grands (fussent ses frères) d'avoir sans
son congé intelligence au dehors avec les princes amis ou ennemis et de
«faire cueillette ny lever argent» en son royaume sans son exprès
commandement.

      [Note 399: Dupuy, _Traité de la majorité de nos rois et des
      régences du royaume_, Paris, 1655, p. 356 sqq.]

Le Chancelier, après avoir amplifié les défenses royales et annoncé
l'incorporation de Calais au domaine, loua la sagesse de Charles V, qui,
sans «muer les lois de nature ne faire sage avant le temps celuy qui ne
le peut estre», avait voulu, par cette sainte ordonnance, mettre fin aux
régences toujours et partout fécondes en troubles et en désastres, comme
on le voit dans toutes les histoires». Le Roi était maintenant majeur,
mais, ajouta-t-il, je ne craindray point à dire en la présence de Sa
Majesté, (car il le nous a ainsy dict) qu'il veut estre réputé majeur en
tout et partout, et à l'endroict de tous, fors et excepté vers la Royne
sa mère, à laquelle il réservoit la puissance de commander.

L'Hôpital ne laissa pas échapper l'occasion, qu'il eût pu choisir plus
opportune, de faire la leçon aux magistrats. Il leur reprocha de se
mettre au-dessus des ordonnances, et leur enjoignit d'appliquer les lois
«sans affection et passion». Il les reprit rudement de leur partialité,
leurs injustices, leur avidité[400].

      [Note 400: _Id._, _ibid._, p. 376.--Dufey, _Œuvres complètes de
      Michel de l'Hospital, chancelier de France_, 1824, t. II, p. 67
      sqq.]

Après la réponse du premier président, la cérémonie de «l'hommage et
reconnaissance», «tels que les sujets la doivent à leur roy», commença.

La Reine-mère déclara qu'elle remettait aux mains de Sa Majesté
l'administration du royaume. Elle fit quelques pas vers son fils.
Charles IX descendit de son trône, le bonnet à la main, «et luy faisant
ladite dame, une grande révérence et le baisant, ledit seigneur luy a
dit qu'elle gouvernera et commandera autant ou plus que jamais».

Après elle, le duc d'Orléans, le prince de Navarre, Condé et les autres
princes du sang, les cardinaux, les grands officiers et les seigneurs
présents s'approchèrent du jeune Roi, qui s'était rassis en son siège
royal, «et luy ont faict chacun une grande révérence jusque près de
terre luy baisant la main».

Les portes furent alors ouvertes, et le Chancelier fit lire une
déclaration datée de la veille, qui confirmait l'Édit de pacification et
ordonnait à tous les habitants des villes et des campagnes qui avaient
des armes en mains de les déposer. Seuls les gentilshommes étaient
autorisés à en garder dans leurs maisons, mais il leur était défendu de
porter ou faire porter par leurs gens dedans les villes et par les
champs «aucune hacquebute (arquebuse), pistole ne pistolet». Il n'y
avait d'exception que pour les soldats du roi.

Contrairement à l'habitude du temps, le gouvernement ne licencia pas
toutes les troupes levées pendant la guerre; il retint une partie des
gens de pied, qu'il distribua en un corps de huit enseignes, les
_enseignes de la garde du roi_, dont Catherine fit mestre de camp
Charry, que le brave Monluc lui recommandait pour sa bravoure et sa
fidélité. C'est l'origine du régiment des gardes-françaises[401]. Le Roi
seul restait en force pour faire la loi aux partis.

Le parlement de Paris, qui se regardait comme «la première de toutes les
Cours du royaume, la Cour des pairs et le lit de la justice du roi», fut
blessé de l'acte accompli à Rouen. Il refusa d'enregistrer la
Déclaration de majorité et remontra qu'en confirmant l'Édit de
pacification, elle semblait lui donner le caractère d'une loi
perpétuelle, ce qui allait à reconnaître l'existence de deux religions.
Il sollicita pour les Parisiens la faveur de porter les armes qu'ils
avaient prises «pour la nécessité du temps, pour les affaires du roy et
par son commandement»[402].

Charles IX reçut les remontrances «de fort bonne grâce», mais ordonna de
passer outre. La Cour multiplia les difficultés et mit entre autres
conditions à son obéissance la dispense de désarmer. Le Roi finit par se
fâcher. Les députés du Parlement qu'il fit venir à Meulan (24 septembre)
ne cachèrent pas à leurs collègues qu'il avait montré quelque «mauvaise
estime et malcontement de sadite Cour», mais ce n'était pas assez dire.
Comme on le sait par d'autres témoignages, il parla haut et clair. «...
A ceste heure que je suis en ma majorité, je ne veux plus que vous vous
mesliez que de faire bonne et briève justice à mes subjets. Car les rois
mes prédécesseurs ne vous ont admis au lieu où vous estes tous que pour
cest effet... et non pour vous faire ny mes tuteurs ny protecteurs du
royaume ny conservateurs de ma ville de Paris. Car vous vous estes faict
accroire jusques icy qu'estiez tout cela»[403]. Le Parlement céda (28
septembre).

      [Note 401: Susane, _Histoire de l'ancienne infanterie française_,
      t. I, 1849, p. 155-156.]

      [Note 402: Dupuy, p. 407.]

      [Note 403: Floquet, _Histoire du Parlement de Normandie_, t. III,
      p. 5.]

Catherine affecta de croire, et peut-être croyait-elle en effet, que les
triumvirs avaient pris les armes sans raison. Jamais elle ne convint
qu'elle eût mis le catholicisme en péril par son système de laisser
faire. Dans une lettre de sa main à un de ses confidents d'alors, Artus
de Cossé, sieur de Gonnor (19 avril 1563), elle parlait avec quelque
orgueil de ce qu'elle avait «si byen comensé à Saynt-Jermain», et avec
dédain de la paix d'Amboise «qui n'é pas plus aventageuse--elle entend
pour les catholiques--que l'édit de jeanvyer». Ce n'est pas sa faute si
les reîtres, qui ne sont pas encore payés, foulent le royaume et si les
Parisiens sont mis à contribution[404], mais bien celle des hommes (les
Guise) qui ont voulu «fayre les roys». Elle ajoutait fièrement: «... Si
l'on ne m'empesche encore, j'espère que l'on conestra que lé femme aunt
milleur volonté de conserver le royaume que seulx qui l'ont mis an
l'état en quoy yl est et vous prie que seulx qui en parleront leur
montrer sesi, car s'et la vérité diste par la mère du roy qui n'ayme que
luy et la conservation du royaume et de ses sugés»[405].

      [Note 404: Le gouvernement se procura des fonds par les expédients
      d'usage: taxe sur les plaideurs, procès aux financiers, dont
      quelques-uns furent mis à mort et les autres condamnés à de fortes
      amendes, aliénation des biens du clergé pour la valeur de 3
      millions de livres de revenu.--Estienne Pasquier, _Œuvres_, 1723,
      t. II, col. 108-110.]

      [Note 405: _Lettres de Catherine_, t. II, p. 17.]

Elle était impatiente de tout apaiser. La ville de Paris était un foyer
de fanatisme dont les épreuves de la guerre avaient attisé l'ardeur.
Elle vénérait comme un martyr de la foi le duc de Guise assassiné sous
Orléans, et sa compassion se tournait en furie contre les huguenots. Le
jour de l'exécution de Poltrot, que le Parlement avait condamné à être
tenaillé au fer rouge en quatre endroits et puis tiré à quatre chevaux,
la populace se saisit de ces quartiers de chair humaine, les traîna par
les rues et les dépeça (18 mars 1563). Le lendemain se firent dans un
sursaut d'émotion les obsèques solennelles du héros populaire, dont le
cercueil traversait Paris à destination du château patrimonial des Guise
à Joinville. Le Corps de ville conduisait le deuil qu'un immense cortège
accompagnait: gentilshommes, délégations des Cours souveraines, clergé
des paroisses, moines de tous ordres et de toute robe, arquebusiers de
la milice bourgeoise «portant la harquebouse sous l'aisselle», piquiers
«tenans leurs piques par le fer en les traînant après eulx», enseignes
avec «leurs enseignes ployées sur l'épaule, le fer contre bas»,
bourgeois ayant à la main des torches à leurs armes, prévôts, échevins,
conseillers de ville, notables en robe noire montés sur des mulets. A
Notre-Dame, Jacques le Hongre, un prédicateur fameux par ses attaques
contre les hérétiques, prononça l'oraison funèbre parmi les «pleurs et
lamentations» des assistants[406]. Après la paix, malgré l'Édit, les
Parisiens ne se pressèrent pas de désarmer. Un autre tribun de la
chaire, Artus Désiré, interprétait à sa façon le conseil du Christ à ses
apôtres: «_Qui non habet gladium vendat tunicam et emat_. (Que celui qui
n'a pas de glaive vende la tunique pour en acheter un).»

Ce fut en ce milieu surchauffé que Catherine, avec une imprudence
généreuse, tenta un premier essai de réconciliation, espérant, comme
elle l'expliquait à la duchesse de Savoie, que l'exemple parti de la
capitale «apporteret l'entier repos par tout le royaume»[407].

      [Note 406: Robiquet, _Histoire municipale de Paris depuis les
      origines jusqu'à l'avènement de Henri III_, 1880, p. 557-560.]

      [Note 407: _Lettres de Catherine de Médicis_, 11 juin 1563, t. II,
      p. 57.]

Au moment de mener huguenots et catholiques contre les Anglais du Havre,
la veille de la Fête-Dieu (juin 1563), elle alla donc avec Charles IX
coucher à Paris chez le prince de Condé, et, pour tâter l'opinion,
traversa la ville en compagnie du chef des protestants. Le peuple,
écrit-elle à cette confidente, fit «demostration que d'aystre bien ayse
de nous voyr tous». Déjà elle remerciait Dieu «que ne auret plus (il n'y
aurait plus) de defiense ny de ynymitié entre ledit prinse et sete
vile». Mais le lendemain, quand, après la procession, elle repartit pour
Vincennes avec son hôte, elle s'aperçut qu'elle s'était réjouie trop
tôt. La princesse de Condé, qui avait pris les devants «en neun (un)
coche», croisa hors des portes une troupe de cinq cents Parisiens à
cheval, qui s'étaient postés là «en narmes (armes) pour se monstrer au
Roy». Ils tuèrent, à sa portière, le capitaine huguenot Couppé, à qui
ils avaient peut-être des raisons particulières d'en vouloir, et la
laissèrent fuir ou la manquèrent. Le Roi et sa suite arrivèrent
immédiatement après le meurtre. Condé, croyant à un guet-apens dressé
contre sa femme et contre lui par la duchesse de Guise et le cardinal de
Lorraine, menaça de quitter Paris et la Cour. La Reine eut beaucoup de
peine à le calmer. «Velà, Madame, ajoutait Catherine, come quant je
pense aystre aur (hors) de ses troubles, je veoy qu'i semble qu'il y a
je ne sé quel malheur qui nous y remest». Toutefois elle ne désespérait
pas--elle ne désespère jamais--d'y «donner si bon hourdre (ordre) que
avent qu'i (ils) comenset plus grans, que je leur coupperé chemin»[408].
Quelques jours après, elle annonçait à la duchesse qu'elle avait réussi
non sans peine, à réconcilier le prince de Condé avec le duc de Nemours
et le cardinal de Guise et à les faire embrasser. Elle espérait qu'ayant
«rapoynté ses (ces) grans», «le demeurant se meyntiendra en pays
(paix)»[409].

      [Note 408: _Ibid._, p. 57.]

      [Note 409: 25 (et non 21) juin 1563, _Lettres_, II, p. 62:
      aujourd'hui «qui ayst le lendemeyn de la Saynt-Jean».]

Le mestre de camp de la garde du roi, Charry, fort de la faveur de
Catherine et catholique ardent, refusait d'obéir au colonel général de
l'infanterie française, d'Andelot, qui, révoqué pendant la guerre, avait
été depuis rétabli dans sa charge. Le 1er janvier 1564, comme il passait
de grand matin sur le pont Saint-Michel, accompagné de son lieutenant et
du capitaine La Tourette, il fut assailli par Chastelier-Portaut, le
guidon (porte-enseigne) de l'Amiral, par Mouvans, le chef des huguenots
du Midi, et un soldat. Avant qu'il eût eu le temps de dégainer,
Chastelier-Portaut «luy donna un grand coup d'espée dans le corps et la
luy tortilla par deux fois dans ledict corps, afin de faire la plaie
plus grande»[410]. Charry et la Tourette morts, les assassins filèrent
par le quai des Augustins et, au delà de la porte de Nesle, trouvèrent
des chevaux qui les attendaient et s'enfuirent.

      [Note 410: Brantôme, t. V, p. 345.--Autres références dans
      _Lettres_, t. II, p. 136 et les notes.]

C'était probablement une vendetta. Charry avait, quatorze ans
auparavant, tué le frère de Chastelier-Portaut. À Paris l'impression fut
vive. Les catholiques accusèrent d'Andelot et l'Amiral d'avoir dressé
l'entreprise pour se débarrasser d'un adversaire. Catherine n'oublia
jamais le meurtre de ce bon serviteur, mais elle jugea dangereux d'en
rechercher trop curieusement les complices[411].

      [Note 411: L'ambassadeur d'Espagne Chantonnay, avec ses partis
      pris habituels, accusait Catherine d'indifférence et presque de
      complicité. _Lettres_, II, p. 136, note 1.]

A quelques jours de là, elle régla une querelle de bien plus grande
conséquence. Poltrot avait, spontanément ou à la torture, inculpé,
disculpé et inculpé encore l'Amiral de participation à l'assassinat du
duc de Guise, Coligny protesta (12 mars) contre les mauvais bruits qui
couraient avec une brutale franchise. Il n'avait «jamais recherché,
induit ni sollicité quelqu'un» à commettre ce crime «ni de paroles, ni
d'argent, ni par promesses, par soy ni par autrui directement ni
indirectement». Même après le massacre de Vassy, bien qu'il tînt et
poursuivît le duc de Guise et ses adhérents «comme ennemys publics de
Dieu, du roy et du repos de ce royaume», «[il] ne se trouvera qu'il ait
approuvé qu'on attentât en ceste façon sur la personne d'iceluy». Mais
ayant été ensuite «duement averti» que le duc de Guise et le maréchal de
Saint-André «avoient attitré certaines personnes pour tuer Monsieur le
prince de Condé, luy et le seigneur d'Andelot, son frère», «il confesse
que depuis ce temps-là, quand il a ouï dire à quelqu'un que s'il peuvoit
il tueroit ledit seigneur de Guise jusques en son camp, il ne l'en a
destourné». Sincère jusqu'à l'imprudence, il écrivit à la Reine, que
s'il se défendait d'être coupable, ce n'était pas «pour regret à la mort
de Monsieur de Guyse, car j'estime que ce soit le plus grand bien qui
puisse advenir à ce royaume et à l'Église de Dieu et particulièrement à
moy et à toute ma maison»[412].

      [Note 412: Delaborde, _L'Amiral de Coligny_, II, p. 230-234:
      Protestation de Coligny du 12 mars et Mémoire apologétique du 5
      mai 1563 rédigé en sa maison de Châtillon-sur-Loing.]

Cette justification maladroite était d'un innocent, mais, si elle avait
pu convaincre la mère, la femme et les enfants du mort, elle étalait
contre lui une telle haine qu'elle devait les irriter autant qu'un aveu
de complicité. Les Guise, aussitôt la paix faite, avaient demandé
justice du crime en même temps qu'ils armaient pour en tirer vengeance.
Des gentilshommes huguenots accoururent offrir leurs services à Coligny:
il eut la sagesse de les engager à retourner en leurs logis. A la Cour,
l'alarme fut chaude. Catherine crut à une nouvelle guerre civile. Elle
évoqua l'affaire au Conseil. Mais plaignants et défenseurs exercèrent
leur droit de récusation si rigoureusement qu'ils n'acceptaient d'autres
juges que le Roi et la Reine-mère. A eux deux, ils ne voulurent pas
connaître de l'affaire à fond. Charles IX, séant en son Conseil, arrêta
que «toutes choses» seraient «remises d'icy à trois ans», et fit
promettre aux deux parties «de ne se rien demander ny par justice ny par
armes» pendant ce temps-là. Catherine s'était effacée pour laisser au
jeune souverain le mérite de la décision. Elle n'était pas loin de crier
au miracle. «Le Roy mon fils, écrit-elle à la duchesse de Savoie, de
son propre movement, san que personne luy en dist ryen, a doné
l'arrest... si bon que tout son Conseil ha dist que Dieu le feset parler
et se sont aresté à set qu'il an na (ce qu'il en a) hordonné». Dieu
l'avait inspiré comme autrefois Salomon en son jugement (janvier
1564)[413].

      [Note 413: _Lettres_, t. II, p. 128, du 5 au 10 janvier 1564.]

La bonne volonté ne suffisait pas. La lutte avait duré un an et laissé
après soi des habitudes de désordre, des colères, des rancunes, tout un
héritage de haine. Les gens d'épée convertis au protestantisme n'avaient
renié que de bouche l'esprit d'orgueil et de violence. Ils n'étaient ni
patients, ni résignés, ni moins avides. La guerre leur avait fourni
l'occasion de commencer la réforme religieuse à leur manière, qui fut de
piller les trésors des églises et de se saisir des biens du clergé. En
Poitou et dans d'autres régions où ils étaient nombreux et puissants,
ils refusaient de rendre les bénéfices qu'ils avaient sécularisés. Les
catholiques de leur côté assaillirent les réformés qui rentraient en
leurs logis. Dans certaines provinces, des compagnies de massacreurs
s'étaient organisées et, moyennant salaire, elles dépêchaient les gens
désignés à leurs coups. Des magistrats étaient sinon les inspirateurs,
du moins les témoins complaisants de ces forfaits. La Curée, gentilhomme
protestant du Vendômois, qui avait offert ses services au commissaire du
roi, Miron, pour arrêter les assassins, fut surpris et tué par eux sur
les indications de ce même commissaire.

Le gouvernement s'efforça d'imposer à tous l'observation de l'Édit
d'Amboise. Le maréchal de Vieilleville fut envoyé à Lyon, en Dauphiné,
Languedoc, et Provence, avec charge de recouvrer les places fortes dont
les huguenots s'étaient emparés[414]. Le maréchal de Bourdillon alla
mettre les catholiques de Rouen à la raison. Le parlement de Provence,
qui se distinguait par son fanatisme, fut suspendu en masse et remplacé
par une délégation du parlement de Paris (24 novembre). Le président de
cette commission, Bertrand Prévost, sieur de Morsan, procéda si
rigoureusement contre les catholiques factieux que 2 000 d'entre eux se
réfugièrent dans le Comtat, pour se mettre à l'abri sous la protection
du pape. Mais ils furent extradés et jugés[415].

      [Note 414: Catherine à Soubise, _Lettres_, t. II, p. 33, 13 mars
      1563.--Cf. _ibid._, 2 juin, p. 50, et la note 2.]

      [Note 415: Arnaud, _Histoire des protestants de Provence et du
      Comtat-Venaissin_, t. I, 1884, p. 178, 180. La commission
      autorisant les conseillers des parlements envoyés en mission est
      dans Fontanon, t. IV, p. 274-276.]

La Reine-mère écrivait aux lieutenants du roi, elle rappelait à
Montmorency-Damville, gouverneur du Languedoc et catholique zélé, «de
faire inviolablement observer» l'Édit de pacification. C'était, ajoutait
Charles IX, «le seul establissement de la tranquillité public et pour
ceste cause, il fault que vous qui estes gouverneur et qui sçavez en
cela quelle est mon intention, que sans passion ni acception de personne
ni de religion vous teniez mains à ce qu'il soit gardé et entretenu et
que du premier qui y contreviendra la punition s'en fasse
exemplaire»[416]. Catherine déclarait sans détour au nouvel ambassadeur
d'Espagne, don Francès de Alava, successeur de Chantonnay, que la
nécessité les avait contraints «de faire ung édict pour la conservation
du royaume, lequel estoit sy utille que le roy», son fils, «ne se
délibéroit pour quelque occasion que ce feust, le rumpre et violer; que
partye du royaume avoit esté saulvé et par là il le falloit
conserver»[417].

Au XVIe siècle, l'organe essentiel de la volonté royale était le Conseil
du roi, où l'on distinguait le Conseil privé, qui dirigeait
l'administration, la justice et les finances du royaume, et le Conseil
des affaires, une quintessence du premier, auquel étaient réservées les
questions les plus importantes du dedans et du dehors[418]. Le Conseil
du roi, à la fois conseil de délibération et conseil d'exécution,
réunissait les fonctions que se partagent aujourd'hui le Conseil d'État,
la Cour de Cassation et le Conseil des ministres. A cette époque les
secrétaires d'État, qui furent à partir de Louis XIV les agents suprêmes
du pouvoir central, n'étaient considérés encore que comme les
expéditeurs des ordres du Conseil, et même quand ils assistaient aux
réunions, ils ne délibéraient ni ne votaient. Quand certains d'entre eux
y obtenaient séance et voix et se trouvaient ainsi associés aux actes du
gouvernement, c'était par désignation particulière et non à titre de
secrétaires d'État.

      [Note 416: _Lettres_, t. II, p. 129-130, 8 Janvier 1564, et note
      2, p. 129.]

      [Note 417: _Ibid._, p. 150, 26 février 1564.]

      [Note 418: Le règlement du 21 décembre 1560, qui déterminait la
      part de pouvoir de la Reine-Mère et du roi de Navarre (voir plus
      haut, p. 91), semble distinguer quatre conseils: Conseil privé,
      Conseil des affaires du matin, Conseil des parties, Conseil des
      finances, mais quand on y regarde de près, on voit que le Conseil
      des parties n'est qu'une «séance» du Conseil privé, et que le
      Conseil des finances est une Commission préparatoire, une
      «Direction» des finances, si l'on peut dire, chargée de préparer
      les décisions financières à soumettre au Conseil privé.]

L'autorité du Conseil se faisait sentir dans toutes les parties du
royaume à tous les sujets du roi, de quelque condition et état qu'ils
fussent. Aussi importait-il qu'en ces temps de passion religieuse, son
impartialité ne pût être mise en doute. Catherine de Médicis y fit
entrer des représentants des divers partis. Dans l'ensemble des listes
du Conseil, de 1563 à 1567, on relève les noms de seize catholiques
zélés: les cardinaux de Lorraine et de Guise, les ducs de Montpensier et
de Nevers (Louis de Gonzague), le lieutenant général du roi en
Bourgogne, Gaspard de Saulx-Tavannes, le futur garde des sceaux,
Birague, etc.; de six protestants: Condé, les trois Châtillon,
d'Estrées, La Rochefoucauld; et d'une vingtaine de modérés: le
chancelier de L'Hôpital, le surintendant des finances, Artus de Cossé,
sieur de Gonnor, l'évêque d'Orléans, Morvillier, Jean de Monluc,
etc.[419]. Ces «politiques», comme on les appelait, à qui on peut
joindre le Connétable et même le cardinal de Bourbon, ami personnel de
Catherine, voulaient comme elle, par esprit d'humanité et dégoût des
violences ou simplement pour le bien de l'État, appliquer l'Édit de
pacification. Leur nombre, qui balançait celui de tous les autres
conseillers, indique bien les tendances générales du gouvernement et son
ambition de constituer la royauté en pouvoir supérieur aux partis, juge
de leurs querelles et défenseur impartial de l'ordre public.

      [Note 419: Noël Valois, _Le Conseil du roi aux XIVe, XVe et XVIe
      siècles_; Paris, 1888, p. 193, 195, 196.]

La composition de ce Conseil et les rapports de la Cour de France avec
Rome auraient dû rassurer les réformés. Catherine avait forcé le pape
Pie IV, en le menaçant d'un Concile national, à convoquer le Concile
général, mais elle n'avait pas obtenu qu'il se tînt, comme le demandait
aussi l'empereur Ferdinand, dans une ville du centre de l'Allemagne, où
les protestants auraient pu aller et discuter en sûreté[420]. Au lieu
d'un nouveau concile «libre et saint», de qui elle attendait un remède
aux dissensions religieuses, elle avait dû accepter la reprise à Trente
du Concile deux fois réuni et deux fois interrompu. Au moins aurait-elle
voulu qu'il abolît certains abus, autorisât quelques pratiques nouvelles
et surtout se gardât de préciser le dogme; concessions qu'elle croyait,
à tort d'ailleurs, capables de ramener les dissidents. Ses ambassadeurs,
le jour de la séance solennelle d'ouverture (26 mai 1562), insistèrent
avec une cruauté moqueuse sur la corruption de l'Église. Le cardinal de
Lorraine, qu'elle avait fait partir pour Trente, après le colloque de
Poissy, avec une soixantaine d'évêques français, avait pour instructions
de s'entendre avec les Allemands, qui, eux aussi, désireux de rétablir
l'unité religieuse, réclamaient les plus larges réformes, et
particulièrement les prières en langue vulgaire et le mariage des
prêtres[421]. Les représentants de l'Église gallicane n'allaient pas
jusque-là. Dans les _Articles de Réformation_ qu'ils soumirent au
Concile, le 2 janvier 1563, ils se taisaient sur le célibat
ecclésiastique et se contentaient qu'on permît aux fidèles, après
l'office, de chanter en français des cantiques spirituels et les psaumes
de David. Ils proposaient d'accorder aux laïques la communion sous les
deux espèces et d'ôter les superstitions qui pouvaient s'être glissées
dans le culte des images, les pèlerinages, les confréries, les
indulgences.

      [Note 420: Janssen, _L'Allemagne et la Réforme_, trad. de
      l'allemand, par E. Paris, t. IV. Paris, 1895 p. 333.]

      [Note 421: _Ibid._, p. 161-162.]

Mais Français et Allemands se heurtaient au bloc des Italiens et des
Espagnols, résolument hostiles à tout compromis. Le pape n'aimait pas
l'Église gallicane, qui niait son infaillibilité, prétendait constituer
dans l'unité catholique un corps à part, ayant ses libertés, coutumes et
privilèges, et se montrait plus docile à la tutelle du roi qu'à
l'autorité du Saint-Siège. Pendant un voyage du cardinal de Lorraine à
Rome, les légats ripostèrent aux Articles de réformation de l'Église par
un projet de «réformation des princes». Ils y revendiquaient pour les
tribunaux ecclésiastiques le droit exclusif de juger les clercs,
défendaient aux juges séculiers d'intervenir dans les causes
spirituelles, matrimoniales, bénéficiales et d'hérésie, même si les
juges d'Église consentaient à se dessaisir, menaçaient d'excommunication
les souverains qui, sauf en cas de guerre contre les infidèles ou dans
une extrême nécessité, lèveraient sur le clergé aucun impôt, taxe, péage
ou subside. C'était remettre en question les conquêtes des rois de
France, aidés de leurs parlements, sur la juridiction, l'administration
et la propriété ecclésiastique. Les ambassadeurs relevèrent vivement
cette attaque à peine déguisée contre le pouvoir royal, et quelque temps
après ils se retirèrent à Venise. Charles IX, n'étant pas d'humeur à
endurer que les Pères voulussent «rongner les ongles aux rois et
croistre les leurs»[422], enjoignit à ses représentants de ne pas
revenir à Trente avant que les légats eussent «réformé les articles» qui
concernaient «ses droicts, usages, privilèges et authoritez et ceux de
l'Église gallicane, pour n'en estre plus parlé ny mis aucune chose en
controverse ou dispute»[423]. Catherine était très mécontente du
Concile, qui trompait toutes ses espérances. Quand le cardinal de
Lorraine revint de Trente, réformateur repenti et qui cherchait à Rome
un appui pour sa maison en deuil, il demanda que les décrets du Concile
fussent reçus comme loi de l'État. L'affaire fut débattue «en pleine
compaignie» du Conseil du roi, «appellez les quatre presidens de sa
Court de Parlement et ses advocatz et Procureur general» (22 février
1564). Le Cardinal, irrité de l'opposition du Chancelier, son ancienne
créature, lui dit qu'il était temps de déposer le masque (_larvam
deponere_), c'est-à-dire de se déclarer pour la Réforme. L'autre
répondit qu'il vît lui-même qui avait à Vassy violé l'Édit de janvier,
d'où s'étaient ensuivies tant de funestes conséquences[424]. L'assemblée
trouva dans les décrets, comme l'écrivait Catherine à l'évêque de
Rennes, ambassadeur de France à Vienne, «tant de choses contraires» à
l'autorité du Roi «et préjudiciables aux libertez et privilleges de
l'Église gallicane» qu'il y avait été «advisé et résolu» de surseoir à
leur enregistrement par les Cours souveraines «encore pour quelque
temps»[425]. Ce quelque temps dura toujours.

      [Note 422: [Dupuy] _Instructions et lettres des rois très
      chrestiens et de leurs ambassadeurs concernant le Concile de
      Trente..._, 1654, p. 479, Saint-Silvain. 28 août 1563.]

      [Note 423: Ibid., p. 538, Monceaux, 9 nov. 1563.]

      [Note 424: Bèze à Bullingerr, _Calvini Opera omnia_, t. XX col.
      262-263.]

      [Note 425: Catherine à l'évêque de Rennes, _Lettres_, II, p.
      153-154, 28 fév. et X, p. 128-129, 7 févr.--Hubert Languet,
      _Arcana soeculi sexti decima... epistulae secretae_, II, p.
      286-287, 6 mars 1564, dit pour quelles raisons le Conseil repoussa
      l'enregistrement. L'ajournement fut un expédient pour ménager
      l'amour-propre du Cardinal.]

Les privilèges de l'Église gallicane aidaient à couvrir les agissements
de la politique modérée. Pie IV ayant cité par devers lui les sept
archevêques ou évêques d'Aix, Uzès, Valence, Oloron, Lescar, Chartres et
Troyes comme suspects d'hérésie, le Roi repoussa la prétention de la
Cour romaine d'évoquer directement la cause sans passer par la
juridiction intermédiaire des prélats et métropolitains français[426].
Il protesta avec plus de vigueur encore quand le Pape menaça la reine de
Navarre, Jeanne d'Albret, de la déposer et la priver de ses États si
elle ne comparaissait pas dans six mois en personne ou par procureur à
Rome pour se purger du crime d'hérésie[427]. Catherine chargea le sieur
d'Oysel de faire entendre au Pape «qu'il n'a nulle auctorité et
juridiction sur ceulx qui portent tiltre de roy ou de royne et que ce
n'est pas à luy de donner leurs Estats et royaumes en proye au premier
occupant et mesmement (surtout) de ladicte royne de Navarre, qui a la
meilleure partie de ses biens en l'obéissance du Roy mon dict sieur et
filz»[428]. Pie IV n'osa passer outre. Jeanne d'Albret, dans une lettre
à la Reine-mère, confessait «ne jamais pouvoir recognoistre ceste digne
faveur dernière et couronnant toutes les autres» et se disait impatiente
d'aller la trouver en quelque part qu'elle fût pour lui «baiser les
pieds de meilleure affection qu'au pape»[429].

      [Note 426: _Lettres_, II p. 119 et la note 1.]

      [Note 427: Bordenave, _Histoire de Béarn et Navarre_, publiée par
      Paul Raymond (_Soc. Hist. France_), 1873, p. 120-122.]

      [Note 428: _Lettres_, II, p. 119, 13 déc. 1563.]

      [Note 429: _Ibid._, p. 120, note.]

Les puissances catholiques étaient scandalisées de l'attitude du
gouvernement français. Les ambassadeurs du Pape, de l'Empereur, du roi
d'Espagne et du duc de Savoie arrivèrent ensemble à Fontainebleau où se
trouvait la Cour, pour demander au Roi «comme par un commun accord» de
faire observer par toute la France les décrets du Concile de Trente, de
changer l'Édit de pacification, de punir les fauteurs des derniers
troubles et les meurtriers du duc de Guise. Ils l'invitèrent à un
congrès de princes et d'ambassadeurs chrétiens, qui se tiendrait à Nancy
pour aviser aux moyens d'extirper les hérésies (12 février 1564).
Charles IX répondit--on reconnaît le style de sa mère--que son intention
était de vivre et de faire vivre son peuple selon l'ancienne et louable
coutume tenue et observée en l'Église romaine, mais qu'il avait été
forcé de faire la paix «pour déchasser les ennemis du royaume» et qu'il
ne pouvait sans «rechute de guerre» rompre son Édit de pacification. Il
s'excusait donc d'aller à Nancy (26 février)[430].

Mais justement pour résister à cette pression du dehors, Catherine ne
devait pas être suspecte aux catholiques français de complaisance pour
les huguenots. Elle avait vu l'attachement des grands corps de l'État et
de la masse de la nation à l'Église traditionnelle. C'était une
constatation dont un esprit réaliste comme le sien tint désormais un
très grand compte. L'Édit contenait un maximum de concessions qu'elle
jugeait dangereux de dépasser. Les chefs protestants s'étaient imaginés
à tort que, la guerre finie, elle recommencerait à tout tolérer comme à
Saint-Germain. Le prince de Condé faisait «tous les jours prescher
dedans la mayson du Roi»[431]. La duchesse de Ferrare avait aussi
converti son logis à Paris et à Fontainebleau en lieu de culte[432].
C'était, remarque Chantonnay, vouloir que le Roi souffrît en sa Cour ce
que les hauts justiciers n'étaient pas autorisés à permettre en leurs
maisons. Catherine attendit patiemment que Condé, très occupé d'une de
ses filles d'honneur, renonçât de lui-même à dresser autel contre autel
dans les résidences royales[433], mais la duchesse de Ferrare, Renée de
France, persévérant en son zèle, elle lui fit interdire pendant le
séjour du Roi à Fontainebleau de faire prêcher au château et même dans
une maison qu'elle avait achetée au village (de Fontainebleau) et
qu'elle prêtait et dédiait «pour tel faict», même quand elle n'était pas
à la Cour[434].

      [Note 430: _Mémoires du prince de Condé_, 1743. t. V, p. 45.--_Les
      Mémoires de Messire Michel de Castelnau, seigneur de
      Mauvissière..._, par J. Le Laboureur, conseiller et aumônier du
      Roy, t. I, p. 167 (liv. V, ch. v).]

      [Note 431: Lettre de Mme de Roye à Bèze (7 mai 1563), _Calvini
      Opera omnia_, t. XX, col. 6.--Lettre de Chantonnay, ambassadeur
      d'Espagne, dans _Mémoires de Condé_, II, p. 160.]

      [Note 432: Chantonnay 22 décembre 1563, 12 janvier 1564, _Mémoires
      de Condé_, II, p. 183 et 187.]

      [Note 433: Dans les considérants de la Déclaration de Lyon, 24
      juin 1564 (Fontanon, t. IV, p. 279), le Roi laisse entendre que
      les chefs protestants ont renoncé volontairement à l'exercice de
      leur culte dans les maisons royales.]

      [Note 434: _Calvini Opera omnia_, t. XX col. 267, mars 1564.]

Bèze avait deviné les nouvelles dispositions de la Reine. Quand il
revint à Genève en mai 1563, il était plein d'une confiance d'où il
l'excluait. Grâce à la protection divine, les principaux ennemis de
l'Évangile étaient morts ou impuissants; les chefs réformés avaient part
au gouvernement. «Telle est, continuait-il, la nature de notre roi
(Charles IX) et même de ses frères qu'elle permet à tous les fidèles
(_pios_) d'attendre d'eux de sûrs et grands progrès en piété»[435]. Mais
il ne disait rien de Catherine: silence significatif. Clairement, dans
une lettre du 2 juillet, Calvin parlait de la «légèreté» et de
«l'astuce» de la Reine, qui ne permettent pas ou si peu d'espérer[436].
Deux semaines après (19 juillet), il se plaignait qu'elle s'opposât
autant qu'elle pouvait à la bonne cause[437]. Il l'accusait contre toute
justice (19 juillet)--c'était après le meurtre du capitaine Couppé--de
favoriser l'agitation fanatique de Paris. Sa perfidie, écrivait-il
encore au mois d'août, autorisait les ennemis de la Réforme à braver les
Édits du Roi. «Dans leur rédaction, le Chancelier se montre très libéral
à notre égard, car au fond du cœur il nous est favorable. Mais par les
artifices cachés de la Reine toutes les bonnes résolutions prises en
Conseil sont éludées»[438]. Ce revirement de Calvin à l'égard de
L'Hôpital est à noter. De dépit, Bèze en revenait à la théorie du parti
contre le gouvernement féminin. «C'est le dernier des malheurs
écrivait-il le 20 juillet, que celui d'un peuple soumis à l'empire d'une
femme, (et d'une femme de cette sorte)»[439].

      [Note 435: _Ibid._, XX, col. 21.]

      [Note 436: _Ibid._, col. 54.]

      [Note 437: _Ibid._, col. 64.]

      [Note 438: _Ibid._, col. 133.]

      [Note 439: _Ibid._, col. 67.]

C'en était fini des complaisances d'avant la guerre. L'Édit de Vincennes
(14 juin 1563) avait défendu aux religionnaires de travailler boutiques
ouvertes les jours de fête de l'Église catholique[440]. L'importante
«Déclaration et Interprétation» du 14 décembre de la même année suppléa
aux lacunes et aux obscurités de l'Édit d'Amboise par la limitation des
droits de la minorité. L'Édit concédait aux protestants pour l'exercice
de leur culte, en outre d'une ville par bailliage «toutes les villes
esquelles la religion estoit» jusqu'au 7 mars pratiquée, mais la
Déclaration expliqua qu'il fallait entendre par «toutes les villes»
seulement «celles qui estoient tenues par force durant les troubles,
esquelles l'exercice de ladite religion se faisoit apertement ledit
septiesme mars», excluant ainsi les autres où au même temps se tenaient
des prêches ou assemblées de prières. Elle renouvela l'interdiction de
«besongner, vendre ny estaler» les jours de fêtes «à boutiques ouvertes»
et défendit d'ouvrir les boucheries pendant les jours maigres institués
par l'Église catholique. Elle ordonnait aux religieux et religieuses qui
s'étaient «licentiez durant et depuis les derniers troubles» de rentrer
dans leurs couvents ou de quitter le royaume «mesmes s'ils sont mariez
contre le vœu de leur profession»[441]. A Paris surtout, par crainte des
émeutes catholiques, elle tendait à restreindre et presque à supprimer
les signes extérieurs de la nouvelle religion. Elle refusait aux
réformés de cette ville le droit de «se transporter es bailliages
circonvoisins pour assister à l'exercice qui s'y fera de ladite
religion.» Les enterrements se feraient «de nuit... sans suyte ni
compagnie», sous l'escorte du guet, tandis qu'ailleurs le convoi pouvait
être de vingt-cinq ou trente personnes. Là, comme dans tous les lieux
privés de la liberté du culte, les enfants à baptiser seraient portés au
lieu d'exercice le plus proche, mais «en compagnie de quatre ou cinq
tant seulement». Ces mesures, dont quelques-unes s'expliquaient, sinon
se justifiaient, par des raisons d'ordre public, blessaient la minorité
comme autant d'affirmations de son infériorité légale.

      [Note 440: Fontanon, _Édits et Ordonnances_, t. IV, p. 276;
      _Calvini Opera Omnia_, XX col. 54.]

      [Note 441: Fontanon, t. IV, p. 276-278.]

La neutralité de la Reine-mère entre Coligny et les Guise, ses efforts
pour réconcilier Condé avec les Lorrains, paraissaient aux protestants
une trahison. Ils interprétèrent comme une menace le privilège octroyé
par le Roi le 13 janvier 1564 «aux principaux chefs de maisons» de
Paris, d'avoir des armes, contrairement à la Déclaration jointe à l'acte
de majorité (août 1563). Inquiets et soupçonneux, ils se munissaient de
toutes «choses nécessaires pour la guerre» et parlaient
«licentieusement». Catherine s'en plaignait doucement dans une lettre à
Coligny (17 avril 1564), où elle lui rappelait la bonne volonté du
gouvernement à punir les violences des catholiques et les ordres qu'elle
et son fils donnaient journellement aux gens de justice, «lesquelz à en
dire la vérité n'y ont pas faict en la plus part des lieux grand devoir
jusques à présent. Mais là-dessus, ajoutait-elle, il fault que je vous
dye qu'il me desplait bien fort de la deffiance en laquelle vous me
mandez que sont entrez ceux de la relligion pour ung faulx bruit que
l'on a faict courir que l'on se délibère avoir bientost la raison
d'eux»... «J'ay si cher le repoz de cet Estat et désire tant la
conservation de tous es subjects du roy mon dict sieur et filz, que pour
riens au monde je ne vouldrois y avoir consenti et aussy peu
permettray-je et endureray-je de mon vivant de qui que ce soyt que telle
chose se feist». Elle priait l'Amiral d'affirmer à ceux de ses
coreligionnaires qui lui en parleraient que l'Édit «leur sera observé
inviolablement», menaçant si elle voyait quelque apparence de trouble en
quelque côté que ce fût d'employer «le vert et le secq (sec) sans
respect de religion, personnes ny autre considération que celle qui
appartient à la conservation du repoz de cest Estat»[442].

      [Note 442: _Lettres_, II, p. 177.]

Il est d'usage de lui dénier le mérite de ses bonnes intentions pour
l'attribuer tout entier au plus vertueux et au plus humain de ses
conseillers, le chancelier de L'Hôpital[443]. Il y a une histoire et il
y a une légende de L'Hôpital. L'histoire le glorifie avec raison comme
partisan de la liberté de conscience et, sous certaines réserves, de la
liberté de culte. La légende voudrait qu'il eût inspiré à Catherine de
Médicis, presque malgré elle, une politique sage et modérée. A lui
l'honneur des lois et des actes de tolérance, à elle la responsabilité
des compromissions, des reculs et des faiblesses. Mais ce partage inégal
s'accorde mal avec les faits. Catherine aimait le pouvoir et s'en
montrait d'autant plus jalouse qu'elle l'avait plus longtemps attendu.
Elle était très active. Les dix volumes in-folio de sa correspondance
qui ont été publiés et que la partie égarée ou détruite augmenterait
encore de quelques autres prouvent que cette épistolière infatigable
s'intéressait aux détails d'administration comme aux plus grandes
affaires. Ses lettres, quand elles sont rédigées par les secrétaires
d'État, portent souvent des apostilles de sa main, et il y en a beaucoup
qui sont tout entières autographes. Il reste de L'Hôpital des harangues
aux Parlements, aux États généraux, aux assemblées du clergé, où au nom
du Roi et de la Reine-mère il fait appel en termes éloquents et même
émouvants à la concorde, à la douceur, à l'esprit de charité; mais on ne
trouve pas dans ses œuvres, et pour cause, d'ordres aux grands officiers
de la Couronne, aux gouverneurs de province, aux Cours de parlements,
aux baillis et sénéchaux, aux trésoriers de France, comme il s'en
trouverait nécessairement s'il avait été une sorte de «principal
ministre». Alors il faudrait supposer que Catherine de Médicis s'est
résignée de 1560 à 1568 à être le secrétaire du Chancelier. Ce n'est pas
la figure qu'elle fait aux ambassadeurs et aux hommes d'État de
l'époque.

      [Note 443: Il y a sur Michel de l'Hôpital, «ce héros de la
      tolérance», un nombre prodigieux d'éloges, dont le plus éloquent
      est celui de Villemain, et aussi quelques bons travaux, mais il
      reste à écrire une histoire vraiment critique de sa vie et de son
      rôle politique.

É. Dupré-Lasale, dont l'ouvrage est certainement le plus étudié,
s'arrête en 1560: _Michel de l'Hospital avant son élévation au poste de
chancelier de France_ (1505-1558), Paris, 1875, et 2e partie
(1555-1560), Paris, 1899. On peut le compléter par A. E. Shaw, _Michel
de l'Hospital and his Policy_, Londres, 1905.--Taillandier, _Nouvelles
recherches historiques sur la vie et les ouvrages du chancelier de
l'Hôpital_, Paris, 1861, est un résumé rapide, comme aussi l'ouvrage
d'Atkinson (C. T.), _Michel de l'Hospital_, Londres, 1900.--Amphoux,
_Michel de l'Hôpital et la liberté de conscience au XVIe siècle_, Paris,
1900, écrit, comme son titre l'indique, moins une biographie objective
que le récit, tout à la louange du Chancelier, de ce premier essai de
tolérance.--Il faudrait commencer par une bonne édition des Œuvres
complètes de L'Hôpital, celle de Duféy étant, à tous égards,
insuffisante.]

A dire vrai, le jeu de bascule qu'imposait le conflit des passions
religieuses suppose une main plus légère que celle de L'Hôpital.
Assurément cet honnête homme était un habile homme; le succès de sa
carrière en est la preuve.

Fils d'un médecin du connétable de Bourbon, ayant suivi à l'étranger son
père fugitif, il était parvenu à faire oublier cette tache originelle.
Ses poésies latines, d'une facture si solide, l'avaient mis en telle
estime parmi les lettrés que les écoles de Ronsard et de Marot le
prirent pour arbitre de leurs querelles littéraires[444]. Il avait
épousé en 1537 la fille du lieutenant criminel, Jean Morin, qui lui
apporta en dot une charge de conseiller au parlement de Paris[445]. De
cette Cour dont le pédantisme, l'humeur procédurière et l'âpreté au gain
le dégoûtèrent, il passa quelques années après à la co-présidence de la
Cour des comptes. Enfin, par la protection du duc de Guise et du
cardinal de Lorraine, dont il célébrait en vers latins la gloire
militaire et l'éloquence, il fut promu à la chancellerie de France, un
des grands offices de la Couronne et le seul qui fût accessible aux gens
de robe. Mais sa vertu, qui dans cette ascension au pouvoir s'était
pliée aux exigences de l'ambition jusqu'à le faire accuser par Bèze
d'«habileté courtisane», se retrouva tout entière en cette charge
prééminente, et même elle parut aux magistrats qui en ressentirent les
effets par trop rude, fâcheuse, indiscrète, appelant «chat un chat».
Peut-être n'était-ce pas ce «vrai Caton» qu'il eût fallu pour gagner aux
idées de tolérance les officiers de judicature, grands et petits, qu'il
accusait trop cruellement de vendre la justice. Il humilia le parlement
de Paris en faisant enregistrer dans une Cour provinciale la Déclaration
de majorité. On a l'impression--mais combien il répugne de toucher à
cette grande mémoire--que le Chancelier n'eut pas toujours la souplesse
et les ménagements nécessaires en ces temps malheureux[446].

      [Note 444: Dupré-Lasale, _Michel de l'Hospital avant son élévation
      au poste de chancelier_ (1505-1558), Paris, 1875, p. 163-171.]

      [Note 445: Ce lieutenant criminel, qui fut plus tard un ardent
      persécuteur des réformés, avait reçu du roi, pour prix de l'on ne
      sait quels services, le droit de disposer d'une charge de
      conseiller au Parlement en faveur de son futur gendre. Le
      Parlement fit difficulté d'admettre Michel de L'Hôpital, mais il
      céda. Sur cette nomination liée à celle de Lazare de Baïf comme
      maître des requêtes, voir Dupré-Lasale, _ibid._, p. 75-76.]

      [Note 446: M. Maugis, qui a si consciencieusement et si
      méritoirement dépouillé les registres du Parlement (_Histoire du
      Parlement de Paris de l'avènement des rois Valois à la mort
      d'Henri IV_, 3 vol., Paris, 1913-1916), se fait de L'Hôpital une
      idée assez fausse. C'est «l'homme des tempéraments et de la
      conciliation», il «reconnaît la nécessité de concilier les
      pouvoirs (le Parlement et la royauté) au lieu de les opposer,
      disons mieux: de les unir pour les opposer au danger commun», t.
      II, p. 28. Quel danger? l'intransigeance catholique ou la poussée
      protestante? Il y a aussi dans les deux derniers volumes, les
      seuls qui me concernent, un certain parti pris d'ignorer ou de
      mépriser les documents imprimés. C'est la nouvelle école. Il n'y a
      rien de vrai et il n'y a d'intéressant que ce qui est resté
      inédit.]

Il était bon et humain. Sa religion était amour et charité; il détestait
de contraindre les consciences. Mais c'est une question de savoir si sa
politique religieuse, du moins à la fin, fut uniquement inspirée par les
principes de tolérance et s'il n'y entrait pas quelque sympathie
personnelle pour les novateurs. On vient de voir quels services Calvin
attendait de lui en 1563. Il professa toujours le catholicisme; mais sa
femme et sa fille, qui avaient passé à la Réforme, étaient de bien
tendres solliciteuses. Au début de sa charge, il menaçait de toute la
rigueur des lois les religionnaires qui troubleraient l'ordre; plus
tard il parut croire que la rigueur des catholiques justifiait l'esprit
de révolte des protestants. Le Chancelier et Catherine évoluaient en
sens contraire sans trop s'en apercevoir, lui poussé en avant par la
générosité de son cœur; elle, maintenue sur place ou même ramenée en
arrière par le calcul des forces catholiques ou de ses propres intérêts.
Cependant elle se défendait de vouloir rapporter l'Édit de pacification,
et le fait est que tant que les protestants restèrent paisibles, elle
l'observa et, autant qu'elle put, le fit observer. Elle tint à honneur
de continuer, malgré la pression de la nation et des grandes puissances
catholiques, cette politique de modération dont elle avait eu l'idée et
pris l'initiative. Il serait injuste de l'oublier.

Elle avait ses moyens propres de pacification: «J'ay ouy dire au Roy
vostre grand-père, écrivait-elle un jour à un de ses fils[447], qu'il
falloit deux choses pour vivre en repos avec les François et qu'ils
aimassent leur Roy: les tenir joyeux et occuper à quelque exercice,...
car les François ont tant accoustumé, s'il n'est guerre, de s'exercer
que, qui ne leur fait faire ils s'emploient à autres choses plus
dangereuses». Elle avait toujours présente à l'esprit la Cour de
François Ier et, aussitôt après le désarroi des premiers troubles, elle
en reconstitua une sur ce modèle-là et encore plus nombreuse et plus
belle. Elle y appela quatre-vingts filles ou dames des plus nobles
maisons pour l'aider à faire les honneurs des résidences royales. Elle
les voulait vêtues de soie et d'or, parées, dit Brantôme, comme déesses,
mais accueillantes comme des mortelles. Elle espérait que leur bonne
grâce ou leur beauté, une vie élégante et magnifique, des jeux et des
spectacles attireraient ou retiendraient auprès du Roi les gentilshommes
protestants et catholiques et les dégoûteraient de la guerre, l'horrible
guerre civile.

Parmi ces dames et ces demoiselles, il y en avait de plus favorites
qu'elle emmenait dans ses villégiatures et ses chevauchées
diplomatiques. C'est le fameux escadron volant dont elle se serait
servie pour assaillir à sa façon et réduire les chefs de partis[448].
Mais il faut remarquer qu'il s'y trouvait des femmes qui n'étaient plus
jeunes et d'autres qui passèrent toujours pour vertueuses.

      [Note 447: _Lettres de Catherine de Médicis_, II, p. 92. Cette
      lettre, qui, on le verra chap. VIII, p. 270, n. 4, est adressée à
      Henri III et non à Charles IX, et que la Reine-mère écrivit, non
      en 1563, comme le suppose La Ferrière, mais à la fin de 1576, est
      comme une sorte de programme de gouvernement intérieur.]

      [Note 448: Pour les raisons que l'on va voir, je n'ose plus être
      aussi affirmatif sur le rôle de l'escadron volant que je l'ai été
      dans l'_Histoire de France_ de Lavisse, t. VI, 1, p. 88.]

Que les mœurs fussent mauvaises dans cette Cour, c'est probable, car
dans quelle grande Cour les mœurs sont-elles bonnes? Catherine avait
tant de volontés à ménager qu'elle a dû fermer les yeux sur bien des
fautes. Elle avait trois fils dont l'un régnait, et elle fut bien
obligée, quand ils devinrent des hommes, de faire comme d'autres mères
et de se montrer aussi indulgente à leurs écarts qu'elle l'avait été aux
infidélités de son mari. Il faut se défier des pamphlétaires et des
prêcheurs qui, pour des raisons toutes différentes, dénaturent la
vérité. On n'est même pas tenu de croire sur parole la reine de
Navarre, Jeanne d'Albret, quand elle dénonçait à son fils la Cour de
France comme un lieu de perdition, où «ce ne sont pas les hommes... qui
prient les femmes, mais les femmes qui prient les hommes»[449]. Cette
rigide huguenote, probablement par souci maternel de préservation,
calomniait peut-être le désir de plaire et les avances, même innocentes,
du cercle de la Reine-mère.

      [Note 449: Lettre du 8 mars 1572, _Bulletin de la Société de
      l'Histoire de France_, 1835, t. II. p. 167.]

Le duc de Bouillon, un huguenot lui aussi, et qui écrivait en sa
vieillesse ses _Mémoires_ pour l'instruction de ses enfants, parle d'un
tout autre ton:

«L'on avoit de ce temps-là, dit-il en racontant son entrée à la Cour,
(en 1568) une coustume, qu'il estoit messéant aux jeunes gens de bonne
maison s'ils n'avoient (de n'avoir pas) une maistresse, laquelle ne se
choisissoit par eux et moins par leur affection, mais ou elles estoient
données par quelques parens ou supérieurs ou elles mesmes choisissoient
ceux de qui elles vouloient estre servies.» Monsieur le maréchal de
Damville, «qui est à présent connétable de France»[450]--c'était son
oncle germain--«me donna mademoiselle de Chasteau-Neuf pour maistresse,
laquelle je servois fort soigneusement autant que ma liberté et mon aage
(il avait alors treize ans) me le pouvoient permettre... Elle se rendit
très soigneuse de moy, me reprenant de tout ce qui luy sembloit que je
faisois de malseant, d'indiscret ou d'incivil, et cela avec une gravité
naturelle qui estoit née avec elle que nulle autre personne ne m'a tant
aidé à m'introduire dans le monde et à me faire prendre l'air de la Cour
que cette demoiselle, l'ayant servie jusques à la Saint Barthelemy et
toujours fort honorée. Je ne sçaurois desapprouver cette coustume
d'autant qu'il ne s'y voyoit, oyoit, ny faisoit que choses honnestes, la
jeunesse [étant] plus désireuse lors qu'en cette saison (c'est-à-dire
sous Henri IV) de ne faire rien de messeant.... Depuis l'on n'a eu que
l'effronterie, la medisance et saletés pour ornement, qui fait que la
vertu est mésestimée et la modestie blasmée et rend la jeunesse moins
capable de parvenir qu'elle ne l'a esté de longtemps»[451].

      [Note 450: Ce passage a donc été écrit entre 1593, l'année où
      Damville fut nommé connétable, et l'année 1614 où il mourut,
      probablement pendant le règne d'Henri IV. En effet, Hauser, _Les
      Sources de l'Histoire de France, XVIe siècle_, t. III: _les
      guerres de religion_, p. 62, dit que ces _Mémoires_ ont été écrits
      en 1609.]

      [Note 451: _Mémoires du vicomte de Turenne, depuis duc de
      Bouillon_ (1565-1586), publiés par M. le comte Baguenault de
      Puchesse pour la Société de l'Histoire de France, 1891, p. 17-18.
      La belle Châteauneuf, dont Turenne parle avec tant de respect,
      fut, au dire de Brantôme, pendant trois ans, la maîtresse du duc
      d'Anjou (depuis Henri III) (_Œuvres_, t. IX, p. 509). Elle épousa
      depuis, «par amourettes», un Florentin, Antinoti, «comite des
      galères» à Marseille, et, l'ayant surpris en adultère, elle le tua
      de sa main (septembre 1577). Bouillon n'ignorait rien de ces
      faits, et cependant il continuait à révérer le souvenir de cette
      amoureuse et de cette justicière. La liaison entre la jeune fille
      et le duc d'Anjou, tous deux libres, avait dû être si ennoblie par
      le sentiment, la durée et cet art des bienséances mondaines où
      Châteauneuf excellait, que Bouillon en oubliait l'irrégularité.
      Quant à blâmer la jeune femme de s'être vengée de cet officier
      subalterne qu'elle avait distingué et qui la trompait, il n'y
      songeait guère. Chrétien, mais gentilhomme, il trouvait les
      préjugés du monde aussi respectables que les maximes de
      l'Évangile.]

Cette préparation des jeunes gentilshommes aux mœurs polies et aux
élégances mondaines par des jeunes femmes de la noblesse peut servir de
commentaire à ce jugement de Brantôme qu'on serait tenté de prendre pour
un paradoxe. «Sa compagnie (celle de Catherine de Médicis) et sa Cour
estoit un vray Paradis du monde et escolle de toute honnesteté, de
vertu, l'ornement de la France...»[452]. Que le duc de Bouillon ait,
sans le vouloir ou à fin d'édification, quelque peu embelli le passé, ce
passé de la jeunesse aux lointains si séduisants, que Brantôme, en son
parti pris d'admiration pour la Reine-mère, ne se soit plus souvenu de
ses copieuses médisances sur les filles d'honneur, il n'est pas
toutefois imaginable que ces deux hommes, de caractère si différent, se
soient accordés à célébrer la Cour de Catherine, si, à défaut de vertu,
un grand air de décence, la distinction des manières et le respect des
convenances ne leur avaient pas fait illusion.

Un point sur lequel les contemporains sont d'accord, c'est la grandeur
de cette Cour. Comme Henri IV, après avoir conquis son royaume sur ses
sujets, se flattait devant le maréchal de Biron de faire un jour «sa
Court plantureuse, belle et du tout ressemblable à celle de» Catherine
de Médicis, le Maréchal lui répondit: «Il n'est pas en vostre puissance
ny de roy qui viendra jamais, si ce n'est que vous fissiez tant avec
Dieu qu'il vous fist ressusciter la Royne mère pour la vous ramener
telle»[453].

Les fêtes faisaient partie de son programme de gouvernement. Elle en
donna de superbes à Fontainebleau, durant le séjour qu'elle y fit en
février et mars 1564. C'était chaque jour un nouveau spectacle: défilé
de six troupes en brillant équipage conduites par les plus grands
seigneurs; cavalcade de six nymphes «toutes d'une parure»; joutes,
tournois, rompements de lances, combats à la barrière; «très rares et
excellens festins accompagnés d'une parfaite musique par des syrènes
fort bien représentées es canaux du jardin»; audition des Églogues de
Ronsard et d'une «tragicomédie sur le subject de la belle Genièvre»,
qu'un adaptateur inconnu avait tirée du _Roland furieux_ de
l'Arioste[454]. Ainsi les carrousels, les parades, les luttes de force
et d'adresse étaient entremêlés de divertissements plus délicats.

      [Note 452: Brantôme; VII, p. 377.]1

      [Note 453: Brantôme, _Œuvres_, éd. Lalanne, t. VII, p. 400.]

      [Note 454: _Les Mémoires de messire Michel de Castelnau, seigneur
      de Mauvissière..._, par J. Le Laboureur, conseiller et aumosnier
      du Roy, 1659, t. I, liv. V, ch. VI, p. 168-169.--Brantôme, t. VII,
      p. 370.--Cf. Laumonnier, _Ronsard, poète lyrique_, 1909, p.
      220-221 sqq.]

Cartels de défi adressés de troupe à troupe ou de chevalier à
chevalier;--mascarades, qui étaient des compliments récités par les
danseurs à leurs dames ou l'éloge des souverains par les dieux et les
déesses: Jupiter, Pallas, Mercure, l'Amour et par des personnages
allégoriques, reconnaissables à leurs emblèmes;--chœurs, chansons,
dialogues et monologues, toute cette poésie de circonstance avait été
composée par Ronsard, le grand Ronsard[455]. Ils étaient aussi de lui
les intermèdes, ou, comme on disait au XVIe siècle, les entremets,
déclamés ou chantés avec accompagnement de luths, de guitares, de
hautbois, de violes, pour remplir les entr'actes de la «Belle Genièvre».
Cette tragi-comédie, la première en date, fut jouée devant la Cour,
dans la grande salle du château, aujourd'hui la galerie Henri II, par
d'illustres acteurs, les enfants de France: Marguerite de Valois et
Henri d'Anjou[456], des princes et des princesses du sang, de grands
seigneurs et de grandes dames: Condé, Henri de Guise, les duchesses de
Nevers et d'Uzès, le duc de Retz, etc. Castelnau-Mauvissière, qui fut
depuis ambassadeur en Angleterre, récita l'épilogue ou la moralité de la
pièce. A ces gentilshommes qui avaient éprouvé les privations de la vie
des camps, la Cour s'offrait comme un lieu de délices. C'était surtout
le prince de Condé que Catherine voulait gagner. Dans les poète
Églogues, Ronsard, assurément par ordre, lui faisait honneur, au même
titre qu'à la Reine-mère, de la conclusion de la paix:

        Mais un prince bien né qui prend son origine
        Du tige de nos roys et une Catherine
        Ont rompu le discord et doucement ont faict
        Que Mars, bien que grondant, se voit pris et desfait[457].

Il avait fait dans les passes d'armes «tout ce qui se peut désirer, non
seulement d'un prince vaillant et courageux, mais du plus adroit
cavalier du monde, ne s'espargnant en aucune chose pour donner plaisir
au Roy et faire cognoistre à leurs Majestés et à toute la Cour qu'il ne
luy demeuroit point d'aigreur dans le cœur»[458].

      [Note 455: Laumonier, _Ronsard, poète lyrique_, p. 216 sqq.]

      [Note 456: Henri, duc d'Orléans, puis d'Anjou, frère puîné du Roi,
      l'enfant chéri de Catherine.]

      [Note 457: Blanchemain, _Œuvres complètes de Ronsard_, 1860, t.
      IV, p. 18-19, Églogue 1.]

      [Note 458: _Les Mémoires de messire Michel de Castelnau, seigneur
      de Mauvissière..._, publiés par J. Le Laboureur, conseiller et
      aumônier du Roy, 1659, t. I, liv. V, ch. VI, p. 168-169.]

Il tenait des Bourbons un tempérament très amoureux, et les soldats
huguenots, qui n'étaient pas tous des puritains, chansonnaient avec
sympathie: «Ce petit prince tant joli--qui toujours chante, toujours
rit--et toujours baise sa mignonne...»

Aimé de la belle maréchale de Saint-André, de qui il accepta le don
princier du château de Valery--ce qui à cette époque n'était pas
déshonorant--il aimait une des filles d'honneur, la coquette Isabelle de
Limeuil, qui lui préférait, disait-on, un jeune secrétaire d'État,
Florimond Robertet, sieur du Fresne, mais le Prince n'en voulait rien
croire[459]. Quand elle eut accouché à Dijon, un jour d'audience
solennelle, et que la Reine-mère, irritée du scandale, sinon de la
faute, l'eut mise dans un couvent d'Auxonne, il lui écrivit quel
«estreme playsir» il avait d'apprendre qu'elle était résolue à ne plus
recevoir d'autre homme que lui ou venant de sa part. «Car je vous
assurre, mon cœur, qu'j m'annuyrés (que cela m'ennuierait) bien
grandement que l'on peut (pût) prendre sur vos acsions seujet de dire: à
quy sait (cet) enfant? come sy deus y avet passé...»[460]. Il la
félicitait de prouver à tout le monde--un peu tard ce semble--que lui,
Condé, en était bien le père; mais Catherine, sans se laisser toucher
par cet excès de confiance, raya Isabelle du rôle des filles d'honneur.

      [Note 459: D'Aumale, _Histoire des princes de Condé_, t. I, p.
      259-268.]

      [Note 460: Duc d'Aumale, _Histoire des princes de Condé_, t. I, p.
      547. La jeune femme fut accusée aussi d'avoir voulu empoisonner le
      prince de La Roche-sur-Yon. Condé la fit enlever de Tournon, où
      elle avait été transférée d'Auxonne. Elle épousa plus tard un
      traitant italien enrichi, Scipion Sardini, baron de
      Chaumont-sur-Loire. (_Lettres de Catherine_, II, p. 189, note 2).]

Fontainebleau fut la première étape d'un très long voyage que Catherine
entreprit pour montrer le jeune Roi aux «peuples» de son royaume et
raviver leur foi monarchique. Cet immense tour de France dura plus de
deux ans (mars 1564-mai 1566) de l'Ile-de-France au Barrois, de la
Bourgogne en Provence, du Languedoc à Bayonne et à la frontière
d'Espagne, de la Gascogne en Bretagne, et de la Loire en Auvergne, qui
était le pays d'origine des La Tour, la famille maternelle de la
Reine-mère. Charles IX menait avec lui son Conseil et, comme escorte,
une petite armée, quatre compagnies de gens d'armes, une compagnie de
chevau-légers et le régiment des gardes-françaises que commandait
Philippe Strozzi. Toute la Cour l'accompagnait, gentilshommes, dames,
grandes dames et princesses, à cheval, en litière[461], en coches ou
chariots. Des milliers de serviteurs suivaient, laquais, piqueurs,
valets de chiens et valets d'écurie, valets de train, fourriers,
vivandiers, cuisiniers, lavandières, ouvriers et ouvrières de tout état.
Cette capitale ambulante se déplaçait à petites journées, s'arrêtant là
où les affaires, les plaisirs et les facilités de ravitaillement le
voulaient ou le permettaient. A chaque ville principale, à Troyes, à
Dijon, à Lyon, à Marseille, à Montpellier, à Toulouse, à Bordeaux, à La
Rochelle, etc., le Roi faisait son entrée solennelle. Il était reçu en
avant des portes par les magistrats, qui lui présentaient les clefs, et,
l'enceinte franchie, il défilait, avec tout son cortège en brillant
apparat, entre la double haie des milices municipales, sous les arcs de
triomphe dont les statues allégoriques et les inscriptions en vers et en
prose disaient la gloire du maître et les souhaits de bienvenue des
sujets. Ici et là à Bar-le-Duc, pour le baptême du petit-fils de
Catherine, Henri de Lorraine, à Bayonne, lors de sa rencontre avec la
reine d'Espagne, sa fille, des combats, des cavalcades, des spectacles,
des chants, des danses, des concerts de musique étalaient aux yeux de la
nation et de l'étranger la grandeur et la richesse de la Couronne de
France.

      [Note 461: Une tapisserie du temps représente parmi cette troupe
      en marche, Catherine de Médicis dans sa litière. C'est l'ancienne
      lettica, encore employée aujourd'hui en Sicile, où la retrouva le
      bon Sylvestre Bonnard. «La lettica, dit Anatole France, est une
      voiture sans roues, ou, si l'on veut, une litière, une chaise
      portée par deux mules, l'une en avant et l'autre à l'arrière». Les
      Espagnols, au XVe et au XVIe siècle, se faisaient aussi porter en
      voyage dans ces «literas duplicatas».]

Le jeune Roi, élevé dans les plaines du Nord, découvrit les montagnes,
la mer et le Midi. En Provence, comme il apparaît dans le récit d'Abel
Jouan, l'historiographe du voyage, commencèrent les étonnements. C'était
un autre pays, d'autres cieux, un autre climat. «Autour d'icelle ville
(Hyères) y a si grande abondance d'orangers, et de palmiers et poivriers
et autres arbres qui portent le coton (?) qu'ils sont comme forests.» La
Crau est «une grande pleine toute couverte de thim, d'isope et saulge».
Villeneuve-lès-Maguelonne, près de Montpellier, «est un fort dans un
marescage de mer auquel y a grande abondance de grandz oiseaux que l'on
appelle des flamans...» Charles connut les brusques écarts de cette
nature méridionale: à Arles, au moment de passer le Rhône, il fut
pendant vingt et un jours «fort assiégé de grandes eaux» (16 novembre-7
décembre); à Carcassonne, la neige tombée en une nuit le tint plusieurs
jours bloqué; à Bayonne, en juin, cinq ou six de ses cavaliers
d'ordonnance moururent «étouffés en leurs armes à cause de la grande
chaleur»[462].

      [Note 462: _Recueil et discours du voyage du roy Charles IX de ce
      nom à présent régnant..., fait et recueilli par Abel Jouan l'un
      des serviteurs de Sa Majesté_, Paris, 1566, réimprimé dans les
      _Pièces fugitives pour servir à l'Histoire de France..._, publiées
      par le marquis d'Aubais, Paris, 1759, 3 tomes en 2 vol., t. I, 1re
      partie, _Mélanges_, p. 13, 14, 24.]

Charles IX prit plaisir à Marseille à se promener dans deux galères que
commandait le comte de Fiesque. Il voulut même sortir du port et pousser
jusqu'au château d'If, mais la Méditerranée en furie repoussa ce terrien
qui s'aventurait au large. Il fut plus heureux à Bayonne et
Saint-Jean-de-Luz. Il contempla du pont d'un navire l'Océan immense, et
peut-être pensa-t-il aux capitaines Ribaut et Laudonnière, qui venaient
de le traverser pour aller, au péril de leur vie, fonder en marge de la
Floride espagnole une colonie française et un fort qu'ils baptisèrent de
son nom: la Caroline. Il admira Biarritz, «le beau village sur le bord
de la mer auquel lieu l'on prend les balènes». Au Brouage, un beau port
naturel où l'on a fait «une nouvelle ville», les mariniers lui donnèrent
le spectacle d'une naumachie. Le roi de France prend goût à la mer. Il
se plaît aussi à voir les divertissements de ses peuples. Les courses de
taureaux, qui ont dû rappeler à Catherine ses souvenirs de Florence,
étaient nouvelles pour son fils. Abel Jouan note qu'aux arènes d'Arles
des lutteurs attaquaient les taureaux sauvages et les faisaient «tomber
en terre seul à seul», tandis qu'à Bazas ils les assaillaient «avec de
grands esguillons». Dans le récit officiel, les danses des diverses
provinces tiennent une grande place. C'est, à Brignoles, «la volte et la
martingale» dansées à la mode de Provence par de «fort belles filles
habillées de taffetas, les unes de vert, les autres changeant, les
autres de blanc»; à Montpellier, la «treille» qu'exécutent au son des
trompettes, «tenant en leurs mains des cerceaux tout floris», les hommes
«tous masqués et revestus qu'il faisoit bon voir»; à Saint-Jean-de-Luz,
les «canadelles» et le «bendel» des filles basques, ayant «un tabourin
(tambourin) en manière de crible auquel y a force sonnettes»; à Nantes,
«le trihori de Bretagne et les guidelles et le passe-pied et le
guilloret». La Cour a ici et là des spectacles exotiques; le Nouveau
Monde est à la mode[463]. Les gens de Troyes, qui cependant vivent loin
de la mer, avaient, pour l'entrée solennelle de Charles IX, fait marcher
avec une troupe d'hommes «habillés en satires» une autre troupe déguisée
«en sauvaiges». Bordeaux, qui est un port, tint avec plus de raison à
montrer «grand nombre de sauvages de toutes sortes» défilant avec les
compagnies de la ville.

      [Note 463: Sur la curiosité qu'excitaient ces populations
      primitives, voir les chapitres de Montaigne: Des canibales, liv.,
      ch. XXX; les coches, liv. III, ch. VI. Consulter Gilbert Chinard,
      _L'exotisme américain dans la littérature française au XVIe
      siècle_, Paris, 1911.]

Mais, au cours de ce voyage, Catherine n'eut pas affaire que de
plaisirs. A Mâcon, où elle reçut la visite de la Reine de Navarre
accompagnée de huit ministres du Saint Évangile, elle l'avait priée de
renvoyer cette suite compromettante et lui avait fait promettre de ne
plus contraindre, comme on l'en accusait à Rome, la conscience de ses
sujets catholiques. Cette imprudence ou cette bravade de Jeanne d'Albret
décida peut-être le gouvernement à interdire (Déclaration de Lyon, 24
juin 1564) l'exercice public du culte réformé dans tous les lieux et
villes où le Roi passerait et pendant le temps qu'il y séjournerait;
avec promesse toutefois à ceux de ladite religion qui se contiendraient
«modestement en leurs maisons de n'estre recherchez en aucune
manière»[464]. L'Édit de Roussillon (4 août 1564) renouvelait la défense
aux seigneurs hauts justiciers et autres gentilshommes huguenots
d'admettre des étrangers à leurs cérémonies privées, aux ministres de
prêcher hors des lieux privilégiés, de tenir des synodes et de faire des
collectes. Il confirmait l'ordre aux prêtres, aux moines et aux
religieuses mariés de rompre leur union et de «retourner en leurs
couvents et première vacation», ou de sortir du royaume sous peine des
galères pour les hommes et de la «prison entre quatre murailles» pour
les femmes[465]. A une époque où l'État et l'Église faisaient corps,
cette rigoureuse mesure de police disciplinaire s'expliquait, mais la
Réforme avait tant recueilli de ces défroqués qu'elle se sentit
atteinte. Toutefois, si la Reine interprétait en toute rigueur l'Édit de
pacification, elle entendait le maintenir contre l'arbitraire des
officiers, des gouverneurs et des communautés de villes. Malgré les
jurats, le maire et les magistrats, le Roi dispensa les réformés de
Bordeaux et du Bordelais de tapisser le devant de leurs maisons les
jours de procession, de payer les deniers des confréries et de jurer
«sur les bras de Sainct Antoine», et, malgré le corps de ville, il les
déclara éligibles aux charges municipales (Valence, 5 septembre
1564)[466]. Catherine écrivait au baron de Gordes, lieutenant général du
Roi en Dauphiné, de faciliter aux protestants du Briançonnais l'exercice
de leur culte, et, comme les catholiques du pays se plaignaient de ce
gouverneur «politique», elle le fit remercier par le Conseil d'avoir
toujours maintenu le repos et la tranquillité des sujets du roi dans sa
province. Elle demanda au commandant des forces pontificales à Avignon,
Serbelloni, et finit par obtenir qu'il laissât rentrer dans leurs
maisons et rétablît dans leurs biens les religionnaires du
Comtat-Venaissin[467].

      [Note 464: Fontanon, t. IV, p. 279.]

      [Note 465: _Id._, p. 280-281.]

      [Note 466: _Id._, p. 281-282.]

      [Note 467: Arnaud, _Histoire des protestants de Provence, du
      Comtat-Venaissin et de la principauté d'Orange_, t. II, 1884, p.
      204-205.]

Mais il ne dépendait pas d'elle d'apaiser l'esprit de parti et les
passions religieuses. «Et audict pays de Provence, en toutes les villes
où ledit Seigneur passoit, les enfans venoient au devant jusques à demie
lieue hors les dictes villes, tous habillez de blanc, criant: Vive le
roy et la sainte messe...»[468]. Les réformés de Nîmes, au contraire,
protestaient aux cris de: «Justice justice!» contre l'intolérance de
leur gouverneur, Montmorency-Damville. A Carcassonne, Catherine reçut de
graves nouvelles du Nord. En partant, elle avait laissé le gouvernement
de Paris et de l'Ile-de-France au fils aîné du Connétable, le maréchal
de Montmorency, homme sage et modéré, mais esclave des consignes et
ennemi des Guise. Comme il apprit que le cardinal de Lorraine se
disposait à traverser Paris avec une garde d'arquebusiers, il lui fit
signifier une déclaration du Roy, du 13 déc. (1564), défendant à tous
ses sujets, de quelque condition qu'ils fussent, de voyager avec des
armes à feu. Le Cardinal, qui, par peur simulée ou non des complices de
Poltrot, avait sollicité et obtenu de la Reine (25 fév. 1563) une
dispense, négligea ou refusa de la montrer. Il entra dans Paris par la
porte Saint-Denis, mais son escorte fut chargée et mise en déroute par
la troupe du Gouverneur (8 janvier 1565)[469]. Catherine était très
perplexe: elle n'osait désavouer le fils du Connétable et d'autre part
appréhendait de mécontenter les Lorrains. Heureusement, les chefs
réformés se divisèrent; l'Amiral accourut prêter main-forte à
Montmorency, son cousin; Condé, qui coquetait avec les Guise (on parlait
même, depuis la mort de sa femme, Eléonore de Roye, de son remariage
avec la duchesse douairière), se déclara pour le Cardinal et arriva lui
aussi à Paris bien accompagné, pour le défendre. La Reine, profitant de
ce désaccord, interdit le séjour de la capitale aux Lorrains, aux
Châtillon et à quelques autres huguenots de marque. Le calme revint.

      [Note 468: Abel Jouan, p. 12.]

      [Note 469: _Lettres_, t. II, p. 253-255 et les notes. Cf. p.
      261-262 _et passim_.--De Ruble, _François de Montmorency,
      gouverneur de Paris et de l'Ile-de-France_, Mémoires de la Société
      de l'Histoire de Paris, VI, 1879, p. 245-248. Cf. 236.]

Le succès de cette intervention à distance la trompa sur l'état des
esprits. Elle crut que les partis ou les chefs de partis se ralliaient
ou se résignaient à son jeu de bascule. Confiante dans son habileté et
son bonheur, elle s'achemina vers Bayonne, où elle se réjouissait de
revoir sa fille, Élisabeth, la reine d'Espagne. Mais elle aurait dû
réfléchir que cette rencontre, d'où les Châtillon, Condé, Jeanne
d'Albret et le Chancelier étaient naturellement exclus, inquiéterait les
protestants.

Elle avait rêvé mieux qu'une simple réunion de famille. Aussitôt après
la paix d'Amboise, dont le Pape, le Roi d'Espagne et l'Empereur se
déclaraient très mécontents, elle avait mis en avant l'idée d'un
congrès, où l'on aviserait ensemble aux moyens de pacifier les
différends religieux. Elle espérait les convaincre de la nécessité de sa
politique tolérante, et, si elle n'y parvenait pas, les leurrer de
promesses à long terme. Après tout, il dépendait d'eux d'obtenir
davantage. Elle était mère de famille; elle avait encore une fille et
tous ses fils à marier. Le cardinal de Lorraine avait si bien fait,
écrivait-elle en juin 1563[470], que l'Empereur (Ferdinand) avait
consenti au mariage de Marguerite de Valois avec son petit-fils
Rodolphe, et de Charles IX avec l'une de ses petites-filles. Mais ces
combinaisons matrimoniales étaient subordonnées à l'agrément de Philippe
II, le chef de la maison des Habsbourg. D'ailleurs Catherine aurait
mieux aimé marier sa fille à Don Carlos, héritier présomptif au trône
d'Espagne, et elle demandait à Philippe II pour son fils Henri, duc
d'Anjou, la main de la reine douairière de Portugal, Dona Juana, avec
une principauté pour cadeau de noces. Elle laissait entendre qu'à ce
prix elle porterait remède à la situation religieuse en France, sans
dire quel remède. Pie IV savait quel fond il devait faire sur elle.
L'Empereur mourut sut ces entrefaites (25 juillet 1564). Elle mit toutes
ses espérances en Philippe II, de qui d'ailleurs elle attendait le plus.
Pour le gagner à son projet d'entrevue, elle déploya tous ses moyens:
insinuante, suppliante, pressante, enveloppant son gendre de
protestations de tendresse maternelle. Philippe II, accoutumé à traiter
gravement les affaires et par raisons démonstratives et le plus souvent
d'après des mémoires écrits, était déconcerté par cette diplomatie
féminine, qui remplaçait les arguments par des effusions. Tout était
vague dans les déclarations de la Reine, sauf le désir de marier
avantageusement sa fille et ses fils. La correspondance des deux
souverains pourrait se résumer ainsi: «Commencez, disait Catherine, par
établir mes enfants, et nous nous entendrons facilement sur la question
religieuse.» A quoi Philippe répondait: «Cessez de favoriser les
hérétiques, et nous penserons ensuite aux mariages.» Il écarta toujours
l'idée d'une rencontre, ne voulant pas, disait-il, éveiller «les
soupçons et la jalousie», probablement de la reine d'Angleterre, qu'il
continuait à ménager. Mais il consentit que le duc d'Albe, un de ses
principaux conseillers, accompagnât sa femme à Bayonne. Les provinces
des Pays-Bas étaient travaillées par des prédicants calvinistes,
Français ou non, qui s'y glissaient par la frontière de France, et il
tenait à se renseigner sur les dispositions de sa belle-mère et le
concours qu'il pouvait espérer d'elle contre ces agitateurs.

      [Note 470: _Lettres_, II, p. 58.]

A Bayonne, pendant le séjour de la reine d'Espagne (15 juin-2 juillet
1565), il y eut surabondance de fêtes et de cérémonies: entrées royales,
visites et festins, courses de bague, feux d'artifice, messe solennelle,
procession, combats à pied, à cheval, à la pique, à l'épée, promenade
sur l'Adour et banquet dans l'île d'Aiguemeau (aujourd'hui île de
Lahonce ou de Roll à deux lieues en aval de Bayonne), et «pour le comble
des dites bravades» (magnificences), représentation d'une comédie
française, qui dura de dix heures du soir à quatre heures du matin.
Catherine tenait à prouver aux Espagnols que la France n'avait pas été
ruinée par la guerre civile, et par surcroît elle satisfaisait ses
appétits de luxe. La partie d'Aiguemeau (23 juin) coûta «un grand
denier». Les convives voguèrent vers l'île en des navires
«somptueusement accoustrés», que dominait celui du Roi «faict en forme
d'un magnifique château». Ils admirèrent en cours de route une baleine
artificielle, que des pêcheurs attaquaient, de leurs barques, à coups de
harpons, comme ils le font en mer; une énorme tortue marine, montée par
six tritons «habillez de drap d'argent sur champ verd, tous excellens
joueurs de cornets, lesquels, si tost qu'ils eurent descouvert leurs
Majestez, commencèrent à jouer ensemble»; Neptune, «sur un char tiré par
trois chevaux marins», et Arion, porté par des dauphins, accourant tous
deux du large pour saluer Isabelle chère à Charles, «ceste rare
Isabeau»; trois sirènes qui, au passage du vaisseau royal, chantèrent
Charles, Isabelle et Philippe, l'ornement de l'Espagne et de la France;
Charles, Isabelle, Philippe et Catherine, «l'ornement de l'univers». En
débarquant dans l'île, la compagnie royale fut régalée de danses par des
bergères distribuées en groupes pittoresques, qui chacun portaient le
costume--mais en toile d'or et de satin--d'un pays de France. Dans sa
marche vers la clairière où la table avait été dressée, trois nymphes
l'arrêtèrent pour célébrer l'accord des rois de France et d'Espagne et
la protection qu'il assurait aux deux États «contre le Nord et sa froide
bruyne», c'est-à-dire probablement contre l'hostilité possible des
Anglais[471]. Le festin, un ballet de satyres et de nymphes, et au
retour, pendant la nuit, des illuminations sur l'eau terminèrent cette
«illustre journée»[472]. Le lendemain (24) on combattit à cheval «dedans
les lices». Deux troupes de chevaliers, des Bretons, champions de
l'austère vertu, et des Irlandais, défenseurs de l'honnête amour,
députèrent au Roi et aux Reines, pour exposer leurs raisons, six
«excellens joueurs d'instruments deux desquels avoient deux lyres,
accompagnées de leurs voix qui estoient excellentes, les deux autres
deux luts, et les deux autres deux violons». L'un des chanteurs bretons
célébra la cause du renoncement--était-ce un hommage à Élisabeth
d'Angleterre, la reine-vierge?--d'une voix «si bien accommodée aux
paroles qu'on entendoit tout ce qu'il récitoit, et n'en perdoit on une
seule syllabe, tant il prononçoit distinctement et nettement, accordant
sa voix à sa lyre parfaitement». Un Irlandais répliqua[473]. Ainsi dans
le concours de la Wartbourg, Wolfram d'Eschenbach et Tannhäuser opposent
la louange de l'amour pur et celle de la Vénus terrestre.

      [Note 471: Relation d'Abel Jouan, _Pièces fugitives_, t. I, p. 25
      sqq. Voir aussi _L'ample discours de l'arrivée de la Royne
      catholique, sœur du Roy... et du magnifique recueil qui lui a esté
      faict avec déclaration des jeux, combats, tournoys, courses de
      bagues, mascarades, comédies..._, Paris, 1565, reproduit _Pièces
      fugitives_, t. I (2e partie), vol. II, p. 13 à 23 des Mélanges.]

      [Note 472: _Ample discours_, Pièces fugitives, t. II, Abel Jouan,
      t. I, p. 26. _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 9-10.]

      [Note 473: Laumonier, _Ronsard_, p. 745.]

Après ce prélude musical, les adversaires demandèrent à vider le débat
en champ clos. Le Roi prit le commandement des Bretons, Monsieur celui
des Irlandais.

Au lieu choisi pour le combat, des échafauds avaient été dressés pour
les principaux personnages des deux Cours. La tribune royale était
décorée des merveilleuses tapisseries représentant le triomphe de
Scipion, que François Ier avait fait tisser d'après les dessins de Jules
Romain. Par une porte du camp entra, précédé de neuf trompettes qui
figuraient les neuf Muses, un char tout paré, portant les cinq vertus,
l'Héroïque, la Prudence, la Vaillance, la Justice, la Tempérance: par
l'autre porte, le Chariot de l'Amour céleste, où trônait le dieu de
l'Amour avec Venus, sa mère, et les trois Grâces accompagnées d'un
cortège de neuf petits Amours. Les chevaliers irlandais et bretons
firent offrir aux dames qu'ils avaient choisies une médaille d'or
illustrée d'une devise grecque ou latine et ils reçurent d'elles en
retour «des faveurs». Un combat et un carrousel suivirent. Espagnols et
étrangers, dit l'auteur d'une relation publiée cette même année à Paris,
«ont à ceste fois esté contraints par la vérité reconnoistre et
confesser qu'en ceste veuë la France a surmonté en parade, bravades,
somptuosités et magnificences toutes autres nations et soi mesmes».
C'était la réponse de la Reine-mère aux censeurs qui trouvaient qu'elle
dépensait trop.

Entre temps, le duc d'Albe et Catherine s'observaient. Le ministre
espagnol était choqué qu'en pleine entrevue, le 18, Charles IX et sa
mère fussent allés recevoir aux portes de Bayonne, à l'abbaye de
Saint-Bernard, un envoyé du plus grand ennemi de la chrétienté et des
Habsbourg. Soliman le Magnifique faisait demander à son allié le roi de
France, de lui «procurer un port de mer en Provence pour rafreschir» ses
soldats, «au cas qu'ils ne prissent la ville de Malthe qu'ils tenoient
assiégée»[474]. Catherine jouait double jeu pour amener Philippe II à
céder sur la question des mariages: elle priait et menaçait, essayant
d'arracher par la crainte ce qu'elle ne pouvait obtenir par persuasion.
Au moment d'entreprendre son grand tour de France, elle avait posé la
candidature du Roi son fils, qui avait seize ans, à la main d'Élisabeth,
qui en avait trente-deux, pour faire peur au Roi d'Espagne d'une
alliance entre la France et l'Angleterre[475]. La présence de
l'ambassadeur turc lui prouverait qu'elle avait, si elle le voulait
bien, les moyens de mettre en péril sa domination dans la Méditerranée
occidentale et la sécurité des côtes de son royaume. Mais elle avait
affaire à forte partie. Le duc d'Albe avait pour instructions de
proposer que les deux Cours, s'unissant contre l'hérésie, prissent
l'engagement mutuel de bannir les ministres dans un mois, de supprimer
la liberté du culte, de publier le concile de Trente et de casser les
gouverneurs, conseillers, commandants d'armée, mestres de camp,
capitaines et officiers du roi (magistrats) qui seraient de la nouvelle
opinion[476]. Mais dans ce projet d'accord, toutes les charges étaient
pour la France, obligée de rompre son Édit de tolérance et de se
remettre aux troubles pour empêcher le calvinisme d'envahir les
Pays-Bas. Le Duc, n'ayant que des exigences à offrir, se taisait et
attendait les ouvertures. Il finit par se lasser et demanda une
entrevue. Après quelques propos sur les divisions religieuses de la
France, la Reine-mère le pria, puisqu'il connaissait si bien les maux du
royaume, de lui indiquer un remède. Il répondit d'abord que ce n'était
pas son affaire et qu'elle le connaissait mieux que lui. Elle insista:
Quels moyens Philippe II emploierait-il pour faire rentrer les
protestants et les rebelles dans le devoir? Albe condamna comme funeste
au catholicisme la politique de dissimulation, il voulait dire de
modération, et conseilla les mesures énergiques. Comme elle lui
demandait s'il était d'avis de recourir aux armes, il convint que
c'était pour le moment inutile. Mais de colère il s'écria qu'il fallait
bannir de France cette mauvaise secte. Catherine suggéra, comme moyen de
faire la loi à tous, l'idée d'une ligue entre la France, l'Espagne et le
nouvel empereur, Maximilien; et sur sa réponse que cette alliance
n'était pas viable, elle rompit l'entretien[477].

      [Note 474: Abel Jouan, _Recueil et Discours du voyage du roi
      Charles IX_, p. 25.]

      [Note 475: En 1563, déjà, Condé avait mis en avant ce projet de
      mariage comme la solution pacifique du différend de Calais. En
      1565, Catherine chargea Paul de Foix, son ambassadeur en
      Angleterre, de demander la main d'Élisabeth, recherche dont la
      Reine se montra, écrit l'ambassadeur, «emprinse de joye meslée à
      une honneste vergogne», tout en se déclarant «indigne» à cause de
      son âge «de cet offre si grand». Catherine à Paul de Foix, 24
      janvier 1565. _Lettres_, t. II, p. 256. et, en note, la réponse de
      Paul de Foix. Cf. un texte plus complet de la lettre de Catherine,
      _Lettres_, t. X, p. 151. Ronsard, de lui-même ou par ordre, dédia
      à la Reine d'Angleterre ses _Élégies, mascarades et Bergerie_,
      parues vers le 1er août 1565 et où se trouvent les poésies
      composées pour les fêtes de Fontainebleau. Laumonnier, Ronsard
      _Poète lyrique_, p. 214.--Sur cette demande en mariage, Mignet,
      _Histoire de Marie Stuart_, 1851, t. I, app. D, p. 473-475.]

      [Note 476: Instructions citées par La Ferrière, _Lettres de
      Catherine_, t. II, p. LXXIII.]

      [Note 477: La Ferrière, _Lettres de Catherine de Médicis_, t. II,
      introd. LXXXVI-VII, d'après une dépêche des Archives nat. Coll.
      Simancas, 1504.]

Les jours suivants, elle parla mariage à sa fille. Élisabeth lui déclara
que Philippe II ne voulait pas marier son fils, don Carlos, et qu'il ne
donnerait pas de principauté en dot au duc d'Anjou, s'il épousait doña
Juana, sa sœur. Le duc d'Albe lui dit plus nettement encore que la reine
d'Espagne était venue à Bayonne uniquement pour savoir si oui ou non la
Reine sa mère se joindrait à Philippe II contre les hérétiques.
L'entrevue tournait mal. Le nonce et le maréchal de Bourdillon
s'entremirent. Catherine, quel que fût son dépit, tenait à se séparer de
sa fille en bonne intelligence, et le duc d'Albe pouvait craindre qu'une
tension entre les deux Cours ne profitât aux réformés. Le 20 juin, sous
la présidence du Roi, un grand conseil fut tenu auquel assistèrent les
deux Reines, le duc d'Albe et don Juan Manrique de Lara, ancien
ambassadeur de France, avec Monsieur, frère du roi, le duc de
Montpensier, les cardinaux de Guise et de Bourbon, le Connétable et le
maréchal de Bourdillon[478]. Montmorency justifia la politique
religieuse du gouvernement et montra les dangers d'une guerre civile. La
Reine-mère, comme on le sait par une lettre de Philippe II au cardinal
Pacheco, son ambassadeur à Rome, promit de «porter remède» aux choses de
la religion «une fois terminé le voyage qu'elle avait maintenant
commencé... La Reine ma femme se contenta d'une pareille résolution
parce que l'on comprend clairement, sans qu'il y ait le moindre doute,
que le jour où l'on voudra apporter le remède, la chose est faite». Le
remède, c'est évidemment celui que recommandaient les instructions
remises an duc d'Albe[479]. L'ambassadeur ordinaire, don Francès de
Alava, présent à Bayonne, doutait que Catherine tînt sa parole.
«J'appréhende l'indécision que je sens en elle certaines fois et la
peine que prendront, comme je le prévois, de lui mettre martel en tête,
ces hérésiarques et d'autres qui le sont sans en porter le nom»[480]. Le
cardinal Granvelle, l'ancien gouverneur des Pays-Bas, et qui savait très
bien les affaires de France, était encore plus sceptique. Il écrivait
que Catherine avait promis de faire merveille, mais avec cette
restriction «qu'elle éviterait tout ce qui pourrait l'amener à en venir
aux armes»[481]. Et il concluait qu'elle ne ferait rien de bon.
L'ajournement était une échappatoire qu'elle se ménageait.

      [Note 478: _Lettres_, t. II, p. 297, 6 juillet 1565.]

      [Note 479: Philippe II au cardinal Pacheco, 24 août dans _Lettres
      de Catherine_, t. II, p. 301-302, en note. Dans sa lettre du 6
      juillet à Philippe II, _Lettres_, t. II, p. 297, Catherine
      l'assurait de la volonté et zèle «que avons à nostre religion et
      envie de voir toutes chauses au contentement du servise de Dyeu,
      chause que n'oubliron et metron payne de si bien aysecuter
      (exécuter) qu'il (Philippe) en aura le contantement et nous le
      bien qu'en désirons». Ce n'était pas beaucoup s'engager.]

      [Note 480: Lettre de D. Francès de Alava au Secrétaire d'État
      espagnol Eraso, citée par Combes, _Lectures historiques_, II, 259:
      «Temola por la confusion que en ella siento ay algunas vezes y lo
      que anteveo que an de martillar estos eresiarcas y otros que
      aunque no tienen nombre d'ello, lo son». Combes prenant
      «eresiarcas y otros», qui est le sujet, pour un complément
      traduit: «J'éprouve des craintes par le trouble que je sens qu'il
      y a parfois chez elle et parce que je prévois qu'on doit marteler
      les hérésiarques et d'autres qui le sont, sans en avoir le nom.»
      C'est un contre-sens, d'où Combes a tiré la preuve que le massacre
      de la Saint-Barthélémy fut décidé à Bayonne. D'ailleurs «marteler»
      (frapper à coups de marteau) se dit martelar, et non amartillar ou
      martillar, qui signifie: mettre martel en tête.]

      [Note 481: Ch. Weiss, _Papiers d'Etat du cardinal de Granville_,
      t. IX, p. 481 (Coll. Doc. inédits).]

Mais les protestants s'inquiétèrent avec raison de cette rencontre où
ils pensaient bien que les affaires religieuses avaient été examinées;
et plus tard, après la Saint-Barthélemy, ils s'imaginèrent sans raison
que le massacre y avait été décidé. Il est vrai que des paroles de sang
ont été prononcées à Bayonne; mais les propos qu'on peut croire
authentiques ont été tenus par quelques catholiques français. C'est le
confesseur du duc de Montpensier qui dit au duc d'Albe: «Le moyen le
plus expéditif serait de trancher la tête à Condé, à l'Amiral, à
d'Andelot, à La Rochefoucauld.» Et quand même le représentant de
Philippe aurait, lui qui s'en défend, conseillé à Catherine «que l'on
usât.... de la rigueur des armes pour exterminer»[482] ceux de l'autre
religion, où est la preuve que Catherine ait donné son acquiescement? Il
est probable que si Philippe II avait consenti aux mariages, elle eût
interprété plus rigoureusement l'Édit de pacification, mais peut-être
aussi se serait-elle dispensée, sous un prétexte ou sous un autre, de
tenir sa parole.

      [Note 482: Lettres de Catherine, t. II, introd. LXXXIX.
      Déclaration du duc d'Albe à Saint-Sulpice ambassadeur de France en
      Espagne.]

Après cette prétendue entente de Bayonne, les rapports entre les deux
Cours ne cessèrent d'empirer[483]. Les Espagnols entravèrent le projet
de mariage entre Charles IX et l'aînée des archiduchesses d'Autriche, et
Catherine différa un an encore de rentrer à Paris, où elle avait promis
d'être en novembre 1565 «pour arranger les choses de la religion». Dans
une lettre écrite de Cognac à la duchesse de Guise, elle lui parlait
d'un bal «où tout dense, huguenots et papistes ensemble, si bien» que
«set (si) Dieu volet que l'on feust ausi sage alleur,
(ailleurs, c'est-à-dire dans le reste du royaume) nous serions en
repos»[484].

      [Note 483: Ils n'étaient pas bons auparavant. Quelques mois avant
      l'entrevue (22 Janvier 1565) Catherine écrivait à Saint-Sulpice,
      son ambassadeur à Madrid, qu'en Flandre les Espagnols «nous font
      sant (cent) alarmes, qui me fayt quelquefois douter qu'il
      (Philippe) aye anvye de comenser la guerre et non pas de me voyr».
      _Lettres_, X, p. 150. Elle se plaignait dans une lettre à la Reine
      d'Espagne, sa fille, des «yndinité» (indignités) qu'on faisait au
      Roi, son fils.]

      [Note 484: _Lettres_, II, p. 315, 30 août 1565.]

Mais les deux partis restaient sur le qui-vive. Le chancelier de
L'Hôpital, dans ce large esprit de tolérance qui l'inclinait toujours
plus vers la minorité dissidente, avait, sans consulter le Conseil,
envoyé au parlement de Dijon, pour y être enregistré, un Édit qui
permettait aux réformés, dans les villes où l'exercice de leur culte
n'était pas autorisé, d'«appeler toutes et quantes fois que bon leur
sembleroit les ministres de ladite religion pour estre par eulx consolez
en ladicte religion et endoctrinez et pareillement endoctriner et
instruire leurs enfans.» Le Parlement avait protesté, mais aucun des
maîtres de requêtes du Conseil n'avait voulu rapporter cette
protestation qui visait le Chancelier. Le cardinal de Lorraine s'en
chargea et dénonça cette interprétation de l'Édit de pacification qui
aboutissait à autoriser les réunions secrètes, contrairement à ce même
Édit. Le cardinal de Bourbon s'écria que puisqu'on faisait des Édits
sans consulter le Conseil, «il ne falloit plus de Conseil et que de luy
(quant à lui) il n'y assisterait jamais». Le Chancelier s'échappa
jusqu'à dire au cardinal de Lorraine: «Mr, vous estes desja venu pour
nous troubler». L'autre riposta: «Je ne suis venu pour troubler, mais
pour empescher que ne troubliez comme avez faict par le passé, belistre
que vous estes». Et les deux Cardinaux, se levant, allèrent trouver la
Reine, alors malade, en sa chambre. Elle les apaisa du mieux qu'elle put
et envoya son fils, le duc d'Anjou, présider la séance du Conseil qui
avait été interrompue par cette dispute. L'édit du Chancelier fut cassé
et annulé.

Mais à la même heure survint un autre incident. Catherine ayant fait
ouvrir le paquet de dépêches qui venait d'arriver d'Espagne, il s'y
trouva des lettres où Philippe II lui reprochait de continuer, malgré
ses promesses, à ménager les hérétiques et l'accusait de faire «les plus
grandes indignitez à la maison de Lorraine». C'était probablement une
allusion à l'agression de la rue Saint-Denis et à la faveur de
L'Hôpital, ancienne créature des Guise et qui apparaissait comme leur
adversaire déclaré. La Reine reprit le Cardinal d'avoir adressé ses
plaintes à Madrid, mais il s'en défendit et l'ambassadeur d'Espagne, qui
était présent, certifia son dire. Il fut d'ailleurs pleinement justifié
par d'autres lettres du même paquet et à lui destinées où Philippe II le
blâmait d'avoir «comporté» ces indignités. Le Cardinal protesta qu'il
les avait souffertes par le commandement du Roi et de la Reine «auxquels
pour mourir il ne voudroit en rien désobéyr», mais sous condition
toutefois de maintenir la religion catholique et abolir la nouvelle,
«laquelle chose ne se faisant il criera si hault que tous les princes de
la terre en oyront parler»[485]. Il s'en alla si en colère que Catherine
jugea bon d'employer la duchesse de Guise, sa belle-sœur, à le calmer.
On voit dans quelles difficultés elle se débattait.

Il faudrait lui savoir gré de ses bonnes intentions. Pendant le séjour
très long qu'elle fit à Moulins[486], elle apaisa la querelle du
maréchal de Montmorency et du cardinal de Lorraine, et même tâcha de
réconcilier les Guise avec Coligny, qu'ils détestaient comme le complice
de Poltrot. Le Conseil ayant prononcé l'innocence de l'Amiral (29
janvier 1566), elle força les Lorrains et les Châtillon à s'embrasser.
N'aurait-elle pas eu intérêt à perpétuer les ressentiments si elle avait
médité, avec d'autres catholiques ardents, comme l'insinue l'auteur des
Mémoires de Soubise de faire mettre à mort à Moulins même tous les
chefs protestants[487]. Le chancelier de L'Hôpital était alors si
influent qu'un jour (mais ne serait-ce pas une seconde version de
l'altercation rapportée ci-dessus) le cardinal de Lorraine lui reprocha
de ravaler les conseillers au Conseil privé à n'être là «que pour luy
servir de tesmoings» et pour «l'ouyr régenter». Le Roi satisfit le
Cardinal, mais il garda le Chancelier. L'Amiral était aussi en grande
faveur.

      [Note 485: Lettre anonyme datée de Moulins, 16 mars 1566, dans
      _Mémoires de Condé_, t. V, p. 50-52 ou _Bulletin de la Société du
      protestantisme français_, t. XXIV, 1875, p. 412-413. Bordier, dans
      le _Bulletin_, dit à tort que la pièce recueillie par L'Estoile
      indique Melun comme le lieu de l'altercation, et non Moulins. Voir
      _Mémoires-Journaux_, éd. Michaud et Poujoulat, p. 19-20.]

      [Note 486: Là aussi fut arrêtée la fameuse ordonnance de février
      1566, qui, comme les autres grandes ordonnances du XVIe siècle,
      touche en ses 86 articles à beaucoup de parties du gouvernement:
      justice, police, administration, hôpitaux, bénéfices, corps de
      métiers et confréries, etc. Elle est particulièrement intéressante
      par la préoccupation de fortifier et d'étendre le pouvoir royal.
      Elle défendit aux parlements de réitérer les remontrances sur un
      acte royal soumis à sa vérification quand le roi, après les avoir
      entendues une fois, ordonnait de procéder à l'enregistrement. Elle
      maintenait aux villes la juridiction criminelle, lorsqu'elles la
      possédaient, et créait une juridiction de simple police dans
      toutes celles qui n'en avaient pas, mais elle leur ôtait, pour la
      remettre aux officiers du roi, la juridiction civile, nonobstant
      tous privilèges antérieurs. Ce fut, dit un historien, «une sorte
      de coup d'État contre les magistrats municipaux». Elle interdit
      aux gouverneurs, qui s'étaient beaucoup émancipés pendant les
      derniers troubles, de donner lettres de grâce, de rémission, de
      pardon, de légitimation, d'autoriser les foires et marchés, de
      lever des deniers de leur propre autorité, d'évoquer les affaires
      pendantes devant les juges ordinaires, et de s'entremettre des
      affaires de justice, sauf pour prêter main-forte aux juges et
      tenir en sûreté le pays à eux commis, le garder des pilleries,
      visiter les places fortes. Ces injonctions et ces interdictions,
      qui répètent les dispositions d'anciennes ordonnances, prouvent le
      mal fait par la guerre civile et les précautions que le
      gouvernement se croyait obligé de prendre contre la désobéissance
      des villes et la désobéissance des grands, contre le réveil de
      l'esprit communal et de l'esprit féodal.]

      [Note 487: _Mémoires de la vie de Jehan L'Archevesque, sieur de
      Soubise_, éditée par J. Bonnet, et qui ont paru d'abord dans le
      _Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français_.
      Je renvoie au _Bulletin_, t. XXIV 1875, p. 22.]

Avant même de passer à la Réforme, sous le règne d'Henri II, il avait
entrepris de fonder au Brésil une colonie, qui servirait au besoin
d'asile aux protestants français persécutés. Ce premier établissement en
territoire portugais n'eut pas de durée. L'Amiral reprit son projet en
1562, et il crut mieux réussir dans l'Amérique du Nord où les pêcheurs
bretons exploitaient depuis longtemps les bancs de morues de
Terre-Neuve[488]. Entre le Saint-Laurent, découvert par Jacques Cartier,
et la Floride que revendiquait l'Espagne, s'étendaient d'immenses
territoires sans maîtres; il y envoya successivement Jean Ribaut
(1562-1563) et, après la paix d'Amboise, Laudonnière, qui bâtit au nord
de la Floride le fort de la Caroline et commença le «peuplement». Mais
Philippe ne voulait pas souffrir, comme le disait sa femme à
l'ambassadeur de France, Saint-Sulpice, «que les François nichent si
près de ses conquestes, mesme que ses flottes en allant et venant à la
Neusve Espaigne, sont contraintes de passer devant eux». Catherine, que
D. Francès de Alava questionnait sur cette expédition, répondit que
Charles IX ne prétendait rien «en cest endroit que conserver une terre
qui pieça a été descouverte et possédée par les François, comme le nom
de la _Terre aux Bretons_ le témoigne encore assez» (novembre
1565)[489]. Le 18 janvier 1566, il revint à la charge, la sommant de
dire si le Roi son fils avait «commandez à ceux qui sont allez à la
Floride faire ceste entreprise et aussi commerce et trafic par delà»,
elle riposta «que le commerce est libre entre les subjects des amis et
que la mer n'est fermée à personne qui va et trafique de bonne foy» et
que quant à «la Terre aux Bretons» nous l'«estimons nostre». «Qu'il se
sousvint aussi, lui dit-elle, que les roys de France n'ont pas accostumé
de se laisser menacer; que le mien (le Roi son fils) estoit bien jeune,
mais non pas si peu connoissant ce qu'il est qu'il n'y ait tousjour plus
affaire à le retenir qu'à le provoquer»[490]. Mais les Espagnols, avant
que la Cour de France en sût rien, s'étaient fait raison. Philippe II
avait envoyé 2 000 hommes commandés par Pedro Menéndez de Avilés, qui
assaillirent traîtreusement et massacrèrent les soldats et les colons
(octobre 1565). Catherine fit demander à Madrid justice ou réparation
(mars 1566). Et comme la reine d'Espagne se plaignait du crédit de
Coligny, Fourquevaux, l'ambassadeur de France, répliqua: «que la
suffizance (capacité) dud. sr est telle, soit en Conseil et ailleurs,
que s'il seroit ung Juyf ou un Turc, encore mériteroit-il estre estimé
et favorizé: car mesme oultre le lieu qu'il tient d'admiral, qui est un
des plus grandz estatz» du royaume, «il n'y a prince aujourd'uy ny
seigneur plus digne de toute grande charge qu'il est»[491].

      [Note 488: La carte, dite d'Henri II, appelle mer de France la
      partie de l'Atlantique qui avoisine Terre-Neuve. Voir Jonnard,
      _Les Monuments de la géographie ou Recueil d'anciennes cartes
      européennes et orientales_, Paris, s. d.]

      [Note 489: Lettre du 30 décembre 1565 où elle rapporte ce qui
      s'est passé à Tours en novembre 1565, _Lettres_, II, p. 337-338.
      Les références sur l'affaire de Floride dans _Lettres_, t. II, p.
      337, note 1, et surtout p. 341, note 1, et ajouter l'ouvrage plus
      récent et plus exact de D. Eugenio Ruidiaz y Caravia, _La Florida
      y su conquista por Pedro Menéndez de Avilés_, Madrid, 1893, 2
      vol.]

      [Note 490: Lettre du 10 janvier 1566, _Lettres_, II, p. 342-343.]

      [Note 491: Fourquevaux à la Reine mère, 9 avril 1566, _Dépêches de
      M. de Fourquevaux, ambassadeur du roi Charles IX en Espagne_
      (1565-1572), publiées par M. l'abbé Douais, depuis évêque de
      Beauvais. Ernest Leroux et Plon-Nourrit, 3 vol., 1896-1904, t. 1,
      p. 75.]

Malgré l'évidence, les protestants s'obstinaient à croire que Catherine
s'entendait contre eux avec la Cour d'Espagne. Ils s'apercevaient que
l'Édit, en parquant l'exercice du culte, brisait leur force de
propagande, et ils en voulaient au gouvernement de l'appliquer à la
rigueur. Les masses catholiques les détestaient et le leur montraient à
l'occasion. Coligny estimait plus tard que, de la première à la seconde
guerre civile, cinq cents de ses coreligionnaires avaient été
assassinés. Il y eut aussi quelques meurtres de catholiques. A Pamiers,
où les gens des deux religions étaient ennemis déclarés, les réformés,
perdant patience, attaquèrent les couvents, tuèrent des moines,
expulsèrent des catholiques de la ville (5 juin 1566)[492].

C'était depuis la paix d'Amboise la première grande sédition, et
celle-ci sanglante. Catherine écrivait au maréchal de Montmorency que
jamais les Goths ni les Turcs n'avaient commis tant de cruautés[493].
Elle voulut faire un exemple afin de bien prouver à Rome et à l'Espagne
que la politique de tolérance n'était pas une politique de faiblesse. Le
mestre de camp Sarlabous occupa militairement la ville[494], d'où la
peur avait chassé les émeutiers. Vingt-quatre des plus compromis furent
arrêtés par l'ordre du parlement de Toulouse. Ils parvinrent à s'enfuir
de prison et se réfugièrent dans les montagnes avec leur ministre
Tachard; mais ils furent pris l'année suivante et exécutés (mai 1567).
Les protestants célébrèrent ce Tachard comme un martyr.

      [Note 492: D. Vaissète, _Histoire générale du Languedoc_, éd.
      Privat. Toulouse, 1889, t. XI, p. 474-478.]

      [Note 493: Lettre du 15 juin 1566, _Lettres_, t. II, p. 366.]

      [Note 494: D Vaissète, _Histoire générale du Languedoc_, éd.
      Privat. Toulouse, 1889, t. XII, col. 794.]

Ils étaient très inquiets des événements du dehors. L'Église réformée
des Pays-Bas était, comme l'Église française, la fille de Genève, et
c'était par les frontières de France ou même par des pasteurs de langue
française que la doctrine calviniste avait pénétré dans ces États de
Philippe II. Soudain, les haines accumulées par les persécutions
religieuses avaient fait explosion; la populace avait couru aux églises
catholiques, renversé les autels, brisé les images (août 1566). Les
huguenots, qui tremblaient pour leurs frères en Dieu, auraient voulu que
la France se mêlât à cette révolte. Mais Catherine n'y voyait que
matière à réflexion. Dès les premières nouvelles des troubles, elle
écrivait que son gendre devrait «prendre exemple sur nous, qui avons à
noz dépenz assez monstré aux autres comme se doivent gouverner»[495].
Quand le bruit survint que les Espagnols allaient se relâcher de leur
intolérance, elle s'applaudit de sa modération. «Suis merveilleusement
aise, déclarait-elle à son ambassadeur à Madrid, que maintenant ils
louent et approuvent en leur fait ce que autresfois l'on a tant voulu
blasmer au nostre, quand l'on voulait que pour la cause qui se
présentoit nous achevissions de ruiner ce royaume. Ils esprouveront
combien sont empeschez ceulx qui s'y trouvent (aux troubles religieux).
Quant à moy, je loue Dieu de quoy nous en sommes dehors et le prie de
très bon cœur de ne nous y laisser jamais retomber.» Et Charles IX
appuyait: «Tant y a que pour qui que ce soit ni pour quelque cause qui
puisse subvenir, je me garderay, tant que je pourray, d'y revenir»[496].

      [Note 495: 13 mai 1566. _Lettres_, II, p. 363.]

      [Note 496: 29 février 1567, _Lettres_, III, p. 12, et la note, p.
      13.]

Comme Philippe, loin de faire des concessions, expédiait contre les
rebelles le duc d'Albe et une armée, la Reine prit ses précautions. Elle
fortifia les places de Picardie, défendit au capitaine Argosse, qui
commandait à Calais, d'y laisser séjourner «Italien ny autre étranger de
quelque nation qu'ilz soyent»[497]. Mais, d'autre part, elle ménageait
soigneusement les susceptibilités espagnoles. Condé, las de vivre avec
Isabelle de Limeuil, «en Sardanapale», avait, sur le conseil des
Châtillon, épousé Mlle de Longueville (novembre 1565), et, dans
l'austérité du mariage, il s'était repris de passion pour la Réforme.
Par deux fois, Catherine lui écrivit pour s'excuser de ne pas l'envoyer
en son gouvernement de Picardie, jugeant sans doute dangereux--et qui
pourrait l'en blâmer?--d'exposer le chef des huguenots à la tentation de
franchir la frontière des Pays-Bas[498]. Elle démentit le bruit que
Charles IX appelait l'escadre turque et projetait la conquête de la
Corse. «... Si le Roy, mon fils, répondait-elle à l'ambassadeur de
France à Madrid, avoit autre que bonne intention à l'endroict dudict Sr.
Roy Catholique, il la feroist connoistre comme il appartient à prince
d'honneur»[499]. Les deux Cours de France et d'Espagne s'observaient
avec méfiance.

      [Note 497: 21 mars 1567, _Lettres_, III, p. 19.]

      [Note 498: 31 janvier 1567, _Lettres_, III, p. 7 et 8.]

      [Note 499: 30 mars 1567, _Lettres_, III, p. 24.]

Cependant le duc d'Albe marchait de Milan à Bruxelles par la Savoie, la
Franche-Comté, la Lorraine avec dix mille hommes de vieilles troupes, si
braves et si renommées qu'à leur approche les États catholiques mêmes
prenaient peur. En France, Coligny, d'Andelot furent les plus ardents à
demander une levée de six mille Suisses et de dix mille hommes de pied
français pour couvrir la frontière. La Reine-mère, toujours prudente,
informa officiellement le Roi d'Espagne de l'arrivée de ces
renforts[500]. Philippe II s'étonna de cet armement qu'il prit pour une
menace. Catherine faisait son ambassadeur à Madrid juge «s'il estoit
raisonnable parmi ceste turbulence d'armes, qui est partout, que nous
fussions à la mercy de celluy qui nous voudrait commander quelque
chose», les rois de France étant «en possession de bailler la loy aux
autres».[501] Elle eut une explication très vive (3 juillet 1567) avec
l'ambassadeur d'Espagne, D. Francès de Alava, qui depuis six mois
boudait et ne paraissait plus à la Cour. Il s'ébahit, raconte-t-elle à
Fourquevaulx, «que nous soyons en soubson des forces qu'il (Philippe II)
faict passer» pour remettre ses sujets en son obéissance, et il conclut
que Charles IX n'avait pas «grand besoing» de faire cette levée de
Suisses. Il s'était plaint aussi que le résident de France dans les
Cantons, pour empêcher les agents espagnols d'en tirer quelques soldats,
eût dit en «pleine diette que ce seroit mettre Suysse contre Suysse»,
comme s'il prévoyait une guerre entre la France et l'Espagne[502]. Quand
le duc d'Albe fut arrivé à Luxembourg, les appréhensions cessèrent.
Cependant le Roi et Catherine visitaient les places de Picardie, et en
faisaient réparer les fortifications[503]. Mais à quoi employer ces
Suisses nouvellement levés et bien payés? Catherine écrivit de Péronne
au Connétable de faire avancer ces belles bandes afin que le Roi pût les
voir «et que pour le moings il ayt ce passe temps là pour son
argent»[504].

      [Note 500: 27 mai 1567, _Lettres_, III, p. 37.]

      [Note 501: Lettre des 2 et 3 juillet, _Lettres_, III, p. 42.]

      [Note 502: _Lettres_, III, p. 43.]

      [Note 503: _Ibid._, III, p. 51 et 57.]

      [Note 504: Péronne 21 août, _Lettres_, III, p. 51.]

Les chefs protestants avaient pressé Catherine d'armer, dans l'espoir de
l'entraîner à secourir leurs coreligionnaires étrangers. Mais elle
gardait la neutralité, et même elle avait aidé à ravitailler l'armée
catholique en sa marche, faisant passer en Savoie, Bresse et
Franche-Comté six mille charges de blé[505]. Elle estimait que, dans
l'état de division du royaume, ce serait folie d'affronter la monarchie
espagnole, dont Henri II avec toutes ses forces unies n'avait pu
triompher. Les huguenots voulaient la guerre contre Philippe II pour
sauver les Églises voisines de même foi et fortifier d'autant la cause
commune. Elle était pacifique par raison; ils étaient belliqueux par
prosélytisme. Mais ces gens soupçonneux, la voyant prompte à réunir des
troupes et paresseuse à les employer, se persuadèrent que si elle
n'attaquait pas les Espagnols, c'est qu'elle était d'accord avec eux
pour exterminer les protestants de France et des Pays-Bas. Coligny et
Condé réclamèrent le renvoi des Suisses.

      [Note 505: 30 mars 1567, _Lettres_, III, p. 27.]

A ces craintes s'ajoutaient les griefs personnels. Le colonel général de
l'infanterie française, d'Andelot, était en conflit d'attributions avec
le maréchal de Cossé. Condé, qui aspirait en cas de guerre au
commandement des armées avec le titre de lieutenant général, s'était
entendu signifier par Henri d'Anjou, le fils préféré de Catherine, qu'il
était bien osé de rechercher une charge qui revenait de droit au frère
puîné du Roi. Cet adolescent--il avait seize ans à peine--brava le
Prince de paroles et de gestes, le menaçant, s'il persistait, «qu'il
l'en feroit repentir et le rendroit aussi petit compagnon comme il
vouloit faire du grand»[506]. Brantôme croit que Catherine de Médicis
avait conseillé cette algarade, mais en vérité elle n'avait aucun goût
pour les provocations. Condé ayant quitté la Cour très mécontent (11
juillet), elle s'efforça de l'apaiser. Comme il lui avait écrit les
bruits qui couraient que le Roi voulait employer les Suisses pour abolir
la liberté religieuse, elle jura sa foi «de princesse» et de «femme de
bien» qu'aussi longtemps que ses conseils prévaudraient auprès de son
fils, l'Édit de pacification serait inviolablement gardé[507]. Charles
IX ignorait si bien les desseins de Philippe II qu'il fut «grandement
esbahy» de l'arrestation des comtes d'Egmont et de Horn (8 septembre)
«d'autant que j'estimois, écrit-il à Favelles, son agent à Bruxelles,
que les choses de delà, veu les commencements dont avoit usé le duc
d'Alve, feussent pour prendre autre et plus gratieulx
acheminement»[508]. Mais les protestants s'obstinaient à croire à une
entente des deux Cours.

      [Note 506: Brantôme place l'algarade trois mois et demi avant la
      prise d'armes des protestants (éd. Lalanne, t. IV, p. 344-345)
      mais il devrait dire deux mois et demi. Guyon, serviteur de M. de
      Gordes, lui écrit de Saint-Germain, où était la Cour, que Condé
      est parti «ce matin» (11 juillet). Une dépêche de Norris,
      ambassadeur d'Angleterre, dit le 9: Duc d'Aumale, _Histoires des
      princes de Condé_, t. I, p. 288, note 1, et app., p. 502.]

      [Note 507: Norris à la reine Élisabeth, 29 août 1567: Duc d'Aumale
      t. I, p. 561.]

      [Note 508: _Lettres_, III, p. 58 note.]

Catherine se réjouissait que tout fût «maintenant, Dyeu mercy, autant
paisible» en France «que nous sçaurions souhaiter»[509]. Elle avait été
informée d'un rassemblement de 1200 à 1500 chevaux près de
Châtillon-sur-Loing, la résidence de l'Amiral, mais elle n'y attacha pas
d'importance. Le 18 septembre, elle écrivait à Fourquevaux qu'après
l'emprisonnement d'Egmont et de Horn, il avait «couru quelque bruit sans
propos que ceulx de la religion vouloient faire quelques remuemens, mais
c'estoit un peu de peur qu'ils avoient, se dict-on, et aussi tost cella
est esvanuï»[510].

      [Note 509: A Gordes, 19 septembre, _Lettres_, III, p. 59.]

      [Note 510: _Lettres_, III, p. 58.]

Elle se trompait. Les chefs du parti, assemblés à Valery chez le prince
de Condé, avaient décidé de mobiliser quelques milliers de gentilshommes
et de pousser droit au château de Monceaux, où la Cour était en
villégiature pour s'emparer, comme avaient fait autrefois les triumvirs,
du Roi et de sa mère. A la première nouvelle, qui fut apportée par
Castelnau-Mauvissière, de la marche des huguenots, le Connétable lui
remontra que «cent chevaux ny cent hommes de pied ne se pouvoient mettre
ensemble, dont il n'eust incontinent advis». Le chancelier de L'Hôpital
«dit au Roy et à la Reine sa mère que c'estoit un crime capital de
donner un faux advertissement à son prince souverain, mesmement
(surtout) pour le mettre en défiance de ses sujets et qu'ils
préparassent une armée pour lui mal faire». Les princes, les seigneurs
et les dames, qui ne parlaient que de «passer le temps et d'aller à la
chasse», «vouloient mal» aussi à ce trouble-fête «d'avoir donné ceste
allarme»[511]. Mais les avis se multiplièrent et se précisèrent. La Cour
n'eut que le temps de se réfugier dans la place forte de Meaux et
d'appeler à l'aide les Suisses, qui étaient cantonnés à Château-Thierry.
Sous la protection de cette grosse infanterie, dont les cavaliers
huguenots n'osèrent affronter les piques, Charles IX gagna Lagny et de
là il fila sur Paris (26-28 septembre), où il fut bientôt bloqué.

      [Note 511: _Mémoires_, liv. VI, ch. IV, éd. Le Laboureur, 1659, p.
      198-200.]

La surprise de Catherine fut grande. Comme elle l'écrivait le 27, de
Meaux, à Matignon, lieutenant général du roi en Normandie: «Nous sommes
assez esbahis» de l'événement «pour n'en congnoistre ne savoir aucune
occasion»[512]. Il y a dans sa lettre à Fourquevaux de la colère contre
cette «infame entreprise» et quelque tristesse aussi: «... vous laissant
à penser l'ennuy auquel je suis de voir ce royaume revenu aux troubles
et malheurs dont par sa grace (la grâce de Dieu), j'avois mis peine de
le délivrer»[513]. C'était la ruine de ses illusions. «Je n'eusse peu
penser, écrit-elle au duc de Savoie, que si grandz et si malheureux
desseings feussent entrez ès cueurs des subjects à l'endroict de leur
roy»[514]. Ce soulèvement «sans nulle aucasion», c'est une
«méchanseté»--le mot était alors plus fort qu'aujourd'hui--, «la plus
grande méchanseté du monde», «eune peure treyson» (une pure trahison).
Il y allait, estimait-elle, de la «subversion de tout ung Estat et du
danger de nos propres vyes».

      [Note 512: _Lettres_, III, p. 60.]

      [Note 513: _Lettres_, III, p. 61.]

      [Note 514: _Ibid._, p. 62-63; au Roi catholique, _ibid._, p. 62.]

Au Conseil privé, elle interrompit L'Hôpital qui, prévoyant que la
guerre civile serait la fin de l'essai de tolérance, proposait d'arrêter
les troubles par quelques concessions. «C'est vous, lui aurait-elle dit,
qui par vos conseils nous avez conduits où nous sommes.» Pourtant elle
n'empêcha pas les modérés de faire une tentative de conciliation. Le
Chancelier, le maréchal de Vieilleville et Jean de Morvillier allèrent
trouver Condé et lui promirent, s'il mettait bas les armes, une amnistie
pleine et entière.

Les chefs protestants, ayant conscience que leurs craintes n'étaient pas
la preuve d'un projet d'extermination, imaginèrent, pour intéresser le
pays à leur cause, de se poser en redresseurs de torts. Ils réclamèrent,
outre l'Édit d'Amboise sans réserves ni limites, la tenue des États
généraux et la diminution des impots. «Le pauvre peuple, disaient-ils
dans leur requête, se lamente et deult (_dolet_, se plaint) grièvement
d'estre oppressé et accablé de charges, surcharges, nouvelles
impositions, subsides et tributs insupportables, qui se lèvent et
augmentent de jour à autre, sans aucune nécessité de guerre et affaires
ni occasion raisonnable de despense, ains par l'invention et avanie
d'aucuns estrangers et mesmes des Italiens....» Rien n'était plus
maladroit que de reprocher à la Reine la magnificence coûteuse de sa
Cour et de ses fêtes et sa clientèle de banquiers et de traitants
italiens.

A cette nouvelle Ligue du Bien public, Charles IX répondit avec le
cérémonial des vieux temps. Un héraut d'armes, précédé de trompettes, se
présenta au quartier général des rebelles, à Saint-Denis, et somma
nominativement le prince de Condé, d'Andelot, Coligny et les autres
chefs et conducteurs du parti de se rendre auprès du Roi sans armes,
sous peine d'être convaincus de rébellion (7 octobre). Cet appareil
inusité les troubla. Ils craignirent d'avoir dépassé leur droit en
touchant au fait des taxes et du gouvernement, et, comme dit d'Aubigné,
se coiffant de «leur chemise»[515], ils n'exigèrent plus que le
rétablissement pur et simple, à toujours, de l'Édit d'Amboise. Mais le
Connétable revendiqua pour le Roi le droit de modifier les Édits et même
de les révoquer, s'il le jugeait nécessaire. Les négociations furent
rompues.

      [Note 515: La Popelinière, _La Vraye et entière Histoire des
      troubles_, La Rochelle, 1573, liv. II, p. 45.--Lavisse _Histoire
      de France_, t. VI. 1, p. 97.]

L'armée royale livra bataille à Saint-Denis (10 novembre 1567) et
réussit à dégager Paris, mais elle perdit son chef, le Connétable, qui
fut blessé mortellement dans une charge. Les vaincus allèrent jusqu'en
Lorraine à la rencontre des secours que leur envoyaient les princes
protestants d'Allemagne. Catherine, laissant tomber la dignité de
connétable, fit nommer à la lieutenance générale le plus cher de ses
fils, Henri d'Anjou, qui avait seize ans et n'était pas en âge de
commander. Obligée par la révolte des protestants de s'appuyer sur le
parti catholique, elle remit la conduite des opérations militaires au
duc de Nemours, qui avait épousé avec la duchesse de Guise les intérêts
des Lorrains, mais de peur d'accroître en cas de succès décisif la
popularité déjà si grande de cette maison, elle lui adjoignit, comme
collègues, un prince du sang, le duc de Montpensier, d'ailleurs
catholique ardent, et un politique allié des Montmorency, Artus de
Cosse, surintendant des finances, qu'elle avait créé maréchal de France.
Nemours était d'avis de poursuivre les rebelles et de les écraser avant
l'arrivée des renforts. Cossé, par haine des Guise, ou par incapacité,
entrava tous les mouvements. Il accusait même Catherine de vouloir une
bataille pour économiser l'entretien d'une armée. Il fut malade si à
propos le 21 novembre qu'il laissa échapper Condé et Coligny. Nemours,
furieux, n'était pas loin de croire que Cossé temporisait par ordre.
Catherine leur donna raison à tous deux. Elle expliquait à Cossé qu'elle
ne voudrait pas pour une question d'argent hasarder la vie de tant de
braves gens et celle de son fils[516]; elle remerciait Nemours d'avoir
fait de son mieux, à ce qu'on lui avait mandé, pour empêcher la jonction
des huguenots et des reitres. «Je panse, ajoutait-elle, que Dieu ne
pardonnera jeamès à ceulx qui nous ont fayst cet domage»[517].

      [Note 516: 4 décembre 1567, _Lettres_, III, p. 84.]

      [Note 517: _Lettres_, III, p. 103 (lettre écrite entre le 15 et le
      20 janvier 1568).]

Au fond, elle avait hâte d'en finir avec la guerre et l'autorité des
hommes de guerre. Aussitôt qu'elle l'avait pu, elle s'était remise à
négocier. Elle alla trouver à Châlons le cardinal de Châtillon (janvier
1568) et lui donna rendez-vous à Paris pour continuer les pourparlers.
Mais elle n'osa pas l'y recevoir de jour, craignant qu'il ne fût
assassiné, et elle le logea au château de Vincennes. Châtillon, bien
convaincu de la haine des masses, ne fut que plus ardent à réclamer un
édit perpétuel et irrévocable. Catherine le laissa partir.

La lassitude et le manque d'argent arrêtèrent les hostilités. La royauté
n'avait pas de réserves disponibles pour des entreprises à long terme.
Condé, qui assiégeait Chartres, était encore plus embarrassé de payer
ses mercenaires. Il accepta la paix, à des conditions qui lui parurent
avantageuses (Longjumeau, 23 mars 1568). Le Roi confirmait l'Édit
d'Amboise sans restriction ni limitation et prenait à sa charge la solde
des auxiliaires allemands. Mais le «petit Prince», avec son étourderie
habituelle, consentit à licencier ses troupes, tandis que Charles IX se
réservait le droit de garder les siennes quelque temps encore. Il fit ce
«pas de clerc» de livrer son parti désarmé à Catherine de Médicis, dont
il avait trompé la confiance, et à ce roi de dix-sept ans qu'il avait
contraint de reculer devant lui «plus vite que le pas». C'était une
grave imprudence.

Quoi que les réformés pussent dire pour leur défense, cet attentat
contre un roi majeur, sur des soupçons imaginaires, était un crime ou,
si l'on aime mieux, une faute. Ceux d'entre eux qui siégeaient au
Conseil savaient que depuis l'entrevue de Bayonne les rapports entre les
Cours de France et d'Espagne étaient très froids. Vouloir que dans la
question des Pays-Bas le gouvernement réglât sa politique sur leurs
convenances religieuses était une prétention inadmissible. Les Suisses,
dont ils incriminaient la présence, avaient été levés de leur
consentement et même sur leur demande. Catherine ne méditait contre eux
aucun guet-apens; elle était à la campagne dans un château ouvert, tout
occupée de plaisirs et de chasse, sans soupçon, parce que sans mauvais
dessein. Elle ne pouvait croire à une agression, tant elle était sûre de
son innocence.

Leur seul grief vraiment fondé, c'était l'interprétation des clauses de
l'Édit d'Amboise. Ces précisions, toujours restrictives, s'expliquaient
en partie par des raisons d'ordre ou de politique, mais comme ils en
étaient les victimes, ils devaient être tentés d'y voir une menace. Il
est possible que la Reine-mère--tant l'idée de la coexistence de deux
religions dans un même État répugnait aux esprits de ce temps--ait pensé
que l'unité de foi se referait un jour, et même qu'elle l'ait désirée.
Le culte réformé relégué dans une ville par bailliage et dans quelques
châteaux de seigneurs hauts justiciers était, pour ainsi dire, éparpillé
en autant de petits centres, qui n'avaient qu'une médiocre force de
propagande. Que Catherine ait voulu les empêcher de s'étendre et de se
rejoindre, c'est un calcul qui de sa part n'est pas invraisemblable; les
protestants, par même souci, comprimaient le catholicisme dans les pays
où ils étaient les maîtres. Mais elle écartait résolument l'idée
d'employer la violence et, toutes les fois qu'elle en avait l'occasion,
proclamait sa volonté de faire observer l'Édit de pacification. Et en
somme, elle a réussi pendant quatre ans, jusqu'à la révolte de la
minorité, à maintenir, non sans peine, la paix religieuse contre tous
les efforts de la majorité.

Le tort des réformés fut de méconnaître les difficultés de sa tâche et
la sincérité de ses intentions. Ils la traitèrent en ennemie dès qu'ils
cessèrent de l'avoir pour alliée. Elle ne leur pardonna pas cette erreur
où elle trouvait de l'ingratitude. Elle s'éloigna de L'Hôpital, qui
continuait à les défendre, et, dégoûtée de la tolérance, elle résolut de
détruire ces ennemis de l'Église, qui étaient les ennemis du Roi.



CHAPITRE VI

L'EXTERMINATION DU PARTI PROTESTANT


Du changement produit dans les dispositions de la Reine-mère par la
surprise de Meaux, il y a des témoignages caractéristiques.
Immédiatement avant l'agression (24 septembre), elle recommandait à M.
de Gordes, lieutenant général en Dauphiné, «de faire toujours vivre les
subjects de delà en toute doulceur et tranquillité à l'observation des
édits et ordonnances»[518]. Mais une dizaine de jours après, elle
faisait écrire par le Roi au même M. de Gordes: «Là où vous en sentiriès
aulcungs qui branlent seulement pour venir secourir et ayder à ceux-ci
de la nouvelle religion, vous les empescherés de bouger par tous moïens
possibles, et si vous connoissés qu'ils soyent opiniastres et voulloir
venir et partir, vous les taillerés et ferés mettre en pièces sans en
espargner ung seul, _car tant plus de morts moings d'ennemis_»[519].
Elle était convaincue que les protestants avaient pris les armes, non,
comme ils le déclaraient, pour prévenir la persécution, mais pour
s'emparer du Roi et du gouvernement. Elle se tint pour avertie, et,
naturellement rancunière, elle prépara sa revanche.

      [Note 518: _Lettres_, III, p. 59.]

      [Note 519: _Ibid._, p. 65, note 1. Cette lettre du Roi ne peut pas
      être du 13 octobre, puisque Catherine s'y réfère dans une lettre
      du 8. Voir d'Aumale, _Histoire des Princes de Condé_, p. 564, qui
      semble croire que la lettre est du 28 septembre. Elle est
      probablement du même jour que la lettre de Catherine, c'est-à-dire
      du 8 octobre, conformément à l'habitude de la Reine-mère de faire
      suivre les lettres du Roi d'une lettre d'elle.]

Elle n'avait en attendant qu'à lâcher la main aux masses catholiques.
L'Église avait regagné presque tout le terrain qu'elle avait perdu de
1559 à 1562 par le scandale de ses abus, la violence des Guise, le zèle
et la science des ministres réformés. Prêtres et moines étaient allés
«par les villes, villages et maisons des particuliers admonester un
chacun de la doctrine des protestants». Ils s'étaient remis à instruire
le peuple, qui n'avait le plus souvent couru au prêche que par manque de
bons prônes. Un de leurs arguments, le plus simple, faisait impression.
Était-il possible que pendant quinze ou seize siècles, jusqu'à
l'apparition de ces novateurs, Dieu eût laissé dans l'erreur et privé de
sa «grâce» «et du sang de Jésus-Christ» «tant de roys, princes et
grands personnages»? Le supposer «seroit blasphémer contre sa bonté et
l'accuser d'injustice»[520]. L'ordre nouveau des jésuites, que le péril
de la foi avait décidé l'Église gallicane à reconnaître, apporta au
catholicisme français le secours de son savoir, de sa parole, de son
prosélytisme et de son habileté. Il s'attacha plus particulièrement à
reconquérir, par la prédication, l'enseignement et la direction de
conscience, les classes dirigeantes de l'État, haute bourgeoisie,
noblesse et princes[521].

      [Note 520: _Mémoires de Castelnau_, liv. III, ch. VI, p. 137.]

      [Note 521: P. Henri Fouqueray, _Histoire de la Compagnie de Jésus
      en France; des origines à la suppression_, t. I (1528-1575),
      Paris, 1910 et _passim_, liv. II et liv. III.]

En même temps, le parti catholique s'organisait pour le combat.
L'expérience avait prouvé que le Roi, avec les quelques milliers
d'hommes qu'il entretenait en temps de paix, était, au début des
hostilités, incapable de faire front aux forces protestantes
volontaires, dont la mobilisation était préparée de longue main[522].
L'idée était venue à Monluc en 1563, et elle fut reprise par Tavannes et
d'autres chefs catholiques, d'opposer confraternité catholique à
confraternité protestante, intelligence à intelligence. En Bourgogne, où
Tavannes était gouverneur, des ecclésiastiques, des nobles et des
bourgeois se groupèrent en ligues ou associations, qui, «au nom de Notre
Seigneur Jésus-Christ et par la communion de son précieux sang»,
signaient le serment de soutenir de tout leur pouvoir «l'Église de Dieu,
maintenir nostre foy ancienne et le roy nostre sire, souverain naturel
et très chrestien seigneur, et sa couronne». Ces confréries du
Saint-Esprit, comme on les appelait généralement en Bourgogne, devaient
avoir un fonds commun, des troupes prêtes à marcher et des émissaires
chargés de surprendre et de signaler les pratiques des huguenots. La
province seule pouvait mettre sur pied 1 500 cavaliers et 4 500
fantassins[523].

      [Note 522: Voir à ce sujet une page intéressante, sinon tout à
      fait impartiale, de Jean de Tavannes dans les _Mémoires de Gaspard
      de Saulx, seigneur de Tavannes_; Règne de Charles IX, anno 1567,
      éd. Buchon, p. 318, et surtout p. 320.]

      [Note 523: _Ibid._, Tavannes et Hippolyte Abord, _Histoire de la
      Réforme et de la Ligue dans la ville d'Autun_, t. I., 1855, p.
      384, 392.]

Les Lorrains, favorisés par la réaction catholique, reparaissaient à la
Cour et aux armées. Le jeune duc de Guise, Henri, alors âgé de dix-huit
ans, annonçait une valeur brillante et digne de sa race. Mais il se
gardait bien de se poser, comme Condé l'avait fait, en concurrent
d'Henri d'Anjou. L'esprit dirigeant de la famille, le cardinal de
Lorraine, affectait le plus grand dévouement pour ce fils si aimé de la
Reine.

Il lui avait promis, écrivait l'ambassadeur anglais Norris, «deux cent
mille francs par an du clergé de France pour soutenir la religion
romaine; sur quoi le pape, le roi d'Espagne et les autres princes
papistes ont promis aide et secours en tout ce que Monsieur tenterait
pour la ruine de ceux de la religion»[524]. C'était flatter Catherine en
sa faiblesse maternelle et en même temps la rassurer sur la fidélité du
parti catholique que d'en reconnaître le duc d'Anjou pour chef. Aussi le
Cardinal était-il grand favori. «Seul», prétendait l'ambassadeur
anglais, il «fait tout en toute chose.» Le chancelier de L'Hôpital avait
rendu les sceaux le 24 mai 1568, jugeant plus opportun de céder «à la
nécessité de la République et aux nouveaux gouverneurs que de desbattre
avec eux»[525]. «Je m'esbahis, madame, écrivait Jeanne d'Albret à
Catherine, vu que de tant de pareilles menées qu'il (le Cardinal) a
faictes vous n'avez jamais vu une bonne fin, comme il vous peult, sans
changer de main, ainsi souvent tromper»[526]. C'est au cardinal de
Lorraine naturellement que Condé, Coligny imputent les dénis de justice
et les attentats dont leurs coreligionnaires avaient été victimes
pendant les troubles et depuis la signature de la paix. Mais la Reine
n'agissait pas par suggestion; elle s'aidait du Cardinal comme elle
s'était aidée de L'Hôpital. Ayant changé de politique, elle changeait de
serviteurs[527].

      [Note 524: Lettre du 7 Juin 1568: Duc d'Aumale, _Histoire des
      princes de Condé_, t. II, p. 364.]

      [Note 525: Duféy, _Œuvres complètes de L'Hospital_, II, p. 252.]

      [Note 526: _Lettres_, III, p. 349.]

      [Note 527: L'ambassadeur vénitien, Jean Correro, dans sa Relation
      de 1569, explique bien les raisons qui ont déterminé la Reine-mère
      à se servir des Guise et du cardinal de Lorraine Tommaseo,
      _Relations_, etc., t. II, p. 150-152.]

Cependant les catholiques prolongeaient la guerre par l'assassinat. Le
protestant Rapin, que le Roi envoie porter l'ordre au parlement de
Toulouse d'enregistrer la paix de Longjumeau, est saisi, jugé, exécuté
par ce même parlement pour une condamnation antérieure que deux ou trois
amnisties avaient annulée. La garnison d'Auxerre pille les cinquante
mille écus que Coligny expédiait aux reîtres pour hâter leur départ de
France. Le sieur d'Amanzé, qu'il charge d'aller réclamer cet argent, est
assassiné par six hommes masqués. Un grand seigneur, René de Savoie,
seigneur de Cipierre, est massacré à Fréjus, avec trente-six des siens,
par le baron des Arcs. La populace s'en mêle et fait rage. En trois
mois, raconte d'Aubigné, qui toujours exagère, les peuples, soutenus de
gens notables, mirent sur le carreau plus de dix mille personnes[528].
Le gouvernement laissait faire. C'était sa vengeance contre un parti
qu'il ne trouvait pas assez résigné. Les huguenots ne se pressaient pas
de restituer au Roi les villes qu'ils avaient occupées pendant la
guerre; Montauban, Sancerre, Albi, Millau, Castres faisaient «compter
les clous de leurs portes» aux garnisons royales qu'on leur envoyait. La
Rochelle, qui s'était déclarée dans la dernière guerre pour le prince de
Condé (9 janvier 1568), consentait à recevoir son gouverneur, Guy Chabot
de Jarnac, mais non les soldats qui l'accompagnaient. Aussi, quand
Coligny s'indignait que les assassins et les factieux eussent sinon
«exprès commandement de faire ce qu'ilz font», à tout le moins «ung
tacite consentement», la Reine ripostait que le Roi son fils avait donné
l'ordre de faire bonne justice à tous ses sujets sans distinction et que
«desjà l'effect se verroit de sa volunté si n'eust esté que les armes
sont encore plus entre les mains de ceux qui ne les debvroient point
avoir que entre les siennes»[529].

      [Note 528: Les crimes et les assassinats commis par les
      catholiques sont énumérés dans un Mémoire adressé au Roi par
      Coligny et Condé, et daté du jour même de leur fuite (23 août
      1568). On les compte par centaines, et c'est trop; mais on est
      loin de dix mille. D'Aubigné, historien, ne laisse pas de parler
      en poète. Ce Mémoire a été publié en appendice par M. le comte
      Delaborde dans son _Coligny_, t. III, p. 496 sqq., 515.]

      [Note 529: Delaborde, III, p. 33.--_Lettres_, III, p. 164 (août
      1568).]

Entre Catherine et l'Amiral, les explications sont d'autant plus aigres
que leurs rapports ont été plus cordiaux. L'Amiral était comme le
Connétable, son oncle, assez rude et fâcheux. Il en voulait, ce qui est
légitime, à M. de Prie, le gouverneur d'Auxerre, qui avait fait
assassiner un de ses gentilshommes; mais en annonçant à la Reine-mère la
mort de Mme de Prie, il en tira une leçon qui portait plus loin que le
mari. «Je ne veulx pas estre si présomptueux de juger des faits de Dieu,
mais je veulx (peux?) bien dire avec tesmoignage de sa parole que tous
ceulx qui violent une foy publique en seront chastiez»[530]. Il lui
promettait d'empêcher tant qu'il pourrait «les troubles et prises des
armes en ce royaume», «mais ajoutait-il, si nous y sommes contraintz
pour deffendre la liberté de nos consciences, nos honneurs, vyes et
biens, l'on cognoistra que nous ne sommes pas si aisés à battre et
desfaire comme le cardinal de Lorraine s'en vante tous les jours»[531].
Il se plaignait qu'on eût dessein de l'assassiner, comme il l'avait
appris de bonne source; elle le pria de faire connaître ces donneurs
d'avis qui cherchaient à le mettre en défiance. Mais, répliquait-il, ne
lui avait-elle point fait dire qu'il ne tenait la vie que d'elle,
plusieurs ayant offert de le tuer, ce qu'elle n'avait pas voulu
permettre. Elle devrait lui faire justice de ces «méchants», et, pour
surcroît d'obligation, les lui nommer afin qu'il sût de qui se garder.
Ces récriminations étaient de mauvais augure; les actes aussi. Un
millier de huguenots et de protestants étrangers s'étaient glissés le
long de la frontière et se disposaient à rejoindre aux Pays-Bas
Guillaume le Taciturne et son frère Ludovic, qui avaient pris les armes
contre les Espagnols. Catherine donna l'ordre au maréchal de Cossé de
courir sus à ces bandes et de livrer au duc d'Albe «pour les traiter
ainsy qu'ils le méritent» les «Elamans» (probablement les Flamands) et
autres sujets du roi catholique qui s'y étaient enrôlés. Le capitaine
qui les commandait, Cocqueville, avait été pris dans Saint-Valéry (sur
Somme) et décapité, avec quelques-uns de ses compagnons. «Quant aux
autres François qui sont prisonniers, ajoutait Catherine, je trouve bon
qu'une partie soient punis comme les autres qui ont été exécutez et le
reste soit envoié aux gallères»[532]. On voit à quel degré de passion
elle est montée. Ce n'est plus la même femme.

Condé et Coligny, inquiets, s'étaient mis à l'abri dans
Noyers-sur-Serain, à l'entrée du Morvan, une petite place assez forte
qui appartenait à la princesse de Condé[533]. L'idée vint à Catherine de
se saisir d'eux, et peut-être même de les traiter, à la façon du duc
d'Albe, comme les comtes d'Egmont et de Horn. Mais elle cachait
soigneusement ses intentions.

      [Note 530: _Id._, p. 36 (12 juillet 1568).]

      [Note 531: _Id._, p. 44.]

      [Note 532: 5 août 1568. _Lettres_, t. III, p. 166-167.]

      [Note 533: S. C. Gigon, _La troisième guerre de religion_, Paris,
      s. d. (1909), p. 35.]

Le Roi en son Conseil examinait les griefs des chefs protestants et y
répondait. Il ordonnait des enquêtes sur les crimes et les massacres,
dont ils se plaignaient, envoyait à Auxerre un maître des requêtes,
déléguait à même fin le premier président du parlement de Dijon. Il
prononçait la dissolution des confréries du Saint-Esprit, dont le
voisinage inquiétait les gens de Noyers[534]; il arrêtait la marche des
compagnies de Brissac, qu'il avait décidé de cantonner dans l'Auxois; il
remontrait à Tavannes, son lieutenant général en Bourgogne, que Condé
l'accusait de vouloir attenter sur sa personne. Mais Catherine
délibérait à part avec le cardinal de Lorraine et le nouveau garde des
sceaux, Birague. Un certain Lescale fut pris mesurant la hauteur des
murs de Noyers. Elle envoya Gonthery, secrétaire de Birague, et, en
recharge, un capitaine, le sieur du Pasquier, donner
l'ordre--probablement un ordre verbal--à Tavannes d'investir la ville de
Noyers. Mais le gouverneur aurait, comme le raconte son fils, fait
répondre «que la Royne estoit conseillée plus de passion que de raison
et que l'entreprise estoit dangereuse, proposée par gens passionnés et
inexperts, que luy n'estoit propre pour telles surprises.... que quand
il voudroit exécuter ce commandement», le Prince et l'Amiral «ayant de
bons chevaux se pourroient sauver et luy demeurer en croupe avec le
blasme d'avoir rompu la paix»[535]. Dans une lettre officielle au Roi où
il se défendait de tout mauvais dessein contre un Bourbon, Tavannes
ajoutait: «Il est vray, quant il sera question des commandemantz de
Vostre Majesté, de vostre Estat et du faict de ma charge, je vouldrois
non seulement entreprendre contre luy, mais contre mon père s'il
vivoit»[536]. Tavannes, prêt à marcher sur un ordre du roi, refusait de
se commettre dans une tentative «dressée de quenouille et de plume».

Cependant comme il craignait que la Reine-mère n'insistât, et, sur un
nouveau refus, n'envoyât quelque autre capitaine en son gouvernement
pour exécuter ce coup de main, il résolut de donner l'alarme au prince
de Condé. Il fit passer «des messagers proche Noyers avec lettres qui
contenoient: Le cerf est aux toiles, la chasse est préparée». Les
porteurs de dépêches furent, comme il l'espérait, arrêtés, et Condé,
interprétant l'obscurité des textes à la lumière de ses soupçons, partit
secrètement de Noyers avec Coligny, le 23 août. Il laissait pour adieu
au Roi un mémoire où il énumérait les griefs du parti et n'en rendait
responsable que le cardinal de Lorraine, «la racine et la semance de
toutes les divisions et partialitez qui ont cours en ce royaume»[537].

      [Note 534: Abord, _Histoire de la Réforme et de la Ligue dans la
      ville d'Autun_, t. I, p. 392.]

      [Note 535: _Mémoires de Gaspard de Saulx, seigneur de Tavannes_,
      éd. Buchon, p. 335.]

      [Note 536: Lettre du 20 août 1568, publiée par Gigon, p. 385. De
      cette lettre M. G. croit pouvoir conclure que Catherine n'a jamais
      songé (Cf. p. 37) à investir Noyers et que c'est une invention du
      fils de Tavannes, le rédacteur des Mémoires. Mais le récit du fils
      et la lettre du père ne se contredisent pas: ils se complètent.]

      [Note 537: Delaborde, III, p. 509.]

Les fugitifs arrivèrent à La Rochelle, le 14 (ou le 18) septembre, et
ils y furent rejoints par Jeanne d'Albret et son fils Henri de Navarre,
qui leur amenaient les contingents gascons. D'heureux coups de main leur
livrèrent Saint-Jean d'Angély, Saintes et Cognac. Forcés par la
nécessité de prendre leur point d'appui loin de Paris, ils se
cantonnèrent dans l'Ouest, où les grandes familles aristocratiques, les
La Rochefoucauld, les La Trémoille, les Soubise et presque toute la
noblesse avaient passé à la Réforme. En arrière des places fortes
conquises et en avant de ses boulevards insulaires de Ré et d'Oléron, La
Rochelle formait comme un réduit central, accessible par mer aux Anglais
protestants, mais presque inexpugnable par terre aux Français
catholiques.

Catherine était encore une fois surprise par les événements. Elle voulut
négocier, car elle était d'avis de négocier toujours, de négocier quand
même Condé refusa d'écouter un gouvernement qui, par deux édits publiés
le 28 septembre, accordait la liberté de conscience, mais défendait sans
acception de personnes tout exercice d'autre religion que de la
catholique et romaine, commandait aux ministres réformés de sortir du
royaume dans les quinze jours, démettait de leurs charges, avec promesse
toutefois de les indemniser, les officiers du roi qui seraient de la
nouvelle Église[538].

      [Note 538: L'un de ces édits est de septembre sans précision du
      jour, l'autre du 25; tous deux ont été publiés le 28 septembre.
      Fontanon, t. IV, p. 292-295.]

La Reine-mère avait encore fait nommer son fils, le duc d'Anjou,
lieutenant général du royaume (29 août) avec la direction particulière
des forces de l'Ouest. Elle lui adjoignit, pour suppléer à son
inexpérience, deux capitaines qui avaient fait leurs preuves dans les
guerres du Piémont, Tavannes et Sansac. Ce partage du commandement,
inspiré par les mêmes causes, eut les mêmes résultats qu'en 1567; la
guerre traîna. Sansac dut enfin se retirer. Tavannes, libre de ses
mouvements, franchit la Charente en mars 1569 et surprit à Bassac--près
de Jarnac--Coligny, qui se gardait mal. Condé, accouru à l'aide, chargea
avec trois cents chevaux la masse des escadrons catholiques et y pénétra
d'un élan furieux, mais il fut accablé par le nombre, jeté à bas de
cheval et tué de sang-froid par les gardes du duc d'Anjou (13 mars).
Coligny couvrit la retraite et sauva l'armée protestante.

Catherine reçut à Metz la nouvelle de la victoire de Bassac. Depuis deux
mois, elle avait quitté Paris, et, malgré les fatigues et la maladie,
elle travaillait à fermer l'entrée de la Champagne et des Trois-Évêchés
aux auxiliaires étrangers qui se préparaient à rejoindre la huguenots.
L'habitude s'établissait entre gens de même croyance de s'entr'aider
sans distinction de pays. Guillaume de Nassau en révolte contre le Roi
catholique, et Condé et Coligny en révolte contre le Roi très chrétien,
s'étaient promis par traité (août 1568) de s'«aider, favoriser et
secourir l'ung à l'aultre» de tout ce qui dépendrait de leurs
«puissances et forces». «Et fault que ceste alliance demeure tellement
ferme que, quant il plairoit à Dieu favoriser l'ung ou l'autre pais en
luy donnant entière liberté de conscience que pour ceste occasion ceulx
qui seront si heureulx ne laisseront de secourir l'aultre partye comme
si ils estoient en la mesme peine...»[539].

      [Note 539: Groen van Prinsterer, _Archives de la maison de
      Nassau_, 1re série, III, p. 285.]

Guillaume de Nassau, au lieu d'attaquer le duc d'Albe, était entré en
France le 19 novembre 1568, et l'on pouvait se demander s'il reculait
devant les Espagnols ou projetait de se rapprocher de ses
coreligionnaires français. Le gros de l'armée royale étant engagé dans
l'Ouest, Charles IX n'avait que quelques milliers de soldats en
Champagne, et le duc d'Albe ne se pressait pas de lui expédier les
renforts qu'il lui avait promis. Catherine fit offrir à cet intrus
équivoque de lui accorder libre passage vers l'Allemagne, et «pour la
pitié» que le Roi avait de sa troupe de faire dresser «estappes» pour la
«jecter... hors de nécessité»[540]. Malgré les protestations de
l'ambassadeur d'Espagne, elle fournit au sujet rebelle de Philippe II
l'argent et les vivres dont il avait le plus grand besoin. Mais, de peur
qu'il ne fût tenté de s'en servir contre elle, comme on avait lieu de le
craindre, elle fit si bien travailler ses mercenaires allemands qu'ils
s'ameutèrent et le contraignirent à repasser la Moselle (13 janvier
1569).

Ce premier péril écarté, elle tâcha de barrer la route à l'armée que le
duc des Deux-Ponts, Wolfgang de Bavière, amenait d'Allemagne au secours
des huguenots. Mais elle partagea encore la défense des frontières de
l'Est entre le duc d'Aumale et le duc de Nemours, qui ne s'entendirent
pas. Wolfgang, que Guillaume de Nassau avait rejoint avec 1 200
cavaliers, profita de ces divisions et, gagnant de vitesse ses
adversaires (mars 1569), il traversa la Bourgogne, franchit la Loire et
arriva dans la Marche. Le duc d'Anjou, menacé d'être pris entre ces
étrangers et les huguenots, appela sa mère à l'aide. Il se plaignait du
duc d'Aumale, qui avait laissé passer l'invasion, et du cardinal de
Lorraine, qui ne lui envoyait pas l'argent de la solde. Catherine, qui
se reposait à Monceaux, accourut au camp et massa toutes les forces
royales contre le duc des Deux-Ponts. Mais elle n'eut pas la joie
d'assister à une victoire de ce fils si cher, les reîtres catholiques,
qu'on ne payait pas, ayant refusé de se battre. «Cet (si) les reystres,
écrivait-elle à Charles IX, euset voleu (eussent voulu) marcher jeudi le
jour de la Feste-Dyeu (10 juin), je me pouvés dyre la plus heureuse
femme du monde et vostre frère le plus glorieulx»[541].

      [Note 540: _Id._ p. 315-316.]

      [Note 541: 12 juin 1569, _Lettres_, t. III, p. 245.]

C'était pour elle une grande déception; mais quelques mois après,
Tavannes battit Coligny à Moncontour (3 octobre 1569), et elle crut que
la partie était gagnée. Le hasard, comme dans la première guerre civile,
l'avait bien servie. Condé avait péri (13 mars); Wolfgang était mort de
maladie la veille de sa jonction avec les huguenots (11 juin). Mort
aussi d'Andelot, le meilleur lieutenant de Coligny (7 mai 1569).
«Monsieur mon fils, vous voyés come Dieu nous ayde car y lé (il le ou
les) vous fayst mourir (votre ennemi ou vos ennemis) sans coups
frapper»[542].

Elle espérait d'autres marques de la protection divine. «M. de
Fourquevauls, écrivait-elle à son ambassadeur à Madrid, la nouvelle de
la mort d'Andelot nous a fort resjouys, depuis celle du feu conte de
Brissac[543] que j'ay tant regretté; j'espère que Dieu fera aux aultres
à la fin recevoir le traictement qu'ils méritent. L'on tient aussy que
Baudiné[544] est mort et que la peste est parmy eulx à Xainctes où ils
sont encores.» Et, sans transition, elle conclut: «Je vous prie au
reste, Monsieur de Fourquevauls m'envoyer par la première commodité deux
douzaines d'éventails....»[545]. (19 mai 1569).

      [Note 542: 14 juin 1569, _Lettres_, III, p. 251.]

      [Note 543: Timoléon de Cossé-Brissac, qui avait été nommé colonel
      général de l'infanterie française, après la révocation d'Andelot,
      avait été tué au siège de Mussidan (28 avril 1569).]

      [Note 544: Galliot de Crussol, seigneur de Beaudiné, capitaine
      protestant, frère du duc d'Uzès et de Jacques d'Acier.]

      [Note 545: _Lettres_, III, p. 241.]

Elle laissa trop voir sa joie pour son honneur. Le cardinal de
Châtillon, alors réfugié en Angleterre, écrivait à l'Électeur Palatin,
Frédéric III (10 juin), que son frère avait été empoisonné, et il en
donnait pour preuve tant «l'anatomye (autopsie) qui a été faite de son
corps» que les propos d'un Italien qui s'était vanté, «devant (avant)
ladite mort, à plusieurs tant à Paris qu'à la Cour, d'avoir donné la
poison» et qui, depuis, sachant son coup réussi, demandait «récompense
d'un si généreux acte»[546]; mais la douleur fraternelle ne le
rendait-elle pas trop crédule? L'ambassadeur d'Angleterre en France,
Norris, dans une dépêche à Cecil, du 27 mai 1569, annonçait aussi qu'un
Italien se flattait d'avoir empoisonné d'Andelot et fait boire à la même
coupe l'Amiral et son frère[547]. Il rappelait au secrétaire d'État
d'Élisabeth que depuis longtemps il lui avait signalé que quelques
Italiens étaient partis de Paris bien payés, pour exécuter le même
dessein. Il est vrai que, le 14 juin, il rapportait que Coligny avait
fait tirer à quatre chevaux l'empoisonneur, «un gentilhomme du camp du
duc d'Anjou», et que M. de Martigues, lieutenant général du roi en
Bretagne, était l'instigateur du crime[548]. Comme ces détails sont
faux, on peut se demander si Norris était mieux renseigné sur la cause
de la mort.

      [Note 546: Kluckhohn, _Briefe Friedrich des Frommen, Kurfürsten
      von der Pfalz_, t. II, 1re partie, p. 334-338, Brunswick, 1870.]

      [Note 547: _Calendar of State papers, Foreign series, of the reign
      of Elizabeth_, 1569-1571, p. 79. La Cour d'Angleterre avait reçu
      un premier avis anonyme du 10 mai signalant la mort d'Andelot et
      les soupçons d'empoisonnement, _ibid._, p. 70.]

      [Note 548: _Ibid._, p. 88.]

Mais à l'arrivée à Londres de sa première lettre, le 1er juin[549], la
Cour d'Angleterre prit ostensiblement des mesures pour protéger
Élisabeth, à qui Charles IX disait en vouloir d'aider ses sujets
rebelles. «Despuys cella, écrivait le 10 juin l'ambassadeur de France à
Catherine, l'on a ordonné je ne sçay quoy de plus exprès en l'essay
accoustumé de son boyre et de son manger et l'on a osté aulcuns Italiens
de son service, et est sorty du discours d'aulcuns des plus grandz
qu'encor qu'il ne faille _dire ny croire que telle chose_
(l'empoisonnement de d'Andelot) _ayt été faicte du vouloir ny du
commandement de Voz majestez ny que mesmes vous le veuillez meintennant_
(maintenant) _approuver après estre faict_, que neantmoins touz princes
debvoient dorsenavant avoir pour fort suspect tout ce qui viendra du
lieu d'où de telz actes procèdent ou qui y sont tolérez, et s'esforce
l'on par ce moyen de taxer et rendre, icy, odieuses les actions de la
France; et [je] croy qu'on en faict aultant ailleurs»[550]. Il est
étrange que La Mothe-Fénelon ait attendu des instructions pour protester
contre ces soupçons infamants. Il annonce à la Reine ce 10 juin qu'il va
le faire, ayant appris par une lettre du Roi du 14 mai--une dépêche
officielle qui avait voyagé bien lentement[551]--que M. d'Andelot dans
un combat avait été frappé d'un coup d'arquebuse «dont il n'est depuis
sceu guérir (dont on n'a pas su depuis qu'il se fût guéri)». Sur cette
«asseurance» dit-il, «j'asseureray fort que ce qu'on dict du poyson est
une calomnie et que Voz Majestez ne serchent ceste façon de mort, mais
bien l'obeyssance de voz subjects et de donner ung juste chastiement à
ceulx qui présument de la vous denyer»[552]. Il n'a pas l'air bien
convaincu, et pour cause. Personne n'avait entendu parler d'une blessure
de d'Andelot[553]. Aussi la Reine-mère, dans une lettre du 9 juillet
1569, où elle relevait les inexactitudes de Norris, disait que d'Andelot
était mort d'une «grosse fiebvre à l'occasion de beaucoup de travail
qu'il auroit pris»[554]. Et en effet il est possible qu'une «fièvre
pestilentielle», qui fit beaucoup de victimes dans le camp huguenot ait
achevé de ruiner un organisme affaibli par les fatigues et les soucis de
la campagne. L'historien protestant, La Popelinière, sans écarter
l'hypothèse du poison, semble croire plutôt à un accès pernicieux de
fièvre chaude[555]. Mais il est regrettable pour le Roi que, sept jours
après la mort de d'Andelot, il en ait donné une explication imaginaire,
et que sa mère ait été obligée d'en découvrir ou d'en inventer une
meilleure.

      [Note 549: Teulet, _Corespondance diplomatique de Bertrand de
      Salignac de la Mothe-Fénelon, ambasadeur de France en Angleterre,
      de 1568 à 1575_, Paris, 1840, t. II, p. 8, 3 juin 1569.]

      [Note 550: 10 juin 1569, _Corresp. diplomatique de la
      Mothe-Fénelon_, t. II, p. 16-17.]

      [Note 551: La dépêche de Charles IX est dans le _Supplément à la
      Correspondance diplomatique_, t. VII, p. 21-22.]

      [Note 552: _Corresp. diplomatique_, t. II, p. 17.]

      [Note 553: D'Andelot, lorsqu'il cherchait à rejoindre Condé et
      Coligny à La Rochelle avec les contingents bretons, avait eu un
      engagement assez vif avec Martigues, qui voulait lui barrer le
      passage de la Loire. De ce combat sur les digues, La Popelinière,
      l'historien protestant, dit seulement, liv. IV, fo 129a, septembre
      1568: «Andelot avec peu de gens y survint lequel _importuné_ à
      coups de pistoles par L'Ourche, lieutenant de Martigues, de se
      rendre, fut secouru par son escuyer Sainct-Bonet, qui d'une
      pistolade renversa mort ce lieutenant.» Il ne dit pas que
      d'Andelot ait été blessé. [La Popelinière], _La Vraye et entière
      Histoire des troubles et choses mémorables avenues tant en France
      qu'en Flandres et pays circonvoisins depuis l'an 1562_... A La
      Rochelle, MDLXXIII.]

      [Note 554: _Supplément à la Correspondance_, t. VII, p. 30.]

      [Note 555: La Popelinière, liv. V, fo 176b, mai 1569.]

Encore plus inquiétante que ces contradictions est la conversation que
Catherine eut à Metz avec Francès de Alava et que l'ambassadeur
d'Espagne rapporta immédiatement à son maître, le 7 avril, juste un mois
avant l'événement. Elle se lamentait de l'impuissance des forces royales
contre les rebelles et demandait ce qu'elle devait faire. Le conseil de
l'Espagnol fut de sonner le «_glas_, comme on dit en Italie, à l'Amiral,
d'Andelot et La Rochefoucauld».... La Reine répliqua «qu'il n'y avait
pas trois jours qu'elle avait réglé l'affaire du glas, en promettant de
donner 50 000 écus à qui tuerait l'Amiral et 20 000 ou 30 000 à qui
tuerait les deux autres»[556].

Elle attendait de trouver l'homme d'exécution. Mais entre l'aveu de ses
intentions et la date de la mort, la coïncidence est troublante[557].

Et malheureusement ce n'est pas la seule fois où on puisse la suspecter
d'avoir voulu se défaire des chefs rebelles autrement que par voie de
justice. Le 18 juillet 1569, Norris écrivait encore à Cecil: «Je suis
informé que le capitaine Haijz, un Allemand (an Almain), est expédié
d'ici pour chercher à tuer l'Amiral par le poison et qu'il reçoit le
même salaire que d'autres auparavant ont eu pour une entreprise
semblable»[558].

L'emploi d'autres émissaires que les Italiens trop suspects n'est pas
douteux. Dans une dépêche du 8 août, Francès de Alava raconte à Philippe
II qu'ayant en son hôtel un Allemand qui revenait du camp de l'Amiral et
qui paraissait bien instruit de ce qui s'y passait, il avait proposé au
Roi et à la Reine de le leur envoyer, s'ils désiraient lui parler. Mais
comme il ajouta que ce transfuge savait qu'on tramait la mort de
l'Amiral, la mère et le fils, le prenant par le bras, le «poussèrent
dans un cabinet, ou il n'y avait personne» et «ensemble lui dirent que,
pour Dieu, il ne fût pas question de cette affaire, car ils en
attendaient à tout moment une bonne nouvelle; et ceci fut dit avec une
joie qui trahissait, sans le moindre doute, qu'ils avaient machiné cette
mort». La Reine ajouta que pour rien au monde cet Allemand ne devait
venir leur parler et elle pria l'ambassadeur de l'engager, comme de
lui-même, à se taire, et même, s'il le jugeait à propos, de lui faire
quelque bon présent, pour qu'il se tût. Alava voulut savoir si c'étaient
des Allemands qui devaient tuer l'Amiral: «Chut! pour le moment», fut la
réponse; «ne nous demandez rien; vous saurez tout sans tarder. Et ils
parlaient avec tant de précaution qu'ils ne quittaient pas des yeux les
murs de la pièce comme pour scruter s'il n'y avait pas quelque fenêtre
ou autre ouverture» par où on pût les entendre[559].

      [Note 556: Lettre citée par Pierre de Vaissière, _De quelques
      assassins_, Paris, 1912, p. 99.]

      [Note 557: Il n'y a pas à faire état dans cette conversation,
      _ibid._, p. 99, de ce propos que sept ans auparavant elle aurait
      eu même dessein. Elle n'a pas montré dans la première guerre
      civile de passion contre les protestants, mais elle avait intérêt
      à le persuader à l'ambassadeur de Philippe II. C'était une façon
      d'effacer la tare de ses cinq ans de politique modérée. Il ne faut
      pas toujours la croire sur parole. Elle donne souvent, par calcul,
      aux inspirations du moment la consécration du passé.]

      [Note 558: _Calendar of state papers, Foreign series, of the reign
      of Elizabeth_, 1569-1571, p. 96.]

      [Note 559: Francès de Alava à Philippe II, 8 août 1569, _Archives
      nationales_, K. 1512, no 43. Voir Pierre de Vaissière, _De
      quelques assassins_, 2e éd., Paris, 1912, p. 100-101, dont
      j'emprunte la traduction élégante et fidèle. Cette dépêche est du
      8 août. Alava dit que dans la dépêche précédente, celle du 6 août,
      _Arch. nat._, no 40, il a oublié de rapporter cette conversation à
      Philippe II. L'oubli est un peu étrange, étant donné l'importance
      du fait. Aussi ne suis-je pas surpris qu'à quelques jours de
      distance, son imagination aidant, il ait donné à ce récit, très
      exact au fond, une forme, si j'ose dire, dramatique.]

Un mois après cette scène tragi-comique, les huguenots arrêtaient à son
retour au camp un domestique de l'Amiral, Dominique d'Alba, qui, dépêché
à Wolfgang de Bavière, était resté si longtemps en route qu'il en était
devenu suspect. On trouva sur lui un passeport au nom du duc d'Anjou,
daté du 30 août, et une poudre blanche, que les médecins et les
apothicaires consultés déclarèrent être du poison. D'Alba confessa que
pris par les catholiques, et pressé par La Rivière, capitaine des gardes
du Duc, de faire mourir l'Amiral, il avait consenti et reçu argent «et
poison en forme de poudre blanche». Jugé par un conseil de guerre, où
l'Amiral et les deux Bourbons s'abstinrent de siéger, il fut condamné à
être étranglé et pendu (20 septembre)[560].

Si elle s'acharna contre Coligny, c'est qu'il commandait sans partage,
depuis la mort de Condé, les forces protestantes. Les deux jeunes
princes du sang, Henri de Navarre et le fils de Condé, Henri de Bourbon,
qui, selon la casuistique huguenote, légitimaient la révolte par leur
présence, étaient en droit les chefs de l'armée et en fait «les pages de
monsieur l'Amiral», comme on les appelait. Supprimer Coligny, c'était
frapper le parti à la tête. Qu'il méritât la mort, Catherine n'en
pouvait douter. Les lois du royaume, quoi qu'il pût dire pour sa
défense, n'admettaient pas d'excuse à la rébellion. Mais les rois de
France, à l'exception peut-être de Louis XI, ne procédaient contre les
coupables que par force d'armes ou par jugement. Tout en considérant la
justice comme l'attribut essentiel de la souveraineté, ils en laissaient
la fonction à leurs officiers, et se seraient fait scrupule de commander
d'autorité le meurtre d'un sujet[561]. Quant à l'idée de soudoyer un
empoisonneur, elle ne leur venait même pas. Catherine n'avait pas de ces
répugnances. Elle est d'un pays où de jeunes dynasties fondées par la
violence et de vieilles oligarchies soupçonneuses n'ont d'autre règle de
droit que le souci de leur sécurité. Le poison est, comme l'assassinat,
un moyen de se défaire d'ennemis qui échappent à la puissance des lois.
Dans sa lutte contre le parti protestant, Catherine se servit des armes
que lui fournissaient les institutions françaises et, au besoin, de
celles que lui suggérèrent ses souvenirs italiens.

      [Note 560: L'arrêt rendu contre Dominique d'Alba, valet de chambre
      de l'Amiral, le 30 septembre 1569, est rapporté dans les _Mémoires
      de la troisième guerre civile et des derniers troubles de
      France... Charles IX régnant_, 1571 [Jean de Serres], p. 411-415.]

      [Note 561: Même quand ils soustraient pour raison d'État les
      criminels de lèse-majesté à la juridiction ordinaire, ils les font
      juger par une commission, qu'ils composent d'ailleurs
      arbitrairement de membres de divers parlements, de conseillers en
      leur Conseil ou d'autres personnages. Ces jugements par
      commissaires sont trop souvent une parodie de la justice, mais ils
      prouvent que le roi n'exerce plus la justice que par délégation.]

Le jour même où la poudre blanche procurée à Dominique d'Alba par le
capitaine des gardes du duc d'Anjou était reconnue pour du poison (13
septembre 1569), le parlement de Paris, en suite de la procédure qu'il
avait commencée en juillet par l'ordre du Roi déclara par arrêt Coligny
«crimineux de lèze majesté au premier chef, perturbateur et violateur de
paix, ennemi de repos, tranquillité et seureté publique, chef principal,
autheur et conducteur de la rébellion conspiration et conjuration»
contre le «Roy et son estat». Pour tous ces crimes, il le privait de
tous honneurs, états, offices et dignités, confisquait ses biens et le
condamnait à être étranglé et pendu à une potence en place de Grève. Il
assurait à qui livrerait Coligny «es mains du roy et de sa justice»,
fût-il même complice de Coligny, «cinquante mil escus d'or soleil à
prendre sur l'Hôtel de Ville de Paris et autres villes de ce
royaume»[562]. Le Roi trouva bon l'arrêt du Parlement, «fors excepté
qu'il falloit adjouster», après: à qui livrerait Coligny, ces mots:
_mort ou vif_. Ainsi fut fait dans un nouvel arrêt du 28 septembre.

      [Note 562: Delaborde, _Coligny_, III, p. 145.]

La mise à prix de la tête d'un rebelle, cette délégation par l'État à de
simples particuliers de son droit de tuer, est une mesure inhumaine,
mais légale, dont on trouverait des exemples même au XIXe siècle parmi
les peuples civilisés. Un jeune gentilhomme d'humeur sanguinaire,
Louviers de Maurevert, ou Maurevel, s'offrit pour l'exécution. Autrefois
page dans la maison de Guise, il avait tué son gouverneur, qui le
fouettait pour quelque faute, et, contraint de s'enfuir à l'étranger,
avait fini par obtenir sa grâce. Il se présenta à l'armée des princes
comme une victime des Guise, et il y fut naturellement bien accueilli,
surtout par Mouy, un des principaux capitaines, dont il avait été
auparavant le serviteur, Brantôme dit, le page. Il ne trouva pas
l'occasion d'assassiner Coligny, mais, pour ne pas perdre sa peine, il
tua son ancien maître d'un coup de pistolet dans le dos (9 octobre). Au
camp catholique où il se réfugia, il fut, raconte Brantôme, qui parle en
témoin, «assez bien venu de Monsieur (le duc d'Anjou) et d'aulcuns du
Conseil et aultres; mais pourtant... fust-il abhoré de tous ceux de
notre armée». Ce n'était pas d'ailleurs par répugnance de l'acte
lui-même «que personne ne le vouloit accoster» et même l'on
reconnaissait qu'il avait «faict un grand service au roy et à la patrie
pour leur avoir exterminé un ennemy très brave et très vaillant»; mais
on l'estimait infâme d'avoir «perfidement et proditoirement tué son
maistre et son bienfaiteur»[563]. Si la morale du temps eût facilement
excusé un meurtre politique, l'ingratitude et la félonie dont celui-là
était entaché le rendaient exécrable à des gentilshommes. La famille
royale fut moins scrupuleuse. Charles IX, alors à Plessis-les-Tours,
aurait même écrit le 10 octobre à son frère le duc d'Alençon, qu'il
avait laissé à Paris, de bailler le Collier de l'Ordre (de Saint-Michel)
à l'assassin de Mouy et de le faire gratifier «de quelque honneste
présent selon ses mérites» «par les manans et habitants de Paris»[564].

      [Note 563: Brantôme, VII. p. 253.]

      [Note 564: Delaborde, III, p. 159 et P. de Vaissière, _De
      quelques assassins_, 1912, p. 112-113, affirment avec assurance
      l'authenticité de cette lettre. Mais il y a quelques raisons d'en
      douter. Le style sent le pastiche. D'autre part, la promotion des
      chevaliers avait lieu une fois l'an seulement, le 29 septembre,
      jour de la saint-Michel, et l'assassinat est du 9 octobre. La
      lettre dit que Maurevert a «esté choisi et éleu par les frères
      compaignons dudict ordre pour y estre associé». Où, quand et
      comment aurait eu lieu cette élection? S'il existait des listes
      complètes des chevaliers de l'Ordre, la question d'authenticité
      serait vite résolue. Mais y en a-t-il encore? Les _Statuts de
      l'Ordre de Saint-Michel_, Imprimerie royale, 1725, ne donnent en
      général que les noms des chefs et des officiers. A tout le moins
      peut-on rechercher dans les acquits du domaine de la ville
      (_Archives nationales_, H. 2065) celui du «présent» fait par Paris
      à Maurevert. Mais il serait étonnant qu'un pareil don eût échappé
      à M. Guérin, qui en signale d'autres justement en ce mois
      d'octobre 1569, dans ses notes du t. VI des _Registres des
      Délibérations du Bureau de l'Hôtel de Ville de Paris_, 1568-1572,
      Paris, 1891.]

Mouy commandait à Niort, qui de frayeur, capitula, après le meurtre. Les
vaincus de Moncontour fuyaient à la débandade. Mais l'intervention de
Charles IX arrêta la poursuite que Tavannes voulait mener à outrance
Catherine laissait trop voir sa préférence pour le duc d'Anjou, à qui
elle avait fait donner le commandement en chef des armées et une sorte
de vice-royauté dans les pays où il opérait. Elle s'était dévouée à sa
fortune et cherchait à lui créer dans l'État une place à part, non
au-dessous, mais à côté du Roi. Elle avait imaginé un gouvernement
hybride, véritable triarchie, dont elle était la tête, le duc d'Anjou le
bras et Charles IX la raison sociale. Le jeune Roi, fier et sensible,
souffrait de la gloire de son frère; il se hâta de le rejoindre pour
achever la défaite des rebelles. Mais courir après les fuyards, que
talonnait la nécessité, lui parut indigne de sa grandeur. Il résolut
donc d'assiéger les places fortes qui servaient de boulevards à La
Rochelle, et de se donner le plaisir d'y faire des entrées triomphales.
Pendant que les forces royales s'épuisaient contre Saint-Jean-d'Angély,
qui se défendit longtemps (16 octobre-2 décembre), Coligny filait vers
le Midi. Il hiverna dans la région plantureuse de l'Agénois et de
Montauban, s'y refit et se renforça de l'armée de Mongoméry, qui avait
reconquis le Béarn sur les catholiques. Au printemps il précipita sa
marche à travers le Languedoc, et, pillant et brûlant pour bien montrer
que tous les huguenots n'étaient point morts, il atteignit le Rhône.

Pendant le siège de Saint-Jean-d'Angély, Catherine avait négocié avec
les protestants. Elle leur fit offrir la paix avec la liberté de
conscience (février 1570); ils réclamèrent de plus la liberté de culte
(mars 1570).

Catherine ne s'attendait pas à cette exigence. Charles IX, qui se
révélait violent, s'emporta jusqu'à la menace contre les députés du
parti, qui, tout en l'assurant de leur fidélité, mettaient à prix leur
obéissance (25 avril 1570). Mais la progression de Coligny vers le Nord,
le long de la vallée du Rhône, le rendit plus conciliant. Les articles
de l'accord étaient presque arrêtés, quand Téligny, le principal
ambassadeur, eut l'imprudence de lui déclarer «qu'il avoit commandement
de la part des princes et de l'Amiral de luy dire comment ils ne
pouvoient veoir de seureté pour leur biens ne leur vye, si ce n'estoit
qu'ils eussent Calais et Bordeaux pour leur demeurer». Demander deux
ports et surtout Calais, cette place forte toujours convoitée par
l'Angleterre et que Coligny en 1562 avait promis de restituer à
Élisabeth, c'était presque une provocation. «De quoy le Roy fust si
despité qu'il mit la main à la dague, et pense-t-on qu'il en eust donné
audict Telligny si on ne se feust mis entre eux deux.... Et dict (le
Roi) comme il lui feroit sentir qu'il n'estoit point roy de paille comme
ils (les huguenots) l'ont estimé»[565].

Cependant Coligny avançait toujours. Après une longue halte à
Saint-Étienne, il repartit, échappa au maréchal de Cossé, qui lui
barrait la route à Arnay-le-Duc (26 juin) et s'établit fortement à La
Charité-sur-Loire, d'où il menaçait les abords de Paris. Dans l'Ouest,
La Noue, le Bayard huguenot, avait repris l'offensive, occupé Niort,
Brouage et Saintes.

Depuis longtemps, Catherine était lasse de la guerre. Elle supportait
mal l'effort d'un long dessein: elle était femme. La lutte s'éternisait
sans résultats; l'argent manquait[566]; les Espagnols ne lui envoyaient
plus de secours. Et surtout elle avait contre Philippe II des griefs
personnels. Sa fille Élisabeth, reine d'Espagne, était morte le 3
octobre 1568, un an avant Moncontour. Malgré son chagrin, Catherine
avait immédiatement posé la candidature de sa dernière fille,
Marguerite, à la main de son gendre. Mais Philippe II refusait la femme
qu'elle lui offrait, et même empêchait, croyait-elle, le roi de
Portugal, don Sébastien, de l'épouser. Sans plus de souci de ses
convenances que de ses ambitions matrimoniales, il profita de
l'ascendant que lui donnaient à Vienne sa puissance et sa qualité de
chef de la Maison des Habsbourg et il prit pour lui l'aînée des
archiduchesses, qu'elle destinait à Charles IX. Il laissa au roi de
France la cadette, et, pour bien marquer les rangs, décida que les deux
contrats seraient passés à Madrid et le sien signé un quart d'heure
avant celui de son futur beau-frère. La paix avec les huguenots, ce
serait en quelque sorte la vengeance de la mère de famille contre ce
gendre discourtois. Elle commençait à le croire capable du crime dont on
l'accusait. La mort à vingt-trois ans d'Élisabeth de Valois, quelques
mois après celle de l'infant don Carlos, qui avait même âge qu'elle, est
une simple coïncidence de temps, mais où les contemporains cherchèrent
une relation de cause à effet[567]. La légende se forma vite d'un don
Carlos amoureux de sa belle-mère et payé de retour, et d'un Philippe II
punissant une faiblesse du cœur, où le corps n'avait pas eu de part. En
réalité, Élisabeth, mariée trop jeune et affaiblie par de nombreuses
couches, fut emportée par une fièvre puerpérale, une fin aussi fréquente
alors qu'elle est rare aujourd'hui. Don Carlos était un dément, illuminé
parfois, comme sa bisaïeule Jeanne la Folle, d'éclairs d'intelligence et
de bon sens, mais que ses crises de fureur, sa haine contre son père et
ses projets de fuite en Italie et de là peut-être aux Pays-Bas alors en
révolte, décidèrent Philippe II, dans l'intérêt de la dynastie et de
l'Espagne, à enfermer (18 janvier 1568). Le prisonnier mourut six mois
après, dans l'appartement où il était séquestré, d'une indigestion de
liqueurs glacées qui acheva l'œuvre du désespoir, de la honte, de la
rage impuissante. Le crime du père, si l'on peut dire, fut de traiter
son fils malade en rebelle, de le retrancher de soi comme du reste du
monde, et de refuser avec une volonté impitoyable d'aller le voir,
malgré ses supplications, même à l'heure de son agonie[568].

      [Note 565: Lettre citée par Delaborde, III, p. 201.]

      [Note 566: C'est une des raisons de bien des revirements. Voir
      Germain Bapst, _Histoire des Joyaux de la Couronne de France_,
      Paris, 1889, liv. II, ch. I. p. 86 sqq.]

      [Note 567: Mort de don Carlos, 24 juillet 1568; mort d'Élisabeth,
      3 octobre 1568.]

      [Note 568: L'ouvrage capital, c'est encore l'étude si documentée
      de Gachard, _Don Carlos et Philippe II_, Bruxelles, 1863, 2 vol.,
      avec ses nombreux appendices. On peut lire aussi le _Don Carlos et
      Philippe II_, 3e éd., 1888, du Cte Charles de Mouy.]

Élisabeth était reconnaissante au prince, étant sa marâtre, de
l'affection qu'il lui témoignait. «L'aubligation que je luy ay,
écrivait-elle à l'ambassadeur de France, le jour même de l'arrestation,
et la peine en laquelle est le Roy pour avoir été contraint de le tenir
et mettre comme il le tient, m'ont mise de façon que j'ay craint de ne
le vous savoir compter (conter) comme j'eusse voulu.» Et d'ailleurs
Philippe II, qui vient de lui dire ce qu'il a fait, lui a «commandé de
n'escrire tant qu'il me dye». Elle ne se ressentait moins,
ajoutait-elle, de l'infortune de son beau-fils, que s'il eût été son
propre fils. Cette sorte de mère adoptive parle avec une sincérité
touchante de leurs rapports: «... Si je le désirois, c'estoit pour faire
service», ce qui signifie assurément qu'elle s'employait à le
réconcilier avec le Roi son mari. Mais elle n'y avait pas réussi. «Dieu
a voulu qu'il est déclaré ce qu'il est, à mon grand regret.» Le même
ambassadeur écrivait à Catherine: «La Royne s'en passionne et en pleure
pour l'amour de tous deux»[569], (c'est-à-dire du père et du fils). Il y
a loin de cette compassion si naïve à une tendresse coupable. Quel autre
sentiment que la pitié pouvait inspirer à la douce jeune femme ce blême
adolescent, maladif et contrefait, avec une épaule trop haute et une
jambe trop courte, enragé de se marier et qui s'appliquait, sans
beaucoup de succès, à faire la preuve de sa virilité, «un demi-homme
naturel», disait moqueusement l'ambassadeur de France.

      [Note 569: Gachard, _Don Carlos et Philippe II_, 1863, II, p.
      524-525 et la note 2 de la page 524.]

Après les mauvais offices de Philippe II, Catherine inclinait à croire
qu'il avait empoisonné sa fille. Mais il faut bien dire qu'immédiatement
après la mort d'Élisabeth, alors qu'elle avait le plus de chances d'être
bien renseignée, elle n'en disait ni n'en savait rien. Quelque désir
qu'elle eût de bien marier ses enfants--et c'est assurément la preuve
qu'elle les aimait,--elle n'aurait pas couru le risque de donner sa
dernière fille au meurtrier de sa fille aînée.

Elle en voulait à tous ceux qui contrecarraient ses combinaisons
matrimoniales. Marguerite, qui avait dix-sept ans et s'annonçait
sensible, écoutait volontiers le jeune duc Henri de Guise. Le cardinal
de Lorraine ne décourageait pas, disait-on, l'idylle, dans l'espoir
qu'elle aboutirait au mariage et assurerait la fortune de sa maison. Par
crainte de cette même grandeur ou par haine d'une sœur, autrefois très
chère, le duc d'Anjou dénonça l'intrigue à la Reine. Catherine était une
mère de famille autoritaire. Elle entendait disposer de sa fille,
qu'elle destinait à un prince souverain, sans elle et même malgré elle,
au mieux de ses intérêts et de sa politique. Charles IX, colère et
hautain, fut blessé, en son orgueil de frère et de roi, de
l'outrecuidance de ces cadets de Lorraine. Un matin, il arriva chez la
Reine-mère, «tout en chemise» et y manda Marguerite. Quand ils furent
seuls avec cette amoureuse, ils se jetèrent sur elle et la battirent
rudement. «Au sortir de leurs mains, ses vêtements étaient si déchirés,
et sa chevelure si en désordre» que Catherine, de peur qu'on se doutât
de rien, «passa une heure à rajuster la toilette de sa fille» (25 juin
1570)[570]. Le Roi commanda à son frère, le bâtard d'Angoulême, de tuer
le duc de Guise, et celui-ci, pour sauver sa vie, fut obligé d'annoncer
son prochain mariage avec la princesse de Portien, Catherine de Clèves,
une jeune veuve très aimable, à qui il faisait, par surcroît, une cour
assidue. Le cardinal de Lorraine partit pour son diocèse. Le crédit des
chefs catholiques était passé.

      [Note 570: Récit de l'ambassadeur d'Espagne, F. de Alava, cité
      dans _Lettres_, III, introd. p. LXIV. Marguerite, dans ses
      Mémoires, ne parle pas de la correction, et, en disculpant le duc
      de Guise, elle se disculpe elle-même. Elle se donne le beau rôle
      d'avoir fait faire le mariage du Duc avec la princesse de Portien
      pour couper court à de faux bruits, dont l'auteur responsable,
      prétend-elle, était le sieur du Gast, favori du duc d'Anjou.
      _Mémoires de Marguerite_, édit. Guessard, p. 19-20, 22-23.]

La paix fut signée avec les protestants à Saint-Germain. L'édit de
pacification (8 août 1570) leur accordait la liberté de conscience dans
tout le royaume et la liberté de culte dans tous les endroits où il
existait avant la guerre, dans le logis des hauts justiciers et dans les
faubourgs de deux villes par chaque grand gouvernement, exception faite
pour la Cour et pour Paris, où, y compris une zone de deux lieues de
rayon autour de la résidence royale et de dix autour de la capitale, il
n'y aurait d'autre exercice que de la religion romaine. Ils obtenaient
aussi de garder pendant deux ans La Rochelle, Montauban, La
Charité-sur-Loire et Cognac, comme refuge provisoire contre les
violences catholiques, en attendant l'effet des mesures de pacification.
Les princes de Navarre et de Condé et vingt gentilshommes protestants,
désignés par le Roi, jureraient au nom de tout le parti de restituer «au
bout et terme de deux ans» ces quatre places de sûreté.

Pour rendre cette paix durable et fortifier la cause protestante en
Europe, deux chefs huguenots, réfugiés pendant la guerre en Angleterre,
le cardinal de Châtillon et Jean de Ferrières, vidame de Chartres,
cherchèrent à rapprocher Catherine d'Élisabeth. Comme ils connaissaient
les appétits de grandeur de la Reine-mère, ils présentèrent le projet
d'alliance sous la forme la mieux faite pour la tenter, un mariage entre
la Reine d'Angleterre et le duc d'Anjou, frère cadet de Charles IX.

Jusque-là les rapports entre les deux Cours n'avaient pas été cordiaux,
mais ce n'était pas la faute de Catherine. Elle avait, après la mort de
François II, pressé Marie Stuart, à qui elle gardait rancune, de
retourner en Écosse et elle l'y laissa aux prises avec ses sujets
presbytériens, qui, soutenus par les forces anglaises, avaient imposé à
la régente, Marie de Lorraine, sa mère, la reconnaissance de leur
Église[571]. Quoique Élisabeth se fût pendant la première guerre civile,
alliée à Condé et Coligny pour lui reprendre Calais, elle avait à deux
reprises, quelques mois après le traité de Troyes, sollicité sa main
pour Charles IX[572]. Il s'ensuivit de cette recherche, qu'Élisabeth
finit par décliner (12 juin 1565), que les Anglais n'aidèrent plus aussi
ouvertement les huguenots pendant les deux guerres qui suivirent et que
Catherine, rompant décidément avec la politique d'Henri II et des Guise,
abandonna la défense du catholicisme et, par suite, des intérêts
français en Écosse. Marie Stuart, livrée à elle-même, avait réussi
d'abord à calmer par ses ménagements l'opposition religieuse, mais elle
la souleva plus ardente, en faisant ou laissant tuer Darnley, son mari,
qui d'ailleurs l'avait outragée, et en épousant de gré ou de force l'un
des meurtriers, Bothwen, que d'ailleurs elle ne détestait pas[573].
Évadée du château fort où les lords rebelles l'avaient enfermée et de
nouveau vaincue, elle s'était enfuie en Angleterre pour chercher asile
et appui auprès d'Élisabeth, sa cousine (15 mai 1568). Elle n'y trouva
qu'une prison. La fille d'Henri VIII et d'Anne de Boleyn garda en son
pouvoir cette suppliante, qui descendait comme elle d'Henri VII Tudor et
que beaucoup de catholiques anglais, vu son hérésie et l'irrégularité de
sa naissance, considéraient comme la légitime héritière de Marie Tudor.
Contre tout droit, elle se constitua juge des accusations dont les
Écossais chargeaient leur souveraine, et, inquiète du nombre et du zèle
des défenseurs de Marie Stuart, elle resserra toujours plus étroitement
sa captivité.

      [Note 571: Cheruel, _Marie Stuart et Catherine de Médicis_, Paris,
      1858, ch. II. p. 17-28.]

      [Note 572: _Id., ibid._, demande en mariage faite en septembre
      1564--le traité de Troyes est du 11 avril--par Castenau de
      Mauvissière.--Nouvelle demande en février 1565, par Paul de Foix,
      Mignet, _Histoire de Marie Stuart_, 1851, t. I, app. D, p. 473
      sqq. Cf. t. I, p. 195-199.]

      [Note 573: Sur la culpabilité ou le degré de responsabilité de
      Marie Stuart dans l'assassinat de Darnley et son mariage avec
      Bothwen, on peut lire Mignet, _Histoire de Marie Stuart_, 1851, 2
      vol.--Cf. Martin Philippson, _Histoire du règne de Marie Stuart_,
      3 vol., Paris, 1891-1892.--Gauthier, _Histoire de Marie Stuart_,
      2e éd., Paris, 1875, et enfin Andrew Lang, _The Mystery of Mary
      Stuart_, Londres 1900, qui reprend les discussions antérieures et
      revendique pour Marie le bénéfice du doute.]

Cette application hypocrite de la raison d'État, sous couleur de justice
et de vertu, et l'acharnement des protestants d'Angleterre et d'Écosse,
qui lui donnait un air de persécution religieuse, provoquèrent dans tout
le monde catholique, et particulièrement en France, la seconde patrie de
la victime, une grande indignation. On oublia les fautes passionnelles,
dont Marie Stuart, d'ailleurs, d'après les idées du temps, ne devait
compte qu'à Dieu, et on ne vit plus en elle qu'une martyre de sa foi. Le
pape Pie V, par une bulle du 25 février 1570, qui fut placardée sur la
porte de l'évêque anglican de Londres le 15 mai, excommunia et déposa la
Jézabel anglaise, comme hérétique et bâtarde. Ce fut pour conjurer
l'effet de ce jugement privatoire et détourner la France de s'unir
contre elle avec l'Espagne qu'Élisabeth encouragea les avances à la
Reine-mère. Elle avait trente-sept ans: le Duc d'Anjou, seulement
dix-neuf. Mais cette différence d'âge pouvait-elle entrer en compte avec
les avantages et les espérances que le Vidame, un imaginatif de grande
envergure, énumérait avec une confiance superbe. «Monseigneur (le duc
d'Anjou) (devenu l'époux d'Élisabeth) pouroit instement (justement) avec
forces du Roy (de France), faveur d'Angleterre et moiens du prince
d'Orange (Guillaume de Nassau) avoir la confiscation de la Flandre par
droict de féodalité pour félonie commise.» Ainsi «la Maison d'Autriche
qui se bastit l'Empire héréditaire et la monarchie trouverait en ung
instant deux frères, roys ausy puissants l'ung que l'autre, pour contre
poids de son ambition, ligués avec les princes protestants de
l'Allemaigne, et auroient les deux frères plus de part en l'Empire que
ceulx» qui se veulent attribuer tout pouvoir «par la ruyne des anciennes
Maisons de la Germanie». «Le partage de monsieur d'Alençon (le dernier
fils de Catherine) serait aisé à trouver en la duché de Milan avec la
faveur de l'Allemaigne, des Suisses ausy et des princes italiens
dévotieux de la France, et, si besoing estoit pour le recouvrement du
royaume de Naples, la faveur du Turc se trouveroit par après bien à
propos.» De cette façon, «ung grand plaisir viendrait à la Royne de
veoir tous ses enfants roys»[574].

      [Note 574: Octobre 1570, H. de La Ferrière, _Le XVIe siècle et les
      Valois, d'après les documents inédits du British Museum et du
      Record Office_, 1879, p. 270-271.]

Catherine fut tellement éblouie par ce mirage d'avenir qu'elle oublia de
se demander si Élisabeth était sincère.

Le duc d'Anjou résistait à l'appât; il avait des préventions contre
cette vieille fille coquette, amoureuse de son corps, sensible aux
hommages et au frôlement des beaux jeunes hommes, et dont les
familiarités avec son cousin Leicester prêtaient à des bruits fâcheux.
«Il m'a faict dire par le Roy, écrivait la Reine-mère à La
Mothe-Fénelon, ambassadeur de France à Londres, qu'il ne la veut jamais
espouser, quand bien mesme elle le voudroit, d'aultant qu'il a toujours
si mal ouï parler de son honneur et en a vu des lettres escriptes de
tous les ambassadeurs qui y ont esté qu'il penseroit estre
déshonoré»...[575]. Elle ne se consolait pas de «perdre un tel royaume»
pour ce dégoût et suggérait d'autres solutions. Élisabeth ne
pourrait-elle pas adopter pour héritière une de ses parentes, que le duc
d'Anjou épouserait, ou bien encore s'accommoder elle-même du duc
d'Alençon? «De luy, il (Alençon) le désire [ce mariage] et il a seize
ans passés»; mais voudra-t-elle de ce tout jeune prince, «d'aultant
qu'il est petit de (pour) son âge». Elle fit si bien qu'elle ramena le
duc d'Anjou et s'empressa de l'annoncer à l'ambassadeur (18 février
1571). C'était un succès de conséquence; il coupait court à un projet de
mariage entre Élisabeth et le fils de Jeanne d'Albret, qu'à défaut de
don Carlos, de don Sébastien et de Philippe II elle destinait à sa fille
Marguerite. Henri de Navarre était le chef du parti protestant et il
serait roi à la mort de sa mère. D'un coup, Catherine gagnerait deux
couronnes[576].

      [Note 575: Lettre du 2 février 1571, _Supplément à la
      Correspondance_, t. VII, p. 179.]

      [Note 576: Sur le mariage français et les dispositions vraies ou
      feintes d'Élisabeth, voir dans les _Mémoires et instructions pour
      les ambassadeurs_ ou _Lettres et négociations de Walsingham,
      ministre et secrétaire d'État sous Élisabeth, reine d'Angleterre_,
      trad. de l'anglais, Amsterdam, 1700, une lettre d'Élisabeth du 24
      mars 1571, p. 68-72 et _passim_, et la réponse de Walsingham à
      lord Burleigh (Robert Cecil), p. 74 sqq.]

Mais pour réussir elle avait besoin des huguenots. Or les grands du
parti, malgré la paix, restaient distants et défiants. Coligny, la reine
de Navarre, les princes s'étaient retirés à La Rochelle; ils avaient
décliné l'honneur d'assister aux épousailles de Charles IX à Mézières
avec l'archiduchesse d'Autriche, Élisabeth (26 novembre 1570). L'Amiral
dénonçait avec sa rudesse habituelle les crimes des catholiques et
réclamait l'application de l'Édit «non seulement en paroles mais
principalement en effect». Comme Catherine affectait de se plaindre de
ses exagérations et de son humeur, il répliquait: «Je vous supply très
humblement de ne dire que ce sont de mes opinions ou que je menace le
Roy». Le maréchal de Cossé avait été mal accueilli à La Rochelle, où il
était allé faire à Jeanne d'Albret des ouvertures de mariage.

Ce fut un incident de politique italienne qui changea ces dispositions.
Le pape Pie V, ayant de sa propre autorité promu Côme de Médicis, duc de
Florence, à la dignité de grand-duc de Toscane, l'empereur Maximilien,
comme suzerain de l'État que Charles-Quint avait créé, et Philippe II,
en qualité de souverain italien, avaient protesté contre l'initiative du
Pape et l'élévation du Duc. Côme, inquiet, envoya en Allemagne un agent,
Frégose, pour s'y assurer l'appui éventuel des princes protestants.

De Heidelberg, où il fut froidement reçu par l'Électeur Palatin, à qui
tous les papistes et particulièrement ceux d'Italie étaient suspects, le
négociateur alla trouver à La Rochelle Ludovic de Nassau, frère de
Guillaume d'Orange, qui travaillait à organiser «la grande flibuste» des
corsaires Rochelois et des gueux de mer des Pays-Bas contre la marine
espagnole. Dans leurs entretiens, il fut question d'opposer à Philippe
II la France et la Toscane unies. Charles IX, informé de ce projet
d'accord, y adhéra avec enthousiasme. Il souffrait de la dépendance où
sa mère le tenait et il saisit cette occasion de s'émanciper. Il chargea
l'ambassadeur florentin, Petrucci, d'écrire à Côme qu'il le soutiendrait
contre tous ses ennemis, qu'il ne cherchait pas d'agrandissement en
Italie et portait uniquement ses vues sur les Flandres. Il déclarait à
Petrucci qu'il lui serait facile de gagner la Reine à ses projets, mais
en attendant il se cachait d'elle. «Ma mère est trop timide», lui
disait-il un jour. Peut-être espérait-il s'avancer si loin qu'elle
serait bien obligée de le suivre.

La poursuite de ses négociations matrimoniales[577] amena Catherine à
favoriser cette intrigue qu'elle ignorait. Le mariage d'Angleterre et le
mariage de Navarre étaient en suspens. Les Anglais débattaient
gravement les libertés religieuses qu'ils accorderaient ou plutôt
n'accorderaient pas au prince-consort catholique[578]. Au fond,
Élisabeth n'avait pas grande envie de se marier, mais elle jugeait utile
de se rapprocher de la France, et il ne lui déplaisait pas d'ajouter un
nom de plus à la liste déjà longue de ses prétendants. Elle comptait sur
les susceptibilités antipapistes de son peuple pour l'aider, quand il en
serait temps, à se dégager. Jeanne d'Albret, instruite des vues de
Catherine sur son fils, laissait tomber la conversation. Comme, parmi
les chefs protestants, Ludovic de Nassau était le seul qui s'entendît
avec cette souveraine revêche, Catherine se décida, mais pour d'autres
raisons que son fils, à rechercher cet ennemi déclaré de l'Espagne.

      [Note 577: Petrucci à François de Médicis, fils du grand-duc, 19
      mars 1571, _Négociations diplomatiques_, t. III, p. 656.]

      [Note 578: Walsingham, p. 77, 125.]

Ludovic en profita. Dans les deux entrevues qu'il eut avec le Roi et la
Reine-mère, très mystérieusement, à Lumigny (14 juillet) et quelques
jours après à Fontainebleau, il demanda le secours d'une armée française
pour délivrer les populations des Pays-Bas de la tyrannie du duc d'Albe.
Le succès était facile; la moitié des villes se soulèverait à
l'apparition des forces libératrices. Le Roi pouvait compter sur
Élisabeth et les princes protestants d'Allemagne, pourvu qu'il offrît de
partager avec l'Angleterre et l'Empire la souveraineté des dix-sept
provinces[579]. En présence de sa mère, Charles IX répondit prudemment
qu'il se porterait volontiers à cette entreprise s'il était assuré de
cette assistance; mais en secret, il promit à Ludovic d'armer une flotte
pour faire peur à Philippe II.

Catherine, un moment séduite, croyait tous les rêves permis si le duc
d'Anjou obtenait la main d'Élisabeth. Mais le prétendu ne montrait aucun
empressement à plaire. Dans une lettre du 2 août 1571, à M. de Noailles,
évêque de Dax et ambassadeur de France à Constantinople, elle déplorait
«comment yl n'y a personne isy qui ne luy aye peu faire entendre ce que
c'et de la grendeur que cet (ce) mariage lui pouroyt aporter, et
l'amitié dé prinse d'Alemengne pour parvenir à l'Empire et la conqueste
dé Péys-Bas...»[580].

      [Note 579: Pour les références, Kervyn de Lettenhove, t. II, p.
      307-312.]

      [Note 580: _Lettres_, t. IV, p. 63.]

Coligny jugea le moment si décisif qu'il résolut de se rapprocher de la
Cour et d'offrir à la Reine-mère son humble service pour pacifier le
royaume. Il arriva à Blois le 12 septembre et, après la gêne des
premières rencontres, la confiance s'établit. Catherine déclara avec
conviction qu'elle voulait oublier le passé et que s'il se montrait bon
sujet et serviteur du Roi, «elle l'embrasserait et lui ferait toutes
sortes de faveurs»[581]. Elle le fit rentrer au Conseil, le gratifia
d'un don de 150 000 livres, et, malgré sa religion, d'une abbaye de 20
000 livres de revenu[582]. Mais elle entendait être payée de
complaisance en retour.

      [Note 581: Desjardins, _Négociations de la France avec la
      Toscane_, t. III, p. 705.]

      [Note 582: _Ibid._, p. 706]

Elle réclamait les quatre places de sûreté quelques mois plus tôt que ne
le portait l'Édit de pacification. L'Amiral s'y était engagé un peu à la
légère: et maintenant il s'excusait, prétendant qu'il ne pouvait donner
cet ordre sans le consentement des chefs du parti, Henri de Navarre et
Henri de Bourbon. Elle répliqua qu'elle n'en croyait rien, que les
princes avaient toujours fait ce qu'il avait voulu[583].

Elle était impatiente aussi d'arrêter le mariage du prince de Navarre
avec Marguerite. Un jour qu'elle exprimait à l'Amiral le souhait de voir
Jeanne d'Albret à la Cour, il eut la maladresse de dire que la reine de
Navarre lui avait fait peur de quelque embûche pour le dissuader d'y
venir et qu'elle se montrerait encore plus circonspecte quand il
s'agirait d'elle-même. Ce propos la toucha au vif. «Vous et moi,
s'écria-t-elle, nous sommes trop vieux pour jouer à nous tromper l'un
l'autre.» «C'est vous qui devez être le plus en défiance de lui (Charles
IX). Est-ce qu'elle (Jeanne d'Albret) peut croire que le Roi veut faire
alliance avec son fils pour la faire mourir?»[584].

      [Note 583: _Négociations_, p. 709, 24 septembre 1571.]

      [Note 584: Petrucci à Côme, Blois, 16 octobre 1571, _Négociations
      diplomatiques de la France avec la Toscane_, t. III, p. 722.]

Mais c'était sur la politique extérieure que s'accentuait leur
désaccord. Elle rêvait de pourvoir royalement le duc d'Anjou, mais elle
n'imaginait pas d'y réussir par la force ouverte. Elle n'avait ni les
armées, ni les ressources, ni l'autorité au dedans, ni les alliances au
dehors qu'il eût fallu pour s'agrandir aux dépens de la Maison
d'Autriche. En avait-elle même la volonté? Elle n'aimait pas la guerre,
ce jeu brutal où son adresse féminine restait sans emploi, et même elle
en avait peur. La puissance de Philippe II, après l'exécution,
l'emprisonnement ou la fuite des révoltés des Pays-Bas, lui paraissait
formidable et lui inspirait de l'admiration et de l'effroi. Il y aurait
trop de risques à prendre ce qu'elle avait tenté de se faire donner. Les
mariages avec dot et espérances étaient le genre de conquête approprié à
son sexe et à ses moyens. Après avoir fait sans succès le siège de
Philippe II, dont elle avait tant attendu, elle poursuivait mêmes
avantages du côté protestant. Ainsi ferait-elle repentir ce roi
d'Espagne, qui l'entravait en tout et ne lui complaisait en rien. Elle
lui préparait partout des embarras et des ennemis; elle ne décourageait
pas les rebelles des Pays-Bas et même consentait à les aider sous main
de quelques subsides. Mais elle trouvait trop dangereux de leur fournir
ouvertement des hommes et de l'argent ou même de laisser les huguenots
marcher en troupe à leur secours. Coligny poussait à l'invasion des
Flandres et à la rupture avec l'Espagne. Catherine désavouait tout acte
public d'hostilité qui pourrait entraîner la guerre. C'était
l'opposition de deux politiques s'ajoutant au conflit de deux religions.

Elle avait appris le projet de ligue franco-florentine par le refus du
Côme. Le Grand-Duc, rassuré sur les intentions de Maximilien et de
Philippe II, avait répondu par des conseils pacifiques aux avances
belliqueuses de Charles IX. Joyeuse de ce refus, qui dégoûterait,
pensait-elle, son fils de toute nouvelle velléité d'action personnelle,
elle lui fit l'éloge de Côme et de son fils, François de Médicis, si
dévoués au bien de la France. «Remarquez donc bien leur bonté, dit-elle,
et tenez-vous-en à leur conseil de rester en paix et d'ordonner votre
royaume, parce que cela est saint et bon.»

Et le jeune Roi, confus de son échec, mettait la main droite sur son
cœur et engageait sa foi que jamais il ne ferait ni guerre ni entreprise
à l'insu de sa mère[585].

Quelques jours après, la victoire de Lépante (7 octobre 1571) consacrait
la puissance maritime des Espagnols, et semblait justifier la sagesse de
Catherine. Mais elle n'aurait pu éloigner les chefs protestants sans
manquer les mariages, et ils en profitaient pour circonvenir Charles IX
et lui vanter les «belles et glorieuses entreprises» de Flandre. Ainsi,
dit Marguerite de Valois, gagnèrent-ils son «cœur». Coligny était en si
grande faveur qu'il obtint la démolition de la Croix de Gastine, que les
Parisiens avaient fait élever sur l'emplacement du logis et en
commémoration du supplice de deux bourgeois huguenots. Des préparatifs
mystérieux d'expédition lointaine se faisaient à Nantes et à Bordeaux.
Philippe Strozzi, colonel de l'infanterie française, et le baron de La
Garde, général des galères, armaient en guerre des navires marchands et
rassemblaient une flotte puissante. Le 11 avril 1572, le contrat de
mariage d'Henri de Navarre avec Marguerite de Valois fut signé, et le 29
avril un traité d'alliance avec l'Angleterre conclu[586]. La prise de
Brielle par les gueux de mer (1er avril) et le soulèvement, qui suivit,
des villes de Zélande semblaient confirmer les pronostics de Ludovic sur
la fragilité de la domination espagnole. «Je sais, écrivait, entre le 17
et le 20 avril, Petrucci, que le Roi a résolu quelque chose contre la
volonté de sa mère et qu'il a donné des ordres.»

Charles IX chargea son ambassadeur à Constantinople (11 mai 1572)
d'informer le Grand-Seigneur qu'il ferait partir vers la fin du mois
«une armée de mer de douze ou quinze mil hommes... soubz prétexte de
garder mes havres et costes des déprédations, mais en effect en
intention de tenir le Roy catholique en cervelle et donner hardiesse à
ces gueulx des Païs-Bas de se remuer et entreprendre, ainsi qu'ils ont
faict aiant jà prins toute la Zélande et bien esbranlée la Holande....»
«Toutes mes fantaisies, déclarait-il fièrement, sont bandées pour
m'opposer à la grandeur des Espagnols...[587].» Quelques jours après,
Ludovic de Nassau sortait secrètement de Paris, muni d'une lettre de
créance où Charles IX avouait son entreprise; il parut subitement avec
une troupe de huguenots devant Mons et Valenciennes, qui lui ouvrirent
leurs portes.

      [Note 585: Abel Desjardins, _Charles IX. Deux années de règne,
      1570-1572_, 1873, p. 35-37.--Cf. _Négociations_, III, p. 713, 3
      octobre 1571.]

      [Note 586: Le traité dans Du Mont, _Corps diplomatique_, t. V, 1re
      partie, p. 211-215.]

      [Note 587: Marquis de Noailles, _Henri de Valois et la Pologne en
      1572_, Paris 1867, t. I, p. 9, note I.--Cf. Baguenault de
      Puchesse, _Jean de Morvillier_, 1869, p. 253.]

Catherine était perplexe. Elle ne savait que résoudre en cette
alternative également périlleuse de rompre avec Philippe II ou avec les
protestants. «La Royne fluctue entre paix et guerre, dit Tavannes,
crainte de civile la penche à l'étrangère; comme femme, elle veut et ne
veut pas, change d'advis et rechange en un instant»[588]. Elle attendait
l'inspiration du succès.

Malheureusement pour les huguenots, Valenciennes fut presque aussitôt
perdue que prise, et les Espagnols bloquèrent dans Mons Ludovic de
Nassau et ses compagnons. Ces échecs lui dictèrent son parti. Le jeune
Roi lui-même, impressionnable et mobile, craignait de s'engager plus
avant, et il défendit à l'Amiral de conduire lui-même des renforts aux
assiégés. Probablement sous la dictée de sa mère, il écrivit à M. de
Vulcob, son ambassadeur en Autriche, une lettre (16 juin 1572) où il
qualifiait l'agression de Ludovic de Nassau de «malheureuses
entreprises» et louait le «juste jugement de Dieu envers ceulx qui
s'eslèvent contre l'auctorité de leur prynce»[589], désaveu indigne qui
devait, par la voie de Vienne, parvenir à Madrid, et dégager, s'il en
était besoin, sa responsabilité. «Ici, écrivait Petrucci le 4 juillet,
on discute s'il y a lieu de porter la guerre en Flandre ou non. Beaucoup
la préconisent et la voudraient, mais le Roi et la Reine ne veulent pas,
parce qu'ils sont déjà fatigués des tambours et des trompettes»[590]. Le
3 juillet, Catherine écrivait au pape que son fils ne ferait la guerre à
Philippe II que «contreint par force»[591].

      [Note 588: _Mémoires de Tavannes_, éd. Buchon, p. 419.]

      [Note 589: _Lettres_, t. IV, p. 104, note 1.]

      [Note 590: Desjardins, _Négociations diplomatiques_, t. III, p.
      788.]

      [Note 591: _Lettres_, t. IV, p. 106.]

Les dispositions de l'Europe protestante commandaient la prudence. La
reine d'Angleterre supputait froidement les avantages et les risques
d'une intervention aux Pays-Bas, et, par jalousie de la France, refusait
de se concerter avec Charles IX. Elle rétablissait les relations
commerciales avec les Flandres, qu'elle avait suspendues, et renouait
avec le duc d'Albe. Son projet de mariage avec le duc d'Anjou s'était
rompu sur la question religieuse, comme elle s'y attendait. Catherine,
qui ne renonçait pas volontiers à une couronne royale, avait aussitôt
posé la candidature de son troisième fils, le duc d'Alençon, un
catholique tiède. Élisabeth demanda un mois de réflexion. Son ministre
Cecil écrivit gravement à Paris que la Reine-mère la déciderait en lui
offrant Calais avec le jeune Prince. Et c'est Coligny que les Anglais
chargèrent de cette proposition. Ils n'auraient pas agi autrement s'ils
avaient voulu le perdre[592]. Les princes protestants d'Allemagne ne
montraient pas plus de zèle qu'Élisabeth pour la Réforme[593]. De
Constantinople, Noailles avertissait sa Cour de ne pas compter sur les
Turcs. En cas de guerre, Charles IX serait seul.

      [Note 592: _Mémoires de Walsingham_, p. 256: lord Burleigh à
      Walsingham, p. 257-259; Walsingham à Burleigh, 13 juillet 1572.]

      [Note 593: Sur les négociations avec l'Allemagne protestante, on
      peut voir W. Platzhoff, _Frankreich und die Deutschen Protestanten
      in den Jahren 1570-1573_ (Historische Bibliothek, t. XXVIII,
      Munich et Berlin, 1912, p. 23 sqq.)]

Au contraire, les puissances catholiques s'entremettaient vivement pour
empêcher un conflit entre la France et l'Espagne[594]. Le nouveau pape,
Grégoire XIII, rompant avec l'intransigeance hautaine de Pie V,
accréditait auprès de Catherine un nonce qu'il savait lui être agréable:
Salviati, parent des Médicis. La République de Venise faisait partir en
hâte pour Paris un ambassadeur extraordinaire, chargé de soutenir la
cause de la paix[595]. Philippe II laissait passer les provocations et
se bornait à remontrer à Charles IX que ses complaisances pour ses
sujets huguenots risquaient de compromettre l'union des deux Couronnes.

      [Note 594: Baumgarten, _Vor der Bartholomaeusnacht_, 1882, p. 218
      sqq.]

      [Note 595: Giovanni Michiel, parti de Venise le 10 juillet, arriva
      le 24 à Paris. C'est pour le temps, avec un train d'ambassadeur,
      un voyage ulra-rapide.]

Cependant, malgré la défection de l'Angleterre et l'apathie de
l'Allemagne, Coligny s'obstina. Obsédé par le cauchemar de la guerre
civile, il aimait mieux, disait-il, être traîné mort par les rues de
Paris que de reprendre la campagne contre le Roi. Avec la connivence de
Charles IX, toujours partagé, il continua le plus secrètement possible à
recruter des soldats. Mail les 4 000 hommes commandés par Genlis qu'il
expédia au secours de Mons furent surpris par les Espagnols, que des
avis de France avaient prévenus de leur marche, et presque tous tués ou
faits prisonniers (17 juillet).

«La peur, dit Tavannes, saisit la Reine des armes espagnoles.» L'Amiral,
toujours suspect, redevenait dangereux. Elle trouvait partout cet homme
sur sa route; chef de parti, il avait tenu en échec toutes les forces du
Roi; conseiller de la Couronne, il lançait son fils dans une aventure.
Ami, ennemi, il était également à craindre. Elle revint à l'idée de se
défaire de lui par un assassinat, et elle s'en ouvrit aux Guise, qui
n'avaient pas pardonné à l'Amiral le crime de Poltrot de Méré.
Précisément l'ambassadeur florentin, dans une lettre du 23 juillet, note
les fréquentes conférences--et à des heures extraordinaires--de la
Reine-mère avec Mme de Nemours, veuve de François de Guise, et qui,
quoique remariée, estimait de son devoir de le venger[596].

      [Note 596: Petrucci à François de Médicis, 23 juillet,
      _Négociations diplomatiques_, t. III, p. 799.]

Cependant Charles IX, furieux que le duc d'Albe, ayant trouvé sur Genlis
la lettre royale qui avouait l'entreprise de Ludovic, l'accusât
publiquement de duplicité, inclinait de nouveau à la guerre. Mais la
Reine, qui s'était absentée pour aller au-devant de sa fille, la
duchesse Claude de Lorraine, accourut, et, par ses raisons et ses
larmes, calma ce ressentiment belliqueux. Dans son audience solennelle à
l'envoyé de Venise, il protesta de ses intentions pacifiques; et
Catherine ajouta «que non seulement en paroles, mais encore en actes,
son fils et elle montreraient toujours plus leur résolution»[597]. Deux
conseils extraordinaires, l'un du Conseil privé, l'autre des chefs
d'armée, furent tenus dans les premiers jours du mois d'août pour en
finir avec la question des Pays-Bas. Les gens d'épée, Montpensier,
Nevers, Cossé, le duc d'Anjou, et Tavannes peut-être, se prononcèrent,
comme les gens de robe, pour la paix. Catherine était présente.
L'Amiral, irrité de ce désaveu unanime s'échappa dans la chaleur de la
discussion jusqu'à lui dire: «Madame, le Roi renonce à entrer dans une
guerre; Dieu veuille qu'il ne lui en survienne pas une autre dont il ne
serait pas en son pouvoir de se retirer». Cette parole de colère, qui
trahissait son appréhension, fut interprétée par Catherine et les
catholiques ardents comme une menace[598].

      [Note 597: Relation de Giovanni Michiel dans Alberi, _Relazioni
      degli ambasciatori Veneti al Senato_, serie 1a, Francia, t. IV, p.
      281.]

      [Note 598: Alberi, _Relazioni_, serie 1a, Francia, t. IV, p.
      285.--Cf. Brantôme, éd. Lalanne, t. IV, p. 299.]

Coligny s'entêta, et sûr de l'assentiment tacite du Roi, il poursuivit
ses levées presque ouvertement. Les gentilshommes et les capitaines
huguenots que le prochain mariage d'Henri de Navarre ou le dessein des
Flandres avait attirés en nombre à Paris parlaient de changer le Conseil
du Roi. Les ambassadeurs étrangers prévoyaient des troubles.

La décision de Catherine n'en fut que plus ferme. Un homme contrecarrait
sa volonté, prenait de l'empire sur son fils, mettait le Roi et le
royaume en péril: il fallait qu'il mourût. D'accord avec les Guise, elle
manda Maurevert, qui avait déjà fait ses preuves comme tueur du Roi.

Elle attendit pour sonner le glas les noces de sa fille. Le cardinal de
Bourbon consentit, sans dispenses de Rome, à unir Henri de Navarre, que
la mort de Jeanne d'Albret avait fait roi, avec Marguerite, un réformé
et une catholique parents au troisième degré (18 août).

Quatre jours après (le vendredi 22), entre dix et onze heures du matin,
Coligny, qui revenait du Louvre à son logis, rue de Béthizy, fut frappé
d'une balle d'arquebuse qui lui emporta l'index de la main droite et lui
brisa le bras gauche. Quelques gentilshommes de sa suite coururent à la
maison d'où le coup était parti. Ils trouvèrent l'arquebuse fumante,
mais l'arquebusier avait disparu.

Charles IX jouait à la paume, quand la nouvelle lui survint. De colère,
il jeta sa raquette et se retira sans mot dire dans sa chambre.
Catherine écouta, calme et muette, le récit du crime, et s'enferma avec
le duc d'Anjou[599].

      [Note 599: _Mémoires de l'Estat de France sous le Roy Charles IX_,
      s. 1. n. d., t. 1, fo 272.--Diego de Çuñiga à Philippe II, cité
      par Forneron, _Histoire de Philippe II_, t. II, p. 326.]

A l'hôtel de la rue de Béthizy, où le blessé avait été conduit,
affluait, inquiète et furieuse, la noblesse protestante. Le roi de
Navarre et le prince de Condé coururent demander justice à Charles IX,
qui leur promit de la faire si «mémorable... que l'Amiral et ses amis
auraient de quoy se contenter». La Reine-mère apparut pour déclarer que
«c'estoit un grand outrage fait au Roy, et que si l'on supportoit cela
aujourd'huy, demain on prendrait la hardiesse d'en faire autant dans le
Louvre, une autre fois dedans son lict et l'autre dedans son sein et
entre ses bras»[600]. Coligny ayant exprimé le désir de voir le Roi,
elle s'avisa, pour empêcher un entretien seul à seul, de changer la
visite en démonstration solennelle de sympathie. La Cour, les plus
grands seigneurs, les princes du sang, et même les ennemis de la victime
étaient là; il n'y manquait que les Guise. Hardiment, l'Amiral engagea
Charles IX à se défier de ses conseillers, qui livraient aux Espagnols
le secret de ses délibérations, et de nouveau il lui recommanda la
conquête des Flandres. Le Roi lui jura «par la mort-Dieu» de le venger
de cette agression[601].

Cependant l'enquête ouverte à l'heure même par une commission du
Parlement avait établi que la maison où le meurtrier était posté
appartenait à un serviteur du duc de Guise. L'affaire aussitôt parut
claire: c'était la revanche des Lorrains sur l'inspirateur présumé de
Poltrot, une vendetta. «Et si Mr de Guise ne se fust tenu caché tout ce
jour-là, certifie la Reine de Navarre, le Roy l'eust faict
prendre»[602].

Catherine essaya, sans se découvrir, d'apaiser Charles IX. Elle lui
représenta qu'un fils était bien «excusable» de vouloir venger la mort
de son père. Elle lui rappela que l'Amiral avait fait tuer Charry, ce
mestre de camp qui l'avait si fidèlement servie durant sa régence. Mais
le jeune Roi persistait dans son «passionné désir» de faire
justice[603].

Les gentilshommes huguenots, sachant à qui s'en prendre, manifestaient
leur haine avec éclat. Les plus ardents passaient «à grandes troupes,
cuiracés, devant le logis de MM. de Guise et d'Aumalle»[604]. Ils
allèrent harceler Catherine jusqu'au jardin des Tuileries, «Ils usoient,
dit Brantôme, de paroles et menaces par trop insolentes, qu'ils
frapperoient, qu'ils tueroient»[605].

      [Note 600: _Mémoires de l'Estat de France_, t. I, fo 275.]

      [Note 601: _Ibid._, fo 276-277.]

      [Note 602: _Mémoires de Marguerite de Navarre_, éd. Guessard, p.
      28.]

      [Note 603: _Ibid._, p. 29.]

      [Note 604: Jean de Tavannes, _Mémoires de Gaspard de Saulx,
      seigneur de Tavannes_, éd. Buchon, p. 434.]

      [Note 605: Brantôme, t. IV, p. 301.]

Catherine avait tellement compté sur la mort de Coligny et le désarroi
de son parti qu'elle était prise de court. Si le duc de Guise, pour se
disculper, la dénonçait comme sa complice, que ne devait-elle pas
craindre à l'avenir de ces gens de guerre indignés d'un si lâche
attentat? Alors lui vint ou lui fut suggérée l'idée de se sauver
elle-même et la paix publique en les faisant massacrer tous. Elle mit
dans le secret le duc d'Anjou et le duc de Guise, acharné à la vengeance
de son père. Elle s'assura de Tavannes, le grand capitaine, du duc de
Nevers, du garde des sceaux Birague, cruels par fanatisme ou par raison
d'État. Le concours des Parisiens n'était pas douteux. Les amis de
l'Amiral, inquiets des dispositions du peuple, prièrent le Roi de faire
garder son logis. Le duc d'Anjou y envoya de ses soldats, ceux-là même
qui ouvrirent la porte aux assassins.

L'exaspération des huguenots précipita la crise. Le samedi 23,
Pardaillan, un gentilhomme gascon, menaça, au souper de la Reine, qu'ils
se feraient justice si on ne la leur faisait pas. Catherine résolut
d'agir la nuit même. Mais il lui fallait le consentement du Roi. Quelque
experte qu'elle fût à manier cette nature violente et faible et capable
des plus brusques revirements, elle doutait de pouvoir facilement le
décider à faire mettre à mort ces capitaines et ces gentilshommes dont
il avait agréé les services et embrassé la vengeance. Albert de Gondi,
sa créature et le favori de Charles IX, de qui elle «sçavoit qu'il le
prendroit mieux que de tout autre», alla le «trouver en son cabinet le
soir sur les neuf ou dix heures» et, allant au but sans détour, il se
dit obligé «comme son serviteur très fidelle» de lui avouer que le duc
de Guise n'était pas seul et que la Reine et le duc d'Anjou «avoient
esté de la partie». Sa mère avait toujours eu, comme il le savait, «un
extrême desplaisir» de l'assassinat de Charry, le brave et loyal Charry,
qui, du temps où les catholiques étaient pour M. de Guise et les
protestants pour le prince de Condé, n'avait voulu dépendre que d'elle,
et dès lors, «elle avoit juré de se venger dudit assassinat». L'Amiral
ne serait jamais «que très pernicieux en cest Estat», «et quelque
apparence qu'il fist de vouloir servir Sa Majesté en Flandre,... il
n'avoit d'autre dessein que de troubler la France...» Quant à elle, «son
dessein n'avoit esté en cet effect que d'oster cette peste de ce
royaume, l'Amiral seul»; mais «le malheur avoit voulu que Maurevert
avoit failly son coup», et, ajoutait perfidement Gondi, «les huguenots
en estaient entrez en tel désespoir que, ne s'en prenant pas seulement à
M. de Guise, mais à la Royne sa mère et au roy de Pologne son
frère[606], ils croyoient aussi que le Roy Charles mesme en fust
consentant et avoient résolu de recourir aux armes la nuict mesme»[607].
Au Roi, affolé par cette confidence, tiraillé entre les inspirations de
son honneur, son amour filial et l'appréhension d'une nouvelle guerre
civile, sinon d'une attaque cette nuit même, la franchise si bien
calculée de Gondi ne laissait entrevoir d'autre issue que le massacre
des chefs protestants alors à Paris. Réussit-il à le convaincre ou
simplement à l'ébranler? Catherine est-elle intervenue de nouveau pour
arracher à ses rancunes et à ses craintes l'ordre de mort? Lui-même
raconta depuis à sa sœur Marguerite qu'«il y eut beaucoup de peine à l'y
faire consentir, et sans ce qu'on luy fist entendre qu'il y alloit de sa
vie et de son Estat, il ne l'eust jamais faict»[608].

      [Note 606: C'est le duc d'Anjou, qui fut bientôt après élu roi de
      Pologne.]

      [Note 607: _Ibid._, _Mémoires de Marguerite de Valois_, éd.
      Guessard, Soc. H. F., p. 29-31.]

      [Note 608: éd. Guessard, p. 27.]

La nuit était déjà bien avancée[609] quand les complices eurent fini
d'arrêter les moyens d'exécution et de se répartir la besogne. Seuls les
deux princes du sang, le roi de Navarre et le prince de Condé, devaient
être épargnés. Le Roi se chargea de dépêcher les gentilshommes logés au
Louvre, en sa maison, ses hôtes. Guise, Tavannes, Nevers opéreraient
hors du château. Les milices municipales, convoquées le lendemain
dimanche, fête de Saint-Barthélemy, «de fort grand matin», occupèrent
les places et les ponts, les passages et les portes. On attendait le
lever du jour pour ôter aux proscrits ce moyen de salut, la fuite dans
la nuit. Au dernier moment, Catherine «se fust volontiers desdicte»; le
cœur lui faillit. Était-ce réaction d'humanité? on voudrait le croire;
ou simplement, comme il est plus vraisemblable, le malaise de
l'inquiétude et de la peur? Les confidents de son émoi furent obligés de
relever son courage. A l'aube, les Suisses de la garde royale
commencèrent la tuerie au Louvre. Guise courut d'abord à l'hôtel de
Béthisy achever l'Amiral. La plupart des gentilshommes protestants
furent égorgés dans leurs lits, quelques-uns arquebusés sur les toits,
où ils s'étaient réfugiés. Le fanatisme généralisa les meurtres. Les
milices et la populace se joignant aux soldats immolèrent les hérétiques
sans distinction d'âge ni de sexe. A midi, il y avait déjà trois mille
victimes. «Le sang et la mort courent les rues en telle horreur, que
Leurs Majestés mesmes, qui en estoient les auteurs, ne se pouvoient
garder de peur dans le Louvre»[610].

      [Note 609: _Registres des délibérations du Bureau de la Ville de
      Paris_, t. VII, éd. par Bonnardot, 1893, p. 10-11. Le prévôt des
      marchand est mandé au châtel du Louvre aujourd'huy samedi «_au
      soir bien tard_». Le Roi lui déclare le complot contre sa vie et
      son État, et lui donne l'ordre de convoquer les milices
      bourgeoises. Le greffier dresse les «mandements», qui sont portés
      aux quarteniers, archers, arquebusiers, _le dimanche 24, jour de
      Saint-Barthélemy_ «_de fort grand matin_».]

      [Note 610: _Mémoires de Tavannes_, éd. Buchon, p. 435.]

Le carnage s'arrêta, reprit, dura plusieurs jours.[611]

Le gouvernement hésitait à prendre la responsabilité de son crime. Le
Roi, dans ses lettres du 24 août aux ambassadeurs et aux gouverneurs de
provinces, parlait d'une bataille entre les partisans de Guise et de
l'Amiral, où il n'était intervenu que pour calmer la sédition[612]. Puis
il alla au Parlement déclarer que tout avait été fait avec son
consentement, par son commandement. Enfin, le 28, il défendit de
molester les huguenots qui se tiendraient tranquilles en leurs maisons,
ajoutant toutefois par recommandations secrètes de tailler en pièces
tous les autres[613]. Revirement et contradictions, ordres et
contre-ordres laissaient toute liberté aux passions. A mesure que se
propageait la nouvelle des «matines» parisiennes, les catholiques en un
grand nombre de villes coururent sus aux réformés. Meaux, aux portes de
Paris, ouvrit le 26 août, et Bordeaux, à l'extrémité du royaume, ferma
le 3 octobre le cycle des tueries provinciales.

      [Note 611: Un récit plus détaillé du massacre dans _Histoire de
      France_, de Lavisse, t. VI, 1, p. 129-131.]

      [Note 612: _Mémoires de l'Estat de France_, I, fos 296-299.]

      [Note 613: Sur ces variations, voir l'introd. de La Ferrière au t.
      IV des _Lettres de Catherine de Médicis_, p. XCII, XCIII, XCV
      sqq.]

Après cette extermination de plusieurs milliers d'hérétiques, Catherine
passa un moment pour le plus ferme soutien du catholicisme. Le peuple de
Paris enthousiaste la proclamait la Mère du royaume et la Conservatrice
du nom chrétien. Grégoire XIII précipita le départ du cardinal Orsini,
qui, choisi peut-être pour aller reprendre la Reine-mère sur sa
politique protestante, fut, par un renversement de rôle, chargé de la
féliciter au nom du Pape et du Sacré Collège pour son zèle
catholique[614].

Quand Philippe II apprit l'exécution sanglante qui sauvait les Pays-Bas
espagnols et le catholicisme français, il montra «contre son naturel et
coustume tant d'allegrie qu'il l'a faict plus magnifeste que de toutes
les bonnes advantures et fortunes qui lui vindrent jamais». Il reçut en
audience l'ambassadeur de France, Jean de Vivonne, sieur de
Saint-Gouard, et, le voyant approcher, «il se prist à rire»--ce fut
peut-être l'unique fois de sa vie en public--et dit de Charles IX «qu'il
n'y avoit roy qui ce peut (pût) faire son compaignon ne an valleur ne an
prudance». Il ne parvenait pas à cacher son «grand plaisir», mais, pour
n'avoir pas à s'acquitter du service qu'on venait de lui rendre sans le
vouloir, il affectait d'admirer le désintéressement de si «haultes
entreprises», «tantost louant le filz d'avoir un telle mère,... puis la
mère d'[avoir] un tel filz»[615]. Catherine triomphait des acclamations
du peuple et des compliments des princes. «Suis-je, demandait-elle à
l'envoyé du duc d'Albe, aussi mauvaise chrétienne que le prétendait don
Francès de Alava?... _Beatus qui non fuerit in me scandalizatus_»[616].

      [Note 614: Lucien Romier, _La Saint-Barthélemy_, Revue du XVIe
      siècle, t. I, p. 552.]

      [Note 615: Lettres de Saint-Gouard du 12 et du 19 septembre 1572:
      Groën von Prinsterer, _Archives de la maison de Nassau, Première
      série, Supplément_, 1847, p. 125 et 127.]

      [Note 616: Cité par La Ferrière, _Lettres_, Introd., t. IV, p.
      XCIV.]

Elle aurait volontiers laissé croire aux puissances catholiques, afin de
se faire payer très cher, qu'elle préparait depuis longtemps le massacre
des huguenots. Mais en vérité elle n'avait prémédité que d'assassiner
Coligny; et c'était par peur des représailles qu'après l'avoir manqué
elle avait décidé de frapper avec lui les autres chefs du parti. «Si
l'Amiral était mort du coup d'arquebuse qu'on lui tira, écrivait le 24
août de Paris le nonce Salviati au cardinal Côme, secrétaire d'État de
Grégoire XIII, je ne me résous pas à croire qu'il se fût fait un si
grand carnage»[617]. «La mort de l'Amiral, affirmait l'ambassadeur
d'Espagne, a été un acte réfléchi, celle des huguenots le fruit d'une
résolution soudaine»[618]. La fureur des soldats et des masses avait
encore ajouté au nombre voulu des victimes[619].

      [Note 617: Theiner, _Annales ecclesiastici_, t. I (1856), p. 329.]

      [Note 618: Cité par Decrue, _Le Parti des politiques_, Paris,
      1892, p. 175.--C'est aussi l'avis de Tavannes, _Mémoires_, éd.
      Buchon, p. 434.]

      [Note 619: La thèse de la préméditation a été reprise par M.
      Lucien Romier, ce patient explorateur des archives italiennes (_La
      Saint-Barthélemy, Les événements de Rome et la préméditation du
      massacre_, Revue du XVIe siècle, t. I, 1913, p. 529-561); mais il
      n'incrimine pas, comme on a paru le croire, Catherine et Charles
      IX. Ce seraient les Guise qui, au mois d'avril 1572, auraient
      délibéré de faire tuer Coligny et les autres chefs huguenots pour
      couper court à la politique protestante du gouvernement et
      empêcher la rupture et la guerre avec l'Espagne. «Rien, au
      contraire, dit M. Romier, p. 546, n'indique que Catherine de
      Médicis ait été complice ni même informée du projet des Guise.
      C'est tardivement que la Reine-mère trouva dans ce projet un moyen
      commode pour résoudre des difficultés imprévues (c'est-à-dire
      celle des Pays-Bas). Au vrai, Catherine, dans ses entrevues
      mystérieuses, en juillet 1572, avec la duchesse de Nemours (voir
      ci-dessus, p. 188), n'a, comme les faits le prouvent, arrêté que
      l'assassinat de Coligny. M. Romier prétend que les Guise avaient
      depuis plus longtemps et d'eux-mêmes prémédité une extermination
      générale. Le cardinal de Lorraine était parti pour Rome en mai,
      «prévoyant, dit encore M. Romier, p. 553, le meurtre des chefs
      huguenots, mais ignorant que les circonstances feraient du Roi et
      de la Reine les complices de cette tragédie», et il avait obtenu
      du pape (27 août), alors que la nouvelle de la Saint-Barthélemy
      n'était pas encore connue à Rome, la désignation d'un légat, le
      cardinal Orsini, qui devait arriver à Paris peu après le massacre
      attendu «pour défendre, au nom du Saint-Siège, la conduite des
      Guise et obliger Charles IX à prendre les justiciers comme
      ministres». Il est bon de retenir de cette thèse que, dans ses
      recherches d'archives, M. Romier n'a pas trouvé la moindre preuve
      d'un projet concerté de longue main par Catherine contre les
      protestants. Quant au grand dessein qu'il prête aux Guise et au
      rôle du cardinal Orsini, il ne ressort pas des documents quand on
      les examine sans idée préconçue. Les vanteries du cardinal de
      Lorraine, qu'on n'a rapportées, et pour cause, qu'après
      l'événement, ne sont pas des preuves suffisantes. Il est vrai, que
      depuis la mort de François de Guise, les siens cherchaient à se
      venger de Coligny, qu'ils regardaient comme le complice de Méré,
      et certainement ils guettaient l'occasion de le tuer, mais ils
      n'étaient pas, en 1572, assez puissants pour engager une bataille
      dans Paris, contre la volonté du Roi et de la Reine-mère. S'ils
      avaient considéré le mariage d'Henri de Navarre et de Marguerite
      de Valois comme un moyen d'attirer les chefs protestants à Paris
      et de les leur livrer tous réunis, le cardinal de Lorraine n'eût
      pas travaillé de toutes ses forces à Rome à l'empêcher. Le jeune
      duc de Mayenne, au lieu d'aller prendre du service à Venise contre
      les Turcs, serait resté avec le duc de Guise, son frère, et le duc
      d'Aumale, son oncle, pour prendre part à la lutte. La délibération
      de famille des Lorrains en avril 1572 contre le parti protestant
      et le gouvernement allié des protestants est une pure hypothèse et
      il n'y a pas trace de préparatifs et d'armements faits par les
      Guise en vue d'un coup de main qui aurait été un coup d'État.]

Catherine espérait que la Saint-Barthélemy l'aiderait à marier le duc
d'Anjou en Espagne; mais Philippe II savait que le salut du catholicisme
avait été son moindre souci et il refusa la récompense attendue[620].
Elle revint alors sans scrupule aux alliances protestantes. Elle
expliqua--ce fut sa justification--que les huguenots complotaient la
ruine du Roi et du royaume et qu'elle avait été obligée, pour se
défendre, de les assaillir. Elle recommanda bien (13 septembre) à
Schomberg, qui allait en Allemagne comme ambassadeur, de ne pas «laisser
entrer en l'entendement des princes que ce qui a été faict à l'Amiral et
à ses complices soyt faict en haine de la nouvelle religion, ni pour son
extirpation, mais seullement pour la pugnition de la scelere
conspiration qu'ils avoient faicte...»[621]. Sans s'émouvoir de
l'indignation des hommes d'État anglais contre «cet acte trop plein de
sang, la pluspart innocent, et trop suspect de fraulde», elle continua
de négocier le mariage du duc d'Alençon avec Élisabeth[622]. Elle renoua
les relations avec Ludovic et Guillaume de Nassau. Elle laissa le légat,
qui venait la féliciter, se morfondre quelque temps à Avignon, et, quand
elle consentit à le recevoir, elle s'excusa d'entrer dans la ligue des
puissances méditerranéennes contre le Turc, ou même de faire publier le
concile de Trente. Elle ne s'embarrassait pas des contradictions.

      [Note 620: _Lettres_, t. IV, Introd., p. CXX.]

      [Note 621: Groen van Prinsterer, _Archives de la maison de Nassau,
      Première série, t. IV, Supplément_, p. 12e. Cf. la lettre du duc
      d'Anjou au même Schomberg: «... Quelque chose que l'on puisse dire
      par delà contre la vérité de ce qui est advenu en ce Royaulme,
      nous voulons estreindre la négociation plus que jamais et faire
      cognoistre aux princes que nous sommes leurs plus seurs et
      parfaicts amys...», deux lettres de Schomberg du 9 et 10 octobre,
      en réponse probablement à celle où Charles IX expliquait à sa
      façon la Saint-Barthélemy, dans le _Bulletin de la Société du
      protestantisme français_, t. XVI, 1867, p. 546-551.]

      [Note 622: Sur cette recherche poursuivie concurremment par la
      Reine-mère et, à son insu, par le duc d'Alençon, voir La Ferrière,
      _Le XVIe siècle et les Valois_, p. 357 sqq;--Walsingham, p.
      394-396 et _passim_;--et La Mothe-Fénelon, _Correspondance
      diplomatique_, t. V, p. 126, 142, 192 et _passim_. Les lettres du
      Roi et de la Reine-mère en réponse à celles de l'ambassadeur sont
      au tome VII: _Supplément à la Correspondance_.]

Depuis ces horribles journées, Charles IX était renfrogné, mélancolique,
hanté par l'image de ces cadavres sanglants, courbé et vieilli par son
crime. Mais Catherine ne montra jamais ni regret ni remords. Elle avait
exterminé sans combat ces capitaines huguenots dont la résistance sur
les champs de bataille avait été invincible. Elle tenait sous sa main
les deux princes du sang, les deux seuls chefs possibles, du moins elle
le croyait, d'une nouvelle révolte; et elle les avait forcés à se
convertir. Le parti protestant était désarmé, décapité. Que pourraient
quelques gentilshommes avec des bourgeois et des gens du peuple contre
les armées royales? La pensée de sa victoire la remplissait de joie. Le
jour de la fête d'investiture de l'Ordre de Saint-Michel (29 septembre),
quand elle vit parmi les nouveaux chevaliers, son gendre Henri de
Navarre, qui s'inclinait avec belle grâce devant l'autel et devant les
dames, elle se tourna vers les ambassadeurs et tout à coup éclata de
rire[623].

      [Note 623: Dépêche de l'ambassadeur d'Espagne, Diego de Çuñiga,
      citée par Forneron, _Histoire de Philippe II_, t. II, p. 332, note
      1.]

Mais elle se réjouissait trop vite. La bourgeoisie protestante,
amoureuse de ses aises et craintive des coups, se fût volontiers
humiliée devant le pouvoir, pourvu qu'on lui laissât la liberté de
conscience. Mais les masses étaient peu sensibles à l'intérêt et à la
peur; elles suivirent les pasteurs qui, jusque-là relégués au second
rang par les chefs militaires, apparurent comme les prophètes de Dieu et
inspirèrent à l'Église opprimée la résolution de défendre sa foi et de
punir la trahison et le parjure.

Montauban, Nîmes, Aubenas et Privas fermèrent leurs portes ou
différèrent de les ouvrir. A La Rochelle comme à Sancerre, autre
boulevard de la Réforme au centre du royaume, les gens du commun, les
soldats ou les marins mirent à la raison ou à mort les gros bourgeois
qui délibéraient de se soumettre. La Rochelle où s'étaient enfermés
cinquante-cinq ministres, cinquante gentilshommes échappés aux massacres
et quinze cents déserteurs de la flotte de Strozzi, refusa de recevoir
le gouverneur envoyé par le Roi, Biron, un modéré pourtant et qui avait
sauvé la vie à plusieurs protestants à la Saint-Barthélemy. L'assemblée
des ministres, animée des plus furieuses passions, implora le secours
d'Élisabeth d'Angleterre, comme héritière des droits des Plantagenets,
contre ceux «qui veullent exterminer vostre peuple de la Guienne qui de
toute éternité vous appartient et vous est subject»[624]. Une armée
royale, que commandait le duc d'Anjou, assiégea la place pendant
plusieurs mois (novembre 1572-juillet 1573) et ne put l'emporter de
force, malgré la canonnade sans trêve, la ruine des remparts, les
nombreux assauts et les vains efforts des Anglais pour rompre le blocus.
Mais elle en serait venue à bout, par la famine, sans les affaires de
Pologne.

      [Note 624: H. de La Ferrière, _Le XVIe siècle et les Valois_,
      1879, p. 336.]

Le dernier des Jagellons, Sigismond Auguste II, étant mort sans héritier
mâle, une Diète s'était réunie le 7 juillet 1572 pour lui élire un
successeur. Le tzar, Ivan le Terrible, avait posé sa candidature pour
absorber pacifiquement la Pologne; l'envahissante Maison d'Autriche,
déjà souveraine de la Bohême et de la Hongrie, avait mis en avant un de
ses nombreux archiducs. Catherine fut tentée de faire échec aux
Habsbourg et de donner une couronne, si lointaine qu'elle fût, au duc
d'Anjou, cet enfant si cher, pour qui elle avait brigué la main
d'Élisabeth d'Angleterre, de la reine douairière de Portugal et de la
fille de Philippe II, le vicariat d'Avignon et jusqu'au trône d'Alger.
Peut-être aussi cherchait-elle, en l'éloignant avec honneur, à lui
épargner l'affront de perdre, par un coup d'autorité royale, cette
situation prépondérante dans l'État à laquelle il tenait plus qu'à la
vie[625] et que Charles IX supportait avec une impatience jalouse. Elle
fit partir immédiatement le plus délié de ses diplomates, Jean de
Monluc, l'évêque de Valence[626]. Il arriva en Pologne en même temps que
la nouvelle des massacres de Paris. L'émotion fut grande dans ce pays où
les protestants étaient nombreux, et où l'aristocratie catholique, sauf
quelques évêques, faisait profession de tolérance. Monluc désespéra un
moment de faire élire le duc d'Anjou, que la Cour de Vienne dénonçait
comme l'un des principaux instigateurs de la Saint-Barthélemy. Mais ses
habiles plaidoyers et les récits spécieux qu'il fit distribuer en
polonais et en latin retournèrent l'opinion. Il s'y appliquait à pallier
l'horreur des faits et à réduire cet égorgement en masse à une mesure de
salut public prise contre quelques chefs huguenots séditieux et
dénaturée par la fureur de la populace[627]. La crainte ou l'antipathie
qu'inspiraient deux des compétiteurs aida au succès de sa thèse. Charles
IX offrait d'ailleurs, si son frère était choisi, de fournir aux
Polonais l'argent pour construire une flotte dans la Baltique, et il
leur promettait de les accorder avec le Grand Turc, son allié et leur
ennemi. La majorité de la Diète se prononça pour le duc d'Anjou (9 mai
1573); mais les protestants et leurs amis firent insérer, dans les
articles que le nouveau roi devait jurer, l'engagement solennel de
maintenir la liberté religieuse. Pour complaire aussi à ces sujets
lointains de son fils, Catherine lâcha La Rochelle, qui mourait de
faim[628]. Le siège fut levé le 6 juillet, et Charles IX le même mois
accorda (Édit de Boulogne) aux réformés la liberté de conscience dans
tout le royaume et la liberté de culte dans les trois villes de La
Rochelle, Nîmes et Montauban. Sancerre, après une résistance héroïque,
obtint aussi en août une capitulation honorable, qui fut du reste
violée.

      [Note 625: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 14.]

      [Note 626: Sur cette négociation on peut voir les _Mémoires de
      Jean Choisnin_, un des secrétaires de Monluc, éd. Buchon,
      _Panthéon littéraire_, p. 677 sqq., et Marquis de Noailles, _Henri
      de Valois et la Pologne en 1572_, t. I et II, 1867.]

      [Note 627: _Lettres de Catherine de Médicis_, t. IV, Introd., p.
      CLVI sqq, CLXII sqq.]

      [Note 628: Charles IX a-t-il donné à son frère l'ordre
      d'abandonner le siège de La Rochelle? ce n'est pas sûr. Dans sa
      lettre du 1er juin, aussitôt qu'il eût appris «la promotion» du
      duc d'Anjou au trône de Pologne, il lui ordonna de faire partir
      «le plus tôt que faire se pourra» 4 000 Gascons qui étaient
      «demandés», probablement par les Polonais contre les Turcs, et de
      se préparer lui-même à partir. Rien de plus. Mais Catherine ajoute
      dans la lettre qui accompagne celle du Roi: «Le Roi vous mande son
      intention, _en cas que vous auriez pris La Rochelle par force ou
      par composition_; à quoy je vous prie vous resouldre et _prendre
      cette seureté de moi_...» (_Lettres_, t. IV, p. 227 et note 1).
      N'était-ce pas engager le duc d'Anjou, s'il ne pouvait prendre La
      Rochelle, à conclure avec les Rochellois un accord dont elle
      prenait la responsabilité?]

C'était un nouveau répit laissé au parti protestant. Après la
Saint-Barthélemy, qu'il ne pouvait oublier ni pardonner, il eût été
prudent, quoique inhumain, de le réduire à l'impuissance. Mais Catherine
n'était pas capable d'un effort suivi. Elle négligea, pour une œuvre de
magnificence ou d'union familiale, les cruelles obligations de son
crime. Maintenant elle dissuadait le duc d'Anjou de tout excès de zèle
catholique. Un jésuite, le Père Edmond Auger, célèbre prédicateur et
confesseur, avait pris un grand ascendant sur le jeune prince. «Donné
vous guarde, écrivait-elle à son fils, de mestre Aymont, le jésuiste,
car yl escript partout que vous avé promis de aystirper tous ceulx qui
ont jeamès ayté hugenos, et qu'i le set (qu'il le sait) come seluy qui
s'et meslé de vostre comsense (conscience). Ces bruis là font gren mal à
toutes les afeyres qui cet présentet (se présentent)»[629] (30 mai
1573). Très enthousiaste de son dessein de Pologne, elle en avait causé
en mars avec le maréchal de Tavannes et se fâchait que le «bonhomme»
soutint que le royaume de Pologne «est désert et ne veault rien, n'est
si grent que l'on dist et que les jeans sont brutaulx». Elle affirmait
au contraire «qu'y (ils) sont bien sivils et jeans de bon entendement et
que c'et un bon et grent royaume qui a toujours sant (cent) cinquante
mils chevauls pour faire cet qu'il veut».--«Yl faut voir», reprenait
Tavannes.--Sa vraie raison, expliquait Catherine au duc d'Anjou, c'est
qu'il ne voulait pas le suivre et s'en aller «or (hors) de son
fumier»[630]. Elle était fort en colère contre le cardinal de Lorraine,
qui ne se pressait pas de lui faire avoir du Clergé de France trois cent
mille francs, dont elle avait besoin. Et même n'avait-il pas osé lui
dire que, tout en accordant ce subside, «en darière (par derrière) l'on
dyst que c'et un grent argent qui s'en va hors de Franse....» «Encore,
remarquait-elle aigrement, ne sortira-t-i pas tent d'argent qu'il (le
Cardinal) a fest [sortir] pour le royaume d'Écosse». En comparaison de
plus de dix millions dépensés là-bas, qu'était-ce que la somme qu'elle
réclamait et pour un si grand résultat? Car «c'est jouindre une couronne
à jeamès alla Franse, et pour le plus pour troys milions de francs pour
une foys, et le trafic et les comodités que cet réyaume [de France] enn
auré (aurait) qui profiteront plus que vint millions par an et que c'et,
aultre (outre) sela, la grandeur de cette couronne et la ruyne de ceulx
qui nous ont voulu ruyner»[631].

      [Note 629: Catherine au roi de Pologne, 30 mai 1573, _Lettres_, t.
      IV, p. 225.]

      [Note 630: 15 mars 1573, _Lettres_, IV, p. 181. Tavannes mourut en
      juin.]

      [Note 631: 30 mai, au roi de Pologne, _ibid._, t. IV, p. 225.]

Ce noir projet contre la couronne de France, c'était en l'espèce le
refus de Philippe II de marier avantageusement le duc d'Anjou et la
compétition d'un archiduc autrichien au trône de Pologne. La politique
extérieure de Catherine a toujours un caractère personnel et maternel.
Mais elle triomphait trop de l'élection, comme si le nouveau roi était
capable de fonder à l'Est de l'Europe une dynastie française, pour
prendre à revers les Habsbourg de Vienne. Ses rêves de grandeur
reposaient sur un être d'imagination. Elle croyait que son fils serait
un grand souverain, comme elle l'estimait un grand capitaine, parce
qu'elle l'idolâtrait. En réalité, son héros était surtout occupé
d'intrigues de Cour et d'intrigues de cœur, et n'avait ni énergie
d'homme, ni ambition de roi. Mais elle, aveuglée par la tendresse,
s'attachait uniquement à sauvegarder ses intérêts et son avenir. Elle
avait laissé tomber les négociations avec Guillaume de Nassau qui
offrait à Charles IX de l'aider à conquérir et à mettre sous son
obéissance tous les Pays-Bas, sauf les provinces de Hollande et Zélande,
qui resteraient libres, sous sa protection d'ailleurs, à condition qu'il
rétablît la paix religieuse dans son royaume[632]. Elle les reprit pour
calmer les ressentiments de l'Allemagne protestante et assurer au duc
d'Anjou un libre et sûr passage jusqu'en Pologne. Le Duc aurait bien
voulu se dédire, tant la France avait d'attraits, mais le Roi, son
frère, heureux de se débarrasser de lui, l'avait pressé, aussitôt qu'il
sut la nouvelle de son élection, de rejoindre au plus tôt ses sujets,
dont il était «désiré et attendu avecques très grande affection». La
Reine-mère tâchait de stimuler son orgueil. «... Je vous ay trop montré,
lui écrivait-elle, que je vous aime mieux où vous pouvez acquérir
réputation et grandeur que de vous voyr auprès de moy, encore que ce me
soit un grand contentement, mais je ne suis pas de ces mères qui
n'ayment leurs enfans que pour eulx, car je vous ayme pour vous voir et
désirer le premier en grandeurs et honneur et réputation...»[633] Le
bruit courut que les Guise complotaient d'empêcher le départ de celui
qu'on regardait comme le chef du parti catholique. Charles IX ne fut que
plus impatient de pousser son frère hors du royaume. Il l'accompagna
aussi loin qu'il put et ne s'arrêta qu'à Vitry, où la maladie l'obligea
de s'aliter. Il mit tant d'affectation dans ses adieux que les
spectateurs sentirent le contentement sous les plaintes et les
cris[634]. Catherine, qui, voyant l'état du Roi décliner, commençait
peut-être à regretter le succès de sa diplomatie, suivit le duc d'Anjou
jusqu'à l'extrémité de la Lorraine, à Blamont, où elle avait donné
rendez-vous à Ludovic de Nassau et au duc Christophe, fils de l'Électeur
palatin, pour débattre avec eux les conditions d'un accord entre
l'Allemagne protestante et la France (29 novembre-3 décembre).

      [Note 632: Groen van Prinsterer, t. IV, p. 44 sqq. Projet rédigé
      par Ludovic de Nassau et Schomberg, le 27 mars 1573, et amendé par
      Guillaume de Nassau, _ibid._, p. 116.]

      [Note 633: Lettre de Charles IX, t. IV, p. 227. note 1;--de
      Catherine, _ibid._, p. 227.]

      [Note 634: _Mémoires de Philippe Hurault, comte de Cheverny_,
      (alors chancelier du duc d'Anjou, et qui devint plus tard
      chancelier de France), éd. Buchon, p. 231.]

Elle avait déjà fait passer à Ludovic 300 000 écus pour marcher au
secours de Guillaume, son frère. Elle promit «d'embrasser les affaires du
dict Pays-Bas aultant et aussi avant que les princes protestants les
vouldront embrasser»[635]--autant et aussi avant, mais elle ne disait
pas au delà. Le Roi de Pologne, «tant en son nom que comme député du Roi
de France son frère», voulut bien lui aussi entendre à cet accord. Mais
Ludovic, qui l'accompagna jusqu'en Hesse-Cassel, ne put le décider à
mettre en articles les conversations de Blamont. Il jura «en alemand
qu'il leur joueroyt ung bon tour ayant desjà de l'argent pour le
moins»[636].

L'état du royaume lui en fournit bientôt l'occasion. Les huguenots du
Midi étaient en armes depuis la Saint-Barthélemy et «n'avaient pas cessé
de remuer ménage». Ils protestaient contre l'édit de Boulogne (juillet
1573), qui n'accordait le libre exercice du culte qu'à Nîmes et
Montauban. Même parmi les catholiques, il y avait des mécontents. Le
massacre de la Saint-Barthélemy avait fait horreur à quelques-uns. Des
gouverneurs, des lieutenants généraux du Roi, Matignon en
Basse-Normandie, Saint-Herem en Auvergne, Chabot-Charny à Dijon, le
vicomte d'Orthe à Bayonne[637], etc., n'avaient pas exécuté les ordres
de mort. Arnaud Du Ferrier, ambassadeur de France à Venise, avait
franchement reproché à Catherine d'avoir si bien servi les intérêts de
Philippe II, le meurtrier, prétendait-il, de sa fille[638]. Le premier
président de Thou gémissait en secret de ne pouvoir effacer cette
journée du livre de l'histoire. «Cet acte inhumain, dit le vicomte de
Turenne,--un petit-fils du connétable--me navra le cœur et me fit aimer
et les personnes et la cause de ceux de la Religion, encore que je
n'eusse [alors] nulle cognoissance de leur créance»[639]. Les rancunes
des uns et les sympathies des autres servirent de levain à l'agitation.

      [Note 635: Lettre du comte de Nassau, Groen van Prinsterer, t. IV,
      p. 279.]

      [Note 636: _Mémoires inédits de Michel de La Huguerye_, publiés
      par le baron A. de Ruble (_Soc. H. F._, t. I, 1877, p. 195.)]

      [Note 637: Sur l'authenticité de la fameuse lettre du vicomte
      d'Orthe au Roi, consulter les références, _Lettres_, t. II, p.
      117. Voir la liste des gouverneurs qui se montrèrent humains,
      _Lettres_, t. IV, Introd., p. CXI.]

      [Note 638: La lettre de Du Ferrier du 16 septembre 1572 et la
      réponse de Catherine du 1er octobre, un monument d'inconscience,
      dans _Lettres de Catherine_, t. IV, p. 130-133, texte et notes.]

      [Note 639: Cte Baguenault de Puchesse, _Mémoires du vicomte de
      Turenne, depuis duc de Bouillon_, 1565-1586, (_S. H. F._, 1891, p.
      31).]

Dans l'armée que Charles IX avait envoyée contre La Rochelle,
combattaient côte à côte sous les ordres du duc d'Anjou, des hommes très
opposés d'idées, d'opinions, de sentiments, massacreurs de la
Saint-Barthélemy, ennemis des massacreurs, protestants convertis ou
protestants loyalistes, le roi de Navarre, le prince de Condé, La Noue,
les Guise. Pour les Montmorency, la Saint-Barthélémy n'était pas
seulement un malheur public. Cousins germains de Coligny, partisans des
alliances protestantes, signataires du traité avec Élisabeth et
négociateurs du mariage anglais, ils se sentaient menacés dans leur
situation et leur crédit par le triomphe du parti catholique et le
retour en faveur des Guise, leurs ennemis. Ils croyaient même qu'ils
auraient été englobés dans le massacre, si le maréchal de Montmorency
n'avait pas été absent de Paris. Ce chef de leur maison, calme et loyal,
se résignait à la mauvaise fortune. Damville, le puîné, gouverneur du
Languedoc, prudent et avisé, consentait à servir fidèlement la Cour,
tant qu'il le pourrait sans se perdre. Mais les cadets, Méru, gendre du
maréchal de Cossé, et Thoré, étaient des esprits ardents et aventureux,
prêts à prendre l'offensive. Leur neveu, Turenne, annonçait déjà la
valeur brillante et le talent d'intrigue qui le rendirent plus tard
célèbre. Au camp de La Rochelle, des intelligences s'établirent entre
ceux qui pour divers motifs, par esprit d'humanité ou par esprit de
faction, condamnaient «cette tant détestable et horrible journée». Tous
se groupèrent autour du duc d'Alençon, le troisième fils de Catherine,
un «moricau», qui, tout enfant, n'était, au dire de sa mère, que «guerre
et tempeste en son cerveau». A seize ans, pour avoir une couronne, il se
déclara prêt à épouser Élisabeth, qui en avait trente-sept, et même,
s'il le fallait, à renoncer à la messe. Il s'était attaché à l'Amiral,
qui lui avait promis une principauté en Flandre, et, en apprenant
l'attentat de Maurevert, il osa dire: «Quelle trahison!» C'était le chef
que les protestants cherchaient pour autoriser une nouvelle prise
d'armes. Toujours formalistes, ils ne croyaient pas l'insurrection
légitime sans le concours d'un prince du sang. Or cette fois, ils
auraient mieux encore: un frère même du Roi, un fils de France.

Quand le duc d'Anjou partit pour la Pologne, le duc d'Alençon prétendit,
comme par droit de succession, au commandement suprême des armées, qui
devenait vacant. Mais Charles IX, heureux d'être débarrassé de cette
sorte de maire du palais que les préférences maternelles lui avaient
imposé, déclara qu'il n'y aurait plus de lieutenant général[640].
Catherine, qui savait les attaches de son plus jeune fils avec les
Montmorency, les nouveaux catholiques et les Nassau, n'avait que trop de
raisons d'approuver ce refus. Pendant que la Cour revenait de Lorraine à
Paris, quelques partisans du duc le poussèrent à s'enfuir avec le roi de
Navarre et à gagner Sedan, qui appartenait au duc de Bouillon, un
huguenot. Là, en sûreté, dans cette place très forte, il se ferait payer
son retour, sous menace de guerre civile, au prix qu'il fixerait.

      [Note 640: _Mémoires de Philippe Hurault, comte de Cheverny_, éd.
      Buchon, p. 230-231.]

Catherine, avertie par sa fille Marguerite, fit si bonne garde qu'elle
empêcha la fuite. A Chantilly, où la Cour s'était arrêtée chez les
Montmorency, les intrigues recommencèrent. Les huguenots, ainsi que
Ludovic l'avait prévu, se mirent de la partie. Ils avaient de très
bonnes plumes et, comme au temps du tumulte d'Amboise, leurs
pamphlétaires firent merveille, mais cette fois contre Catherine de
Médicis. Le _De furoribus gallicis_, qui parut en français sous le titre
de: _Discours véritable des rages exercées en France_ (1573) et dont
l'auteur anonyme serait non Hotman, mais un ministre réformé de Lyon,
Ricaud[641] y raconte avec une indignation éloquente les massacres de
Paris. De tout temps d'ailleurs, le gouvernement des femmes, et surtout
des étrangères, si contraire aux lois du royaume, n'a-t-il pas amené la
ruine et la honte? Dans la _Franco-Gallia_, qui parut la même
année[642], Hotman expose la Constitution ancienne du royaume, du moins
telle qu'il l'imaginait. Autrefois la monarchie n'était pas héréditaire
en droit, bien qu'elle le fût en fait. La souveraineté résidait dans les
États généraux, dont la compétence s'étendait à l'universalité des
affaires, dont le pouvoir allait jusqu'à déposer les rois. La nation,
sans être tenue de suivre l'ordre de primogéniture, choisissait son chef
dans une famille dont tous les membres avaient un rang et un rôle
prééminent.

      [Note 641: R. Dareste, _Essai sur François Hotman_, 1850, p. 63;
      _id._, _Revue Historique_, t. II (1876), p. 369, et Elkhan, _Die
      Publizistik der Bartholomäusnacht und Mornays «Vindiciae contra_
      _tyrannos»_, Heidelberg, 1905, p. 33-36. Sur Jean Ricaud ou
      Rigaud, quelques indications dans Haag, _La France protestante_,
      t. VIII, p. 432.]

      [Note 642: _Franc. Hotomani Jurisconsulti Franco-Gallia Libellus
      statum veteris reipublicae gallica tum deinde a Francis occupatae
      describens_, Coloniae, 1574. Mais il y a eu une première édition
      parue à Genève en 1573 _ex officina_ J. Staerii]

Souveraineté des États et participation des princes du sang à l'autorité
royale, c'était le double jeu d'arguments que les théologiens et les
jurisconsultes huguenots avaient souvent déjà employé contre les Guise
et même contre le roi. Mais tout en soutenant que les États sont
souverains pour constituer le gouvernement, Hotman, qui prévoit la mort
prochaine de Charles IX, leur dénie le droit d'y appeler une femme. La
loi salique, qui exclut les femmes du trône, les exclut par là même de
la régence. L'histoire justifie la sagesse de la coutume. Brunehaut et
Frédégonde se sont souillées de vices et de crimes; Isabeau de Bavière a
vendu la France aux Anglais; Blanche de Castille provoqua par sa
tyrannie l'insurrection de la noblesse. Catherine de Médicis n'est pas
nommée, mais c'est elle que vise cet ardent réquisitoire contre les
reines-mères.

La noblesse protestante de l'Ouest élut pour chef des armes La Noue
«sous l'autorité d'un chef plus grand que de tout le temps passé».
C'était désigner clairement le duc d'Alençon. Le maréchal de
Montmorency, pour prévenir la guerre civile, alla prier Charles IX de
donner contentement à son frère; et le Roi, inquiet de l'agitation
générale, consentit à le faire chef de son conseil et à lui donner le
commandement des armées[643]. C'était la lieutenance générale sans le
nom.

      [Note 643: Decrue, _Le parti des politiques au lendemain de la
      Saint-Barthélemy_, 1892, p. 131-132.]

Charles IX dépérissait de fièvre. Catherine, craignant, s'il venait à
mourir, que le duc d'Alençon ne voulût profiter de l'éloignement du roi
de Pologne, héritier légitime, pour le déposséder, fit si bien qu'elle
réduisit son pouvoir à un vain titre. Cependant La Noue avait fixé la
prise d'armes du parti à la nuit du mardi gras (23-24 février). Le Duc
se laissa persuader par son entourage de s'enfuir le 10 mars de
Saint-Germain à la faveur du désarroi que provoquerait à la Cour la
nouvelle de l'insurrection. Mais il fut pris au dépourvu par l'arrivée,
dix jours trop tôt, du capitaine huguenot, Chaumont-Quitry, qui devait
l'escorter avec une troupe de cavaliers, et, de peur, il alla tout
avouer à sa mère. L'alarme fut chaude au château. Les courtisans,
épouvantés, coururent à Paris par tous les chemins et en tout équipage.
Catherine y rentra sans hâte, ayant dans son carrosse le Duc son fils et
le roi de Navarre son gendre, qu'elle gardait sous son regard et dans sa
main.

Charles IX pardonna; mais il emmena les deux princes au château de
Vincennes, où il alla s'installer pour respirer un air plus pur que
celui de Paris. La surveillance se fit plus étroite, à mesure que la
révolte s'étendit dans l'Ouest, et quand on apprit que le meurtrier
innocent d'Henri II, Mongomery, l'un des meilleurs lieutenants de
Coligny, venait de débarquer en Normandie (11 mars 1574).

Les princes, qui craignaient peut-être pour leur vie, décidèrent à
nouveau de chercher un refuge à Sedan. Deux des gentilshommes du Duc, La
Molle et Coconat, grands massacreurs de la Saint-Barthélemy et fameux
héros d'alcôves, s'entendirent avec Thoré et Turenne; ils s'assurèrent
le concours de capitaines et de soldats sans emploi, d'un bourgeois de
Paris, de marchands de chevaux et de deux personnages pittoresques:
Grantrye, ancien agent de France près les Ligues grises, qui pensait
avoir découvert la pierre philosophale, et Côme Ruggieri, un familier de
la Reine-mère, astrologue, devin, nécromancien, fabricant de philtres et
jeteur de sorts.

Mais Catherine fut prévenue. Charles IX, furieux d'une trahison qui
suivait un pardon si récent, fit arrêter son frère et son beau-frère
(avril) et les fit interroger par des commissaires. Le Duc, tremblant et
humble, raconta les détails du complot, et, dans ce long récit,
compromit tout le monde. Henri de Navarre se défendit avec dignité,
s'excusant de ses projets sur le mépris que lui témoignait la
Reine-mère, la faveur dont jouissaient les Guise et le bruit qui courait
qu'on voulait se défaire du duc d'Alençon et de lui. Thoré et Turenne
avaient pris le large. Condé, qui était dans son gouvernement de
Picardie, gagna l'Allemagne. La Molle et Coconat furent, au désespoir
des dames, décapités, les capitaines pendus[644]. Mais Côme Ruggieri,
protégé par la terreur qu'il inspirait, fut condamné seulement à
quelques années de galères et bientôt gracié.

      [Note 644: _Histoire de France_ de Lavisse, t. VI, note 1, p. 148,
      sqq. Voir le procès criminel dans _Archives curieuses_ de Cimber
      et Danjou, 1re série, t. VIII, p. 127-220.]

Le nom du maréchal de Montmorency avait été prononcé plusieurs fois dans
les interrogatoires. Charles IX le fit emprisonner le 4 mai, et avec lui
le maréchal de Cossé, qui était le beau-père d'un Montmorency, Méru.
Mais il aurait fallu aussi arrêter l'autre fils du Connétable, Damville,
gouverneur du Languedoc depuis la démission de son père, et qui avait en
main une armée, une garde de corps albanaise, toutes les ressources
d'une grande province et la clientèle que son père et lui s'y étaient
créée dans les trois ordres par un demi-siècle de gouvernement. Le Roi
l'avait chargé de conclure la paix avec les protestants du Midi, et il
lui faisait un crime de n'y avoir pas réussi, comme s'il lui était
possible de gagner par la simple promesse de la liberté de conscience un
parti qui réclamait impérativement le libre exercice du culte, la
réhabilitation des victimes de la Saint-Barthélemy et la réprobation
officielle des massacres. Catherine, dans une lettre qu'elle lui
écrivait le 18 avril, le louait de son zèle au service du Roi[645], mais
le même jour Charles IX lui commandait d'envoyer trois ou quatre de ses
compagnies d'ordonnance à Guillaume de Joyeuse, son lieutenant à
Toulouse, mais qui était dévoué à la Cour; on voulait l'affaiblir pour
le frapper plus sûrement. La disgrâce des maréchaux entraînait la
sienne. Innocent ou coupable, ses attaches de famille paralysaient
l'action du gouvernement. Les huguenots de l'Ouest étaient en armes.
Condé négociait avec les princes protestants d'Allemagne une nouvelle
invasion. Le jour même où il enfermait Montmorency à la Bastille,
Charles IX signa la révocation de son frère, mais c'était une mesure
plus facile à prendre qu'à exécuter. Le prince-dauphin, fils du duc de
Montpensier, nommé gouverneur du Languedoc, n'avait pas les moyens de le
réduire de force. Un diplomate, Saint-Sulpice, et le secrétaire d'État,
Villeroy, envoyés en mission auprès de lui, reçurent à leur étape
d'Avignon l'ordre de lui signifier sa destitution et, s'il n'obéissait
pas, de lui débaucher ses troupes. Mais ils se gardèrent bien de cet
acte d'autorité à la romaine[646]. Damville, dépouillé de sa charge et
qui redoutait pis, se rapprocha des protestants, vers qui, depuis
plusieurs mois, il avançait à pas comptés. Il signa le 29 mai avec les
députés des Églises du Languedoc une suspension d'armes, qui devait
durer jusqu'au 1er janvier 1575. La trêve finie, il conclut une «Union»
des catholiques modérés avec les huguenots du Midi[647]. C'était
l'alliance contre la Reine-mère des malcontents des deux religions.

      [Note 645: _Lettres_, IV, p. 291.]

      [Note 646: _Mémoires d'Estat par M. de Villeroy_, Sedan, 1622, t.
      1, p. 8. Les deux envoyés royaux n'avaient pas pu pousser plus
      loin qu'Avignon: «... est certain, avoue Villeroy, que si nous
      eussions esté auprès dudict sieur mareschal [de Damville] qu'il
      lui y eust esté très facile de nous faire le traitement duquel
      l'on nous vouloit faire ministres en son endroict.»]

      [Note 647: D. Vaissète, _Histoire générale du Languedoc_, édit.
      nouvelle, Toulouse, t. XII: _Preuves_, col. 1114-1138 et
      1138-1141.]

Tel fut le résultat de la politique de violence inspirée par l'attentat
de Meaux et qui, se proposant la ruine des protestants, aboutit à la
division des catholiques. Catherine eût bien mieux fait--et non pas
seulement pour sa mémoire--de s'en tenir à son premier système de
conciliation et d'apaisement, si bien adapté à son sexe, à l'égalité de
son caractère, à son humeur, au charme insinuant de ses manières. Les
belles paroles qu'elle avait à souhait, les protestations d'amitié et de
saintes intentions, les sourires et les promesses, qui n'étaient pas
toujours sincères, tout cet art très féminin où elle excellait, n'était
d'aucun emploi dans une guerre d'extermination. L'esprit de suite, si
nécessaire pour une entreprise de cette ampleur, était d'ailleurs la
qualité qui lui manquait le plus. Elle partait, s'arrêtait, pour
repartir et s'arrêter encore, lasse d'un effort durable ou distraite de
son principal objet par ses combinaisons matrimoniales, ses prétentions
à toutes les couronnes, ses appétits de gloire et de grandeur. Quelle
conclusion plus inattendue de sa brouille avec Philippe II et de ses
alliances protestantes que le massacre de la Saint-Barthélemy! Et quelle
impuissance à tirer parti de ce crime abominable! Elle lâcha La
Rochelle, qu'il eût fallu réduire à tout prix, pour préparer au duc
d'Anjou un facile accès et un heureux avènement en Pologne. Par passion
aussi pour les intérêts de son second fils, elle s'acharna contre les
Montmorency. Sans doute, Thoré et Méru, ainsi que Turenne, étaient des
conspirateurs qu'il était légitime de poursuivre à outrance. Mais le
chef de leur maison, le maréchal de Montmorency, avait toujours
déconseillé les projets de fuite du duc d'Alençon[648]. Il n'était
coupable que de les avoir tus, ou même de ne les avoir dénoncés qu'à
moitié. Cossé, que l'on supposait informé par son gendre Méru, n'était
suspect lui aussi que d'avoir gardé le silence. On ne pouvait reprocher
à Damville, si réservé en ses paroles et si correct en ses actes, que
d'être trop puissant dans sa province. Mais le gouverneur du Languedoc
n'était pas d'humeur à se sacrifier à la tranquillité de la Reine-mère.
Pour se défendre, il appela les huguenots à l'aide et, par contre-coup,
aida à les défendre contre leurs ennemis. Le protestantisme fut sauvé,
moins par la force de ses adhérents que par l'appoint du Languedoc
catholique.

Tant de haine, et qui eut de si grandes conséquences, s'explique surtout
par l'amour ardent, exclusif qu'elle portait au duc d'Anjou, «ses chers
yeux», comme elle l'appelait. Elle avait fait de lui une sorte de
vice-roi, qui, elle aidant, était aussi puissant que le Roi même. Elle
n'avait pas réfléchi que ce morcellement de l'autorité royale était d'un
fâcheux exemple et qu'il pourrait induire son troisième fils en
tentation, comme il arriva. Les déceptions et l'ambition de ce fils de
France donnèrent à la révolte un chef bien plus autorisé que les princes
du sang.

Des troubles qui suivirent comme du crime qui précéda, Catherine est
absolument responsable. Charles IX a régné: elle a gouverné. Le jeune
Roi mourut le 30 mai 1574, à vingt-quatre ans. Son dernier mot fut: «Et
ma mère»[649]. Elle-même écrivait que son fils n'avait «rien reconeu
tent que apres Dieu moy»[650]. Cette superstition de piété filiale
mérite d'être retenue dans un jugement sur Charles IX. Sauf une courte
velléité de pouvoir personnel, le fils a laissé à sa mère toutes les
prérogatives du pouvoir: initiative et exécution. Il a souffert pour lui
plaire une sorte de partage avec le duc d'Anjou. Violent, impulsif et
docile, il a subi toute sa vie, mineur ou majeur, l'action d'une
tendresse impérieuse.

      [Note 648: Decrue, _Le parti des politiques au lendemain de la
      Saint-Barthélemy_, 1892, p. 176-177.]

      [Note 649: A Henri III, 31 mai 1574, _Lettres_, t. IV, p. 310.]

      [Note 650: A la duchesse de Ferrare, 11 juin, t. V, p. 12.]



CHAPITRE VII

UNE MÉDICIS FRANÇAISE


Il y a en Catherine de Médicis une femme d'un caractère très complexe et
d'une intelligence très étendue, à qui les historiens politiques, comme
si son activité avait été absorbée par les affaires d'État, n'accordent
en passant que quelques lignes ou même quelques notes au bas des pages.
Des anecdotes, qui ne sont pas toutes vraies, et les épithètes de
Florentine, d'Italienne tiennent lieu le plus souvent d'informations sur
ses goûts, ses sentiments, ses idées. La souveraine, amie des lettres et
des arts et qui était elle-même artiste et lettrée, est un peu plus
favorablement traitée, mais son action propre disparaît et se perd dans
celle des Valois[651]. On dirait d'une gloire étrangère, et sur laquelle
la France, à cause de la Saint-Barthélemy, se ferait scrupule de rien
prétendre. Il ne faudrait pas oublier pourtant que cette Médicis a
quitté l'Italie étant encore toute jeune fille, presque enfant, qu'elle
a vécu en France sans jamais plus en sortir, et que l'empreinte de son
pays d'adoption fut peut-être à la longue aussi forte que celle de sa
famille paternelle.

      [Note 651: Il est juste toutefois d'excepter l'ouvrage de Bouchot,
      _Catherine de Médicis_, Paris, 1899.]

Pour montrer cette Catherine si peu connue, le moment le mieux choisi
est, ce semble, le début du règne d'Henri III, où le récit des
événements nous a conduits. Elle a eu le temps de donner toute sa mesure
et de se révéler telle qu'elle était en bien et en mal. Elle a, pendant
une dizaine d'années, gouverné souverainement l'État. Elle a disposé des
ressources du Trésor pour la Cour, qui ne fut jamais plus brillante,
pour ses fêtes, ses constructions, et le patronage des lettrés, des
poètes, des artistes. Le règne de Charles IX est l'apogée de son pouvoir
ou, pour mieux dire, c'est son règne. Aussi peut-on grouper ici, comme
en leur centre, les diverses manifestations de sa vie morale, artistique
et intellectuelle avant et après 1574 et les traits les plus marquants
de sa personnalité.

Elle avait, à l'avènement d'Henri III, cinquante-cinq ans; c'est le
commencement de la vieillesse ou l'extrême fin de la maturité. L'âge
avait épaissi et alourdi la Junon épanouie par dix maternités. Les
cheveux, autrefois blonds, avaient passé au roux sombre, et ses yeux
châtains[652], à fleur de tête, s'embrumaient de myopie. Un grand air de
sérieux et de dignité, le visage virilement accentué et qui ne
s'empâtait qu'au double menton, le nez fort et les lèvres épaisses,
donnaient l'idée d'une maîtresse femme. Ses vêtements noirs de veuve,
qu'elle ne quitta que le jour du mariage de Charles IX et d'Henri III,
ajoutaient encore à cette impression d'autorité. Mais les paroles
étaient douces et le ton rarement impérieux. Elle se possédait bien et
ne laissait voir de ces sentiments que ce qu'elle voulait: art de grande
dame que les nécessités de la politique avaient porté à sa perfection.

      [Note 652: Au Louvre, salle X, no 1030, portrait peint de
      Catherine de Médicis. A Chantilly, Musée Condé, no 418, crayon de
      François Clouet, mort en 1572. A Florence, dans le couloir des
      Uffizi au palais Pitti, côté Pitti, no 19, un portrait de
      Catherine de Médicis en sa vieillesse. Il y a aussi au Musée des
      Uffizi, dans la salle des Miniatures et Pastels, no 3 380, douze
      médaillons représentant les principaux membres de la famille des
      Valois. Catherine y a, comme les autres personnages, les yeux
      bleus, mais c'est évidemment une couleur de convention.]

Son activité, sinon sa force physique, était restée la même. Elle
continue à voyager, malgré ses rhumatismes et son catarrhe, au hasard
des mauvais gîtes et des mauvais temps, intrépide chevaucheuse «jusques
en l'âge de soixante et plus», malgré sa blessure à la tête de 1564,
«dont il l'en falust trépaner». Elle est bonne marcheuse et chasse tant
qu'elle peut. «Elle aymoit fort, dit Brantôme, à tirer de l'harbaleste à
jalet et en tirait fort bien, et toujours quand elle s'alloit pourmener
faisoit porter son harbaleste, et quand elle voyoit quelque beau coup,
elle tiroit»[653]. Elle n'est jamais en repos. Elle écrivait quelquefois
vingt lettres de suite[654], et, revenue parmi ses dames, elle causait
et brodait. «Elle passoit fort son tems les après-dinées, dit Brantôme,
à besongner après ses ouvrages de soye, où elle y estoit toute parfaicte
qu'il estoit possible»[655]. L'habile dessinateur pour broderies, le
Vénitien Vinciolo, dédia à cette reine aux doigts de fée ses
«_Singuliers et nouveaux pourctraicts.... pour toutes sortes d'ouvrages
de lingerie..._, Paris, 1587», qui eurent une dizaine d'éditions[656].

      [Note 653: Brantôme, VII, p. 346. L'arbalète à jalet servait à
      lancer soit des jalets (c'est-à-dire des petits cailloux ronds ou
      galets), soit des balles de plomb ou d'argile. Une arbalète de
      Catherine en ébène et damasquinée d'or est au Musée d'artillerie.]

      [Note 654: _Id._, p. 374.]

      [Note 655: _Id._, p. 347.]

      [Note 656: Bonnaffé, _Inventaire des meubles de Catherine de
      Médicis en 1589_, Paris, 1874, p. 101 et 108, notes. Sur Frédéric
      de Vinciolo, voir G. d'Adda, _Essai bibliographique sur les
      anciens modèles de lingerie de dentelles, de tapisserie_ (_Gazette
      des Beaux-Arts_, Paris, 1864, p. 425-426).]

Elle est grosse mangeuse. L'Estoile rapporte qu'elle pensa crever
d'indigestion pour «avoir trop mangé, disait-on, de culs d'artichaux et
de crestes de rongnons de coq»[657]. La vie en elle surabonde. Elle est
gaie, prend grand plaisir aux farces de la Comédie Italienne, «et en
rioit son saoul comme un autre, car elle rioit volontiers». Elle n'étoit
point prude, du moins en sa jeunesse, et, lors de la seconde guerre
civile, s'amusa fort de la raison, à faire rougir un corps de garde
catholique, pour laquelle les huguenots avaient nommé leur coulevrine du
plus gros calibre «la Reine-mère». Elle croyait que la joie est le
principe de la fécondité et recommandait à son fils Henri III et à sa
belle-fille, Louise de Lorraine, ce moyen d'avoir des enfants: «Car
voyés combien Dieu m'en a donné pour n'estre poynt menencolyque
(mélancolique)[658]». Les pamphlets n'ont jamais altéré sa bonne humeur.
Même dans les pires dangers de la monarchie, quand elle fut obligée
(traité de Nemours, 7 juillet 1585) de subir la loi des chefs de la
Ligue, elle ne s'interdisait pas de réagir. Quelques jours après, elle
s'amusa fort avec sa grande amie, la duchesse d'Uzès, d'une pantalonnade
où figuraient déguisés en femmes et «coiffés de rideaux de lit» le grave
surintendant des finances, Bellièvre, et le vieux cardinal de
Bourbon[659]. Elle avait alors soixante-six ans. La situation s'aggrava,
mais elle ne voulait pas s'attrister. «Si ce n'estoit que je me divertiz
le plus que je puis, alant à la chasse et me promenant, je pense que je
serois malade. J'attens demain Madame de Longueville qui m'aydera bien
aussi à passer mon tems»[660].

      [Note 657: L'Estoile, juin 1575, I, p. 64.]

      [Note 658: _Lettres_, t. IX, p. 103, 2 décembre 1586.]

      [Note 659: _Ibid._, t. VIII, p. 341, note 1 (entre le 11 et le 23
      juillet).]

      [Note 660: _Ibid._, t. VIII, p. 352, 14 septembre 1585.]

Une question se pose et s'impose à l'historien. Catherine fut-elle
toujours, épouse et veuve, une femme vertueuse? Il ne suffirait pas
d'établir--et l'on a vu combien la preuve était difficile[661]--qu'elle
employa pendant sa régence, et depuis, à des fins politiques les
attraits de son personnel féminin pour avoir le droit de conclure
qu'elle avait les faiblesses dont elle tirait parti. Les corrupteurs ne
sont pas nécessairement des corrompus. Brantôme est bien embarrassant.
Il parle de sa Cour comme d'une école de vertu et cependant il laisse
entendre, sans souci à ce qu'il semble, de la contradiction, que
Dauphine elle aima fort Pierre Strozzi[662], bon soldat et fin lettré.
Mais entend-il par aimer ce qu'historien des Dames galantes, il entend
d'ordinaire par là? Pierre était son cousin germain, un fils de Clarice
de Médicis, cette tante si dévouée en souvenir de qui elle protégea tous
les Strozzi. Elle ne l'aurait pas défendu avec un courage si franc en
1551, lors de la défection de Léon Strozzi[663], si elle avait pu
craindre que le Roi son mari soupçonnât entre elle et lui plus qu'une
affection légitime. Brantôme raconte aussi que François de Vendôme,
vidame de Chartres, un très grand seigneur apparenté aux Bourbons,
portait le «vert», qui fut la couleur de Catherine avant son veuvage, et
avait la «réputation de la servir»[664]. Henri II, qui savait ce qu'est
un amant platonique pour ne l'être pas lui-même, n'aurait pas souffert
que le Vidame rendît des soins à la Reine autrement qu'en tout respect.
D'autre part Catherine n'aurait pas été femme si elle n'avait eu quelque
plaisir à prouver à son mari et à sa rivale qu'elle était capable elle
aussi d'inspirer une passion romanesque. Qu'elle s'en soit tenue à cette
satisfaction d'amour-propre, c'est très vraisemblable, vu les risques
d'une faute, sa prudence et son amour pour l'époux infidèle. Devenue
veuve, elle laissa les Guise, ministres tout-puissants de François II,
emprisonner à la Bastille son adorateur, qui s'était déclaré contre eux
pour le prince de Condé, et, quand elle prit le pouvoir, à l'avènement
de Charles IX, elle le retint, malade, «sous la charge et garde
d'aulcuns archers de la garde du corps du Roy» en une chambre basse de
l'Hôtel de la Tournelle[665], où il mourut» (22 décembre 1560). Il est
possible qu'elle ait voulu par cette rigueur démentir le bruit d'une
liaison et affirmer sa fidélité conjugale ou prouver que ses sympathies
ne prévaudraient jamais contre la raison d'État[666].

      [Note 661: Chap. V, p. 142-144.]

      [Note 662: Brantôme, _Œuvres_, éd. Lalanne, t. II, p. 269.]

      [Note 663: Voir plus haut, chap. II: Dauphine et Reine, p. 49-51.]

      [Note 664: Brantôme, _Œuvres_, éd. Lalanne, t. VI, p. 117.]

      [Note 665: Il y dicta du 18 au 21 décembre son testament, qu'on
      trouvera en appendice dans La _Vie de Jean de Ferrières, vidame de
      Chartres, seigneur de Maligny_, par un membre de la Société des
      Sciences historiques et naturelles de l'Yonne (comte Léon de
      Bastard), Auxerre, 1858, p. 211-228. Sur sa demi-captivité, voir
      p. 212.]

      [Note 666: Peut-être en voulut-elle au Vidame d'avoir pris parti
      pour les princes du sang, dont les droits étaient destructifs de
      ceux des belle-mères. Elle dut trouver que, pour un favori en
      expectative, il comprenait bien mal ses intérêts. Elle le jugea un
      sot et le lui fit rudement sentir.]

L'éditeur des mémoires de Castelnau-Mauvissière, J. Le Laboureur, veut
aussi qu'elle ait eu pour amant--un amant qui celui-là n'était pas
platonique--un de ses anciens pages, Troilus de Mesgouez, mais il
n'indique aucune date et il ne cite pas ses autorités. La preuve,
l'unique preuve qu'il donne de cette passion, c'est que la Reine-mère
fit de ce pauvre gentilhomme bas-breton un marquis de La Roche-Helgouahc
(lisez Helgomarc'h) et le laissa user indiscrètement de «ses bonnes
grâces»[667]. Il faut chercher ailleurs les précisions qu'il s'interdit
probablement par respect pour une personne royale. Des lettres patentes
d'Henri III, datées de Blois, mars 1577, autorisent le sieur de La
Roche, marquis de Coetarmoal, comte de Kermoallec (en Bretagne) et de la
Joyeuse Garde (en Provence?), chevalier de l'Ordre, conseiller du Roi en
son Conseil privé et gouverneur de Morlaix, à lever, fréter et équiper
tel nombre de gens, navires et vaisseaux qu'il avisera pour aller aux
Terres-Neuves (Canada, etc.) et autres adjacentes; à s'y établir et en
jouir pour lui et ses successeurs perpétuellement et à toujours «comme
de leur propre chose et royal acquest», «pourveu qu'elles
n'appartiennent à amis, alliez et confederez de ceste couronne[668]».
D'autres lettres patentes du 3 janvier 1578 nomment le marquis de
Coetarmoal, etc. «gouverneur lieutenant général et vice-roy esdites
Terres-Neuves»[669].

Tant de faveurs accumulées sur une seule tête, sans services connus,
sans mérite apparent, ont pu tromper l'honnête érudit et lui faire
admettre la légende d'origine bretonne d'une faiblesse amoureuse de
Catherine[670].

      [Note 667: Additions de J. Le Laboureur aux _Mémoires de Messire
      Michel de Castelnau, seigneur de Mauvissière_, 1659, t. I, p.
      291-292.]

      [Note 668: Dom Hyacinthe Morice, _Mémoires pour servir de preuves
      à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne_, 1742-1746, t.
      III, col. 1439-1440.]

      [Note 669: _Ibid._, col. 1442-1443.]

      [Note 670: J. Pommerol en a tiré un roman historique agréable,
      qu'il a présenté pour aider à l'illusion comme un travail
      d'archives, _Revue de Paris_, 1er mars 1908, p. 1-50 _Messieurs
      les gens de Morlaix_.]

Mais la fortune de La Roche eut une cause moins sentimentale; il servait
d'intermédiaire entre la Cour de France et les fugitifs d'Irlande--comme
on le verra plus loin--et, de sa propre initiative par haine de Breton
contre les Anglais, ou comme agent occulte de son gouvernement[671], il
encourageait sous main l'esprit de révolte dans un pays qui ne se
résignait pas à la domination de l'Angleterre. Il est possible aussi que
Le Laboureur ait brouillé dans ses souvenirs ce La Roche de Bretagne
avec un autre La Roche, Antoine de Brehant, écuyer tranchant de la
Reine-mère en 1578, promu premier écuyer tranchant en 1584[672], La
Roche qui est à moi, écrit-elle[673], le petit La Roche[674], comme elle
l'appelle familièrement, un grand porteur de dépêches, à qui elle légua
par testament six mille écus[675], et que de ces deux La Roche, l'un
serviteur particulier de la Reine, et l'autre de la politique française,
il ait fait un seul et unique personnage promu par la grâce d'un cœur
royal aux plus hautes dignités.

En réalité ce prétendu favori de la Reine ne figure pas dans la liste de
ses gentilshommes servants, de 1547 à 1585[676], et c'est la preuve
qu'il ne résidait pas à la Cour, près de Catherine. Il n'est nommé, dans
une lettre d'elle et pour la première fois, qu'en juillet 1575[677] à
propos des affaires d'Irlande, comme _estant «au duc d'Alençon»_, alors
en disgrâce et qu'Henri III gardait au Louvre en une demi-captivité. La
Reine-mère le désigne par le nom de sa province: La Roche de Bretagne,
une précision bien inutile en écrivant à l'ambassadeur de France à
Londres, si La Roche avait été pour elle, à la connaissance de tous, ce
qu'il ne paraît pas qu'il fût. Les distinctions n'étant venues que dans
les deux années qui suivirent, comment admettre, à supposer une
inclination ancienne, que Catherine eût différé si longtemps d'en
acquitter le prix et même qu'elle n'eût jamais attaché à sa personne
l'homme qu'elle aimait. Il est encore plus invraisemblable qu'elle se
soit éprise de lui sur le tard. A cinquante-sept ans (c'est l'âge
qu'elle avait lors de la création du marquisat), une femme qui a
jusque-là été sage ne commence pas à cesser de l'être.

      [Note 671: Voir ch. VIII, p. 63-68.]

      [Note 672: _Lettres_, t. X, app., p. 523.]

      [Note 673: 17 mai 1579, _Lettres_, t. VI, p. 366.]

      [Note 674: _Lettres_, t. VI, p. 132; t. VII, p. 47, 75, 239 et
      _passim_.]

      [Note 675: _Ibid._, t. IX, app., p. 497.]

      [Note 676: La liste des gentilshommes servants se trouve en app.,
      _Lettres_, t. X, p. 519-523. Elle est à peu près complète, voir
      note de l'éditeur (Cte Baguenault de Puchesse), p. 538, 3.]

      [Note 677: Catherine à La Mothe-Fénelon, ambassadeur de France en
      Angleterre, 29 juillet 1575, _Lettres_, t. V, p. 127 et 129.]

Aussi les grands pamphlets d'inspiration huguenote ou «politique», qui,
surtout après la Saint-Barthélemy, recueillirent sans contrôle les
bruits les plus fâcheux pour l'honneur de la Reine et qui cherchèrent à
la diffamer jusque dans ses ancêtres, ces Médicis, «confits de vices,
d'incestes et de crimes», ne disent rien de cet amour d'arrière-saison.
Qu'ils se taisent sur le culte de François de Vendôme pour Catherine, ce
n'est pas merveille, car ils ne pouvaient attaquer la Reine sans
atteindre son adorateur, et tout complice de la conjuration d'Amboise
avait droit au moins au silence respectueux. Mais Troilus de Mesgouez,
mignon de la Reine-mère et ennemi d'Élisabeth, la protectrice de la
Réforme, quel admirable sujet de déclamation morale et religieuse! Si
les protestants ont réservé leur éloquence contre d'autres fautes, c'est
qu'ils ignoraient cette passion tardive, et ils l'ignoraient parce
qu'elle n'existait pas. A défaut de preuves, ils se fussent contentés de
présomptions. Ils prêtaient à Catherine pour favoris ou valets de cœur
les gens de son intimité, Gondi[678], «l'étalon», comme ils disaient,
et, contre toute vraisemblance, le cardinal de Lorraine, qui, pour être
un de leurs ennemis, n'était pas pour cela l'ami de la Reine-mère. De
ces charités gratuites, le _Discours merveilleux de la vie et
déportements... de Catherine de Médicis_ (1574) renvoyait à plus tard la
démonstration: «Je ne veulx pas parler, disait l'auteur anonyme, des
vices monstrueux de nostre Reyne-mere ny des aultres [Reines-mères],
cette-cy (Catherine) auroit besoin d'un gros volume à part que le temps
et les occasions publieront. Je ne parle que du gouvernement»[679]. Le
temps et les occasions ne se sont jamais présentés et pour cause.
Brantôme, qui a traité si surabondamment des faiblesses des veuves, ne
sait rien de celle-là. Catherine en sa vieillesse n'eût pas osé dire,
dans une lettre adressée à un de ses confidents et qui devait servir de
leçon à sa fille, qu'elle n'avait jamais rien fait contre son «honneur»
et sa «réputation», qu'elle n'aurait pas à sa mort à demander pardon à
Dieu sur ce point ni à craindre que sa mémoire en fût moins à
louer[680]; et Henri III se serait gardé de la citer comme un modèle de
«vie incoulpée», si elle n'avait pas été de l'aveu général une femme
irréprochable.

L'historien italien Davila, un contemporain, grand admirateur de
Catherine, et qui, panégyriste compromettant, ne veut voir dans ses
actes que calcul, explique, mais constate lui aussi sa vertu: «A ces
qualités (politiques), en furent jointes, dit-il, plusieurs autres par
lesquelles bannissant les deffaults et la fragilité de son sexe elle se
rendit toujours victorieuse de ces passions qui ont accoutumé de faire
forligner du droit sentier de la vie les plus vives lumières de la
prudence humaine»[681].

      [Note 678: Albert de Gondi, duc de Retz, et maréchal de France,
      particulièrement cher à Charles IX, dont il avait été le
      gouverneur. Il n'avait que trois ans de moins que la Reine. Quant
      à Jean-Baptiste de Gondi, ancien banquier à Lyon, et qu'on
      appelait «le compère» de Catherine, probablement parce qu'ils
      avaient été parrain et marraine de quelque enfant, il était
      beaucoup plus âgé qu'elle et passait déjà pour un vieillard quand
      il épousa, en 1558, la veuve de Luigi Alamanni, l'écrivain
      diplomate.]

      [Note 679: _Discours merveilleux de la vie, actions et
      déportements de Catherine de Médicis_, Paris, 1650, p. 151 ou
      _Archives curieuses_, t. IX, p. 99.]

      [Note 680: Catherine à Bellièvre, 25 avril 1584. _Lettres_, t.
      VIII, p. 181.]

      [Note 681: H.-C Davila, _Histoire des guerres civiles de France_,
      mise en français par Baudouin, Paris, 1657, t. I, ch. IX, p.
      544-545.]

Quelles que fussent ses raisons pour se bien conduire: fidélité à la
mémoire de son mari, prudence, souci de l'opinion publique ou pureté, le
fait semble établi--et c'est lui par-dessus tout qui importe, les motifs
des actes échappant le plus souvent aux moyens d'investigation de
l'histoire.

Elle y avait quelque mérite. Sa fille Marguerite n'admirerait pas tant
sa maîtrise si elle ne la savait pas si passionnée. Il y a des
phénomènes psychiques qui, sans compter les accès historiques de colère
et de peur, trahissent chez elle, sous les apparences du calme, un fonds
de sensibilité aiguë. On dit que la nuit d'avant le fatal tournoi où
périt son mari, elle le rêva «blessé à l'œil». Marguerite de Valois
rapporte aussi qu'«Elle n'a... jamais perdu aucun de ses enfans, qu'elle
n'aye veu une fort grande flamme à laquelle soudain elle s'escrioit:
«Dieu garde mes enfans!» et incontinent après elle entendoit la triste
nouvelle qui par ce feu luy avoit été augurée»[682]. Ces hallucinations
peuvent s'expliquer comme la crise d'émoi d'une tendresse inquiète, ou
obsédée de l'image de la mort par des avis alarmants, mais en voici une
qui est plus surprenante. C'était en 1569. Le duc d'Anjou poursuivait le
prince de Condé dans l'Ouest. La Reine-mère était alors à l'autre bout
du royaume, à Metz, occupée à surveiller les armements des princes
protestants d'Allemagne. Elle fut gravement malade, et, dans le délire
de la fièvre, on l'entendit s'écrier: «Voyez vous comme ils fuyent; mon
fils a la victoire. Hé! mon Dieu! relevez mon fils! il est par terre!
Voyez, voyez, dans cette haye, le prince de Condé mort»[683]. La nuit
d'après, quand un courrier apporta la nouvelle de la victoire de Jarnac,
elle se plaignit qu'on l'éveillât pour lui apprendre ce qu'elle savait
depuis la veille. D'Aubigné raconte--mais c'est un grand
imaginatif--qu'en 1574, à Avignon, pendant la maladie du cardinal de
Lorraine, un soir qu'elle s'était couchée «de meilleure heure que de
coustume», «elle se jetta d'un tressaut sur son chevet», mettant ses
mains sur ses yeux pour ne pas voir et criant: «Monsieur le Cardinal, je
n'ai que faire de vous». C'était le moment même où le Cardinal
trépassait. Elle apercevait devant elle et repoussait de la voix, loin
de sa vue, le principal collaborateur de sa funeste politique[684].

      [Note 682: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 42.]

      [Note 683: _Ibid._, p. 43. Remarquons d'ailleurs que dans cette
      vision il y a un fait inexact, la chute du duc d'Anjou.]

      [Note 684: D'Aubigné, _Histoire universelle_, liv. VII, ch. XII,
      éd. de la Société de l'Histoire de France, publiée par de Ruble,
      t. IV, p. 300-301.]

Marguerite explique les pressentiments de sa mère par une prescience
dont Dieu l'aurait privilégiée... «Aux esprits, dit-elle, où il reluit
quelque excellence non commune, il (Dieu) leur donne par des bons génies
quelques secrets advertissemens des accidens qui leur sont préparez ou
en bien ou en mal»[685]. C'est une explication platonicienne, le démon
de Socrate adapté aux croyances chrétiennes.

      [Note 685: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 41-42.]

Mais Catherine ne se contentait pas de ces révélations extraordinaires,
et elle en cherchait d'autres. Elle était d'un pays où princes et
peuples croyaient, où les Universités enseignèrent jusqu'au commencement
du XVIe siècle, que les astres influent sur la vie humaine, et qu'un
observateur expert peut lire au ciel le livre du Destin. Le signe du
Zodiaque sous lequel un enfant vient au monde, les conjonctions de
planètes à l'heure de sa nativité, sont des indices ou même des facteurs
déterminants de son caractère et du bon ou du mauvais succès de sa vie.
Catherine était convaincue de ce rapport et l'incertitude, où elle fut
souvent, du lendemain, en ces temps malheureux, l'y rendit encore plus
crédule. Elle était en relations avec les astrologues les plus fameux de
France et d'Italie, Luc Gauric, qui mourut évêque de Città Ducale, le
Lombard Jérôme Cardan, le Florentin Francesco Giunctini, le provençal
Nostradamus. Elle avait ses astrologues attitrés, Regnier (Renieri?) et
Côme Ruggieri. La Pléiade, pour lui complaire, célébra la «vertu» des
astres, et l'étoile scientifique de cette constellation, Pontus de
Thyard, affirma dans sa _Mantice_ la vérité de ce genre de divination:

        Quand nature accomplit le bastiment du monde
        . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
        . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
        Ne voulant point ailleurs qu'au mesme monde mectre
        La conduite de tout qui, au monde, peut estre
        Ell' ficha dans le Ciel avec clous éternels
        La vie et le Destin[686].

      [Note 686: Extraits de _Mantice_ dans les Œuvres de Pontus de
      Thyard, éd. Marty-Laveaux, p. 81.]

L'astrologie gagna en crédit et faveur à la Cour. Lors de son grand tour
de France, la Reine-mère vit, à son passage à Salon (novembre 1564),
Nostradamus, à qui son poème des _Centuries_, rédigé en quatrains d'une
obscurité sibylline, avait fait la réputation du premier prophète du
temps. Ces vers:

        Le lion jeune le vieux surmontera
        En champ bellique par singulier duelle:
        Dans cage d'or les yeux luy crevera,
        Deux classes une, puis mourir, mort cruelle.
                            (Cent. L. quatrain 35.)

avaient été, après l'événement, interprétés comme la prédiction du
tournoi où Mongomery tua Henri II. Nostradamus, écrivait Catherine au
Connétable, «promest tou playn de bien au Roy mon filz et qu'il vivera
aultant que vous, qu'il dist aurés avant mourir quatre vins et dis ans».
Elle ajoute sagement: «Je prie Dieu que (il) dis vray...»[687]. Cette
fois l'oracle avait, pour sa gloire, parlé trop clair. Montmorency
périt, trois ans après, simple septuagénaire et Charles IX mourut à
vingt-quatre ans. Mais Catherine ne rendait pas l'astrologie responsable
des erreurs des astrologues; c'était une science qui, comme toutes les
autres, était, du fait des savants ou de l'intervention divine, sujette
à faillir. N'avait-elle pas eu plus d'une fois l'occasion d'en constater
l'incertitude? Gauric avait, disent les éditeurs de ses œuvres, annoncé
à Henri II qu'il mourrait en duel et combat singulier aux environs de la
quarante et unième année[688], mais il faut les croire sur parole. Au
vrai, dans ses Horoscopes d'avant 1559, il s'était borné à prédire que
le Roi de France atteindrait soixante-neuf ans, deux mois et douze
jours, pourvu qu'il dépassât les années 56, 63 et 64[689]: une prophétie
peu compromettante et dont il était à peu près sûr de ne pas voir le
dernier terme--précis, celui-là--ayant lui-même trente ans de plus
qu'Henri II. Giunctini et Cardan, consultés par Catherine, lui avaient
assuré que son mari aurait une vie longue et glorieuse.

      [Note 687: _Lettres_, X, p. 1455, novembre 1564.]

      [Note 688: Brantôme, _Œuvres complètes_, éd. Lalanne, t. III, p.
      280-283.]

      [Note 689: D. Nass. _Revue des études historiques_, 1901, p. 217.
      Cf. _Dict._ de Bayle, _verbo_ Henri II.]

Connaître sa destinée, c'est, avec l'aide de Dieu, une chance de s'y
soustraire. Il faut se protéger aussi contre les maléfices des magiciens
et des nécromants en rapports avec les esprits infernaux. L'astrologue
Côme Ruggieri, «Italien, homme noir, qui n'a le visage bien fait, qui
joue des instrumens... toujours habillé de noir, puissant homme»[690],
passait pour un de ces intermédiaires redoutables, capables de procurer,
par des moyens diaboliques, la mort d'un ennemi. C'était un esprit libre
et hardi. Il aurait osé dire en face à Catherine, après la
Saint-Barthélemy, qu'elle avait travaillé pour le Roi d'Espagne[691]. Il
fut entraîné ou enveloppé dans le complot des Politiques[692]. On
trouva, dans les «besognes» de La Molle, son grand ami, une poupée de
cire. Catherine se demandait avec inquiétude si ce n'était pas une
effigie de Charles IX, que Côme aurait modelée, à des fins
d'envoûtement, pour faire périr son fils, ou le faire dépérir de mort
lente, en piquant son image au cœur ou au corps avec une aiguille. Elle
informa le procureur général que Côme avait demandé au lieutenant du
prévôt de l'Hôtel, quand il fut pris, «si le Roi vomissoit, s'il
seignoit encore et s'il avoist douleur de teste, et comment» allait La
Molle, et qu'il l'aimerait tant qu'il vivrait. Elle voulait qu'on lui
fit répéter cette déclaration, en présence du lieutenant, du premier
président et du président Hennequin: «Faictes lui tout dire... et que
l'on sache la vérité du mal du Roi et que l'on lui face défaire, s'il a
faict quelque enchantement pour nuire à sa santé et aussi pour faire
aimer La Mole à mon fils d'Alençon, qu'il le défasse»[693]. La terreur
qu'il inspirait le sauva. Il ne fut condamné qu'à neuf ans de galères,
et, après un court séjour à Marseille, où le gouverneur l'avait autorisé
à ouvrir une école d'astrologie, il fut libéré, rentra en faveur, et
mourut très âgé sous Louis XIII, abbé de Saint-Mahé en Bretagne et
incrédule notoire, toujours craint et admiré[694].

      [Note 690: _Archives curieuses_ de Cimber et Danjou, 1re série, t.
      VIII, p. 192.--Cf. Defrance (Eug.), _Un croyant de l'occultisme,
      Catherine de Médicis; ses astrologues et ses médecins envoûteurs_,
      Paris, 1911, p. 198-199.]

      [Note 691: Lettre de Petrucci, 2 septembre 1572, _Négociations
      diplomatiques de la France avec la Toscane_, t. III, p. 836.]

      [Note 692: Vincenzo Alamanni, qui succéda à Petrucci comme
      ambassadeur de Florence, donne, _Lettres_ du 22-26 avril et du 1er
      mai 1574, _ibid._, t. III, p. 920-923, des détails intéressants
      sur les premiers rapports de Ruggieri avec Catherine de Médicis.
      Il ne l'estime pas grand astrologue et croit qu'on l'accuse à tort
      d'être un nécromancien.]

      [Note 693: _Lettres_, t. IV, p. 296-297, 29 avril 1574, onze
      [heures] du soir.--Cf. Eugène Defrance, _Catherine de Médicis_, p.
      196.]

      [Note 694: Le texte le plus important, sur Côme Ruggieri, se
      trouve dans les _Mémoires de J.-A. de Thou_, le grand historien,
      année 1598, liv. VI (éd. Buchon, p. 671-672) avec renvoi à
      l'Histoire générale, année 1573. De Thou prétend que Ruggieri, mis
      à la chaîne, fut délivré sur la route de Marseille, par des
      «courtisans». Sur cet abbé commendataire, mort sans sacrements,
      que Concini aurait voulu faire inhumer en terre sainte et que
      l'évêque de Paris fit jeter à la voirie, voir aussi les _Mémoires
      du cardinal de Richelieu_, Soc. Hist. Fr. t. I (1610-1615), 1907,
      p. 391.]

Peut-être aussi Catherine croyait-elle que les mots avaient en eux une
force opérante, analogue à celle des charmes et des maléfices. Informée
qu'un soldat, qui avait voulu tuer d'Avrilly, un des mignons du duc
d'Alençon, avait dit, en voyant les portraits du Roi (Henri III) et de
son frère, qu'ils n'avaient pas longtemps à vivre, ce propos de mauvais
augure la troubla: «Sela me met en pouyne (cela me met en peine),
écrit-elle, de cet qu'il a dist qu'il (ils) ne viveret gyere (ne
vivraient guère); Dieu le fasse mentyr»[695]. Elle se hâte d'appeler la
puissance divine à l'aide contre cette sorte de sortilège verbal.

Voilà les faits établis. Il ne faut pas croire tous les contes qui ont
couru et qui courent sur les superstitions de Catherine[696]. Un devin
lui ayant prédit que Saint-Germain lui serait funeste, elle aurait cessé
d'aller au château de Saint-Germain, et même renoncé à habiter les
Tuileries, après y avoir fait travailler de 1564 à 1570 l'architecte
Philibert de L'Orme, parce que les nouveaux bâtiments se trouvaient dans
la paroisse de Saint-Germain l'Auxerrois. C'est aussi pour cette raison
qu'elle aurait acheté dans la paroisse de Saint-Eustache des maisons et
des terrains pour s'y construire un hôtel, mais, malgré toutes ces
précautions, elle n'avait pu échapper à son sort. L'aumônier qui à Blois
lui administra les derniers sacrements s'appelait Saint-Germain[697].

      [Note 695: _Lettres_, t. VIII, p. 168.]

      [Note 696: Dreux du Radier les a recueillis sans trop y croire
      dans ses _Mémoires historiques et critiques et anecdotes des
      reines et régentes de France_, Paris, 1808, t. IV, p. 253-268.]

      [Note 697: Voir une variante de la même légende dans les Mémoires
      de Claude Groulart, premier président du Parlement de Rouen, un
      contemporain, qui raconte que le château de Blois où elle mourut
      était «soubz une paroisse qui s'appelle Saint-Germain»
      (_Mémoires_, Michaud et Poujoulat, 1re série, t. XI, p. 585).]

Au vrai, si elle ne s'établit pas à demeure aux Tuileries, comme elle
avait projeté de le faire aussitôt que Charles IX serait marié, et si
elle se contenta d'y donner des fêtes et d'aller s'y promener dans les
jardins ombreux, animés de statues et égayés d'eaux jaillissantes, c'est
vraisemblablement que ce palais des champs, situé hors des remparts de
Paris, était, en ces temps de troubles, trop exposé à un coup de main ou
trop éloigné, à son gré, du Louvre, la résidence de ses fils. Elle
continua, longtemps après son installation dans son hôtel de la rue
Saint-Honoré, à faire des séjours, longs ou courts au château de
Saint-Germain[698]. Une autre légende veut qu'elle ait destiné à ses
observations astronomiques la haute colonne monumentale, qui se dressait
dans la cour de l'Hôtel et qui de tout l'édifice subsiste seule, accolée
à la Halle au blé actuelle. À l'intérieur, un escalier à vis très
étroit, de 280 marches, continué par une échelle de six pieds, mène à
une plate-forme que surmonte une sphère armillaire en fer haute de dix
pieds. Imagine-t-on la vieille Reine, épaissie et alourdie par
l'âge--elle avait, quand elle occupa l'Hôtel, plus de soixante
ans--s'élevant, par le boyau étroit de l'escalier tournant, jusqu'au
sommet de la colonne et, debout, la nuit, à 143 pieds au-dessus du sol,
sur un palier large de huit pieds six pouces de diamètre, étudiant, avec
le calme requis, les révolutions et les révélations des astres?[699]. Le
prétendu observatoire était probablement une tour de guette, adaptée au
style et à la grandeur de l'édifice, pour surveiller la nuit l'amas très
inflammable des ruelles avoisinantes et donner l'alarme en cas
d'incendie.

      [Note 698: Elle réside à Saint-Germain (voir son Itinéraire dressé
      par le Cte Baguenault de Puchesse, _Lettres_, t. X, p. 574-589),
      en 1583, du 11 au 25 novembre et du 12 au 19 décembre; en 1584, du
      19 au 26 janvier, du 12 au 29 novembre, et du 12 au 19 décembre.
      Elle n'y paraît pas en 1585, 1586, 1587, 1588, parce qu'elle est
      entraînée par les négociations vers la Loire ou la Champagne, ou
      bien retenue à Paris par son âge ou par l'urgence des affaires.]

      [Note 699: A. de Barthélemy, _La Colonne de Catherine de Médicis à
      la Halle au blé_, Mémoires de la Société de l'Histoire de Paris et
      de l'Île-de France, t. VI, 1879, p. 180-199.

La sphère armillaire indiquerait le champ d'action ou devait se déployer
la gloire d'Henri II, s'il eût vécu; c'est l'interprétation concrète de
sa devise: _donec totum impleat orbem_, tandis que les lacs, les miroirs
brisés, etc., échelonnés le long de la colonne, symbolisent l'amour
détruit et les regrets de sa veuve (voir plus loin, p. 232).]

Il est possible qu'afin de se préserver des dangers de toutes sortes,
Catherine portât des talismans. Voltaire a l'air de décrire comme tel
une médaille où «Catherine (?) est représentée toute nue entre les
constellations d'Aries et Taurus (du Bélier et du Taureau), le nom
d'Ebullé Asmodée sur sa tête, ayant un dard dans une main, un cœur dans
l'autre, et dans l'exergue le nom d'Oxiel»[700]. On en cite un autre qui
figure[701] à l'endroit un roi assis, le sceptre en main et, au revers,
une femme nue, debout, encerclée de signes mystérieux et de noms de
génies: Hagiel, Haniel, Ebuleb, Asmodel. La lettre H placée sous une
petite couronne aux pieds du roi, semble désigner Henri II; plus bas,
les initiales K, F, A, surmontées chacune d'une couronne, peuvent
s'appliquer à ses trois premiers fils Charles (Karolus), François et
Alexandre (qui prit plus tard le nom d'Henri). Le nom de Freneil serait,
avec une légère déformation, celui de Fernel, médecin d'Henri II et de
Catherine et habile accoucheur. Catherine serait cette femme nue tenant
de la main droite un cœur et de la gauche un peigne, symboles de pureté
et d'amour conjugal.

      [Note 700: _Essai sur les mœurs_, ch. CLXXIII, _Œuvres complètes
      de Voltaire_, éd. Moland, t, XII, p. 527.]

      [Note 701: Elle est reproduite dans l'édition de Ratisbonne de la
      _Satyre Ménippée_, 1726, t. II, p. 422.--Sur un talisman trouvé à
      Laval en 1826, voir Tancrède Abraham, _Un talismam de Catherine de
      Médicis_, Laval, 1885, et sur le talisman de Bayeux, Lambert,
      _Mémoires de la Société d'agriculture, sciences, arts et
      belles-lettres de Bayeux_, 1850, p. 231. Tous ces prétendus
      talismans se ressemblent beaucoup, sans qu'il soit possible de
      rien conclure sur leur origine, leur caractère et leur date.]

Cette interprétation paraît bien ingénieuse. Si les initiales K, F, A
couronnées désignent les trois fils de Catherine qui ont régné, il s'en
suit que le talisman est postérieur à l'avènement d'Henri III (1574),
mais alors il est tout à fait étrange, qu'Henri soit encore appelé
Alexandre, plus précisément Édouard-Alexandre, un prénom qu'il ne garda
que jusqu'en 1565. D'ailleurs un talisman, c'est un préservatif. Contre
la fécondité? Catherine était veuve, se faisait gloire de sa vertu, et
elle avait, en 1574, cinquante-cinq ans. Contre la stérilité? Le remède
viendrait un peu tard. Que ferait ici Fernel qui n'assista la Reine que
lors de son dernier accouchement, le neuvième, en 1556[702]? Après la
naissance de quatre garçons et de plusieurs filles Catherine ne pouvait
penser qu'à célébrer ses nombreuses maternités. Le prétendu talisman ne
serait donc qu'une médaille commémorative. On n'est pas non plus obligé
de croire sur la foi d'un éditeur des Mémoires-Journaux de
L'Estoile[703] que cette médaille ou ce talisman était fait de sang
humain, de sang de bouc et de divers métaux fondus ensemble sous les
constellations en rapport avec la nativité de Catherine. Un
autre,--c'est l'érudit J. Le Laboureur, qui décidément paraît bien
crédule--raconte[704] que la Reine-mère «portait sur son estomach pour
la seureté de sa personne une peau de velin semée de plusieurs figures
et de caractères tirez de toutes les langues et diversement enluminez
qui composoient des mots moitié grecs, moitié latins et moitié
barbares».

Un bracelet, qui appartenait, dit-on, à Catherine, fait meilleure figure
de talisman. C'était un chapelet de dix chatons d'or sertis de pierres
diverses et rares: aétite ovale, agate à huit pans, onyx de trois
couleurs, turquoise barrée d'une bande d'or transversale, éclat de
marbre noir et blanc, agate brune, crapaudine, morceau d'or arrondi,
onyx de deux couleurs, fragment de crâne. Sur quelques-unes de ces
pierres étaient gravés en creux ou ressortaient en relief des
indications, des noms ou des figures, la date de 1559, un dragon ailé,
la constellation du serpent entre le signe du scorpion et le soleil, et
tout autour six planètes, les noms de quatre archanges: Raphaël,
Gabriel, Mikaël, Uriel, celui de Jehovah et d'un génie inconnu,
_Publeni_[705].

      [Note 702: Goulin, _Mémoires littéraires, critiques philologiques,
      biographiques et bibliographiques, pour servir à l'histoire
      ancienne et moderne de la médecine_, 1775, p. 341.]

      [Note 703: La Haye, 1744, t. II, p. 160.]

      [Note 704: J. Le Laboureur, _Mémoires de messire Michel de
      Castelnau_, t. I, p. 291.]

      [Note 705: Description de Paul Lacroix, citée par Edouard Frémy,
      _Les poésies inédites de Catherine de Médicis_, 1885, p. 221-223,
      note. P. Lacroix, dont je n'ai pu retrouver le passage dans ses
      innombrables publications, indiquerait lui-même comme référence le
      Catalogue des objets rares et précieux du cabinet de feu M.
      d'Ennery, écuyer, dressé par les sieurs Remi et Milliotti, Paris,
      1786. Il n'a probablement pas vu le bracelet.]

Ce bracelet aux gemmes variées, polychrome et multiforme, où
apparaissent accouplés Jehovah et le caducée de Mercure, constituait en
somme un porte-bonheur très pittoresque, sauf la parcelle d'os humain.
C'est l'amulette d'une civilisation raffinée d'importation étrangère. La
vieille sorcellerie française, issue du peuple, n'aurait pas atteint
d'elle-même à cet éclectisme savant.

A ceux de ces traits qui sont vérifiables on reconnaît une femme d'un
autre pays. La croyance à l'astrologie, à la magie, à la nécromancie
n'était pas particulière à l'Italie, mais elle y était plus raisonnée et
plus étendue qu'ailleurs, commune aux plus hautes et aux plus basses
classes, au clergé et aux laïques, aux savants et aux ignorants.

Astrologues, magiciens, fabricants de philtres, faiseurs et défaiseurs
de sorts, étaient presque tous des Italiens ou des élèves des Italiens.
D'Italie aussi, l'ancien marché et le grand laboratoire des essences et
des aromates d'Orient, vinrent, attirés par les goûts de Catherine,
nombre de parfumeurs que le populaire accusait d'être des empoisonneurs.
Le fournisseur attitré de la Reine-mère, maître René (Bianchi ou Bianco)
de Milan, était un personnage abominable, qui lors de la
Saint-Barthélemy se déshonora entre tous les tueurs par sa passion du
butin.

Il faut sans aucun doute laisser à la littérature romantique et au roman
romanesque le conte des «coletz et gands parfumez» que Catherine lui
aurait commandés pour se défaire de ses ennemis[706]. Elle n'a
empoisonné ni le dauphin François, son beau-frère, ni Jeanne d'Albret,
ni François de Vendôme, ni tant d'autres personnages à qui il arriva,
comme aujourd'hui, de mourir jeunes ou, à l'improviste, de mort
naturelle. Mais il y a de bonnes raisons de croire, on l'a vu, qu'elle
tenait certains chefs protestants et le plus redoutable de tous,
Coligny, pour des traîtres et des félons, contre qui toutes les armes
étaient permises.

      [Note 706: Dr Lucien Nass, _Catherine de Médicis fut-elle
      empoisonneuse?_ dans _Revue des Etudes historiques_, 1901, p.
      208-221. Le Dr Nass, ayant disculpé Catherine de la plupart des
      empoisonnements qui lui sont reprochés, conclut trop vite qu'elle
      n'a jamais voulu empoisonner personne. Cf. plus haut, p. 172-175.]

Et peut-être aussi lui venait de son pays d'origine cette inconscience
ou cette ataraxie morale qui ne lui a laissé de la Saint-Barthélemy ni
remords ni regrets. Mais faut-il en rendre Machiavel responsable? On
répète un peu à la légère que _le Prince_ était son livre de chevet.
Tout au plus est-il possible de dire qu'elle connaissait et même devait
apprécier, ne fût-ce que par orgueil familial, ce manuel fameux de l'art
de fonder et de conserver un État, commencé pour Julien de Médicis, son
grand oncle, et dédié à son père, Laurent.

L'idée fondamentale du grand penseur florentin, c'est que la politique
est une science à part, distincte de la morale et de la religion, et
qu'elle a ses règles propres, indépendantes de la notion du bien et du
mal. Et à dire vrai, il ne faisait que poser en principes les
constatations de l'histoire en ce temps-là et même en d'autres temps. Le
machiavélisme, un machiavélisme sans doctrine, est aussi ancien que les
plus anciennes sociétés humaines. Il s'affirme dans la maxime
lapidaire: _Salus populi suprema lex esto!_ L'originalité de Machiavel
fut de tirer de l'expérience des siècles un système. Les faits
prouvaient surabondamment que les souverains les plus heureux n'avaient
eu d'autre règle de conduite que la raison d'État, et Machiavel
concluait ou suggérait que le _Prince_ devait tendre à ses fins sans
scrupules. Mais il n'a jamais prétendu--comme on voudrait le lui faire
dire--qu'il n'y eut de bons moyens de gouvernement que les pires[707].
La violence et la fourberie n'étaient pas toujours conformes à leur
objet, et souvent elles y étaient contraires. Il n'aurait pas
certainement admiré les massacres de la Saint-Barthélemy, cette
contrefaçon impulsive, furieuse, et, si l'on peut dire, grossière, du
piège, ce «_bel inganno_», tendu par César Borgia à ses condottieri
révoltés et dont il fit jouer le ressort au moment résolu avec une
aisance et un sang-froid incomparables. L'extermination des chefs
protestants, après mûre délibération, le même jour, dans tout le
royaume, froidement, impitoyablement, serait un forfait qui pourrait se
réclamer de Machiavel. Mais des tueries, improvisées par la populace des
villes à la nouvelle de l'improvisation de Paris, entravées ici par
l'humanité ou la prudence de certains gouverneurs, encouragées là par le
fanatisme ou la faiblesse des autres, et qui, s'espaçant entre le 26
août (Meaux) et le 3 octobre (Bordeaux), laissèrent à la masse des
huguenots le temps de s'enfuir, n'est-ce pas tout le contraire d'une
exécution machiavélique?

      [Note 707: La distinction est très nette. Le Prince doit «_non
      partirsi del bene potendo, ma sapere entrare nel male
      necessitato_» (faire le bien, si c'est possible, et avoir le
      courage du mal si c'est nécessaire), ch. XVIII, Turin, 1852, p.
      78.]

Aussi les beaux esprits d'Italie ne purent-ils supposer qu'elle eût
commandé cette œuvre sanguinaire dans une crise de peur et d'ambition.
Un gentilhomme, Camille Capilupi, camérier secret du pape, se dépêcha
d'écrire, sans prendre le temps de s'informer, son fameux «Stratagème de
Charles IX» où il affirmait et essayait de démontrer la préméditation.
Le jour même où arrivait à Rome le courrier du nonce Salviati apportant
la nouvelle officielle de la Saint-Barthélemy, (5 septembre), Capilupi,
comme on le voit dans une lettre à son frère, était déjà fixé sur le
long dessein du Roi et de la Reine-mère, d'après le renseignement qu'un
prélat tenait du cardinal de Lorraine[708]. Ainsi la thèse repose sur
cette base légère: un propos du Cardinal, qui depuis deux jours savait
le massacre par un exprès et qui, suspect à Rome d'être en disgrâce à
Paris, avait intérêt à faire croire, pour démontrer son crédit, qu'il
avait été mis à son départ de France dans le secret d'un guet-apens.
Capilupi, de lui-même, faisait le crime plus grand pour le rendre
glorieux. Ceux des protestants qui avaient échappé à la mort étaient
naturellement enclins à imaginer un attentat préparé de longue main.
Catherine elle-même eût bien voulu persuader au pape et à Philippe II, à
fin de récompense, qu'elle avait depuis toujours médité de détruire les
hérétiques. Ainsi les protestants et les catholiques, pour des raisons
diverses, collaborèrent à la légende du «Stratagème». Le système de
Machiavel servit de support. Quand le duc d'Anjou traversa l'Allemagne
pour aller prendre possession de son royaume de Pologne, il aurait
allégué au landgrave de Hesse, comme justification de la
Saint-Barthélemy, des raisons de «Machiavelli», mais on voit ce qu'il en
faut penser[709].

      [Note 708: G.-B. Intra, _Di Camillo Capilupi e de' suoi scritti_
      (_Archivio storico lombardo_, serie 2e, vol. X, anno XX [1893], p.
      704-705).--L'écrit de Capilupi était achevé au plus tard le 22
      octobre 1572; voir l'épître d'envoi à son frère dans la traduction
      française parue en 1574 d'après une «copie» italienne (_Archives
      curieuses de Cimber et Danjou_, t. VII, p. 410). M. Romier, _La
      Saint-Barthélemy_ (_Revue du XVIe siècle_, t. I, 1913), prétend,
      p. 535-536, que le manuscrit de Capilupi était achevé et imprimé
      le 18 septembre 1572. Laissons de côté la question d'impression
      sur laquelle je dirai un jour mon avis, et tenons-nous-en à la
      composition. Une œuvre aussi délicate, et qui suppose tant de
      recherches, expédiée en un mois et demi (du 5 septembre au 22
      octobre), ou même en treize jours (5-18 septembre), d'après les
      racontars des cardinaux de Lorraine et de Pellevé, et de
      l'entourage du duc de Nevers, etc., qu'est-ce autre chose qu'une
      hypothèse en l'air? Capilupi aurait dû réfléchir que le nonce du
      pape en France, Salviati, et qui était à Paris le 24 août, ne
      croyait pas à la préméditation. Voir ch. VI, p. 193.]

      [Note 709: _Mémoires de La Huguerye_, t. I, p. 200. Dans un
      article de l'_Historische Vierteljahrschrift_, 1903 (VI), p. 333
      sqq., Jordan soutient qu'il n'y a trace de machiavélisme ni dans
      les lettres, ni dans les actes de Catherine. On le croirait plus
      volontiers s'il n'y avait pas dans son étude tant d'erreurs de
      détail.--Les protestants s'en prirent au machiavélisme, comme à la
      cause de leur malheur, et l'un d'eux, probablement Innocent
      Gentillet, conseiller au Parlement de Grenoble, publia en 1576
      avec dédicace au duc d'Alençon, chef des protestants et des
      catholiques unis, un _Discours sur les moyens de bien gouverner et
      maintenir en bonne paix un royaume ou autre principauté..._ (s. n.
      d. l.), qui est une réfutation point par point des principales
      maximes extraites du livre de Machiavel.]

L'exemple des princes et des Républiques d'Italie, la passion et la
jalousie du pouvoir, la crainte enfin, ont plus qu'un livre de doctrine
contribué à déterminer Catherine. Elle aimait mieux agir doucement, mais
elle ne laissait pas d'être à l'occasion cruelle. Si elle se souvenait
des bienfaits, elle n'oubliait pas les injures. Elle était rancunière
et, quand son intérêt ne s'y opposait pas, vindicative. Les Médicis ne
furent jamais tendres à leurs ennemis et ils n'ont guère pardonné qu'à
ceux qui ne pouvaient plus leur nuire.

C'est une Médicis, mais Française par sa mère, qui est fille d'un grand
seigneur de vieille «extrace» et d'une princesse du sang. Arrivée à
quatorze ans dans un pays où elle n'était pas une étrangère, elle n'en
est plus sortie. Elle a reçu plus fortement qu'une autre, par suite de
son aptitude originelle et de sa complaisance à s'adapter, l'empreinte
de ce nouveau milieu. La Cour de France, quand elle y entra,
s'épanouissait en sa splendeur, ou, pour parler comme Brantôme, «en sa
bombance». C'était par surcroît une excellente école d'éducation
intellectuelle et mondaine. Elle y apprit le français avec les
sentiments et les idées qu'une langue contient, dans l'intimité de
François Ier, de son mari, de Marguerite de Navarre, de Marguerite de
France, et dans la compagnie de la duchesse d'Étampes et d'autres
grandes dames. Elle y affina les dons qu'elle avait de naissance. Elle y
fit l'apprentissage de son métier de reine et acquit dans la perfection
l'art de tenir un cercle et de causer, les manières affables sans
vulgarité, l'aisance dans la grandeur. Qu'on la compare à une autre
Médicis, Marie, la femme d'Henri IV, fille d'une archiduchesse
d'Autriche, comprimée jusqu'à vingt-sept ans par l'étiquette espagnole
de la petite Cour de Florence d'alors et qui, lourde et inintelligente,
ne sut jamais se défaire de sa hauteur morose ni échapper à la tutelle
de sa domesticité, et l'on comprendra ce que Catherine a gagné à être
née de Madeleine de la Tour d'Auvergne, et «faicte, comme dit Brantôme,
de la main de ce grand Roy Françoys».

Sans doute elle a retenu de son parler toscan quelques mots et des
tournures qu'elle transporte trop fidèlement dans notre langue[710]. Il
y a de bonnes raisons de croire que sa prononciation fut toujours
relevée d'une pointe d'exotisme. Elle continue par exemple à écrire _se_
pour _si_ (conjonction) et elle est tellement imprégnée du son _ou_ de
l'_u_ italien qu'involontairement sous sa plume _but_ se change en
_bout_. Par le même effet à rebours de l'empreinte enfantine, qui ne
connaît pas d'_e_ muet, il lui arrive de mettre «_fasset_» pour _fasse_,
«_cet_» pour _se_, «_emet_» pour _aiment_[711]. Des réminiscences de
deux langues s'entremêlent bizarrement dans certaines de ses lettres à
des Italiens. Elle remercie le pape Sixte-Quint, en langage macaronique,
si du moins le copiste a bien lu, de l'«_amore_ (amorevole) _letra que
son nontio_» lui a remise de sa part[712]. Son orthographe est parfois
si phonétique qu'il suffit, pour comprendre certains passages obscurs,
de les lire à haute voix[713]. Mais sa forme est, en général, bien
française, comme on peut en juger d'après des lettres écrites de sa
main. La phrase garde l'allure de la conversation, fluide et verbeuse,
lâche en son développement, mal liée en ses parties, embarrassée
d'incidentes, allongée de tours et de détours, et qui n'a pas l'air de
savoir comme ni où elle finira. Mais Catherine sait à l'occasion
resserrer sa pensée et, par exemple, glisser dans quelques mots la
caresse d'un compliment ou d'une sympathie. Elle avait vu en passant à
Lyon Marguerite de France, duchesse de Savoie, sa chère belle-sœur, et
souhaitait de la revoir à Paris. «Se sera, lui écrit-elle, quant yl vous
pléra, més non jeamés si tost que je le désire, car vous avoir revue si
peu ne m'a fayst que plus de regret de ne povoyr aystre aurdinairement
auprès de vous»[714]. Et quel raccourci pittoresque dans cette
description: «Ma Comère, annonce-t-elle à sa vieille amie la duchesse
d'Uzès, je suys en vostre péys de Daulphiné, le plus monteueux et
facheus où j'é encore mis le pyé; tous les jour y a froyt, chault,
pluye, baul (beau) tems et grelle, et les cerveaulx de mesme...»[715].

      [Note 710: Bouchot, _Catherine de Médicis_, p. 137.]

      [Note 711: Les exemples abondent dans les autographes de
      Catherine. Elle emploie même côte à côte les deux figurations; par
      exemple, _Lettres_, t. VI, p. 38: «Ceulx qui l'emet mieulx qu'il
      ne s'ayme» (ceux qui l'aiment mieux qu'il ne s'aime).]

      [Note 712: _Lettres_, VIII, p. 356. Mais ces «beaux italianismes»,
      pour parler comme Henri Estienne, dans ses _Deux dialogues du
      nouveau langage françois italianizé..._, sont rares dans ses
      lettres, et ce n'est pas la Reine-mère qu'on peut considérer comme
      particulièrement coupable de cette mascarade. Les guerres
      d'Italie, la littérature italienne, l'art de la Renaissance, la
      banque et le commerce finirent à la longue par faire sentir leur
      influence, et surtout sous Henri III qui d'ailleurs, tout en
      sachant admirablement l'italien, affectait de ne parler que le
      français aux ambassadeurs des divers États de la péninsule. Voir
      dans L. Clément, _Henri Estienne et son œuvre française_, Paris,
      1898, le chap. IV, p. 305-362: _L'influence italienne et le
      nouveau langage._]

      [Note 713: Elle a tellement conscience de sa mauvaise orthographe
      qu'il lui est arrivé de dicter à un secrétaire une nouvelle
      lettre, mot pour mot semblable à celle qu'elle venait d'écrire,
      mais que le secrétaire écrirait dans la forme usuelle, _Lettres_,
      t. IX, p. 124 et 125.]

      [Note 714: _Lettres_, t. X, p. 146.]

      [Note 715: _Lettres_, t. VII, p. 111.]

Elle a appris l'art de bien dire à la Cour des Valois où sa personnalité
s'est formée et elle n'y réussit que dans la langue qui a servi à son
épanouissement intellectuel. Ses lettres italiennes, qui sont de moins
en moins nombreuses à mesure qu'elle avance dans la vie, ne valent que
par les renseignements qu'elles contiennent, et, en dehors de leur
valeur documentaire, elles sont insignifiantes.

Cet enchevêtrement d'influences italiennes et françaises se retrouve,
sans qu'il soit toujours facile ou même possible de les démêler, dans
les goûts littéraires et artistiques de Catherine, dans sa passion pour
les fêtes, le luxe, les bijoux[716], et les manifestations d'éclat de la
grandeur royale. Elle tient de ses ancêtres florentins, comme aussi de
sa formation française, une large curiosité intellectuelle. C'est une
lettrée et c'est aussi une savante. À une forte culture littéraire, elle
joint, comme on l'a vu, la connaissance des mathématiques, de
l'astronomie ou de l'astrologie, et des sciences naturelles. Elle aime
les livres, et les recherche, estimant qu'ils sont l'ornement obligé de
la demeure des rois. Jusque-là, la bibliothèque royale avait beaucoup
voyagé, de Paris, où Charles V l'avait établie, à Blois, où Louis XII
l'avait transportée, et enfin à Fontainebleau, où François Ier s'en
était fait suivre. Pierre Ramus, le fameux ennemi de la scolastique et
d'Aristote, mathématicien et philosophe, rappelait à Catherine qu'un
jour, devant lui, elle s'était déclarée contre le maintien de la
bibliothèque à Fontainebleau, et il la suppliait, par des raisons qui
devaient la toucher, de la ramener à Paris, et de la fixer sur la
montagne de l'Université. «Le temple que vous y élèveriez aux Muses
dominerait de tous côtés les plus larges et les plus gracieux horizons.
Côme et Laurent de Médicis, qui savaient que les livres ne sont faits ni
pour les champs ni pour les bois ne mirent pas leur bibliothèque dans
leurs délicieuses villas de Toscane; ils la placèrent au foyer de leurs
États, dans la ville où elle était le plus accessible aux hommes
d'étude... Mettez donc cette librairie au chef-lieu de votre royaume,
près de la plus ancienne et de la plus fameuse des Universités[717].»

      [Note 716: Germain Bapst, _Histoire des joyaux de la Couronne de
      France_, Paris, 1889, parle très bien de ce goût, p. 114-115 et
      _passim_. Sur les orfèvres de la Reine, voir p. 96, note 3, et p.
      97, notes 1, 2, 3. Elle cherchait avec eux des combinaisons, leur
      soumettait des dessins.]

      [Note 717: Édouard Frémy, _Les poésies inédites de Catherine de
      Médicis_, Paris, 1885, p. 239-240.]

Elle la fit venir de Fontainebleau, mais la garda au Louvre[718]. Elle
avait fait, comme autrefois Côme et Laurent de Médicis, rechercher des
«anciens manuscrits en toutes sortes de langues». Elle s'en était
d'ailleurs procuré beaucoup à très bon compte[719]. Son cousin, Pierre
Strozzi, possédait une collection de manuscrits précieux, qu'il avait
héritée du cardinal Ridolfi, neveu de Léon X, et qu'il avait beaucoup
augmentée. Après qu'il eut été tué sous les murs de Thionville (1558),
Catherine persuada à sa veuve, Laudomina de Médicis, et à son fils,
Philippe Strozzi, de les lui céder pour quinze mille écus, mais elle
oublia toujours ou n'eut jamais les moyens de s'acquitter. A sa mort,
les créanciers saisirent sa bibliothèque, mais les savants protestèrent,
et sur l'ordre d'Henri IV, livres et manuscrits--en tout 4 500
volumes--allèrent enrichir la Bibliothèque du roi[720].

      [Note 718: Henri IV, réalisant sans le savoir le souhait de Ramus,
      transporta la Bibliothèque en plein quartier latin, dans le
      collège de Clermont, vacant par l'expulsion des Jésuites.]

      [Note 719: Les références dans Frémy, p. 75-78.]

      [Note 720: Frémy, p. 239-242.--Cf. _Lettres_ t. I. p. 563, note 1
      et les références.]

Elle aime les gens doctes, et, comme on vient de le voir pour Ramus,
cause volontiers avec eux. Elle fréquente chez les amateurs d'art. Elle
a ses poètes attitrés, Ronsard, Rémy Belleau, Baïf et Dorat, comme elle
a ses décorateurs, ses tapissiers, ses architectes. Elle les protège,
elle les emploie à l'illustration poétique de ses fêtes. Elle fit une
pension à Baïf. Elle donna à Ronsard le prieuré de Saint-Cosme[721] et
alla l'y visiter avec Charles IX à son retour de Bayonne. Elle reprit
hautement Philibert de L'Orme d'avoir fermé l'entrée des Tuileries en
construction au grand poète. «Souvenez-vous, lui aurait-elle dit, que
les Tuileries sont dédiées aux Muses.» Mais Ronsard lui en voulait de
préférer les «maçons», c'est-à-dire les architectes, aux poètes. La
Pléiade se vengea de ce qu'elle considérait comme un déni de justice.
Dans les louanges qu'elle donne à la dispensatrice des grâces royales,
c'est le plus souvent de son génie politique ou de sa vertu qu'il est
question. Elle aurait cru dépasser les limites, pourtant si reculées,
des flatteries permises, en lui disant, comme Ronsard à Charles IX:

        Ronsard te cède en vers et Amyot en prose[722].

      [Note 721: Saint-Cosme-en-l'Isle, près de Tours.]

      [Note 722: Ronsard, éd. Blanchemain, t. III, p. 257. Voir la
      «Complainte à la Royne mère du Roy» en tête de la seconde partie
      du Bocage royal, éd. Blanchemain, t. III, p. 369.]

C'est qu'elle la jugeait sur la liste comparée des bénéfices et des
pensions. La Reine-mère a rendu pourtant d'autres services à la
littérature française. Elle connaissait les deux grandes littératures de
l'époque, l'italienne et la française, antérieures en chefs-d'œuvre à
celles de l'Angleterre et de l'Espagne et plus directement apparentées à
la Grèce et à Rome. Elle savait du grec et du latin, peu ou beaucoup. Si
elle n'égalait pas en culture classique la reine de Navarre et
Marguerite de France, elle était de la même famille intellectuelle. Elle
n'avait pas cessé de s'intéresser à la littérature italienne. Elle
accepta que Tasse, venu en France à titre de secrétaire du cardinal
d'Este, en 1571, lui présentât son _Rinaldo_ et elle envoya son portrait
au jeune poète, en témoignage d'admiration[723]. Elle a dû obliger bien
généreusement l'Arétin pour que ce grand écrivain vénal célèbre en elle
la «Femme et la déesse sereine et pure, la majesté des êtres humains et
divins», et qu'il souhaite d'avoir le verbe des anges de Dieu pour louer
comme il convient «les très saintes grâces et les faveurs sacrées de
cette divine idole»[724].

      [Note 723: Frémy, p. 42-43.]

      [Note 724: Texte en italien, cité par Frémy, p. 52.]

Tous les Italiens parlent, en moins haut style, de sa douceur et de sa
bienveillance. Sous son patronage, la Comédie italienne s'installe à
Paris[725]. Quelque temps avant l'accident de son mari, elle avait
assisté avec lui au château de Blois à une représentation de
_Sophonisbe_, composée par Trissin, un initiateur, sur le modèle des
tragédies grecques, et traduite de l'italien par Mellin de Saint-Gelais.
Elle s'était persuadé que la fin lamentable de l'héroïne, ce suicide
imposé par la volonté impitoyable de Scipion, avait, comme un mauvais
sort, porté malheur au royaume de France, «ainsi qu'il succéda», et
désormais elle ne voulut plus voir représenter devant elle que des
pièces à dénouement heureux. Elle aurait ainsi, par piété conjugale,
inspiré un nouveau genre littéraire.

La première en date des tragi-comédies, _la Belle Genièvre_, représentée
le dimanche gras 13 février 1564, à Fontainebleau, avec l'apparat que
l'on sait, est un épisode du _Roland furieux_, de l'Arioste, adapté au
théâtre français par un poète inconnu[726]. Polinesso, duc d'Albany,
voulant se venger de Ginevra, fille du roi d'Écosse, dont il n'avait pu
se faire aimer, raconte au chevalier Ariodonte, fiancé de la princesse,
qu'il est son amant et qu'elle le reçoit la nuit dans sa chambre. Pour
l'en convaincre, il le fait cacher près du palais et, lui-même se
rapprochant, apparaît à une fenêtre une femme habillée comme Ginevra et
qui lui fait un signal de la main. C'était une suivante, Dalinda,
maîtresse de Polinesso, qui l'avait décidée, par menaces et par
promesses, à revêtir les vêtements de la jeune fille. Ariodonte,
désespéré, court se précipiter dans la mer. Le frère d'Ariodonte,
Lurcanio, qui par hasard a été témoin de la scène et qui s'y est lui
aussi trompé, accuse la fiancée impudique et la fait condamner à être
brûlée vive. Mais Dalinda, prise de remords, dénonce Polinesso; et le
fourbe est jeté dans le bûcher qu'on avait dressé pour l'innocente
princesse. Ariodonte, qui a été sauvé des flots, épouse sa fidèle
Ginevra. La pièce se termine heureusement, comme le souhaitait
Catherine, par le triomphe de la vertu et le châtiment du crime.

      [Note 725: Armand Baschet, _Comédiens italiens à la Cour de France
      sous Charles IX et Henri III_, s. d. (1882).]

      [Note 726: Arioste, fin du chant IV, chant V et commencement du
      chant VI du _Roland furieux_.--Jacques Madeleine, _Renaissance_,
      1903, p. 30-46. Cf. Toldo, _Bulletin italien des Annales de la
      Faculté de Bordeaux_, 1904, p. 50-52.]

Elle voulait aussi que le théâtre fût moral. Aux représentations de la
Comédie italienne, elle riait de bon cœur des niaiseries de Zani (forme
vénitienne de Giovanni), l'«Auguste» de la troupe, et de la sottise de
Pantalon, ce vieillard toujours berné par ses enfants et ses valets. Les
bouffonneries, parfois gaillardes, ne la choquaient pas. Mais elle
condamnait les gravelures. Après qu'elle eut vu jouer à l'Hôtel de
Guise, le 28 janvier 1567 (v. s.), le _Brave_ de Jean-Antoine de Baïf,
qui est une adaptation du _Miles Gloriosus_ de Plaute, elle encouragea
l'auteur à mettre sur la scène française l'œuvre de Térence[727]. Mais
elle lui recommanda expressément, s'il tenait à lui plaire, de «fuir»
les «lascivetés en propos» des anciens.

[Note 727: Peut-être à faire jouer _l'Eunuque_, que Baïf avait fini
de traduire en décembre 1565, mais qui ne parut qu'en 1573 dans _les
Jeux_ et bien remanié. _Oeuvres_, éd. Marty-Laveaux, p. 451.]

Ce conseil prouve le souci qu'avait la Reine-mère de maintenir autour
d'elle un grand air de décence. Elle cherchait à épurer les spectacles
et à détourner les écrivains d'imiter l'antiquité jusqu'en son réalisme
ordurier. Le fait est que jamais l'art officiel ne se montra aussi
chaste que dans cette Cour, qu'il y a des raisons de croire corrompue.
Les «entremets» de Ronsard à Fontainebleau, les cartels, les mascarades,
toutes les pièces commandées par Catherine pour l'entrevue de Bayonne
parlent d'amour pur et de chasteté victorieuse de l'amour. Elle oubliait
donc Laurent de Médicis et l'inspiration sensuelle des _canti
carnascialeschi_, Léon X et le divertissement donné aux cardinaux d'une
comédie scabreuse, _La Calandria_, faite par le cardinal Bibbiena. Mais
peut-être estimait-elle qu'une Reine était astreinte à une rigueur
morale dont les préjugés de tous les temps, et plus particulièrement
ceux de la Renaissance, dispensent les hommes et les rois. Et puis, sa
Cour était séduisante et ses fils avaient grandi; double raison de se
montrer sévère. Elle eût même désiré que la poésie lyrique se contînt en
ses écarts de passion. Ronsard, aux environs de la cinquantième année,
ne cessait pas de chanter «l'amour, le vin, les banquets dissolus», avec
l'enthousiasme et la fougue d'un jeune homme. Un jour qu'on louait
devant Catherine les sonnets de Pétrarque à Laure, elle «excita» le
grand poète, qui était présent, «à escrire de pareil stile comme plus
conforme à son âge et à la gravité de son sçavoir»[728]. Ronsard,
déférant à cette invitation royale, choisit, parmi les filles de chambre
de la Reine, Hélène de Surgères, d'une noble maison de Saintonge, pour
idole d'un culte poétique. Il dédia à cette maîtresse de tout respect
cent douze sonnets d'un idéalisme chaste et subtil, mais traversé çà et
là d'élans et de cris de passion sensuelle qui montrent que, toujours
jeune de cœur, il pétrarquisait à sa façon[729]. Ce fut un nouvel
emprunt, après tant d'autres, fait à l'Italie, sur l'indication d'une
reine d'origine florentine, et qui fut heureux, puisqu'il inspira un
chef-d'œuvre. Il est vrai que le succès de Ronsard sollicita ses
successeurs à copier plus que jamais servilement la littérature
italienne. Mais Catherine n'est pas responsable de ce pétrarquisme
affadi et alambiqué, riche de pointes et pauvre de sentiment, qui sévit
jusqu'à Malherbe et même un peu au delà[730].

      [Note 728: _La vie de P. de Ronsard_, de Claude Binet, éd. par
      Paul Laumonier, Paris, 1909, p. 26, lignes 23-24. M. Laumonier,
      d'ordinaire si judicieux, conteste sans trop de raison que
      Catherine ait conseillé à Ronsard d'imiter Pétrarque (commentaire,
      p. 163). Dans _Ronsard poète lyrique_, qui est de la même année,
      il est moins affirmatif et admet qu'elle a, par «fantaisie» (p.
      256), invité le poète à immortaliser la jeune fille. Le
      renseignement de Binet est bien plus vraisemblable.--Vianey, _Le
      Pétrarquisme en France_, Montpellier, 1909, p. 257, croit que les
      _Premières œuvres_ de Philippe Desportes (1573) donnèrent à
      Ronsard l'idée des _Sonnets à Hélène_. Mais il est difficile
      d'imaginer que les poésies d'un débutant parues en 1573 aient eu
      une influence si immédiate sur Ronsard, le grand Ronsard, dont les
      sonnets, bien que publiés seulement en 1578, étaient, s'il faut
      l'en croire, écrits dès le mois de mai 1574. Ce qui est hors de
      doute, c'est que Ronsard a imité, comme Desportes, Tebaldeo, le
      plus fameux des pétrarquisants parmi les quattrocentistes, mais
      qu'il l'ait fait avant ou même après Desportes, cela n'exclut pas
      l'intervention de la Reine-mère.]

      [Note 729: Laumonier, _Ronsard_, p. 242-256.]

      [Note 730: Lanson, _Histoire de la littérature française_, Paris,
      1895, p. 290 et p. 377-378.]

Les fêtes s'accordaient si bien avec ses goûts qu'elle n'était qu'à
moitié sincère quand elle invoquait l'exemple de François Ier et même
des empereurs romains pour en justifier la dépense. Celles qu'elle donna
au cours de son grand voyage et enfin aux Tuileries en l'honneur de
l'ambassade polonaise, qui apportait au duc d'Anjou une couronne royale,
dépassèrent en magnificence tout ce qui s'était jamais vu. Elle était
trop soucieuse de ménager les habitudes de la noblesse pour abolir
d'autorité les joutes et les passes d'armes, bien qu'elle eût «juré de
n'en permettre jamais despuis qu'elle en vist mourir le roy son
mari»[731]. Mais elle inaugura des divertissements dont l'Italie lui
fournissait le modèle, entremêlant ces plaisirs dangereux avec les
spectacles les plus capables de réjouir l'esprit, l'imagination et les
yeux. Il y eut donc comme autrefois des combats à pied, à cheval, à la
barrière. A Fontainebleau, à l'exemple des Amadis et autres héros des
romans de chevalerie, douze Grecs et douze Troyens, «lesquels avoient de
longtemps une grande dispute pour l'amour et sur la beauté d'une dame»,
vidèrent ce débat les armes à la main, «en présence de grands princes,
seigneurs, chevaliers et de belles dames,.... tesmoins et juges de la
victoire»[732]. Un autre jour, le prince de Condé et le duc de Nemours
offrirent le combat à tout venant. Le chenil du château, où ils
attendaient les défis, représentait le palais merveilleux d'Apollidon,
souverain de l'Ile-Ferme et grand magicien[733]. A l'entrée du champ
clos, bordé de larges fossés et de barrières, était un ermitage, dont
l'ermite, singulier héraut de bataille, averti par le son d'une
clochette, recevait les appelants et allait prévenir les deux tenants,
qui ne refusaient personne. «Et puis rompoient leurs lances et hors la
lice donnoient coups d'épée». «Tout cela estoit de l'invention de la
Reyne et du brave M. de Sypiere»[734]. Pour clore les luttes, le jeune
Roi et son frère attaquèrent une tour enchantée où «estoient détenues
plusieurs belles dames gardées par des furies infernales, de laquelle
deux géans d'admirable grandeur estoient les portiers» et délivrèrent
les prisonnières[735].

      [Note 731: Brantôme, _Œuvres complètes_, éd. Lalanne, t. V, p.
      276.]

      [Note 732: _Les Mémoires de messire Michel de Castelnau, seigneur
      de Mauvissière_, par J. Le Laboureur, 1659, t. I, liv. V, ch. VI,
      p. 168-169.]

      [Note 733: Sur Apollidon et son palais, voir _Le Second livre
      d'Amadis de Gaule, au commencement duquel sera fait description de
      l'Isle Ferme; qui y fit les enchantemens et mit les grands trésors
      qui s'y trouvèrent..._ (s. n. d. l., ni date), ch. I, fo III et
      IV, recto et verso.]

      [Note 734: Brantôme, _Œuvres_, éd. Lalanne, t. V, p. 276-277.]

      [Note 735: _Mémoires de Castelnau_, t. I, p. 169.]

A Bayonne, les chevaliers bretons se portèrent champions de l'austère
vertu contre les Irlandais, qui soutenaient la cause de l'honnête amour.
Le moyen âge reparaissait rajeuni par l'esprit créateur de la
Renaissance.

Mais voici les innovations. Là voltent six compagnies de six cavaliers,
ici des escadrons, conduits par les plus grands seigneurs et les princes
et costumés en Maures, Indiens, Turcs et autres barbares pittoresques,
défilent devant les échafauds, recouverts de tapisseries éclatantes et
surmontés de classiques architectures, où trône, parmi les dames
superbement parées, la Reine-mère toute vêtue de noir. C'est l'origine
des carrousels, parades guerrières sans combat[736]. La poésie et la
musique étaient associées à ces spectacles. Le jour que le duc d'Anjou
festoya le Roi son frère, des sirènes «fort bien représentées ès canaux
des jardins» chantèrent la gloire d'Henri II, ce roi «semblable aux
Dieux de façons et de gestes» et prédirent à Charles IX:

        L'heureuse fin que doit avoir
        Un fils nourri de telle mère[737].

      [Note 736: On s'y acheminait dès l'époque d'Henri II. Voir dans
      Sauval, _Histoire et recherches des antiquités de la ville de
      Paris_, 1724, t. III, p. 692, la description d'une cavalcade parée
      et masquée suivie d'un combat.]

      [Note 737: _Œuvres de Ronsard_, éd. Blanchemain, t. IV, p. 141 et
      144.]

Les chevaliers de la Grande-Bretagne et d'Irlande, avant de combattre,
disputent de la prééminence de la Vertu ou de l'Amour en un concours de
chant avec accompagnement musical.

A Bayonne encore, orchestre sur terre, orchestre sur l'eau. Des Tritons,
juchés sur une tortue de mer, sonnent du cornet; sous les arbres, des
Satyres jouent de la flûte. Les neuf Muses sont figurées par neuf
trompettes. La Reine-mère renouvelle les ballets de la Cour. Elle a
probablement entendu parler de celui que donna François Ier à Amboise,
lors du mariage de ses parents[738] «où il y avoit soixante-douze
(dames) chascune par douzaine, chascune déguisée» avec «masques» et
«tambourins». Elle reprend cette idée, qui lui est agréable comme
souvenir de famille, mais elle y ajoute en ingéniosité et en
magnificence. Dans une clairière de l'île d'Aiguemeau, plusieurs groupes
de bergers et de bergères, habillés à la mode des divers «peuples» du
royaume, mais tous vêtus de toile d'or et de satin, dansèrent les pas
propres à ces pays de France, en s'accompagnant des instruments et des
airs de musique indigènes. Aux Tuileries, lors de la réception des
ambassadeurs polonais, les seize dames et demoiselles «des plus belles
et des mieux apprises», qui représentaient les seize provinces,
allèrent, leurs danses finies, offrir au Roi, aux Reines, aux princes,
aux grands de France et de Pologne «des plaques toutes d'or... bien
esmaillées», où étaient figurées les productions singulières de chaque
province en fruits et en hommes, oranges et citrons de Provence, vins de
Bourgogne, blés de Champagne, gens de guerre de Guyenne, etc.[739].
Catherine relevait chaque fois le même thème d'une invention ou d'un
détail pittoresque.

      [Note 738: Ou plutôt lors du baptême du dauphin François, qui eut
      lieu trois jours avant. L'enfant royal fut tenu sur les fonts
      baptismaux par le duc d'Urbin, Laurent de Médicis, chargé par Léon
      X de le représenter comme parrain. _Mémoires du maréchal de
      Floranges, dit le jeune adventureux_, publiés pour la Soc. Hist.
      de France par Robert Goubaux et P.-André Lemoine, t. I
      (1505-1521), 1913, p. 223 et 224.]

      [Note 739: Brantôme, t. VII, p. 372.]

Mais elle excellait surtout dans la mise en scène. À Fontainebleau, ce
fut l'incendie et l'effondrement d'une tour parmi le crépitement des
pétards et l'explosion d'un feu d'artifice. Des sirènes nageaient en
chantant dans les canaux des jardins. À Bar-le-Duc, en une grande salle,
les quatre «Éléments», Terre, Eau, Air et Feu, «sur lesquels estoyent le
Roy, le duc d'Orléans et deux autres princes», s'avancèrent par
«engins». Tout au fond, resplendissaient les quatre planètes, Jupiter,
Mercure, Saturne et Mars; les nuées, qui supportaient un Jupiter de
chair et d'os, descendirent, et fort bas, «sans que personne s'en
aperçût»[740], c'est-à-dire ne se doutât du ressort qui les faisait
mouvoir. Aux Tuileries, le rocher argenté où s'étageaient les seize
nymphes de France fit le tour de la salle «par parade», comme un
quadrille de cavaliers «dans un camp». Mais Bayonne fut le triomphe du
machinisme. Neptune accourut de la haute mer au-devant du vaisseau du
Roi «sur un char tiré par trois chevaux marins, assis dans une grande
coquille faite de toile d'or sur champ turquin»[741]. Déjà en 1550, lors
de l'entrée solennelle d'Henri II et de Catherine à Rouen, l'apparition
sur les eaux de la Seine de déesses et de dieux marins avait eu un tel
succès que cette partie des réjouissances en avait pris le nom de
«Triomphe de la Rivière»[742], mais la Reine-mère y avait ajouté le
chant, la poésie, la musique et l'attrait de nouvelles difficultés
vaincues. La baleine mécanique que l'escadrille royale croisa dans
l'Adour lançait des jets d'eau par ses évents.

L'Opéra avec ses décors, ses ballets, ses chœurs, son orchestre et le
défilé des figurants donne une image assez fidèle des spectacles de la
Cour. Et c'est en effet de là qu'il tire son origine. _Le Ballet comique
de la Reine_, représenté aux noces de Joyeuse en 1581, est le premier
essai en France d'une action scénique, entremêlée de chants, de musique,
de danses et illustrée par les artifices du décor[743].

      [Note 740: Lettre d'Antoine Sarron à Chantonnay, l'ambassadeur
      d'Espagne, _Mémoires de Condé_, t. II, p. 199.]

      [Note 741: Relation d'Abel Jouan, un des serviteurs de Charles IX,
      dans les _Pièces fugitives_, du marquis d'Aubais, t. I. Première
      partie: _Mélanges_, p. 25 sqq.--_Ample discours de l'arrivée de la
      Royne catholique_ dans le même recueil, t. I (2e partie, vol. II,
      p. 13 à 23 des Mélanges).]

      [Note 742: Planche VII, t. V, p. 12 des _Monuments de la Monarchie
      française_ de D. Bernard de Montfaucon, Paris, 1733.]

      [Note 743: La Reine, c'est ici Louise de Lorraine, femme d'Henri
      III. Sur les origines de l'Opéra, Combarieu, _Histoire de la
      musique_, t. I, ch. XXXII, et Prunières, _L'Opéra italien en
      France avant Luli_, 1913, p. XXIV-XXVI. Les paroles et la musique
      du ballet comique sont de Balthasar de Beauljoyeux, un musicien
      piémontais, valet de chambre d'Henri III et de Catherine de
      Médicis. «J'ai, dit Beauljoyeux, dans sa préface, animé et fait
      parler le ballet, et chanter et raisonner la comédie et y ajoutant
      plusieurs rares et riches représentations et ornemens, je puis
      dire avoir contenté en un corps bien proportionné l'œil, l'oreille
      et l'entendement». Cité par Prunières, p. XXIV.]

Ah! la Reine-mère est une merveilleuse organisatrice. Elle se souvient
de Florence; de son carnaval esthétique avec ses troupes de jeunes
hommes, vêtus de velours et de soie, qui passaient et repassaient en
chantant des odes et des satires; des cortèges solennels et des
réceptions princières[744], ces grands jours de décoration improvisée,
où, avec du bois, du plâtre et de la couleur, les rues et les places de
la ville étaient transformées, égayées, embellies par le génie inventif
et l'imagination joyeuse de la foule des architectes, des sculpteurs et
des peintres. À toutes ces manifestations d'art qu'elle a vues de ses
yeux ou qu'elle a entendu décrire en son enfance, elle emprunte ce qui
s'adapte le mieux aux goûts et aux mœurs de la France et elle y ajoute
ce que permettent en éclat, en richesse, en splendeur les ressources
d'un des plus puissants royaumes de la chrétienté.

      [Note 744: On peut citer comme type de réception celle qui fut
      faite à Charles-Quint à son passage à Florence et que décrit
      Trollope, _The Girlhood of Catherine de Médicis_, Londres, 1856,
      p. 252 sqq. avec les références. Mais Trollope a inventé que
      Catherine y assista. Elle avait depuis trois ans quitté la ville.]

Catherine était, comme le lui reprochait Ronsard, plus artiste que
lettrée. Elle appréciait mieux ou elle employait plus volontiers les
architectes, les sculpteurs, les peintres, les tapissiers que les
poètes. C'est un trait qui lui est commun avec les Médicis, qui tous,
sauf Laurent le Magnifique, ce spécimen complet de l'homme de la
Renaissance, goûtaient plus vivement les couleurs et les formes que les
idées et admiraient la beauté surtout en ses représentations plastiques
et concrètes.

Mais, même en ce domaine préféré, où l'impression des merveilles vues à
Rome et Florence avec des yeux d'enfant et une imagination toute fraîche
a dû être si profonde, Catherine a ressenti à la longue l'influence de
sa patrie d'adoption. Quand elle arriva en France, en 1533, la
pénétration de l'art français par l'art italo-antique était déjà fort
avancée. Un Italien, Le Primatice, architecte et peintre, avait été
chargé par François Ier de la direction des grands travaux (1532), et il
y occupait nombre de ses compatriotes. Fontainebleau, qu'il transforma
en château de la Renaissance et décora de fresques, était le grand
centre de diffusion du goût classique. Catherine n'eut donc pas à
importer une esthétique nouvelle; jamais il ne se vit à la Cour de
France autant d'artistes et d'artisans de son pays qu'à l'époque où elle
était trop jeune encore pour avoir crédit ou pouvoir.

Malgré l'inspiration étrangère, l'art français gardait une partie de ses
caractères propres. Les châteaux de la Loire ne ressemblent pas aux
palais ni même aux villas italiennes. En sculpture, la tradition
réaliste des vieux «imagiers» se maintenait. L'indépendance de la
peinture fut défendue contre les modes d'outre-monts par la faveur des
portraits, qui ne fut jamais plus grande qu'au XVIe siècle. Il y eut
même, sous le règne d'Henri II, une sorte de réaction contre
l'accaparement des travaux officiels par les étrangers. Si Catherine,
prenant exemple sur François Ier, avait complété et renforcé l'équipe de
Fontainebleau, l'idéal des maîtres italiens aurait achevé de comprimer
le génie national. Heureusement, elle n'en fit rien et ne se montra pas
exclusive. Sans doute elle donna la surintendance des bâtiments, dont
Philibert de L'Orme avait été privé pour sa mauvaise
administration[745], au Primatice, qu'elle avait depuis dix ans à son
service particulier. Mais, en 1564, elle confia la construction des
Tuileries au grand architecte français et, à la mort du Primatice
(1570)[746], elle lui restitua la surintendance, qu'il garda tant qu'il
vécut, et où Jean Bullant lui succéda.

      [Note 745: Et non pour avoir été l'architecte favori de Diane de
      Poitiers et le constructeur du château d'Anet: Henri Clouzot,
      _Philibert de l'Orme_ (Les Artistes célèbres), p. 65-67.]

      [Note 746: Le Primatice est mort entre mars et septembre 1570:
      Dimier, _Le Primatice, peintre, sculpteur et architecte des rois
      de France_, Paris, 1900, p. 210.]

Ces deux Français, chargés de la direction et du contrôle des travaux,
cessèrent d'appeler d'Italie des artistes et des ouvriers et ils
n'employèrent plus guère depuis 1570 que des Français. Ils étaient aussi
fervents admirateurs de l'antiquité que Le Primatice; mais ils pensaient
n'avoir plus besoin d'intermédiaires. L'initiation de leur pays étant
accomplie, les initiateurs pouvaient partir. L'art français bien dressé,
trop dressé, allait pour un temps se suffire à lui-même et vivre de ses
propres moyens. Il est remarquable que son émancipation d'un moment se
soit affirmée sous une reine italienne.

L'architecture était de tous les arts celui qui l'intéressait le plus et
auquel elle s'entendait le mieux. Aussitôt qu'elle disposa librement des
finances de l'État, elle activa les travaux des maisons royales et des
siennes. Elle continua le palais Renaissance que François Ier et Henri
II avaient entrepris de substituer au Louvre de Charles V. Pierre Lescot
acheva ce qu'il avait commencé, la réédification de l'angle sud-ouest,
la seule partie du vieux château qui eût été démolie. À ce point de
jonction des bâtiments neufs, mais extérieurement à eux, Catherine fit
construire ensuite, dans la direction de la Seine, un portique sur
lequel s'éleva plus tard la galerie d'Apollon. Elle chargea de ce
travail un autre Français, Pierre Chambiges, le descendant des grands
maçons de Beauvais. En retrait de ce portique, parallèlement à la rive
du fleuve, se développa la galerie actuelle des Antiques[747]. Portique
et galerie reposaient sur un soubassement en bossage vermiculé, qui
rappelait les blocs rustiques du palais Médicis de la Via Larga et
d'autres palais de Florence. Le Primatice, aussi bon architecte que
peintre, poursuivit jusqu'à sa mort les travaux de Fontainebleau, où il
avait été déjà occupé sous Henri II. La construction de la salle des
Gardes, l'agrandissement de la chambre des Poêles ou de l'Étang
(au-dessus du Musée chinois actuel) sont la part de Catherine dans
l'immense édifice.

      [Note 747: Babeau, Le Louvre et son histoire, Paris, 1895, p. 68
      sq.]

Elle chargea Philibert de L'Orme de «parachever» pour le Roi son fils
(Charles IX) Saint-Maur-des-Fossez, qu'il avait construit pour le
cardinal du Bellay, et de transformer ce rendez-vous de chasse à un
étage, que le Cardinal avait dédié à François Ier et aux Muses, en une
«cassine» (villa) bâtie «avec une grande et magnifique excellence ...
d'une façon bien autre et beaucoup plus riche et logeable» et digne--du
moins de L'Orme le croyait--de servir de maison de plaisance au château
de Vincennes[748]. La Reine-mère avait aussi ses maisons des champs:
Monceaux, près de Meaux, dont la construction était assez avancée en
1561 pour qu'elle y reçût la Cour[749];--et loin de Paris, dans la
région de la Loire, Chenonceaux, qu'elle s'était fait céder par Diane de
Poitiers. La situation du château dans le lit même du Cher, en partie
sur le tablier d'un pont, était originale. Philibert de L'Orme, à qui
elle demanda un projet d'agrandissement, lui en soumit un[750] qui
aurait fait de Chenonceaux une résidence plus splendide que
Fontainebleau et que Chambord. Mais Philibert de L'Orme mourut et
l'argent manqua; il fallut se borner. Toutefois, elle affecta aux
embellissements qu'elle y entreprit à partir de 1576, outre les revenus
du domaine, qui étaient de 1200 écus d'or, ceux de la baronnie de
Levroux[751]. Elle traça des jardins et amena par des canaux souterrains
les eaux du voisinage. Ce sera son Poggio à Cajano, avec une rivière
abondante, le Cher, au lieu du maigre Umbrone; et à l'exemple de Laurent
de Médicis qui avait fait de sa propriété un champ d'expériences, un
musée et un jardin d'acclimatation[752], elle planta des vignes
étrangères, établit une magnanerie et une filature de soie, installa une
volière d'oiseaux rares et une petite ménagerie d'animaux curieux. Aussi
était-ce, de toutes ses maisons des champs, celle laquelle, disait Henri
III, «elle s'estoit plus qu'à nul autre affectée et délectée».

      [Note 748: Philibert de L'Orme, _Tome premier de l'Architecture_,
      p. 251. Cet agrandissement ne fut pas un embellissement, et
      l'élégant pavillon s'alourdit de deux ailes banales (Palustre,
      _Renaissance_, t. II, p. 70).]

      [Note 749: Palustre, _L'Architecture de la Renaissance_, p. 197.
      Cf. Bouchot, p. 146.]

      [Note 750: Conservé par Jacques Androuet du Cerceau, dans son
      _Recueil des plus excellens bastimens de France_: Clouzot,
      _Philibert de l'Orme_, p. 151.]

      [Note 751: Sauf les 220 livres qu'elle réservait au chapitre de
      l'église de Cléry pour le service d'Henri II: l'abbé C. Chevalier,
      _Debtes et créanciers de la Royne mere_, Introd. p. XXXVI-XL,
      Techener, 1862.]

      [Note 752: Sur Poggio à Cajano, voir Müntz, _A travers la Toscane.
      Les villas des Médicis aux environs de Florence_ (_Tour du monde_,
      1883, 2e semestre, p. 195-200).]

A Paris, elle avait son logement au Louvre, mais, dès le temps de sa
régence, elle se préparait une résidence qui fût toute à elle, pour s'y
retirer quand Charles IX, majeur et marié, prendrait le gouvernement de
l'État et de la Cour. Elle acheta de Villeroy le lieu dit des
«Thuileries», sur la rive droite de la Seine, hors de l'enceinte de la
ville, mais tout contre la Porte-Neuve, et elle y ajouta en 1564 le
«Jardin des Cloches». Philibert de L'Orme lui dressa le plan d'un palais
à l'italienne: un quadrilatère fermé avec cours intérieures, mais dont
la façade s'ouvrait à la française sur des jardins. Mais il n'eut que le
temps de construire celui des grands côtés qui faisait face à l'Ouest.
Le manque d'argent, la recrudescence des troubles, et l'intérêt qu'avait
Catherine à rester au Louvre, près de son fils, la détournèrent
d'achever l'œuvre. D'ailleurs, ce qu'elle voulait, c'était moins un
palais qu'une villa à l'italienne[753], avec jardins, grottes, eaux
courantes et eaux jaillissantes. Les Tuileries furent l'un et l'autre,
un château adossé à la ville, où elle ne résida pas, mais où elle se
promena, donna des banquets et des fêtes. Le jardin était, raconte un
ambassadeur suisse, qui le visita en 1575, «très vaste et tout à fait
riant... traversé par une longue et large allée», qui était bordée de
grands arbres, ormes et sycomores, «pour fournir un ombrage aux
promeneurs». Il s'y trouvait un «labyrinthe fait de main d'homme et
combiné avec un art si merveilleux qu'une fois entré il n'est pas aisé
d'en sortir»; des fontaines, c'est-à-dire des nymphes et des faunes,
couchés, versant l'eau de leur urne[754]; et aussi «une façon de rocher»
incrusté d'ouvrages en poterie (_ex opere figulinario_), serpents,
coquillages, tortues, lézards, crapauds, grenouilles et oiseaux
aquatiques de toutes sortes, qui «répandaient de l'eau par leur
bouche»[755]. C'était une grotte artificielle--encore une importation
italienne dont le cardinal de Lorraine avait donné le premier spécimen
dans son château de Meudon--, mais que Catherine avait commandée à un
Français, Bernard Palissy l'inventeur des «rustiques figulines»
émaillées[756]. Mais cet ouvrage, que le représentant des Cantons
déclarait «merveilleux» menaçait déjà ruine, et à la mort de Catherine
il était tout ruiné. Les desseins de la Reine-mère dépassaient toujours
ses ressources.

Et d'ailleurs, elle ne se souciait plus des Tuileries. Elle avait, en
1572, acquis l'Hôtel d'Orléans ou Petit-Nesle, situé rue de
Grenelle-Saint-Honoré tout près du Louvre, et qui appartenait à la
congrégation des Filles Repenties; l'Hôtel d'Albret, rue du Four, et
plusieurs maisons du voisinage, près de la rue Coquillière. Elle rasa
les bâtiments des Filles Repenties, sauf la chapelle, pour en faire un
vaste jardin, et, sur l'emplacement de l'Hôtel d'Albret, elle se fit
bâtir, par Philibert de L'Orme et Jean Bullant, son Hôtel, l'Hôtel de la
Reine, où elle passa les huit ou neuf dernières années de sa vie[757].

      [Note 753: _Lettres_, t. X, p. 214, 9 septembre 1567.--Description
      des Tuileries par le secrétaire de Girolamo Lippomano, ambassadeur
      vénitien, dans Tommaseo, _Relations_, t. II, p. 593 (Coll. Doc.
      inédits).]

      [Note 754: C'étaient peut-être des parties de la fontaine
      monumentale que Paul Ponce Trebatti avait commencée et que la mort
      l'empêcha d'achever: H. Sauval, _Histoire et recherches des
      Antiquités de la ville de Paris_, Paris, 1724, t. II, p. 60.
      L'ambassadeur suisse aura pris pour des faunes et des nymphes deux
      naïades et deux fleuves.]

      [Note 755: Cité par Ernest Dupuy, _Bernard Palissy_, p. 59-60.]

      [Note 756: Ce n'était pas d'ailleurs une simple grotte, mais «une
      grande caverne», une sorte de temple souterrain, que le bon potier
      aurait voulu faire: _Œuvres de Bernard Palissy_, éd. par Anatole
      France, p. 466. Il dut se borner à orner «son rocher».]

      [Note 757: _Lettres_, t. X, p. 428, n. A. de Barthelemy, _La
      colonne de Catherine de Médicis à la Halle au blé_, Mémoires de la
      Société de l'Histoire de Paris, t. VI (1879), p. 183.]

C'était un palais français, entre cour et jardin, ouvert largement au
soleil, et non le palais italien aux cours intérieures, comme de L'Orme
avait commencé d'en bâtir un aux Tuileries. Mais Jean Bullant, grand
imitateur de l'antiquité, avait, dans la cour d'honneur, élevé, sur le
modèle de la colonne de Marc-Aurèle et de Trajan, une colonne
monumentale de 143 pieds dont il avait d'ailleurs modernisé les larges
cannelures, en les parsemant de «couronnes de fleurs de lis, de cornes
d'abondance, de chiffres, de miroirs brisés et de lacs d'amour
déchirés», symboles de la prospérité et du bonheur détruits par la mort
d'Henri II[758].

Depuis les premiers temps de sa régence, elle faisait travailler aussi à
Saint-Denis, cette nécropole des rois. La chapelle funéraire qu'elle
destinait à recevoir le corps de son mari, celui de ses enfants et le
sien était un édifice à part, accolé au croisillon septentrional de
l'église abbatiale et qui ne communiquait avec elle que par une porte.
Elle était de forme circulaire, large de trente mètres de diamètre à la
base, haute de deux étages péristyles, et couronnée d'une coupole en
retrait que portaient douze colonnes et qu'une lanterne surmontait[759].
L'idée de cette rotonde était du Primatice, que Catherine avait chargé
de la construction; et, en effet, elle devait venir plus naturellement à
un Italien, qui avait vu le Panthéon de Rome, le Tempietto de Bramante
et les baptistères de Pise et de Florence. Après la mort du Primatice,
les travaux furent continués par Jean Bullant et repris enfin par
Baptiste Androuet du Cerceau, qui aurait modifié et surtout alourdi le
plan primitif.

On voit combien elle était éclectique. Elle employait indifféremment des
architectes français ou italiens, comme Henri II et François Ier. Ce qui
la distingue de tous les souverains qui ont eu la passion des bâtiments,
c'est qu'elle ne se contentait pas de s'intéresser aux travaux et
d'intervenir par conseils, désirs et observations. En lui dédiant son
_Premier Tome de l'Architecture_, qui parut en 1567, Philibert de L'Orme
admirait «comme de plus en plus, disait-il, vostre bon esprit s'y
manifeste (dans l'architecture) et reluit quand vous-mesme prenez la
peine de protraire et esquicher les bastiments qu'il vous plaist
commander estre faicts»[760]. Dans le cours de l'ouvrage, il revenait
sur cette collaboration de la Reine-mère, «laquelle pour son gentil
esprit et entendement très admirable accompagné d'une grande prudence et
sagesse a voulu prendre la peine, avec un singulier plaisir, d'ordonner
le départiment de son dit Palais (des Tuileries) pour les logis et lieux
des salles, antichambres, chambres, cabinets et galleries et me donner
les mesures des longueurs et largeurs, lesquelles je mets en exécution
en son dit palais, suivant la volunté de Sa Majesté»[761].

      [Note 758: _Lettres_, t. X, p. 428 n. A. de Barthelemy, _La
      colonne de Catherine de Médicis à la Halle au blé_, Mémoires de la
      Société de l'Histoire de Paris, t. VI (1879), p. 184.]

      [Note 759: Paul Vitry et Gaston Brière, _L'Église abbatiale de
      Saint-Denis et ses tombeaux_, Paris, 1908, p. 19-21.--Dimier, _Le
      Primatice_, 1900, p. 353 sqq.]

      [Note 760: _Le Tome premier de l'Architecture_, par Philibert de
      L'Orme, Paris, 1567, préface, p. 1.]

      [Note 761: _Ibid._, p. 20.]

Elle ne se contentait pas de la beauté un peu froide du style classique.
Pour relever et égayer l'aspect des murs, «d'abundant, raconte toujours
de L'Orme, elle a voulu aussi me commander faire faire plusieurs
incrustations de diverses sortes de marbre, de bronze doré et pierres
minérales, comme marchasites (marcassites) incrustées sus les pierres de
ce païs, qui sont très belles, tant aux faces du palais et par le dedans
que par le dehors...»

Par cette recherche de l'éclat, elle se distingue de son architecte,
partisan d'un art plus sévère. Elle s'inspire de San Miniato et de Santa
Maria del Fiore, si riants en leur polychromie de marbre. Les chantiers
des Tuileries, comme on le voit par l'«Inventaire» de ses meubles,
étaient remplis de marbres de toutes couleurs: noir de Dinan, rouge de
Mons, rouge et vert, rouge et blanc, rouge et tanné, blanc et noir,
blanc tacheté de jaune, blanc tout tacheté. Au Louvre, le long de la
galerie actuelle des Antiques, du côté du Jardin de l'Infante, et dans
l'angle de la cour intérieure, ressortent aussi, quoiqu'elles soient
ternies par le temps, des tables de marbre, vert, rouge, etc. Au
mausolée d'Henri II à Saint-Denis, des masques rougeâtres parmi les
bas-reliefs de marbre blanc, le contraste entre le bronze noir des
statues symboliques et la blancheur cadavérique des gisants, rompent
aussi l'uniformité[762]. C'est, avec le bossage vermiculé de la galerie
et du portique qui y est contigu, l'indice du pays d'origine de la
Reine-mère, et, pourrait-on dire, sa marque de fabrique.

En sculpture aussi, ses impressions de jeune Florentine expliquent la
souplesse de son goût. Il est naturel, qu'elle se soit adressée, pour
faire la statue équestre de son mari mort, au sculpteur de génie qui
avait, à la Sacristie Neuve de Saint-Laurent, idéalisé l'image de son
père. C'est vraisemblablement de cette statue qu'il s'agit dans deux
lettres, l'une de l'ambassadeur de France à Rome, Ville-Parisis (31 mai
1564), et l'autre de Catherine (15 juin)[763]. Michel-Ange, qui venait
de mourir plus qu'octogénaire, s'était peut-être, malgré sa vieillesse,
chargé de cette œuvre[764]. En tout cas, il en avait dressé les
«portraicts et desseings». Ville-Parisis avait choisi, pour les
exécuter, ainsi qu'il l'écrivait à la Reine-mère, «un homme qui entend
très bien telles besongnes», mais qui malheureusement, s'était trompé
sur la quantité de bronze nécessaire. Il fallait faire venir de Venise
«pour le plus près», le complément de métal, et toutefois, Ville-Parisis
estimait que tout serait fini «pour la my aoust ou environ».

      [Note 762: Paul Vitry et Gaston Brière, _L'Église abbatiale de
      Saint-Denis et ses tombeaux_, Paris, 1908, p. 154.]

      [Note 763: _Lettres_, t. II, p. 193, et même page, note 2.]

      [Note 764: Peut-être aussi s'est-il excusé d'entreprendre un
      pareil travail à son âge et s'est-il contenté de dresser les
      «portraicts et desseings». Il mourut le 18 février 1564.]

Mais le travail n'alla pas aussi vite que le prévoyait l'ambassadeur et
que le désirait Catherine. Le praticien spécialiste étant, dit la
Reine-mère, «fort subject à l'apoplexie» et passant pour le seul homme
en la chrétienté capable d'accomplir un pareil ouvrage, il convenait de
se hâter avant la crise finale. Daniel de Volterra--car c'est de lui
assurément qu'il s'agit--mourut en 1566 et n'eut le temps que de fondre
le cheval[765].

Pour couler en bronze son mari, Catherine pensa cette fois à Jean de
Bologne, un autre disciple de Michel-Ange et flamand éperdument
italianisé. Elle pria le prince de Florence, François de Médicis, dont
il était le sculpteur attitré, de le lui prêter pour aller achever à
Rome la statue d'Henri II et la mettre «en telle perfection qu'elle
puisse correspondre à l'excellence d'un cheval qui est jà faict».
François refusa de lui donner ce contentement. Le cheval expédié en
France attendit vainement son cavalier. Il servit plus tard à une statue
équestre de Louis XIII, qui, dressée place Royale, fut brisée en 1793.

Ce n'est pas la seule preuve de l'admiration de Catherine pour
Michel-Ange. Ayant su qu'un médecin de Rome voulait vendre
l'_Adonis_--l'_Adonis mourant_,--«qui est si beau», disait-elle (elle
l'avait donc vu en sa jeunesse), elle écrivait au comte de Tournon, son
ambassadeur près du pape, de s'enquérir du prix, offrant même, si
c'était nécessaire, de donner au vendeur un bénéfice
ecclésiastique[766].

      [Note 765: Sur Daniel Ricciarelli, né vers 1509 à Volterra, voir
      pour références Müntz, _La Renaissance_, t. III, p. 551-552.]

      [Note 766: _Lettres_, II, p. 394. Lettre du (20?) octobre 1566.
      L'_Adonis mourant_ est maintenant au Musée national de Florence.
      On conteste qu'il soit de Michel-Ange par de pauvres raisons
      exposées dans H. Thode, _Michelangelo_, Berlin, 1912, t. III, p.
      111 sq. La lettre de Catherine, écrite deux ans après la mort de
      Michel-Ange, semble prouver que l'_Adonis mourant_ est bien du
      grand sculpteur. De quel autre Adonis pourrait-il y être question
      et avec cette admiration? C'est une question que je me propose de
      reprendre bientôt.]

Mais les travaux de Saint-Denis permirent à Catherine d'apprécier à sa
valeur la sculpture française.

Elle avait entrepris d'ériger à Henri II dans la chapelle des Valois un
monument funéraire comparable à ceux de ses prédécesseurs immédiats,
François Ier et Louis XII. Le Primatice, sans parti pris, avait commandé
les bas-reliefs et les figures à des Italiens ou des Français, Dominique
Florentin, Jérôme della Robbia, Germain Pilon, Ponce Jacquino, Laurent
Regnauldin, François Roussel. Mais tous, sauf Germain Pilon, moururent
avant d'avoir achevé ou même commencé leur tâche. Germain Pilon continua
ou reprit l'œuvre de ses compagnons, et c'est lui qui est, on peut le
dire, le principal ou même l'unique sculpteur du mausolée d'Henri II.
Comme dans les grands tombeaux de l'époque, Henri II et Catherine de
Médicis sont représentés deux fois: en bas, morts et nus; en haut, sur
la plate-forme, revêtus du costume royal et priant. Les gisants sont de
marbre et les orants de bronze; ils sont les uns et les autres de
Germain Pilon.

Le cadavre d'Henri II accuse de la raideur et de l'affaissement, mais
sans excès de réalisme; et sa belle tête renversée sur un coussin fait
penser à celle du Christ de Holbein[767]. Le corps de la Reine montre
les formes pleines et jeunes encore d'une femme de quarante ans, l'âge
qu'elle avait lors de la mort de son mari[768]. Les orants représentent
les souverains en leur majesté, agenouillés sur des prie-Dieu, qui ont
disparu. Catherine est ressemblante et n'est pas laide. Son manteau de
cérémonie laisse voir la taille bien prise sous un corsage semé de
pierreries. Henri est drapé dans le grand manteau fleurdelisé, d'où
ressort son visage aux traits nobles, à la physionomie fermée d'homme
têtu. A l'exemple des vieux «imagiers», Germain Pilon réalisait l'art
dans la vérité.

      [Note 767: Au Musée de Bâle.]

      [Note 768: La gisante, dite de Catherine de Médicis, qui est
      maintenant au Louvre, après avoir traîné un demi-siècle, dit-on,
      dans la cour de l'École des Beaux-Arts, ce cadavre de femme au
      gros nez aplati, aux lèvres épaisses, aux mamelles plates, à
      l'ossature rude, est-ce vraiment Catherine de Médicis? Jérôme
      della Robbia, à qui on l'attribue, se serait-il permis de
      présenter à sa royale compatriote cette image cruelle de la
      déchéance qui suit la mort. S'il l'a fait, on comprend que
      Catherine n'ait pas voulu de cette effigie.]

Aux angles de cet édicule de marbre, quatre figures de femmes en bronze
noir symbolisent les vertus cardinales: Tempérance, Prudence, Force,
Justice. C'est, avec l'architecture du monument, la part de l'influence
italo-classique[769].

Idéalisées aussi à la mode de la Renaissance, les trois cariatides,
court vêtues en leur tunique de chasseresses, qui représentent les
Vertus théologales, et portent sur leur tête l'urne de bronze où étaient
unis dans la mort comme dans la vie les cœurs d'Henri II et du
connétable de Montmorency[770].

      [Note 769: Vitry et Brière, p. 155-158.]

      [Note 770: Voir _infra_, ch. XI, p. 410.]

Catherine était capable de comprendre le grand artiste en qui se
conciliaient la tradition française et l'inspiration nouvelle. Elle
était d'une ville, Florence, où les ouvriers du marbre et du bronze,
Donatello, Verrocchio, les Rossellino, Luca della Robbia et même Mino de
Fiesole--en laissant à part Michel-Ange qui trône dans l'isolement du
génie--ont toujours suivi de plus près la nature que les autres
Italiens. Aussi Germain Pilon fut-il son sculpteur favori, peut-être
parce que, sans y penser, elle retrouvait en lui sa conception atavique
de l'art. Elle se fit représenter par lui en 1583 avec son mari, en
gisants de marbre, étendus sur des matelas de bronze, mais cette fois
couronne en tête, en costume du sacre. Cette œuvre très réaliste
reproduit avec une scrupuleuse fidélité le détail des étoffes, des
ornements et des vêtements d'apparat. La tête de Catherine est d'une
vérité frappante: c'est peut-être le portrait le plus exact qu'on ait
d'elle en sa vieillesse: figure hommasse et empâtée, menton court doublé
d'un collier de graisse, front fuyant.

Elle lui commanda aussi, pour décorer la chapelle de son hôtel, une
_Annonciation_, et c'est pour elle aussi qu'il sculpta et peignit cette
admirable _Pieta_ de pierre, aujourd'hui au Louvre, où, dans la figure
amaigrie de la mère de Dieu, l'humain et le divin transparaissent et se
fondent dans l'expression de la douleur[771].

      [Note 771: Lemonnier, _Histoire de France_, publiée sous la
      direction d'E. Lavisse, t. V 2, p. 356.]

Il y avait encore plus loin des Clouet aux peintres italiens que de
Germain Pilon à Verrocchio et à Donatello, et cependant Catherine se fit
portraiturer par les uns et les autres. Il est vrai qu'en 1541 elle
faisait demander à Paul III par le nonce un portrait de «Donna Giulia»,
qu'elle avait vu, étant enfant, dans la chambre du cardinal Hippolyte de
Médicis et pour lequel «elle s'était sentie prise d'amour»[772]. Mais
était-ce pour la beauté de la dame ou le mérite du peintre, Sébastien
del Piombo? Il est plus significatif qu'en 1557 elle ait écrit au
cardinal Strozzi, son cousin, pour lui demander un peintre «qui saiche,
disait-elle, bien peindre au vif et lui ferez faire vostre pourtraict ou
de quelque autre que je cognoisse et le m'envoyez à ce que, si je le
trouve bon et bien faict, vous m'envoyez le dit personnaige pour qu'il
serve par deça»[773]. Mais cette demande ne prouve pas nécessairement
qu'elle préférât la manière idéaliste des portraitistes italiens à celle
des portraitistes flamands. Elle s'était déjà fait peindre à cette
époque par François Clouet[774] et voulait se voir tout autre: fantaisie
de femme ou désir de faire cadeau à ses amis d'Italie d'un portrait à
leur goût et à leur mode. Mais elle n'a pas probablement insisté; et en
effet il y a d'elle beaucoup de portraits français et très peu de
portraits italiens.

      [Note 772: Romier, _Les Origines politiques des guerres de
      religion_, I, p. 17. Cette «Donna Giulia» que j'ai pu identifier,
      est une Gonzague de la ligne de Sabioneta et Bozzolo, femme de
      Vespasiano Colonna, qui mourut prématurément en 1528, la laissant
      veuve toute jeune. Elle passait pour une des plus belles femmes de
      l'Italie. Le cardinal Hippolyte de Médicis, qui était amoureux
      d'elle, la fit peindre, entre le 8 juin et le 15 juillet 1531, par
      Sebastiano del Piombo,--un portrait que Vasari (éd. Milanesi, V,
      p. 578), qualifie de «pittura divina». Catherine, qui n'a quitté
      Rome qu'en avril ou mai 1532, a donc pu le voir, et c'est
      certainement ce portrait-là qu'elle demandait. Celui qui se trouve
      à Mantoue en est une réplique et il servit à son tour de modèle,
      par exemple, pour le petit portrait qu'on voit au Musée impérial
      de Vienne. Voir Dr Friedrich Kenner, _Die Porträtsammlung des
      Erzherzogs Ferdinand von Tyrol. Die italianischen Bildnisse_, dans
      le _Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen des Alterhöchsten
      Kaiserhauses_, 1896, t. XVII, p. 216, no 89 A.--B. Amante, _Giulia
      Gonzaga_, Bologne, 1896.]

      [Note 773: _Lettres_, I, p. 109.]

      [Note 774: En 1564, elle se fit peindre à Lyon avec ses enfants
      par Corneille de La Haye (dit de Lyon), un Flamand, lui aussi.]

Une iconographie critique de Catherine de Médicis en fournirait une
preuve décisive[775]; mais elle est difficile. Catherine a été
représentée tant de fois et de tant de manières, peintures, fresques,
dessins, émaux, cires, aujourd'hui dispersés, qu'il faudrait aller la
chercher dans tous les musées de France et d'Europe et dans les
collections des princes et des particuliers. Pour ce qui est des
portraits peints, ils sont, pour la plupart, d'auteurs inconnus, et, en
attendant de les identifier et de les dater, si c'est possible, il faut
se contenter de les grouper par écoles. Il y a à Poggio à Cajano un
portrait que l'on donne comme celui de Catherine enfant. Il représente
une jeune fille de quatorze ou quinze ans, qui n'est pas laide, coiffée
d'un diadème de perles et couverte d'un riche manteau[776]. Bouchot
s'amuse fort de cette princesse moldave, et tout au plus accorde-t-il
qu'un peintre inconnu ait voulu donner un pendant au portrait romantique
du cardinal Hippolyte peint par Titien. Mais pourtant il ne faudrait pas
oublier que Vasari, à la veille du mariage de Catherine, fit d'elle un
portrait destiné à la Cour de France et au futur époux et qu'il a dû
dissimuler les misères de l'âge ingrat[777]. On n'y reconnaît pas sa
manière; mais, à l'époque où il peignit la fiancée, il n'avait que vingt
et un ans et n'était pas encore lui-même. Il est d'ailleurs à remarquer
que cette Catherine ressemble assez à celle que Vasari a peinte au
Palazzo Vecchio dans la fresque des épousailles.

      [Note 775: Elle a été essayée par Bouchot et Armand Baschet, mais
      elle est incomplète et fautive. Beaucoup de portraits, qu'il est
      facile de voir à Florence dans la Galerie qui mène des Uffizi au
      palais Pitti, n'y sont pas indiqués, et par contre on donne comme
      un portrait de Catherine par le Tintoret, celui de la duchesse
      d'Urbin Giulia (comme l'a démontré Gronau, _Titian_ 1904).]

      [Note 776: Dans l'inventaire des objets légués à la
      grande-duchesse de Toscane, Christine de Loraine, par Catherine de
      Médicis, sa grand'mère, se trouve indiqué, au no 288
      (Reumont-Baschet, p. 346) _un ritratto della Regina Caterina
      fanciuletta con ornamento d'oro_». Ne serait-ce pas celui-là?]

      [Note 777: Voir la lettre de Vasari, où on lit qu'il faisait le
      portrait pour le duc d'Orléans et qu'il en ferait une réplique
      pour le bon vieux cousin de Catherine, Ottaviano de Médicis, et
      même il en promettait une autre copie à un ami de Rome, Messer
      Carlo Guasconi.]

Le portrait publié par Alberi, en tête de sa _Vie de Catherine de
Médicis_--avec ses fleurs dans les cheveux--n'est certainement ni de
Catherine de Médicis, ni peut-être même du XVIe siècle. Il y a d'elle
aux Uffizi un assez beau portrait que le catalogue (no 40) attribue à
Santi di Tito, un peintre florentin, qui vécut de 1536 à 1605. La figure
est assez vulgaire, mais les lèvres sont fines et l'air intelligent.
Catherine est assise sur un fauteuil à haut dossier; elle est en
demi-deuil, manches à gigot rayées noir et blanc. Elle paraît âgée de
quarante à quarante-cinq ans. Mais Santi di Tito est-il venu en
France?[778]. Un autre Italien, mais inconnu, l'a peinte en sa
vieillesse, peut-être d'après un portrait de l'école française[779].

      [Note 778: Le buste de ce portrait est reproduit trait pour trait
      dans un médaillon peint à la fresque qui se trouve au-dessus d'une
      fenêtre dans la salle de Léon X au Palazzo Vecchio. Mais le
      copiste ou la courbe de la paroi a singulièrement épaissi le
      modèle.]

      [Note 779: Dans le couloir, côté Pitti, no 1121, phot. par
      Alinari, p. 2a, no 725.]

A ces trois ou quatre peintures se réduit l'apport de l'art italien. Il
n'y a pas d'autre image d'elle à Florence et à Rome qui ait été faite
par ses compatriotes. Mais elle a été représentée à tous les âges et de
toutes façons par les peintres français. Les musées de Florence sont
particulièrement riches en portraits, qui sont incontestablement de
l'école de Clouet. Il y en a trois dans la galerie qui va des Uffizi au
palais Pitti et dont l'un,--celui de Catherine vers trente ans,--est
comparable aux plus authentiques chefs-d'œuvre de François Clouet, à
l'Élisabeth d'Autriche du Louvre et au Charles IX du Musée impérial de
Vienne. La jeune Reine est debout en costume d'apparat, avec une coiffe
de perles, un collier de perles, une robe brun mordoré et un jupon rose
éteint tout quadrillé de perles, une lourde cordelière entremêlée de
perles et d'or. De son manteau il n'apparaît que l'hermine, qui recouvre
presque tout le bras, et qui rompt de sa blancheur les manches à
bouillons longitudinaux, entrelacés aussi de carrés de perles. Les
mains, les belles mains, ressortent longues et fines, la droite tenant
un éventail aux plumes blanches en panache.

Il y a des médaillons d'elle, enluminés ou peints sur parchemin ou sur
émail, dans son Livre d'heures qui est au Louvre, dans la salle des
miniatures et des pastels aux Uffizi, dans le Musée impérial et le
Trésor impérial de Vienne[780]. Ils sont tous de la manière de Clouet
«inimitable» en «ces œuvres ténues». Nombreux aussi sont les dessins de
la même école au crayon noir ou au crayon de couleur. Mais à mesure
qu'elle vieillissait, l'image ressemblait moins au modèle. Les
portraitistes du crayon, les Caron, les Du Monstier, les Quesnel,
disciples infidèles de Clouet, prêtèrent à cette femme grosse et lourde
les formes, que sous le vêtement on devine élancées, de la Diane de
Poitiers sculptée nue par Jean Goujon. L'esprit courtisan aidait à ces
mensonges de l'idéalisme classique. Mais ce n'est pas un indice des
goûts de Catherine. Il y a aux Uffizi, à Florence, un portrait peint,
qui la représente en sa vieillesse, épaissie par l'âge, avec de gros
yeux à fleur de tête et de grosses lèvres rouges, vêtue toute de noir,
sauf la guimpe blanche, assise sur un siège noir, entre deux rideaux
noirs, sur un fond de tapisserie noire. Après avoir vu ce beau portrait
réaliste, on s'étonne que Bouchot puisse dire qu'elle voulait être
représentée, non telle qu'elle était, mais telle qu'elle aurait voulu
être[781].

      [Note 780: F. Mazerolle. Miniatures de François Clouet, au Trésor
      impérial de Vienne (Extrait de la _Revue de l'Art chrétien_,
      octobre 1889).]

      [Note 781: Couloir du palais Pitti aux Uffizi, côté Pitti, n° 19.

      Il est possible, mais c'est une hypothèse, que ce portrait soit
      celui qu'elle promettait d'envoyer à ses bonnes _Murate_ (3
      janvier 1588): «portraict au vif de moy, très bien faict». Voir
      ci-dessus, p. 259, la statue réaliste commandée à Germain Pilon.]

Son goût était bien plus large. L'Inventaire qui fut dressé après sa
mort mentionne des tableaux d'inspiration religieuse ou antique: une
_Charité_(?), l'_Enfant prodigue_, le _Jugement de Salomon_, l'_Histoire
d'Esther et d'Assuérus_ l'_Histoire d'Orphée_, une _Vénus_, le
_Ravissement d'Hélène_ et qui, tous, étaient probablement traités à la
mode italo-classique; mais Catherine ne méprisait pas, comme on le voit
par le même Inventaire, la peinture de genre, où les Flamands
excellaient déjà, ces scènes d'intérieur ou de cabaret, avec de petits
bonshommes très réalistes que le grand Roi qualifiera plus tard, sujets
compris, de «magots». Elle a en son Hôtel pour en égayer les murs des
«drolleries de Flandres», une «cuisinière» (est-ce une cuisine ou
simplement une rôtissoire?)[782], le groupe d'un «barbet, d'une
drollerie et d'une cuisinière de Flandres», et trente-six petits
tableaux peints sur bois, avec leurs châssis, «de divers paisages et
personnages[783]», qui paraissent de même caractère. Elle tapisse son
cabinet de travail de «vingt tableaux de paisages peintz sur toile
attachez avec des cloux». Or, comme on le sait, le paysage pour le
paysage, le paysage qui n'est pas simplement un décor, ce n'est pas, à
cette époque, un genre en faveur ni même en usage parmi les peintres
italiens ou français. La Florentine n'a point de parti pris contre l'art
du Nord.

      [Note 782: Bonnaffé, _Inventaire_, p. 72.]

      [Note 783: _Ibid._, p. 83, 95.]

Les émaux de Léonard Limousin empruntent leurs sujets à la mythologie et
à la réalité. Ils montrent la Cour de France et l'Olympe: ils sont
antiques et ils sont contemporains. Catherine avait fait enchâsser dans
les lambris «trente-neuf petits tableaux d'émail de Limoges en forme
ovale» et «trente-deux portraits d'environ ung pied de hault de divers
princes, seigneurs et dames»[784]. D'autres «pièces d'émail»,
transportables, celles-là, étaient enfermées dans des bahuts: cent
quarante ici, quarante-huit là[785].

      [Note 784: On en voit encore au Louvre, dans les vitrines de la
      galerie d'Apollon.]

      [Note 785: Bonnaffé, _Inventaire_, p. 155, 74, 81. Ce Jérôme della
      Robbia, ou, comme elle dit, Hierosmme de La Rubie, qu'elle
      recommandait à Cosme de Médicis, 12 mars 1549, _Lettres_, t. I, p.
      29 et note 2, appartenait à la dynastie des grands émailleurs
      florentins, mais il était lui-même architecte et sculpteur, et
      c'est en cette qualité qu'il avait déjà travaillé en France
      pendant plus de trente ans, sous François Ier et Henri II, par
      exemple à la construction du château de Madrid, voir p. 234, n.
      4.]

Bernard Palissy, l'illustre potier, que la Reine a employé à la grotte
des Tuileries, ne connaissait guère l'antiquité; et même, comme il
pratiquait un art que Rome et la Grèce ignoraient, il en faisait fi: «Je
n'ai point d'autre livre, déclare-t-il, que le ciel et la terre.»

Mais ce qui prouve mieux encore l'éclectisme de Catherine, ce sont deux
séries de tapisseries, dont l'une est représentée par de nombreuses
répliques au Garde-meuble de Paris, et dont l'autre existe en original
au Musée archéologique (section des Arazzi) et aux Uffizi de Florence.
Elles sont une illustration du règne de Catherine et quelquefois des
mêmes événements, qu'elles interprètent de la façon la plus différente.

La série du garde-meuble est d'inspiration toute classique. Son premier
auteur est un bourgeois de Paris, Nicolas Houel, ancien marchand
apothicaire et épicier enrichi par son négoce, et qui devint plus tard
intendant et gouverneur de la maison de la Charité chrétienne «establie
es Faubourg Saint-Marcel»[786]. Il écrivait, collectionnait, achetait,
probablement revendait des tableaux, et par là se trouvait en rapport
avec des personnes de toutes conditions. L'idée lui vint, comme il le
raconte lui-même, de dresser un «dessin de peinture» qui pût servir de
patron à beaucoup d'ouvriers--vraisemblablement des tapissiers--et d'y
joindre «un peu d'escriture pour en donner plus claire intelligence».
Des «personnages de sçavoir» l'engagèrent à traiter l'histoire
d'Artémise, femme de Mausole, c'est-à-dire, sous un autre nom, celle de
Catherine de Médicis, une veuve inconsolable elle aussi et qui, comme
Artémise, élevait à son mari mort un mausolée. Après quelque hésitation,
il composa la légende, comptant, pour l'illustrer, sur les amis qu'il
avait parmi les plus excellents peintres et sculpteurs. Ce double
travail allait son train, mais Houel ne savait comment ni par qui le
faire exécuter en tapisserie. Un jour qu'il était dans ces «alteres»
(angoisses), il fut «ébahi» de voir entrer en son logis la Reine-mère,
qui venait examiner quelques pièces de son cabinet et quelques peintures
des meilleurs ouvriers de France. Il en profita pour lui montrer la
«minute» de ses Histoires «avec plusieurs cartons de peinture», que la
royale visiteuse trouva «véritablement fort beaux». Elle prit plaisir à
entendre ses explications et à regarder ses dessins, et elle
l'encouragea à pousser activement son travail. Bientôt il put aller lui
présenter les deux premiers livres de ses Histoires et les illustrations
«faictes par des premiers hommes tant de l'Italie que de la France» pour
«faire de belles et riches peintures à tapisseries pour l'ornement de
ses maisons». Elle approuva le projet et le fit exécuter dans son
château du Louvre par la manufacture de tapisseries de la Couronne[787].

      [Note 786: C'était une école pour les orphelins et un asile pour
      les pauvres honteux. Le plan en avait été présenté par Nicolas
      Houel à la femme d'Henri III, Comte de Baillon, _Louise de
      Lorraine_, Paris, 1884, p 97-98. Sur Nicolas Houel, voir Jules
      Guiffrey, _Nicolas Houel, apothicaire parisien, fondateur de la
      maison de la Charité chrétienne et premier auteur de la tenture
      d'Artémise_ (Mémoires de la Société de l'Histoire de Paris et de
      l'Île-de-France, t. XXV, 1898, p. 179-271).]

      [Note 787: C'est probablement l'ancien atelier d'Henri II à
      Fontainebleau, transféré au Louvre.]

Il y a au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale trente-neuf
de ces cartons pour tapissiers, avec des légendes explicatives en vers,
de Nicolas Houel[788]. Mais des tentures faites d'après ces dessins pour
Catherine de Médicis, il n'en reste probablement aucune. Les tapisseries
qui se trouvent au Garde-meuble, au Louvre, à Fontainebleau, et
ailleurs, et qui représentent les hauts faits d'Artémise, son
gouvernement glorieux et l'éducation de son jeune fils, le roi Lygdamis,
sont du XVIIe siècle. La régence de Marie de Médicis, et même plus tard
celle d'Anne d'Autriche, prêtaient avec quelque complaisance aux mêmes
comparaisons. On reproduisit, avec les variantes nécessaires,
quelques-uns des anciens cartons: on en élimina d'autres; on en fit de
nouveaux, qui furent «la Suite de la reine Artémise». Sur ces modèles,
que les minorités de Louis XIII et de Louis XIV remirent deux fois à la
mode, on fabriqua des tapisseries pendant tout un demi-siècle, et même
jusqu'en 1664.

      [Note 788: Réserve, côté Ad. 105, grand in-fo. Reproductions
      photographiques de ces dessins. Ad. 105a. L'Histoire de la Reine
      Artémise de Nicolas Houel, une compilation très indigeste est au
      cabinet des manuscrits, f. fr., no 306.]

Il ne saurait être question ici que des cartons commandés par Nicolas
Houel. Ils racontent, en une succession de tableaux, l'histoire
d'Artémise, régente du royaume de Carie pendant la minorité de son fils.
C'est le «triomphe» des obsèques de Mausole, ce mari tendrement aimé, et
tout le détail de ce «triomphe»: cortèges de prêtres, d'enfants et de
femmes, concerts funéraires, défilés de chars et défilés de guerriers
portant les dépouilles opimes des nations vaincues, éloge funèbre,
brûlement du corps et sacrifices, construction du temple destiné à
recevoir les cendres royales;--c'est la réunion des États du royaume et
la proclamation d'Artémise comme régente;--c'est l'instruction que la
Reine-mère donne à son fils Lygdamis «tant aux lettres qu'aux
armes»;--ce sont les combats qu'elle livre et les victoires qu'elle
remporte sur les Rhodiens révoltés;--et ce sont aussi les œuvres de la
paix, ses constructions, ses jardins, ses ménageries, ses palais.
Costumes, armes et armures, jeux, cérémonies, bâtiments, tout est
antique, grec ou plutôt romain, car les artistes de ce temps ne voyaient
la Grèce qu'à travers Rome.

Mais, sous ce travesti, Houel et ses collaborateurs ont voulu
représenter des événements et des personnages de leur temps. Vous
verrez, dit-il à Catherine, «le sepulchre» qu'Artémise a dressé à
Mausole et «qui a servi long-temps de merveille à tout le monde. Ce qui
a esté de nostre temps renouvellé en vous après la mort du feu roy Henry
vostre époux». L'éducation de Lygdamys la fera «ressouvenir» de celle
qu'elle a donnée à ses enfants, et l'assemblée des États généraux
cariens, des représentants des trois ordres de France réunis à Orléans.
La défaite des Rhodiens--ces insulaires assimilés aux protestants de La
Rochelle et des îles adjacentes,--lui rappellera ses cinq victoires sur
ses sujets rebelles et le pardon qu'elle leur avait accordé. Les
édifices construits par la Reine de Carie, tant à Rhodes qu'à
Halicarnasse, étaient un prototype des Tuileries et des châteaux de
Saint-Maur, de Monceaux, etc. La comparaison allait tellement de soi,
remarquait Houel, «qu'on diroit que nostre siècle est la révolution de
cet antique et premier soubs lequel régnoit cette bonne princesse
Artemyse. Aussi le principal but de mon entreprise a esté de vous
représenter en elle et de monstrer la conformité qu'il y a de son siècle
au nostre.»

Les artistes que Nicolas Houel avait employés avaient une telle
superstition de l'art antique qu'ils n'en imaginaient point d'autre.
Français ou Italiens, ils appartenaient, c'est Houel qui le dit, à cette
école de Fontainebleau, dont le maître était Le Primatice. Les dessins
ayant été terminés entre août et novembre 1570[789], Le Primatice, qui
venait à peine de mourir, a pu inspirer l'œuvre et même y travailler.
C'est, en tout cas, un de ses élèves, Antoine Caron, de Beauvais,
(1521-1599), qui passe pour être l'auteur de presque tous les cartons du
Cabinet des Estampes[790]. Lui et ses collaborateurs ont placé dans un
décor et traduit en une forme antique des faits tout contemporains:
attaques de places fortes, tournois, luttes corps à corps, combats à
pied et à cheval, funérailles d'Henri II. Ils ont trouvé tout naturel
d'identifier la Reine de France à la Reine de Carie, que séparaient
vingt siècles et plusieurs civilisations, et de s'inspirer des
_Triomphes de Jules César_, cette reconstitution de l'ancienne Rome par
Mantegna, pour illustrer l'histoire de Charles IX et de la Régente, sa
mère.

      [Note 789: Ce n'est pas une hypothèse. Dans la dédicace des deux
      livres de la Reine Artemise à Catherine, Houel fait mention de la
      paix de Saint-Germain (août 1570) comme conclue, et du mariage de
      Charles IX, qui fut célébré à Mézières le 26 novembre de la même
      année, comme devant prochainement se conclure.]

      [Note 790: Müntz, _Histoire générale de la tapisserie en France_,
      p. 93, réclame pour Caron tous les dessins sauf les huit suivants,
      (nos 9, 10, 14, 18, 19, 2, 3, 28, 31). Voir aussi Jules Guiffrey,
      _Les tapisseries du XIIe à la fin du XVIe siècle_, dans le tome VI
      de l'_Histoire générale des arts appliqués à l'industrie du Ve à
      la fin du XVIe siècle_, Paris, Librairie Centrale des Beaux-Arts,
      s. d., p. 204, 207 sqq. J. Guiffrey admet que quelques-uns de ces
      cartons soient de Lerambert. L. Dimier, _La tenture d'Artémise et
      le peintre Lerambert_ (_Chronique des Arts_, 1902, p. 327-328),
      croit tenir la preuve du contraire et que Lerambert n'a travaillé
      qu'à la _Suite d'Artémise_.]

Mais il est remarquable que Catherine ne se soit pas contentée de ce
travesti et qu'elle ait commandé aux ateliers de Bruxelles ou
d'Enghien[791] une interprétation réaliste des épisodes les plus
brillants de son gouvernement. Les tentures de Florence reproduisent les
costumes, les armes, les combats, les divertissements et les personnages
du temps avec une scrupuleuse fidélité. Elles sont, contrairement à ce
qu'on continue de croire, la fixation par l'image des grandes fêtes que
Catherine avait données à Fontainebleau, à Bayonne, aux Tuileries, et
qu'elle considérait comme une de ses gloires[792]. En ces huit
tapisseries éclatantes de couleur se succèdent les spectacles du Tour de
France: voyage de la Cour, joutes sur terre et sur l'eau, concerts,
tournois et cavalcades, et, pour finir, dans le décor du jardin des
Tuileries, les danses en l'honneur de l'ambassade polonaise qui apporta
une couronne au duc d'Anjou. L'antiquité fournit les accessoires
d'ornementation, chars, statues, allégories et dieux, mais les paysages
et les villes sont de France; les figures, les vêtements, les plaisirs
et les luttes, du XVIe siècle. Bien en vue sont placés, spectateurs ou
acteurs, les fils et les filles de la Reine, ressemblants comme des
portraits peints. Elle, toute vêtue de noir comme de coutume, préside à
ces plaisirs et semble les animer du regard.

      [Note 791: J. Guiffrey, _ibid._, p. 122, note 2, indique, comme
      lieu de fabrication, Enghien et, comme date de la commande, 1585,
      d'après l'_Histoire des seigneurs d'Enghien_ d'un annaliste
      flamand, P. Collins, né en 1560--un contemporain, bien qu'il ait
      publié son livre seulement en 1634.]

      [Note 792: Voir les hypothèses de M. Jules Guiffrey, _ibid._, p.
      154, qui s'est cependant le plus rapproché de la vérité.

      Je me propose de publier un peu plus tard un travail sur ces
      tapisseries de Florence, où je pense pouvoir identifier les lieux,
      les scènes et quelques personnages. On y verra aussi pour quelles
      raisons ces panneaux se trouvent à Florence. Je me borne
      aujourd'hui à indiquer ce qui est nécessaire pour l'intelligence
      et la diversité des goûts de Catherine.]

Ainsi, pour perpétuer la mémoire de ces magnificences, elle les avait
fait représenter en deux styles, l'un conventionnel et symbolique,
l'autre rigoureusement conforme à la vérité. Elle était Artémise et elle
était Catherine, et, sans s'arrêter à une formule d'art, suivait
indifféremment les traditions réalistes ou les inspirations
néo-classiques.

En 1580 ou 1581 elle quitta le Louvre et s'installa dans l'hôtel qu'elle
venait de se faire construire rue Saint-Honoré. Elle voulait avoir sa
maison à elle, où plus commodément qu'au Louvre, et loin du voisinage
des favoris, elle passerait les dernières années de sa vie--celles dont
il nous reste à raconter l'histoire politique--pendant les séjours
qu'elle faisait à Paris dans l'intervalle de ses voyages et de ses
villégiatures. Peut-être aussi tenait-elle à faire croire qu'elle
s'effaçait et laissait enfin le roi régner par lui-même. Mais il n'y
avait pas loin du Louvre à son palais, et si elle sacrifiait, dans
l'intérêt de son fils, les apparences du pouvoir, elle espérait bien en
garder la réalité. Elle y vécut en souveraine, ayant ses dames, ses
demoiselles, ses maîtres d'hôtel, ses pannetiers, ses échansons, ses
écuyers d'écurie, ses gens du Conseil, ses secrétaires, ses nains et ses
naines, bref une Cour[793], où elle maintenait le même cérémonial et la
même étiquette qu'au Louvre.

      [Note 793: Le fait qu'il y a deux Cours explique en partie
      l'augmentation de presque tous les «officiers domestiques» de la
      Reine, depuis la mort de Charles IX et surtout depuis le mariage
      d'Henri III et l'établissement de la Reine-mère dans son nouveau
      logis (liste publiée par le Cte Baguenault de Puchesse, _Lettres_,
      t. X, p. 504 sqq.); dames (d'honneur), 5 en 1575, 8 en
      1583;--autres dames, 48 en 1576; 81 en 1583;--filles damoiselles
      (c'est-à-dire nobles), 15 en 1576, 22 en 1583 et 25 en 1585;--gens
      du Conseil, 30 en 1576, 58 en 1583;--secrétaires, 22 en 1576, 89
      en 1583, 108 en 1585, etc.]

Grâce à l'Inventaire[794], qui fut dressé immédiatement après sa mort,
des collections, des objets d'art et des meubles qu'elle y avait
accumulés, il est relativement facile d'entrer plus avant dans ses
habitudes, ses goûts et l'intimité de sa vie. Il y manque tout ce
qu'elle avait emporté à Blois, où elle était alors, c'est-à-dire son
linge, ses vêtements, son argenterie, ses bijoux: mais il en reste assez
pour la revoir en son milieu. Elle s'y était entourée de souvenirs. Au
premier, dans le grand salon en façade qui occupait toute la longueur de
l'Hôtel, trente-neuf portraits représentaient les rois, les reines, les
fils et les filles de France, depuis François Ier, ainsi que les
souverains apparentés ou alliés à la maison royale. Au bout de cette
galerie, deux cabinets, complétant cet assemblage familial, montraient,
celui de droite, Catherine au milieu des Médicis, celui de gauche, sa
mère, Madeleine, Élisabeth d'Autriche, sa bru, et les deux infantes
d'Espagne, ses petites-filles.

      [Note 794: L'Inventaire a été publié avec des annotations, qu'on
      souhaiterait plus nombreuses, par Edm. Bonnaffé, _Inventaire des
      meubles de Catherine de Médicis en 1589_, Paris, 1874. Pour la
      description de l'Hôtel, voir p. 7-15 et 150, 151.]

On voit que, comme aux Tuileries, la Reine n'avait pas abandonné à
l'architecte seul «le département des logis». Il y avait une chambre des
Miroirs, qui est comme la première ébauche, en raccourci, du salon des
Glaces de Versailles; un cabinet des Émaux, où étaient «enchassez dans
le lambris» de «petits tableaux d'émail», parmi lesquels «trente-deux
portraits, d'environ un pied de haut, de divers princes, seigneurs et
dames».

Son cabinet de travail était entouré d'armoires, pleines d'objets
familiers. Elle y avait sa bibliothèque particulière--sa grande
bibliothèque et les manuscrits étant logés non loin de là, rue de la
Plâtrière, sous la surveillance de l'abbé de Bellebranche. L'Inventaire
nomme parmi ces ouvrages de chevet: _Les Abus du Monde_, de Gringore, le
_Calendrier grégorien_, le _Livre des Sibylles_, une _Généalogie des
comtes de Boulogne_ et une _Origine et succession des comtes de
Boulogne_[795], et en signale d'autres sans en donner le titre. Il
mentionne aussi deux bahuts pleins de livres, que, faute de clef, on ne
put ouvrir[796]. Il est naturel que Catherine eût sous la main
l'histoire et le tableau de ses ancêtres maternels pour s'en prévaloir à
l'occasion. Mais le Livre des Sibylles trahit sa faiblesse pour l'art
divinatoire. La «Sotie» de Gringore, qui était peut-être un don de
Marguerite de Navarre ou de Marguerite de France, permet de supposer
qu'elle a dû s'égayer, du moins en sa jeunesse, des lourdes
plaisanteries du vieux poète sur la corruption de l'Église romaine. Quel
malheur pour l'intelligence de sa psychologie que les commissaires
chargés d'inventorier ne se soient pas donné la peine de cataloguer
nommément tous les volumes accessibles et qu'ils aient craint ou négligé
de forcer la serrure des armoires closes!

      [Note 795: Bonnaffé, _Inventaire_, p. 85, nos 242 et 243.]

      [Note 796: On ne voit nulle part indiqué le «_Prince_» de
      Machiavel, son prétendu livre de chevet.]

Heureusement, ils ont eu le soin de détailler les cartes géographiques
que la Reine avait en sa possession. Le nombre en est surprenant, même
pour l'homme d'État que fut cette femme. Il s'en trouve des quatre
parties du monde alors connues, Europe, Asie, Afrique, Amérique, et des
pays à qui elle eut particulièrement affaire, l'Angleterre, l'Espagne,
les Pays-Bas, l'Allemagne. Elle a en double exemplaire la région de
l'Amérique du Nord, Canada et Terre-Neuve, dont les rivages et les bancs
sous-marins étaient depuis si longtemps exploités par les pêcheurs
bretons et basques que la partie de l'Atlantique qui la baigne est, dans
la «Mappemonde d'Henri II», dénommée Mer de France. Qu'elle ait voulu
avoir sous les yeux cette Nouvelle France, dont Coligny tenta deux fois
de reculer la limite au sud aux dépens des Espagnols, rien de plus
compréhensible. Mais il faut d'autres raisons pour expliquer qu'on
trouve dans ce recueil la Guinée, les Indes occidentales et orientales,
l'Éthiopie et «le pays du prêtre Jean». Il est permis de supposer que
Catherine s'est toujours intéressée aux découvertes géographiques et
qu'elle rechercha les moyens d'en suivre le progrès. Son éducation
scientifique, qui la distinguait entre les autres princesses de la
Renaissance, avait élargi le champ de sa curiosité. Elle avait même des
cartes des vents. Son astrologie comportait quelque connaissance de la
cosmographie: c'est le ciel, l'air et la terre qui attiraient également
cette Reine de science[797].

      [Note 797: Edm. Bonnaffé, _Inventaire des meubles de Catherine de
      Médicis_, p. 65-66, 77-78 et 83. Ces cartes, la plupart «figurées
      à la main», sont-elles des copies, et faites par qui?
      L'imprécision de l'Inventaire ne permet pas de dire si les unes
      reproduisent les cartes de la mappemonde d'Henri II et les autres
      celles des cosmographes et géographes du temps, Munster, Mercator,
      Ortelius, etc. Cf. Jomard, _Les monuments de la géographie ou
      Recueil d'anciennes cartes européennes et orientales_, Paris, s.
      d.]

Elle avait des pays connus par les cartes et les livres des souvenirs
divers: peaux de crocodiles pendues au plafond, caméléon, branches de
corail, tapis des Flandres, tapis de Turquie, de Perse (chérins), laques
de Chine: c'était une grande collectionneuse.

On croit à tort que les bibelots sont une manie contemporaine: le
cabinet de Catherine en est plein. Il y a, bien en vue, sur une
tablette, douze pièces de cristal de roche, parmi lesquelles trois
grandes coquilles, ou _gondoles_, sur pieds d'or émaillés, et, dans les
armoires, des éventails en cuir du Levant, de la soie pour faire des
turbans, six «poupines» (poupées) en habits de deuil, en vêtements
noirs, en costumes de demoiselles (nobles), des pots de senteur, des
masques et des verreries de Venise, des laques de Chine, une quenouille
«de bois de crotelle?», un damier de bois de rose, un échiquier de nacre
de perles, quatre petits canons, des jeux de jonchets, de «regnard» et
de billard, plusieurs écritoires, enfin un nombre si considérable
d'objets d'art et de curiosité, que l'éditeur de l'Inventaire a renoncé
à en faire même une énumération sommaire.

Tous les appartements et même les greniers de l'Hôtel étaient remplis de
meubles de toute sorte, et comme il n'est pas alors d'usage de garnir
d'étoffe et de rembourrer les bancs et les «chaires», la Reine-mère a
cinq cents coussins de laine, de velours et de soie pour transformer en
sièges moelleux les bois les plus durs.

Cent trente-cinq tableaux et trois cent quarante et un portraits
illustrent les diverses pièces du logis. Catherine peut contempler,
quelquefois en plusieurs répliques, l'image des siens et d'autres chefs
de la chrétienté. Elle vit et se meut dans une atmosphère de grandeur.

Pour ses fêtes, ses bâtiments, ses collections et ses dons, elle
dépensait des sommes immenses. A Bayonne, les tournois, les banquets,
les joutes sur terre et sur mer coûtèrent si cher qu'il y eut quelques
murmures. Elle disait pour se justifier «qu'elle vouloit monstrer à
l'estranger que la France n'estoit si totalement ruynée et pauvre à
cause des guerres passées qu'il l'estimoit». Souvent aussi elle
alléguait l'exemple des «empereurs romains», «qui s'estudioient
d'exhiber des jeux au peuple et luy donner du plaisir» pour l'empêcher
de mal faire. Mais elle n'avait pas besoin de chercher ses raisons si
loin.

Tout enfant, elle avait la réputation d'être dépensière et libérale. Ses
appétits de magnificence s'ajoutant aux charges du gouvernement et des
guerres civiles, le trésor, à la mort de Charles IX, était vide, et
toute la matière imposable imposée. Inquiète de la détresse de l'État,
elle recommanda à Henri III de regarder de très près à ses finances,
mais Henri III aima mieux suivre son exemple que ses conseils. Elle
n'était pas meilleure ménagère de ses propres revenus[798]. Elle ne
savait rien refuser à qui la sollicitait et, par exemple, faisait don
d'une coupe de bois à un gentilhomme qu'elle ne pouvait gratifier d'un
secours d'argent. Longtemps l'abbé de Plainpied, son intendant,
s'efforça de contenir les profusions de cette mère prodigue, mais, lui
mort, elle cessa de compter. Elle avait près d'elle des nains et des
naines, comme les autres souverains, mais ce que seule elle faisait, à
ce qu'il semble, c'était d'entretenir des gouverneurs, des gouvernantes,
un aumônier pour ces êtres disgraciés, de les marier à grands frais et
de leur faire des cadeaux, quand ils allaient à confesse.

Elle empruntait à tous les taux l'argent nécessaire à ses fantaisies, à
son luxe, à ses besoins, et, cette ressource même lui manquant, elle
engageait d'avance ses revenus, et payait irrégulièrement ou ne payait
pas les gages des officiers de sa maison et de ses dames. A sa mort elle
devait huit cent mille écus, environ vingt millions de notre temps, et
n'avait pas un sol. Elle riait de ses embarras, disant à ses financiers
«qu'il falloit louer Dieu du tout et trouver de quoy vivre»[799]. C'est
à peu près le mot qu'on prête à son grand-oncle, Léon X: «_Godiamo il
papato, poiche Dio ci l'ha dato_» (Jouissons de la papauté, puisque Dieu
nous l'a donnée).

      [Note 798: Bouchot, p. 147: Le livre de comptes de Cl. de
      Beaune.--Cf. p. 149 et la cause des dépenses p. 151.]

      [Note 799: L'abbé Chevalier, _Debtes et créanciers de la Royne
      mère_, Techener, 1862, p. XLIII. En 1588, elle avait dévoré les
      revenus de 1589 et devait un an de gages à ses serviteurs.]



CHAPITRE VIII

LES DÉBUTS DE LA DYARCHIE


Assurément elle a pleuré Charles IX, et, comme elle dit, elle a pensé
«crever» quand il lui dit adieu, et la pria de l'embrasser une dernière
fois[800]. Mais le lendemain, elle écrivait au nouveau roi, cet autre
fils encore plus chéri: «Si je vous venois à perdre, je me feroys
enterrer avec vous toute en vie». Elle le pressait de revenir
immédiatement de Pologne: «...Je meurs d'ennuy de vous revoir,... car
vous sçavez combien je vous aime, et quant je pense que ne bougerez
jamais plus d'avec nous, cela me fait prendre tout en patience». Elle se
promettait de cette réunion «joye et contentement sur
contentement»[801].

      [Note 800: _Lettres_, IV, p. 310, 31 mai 1574.]

      [Note 801: _Ibid._, p. 311-312.]

Elle ne doutait pas qu'Henri III lui laissât même autorité que son
prédécesseur, mais elle le savait susceptible et pouvait craindre
quelque jalousie d'orgueil en ce surcroît de grandeur. Aussi que de
ménagements dans cette première lettre! Elle l'informait qu'en attendant
sa venue, elle avait, sur les instances du Roi mourant, pris la régence
et s'excusait presque de n'avoir pas attendu ses ordres. Elle venait
d'apprendre que Mongomery, l'ancien capitaine des gardes d'Henri II et
l'un des meilleurs chefs huguenots, avait capitulé dans Domfront (27
mai) et, veuve impitoyable, elle avait hâte de voir de ses yeux
supplicier le meurtrier innocent de son mari. Elle n'avouait pas cette
soif de vengeance. Charles IX lui avait, disait-elle, recommandé
expressément de faire «bonne joustice des prisonniers qu'il savoit estre
cause de tout le mal du royaume». C'est à lui aussi qu'elle prêtait de
meilleures suggestions touchant le duc d'Alençon et le roi de Navarre.
Il avait connu que «ses frères» (son frère et son beau-frère) «avoient
regrect en lui» (regrettaient leur conduite à son égard), ce «qui lui
faisoit penser qu'ils me seroient obeissans et à vous, mais que (mais il
fallait attendre que) fussiez isy»[802]. Ainsi, sans se mettre en avant,
elle faisait comprendre à Henri III, un impulsif capable à la fois de
rancunes tenaces et de brusques générosités, qu'il était sage d'accorder
le pardon et prudent de le différer. Elle parle des affaires de Pologne
avec tant de détachement qu'il n'est pas facile de deviner ce qu'elle en
pense. Tout d'abord elle engage son fils à rentrer au plus vite.
Peut-être ses sujets d'au delà voudront-ils le «retenir jusques à ce
qu'ils ayent donné ordre à leur faict». Qu'il ne cède pas et parte. Mais
c'est risquer de perdre une couronne. Or «cela est beau, pour pauvres
qu'ils soient (les Polonais), d'estre roy de deux grans royaumes, l'un
bien riche et l'autre de grande estendue et de noblesse». Mais ne
serait-il pas possible de quitter et de garder la Pologne, et,
glisse-t-elle en passant, d'y transférer le duc d'Alençon? «Si vous
pouviez laisser quelqu'un où vous estes qui peult (peust, pût) conduire,
et que ce royaume de Pollongne vous demeurast _ou à vostre frère_, je le
desirerois bien fort, et leur dire que ou vostre frère ou le second
enfant que vous aurez, (Henri n'était pas encore marié), vous leur
envoyrez, et en ce pendant qu'ils se gouvernent entre eux, eslisant
tousjours un François pour assister à tout ce qu'ils feroient et (je)
croy qu'ils en seroient bien aises, car ils seroient roys eulx-mesmes
jusqu'à qu'ils esleussent celui que y envoyrez»[803].

      [Note 802: _Ibid._, p. 310.]

      [Note 803: _Lettres_, IV, p. 311.]

Si imaginative qu'elle fût, elle était trop intelligente pour supposer
que les Polonais resteraient dans l'intérim par égard pour ce roi
déserteur jusqu'à ce qu'il lui plût de leur expédier un remplaçant de sa
main. Était-ce une façon de lui insinuer, tout en se disant impatiente
de son retour, qu'il devrait rester en Pologne au moins le temps
nécessaire pour organiser une lieutenance générale ou négocier
l'élection de son frère? Mais il est malheureusement plus probable
qu'elle n'a pensé qu'au plaisir de le revoir le plus tôt possible, et
que pour ce plaisir-là elle a sacrifié les intérêts de la France en
Pologne. Quelle fin pitoyable de son grand et coûteux succès
diplomatique!

Elle prenait facilement son parti des railleries à prévoir, si son fils
n'avait pas trop pâti en ce pays lointain. «L'expérience qu'avez acquise
par vostre voyaige est telle que je m'asseure qu'il n'y eust jamays un
plus sage roy... et ne me voldrez mal (et vous ne m'en voudrez pas) à
l'appétit de ceux qui ne sauroient vivre que sur leur fumier[804], car
j'espère (elle veut dire qu'elle est sûre) que vostre élection et allée
en Pologne ne vous aura point apporté de mal ni de diminution de honneur
et grandeur et de réputation»[805]. Et la voilà contente. Son fils a
voyagé, ceint une couronne, fait l'apprentissage du pouvoir. Qu'il se
hâte de regagner la France.

      [Note 804: C'est la seconde fois qu'elle emploie ce mot contre
      ceux qui, comme Tavannes s'étaient déclarés contre l'aventure de
      Pologne et la politique de magnificence.]

      [Note 805: _Lettres_, IV, p. 312.]

Henri III n'en avait que trop envie. Il s'enfuit de Cracovie (dans la
nuit du 18 au 19 juin), gagna Vienne, où l'empereur Maximilien II,
beau-père de Charles IX, l'accueillit bien, et, inquiet des dispositions
de l'Allemagne protestante, prit son chemin par Venise. Il s'y attarda
huit jours dans les fêtes que la Seigneurie donna en son honneur et les
plaisirs qu'il s'offrit.

Les princes italiens, le duc de Ferrare, le duc de Mantoue, le duc de
Savoie, le cardinal-neveu étaient allés eux-mêmes ou avaient envoyé
leurs ambassadeurs saluer le nouveau roi de France, ce vainqueur de
Jarnac et de Moncontour, en qui ils pensaient trouver à l'occasion un
appui contre l'hégémonie oppressive de l'Espagne: mais il avait bien
d'autres soucis. Le jour, il courait les boutiques des marchands,
achetant au joaillier Antonio della Vecchia des bijoux et des pierres
précieuses et au «parfumiez» du Lys pour 1125 écus de musc; la nuit, il
allait à des rendez-vous. Sans hâte, il traversa l'Italie du Nord et,
par la Savoie, se dirigea vers Lyon, où sa mère, accourue au-devant de
lui, l'attendait. Elle avait emmené le duc d'Alençon et le roi de
Navarre à qui elle avait fait grâce, à sa demande. Elle se déclarait
pleinement satisfaite de leur docilité «...Yl m'ont tou deus dist que
asteure qu'ils ont toute libertés, que c'et lors qui (qu'ils) me veulent
le plus rendre de sugetion». Et toutefois--qui croira que ce fut par
affection?--elle les avait pendant tout le voyage gardés avec elle dans
son «chariot» et fait coucher dans son «logis»[806]. Elle eut le 5
septembre à Bourgoin le bonheur d'embrasser le nouveau Roi. Elle se
croyait au bout de ses peines.

Enfin, elle va pouvoir réaliser la grande politique qu'elle rêve. Elle a
l'auxiliaire qu'elle souhaitait pour suppléer à sa faiblesse, mieux
qu'un mari, mieux qu'un amant, son fils. Elle sera la tête; il sera le
bras. A eux deux, ils abattront le parti protestant, ruineront la
faction des Politiques, feront la royauté aussi forte et aussi obéie
qu'elle le fut sous François Ier et sous le «roi Louis». Car Louis XI
est le modèle qu'elle a récemment choisi.

Le premier acte d'Henri III était d'un bien mauvais augure. A Turin,
bien caressé par sa tante, Marguerite de France, duchesse de Savoie, il
avait disposé en faveur du duc, comme si c'étaient ses biens propres,
des dernières possessions françaises du Piémont: Pignerol, Savillan et
Pérouse, que le traité de Fossano[807], interprétatif de celui du
Cateau-Cambrésis, avait laissées ou cédées à la France[808]. Il ne
gardait plus au delà des Alpes que le marquisat de Saluces. C'était sa
réponse aux princes italiens qui lui avaient porté leurs hommages à
Venise. Il livrait au Savoyard, ennemi de la veille et allié douteux,
les clefs des Alpes et les voies d'accès de la France en Italie.

Il fit à sa tante ce cadeau royal de sa pleine autorité, sans consulter
son Conseil. Les Italiens qui entouraient Catherine de Médicis se
montrèrent en cette occasion plus soucieux des droits de la Couronne que
le Roi lui-même. Le chancelier Birague refusa de sceller les lettres de
cession. Louis de Gonzague, un cadet de la maison de Mantoue, marié à
l'héritière de Nevers, et qui était gouverneur des pays d'outremonts,
exigea qu'un acte public, délibéré en Conseil, enregistrât sa
protestation[809].

      [Note 806: _Lettres de Catherine_, V, p. 73.]

      [Note 807: Voir ci-dessus, ch. V, p. 125-126.]

      [Note 808: Du Mont, _Corps diplomatique_, t. V, I, p. 231.]

      [Note 809: _Lettres_, V, p. 102, n. 2.]

Catherine ne fut pas si brave. Et même il n'est pas sûr qu'elle n'ait
pas approuvé l'acte du nouveau Roi. Le duc de Nevers l'en accuse
presque, et l'on ne peut rien conclure de la réponse embarrassée qu'elle
lui écrivit[810]. Elle aimait beaucoup sa belle-sœur, Marguerite, la
duchesse de Savoie, elle avait intérêt à ne pas contrecarrer son fils,
de qui son pouvoir dépendait. En tout cas, elle mit un empressement
fâcheux à rassurer le duc de Savoie, qui, surpris de tant de générosité,
craignait que le donateur, après réflexion, ne se dédît. «... N'y a
personne, lui écrivait-elle le 1er octobre 1574, qui puisse empêcher le
Roi mon fils de vous tenir promese, come auré peu voir par l'arrivée du
grant Prior (Henri d'Angoulême, grand Prieur de France) et du segretere
Sove (Sauve) que (qui) je panse à présant auront satisfayst à votre
volanté et à celle du Roy.» Elle regrette que Marguerite ne soit plus là
(elle venait de mourir) pour avoir ce contentement et, affirme-t-elle au
Duc, «avecques vos mérites,... sa mémoyre (celle de la Duchesse) sera
tousjour (si) présante à son nepveu (Henri III) qu'ele serviré (servira)
à vous»[811].

      [Note 810: _Lettres de Catherine_, 16 octobre 1574, t. V, p. 99.]

      [Note 811: _Ibid._, V, p. 92.]

Comme elle était très habile à cacher ses déconvenues et même à se faire
un mérite d'actes qu'elle blâmait _in petto_, il n'est pas possible
d'affirmer qu'elle a été complice, mais, d'autre part, avec ses préjugés
de puissance absolue, elle ne devait pas trouver plus étrange que son
fils donnât des territoires qu'une pension.

Elle était bien plus préoccupée des complaisances dont elle et lui
pouvaient pâtir. Dans sa première lettre (31 mai), elle le mettait en
garde contre l'esprit de coterie auquel il n'était que trop enclin. Avec
l'aide de sa mère, il avait réussi pendant le règne de son frère à se
créer dans l'État une situation à part. Même, pour s'assurer contre la
jalousie de Charles IX, il s'était cherché partout des amis et des
serviteurs, avouant à sa sœur Marguerite qui si le Roi lui ôtait la
charge de lieutenant général «pour aller luy-mesme aux armées», ce lui
«seroit une ruine et desplaisir si grand qu'avant que recevoir une telle
cheute», il «éliroit plus tost une cruelle mort»[812]. Chef de parti il
avait été, et, chef de parti, Catherine devait craindre qu'il ne restât,
avec les fatalités que ce rôle impose, le client de sa clientèle. Elle
l'engageait à changer de méthode avec une sagesse que l'on admirerait à
toute sa valeur, si la conseillère n'était en partie cause du mal
qu'elle condamnait. «... Ne vous laissez aller aux passions de vos
serviteurs, car vous n'estes plus Monsieur qui faille (qui doive) dire
je gagneray ceste part, affin d'estre le plus fort. Vous estes le roy,
et tous fault qu'ils vous fassent le plus fort, car tous fault qu'ils
vous servent et les fault tous aymer et nul haïr que ceux qui vous
haïront... Aymez-les (vos serviteurs) et leur faictes du bien, mais que
leurs partialitez ne soient point les vostres, pour l'honneur de Dieu».
Elle lui recommandait, le sachant facile aux sollicitations de son
entourage, d'ajourner jusqu'à son retour en France la distribution des
grâces et des charges. «... Je vous prie, ne donner rien que vous ne
soyiez ici, car vous sçaurez ceulx qui vous auront bien servi ou non; je
les vous nommeray et monstreray à vostre veneue et vous garderay tout ce
qui vacquera de bénéfices, d'offices.» Ce sera le moyen de se procurer
quelque argent. «Nous les metterons à la taxe, car il n'y a pas ung escu
pour fayre ce qui vous est nécessaire pour conserver vostre
royaume»[813].

      [Note 812: Sa conversation avec Marguerite, _Mémoires_, éd.
      Guessard, p. 14.]

      [Note 813: _Lettres_, 31 mai 1574, t. IV, p. 311-312.]

Elle insiste sur le devoir pour le Roi de France de faire oublier le duc
d'Anjou dans une courte instruction qu'elle lui fit porter à Turin par
Cheverny et qui contenait tout un programme de gouvernement[814].

Il doit «cet monstrer mestre et non plus compagnon ... et non que l'on
panse: yl é jeune, nous luy feyron paser cet que voldrons», et (il doit)
«aulter la coteume de rien donner à qui le braveré, au luy voldré fayre
fayre par fason de conpagnon au d'estre mal content; qu'il rompe cete
coteume à deux ou troys dé plus aupès (huppés) et hardis. Les aultres
yl viendront coment yl deveront. Qu'il donne de lui-mesme à ceulx qui le
serviront bien et ne bougeront de leur charge san qui le viegnet
ynportuncr pour en avoir» ... «Qu'il provoy aus aytas et non haux omes,
car cela porte domage à son service, quant, pour récompanser un homme,
l'on luy donne une charge de quoy il n'est pas digne»[815]. Qu'il
récompense autrement ou paie avec de l'argent les dévouements sans
mérite. Il ne faut pas qu'un favori dispose de tout, «car en lieu d'en
contenter beaucoup pour les aubliger et en avoyr en chaque provinse à
luy (le Roi), yl (le Roi) ne en n'auroit que une dousayne, laquelle
dousayne quant yl se voynt si suls et grens yl font teste au Roy, en
lyeu de reconoystre qu'i les a fayts[816].» Il est nécessaire dans les
provinces de s'attacher par des charges, offices, bénéfices et dignités
«les plus grens et les plus capables d'antendement», «coment solouit
(avaient coutume de) fayre le roy Louys (Louis XI) et depuis le Roy
(François Ier), son grent-père». Il convient de favoriser aussi les
évêques, «car yl servet (ils servent) en leur diocèse de tout contenir».
Qu'il règle sa Cour «et pour la régler qu'i cet (qu'il se) règle le
premier». Qu'il se lève à «heure certeine» et se fasse apporter
immédiatement dans sa chambre les dépêches pour les lire et indiquer aux
secrétaires d'État les réponses à faire. Qu'il ordonne de lui adresser
directement les placets et les demandes--que les solliciteurs avaient
pris l'habitude de remettre aux secrétaires d'État--afin que tout le
monde sache bien qu'il est l'unique dispensateur des grâces «et en cet
faysant on n'en sauré gré que au Roy et ne suivra-t-on plus que luy».
Qu'il réforme son Conseil et le réduise à «nombre honeste». Qu'il ôte ce
Conseil des finances, qu'elle avait introduit elle-même pour se
décharger, et que, comme au temps de François Ier, tout se décide au
Conseil privé, où l'on expédiait d'abord les affaires d'État et où après
on appelait «pour les parties»[817].

      [Note 814: _Ibid._, V. p. 73-75, dont j'ai modernisé ci-dessous,
      en note, les passages les plus difficiles.]

      [Note 815: _Ibid._, p. 74. Il doit «se montrer maître et non plus
      compagnon» ... et il ne faut pas «que l'on pense: il est jeune,
      nous lui ferons passer ce que [nous] voudrons» et il doit «ôter la
      coutume de rien donner à qui le braverait ou [qui] lui voudrait
      faire faire par façon de compagnon ou d'être mal content: qu'il
      rompe cette coutume à deux ou trois des plus huppés (?) et hardis.
      Les autres, ils viendront [à se conduire] comme ils devront. Qu'il
      donne de lui-même à ceux qui le serviront bien et ne bougeront de
      leur charge sans qu'ils le viennent importuner pour en avoir» ...
      «Qu'il pourvoit aux états et non aux hommes, car cela porte
      dommage à son service, quand, pour récompenser un homme, l'on lui
      donne une charge dont il n'est pas digne».]

      [Note 816: Il ne faut pas qu'un favori dispose de tout, «car, au
      lieu d'en contenter beaucoup [de ses sujets] pour les obliger et
      avoir [des hommes] à lui en chaque province, le Roi n'en aurait
      qu'une douzaine, laquelle douzaine, quand ils se voient si seuls
      et grands, ils tiennent tête au Roi, au lieu de reconnaître qu'il
      les a faits [ce qu'ils sont]».]

      [Note 817: Par la force des choses, la division du travail
      s'établissait dans le Conseil du roi. Les séances du Conseil privé
      partagées entre les affaires d'État, la justice et les finances
      tendaient à devenir des «sections». Mais les rois quand ils
      voulaient avoir l'œil directement à leurs affaires et les suivre
      jour par jour, recommençaient à les faire délibérer en leur
      présence dans le Conseil au lieu de les laisser décider à part par
      un groupe de conseillers. Ainsi François Ier, au retour de sa
      captivité de Madrid, avait «remis en un» le Conseil privé divisé
      en trois: guerre et affaires, finances, justice. Ce Conseil unifié
      tenait deux séances: l'une de préférence le matin, réservée aux
      finances et affaires d'État (d'où les divers noms qui avaient
      cours au XVIe siècle de Conseil des affaires, Conseil de la
      chambre, Conseil étroit, Conseil des affaires du matin), l'autre,
      avec un personnel plus nombreux, consacrée aux requêtes et parties
      (Conseil des parties, Conseil privé et des parties). C'est à
      l'organisation du temps de François Ier, celle qui nous est connue
      par un règlement de 1543, que se réfère Catherine de Médicis.
      Quant au Conseil des finances qu'elle avait établi et qu'elle
      proposait de supprimer, il n'était à l'origine qu'une commission
      préparatoire, formée de conseillers plus compétents et chargée de
      préparer les décisions à soumettre au Conseil privé en matière de
      finances, mais il s'était habitué à tout régler et avait réduit le
      Conseil privé à n'être plus qu'une chambre d'enregistrement.]

Mais surtout il lui importe de faire ces réformes dès le tout premier
jour «car si (s'il) ne les fayt de set (ce) fin comensement yl ne les
fayré jeamès». Mais, dira-t-on, pourquoi, voyant si bien le mal, n'y
a-t-elle pas remédié plus tôt? «Set (si) je eusse esté, répond-elle,
coment yl (Henri III) est asteure» c'est-à-dire aussi puissante qu'elle
le croit être et aussi maîtresse de ses actions, «je l'euse fayst», et
elle conclut: «Yl peult tout, mes qu'yl (pourvu qu'il) veulle.[818]»

Il y parut tout disposé. Aussitôt arrivé à Lyon, il réduisit le Conseil
à huit membres: le chancelier (Birague), Messieurs de Morvilliers, de
Limoges, de Foix, Pibrac, Jean de Monluc, Cheverny, Bellièvre, à qui
s'adjoindraient les princes, quand il les convoquerait. Il nomma
Bellièvre surintendant des finances, ce qui était en fait supprimer le
Conseil préparatoire des finances. Il écouta les dépêches et dicta les
réponses. Les secrétaires d'État, qui s'étaient arrogé le droit d'ouvrir
les courriers et d'expédier d'autorité les affaires pressantes, «eurent
sur la corne» et furent ramenés à leur rôle primitif de rédacteurs des
ordres du Roi et du Conseil. Aucun don, dit un témoin, ne fut valable si
le Roi ne signait «de sa main le placet sur lequel il auroit été
accordé»[819].

      [Note 818: _Lettres de Catherine de Médicis_, t. V, p. 75.]

      [Note 819: _Ibid._, t. V, p. 85, note 1.]

Mais le gouvernement personnel exige une volonté, une application, une
continuité dans l'effort dont Henri III était incapable. Il se lassa
vite des délibérations, des signatures, des audiences. Les anciens
errements reparurent, aggravés par l'action intermittente et les
caprices du souverain. Contrairement aux conseils de sa mère, il ne fut
pas tout à tous, familier aux princes et aux gentilshommes, ainsi que
l'étaient son père et son grand-père. Il se confina dans le cercle de
quelques compagnons de son âge. Il se dispensa des corvées de la
représentation, comme s'il lui déplaisait de se montrer à ses sujets; il
fit mettre une balustrade autour de sa table pour écarter les bavards et
les importuns et manger dans la quiétude d'un silence respectueux. Des
seigneurs grands et petits, habitués à voir les rois, à les approcher, à
leur parler, quittèrent la Cour, indignés de ces «singeries» qui
sentaient la Sarmatie barbare «_quae barbari moris sunt_»[820].

      [Note 820: _Lettres_, t. V, p. 85, note 1.--Ant. du Verdier,
      _Prosopographie ou Description des personnes illustres tant
      chrestiennes que profanes_, Lyon, 1603, t. III, p. 2558-59.]

Il continua, comme l'appréhendait sa mère, à favoriser les gens de son
intimité. Avant d'être arrivé à Lyon, il déposséda le maréchal de Retz
de sa charge de premier gentilhomme de la Chambre pour en gratifier
Villequier. Catherine lui fit représenter combien «tout le monde»
trouverait «étrange» qu'il chassât les serviteurs de son frère. Elle
obtint seulement que Retz et Villequier seraient en charge six mois
chacun. Elle ne put empêcher qu'il promût Bellegarde à la dignité de
maréchal de France, bien que les quatre titulaires fussent en vie, ni
qu'il créât pour Ruzé une cinquième charge de secrétaire d'État. Il
donna à Larchant la charge de capitaine des gardes, dont elle avait
investi Lanssac, à la mort du titulaire, et il fit Souvré maître de la
garde-robe. C'étaient ses compagnons de voyage en Pologne et il les en
récompensait comme d'un sacrifice.

Catherine eut bientôt de plus graves déceptions. La révolte s'étendant,
elle revenait à son dessein d'abattre le parti protestant. C'était la
suite cruelle, mais logique de la Saint-Barthélemy. Après ce massacre
épouvantable, que les coreligionnaires des victimes et même un certain
nombre de catholiques incriminaient de préméditation et de guet-apens,
il n'y avait plus d'accord ni de confiance possible. Richelieu, qui
n'avait pas de représailles à craindre, poursuivit cette politique
d'écrasement comme le seul moyen d'en finir avec les guerres civiles. Le
tort de Catherine fut de ne pas comprendre que, pour venir à bout des
huguenots, il fallait leur ôter l'appui des politiques. Il lui aurait
probablement suffi, pour ramener Damville, naguère catholique ardent, de
lui laisser le gouvernement du Languedoc et de mettre en liberté les
maréchaux de Montmorency et de Cossé. Mais elle avait une si haute idée
des talents militaires de son fils qu'elle l'estimait capable de vaincre
la coalition des malcontents. Avant même de l'avoir revu, elle
l'engageait à se défier de Damville, qui était allé à sa rencontre
jusqu'à Turin pour se justifier. Qu'il déclarât expressément sa volonté
de faire la guerre si les rebelles n'acceptaient pas ses conditions,
dont la première était l'interdiction du culte réformé. Avec les six
mille Suisses de nouvelle levée et l'armée du prince Dauphin (le fils du
duc de Montpensier), il comprimerait facilement la révolte du Languedoc.
Qu'il se gardât bien d'accorder une trêve pendant laquelle ses forces se
consumeraient sans effet. Elle se flattait même, cette mère aveugle,
que «vous voyent (voyant) fort, yl (les révoltés) viendront alla reyson
an (ou) les y fairé venir (ou sinon vous les y ferez venir)... et j'é
aupinion que avant que en partit (que vous partiez de Lyon) vous métré
cet royaume au repos et yré au partir de là vous faire coroner le plus
triomfant roy que fust jeamès»[821].

Henri III, bien stylé par elle, écouta d'une oreille distraite les
explications de Damville et les conseils de modération du duc et de la
duchesse de Savoie[822]. Le gouverneur du Languedoc revint à Montpellier
décidé à ne plus voir le Roi qu'en peinture.

      [Note 821: _Lettres_, V, p. 67-68, août 1574.]

      [Note 822: D'après Giovanni Michiel, ambassadeur de Venise en
      France en 1575, ce serait la seigneurie de Venise qui aurait
      engagé le Roi à entrer en France désarmé, en proclamant un pardon
      général et en libérant les prisonniers (Tommaseo, II, p. 245.)]

Contre la Reine-mère la guerre de plume avait repris plus vive. Dans de
courtes satires ou de longs pamphlets, politiques et protestants, en
vers, en prose, en latin, en français, excitaient le sentiment national
contre cette étrangère, qui gouvernait avec des étrangers. Le Milanais
Birague est chancelier; Philippe Strozzi, colonel général de
l'infanterie française; le duc de Nevers, un Gonzague de Mantoue, chef
d'armée; Albert de Gondi, maréchal de France. Sardini et un Gondi d'une
autre branche, Jean-Baptiste, afferment les impôts et en lèvent plus
qu'ils ne doivent; par les mêmes moyens Adjacet épuise nos richesses.
«Ainsi la Médicis livre le royaume à des gitons d'Ausonie». Elle a de
tout temps poussé les Français les uns contre les autres, opposant les
Guise aux Châtillon et triomphant par sa fourberie des uns et des
autres. Elle emploie contre ceux que la force ne peut réduire la ruse,
les tribunaux, l'assassinat, le poison. Elle a prémédité la
Saint-Barthélemy et poussé le peuple au massacre. Elle multiplie
stratagèmes et artifices pour ruiner le royaume de fond en comble.
Français, résignez-vous lâchement à être les esclaves de ces mignons
florentins ou à quitter le pays, votre vieux pays, si vous ne vous
décidez pas à combattre les armes à la main la fourberie
florentine[823].

Le plus connu de ces libelles et le plus digne de l'être est le
_Discours merveilleux de la vie, actions et déportemens de la reyne
Catherine de Médicis_[824], qui justement la flétrit comme l'auteur de
la Saint-Barthélemy, mais qui l'accuse par surcroît, comme si ce crime
n'était pas suffisamment exécrable, d'avoir fait empoisonner ou
assassiner tous les grands personnages dont la mort, le plus souvent
naturelle, avait profité à sa fortune. Son gouvernement n'a été
qu'intrigues, complots, perfidies et calculs abominables. Elle a
débauché ses fils pour briser leur énergie, affaiblir leur intelligence
et les dégoûter de l'action, digne fille de tous ces Médicis confits en
impiétés, en forfaits et en incestes.

      [Note 823: _Mémoires-journaux de l'Estoile, édition pour la
      première fois complète et entièrement conforme aux manuscrits
      originaux_, Paris, Jouaust, t. I, 1875, p. 18-19.]

      [Note 824: Texte reproduit dans les _Archives curieuses de
      l'Histoire de France_, publiées par Cimber et Danjou, 1re série,
      t. IX, p. 3-113.]

Le _Discours merveilleux_ est plus qu'un pamphlet. C'est le manifeste
des protestants et des catholiques unis. Il tend à réconcilier contre la
Reine-mère la noblesse et même le peuple des deux religions. Il ménage
les Guise, dont la participation à la Saint-Barthélemy est presque, à
titre de vengeance personnelle, excusée[825]. Il n'en veut qu'à la
grande criminelle, à l'ennemie du nom français, qui détient les princes
et qui a jeté les maréchaux en prison. Il faut résolument s'opposer à
ses desseins «... A cela mesme vostre devoir et honneur vous appelle,
seigneurs et gentilshommes françois. Ce n'est pas pour contenance que
vous portez les armes; c'est pour le salut de vos princes, de vostre
patrie et de vous mesmes. N'endurez donc pas que vos princes soyent
esclaves, que les principaux officiers de ceste Couronne, pour la seule
affection que l'on sçait qu'ils portent à la conservation d'icelle,
soyent en danger de leur vie, que vous mesmes soyez tous les jours
exposez à la mort pour satisfaire à l'appétit de vengeance d'une femme
qui se veut venger de vous et par vous tout ensemble.» Les divisions
religieuses sont sa force. Oublions-les. A défaut d'une même foi, ne
sommes-nous pas tous «François, enfans légitimes d'une mesme patrie, nés
en un mesme royaume, sujets d'un mesme Roy»? «Marchons donc tous d'un
cœur et d'un pas; tous, dis-je, de tous estats et qualitez,
gentilshommes, bourgeois et païsans et la contraignons de nous rendre
nos princes et seigneurs en liberté»[826].

La «Vie sainte Katherine», comme on appelait en raccourci le _Discours
merveilleux_, eut un très grand succès. Les imprimeurs de Lyon, alors
capitale de la librairie, avaient, pour suffire à la masse des
commandes, rempli leurs caves d'exemplaires. L'opinion était lasse de
cette longue tutelle féminine et de sa politique incohérente, des
violences sans résultat, de la guerre sans fin, des dépenses de Cour, de
la surcharge des impôts, de la disgrâce des princes, du crédit des
étrangers et de la misère générale... «Ce livre, dit l'Estoile, fust
aussi bien receuilli (recueilli, accueilli) des catholiques que des
huguenots (tant le nom de ceste femme estoit odieux au peuple) et ai ouï
dire à des catholiques ennemis jurés des huguenots qu'il n'y avoit rien
dans le livre qui ne fust vrai»[827].

      [Note 825: Un autre pamphlet protestant, daté du douzième jour du
      sixième mois de la trahison (la Saint Barthélemy), c'est-à-dire du
      4 ou 5 février 1573 et qui parut à Edimbourg en 1574, _Le Réveille
      matin des François et de leurs voisins composé par Eusèbe
      Philadelphe_, allait encore plus loin et, faisant allusion à la
      prétention qu'avaient les Guise de descendre de Charlemagne, il
      leur disait: «Les huguenots ne désireroient rien mieux que de vous
      voir remis au throsne que Hugues Capet usurpa sur les rois vos
      predecesseurs, s'assurans bien (comme ce livre porte) que non
      seulement vous lairriez leurs consciences libres: ains aussy tout
      exercice de leur religion sain, sauf et libre par toute la
      France.»]

      [Note 826: _Archives curieuses de l'Histoire de France_, t. IX, p.
      111-112.--Cf. la déclaration de Damville pour la justification de
      la prise d'armes (13 nov. 1574), dans l'_Histoire générale du
      Languedoc de D. Vaissière_, éd. nouvelle, Toulouse, 1889, t. XII
      (Preuves), col. 1105-1111.]

      [Note 827: _Mémoires-journaux de Pierre del'Estoile_, éd. Jouaust,
      t. I, p. 28.]

Il est vrai que Catherine avait poussé dans les hautes charges de l'État
et de l'Église ses parents et quelques-uns de ses clients. La fortune de
Pierre Strozzi, qui devint maréchal de France, fut surtout l'œuvre
d'Henri II et des affaires d'Italie[828]. Mais elle fit de son fils,
Philippe, un colonel général de l'infanterie française, de son frère
Laurent, un évêque et un cardinal; elle prit Robert, son autre frère, le
banquier de la famille, pour chevalier d'honneur. Elle montra une
affection presque maternelle à ses filles; elle maria Clarisse en 1558 à
Honorat de Savoie-Tende, comte de Sommerive, gouverneur de Provence, et
la dota d'un revenu de cinquante mille livres et de dix mille livres
comptant en bagues et meubles[829]; elle choisit Alfonsine pour dame
d'honneur après la mort et en remplacement de la princesse de La
Roche-sur-Yon, une princesse du sang, et nomma le comte de Fiesque, un
membre de l'aristocratie génoise, qu'elle lui avait fait épouser,
général des galères et ambassadeur à Vienne.

      [Note 828: Ch. II, p. 49-51.]

      [Note 829: Lucien Romier, _Les Origines politiques des guerres de
      religion_, t. I, p. 150, note 2.]

Elle ne tint pas rigueur à ses autres cousins, les Salviati, d'avoir
pris parti pour le duc de Florence, Côme. L'évêché de Saint-Papoul en
Languedoc leur fut réservé comme un fief ecclésiastique. Quand Jean, le
fils de Jacques Salviati et de Lucrèce de Médicis, résigna, il eut pour
successeur Bernard, déjà grand aumônier, et celui-ci promu au cardinalat
fut remplacé à son tour à Saint-Papoul par Antoine-Marie Salviati. Un
autre Salviati est aumônier ordinaire.

Elle s'était toujours louée, depuis son arrivée en France, des soins
d'une de ses dames, Marie-Catherine de Pierre-Vive, bourgeoise
lyonnaise, mariée à un petit gentilhomme florentin, Antoine de Gondi,
notable commerçant à Lyon[830]. Ce fut l'origine de la fortune des
Gondi. Albert, pour ne citer que les plus marquants, premier gentilhomme
de la chambre de Charles IX, fut nommé maréchal de France sans avoir
porté les armes, et sa baronnie de Retz érigée en duché-pairie; Pierre
fut évêque de Langres, cardinal, évêque de Paris et l'ancêtre d'une
famille épiscopale, qui, d'oncle à neveu, se continua pendant presque un
siècle[831].

      [Note 830: Corbinelli, _Histoire généalogique de la maison de
      Gondi_, Paris, 1705, 2 vol. Antoine de Gondi, père du duc de Retz,
      t. II, p. 2. Sur le «négoce des Gondi», le généalogiste est muet.
      Aussi faut-il suppléer à son silence avec quelques indications
      d'archives du comte Charpin de Feugerolles, _les Florentins à
      Lyon_, 1894, p. 119, 120 et _passim_.]

      [Note 831: Corbinelli, t. II, p. 25-29 et p. 61.]

Catherine employa comme négociateurs d'autres Florentins, les Gadagne,
les D'Elbene, qui arrivèrent aussi à Paris par l'étape de Lyon.

On relève dans la liste de ses dames les plus grands noms de Florence,
une Cavalcanti, une Tornabuoni, une Buonacorsi. Elle avait attaché à sa
personne les filles de Louis Pic, comte de la Mirandole, ce vieux client
de la France, et en maria deux à des La Rochefoucauld.

C'est à elle que s'adressaient comme à leur protectrice naturelle tous
les Italiens, bannis politiques, lettrés, écrivains, jurisconsultes,
artistes, qui cherchaient en France une situation ou un refuge. Elle les
secourt, les place, et, solliciteuse infatigable et sans discrétion, les
recommande à tout le monde.

Elle avait à un haut degré le sens, très italien, des devoirs du patron
envers sa clientèle.

C'était presque une fatalité de sa situation. Étrangère, sans parti ni
prestige, écartée du pouvoir pendant le règne de son mari par le crédit
d'une favorite, puis devenue régente en une crise religieuse, qui
exaspérait l'esprit de désobéissance et de faction des temps de
minorité, elle avait été heureuse de trouver parmi ses domestiques, ses
parents et ses compatriotes des gens de toute confiance, et tout à sa
dévotion. Qu'elle les ait récompensés largement, il n'y a là rien qui
doive surprendre. Richelieu voulut, lui, opposer et même substituer ses
neveux et ses cousins aux Montmorency, aux Guise, aux d'Épernon; il
maria une de ses nièces à un Condé pour mêler son sang au sang de
France. Catherine, plus respectueuse de la naissance et du rang, ne
chercha pas à pourvoir les élus de sa faveur aux dépens de la vieille
aristocratie française.

En certaines affaires, ses compatriotes étaient indispensables au
gouvernement. Les guerres civiles, dont elle n'était pas cause, et le
luxe des fêtes et des bâtiments, dont elle était responsable, coûtaient
très cher. A la fin du règne de Charles IX, le trésor était vide. Il
avait fallu pour vivre recourir à tous prêteurs[832], aliéner des biens
d'Église et le domaine de la Couronne, augmenter les impôts, taxer les
marchandises à l'entrée et à la sortie, altérer les monnaies. Dans cette
chasse à l'argent, les Italiens étaient passés maîtres, ayant été les
premiers et étant restés longtemps les seuls grands banquiers de la
chrétienté. Ils firent à l'État des avances et empruntèrent en son nom.
Ils furent ses meilleurs et ses plus redoutables agents en matière
fiscale. Habitués à se grouper pour l'exploitation d'une affaire, ils
organisèrent des compagnies par actions ou parts, qui prirent à ferme la
perception des aides (impôts de consommation) et des traites (droits de
douanes). Prêteurs, ils traitaient le gouvernement en fils de famille
prodigue et lui procuraient des fonds à des taux usuraires; publicains,
ils se faisaient adjuger au forfait le plus avantageux la levée des
impôts. Ils gagnaient sur le roi, à qui ils vendaient très cher leurs
services, et sur les contribuables, qu'ils pressuraient sans pitié pour
en tirer le maximum de rendement.

      [Note 832: Par exemple aux Vénitiens et au grand-duc de Toscane,
      en leur donnant en gage les joyaux de la Couronne. Aussi M.
      Germain Bapst a-t-il écrit un excellent chapitre de l'histoire
      financière des Valois dans son _Histoire des joyaux de la Couronne
      de France d'après des documents inédits_, Pari», 1889, liv. II:
      Rôle financier des diamants de la Couronne.]

Partisans et traitants prospéraient au milieu de la misère générale. Des
Gondi encore[833], et des gens inconnus la veille, les Sardini, les
Adjacet, les Zamet, amassaient en quelques années des fortunes immenses,
épousaient des filles de la noblesse et de l'aristocratie,
s'anoblissaient, faisaient souche de gentilshommes, d'abbés, d'évêques.
Ces nouveaux riches du temps n'étaient d'ailleurs pas tous Italiens. Les
Français qui entraient dans ces sociétés ne se montrèrent pas moins
âpres au gain, mais les huguenots et les politiques avaient intérêt à
faire croire que ces «sangsues» du peuple, comme les appelait un député
des États généraux, venaient tous du pays de la Reine-mère. L'opposition
s'efforçait de donner à ses attaques le caractère d'une protestation
nationale.

      [Note 833: Sur Jean-Baptiste Gondi, le «compère» de Catherine,
      banquier à Lyon, puis traitant, voir Corbinelli, t. I, p. CCXLV,
      qui indique ses dignités de «maître d'hôtel» du roi, etc., mais ne
      dit rien de ses spéculations.]

Catherine aurait pu répondre que ses prédécesseurs lui avaient légué une
situation obérée et qu'il n'avait pas dépendu d'elle d'éviter le retour
des guerres civiles. Elle avait trouvé à la Cour de France beaucoup plus
d'Italiens qu'elle n'en avait attiré, tous ces fuorusciti que François
Ier et Henri II tenaient en réserve pour leurs entreprises d'outremonts.
Il n'était pas plus légitime de reprocher au duc de Nevers d'être un
Gonzague de Mantoue qu'aux Guise d'être Lorrains et au duc de Nemours,
Savoyard. Le chancelier Birague était d'une famille milanaise qui
s'était ruinée pour la cause française. Pierre Strozzi et son fils
Philippe se firent tuer, l'un sous les murs de Thionville, l'autre,
comme on le verra, dans la bataille navale des Açores, en combattant
contre Charles-Quint et Philippe II. C'est une question de savoir si
l'on doit considérer comme étrangers le duc de Retz et le cardinal
Pierre de Gondi, fils d'un notable commerçant, propriétaire à Lyon,
conseiller de ville, et marié à une Lyonnaise de race. Ils avaient été
élevés en France[834], et ils n'en sortirent que pour des missions
temporaires. L'éducation, le milieu, l'ascendance maternelle,
contre-balançaient tout au moins l'origine florentine. Après un
acclimatement, si l'on peut dire, de deux générations, ils étaient mieux
que des naturalisés et pouvaient se dire Français naturels. Mais les
pamphlétaires ne sont pas des historiens.

      [Note 834: Albert de Gondi est né à Florence le 4 novembre 1522,
      pendant un séjour qu'y firent ses parents; mais depuis 1533 son
      père et sa mère, et lui probablement, vécurent à la Cour
      (Corbinelli, t. II, p. 25). Le Cardinal est né à Lyon en 1533
      (Corbinelli, t. II, p. 61).]

Catherine se moquait des diffamations et des calomnies; elle se flattait
de forcer les opposants à la pointe de l'épée. De sages conseillers,
comme Paul de Foix, des hommes de guerre, comme le maréchal de Monluc,
engageaient le Roi à faire des concessions; mais la Reine-mère fit
prévaloir le parti des intransigeants. Quatre armées furent formées ou
renforcées pour agir contre les rebelles du Midi et de l'Ouest.

Henri III prit le commandement de celle qui devait écraser Damville. Il
n'alla pas plus loin qu'Avignon (23 novembre). Il venait d'apprendre la
mort de la princesse de Condé, qu'il aimait éperdument et voulait,
dit-on, épouser, et, désespéré de sa perte, il avait, pendant plus de
huit jours, versé des larmes et crié sa peine. Puis sa douleur tournant
en accès de religiosité, il s'affilia aux confréries, si nombreuses en
terre papale, de pénitents bleus, blancs, noirs. Il suivit avec les
princes et les courtisans les processions de nuit, la face couverte de
la cagoule et le cierge à la main. Le cardinal de Lorraine y prit le
serein dont il mourut (26 décembre). La Reine-mère, cédant elle aussi à
sa passion, qui était de négocier, fit le jour même de son arrivée à
Avignon (22 novembre), proposer à Damville une entrevue à Tarascon ou à
Beaucaire, «luy asseurant en parole de royne et de princesse qu'il peult
venir en toute seureté». Mais elle avait affaire à un homme très fin,
qui, devinant ses pensées de derrière la tête, s'excusa d'aller lui
parler «pour ne mectre en jalousye M. le prince de Condé, nostre
général, tous nos confédérés et tant de gens de bien unis à nostre
cause»[835]. Il construisait une citadelle à Montpellier, fortifiait
Lunel, Nîmes, Beaucaire, et même il convoquait les États généraux de la
province, sans l'aveu et même contre l'aveu du Roi. Il attaqua
Saint-Gilles sur le Rhône, et battit la place si furieusement que la
canonnade s'entendait d'Avignon, à quelques lieues de là. Les députés
des Églises et des «catholiques paisibles» assemblés à Nîmes scellaient
leur grand pacte d'union et organisaient le gouvernement des provinces
du Midi et du Centre. Une République était constituée dans la monarchie
sous le commandement de Damville et l'autorité suprême de Condé, le seul
prince du sang libre, avec ses assemblées, ses armées, ses chambres de
justice, ses douanes, ses finances, ses impôts, sa police et ses
établissements hospitaliers (10 janvier 1575)[836].

      [Note 835: Lettre de Catherine du 22 novembre et réponse de
      Damville du 23, dans _Lettres_, t. V, p. 105-106, note.]

      [Note 836: Voir le règlement de l'Union, 10 janvier 1575, dans
      l'_Histoire générale du Languedoc_, éd. nouvelle, t. XII
      (Preuves), col. 1114-1138, et les articles promulgués par
      Damville, _ibid._, col. 1138-1141.]

Henri III, las de faire campagne, approuva l'acte d'Union et autorisa
les huguenots et les malcontents à lui présenter, après entente avec le
prince de Condé, le cahier de leurs doléances. C'en était fait du grand
dessein de Catherine et de ses illusions. Elle avait pu se convaincre
que son fils n'était pas un Alexandre. Elle avait pris pour amour des
armes un certain feu de jeunesse, qui avait été vite éteint par les
plaisirs, et, pour du génie militaire, les victoires dues à l'habileté
de Tavannes. Elle constatait encore qu'en tous ses actes il ne suivait
d'autre règle que ses convenances et son humeur. Après avoir épuisé en
une semaine de pleurs et de plaintes le regret de la princesse de Condé,
il déclara à sa mère sa résolution d'épouser une jeune princesse de la
maison de Lorraine, Louise de Vaudemont, petite-cousine des Guise, sans
fortune ni espérances, dont à son passage à Nancy, en route pour la
Pologne, il avait distingué la douceur et la beauté. Catherine négociait
en Suède pour lui trouver une femme bien dotée et apparentée, qui
l'aiderait peut-être à garder sa couronne de Pologne. Mais Henri faisait
passer avant tout son inclination. Catherine approuva ce qu'elle
n'aurait pu empêcher: et, pour cacher sa déconvenue, laissa croire
qu'elle avait fait ce mariage de sa main. Au moins pouvait-elle se dire
que cette bru, dont on vantait la bonté, les goûts simples et l'absence
d'ambition, ne lui disputerait pas le gouvernement de son fils et des
affaires. Six mois après (27 août 1575), Henri III abandonna au duc de
Lorraine, chef de la Maison et d'ailleurs mari de sa sœur Claude, ses
droits de suzeraineté sur le Barrois mouvant. Les impulsions du Roi
coûtaient cher.

Catherine l'avait aimé par-dessus tous ses enfants et tellement choyé
qu'il ignorait l'idée d'une contrainte et se regardait comme un être
d'élection. Il avait, il est vrai, de nature les dons les plus rares.
Amyot, qui lui avait «montré les premières lettres», le comparait pour
l'intelligence à François Ier, son grand-père, désireux, comme lui,
«d'apprendre et entendre toutes choses haultes et grandes,» mais «oultre
les parties de l'entendement qu'il a telles que l'on les sçauroit
désirer, il a la patience d'ouyr, de lire et d'escrire, ce que son
grand-père n'avoit pas»[837].

      [Note 837: Lettre d'Amyot à Pontus de Thyard, du 27 août 1577,
      dans les _Œuvres de Pontus de Thyard_, éd. Marty-Laveaux, 1875,
      introd., p. XXIII.]

Il possédait à fond deux langues: la française et l'italienne. Il était
né orateur. En 1569, à Plessis-les-Tours, après ses victoires sur les
huguenots, en présence des principaux chefs de l'armée, «qui estoient la
fleur des princes et seigneurs de France», raconte sa sœur Marguerite,
«il fit une harangue au Roy pour luy rendre raison de tout le maniement
de sa charge depuis qu'il estoit party de la Cour, faicte avec tant
d'art et d'éloquence et dicte avec tant de grâce, qu'il se feit admirer
de tous les assistans.... la beauté, qui rend toutes actions agréables,
florissoit tellement en luy qu'il sembloit qu'elle feit à l'envy avec sa
bonne fortune laquelle des deux le rendroit plus glorieux».--«Ce qu'en
ressentoit ma mère, qui l'aimoit uniquement, ne se peut représenter par
paroles, non plus que le deuil du père d'Iphigénie, et à toute autre
qu'à elle, de l'âme de laquelle la prudence ne désempara jamais, l'on
eust aisément congnu le transport qu'une si excessive joye luy
causoit»[838]. Mais il manquait de virilité. Entre ce dernier Valois et
ses ascendants ou ses frères, le contraste est saisissant. François Ier
et Henri II aimaient passionnément les exercices physiques. Charles IX,
chasseur acharné, soufflait dans un cor à se rompre la poitrine et, pour
se délasser, battait le fer comme un forgeron. Le duc d'Alençon
lui-même, petit de taille et grêle de jambes[839], était un homme de
cheval, adroit à tous les sports. Henri III se ressentait de son
éducation d'enfant gâté. Lors de sa première campagne, sa mère
s'inquiétait plus qu'elle ne l'eût fait pour ses autres enfants, et
contrairement à la rudesse de ce temps, des fatigues de cet
apprentissage guerrier. Il avait trop vécu parmi les filles d'honneur.
Un mémoire de Francès de Alava, l'ambassadeur d'Espagne, à Philippe II,
le représente à vingt ans toujours entouré de femmes: «l'une lui regarde
la main, l'autre lui caresse les oreilles et de la sorte se passe une
bonne partie de son temps»[840].

      [Note 838: _Mémoires de Marguerite de Valois_, éd. Guessard, p.
      12.]

      [Note 839: Priuli, dans sa relation de 1582, _Relazioni degli
      ambasciatori veneti al senato_, serie Ia, Francia, t. IV, p. 428.]

      [Note 840: Forneron, _Histoire de Philippe II_, t. II. 1881, p.
      297.]

A ce frôlement de tous les jours, sa sensibilité, naturellement très
vive, s'était encore surexcitée. Il avait pris de ses compagnes le goût
des frivolités la recherche des parures, l'habitude des caprices, les
larmes faciles et un besoin irrésistible de médisance. Les débauches où
tout jeune encore il se plongea, en quête de «voluptés et iritement
d'apetit extraordinaire», achevèrent de l'amollir. Il était devenu tout
féminin. A Reims, lors du sacre (13 février), quand l'officiant plaça la
couronne sur sa tête, il se plaignit qu'elle le blessait. Le jour de son
mariage avec Louise de Vaudemont, il se leva si tard et passa tant de
temps à parer l'épousée qu'il fallut dire la messe dans
l'après-midi[841]. Aussi jaloux de son pouvoir que paresseux à
l'exercer, il laissa la charge et le souci des affaires à sa mère, et
n'intervint que par à-coups, rarement pour corriger une erreur de
direction, mais presque toujours à l'appétit de son entourage ou dans un
sursaut d'orgueil. En ce régime de dyarchie intermittente, le plus
homme, c'était la femme.

      [Note 841: L'Estoile, t. I, p. 50.]

Il n'eût été que temps d'agir. Les députés de Damville et des Églises
protestantes, de retour de Bâle où ils étaient allés se concerter avec
le prince de Condé, avaient rejoint la Cour à Paris. Admis le 11 avril
1575 à l'audience royale, ils présentèrent en 91 articles la liste de
leurs griefs et de leurs vœux. Ils demandaient le libre et complet
exercice du culte réformé, sans réserves ni restrictions,
l'établissement des Chambres mi-parties dans les parlements, l'octroi de
places de sûreté, la mise en liberté des maréchaux prisonniers, la
punition des massacreurs de la Saint-Barthélemy, la réhabilitation des
victimes et la réunion des États généraux.

Le Roi fut confondu de tant d'audace. Catherine déclara, dit-on, que
«quand ils (les huguenots) auroient cinquante mil hommes en campagne,
avec l'Amiral vivant et tous leurs chefs debout, ils ne sçauroient
parler plus haut qu'ils font»[842]. Mais la mère et le fils, craignant
de rompre et honteux de céder, imaginèrent de renvoyer les députés,
après de longs débats, en leurs provinces pour y faire élargir,
c'est-à-dire adoucir leurs instructions (commencement de mai).

Pour faire front avec toutes ses forces à l'armée de secours que Condé
rassemblait en Allemagne, il eût fallu que le Roi fût sûr des provinces
du Midi. Catherine s'en apercevait un peu tard. Elle eut l'idée
étrange--mais c'est une de ces naïvetés qui ne sont pas rares chez les
gens très fins--de faire écrire à Damville par le maréchal de
Montmorency, enfermé à la Bastille, qu'il lui défendait de poursuivre sa
délivrance par des moyens criminels. Damville répondit que «tous actes
faits en prison sont à répudier», qu'il l'écouterait volontiers comme
son plus humble frère le jour où il serait libre, et qu'en attendant,
malgré «les inventions et reproches escriptes ou dictes au lieu» où il
était, il persévérerait «en la juste poursuite» qu'il avait entreprise
«pour le service de Dieu, de Sa Majesté, bien et repos des subjects» et
la liberté du chef de sa maison[843].

      [Note 842: _Ibid._, p. 56.]

      [Note 843: De Crue, _Le Parti des politiques_, 1892, p. 257, croit
      que la lettre du maréchal de Montmorency est supposée.]

Catherine eut une fausse joie. Au mois de mai (1575) Damville tomba
malade à Montpellier et fut bientôt à l'extrémité. Le bruit même courut
à Paris en juin qu'il était mort. La Reine-mère, Cheverny, le maréchal
de Matignon et le chancelier de Birague conseillèrent au Roi, s'il
fallait en croire l'historien Mathieu, d'achever l'œuvre de la
Providence en dépêchant les maréchaux prisonniers. Pour préparer
l'opinion à l'idée d'une mort naturelle, le médecin du Roi, Miron, alla
les visiter à la Bastille et publia partout qu'ils étaient mal portants
et menacés, si l'on n'y prenait garde, d'une «esquinancie» (inflammation
de la gorge). Ainsi l'on ne s'étonnerait pas de les trouver un matin
étouffés. Le crime avait habitué Catherine au crime. Damville ne mourut
pas; les maréchaux furent sauvés. L'assemblée de Montpellier (juillet
1575) ordonna aux délégués qu'elle renvoyait en Cour porteurs d'un
cahier de doléances d'exiger avant toute discussion l'exercice libre,
entier, général et public du culte réformé et la mise en liberté des
maréchaux prisonniers. C'était un ultimatum de puissance à
puissance[844].

      [Note 844: _Histoire du Languedoc_, nouvelle édition, t. XII, col.
      1143.]

Les divisions de la famille royale encourageaient la révolte. Henri III
détestait son frère, le duc d'Alençon, un autre Valois-Médicis de belle
marque, et fourbe par surcroît, qui avait prétendu à la lieutenance
générale et peut-être comploté, pendant son exil de Pologne, la mort de
Charles IX survenant, de le déposséder de la couronne. Sur le conseil de
sa mère, qui savait le danger des dissensions domestiques en un royaume
divisé, il lui avait pardonné, mais il avait trop de raisons de ne pas
oublier. Il le soupçonnait justement d'être en rapports avec Damville,
avec La Noue, avec le prince de Condé, avec tous ses ennemis du dedans
et du dehors. Il lui en voulait tellement que, dans une maladie dont il
pensa mourir (juin 1575), il engagea le roi de Navarre, dont la bonne
humeur et l'exubérance gasconne l'amusaient, à s'emparer, lui mort, du
pouvoir.

Il était mortellement brouillé aussi avec sa sœur Marguerite, qui avait
été nourrie avec lui et qui fut pendant sa jeunesse la confidente de ses
rêves ambitieux. Il l'avait chargée, lorsqu'il s'en allait aux armées,
de veiller à ses intérêts et d'écarter de la Reine-mère, de qui il
attendait tout, les influences hostiles. Des causes de leur rupture, on
ne sait que ce que Marguerite en a dit, et ce n'est peut-être pas toute
la vérité. Vers 1570, il se serait laissé persuader par son principal
favori, Louis Berenger, sieur du Gast, «qu'il ne falloit aimer ny fier
qu'à soi-même; qu'il ne falloit joindre personne à sa fortune, non pas
mesme ny frère ny sœur, et autres tels beaux préceptes
machiavélistes»[845]. Comme preuve de cette indépendance de cœur, il
alla dénoncer à Catherine la passionnette de sa fille avec le duc de
Guise, et lui représenter combien un pareil mariage serait avantageux à
ces cadets de Lorraine, ennemis des Valois. Marguerite fut outrée de
tant d'ingratitude; elle supplia sa mère de croire qu'elle conserverait
«immortelle» «la souvenance du tort que» son frère lui «faisoit»[846].
Et elle tint sa parole.

      [Note 845: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 17-18.]

      [Note 846: _Ibid._, p. 19-20.]

Quand il partit pour la Pologne il s'efforça, «par tous moyens», dit
Marguerite, «de remettre nostre premiere amitié en la mesme perfection
qu'elle avoit esté à nos premiers ans, m'y voulant obliger par serments
et promesse»[847]. Mais au retour de Blamont, pendant le séjour de la
Cour à Saint-Germain, Marguerite fut si touchée, comme elle le raconte
elle-même, des «submissions» et «subjections» et de l'«affection» de son
autre frère, le duc d'Alençon qu'elle se résolut à «l'aimer et embrasser
ce qui luy concerneroit»[848]. Aussitôt qu'Henri III fut arrivé à Lyon,
il se vengea à sa façon. Un jour que sa sœur était sortie en carrosse
pour se promener, il insinua au roi de Navarre, qui ne s'en émut pas, et
avertit sa mère, très chatouilleuse en matière d'honneur féminin, que
Marguerite était allée voir chez lui un amant. Le soir quand l'accusée
parut, Catherine «commença à jetter feu et dire tout ce qu'une colère
oultrée et démesurée peut jetter dehors»[849]. Mais la galante reine de
Navarre était cette fois-là sans reproche, ayant visité l'abbaye des
Dames de Saint-Pierre où les hommes n'entraient pas.

Quand la Reine-mère sut la vérité, elle tâcha de persuader à sa fille,
pour disculper son fils, qu'elle avait été trompée par le faux rapport
d'un valet de chambre, «un mauvais homme», qu'elle chasserait, et, comme
«elle n'y advançoit rien», le Roy survint, qui s'excusa fort, «disant
qu'on le luy avoit faict accroire» et faisant à sa sœur toutes les
«satisfactions et protestations d'amitié qui se pouvoient faire»[850].
Mais, si elle se sentait obligée, comme sœur et sujette, de recevoir ses
justifications, elle lui montra que la condescendance n'irait pas plus
loin. Il aurait voulu la réconcilier avec Le Gast, qu'elle accusait
d'être son mauvais génie; mais elle reçut le favori «d'un visage
courroucé» et «le renvoya aveq protestation de luy estre cruelle
ennemye, comme elle luy a tenu jusqu'à sa mort»[851]. C'était une
déclaration de guerre. Belle, intelligente, passionnée, Marguerite était
une ennemie redoutable.

      [Note 847: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 37.]

      [Note 848: _Ibid._, p. 38.]

      [Note 849: _Ibid_., p. 47-48.]

      [Note 850: _Ibid._, p. 51.]

Henri III continuait à se conduire en chef de parti; son passé de duc
d'Anjou pesait sur lui. Comme s'il n'était pas le Roi et qu'il eût des
injures particulières à venger, il s'entoura d'une troupe de jeunes
gentilshommes, ardents et braves, dévoués à sa personne. Le duc
d'Alençon avait lui aussi sa «bande» de fidèles, où Marguerite attira,
l'ayant débauché de celle du Roi, Bussy d'Amboise, violent entre les
plus violents, brave par-dessus les plus braves, et la meilleure épée de
France. Le Gast, pour punir cette désertion et blesser la reine de
Navarre en ses amours, fit assaillir Bussy, une nuit qu'il sortait du
Louvre, par «douze bons hommes»--Marguerite dit trois cents--«montez
tous sur des chevaux d'Espagne qu'ils avoient pris en l'écurie d'un très
grand (le Roi)». Bussy échappa par miracle à ce guet-apens; mais le
lendemain «ayant sçeu d'où venoit le coup», comme il commençait «à
braver, à menasser de fendre nazeaux et qu'il tueroit tout», «il fut
adverty de bon lyeu qu'il fust sage et fust muet et plus doux,
aultrement qu'on joueroit à la prime avec lui.... et de bon lyeu fut
adverty de changer d'air»[852].

Le Roi s'ingéniait à déshonorer sa sœur. Il affecta d'incriminer la
«particulière amitié» que Marguerite avait pour une de ses «filles»,
Gilonne Goyon, dite Thorigny, fille du maréchal de Matignon. Il obligea
le roi de Navarre, sous menace de ne l'aimer plus, à renvoyer de sa
maison la favorite de sa femme[853].

      [Note 851: Brantôme, t. VIII, p. 62.]

      [Note 852: Brantôme, t. VI, p. 186-188.]

      [Note 853: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 61.]

Il traitait le duc d'Alençon en ennemi. Il faisait surveiller ses
démarches, ses relations, ses plaisirs. Il le laissait insulter par ses
favoris. Le Gast «avoit bravé Monsieur jusques à estre passé un jour
devant luy en la rue Sainct-Antoine sans le saluer ni faire semblant de
le cognoistre». Il avait dit «par plusieurs fois qu'il ne recongnoissoit
que le Roy et que quand il luy auroit commandé de tuer son propre frère
il le feroit»[854].

Pour rompre la bonne entente que Marguerite s'efforçait de maintenir
entre son mari et le duc d'Alençon, il employa, sur le conseil de Le
Gast, la femme d'un secrétaire d'État, Charlotte de Sauve, une beauté
capiteuse, dont les deux beaux-frères étaient épris à en perdre la
raison. Cette autre «Circé» se rendit si désirable à l'un comme à
l'autre que, pour accaparer l'ensorceleuse, chacun des amants était
résolu à se défaire de son rival. «La Cour est la plus estrange que
l'ayez jamais veue, écrivait le roi de Navarre à un ami. Nous sommes
presque toujours prestz à nous couper la gorge les uns aux aultres. Nous
portons dagues, jaques de mailles et bien souvent la cuirassine soubz la
cape.... Le Roy (Henri III) est aussy bien menacé que moy; il m'aime
beaucoup plus que jamais.... Toute la ligue que sçavez me veult mal à
mort pour l'amour (par amour) de Monsieur, et ont faict défendre pour la
troisiesme fois à ma maistresse (Charlotte de Sauve) de parler à moy et
la tiennent de si court qu'elle n'oseroit m'avoir reguardé. Je n'attends
que l'heure de donner une petite bataille, car ilz disent qu'ilz me
tueront et je veulx gagner les devans»[855].

      [Note 854: L'Estoile, t. I, p. 92.]

      [Note 855: _Recueil des Lettres missives de Henri IV_, publié par
      Berger de Xivrey (Coll. Documents inédits), t. I, p. 81. Berger de
      Xivrey date à tort cette lettre de janvier 1576, car elle est
      évidemment antérieure à la fuite du duc d'Alençon, c'est-à-dire au
      15 septembre 1575.]

Mais quelque feu en amour que fût le roi de Navarre, et il le resta
toute sa vie, il n'était pas incapable d'entendre raison. Quelques bons
serviteurs lui représentèrent «qu'on le menoit à sa ruine en le mettant
mal» avec son beau-frère et sa femme; il s'aperçut aussi que le Roi,
après lui avoir montré beaucoup de sympathie, commençait à ne plus faire
«grand estat» de lui et à le «mespriser». Marguerite semonçait de son
coté le duc d'Alençon, à qui Le Gast faisait tous les jours quelques
nouvelles avanies. Tous deux reconnaissant «qu'ils étoient... aussi
desfavorisez l'un que l'autre; que Le Gast seul gouvernoit le monde...;
que s'ils demandoient quelque chose, ils estoient refusez avec mespris;
que si quelqu'un se rendoit leur serviteur, il estoit aussitost ruiné et
attaqué de mille querelles,... ils se résolurent, voyant que leur
désunion estoit leur ruine, de se réunir et se retirer de la Cour, pour,
ayant ensemble leurs serviteurs et amis, demander au Roy une condition
et un traittement digne de leur qualité»[856].

      [Note 856: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard p. 62-63.]

Catherine n'était pas tellement aveuglée par sa tendresse pour Henri III
qu'elle ne vît les progrès menaçants de la désaffection publique. Les
pamphlétaires continuaient à la viser, mais les coups portaient plus
haut qu'elle. Ce fils si beau, si cultivé, si séduisant qu'il semblait
que tous ses sujets dussent, comme sa mère, l'idolâtrer, s'était en un
an de règne aliéné une grande partie de la noblesse par ses attachements
exclusifs, la faveur de quelques petits compagnons et la défaveur de
ceux même des grands qui n'étaient pas en disgrâce ou en prison. Il
avait réussi à faire oublier les fautes de sa mère.

Il tournait en ridicule des princes du sang qui, comme le duc de
Montpensier, et son fils le prince Dauphin, avaient été invariablement
fidèles. Les dames ne lui pardonnaient pas de colporter avec délices
leurs galanteries. Catherine, qui ne s'alarmait pas longtemps d'avance,
s'inquiétait des sympathies ou peut-être même de l'aide que les
malcontents en armes et l'armée de Condé en marche trouveraient dans les
dissensions de la famille royale. Un jour qu'Henri III lui dénonçait les
amours de Marguerite et de Bussy, elle avait répliqué vivement que
c'étaient là propos de gens qui voulaient le mettre mal avec tous les
siens. Mais d'ordinaire elle ne lui parlait pas si ferme. Elle voyait le
tort qu'il se faisait sans oser le lui dire, tant il était ombrageux.
Elle le savait si porté à régler ses faveurs sur ses sentiments qu'elle
pouvait tout perdre, en perdant son affection. Elle était bien obligée
aussi de s'avouer qu'il n'était pas uniformément docile. Il supportait
mal qu'elle lui rappelât les devoirs de sa charge ou qu'elle le
contrecarrât en ses habitudes ou ses caprices. Alors qu'elle avait rêvé
d'être l'esprit dirigeant d'un gouvernement viril, elle devait se
contenter le plus souvent de réparer les fautes de ce collaborateur si
féminin. Il est vrai qu'elle était plus fertile en expédients que
capable d'une grande politique. Les circonstances étaient tout à fait
appropriées à son génie.

Le duc d'Alençon, qui craignait pour sa liberté et peut-être même pour
sa vie, avait résolu de fuir. Il s'attacha à gagner la confiance de sa
mère, lui confessant qu'il avait eu plusieurs fois la tentation de
quitter la Cour, par peur de son frère, mais qu'il se repentait de ce
méchant dessein et voulait désormais complaire au Roi en toute chose.
Quand il l'eut bien convaincue de la sincérité de sa conversion, il
profita d'un relâchement de surveillance pour se glisser hors de Paris
le soir du 15 septembre 1575. Le lendemain il était à Dreux en sûreté.
La Reine-mère avait été prévenue de cette fuite, mais son fils l'avait
si bien enjôlée qu'elle refusa d'y croire. Au moins en vit-elle aussitôt
toutes les conséquences. Comment le Roi pourrait-il résister à l'armée
allemande de secours et aux forces des malcontents réunies sous les
ordres du Duc, la «seconde personne de France». Le soir même elle
écrivait au duc de Savoie, le mari de sa chère Marguerite morte, son
«mervilleux regret» d'être encore en vie pour voir «de si malheureuse
chause»; elle n'était pas plus émue en annonçant la mort de Charles IX.
«Aystime (J'estime) bien heureuse Madame (Marguerite) hasteure d'estre
morte que, pleust à Dieu que je fuse avec aylle (elle) pour ne voyr
poynt ce que ayst sorti du roy Monseigneur (Henri II) et de moi, si
malheureux coment yl est (un tel malheureux qu'est) mon fils d'Alanson,
qui s'an est enn alaye[857].» Mais ses désespoirs ne duraient guère et
ne l'empêchaient pas d'agir. Elle comptait sur le duc de Nevers pour
arrêter le fugitif, et, à défaut, lui suggérait un moyen de le faire
enlever. Ce serait assez de cinq ou six hommes sûrs et bien choisis. Ils
iraient trouver le duc d'Alençon et lui offriraient de recruter en son
nom des gens de cheval. S'il acceptait, ces prétendus racoleurs
profiteraient de la commodité des lieux et des temps pour l'emmener.
Elle était fière de cette belle trouvaille, «n'y ayant pas,
remarquait-elle, de si habil hommes que l'on ne lé (leur) puise
apprendre quelque tour qui ne sevet (qu'ils ne savent) pas encore»[858].
Mais vraiment celui qu'elle proposait était un moyen de comédie. Il en
fallut chercher un autre à la hâte. Elle apprenait que «beaucoup de
jeans que je n'euse pansé vont trover cet pouvre malheureux»[859]. Elle
décida d'y aller elle-même et de traiter avec lui, avant que l'armée
d'invasion eût passé la frontière. A leur première entrevue à Chambord
(29-30 septembre), le Duc exigea préalablement la mise en liberté des
maréchaux prisonniers. Le Roi dut céder (2 octobre 1575).

      [Note 857: _Lettres_, t. V, p. 132.]

      [Note 858: _Ibid._, p. 137, 18 septembre 1575.]

      [Note 859: _Ibid._, p. 136.]

Alors commença la discussion des articles d'un accord. François
demandait beaucoup. Catherine avait pour instructions d'accorder très
peu. Henri, à qui elle recommandait de faire des concessions, écoutait
plus volontiers les ennemis de son frère, qui accusaient la Reine-mère
de faiblesse, ou qui même insinuaient au Roi qu'elle ne l'aimait pas
uniquement. Elle se défendait en termes d'amoureuse: «Vous ayste mon
tout». Elle s'excusait de lui écrire par besoin d'affection tout ce qui
lui passait en la fantaisie. C'était une précaution pour lui faire
entendre de bons conseils. Qu'il fît donc des avances à tous ceux qui
lui pouvaient nuire, et n'objectât pas qu'on ne les gagnerait jamais....
«Fault s'eyder d'un chacun, et encore que ayès ceste aupinion, leur
fayre croyre par bonnes paroles et bonne mine le contrère, et [ce] n'é
plus temps de dire: je ne puis dissimuler; yl sé (il se) fault
transmeuer»[860]. Le conseil qui revient dans toutes ses lettres, c'est
de conclure la paix, de hâter la conclusion de la paix. Il doit armer et
se rendre fort, mais, en se préparant à la guerre, tout faire pour
l'éviter. Or, il n'armait pas et cependant entravait les négociations.
Il laissait sa mère plusieurs jours sans réponses. Avec quelque
impatience, elle lui demandait «cet (si) volés la pays ou non»[861].
Elle lui signalait le grand nombre de gentilshommes qui se déclaraient
pour son frère: 1500 l'avaient déjà rejoint et d'autres se disposaient à
les suivre. La défection de la classe militaire était significative. Au
Louvre, le soir même de la disparition du Duc, quand le Roi affolé avait
commandé aux princes et seigneurs présents de monter à cheval et de le
lui ramener, vif ou mort, plusieurs refusèrent cette «commission»,
disant qu'ils donneraient leur vie pour lui, «mais d'aller contre
Monsieur son frère, ils sçavoient bien que le Roy leur en sçauroit un
jour mauvais gré»[862]. Montpensier n'avait pas essayé de barrer au
fugitif la route de la Loire. La tiédeur des uns et la prise d'armes des
autres, qu'on les interprétât comme une marque de respect pour le sang
de France ou comme la preuve de l'impopularité d'Henri III, c'était, au
jugement de Catherine, autant de raisons de traiter au plus vite avec le
chef des mécontents. En tout cas, écrivait-elle (29 octobre 1575) au
Roi, il fallait prendre un parti et choisir entre la paix et la guerre.
«Je prie à Dieu qu'il vous fase bien résuldre (résoudre), car c'ét le
coup de tout»[863] (le coup décisif).

      [Note 860: _Lettres_, t. V, p. 147, 5 octobre.]

      [Note 861: _Ibid._, p. 156, 20 octobre 1575.]

      [Note 862: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 65.]

      [Note 863: _Lettres_, t. V, p. 159.]

Elle se crut au bout de ses peines quand elle eut réussi à signer avec
le Duc à Champigny un armistice de sept mois (21 novembre 1575-24 juin
1576). «Le duc d'Alençon recevrait pour sa sûreté pendant ce temps
Angoulême, Niort, Saumur, Bourges et la Charité; Condé aurait Mézières.
Le libre exercice du culte était accordé aux protestants dans toutes les
places qu'ils occupaient et dans deux autres villes par gouvernement.
Les reîtres toucheraient 500 000 livres et ne passeraient pas le Rhin.»

Ce devaient être des préliminaires de paix; mais Ruffec, gouverneur
d'Angoulême, et La Châtre, gouverneur de Bourges, faisaient difficulté
de se dessaisir de ces places fortes avant d'avoir obtenu «récompense».
Les populations des villes se disaient résolues «de s'exposer plustost à
tous les dangers du monde»[864] que de recevoir des garnisons de
malcontents et de se laisser désarmer. Cependant Condé et le comte
palatin, Jean Casimir, avec les auxiliaires qu'ils avaient soudoyés en
Allemagne et en Suisse, poursuivaient leur route et se rapprochaient de
la frontière de France sans se soucier de l'accord de Champigny. A la
Cour, les adversaires de la trêve accusaient, et même très «haut»[865],
la Reine-mère d'avoir tout accordé au Duc contre la promesse qu'il ne
pouvait pas tenir, même s'il l'eût voulu, d'arrêter la marche des
envahisseurs. Elle en voulait surtout à La Châtre d'avoir, en quittant
Bourges, livré la citadelle aux habitants «pour tout rompre et soubs
hombre de bon serviteur et fidel, come set (si) je vous euse en cet
faysant tréi (trahi).» Elle demandait au Roi réparation de cette
conduite, qui était pour elle un outrage. «Sy vous ne lui fayte santir
et aubéir, je vous suplie me donner congé que je m'en elle (aille) en
Auvergne (dans ses domaines patrimoniaux) et je auré dé jeans de bien
aveques moy pour, quant tous vous auront tréy et désobéi, vous venir
trouver si bien aconpagnée pour vous fayre haubéyr et chatier lors cet
(ces) petis faiseurs de menées»[866]. Il fallait qu'elle fût bien en
colère pour poser la question de confiance, et sur ce ton. Elle se
défendait verbeusement d'avoir été dupe[867]. Était-ce sa faute si
Ruffec et La Châtre avaient par leur refus empêché la signature d'une
paix définitive? N'avait-elle pas sans cesse d'ailleurs recommandé à son
fils de négocier et d'armer tout à la fois, tandis que ceux qui le
poussaient à la guerre le voulaient faible comme en temps de paix. «Je
suis si glorieuse écrivait-elle à Henri III, que je panse vous avoir
faict un comensement, s'il ne m'eult aysté ynterrompu, du plus grent
servise que jeamès mère fist [à] enfans»[868]. Elle insistait sur la
nécessité de traiter à tout prix. «Je vous en suplie et aufrir à
Casimire pansion et jeuques ha dé téres (jusques à des terres) en cet
royaume»[869]. Pour le décider à tous les sacrifices, elle lui citait en
exemple le plus habile de ses prédécesseurs, dont les fautes, qu'il sut
si bien réparer, prêtaient à comparaison.... «Vous soviegne (vous
souvienne) du Roy Lui unsième qui donné (donna) tout cet qu'il avoyt au
duc de Borgogne sur la rivière de Summe; yl fist conestable le conte de
Saint-Pol qui menoyt l'armaye contre lui...» C'est ainsi qu'il «sortit
deu mauvès passage au (où) yl estoit entrè par le consel de ceux qui
volouint (voulaient) mal à son frère et qui avoynt aysté cause qu'il
n'avoist à son avènement alla corone fayst cas de sa noblesse ni dé
vieulx serviteur de son père, qui se retirère (se retirèrent, passèrent)
tous à son frère; car yl ne fesoit cas que de bien peu». Il «feust en la
même pouine que vous aystes et si (ainsi) donna une batalle; car ceux
qui estoyent auprès de lui et de son frère ne voleuret au comensement
qu'i (il) fist la pays (paix) et après la batalle feust constreynt de la
faire et plus désavantageuse que auparavant. Guardé que ne vous avyegne
(advienne) de mesme...[870]»

      [Note 864: C'est ce qu'avait écrit M. de Rambouillet à la
      Reine-mère des gens de Bourges. _Lettres_, t. V, p. 171, note 1.
      Les gens d'Angoulême refusèrent aussi d'obéir. _Lettres_, t. V, p.
      179, note 1.]

      [Note 865: «Trop hault», écrit Catherine à Henri III, «pour n'en
      respondre (pour que je n'y réponde pas) un mot». _Lettres_, t. V,
      p. 171, 3 décembre.]

      [Note 866: _Lettres_, V, t. p. 175, entre le 8 et le 11 décembre.]

      [Note 867: _Ibid._, p. 175-178, 11 décembre.]

      [Note 868: _Ibid._, p. 176-177.]

      [Note 869: _Ibid._, p. 177.]

      [Note 870: _Ibid._, p. 177.]

Quand elle revint à Paris (fin janvier 1576), après une absence de
quatre mois, elle apprit que le duc d'Alençon se plaignait d'une
tentative d'empoisonnement et en demandait raison au Roi. C'était
probablement un prétexte pour rompre ses engagements. En effet l'armée
allemande arrivait et il se disposait à la rejoindre. Elle passa la
Meuse le 9 février 1576, et, prenant par la Bourgogne, se dirigea vers
l'Auvergne, où elle s'établit dans la plantureuse Limagne, à portée de
Damville et du Languedoc. La Cour était en plein désarroi. Le roi de
Navarre, qui était sorti de Paris sous prétexte de courre un cerf dans
la forêt de Senlis, s'était dérobé de la compagnie des chasseurs le soir
du 5 février 1576 et il avait chevauché tout d'une traite jusqu'à
Vendôme. Libre, il se décida, non sans quelques hésitations, à retourner
au prêche.

On a dit que Catherine l'avait laissé fuir pour donner un chef de plus
aux rebelles et augmenter d'autant les causes de zizanie. Mais elle fut
trompée en ce calcul, si tant est qu'elle l'ait fait. Le roi de Navarre
se retira dans son royaume, dont il était absent depuis quatre ans, afin
d'y pourvoir à ses propres affaires. A vingt-deux ans, il s'annonçait
déjà prudent et avisé. Chef naturel des huguenots, en sa qualité de
premier prince du sang de la religion, il ne montra point de haine
contre l'Église qu'il venait de nouveau de quitter. Il eut des
catholiques à sa Cour, dans ses conseils, dans ses armées et pratiqua
par raison et par goût la politique d'union religieuse que Damville et
François d'Alençon avaient adoptée comme un moyen de défense. La Navarre
fut un autre Languedoc, sous un souverain protestant qui employait tous
les bons vouloirs pour résister aux intrigues ou aux violences de la
Cour.

Henri III s'en prit à sa sœur de ce nouveau coup. Il la soupçonnait, non
sans raison, d'avoir fait assassiner Le Gast par le baron de Vitteaux,
un des tueurs les plus redoutables du temps, brave duelliste et à
l'occasion féroce assassin (30 octobre 1575). Il l'accusa d'avoir
favorisé la fuite de son beau-frère, la tint sous bonne garde et,
déclare-t-elle, «s'yl n'eust été retenu de la Royne ma mère, sa colère,
je crois, luy eust fait exécuter contre ma vie quelque cruauté»[871].

Catherine s'efforçait de calmer ces esprits furieux. A Marguerite, qui
avait d'autres passions que le roi de Navarre, elle expliquait sans rire
son emprisonnement comme une juste précaution contre le désir naturel
chez une femme de rejoindre son mari. Elle remontrait au Roi doucement
que le cas échéant--c'est toujours Marguerite qui parle--«peut estre on
aurait besoin de se servir de moy; que comme la prudence conseilloit de
vivre avec ses amys come debvans un jour estre ses ennemys, pour ne leur
confier rien de trop, qu'aussy l'amitié venant à se rompre, et pouvant
nuire, elle ordonnoit d'user de ses ennemys come pouvans estre un jour
amys»[872]. Elle parvint à lui persuader que le duc d'Alençon ne
consentirait pas à traiter s'il ne laissait pas sa sœur libre. Henri
alla trouver la prisonnière, et «avec une infinité de belles paroles»
tâcha de la «rendre satisfaite», la «conviant à son amitié»[873].
Marguerite accompagna sa mère, qui allait reprendre les négociations à
Sens. Mais si sa présence contenta le Duc, elle n'adoucit pas les
exigences des coalisés. Les huguenots obtinrent tout ce qu'ils
demandaient: le libre exercice du culte dans toutes les villes, sauf à
Paris, la réhabilitation des victimes de la Saint-Barthélemy, huit
places de sûreté. Jean Casimir eut promesse de 3 388 549 florins et
François d'Alençon reçut en accroissement d'apanage la Touraine, le
Berry et l'Anjou, une véritable principauté qui rapportait 300 000
livres de revenu. Damville garda le Languedoc (paix d'Étigny, près de
Sens, 7 mai 1576)[874].

      [Note 871: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 67.]

      [Note 872: _Ibid._, p. 67-68.]

      [Note 873: _Mémoires de Marguerite_, Éd. Guessard, p. 74-75.]

      [Note 874: Comte Boulay de la Meurthe, _Histoire des guerres de
      religion à Loches et en Touraine_, t. I, 1906, p. 133-145.]

Ces clauses étaient si humiliantes pour Henri III, qu'en les signant les
larmes lui coulaient des yeux. Mais Catherine le jour même s'était
empressée d'écrire à Damville--singulier confident--sa joie «de veoir
l'aigreur qui faisoit obstacle à l'unyon et bonne intelligence qui doibt
estre entre tous les princes, seigneurs et aultres subjects du Roy...
par ce moien estainte et assoupie»[875]. Oubliait-elle que sa passion
contre le gouverneur du Languedoc et les Montmorency était la cause
originelle de l'alliance des politiques avec les huguenots et du succès
de la prise d'armes? Mais elle avait quelque raison de prétendre qu'elle
n'était pas responsable des conditions onéreuses de la paix. Et
maintenant, écrivait-elle au Roi, qu'il se hâtât de faire payer aux
reîtres les trois cent mille livres promises en acompte, car ces
étrangers ne partiraient pas sans argent, «affin que si la paix ne vous
réussit aussi incontinent come a faict la tresve, il vous plaise ne vous
en prendre pas à moy, car si j'eusse esté creue lors de la tresve, le
royaulme ne (ni) vous fussiez en l'estat que vous estes»[876]. Henri la
boudait et ne montrait aucune envie de la revoir; mais elle ne laissait
pas de travailler à l'exécution du traité. Elle fit donner à Condé
Saint-Jean-d'Angely à la place de Péronne, que le gouverneur,
d'Humières, appuyé par la noblesse catholique de Picardie, refusait de
livrer au prince huguenot. Elle prodigua les assurances d'amitié à
Damville. Elle proposa une entrevue au roi de Navarre, à qui la ville de
Bordeaux, bien qu'il fût gouverneur de Guyenne, fermait ses portes. En
même temps elle dicta pour Henri III un plan de conduite et de
gouvernement[877]. «C'est comment voz prédécesseurs faisoient.» Pour
éviter l'apparence d'une critique, elle parlait à peine des fautes
commises, et encore était-ce pour les excuser ou les nier «.... Les
malins (les méchants)... ont faict entendre partout que [vous] ne vous
soucyez de leur conservation, aussi que n'éviez agréable de les veoir.»
Elle a l'air de croire, bien qu'elle sache le contraire, que ce sont
«mauvais offices et menteries» pour le faire haïr «et s'establir et
s'accroistre». Elle reconnaît que «bien souvent les depesches
nécessaires, au lieu d'estre bientost et diligemment respondues, ne
l'ont pas esté, mais au contraire ont demouré, quelqueffois ung mois ou
six semaines, tant que (tellement que) ceux qui estoient envoiez de
ceulx qui estoient enchargez des provinces par vous, ne pouvant obtenir
response aucune, s'en sont sans icelles [réponses] retournez». Sans
doute ils auraient dû considérer «la multitude des affaires et
négligence de ceulx à qui faisiez les commandemens». Mais «ils pensoient
estre vrai ce que ces malins disoient». Malgré les ménagements de forme,
l'exposé de ce qu'Henri aurait dû faire était la condamnation de ce
qu'il avait fait, de sa mollesse, de sa paresse, de son favoritisme, de
son mépris pour les contraintes et les obligations de sa charge. Qu'il
prenne, remontrait Catherine, «une heure certaine» de se lever et fasse
comme le feu roi son père. «Car quand il prenoit sa chemise et que les
habillemens entroient, tous les princes, seigneurs, capitaines,
chevaliers de l'Ordre, gentilz hommes de la Chambre, maistres d'Hostel,
gentilhomme servants, il parloit à eux et le voioient, ce qui les
contentoit beaucoup.»

      [Note 875: _Lettres_, t. V, p. 193, 7 mai 1576.]

      [Note 876: _Ibid._, t. V, p. 198, 15 mai 1576. Sur Jean Casimir et
      son royal débiteur, voir Germain Bapst, _Histoire des joyaux de la
      Couronne de France_, 1889, p. 137-142.]

      [Note 877: C'est l'Avis qu'Hector de la Ferrière a publié au tome
      II _des Lettres de Catherine de Médicis_, p. 90-95, et daté du 8
      septembre 1563, comme une exhortation de Catherine à son fils
      Charles IX immédiatement après la déclaration de sa
      majorité.--Grün, _La Vie publique de Montaigne_, p. 183-197 (ch.
      VI), avait déjà soutenu que les conseils de la Reine-mère étaient
      adressés à Henri III et non à Charles IX, mais il les plaçait à
      tort en 1574. A cette date, ils auraient fait double emploi avec
      le Mémoire qu'elle fit porter à Henri III à Turin (voir ci-dessus,
      p. 250-251). Voici sur le vrai destinataire les arguments de Grün,
      auxquels j'en ajouterai quelques autres pour établir que le
      document est de la fin de 1576. Si Catherine avait écrit à Charles
      IX, qui fut déclaré majeur dans sa quatorzième année, elle
      n'aurait pas parlé de la minorité de son prédécesseur, François II
      ayant, quand il devint roi, quinze ans accomplis. Elle n'aurait
      pas recommandé à ce roi de quatorze ans de tenir la Cour avec la
      reine, alors qu'il n'était pas marié et ne le fut que sept ans
      après. Il est trop spécieux de prétendre que Catherine, se
      proposant de marier son fils, pouvait parler de la chose comme
      déjà faite. Mais ce qui serait encore plus étrange, c'est qu'elle
      conseillât à Charles IX, qui n'avait encore rien fait, étant en
      tutelle, de changer de méthode. Imagine-t-on Catherine de Médicis
      reprochant à son fils les actes de sa régence à elle?

      L'Avis suppose un roi majeur qui n'a pas régné aussi sagement
      qu'il aurait dû et il lui indique un «bon chemin», assurément
      parce qu'il en a pris un mauvais. Il ne convient pas à un enfant,
      au nom de qui sa mère avait gouverné et voulait continuer à
      gouverner. Mais tout paraît clair si on admet, comme on le doit,
      que Catherine écrivait cette sorte de leçon pour Henri III, après
      les fautes de ses deux premières années de règne.

      En tête de l'Avis elle rappelle les avertissements qu'elle avait
      donnés à son fils avant d'aller à Gaillon: il lui restait
      maintenant à dire ce qu'elle estimait nécessaire pour le faire
      obéir dans son royaume. Ce n'est pas lors de ce voyage qu'elle a
      fait vers la fin février 1576 avec le Roi (L'Estoile, t. II, p.
      122), et où elle a pu lui parier librement, qu'elle a dicté ce
      programme de conduite. Elle y fait d'ailleurs allusion à la paix
      que Dieu a donnée au Roi, c'est-à-dire à la paix d'Étigny (7 mai
      1576), dont elle était si heureuse et lui si humilié. Le Mémoire,
      postérieur à ce traité, soit de quelques semaines ou même de
      quelques jours, a dû vraisemblablement être rédigé pendant
      qu'Henri III se tenait loin de sa mère et boudait.]

«Cela fait, s'en alloit à ses affaires (au Conseil des affaires du
matin) et tous sortoient hormis ceulx qui en estoient et les quatre
secrétaires [d'État]. Si faisiez de mesme, cela les contenterait fort,
pour estre chose accoustumée de tous temps aux roys voz père et
grand-père.» Qu'il donne après une heure ou deux à ouïr les dépêches et
affaires qui sans sa présence ne peuvent être expédiées. Qu'il ne laisse
pas passer «les dix heures pour aller à la messe, accompagné comme ses
père et grand-père de tous les princes et seigneurs «et non, dit-elle,
come je vous voys aller que n'avez que vos archers». Après le dîner qui
aura lieu à onze heures au plus tard «donnez audience pour le moings
deux fois la semaine», ce qui est «une chose qui contente infiniment voz
subjetz, et après vous retirer (retirez-vous) pour venir chez moy ou
chez la Royne affin que l'on cognoisse une façon de Court, qui est chose
qui plaist infiniment aux François, pour l'avoir accoustumé; et ayant
demeuré demie heure ou une heure en public, vous retirer ou en vostre
estude ou en privé, où bon vous semblera....»

Mais un roi n'a pas le droit de s'isoler longtemps. Sur les trois heures
après midi, allez «vous promener à pied ou à cheval, affin de vous
monstrer et contenter la noblesse et passer vostre temps avec ceste
dernière à quelque exercice honneste, sinon tous les jours, au moins
deux ou trois fois la semaine».... «Et après cela souper avec vostre
famille, et l'après souper deux fois la sepmaine tenir la salle du bal,
car j'ay ouï dire au roy vostre grand-père qu'il falloit deux choses
pour vivre en repos avec les François et qu'ils aimassent leur roy: les
tenir joyeux et occuper à quelque exercice», comme «combattre à cheval
et à pied, courre la lance». Ainsi faisait aussi Henri II, «car les
François ont tant accoustumé, s'il n'est guerre, de s'exercer que qui ne
leur fait faire, ils s'emploient à autres choses plus dangereuses».

Qu'il rétablisse à la Cour «l'honneur et police» qu'elle y avait vus
autrefois. «Du temps du roi vostre grand-père il n'y eust un homme si
hardi d'oser dire dans sa Court injure à ung autre, car s'il eust esté
ouy, il eust esté mené au prévost de l'hostel». Chacun alors faisait son
office et se tenait à son poste: capitaines des gardes, archers,
Suisses, prévôt de l'Hôtel. Les capitaines des gardes se promenaient
dans les salles et par la cour. Les archers auraient empêché «que les
pages et lacquais ne jouassent et tinssent les brelans qu'ils tiennent
ordinairement dans le chasteau où vous estes logé avec blasfèmes et
juremens, chose exécrable».... Le prévôt de l'Hôtel surveillait la
basse-cour, ainsi que les cabarets et lieux publics autour de la
résidence royale, et s'il se commettait «des choses mauvaises» punissait
les délinquants. Le soir, quand la nuit venait, le Grand Maître faisait
allumer «des flambeaux par toutes les salles et passages et, aux quatre
coins de la court et degrez, des fallots». «Dès que le roy estoit couché
on fermoit les portes» des appartements, dont on mettait les clefs
«soubs le chevet de son lit», et «jamais la porte du chasteau n'estoit
ouverte que le roy ne fust éveillé». L'accès à la résidence royale était
rigoureusement hiérarchisé. «Les portiers ne laissoient entrer personne
dans la court du château, si ce n'estoient les enfans du roi et les
frères et sœurs, en coche, à cheval et littière; les princes et
princesses descendoient dessoubz la porte; les autres, hors la porte».

Le service du Roi, au dîner et au souper, se faisait en grand apparat.
Le gentilhomme tranchant apportait la nef et les couteaux, précédé de
l'huissier de salle et suivi des officiers pour couvrir. Le maître
d'hôtel allait avec le panetier quérir la viande, escorté «des enfans
d'honneur et pages, sans valetailles ny autres que l'escuyer de
cuisine». Et «cela estoit plus seur et plus honorable». «L'après dîner
et l'après soupper, quand le Roy demandoit sa collation», c'était un
gentilhomme servant «qui portoit en la main la couppe et après luy
venoient les officiers de la panneterie et eschansonnerie». La
Reine-mère comptait sur la vertu du cérémonial pour ranimer la foi
monarchique.

Elle rappelait aussi à Henri III l'intérêt qu'il avait à examiner
lui-même et à expédier rapidement les affaires. Elle lui recommandait de
recevoir tous ceux de ses sujets qui venaient des provinces pour le
voir, de s'informer «de leurs charges et, s'yls n'en ont point, du lieu
d'où ils viennent», afin «qu'ils cognoissent que voulez sçavoir ce qui
se faict parmi vostre royaume et leur faire bonne chère». Qu'il ne se
bornât pas à leur «parler une fois», mais, quand il les trouvait en sa
chambre ou ailleurs, qu'il leur dit «toujours quelque mot».

Il doit employer ses faveurs à maintenir son autorité. Catherine aurait
désiré infiniment qu'à l'exemple du roi Louis XII, son fils eût une
liste de ses serviteurs de toute qualité et un rôle des «offices,
bénéfices et autres choses qu'il pouvoit donner» pour à chaque vacance
récompenser qui bon lui semblerait (remarquez qu'elle ne dit pas le plus
digne) et se délivrer de toutes les sollicitations, «importunitez et
presses de la Court». Il aurait ainsi le mérite de la grâce qu'il
ferait, l'ayant faite de lui-même, car s'il cédait «aux placets ou
autres inventions, croiez, disait-elle, que l'on ne tiendra pas le don
de vous seul».

Il le faudrait pourtant. «Le Roy vostre grand-père... avoit le nom de
tous ceulx qui estoient de maison dans les provinces et autres qui
avoient autorité parmy les nobles, et du clergé, des villes et du
peuple; et pour les contenter et qu'ils tinsent la main à ce que tout
fust à sa dévotion, et pour estre adverty de tout ce qui se remuoit
dedans les dictes provinces... il mectoit peine d'en contenter parmy
toutes les provinces une douzaine ou plus ou moings,... aulx ungs il
donnoit des compagnies de gens d'armes; aux autres quand il vacquoit
quelque bénéfice dans le mesme pays, il leur en donnoit, come aussi des
capitaineries des places de la province et des offices de judicature, à
chacun selon sa qualité.... Cela les contentoit de telle façon qu'il ne
s'y remuoit rien, fust au clergé ou au reste de la province, tant de la
noblesse que des villes et du peuple, qu'il ne le sçeut.» «C'est le
meilleur remède dont vous pourrez user pour vous faire aisément et
promptement bien obéir et oster et rompre toutes autres ligues,
accoinctances et menées.» Qu'il mît aussi «peine» à s'assurer mêmes
intelligences «en toutes les principales villes»--une puissance dont
Catherine avait vu grandir l'esprit de faction et la force de résistance
pendant les troubles--et qu'il y gagnât «trois ou quatre des principaulx
bourgeois et qui ont le plus de pouvoir en la ville et aultant des
principaulx marchans qui aient bon crédit parmy leurs concitoiens»; «que
soubz main, sans que le reste s'en aperçoive ny puisse dire que vous
rompiez leurs privillèges», il les favorise «tellement par bienfaits ou
autres moiens.... qu'il ne se fasse ni die rien au corps de ville ny par
les maisons particulières que n'en soiez adverti», et que les jours
d'élection ils fassent toujours élire «par leurs amis et pratiques» des
hommes qui vous soient tout dévoués. S'assurer des clients dans toutes
les provinces et dans tous les ordres, relever le prestige monarchique,
et cependant se rendre accessible et familier à la noblesse, régler sa
Cour et ses Conseils, voir lui-même ses affaires et les expédier
rapidement, tels étaient les moyens que Catherine recommandait à son
fils pour restaurer son autorité et regagner l'affection de ses peuples.

Mais Henri III jugeait encore plus urgent de rompre le traité si
favorable aux huguenots, ou, comme on disait, la paix de Monsieur. Il
s'y croyait tenu en conscience par le serment fait à son sacre de
défendre l'Église. Il constatait l'émotion des catholiques: la noblesse
de Picardie, qui s'était armée contre le prince de Condé, faisait appel
à tous les princes, seigneurs et prélats du royaume pour «empescher et
destourner leurs finesses et conspirations (des hérétiques) par une
sainte et chrétienne union, parfaite intelligence et correspondance de
tous les fidèles loyaux et bons sujets du Roi». Le duc de Guise
travaillait la bourgeoisie, comme le signalait déjà la Reine-mère à son
fils le 25 décembre 1575. «Asteure que les villes cet liguet (se
liguent) sur le nom d'un grant que vous saurès quelque jours»[878]. Il
ne devait le connaître que trop.

      [Note 878: _Lettres_, t. V, p. 181.]

Henri de Guise, le seul des chefs catholiques qui eût été heureux dans
cette malheureuse guerre, avait battu à Dormans (10 octobre 1575)
l'avant-garde des envahisseurs commandée par Thoré, et, pour surcroît de
bonheur, il avait été blessé au visage d'un coup d'arquebuse. Cette
balafre glorieuse le rendait encore plus cher au peuple de Paris, à qui
il l'était déjà comme fils de François de Guise, blessé lui aussi au
visage pour la défense du pays et mort victime du fanatisme protestant
devant Orléans. Aussi pour empêcher que le ressentiment de cette paix
honteuse n'aboutît à la formation d'un parti catholique hostile à la
monarchie, Henri III était bien résolu à manquer de parole aux
protestants. Il entreprit de détacher d'eux le duc d'Alençon, qui de son
nouvel apanage avait pris le nom de duc d'Anjou, et les politiques, dont
le concours leur avait été si avantageux. Il reçut «avec tout honneur»
ce frère détesté et même fit bon visage à son favori Bussy. Il lui
persuada facilement que son alliance avec les huguenots ne profitait
qu'aux Guise. La Reine-mère, à son passage à Blois, où Henri III la pria
de s'arrêter, eut «le contentement d'y voir son fils, le duc d'Anjou, si
bien réconcilié que j'espère qu'il n'y aura désormais en eux (ses deux
enfants) qu'une mesme volonté à la conservation de ceste couronne»[879].

      [Note 879: Lettre du 2 novembre 1576, _Lettres_, t. V, p.
      223.--_Mémoires de Villeroy_, éd. Buchon, p. 109.]

Les États généraux, dont le traité stipulait la convocation, se
réunirent à Blois en décembre 1576. Les protestants, découragés par le
rapprochement des deux frères, s'étaient abstenus, sauf dans deux ou
trois bailliages, de prendre part aux élections. Henri III comptait sur
cette assemblée toute catholique pour lui procurer les fonds nécessaires
à la guerre. Il renvoya Sébastien de l'Aubespine, évêque de Limoges, qui
avait assisté Catherine dans les négociations d'Étigny. Il se fit
apporter la liste d'adhésion à la Ligue et «s'y signa le premier comme
chef»; il déclara en plein Conseil que «ce qu'il avait fait à ce dernier
Édit de pacification avoit été seulement pour ravoir son frère et
chasser les reitres et autres forces étrangères hors de ce royaume,...
mais en intention de remettre laditte religion (catholique) le plus tost
qu'il pourroit à son entier....» Il poussa les trois ordres à voter le
rétablissement de l'unité religieuse. C'était signifier à sa mère
qu'elle devait changer de politique ou renoncer au gouvernement. Elle
était plus pacifique que jamais, ayant constaté que le Roi était
incapable de conduire ou même d'organiser la guerre. Elle accusait les
évêques--tout bas--de lui avoir conseillé «de ne tenir ses promesses»
aux hérétiques «et rompre tout ce qu'elle avoit promis et contracté pour
luy»[880]; mais elle se garda bien de lui résister en face. Dans un
nouvel Avis qu'elle lui adressa (2 janvier 1577)[881], elle louait son
dessein de rétablir la religion en son royaume et de supprimer une secte
dont la tolérance est «très desplaisante à Dieu». Mais discrètement elle
glissait une recommandation pacifique sous la forme d'un souhait; elle
espérait, disait-elle, que, conformément à la volonté bien connue du
Roi, cette résolution pourrait s'exécuter sans en venir aux armes. Elle
lui en indiquait les moyens, s'assurant sur son affection «pour excuser
ce que j'en pourrois dire de mal à propos»[882].

      [Note 880: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 88.]

      [Note 881: _Lettres_, t. V, p. 231-236.]

      [Note 882: _Ibid._, p. 232.]

Il devrait envoyer une ambassade de représentants des trois ordres au
prince de Condé, au roi de Navarre et à Damville pour leur faire
connaître son intention et celle des États, et si le roi de Navarre n'y
entendait point, lui déléguer le duc de Montpensier (Louis de Bourbon)
«lequel pour estre prince tel qu'il est de sa maison et d'aage, est à
croire qu'il le respectera et croyra plus que nul autre». Montpensier,
comme de soi-même, lui parlerait d'un mariage possible entre la
princesse de Navarre, Catherine de Bourbon, sa sœur, et le duc d'Anjou,
et lui annoncerait la venue, après les États, de la Reine-mère
accompagnée de Marguerite, sa femme, qu'il réclamait. Le prince de Condé
resté seul s'accordera. «Quant au maréchal d'Amville, c'est celuy-là,
disait-elle, que je crains le plus, d'autant qu'il a plus d'entendement,
de expérience et de suite». Aussi était-il nécessaire de le gagner à
tout prix. Mais si ces trois-là, par leur obstination, rendaient la
guerre inévitable, il faudrait lever trois armées avec les subsides des
États et l'aliénation des biens du clergé. Le Roi marcherait lui-même en
Guyenne après avoir fait nettoyer tout le pays devant lui par le duc de
Montpensier, pour ne trouver rien qui ne lui obéisse. Et «en ce pendant»
qu'il n'était ni «en paix ny en guerre», il devait renforcer les troupes
des gouverneurs, assurer la garde des villes, enrôler des reîtres en
Allemagne et députer aux princes de ce pays pour les détourner d'une
nouvelle invasion[883].

      [Note 883: _Lettres_, t. V, p. 232.]

Catherine avait pris depuis longtemps ses précautions contre Élisabeth
d'Angleterre, la protectrice naturelle des huguenots, avec qui ses
rapports, qui ne furent jamais cordiaux qu'en apparence, étaient depuis
la Saint-Barthélemy aigres, froids, défiants. Le point faible de la
puissance britannique, c'était l'Irlande catholique, plusieurs fois
vaincue, jamais soumise, et, ici ou là, toujours prête à s'armer contre
ces maîtres étrangers et hérétiques. Catherine pensait qu'une
insurrection irlandaise serait une bonne riposte à une intervention
anglaise, mais elle ne pouvait, sans se compromettre, entretenir des
relations ouvertes avec les mécontents. Elle laissait faire un de ses
anciens pages, gouverneur de Morlaix, capitaine de Granville, et grand
ennemi, à ce qu'il semble, des Anglais, ce Troïlus de Mesgouez, qui ne
s'est pas illustré dans le rôle amoureux que lui prête la légende[884].
En ces temps de désordre et de faible centralisation, où se déployaient
et quelquefois se déchaînaient les libres initiatives, La Roche avait
l'air de battre les mers d'Irlande, armateur ou corsaire, pour son
propre compte et sous sa responsabilité[885]. On le voit en 1570
débarquer dans le territoire d'un des chefs de la rébellion latente,
Desmond; il s'y attarde plusieurs mois, malgré les instances des Anglais
et sa promesse, et, quand il se décide à partir, il emmène le frère de
Desmond, Fitz-Maurice, et oublie quelques soldats dans un fort[886]. Il
recueille en Bretagne les fugitifs et les bannis, il les cache, il les
aide, il les arme. En juillet 1575, il accompagne à la Cour
Fitz-Maurice, qui, allant en Espagne solliciter Philippe II, avait été
contraint, alléguait-on, par la tempête d'aborder en France[887], et
c'est à lui aussi que s'adresse à quelques jours de là, comme à
l'intermédiaire naturel, un certain capitaine Thomas Bate, qui se disait
chargé par le comte Quillegrew (lisez Kildare) d'offrir à la Reine-mère
les moyens dont disposait ce lord irlandais, prisonnier à la Tour de
Londres, pour faire de «grands services» au Roi de France en Irlande. Ce
Thomas Bate, un espion d'Élisabeth, voulait tenter la Reine-mère et
l'obliger à se découvrir. Catherine, flairant le piège, fit arrêter et
enfermer au bois de Vincennes cet agent provocateur. Le chargé
d'affaires anglais, Dale, qu'elle fit venir pour lui expliquer
l'emprisonnement de ce sujet britannique, saisit cette occasion de se
plaindre des menées de La Roche et de ses liaisons avec les rebelles
irlandais. Elle protesta qu'elle ne savait rien de ces intrigues, mais
elle admit comme possible que La Roche, qui était, disait-elle, au duc
d'Alençon, l'eût entretenu de quelque projet et qu'il en eût été
volontiers ouï, «comme les princes font bien souvent, principalement
ceux qui sont de son âge et mesmement (surtout) quand on leur parle pour
leur grandeur»[888]. Gentilhomme servant du duc d'Alençon, ami des
Guise, les chefs du parti catholique, et gouverneur du Roi, La Roche
était un personnage à plusieurs faces, hardi et ambitieux[889], dont on
ne savait jamais exactement pour qui il opérait, ni même s'il n'opérait
pas pour lui-même. Mais Élisabeth savait bien contre qui. C'est,
disait-elle à l'ambassadeur de France «ung terrible, gallant contre
elle»[890]. Les titres qu'il porte dans les lettres patentes de mars
1577, marquis de Coetarmoal, comte de Kermoallec et de la Joyeuse Garde,
conseiller du Roi en son Conseil privé et chevalier de l'Ordre, sont
probablement le prix de cette guerre sourde à l'Angleterre, en prévision
d'une guerre ouverte. Mais l'autorisation qui lui est octroyée par ces
mêmes lettres patentes de s'établir aux Terres Neuves d'Amérique, pour
en jouir perpétuellement, lui et ses héritiers, n'est pas une
récompense. Ce projet de colonisation (mars 1577) coïncide si bien avec
la reprise de la lutte contre les huguenots qu'il y a de bonnes raisons
de ne pas le prendre trop au sérieux. Quelque incohérente qu'ait
toujours été la politique des Valois, il n'est pas vraisemblable qu'ils
se fussent dessaisis d'une partie des navires bretons au moment où ils
pouvaient craindre l'entrée en ligne de la marine anglaise. De même que
Charles IX avait fait en 1571, sous prétexte d'un établissement
outremer, dresser une flotte, qui était destinée à tenir le roi
d'Espagne «en cervelle», Henri III accordait à La Roche le droit de
lever, fréter, équiper tel nombre de gens, navires et vaisseaux qu'il
avisera, non pas, comme le publiait la déclaration royale, pour aller
aux Terres Neuves, mais pour prêter aide, le cas échéant, aux rebelles
d'Irlande, si Élisabeth s'avisait de secourir les rebelles de France.
Les agents anglais ne s'y trompèrent pas et, comparant l'importance de
cette entreprise coloniale à l'insuffisance de celui qui en était
chargé, ils avertirent leur gouvernement (juin 1577) qu'il y avait
«quelque dessein traître contre l'Irlande»[891]. La guerre ayant fini
(septembre 1577) avant que la flotte fût prête et qu'Élisabeth eût
bougé, on nomma La Roche, pour sauver la face ou l'indemniser des
avances d'argent qu'il avait faites, vice-roi, lieutenant général et
gouverneur des Terres Neuves à découvrir et à conquérir (janvier 1578).
Il partit avec un vaisseau de trois cents tonnes environ, mais il fut
«bien battu par quatre navires anglais», qu'il «pensait piller»[892], et
probablement regagna le port.

      [Note 884: Voir plus haut, ch. V, p. 208-209.]

      [Note 885: L'histoire des rapports de la France avec les Irlandais
      pendant le règne d'Élisabeth reste à écrire. Il n'en est fait
      mention qu'en passant dans les volumes de Froude, _History of
      England from the fall of Wolsey to the defeat of the Spanish
      Armada_, t. VI-XIII, 1887.]

      [Note 886: _Mémoires de Walsingham_, fév. 1570, _passim_, p. 34,
      36, 49.--_Correspondance de La Mothe-Fénelon_, t. III, p. 444, 23
      janvier 1571.--Cf. _ibid._, p. 450, et t. IV, p. 485.]

      [Note 887: Élisabeth fit remercier Henri III de n'avoir pas
      encouragé Fitz-Maurice, _Corresp. de La Mothe-Fénelon_, t. VI, p.
      488 (13 juillet 1575).]

      [Note 888: Sur cet épisode, voir la dépêche de Dale à son
      gouvernement, _Calendar of State paper foreing series, of the
      reign of Elizabeth_, 1575-1577 (t. XI), p. 101, et celle de
      Catherine à La Mothe-Fénelon, 29 juillet 1575, _Lettres_, t. V, p.
      127-129.]

      [Note 889: Paulet à Walsingham (Juin 1577): «On laisse entendre à
      la Cour (de France) que La Roche est un impudent drôle (an
      insolent fellow), qu'il dépend absolument des Guise, qu'un royaume
      est trop peu pour lui.» _Calendar of State paper_, 1575-1577 (t.
      XI), p. 594.]

      [Note 890: _Correspondance de la Mothe-Fénelon_, t. VI, p. 468, 13
      juillet 1575. Élisabeth, qui ne sait pas très bien le français,
      transporte dans notre langue des mots de la sienne et qui en
      viennent d'ailleurs, mais qui ont, en cours de route, changé de
      sens. Gallant, en anglais, signifie vaillant, hardi.]

      [Note 891: _Calendar of State paper foreing series, of the reign
      of Elizabeth_, 1575-1577 (t. XI), n° 1467, p. 594. Voir l'échange
      de récriminations entre Paulet ambassadeur d'Angleterre, et Henri
      III et la Reine-Mère dans _Lettres_, t. V, p. 258, note 1 (20 juin
      1577) et plus amplement t. V, p. 268, dépêche de Catherine à
      Mauvissière du 1er août, à propos des agissements de Fitz-Maurice
      et de La Roche. La Roche, dit-elle à Paulet, n'était «allé en nul
      lieu» et lui avait promis de n'entreprendre «aucune chose contre
      sadicte maistresse» (Élisabeth) et «s'il faisoit au (le)
      contraire, il ne faudroit (manquerait) d'estre bien chastié».]

      [Note 892: Paulet à la reine Élisabeth, 7 juillet 1578, _Calendar
      of State papers_, 1578-1579 (t. XIII) no 71, p. 53.]

La Reine-mère avait employé un autre moyen qu'elle pensait aussi
efficace pour empêcher l'Angleterre de se déclarer en faveur des
huguenots; elle avait remis en avant le projet de mariage du duc d'Anjou
avec Élisabeth. Elle travaillait au dedans comme au dehors à préparer au
Roi une victoire facile. Elle parvint non sans peine à rassurer Damville
qui, sachant que le Roi lui en voulait mortellement de sa révolte
passée, demandait des garanties. Les assurances ne coûtaient pas à
Catherine. Elle lui faisait dire par le duc de Savoie, l'ami du Roi de
France et l'allié de tous ses ennemis, que s'il se remettait, comme il
devait, en son devoir, elle consentait, tant elle était sûre du
contraire, que tout le mal qu'il aurait du Roi, on le lui fasse à
elle-même et que Dieu lui en envoie autant[893]. Elle sollicitait sa
femme, Antoinette de La Marck, ardente catholique, de le détacher des
huguenots. Mais Damville voulait mieux que des paroles. Il obtint que le
marquisat de Saluces lui fût donné de surcroît s'il réussissait à
soumettre tout le Languedoc à l'obéissance du Roi. Catherine se porta
garante de cet accord, affirmant que son fils «aymeroit mieulx mouryr
que faillir à ses promesses»[894]. C'était rompre à bon marché, la
cession étant conditionnelle, l'alliance des protestants et des
politiques (mai 1577).

      [Note 893: Au duc de Savoie, 9 janvier 1577, _Lettres_, t. V. p.
      236.]

      [Note 894: A Damville, 27 janvier 1577, _Lettres_, t. V, p.
      240.--Cf. la lettre du 16 décembre, p. 228.--Sur la cession de
      Saluces, voir t. V, p. 240, note.]

Catherine avait justement prévu qu'Henri III se dégoûterait vite de la
guerre. Il avait donné à son frère le commandement de la principale
armée et il le lui retira par jalousie après la prise d'assaut de la
forte place d'Issoire (11 juin). L'argent manqua; les États généraux,
qui avaient applaudi à son dessein de rétablir l'unité de foi, lui
avaient refusé les moyens de l'imposer. Mais les huguenots, affaiblis
par la défection des catholiques unis, acceptèrent la paix de Bergerac
(7 septembre 1577).

L'Édit de Poitiers, confirmatif de ce traité, restreignait l'exercice du
culte réformé à une ville par bailliage, outre les villes et bourgs où
le libre exercice existait avant la dernière prise d'armes. Henri III,
fier de cette paix--sa paix--qui réparait la honte de la paix de
Monsieur, oublia les conseils de sa mère et ne pensa plus qu'à ses
plaisirs.

Après la mort de Du Gast, un favori de grande allure, il avait commencé
en 1576 à vivre dans l'intimité de dix ou douze jeunes gens beaux et
bien faits, qu'il trouvait un plaisir équivoque à voir parés, coiffés,
attifés avec une recherche et des raffinements de femmes. Les Mignons,
comme on les appelait, Quélus, Maugiron, Saint-Luc, d'Arques,
Saint-Mesgrin, etc., jaloux d'accaparer la faveur et les faveurs de leur
maître, excitaient ses rancunes et ses défiances contre son frère. Ils
assaillirent Bussy, qui les qualifiait crûment de mignons de couchette,
et le manquèrent. Quelques jours après, aux noces de Saint-Luc (9
février 1578), ils narguèrent le duc d'Anjou que Catherine, conciliante,
avait décidé à paraître au bal. Celui-ci, de dépit et de colère, quitta
la fête et alla raconter à sa mère ce qui venait de se passer, «de quoy
elle fut très marrie». Il lui dit son intention, qu'elle trouva «très
bonne», de s'en aller pour quelques jours, à la chasse, «soulager et
divertir un peu son esprit des brouilleries de la Cour». Mais le Roi,
inquiet de cette brusque sortie, et appréhendant une fuite, envoya
réveiller la Reine-mère et pénétra dans la chambre du Duc, suivi du
sieur de Losses, capitaine des gardes, et de quelques archers écossais.
Catherine, «craignant qu'en cette précipitation, il (le Roi) fist
quelque tort à la vie» de son fils, accourut «toute déshabillée...,
s'accomodant comme elle peust avec son manteau de nuit»[895]. Henri
fouilla la chambre et le lit, et arracha des mains du suspect, malgré
ses prières, une lettre où il croyait trouver la preuve d'un complot, et
qui n'était qu'un poulet de Mme de Sauve. Mais, encore plus irrité de
cette déception, il sortit, commandant à Losses de garder son frère et
de ne le laisser parler à personne. Le prisonnier passa la nuit dans une
mortelle inquiétude. Catherine, qui s'était tue ce soir-là pour ne pas
exaspérer les passions, envoya le lendemain «quérir tous les vieux du
Conseil, Monsieur le chancelier, les princes, seigneurs et mareschaulx
de France», qui tous furent d'avis qu'elle «devoit remonstrer au Roy le
tort qu'il se faisoit», et tâcher de «r'habiller cela le mieux que l'on
pourroit». Elle alla trouver Henri III «avec tous ces messieurs» et fit
agir aussi le duc de Lorraine, son gendre, qui se trouvait à la Cour. Le
Roi, «ayant les yeux dessillez», consentit à une réconciliation,
s'excusant de ce qu'il avait faict sur «le zèle qu'il avoit au repos de
son État». Le Duc se déclara «satisfaict si son frère recognoissoit son
innocence». Sur cela la Reine-mère «les prit tous deux et les fist
embrasser»[896].

      [Note 895: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 135-137.]

      [Note 896: _Ibid._, p. 143-146.]

Mais cinq jours après, le duc d'Anjou, qu'Henri III tenait consigné dans
le Louvre, s'enfuit par la fenêtre de l'appartement de la reine de
Navarre, sa sœeur, et se retira à Angers, capitale de son apanage.

Cette fuite serait-elle, comme en 1575, l'annonce d'une prise d'armes
générale. Il y avait d'autant plus lieu de le craindre que le nombre des
malcontents était plus grand. Pour suffire aux dépenses des dernières
guerres, aux appétits de son entourage et à ses prodigalités, Henri III
continuait et aggravait les expédients financiers de sa mère. Il
augmentait les tailles, empruntait de force aux particuliers et aux
villes, levait sur le clergé des décimes ordinaires et extraordinaires,
aliénait les biens d'Église et projetait d'établir à la sortie du
royaume un nouveau droit, la traite foraine domaniale, sur les blés, les
toiles, les vins et le pastel (plante tinctoriale), au risque de tarir
ces quatre sources de la richesse française[897]. Il généralisait les
droits d'importation, revisait, pour les hausser, les anciens tarifs, et
concentrait la levée des aides, des gabelles et des traites entre les
mains de quelques Italiens experts à pressurer les contribuables[898].

      [Note 897: Sous le nom d'imposition foraine, domaine forain, rêve
      et haut passage, étaient levées ensemble trois espèces de droits
      sur les produits du sol et les marchandises, soit à la sortie du
      royaume, soit au passage de la ligne des douanes intérieures. En
      février 1577, Henri III greva les blés, les toiles, les vins et le
      pastel d'un nouveau droit, la traite foraine domaniale, qui était
      perçu en outre des précédents, mais seulement à la frontière du
      royaume.]

      [Note 898: Mariéjol, _Histoire de France de Lavisse_, t. VI, 1, p.
      223-233.]

L'assemblée générale de la Ville de Paris, dans ses doléances au Roi de
1575, avait protesté déjà contre «les grandes daces et impositions
nouvellement inventées ès fermes desquelles on n'a jamais voullu
recevoir les naturels François», et elle concluait par ce sérieux
avertissement: «Comme vous avez la domination sur vostre peuple, aussy
Dieu est vostre supperieur et dominateur, auquel debvez rendre compte de
vostre charge. Et sçavez trop mieulx, Sire, que le prince qui lève et
exige de son peuple plus qu'il ne doibt alliene et perd la volunté de
ses subjects de laquelle deppend l'obéissance qu'on luy donne»[899]. En
1578, l'orateur des États de Normandie, Nicolas Clérel, chanoine de
Notre-Dame de Rouen, représentait au lieutenant général du Roi «les
povres villageois de Normandie ... maigres, deschirez, langoureux, sans
chemise en dos ny soulier en pieds, ressemblans mieux hommes tirez de la
fosse que vivans», et il s'écriait: «Se souviendront point les
inventeurs des Édits pernicieux à l'Estat du Roy et repos public que
Dieu qui est par dessus les Roys les peut confondre en abisme comme il
sait bien, quand il luy plaist, transférer les royaumes et monarchies où
l'iniquité abonde et la justice est ensevelie, ainsi qu'il menace en
Osée, chap. 13: _Aufferam_, inquit, _regem in indignatione mea_». Je
vous ôterai votre roi dans ma colère (Osée. XIII)[900]. Nicolas
Boucherat, abbé de Cîteaux, porte-parole des États de Bourgogne (mai
1578), ne craignit pas de rappeler à Henri III que Roboam avait, par
«une aigre et dure réponse» aux plaintes de ses sujets, perdu
l'obéissance de dix tribus[901].

      [Note 899: _Remontrances très humbles de la Ville de Paris et des
      bourgeois et cytoiens d'icelle_. Registres du Bureau de l'Hôtel de
      Ville de Paris, t. VII, p. 313-317.]

      [Note 900: Ch. Robillard de Beaurepaire, _Cahiers des Etats de
      Normandie sous le règne de Henri III. Documents relatifs à ces
      assemblées_, t. I (1574-1581), p. 324 et 326.]

      [Note 901: Weill, _Les Théories sur le pouvoir royal en France
      pendant les guerres de religion_, 1891, p. 151.]

C'est au nom de ses privilèges que la Bourgogne repoussait
l'établissement de nouvelles taxes, sans un vote de ses États généraux.
Les autres provinces alléguaient aussi les droits historiques: la
Bretagne, les stipulations du contrat de mariage de la reine Anne; la
Normandie, la charte aux Normands de Louis le Hutin. La grande Ligue de
1576 était morte de l'étreinte royale, mais la surcharge des impôts
ravivant ici et là l'esprit particulariste et s'ajoutant à toutes les
autres causes de mécontentement, des ligues de toutes sortes se
formaient et s'organisaient en Périgord, en Auvergne, en Dauphiné, en
Provence, etc.

Au moins Henri III aurait-il dû s'attacher le duc de Guise, si populaire
à Paris et dans la plupart des grandes villes. Mais il prétendait
gouverner d'après les préjugés de puissance absolue, comme s'il n'avait
rien ni personne à ménager. Il traita Guise avec hauteur et laissa voir
l'intention de lui ôter la grande maîtrise pour en gratifier Quélus. Les
Mignons, privés du plaisir d'humilier Monsieur, tournèrent «leur
desbordée outrecuidance» contre ce nouvel ennemi. Mais ils trouvèrent à
qui parler. Quélus et Maugiron, assistés de Livarot, furent, en un duel
de trois contre trois, l'un tué, l'autre mortellement blessé par le
jeune d'Entragues, Ribérac et Schomberg, qui étaient de la bande des
Lorrains (27 avril 1578). Saint-Mesgrin, autre mignon, qui faisait à la
duchesse de Guise une cour compromettante, fut, au sortir du Louvre,
dans la nuit du 21 juillet, assassiné par une troupe que dirigeait,
dit-on, le frère du duc, Mayenne. Guise avait quitté Paris en mai et le
bruit courut qu'en prenant congé du Roi il lui avait signifié qu'il
s'abstiendrait, à l'avenir, de porter les armes contre le duc d'Anjou,
son frère et l'héritier présomptif de la couronne[902].

      [Note 902: _Négociations diplomatiques de la France avec la
      Toscane_, t. IV, 1872, p. 169.]

La «paix du Roi» était aussi odieuse à beaucoup de catholiques qu'à la
plupart des huguenots, ceux-là s'indignant qu'Henri III se fût arrêté en
plein succès et n'eût pas interdit partout l'exercice public de
l'hérésie, ceux-ci ne se résignant pas à perdre dans la plus grande
partie du royaume la liberté de culte que «la paix de Monsieur» leur
avait octroyée partout. Les politiques, dont le revirement avait décidé
du succès de la dernière guerre, s'étonnaient de la défaveur de leurs
chefs. Aussi les «brasseurs» de troubles, qui allaient de parti en parti
et de province en province, porteurs de plaintes et de projets de
coalition, trouvaient partout des oreilles complaisantes.
Qu'adviendrait-il s'ils réussissaient à entraîner le duc d'Anjou, roi en
expectative?

Catherine se le demandait avec inquiétude. Elle savait par deux
expériences successives de quel poids serait la détermination du Duc.
Lui seul était capable de grouper en faisceau compact pour une offensive
commune les catholiques et les protestants, divisés et même opposés de
sentiments, de griefs, d'intérêts, et, seul, il pouvait donner à
l'insurrection un caractère de légitimité. Une prise d'armes qu'il
désavouerait ou même n'avouerait pas ne serait jamais que partielle,
sans grande chance de succès ou tout au moins de durée, mais celle dont
il prendrait le commandement exposait à tous les hasards, par le nombre
et la force des assaillants, la puissance et la personne royales. Il
tenait dans ses mains la paix et la guerre.

Catherine était en conséquence décidée à payer au plus haut prix son
alliance ou sa neutralité. Mais il lui fallait convaincre le Roi de la
nécessité des sacrifices, et elle y trouvait bien des difficultés. Les
négociations de 1576 avec Monsieur font date dans son histoire. Les
critiques contre sa faiblesse ou sa complaisance avaient fait impression
sur Henri III, jaloux et fier, dont l'orgueil royal avait été
cruellement éprouvé et qui doutait d'être, comme il l'avait cru
jusqu'alors, l'enfant «uniquement chéri». Dans la séance d'ouverture des
États généraux de Blois, tout en donnant «des louanges immortelles» à la
«vigilance, magnanimité» et «prudence» de sa mère, il avait parlé des
tourmentes de sa «minorité», quoiqu'il eût à son avènement vingt-deux
ans, en homme décidé à prendre lui-même à l'avenir le «gouvernail»[903].
«Il y a bien douze ans, disait en 1588 Catherine, que mon fils n'écoute
plus mes conseils...»[904]. Elle exagérait assurément. Son fils
continuait à l'aimer et l'estimait plus capable que personne de conduire
les grandes affaires. Il revenait à elle en toutes ses difficultés comme
à une mère très tendre et au serviteur le plus sûr. Par habitude de
paresse ou quand il était malade, il lui abandonnait même toute la
charge du gouvernement, mais il l'y contrecarrait souvent et lui faisait
sentir toujours que c'était par délégation. Désormais, elle fut obligée
de rendre compte de ses actes, d'expliquer sa politique ou de ruser et
biaiser. Son règne était bien fini; elle tombait au rang de principal
ministre.

      [Note 903: [Lalourcé et Duval], _Recueil de pièces authentiques_,
      t. II, p. 45.]

      [Note 904: C'est l'aveu qu'elle faisait en gémissant à un capucin
      qui s'étonnait qu'elle eût permis le meurtre des Guise. Cette
      pièce intéressante a été publiée par Charles Valois, _Histoire de
      la Ligue. Œuvre inédite d'un contemporain_, Soc. Hist. France, I,
      1914, app., p. 300.]



CHAPITRE IX

CAMPAGNE DE PACIFICATION A L'INTÉRIEUR


Catherine avait couru après le duc d'Anjou, fugitif, «de peur qu'il fist
encore le fou». Elle le trouva «resoleu hà (à) ne rien fayre, à cet
qu'il m'a dist, qui puise desplayre au Roy son frère et alterer le repos
de cet royaume», mais il refusa de revenir à la Cour. Elle souhaitait,
sans trop y croire, qu'il se tînt tranquille «pour leser paser ten
(tant) de fiers (italien feri, sauvages) humeurs qui sont aujourd'hui en
cet royaume». Mais cette fois il disait vrai. Il ne pensait pas à
troubler, comme elle put s'en convaincre quand elle retourna le voir en
mai à Bourgueil et lui demanda[905]: «si l'on [ne] l'avoit pas recherché
pour le faict des ligues et du bien publicq». «Il m'a, écrivait-elle à
Henri III, franchement respondu que ouy et que l'on luy en avoit
présenté des requestes, mais qu'il avoit renvoyé ceulx qui luy en
avoient parlé et fait parler et qu'il ne luy adviendroit jamays, comme
il leur avoit faist clairement entendre et congnoistre, de faire aulcune
chose au préjudice de vostre service et de ce royaume, s'estant estendu
sur cela et m'en a parlé, ce me semble fort franchement, se laissant
entendre avoir bien congneu qu'il y a quelque chose de messieurs de
Guyse meslé en ceci, et m'a dit que quasy tous les gouverneurs et
lieutenans generaulx des provinces estoient mal contens et qu'ilz
estoient [tous] ou la pluspart d'intelligence en cecy et qu'il estoit
d'advis que leur fissiez quelque bonne démonstration pour les asseurer
et maintenir en la bonne affection qu'ils vous doibvent»[906].

Le plaisir que causaient à la Reine-mère ces déclarations de fidélité
n'était pas sans mélange. Ce «moricau», qui tout petit était et n'avait
cessé d'être «guerre et tempeste en son cerveau»[907], avait repris pour
son compte le projet de Coligny sur les Pays-Bas. Il invoquait les mêmes
raisons: l'ancienne suzeraineté de la France sur les Flandres[908], la
prétention de l'Espagne à la «monarchie» du monde, le devoir de protéger
les opprimés, la nécessité de divertir contre l'étranger les forces qui
déchiraient l'État. Mais son principal mobile, c'était l'ambition de
jouer un rôle. Il allait courir d'aventure en aventure pour échapper à
sa condition de sujet.

      [Note 905: Catherine à la duchesse de Nemours, Paris, 20 mars
      1578, _Lettres_, t. VI, p. 9-10.]

      [Note 906: _Lettres_, VI, p. 20, 7 mai 1578.]

      [Note 907: Catherine au duc de Guise, 9 févr. 1563, _Lettres_, t.
      I, p. 618.]

      [Note 908: Droits de suzeraineté que François Ier avait abandonnés
      à Charles-Quint, héritier de la maison de Bourgogne, par les
      traités de Madrid (14 janv. 1526) et de Cambrai (5 août 1529).]

Le duc d'Albe n'avait pas réussi à exterminer les rebelles des Pays-Bas
ni son successeur, don Luis de Requesens, à les regagner par des
concessions. En mars 1576, après la mort de ce dernier, les troupes
espagnoles, que Philippe II laissait sans solde, pillèrent avec fureur
les campagnes et les villes. Les provinces du Sud, catholiques et qui
jusque-là étaient restées fidèles, s'unirent contre cette soldatesque
aux provinces du Nord, en majorité calvinistes, dont le prince d'Orange,
Guillaume de Nassau, avait organisé et dirigeait la révolte. Les États
généraux, chargés de la défense commune, cherchèrent assistance en
Angleterre, en France et même auprès des Habsbourg d'Autriche. Après la
paix de Monsieur, Henri III n'avait «rien eu à la teste» qu'une revanche
sur les huguenots. Il «méprisa» les sollicitations des communautés et
seigneurs des Pays-Bas, dont Mondoucet, ancien résident de France à
Bruxelles, était venu l'entretenir. Mais le duc d'Anjou, «qui du vray
naturel de Pyrrus n'aymoit qu'à entreprendre choses grandes et
hasardeuses»[909], envoya sa sœur, la reine de Navarre, s'enquérir, sous
prétexte d'une cure à Spa, des dispositions de l'aristocratie (mai
1577). A Cambrai, à Valenciennes, à Mons, où elle s'arrêta, Marguerite
entendit des plaintes contre la domination espagnole et gagna quelques
grands seigneurs à la cause de son frère. Aussitôt qu'il se fut enfui du
Louvre (février 1578), le Duc, apprenant que les troupes des États
généraux avaient été battues à Gembloux (30 janvier) par le nouveau
gouverneur général, Don Juan d'Autriche, offrit ses services aux vaincus
en des termes qui n'admettaient pas de refus. Les États, qui venaient de
traiter le 7 janvier avec Élisabeth d'Angleterre, étaient très
embarrassés de ce nouveau protecteur. Ils se résignèrent pourtant «à
requérir, comme ils disent, le secours que le ducq d'Alenchon (Anjou)
nous prétend faire», «afin qu'il ne nous soit contraire, voires qu'il
nous assiste», mais sans vouloir lui livrer aucune «ville ou
place»[910]. Le Duc commença des levées. Le prince de Condé, beaucoup
d'autres huguenots, par esprit de prosélytisme, et même des catholiques
lui promirent leur concours. Son grand favori, Bussy d'Amboise, était de
feu pour cette conquête. Marguerite travaillait à rapprocher son mari et
son frère bien-aimé[911].

      [Note 909: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 85.]

      [Note 910: Kervyn de Lettenhove, _Les Huguenots et les Gueux_, t.
      V, 1885, p. 43.--Groen van Prinsterer, _Archives ou Correspondance
      de la maison d'Orange-Nassau_, 1re série, t. VI, p. 367 et 370.]

      [Note 911: Catherine à Henri III, 6 mai 1578, _Lettres_, t. VI, p.
      10.]

Mais la reine d'Angleterre ne voulait pas de Français dans les
Pays-Bas. Elle avait soudoyé le comte palatin, Jean Casimir, ce
condottiere du protestantisme, pour défendre les intérêts anglais et
entretenir la révolte, et jugeait que c'était assez. Le comte de
Stafford alla de sa part signifier au Duc que s'il ne se départait de
son entreprise, elle mettrait «peine de l'en empescher», en même temps
qu'elle lui laissait entrevoir l'offre de sa main comme prix d'un
renoncement[912]. L'ambassadeur d'Espagne à Paris déclara que si les
Français entraient en Flandre, son maître entrerait en France. Don Juan
menaçait. Henri III s'indignait des projets d'agression de son frère
contre un souverain ami.

Catherine était perplexe. S'opposer au dessein de l'ancien chef des
huguenots et des catholiques unis, c'était l'induire en tentation de
révolte; l'aider ou simplement le laisser faire, c'était courir le
risque d'une brouille avec l'Angleterre et d'un conflit avec l'Espagne.
Pour conjurer le danger d'une guerre civile ou d'une guerre étrangère,
elle ne voyait d'autre moyen que d'amener le Duc à renoncer de lui-même
à l'expédition. C'est à cette fin qu'elle était allée le trouver à
Bourgueil. L'argument dont elle attendait le plus, c'était que les
rebelles des Pays-Bas réclamaient son concours sans lui offrir de
récompense.

Quand Lavardin, le favori du roi de Navarre, lui avait fait confidence
au Lude[913], comme le tenant de Bussy, que «ceulx des Estatz ...
bailleroient» à son fils «neuf villes», elle avait répliqué: «Voire (oui
vraiment) en papier». Pas même sur le papier, ainsi qu'elle put le
conclure du refus de François de lui montrer leurs lettres. Après bien
des pourparlers (7-9 mai 1578), elle lui fit signer l'engagement
d'abandonner ses projets d'intervention à moins que tous les États ne
consentissent à le faire «leur Prince et Seigneur et pour cest effect» à
lui «remectre franchement et sans aulcune feintise les principales
villes et places d'icellui païs qu'ils tiennent». Auquel cas le Roi et
elle promettaient de ne pas le contrecarrer et même, en attendant,
l'autorisaient à entretenir 2 400 hommes de guerre sur la frontière de
la Normandie (9 mai)[914].

      [Note 912: _Lettres de Catherine de Médicis_, mai, t. VI, p.
      12-13. Cf. 6 juin, _ibid._, p. 28.]

      [Note 913: Le Lude, à 20 kilomètres de la Flèche (département de
      la Sarthe).]

      [Note 914: _Lettres de Catherine de Médicis_, t. VI, p. 25 et
      note.]

Pour l'assagir, elle pensait bourgeoisement à le marier. Elle lui
expédia le maréchal de Cossé, l'un des chefs des politiques, avec un
mémoire où elle passait en revue les princesses de la chrétienté qu'il
pouvait épouser. Il y en avait quelques-unes qu'elle ne citait que pour
mémoire: la fille d'Auguste, électeur de Saxe, un prince mal disposé
pour la Maison de France et qui d'ailleurs, étant un luthérien, ne
saurait empêcher la formation des armées allemandes d'invasion, en
général calvinistes;--la princesse de Clèves dont le père, ayant un fils
malsain et deux autres filles mariées, pourrait donner le «païs de
Gueldres», mais peut-être pas tout de suite, et d'ailleurs la Gueldre
était bien loin:--la princesse florentine, qui n'aurait pour tout apport
que de l'argent. Mais elle recommandait une autre Italienne, la fille
du duc de Mantoue. Outre qu'elle était fort belle, elle recevrait
peut-être en dot le Montferrat, et le Montferrat joint au marquisat de
Saluces dont le Roi gratifierait le Duc en le mariant, constituerait à
celui-ci un bel État, qu'il pourrait agrandir grâce aux alliances de sa
femme avec tous les princes et potentats d'Italie, surtout advenant la
mort du roi d'Espagne qui était «avancé en age et moribond»[915]. Mais
le parti de beaucoup le plus avantageux serait une des infantes, si
Philippe II «bailloit» à son gendre la Franche-Comté et s'engageait à
lui céder en échange les Pays-Bas ou le duché de Milan dès qu'il aurait
des enfants, ce qui veut dire des garçons dans la langue de Catherine.
Henri III et elle «embrasseront» même «fort volontiers» l'idée d'un
mariage avec la sœur du roi de Navarre[916].

      [Note 915: Catherine fait le roi d'Espagne plus malade et plus âgé
      qu'il n'était pour les besoins de sa démonstration. Philippe II
      avait, en 1578, cinquante et un ans et il ne mourut que vingt ans
      après.]

      [Note 916: _Lettres_, t. VI, note de la p. 12 à la p. 14: Mémoire
      envoyé à M. le maréchal de Cossé.]

De tous ces projets le plus tentant était une pure chimère. La
Reine-mère pouvait-elle croire que le roi d'Espagne, qui avait tant de
fois repoussé ses combinaisons matrimoniales avec ou sans dot,
consentirait maintenant à établir un de ses fils et ferait à ce prince
français la part d'autant plus belle que la naissance d'un petit-fils
lui aurait fait perdre à lui-même toute chance de ravoir le bien dotal.
Au vrai, elle cherchait à désarmer le Duc, en lui faisant entrevoir
l'espérance d'obtenir gratuitement ce qu'il aurait de la peine à se
procurer par force. En désespoir de cause, elle alla le trouver à
Alençon avec la reine de Navarre et fit un dernier effort pour l'arrêter
(fin juin). Henri III, de loin, jouait même jeu. Il lui proposa
d'échanger les terres de son apanage voisines de Paris, Meulan, Mantes,
Château-Thierry, etc., contre le marquisat de Saluces, offrant, pour
élargir cette principauté d'outremonts, de négocier avec le pape la
cession d'Avignon et du Comtat Venaissin et promettant de le marier avec
une infante ou avec la princesse de Mantoue et de travailler, quand il
en aurait les moyens, à son agrandissement en Italie et en toutes les
autres occasions où il verrait «que ce sera pour sa grandeur et
advancement»[917]. Il mettait tant de conditions à son assistance et
escomptait si légèrement la complaisance du pape et du roi d'Espagne
que, chance pour chance, le duc d'Anjou aima mieux tenter celle d'une
conquête aux Pays-Bas; il poursuivit ses armements, Henri III protesta
dans toutes les Cours de sa bonne volonté impuissante et commanda aux
gouverneurs et lieutenants-généraux de courir sus aux bandes qui
s'autorisaient du nom de son frère[918].

Catherine, elle aussi, désavoua l'agression, assurant à la reine
d'Angleterre que le Roi et elle ne désiraient «rien tant que de demeurer
en paix, amitié et bonne voisinance» avec tous leurs «voisins»[919].
Elle écrivit à Philippe II «le grand regret» qu'elle avait «des jeunese»
de son fils[920], mais ce n'étaient que paroles. Pouvait-on
raisonnablement lui demander de risquer une guerre civile pour protéger
les possessions espagnoles? Elle ordonna, dit-on, sous main, aux
gouverneurs de laisser passer les forces qui se dirigeaient vers la
frontière. Le Duc répondit ironiquement au secrétaire d'État, Villeroy,
qui le priait et même le pressait de renoncer à son «voyage en
Flandres»: «Je m'assure que vous ne serés des derniers à me venir
trouver; vous serés le très bien venu»[921]. Au nonce, qui tout effaré
alla prévenir Catherine du départ de son fils, elle aurait répondu avec
humeur: «Tâchez donc de le rattraper»[922].

      [Note 917: _Ibid._, app. p. 386-387, 2 juillet 1578.]

      [Note 918: _Ibid._, p. 34, note 2.]

      [Note 919: _Ibid._, p. 30.]

      [Note 920: 8 août 1578, _Lettres_, t. VI, p. 34.]

      [Note 921: Kervyn de Lettenhove, t. V, p. 115, note 1.]

      [Note 922: _Ibid._, p. 117.]

Elle ne croyait pas à une riposte du roi d'Espagne, mais elle prit à
tout hasard ses précautions. Elle recommanda au surintendant des
finances, Bellièvre, d'assurer le paiement des 500 000 livres destinées
aux Suisses et de pourvoir à la solde «des garnisons de Piedmont et
Ytalie» ainsi qu'à l'entretien des «citadelles villes et forteresses de
deçà»[923].

Mais la meilleure sauvegarde contre une attaque, c'était l'union du
royaume. Catherine résolut d'aller pacifier le Midi, qui était de toutes
les régions de la France la plus troublée par les haines religieuses,
les conflits des ordres, les agitations sociales, les habitudes
d'indépendance des gouverneurs et les velléités absolutistes d'un
monarque sans volonté. Henri III, à qui Damville restait suspect malgré
ses services récents, le poussait à se démettre du gouvernement du
Languedoc, lui proposant en échange celui du maréchal de Bellegarde:
Saluces et les pays d'outremonts. Damville avait refusé l'offre et
Bellegarde, qui s'était trop pressé de résigner son commandement,
s'étonnait que le Roi différât de l'y rétablir. Il méditait d'y rentrer
de force avec l'aide du chef des réformés dauphinois, Lesdiguières, la
connivence du duc de Savoie et l'argent des Espagnols du Milanais. Les
lieutenants de Damville, Châtillon, gouverneur de Montpellier, fils de
Coligny, ardent huguenot, qui ne lui pardonnait pas sa défection dans la
dernière guerre, et le capitaine Parabère qui tenait la ville et la
citadelle de Beaucaire et voulait s'en rendre maître, profitaient des
mauvaises dispositions de la Cour pour s'insurger contre leur chef[924].
Des bandes huguenotes que la paix laissait sans emploi commettaient en
Languedoc tant de pilleries et de meurtres qu'un seul de leurs
capitaines, Bacon, avait, disaient les États de la province, volé «pour
plus de cent mil escus» et «fait espandre tant de sang innocent qu'il
n'est pas creable que Dieu n'en veulhe tirer vengeance»[925].

      [Note 923: _Lettres_, t. VI, p. 30-31, 22 juin 1578.]

      [Note 924: Sur l'affaire de Parabère, _Lettres_, t. VI, p. 29,
      note; p. 57, note; p. 98, note, et app., p. 401 (lettre de
      Bellegarde au Roi du 9 sept. 1578), et le livre du comte Jules
      Delaborde, _François de Châtillon, comte de Coligny_, Paris, 1886,
      p. 181, sqq et p. 187.]

      [Note 925: _Histoire du Languedoc de D. Vaissète_, éd. nouv., t.
      XII, Preuves, col. 1280-1282.]

En Provence, le parti des Communautés de villes, ou, comme on disait,
les Razats (les Rasés), que soutenait le Parlement d'Aix, était en lutte
avec le comte de Carcès, chef de la noblesse. Le comte de Suze, que le
Roi avait nommé à la lieutenance générale, ne savait se faire obéir ni
des uns ni des autres. En Dauphiné, les divisions entre réformés et
catholiques s'aggravaient d'un conflit entre le tiers état et la
noblesse sur la question de la taille et de vagues aspirations de
nivellement social parmi les paysans.

De la Guyenne au Dauphiné, les chefs protestants restaient en armes, et,
sous prétexte ou pour la raison que la paix de Bergerac ne serait pas
appliquée, ils refusaient, malgré leurs engagements formels, de
restituer les places fortes qu'ils avaient occupées pendant les deux
dernières guerres. Le roi de Navarre se plaignait de n'être gouverneur
de Guyenne qu'en titre et accusait le maréchal de Biron, lieutenant
général de la province, de n'agir qu'à sa guise ou par ordre de la Cour
sans le consulter jamais. Il réclamait, non par amour, mais par dignité,
sa femme, qu'Henri III, depuis sa fuite, retenait comme une sorte
d'otage.

Catherine décida son fils à laisser partir Marguerite et elle partit
avec elle pour travailler à la réconciliation des partis et à la
pacification du royaume.

Elle était assistée d'un secrétaire d'État, Pinart, et de conseillers du
Roi, choisis parmi les plus capables: Saint-Sulpice et Paul de Foix,
celui-ci ancien ambassadeur à Rome, et celui-là en Espagne, et Jean de
Monluc, l'heureux négociateur de l'élection de Pologne. Le cardinal de
Bourbon l'accompagnait et le duc de Montpensier la rejoignit en cours de
route. Sa vieille amie, la duchesse d'Uzès, la jeune duchesse de
Montpensier, la princesse douairière de Condé lui tinrent quelque temps
compagnie. Elle emmenait, entre autres dames et demoiselles d'honneur,
Atri, une Italienne, Dayelle, une Grecque, et l'ensorceleuse Mme de
Sauve. C'était une Cour de France en raccourci qui allait refaire en
sens contraire, et pour les mêmes fins de consolidation monarchique, le
grand tour de France entrepris en 1564 après la première guerre de
religion.

De Bordeaux, une de ses premières étapes, elle écrivait à Bellièvre, son
homme de confiance, d'empêcher à tout prix, c'est-à-dire en y mettant le
prix, une invasion de Jean Casimir; elle, de son côté, s'efforcerait de
«lever le roy de Navarre et ceulx de sa religion ors (hors) de defiense
en quoy l'on lé met que le Roy les veult tous ruyner». Ainsi, en ôtant à
Casimir la tentation de venir et au roi de Navarre celle de l'appeler,
on éviterait l'orage. «Velà pourquoy je panse fayre ysi plus de service
au Roy et au Royaume que de ne luy cervir auprès de luy que de dire (que
je ne pourrais lui servir en disant) un mauvés avis.» Un mauvais avis!
Elle veut dire un bon avis qui ne serait pas agréable. On a l'impression
que, parmi les raisons de s'éloigner, il y en a une qu'elle ne dit pas:
celle de regagner, à force de dévouement, la confiance et l'affection de
son fils quelque peu altérées par les désaccords des derniers temps.
Elle se disait résolue à ne repartir du Midi, où elle venait d'arriver,
qu'après y avoir rétabli la paix. «Je playndré infiniment ma pouine
(peine) d'estre ysi veneue et m'an retourner come un navire désanparé et
set (si) Dieu me fayst la grase de fayre cet (ce) que je désire,
j'espère que cet royaume cet santiré de mon traval (se sentira de mon
travail) et que le repos y dureré»[926] (durerait, durera). Un de ses
premiers actes fut la dissolution d'une confrérie qui, groupant les
catholiques zélés de Bordeaux, attisait leur fanatisme[927]. Quelques
jours après, en la salle de l'évêché d'Agen, elle harangua «fort grand
nombre et des plus grands» de la noblesse de Guyenne sur les «occasions»
de sa venue. La première était que Dieu ayant fait la grâce au Roi de
mettre fin à la dernière guerre par la paix qu'il avait donnée à ses
sujets, «il (le Roi) vous prie par moy... d'embrasser de cœur et
d'affection l'union à laquelle je vous appelle». «L'autre occasion... a
esté pour mener sa sœur, ma fille, au Roy de Navarre, lequel il aime,
tient et estime pour son proche parent et allyé; il le vous a baillé
pour son lieutenant en ceste Guienne et vostre gouverneur, veult et
entend que vous luy obéissiez comme vous estant donné de luy, espérant
qu'il sera tousjours bien avecques luy, le recognoistra pour son Roy et
vous traictera comme ses subjectz». Elle leur recommandait en leurs
doutes et leurs difficultés de recourir à sa fille, qu'elle avait
«cherement nourrye et instruicte à honnorer et recognoistre le Roy son
frère», laquelle y pourvoirait pour leur bien et conservation «selon
qu'elle sçait estre de la vollunté du Roy son frère». Et solennellement
elle protestait «que s'il advenoit (ce que Dieu ne veuille et que je ne
pourroys jamais penser) qu'elle eust aultre intencion et moy mesme quand
Dieu n'oubliroyt (lire m'oublierait) tant que d'estre envers le Roy qui
est le vostre et le myen aultre que je ne doibtz, je vous prie ne vous
(nous) tenyr ne elle [ne] moy pour ce que nous sommes et me préférer le
service de vostre Roy à toutes autres considérations»[928]. C'était se
proclamer, elle et sa fille, déchues, en cas de désobéissance, des
privilèges de leur rang pour faire mieux sentir à ces gentilshommes la
vertu de la fidélité.

      [Note 926: Bordeaux, 18 septembre 1578, _Lettres_, t. VI, p.
      38-39. Cf. p. 63.]

      [Note 927: 29 septembre, _Lettres_, t. VI, p. 40. Cf. Brantôme,
      éd. Lalanne, t. III, p. 382, et t. VII, p. 375.]

      [Note 928: 15 octobre 1578, _Lettres_, t. VI, p. 75, et app., p.
      398-400. Le copiste a mal lu, mais les passages fautifs sont
      faciles à comprendre et à rectifier.]

Le roi de Navarre était allé au-devant de sa belle-mère et de sa femme
jusqu'à La Réole. La première entrevue fut cordiale[929]. On se mit
facilement d'accord sur le principe: observation de l'Édit de Poitiers
et du traité de Bergerac, restitution des places fortes indûment
occupées. Mais quand il en fallut venir à l'application, les difficultés
commencèrent. Les protestants détenaient plus de deux cent neuf villes,
villettes ou châteaux forts dont ils ne voulaient pas se dessaisir[930].
Le roi de Navarre était disposé à exécuter loyalement les articles de la
paix et il savait bien pour quelles raisons très intéressées tant de
capitaine huguenots, et par exemple Merle, qu'il qualifiait de «larron»,
se montraient si difficiles. Mais il devait compter avec son parti, qui
était ardent et soupçonneux, et lui-même n'était pas sans griefs et sans
rancunes. Quand il se trouva en présence du maréchal de Biron, il lui
parla «plus brusquement, écrit la Reine-mère, que nous ne pensions», ma
fille et moi, «dont ledict sieur mareschal monstra d'estre fort en
collere». Les deux Reines et le cardinal de Bourbon eurent de la peine
«à les accorder tellement quellement»[931], c'est-à-dire plutôt mal que
bien. Catherine appréhendait par-dessus tout que son gendre, dont elle
mésestimait l'intelligence et le patriotisme, ne s'entendît avec le roi
d'Espagne par peur du roi de France. Elle n'était pas trop surprise
qu'il eût envoyé un de ses serviteurs les plus confidents, Clervaut, à
Casimir. Mais elle se préoccupait beaucoup d'une lettre qu'il avait
écrite à D. Sancho de Leyva, vice-roi de la Navarre espagnole, et des
«visitations» qu'il avait envoyé faire en Espagne[932]. Elle avait hâte
de couper court à toutes ces trames par une prompte paix.

      [Note 929: Elle eut lieu à Casteras, une «maison», d'où la
      Reine-mère, sa fille et son gendre le même jour gagnèrent La
      Réole.]

      [Note 930: _Lettres_, t. VI, app., p. 451.]

Mais des deux parts on perdait le temps à chercher un lieu de
rendez-vous qui ôtât les défiances. Catherine, impatientée, alla
s'installer à Auch, où son rendre finit par la rejoindre. Les
pourparlers commencèrent parmi les fêtes et les plaisirs. Les dames et
les demoiselles d'honneur négociaient à leur façon. Mais, loin
d'encourager cette diplomatie galante, la Reine-mère, affirme Marguerite
sa fille, en montrait de l'humeur, persuadée que son gendre, très épris
de Dayelle, et les gentilshommes huguenots qui avaient pareilles
attaches tiraient les affaires en longueur «pour voir plus longtemps ses
filles»[933]. Des coups de main interrompaient la trêve. Un soir,
pendant le bal, un courrier vint dire au roi de Navarre à l'oreille que
les catholiques avaient surpris La Réole (mi-novembre). Sans rien
laisser paraître de ses sentiments, il avertit Turenne, son meilleur
lieutenant, s'esquiva du bal avec lui et alla se saisir de Fleurance,
petite ville catholique. Catherine ordonna de rendre La Réole aux
protestants.

      [Note 931: 9 octobre 1578, _Lettres_, t. VI, p. 64.]

      [Note 932: 4 octobre 1578, _Lettres_, t. VI, p. 53. Kervyn de
      Lettenhove a publié (_Les Huguenots et les Gueux_, t. IV, p. 579)
      une lettre du roi de Navarre à Philippe II. Elle est polie,
      froide, évasive. C'est probablement une réponse à des avances
      venues de Madrid et elle porte la date du 3 avril 1577.
      L'historiographe Palma Cayet rapporte qu'en 1578 le roi d'Espagne
      incita le roi de Navarre à se déclarer contre Henri III
      (Avant-propos de la _Chronologie Novenaire_, éd. Buchon, p. 5). La
      lettre du 3 avril 1577 prouve que ce n'était pas la première fois.
      Philippe II récidiva en 1580 et 1583 sans plus de succès, quelques
      avantages qu'il offrît (Palma Cayet, _Chronologie septenaire_, éd.
      Buchon, p. 200-201, et _Mémoires et Correspondance_ de Du
      Plessis-Mornay, Paris, 1824, t. IV, p. 154). Le Béarnais, obligé
      de ménager tout le monde, ne pouvait rejeter avec mépris les
      propositions de son redoutable voisin. Mais il n'a jamais
      sollicité, quoi que suppose Kervyn de Lettenhove, ni accepté les
      secours de cet ennemi du protestantisme et de la France. Le
      maréchal de Biron, qui n'avait aucun intérêt à le disculper,
      disait à la Reine-mère (_Lettres_, t. VI, p. 71, 11 octobre 1578)
      que Philippe II avait poussé le roi de Navarre contre Henri III,
      évidemment en 1577, avant la paix de Bergerac (sept.) et qu'il lui
      avait même offert de se liguer avec lui. Mais il y avait en France
      des huguenots moins scrupuleux qu'Henri de Bourbon. Un an et demi
      plus tard, Bellièvre écrivait à Catherine (Bordeaux, 20 janvier
      1581) que le bruit courait que Jean Casimir «s'est faict
      pensionnaire du roy d'Espaigne» et il faisait remarquer que «ceste
      mutation dudict Casimir semble estrange, actendu ce qu'il a faict
      cy devant», mais il ajoutait: «Nous avons descouvert en ce païs
      (la Guyenne où il était) à quoy en pouvoient estre les huguenots
      de France avec ledict Sr. roy d'Espaigne, tellement que je ne
      veulx [rien] asseurer dudict Casimir qui est d'un estrange
      naturel». _Lettres_, t. VII, app., p. 460.]

      [Note 933: _Mémoires de Marguerite_, éd. Guessard, p. 158.]

Ce fut seulement le 3 février 1579 que commencèrent à Nérac les
discussions sérieuses. Les députés des Églises, après s'être fait
attendre plusieurs mois, étaient enfin arrivés. Ils réclamèrent,
contrairement aux articles de Bergerac, le libre exercice du culte dans
tout le royaume et l'octroi d'environ soixante places de sûreté. Paul de
Foix, Saint-Sulpice, le cardinal de Bourbon s'élevèrent contre cette
prétention. Mais les députés tinrent ferme sur la question des lieux de
refuge, «alléguant, écrit Catherine à Henri III, une seule raison, qui
leur a esté par infiniz aultres solue (réfutée),... que sans la retraite
qu'ils eurent à La Rochelle lors de la Sainct Berthèlemy, ilz estoient
tous perdus, commes les aultres qui moururent en ce temps là»[934].
Lorsqu'ils eurent épuisé cet argument, ils allèrent trouver la
Reine-mère un soir à son souper et lui demandèrent congé. Outrée de
colère qu'ils lui eussent fait perdre le temps sans intention de
conclure, elle «leur parla royallement et bien hault jusques à leur dire
que [elle] les feroit tous pendre comme rebelles: sur quoy la reyne de
Navarre se mist en devoir d'appaiser le tout, mesme plura (pleura)
suppliant sa Majesté de leur donner la paix»[935]. La délibération
continua. Catherine présidait les débats et y intervenait souvent,
discutant, marchandant, lâchant les concessions une à une. Les
conseillers du Roi tombaient de fatigue; un jour Monluc se trouva mal;
un autre jour Paul de Foix dut sortir pour gagner son lit. Elle ne
paraissait jamais lasse et, dans l'intervalle des conférences, elle
faisait venir ses adversaires les plus intraitables et peinait à les
convaincre.

Ses arguments, ses caresses, l'intervention de Turenne et du Roi de
Navarre qui, eu égard aux événements des Pays-Bas, n'avaient pas intérêt
à rompre, amenèrent les intransigeants du parti à rabattre de leurs
prétentions. Ils n'obtinrent que quatorze places de sûreté et seulement
pour six mois (convention de Nérac, 28 février 1579)[936].

      [Note 934: Nérac, 12 février 1579, _Lettres_, t. VI, p. 260.
      C'est, je crois, la seule allusion directe qui se trouve dans la
      correspondance relativement à l'odieux massacre. On voit que
      Catherine en parle tranquillement à son ancien complice Henri III,
      comme d'un événement auquel ils seraient étrangers.]

      [Note 935: Récit de la conférence par le secrétaire du maréchal de
      Damville, dans _Lettres_, t. VII, app. p. 446.]

      [Note 936: _Lettres_, t. VI, p. 282.]

Tout en négociant avec Henri de Bourbon et les réformés, Catherine
dirigeait du fond de la France les grandes affaires du royaume et les
relations avec les puissances étrangères. Le Roi, à Paris ou dans les
environs, légifère, règle son conseil, crée des taxes nouvelles ou
aggrave les anciennes. Il institue l'Ordre du Saint-Esprit, en rédige
les statuts et en fixe minutieusement le costume. Il pèlerine à
Notre-Dame de Chartres pour avoir des enfants, danse en ville avec la
Reine deux fois la semaine, ou villégiature à Ollainville, une jolie
résidence dont il a fait cadeau à sa femme. La Reine-mère, à Bordeaux,
Agen, Port-Sainte-Marie, Auch, Toulouse, Nérac, travaille à lui procurer
la paix. Elle se déplace sans cesse, malgré son catarrhe et ses
rhumatismes, campe dans les grandes et les petites villes ou les
châteaux. Elle traite ou correspond avec les protestants, avec les
catholiques, avec les parlements, les gouverneurs, le clergé, la
noblesse, les communautés, avec tout ce qui a une influence et peut la
servir en son œuvre. Elle s'entremet auprès de son fils en faveur de
Damville, qui s'inquiétait des dispositions de la Cour[937]. Elle
conseille à Henri III d'empêcher Châtillon de secourir le capitaine
rebelle de Beaucaire; elle fait intervenir le roi de Navarre comme chef
du parti protestant à même fin. Elle voit le gouverneur du Languedoc à
Toulouse et achève de le rassurer.

Elle a une police très bien faite, qui l'avertit de tous les remuements;
elle arrête les courriers, lit les lettres, écoute ou sollicite les
confidences. Elle sait que les «brouilleurs de provinces» ont des
intelligences dans la région de Toulouse et qu'ils ont délégué quelqu'un
à Paris pour se mettre en rapport avec les émissaires de Bourgogne et de
Normandie[938]. Elle ne craint pas à l'occasion d'ouvrir une dépêche de
l'ambassadeur de France à Madrid pour savoir plus vite le secret des
intrigues espagnoles et y aviser[939]. «Il n'est, écrit-elle à Henri
III, heure du jour ny de la nuict... que je ne pense aux moiens
nécessaires» pour remédier doucement aux «mauvaises délibérations et
praticques[940]».

Elle proposait au Roi, quelquefois sur sa demande, et le plus souvent
d'elle-même, les mesures propres à calmer l'agitation ou à la prévenir.
Elle constatait que les innovations fiscales soulevaient presque jusqu'à
la révolte les «peuples» surchargés. La plupart des États provinciaux
demandaient que les impôts fussent réduits aux chiffres du temps de
Louis XII. Les Méridionaux protestaient «avec pour le moings aultant de
véhémence» que les Normands, étant «gens plus chauds et coleres»[941].
Les Bretons avaient «intelligence en aucunes provinces de ce royaume et
mesme du costé d'Angleterre pour y avoir secours quant l'occasion s'en
présentera». Ils ne voulaient ni payer l'imposition foraine ni souffrir
de garnisons royales dans leurs villes, les États du pays «s'estant...
tous resoluz d'une vive voix» de s'y opposer «par voye de fait s'ils y
sont contraints et d'y exposer vie et biens»[942].

      [Note 937: Les lettres de Damville à Catherine du 31 octobre 1577
      au 24 mars 1579 montrent que le gouverneur du Languedoc cherchait
      un appui auprès d'elle (voir _Lettres_, t. VI, app. p. 464-481).
      Henri III, à la sollicitation de sa mère, écrivit à Damville (6
      déc. 1578), qu'il chargeait sa mère d'agir contre Châtillon
      (_Lettres_, t. VI, app. p. 409), et lui témoigna (p. 461) le
      contentement qu'il avait de la prise de Beaucaire (6 mars 1579).
      Le roi de Navarre avait désavoué les entreprises de Châtillon
      (_Ibid._, p. 67, 101, 246 et _passim_).]

      [Note 938: _Lettres_, t. VI, p. 267, Nérac, 17 février 1579.]

      [Note 939: _Ibid._, p. 107.]

      [Note 940: _Ibid._, p. 73.]

      [Note 941: _Ibid._, p. 178.]

      [Note 942: _Lettres_, t. VI, app., p. 403, avis donné à la
      Reine-mère et au duc de Montpensier, gouverneur de Bretagne, par
      le sieur de La Hunaudaye.]

Ne serait-il pas possible, suggérait Catherine, de gratifier la Bretagne
de quelque allégement pour calmer «cette grande crierie»[943]? Elle
était aussi d'avis de retirer les édits soumis à la vérification du
Parlement, et qui provoquaient tant de colères. L'imposition foraine,
elle veut dire évidemment la traite foraine domaniale, cette surtaxe
prélevée sur les vins et les blés à la sortie du royaume, frappait les
pays agricoles et particulièrement la noblesse du Midi, dont les terres
étaient toutes plantées en vignes et en blé. Elle avait bien représenté
aux gens de Guyenne et du Languedoc, «que ce qui s'en prend n'est que
sur l'estranger [acheteur] et que les deniers sont destinés pour le
paiement de ce qui est deu, pour les guerres passées, aux Suisses dont
l'alliance est si nécessaire». Mais ils répliquaient «qu'ils n'ont
aulcun moyen de faire argent et joyr de leur revenu que par le débit de
leurs bledz et vins». Aussi elle prie son fils «de prendre une bonne
résolution pour les costez de deça et prendre en bonne part» ce qu'elle
lui en dit[944].

      [Note 943: _Lettres_, t. VI, p. 103, 1er novembre 1578, et p.
      201.]

      [Note 944: _Ibid._, p. 125-126.]

Il y a en outre des taxes dont ceux qui les lèvent ont tout le profit.
Le Roi, qui n'en touche rien, ne pourrait-il pas les supprimer? Le
clergé s'indigne des aliénations et refuse de payer les décimes. De sa
propre autorité, elle fit surseoir aux poursuites, qui ruinaient les
ecclésiastiques en frais de justice. Elle craignait les inspirations de
la colère et de la misère. Elle ne cessait pas de recommander de
«modérer toutes choses»[945]. Elle se réjouissait que son fils eût
consenti une réduction de moitié sur les nouvelles traites et
impositions foraines, car si, d'une part, il n'y a «aultre meilleur
moyen pour satisfaire aux Suisses que par celuy de cesdictes traites et
impositions foraines», d'autre part «il faut principalement en ce temps
aller retenu et avoir aussy beaucoup de considérations avant que presser
telles nouvelles subventions.»[946].

      [Note 945: A Bellièvre, 6 janvier 1579, _Lettres_, t. VI, p. 178.]

      [Note 946: Au Roi, 2 février 1579, _Lettres_, t. VI, p. 248.]

Comme elle sait Henri III ombrageux et susceptible, elle n'aborde
certains sujets qu'avec beaucoup de précaution. Il en voulait à son
frère de compromettre la sécurité du royaume par l'invasion des
Flandres. Elle avait fait de son mieux pour détourner le Duc de cette
aventure et ne s'y était résignée que pour éviter un plus grand mal.
Mais quand la nouvelle lui vint, au cours de son voyage, que le roi de
Portugal, D. Sebastien, avait été tué dans une bataille contre les
Maures (Alcazar Kebir, août 1578), laissant pour successeur un vieillard
décrépit, le cardinal Henri, elle jugea que Philippe II, fils d'une
infante portugaise, aurait tellement à cœur de réaliser l'unité
politique de la péninsule hispanique, ce rêve de ses prédécesseurs, en
s'assurant cet héritage, qu'il y emploierait le meilleur de ses forces
et se bornerait à se défendre aux Pays-Bas. Elle imagina même, pour
avoir l'occasion d'intervenir à son heure dans les affaires du Portugal,
de poser sa candidature à la succession du Cardinal, sous prétexte que
trois siècles auparavant une princesse de sa famille maternelle,
Mathilde, comtesse de Boulogne, avait été la femme--la femme répudiée
et sans enfants--d'un roi de Portugal. Probablement l'idée lui vint
qu'elle pourrait troquer sa prétention, qui n'était pas «petite», du
moins elle le croyait[947], contre d'avantageuses compensations. Le
succès des armes françaises dans les Pays-Bas pouvait donner quelque
consistance à cette thèse légère. Mais elle n'osait pas conseiller
directement au Roi, dont elle savait les dispositions, de soutenir le
duc d'Anjou. Ce fut sous le couvert d'un entretien avec le maréchal de
Biron qu'elle glissa l'insinuation. Biron lui avait représenté les
méchants desseins de Philippe II contre le royaume, et entre autres sa
proposition au roi de Navarre de faire ligue contre Henri III, avec le
concours certain des princes de la «Jarmanie» (Germanie), et il avait
conclu qu'aussitôt la paix assurée au dedans, il fallait déclarer la
guerre au roi d'Espagne; qu'il n'y avait rien à craindre et beaucoup à
espérer, que de cette façon le duc d'Anjou serait «obligé» et occupé.
«Vous prendrez en bonne part, monsieur mon fils, ajoute-t-elle en
manière d'excuse, que je vous représente mot pour mot tout ce qui s'est
passé entre luy (Biron) et moy»[948].

      [Note 947: Nérac, 8 février 1579, _Lettres_, t. VI, p. 256.]

      [Note 948: 6 octobre 1578, _Lettres_, t. VI, p. 71.]

Un mois après elle s'enhardit. Elle louait le Roi d'avoir parlé, comme
il l'avait fait, à Simier, que le duc d'Anjou lui avait dépêché pour lui
dire les offres qu'il avait reçues, probablement des États généraux des
Pays-Bas et du prince d'Orange. «Il ne se pouvoit mieux ni plus
prudemment et à propos respondre... pour vostre dignité et pour
conserver vostre amytié avec le roy d'Espagne.» Mais elle le suppliait
de «gratifier» son frère en tout ce qu'il pourrait «honnestement», «sans
toutefois en faire démonstration»[949]. Elle ne se départ jamais avec
lui de ces ménagements. Elle résout tout et cependant affecte de le
consulter en tout. Elle ne prend pas une décision sans l'en prévenir et
sans lui demander son approbation. Elle le tient au courant de ses
négociations, de ses conversations, de ses déplacements, de sa santé.
Elle raconte ce qu'elle a dit et ce qu'on lui a dit avec une telle
abondance de détails; elle rapporte si exactement les débats et les
entretiens; elle fixe avec tant de bonheur la physionomie, le caractère,
les façons et l'humeur des gens avec qui elle traite, qu'on croit
entendre les propos et voir les personnes. C'est une histoire complète,
fidèle et vivante de ce grand voyage de pacification, et c'est un
document capital pour la connaissance de Catherine orateur, diplomate,
écrivain.

      [Note 949: 8 novembre 1578, _Lettres_, t. VI, p. 111.]

Quand elle s'aperçut que le règlement des affaires du Midi, au lieu de
durer deux mois, comme elle l'avait espéré, s'allongeait indéfiniment et
qu'elle put craindre l'effet de l'absence sur l'affection de son fils,
elle laissa ou fit partir pour la Cour la duchesse d'Uzès, une amie de
toujours, spirituelle, intelligente, qui avait côtoyé comme elle
l'écueil enchanté de la Réforme et qui, comme elle, avait pris à temps
le large. C'est la Duchesse qui, lors de la rencontre de Théodore de
Bèze et du cardinal de Lorraine, quelques jours avant le colloque de
Poissy, s'était tant moquée des apparentes concessions du Cardinal au
ministre de Genève sur la question de la Cène: «Bonhomme aujourd'hui,
mais demain?» Turenne, le roi de Navarre et le prince de Condé ne lui en
auraient pas fait davantage accroire sur le désintéressement de leur
zèle religieux. Elle est la seule personne à qui Catherine ait écrit
avec tant de confiance, d'abandon, de bonne humeur et de bonne grâce
railleuse. Elle lui annonçait, après son départ l'arrivée à Nérac des
députés des Églises, dont quelques-uns étaient gentilshommes. Mais,
dit-elle, ils ressemblent tous «à des ministres ou des oyseaulx que vous
savés, car ysi je ne les auserès (oserai) nomer par leur nom, mais vous
m'entendés»[950].

      [Note 950: _Lettres_, t. VI, p. 284, févr. 1579.]

Un des chefs réformés, probablement Chaumont-Quitry, s'étant emparé des
chevaux de la Duchesse, Catherine s'amuse de l'embarras de son amie.
«... L'oiseau qui les a volés, s'an va cheu luy en Normandie. Je croy
qu'il enn avoyt affayre pour son voyage»[951]. Ce vol de chevaux et la
comparaison des huguenots avec les oiseaux «nuisans» reviennent
plusieurs fois, mais toujours sur un ton de plaisanterie, sans aigreur
ni colère. En Languedoc et en Provence: «N'i a pas... faulte de oiseaulx
nuisans. Set (si) avyés encore de bons cheveaulx, y (ils) les ayment
ausy byen que ceulx qui vous prindre (prirent) les vostres, o (au) reste
fort jeans de bien et denset (qui dansent) bien la volte»[952]. Elle
décrit agréablement le pays. Voici le mois de mars dans la région
toulousaine, printemps trop chaud à son gré. «Et vous aseure qu'il n'y
fest pas plus pleysant que quant en partistes, et les oiseaulx ne vole
plus, car la seyson ayt fort avensaye, car dejea les feves sont en floyr
(fleur) et les aumende (amandes) dure, les serice (cerises) groce; nous
sommes à l'esté, mais qu'il ne pleust pas coment yl faist (probablement
sauf qu'il ne pleut pas l'été comme il pleut maintenant)»[953]. Le temps
change soudain et elle raille l'enthousiasme de Louise de Clermont pour
ce Midi où elle avait ses terres: «Vous aystes au plus venteulx peys et
froit; n'enn fète plus feste deu chault du Languedoc»[954]. On a vu plus
haut le rapprochement si drôle des cerveaux et des brusques variations
de température du Dauphiné. Elle plaisante sur ses misères physiques,
son catarrhe, qui a dégénéré en sciatique et qui l'oblige, comme le
maréchal de Cossé, à monter en «un petit mulet pour me promener aultant
que je volès: je croy que le Roy ryra, mès qu'yl me voye (quand il me
verra) promener aveques luy comme le maréchal de Cosé.... Vous avés la
chère (la chaise à porteurs) et moy le mulet car je ayme myeulx aler
louyng (loin)»[955]. Elle a la passion du mouvement.

      [Note 951: _Ibid._, p. 292, [3 mars] 1579.]

      [Note 952: _Ibid._, p. 381, mai 1579.]

      [Note 953: _Ibid._, p. 325, mars 1579.]

      [Note 954: _Ibid._, p. 339, avril 1579.]

      [Note 955: _Ibid._, p. 360, 8 mai 1579.]

Mais sans aucun doute ce n'est pas pour lui écrire ses impressions de
voyage que Catherine s'est séparée de cette confidente. Elle la prie,
aussitôt qu'elle aura vu le Roi et la Reine, de lui donner de leurs
nouvelles[956]. L'ambassadrice remplit à sa satisfaction le rôle qu'elle
lui destinait: «Je suys bien ayse, lui écrit-elle, que [vous] gouvernés
le Roy, la Royne, son frère et le Conseil; tenez moy en leur bonnes
grases»[957]. C'était sa grande préoccupation. Quand elle se crut, faux
espoir, à la veille de rentrer à Paris, elle l'interrogeait avec un peu
d'inquiétude: «Mendé moy cet (si) je suys la bien reveneue et sovent de
toute novelle, du Roy surtout et de la Royne et set (si) mon fils (le
duc d'Anjou) c'et (s'est) governé sagement»[958]. Elle ne reçoit pas de
lettre et le lui reproche affectueusement. «Je ne sé que panser, car
vous n'estes pas encore d'eage de haublyer rien de cet que aimez»[959].
Elle ne se plaint que de vivre loin de ce fils qui lui «représante mary,
enfans et amy»[960].

      [Note 956: Février 1579, _Lettres_, t. VI, p. 285.]

      [Note 957: _Ibid._, p. 339. Marguerite écrivait aussi en un autre
      temps à la duchesse d'Uzès: «Faites puisque vous gouvernez le Roy
      que je me ressente de votre faveur». _Mémoires_, éd. Guessard, p.
      215.]

      [Note 958: _Lettres_, t. VI, p. 360.]

      [Note 959: Août 1579, _Lettres_, VII, p. 65.]

      [Note 960: 13 février 1579, _Lettres_, t. VI. p. 338.]

Le travail ni la fatigue ne lui pèsent. Elle n'était pas encore au bout
de ses chevauchées qu'elle pensait à une traversée. Pour ajouter un nom
de plus à la liste déjà