Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'esprit de la révolution de 1789
Author: Roederer, P.-L. (Pierre-Louis), 1754-1835
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'esprit de la révolution de 1789" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par
  le typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
  conservée et n'a pas été harmonisée.



  THE FRENCH REVOLUTION
  RESEARCH COLLECTION

  LES ARCHIVES DE LA
  REVOLUTION FRANÇAISE

  [Illustration: logo]

  PERGAMON PRESS

  Headington Hill Hall, Oxford OX3 0BW, UK



  L'ESPRIT

  DE

  LA RÉVOLUTION

  DE 1789.



  IMPRIMERIE DE LACHEVARDIERE,

  Rue du colombier, Nº 30.



  L'ESPRIT

  DE

  LA RÉVOLUTION

  DE 1789

  PAR P. L. ROEDERER.

  PARIS,

  CHEZ LES PRINCIPAUX LIBRAIRES.

  1831.



AVERTISSEMENT.


L'ouvrage qui suit a été composé à la fin de 1815, après le second
retour des Bourbons.

En 1828, M. le duc d'Orléans, aujourd'hui roi, ayant eu occasion de
faire connaître à M. de Girardin et à moi la difficulté qu'il trouvait
à réunir et à classer les actes de la révolution de 89 dont il s'était
réservé d'enseigner l'histoire à ses fils, je me rappelai l'ouvrage
que j'avais fait en 1815, et lui demandai la permission de le lui
présenter comme un répertoire fidèle et complet des actes et des faits
qu'il voulait rassembler. Il me l'accorda. Je fis mettre au net mon
Esprit de la révolution, et en janvier 1829, M. de Schonen, député,
le présenta de ma part à Son Altesse.

C'est la copie exacte de ce manuscrit que je donne aujourd'hui au
public. Je me suis aperçu, en corrigeant les dernières épreuves, que
j'avais jeté parmi les faits plusieurs discussions qui seraient
aujourd'hui exubérantes, et que dans quelques autres j'avais pris des
précautions et gardé des ménagemens qui maintenant ne seraient plus de
saison.

A cette occasion je me suis rappelé les motifs qui ont influé sur ma
manière d'écrire en 1815; ils se rapportent tous à un seul: c'est que
j'avais conçu la folle idée de publier mon ouvrage sous la
restauration, et de plaider la cause de la révolution devant la maison
qui en menaçait non seulement tous les auteurs, mais encore tous les
approbateurs, et tous les intéressés. Mes amis me détournèrent d'une
publication qui aurait pu m'être funeste sans être d'aucun avantage
pour personne. De là les choses et les formes aujourd'hui surannées
peut-être, qui se rencontrent dans quelques parties.

J'aurais pu les corriger, mais je n'ai point voulu altérer la minute
du manuscrit remis à M. le duc d'Orléans, étant bien aise que
plusieurs choses qui me paraissent applicables à des circonstances et
à des doctrines du temps présent, datent d'un temps antérieur, et
qu'il soit certain qu'elles ont été écrites sans autre but et sans
autre intérêt que celui de la justice, de la raison, et de la liberté.

Je me suis accusé devant M. le duc d'Orléans d'avoir donné à ce petit
ouvrage un titre trop ambitieux. Je prie aussi le public de recevoir
mon excuse, et de ne le prendre que comme un abrégé des principaux
actes de la révolution. Quand je me suis permis de l'appeler _l'Esprit
de la révolution_, j'avais sans doute perdu de vue les écrits
d'Emmanuel Siéyès, qui ont si profondément et si généralement avivé
cet esprit dans la nation.

Je parle 1º de l'Essai sur les priviléges;

2º Des instructions envoyées par M. le duc d'Orléans, pour les
personnes chargées de sa procuration aux assemblées des bailliages,
relatives aux états-généraux;

3º Des vues sur les moyens d'exécution dont les représentans de la
France pourront disposer en 1789;

4º De l'écrit intitulé: qu'est-ce que le tiers-état?

Ces excellens écrits, qui eurent deux, trois et quatre éditions en
moins d'un an, sont les premières et les plus éclatantes
manifestations de l'Esprit de la révolution, ses premières
expressions, le premier souffle de l'immortelle vie que la nation a
reçue d'elle.

Ils seront pour la postérité un précieux monument de la grande
transmutation qui s'est opérée en France à cette époque: ils feront
revivre aux yeux des amis de l'humanité et des admirateurs du génie,
le grand homme qui signala le retour de la liberté et de l'égalité, et
dont l'existence est aujourd'hui ignorée dans l'enceinte de cette
capitale; ils offriront à la reconnaissance des siècles éloignés, un
nom qui de nos jours n'est pas prononcé entre ceux des importans qui
marquent, par de si bruyantes prétentions, leur célébrité éphémère.

Dans ces derniers temps, deux histoires se sont partagé les lecteurs
curieux de connaître les premiers mouvemens de la révolution de 1789:
l'une est de M. Lacretelle, l'autre de M. Mignet. M. Lacretelle n'y a
vu que l'or et l'ambition du duc d'Orléans[1]; M. Mignet y a vu le
génie de Siéyès. Le premier connaissait à fond les aversions de la
cour de France; le second a pressenti le jugement de la postérité:
l'un né historiographe, l'autre né historien.

  [1] M. Lacretelle a été victorieusement réfuté par l'auteur
  anonyme d'une brochure d'environ cent pages, intitulée: _De
  l'assemblée constituante_, en réponse à M. Charles Lacretelle.
  Paris, chez Corréard, libraire, 1822. Cet écrit paraît être
  d'Alexandre de Lameth, qui connaissait très bien les faits et les
  personnages.



  LETTRE

  adressée

  A Mgr LE DUC D'ORLÉANS

  DANS LES PREMIERS JOURS DE JANVIER 1829,

  EN LUI ENVOYANT LE MANUSCRIT DE

  L'ESPRIT DE LA RÉVOLUTION.


    MONSEIGNEUR,

Lorsque j'eus l'honneur de présenter à V. A. R. mon ouvrage concernant
Louis XII et François Ier, vous daignâtes me parler des difficultés
que vous rencontriez dans la recherche des actes essentiels de la
révolution, dont vous vouliez instruire vous-même vos enfans. Je vous
demandai la permission de mettre sous vos yeux, Monseigneur, un
travail dans lequel je croyais les avoir complètement rassemblés; où
ils étaient classés par ordre de matières, et pour chaque matière par
ordre de dates. Vous voulûtes bien acquiescer à ma demande. Depuis ce
moment j'ai essayé à plusieurs reprises de rendre cet ouvrage moins
indigne de vous être offert; mais inutilement: l'âge du travail est
passé pour moi. Je me borne donc à vous offrir, sous un titre trop
ambitieux peut-être, l'assemblage des actes constitutifs de la
révolution, depuis 1789 jusqu'à la mort de Louis XVI. Je les ai fait
précéder d'un tableau où l'état ancien des hommes et des choses est
fidèlement exposé, de sorte qu'il est facile de reconnaître avec
précision les changemens qu'ont éprouvés les uns et les autres depuis
1789.

Cet ouvrage, Monseigneur, n'est point destiné à recevoir, au moins
prochainement, la publicité. S'il pouvait à la suite être livré à
l'impression, l'auteur n'oublierait pas que sa réprobation, quoiqu'il
puisse à son gré l'appeler _proscription_ ou _ostracisme_,
puisqu'aucun jugement ne l'a précédée, lui interdit l'honneur d'offrir
un hommage public au premier Prince du sang royal. Je prie Votre
Altesse Royale d'agréer ce manuscrit, comme le tribut qu'un citoyen
croit devoir au prince qui élève ses fils dans les intérêts de la
patrie, et de permettre que le baron de Schonen, député, ait l'honneur
de le remettre entre ses mains.

Je suis avec le plus profond respect,

    MONSEIGNEUR,

    De Votre Altesse Royale

    Le très humble et très obéissant serviteur,

    ROEDERER.



  L'ESPRIT

  DE

  LA RÉVOLUTION

  DE 1789.



CHAPITRE PREMIER.

   Des fausses notions répandues sur l'origine de la révolution, sur
     ses causes, et ses auteurs.--Aperçu des causes véritables, et de
     son esprit: son principal objet a été l'_égalité de droits_.--Ce
     que c'est que l'_égalité de droits_.--La révolution était faite
     dans les esprits avant de l'être par les lois, et dans les moeurs
     de la classe moyenne avant de l'être dans la nation; elle s'est
     faite lentement; elle est l'ouvrage de plusieurs siècles.


Pour bien faire concevoir la révolution de 89, il faut d'abord dire ce
qu'elle n'est pas, et dégager les esprits des fausses notions qu'on en
a données.

La révolution ne s'est pas faite un tel jour, à telle heure, en tel
lieu, par telles personnes, par tel évènement du siècle passé.

Elle ne s'est faite ni à Versailles, ni à la Bastille, ni au
Palais-Royal, ni à l'Hôtel-de-Ville, ni au Palais de Justice. Elle
n'est l'ouvrage ni des parlemens, ni des notables, ni même de
l'assemblée constituante.

L'éloquence de d'Épréménil dans le parlement, celle de Mirabeau dans
l'assemblée constituante, l'épée de Lafayette, le génie de Siéyès, y
ont coopéré puissamment; mais ces hommes illustres n'en sont pas les
auteurs. Elle ne doit rien aux trésors du prince sur qui la maison
royale voulut se venger du peuple, sur qui le peuple acheva de se
venger de la maison royale, et sur qui s'est encore acharné naguère un
prétendu historien de l'assemblée constituante.

La révolution procède de causes antérieures au 4 août qui vit
l'abolition des priviléges, au 14 juillet qui vit le renversement de
la Bastille, à la convocation des états-généraux, à l'assemblée des
notables, au déficit des finances, aux exils du parlement en 1788, à
la Cour plénière du même temps, à la dissolution des cours souveraines
en 1771, à l'abolition de l'étiquette à la cour, à la fameuse affaire
du collier de la reine, aux scandales qui ont marqué la moitié du long
règne de Louis XV, à ceux de la régence: toutes causes assignées à la
révolution par ces écrivains qui ne remontent pas plus loin que la
veille pour expliquer les évènemens du jour et ne voient qu'un
changement de cour, ou tout au plus de dynastie, dans le changement
d'une grande nation.

Quand la révolution s'est déclarée, la nation n'entrait dans aucune
ambition particulière; elle agissait pour elle seule. Misérables idées
que celles d'une faction travaillant au renversement du monarque, pour
mettre un ambitieux à sa place! Dans le seizième siècle, le duc de
Guise, le prince de Condé, étaient de grands factieux, les plus grands
qu'on puisse supposer dans l'ancienne monarchie française: remarquez
comment leurs factions se signalaient. C'était par de petites armées,
presque entièrement composées d'étrangers, qu'ils promenaient dans
quelques provinces où ils finissaient leurs querelles par des combats
dont le sang des reîtres, des lansquenets, des Suisses, des Espagnols
faisait les frais. Mesurez ces factions et leurs oeuvres à la
révolution française, et voyez leur disproportion. Quelle tête aurait
gouverné tant de millions d'autres têtes? quel trésor fabuleux aurait
suffi à payer tant de millions de bras? quel chef aurait dirigé,
accordé ces immenses mouvemens qui ont agité la France de Lille à
Bayonne, de Brest à Strasbourg? Et comment concevoir des chefs à cette
révolution quand on se rappelle l'abaissement profond où elle a tenu
devant elle, l'abîme où elle a précipité sans préférence et sans
distinction ses partisans et ses détracteurs? Et quel but pour une
nation de vingt-cinq millions d'hommes, quel déplorable but pour un
tel déploiement de forces et de volontés, que de détrôner un roi et de
mettre à sa place un factieux! Non, ce n'est pas pour de si faibles
intérêts que la révolution s'est déclarée en 89. Ce n'était pas même
pour abolir la royauté. Personne alors ne songeait à la république. La
France n'était pas absolument libre, mais elle n'était pas non plus
dans la servitude, et dans aucun temps de son existence elle n'en a
éprouvé la souillure. Les tentatives du gouvernement pour étendre son
pouvoir n'étaient pas de ces violences inouïes qui fondent sur des
peuples en pleine liberté, et ne cèdent qu'à leur révolte.

La révolution était faite dans tous les esprits et dans les moeurs
avant de l'être par les lois; elle existait dans les relations de
société polie, avant d'être réalisée dans les intérêts matériels et
communs. Elle était établie dans cette classe moyenne qui tient aux
deux extrêmes de la société générale, qui sent, qui pense, qui lit,
converse, réfléchit; dans cette classe où s'entendent toutes les
plaintes, où se remarquent toutes les souffrances des classes
inférieures, et où l'on n'y est point insensible; dans cette classe
qui, d'un autre côté, est à portée de connaître les grands, comme le
peuple, qui les a attirés à elle par sa richesse, les a rapprochés
d'elle par des alliances, a fléchi leur orgueil par les charmes d'une
société où se réunissent l'opulence et l'esprit, l'esprit si rare et
si captif à la cour! et qui pourtant n'a jamais cessé de craindre cet
orgueil dont la pointe aiguë perçait toujours, l'effleurait souvent,
et ne lui permettait qu'une familiarité inquiète et sans abandon.
C'est l'opinion de cette classe mitoyenne qui a donné le signal aux
classes inférieures; c'est la révolte de l'opinion qui a fait éclater
l'insurrection des souffrances, et c'est la souffrance de
l'amour-propre qui a fait éclater celle des intérêts réels. La
révolution a conservé dans tout son cours l'empreinte de son origine,
elle a constamment suivi la direction imprimée par sa primitive
impulsion.

Quel a été donc son esprit, son caractère? Dire que ç'a été l'amour de
la liberté, de la propriété, de l'égalité, c'est confondre plusieurs
idées fort distinctes. Entre ces trois affections, il en est une qui a
décidé le premier éclat de la révolution, a excité ses plus violens
efforts, obtenu ses plus importans succès, assuré le succès des deux
autres: c'est l'amour de l'égalité.

Bien que la propriété, la liberté, l'égalité, soient inséparables, et
se garantissent réciproquement contre les attaques violentes, elles
peuvent néanmoins être fort inégalement affectionnées par les nations,
y être fort inégalement partagées, y avoir une existence plus ou moins
parfaite, et elles se prêtent à cette inégalité. Entre la liberté
domestique et civile, et le plus haut degré de la liberté politique,
entre la propriété à titre onéreux et celle qui jouit sans limites et
sans partage, entre l'égalité de droit et l'égalité de fait, et les
supériorités réelles et d'opinion auxquelles l'égalité de droits
autorise à prétendre[2], il y a de grands intervalles. Les nations,
suivant leur prédilection, ou pour l'égalité, ou pour la liberté, ou
pour la propriété, peuvent faire plus ou moins pour chacune d'elles,
en favoriser deux aux dépens de la troisième, en favoriser une aux
dépens des deux autres. Les peuples essentiellement jaloux de la
liberté, limiteront l'égalité de manière à prévenir et les
supériorités d'institution et les supériorités morales ou d'opinion;
là, l'ostracisme réduira l'égalité de droits à l'égalité de fait avec
les classes communes. Les peuples plus portés à l'émulation des
supériorités morales et politiques, que soigneux de la liberté et de
la propriété, risqueront un peu de l'une et de l'autre, pour avoir de
grands hommes et faire de grandes choses. La propriété pourra être
ménagée chez d'autres peuples, au préjudice de l'égalité de droits,
peut-être même au désavantage de la liberté, ou être soumise à de
grands sacrifices.

  [2] Par égalité de droits, il faut entendre l'égalité non
  seulement devant la loi civile, devant la justice, devant les
  tribunaux, mais aussi devant la loi politique, qui fonde les
  emplois publics, les dignités, les honneurs, et en règle la
  distribution.

Je ne sais si ce que je vais dire sera regardé comme un hommage à la
nation française, ou comme une dépréciation de son caractère; mais la
vérité, ou ce que je crois être la vérité, m'importe avant tout: je
pense donc que le Français est plus jaloux de l'égalité que de la
liberté et de la propriété; de l'égalité de droits qui permet
d'aspirer à tout ce que la société peut accorder de distinction au
mérite, qu'à l'égalité de fait qui ne réserverait rien de particulier
aux esprits et aux caractères nés supérieurs; qu'il s'occupe plus
volontiers des chances d'élévation que des dangers de sujétion; qu'il
est possible de lui faire illusion sur un peu de dépendance par
beaucoup de distinctions; que l'amour des distinctions est un des
traits caractéristiques du Français, et tient à sa passion dominante,
qui est l'amour des femmes: passion toujours heureuse, quand la gloire
l'accompagne; que c'est surtout le caractère de la jeunesse; que ceux
d'entre les jeunes Français qui appellent la démocratie, se méprennent
sur leurs motifs et sur leur ambition intime; qu'ils croient suffisant
pour eux que personne ne soit au-dessus d'eux, tandis qu'ils veulent
pouvoir s'élever au-dessus des autres; qu'ils demandent non une
carrière sans obstacles, où les vertus communes puissent arriver à un
but commun, mais une carrière ouverte à l'émulation de tous les talens
pour atteindre à toutes les supériorités.

Si l'esprit de liberté donne plus de force à une nation, et lui assure
un bonheur plus solide, l'émulation de supériorité qu'inspire
l'égalité de droits, lui donne plus d'éclat et n'est pas pour elle une
vaine parure: elle est féconde en grands caractères et en grands
génies. Cette émulation développe les germes de grandeur dont la
nature a doué quelques individus, et sert à montrer jusqu'où peuvent
s'élever la capacité et la dignité humaines.

Le premier motif de la révolution n'a pas été d'affranchir les terres
et les personnes de toute servitude et l'industrie de toute entrave;
ce n'a été ni l'intérêt de la propriété ni celui de la liberté. Ç'a
été l'impatience des inégalités de droits existantes alors, ç'a été la
passion de l'égalité. Il ne s'agissait point de l'égalité de fait, qui
eût été la subversion de la société. Pour les hommes qui se sentaient
appelés à de grandes choses, pour la jeunesse pressée du besoin de
développer une grande surabondance de force, qui regardait comme un
droit inaliénable et comme un devoir de mettre en pleine valeur les
dons de la nature, il fallait l'_égalité de droits_ qui ouvrait la
carrière à l'ambition de toutes les supériorités morales et
politiques, des premières magistratures, des plus hautes dignités
civiles et militaires de toutes les distinctions que l'état social
peut offrir aux talens, aux vertus, aux services d'un ordre éminent.
La passion de l'égalité n'a pas borné ses prétentions à pénétrer dans
les rangs jusque là réservés à la naissance, elle a voulu le pouvoir
de s'en marquer au-delà; elle ne s'est pas bornée à égaler les
patriciens, elle a voulu que rien ne l'empêchât de les surpasser; elle
n'a pas aboli la noblesse, elle a substitué à l'hérédité de ses
priviléges, l'antique, l'éminente noblesse du mérite; elle a voulu que
les descendans sans gloire d'illustres ancêtres vinssent après les
hommes qui seront d'illustres ancêtres pour leurs descendans, et les
illustrations héritées loin en arrière des illustrations acquises.

Ce que la nation a fait en 89 pour la liberté et la propriété n'a été
qu'une conséquence et un accessoire de ce qu'elle a fait pour acquérir
l'égalité de droits. Elle a moins regardé les avantages qui peuvent se
soumettre au calcul, que servi les délicatesses de l'amour-propre. La
révolution a moins été l'amélioration des fortunes et l'accroissement
de la sûreté individuelle, que le triomphe de l'orgueil national.
Aujourd'hui, comme dans le principe, elle est moins chère aux
Français, comme utile, que comme honorable. Les dernières conditions,
celles à qui l'intérêt de la propriété était le plus cher, celles-là
même n'ont pas été insensibles au triomphe de l'égalité. Les
servitudes de la propriété rurale, les entraves de l'industrie dans
les villes, ont été secouées par le peuple, moins comme onéreuses que
comme injurieuses; et il n'est villageois si grossier qui ne se soit
plus réjoui d'en voir finir l'humiliation, que d'en retirer les
profits. L'importance que l'opinion a donnée dans la suite aux divers
résultats de la révolution a été en raison inverse de leur utilité. On
a mis plus de prix à l'abolition de la milice, dont les nobles étaient
exempts, quoiqu'elle fût remplacée par la conscription qui n'épargnait
personne, qu'à celle des droits onéreux de la féodalité; et à
l'abolition de l'exclusif attribué aux nobles pour les grands emplois
publics, qu'à l'exemption de la dîme. L'enthousiasme avec lequel la
nation a reçu plus tard l'institution de la Légion-d'Honneur a bien
montré à quel point l'amour des distinctions est inhérent au caractère
français: et pour le dire en passant, cette passion caractéristique,
jointe au besoin d'affectionner les hommes qui servent ou honorent
leur pays, font de notre nation le peuple le plus antipathique de la
terre avec la démocratie. C'est la passion des Français pour
l'égalité de droits et pour les distinctions qu'elle assure au
mérite, qui, joints aux affreux souvenirs de l'anarchie, a rendu les
Français si accommodans sur leur liberté avec Napoléon. Cet homme
extraordinaire avait bien saisi leur caractère. Pendant toute la durée
de son règne, il n'a cessé d'élever les talens, les vertus et les
services qui se sont signalés dans les derniers rangs de la société,
aux premières dignités de l'état; courtisan de l'égalité, il a pu,
sans obstacle, non détruire, mais affaiblir sensiblement la
liberté[3].

  [3] C'est cette passion de l'égalité qui, après avoir enduré
  quinze ans d'outrages depuis la restauration des Bourbons,
  jusqu'au mois de juillet 1830, s'est reproduite depuis quelques
  années avec l'exaltation d'un sentiment long-temps comprimé, et
  fait attaquer par des esprits irréfléchis non seulement la
  royauté héréditaire, l'hérédité d'une magistrature sur laquelle
  se fonde l'hérédité du trône, mais même cette inévitable
  aristocratie des lumières et de l'expérience que la jeunesse a le
  chagrin de rencontrer partout où l'on voit des hommes de
  cinquante ans et au-delà. Cette effervescence ne sera pas de
  longue durée.

La révolution morale qui a précédé l'éclat de 89, s'est opérée
lentement. Plusieurs générations, plusieurs siècles ont vu sa
naissance et ses progrès. Aussi, lorsqu'elle se déclara, la population
du royaume tout entière y concourut; les hommes et la terre en ont
aussitôt éprouvé les effets; elle s'est identifiée avec le sol et
l'habitant. Comme je l'ai dit ailleurs, elle est aujourd'hui en sève
dans tout ce qui végète, dans le sang de tout ce qui respire.

Sa marche, depuis 89, n'a pas été exempte d'irrégularités; elle a eu
ses colères, ses emportemens, ses écarts. Attaquée dans ses principes,
il fallait qu'elle se déclarât. Commencée, il fallut qu'elle
s'achevât. Contrariée, elle s'irrita. Irritée, elle n'épargna rien.
Elle compromit ses agens, ses défenseurs; elle poussa les uns aux
excès par l'enthousiasme, les autres par la menace; elle tira de leurs
violences volontaires ou forcées une nouvelle sûreté des engagemens
qu'ils avaient pris avec elle; elle fit du crime même dont elle était
l'occasion, un intérêt qui lia à sa défense; elle ajouta à l'intérêt
propre de la révolution l'intérêt particulier des révolutionnaires: la
propriété, la vie, l'honneur, tout fut lié à sa stabilité.

La révolution fut le produit indestructible de l'accroissement de la
civilisation, qui résultait lui-même de l'accroissement simultané des
richesses et des lumières. L'idée de cette origine n'est pas
nouvelle: beaucoup l'ont aperçue, je le sais: mais je voudrais la
mettre clairement à découvert aux yeux de tous.



CHAPITRE II

   Comment la révolution s'est opérée dans les idées et dans les
     moeurs.--Elle est le produit de l'accroissement des richesses et
     de l'accroissement des lumières.--Développement.


Le gouvernement féodal avait donné aux seigneurs le territoire, et
avait imposé au peuple le travail.

Les seigneurs se rendirent redoutables aux rois. Les rois, toujours
moins patiens que les peuples, opposèrent des communes aux seigneurs.

Les communes établies, les rois dépouillèrent les seigneurs des
prérogatives qui faisaient ombrage au pouvoir monarchique.

La puissance seigneuriale ayant été affaiblie et par cela même
adoucie, les communes s'évertuèrent. Par le travail et l'industrie,
elles augmentèrent leurs capitaux. A côté de la propriété foncière
s'éleva la propriété des capitaux mobiliers.

La valeur de ces capitaux surpassa bientôt celle des terres.
S'accroissant chaque jour par l'industrie et le travail, comme
l'industrie et le travail par les capitaux, bientôt ils refluèrent des
villes dans les campagnes, des ateliers des arts et des entreprises du
négoce, dans les exploitations rurales, et donnèrent un immense
développement à la production territoriale. La seigneurie n'est point
ouvrière: les seigneurs ravageaient quelquefois les terres; ils ne les
cultivaient point. Le travail, l'industrie, les capitaux étant le
patrimoine _du bourgeois, du vilain_, les bourgeois, les vilains
acquirent des terres, en prirent à bail, à cens. Ils se chargèrent
ainsi de la fructification d'une grande partie du territoire.
Défrichemens, dessèchement, arrosemens, amendemens, grande culture,
ils firent tout ce qui peut donner un plein essor à la force
productive de la terre.

Ainsi la propriété mobilière se répandit partout, s'associa à tout;
fit fleurir les arts, le négoce, la propriété foncière. Bientôt elle
marcha de pair avec celle-ci; les biens-fonds s'échangèrent avec les
fonds d'industrie, comme leurs produits s'échangeaient au marché. Les
capitaux devinrent l'unité à laquelle se mesurèrent tous les genres de
biens. Ce qu'on appela la valeur des terres fut désigné par le
capital qui en était le prix en cas de vente. La rente ou l'intérêt
des capitaux se balança dans tous les genres de placemens.

Alors, les bourgeois, premiers possesseurs des capitaux, comme les
seigneurs avaient été les premiers possesseurs des terres, eurent en
leur puissance la plus grande masse de la richesse nationale. Seuls
propriétaires de tous les genres d'industrie, ils se placèrent aussi
dans les rangs des propriétaires territoriaux. Alors les fortunes
plébéiennes se classèrent comme celles des seigneurs, en petites
fortunes, en fortunes médiocres, en grandes, en immenses fortunes. La
richesse, l'opulence, le luxe, l'ostentation, les commodités de la vie
devinrent communes à la roture et à la noblesse; hôtels, châteaux,
ameublemens, voitures, chevaux, valets, vêtemens, tout ce qui annonce
la richesse, devint une jouissance des simples particuliers comme des
grands de l'État. Des seigneurs devinrent vassaux, sujets même de
plébéiens enrichis. C'est ainsi que le travail, après avoir délivré de
la servitude, donna même la domination et la seigneurie à la classe
des prétendus serfs, sur une foule d'anciens seigneurs.

La découverte de l'Amérique et la navigation ajoutèrent un immense
développement à la prospérité du tiers-état dans le seizième siècle.

Pendant que les fortunes plébéiennes se multipliaient, s'élevaient et
commençaient à rivaliser avec les fortunes féodales, la puissance des
seigneurs se détruisait, et leur fortune n'augmentait pas. Ils
perdaient le droit de lever des troupes, le droit de juger leurs
vassaux sans appel, le droit de n'être eux-mêmes jugés par personne.
Attirés près du prince, ils devenaient courtisans et n'avaient plus de
cour.

L'indolence nobiliaire succédant aux occupations féodales, le mépris
du travail, des arts, de l'économie demeurant à la noblesse comme
seules marques de grandeur, tandis que l'activité du commun état
portait la fécondité dans toutes les entreprises rurales,
manufacturières et commerciales, et que son économie accumulait de
continuelles épargnes, il fallut que la grandeur seigneuriale
s'abaissât à mesure que la roture s'élevait autour d'elle; et que leur
condition s'approchât du niveau. Telle était à la fin du seizième
siècle leur situation respective. C'était le résultat de
l'accroissement des richesses.

Observons maintenant la marche des lumières depuis le onzième siècle.

Ce que la richesse donne de plus précieux aux hommes, c'est du temps,
c'est du loisir. Si ce qu'on appelle la vie est le développement et
l'exercice de nos facultés, l'homme que sort aisance exempte des soins
journaliers de sa subsistance et de son bien-être physique a cent fois
plus de temps à vivre que l'homme dénué de toute propriété.

Le développement des qualités intellectuelles fut très inégal entre
les classes privilégiées et celles du commun état. Les opérations que
le commerce et les arts exigent, sont déjà un exercice pour l'esprit;
les voyages qu'ils supposent font passer sous les yeux une foule
d'objets d'utile comparaison. Enfin la richesse étant le produit de
l'industrie, la conserver, l'accroître, en faire un sage emploi,
pourvoir à toutes les jouissances dont elle avait fait naître le
besoin, inventer, perfectionner, produire, tout cela devint le partage
de la partie industrieuse du tiers-état. Les seigneurs adonnés dans
leur jeunesse aux exercices du corps, étrangers à toute société autre
que celle des châteaux, jetés plus tard dans les sujétions de la cour,
dans ses dissipations, ou dans les emportemens de la guerre, n'eurent
jamais que des raisons de mépriser la culture de leur esprit et
craignirent par-dessus tout de le charger de savoir. Le tiers-état fut
donc le premier et presque seul appelé à l'instruction.

Après avoir atteint à la hauteur du patriciat par l'accroissement des
fortunes, il le surpassa bientôt par le développement des esprits.

Le développement des esprits et l'accroissement des capitaux dans une
partie du tiers-état, lui procurèrent une grande importance. Il fut
seul capable de pourvoir à tous les besoins de la société; de lui
faire connaître et goûter de nobles plaisirs. Seul il put serrer le
lien social par les communications de l'esprit et par la force morale
d'une opinion publique qui s'étendît à toutes les actions et à toutes
les personnes.

Le culte, la justice, l'administration, l'instruction publique, la
direction des affaires particulières et celle des intérêts
domestiques, enfin les secours que demande la conservation
individuelle, dans les maladies, dans les infirmités, aux âges
extrêmes de la vie, en un mot tous les services publics et privés
trouvèrent dans le commun état exclusivement des hommes propres à les
remplir.

Créer et répandre des plaisirs nouveaux ne fut pas moins le mérite du
commun état que celui de satisfaire à tous les besoins. Entre les
jouissances dont les loisirs de la richesse rendent avide, il faut
placer en première ligne les plaisirs de l'esprit et de l'imagination.
Il n'en est pas de plus variés, de plus doux, de plus nobles, qui se
renouvellent plus souvent, qui laissent moins de regrets, nui portent
des fruits plus utiles, plus agréables. Les beaux-arts, la peinture,
la sculpture, la musique, la poésie, tous les genres de littérature et
particulièrement le théâtre, charmèrent et captivèrent tous les
esprits capables de quelque élévation et de quelque délicatesse: ce
fut dans le tiers-état que se trouvèrent les hommes à qui la nation
eut l'obligation de les connaître; ce furent des hommes du tiers-état
qui acquirent les droits que donnaient les beaux-arts, à l'admiration
et à la reconnaissance générales. L'imprimerie inventée dans le
quinzième siècle[4] faisait partie du patrimoine du tiers-état: dans
le seizième siècle, elle fit sortir de la poussière des vieilles
archives, les trésors de la littérature ancienne, et elle publia les
nouvelles oeuvres qui devaient composer la littérature moderne. Aucun
âge, aucun pays ne vit une littérature aussi complète, aussi
brillante, aussi aimable, ajoutons aussi imposante et aussi forte que
le fut en France celle du dix-septième siècle; aucun âge, aucun
peuple, ne réunit les jouissances de l'esprit et de l'imagination au
même degré, ne les vit répandues aussi généralement, mêlées au même
point à toutes les communications sociales, mariées, comme chez nous,
à toutes les conversations, à toutes les fêtes: aussi ne vit-on jamais
autant de reconnaissance et d'admiration soumettre un si grand nombre
d'hommes à l'empire des talens.

  [4] En 1442.

Les développemens de l'esprit, dans le dix-septième siècle, en
amenèrent de nouveaux dans le siècle suivant. Au règne de la
littérature succéda ou plutôt s'associa celui de la philosophie et des
sciences. Dans le dix-huitième siècle, l'observation, le raisonnement,
l'imagination, toutes les facultés de l'esprit se fortifièrent, se
fécondèrent l'une par l'autre. Les sciences exactes, les sciences
morales et politiques, l'art de parler et d'écrire, s'unirent,
s'embrassèrent et s'étendirent par leur union. Les savans, les
philosophes, les poètes, les grands écrivains formèrent une classe à
part dans la société; le dix-huitième siècle vit tout-à-coup s'élever
du sein du commun état, et à côté de l'ancienne noblesse de France,
une noblesse nouvelle, qu'on pourrait appeler la noblesse du _genre
humain_. Ceux qui la composaient se montrèrent aussi avec la dignité
d'un antique patriciat, entés sur d'anciennes et d'illustres souches;
ayant poux aïeux la longue suite des hommes de génie qui s'étaient
succédé pendant des siècles dans un des nombreux domaines de l'esprit.
Chacun d'eux s'était approprié ce que tous ses prédécesseurs y avaient
successivement ajouté de leur savoir et de leur propre fonds; s'y
était établi comme par droit de primogéniture, en produisant pour
titres les oeuvres de son propre génie, qui avait agrandi et devait
agrandir encore le domaine dont il avait pris possession[5]. Ces
hommes firent, si on peut le dire, une classe nouvelle de grands
seigneurs, avec laquelle tous les autres, même des têtes couronnées,
s'honorèrent d'entrer en relation[6]. Ainsi les savans illustres, les
grands écrivains contribuèrent à l'élévation du tiers-état, non
seulement par de continuelles effusions de lumières et de sentimens,
mais encore par le rang qu'ils prirent dans la société, par le nouveau
genre de distinction qu'ils imprimèrent aux hommes de cour qui
entrèrent en communication avec eux, par l'appui qu'ils donnèrent
contre la puissance arbitraire, aux conditions inférieures de la
société.

  [5] On pourrait faire la généalogie de presque tous les grands
  esprits qui ont acquis de la célébrité, comme on fait celle de
  tous les personnages de grand nom. Il n'y a pas un homme illustre
  depuis deux siècles dans les sciences ou dans les lettres, dont
  les ouvrages ne procèdent du talent ou du savoir d'un
  prédécesseur et dont on ne puisse faire la filiation, soit
  d'après ses aveux, soit d'après les rapprochemens de ses ouvrages
  avec ceux du même genre qui ont été publiés avant lui. Boileau
  descend d'Horace, Racine de Virgile, Molière de Plaute d'un côté,
  de Térence de l'autre; La Fontaine d'un côté de l'Arioste et de
  Bocace, de l'autre de Phèdre qui descend d'Ésope; La Grange et La
  Place descendent d'Euler, de Newton; Condillac descend de Locke,
  Locke de Bacon, Bacon d'Aristote.

  [6] L'impératrice de Russie, le grand Frédéric, furent en
  correspondance suivie avec Voltaire, d'Alembert, Diderot et
  autres.

       *       *       *       *       *

Les lettres créèrent l'autorité de l'opinion publique, en recueillant,
en conférant, en épurant les opinions particulières, en les éclairant
de leurs propres clartés, en fortifiant, en autorisant par la force
du raisonnement et la beauté des tours et de l'expression celles qui
avaient pour elles l'assentiment le plus général.

L'opinion publique établie, elle marqua les personnes et les choses de
son approbation, ou de son blâme et de son mépris. Par elles, les
grands hommes furent célèbres, les hommes méprisables honteusement
fameux. Elle dit: Je veux que la gloire soit, et elle fut; qu'elle
rayonne, et elle rayonna. Je veux que l'infamie reçoive une évidente
et éternelle flétrissure, et l'opprobre exista. Les âmes et les
esprits vulgaires continuèrent à se perdre dans le néant.

Dès que la gloire eut jeté ses premiers rayons, les rois tombèrent
dans la dépendance de l'opinion. Ils se trouvèrent entre les facilités
que donne la gloire pour gouverner et les obstacles qu'oppose le
mépris public à l'exercice du pouvoir. La gloire du prince partout
présente, toujours agissante sur les esprits, le dispense de dureté
dans le commandement, et lui assure l'obéissance sans contrainte. Dans
le mépris au contraire, il n'obtient par la violence, moyen toujours
critique, qu'une obéissance toujours menaçante.

A la renaissance de la poésie en France, nos rois s'empressèrent de
provoquer, de solliciter, d'acheter ses hommages. Ce que Théocrite
avait dit[7], ce qu'Horace avait répété[8] sur le pouvoir des poètes,
Charles IX daigna le dire à Ronsard[9], et Louis XIV se plut à
l'entendre redire par Boileau[10]. Nos princes, croyant la louange des
poètes plus facile à obtenir que l'estime des peuples, se laissèrent
aller à une déplorable méprise. Parce que dans les temps anciens, les
chants poétiques avaient eu seuls le pouvoir de perpétuer la mémoire
des héros, les princes en conclurent que c'était une propriété des
vers de traduire en héros, jusqu'à la dernière postérité, des
personnages indignes de ses regards. Ils se persuadèrent que la
louange pompeuse et cadencée suffisait pour assurer une gloire
immortelle à celui qui en était l'objet. L'opinion publique les eut
bientôt détrompés. Ils apprirent d'elle que les éloges qu'elle
désavoue ne peuvent servir qu'à ajouter le déshonneur du poète à
l'indignité du héros. Les poètes eux-mêmes reconnurent les limites de
leur pouvoir et la suprême autorité de l'opinion.

  [7] En vain d'Anthiocus le luxe asiatique...
          (_Seizième édile. Traduction de Firmin Didot._)

  [8] Vixêre fortes ante Agamemnona.
          (_Ode 9, liv. 4._)

  [9] Tous deux également nous portons des couronnes;
      Mais, roi, je les reçois; poète, tu les donnes.

  [10] Sans le secours soigneux d'une muse fidèle,
       Pour t'immortaliser tu fais de vains efforts...
          (_Épître première._)

Boileau chanta Louis XIV dans sa gloire, et la voix publique répéta
des chants qu'elle avait provoqués. La vieillesse du monarque ternit
l'éclat de sa jeunesse et la gloire de sa maturité; alors la nation se
tut, Boileau cessa d'écrire, et le monarque put apprendre par le
silence du peuple et par celui du poète qu'il avait perdu tout
ensemble le respect et l'affection des Français.

Dans les heureux commencemens du règne de Louis XV, la poésie et
l'éloquence lui offrirent leurs tributs; mais la philosophie naissante
pesa avec sévérité les droits du prince à la louange. Bientôt la
critique fut mêlée à l'éloge. Plus tard, on se fit un honneur de la
présenter nue; plus tard encore, la louange devint honteuse, et la
censure devint l'habitude générale. La chaire, le barreau, le théâtre,
les parlemens s'y livrèrent à peu près sans retenue. Partout où il y
avait une souffrance, elle jetait les hauts cris: la presse portait
les plaintes d'une extrémité de la France à l'autre, et rapportait
aussitôt la promesse de la vengeance. Elle recueillait et registrait
ces plaintes et ces promesses; elle rappelait aussi les griefs des
temps les plus reculés, et par elle la voix des siècles passés
semblait recommander leur injure au temps présent déjà trop disposé à
venger la sienne.

Le gouvernement de Louis XV, à force d'impôts, avait fait réfléchir
sur la propriété, sur les priviléges, sur la reproduction des
richesses, sur les causes qui la contrariaient. A force d'emprunts et
de banqueroutes, le pouvoir avait fait réfléchir sur la foi publique
et sur les garanties que la foi publique demandait contre
l'arbitraire. Alors l'esprit philosophique embrassa la cause
nationale; elle devint l'occupation des écrivains; l'économie sociale,
l'économie publique, en un mot, le _publicisme_, si l'on peut se
servir de ce mot, tourna en passion générale. Le tiers-état avait
commencé par se racheter de l'oppression; bientôt il était parvenu à
se faire considérer par ses services; enfin par ses écrits il se fit
craindre et respecter.

La royauté et le gouvernement s'étonnèrent en vain de voir la morale,
la justice, l'humanité, aidées de l'éloquence, s'ingérer dans le
domaine du pouvoir avec la prétention d'y tout régler. Il fallut se
résoudre à les entendre.

La religion avait prêché dans tous les temps, mais en général et
vaguement, contre la dureté des grands et des riches, et elle leur
recommandait la _charité_. La morale publique fit mieux, elle attaqua
de front, et en bataille rangée, les ennemis du pauvre, le fisc, les
privilégiés; les saisit corps à corps, châtia leur insolence et leur
avarice. L'éloquence aidait la morale et lui donnait un irrésistible
ascendant. La morale, aidée de l'éloquence, ne se borna pas à protéger
la pauvreté; elle la releva de son abaissement, elle fit valoir ses
vertus, elle ennoblit ses souffrances en en montrant le principe dans
l'existence des priviléges, elle intéressa à ses maux en en montrant
l'étendue. Les vérités qui étaient confuses, elle les démêla;
obscures, elle les éclaircit; celles qui étaient claires, elle les
rendit évidentes, pathétiques, effrayantes. Chacun alors put défendre
les intérêts du peuple; il devint facile autant qu'honorable aux
talens du second ordre de se vouer à cette protection. Dans toute
l'étendue de la France, chacun put se défendre soi-même. L'éloquence
avait mis dans toutes les mains les armes que lui avait fournies la
justice; elle les avait trempées et aiguisées pour en armer le
malheur. Dans l'essor oratoire que prenait l'esprit national vers le
milieu du dix-huitième siècle, dans l'émulation patriotique dont il
était échauffé, toutes les abstractions de la politique et de la
morale s'animèrent. D'un côté, la liberté, la propriété, l'égalité; de
l'autre, l'arbitraire, l'oppression, le despotisme, la tyrannie. Tout
fut personnifié, tout prit un corps, une attitude; tout fut armé, se
mit en présence, en action. Une nouvelle mythologie, de nouvelles
divinités s'élevèrent, les unes malfaisantes, les autres tutélaires.
Le parti populaire reconnut un nouveau culte, une nouvelle religion,
qui eut à la suite, comme les autres, son égarement, son fanatisme et
ses fureurs.

Tel était l'état des esprits vers la fin du dix-huitième siècle,
plusieurs années avant 89. L'enthousiasme national gagna jusque dans
les premiers rangs de la cour: des grands s'honorèrent de le partager;
d'autres jugèrent prudent de le feindre. L'égalité, la familiarité
s'établirent dans les relations habituelles de société, entre la ville
et une grande partie de la cour; entre les grands, les gens du monde,
les magistrats, les publicistes. L'égalité passa des opinions dans
les moeurs, dans les habitudes générales. Des grands faisaient leur
cour à Paris plus assidûment qu'à Versailles. Ils venaient semer parmi
les magistrats et les écrivains politiques, parmi les gens du monde et
les femmes même, des griefs contre les ministres, contre les princes,
contre la reine, et recueillaient des scandales, des épigrammes, des
satires, des remontrances qu'ils allaient ensuite distribuer à
Versailles. On peut dire qu'alors la révolution était faite dans les
esprits et dans les moeurs. L'égalité était si bien établie dans les
moeurs, et les jouissances d'amour-propre sont si vives pour les
Français, que peut-être on eût encore souffert long-temps le poids des
charges publiques, si leur aggravation n'eût fait ressortir les
priviléges qui en exemptaient; et l'on se fût peut-être dissimulé
l'exclusion d'une multitude d'emplois publics prononcée contre la
roture, si l'indigence du trésor n'eût obligé la cour à convoquer des
états-généraux où les inégalités allaient être marquées de nouveau
avec une grande solennité. Il semblait avant cela que les classes
élevées du tiers-état craignissent, en demandant l'égalité, de faire
remarquer qu'elle n'existait pas pour elles.



CHAPITRE III.

De la révolution politique.--Ses caractères.--Sa marche.


Nous venons de voir comment la révolution s'est opérée dans l'ordre
moral. Voyons rapidement comment elle a eu lieu dans le système
politique.

La révolution a commencé dans le onzième siècle, au premier coup de
tocsin qui fut sonné dans les villes et bourgs, par les _hommes
libres_, lorsqu'ils se soulevèrent contre les vexations des seigneurs;
ils s'armèrent alors, se confédérèrent _tumultuairement_, se jurèrent
une assistance mutuelle contre la tyrannie, déclarèrent leurs
franchises, leurs droits et leurs obligations sous le titre et la
forme de _coutumes_, s'élirent des magistrats garans de leurs
conventions, se donnèrent une maison commune pour se réunir, une
cloche pour se convoquer, un beffroi pour renfermer leur cloche et
leurs armes; ils élevèrent des murailles autour de la cité, y bâtirent
des forts et se résolurent à soutenir désormais leurs droits par les
armes[11]. Tel est le premier acte de la révolution qui a rétabli dans
la plénitude de ses droits la partie la plus considérable de la
nation.

  [11] Bréquigny, Préface des ordonnances du Louvre.

Ce ne sont pas des esclaves asservis par la conquête, ni des serfs
échappés des chaînes de la féodalité, qui ont commencé cette
révolution. Ce sont, je le répète, des _hommes libres_ et
_propriétaires_, ce sont les bourgeois des villes et bourgs, fatigués
des vexations des nobles et des seigneurs, mais non chargés de leurs
chaînes. Boulainvilliers et Montesquieu se sont également trompés
lorsqu'ils ont avancé, l'un que les Francs avaient réduit en servitude
tous les habitans des Gaules, l'autre que le gouvernement féodal y
avait ployé Francs et Gaulois, vainqueurs et vaincus. Jamais, non
jamais la nation française n'a été entièrement partagée en deux
classes, les maîtres et les esclaves: toujours et partout où elle a
existé, une classe d'hommes parfaitement libres en a constitué la
partie la plus nombreuse et la plus considérable. Cette classe a
existé, non seulement dans l'aggrégation des nations diverses qui la
composent aujourd'hui, mais aussi dans chacune des nations aggrégées.
Ni les Gaulois, soit avant, soit après l'invasion des Romains, soit
après celle des Francs; ni les Francs, soit en Germanie, soit après
leur invasion dans les Gaules; ni les Romains en-deçà, ni au-delà des
Alpes; ni les Français depuis la réunion des Gaulois, des Francs et
des Romains en une seule nation, n'ont cessé un moment d'être des
nations fortes d'hommes libres et propriétaires. La révolution n'est
partie ni d'aussi loin ni d'aussi bas que quelques écrivains se sont
plu à le dire. Elle a été une vengeance de la liberté offensée, une
précaution de la liberté menacée, une extension de la liberté à un
plus grand nombre de personnes, un progrès de la liberté vers une
liberté plus parfaite et mieux garantie: ce n'a point été le passage
de la servitude à la liberté.

Long-temps flagrante après cette première manifestation, la révolution
s'est étendue à une multitude de communes dans le treizième siècle,
sous les règnes de Louis-le-Gros et de ses successeurs immédiats, qui
reconnurent les confédérations, sanctionnèrent les coutumes,
affranchirent les serfs des villes devenus moins patiens depuis
l'insurrection des bourgeois, et enfin affranchirent, du moins dans
les domaines du roi, les serfs des campagnes[12].

  [12] Sous Louis X.

Toutefois cette période fut marquée moins par l'aveu que la royauté
donna à la révolution, que par le zèle que mit la révolution à la
délivrance de la royauté. Dès que la couronne eut favorisé l'essor des
hommes libres, les hommes libres l'aidèrent à se dégager de la
féodalité. La royauté et le commun état s'allièrent, et par cette
alliance la seigneurie suzeraine des capétiens commença à prendre le
caractère de royauté monarchique. Le tiers-état offrit à
Philippe-le-Long des milices communales. Saint Louis fit asseoir avec
lui sur son tribunal, avec les pairs et barons, un grand nombre de
légistes du commun état; la cour d'assises du seigneur suzerain prit
une forme régulière et stable; elle fut composée de magistrats
instruits et permanens. Plus tard le parlement devint sédentaire[13].

  [13] En 1305, sous Philippe-le-Bel.

La révolution fit plus: durant le règne de saint Louis et de Philippe
IV, elle ouvrit aux députés de commun état l'entrée des assemblées
nationales.

Telle fut la seconde période de la révolution, qui comprend le
treizième siècle et le commencement du quatorzième.

Dans la période suivante, le commun état ayant essuyé de nouvelles
injures de la part des seigneurs, elle éprouva l'ingratitude de la
royauté: alors la révolution s'emporta, de grands excès la
signalèrent. Le quatorzième siècle vit presqu'en même temps en Flandre
et en Angleterre le peuple se soulever comme en France; dans les trois
pays, la liberté renaissante était aux prises avec la féodalité à son
déclin, qui se défendait d'une fin prochaine; les Jacques en France,
les Tuiliers en Angleterre, les Poissonniers en Flandre, firent une
guerre à outrance aux seigneurs et aux châteaux. Les violences ne
s'apaisèrent que par des institutions garantes des droits du peuple: à
Londres, par des chartes en faveur des communes; en Flandre, par des
concessions aux villes; en France, par la reconnaissance du droit de
ne payer que des impôts consentis[14].

  [14] Les Bourguignons et les Armagnacs paraissent avoir tout
  conduit, tout animé de leur esprit, tout passionné pour leurs
  intérêts; ils ont été les agens, intéressés sans doute, mais
  souvent passifs, des intérêts d'autrui. S'il n'avait pas existé
  d'intérêts populaires, les ducs de Bourgogne auraient été bien
  peu de chose.

Le quinzième siècle nous offre une quatrième période où la dignité du
commun état se montre avec sa force. La royauté et la nation se
réconcilient, paraissent même s'affectionner. Dans le commun état
semble résider la France tout entière: toutes les autorités civiles,
judiciaires, administratives et municipales sont exercées par lui; il
est seul la force publique. Après le règne du roi Jean, ses députés
seuls composent quelque temps les assemblées nationales. Sous Louis
XI, sous Charles VIII, sous Louis XII, on y revoit le clergé et la
noblesse, toutefois mêlés et confondus avec les hommes du commun état.
Les nobles, les ecclésiastiques, les plébéiens, tous, sous le titre de
bourgeois, élisent en commun des députés communs. Tous ces députés,
ecclésiastiques, nobles, plébéiens, prennent place confusément aux
états, y apportent un mandat pareil, y opinent par tête
indistinctement, forment une seule chambre en tout homogène, une
véritable chambre des communes: tandis que d'un autre côté une chambre
uniquement composée des plus grands seigneurs du royaume, de pairs et
de hauts barons, tous nommés par le roi, forment une chambre haute qui
prononce sur les propositions que les députés des communes soumettent
à sa décision. Tels furent les états de 1467 sous Louis XI, ceux de
1484 sous Charles VIII, ceux de 1506 sous Louis XII.

Cette période, qui finit avec Louis XII, est la dernière de la
révolution; alors elle était consommée; un roi généreux s'était chargé
de son triomphe. Le commencement du seizième siècle vit le bonheur du
monarque, le bonheur du peuple, opérés l'un par l'autre, se manifester
des deux côtés par des expressions touchantes qui ne s'effaceront
jamais de la mémoire des Français.

La révolution opérée en France à l'époque où régna Louis XII est
précisément celle dont on a fait honneur à l'année 1789, époque où le
tiers-état a seulement regagné le terrain qu'il avait perdu depuis la
mort du _Père du peuple_[15].

  [15] _Mémoire sur Louis XII_, page 44.

Louis XII fit pour la cimenter tout ce qui était possible au pouvoir
royal; mais il régna trop peu de temps pour affermir son ouvrage, pour
lui acquérir la sanction de l'expérience, et pour la faire passer
dans les habitudes nationales.

François 1er vint, et renversa tout. Prince voluptueux, ou plutôt
débauché jusqu'à la crapule, il fit d'une cour corrompue une cour
corruptrice; par elle il s'assura de la corruption de ses successeurs,
et opéra celle d'une partie de la nation. Il fit de l'incontinence et
de la vanité les vices dominans de la jeunesse française. Il conçut
l'espérance de régner par ces vices mêmes; il se flatta de gouverner
sa cour par le plaisir, la nation par la cour. Un système d'influences
graduelles faisait descendre, et pour ainsi dire couler ensemble, du
centre aux extrémités, du faîte des grandeurs aux plus basses
conditions, les vices de la cour et l'esprit de soumission. Là où les
séductions jouaient sans succès, s'exerçait un ascendant invincible.
Les femmes propageaient les influences par la galanterie, la jeunesse
en était infectée. L'obéissance prévenait le commandement; une
servilité obséquieuse faisait, si on peut le dire, aspirer les
volontés d'un supérieur pour s'y conformer; on se donnait tout entier
pour obtenir des jouissances de vanité ou des succès de galanterie.

Cependant la partie laborieuse de la nation qui demeurait étrangère à
ces bassesses, et c'était la plus nombreuse, voyait la cour avec
indignation. Elle se révoltait à l'aspect du faste qui y régnait, des
profusions qui comblaient l'insatiable avidité des maîtresses, des
favoris, des simples courtisans. Elle frémissait en considérant le
trésor public, qui, confondu avec celui du prince, s'écoulait tout
entier au gré de ses fantaisies. Aux plaintes, aux murmures, aux
soulèvemens, le monarque opposa le despotisme et une tyrannie
violente. La quenouille dans une main, un sceptre de fer dans l'autre,
tel fut l'appareil dans lequel il se montra. Il fit des emprunts, il
leva et prorogea des impôts, sans demander le consentement des
états-généraux; il opprima les parlemens comme corps politiques et
comme corps judiciaires.

Les quatre règnes qui succédèrent à celui de François Ier, je parle de
ceux de Henri II, de François II, de Charles IX, de Henri III, furent
une continuation du sien, de ses moeurs, de ses principes, de ses
traditions; ils amenèrent même le développement de ses plus
pernicieuses lois.

Des ambitions de cour profitèrent du soulèvement des esprits contre
les abus, et de l'irritation des protestans toujours persécutés, pour
faire la guerre au prince pendant quarante années. Ce ne fut ni une
guerre civile, ni une guerre religieuse, mais seulement une guerre de
gens de cour, dont les armées, fort peu considérables, n'étaient
composées que de leurs créatures et d'étrangers. La nation en souffrit
sans doute: les petites armées qui se combattaient, dévastaient les
pays par où elles passaient; mais le roi et les princes qui lui
étaient opposés comblaient à l'envi les cités de faveurs et de
priviléges pour se les concilier. Et ce ne fut pas là le seul avantage
que procurèrent aux villes les dissensions politiques: elles donnèrent
la mesure des grands à la multitude; les manifestes de chaque parti
dévoilèrent les turpitudes de l'autre; les prestiges de la grandeur se
dissipèrent; le peuple apprit à s'estimer; la liberté, la propriété,
furent mises en honneur; le travail, l'industrie, le commerce,
s'évertuèrent; les principes de l'ordre social se développèrent et
s'établirent dans les esprits; ce fut le temps des grands
jurisconsultes, et l'époque des plus belles lois de la monarchie.

Le règne de Henri IV mit fin à l'ambition des grands dont les aveugles
faveurs de François Ier avaient été le principe, mais non à la
contagion des moeurs qui continua ses ravages. Elle avait gagné la
cour de Henri-le-Grand. La nouvelle existence des femmes dans la vie
sociale contribuait puissamment à la propager; l'incontinence, la
vanité, l'intrigue, régnaient dans la jeunesse des classes aisées du
commun état, comme dans les classes nobiliaires.

François Ier, dans la composition de sa maison, avait jeté une amorce
au tiers-état, en attachant à des offices subalternes le privilége
d'anoblir. Il avait ensuite imaginé de qualifier d'_écuyers_ tous les
bourgeois qu'il faisait nobles; c'était affilier les anoblis à sa
maison et à la chevalerie. Sous les derniers Valois, les anoblissemens
furent innombrables; les écuyers pullulèrent. On vit la France semée
d'hommes nouveaux qui sortaient du commun état comme pour adorer de
loin la cour, observer de près la roture, exciter la vanité et
l'ambition de quelques bourgeois, et faire le désespoir du grand
nombre.

Le règne de Louis XIV, celui de Louis XV, enchérirent sur les
scandales des Valois. Comme les descendans de François Ier et à
l'exemple de François Ier lui-même, ils fatiguèrent la nation de leur
faste, de leurs profusions, de leurs favoris, de leurs maîtresses.
Comme François Ier, ils abusèrent du trésor public devenu le leur, ils
écrasèrent la nation par des emprunts, ils la spolièrent par l'impôt
arbitraire, et violèrent la liberté des magistrats qui se portaient
pour défenseurs de la propriété; et pendant qu'ils en redoublaient les
charges, ils augmentaient sans mesure les anoblissemens qui
soulageaient les anoblis d'une partie de leur poids, ils multipliaient
les privilégiés qui en aggravaient le fardeau pour le commun état; on
avait trouvé l'art d'ajouter l'humiliation à la souffrance, et de
réunir ensemble les moyens de nuire et ceux d'irriter.

Il n'était pas donné à Louis XVI de faire cesser les désordres qui
existaient à son avènement: heureux si, malgré les plus louables
intentions, il n'eût pas été incapable d'en arrêter les progrès et le
débordement. Mais durant ce règne, les concessions de la cour aux
vanités nobiliaires s'augmentèrent encore et prirent un nouveau
caractère. Une ordonnance malheureuse[16] apprit aux jeunes Français
du tiers-état qu'il leur était interdit d'entrer au service militaire
par le grade d'officier; que cet honneur était réservé aux nobles de
quatre générations. Aussitôt la haute magistrature se fit un
point d'honneur d'exiger les mêmes preuves pour entrer dans son sein.
L'église même fut atteinte de cette vanité; on vit une foule de
chapitres érigés presqu'en même temps en chapitres nobles, et il
fallut aussi quatre degrés de noblesse pour s'asseoir dans les stalles
d'une cathédrale. On faisait ainsi une troisième classe dans la
noblesse, entre la noblesse de cour et les familles récemment
anoblies. Et cependant les anoblissemens continuaient toujours et se
multipliaient par lettres et par charges, pour la plupart sans
fonctions.

  [16] Sous le ministère du maréchal de Ségur.

Pendant qu'on affligeait la nouvelle noblesse par des exclusions
humiliantes, et le tiers-état tout entier par les nouveaux priviléges
accordés à la noblesse et par la multiplicité des anoblissemens, les
profusions de la cour continuaient. Le gouffre des dépenses
s'élargissait; bientôt les revenus annuels ne furent plus suffisans.
Enfin le jour vint où il fallut déclarer la nécessité d'un nouvel
impôt: jour de châtiment pour la cour et de vengeance pour la nation.
Il fallut, en pleine paix, demander un accroissement d'impôts de 60
millions, à cette nation dont l'élite était profondément blessée par
son exclusion des emplois publics, par les gradations de naissance
multipliées devant elle, pour la séparer des honneurs et des dignités
auxquels elle avait eu jusque là le droit de parvenir. Alors éclata de
nouveau la colère nationale, provoquée par les hautes classes du
tiers-état. Tous les intérêts furent appelés à combattre tous les
priviléges, et tous répondirent; on regarda ce que la liberté avait
perdu depuis deux siècles; on eut honte de l'avoir laissée
rétrograder, on voulut la rasseoir sur d'inébranlables fondemens, et
ne plus rien laisser de douteux dans son existence. Voilà la
révolution de 89.



CHAPITRE IV.

   A quelle occasion la révolution opérée depuis long-temps dans les
     idées et dans les moeurs s'est déclarée en 1789 et s'est établie
     dans les relations civiles et politiques.--_Déficit_ des
     finances.--Liaison de ce déficit avec l'intérêt de
     l'égalité.--Notables convoqués sur le déficit.--États-généraux
     convoqués.--Mode de représentation.--Égalité du
     tiers-état.--Cahiers.--Voeu général de la France.--Déclaration
     des droits.--Constitution anglaise.


Le déficit des finances, c'est-à-dire 56 millions qui manquaient
annuellement aux recettes de l'État pour couvrir ses dépenses, ou, si
l'on veut, 56 millions formant l'excédant annuel de la dépense sur les
recettes, furent l'occasion de cet éclat.

Que fallait-il pour faire disparaître le déficit? De trois choses
l'une: ou élever le revenu du trésor public; ou diminuer sa dépense,
dans la proportion du _déficit_; ou élever le revenu et diminuer la
dépense, de la somme nécessaire pour les mettre de niveau.

De ces trois partis, le plus convenable, le seul juste, était le
second: celui de diminuer la dépense de tout le montant du déficit;
c'était aussi le moins difficile et le moins périlleux. Il ne
s'agissait que de retrancher quelques dépenses inutiles, quelques
jouissances frivoles, de supprimer les abus attachés aux méthodes de
dépenses établies, et surtout à la comptabilité des recettes de
l'État, ce qui en aurait sensiblement augmenté le produit net. Ces
opérations faisaient sans doute quelques malheureux parmi les gens de
finance, et retranchaient quelque chose au bien-être de quelques gens
de cour. Mais c'était un sacrifice fait à l'ordre, c'était
l'accomplissement d'un devoir imposé au gouvernement, celui de
l'économie; d'ailleurs le mal particulier se faisait sans bruit et
sans contradicteur. Il se trouvait quelques gens à plaindre, mais du
moins personne à redouter; et à la suite, le gouvernement pouvait
dédommager ceux qu'il était obligé de priver actuellement de leur
revenu.

Le parti le plus injuste, le plus difficile à faire réussir, le plus
périlleux pour la cour, était celui d'élever les revenus au niveau des
dépenses: le plus injuste, parce qu'il faisait supporter au peuple
une aggravation de charges, pour subvenir à des dépenses abusives; le
plus difficile, parce qu'il exposait à la contradiction des parlemens
et des états de provinces; le plus périlleux, parce que les clameurs
parlementaires étaient devenues un tocsin auquel répondait toute la
nation.

La cour préféra le parti injuste et périlleux au parti juste et sûr.
Elle trouva convenable de se procurer de nouveaux moyens de dépense,
plutôt que de s'imposer l'économie; de grever le peuple, plutôt que de
rien retrancher aux gens de cour et aux gens de finance; et d'avoir
affaire à la nation, au lieu de faire sans contradiction des réformes
dans l'intérieur de la maison royale et de l'administration.

On voulut donc un accroissement d'impôts de 60 millions.

Toutes les classes étant menacées d'une surcharge, car les priviléges
n'allaient pas jusqu'à exempter de toute espèce d'impôt, toutes
s'agitèrent. Les privilégiés crièrent contre les abus qui avaient
amené le besoin de nouvelles taxes. Le tiers-état, sur qui elles
tombaient plus rudement que sur les privilégiés, cria contre l'impôt,
contre les abus et contre les priviléges.

Plus les clameurs du peuple s'élevaient contre les privilégiés, et
plus les privilégiés s'emportaient contre les abus. La cour se lassa
de leurs emportemens: elle exila, elle emprisonna des magistrats, des
nobles des états de Bretagne. Alors les clameurs eurent un objet de
plus: elles s'élevèrent contre les exils et les emprisonnemens, contre
le pouvoir arbitraire, contre le pouvoir absolu, contre la tyrannie.

La souffrance et l'irritation parvenues à ce point, toute la France se
réunit en un seul voeu qui renfermait tous les autres; le privilégié,
pour la réformation des abus et la conservation de ses priviléges; le
tiers-état, pour l'abolition des priviléges et des abus, le créancier
de l'État, pour la réformation des abus et la sûreté de ses rentes;
tous, pour la garantie de la propriété et de la liberté, contre
l'impôt, contre la banqueroute, contre les emprisonnemens arbitraires,
tous, dis-je, demandèrent unanimement des _états-généraux_. Mais par
ces mots les privilégiés demandaient des états-généraux où les ordres
privilégiés auraient l'avantage de la majorité sur le tiers; et le
tiers demandait des états où les ordres privilégiés n'auraient pas ce
privilége qui était la garantie de tous les autres.

La noblesse et les parlemens exprimaient leur intention en trois mots:
trois ordres, trois chambres, trois voix. Ce qui voulait dire: Il faut
que nos priviléges aient pour leur sûreté deux voix contre une. Le
tiers-état n'attaqua point de front ce système, mais il le mina en
demandant que la chambre du tiers fût égale en nombre aux deux autres
réunies, sauf à voir ensuite si les lois seraient délibérées à la
majorité des votans dans les trois chambres réunies, ou à la majorité
de deux chambres dans des discussions séparées.

Cette demande fut portée à une assemblée de notables, divisée en six
bureaux; cinq rejetèrent la proposition de donner au tiers une
représentation égale à celle des deux autres ordres. Le sixième
bureau, présidé par _Monsieur_, était composé de vingt-cinq votans.
Douze furent pour la représentation égale, douze contre: c'était
_Monsieur_ qui allait faire la décision de son bureau; _Monsieur_
prononça pour l'égalité. Ce vote influa sur le sort du tiers-état, et
concourut puissamment à la détermination du roi pour la représentation
égale du tiers-état.

Ce fut par cette résolution que la France put opposer dans la suite à
cet adage aristocratique: trois ordres, trois chambres, trois voix,
adage qui en 89 était devenu un cri de guerre, ce cri de joie et de
réunion: LA NATION, LA LOI, $1.

Quand il fut établi en principe que le tiers aurait une représentation
égale, on ne vit plus dans les états-généraux que le moyen d'avoir une
constitution.

Quand il fut établi qu'on allait avoir une constitution, l'opinion
publique la voulut complète et parfaite. On fit l'appel de tous les
principes reconnus par les publicistes, consacrés par des
constitutions anciennes et modernes. On proposa des déclarations de
droits. On fit comparaître tous les abus du gouvernement et de
l'administration, on les marqua d'un sceau de réprobation; on
prétendit que la constitution n'en épargnât aucun, qu'aucun autre n'y
pût entrer. On s'appliqua surtout au moyen d'empêcher les abus du
pouvoir; on indiqua contre le pouvoir toutes les précautions qui, dans
d'autres temps, l'avaient fait instituer contre l'anarchie. Des
déclamations applaudies recommandèrent de se défier plus des grands
que des prolétaires, des prêtres que des hommes sans foi et sans loi,
de la police que des filous, de la gendarmerie que des assassins, des
juges que des criminels.

Entrons dans les détails des droits qu'on voulut garantir et des
institutions destinées à cet effet.

On avait commencé par vouloir l'égalité; on vit bientôt que l'égalité
était inséparable de la propriété et de la liberté, et l'on rangea
tous les droits et tous les intérêts sous ces trois-là.

Après avoir rapporté à chacun de ces droits ce qui paraissait lui
appartenir comme conséquences ou comme accessoires, on voulut pour
chacun des garanties particulières; on en voulut ensuite de communes à
tous les intérêts ou des _garanties générales_.

Voici comment doivent se classer toutes ces choses.


I. _Liberté._

On regarda comme _conditions_ de la liberté:

1º L'affranchissement de toute servitude personnelle, domestique,
rurale, féodale ou militaire.

2º La faculté de s'établir où l'on veut, de changer de domicile, de
voyager sans obstacle.

3º De correspondre sous le sceau du secret par la voie de la poste ou
par des communications directes.

4º D'appliquer son industrie à toute espèce de travail et de négoce
qui ne portent point atteinte aux droits d'autrui.

5º De professer sa religion.

6º De publier sa pensée par l'impression.

       *       *       *       *       *

On regarda comme _garanties_ propres de la liberté:

1º L'établissement de peines graves contre les auteurs
d'emprisonnemens ou d'exils arbitraires.

2º L'établissement d'un juré pour l'accusation et le jugement du fait
en matière criminelle.


II. _Propriété._

On regarda comme _conditions_ de la propriété:

1º L'exemption des dîmes et autres charges ecclésiastiques.

2º Celle des droits féodaux et seigneuriaux.

Ces deux premières conditions s'exprimèrent en un seul mot: _Liberté
des biens_.

3º La répartition proportionnelle des contributions entre tous les
propriétaires de l'État.

       *       *       *       *       *

On regarda comme _garanties_ spéciales de la propriété:

1º Des magistratures chargées de la répartition de l'impôt;

2º Des magistratures chargées de juger les réclamations au sujet de
l'impôt;

3º Une magistrature chargée d'examiner la comptabilité des deniers
publics.


III. _Égalité._

On regarda comme _conditions_ de l'égalité:

1º La faculté de parvenir à tous les emplois et à toutes les dignités
en concurrence avec tous les citoyens, ou l'abolition du privilége qui
réservait aux seuls nobles de quatre générations l'entrée au service
militaire par le grade d'officier, l'entrée dans les chapitres et dans
la haute magistrature;

2º Celle d'acquérir et de posséder toute espèce de biens, sans
distinction de biens nobles et de biens de roture;

3º L'abolition du privilége qui exemptait tous les nobles
indistinctement du tirage de la milice, c'est-à-dire du service forcé
comme soldat, ce qui rejetait sur la roture le poids du service
militaire, dont les avantages étaient réservés à la noblesse;

4º L'abolition du privilége qu'avait la noblesse et le clergé, de ne
point loger les gens de guerre, ce qui aggravait, pour la roture,
l'obligation de les loger;

5º L'abolition des justices seigneuriales;

6º L'abolition du privilége attribué à la noblesse et au clergé d'être
jugés, en matière criminelle, par des juges eux-mêmes privilégiés;

7º L'abolition de la différence des peines pour les mêmes crimes;

8º L'abolition du tribunal du point d'honneur, pour juger les
querelles entre gentilshommes, comme si eux seuls eussent pu avoir des
querelles où l'honneur fut intéressé;

9º Le port d'armes pour tous les citoyens;

10º L'abolition des maisons fondées et entretenues aux dépens du
tiers-état, pour l'éducation de la pauvre noblesse, etc.;

11º L'abolition de l'usage de dégrader le noble condamné à une peine
infamante, de le rendre au tiers-état avant l'exécution, comme si les
lois pénales avaient été nécessitées par le tiers-état seul, et
n'avaient été faites que contre lui[17].

  [17] Que diriez-vous, disait à ce sujet M. Siéyès, si le
  législateur, avant de punir un scélérat du tiers-état, avait
  l'attention d'en purger son ordre en lui donnant des lettres de
  noblesse?

Beaucoup d'autres usages lésaient les droits et offensaient la fierté
du haut tiers; mais aucune loi ne les autorisait; c'étaient des abus
de l'abus même: on se persuada qu'ils seraient entraînés par la force
du principe de l'égalité. Telles étaient les vexations de la police et
de la justice même contre le roturier seulement soupçonné d'une faute,
et leurs égards pour le privilégié pris en flagrant délit; les
suspensions des rigueurs de la justice contre les nobles qui n'avaient
blessé que les droits des roturiers; les évocations des procès civils
et criminels des nobles pour les soumettre à des juges partiaux; les
sursis aux jugemens dont ils pouvaient craindre les dispositions; les
lettres de grâce qui suivaient immédiatement les condamnations qu'il
avait été impossible d'éviter; les arrêts de surséances contre les
créanciers les plus légitimes et les plus malheureux; la persécution
du fisc contre le plébéien, son respect pour la noblesse, etc.

       *       *       *       *       *

On regarda comme _garanties_ spéciales de l'égalité:

L'abolition des titres, qualifications, signes, décorations
d'apparence nobiliaire ou féodale et propres à rappeler aux personnes
titrées et décorées leur ancienne domination, à leurs inférieurs leur
ancienne infériorité.

       *       *       *       *       *

On voulut avoir des _garanties générales et communes_ aux trois
intérêts de la liberté, de la propriété, de l'égalité; et pour cet
effet on demanda:

1º L'établissement distinct de trois pouvoirs; le pouvoir législatif,
le pouvoir exécutif, le pouvoir judiciaire. Un grand nombre de
patriotes sincères désiraient que le pouvoir législatif fût divisé
entre le roi et deux chambres dont l'une au moins serait composée de
citoyens élus sans condition de naissance, et dont l'autre serait
comme en Angleterre une magistrature héréditaire. La constitution
anglaise paraissait alors assez généralement devoir servir de modèle à
la France, et la liberté anglaise était regardée comme le maximum de
la liberté politique. Plusieurs amis de la révolution en France
désiraient donc deux chambres, dont une composée de pairs: deux
chambres pour empêcher les décisions précipitées et déterminées par
entraînement: une chambre de pairs constitués héréditaires pour
qu'ils s'attachassent à la descendance du monarque par l'intérêt de
leur propre descendance, et qu'ils formassent ainsi une garantie de
l'hérédité de la couronne. Mais dans le cours de l'année 1790 et de
1791, l'exaltation populaire, la défiance nationale contre la cour, la
noblesse et les prêtres, s'étaient accrus à un tel point que non
seulement il fut impossible de mettre en avant dans l'assemblée
nationale la proposition de deux chambres, même de deux chambres
égales en durée et en prérogatives, mais même que quelques patriotes
ayant exprimé dans un écrit imprimé le désir de voir la chambre
législative se diviser pour la formation des lois en deux sections ou
comités pour discuter et délibérer séparément sous la condition que la
majorité se formerait par le recensement en commun des suffrages
individuels, comme résultant d'un même scrutin, cet écrit excita une
espèce de soulèvement populaire, et fit renoncer à toute division.

2º On demanda, pour concilier le respect dû au prince, à son
inviolabilité, à l'hérédité de sa couronne, avec la sûreté des
particuliers contre les ordres qui pourraient lui être surpris, la
responsabilité des ministres.

3º Pour assurer l'impartialité de la justice civile, l'indépendance
des tribunaux, on demanda l'inamovibilité des magistrats; pour assurer
celle de la justice criminelle, le jugement par jurés.

Telles étaient les opinions des esprits éclairés et sages à l'époque
de 1789; telle fut la substance du grand nombre des cahiers de
bailliages: tout ce qui a été ajouté postérieurement a été le produit
de la colère et de la peur.

Dès que les états furent assemblés, on vit, après quelques efforts
pour maintenir les priviléges, tous les priviléges renversés en une
seule nuit. L'abolition des priviléges ayant éprouvé de la résistance
dans les provinces, le peuple fit la guerre aux privilégiés. Les
nobles alors fuirent et s'armèrent au dehors. Les prêtres agitèrent
les esprits. Alors on abolit la noblesse, on dépouilla le clergé. Ne
voulant plus de noblesse, on ne voulut plus de titres, plus de noms
portant marques de féodalité, plus de décorations nobiliaires, plus de
souvenir des nobles. Quand on eut pris les biens du clergé, on voulut
le réformer; on changea de prêtres, on chassa les premiers, on humilia
leurs successeurs. Les parlemens, qui s'étaient montrés défenseurs du
peuple contre la cour, mais défenseurs des priviléges contre le
peuple, furent renversés. La royauté, protectrice de la noblesse, fut
d'abord dépouillée, ensuite dégradée, ensuite détruite; et le roi
lui-même.... enfin les excès ayant produit des mécontentemens, on en
vint au dernier des excès, au plus effroyable: au massacre des
mécontens!

Mais j'ai trop pressé la marche et j'ai laissé en arrière tout ce
qu'il importait de remarquer.

Revenons sur nos pas.



CHAPITRE V.

   Explosion du 14 juillet 1789, occasionée par la persistance des
     privilégiés à former deux chambres séparées, par l'appui de la
     volonté royale donnée à cette persistance.--Abandon des
     priviléges, le 4 août.


Les états-généraux sont assemblés. La noblesse et le clergé, qui, par
leurs clameurs, leurs écrits, avaient mis tant d'opposition à ce que
le tiers-état obtînt une représentation égale, uniquement parce qu'ils
avaient pressenti la réunion des ordres pour délibérer en commun,
essayèrent néanmoins d'empêcher cette réunion comme s'ils ne l'avaient
pas prévue. La chambre des communes la provoqua dès sa première
séance. L'opinion publique s'était d'avance prononcée pour le voeu que
la chambre manifesta. Une partie du clergé et de la noblesse était
fort disposée à y accéder; quelques membres de ces deux ordres se
réunirent de leur propre mouvement, sans attendre la décision de leur
chambre. La résistance des autres fatigua le public. La chambre du
tiers allait se déclarer assemblée nationale lorsque le roi intervint.
Le roi ayant fait fermer le lieu des séances, sous prétexte d'y faire
des dispositions pour une séance royale, le tiers-état s'assembla au
jeu de paume, le 20 juin 1789. Plusieurs membres du clergé et de la
noblesse s'y rendirent; et on prêta le serment de ne pas se séparer
que la constitution ne fût faite et établie. Le 23 juin le roi réunit
les trois chambres, et déclare la division en trois ordres inhérente à
la constitution de l'État[18]. Il règle les cas où ils pourront se
réunir. Il excepte de la délibération commune les affaires qui
regardent les propriétés féodales et seigneuriales, les droits utiles
et les prérogatives honorifiques attachées aux terres et aux fiefs ou
appartenant aux personnes des deux premiers ordres; il déclare ces
droits et prérogatives, propriétés hors d'atteinte, ainsi que les
dîmes, les cens, les rentes, les droits et devoirs féodaux. Il défend
enfin la publicité des séances.

  [18] Déclaration du 23 juin 1789, art. 8, et instructions
  promulguées à la suite, art. 12.

Il devient ainsi constant aux yeux du tiers-état que pour satisfaire
la cour, la noblesse, le clergé, il faut dépouiller cette familiarité
qu'il avait contractée dans ses rapports avec la noblesse; qu'il faut
se placer aux yeux de tous au-dessous d'elle, se reconnaître
inférieur; il apprend qu'il doit subir ses décisions, se soumettre à
ses priviléges actuels, s'abandonner à toutes les prétentions qui
pourront renaître de ses anciens souvenirs. Ainsi il est établi que
deux ordres qui, réunis, ne forment pas la quatre-vingtième partie de
la nation, auront le pouvoir d'opprimer ou de continuer l'oppression
de la classe quatre-vingt fois plus nombreuse; que l'accès aux grandes
places continuera d'être interdit aux roturiers; que le poids de
toutes les charges de l'état sera leur partage, et que les honneurs
seront celui de la noblesse; que la naissance sans mérite suffit pour
tout obtenir, et que le mérite sans naissance n'a droit à rien.

Ce fut alors que la révolution éclata, c'est-à-dire qu'alors se
déclarèrent contre les priviléges en matières d'impôts, et par
entraînement contre les charges féodales et ecclésiastiques, contre la
dîme, les cens, les rentes, etc, tous les fermiers, tous les
propriétaires roturiers, tous les propriétaires ruraux et les petits
propriétaires des villes; c'est-à-dire qu'alors se déclara contre
l'exemption des charges personnelles et roturières, du logement des
gens de guerre, du tirage à la milice, des corvées, toute la roture
rurale et urbaine; c'est-à-dire qu'alors se déclara contre le
privilége exclusif des emplois distingués dans le militaire, dans la
haute magistrature et dans l'église, toute la partie élevée du
tiers-état, la robe, la finance, le commerce, les savans, les
artistes, tout ce que l'éducation avait rendu capable de fierté, et
capable de vengeance. Dans cette classe, une jeunesse brillante se
leva tout entière, proclamant sa vocation à tous les travaux, à toutes
les dignités, à tous les honneurs. Les femmes entrèrent aussi dans la
révolte avec toute l'ardeur d'épouses, de mères, de soeurs, de
maîtresses qui pressentent l'élévation de tout ce qui leur est cher,
et veulent la défaite de ceux qui les ont tenus si long-temps dans
l'humiliation; c'est-à-dire enfin qu'alors se déclara en France, de
Lille à Perpignan, de Brest à Strasbourg, l'unanimité des citoyens
contre deux cent mille privilégiés ou adhérens.

Comment cette déclaration n'aurait-elle pas été violente? c'était
l'explosion de la volonté nationale éclairée par de longues
discussions, blessée par des contrariétés offensantes, irritée par une
opposition téméraire, et qui, après avoir été quelque temps contenue
par les représentans, a enfin reçu d'eux le signal de l'indépendance.
Comment n'aurait-elle pas été violente? c'était la volonté nationale
qui avait à venger des droits respectables, contre l'orgueil sans
déguisement; c'était la nation armée contre les privilégiés.

Les mécontentemens les plus généraux n'avaient produit depuis
long-temps en France que des révoltes successives, parce qu'ils
n'étaient pas exaltés partout au même point et au même moment. Mais
quand une représentation nationale avertit tous les intérêts et tous
les droits lésés, il fallut que la révolte fût générale et prît le nom
d'insurrection. C'est ce qui arriva.

On croit et l'on répète beaucoup aujourd'hui qu'avec plus de vigueur
l'autorité aurait pu tout sauver. C'est méconnaître la force
populaire, que de lui comparer celle du pouvoir. Un gouvernement peut
se mesurer avec avantage contre la révolte; comment le ferait-il
contre l'insurrection, même contre une révolte qui, sans être
générale, est de nature à le devenir?

Lorsque l'autorité royale a fait un pas en arrière en présence de la
volonté nationale, elle doit renoncer à se défendre par la force, sur
le plan incliné où elle se trouve placée: gagner du temps, user d'art
et d'adresse, est la seule ressource qui lui reste. Elle doit soutirer
la foudre par les conducteurs, et non affronter les nuages. Elle ne
doit pas prendre les reproches de l'orgueil blessé, pour les conseils
du courage, ni son irritation pour de la force. L'ennemi qui a tout à
la fois l'avantage du nombre, et celui du terrain, n'est contenu que
faiblement par ses habitudes de respect, par l'imparfaite connaissance
des desseins qu'on a formés contre lui. Il n'a besoin que d'un signe
de malveillance pour s'en faire un prétexte de déchaînement, et dès
qu'il est déchaîné, rien ne lui résiste: il entraîne tout, parce qu'il
est presque tout, parce que hors lui, il n'existe presque rien.

On ne doutait point en 1789 que l'universalité de la révolte ne la
justifiât. On la nomma insurrection pour la distinguer des révoltes
partielles qui n'ont point l'aveu du grand nombre. On regardait
l'insurrection comme _le plus saint des devoirs_, pour un peuple
opprimé; on ne doutait pas que la souveraineté ne résidât dans le
peuple; qu'elle ne fût inaliénable; que le soulèvement général ne fût
l'exercice de cette souveraineté; en un mot, qu'il ne fût légitime du
moment qu'il était général.

Aujourd'hui[19] on ne doute pas que toute cette doctrine ne soit
subversive de la monarchie, même de toute société; qu'en France ces
mots, _la souveraineté du peuple_, ne soient sacriléges, et l'idée
qu'ils expriment, punissable du dernier supplice.

  [19] L'auteur écrivait en 1828.

Cependant on peut dire sans blasphème et sans sacrilége, et sans
professer une doctrine subversive de la monarchie, et sans approuver
le moins du monde la mise en jugement d'un monarque constitué, que la
souveraineté appartient à la nation, et qu'elle est inaliénable,
pourvu que l'on ajoute et que l'on sous-entende: 1º que l'exercice
peut en être délégué par la nation avec certaines réserves, et sous
certaines conditions, à une famille privilégiée, à charge de réversion
dans le cas d'extinction de cette famille; 2º Que tant que durera
cette famille, la délégation sera irrévocable, et le monarque
inviolable. Cette doctrine est plus conservatrice de la monarchie que
toute autre, et n'est pas moins respectueuse pour le monarque. Avec
le sous-entendu qui vient d'être exprimé, on n'offense, on ne
conteste, on n'attaque pas plus l'autorité royale, en disant que la
souveraineté appartient à la nation, qu'on ne conteste la possession
et l'usage d'un domaine, à l'usufruitier, en disant que le fonds
appartient à une autre personne. On a dit, écrit, imprimé mille fois
que les rois de France n'étaient qu'usufruitiers de la couronne; ce
qui voulait dire qu'elle appartenait à la famille tant que la famille
durerait, et que la famille venant à s'éteindre, la couronne
reviendrait à la nation.

Au reste l'expérience a montré combien toute discussion sur le droit
de souveraineté est oiseuse.

La souveraineté se compose de droit et de fait, en d'autres mots de
droit et de _pouvoir_, ou de droit et de force.

Quand le monarque a le moyen d'empêcher la nation qui lui a délégué le
suprême pouvoir, de reprendre ce pouvoir, il ne servirait à rien à la
nation d'en avoir le droit; quand le monarque est sans force et sans
foi, ce qui est la même chose, et que la nation veut reprendre
l'exercice de la souveraineté, à quoi pourrait servir le droit du
monarque pour l'empêcher?

Le plus fort quand le prince a une armée, quand il a des agens et
fonctionnaires qui veillent pour lui, quand il veille lui-même sur ses
fonctionnaires et ses agens, et surtout quand le peuple est heureux et
qu'il dort, le plus fort est le prince; le prince alors exerce de
droit et de fait le pouvoir souverain.

Quand le peuple est malheureux et mécontent, ou seulement inquiet et
mécontent sans être malheureux, quand les fonctionnaires sont
corrompus ou dissipés et négligeas, quand l'agitation et le
mécontentement ont gagné les fonctionnaires et l'armée, le plus fort
c'est le peuple; le peuple reprend alors l'exercice de la
souveraineté, et redevient souverain de droit et de fait, s'il veut
l'être.

Quand on dit que la souveraineté appartient au prince, on sous-entend
que la minorité bien armée peut être plus forte que la majorité
désarmée ou mal armée; la minorité vigilante, que la majorité endormie
ou dissipée; la minorité bien conduite, que la majorité sans
direction; la minorité fidèle au voeu constant de la majorité, que la
majorité dans l'indolence des souhaits accomplis. Comment entendre en
effet ce que serait la souveraineté d'un prince dont le gouvernement
et la force non seulement ne sauraient conduire ni contenir la
majorité, mais même passeraient du côté de la majorité contre le
prince? La minorité plus la majorité, n'est-ce pas le tout?

Mais revenons au fait. J'ai dit que la force du gouvernement n'était
plus en proportion avec celle qu'il fallait combattre et que tout
essai ne pouvait servir qu'à compromettre la royauté. En effet l'exil
du parlement de Paris en 1788, l'enlèvement de plusieurs de ses
membres, l'exil du duc d'Orléans, l'emprisonnement des gentilshommes
de Bretagne, la distribution d'une multitude de lettres de cachet dans
les provinces, la brusque dissolution de la première assemblée des
notables, l'établissement d'une cour plénière qui devait réunir, entre
des mains sans force et sans vertu, tous les pouvoirs dont le roi
dépouillait l'énergie parlementaire, tous ces prétendus actes de
vigueur n'avaient servi qu'à provoquer la demande des états-généraux,
et à la provoquer si vivement et si généralement, que la cour n'avait
pu en refuser la convocation.

De même le rassemblement d'une armée à Versailles après la convocation
des états-généraux, la déclaration du 3 juin que cette armée devait
appuyer au besoin, le renvoi de la partie du ministère qui avait la
confiance du peuple, furent des actes de vigueur intempestifs qui
déterminèrent les évènemens du 14 juillet: jour mémorable où éclata la
révolution.

Ce jour vit l'armée de Versailles en défection, le peuple attaquant,
renversant la bastille, la populace furieuse marquant, immolant des
victimes. Princes, seigneurs, courtisans, magistrats, tout s'enfuit ou
se cache. Les troupes de ligne gagnées à la cause populaire sont
éloignées de Versailles; les ministres récemment renvoyés sont
rappelés; les ministres appelés à leur place sont renvoyés. La
noblesse, le clergé, accourent dans le sein du tiers-état, n'y portant
plus d'autre crainte que celle de ne pas être assez confondus avec ses
membres. Enfin le roi, le roi lui-même se croit obligé de se rendre à
Paris, dirai-je, pour comparaître devant le peuple souverain à
l'hôtel-de-ville, et pour faire un nouveau contrat avec lui, sous la
garantie de vingt ou trente députés du parti populaire qui lui servent
d'escorte, ou pour essayer de modérer par une intercession jusqu'alors
inouïe, les excès où s'emportait une multitude effrénée? Tandis que le
peuple de Paris prouvait sa puissance en l'exerçant et par sa manière
de l'exercer, le peuple des campagnes refusait le paiement des dîmes
et des droits féodaux; les paysans poursuivaient les seigneurs et
brûlaient les châteaux. La nation n'approuvait sans doute ni ces
violences, ni celles qui s'étaient commises à Paris dans la chaleur de
la victoire: mais elle ne les arrêtait pas. Attentive à ses avantages,
occupée à s'établir sur le terrain qu'elle avait gagné, elle ne jeta
sur ces évènemens que des regards distraits. Mais trois millions de
gardes nationaux se levaient; quarante-quatre mille municipalités se
formaient par des élections populaires: et ces forces qui lui
assuraient le champ de bataille, lui promettaient aussi la fin des
désordres et des excès.

A quels signes reconnaîtra-t-on une volonté générale en France, si on
la méconnaît aux grandes circonstances de cette époque, si on la
méconnaît à ce qui se passa durant deux mois à Paris et dans les
provinces, dans les villes et dans les campagnes, d'une extrémité du
royaume à l'autre? A quel signe reconnaîtra-t-on une volonté
profondément nationale, intimement française, si on la méconnaît dans
cette immense révolte qui n'a pour cause évidente que la fierté
blessée; la fierté, brillante distinction du caractère français,
blessée par la proclamation solennellement renouvelée des distinctions
d'ordres, plus que l'intérêt ne l'était par les priviléges utiles? Le
calcul avait souffert patiemment ce que ces priviléges avaient
d'onéreux, depuis que l'exercice en était devenu modeste, depuis que
la jouissance en était presque désavouée comme prérogative, depuis que
l'existence en était dissimulée dans le commerce de la société. La
fierté nationale semblait désintéressée par la politesse des grands,
par la familiarité de la roture avec la petite noblesse; peut-être
même cette fierté avait-elle éloigné le renversement des priviléges
pour ne pas compromettre cette parité apparente dont la roture était
jalouse. Mais du moment que les privilégiés voulurent marquer d'une
empreinte nouvelle la distinction des ordres pour asseoir la
différence de condition réelle, du moment qu'on eut fait ainsi des
priviléges une offense personnelle pour le tiers-état, la nation
perdit, au premier sentiment de cet outrage, la patience qui avait
résisté si long-temps au sentiment de ses charges.

Le 4 août la noblesse et le clergé pressés par tout ce qui se passait
sous leurs yeux, par toutes les nouvelles que chaque jour apportait
des provinces, par l'intérêt des châteaux qu'on incendiait et des
seigneurs que l'on molestait, pressés par leur conscience, firent dans
l'assemblée nationale l'abandon de tous les priviléges, au nom de
leurs commettans et au leur.

On abolit la qualité de serf et la main-morte, le droit exclusif de
chasse, de colombier, de garenne, les jurisdictions seigneuriales; on
déclara rachetables les droits seigneuriaux et la dîme; on abolit les
priviléges et immunités pécuniaires; on établit l'égalité des impôts;
on abolit les priviléges des villes et provinces; on promit la
réformation des jurandes. Tous les citoyens furent déclarés
admissibles aux emplois civils et militaires. Ainsi finit cette
première époque des mouvemens de 1789.



CHAPITRE VI.

   Moyens de s'assurer si la majorité nationale a persévéré et
     persiste encore dans sa volonté contre les priviléges.--Et
     d'abord, à quoi distinguera-t-on la volonté nationale de celle du
     gouvernement ou des factions, contre les prêtres, les nobles, la
     cour et l'étranger?--Deux moyens: 1º L'état des votes quand on
     les a recueillis; 2º l'état des sacrifices en hommes et en argent
     qui ont été opposes par la nation aux actes de la révolution.


Du 14 juillet 1789, époque de l'insurrection du peuple, jusqu'au 9
juillet 1815, époque de la dernière restauration de la maison de
Bourbon, il s'est écoulé vingt-six années.

Dans cette période de vingt-six années, la France a eu neuf
constitutions différentes, entre lesquelles ont passé 17 journées
fameuses par quelque violence d'un parti contre l'autre, trois
abolitions principales, et trois grandes proscriptions.

Voici le tableau des constitutions:

1º La monarchie que j'appellerai parlementaire de 1789, dissoute par
les mouvemens du 14 juillet, des 5 et 6 octobre de la même année;

2º La monarchie représentative de 1790, altérée par les évènemens des
21 juin et 17 juillet 1791; dissoute par ceux des 20 juin, 10 août, 2,
3, 4 septembre 1792 et 21 janvier 1793[20];

3º La république démocratique de 1793, commençant par l'anarchie; se
fondant sur la terreur; retombant de la terreur dans l'anarchie au 25
juin 1795 (9 thermidor an III)[21];

4º La république moins démocratique de 1795 (an III), qui se concentra
le 18 fructidor an V (4 septembre 1797)[22], déclina vers l'anarchie
en 1799, et tendit alors de nouveau à la terreur;

5º La république consulaire de 1799 (28 frimaire an VIII), ralliant
au système monarchique, sous formes républicaines[23];

6º La monarchie impériale des 20 mai et 7 septembre 1804, ou 25
floréal an XII, et 15 brumaire an XIII, d'abord monarchie tempérée,
ensuite mêlée de despotisme[24];

7º La monarchie royale en avril 1814; tempérée, républicaine, avec une
tendance aristocratique;

8º La nouvelle monarchie impériale de 1815; tempérée, républicaine,
ayant une fausse tendance à la démocratie[25];

9º La monarchie royale de 1815, modifiée par l'inamovibilité et
l'hérédité de la pairie.

  [20] Elle ne fut point soumise à la sanction du peuple, mais elle
  était conforme aux cahiers; et les assemblées primaires y
  jurèrent fidélité en faisant les élections pour la première
  législature.

  [21] On ne voit nulle part quel est le nombre des votans. Le
  rapport de Gossius, du 9 août 1793, dit que toutes assemblées de
  district ont accepté. Mais on voit dans les séances suivantes
  qu'on demande quelles seront les peines de la non-acceptation?

  [22] 914,853 votes pour; 41,892 contre.--On vota dans les
  assemblées primaires sur cette question: Deux tiers de la
  convention passeront-ils dans le corps législatif? Il y a eu peu
  de votans, 167,758 pour, et 95,373 contre.

  [23] Elle a eu 304,007 votes, et 1,562 contre.

  [24] Elle a eu 3,521,675 votes pour, et 2,679 contre.

  [25] Le 1er juin 1815, il n'était arrivé de votes que de 66
  départemens, il en restait 20 en retard et plusieurs
  arrondissemens n'étaient point la règle. Dans les 66 départemens
  il y a eu 1,302,562 votans, 1,298,356 ont voté pour, et 4,206
  contre. Si on ajoute seulement 200,000 cinquième ou un sixième de
  votans pour les départemens en retard, on aura 1,600,000 votans
  pour la constitution.

       *       *       *       *       *

Voici maintenant le tableau des journées signalées par quelques
violences contre le pouvoir:

1º 20 juin 1789, séance du jeu de paume. La cour avait fait fermer la
salle des états-généraux, espérant mettre fin à l'insistance des
communes près des deux autres chambres, pour la réunion des trois
ordres;

2º Le 14 juillet 1789, prise de la Bastille, renvoi de l'armée;

3º Les 5 et 6 octobre suivant, le château de Versailles forcé, le roi
emmené à Paris;

4º Le 17 avril 1791, rassemblement qui empêche le roi de quitter Paris
pour aller à Saint-Cloud;

5º Le 21 juin, départ ou évasion du roi: son arrestation, son retour;

6º Le 17 juillet, fusillade au champ-de-mars sur un rassemblement qui
demande le jugement du roi et sa déchéance;

7º Le 20 juin 1792, le château des Tuileries forcé, le roi insulté;

8º Le 10 août 1792, le château des Tuileries assiégé, le roi retiré à
l'assemblée nationale, la royauté suspendue, le roi conduit au Temple;

9º Les 2, 3 et 4 septembre, massacre des nobles et prêtres dans les
prisons;

10º Le 21 janvier 1793, exécution du roi;

11º Le 31 mai, 1er et 2 juin suivans, assaut de la commune à la
convention; proscription du parti modéré par le parti exagéré, dit _la
Montagne_;

12º Le 25 juin 1795 (10 thermidor an III), division du parti de la
Montagne et proscription d'une partie par l'autre;

13º Le 6 octobre suivant (13 vendémiaire an III), attaque des sections
de Paris contre la majorité de la Convention, d'accord avec la
minorité;

14º Le 4 septembre 1797 (18 fructidor an V), arrestation de la
minorité de la chambre des représentans par le Directoire, d'accord
avec la majorité;

15º Le 9 novembre 1799 (18 brumaire an VIII), translation de la
majorité à Saint-Cloud; le général Bonaparte se joint à elle; il est
nommé consul;

16º Le 31 mars 1814, abdication de Bonaparte devenu empereur à titre
héréditaire; retour de la maison de Bourbon;

17º Le 20 mars 1815, retour de Bonaparte et nouveau départ de la
maison de Bourbon;

18º Le 19 juillet suivant, seconde abdication de Bonaparte et seconde
restauration des Bourbons.

Dans ces dix-huit journées et ces neuf constitutions, on peut compter
trois grandes abolitions et trois grandes proscriptions.

Abolition: de la noblesse, du clergé, de la royauté.

Proscription ou bannissement: des prêtres, des nobles émigrés, de la
famille royale.

       *       *       *       *       *

Je veux chercher dans ces constitutions, dans ces abolitions, dans ces
proscriptions et jusque dans les violences populaires, ce qu'a voulu
constamment la nation, ce qu'elle veut aujourd'hui, et le distinguer
de ce qu'ont fait ou voulu des partis, des factions, sans le voeu ou
contre le voeu de la nation.

Le voeu national a été clairement manifesté, clairement entendu,
clairement satisfait à l'époque du 14 juillet, qui comprend la nuit du
3 au 4 août. Dans cette nuit du 3 an 4 août, les privilégiés ont
abdiqué tous les priviléges contestés; cette nuit a été déclarée
l'époque de la liberté française. Cette nuit aurait mis fin à toutes
querelles si les engagemens qu'elle a vu jurer avaient été remplis
avec fidélité. Sachant donc en quoi consistait au 14 juillet le voeu
national, il ne s'agit que de voir s'il s'est altéré, s'il s'est
étendu, s'il s'est dénaturé en traversant les vingt-six années qui se
sont écoulées depuis cette époque.

Pour ne pas confondre la nation française avec ce qui peut n'être pas
elle, nous aurons soin de la distinguer de son gouvernement, de son
corps législatif, de ses corps administratifs et communaux, de ses
orateurs, de ses écrivains, de ses journalistes; en un mot, de ses
prétendus organes qui ne sont pas toujours véridiques ni infaillibles.

Il est facile de se figurer cette nation après le 4 août 1789, tenant
d'une main la reconnaissance de ses droits, souscrite par les
privilégiés; de l'autre les armes qui l'ont aidée à la conquérir;
brillante de joie, de fierté, de courage, et se reposant de sa
victoire dans le sentiment de ses forces avec lesquelles rien ne peut
se mesurer. Devant elle sont les nobles, les prêtres, et (il faut bien
le dire) la cour qui croit la noblesse anéantie, parce que la France
entière vient de déclarer sa propre noblesse; qui déplore l'égalité,
comme si les nobles étaient tombés dans la roture, tandis que
c'est la roture qui a fait passer au sceau national ses lettres
d'anoblissement; comme s'il y avait plus de grandeur à être roi de
quelques centaines de nobles privilégiés, que d'une nation noble, de
la plus noble des nations. Devant elle ces privilégiés paraissent
terrassés, mais non désarmés; vaincus, mais non sans espérance. Ils se
représenteront. Ils appelleront à eux l'assistance de leurs affidés:
faible et inutile secours. Ils appelleront à eux l'étranger:
l'étranger s'avancera, il essaiera de porter quelques coups mal
assurés. Eux cependant travailleront à détacher de la cause nationale
les âmes douces, les esprits modérés; ils tâcheront de les intéresser
à leur sort, par les malheurs dont ils seront les victimes. Ils
profiteront et de la lassitude où auront jeté de longues agitations,
et des craintes qu'aura inspirées l'anarchie. Dans ces circonstances,
il sera facile de reconnaître ce que fera la nation, de suivre ses
mouvemens, de discerner son action et sa volonté, de s'assurer de son
changement, ou de sa persévérance dans ses premières intentions contre
les priviléges.

Sa volonté a eu quatre voies de manifestation qui lui sont propres, et
dans lesquelles elle n'a rien d'équivoque: la première est l'émission
de ses votes quand elle a été consultée; la seconde est la levée des
hommes armés par elle contre ses ennemis; la troisième est la levée
des contributions qu'elle a consacrées à leur poursuite; la quatrième
ce sont ses levées spontanées et en masse. La force des factions,
celle du gouvernement n'ont jamais pu concilier la majorité des
suffrages nationaux, à des institutions, à des actes qui n'avaient pas
l'assentiment général: témoin la terreur même, qui a tout ployé à
l'obéissance, et n'a pu faire voter en faveur de ses agens, lorsqu'ils
ont voulu la prorogation de deux tiers des conventionnels dans le
premier corps législatif qui a été nommé en vertu de la constitution
de l'an III (1795). Ni la force des factions, ni celle du gouvernement
n'ont jamais pu faire marcher de grandes armées contre l'ennemi, ni
lever des contributions proportionnées à l'immensité des besoins, ni
faire lever la nation en masse, quand un profond sentiment d'intérêt
public n'y a pas déterminé. Voyons donc quelles voies ont été prises
contre les prêtres, contre les nobles, contre la protection de la
cour, contre les entreprises de l'étranger qui a voulu se constituer
le vengeur des uns et des autres.



CHAPITRE VII.

   Actes de la révolution de 1789 à 1793 inclusivement: 1º
     concernant les prêtres; 2º concernant les nobles; 3º concernant
     le roi.


Nous diviserons les actes qu'on peut regarder comme appartenans à la
révolution, dans la période que nous allons parcourir, en trois
parties.

La première comprendra ceux qui concernent les prêtres;

La seconde, ceux qui concernent les nobles émigrés et avec eux les
armées des puissances coalisées;

Et la troisième, ceux qui regardent le roi.

Les actes dans chaque partie ont été faits par différentes forces ou
autorités, telles que le peuple de Paris, la commune et les sections,
le directoire, le conseil du département, le corps législatif ou la
convention, ou seulement par une partie de ces deux assemblées. La
plupart de ces actes ont eu la sanction de la nation, d'autres ne
l'ont pas eue, les uns ont eu pour motif l'intérêt de l'égalité, les
autres l'irritation, la jalousie et la peur.

De ces mêmes actes, les uns sont encore subsistans, les autres n'ont
été que passagers.

Le but de ce chapitre est de discerner entre les actes permanens de la
révolution, ceux qui sont conformes à la volonté nationale, ceux qui
peuvent y être contraires, ceux qui lui sont étrangers.

Voyons d'abord ce qui regarde le clergé.


I.

Le clergé s'était soumis dans la nuit du 4 août à souffrir le rachat
des dîmes[26]. L'assemblée nationale, dans les discussions relatives
au mode du rachat, juge à propos de les supprimer sans indemnité[27].
C'était un supplément aux sacrifices déjà votés.

  [26] Art. 5 de l'arrêté du 4 août 1789.

  [27] Art. 5 de l'arrêté du 11 août 1789, promulgué le 3 novembre
  suivant; voyez au sujet de l'abolition de la dîme l'avant
  _Moniteur_, séance du 11 août.


Le clergé crie alors à la spoliation du culte: l'assemblée nationale
met ses propriétés foncières sous la main de la nation, et déclare le
culte, dépense nationale.

Le clergé crie au renversement de la religion: l'assemblée nationale
met les biens du clergé en vente, non pour renverser la religion, mais
peut-être pour renverser le clergé; ces biens sont aussitôt achetés
dans toute la France, et le produit en est appliqué aux besoins de
l'État.

Le clergé dépouillé de ses biens ne parut pas être assez dépouillé. On
voulut lui ôter encore la grandeur, la consistance, l'ascendant dont
il jouissait et dont il usait contre la constitution; on voulut lui
faire perdre à la fois son influence, ses souvenirs et jusqu'aux
espérances de réintégration au rang d'ordre et de premier ordre de
l'État. C'était en quelque sorte une vue de police publique, relative
au temps et aux circonstances. On voulut, de plus, éviter pour la
suite l'influence d'un clergé trop nombreux et trop riche. Pour
parvenir à ce double but, on avait trois moyens: 1º changer la
circonscription des diocèses, ce qui réduisait à l'uniformité les
grands évêchés alors en disproportion avec les autres; 2º régler des
traitemens modiques et uniformes pour le clergé; 3º supprimer tous les
bénéfices sans charge d'âme.

On voulut encore autre chose pour l'avenir: ce fut d'ôter au roi son
influence sur les évêques, en lui faisant perdre le droit de les
nommer. Pour y parvenir, il ne s'agissait que de rétablir les
élections suivant l'usage de la primitive Église, et suivant sa
pragmatique.

Pour parvenir à ces fins, les jurisconsultes de l'assemblée firent ce
qu'ils appelèrent la _constitution civile du clergé_[28].

  [28] Constitution civile du clergé du 12 juillet, sanctionnée le
  24 août suivant.

Leur rapport n'annonce aucune autre vue que celle de ramener le clergé
aux moeurs primitives de l'Église, d'y rétablir la discipline altérée
par les richesses des prélats, par la haute extraction de la plupart
d'entre eux, par leur application aux affaires publiques, par la
prétention déclarée de quelques uns à l'administration, et même au
gouvernement du royaume. Certainement, leurs habitudes mondaines,
leurs distractions de tout genre les avaient détournés des devoirs du
pontificat. Les nominations royales et seigneuriales, les
résignations, les permutations, les indults, les dévoluts étaient
aussi des moyens bien peu propres à donner au culte des ministres
dignes de leurs fonctions. Enfin la disproportion des diocèses, dont
les uns ne comprenaient pas plus de vingt, trente ou quarante
paroisses, tandis que d'autres en avaient de treize cents à quatorze
cents, établissait entre les évêques une inégalité contraire à
l'esprit de la constitution, et se refusait à l'organisation d'une
hiérarchie uniforme en France. Tels furent les motifs sur lesquels on
se fonda pour donner une nouvelle constitution au clergé. On l'établit
sur quatre dispositions principales: circonscription uniforme des
archevêchés, des évêchés et des paroisses; traitemens égaux, sous
condition de résidence; élection des archevêques, évêques et curés,
par le peuple; institutions canoniques, données par les évêques, sans
confirmation du pape, avec qui l'institué se déclarerait simplement en
communion, et qu'il reconnaîtrait pour chef de l'Église et centre
d'unité.

Les évêques protestèrent contre cette constitution, le 30 octobre
1790: le 27 novembre, l'assemblée décréta que les évêques qui dans le
délai fixé n'auraient prêté le serment qu'elle prescrivait seraient
réputés avoir renoncé à leur bénéfice[29]. Plusieurs refusent: ils
sont remplacés. Le pape dépouillé des institutions canoniques appuie
les évêques. Ceux-ci déclarent qu'il y a schisme: ils alarment les
consciences; ils détachent du parti populaire les âmes timorées; ils
font prévaloir l'intérêt de la religion qu'ils disent menacé, sur
celui de la liberté; ils rallient à leur bannière toute l'aristocratie
que l'émigration n'avait pas emmenée au-delà des frontières.
L'assemblée nationale est assaillie de réclamations opposées; d'une
part on lui demande de réprimer les prêtres insermentés, comme
perturbateurs du repos public; d'autre part, on demande des lois qui
lèvent les obstacles opposés à la liberté des consciences. En un mot,
la nation se désunit: elle est près de se diviser. Alors l'assemblée
nationale[30] rend les prêtres insermentés, responsables des troubles
qui arriveront dans les communes de leur résidence, et prescrit aux
autorités de les en éloigner. Mais d'un autre côté, l'administration
du département de Paris, présente une opposition aux décrets de
l'assemblée; il déclare la mesure décrétée, intolérante; il supplie le
roi de lui refuser sa sanction[31]. Le roi la refuse. L'assemblée
nationale abolit les costumes ecclésiastiques et religieux[32], et les
prêtres se font un nouveau titre de cette interdiction aux yeux de
leurs affidés. L'irritation populaire les poursuit: ils se cachent.
Ils célèbrent les divins mystères dans les ténèbres, la ferveur des
dévots redouble, et accroît l'irritation populaire. L'assemblée
nationale autorise le corps administratifs du département où il
s'élèvera des troubles religieux, à déporter les prêtres insermentés,
sur la proposition de vingt citoyens[33]. Le roi refuse encore ce
décret[34]. Après le renversement du trône, un décret, qui n'a plus de
contradicteur, ordonne aux prêtres insermentés de sortir dans la
quinzaine du territoire français. Enfin, dans les derniers jours du
mois d'août, des perquisitions faites dans toutes les maisons de
Paris, enlèvent tous les prêtres insermentés qui s'y trouvent
cachés[35]. On les jette dans les prisons, ils y sont massacrés les
premiers jours de septembre[36].

  [29] Décret du 27 novembre 1790, accepté le 26 décembre suivant.

  [30] 29 novembre 1791.

Tels sont les évènemens qui concernent le clergé dans la période que
nous parcourons.

  [31] 5 septembre 1791.

  [32] 6 avril 1792.

  [33] 25 mai 1792.

  [34] 17 juin 1792.

  [35] 30 août 1792.

  [36] 2, 3, 4, 5, septembre 1792.


II.

Pendant que le clergé est ainsi traité, que fait la noblesse et quel
est son sort? Elle émigre, elle s'arme, elle appelle l'étranger à son
secours; elle marche avec les Prussiens et les Autrichiens contre la
France. Mais à chaque pas qu'elle fait, à chaque espérance qu'elle
annonce, elle est frappée, et toujours plus rudement, par l'assemblée
nationale. Tel est le spectacle qu'elle offre dans le cours des années
de 1790 à 1793.

D'abord l'assemblée abolit les droits seigneuriaux qui avaient échappé
dans la séance du 4 août 1789[37].

  [37] 26 février 1790.


Ensuite elle abolit les corvées, dont les nobles étaient exempts; elle
les remplace par des contributions dont ils supporteront le poids en
proportion de leurs facultés[38].

  [38] 3 mars 1790.

Alors (c'était au commencement de 1790), l'émigration commençait: le
comte d'Artois, le prince de Condé lui servent de ralliement.
L'assemblée nationale abolit la noblesse, les armoiries, les livrées,
les titres, les noms précédés de la particule féodale qui annonce la
possession d'un bien noble et seigneurial; elle ordonne que les titres
de noblesse gardés dans les dépôts publics de Paris seront brûlés au
pied de la statue de Louis XIV[39]. Elle ordonne le brûlement de ceux
qui sont dans les dépôts publics de tous les départemens[40].

  [39] 19 juin 1790.

  [40] 20 juin 1792.

En 1791, les nobles émigrés s'organisent en corps d'armée à Coblentz.
Les officiers démissionnaires ou déserteurs de l'armée se joignent à
eux. Monsieur est à leur tête: alors l'assemblée abolit les ordres,
corporations, décorations, signes extérieurs qui supposent des
distinctions de naissance[41].

  [41] 30 juillet 1791.

Les princes français sollicitent de l'Autriche et de la Prusse des
secours contre la révolution. L'Autriche et la Prusse en promettent
par le traité de Pilnitz[42]. Dès que cette convention est connue,
l'assemblée législative déclare les émigrés suspects de conjuration;
elle déclare que s'ils sont encore en état de rassemblement au 1er
janvier 1792, ils seront déclarés effectivement coupables de
conjuration, poursuivis comme tels et punis de mort; que les revenus
des contumaces seront perçus pendant leur vie au profit de la nation;
que les princes français seront tenus pour coupables s'ils ne sont
rentrés au 1er janvier, et, en attendant, leurs biens, traitemens et
revenus séquestrés[43]. Elle met les biens des émigrés sous la main de
la nation[44]; elle les déclare affectés à l'indemnité de la nation
pour les frais de la guerre[45].

  [42] 27 août 1791.

  [43] 8 novembre 1791.

  [44] 9 février 1792.

  [45] 30 mars 1792.

La guerre est déclarée. Les troupes de la coalition se mettent en
campagne; les émigrés formant une troupe de six mille hommes,
s'avancent à la suite de l'armée ennemie; cette armée entre sur le
territoire français. L'assemblée nationale déclare aussitôt que les
femmes et les enfans d'émigrés serviront d'otages dans la guerre qui
vient de s'allumer[46]. Elle éteint les rentes qui leur sont dues par
le trésor public[47]. Elle fait vendre leur mobilier[48].

  [46] 15 août 1792.

  [47] 12 septembre 1792.

  [48] 28 octobre 1792.

En 1792, dans les Ardennes, dans la Belgique et sur le Rhin,
paraissent les armées autrichiennes et prussiennes. A la fin d'avril
1792, à l'entrée de la campagne, les Autrichiens obtiennent des
avantages à Mons, à Tournay; dans le mois de juillet[49], le duc de
Brunswick publie un violent manifeste contre les hommes de la
révolution; dans le mois d'août, les émigrés, les Prussiens, les
Autrichiens entrent sur le territoire français; Longwi et Verdun
tombent au pouvoir de l'ennemi; à la fin de septembre, Thionville et
Lille sont bloqués; le roi de Prusse entre en Champagne: la France
n'avait pas plus de quatre-vingt mille hommes dispersés à opposer à
deux cent mille... Bientôt l'armée se renforce; les soldats accourent
de tous les points; la bravoure s'exalte aux cris de _vive la
république!_ qui ont succédé à ceux de _vive la nation!_ Les massacres
des 2, 3, 4 et 5 septembre s'étendent à tous les nobles qui se
trouvent dans les prisons.

  [49] 25 et 27 juillet, déclaration du duc de Brunswick.

Les coalisés, entrés le 22 août sur le territoire français, en sont
sortis le 25 octobre.

L'assemblée, jugeant alors que la nation devait craindre la rentrée
clandestine des émigrés en France pour y obtenir par la subversion ce
qu'ils n'avaient pu obtenir par la force des armes étrangères, les
bannit à perpétuité, et porte la peine de mort contre ceux qui
enfreindraient leur ban[50]; elle règle les formalités à suivre pour
le séquestre de leurs biens meubles et immeubles[51]; et néanmoins
elle suspend la vente des immeubles jusqu'à ce que le mode de la vente
ait été décrété[52].

  [50] 23 octobre 1792.

  [51] 30 octobre 1792.

  [52] 11 novembre 1792.


III.

Quelle fut la marche de la cour, quelle fut à son égard la marche de
la révolution, depuis le 14 juillet 1789 jusqu'à la fin de janvier
1793?

Peu après le 4 août, la cour fait venir des troupes à Versailles; la
maison militaire du roi se déclare contre l'esprit populaire, contre
l'assemblée nationale; elle donne une fête à un régiment de ligne,
arrivant à Versailles, et y perd toute retenue; elle croit le roi
menacé, et elle s'emporte en menaces. On présume alors à Paris que
l'accession du roi aux sacrifices du 4 août et à la réunion des ordres
n'est pas sincère. Le peuple de Paris court à Versailles, force
l'entrée du château, et amène à Paris le roi à peu près
prisonnier[53].

  [53] 4 et 5 octobre 1789.

La constitution civile du clergé ayant été décrétée au mois de juillet
1790, le roi fait attendre son acceptation; mais enfin il l'accepte,
et donne pour unique cause du délai qu'il a pris, le désir d'amener le
clergé à la conciliation avant de lui faire une loi de l'obéissance.
Mais bientôt circulent des bruits qui autorisent à douter au moins de
la persévérance du roi dans les motifs de son acceptation. Il se
répand, dans le mois d'avril 1791, qu'il a quitté son confesseur qui
avait prêté le serment, pour en prendre un qui l'avait refusé; qu'il
se propose d'aller à Saint-Cloud pour éviter de recevoir à Paris la
communion pascale des mains du curé de sa paroisse qui était
assermenté. Ce dernier bruit excite de vives alarmes dans Paris, où la
présence du monarque était jugée nécessaire pour l'accomplissement de
la révolution. Le 17 avril 1790, le roi se dispose en effet à partir
pour Saint-Cloud. Sa voiture l'attend. Le peuple s'attroupe à la porte
du palais, arrête la voiture, fait remonter le roi dans ses
appartemens[54]. C'était toujours, il est vrai, _le peuple de Paris_;
mais en attendant que nous puissions reconnaître le sentiment de la
France entière sur cet évènement, nous remarquerons qu'une adresse du
directoire du département de Paris au roi, rédigée par deux personnes
fort peu disposées à applaudir aux violences populaires et aux
manquemens envers le monarque, MM. de Talleyrand-Périgord et
Pastoret, assurent au roi que les quatre-vingt-trois départemens du
royaume ont les mêmes défiances et forment les mêmes voeux que la
capitale[55].

  [54] 17 avril 1790.

  [55] Voici les propres expressions qu'on lit dans cette adresse
  concernant l'avanie du 17 avril: «Vous êtes entouré, sire, des
  ennemis de la liberté. _Vous favorisez les réfractaires_; vous
  n'êtes servi presque que par des ennemis de la constitution, et
  l'on craint que les préférences trop manifestes n'indiquent les
  véritables dispositions de votre coeur. Sire, _les circonstances
  sont fortes_. Que la nation apprenne que son roi a choisi pour
  environner sa personne les plus fermes appuis de la liberté; car
  aujourd'hui il n'est pas d'autres véritables amis du roi... _Le
  conseil que vous offre le département de Paris vous serait donné
  par les quatre-vingt-trois départemens du royaume s'ils pouvaient
  se faire entendre aussi promptement que nous_.»

Le 21 juin, le roi, las et plus encore inquiet de sa position à Paris,
en part secrètement et de nuit, avec la reine et madame Elisabeth,
pour se rendre, a-t-il dit, dans une place de la frontière voisine du
point où les émigrés étaient rassemblés. Le 22 il est arrêté à
Varennes et ramené à Paris.

_Monsieur_ partit en même temps que le roi. Mais il se rendit hors de
France, et rien ne fit obstacle à sa sortie.

Le préambule du traité de Pilnitz[56] commence par cette phrase: «Sa
Majesté l'empereur et Sa Majesté le roi de Prusse ayant entendu les
désirs et _les représentations de Monsieur frère du roi_ de France,
_et de M. le comte d'Artois_, se déclarent conjointement qu'elles
regardent la situation où se trouve actuellement Sa Majesté le roi de
France comme un objet d'intérêt commun à tous les souverains de
l'Europe.»

  [56] 27 août 1791.

Le peuple de Paris, et, il faut le dire, l'assemblée nationale
elle-même, s'étaient tellement accoutumés à regarder la présence du
roi à Paris comme nécessaire à l'achèvement de la constitution, et son
absence comme le signal du renversement de la liberté, et d'ailleurs
la crainte d'une contre-révolution était si vive et si générale, que,
sans avoir l'intention de retenir le roi prisonnier aux Tuileries, je
dirai même avec de l'horreur pour une pareille idée, de fait, chacun
voulait qu'il y restât, chacun regardait comme criminelle l'idée d'en
sortir. On supposait que le roi devait s'y trouver libre, par la
raison qu'il devait regarder comme une obligation d'y être, et comme
désastreux qu'il n'y fût pas.

On peut se demander si avec un caractère moins incertain, le roi
aurait eu besoin d'être à Paris pour faire naître la confiance due à
ses intentions; ou si étant à Paris, il n'aurait pas pu imposer assez
de respect pour y être libre. On peut se demander aussi si c'était de
l'étranger qu'il pouvait attendre des secours gratuits et honorables.
Mais on ne peut se dissimuler qu'il était aussi naturel au roi,
d'après son caractère, de vouloir s'échapper de Paris, qu'aux habitans
de Paris de vouloir qu'il y demeurât.

Le roi revenu de Varennes, le peuple de Paris voulut qu'il fût jugé
comme coupable d'émigration, de trahison, d'appel des armées ennemies
et des émigrés sur le territoire français.

L'assemblée nationale, en ceci véritable organe de la justice et de
l'intérêt national, déclara le roi inviolable[57]. Le peuple, poussé
par une faction qui n'a été inconnue qu'à celui qu'on croyait en être
le chef, et qui en a été la victime[58], se rassemble le lendemain au
Champ-de-Mars pour y signer une pétition tendante à la déchéance:
aucune négociation ne peut empêcher le rassemblement, aucune
représentation ne peut le dissoudre.

  [57] 15 juillet 1791.

  [58] Le duc d'Orléans.

Il fallut publier la loi martiale[59]. Il fallut l'exécuter et faire
tomber 50 ou 60 victimes pour que le reste se dispersât et s'éloignât.

  [59] 17 juillet 1791.

Le rassemblement comprenait des gens de la faction dite d'Orléans (qui
serait mieux nommée coterie de Laclos), des républicains qui
reconnaissaient pour chef Brissot, des patriotes constitutionnels, des
curieux. Le canon ne put choisir, et fit beaucoup de victimes
innocentes.

L'assemblée nationale travaillait alors à la révision de l'acte
constitutionnel; elle avait senti la nécessité de revenir sur quelques
dispositions plus républicaines que monarchiques. Elle voulait rendre
de la force à l'autorité royale, qui jusque là avait paru ne pouvoir
être trop affaiblie: tant on avait vu d'obstacles à aplanir autour
d'elle, pour parvenir à la régénération qu'on voulait. Quand la
révision fut achevée, l'assemblée présenta l'acte au roi[60] avec des
formes propres à rappeler vers lui les respects publics; et elle mit
fin à ses travaux.

  [60] 3 septembre 1791, acceptée le 13.

Le corps législatif s'assemble[61], suivant le voeu de la
constitution. A peine est-il en fonctions que la mésintelligence
s'établit entre lui et la cour. Le roi refuse la sanction au décret du
29 novembre 1791, contre les prêtres insermentés[62]. Ces prêtres,
autorisés par son refus, enhardis par la coalition de Pilnitz, excités
par la correspondance des émigrés, d'_insermentés_ deviennent
hautement _insoumis_, et bientôt _réfractaires_.

  [61] 15 septembre 1791.

  [62] 5 décembre 1791.

Le roi, pressé de prendre des mesures pour faire rentrer ses frères en
France, et faire dissiper les rassemblemens des émigrés sur la
frontière, fait des proclamations, des invitations, des sommations,
qui ne produisent rien. Toute la France l'accuse d'être d'intelligence
avec les princes, et suppose qu'une convention secrète annulle
d'avance tous les actes publics qui leur sont adressés. Les membres du
directoire du département de Paris, M. le duc de La Rochefoucauld, M.
de Talleyrand-Périgord, M. Garnier, etc., déclarent au roi[63] que sa
patience à l'égard des émigrés autorise à l'accuser au moins de
faiblesse. «Trop long-temps, porte leur adresse, ils ont insulté à
votre bonté, à votre patience; _il est urgent_, INFINIMENT URGENT
_que, par une conduite ferme et vigoureuse_, vous mettiez à l'abri de
tous dangers la chose publique et vous qui en êtes devenu inséparable;
_que vous vous montriez_ ENFIN tel que votre devoir et votre intérêt
vous obligent d'être: l'ami imperturbable de la liberté, le défenseur
de la constitution et le vengeur du peuple français qu'on outrage.»
Ces paroles, écrites par des personnes sages et en position de
connaître la conduite de la cour, accréditent les accusations qui se
pressent contre elle. La défiance agite et tourmente tous les amis de
la liberté. Les citoyens qui avaient le plus conservé dans leur coeur
la religion de la royauté, et qui se permettaient le moins de
suspecter la véracité du roi, disaient que le _comité autrichien_[64]
agissait contre sa volonté, mais non pas tout-à-fait à son insu;
qu'il ne l'approuvait pas, mais qu'il ne faisait rien pour l'empêcher;
qu'il croyait avoir satisfait à ses devoirs en conformant ses actions
personnelles à ses promesses, et qu'au fond on ne pouvait avec justice
exiger de lui rien de plus; que son caractère ne lui permettait
pas de surveiller et de contenir des oppositions domestiques;
qu'il craindrait d'être ingrat en s'armant de rigueur contre des
personnes dévouées à sa cause; que le nouveau système, malgré les
amendemens de la révision, laissait toujours une fâcheuse distance
entre sa condition passée et sa condition future; que le mouvement
prolongé de la révolution, la diversité et la violence des partis,
rendaient d'ailleurs très douteux qu'il pût conserver l'autorité
constitutionnelle, quand même il s'attacherait fortement à la
constitution; que, par ces raisons, il devait quelquefois s'abandonner
aux fluctuations naturelles à son esprit, suivre les variations des
circonstances, et voir sans animadversion les efforts de personnes
affectionnées qui, sans exiger de lui un concours propre à le
compromettre, se chargeaient de lui ouvrir quelques chances de
réintégration. Ces considérations, très justes, mais trop abstraites
pour entrer dans tous les esprits, et trop faibles pour s'y placer
avec avantage à côté des idées de liberté et d'égalité qui
passionnaient toutes les âmes, n'empêchaient pas le mécontentement
général.

  [63] Adresse du 5 décembre 1791.

  [64] Ce comité se rassemblait chez la reine.

La campagne s'ouvre au mois d'avril 1792. La fortune est d'abord
contraire à nos armes en Belgique. On crie aussitôt à la trahison: on
accuse la cour, les généraux, M. de Lafayette qu'on dit être complice
de la cour. Les accusations se pressent, dans les clubs, dans la
commune, dans l'assemblée législative; on n'épargne point la personne
du roi.

Dans ces circonstances, que va prononcer l'assemblée? Elle licencie la
garde royale. Elle ordonne la formation d'un camp de vingt mille
hommes sous Soissons. Ces vingt mille hommes devaient être fournis par
les départemens et choisis entre les patriotes[65]. La sanction de ce
décret est refusée. Le peuple est révolté de ce refus. Récemment privé
de sa garde, le roi ne voyait dans le projet d'un camp à Soissons,
qu'un plan d'attaque contre sa personne, et le peuple n'y voyait
qu'une défense contre l'ennemi[66]. Des deux parts on ne découvrait
que la moitié de la vérité; mais des deux parts on était de bonne foi:
le peuple peut être féroce; il est impossible qu'il soit rusé.

  [65] 8 juin 1792.

  [66] 18 juin 1792.

Le refus de la sanction royale au décret rendu pour le camp de
Soissons, était, aux yeux du peuple, l'éclatante manifestation du
projet de livrer Paris à l'étranger. Le 20 juin un rassemblement
furieux force l'entrée des Tuileries; soixante mille personnes[67]
s'introduisent dans les appartemens. Le roi est insulté, outragé; des
forcenés crient à ses oreilles: _à bas le veto_; d'autres lui
commandent la sanction des décrets concernant les vingt mille hommes,
d'autres celle du décret concernant les prêtres insermentés. La reine
est aussi l'objet des plus violens outrages.

  [67] Voir les procès-verbaux.

Malgré les défiances généralement répandues contre la cour, les
évènemens de cette journée remplirent d'indignation toutes les âmes où
s'était conservé quelque sentiment de respect pour le roi et pour la
royauté. Les soupçons de mauvaise foi qui s'étaient élevés contre la
cour semblaient s'affaiblir dans les esprits modérés, par le
sentiment de si énormes attentats. S'il était vrai qu'il y eût des
intelligences entre le roi et l'étranger, elles semblaient justifiées
par ces excès du 20 juin qui en rappelaient d'antérieurs; si elles
n'étaient pas établies, on prévoyait qu'elles allaient infailliblement
l'être.

Une délibération du conseil général du département de la Seine,
l'arrivée subite de M. de Lafayette à Paris, son discours au corps
législatif contre les auteurs des évènemens du 20 juin, entretiennent,
autorisent l'indignation des citoyens contre eux. Le conseil du
département suspend de ses fonctions le maire de Paris, Péthion,
accusé d'avoir favorisé le mouvement de cette journée, et ordonne des
poursuites contre d'autres fonctionnaires. Le roi, dans son conseil,
confirme la délibération du conseil général du département. M. de
Lafayette se présente à la barre du corps législatif, demande, au nom
de son armée, la poursuite de tous les coupables.

Le peuple ne devient que plus menaçant et plus redoutable; il crie
dans les rues, on écrit sur les chapeaux, _Péthion, ou la mort_; et
l'assemblée nationale se prononce en faveur de ce voeu.

Elle réintègre d'abord le maire dans ses fonctions; ensuite, pour
réponse à M. de Lafayette, elle délibère pendant plusieurs jours si
elle le mettra en accusation. Une faible majorité décide que M. de
Lafayette ne sera point accusé; mais le peuple, furieux, insulte,
maltraite, à la sortie de la séance, les membres de cette
majorité[68].

  [68] 8 août 1792.

La nation, étonnée, balance entre la cour et ses représentans; elle ne
sait si c'est la liberté qui se défend, ou la licence qui triomphe; le
manifeste du duc de Brunswick, du 26 juillet 1792, l'éclaire et la
décide.

Cet écrit imprudent attaque la révolution, ses auteurs et ses appuis;
il menace la liberté: plus de doute alors, plus d'hésitation.
L'étranger se déclare l'ami de la cour et l'ennemi des citoyens: donc,
s'écrie-t-on la cour est l'amie de l'étranger, l'amie de nos ennemis,
donc elle est notre ennemie.

La constitution portait, art. VI: «Si le roi se met à la tête d'une
armée et en dirige les forces contre la nation, ou s'il ne s'oppose
pas par un acte formel à une telle entreprise qui s'exécuterait en son
nom, il sera censé avoir abdiqué la royauté.» Dans la France entière
retentit ce cri: _La déchéance!_ Une députation des quarante-huit
sections de Paris vient, le 3 août[69], la demander à la barre de
l'assemblée nationale. Dans la nuit du 9 au 10 août, deux faubourgs,
précédés d'un bataillon de Marseillais, marchent sur le palais des
Tuileries, rangent en batterie douze canons au Carrousel, en face du
château, pour forcer l'abdication du roi. Il était alors cinq heures
du matin: de quarante mille hommes de la garde nationale qui, la
veille, à onze heures du soir, étaient sous les armes dans les
sections, prêts, disaient-ils, à repousser les faubourgs, il ne s'en
trouvait plus une compagnie sur pied; tout était rentré chez soi vers
minuit; un seul bataillon de garde était dans la cour royale, avec un
bataillon suisse et quelques canonniers de la garde nationale qui
quittèrent leurs pièces quand ils entendirent la réquisition de
repousser la force par la force. Les habitans de Paris voyaient avec
effroi le mouvement des faubourgs; mais ils ne voulaient pas prendre
sur eux de le réprimer. Ils craignaient d'avoir à rendre compte à la
France entière, non du sort de quelques perturbateurs, mais du sort
de la révolution: personne n'osant prononcer entre le désordre
manifeste d'un côté et ce qu'on disait des manoeuvres cachées de
l'autre.

  [69] 3 août 1792.

Le roi sans défense, ou du moins sans moyens de défense suffisans,
alla chercher un refuge dans le lieu des séances du corps législatif.
Il y entra vers sept heures du matin. Il y fut reçu en roi, et
probablement il lui aurait suffi de quelques dispositions concertées
avec l'assemblée pour la garantie de l'État, et de quelques
démonstrations nouvelles de sincérité, pour qu'il pût quelques heures
après retourner en roi dans son palais, si la plus déplorable fatalité
n'eût voulu que le bataillon de Suisses, postés au château, engageât
un combat meurtrier avec ce peuple que sa lassitude allait disperser,
et si le sang versé dans ce malheureux moment n'eût rendu le roi et le
peuple à jamais irréconciliables. Il périt quatre ou cinq cents
hommes. Le peuple alors accourut dans l'assemblée nationale et demanda
vengeance. L'assemblée se borna à ordonner la suspension du pouvoir
royal. C'était accorder le moins qu'il était possible. Mais bientôt la
fureur populaire croissant par le compte et la connaissance des
victimes, et surtout par les incitations de l'exécrable commune qui
s'était instituée d'elle-même pendant la nuit, demanda la tête du roi,
et l'assemblée nationale se vit dans l'alternative forcée de le
constituer prisonnier au Temple, ou de le voir immoler dans son sein.
L'assemblée l'envoya au Temple, suspendit son autorité et convoqua une
convention nationale pour le 1er octobre suivant.

M. de Lafayette apprit à Sédan la catastrophe du 10 août. Des
commissaires du nouveau pouvoir exécutif étaient venus en informer
l'armée, et s'assurer de son acquiescement. M. de Lafayette refusa de
les reconnaître. La municipalité de Sédan, le conseil-général du
département des Ardennes, déclarèrent qu'ils ne voyaient dans ces
commissaires que des agens d'une faction criminelle; on les arrêta, on
les incarcéra. M. de Lafayette rassemble l'armée, lui fait prêter un
nouveau serment de fidélité à la constitution de l'an II. Son
intention était manifestement de faire marcher ses troupes sur Paris,
non dans les mêmes vues que les émigrés et les étrangers, non pour
dégager de la constitution le roi qui l'avait jurée, mais au contraire
pour l'y engager plus certainement en le délivrant d'une indigne
prison, et en lui prouvant, par une telle marque de fidélité, ce
qu'un monarque constitutionnel pouvait attendre des amis de la
constitution. Le sort en avait autrement décidé. Les soldats crurent à
la trahison de la cour: marcher au secours du roi, contre les
autorités constituées de Paris, contre les hommes de la révolution,
c'était, disaient-ils, tourner le dos aux étrangers campés sur la
frontière, pour prendre la même direction qu'eux; c'était faire
l'avant-garde des armées ennemies; c'était s'employer à la ruine de la
liberté, de l'égalité: de l'égalité si nouvelle dans l'armée, et si
chère aux espérances de gloire et de fortune qu'elle avait conçues.
Telle était à ses yeux la conduite qui lui était tracée. On annonça
aux troupes un décret qui mettait Lafayette en accusation; elles
méconnurent leur général. On leur annonça un autre décret qui mettait
Lafayette en arrestation; elles déclarèrent qu'elles devaient
obéissance aux décrets, et fidélité à la nation.

M. Lafayette fut obligé de fuir avec M. de Latour-Maubourg, son digne
et noble ami. Poursuivis par l'ingratitude populaire, par l'injustice
de l'armée, par la haine redoutable des amis de la cour, la déloyauté
de l'étranger leur ouvrit pour asile des cachots, leur donna pour
protecteurs des geôliers, et pour adoucir leur malheur commun, les
sépara.

Toutes les armées, toutes les autorités constituées envoyèrent, comme
l'armée de M. de Lafayette, leur adhésion aux décrets du 10 août.
Elles en donnèrent de nouvelles après le 21 janvier.

Si le 10 août n'avait pas fait cesser le pouvoir royal, l'étranger
n'aurait-il pas eu la facilité de venir à Paris, de s'ingérer dans la
constitution, de faire la loi au corps législatif, ou de le dissoudre,
de rétablir l'ancien régime ou d'établir un régime équivalent ou pire?
Ce même étranger n'aurait-il pas été maître de se faire payer par la
nation les frais de son entreprise, peut-être de démembrer le
territoire, d'y séjourner le temps qu'il aurait voulu, d'y lever des
contributions, d'y vivre aux dépens du pays? Le roi pouvait-il,
voulait-il opposer à l'invasion une résistance suffisante? Son
impuissance ou sa mauvaise volonté n'étaient-elles pas constatées par
l'état des places, par l'état des armées? A part toute volonté,
n'était-il pas certain et avoué que le roi n'avait que 90,000 hommes à
opposer à 200,000 Autrichiens ou Prussiens qui s'avançaient vers la
frontière? N'était-il pas évident qu'un recrutement était impossible
dans l'agitation et la défiance qui travaillaient tous les esprits? En
un mot, l'ennemi qui, avec des forces supérieures, était à nos portes,
l'ennemi, d'accord avec les princes, l'ennemi, marchant au nom du roi,
n'aurait-il pas bravé le roi lui-même, quand ce prince aurait eu la
volonté de l'empêcher d'entrer en France en vainqueur, de la ravager,
de la partager? Oui. On peut dire sans hésiter: oui; parce que les
hommes les plus dévoués à la patrie craignaient la trahison des
ministres et des généraux; oui, parce que les faibles étaient disposés
à se faire un prétexte du danger de cette trahison, pour servir
mollement ou se laisser aller à la défection; oui, parce qu'il ne
dépendait pas du roi, au milieu de 1792, quelle que pût être alors sa
bonne volonté, de dissiper les soupçons de malveillance qui s'étaient
élevés contre lui depuis près de trois ans. Il ne pouvait faire croire
à sa bonne volonté, parce que précédemment il avait témoigné un
sentiment contraire[70], il ne pouvait faire croire à sa sincérité,
parce qu'il avait antérieurement donné une adhésion qu'il avait
ensuite désavouée; il ne pouvait faire croire à une forte animosité ni
contre ses frères, marchant au milieu des étrangers avec la noblesse
française, ni contre ces étrangers appelés par ses frères, contre ces
étrangers armés pour des intérêts dont il s'était constamment occupé,
et dont il était fort naturel qu'il s'occupât, armés pour des griefs
qu'il avait lui-même exposés dans sa déclaration du 20 juin, et qui
s'étaient fait précéder de manifestes et de proclamations rédigés dans
un sens absolument opposé à celui des actes de cette nature,
puisqu'ils y affectaient un merveilleux dévouement pour le roi en
déclarant la guerre à la nation. Comment concevoir que cette nation
confiât des forces nouvelles pour sa défense au prince dont les
ennemis qu'elle avait à combattre se déclaraient les amis, au prince
dont les intérêts étaient le prétexte de leur agression? S'il est sur
la terre une nation capable de porter la confiance jusqu'à
l'aveuglement, et la générosité jusqu'à l'abandon dans la défiance
même, c'est la nation française. Mais ce n'est pas quand il s'agit
d'un intérêt aussi étroitement lié à son honneur, que celui de son
indépendance. La France a mis quelquefois sa grandeur à tout risquer;
mais par honneur et par affection. Elle aurait pu être alors, comme
depuis, prodigue de ses trésors et de son sang pour la satisfaction
personnelle d'un prince dont l'ambition l'aurait mécontentée et pour
l'exécution de projets qu'elle aurait désavoués: mais l'idée de livrer
à la trahison des victimes destinées au char de triomphe de
l'étranger, a dû la trouver intraitable; et par cela seul qu'elle
avait à craindre, en donnant de nouvelles forces au roi, de les livrer
à l'ennemi, elle devait être à son égard plus qu'avare de ses secours.

  [70] Déclaration du 20 juin, au départ pour Varennes.

Il se peut qu'il y ait eu de l'injustice dans les appréhensions
nationales; mais elles étaient au moins excusables; il aurait fallu
bien du temps et bien des explications pour les dissiper; en
attendant, c'est un fait qu'elles empêchaient de donner au roi des
forces pour résister à l'ennemi qui s'avançait. Et quand la nation se
serait résignée à accorder une armée, qu'il y a loin d'une levée
difficilement consentie, plus difficilement, rassemblée, à une armée
qui se forme par le dévouement de ceux qui la votent et de ceux qui la
composent! qu'il y a loin d'une soumission défiante à l'élan et à
l'enthousiasme!

La nation s'est donc trouvée dans l'alternative de périr, ou de
détrôner le roi; le détrônement a donc été un sacrifice nécessaire à
son salut, soit qu'il fût ou non un acte de justice.

Une seule chose aurait pu en dispenser, aurait pu même rendre la
conservation du roi utile à celle de la France; c'aurait été qu'il
déclarât aux ennemis qu'à leur entrée sur le territoire, il
descendrait volontairement de ce trône où ils avaient l'insolente
prétention de l'affermir, et où ils l'avaient exposé à la honte de
paraître leur complice; de ce trône dont leur protection le rendrait
indigne, si elle était impuissante contre le peuple français; et
qu'elle rendrait indigne de lui, si elle pouvait en triompher. Ah!
comme la nation se serait dévouée pour un prince qui, par cette
héroïque menace, se serait identifié avec elle! Mais une telle gloire
n'était pas réservée au faible et malheureux Louis, il se l'était
interdite par son acquiescement aux sollicitations de ses frères.

Si le roi restant sur son trône, la nation devait devenir la proie de
l'étranger, peut-on mettre en principes qu'elle dût préférer
l'invasion de son territoire au renversement du roi, le danger de son
propre anéantissement au détrônement du monarque? Une nation a-t-elle
plus qu'un particulier le droit de faire le honteux abandon de son
existence? Eh! la conquête qui pouvait anéantir la France n'était-elle
pas aussi l'engloutissement du trône? Livrer la France à l'étranger,
n'était-ce pas aussi lui livrer la couronne? Était-ce un grand
avantage pour le roi d'en être dépouillé par l'étranger, sur les
décombres de la France, plutôt que par la France qui, la sauvant des
outrages de la conquête, pouvait à la suite la rendre au roi intacte
et honorée? Et s'il avait pu vouloir mettre son trône, son sceptre et
sa couronne à la merci de l'étranger, plutôt que les restituer à la
nation, lorsqu'elle en avait besoin pour son salut, aurait-il été bien
digne d'en rester dépositaire?

Nous avons parlé de la commune qui s'est formée dans la nuit du 10
août. Ce jour même elle s'arrogea le pouvoir suprême. Elle dicta
quelque temps des lois au corps législatif; elle rebuta celles qui
n'étaient pas conformes à ses volontés. Lorsqu'à la fin du mois d'août
on apprend dans la capitale que Longwi est pris, que Verdun et
Thionville sont menacés, la commune fait fermer les barrières, met
toute la garde nationale sous les armes, fait fouiller le domicile de
tous les habitans, en fait arracher tous les hommes désignés comme
ennemis de la patrie. On arrête dans cette nuit six mille personnes,
on les jette dans les prisons; une grande partie étaient des
ecclésiastiques. Le 2 septembre, à midi, le canon d'alarme se fait
entendre sur le Pont-Neuf: c'était le signal d'un massacre dans les
prisons, dans ces prisons encombrées trois jours avant de malheureux
arbitrairement arrêtés. Elles deviennent d'horribles boucheries. Tout
Paris se remplit d'effroi: cependant, et c'est ici un fait bien
remarquable, ces trois coups de canon qui étaient le signal du
massacre, étaient en même temps le signal de l'enrôlement des citoyens
appelés au secours de la patrie. Des estrades étaient établies dans
les carrefours, dans les places publiques, pour recevoir leur
soumission et les inscrire; et chose étonnante! des magistrats s'y
étant établis lorsque le canon se fit entendre, les citoyens y
affluèrent; une armée de quarante mille hommes fut ainsi formée en
trois jours par l'enthousiasme de la liberté, pendant que la férocité
la plus impitoyable massacrait impunément dans les prisons!

Le 21 septembre 1792 s'ouvrirent les séances de la convention
nationale. Longwi et Verdun étaient pris, Lille bloquée, la tranchée
ouverte devant Thionville, le roi de Prusse en Champagne, à la tête de
son armée. Le premier acte de la convention fut d'abolir la royauté,
de proclamer la république. Six cent mille hommes qui étaient en
marche sur tous les points de la république pour se rendre aux armées,
apprennent que l'égalité vient d'être consacrée par une constitution
qui n'admet plus ni cours, ni grands, ni nobles, et qui appelle aux
plus hautes distinctions tous les gens de mérite; que chacun va se
battre pour soi, particulièrement pour soi, en même temps que pour la
patrie. Le cri de _vive la république_ remplace celui de _vive la
nation_ et résonne encore plus fortement dans les âmes. La marche des
défenseurs déjà rapide s'accélère encore; ils sont comme précipités
sur l'ennemi par l'impétuosité de leur mouvement. Ils sont victorieux
à Valmy le 20 septembre, et l'établissement de la république et
l'indépendance nationale sont assurés. Le 30 septembre, l'ennemi
battu, commence sa retraite. Le 23 octobre il ne reste des armées
étrangères en France que les cadavres étendus sur le champ de
bataille.

Une telle inauguration de la république devait disposer toutes les
âmes à la générosité et assurer l'existence de Louis XVI. Le roi
semblait n'avoir plus rien à redouter pour sa personne, du moment que
la royauté n'était plus à craindre; ses amis pensaient qu'aucun
intérêt ne sollicitait sa perte, depuis qu'il ne lui restait aucun
moyen de vengeance. Bien des gens ont pensé, non sans quelque
fondement, que la proclamation de la république, cette proclamation
subite à laquelle personne ne s'attendait, pas même ceux qui l'ont
proposée, a été suggérée par M. de Montmorin, le 10 août, à un homme
du parti populaire, comme un moyen de sauver le roi; et en effet,
c'était au moins une chance favorable au milieu de tant d'autres qui
étaient contraires; et il est certain qu'une partie de la convention,
fort attachée aux idées monarchiques, s'était néanmoins décidée pour
la république dans l'espérance d'écarter le danger qui menaçait le
roi. Vaines illusions!

Jusqu'ici nous avons vu les évènemens de la révolution conduits par
deux passions, l'amour de l'égalité et l'irritation dans les
contrariétés qu'elle avait éprouvées. Ici se découvrent deux autres
principes qui vont concourir, jusqu'à l'époque du 18 brumaire an VIII,
à tout le mouvement des affaires publiques: ce sont la jalousie et la
peur.

Deux partis se disputent le pouvoir à l'ouverture de la convention:
_le parti de la Gironde et le parti de la Montagne_[71].

  [71] Le premier, composé de députés de Bordeaux, fut par cette
  raison appelé _Parti de la Gironde_: le second, composé des
  députés les plus violens de toutes les parties du royaume, fut
  appelé _la Montagne_, parce qu'ils se plaçaient d'ordinaire sur
  les bancs les plus élevés de la salle. Les modérés se tenaient au
  fond.

L'esprit, le talent, le savoir, un patriotisme énergique, joints à une
certaine douceur de moeurs, distinguaient le premier; mais point
d'expérience, et une présomption qui aveuglait souvent: le second
était composé de patriotes farouches, ignorans, âpres, jaloux,
audacieux, entreprenans, sans ménagement. Les Girondins avaient
l'ambition de gouverner, et parce qu'ils s'en jugeaient capables et
parce qu'ils jugeaient que leurs adversaires ne l'étaient pas. Les
Montagnards se sentant incapables de gouverner, ne voulaient pas de
gouvernement. Ils ne voyaient de position pour eux que dans
l'anarchie.

Les Girondins, maîtres de la tribune, y exerçaient l'influence d'une
forte logique, l'ascendant d'une haute éloquence, mais se plaisaient
trop à en user pour quelque intérêt offensé grièvement par le parti
contraire: les Montagnards ne pouvant répondre aux beaux discours,
firent la guerre aux orateurs et les vouèrent à la proscription. Ils
désignèrent les hommes de la Gironde à la haine populaire, sous le
titre de _faction des hommes d'État_; la Gironde les appela _faction
des hommes de sang_ ou _hommes de proie_.

Ils étaient en effet hommes de proie, les principaux chefs de la
Montagne. Ils sortaient de cette commune qui aggrava par des actes de
férocité inouïs, les malheurs que vit la journée du 10 août, de cette
commune à jamais exécrable par les massacres de septembre, et qui,
poursuivie par la clameur publique, avait besoin de trouver un refuge
dans la puissance conventionnelle. Elle se l'était assuré ce refuge,
en faisant nommer à la convention ses membres les plus énergiques, ou
plutôt les plus violens. Disons mieux, elle s'était assurée de la
convention elle-même. Quand ces monstres proposaient leurs atrocités à
la tribune, la commune faisait rugir, autour du lieu des séances, ses
aveugles affidés; il fallait que l'assemblée y souscrivît. Et quand
des clameurs vengeresses s'élevaient dans la convention contre la
commune, ses complices étaient à la tribune pour la défendre et faire
l'appel de tous ses auxiliaires et de ses partisans. Ce règne commun
de la municipalité et de la Montagne commença avec la convention et
dura deux ans.

La justice nationale avait de dignes organes dans les députés de la
Gironde, la vengeance publique s'exerçait déjà par des discours
éloquens qui invoquaient la rigueur des lois. La peur, qui s'attache
au crime, fit conspirer la perte de la Gironde, et cette peur, fille
et mère de la cruauté, cette peur qui ne s'exprimait que par la
menace, aidée de cette basse jalousie qu'il est si ordinaire de
trouver unie à la lâcheté, força les faibles de concourir à ses
desseins.

A la fin de 1792, le malaise du peuple, causé par la rareté des
subsistances, ajoutait à son déchaînement contre le roi. Cette rareté
était attribuée aux manoeuvres de la cour; c'était, disait-on, une
nouvelle manière de faire périr le peuple, ajoutée aux massacres du 10
août dont la Montagne demandait toujours vengeance, et qui ne
pouvaient, selon elle, être expiés que par la mort du roi.

La Gironde qui, le 10 août, avait voulu résister à la fureur
populaire et sauver ensemble le roi et la royauté, s'était déclarée,
dans la convention même, contre tout attentat sur la personne du roi.

Les Girondins furent considérés comme complices du roi, parce qu'ils
avaient été ses défenseurs: livrer le roi à la fureur populaire,
c'était donc y livrer les députés de la Gironde; c'était les conduire
à l'échafaud que l'y faire monter. Il fut donc décidé par la Montagne
et la commune, que le roi serait jugé, c'est-à-dire condamné. De ce
moment, la correspondance des clubs, celle de la commune, les journaux
du parti, ne cessèrent de provoquer les adresses et des pétitions
d'autres communes, d'autres clubs, de toutes les administrations de la
France, pour le jugement et la condamnation du roi. Les adresses
affluèrent. Alors on y avait grande foi, à ces adresses, qui, comme on
l'a tant vu à la suite, s'attiraient les unes les autres,
enchérissaient sur celles qui les avaient précédées, comme pour se
faire pardonner d'être venues plus tard, et souvent démentaient par
peur ou par une soumission intéressée, de précédentes adresses
rédigées dans un sens opposé, et donnaient toujours la dernière pour
la seule franche, libre et vraie; ces adresses étaient prises alors
pour l'expression de la volonté générale. Et comment ne s'y serait-on
pas mépris à la troisième année de la révolution; on s'y trompait
encore à la vingtième, à la vingt-cinquième[72].

  [72] Jean-Bon-Saint-André termina ainsi son opinion sur le
  jugement du roi: «N'entendez-vous pas, législateurs, le cri de la
  France entière qui s'exprime par ces nombreuses adresses des
  départemens où l'on accuse notre lenteur? Ce sont vos commettans
  eux-mêmes, ce sont les assemblées électorales, les
  administrations de département et de district, les municipalités,
  tous les citoyens enfin qui élèvent simultanément leurs voix, et
  vous disent: Nous avons été long-temps malheureux, car l'auteur
  de nos maux est entre vos mains; nous vous avons remis le soin de
  notre vengeance: pourquoi tardez-vous à le punir?»

Le 3 décembre 1792, un décret ordonna que le roi serait jugé par la
convention. La discussion, déjà ouverte depuis quelque temps, continua
jusqu'au 7 janvier suivant. Pendant cet intervalle, les Montagnards
manoeuvrèrent, de concert avec la commune, contre la Gironde. Les
orateurs de la Montagne, les Marat, les Robespierre, étaient en
première ligne. Ils étaient sans cesse à la tribune chargeant le roi
d'imputations et d'épithètes odieuses. Ils qualifiaient de traîtres,
d'ennemis du peuple, les députés qui voulaient le sauver par l'appel
au peuple ou par un sursis à l'exécution du jugement; et la Gironde
était à la tête de ce parti. Les tribunes publiques étaient pleines de
furieux qui remplissaient la salle d'applaudissemens à chaque outrage
fait par la Montagne aux orateurs du parti modéré; et parmi ces
orateurs, la Gironde était au premier rang. Quand les discussions
s'échauffaient, les tribunes prenaient parti, se mettaient en révolte
pour les Montagnards. Pendant que les plus violentes agressions
jetaient le désordre dans l'assemblée, une troupe de forcenés
investissait la salle de ses séances, était informée, par les gens
apostés dans les tribunes, de ce qui se passait dans l'intérieur,
faisait entendre ses rugissemens quand elle en recevait l'ordre,
menaçait, insultait à leur sortie les députés qui n'avaient point
opiné pour la mort. Derrière cette seconde ligne étaient les Jacobins,
comme réserve du parti montagnard et comme centre des correspondances
avec toutes les sociétés affiliées. Venaient ensuite les quarante-huit
sections de Paris, qui, quelques jours avant le jugement du roi,
s'étaient établies en séance permanente. Presque toutes animées du
même esprit que la commune, elles avaient éloigné de leurs séances,
par une permanence inconciliable avec les devoirs et les intérêts
domestiques, les gens paisibles et les esprits modérés; elles
délibéraient sur les discussions de la convention, sur les partis qui
la divisaient, et s'accordaient à déclarer traîtres les députés qui
hésitaient à prononcer la mort. Enfin, la commune était comme le
quartier-général d'où se commandaient les manoeuvres extérieures;
c'était de là que les Marat et les Robespierre dirigeaient les
sections et les groupes établis dans tous les lieux publics. Les
Montagnards ne prenaient pas la peine de déguiser le pouvoir de la
commune; ils aimaient au contraire à l'exagérer, pour l'opposer
effrontément à la convention. Dans la séance du 15 décembre, un membre
s'étant plaint de ce qu'on avait séparé le roi de sa famille,
l'assemblée avait décrété que la communication serait rétablie. Un
Montagnard osa dire à la convention: «_Vous l'ordonnez en vain; si le
corps municipal ne le veut pas, le décret ne sera point exécuté_.» Les
Montagnards étaient plutôt les auxiliaires de la commune, que la
commune n'était l'auxiliaire des Montagnards. Le parti modéré
voulait-il faire cesser la permanence des sections, l'insolence des
tribunes, les rassemblemens tumultueux qui entouraient la salle des
séances? Les Montagnards faisaient arriver à la barre des députations
de sections, ou de la commune elle-même, et ils doublaient leurs
troupes d'investissement. Les orateurs des députations accusaient de
l'agitation publique, du défaut de subsistances, du malheur du peuple,
_la lenteur que la Convention mettait à punir le tyran et ses
satellites_. On demandait que _la faux de l'égalité se promenât enfin
sur toutes les têtes coupables_. On demandait sans détour _la mort du
roi_. On offrait des bras au parti énergique et républicain: on
menaçait l'autre d'une mesure de sûreté générale; on faisait entrevoir
un nouveau 2 septembre, et le courage de la majorité défaillait à
cette idée. On ne trouvait dans la majorité des habitans de Paris
aucun secours contre une telle oppression; elle avait prévu les
évènemens du 10 août et ne les avait point prévenus; elle avait vu les
massacres de septembre et ne les avait point empêchés. Cette capitale
était-elle devenue la plus méprisable des cités, la honte de la nation
française? Certes on n'hésiterait pas à le reconnaître si la cour
n'avait inspiré tant de défiance, si l'on n'eût généralement regardé
le roi comme coupable, si son crime n'eût été déclaré constant par
les députés même qui ensuite se sont le plus courageusement opposés à
la peine capitale.

Les Parisiens, non plus que les Français, ne voulaient point la mort
du roi; mais ils ne voulaient point la réintégration du trône, ni la
rentrée des prêtres, ni celle des émigrés, ni en un mot la
contre-révolution.

Le parti Montagnard, organisé comme nous l'avons dit, n'avait aucune
retenue dans son animosité contre le parti de la Gironde. A la séance
du 3 décembre, les Montagnards proposèrent la récusation _de tous les
hommes de talent_ qui avaient passé du corps législatif dans la
convention, sous prétexte que dans un papier trouvé aux Tuileries, on
avait présenté au roi _les hommes de talent_ de cette assemblée, comme
bien disposés pour sa personne. Marat désignait tous les jours dans
ses feuilles sanguinaires ce parti à la fureur du peuple, et cette
fureur s'autorisait de l'unanimité des opinions qui déclaraient le roi
coupable.

On croyait que ne pas le punir de mort, c'était l'absoudre; que
l'absoudre c'était le rétablir dans sa puissance. L'inviolabilité,
comme doctrine politique, n'entrait pas dans la tête du peuple; comme
maxime religieuse, elle en était sortie depuis le 14 juillet, les 5 et
6 octobre 1789. La fureur populaire était exaltée à tel point contre
le roi, et la prévention tellement montée contre les opinions
modérées, que les quarante-huit sections formèrent dans les premiers
jours de septembre 1792, un comité central de quatre-vingt-seize
membres pour faire des arrestations dans Paris et qu'une section,
trahissant le secret des autres, alla jusqu'à proposer _de faire
fermer les barrières, et de former un jury pour juger les députés qui
voteraient pour l'appel au peuple_. Ajoutons que _pour faire connaître
au peuple les traîtres qui étaient dans l'assemblée_, Marat avait fait
décréter, aux bruyantes acclamations des tribunes, que _la mort du
tyran serait votée par appel nominal et que cet appel serait publié_.

C'est dans ces circonstances que la convention avait à prononcer sur
le sort du roi[73]. Elle porta son jugement le 16 janvier: ce
jugement prononça la mort. Quelques députés la votèrent par
conviction, d'autres par fanatisme, d'autres par peur; d'autres, plus
éclairés et plus malheureux, par la certitude de voir l'exécrable
commune prendre la place de la convention, si un jugement modéré lui
en fournissait le prétexte et le moyen, et inonder la France de sang.
Ce fut la peur qui décida le plus grand nombre; pour beaucoup en
effet, et surtout pour ceux que les Montagnards et la commune
poursuivaient, la question n'était pas de savoir si le roi perdrait ou
conserverait la vie, mais s'ils voteraient sa mort ou la leur; et
l'unanimité du premier jugement, qui déclarait Louis coupable, aidait
les consciences troublées par l'imminence du danger, à prononcer la
peine de mort, comme elle avait contribué à entretenir dans le peuple
la soif du sang qu'il croyait nécessaire à son repos[74].

  [73] On voit par un article de Charles Villette, adressé à ses
  frères les Parisiens, dans la chronique (premiers jours de 1793)
  quelle terreur inspirait la commune: «On assure, disait-il, que
  depuis huit jours plus de quatorze mille personnes ont quitté
  Paris, à cause des listes de proscription renouvelées contre les
  signataires des Campe, des Guillaume, des membres de la
  Sainte-Chapelle, et du club de 1789.

  »D'abord on serait tenté de croire que ces quatorze mille dénoncés
  vont se fâcher très sérieusement contre cette poignée de brigands
  dénonciateurs... Point du tout, les bons Parisiens ont la
  complaisance de déguerpir, lorsque, la plupart armés de piques ou
  de baïonnettes, ils pourraient rosser les fabricateurs de listes,
  comme ils étrillent les soldats de Prusse ou d'Autriche.

  »Après une si entière et si profonde résignation, faut-il
  s'étonner des massacres paisibles de septembre? On annonce de
  nouvelles visites domiciliaires sous le prétexte de découvrir des
  émigrés. Mes chers compatriotes vont sans doute s'y soumettre avec
  la même obéissance.»

  [74] Baudin des Ardennes, dont le courage égalait les autres
  vertus, ne croyait pas, comme Jean-Bon-Saint-André, que la
  majorité de Paris voulût la mort du roi, mais il décrit bien la
  situation où le peuple égaré par la commune mettait les membres
  de la convention: «La liberté des législateurs, s'écrie Baudin,
  existe-t-elle quand la hache du 2 septembre peut encore se lever
  sur eux et _quand chacun d'eux peut craindre pour sa tête s'il ne
  prononce que celle de Louis peut être abattue_?» A-t-on droit
  d'exiger du commun des hommes, je dis même des hommes instruits
  et vertueux, _ce courage qui affronte habituellement et les
  poignards et les outrages journaliers de la calomnie_? La valeur
  guerrière qui se précipite au milieu des combats pour y chercher
  la victoire ou une fin glorieuse, peut-elle entrer en comparaison
  avec ce dévouement qu'exige la perspective des assassinats?
  (_Dernières réflexions de Baudin_, p. 8.)

Le 21 janvier, six cent mille personnes ont vu sans rumeur conduire
Louis XVI à l'échafaud. Et quelques jours après les armées, les corps
administratifs, judiciaires et municipaux ont fait des adresses de
félicitation à l'assemblée nationale sur son courage.


RÉSUMONS.

D'abord les actes qui concernent les prêtres, sont:

    1º _Durant l'assemblée constituante_:

L'abolition de la dîme substituée au simple rachat qui avait été
ordonné le 4 août[75];

La vente des biens du clergé au profit de la nation et l'assignation
des dépenses du culte sur les revenus publics[76];

La constitution civile du clergé, l'obligation de prêter serment à
cette constitution[77].

  [75] 12 août 1790.

  [76] 9 mai 1790.

  [77] 2 juillet 1790.

    2º _Durant le corps législatif_:

L'abolition des costumes ecclésiastiques et religieux[78];

Le décret qui autorise la déportation des prêtres insermentés sur la
proposition de vingt citoyens[79];

Refus de ce décret par le roi[80];

Décret qui ordonne aux prêtres insermentés de sortir dans la quinzaine
du territoire[81];

Enfin les massacres du 2 septembre et jours suivans, dans les
prisons[82].

  [78] 6 avril 1792.

  [79] 27 mai 1792.

  [80] 18 juin 1792.

  [81] 26 août 1792.

  [82] 2, 3, 4 et 5 septembre 1792.

Voyons ce que l'opinion générale a voulu ou consenti de ces divers
actes, et ce qui peut être regardé comme conforme au voeu national.

Que l'abolition de la dîme, comme bien des personnes l'ont prétendu,
n'ait pas été provoquée par la nation, cela est possible; mais elle a
été sanctionnée par elle, puisque c'est en partie sur le bénéfice de
cette dîme évaluée à 70 millions que les propriétaires payent
aujourd'hui une contribution foncière de 220 millions, de sorte que la
dîme a été réellement convertie en accroissement de contributions. Il
est impossible de mieux sanctionner l'abolition de la dîme qu'en
l'appliquant[83], par une délibération annuelle, aux besoins de
l'État.

  [83] Il y a aujourd'hui 42 ans que la dîme est convertie en
  impôt.

Que la vente des biens du clergé n'ait pas été provoquée par le voeu
national, cela est encore possible; mais l'acquisition de ces biens
sur toutes les parties de la France, leur division et leur subdivision
depuis vingt-cinq ans en différentes mains, l'application du produit
de la vente aux besoins de la nation, tout cela est plus qu'une
présomption de l'acquiescement général à cette opération.

Venons à la constitution civile du clergé.

Le voeu national ne l'avait réellement point provoquée. Rétablir la
discipline dans l'Église par de meilleurs choix des pasteurs, par une
circonscription plus égale de la juridiction diocésaine, par la
modicité et l'égalité des traitemens, enlever au roi la nomination des
évêques, au pape les institutions canoniques; rendre au peuple les
élections ecclésiastiques; opérer sans retard la dissolution de
l'ancien corps du clergé, et faire perdre à ses principaux membres
l'espérance de le voir revivre comme premier ordre de l'État: toutes
ces vues, fort utiles sans doute, étaient trop compliquées pour être
saisies par la masse de la nation.

Entre les esprits éclairés, plusieurs rejetaient ces idées de réforme.
Ils auraient voulu qu'on assurât la liberté du culte catholique, et
qu'on s'en tînt là; qu'on protégeât tous les cultes, et qu'on ne
s'occupât d'aucun: mais cette opinion, quoique juste, était peut-être
encore moins conforme aux idées générales, que celle de l'assemblée
nationale ou plutôt de son comité ecclésiastique. Elle ne paraissait
ni sage ni praticable dans les circonstances du moment. On regardait
comme une folie d'abandonner à lui-même le clergé d'un culte naguère
dominant, et que la nation venait de dépouiller d'immenses propriétés.

Lorsque le système des élections, la défense de recourir au pape pour
obtenir les institutions canoniques, et la nouvelle circonscription
des diocèses, sans le secours de l'autorité ecclésiastique, eurent
soulevé les évêques et le pape, les principaux membres de l'assemblée
nationale reculèrent eux-mêmes devant l'obscurité des questions, et
l'assemblée reçut la constitution civile du clergé en grande partie
sur la parole des jurisconsultes qu'elle avait dans son sein, et sur
la foi due à leur patriotisme.

Une grande partie de la nation l'adopta parce que l'assemblée
nationale paraissait la vouloir, et parce que le clergé ne la voulait
pas, parce qu'on y reconnaissait au moins l'anéantissement _d'un
ordre privilégié_, parce qu'enfin on avait besoin des biens d'Église,
et qu'en les achetant on considérait avec plaisir une guerre qui
allait réduire à l'absurde l'idée de les réclamer.

Mais encore une fois l'unanimité nationale était rompue. Les dissidens
étaient passionnés. Le schisme étant prononcé, il fatiguait l'autorité
et troublait les familles. Dix ans après, quand l'ancien clergé ne fut
plus à craindre, l'opinion voulut que le gouvernement revînt sur des
questions résolues sans elle, et fît cesser les dissensions. Le
concordat de l'an X (1802) remplit le voeu général en faisant
disparaître de la constitution civile du clergé tout ce qui était
objet de litige entre le gouvernement et le chef de l'Église. Il
confirma ce qui était essentiel dans cette constitution: le principe
d'une circonscription égale des diocèses, la restitution des registres
de l'état civil au magistrat civil, la liberté de tous les cultes,
l'oubli des prétentions politiques de l'ancien clergé, le remplacement
des revenus ecclésiastiques par des traitemens annuels, enfin, la
vente des biens d'Église et la légitimité de leur acquisition. Ces
avantages paraissent aujourd'hui reconnus par toute la France, et les
conserver est sa volonté.

Les poursuites exercées contre les prêtres insermentés, la défense de
porter l'habit ecclésiastique, la menace de les déporter en cas de
troubles, leur bannissement, ont été des actes de guerre exercés par
des autorités inquiètes et troublées, contre les prêtres mécontens et
malheureux, qui répandaient au dehors l'agitation de leur âme et
l'amertume de leurs griefs. Il faut croire aujourd'hui que la nation
divisée pendant plusieurs années à leur occasion, l'a été pour eux et
non par eux: l'a été par l'intérêt que les âmes douces portent au
malheur, et non par des semences de haine jetées dans les coeurs par
la vengeance sacerdotale. Quoi qu'il en soit, le concordat a mis un
terme à la division.

Je ne parlerai pas des massacres de septembre qui sont le crime de
quelques scélérats en horreur à tous les partis.

Passons aux actes qui concernent les nobles et les émigrés.

Nous remarquons:

    _Durant l'assemblée constituante_:

L'abolition des droits seigneuriaux qui n'étaient pas compris dans
l'abolition des droits féodaux prononcée le 4 août[84];

Le remplacement des corvées par des contributions uniformes[85];

L'abolition de la noblesse, des armoiries, des titres, des livrées,
des noms féodaux; le brûlement des titres conservés dans les dépôts
publics[86];

L'abolition des ordres, corporations, décorations, signes extérieurs
qui supposent des distinctions de naissance[87].

  [84] 26 février 1790.

  [85] 23 mars 1790.

  [86] 20 juin 1790.

  [87] 30 juillet 1791.

    _Durant le corps législatif_:

Les émigrés déclarés suspects de conjuration contre l'État, réputés
coupables s'ils restent rassemblés passé le 1er janvier 1792, et punis
de mort; le revenu des contumaces acquis à l'État; les princes
déclarés coupables et punissables de la peine de mort, s'ils ne sont
rentrés au 1er janvier: en attendant, leurs revenus saisis et leurs
traitemens arrêtés[88];

Le séquestre des biens des émigrés[89];

L'affectation de ces biens à l'indemnité de la nation pour les frais
de la guerre[90];

La radiation des émigrés sur les états de rentes dues par le trésor
public[91];

Le brûlement des titres de noblesse gardés dans les dépôts publics des
départemens[92];

La désignation des femmes et enfans des émigrés pour otages[93];

Les massacres des 2, 3, 4 septembre 1792[94].

  [88] 9 novembre 1791.

  [89] 7 février 1792.

  [90] Décret du 30 mars 1792.

  [91] 12 septembre 1792.

  [92] 20 juin 1792.

  [93] 25 août 1792.

  [94] septembre 1792.

    _Durant la convention_:

La mise en vente du mobilier des émigrés[95];

Enfin le bannissement des émigrés à perpétuité, et la peine de mort en
cas d'infraction de leur ban[96];

Décret qui règle les formalités à suivre pour le séquestre des biens
meubles et immeubles des émigrés[97];

Décret qui suspend la vente de l'immobilier des émigrés, jusqu'à ce
que le mode de la vente ait été décrété[98].

  [95] 23 octobre 1792.

  [96] 28 octobre 1792.

  [97] 3 octobre 1791.

  [98] 11 novembre 1792.

Les deux premiers actes qui concernent la noblesse, savoir:
l'abolition des droits seigneuriaux et l'abolition des corvées, ne
sont que les accessoires et les conséquences des abolitions prononcées
le 4 août; et même l'abolition des corvées et leur représentation en
argent n'est qu'une conséquence de l'égale répartition des charges
publiques votées par les cahiers de la noblesse et décrétées le 4
août. Ces actes étaient donc conformes à l'intérêt et à l'esprit
national; ils subsisteront et seront hors d'atteinte tant que la
volonté nationale sera comptée pour quelque chose.

Le 20 juin 1790, quand l'assemblée nationale abolit la noblesse, les
armoiries, les titres, les livrées, les noms féodaux, l'existence
politique des nobles était finie par l'abolition des états de
province, par la confusion des ordres dans l'assemblée nationale:
leurs priviléges s'étaient évanouis dans la nuit du 4 août, où ils
s'étaient soumis à l'égale répartition des charges publiques; toutes
les carrières précédemment réservées à la noblesse étaient ouvertes
au tiers-état; les justices seigneuriales étaient supprimées; en un
mot, la noblesse n'était plus, dans le système civil et politique,
qu'une distinction idéale qui ne pouvait _faire sentir_ sa présence
nulle part, ni obliger personne à la reconnaître. Si la force de
l'habitude lui avait conservé encore quelque valeur dans le système
moral, c'est-à-dire dans les relations de société privée, cet avantage
ne consistait que dans le privilége d'y faire remarquer une politesse
soignée, et un ton d'égalité, qu'on ne remarquait pas dans les autres;
mais bientôt ce privilége même devait s'évanouir, parce qu'il tenait
uniquement à la nouveauté du changement.

Pour une partie des nobles, l'abolition de la noblesse était une
perte; pour une autre, elle était un avantage.

Elle était une perte, 1º pour les familles anciennes, mais sans
illustrations; 2º pour les familles nouvelles, quelque respectable que
fût leur litre; 3º pour celles dont la noblesse acquise à prix
d'argent et née ignoble, ne pouvait jamais, comme tant d'autres,
obtenir le reproche d'être dégénérée. En d'autres mots, pour tous les
nobles dont le nom ne rappelait pas quelque grand souvenir,
l'abolition des titres, des livrées, de tout ce qui annonce la
noblesse, était l'anéantissement de la noblesse.

Pour les noms illustres, pour les noms historiques qui s'attachent à
quelque époque chère à la patrie, à quelque évènement glorieux pour la
nation, qui s'apprennent dans tous les pays à l'enfance et ne
s'oublient jamais, qui ajoutent à la considération de la France au
dehors, sans diminuer sa force au dedans, pour ces noms supérieurs à
tous les titres, l'abolition des titres n'était que l'affranchissement
d'attributs dépréciés par le partage avec des noms sans gloire.

La noblesse avait été mère ou du moins compagne des priviléges; il
était naturel qu'elle eût le même sort. Elle avait aussi formé un
corps garant et conservateur des priviléges, dans les assemblées
politiques; on avait à craindre qu'elle ne vînt à renaître et à s'y
remontrer encore.

Enfin, à ne considérer le titre de noble, à l'époque de 1789, que
comme une distinction dans les vanités de la société privée, on peut
dire que maintenir le titre ou la qualité de noble, quand la nouvelle
constitution réprouvait les anoblissemens, c'eût été donner à cette
qualité un nouveau lustre, élever les nobles existans bien plus haut
qu'ils n'étaient par-dessus les plébéiens, séparer les familles des
premiers de celles du commun état, par une distance plus grande que le
temps aurait toujours augmentée: de sorte qu'on eût abaissé
comparativement le tiers-état fort au-dessous du rang où il se
trouvait en 89, puisque après un siècle il n'aurait plus existé que
des nobles de cent années et des bourgeois à perpétuité; au lieu qu'en
89 les nouveaux anoblis étaient à peu près confondus par l'opinion
avec la bourgeoisie qui vivait noblement, et pouvait, quand elle le
voulait, acquérir la noblesse. En un mot, l'abolition de
l'anoblissement eût été évidemment un rehaussement de la noblesse.

Depuis 1792, la nation a bien prouvé qu'elle n'avait pas été
déterminée alors par une aversion absolue pour toute distinction
nobiliaire, pour les titres, les armoiries et les livrées; mais par la
haine de la noblesse privilégiée qui avait existé, parce qu'elle avait
été exclusive, offensante pour le mérite, parce que le commun état en
avait été humilié, et avait besoin d'être vengé. Et si depuis elle a
adopté une nouvelle noblesse avec les mêmes attributs honorifiques,
mais sans hérédité, ce n'a été ni une inconséquence, ni un repentir,
ni un retour vers l'ancien ordre de choses. Ç'a été tout au contraire
pour le faire mieux oublier, pour en tirer une vengeance plus sûre,
pour se mettre avec tout l'éclat possible en possession de l'égalité
de droits qu'elle avait conquise. Un simple villageois était plus sûr
de l'abolition de la noblesse ancienne quand il voyait l'enfant de la
commune prendre le pas sur l'ancien seigneur de la paroisse, que quand
celui-ci se tenait simplement à l'écart. Il était plus sûr de son fait
en voyant l'avancement du mérite sans naissance, qu'en voyant
seulement la retraite et l'obscurité de la naissance sans mérite.
L'anéantissement de la noblesse privilégiée lui était aussi mieux
démontrée par la création d'une noblesse sans privilége et sans
hérédité. Enfin l'argument contre les distinctions de naissance était
plus complet, à son sens, quand il pouvait dire à l'ancien noble: Vous
ne l'êtes plus, et je le serai au premier jour de bataille, que quand
il était borné à dire: Vous ne l'êtes plus.

Voilà ce qui fit accueillir cette noblesse qui aurait été une simple
notabilité si, par abus, on n'y eût introduit à la suite un
commencement d'hérédité. Mais, telle qu'elle fut dans son principe,
elle prouva par l'accueil qu'elle obtint de l'opinion, à quel point
était conforme aux voeux de la nation l'abolition de l'autre.

Les ordres, corporations, décorations, signes extérieurs qui
supposaient des distinctions de naissance, auraient pu être conservés,
sous la seule condition de ne plus exiger de preuves de noblesse et
d'admettre le mérite; mais tout ce qui appartenait à la noblesse
privilégiée, tout ce qui rappelait son existence devait suivre son
sort. Ainsi le voulait l'opinion publique dans un temps de défiance
révolutionnaire, qui lui faisait craindre le retour de son ancienne
faiblesse durant des temps calmes où toutes les séductions agissent,
et où personne ne se défend. J'ajoute que les hommes les plus
distingués de la noblesse elle-même avouaient toutes ces réformes
comme des conséquences des principes de la révolution: telle était
particulièrement l'opinion de cette honorable minorité de la noblesse,
qui la première eut le mérite de se réunir en 1789 à la chambre des
communes, et dont l'exemple en toute occasion aurait épargné bien des
maux s'il eût été suivi.

Tous les décrets que nous venons de voir émanèrent de l'assemblée
constituante. C'est avec l'assemblée législative que commencèrent les
mesures violentes. La première de ces assemblées n'avait attaqué que
les priviléges de la noblesse et ses dépendances; la seconde attaqua
les propriétés des nobles et leurs personnes.

Le séquestre de leurs biens, l'affectation de ces biens à l'indemnité
de la nation pour les frais de la guerre, la résolution annoncée de
les mettre en vente lorsque le mode de vente serait décrété, la vente
actuelle de leur mobilier, enfin leur bannissement à perpétuité: voilà
les actes que présente la période que nous parcourons. Je laisse de
côté celui qui déclare otages les femmes et enfans d'émigrés: ce
décret injuste et violent n'eut aucune exécution. Les autres ont été
l'objet de vives discussions, et les esprits modérés de la révolution
se sont long-temps refusés à les approuver. Les émigrés étaient des
hommes égarés, mais des Français; leurs familles étaient restées en
France: comment voir sans intérêt la ruine des familles et la
proscription des chefs? Les jurisconsultes opposaient d'ailleurs à la
confiscation des biens et au bannissement les principes de la
législation civile, et ces règles d'éternelle justice qui interdisent
de punir les innocens pour les coupables; ils réclamaient pour les
émigrés le droit commun à tous les citoyens de sortir de leur pays,
même de le quitter; ils alléguaient l'impossibilité de distinguer ceux
qui étaient sortis sans desseins hostiles de ceux qui portaient les
armes.

Mais le bon sens populaire repoussait toute application du droit civil
à une masse d'hommes émigrés en même temps pour s'armer contre la
France, et qui marchaient contre elle en corps d'armée, avec des
armées étrangères. Émigrer est-il, ou n'est-il pas un crime, est il
possible de constater l'émigration, de distinguer l'émigration hostile
de celle qui ne l'est pas? A toutes ces questions l'instinct populaire
répondait: Qu'importe! Les émigrés nous font la guerre, ils se sont
établis contre nous dans le droit de la guerre; nous l'avons donc
contre eux. Comme, en guerre, on prend à l'étranger des villes, des
provinces, des châteaux, des terres: de même, disait-on, on peut
prendre à l'émigré qui s'est fait étranger et marche avec les
étrangers, ses terres et ses maisons. De quel droit prendra-t-on après
la victoire une province à la Prusse, si on ne peut prendre, des
maisons aux émigrés qui marchent avec les armées prussiennes? Les
scrupules se levaient d'eux-mêmes devant cette idée: que le droit de
la guerre était le seul à consulter. C'était aux émigrés qui n'avaient
pas voulu prendre les armes à prouver par leur retour qu'ils ne les
avaient pas prises, et n'avaient pas voulu rester parmi ceux qui les
avaient prises; ils avaient été avertis de rentrer dans un délai
déterminé. Seuls, ils étaient coupables de la ruine de leurs familles;
c'était eux qui les sacrifiaient, et non la France qu'ils ruinaient
elle-même.

Tel était le sentiment du peuple pendant les nombreuses et longues
séances où l'on faisait des lois contre les émigrés. L'assemblée
prononça la confiscation des biens et le bannissement des personnes à
perpétuité, et se fonda sur de prétendus principes de droit civil.

Le système populaire était plus favorable aux émigrés que celui du
corps législatif; car la confiscation et le bannissement prononcés par
la loi, devaient de leur nature être définitifs: au lieu que les
invasions faites par la conquête peuvent être restituées à la paix; et
les prohibitions opposées pendant la guerre à l'entrée de toute
personne de l'armée ennemie, peuvent être levées quand il n'y a plus
d'ennemi. De plus la loi contre l'émigration condamnait à mort
l'émigré qui serait fait prisonnier, tandis que le droit de la guerre
oblige de respecter la vie de l'ennemi que l'on peut faire prisonnier.

Mais la suite a prouvé que le bannissement des émigrés de quelque
manière qu'il eût été prononcé, ne pouvait être éternel: sous le
consulat il a été révoqué. La France ne tient jamais les promesses
faites à sa colère; la révocation aurait eu lieu plus tôt, si l'on
n'eût craint que la vente des biens confisqués n'en fût interrompue;
et cette vente elle-même n'aurait jamais été consommée, si elle n'eût
été commencée dans la légitime irritation de la guerre, et si les
circonstances trop peu remarquées qui forçaient le gouvernement à
vendre, n'eussent aussi forcé les particuliers d'acheter. Ces
circonstances étaient la ruine des finances et le défaut d'argent.
Pour satisfaire aux dépenses qu'entraînait la guerre, le gouvernement
n'avait d'autre monnaie que les assignats, et ces assignats après
quelque temps n'avaient plus d'autres gages que les biens des auteurs
de la guerre. Ces assignats étant devenus la seule monnaie de la
France, et s'étant dépréciés, presque tous les débiteurs en écrasèrent
leurs créanciers; et ceux-ci pour sauver une partie de leurs capitaux,
furent obligés de les employer en acquisitions de domaines confisqués.
C'étaient les émigrés qui faisaient la guerre; c'était la guerre qui
avait nécessité les assignats, c'étaient les assignats qui ruinaient
les capitalistes; ceux-ci trouvaient donc juste de chercher
l'indemnité d'une partie de leurs pertes dans les biens de ceux
qui les avaient mis si près de leur ruine. Les spéculateurs avides
se sont ensuite mêlés aux pères de famille malheureux, mais ces
derniers ont été le grand nombre des acquéreurs. Au reste les doubles
et triples reventes, les successions, les échanges ont placé tant
d'intermédiaires entre les spéculateurs originaires et les possesseurs
actuels, et les prix se sont tellement élevés par les mutations, qu'il
serait impossible aujourd'hui de revenir sur ceux-ci et de retrouver
les autres.

Cette vente de biens confisqués, comme celle des biens du clergé,
forme aujourd'hui un intérêt nouveau dans la révolution: il importe de
ne pas le méconnaître. La sûreté des acquisitions de ces biens
intéresse peut-être quinze millions de personnes, parce qu'il faut
compter toutes les mains par lesquelles ils ont passé, avec celles où
ils sont maintenant, et qu'en cas d'atteinte il y aurait lieu à
recours de celles-ci contre les premières.

       *       *       *       *       *

Viennent maintenant les actes qui concernent le roi et la cour.

_Durant l'assemblée constituante_:

1º Violation du château de Versailles et translation du roi à Paris,
les 5 et 6 octobre 1789;

2º Obstacle au départ du roi pour Saint-Cloud, le 17 avril 1790;

3º Arrestation du roi à Varennes, le 22 juin 1791;

4º Rassemblemens du Champ-de-Mars pour demander la déchéance du roi,
le 17 juillet 1791;

5º Constitution du 3 septembre 1791, acceptée le 13.

_Durant le corps législatif_:

6º Violation du château des Tuileries, le 20 juin 1792;

7º Siége du château des Tuileries, refuge du roi dans la salle du
corps législatif, suspension de la royauté, réclusion du roi au
temple, à l'époque du 10 août et jours suivans.

_Durant la convention_:

8º Abolition de la royauté, proclamation de la république, le 21
septembre 1792;

9º Mise en jugement du roi, ordonnée le 3 décembre 1792; jugement
prononcé le 17 janvier 1793; exécution le 21.

La violation du château de Versailles aux 5 et 6 octobre, est le fait
du peuple de Paris. Le peuple de Paris n'est pas la nation. Mais la
nation avait déjà sanctionné le renversement de la Bastille, le 14
juillet. La révolte de ce jour, en s'étendant à toute la France, avait
reçu le nom d'_insurrection_. L'insurrection était réputée le plus
saint des devoirs: le renversement de la Bastille était appelé
l'initiative de l'insurrection; c'était bien la nation qui avait
consacré ces mots jusqu'alors inusités, et les idées qu'ils expriment.
Dans les évènemens des 5 et 6 octobre, la nation ne voulut voir que le
résultat: c'était le séjour du roi à Paris, c'était la garantie que sa
résidence paraissait donner à la révolution; et elle y applaudit.

Pendant tout le mois d'octobre, les communes et les corps constitués
firent des adresses pour en féliciter l'assemblée nationale,
s'abstenant néanmoins, par une réserve remarquable, de parler des
évènement et des journées des 5 et 6 octobre. L'armée renouvelle aussi
dans le même mois des protestations de fidélité aux décrets de
l'assemblée; les différens corps de la garnison de Strasbourg
réclament[99] contre un journal qui assurait que les mécontens
trouveraient protection dans une armée de cent cinquante mille hommes,
commandée par le général de Broglie, _qui se croyait assuré des
garnisons de Metz et de Strasbourg_. La garnison de Strasbourg déclare
que cette assurance est injurieuse pour elle. _Elle obéira_, dit-elle,
_au roi pour faire exécuter les lois et déployer ses forces, contre
les ennemis de la nation_. _Mais_, continue-t-elle, _nous regarderions
comme traîtres à la patrie ceux qui seraient assez lâches pour
enfreindre le serment que vous avez dicté_.

  [99] 16 octobre 1789.

L'assentiment donné aux résultats des 5 et 6 octobre, était la preuve
la plus forte que la nation pût donner de l'intérêt qu'elle mettait au
décret qui avait anéanti les priviléges. Quelle que soit l'opinion
que les ennemis intérieurs de la France ont donnée, du fond de la
nation française, aux étrangers, il est certain qu'elle est celle à
qui les violences coûtent le plus, à qui elles sont le moins
ordinaires, qui est le plus habituellement contenue par le sentiment
du respect, qui même connaît le mieux le frein des bienséances. Ses
emportemens dans la révolution ne prouvent autre chose que
l'importance qu'elle a constamment attachée à son succès.

C'est d'après cette vérité qu'il faut encore juger les faits du 17
avril et du 22 juin 1790.

Lorsqu'un rassemblement mit obstacle au départ du roi pour
Saint-Cloud[100], ce n'étaient que deux ou trois mille personnes. Le
lendemain le directoire de département fit voter dans les
quarante-huit sections sur ces questions: Paris désire-t-il que le roi
puisse aller à Saint-Cloud, ou que le roi veuille bien ne pas
inquiéter Paris par son absence? La majorité des sections exprima
l'appréhension de l'absence; et l'on a vu comment le directoire de
département a fait entendre au roi qu'il partageait l'inquiétude
générale.

  [100] 17 avril 1790.

L'arrestation du roi à Varennes[101] est, à la vérité, le fait des
habitans de Varennes, d'une petite ville de Champagne: mais qui leur
en a inspiré l'audace? ou plutôt comment s'y sont-ils crus obligés;
comment ont-ils été amenés à la crainte d'être criminels en laissant
passer le roi? On ne peut méconnaître dans leur conduite la puissante
influence de l'esprit national. Et par qui ont-ils été désavoués,
inculpés, poursuivis? Quels bras se sont levés ou appesantis sur eux?
Un million de Français sont accourus sur le passage du roi à son
retour, des relais de garde nationale ont escorté sa voiture de
Varennes à Paris: s'est-il fait le plus léger mouvement pour le
délivrer? A-t-il entendu un autre cri que celui de _vive la nation_?
Plus de cent mille personnes étaient aux Champs-Élysées quand il est
entré à Paris: il n'y en eut pas une qui ne témoignât du ressentiment
par son silence, son attitude et ses regards. C'est ainsi que les
habitans de Varennes furent absous de leur témérité.

  [101] 22 juin 1791.

Voici ce que M. Barnave, l'un des commissaires de l'assemblée
nationale envoyés à la rencontre du roi, et qui est revenu dans sa
voiture, a rapporté, le jour de son arrivée[102], à la société des
Jacobins: «S'il pouvait vous rester un seul doute sur la grande
question de savoir si la France sera libre, le problème est maintenant
résolu. Plus de six cent mille Français ont manifesté leur voeu à cet
égard, avec une énergie dont les personnes qui étaient dans les
voitures ont paru profondément frappées.

  [102] 25 juin 1791.

»A l'entrée de Paris, les citoyens avaient sans doute résolu de garder
le plus profond silence, partout ailleurs, nous n'avons été
interrompus que par les cris de _vive la nation_!»

M. de Montesquiou rapporte à ce sujet le fait suivant, dans l'ouvrage
intitulé: _Coup d'oeil sur la révolution_[103]. «Au retour de Varennes
le roi avoua qu'il avait été fort surpris de l'unanimité des voeux de
la France pour la constitution nouvelle. On lui avait toujours dit le
contraire; et il ne cacha point alors que c'était ce qu'il avait vu
qui le décidait à accepter la constitution[104].»

  [103] Page 64.

  [104] Constitution du 3 novembre 1791, acceptée le 13.

Je le répète, ce que la nation approuvait dans les actes exercés
envers le roi, ce n'étaient point les violences, mais le mouvement
qu'elles donnaient à la révolution, et le renversement des obstacles
opposés à sa marche.

A la vérité, plus on avançait, plus le peuple devenait irritable;
moins il était contenu par le respect, moins les violences lui
coûtaient: c'étaient ses coups d'État. La majesté royale n'imposait
plus. Le roi était à son départ prisonnier depuis dix-neuf mois; son
caractère personnel semblait dégradé par la sincérité qu'il avait
feinte pendant ce temps, et que sa fuite avait démentie; son
arrestation à Varennes avait achevé de lui enlever toute
considération.

Le rassemblement populaire du Champ-de-Mars[105] pour demander le
jugement et la déchéance du roi, à l'occasion du décret du 15, qui le
déclare inviolable; l'opiniâtreté de la résistance opposée par le
peuple à la municipalité, qui avait proclamé la loi martiale; les
victimes mêmes qu'entraîna cette résistance, ces faits étaient les
avant-coureurs du 20 juin, du 10 août 1792, du 21 janvier 1793. Tout
présageait la double catastrophe de la chute du trône, et de la fin du
monarque[106].

  [105] 17 juillet 1791.

  [106] Voyez l'extrait imprimé du registre des délibérations du
  corps municipal, du 17 juillet 1791.

La violation du château des Tuileries[107], qui eut lieu le 10 août,
la réclusion du roi au Temple, la suspension, ensuite l'abolition du
pouvoir royal, la proclamation de la république, la mise en jugement
de Louis, sa condamnation, son exécution, tous ces faits se réduisent
à deux principaux dont les autres ne sont que les circonstances: la
mort du roi, la chute du trône. Le jugement et la condamnation du roi
à mort est un de ces actes qui dans une monarchie étonnent toujours,
et que l'étonnement empêche de juger; la postérité n'a pas plus la
faculté de l'apprécier que les contemporains. On dirait même que plus
l'évènement s'éloigne, plus il se grossit. L'imagination est trop
vivement frappée de la grandeur de la catastrophe pour que la raison
en pèse les motifs. La victime tombe de si haut que la chute paraît
toujours sans proportion avec la faute; le culte qu'on rend si
naturellement au pouvoir, et la religion de l'inviolabilité,
contribuent plus que la loi à mettre le prince, dans l'opinion,
au-dessus d'une condamnation. L'idée de sacrilége se place toujours
entre la justice et l'objet consacré. La grandeur, la puissance, les
vertus, la gloire des rois qui ont succédé à la victime, pèsent de
tout leur poids sur la raison et l'imagination. L'autorité du roi
régnant impose comme s'il s'agissait de lui-même; le respect,
l'attachement que lui portent les contemporains au milieu desquels on
est placé semblent accuser la témérité des juges et du peuple qui ont
fait périr son prédécesseur. C'est ainsi qu'en Angleterre l'esprit est
encore dominé à la lecture du procès de Charles Ier, indépendamment
des motifs qui peuvent faire croire à l'innocence ou à la criminalité
de ce prince.

  [107] 20 juin.

Il n'est pas sans utilité de s'affranchir un moment de ces illusions,
afin de reconnaître la véritable situation des esprits à l'époque où
un peuple peut voir tomber sans effroi la tête de son roi sur
l'échafaud, et par quelle chaîne d'évènemens peut s'affaiblir
graduellement ce respect, qui est la principale sûreté du pouvoir. Les
faits dont se compose l'histoire de Louis XVI depuis le 14 juillet
1789 jusqu'au mois de janvier 1793, nous montrent comment le peuple
fut amené à ne plus voir, à cette dernière époque, dans le monarque,
qu'un homme ordinaire. Je ne cherche point d'excuse au peuple, ni aux
juges. Je recueille une leçon qui s'offre aux princes de tous les
temps, et de tous les pays.

A l'ouverture des états-généraux, Louis XVI était aimé et respecté,
non qu'on le crût un grand roi, ni peut-être un bon roi pour les
circonstances, mais parce qu'il était bien intentionné et honnête
homme.

Les circonstances exigeaient davantage. Ce n'aurait pas été trop alors
d'un esprit supérieur et d'un grand caractère.

Louis XVI était d'une complexion apathique. Il avait l'esprit droit,
mais borné par l'impuissance de s'appliquer, par le défaut d'activité
et de mouvement, par la passion et l'habitude immodérée de la chasse,
par l'asservissement aux préjugés du rang et de la puissance, et
surtout aux préjugés religieux.

Il avait le coeur ouvert aux affections douces. Ses moeurs étaient
régulières. Il avait de la bonté. Mais la douceur de ses affections,
la régularité de ses moeurs, sa bonté, l'avaient mis dans la
dépendance de la reine. Il croyait n'être qu'époux fidèle et tendre,
il était un roi asservi.

Son caractère était faible. La crainte le gagnait aisément et le
gouvernait dès qu'elle l'avait atteint. Son calme dans le danger
n'était que patience, son courage dans le malheur n'était que
résignation. Il était timide, et c'est une autre faiblesse dont
l'effet ordinaire est de faire accuser de dissimulation. Il était
réservé, méfiant, comme tous les caractères faibles; et, comme eux, à
la fois méfiant et dupe de ceux qui l'aidaient à se défier.

Faute d'application à l'étude, il n'avait point appris ce qu'il aurait
fallu savoir pour gouverner; faute d'application aux affaires,
l'expérience et l'observation ne suppléèrent point à l'étude; faute de
mouvement et d'essor, il ne découvrait point ce qu'il aurait dû
apprendre.

Élevé dans la malheureuse idée qu'il tenait son pouvoir de Dieu et de
ses pères, que tout devait être soumis à ses volontés, que les peuples
n'avaient aucun droit sur lui, qu'il ne devait compte qu'à Dieu de
leur destinée, il ne voyait dans ses royales obligations que les
commandemens de la religion, dans ses fautes, que des péchés; et, ne
pouvant se figurer le moindre danger pour sa couronne, il n'en voyait
que pour sa conscience.

Il avait été facile aux prêtres de s'emparer d'un prince ainsi
prévenu. Leurs intérêts alors si compromis leur rendaient plus
importante que jamais la captation du monarque. Le clergé ne pouvant
espérer son salut que du pouvoir absolu, les prêtres firent au roi une
affaire de conscience du maintien de ce pouvoir, de la conservation du
clergé une affaire de conscience, de la haine de la constitution,
encore une affaire de conscience. Ils étaient d'accord avec la reine,
dont la fierté imposait au roi les mêmes obligations, comme des
devoirs d'honneur dont l'infraction le rendrait indigne de sa
tendresse.

Ces préjugés, ces influences, non seulement resserraient l'esprit du
roi dans des bornes plus étroites, mais encore lui donnaient de
fausses directions.

Sa conscience était toute remplie des scrupules que l'intérêt du
clergé y avait jetés; sa raison, son esprit, épuisaient leur peu de
forces à discuter ces scrupules avec sa conscience. Le roi ne voyait
rien au-delà de son clergé, de la reine, peut-être de sa famille et de
la cour. Il entrevoyait ce grand peuple qui était au loin derrière
l'enceinte que sa cour formait autour de lui; il lui voulait du bien,
mais il ne savait comment lui en faire, ni ce qui pouvait empêcher que
le bien ne se fît de lui-même. Il ne concevait pas plus une oppression
qu'une révolte, tant il croyait que ses seules intentions devaient
suffire pour en préserver. Sa bonté naturelle l'intéressait aux
souffrances qui sautent aux yeux, aux souffrances physiques de la
pauvreté, du dénuement; mais cette bonté ne put jamais lui inspirer
plus que de bonnes intentions pour son peuple. C'était cette vertu
toute chrétienne à qui la religion a donné le doux et respectable nom
de charité. C'est à cette bonté qu'il faut rapporter plusieurs actes
du règne de Louis XVI qui lui ont mérité de la reconnaissance:
l'abolition de la torture, l'assainissement des prisons, une meilleure
administration des hôpitaux. Mais cette souveraine bonté des rois qui
embrasse les droits et les intérêts de toutes les parties d'un grand
peuple, ceux des palais, ceux des chaumières, qui veille sur tous,
contient les uns, encourage les autres, protége le travail, patrimoine
du pauvre, la justice, refuge du faible, qui s'occupe du présent et de
l'avenir, et s'étend aux plus grandes distances de temps et de lieux,
cette bonté, par laquelle les rois sont l'image de la Providence,
paraît avoir manqué à Louis XVI. Point d'étendue dans les vues, jamais
d'élan, jamais d'action, jamais en avant. Tout arrêtait, tout
empêchait un bon mouvement: la pesanteur organique, le défaut de
lumières, l'inquiétude de la conscience. Tout empêchait une bonne
résolution: la faiblesse du caractère, la crainte des contrariétés
dans son intérieur, une invincible répugnance à tenir de la confiance
du peuple ce pouvoir qu'on lui disait tous les jours être un don de
Dieu. Toujours sans volonté; n'ordonnant rien, accordant tout ce qui
n'était pas contraire à ses opinions religieuses; permettant beaucoup,
n'osant rien interdire; permettant moins peut-être qu'il ne tolérait;
s'engageant à ceux qui lui promettaient le pouvoir constitutionnel, en
laissant faire ceux qui lui promettaient le pouvoir de Louis XIV.

Après la séance royale du 21 juin 1789, le peuple le crut malveillant
pour lui, et décidé à protéger les privilégiés: on cessa de l'aimer;
l'amour se retira subitement et complètement de lui, parce que cette
préférence qui paraissait accordée aux privilégiés contrariait, dans
sa première ferveur, la passion naissante du peuple: l'amour de
l'égalité et de la liberté.

Vers le milieu du mois de juillet, l'armée, rassemblée entre Paris et
Versailles, tomba en défection et fraternisa avec les patriotes de la
capitale: l'on vit alors la faiblesse du pouvoir. Le 15 ou 17 juillet,
le roi vint à Paris, à l'Hôtel-de-Ville, et fit tout ce qu'on lui
avait demandé: alors on vit la faiblesse de la personne, et le peuple
lui retira son respect.

La fête des gardes-du-corps du 2 octobre affermit l'opinion qu'on
avait de la malveillance du roi, et trahit les apparences de sincérité
qu'il montrait: là commença le mépris avec le ressentiment. Le
mouvement populaire des 5 et 6 octobre acheva de dissiper la crainte
des forces royales, et donna au peuple la mesure des siennes. Le
peuple apprit ces jours-là qu'il pouvait tout vouloir et tout oser. Il
osa vouloir que le roi fût prisonnier à Paris, et il l'emmena.

L'audace du peuple était alors excitée par une souffrance qui l'a dans
tous les temps porté à quelques excès: c'était la faim, ou le
pressentiment de la faim, causé par la rareté des subsistances.
Malheureusement cette cause ordinaire d'écarts passagers, et qui en
était aussi l'excuse, se trouvait cette fois unie à une cause de
renversement; elle faisait oser autre chose qu'une _révolte_: c'était
une _révolution_.

On amena le roi à Paris tout à la fois comme un _aristocrate_ reconnu
et comme un _munitionnaire_ suspect[108]. Il ne restait plus rien dans
le peuple de l'esprit de _sujets_ du roi; le peuple était le souverain
mécontent d'un fonctionnaire.

  [108] Le peuple criait: voilà le _Boulanger_ et la _Boulangère_.

Le roi emmené à Paris, résidant à Paris, y était-il détenu, ou
prisonnier sur parole, ou roi en liberté? Pendant l'hiver la question
resta indécise; au commencement d'avril, le roi voulut la résoudre à
sa convenance, il ne put qu'éclaircir qu'elle était résolue au mépris
de sa personne et de sa dignité. Il annonça un voyage à Saint-Cloud:
un rassemblement l'empêcha de sortir de son palais. Il fut manifeste
qu'il était prisonnier.

Le 20 juin le roi s'évade et fuit vers la frontière où les émigrés
étaient armés. On l'arrête à Varennes; on le ramène, on le replace aux
Tuileries. Au mois d'avril c'était un prisonnier au moins
considérable; au retour de Varennes, on voit en lui un prisonnier
criminel: on avait la famine, disait-on, il a voulu donner en outre la
guerre. C'est de plus un prisonnier maladroit, un prisonnier rattrapé,
un prisonnier qui a été en butte à l'indignation et aux insultes d'un
million de Français sur une route de cinquante lieues. Le peuple de
Paris n'a plus même un souvenir de respect, ni un sentiment d'égards.
Ce n'est plus du roi, ce n'est plus de Louis XVI qu'il s'agit dans les
discours; c'est du _traître Louis_, c'est du transfuge Louis, c'est de
l'ennemi déclaré de la France: on ne le nomme plus autrement.

On veut son jugement, on veut la déchéance.

Le 26 juillet la loi martiale est publiée et exécutée au Champ-de-Mars
contre un rassemblement qui demande la déchéance. Ainsi, dit-on, c'est
pour l'impunité du traître qu'on massacre les citoyens! On se tait un
moment, mais l'on impute au traître supposé un crime de plus.

L'année suivante, l'étranger, les émigrés réunis s'avancent vers les
frontières. On s'écrie: C'est le traître qui l'a appelé. La guerre
s'annonce par des revers, c'est le traître qui les a ménagés. Les cris
se renouvellent pour la déchéance.

La déchéance se fait attendre, on veut l'abdication.

Le 20 juin le peuple force le palais. Louis se laisse voir et ne sait
pas se montrer. Soixante mille personnes l'approchent, le pressent
successivement et lui parlent, les uns avec une familiarité insolente,
les autres avec mépris, les autres avec menace. Il ne s'émeut point.
«Celui qui a la conscience pure, dit-il, ne craint rien; mettez la
main sur mon coeur, et voyez s'il bat plus fort qu'à l'ordinaire, s'il
a la moindre frayeur.» Certes, il eût été beau de ne pas s'émouvoir,
si à l'indifférence pour le danger, le malheureux monarque avait
ajouté le sentiment profond de la majesté outragée, s'il l'avait
marquée par la fierté de son maintien, par l'éloquence de ses paroles,
s'il avait su, comme un Mathieu Molé, réprimer, ou éclairer, ou
émouvoir cette multitude: mais le peuple le vit monté sur une
banquette, coiffé d'un bonnet rouge, boire dans une bouteille, criant
vive la nation. Se faire un mérite du calme de sa conscience, devant
un peuple en révolte, n'était-ce pas ajouter à un abaissement que le
peuple ne voyait que trop? On était entré, voulant l'abdication; on
oublia en voyant le roi qu'on l'avait jugée nécessaire.

L'ennemi entré en France, la fureur un moment apaisée se rallume. Elle
produit le massacre du 10 août qui produit un redoublement de fureur.

De ce moment, la capitale ne cesse de retentir de ce cri: _la mort du
tyran_. L'ennemi s'approche de la capitale. On pressent tous les
désastres qu'y entraînera la victoire, et les vengeances qu'exerceront
le roi, les prêtres, les nobles: les nobles cent fois plus redoutés
que le vainqueur. La peur se joint au ressentiment, et le rend plus
cruel. On redouble les cris d'alarme et de fureur: le trône est
renversé, la république proclamée. Depuis long-temps on ne voyait plus
un roi de France dans Louis, plus même un homme considérable; alors on
en vient à ne plus voir en lui qu'un danger pour la république à
laquelle chacun attache désormais la sûreté de sa propre existence, et
chacun veut la mort de Louis, comme assurance de sa propre vie. La
commune et la Montagne rejettent sur le malheureux prince les diverses
accusations, les soupçons multipliés qu'inspirait au peuple la rareté
des subsistances.

Telle fut la marche des sentimens populaires qui, depuis le 14 juillet
1789, jusqu'à la fin de l'année 1792, ont amené l'accusation et le
jugement de Louis.

Quelles circonstances pour ce jugement! La république est à peine
élevée sur la monarchie renversée, que déjà triomphante elle asseoit
sur les fautes et les crimes de quelques rois, la condamnation de la
royauté, la traîne à son char dans la poussière, et tire ensuite de la
condamnation de la royauté, celle de tous les rois! Quelles
circonstances que celles où l'on met en principe qu'il n'y a point de
roi innocent, et qu'avoir été roi c'est être criminel aux yeux de la
république!

Cependant l'inviolabilité du roi était toujours subsistante aux yeux
de la loi; et si l'on décidait qu'au mépris de son inviolabilité il
serait mis en jugement, du moins ses moyens de défense au fond lui
restaient. On sait quel fut le sort de cette double garantie. Il ne
s'agit point ici de discuter le jugement, mais seulement de voir
quelle impression il fit sur l'opinion nationale.

D'abord elle regardait Louis XVI comme coupable, non pas en détail de
chacun des faits portés dans l'acte d'accusation, mais de la guerre,
et du double dessein d'anéantir la révolution et d'en poursuivre les
auteurs. Quand le roi fut jugé, la nation détourna ses regards d'une
condamnation qu'elle trouva trop rigoureuse, et qu'elle n'aurait point
prononcée; mais elle se familiarisa ensuite avec l'idée d'un évènement
sans remède, qui n'était pas tombé sur une parfaite innocence, et qui,
dans l'intérêt de la révolution, se présentait avec des idées confuses
d'utilité. C'était à cet intérêt de la révolution que les esprits
rapportaient alors tout en France. On n'était ni plus féroce, ni
peut-être moins ami de la justice que dans les temps antérieurs; mais
on mettait tous les sentimens de bonté et de justice à assurer cette
révolution, qu'on regardait comme la justice et la bonté étendues à de
nombreux millions d'hommes, au lieu que la justice assise sur les
tribunaux ne regarde que les individus qui l'invoquent.

Et sur quoi jugeait-on le roi coupable de la guerre? Ce n'était,
certes, pas sur les analyses, les dissertations, les déclamations, les
griefs spéciaux des orateurs de la convention; ce n'était pas sur les
écrits trouvés après le 10 août dans l'armoire de fer du château des
Tuileries; ce n'était ni sur le traité de Pilnitz qui faisait
connaître les sollicitations des princes et supposait le voeu du roi,
ni sur les états de paiement des gardes du corps à Coblentz; c'était
sur un ensemble de circonstances notoires, sur un enchaînement de
faits indubitables qui avaient saisi tous les esprits, sur un corps de
preuves morales, de celles qui portent la conviction avec elles sans
le secours du raisonnement, et qu'aussi le raisonnement ne peut
affaiblir.

Les émigrés s'étaient armés aux frontières, en 1791, contre la
révolution. Lorsque le roi partit pour Varennes, c'était pour se
mettre à portée d'eux: il voulait donc diriger la guerre contre la
révolution.

_Monsieur_ est parti en même temps que lui: donc leur marche était
combinée. _Monsieur_ a bientôt été reconnu chef de l'émigration armée:
donc le roi était d'accord avec l'armée des émigrés.

Bientôt on parle d'armées étrangères qui embrassent la même cause que
les émigrés: donc elles sont provoquées par les chefs de l'émigration,
par _Monsieur_; donc elles sont autorisées par le roi qui était parti
avec _Monsieur_.

Les armées étrangères s'avancent avec les émigrés, ainsi la liaison de
l'étranger et de l'émigration se vérifie par le fait: donc le roi
parti avec son frère, chef de l'émigration, est d'accord avec
l'étranger.

L'empereur d'Autriche est frère de la reine, la reine est ennemie
déclarée de la révolution: donc l'empereur d'Autriche, provoqué par
_Monsieur_, est aussi pressé par la reine. La reine gouverne l'esprit
du roi: donc le roi est d'accord avec l'empereur d'Autriche.

Le roi rappelle ses frères par des écrits solennels, et ils ne
rentrent pas: ce ne peut être que parce qu'il dément en secret les
écrits qu'il publie.

Il refuse la sanction d'une loi qui les bannit, et la refuse pour
constater sa liberté, donner plus de poids au rappel qu'il leur
adresse: s'il n'écoutent point, ce ne peut être que parce qu'il leur
fait savoir que son intention n'est pas plus changée que son sort.

L'émigration et la guerre attirent la malveillance du peuple sur sa
tête, et ses frères n'en sont pas plus décidés à rentrer: quelle
apparence que ses frères eussent voulu l'exposer aux dangers d'une
révolte, si Louis n'eût été résolu à les braver? Lui seul pouvait
disposer ainsi de sa sûreté. La tendresse fraternelle n'eût osé
prendre sur elle les évènemens qui s'annonçaient. La mort du roi
était sans doute un crime inutile à l'établissement de la république,
puisqu'il avait un successeur; mais cette considération ne suffisait
pas pour rassurer la tendresse de deux frères contre un peuple furieux
jusqu'à la frénésie.

Les puissances, conjurées avec les émigrés, font précéder leurs
troupes de déclarations et de manifestes où elles parlent le langage
des émigrés, où elles annoncent l'intention de délivrer le roi de la
dépendance où il est retenu; et leurs manifestes sont au fond la même
chose que la déclaration laissée par le roi à son départ pour Varennes
l'année précédente: donc les étrangers répondent au voeu du roi, à ses
sollicitations secrètes, à celles de son frère avouées par lui.

Enfin, et ceci était sans contredit une forte présomption, la
condition actuelle du roi était la détention; il était donc naturel
qu'il désirât d'en sortir. Le sort que la constitution nouvelle lui
promettait pour l'avenir était loin de valoir sa condition passée;
donc il devait être bien aise d'y revenir. Voilà des armées
d'étrangers et d'émigrés qui prétendent l'y ramener; donc c'est lui
qui a invoqué leurs secours, donc il a appelé la guerre. Pour la
multitude, la preuve la plus certaine de la vérité d'une accusation
est de sentir en soi-même qu'à la place de l'accusé on aurait fait ce
qui lui est imputé; et ce qu'il y a de remarquable, c'est que ce
sentiment qui devrait porter à l'indulgence est ce qui détermine le
plus sûrement à condamner.

Le peuple ne mettait pas en doute que l'appel des étrangers ne fût un
crime; la constitution avait déclaré que le commandement d'une armée
dirigée contre la nation, était une abdication de la royauté, et elle
ne supposait pas même le commandement d'une armée étrangère. L'intérêt
national s'expliquait bien plus haut et plus clairement que la
constitution. L'avocat de Louis XVI déclara dans son plaidoyer pour le
roi, «Que se mettre à la tête d'une armée et en diriger les forces
contre la nation, était un grave délit. Certainement, dit-il, il ne
peut pas en exister de plus grave; celui-là les embrasse tous. Il
suppose, dans les combinaisons qui le préparent, toutes les perfidies,
toutes les machinations, toutes les trames qu'une telle entreprise
exige nécessairement. Il suppose dans ses effets toutes les horreurs,
tous les fléaux, toutes les calamités qu'une guerre sanglante et
intestine entraîne avec elle.»

Telle était l'opinion publique sur la question de droit; M. de Sèze
n'a fait que l'exprimer. Sur les questions de fait, l'opinion générale
n'était peut-être pas exempte d'erreurs; mais elle n'en renferme pas
non plus d'assez palpables pour que l'égarement général fût absolument
sans excuse. Répétons au reste qu'il ne s'agit pas ici de juger
l'opinion, mais seulement de reconnaître quelles furent ses décisions.

S'il y avait lieu à prononcer aujourd'hui sur le jugement de la
multitude, il faudrait examiner d'abord si les intentions du roi, à
l'époque du départ de _Monsieur_ et de l'arrestation de Varennes,
n'avaient pas changé depuis, soit parce que le roi avait reconnu,
comme il l'a dit, le voeu national qui lui avait été manifesté sur
toute la routé de Varennes à Paris, et par les amendemens que le
comité de révision avait faits à l'acte constitutionnel, pour rendre
au pouvoir royal plus de force et de dignité que n'en avaient donné
les premières rédactions.

Il faudrait vérifier ensuite par tous les moyens possibles, si les
princes et les émigrés, ne se sont pas cru permis alors de servir la
cause du roi, contre les défenses expresses consignées dans ses écrits
patens, bien que sa correspondance secrète les eût confirmées ou ne
les eût point démenties; et s'ils n'ont pas agi sur ce principe: que
la volonté intime du roi, quelle que soit sa position, doit toujours
être présumée conforme à ce qu'on regarde comme les droits et les
intérêts de la couronne, sans égard à ses déclarations officielles et
patentes. En un mot, il faudrait savoir si la guerre n'était pas
hasardée officieusement par leur dévouement et leur fidélité, au lieu
d'être entreprise par ses ordres.

On me demandera sur quoi se fonde l'assertion que l'opinion générale,
je ne dirai point approuva la mort de Louis XVI, mais ne s'est point
révoltée en apprenant sa condamnation. Elle se fonde sur ce fait: que
tous les corps judiciaires, administratifs et municipaux, ont signé,
dans l'intervalle du 10 août 1792 au mois de janvier 1793, ou des
pétitions pour demander le jugement du roi, ou des adresses pour en
féliciter. Elle se fonde sur ce que la discussion du procès a duré
plusieurs mois, et qu'elle n'a été détournée par aucune pétition
contraire, sur ce qu'enfin le 21 janvier, six cent mille personnes de
Paris ont vu sans opposition exécuter le jugement fatal.

On peut aussi donner en preuve de l'acquiescement ou du moins de la
résignation de l'opinion nationale, la formation, l'enthousiasme et
les victoires des armées qui, après le 2 septembre, ont marché contre
les Prussiens et les Autrichiens en Champagne. Six cent mille hommes
qui, pendant que le roi est au temple, et que l'on demande sa tête,
courent aux ennemis qui veulent sa délivrance, et les battent, sont
des votans qui prononcent l'absolution des évènemens du 10 août, et de
ceux qui devaient en être la suite. Et enfin, puisqu'il faut compter
l'armée pour quelque chose en France, il y a lieu à rappeler ici la
résistance des soixante mille hommes commandés par M. de Lafayette,
qui ont refusé de marcher contre les auteurs des évènemens du 10 août
et du renversement du trône. Cette défection fut légitimée par les
adresses des autres armées alors existantes.

On ne peut en parler ici sans faire une observation qui mérite
peut-être quelque examen.

Cet abandon du roi par l'armée était la seconde défection depuis
1789, et elle ne devait pas être la dernière[109].

  [109] Le lecteur voudra bien ne pas oublier que ceci a été écrit
  à la fin de 1815. Voyez l'avertissement.

L'esprit de parti a beaucoup essayé, depuis le mois de juin 1815,
d'établir que l'armée française s'était déshonorée dans le mois de
mars précédent, en se replaçant au retour de l'empereur sous le
drapeau tricolore: il n'a point réussi.

Il ne faut pas s'abuser; l'honneur ne se prête point à placer sur la
même ligne l'abandon du prince pour la patrie, et l'abandon du prince
et de la patrie pour l'étranger. Ce peut être un malheur que le
militaire fasse une distinction entre le prince et la patrie; mais il
dépend du prince de la rendre impossible par son intime union avec le
peuple qu'il gouverne.

Il faut aussi se persuader que l'armée distinguera toujours entre le
prince et la patrie, quand la patrie voudra l'égalité, et que la cour
fera craindre que le prince ne veuille les priviléges. L'armée est la
partie de la nation la plus intéressée à l'égalité de droits, parce
que les grades militaires sont très multipliés et que les hauts grades
sont très honorables et très avantageux. D'ailleurs le service
militaire est, sans contredit, la profession où l'égalité de droits
est la plus légitime, puisque le danger est le même pour tous ceux qui
l'exercent, que ce danger est capital et que le courage qui l'affronte
est le fondement de la gloire militaire.

Enfin, quand l'intérêt général de l'armée tient à un noble besoin, tel
que celui de l'égalité de droits, quand cet intérêt a été épousé par
l'honneur, c'est l'honneur même qui semble dégager le soldat de sa
fidélité, ou plutôt lui faire honte de cette fidélité envers le prince
dont le gouvernement ou la cour l'offense ou le menace. Il est bien
temps de se persuader que dans un pays où l'égalité est devenue un
point d'honneur général, il est impossible de faire des armées fidèles
au prince, si elles ne sont parfaitement convaincues de la fidélité du
prince aux droits de tous. Il sera toujours impossible de faire une
armée où le soldat ignore jusqu'à quel degré d'élévation le dernier
conscrit a pu de nos jours parvenir par le talent et la bravoure, et
où il soit aussi encouragé par les regards d'un général, _homme de
cour_, que par l'espérance de devenir général lui-même. Les troupes
russes seront plus tôt atteintes de l'ambition si long-temps légitime
du soldat français, que le soldat français ne sera résigné à
l'insupportable néant du soldat russe.

Je finis en observant que ces défections intérieures repoussent
d'autant mieux le mépris qui s'attache toujours aux défections utiles
à l'étranger, qu'elles semblent ajouter à l'ardeur de le combattre.
Jamais les armées françaises ne se sont plus vaillamment battues
contre les ennemis de la France, qu'après leurs défections
intérieures, soit qu'elles crussent avoir à défendre un intérêt mieux
garanti au dedans, soit qu'elles voulussent mériter du prince même
leur absolution par leurs services.

Il ne reste plus qu'à faire connaître la part que l'opinion générale a
prise à la constitution de 1791, et à la proclamation de la république
à la fin de 1792.

La multitude n'est pas en état de juger l'ensemble d'une constitution,
mais elle entend fort bien si les intérêts dont elle est occupée sont
protégés par les dispositions constitutionnelles, ou s'ils sont mal
assurés.

Pour le grand nombre des Français, la constitution consistait
essentiellement dans les _abolitions_ exprimées par des articles
préliminaires. Je les rappelle ici:

«Il n'y a plus ni noblesse, ni pairie, ni distinctions héréditaires,
ni distinctions d'ordres, ni régime féodal, ni justices patrimoniales,
ni aucun des titres, dénominations et prérogatives qui en dérivaient,
ni aucun ordre de chevalerie, ni aucune des corporations ou
décorations, pour lesquelles on exigeait des preuves de noblesse, ou
qui supposaient des distinctions de naissance, ni aucune autre
supériorité que celles des fonctionnaires publics dans l'exercice de
leurs fonctions.

»Il n'y a plus ni vénalité, ni hérédité d'aucun office public.

»Il n'y a plus, pour aucune partie de la nation, ni pour aucun
individu, aucun privilége ni exception au droit commun de tous les
Français.

»Il n'y a plus ni jurandes, ni corporations de professions, arts et
métiers.

»La loi ne reconnaît plus ni voeu religieux, ni aucun autre engagement
qui serait contraire aux droits naturels ou à la constitution.»

Ces points étant bien exprimés, il ne s'agissait, pour la multitude,
que de voir si l'organisation des pouvoirs n'aurait rien de contraire
à leur maintien.

Les résistances des priviléges, celles de la cour, aux premiers actes
de la révolution, mirent le peuple en garde contre toutes dispositions
qui pourraient tendre à rétablir le pouvoir du clergé et de la
noblesse, et à conserver au roi les moyens de les protéger. Rien
n'aide à entendre les questions générales comme d'avoir un intérêt
particulier qui s'y rapporte. La partie du peuple la plus illettrée
donna une attention merveilleuse aux discussions les plus abstraites;
et dès qu'une proposition présentait quelque sujet d'inquiétude pour
la cause nationale, la multitude prenait parti, se passionnait pour
les orateurs qui mettaient leur éloquence à la faire rejeter, et
récompensait leurs efforts par les témoignages les moins équivoques de
son contentement et de sa reconnaissance. Cette disposition toute
nationale, irritée chaque jour par l'opposition du parti
aristocratique, se développait chaque jour avec plus d'énergie. Ce
parti malveillant avertissait lui-même du danger de ses principes par
ses efforts pour les faire prévaloir; il avait tellement mis à
découvert l'intérêt personnel dans la plupart de ses discussions,
qu'il avait décrédité d'avance tout ce qu'il aurait pu dire de plus
raisonnable. La constitution se ressentit de la maladresse des uns et
de la méfiance des autres. Elle ne fut point telle qu'elle avait
d'abord été conçue dans toute la France par les esprits éclairés; elle
ne fut point telle qu'elle aurait dû être pour se maintenir contre les
factions populaires. L'opinion du peuple, à force de précautions
contre l'ennemi, avait oublié ou méconnu la nécessité d'en prendre
contre lui-même, ou contre les intrigans qui pouvaient l'égarer. Et
comme si la chose publique n'eût pu être menacée que par le pouvoir,
on ne songea qu'à se préserver de ses abus. En fuyant le despotisme on
travailla pour l'anarchie. Les cahiers avaient demandé la séparation
des pouvoirs, pour que les lois fussent l'ouvrage d'un corps impartial
pour que l'exécution fût indépendante et énergique: les pouvoirs
furent bien distingués par leurs dénominations et par quelques
circonstances, mais ils furent malheureusement confondus au fond. Le
pouvoir exécutif, borné à un _veto_ suspensif, privé du droit de
l'appliquer à un grand nombre de cas où sa conservation était
intéressée, borné à sanctionner ou à suspendre des lois dont
l'initiative appartenait exclusivement au corps législatif, ayant
d'ailleurs pour agens d'exécution des corps municipaux, des corps
administratifs, dont les membres étaient nommés par le peuple seul,
c'est-à-dire dont les pouvoirs venaient d'une source opposée à celle
d'où émanaient les ordres à exécuter, des corps délibérant toujours
dans les cas même où il fallait unité de volonté et rapidité d'action,
des corps dont le roi n'avait la faculté de punir les écarts que par
la suspension, et dont le jugement définitif appartenait au corps
législatif: avec de telles chaînes, le pouvoir exécutif était presque
nul, et le peu qui en existait était subordonné au pouvoir législatif,
et se confondait avec lui. Tel était le résultat des méfiances que les
ordres privilégiés avaient tous les jours accrues contre la cour, et
que la cour avait elle-même inspirées.

Les hommes éclairés avaient désiré un pouvoir législatif composé d'une
chambre haute et d'une chambre de députés; ils le souhaitaient ainsi
pour que les lois ne pussent jamais être l'ouvrage de quelque
ascendant particulier, ou de quelque entraînement de circonstances;
ils le désiraient pour que la plus importante prérogative du trône,
celle de l'hérédité, fût sous la garde d'une magistrature héréditaire
elle-même, et dont chaque titulaire fût lié par un intérêt de famille
au maintien de l'hérédité royale; ils le désiraient pour que la cour
du monarque ne fût pas uniquement composée de courtisans, et pour
qu'il y eût, entre le prince et les particuliers, des intermédiaires
indépendans qui assurassent leurs mutuelles relations.

Quoique l'hérédité d'une magistrature conférée, par une élection
nationale, à cent ou deux cents personnes tout au plus, dénuées de
tout privilége autre que l'hérédité même, n'eût rien de commun avec
celle de la noblesse disséminée naguère sur toute la France; quoique
l'existence d'une chambre haute, composée de citoyens distingués des
autres uniquement par leur magistrature, n'eût rien de commun avec
celle d'une chambre composée de privilégiés, et fût même le plus
puissant obstacle que l'on pût opposer au retour d'une chambre féodale
et nobiliaire, cependant l'inquiétude du peuple le rendit sourd à
toute proposition d'une chambre haute, et même de deux chambres
égales. On craignit que la chambre haute ne fût composée des anciens
pairs, et ne rétablit ainsi l'ancienne chambre du parlement; qu'elle
ne fût composée de nobles, et qu'elle ne refît l'ancienne chambre de
la noblesse des états-généraux; qu'elle ne fût d'une manière ou de
l'autre une garantie, un retranchement pour l'aristocratie; et l'on
repoussa l'idée d'une seconde chambre comme sacrilége. Ce fut le point
d'honneur de l'égalité, exalté jusqu'au fanatisme par la contrariété
du parti des priviléges, qui entraîna à vouloir une seule chambre,
faute dont l'expérience a si bien fait sentir à la suite les fâcheuses
conséquences.

La constitution de 1791, composée au gré de la défiance nationale,
n'eut de force que contre la puissance royale. Faite dans la vue de
consacrer l'abolition des priviléges, on sentait moins la nécessité de
fonder une institution vraiment monarchique, que celle d'empêcher le
roi, protecteur des priviléges, de les rétablir. On, s'était plus
occupé de rendre la constitution capable de renverser le roi, que
capable de se soutenir elle-même. C'était au fond une république
démocratique, avec un fantôme de royauté. Quand on eut suspendu le
roi, la république, existait de fait. Quand on la proclama, le peuple
qui n'avait demandé à sa constitution monarchique que sûreté contre le
retour des priviléges abolis et contre le roi qui le faisait craindre,
accepta la république comme une garantie plus sûre que la monarchie.
Mais il ne crut pas juger la question de la prééminence de la
république sur la monarchie, ou de la monarchie sur la république.
L'instinct national n'avait pas cessé d'être en faveur de la
monarchie: les opinions contraires n'avaient jamais été accueillies
par les écrivains éclairés, même par les patriotes les plus exagérés;
les jacobins les avaient repoussées jusqu'au dernier moment; et
quelques semaines avant la suspension du roi, le corps législatif
avait voué à l'animadversion générale toute idée de république. Dans
le fait la république qui a été décrétée sans discussion, sans
délibération, sur une motion dénuée de toute exposition de motifs, n'a
reçu cette existence inattendue que des passions vives et profondes
qui partageaient la convention. Dans les uns ç'a été l'espérance de
sauver la vie du roi, dans d'autres la crainte de sa réintégration et
de sa vengeance, dans d'autres la haine du duc d'Orléans qu'on croyait
appelé au trône, dans tous le désir de renverser les hommes du parti
contraire au sien et de détruire leur influence dans la convention. La
guerre était déjà déclarée, et une guerre à mort, entre les partis de
cette assemblée: chacun cherchait sa sûreté ou ses avantages dans le
système politique qui était le plus contraire au parti opposé. Ainsi
la Gironde crut anéantir la Montagne en faisant évanouir la
possibilité de couronner le duc d'Orléans; et la Montagne crut
anéantir la Gironde et se garantir de tout péril en renversant le
trône de Louis XVI. Et c'est ainsi que les intérêts publics étaient
réglés au gré des intérêts particuliers.

La constitution de 1791 n'a point été soumise à l'acceptation du
peuple. La constitution démocratique de 1793 l'a été. On ne voit nulle
part quel a été le nombre des votans, et quelle a été la majorité en
faveur de celle-ci. Mais on a lieu de croire ou qu'elle a été faible,
ou que les votans ont été peu nombreux; car dans les séances de la
convention qui ont suivi le rapport fait à cet égard, on voit agiter
la question de savoir quelles peines seront infligées aux citoyens qui
n'auront point accepté.

Le nombre des suffrages est plus concluant qu'on n'est disposé à le
croire; il exprime mieux qu'on ne pense l'opinion générale. Les
institutions qui ont été vraiment nationales ont obtenu jusqu'à quatre
millions de suffrages ou environ, tandis que d'autres n'en ont pas eu
le quart; et il y a lieu de croire que la constitution de 1793 fut
dans ce dernier cas. Au reste, cette constitution excéda la mesure de
démocratie qu'on avait généralement cru raisonnable de faire entrer
dans une grande république comme la France; ainsi les votes peu
nombreux de 1793 sont à peu près étrangers à la simple proclamation de
la république de 1792.



  APPENDICE.

  DE LA TERREUR.



AVERTISSEMENT.


Cet écrit n'est ni une satire, ni une vaine déclamation. C'est une
suite d'observations générales, que la mémorable expérience de l'année
1793 a fournies; c'est une théorie du régime de la terreur, que
quelques personnes, en trop grand nombre, sont disposées à regarder
comme utiles, en certaines occurrences, à l'art de gouverner.

Le fond de cet ouvrage a été composé peu après la mort de Robespierre,
époque où finit la terreur, en 1795. Je l'adressai, de l'asile où je
m'étais retiré, à M. Charles His, alors rédacteur d'un journal estimé,
_le Républicain_. M. His voulut, avant de l'insérer dans son journal,
que quelques membres de la convention en entendissent la lecture. Il
la fit chez madame Tallien, chez qui se rassemblaient les ennemis du
comité de salut public. L'ouvrage fut goûté; madame Tallien engagea
son mari à le lire le lendemain à la tribune de la convention sous la
forme de discours. Tallien y mit un petit préambule et le lut. Je puis
croire, sans trop me flatter, qu'il contribua au renversement du
comité de salut public et au retour des lois.

En 1815, quand le parti royaliste proposa un système de proscription
et de terreur, je recherchai mon manuscrit, j'y ajoutai un préambule
approprié à la circonstance, et je le fis parvenir à Louis XVIII. Je
l'imprime ici tel qu'il fut arrangé en 1815.



DE LA TERREUR.

(Partie de 1793 et de 1794.)


Les princes qui appelés à gouverner des pays civilisés, osent
affronter la haine des peuples, ceux qui dédaignent d'apprendre
comment se gagne leur amour, verront dans cette période, fertile en
hautes leçons, ce que c'est que cette terreur où ils croient trouver
leur sûreté. Jamais, chez aucun peuple, ce fléau ne fut porté aussi
loin, ne se prolongea aussi long-temps, ne s'étendit à autant de
malheureux qu'en France durant la convention nationale; jamais la
terreur ne courba au même point la partie éclairée d'une grande
nation, n'abaissa, ne dégrada les habitans des grandes cités, ne les
persécuta, ne les dépouilla, ne les opprima, comme elle le fit alors.
Il fallait avoir été saisi dans la liberté pour être ployé si bas dans
la servitude; jamais on n'eût fait d'un peuple esclave, un peuple si
esclave. Les sultans, les czars, les janissaires et les strélitzs ne
firent jamais ce qu'ont osé quelques Montagnards aidés par nos armées
révolutionnaires, composées de prolétaires, comme toutes les troupes
des despotes. Et, comme si la destinée avait voulu se jouer du respect
des hommes pour la justice et la liberté, elle fit voir, dans ces
temps d'oppression intérieure, des armées que le patriotisme rendait
invincibles, qui assurèrent l'indépendance nationale, et rétablirent
la gloire des armes françaises[110]. Mais malheur au pouvoir qui se
repaîtrait de ce spectacle, qui prendrait quelque plaisir à le
contempler, qui n'y verrait qu'un grand succès de tyrannie, qui
croirait y surprendre quelques secrets de l'art de gouverner, qui
aurait la funeste tentation de le mettre en pratique, ou du moins en
réserve pour l'occasion; qui enfin ne serait pas pénétré d'horreur
pour tous ses principes et pour toutes ses conséquences. Malheur au
pouvoir qui ne s'attachera pas aux intérêts, aux sentimens, à
l'opinion de la classe mitoyenne de la société, comme au centre de
tous les intérêts, à la représentation de tous les droits, au seul
principe de force durable. Si la justice et l'humanité lui permettent
de contempler sans horreur l'affreuse existence du gouvernement
révolutionnaire, et les moyens par lesquels il parvint à répandre la
terreur, et les excès par lesquels il la soutint, que la politique du
moins porte ses regards sur les dangers qui menacent les premiers
essais de ce régime, sur la catastrophe qui en amène inévitablement la
fin, sur les longues calamités qu'elle entraîne à sa suite; qu'elle
voie le sort de tous ceux qui l'ont exercée, de toutes les
institutions qui lui ont appartenu, et qu'elle juge après si les
résultats que le pouvoir croit avoir obtenus sont réellement dus à la
terreur, si en tout cas ils n'auraient pas été achetés à trop haut
prix, et s'il n'eût pas été plus facile et plus sûr de les préparer
par la raison et la justice qui secondent toutes les entreprises sages
et n'entravent que la barbarie ou la démence.

  [110] J'ai établi ailleurs que la terreur, loin d'avoir contribué
  aux victoires de 1794, les aurait empêchées si quelque chose
  avait pu faire obstacle aux insurmontables causes qui rendaient
  nos armes invincibles.

  D'abord il faut se rappeler que les premières armées de la
  révolution et ses premières victoires ont précédé la terreur; la
  terreur ne serait donc nécessaire pour expliquer la création
  d'armées nouvelles et de nouvelles victoires, qu'autant que les
  causes des premiers succès auraient cessé.

  Mais elles n'avaient point cessé: 1º ces causes étaient d'abord
  l'inépuisable fabrique des assignats; 2º la rareté des
  subsistances et le manque d'ouvrage qui poussaient aux armées un
  grand nombre de soldats; 3º l'ardeur que donna aux troupes
  l'avancement aux grades militaires et aux commandemens en chef; 4º
  le génie qui se développa dans une multitude de jeunes généraux en
  qui l'ivresse d'un avancement inespéré se joignait au feu de la
  jeunesse, à des habitudes d'audace, à une émulation de vaillance
  jusque là inconnue.

  On objectera que ce fut la terreur qui, en faisant périr nombre de
  vieux généraux, en mit de jeunes à la tête des armées. Mais on
  répond qu'il aurait suffi à la politique de destituer les
  premiers.

  La création, la recrutement des armées, leurs succès n'ont pas
  même été le but du gouvernement révolutionnaire. Les Montagnards
  ont fait ce gouvernement, non pour procurer une armée à l'État,
  mais pour avoir la leur contre les Girondins. La terreur a été
  faite par une faction contre l'autre. On eût dit alors qu'il y
  avait deux nations différentes au service de la France, celle qui
  composait l'armée proprement dite, et celle qui composait l'armée
  révolutionnaire. La première était dirigée par Carnot, homme
  illustre par le talent et le caractère; l'autre par le comité de
  salut public; l'une était l'armée de la république, l'autre
  l'armée de la Montagne. L'une fut la consolation et l'honneur de
  la France; l'autre en fut l'opprobre et la désolation.

Fixons d'abord, s'il se peut, notre attention sur cet état de terreur
dont nous voulons apprécier les effets.

Ce fut une crainte profonde et toujours présente de la mort, des
supplices, de l'ignominie. Ce fut une véritable maladie où le moral et
le physique étaient continuellement en action l'un sur l'autre; un
état extrême qui suspendit l'usage de la raison, qui en fut presque
l'égarement. La terreur concentra chacun en soi-même, détacha de tout
autre intérêt que celui de la conservation, dégagea des plus
importantes affaires, des affections les plus intimes, des devoirs les
plus saints, paralysa tout à la fois les bras et les âmes. Elle fit
évanouir tout respect de soi même, elle abaissa toutes les grandeurs,
avilit toutes les dignités, soit qu'elles fussent données par le
hasard ou obtenues par le mérite personnel, humilia tous les genres de
considération, et les prosterna dans la fange aux pieds de vils
scélérats. Elle poussa quelques caractères faibles à l'abandon,
quelquefois même à la trahison de leurs parens, de leurs amis, comme à
un moyen de salut, et mit beaucoup d'autres en défiance de tout le
monde: comme si ce tourment eût été un moyen de sécurité.

Toute la partie éclairée et aisée de la nation fut atteinte de cette
maladie, plus particulièrement les habitans riches des villes, plus
particulièrement encore ceux des villes manufacturières. La terreur
étant imposée par les prolétaires et pour eux, elle affectait tout ce
qui n'était pas eux, et leur pouvoir s'appesantissait d'autant plus
que la proportion de leur nombre avec celui des propriétaires d'une
même commune, était plus à leur avantage.

Si elle n'eût été générale, se serait-elle établie? S'il eût été
possible de s'y soustraire, sans en être l'instrument, de n'en pas
être victime n'en étant pas agent, n'aurait-on pas vu une ligue
puissante se former contre elle?

La terreur affecta toutes les conditions, tous les âges, tous les
sexes. Toutes les figures en portaient la sinistre empreinte. On ne
rencontrait que des regards qui l'eussent communiquée si l'on en eût
été exempt, qui la redoublaient en ceux à qui elle accordait un peu de
relâche. Et si tout n'eût annoncé qu'elle interdisait les
encouragemens, les consolations, les secours, les asiles de l'amitié,
elle n'eût pas été la terreur.

Par quelle suite d'attentats parvint-on à introduire et à soutenir
cette calamité?

Il fallut d'abord que le gouvernement rompît solennellement avec la
justice, qu'il assurât un libre cours à l'arbitraire, que l'arbitraire
fût assuré de régner sans partage. Sous le règne de la justice, le
crime tremble sans doute, mais le crime seul; et ce n'était pas contre
le crime qu'était préparée la terreur. Elle devait moins atteindre les
ennemis de l'État, que les ennemis personnels des gouvernans. Il ne
s'agissait pas d'imprimer à quelques traîtres la crainte salutaire des
lois, puisque les lois se faisaient craindre d'elles-mêmes: il fallait
imposer à tous les citoyens une crainte stupide des personnes. La
terreur du crime fait la sécurité des gens de bien, et c'était des
gens de bien que l'on avait à se défendre: c'était le crime lui-même
qui avait besoin de rejeter sa terreur sur ceux dont la justice
faisait la sécurité. En un mot l'objet n'était pas de punir, mais de
proscrire.

Ce qu'ont osé alors des scélérats se conçoit mieux que ce qu'ont paru
croire quelques gens de bien. Quand les premiers instituèrent leur
gouvernement révolutionnaire, ils dirent: nous voulons l'arbitraire
pour répandre la terreur parmi les ennemis de la patrie et la sécurité
parmi ceux qui l'aiment: comme s'il pouvait y avoir de la sécurité
pour quelqu'un là où il n'y a pas de justice pour tous. L'hypocrisie
qui exprimait cette intention en déguisa sans doute l'absurdité. On
les crut. Cependant cette belle et salutaire répartition de la
sécurité et de la terreur entre le crime et la vertu, n'était-elle pas
toute faite par la justice; et peut-elle se faire par une autre
puissance que la sienne? L'arbitraire n'est-il pas la faculté de
confondre l'innocent avec le coupable; l'arbitraire n'est-il pas la
faculté de protéger le crime, de le commettre, et de perdre
l'innocence? Et pour quel usage un gouvernement peut-il avoir besoin
de l'arbitraire, quand il a contre les malfaiteurs des lois et des
tribunaux, si ce n'est pour perdre des hommes irréprochables, et parce
qu'en accusant ceux qu'il veut perdre, il croit la justice plus à
craindre pour lui que pour ceux qu'il accuse?

Encore une fois, la première condition de la terreur, était
l'arbitraire; mais ce n'était pas assez, il le fallait plein et
entier, exempt de toute contrariété, libre de toutes sujétions, sans
frein, sans retenue. Il le fallait de plus en action, violent,
sanguinaire, redoublant chaque jour de cruauté. Si dans un pays libre
et civilisé l'arbitraire se bornait à menacer comme dans ceux où
l'habitude de la servilité en a rendu l'exercice inutile, la liberté
des esprits, l'indépendance de l'opinion, l'obligeraient bientôt à
reployer sa bannière méprisée. Chez un peuple libre et éclairé, il
faut que l'arbitraire s'annonce en frappant, et qu'il étourdisse des
premiers coups. Comme tous les grands crimes, le renversement des lois
et l'établissement de l'arbitraire ne veulent ni se faire à demi, ni
s'exécuter lentement, ni s'annoncer par des apprêts. Un bras levé
long-temps sans frapper, terrible au premier aspect, n'est bientôt que
ridicule. Il est le signe d'une volonté cruelle et d'une impuissance
honteuse; il autorise ceux qu'il menace à tout entreprendre, il les
conduit à tout oser; il redouble les dangers qu'il redoute, par ceux
dont il menace sans pouvoir les faire craindre.

Quand l'arbitraire a frappé une fois, il faut qu'il frappe toujours.
S'il s'arrête un moment, la stupeur cesse, le courage renaît, le
besoin de vengeance se joint à l'intérêt de la sûreté, et la tyrannie
peut être renversée.

Et ce n'est point assez de ne point interrompre le cours de ses excès:
il faut chaque jour l'accroître, soit en multipliant le nombre des
victimes, soit en enchérissant sur les supplices: encore aura-t-il
peine à suivre par cette progression celle des ressentimens que le
temps amasse contre lui.

Et ce n'est point assez de frapper ceux qu'on craint; il faut frapper
les époux, les pères, les enfans des victimes, et punir du même
supplice et les sollicitations faites en faveur de celles-ci, et les
asiles qui leur seront offerts, et les réclamations, les gémissemens,
les larmes des veuves et des orphelins. Il serait dangereux de laisser
ouvrir par les sollicitations une porte à l'espérance, par de secrets
asiles un moyen de sauver sa vie: la tyrannie pourrait craindre que
des gémissemens entendus par la pitié courageuse, ne fissent revenir
aux malheureux des promesses de vengeance qui donneraient quelque
relâche à la terreur.

Il faut encore que l'arbitraire frappe des victimes de tout état, de
toute profession, de tout sexe, de tout âge. S'il était une classe de
citoyens, un seul citoyen qui pût impunément élever la voix pour les
autres, il mettrait en péril l'arbitraire et ses agens.

Comme la tyrannie ne peut pas admettre la justice des tribunaux en
concurrence avec l'arbitraire, il ne peut non plus consentir à la
puissance de l'opinion; s'il n'interdisait la liberté de la presse et
de la parole, cette liberté le renverserait. Mais interdisant la
liberté de la presse et la parole aux citoyens, il faut aussi qu'il
l'interdise à la représentation nationale; car si l'oppression peut
craindre qu'une ligue, un mot, une plainte des opprimés n'appelle le
courage au secours du malheureux, comment serait-elle sans alarmes,
comment ceux en qui elle veut imprimer la terreur seraient-ils sans
confiance en voyant, en face de l'arbitraire, une tribune d'où les
représentas du peuple tonneraient contre elle avec toute l'autorité de
leur considération, toute la force de leur talent, tout l'ascendant de
leur position? Cette tribune ne serait-elle pas l'encouragement,
l'espoir, la force des malheureux? Y aurait-il long-temps des
malheureux? Aussi la convention vit-elle, mais trop tard, qu'en
donnant l'arbitraire au gouvernement, elle faisait cesser pour
elle-même tout exercice de l'autorité législative, la prérogative de
l'inviolabilité, la liberté de la presse, de la parole, de la pensée;
aussi vit-elle, par la longue effusion de son propre sang, que quand
d'infidèles mandataires du peuple le livrent à l'arbitraire, ils s'y
soumettent eux-mêmes; que quand ils abandonnent ses droits, ils
abdiquent leurs pouvoirs; que quand ils nous interdisent les
gémissemens, les plaintes, ils ne peuvent se permettre le plus secret
murmure; enfin, que quand ils livrent nos têtes, ils exposent la leur.

L'arbitraire n'a point à dérider quelles actions sont criminelles; dès
qu'un homme lui est suspect, il n'est point innocent.

Il n'a point à déterminer les circonstances qui sont des motifs de
suspicion: tout soupçon est fondé dès qu'il n'a pas été prévenu.

Il n'a point à déterminer la mesure de preuves nécessaires, ni pour
l'accusation, ni pour la condamnation: la délation suffit pour accuser
et condamner.

Rien ne l'assujettit à des formes ni pour l'accusation, ni pour
l'instruction, ni pour le jugement: il juge sans procédure; rien
n'arrête pour le choix des juges, pourvu qu'il puisse indifféremment
faire asseoir les bourreaux sur le tribunal ou charger les magistrats
de l'office de bourreaux.

Cependant ce n'est que par degrés que l'arbitraire s'affranchit de
l'importunité des formes et de toute retenue dans le choix et le
nombre des victimes. Non qu'il ne puisse secouer tout-à-coup tout
scrupule et toute pudeur, mais par cet instinct secret qui lui fait
craindre qu'arrivé aux dernières limites de la férocité, il n'y trouve
aussi le terme de sa durée.

Ainsi l'on commença par dire quelles conditions, quelles actions,
quelles liaisons seraient réputées suspectes. C'étaient d'abord les
nobles, c'étaient, les parens d'émigrés; ce furent ensuite les riches,
les marchands; ce furent plus tard les auteurs d'écrits ou de discours
contre la liberté; enfin ce furent tous ceux à qui les comités de
surveillance jugèrent à propos de ne pas accorder de certificats de
civisme, c'est-à-dire tous ceux qu'il plut aux prolétaires de désigner
comme indignes de leur confiance; ce furent, comme on le dit alors,
les _hommes suspects d'être suspects_.

On ordonna d'abord le désarmement des suspects, ensuite l'inscription
de leurs noms et qualités sur la porte de leur domicile, bientôt après
leur arrestation et leur détention jusqu'à la paix.

En même temps que l'arbitraire étendait ainsi la classe des suspects,
et aggravait leur sort, il étendait celle des actions, des écrits, des
discours qui seraient punis de mort: on avait d'abord déterminé que
ce serait la résistance aux lois de la république, les écrits, les
discours qui y seraient contraires. Bientôt on ajouta tout ce qui
serait contraire aux arrêtés du comité de salut public. Bientôt
ensuite on déclara contraires aux lois de la république et aux décrets
du comité de salut public, non seulement les actions, les écrits, les
discours royalistes, fédéralistes, mais aussi tout ce qui serait trop
conforme à l'esprit du gouvernement révolutionnaire; les exagérations,
les applications erronées des principes républicains, en paroles, en
actions, en écrits: de sorte qu'on marqua autant d'écueils au-delà
qu'en-deçà.

Ces lois ne laissant rien d'innocent dans les actions, ni dans les
pensées, et soumettant la convention elle-même aux proscriptions du
comité, l'intérêt de finir l'arbitraire et la terreur se fit sentir
aux conventionnels. Alors on vit éclore une faction nouvelle, celle
des modérés; un crime nouveau, le modérantisme: crime grave sans
doute, le plus grave de tous, car il attaquait dans ses fondemens le
comité de salut public entre les mains de qui résidait le gouvernement
révolutionnaire. Ce fut alors que la pitié pour les malheureux, les
asiles qui leur furent ouverts, les sollicitations des pères, des
enfans, des époux, en leur faveur, les gémissemens et les larmes des
veuves et des orphelins, se trouvèrent au premier rang dans les crimes
d'État, et assimilés aux manoeuvres des plus abominables
conspirations.

Tout fut crime alors, excepté le crime même. Plus de suspects: tous
étaient coupables. Il ne fut plus question de tenir en prison jusqu'à
la paix ceux qui étaient incarcérés: jusqu'à la paix! les malheureux
ne devaient jamais la voir!

Tandis que l'arbitraire désignait ainsi les crimes et les coupables,
il ne laissait point en arrière les formes de ses procédures, ni la
composition de ses tribunaux. Après le 10 août on avait institué un
tribunal _extraordinaire_; on nomma et l'on constitua ensuite un
tribunal _révolutionnaire_, sous l'autorité du comité de salut public,
composé d'hommes de son choix, soudoyé par lui, obligé de lui rendre
compte chaque jour de ce qu'il avait fait, et de prendre l'ordre sur
ce qu'il aurait à faire le jour suivant. Pendant que ce tribunal
faisait couler le sang à Paris, des tribunaux révolutionnaires, des
commissions militaires, instituées, échauffées par des commissaires de
la convention, soutenus par des armées révolutionnaires, répandaient
la terreur et le deuil dans les provinces.

Les procédures avaient toujours peu gêné le tribunal révolutionnaire
de la capitale. La loi du 27 mars 1793, loi proposée par Danton,
adoptée par l'unanimité de la convention, et en vertu de laquelle il a
été jugé, ainsi que plusieurs de ses collègues[111], avait mis
formellement _hors la loi_ les aristocrates et les ennemis de la
révolution. Cependant un autre décret du 29 octobre 1793 (8 brumaire
an II) autorisait à examiner les preuves d'aristocratie, sauf à
abréger le débat lorsqu'il paraîtrait trop long. Mais un autre décret
du 4 avril 1794 (15 germinal an II), rendu à l'occasion du jugement de
Danton même, ordonnait de _mettre hors des débats_, c'est-à-dire de
déclarer hors la loi tout prévenu qui insulterait à la justice
nationale, c'est-à-dire qui essaierait de se défendre; et bientôt
après toute personne fut autorisée à arrêter et traduire devant les
magistrats, les conspirateurs et contre-révolutionnaires. Alors le
malheur d'être soupçonné ou même accusé sans soupçon tenant lieu de
crime, et la délation tenant lieu de preuve, il ne s'agissait plus de
juger, mais d'exécuter une proscription. Aussi le 10 juin 1794 (22
prairial an II), les interrogatoires des prévenus furent retranchés de
l'instruction; tout défenseur leur fut refusé; on en vint à faire un
crime aux juges, non seulement de demander des preuves pour condamner,
mais d'en admettre et de perdre du temps à en écouter: non seulement
d'absoudre, mais de ne pas accélérer les condamnations. En effet, tous
étant _hors la loi_, il ne fallait plus de jugemens, mais de simples
attestations de l'identité des proscrits.

  [111] Voici le décret du 27 mars 1793, qui fait le fond de toutes
  les lois postérieures concernant les suspects, et qui a fait _la
  base de la justice_ pendant plus d'une année.

  «La convention nationale, sur la proposition d'un membre, déclare
  la ferme résolution de ne faire ni paix, ni trève aux aristocrates
  et à tous les ennemis de la révolution; _elle décrète qu'ils sont
  hors la loi_, que tous les citoyens seront armés au moins de
  piques, _et que le tribunal extraordinaire sera mis dans le jour
  en pleine activité_.»

  Fouquier-Tinville, lors de son jugement, disait: «Vous nous
  accusez d'avoir condamné, sans motifs suffisans, ou sans
  instruction suffisante des procès. Eh bien! si nous n'avons
  condamné que des aristocrates, la loi n'admet pas de nuances; elle
  n'admet pas même de procès pour eux; _il n'y avait que l'identité
  des personnes à constater et tout ce qu'on a toujours fait au-delà
  était surabondant_. Tout notre tort c'est d'avoir mis en tête de
  nos jugemens telle loi plutôt que celle du 27 mars; mais au fond,
  c'est la même chose...» Prudhomme fait, sur cette défense,
  l'observation suivante: «Ce que Fouquier n'avait pas osé faire une
  seule fois se pratiqua constamment sous les yeux de Tallien et
  Isabeau à Bordeaux. Tous les jugemens de la commission populaire
  avaient pour base ce décret de _mise hors la loi_.»

La terreur ne put s'établir que par ce monstrueux exercice de
l'arbitraire le plus effréné.

Combien dura ce régime, comment finit-il, quel avantage en tirèrent
ses auteurs?

L'arbitraire, principe de la terreur, écrasa sans doute un grand
nombre des victimes qu'il avait désignées, mais il fit périr aussi
tous ceux qui le professèrent, et ceux qui l'exercèrent, et ceux qui
en furent les instrumens; il fit périr les tyrans par les tyrans; il
fit périr tous ses agens par l'anarchie réactionnaire qui succéda à la
terreur. Enfin il laissa le prolétaire dans l'indigence, dans
l'humiliation, dans le repentir.

La Gironde, pendant la session de l'assemblée législative, avait fait
les premiers essais de l'arbitraire, par l'établissement d'un tribunal
extraordinaire et de procédures particulières, ensuite par ses
accusations contre les ministres et par ses provocations contre la
cour. Dans les premiers temps de la convention, elle concourut, avec
la Montagne, à développer ce système. La Montagne s'en est servie
pour faire périr la Gironde.

Après la destruction de la Gironde, la Montagne s'étant divisée en
deux partis, celui de Marat et Hébert d'un côté, celui de Robespierre
et Danton de l'autre, ce dernier fit périr les Hébertistes et les
Maratistes, comme tous ensemble avaient fait périr la Gironde.

Robespierre et Danton, restés maîtres du champ de bataille, se
divisèrent à leur tour. Robespierre envoya Danton à l'échafaud, de la
même manière que Danton et Robespierre y avaient envoyé de concert les
Girondins et les Maratistes.

Robespierre ayant voulu de nouvelles victimes parmi ses coopérateurs,
Tallien, Bourdon, Cambon, Barrère, Billaud, Collot, ceux-ci firent
tomber sa tête comme eux et lui avaient fait tomber celles des
Girondins, des Maratistes, des Dantonistes.

Tous, après avoir désigné, dans leur puissance, leurs ennemis à la
haine populaire, les avoir chargés de calomnies, et accablés
d'outrages, le furent à leur tour par un ennemi devenu supérieur.
Tous, après avoir imputé à leurs victimes des crimes imaginaires,
furent l'objet d'accusations calomnieuses et dérisoires. Tous, après
avoir porté leurs accusations sans entendre les prévenus, furent aussi
accusés sans avoir été entendus. Tous, après avoir concouru à remplir
les prisons de personnes irréprochables, y furent jetés en criminels,
et plusieurs comme complices des accusés qu'ils y avaient envoyés avec
fureur. Tous, après avoir appelé par des accusations atroces, des
condamnations sans formes, ont été à leur tour condamnés sans être
jugés. Tous, après avoir envoyé leurs victimes à des assassins qu'ils
avaient assis d'un commun accord sur le tribunal révolutionnaire, y
furent eux-mêmes envoyés en victimes vouées au supplice. Tous enfin se
flattaient, en allant à l'échafaud, que le peuple s'indignerait de
leur proscription: les plus favorisés furent regardés avec
indifférence; la plupart reçurent les mêmes outrages que les
malheureux qui les avaient précédés: soit que le peuple ne voulût pas
douter de la justice du plus fort dont il était l'appui, soit plutôt
qu'un sentiment de justice naturelle lui fît trouver quelque
satisfaction à voir le crime puni par le crime, dans un temps où les
tribunaux étaient sans force ou plutôt sans existence.

Alors l'arbitraire avait atteint les dernières limites où il pût
porter ses excès; il avait multiplié les condamnations autant qu'il
était possible, aboli les formalités des jugemens, mis en place des
juges accomplis en férocité, étendu ses exécutions sanguinaires à
toutes les conditions, à tous les âges, à tous les sexes, aux auteurs
de la terreur même, à ses ministres, à ses agens, à ses bourreaux.
Enfin le nombre des hommes atteints par la terreur s'était accru d'une
partie de ceux qui l'avaient répandue; et le nombre de ses agens
n'était plus en proportion avec le nombre de ceux qu'il fallait y
tenir enchaînés. La honte, l'horreur d'eux-mêmes gagnait ces agens
fatigués de crimes. Dans cette situation, il suffisait qu'un seul
malheureux tentât les ressources du désespoir et fît entendre un cri
de vengeance, pour que la terreur s'évanouît.

Les membres de la convention qui prévoyaient pour eux-mêmes le sort de
plusieurs de leurs collègues, étaient prêts à donner le signal de la
révolte, lorsque Robespierre fut attaqué par Billaud. Aussi
saisirent-ils ce moment. L'unanimité de la convention, bientôt
confondue avec celle de la nation, proclama la chute du tyran et de la
tyrannie, de l'arbitraire et de la terreur. La terreur finit avec
Robespierre. En vain le comité de salut public voulut-il la maintenir
en la ramenant, disait-il, à son institution primitive, en bornant son
atteinte aux royalistes et aux contre-révolutionnaires: on rejeta ce
système comme absurde. On vit alors que la terreur est un ressort que
rien ne soutient quand il s'affaiblit, que rien ne supplée quand il se
rompt; et qu'inévitablement elle succombe au premier choc. Mais
c'était peu: on éprouva que la cruauté ajoutée à l'injustice produit
les plus implacables vengeances, la plus violente réaction. Tallien et
les anciens amis de Danton, après s'être réunis avec Barrère,
Collot-d'Herbois et Billaud-Varennes pour renverser Robespierre et ses
satellites, se séparèrent de ces trois conjurés et les firent
condamner à la déportation, comme ils avaient ensemble condamné
Robespierre à périr. Enfin pour que la même année vît engloutir dans
le gouffre de l'arbitraire les chefs et les principaux agens de la
terreur, le tribunal révolutionnaire, ce tribunal qui sans motifs et
sans jugemens avait envoyé à l'échafaud tant de milliers de victimes
innocentes, et presque tous ceux qui avaient concouru à le dresser, y
fut envoyé lui-même tout entier par le parti vengeur de Danton, qui
fut en cette circonstance vengeur de la nation et de l'humanité[112].

  [112] Le 17 germinal an II, la commission révolutionnaire de Lyon
  a condamné à mort l'exécuteur des jugemens criminels de Lyon,
  Jean Ripet, âgé de cinquante-huit ans, l'un des plus infatigables
  bourreaux de la révolution. Il a été exécuté par son frère,
  exécuteur des jugemens criminels de l'Isère qui l'aidait
  précédemment dans ses exécutions militaires à Lyon.

La mort de Robespierre fut donc la catastrophe qui mit fin au
gouvernement révolutionnaire et à la terreur. Mais à la terreur
succéda l'anarchie, et l'arbitraire demeura.

La vengeance se saisit de l'arbitraire, et de toutes les armes qu'il
avait employées. Après avoir commandé dans le sein de la convention la
déportation de Collot, de Billaud et de Barrère, et envoyé le tribunal
révolutionnaire au même échafaud où il avait envoyé des milliers de
victimes, la vengeance répandit ses fureurs dans les provinces.
Partout où le gouvernement révolutionnaire avait exercé ses ravages,
elle agita ses torches et fit étinceler son poignard; à Lyon, à
Marseille, à Toulon, elle se signala comme l'avait fait la terreur.
Partout elle rechercha et suivit les traces de sang qu'avaient
laissées les victimes, pour les couvrir du sang des bourreaux. Ceux
qui se sont soustraits à la mort ou à l'exil, n'ont pu se soustraire à
l'infamie. Enfin les prolétaires, aveugles instrumens de passions
criminelles, revenus et honteux des odieuses espérances qui les
avaient entraînés, déchus de leurs véritables moyens d'existence, de
l'habitude du travail, de l'industrie, du courage, appauvris par la
rapine, par une vie dissolue, par l'abaissement du crime, tournaient
leurs regards vers les ateliers où ils avaient trouvé si long-temps la
subsistance de leurs familles, et leurs regards ne rencontrèrent plus
que des ruines.

Tel a été le règne de l'arbitraire durant la terreur, tel il a été
dans sa force, telle a été sa chute, telles ont été ses conséquences,
tels ont été les châtimens de ses auteurs et de ses coopérateurs.

Ainsi périront hors la loi, tous les agens des princes contempteurs
des lois, par l'arbitraire tous les fauteurs de l'arbitraire; ainsi
périront par la force, les gouvernemens qui auront méconnu la justice;
par la révolte, ceux qui auront exercé la tyrannie; ainsi tomberont
avec la tyrannie, les tyrans et les suppôts qu'ils auront épargnés;
et s'ils échappent aux premiers coups, ils succomberont bientôt aux
vengeances qui seront déchaînées contre eux par l'anarchie, inévitable
suite de la terreur.



NOTE

QUI SE RAPPORTE A LA PAGE 68 ET SUIVANTES.

De la Souveraineté.


Il est possible d'établir quelques principes sur le droit de
souveraineté.

La souveraineté est le droit d'avoir et d'exercer une volonté
supérieure à toutes les volontés; c'est par conséquent un droit
accompagné des moyens de résister à toutes les attaques et de vaincre
toutes les résistances.

Cette seconde condition est inséparable de la première: car la faculté
de vouloir sans pouvoir ne serait pas plus la souveraineté que la
libre volonté dans une paralysie n'est l'indépendance. La souveraineté
se compose donc de droit et de fait, de volonté et d'action, de
vouloir et de pouvoir.

Le pouvoir, proprement dit, est une faculté physique; c'est, ou une
force naturelle inhérente au souverain, ou une force composée et
d'institution.

Le _droit_ de la souveraineté est d'institution, et ne peut procéder
que d'une convention de chacun avec tous, de tous avec chacun. Pour
qu'un million, cent millions d'hommes aient des droits sur un
individu, il faut qu'ils forment une société, et que cet individu en
fasse partie; sinon il serait à l'égard de cette multitude dans l'état
de nature, où nul n'a de droits (_jura_) à exercer sur un autre; mais
seulement un droit naturel, une équité volontaire à invoquer, _quid
æquum, quid rectum_.

La souveraineté est donc le droit originairement acquis à la société
en corps par l'association même sur chacun de ses membres en
particulier.

La souveraineté est inaliénable de droit et de fait. De droit, parce
que la société ne peut se dépouiller, sans être contraire au but de sa
formation, des droits qu'elle a pour objet de garantir; et parce que
ces droits sont inséparables de la qualité d'homme; de fait, parce que
le tout est nécessairement plus fort que la partie quand il veut
l'être.

Le principe de l'inaliénabilité n'empêche pas que la société ne puisse
déléguer l'_exercice_ et la jouissance d'une portion du pouvoir
souverain, telle que celle de faire exécuter les lois, et que l'usage
ne puisse donner à cette délégation le titre de pouvoir souverain par
une extension usitée dans le langage. La délégation peut se faire,
soit à un individu, soit à une suite d'individus d'une même famille,
soit à un certain nombre d'individus simultanément et collectivement;
mais dans tous les cas, avec des précautions suffisantes pour ne
point compromettre le fond du droit, et même pour éviter l'abus sans
empêcher le bon usage de la portion de souveraineté dont l'exercice
est délégué. Par exemple, une nation peut déléguer le pouvoir
d'exécuter les lois sous les réserves suivantes: 1º qu'elle les fera
par elle-même ou par des représentans; 2º que l'application des lois
pénales qui intéressent la liberté, et des lois civiles qui
intéressent la propriété, sera remise à des juges indépendans; 3º que
l'argent nécessaire pour défrayer le service de la délégation non
seulement sera voté par la nation ou ses représentans, mais aussi le
sera périodiquement et annuellement; 4º enfin, que le pouvoir délégué
retournera à la nation lorsqu'arrivera l'extinction de la personne ou
de la suite de personnes, ou de l'agrégation de personnes à qui la
délégation a été faite. Chacune de ces précautions sera séparément un
témoignage toujours évident de la souveraineté nationale. Étant
réunies, elles pourront suffire contre les entreprises du pouvoir
délégué.

Pour exercer le pouvoir délégué, le prince a besoin de subdélégués et
de force. Sa force ne peut être qu'un extrait de la force générale de
la société; toutefois accru des moyens artificiels d'armement, de
maniement des armes, de mouvemens de masses réunies ou séparées. Les
magistrats subdélégués et la force armée ont eux-mêmes besoin de
moyens de subsistance qui se renouvellent sans cesse comme le besoin.
Ces moyens sont représentés par l'argent. L'argent est un produit de
la propriété particulière qui est garantie par la société et sur
laquelle les particuliers n'ont rien cédé de leur droit. La
contribution est un acte volontaire que la société s'est réservé de
voter périodiquement. Si elle la refuse, c'est qu'elle réprouve
l'usage qui a été fait du pouvoir: elle le suspend, elle l'anéantit.
Si le prince veut, au lieu d'une contribution volontaire, un impôt, en
fixer le montant et le lever en vertu de sa volonté, la nation refuse.
Si le prince, pour vaincre le refus, essaie d'employer la force, il
risque de deux choses l'une, ou d'éprouver le refus de la force
elle-même, ou de provoquer contre elle la force générale et souveraine
dont elle est extraite et à laquelle il n'y a point d'égale. C'est le
soulèvement de cette force générale qu'on nomme l'insurrection; elle
est le terme de la délégation du prince, surtout si la force
constituée a refusé d'agir pour soumettre la résistance de la nation à
l'impôt. On peut dire alors que le pouvoir délégué est rentré de
lui-même dans le pouvoir souverain dont il était détaché; puisque le
droit de commander sans moyens de contraindre à l'obéissance est un
droit chimérique; ne pas garder ces moyens quand on en a été investi,
c'est comme ne les avoir pas reçus.

Non seulement le droit de voter la contribution est une réserve de la
souveraineté nationale, mais de plus l'exercice de ce droit est la
preuve du pouvoir suprême, puisqu'il est son fait et qu'il sert de
régulateur à la portion de puissance déléguée.

Il suffirait de la réversibilité de la couronne à la nation, pour que
la souveraineté nationale ne fût pas douteuse. Dire qu'elle revient à
la nation dans un cas quelconque, c'est dire qu'elle est venue d'elle,
et que la nation est supérieure à celui qui l'a reçue. Dire que la
nation pourrait seule disposer du trône si la famille qui l'occupe
venait à manquer, c'est dire qu'elle y a élevé la famille régnante,
que c'est elle qui a élevé le trône même.

Le droit de ne payer que des contributions consenties, le droit d'être
jugé par des juges indépendans, ont toujours été de droit public en
France, et sont consacrés par la charte. La réversibilité de la
couronne, au défaut d'héritiers mâles dans la famille royale, a
toujours été regardée comme incontestable. De plus elle a été
solennellement reconnue en 1717 par tous les membres de la maison de
Bourbon individuellement, et consacrée par une loi revêtue des
formalités alors légales. Elle l'a été récemment, au couronnement de
Charles X, dans un mandement de l'archevêque de Reims qui rapporte les
droits de la dynastie régnante au trône, non au droit divin, ni à
l'onction sainte, mais à la loi de l'État qui a fixé la succession au
trône de France.

Je transcrirai à la suite de cette note, et la loi de 1717 et la
partie du mandement publié pour le couronnement de Charles X.

Les personnes qui voudront bien réfléchir sur ces textes, ainsi que
sur le droit de voter l'impôt, seront convaincues que s'il est
criminel de dire que la souveraineté appartient à la nation, les
premiers coupables à qui il faut faire le procès sont l'archevêque de
Reims, Louis XV, le duc d'Orléans régent, le duc de Bourbon, les
princes de Conti, le comte de Charolais, et le parlement qui a
enregistré l'édit de 1717.

Ce qui a fait méconnaître l'inaliénabilité du pouvoir souverain, c'est
l'appréhension qu'elle n'autorise ou du moins ne favorise l'opinion
que la nation peut, quand il lui plaît, destituer son roi, le juger,
le condamner, même le mettre à mort, et substituer à la monarchie une
autre forme de gouvernement. Je l'ai dit dans l'écrit qu'on vient de
lire, je l'ai dit plus fortement encore, lorsqu'on a commencé le
procès de Louis XVI: quand la nation a délégué une portion de
souveraineté en stipulant l'irrévocabilité et l'inviolabilité de ceux
qui l'exerceront, leur personne, leur titre, leur droit héréditaire et
leur autorité sont aussi sacrés que s'ils étaient souverains par la
grâce de Dieu, et beaucoup plus que s'ils l'étaient par la grâce de
leur épée. Le mépris du principe a été une des calamités de la
révolution.



ÉDIT

DE JUILLET 1717.


Quelques notions préliminaires ne sont pas inutiles à rappeler.

Au mois de juillet 1714, Louis XIV avait ordonné par un édit que si
les princes légitimes de la maison de Bourbon venaient à manquer, le
duc du Maine et le comte de Toulouse, ses fils adultérins,
succéderaient à la couronne de France. Cette loi a eu pour motifs
apparens, les malheurs et les troubles qui pourraient arriver un jour
dans ce royaume, si tous les princes de la maison royale venaient à
manquer.

Le même édit ordonnait que le duc du Maine et le comte de Toulouse
auraient entrée et séance au parlement, au même âge et avec les mêmes
honneurs que les princes du sang, et qu'ils jouiraient des mêmes
prérogatives dans toutes les cérémonies où le roi et les princes se
trouveraient. Cet édit avait été enregistré au parlement, le 2 août de
la même année 1714.

Quelque temps après, des chambres du parlement ayant refusé de donner
aux princes légitimés la qualité de princes du sang, Louis XIV, par
une déclaration du 23 mai 1715, défendit de faire aucune différence
entre les princes légitimes et les princes légitimés, ordonna que
ceux-ci prendraient la qualité de princes du sang, et qu'elle leur
serait donnée dans tous les actes judiciaires et autres.

Trois mois après cette déclaration, Louis XIV meurt.

Alors trois princes du sang, le duc de Bourbon, le comte de
Charolais et le prince de Conti, présentent au roi, dans son conseil,
une requête et différens mémoires pour obtenir la révocation de l'édit
du mois de juillet 1714, et de la déclaration du 23 mai 1715. Un des
griefs exposés dans leurs requêtes est que la ligne masculine et
légitime venant à manquer dans la maison de Bourbon, c'est à la nation
à faire choix d'une famille pour régner, et que Louis XIV n'avait pas
le droit de disposer de la couronne.

Il faut remarquer qu'alors Louis XV était mineur, et le duc d'Orléans
régent.

La requête fut communiquée aux princes légitimés, qui supplièrent le
roi de la renvoyer à sa majorité, ou de faire _délibérer les états du
royaume juridiquement assemblés, sur l'intérêt que la nation pouvait
avoir aux dispositions de l'édit de juillet, et s'il lui était utile
ou dangereux d'en demander la révocation_. Peu après que cette
requête eut été présentée, les princes légitimés firent une
protestation aux mêmes fins, devant notaire, et ils présentèrent une
requête au parlement pour obtenir le dépôt de cette protestation au
greffe. Le parlement rendit compte de cette requête au roi, et
attendit ses ordres pour statuer.

Au mois de juillet 1717, le roi mit fin à la difficulté par un édit
qui révoqua et annula celui du mois de juillet 1714, et la déclaration
du 23 mai 1715.

Cet édit signé _Louis_, l'est aussi par le duc d'Orléans, régent,
présent.

Le préambule de la loi expose les principes que nous allons transcrire
littéralement, dans la crainte d'en altérer la substance.

«Nous espérons (c'est Louis XV qui parle) que Dieu qui conserve la
maison de France depuis tant de siècles, et qui lui a donné dans tous
les temps des marques si éclatantes de sa protection, ne lui sera pas
moins favorable à l'avenir, et que la faisant durer autant que la
monarchie, il détournera par sa bonté le malheur qui avait été l'objet
de la prévoyance du feu roi. _Mais si la nation française éprouvait
jamais ce malheur, ce serait à la nation même qu'il appartiendrait de
le réparer par la sagesse de son choix_; et puisque les lois
fondamentales de notre royaume nous mettent dans une heureuse
impuissance d'aliéner le domaine de notre couronne, nous faisons
gloire de reconnaître _qu'il nous est encore moins libre de disposer
de notre couronne même_: nous savons qu'elle n'est à nous que pour le
bien et pour le salut de l'État, et que par conséquent _l'État seul
aurait droit d'en disposer_ dans un si triste évènement que nos
peuples ne prévoient qu'avec peine, et dont nous sentons que la seule
idée les afflige. Nous croyons donc devoir à une nation si fidèlement
et si inviolablement attachée à la maison de ses rois, la justice de
ne pas prévenir le choix qu'elle aurait à faire, et c'est par cette
raison qu'il nous a paru inutile de la consulter en cette occasion où
nous n'agissons que pour elle, en révoquant une disposition sur
laquelle elle n'a pas été consultée; _notre intention étant de la
conserver dans tous ses droits_, en prévenant même ses voeux, comme
nous nous serions toujours cru obligé de le faire pour le maintien de
l'ordre public, indépendamment _des représentations que nous avons
reçues de la part des princes de notre sang_.»

Tels sont les motifs littéralement exprimés dans l'édit de 1717, qui
révoque celui de 1714 et la déclaration de 1715.

La fin du préambule que nous venons de citer, indique que les
principes exposés étaient invoqués par les princes du sang, dans la
requête présentée par eux au conseil de régence. Ainsi ajoutant à
l'hommage que leur ont rendu les princes requérans, celui que leur
rend le duc d'Orléans, présidant le conseil de régence, en signant
l'édit et en l'envoyant au parlement, on peut dire que tous les
princes de la maison de Bourbon ont alors individuellement exprimé
leur profession de foi sur les droits de la nation; ajoutez le
suffrage unanime des membres du conseil du roi, entre lesquels on voit
l'illustre d'Aguesseau, et l'assentiment unanime du parlement qui a
enregistré, sans le moindre délai, l'édit de révocation de 1717, et il
sera, je crois, évident que la royauté de droit divin, la royauté
telle qu'elle était dans Israël, telle que nous la donne Bossuet,
telle que croyait la posséder Louis XIV, a été désavouée par la
famille de ce prince, immédiatement après sa mort.

L'édit de juillet 1717 qui renferme tout ce qu'on vient de lire, est
imprimé dans tous les recueils du temps.



EXTRAIT

DU MANDEMENT DE L'ARCHEVÊQUE DE REIMS,

A L'OCCASION DU SACRE DE CHARLES X.

(_Moniteur_, 29 avril 1825.)


«....Mais n'allez pas, N. T. C. F., conclure de ces réflexions,
n'allez pas supposer que nos rois viennent recevoir l'onction sainte
pour acquérir ou assurer leurs droits à la couronne: non, leurs droits
sont plus anciens, ils les tiennent de l'ordre de leur naissance, et
de cette loi immuable qui a fixé la succession au trône de France, et
à laquelle la religion attache un devoir de conscience...»

   _Nota._ Pour concevoir l'aveu que contient ce mandement, il faut
   se rappeler que Napoléon avait aussi reçu l'_onction-sainte_.


FIN.



TABLE DES MATIÈRES.


    Avertissement                                                    j

    Lettre à Monseigneur le duc d'Orléans                          vij

    L'Esprit de la révolution                                        1

    Appendice.--De la terreur                                      193

    Note                                                           222

    Édit de juillet 1717                                           229

    Extrait du mandement de l'archevêque de Reims, à l'occasion
    du sacre de Charles X                                          234


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'esprit de la révolution de 1789" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home