Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3694, 13 Décembre 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3694, 13 Décembre 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3694, 13 DÉCEMBRE 1913 ***



L'Illustration, No. 3694, 13 Décembre 1913

AVEC CE NUMÉRO _"La Petite Illustration"_ CONTENANT _JEAN et LOUISE_ par
ANTONIN DUSSERRE _TROISIÈME ET DERNIÈRE PARTIE_


[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]


[Illustration: Ce numéro contient:

1° LA PETITE ILLUSTRATION. Série-Roman n° 20: JEAN ET LOUISE, par M.
Antonin Dusserre;

2° Un SUPPLÉMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER de deux pages.


L'ILLUSTRATION _Prix du Numéro: Un Franc._ SAMEDI 13 DÉCEMBRE 1913 _71e
Année.--Nº 3694._]

[Illustration: M. JOSEPH CAILLAUX. RUE DE VALOIS, PENDANT LA CRISE _Voir
l'article, page 482._]

L'échéance de la fin de décembre étant une des plus importantes de
l'année, nous demandons à ceux de nos lecteurs dont l'abonnement expire
à cette date de vouloir bien ne pas attendre pour le renouveler les
derniers jours du mois. En nous adressant le plus tôt possible leur
renouvellement (France et colonies: 40 francs; Étranger; 52 francs), ils
épargneront un surmenage excessif à nos employés au moment des fêtes de
Noël et du Jour de l'An, et ils éviteront en même temps tout retard dans
la réception des premiers numéros de 1914.



NOS SUPPLÉMENTS

THÉÂTRE

_Le numéro de_ La Petite Illustration _du 20 décembre contiendra:_

_Le Phalène, par_ HENRY BATAILLE. _Dans les numéros suivants
paraîtront:_

_L'Occident, par_ HENRY KISTEMAECKERS;

_Le Veau d'or, par_ LUCIEN GLEIZE;

_Le Procureur Hallers, adapté du texte allemand de_ _Paul Lindau_ _par_
HENRY DE GORSSE ET LOUIS FOREST;

_L'Institut de Beauté, par_ ALFRED CAPUS;

_Rachel, par_ GUSTAVE GRILLET;

_Les Deux Canards, par_ TRISTAN BERNARD ET ALFRED ATHIS;

Etc., etc.

ROMANS

_Après cette série de publications théâtrales, nous ferons paraître un
très important roman:_ Le Démon de midi, par PAUL BOURGET.

_Nous publierons ensuite:_

_La Petite Fille de Jérusalem, par_ MYRIAM HARRY; _Le Sol natal, par_
VICTOR MARGUERITTE; _Valentine Pacquault, par_ GASTON CHÉRAU; _La Hâte,
par_ F. VANDÉREM; _Le Remous (nouvelle), par_ MICHEL CORDAY;
_L'Andalousie (notes de voyage), par_ CLAUDE FERVAL; Etc., etc.



COURRIER DE PARIS

J'AI PARLÉ AU BOUQUINISTE

Le père Mammès est un bouquiniste de mes amis.

Quai Voltaire, il occupe, depuis des années, comme s'il l'avait conquise
par la force, la même place. Il a là un bastion d'une trentaine de
boîtes, alignées sur le parapet, et fermées chacune par un couvercle
recouvert de zinc comme un petit toit.

Quand je l'abordai, il était, selon son habitude, assis contre son
platane, sur la même chaise à mi-dossier que je lui connais et qui n'est
jamais d'aplomb parce que les deux pieds de devant posent sur le bord de
la cuvette de terre qui entoure l'arbre à sa base, tandis que les deux
pieds de derrière touchent le fond de la cavité. Il avait enfin le même
pardessus noir et olive qui le fait de loin ressembler, lui aussi, à un
tronc d'arbre, et le même cache-nez de laine toujours humide et pendant,
un peu défrisé, ainsi qu'une oreille de caniche, et le même teint
coloré de peintre paysagiste, et les mêmes lunettes rondes, rouillées,
aux verres épais comme des glaces d'aquarium.

--Eh bien, père Mammès, lui dis-je en l'abordant, je vois que l'on fait
des misères à votre corporation?

Il se leva de sa chaise de bois qui se balança un instant toute seule
quand il l'eut quittée, et mettant aussitôt, pour parler, sa main devant
sa bouche, contre ses vieilles moustaches jaunes--sans doute pour se
garantir la gorge des brouillards--il me dit:

--Oui, monsieur, on nous tourmente. On prétend...

--Qui cela?

--Je ne sais pas... _On_, c'est-à-dire des gens, des personnes du
quartier ou d'ailleurs... des mauvais voisins... Ceux qu'on appelle on
enfin, eh bien, _on_ prétend que nos couverques levés bouchent la vue...
je vous demande un peu!... la vue de quoi?

--Mais de la Seine, mon ami, du Louvre, du merveilleux décor...

--Excusez-moi, monsieur, d'être grossier et de vous interrompre, dit-il
en retirant ses doigts de ses moustaches pour les poser sur ma manche où
il les laissa, les trouvant bien là... mais la Seine! vous me parlez de
la Seine!... Comme c'est surfait! Vous trouvez ça joli? et sympathique?
là, franchement? il n'y a que nous deux... et personne ne nous écoute.
C'est très laid, monsieur, la Seine, vous le savez bien? c'est de l'eau,
et de l'eau corrompue encore!... Qui est-ce qui s'en occupe? Non! Dire
que nous empêchons de regarder la Seine, c'est un pamphlet, monsieur,
parce qu'en dehors des bateliers qui l'habitent, qui en vivent, qui ont
leurs boîtes dessus, comme nous sur le quai, et en dehors aussi des
pêcheurs qu'attire le poisson pourri, personne, je vous le répète, ne
fait attention à la Seine. Et puis, si on veut absolument la voir... eh
bien, il y a les ponts, qui sont faits pour cela. C'est une chose bien
connue d'ailleurs, quand on a de l'instruction, que la vue d'un fleuve n
'est supportable que des ponts, et jamais du bord. Le bord c'est pour
les livres. Observez, monsieur, les endroits des quais où il n'y a pas
de boîtes, pas de bouquinistes, rien... la solitude, le vide, la
détresse... voyez-vous un peuple accoudé à contempler l'eau? Non... Et
cependant ils l'auraient belle, là! Ils ne peuvent pas dire qu'il y a
des couverques? Et où remarquez-vous au contraire les foules massées,
attentives, courbées sur le fleuve? Aux endroits où on ne le voit pas,
où on ne peut pas le voir, là où sont les livres dans les boîtes,... et
plus grande qu'est la boîte, monsieur, plus haut que monte le couverque,
plus que l'amateur est aise, parce qu'il jouit de baigner dans le livre,
d'y être enfoui, de ne pas apercevoir autre chose... Vous me citiez tout
à l'heure, le Louvre. Je ne dis pas que ça ne soit pas coquet? Surtout
dedans, où il y a, paraît-il, des pièces fort curieuses. Quoique ça ne
vaille pas encore la Bibliothèque! Mais justement, voilà, ça gêne le
chercheur de bouquins... ça le dissipe. Quand il lève le nez et qu'il
voit la colonnade, il pense à trop d'histoires qui sont arrivées, c'est
pourquoi il préfère, quand il est concentré, n'avoir devant lui et
autour de lui que de la planche... Ça lui fait cabine, sentez-vous?...
cabinet de lecture... Ceux qui élèvent la voix contre nous ne sont pas
des amis du livre... Leur mauvaise humeur cache une jalousie secrète...
Ce sont des boutiquiers envieux qui s'imaginent que nous détournons leur
clientèle. A force de remarquer, en face, des gens bien mis qui, pendant
des heures, restent inclinés sur nos boîtes, pris, possédés, charmés...
tandis que les personnes qui s'arrêtent à la devanture de leurs
somptueux magasins n'y jettent qu'un coup d'oeil et passent rapides, ils
finissent par croire que c'est notre faute et que nous rabattons le
monde à leur détriment. Enfin, monsieur, il n'y a pas de paysage et de
décor, si malins soient-ils, si bien lancés, qui vaillent les images
innombrables que fournit à l'esprit et aux yeux de l'homme la lecture,
et surtout la lecture debout, en plein air, la seule digne d'un peuple
libre. Voilà un fait remarquable et que j'ai entendu confirmer par un
très grand médecin de mes amis qui me donne parfois une petite
consultation de passage, les mardis, quand il va à l'Académie rue des
Saints-Pères... c'est que jamais le passionné de livres, et de livres
anciens, qui lit dehors et stationne devant nos boîtes... n'amasse de
mal. Quelque temps qu'il fasse, jamais il ne s'enrhume et ne prend
froid. Le vieux bouquin couvre, et tient chaud. Pourquoi? Comment? On
n'a jamais pu l'expliquer, monsieur. C'est un fait. La science se heurte
à un fait. Moi j'amasse du mal, au pied de mon arbre, et les douleurs me
visitent. Mais c'est parce que je ne lis pas, ou plutôt que je ne lis
plus. Car j'ai lu... J'ai trop lu!... Et puis j'ai cessé. Pourquoi? J'y
mettais trop de feu, et je courais ainsi à ma perte. En effet... quand
une lecture m'attachait... me tenait haletant, que ce fût _l'Espion
chinois..._ ou la _Bretagne de Pitre-Chevalier_, ou la _Guerre
Séraphique_, ou la _Jeune Pestiférée de Saint-Domingue_, par le
capitaine Wilson... eh bien, il arrivait que je n'avais plus la mémoire
de mon humble condition, j'oubliais que j'étais marchand... et, quand un
client me faisait retomber sur terre en me demandant un prix, je ne lui
répondais pas ou je l'éconduisais, brutalement: «Laissez-moi, plus tard!
Vous me dérangez. Vous voyez bien que je lis!» Vous êtes trop
intelligent pour ne pas saisir tout de suite comme cette manière d'agir
était nuisible à mes intérêts? Le lecteur tuait en moi, anéantissait le
commerçant. C'est pourquoi j'ai dû fermer le livre, à tout jamais, du
moins dehors, et vivre ici de moi-même, penser sur mon propre fonds, les
yeux fixés uniquement sur les clients qui me font l'honneur de mettre en
désordre mes casiers... Je les connais tous, mais rien que de dos... A
les voir par derrière, à la configuration de leurs épaules, de leur
nuque, au relief de leurs omoplates, à leur échine... à l'enfoncement et
au port de leur chapeau, je sais quels gens c'est, et ce qu'ils
lisent... Dès qu'ils se retournent, ils m'intimident et je les confonds.
Leur visage ne me dit rien. Je n'ai pas eu le temps de m'en rendre
compte. Eh bien, toutes ces personnes, et qui sont pourtant des esprits
distingués, vous pouvez me croire, parmi lesquels il y a des
professeurs, des savants, des chercheurs de première édition, des
ecclésiastiques, et des jeunes filles studieuses, toutes ces personnes
n'ont cure de la Seine, je vous l'affirme, pas plus que du palais de nos
rois... Si on vous le soutient, on vous trompe! Le livre!... monsieur...
ne cherchez pas ailleurs! Le vieux livre remplace tout... Le fleuve?
Mais c'est dans mes boîtes qu'il passe! c'est là que coule, pour de
bon... le flot d'idées, d'erreurs, de doutes, d'inquiétudes, de
tourments et d'espoirs... sur lequel navigue l'humanité. La fin de cette
phrase si belle, à partir de: le flot, n'est pas de moi. Elle est dans
les _Pâquerettes polonaises_, d'un anonyme... en 1756. Il y a aussi
autre chose... Ce fleuve, cette fameuse Seine que l'on va chercher pour
nous tourner le sang... vous pensez bien qu'avant d'en parler avec cette
sévérité qui vous étonne et que vous ne vous expliquez pas encore, j'ai
dû réfléchir et y regarder à plusieurs fois...? Je la connais, moi, la
Seine. Depuis vingt-sept ans que je suis au bord, que je la surveille,
que je la vois faire du matin au soir, j'ai eu tout le loisir de
l'examiner, de la surprendre et de me composer une opinion... Aussi n'y
a-t-il pas de phraseur du vieux Paris ni de journaliste capable de m'en
remontrer sur elle... avec qui je vis contigu, comme en ménage... sauf
cette différence qu'elle je la quitte pour aller me coucher, tandis
que... oui... eh bien, mon résumé, c'est qu'elle ne vaut pas cher,
monsieur, et qu'elle est pernicieuse. D'une façon générale, la vue de
l'eau n'est point bonne, elle pousse au spleen, aux pâles couleurs, à la
mélancolie, au suicide... Tous les gens qui regardent l'eau trop
longtemps, et puis qui s'assoient, qui lui parlent, qui lui lancent des
pierres, qui la tutoyent, qui lui font des vers, qui lui prêtent des
sentiments... tous ils finissent mal... et souvent avec elle, ils se
jettent dedans!... L'eau, voyez-vous... ces grandes étendues noires qui
marchent... qui viennent on ne sait d'où, qui ont l'air de vouloir vous
emporter... ça ne devrait être permis qu'à la campagne, à distance, loin
des villes... C'est pas franc, pas loyal... ça monte, ça descend... on
n'y comprend rien... Qu'on nous laisse donc tranquilles. Si nos
couverques la dérobent un peu... y a pas de quoi crier... ni se déchirer
la poitrine. Au lieu de s'affliger pour ça, on ferait joliment mieux de
réclamer contre les trams et le trolley qui nous déshonorent. Mais il
n'y a pas de danger!... On s'en prend à nous, les petits... parce qu'on
sait que nous sommes pauvres et pleins d'humilité... Et cependant,
monsieur... que les pouvoirs publics y pensent!... le jour où on nous
aurait réduits et où il n'y aurait plus de bouquinistes et de vieux
livres sur les quais... ça serait la fin de Paris... On n'y viendrait
plus... J'espère bien ne pas vivre assez pour... _Il s'interrompit_.
Pardon. La _Femme jugée par les grands écrivains des deux sexes?..._
Deux vingt-cinq, madame. Deux francs, là? Pas la peine d'envelopper?

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



LES VOYAGES

        Voulez-vous remarquer, s'il vous plaît, mon amour,
        Que, pour serrer nos coeurs l'un contre l'autre, pour
        Tracer avec mystère autour de nos deux âmes
        Le petit cercle bleu de lumière et de flamme
        Dans lequel on veut vivre et mourir en s'aimant,
        Il nous manquait tous ces décors dont les amants
        Universellement rajeunissent leurs rêves?
        Intraduisibles ciels, inoubliables grèves,
        Magiques horizons, prodigieux lointains,
        Bordighera des soirs et Naples des matins,
        Grottes servant d'abris, et, temples, de refuges,
        Musiques de Murcie et silences de Bruges,
        Glaciers bleus d'Engadine et bois noirs du Tyrol,
        Provence où le vent chaud se lamente en bémol,
        Vérone qui n'est qu'un concert de mandolines
        Et Rome qui n'est qu'un collier de sept collines,
        Séville qui s'éveille et Sienne qui s'endort,
        Tous ces légers, tous ces profonds, ces chers décors
        Que l'amour, de tout temps, autour de l'amour dresse,
        Nous ne les avons pas! Ces ombres de tendresse,
        Ces soleils de Bosphore aux reflets éperdus,
        Nos destins enlacés ne les auront pas eus!
        Il faut que vous sachiez, hélas! la différence,
        Et que, si j'avais pu vous sourire à Florence,
        Mon sourire aurait eu ce charme spécial
        Qui descend dans un coeur amoureux, lui fait mal,
        Mais qui prend, pour durer, la forme la meilleure.
        Ah, Dieu! si nous avions, une fois, vers cinq heures,
        Pu passer seulement--car un instant suffit--
        Sous cette pergola fameuse d'Amalfi!
        Si j'avais, quand ce sont des fleurs que je te donne,
        Pu te tendre un oeillet rose de Barcelone,
        Ou, quand c'est du beau temps que je voudrais t'offrir
        Un matin de juillet sur le Guadalquivir!
        Si, quand nous nous sentons tous deux d'humeur errante,
        Nous n'avions qu'à sortir pour entrer dans Sorrente,
        Si, prenant ton poignet d'un geste familier
        Et faisant de ton bras la moitié d'un collier,
        Je t'emmenais chercher la fin d'un jour sans terme
        Dans la poussière d'or d'un faubourg de Palerme;
        Si la porte, là-bas, par où l'on sort du parc,
        Donnait directement sur la place Saint-Marc,
        Et si, dans l'ombre claire au pied du Campanile,
        Devant le grand lion et le grand crocodile,
        Je n'avais qu'à te dire: «Asseyons-nous, songeons! »
        Pour voir autour de nous quatre mille pigeons;
        Si, quelquefois, cessant de dire des paroles
        Et ne sachant plus rien que monter en gondole,
        Nous voguions doucement, les doigts par les doigts pris,
        Vers l'île de Ceylan ou celle de Capri;
        Si, d'autres fois, poussés par de plus folles brises,
        Nous nous aventurions, la main dans la main prise,
        Vers l'antique Liban aux cèdres fabuleux;
        Enfin, si, nous tenant seulement par les yeux,
        Nous partions, sur la foi d'un seul regard qui dure,
        Vers ces climats lointains où l'on ne s'aventure
        Qu'investi d'un amour qui vous semble plus fort
        Que la glace, le feu, le désert et la mort!
        Ah! si tous ces grands ciels pouvaient m'être visibles!
        S'ils aidaient mon amour! Ah! s'il m'était possible
        D'arracher des conseils à des beautés qu'on voit!
        Si, pour savoir comment une épaule, à la fois,
        Peut être langoureuse en demeurant hautaine,
        Je pouvais consulter l'acropole d'Athènes!
        Si, pour savoir comment un front doit se pencher,
        J'interrogeais la tour de Pise et son clocher!
        Si j'avais, pour garnir mes chapeaux de septembre,
        Tout le marché aux fleurs du village de Cambre,
        Et, pour qu'un bout de voile au bord du ciel flottât,
        Si j'avais le vent bleu du pont de Galata!
        Comprends donc à quel point ce serait plus facile
        D'environner ton coeur si j'avais la Sicile
        Pour chanter avec moi, et la Hollande pour
        Me tendre une tulipe à chaque pleur d'amour!
        Ah! que j'aurais voulu, dans l'odeur des pastilles.
        Faire dégringoler des étoffes qui brillent
        Chez un vieux marchand noir des Mille et une Nuits!
        Ah! que j'aurais voulu m'ajouter des pays
        Comme des ornements pour plaire à ta tendresse,
        Porter comme un bandeau la pâleur de la Grèce,
        Et, bijou le plus sûr que mon goût rencontrât,
        Comme un saphir le soir foncé de Sumatra!
        Ah! que j'aurais voulu me sentir soutenue
        Par la diversité du ciel et de la nue,
        Trouver chaque matin dans d'autres horizons
        De plus roses raisons de me donner raison,
        Et successivement posant sur mon visage
        Ces masques éperdus que les beaux paysages
        Donnent au front qui les regarde en s'y perdant.
        Partir! nous en aller! huit jours! deux mois! trois ans!
        Oh! quitter des limons pour trouver des grenades!
        Voir des oiseaux de feu joncher des promenades;
        Savoir que «lendemain» veut toujours dire «ailleurs»;
        Faire presque semblant, à Rome, d'avoir peur
        Dans un défilé noir où l'on perdit les guides;
        Courir sur une plage où le sable a des rides,
        Et s'enfuir en laissant à la vague un soulier;
        Acheter des bouquets et puis les oublier;
        Prendre un sentier marqué par du bleu sur des roches;
        Compter des escaliers qui montent vers des cloches;
        Imaginer le ciel d'après un vieux couvent;
        Croire, au Japon, qu'on est dans un grand paravent;
        Etre à Naples, marcher doucement sur la route,
        Et recevoir au coeur ces refrains où, sans doute,
        Pour sembler plus mortel l'amour s'appelle _amor_;
        Etre à Madrid, revoir au fond d'un cadre d'or
        La lèvre souriante et peut-être profonde,
        Et rien qu'en la voyant crier: «C'est la Joconde!»
        Voir glisser tout le temps des arbres! Voyager!
        Changer de rive! et puis de rêve! et puis changer!
        Suivre des grands chemins! Voir des petits villages
        Où tremblent, au-dessus des balcons d'un autre âge,
        Des haillons cramoisis sur de noires maisons!
        Aller si loin qu'on croit s'échapper des saisons!
        Ne quitter les ibis, graves sur un pied rose,
        Que pour le Sphynx d'Égypte avec lequel on cause!
        Enfin, trouvant au bord d'un ciel ou d'un octroi
        Le moyen de cesser une heure d'être soi,
        Entendre le prénom dont on est appelée,
        Et qui vous suit toujours comme une ombre parlée,
        Devenir un son neuf chaque fois que, traduit,
        Il serait celui-là dans un autre pays!

        Il faut de tout cela, mon amour, qu'on se passe.
        Nous n'avons que les grands genêts, la forêt basse
        (Car ses arbres coupés n'ont presque plus de bras);
        Nous n'avons que la Nive bleue, et, tout là-bas,
        Quelques petits points d'or, le soir, qui sont Bayonne.
        Sous un soleil, toujours le même, qui rayonne,
        Et dont nous connaissons les soirs et les matins,
        Nous n'avons, par-dessus le vallon, pour lointain,
        Qu'un tout petit village, et dont nous voyons toutes
        Les mêmes bonnes gens suivre les mêmes routes;
        Et ce village, encore, avec son fin clocher,
        Les jours de vent du sud semble se rapprocher,
        Tellement il a peur de garder son mystère!
        Mais tout ça ne fait rien; et le ciel et la terre
        Peuvent se contenter de tendre à notre amour
        Les plus simples des fleurs, les plus simples des jours,
        Notre amour n'en a pas demandé davantage!
        Il nous suffit de rencontrer près du village,
        Couple sombre avançant sur l'horizon vermeil,
        Les deux vieux douaniers qui portent leur sommeil;
        Il nous suffit de voir, collier de fruits qui bouge,
        Aux balcons de bois peint pendre les piments rouges,
        Et, chapelet de fleurs qu'on veut bien répéter,
        Les roses de l'hiver après celles d'été.
        Notre amour ne veut pas sur la terre autre chose
        Que ce ciel, ce clocher, ces piments et ces roses,
        Car, entre ces lointains dont nul n'est inconnu,
        Notre amour est un beau petit enfant tout nu
        Qui ne s'ajoute rien d'étrange ou de superbe,
        Qui vit de l'air du temps, s'habille avec de l'herbe,
        Réfléchit dans les foins, cause avec les ânons;
        Qui se coiffe de fleurs dont chacun sait les noms;
        Qui n'a, s'il veut cueillir des fleurs surnaturelles,
        Qu'à se pencher sur l'eau de ses propres prunelles;
        Qui ne demande rien que d'être encore un feu
        Parmi les autres feux de montagne; qui peut,
        Avec sa lèvre rouge et sa tempe pâlie,
        Etre fou sans Espagne et beau sans Italie;
        Qui, sans avoir besoin d'un lac près d'Annecy,
        Construit ses souvenirs sur l'eau qui tremble ici;
        Qui, sans avoir besoin des citronniers de Parme,
        Sur un simple baiser fait tomber quatre larmes;
        Qui monte jusqu'au ciel avec un peuplier;
        Qui, pour un toit portant des piments en collier,
        S'imagine avoir vu les tours de Pampelune,
        Et trouve le moyen, même sans clair de lune,
        De marquer de deux noms l'écorce d'un tilleul...
        Notre amour est un beau petit enfant tout seul.

ROSEMONDE GÉRARD.



LONGWOOD NE SERA PAS ABANDONNÉ

L'émotion qu'a provoquée dans le public et dans la presse la vision des
premières ruines de Longwood, la pauvre maison où mourut l'Empereur
captif à Sainte-Hélène (voir notre numéro du 15 novembre), vient d'avoir
son écho utile dans les milieux parlementaires. A la date du 6 décembre,
en effet, M. Fernand Engerand, député du Calvados, nous a adressé la
lettre suivante que nous sommes heureux de publier:

Paris, le 6 décembre 1913.

«Monsieur le Directeur,

» _L'Illustration_ a signalé, avec une patriotique indignation, l'état
déplorable où l'incurie de l'administration avait mis, à Sainte-Hélène,
la maison et le tombeau de Napoléon. Dès que j'eus pris connaissance du
pathétique article de M. Albéric Cahuet, je me suis rendu aux Affaires
étrangères où les faits signalés me furent confirmés, et le 10 novembre
je présentai un amendement portant ouverture d'un crédit de 20.000
francs «pour assurer, en l'île Sainte-Hélène, l'entretien du domaine de
Longwood, où mourut Napoléon Ier».

» J'ai été assez heureux pour pouvoir obtenir l'adhésion de députés
appartenant à tous les groupes politiques: MM. Maurice Barrés, Benazet,
amiral Bienaimé, Jules Delafosse, commandant Driant, Lannes de
Montebello, Millerand, Henry Pâté, Paul Boncoeur, général Pédoya,
Dominique Pugliesi, Conti, Raiberti, Joseph Reinach, Marcel Sembat, de
Villebois-Mareuil.

» Cette réunion d'hommes si divers au point de vue politique nous permet
d'espérer que la cause nationale, que vous avez si noblement défendue,
obtiendra l'assentiment de la Chambre.

» Veuillez agréer...

» FERNAND ENGERAND. »

Le rapporteur de la commission du budget, M. Louis Marin, député de
Nancy, est tout acquis à l'amendement Engerand, dont les signataires,
nous le savons, espèrent obtenir l'adhésion quasi unanime de la Chambre.
Ainsi s'affirmera qu'il s'agit bien là d'une oeuvre nationale et non
point d'une oeuvre de parti.

Le sacrifice demandé est faible. Il est urgent. Les 20.000 francs
ajoutés au crédit de 358.000 francs du chapitre 20 du budget des
Affaires étrangères (Entretien des immeubles français à l'étranger),
pourront sauver Longwood d'une ruine immédiate. Il est donc inopportun
de songer, dès maintenant, pour relever les ruines de Sainte-Hélène,
soit à une souscription publique qui, évidemment, donnerait dix fois les
sommes nécessaires, soit--comme le proposait un de nos lecteurs bien
inspiré--à une collecte entre tous les membres de la Légion d'honneur.
Que l'État s'acquitte lui-même des devoirs de l'État. Ce sera mieux,-et
plus digne.



L'INAUGURATION DU MUSÉE ANDRÉ

Le magnifique musée du boulevard Haussmann, contenant les inestimables
collections léguées à l'Institut par Mme Edouard André, et dont notre
numéro de Noël a révélé au grand public de _L'Illustration_ les
sensationnelles merveilles, est maintenant officiellement ouvert: lundi
matin, le président de la République l'inaugurait par une visite.

Guidé par M. Émile Bertaux, conservateur, il s'y attarda longtemps,
goûtant en connaisseur éclairé, en érudit, en artiste, le charme et la
beauté de tant de chefs-d'oeuvre rassemblés.

Dans la grande salle de la Renaissance, on présenta à la signature du
chef de l'État un registre, posé sur une vénérable table du seizième
siècle. Il y apposa sa signature, suivie de la mention «de l'Académie
française».

[Illustration: M. Poincaré au musée André, devant la fresque de Tiepolo.
Derrière le Président, M. Émile Bertaux et M. Léon Bérard.]



UN NOUVEAU GOUVERNEMENT

La semaine dernière, tandis que, tout aux soins de l'envoi et de la
distribution de notre numéro de Noël, nous oubliions, pour des
préoccupations d'art et de beauté, l'actualité souvent assez maussade,
survenait, en politique, un événement qui produisit sur l'opinion une
impression pénible: mardi, le 2 décembre, un vote de la Chambre
renversait le ministère Barthou, qui avait tant mérité du pays en lui
redonnant l'armée forte indispensable à sa sécurité.

On discutait, depuis le vendredi précédent, l'emprunt d'un milliard 300
millions jugé nécessaire par le gouvernement. Au cours de ces séances,
les rudes alertes n'avaient pas manqué au ministère, de la part des
radicaux et des socialistes. M. Joseph Caillaux, notamment, lui avait
été un adversaire obstiné. Pourtant, la veille encore de ce scrutin qui
l'obligea à démissionner, M. Barthou avait remporté, à force d'énergie,
un premier succès, en faisant accepter le principe de son projet. Cette
victoire allait avoir un lendemain funeste: mardi, la Chambre, par 290
voix contre 265, refusait d'accepter que les titres à émettre portassent
une mention garantissant contre tout impôt l'immunité de la rente.

Le ministère quittait aussitôt la salle des séances, salué d'un cri: «A
bas les trois ans!» C'était M. Vaillant qui trahissait ainsi l'une des
raisons de l'animosité de l'extrême-gauche contre le gouvernement
qu'elle venait d'abattre. M. Louis Barthou, qui allait franchir le
seuil, se retourna et dit simplement: «Vive la France!» Deux politiques,
nettement, s'étaient soudain dressées l'une en face de l'autre.

Les deux triomphateurs de cette journée--«l'une des plus déplorables et
des plus néfastes que nous ayons connues», a écrit le _Temps_--étaient
M. Caillaux et M. Jaurès, incarnations des radicaux et des socialistes.
Le président de la République, dont le devoir était, en cette
circonstance, particulièrement difficile et lourd de responsabilités,
eut pourtant, après les habituelles consultations, la pensée qu'on
pourrait former un cabinet de conciliation, de «concentration
républicaine». M. Alexandre Ribot, à la suite d'une conversation avec M.
Caillaux, dut décliner la mission que désirait lui confier M. Raymond
Poincaré d'assumer cette tâche. M. Jean Dupuy, à son défaut, l'accepta.
Mais les pourparlers qu'il engagea ne purent aboutir: sa courageuse
bonne volonté se heurta à des oppositions, à des embûches que le public
entrevit, devina sans les bien discerner, et dont il n'allait pas tarder
à connaître l'origine.

[Illustration: La salle des réunions du bureau du Comité exécutif du
parti radical et radical-socialiste.]

Pour la première fois dans notre histoire politique, apparaît nettement,
au début de cette crise, l'action d'une organisation dont l'existence
était connue, mais dont le rôle était jusqu'à présent demeuré sinon
occulte, du moins d'arrière-plan et de demi-lumière. Les journaux, les
hommes politiques, la désignent couramment sous le nom de «Comité de la
rue de Valois». Son titre exact est «Comité exécutif du parti radical et
radical-socialiste». C'est lui qui, tous ces derniers jours, a dicté ses
volontés, donné l'investiture aux futurs ministres, ou, tout comme en un
conclave de Rome, prononcé contre eux «l'exclusive». C'est de lui
qu'émane le cabinet Doumergue, appelé à recueillir la succession du
cabinet Barthou. Le président en est M. Joseph Caillaux lui-même,
récemment élu contre M. Camille Pelletan, et devenu, dans la nouvelle
combinaison, ministre des Finances.

[Illustration: M. Doumergue à son téléphone pendant les négociations
pour la formation du ministère.]

Son autorité s'étend sur 800 membres environ, sénateurs, députés, ou
candidats éventuels, presque toujours, à l'une ou l'autre Chambre. Les
parlementaires sont membres de droit; il leur suffit d'adhérer au
programme du parti, qui vient d'être refondu au Congrès de Pau, en
octobre dernier, et, plus tard, de verser une cotisation annuelle de 200
francs. Les autres membres sont élus, en assemblée, sur présentation de
listes établies par les comités adhérents de province, à raison de deux
pour 250.000 habitants.

Ponde en 1901, le Comité exécutif a pour mission de diriger la politique
et l'organisation du parti radical et radical-socialiste; d'exécuter les
décisions prises par le parti en ses congrès annuels; de veiller enfin à
la discipline.

[Illustration: Rue de Valois: l'antichambre du Comité.]

Il est administré par un bureau composé de 34 membres pris moitié parmi
les parlementaires, moitié parmi les sociétaires libres. Au nombre des
personnalités notables du bureau actuel figurent MM. les sénateurs
Trouillot, Perchot, Bepmale; MM. les députés Bouffandeau,
Franklin-Bouillon, Ceccaldi, Peytral, Malvy, désormais ministre du
Commerce dans le cabinet Doumergue.

Le temple où s'élaborent les bulles, les monitoires, les encycliques du
parti, d'où partent ses anathèmes et ses excommunications, n'est guère
imposant. C'est, au nº 9 de la rue de Valois, au-dessus d'un restaurant,
un modeste appartement au troisième étage du vieux Palais Royal,--Palais
Egalité! Dans l'antichambre, où s'accroche le téléphone, trône, sur la
cheminée, une République fleurie, étoilée, le col ceint de perles, la
gorge aimablement dévoilée,--point trop farouche, enfin. La salle du
Conseil ouvre par des fenêtres carrées--c'est l'étage en _mezzanine_ du
Palais--sur le jardin. Nul apparat dans cette pièce qui voit, une fois
par semaine, le jeudi, se réunir les Trente-Quatre: quelques
portemanteaux aux murs, quelques chaises cannées autour d'une table
recouverte d'un tapis de style vaguement Empire, et sur cette table deux
sonnettes, comme si le président avait parfois à faire tête à des
tumultes qu'un seul tintement ne saurait dominer.

Cette salle est demeurée déserte jeudi dernier; la séance hebdomadaire
avait été décommandée: le nouveau ministère, en effet, se présentait
devant les Chambres. C'était, rue de Valois, fête chômée.

[Illustration: S. Jacquier. M. Maginot. I. Malvy. M. Monis. M. R.
Renoult. M. Viviani. M. F. David. M. A. Lebrun. R. Péret. H. G.
Doumergue. M. Bienvenu-Martin. H. Caillaux. M. Métin. M. Noulens. Le
nouveau Cabinet.--Manquent dans ce groupe MM. Raynaud et Ajam.]



UN «CENTRE MONDIAL»

Le séjour à Rome est particulièrement prenant: la grandeur des souvenirs
qu'évoque chaque ruine exalte les imaginations les plus pondérées;
nombre d'artistes, de poètes, de soldats, en contemplant l'étroit espace
du forum, durent rêver pour leur patrie cette puissance mondiale que,
seule, posséda la ville des Césars. Un jeune sculpteur américain fixé à
Rome, M. Hendrik Christian Andersen, a fait un rêve moins grandiose,
plus facile à réaliser, croit-il, et auquel il a su donner une forme
concrète au prix d'un labeur digne d'admiration.

M. Andersen improvise une ville internationale, sorte de capitale de
l'humanité, où seraient centralisés les efforts destinés à assurer tous
les progrès. Non content de nous en vanter la nécessité, il nous la
présente dans une publication de grand luxe, magnifiquement illustrée,
«qui ne saurait être achetée, et qui n'est envoyée qu'à un groupe limité
d'hommes dignes et capables de s'intéresser à un projet de ce
caractère». Cette oeuvre gigantesque occupa pendant dix ans trente et un
architectes, sous la direction de M. Ernest Hébrard, grand prix de Rome,
aidé par son frère Jean Hébrard. Trois peintres et un ingénieur
complétaient une pléiade qui nous offre aujourd'hui les plans
rigoureusement étudiés des monuments nombreux et gigantesques devant
former le noyau de la cité future.

M. Andersen s'est réservé la partie sculpturale. Pour cette oeuvre
ultra-moderne, il a voulu, comme les architectes, adopter les formules
de l'art antique le plus pur; il nous propose une vingtaine de groupes
ou d'allégories où s'affirme, avec la foi exubérante de la jeunesse, un
talent digne de respect.

Le Centre d'art comprendrait un Temple de l'Art, une École d'art, des
musées, un conservatoire de musique et de tragédie, etc.. «Le musicien
présenterait ses symphonies et ses opéras, certain d'être entendu et
impartialement jugé; le dramaturge apporterait ses oeuvres, avec
l'assurance d'être dignement monté et joué, une fois accepté par un jury
international.»

Dans le Temple de l'Art, on aménagerait une salle d'auditions
«constituant en elle-même un colossal instrument de musique», deux
galeries permanentes de sculpture, deux galeries permanentes de
peinture, et de vastes galeries pour les expositions temporaires. Ce
temple couvrirait un quadrilatère de plus de 250 mètres de côté, soit
une superficie de 60.000 mètres carrés. Bien petite chose encore à côté
de notre Louvre qui occupe près de 200.000 mètres!

Dans le Centre olympique, ouvert aux athlètes de toutes les nations, on
verrait un stade de 800 mètres de côté, et un natatorium où «des statues
de 80 mètres, représentant l'homme et la femme dans toutes les
splendeurs de leur développement physique, formeraient une porte de
leurs bras étendus et de leurs mains jointes».

Au milieu du Centre scientifique s'élèverait la Tour du Progrès, en
acier revêtu de marbre, entourée de quatre palais immenses destinés aux
congrès internationaux.

Cette Tour, qui doit être le chef-d'oeuvre de l'art de l'ingénieur,
repose sur une base circulaire au centre du square des Congrès
scientifiques. Elle s'élève à une hauteur de 320 mètres sur environ 100
mètres de largeur à la base. Les eaux de la «Fontaine de Vie», qui
coulent d'une extrémité à l'autre de l'avenue des Nations, baignent ses
abords. On l'atteint en franchissant quatre ponts monumentaux qui
accèdent à une terrasse formant le rez-de-chaussée et où se développe
une salle circulaire dont le plafond en coupole a 40 mètres de hauteur.

De ce rez-de-chaussée, vingt-quatre ascenseurs conduisent à une seconde
terrasse sur laquelle s'ouvre une salle plus petite. Puis la Tour
s'élance d'un seul jet, offrant une quarantaine d'étages desservis par
seize ascenseurs, et qui pourraient être affectés à des ensembles
complets de bureaux.

Le soubassement de la Tour communique directement avec deux
embranchements du chemin de fer souterrain, dont trois stations
s'ouvrent sur le square des Congrès. Un de ces embranchements relie tous
les édifices importants de l'ensemble du Centre Mondial; l'autre, à un
niveau inférieur, conduit à tous les quartiers de la ville et aboutit à
la Grande Gare.

Enfin, le sous-sol, de proportions colossales, serait consacré à
l'installation de machines typographiques assez puissantes pour exécuter
la tâche d'une Presse mondiale publiant des journaux, sans arrêt et dans
des langues diverses. Des ascenseurs relient cette imprimerie à quatre
pavillons d'angle, hauts chacun de sept étages, qui servent de
contreforts à la masse de la Tour et qui offriraient des bureaux
particuliers aux délégués de la presse de tous les pays.

Un groupe accessoire constituerait le Centre civique: six quartiers
bourgeois, construits en échiquier, «comme en Amérique», et pouvant
contenir chacun de 100.000 à 120.000 âmes, rayonneraient autour de la
zone administrative et commerciale, cette dernière «un peu resserrée,
pour la commodité des échanges».

Le Centre Mondial serait placé sous un climat tempéré, de préférence au
bord de la mer, pour faciliter des randonnées vers tous les points du
globe.

Au dire de l'auteur, des sites propices abondent sur la côte de
l'Atlantique, entre Panama et la Nouvelle-Angleterre, nom sous lequel on
désignait jadis la région où prospèrent aujourd'hui New-York et Boston.
Les rives de la Méditerranée offrent également des points favorables: en
France, près de Fréjus; en Italie, à l'embouchure du Tibre; en Espagne,
en Tunisie, en Tripolitaine. Si l'on préfère l'intérieur du continent,
on pourra choisir la Belgique, la Hollande, la Suisse; en France, M.
d'Estournelles de Constant préconise les environs de Pontoise.

Devant un tel projet, dont nous n'avons fait que résumer les grandes
lignes, on ne sait s'il faut admirer davantage la foi généreuse de
l'auteur ou le talent dépensé par lui et par ses collaborateurs pour une
oeuvre qui ne nous paraît guère susceptible de voir le jour dans un
avenir rapproché.

Ce n'est pas à notre époque de concurrence intensive que les
gouvernements consentiront à aliéner les bénéfices de leur activité
propre, dans une branche quelconque, au profit d'une cité cosmopolite
créée hors de leurs frontières. D'ailleurs, si une telle centralisation
paraît difficile à réaliser, ses avantages restent fort discutables. Au
point de vue commercial et économique, par exemple, on ne saurait, par
une simple organisation administrative, fût-elle internationale,
modifier les courants créés au cours des siècles à la faveur des
situations géographiques, de la répartition des matières premières et du
développement industriel des divers pays. Quant à la centralisation
artistique mondiale, elle aurait pour conséquence d'engendrer une
formule banale faisant rapidement disparaître le génie de chaque race.

D'ailleurs, à quoi bon cette création: Paris n'est-il pas, ne sera-t-il
pas encore longtemps, et toujours, espérons-le, comme centre
scientifique et centre d'art, dès lors, comme centre mondial, _the beast
in the world?_

F. HONORÉ.

[Illustration: Une tour de 320 mètres, en acier revêtu de marbre,
projetée pour une ville hypothétique, la cité du «Centre Mondial»]



[Le lieutenant Schadt, qui fit arrêter les magistrats de Saverne.]

LES EXPLOITS DE LA PETITE GARNISON

Les Allemands, sans doute, ont été les premiers surpris du
retentissement si grave que viennent d'avoir, au Reichstag et dans toute
l'Allemagne, les incidents de Saverne. Il y a, semble-t-il, quelque
chose de changé dans la manière allemande de concevoir le respect de la
dignité individuelle et de la fierté d'une race. Les exploits de la
petite garnison d'Alsace ont porté un coup imprévu et peut-être décisif
à la toute-puissance du colosse militaire. Le régime de la botte
allemande a été blâmé par le peuple allemand lui-même. Le pouvoir
personnel, le cabinet impérial, a été atteint par le vote qui a frappé
le chancelier, et des voix, de grandes voix qui ont été entendues par
toute l'Europe, ont déclaré, au Reichstag, que le régime d'arbitraire et
de vexation n'avait pas l'approbation du pays et que nulle part, en
aucune circonstance, l'armée n'était au-dessus de la loi.

Il faut bien reconnaître aussi que rarement le bon sens d'un peuple eut
lieu d'être exaspéré par autant de gestes odieux et de maladresses
accumulées. Nous pouvions croire, lorsque, dans notre numéro du 22
novembre, nous reproduisions les portraits, désormais historiques, du
lieutenant von Forstner et du colonel von Reutter, que les incidents,
alors connus--l'injure aux Alsaciens, traités de _wackes_ ou voyous,
l'insulte au drapeau français et à la légion étrangère, les mesures
inadmissibles prises par le colonel von Reutter contre la population
civile de Saverne--n'auraient d'autres suites que de promptes sanctions,
opportunément venues d'en haut, de Strasbourg ou de Berlin. Mais, à la
stupeur générale, en deçà comme au delà du Rhin, les choses se passèrent
tout autrement. La «petite garnison» poursuivit ses exploits et le
lieutenant von Forstner, ni découragé, ni blâmé, continua, avec
l'approbation de son colonel et vraisemblablement du chef du 19e corps
d'armée, le général von Deimling, d'exaspérer, par son attitude, par ses
gestes, par sa seule présence, une population réputée depuis des siècles
pour son très paisible caractère.

[Illustration: L'adjudant Baillet, contraint de quitter l'armée après
quatorze ans de service.]

[Illustration: Le général von Deimling, commandant du XVe corps à
Strasbourg.]

[Illustration: Mme Lévy (76 ans), qui fut brutalisée chez elle par les
soldats.]

[Illustration: Charles Blank, l'infirme frappé d'un coup de sabre par le
lieutenant von Forstner.]

LES ÉVÉNEMENTS DE SAVERNE

[Illustration: Le sergent Hôflich, qui offrit trois marks pour «la peau
d'un Alsacien».]

Et d'abord on avait, à Saverne, la certitude que les paroles
outrageantes reprochées au lieutenant von Forstner avaient bien été
prononcées par lui. Douze recrues en avaient témoigné, à la grande
fureur de l'autorité militaire qui avait vu, dans cette «indiscrétion»,
une manière de complot de caserne et qui, en attendant d'autres
sanctions plus dures, avait changé de garnison les soldats alsaciens et
mis d'office à la retraite l'adjudant Baillet, malgré ses quatorze ans
de bons et loyaux services. Ces mesures, naturellement, n'avaient pu
qu'augmenter l'irritation locale. Sans doute, le lieutenant von Forstner
eût-il été sage en évitant, en ces circonstances, de paraître dans les
rues de Saverne. Il s'y montra néanmoins, mais avec une escorte, quelque
peu ridicule, de quatre hommes armés, qui l'accompagnèrent partout, au
restaurant, au bureau de tabac, et chez le marchand de chocolat. Des
gamins--comme en tous pays--ne manquèrent point de suivre les soldats et
se réjouirent, sans discrétion, de voir un herr lieutenant aussi bien
protégé. Leur rire, ce rire d'Alsace qui déplaît si fort aux immigrés,
exaspéra M. von Forstner et ses camarades. Une première fois, le 26
novembre au soir, un lieutenant du 99e, nommé Schadt, en revenant d'un
banquet d'officiers, avec l'inévitable von Forstner, avait fait sortir
la garde de la caserne pour arrêter les gens qui riaient sur le passage
des officiers: d'où l'arrestation d'un apprenti boulanger et d'un
paisible agent de banque, M. Lucien Kahn, que le sous-préfet fit
remettre en liberté dans la soirée. Mais cette sorte d'agression
préludait à des événements plus graves. Le lendemain, en effet, vers les
7 heures du soir, le lieutenant von Forstner, quittant la caserne avec
son escorte de soldats, retrouva du même coup son cortège de gamins,
qui, de plus en plus fort, criaient à la chien-lit. Le lieutenant Schadt
fit aussitôt sortir du corps de garde 80 soldats en armes, et le colonel
von Reutter, accouru, ordonna lui-même aux tambours de battre la charge.
Il n'y avait cependant, hors les enfants, que de rares curieux, quatre
ou cinq paisibles badauds sur lesquels se ruèrent les soldats. Huit
hommes envahirent même, on ne sait trop pourquoi, une maison voisine,
firent irruption dans l'appartement occupé par un menuisier nommé Lévy
qu'ils arrêtèrent après avoir brutalisé de la façon la plus odieuse sa
mère, une octogénaire infirme qui, peut-être, «avait ri». Mais cet
exploit ne devait être ni le dernier ni le plus fort. A ce moment en
effet, les juges de Saverne et le procureur impérial sortaient du palais
de justice, après une audience prolongée. Le lieutenant Schadt, qui
avait organisé la chasse à l'homme, fit arrêter le procureur impérial
lui-même et l'un des juges, malgré leurs véhémentes protestations. Ces
prisonniers, comme l'on pense, ne furent pas longtemps retenus, mais ce
fait, inouï, donne la mesure du sang-froid des troupes de Saverne. De
paisibles citoyens, cette nuit-là, des enfants, couchèrent dans les
locaux disciplinaires, tandis que se préparaient les protestations
indignées que, dès le lendemain, le président du tribunal et le corps
municipal télégraphiaient, le premier au ministre de la Justice, et le
second au Reichstag.

[Illustration: M. Lucien Kahn, arrêté pour avoir ri.]

[Illustration: Le lieutenant von Forstner sortant du bureau de tabac
devant lequel l'attendait son escorte.--_Instantané R. Weil, pris à 4
heures du soir._]

[Illustration: Une patrouille sortant de la caserne, ancien château de
Rohan. _Phot. A. Merckling._]

[Illustration: Le conseiller de justice Kalisch, qui fut arrêté, le
conseiller Beemelmans et un de leurs amis.]

La dépêche de la municipalité de Saverne réclamant la protection des
lois pour la population civile contre les excès des militaires fut lue
au Reichstag, le 1er décembre, par le président Kaempf au milieu d'une
émotion profonde. Le groupe des députés alsaciens-lorrains prit texte de
cette protestation pour interpeller le chancelier, qui se contenta, ce
jour-là, de répondre qu'une enquête étant ouverte il fallait en attendre
le résultat. Or, voici que, le lendemain même de cette prise de contact,
une singulière nouvelle vint mettre le comble à l'exaspération des
députés. On apprenait, en effet, que M. von Forstner--cet «énergumène»,
comme on l'appelle couramment au Reichstag--avait, dans la matinée, au
cours d'une promenade militaire avec sa compagnie, blessé à la tête à
coups de sabre un jeune cordonnier infirme, du nom de Charles Blank. Le
rapport officiel disait que des gamins avaient entouré les soldats dans
la traversée de Dettwiller, à l'ouest de Saverne, et que le lieutenant
avait dû leur faire donner la chasse par trente de ses hommes. Les
enfants, plus agiles, avaient échappé aisément, gaiement. Et, sans doute
pour ne point revenir les mains vides, les soldats--avec ce même
discernement qui leur avait fait arrêter un procureur impérial--étaient
tombés sur un passant peu valide, puisqu'il avait un pied bot, mais qui,
néanmoins, se débattit comme un diable. Eut-il un geste menaçant? On ne
sait trop ce qu'il faut croire de la version officielle. Ce qu'il y a de
certain, c'est que le terrible lieutenant n'hésita pas à se servir de
ses armes contre cet homme désarmé, et le malheureux infirme fut
conduit, la tête en sang, chez le bourgmestre de Dettwiller qui le prit
aussitôt sous sa protection.

[Illustration: LES JOURNÉES TROUBLÉES DE SAVERNE.--Lecture publique de
la proclamation de la municipalité, recommandant aux habitants de
s'abstenir de toute manifestation et de rester chez eux le soir
venu.--_Phot. A. Dahlet._]

[Illustration: Le lieut. von Forstner. Une promenade du lieutenant von
Forstner dans les rues de Saverne.]

Le lendemain 3 décembre, au Reichstag, en d'éloquentes protestations, M.
Fehrenbach, député du centre, après avoir parlé du préjudice moral
énorme causé par ces incidents à l'empire, affirma que «si jamais
L'autorité militaire devait l'emporter sur l'autorité civile, c'en
serait fini de l'Allemagne»; et M. von Calker, député national-libéral
et professeur à l'université de Strasbourg, déclara que tous les
résultats obtenus par la politique de réconciliation en Alsace-Lorraine
étaient désormais «fichus». La réponse embarrassée du chancelier,
l'attitude dédaigneuse du ministre de la Guerre, accrurent l'irritation
très générale de l'assemblée, et, le 4 décembre, dans ce pays au régime
presque absolu, et dont le peuple est le plus militariste du monde, on
vit les nationalistes et les centristes s'allier aux radicaux et aux
socialistes pour exprimer à une immense majorité (293 voix contre 54), à
propos des incidents militaires de Saverne, leur méfiance envers le
chancelier de l'empire.

[Illustration: LA SANCTION DES INCIDENTS DE SAVERNE.--Le départ du 99e
d'infanterie pour les camps de Bitche et de Haguenau. Le régiment se
dirige vers les quais d'embarquement ou l'attendent deux trains
spéciaux.--_Phot. A. Merckling._]



[Illustration: L'empereur et le chancelier.]

[Illustration: Le comte de Wedel et M. de Bethmann-Hollweg.]

[Illustration: Les généraux von Deimling et von Linker.]

A DONAUESCHINGEN: LES TÊTE-A-TÊTE DANS LE PARC

Il a été dit, et par les personnages les plus autorisés, que le
chancelier avait reçu des dépêches de l'empereur ordonnant d'accorder
certaines satisfactions à la population de Saverne et que, las ou
malade, il avait négligé de communiquer ces documents au Reichstag. Mais
il apparaît surtout que le chancelier, qui eût pu refuser de répondre
aux interpellateurs sur des actes qu'il ne contresignait pas: les ordres
du cabinet militaire, accepta de défendre la mauvaise cause et laissa
les coups s'abattre sur lui pour ne point découvrir son souverain. Le
chancelier perdit la bataille. Mais l'empereur, demeuré théoriquement en
dehors de la querelle, pouvait esquisser, dès lors, le geste
d'apaisement et, de fait, au château de Donaueschingen--où il
villégiaturait, comme en 1908, chez son ami, le prince de
Fürstenberg--après avoir eu une conversation, dont le détail serait bien
intéressant pour l'histoire, avec M. de Bethmann-Hollweg, le comte de
Wedel, statthalter d'Alsace-Lorraine, et le général von Deimling,
Guillaume II décida que «la garnison de Saverne serait transférée
jusqu'à nouvel ordre aux champs de manoeuvres de Bitche et de Haguenau».

[Illustration: Le colonel du 99e et Mme von Reutter attendent le rapide
de Strasbourg.]

L'ordre de départ, parvenu dans la journée du 5 au colonel von Reutter,
fut tenu secret hors de la caserne, mais on devina, à l'émotion des
femmes d'officiers et de sous-officiers, les préparatifs du grand
déplacement. Le chef de gare fut avisé d'avoir à former d'urgence deux
trains spéciaux.

Et le samedi C décembre, à deux heures de relevée, par un temps gris et
glacial, les bataillons du 99e évacuèrent Saverne, tristement, malgré la
musique, qui jouait des airs appropriés: «Je suis Prussien»,
«L'Allemagne avant tout», etc. Le colonel, escorté de quatre gendarmes,
avait précédé ses hommes à la gare. Le lieutenant von Forstner ne parut
point dans le défilé du départ. Et, dans les avenues ruisselantes, à
peine quelques «Wackes», corrects et silencieux, regardaient la «petite
garnison» qui, dans la boue froide et sous la neige fondue, s'en
allait...

ALBÉRIC CAHUET.

[Illustration: LES CONFÉRENCES DE DONAUESCHINGEN ET LEUR RÉSULTAT.--Le
99e régiment quitte Saverne, musique en tête.--_Phot. A. Merckling._]



[Illustration: Carpentier (culotte blanche); Wells (culotte noire).]

[Illustration: Carpentier place un terrible doublé à l'estomac.]

[Illustration: Wells plié en deux après le coup.]

[Illustration: Carpentier regarde Wells étendu pendant les dix secondes
qui décident sa mise hors de combat.]

[Illustration: Après le _knock out_ prononcé par l'arbitre, Carpentier
se penche le premier pour secourir son adversaire abattu.]

[Illustration: Carpentier veut serrer la main de son adversaire, qui
n'est pas encore revenu à lui.]

[Illustration: Carpentier porté en triomphe par ses seconds et Wells
soutenu par les siens.]

SEPT ÉPISODES D'UNE GRANDE VICTOIRE FRANÇAISE EN BOXE ANGLAISE

LE MATCH CARPENTIER-WELLS

Si le match sensationnel qui, cette semaine, a mis aux prises, à
Londres, Georges Carpentier et Bombardier Wells, a suscité en France
l'intérêt toujours accordé aux rencontres de cet ordre, il n'est pas
exagéré de dire qu'il a eu, pour nos voisins, l'importance d'un
événement national, où la réputation britannique, en matière de boxe,
était engagée. Il offrait au champion anglais, battu à Gand, en juin
dernier, par Carpentier, qui, précédemment, avait triomphé tour à tour
de Young Josephs, de Jim Sullivan et de Bandsmann Rice, l'occasion d'une
revanche solennelle; et il a, au rebours des espérances ardemment
manifestées de l'autre côté du détroit, consacré la science
pugilistique, le sang-froid, l'audace du Français.

Le combat a eu lieu, lundi dernier, sur le ring du National Sporting
Club, devant une assistance fort élégante et choisie; il suffit
d'indiquer que le prix des places allait de 75 à 250 francs. Nos
photographies évoquent les péripéties de la lutte, qui fut
singulièrement rapide. Carpentier, plus brillant que jamais, impatient
de vaincre, la conduisit avec prestesse, prenant immédiatement
l'offensive, harcelant son adversaire dans un incessant corps à corps.
Un «doublé» à l'estomac ébranlait bientôt Bombardier Wells, qui,
durement atteint, se repliait sur lui-même; Carpentier, après s'être un
peu reculé, le frappait au menton, et l'abattait d'un dernier coup à
l'estomac. En 73 secondes, le champion d'Angleterre, plus âgé de cinq
ans que le nôtre, et plus lourd de 10 kilos, avait été mis _knock out_.

Après un moment d'étonnement, de consternation légitime, les
spectateurs, sportsmen avant tout, acclamèrent le vainqueur, qui dut
apparaître au balcon du club, salué par une foule enthousiaste.



[Illustration: A Ada-Bazar: la foule autour de l'appareil.]

[Illustration: A Konia: Daucourt s'entretenant avec le grand chef des
derviches tourneurs.]

[Illustration: A Konia: les élèves des écoles françaises, avec leur
drapeau et leur fanfare; près de l'aéroplane, le père Gaudens.
_Photographies H. Roux._]

PARIS-LE CAIRE EN AÉROPLANE

Pauvre Daucourt! Après des prodiges de courage et d'endurance, ayant dû
braver trop souvent des conditions atmosphériques qui lui faisaient
courir les plus grands dangers, il avait presque franchi le massif du
Taurus. Malgré le bris de son appareil, il pouvait espérer qu'aucun
autre Français volant dans son sillage--pas plus Bonnier que
Védrines--ne planerait avant lui au-dessus des Pyramides. Mais les
gardiens de son monoplan, qu'il aurait été facile de réparer, l'ont
laissé brûler; et, malgré son désir ardent de ne pas arrêter un si bel
effort, la Ligue nationale aérienne, dont les ressources sont limitées,
renonce à l'envoi d'un nouvel appareil. Le transport en grande vitesse,
par chemin de fer, de Paris à Eregli, coûterait près de 20.000 francs!

Nous avons reçu de M. Roux, compagnon de voyage de Daucourt, de
nouvelles notes accompagnées de photographies, les dernières sans doute.
Nous reprenons ce journal de route à Podima, dernière escale des
voyageurs avant Constantinople. (Nous renonçons à publier les vues
prises au-dessus de la Corne d'Or et du Bosphore; embrumées, elles
donnent une idée trop vague de ce panorama merveilleux.)

Le 8 novembre, après déjeuner, escortés par tous les habitants de
Podima, nos compatriotes descendent vers la plage, et bientôt le
monoplan s'envole. Le vent arrière est assez fort; pendant une centaine
de mètres, il rabat l'appareil à 10 mètres à peine au-dessus de l'eau.
On monte ensuite, assez rapidement, le long de la côte, et, au bout de
dix minutes, on vogue à 1.000 mètres au-dessus du lac Derkos.

«... La nature du terrain reste la même; collines recouvertes par
endroits de petits bois ou de broussailles fort peu propices à un
atterrissage.

» A 3 h. 1/2 nous allons droit sur Hademkeuiet nous distinguons
parfaitement la mer de Marmara. A notre gauche émerge peu à peu de la
brume, sur une étendue telle que nous doutons d'abord, la ville si
impatiemment désirée et qui termine la première partie de ce long
voyage.

» Stamboul, Péra, Scutari, ne forment à nos yeux qu'une immense
agglomération très blanche et très confuse de palais et de mosquées aux
minarets élancés. Nous dominons à la fois la mer Noire, le Bosphore et
la Marmara. Par-dessus tout cela un soleil clair, mais dont l'automne
adoucit l'éclat. Nous oublions toutes les difficultés vaincues par la
ténacité de Daucourt, et nous jouissons d'un spectacle merveilleux que
n'ont jamais contemplé les empereurs de Byzance.

» Un grand hangar se détache nettement sur le sol, au milieu du champ
d'aviation de San Stefano. Daucourt arrête le moteur et, sans bruit,
nous descendons en une glissade folle vers le point désigné qui marquera
notre dernier atterrissage sur la terre d'Europe. Alors c'est
l'enthousiasme de plusieurs centaines de compatriotes et d'amis ottomans
qui crient «Vive la France», comme si tout le génie de notre race était
représenté par l'arrivée de ces quelques morceaux de bois et de toile
auxquels nos ingénieurs ont donné les ailes et le coeur d'acier qui les
animent. On acclame notre pays: c'est la seule récompense que nous
avions désirée.

» Mme Bompard, qui était venue trois jours de suite nous attendre à San
Stefano, est la première à nous accueillir. Elle s'ingénie à rendre des
plus agréables notre court séjour à Constantinople; c'est sous sa
conduite que nous visitâmes Stamboul et ses merveilles.»

Mais que de tristesses en ce beau pays:

«... Toute la campagne environnant Constantinople est encore encombrée
de camps où couchent sous la tente, malgré la saison avancée, des
milliers de réservistes non libérés ou même des malades en observation.
Le spectacle le plus désolant est, sans contredit, le défilé
interminable des voitures sur la route d'Andrinople. Les pauvres gens
qui avaient fui en Asie à l'approche des Bulgares repassent maintenant
le Bosphore et reviennent chez eux sans espoir de trouver leur foyer
encore debout. Car la Thrace est si dévastée que dans nombre de villages
les neuf dixièmes des maisons sont complètement détruites.»

[Illustration: Le départ de Konia: le pilote Daucourt étant déjà à son
poste, le passager, M. Roux, met l'hélice en mouvement, puis se hâte de
monter sur l'appareil qui commence à rouler pour prendre son
vol.--_Instantanés de m. du Jeu._]

M. Roux s'étend longuement sur l'influence que nous possédons à
Constantinople, sur la diffusion de notre langue dans toutes les classes
de la société, sur l'estime et l'amitié que les Turcs manifestent pour
la France.

On en jugera, d'ailleurs, par la lettre suivante que lui remit Djemal
bey, au moment du départ:

«Le soussigné, gouverneur militaire de Constantinople et commandant par
intérim le premier corps d'armée, colonel Djemal bey, présente M.
Daucourt et son compagnon, M. Roux, qui ont entrepris le raid
Paris-Constantinople-Le Caire, à tous les fonctionnaires civils et
militaires et à tous les officiers chargés du maintien de l'ordre. Ce
sont deux héros qui se sacrifient pour la science, et ces deux courageux
et intrépides Français sont des amis sincères des Ottomans. Sur quelque
point de l'empire qu'ils se trouvent, qu'on leur donne toutes facilités,
et qu'on leur complète tout ce qui leur manque. J'ordonne donc à tous
les agents 'de la force publique qu'on leur accorde aide et protection
avec les égards dignes d'eux.»

[Illustration: Les monts Hadji Dagh, à l'ouest de la ville de Karaman.]

Nos voyageurs quittent San Stefano le 15 novembre à 3 heures du soir,
escortés jusqu'à Scutari par deux aviateurs ottomans:

«... Cette fois nous passons à faible hauteur et sur Stamboul même. Les
ruines des anciens murs de Byzance se détachent nettement, et, si le
spectacle est moins grandiose que celui qui s'offrit à notre arrivée,
par contre nous distinguons la ville dans ses moindres détails. Pendant
que nous approchons de la côte d'Asie, je me retourne souvent pour voir
encore Constantinople qui fuit dans la brume. Voici les îles des
Princes, puis le golfe d'Ismid; de chaque côté se dressent les premières
montagnes d'Anatolie, fort irrégulières, au milieu d'une campagne très
cultivée, du moins près de la mer.

» A 3 h. 15 nous passons encore au-dessus d'un camp d'un millier de
tentes; un peu plus tard, nous laissons sur notre gauche Ismid,
l'antique Nicomédie, et nous apercevons dans le port trois vieilles
frégates datant au moins d'un demi-siècle. Nous devons éviter que la
nuit nous surprenne dans les défilés de Biledjik, et, à 1 heures, nous
atterrissons à Ada-Bazar, dans un mauvais champ labouré. C'est la cohue
habituelle jusqu'à ce que le gouverneur Haliss bey nous emmène dans sa
voiture à l'hôtel. Nous trouvons ici comme partout le même accueil
charmant et l'hospitalité turque légendaire.

» Haliss bey a mis un landau à notre disposition, et nous ne sortons que
suivis par deux officiers qui assistent à tous les dîners où nous sommes
conviés. Nous préférerions flâner à pied, mais le temps épouvantable qui
nous retient ici nous oblige à prendre la voiture, et les rues sont si
mal pavées que nous devons nous cramponner aux portières pour ne pas
tomber les uns sur les autres.»

[Illustration: Le mont Kara Dagh, au nord de la ville de Karaman.]

Nos compatriotes prennent contact avec la population arménienne au cours
d'un dîner que leur offre Aram Nigorossian, directeur de l'École
centrale, sous la présidence de l'archevêque d'Ismid, Mgr Stepannos. Et,
durant leur séjour forcé à Ada-Bazar, on rivalise de zèle pour leur
faire comprendre la question arménienne.

L'arrivée de l'aéroplane a, d'ailleurs, produit une grande sensation
dans toute la province.

«...Des paysans viennent de très loin pour voir notre Borel qui fait
triste figure sous la pluie au milieu de la boue dont il aura
grand'peine à sortir. Nous avons recouvert le moteur, l'hélice et le
fuselage avec de grandes bâches, mais les ailes sont submergées d'eau
depuis trois jours. A quelques pas, sous une petite tente, s'abritent,
faisant un peu de feu pour se réchauffer, les trois soldats qui gardent
notre appareil.

» Nous ne voyons toujours pas les sommets des montagnes que nous devons
survoler, tant les nuages sont bas. Impossible de partir dans de telles
conditions. Le vent n'est rien en aviation à côté du brouillard, surtout
en pays de montagnes, car nous pouvons nous trouver subitement dans la
brume et perdre la direction. A la vitesse de 100 kilomètres à l'heure,
il sera impossible au pilote d'éviter à temps le premier obstacle,
montagne ou forêt, qui se dressera tout à coup devant nous.»

Enfin, le 24 novembre, le temps se lève; le monoplan s'envole vers Konia
où il est attendu depuis trois jours.

[Illustration: Eregli et la chaîne du Taurus couverte de neige, vus du
monoplan de Daucourt et Roux à 1.800 mètres de hauteur.--_Photographies
H. Roux._]

[Illustration: L'appareil de Daucourt après l'accident d'atterrissage.]

[Illustration: Le lendemain matin après l'incendie.]

LE RAID PARIS-LE CAIRE DE DAUCOURT ET ROUX INTERROMPU A BOZANTI PAR LA
DESTRUCTION DE LEUR APPAREIL.

«... Le Père Gaudens, supérieur des Assomptionniste est à la tête de sa
fanfare et de ses trois cents élèves, les écoles turques forment
elles-mêmes un cortège pittoresque. Les banques, les boutiques, toutes
les maisons sont fermées. Le grand _Tcherili_, descendant des sultans
heldjacides, chef religieux des derviches tourneurs, et qui a conservé
la prérogative de ceindre le sabre du sultan le jour du couronnement,
est venu au-devant de nous avec une délégation de derviches tourneurs et
de hodjas. Nous sommes reçus par M. de Tcherkavsky, consul de Russie,
qui remplit les fonctions de consul de France et de six autres nations.
Ici, encore, tout le monde parle français.»

Le lendemain, à dix heures, départ aux accents de la _Marseillaise_ et
de l'hymne russe joués par les élèves du père Gaudens. Les voyageurs
aperçoivent bientôt à l'horizon la ligne neigeuse qui dessine les hauts
sommets du Taurus. Laissant à gauche le mont Kara Dagh, isolé sur le
plateau, ils passent au-dessus de la ville de Karaman, et, à midi, ils
descendent à Eregli.

«... On nous raconte des choses bien amusantes. En nous apercevant au
loin, des femmes arméniennes se mettent à genoux et chantent des
cantiques en se frappant la poitrine. Un vieux prêtre turc fend la foule
en s'écriant: «Je veux voir les hommes qui descendent du ciel.» Un
fonctionnaire morigène le populo qui l'entoure: «Voilà comment sont les
Français; ils travaillent, ils aiment la science et ils aiment à voler
comme les oiseaux. Vous, vous êtes paresseux et c'est pourquoi vous ne
savez encore que marcher comme les animaux.»

M. Roux quitte alors son compagnon pour gagner Adana en chemin de fer et
en voiture. Daucourt veut monter à 3.000 mètres pour franchir le Taurus;
comme il est déjà chargé de 160 litres d'essence, il lui est impossible
de garder son passager.

A la station de Kiilek, M. Roux apprend la chute de l'aviateur. Ce
dernier le rejoint le lendemain à Adana, ayant fait la route, partie à
cheval, partie sur une autodraisienne mise à sa disposition par un
Allemand aimable, M. Hausba, ingénieur en chef de la ligne de chemin de
fer.

Daucourt raconte ainsi son accident:

Le ciel étant brumeux autour d'Eregli, il demanda télégraphiquement à
plusieurs stations des renseignements sur l'état atmosphérique. Les uns
lui signalèrent le vent du sud, d'autres celui du Nord. Le temps
devenant plus clair vers midi, il partit et s'éleva graduellement à
2.500 mètres. En approchant de Bozanti, les nuages enveloppaient les
sommets autour de lui et il dut songer à descendre. Le vent soufflait en
sens contraire de deux vallées se coupant à angle droit; pris dans une
véritable tornade, obligé d'atterrir sur un petit espace encombré
d'arbres, il arriva au sol avec une vitesse telle que son aile gauche
coupa le sommet d'un arbre, et l'entraîna avec l'appareil qui s'arrêta
une vingtaine de mètres plus loin, assez endommagé.

Mieux qu'aucune description, les photographies montrent les difficultés
de l'atterrissage sur cet étroit espace de terre semé de cailloux,
piqueté d'arbres, encerclé de tous côtés par les montagnes. On ne peut
cependant qu'admirer la chance ou l'habileté de Daucourt pour avoir
trouvé un sol relativement si favorable dans la région
extraordinairement abrupte des _Portes de Cilicie_. Ces défilés sauvages
ne se trouvent point au coeur du Taurus; ils sont situés sur le versant
sud, dans les derniers contreforts du massif, sur la route de Bozanti à
Adana, dont M. Roux fit une partie en voiture.

Comme nous le disions en commençant ce compte rendu, et comme
l'indiquent nos photographies, le monoplan était fort réparable,--en
trois jours, nous écrit M. Roux. Mais les gendarmes chargés de le garder
pendant la nuit se firent remplacer par un paysan qui, probablement,
alluma du feu pour se réchauffer et s'endormit. Car ce pauvre homme fut
lui-même surpris et fort maltraité par l'incendie. Et, vers 8 heures du
matin, on vint annoncer au malheureux pilote que son appareil achevait
de brûler. Il fut d'autant plus navré qu'il avait cédé, en quelque sorte
malgré lui, à l'insistance des gendarmes, auxquels il eût préféré un
homme de confiance payé par lui-même.

                                    *
                                   * *

Quels que soient les regrets, fort compréhensibles, des deux intrépides
voyageurs qu'une vulgaire question matérielle empêche d'achever leur
raid magnifique, ils pourront se vanter, l'un et l'autre, d'avoir fait
preuve d'une valeur et d'une habileté exceptionnelles; et, s'ils doivent
renoncer à la joie de se voir acclamer à Jérusalem et au pied des
Pyramides, ils garderont un doux et glorieux souvenir de leur randonnée
sur cette terre d'Asie Mineure où, les premiers, ils ont fait descendre
du ciel les couleurs françaises.

Nous avons dit à plusieurs reprises à quel point Daucourt et son
compagnon étaient frappés du degré que, du Bosphore au Taurus, atteint
la culture française» La petite pièce de vers que nous recevons d'Adana
en est la preuve la plus éloquente, la plus agréable à accueillir, que
nous puissions souhaiter. L'auteur, M. Hrand Sarian, fut boursier du
gouvernement ottoman à Paris. On n'en est pas moins délicieusement
surpris de voir un habitant de la lointaine Adana exprimer dans le plus
pur français et avec toute la chaleur communicative de l'âme orientale
ses sentiments pour la France:


                          A DAUCOURT

        Nous sommes les gradins de l'antique Orient,
        Que gravit chaque jour le beau soleil levant;
        De la Turquie il porte un salut à la France,
        Qui laisse en notre coeur si douce souvenance!

        Nous sommes les enfants de ce vieux Paradis
        Dont les livres anciens ont savamment décrit
        Les vastes horizons et l'opulente flore,
        Où les yeux pleins de rêve ont besoin de se clore...

        C'est là que, tout léger, Daucourt descend des cieux
        Après avoir frôlé la demeure des dieux!
        Soyez le bienvenu, héros qui portez l'âme

        De cette Nation que la pensée enflamme
        De se lancer toujours, ivre de liberté,
        Vers le Progrès sans fin, but de l'Humanité.

                                      HRAND SARIAN.
        _Adana, 26 novembre 1913._


                                     *
                                    * *

Tandis que Daucourt était en panne à Bozanti, ses deux émules, Védrines
et Bonnier, partis de Paris après lui, et plus favorisés par le temps,
semble-t-il, parvenaient sans incident à Constantinople, ayant suivi une
voie un peu différente.

Védrines arrivait à Sofia le 3 décembre à 8 heures du soir, ayant
couvert en trois heures l'étape Belgrade-Sofia (380 kilomètres). Le
lendemain, au champ d'aviation militaire, il recevait la visite du roi
Ferdinand qui s'entretint longtemps avec lui.

Vingt-quatre heures plus tard Védrines rejoignait Bonnier à
Constantinople. Les deux aviateurs se préparent à partir ensemble pour
le Caire, «non comme des rivaux, mais unis dans l'amour de la France».
Du Caire, Védrines, qui voyage seul, se propose d'atteindre l'Australie
par Bombay et Singapore.

Bonnier emmène à bord son mécanicien; nous espérons recevoir de lui des
clichés faisant suite à ceux de M. Roux.

[Illustration: A Sofia: le tsar des Bulgares interrogeant Védrines sur
ses projets de raid vers le Caire.--_Phot. Thévenet._]



[Illustration: SCÈNES DE LA RUE PARISIENNE.--Une mode turque.]

A côté des grandes transformations qu'elle impose dans le costume
féminin, des révolutions de l'élégance qu'elle édicté, la Mode se plaît
parfois à de menus changements, qu'il convient de considérer sans
gravité; et ses légers caprices introduisent, de temps en temps, une
nouveauté imprévue dans ce qu'on pourrait appeler les accessoires de la
toilette, le manchon, le sac, l'épingle à chapeau, voire le lacet du
soulier et la couleur du bas de soie. Aujourd'hui, ils s'en prennent à
la voilette. On ne faisait guère attention à elle, tant elle se portait
généralement discrète et fine, à moins qu'elle ne se portât point du
tout. Et voilà qu'elle prétend cacher une partie du visage, le menton,
la bouche et le nez, pour laisser seulement apparaître les yeux, à la
manière turque... Il y a quelque deux ans, _L'Illustration_ a montré,
par un dessin, que les jeunes femmes de Constantinople tentaient, à la
faveur d'idées plus libres, d'abandonner le traditionnel _yachmah_. Les
Parisiennes vont-elles adopter le voile auquel avaient voulu renoncer
les «désenchantées» de là-bas? La scène qu'a croquée notre collaborateur
L. Sabattier à la sortie de la Madeleine, un dimanche matin--car celles
qui suivent cette mode musulmane n'en sont pas moins bonnes
chrétiennes--indique que, si l'essai en a été fait, il est encore
timide, et suscite quelques étonnements. La voilette nouvelle a contre
elle d'être funeste aux sourires qu'elle dissimule. Et c'est là, sans
doute, pour les Parisiennes, un défaut d'importance.



CE QU'IL FAUT VOIR

PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER A PARIS

Je suis retourné au Salon d'automne pour y visiter cette Exposition
_d'Ensembles décoratifs _dont on a beaucoup parlé, et je voudrais
d'abord vous signaler une opinion bien intéressante que j'ai recueillie
en en revenant. Cela se passait à table, chez des amis, qui avaient
parcouru, eux aussi, dans la journée, les «ensembles décoratifs» de
l'avenue d'Antin. Soudain un des convives, architecte de talent,
s'écria:

--Tout de même, ne trouvez-vous pas qu'il y a quelque chose de changé
dans les moeurs de ce temps-ci? Nous sommes plus artistes, cela est
incontestable. Nous décorons notre logis autrement que ne faisaient nos
pères; avec plus de fantaisie, avec plus d'audace, avec plus d'amour.
Dans le choix des bibelots, des meubles, des étoffes, dans l'arrangement
surtout de ce décor domestique, nous osons des choses que pas un
Français, il y a vingt ans, n'eût osées. Et qu'est-ce que prouve ce
souci d'introduire dans la décoration de nos «intérieurs» plus de
pittoresque et d'imprévu qu'autrefois, si ce n'est que nous aimons notre
foyer, qu'il nous plaît d'y vivre davantage...

--Ou d'y vivre moins, fit une dame âgée en souriant.

--Je ne vous comprends pas, madame, dit l'architecte.

La dame âgée répondit:

--Monsieur, savez-vous rien de plus lassant pour les yeux que le
spectacle de la _fantaisie_, en ameublement aussi bien qu'en toilette?
Et ne conviendrez-vous pas qu'une robe, intéressante par certaines
audaces de coupe, de couleur et d'arrangement, cesse vite de l'être si,
au bout d'un temps très court, une autre robe ne l'a point remplacée?
Une femme élégante--j'entends une femme dont l'élégance est faite de
_fantaisie_--est condamnée à ne jamais porter la même toilette trois
fois de suite... Et, de même, je pense que l'excentricité d'un
ameublement n'est supportable qu'à condition qu'on ne s'en donne ni trop
souvent ni trop longtemps de suite le spectacle à soi-même. Or, on ne
peut changer de mobilier comme on change de robe. On cherche donc
d'autres décors quand on a «assez vu» celui-là. Et c'est pourquoi,
monsieur, j'ai la conviction que les amateurs qui ont commandé tels de
ces «intérieurs» un peu... hardis que nous avons vus tout à l'heure au
Salon d'automne sont, au total, des raffinés qui restent chez eux le
moins possible.

Ainsi parla la dame âgée. Elle eût pu se montrer plus sévère encore, à
mon avis: déplorer, par exemple, que l'architecture décorative s'arroge
le droit de «renouveler» à ce point la forme de certains sièges qu'il
devienne impossible à d'honnêtes gens d'y demeurer assis cinq minutes
sans danger de crampe. Elle eût pu demander s'il n'y a pas quelque
imprudence aussi à introduire trop de joie dans le décor d'un logis qui
tôt ou tard, ainsi que tous les logis humains, devra bien encadrer de la
tristesse. Et comme alors les murs auront l'air ridicule!

N'importe. Allez vous promener aux «ensembles décoratifs» de l'avenue
d'Antin. Qu'on adore ou qu'on déteste cet art-là, c'est un spectacle à
voir. Et c'est au moins matière à philosopher...

                                      *
                                     * *

Ne pas oublier non plus, ce mois-ci, les grands magasins. Le mois des
Etrennes est pour eux un mois de triomphe, et ils viennent d'en
commencer l'Exposition.

J'entends par étrennes les plus belles de toutes, les seules qui
comptent aux yeux du parrain et de la marraine dignes de ce nom: les
étrennes des enfants; les Jouets! Je ne dis pas que les plus beaux
soient les plus amusants. Je crois même le contraire, et que l'âme de
l'enfant réclame des jeux simples. Un jouet luxueux et savant
l'émerveille; mais il en est un peu de ces chefs-d'oeuvre comme des
boudoirs et des salles à manger dont je parlais tout à l'heure: on
admire... et puis, quand on a bien admiré, on cherche à reposer ses yeux
et son esprit sur quelque chose de simple, de «pas fort»... Le joujou
_savant_ (et follement cher, bien entendu) semble avoir été inventé pour
augmenter l'attachement de nos fils aux jeux de la balle, des quilles et
de saute-mouton!

Mais il reste nous. Il reste les grandes personnes, dont les Expositions
de jouets vont délicieusement amuser, pendant un mois, les badauderies.
Mais n'attendez pas que ces collections précieuses soient
«désassorties»; n'attendez pas surtout les cohues d'après-midi, qui vont
commencer. Le matin, jusqu'au quinze ou vingt décembre; voilà le moment
propice, et l'heure exquise...

                                   *
                                  * *

Un étranger m'écrit: «Je connais de Paris ses monuments, ses théâtres,
et, assez bien aussi, ses boulevards. C'est _la Rue_, maintenant, que je
voudrais mieux connaître; je veux dire ces coins de Paris dont ne
parlent point les guides, mais qui ont leur originalité, leur
pittoresque à eux, et qui nous instruisent à leur manière.»

Rien de plus juste. Et c'est pourquoi la Fête foraine ne doit jamais
être considérée par l'étranger comme un spectacle négligeable. Elle a
une valeur de renseignement; elle est une des écoles où l'on «apprend»
Paris.

Les marchés aussi peuvent être comptés au nombre des meilleures de ces
écoles-là. Marchés aux fleurs, aux chevaux, à la ferraille; marchés de
comestibles,--quotidiens ou hebdomadaires; marchés annuels, qui sont des
foires (pains d'épice ou jambons); marchés couverts; marchés en plein
vent. Il y en a qu'il faut voir au printemps; d'autres que la saison
présente encadre d'une tristesse si opportune, si harmonieuse,
pourrait-on dire, que le spectacle en devient beau! J'en ai eu
l'impression, dimanche dernier, en allant flâner vers onze heures du
matin, dans la brume, autour de la «barrière d'Italie». C'est la porte
de Paris par où l'on passe pour aller à Fontainebleau, et c'est par là
que Napoléon, en 1815, rentra dans Paris. Mais les gens qu'on rencontre
là le dimanche matin ne semblent point impressionnés par la majesté d'un
tel souvenir. A côté de la grille d'octroi, contre la pierre même des
fortifications, s'aligne l'étalage hebdomadaire des parapluies à trois
francs, deux francs, trente sous... des parapluies «non réclamés» que
revend à bas prix la préfecture de police et dont quelques-uns semblent,
ma foi, les «occasions» les plus avantageuses du monde! Au delà s'étend
la longue route boueuse et plate qui mène à Ivry, et sur un côté de
laquelle s'élèvent les pauvres échoppes du marché de dimanche.
Boniments, cris des marchands, mélopée d'une négresse en prière qui dit
la bonne aventure, romances sur la guitare, roulements de tambour du
montreur de «rats géants»; et puis, à droite, la rue Blanqui,--un chemin
tracé dans la boue de la zone militaire, et que bordent des taudis en
planches. C'est la «foire aux puces», quelque chose d'innommable: un
marché où s'étalent--par terre--des déchets, des débris de tout: de la
ferraille, des papiers, des loques, que vendent des pauvres, et
qu'achètent d'autres pauvres. Une foule joyeuse grouille autour de tout
cela; et sur ces musiques, sur ces cris, sur ces odeurs, sur ces loques,
décembre étend un ciel sale et froid,--le ciel _qu'il faut_! non,
vraiment, ce n'est pas laid. Et c'est presque effrayant.

UN PARISIEN.



AGENDA (13-20 décembre 1913)

EXPOSITIONS.--Grand Palais: Salon d'automne.--Galerie Georges Petit (8,
rue de Sèze): la «Société internationale»; la «Comédie
humaine».--Galerie Devambez (43, boulevard Malesherbes): exposition de
la Société des peintres graveurs français.--Galerie des Artistes
modernes (19, rue Caumartin): exposition des objets d'art appliqué de la
Société 1'«Éclectique».--Galerie Brunner (11, rue Royale), les Peintres
et les Graveurs de Paris.

CONFÉRENCES.--Société des Conférences (184, boulevard Saint-Germain), le
_17 décembre_, à 2 h. 1/2: _la Littérature française aux États-Unis_,
par M. J.-H. Hyde; le _19 décembre_, à la même heure: _Madame de Staël à
Berlin_, par M. le comte d'Haussonville.--Conférences
alsaciennes-lorraines (184, boulevard Saint-Germain), le _17 décembre_,
à 8 h. 1/2 du soir: _la Terre exquise de Lorraine et d'Alsace_, par M.
Émile Hinzelin.--7, rue Chateaubriand (conférences Chateaubriand), le
_20 décembre_, à 3 heures: _les Primitifs italiens, Giotto_, par M.
André Michel.--Université des _Annales_ (51, rue Saint-Georges), à 5
heures: le _15 décembre, Leurs enfants_, par M. André Lichtenberger; le
_16, la Première du Cid_, par M. Gaston Rageot; le _17, Un poème en
prose_, par M. Jean Richepin; le _18, Au pays de la fantaisie_, par Mme
Rosemonde Gérard.

FÊTE DE BIENFAISANCE.--LE 20 _DÉCEMBRE_, AU CHÂTELET, MATINÉE DE
BIENFAISANCE donnée par la Société de secours mutuels «les Prévoyants du
théâtre».

L'EXPOSITION DE L'AÉRONAUTIQUE.--Au Grand Palais, jusqu'au _25
décembre_, exposition internationale de l'Aéronautique.

SPORTS.--_Courses de chevaux: le 14 décembre_, Auteuil; le 15,
Saint-Ouen; le 16, le 18 et le 21, Vincennes (trot).--_Boxe: le 20
décembre_, à Luna-Park, match Sam Langfort-Joe Jeannette.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

LES PRIX LITTÉRAIRES

Deux grands favoris, à peu près sur la même ligne, se disputaient, cette
année, le prix Goncourt. On donnait à égalité M. Alain Fournier,
l'auteur du _Grand Meaulnes_[1], et M. Léon Werth, Fauteur de la _Maison
Hanche_[2]. Or, le jour du vote, le 3 décembre, il advint qu'un
outsider, M. Marc Elder, qui avait obtenu une seule et intermittente
voix pendant les dix premiers tours, réussit à réunir six suffrages au
onzième tour. Ce fut, assure-t-on, un vote de conciliation. Le livre
couronné s'intitule: le _Peuple de la mer_[3]. Il nous conte, en un
tryptique au rude et impressionnant relief, la vie des pêcheurs de
Noirmoutier.

Au lendemain de la réunion des académiciens Goncourt, le jury féminin du
_Prix Vie Heureuse_ a désigné son lauréat pour 1913: Mme Camille Marbo,
l'auteur de la _Statue voilée_[4].

LES BEAUX LIVRES

Le mois de décembre est le mois des beaux livres. Il y a, dans les
vitrines de Noël, une floraison d'hiver étincelante, une véritable
joaillerie de couleurs niellées et marquetées d'argent et d'or. Nous
aimerons toujours le faste du livre et, devant les étalages flamboyants,
nous nous arrêtons, malgré l'hiver, pour la joie de nos yeux, comme
jadis au temps du collège, après la journée de classe. Les volumes d'art
pour les étrennes des grandes personnes, et les romans d'aventures et
les albums pour les étrennes des enfants, mêlent dans les expositions
des libraires les séductions de leur présentation riche. Nous mettrons
un peu d'ordre dans la confusion jolie de l'étalage, et, tandis que nous
parlerons ici des livres de nouvel an pour lecteurs de tous âges à
partir de l'adolescence, nous signalerons dans _La Petite Illustration_
accompagnant ce numéro les nouveautés de la librairie enfantine.

Présenté sous une délicate couverture blanc et or, fastueuse comme une
chape pontificale, un important ouvrage de cet érudit des choses
italiennes, M. Emmanuel Rodocanachi, nous convie à suivre, depuis
l'antiquité jusqu'à nos jours, l'histoire, minutieusement documentée et
pompeusement illustrée, des _Monuments de Rome_[5]. C'est une savante
reconstitution de la vie grandiose et tragique de la pierre romaine qui
connut le triomphe des merveilleuses cérémonies impériales et l'outrage
des invasions barbares avant que de subir les destructions du moyen âge
lorsqu'on employa les colonnes des anciens temples dans la construction
des églises et les assises des monuments antiques dans celle des
forteresses. D'excellents chapitres nous disent les travaux projetés et
réalisés par le grand pape Sixte-Quint, et les vicissitudes auxquelles
furent soumis les grands vestiges au dix-septième siècle. Et de très
complètes monographies sont consacrées aux Obélisques, au Mausolée
d'Auguste, au Panthéon, aux Thermes de Dioclétien, aux Arcs de triomphe,
au Palatin et au Colisée.

La librairie Hachette, à qui l'on doit l'édition de cet ouvrage, publie
encore, à l'occasion des etrennes, d'autres très beaux livres, richement
illustrés. Dans l'un d'eux, M. Seymour de Ricci réunit en album sur le
_Style Louis XVI: Mobilier et Décoration_, plus de 450 modèles[6].
L'ensemble des modèles ainsi présentés constitue un enseignement de
premier ordre et il n'est plus absolument besoin de visiter les trésors
du Louvre, de Versailles, de Windsor et de la Wallace Collection, pour
acquérir la connaissance complète de ce qu'est l'art admirable du style
Louis XVI. C'est, en quelque sorte, la généalogie même du style Louis
XVI qui se trouve décrite ici.

        Note 1: Edit. Émile-Paul, 3 fr. 50.--
        Note 2: Edit. Fasquelle, 3 fr. 50.--
        Note 3: Edit. Oudin, 3 fr. 50.--
        Note 4: Edit. Fayard, 3 fr. 50.--
        Note 5: Hachette, 20 fr., rel., 25 fr.--
        Note 6: Même librairie, 25 fr.

Mais voici, traduit et adapté par M. Gaston Migeon, conservateur au
musée du Louvre, _l'Art en Chine et au Japon_, d'Ernest Fenellosa [7].
M. Fenellosa fut l'Occidental qui, le premier, a passionnément interrogé
les arts anciens de la Chine et du Japon et en a compris le haut
idéalisme, le sens intime, les prodiges d'exécution. Son ouvrage, qui
paraît après sa mort, peut être considéré comme un testament
intellectuel. Les sujets d'illustrations, par leur variété, constituent
l'une des plus belles et des plus riches collections l'art chinois et
japonais qui aient été publiées jusqu'ici.

_Whistler, sa vie, son oeuvre et son temps, traduit et adapté de
l'ouvrage original de E. et J. Pennel,_ avec 2 planches en couleurs, 12
planches en héliogravure et 64 planches en noir hors texte[8]; _l'Oeuvre
de Murillo_, ce sont encore de nouvelles très agréables éditions de la
maison Hachette qui ajoute aussi à sa délicieuse série _Ars Una_[9] un
opportun volume de M. Max Rooses, conservateur du musée Plantin
d'Anvers, sur les _Flandres_.

Un délicieux volume: la _Route des Dolomites_[10], prend place parmi les
belles éditions J. Rey, la grande maison dauphinoise du livre. Nous
l'avons dit, et nous devons le répéter: parmi tous les efforts tentés
par le régionalisme, la décentralisation de l'édition (le livre
provincial fait en province) est l'un des plus intéressants, car il
dirige une industrie nationale dans des voies nouvelles et fertiles en
heureuses surprises pour le public. Le public, d'ailleurs n'est pas
ingrat et il a récompensé par la faveur de son accueil les initiatives
et les sacrifices que la maison J. Rey n'a pas hésité à faire en
employant de véritables missions photographiques à réunir les éléments
d'illustration de ces riches et intelligents volumes: _Au pays de Jeanne
d'Arc, Aux pays de Napoléon, Aux lacs italiens, Au pays de saint
François d'Assise, la Route des Alpes, la Route des Pyrénées_.

C'est M. Gabriel Paure, le plus charmant et le mieux averti des
cicérones sur les routes italiennes, qui nous conduit aujourd'hui sur la
_Routedes Dolomites_, d'Innsbruck à Vérone, de Bosen à Cortena
d'Ampezzo, au lac de Misurina, et à Cadore, dans le pays du Titien.
L'itinéraire est d'une rare séduction, et ses beautés en sont rendues
sensibles à nos yeux par les panoramas, les scènes, groupes et types qui
ajoutent leur vérité documentaire à la chanson harmonieuse du texte.

Deux très belles publications qui nous arrivent en même temps et qui se
complètent l'une l'autre seront accueillies avec faveur car elles
s'offrent à documenter le goût, très vif, en ce moment, que l'on
manifeste pour les jardins et pour les villas. Nous faisons tous plus ou
moins les rêves de l'amateur de jardins. L'un des souhaits les plus
constants de notre vie tourmentée par l'agitation moderne est de prendre
quelque repos en un morceau de paradis terrestre, un paradis de verdure,
de fleurs et d'eau, créé souvent par les fantaisies de notre
imagination, et selon la mesure si variable de nos moyens. Un livre qui
s'intitule: _Des divers styles de jardins, modèles de grandes et petites
résidences; l'art décoratif des jardins; jardins européens et
orientaux_[11], nous charme avant même que de s'ouvrir. Cet ouvrage, paru
sous les deux signatures de MM Marcel Pouquier et A. Duchêne, nous donne
avec ses 16 hors texte et ses 300 illustrations, si heureusement
choisies, une histoire enchantée des jardins, depuis le moyen âge
jusqu'à nos jours et nous livre une série de précieux modèles dans le
style des seizième, dix-septième et dix-huitième siècles, français,
anglais, italiens, orientaux, arabes, chinois, hindous, japonais,
persans, avec les divers motifs de décoration pouvant s'adapter aux
résidences actuelles.

        Note 7: Hachette, 35 fr.--
        Note 8: Même librairie, 25 fr.--
        Note 9: Même librairie, le vol. 7 fr. 50.--
        Note 10: Edit. J. Rey, de Grenoble, broché, 25 fr., relié, 38 fr.--
        Note 11: Émile. Paul, éditeur, 40 fr.

L'autre album, consacré aux villas, et si moderne en son aspect et en
son enseignement, est édité avec le grand luxe de ses 54 planches avec
plans, coupes, etc., par l'éditeur Charles Massin[1]. Cet ouvrage traite
plus spécialement, comme l'indique son titre, des _Villas normandes et
anglaises_. Nous avons pu constater, pour la joie de nos yeux, combien,
des deux côtés de la Manche, les constructions anglaises et normandes
rivalisent de pittoresque récent et confortable. On trouvera dans le
recueil paru d'hier des reproductions à grande échelle des types les
plus caractéristiques des deux pays. C'est un trésor de matériaux pour
l'organisation de la vie heureuse, une source riche «d'idées» à suivre,
à réunir, à combiner, pour édifier le palais familial de nos rêves
d'été.

        Note 12: Librairie générale de l'Architecture et des Arts
        décoratifs, prix: 55 fr.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

L'INVENTEUR DE LA SIMILIGRAVURE.

C'est une erreur fort répandue que la photogravure typographique ou
similigravure, souvent appelée «simili américaine», a débuté aux
États-Unis. L'invention est française, et la chambre noire qui servit en
1885 à M. Edouard Cannevel pour obtenir le premier cliché photographique
à points inégaux permettant de réaliser la photogravure typographique
vient d'entrer au Conservatoire des arts et métiers.

Le principe de l'appareil réside dans l'interposition d'une trame
quadrillée transparente entre l'objectif et la plaque sensible. Il est
aujourd'hui le seul appliqué dans le monde entier, et son oeuvre
vulgarisatrice est immense.

M. Edouard Cannevel disposait de faibles ressources; il fit ses
recherches avec un appareil de fortune, et il fabriquait lui-même ses
trames en photographiant des rayures imprimées sur indienne. Les
résultats furent excellents. Mais l'invention venait trop tôt. Il n'y
avait alors ni papier, ni encre, ni machines pour imprimer des reliefs
si peu appréciables. Le papier couché n'était pas né, et nos papiers à
journaux actuels sont des papiers de luxe à côté de ceux de l'époque.

D'autre part, personne en France ne réussit à graver une trame sur
verre. Plus tard seulement un Américain trouva le moyen d'exécuter ces
trames de façon merveilleuse, d'où le nom de similigravure américaine
donné à un procédé essentiellement français dont les progrès de
l'imprimerie et de l'industrie du papier allaient bientôt assurer la
vulgarisation. Le conseil général de la Seine-Inférieure et diverses
sociétés savantes votèrent de petites subventions à l'inventeur. Mais M.
Cannevel dut abandonner la lutte; et il assiste aujourd'hui au triomphe
colossal d'une invention qui est sienne, qui enrichit ou fait vivre des
milliers de personnes, et qui ne lui rapporta aucun profit.


DE QUAND DATE LE PAIN.

Le pain est un mets de très grande antiquité: mais l'homme ne l'a pas
toujours connu. Il serait sans doute difficile sinon impossible de dire
quand et où se fit le premier pain: mais on sait de source certaine que
le pain était déjà connu de l'homme néolithique, et que les habitants
des palafittes en particulier en faisaient usage.

Ces populations, occupant des habitations bâties sur pilotis, dont les
vestiges sont abondants sur le rivage de plusieurs lacs suisses, étaient
agricoles et sédentaires. Elles possédaient déjà des animaux domestiques
et des plantes alimentaires, et probablement cultivées, dont certaines
pouvaient avoir une origine fort lointaine et être venues de contrées
très distantes.

Parmi les plantes, il y avait le blé, qui était déjà connu et apprécié
au début de la période néolithique; il y avait même plusieurs blés. L'un
d'eux est encore cultivé dans la Gruyère: c'est le _blé mottu_ qui croît
aussi spontanément dans le Caucase. En vient-il? Un autre est le froment
égyptien, encore cultivé en Suisse sous le nom de _nouette de Lausanne_.
Et il faudrait citer encore l'orge, l'amidonier, le petit épeautre,
l'épeautre, le seigle, le millet, etc.

De ces grains, que nous utilisons encore pour faire du pain et des
produits similaires, les habitants des palafittes faisaient du pain. On
a retrouvé, à de nombreux exemplaires, des meules à broyer le grain, en
pierre, en grès, en granit, accompagnées de leurs broyeurs. Ces outils
devaient servir à broyer les grains en farine, et la farine à faire du
pain. On n'en peut douter: le pain des palafittes est bien connu et
authentique.

Ce n'était pas le pain actuel... La farine servait à faire des galettes
arrondies, cuites sur des pierres ou de l'argile, et ce pain rustique,
dont on a retrouvé plusieurs morceaux, était emmagasiné dans des vases.
Les probabilités sont qu'on le consommait après humectation, pour le
ramollir un peu. On remarquera qu'à l'époque de la découverte les
indigènes des Canaries opéraient de façon sensiblement pareille.


INCUBATION NATURELLE ET INCUBATION ARTIFICIELLE.

Les agriculteurs ou les éleveurs de volailles ne sont point toujours
d'accord sur la valeur respective de l'incubation naturelle et de
l'incubation artificielle. Les expériences de M. Brechemin, sans
résoudre définitivement la question, y apportent du moins une
contribution intéressante.

Trois dindes et trois poules furent mises en concurrence pendant les
mois de mars, avril et mai, avec une couveuse artificielle. Les 242
oeufs fécondés soumis à l'incubation naturelle donnèrent 158 poussins;
les 243 oeufs fécondés confiés à la couveuse en donnèrent 209.

On continua l'expérience en appliquant à chaque groupe un système
d'élevage différent, la nourriture étant identique. Les poussins confiés
aux poules et aux dindes furent parqués à l'air libre sur une surface de
4.000 mètres carrés. Trois mois après l'éclosion, il n'en restait plus
que 75, soit une perte de plus de 50%.

Les poussins de l'éleveuse artificielle n'avaient à leur disposition que
600 mètres de terrain dans un local en partie vitré. Au bout de trois
mois, il en restait encore 194 sur 209. La mortalité n'avait pas dépassé
10%.

M. Brechemin conclut que si l'incubation et l'élevage naturels
conviennent pour les petits élevages et donnent des sujets plus
vigoureux, le système artificiel doit être préféré pour les élevages
d'une certaine importance.


LES PÂTÉS APPROXIMATIVEMENT TRUFFÉS.

Pour si rigoureusement minutieux qu'ils soient, les textes légaux en
vigueur au sujet des falsifications alimentaires ont oublié de préciser
les conditions auxquelles doivent satisfaire les pâtés et les
préparations culinaires pour avoir droit à la dénomination de «produits
truffés». Aussi certains industriels ont fini par vendre à des prix
invraisemblables de bon marché des produits étiquetés «produits truffés»
dont le truffage n'a été effectué qu'à des doses vraiment
homéopathiques.

Ces pratiques déshonnêtes ne vont pas tarder à prendre fin. Tout
récemment, le service de la répression des fraudes a saisi chez un
commerçant parisien des échantillons de «mousse de foie gras truffé»
dans lesquels le laboratoire de l'État n'a pas trouvé de truffes. Deux
chimistes experts commis par le juge d'instruction ont été plus heureux.
En versant sur une plaque de verre tout le contenu d'une des boîtes
prélevées (125 gr. environ) puis en l'étalant au moyen d'une spatule, de
façon à le disposer en une couche très mince, ils ont fini par découvrir
à grand'peine des fragments noirs, minuscules; le poids de ces fragments
était de l'ordre des milligrammes, mais le microscope a fait apercevoir
en eux les spores caractéristique de la truffe. L'inculpé triomphait
déjà quand les experts ont eu l'idée d'examiner au même point de vue des
produits similaires fabriqués par des maisons réputées; ils ont trouvé
dans leur masse des fragments de truffe très apparents et dont le poids
d'ensemble atteignait toujours 2, 2,50 et même 2,75% du poids total de
la préparation. Ils se sont alors demandé si un pâté ou une mousse de
foie gras contenant au grand maximum 0,06% de truffes a bien droit à la
dénomination commerciale de produit truffé. Consulté par eux, le
président de la Chambre syndicale des fabricants de conserves de foie
gras truffé a répondu avec une précision regrettable pour les fraudeurs.
Un truffage inférieur à 1,75 ou 2%, a-t-il dit, doit être tenu pour
incapable de communiquer à un pâté ou à une mousse de foie gras l'arôme
spécial et le goût de la truffe; dès lors, au-dessous de cette
proportion, un pâté ou une mousse de foie gras ne doit pas être
considéré comme réellement truffé.

Voilà une déclaration dont la netteté est suffisante pour fixer
l'opinion des juges et, par un heureux ricochet, pour supprimer la
fabrication des mousses de foie gras truffées à des doses
infinitésimales.


LES COQUILLES D'HUÎTRES DANS LA CONSTRUCTION.

Sous ce titre, nous avons signalé, dans notre numéro du 22 novembre
dernier, l'intéressante tentative d'un architecte de Galveston qui, pour
la fabrication du béton nécessaire à la construction d'une maison, avait
utilisé des coquilles d'huîtres. Un de nos lecteurs, officier de l'armée
coloniale, nous rapporte que le procédé n'est pas nouveau et qu'il a été
employé avec succès en Afrique occidentale, notamment à Kayes et à
Bamako. «Moi-même, ajoute notre correspondant, sur les indications de
mes chefs et de mes prédécesseurs, ai fait à Bobo Dioulasso, centre de
la boucle du Niger, de la chaux avec les huîtres de la Volta Noire.»
Dans un pays presque privé de calcaires, mais où la plupart des rivières
abondent en huîtres énormes et non comestibles, l'idée était heureuse de
se servir de leurs écailles pour la préparation de la chaux. C'est à
l'ingéniosité de nos officiers coloniaux, à leur esprit de ressource,
qu'est due cette intelligente initiative.


SUPPLÉMENT D'INFORMATIONS.

Dans notre numéro du 22 novembre, nous avons montré, par une
photographie, la pose de la première pierre du lycée français
d'Alexandrie; à l'article que nous avons consacré à ce sujet, il
convient d'ajouter que l'architecte du nouvel édifice est M. V.
Erlanger, diplômé par le gouvernement français, et que M. Alfred Lang a
été chargé de l'exécution des travaux.

Mlle Emmy Destinn, la célèbre cantatrice que, dans le même numéro, nous
avons représentée chantant devant un lion, n'est pas Allemande, comme
nous l'avions indiqué. Un de nos lecteurs de Prague nous écrit qu'elle
est originaire de cette ville, et «qu'elle est toujours restée fidèle à
sa nationalité.»



LES THEATRES

Sur la scène où triompha le _Petit Café_, au Palais-Royal, MM. Tristan
Bernard et Alfred Athis viennent de faire jouer, avec le plus brillant
succès, une pièce en trois actes, les _Deux Canards_, qui, tout ensemble
comédie psychologique et joyeux vaudeville, participe aux deux genres
pour le plus grand contentement des spectateurs. Les «deux canards», ce
sont deux petits journaux de province, défendant des opinions
contraires, mais également violentes, qui ont le même rédacteur, sous
des noms différents. Sur ce sujet, abondant en situations comiques, où
les jeux de la politique se mêlent, comme il convient aux jeux de
l'amour, MM. Tristan Bernard et Alfred Athis ont exercé leur verve tour
à tour spirituelle et bouffonne. Ils ont trouvé dans la troupe du
Palais-Royal, avec M. Germain, M. Le Gallo et Mlle Cassive, une
interprétation que l'on peut dire parfaite.

Du très beau roman de M. Gustave Guiches, _Céleste Prudhomat_, M. Émile
Trépard, librettiste et compositeur, a tiré un drame lyrique en quatre
actes, _Céleste_, que vient de représenter l'Opéra-Comique.

Donner un commentaire musical à un sujet d'un très moderne réalisme,
c'était assurément une singulière difficulté: M. Émile Trépard l'a
résolue de façon originale, et sa partition atteste un effort
intéressant, souvent heureux. Elle est remarquablement chantée par Mlle
Brunlet, sortie cette année du Conservatoire, qui, dans le rôle de
Céleste, a brillamment débuté, par Mme Nelly Martyl, MM. Rousselière et
Delvoye.

_Cocorico_: ce titre sonore et bien français est celui d'une
divertissante opérette qu'affiche en ce moment le théâtre Apollo. Sur un
livret de MM. Georges Duval, Maurice Soulié et de Jailly, construit
suivant les meilleures traditions du genre, M. Louis Ganne, l'auteur de
tant d'oeuvres qui connurent le grand succès, a écrit une musique claire
et nerveuse, expressive, bien chantante. On a fort applaudi ses
interprètes, MM. Defreyn, Lamy et Erey, Mmes Brigitte Régent et Marise
Eairy.

Un des chefs-d'oeuvre balzaciens, _Eugénie Grandet_, vient d'être porté
à la scène, très habilement, par M. Albert Arrault, dont l'intéressante
adaptation, en quatre actes, est donnée par le théâtre des Arts, avec
une pièce biblique de M. Alexandre Meunier, _l'Enfant prodigue_.
L'oeuvre de M. Albert Arrault traduit fidèlement, sous la forme
dramatique, les épisodes du roman: la tâche pouvait sembler difficile,
et son exécution est fort adroite.

Une société d'amateurs, «le Masque», a fait représenter, la semaine
dernière, sur la scène du théâtre Mors, devant un public choisi, une
pièce en vers de M. Gabriel Mourey, _Psyché_; l'auteur, artiste et poète
délicat, a paré l'antique légende des grâces de son souple lyrisme. Ce
fut une soirée fort littéraire.



LE PEINTRE CASTELLANI

Un peintre de valeur, un «panoramiste», comme il s'intitulait lui-même
volontiers, dont plusieurs oeuvres connurent le succès, et qui, il y a
quelque quinze ans, apporta à _L'Illustration_ une collaboration
précieuse, Charles Castellani, vient de mourir, dans la retraite qu'il
s'était choisie, à Bois-le-Roi.

Elève d'Yvon et de Delaunay, le jeune artiste s'était signalé par
quelques tableaux militaires lorsque éclata la guerre de 1870-71. Après
s'être battu vaillamment, avoir été blessé et fait prisonnier, il reprit
les pinceaux, la paix signée, et donna une série de toiles où revivaient
dramatiquement ses souvenirs de l'année terrible: les _Turcos à
Wissembourg, la Charge des zouaves pontificaux et des francs-tireurs à
Loigny, les Marins du Bourget_. Plusieurs de ses panoramas, celui de
Waterloo, celui du Siège de Belfort, de la Création avant le Déluge, lui
valurent la notoriété. On conte qu'ayant reçu d'Allemagne des
propositions fort avantageuses pour exécuter une grande composition sur
la bataille de Sedan, il les déclina--d'un mot--en demandant, fièrement,
cinq milliards.

[Illustration: Le peintre Castellani.--_Phot. Nicodeau._]

Patriote ardent, Charles Castellani était également un colonial, un
explorateur passionné, que tentaient les expéditions lointaines. En
1898, il accompagna la mission Marchand au Congo et donna à
_L'Illustration_, avec des dessins, un récit pittoresque et coloré de
son voyage.

Jusqu'à la fin il avait conservé une grande jeunesse de caractère, un
entrain de vieux soldat que les années n'avaient pas affaibli. Notre
photographie, prise récemment, le montre, une mandoline--son violon
d'Ingres--à la main, dans l'intimité de son atelier, décoré des
multiples objets qu'il avait rapportés de ses campagnes.



L'ESCADRE FRANÇAISE EN GRÈCE

L'escale qu'au cours de sa croisière en Méditerranée devait faire à
Athènes l'escadre de l'amiral Boué de Lapeyrère était la plus importante
de toutes celles que prévoyait le programme. Dans les eaux grecques, en
effet, nos marins allaient rencontrer une escadre anglaise, Les deux
flottes amies arrivèrent et mouillèrent, en trois groupes, à Phalère, à
Salamine, au Pirée, le 28 novembre, à quelques heures d'intervalle.

Le grand jour de fête pour l'escadre française fut celui où le roi et la
reine voulurent bien accepter de déjeuner à bord du _Voltaire_, bateau
amiral, accompagnés de la princesse Hélène, des princes Georges et
Alexandre, de MM. Venizelos, premier ministre, Demerdjis, ministre de la
Marine, etc. L'amiral de Lapeyrère attendait à la jetée de Phalère ses
hôtes royaux. Sur la vedette royale, le roi Constantin et la reine
passèrent en revue l'escadre, avant d'aborder le _Voltaire_.

Il n'y eut pas de toasts échangés. Mais les officiers français furent
ravis de la bonne grâce exquise, de l'évident désir de les séduire que
leur montrèrent les souverains. Quand le roi et la reine manifestèrent
le voeu de se retirer, l'amiral de Lapeyrère les reconduisit à terre, au
grondement des canons du _Voltaire_, auquel faisaient écho les pièces du
cuirassé grec _Spetzaï_. Une foule immense, accourue d'Athènes et de la
contrée avoisinante, entassée sur la plage et sur la colline voisine de
Castella, mêlait ses acclamations à ces salves. Jamais on ne vit, en
Grèce, manifestations de sympathies plus chaleureuses.



M. DÉROULÈDE A CHAMPIGNY

[Illustration: M. Paul Déroulède à Champigny.]

C'était, dimanche dernier, la cérémonie commémorative de la bataille de
Champigny. Chaque année, M. Paul Déroulède a coutume de conduire, au
pied du monument élevé à la mémoire des combattants qui luttèrent là
pour l'honneur du drapeau, ses amis, ses fidèles, les membres de la
vieille Ligue des Patriotes, son oeuvre chère entre toutes. On craignait
qu'il ne pût, cette année, accomplir son pieux devoir. Il était, depuis
quelques jours très fatigué, consigné par les médecins à la chambre,
dans un état qui inquiéta un moment son entourage. Mais il allait
montrer une fois de plus à quel point «une grande âme est toujours
maîtresse du corps qu'elle anime». Malgré l'avis des médecins, il voulut
accompagner son ami et lieutenant, M. Marcel Habert, le compagnon,
naguère, de son exil.

Une automobile les emmena tous deux, avec un docteur, vers Champigny et,
quand M. Marcel Habert eut prononcé le discours qu'il avait préparé, M.
Paul Déroulède, faisant rabattre la capote de l'auto, se leva, dans un
effort de suprême volonté, et à l'assistance, silencieuse comme au
prône, adressa une allocution où il salua tour à tour les recrues et les
citoyens de Saverne, hier si indignement insultés, et «notre jeunesse
qui, de ce côté-ci des Vosges, a si ardemment accepté la loi de trois
ans, est venue se ranger si vaillamment sous les drapeaux de la France»,
affirmant pour les uns comme pour les autres son admiration et sa
gratitude.



LES MANNESMANN ET L'ESPAGNE

[Illustration: La reine. Le prince héritier. Le ministre de France. Le
roi. L'amiral Boué de Lapeyrère. Le chef de l'escadre française saluant,
sur la jetée de Phalère, les souverains grecs.--_Phot. Soutsos._]

Les journaux madrilènes--la _Epoca_ entre autres--à propos d'un incident
qui vient de causer quelque émotion en Espagne, remettent au jour un
article paru dans _L'Illustration_ du 15 juillet 1911, dont l'importance
les avait frappés. Cet article révélait, précisait le rôle qu'avaient
joué, dans «le coup d'Agadir», les frères Mannesmann, ces agents zélés,
au Maroc, de l'impérialisme germanique.

Car, après avoir si bien réussi à nous créer les ennuis graves qu'on n'a
pas oubliés, les Mannesmann viennent de transporter sur d'autres champs
leur dévorante activité. Le Souss ayant échappé, en partie, du moins,
espérons-le, à leurs âpres convoitises, ils se sont tournés vers
l'Espagne et la zone qui lui est dévolue, présidios, Gharb et Rif
surtout. Leurs premiers travaux d'approche remontent à quelque temps
déjà; mais la présence de l'un d'eux, M. Reinhardt Mannessmann, à
Madrid, où son escorte marocaine, véritable garde du corps en turban et
_selham_, fait sensation; des démarches qu'il a tentées auprès du
gouvernement, certaines campagnes de presse, ont inquiété l'amour-propre
espagnol et excité ses légitimes susceptibilités.

Le projet des frères Mannessmann, tel qu'il ressort des détails publiés
par _l'Imparcial_ et plusieurs autres organes, ne tendrait à rien moins
qu'à la création d'une sorte de compagnie à charte, analogue à celle qui
valut à l'Angleterre la possession du Transvaal, chargée uniquement de
pacifier et d'organiser la zone espagnole du Maroc. Dans ce but, les
Mannessmann se sont assuré le concours du chérif Raïssouli, l'ancien
gouverneur du Gharb, l'ancien ami des Espagnols, qui aurait le
commandement d'une véritable armée indigène. En fait, ce projet
aboutirait à la mainmise des entreprenants spéculateurs allemands sur le
Gharb et le Rif, d'où les troupes espagnoles seraient retirées.

Il serait trop long, si intéressant que soit le sujet, d'entrer dans le
détail de cette combinaison, et des expédients employés par MM.
Mannessmann frères pour la faire aboutir. On comprend, de reste, à quel
point cette audacieuse tentative a blessé l'orgueil espagnol, si
chatouilleux. C'est un projet qu'aucun gouvernement, à Madrid, ne
saurait même discuter sans se perdre à tout jamais dans l'opinion.

[Illustration: M. Reinhardt Mannessmann et son escorte marocaine en
excursion près de Madrid.--_Phot. du_ Nuevo Mundo.]



[Illustration: LA FEMME QUI ASSASSINA, par Henriot.]


              Note du transcripteur: les suppléments mentionnés
              en titre ne nous ont pas été fournis.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3694, 13 Décembre 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home