Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3271, 4 Novembre 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3271, 4 Novembre 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3271, 4 NOVEMBRE 1905 ***



L'Illustration, No. 3271, 4 Novembre 1905


Avec ce Numéro: L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE CONTENANT LE MASQUE D'AMOUR


LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Ce numéro contient: L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE avec le texte complet du
Masque d'Amour, par Daniel Lesueur.


[Illustration: L'ILLUSTRATION _Prix de ce Numéro: Un Franc_. SAMEDI 4
NOVEMBRE 1905 _63e Année--N° 3271_]

[Illustration: LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EN PORTUGAL L'arrivée à
Lisbonne: M. Loubet et le roi Carlos, dans le carrosse de Jean V, se
rendent de la gare au palais de Belem. _Dessin d'après nature de Georges
Scott._]

Nous publierons successivement dans nos numéros de novembre et décembre:

LA MARCHE NUPTIALE, par HENRY BATAILLE;
LES OBERLÉ, par EDMOND HARAUCOURT, d'après le roman de RENÉ BAZIN;
LA RAFALE, par HENRY BERNSTEIN;
BERTRADE, par JULES LEMAITRE.

Nous commencerons, le 18 novembre, la publication d'un nouveau roman de
J.-H. ROSNY: LA TOISON D'OR.



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Nous sommes des ingrats. J'ai feuilleté, cette semaine, un grand nombre
de journaux; je n'ai pas vu qu'on s'y apitoyât beaucoup sur le sort de
ce pauvre Foottit, dont une dépêche anglaise nous contait--en deux
lignes, d'ailleurs--l'aventure tragique: le plus joyeux des clowns
était, paraît-il, devenu subitement fou. Le petit homme dont la
silhouette bouffonne et les cabrioles éperdues égayèrent si longtemps
nos cirques parisiens, et à qui tant d'enfants durent de si précieuses
minutes de joie, enfermé dans un cabanon d'aliénés! Triste fin. Parmi
ces milliers de gamins que Foottit amusa, et qui sont devenus des
hommes, il y en a bien, je suppose, quelques-uns que le hasard a faits
journalistes. J'aurais souhaité qu'ils parlassent de Foottit avec plus
de gratitude. Car elle doit être lamentable, cette profession d'amuseur
_quand même_ et j'imagine ce qu'il peut y avoir de mélancolie atroce,
par moments, au fond d'une âme de pitre. Faire rire! Accomplir le devoir
quotidien d'être comique, et ne pouvoir subsister qu'à la condition
d'offrir à la vue de la foule le spectacle ininterrompu des pirouettes
et des grimaces qu'elle aime; être un homme comme tous les autres--que
menacent les pires tristesses humaines--et, quoi qu'il arrive, demeurer
uniquement, éternellement, en face de cette foule, «l'homme qui rit»...
C'est, en effet, de quoi devenir fou. Mais le bon clown nous télégraphie
à l'instant que la nouvelle est fausse. Tant mieux! Foottit n'était que
très malade et se contentera de rester l'un des hommes les plus moroses
de son temps...

Car si tous, heureusement, ne perdent point la tête à ce dur métier-là,
presque tous y laissent leur gaieté. J'ai souvent remarqué l'air
mélancolique des comédiens que leur «emploi» confine dans les rôles de
bouffonnerie pure; et aussi de la plupart des humoristes dont le rôle,
en littérature, est de nous faire rire. Le bon Alphonse Allais, qui
vient de mourir, fut un de ces humoristes-là; et je ne me souviens pas
d'avoir rencontré sur le boulevard de figure plus étrangement attristée
que la sienne. On me dit qu'il était fort instruit. Qui sait si la vague
ambition de conquérir la gloire par des moyens «graves» ne hanta point
cet amuseur? Mais ce rêve-là lui était interdit. Nous sommions Allais
d'être drôle quotidiennement: c'était sa fonction, et sa raison d'être;
pendant vingt ans, nous avons condamné cet homme paisible à trouver tous
les soirs l'idée «drôle» sur quoi Paris devait s'esclaffer le lendemain,
et pendant vingt ans il est demeuré fidèle à cette consigne. On a
raconté que, la veille de sa mort, agité d'un pressentiment sinistre, il
dit à un ami qui lui demandait des nouvelles de sa santé: «Je mourrai
demain.» Le mot fit rire. On trouva plaisant ce propos d'Allais. Tous
les propos d'Allais n'étaient-ils point nécessairement plaisants? Et le
lendemain il était mort, comme il l'avait dit. L'étonnement fut immense;
on ne comprenait pas qu'Allais se fût pris lui-même à ce point au
sérieux.

Pauvres auteurs gais, comme je comprends qu'ils aient l'air triste!

                                    *
                                   * *

... Rentrée des Chambres. En revenant du Salon d'automne, je me suis
arrêtée un instant au milieu des groupes de badauds qui couvraient le
trottoir, aux abords du Palais-Bourbon. C'est un des amusements favoris
du Parisien que de reconnaître au passage les grands hommes dont il
trouve tous les matins les noms dans son journal et les têtes aux
vitrines des marchands de photographies. Autour des mieux
renseignés--visiblement fiers de leur savoir--les plus ignorants
s'empressent, écoutent, suivent de l'oeil avidement les figures qu'on
leur désigne: «Tenez, ce grand-là, c'est Ribot... Voici Deschanel...
Voulez-vous voir Jaurès? Attendez... il se retourne; il dit bonjour à
Pelletan... Je crois bien que c'est Clémentel qui vient de passer, mais
je n'en suis pas sûr... Vous ne connaissez pas Berteaux? Regardez là-bas
le gros qui rit et qui donne des poignées de main à tout le monde...»
Les agents nous repoussent un peu, car nous devenons encombrants. Et la
foule des parlementaires continue d'arriver. Des fiacres, des locatis,
beaucoup d'automobiles, quelques coupés joliment attelés défilent au
fond de la petite cour d'entrée, le long du perron où s'empressent les
ouvreurs de portières et les huissiers. Des rires, des appels, des
poignées de main, un brouhaha de fête. Au milieu de cette cohue, un bras
levé s'agite vers moi: «Bonjour, madame!--Bonjour, cher ami.» C'est
B..., ancien professeur de l'Université, doyen du corps des informateurs
parlementaires: un vieux camarade qui a la bonté de m'introduire au
Palais-Bourbon, les jours de «grande séance». Il m'entraîne sur le quai
et nous bavardons.

--D'où venez-vous? Du Salon d'automne? C'est bien, ça. Mais moins
amusant que ce salon-ci, dit-il en montrant du doigt la façade du
palais.

--Vous aimez, dis-je à B..., le tapage qu'on fait là-dedans?

--J'aime tout ce qui se fait là-dedans: le bruit qu'on y mène, et les
bêtises qu'on y dit.

--Vous appelez bêtises, je suppose, les opinions de vos adversaires?

--Je n'ai pas d'adversaires, madame; et cela tient à ce que je n'ai pas
non plus d'opinions. Je suis un philosophe qui s'amuse au spectacle des
passions des autres et qui regarde avec une émotion reconnaissante
s'entre-dévorer les partis.

--Je ne comprends pas...

--Voici: nous constatons qu'il n'existe aucun parti politique assez
vertueux pour n'être pas tenté, dès qu'il est le plus fort, d'abuser de
sa force. En conséquence, il est excellent qu'en face de ce péril-là des
résistances s'organisent; et c'est donc un peu l'intérêt de tout le
monde qu'il y ait des politiciens qui se détestent et des gazettes qui
s'injurient... C'est l'intérêt du vainqueur lui-même: on n'est jamais
mieux averti que par les gens qui ne vous aiment pas des bêtises qu'on
va faire, ou qu'on a faites. En sorte que de tous ces hommes-ci, madame,
il n'y en a pas un qui ne serve à quelque chose. Il y a parmi eux des
esprits admirables; il y en a de médiocres aussi. Il y a des niais; il y
a des fous. Tout cela s'agite, hurle, bataille, et de tous ces chocs--de
ce pêle-mêle de raison et de folie, d'ambitions pures et de vilains
appétits--naît une espèce d'équilibre... On ne vit pas très
glorieusement, mais on vit. Dans ma jeunesse, j'avais un vieux maître
qui me faisait lire Bernardin de Saint-Pierre et m'enseignait qu'il n'y
a point d'insecte minuscule ou d'animal, si vilain qu'il soit, à qui la
Providence n'ait assigné son utilité particulière et sa fin dans l'ordre
général des choses. La même confiance m'anime dès que j'entre dans cette
maison-ci. Et je pense aux dangers qui nous menaceraient, le jour où l'on
ne s'y disputerait plus...»

                                   *
                                  * *

C'est vrai. Il ne faut pas craindre de voir les hommes se disputer. Au
Salon d'automne (j'y repense!) un étrange spectacle s'offre aux
visiteurs: on y regarde voisiner cette année, le plus simplement du
monde, l'impressionnisme le plus éperdu et «monsieur Ingres». Si M.
Ingres revenait au monde, il pourrait dire comme certain doge de Venise
à la cour de Louis XIV: «Ce qui m'étonne le plus ici, c'est de m'y
voir.» Cependant il constaterait, que même en si singulière compagnie,
ses dessins font très bonne figure et qu'on est ravi de les y
rencontrer. D'Ingres à Cézanne, que de chemin parcouru! On a marché («et
dans quoi, mon Dieu!» comme disait Musset); on s'est injurié, on s'est
battu. Aujourd'hui, on consent à causer; et, pour mieux causer, on se
rapproche. Les amis de M. Ingres concèdent qu'on fit bien, il y a
soixante ans, de les rudoyer un peu; les admirateurs de M. Cézanne
avouent que M. Ingres avait du bon...

Tous ont raison. La concurrence n'est pas que l'âme du commerce et de la
politique; elle est l'âme des arts aussi. Une mode chasse l'autre, et
cela est excellent. Ce serait affreux, des modes éternelles.

Au théâtre, cet hiver, la mode est au suicide. M. Gandillot débattait le
mois dernier par une noyade, au théâtre Antoine; au Gymnase, M.
Bernstein a préféré que son héros se fît sauter la cervelle; M. Henry
Bataille, au Vaudeville, a eu recours à la même bruyante solution; et
l'on nous annonce d'autres drames prochains, que d'autres suicides
termineront.

Le théâtre aimable--la pièce qui «finit bien»--commençait à nous ennuyer
un peu; nous nous sommes hâtés d'y substituer du théâtre horrifique, du
drame noir, un peu sanglant; et voilà les Parisiennes ravies. Pas pour
longtemps. Elles se plaindront bientôt d'avoir trop pleuré, trop frémi;
l'odeur de la poudre les dégoûtera. Alors reparaîtra Capus; et, de
nouveau, pendant un hiver ou deux, il sera formellement admis que la vie
est belle, et que «tout s'arrange»...

SONIA.



NOTES ET IMPRESSIONS

L'indépendance de l'âme fonde celle des États. Mme de Staël.

                                     *
                                    * *

La pleine liberté de la presse a tué l'art de savoir tout dire dans le
temps où il n'est permis de rien dire du tout. Le grand air fait du mal
aux fleurs de serre. ERNEST LAVISSE.

                                     *
                                    * *

Les événements sont des juges qui font payer très cher leurs sentences;
la justice de l'histoire est la plus coûteuse de toutes les justices.
VALBERT.

                                     *
                                    * *

Il ne faut jamais trop parler du bonheur, on l'effarouche. M. DE
COMISELLE.

                                    *
                                   * *

On pardonne beaucoup aux illusions qui consolent, quand on est aux
prises avec les réalités qui ne consolent pas.

                                     *
                                    * *

Certaines âmes délicates redoutent les fêtes qui célèbrent les dates
heureuses de notre passé, comme si elles nous dénonçaient au malheur qui
nous oublie. G.-M. VALTOUR.



[Illustration: Le président, le roi et les invités se rendant au lieu de
chasse; dans le domaine royal de Rio-Frio.]

[Illustration: A la chasse aux perdreaux dans la Casa del Carapo.
Alphonse XIII: «C'est moi qui les ai tués!»]

Pendant les dernières journées du séjour de M. Loubet en Espagne, le
programme a fait la part belle à l'élément sportif. C'est ainsi qu'il y
eut consécutivement deux chasses, et ce ne fut pas trop au gré du
souverain et de son hôte, étant donné leur goût personnel prononcé pour
ce passe-temps favori de la plupart des chefs d'État. La première, une
chasse à la grosse bête, eut lieu le mercredi 25, sous la direction du
comte de San-Roman, grand veneur, dans le domaine royal de Rio-Frio,
situé à trois heures de chemin de fer de, Madrid, et dont les tirés
abondent en cerfs, daims et chevreuils. Les chasseurs, divisés en
groupes de deux ou trois, étaient placés derrière des abris, de manière
à pouvoir viser tranquillement les pièces de choix parmi le gibier que
poussaient devant eux une centaine de rabatteurs. Le jeudi 26, le roi et
le président, accompagné encore, de M. Paul Loubet, son fils aîné,
employaient leur matinée à chasser le lapin et le perdreau dans la Casa
del Campo, autre parc royal, mais voisin, celui-là, du palais de Madrid.
Ajoutons que, la veille, à la suite de la chasse, Alphonse XIII, plein
d'un entrain juvénile, avait improvisé une excursion au château de la
Granja et à Ségovie, conduisant lui-même d'une main sûre l'automobile
où il emportait son illustre visiteur.

[Illustration: M. Loubet et son fils, M. Paul Loubet, dans leur abri à
la chasse de Rio-Frio.--_Phot, M. de Baena._]



[Illustration: M. Loubet. Alphonse XIII. Le départ en automobile pour
Ségovie--_Phot. L. Bouet._]

LE PRÉSIDENT DE LA REPUBLIQUE EN ESPAGNE

[Illustration: M, Loubet. Le prince héritier Louis-Philippe S. M. la
reine Amélie. Le duc d'Oporto. S. H. le roi Carlos. Cliché Novaës.]

LE VOYAGE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EN PORTUGAL.--Devant le
photographe, à Cintra.

_L'excursion à Cintra, le samedi 28 octobre, eut surtout le caractère
d'une partie de campagne, et là, plus qu'ailleurs, l'étiquette
protocolaire se départit de sa rigueur, laissant libre carrière à un
aimable enjouement, dont les souverains portugais donnaient l'exemple.
C'est ainsi qu'à l'issue du déjeuner au Palais Royal, la reine Amélie
organisa une séance de photographie, invitant avec une bonne grâce
charmante tous les convives à la suivre devant les objectifs préparés
par les opérateurs de_ L'Illustration. _Après le groupe général, elle
voulut un groupe plus intime, à l'arrangement duquel elle se fit un
plaisir de procéder elle-même. Le président Loubet était placé à sa
gauche, le roi à sa droite; derrière eux se tenaient le prince royal et
le duc d'Oporto, frère du roi. La pose, excellente, favorisa la réussite
des clichés._

[Illustration: LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EN PORTUGAL.

La galère, tirée par cent rameurs en costume de galérien, conduisant au
_Léon-Gambetta_ la famille royale et M. Loubet pour le déjeuner d'adieu
à bord du cuirassé français, le 29 octobre.--_Phot. L. Bouet.--Voir
l'article, page 304._]



LE SALON D'AUTOMNE

_On nous a dit: «Pourquoi_ L'Illustration, _qui consacre chaque année
aux traditionnels Salons du printemps tout un numéro, affecte-t-elle
d'ignorer le jeune Salon d'automne? Vos lecteurs de province et de
l'étranger, exilés loin du Grand Palais, seraient heureux d'avoir au
moins une idée de ces oeuvres de maîtres peu connus, que les journaux les
plus sérieux (le Temps lui-même) leur ont si chaleureusement vantées._»

_Nous rendant à ces raisons, nous consacrons ici deux pages à reproduire
de notre mieux une douzaine de toiles marquantes du Salon d'automne. Il
y manque malheureusement la couleur; mais on pourra du moins juger le
dessin et la composition. Si quelques lecteurs s'étonnent de certains de
nos choix, qu'ils veuillent bien lire les lignes imprimées sous chaque
tableau: ce sont les appréciations des écrivains d'art les plus
notables, et nous nous retranchons derrière leur autorité. Nous
remarquerons seulement que, si la critique, autrefois, réservait tout
son encens aux gloires consacrées et tous ses sarcasmes aux débutants et
aux chercheurs, les choses ont vraiment bien changé aujourd'hui._

[Illustration: CHARLES GUERIN.--Baigneuses.]

Dans le clan des jeunes, Guérin est un des premiers qui se soient frayé
une oie neuve... Les transcriptions de la forme féminine qui constituent
son envoi principal ont ceci de très particulier qu'elles sont à la fois
familières, extrêmement réalistes, et pourtant sans vulgarité. Elles se
relèvent d'une ingénuité de sentiment qui, dans une très forte mesure,
les stylise... THIÉBAULT-SISSON, _le Temps_.

[Illustration: J.-E. VUILLARD.--Panneau décoratif.]

... Un des plus beaux peintres que ces dernières années nous aient
révélés; ses harmonies sont une perpétuelle fête pour le regard. ARSENE
ALEXANDRE, _le Figaro._

Ces paysages sont reposants, ces intérieurs silencieux et quiets,
propices infiniment à l'étude, aux douces rêveries... J'envie l'homme
opulent et raffiné qui pourra les contempler à loisir, de son fauteuil,
en tournant les pages de quelque, livre très attachant. GUSTAVE BABIN,
_l'Écho de Paris._

[Illustration: PAUL CÉZANNE.--Les Baigneurs.]

Paul Cézanne donne une sensation d'harmonie, de gravité. La nature est
chez Cézanne, solennelle et éternelle... Je ne puis m'empêcher de voir
en ce singulier et si simple artiste, une des plus belles incarnations
de l'art de peindre... J'ai, devant ces oeuvres si pures, la sensation
de me trouver devant des aspects à jamais fixés... Je crois que cette
peinture traversera les temps. Sa beauté est profonde et sereine...
GUSTAVE GEFFROY, _le Journal_.

Cézanne: le public va-t-il comprendre enfin ce langage rude et haut
qu'on ne parle guère à ses oreilles?... Il est temps que s'impose l'âpre
grandeur de cette oeuvre inégale, mais toujours émouvante... _Les
Baigneurs_ michelangesques sous un ciel obscur d'été orageux... LOUIS
VAUXCELLES, _Gil Blas_.

[Illustration: HENRI ROUSSEAU.--Le lion, ayant faim, se jette sur
l'antilope.]

_Ancien douanier en retraite, M. Henri Rousseau, auquel les Salons des
Indépendants firent fête autrefois pour sa naïveté miraculeuse et sa
gaucherie non apprise, a été accueilli avec un pieux respect au Salon
d'automne, où la toile reproduite ici occupe une place d'honneur._

C'est une miniature persane agrandie, transformée en un énorme décor,
non dépourvu d'ailleurs de mérite... THIÉBAULT-SISSON, _le Temps_.

M. Rousseau a la mentalité rigide des mosaistes byzantins, des
tapissiers de Bayeux: il est dommage que sa technique ne soit pas égale
à sa candeur. Sa fresque n'est pas du tout indifférente: je concède que
l'antilope du premier plan s'adorne à tort d'un museau de brochet; mais
le soleil rouge et l'oiseau apparu parmi les feuillages témoignent d'une
rare ingéniosité décorative. LOUIS VAUXCELLES, _Gil Blas_.

[Illustration: ALCIDE LE BEAU.--Le long du lac (Bois de Boulogne).]

Il est tout un groupe qui continue le mouvement impressionniste avec
talent, mais sans assez changer la forme générale et l'aspect particulier
des choses déjà vus par des peintres tels que Monet et Sisley. Ainsi MM.
Maufra,... Alcide Le Beau (qui, lui, voisine, cette fois, avec Van
Gogh). Ils savent peindre et ils exposent de belles toiles: on ne peut
que leur demander de découvrir la nature pour leur compte. GUSTAVE
GEFFROY, _le Journal_.

Il a élargi puissamment sa manière, rejette les détails superflus; sa
vision du _Bois de Boulogne_, les lacs où voguent les cygnes noirs sont
d'une couleur qui séduit infiniment. L'envol de M, Le Beau est un des
plus marquants du Salon. LOUIS VAUXCELLES, _Gil Blas_.

[Illustration: HENRI MANGUIN.--La Sieste.]

M. Manguin: progrès énorme; indépendant sorti des pochades et qui marche
résolument vers le grand tableau. Trop de relents de Cézanne encore,
mais la griffe d'une puissante personnalité toutefois. De quelle lumière
est baignée cette femme à demi nue qui sommeille sur un canapé
d'osier! _Gil Blas_. LOUIS VAUXCELLES, _Gil Blas_.

[Illustration: HENRI MATISSE.--Femme au chapeau.]

[Illustration: HENRI MATISSE.--Fenêtre ouverte.]

M. Matisse est l'un des plus robustement doués des peintres
d'aujourd'hui. Il aurait pu obtenu de faciles bravos, il préfère
s'enfoncer, errer en des recherches passionnées, demander au
pointillisme plus de vibrations de luminosité, Mais le souci de la forme
souffre. LOUIS VAUXCELLES, _Gil Blas_.

M. Henri Matisse, si bien doué, s'est égaré comme d'autres en
excentricités coloriées, dont il reviendra de lui-même, sans aucun
doute. GUSTAVE GEFFROY, _le Journal_.

[Illustration: GEORGES ROUAULT.--Forains, Cabotins, Pitres.]

Il est représenté ici par une série d'études de forains dont l'énergie
d'accent et la robustesse de dessin sont extrêmes. Rouault a l'étoffe
d'un maître et je serais tenté de voir là le prélude d'une période
d'affranchissement que des créations originales et des travaux
définitifs marqueront. THIÉBAULT-SISSON, _le Temps_.

M. Rouault éclaire, mieux que l'an passé, sa lanterne de caricaturiste à
la recherche des filles, forains, cabotins, pitres, etc. GUSTAVE
GEFFROY, _le Journal_.

M. Rouault... âme de rêveur catholique et misogyne. LOUIS VAUXCELLES,
Gil Blas.

[Illustration: ANDRÉ DERAIN.--Le séchage des voiles.]

M. Derain effarouchera... Je le crois plus affichiste que peintre. Le
parti pris de son imagerie virulente, la juxtaposition facile des
complémentaires sembleront à certains d'un art volontiers puéril.
Reconnaissons cependant que ses bateaux décoreraient heureusement le mur
d'une chambre d'enfant. LOUIS VAUXCELLES, _Gil Blas_.

[Illustration: LOUIS VALTAT.--Marine.]

A noter encore:... Valtat et ses puissants bords de mer aux abruptes
falaises. THIÉBAULT-SISSON, _le Temps._

M. Louis Valtat montre une vraie puissance pour évoquer les rochers
rouges ou violacés, selon les heures, et la mer bleue, claire ou
assombrie. GUSTAVE GEFFROY, _le Journal_.

[Illustration: JEAN PUY.--Flânerie sous les pins.]

... M Puy, de qui un nu au bord de la mer évoque le large schématisme de
Cézanne, est représenté par des scènes de plein air où les volumes des
choses et les êtres sont robustement établis. LOUIS VAUXCELLES, _Gil
Blas_.



COMMENT ON PRÉPARE UNE RÉVOLUTION: L'ÉDUCATION DU PEUPLE RUSSE PAR LES
ÉTUDIANTS

D'après un tableau de Bogdanof-Bielski.

Le manifeste signé, le 17/30 octobre, à Pêterhof, par le tsar, octroie à
la Russie les libertés essentielles auxquelles elle aspirait depuis si
longtemps. C'est dans l'histoire du peuple russe une date autrement
décisive que celle du 19 août, où lui avait été donné l'oukase
instituant la douma d'empire. L'acte libéral de l'empereur Nicolas II ne
peut manquer d'ailleurs d'être revendiqué comme une victoire par cette
partie de l'élite cultivée de la nation qui, après des années de patient
travail, a réussi à provoquer, dans l'immense empire, l'agitation
profonde qui a pris, en ces derniers jours, un caractère singulièrement
inquiétant. C'est, en effet, la jeunesse studieuse de la Russie, ce sont
ses maîtres et, avec eux, auprès d'eux, les écrivains, les artistes,
tous les «intelligents», comme on dit là-bas, qui, lentement, ont
préparé les événements auxquels nous assistons. Cette scène qu'a
retracée, d'un pinceau ému, un artiste évidemment en sympathie avec les
agitateurs, était de tous les jours. Dans la salle de quelque humble
école villageoise, pas plus luxueuse que la chambre unique des isbas de
sapin des paysans, autour d'un étudiant, prenant sur les heures de son
travail personnel le temps d'accomplir ce ministère de catéchiste,
venaient se grouper, pour une lecture à leur portée, sorte de prêche
laïque, tous les humbles qui le voulaient, auxquels se mêlaient
volontiers pour l'exemple deux ou trois amis politiques du conférencier,
étudiants eux-mêmes, ou professeurs. Des enfants aux yeux ardents et
naïfs coudoyaient là des femmes, recueillies comme au temple, et des
vieillards au regard désabusé et las, désespérant de voir les temps
qu'on leur promettait: auditoire ignorant et croyant, tout imprégné de
mysticisme et prêt à accueillir avec enthousiasme les idées séduisantes
qu'on lui jetait en pâture.



[Illustration: Les Karpathes (2.500 m.) vus d'une altitude de 4.900
mètres. Villages et champs hongrois photographiés à 4.500 mètres de
hauteur.

PHOTOGRAPHIES PRISES EN HONGRIE, PAR LE COMTE ROZAN, LE 16 OCTOBRE
1905.]

DES TUILERIES AUX KARPATHES

LE GRAND PRIX DE L'AÉRO-CLUB.--1.400 KILOMÈTRES EN BALLON EN 18 HEURES

_Nous avons publié, dans le numéro du 21 octobre, une page représentant
les quinze ballons que l'on gonflait, dans le jardin des Tuileries, pour
participer ci la fête donnée au profit des victimes du tremblement de
terre de la Calabre--et aussi au Grand Prix de l'Aéro-Club de France. Le
Grand Prix a été gagné par M. Jacques-Faure, montant avec le comte
Mozart le ballon_ la Kabylie, _qui est allé atterrir à 1.100 kilomètres,
près de Kirchdrauf, en Hongrie. Les hardis aéronautes n'avaient mis que
dix-huit heures pour accomplir ce parcours, c'est-à-dire qu'ils
l'avaient franchi à la moyenne de plus de 77 kilomètres à l'heure. Pour
revenir de Kirchdrauf à Paris par la voie ferrée, en prenant les trains
les plus rapides, ils ont mis 12 heures--beaucoup plus du double. C'est
le pilote, même de_ la Kabylie, _M. Jacques-Faure, qui a bien voulu
raconter aux lecteurs de_ L'Illustration _les détails et les péripéties
de cette magnifique ascension._

Quatre heures de l'après-midi: difficilement maintenu à terre par les
aérostiers du 1er régiment du génie, que le ministre de la Guerre a bien
voulu mettre à notre disposition, notre ballon, _la Kabylie_, sous
l'effort du vent qui souffle par rafales, s'incline d'une façon
inquiétante sur les statues et les becs de gaz du bassin des Tuileries.
Malgré un temps épouvantable et une pluie battante, la foule, très
intéressée par ce spectacle inusité de quinze ballons s'élevant du coeur
même de Paris, a peu à peu envahi le jardin: des barrières ont été
brisées, la police est débordée, et le monde s'empresse de telle façon
autour de ma nacelle qu'il m'est matériellement impossible, au dernier
moment, tant la foule est dense, de faire les 20 mètres qui me séparent
de mon manteau de voyage resté chez le concierge des Tuileries: tant pis,
nous partirons sans lui.

[Illustration: «La Kabylie» partant des Tuileries, le 15 octobre 1905.]

Péniblement, _la Kabylie_ est mise debout: nos braves aérostiers
militaires, gênés par le publie, qui leur laisse à peine la liberté de
leurs mouvements, manoeuvrent très difficilement. Au dernier moment,
alors que tout semble prêt, une cordelette se brise; quelques secondes
de plus, et nous partions avec l'appendice de notre ballon fermé:
c'était notre aérostat éclatant à 300 mètres d'altitude, la chute
inévitable, la mort certaine après quelques instants d'ascension. Mais
mon vieil ami Santos-Dumont est là; il a vu le danger: sans hésiter il
saute dans le cercle, grimpe comme un chat le long de la corde
d'appendice et brise le «fil à casser» qui le maintient. Tout est prêt,
nous allons partir: sur le bord de la nacelle, vingt personnes nous
tendent les mains: au revoir! bonne chance! vive l'Aéro-Club! «Attention
à la mer!» me crie au dernier moment mon ami Tollander de Balsch, qui
garde un humide souvenir du bain forcé qu'il a pris, la semaine
dernière, dans les polders du Zuiderzée.

C'est fini; nous sommes en l'air; le spectacle est inoubliable: la foule
couvre les Tuileries, la place de la Concorde et une partie des
Champs-Elysées; à perte de vue, c'est une mer de parapluies ouverts,
serrés les uns contre les autres sous des rafales de brouillard et de
pluie. Il est impossible de décrire cette sensation extraordinaire de
l'aéronaute emporté par un vent violent; c'est le calme dans la tempête,
_immobilis in mobile_: penché sur le bord de sa nacelle, sur le bord de
ce balcon aérien qui marche à de fantastiques vitesses, il voit les
villes, les forêts, les montagnes, défiler sous ses yeux émerveillés.

En bas, c'est la tempête, le vent qui souffle avec un fracas abominable
à travers les bois et les chemins; en haut, dans le frêle panier
d'osier, le calme absolu, la sensation de sécurité parfaite.

Notre nacelle est équipée pour la course: de 7 ou 8 kilos plus légère
que les nacelles ordinaires, elle est aussi beaucoup plus petite, en
sorte que les sacs de lest la remplissent; elle est pleine plus qu'à
moitié; nos genoux sont à la hauteur des bords du panier.

Dès le départ, nous nous assurons notre direction: à 300 mètres
d'altitude, nous traversons en tourbillon la place Vendôme; nous
laissons franchement le Sacré-Coeur au nord: nous filons donc vers
l'est.

Je consulte mon compagnon de voyage; comme moi, le comte Rozan est
décidé à gagner la course, ou du moins à faire l'impossible pour cela:
il s'agit d'aller vite et longtemps: en haut, le vent est plus violent,
nous allons monter. Tant pis si notre direction change, puisque la seule
mer que nous puissions rencontrer sur notre route est la Baltique, et
que nous sommes décidés, quoi qu'il arrive, à nous aventurer au-dessus
d'elle.

A 2.700 mètres, nous trouvons notre équilibre entre deux couches de
nuages; nous nous maintenons à cette altitude sous une tempête de glace
et de neige; notre nacelle et notre ballon sont littéralement incrustés
de givre et notre thermomètre s'abaisse parfois à 14 et 15 degrés
centigrades au-dessous de zéro.

[Illustration: Le comte Rozan et M. Jacques-Faure.]

[Illustration: La ville de Kirchdrauf, prise à 4.200 mètres. (A
l'horizon, les Karpathes: 2.500 m.)]

[Illustration: Le village de Szepesvaralja, photographié durant la
descente effectuée à 600 mètres à la minute.]

[Illustration: Szepesvaralja, vu à l'arrivée à terre.]

ENTRE 10 HEURES ET 11 HEURES DU MATIN, A BORD DU BALLON «LA KABYLIE»
PILOTÉ PAR M. JACQUES-FAURE.

[Illustration: Itinéraire de l'aérostat _la Kabylie_ de Paris à
Kirchdrauf.]

Vers minuit, le vent redouble de violence, les nuages se déchirent
au-dessus et au-dessous de nous; nous apercevons en même temps les
lumières à terre et l'étoile polaire dans le ciel, ce qui nous permet,
par une observation rapide, de constater que notre direction se
maintient vers l'est; à partir de minuit, le ciel s'éclaire, la terre
disparaît de nouveau sous une couche de nuages très épaisse, et nous
naviguons baignés par un clair de lune splendide, tandis que l'ombre du
ballon se profile sur les brumes, entourée d'un cercle brillant, bien
connu des navigateurs aériens sous le nom d' «auréole des aéronautes»;
de temps en temps la lune s'entoure des couleurs du spectre. De tels
spectacles sont aussi fantastiques qu'inoubliables: pour y croire, il
faut les avoir vus et toute description devient impossible devant de
telles manifestations de la nature. C'est un conte d'Hoffmann vécu. De
temps en temps, dans une éclaircie, la terre apparaît; nous
reconnaissons Munich; Linz et Vienne reliées entre elles par un brillant
ruban argenté; c'est le Danube, le plus beau fleuve d'Europe, dont nous
observons de 3.000 mètres de hauteur le cours large et majestueux.

A 5 heures le jour paraît, tandis que la lune s'abaisse à l'horizon; la
lumière ne nous a donc pas manqué un seul instant, et c'est à peine si,
durant cette seconde partie de la nuit, je me sers de temps en temps de
ma lampe électrique.

A 6 heures, je prends contact avec le sol; là, le vent souffle à peine à
25 kilomètres à l'heure; une rapide conversation avec des paysans dont
nous ne saisissons que le mot «Oestreich» (Autriche), et nous remontons
à 4.000 mètres, où nous retrouvons la bonne brise de la nuit qui nous
entraîne toujours vers l'est à 80 kilomètres à l'heure. Nous n'avons
plus que 42 kilos de lest; j'en mets 12 dans un coin de la nacelle et
jusqu'à 9 heures nous nous équilibrons entre 4.000 et 5.200 mètres avec
les 32 autres kilos.

A 9 h. 1/2, les bouteilles, les provisions passent par-dessus le bord; à
10 h. 1/4, c'est le tour des sacs de voyage; depuis longtemps déjà nos
objets de toilette, nos chaussures et nos vêtements de rechange avaient
pris le même chemin: notre nacelle est absolument vide.

Le froid est abominable; nous sommes très fatigués par ce long séjour
dans les hautes régions de l'atmosphère; Rozan est complètement vert, ce
qui ne l'empêche pas de me proposer froidement de grimper dans notre
cercle, et d'envoyer notre nacelle rejoindre nos provisions. Mais j'ai à
peine la force de soulever mon dernier sac de lest, et à 10 h. 1/2
commence à 5.200 mètres une descente foudroyante et vertigineuse.

Eu moins de sept minutes nous sommes au sol, ayant pu, durant cette
véritable chute, prendre les quelques clichés que nous sommes heureux de
soumettre aujourd'hui aux lecteurs de _L'Illustration._

A 20 mètres de terre, le ballon passe au-dessus d'un petit bois; j'ouvre
mon ballon en deux: la corde de déchirure fonctionne parfaitement, et,
comme un grand oiseau blessé, il s'abîme sur un arbre, presque sans
choc, sans secousse, la nacelle d'un côté, l'étoffe de l'autre. Suivant
l'usage, je quitte la nacelle le dernier, et Rozan me photographie tout
tranquillement, tandis qu'à bout de forces, je descends péniblement de
mon arbre, le long du seul bout de filin qui nous reste.

Nous sommes à Kirchdrauf (Hongrie), à 1.400 kilomètres de Paris, ayant
effectué l'un des trois plus longs voyages aériens du monde entier.

Le Grand Prix de l'Aéro-Club de France est à nous.

JACQUES-FAURE.

[Illustration: M. Jacques-Faure descendant par un filin de la nacelle,
accrochée dans un arbre, près de Kirchdrauf.]



[Illustration: Les bureaux du journal Novosti Dnia gardés par la
police.]

[Illustration: Les bureaux du journal Rouski Listok gardés par les
cosaques.]

PENDANT LA GRÈVE DES TYPOGRAPHES A MOSCOU

LA RUSSIE SANS JOURNAUX Les typographes, les imprimeurs, tous les
travailleurs qui concourent à la confection matérielle des journaux ont
été des premiers à entrer dans les vues des meneurs de la révolution
russe qui poussaient à la grève générale comme au sûr moyen d'obtenir
les réformes politiques demandées. Quelques-uns ont bien cherché à
résister à ce mouvement, ont voulu continuer le travail, sous la
pro-tection de la gendarmerie ou des cosaques. C'est ainsi que certaines
imprimeries de Moscou, celles des Novosti Dnia et du Rouski Listok,
par exemple, ont continué à fonction-ner pendant quelques jours sous la
protection de la force armée. Mais la plupart des grandes villes de
l'empire, à commencer par Saint-Pétersbourg, sont actuellement sans
journaux, sans nouvelles, séparées du reste dumonde, isolées même l'une
de l'autre.

LE GENERAL DRAGOMIROF

«Mikhaël Ivanovitch», comme on l'appelait familière-ment, vient de
s'éteindre à Konotop, près de Kiev, dans sa terre patrimoniale, où il
était né, où reposent les siens.

Sa popularité en Russie était considérable. Sa renom-mée avait franchi
toutes les frontières. Chez nous, dont il avait suivi les armées pendant
toute la campagne d'Italie, et où il était revenu souvent, prenant part
avec un intérêt passionné aux manoeuvres, se complai-sant à vivre parmi
nos soldats, il était fort connu et on l'aimait beaucoup.

Ses théories sur l'éducation du troupier, qui voulaient que l'officier
eût avant tout pour objectif de former le moral du soldat, étaient
d'abord trop conformes à nos idées humanitaires pour ne pas lui avoir
conquis, en France, de chauds admirateurs. En fait, d'ailleurs, elles
semblaient mieux conçues pour s'appliquer au soldat français, dégrossi,
déluré, qu'au malheureux moujik illettré.

[Illustration: Le général O'Connor, qui vient de mourir à Paris.]

[Illustration: Le général Dragomirof.--Phot. Pirou, boul.
Saint-Germain.]

Aussi bien, ces théories séduisantes, Dragomirof eut peu l'occasion d'en
vérifier sur les champs de bataille l'excellence. Cette occasion
pourtant, la guerre de 1877 sembla devoir la lui fournir. A la tête de
la 14e division, qu'il commandait, à Kichinef, depuis plusieurs années,
il dirigea brillamment le passage du Danube, pour marcher ensuite vers
Chipka. Mais une balle, qui le blessa au genou gauche, l'immobilisa pour
la durée de la campagne.

Il demeura donc un théoricien, un éducateur, un pro-fesseur d'énergie
militaire fort convaincant.

Au commencement de la guerre russo-japonaise, il avait tenu à aller dire
adieu aux troupes du gouverne-ment de Kiev partant pour la Mandchourie.
Et il avait saisi ce prétexte pour leur répéter en guise de suprême
recommandation, leur paraphraser l'un de ses adages favoris: «Tire
rarement, mais juste; pique ferme avec la baïonnette. La balle
s'égarera, la baïonnette ne s'éga-rera pas; la balle est folle, la
baïonnette est une luronne.»

Hélas! contre les canons d'aujourd'hui, une «luronne» bien
impuissante!

LE GENERAL O'CONNOR

Le général de division O'Connor, commandeur de la Légion d'honneur, qui
vient de mourir à la maison de santé des frères Saint-Jean de Dieu, où
il suivait un trai-tement, après une grave opération, était né à Paris
en 1847. Sorti de Saint-Cyr en 1868, il appartenait à l'arme de la
cavalerie. Capitaine en 1876, il passa par l'Ecole supérieure de guerre
et fut promu chef d'escadron en 1883, lieutenant-colonel en 1887,
colonel en 1891, général de brigade en 1896 et divisionnaire en 1902. Il
avait pris part aux expéditions de Tunisie et du Tonkin; mais c'est
surtout à la tête de la division d'Oran qu'il devait se signaler comme
organisateur de la plupart des postes de notre frontière marocaine. Un
désaccord avec le gouver-nement sur les mesures à prendre dans le
Sud-Oranais motiva son déplacement; à la fin de 1903, il était appelé
au commandement de la 8e division d'infanterie au Mans, mis bientôt en
disponibilité, puis nommé membre du Comité technique de l'artillerie et
de la commission mixte des travaux publics.

UNE NOUVELLE STATUE DE MOLTKE

Il n'est guère de ville allemande se respectant un peu qui n'ait sa
statue de Moltke, voisinant avec celle de Bis-marck. Berlin possédait
seulement, sur la place Royale, l'effigie du chancelier de fer, face à
la colonne de la Vic-toire. La place réservée, en pendant, au
feld-maréchal demeurait vide, le sculpteur Joseph Uphues, chargé de la
meubler, se consumant, depuis des années, en efforts, pour mettre au
monde un chef-d'oeuvre.

Il ne paraît guère qu'il y ait réussi. Il a campé son Moltke debout,
appuyé à une sorte de colonnade qui n'a pour excuse d'être dorique que
l'ambition puérile du statuaire d'avoir voulu la a raccorder», comme
disent les architectes, avec quelques vilaines bâtisses de Berlin, qui
sont du même ordre. Ce siège bizarre est d'ailleurs ridi-cule de
disproportion avec la figure. Mais il v a dans l'at-titude que le
professeur Uphues a donnée au vieux stra-tège, les mains croisées, le
regard droit, une impression de tranquille confiance qui n'est pas sans
caractère.

Le monument entier est en marbre. Ce serait, paraît-il, le plus gros
bloc de marbre qu'on ait jamais taillé--au moins dans les temps
modernes.--Mais cette statue a attiré encore l'attention sur elle d'une
autre façon: c'est à l'oc-casion de son inauguration, le 26 octobre,
que le kaiser a prononcé, verre en main, les paroles belliqueuses qu'on
a fort commentées ces jours derniers.

[Illustration: Le monument de Moltke, inauguré à Berlin le 26 octobre.]



LE JIU-JITSU

ENCORE UNE VICTOIRE DES JAPONAIS

La mode actuelle est incontestablement aux Japonais et, depuis les
succès inattendus que ce petit peuple a remportés en Extrême-Orient,
tout ce qui le concerne a le don d'exciter notre intérêt. C'est ainsi
que, dans les milieux sportifs, on discutait tout récemment, non sans
quelque vivacité, la question brûlante du jiu-jitsu. Le jiu-jitsu
(prononcez djioudjitss) est-il un simple bluff, comme le prétendaient
jadis la plupart des gens compétents? Est-ce, au contraire, le système
idéal de défense individuelle, ainsi que le proclament les rares initiés
de cet art nouveau? Le débat, qui était jusqu'à ce jour resté indécis,
vient enfin d'être tranché. C'est du moins ce qui semble résulter du
match disputé à Courbevoie, le jeudi 23 octobre, par le professeur
Re-Nié, instructeur de jiu-jitsu à l'école de la rue de Ponthieu, et le
maître Dubois, représentant des sports de défense français, qui avait
lancé un défi à Re-Nié.

Le maître Dubois, qui fut jadis un sculpteur non sans talent, est à la
fois un escrimeur dangereux, un boxeur redoutable, un faiseur de poids
et d'haltères de premier ordre: c'est, en un mot, le véritable type de
l'athlète. Sa taille est de lm,68; son poids de 75 kilos. Il est né en
1865.

Re-Nié, qui a juste trente-six ans, mesure lm,65 et pèse 63 kilos. Il a
appris le jiu-jitsu à Londres sous les maîtres japonais Miyaké et
Kanaya. Bien que robuste, il est notablement moins vigoureux que son
adversaire.

Le combat, où tous les coups étaient permis, ne devait cesser que quand
l'un des antagonistes se reconnaîtrait vaincu. Il a été très rapidement
terminé par la victoire du jiu-jitsuan. En voici du reste le compte
rendu sommaire:

Au commandement: Allez, les deux adversaires se portent rapidement l'un
vers l'autre, s'arrêtent à environ 2 mètres et s'observent trois ou
quatre secondes. Sur une feinte de Re-Nié, Dubois esquisse du droit un
coup de pied bas que Re-Nié esquive. Dubois porte alors, du même côté,
un coup de pied de flanc; mais au même instant, avec un à-propos
extraordinaire, Re-Nié rentre d'un véritable bond de chat et saisit
Dubois à bras-le-corps. Dubois essaye un tour de hanche: Re-Nié, que ce
mouvement a placé à droite de son adversaire, appuie la main droite sur
l'abdomen de ce dernier, en même temps qu'il lui comprime les muscles
lombaires avec la main gauche et lui envoie un coup de genou sous la
cuisse droite. Dubois bascule et tombe sur les omoplates comme une
masse; il porte néanmoins à Re-Nié, resté dessus, une prise de gorge qui
permet à ce dernier de lui cueillir le poignet droit. Re-Nié se renverse
immédiatement sur le dos, à la gauche de Dubois, lui passe la jambe
gauche en travers de la gorge, en lui maintenant avec ses deux mains le
bras sur son abdomen, le coude en dessous, le bras passant entre ses
deux jambes (1). Une vigoureuse pression, exercée sur le poignet de
Dubois, menace de lui désarticuler au coude le bras qui se trouve en
porte-à-faux. Dubois résiste pendant une seconde, puis demande grâce.

      (1) C'est la position des combattants à cet instant précis que
      représente la photographie ci-dessous.

Le combat avait juste duré 26 secondes, dont 6 secondes seulement pour
l'engagement proprement dit.

Les choses se sont passées exactement comme elles se seraient passées
dans une rencontre non préméditée. Les deux adversaires étaient en tenue
de ville, avec chaussures ordinaires; Georges Dubois avait même conservé
son chapeau et ses gants. Le sol, recouvert de gravier, était seulement
un peu moins dur que ne l'aurait été le macadam ou l'asphalte. Enfin le
match a été disputé en plein air, sur la terrasse du nouveau bâtiment
des établissements de carrosserie Védrine.

Le résultat a été d'une netteté parfaite. Le représentant de la méthode
française n'a pas existé devant le représentant du jiu-jitsu.

                                    *
                                   * *

On pense bien qu'un événement de ce genre n'a pas été accueilli sans
protestation de la part des adeptes de la boxe française ou anglaise. A
les entendre, après coup, le maître Dubois n'était pas qualifié pour
représenter les sports de défense, qu'il a précisément pour métier
d'enseigner. Nous ne chercherons pas à discuter cette manière de voir;
nous nous contenterons de dire que le jiu-jitsu, déjà officiellement
pratiqué par les élèves de West-Point (le Saint-Cyr américain), les
policemen de New-York et de Londres, etc., va, sur l'initiative de M.
Lépine, être enseigné à partir de la semaine prochaine aux inspecteurs
de la Sûreté et aux agents de la brigade des recherches. La défaite
ultra-rapide d'un athlète très vigoureux et très exercé par un homme
dont les moyens physiques étaient visiblement très inférieurs aux siens,
et qui est en outre bien plus un instructeur qu'un combattant, a montré
au préfet de police tout l'intérêt que présente le jiu-jitsu comme moyen
de défense.

On a prononcé, à propos de la rencontre de Courbevoie et du jiu-jitsu en
général, le mot de sport de voyou. Ce terme, déjà excessif dans la
bouche de ceux qui condamnent la boxe anglaise comme trop brutale, prête
quelque peu à rire quand il est prononcé par les adeptes convaincus de
la boxe anglaise ou française. Croit-on qu'il soit beaucoup plus élégant
d'écraser d'un coup de poing le nez de son adversaire que de le forcer
par une adroite torsion de bras à demander merci? Rien n'est moins
certain. Nous partagerions même volontiers l'opinion des deux officiers
supérieurs d'artillerie qui viennent de publier chez Berger-Levrault une
traduction du livre de M. Irving Hancock sur le jiu-jitsu et qui
considèrent ce sport comme un art extrêmement intéressant, une
«véritable escrime aussi captivante que celle de l'épée».

Est-ce à dire qu'il faille faire fi de notre vieille boxe française ou
même de la lutte classique si chère à nos populations du Midi? En aucune
façon. Si le jiu-jitsu paraît décidément supérieur au point de vue de la
défense personnelle, la boxe et la lutte n'en restent pas moins des
sports excellents pour le développement de l'adresse, de la force et du
courage. Le jiu-jitsuan lui-même ne peut négliger complètement la boxe;
il doit, en effet, connaître les moyens d'action du boxeur pour pouvoir,
suivant l'expression consacrée, rentrer dans ce dernier dont la tactique
est de le tenir à distance.

Ajoutons enfin que le jiu-jitsu n'est point, comme on le croit
généralement sur la foi de renseignements aussi erronés qu'incomplets,
une simple collection de trucs de combat: c'est en réalité une méthode
très originale et très complète de culture physique et d'entraînement
qui commence par l'éducation de l'enfant, pour continuer par celle de
l'adolescent et de l'homme fait, sans perdre de vue l'éducation physique
de la femme. Ce sont en grande partie les enseignements du jiu-jitsu qui
ont donné aux troupes japonaises leur merveilleuse endurance et leur
admirable sobriété, et l'on peut, sans être taxé d'exagération, dire que
la jiu-jitsu a eu sa part dans le triomphe, si inquiétant pour les
Européens, de la race jaune en Extrême-Orient.

L. SAUVEROCHE.



[Illustration: Le match Re-Nié Georges Dubois. Coup de pied au corps
porté par Georges Dubois (vu de face) à Re-Nié (vu de dos).]

[Illustration: G. Dubois. Re-Nié. Re-Nié la jambe passée sur la gorge de
Dubois, fait à son adversaire le coup d'étirement et de torsion du bras
qui a mis fin au combat après six secondes de lutte.]

LE MATCH RE-NIÉ-GEORGES DUBOIS

LES LIVRES ET LES ÉCRIVAINS

H. G. WELLS, l'auteur de «la Vérité».

CONCERNANT PYECRAFT, DONT NOUS PUBLIONS

EN SUPPLÉMENT, DANS CE NUMÉRO, LA TRADUCTION FRANÇAISE.

C'est en 1895 que M. H. G. Wells a publié son premier ouvrage: _la
Machine à explorer le temps_. Il avait alors vingt-neuf ans et, depuis
cinq ans qu'il avait terminé ses études à l'Université de Londres, il
professait les sciences en divers établissements d'enseignement
secondaire de la capitale anglaise. Entre temps, il collaborait à des
publications scientifiques et littéraires, à des revues de tous genres
et même à des quotidiens. Encouragé par le succès de son premier roman,
il publia coup sur coup, la même année, un recueil de nouvelles qu'on
retrouve en partie dans le volume intitulé en français _les Pirates de
la mer_ et _la Merveilleuse Visite_; l'année suivante: _les Roues de la
Fortune_ et _l'Île du docteur Moreau_; en 1897, un recueil d'articles,
un recueil de nouvelles et _l'Homme invisible_; en 1898, _la Guerre des
mondes_; en 1899, _Quand le dormeur s'éveillera, Une Histoire des temps
à venir_ et _les Récits de l'âge de pierre_; en 1900, _l'Amour et M.
Lewisham_; en 1901, _Anticipations_ et _les Premiers Hommes dans la
Lune_; en 1902, _la Dame de la mer_ et _la Découverte de l'avenir_; en
1903, _l'Humanité en formation_ et _Douze Histoires et un Rêve_; en
1904, _Place aux géants_; en 1905, _Une Utopie moderne_; il a achevé
plusieurs romans, inédits encore, _Kips_, l'histoire d'un enfant; et un
autre, sans titre jusqu'ici et plus fantastique, paraît-il, qu'aucun des
précédents.

[Illustration: H. G. Wells.]

On a dit du fécond écrivain qu'il était le «Jules Verne anglais», mais
Jules Verne lui-même, qui avait une grande admiration pour son jeune
confrère, a fort bien marqué les différences qui les séparent et M.
Ch.-V. Langlois, de la Sorbonne, écrivait dans la _Revue de Paris_:
«Tout le monde a lu les livres de H. G. Wells, le nouveau Jules Verne
anglais, dit-on, mais un Jules Verne mieux informé, d'une fantaisie plus
puissante, et philosophe.» Et ce qui a assuré le grand succès de Wells,
en Angleterre et en Amérique comme sur le continent, c'est que tout le
monde peut le lire et que tout le monde le lit de plus en plus. Le
savant professeur qui discute les prestigieuses _Anticipations_ de Wells
prend un plaisir extrême à ses plus fantastiques récits; l'adolescent le
suit, l'imagination éblouie, dans les temps à venir et dans l'âge de
pierre, dans la lune ou à travers de plus lointains espaces; les
lectrices moins vagabondes sont émues par les amours de M. Lewisham ou
les tribulations de _la Merveilleuse Visite_, et les gens graves, les
sociologues, les hommes de science, ou de toutes les sciences,
s'émerveillent de ses audacieuses hypothèses, de ses prédictions
déconcertantes qui influencent puissamment le mouvement des idées
universelles. Et cet écrivain, ce penseur prodigieux a d'exquis moments
de gaieté souriante, pendant lesquels il révèle _la Vérité concernant
Pyecraft_ ou narre tel autre conte facétieux ou burlesque.



ALPHONSE ALLAIS

Alphonse Allais est mort subitement, samedi dernier, à l'âge de
cinquante-deux ans. Fils d'un pharmacien d'Honfleur, il était venu tout
jeune à Paris pour étudier les sciences; mais, comme il arrive assez
fréquemment, sa réelle vocation n'avait pas tardé à l'entraîner dans une
voie bien différente, où il devait, d'ailleurs, trouver le succès et
conquérir la réputation.

[Illustration: Alphonse Allais.]

Après d'heureux débuts au _Tintamarre_ et au _Chat-Noir_, la publication
de monologues fort goûtés, même au-delà de Montmartre, berceau de sa
notoriété, il collabora au _Gil Blas_, devint rédacteur attitré du
_Journal_, puis rédacteur en chef du _Sourire_. Il aborda en outre le
théâtre, en collaboration avec Alfred Capus et y réussit. C'est surtout
la _Vie drôle_, cette série de chroniques, d'une fantaisie si
particulière, d'une forme si originale, qui lui avait valu la faveur
durable du public; la clientèle de lecteurs fidèles qu'il s'était faite
se grossissait de nouveaux contingents quand il réunissait ces feuillets
épars en des volumes dont les seuls titres, répétés comme des formules
typiques, assuraient la vogue: _A se tordre, On n'est pas des boeufs,
le Parapluie de l'escouade_, etc.

La verve par où Alphonse Allais s'était classé au premier rang des
«auteurs gais» n'avait rien de banal ni de grossier; sa «blague» de
pince-sans-rire était d'un observateur sagace, d'un fin satiriste, d'un
humoriste du bon coin. Estimé du monde des lettres, il excella et sut
rester égal à lui-même dans un des genres les plus difficiles à
soutenir.



LIVRES NOUVEAUX

Romans.

On nous a conté souvent les exploits des «fils à papa». Ce sont des
«fils à maman» que M. René Boylesve, l'auteur de _l'Enfant à la
balustrade_, met en scène dans son nouveau et délicieux roman: _le Bel
Avenir_ (Calmann-Lévy, 3 fr. 50). Les «fils à maman» de l'ingénieux
écrivain ne sont pas de bien grands caractères. Mais leurs mères: Mme
Dieulefait d'Oudart, Mme Chef-Boutonne et Mme Lapoiroux, quelles
héroïnes! Quels efforts pour assurer à leurs fils le «bel avenir» de
tous les rêves maternels! Quel ressort, quels rebondissements après les
échecs! Et surtout quelles habiletés raffinées--chez les deux
premières--pour sauver la face dans les passes critiques! La fierté
spéciale, l'amour-propre indomptable des mères de fils unique ont été
finement observés par M. René Boylesve. Son livre est ironique sans
malveillance. Celui qui le lit se surprend à sourire aux bons passages:
et il y a de bons passages à tous les chapitres.

--M. Marcel Batilliat est de ceux qui poursuivent un dessein quand ils
l'ont formé. Matériellement, il avait entrepris d'écrire une série de
trois romans sous le titre général: _le Règne de la Beauté_. Après _la
Beauté_ et _Versailles-aux-Fantômes_, il nous donne aujourd'hui _la
Joie_ (Mercure ne France. 3 fr. 50). Il annonce maintenant le _Règne de
l'Action_ et _le Règne de la Sagesse_. C'est un beau programme
d'écrivain. Faut-il tenter de résumer en quelques mots le sujet de _la
Joie_? Ce serait aller contre le désir d'un auteur qui s'exprime ainsi
dans un curieux avant-propos: «Les jeunes femmes qui figurent, avec de
rares comparses volontairement effacés, les seuls personnages de _la
Beauté_, de _Versailles-aux-Fantômes_ et de _la Joie_, ne tiennent leur
raison d'être ni de leurs aventures, ni de leurs crises sentimentales.
Le milieu social où elles évoluent demeure strictement assez précis pour
qu'elles semblent vivre de notre vie et de notre temps; leurs actions,
dégagées de toute intrigue romanesque, se résument aux phases
essentielles et nécessaires de leur existence. Geneviève de Ceyneste,
Cillette Tynanges, Marie Nuaillère et leurs quelques amies ignorent des
contingences tout le relatif et le momentané: elles ne sont étudiées que
dans leurs rapports avec le cadre de nature qui les entoure et les
influence, et selon l'instinct éternel qui les émeut et les dirige...
Les romans du _Règne de la Beauté_, comme ceux du _Règne de l'Action_ et
du _Règne de la Sagesse_ qui paraîtront ensuite, ne prétendent ni
analyser ni décrire; mais concréter et résumer le plus d'humanité
possible dans les attitudes naturelles de quelques jeunes femmes
symboliques,--semblables pourtant, par leur mentalité et leur évolution,
à beaucoup de jeunes femmes de cette époque. Ces livres sont donc
l'essai et l'expression première d'un art qui veut s'efforcer avant tout
vers une interprétation _harmonieuse_ et _décorative_ de la nature, de
la pensée moderne et de la vie.» C'est un peu obscur, mais il n'y a
qu'en citant un écrivain que l'on soit sûr de ne pas le trahir.

_Questions d'actualité._ Après M. Gabriel Veyre, qui publiait récemment:
_Au Maroc: dans l'intimité du sultan_ (Librairie Universelle, 3 fr. 50),
voici qu'un autre collaborateur de _L'Illustration_, M. Jean du Taillis,
qui accompagna l'hiver dernier à Fez la mission Saint-René-Taillandier,
publie à son tour un volume très abondamment et luxueusement illustré
sur _le Maroc, pittoresque_ (Flammarion, 10 fr.). Dans une
lettre-préface, M. Marcel Saint-Germain, sénateur d'Oran, constate que
ce livre est fait «d'actualité, d'observations précises et judicieuses,
de choses vécues». C'est le plus bel éloge qu'on puisse adresser, en peu
de mots, à l'auteur d'un ouvrage de ce genre.

--Comme les livres sur le Maroc, les volumes sur les États-Unis se
multiplient. Viennent de paraître coup sur coup: _l'Empire du travail
(la vie aux États-Unis)_, par Anadoli (Plon-Nourrit, 3 fr. 50), et _le
Vol de l'aigle (de Monroe à Roosevelt)_, par Joseph Ribet (Flammarion, 3
Fr. 50). Tous deux étudient, l'immense développement économique et
politique de la grande république nord-américaine au dix-neuvième
siècle. Et tous deux se préoccupent de voir déborder sur notre vieux
continent cette force toujours croissante.



LES THÉÂTRES

Nous publierons prochainement _la Marche nuptiale_, l'émouvante pièce de
M. Henry Bataille que le Vaudeville vient de représenter et qui excite
vivement l'intérêt du public. C est un de ces problèmes passionnels
auxquels se plaît le talent hardi et profondément original de l'auteur.
Mme Bertille Bady, MM. Dubosc et Janvier interprètent avec un rare
talent les rôles principaux de la pièce.

Signalons à l'Odéon une très bonne reprise de _la Souris_, de Pailleron:
Mlle Lély y remporte un grand succès dans le rôle créé jadis par Mlle
Reichenberg.

Le théâtre Molière passe volontiers d'un extrême à l'autre; le programme
de son nouveau spectacle comprend un assassinat en un acte, _les
Parias_, de MM. R. Vancouver et Ch. Duflo, et cette pièce sans
prétention littéraire est immédiatement suivie d'une légère et aimable
comédie de MM. A. Germain et R. Trébor, _Fred_, parfaitement interprétée
par Mlle Marguerite Caron et MM. A. Dubosc, H. Lamothe et Pouctal.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LA PÊCHE DE L'OR AU MOYEN D'ÉPONGES.

Après l'Anglais qui annonce un procédé industriel secret pour extraire
l'or de la mer, voici un Belge qui nous dévoile pour s'enrichir à la
même source un procédé tout à fait familial. Il suffit de plonger dans
la mer ou dans les marais salants des éponges mordancées avec des sels
d'étain suivant les méthodes pratiquées en teinturerie. Quand une tonne
d'eau, soit 1.000 litres, aura passé sur l'éponge, de 32 à 64
milligrammes d'or valant de 11 à 22 centimes s'y seront déposés sous
forme de pourpre de Cassius qu'un bain chimique très simple transforme
en cyanure d'or. Et l'éponge peut resservir! On peut, d'ailleurs, lui
substituer de vieilles robes de soie, des chaussettes de laine et
n'importe quel produit mordancé comme il convient. Malheureusement, ce
petit jeu est interdit aux enfants qui pataugent sur les plages, car le
procédé est breveté. La pêche la plus fructueuse qu'on puisse en
attendre nous paraît être celle des actionnaires.

LE CENTENAIRE DE BRIGNOLES.

La petite ville de Brignoles (Var) vient de fêter le centenaire d'un de
ses habitants les plus universellement considérés, M. Auguste Bourgogne,
né le 13 octobre 1805.

[Illustration: M. A. Bourgogne, né le 13 octobre 1805. entouré de sa
famille.]

Président du tribunal de commerce de Brignoles pendant trente ans, doyen
des fabricants tanneurs de France, M. Bourgogne s'est retiré des
affaires il y a plus de cinquante ans. Il est le cadet d'une famille de
quatorze enfants qui dépassèrent tous la quatre-vingtième année; sa soeur
est morte à quatre-vingt-dix-sept ans.

Notre gravure le représente dans son jardin, entouré de son fils, de sa
fille et de ses deux arrière-petits-enfants; elle atteste la verdeur de
ce vieillard encore assez alerte pour avoir pu, le jour de son
centenaire, se rendre à pied à l'église, puis à la salle de banquet et,
de là, rentrer chez lui, ce qui représente un peu plus de deux
kilomètres.

Depuis l'année 1621, où mourut dans cette ville une femme âgée de cent
trente-quatre ans, on n'avait pas vu de centenaire à Brignoles.

LES EXPORTATIONS D'AUTOMOBILES.

L'importation en France de vélocipèdes, de motocycles et de pièces
détachées, a été de près de 6 millions en 1904, au lieu de 5.670.000
francs en 1903, et celle des automobiles, venant pour le plus grand
nombre du Wurtemberg, est passée de 1.267.000 à 3.836.000 francs.

Mais notre exportation a subi un accroissement beaucoup plus
considérable, passant de 64.405.000 francs en 1903 à 85 millions 250.000
francs en 1904.

L'Angleterre, à elle seule, nous a acheté pour près de 40 millions
d'automobiles.

Ainsi, en cinq ans, l'industrie automobile française a augmenté de 62
millions ses exportations.

L'exportation des vélocipèdes, motocycles et pièces détachées, est
maintenant de plus de 6 millions et demi.

EN ANGLETERRE.--Le lord-chief-justice et le lord-chancellor se rendant à
la Chambre des lords après la cérémonie religieuse annuelle de l'abbaye
de Westminster.

LA RENTRÉE DES TRIBUNAUX ANGLAIS.

La rentrée des cours et tribunaux s'est effectuée en Angleterre, le 24
octobre, avec le cérémonial accoutumé. Ce cérémonial comporte d'abord un
service religieux: à Londres, où la présence des plus éminents
représentants du corps judiciaire en rehausse l'apparat--de même qu'à
Paris, naguère, antérieurement à 1901, date de l'abolition de cet
antique usage, le personnel du Palais, avant la reprise de ses travaux,
allait entendre la messe du Saint-Esprit ou «messe rouge», célébrée à la
Sainte-Chapelle--les magistrats anglais vont assister aux prières
propitiatoires dites à l'abbaye de Westminster. Ensuite, ils se rendent
processionnellement à l'audience solennelle d'ouverture tenue à la
Chambre des lords, laquelle, on le sait, outre son pouvoir législatif,
possède de hautes attributions judiciaires.

La singularité pittoresque de ce défilé mérite d'être remarquée. On y
voit, en effet, en pleine civilisation moderne, se dérouler sur la place
publique, comme jadis, un cortège d'hommes vêtus de longues robes plus
ou moins fourrées, coiffés de vastes perruques blanches semblables à des
passe-montagnes, en tête duquel marchent gravement, à pas comptés, les
deux dignitaires suprêmes de l'ordre, le «lord-chief-justice» et le
«lord-chancellor», précédés d'huissiers et de massiers, suivis de
porte-queue. Tandis que, chez nous, aujourd'hui, les gens de robe ne se
résignent plus guère à s'exhiber dehors à pied, sous leur harnais
professionnel, qu'aux grands enterrements officiels où les astreint le
décret de messidor, chez nos voisins d'outre-Manche, ils ne craignent
pas d'affronter la rue dans un appareil dont l'archaïsme plus complet
jure davantage encore avec l'état actuel des moeurs. A Paris, un tel
anachronisme ne manquerait pas de provoquer les sourires narquois, voire
les quolibets irrévérencieux des badauds; à Londres, le prestige de la
magistrature n'en est nullement compromis aux yeux des spectateurs qui,
sans la moindre manifestation malséante, gardent une attitude
flegmatiquement respectueuse.

Ainsi qu'on l'a déjà maintes fois observé, notamment à propos de la
procession annuelle du «lord-maire», ce sont là des traits bien
caractéristiques de l'esprit britannique: esprit, d'une part, très
positif et très progressiste; d'autre part, obstinément conservateur de
certaines traditions séculaires et de certaines coutumes surannées. Ces
tendances contradictoires donnent lieu à de curieux contrastes; mais,
après tout, peut-être l'apparente antinomie n'est-elle que la forme
originale d'une puissante logique en vertu de quoi, pour ce peuple,
pratique par excellence, le culte de la force du passé est une des plus
solides garanties de la force du présent.

CONSERVATION DU BOIS PAR LE SUCRE.

Divers procédés sont employés pour soustraire les bois de construction
aux influences atmosphériques; en général, on injecte la masse ligneuse
d'une substance aseptique formant avec les éléments du bois des
combinaisons stables. C'est ainsi que les traverses de chemins de fer
sont injectées de créosote, de chlorure de zinc ou de sulfate de cuivre.

Un chimiste allemand a imaginé de plonger le bois dans une solution de
sucre de betterave. Le sirop s'infiltre dans les pores du bois et y
forme une combinaison spéciale, car, après dessiccation, on ne retrouve
aucun cristal de sucre. Le bois ainsi traité présente, affirme-t-on, une
grande cohésion moléculaire et acquiert une grande force de résistance
aux injures du temps.

TACHES IMMENSES SUR LE SOLEIL.

Un immense groupe de taches vient d'être visible sur la surface du
soleil. Il apparaissait le 14 octobre sur le bord oriental, passait au
méridien central le 20 et disparaissait sur le limbe occidental le 26.
Les photographies que nous donnons montrent, par le déplacement de cette
tache, que le soleil tourne, comme on sait, sur lui-même, en vingt-cinq
jours environ. Ces photographies sont orientées comme on voit les images
dans une lunette astronomique, c'est-à-dire le sud en haut et l'est à
droite.

Une autre magnifique tache est apparue le 21 octobre. Sa profondeur
s'est accusée nettement, par le fait qu'elle a creusé sensiblement le
limbe solaire. Cette tache sera visible sur le disque solaire jusqu'au 2
novembre prochain. Elle est visible à l'oeil nu comme un point noir.

[Illustration: Le grand groupe de taches solaires: 20 octobre 1905 à 1
h. 48 m. soir.]

Le soleil est, en ce moment, dans une période d'activité assez intense.
On sait qu'il est des époques où l'on ne voit presque pas de taches à sa
surface, d'autres, au contraire, où elles sont nombreuses. La période
est de onze ans environ et le maximum arrive quatre ans et demi après le
minimum. Le dernier maximum des taches solaires est arrivé en août 1893
et le dernier minimum en août 1901. Nous devons donc nous attendre à
voir de très grandes taches cette année et l'année prochaine. Pour les
observer, la plus petite lunette peut être employée, à la condition
d'interposer entre l'oculaire et l'oeil un verre noir assez foncé.

Un très intéressant problème est à l'étude en ce moment. C'est la
relation possible de l'état du soleil avec les différents phénomènes qui
se passent au sein de l'atmosphère terrestre. Des données fort utiles
pourront ainsi être obtenues et être d'une grande portée pratique pour
l'avenir.

LA FORCE DU BOEUF.

Au concours organisé par la Société d'agriculture de la Haute-Vienne et
tenu récemment à Limoges, de fort intéressantes constatations ont été
faites.

Les boeufs étaient menés par leurs conducteurs habituels, mais ils
étaient si bien dressés que les conducteurs se bornaient à faire le
simulacre de se servir d'un fouet ou d'un aiguillon, mais sans frapper
ni piquer les animaux.

La plus forte paire de boeufs, âgés de quatre ans et demi, pesant 1.380
kilos, se montra capable de fournir, en travail normal, un effort moyen
de 317 kilogrammes à une vitesse moyenne de 60 centimètres par seconde,
soit une puissance mécanique utilisable de plus de 190 kilos par
seconde, ou un peu plus de 2 chevaux-vapeur et demi.

Ces chiffres prouvent que le boeuf en général et les boeufs limousins en
particulier sont d'excellents animaux de travail.

Les résultats tiennent d'ailleurs en grande partie à la manière de
conduire les boeufs. Avec la même paire d'animaux, le rendement varie
beaucoup et, suivant l'adresse ou l'inexpérience du conducteur, il peut
être supérieur ou inférieur, même avec une plus grande fatigue des
animaux.

[Illustration: 16 octobre 1905: 11 h. 37 m. du matin.]

[Illustration: 20 octobre 1905: 11 h. 44 m. du matin.]

[Illustration: 22 octobre 1905: 8 h. 53 m. du matin.]

PHOTOGRAPHIES DES TACHES DU SOLEIL PRISES PAR M. F. QUÉNISSET, DE
L'OBSERVATOIRE ASTROPHOTOGRAPHIQUE DE NANTERRE.



[Illustration: La fête vénitienne et le feu d'artifice en l'honneur du
président de la République, dans la baie de Cascaès, près Lisbonne, le
28 octobre.--_Dessin d'après nature de Georges Scott_.]

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EN PORTUGAL

Ainsi que tous les bulletins quotidiens du séjour de M. Loubet en
Portugal se sont accordés à le constater, la réception faite au
président de la République française a été remarquablement cordiale et
brillante. Si, d'une part, la population, très démonstrative, n'a pas
ménagé ses chaleureuses ovations, d'autre part, les souverains n'ont
rien négligé pour rehausser l'éclat des fêtes données en l'honneur de
leur hôte. Celui-ci a, d'ailleurs, exprimé à plusieurs reprises son
impression personnelle en des termes significatifs, notamment le dernier
jour, lorsque, à l'occasion de sa visite à l'hôtel de ville de Lisbonne,
répondant au discours du président de la municipalité, il a dit: «Je vis
ici dans un enchantement perpétuel, De mon arrivée jusqu'à mon départ,
j'ai résidé dans un palais des _Mille et une Nuits._»

La mise en scène déployée fut, en effet, d'une magnificence
merveilleuse. On peut citer, comme exemple, les sept voitures de grand
gala de la cour, sorties pour la circonstance du musée de Belem,
superbes modèles de carrosserie et d'art décoratif des dix-septième et
dix-huitième siècles. Le plus beau carrosse, attelé de huit chevaux, où
les deux chefs d'État prirent place--les personnages de la suite
occupant les autres--a été construit sous le règne du fastueux Jean V:
surchargé d'ornements et d'ors, ses panneaux sont décorés de sujets
genre Watteau, exécutés par le peintre français Quillard; l'intérieur
est tendu de soie cramoisie.

A signaler encore la surprise finale d'une curieuse reconstitution:
trois vénérables reliques du dix-septième siècle, trois galères royales,
à la proue dorée en forme de chimère, à la vaste cabine d'arrière,
tirées exceptionnellement de l'arsenal et équipées de leurs rameurs, au
nombre de cent, quatre-vingts et quarante, revêtus du costume des
anciens galériens, vareuse rouge et bonnet rouge liséré de jaune aux
armes portugaises, maniant en cadence des avirons à manche rouge, à
palette blanche semée de dauphins bleus. C'est une de ces embarcations
historiques qui, le dimanche 29 octobre, transporta le roi, la reine et
M. Loubet à bord du cuirassé _Léon-Gambetta_, où, avant l'appareillage,
devait avoir lieu le déjeuner offert par le président.

[Illustration: En rade de Lisbonne, le 29 octobre, pendant le déjeuner
d'adieu offert par le président de la République au roi et à la reine de
Portugal, à bord du _Léon-Gambetta_: les galères royales accostées au
cuirassé français.]

[Illustration: De gauche à droite, au premier rang: MM. Jean Bonnenille,
président; Charles Rouvier, ministre de France; Max Doyan. Au deuxième
rang: MM. Lucien Lallemant; docteur Pompei; A. Leroux; Emile Lefrapper;
Fernand Pouget; Maurice Garrelon; Georges Chaigneau; Léon Lacombe. Les
délégués de la colonie française à Lisbonne chargés d'organiser les
fêtes en l'honneur du président de la République.--_Phot. Benoliel._]



LE MONUMENT D'OMER SARRAUT

Dimanche dernier, a eu lieu, en présence de MM. Gauthier, ministre des
Travaux publics, et Dujardin-Beaumetz, sous-secrétaire d'Etat aux
Beaux-Arts, l'inauguration du monument commémoratif élevé par ses
concitoyens à Orner Sarraut, ancien maire de Carcassonne, mort en 1887,
à l'âge de quarante-trois ans, pendant l'exercice de ses fonctions
municipales. Ce monument, érigé au Jardin des Plantes, est l'oeuvre du
sculpteur Ducuing; en bronze et granit, il se compose d'une stèle
supportant un buste vers lequel un enfant des écoles, que soutient une
femme symbolisant la ville de Carcassonne, tend une palme en signe
d'hommage et de gratitude; le soubassement repose dans la vasque d'une
fontaine.

Les fils du défunt: MM. Albert et Maurice Sarraut, l'un député de
Narbonne, l'autre directeur des services parisiens de _la Dépêche de
Toulouse_, assistaient à la cérémonie, où plusieurs orateurs ont rappelé
les vertus civiques de leur père et ses éminentes qualités
d'administrateur.

[Illustration: Le monument d'Orner Sarraut à Carcassonne.]



[Illustration: LES AVATARS DE DON QUICHOTTE, par Henriot.]



NOUVELLES INVENTIONS

(Tous les articles compris sous cette rubrique sent entièrement
gratuits.)


LA JUMELLE «TOM POUCE»

M. Balbreck, l'opticien bien connu, vient de lancer dans le commerce la
jumelle «Tom Pouce», dont le dernier modèle est muni de tous les
perfectionnements que la science moderne lui a permis d'y apporter. Nous
n'avons pas à rappeler ici les remarquables qualités de cet ingénieur,
dont les appareils de précision sont particulièrement appréciés dans le
monde scientifique. Il nous suffira de rappeler que nous devons à cet
habile et savant constructeur le télémètre, la boussole directrice de
reconnaissance militaire, la boussole nivelante, le méridien portatif,
l'orographe Schrader et tant d'autres instruments qui rendent à l'armée
et à la marine d'inestimables services.

Cette précision mathématique qui lui est familière, M. Balbreck a pu
l'appliquer, et cela sans augmentation de prix, aux jumelles de théâtre
ou de campagne fabriquées habituellement avec des tubes étirés ou du
laiton repoussé.

Une visite tout particulièrement instructive et intéressante aux
ateliers de ce constructeur, rue de Vaugirard, nous a permis de suivre
de très près le nouveau procédé de fabrication et de nous convaincre de
sa grande supériorité. Comme nous le savons tous, une lorgnette se
compose de deux verres, l'oculaire par lequel on regarde et l'objectif
tourné vers l'objet regardé. Pour que l'image soit nette, il faut que le
centre des deux lentilles concorde mathématiquement, sinon le rayon
visuel dévie et l'image est brouillée.

Cette exactitude mathématique existe toujours dans les lorgnettes et
jumelles neuves, mais elle se perd rapidement à l'usage.

Cet inconvénient est dû au mode de construction. La partie extérieure,
en effet, l'enveloppe, se fait en cuivre ou en fer-blanc repoussé. C'est
ainsi qu'on lui donne sa forme bombée. Quant aux pièces droites, elles
sont en métal étiré et, si adroit que puisse être l'ouvrier qui les
confectionne, la coulisse qui sert à éloigner ou à rapprocher l'oculaire
de l'objectif n'est pas toujours d'une forme cylindrique parfaite. On
remédie à cet inconvénient en feutrant cette coulisse. Cela va bien dans
les premiers temps, mais peu à peu le feutrage s'use et la concordance
des centres n'existe plus.

[Illustration: La jumelle «Tom Pouce» ouverte. (Grandeur nature.) AA,
oculaires; BB. objectifs; C, traits numérotés indiquant l'écartement des
oculaires; D, bielle et mécanisme de mise au point.]

De là le brouillard et le halo multicolore que l'on constate souvent
dans les jumelles de théâtre.

L'unique instrument de travail employé dans les ateliers de M. Balbreck
est le tour: il permet, seul, d'obtenir des tubes absolument ronds et
droits, susceptibles de coulisser l'un dans l'autre sans jeu
appréciable, et cela pendant une durée de service indéfinie. Il est
d'ailleurs extrêmement curieux de voir des barres de laiton, après
perforage et filetage à l'aide de tours-revolvers perfectionnés, se
transformer en un rien de temps en élégantes montures de lorgnette qu'il
suffit de voir pour les désirer.

Puisque nous en sommes à la partie mécanique, donnons une mention toute
spéciale au mécanisme qui commande la mise au point: nous n'avons plus
affaire cette fois au système ordinaire à vis, mais bien à un système de
bielle double des plus originaux. Cette bielle, que l'on peut très bien
voir sur notre gravure, commande les tubes porte-objectifs toutcomme une
bielle ordinaire commande un piston de moteur; il suffit de tourner un
bouton dont la manoeuvre est plus commode et plus rapide que celle des
vis ordinaires.

La jumelle est munie d'un dispositif d'écartement variable pour
oculaires. L'écartement des yeux varie, en effet, suivant les personnes,
entre 60 et 70 millimètres et il en résulte une gêne très sensible
lorsqu'on regarde dans une lorgnette ordinaire ne concordant pas avec
les yeux du spectateur. On voit très souvent deux images séparées que
l'on fusionne avec peine; cet inconvénient est évité dans la jumelle
«Tom Pouce», il suffit de retenir une fois pour toutes l'écartement qui
convient et qui se trouve indiqué par des traits numérotés visibles sur
notre gravure.

La partie optique a été l'objet de soins spéciaux: il s'agissait
d'obtenir un grossissement considérable sous une longueur et un volume
minuscules. Seul l'emploi de douze verres, trois par oculaire et trois
par objectif, permettait d'obtenir ces résultats; tout système optique
achromatique, c'est-à-dire ne donnant pas d'images colorées, et
anastigmate, c'est-à-dire donnant des images nettes, réclame, en effet,
l'association de trois verres parfaitement taillés et centrés.

Cet ensemble de perfectionnements fait de la jumelle «Tom Pouce», un
instrument puissant et commode sous un volume très faible. L'élégance en
est d'ailleurs remarquable.

La jumelle «Tom Pouce» se trouve aux prix de 30 et 45 francs, suivant
qualités, chez _M. Dwelleroy_, l'éventailliste bien connu, _35,
boulevard des Capucines, et 17, passage des Panoramas, à Paris_. Joindre
0 fr. 75 pour le port.


UN ENDUIT CONTRE LA ROUILLE

Un produit non salissant et susceptible de protéger les métaux contre la
rouille serait assurément bien accueilli du public. A vrai dire, nous
avons déjà pour ce but différents produits, en particulier de nombreux
vernis à métaux, sans parler d'une simple couche de graisse quelconque,
mais tous ces corps sont plus ou moins salissants et peu agréables à
manier. Les vernis, d'autre part, dénaturent la surface ou la teinte du
métal et, dans tous les cas, sont délicats à appliquer.

Le produit antirouille que nous a indiqué M. Bourdais ne présenterait
aucun de ces défauts; il sèche vite, sans former d'épaisseur appréciable
et sans altérer la couleur des métaux. On pourrait, d'autre part, manier
longtemps les objets traités avec ce produit sans que la couche
protectrice disparaisse.

D'après les indications qu'a bien voulu nous fournir l'inventeur, la
base de cet antirouille serait le tannin associé à la térébène. Il
existe toutefois deux sortes de produits, l'un destiné au fer et à
l'acier, l'autre à tous autres métaux oxydables, le cuivre et le laiton,
ainsi que les métaux d'orfèvrerie. On trouve ces deux antirouilles au
prix de 0 fr. 75 le flacon (pour fer et acier) et 1 fr. 25 (pour tous
autres métaux), port non compris, chez _M. Marcel Bourdais, 4, rue des
Filles-du-Calvaire, Paris_.


Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous ont
pas été fournis.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3271, 4 Novembre 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home