Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0016, 17 Juin 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0016, 17 Juin 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 0016, 17 JUIN 1843 ***



L'Illustration, Nº. 0016, 17 Juin 1843

L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

        Nº 16. Vol.. I.--SAMEDI 17 JUIN 1843.
        Bureaux, rue de Seine,   33.

        Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr.
        Prix de chaque Nº, 75 c.--La collection mensuelle, 2 fr. 75 c.

        Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 fr.--6 mois 17 fr. Un an, 32 fr..
        pour l'étranger.    --    10          --  20      --    40

SOMMAIRE.

Académie de l'Industrie. Exposition de juin 1843. _Vue de la salle
d'Exposition à l'Orangerie._--Courrier de Paris.--Mouvement religieux.
Le schisme d'Écosse; le docteur Pusey. _Assemblée générale des Ministres
d'Écosse; portraits du docteur Chalmers et du docteur Pusey._--Iles
Hawaii (Sandwich). _Vue de l'Île d'Honoloulou; Portraits de Timoteo
Haalilio et de Williams Richards._--La Cour du Grand-Duc, nouvelle par
Eugène Guinot, (suite et fin), avec _une gravure_.--Théâtres: Le Cirque
Olympique; l'Assassin de Boyvin; Lucrèce à Poitiers; le Métier et la
Quenouille; la Perle de Morlaix; les Deux Malipieri. _Vue extérieure du
Cirque; l'Équilibre des bouteilles et l'Équilibre des chaises, par
Auriol; les Clowns anglais; Vue intérieure du Cirque._--Promenade sur
les Fortifications de Paris.--_Huit figures. Plan général des
fortifications._--Revue algérienne. _Portrait de Changarnier; Vue de
Collo; Prise de la Smalah; Mort de Mustapha; Cocher d'Abd-el-Kader._--Le
recrutement en France.--Annonces,--Modes. _Une
gravure._--Bouvard.--_Portrait_.--Amusement des Sciences--Rébus.



Académie de l'Industrie.

EXPOSITION DE JUIN 1843.

Voici une sorte de préface de la grande Exposition où, l'année
prochaine, l'industrie déploiera tout son luxe. Les objets de tout genre
rassemblés par les membres de l'Académie de l'Industrie sont d'un très
bon augure; l'impression produite par l'ensemble est favorable;
l'application des arts à l'industrie est évidemment en progrès. Dans les
oeuvres d'ameublement, la bizarrerie des formes et la pesanteur des
ornements tendent à faire place à un système d'un meilleur goût Ce
retour vers un luxe plus gracieux est surtout remarquable dans les
meubles élégants exposés par M. Hoefer et dans les marqueteries de M.
Vedder.

Des lits en fer, d'un joli dessin, laissent beaucoup à désirer sous le
rapport des dorures et des peintures qui les décorent. Le confortable en
tout genre domine dans l'Exposition; on y voit des cuisines fort bien
organisées, des loyers, devant l'un desquels tourne une dinde de carton,
divers calorifères d'un dessin bien approprié. Toutefois, il nous semble
que le jury aurait pu admettre avec un peu moins de profusion certains
objets fort utiles sans doute, mais peu agréables à la vue et à la
pensée. Par exemple, pour ne point parler d'autres choses, les cirages
incomparables et les articles de coiffure nous semblent occuper dans
l'orangerie un peu plus d'espace qu'il ne devrait leur en revenir, eu
égard à leur importance relative; nous en dirons autant des fausses
dents. Dans l'intérêt même de l'industrie, ne heurtons pas la
délicatesse et la pudeur publiques: ménageons-les au contraire
soigneusement. Contentons nous d'indiquer, s'il est absolument
nécessaire, par un seul modèle, caché dans l'ombre et à l'écart, ce que
dans nos demeures mêmes nous souffririons d'avoir constamment sous nos
yeux.

Les partisans exclusifs de l'utilité auraient tort de se récrier contre
cette recommandation; les objets vraiment nécessaires sont précisément
ceux qui perdent le moins à cette réserve; leur vente est beaucoup plus
assurée que celle des objets de goût; d'ailleurs une exposition annuelle
dans le palais des Tuileries, ne doit point ressembler au pêle-mêle d'un
bazar. Nous ne saurions passer sous silence les annonces et prospectus
que chaque exposant fait distribuer aux visiteurs; c'est la partie
littéraire de l'Exposition. L'une de ces annonces nous a paru trop digne
d'échapper à l'oubli pour ne pas mériter une place dans nos colonnes; en
voici un extrait textuel; nous ne nous permettons d'y rien changer, le
public y perdrait trop.

«M. L..., coiffeur-posticheur (nous ne savons pas si le mot posticheur
est dans le Dictionnaire de l'Académie; nous le maintenons comme digne
de figurer au prochain article Néologisme), inventeur des demi-perruques
imitant parfaitement le naturel, garantit aux dames quelles peuvent,
avec ces demi-perruques, rester nu-tête, comme avec leurs cheveux
naturels, sans qu'il soit possible de s'apercevoir du postiche.--Elles
peuvent aussi se procurer dans l'établissement de nouveaux Cache-Folies,
au moyen desquels elles pourront se rajeunir de beaucoup d'années,
invention qui a obtenu un grand succès.»

Ceux de nos lecteurs qui nous accuseraient de charger la vérité dans une
intention comique, peuvent se donner la satisfaction de lire le texte
tout entier chez M. L..., rue Saint-Martin, etc.; ils doivent nous
savoir d'autant plus de gré de cette indication, que M. L... a un salon
musical pour la coiffure et la coupe des cheveux; on a chez lui de la
musique par-dessus le marché.

Quelques objets d'art qui arrêtent particulièrement l'attention publique
n'auraient pas été déplacés à la dernière Exposition du Louvre; telles
sont en particulier les diverses inventions plastiques si fort à la mode
aujourd'hui. Le fond de ces inventions est toujours ce que le public
connaît sous le nom de plâtre anglais; c'est du plâtre plus ou moins
modifié par la gélatine ou par quelqu'autre composition.

[Illustration: Exposition de l'Académie de l'Industrie, à l'Orangerie
des Tuileries.]

Nous nous sommes arrêté avec plaisir devant les moulures diverses de M.
Solin, qui est moins un industriel qu'un artiste. Si l'on n'avait
prévenu d'avance qu'on a sous les yeux de simples imitations, on
croirait voir, non pas des moulures, mais les sculptures les plus
délicates en marbre, en bois, en ivoire, en pierre noircie de vétusté;
il est impossible de ne pas se méprendre; les statuettes pleines de vie
et de vérité représentant les artistes célèbres, tirés de la galerie de
Munich, sont du marbre véritables du marbre antique, avec les teintes
que les siècles ajoutent au blanc du marbre de Carrare ou de Paros; un
beau Christ sur lequel la vue se porte tout d'abord est de l'ivoire; ces
petites figurines de rois, si riches d'admirables détails, semblent
sorties des mains des habiles et patients artistes auxquels Dieppe doit
sa célébrité. A quoi tient la perfection de ces imitations diverses?
D'où vient que ces camées ont toute la délicatesse, tout le fini des
pierres antiques gravées avec le plus de talent? C'est là l'invention de
M. Sohn. Frappé de l'imperfection de toutes ces moulures pâteuses qui ne
laissent presque rien subsister du fini des détails. M. Sohn a pensé que
rien n'égalait la pureté du simple moulage en plâtre liquide, et qu'il
fallait s'en tenir là. Puis il a cherché et trouvé diverses
compositions, également liquides qui étant appliquées à l'objet moulé
sans lui faire subir aucun choc, aucun contact qui le déforme, lui
conservent toute la fraîcheur de ses contours les plus déliés. M. Sohn,
déjà sur la voie du succès, doit la parcourir d'un pas rapide.

Parmi les innovations utiles, nous avons remarqué la guide-longe de M.
Maldant; c'est une application très ingénieuse à la longe des chevaux
attachés au râtelier, du système inventé jadis pour les jouets d'enfants
connus sous le nom d'émigrés. Une attache solide, revenant sur
elle-même, suivant les mouvements du cheval, lui permet toute espèce de
mouvements et d'attitudes, sans qu'il lui soit possible de s'empêtrer.

Des systèmes de pompes simples et ingénieux, et des instruments de
physique d'une grande perfection, sont tout ce que l'exposition de
l'Orangerie offre de digne d'attention en fait de mécanique appliquée.

Nous avons pris un instant pour du marbre, du chêne et de l'acajou, des
papiers peints qui, bien que placés un peu à leur désavantage et vus
sous un faux jour, font la plus complète illusion.

En somme, cette Exposition justifie l'empressement du public, et il y a
lieu d'espérer qu'elle prendra d'année en année plus d'accroissement.



Courrier de Paris

Les faiseurs de statistiques calculent, avec une science scrupuleuse,
par francs et par centimes, la consommation de cet ogre insatiable qui
s'appelle Paris: combien il dévore de moutons et de boeufs dans son
festin annuel, combien il engloutit de beurre et de fromage, de fruits
et de légumes, de poisson et de gibier, dans ses immenses entrailles; on
sait, à une goutte près ce qui se vide de bouteilles et de tonnes à
cette table monstrueuse de huit à neuf cent mille couverts, où les uns
mangent les gros morceaux et les autres n'ont que les miettes; mais de
qu'on n'a point calculé, ce qu'on ne saura jamais, c'est le nombre des
paroles inutiles qu'on y débite et des mots vides qui s'y consomment. Si
l'un voulait compter tout ce que Paris absorbe et digère de cette
denrée-là, les conversations des rentiers et des vieilles filles, les
discours de certains honorables, les oraisons d'Académies, les
plaidoiries d'avocats, les discussions de joueurs de dominos, les
consultations de médecins et les harangues de portière, on se perdrait
dans le labyrinthe de cette effrayante addition. Pythagore, Euclide,
Laplace et Legendre eux-mêmes n'y suffiraient pas.

Dieu nous garde donc de nous jeter dans cet Océan de paroles sans fond!
on s'y noierait.--Je fais plus: je choisis une seule phrase de ce
dictionnaire banal, et je défie le plus habile teneur de livres de dire
combien de fois Paris la prononce, non pas dans une année, non pas dans
un mois, non pas dans une semaine, mais dans un jour; cette phrase, la
voici; _Comment vous portez-vous?_

«Comment vous portez-vous?» est le mot qui court la ville sans relâche,
et la possède du haut en bas; elle s'en empare au point du jour, pour ne
se désister de cette domination que pendant quelques heures de la nuit,
quand tout fait silence et que toute paupière est close. Allez de la
barrière de l'Étoile à la Bastille, de la rue d'Enfer à Montmartre, à
droite, à gauche, par ici, par là, et prêtez l'oreille: qu'entendez-vous
de tous cotés? le mot, le grand mot en question: _Comment vous
portez-vous?_

Ces jeunes gens qui se rencontrent, ces vieillards qui s'accostent, ces
voisins qui se heurtent sur la porte ou sur l'escalier, ces coups de
chapeau de passant à passant, ces signes de la main jetés au piéton du
seuil des maisons, du fond des omnibus ou des calèches, du haut des
balcons et des fenêtres, tout cela dit; Comment vous portez-vous?

«Comment vous portez-vous?» a évidemment la vogue par-dessus tous les
autres points d'interrogation; nulle partie du discours ne peut lui
disputer l'honneur du pas. Vous en demandez la raison? Eh! mon Dieu! la
raison n'est pas difficile à deviner. Dans un monde comme Paris, où l'on
se donne si souvent l'accolade sans se connaître, où l'on s'aborde à
chaque instant sans savoir pourquoi, il est nécessaire d'avoir une
formule toujours prête, qui vous serve de contenance et vous tire
d'embarras dans ces rencontres sans cause et sans attraction.--«Comment
vous portez-vous?» fait merveilleusement l'affaire. C'est l'exorde et la
péroraison des gens qui n'ont rien à se dire, et voilà ce qui fait sa
grande popularité; il y a à Paris des milliers d'hommes charmants et de
femmes adorables qui se sourient de loin, s'approchent avec ardeur l'un
de l'autre, l'une de l'autre, se pressent affectueusement la main,
depuis vingt ans, et n'ont jamais échangé entre eux d'autres pensées que
celle-ci; «Comment vous portez-vous?--Pas mal, et vous?» Puis on tourne
les talons, et tout est dit.

Votre santé est au fond la chose dont ces officieux questionneurs se
soucient le moins; ils vous en demandent des nouvelles à tous les coins
de rues, à chaque pas, à chaque minute, dix fois par jour plutôt qu'une.
Mais qu'on vous enterre demain, ils n'y prendront pas garde, votre
cercueil passât-il en grande pompe devant leur porte; à moins peut-être
qu'ils n'aillent au-devant du mort et ne lui disent; «Comment vous
portez-vous?»

«Il fait chaud! il fait froid! il pleut! avez-vous passé une' bonne
nuit? Comment va l'appétit? quelle heure est-il? quoi de nouveau? mes
respects à monsieur votre père; mes compliments à madame,» ce sont la
aussi des phrases en l'air fort en crédit et d'une grande ressource;
elles viennent immédiatement après l'autre, mais sans l'égaler et sans
lui faire une dangereuse concurrence. «Comment vous portez-vous?»
conserve et conservera toujours sa supériorité; il n'engage à rien, en
effet, n'oblige à aucun effort d'esprit et garde une complète
neutralité.--Il pleut! il fait chaud! il fait froid! c'est une opinion,
et toute opinion a sa fatigue. Beaucoup de gens reculent devant ce
danger, et craignent d'afficher leurs sentiments politiques jusqu'au
point d'affirmer qu'il gèle, que le soleil est brûlant ou qu'il tombe de
la pluie.--«Mes respects à monsieur votre père; mes compliments à
madame; embrassez Ernest et Caroline pour moi;» Ceci est encore plus
hardi; c'est un pied mis dans la famille, un intérêt, une émotion. Or,
le vrai Parisien, le Parisien qui entend la science de la vie, tient à
ménager sa sensibilité, et, de peur de se troubler des affaires
d'autrui, pratique cette doctrine, que la vie domestique doit rester
murée.--«Comment vous portez-vous?» lui convient et n'altère pas
l'équilibre de ses humeurs.

Je connais une autre race de questionneurs qui germe un peu partout,
mais que Paris produit avec surabondance; je veux parler de ceux qui
vous accosteront dix fois dans une semaine, en vous demandant toujours
avec le même sang-froid: «Eh bien! qu'est-ce que vous faites?»--Vous
êtes un brave citoyen, fort honnêtement établi, jouissant de la parfaite
estime du maire de votre arrondissement; vous avez enseigne ou pignon
sur rue; hier, votre nom se faisait voir, en pleine lumière, au bas d'un
feuilleton en crédit, dans une revue populaire ou dans un journal
célèbre: l'affiche des théâtres l'étale à tous les yeux, à la suite de
la comédie ou du drame à la mode; la _Gazette des Tribunaux_ le proclame
chaque matin, comme un des soleils du barreau; en un mot, le monde vous
tient pour un écrivain spirituel, pour un poète distingué, pour un
avocat éloquent, pour un illustre artiste, qu'importe? vos gens ne vous
poursuivent pas moins de la question: Qu'est-ce que vous faites?» Il
semble toujours qu'ils vous prennent pour un échappé de Bicêtre en état
de vagabondage. C'est encore là une manière de parler sans rien dire;
et, règle à peu près infaillible, l'espèce qui vous demande ainsi compte
de ce que vous faites et de ce que vous êtes, est précisément celle qui
n'est rien et qui ne fait rien.--Les uns vous le demandent comme ils
vous demanderaient une prise de tabac, par désoeuvrement; les autres
pour cause d'aveuglement et de surdité; ce sont des paralytiques qui ne
voient rien, n'entendent rien de ce qui se passe autour d'eux; ils ne
savent pas s'il fait jour en plein midi, et le canon d'Austerlitz tonne
à leurs oreilles sans qu'ils s'en aperçoivent.

A propos de désoeuvrement et de vagabondage, voici un trait original
dont j'ai été témoin l'autre jour: Il était à peu près midi; M. B***un
de nos plus riches banquiers, traversait la place Louis XV d'un pas
rapide; au moment où nous étions en face l'un de l'autre, un grand
gaillard de vingt-cinq à trente ans, à la démarche assurée, aux larges
épaules, vint se placer entre nous deux, et nous tendant de la main
droite un vieux feutre gris délabré: «La charité, s'il vous plaît, mes
bons messieurs!» dit-il. Quoique M. B*** n'ait pas la réputation d'être
un saint Vincent de Paul, il portait la main à la poche de son gilet
pour y chercher l'aumône, quand tout à coup avisant le mendiant, et
surpris sans doute de son allure jeune et solide: «Comment, malheureux!
lui cria-t-il, mendier à ton âge, avec cette santé et ces bras robustes!
c'est une honte! Est-ce que tu ne ferais pas mieux de travailler,
drôle?--Vraiment oui, monsieur, vous avez raison, répliqua l'effronté
compère d'un ton dolent; mais, que voulez-vous, je suis si paresseux!»
M. B*** qui déjà avait laissé retomber sa pièce de monnaie dans sa
bourse, ne put résister à cet aveu naïf, à ce trait de haute comédie, et
jeta la pâture au pauvre diable. J'imitai son exemple, non sans
sourire.....

Notre homme s'éloigna du pas lent et tranquille d'un rentier, et nous
l'aperçûmes bientôt s'étendant tout de son long sur les dalles qui
recouvrent les abords de l'obélisque de Luxor, pour y profiter d'un
rayon de soleil. «A coup sur, dis-je à M. B*** en le saluant, nous
n'obtiendrons pas le prix proposé par l'Académie pour le meilleur
mémoire sur la destruction de la mendicité.--Il faut bien que tout le
monde vive,» me répondit M. B***, parole que je trouvai très-belle dans
la bouche d'un millionnaire.

Le conseil de guerre est appelé à dénouer prochainement une curieuse
aventure de Ménechmes. Voici le sujet de cet imbroglio plutôt voisin du
drame que de la comédie, attendu la gravité du dénouement qui pèsera sur
l'un ou sur l'autre des deux héros:

Il y a un an à peu près qu'un soldat déserteur d'un régiment en garnison
à Lyon fut condamné à cinq ans de boulet; le condamné était contumace.
Quelques mois se passèrent sans que la justice pût retrouver sa trace.
Enfin, un beau jour la gendarmerie amena dans la prison militaire un
homme qu'on venait d'arrêter sur la grande route et de reconnaître
authentiquement pour Didier le condamné et le déserteur; Didier lui-même
avouait l'identité.--En même temps, par une concurrence inouïe, on
saisissait sur un autre point du royaume un autre homme, également
errant sur les grands chemins, qui déclarait être le déserteur Didier,
déclaration certifiée véritable par des soldats et des officiers de son
régiment.

Les deux Didier allaient subir leur peine chacun de son coté, quand le
bruit de ce singulier conflit vint aux oreilles des juges, qui firent
surseoir à la double exécution: la justice a un Didier de trop, voilà
l'embarras! Lequel est le faux Didier, lequel est le véritable?

              Devine si tu peux, et choisis si tu l'oses.

Le merveilleux de l'affaire, c'est que l'un dit; C'est moi! et que
l'autre dit la même chose. On comprend le Ménechme de Régnard; il s'agit
pour lui d'une jolie femme et d'une dot; mais se faire Ménechme pour
aller aux galères! mais se disputer une ressemblance dont le prix est un
boulet! Ce duel passe toute imagination. Sous verrous comment l'épée du
conseil de guerre tranchera ce noeud gordien.--Hier, en présence de
mademoiselle Est..., jolie actrice d'un de nos théâtres de vaudeville,
et très célèbre pour la variété et l'originalité de ses affections,
quelqu'un parlait de cette singulière passion des deux Didier pour les
galères. «Que voulez-vous, dit mademoiselle Est..., tous les goûts sont
dans la nature!»

Les rois s'en vont, a dit un philosophe de notre temps; on pourrait en
dire autant des comédiens. L'art dramatique s'écroule de toutes parts:
quelques talents survivent encore, mais ils vieillissent tous les jours,
et les jeunes n'arrivent pas pour les remplacer. Pour peu que cette
décadence continue, nous aurons des acteurs, mais plus de comédiens.
Comment ranimer cet art charmant qui a jeté un si vif éclat et donné à
Paris tant de nobles plaisirs?

Un homme d'un esprit délicat et d'un talent exquis, M. Auber, successeur
de Chérubini à la direction du Conservatoire, a été frappé de ces
symptômes de dépérissement. M. Auber doit au théâtre ses brillants
succès et sa juste renommée; il est naturel qu'il s'inquiète de le
sauver. C'est en quelque sorte un acte de piété filiale de la part de M.
Auber.

Comme directeur du Conservatoire, le charmant auteur de _la Muette_ et
du _Domino Noir_ a le pouvoir de bien faire, et c'est de ce pouvoir
qu'il commence à user. M. Auber vient d'obtenir du ministre de
l'Intérieur l'autorisation de faire donner publiquement des
représentations mensuelles par les jeunes élèves des écoles de chant et
de déclamation. Un de ces exercices a eu lieu tout récemment; un public
d'élite, un public amoureux de l'art y assistait, et parmi les plus
illustres, mademoiselle Mars et M. Casimir Delavigne. Un Néron, une
soubrette, un valet, se sont fait particulièrement applaudir. L'Opéra et
l'Opéra-Comique donnent aussi des espérances. Espérons donc! En
attendant les résultats, l'utilité de ces représentations ne saurait
être contesté; les élèves y trouveront une émulation qui échauffera leur
zèle et déjà une récompense; ils se familiariseront de bonne heure avec
le public et retireront de cette fréquentation une expérience et un tact
que ne donnent pas la simple théorie et la solitude des écoles.

Accordons à cette tentative de M. Auber la louange qu'elle mérite; l'art
a grand besoin, en effet, qu'on vienne à son aide. Camérani le vieil
acteur de la Comédie-Italienne, disait dans une de ces boutades qui lui
étaient familières: «Le théâtre, il ira mal tant qu'il y aura des
auteurs et des comédiens.» Certes, Camérani trouverait aujourd'hui que
le théâtre va trop bien.

La souscription pour la Guadeloupe s'élève à 3 millions on peu s'en
faut. Ce chiffre atteste la vive pitié que la France a ressentie pour
une grande infortune; mais, tout en reconnaissant cet élan de la
sympathie publique, il faut avouer que l'offrande est loin encore de
répondre à la puissance et à la richesse du pays qui donne et à
l'immensité du désastre sous lequel gémit le pays qui reçoit. Courage
donc! ouvrez vos cassettes et vos bourses. 3 millions! ce n'est qu'une
goutte d'eau sur cet effroyable incendie!

Les risibles incidents se mêlent souvent aux faits les plus sérieux et
aux plus respectables dévouements. Voici un trait plaisant qui contraste
avec la tristesse de ce douloureux épisode du malheur de la Guadeloupe,
et introduit l'élément grotesque dans ce drame fatal--Un dentiste de
Paris, M Lémarié, a fait annoncer qu'il verserait à la caisse de
souscription le produit de sa semaine de dentiste: jusqu'ici il n'y a
rien à lire, et nous aimons à croire que M. Lémarié a voulu faire
sincèrement une bonne action et non un prospectus.--Quelques jours
après, un agent du comité de souscription générale se présenta chez M.
S. de R... un des plus riches propriétaires de la Chaussée-d'Antin et
client de M. Lémarié, pour exciter son zèle et son humanité. Vous saurez
que M. S. de R... ressemble, en fait de philanthropie, à ces chevaux qui
ne marchent qu'autant qu'on les fouette. «Eh bien! dit notre homme à M.
S. de R..., est-ce que vous ne donnerez rien pour cette pauvre
Guadeloupe?--Monsieur, répondit M. S. de R.... du ton piqué d'un apôtre
méconnu; monsieur, je n'ai pas eu besoin d'attendre vos ordres pour
cela: hier matin, je me suis fait arracher une dent!»

La police vient de mettre la main, à la barrière du Maine, sur un nid de
contrebandiers. Ces honnêtes industriels avaient pratiqué, sous le mur
d'enceinte, un conduit par lequel ils introduisaient dans la ville, à la
barbe de l'octroi, de l'huile et du vinaigre, de quoi accommoder au
rabais toutes les salades du quartier. Nos gens, pris en flagrant délit,
iront s'expliquer avec M. le procureur du roi sur cette grave
irrévérence commise envers sa très-rigide majesté l'impôt indirect.
Soit! on a raison de saisir les conduits souterrains et les denrées de
contrebande; mais comment arrive-t-il que tant d'autres industriels
inondent effrontément Paris, en plein jour, de produits malfaisants et
frauduleux, par les tuyaux les plus impurs de la littérature et de la
politique?

En faisant des fouilles dans l'église de Saint-Denis, un ouvrier a
découvert sous le maître-autel un coffre qui renfermait un coeur
embaumé. Aussitôt on a convoqué le ban et l'arrière-ban des
archéologues; le premier Jour, ces illustres ont déclaré que c'était le
coeur de saint Louis; le lendemain, ils ont déclaré le contraire. La
belle chose que la science! Après tout, il y a un coeur, et c'est
toujours là une bonne trouvaille. Il est à désirer qu'on fasse de temps
en temps une pareille découverte: aujourd'hui, en toutes choses, c'est
en effet le coeur qui nous manque.

Les marchands et revendeurs de littérature continuent à pulluler et à
multiplier leur trafic. M. Alexandre Dumas est le chef et l'entrepreneur
général de cette mise en boutique du style et de l'esprit; son bazar
s'augmente tous les jours, et, à défaut de la qualité, se fait remarquer
par la quantité de la marchandise. M. Alexandre Dumas réalise, dit-on,
dans ce métier, d'énormes bénéfices. Il est triste de voir des hommes
doués de facultés incontestables s'oublier à ce point de transformer
leur esprit en denrée qu'ils colportent sur l'éventaire de marché en
marché, au plus offrant et dernier enchérisseur, M. Alexandre Humas met
particulièrement dans ce commerce littéraire un courage véritablement
affligeant: le croiriez-vous? les réclames et les affiches annoncent
effrontément, depuis un mois, un livre portant ce titre: _Filles,
Lorettes et Courtisanes_, par M. Alexandre Dumas.--Il y a quinze jours.
M. Alexandre Dumas reçut la visite d'un honnête provincial qui lui était
adressé par un de ses amis, «Mademoiselle, dit poliment le Champenois à
la femme de chambre qui entrouvrait la porte, je désirerais parler à M.
Alexandre Dumas.--Monsieur n'est pas visible, répliqua vivement Marton;
il s'occupe de ses filles.» Depuis ce jour, le provincial soutient à qui
veut l'entendre, que M. Alexandre Dumas est le modèle des pères.

Mais heureusement la pudeur de l'esprit et la poésie ne meurent jamais
tout entières; il y a toujours, même dans les temps les plus corrompus,
des coeurs chastes, des âmes d'élite, qui leur donnent refuge et leur
servent de sanctuaire. A coté du livre de M. Dumas, voici un noble et
élégant écrit qui console de ces impuretés et de ces effronteries; l'art
seul l'a inspiré, l'art pur, désintéressé, l'art qui trouve sa
récompense en lui-même et dans les sympathies qu'il inspire. Ce livre,
remarquable par le fonde et par la forme, est un livre de poésies où le
talent de l'auteur touche, en vers excellents, aux plus hautes et aux
plus aimables régions de l'esprit et de la philosophie; il a pour titre:
_Etrusque_, et pour poète, M. Philippe Busoni. Je suis heureux de
pouvoir donner le premier, à ces charmantes poésies, ce salut d'amitié
cordiale; mais _l'Illustration_ réclame sa part et y reviendra.

Locke, Fénelon, Jean-Jacques et tant d'autres éminents esprits se sont
occupés de l'éducation de l'espèce humaine. Cependant il y a plus d'une
lacune dans leurs livres; en voici la preuve:--Comment va votre fils?
demandait dernièrement M. Baucher à un des illustres écuyers du
Cirque-Olympique.--Eh! pas mal; j'en suis assez content.--Qu'en
faites-vous maintenant?--Je continue à l'élever moi-même; je suis en
train, depuis huit jours, de lui casser les reins pour achever son
éducation!» Locke, Jean-Jacques, Fénelon ont complètement oublié ce
détail: voilà comme les plus grands hommes ne songent jamais à tout!



Mouvements religieux.--Le schisme d'Écosse.--Le docteur Pusey.

On a dit: «Une société d'athées est impossible,» et, jusqu'à ce jour,
les faits n'ont point démenti cette proposition.

Il faudrait tout au moins pour la réfuter une expérience de plusieurs
siècles, En France, depuis la mort de Louis XIV, le sentiment religieux
semble bien avoir à peu près déserté les gouvernants, politiques et
autres. Mais cette chaîne d'indifférentisme, déjà d'une assez belle
longueur, est loin d'avoir été sans alliage et elle n'a guère lié que
les sommités. Les deux esprits d'ailleurs sont restés en présence, et il
n'y a eu entre eux que des trêve bien rares. Nous voulons parler de
polémiques dignes, sérieuses, sincères, que nous avons tous présentes à
la mémoire; car, de nos jours, par exemple, il ne faudrait pas s'y
tromper, la querelle entre l'Université et quelques membres du clergé
n'est certainement point un épisode du véritable combat; ce n'est qu'une
fausse alerte, où il semble que dans la confusion on ait changé d'armes
et de bannières. La grande cause religieuse, si elle pouvait être
compromise, le serait par les singuliers défenseurs qui s'imposent à
elle et jettent le cri d'alarme: mieux valaient quelques sages ennemis
du dernier siècle. Telle page sublime de Rousseau a plus retenu ou gagné
de fidèles au spiritualisme que toute l'éloquence de la chaire depuis
Bossuet; tandis qu'aucune des immoralités de la plus mauvaise école
philosophique n'a autant précipité de victimes dans les abjections du
matérialisme, que ne tendent à le faire certaines règles de conscience
enseignées aujourd'hui au nom de la théologie. En effet, celui qui
commence par nier l'âme n'est pas beaucoup à craindre: on sait à qui
l'on a affaire, et si l'on met, par faiblesse, quelques passions à sa
merci, on se garde bien de lui abandonner la direction entière de la
conscience; celui, au contraire, qui, après avoir admis l'âme en
principe, se comptait à y infiltrer goutte à goutte, les plus sales
poisons, est le prêtre du vice le plus méprisable et le plus dangereux.
Un fait nous paraît évident: c'est que de tous les peuples, le nôtre est
peut-être celui qui, grâce à d'éminentes et d'impérissables qualités
morales, la justice, la générosité, l'esprit de dévouement, peut le plus
longtemps poursuivre ses destinées, d'une marche inégale mais soutenue,
sans être incessamment guidé par une foi complète et unitaire. Voyez les
autres peuples; combien ne sont-ils pas plus fréquemment et plus
profondément agités par les controverses? On les croirait à tout instant
prêts à recommencer les guerres de religion. Les débats du dogme s'y
mêlent partout à la politique. Le despotisme russe étend sa papauté avec
une rigueur qui de temps à autre fait frémir les fers de ses esclaves.
La Prusse se remet à peine de ses dissentiments avec Rome. La question
des couvents d'Argovie a divisé les cantons suisses pour longtemps et
d'une manière alarmante. En Belgique, le parti catholique et le parti
libéral sont en présence et se disputent en ce moment même les
élections. En Irlande, le plus vigoureux élément de l'agitation est
assurément le catholicisme; et là, il est juste de le reconnaître, le
rôle du catholicisme est aussi grand qu'il l'ait jamais été: il défend
la liberté et le peuple, il lutte pour l'infortuné contre l'oppression;
aussi a-t-il toutes les sympathies de cette France une l'on calomnie
avec une animosité si aveugle, et que l'on veut si ridiculement effrayer
en brandissant contre elle des foudres de sacristie. En Écosse, un
schisme vient de se déclarer, et il a pour chef l'un des prédicateurs
les plus éloquents du siècle, le docteur Chalmers. En Angleterre même,
il y a des semences de discorde: un théologien d'une science consommée,
le docteur Pusey, semble y vouloir fonder une hérésie. Les événements
d'Écosse et d'Angleterre sont les plus récent et les moins connus; ce
sont par conséquent ceux dont nous devons particulièrement entretenir
nos lecteurs.

L'ÉGLISE D'ÉCOSSE; SA SÉPARATION DE L'ÉTAT.

On se rappelle la part active de l'Église d'Écosse dans les troubles qui
ont amené la première chute de la famille des Stuarts en 1640. Organisée
républicainement sous l'influence des doctrines de Calvin, elle
s'établit indépendante de l'autorité séculière, et se maintient sur en
opposition avec la couronne durant toute la restauration. A l'avènement
de Guillaume d'Orange sur le trône d'Angleterre, l'Écosse en
reconnaissant la souveraineté du prince d'Orange, stipula expressément
l'existence de son Église comme Église nationale et depuis cette époque
tous les souverains de la Grande-Bretagne, en montant sur le trône
prêtent le serment de maintenir l'église presbytérienne dans tous ses
droits, privilèges et immunités.

En vertu de cette stipulation formelle, l'Église était indépendante du
pouvoir temporel, et la nomination des pasteurs appartenait aux
congrégations. Cependant, peu à peu, le pouvoir temporel gagna du
terrain, et une loi de la reine Anne rendit à l'État et aux
propriétaires le droit de présenter les ministres aux charges vacantes.
L'Église subit cette réaction; elle conservait néanmoins de nombreuses
garanties. Le ministre présenté par l'État ou par un propriétaires était
soumis à un examen et à une enquête touchant son instruction et ses
moeurs, et n'était admis qu'après cette épreuve. Jusqu'à ces dernières
années ce patronage fut exercé assez paisiblement. Mais l'Église
presbytérienne n'avait point renoncé à l'espoir de ressaisir son
ancienne suprématie exclusive.

En 1831 l'assemblée générale des ministres de l'Église presbytérienne
qui se réunit chaque année, et dont les membres sont élus par tous les
pasteurs, passa un acte connu sous le nom de _veto act_, en vertu duquel
les presbytères, ou cours inférieures ecclésiastiques, devaient, avant
de prononcer sur la capacité d'un ministre présenté par un patron, le
soumettre à l'élection de tous les chefs de famille de la paroisse. Le
_veto_ de ce jury était absolu. C'était comme on Voit, mettre le droit
de patronage de l'État et des propriétaires à la merci de l'élection
populaire. Les tribunaux civils de l'Écosse refusèrent de reconnaître la
légalité de cette résolution. La question fut portée devant le tribunal
suprême, et la Chambre des Lords, qui se prononça pour les cours civiles
contre les cours ecclésiastiques. Les pasteurs nommés par les patrons et
confirmés par la Chambre des Lords, furent à leur tour suspendus de
leurs fonctions par l'assemblée générale de l'Église, et ce fut ainsi
que s'établit la lutte.

On espérait un accommodement. Mais enfin le parti qui revendiquait la
suprématie de la juridiction ecclesiastique déclara que, si la Chambre
des Lords maintenait comme une loi générale la décision qu'elle avait
portée dans ce conflit à l'avantage de la juridiction civile, il se
séparerait de l'État, renoncerait à tous ses bénéfices et demanderait au
zèle volontaire de ses coreligionnaires des secours qu'il ne pouvait
plus accepter des patrons. Tel était l'état des choses au moment de
l'ouverture de l'assemblée générale de l'Église d'Écosse.

Le jeudi 18 mai 1843, l'assemblée générale se rend suivant l'usage à
Edinburg, dans l'église de Saint-André. Le marquis de Bute, comme lord
commissaire de la reine, assiste à la réunion. Aussitôt après la prière,
le docteur Weksg qui était le _modérateur_ en fonctions, au lieu de
continuer régulièrement la séance, donna lecture d'une protestation
portant que, vu l'agression faite par le gouvernement et la législation
sur les droits et la constitution de l'Église, il ne pouvait considérer
l'assemblée comme légitimement constituée, et engageait tous les membres
de l'assemblée, qui étaient disposés à maintenir intacte la confession
de foi de l'Église d'Écosse, à former immédiatement une assemblée
séparée, pour délibérer, selon les règles de l'Église de leurs pères sur
les affaires de la maison du Christ.

[Illustration: Assemblée générale des ministres de l'Église d'Écosse, le
13 mai 1843, dans l'église Saint-Andrew, à Edinburg.]

Après avoir déposé sa protestation, il sortit de l'église: suivi par le
célèbre docteur Chalmers et les autres membres de l'assemblée qui
adhéraient à la protestation, au nombre de cent soixante-neuf. À la
porte de l'église, ils furent rejoints par environ trois cents ministre
qui n'étaient pas membres de l'assemblée, mais qui avaient signé la
protestation, et ils traversèrent, quatre de front et se tenant par le
bras, dans le plus grand ordre, toutes les rues d'Edinburg jusqu'au lieu
qu'ils avaient choisi d'avance pour leurs délibérations, au milieu du
peuple les saluant avec enthousiasme. Le docteur Welsh ouvrit la séance
par une prière, et on procéda à l'élection d'un modérateur. Le docteur
Welsh prit alors la parole et dit: «Que tous les yeux de l'assemblée, de
toute l'Église, de tout le royaume, étaient fixés sur un homme dont le
nom seul était un panégyrique.» L'assemblée tout entière l'interrompit
en nommant le docteur Chalmers, au milieu d'applaudissements prolongés.
Le docteur Chalmers ainsi élu _modérateur_ par acclamation, comme dans
les premiers temps de l'Église, adressa à l'assemblée une courte
exhortation, et l'assemblée s'ajourna au lendemain.

Si un homme était digne, en effet, d'être mis à la tête de cette
scission, et capable par son autorité, ses talents, son noble caractère,
sa prudence, de la conduire dans les voies de la sagesse, c'était
assurément le docteur Chalmers. Depuis trente ans le docteur Chalmers
jouit de l'estime de tous les gens de bien et de l'admiration la moins
incontestée. Pendant un grand nombre d'années il a officié à Kelmery.
C'est là que sa réputation d'orateur a commencé, elle s'est répandue
dans tout le royaume, et sa place a été bientôt marquée à Edinburg Sur
les instances de ses coreligionnaires, il est venu souvent se faire
entendre à Londres, et quoique son accent écossais soit d'un effet peu
agréable pour un auditoire anglais, il a produit une très grande
impression sur des assemblées très nombreuses. Il a écrit plusieurs
ouvrages très estimés. Il habite un élégant «cottage» dans l'île de
Burnt, près d'Edinburg.

C'est ainsi que s'est accomplie la scission de l'Église presbytérienne,
la fille de Know et l'héritière légitime de Calvin quoiqu'il advienne,
et quelque opinion qu'on pusse avoir comme membre d'une communion
différente, de l'Église presbytérienne, il est impossible de refuser sa
sincère admiration à cet acte d'hommes élevés par le rang et les
honneurs, illustres par la science, par les lettres et par leur vie qui
se dépouillent de tous les biens et de tous les avantages temporels pour
se confier à la foi de leurs frères.

[Illustration: Le docteur Chalmers.]

L'appui de leurs coreligionnaires ne leur a pas fait défaut. Cette
scission a excité dans l'Écosse entière un intérêt profond qui ne fait
que s'accroître; la foule se presse dans les églises presbytériennes
libres; l'enceinte de la réunion de l'assemblée ne peut suffire à
l'affluence des fidèles, et des prédicateurs prêchent au peuple en plein
air. Les souscriptions abondent pour l'entretien de l'Église libre. Les
familles les plus considérables et les plus vénérées d'Écosse s'honorent
de s'inscrire en tête des listes. Huit jours après la scission, les
souscriptions dépassaient cinq millions de francs, et plus de la moitié
des ministres de l'Église d'Écosse avaient adhéré à la protestation.

Le cabinet a annoncé dans le Parlement qu'il allait présenter un projet
de loi destiné à opérer une réconciliation. Il est douteux que les deux
partis se fassent assez de concessions réciproques pour arriver à ce
résultat. Cependant les chefs des _protestants_ déclarent qu'ils sont
prêts à faire les premiers pas, n'ont pas voulu, comme on l'a cru un peu
légèrement, en se séparant, repousser le principe de l'union de l'Église
et de l'État. Le docteur Chalmers a énergiquement protesté contre cette
interprétation de leur conduite, qui supposerait qu'ils désirent mettre
l'Église nationale d'Écosse dans la même condition que les sectes
dissidentes, et le discours qu'il a prononcé au moment de son
installation aux fonctions de modérateur, a laissé entendre que les
protestants ne se refuseraient pas à un accommodement raisonnable et qui
pût se concilier avec les principes de la scission; mais lui sera-t-il
possible d'arrêter ce mouvement essentiellement démocratique? On peut en
douter.

[Illustration: LE DOCTEUR PUSEY.]

Le 14 mai dernier, le docteur Pusey a professé, dans la chaire de la
cathédrale de Christ Church à Oxford, des principes qui ont paru au
vice-chancelier d'Oxford entachés de papisme. En conséquence, la
prédication vient d'être interdite au docteur Pusey pendant deux ans;
mais le docteur proteste et soutient qu'il n'a jamais rien dit qui fut
contraire à la doctrine de l'Église anglicane. Il se déclare prêt à se
justifier dans une discussion publique, si l'on veut spécifier les
propositions de son sermon que l'on a jugées à tort répréhensibles.
Prudemment le vice-chancelier maintient l'interdiction et garde le
silence. On craint, probablement avec raison, que la publicité ne tourne
à l'avantage de cette hérésie naissante; on veut étouffer dans le
silence. Le docteur Pusey a un grand nombre de disciples. La vénération
qu'il leur a inspirée tient du fanatisme. Une foule d'étudiants et
d'habitante d'Oxford le suivent dans les rues. Un journal anglais
rapporte que les dames se pressent à leurs croisées pour chercher à
l'entrevoir et se disputent l'honneur de toucher sa robe lorsqu'il est
dehors.

Sur quels points essentiels de doctrine le docteur Pusey est-il en
dissentiment avec ses supérieurs? c'est ce qu'on ne pourrait juger qu'à
la lecture du texte de son sermon. Mais si le docteur ne peut plus
parler, il écrira, et nous saurons bientôt à quoi nous en tenir. Quant à
présent, nous ne saurions mieux faire que de donner quelque idée de sa
personne. La famille du docteur Edward Rouverie-Pusey est l'une des plus
anciennes d'Angleterre; elle s'était illustrée même avant la conquête
romaine. Elle est en possession, depuis le règne de Canut le Grand, du
manoir de Pusey, près Farringdon, dans le Berkshire. Le propriétaire
actuel de ce manoir siège à la Chambre des Communes.

En 1828, au retour d'un voyage en Allemagne, le docteur Pusey a publié
un livre religieux qui fit alors une grande sensation et qui était, au
point de vue anglican, d'une parfait? orthodoxie. Il y défendait
énergiquement ce grand principe du protestantisme, que les saintes
Écritures sont les seules sources certaines d'autorité que doivent
reconnaître les chrétiens. Aujourd'hui ses opinions paraissent
considérablement modifiées.

Le savoir profond et incontesté du docteur Pusey n'est pas écrit sur sa
physionomie, l'étude, les veilles, le jeune, les pratiques d'une
dévotion exaltée, l'ont pâli, amaigri et voûté. On le croirait arrivé à
la vieillesse, quoiqu'il soit encore dans l'âge mûr. A le voir marcher
dans les rues d'Oxford, lentement, les yeux fixés sur la terre, le
menton appuyé sur la poitrine, éthique, chancelant, on ne peut s'empêcher
d'être pris de tristesse et de pitié; mais une fois monté dans la
chaire, il relève la tête, ses traits s'illuminent, ses yeux brillent,
l'enthousiasme donne à sa voix une force qu'elle n'a pas ordinairement
et une chaleur qui se communique à son auditoire. Il a les qualités les
plus importantes d'un chef de secte: la conviction, la vigueur d'esprit,
l'éloquence et l'austérité des moeurs. Il est probable que l'Europe
entendra parler de lui.



Iles Hawaii (Sandwich.)

DÉPUTATION AU ROI DES FRANÇAIS.

[Illustration: Vue de l'île d'Honoloulou, dans l'archipel hawaiien.]

Les journaux ont publié une protestation des deux envoyés du roi des
îles Sandwich (Hawaii) contre la prétendue prise de possession de ces
îles au nom de l'Angleterre; _l'Illustration_ offre aujourd'hui à ses
lecteurs les portraits de ces deux envoyés et une vue de Honoloulou.

Elle y joint quelques détails dus à l'obligeance de M. Abel Hugo, qui,
par ses fréquentes et journalières relations avec MM. Haalilio et
Richards, est mieux à portée qu'aucun autre de bien connaître ce qui a
trait à l'état moderne des Iles Hawaii.

L'archipel des îles _Hawaii_ auquel l'illustre navigateur qui y trouva
une mort si cruelle a donné le nom de _Sandwich_, a été découvert en 1542
par Gaëtano. Ce capitaine espagnol, croyant que cet archipel formait
deux groupes, les nomma _islas de los Reyes_ et _islas de los Jardines_
(Iles des Rois et îles des Jardins). On les oublia pendant plus de deux
siècles; Cook les reconnut de nouveau en janvier 1778; mais pressé par
le dessein d'aller visiter la côte nord-ouest de l'Amérique, il ne s'y
arrêta que quatre jours il y revint au mois de janvier 1779, et son
séjour y avait duré près d'un mois lorsque au moment de son départ les
naturels, à la suite d'une rixe survenue avec ses matelots, enlevèrent
une chaloupe. Alors, pour se la faire restituer» Cook descendit à terre
avec quelques soldats dans le but de s'emparer du roi Taraï-Opou et des
principaux chefs qu'il destinait à servir d'otages jusque la
restitution. En emmenant ses prisonniers vers le rivage, la petite
troupe anglaise fut attaquée par les Hawaiiens, et Cook tomba mort,
frappé simultanément d'un coup de poignard (_pahoa_) dans le dos et d'un
coup de lance dans le ventre. Ses soldats furent en partie massacrés;
quatre hommes seulement plus ou moins blessés parvinrent à regagner les
navires. Le cadavre de Cook devint la pâture des chefs et des prêtres
hawaiiens; ses ossements seuls et quelques lambeaux de sa chair furent
rendus aux Anglais lorsque la paix fui rétablie.

L'archipel hawaiien s'étend du 19° au 23° de latitude nord, et du 157° au
159° de longitude ouest. Il est situé au milieu de l'Océan Pacifique, à
peu près à une égale distance de l'Amérique et de l'Asie. Il se compose
de onze îles dont la plus grande est Hawaii (_l'Ovichee_ Cook); puis
viennent, suivant l'ordre de leur étendue, _Mawit Sahou, Marokai, Raxai_
et _Kahoulawe_; les autres ne méritent aucune mention.

Hawaii, plus grande à elle seule que toutes les autres îles réunies, a
83 milles de long sur 66 milles de large; elle renferme un volcan en
activité, _Kirau-Ea_, et une montagne en forme de pic, _Mouna-Roa_, qui
n'a pas moins de 1,838 mètres au-dessus du niveau de la mer. Elle se
divise en sept districts; _Hamahoona, Hiro, Pouna, Kaou, Kona, Ouaimea_
et _Kohala_; elle n'est pas peuplée autant que son étendue pourrait le
faire supposer: on n'y compte que 30,000 habitants.

La population totale des îles hawaiiennes est évaluée, par les
missionnaires protestants, à 110,000 habitants, parmi lesquels se
trouvaient, à la fin de 1842, plus de 10,000 catholiques tous dévoués à
la France.

Des lois sévères, qui ont parfois servi de prétexte aux persécutions
contre les catholiques, défendent toute manifestation de l'ancienne
idolâtrie. Le reste de la population pratique donc le culte protestant;
elle a été convertie par les missionnaires méthodistes américains qui,
en vingt-deux ans, sont parvenus à civiliser les Iles Hawaii.

Mawi, où réside M. William Richards, a pour port principal Lahaina.

Mais après Hawaii, l'Ile la plus importante en richesse et en population
est Oahou, dont la ville principale est Honoloulou, Oahou est la
résidence habituelle du roi Kamehameha III. C'est là que résident aussi
les consuls français, anglais et américains. Honoloulou, ville
aujourd'hui assez régulièrement tracée, est défendue par un fort armé de
32 canons; on y trouve un des palais du roi, une église catholique et
plusieurs temples protestants.

Le nom d'_îles des Jardins_, donné à l'archipel des Iles Hawaii lors de
la première découverte, indique assez quelle y est la richesse de la
végétation. Les plantes usuelles indigènes sont l'_arum esculentum_, la
patate douce, la canne à sucre, l'arbre à pain, le cocotier, le
bananier, le fraisier et le framboisier. Outre les plantes potagères
d'Europe (telles que choux, carottes, oignons, betteraves, etc.), les
Européens y ont introduit le palmier de Guatémala, l'indigotier, le
caféier, les pastèques, les concombres, les papayers, les citronniers,
les orangers et la vigne qui ont parfaitement prospéré.

Les grands végétaux sont, avec l'arbre à pain et le cocotier, le mûrier
à papier, le dragonnier, le _pandanus_ et le _sandal_, dont le bois
odorant, recherché en Chine et dans l'Inde, donne lieu à un commerce
assez étendu, Malheureusement cet arbre précieux, exploité sans méthode
et sans soins, commence à devenir très rare dans les îles Hawaii comme
dans les autres îles de la Polynésie.

Avant l'arrivée des Européens les naturels ne connaissaient d'autres
quadrupèdes que le cochon, le chien et le rat; ils possèdent de plus
maintenant le cheval, la vache, la brebis, la chèvre, le chat et le
lapin. Les côtes des îles Hawaii sont très poissonneuses; on y trouve
l'huître perlière qui fournit des perles d'une grande beauté.

Les habitants des îles Hawaii sont excellents marins. Leurs vaisseaux
font le commerce de la Chine, de la Californie, du Chili et des Iles de
la Polynésie; mais dans les navigations lointaines, les équipages
seulement des navires sont Hawaiiens, le capitaine est Américain ou
Européen.--La marine royale se compose de plusieurs bâtiments de guerre
(frégates, bricks et goélettes).

[Illustration: Timoteo Haalilio, secrétaire privé du roi des îles
Sandwich, envoyé près le roi des Français.]

L'instruction publique est très répandue aux îles Hawaii. Les
missionnaires protestants et catholiques y ont de nombreuses écoles;
tous les enfants sont forcés d'y aller. Il y a dans ces îles plusieurs
imprimeries, qui y ont déjà mis en circulation plus de 250,000 petits
volumes destinés à l'instruction du peuple. Le premier ouvrage en langue
hawaiienne a été imprime en 1822. On y publie aussi des livres en
anglais pour l'instruction des classes élevées. Nous avons sous les yeux
une _Histoire des îles Hawaii_ imprimée en anglais à Honoloulou,--Il y
existe plusieurs journaux en anglais et en hawaiien, _la Gazette des
îles Sandwich, le Spectateur hawaiien_, etc.--_Le Lama hawaiien_, en
langue des îles Hawaii, est une sorte de _Magasin pittoresque_ orné de
gravures sur bois exécutées par des artistes hawaiiens, et vraiment
aussi bonnes que celles qu'on gravait en France il y a quarante ans; le
tirage seul laisse encore beaucoup à désirer. Nous avons vu aussi un
_Traité du dessin linéaire_ avec des planches gravées au trait
meilleures que la plupart de celles qui se font aujourd'hui en France
pour de pareils ouvrages. Une dernière remarque fera apprécier
l'intelligence des dessinateurs hawaiiens, ou de ceux qui les ont
dirigés. _Le Lama hawaiien_ offre les figures d'un grand nombre de
quadrupèdes de l'ancien monde, et le dessinateur a eu soin, bien que ces
figures soient disséminées dans l'ouvrage, de représenter ces
quadrupèdes suivant une échelle proportionnelle, dont l'éléphant est le
degré supérieur et le rat le degré inférieur. Les enfants hawaiiens
peuvent donc connaître mieux que les enfants européens la grandeur
relative des animaux.

Les missionnaires américains, disait, en 1842, M. John Adams, dans un
discours adressé au Congrès des États-Unis; ces missionnaires, désarmés
de tout pouvoir séculier, ont réussi, en un quart de siècle, par la
seule influence de la charité chrétienne, à élever les habitants des
îles Sandwich du plus bas point de l'échelle de l'idolâtrie aux
sentiments divins de l'Évangile; ils les ont réunis sous un gouvernement
pondéré, et sont parvenus à les plier au joug salutaire de la
civilisation, à l'aide d'un langage fixé par l'écriture et d'une
constitution qui, assurant les droits des personnes, de la propriété et
de l'intelligence, renferme tous les éléments de la justice et du
pouvoir.»

La langue des Hawaiiens est douce et harmonieuse comme le ramage des
oiseaux, C'est une langue où les consonnes ne vont presque qu'en nombre
égal aux voyelles, car bien que dans le système grammatical adopté par
les missionnaires cinq voyelles: _a, e, i, o, u_ (ou), et douze
consonnes: _b, d, h, k, l, m, n, p, r, t, v, w_ soient employées à
expliquer tous les sons, plusieurs de ces consonnes se suppléant à
volonté par d'autres, pourraient être supprimées sans inconvénient; ce
sont: _b, d, r, t, v._ L'alphabet hawaiien ne se composerait plus alors
que de douze lettres, cinq voyelles et sept consonnes.

Le gouvernement _constitutionnel_ des îles Hawaii, tel que les conseils
de missionnaires américains l'ont fait établir, se compose d'un roi,
d'une Chambre des Nobles (ariis) et d'une Chambre du Peuple.

[Illustration: Williams Richards, second envoyé du roi des îles
Sandwich, ancien ministre méthodiste.]

La Chambres des Nobles, dont M. Timoteo Haalilio fait partie, se compose
de trente membres. Par une bizarrerie dont il n'y a pas d'autre exemple
dans les États régis par une constitution, la Chambre du Peuple est
moins nombreuse que celle des Nobles: elle ne se compose encore que de
sept membres.

Le pouvoir du roi Kamehameha III est loin d'être absolu. Ce roi, le
premier qui ait accepté la foi prêchée par les missionnaires américains,
a été placé sous la surveillance et le contrôle de deux femmes, ses
tantes Kahahumanu et Kinau, chargées de contenir ses passions et de
l'affermir dans la foi qu'il a embrassée, et à laquelle elles sont
entièrement dévouées. Ces deux vieilles princesses ont eu longtemps plus
d'autorité réelle que le roi. Ce sont elles que, dans une lettre
adressée, en 1839, au consul américain, pour disculper les missionnaires
protestants des persécutions contre les catholiques, ce sont elles que
le roi Kamehameha a accusées de ces persécutions. L'une de ces
princesses est morte depuis cette époque.

Kamehameha III est dans la force de l'âge; il a trente ans environ. Son
regard est vif, son sourire agréable, son visage expressif; il est d'une
stature moyenne et d'une intelligence développée, d'un caractère franc
et ouvert, d'un esprit porté à la gaîté. On nous affirme qu'au fond du
coeur, il a beaucoup de penchant pour les Français.

M. Timoteo Haalilio, le premier des envoyés chargés de solliciter auprès
du roi des Français la reconnaissance de l'indépendance des îles Hawaii,
est, comme nous l'avons dit, membre de la Chambre des Nobles et
secrétaire privé du roi Kamehameha, dont il est l'ami d'enfance. Sa
taille est élevée, son teint clair, sa chevelure douce et lisse; ses
membres bien faits et développés annoncent une grande vigueur; il a un
sourire gracieux, des yeux vifs et doux, une physionomie expressive
comme celle de son roi; son coeur est excellent, son instruction
étendue, son esprit intelligent; il parle l'anglais facilement et
purement. Il nous a dit qu'il admirait beaucoup Paris et qu'il aimait le
caractère joyeux des Français.

M. William» Richards, citoyen des États-Unis d'Amérique, et le second
des envoyés du roi des îles Hawaii, est âgé de cinquante ans environ.
C'est un ancien missionnaire méthodiste qui a renoncé depuis douze ans à
l'exercice de l'apostolat et qui est devenu l'interprète de Kamehameha
III, sur l'esprit duquel il a beaucoup d'influence. Sa taille est
élevée, ses traits nobles et doux offrent un ensemble gracieux; il a
beaucoup de finesse dans l'esprit et de prudence dans le caractère. Son
nom qui, dans les îles Hawaii, se rattache à des entreprises utiles, à
des institutions philanthropiques ne se trouve mêlé à aucun des actes de
violence ou de fanatisme dont malheureusement ces îles ont été
quelquefois le théâtre.

Depuis leur arrivée à Paris, MM. Haalilio et Richards ont été admis,
comme membres correspondants, dans la _Société orientale_, dont le roi
Kamehameha est membre honoraire. Ils ont trouvé accueil et appui dans
cette Société fondée pour défendre en Orient les intérêts français ainsi
que le catholicisme qui leur est si intimement uni, et que doit
recommander à tous son but national et désintéressé.

L'indépendance des îles Hawaii, déjà reconnue par les États-Unis
d'Amérique et par l'Angleterre, ne tentera pas sans doute à l'être
promptement aussi par la France. Déjà trois traités d'amitié et de paix
perpétuelle entre les Français et les Hawaiiens ont été, en 1837 et
1839, signés par MM. les capitaines Dupetit-Thouars et Laplace
(aujourd'hui contre-amiraux). Un de ces traités déclare libre, dans les
îles Hawaii l'exercice du culte catholique, et supprime ainsi tout
prétexte à de nouvelles persécutions. Les deux autres accordent aux
Français, dans les îles Hawaii et aux Hawaiiens en France, les mêmes
droits que la nation la plus favorisée.--Ce sont là d'heureux
précédents.



La Cour du Grand-Duc.

NOUVELLE.

(Suite et fin.--Voir pag. 213 et 250.)

[Illustration.]

Le lendemain matin, le prince Léopold eut son grand lever, auquel
assistèrent tous les seigneurs de sa nouvelle cour.

Dès qu'il fut habillé, il reçut les dames avec une grâce parfaite.

Dames et seigneurs s'étaient revêtus de leurs plus beaux costumes de
théâtre; le grand-duc se montra très satisfait de leur tenue et de leurs
manières. Après les premiers compliments, on passa à la distribution
générale des titres et des emplois.

Le jeune-premier, Florival, fut nommé aide-de-camp du grand-duc, colonel
de hussards et comte ne Reinsberg.

Le premier, comique, Rigolet,--chambellan et baron de Fierbach.

Similor, le valet de comédie,--grand écuyer et baron de Kockembourg.

Anselme, deuxième rôle et grande utilité,--gentilhomme ordinaire et
chevalier de Grillemsell.

Lebel, chef d'orchestre, passa tout naturellement à l'emploi de maître
de chapelle, et surintendant de la musique et des menus-plaisirs de la
cour, avec le titre de chevalier d'Arpégaz.

Mademoiselle Délia, première chanteuse, fut créée comtesse de Rosenthal,
intéressante orpheline qui devait avoir pour dot la charge héréditaire
de première dame d'honneur de la future grande-duchesse.

Mademoiselle Foligny, dugazon, fut nommée veuve d'un général, et baronne
d'Allenzau. Mademoiselle Alice, ingénue, devint mademoiselle de
Fierbach, fille du chambellan de ce nom, riche héritière.

Enfin, la duègne, madame Pastourelle, fut intitulée Grande maréchale du
palais gouvernante des demoiselles d'honneur, et baronne de Bichelizkops.

Chacun des nouveaux dignitaires reçut un nombre de décorations
proportionné à son rang. Le comte Balthazard de Lipandorf, premier
ministre, eut pour sa part deux plaques et trois grands cordons;
l'aide-de-camp, Florival de Reinsberg, attacha cinq croix sur sa
poitrine de colonel.

Les rôles étant distribués et appris, on fit une répétition qui marcha
parfaitement bien. Le grand-duc daigna s'occuper de la mise en scène, et
donner quelques indications relatives au cérémonial.

Le prince Maximilien de Hanau et son auguste soeur devaient arriver le
soir même, Les moments étaient précieux.

En attendant, et pour exercer sa cour, le grand-duc donna audience à
l'ambassadeur de Biberick.

Le baron Pépinster fut introduit dans la salle du Trône; il avait
demandé la permission de présenter sa femme en même temps que ses
lettres de créances; on lui avait accordé cette faveur.

A l'aspect du diplomate, les nouveaux courtisans, peu familiers encore
avec le décorum, eurent beaucoup de peine à conserver leur gravité. Le
baron était un homme de cinquante ans, démesurément grand, curieusement
maigre, abondamment poudré, portant bravement la culotte et le bas de
soie blanc sur ses jambes de cerf, Une queue longue et mince se
balançait sur son dos flexible. Il avait le visage d'un oiseau de proie,
de petits yeux ronds, un menton fuyant, et un immense nez en bec de
corbin. Il était difficile de le regarder sans rire, surtout lorsqu'on
le voyait pour la première fois. Une profusion de broderies étincelait
sur son habit vert-pomme. Sa poitrine étant trop étroite pour contenir
ses décorations en ligne horizontale, il les avait placées verticalement
sur deux colonnes qui descendaient de son cou jusqu'à sa ceinture. Rien
ne manquait à cette caricature vivante, qui se dandinait agréablement,
le tricorne sous le bras et l'épée au côté.

Mais en revanche, l'épouse de ce singulier personnage, madame la baronne
Pépinster, était une jolie petite femme de vingt-cinq ans, toute ronde,
à la mine éveillée, à la tournure engageante. Elle avait l'oeil vif, le
nez retroussé, le sourire émaillé de perles; les fraîches couleurs de la
rose fleurissaient son teint. Sa toilette seule prêtait au ridicule.
Pour venir à la cour, la petite baronne avait revêtu ses plus riches
atours; elle était pavoisée de rubans, couverte de pierreries et de
plumes; mais elle avait beau faire, son plus haut panache s'élevait à
peine jusqu'à l'épaule de son sublime mari.

L'entrée du baron et de la baronne, se donnant la main, tous deux fiers,
superbes, et marchant à pas comptés, produisit un effet que la
description ne saurait rendre. Un sévère coup d'oeil de Balthazard,
placé à la droite du grand-duc, arrêta le rire qui allait éclater de
toutes parts. Les comédiens se rappelèrent qu'ils étaient gens de cour,
et que leur visage devait rester impassible.

Tout entier à son rôle de premier ministre, qu'il prenait au sérieux,
Balthazard dressa sur-le-champ ses batteries. Sa pénétration naturelle
lui montra le défaut de la cuirasse du diplomate. Il comprit que le
baron, vieux et laid, devait être jaloux de sa femme, jeune et vive.

Il ne se trempait pas. Pépinster était jaloux comme un chat-tigre. Marié
depuis peu de temps, le long et maigre diplomate n'avait pas osé laisser
sa femme seule à Biberick, de peur d'un accident; il ne voulait pas la
perdre de vue, comptant sur sa vigilance plus que sur toute autre chose,
et il l'avait amenée avec lui à Carlestadt, dans cette orgueilleuse
pensée qu'en sa présence le danger disparaîtrait.

Après avoir échangé avec l'ambassadeur quelques paroles de haute
politique, Balthazard alla trouver l'aide-de-camp Florival, l'entraîna
dans une embrasure de croisée, et lui donna de secrètes instructions. Le
brillant jeune-premier passa la main dans ses cheveux, rajusta son
splendide dolman de hussard, et s'approcha de la baronne Pépinster.
L'ambassadrice répondit gracieusement à son salut, et l'accueillit avec
distinction; elle avait déjà remarqué la taille élégante et la figure
avantageuse du beau colonel; elle fut bientôt charmée de son esprit et
de sa galanterie. Florival ne manquait pas d'imagination, et, de plus,
il possédait une foule de mots séduisants et de tirades sentimentales
empruntés à son répertoire. Il parla moitié d'inspiration, moitié de
mémoire, et il fut favorablement écouté.

La conversation s'était engagée en français, et pour cause.

--Tel est l'usage à ma cour, avait dit le grand-duc à l'ambassadeur; la
langue française est seule admise dans en palais; c'est une règle que
j'ai eu quelque peine à introduire, et, pour en venir à bout, il m'a
fallu décréter qu'une forte amende serait payée pour chaque mot allemand
prononcé par une des personnes attachées à mon service. Aussi, ces
messieurs et ces dames observent maintenant, et vous ne les prendrez pas
en faute. Mon premier ministre, le comte Balthazard de Lipandorf, a seul
une dispense qui lui permet de s'oublier quelquefois et de se servir de
sa langue maternelle.

Balthazard, qui avait longtemps exercé ses fonctions de directeur en
Alsace et en Lorraine, parlait allemand comme un brasseur de Francfort.

Cependant le baron Pépinster était plongé dans la plus vive inquiétude.
Tandis que sa femme causait tout bas avec le jeune et bel aide-de-camp,
l'impitoyable premier ministre le tenait par le bras et lui déroulait
tout son système à propos du fameux traité de commerce. Pris à ce piège,
le malheureux diplomate se démenait de la façon la plus grotesque; ses
traits bouleversés exprimaient de douloureuses angoisses; un mouvement
convulsif agitait ses jambes grêles; il faisait de vains efforts pour
abréger son supplice; mais le cruel Balthazard ne lâchait pas sa proie.

Wilfrid, transformé en premier maître d'hôtel, vint annoncer que son
altesse était servie. L'ambassadeur et sa femme avaient été invités à
dîner, ainsi que tous les courtisans. L'aide-de-camp fut placé à côté de
la baronne, et le baron à l'autre bout de la table. Le supplice se
prolongeait. Florival continua le doux entretien qui plaisait fort à
madame Pépinster. Le diplomate ne mangea pas.

Il y avait une autre personne à qui la conduite de Florival donnait de
l'ombrage; c'était mademoiselle Délia, comtesse de Rosenthal. Après le
dîner, Balthazard, à qui rien n'échappait, la prit à part et lui
dit:--Vous voyez bien que c'est un rôle qu'il joue dans la pièce que
nous représentons depuis ce matin. Seriez-vous troublée s'il faisait en
scène une déclaration d'amour à une de vos camarades? Ici, c'est la même
chose; tout cela n'est qu'un jeu de théâtre; le rideau baissé, il vous
reviendra.»

Un courrier annonça que les augustes voyageurs étaient au dernier
relais, à une lieue de Carlestadt. Le grand-duc s'empressa d'aller à
leur rencontre, suivi du comte de Reinsberg et de quelques officiers.

Il étaient nuit lorsque le prince Maximilien de Hanau et sa charmante
soeur arrivèrent au palais; ils ne firent que traverser la grande salle,
où toute la cour était réunie sur leur passage, et ils se retirèrent
dans leurs appartements.

«Allons! dit le grand-duc à son premier ministre, la partie est engagée
maintenant; que le ciel nous soit en aide!

--Ayez confiance! répondit Balthazard. Il m'a suffi d'entrevoir la
figure du prince Maximilien pour juger que les choses se passeront
parfaitement bien, et sans éveiller le moindre soupçon. Nous tenons déjà
le baron Pépinster par la jalousie, et mon petit amoureux lui donnera
trop de tracas pour qu'il ait le loisir de songer aux intérêts de son
maître. Vos affaires sont en bon chemin.»

A leur réveil, le prince et la princesse furent salués par une aubade
que leur donna la musique militaire. Le temps était superbe; le
grand-duc proposa une promenade dans les environs de Carlestadt; il
était bien aise de montrer à ses hôtes ce qu'il avait de mieux dans ses
états: une campagne délicieuse, des sites pittoresques qui faisaient
l'admiration des paysagistes allemands. Cette partie de plaisir étant
acceptée, les dames montèrent en voiture et les hommes à cheval. Le but
de la promenade était le vieux château de Fuderzell, magnifiques ruines
du moyen-âge. Lorsque la brillante caravane fut arrivée à une petite
distance du château, qu'on apercevait au sommet d'une colline boisée,
la princesse Edwige voulut descendre de voiture et faire le reste du
chemin à pied. Tout le monde l'imita. Le grand-duc lui offrit son bras;
le prince donna le sien à mademoiselle la comtesse Délia de Rosenthal,
et, sur un signe de Balthazard, madame la baronne Pastourelle de
Bichelizkops s'empara du baron Pépinster, pendant que la sémillante
baronne acceptait Florival pour cavalier.

Tout était pour le mieux. Les jeunes gens marchaient d'un pas leste et
rapide. L'infortuné baron aurait bien voulu les suivre avec ses longues
jambes et se tenir près de sa légère moitié; mais la duègne, chargée
d'un majestueux embonpoint, mettait un frein pesant à son ardeur et le
forçait à former avec elle l'arrière-garde. Par respect pour la grande
maréchale, le baron n'osait ni se révolter ni se plaindre.

Dans les ruines du vieux château, l'illustre société trouva une table
servie avec abondance et délicatesse. C'était une agréable surprise, et
le grand-duc eut tout l'honneur d'une idée qui lui avait été fournie par
son premier ministre.

La journée se passa tout entière à parcourir la belle forêt de
Ruderzell; la princesse se montra d'une humeur charmante; les seigneurs
furent parfaits, les dames déployèrent la plus grande amabilité, et le
prince Maximilien félicita sincèrement le grand-duc d'avoir une cour
composée de personnes aussi distinguées et aussi accomplies. La baronne
Pépinster, dans un moment d'enthousiasme, déclara que la cour de
Biberick était bien moins agréable que celle de Noeristhein; elle ne
pouvait rien dire de plus contraire à la mission de son mari. En
entendant ces désastreuses paroles, le baron fut sur le point de tomber
en défaillance.

Pleine de goût et d'élégance, la princesse Edwige avait une prédilection
marquée pour les modes parisiennes. Tout ce qui venait de France lui
semblait ravissant; elle parlait admirablement bien français, et elle
approuva fort le grand-duc de ce qu'il avait décrété cette langue
obligatoire à sa cour. Du reste, ce n'était pas là une chose
extraordinaire; on parle français dans toutes les cours du Nord.
Seulement la princesse trouva très originale la défense de prononcer le
moindre mot allemand sous peine d'amende. Elle essaya, par pure
plaisanterie, de mettre en faute un des seigneurs ou une des dames de la
société, mais elle y perdit ses peines.

Au retour de la promenade, les princes et la cour se réunirent dans les
petits appartements du palais. Une piquante conversation fit les
premiers frais de la soirée; puis le surintendant de la musique s'étant
placé au piano, mademoiselle Délia chanta un grand air de l'opéra
nouveau. Ce fut un véritable triomphe. Le prince Maximilien avait été
très attentif pour la comtesse de Rosenthal pendant la promenade; les
grâces et l'esprit de la jeune comédienne avaient ébauché une séduction
que le charme pénétrant d'une belle voix devait achever. Passionné pour
la musique, le prince était dans le ravissement; les accents de Délia
lui allaient à l'âme. Quand elle eut achevé son premier morceau, il lui
en demanda un second, et l'aimable cantatrice chanta un duo
avec;'aide-de-camp ténor Florival de Reinsberg, et puis, sur de
nouvelles instances, un trio d'opéra-comique auquel prit part le grand
écuyer Similor, baron et baryton de Kockembourg.

Nos artistes étaient là sur leur véritable terrain; leur triomphe fut
complet. Malgré sa réserve, le prince Maximilien daigna manifester son
émotion, et la baronne Pépinster, toujours imprudente dans ses propos,
déclara qu'avec une pareille voix de ténor, un aide-de-camp était fait
pour arriver à tout.

Vous jugez quelle figure fit le baron!

Le jour suivant, le grand-duc offrit à ses hôtes le plaisir de la
chasse. Le soir, on dansa, il avait été question d'inviter les familles
les plus considérables de la bourgeoisie pour peupler les salons du
palais, mais le prince et la princesse avaient demandé de rester en
petit comité.

--Nous sommes quatre dames, avait dit la princesse en montrant la
première chanteuse, la dugazon et l'ingénue, c'est autant qu'il en faut
pour former une contredanse.

Les cavaliers ne manquaient pas:--Le grand-duc, le jeune-premier, le
valet, le comique, la grande utilité et l'aide-de-camp du prince
Maximilien, le comte Darius de Mobrieux, qui n'était pas insensible aux
attraits de la Dugazon.

Je regrette de n'avoir pas une cour plus nombreuse, dit le grand-duc;
mais j'ai été obligé de la diminuer de moitié il y a trois jours.

--Pourquoi cela? demanda le prince Maximilien.

--Imaginez-vous, prince, reprit le grand-duc Léopold, qu'une douzaine de
courtisans, comblés de mes bontés, avaient osé tramer un complot contre
moi, au bénéfice d'un mien cousin qui habite Vienne. Dès que j'ai eu
découvert cette trame, j'ai fait jeter mes conspirateurs dans les
cachots de ma bonne citadelle de Ranfrang.

--C'est très bien! de l'énergie, de la vigueur, j'aime cela, moi!... Et
l'on disait pourtant que vous étiez d'un caractère faible! Comme on nous
trompe! comme on nous calomnie!»

Le grand-duc adressa un regard de reconnaissance à Balthazard.

Le premier ministre se trouvait aussi à son aise dans ses nouvelles
fonctions que s'il les avait pratiquées toute sa vie; il commençait même
à soupçonner que le gouvernement d'un grand-duché est beaucoup plus
facile que la direction d'une troupe de comédiens. Toujours actif et
toujours occupé de la fortune de son maître, il manoeuvrait pour amener
la conclusion du mariage qui devait donner au grand-duc bonheur,
richesse et sécurité; mais malgré toute son habileté, malgré les
tourments qu'il avait jetés dans l'âme jalouse du baron Pépinster,
l'ambassadeur employait au succès de sa mission les courts instante de
repos que lui laissait sa femme. L'alliance de Biberick plaisait au
prince Maximilien; il y trouvait de grands avantages: l'extinction d'un
vieux procès entre les deux états, la cession d'un vaste territoire,
enfin le traité de commerce que le perfide baron avait apporté à la cour
de Noeristhein pour le conclure au profit de la principauté de Hanau.
Muni de pleins pouvoirs, le diplomate était prêt à orner le contrat de
toutes ses clauses que le prince Maximilien aurait la fantaisie de lui
dicter.--Il faut dire ici que l'électeur de Biberick était passionnément
épris de la princesse Edwige.

Le baron devait donc triompher par la force des choses et par la volonté
décisive du prince de Hanau, si le premier ministre ne parvenait à
organiser de nouvelles machinations pour détruire le crédit de
l'ambassadeur ou le forcer à la retraite. Déjà Balthazard était à
l'oeuvre et faisait la leçon à Florival, lorsque le prince Maximilien,
le rencontrant dans le jardin du palais, lui demanda un moment
d'entretien particulier.

«Je suis aux ordres de Votre Altesse, répondit respectueusement le
ministre.

--J'irai droit au but. M le comte de Lipandorf, reprit le prince. Je
suis veuf d'une princesse de Hesse-Darmstadt que j'avais épousée pour
satisfaire à des exigences politiques. Trois fils sont nés de cette
union. Aujourd'hui je veux contracter de nouveaux liens; mais cette fois
je n'ai plus besoin de me sacrifier à des raisons d'état; c'est un
mariage d'inclination que je médite.

--Si Votre Altesse me faisait l'honneur de me demander un conseil, je
lui dirais qu'elle est parfaitement dans son droit. Après s'être immolé
au bonheur de son peuple, un prince doit être libre de songer un peu au
sien.

--N'est-ce pas?... Maintenant, M. le comte, je vais vous révéler le
secret de mon choix. J'aime mademoiselle de Rosenthal.

--Mademoiselle Délia?...

--Oui, Monsieur; mademoiselle Délia, comtesse de Rosenthal; et
j'ajouterai que je sais tout.

--Que savez-vous donc. Monseigneur?

--Je sais qui elle est.

--Ah!

--C'était un grand secret!

--Et comment Votre Altesse est-elle parvenue à le découvrir?

--C'est bien simple, le grand-duc me l'a révélé.

--J'aurais dû m'en douter!

--Lui seul, en effet, le pouvait, et je m'applaudis de m'être adressé
directement à lui. D'abord, quand je lui ai demandé tout à l'heure
quelle était la famille de la jeune comtesse, le grand-duc a mal
dissimulé son embarras; alors, la position de mademoiselle de Rosenthal
m'a donné à réfléchir; jeune, belle et isolée dans le monde, sans
parents, sans appui, sans guide, cela m'a paru suspect. J'ai frémi en
songeant à la possibilité d'une intrigue.. mais, pour détruire un
injuste soupçon, le grand-duc m'a tout avoué.

--Et que décide Votre Altesse?.... Après une telle confidence...

--Je ne change rien à mes projets: j'épouse.

--Comment! vous épousez?... Mais non, Votre Altesse plaisante.

--Apprenez, M. de Lipandorf, que je ne plaisante jamais. Que
trouvez-vous de si étrange dans ma détermination? Feu le père du
grand-duc Léopold était galant, romanesque; il a contracté dans sa vie
plusieurs alliances de la main gauche; mademoiselle de Rosenthal est née
d'une de ces unions. Peu m'importe l'illégitimité de sa naissance; elle
est d'un sang noble, d'une race princière, voilà tout ce qu' il me faut.

--Oui, reprit Balthazard qui avait déguisé sa surprise et composé son
visage avec le talent d'un homme d'état et d'un comédien consommé...,
oui, je comprends à présent, et je pense comme vous: Votre Altesse a le
don de ramener tout de suite les gens à son avis.

--Pour comble du bonheur, continua le prince, la mère est restée
inconnue: elle n'existe plus aujourd'hui, et, de ce côté, il n'y a pas
de trace de famille.

--Comme le dit Votre Altesse, c'est fort heureux. Et sans doute le
grand-duc est informé de vos augustes intentions au sujet de ce mariage?

--Non; je ne lui en ai encore rien dit, non plus qu'à mademoiselle de
Rosenthal. C'est vous, mon cher comte, que je charge de faire ma
demande, qui, je l'espère, ne saurait rencontrer le moindre obstacle. Je
vous donne le reste de la journée pour tout arranger. J'écrirai à
mademoiselle de Rosenthal; je veux tenir d'elle-même l'assurance de mon
bonheur, et je la prierai de venir m'apporter sa réponse ce soir, dans
le pavillon du parc. Vous voyez que je me conduis en véritable amant; un
rendez-vous, un entretien mystérieux.....

Mais, allez, M. de Lipandorf, ne perdez pas de temps; je veux qu'un
double lien m'unisse à votre maître. Nous signerons en même temps mon
contrat et le sien. À cette seule condition, je lui accorde la main de
ma soeur; sinon je traiterai ce soir même avec l'envoyé de Biberick.

Un quart-d'heure après cette ouverture du prince Maximilien, Balthazard
et mademoiselle Délia étaient en conférence avec le grand-duc.

Que faire? quel parti prendre? Le prince de Hanau était entêté,
opiniâtre. Il ne manquerait pas de bonnes raisons pour renverser les
objections et aplanir les difficultés.

Lui avouer qu'on l'avait trompé, c'était rompre pour jamais avec lui.

Mais, d'un autre coté, le laisser dans son erreur, lui faire épouser une
comédienne!... c'était grave!--Et si un jour il découvrait la vérité, il
y avait de quoi soulever toute la confédération germanique contre le
grand-duc de Noeristhein.

«Quel est l'avis de mon premier ministre? demanda le grand-duc.

--La retraite, la fuite. Que Délia parte à l'instant; nous trouverons
une explication à ce brusque départ.

--Oui, et ce soir même, comme il l'a dit, le prince Maximilien signera
le contrat de mariage de sa soeur avec l'électeur de Biberick... Mon
opinion, à moi, est que nous nous sommes trop avancés pour reculer. Si
le prince découvre un jour la vérité, il sera le premier intéressé à la
cacher. D'ailleurs, mademoiselle Délia est orpheline, elle n'a ni
parents ni famille, je l'adopte, je la reconnais pour ma soeur.

--Ah! Monseigneur, que de bonté! s'écria la jeune cantatrice.

--Vous êtes de mon avis, n'est-ce pas, mademoiselle? continua le
grand-duc; vous êtes décidée à saisir la fortune qui se présente et à
braver les conséquences d'une telle audace?

--Oui, Monseigneur.

Les femmes comprendront aisément la résolution de mademoiselle Délia.
Une tête peut bien tourner devant une couronne. Le coeur se tait
quelquefois en présence de ces coups du sort inattendus, splendides,
enivrants. D'ailleurs, Florival, de son côté, n'était-il pas infidèle?
Qui sait où pouvaient le mener les tendres scènes qu'il jouait avec la
baronne Pépinster? Le prince Maximilien n'était ni jeune, ni beau, mais
il offrait un trône. Sans parler des comédiennes, combien
trouveriez-vous de grandes dames qui, en pareille circonstance, seraient
rebelles à l'entraînement de l'ambition, et refendraient par un refus?

Balthazard s'arma vainement de toute son éloquence. Soutenue par le
grand-duc, Délia accepta le rendez-vous du prince Maximilien.

--J'accepterai, dit-elle résolument; je serai princesse souveraine de
Hanau. C'est un beau rêve!

--Et moi, reprit le grand-duc, j'épouserai la princesse Edwige; et ce
soir même, le pauvre Pépinster, honteux et confus, repartira pour
Biberick.

--Il serait bien parti sans cela, dit Balthazard... Oui, parti ce soir
même, honteux, confus, désespéré; Florival enlevait sa femme.

--C'était pousser les choses un peu loin, remarqua Délia.

--Mais nous n'avons pas besoin de ce scandale, ajouta le grand-duc.

En attendant l'heure du rendez-vous, Délia, émue, rêveuse, se promenait
dans les allées du parc, lorsqu'elle aperçut Florival, non moins ému,
non moins rêveur, en dépit de ses idées de grandeur, elle sentit son
coeur se serrer, et ce fut avec un sourire forcé qu'elle adressa au
jeune homme ces paroles pleines de reproche et d'ironie:

--Bon voyage, monsieur l'aide-de-camp!

--Je vous ferai le même compliment, répondit Florival; car bientôt, sans
doute, vous partirez pour la principauté de Hanau!

--Mais, oui, et comme vous le dites, ce sera bientôt.

--Vous en convenez?

--Où est le mal; L'épouse doit suivre son époux; une princesse doit
régner dans ses États.

--Princesse!... comment l'entendez-vous?... Épouse!... Vous
laisseriez-vous abuser par d'extravagantes promesses?....

Le doute injurieux de Florival s'effaça devant la formelle explication
que Délia se plut à lui donner. Il y eut alors une scène touchante, où
le jeune homme, un instant égaré, sentit renaître tout son amour, et
trouva, pour exprimer ses regrets et sa passion, des paroles qui
allèrent à l'âme de Délia. Les jeunes coeurs ont de ses retours soudains
et puissants qui dissipent les vaines fumées de l'ambition, et qui se
jouent des plus grands sacrifices.

«Vous allez voir si je vous aime, dit Florival à Délia. J'aperçois le
baron Pépinster; je vais l'amener dans ce pavillon; il y a un cabinet où
vous vous cacherez pour m'entendre, et puis vous déciderez, de mon
sort.»

Délia entra dans le pavillon et se cacha dans le cabinet. Voici ce
qu'elle entendit:

«Que me voulez-vous? monsieur le colonel, demanda le baron.

--Je veux vous parler d'une affaire qui vous intéresse, monsieur
l'ambassadeur.

--Je vous écoute; mais soyez bref, je vous prie; on m'attend ailleurs.

--Moi aussi.

--Il faut que j'aille rendre au premier ministre ce projet de traité de
commerce qu'il m'a remis et que je ne puis accepter.

--Et moi, il faut que j'aille au rendez-vous que me donne cette lettre.

--L'écriture de la baronne!

--Oui, baron. C'est votre femme qui a bien voulu m'écrire. Nous partons
ensemble ce soir; la baronne doit m'attendre en chaise de poste à
l'endroit indiqué dans cet écrit, tracé par sa blanche main.

--Et vous osez me révéler cet abominable projet de rapt?

--C'est moins généreux à moi que vous ne le pensez. Nos mesures sont
prises, et j'enlève la baronne en tout bien tout honneur. Vous n'ignorez
pas qu'il y a dans votre acte de mariage un vice de forme entraînant la
nullité. Nous ferons casser le contrat; nous obtiendrons le divorce, et
j'épouserai la baronne... Par exemple, vous aurez la bonté de me
restituer sa dot, un million de florins, qui compose, je crois, toute
votre fortune.

Le baron, anéanti, tomba sur un fauteuil. Il n'avait pas la force de
répondre.

«Après cela, baron, continua Florival, il y aurait peut-être moyen de
s'arranger. Je ne tiens pas absolument à épouser votre femme en secondes
noces.

--Ah! monsieur, reprit l'ambassadeur, vous me rendez la vie!

--Oui, mais je ne vous rendrai pas la baronne sans conditions.

--Parlez, que vous faut-il?

--D abord ce traité de commerce, que vous signerez tel que le comte de
Lipandorf l'a rédigé.

--J'y consens.

--Ce n'est pas tout: vous irez au rendez-vous à ma place, vous monterez
dans la chaise de poste et vous partirez avec votre femme; mais d'abord,
pour ne pas manquer aux convenances diplomatiques, vous écrirez la, sur
cette table, une lettre au prince Maximilien; vous lui direz que, ne
pouvant accepter les conditions qu'il vous propose, vous renoncez, au
nom de votre maître, à son auguste alliance.

--Mais, Monsieur songez que mes instructions...

--Soit, remplissez-les exactement; soyez bon ambassadeur et mari
malheureux, ruiné, mari sans femme et sans dot... Vous ne retrouverez
jamais le double trésor que vous perdez la, baron! Une jolie femme et un
million de florins, on n'a pas deux fois en sa vie pareille chance.
Faut-il vous faire mes adieux? Songez que la baronne attend!

--J'y vais... Donnez ce papier, cette plume, et veuillez dicter, car je
suis si troublé!...

La lettre écrite et le traité signé, Florival indiqua au baron le lieu
du rendez-vous.

«J'exige de vous une promesse, ajouta le jeune homme: c'est que vous
vous conduirez en gentilhomme avec votre femme et que vous lui
épargnerez de trop vifs reproches. Songez au vice de forme! Elle peut
faire casser l'acte au profit d'un autre que moi. Les amateurs ne
manquent pas.

--Qu'ai-je besoin de vous promettre? répondit le baron... Ne savez-vous
pas que ma femme fait de moi tout ce qu'elle veut! Ce sera sans doute
encore moi qui aurai besoin de me justifier et de lui demander pardon.»

Pépinster sortit. Délia se montra et tendit la main à Florival.

--Je suis contente de vous, dit-elle.

--La baronne n'en dira pas autant...

--Mais elle méritait bien cette leçon. A votre tour d'entrer dans ce
cabinet et de m'écouter: le prince va venir.

--Je l'entends, et je me sauve.

--Charmante comtesse, dit le prince en entrant, je viens chercher mon
arrêt.

--Que voulez-vous dire. Monseigneur? reprit Délia en affectant de ne pas
comprendre ces paroles.

--Vous me le demandez? Le grand-duc ne vous a-t-il donc fait aucune
communication de ma part.

--Non, Monseigneur.

--Ni le premier ministre?

--Non, Monseigneur.

--Est-il possible!

--Quand j'ai reçu votre lettre, j'allais moi-même vous demander un
entretien secret... oui, une grâce que je voulais solliciter de vous.

--Serais-je assez heureux!... Ah! disposez de moi! toute ma puissance
est à vos pieds.

--Je vous remercie, Monseigneur. Vous m'avez déjà témoigné tant de
bonté, que je me suis sentie encouragée à vous prier de faire au
grand-duc... à mon frère... une révélation que je n'ose lui faire
moi-même... Il s'agit de lui apprendre qu'un mariage secret m'unit
depuis trois mois au comte de Reinsberg.

--Grand Dieu! s'écria Maximilien en tombant sur le fauteuil où venait de
siéger le baron Pépinster.

Dès qu'il eut retrouvé ses esprits et ses force», le prince se leva et
répondit d'une voix faible:

«C'est bien, Madame, c'est bien!...»

Puis il quitta le pavillon.

Après avoir lu la lettre du baron Pépinster, le prince fit de sages
réflexions. Ce n'était pas la faute du grand-duc si la comtesse de
Rosenthal ne montait pas sur le trône de Hanau.--Il y avait empêchement
de force majeure, obstacle invincible.--Le départ précipité de
l'ambassadeur de Biderick était une insolence dont il fallait se venger
promptement.--Du reste, le grand-duc Léopold était un homme rempli de
bonne volonté, habile, énergique, parfaitement conseillé.--La princesse
Edwige le trouvant de son goût et n'imaginant pas de séjour plus
agréable que cette cour si bien composée d'aimable» seigneurs et de
femmes charmantes.--Toutes ces raisons déterminèrent le prince, et le
lendemain fut signé le contrat de mariage du grand-duc de Noeristhein
avec la princesse Edwige de Hanau.

La célébration du mariage eut lieu trois jours après.

La comédie était jouée. Les acteurs avaient rempli leurs rôles avec
intelligence, avec esprit, avec un noble désintéressement. Ils prirent
congé du grand-duc, lui laissant une grande alliance, une femme belle et
riche, un beau-frère puisant, et un traité de commerce qui devait
remplir les coffres de l'État.

Leur départ fut expliqué à la grande-duchesse par des missions, des
ambassades et des disgrâces. Ensuite les portes de la citadelle de
Ranfrang s'ouvrirent, et les anciens courtisans, amnistiés à l'occasion
du mariage, vinrent reprendre leurs emplois.

La nouvelle fortune du grand-duc était une garantie de leur dévouement.

Eugène Guinot.



Théâtres

LE CIRQUE DES CHAMPS-ELYSÉES.--_L'Assassin de Boyvin, Lucrèce à
Poitiers_ (GYMNASE).--_Le Métier et la Quenouille_ (VARIÉTÉ). _La Perle
de Morlaix, les deux Malipieri_ (THÉÂTRE DE LA GAIETÉ).

Il faut avouer que le Cirque-Olympique est le plus heureux des théâtres;
rien ne lui manque: il a maison de ville et maison de campagne.
Qu'appelez-vous maisons? vous insultez monseigneur; un palais et un
château, s'il vous plaît.

Tandis que les autres théâtres, en petit bourgeois qu'ils sont, passent
dans leur prison enfumée la saison des lilas, des primevères et des
roses, son altesse le Cirque-Olympique déserte son hôtel du boulevard du
Temple, au premier sourire du printemps, et s'en va, comme un prince
héréditaire prendre possession de sa résidence d'été. Les Champs-Elysées
reçoivent Sa Grandeur. Là, le Cirque Olympique galope à la belle étoile
et donne ses fêtes équestres à l'ombre des ormeaux et des chênes.

On peut envier cette fortune et ce luxe printanier, mais qui oserait
dire qu'ils ne sont pas mérités? Quel autre théâtre, autant que
celui-ci, a besoin de se rafraîchir d'un peu de verdure et de feuillage?
L'air, le ciel pur et les champs n'appartiennent-ils pas de droit aux
vieux braves, aux vétérans couverts de cicatrices et tout blancs de la
poussière des batailles? Après sa rude campagne d'hiver, après six
grands mois de canonnade et de feux de file, criblé de balles, noirci de
poudre, succombant sous le poids des lauriers, conquérant de l'Europe
entière, le Cirque-Olympique peut bien se permettre de se donner du bon
temps sous la treille et de désarmer. Il convient qu'il remette son
sabre au fourreau pour reprendre haleine, qu'il ferme la porte de son
arsenal et de son parc d'artillerie, et se roule nonchalamment dans les
plis des drapeaux pris sur l'ennemi.

Mais ne croyez pas que le Cirque-Olympique s'endorme dans son château,
comme un mol Indien dans son hamac, au souffle des brises: non; les
loisirs du Cirque sont actifs et occupés; son repos est encore un
combat; il ne croise plus baïonnette, cela est vrai; il ne s'élance plus
au pas de charge, il n'escalade plus les redoutes, il n'emporte plus les
villes d'assaut, il n'envahit plus les territoires, il ne pourfend plus
l'armée prussienne, il n'aiguise plus son sabre victorieux sur le dos
des Anglais, des Espagnols, des Mamelucks et des Cosaques; mais, en vrai
paladin retiré dans son donjon, il se console de la paix par l'image de
la guerre, et donne des carrousels animés où sonne l'éclatante fanfare,
où les chevaux piaffent et hennissent, où les escadrons s'élancent et
volent à des luttes innocentes, où les étendards et les écharpes se
déploient livrant au vent leurs couleurs diaprées.

A peine mai a-t-il revêtu sa robe de printemps, que le Cirque-Olympique
a congédié sa vaillante armée; ses maréchaux rentrent au magasin, ses
capitaines et ses lieutenants prennent un congé de semestre, ses soldats
bivouaquent à la grâce de Dieu; Murat a fait charger sa cavalerie pour la
dernière fois, Eugène a donné le dernier baiser filial à l'impératrice
Joséphine, et le dernier feu de Bengale a illuminé l'apothéose du grand
Napoléon.

[Illustration: Vue extérieure du Cirque National des Champs-Elysées.]

Au lieu de Napoléon et de Murât, voici les écuyers; au lieu des mâles
cuirassiers, des terribles dragons des invincibles fantassins, voici les
escadrons féminins, l'armée imberbe et vêtue à la légère, qui livre sur
le dos des chevaux, des batailles d'équilibre et d'adresse, franchit
l'espace d'un bond hardi et passe à travers les cerceaux.--Cette armée
aérienne reconnaît mademoiselle Caroline pour général.--Au règne de la
baïonnette et du tambour succède le règne du cheval; où ses
héritiers emportent au trot et au galop les admirations que l'infanterie
avait gagnées au pas de charge pendant la campagne d'hiver, Et ce petit
chat, cette carpe, cette anguille, cette balle élastique, qui saute, se
roule, miaule, frétille, grimpe, tombe et rebondit, c'est Auriol? Auriol
est la merveille du Cirque-Olympique et son enfant chéri. Non-seulement
il plaît par sa vivacité charmante, par sa légèreté d'écureuil, par la
souplesse de ses cabrioles et l'aisance de ses lazzis, mais il étonne
par l'aplomb gracieux de ses jeux de prodigieux équilibre. Qui ne
connaît pas le tour des bouteilles et le saut des chaises, ne connaît
rien. Il faut voir avec quelle agilité, quelle sûreté, quelle adresse
véritablement diabolique, Auriol sort victorieux de ces surprenantes
entreprises. Comme il trouve un appui sur ce verre chancelant et
fragile! comme il monte d'échelons en échelons sur ces chaises en
pyramides, aussi léger qu'un oiseau grimpeur qui va de branche en
branche! Auriol est mince et petit, à peu près de la taille du gentil
diable Asmodée; il a quelque chose de sa malice et de son rire aigre et
moqueur. Je pense qu'Asmodée eût été Auriol s'il ne s'était pas cassé la
jambe, ce qui l'a forcé, au lieu de cabrioler, à prendre béquille.

[Illustration: Auriol.--L'équilibre des bouteilles.]

Les clowns sont les alliés d'Auriol, mais ne lui ressemblent pas. Les
clowns font tout avec poids et gravité, ils sont sérieux même dans leurs
tours les plus lestes. Le clown représente la matière pure et simple; il
étale sa force musculaire dans toute sa réalité; Auriol, au contraire,
la cache sous mille ruses et mille grâces charmantes. On peut comparer
Auriol à la cavalerie légère, et le clown à la grosse cavalerie.

[Illustration: Auriol.--L'équilibre des chaises.]

Le clown se compose exclusivement d'un bras, d'un poignet, d'une
poitrine, de deux épaules et d'une tête de fer. Voyez-le, le clown porte
sur sa tête un clown, son compère, crâne contre crâne, main contre main,
sans que cet énorme poids de chair et d'os meurtrisse ce front de granit
et fasse sourciller mon Hercule.--Mais, ô prodige! ce granit et ce fer
deviennent ductiles et s'assouplissent tout à coup. Le clown se traîne
et se roule à terre, et son corps n'offre plus qu'un incroyable mélange
de membres mis hors de leur place et confondus. Le pied est la main, la
jambe est le bras, la poitrine est le dos, la tête est... ce que vous
voudrez. C'est un cours complet d'anatomie intervertie.

Ainsi le Cirque-Olympique attire la foule dans sa vaste et magnifique
demeure des Champs-Elysées» par ces merveilles d'équitation et ces tours
de sorcier.

[Illustration: Les Clowns anglais du Cirque.]

Jouis des mois de printemps et d'été, vaillant Cirque, et panse tes
blessures! Que les ombres des glorieux morts tombés dans tes batailles
d'hiver t'accompagnent aux Champs-Elysées! Saute par-dessus les
banderoles et les écharpes; fais caracoler ton coursier à loisir, comme
un conquérant en semestre; lance tes quadriges à travers l'arène, comme
un cocher de César; piaffe, piétine, dans l'amble et tourne bride;
dévoile le jarret de tes écuyères et trahis le mystère de leurs mollets;
disloque-toi avec tes clowns; sois charmant avec ton Auriol; mais je le
connais trop bien, ô mon brave! pour craindre que tu te laisses endormir
à ces délices de Capoue. Dès que novembre reviendra, dès que tu verras
poindre à l'horizon le traître léopard ou l'aigle à double tête; tu
sonneras le boute-selle, en criant: A moi, Auvergne! voici l'ennemi; et
tu laisseras là les batailles pour rire, et tu remettras le feu à tes
canons, et tu te jetteras tête baissée dans les tourbillons de flamme et
de fumée, et tu tailleras des croupières à l'ennemi, et tu reprendras
l'édition inépuisable des bulletins de ta grande-armée, et tu
recommenceras le grand tintamarre de tes innombrables victoires!

                          Paulo minora canamus!

Chantons des exploits et des héros moins grands! Le Gymnase nous convie,
et le Gymnase n'a pas à beaucoup près les goûts belliqueux et splendides
du Cirque-Olympique. Il chante dans sa petite salle ses petits couplets
à la lueur de son petit lustre, et y débite sa petite prose du bout des
lèvres, Mais quel aiguillon l'a piqué tout à coup? le voici d'une humeur
massacrante; il s'attaque à la fois à deux ennemis dangereux et pleins
de rancune; aux poètes romantiques et aux mauvais avocats. Commençons
par les poètes.

Le directeur du théâtre de Poitiers est dans la plus grande tristesse;
le drame romantique l'a ruiné; depuis longtemps sa salle reste déserte.
En vain, pour la repeupler, il a fait un appel extraordinaire aux nains,
aux géants, aux éléphants distingués, aux chiens savants, aux hercules
du Nord, à l'ours de la Mer Glaciale lui-même: le public n'en veut pas;
il a bien assez de la _Tour de Nesle_ et de _Lucrèce Borgia_.--Que faire
donc? Faut-il se noyer ou se pendre? Le directeur aime mieux encore
attendre, afin de mourir de douleur.

Cependant trois drames frappent à sa porte, et se proposent pour relever
sa fortune et assurer son salut. Voyons, dit notre homme. Le premier
psalmodie des vers baroques et rocailleux; c'est Guanhumara, la femme
_Burgrave_; le second chante une musique monotone et sépulcrale: c'est
l'opéra de _Charles VI_; le troisième débite des hémistiches froids et
musqués: c'est Holopherne accompagné de _Judith_. O ciel! dit le pauvre
directeur, qui me délivrera de ces tristes chansons et de ces tristes
vers? Moi, dit une voix calme et ferme, et aussitôt une femme simplement
vêtue de la robe antique se présente d'un air chaste et recueilli: c'est
Lucrèce, la _Lucrèce_ de M. Ponsard. Elle récite ses rimes pudiques
ravit d'extase toute l'assemblée. Le directeur consolé se hâte
d'accueillir Lucrèce. Lucrèce est le messie qu'il attendait.--M.
Ponsard, qui assistait à la représentation, a trop de sens et de goût
pour accepter sans examen cette ovation exagérée; il faut aux hommes
comme lui, d'un esprit juste et délicat, un encens plus finement
préparé.--Maintenant, au tour des avocats! Il s'agit d'un assassin sur
lequel un avocat de Moulins se rue avec fureur; cet avocat demande un
client et une cause à toute force; il tient son assassin et ne le
lâchera pas! Quelle plaidoirie il lui ménage! que de beaux mouvements
d'éloquence! quel exorde sublime et quelle étonnante péroraison! Déjà
l'avocat nous donne un échantillon de son savoir-faire; il tonne, il
éclate, il débite avec emphase tous les lieux communs en usage chez les
Démosthènes de sa trempe; mais, hélas! l'assassin n'était pas un
assassin; c'est tout simplement un amoureux qui causait dans un bois
avec sa belle; un coup de feu, venu je ne sais d'où, a mis le couple en
fuite: Boyvin, honnête citoyen de Moulins qui flânait par là, reçut
quelques grains de plomb, et s'écria; «Au meurtre.» Le gendarme mit
naturellement la main sur le galant qui fuyait, le soupçonnant du crime.
Point du tout: un chasseur visait un lapin, et Boyvin s'est trouvé là
pour recevoir les éclaboussures; tel est le mystère. L'avocat a beau
faire et plaider contre l'assassin prétendu, que tout à l'heure il
voulait défendre, l'affaire ne va pas plus loin et se dénoue par un
mariage. Voilà mon avocat sans cause; il est assez plaisant et m'a fait
assez rire pour que je lui envoie le premier plaideur que je
rencontrerai.

M. Alfred de Musset a publié une délicieuse petite comédie intitulée:
_la Quenouille de Barberine_. Barberine est chaste femme qu'un vaurien
attaque pendant l'absence de son mari; le drôle s'est vanté de la
séduire en quelques heures; non-seulement la vertu de Barberine se
défend honnêtement, mais elle remporte une victoire charmante au dépens
de l'ennemi: enfermé, par l'adresse de Barberine, dans un tour, à
triples verrous, le séducteur est obligé de filer une quenouille de lin,
comme une femme, pour obtenir sa liberté.

[Illustration: Cirque National des Champs-Elysées.]

M. Alfred de Musset a évidemment emprunté le sujet de cette aimable
esquisse au joli conte de Senecé: _Filez Sur l'amour_; MM. Bayard et
Dumanoir sont venus ensuite. Le vaudeville de la _quenouille et le
Métier_ répète Senecé et M. Alfred de Musset, mais avec beaucoup moins
d'esprit, de goût et de délicatesse. La quenouille a dégénéré en passant
ainsi de main en main.

Si vous visitez, le théâtre de la Gaîté, vous aurez affaire à deux
mélodrames qui n'ont pas grande saveur.

Geneviève est si jolie qu'on l'appelle _la perle de Morlaix_. Mais
Geneviève n'a que sa beauté; fille d'un simple matelot, elle n'a ni le
bon langage ni les manières du monde; un jeune gentilhomme qui
commençait à l'aimer, s'aperçoit de cette ignorance, en rougit, et
délaisse la perle de Morlaix. Geneviève, cependant, a pris cette
aventure au sérieux; l'amour lui donne de l'esprit, et peu à peu
l'ignorante paysanne acquiert l'éducation et les talents qui lui
manquaient, et ramène à elle, plus épris que jamais, l'infidèle
gentilhomme qui l'épouse: le sujet a un certain charme, mais l'auteur a
mal taillé sa perle.

Un Malipieri commet un crime: un autre Malipieri en est accusé. La mère
des deux Malipieri connaît le criminel; mais pour sauver l'un, il faut
perdre l'autre. Cruelle situation! Malheureusement la maladresse du
drame a convaincu le public que ni l'un ni l'autre des deux Malipieri ne
méritait d'être sauvé, le premier étant aussi coupable que le second, du
crime d'ennui au premier chef.



Promenade sur les Fortifications de Paris.

Fortifier Paris, entourer de murs une ville contenant près d'un million
d'habitants est, quelque opinion politique que l'on ait à ce sujet, une
des entreprises les plus considérable de la puissance humaine, un des
faits les plus importants de l'histoire contemporaine.

Aujourd'hui, cet immense travail est terminé en grande partie; les murs
de l'enceinte sont achevés, les terrassements fort avancés; nos lecteurs
voudront-ils nous suivre dans une excursion sur ces nouveaux remparts,
en nous pardonnant l'aridité de quelques définitions techniques
absolument nécessaires à l'intelligence du sujet, et qu'il n'est plus
permis désormais à un bourgeois de Paris d'ignorer.

I

L'ENCEINTE.

L'enceinte de Paris est composée d'une rue militaire, d'un rempart, d'un
fossé et d'un glacis.

Supposons une section faite perpendiculairement à la face de la
muraille, nous aurons la figure ci-dessous.

La ligne A B est supposée l'élévation du terrain naturel, _aa_ est la
rue militaire qui règne tout autour de l'enceinte; cette rue a 5 mètres
de chaussée et 2 mètres d'accotement, elle est macadamisée et pavée en
certains endroits; des plantations d'arbres en feront un boulevard
unique pour son étendue. L'ensemble des terrassements _abcdefghik_ est
ce qu'on appelle le rempart; on y distingue: _bc_ le terre-plein; il se
lie avec le terrain naturel par un talus que l'on nomme le talus
intérieur, _de_ et _fg_ sont des gradins ou banquettes sur lesquelles se
tiennent les soldats qui font la fusillade.

        [Illustration:

        _a1 a2_ rue militaire.           _k l_ Escarpe.
        _a b_ Talus intérieur.           _m n_ cunette
        _b c_ Terre-plein.               _o p_ Contrescarpe.
        _a b c f g_ Banquette,           _p q_ Glacis.
        _h i_ Plongée.
        _j k_ Talus extérieur.]

Lorsqu'on se sert d'artillerie, on met de niveau les deux banquettes,
soit que l'on veuille tirer à embrasure, c'est-à-dire à travers le
parapet entaillé, ou bien à barbette par-dessus la plongée.

[Illustration: Pièce tirant à embrasure. Pièce tirant à barbette.]

Nous venons de parler de plongée, de parapets que nous ne connaissons
pas encore. Le parapet est cette masse de terre _g h i k_ qui met à
couvert le défenseur de la place; elle doit résister au canon; on lui
donne pour cela 6 mètres d'épaisseur, Quant à la plongée, c'est
l'inclinaison _h i_, elle est au 6°, c'est-à-dire que le point _i_ se
trouve de 1 mètre moins élevé que le point _h_. Cette inclinaison laisse
un champ suffisant à l'arme du soldat. _i k_ est le talus extérieur; le
petit espace _k l_, la berme. Toutes ces terres sont soutenues par un
revêtement en maçonnerie qui règne dans tout le développement de
l'enceinte; sa hauteur est de 10 mètres, son épaisseur moyenne de 3
mètres 50 centimètres. De 5 en 5 mètres il est renforcé par des massifs
de maçonnerie qui entrent de 2 mètres dans les terres du parapet, et que
l'on nomme contre-forts. Intérieurement, ce mur s'élève
perpendiculairement à l'extérieur, il a une légère inclinaison qui lui
donne plus de solidité; construit en moellons ordinaires et mortier
hydraulique, il est revêtu d'un parement en meulière de 1 mètre
d'épaisseur, et couronné d'une tablette en pierre de taille faisant
saillie; les chaînes d'angles saillants sont aussi en pierre de taille;
sur la face intérieure! un enduit le défend de l'humidité, et une chape
en mastic bitumeux le préserve des filtrations de la pluie.

[Illustration.]

La ligne formée par la tablette, s'appelle la magistrale; la face
extérieure du revêtement, l'escarpe.

Le fossé a 15 mètres de largeur; au milieu se trouve un autre petit
fossé de 1 mètre 50 centimètres de largeur et de profondeur, qui sert à
l'écoulement des eaux; c'est la cunette.

Par opposition à l'escarpe, l'autre paroi du fossé se nomme la
contrescarpe; on a jugé inutile de la revêtir en maçonnerie, on a donc
formé un talus à 45°.

En avant du fossé, le terrain est disposé de manière à couvrir les
maçonneries de l'escarpe, à laquelle on pourrait, sans cette précaution,
faire brèche de loin; et de telle sorte qu'un homme ne puisse s'y
présenter sans être parfaitement vu des soldats placés derrière le
parapet. Ce terrassement extérieur forme le glacis de la place.

[Illustration.]

Mais pourquoi ce rempart, au lieu de suivre une ligne continue, se
trouve-t-il ainsi brisé systématiquement? Cette brisure est commandée
par la nécessité de pouvoir du haut des murs en surveiller le pied dans
toute son étendue. On conçoit, en effet, que du haut d'une muraille qui
n'aurait ni rentrants ni saillants, le défenseur ne pourrait atteindre
l'assiégeant qui aurait dépassé le point extrême de la plongée de ses
projectiles, en sorte que celui-ci se trouvant à l'abri précisément
contre le rempart même, pourrait facilement l'attaquer par la mine ou
par tout autre moyen, et même planter des échelles, et monter à couvert
jusqu'auprès de son ennemi avec tout l'avantage de l'impétuosité de
t'attaque. Ces abris où les feux de la défense ne peuvent atteindre
l'attaque, s'appellent des _angles morts_. Mais quand, par une habile
disposition, une portion de fortification est vue par une autre de
manière à ce qu'on ne puisse en approcher impunément, on dit que la
seconde est _flanquée_ par la première. C'est à éviter les angles morts
et à se procurer de bons flanquements que consiste en partie la science
de l'ingénieur.

[Illustration.]

Si donc le polygone A B C D était à fortifier, au lieu d'élever un
rempart sur les lignes primitives AB, BC, CD, on lui ferait suivre le
contour _Aa, ab, bc, cd, dB_, etc. L'ensemble des lignes _Aa, ab, ac,
cd, dB_ est ce qu'on appelle un front de fortification. Elles doivent
remplir les confions suivantes:

_A b_ doit parfaitement flanquer les lignes _Bd, dc_ et une partie de
_bc_; et réciproquement, _dc_ doit flanquer _Aa, ab_ et la partie de
_bc_ qui ne l'est pas par _ab_. De cette manière, le front entier
n'offrira aucun angle mort à l'assaillant.

Une enceinte se composera d'une suite de fronts, et présentera ainsi une
série de parties saillantes _b'a'Aab, cdBef_ et reliées entre elles par
les lignes _bc, fh_. Ces parties saillantes s'appellent des bastions;
ces lignes, des courtines.

Le bastion est la partie la moins couverte de la fortification; c'est
sur lui que se dirigeront les efforts de l'attaque. La courtine sera, au
contraire, la partie la plus abritée; c'est sur elle que passeront les
routes, que s'ouvriront les portes de la ville.

[Illustration.]

C'est sur les flancs que repose la sûreté de l'enceinte; les faces
donnent des feux dans la campagne; pour éteindre ces feux, l'ennemi est
obligé d'établir des batteries dans le prolongement même des flancs,
afin de faire ricocher ses projectiles sur les pièces placées le long de
ces faces. L'on voit de suite que plus l'angle du bastion sera obtus,
plus il sera difficile d'en ricocher les faces; car il faudra d'autant
plus reculer les batteries à ricochet pour les mettre hors de la portée
des feux des bastions voisins. Aussi est-ce un axiome en fortification,
qu'une suite de fronts en ligne droite est inattaquable. Nous nous
sommes étendus sur ce principe, parce que c'est justement lui qui fait
la force de l'enceinte de Paris, dont presque tous les fronts se
développent suivant une ligne droite.

Les dimensions d'un front ne sont pas arbitraires. Pour que le point _c_
flanque le saillant A du bastion, il ne faut pas que cette distance
dépasse la portée des armes à feu. Si l'on prenait pour base la portée
du canon, à la fin du siège, quand l'ennemi qui a fait brèche à côté du
point A donne l'assaut, l'assiégé, dont toute l'artillerie a été
démontée, n'aurait pour se défendre qu'un feu de mousqueterie
impuissant. Si, au contraire, on se basait sur le fusil de munition,
dont le tir à six cents mètres n'a plus de certitude, on aurait des
courtines trop courtes, des bastions trop rapprochés, et la dépense
s'augmenterait considérablement sans avantage. La base adoptée est la
portée du fusil de rempart, gros fusil qui se tire avec un appui. Le
support est un piquet que l'on fiche dans la plongée du parapet; dans sa
tête est creusé un trou cylindrique pour recevoir le pivot du fusil. Ce
fusil se charge par la culasse; son tir est exact de deux cents à six
cents mètres; la balle peut ricocher jusqu'au double de cette dernière
distance. On a donc donné à C A la longueur de deux cent cinquante
mètres; _c_ A s'appelle la ligne de défense. On comprend comment on peut
déduire de la longueur de la ligne de défense et de la hauteur du
parapet la grandeur des autres parties du front.

Nous pouvons maintenant faire le tour de l'enceinte sans rien rencontrer
dont nous ne sachions le nom, la cause, l'effet.

Quels sont les points occupés par cette enceinte. Elle n'a pas moins de
quatre-vingt-quatorze fronts; pour se faire une idée d'un pareil
développement, qu'il suffise de savoir qu'à Metz, une des plus fortes
places de France, il ne s'en trouve que vingt.

[Illustration:]

Sur la rive gauche on compte vingt-six bastions; l'enceinte commence à
l'extrémité occidentale du parc de Bercy, s'étend en ligne droite
jusqu'à Gentilly; là elle se contourne en une espèce de fer à cheval,
puis reprend une direction rectiligne jusqu'à Montrouge, fait un coude
et va tout droit ensuite aboutir à la Seine, en face le milieu du
Point-du-Jour, après avoir ainsi enfermé Austerlitz, le Petit-Gentilly,
le Petit-Montrouge, Vaugirard et Grenelle.

A mille mètres environ, plus en aval, reprend l'enceinte de la rive
droite. Après avoir entouré le Point-du-Jour, elle longe le bois de
Boulogne jusqu'à Sablonville, forme un rentrant à la porte Maillot;
puis, donnant passage au chemin de la Révolte, s'infléchit jusqu'au
milieu de l'angle formé par l'avenue de Clichy et l'avenue de
Saint-Ourcq. A ce point elle Se dirige en ligne droite jusqu'au canal
Saint-Denis; là elle tourne au sud-est. Arrivée au canal de l'Ourcq,
elle court du nord au sud; aux prés Saint-Servais, deux de ses fronts
reprennent la direction de l'ouest à l'est, mais elle la quitte à la
hauteur de Romainville pour descendre en ligne droite jusqu'à Saint
Mandé; alors elle fait un coude et va finir à la Seine, juste en face du
pont où commence l'enceinte de la rive gauche.

La rive droite possède soixante-huit fronts qui enveloppent le
Point-du-Jour, Auteuil, Passy, les Ternes, les Batignolles, Montmartre,
la Chapelle, la Villette, Belleville, Ménilmontant, la Grande-Pinte et
Bercy.

[Illustration.]

Cette enceinte laisse un passage à toutes les routes existantes, et l'on
n'en compte pas moins de trente-cinq; en ces différents points le fossé
est interrompu ainsi que le rempart. On a jugé inutile de construire des
portes de ville. En cas de guerre, on ferait bien facilement les travaux
nécessaires pour mettre ces trouées à l'abri de toute attaque. C'est
dans cette prévision que le Gouvernement a fait l'acquisition d'une
bande de terrain de 100 mètres de large et 250 de long, à droite et à
gauche de chacune d'elles. D'autres emplacements marqués _a_ sur le
plan, ont aussi été achetés pour la formation des établissements
militaires nécessaire au service de la place. Enfin, sur une zone de 250
mètres en avant la crête des glacis, il est défendu d'élever aucune
construction. Si l'on compare cette enceinte aux anciennes murailles
fortifiées qui ont entouré Paris; à la Cité (A) qui soutint contre les
Normands le fameux siège de 885; à l'enceinte de Louis-le-Gros, en 1134
(B); à celles de Philippe-Auguste (C) en 1208, de Marcel (D) en 1356, de
Louis XIII (E) en 1630, on est effrayé de trouver un pareil
accroissement, et rependant l'esprit entrevoit sans peine l'époque où la
ville ira toucher ces nouveaux remparts. A eux seuls ils offrent une
défense très respectable; mais leur force est presque doublée par un
système de forts qui forment comme une première enceinte dont ils ne
seraient que le réduit.

_(La suite à un prochain numéro.)_



Revue algérienne.

Les opérations militaires ont continué à être dirigées avec une
énergique activité et d'incontestables succès, dans les diverses
provinces de l'Algérie, pendant les mois de mars, d'avril et de mai.
Partout nos colonnes ont pris une offensive hardie; partout la guerre a
été poussée à fond, en vue d'amener l'entière soumission des Arabes et
de préparer les voies à la colonisation, qui seule, après la conquête
peut nous maintenir en possession du territoire soumis à nos armes.
Depuis deux années des résultats très satisfaisants avaient été obtenus;
depuis trois mois ils ont été plus décisifs encore; et, sans se bercer
d'illusions chimériques, il est permis maintenant d'entrevoir et
d'espérer le terme de la lutte soutenue avec une si constante et, il
faut le reconnaître, une si admirable opiniâtreté par notre persévérant
ennemi, Abd-el-Kader.

Il y a deux années, en 1841, l'émir, après avoir tiré la nation arabe
d'un sommeil de trois siècles, dominait sur la presque totalité des
provinces d'Oran et de Titteri; il poussait des incursions incessantes
jusque dans les environs d'Alger. Son gouvernement était complètement
organisé: il battait monnaie; ses khalifahs levaient régulièrement en
son nom les impôts; il disposait d'un corps de troupes régulières,
véritable armée permanente organisée à l'européenne, recrutée de
transfuges étrangers et s'élevant déjà à cinq ou six mille hommes.
Maître des deux villes importantes de Mascara et de Tiemcen, il s'était
créé, hors de notre portée immédiate, des postes de guerre, Saida,
Tagdemt, Boghar, Thaza, contenant des dépôts et même des fabriques
d'armes. Il avait mis en culture de vastes et fertiles domaines
appartenant autrefois au beylik turc, et en tirait d'abondantes
ressources: enfin, à son ordre, quinze à vingt mille cavaliers pouvaient
être réunis contre nous sur un point donné.

Voici maintenant ce qui a été fait en deux ans par notre vaillante
armée. Dès les premiers jours de mai 1841, les réguliers et volontaires
de l'émir étaient battus et dispersés près de Milianah. Peu de temps
après, il avait perdu sa petite armée permanente, et, avec elle, Boghar,
détruit le 23 mai, Tagdemt le 25, Thaza le 26, et Saida au mois
d'octobre suivant. Mascara, Tiemcen, étaient occupés par des garnisons
françaises. Abd-el-Kader n'avait plus ni ses terres domaniales, ni ses
moyens d'impôt et de recrutement; ses réguliers étaient à peu près
anéantis, ses 20,000 volontaires réduits à 2 ou 3,000, et les terribles
Madjouths, ces pirates de la Métidjah, incorporée dans nos auxiliaires
indigènes. Les garnisons de Médéah et de Milianah, jusqu'alors en
quelque sorte captives, agissaient au loin. Une grande partie des tribus
de la province d'Oran nous amenait le cheval de la soumission.
Aujourd'hui les khalifahs, revêtus par nous du burnous d'investiture, y
exercent, au nom de la France, leur autorité; 9 à 10,000 cavaliers et
fantassins, nos plus acharnés ennemis autrefois, servent et combattent
dans nos rang, et la guerre, qui sévissait jusqu'aux portes d'Alger, est
à trente ou quarante lieues de notre capitale africaine.

Malgré tant de pertes et de défections, Abd-el-Kader semble avoir puisé,
dans ses revers mêmes, une nouvelle énergie. Loin d'abattre son courage,
l'adversité l'a plutôt encore grandi, et à mesure même que ses
ressources s'épuisent, son génie infatigable se multiplie pour en créer
de nouvelles. A sa voix, des tribus ont transporté leurs tentes dans les
montagnes. Amoindri comme chef militaire, frappé dans les deux nerfs de
la guerre, l'impôt et le recrutement, l'émir est toujours respecté et
redouté comme grand marabout, et les khalifahs qu'il avait nommés lui
sont tous demeurés fidèles. Dans ces derniers mois cependant, sa
puissance a été plus fortement ébranlée que jamais et le succès de nos
armes lui a porté des coups dont elle aura grand'peine à se relever.

L'année 1843 avait vu reparaître Abd-el-Kader plutôt en partisan qu'en
émir (V. _Illustration_, Nº 3, p. 37). La terreur qu'il exerce, au nom
du Coran, sur les tribus auxquelles l'honneur fait un devoir de
combattre et de mourir pour leur religion, et les intelligences secrètes
qu'il entretient avec certains hommes puissants expliquent l'empire
qu'il a conservé. Le mouvement occasionne en février dernier, par sa
présence dans les environs de Cherchel, ayant gagné les montagnes de
l'Ouest, notre armée s'est mise en marche pour châtier et maîtriser ces
soulèvements; car elle a, depuis que notre occupation s'est étendue sur
une grande partie du pays, deux rôles à jouer: celui de l'offensive et
celui de la protection.

Dans ce double but ont dû être crées quatre nouveaux établissements
militaires, destinés à garantir les succès obtenus et à favoriser en
même temps la conquête du territoire encore insoumis entre le Chélif, la
Mina et le désert, théâtre des hostilités entretenues par Abd-el-Kader
et ses deux khalifahs, El-Berkani et Sidi Embarrek. Ces postes sont
Ténès, El-Esnam, sur le Chélif central (ce camp a, par décision du
ministre de la Guerre, du 16 mai, reçu le nom d'Orléans-Ville); Tiaret,
au nord-est de Tagdemt et tout près du revers sud de la chaîne de
l'Ouarenseris, et Teniet-el-Had, au revers sud de l'est de la même
chaîne.

L'occupation définitive de Ténès, où a été installé sur la côte un
poste-magasin, et la formation des camps d'El-Esnam et de Tiaret, ont eu
lieu vers la fin d'avril.

Pendant que la province d'Alger jouissait d'une tranquillité qu'aucun
événement sérieux n'est venu troubler, et qu'elle voyait se poursuivre
paisiblement l'oeuvre de la colonisation, par la création des nouveaux
villages, Saint-Ferdinand Sainte-Amélie, comme par le développement des
anciens Drariah, Douera, etc., les khalifahs d'Abd-el-Kader, El-Berkani,
et Sidi Embarrek, reparaissaient dans les montagnes à l'ouest de
Cherchel et au nord de Milianah, et ravivaient l'insurrection dans la
province de Titteri. Du 31 mars au 20 avril, nos colonnes, au nombre de
sept, ont sillonné de nouveau dans tous les sens le territoire des
Beni-Menasser et des autres tribus voisines, dont la résistance est
favorisée par l'excessive aspérité du territoire. Elles ont fait un mal
immense aux Beni-Kerrahs, aux Beni-Denys, Thectas, Bou-Melek et enlevé
plusieurs kaïds nommés par l'émir. Nos auxiliaires indigènes nous ont
prêté la plus utile assistance: notre kalifah, Sidi M'Barek, a saisi sur
les tribus fugitives 600 prisonniers et 2,000 têtes de bétail; le Kaïd
des Righa, près Milianah, a fait l'avant-garde de nos colonnes avec 200
de ses kabaïles. Ainsi nos alliés se compromettent de plus en plus au
service de notre cause et préparent notre domination générale sur
l'Algérie.

La division de Mostaganem, aux ordres du général Gentil, fouillait vers
la même époque, les montagnes des Beni-Zéroual et le 20 mars elle
enlevait de vive force le marabout de Sidi; Lekkal, chez les
Ouled-Khrelouf, tuait à l'ennemi 300 hommes et faisait 712 prisonniers.

L'armée ouvrait en même temps la route de Blidah au Chélif, ouvrage
considérable qui lui fait le plus grand honneur. Les travaux de
terrassement, y compris l'embranchement de Milianah, n'ont pas moins de
80,000 mètres.

Un colonne part de Médéah, le 16 avril, sous les ordres du duc d'Aumale,
pour pacifier les Adaoura. Les Rhamans, liés aux tribus fidèles à
Abd-el-Kader, dans le sud de Thaza, et établis près du lac de Keïsaria
(10 lieues sud-est de Boghar), sont surpris de nuit et perdent 12,000
moutons et 500 chameaux.

Dès le 6 avril, le lieutenant-général La Moricière est sorti de Mascara
avec sa division, et va reconnaître la meilleure direction à prendre
pour gagner Tiaret, sur la limite du désert, à travers la montagne de
Tagdemt. Abd-el-Kader, mettant aussitôt son éloignement à profit,
traverse Frendah à la tête de 2,000 cavaliers, et se porte de
l'Ouarenseris sur Mascara par le sud de la Iacoubia (on appelle du nom
de Iacoubia l'ensemble des tribus établies, dans la province d'Oran,
entre le désert d'Angad et le littoral de la Méditerranée, et
spécialement placées, du temps des Turcs, sous la domination des Douairs
et des Zmélas). La puissante tribu des Hachems-Gharabas, berceau de la
famille de l'émir, s'était soumise et continuait à cultiver la fertile
plaine d'Eghrès. Grâce à son audacieux mouvement, Abd-el-Kader détermine
cette tribu à la défection et l'emmène tout entière à sa suite. De
sévères châtiments et sa ruine presque complète la feront bientôt
repentir de sa fatale résolution.

[Illustration: Le lieutenant-général Changarnier.]

[Note 1: En 1836, M. Changarnier était chef de bataillon au 2e léger. Le
21 novembre, lorsque commença le mouvement de retraite, le bataillon
d'arrière-garde qu'il commandait fut enveloppé et serré de si près,
qu'il eut à peine le temps de faire former le carré pour arrêter la
cavalerie qui le débordait. Dans ce moment difficile, où les grandes
âmes révèlent leur puissance, le commandant Changarnier, pour exciter
l'ardeur de sa troupe, l'exhorta par des paroles qui vont au coeur du
soldat, et traversa, en les refoulant, ces ennemis prêts à le frapper
comme une victime dévouée au fatal yatagan. Cette action d'éclat lui
valut les applaudissements de l'armée, dont il contribua ainsi à assurer
le salut. Depuis, M. Changarnier s'est montré un de nos plus habiles
capitaines dans la guerre d'Afrique, et chacun de ses grades a été
acheté par quelque brillant fait d'armes.]

Cette diversion ne détourne pas un instant le général La Moricière de
l'accomplissement de son projet. Le 23 avril, il occupe Tiaret, fait
commencer immédiatement les travaux d'installation, y laisse une
garnison de 900 hommes, avec 70,000 rations et 66,000 cartouches, et se
met à la poursuite d'Abd-el-Kader. Celui-ci, en effet, avec ses 2,000
chevaux, et plus encore ses lettres et ses intrigues, a réussi à
produire une assez grande fermentation sur la frontière du sud. Les
populations, effrayées, demandent simultanément des secours au colonel
Tempoure, à Tlemcen; au général Bedeau, chez les Djafras; au colonel
Géry, qui manoeuvre en avant de Mascara; enfin au général La Moricière,
qui, après avoir jeté les bases de l'établissement de Tiaret, s'est
porté du côté de Frendah pour couvrir les Shamas. Le général
Mustapha-ben-Ismaïl, parti d'Oran, vient le rejoindre à la tête de son
goum (corps de cavalerie; en arabe, _drapeau_) des Douairs et des
Zmélas. Le 2 mai, le colonel Géry atteint la queue d'une colonne
émigrante, et les troupes de l'émir sont culbutées par les Shamas
soutenus par le général La Moricière. Le 8, le général Bedeau entre sur
le territoire des Djafras. Zeïtouni-Ould-bou-Chareb, institué par
Abd-el-Kader khalifahs de ce territoire, essaie vainement de lui
résister; le 13 il est fait prisonnier.

[Illustration: Vue de Collo, près Constantine]

[Note 2: Collo, ou le Colo (en arabe Colla), que les indigènes appellent
aussi Coul ou Coullou, est une bourgade de 2,000 âmes, située au bord de
la mer, près d'un mouillage où les bâtiments sont à l'abri de» vents du
nord-ouest, extrêmement dangereux sur cette côte Il est à 120 kilomètres
de Bougie, à 60 de Djidjelij, à 100 de Bone, à 40 de Philippeville, vers
l'extrémité nord-ouest du golfe de Stora, et à environ 90 kilomètres
nord de Constantine, il est bâti au pied d'une montagne, sur les ruines
d'une ville plus considérable, que les Romains avaient entourée de
murailles, et dont l'enceinte, anciennement détruite par des Goths, n'a
jamais été relevée. Ce bourg est défendu par un mauvais château, où les
Turcs entretenaient d'ordinaire une petite garnison commandée par un
aga. Collo a été occupé le 11 avril 1843 par les troupes françaises,
sous les ordres du général Baraguay-d'Hilliers.]

Dans la province de Constantine, les opérations dirigées au mois de mars
contre les montagnards de l'Edough par le général Baraguay-d'Hilliers
ont été couronnées de succès. Les population kabaïles, refoulées dans
les gorges d'Akeïcha, se rendent à discrétion, après avoir essuyé des
pertes immenses. Le chef et l'instigateur de l'insurrection, le marabout
Sy-Zeghdoud, surpris et tué dans le combat. Sa mort rend la sécurité à
nos grandes communications dans la province. Au commencement d'avril,
une colonne française va châtier les Ouled-Sebah, à plus de vingt lieues
de Constantine, tandis que notre cheikh el Arab, Ben-Ganah, avec ses
seules forces indigènes, bat le khalifah d'Abd-el-Kader à Biscara, et
lui fait perdre 100 chevaux. Le 11 avril, un corps expéditionnaire
occupe Collo. Parti de cette ville le 14, sur trois colonnes, il
rencontre une résistance très vive de la part des Kabaïles et
soutient contre eux, notamment sur Dar-el-Outa, de rudes et pénibles
combats. Les villages ennemis sont dévastés et des forêts entières
incendiées et détruites, nécessité cruelle que commandent peut-être les
exigences de la guerre, mais que ne sauraient trop déplorer l'humanité
et la civilisation!

De son côté, le général Bugeaud se dirige de Milianah, le 23 avril sur
El-Esnam, où il arrive le 26, en même temps que le général Gentil, venu
de Mostaganem. Le nouveau camp est tracé, le 27, sur l'emplacement des
ruines romaines destinées à être bientôt transformées en une ville
importante. Le 28, commencent les travaux de la route de communication
avec Ténès et la mer; ils sont inquiétés par Ben-Kossili, agha
d'Abd-el-Kader dans le Dahra (nord, portion de la province d'Oran
comprise entre le Chélif et la mer). Le général Bourjolly et notre
khalifah, Ben-Abdallah le mettent en fuite. A l'entrée d'un défilé d'une
lieue, nos troupes rencontrent un terrain horriblement accidenté et des
difficultés presque insurmontables. Il fallait pratiquer la route
carrossable à travers des roches calcaires que sillonnait péniblement un
étroit sentier. La pioche et la pelle ne pouvaient plus être utilisées;
c'était le pétard et le pic à roc. On jugea que quinze jours au moins
étaient nécessaires pour ouvrir un passage à nos chariots; mais les
troupes y mirent tant d'ardeur, qu'au septième jour le convoi parvint au
port de Ténès.

Après avoir installé le camp d'El-Esnam, dont le commandement est confié
au colonel Caveignac, le gouverneur-général attaque, le 11 mai, les
Seghia, qui menaçaient les côtés de la roule rendue praticable, et
dominent l'ouest du Dahra. Le 12, le gros de la tribu est atteint par
l'avant-garde aux ordres du colonel Pélissier: 2,000 prisonniers tombent
en notre pouvoir, avec 10 à 12,000 têtes de bétail, 4 à 500 juments ou
poulains, etc. Cet événement entraîne la soumission de toutes les tribus
du territoire de Ténès jusqu'à l'embouchure du Chélif, et le poste
d'El-Esnam en assure la durée.

Tout annonce que nos deux établissements deviendront très promptement
des points importants de commerce. Déjà le 16 mai il y avait à Ténès 243
industriels ou commerçante en tout genre, qui demandaient des
concessions pour s'y établir; 87 étaient déjà pourvus et construisaient
leurs baraques; il régnait une grande abondance de toutes choses, et ce
qui le prouve, c'est que la douane avait fait 1,500 francs de recette.

Le 14 mai, le général Gentil a fait une forte razzia sur des fractions
rebelles des Flitas: 51 cavaliers du 2e régiment de chasseurs d'Afrique,
auxquels 60 sont venus se réunir un peu plus tard, ont soutenu longtemps
les efforts de 3 ou 400 cavaliers réguliers et de 1,000 à 1,200 chevaux
des tribus. Les chasseurs ne pouvant plus combattre comme cavalerie, se
sont réfugiés sur une butte où se trouvent le marabout de Sidi-Rachet et
un cimetière. Ils ont mis pied à terre, ont entouré leurs chevaux, et,
couchés à plat-ventre, pour ne pas être tous tués par un feu très
supérieur, ils ne se relevaient que pour repousser les cavaliers
réguliers et les gens des tribus qui avaient également mis pied à terre
pour les enlever. Ils ont ainsi rendu vaines les attaques répétées de
cette multitude; et quand, après plus de deux heures de résistance, ils
ont été délivres par un bataillon du 32e, il y avait 14 chasseurs tués,
32 blessés, et 37 chevaux avaient péri sous les balles; les environs du
marabout étaient jonchés de cadavres ennemis.

Après avoir fait commencer rétablissement de Teniet-el-Had, et dirigé
quelques courtes et heureuses opérations dans le Dahra, le général
Changarnier, avec des troupes retirées de Cherchel, a envahi les tribus
qui habitent la chaîne de l'Ouarenseris. Le 18 mai, il a refoulé une
nombreuse population sur le grand pic est. Nos soldats voulaient enlever
d'assaut cette forteresse naturelle, formée de rochers se dressant
perpendiculairement à une hauteur qui varie de 100 à 200 mètres; mais
les Kabaïles font rouler sur eux des pierres dont l'effet eût été plus
meurtrier que la fusillade. Le général Changarnier retient leur élan, et
se borne à faire occuper toutes les issues, présumant bien que le défaut
de subsistances pour eux et leurs troupeaux ferait capituler les
Kabaïles. En effet, le 19 au matin, les pourparlers commencèrent. Le 20,
à deux heures après midi, sur les deux grands côtés de la montagne, on
vit descendre de longues files d'habitants et de troupeaux. Tous les
hommes pourvus, pour la plupart, d'une abondante provision de
cartouches, furent désarmés. A la fin de la jour née, le général
Changarnier avait en son pouvoir 2,000 prisonniers, 800 boeufs, 8,000
moutons et 150 bêtes de somme. Ce succès fut chèrement acheté par la
mort du colonel d'Illens, du 58e de ligne.

Mais de toutes ces opérations habilement conduites et exécutées dans ces
derniers mois, la plus importante est celle qui a fait tomber entre les
mains de M. le duc d'Aumale la Smalah d'Abd-el-Kader.

Depuis deux ans, l'émir et les principaux personnages attachés à sa
fortune, avaient réuni leurs familles et leurs biens sur la frontière du
désert Cette réunion, évaluée à environ 12 à 15,000 personnes,
comprenait ce qu'on appelle la smalah. Essentiellement ambulante, elle
s'enfonça dans le Shara (désert), revenait dans le Tell (terres
cultivées), ou se jetait sur les côtés, suivant les vicissitudes de la
guerre. Abd-el-Kader avait été très attentif à la pourvoir des chameaux
et des mulets nécessaires pour transporter les effets, les malades, les
vieillards, les enfants et les femmes de distinction. L'émir attachait
un grand prix à la soustraire à notre atteinte, et la plus grande partie
de l'infanterie régulière qui lui reste était affectée à la garde de ces
précieuses richesses.

[Illustration: Prise de la Smalah.]

Le 10 mai, M. le duc d'Aumale chargé par le gouverneur-général de
poursuivre la smalah et de s'en emparer, s'avance dans le sud de
l'Ouarenseris, avec l,300 baïonnettes, 600 chevaux, vingt jours de
vivres, après avoir laissé un dépôt d'approvisionnement dans les ruines
du fort de ce nom. Le 14, le petit village de Goudjilah, à 53 lieues de
Boghar, est cerné et occupé. Là on apprend que la smalah est à 11 lieues
au sud-ouest, à Ouessek-ou-Rekai. À la suite de plusieurs marches et
contre-marches, à travers des plaines immenses sans eau, et après une
course de 20 lieues en vingt-cinq heures, l'avant-garde de la colonne,
composée seulement de 500 chevaux, découvre, le 10, à onze heures du
matin, la smalah tout entière (environ 300«Douars) établie sur la source
de Taguin, à 30 lieues de Boghar. À l'instant même ce corps si inférieur
en nombre à ses adversaires, se lance au galop, sur les pas du duc
d'Aumale, du colonel de spahis Jusuf, et du lieutenant-colonel Morris,
et culbute tout ce qu'il rencontre sur son passage, au milieu de cette
ville de tentes qui couvraient une demi-lieue de surface. Deux heures
après, tout ce qui pouvait fuir était en déroute dans plusieurs
directions. 3,600 prisonniers, dont environ 300 personnages de marque,
les fantassins réguliers tués ou dispersés, quatre drapeaux, un canon,
deux affûts, les tentes de l'émir, son trésor, sa correspondance, la
famille de ses principaux lieutenants, un butin immense, tels sont les
trophées de cette mémorable journée, L'une des plus glorieuses pour nos
armes en Algérie.

[Illustration: Mort du général Mustapha-ben-Ismaïl.--Voir son portrait
page 121.]

Trois jours après, le 10, la colonne du général La Moricière atteignit
les fuyards, les entoura, et leur enleva 2,500 âmes avec leurs troupeaux
et leurs chevaux. Ce succès n'a pas tardé à être suivi d'une perte
sensible. Le 21 mai, à midi, le général Thiéry, commandant la
subdivision d'Oran, a reçu l'avis de la mort du général
Mustapha-ben-Ismaïl (V.. son portrait dans _l'Illustration_ n° 8, p.
121), tué la veille, à quatre heures après midi, à 25 ou 30 lieues
d'Oran, à El-Brada, près de Kerroucha, entre l'Oued-Belouk et Zamoura,
dans une petite affaire d'arrière-garde, Mustapha revenait à Oran, avec
son makhzen chargé du butin pris à la razzia du 19, lorsqu'en traversant
un bois sur le territoire dis Plitas, il fut attaque par des Arabes en
embuscade, et tué presque à bout portant d'une balle qui le frappa en
pleine poitrine. La panique devint générale parmi les 5 ou 600 cavaliers
douairs qui l'accompagnaient; leur démoralisation fut telle, qu'ils
abandonnèrent le corps de leur vieux général au pouvoir de l'ennemi. On
annonce qu'Abd-el-Kader a fait mutiler le cadavre de Mustapha et
promener sa tête en triomphe parmi les tribus qui lui obéissent encore,
Mustapha-ben-Ismaïl, vieillard octogénaire, était au service de la
France depuis 1835, avait été nommé maréchal-de-Camp le 29 juillet 1837
et commandeur de la Légion-d'Honneur le 5 février 1842. Toute déplorable
qu'elle est, la perte de ce fidèle et vaillant guerrier ne saurait
détruire l'effet moral produit sur les populations arabes par la capture
de la smalah d'Abd-el-Kader, surtout si, comme l'assurent des nouvelles
particulières, ce chef a été lui-même grièvement blessé d'une balle à la
cuisse dans l'affaire du 19 mai.

CACHET D'ABD-EL-KADER.

Le cachet (en arabe tabaa) est le sceau de nos anciens seigneurs du
Moyen-Age; mais au lieu de représenter les armoiries, le cachet arabe ne
contient en général que le nom de son possesseur, avec une courte
légende pieuse. Les fonctionnaires arabes ont seuls le droit d'avoir un
cachet, et on le leur retire lorsqu'ils sont destitués. Cet usage est
particulier à l'Algérie. Aussi le fonctionnaire arabe ne se sépare-t-il
de son cachet, qui est sa vie, dans aucune circonstance, ni le jour ni
la nuit. Il n'a d'ailleurs pas d'autre signature officielle.

Voici les différentes inscriptions gravées sur le cachet d'Abd-el-Kader.

[Illustration.]

Au centre voyez deux triangles: Abd-el-Kader ben (fils) de Mahi-Eddin,
1218 (année de l'hégire correspondant à l'an du Christ 1832), époque à
laquelle Abd-el-Kader a été proclamé sultan.

Les deux grands triangles forment, par leur application l'un sur
l'autre, six petits triangle. Dans le premier, en haut, on lit: _Allah_
(Dieu): dans les deux à gauche; Mohammed, _Abou-Bekr_; dans les deux à
droite: _Ali Osman_; dans le dernier, en bas: _Omar_, (Abou-Bekr, Ali,
Osman et Omar sont les quatre premiers khalifes successeurs de Mahomet.)

Dans les six compartimente, en dehors des deux triangles, en commençant
par le compartiment inférieur à droite du triangle dont la pointe est en
bas, on lit: _Mondana_ (notre Maître); _Emir-el-Mommenin_ (Prince des
Croyants); _El-Mansour_ (le Victorieux); _Billah_ (par Dieu); _El-Kader_
(le Puissant); El-Moutin (le Solide).

L'inscription entre les deux cercles concentriques renferme la légende,
en commençant au-dessus du mot El-Mansour. Celui qui aura par
l'intervention du Prophète l'assistance protectrice de Dieu, si les
lions le rencontrent, ils fuiront dans leur tanière.



Le recrutement en France.

Le système de recrutement adopté dans un pays est la base de toute son
organisation militaire, puisque c'est le recrutement qui fournit les
éléments essentiels de l'armée. Un projet de loi destiné à établir le
nôtre sur des bases fixes et définitives vient d'être adopté avec des
modifications par la Chambre des Pairs.

L'engagement volontaire à pris d'argent, conséquence d'une civilisation
politique désormais arriérée, est devenu insuffisant et impraticable. La
loi le proscrit comme un principe d'avilissement pour l'armée. Il est
encore employé en Angleterre, parce que l'armée, simple instrument de
domination extérieure, n'y a qu'une importance secondaire; mais là même
on a été obligé d'instituer pour la défense du sol une milice recrutée
par la voie du sort. L'obligation du tous les membres de la société de
concourir à sa défense, condition nécessaire de la théorie politique qui
fait de l'État la chose de tous et donne à tout homme une patrie, est
universellement reconnu en Europe.

En Russie, les serfs, choisis arbitrairement pour le métier de soldats,
servent vingt-cinq années, au bout desquelles ils ont, pour récompense,
la qualité d'hommes libres et des emplois subalternes dans
l'administration et surtout dans la police. L'armée est ainsi composée
en grande majorité de vieux soldats. Elle coûte peu, parce que les
denrées de première nécessité sont abondantes en Russie comme dans tous
les pays neufs, et parce que les besoins d'un peuple de serfs sont
bornés. On a calculé, en effet, qu'un fantassin anglais coûtait autant à
entretenir que deux fantassins français, trois prussiens et dix russes.
D'ailleurs, d'une portion de ces hommes voués pour leur vie au métier
des armes, on a formé des colonies militaires qui, livrées à la culture
se nourrissent et s'entretiennent elles-mêmes, et sont prêtes comme les
tribus cosaques à se lever en armes au premier signal.

Le système de la Prusse est tout différent. Tout homme y est, de droit,
soldat pour toute sa vie. Mais le service dans l'armée active n'est que
de cinq années. Les soldats en passent trois seulement en service actif
sous les drapeaux, et les deux dernières en congé, en réserve, à la
disposition du gouvernement, mais dans leurs foyers. Le sort désigne
ceux qui doivent faire partie de l'armée; mais lorsque des jeunes gens
de vingt-un ans paraissent n'avoir pas atteint tout le développement
physique dont ils sont susceptibles, on les renvoie au tirage de l'année
suivante, puis à une autre encore, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'ils
aient atteint l'âge de vingt-cinq ans. Aucun remplacement n'est permis,
et l'on a vu les fils mêmes du roi monter la garde comme soldats à la
porte du palais de leur père. Seulement les volontaires qui s'arment et
s'équipent eux-mêmes ne sont tenus qu'à une année de service dans les
corps de tirailleurs et de chasseurs. Ainsi font les étudiants des
Universités. La charge du service, par cette répartition égale sur tous,
se trouve singulièrement allégée, et, pour la rendre encore moins
onéreuse, les régiments sont cantonnés chacun dans un district spécial
où il reste toujours et qui fournit à son recrutement; de sorte que les
soldats ne s'éloignent pas de leur pays natal, de leurs foyers, de leurs
intérêts ou de leurs travaux.

Au sortir de l'armée on entre pour sept ans dans la _landisher_ du
premier ban, dont font partie, d'ailleurs, jusqu'à l'âge de trente-deux
ans, tous les hommes propres à la guerre qui n'ont pas été incorporés
dans l'armée de ligne. Ce premier ban _landisher_ est une véritable
armée de réserve, pourvue d'une organisation complète, qui diffère de
celle de l'armée active en cela seulement, que l'infanterie, la
cavalerie et l'artillerie sont réunies dans les mêmes régiments, devenus
ainsi des espèces de légions romaines. Elle est formée en divisions et
entre avec l'armée de ligne dans l'organisation permanente des _corps
d'armée_. Les divers corps dont elle est composée se rassemblent tous
les ans, au printemps ou à l'automne, dans des camps de manoeuvres, pour
conserver leur instruction et se former aux habitudes guerrières. Mais
cette armée citoyenne, commandée par des officier» au choix desquels
elle concourt, reste dans ses foyers, ne coûtant rien au trésor, sinon
pendant le temps des manoeuvres, et sauf 500,000 francs employés à
l'entretien d'un état-major peu nombreux. Une seconde réserve,
disponible aussi en temps de guerre, consiste dans la _landisher_ du
second ban, formée des citoyens de trente-deux à quarante ans qui ont
servi dans l'armée ou dans la _landisher_, et présente encore, de l'avis
des militaires les plus éclairés, toute la consistance d'une armée
véritable. Tout cela fait un ensemble d'environ 600,000 hommes
organisés, sans parler de la _landsturm_, ou levée en masse, composée de
tous les autres citoyens valides de dix-sept à cinquante ans. A la fin
de 1825, on comptait, au total, un million d'hommes exercés et soumis au
service militaire. Pour obtenir ces immenses résultats, la Prusse n'a
besoin d'avoir sur pied que 100,000 soldats, que 6,000 officiers, et ne
dépense que 78 millions, quoique les officiers soient mieux payés que
chez nous.

Le système adopté en France nous force, au contraire, à tenir toujours
sur pied 350,000 hommes, et en cas de guerre nous n'avons pour renforcer
cette armée que 130,000 hommes au plus, composés en partie des soldats
en congé illimité, mais aussi en grande partie de conscrits qui n'ont
pas été appelés sous les drapeaux, c'est-à-dire d'hommes tout-à-fait
étrangers aux armes. Ainsi, avec 31 millions d'habitants, la France
arrive péniblement et très imparfaitement au pied de guerre de 500,000
hommes, que la Prusse peut atteindre avec sa population de 14 millions.
Le mode de recrutement est cependant bien rigoureux. Lorsque des 300,000
conscrits environ dont se compose la classe de chaque année, on a
retranché ceux qui sont dispensés du service pour cause d'exemption
légale, pour défaut de taille, faiblesse physique ou infirmités, ceux
qui restent soumis à la grande épreuve voient leurs destinées jetées aux
chances d'une loterie qui n'offre pas un bon numéro sur deux. Au sortir
de la salle du tirage les fortunes les plus diverses vont commencer pour
eux. Les heureux, une moitié à peu près, rendus à l'indépendance, vont
se livrer en paix et sans distraction aux travaux de leur état, aux
plaisirs de la jeunesse, aux joies de la famille. Les autres quittent le
foyer domestique pour errer de caserne en caserne dans des lieux où
nulle affection ne les attend, interrompent leur carrière, compromettent
tout leur avenir, perdent quelquefois tout leur bonheur, voient enfin
leurs plus belles années vouées à une vie pauvre, dure, monotone.
Arrachés à la juridiction tutélaire des lois civiles, ils subissent le
despotisme nécessaire d'une discipline inexorable, le joug de
l'obéissance passive et l'empire de rigoureux devoirs qui souvent
révoltent la conscience, dans cet isolement, plus de guide ou d'appui
pour leur moralité, plus de secours dans leurs dénûments et leurs
erreurs, et, à la moindre faute, de terribles châtiments qui les
flétrissent lorsqu'ils ne leur arrachent pas la vie. Je ne parle pas des
dangers de toute espèce qui les environnent, et parmi lesquels ceux du
champ de bataille ne comptent pas, pour ainsi dire, voilés qu'ils sont
par l'enthousiasme et entourés d'une auréole de gloire. Et quelle
récompense, quelle indemnité de tant de sacrifices? aucune. Bien plus,
cet homme dont on a ainsi dérangé toute l'existence, dès qu'on n'a plus
un besoin présent de son service, on le renvoie cher lui sans solde,
sans moyen de subsistance et d'entretien, et dans l'impossibilité
d'entreprendre aucun état, puisqu'il est toujours soldat, et peut, à
tout moment, être rappelé sous les drapeaux.

Certes, cette répartition, par l'aveugle caprice du sort, de conditions
si inégales entre elles, sans être injuste au fond, puisque tous en
courent également la chance, est cependant d'une équité très imparfaite
et un peu barbare; le seul correctif à ce défaut est la faculté du
remplacement, qui offre elle-même des inconvénients bien graves. D'abord
elle choque l'égalité en donnant à la richesse le privilège d'exempter
des devoirs personnels les plus pénibles. Est-il bien juste qu'une
différence de quelques écus assure à l'un l'indépendance, impose à
l'autre le sacrifice de sa jeunesse et peut-être de sa vie? D'ailleurs
le remplacement altère le caractère national et civique de l'armée. La
moralité très inférieure des hommes qu'il appelle dans ses rangs y
multiplie les méfaits, y porte la corruption en bannit l'honneur, nerf
de toute bonne armée, rend enfin nécessaire le maintien d'un régime
pénal dont la barbarie choquante pour nos moeurs est une véritable cruauté
à l'égard des autres soldats. En effet, tandis que sur cent
quarante-deux jeunes soldats, appelés par la loi il n'y a d'ordinaire
qu'un condamné, il y en a un sur cinquante-neuf remplaçants. Le mal
s'est accru surtout depuis que des sociétés de spéculateurs,
ressuscitant sous des formes moins hideuses les infâmes racoleurs
d'autrefois, se sont mis à accaparer dans tout le pays les hommes à
vendre, pour en faire le commerce. Le projet de loi présenté en 1811
attaquait le mal dans sa racine en interdisant les compagnies de
remplacement, La Chambre des Députés crut que c'était entraver
l'exercice d'un droit. Le projet actuel, rédigé d'après l'avis d'une
commission choisie dans les deux Chambres, cherche à atteindre
indirectement le même but en exigeant pour chaque remplacement un
contrat authentique et le versement du prix dans une caisse publique.
Par là on gêne cette espèce de remplacement en masse qui s'opérait par
l'intermédiaire des compagnies; on prévient aussi les fraudes trop
fréquentes dont étaient victimes les remplaçants; enfin, on leur procure
pour leur pécule un placement sûr, qui est une garantie de moralité.

Une disposition plus importante de ce projet de loi est celle qui porte
à huit ans au lieu de sept la durée du service militaire. Ces huit ans
ne devant même courir que du mois de juillet, époque de l'arrivée sous
les drapeaux du contingent de chaque année, c'est en réalité dix-huit
mois de plus. Cette innovation est sans doute nécessaire pour donner
quelque valeur à notre système d'organisation militaire, puisque l'on
renonce définitivement au système des réserves à la prussienne. Ces huit
ans de service mettent à la disposition du gouvernement huit contingents
entiers. Or, chaque contingent annuel étant toujours supposé de 80,000
hommes, comme sur ces 80,000, déduction faite des hommes reconnus
incapables, des exemptés et des conscrits destinés à la marine, il n'en
arrive guère réellement que 65,000 à l'armée de terre; comme il faut
encore en déduire les pertes éprouvées pendant la durée du service, les
huit contingents réunis ne font pas plus de 150,000 hommes mis à la
disposition du gouvernement. Ajoutez-y environ 90,000 hommes qui ne
proviennent pas des appels, savoir, les officiers, la gendarmerie, les
vétérans, les engagés, etc., vous trouverez un effectif de 5 à 600,000
hommes pour le pied de guerre. On arriverait à 600,000 hommes complets
en portant la durée du service à neuf ans pleins, comme il a été proposé
dans la discussion à la Chambre des Pairs. Nous pensons, pour notre
part, qu'il en faudra venir là afin d'assurer au système actuel son
plein et entier effet; mais nous espérons qu'alors on trouvera le moyen
d'indemniser les citoyens sur qui tombera une charge si lourde, soit par
des avantages civils, soit, tout au moins, par des honneurs et des
marques de distinction, qui devraient être acquis de droit à tout homme
ayant honorablement fourni son temps de service.

Un article du projet de gouvernement, que la Chambre des Pairs a
repoussé et qui a été abandonné par le ministère de la Guerre, ordonnait
que le contingent tout entier de chaque année serait appelé sous les
drapeaux. L'établissement de cette règle avait pour but défaire que tous
les hommes dont se compose la réserve eussent, avant d'y entrer, reçu
pendant deux ou trois ans l'instruction militaire; de sorte qu'au moment
où on les appellerait pour porter l'armée au pied de guerre, on trouvât
en eux des soldats tout faits et non des conscrits qu'il faut drosser à
grands frais presque sous le feu de l'ennemi, comme cela est arrivé en
1810. On a fermé les yeux sur les avantages de ce projet parce qu'il
obligeait à ne garder les soldats d'infanterie que trois ans au service
actif, ce qui ne permettrait pas, dit-on, de leur inculquer assez
profondément l'esprit de corps et les laisserait trop citoyens. Le
gouvernement conservera donc la faculté de laisser dans leurs foyers une
partie des jeunes soldats de chaque contingent annuel, et de délivrer
des congés illimités quand et à qui il voudra.

Napoléon avait rêvé pour la France une organisation militaire bien
différente. Il voulait classer toute la population virile en plusieurs
bans destinés à se lever successivement pour la défense du pays, il
espérait ainsi réduire considérablement le chiffre de l'armée permanente
en augmentant dans une égale proportion la force défensive de la nation.
L'armée devait, selon lui, devenir une sorte de haute école où tous
auraient reçu, en quelque sorte, le baptême civique, et dans le sein de
laquelle chacun aurait trouvé à continuer ses études, son apprentissage
ou sa profession; l'organisation industrielle aurait marché avec
l'organisation guerrière. Si quelque chose se rapproche de ces idées,
c'est l'organisation de l'armée prussienne et non celle de notre force
militaire.

Quelques mots, pour terminer, sur un point trop peu étudié jusqu'à
présent. On s'est justement inquiété du tort que l'entretien des armées
permanentes cause à la richesse, à l'industrie, à la civilisation d'un
peuple, mais fort peu du préjudice qu'éprouvent souvent sans nécessité
les citoyens privés, par le service militaire, de s'employer utilement
pour eux et pour la société. Ce préjudice est grand, car ces hommes ne
perdent pas seulement le temps consacré au service, mais leur aptitude
au travail, leurs chances d'emploi et les années de leur vie les plus
importantes pour se créer une carrière. Il est surtout injustifiable,
puisqu'alors aucune compensation n'y est attachée, à l'égard des soldats
qu'on renvoie chez eux en disponibilité, sans solde, sans moyens de
subsistance assurés et dans une situation précaire qui ne leur permet
pas de tirer bon parti d'eux-mêmes. L'application de l'armée aux travaux
publics est un moyen tout-à-fait insuffisant pour corriger ce mal.
D'ailleurs, assujétir à des travaux de manoeuvres des hommes de
conditions et d'aptitudes diverses, c'est changer leur service en
esclavage. Il faut donc en venir à l'idée émise par Napoléon, d'établir
au sein de l'armée des corporations de travailleurs, des ateliers pour
toutes les branches de l'activité humaine, où soldats et officiers
trouveraient l'emploi de leurs talents, de leur activité, de leurs
facultés. Ce serait, tout en complétant l'organisation de l'armée,
commencer par les moyens les plus avantageux cette organisation générale
du travail qu'appellent aujourd'hui tous les esprits prévoyants et
progressifs.



Mode.

Il y a des temps où la mode est simple et triste; cette année, elle
voulait être brillante; on avait abordé franchement à la ville les
couleurs claires, la soie lilas, bleue, rose, et voilà le mauvais temps
qui a jeté un voile sombre sur toutes ces élégances. Ne se servira-t-on
donc pas de l'ombrelle que vous voyez sur note dessin? Et ce chapeau de
crêpe rose si frais dont toute la grâce est due au talent de madame
Alexandrine, ne pourra-t-il se montrer aux promenades du matin? Mais la
rigueur du temps s'apaise.

Aux robes d'étoffes épaisses, on fait les corsages montant, un jabot,
des manchettes, une écharpe algérienne; c'est une gracieuse toilette de
ville, dont nous aimons à donner le modèle.

Pour les modes d'hommes, nous ne saurions louer ces paletots Tweed qu'il
nous faut subir, mais que nous avons le droit de trouver fort laids.
Nous aimons mieux donner le dessin d'un habit d'Humann.

La fantaisie est aux carreaux pour les pantalons et les gilets; quant
aux coupes, ce sont toujours les revers et les collets longs et aplatis;
les basques longues et carrées; les gilets longs et descendant en
pointe; les pantalons un peu larges du bas.

Le mauvais temps avait retardé les départs pour la campagne; aujourd'hui
il se fait beaucoup de préparatifs; ainsi nous voyons des redingotes en
coutil de fil, fermées par des boutons ou par une passementerie, qui
seront bien pour les courses du matin. Les corsages sont très moulants;
un petit cul Louis XIII doit compléter le costume.

Pour le soir, après la promenade des champs ou des bois, viennent les
robes de tarlatane à deux jupes formant tuniques ou jupe seule garnie de
deux hauts volants découpés. On fait encore des peignoirs blancs doublés
de soie rose de Chine; une petite garniture à la vieille doit se poser
sur les devants de la jupe, autour du corsage et des manches justes, qui
sont demi-longues. Ajoutez à cette toilette négligée une pointe de
dentelle posée sur les cheveux, avec un bouquet de côté ou deux choux de
rubans, cela formera un ensemble gracieux. Il se fait aussi une grande
variété de robes de barége; barége uni, barége à carreaux et à raies
satinées, à corsages décolletés, et dessus un fichu à la paysanne qui
vient s'attacher avec un bouquet de fleurs naturelles ou une épingle
grand'mère, car les vieux bijoux sont aussi retenus: la mode, qui
emporte si rapidement une innovation, la rapporte plus tard, et nous la
recevons avec faveur, parce que si voir est un plaisir, revoir est un
bonheur. Et puis, nous trouvons dans ce capricieux mélange d'atours d'un
siècle avec un autre des souvenirs sérieux qui ajoutent du charme à ces
frivolités de la toilette.



Nécrologie.--Bouvard.

[Illustration: Alexis Bouvard.]

BOUVARD (Alexis), savant et laborieux astronome attaché à l'Observatoire
de Paris, est né entre Sallanche et Chamounix, au pied du Mont-Blanc, le
27 juin 1767. Il vint à Paris en 1785, où il suivit assidûment les cours
du Collège de France. Ses parents le destinaient au négoce; il resta
quelque temps incertain entre la chirurgie et les mathématiques; mais
les mathématiques remportèrent, et il se livra avec passion à l'étude le
l'astronomie. Admis provisoirement à l'Observatoire en 1793, nommé
astronome adjoint en 1795, membre de l'Institut en 1803 et du bureau des
Longitudes en 1804, il n'a cessé de rendre à la science les plus
importants services. Bouvard a découvert huit comètes dont il a calculé
les éléments paraboliques. En 1800, il partagea avec M, Burg; un prix
proposé par l'Institut sur _les moyens mouvements de la lune_; la
collection des volumes intitulés: _Connaissances des Temps à l'usage des
Astronomes et des Navigateurs_ contient un grand nombre d'articles qui
lui sont dus; il travailla au grand ouvrage de la _Mécanique Céleste_
dont l'auteur lui confia les détails et les calculs astronomiques. Il
s'est félicité toute sa vie de cette glorieuse collaboration avec notre
illustre Laplace. Bouvard obtint une mention honorable au concours
décennal pour ses _nouvelles tables de Jupiter et de Saturne_, qu'il
augmenta, en 1821, des _tables d'Uranus_. C'est ce que nous avons de
plus précis sur cette planète, qui, depuis sa découverte en 1781, n'a
pas encore terminé sa révolution (quatre-vingt-quatre ans). On lui doit
de précieuses notes sur l'ouvrage de l'astronome arabe Ebn-Iounis et des
_tables_ du plus haut intérêt publiées chaque année dans _L'Annuaire_ du
Bureau des Longitudes. Nous aimons à consigner ici que Bouvard, qui
soutint sa famille pauvre sans se lasser jamais, laisse dans le souvenir
de ses nombreux amis la réputation du meilleur des hommes Bouvard vient
de mourir à Paris à l'âge de soixante-seize ans.



Amusements des sciences.

SOLUTION DE LA QUESTION PROPOSÉE DANS LE DERNIER NUMÉRO.

Le célèbre géomètre Euler est l'auteur de la solution représentée dans
le tableau ci-dessous:

[Illustration.]

Ce qui distingue cette marche de la précédente, c'est que l'intervalle
de la case 64 la case 1 étant d'un saut de cavalier, on pourra le suivre
dans un ordre direct ou rétrograde, en partant de l'une quelconque des
cases de l'échiquier. Ainsi, par exemple, on pourra commencer à la case
marquée 22, et aller à 23, à 24, à 25, et ainsi de suite jusqu'à ce que
l'on revienne à 21 en passant par 64 et par 1; ou bien encore on pourra
suivre l'ordre 22, 21, 20, jusqu'à ce que l'on soit arrivé à 23, en
passant par 64 et par 1.

Nous ferons connaître d'autres solutions dans notre prochain numéro.

NOUVELLES QUESTIONS À RÉSOUDRE.

I. Un charpentier a une pièce de bois triangulaire, et voulant en tirer
le meilleur parti, il cherche le moyen d'y couper la plus grande table
quadrangulaire rectangle possible. Comment doit-il s'y prendre?

II. Trouver deux nombres dont les carrés ajoutés ensemble forment un
autre carré.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS!

L'on verra, dans un petit espace d'années, les chemins de fer traverser
le pays dans tous les sens.

[Illustration.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0016, 17 Juin 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home