Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3650, 8 Février 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3650, 8 Février 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3650, 8 Février 1913

Avec ce numéro L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE
CONTENANT
LA FEMME SEULE


LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Ce numéro se compose de VINGT PAGES au lieu de seize et contient deux
suppléments:

1° _L'Illustration Théâtrale_ avec le texte complet de LA FEMME SEULE,
de M. Brieux;

2° Le 3e fascicule des SOUVENIRS D'ALGÉRIE (Récits de chasse et de
guerre), du général Bruneau.

L'ILLUSTRATION

_Prix de ce Numéro: Un Franc._
SAMEDI 8 FÉVRIER 1913
_71e Année.--Nº 3650._



«SERVIR»

Considérez ce visage... Il respire l'énergie, la douleur, l'amertume...
Les yeux où brille un feu sombre disent la volonté tendue, l'idée fixe,
l'obsession. Sous le front labouré de rides hautaines, il y a de
l'orgueil, du rêve,--de la chimère, peut-être. Le nez est impérieux, la
bouche fine sous la moustache grise. Un pli de souffrance a creusé les
joues. Et tout cela décèle l'autorité, la force, la distinction native,
la race. Cet homme, assurément, est un chef... Quels revers a-t-il
subis? Fut-il coupable ou seulement malheureux?... Sans doute, de
magnifiques espoirs exaltaient son coeur de soldat: lutter pour la cause
sainte jusqu'à la victoire,--ou jusqu'à la mort; se battre en plein
jour, face à l'ennemi; donner, recevoir des coups retentissants et
loyaux... Et voici que la plus injuste des catastrophes a réduit à
l'impuissance, immobilisé, foudroyé ce héros. Il se sent inutile. Il
pleure. Mais sa foi subsiste. Prêt à toutes les immolations, sa grande
âme subitement raffermie, il se courbe, il ramasse à terre les tronçons
de l'épée, et se redresse. Le bonheur a fui. L'honneur et la fierté sont
intacts... Dans quelques heures, ces choses émouvantes seront dites sur
la scène française, ces sentiments exprimés par le puissant interprète
du grand écrivain Henri Lavedan, par Lucien Guitry, le colonel Eulin de
Servir.



LA PETITE ILLUSTRATION

TRENTE-DEUX PAGES DE THÉÂTRE OU DE ROMAN CHAQUE SEMAINE

L'Illustration _a préparé et va réaliser à partir du 1er mars 1913 une
nouvelle amélioration qui sera, nous n'en doutons pas, appréciée de ses
lecteurs._

_Auprès des brochures de_ L'Illustration Théâtrale, _contenant 32 ou 40
pages de texte, quelquefois davantage, les minces fascicules consacrés
au roman faisaient, depuis quelques années, assez médiocre figure. Ils
paraissaient insuffisants surtout pendant les mois d'été, alors que les
théâtres restent fermés et que_ L'Illustration Théâtrale, _faute
d'aliment, doit cesser de paraître_.

_D'autre part, ainsi fragmentés en douze ou quatorze fascicules, coupés
toutes les huit pages selon les seules nécessités typographiques, au
milieu d'un récit, d'une description ou d'un dialogue, les romans les
plus attrayants laissaient l'intérêt en suspens, perdaient leur
équilibre, et la curiosité du lecteur était trop souvent détournée et
déçue, pendant les trois mois que durait la publication._

_Pour remédier à ce double inconvénient, la solution était tout
indiquée:_

_Dans chacun des numéros de l'année, aussi bien en été qu'en hiver,
donner aux abonnés et aux acheteurs de_ L'Illustration, _outre leur
journal, un supplément qui comprît toujours 32 ou 40 pages de texte,
soit théâtre, soit roman, sous la signature des auteurs les plus
appréciés, ceux qui sont applaudis sur les scènes parisiennes et ceux
dont les livres atteignent un tirage considérable. Publier par
conséquent les romans, non plus en fragments trop courts, en tranches
immuables de 8 pages, mais par larges parties, selon les intentions de
l'auteur, avec des divisions logiques, telles que chaque partie contînt
suffisamment d'intérêt propre._

_Nous avons donc été amenés à créer en quelque sorte une nouvelle
publication, englobant et complétant_ L'Illustration Théâtrale.

_Ce sera_ LA PETITE ILLUSTRATION.

La Petite Illustration--Roman, Théâtre--_paraîtra toutes les semaines
(sauf pendant celle qui est réservée au Numéro de Noël) et aura par
conséquent 51 numéros par an. Trente fois environ, ce sera l'actuelle_
Illustration Théâtrale _sous un autre titre. Et, dans les vingt autres
numéros, elle contiendra des romans, divisés, selon le plan des auteurs,
en trois ou quatre parties (cinq pour les oeuvres exceptionnellement
considérables)._

_Au lieu de quatre romans dans l'année, nous comptons ainsi, sans
diminuer le nombre des pièces de théâtre, en publier six, sous un aspect
infiniment plus favorable à la lecture et plus conforme aux intentions
des écrivains._

NOS PROCHAINS ROMANS

_Les plus grands romanciers contemporains, quand ils ont été mis au
courant de notre projet, nous ont immédiatement assuré leur concours._

_Dans le premier numéro de mars, comme nous l'avons déjà annoncé,
commencera la publication des_ Anges Gardiens, _par Marcel Prévost, de
l'Académie française, qui n'avait publié aucun roman important depuis_
Pierre et Thérèse, _il y a quatre ans_. Les Anges Gardiens _sont la
première oeuvre d'une série intitulée_ Ce temps-ci _et qui en comprendra
deux autres:_ Lodore _et_ les Don-Juanes, _réservées également à_ La
Petite Illustration.

_Après le roman de Marcel Prévost, nous publierons successivement:_

_De Paul Bourget, de l'Académie française:_ le Démon de midi;
_De Michel Provins:_ Un Roman de théâtre;
_De Gaston Rageot:_ la Voix qui s'est tue;
_D'Alfred Capus:_ Scènes de la vie difficile;
_D'Henry Bordeaux:_ Coeurs incertains;
_De Victor Margueritte:_ l'Émigrant;
_et des oeuvres de Marcelle Tinayre, Myriam Harry, Gaston Chérau, Gaston
Leroux, etc._

_Pendant l'été,_ La Petite Illustration-roman _paraîtra chaque semaine,
et une des oeuvres que nous venons d'énumérer pourra être offerte tout
entière à nos lecteurs en un mois. Pendant certains mois d'hiver,_ La
Petite Illustration-théâtre _aura une publication ininterrompue. Pendant
les périodes intermédiaires, roman et théâtre alterneront._

LE NOUVEAU PRIX

_Comme conséquence, le prix de tous les numéros de_ L'Illustration,
_avec celui de_ La Petite Illustration _(théâtre ou roman) dont ils
seront accompagnés, sera porté de 0 fr. 75 à 1 franc--soit une
augmentation de 1/3--comme l'était déjà celui des numéros contenant_
L'Illustration Théâtrale.

_Si nous augmentions dans la même proportion le tarif de l'abonnement,
il serait porté de 36 francs à 48 francs pour la France, de 48 francs à
64 francs pour l'étranger._

_Mais_ L'Illustration _a toujours voulu accorder les conditions les plus
favorables à ses lecteurs les plus réguliers et les plus fidèles: ses
abonnés._

_L'augmentation que nous leur demanderons sera non pas de 1/3, mais de
1/9 seulement, le tarif nouveau que nous avons adopté étant de 40 francs
au lieu de 36 francs pour la France et ses colonies, de 52 francs au
lieu de 48 francs pour les pays étrangers (1)._

[(1) _Les changements d'adresse_, pour lesquels nous demandions jusqu'à
présent 0 fr. 50, afin de couvrir les frais qu'ils entraînent, seront
désormais _gratuits_, même pour les abonnés ayant souscrit avant le 1er
mars, à l'ancien tarif, et à qui le nouveau prix ne sera applicable que
lorsqu'ils renouvelleront leur abonnement.]

LES PROGRÈS DE «L'ILLUSTRATION»

_Il nous est bien permis, au moment où nous allons leur demander ce
léger concours, de rappeler aux abonnés de_ L'Illustration _tout ce
qu'ils ont reçu depuis vingt ans sans aucune augmentation de prix._

_Le numéro type comptait, en principe, uniformément 16 pages de gravures
et de texte, ce qui donnait, à la fin de l'année, un total de 832
pages._

_Or, en 1912, douze numéros seulement n'ont eu que 16 pages. Les
quarante autres ont compté 18, 20, 22, 24 (ce chiffre s'applique à vingt
numéros), 28, 36 et 58 pages, formant un total de 1.158 pages, soit un
surcroît de plus de 320 pages, équivalant à 20 numéros ordinaires de
plus dans l'année._

_Faut-il parler du contenu de ces numéros, maintenant imprimés
entièrement sur papier couché; des nombreuses reproductions en couleurs
ou en taille-douce, dans le texte ou remmargées; des courriers d'Henri
Lavedan; de séries d'articles comme ceux de Pierre Loti sur Angkor, de
Georges Clemenceau sur l'Amérique du Sud, de Louis Bart hou sur le Soudan
égyptien; de correspondances illustrées comme celles de Gustave Babin
(Maroc), de Georges Rémond (Tripolitaine), de L. Sabattier (Pékin),
d'Alain de Penennrun (campagne des Bulgares en Thrace), etc.? Et est-il
besoin d'évoquer le succès littéraire, artistique et typographique
qu'ont obtenu les derniers numéros du Salon et surtout de Noël?_

_Enfin, tout en transformant ainsi_ L'Illustration _proprement dite, de
grand format, n'avons-nous pas multiplié progressivement les suppléments
en demi-format_ (L'Illustration Théâtrale _et les_ Romans de
L'Illustration), _nous acheminant par là vers l'amélioration définitive
à laquelle nous aboutissons, vers ce second journal hebdomadaire que nos
lecteurs recevront régulièrement à partir du 1er mars?_

_Quelles dépenses--en papier, en matériel d'imprimerie, en personnel, en
frais de gravure, de rédaction, de voyages--ont nécessitées ces
accroissements, nous laissons nos lecteurs l'imaginer. Nous publierons
ici un seul chiffre: celui des frais de poste. En 1912 ils se sont
montés, pour chaque abonné de province, à 10 francs; pour chaque abonné
de l'étranger, à 25 fr. 35; et nous avons versé à l'administration des
postes 1.047.011 fr. 32 d'affranchissement._

_Le prix de l'abonnement--qui avait été calculé d'après le prix de
revient de l'ancienne_ Illustration--_n'ayant jamais été augmenté
jusqu'à présent, il ne couvre plus, depuis longtemps, les frais de_
L'Illustration _nouvelle._

_La différence, nous l'avions demandée jusqu'à présent à la publicité
commerciale._

LES BIENFAITS DE L'ANNONCE

_Sans empiéter jamais sur notre texte et nos gravures, sans se confondre
jamais avec nos pages littéraires, artistiques ou documentaires,
l'annonce s'est développée, sous la couverture de_ L'Illustration,
_comme le journal lui-même. Non seulement elle nous a fourni des
ressources importantes, dont nos abonnés ont bénéficié sous toutes les
formes qui viennent d'être rappelées, mais elle a ajouté--ce n'est pas
là une assertion paradoxale--un élément d'intérêt à notre publication._

_L'annonce, non déguisée, telle que nos annonciers la comprennent, s'est
faite variée, ingénieuse, afin d'attirer l'attention du public; les
fautes de goût y sont assez rares; elle est le reflet de l'esprit
commercial français. Des abonnés de l'étranger_ (L'Illustration _en
compte près de 30.000) nous ont écrit: «Combien vos annonces elles-mêmes
nous intéressent et nous sont utiles! Grâce à elles, nous faisons chaque
semaine comme une promenade dans les rues de. Paris.»_

_Et nous connaissons des collectionneurs qui font relier, avec_
L'Illustration, _non pas toutes les pages d'annonces (les volumes
seraient trop gros), mais des pages choisies, typiques. Augmentée de ces
documents caractéristiques sur notre époque, leur collection ne
sera-t-elle pas plus intéressante pour leurs petits-fils? Et
n'acquerra-t-elle pas une véritable plus-value bibliographique?_

_Plus d'un million de francs étant prélevés, chaque année, sur le
produit des pages d'annonces pour maintenir et accentuer les
améliorations dont ont bénéficié nos abonnés, ceux-ci ne s'étonneront
certainement pas que nous leur demandions de contribuer directement
cette fois à une amélioration nouvelle._

«LE PREMIER JOURNAL ILLUSTRÉ DU MONDE.»

_Notre nouveau prix, plus rationnel que l'ancien, plus équitable, ne
sera d'ailleurs plus changé désormais, quels que soient les progrès que
puisse encore réaliser_ L'Illustration _pour mieux mériter la faveur du
public et rester digne de cet éloge que nous décernait récemment, dans
une lettre à un de ses collaborateurs, le plus grand éditeur de journaux
et de périodiques du monde entier, le fondateur du_ Daily Mail, _du_
Daily Mirror, _du_ London magazine, _etc., le directeur actuel du_
Times, _Lord Northcliffe: «L'Illustration_ is beyond question the
leading illustrated paper in the world» (L'Illustration _est, sans
conteste, le premier des journaux illustrés du monde._)



COURRIER DE PARIS

CELUI D'AUJOURD'HUI

C'est le jeune homme d'à présent que je veux dire, celui que pour un
peu, si j'osais, j'appellerais «le conscrit de 1913».

Quand, ayant franchi la moitié déjà de nos étapes, nous nous mettons à
observer le jeune homme du jour et du matin qui nous côtoie, il nous est
impossible de le faire sans aussitôt le comparer à l'autre jeune homme,
au type antérieur de la génération précédente, à celui qu'en un mot nous
étions et que, nous semble-t-il encore, nous réalisions avec un si joli
bonheur d'ensemble et de détails! Bien de plus naturel. Toujours les
vingt ans d'autrui nous rappelleront les nôtres en nous les faisant
préférer, nous donneront, par leur aimable et rassurant aspect,
l'illusion des vieux printemps perdus.

Bien que personne ne puisse raisonnablement prétendre avoir incarné et
résumé à son époque, la ligure et le modèle de la jeunesse à laquelle il
appartenait, il est cependant permis, même au premier venu, du moment
qu'il fut une parcelle, un atome pensant et vif de cette élite de
l'espoir, d'affirmer à ce titre très suffisant, que, sans la représenter
dans son intégralité, il a cependant contribué, de si loin et de si
infime façon que ce soit, à l'idée, juste ou fausse, qu'elle a donnée
d'elle, au caractère qu'elle a montré, au souvenir, bon ou mauvais ou
n'étant ni l'un ni l'autre, qu'elle a transmis. 11 sera donc, à la
rigueur, excusable s'il généralise plus qu'il ne faudrait. Et s'il lui
arrive de se laisser entraîner à confondre avec son imparfaite
individualité la génération qui, heureusement, se gardait bien toute de
lui ressembler, il sera pourtant moins éloigné de la vérité que l'on
pourrait le croire, et, tout en risquant de se tromper, il n'aura pas
entièrement tort.

C'est qu'en effet, en dépit de son insouciance et de sa légèreté, de son
irréflexion, de sa sottise, de tout ce qu'il arborait de frivole, il
aura, malgré lui, baigné dans un flot, dans un courant de pensées graves
parfois, et communes à tous, et respiré l'air qu'étaient bien forcé
d'accepter alors tous les poumons, et reçu le choc d'impressions
universelles et puissantes qu'il n'était pas en son pouvoir d'éviter.

Ainsi aujourd'hui, à travers les espaces de moi-même, regardant par le
gros bout de la lorgnette, le jeune homme de 1880 qui me paraît si
ridiculement petit, et auquel, avec une mélancolique complaisance, je ne
m'amuse à accorder ma vague silhouette et mes traits effacés que pour
mieux ranimer ma mémoire,... voici à peu près comme il m'apparaît.

Il a été enfant à la fin de l'Empire. Jusqu'en 1868, il en a vu passer
les souples calèches, les brillantes troupes, souvent victorieuses. Il a
commencé de jouer dans une sécurité pleine d'élégance et de charme. Et
puis 1870-1871, les deux années de la guerre et de la Commune, qui ont
compté plus que double, ont sonné la fin de la récréation, ont creusé en
lui le fossé d'un noir souvenir. Il avait dans les onze ans à ce
moment-là, il n'a donc pas fait la guerre, il ne peut même pas dire, à
proprement parler, qu'il l'ait vue, mais il l'a sentie, il l'a traversée
en famille, vécue avec son imagination naissante et ses premières
réflexions d'adolescent meurtri. C'a été, dans un autre sens, comme une
espèce d'affreuse première communion patriotique, le «plus vilain jour
de la vie» dont il n'a jamais pu chasser l'image et abolir la cruauté. A
cette date, il a dû apprendre que le mot victoire n'était pas, comme il
l'avait toujours cru, un mot uniquement français. Et il a grandi dans un
pays blessé et diminué. Il n'avait pas assez souffert directement, et
par lui-même, pour être tout de suite hanté des idées qui secouaient ses
aînés immédiats. Il avait bien entendu parler des batailles, il n'en
avait pas foulé les champs, il n'avait, grâce à Dieu, pas vu les morts à
terre, ni les blessés debout, il ne contemplait le désastre qu'à travers
Detaille et Neuville. C'étaient de poignants et superbes tableaux qui
procuraient, quand on les regardait, je ne sais quel douloureux et
tourmentant émoi. Cela dépassait sans doute un peu les yeux, et
s'avançait vers la tête, mais sans aller toujours jusqu'au tréfonds du
coeur... Alors le jeune homme rêvait,... inclinait vers la poésie, la
littérature et l'art, les élans d'une pensée plus mûrie que fortifiée,
plus affinée, plus sensibilisée que trempée virilement par les drames
nationaux, au milieu desquels il avait été jeté trop désarmé et trop
petit. Il est bien rare que la première fois et instantanément les
grandes choses frappent l'enfance. Elles portent bien le coup, qui n'est
pas inutile, mais ce n'est que plus tard qu'il se fait sentir. Il lui
faut du temps pour se propager jusqu'au jeune homme et toucher l'homme
accompli. Quand l'enfant découvre la mer et la montagne, il en reçoit un
choc, malgré tout superficiel et rapide, même s'il est violent. C'est
seulement dix ou vingt ans plus tard qu'il éprouvera, en allant
rechercher ce même souvenir, la juste et sainte émotion de l'étendue et
le religieux vertige du sommet. Ainsi le pâle et tendre petit flâneur de
1872 n'a bien compris le sens exact et la signification dure et
métallique et claire des mots de défaite et de patrie, que quarante ans
plus tard, aux matins de Fachoda et aux soirs d'Agadir. En 1870, il
n'avait fait qu'épeler les lettres de l'alphabet sacré. Aujourd'hui
seulement il sait lire. En 1880, le jeune homme transitoire qui, depuis,
a tant changé, était donc incertitude, ennui, langueur, dilettantisme,
doute, orgueil et faiblesse. Il n'avait pas, autant qu'on l'a dit et
qu'il l'a lui-même laissé croire par une sorte d'affectation, de pose
juvénile,--renoncé à l'enthousiasme, au culte de l'idéal, à la haute
pratique des sentiments d'éternelle et pure grandeur, mais il ne les
étalait pas, il les cachait, même les oubliait et les laissait dormir,
comme un vin à qui cela ne fait pas de mal de reposer, couché dans
l'ombre silencieuse des caves. Soyez persuadé néanmoins que, s'il avait
l'air de n'y pas penser, c'est qu'il savait bien que les sentiments en
question étaient toujours là, dans le sous-sol, à portée de son coeur et
de sa main. Il avait bien le temps! Ce serait pour plus tard.

Or, aujourd'hui qu'a sonné ce plus tard, tour à tour ardemment appelé,
sitôt atteint, si vite franchi et si regretté, l'homme qui se recueille
au milieu de sa vie et qui, le plus lentement possible, s'apprête à
redescendre, en conservant, pour s'illusionner, la démarche et le geste
de monter encore, cet homme-là contemple, avec un soin d'une tendresse
toute particulière, le jeune homme d'aujourd'hui qui, après plusieurs
autres, déjà marqués et démodés, l'a remplacé dans le monde. Il le voit
tout différent de ce qu'il était, si différent que, tout d'abord avec la
naïveté de l'âge et l'indéracinable candeur de l'expérience, il s'en
étonne, en est presque choqué. Et puis, aussitôt pris et empoigné par le
spectacle de ce _type_, si riche et si abondamment pourvu de tout ce qui
lui manquait, il se prend à l'envier et à l'aimer dans une espèce
d'admiration militante.

En effet, le jeune homme de ce matin correspond exactement à ce
qu'éprouve, pense, espère et veut l'homme fait et terminé. Par sa
culture, ses goûts, ses aspirations, son caractère, son énergie morale
et physique, il est ce même homme, tout pareil, avec cette seule nuance,
cette seule qualité en plus et qui est tout: la jeunesse! Il a rattrapé
l'homme mûr avant d'en avoir l'ancienneté. Il le réalise avec les moyens
que l'autre, son prédécesseur, ne possède plus ou ne conserve que
calmés, dépouillés de leur feu, de leur alcool. C'est un jeune homme
_qui a compris_, un jeune homme accru, renforcé, musclé, nerveux et
discipliné, ravitaillé par la confiance et l'espoir, entraîné par les
sports, tanné par le grand air, affermi par une eau plus froide, emporté
vers les hauteurs par les aéroplanes de son idéal, comme l'est le poids
agile et lourd de son corps par le moteur et l'aile. Il a la faculté du
rêve et toutes les ressources de l'action, il est une merveille
d'équilibre, de puissance ordonnée, un admirable et complet instrument
de travail français. Il ne faut pas craindre de le proclamer, il est
supérieur à et; qu'était son aîné, il vaut mieux que lui, il ira plus
loin, et fera davantage. Mais son aîné lui aura servi, et le cadet, pour
n'être pas ingrat, devra souvent s'en souvenir. Son aîné l'aura préparé,
nécessité par l'implacable loi du contraste et de la réaction, il l'aura
fait germer. Même quand ils n'étaient pas d'accord, ils s'entendaient et
se cherchaient, en paraissant se fuir. Quand le jeune, avant de savoir,
se moquait de l'ancien, il se rapprochait déjà de lui sans qu'il s'en
doutât. Ce qu'on aime le plus, c'est ce que l'on a commencé par
méconnaître et railler. Les plus grands saints sont peut-être les
convertis.

Ces très simples observations, vous les pourrez faire après moi, en
lisant l'excellent livre d'Agathon sur les jeunes gens d'aujourd'hui.
Vous y verrez par quels chemins larges, tout droits ou détournés, mais
qui menaient tous aux Romes éternelles, a passé le jeune homme de 1913,
avant d'être en marche vers les buts que, par eux, toucheront leurs
aînés. Ces pages lumineuses et saines, ces éloquents rapports, d'une
documentation serrée, vous montreront, tel qu'il est, _notre_ jeune
homme de demain, être de combat, de volonté, d'audace réfléchie, héros
en perpétuelle puissance, d'une si simple et franche complexité,
patriote et surtout guerrier, idéaliste et positif, croyant, et réaliste
religieux, la conscience en paix ou labourée, reprenant du service
catholique, ne reculant plus, aux moments où il le faut, à appeler tout
de même Dieu par son nom.

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



[Illustration: Les vingt accusés encadrés par des gardes municipaux
choisis.--_phot. H. Manuel._]

LA BANDE TRAGIQUE AUX ASSISES

On les tient et on les juge. Ils sont là vingt accusés, grands premiers
rôles, comparses, figurants, utilités, souffleurs et garçons
d'accessoires. Toute la troupe, toute la bande, qu'il ne faut point
appeler celle des assassins anarchistes, pour qu'il n'y ait point de
confusion, de malentendu, car ce ne sont point là des fanatiques,
coupables de crimes d'idées, de meurtres politiques. Non point. Ce sont
des tueurs de pauvres gens. Leurs victimes, dont ils ont fouillé les
poches ou pillé les caisses, ce sont d'humbles employés à 150 francs par
mois, un garçon de recettes, de jeunes comptables d'un bureau de banque,
fusillés sans défense, à bout portant; ce sont des vieillards infirmes;
c'est un chauffeur conduisant une voiture à livrer; c'est un gardien de
la paix que l'on «brûle» pendant qu'il réclame des papiers d'identité;
tout cela, c'est du crime de droit commun, le plus abject et le plus
infâme, que l'on s'est mis dix ensemble à préparer et à exécuter; et,
par égard pour tous ceux qui, dans la suite des temps agités de toutes
les histoires, ont été eux-mêmes les funestes et courageuses victimes de
leurs exaltations sociales, ceux qui se sont brûlés à leur propre
flambeau, il ne faut point ici, à propos de ces gens et à l'occasion de
ces actes, prononcer le mot, ni même évoquer l'idée de crime politique.
C'est, d'ailleurs, ce que M. le président Couinaud a tenu à déclarer,
une fois pour toutes, dès ses premières paroles.

[Illustration: Kilbaltchiche: «_Propagandiste, oui. Criminel, depuis
quand?_»]

Aujourd'hui, décidément, il y a quelque chose de changé dans cette salle
des grandes premières criminelles. Le public «chic» n'a pas été convié.
Mondaines et demi-mondaines sont, pour cette fois, restées chez elles et
nous ne verrons pas en ce lieu, comme lors de l'affaire Steinheil, le
scandale de leurs toilettes de répétitions générales. Plus de
frissonnements de soie, ni de rires hystériques sous les voilettes, ni
de gestes charmants et parfumés de jolis bras et de mains fines jouant
avec un face-à-main ou même une lorgnette de théâtre. L'endroit, privé
de ces lueurs de vie heureuse et de ce bourdonnement léger, demeure ce
qu'il doit être, ce que l'on a voulu qu'il fût, triste, grave, gris,
avec ses trop hautes fenêtres par où la lumière indécise, et toujours
blême, passe à regret comme l'espoir. Et c'est à peine si, dans ce jour
pauvre où tous les visages semblent décolorés et spectraux, on peut
distinguer avec quelque précision les traits impassibles du président et
des juges rouges d'assises, la silhouette, cravatée d'hermine, du vieux
procureur général qui a tenu, en ces circonstances, peut-être
périlleuses, à occuper lui-même le fauteuil de l'accusation, et les
honnêtes physionomies des jurés, un architecte, des ingénieurs, un
médecin, un employé et quelques rentiers, qui devront demeurer là,
immobiles et attentifs, face à face avec la sinistre bande, pendant
vingt jours.

[Illustration: Simentoff: «_Je reconnais que j'avais de bien mauvaises
relations._»]

Placés en face des fenêtres, les vingt et un accusés, dix-huit hommes et
trois femmes, reçoivent toute la lumière de la salle. Ils n'y paraissent
point en beauté. Ce sont les bandits modernes, très jeunes pour la
plupart, cruels, impitoyables, jouisseurs, prétentieux, fiers de leurs
quelques lectures mal comprises, qui leur ont donné non point des
opinions, mais des haines et des appétits. Il y a là trois ou quatre
pâles figures au mauvais regard, imberbes, parmi lesquelles cet éphèbe
sinistre, Callemin; dit «Raymond la Science», Soudy «l'homme à la
carabine» de Chantilly, et Belonie; il y a aussi, la première du premier
rang du côté des juges, une singulière petite fille à figure expressive
qui rit tout le temps et agite coquettement ses cheveux coupés courts et
bouclés: c'est Mme Anna Maîtrejean, directrice ou gérante de la maison
de _l'Anarchie_; il y a, séparé d'elle par un garde, son ami
Kilbaltchiche, un Slave rêveur, aux yeux très enfoncés dans une face
glabre, au surplus le seul théoricien authentique de la bande, le seul
véritable et sincère marchand d'illusions. Et tous les autres, y compris
Dieudonné, l'homme aux mémoires, le robuste Carouy, le fantomal Metge,
le rouge Dettwiller et aussi, de Boue, Rodriguez, Monier dit Simentoff,
le remisier Crozat de Fleury, la femme Schoofs et Barbe le Clerch, la
maîtresse de Carouy, sont des types impersonnels, insignifiants,
anonymes, que vous avez rencontrés cent fois sans éprouver une émotion
ni une curiosité.

--Faites entrer les témoins! ordonne le président.

Aussitôt, une foule, en cohue, envahit la salle. Il y a là, pêle-mêle,
les parents et les amis des victimes et les parents et les amis des
meurtriers. Un homme près de moi pâlit et jure en regardant Soudy. Je
lui demande: «--Vous le reconnaissez?--Si je le reconnais! Il a tiré sur
moi, à Chantilly!» Un autre déclare, à mi-voix: «J'ai été menacé, mais
je suis armé!» Et il indique la poche enflée de son veston. L'appel dure
interminablement. Enfin, le flot s'écoule peu à peu par la petite porte.
Les interrogatoires, maintenant, vont commencer.

[Illustration: Mme Maîtrejean: «_Je prends la responsabilité de ce que
j'écris, non de ce qu'on m'écrit._»]

_Croquis d'audience de P. RENOUARD._

[Illustration: Dieudonné: «_Ceux qui sont morts ont peut-être regretté
leurs crimes._»]

--Madame Maîtrejean!

[Illustration: Soudy: «_Si j'avais eu une situation adéquate à mon
intelligence, je n'aurais pas été un «illégaliste»._]

[Illustration: M. le Président Couinaud.]

[Illustration: Dieudonné: «_Un homme sain ne peut faire l'apologie de
Bonnot.»_]

[Illustration: Callemin, dit Raymond la Science: «_Je me suis accusé
aussi d'avoir étranglé Louis XVI._»]

Une très jeune femme se lève. Ses vingt-quatre ans en semblent seize.
Et, dans la salle, de tous côtés, on murmure: «Mais c'est Claudine!» Eh!
oui, Claudine, en cheveux courts qu'une raie sépare en deux lourds
bandeaux bruns, à la fois fille et garçon, avec le col marin plat sur le
sarrau noir d'écolière; Claudine à l'école, vive et mutine, qui tient en
main ses notes, son cahier de devoirs et, au bout des doigts, un petit
crayon dont elle ronge la mine... Que répondriez-vous, Claudine, si vous
aviez à vous défendre en cour d'assises des accusations portées contre
Mme Maîtrejean, gérante en fait de la maison de famille de _l'Anarchie_,
receleuse, et affiliée, affirme-t-on, à une association de
malfaiteurs?... Et Claudine de répondre d'une voix claire, sans trouble,
sans maladresse, un peu nerveuse seulement et fâchée parfois contre le
président qui insiste trop, mais pas antipathique et laissant dans la
salle une impression amusée, plutôt favorable. Son coaccusé, ami et
associé, Kilbaltchiche, le jeune Slave pensif, complète et précise les
explications demandées. Sa voix est très douce; sa parole facile,
élégante, ordonnée. Il se sépare d'un mot adroit des anarchistes
terroristes; il est, lui, d'une école qui admet les sentiments
affectifs, la sensibilité et, comme guide, la conscience au moins autant
que la raison. Il évoque la vie de labeur et de pauvreté du couple et
son existence, peu secrète, dans la chambre unique qui était en même
temps la salle commune de _l'Anarchie_ où l'on allait et venait, portes
ouvertes... Au surplus, il revendique avec insistance pour lui seul
toutes les responsabilités que l'on veut faire peser sur sa compagne. Il
se rassoit. Il a été habile. Et l'on attend avec d'autant plus de
curiosité l'interrogatoire des vedettes.

...C'est fait. Mardi, mercredi, jeudi, on a interrogé les vedettes. Ce
n'était donc que cela, les vedettes! La surprise, la déception,
atteignent à la stupeur. Voici, loquace, emphatique, reniant les
doctrines «illégalistes», traitant d' «imbéciles» les apologistes de
Bonnot et de Garnier, déclarant même que Bonnot était un anormal à
cerveau de «Fuegien», voici Dieudonné que l'encaisseur Caby a reconnu
comme son assassin et qui niera tout, même l'évidence, cela, d'ailleurs,
sans un élan de sincérité, sans un cri vrai qui émeut... Voici Callemin,
dit Raymond la Science, imberbe, petit, râblé, très myope, très jeune,
très infatué, un mauvais gamin rageur, qui n'a même point les mots de
Gavroche (à qui je demande pardon pour le rapprochement), et qui aura
noté sur ses petits papiers jusqu'aux pauvres insolences qu'il jugera
habile de mêler à ses faibles ripostes et à ses plus invraisemblables
dénégations. Il s'embrouille vite, d'ailleurs, ne trouve plus de réponse
dès qu'il a omis de prévoir les questions et s'effondre enfin, maté, en
plein désastre, dans ses petits papiers inutiles. Et maintenant c'est le
tour du jardinier-camelot Monier dit Simentoff, un Méridional tragique,
bavard et confus, du garçon épicier Soudy, qui déclame, et se plaint de
ne pas avoir trouvé «une situation adéquate à son intelligence», de
Carouy--figure brutale, facilement farouche--qui nie comme tous mais
avec moins de littérature et plus d'énergie. Que dire des autres
accusés, ceux dont la tête n'est pas en jeu?... L'intérêt décroît
encore, si possible... Mais les témoins, maintenant, vont se succéder à
la barre et ramener, avec eux, l'émotion.

[Illustration: Carouy: «_On m'a vendu comme un bétail!_»]

ALBÉRIC CAHUET.

_Croquis d'audience de P. RENOUARD._



[Illustration: La zone, vue de la crête des fortifications, à la porte
de Montmartre.]

LA ZONE ET SES HABITANTS

VOYAGE AUTOUR DE L'ENCEINTE DE PARIS

La plupart des Parisiens ne doivent guère mieux connaître la «zone» que
le musée du Louvre. Si l'on s'évade de la capitale par le chemin de fer,
cette bande de terrain de 250 mètres de largeur qui entoure le mur
d'enceinte est franchie en quelques secondes; elle apparaît assez loin
des rails, semblable aux terrains vagues ou irrégulièrement construits
qui marquent presque toujours l'approche d'une grande ville. Si on gagne
la banlieue en voiture ou en tramway, on se fait une idée très
approximative de la région que le gouvernement de Louis-Philippe greva
de la servitude militaire _non ædificandi_. Devant les portes, tantôt
désertes, tantôt encombrées d'une file de voitures attendant un regard
de l'octroi, le glacis des fortifications étale sa verdure triste et
maculée, animé, certains jours, par le grouillement d'un marché aux
puces. A peine a-t-on aperçu en bordure du gazon la ligne des baraques,
éparses ou serrées les unes contre les autres derrière une palissade de
fortune arrivant presque au niveau de leurs toits, qu'on trouve une voie
relativement large, en beaucoup d'endroits sillonnée de tramways,
jalonnée par des bâtisses modestes: épiceries, fruiteries ou guinguettes
qui transportent l'imagination dans un village quelconque, à cent lieues
de Paris, et masquent les cités bizarres, souvent lamentables, édifiées
par les zoniers, comme les concessions à perpétuité cachent les tertres
pauvres ou abandonnés de la fosse commune.

Pour avoir une idée un peu exacte de cette région très spéciale,
monstrueux anachronisme en notre siècle d'élégance et d'hygiène, il ne
suffit pas de grimper sur le talus des «fortifs», un véritable voyage de
plusieurs jours s'impose.

[Illustration: La sortie de Paris à la porte de Versailles.]

Si l'excursion vous tente, adoptez une tenue modeste, prenez des
chaussures solides, et partez. Il faut se résigner à patauger dans des
boues variées, avoir l'oeil alerte, la langue accorte et bien pendue.
Les zoniers sont méfiants en ce moment; pour pénétrer chez eux, il faut
souvent franchir le «mur» de la propriété privée. Mais, en général, ces
gens ne paraissent point méchants; avec une attention pour les mioches
on apprivoise tout de suite les parents.

Sans doute, la population est aussi bigarrée que l'architecture, s'il
est permis de s'exprimer ainsi; gardons-nous cependant de considérer la
zone comme un repaire d'apaches. Beaucoup de travailleurs, de petits
prolétaires, dont je me suis abstenue de scruter les opinions sociales;
intéressants par cela même qu'ils sont pauvres, plutôt sympathiques par
l'effort de travail, d'économie et d'ingéniosité qu'indiquent leurs
constructions les plus baroques.

On m'avait recommandé une grande prudence, on m'avait même engagée à
confier à un agent de la sûreté la responsabilité de mon humble
personne; je suis allée sans escorte, j'ai pénétré partout, et si j'ai
aperçu quelques visages rébarbatifs, si l'accueil fut parfois réservé,
il resta toujours poli. Durant cette promenade d'une semaine, je n'ai
pas entendu le moindre mot malsonnant.

                               *
                              * *

C'est peut-être autour de Saint-Ouen que la zone est le plus
aristocratique, exception faite, bien entendu, des quartiers riches
avoisinant le bois de Boulogne. Des jardins, rien que des jardins;
irrégulièrement découpés du côté de Clichy et de Levallois, flanqués de
terrains vagues, piquetés de maisonnettes ou de bâtiments industriels
qui ont remplacé la cité des chiffonniers, foyer d'épidémies il y a une
vingtaine d'années.

En allant vers l'est, c'est un damier de jardinets, enserrés de haies
vives et de palissades primitives, entre lesquelles courent des chemins
étroits, aboutissant parfois à des impasses, et dont il est souvent
difficile de trouver l'entrée. Dans chaque lot, une «maison de
campagne», où les vieilles persiennes, les caisses à biscuits, le carton
bitumé, les débris de fer-blanc, sont ajustés avec ingéniosité.

En été, la verdure folle habille ce délabrement: les capucines, les
fleurs de haricots, les taches du soleil y mettent de la splendeur.
Ouvriers de toutes industries, facteurs, employés de banque, viennent le
dimanche se reposer à l'air, arroser leurs champs de légumes et
surveiller une récolte qui peut presque payer le prix de location:
quatre ou cinq sous par mètre.

[Illustration: Dans les jardins de Saint-Ouen: les zoniers fouillant un
rôdeur «élégant».]

Sous la brume d'hiver, ce maquis devient lamentable. Les bicoques sont
désertes, gardées par des chaînes ou des cadenas qui paraissent
représenter la partie la plus soignée du mobilier. Si les apaches de
grande envergure dédaignent ces parages, les apaches en herbe s'y
aventurent pour rafler des légumes ou des instruments de jardinage. Le
hasard me fait assister à l'interrogatoire de deux jeunes drôles,
correctement vêtus, qu'un locataire a surpris dans le domaine de son
voisin. En fouillant l'un d'eux, le juge improvisé trouve une arme
terrible: une maille de fer attachée solidement à une longue lanière. On
confisque l'arme, puis, faute de preuve d'un délit caractérisé, on rend
la liberté aux prévenus.

L'aspect change rapidement aux environs de la porte de Clignancourt.
Dans la plaine des Malassis s'élève une véritable cité où les sentiers
marécageux, bordés de taudis infects, alternent avec des rues
proprettes, tracées au cordeau.

Dans ces dernières, l'architecture est plus soignée, les chalets
voisinent avec des maisonnettes bâties «en solide», pierres ou briques,
qui ne sont gas les mieux tenues. Aux fenêtres de guingois brillent
parfois des rideaux d'une réelle blancheur; des poules picorent dans la
cour, la marmaille prend ses ébats. De-ci de-là, s'inclinent sur les
masures des matériaux de démolitions qui attendent une adaptation
judicieuse. Au bord des allées du jardin les terres sont retenues par
des planches arrachées à l'impériale des omnibus défunts:
Madeleine-Bastille encercle un massif de rosiers; Clichy-Odéon garde un
plant de carottes... Dans quelques rues, le propriétaire a amené l'eau,
luxe assez rare dans la zone. Sur la porte d'une construction en pierre
rudimentaire, je lis: «Bureau». Porte close, nul employé.

J'arrive au boulevard Michelet.

Tournant le dos au trottoir dont les sépare une palissade régulière, des
roulottes semblent abandonnées. Par une porte étroite, je pénètre dans
ce hameau où de braves forains se réfugient durant les trois ou quatre
mois de morte-saison. Presque toutes les voitures sont fermées:
tenanciers de jeux d'adresse, somnambules extra-lucides, gagnent en ce
moment leur vie à d'autres métiers. Un avaleur de sabre m'affirme que sa
«demoiselle» travaille à _L'Illustration_; près de lui une jolie fille
lave son linge. L'ensemble est assez propre, mais d'une tristesse
communicative; les roulottes sont plus serrées qu'à la foire de
Montmartre.

En sortant, j'aperçois au loin une maison en pierres, à peine achevée,
dressant ses quatre étages devant la porte de Clignancourt, à l'endroit
même où commence la zone, en bordure du glacis. A la porte Pouchet, un
immeuble semblable écrase de sa hauteur insolente la maisonnette d'une
sage-femme, plus respectueuse de la légalité. Il y a, m'assure-t-on,
bien d'autres cas de pareille désinvolture.

[Illustration: Une rue en «dur».]

Par suite de quelles erreurs bureaucratiques, de quelles compromissions
administratives, ces constructions furent-elles autorisées? Il ne
m'appartient pas de chercher à approfondir. La chose paraît assez
mystérieuse. Un petit locataire me dit que le génie défendait de bâtir
en «dur», alors que les communes interdisaient de bâtir en «mou». Il a
tourné drôlement la difficulté en remplaçant la tuile ou le papier
goudronné par du ciment armé! Je renonce à comprendre et me borne à
souhaiter que Jacques Bonhomme ne soit pas finalement condamné à payer
les bénéfices escomptés par d'audacieux spéculateurs.

A la Chapelle, à la Villette, des usines, des terrains plus ou moins
déserts; les figures sinistres ne rôdent qu'à l'intérieur des murs. Près
du canal Saint-Martin, la zone occupée par les réseaux du Nord et de
l'Est. A Pantin, c'est le marché couvert, inférieur en couleur et en
puanteur aux marchés d'Orient, mais presque égal en désordre et en
saleté.

A Romainville, aux Lilas, changement de décor.

[Illustration: La zone le long du chemin de fer de l'Ouest-État, à
Clichy.]

Le long de vraies rues commençant au glacis, la zone est bâtie presque
régulièrement, avec la banalité qui caractérise les petites
agglomérations de la banlieue. A Bagnolet; à Montreuil, pays des pêches
et des fleurs, beaucoup de baraques de chiffonniers ou de petits
jardiniers édifiées avec un soin relatif. L'une d'elles, en piteux état,
est décorée par des médaillons en mosaïque égarés, sans doute, dans les
démolitions d'un music-hall. Tout cela manque un peu de pittoresque.

[Illustration: Une rue en «mou». DANS LA PLAINE DES MALASSIS.]

A Vincennes, à Saint-Mandé, la zone s'embourgeoise. Nous traversons la
Seine, les réseaux du P.-L.-M. et de l'Orléans, et nous trouvons à Ivry
et à Gentilly le coin le plus typique et le plus vanté de la ceinture
parisienne.

Entre la porte d'Ivry et la porte de Choisy, la zone habitée est divisée
en trois bandes dont la première offre le spectacle le plus douloureux,
le plus révoltant que puisse concevoir un être civilisé.

Sur le glacis, des roulottes alignées limitent ce camp de la misère et
de la vilenie humaine. J'entre; un infâme cloaque s'étend entre deux
rangées de maisons roulantes. Dans cette boue fétide courent dix, vingt,
trente marmots dépenaillés, à demi nus, qui mêlent leurs glapissements
aux grognements fatigués d'un lion tapi dans une cage abandonnée sur le
sol; des vieilles à la Goya trient de misérables chiffons, cependant que
des messieurs en complet veston et en pelisse inspectent leurs associés.
[Illustration: Constructions essentiellement précaires.]

Ces enfants, âgés de cinq à dix ans, sont presque tous étrangers,
italiens ou espagnols; ils partent chaque matin pour aller mendier au
profit de leurs parents ou des gredins qui les ont loués. L'été, ils
font des corbeilles, l'oeil attentif au moindre objet mal surveillé. Un
chauffeur abandonne-t-il un instant sa voiture: aussitôt la marmaille se
glisse, enlève une lanterne, une trompe, tout ce qui peut se décrocher.
L'agent cycliste parisien qui nous donne ce détail ajoute: «Nous ne
pénétrons jamais chez eux, ils sont sur Ivry.» Cinq minutes après, un
agent d'Ivry me dit: «Nous ne nous en mêlons pas, cela regarde la police
de Paris...»

Instinctivement, je distribue des sous à la marmaille, oubliant que la
recette ira aux patrons, et je cherche, sans y réussir, à faire part
égale à tous. A tort ou à raison, quelques-uns murmurent. Un enfant
s'approche alors de moi et gentiment me dit: «Y en a qu'en ont pas eu,
madame; y en a qu'en ont eu deux fois. Moi, j'réclame pas, j'ai eu mes
deux ronds.» Pauvre gosse!

[Illustration: L'immeuble de rapport d'un électeur influent (porte de
Clignancourt).]

[Illustration: La baraque d'une petite fleuriste respectant la loi (à
Ivry).]

DEUX TYPES DE CONSTRUCTIONS SUR LA ZONE

[Illustration: A Ivry: les roulottes.]

[Illustration: Intérieur du camp des romanichels.]

[Illustration: Un coin d'Ivry-Terrasse.]

Je veux prendre une photo. Un homme vient m'enjoindre de sortir, presque
poliment, du reste. Il ne veut pas «voir d'histoires sur les journaux».
Je m'exécute; cet homme, qui tient un débit de boissons à l'entrée de ce
ghetto, est le gérant du propriétaire, Parisien fortuné. On m'assure que
M. Coûtant, maire et député d'Ivry, n'a pu encore obtenir des arrêtés
d'expulsion contre ces étrangers et mettre fin à un scandale qui doit
attrister son coeur de socialiste.

Sur la bande voisine, ce sont des forains ou des romanichels. Une belle
brune, au type gitane accentué, me demande si je consentirais à faire le
portrait de sa petite fille. «En vous payant», ajoute-t-elle. Je promets
de lui envoyer une épreuve. Plus loin, une «Frochard» grogne des injures
en anglais; à côté, une bouquetière prépare ses violettes.

Séparée par une barrière en planches de ce monde bizarre, une petite
cité d'ouvriers éparpille ses maisonnettes de chaque côté d'une haie
vive qui bourgeonne déjà. Les rideaux des fenêtres empêchent la
curiosité de pénétrer au fond de ces logis humbles mais décents.
J'aperçois une épicerie, plusieurs marchandes de fleurs, un débit de
vins avec balançoires et élevage de canaris: _Au Moulin rose_.

Au coin d'une avenue, le chalet du gardien, une fontaine et une pancarte
indiquant les heures où on vend l'eau: sept centimes ce que la commune
vend trois ou quatre, me dit-on. Les locataires se sont agités et ont
obtenu l'établissement d'une fontaine gratuite sur la voie publique, à
l'entrée de la cité.

[Illustration: Chalets suisses au Kremlin-Bicêtre.]

Aucune lumière, pas le moindre réverbère. Les habitants, pourtant,
semblent heureux et si enracinés qu'ils se demandent avec terreur où ils
iront après l'expropriation. Les soirées d'été leur paraissent
délicieuses; ils ne sont nullement troublés par le voisinage des
romanichels.

[Illustration: Un coin encore plus pauvre.]

«Si on nous vole, me dit un des notables patentés de l'endroit, nous
savons que ce ne sont pas les roulottiers, ce sont nos voisins.» Il
ajoute naïvement: «Ici, voyez-vous, madame, il n'y a que des braves
gens.»

De l'autre côté de la porte de Choisy, mêmes baraquements en planches.
Mais ici l'atmosphère semble plus lourde, des femmes au type espagnol
entr'ouvrent des portes sur notre passage, des voyous traînent autour de
nous, la casquette bas posée sur le regard oblique, une cigarette collée
au coin de la bouche narquoise; marchons vite, l'air brave...

[Illustration: La «villa» des forains à Clignancourt.]

A la porte d'Italie, nous rencontrons le «marché aux puces», le vrai,
celui qui laisse loin derrière lui, comme pittoresque et renommée, le
marché aux puces de Saint-Ouen et celui de la porte de Flandre. Ici, les
«biffins» ont leurs boutiques et leurs habitations; le dimanche, ils
n'ont qu'à étaler à leur porte la «brocante», mélange hétéroclite de
ferraille, de vieux souliers, de garde-robes fripées, d'ustensiles de
toutes sortes, avidement fouillés par des amateurs économes ou par des
malins qui espèrent, une fois dans leur vie, trouver pour quinze sous
une étude de Corot ou un bronze de Gouthières.

A Gentilly, au Kremlin-Bicêtre, même note, avec plus de saleté encore. A
Montrouge, c'est un fouillis de cabanes, de maisons solides, de
constructions peu intéressantes. De là jusqu'à la Seine, rien ou presque
rien: des terrains vagues, le champ d'aviation. Passé la Seine, les
guinguettes du Point-du-Jour, puis le bois de Boulogne, qui suit les
fortifications d'Auteuil à la porte Maillot, où nous trouvons sur la
zone: les montagnes en carton de Luna-Park, les baraques de la route de
la Révolte, des bâtiments consacrés à l'industrie automobile, l'hôtel
somptueux d'un conseiller municipal, et, en face, le restaurant Gillet.

Ensuite et jusqu'à notre point de départ, la banalité de quelques
constructions légères qui ne sont originales, ni par elles-mêmes, ni par
l'entourage.

                               *
                              * *

A qui appartiennent en général les terrains de la zone? A des
capitalistes de tout repos ou à de petites gens ayant acquis, à force de
travail et d'économie, un bout de jardin où ils édifient la bicoque qui
leur épargne la visite du concierge le jour redouté du terme? Je me
garderais bien de hasarder à cet égard la moindre affirmation; il
faudrait, pour le faire en connaissance de cause, un travail de
bénédictin qui échappe à ma compétence.

Il paraît toutefois prudent d'accueillir avec réserve les protestations
bruyantes du syndicat qui nous fait entrevoir une population de 20.000 à
30.000 zoniers exposés à se voir «dépouillés» du bien arrosé par leur
sueur et par celle de leurs aïeux.

D'après M. Dausset, président du Conseil municipal, on compte dans la
zone un groupe important d'assez gros propriétaires possédant le terrain
par héritage; d'autres l'ont acquis à une époque relativement récente
dans un but de spéculation.

A la porte de Choisy, un très petit nombre de personnes, une dizaine
peut-être, se partagent les tranches de zone où nous avons vu les
roulottes des romanichels et les ménageries en détresse.

M. Bugnet, naguère ingénieur du Métropolitain, a acquis il y a une
dizaine d'années le domaine d'Ivry-Terrasse, environ 15.000 mètres, où
sont essaimes 100 à 150 locataires; à côté, la famille Bacot possède,
depuis un siècle, 54.000 mètres de jardins. Entre Ivry et Gentilly, on
me cite le domaine de la comtesse de Maillé; celui des Lazaristes,
30.000 à 40.000 mètres. Plus loin, vers Montrouge, le grand contribuable
de la zone est M. Victor Duruy, professeur à l'École Polytechnique.

A la porte d'Aubervilliers, un employé d'octroi me montre un bâtiment
industriel important en cours de construction. Le propriétaire possède
20.000 mètres de terrain grevé de la servitude militaire; c'est un des
membres actifs du syndicat des zoniers.

Dans ce que nous appellerons le maquis de la zone, le terrain se loue de
10 à 25 centimes le mètre comme jardins, 50 à 75 centimes comme terrains
à bâtir. C'est donc un revenu brut de 1.000 à 7.500 francs l'hectare!
Ils se vendent 10 à 15 francs le mètre dans la région industrielle; 20 à
30 francs en bordure des grandes voies où prospèrent épiceries et
«bistros»; 1 franc en certains endroits. Exceptionnellement, aux
environs de la porte Maillot, par exemple, la valeur est beaucoup plus
grande.

[Illustration: Le marché aux puces à la porte de Choisy.]

Je n'ai point à discuter le projet du Conseil municipal, j'ai essayé
simplement de donner aux lecteurs de _L'Illustration_ une idée à peu
près exacte de cette zone en beaucoup d'endroits insalubre, où grouille
une population parfois digne d'intérêt, mais dont l'existence aux portes
de Paris est un danger pour la santé publique et une offense à la beauté
de la capitale.

SERGINE DAC.

[Illustration: Hôtel d'un conseiller municipal sur la zone, au rond
point de la porte Maillot.]



[Illustration: La bénédiction des premières assises du monument élevé,
sur le sommet du mont Kartal Tepe, aux morts du 30e régiment
d'infanterie bulgare.]

TABLEAUX D'ARMISTICE

Ce sont des images paisibles, reposantes, d'une gravité douce ou d'une
saine gaieté, que ces «tableaux d'armistice», saisis tout dernièrement
par l'objectif autour d'Andrinople; pourtant, au lendemain du jour où,
les négociations rompues, les deux adversaires, après un repos de deux
mois, ont recommencé la lutte, ils prennent un caractère émouvant,
douloureux; et une impression de grande pitié s'en dégage. C'est fini
maintenant de pleurer les morts, de danser et de rire! Les plaines
d'Andrinople sont redevenues des champs de bataille.

Pendant la trêve, un des premiers soins de l'état-major bulgare avait
été de donner aux soldats tombés dans les combats du mois de novembre,
une sépulture convenable: un peu de terre remuée, une simple croix,
marquent désormais les tombes de ces braves. La photographie reproduite
aux pages suivantes évoque non sans grandeur la funèbre besogne du
fossoyeur.

[Illustration: Pas d'armistice pour la vermine...]

Ce pieux devoir accompli, il restait à célébrer solennellement le
courage des morts. Les premières assises d'un monument, commémoratif
d'un beau fait d'armes, ont été placées sur le sommet du mont Kartal
Tepe, au sud-ouest d'Andrinople: c'est là que, après s'être emparé de la
position, le 30e régiment bulgare de Chéinovo résista victorieusement,
dans les combats des 8, 12 et 13 novembre, à l'attaque d'une division
turque et fut décimé dans la lutte héroïque. Cependant, dans le vaste
camp établi autour de la ville cernée de toutes parts, une vie
tranquille, presque normale, s'était peu à peu organisée. Aux heures
chaudes du jour, on pouvait voir des soldats occupant les loisirs de
l'armistice à des soins de toilette qui sans doute n'étaient point
superflus: la recherche, par exemple, sur leurs vêtements et leur linge,
d'ennemis minuscules et irritants, qui, eux, n'avaient pas fait trêve...
D'autres, au son de la «gaïda»--la cornemuse bulgare--improvisaient,
devant les tranchées, une danse du pays, pour la plus grande joie de
leurs camarades, assemblés en cercle autour d'eux. Plaisirs simples de
jeunes hommes insouciants malgré les incertitudes de la guerre, auxquels
déjà succèdent de rudes fatigues et de périlleux efforts!

[Illustration: PENDANT L'ARMISTICE, AUTOUR D'ANDRINOPLE.--La danse du
pays, au son de la _gaïda_ bulgare.--_Photographies du sous-lieutenant
G. Stainoff._]

[LES PLAINES GLACÉES D'ANDRINOPLE OU L'ON VA RECOMMENCER A SE BATTRE
Pendant la trêve, les Bulgares ont recouvert d'un peu de terre leurs
morts des combats de novembre, et ont planté des croix sur ces pauvres
tombes. _Photographie communiquée par le sous-lieutenant G. Stainoff, du
30e régiment d'infanterie._]

[Illustration: Ensemble des batteries, tranchées, réseaux de fil, de
fer, etc., constituant un ouvrage.

Route militaire unissant les divers ouvrages avec chemin de fer à voie
étroite.

Les ouvrages fortifiés défendant Janina au sud, contre l'armée grecque
venant par la route de Preveza.]



LES GRECS DEVANT JANINA

_Voici les hostilités reprises entre la Turquie et les alliés: dans les
délais réglementaires à partir de la rupture des négociations de Londres
et de la dénonciation défi armistice, le canon a recommencé à tonner,
lundi soir, et à Tchataldja et à Andrinople,--sans doute aussi devant
Scutari. A Janina, la lutte n'a pas été interrompue._

_Mais le mauvais temps a grandement paralysé, devant cette dernière
place, l'effort de l'armée hellénique, et elle ne progresse que
lentement, au prix d'un effort persévérant. Notre collaborateur M. Jean
Leune, dans le dernier article qu'il vient de nous adresser et qu'on va
lire ci-dessous, nous montre à quelle résistance acharnée se heurtent
les assiégeants de Janina et quelles fortifications importantes ils ont
à enlever. Il fait comprendre combien leur furent disputés les avantages
certains qu'ils ont jusqu'à présent obtenus._

Philippias, janvier 1913.

Il ne faut pas être surpris que l'armée grecque ne soit pas encore à
Janina. Il faut bien plutôt s'étonner que les énormes moyens de défense
dont disposent les Turcs autour de cette ville n'aient pu empêcher les
troupes du général Sapoundsakis de prendre les positions qu'elles
occupent aujourd'hui.

Janina est en effet défendue par une série de forts et batteries
répartis comme suit:

1° Aux villages de Mega Gardikou et de Mikron Gardikou, situés à 9
kilomètres au nord-ouest de Janina, deux ouvrages distants l'un de
l'autre d'environ une demi-heure;

2° Un ouvrage au village de Sadovitza, situé à 7 kilomètres à l'ouest de
Janina;

3° Trois batteries, pour 9 canons de 9, pour 4 canons de 12 et pour 4
mitrailleuses au monastère Douroutis ou Péristéras, situé à 4 kilomètres
au sud-ouest de Janina;

4° Six batteries, pour 9 canons de 9, 12 canons de 12, 2 canons de 15, 4
pièces de montagne de 7,5 et 8 mitrailleuses, au village de Bizani,
situé à 10 kilomètres au sud-est de Janina;

5° Deux batteries pour 12 canons de montagne de 7,5 à l'extrémité du lac
de Janina, au monastère Gastritza, situé à 4 kilomètres au sud-est de la
ville;

6° Une batterie pour deux pièces de 9, dans l'île de Janina;

7° Une batterie pour deux pièces de 9, au village de Parama, situé à 3
kilomètres au nord-est de Janina;

8° Une batterie pour six pièces de 9 à la colline dite Saint-Nicolas,
située à 15 kilomètres au sud-ouest de Janina.

Le tout forme autour de la place un ensemble de 21 batteries avec 128
canons: 73 pièces de 9cm; 16 pièces de 12cm; 2 pièces de 15cm; 25 pièces
de 7cm,5; 12 mitrailleuses qui battent de leurs feux, presque partout
croisés, tous les environs de la ville et commandent tous les débouchés
de la montagne sur la plaine de Janina.

Ce qui fait la force de ces ouvrages, c'est qu'en raison de la nature
montagneuse du terrain, il est à peu près impossible de leur opposer une
artillerie quelconque. Leurs puissants canons criblent impitoyablement
les très rares emplacements où l'on pourrait normalement placer de
l'artillerie de campagne ou de l'artillerie lourde. Quant à l'artillerie
de montagne, elle ne peut les approcher assez près pour leur nuire en
quelque façon.

Mais dans la guerre actuelle, deux choses leur sont de graves causes de
faiblesse:

D'abord l'inexpérience et l'inhabileté de leurs artilleurs; ensuite
l'intelligence et l'habileté de leurs adversaires que rien n'a pu
empêcher de placer des canons--les Turcs ne savent où--qui ont déjà fait
sauter plusieurs magasins et détruit un certain nombre de pièces à
Bizani.

Cet ouvrage est le plus important de tous. C'est von der Goltz qui l'a
fait établir tel qu'il est aujourd'hui, pour commander le débouché sur la
plaine de la route de Preveza à Janina. Mais, lorsque le maréchal vint,
il n'y a pas longtemps, inspecter les travaux, il conseilla aux Turcs
d'établir au lieu dit Saint-Nicolas une forte batterie qui commandât la
sortie du ravin de Manoliassa, complètement défiée des feux de Bizani,
et où l'ennemi eût pu installer une artillerie fort gênante. Les Turcs
ont donc, ces derniers mois, construit à Saint-Nicolas une batterie
armée de 6 pièces de 9cm dont la présence a fait au général Sapoundsakis
et à son armée le tâche un peu plus rude encore.

En ce qui concerne Bizani, nous avons eu la chance de nous entretenir
longuement, ces jours-ci, avec un officier turc prisonnier qui nous a
donné sur ce fort de très intéressants détails...

[Illustration: Schéma d'une batterie turque dans laquelle la moitié
arrière de chaque emplacement de canon est couverte d'une voûte en
béton, elle-même recouverte de terre.]

Les deux collines sur lesquelles se trouvent les ouvrages de Bizani sont
du roc gris et nu, ce qui a forcé von der Goltz et ses officiers à
adopter des plans et profils un peu spéciaux pour les batteries.
Celles-ci sont toutes creusées dans la pierre, chaque pièce se trouvant
logée dans une sorte de trou à base en forme de trapèze. Dans ces trous
on a élevé, entre la paroi de roc qui se trouve devant le canon et ce
dernier, un mur revêtu de béton. L'intervalle entre la paroi de roc et
ce mur a été rempli de terre. Sur le plan incliné qui se trouve devant
chaque batterie, parallèlement à la ligne de feu, le rocher a été
recouvert, sur une largeur de 4 mètres et une épaisseur de 0 m. 50,
d'une couche de gravier et de terre. On n'avait tout d'abord pas mis
plus de terre parce que celle-ci devait être amenée assez difficilement
et d'assez loin. Cependant, ainsi que nous l'avons très bien pu voir à
la jumelle du haut d'une colline où nous étions il y a quelques jours,
les Turcs ont récemment augmenté l'épaisseur de ces couches de terre. Le
logement de chaque pièce a donc la forme d'un trapèze dont la plus
petite base se trouve devant la pièce. Dans le mur bétonné et le rocher
qui forment cette petite base est creusé, de chaque côté du canon, un
abri carré pour les tireurs.

A droite et à gauche, dans les parois formant les côtés du trapèze, sont
creusés deux grands et deux petits magasins à poudre et à obus.

[Illustration: La terre dont la couleur indique qu'elle est fraîchement
apportée.

Aspect actuel des batteries à flanc de rocher prouvant que les Turcs ont
tout récemment amené sur place de grandes quantités de terre pour la
construction de talus et remblais protecteurs des pièces.]

Dans certaines batteries, la moitié arrière du réduit est protégée par
une voûte en béton, à l'abri de laquelle les artilleurs peuvent évoluer.

Derrière toutes les batteries, à une profondeur de 1 m. 20 à 1 m. 30
sous la surface du roc, circule un souterrain qui fait communiquer entre
eux les logements des pièces et magasins adjacents, et qui joint les
batteries les unes aux autres, ainsi qu'aux grands magasins de
munitions.

[Illustration: Coupe schématique d'une batterie turque avec ses abris et
magasins.]

Dans les batteries comportant des canons de 9cm, chaque pièce, avec son
logement, ses abris et magasins, occupe, sur la ligne de feu, un front
de 15 mètres. La profondeur du logement est de 1 m. 20 à 1 m. 30. Les
abris sont carrés et mesurent 2 mètres de côté. Les grands magasins ont
4 mètres sur 2 et les petits 1 m. 50 sur 1 m. 50. Les pièces de 9% sont
du dernier système Krupp à tir rapide et peuvent tirer quinze coups à la
minute, avec une portée de 4.000 mètres.

Les pièces de 12cm et de 15cm, système Krupp ancien, occupent un front
de 20 mètres. La profondeur de leur logement est de 1 m. 60. Les abris
carrés ont 2 mètres de côté, les magasins 4 mètres sur 2 et 2 m. 50 sur
2 m. 50.

Enfin, en des endroits parfaitement dissimulés et que l'état-major
allemand croyait invulnérables (l'expérience a prouvé le contraire),
sont, ou étaient, deux grands magasins à munitions et deux petits.
L'ensemble est mis à l'abri des attaques d'infanterie par des mines et
des réseaux de fils de fer barbelés...

Tout ce qui précède prouve que Bizani constituait avant la guerre, et
constitue encore malgré tout, un ouvrage fortifié très redoutable.

Il est intéressant d'en connaître les détails pour se rendre compte de
la façon dont les Allemands comprennent la construction des batteries
dans un sol qui n'est que roc. Le maréchal et ses collaborateurs ont
essayé là différents procédés nouveaux. Les Grecs complètent
l'expérience avec notre matériel et pour notre édification, en
détruisant canons et magasins, par un tir extrêmement précis, à très
grande distance, malgré toutes les protections de terre, de rocher ou de
béton.

Maintenant, si, comme tout le premier j'en suis certain, ils prennent
Janina malgré Bizani, ils auront achevé d'asseoir irréfutablement leur
jeune réputation militaire. Et personne alors ne pourra contester leur
mérite, qu'attestera à elle seule l'indéniable difficulté de
l'entreprise.

Leur attaque va, par ailleurs, se prononcer suivant les principes
essentiellement français, très chers au général Sapoundsakis et qui
conviennent infiniment à l'intelligence souplesse de ses troupes. Leur
réussite prouvera qu'une forteresse aussi formidable soit-elle, même
construite par l'état-major allemand, ne saurait arrêter longtemps une
troupe décidée à passer, surtout lorsque celle-ci est souple,
maoeuvrière et mordante... «à la française»...

JEAN LEUNE.



[Illustration: Le cercueil du ministre de la Guerre, victime des
Jeunes-Turcs, attendant les dernières prières.--_Phot. Ferid Ibrahim._]

[Illustration: Emplacement où a été creusée la tombe, dans la cour de la
mosquée Suleimanié.--_Phot. Talb Kope._]

LES OBSÈQUES DE NAZIM PACHA

CHOSES DE TURQUIE

Les obsèques de Nazim pacha ont été célébrées au lendemain même du coup
d'État, à Constantinople, sans grande pompe, mais cependant avec la
dignité convenable. Tous les attachés militaires étrangers avaient tenu
à suivre le cortège funèbre; et le sultan avait délégué, pour le
représenter, son premier aide de camp.

La dépouille du mort fut apportée à la mosquée Suleimanié, où, dans la
cour, la famille de Nazim a son _turbé_, son mausolée de marbre blanc.
Déposé sur un banc de pierre en arrière duquel des troupes rendaient les
honneurs, le cercueil attendit un assez long temps les prières suprêmes.
Et puis on le descendit dans la fosse toute préparée, que dominera
bientôt une stèle coiffée d'un turban, comme celle qui, sur la
photographie, se dresse en avant du monticule où s'entasse la terre de
la tombe.

C'est le général Izzet pacha qui remplace Nazim à la tête de l'armée
turque, comme généralissime et ministre de la Guerre.

Un de nos lecteurs, M. A. Beneyton, qui le connut; au Yémen, dont il
était allé réprimer l'inquiétante insurrection, se proclame fier de son
amitié, et fait de lui ce portrait sympathique:

«Elevé dans sa famille par une gouvernante française, Izzet pacha parle
notre langue avec une pureté parfaite. Chef d'état-major général de
l'armée depuis cinq ans, il n'a quitté ce poste que pour aller pacifier
l'Yémen. Il y a réussi au delà de toute espérance.

» C'est un des hommes qui font le plus honneur au nouveau régime:
foncièrement bon, honnête, patriote ardent, sans ambitions politiques
comme sans compromissions, on peut le comparer avec les plus grands
hommes d'État ou de guerre de n'importe quel pays d'Europe.»

Ajoutons que le prestige du nouveau généralissime est considérable dans
l'armée ottomane. On a vivement regretté qu'il ne fût pas présent lors
de la déclaration de guerre. On s'était hâté de le rappeler. Les
patriotes ottomans sont ardemment convaincus qu'il sera à la hauteur de
la formidable tâche qu'il a assumée d'un coeur vaillant.

Avec la reprise des hostilités, on s'attend à ce que de gros efforts
soient tentés par les alliés contre les trois villes qu'ils assiègent:
Janina, Scutari d'Albanie et Andrinople. Nous donnons ici les
photographies des trois hommes d'admirable énergie, dont les noms, quoi
qu'il advienne, survivront dans l'histoire au même rang que celui d'un
Osman pacha ou d'un Denfert-Rochereau: Vehib bey, qui commande Janina;
Hassan Riza bey, qui défend Scutari, et Choukri pacha, de qui
l'indomptable intrépidité est déjà presque légendaire et à qui l'on
prêtait récemment la résolution farouche de tourner ses propres canons
contre Andrinople même, plutôt que de la rendre.

[Illustration: Hassan Riza bey, défenseur de Scutari. Phot. Phébus.]

[Illustration: Le nouveau généralissime Izzet pacha. Phot. Georges
Rémond.]

[Illustration: Choukri pacha, défenseur d'Andrinople.]

LES DÉFENSEURS DE LA TURQUIE

LES FRONTIÈRES DE L'ALBANIE

La crise balkanique a pour conséquence une crise européenne qui, en
réalité, constitue le véritable danger pour la paix entre les grandes
puissances. Le gouvernement de Vienne, en dépit de toutes les
concessions faites par les Serbes (renonciation à un port serbe sur
l'Adriatique, satisfaction donnée pour l'incident Prochazka, offre de
négocier pour établir de meilleurs rapports économiques, etc.), n'a pas
démobilisé.

Pourquoi donc l'Autriche-Hongrie reste-t-elle prête à entrer en guerre
au risque d'y entraîner le continent tout entier?

Le gouvernement de Vienne a cette attitude uniquement en raison de la
question d'Albanie dont le règlement va bientôt concentrer l'attention
de l'Europe.

                               *
                              * *

La véritable Albanie est une région toute spéciale, divisée en une série
de cloisons étanches dont les montagnes forment les parois et qui
communiquent par un petit nombre de passages. Sur ce territoire, sans
routes, sans industrie, sans commerce, vivent chichement environ
1.330.000 d'Albanais (1 million de musulmans, 240.000 orthodoxes, 90.000
catholiques romains). Tous ces chiffres sont approximatifs. L'Albanais,
indomptable et rebelle, exècre le contact des étrangers. Il vit en
chassant ou en faisant paître ses troupeaux. Il ne reconnaît que la loi
des chefs de clans, clans qui se rattachent à de nombreuses tribus.
Encore dans la condition du moyen âge, la population albanaise est dans
sa presque totalité sans aucune instruction, mais la race est
susceptible de grands progrès, car on connaît des Albanais qui, au
service de la Turquie, ont fait preuve d'une vive et fine intelligence
et il existe aujourd'hui un petit groupe d'Albanais d'une culture
occidentale qui tiennent parfaitement leur place dans les milieux les
plus raffinés.

                               *
                              * *

La conférence des ambassadeurs à Londres a bien décidé, dès ses
premières réunions, qu'il y aurait une Albanie autonome, _sous le
contrôle et la garantie des puissances_, point essentiel à remarquer et
à retenir. Mais ce n'est rien que de décréter le principe de l'autonomie
de l'Albanie, principe en harmonie d'ailleurs avec la formule: «Les
Balkans aux peuples balkaniques», la vraie difficulté est de délimiter
l'Albanie. C'est là une tâche singulièrement ardue car, en réalité,
l'expression «Albanie» désigne une contrée dont les frontières peuvent
varier au nord, au sud et à l'est dans d'extraordinaires proportions,
selon le point de vue auquel on se place, et les intérêts que l'on veut
servir.

Nous allons donc tenter d'exposer les difficultés de la délimitation
albanaise en même temps que sa portée européenne.

                               *
                              * *

Il y a trois projets de délimitation de l'Albanie:

Le projet albanais;

Le projet autrichien;

Le projet des alliés balkaniques intéressés (Monténégrins, Serbes,
Grecs).

Indiqués par des traits nettement distincts sur la carte ci-dessous, il
est aisé de constater d'un coup d'oeil à quel point ces projets
diffèrent entre eux comme étendue de territoire englobé, et de mesurer
ainsi les difficultés à vaincre pour arriver à un accord définitif et
satisfaisant pour les parties en cause.

LE PROJET ALBANAIS

Le gouvernement provisoire albanais qui, sous la direction d'Ismaïl
Kemal bey, a été assumé par quelques hommes représentant
l'«intelligence» albanaise, a envoyé des délégués à Londres. Il demande la
reconnaissance de l'Albanie sous la forme la plus étendue qu'il soit
possible de lui donner. Dans leur projet, les Albanais englobent toutes
les régions où se trouvent des groupements albanais sans se soucier de
savoir si, sur certaines fractions du territoire ainsi constitué,
existent d'autres populations serbes, grecques ou bulgares plus
nombreuses que des groupements albanais. Les auteurs du projet albanais
ne considèrent pas davantage ce fait que beaucoup d'Albanais qui se
trouvent en Vieille-Serbie, par exemple, n'y sont que par l'effet de
massacres antérieurs, massacres exécutés systématiquement par les
Albanais dans les cinquante dernières années aux dépens des Serbes, et
dont aujourd'hui il semble excessif de vouloir conserver le bénéfice aux
dépens des Serbes victorieux.

Quoi qu'il en soit, il est inutile d'insister davantage sur le projet
albanais, car il n'a aucune chance d'être adopté. Ses frontières qui ne
laissent aux Monténégrins, aux Serbes et aux Grecs à peu près rien des
avantages de la guerre sont si manifestement excessives que le
gouvernement de Vienne lui-même ne soutient pas devant l'Europe le tracé
demandé par le gouvernement provisoire albanais.

LE PROJET AUTRICHIEN

Le projet autrichien, d'une étendue intermédiaire entre celui des
Albanais et celui des alliés balkaniques, est inspiré surtout par des
considérations politiques. Il est d'ailleurs, remarquons-le, un projet
de «marchandage». Peut-être même pendant l'impression de cet article
a-t-il été déjà modifié sur certains points.

Le gouvernement allemand de Vienne, qui a vu avec un infini regret la
victoire des Slaves des Balkans, a pour objectif essentiel de constituer
une barrière puissante entre la Serbie et la mer. Il va donc faire tous
ses efforts pour que cette barrière soit aussi épaisse que faire se
pourra. Il veut surtout que l'extension du Monténégro au nord de
l'Albanie soit aussi restreinte que possible afin de ne pas donner à cet
État des territoires qui lui permettraient, par une entente ultérieure
avec la Serbie, de lui faciliter l'accès à la mer Adriatique. Vienne
s'oppose donc énergiquement à la cession de Scutari au Monténégro, bien
que le roi d'Italie, gendre du roi du Monténégro, soit intervenu
récemment par sa diplomatie pour préconiser cette solution.

L'Autriche l'a jusqu'à présent repoussée parce qu'elle sait bien que, si
Scutari devenait monténégrin, l'Italie bénéficierait de la situation
nouvelle. En effet, dans cette hypothèse, le principal centre
d'influence en Albanie serait reporté plus au sud, à Elbassan, à Bérat,
ou à Valona. Dans ce cas, c'est l'influence italienne qui y
prédominerait. Au contraire, si Scutari fait partie de l'Albanie, il
deviendra le foyer de l'action autrichienne dans le futur État albanais.

C'est là une considération qui prend toute sa valeur si l'on admet qu'à
Vienne, où l'on a dû brusquement renoncer au vieux projet de descente
vers Salonique par l'effet de la victoire des Serbes et des Grecs, on
espère encore que le lot de l'Autriche pourra être constitué plus tard
par l'Albanie.

La diplomatie des Habsbourg s'ingénie donc à ce que le nouvel État dont
elle escompte l'absorption dans l'avenir soit aussi étendu que possible.

Pour soutenir son projet de frontières albanaises, l'Autriche-Hongrie
invoque les droits nationaux des Albanais. Cet argument est piquant
quand on sait de quelle façon les gouvernements de Vienne et de Budapest
traitent leurs nationalités slaves sur le territoire austro-hongrois.

LE PROJET DES ALLIÉS BALKANIQUES

La délimitation de l'Albanie demandée par les alliés balkaniques est la
conséquence d'un accord précis entre Monténégrins, Serbes et Grecs.

_Frontière albano-grecque_.

Les Grecs placent les limites septentrionales de l'Epire au nord de
Valona; mais, tenant compte de l'opposition de l'Italie, les Grecs,
ainsi que le montre le tracé, font partir leur frontière au point formé
par la baie de Gramala. Cette frontière va ensuite rejoindre la
frontière serbe à peu près à la hauteur du milieu ouest du lac d'Okrida.

Pour repousser le projet autrichien, les Grecs justifient ainsi leurs
prétentions:

A Janina, la population, le commerce, la culture, tout est grec.
D'ailleurs, en 1880, la conférence de Berlin, sur la proposition du
gouvernement français, a reconnu les droits de la Grèce sur Janina. Or,
géographiquement et économiquement, la possession de Janina entraîne
celle de Santi Quaranta qui, à son tour, commande celle de Chimara, sur
la côte, et d'Argirokastro, dans l'intérieur. En effet, toute cette
région ne communique aisément avec la mer que par Santi Quaranta ou
Preveza; mais, à Santi Quaranta, seuls les grands navires peuvent
parvenir.

Au point de vue ethnographique, la frontière proposée par la Grèce en
Epire et en Macédoine à l'ouest du lac d'Okrida contient 316.651 Grecs,
154.413 musulmans et 5.104 israélites.

Ces chiffres sont tirés de la statistique dressée en 1908 par le
gouvernement ottoman lui-même en vue des élections au Parlement de
Constantinople. Ils sont donc plutôt défavorables à l'élément grec. Il
convient, en outre, d'ajouter que, si le tracé hellénique englobe
154.413 musulmans, il laisse à proximité de la frontière en territoire
albanais 44.119 Grecs.

Ce qui reste de différence dans la balance des chiffres s'affaiblit
encore quand, en plus de l'aspect ethnographique de la question, on
envisage le côté civilisateur et humanitaire.

En effet, sur le territoire que la Grèce prétend annexer se trouvent 733
écoles grecques (filles ou garçons), dont 3 lycées de garçons (Janina,
Konitsa, Koritza), un lycée de filles (Janina). Ces écoles comportent
927 maîtres et maîtresses et 28.850 élèves, soit 9,2% de la population.

Les Grecs estiment donc qu'ils sont déjà parfaitement outillés pour
ouvrir définitivement l'Epire à la civilisation.

Comme le gouvernement de Vienne est relativement peu intéressé aux
affaires du sud de l'Albanie, il est à supposer que les Grecs
obtiendront de l'Autriche dans une large mesure satisfaction. Les
difficultés leur viendront peut-être de l'Italie.

_Frontière serbo-albanaise_.

La frontière demandée par les Serbes, à sa jonction avec la frontière
grecque, suit à partir du lac d'Okrida, non pas, comme on l'a dit, le
Drin noir, mais la ligne de partage des eaux se trouvant à l'ouest du
Drin. Ainsi, estiment les Serbes, la frontière sera mieux fixée et
permettra d'inclure en Serbie les nombreux villages serbes qui se
trouvent entre le faîte des montagnes et la rive gauche du Drin.

Le projet serbe est en complète opposition avec, le projet autrichien
qui, en sa forme initiale, attribue Prizrend à l'Albanie. Or, les Serbes
tiennent énormément à la possession de cette ville qui, au treizième
siècle, fut la capitale de l'empire serbe de Douchan le Grand.

En ce qui concerne les contrées d'Ipek, Detchani, Diakova, les Serbes,
comme on le verra plus loin, s'unissent aux Monténégrins pour en
réclamer l'exclusion de l'Albanie. Cette attitude n'implique pas une
divergence de vue entre Serbes et Monténégrins. Elle s'explique par ce
fait que, si Serbes et Monténégrins appartiennent à deux États
différents, ils ne forment, comme on sait, qu'un même peuple: le peuple
serbe. Les Serbes plaident donc à la fois leur cause et celle des
Monténégrins.

A propos de ces régions, dit le mémorandum serbe, «_la nation serbe ne
voudra et ne fourra faire aucune concession, ne pourra en venir à aucune
transaction, à aucun compromis, et il n'y a pas de gouvernement serbe
qui oserait s'y prêter_».

_Frontière albano-monténégrine._

C'est à propos de cette frontière, au nord de l'Albanie, que se
manifeste, avec le plus d'énergie, l'opposition autrichienne.

Pour soutenir son tracé, le gouvernement du Monténégro part de la
nécessité d'assurer la sécurité du royaume, ainsi que son développement
politique et économique.

Pour exclure de l'Albanie les territoires dont les chefs-lieux sont
Scutari, Ipek et Diakova, le Monténégro, comme la Serbie, fait appel aux
titres historiques, rappelant que, depuis les temps les plus reculés, le
Drin a été toujours considéré comme la limite extrême de l'Albanie du
Nord. Dans un document de 1355, le Drin est appelé _Flurnen Sclavoniæ_
(fleuve serbe).

A partir du onzième siècle, le royaume serbe de Zeta, dont le Monténégro
actuel a recueilli l'héritage, s'étendait jusqu'au Drin. Scutari fut le
siège de toutes les dynasties serbes, et, bien qu'alors la royauté ne
résidât pas toujours d'une manière stable et suivie, dans les grandes
villes, Scutari fut souvent la résidence des souverains serbes.

Les traces de cette possession subsistent encore dans la dénomination
actuelle, tout à fait serbe, des montagnes et des rivières de la région,
en dépit de l'albanisation qui a suivi, dans ces parages, la conquête
turque, albanisation, dans un grand nombre de cas, toute de surface, car
beaucoup d'Albanais d'aujourd'hui ne sont que d'anciens Serbes
islamisés.

Si, géographiquement, Scutari a été le centre historique du Monténégro,
on ne saurait contester qu'au point de vue économique le lac de Scutari
ne forme un tout indivisible. Le Monténégro a toujours souffert dans son
développement commercial de cette séparation violente et artificielle
d'avec le bassin de la Bojana et du Drin. La fertile plaine de Scutari
constitue, en effet, la seule issue naturelle du commerce monténégrin à
la mer. Le Monténégro ne pourra se développer que lorsque, grâce à la
rectification des frontières, il aura pu régulariser les fleuves Bojana
et Drin, évitant ainsi les grands dégâts causés périodiquement par les
crues.

[Illustration: LES PROJETS DE DÉLIMITATION DE L'ALBANIE + + + + Projet
albanais. ··+··+ Projet autrichien. Projet des alliés balkaniques:
-·-·- Frontière gréco-albanaise. ····· Frontière
serbo-albanaise.----- Frontière albano-monténégrine.]

Pour appuyer davantage leurs prétentions, les Monténégrins invoquent
encore le fait que de nombreuses tribus albanaises ont pris part avec
eux à la guerre contre les Turcs.

Les délégués monténégrins concluent ainsi:

«Ces raisons dictent au gouvernement monténégrin le devoir péremptoire
de déclarer aux grandes puissances que l'annexion de Scutari, d'Ipek et
de Diakova, inscrite en premier lieu sur le programme qui a présidé à
l'ouverture des hostilités, forme un tout nécessaire, et que _le
Monténégro, plutôt que de renoncer à cet agrandissement logique et
naturel de son territoire, préférerait disparaître comme facteur
politique dans les Balkans._»

Cette énergique déclaration aura-t-elle raison de l'opposition
autrichienne? Vienne persiste à considérer la ville de Scutari--qui n'a
pas encore été prise par les Monténégrins--comme purement albanaise.
Vienne n'ignore pas, en outre, que le tracé demandé par les Monténégrins
permettrait, par l'effet d'une entente ultérieure avec la Serbie, de
construire un chemin de fer qui, partant de Saint-Jean-de-Modua par
Alessio, la vallée du Drin et Prizrend, couperait la ligne
Mitrovitza-Salonique à Ferizovitch, et, de là, gagnerait Nisch, le
centre de la Serbie.

Il y a donc lieu de croire que l'opposition autrichienne à la cession de
Scutari au Monténégro sera très vive.

PORTÉE EUROPÉENNE DE LA QUESTION ALBANAISE

Comment, maintenant, la délimitation de l'Albanie peut-elle menacer la
paix européenne? La raison de ce danger est simple.

L'Autriche-Hongrie, qui n'a pris aucune part à la guerre n'a, en
réalité, aucun titre pour intervenir dans le partage de la Turquie
d'Europe entre les alliés qui, eux, invoquent le droit de conquête et
les sacrifices énormes qu'ils ont dû faire en hommes et en argent. Or,
_le projet d'Albanie présenté par le gouvernement de Vienne ne tend à
rien moins qu'à dépouiller les Monténégrins, les Serbes et les Grecs des
principaux résultats de leurs victoires._

Les grandes puissances ont déjà fait une large concession à
l'Autriche-Hongrie en adhérant au principe d'une Albanie autonome, mais
il est évident que cette Albanie doit être de dimensions restreintes,
afin de concilier les préférences de l'Autriche avec les droits des
alliés balkaniques victorieux.

Or, si l'Autriche est plus ou moins soutenue dans ses prétentions par
l'Allemagne et l'Italie, les alliés balkaniques ont pour appuis naturels
les puissances de la Triple Entente, dont la doctrine à cet égard a été
proclamée le 9 novembre 1912 par M. Asquith, premier ministre
britannique, disant, au banquet du lord-maire: «_Les vainqueurs ne
doivent pas être privés d'une victoire qui leur a coûté si cher._» Les
deux grands groupements politiques européens se trouvent ainsi aux
prises à propos de la question d'Albanie.

En effet, le «dépouillement» par l'Autriche des Monténégrins, des Serbes
et des Grecs serait considéré dans tous les Balkans, par tous les Slaves
d'Autriche-Hongrie, dans le monde entier d'ailleurs, comme un triomphe
de la Triple Alliance et un échec considérable pour la Triple Entente,
particulièrement grave pour la Russie.

La Russie, évidemment, en raison de sa politique séculaire, ne peut pas,
sans compromettre de la façon la plus grave son prestige de grande
puissance, abandonner à la pression allemande de Vienne des États slaves
et orthodoxes comme la Serbie, comme le Monténégro, «le seul ami de la
Russie»,--disait jadis Alexandre III.

Pour ces raisons, à la conférence des ambassadeurs de Londres, les
alliés s'attendent, à propos de l'Albanie, à être soutenus fermement par
la Triple Entente. Puisque les grandes puissances, dans l'ensemble, ne
veulent certainement pas la guerre, la meilleure solution à souhaiter,
c'est qu'une conciliation puisse se faire entre les points de vue si
opposés de l'Autriche et des alliés. On tend, d'ailleurs, dès
maintenant, à une transaction.

Ce qu'il faut bien comprendre encore, c'est que plus le territoire de
l'Albanie sera restreint, et davantage la diplomatie européenne sera
délivrée pour l'avenir des soucis incessants et certains que lui réserve
la création d'un État albanais. On ne saurait se le dissimuler, le futur
État albanais sera le foyer des intrigues les plus variées:
autrichiennes, italiennes, monténégrines, serbes, grecques, albanaises,
au-dessus desquelles devront s'exercer le contrôle et la garantie de
l'autonomie des six grandes puissances! Quelles perspectives!

Dans ces conditions, le simple bon sens indique que moins le «guêpier»
albanais sera étendu, moins nombreux seront les soucis que les
puissances auront fatalement à son sujet. Par contre, plus la part des
alliés sera grande et plus vaste sera le domaine de la civilisation. Ce
qu'ont déjà su faire les Grecs, les Monténégrins et les Serbes des
territoires conquis jadis sur les Turcs est un gage certain de l'oeuvre
bien faisante qu'ils sauront accomplir dans leurs nouvelles
Possessions.

ANDRÉ CHERADAME.



[Illustration: LE SIÈGE D'ANDRINOPLE.--La situation au moment de
l'armistice et à la reprise des hostilités.

La ligne principale de défense turque, indiquée schématiquement sur le
croquis, n'a été rompue, en novembre, qu'au sud-ouest et à l'ouest, les
Bulgares s'étant emparés de Kartal-Tépé et d'une partie des forts de
Papas-Tépé d'où ils peuvent maintenant bombarder une partie de la
ville.--La ligne enveloppante de petits rectangles indique la
répartition des troupes assiégeantes dans les secteurs, et non pas leurs
positions qui sont beaucoup plus avancées.]

[Illustration: DEVANT ANDRINOPLE.--Le général Ivanof, qui commande
l'armée de siège bulgare, sur la rive de la Maritza, avec son
état-major. _Photographie. G. Woltz._]

[Illustration: UNE FABLE DE LA FONTAINE EN ACTION.--_Le Meunier, son
fils et l'âne_, dans le Turkestan. _Phot. A. Svoboda._]

C'est une illustration inattendue pour la célèbre fable de La Fontaine,
_le Meunier, son fils et l'âne_, que nous apporte cette authentique
photographie qui fut prise à Bokhara, dans le Turkestan... On y
retrouve, saisis sur le vif, les trois personnages du délicieux apologue
familier à nos mémoires: le père, vénérable vieillard, coiffé du turban,
vêtu d'une ample robe rayée, son fils, un enfant encore, «mais non des
plus petits», et le paisible baudet, docile sous le bât, philosophe que
les vicissitudes de ce monde n'émeuvent plus.

Le voilà portant bravement sur son échine un double fardeau, dont l'un
au moins est de poids; mais la route est longue, le soleil ardent, et la
pauvre bête ne saurait, en cet équipage, aller loin. Pour l'alléger, le
fils descend; et tout aussitôt les bons villageois rencontrés au passage
de s'indigner, comme dans la fable, à la vue du jeune homme suivant à
pied son père, «tandis que ce nigaud, comme un évêque assis, fait le
veau sur son âne...» Le vieillard, confus, se hâte, pour détourner les
quolibets, de céder sa place à son fils; et les railleries, maintenant,
s'adressent au garçon, qui, confortablement installé sur sa monture,
semble mener «laquais à barbe grisez». Blâmé par ceux-ci, pris en pitié
par ceux-là, le père se décide à remettre son fils en croupe:

_Eh quoi! charger ainsi une pauvre bourrique!_

Il s'y résout enfin, pour avoir la paix. Et c'est, dans l'aventure, le
malheureux âne qui, comme on dit, «a bon dos»...



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

_Actualité._ On a déjà lu, dans le _Figaro_, les magnifiques plaidoyers
de Pierre Loti pour _la Turquie agonisante_. Ces pages courageuses de
pitié et de justice aussi, dans lesquelles l'immortel auteur
d'_Aziyadé_, de _Jérusalem_, des _Désenchantés_, demande grâce pour le
vaincu oriental et stigmatise l'appel à la curée, sont réunies en un
petit volume (Calmann-Lévy, 2 fr.) qui prend une place d'honneur et
marque une date émouvante dans l'oeuvre de Loti. Cette noble et ardente
protestation n'arrêtera point sans doute la fatalité qui entraîne les
destinées d'un peuple. Mais ce cri d'humanité n'en aura pas moins eu son
retentissement dans le monde: et, chez nous, dans cette France
protectrice depuis des siècles des Latins orientaux que menacera
évidemment désormais l'hégémonie orthodoxe, dans cette France,
conseillère jadis écoutée à Constantinople et commanditaire pour près de
3 milliards des organisations financières et des entreprises
industrielles et commerciales de l'Empire en détresse, tels
avertissements directs de Loti, que, sous une autre forme, saisissante
et documentaire, nous trouvons répétés dans l'enquête suprême de M.
Stéphane Lauzanne, _Au chevet de la Turquie_, ne sauraient passer au
milieu de l'indifférence.

_Philosophie._

La philosophie sereine et consolante de Maurice Maeterlinck s'efforce,
aujourd'hui, de nous réconcilier avec _la Mort_ (Fasquelle). L'auteur de
_la Sagesse_ et du _Trésor des humbles_ a écrit pour notre âme angoissée
par le grand mystère, une sorte de manuel de la bonne mort, où, à les
regarder attentivement et courageusement en face, avec sang-froid, on
voit peu à peu se dissoudre et s'évanouir les horreurs et les affres de
l'heure dernière. Non point qu'il tente de nous révéler quelques-uns des
secrets de l'au delà. Car nul, sur cette terre, ne prononcera le mot qui
mettra un terme à nos incertitudes. Et d'ailleurs non seulement nous
avons à nous résigner à vivre dans l'incompréhensible, mais nous devons
même nous réjouir de n'en pouvoir sortir. «Si, en effet, il n'y avait
plus de questions insolubles ni d'énigmes impénétrables, l'infini ne
serait pas infini; et c'est alors qu'il faudrait à jamais maudire le
sort qui nous aurait mis dans un Univers proportionné à notre
intelligence. Tout ce qui existe ne serait plus qu'une prison sans
issues, un mal et une erreur irréparables. L'inconnu et
l'incommensurable sont nécessaires à notre bonheur. Et je ne
souhaiterais pas à mon pire ennemi, sa pensée fût-elle mille fois plus
haute et plus puissante que la mienne, d'être éternellement condamné à
habiter un monde dont il aurait surpris un secret essentiel et auquel,
étant homme, il aurait commencé à comprendre quelque chose.»

_Histoire._

Le seul mérite de nous avoir révélé les frères Tharaud suffirait à
témoigner de l'utilité d'un jury littéraire contre qui, pour un vote
récent et contestable, se sont élevées d'assez vives attaques. MM.
Jérôme et Jean Tharaud sont de beaux écrivains français et on les tient
au premier rang de ceux qui ont le scrupule d'exprimer notre langue dans
toute sa pureté et sa lumière. Ils atteignent la perfection dans le
récit, précis et simple, mais où l'on devine une préparation laborieuse,
et une application disciplinée qui maîtrise l'élan. Ils ne nous
paraissent point avoir l'imagination assez libre ni l'âme assez
fougueuse pour nous donner jamais ces oeuvres qui atteignent le coeur et
qui laissent en nous, durablement, des émotions ou des mirages. Ils
n'ont point la sensibilité instinctive et contagieuse--celle de
Maupassant, par exemple--qui ne saurait naître, d'ailleurs, d'une
collaboration. Mais on doit attendre d'eux une longue série de petites
oeuvres parfaites, qui leur survivront--et ils sont jeunes--et que l'on
aimera conserver dans les bibliothèques, comme de précieuses choses,
dans l'enchâssement de délicates reliures. Ainsi fera-t-on pour _la
Tragédie de Ravaillac_ (Émile-Paul) que les Tharaud, avec tout le relief
de leur art expressif et la richesse élégante de leur pensée, évoquent à
leur tour au fil des documents contemporains, contrôlés et confrontés et
qui, surtout, invitent à rêver lorsque, les ayant vus, on a fait le tour
des remparts d'Angoulême, remonté la Charente et vagué «jusqu'aux
prairies de Touvre, sous le château ruiné auquel la tradition populaire
rattache par un sentiment profond la mémoire de Ravaillac, au bord de ce
gouffre glacé sur lequel, assurément, comme tous les enfants du pays, il
est venu pencher son visage, et dont les eaux mystérieuses qu'agite un
bouillonnement perpétuel semblent retenir encore l'ombre de son âme
tourmentée».

_Romans._

On peut s'enliser à jamais et mortellement dans les _Sables mouvants_ de
la vie parisienne, dès que l'on rompt toutes attaches à certains
principes stricts des vieilles traditions. Mme Colette Yver nous
affirme, en son nouveau roman, d'une observation pénétrante et actuelle
(Calmann-Lévy), qu'il est bien difficile de ne se point égarer lorsque
la voie, trop neuve, où nous orientons notre vie, n'est plus une route
comme celle «qui conduit chez nous à la campagne et que nous voyons
s'allonger si droite, si facile, piétinée, durcie par tous les gens du
pays qui cheminent là depuis des siècles.» C'est un thème assez analogue
à celui que traitait récemment et différemment M. Jacques des Gâchons
dans _la Vallée bleue_. Mme Colette Yver nous silhouette en trait
décisifs une fillette étrangement précoce qui ouvre trop vite son
intelligence au contact incessant des intelligences de «grandes
personnes» près desquelles on la voit toujours rôder silencieuse et
indifférente, semble-t-il. Mais son coeur, qui n'a pas été lentement
modelé par les soins pieux d'une mère attentive ou d'une éducatrice
habile, reste en friche, tout en instincts et en appétits, ignorant le
devoir et la pitié, les deux seules lumières qui auraient encore pu lui
servir de guides dans les sables mouvants. Et, lorsque, devenue jeune
fille, il arrive qu'elle aime, c'est avec une passion brutale et cruelle
qui brise tout et laisse un profond sillage de deuil. L'expiation
viendra ensuite. L'ardente et implacable créature apprendra, dans la
douleur sans espoir, le sens profond de la pitié et de l'amour,--mais
trop tard puisque les ruines sont faites. Les «marionnettes de luxe»,
nous dit M. Michel Provins, ont l'appétit très court aussi bien pour le
coeur que pour l'estomac; de là une infinité de ruptures, comiques,
dangereuses ou tristes simplement comme les rêves qui s'éteignent. Les
héros de M. Michel Provins, qui sont ces mondains d'aujourd'hui dont
l'amour, léger, égoïste, intéressé, peu sentimental, meurt très vite de
satiété, ont acquis, dans la manière de _bien finir_, une véritable
virtuosité que l'adroit auteur de tant de fins dialogues nous révèle
joliment (Fasquelle) dans _l'Art de rompre._



LES THÉÂTRES

_L'Enchantement_, que vient de reprendre la Renaissance, marqua, voici
treize ans--à la Renaissance, mais avec l'interprétation de l'Odéon,
qui avait cédé sa scène à la Comédie-Française incendiée--l'éclatant
début de M. Henry Bataille sur une scène régulière. Sa notoriété, puis
sa célébrité n'ont fait que grandir depuis. On se souvient du sujet de
la pièce: entre deux soeurs qu'une grande affection unit, un homme s'est
glissé; l'aînée, sérieuse et pondérée, l'épouse, plus par raison que par
amour; de dépit, la cadette, à l'amour instinctif, tente de
s'empoisonner; son aînée pense la guérir en la conservant en tiers dans
son ménage; mais, peu à peu, torturée de jalousie, à son tour elle
éprouvera la passion à laquelle elle ne croyait pas, elle subira
«l'enchantement» de l'amour et elle se séparera de la soeur qu'elle
chérit pour garder exclusivement le mari qu'elle adore à présent. Tout
l'essentiel du talent d'Henry Bataille est là en puissance. Mme Berthe
Bady joue le rôle principal avec une vie, une sensibilité
extraordinaires; Mlle Renouard est très juste de ton et d'attitude dans
le personnage difficile de la soeur cadette. M. Dubosc a composé
finement la physionomie du mari adoré.

_Sylla_, tragédie représentée précédemment au théâtre de Monte-Carlo, a
été chaleureusement accueillie en matinée, à l'Odéon. Son auteur, M.
Alfred Mortier, a des dons véritables de poète tragique.

A l'Opéra, le «conte musical» de M. André Gailhard, _le Sortilège_--dont
le livret est de M. Maurice Magre--a reçu le meilleur accueil. Ce jeune
compositeur est un laborieux qui possède en outre des qualités
inventives, le goût du pittoresque et beaucoup de charme.

L'esprit de M. Bernard Shaw ne nous est perceptible qu'au travers d'une
traduction. Néanmoins, il apparaît d'une originalité singulière faite
d'ironie froide, de puissance comique et d'un penchant non contrarié à
la mystification. Sa comédie: _On ne peut jamais dire..._ représentée au
Théâtre des Arts, abonde en traits inattendus, un peu déconcertants,
sans laisser d'être plaisante.

Au théâtre Apollo, nous avons revu avec plaisir _Monsieur de La Palisse_
et nous nous sommes divertis aux cocasses aventures qui lui adviennent
du fait de MM. de Fiers et de Caillavet, ses parrains. La musique de M.
Claude Terrasse est pleine d'allégresse et d'esprit; cette opérette a
retrouvé le franc succès qui l'accueillit en 1904, lors de sa création.

Cluny est la dernière bastille du vaudeville: _la Cocotte bleue_ vient
d'y être enfermée. Elle y sera visible chaque jour, sans doute fort
longtemps. Le public est convié à venir s'y dérider au spectacle des
péripéties où de nombreux personnages se démènent avant d'atteindre à un
dénouement heureux et prévu, quoique différé.

LA DISSOLUTION DU «SOUVENIR ALSACIEN-LORRAIN.»

Bien souvent, nous avons eu l'occasion le signaler l'oeuvre accomplie
aux pays annexés par le «Souvenir Alsacien-Lorrain»; de ce côté de la
frontière, on a toujours suivi avec une sympathie émue les touchantes
manifestations de ce culte des morts auquel les Alsaciens-Lorrains sont
demeurés si fidèles. Depuis longtemps elles étaient dans les journaux
allemands, l'objet de violentes et haineuses attaques. Cette campagne de
presse vient d'aboutir à ses fins: le gouvernement impérial a prononcé
la dissolution du «Souvenir»,--mesure qui ne pouvait manquer de
soulever, dans les deux provinces, une indignation générale. Le décret
de dissolution invoque les articles du Code pénal qui visent le crime de
haute trahison. «C'est tout simplement fou, nous écrit notre
correspondant de Strasbourg. Le «Souvenir «Alsacien-Lorrain» ne
poursuivait qu'un but infiniment noble: honorer la mémoire des soldats
tombés sur les champs de bataille de la guerre.»

Un homme était l'âme et la force du «Souvenir», auquel il avait
consacré, malgré les obstacles, toute son activité patiente et tenace:
M. Jean. C'est lui que, tout d'abord, on a voulu atteindre: la police a
perquisitionné à son domicile, à Vallières, et a saisi plusieurs lettres
privées où des amis de France lui annonçaient l'envoi de cotisations ou
le félicitaient de son admirable énergie. Parmi elles, il s'en trouvait
une dans laquelle le correspondant de M. Jean--d'ailleurs inconnu de
lui--parlait des «petits canons français qui ont fait leurs preuves dans
les Balkans et qui supprimeront bientôt la frontière maudite». Le
gouvernement fait grand état de cette lettre, qui a gagné, dans cette
aventure, une publicité dont seuls les Allemands ne sauraient se
réjouir.

[Illustration: M. Jean.--_Phot. Studia-Lux._]

En attendant que l'affaire soit portée devant la Chambre des députés,
l'opinion publique proteste vivement contre la dissolution du
«Souvenir», tout en affirmant son attachement à l'oeuvre des tombes: «Ce
coup a été plus douloureux, dit le _Journal d'Alsace-Lorraine_, que
toutes les autres tracasseries dont nous avons été les victimes, mais il
ne peut nous faire oublier nos morts. Pour supprimer ce culte de la
mémoire de nos frères, il faudrait supprimer jusqu'au dernier des
Alsaciens-Lorrains».



UN JOURNALISTE COMMANDEUR

Dans la promotion de la Légion d'honneur dite «du 1er janvier», qui
vient seulement de paraître à _l'Officiel_, figure, au titre du
ministère de l'Intérieur, non loin de M. Hennion, directeur de la Sûreté
générale, notre confrère L.-L. Pognon, administrateur de l'Agence Havas,
promu au grade de commandeur. Si, contrairement à nos habitudes, nous
enregistrons cette promotion, c'est que L.-L. Pognon est le premier
journaliste qui, à ce seul titre, reçoive du ministère de l'Intérieur,
auquel ressortit la presse, la cravate de commandeur.

[Illustration: M. Pognon.--_Phot. Herschel._]

Il n'est pas une salle de rédaction où le bel avancement de L.-L. Pognon
dans l'ordre national n'ait été salué avec joie: c'est un peu la
corporation entière qui est honorée en la personne de ce parfait galant
homme, de ce charmant camarade, si accueillant, si serviable toujours,
de cet excellent journaliste, si parfaitement maître en son métier.

S'il en avait le loisir--et s'il pouvait aussi conter tout ce qu'il a
vu--quels mémoires attrayants, mouvementés, pour rait écrire cet homme
qui depuis tant d'années promène par le monde, au hasard des événements
politiques, son intelligente activité, sa clairvoyance, sa curiosité
jamais indiscrète; qui, parti du reportage, en est arrivé à la direction
d'une des plus importantes agences d'information du monde; qui
accompagna, presque à ses débuts, Gambetta et recueillit de sa bouche
quelques-uns des mots historiques gravés dans la pierre de son monument,
et, tout dernièrement, était, à bord du _Condé_, le compagnon de voyage
de M. Poincaré. Combien d'événements auxquels il fut présent, seul de
tous les journalistes, sans qu'aucun de nous songeât à se plaindre de
cette faveur, tant nous considérons L.-L. Pognon comme le mandataire
qualifié, et en quelque sorte symbolique, de toute la presse, comme le
_représentative man_, diraient les Anglais, du vieux journalisme!...



LE COLONEL GUISE

L'un des officiers attachés à la personne du président de la République,
M. le colonel Guise, vient de succomber aux suites d'un terrible
accident.

Il passait à cheval, samedi dernier, sur le cours la Reine quand, aux
approches de la place de l'Alma, sa monture, effrayée par une
automobile, s'emballa et, après un brusque écart, fit panache et se tua.
Le cavalier, fut projeté la tête en avant sur la bordure du trottoir.

On releva, inanimé, le colonel Guise qu'on transporta dans une pharmacie
voisine d'où, par les soins de M. Collignon, secrétaire général de la
présidence, il fut conduit au Val-de-Grâce. Là, au premier examen, on
constata une fracture du crâne. L'opération du trépan s'imposait: le
médecin principal Ferraton et M. Reverchon, médecin-major, y
procédèrent. Mais le malheureux colonel ne reprit qu'à peine ses sens,
et lundi, après deux jours d'agonie, il succombait.

[Illustration: Le colonel Guise.--_Phot. Sazerac._]

Le colonel Guise s'était acquis, dans ses fonctions à l'Elysée, beaucoup
de cordiales sympathies. 11 était né à Hesdin, dans le Pas-de-Calais, en
septembre 1861. C'était un cavalier accompli, que ses qualités de
sportsman avaient désigné comme organisateur des chasses
présidentielles. Sa mission allait prendre fin avec la retraite de M.
Fallières, et il venait d'être promu colonel et affecté au 5e
cuirassiers, à Saumur.



LE COMMANDANT HOLBECQ

La prise de la casbah d'Anflous nous a coûté réellement plus que nous ne
le croyions la semaine dernière: 13 tués, dont un officier, et 72
blessés, dont 4 officiers.

L'officier supérieur qui a trouvé la mort en cette rencontre est le chef
d'escadron Holbecq, commandant le 1er groupe d'artillerie, au Maroc. Il
a été frappé au moment où se dessinait la victoire, sur la crête que nos
troupes venaient d'occuper, comme il faisait son rapport aux généraux
d'Esperey et Brulard.

Le commandant Holbecq était né le 14 décembre 1864. Il sortait de
l'École polytechnique et avait passé par l'École de guerre. Il était
chef d'escadron depuis le mois de juin 1910.

[Illustration: Le commandant Holbecq.--_Phot. Paul Petit._]

Parmi les officiers blessés, on donne les noms du lieutenant
Brillat-Savarin, de la 3e batterie coloniale, et du lieutenant
Umbdenstock, de la 4e batterie, celui-ci légèrement atteint, disent les
dépêches.



LE PEINTRE DEBAT-PONSAN

Le peintre Édouard Debat-Ponsan est mort la semaine dernière à l'âge de
soixante-cinq ans.

Il était né à Toulouse, où son père était professeur de musique. La
guerre de 1870-1871 avait, dès le début, interrompu ses études
artistiques. Engagé comme franc-tireur, il avait fait campagne sous
Bourbaki, puis, prisonnier, s'était échappé pour venir reprendre un
fusil à l'armée de la Loire.

En 1873, il quittait, avec un second prix de Rome, l'École des
beaux-arts, où il avait été le disciple attentif de Cabanel.

Il se tournait plus particulièrement vers la peinture d'histoire. Une
bourse de voyage qu'il se vit décerner par l'Institut, en 1877, lui
permit de parcourir à fond l'Italie, terre des auteurs classiques. De
cette première période de sa carrière datent la _Fille de Jephté_, le
_Saint Paul devant l'aréopage, le Matin de la Saint-Barthélémy._

Puis des scènes de la vie rustique, se déroulant dans les larges
paysages, le tentèrent; des toiles où il se montra excellent peintre de
plein air, et digne émule de Bastien Lepage.

Entre temps, plusieurs effigies remarquables, qui séduisirent par leur
ressemblance, leur vérité, le classèrent comme portraitiste très couru.
C'est ainsi qu'il fixa les traits de _M. et Mme Constans, de MM. Paul de
Gassagnac, Georges Leygues, Pouyer-Quertier, Camescasse, Pedro
Gaillard,_--du _général Boulanger_, enfin, alors dans toute sa
popularité. Ce dernier portrait eut même une histoire, d'ailleurs brève:
le peintre souhaitait de le voir figurer à l'Exposition de 1889. Les
qualités intrinsèques de l'oeuvre la rendait digne de cet honneur. Mais
le gouvernement d'alors s'émut; il redouta des manifestations: M.
Debat-Ponsan, parfait honnête homme et qui avait d'ailleurs assez de
talent pour dédaigner comme moyen de succès les démonstrations
bruyantes, se rendit aux raisons que lui donna le ministre et retira
spontanément sa toile.



[Illustration: M. Debat-Ponsan.--_Phot. Braun-Clément._]

UN GRAND HOMME D'ÉTAT
ESPAGNOL

Le président, de la Chambre et ancien président du Conseil espagnol, M.
Moret, qui vient de s'éteindre à Madrid, incarnait réellement un
demi-siècle d'histoire de l'Espagne, car peu d'hommes d'État auront joué
un rôle si continu dans des régimes aussi divers: élu député indépendant
en 1863, sous le règne d'Isabelle II, il fut tour à tour ministre du
dictateur maréchal Serrano, d'Amédée de Savoie, de la République de
1873, d'Alphonse XII, de la reine régente Marie-Christine, et enfin,
depuis l'avènement d'Alphonse XIII, chef de trois ministères, en 1905.
1906 et 1909. Dans ces hautes fonctions, il brilla surtout aux Cortès
par son admirable éloquence, joignant à la faconde andalouse les
qualités d'esprit britannique qu'il s'était assimilées durant son
ambassade à Londres. Par contre, il échoua dans la réalisation de la
plupart de ses projets politiques, quelques-uns aussi importants que
l'autonomie coloniale, quand il était ministre d' «Ultramatar», en 1898,
ou la révision constitutionnelle. Port ulcéré depuis, M. Moret, après
avoir parlé de se retirer et de bouder la monarchie, avait fini par
accepter, à la mort de Canalejas, la présidence de la Chambre, où il
semblait prendre une retraite honorifique, tout en voyant le chef du
cabinet actuel, M. de Romanonès, ressusciter son ancien programme
d'attraction des gauches au régime. Ni l'âge, ni les déboires n'avaient
altéré sa belle prestance et, malgré ses soixante-quinze ans, rien ne
faisait prévoir sa mort, presque subite, d'une attaque de grippe
médullaire; il se préparait à partir en villégiature pour le Midi de la
France (c'était un sincère ami de notre pays). M. Moret possédait déjà
sa statue, érigée de son vivant à Cadix, sa ville natale, par la
gratitude et l'admiration de ses concitoyens.

[Illustration: M. Moret.--_Phot. Cabjet._]



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LA CIRCULATION DANS LES GRANDES VILLES.

Un spécialiste américain, M. Howard, a essayé récemment, sans grand
succès, de résoudre le problème de la circulation dans certaines rues de
Paris très encombrées. Il ne soupçonnait sans doute point la difficulté
d'une telle entreprise. Il publie aujourd'hui un tableau comparatif d'où
il résulte que dans plusieurs grandes voies parisiennes l'intensité de
la circulation est considérablement plus grande qu'en aucune autre ville
du monde.

Voici un extrait de ce tableau indiquant le nombre total de véhicules
circulant de 7 heures à 19 heures dans certaines artères de plusieurs
grandes cités:

_Paris:_

Rue de Rivoli................. 33.232
Avenue de l'Opéra............. 29.460
Boulevard de la Madeleine..... 17.524
Boulevard des Italiens........ 20.124
Rue Saint-Honoré.............. 16.598

_Berlin:_

Potsdam Platz................. 14.221
Leipzig Strasse...............  9.596
Friederichs Platz............. 13.479

_Londres:_

Strand........................ 16.208
Cheapside..................... 11.019
Gracechurch Street............ 12.148

_New-York:_

5e avenue près de la 58e rue..  8.665
1re avenue....................  2.301
Broadway, près Franklin Street. 3.277
Wall Street...................  2.443

_Chicago:_

Wabash Avenue.................  3.794
Sheridan Road.................  5.736

_Philadelphie:_

Broad Street..................  6.176
Filbert Street................  5.185

Le nombre de voitures circulant dans la rue de Rivoli est donc plus de
deux fois supérieur à celui des voitures qui roulent dans le Strand, le
quartier le plus mouvementé de Londres.

Si, au lieu de considérer le nombre absolu de véhicules, on tient compte
de la largeur de voie occupée, Paris détient encore le record de
l'encombrement.

Le nombre de voitures circulant par yards (0m,90) de voie, dans le temps
indiqué plus haut, atteint, en effet: 2.767, rue de Rivoli; 1.789,
avenue de l'Opéra; 1.019, boulevard de la Madeleine; 1.093, boulevard
des Italiens; 1.976, rue Saint-Honoré. Il s'élève à 1.430 pour le Strand
de Londres; à 1.016 pour Potsdam Platz à Berlin; à 673 pour la 5e avenue
à New-York.

Enfin, si on compare le poids total des véhicules passant dans le même
temps sur une même largeur de chaussée, on retrouve une proportion
analogue.



OISEAUX ET AÉROPLANES.

Les oiseaux, on le sait, font de l'aviation de deux manières. Les uns
planent, c'est-à-dire se font porter par le vent, et ont une grande
surface alaire; les autres battent de l'aile, et ont une surface alaire
faible.

Ces deux méthodes comportent de sensibles différences de moteur. Chez
l'oiseau, le moteur, ce sont les muscles pectoraux, et le coeur. Car des
muscles puissants développant de grands efforts supposent un coeur plus
énergique, plus lourd, plus actif.

Or, comment se comportent le coeur et les muscles chez les deux groupes?
M. A. Magnan, qui a étudié le problème, a abouti à des conclusions
telles que l'on pouvait s'y attendre. C'est-à-dire que chez les planeurs
qui ne rament guère les muscles ne sont pas considérables, ni le coeur
très développé. Chez les rameurs qui battent de l'aile, au contraire,
les muscles et le coeur ont un développement très supérieur.

Ainsi les rapaces nocturnes qui planent ont 105 grammes de muscles
pectoraux par kilo de poids, et 7 gr. 3 de coeur par kilo. Par contre,
les gallinacés rameurs ont 263 gr. 7 de pectoraux et 13 gr. 4 de coeur
par kilo. La différence est très considérable, mais toute naturelle. Il
en faut conclure, en aviation, que le moteur doit être d'autant plus
puissant que la surface portante est moindre, bien que dans l'aéroplane
il n'y ait pas de battement d'aile.



LES RÉSULTATS DE LA VACCINATION ANTITYPHIQUE.

On ne s'accorde guère, dans le monde médical, sur la valeur respective
des divers vaccins antityphiques essayés en ces derniers temps. Il
semble, d'ailleurs, prudent de ne pas accorder une foi trop absolue à
des statistiques autour desquelles peuvent s'agiter des questions
d'amour-propre ou de jalousie professionnelle.

Il est intéressant, toutefois, de signaler, les résultats que le docteur
Vincent déclare avoir obtenus récemment sur la garnison d'Avignon.

Par suite de la mauvaise qualité des eaux, la fièvre typhoïde règne à
l'état endémique dans la capitale de Vaucluse. De 1892 à 1912, il y eut
dans la garnison 1.263 cas suivis de 118 décès. Chaque année, on compte
de 10 à 30 décès dans la population civile.

Une épidémie terrible s'est déclarée au mois de juin dernier. Sur une
population de 49.000 âmes, on compta, en quelques semaines, 2.000 cas et
64 décès.

La garnison s'élevait à 2.053 hommes, dont 525 avaient été immunisés
avant l'épidémie; on en vaccina 841 autres. Il restait donc 687 témoins
qui avaient négligé de se faire inoculer. Or, sur ces derniers, il y eut
153 cas de fièvre typhoïde, dont 22 suivis de mort. Le groupe des 1.366
hommes vaccinés fut complètement indemne.

D'autre part, M. Roux, directeur de l'Institut Pasteur, a signalé à
l'Académie des sciences les résultats obtenus avec le vaccin du docteur
Chantemesse.

Ce vaccin, formé de bacilles typhiques stérilisés par chauffage, est
assez ancien. Le docteur Chantemesse le fit connaître en 1887, mais il
ne l'appliqua lui-même à l'homme, à Paris, qu'en 1899. Dès 1896,
pourtant, des expériences avaient été faites à l'étranger.

En 1912, après avis favorable de l'Académie de médecine, on pratiqua
l'inoculation dans les troupes des confins algéro-marocains. Au Maroc,
aucun homme vacciné ne fut atteint de la fièvre typhoïde.

Presque en même temps, M. Delcassé autorisait la vaccination des
équipages de la flotte et des ouvriers des ports français. Cela
représente une population d'environ 67.000 hommes, parmi laquelle, du 5
avril à fin décembre 1912, on constata 542 cas de fièvre typhoïde, soit
environ 1%.

Aucun cas ne se produisit parmi les 3.107 personnes qui avaient consenti
à se faire immuniser avec le vaccin du docteur Chantemesse.

D'ailleurs, au récent congrès de Washington, le major Russel déclarait
que, depuis l'emploi du vaccin préparé selon la méthode Chantemesse, la
fièvre typhoïde a pratiquement disparu de l'armée navale des États-Unis.



L'IMPORTATION DE LA VIANDE EN ANGLETERRE.

L'importation de la viande en Angleterre subit en ce moment une
évolution curieuse: les importations d'animaux vivants diminuent dans
une proportion considérable et sont remplacées par des importations de
viande abattue, en général congelée.

Les importations de boeufs vivants, en provenance du Canada et des
États-Unis, seuls pays dont le bétail soit admis en Grande-Bretagne,
sont tombées de 200.000 têtes en 1911 à 48.000 têtes en 1912. Par
contre, les arrivages de viande de boeuf sont passés de 7.360.000
quintaux à 8.015.000 quintaux.

D'après les calculs du _Board of Agriculture_, le poids de la viande de
boeuf représenté par les animaux vivants importés atteint seulement 4%
des quantités introduites sous forme de viandes abattues. La proportion
est encore plus faible pour le mouton.

[Illustration: Loisirs archéologiques de marins américains: l'équipage
du cuirassé _Tennessee_ visitant les ruines du théâtre d'Éphèse, sous la
conduite du professeur Lawrence.--_Phot. Rubellin._]



LES AMÉRICAINS A SMYRNE

De toutes les conséquences de la guerre d'Orient, la moins inattendue
n'est certes point celle que signale cette photographie de marins
américains visitant, en troupe, les ruines d'Éphèse, que nous
reproduisons ci-dessus... La nécessité de maintenir l'ordre dans le
Levant avait amené l'un des bâtiments de l'escadre internationale
envoyée dans les eaux turques, le _Tennessee_, battant pavillon des
États-Unis, à stationner devant Smyrne. Le calme de la région donna,
fort heureusement, des loisirs à l'équipage du cuirassé: ils furent
employés de profitable façon.

Un beau matin de janvier, les matelots du _Tennessee_ se rendirent, sous
la conduite de leurs officiers, à Éphèse, à 60 kilomètres de la côte.

Les fouilles de ces dernières années ont mis à jour les magnifiques
vestiges de cette ville, l'une des plus florissantes jadis d'Asie
Mineure. Les marins purent admirer les témoignages de son antique
grandeur, attestée par de nombreux monuments, les Thermes, la
Bibliothèque, le Forum, le Théâtre, enfin. Guidés dans cette promenade
archéologique par le professeur Lawrence, de l'Institut américain de
Smyrne, ils écoutèrent, en élèves attentifs, ses explications; et ce
furent, dans les ruines, de petits cours improvisés, auxquels les
uniformes donnaient un pittoresque imprévu.



[Illustration: Les derniers francs-tireurs de Fontenoy-sur-Moselle,
réunis pour célébrer l'anniversaire du combat du 22 janvier
1871.--_Phot. P. Valek._]

ANNIVERSAIRE PATRIOTIQUE

Un glorieux anniversaire a été célébré, récemment, à
Fontenoy-sur-Moselle, près de Toul. Le 22 janvier 1871, quelques jours
avant l'armistice qui allait suspendre les hostilités, une poignée de
francs-tireurs attaquaient les postes allemands établis dans la petite
commune, et, après une lutte acharnée, s'en emparaient de vive force. Ce
brillant fait d'armes devait attirer à la population de Fontenoy de
cruelles représailles.

L'épisode a été commémoré, le dimanche 26 janvier, en une touchante
cérémonie, que présidait M. Langenhagen, sénateur de Meurthe-et-Moselle.
Au pied du monument consacré «aux vaillants combattants du 22 janvier
1871» et «aux habitants victimes innocentes de leur patriotisme», des
discours furent prononcés, en présence des derniers survivants de
l'héroïque escarmouche. Puis le petit groupe des anciens francs-tireurs
de Fontenoy se rendit sur le lieu du combat; et c'est là, sur le seuil
de la gare où, quarante-deux ans auparavant, ils avaient surpris
l'ennemi, que ces vieux soldats, de belle allure encore et portant
fièrement leurs décorations, se laissèrent photographier.



UN MONUMENT A ERNEST REYER

Voici un peu plus de quatre ans qu'Ernest Reyer s'est éteint au
Lavandou, cette petite station maritime du Var, abritée du mistral dans
le golfe d'Hyères, où, sur ses vieux jours, le célèbre compositeur, ami
d'une studieuse retraite, avait coutume de prendre ses quartiers
d'hiver. L'idée devait tout naturellement venir à ses admirateurs, à ses
amis, de lui élever un monument dans ce joli coin de Provence qu'il
favorisait d'une prédilection particulière, et qui reste, désormais,
attaché, si l'on peut dire, à sa gloire.

Le soin de faire revivre dans le bronze la belle figure d'Ernest Reyer,
si fin d'esprit et de coeur sous ses dehors de militaire bourru, à la
rude moustache, a été confié au sculpteur Denys Puech, de l'Institut: il
a exprimé avec bonheur ce que cette mâle apparence cachait de naturelle
bonté. Le buste est placé sur un piédestal carré en pierre grise, qui
porte, au-dessus d'une lyre traversée d'une palme, une simple dédicace.

[Illustration: Le monument d'Ernest Reyer au Lavandou. _Phot. M. Bar._]

Situé dans un joli cadre de verdure, le monument, qu'on a bien voulu
dévoiler un instant pour permettre la photographie que nous en donnons,
est tout prêt à être inauguré: la cérémonie officielle a été fixée au 16
février.



Le 4e article illustré de L. Sabattier: «Un mois à Pékin», comprendra
quatre pages en couleurs et paraîtra dans le prochain numéro.

[Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous
ont pas été fournis.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3650, 8 Février 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home