Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3652, 22 Février 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3652, 22 Février 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3652, 22 Février 1913

CE NUMÉRO CONTIENT DEUX SUPPLÉMENTS:
Portrait au Pastel du Nouveau Président
par MARCEL BASCHET
et, dans L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE,
LA PRISE DE BERG-OP-ZOOM
par SACHA GUITRY



LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

Ce numéro se compose de VINGT-QUATRE PAGES au lieu de seize et contient
en suppléments:

1° UN PORTRAIT AU PASTEL remmargé de M. Raymond Poincaré, par Marcel
Baschet

2° _L'Illustration Théâtrale_ avec le texte complet de LA PRISE DE
BERG-OP-ZOOM, de M. Sacha Guitry;

3° Le 5e et dernier fascicule des SOUVENIRS D'ALGÉRIE (Récits de chasse
et de guerre), du général Bruneau.



L'ILLUSTRATION
_Prix de ce Numéro: Un Franc._
SAMEDI 22 FÉVRIER 1913
_71e Année.--Nº 3652._



SUR LE PASSAGE DU PRÉSIDENT POINCARÉ Le combattant de 1870 et le
conscrit de 1913--l'ancien «sept ans» et le futur «trois ans».
_Scène de la rue, le 18 février 1913, vue par L. SABATTIER._



LA PETITE ILLUSTRATION

Le numéro du 1er mars (Série-Roman) contiendra la première partie (32
pages) du nouveau roman de _Marcel Prévost_, de l'Académie française:
Les Anges Gardiens.

Dans le numéro du 8 mars (Série-Théâtre) paraîtra la pièce de _Gaston
Leroux et Lucien Camille_: Alsace.

Le 15 mars, deuxième numéro de la Série-Roman, avec la deuxième partie
(40 pages) des Anges Gardiens.

Paraîtront ensuite:

Série-Théâtre.

_Les Flambeaux_, par HENRY BATAILLE;

_L'Homme qui assassina_, par PIERRE FRONDAIE _(d'après le roman de
Claude Farrère)_;

_L'Habit vert_, par ROBERT DE FLERS ET G.-A. DE CAILLAVET;

_Les Éclaireuses_, par MAURICE DONNAY, _de l'Académie française_;

_Servir et La Chienne du Roi_, par HENRI LAVEDAN, _de l'Académie
française_;

_L'Embuscade_, par HENRY KISTEMAECKERS.

Série-Roman.

_Le Démon de Midi_, par PAUL BOURGET, _de l'Académie française_;

_Un Roman de théâtre_, par MICHEL PROVINS;

_La Voix qui s'est tue_, par GASTON RAGEOT;

_Scènes de la vie difficile_, par ALFRED CAPUS.



COURRIER DE PARIS

LES DERNIERS MOMENTS

Il n'est jamais trop tard pour reparler de ceux qui ne parleront plus,
surtout quand leurs phrases suprêmes, leurs mots de la fin, ont, sans le
chercher, obtenu le sublime et sont arrivés du premier coup à l'adresse
de la postérité.

Ainsi, l'Angleterre et le monde entier ont recueilli avec une
orgueilleuse admiration les adieux, si tranquilles, du navigateur Scott.
Arrêtons-nous, je vous en prie, stationnons, même de loin, devant ce
sévère héroïsme, et pénétrons-nous-en, jusqu'aux, moelles. Trempons-nous
dans le bain magnifique et dur de ces neiges qui devenaient le linceul
excellent, le suaire immaculé de gloire de l'homme surhumain, le drap
blanc plus blanc que tout autre, et qu'il méritait.

Représentez-vous ce hardi, jeté à terre et roulé, enveloppé, comme en
une gigantesque couverture de froid, dans les plis tour à tour sombres
et aveuglants de la tourmente... Le voici couché, renversé, aplati,
balayé, chassé par la rafale, tel un flocon de chair bleuie parmi les
centaines de milliards des autres flocons, dans l'averse des effrayants
duvets gros confine le poing, pareils à des cailloux légers, à des
boulets flottants. Le voyez-vous, battu de cette pluie d'argent, de feu
virginal et d'acier, qui cingle, qui voltige, se croise, tourbillonne et
tombe en hachant l'immensité vide à perte de vue, à perte d'idée...? Ah!
l'on peut affirmer que la détresse de l'audacieux pygmée est vraiment la
pire et la plus irrémédiable de toutes, l'anéantissement physique et
moral le plus complet. Il regarde en face le peu de temps qui lui reste
à désespérer, le front haut, et il se sent serré dans une horreur dont
rien n'approche nulle part. Il subit les affres sans nom de
l'Apocalypse. Et, cependant, quand tout devrait, en une pareille
épouvante, le confondre et le réduire, il ne s'avoue pas vaincu ni même
démonté, il rassure dans les limites du possible son corps déjà «saisi»,
pétrifié, ce pauvre corps qui fut la hutte de son courage, et qu'une
flamme intérieure bien courte et pâlissante achève d'éclairer. La
volonté, plus encore que le froid, le raidit, dans son obstination à
«tenir» jusqu'au bout. D'autres renonceraient, se laisseraient, comme un
traîneau vide, glisser sur la pente du gouffre!... A quoi bon se
prolonger par l'entêtement? Il n'y a plus rien. Tout est dit pour
ici-bas. L'expédition est terminée. Le but est atteint. Le pôle du grand
inconnu, celui-là que personne encore n'a découvert vivant, que l'on ne
touche qu'immobile et muet, et dont nul ne revient, ce pôle de
l'au-delà, il sent, le moribond, qu'il est à la minute d'y pénétrer,
qu'il y entre... Tout le reste ne doit-il pas alors lui être égal? Eh
bien, non! Dans un rassemblement d'honneur et de fierté, il se ramasse,
il souffle à genoux sur le charbon de sa pensée, qui brûle encore, pour
en tirer une lueur d'adieu, et quelques étincelles... Et sans savoir
même s'il sera remercié de sa splendide peine, si ces mots qui lui
coûtent tant à créer, à arracher et à grouper dans les triples ténèbres
de son cerveau, de la nuit et de la mort, parviendront jusqu'aux yeux et
aux oreilles des hommes, de ses frères qui sont si loin... malgré tant
d'incertitude certaine, il continue de jouer son rôle d'explorateur, _il
écrit ce qui se passe_, il tient son journal _in extremis_, il parle à
son pays dont il ne doute pas qu'un jour ou l'autre, si faible que soit
sa voix, il ne soit entendu... Et seconde par seconde, syllabe par
syllabe, il dispute son esprit, sa langue et sa main à l'embarras qui le
gagne... Ah! cela est d'une insurpassable beauté, tragique et
marmoréenne, d'une beauté de glace qui fait bloc et se dresse devant
vous brusquement, comme un iceberg, en vous causant je ne sais quel
effroi sacré, quel saisissement de grandeur!

                                    *
                                   * *

Voici donc ce que peut l'homme à _ses derniers moments_, ce qu'il est
capable de fournir avant de disparaître! et pas même l'homme encore
solide et toujours debout, mais l'homme inerte, assommé, réduit à rien,
la face contre terre. Quels sont donc ses moyens? De quoi est-il fait?
D'où lui vient cette envergure finale? E comment l'expliquer?

Cela est plus simple qu'on ne croit. D'abord, à, cet instant, par un
phénomène naturel, par une espèce de déplacement nécessaire, tout ce qui
s'en va de puissance physique se transforme en vigueur morale. Ce n'est
plus la saison du corps. Le tour des muscles et des nerfs est passé. Il
n'y a maintenant que l'âme qui vive, mais elle vit deux fois, cent fois,
mille fois plus. Près de sortir, aspirant déjà le dehors, tracassée
d'infini, elle se gonfle et acquiert aussitôt une plénitude sans
précédent. Tout s'y réfugie, s'y condense, comme du lointain des
extrémités abandonnées reflue le sang au carrefour du coeur. L'âme
devient le dernier poste de toutes les facultés, de tous les désirs
apaisés, de tous les regrets consentis, de tous les devoirs exigés, de
toutes les espérances prochaines... C'est en elle qu'ils ont pris leur
suprême rendez-vous et qu'ils se rassemblent, à l'heure dite. Pas un ne
manque à l'appel. Aussi, ne vous étonnez plus du bel ouvrage qu'ils font
alors. Ils sont d'ailleurs entièrement livrés à eux-mêmes et peuvent
donner leur entière mesure. Rien ne les distrait plus d'un monde où tout
se voile et fond, objets, visages, même ceux des êtres aimés, ciel
pourtant si chéri des yeux qui s'en croyaient inséparables et
s'imaginaient ne jamais pouvoir s'en passer et qui déjà n'y font plus
attention... C'est pourquoi en effet--à notre tristesse déçue qui ne
sait pas comprendre--les yeux des agonisants se ferment volontiers. Ils
n'éprouvent plus le besoin que de regarder à l'_intérieur_, vers ce qui
va se montrer et qui s'entr'ouvre en eux.

A ces minutes aussi, la pensée, l'intelligence, atteignent des degrés où
jamais la vie débordante, et si riche de sève, ne les avait cependant
transportées. Il peut y avoir un peu d'éphémère génie dans les derniers
moments de très pauvres êtres, car la mort bouleverse tout en nous avec
ses rayons, et l'agonie transfigure. Les obscurités d'ici-bas, au milieu
desquelles nous avons promené nos lampes, se dissipent. Nous commençons
à voir où nous allions. Le chemin parcouru se dessine, étale sa pente.
La situation s'éclaire. Les problèmes sont résolus. La Certitude et sa
soeur la Sérénité posent sur nos fronts rajeunis leurs mains fraîches et
douces. La beauté morale, enfin, comme si on l'invitait, se présente et
se révèle alors sous sa forme la plus parfaite et la plus pure. Elle a
su, en plusieurs occasions de la vie, éclater et pousser un cri, mais
c'est au Départ qu'elle chante, qu'elle entonne l'hymne du cygne.

Est-ce à dire que tous les derniers moments sont assurés d'être réussis?
et que la mort, en faisant dans notre direction son geste de discret
appel, nous en garantisse le succès? Non. Les derniers moments ne
viennent vraiment bien que s'ils ont été préparés. Ils ne sont qu'une
résultante. Ils constituent l'acte final d'une pièce qui doit avoir été
charpentée, et qui doit, si elle ne veut pas tomber, s'appuyer sur
quelque chose. Les bonnes expositions déterminent les dénouements les
meilleurs.

Ainsi serons-nous donc prudents, pour bien nous en tirer, de ne pas
attendre d'y être, et de ne pas trop compter sur l'inspiration! Elle
pourrait, si nous n'avions qu'elle à sonner, ne pas venir, et nous faire
défaut. Ayons en nous depuis longtemps, sur la planche, et tout prêts,
ayons nos derniers moments, soignés, en exacte mise au point, de façon
que les possédant à fond, après les avoir souvent répétés, les sachant
par coeur et sur le bout du doigt, nous n'ayons plus qu'à les réciter,
presque machinalement, quand on nous le demandera. Pour qu'ils soient
jolis, il ne faut pas que nos derniers moments nous surprennent, mais
qu'ils s'accomplissent et se réalisent, en quelque sorte d'eux-mêmes,
presque malgré nous, en dehors de notre volonté dont il est sage de
prévoir les accidents et les faiblesses possibles. A ce prix seulement
nous serons sans inquiétude, à, peu près certains--quoi qu'il advienne à
notre chair, dans la bousculade de la sortie--de faire contenance. On
n'apprend pas à mourir au pied levé. Il faut s'y prendre dès le berceau.

[Illustration: Sept présidents à l'inauguration du monument d'Arthur
Ranc, le 16 février. Un ancien président de la République, M. Loubet; un
président encore en exercice, M. Fallières; un président à la veille
d'entrer en fonctions, M. Poincaré; le président du Conseil des
ministres, M. Briand; le président du Sénat, M. A. Dubost; le président
de la Chambre, M. Paul Deschanel; le président du Conseil municipal, M.
Galli.]

J'ai toujours été persuadé que ceux qui meurent bien, éprouvent--même
s'ils n'ont pas les moyens de la témoigner--une grande joie intérieure.
Ils ont conscience de l'acte définitif qu'ils accomplissent. Tout en eux
dégage la paix, la satisfaction idéale, la sainte lassitude. Ils ne sont
plus occupés, avant de fermer le livre, qu'à nous en produire un fidèle
et bon résumé, le plus bel extrait. Les derniers moments n'ont pas
d'autre mission que de nous donner, en raccourci, le sens de trente,
cinquante, quatre-vingts ans... et la qualité de ces rapides minutes
dépend de celle de toutes les autres. C'est le propre des caractères
d'accepter avec politesse, dès qu'ils se présentent, les derniers
moments, de ne pas les rabrouer, de leur sourire, d'avoir pour eux tous
les égards. Par ces façons, par ce fier souci de plier bagage dans
l'élégance et de savoir «prendre congé», ceux qui s'en vont procurent, à
ceux qui regrettent de rester, mieux qu'un souvenir; ils leur lèguent un
exemple, une hautaine envie, un désir ardent et pieux d'imitation. Il
faut, en voyant comme s'éloigne un être supérieur et aimé, que l'on
admire sa sortie et qu'on en soit un peu jaloux. Il est de grandes
agonies qui demandent qu'on les salue. Elles dictent le testament de
l'âme. Elles escortent son passage, et lui font la haie. Et l'on
comprend mieux devant elles la raison de tant de beauté: les derniers
moments d'une vie ne sont que les premiers d'une autre.

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



LE NOUVEAU PRÉSIDENT

UN PORTRAIT DE M. RAYMOND POINCARÉ

PAR MARCEL BASCHET

_(Voir le hors texte en couleurs encarté dans ce numéro.)_

Dans le numéro de cette semaine--«la semaine du Président», ainsi qu'on
l'a appelée en manière d'hommage familier au nouveau chef de
l'État--_L'Illustration_ devait à l'attente de ses lecteurs de
reproduire à une place d'honneur, en une image qui fût une oeuvre d'art
durable, les traits de M. Poincaré. Avant de recevoir l'investiture
officielle, pendant cette période d'un mois qui a précédé son entrée à
l'Elysée, le président de la République a bien voulu consacrer quelques
heures à un maître du portrait, M. Marcel Baschet: trois séances--et
encore furent-elles bien courtes--suffirent à l'artiste pour exprimer
non seulement la ressemblance du visage, mais l'âme même, les vertus
propres qu'il décèle. C'est le beau pastel ainsi exécuté que nous avons
la bonne fortune de présenter aujourd'hui en hors texte.

[Illustration: Le monument d'Arthur Ranc dans la cour de la mairie du
IXe arrondissement.]

La figure, désormais populaire, de M. Poincaré y vit, jusqu'à paraître
s'animer, dans toute son intime vérité: sa forte structure, le front
comme éclairé par l'intelligence qu'il abrite, le clair regard, tout
indique l'énergie, la loyauté, la raison. Jamais sans doute la volonté
et la réflexion ne se trouvèrent à ce point réunies sur une même face,
et ne furent interprétées plus fidèlement.

AU MONUMENT DE RANC

La dernière inauguration du septennat de M. Fallières aura, en quelque
sorte, été la première des solennités de la transmission des pouvoirs
présidentiels. L'hommage solennel à la mémoire d'Arthur Ranc avait en
effet réuni, dès dimanche, à la mairie de la rue Drouot, devant le
monument élevé par l'Association des journalistes républicains à leur
ancien président, les trois présidents de la République, celui de la
veille, celui du jour et celui du lendemain, MM. Loubet, Fallières et
Poincaré, que nous allions revoir ensemble, le mardi, à la grande fête,
toute parisienne, de l'Hôtel de Ville.

Le monument que l'on inaugurait, dû au ciseau du sculpteur Camille
Lefèvre, est composé d'un buste d'Arthur Ranc, derrière lequel passe une
République de bronze tenant une palme à la main. Sur une plaque de
bronze, placée à droite du buste, sont indiqués les dates commémoratives
et les titres du disparu. Sur une seconde plaque de bronze, à gauche du
buste, est gravée l'inscription suivante: «Qu'il n'y ait plus parmi vous
qu'une devise, celle de Grambetta: _Tout par la République pour la
patrie!_»

Beaucoup d'amis d'Arthur Ranc assistaient, autour de Mme veuve Ranc, à
cette cérémonie officielle, véritable solennité républicaine, à laquelle
étaient présents les présidents des Chambres, les membres du
gouvernement et de nombreuses personnalités de la politique et de la
presse. Six discours furent prononcés, et M. Mathieu Prévôt, le
vénérable maire du neuvième arrondissement, salua dans les termes les
plus heureux MM. Fallières, Loubet et Poincaré, auxquels il dit, au
milieu des applaudissements:

«--Vous représentez pour nous les idées de patrie et de République avec
leur noble cortège de traditions, de souvenirs, de regrets et
d'espérances.»

LA TRANSMISSION DES POUVOIRS

Ce fut, avant la longue ovation populaire et l'éclatante réception de
l'Hôtel de Ville, une minute d'histoire, brève, émouvante vraiment, que
la cérémonie de la transmission des pouvoirs présidentiels.

Les rares et privilégiés témoins garderont le souvenir de cette scène.

Tandis que les abords du palais de l'Elysée se garnissaient de troupes
et d'une foule impatiente, les principaux de l'État se réunissaient dans
le magnifique salon des Ambassadeurs. M. Fallières, dont la dernière
minute de pouvoir approche, semble avoir oublié l'échéance imminente,
comme M. Antonin Dubost et M. Deschanel semblent avoir oublié qu'ils
auraient pu être les héros de cette cérémonie, et qu'ils y avaient
prétendu. Les trois présidents, les ministres, les membres des bureaux
des deux Chambres, forment des groupes qu'enluminent un grand cordon
rouge, des écharpes tricolores et que domine la haute taille d'un
secrétaire de la Chambre, M. Maginot. Dans le murmure des conversations,
nul bruit n'arrive du dehors, et c'est une surprise lorsque M. Bourély,
le jeune sous-secrétaire d'Etat aux Finances, dit:

--Le canon!

Et aussitôt, pénétrant, par les larges antichambres et les salons vides,
jusqu'à M. Fallières, soudain immobile et grave, les notes larges de _la
Marseillaise_ annoncent l'arrivée du nouveau président.

M. Poincaré arriva fort simplement, tout gentiment, accompagné de M.
Briand, son successeur à la présidence du Conseil, et l'on put
remarquer, sans grand effort d'observation, que M. Briand paraissait
aussi heureux, pour le moins, que M. Poincaré d'un événement à la
réalisation duquel il n'avait pas été étranger.

M. Poincaré se plaça droit en face de M. Fallières, derrière lequel
disparut M. Briand. Il fallut que M. Barthou, vice-président du Conseil,
tirât par la manche son trop modeste président pour que celui-ci avançât
sur la première ligne,--ce qui, d'ailleurs, le rapprocha du sévère M.
Antonin Dubost. M. Fallières était exactement à égale distance du
président de la Chambre, à sa droite, et du président du Sénat, à sa
gauche, comme il est absolument nécessaire pour l'équilibre
constitutionnel. Il avait derrière lui la jeune cohorte des ministres.
Jeune, en effet; l'air de jeunesse de ce ministère est, de ses qualités,
une de celles qui frappent d'abord, l'observateur, et le réjouissent.

Les deux discours s'échangèrent.

Il y eut, dans la façon dont ils furent dits, des différences que nous
signalons à l'histoire. M. Fallières _lut_ le sien, qui fut fort
approuve, d'ailleurs, et jugé excellent. Au contraire, M. Poincaré _dit_
le sien, et d'une voix nette, bien articulée, qui donnait leur pleine
valeur à ses fortes et nobles paroles. M. Fallières avait commencé par
parler très courageusement, et c'est «après», à la réponse de son
successeur, qu'on le vit s'émouvoir, d'une douce et digne émotion de
brave homme. Au contraire, la première parole de M. Poincaré fit mine de
s'étrangler un peu dans sa gorge; la seconde passa mieux, et, dès la
troisième, le nouveau président de la République montra la plus grande
maîtrise de soi-même.

C'est qu'il était vraiment, ces brèves paroles échangées, président de
la République,--tout de bon. M. Fallières s'avança vers lui, les deux
mains tendues, puis s'en retourna à sa place,--ancien président.

La cérémonie avait duré six minutes.

Il avait fallu six heures, au Congrès de Versailles, pour préparer ces
six minutes-là.

--Et maintenant, messieurs, dit M. Fallières, nous allons procéder à la
transmission matérielle des pouvoirs.

Ce disant, il emmena vers son ancien cabinet le nouveau président.
Qu'allait-il donc lui transmettre? Le collier et le grand cordon rouge
de la Légion d'honneur, et aussi l'écritoire d'où sortira demain la
destinée même de la France.--R. WEHRLI.

A L'HOTEL DE VILLE

De l'Elysée à l'Hôtel de Ville, la foule, plus dense encore, est
imposante et formidable. Les Champs-Elysée, la place de la Concorde,
les terrasses des Tuileries où ont pris place, avec leurs drapeaux ou
bannières, les sociétés de préparation militaire, de vétérans, de
médaillés de 1870, sont noirs de monde; de toutes les fenêtres, de tous
les balcons de la rue de Rivoli, pleuvent, sur le cortège, des bouquets
de violettes. Sur le parvis de l'Hôtel de Ville attend, facilement
maintenue, d'ailleurs, par un service d'ordre courtois et bien dirigé,
une masse compacte et vibrante.

Dans la cour d'honneur du monument municipal, transformée en jardin
d'hiver, les personnalités officielles, Sénat, Chambre, Cour de
cassation, attendent M. Raymond Poincaré. Le maître de la maison, M.
Henri Galli, président du Conseil municipal, va de l'un à l'autre,
accueillant et grave. Cuirassé d'argent, magnifique et bronzé, M.
Delanney, préfet de la Seine, domine les groupes de sa haute taille.

Mais il est près de 4 heures. Chacun prend sa place, et voici, au
premier rang, le profil aux arêtes coupantes, le visage en ivoire
luisant et teinté, de M. Antonin Dubost. Voici tout auprès la silhouette
élégante de M. Paul Deschanel, qui, malgré des fils de neige dans les
cheveux et la moustache courte, conserve une sveltesse de jeune
sous-préfet; et voici, après les deux présidents de Chambre, une figure
connue et toujours sympathique, la physionomie blanche, fine, souriante,
de M. Émile Loubet, qui est là, lui aussi, seul avec le grand cordon
rouge des chefs d'État.

[Illustration: Second jour de présidence: M. Poincaré visite l'hôpital
Saint-Antoine. En silhouette, au premier plan, M. Lépine, préfet de
police.]

[Illustration: L'adjudant de sapeurs-pompiers Lemaire, blessé au feu
avec onze de ses hommes et qui a reçu, à l'hôpital Saint-Martin, la
première visite de M. le président Poincaré.--_Phot. Rodrick._]

4 heures! Une sonnerie de trompette. Une acclamation gigantesque au
dehors. Ce sont les présidents. Le cortège fait son entrée, précédé des
huissiers en argent et du protocole en or. M. Fallières conduit M.
Poincaré, un peu pâle, très grave, très recueilli, avec sur son visage
le reflet d'une profonde émotion intérieure, autour du salon, devant les
personnalités et les groupes qui s'inclinent. De brefs discours de
bienvenue, une réponse en termes heureux, sont échangés. Tous les
présidents signent sur une feuille de parchemin enluminée qui prendra
place dans le Livre d'or de l'Hôtel de Ville. Puis l'on se dirige en
cortège dans les salons où sont massés les invités du Conseil
municipal... Alors, dominant les applaudissements et les vivats, chantée
superbement par les choeurs du Conservatoire qu'accompagne la musique de
la garde républicaine, s'élève, grandiose, vibrante, _la Marseillaise_,
qui nous étreint tous à cette minute, et qui nous paraît toute neuve et
toute jeune...

DÉBUTS DE PRÉSIDENCE

En quittant l'Hôtel de Ville, M. Poincaré et M. Fallières se sont rendus
rue François-Ier, au nouveau domicile de l'ancien président de la
République, où les deux chefs d'État se sont séparés en se donnant, sur
le trottoir, une cordiale accolade, aux applaudissements de la foule.
Puis M. Poincaré est rentré à l'Elysée, chez lui. Il y a tenu, à 6
heures, son premier conseil des ministres, séance de pure forme, au
cours de laquelle le ministère, après avoir démissionné, selon la
tradition constitutionnelle, a été maintenu dans ses fonctions par le
président de la République. Cette journée, si bien remplie, n'était
cependant point achevée pour M. Poincaré, qui a voulu se rendre, à 7
heures du soir, au chevet des douze pompiers parisiens grièvement
blessés la veille dans l'explosion d'une fonderie d'aluminium à la
Roquette, et soignés à l'hôpital militaire Saint-Martin. Ce geste
spontané et touchant a plu infiniment aux Parisiens, dont les
acclamations, encore plus chaleureuses, si possible, accueillirent M.
Poincaré lorsqu'il arriva, dans ce quartier populeux, en automobile et
sans escorte. Le chef de l'État s'inclina au chevet des blessés et leur
dit des paroles réconfortantes. Pourquoi fallut-il qu'à ce moment un
photographe, trop exclusivement soucieux d'augmenter sa collection de
clichés de cette journée historique, jetât brutalement son étincelle de
magnésium, sans songer que cette déflagration soudaine était de nature à
provoquer une impression douloureuse sur les blessés? M. Poincaré
protesta lui-même avec quelque vivacité: «Soyez indiscret avec le
président, soit. Mais respectez au moins ceux qui souffrent ici...» Le
retour s'effectua au milieu du même grand mouvement populaire, et toute
la joie de Paris continua de s'exprimer longtemps dans la soirée par
l'activité exceptionnelle des rues, l'animation des groupes et le succès
des ténors populaires qui, en l'honneur du nouveau chef de l'État,
chantaient leurs couplets ingénus.

Ajoutons que, le lendemain, M. Poincaré, qui s'était promis d'inaugurer
sa haute magistrature par des visites aux hôpitaux, a visité l'hôpital
Saint-Antoine où a été pris--mais sans magnésium et sans effrayer les
malades--le cliché que nous publions ci-contre.--A. C.

_Ici viennent s'intercaler quatre pages (149 à 152) sur LA TRANSMISSION
DES POUVOIRS PRESIDENTIELS._

[Illustration: A LA RÉCEPTION DE L'HOTEL DE VILLE.--L'arrivée de Madame
Raymond Poincaré.]

Les Parisiens, qui, pendant la durée du septennat, auront tout loisir de
voir, aux occasions officielles, Mme Raymond Poincaré, n'ont guère pu,
cette semaine, lui manifester cette déférente sympathie dont l'entouré,
déjà, le sentiment populaire: elle n'a pris qu'une part discrète aux
cérémonies qui ont marqué la transmission des pouvoirs. Quelques
instants avant l'arrivée du cortège présidentiel, une automobile la
déposa, mardi dernier, devant l'Hôtel de Ville, Délicieusement habillée
d'une robe souple, aux plis harmonieux, que faisait valoir encore la
blancheur de l'étole et du manchon, elle apparut un moment, souriante,
un peu émue sans doute. Et ce fut une rapide vision de grâce et
d'élégance, pas assez brève cependant pour qu'elle ne fût point fixée
par l'objectif.

Conduite directement à la salle des fêtes, en compagnie de Mme Fallières
et de Mme Loubet, Mme Poincaré y fut reçue par M. Galli, président du
Conseil municipal, qui lui offrit une gerbe de roses.



CONSTANTINOPLE ET LA REPRISE DE LA GUERRE

_La seconde campagne qui s'est ouverte après la dénonciation de
l'armistice se poursuit dans des conditions particulièrement
défavorables pour les correspondants de guerre, non autorisés, du côté
bulgare comme du côté turc, à suivre les opérations. Notre envoyé
spécial Georges Rémond n'a cependant point abandonné le projet de se
rendre sur le front, «sachant par conviction et par expérience qu'il n'y
a jamais rien d'impossible ni d'absolu en Turquie». Il nous adresse, en
attendant, des lettres fort intéressantes sur l'état d'esprit à
Constantinople, les difficultés et les incertitudes du nouveau
gouvernement pendant la première semaine qui a suivi la reprise des
hostilités. En voici des extraits:_

... On peut nettement démentir aujourd'hui les bruits, qui ont couru
ici, après la révolution, de rixes, de batailles même entre officiers et
soldats vieux et jeunes Turcs à Tchataldja: ils sont contredits de
partout. Les divers articles parus à ce sujet dans plusieurs journaux
sont puisés aux sources les plus douteuses. D'après les officiers du
parti de Nazim, que je connais personnellement, et qui me l'ont assuré,
toute l'agitation s'est bornée à des discussions de café. Et quant à la
marche qu'on avait annoncée d'Ahmed Abouk sur Constantinople, c'était
une pure légende forgée de toutes pièces.

[Illustration: Les Asiatiques appelés par la Turquie à la défense
suprême de son empire d'Europe: cavaliers kurdes traversant
Constantinople.]

Il faut le constater une fois de plus: l'âme musulmane n'a pas de
réactions; la victoire de l'adversaire lui paraît une sorte de fatalité
divine devant laquelle il convient de s'incliner. Un Turc est infiniment
lent à se ressaisir. Ou plutôt, il ne se ressaisit point, mais dit
simplement: «Allons! voilà que je me suis cassé le cou, voyons un peu si
celui-ci réussira mieux. Il ne tardera guère, lui non plus, de se rompre
les os à si dur jeu; je reprendrai alors ma place.»

... J'ai rendu visite à Noradounghian effendi, le ministre d'hier, très
étonnante tête au nez démesuré, aux yeux brillants de vieil oiseau qui
se serait coiffé d'un fez; il parle des événements avec une
tranquillité, une objectivité étonnantes, sans amertume. Il nous reçoit
familièrement entre sa femme, sa fille, qui, lorsqu'il était ministre et
se trouvait absent, répondait à sa place aux journalistes. Il est tout
petit, disparaît dans un grand fauteuil au milieu de son vaste salon
meublé à la façon de celui d'un dentiste de première classe, et
s'exprime avec une voix douce aux inflexions subtiles. «Oh! nous dit-il,
ce n'est pas un si grand changement! Mon successeur sera tout d'abord
obligé d'étudier le dossier des diverses communications faites aux
alliés et aux puissances par la voie de nos représentants à Londres, et
notre correspondance avec ceux-ci; après quoi ses conclusions ne
différeront pas très sensiblement de celles auxquelles nous étions
arrivés.» Et cela est vrai, ou du moins possible, et en tout cas assez
mélancolique. Les révolutions ne servent de rien ou presque: on supprime
des individus, on ne change pas le cours des événements.

... De la guerre, peu ou point de nouvelles. Les comptes rendus des
opérations de ces derniers jours sont nuls, ou absurdes, ou
contradictoires. Tandis que les Bulgares, eux, ont un plan de campagne
fort simple: s'emparer d'Andrinople et s'établir de façon inexpugnable
sur la ligne de l'Ergène, embouteiller les troupes de Gallipoli et
attendre une offensive possible du côté de Rodosto,--les forces turques
se trouvent bien dispersées et incertaines de ce qu'elles doivent faire.
Elles comprennent aujourd'hui un corps d'armée de débarquement, le 10e,
commandé par Kourchid pacha et Enver bey; un corps d'armée de 50.000
hommes, à Gallipoli, commandé par Fakri pacha et Pethi bey; et enfin six
corps d'armée, dont trois de réserve, soit environ 150.000 hommes, à
Tchataldja. Il y aurait là 300 canons venus d'Allemagne par la voie
roumaine, en plus de ceux qui s'y trouvaient déjà.

C'est Enver bey qui pousse à la guerre à outrance, voulant, dit-il,
sauver l'honneur de la patrie. Et, m'assure-t-on de très bonne source,
Mahmoud Chefket, anxieux de l'insuccès, inquiet de ce que deviendront le
gouvernement, la ville de Constantinople, après une défaite, des
désordres terribles qui peuvent éclater, répond à Enver: «Mais vous
prenez la responsabilité de tout!» Et Enver: «Je la prends, je la prends
tout entière et sur moi seul; il n'y a pour le moment nulle raison de
désespérer.»

Tel est l'état d'âme des uns et des autres. Mais la foi populaire
manque; l'indifférence est complète à Stamboul presque autant qu'à Péra.
Sur le passage des soldats, pas un cri d'enthousiasme, pas un mot; à
peine tourne-t-on la tête. D'où tire-t-on encore tous ces hommes qu'on
embarque pour les ports de la Marmara ou qu'on dirige vers Tchataldja?
Ils ont assez bonne mine; ce sont de beaux hommes, seulement un peu
lourds (ils fondront d'ici peu), bien armés, bien vêtus, bien chaussés;
mais avec quoi seront-ils nourris, avec quoi paiera-t-on les vivres? Il
n'y a plus un sou dans les caisses. Les tentatives d'emprunt aux banques
étrangères ont échoué; on va faire une émission de papier monnaie,
pressurer encore les provinces d'Anatolie. Cela durera quinze jours, un
mois. Mais après? Ce sera la famine, car les terres n'ont pas été
ensemencées. Et qu'arrivera-t-il quand ce grand-nombre de soldats
volontaires, kurdes, arabes, tcherkesses, venus avec leurs chevaux dans
l'espoir d'un gain, d'un pillage quelconque, se verront battus, frustrés
de tout profit et ayant sous les yeux la tentation d'un grande ville
regorgeant de tous les biens du monde?

Pour le présent, il n'est pas douteux que le nouveau gouvernement ait
fait de grands efforts afin de secouer et de réveiller ce peuple. On a
trouvé des chevaux, de l'argent même, réorganisé l'intendance, levé des
contributions, cherché de toute façon à exciter l'enthousiasme de la
foule. Les femmes turques se réunissent, font des meetings, offrent
leurs bijoux, adressent des lettres aux souveraines d'Europe. Enfin on
travaille, on s'efforce de toutes façons, en tous sens... Trop
tard?--Sans doute, mais, quoi qu'on en ait dit et sans le moindre parti
pris, je crois que les Jeunes-Turcs sont tout de même moins incapables
et moins apathiques que les vieux, et que, s'ils avaient eu, au début de
la guerre, les affaires en mains, la défaite n'eût peut-être pas été si
rapide, ni si complète.

... Je ne sais si nous assistons aux derniers jours de Constantinople,
mais jamais ce paysage de pierre, d'eau, de maisons de bois, de
vaisseaux, de collines, de cimetières et de jardins à l'abandon n'a été
plus beau. L'autre soir, au crépuscule, le spectacle semblait tenir de
quelque magie, et à l'entrée du pont de Galata on s'arrêtait presque de
respirer pour ne pas briser d'un souffle une vision si rare et trop
précieuse pour demeurer. Pas une brise, pas un petit nuage, pas un pli
d'eau, pas une brume; la silhouette des minarets, des dômes, des petites
maisons, des bois de cyprès, était intaillée dans l'immense pierre verte
du ciel, dont l'émeraude se transformait en saphir vers le zénith.
C'était le plus merveilleux camée qu'on pût voir. Et je pensais que,
malgré tout, Loti avait raison: que c'est là une oeuvre d'art turque;
que ces barbares ont marqué ce pays au point que, sans eux, on ne le
reconnaîtra plus.

GEORGES RÉMOND.



[Illustration: LE PREMIER ÉCHANTILLON CONNU DE L'ART DU MODELAGE
PRÉHISTORIQUE,--Groupe de bisons en argile, découvert par M. le comte
Begouen et ses fils dans la Caverne du Tuc d'Audoubert
(Ariège).--_Photographie de M. Begouen (1/10e environ de grandeur
naturelle)._]

STATUES D'ARGILE PRÉHISTORIQUES

Les documents préhistoriques mis au jour en ces dernières années nous
ont appris bien des choses inattendues sur la vie de nos premiers
ancêtres. Le crâne de la Chapelle-aux-Saints et le squelette du Moutier
nous ont révélé un homme des cavernes beaucoup moins éloigné de
certaines races actuelles qu'on se le figurait jusqu'alors; les dessins
gravés sur des os de rennes ou sur les parois des grottes aux Eyzies et
en divers points de la France nous ont fait connaître un art
préhistorique souvent rudimentaire, mais parfois assez avancé, et qui se
manifeste avec une perfection déconcertante dans les dessins en noir et
à l'ocre que, grâce à la générosité éclairée du prince de Monaco, M.
l'abbé Breuil a pu relever minutieusement dans les cavernes espagnoles;
il y a quelques mois, enfin, nous présentions à nos lecteurs les
premiers bas-reliefs connus de l'âge de pierre, découverts aux environs
de Bordeaux par le docteur Lalanne.

Aujourd'hui M. le comte Begouen nous montre dans une grotte de l'Ariège
des statues, non plus taillées dans la pierre, mais modelées dans
l'argile. Ces sculptures, les premières du genre que l'on trouve, sont
dans un état de conservation remarquable.

C'est dans la caverne du Tue d'Audoubert, sise sur la commune de
Montesquieu Avantès (Ariège), que le comte Begouen et ses fils ont
trouvé les bisons d'argile, tels que les représente la photographie
présentée à l'Académie des inscriptions et belles-lettres par M. Salomon
Reinach, et qui nous a été communiquée par M. Boule, professeur au
Muséum, directeur de l'_Anthropologie_.

M. le comte Begouen, un des plus actifs et des plus érudits de nos
archéologues, a déjà fait nombre de découvertes intéressantes dans le
domaine préhistorique. Il nous conte lui-même, dans l'_Anthropologie_,
l'histoire de sa dernière trouvaille.

C'est tout à fait au fond d'un des couloirs élevés de la caverne, à 700
mètres au moins de l'entrée, que reposent les statues. L'entrée même est
défendue par un bief que forme la résurgence du Volp. Il faut pénétrer
en barque sous terre sur une longueur d'environ 60 mètres avant de
trouver des galeries parsemées de flaques d'eau, où l'on peut à la
rigueur, au temps des basses eaux, passer à pied sec.

La grotte comprend trois étages. Le premier est au niveau de l'eau; on
accède au second en escaladant une falaise de 2 mètres de haut; pour
atteindre le troisième, il faut s'engager dans une cheminée et escalader
un à-pic de 12 m. 50.

Au bout d'un couloir accidenté, aux parois ornées de quelques gravures,
on rencontre une salle basse dont le fond est obstrué par des piliers de
stalactite. Après avoir brisé trois colonnes, de façon à pratiquer une
ouverture mesurant 28 centimètres de hauteur sur 65 de largeur, M.
Begouen et ses fils purent pénétrer en rampant dans un second couloir où
l'argile du sol a conservé des empreintes de talons humains, de griffes
et de poils d'ours, et qui mène à la salle des bisons.

«Les deux statues sont appuyées contre un bloc de rocher tombé de la
voûte au milieu de la salle. L'animal qui se trouve en avant est une
femelle, il mesure 61 centimètres de longueur et 29 centimètres du
ventre au sommet de la bosse; le mâle donne 63 et 31 centimètres. Le
côté droit seul est achevé; le côté appuyé au rocher n'a pas été
travaillé. Quoique la salle soit assez humide pour que la terre ait
conservé toute sa plasticité, l'argile en se desséchant un peu a
provoqué de profondes fissures, traversant parfois tout le corps des
animaux, mais sans causer de dégât, parce que les statues sont appuyées
contre la roche. Comme pour le second bison le rocher n'était pas assez
long, l'arrière-train a été calé par des pierres rapportées. La surface
du corps est lisse, on y distingue fort bien les traces du lissage fait
par la main de l'artiste... L'oeil est marqué chez la femelle par une
sorte de bille de terre avec un renfoncement au milieu. Ce procédé
simulant la prunelle et le regard donne de la vie et de la physionomie à
cette tête, tandis que le mâle a l'air atone et sans vie avec son gros
oeil tout rond. La barbe qui arrive jusque sous le ventre a été indiquée
par des stries faites avec une spatule mince en bois ou en os, tandis
que, pour représenter la crinière plus laineuse, l'artiste s'est
contenté de son pouce dont l'empreinte est bien nette.»

[Illustrations: Boudins d'argile trouvés dans la grotte et, sans doute,
préparés par l'artiste pour achever son modelage.]

Sur le sol, on aperçoit deux ébauches et une esquisse de bison très
sommairement tracée sur l'argile, mais où le modelage de la tête est
commencé.

«Cette esquisse, ajoute le comte Begouen, permettrait de supposer que
les artistes de l'époque, après avoir dessiné sur le sol la silhouette
de l'animal, enlevaient de la terre tout autour, puis soulevaient le
gâteau ainsi préparé avant de le finir sur place (en utilisant, sans
doute, des boudins d'argile comme ceux que l'on a retrouvés non loin des
bisons). Le côté non terminé des statues, d'épaisseur variable, présente
bien l'aspect d'une plaque d'argile arrachée du sol. De plus, nous avons
remarqué plusieurs cuvettes arrondies, dont les bords portent encore des
empreintes de doigts et qui pourraient bien avoir été formées de la
sorte.»

Ces statues, qui constituent un document unique, n'ont pas été
déplacées, et le comte Begouen hésite à risquer un transport qui
présente de grandes difficultés.

F. HONORÉ.

[Illustration: Une des escalades nécessaires pour accéder à la salle des
bisons, dans la grotte d'Audoubert.]



[Illustration: Le cuirassé autrichien type _Viribus unitis._ 22.000
tonnes; 21 noeuds; armé de 12 canons de 30cm en 4 tourelles triples.
(Prêt à entrer en ligne.) Similaires: _Amiral Tegethof_, printemps 1914;
_Kaiser Franz Josef_, 1915-1916; X, juillet 1917.]

[Illustration: Le cuirassé italien type _Conte di Cavour_. (Similaires:
_Leonardo da Vinci, Giulio Cæsare._) 22.500 tonnes; 22 noeuds 1/2; armés
de 13 canons de 30cm en 3 tourelles triples et 2 tourelles doubles.
Entrée en service probable: de juillet 1913 à janvier 1914. Tous les
cuirassés dreadnoughts italiens seront munis de filets pare-torpilles.]

LES FUTURS SUPERDREADNOUGHTS DE LA MÉDITERRANÉE: AUTRICHIENS ET ITALIENS

[Illustration: Le cuirassé français type _Bretagne_. (Similaires:
_Provence_ et _Lorraine._) 23.500 tonnes; 21 noeuds; armés de 10 canons
de 34cm en 5 tourelles axiales. Entrée en service en 1915.]

LES FUTURS SUPERDREADNOUGHTS DE LA MÉDITERRANÉE

Les flots bleus de la Méditerranée, portent ou porteront dans un avenir
peu éloigné des spécimens nouveaux de ces formidables machines de guerre
auxquelles le nom générique de dreadnoughts ne suffit déjà plus et qui
seront des superdreadnoughts.

Ces cuirassés arboreront les pavillons de la France, de l'Italie, de
l'Autriche-Hongrie.

_Italie_.--Nous trouvons en achèvement à flot 3 cuirassés de 22.500
tonnes: _Conte di Cavour, Giulio Cæsare, Leonardo da Vinci_. Les deux
derniers seront prêts vraisemblablement en juillet 1913, le premier en
janvier 1914. Ils sont identiques et portent comme armement principal 13
canons de 30 centimètres répartis en 5 tourelles axiales. Les tourelles
de l'avant et de l'arrière renferment chacune 3 canons, les autres 2. La
défense contre les torpilleurs est assurée par 18 pièces de 12
centimètres. On trouve encore à leur bord 3 tubes lance-torpilles
sous-marins. La vitesse prévue est de 22,5 noeuds.

L'_Andréa Doria_ et le _Duilio_, qui constitueront la série suivante,
sont encore sur les chantiers. Ils seront armés en grosse artillerie
comme les précédents, mais posséderont une artillerie moyenne de 16
pièces de 15 centimètres. Ceci et un léger accroissement de la
protection porteront leur déplacement à 25.000 tonnes.

Enfin, le Conseil des Amiraux qui s'est réuni à Rome le 11 février a dû
se prononcer sur les caractéristiques de 4 nouveaux superdreadnoughts à
mettre en construction. Le Conseil avait à choisir entre deux types: le
premier de 28.000 tonnes, armé de 9 pièces de 38 centimètres, en 3
tourelles triples; le second de 35.000 tonnes, portant 12 pièces de 38
centimètres, en 4 tourelles triples. On ne connaît pas la décision
intervenue; mais, quel que soit le modèle adopté, la vitesse sera de 24
noeuds.

_Autriche_.--Le type dreadnought sera représenté dans la marine
autrichienne par 4 unités; le _Viribus unitis_ prêt à entrer en ligne,
le _Kaiser Franz Josef_ et le _Tegethof_, qui paraîtront en 1914 ou
1915, et un quatrième non encore baptisé. Ces bâtiments déplaceront
22.000 tonnes; ils seront armés de 12 pièces de 30 centimètres en 4
tourelles triples et de 12 pièces de 15 centimètres. Leur vitesse sera
de 21 noeuds. Les projets du gouvernement austro-hongrois relativement à
un accroissement ultérieur de sa flotte ne sont pas connus.

[Illustration: Schéma des futurs cuirassés français type _Normandie_ à
tourelles quadruples. _(Voir le dessin des deux pages suivantes.)_]

_France_.--_Le Jean-Bart_ et le _Courbet_ entreront en Méditerranée,
prêts à combattre, à la fin de l'été 1913. En 1914, ce sera le tour du
_Paris_ et de la _France_. Ces quatre navires sont, on le sait,
identiques avec 23.500 tonnes, 21 noeuds de vitesse, 12 pièces de 30
centimètres en 6 tourelles, 22 pièces de 14 centimètres, 4 tubes
lance-torpilles sous-marins. Puis viendront, en 1915, les trois
_Provence, Lorraine_ et _Bretagne_, qui, ne déplaçant pas davantage,
seront armés de 10 pièces de 34 centimètres en 5 tourelles axiales, 22
pièces de 14 centimètres et 4 tubes lance-torpilles sous-marins;
vitesse: 21 noeuds. Enfin, au mois de mai 1913, on mettra en chantier
quatre nouvelles unités de 25.300 tonnes nommées _Flandre, Gascogne,
Normandie, Languedoc_, à bord desquelles sera innovée la fameuse
tourelle quadruple que montre plus loin le dessin de Sébille. Dans
chacun de ces énormes forts blindés et tournants, 4 canons de 34
centimètres seront placés parallèlement. Une forte cloison cuirassée
coupera la tourelle en deux compartiments égaux renfermant chacun 2
pièces, ainsi mises à l'abri des avaries par éclats de projectiles qui
pourraient pénétrer dans le compartiment voisin.

D'intéressantes discussions se sont produites autour de ce système
nouveau auquel la marine est allée avec une décision qui n'est pas
toujours dans ses habitudes. Elle estime, en effet, que la tourelle à 4
canons donne un maximum de puissance offensive pour un minimum de poids
de cuirasse protectrice, et c'est là un argument des plus sérieux.

Il est bon de noter que, grâce à l'adoption de la tourelle quadruple,
les _Normandie_, avec un déplacement supérieur seulement de 2.000 tonnes
à celui des _Provence_, porteront 2 pièces de 34 centimètres de plus. En
outre, leur flottaison, leur tourelle et le blockhaus seront protégés
par une tranche d'acier de 32 centimètres, maximum employé sur les
bâtiments étrangers. Ces cuirassés seront mus par quatre hélices, dont
deux actionnées par des turbines, les deux autres par des machines
alternatives du type ordinaire; ils fileront 22 noeuds.

En résumé, les quatre _Normandie_ seront des bâtiments extrêmement
puissants, rapides et très bien défendus. Ces qualités maîtresses les
rendront plus redoutables qu'aucun des navires étrangers conçus à la
même époque.

S. P.

[Illustration: LA TOURELLE QUADRUPLE (AVANT) D'UN DE NOS FUTURS
CUIRASSÉS TYPE «NORMANDIE» _Dessin d'ALBERT SÉBILLE._--_Voir l'article à
la page précédente._]

_En arrière et au-dessus de la tourelle, devant le projecteur et les
cheminées, le blockhaus avec ses deux étages; l'étage inférieur pour le
commandement; l'étage supérieur, surmonté des supports de télémètres
d'exercices, pour le directeur de l'artillerie. Entre les deux paires de
canons de 34, dans l'axe de la tourelle, le capot à deux ouvertures, qui
protège le poste de télémétrie spécialement aménagé pour le combat. A
gauche, à l'arrière-plan, la gueule, des quatre canons de la tourelle
centrale (la troisième tourelle quadruple est à l'arrière). La petite
artillerie, à un niveau inférieur, est, elle aussi, entièrement
protégée. On parait avoir ainsi donné à ces «superdreadnoughts» le
maximum, de puissance et de simplicité, et par conséquent de rendement
militaire._



[Illustration: LA FLOTTE TURQUE
LA FLOTTE GRECQUE
Les deux flottes en présence dans le conflit balkanique.

Un petit cuirassé turc, le _Feth-I-Bulend_, semblable au
_Mouïn-I-Zaffer_, a été coulé, le 1er novembre, dans la baie de
Salonique; un autre, l'_Assar-I-Tevfik,_ s'est échoué ces jours
derniers.]

LES OPÉRATIONS NAVALES DANS LA GUERRE DES BALKANS

Je n'ai point la prétention d'écrire ici l'histoire maritime de la
guerre balkanique. N'est pas historien qui veut, tout d'abord, puis le
recul manque encore vraiment trop pour porter, sur ces événements, des
jugements définitifs.

Je me contenterai donc de retracer la série des faits qui se sont
produits tant dans la mer Egée que dans la mer Noire, faits dont je me
suis efforcé de contrôler l'exactitude dans la plus grande mesure
possible.

Au moment où les hostilités ont commencé dans la presqu'île balkanique,
la situation maritime des belligérants était la suivante:

Du côté turc, on trouvait:

3 cuirassés d'escadre:

1° Le _Messoudieh_ (9.000 tonnes), construit en 1874, mais refondu en
1904, vitesse, 16 noeuds; armement: 2 canons de 24cm, 14 de 15cm; 14 de
75mm, 10 de 57mm;

2° _Haireddin Barbarossa_ et _Torghout Reiss_, ex _Kurjùrst Friedrich
Wilhelm_, vendus il y a trois ans par l'Allemagne; déplacement: 10.000
tonnes; vitesse: 16 noeuds; armement: 6 canons de 28cm, 8 de 10cm, 8 de
90mm.

3 petits cuirassés anciens: _Mouïn-I-Zaffer, Feth-I-Bulend_, lancés en
1867-1870, refondus en 1907; 3.000 tonnes, 12 noeuds, 4 canons de 15cm;
et _Assar-I-Tevfik_, 5.000 tonneaux, 3 canons de 15cm, 7 de 12cm, 6 de
57mm.

4 vieux cuirassés (_Azizieh_, etc.) sans valeur militaire.»

2 croiseurs protégés modernes: _Hamidieh_ et _Medjidieh_, lancés en
1903; 4.000 tonnes, 22 noeuds, 2 canons de 15cm, 8 de 12cm.

16 contre-torpilleurs dont 11 seulement en état de combattre; une
trentaine de torpilleurs; enfin 10 transports.

Du côté grec:

3 cuirassés identiques: Hydra, Psara, Spetzai, construits en 1890,
refondus en 1901; 5.000 tonnes, 17 noeuds, 3 canons de 27cm, 5 de 15cm.

Un très puissant croiseur cuirassé: _Georgios-Averof_, offert à la
marine hellène par un généreux patriote de ce nom; construit en Italie
en 1910; 10.200 tonnes, 24 noeuds, 4 pièces de 23cm, 8 de 19cm, 3 tubes
lance-torpilles.

8 excellents contre-torpilleurs, dont 4 de 1.100 tonnes, achetés en
Angleterre peu avant la déclaration de guerre; 30 torpilleurs.

1 submersible, _Delphin_, de 310 tonnes en surface, 460 en plongée, 5
tubes lance-torpilles, construit par le Creusot (1).

[Note 1: Le _Delphin_ a pris une part active aux opérations; il appuyait les
contre-torpilleurs qui tenaient, devant Tenedos, le blocus de l'entrée
des Dardanelles.]

Une division auxiliaire comprenant: 3 transports de charbon, un de
munitions, un navire-hôpital, un navire porte-mines, 2 navires-citernes.

Une division de paquebots armés en guerre, composée de: 2 paquebots de
1.000 tonneaux et 15 noeuds, 2 de 9.000 tonneaux et 19 noeuds, un de
9.000 tonneaux et 21 noeuds.

60 paquebots grecs réquisitionnés pour les transports de troupes.

Gardons-nous d'oublier, dans cette énumération des forces navales
balkaniques, la petite flottille des 6 torpilleurs bulgares, qui a
brillamment fait parler d'elle comme nous le verrons plus loin. Cet
embryon de marine est l'oeuvre du tsar Ferdinand qui en a confié la
réalisation, il y a une dizaine d'années, à un officier de la marine
française, M. Pichon.

LES HOSTILITÉS DANS LA MER NOIRE

La première opération navale fut à l'actif de la flotte turque. Le 19
octobre et les jours suivants, elle se livra sur les ports bulgares de
Varna et de Kavarna (mer Noire) à un bombardement qui ne paraît avoir
produit aucun effet, sérieux.

Pour en terminer avec ce qui s'est passé dans la mer Noire, nous
noterons de suite le brillant fait d'armes accompli dans la nuit du 21
au 22 décembre par 4 petits torpilleurs bulgares, au large de Varna.
Partis à la découverte, ils tombent sur le croiseur turc Hamidieh qui
paraît garder l'aile droite de la division placée en surveillance à
l'aboutissement sur la mer Noire des lignes de Tchataldja. Deux
contre-torpilleurs avaient été donnés au _Hamidieh_ pour se garder.
Mais, de crainte de méprise, le commandant du croiseur turc leur avait
enjoint de s'écarter de lut pendant la nuit. En cas de rencontre
inopinée on avait convenu d'un signal de reconnaissance. A un feu vert
montré par le _Hamidieh_ les contre-torpilleurs devaient répondre par un
feu rouge, moyennant quoi ils pourraient se rapprocher de leur chef sans
crainte d'en être mal reçus.

Les contre torpilleurs turcs disparus, ce sont les torpilleurs bulgares
qui se montrent. Du pont du _Hamidieh_ on les a découverts, on fait le
signal convenu, un feu vert est allumé. Les Bulgares, à tout hasard,
répondent par un feu également vert... Ceci suffit pour créer une
terrible perplexité à bord du croiseur ottoman. Faut-il tirer? Et si ce
sont les contre-torpilleurs amis qui ont commis une erreur?

Bref, on tergiverse, et, pendant ce temps, les braves petits Bulgares
foncent sur l'ennemi, décochent leurs torpilles. L'un d'eux s'est
approché à 50 mètres Sa torpille seule a atteint le but. Elle touche le
_Hamidieh_ à l'avant, éclate et produit une brèche énorme de 4 mètres
sur 5, le pont cuirassé est rabattu sur lui-même, la coque défoncée des
deux bords, 10 hommes sont tués ou blessés.

Une canonnade furieuse éclate; mais, leur coup fait, les quatre
moucherons ont fui à toute vitesse et ils disparaissent dans la nuit.
Ils sont indemnes. Un seul projectile turc a porté, il a traversé la
cheminée avant d'un des torpilleurs.

A ce moment, les contre-torpilleurs turcs entrent en scène. Ils
accourent au bruit du canon, et font leur signal de reconnaissance, mais
l'émoi est tel à bord du _Hamidieh_ qu'on n'en tient aucun compte et un
feu terrible accueille les amis après les ennemis. Ce feu, heureusement
mal dirigé, ne les atteint pas.

Pendant ce temps, le _Hamidieh_ se remplit par l'avant.

A grand'peine on le remorque jusqu'à la Corne d'Or où on réussit à le
faire entrer au bassin. Il faut dire, à la louange des ingénieurs et
ouvriers turcs, qu'un mois après les réparations de ses graves avaries
étaient terminées et le croiseur reprenait son rang dans la flotte (2).

(2) La coque était réparée, mais le pont cuirassé n'a pas été remis en
place.

Il faut noter encore pendant que nous sommes dans la mer Noire l'aide
efficace apportée par la flotte turque dans la défense des lignes de
Tchataldja dont elle a tenu les deux extrémités.

DANS LA MER EGÉE

[Illustration: Le croiseur cuirassé hellène _Georgios-Averof_, le seul
navire vraiment moderne ayant participé à la guerre navale dans la mer
Egée.]

[Illustration: LA GUERRE NAVALE GRÉCO-TURQUE.--L'état-major du
_Georgios-Averof_: au centre, le contre-amiral Coundouriotis, commandant
en chef de l'escadre grecque. _Photographies Gaziadès._]

Dans la mer Egée, la flotte grecque, sous le commandement du
contre-amiral Coundouriotis, avait pris, dès la déclaration de guerre,
l'attitude la plus résolue. Une division grecque, postée devant Smyrne,
rendit impossible le transport par mer du puissant corps d'armée de
cette région, si bien que ces troupes durent user du chemin de fer
d'Anatolie dont le débit était seulement de 1.500 hommes par jour. Il en
résulta que le corps de Smyrne mit trente et un jours pour s'écouler
vers la Thrace où il arriva trop tard pour combattre à Kirk-Kilissé.

Si la voie de mer avait été libre, il n'aurait pas fallu plus d'une
semaine pour le mettre en territoire européen.

Dès le 2 octobre, l'escadre grecque occupe l'île de Lemnos et y
installe, dans la baie de Moudros, une excellente base navale avec un
arsenal provisoire.

Les torpilleurs logés à Tenedos, à proximité des Dardanelles,
surveillent l'entrée du détroit et font de nombreuses prises. La voie de
mer est fermée aux ravitaillements militaires et 180 canons de campagne
achetés en Allemagne par le gouvernement turc, qui devaient être livrés
par mer à Constantinople le 15 octobre doivent être acheminés via
Constanza et ne parviennent à destination qu'après l'armistice. Le
mouvement maritime à l'entrée des Dardanelles diminue de 50%.

Les autres îles de l'archipel, Thasos, Strati, Imbros, Samothrace, sont
successivement occupées par les marins grecs.

Pendant ce temps, le 1er novembre, dans la nuit, le petit torpilleur
grec, n° 12, commandé par le lieutenant de vaisseau Votsis, pénètre dans
la baie de Salonique en rangeant les bancs dangereux du Vardar. Il
arrive devant les quais mêmes de la ville, lance deux torpilles contre
le petit cuirassé turc _Feth-I-Bulend_ et le coule.

Le 10 novembre, un autre torpilleur grec pénètre de nuit dans le petit
port d'Aïvali et détruit aussi une canonnière turque. A la prise de
Preveza, les bâtiments grecs capturent encore deux torpilleurs turcs. Il
se produisit là un incident tragique. L'équipage d'un des torpilleurs
ottomans quitta le navire après avoir ouvert les prises d'eau, laissant
son commandant enfermé et bloqué dans sa chambre. Lorsque les marins
grecs arrivèrent à bord, le torpilleur coulait et on entendait les cris
du malheureux officier. On n'eut pas le temps de le délivrer et il fut
noyé.

Antérieurement, le 12 octobre, une division complète de l'armée de
Salonique, avec tout son matériel de train et 3.000 chevaux, embarquée
sur 27 transports grecs, avait atteint en une journée Dédéagatch sous la
protection de la flotte. Le temps était affreux, une pluie violente
obscurcissait l'atmosphère. C'étaient, là, dans cette rade ouverte, de
belles circonstances pour une attaque des torpilleurs turcs: ils n'en
ont tenté aucune.

C'est seulement pendant l'armistice conclu avec les Bulgares et les
Serbes que la Turquie envoie sa flotte au combat.

Le 16 décembre, l'escadre turque quitte son mouillage de Nagara, sort
des Dardanelles, et ouvre le feu à 12.000 mètres environ sur les
bâtiments grecs qui se sont aussitôt portés à sa rencontre. Lorsque la
distance est tombée à 7.000 mètres, ceux-ci ripostent, l'_Averof_, à qui
sa grande vitesse donnera dans tous ces engagements le rôle principal,
n'hésite pas à se séparer des siens et cherche à couper l'escadre turque
du détroit. Cette manoeuvre provoque la retraite de la force ottomane
qui rentre dans les Dardanelles. En réalité, elle n'a pas quitté la zone
où la couvrent les canons des forteresses de l'entrée.

Cette escarmouche n'a duré que quelques minutes, l'_Averof_ a un
sous-officier tué, un officier (3) et 8 marins blessés; le _Spetzai_ un
blessé. A bord des bâtiments turcs il y a 14 tués et 57 hommes blessés.
Le _Barbarossa_ a reçu 7 projectiles dont un a traversé le pont
cuirassé; le _Messoudieh_ a été touché trois fois.

[Illustration: Le _Makedonia_ coulé dans le port de Syra.--_Phot. Sven
Risom_.]

Le 22 décembre, le croiseur turc _Medjidieh_ et quelques
contre-torpilleurs apparaissent à l'entrée du détroit et viennent lancer
quelques obus sur la ville de Tenedos. A l'apparition des fumées des
navires grecs qui accourent de Lemnos à tonte vapeur, croiseur et
torpilleurs se retirent.

Nous voici au 15 janvier. Par brume, toute l'escadre turque sort à 3
heures du matin. Le _Hamidieh_, dont les réparations sont terminées, est
en tête. Mais le temps est très mauvais et le gros de l'armée rentre
aussitôt dans le détroit. Le _Hamidieh_, qui semble avoir perdu le
contact des autres navires et s'être égaré, continue sa route et atteint
Syra où il découvre le paquebot grec _Makedonia_, armé de 3 canons de
75mm, en réparation. Il le canonne ainsi que quelques établissements de
la ville. Le capitaine du _Makedonia_ ouvre les prises d'eau et coule le
bâtiment. Deux hommes sont tués à terre dans ce bombardement, qui cause
en Grèce une vive émotion. De Syra, le _Hamidieh_ se dirige sur Beyrouth
et y mouille; mais, à la vue de navires de guerre apparus à l'horizon,
il file ses chaînes, abandonne ses ancres et court à Suez, d'où, après
avoir reçu la quantité de charbon, accordée par les règlements
internationaux de neutralité, il franchit le canal et entre dans la mer
Rouge. Là, il fait sans doute le plein de ses soutes; le 10 février il
franchit de nouveau le canal, relâche à Malte, en repart le 16
février...

(1) Cet officier est mort de ses blessures.

[Illustration: Le _Hamidieh_ à Port-Saïd.--_Phot. Jean Auzias_.]

Dans la nuit du 17 au 18 janvier, le conseil des ministres ottomans
décide de demander à la flotte un nouvel effort. Il s'agit sans doute de
chercher un succès qui donnera aux plénipotentiaires de Londres une
raison d'espérer des conditions de paix meilleures. Le croiseur
_Medjidieh_ et 4 contre-torpilleurs partent en avant et tentent
d'entraîner la flotte grecque au large, ou tout au moins de diviser ses
forces. C'est un plan ingénieux auquel, malheureusement, l'amiral
Coundouriotis ne se prête pas. Il attend, pour se mettre en mouvement à
9 h. 15 le 18, d'avoir en vue, entre Lemnos et Tenedos, l'escadre turque
composée des cuirassés _Barbarossa, Torghout, Messoudieh,
Assar-I-Tevfik_, et de 8 contre-torpilleurs. Le combat s'engage à 8.000
mètres, à 11 h. 1/2, à 18 milles du cap Baba, au nord du canal de
Mytilène, et prend aussitôt la même tournure qu'au 16 décembre.

Après quelques coups de canon, les Turcs virent de bord et se dirigent
sur Tenedos, poursuivis par l'escadre grecque, qui fait feu de toute son
artillerie, à laquelle les canons de retraite seuls des navires ottomans
peuvent répondre. A ce moment, vers midi 15, un grand désordre règne
dans la ligne turque. Comme précédemment encore, l'_Averof_ fonce sur
l'ennemi et le canonne à bonne portée, 4.000 mètres. A 2 heures, les
Turcs rentrent dans le détroit; l'_Averof_, qui est engagé dans la zone
de feu des forts, se retire, et le combat prend fin à 2 h. 30.

Il a été fort vif, mais le tir de l'escadre turque n'a pas produit de
résultats sérieux, l'_Averof_ a reçu un seul obus à l'avant dans ses
oeuvres mortes, et n'a eu qu'un blessé. Il a tiré plus de 700
projectiles de tous calibres. Le rapport officiel turc dit que des deux
côtés les pertes en hommes ont été grandes. Ce n'est exact que pour un
des adversaires; 50 projectiles environ ont frappé les navires turcs qui
ont eu 47 tués et 160 blessés; un transport-hôpital a ramené ces
derniers à Constantinople. Le _Torghout_ paraît avoir eu, dans cette
affaire, une tourelle mise hors de service.

Il faut noter que les canons grecs étaient incapables, à 4.000 mètres,
de percer les blindages de flottaison des cuirassés turcs. Ceci explique
qu'aucun de ces bâtiments n'ait été coulé.

                               *
                              * *

[Illustration:-------- Escadre turque.------> Escadre grecque. Le
combat naval du 18 janvier. _Croquis de M. E. Labranche, correspondant
du_ Temps.]

En résumé, l'examen des faits ci-dessus rapportés fait ressortir sans
doute possible que la flotte grecque a joué, dans la guerre balkanique,
un rôle des plus actifs et des plus utiles. Elle a fait preuve de
grandes qualités de manoeuvre et d'endurance. Les bâtiments, dont
plusieurs de petit tonnage, sont restés sous les feux pendant plus de
trois mois, dans des conditions très dures, et y sont encore, prêts à
courir sus à l'ennemi dès qu'il se montrera, Finalement, cette flotte
est restée maîtresse absolue d'une mer dont son ennemi avait un intérêt
majeur à garder l'usage. Elle a rendu à ses alliés le plus signalé
service en empêchant une grosse partie des contingents asiatiques de
figurer dans les opérations décisives de la Thrace. Et par cette
attitude résolue elle a peut-être changé le sort de la guerre.

SAUVAIRE JOURDAN, _capitaine de frégate de réserve._

[Illustration: Messoudieh. Barbarossa. Torghout. L'escadre turque
rentrant dans les Dardanelles après le combat du 18 janvier. _Phot.
Roubin._]

[Illustration: LE BOMBARDEMENT D'ANDRINOPLE.--Le gros canon de siège de
la batterie Athanassof qui, le premier, a rouvert le feu contre la
ville, après la rupture de l'armistice.-_Phot. G. Woltz._]

C'est contre Andrinople, si énergiquement défendue par ce héros: Chukri
pacha, que, depuis la reprise des hostilités, s'est porté le plus rude
effort bulgare. Les assiégeants avaient profité de l'armistice pour
accroître la force défensive de leurs tranchées et disposer à loisir
leur matériel de bombardement. Notre photographie, prise aux derniers
instants de l'armistice, montre le plus gros canon du siège, appartenant
à la batterie du capitaine Athanassof, qui a reçu l'ordre de tirer le
premier sur la ville, ce qui fut fait dès l'expiration des délais prévus
pour la rupture effective de l'armistice.

Les Turcs, nous écrit-on des lignes assiégeantes, ont jeté une quantité
de projectiles dans la direction de cette redoutable batterie sans la
découvrir et sans l'atteindre. Le feu, des deux côtés, a été des plus
violents pendant plusieurs jours sans aboutir néanmoins à d'autres
résultats, semble-t-il, que d'affoler, dans la vaillante ville, la
population non combattante au milieu de laquelle éclataient les obus.
Cette situation, d'ailleurs, a provoqué une particulière émotion en
Europe où l'on s'est ému du sort des neutres, et la France a pris
l'initiative d'intervenir énergiquement en leur faveur à Constantinople
et à Sofia. Après beaucoup d'hésitation, les autorités militaires
bulgares ont accepté de laisser sortir de la ville les colonies
étrangères. Mais le gouverne ment turc, tout en acceptant de veiller au
salut des neutres, s'est opposé à ce que ces derniers se rendissent dans
les lignes bulgares et a proposé de fixer une zone où les étrangers
pourront être protégés contre le bombardement. Il est d'ailleurs permis
d'espérer que les tentatives actuellement faites pour trouver une
nouvelle base de négociations pacifiques ne tarderont pas à aboutir.



[Illustration: I.--Les effectifs mobilisables]

L'ÉQUILIBRE DES ARMEMENTS

LE NOUVEL EFFORT MILITAIRE DE L'ALLEMAGNE

Dans son numéro du 4 janvier dernier, l'_Illustration_ a donné un état
comparatif des armées française et allemande tel qu'il résultait, pour
l'Allemagne de la loi du 14 juin dernier, pour la France, de la récente
loi des cadres.

En 1912, en effet, l'Allemagne avait cru devoir augmenter
considérablement son armée, en même temps que la France préparait sa loi
des cadres. Et voiei que, tout à coup, des accroissements
supplémentaires viennent d'être annoncés en Allemagne. Sans que ce
nouvel effort puisse être nécessairement considéré comme une menacé plus
ou moins immédiate pour le repos de l'Europe, une réplique, des
sacrifices parallèles s'imposent néanmoins en France, car la paix entre
deux grands pays très voisins dépend avant tout de l'équilibre des
armements.

L'état-major d'outre-Rhin s'était proposé de constituer en octobre 1912
une grande partie des accroissements prévus, les autres mesures devant
être parachevées en 1915; mais à peine sa réalisation était-elle entamée
que la loi militaire de juin dernier a été trouvée insuffisante. Bien
que les sacrifices, pour un budget déjà difficile, s'annoncent comme
très lourds, 150 millions de marks de plus par an, nul doute que ce
nouveau projet ne soit accepté avec autant d'unanimité, que le
précédent. Les détails n'en sont pas encore connus; mais la presse
officieuse s'est chargée de nous en divulguer les principes essentiels.
L'effectif de paix serait accru d'environ 100.000 nommes et l'on
songerait à porter de 25 à 27 le nombre des corps d'armée.

Quels motifs ont-pu pousser? l'Allemagne à un effort aussi «kolossal»,
quelle sera sa répercussion sur la situation respective des armées
française et allemande, comment pouvons-nous y répondre? C'est ce que
nous nous sommes proposé d'examiner ici.

POURQUOI L'ALLEMAGNE AUGMENTE SES EFFECTIFS

Incontestablement, le réveil de l'énergie française, la cohésion de la
Triple Entente qui n'a cessé de se cimenter au cours de la crise
balkanique, le perfectionnement ininterrompu de l'armée russe, ont dû
être des causes prédominantes et justifier pour l'Allemagne «la
nécessité d'affermir sa position de force au coeur de l'Europe». Mais il
est aussi d'autres motifs à cette extension nouvelle.

Les créations d'unités prévues par la loi du 14 juin 1912 nécessitaient
un accroissement minimum d'une soixantaine de mille hommes par rapport
aux effectifs budgétaires précédents; or, la loi n'envisageait qu'une
augmentation d'environ 30.000 hommes... Sous peine de réduire le
personnel des compagnies, escadrons, batteries, il fallait trouver des
ressources complémentaires; c'est là l'objet du projet annoncé; il
permettra en outre d'autres améliorations.

L'armée allemande présentait jusqu'ici trois types d'unités: les unes à
effectif fort, stationnées en couverture sur les frontières d'Alsace et
de Pologne, les autres à effectif moyen ou faible; de plus, un certain
nombre de régiments d'infanterie ne comportaient que 2 bataillons au
lieu de 3 et certaines batteries n'attelaient pas le complet de leurs 6
pièces. Les ressources prévues vont offrir la possibilité de compléter
organiquement tous les régiments, toutes les batteries, et de porter
toutes les unités de l'intérieur à l'effectif moyen de 141 hommes de
troupe par compagnie, 113 hommes par batterie ou même davantage, les
unités de couverture conservant respectivement leurs 160 hommes par
compagnie et leurs 128 hommes par batterie.

Jusqu'alors, grâce à sa forte natalité, l'Allemagne pouvait limiter ses
incorporations annuelles. Un certain nombre de jeunes gens, 92.000 en
1911, nous dit la _Revue militaire des armées étrangères_, classés
dans l'Ersatz-Réserve, n'accomplissaient pas de service actif; ils
étaient simplement astreints à des périodes d'exercices. Désormais,
d'après les indications de la presse berlinoise, cette «réserve de
recrutement» serait en grande partie incorporée définitivement dans
l'armée active. Incontestablement, l'Allemagne pourrait encore dépasser
cet effort, puisque, en 1911, les conseils de revision ont eu à statuer
sur 563.000 jeunes gens de vingt ans pour en incorporer moins de la
moitié; encore, auraient-ils dû en examiner davantage, puisque plus de
40.000 jeunes Allemands, émigrants ou insoumis, ne se sont pas présentés
devant les commissions de recrutement!

Quoi qu'il en soit, il n'apparaît pas jusqu'ici que la création d'unités
nouvelles ait été envisagée; il faut d'abord étoffer convenablement les
formations existantes; d'ailleurs, l'insuffisance des casernements ne se
prêterait pas à l'installation de nouveaux corps de troupe. Retenons
cependant que, dès maintenant, les bataillons d'infanterie seraient en
nombre suffisant pour porter les corps d'armée allemands de 25 à 27;
notre nouvelle loi des cadres nous offre d'ailleurs une possibilité
analogue. Il n'apparaît donc pas, jusqu'à plus ample informé, que nos
tableaux donnés précédemment (l'_Illustration_ du 4 janvier) concernant
la comparaison des unités du temps de paix dussent être modifiés;
seules, les ressources mobilisables, ainsi que l'indique le tableau n°
1, seront influencées par les nouvelles dispositions.

POURQUOI LA FRANCE DOIT ACCROITRE SES ARMEMENTS

Si le rapport des grandes unités stratégiques, des corps d'armée, ne
semble guère devoir être troublé, pas plus que celui des unités
tactiques, bataillons, escadrons et batteries, si, sur le champ de la
bataille décisive, l'équilibre paraît n'être pas modifié, la situation
créée par l'Allemagne nous impose cependant une réplique.

Il est admis qu'on manoeuvre à la guerre moins à coups de millions
d'hommes qu'à coup d'unités stratégiques et tactiques; mais, encore,
faut-il pouvoir disposer de ressources instruites pour combler les
pertes de toute nature. Au surplus, l'effort allemand vise peut-être non
seulement le renforcement de l'armée de première ligne, mais aussi la
constitution de formations de réserve nombreuses et cohérentes.
L'institution régente des 25 commandements de landwehr, les nombreux
officiers actifs disponibles pour l'encadrement des troupes de deuxième
ligne, 16 ou peut-être même 28 officiers par régiment d'infanterie, le
nombre sans cesse accru des réservistes convoqués chaque année, passé de
456.398 en 1909 à 554.561 en 1912, sont assez significatifs à cet égard.
Veillons donc à ne pas nous laisser distancer dans cet emploi intégral
des réserves, où, de leur propre aveu, les Allemands restent encore bien
loin en arrière de nous.

Enfin, si l'on admet que la valeur offensive de l'armée active mobilisée
dépend de la proportion plus ou moins grande de réservistes, tout incite
à accroître l'effectif de paix; c'est aussi bien améliorer les
formations de premier choc que celles dites de deuxième ligne.

MESURES ENVISAGÉES EN FRANCE POUR RÉTABLIR L'ÉQUILIBRE DES FORCES

Afin de maintenir notre armée à hauteur de ces nouvelles exigences
imposées par l'Allemagne, diverses mesures ont été envisagées.

Il a paru d'abord indispensable de rendre au service armé les militaires
actuellement employés dans les services administratifs; ce ne serait
qu'un bénéfice insignifiant de 7.000 à 8.000 hommes. On espère également
voir se développer le courant des engagements et des rengagements;
malheureusement, une régression très sensible s'est manifestée depuis
deux ou trois ans sous ce rapport et, à moins de sacrifices budgétaires
importants, il est probable que les espoirs ne seraient guère réalisés.
Au contraire, l'extension du recrutement indigène dans notre Afrique du
Nord paraît devoir donner de meilleurs résultats.

Cependant, ces diverses mesures risqueraient d'être insuffisantes pour
contre-balancer l'augmentation de la puissance allemande; aussi, a-t-on
songé à rétablir le service de trois ans ou à porter à trente mois la
durée du service actif pour toutes les armes. Bien entendu, pour qu'il y
ait avantage, l'incorporation devrait être avancée d'une année--appel à
vingt ans au lieu de vingt et un ans--sans quoi, les effectifs de paix
seraient bien modifiés, mais non les effectifs mobilisables.

Le tableau n° 1 donne les ressources mobilisables dans ces diverses
combinaisons, en les comparant à celles de l'Allemagne.

Avec le service de trois ans, notre armée active serait accrue d'environ
210.000 hommes, ce qui nécessiterait chaque année plus de 200 millions
de dépenses nouvelles. Le service de trente mois réduirait les
sacrifices budgétaires de près de moitié. L'un et l'autre système
auraient l'avantage d'assurer en permanence la présence sous les
drapeaux de deux classes instruites, alors qu'actuellement, chaque
hiver, comme les Allemands d'ailleurs, nous ne pouvons disposer que
d'une seule classe instruite immédiatement mobilisable.

Il peut être intéressant de voir, dans ces conditions, quelle serait la
composition probable des unités mobilisées en France et en
Allemagne,--c'est ce que représente le tableau n° 2.

[Illustration: II.-PROPORTION DE RÉSERVISTES DANS LES UNITÉS MOBILISÉES]

De ce que les Allemands ont besoin actuellement de moins de réservistes
que nous pour compléter leurs effectifs de guerre, il serait inexact de
croire qu'il puisse en résulter une plus grande rapidité pour leur
mobilisation. Il faudra à peu près autant de temps pour habiller,
équiper, armer 110 réservistes que 140; la réquisition des animaux de
trait, la perception des équipages, des approvisionnements de toute
nature n'en seront pas accélérées.

Si le chiffre de notre population et notre faible natalité ne nous
permettent pas de lutter avec l'Allemagne par le nombre, il est du moins
certains facteurs du succès qu'il ne nous est pas permis de négliger:
nos ressources financières, comme le bon renom de notre industrie, nous
permettent toutes les espérances. Si l'Allemagne pousse fébrilement
l'exploitation intensive des moyens techniques que la science de
l'ingénieur met à la disposition des armées modernes, nous nous devons
de ne pas nous laisser distancer sous ce rapport. Le perfectionnement de
l'armement, l'amélioration des places fortes, la constitution de fortes
réserves de munitions pour ces insatiables consommateurs que sont les
engins à tir rapide, doivent être l'objet de nos premières
préoccupations. La constitution d'une artillerie lourde, la construction
de grands croiseurs aériens, de leurs abris, le maintien de notre
supériorité incontestée en aviation, doivent également retenir toute
notre attention; les sacrifices nécessaires ne seront jamais marchandés.

Mais les nombreux bataillons, les armes perfectionnées ne sont que peu
de chose sans les sentiments qui animent les combattants. La France, qui
a repris conscience de sa force et de sa dignité, possède là, peut-être,
le meilleur secret de la victoire.

Commandant LE DUALIS.

DEUX MODES, DEUX ÉCOLES

Comme l'hiver finissant distribue ses dernières rigueurs, laissant déjà,
par échappées de soleil et aperçus de ciels bleus, prévoir les beaux
jours prochains, il y a en ce moment, suivant l'usage, fort grande
animation dans le monde de la couture. C'est l'époque de l'année où la
Mode, prise de lassitude pour ce que, quelques mois auparavant, elle
avait prôné, s'inquiète, se cherche, et se met en quête d'inédit. Le
printemps dût-il être d'une inclémence cruelle, le bon ton, d'accord
avec le calendrier, exige qu'il commence en mars, et que, dès lors, les
vêtements portés aux frimas aillent tout aussitôt rejoindre les vieilles
lunes. La jupe-culotte, d'incertaine mémoire, fit son apparition,
naguère, en un mois de février, et sa première sortie, très remarquée,
coïncida, on s'en souvient, avec la rentrée d'Auteuil. Cette saison,
encore, la Mode, dit-on, nous réserve des surprises: une lutte
courtoise, mais passionnée, se préparerait entre divers maîtres de
l'élégance, séparés par leurs goûts et leurs méthodes. Deux écoles
rivales se disputeraient, avec des tendances opposées, l'honneur
d'habiller, et d'embellir, la Parisienne.

La nouvelle de cette petite guerre, qui éclatera demain, s'est déjà
propagée sous le manteau, si l'on peut dire. Mais les femmes, qui sont
pourtant particulièrement intéressées dans l'aventure, n'en ont guère,
jusqu'à présent, été averties. C'est une tradition constante,
irrévocable, doit-on penser, qu'elles ne sont jamais préalablement
consultées en ces sortes d'affaires. Elles n'ont pas voix au chapitre.
Elles subissent des arrêts impérieux, sans s'être fait entendre.
Fénelon, qui, en son _Éducation des filles_, a dit, sur ce sujet, des
choses fort sensées, et que l'on s'excuse presque de citer ici, se
plaignait autrefois de leur trop grande influence: «Il n'y a d'ordinaire
que caprices dans les modes, écrivait-il. Les femmes sont en possession
de décider. Il n'y a qu'elles qu'on veuille en croire. Ainsi les esprits
les plus légers et les moins instruits entraînent les autres...» Ces
reproches ne sauraient, de notre temps, leur être adressés. Les dociles
créatures ne sont, en aucune façon, responsables des variations de leurs
toilettes. La réelle innovation, l'originalité véritable, consisterait
sans doute à réunir quelques-unes d'entre elles, et des plus autorisées,
avant de lancer une mode, et de leur demander leur avis. On n'y songe
point, pour l'instant.

Ce sont, aujourd'hui, les grands couturiers qui établissent pour chaque
saison, et souvent avec bonheur, la formule temporaire de l'élégance.
Que de fantaisies piquantes, imprévues, on leur doit! La plus belle idée
de certains d'entre eux, et non des moins notoires, a été, dans ces deux
dernières années, d'adapter au costume féminin les grâces de l'art
oriental. Pendant longtemps, et jusqu'à cet hiver même, la Parisienne
raffinée se serait crue déshonorée de n'avoir point une silhouette bien
persane. Les étoffes aux couleurs violentes, aux dessins mystérieux,
déconcertants, les vêtements de coupe étrange, aux lignes tantôt
fuyantes, comme si un ciseau malin avait précipité leur chute, tantôt
brisées en cassures brusques, les parures barbares, ont fait fureur.

Le péril de l'exotisme, c'est qu'il ne comporte guère de mesure, et
qu'il permet toutes les audaces. Les impertinences dont il fut la cause
ont passé quelquefois pour exquises. Bien vite, pourvu qu'une toilette
fût excentrique, inattendue, elle eut les meilleures chances de plaire.
Faut-il s'en désoler? Cette recherche du bizarre, dans toutes ses
manifestations, a abouti à une liberté charmante. On peut voir ainsi, en
ce moment, telle élégante affectionner, pour ses robes du soir, le style
égyptien, ou viennois peut-être, tandis qu'une autre emprunte à la forme
de son «tailleur» une délicieuse allure moscovite; celle-ci arbore une
tunique japonaise où s'épanouissent des chrysanthèmes, celle-là une
jaquette en soie jaspée de métal et brodée de roses d'Ispahan. Et il
n'est point jusqu'à certaines précieuses qui, par un paradoxe suprême,
ne se jettent délibérément dans le suranné, le traditionnel, et n'y
puisent un agrément imprévu.

Entre tant de tendances diverses, la Mode, en ce moment critique, hésite
à se fixer. Et voici qu'un style nouveau apparaît, qui prétend s'imposer
et faire oublier tous les autres. Comment les défenseurs d'une école qui
en est à ses débuts ne se montreraient-ils pas sévères pour celle dont
ils combattent les principes? Les artisans de la réforme condamnent tout
ensemble la manière persane, la turque, la japonaise et l'égyptienne;
ils s'élèvent contre la couture internationale; et ils projettent de
rétablir dans sa gloire le goût français, fait de mesure, de juste
harmonie, de simplicité. Suivant eux, l'appareil des Mille et une Nuits,
costumes et accessoires, ne serait même plus un article d'exportation;
Schéhérazade commencerait à faire médiocre figure aux États-Unis, où
nous l'avions envoyée, et les Américaines, auprès de qui Paris exerce
toujours le même attrait de ville élégante, y chercheraient maintenant
des inspirations plus discrètes.

Pour mener à bien le mouvement qui se dessine, un comité d'artistes bien
connus et aimés du public s'est fondé, sons les auspices d'une grande
maison, qui entend se constituer, aux Champs-Elysées, la gardienne de la
tradition française, grâce aux efforts d'un administrateur avisé, voué
naguère au succès d'une autre industrie de luxe, l'automobile. Et voilà
qui marque une curieuse évolution dans les usages de la Mode. C'est
maintenant aux peintres que les grands couturiers demandent des
conseils, des indications précises pour l'ordonnance des toilettes
qu'ils s'apprêtent à lancer. Jusqu'à présent, les premiers n'avaient eu
que le soin de reproduire, dans leurs portraits mondains, les
chefs-d'oeuvre des seconds. Ils participent aujourd'hui à leur création;
et ils peuvent s'en dire, en quelque manière, les auteurs.

Cette collaboration a déjà produit des résultats qu'on dit pleins de
promesses. Le groupe des «Peintres de la femme», que préside M. A. de La
Gandara, et qui compte parmi ses membres des dessinateurs comme
Willette, Anquetin, Gerbault, Grün, A. Guillaume, Métivet, Neumont,
Préjelan, Boubille, Abel Truchet, s'est mis au travail, chacun apportant
son talent, ses conceptions, sa «manière». Il ne s'agit point, en effet,
de revenir, par une imitation laborieuse, aux modes d'autrefois, ni
d'adapter au goût actuel les élégances désuètes dont les vieilles
gravures nous ont transmis le souvenir. Les «Peintres de la femme» se
proposent d'innover, tout en restant fidèles à cet art du costume sobre,
d'une grâce seyante, qui plaira toujours en France, et qui est
proprement nôtre.

On a commencé par leur montrer des modèles qu'ils ont adroitement
transformés. Une petite retouche peut parfois changer l'aspect d'une
robe, d'un manteau, leur donner une séduction qui leur manquait: la
tâche est amusante, aisée, pour des observateurs exercés à saisir
l'harmonie des lignes, à combiner et à accorder les nuances. Mais ils ne
se sont pas bornés à de simples retouches. Et ils ont voulu contribuer
par des croquis personnels à la mode qui sera peut-être celle de demain:
une exposition réunira le mois prochain ces oeuvres légères, issues de
l'alliance, désormais consacrée, du couturier et de l'artiste.

Voici, en attendant, l'un des premiers dessins exécutés par Willette,
dont on reconnaîtra, dans un genre inaccoutumé, la verve spirituelle, la
fantaisie toujours en éveil. En cette image de femme vêtue, semble-t-il,
d'une grande fleur de lys qui l'enveloppe entièrement, et campée devant
un jardin à la française, aux allées régulières, aux bosquets taillés,
on se plaît à voir comme le manifeste de la nouvelle école.

MICHEL PSICHARI.

[Illustration: Un modèle bien français dessiné par un artiste pour un
grand couturier: la robe «fleur de lys» de Willette. _D'après un dessin
original communiqué par la maison Bulloz._]



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

_Les Pèlerins de Sainte-Hélène._

N'est-il pas merveilleux qu'à un siècle de sa disparition de la scène du
monde, qu'un siècle bientôt après le dénouement du drame obsédant de
Sainte-Hélène, nous puissions encore découvrir, touchant Napoléon, des
choses qui aient le pouvoir de nous passionner? Un livre révélateur paru
d'hier et riche en documents inédits, dossiers d'archives,
correspondances diplomatiques et papiers privés, donne une suite
impressionnante à tous les récits de la captivité de Napoléon jusqu'ici
publiés et qui s'arrêtaient à la mise au tombeau. Et voici de nouveau
évoquée par un scrupuleux historien, M. Albéric Cahuet--son nom est
familier aux lecteurs de ce journal--la geôle noire de l'Océan, la Thulé
tropicale aussi perdue au milieu de ses brumes étouffantes que l'autre,
celle du Nord, derrière ses frimas, aussi ignorée du monde jusqu'au jour
où le tragique crépuscule de l'astre l'auréola de gloire. Car c'est
d'elle qu'il est le plus question tout le long de ce livre, encore qu'il
s'intitule _Après la mort de l'Empereur_ et fasse rayonner la légende de
Sainte-Hélène en Europe, dans les capitales de la Sainte-Alliance, et
jusqu'à nos jours.

Ce sont d'humbles guides, qui ont entraîné notre auteur vers
Sainte-Hélène; ce sont les «derniers serviteurs de l'Empereur», c'est
Marchand, son valet de chambre,--encore que celui-ci ait fini comte et
bien établi; c'est Noël Santini d'abord «gardien du portefeuille», à
l'île d'Elbe; plus tard, aux Briars et à Longwood, tour à tour tailleur
ou bottier adroit, ingénieux à utiliser les restes, barbier quand il le
faut, chasseur à ses moments et pourvoyeur de la table impériale,-plus
tard «la bête noire de la Sainte-Alliance»; Santini, dévoué jusqu'à
l'assassinat, s'il l'eût fallu, et qui, renvoyé de Sainte-Hélène,
apporta en Europe la plainte du grand captif et révéla au monde
l'ignominieux traitement qui lui était infligé sur son roc, puis finit
gardien du tombeau des Invalides; c'est encore Louis-Étienne
Saint-Denis, ci-devant improvisé mameluk sous le nom d'Ali, puis en exil
transformé par une décision de l'Homme--qui avait fait d'autres
miracles--en un bibliothécaire exact, appliqué à ses fonctions comme un
chartiste et qui nous livre le secret de toutes les lectures de
Longwood; c'est enfin l'huissier Noverraz, «l'ours d'Helvétie», la
fidélité vigoureuse mise au service du dévouement qui ne discute pas.

En compagnie de ces braves gens, si attachés, si désintéressés,
puisqu'ils ne pouvaient pas même concevoir la pensée de faire figure
devant l'histoire, M. Albéric Cahuet, qui, à l'aide de curieux papiers
inédits, a pu reconstituer, pendant et après la captivité, leurs humbles
existences, nous introduit dans la vie intime de l'Empereur déchu; cène
sont plus seulement les pauvres appartements d'apparat où s'écoulent,
interminables, les jours de l'exilé; c'est l'office et c'est la
mansarde, «où parfois l'on pleure des larmes cruelles», et cela est
presque plus émouvant encore, car nous sondons plus profondément la
prodigieuse infortune, la détresse qui plane sur la maison de l'exil.

L'Empereur mort, l'ombre du gigantesque calvaire s'étend sur toutes les
pages du livre. Elle enveloppe le mélancolique départ, au crépuscule, de
la petite colonie française de Longwood le 26 mai 1821; elle plane sur
toute la procédure et la correspondance diplomatique que provoque
l'exécution difficile du testament impérial; elle donne un caractère
sacré à la nuit shakespearienne de l'exhumation le 5 octobre 1840; et,
de nos jours encore, elle contraint au recueillement les derniers
pèlerins cosmopolites qui font escale à Jamestown pour aller--en suivant
l'itinéraire indiqué par l'auteur--méditer dans la Vallée du Silence.

Dans ces études, si joliment éditées par la librairie Émile-Paul (3 fr.
50) et illustrées de précieux documents iconographiques, M. Albéric
Cahuet a paré une documentation solide, passée au crible d'une critique
judicieuse et sévère, des séductions d'un style élégant, pittoresque et
souple; mais surtout, ce qui est l'un des charmes les plus entraînants
de son ouvrage, c'est la belle flamme qu'on sent courir tout au long de
ces chapitres alertes, émaillés d'anecdotes inédites, et d'un rare
agrément.

_La Guerre des Balkans._

Voici que paraît le premier livre sur la guerre; entendez: la première
relation historique précise, vraie, et déjà définitive, des opérations
bulgares en Thrace pendant les trente jours que dura la campagne. Ce ne
sont plus là des notes hâtives, fiévreuses, parfois informes, d'un
reporter qui, tenu à distance du champ de bataille, doit emprunter à son
imagination les détails fantaisistes du drame qui s'y déroule.

Ce sont de véritables documents d'état-major contrôlés et complétés par
les observations personnelles de l'auteur parmi les convois en marche,
dans les camps retranchés devant Andrinople et sur la ligne du feu
pendant les trois jours de la bataille de Tchataldja. Le brillant
officier français qui a signé ce livre est bien connu de nos lecteurs.
C'est le correspondant de guerre de _L'Illustration_, M. Alain de
Penennrun, dont les articles impartiaux et parfois redoutables en leur
netteté éloquente ont produit, il y a moins de deux mois, une si grande
sensation dans les milieux militaires, politiques et diplomatiques.
C'est par notre collaborateur, en effet, il convient de le rappeler, que
l'on a su la vérité sur la canonnade de Tchataldja, si meurtrière pour
les Bulgares. Ce sont les lettres, les croquis et les plans de M. de
Penennrun qui, publiés par notre journal dans les plus stricts délais de
l'actualité, et reproduits dans tous les journaux de Constantinople,
ont, les premiers, fixé l'opinion sur la réalité de la résistance
turque. Après quoi, notre correspondant est rentré en France où le
rappelaient ses obligations militaires. Il considérait la guerre comme
virtuellement finie et les événements, jusqu'ici, ont en effet confirmé
qu'était close la période des opérations décisives.

Naturellement, l'ouvrage aujourd'hui publié constitue un ensemble
méthodique, ordonné, fortement lié, revu minutieusement et complété par
toutes les notes non encore utilisées.

Dans le premier chapitre qui, au point de vue préparation à la guerre, a
un grand intérêt, l'auteur expose ce qu'il a su de la mobilisation et de
la concentration des armées bulgares ainsi que ce qu'il a pu remarquer
d'intéressant dans la constitution de leur ordre de bataille. Il y a
joint de précieuses observations sur l'organisation générale des
troupes, sur l'habillement, l'équipement, l'armement. Le second chapitre
étudie les opérations de la deuxième armée, l'investissement
d'Andrinople, puis le siège même de la ville. Le chapitre troisième
traite des premiers combats qui ont suivi la prise de contact générale
et, plus particulièrement, de ceux qui ont amené l'occupation de
Kirk-Kilissé. Le chapitre IV est consacré tout entier à la grande
bataille de Loule-Bourgas ou du Karaagatch. Dans le chapitre V, nous
trouvons le récit de la bataille de Tchataldja à laquelle, nous le
savons, assista l'auteur. Dans le chapitre VI enfin, M. de Penennrun a
résumé les conclusions qu'il a cru pouvoir tirer de ses observations, à
savoir notamment que, quoi qu'il puisse arriver maintenant et malgré la
barrière de Tchataldja, la victoire matérielle et morale acquise par
tant d'héroïsme ne pourra plus'être arrachée aux Bulgares, car
l'offensive turque est désormais impossible.

Pour être exact et précis, le livre de M. de Penennrun (Édition
Lavauzelle, 4 fr.) n'a rien de la sécheresse d'un rapport de manoeuvre.
Il est vivant, descriptif, émouvant. II sera demain dans toutes les
bibliothèques militaires de France et de l'étranger. Car, malgré la
brièveté de la campagne de 1912, l'importance des effectifs engagés de
part et d'autre, la rapidité et la grandeur des résultats obtenus, lui
donnent une importance considérable. C'est un grand exemple--à étudier
et à discuter par tous les écrivains militaires de demain--de ce que
peut être la guerre contemporaine.

Un nouveau livre s'ajoute, cette semaine même, à celui de M. Alain de
Penennrun que nous analysons ci-dessus: c'est _Vers la Victoire avec les
Bulgares_, par le lieutenant H. Wagner, traduit de l'allemand par le
commandant Minart (Berger-Levrault, 5 fr.). Mais il s'en faut que le
nouveau venu ait le même intérêt,--et surtout la même valeur
documentaire. Non qu'il ne fourmille de renseignements variés, de
savantes considérations tactiques, d'anecdotes, de tableaux militaires
adroitement brossés. On y entend les cris assourdissants des
adversaires; on y voit les lignes se replier en bon ordre.
Malheureusement, nous sommes mal assurés que le lieutenant Wagner
puisse, d'un front serein, redire le «J'étais là» du fabuliste.
Pourtant, il a été, dès le début de la guerre, le plus cité, le plus
exalté des journalistes. Que de feuilles ont empli leurs colonnes des
lambeaux des articles qu'il envoyait du «théâtre de la guerre» à la
_Reichspost_, de Vienne! Car nul ne donnait des détails aussi abondants
et précis que ceux qu'il télégraphiait à son journal. Seulement tout
finit par se savoir, et l'on apprit un beau jour--M. René Puaux, qui,
lui, y fut voir, raconte assez malicieusement dans le _Temps_ par
quelles voies--que M. Wagner était surtout un homme d'une imagination
très fertile, qui excellait à délayer, comme nous disons, les bulletins
officiels. A la vérité, l'ancien correspondant de la _Reichspost_ a
retranché beaucoup, dans son volume, des descriptions dramatiques qui
firent le succès de ses articles. Il ne consacre plus un chapitre à la
bataille de Tchorlou,--que jadis il avait copieusement dépeinte. Il a
effacé de ses tableaux quelques ruisseaux de sang. N'importe, avertis
comme nous le sommes, nous hésitons à accepter même ce qui en reste. Le
fac-similé même d'une de ses dépêches, reproduit en hors texte, n'arrive
pas à nous convaincre. Nous conservons, comme on dit, de la méfiance.



LES THÉÂTRES

_La Demoiselle de magasin_, qui se fait applaudir au Gymnase, est la
soeur cadette de cette Mlle Beulemans que tout Paris prit plaisir à
retrouver non seulement de scène en scène, mais encore de théâtre en
théâtre, et partout le succès l'accompagnait. MM. Fonson et Wicheler
donnent à Paris une nouvelle pièce belge. Elle est toute simple,
l'histoire en est menue, elle vaut surtout par les détails d'observation
locale, par le dessin précis des caractères. La demoiselle de magasin
fait d'abord la fortune de son patron, puis elle en épouse le fils, et
tout le monde est heureux,--le spectateur compris. L'acteur bruxellois
Jacque fait la joie de cette pièce qu'il anime singulièrement de sa
mimique si expressive, où il fait entendre l'accent le plus
authentiquement belge, et dont il partagera sans doute longtemps le
succès avec MM. Mylo, Duquesne, Berry, Gandéra et Mlle Jane Delmar,
demoiselle de magasin fort séduisante.

[Illustration: M. Jacque dans _la Demoiselle de magasin_.]

M. André Antoine vient de représenter à l'Odéon _la Maison divisée_,
oeuvre d'un jeune auteur, M. André Fernet. Cette pièce met aux prises
des êtres qui s'aiment mais dont les idées diffèrent profondément et qui
font passer ce qu'ils estiment être leur devoir avant leurs affections.
Entre le ministre hostile aux idées nouvelles et son fils qui les défend
réside un désaccord qui sera poussé au tragique: le fils sera tué par
les soldats du père au cours d'une émeute. Puis, devant ce cadavre, le
ministre rencontrera la femme que son fils aimait et dont il eut un
fils: elle le refuse à son grand-père; elle le destine à sa vengeance.
Ces sentiments exceptionnels et surhumains sont exprimés en un style
sobre. Et cependant le drame est plus en propos qu'en action.

Pour la première fois, M. Raphaël Duflos vient d'interpréter le rôle
d'Alceste à la Comédie-Française. Son élégance, sa distinction, mais
mieux encore la compréhension parfaite de ce caractère d'amoureux, ont
donné comme une jeunesse nouvelle, ou plus justement neuve, à ce
personnage classique. Une telle création fait le plus grand honneur au
brillant artiste et le public charmé le lui a témoigné par ses
enthousiastes applaudissements.

_Le Champion de l'air_, qui vole au Châtelet, est une pièce amusante.
L'aviation n'y tient pas la première place, mais elle fournit le
prétexte d'une intrigue fertile en péripéties décoratives. Il s'agit
d'essayer un nouvel appareil stabilisateur; sa vertu ne sera prouvée que
par un capotage d'aéroplane... qu'il empêchera de se produire. Mais qui
courra le risque de l'expérience? Un pauvre diable qui, préalablement,
désire connaître un peu la vie. Nanti de la récompense promise, il veut
voir du pays. Et ce sont des aventures qui commencent à Cadix,
s'enchevêtrent aux Indes, au cours de vingt tableaux luxueux, et
s'achèvent magnifiquement par la descente triomphale de l'aéroplane
victorieux. Le texte de M. Émile Codey est vivant; la jolie musique qui
l'accompagne est de M. Marins Baggers.



HOMMAGE A CHARLES TELLIER

Un hommage tardif et relativement modeste, mais qu'envierait plus d'un
inventeur méconnu, vient d'être rendu à l'ingénieur français Charles
Tellier, le véritable promoteur de l'industrie frigorifique.

C'est en 1876 que Tellier démontra, pour la première fois, la
possibilité de transporter au loin des denrées alimentaires
frigorifiées; il avait employé toutes ses ressources pour aménager un
navire, le _Frigorifique_, qui, parti de Rouen, rapporta de Buenos Ayres
une cargaison de viande. Les résultats de ce premier voyage furent très
satisfaisants, mais l'opinion publique les accueillit avec une curiosité
un peu dédaigneuse; les Français ne paraissaient pas mûrs pour consommer
des produits ainsi conservés, et Tellier dut renoncer à exploiter son
procédé.

Aujourd'hui l'industrie mondiale du froid artificiel représente un
mouvement d'affaires de plusieurs milliards par an, et Charles Tellier,
né à Amiens en 1828, par conséquent âgé de quatre-vingt-cinq ans, vit
modestement, sans fortune.

Sur l'initiative de quelques savants et industriels, le gouvernement a
décerné récemment à ce précurseur méconnu la croix de la Légion
d'honneur. En même temps on ouvrait une souscription internationale pour
lui assurer un peu d'aisance.

Un banquet réunissait ces jours derniers tous ceux qui avaient coopéré à
cet acte de justice. Le menu était exclusivement composé de produits
frigorifiés apportés de pays lointains: saumon de l'Alaska, omelette aux
oeufs de Chine, gelinottes de Sibérie, etc.

[Illustration: M. Charles Tellier.]

Après avoir épinglé la croix sur la poitrine de Tellier, M. d'Arsonval,
membre de l'Institut, lui annonçait que la souscription, à laquelle ont
contribué largement l'Argentine et l'Uruguay, avait produit 80.000
francs.



UN DEUIL AU VATICAN

L'aînée des soeurs du pape, Mme Rosa Sarto, vient de mourir, âgée de
soixante-douze ans, dans le modeste appartement qu'elle occupait, avec
deux autres soeurs et une nièce, non loin du Vatican. Depuis qu'une
attaque de paralysie la tenait immobilisée chez elle, Pie X n'avait pu
la revoir: en apprenant la douloureuse nouvelle, il a éprouvé un chagrin
profond.

[Illustration: Rosa Sarto.--_Phot. J. Felici._]

Une grande et mutuelle affection unissait, en effet, le frère et la
soeur. Ils avaient vécu ensemble depuis 1858 jusqu'en 1873, tandis qu'il
remplissait les premières dignités ecclésiastiques. Après un long séjour
dans son village natal, à Riese, elle était revenue près de lui, en
1894, quand il fut fait cardinal et patriarche de Venise. Enfin, après
l'élévation de son frère au pontificat, elle s'était transportée à Rome,
et, depuis presque dix ans, elle continuait à le voir plusieurs fois par
semaine.

Mme Rosa Sarto était une femme d'une bonté exemplaire, d'une haute
vertu. Suivant le désir exprimé par Pie X, ses obsèques ont été
célébrées dans une stricte simplicité.



LE DRAME

DE L'EXPÉDITION SCOTT

De nouvelles dépêches de Nouvelle-Zélande permettent de compléter sur
plusieurs points la relation du drame final de l'expédition polaire de
Scott, que nous avons publiée dans le numéro précédent.

Bien avant de parvenir au but, les explorateurs anglais surent
qu'Amundsen les avait devancés et qu'ils n'avaient plus à lutter que
pour soutenir l'honneur du pavillon. Dès le 88° de latitude, soit à 220
kilomètres du Pôle, ils rencontrèrent, en effet, les traces de la
caravane norvégienne, et, à partir de là, les suivirent jusqu'à la tente
qu'elle avait laissée au Pôle même comme témoignage de sa victoire, et à
laquelle elle avait donné le nom caractéristique de Polheim (maison du
Pôle).

Arrivé au terme de sa longue randonnée le 17 janvier, et non le 18
janvier, comme les premiers télégrammes l'annonçaient, Scott y séjourna
quarante-huit heures. Le premier jour, des circonstances atmosphériques
défavorables l'empêchèrent de procéder à des déterminations
astronomiques. En raison de la présence de masses de petits cristaux de
glace en suspension dans l'air, le disque du soleil se trouvait brouillé
et déformé; de là l'impossibilité d'obtenir de bons contacts dans les
instruments, et, par suite, des résultats exacts. Le lendemain, le ciel
s'étant éclairci, des observations purent être prises. Elles ont été
exécutées avec un théodolite, instrument beaucoup plus précis que le
sextant employé par les Norvégiens. Les observations de Scott placent
Polheim par 89° 59' 30" de latitude, soit à 925 mètres du point
mathématique par lequel passe l'extrémité australe de l'axe terrestre.
Pour cette même station, les Norvégiens ont obtenu 89° 58' 30", et 2.775
mètres pour la distance séparant leur tente du Pôle. Étant donné les
circonstances et les instruments dont s'est servi Amundsen, cette
différence de 1.850 mètres entre les valeurs calculées par les deux
expéditions est absolument négligeable, et les résultats de leurs
opérations doivent être considérés comme remarquablement concordants.

Après cela, Scott et ses compagnons avancèrent de 925 mètres dans la
direction indiquée par les observations et plantèrent le glorieux
pavillon de l'_Union Jack_ au point indiqué par leurs calculs comme le
gisement du Pôle Sud.

Le même jour, la caravane battit en retraite. Dès le départ, Evans donna
des signes évidents de faiblesse. Quoi qu'il en fût, au début, sur le
plateau du Roi Édouard, on avança bon train, couvrant parfois jusqu'à 29
kilomètres par étape. Plus bas, sur le glacier Beardmore qui descend du
plateau à la Grande Barrière, au pied des montagnes, cela changea; dans
ces parages, la glace était toute hérissée de monticules hauts de 3
mètres à 3 m. 50, qu'il fallait monter, puis descendre; dans ces
conditions, la marche devint épuisante et les chutes se répétèrent. Au
passage d'une de ces aspérités, Evans tomba sur la tête. Les télégrammes
font présumer qu'à la suite de cet accident le malheureux perdit la
raison. Grâce au dévouement de ses compagnons, il parvint cependant à la
Grande Barrière. Pendant la plus grande partie de la descente, le pauvre
dément dut être soutenu par ses camarades, et même charroyé sur un
traîneau auquel ils s'attelaient. Ce surcroît de travail, en
ralentissant l'allure, a été la cause déterminante de la catastrophe. Si
la mort de Scott et de ses trois derniers compagnons est digne de celle
des héros de l'antiquité, leur conduite avant le dénouement fatal est
non moins admirable. Délibérément, ces nobles cours firent le sacrifice
de leur vie pour prolonger l'existence d'un camarade moribond. Tous pour
un! Jamais dans les temps actuels la belle devise des confédérés
helvétiques n'a été appliquée avec plus d'héroïsme.

Sur la Grande Barrière ensuite, les explorateurs furent retardés par la
maladie d'Oates. Sous les atroces _blizzards_ qui constamment
s'abattaient sur eux, combien lents devinrent alors leurs progrès: 15
kilomètres par jour au maximum, souvent même 5 seulement!

L'agonie des trois survivants n'a pas duré moins de neuf jours. Le 21
mars, au moment où il fut définitivement arrêté par la tempête et
l'épuisement, Scott ne possédait plus de vivres que pour quarante-huit
heures, et seulement le 29 la mort acheva son oeuvre! Ses deux
compagnons, le docteur Wilson et le lieutenant Bowers, succombèrent les
premiers; leurs corps ont été trouvés dans les sacs de couchage
soigneusement fermés. Ainsi, quoique moribond, le chef de l'expédition
avait puisé dans son énergie la force de rendre les derniers devoirs à
ses camarades. Quel sang-froid surhumain cet héroïque marin a montré
devant la mort, les précautions qu'il a prises pour assurer la
conservation de son journal en sont une nouvelle preuve. Lorsqu'il
sentit la faiblesse l'envahir, il s'assit contre le piquet central de la
tente, puis plaça bien en évidence son carnet entre le bois et sa tête;
c'est dans cette position que, huit mois plus tard, son corps fut
retrouvé.

Tous les documents de la malheureuse expédition ont été sauvés, non
seulement ses carnets de route, mais encore ses pellicules
photographiques et 15 kilos d'échantillons géologiques. Epuisés et
défaillants au cours de leur désastreuse retraite, ces admirables
explorateurs se refusèrent à jeter cette charge de pierres qui
représentaient en partie les résultats de leurs efforts. D'après les
dépêches, leur collection comprendrait des fossiles et des spécimens de
charbon recueillis dans les grès surmontant les granites et les schistes
cristallins qui constituent le soubassement du relief antarctique dans
cette région. Ces échantillons de charbon, probablement des fragments de
matière charbonneuse sans valeur industrielle, présentent un haut
intérêt scientifique. Formés de débris de plantes, ces dépôts indiquent,
en effet, qu'à une époque antérieure de l'histoire du globe, les terres
antarctiques aujourd'hui ensevelies sous la glace ont été couvertes de
végétation.

Le médecin de l'escouade qui a découvert le camp de l'agonie assure que
les corps des infortunés voyageurs ne portaient aucune trace de scorbut.
Or, d'après l'expérience des deux expéditions Charcot, nous savons que
la terrible maladie peut exister sans qu'aucune indication extérieure
permette de la diagnostiquer.

La fatalité s'est acharnée contre Scott. Avant le départ, il avait
indiqué le 10 mars 1912 comme date probable de son retour aux quartiers
d'hiver. Aussi bien, afin de faciliter sa retraite, à la fin de février,
deux hommes et deux traîneaux attelés de chiens furent envoyés au-devant
des explorateurs. Le 3 mars ils atteignaient le dépôt le plus extrême
sur la Grande Barrière, l'Orne _Ton Camp_, à 220 kilomètres environ au
sud de la station, et y demeurèrent dix jours (voir la carte jointe au
dernier numéro). Malheureusement le mauvais temps et la faiblesse de
leurs attelages les obligèrent à ne pas prolonger leur attente et le 10,
dix jours avant le retour de Scott à quelques kilomètres de là, ils
rebroussaient chemin. Six jours plus tard, les deux éclaireurs
ralliaient le bord de la Grande Barrière, à bout de forces. Là, une
nouvelle malchance paralysa leurs efforts. Pendant leur voyage, la
banquise reliant l'extrémité du glacier aux quartiers d'hiver s'était
rompue, et il devenait, par suite, impossible d'avertir le gros de
l'expédition qu'à la date du 10 mars, jour fixé pour le retour, Scott
n'avait pas encore paru au dépôt le plus méridional et qu'il devait se
trouver en péril. Lorsque les communications furent enfin rétablies, les
ouragans entravèrent toute nouvelle recherche, et il fallut attendre le
printemps austral suivant pour se remettre en campagne. Hélas! depuis
plus de sept mois le drame était terminé et les héros dormaient leur
dernier sommeil dans leur linceul immaculé.

CHARLES RABOT.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LES NOUVEAUX RADIOPHARES AU LARGE DE BREST.

L'administration s'est enfin décidée à mettre à l'essai deux radiophares
étudiés par M. Blondel, ingénieur en chef des ponts et chaussées,
attaché au service central des phares, qui, depuis longtemps,
préconisait, pour guider les navires en temps de brume, la production de
signaux hertziens à étincelles musicales convenablement rythmées.

Ces appareils, installés respectivement à l'île d'Ouessant et à l'île de
Sein pour indiquer l'entrée de la rade de Brest, sont d'une remarquable
simplicité.

Le radiophare, muni d'une petite antenne dont la portée ne dépasse pas
30 milles marins, peut fonctionner automatiquement durant trente heures
sans aucune intervention du gardien. Il lance à des intervalles de 30
secondes des signaux formés par une note de musique: _ut_ pour un poste,
_sol_ pour l'autre. Ces signaux sont reçus à bord par un homme
quelconque de l'équipage, au moyen d'un petit récepteur convenablement
réglé, dont l'installation revient à 350 ou 400 francs. L'appareil peut
également recevoir les signaux horaires et les radiogrammes
météorologiques de la tour Eiffel; il permet encore à un marin
connaissant le code Morse de recevoir tous les radiotélégrammes émanant
de postes côtiers ou de navires.

Le poste ne portant qu'à 30 milles, tout navire entendant les signaux
par temps de brume sait qu'il se trouve dans le voisinage de la côte. On
ne saurait apprécier exactement par l'intensité des signaux reçus la
distance entre le navire et le radiophare; les appareils proposés
jusqu'ici pour mesurer cette distance ne donnent point d'indications
certaines. Néanmoins, quand un navire se trouve entre deux postes
semblables, il reçoit toujours plus intenses les signaux du poste le
plus rapproché; l'expérience tend à prouver qu'en général il peut
évaluer avec une approximation de 10 à 15% sa position par rapport à la
médiane coupant la ligne des deux stations.

D'ailleurs, le navire qui ajouterait à son installation un cadre
d'orientation de Blondel pourrait déterminer la direction des deux
émissions et connaître ainsi sa position exacte. La pratique de cet
appareil est un peu plus compliquée, et elle oblige à faire pivoter le
navire.

En tout cas, les renseignements fournis par le récepteur simplifié sont
suffisants pour éviter aux marins les erreurs graves qui donnent lieu
aux accidents. Le Congrès international de sauvetage, réuni à Paris, il
y a quelques semaines, a émis le voeu que des petites--stations
radiotélégraphiques de ce genre soient installées sur toutes les côtes.

UNE FALSIFICATION INATTENDUE.

L'imagination des fraudeurs nous réserve de singulières surprises, M.
Loucheux, chimiste au laboratoire central du ministère des Finances,
nous apprend, dans les _Annales des fraudes_, que l'industrie allemande
commence à exporter de «faux excréments d'animaux».

«Ce nouveau produit est façonné en petits cylindres irréguliers, de
couleur brune et de longueurs différentes, mesurant environ 10
centimètres de circonférence et rappelant assez exactement la forme
d'une matière moulée par un tube digestif de petit diamètre. Une odeur
très nette de poisson indique déjà qu'il ne s'agit point d'excréments
d'animaux. A l'analyse, on trouve des cendres et des matières
organiques, dont une notable proportion d'amidon et d'éléments azotés.»

Les chimistes teutons songeraient à concurrencer la véritable crotte de
chien, fort employée en mégisserie et dont le prix est relativement
élevé.

POUR LUTTER CONTRE LES MOUCHES.

On sait qu'aux États-Unis en particulier, la défense des cultures contre
certains insectes déprédateurs se fait par la multiplication
artificielle, ou bien d'insectes qui détruisent ces déprédateurs, ou
bien de germes pathogènes déterminant chez ces derniers des maladies
mortelles. La méthode, qui est qualifiée de biologique, donne de très
bons résultats.

Il se pourrait qu'elle fût destinée à combattre un insecte qui, sans
être nuisible à l'agriculture, est nuisible à l'homme, et insupportable
aussi: la mouche, véhicule possible de quantité de microbes, et la plus
ennuyeuse des bêtes. On connaît depuis longtemps un champignon
parasitaire de la mouche domestique, du nom d'_Empusa muscæ_. Seulement
on ne savait pas cultiver ce champignon. Un Anglais, M. G. Hesse, aurait
trouvé le moyen, et, avec sa culture, il aurait infecté et tué des mou
ches (mouches de maison et stomoxes des étables et écuries). Pour
infecter les mou ches, il suffirait de leur faire avaler des aliments
infectés, car l'infection se ferait par le tube digestif, ce qui
simplifierait certainement les opérations. Le gouvernement anglais est
actuellement occupé à contrôler et vérifier les résultats annoncés par
M. Hesse, et, sans doute, il organisera une campagne pour la destruction
des mouches, si elle paraît possible.

DIMINUTION CONSIDÉRABLE DE LA MORTALITÉ INFANTILE EN FRANCE.

Les documents publiés par le directeur de l'Assistance et de l'hygiène
publiques montrent une diminution constante de la mortalité infantile.

Sur 1.000 enfants de 0 à 1 an, le nombre des décès s'est élevé, pour
l'ensemble de la France, au cours de la dernière période quinquennale,
aux chiffres suivants:

1906...... 135,5

1907...... 118,7

1908...... 116,3

1909...... 105,3

1910...... 100,1

C'est une diminution de 25% en cinq ans.

Ces résultats sont certainement dus à l'effort des oeuvres publiques et
privées qui, dans les crèches, les dispensaires, les consultations de
nourrissons, les gouttes de lait, etc., travaillent à défendre la vie de
l'enfant.

LES MAISONS DE LA ZONE A NEUILLY.

Dans notre récent article sur la zone et ses habitants, nous signalions
l'hôtel d'un conseiller municipal parmi les constructions fort variées
élevées sur la zone à la Porte Maillot. Dans cette simple énumération,
nous n'avions nullement entendu assimiler ce cas à celui des
spéculateurs visés dans une autre partie de l'article.

Cependant, en l'absence d'une précision spéciale, une confusion a pu
s'établir dans l'esprit de quelques lecteurs. Nous tenons donc à
compléter notre information en disant que l'hôtel en question, occupé
par un des membres les plus honorables du Conseil municipal de Neuilly,
existait avant 1841, époque à laquelle fut décidée la fortification de
Paris. Il en est de même, du reste, pour un grand nombre d'immeubles de
cette partie de Neuilly. Le restaurant Gillet, notamment, existait en
1825.



[Illustration: M. Raymond Poincaré, capitaine de chasseurs alpins.
_Phot. comm. par un officier du 3e bataillon territorial._]

M. POINCARÉ MILITAIRE

C'est par erreur que, dans notre précédent numéro, nous avions arrêté,
la carrière militaire de M. Raymond Poincaré, en 1897, au grade de
lieutenant; l'année suivante, toujours dans les chasseurs alpins, M.
Poincaré était capitaine, ainsi qu'en témoigne la photographie
ci-dessus, qu'un de nos lecteurs, «un capitaine du 3e bataillon alpin»,
nous communique.

Elle fut prise, en effet, en 1898. Un nouveau galon s'enroulait au
parement de la manche de M. Raymond Poincaré. Mais son entrain ni son
zèle ne s'étaient atténués au cours de l'année qu'il venait de passer
dans la vie civile. Son énergie ne s'était point rouillée et le
capitaine Poincaré manoeuvrait aux environs de Vienne (Isère) d'une
ardeur égale à celle qu'il montrait, à sa précédente période, autour
d'Annecy.



UN PROCÈS-VERBAL HISTORIQUE

Le Livre d'or de la Ville de Paris s'est enrichi, cette semaine, d'un
document précieux.

Nous contons d'autre part comment, après la présentation des personnages
officiels dans la cour intérieure de l'Hôtel de Ville transformée en
jardin d'hiver, les trois présidents, M. Poincaré, M. Fallières et M.
Loubet, furent conviés à signer le procès-verbal de la cérémonie. Sur
une table était posée la page qu'avait écrite, avec un soin patient, le
dessinateur calligraphe de la Ville, M. Jules Commin, et qui doit
figurer dans le Livre d'or. Nous reproduisons ici ce parchemin: il porte
en marge l'écusson orné de la République, et, en tête, le monogramme du
nouveau chef de l'État.

Un porte-plume en or terminé par un coq gaulois, qui, pièce historique,
sera conservé au musée Carnavalet, servit successivement pour les
signatures et passa de main en main. M. Fallières, en achevant son
paraphe, égratigna le papier, qui conserve des traces de cet accident;
et pareil malheur advint à M. Paul Deschanel. Ces détails, et ceux que
révélera l'étude comparée des écritures, ne manqueront pas de provoquer
les savantes dissertations des graphologues.



LA PREMIÈRE AVIATRICE DÉCORÉE

La première croix de la Légion d'honneur donnée à une aviatrice vient
d'être décernée par le ministère des Affaires étrangères à Mlle Hélène
Dutrieu.

La nouvelle légionnaire est de nationalité belge, mais c'est en France
qu'elle commença à se faire connaître comme une sportswomen d'une rare
audace.

[Illustration: Fac-similé réduit du feuillet de parchemin du Livre d'or
de la Ville de Paris signé, à l'Hôtel de Ville, le 18 février, par trois
présidents de la République,]

[Illustration: Mlle Hélène Dutrieu.]

A l'époque, déjà lointaine, où l'art périlleux de «boucler la boucle»
était en vogue, Mlle Dutrieu imagina «la flèche humaine», exercice qui
consistait à se lancer dans le vide à bicyclette et à retomber
gracieusement sur ses roues après un parcours en l'air d'une dizaine de
mètres.

La courageuse jeune femme devait bientôt se laisser tenter et accaparer
par l'aviation. Elle fit sa première envolée sur une «demoiselle»
Santos-Dumont, monoplan extra léger, exigeant un véritable instinct
d'acrobate et sur lequel bien peu d'aviateurs ont osé se risquer. On
l'aperçoit ensuite sur un biplan, dans les Ardennes, au camp de Châlons,
à Odessa, où elle fait une chute sérieuse.

En 1910, elle s'adjuge la coupe _Femina_ en couvrant 167 kilomètres en 2
h. 55 minutes. Quelques mois plus tard, elle conquiert en Italie la
coupe de vitesse offerte par le roi; elle part alors pour l'Amérique où
elle gagne le grand prix de durée et s'adjuge le record féminin de la
hauteur.

Le 31 décembre 1912, elle détient pour la seconde fois la coupe
_Femina_, ayant couvert 254 kil. 800 en 2 h. 58. En ces derniers temps
elle pratique l'hydroaéroplane et exécute des vols audacieux sur le
Léman et à Trouville.

La haute distinction conférée à Mlle Dutrieu sera accueillie avec
sympathie dans le monde sportif, où l'on apprécie autant la grâce que la
bravoure; elle sera un puissant motif d'émulation et d'espérance pour
les aviatrices françaises.



[Illustration: LE CARNAVAL EST MORT..., par Henriot.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3652, 22 Février 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home