Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de l'hérésie des Albigeois - et de la sainte guerre entreprise contre eux  de l'an 1203 à  l'an 1218
Author: Cernay, Pierre des Vaux de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de l'hérésie des Albigeois - et de la sainte guerre entreprise contre eux  de l'an 1203 à  l'an 1218" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  COLLECTION DES MÉMOIRES
  RELATIFS À L'HISTOIRE DE FRANCE.



  _HISTOIRE DE LA GUERRE DES ALBIGEOIS,_

  _PAR PIERRE DE VAULX-CERNAY._



  PARIS, IMPRIMERIE DE A. BELIN,
  rue des Mathurins-Saint-Jacques, n. 14.



  COLLECTION DES MÉMOIRES
  RELATIFS À L'HISTOIRE DE FRANCE.

  DEPUIS LA FONDATION DE LA MONARCHIE FRANÇAISE JUSQU'AU 13e SIÈCLE;

  AVEC UNE INTRODUCTION, DES SUPPLÉMENS, DES NOTICES
  ET DES NOTES;


  Par M. GUIZOT,
  PROFESSEUR D'HISTOIRE MODERNE À L'ACADÉMIE DE PARIS.



  À PARIS,
  CHEZ J.-L.-J. BRIÈRE, LIBRAIRE,
  RUE SAINT-ANDRÉ-DES-ARTS, No. 68.

  1824.



  HISTOIRE DE L'HÉRÉSIE DES ALBIGEOIS,

  ET DE LA SAINTE GUERRE ENTREPRISE CONTRE EUX
  (DE L'AN 1203 À L'AN 1218);


  Par PIERRE DE VAULX-CERNAY.



NOTICE

SUR

PIERRE DE VAULX-CERNAY.


On ne saurait absolument rien de Pierre, moine de Vaulx-Cernay, s'il ne
nous apprenait lui-même, dans le cours de son histoire, qu'il était
neveu de Gui, abbé de Vaulx-Cernay, évêque de Carcassonne après la
conquête des États du comte de Toulouse par Simon de Montfort, qu'il
avait accompagné son oncle dans la croisade des Francs contre l'Empire
grec en 1205, et qu'il le suivit également dans la croisade contre les
Albigeois, dont l'abbé Gui fut l'un des plus ardens promoteurs. Pierre
ne nous a du reste transmis, sur sa personne et sa vie, aucun autre
détail, et aucun de ses contemporains n'a suppléé à son silence. Il
demeura probablement attaché à la fortune de son oncle, et ne se fit
remarquer par aucun acte, aucun mérite considérable, car la violence de
son zèle contre les hérétiques n'était pas alors un trait saillant qui
pût lui valoir une attention particulière.

Son ouvrage n'en est pas moins un des plus instructifs et des plus
curieux qui nous soient parvenus sur l'un des plus grands et des plus
tragiques événemens du treizième siècle. Pierre ne fut pas seulement
témoin de la guerre des Albigeois; il y fut acteur: tantôt il parcourait
la France avec son oncle pour recruter de nouveaux Croisés, tantôt il le
suivait dans les siéges et les batailles, prêchant, confessant,
assistant, comme il le dit lui-même, avec une allégresse ineffable, aux
massacres et aux auto-da-fé. Il vécut dans l'intimité des chefs Croisés,
ecclésiastiques et militaires, partageant toutes leurs passions,
exclusivement préoccupé du succès de leur entreprise, et tellement
dévoué à la personne de Simon de Montfort qu'il lui sacrifie aveuglément
non seulement ses ennemis, mais ses compagnons, et même se permet, bien
qu'avec réserve, de blâmer le pape, quand le pape n'accorde pas au comte
du Montfort une complaisance et une faveur illimitées. Aussi les
infidélités, surtout les réticences, abondent dans son récit; il
dénature ou omet, non seulement les circonstances favorables au comte
Raimond de Toulouse et à tous les siens, mais les discordes intestines
des Croisés, la rivalité de leurs ambitions, les reproches que le pape
leur adressa plusieurs fois, enfin tout ce qui eût pu ternir la gloire
ou abaisser un moment la fortune du comte Simon, seul héros, pour lui,
de cette effroyable épopée. Cette ardeur de parti, la fureur de
conviction religieuse qui s'y joint et qui étouffe à un degré rare, même
dans ces temps-là, même dans le camp des Croisés, tout sentiment de
justice et de pitié, donnent à la narration de l'écrivain une véhémence,
une verve de passion et de colère qui manquent à la plupart des
chroniques, quelque terribles qu'en soient les scènes, et animent
celle-ci d'un intérêt peu commun. Le moine Pierre raconte d'ailleurs
avec détail ce qu'il a vu; il décrit les lieux, rappelle avec soin les
petites circonstances, les incidens, les anecdotes, ce qui fait la vie
et la vérité morale de l'histoire. Il en est peu de plus partiales que
la sienne et qui doivent être lues avec plus de méfiance; mais aucune
peut-être n'est plus intéressante, plus vive, et ne fait mieux connaître
le caractère du temps, des événemens et du parti de l'historien.

L'ouvrage de Pierre de Vaulx-Cernay fut imprimé pour la première fois en
1615, par Nicolas Camusat, chanoine de Troyes; il en existait déjà une
traduction française, incomplète et très-fautive, publiée par
Arnaud-Sorbin, sous ce titre: _Histoire de la ligue sainte sous la
conduite de Simon de Montfort contre les Albigeois tenant le Béarn, le
Languedoc, la Gascogne et le Dauphiné, laquelle donna la paix à la
France sous Philippe-Auguste et Saint-Louis_[1]. Le texte original a été
réimprimé depuis dans _les Historiens de France_ de Duchesne[2] et dans
la _Bibliothèque de l'Ordre de Cîteaux_[3]. C'est sur cette dernière
édition, la plus correcte de toutes, qu'a été faite notre traduction.
Nous y avons joint quelques _Éclaircissemens et pièces historiques_
utiles pour expliquer et compléter l'ouvrage qui, du reste, ne doit être
considéré que comme l'un des monumens de cette grande guerre des
Albigeois, objet de plusieurs autres chroniques qui prendront place dans
notre Collection.

                                                                 F. G.

[Note 1: Paris, chez Chaudière, en 1569, in-8{o}.]

[Note 2: Tom. 5, pag. 554.]

[Note 3: En 1669, in-fol. tom. 7.]



HISTOIRE DE LA GUERRE DES ALBIGEOIS


PROLOGUE

     Adressé par l'Auteur au pape Innocent III.


Au très-saint père et très-bienheureux seigneur Innocent[4], par la
grâce de Dieu, souverain pontife de l'Église universelle, son humble
bien qu'indigne serviteur frère Pierre, quel qu'il puisse être, moine de
Vaulx-Cernay. Il baise, non seulement ses pieds, mais encore, et en
toute humilité, la trace de ses pas.

[Note 4: Innocent III, né à Agnano, de la maison des comtes de Segni,
appelé Lothaire avant son élection, succéda à Célestin III le 8 janvier
1198, à l'âge de 37 ans, et mourut à Pérouse le 16 ou le 17 juillet
1216.]

Béni soit le seigneur des armées, qui, de nos jours et tout récemment,
a, très-saint père, par la coopération de votre active sollicitude, et
par les mains de ses ministres, arraché miséricordieusement de la gueule
des lions son Église déjà près de faire naufrage complet dans les
régions de la Provence, au milieu des tempêtes que lui suscitaient les
hérétiques, et l'a délivrée de la griffe des bêtes féroces!

Mais pour qu'un acte si glorieux et si merveilleux ne puisse venir à
oubli par les successives révolutions des temps, et que les grandes
choses de notre Dieu deviennent notoires parmi les nations, j'offre,
très-bienheureux père, à votre majesté, la série des faits rédigée telle
quelle par écrit; la suppliant humblement de ne pas attribuer à
présomption qu'un enfant, borné aux premiers rudimens, ait mis la main à
si forte affaire, et osé prendre un faix au dessus de ses forces: car
mon dessein dans tel travail et mon motif pour écrire ont été que les
peuples connussent les oeuvres merveilleuses de Dieu, d'autant plus que
je ne me suis étudié, ainsi qu'il appert de ma manière de dire, à orner
ce même livre de paroles superflues, mais bien à exprimer simplement la
simple vérité.

Que votre dignité et sainteté tiennent donc pour assuré, bon père, que
si je n'ai eu pouvoir de présenter par ordre tous les faits que j'avais
à retracer, du moins ceux dont j'ai parlé sont vrais et sincères;
n'ayant rien dit nulle part que je n'aie vu de mes yeux, ou entendu de
personnes d'autorité grande et dignes d'une foi très-entière.

Dans la partie première de ce livre, je touche brièvement des sectes des
hérétiques, et dis comment les Provençaux ont été infectés dans les
temps passés de la ladrerie d'infidélité.

Après quoi, je raconte de quelle manière les susdits Provençaux
hérétiques ont été admonestés par les prédicateurs de la parole de Dieu
et ministres de votre sainteté, et plus que souvent requis pour qu'ils
eussent à retourner, prévaricateurs qu'ils étaient, au coeur et giron de
notre sainte mère l'Église.

Puis, autant que je puis, je représente par ordre la venue des Croisés,
les prises des cités et châteaux, et autres faits et gestes appartenant
au progrès des affaires de la foi.

Sauront les lecteurs qu'en plusieurs endroits de cette oeuvre, les
Toulousains, hérétiques des autres cités et châteaux, tout ainsi que
leurs défenseurs, sont généralement appelés _Albigeois_, vu qu'ainsi les
autres nations ont nommé les hérétiques de Provence.

Finalement, et pour que le lecteur puisse trouver plus à son aise en ce
livre ce qu'il y voudrait querir, il est averti que cet ouvrage est
ordonné en divers chapitres, selon les divers événemens et successions
des choses de la foi.



CHAPITRE PREMIER.

     Comment des moines prêchèrent contre les hérésies de Toulouse.


En la province de Narbonne, où jadis avait fleuri la religion, l'ennemi
de la foi se prit à parsemer l'ivraie. Le peuple tourna à folie,
profanant les sacremens du Christ, qui est de Dieu la vraie saveur et
sagesse, se donnant au mensonge, déviant de la véritable sapience
divine, errant et divaguant d'erreurs en erreurs jusqu'en l'abîme,
marchant dans les voies perdues, et non plus dans le droit chemin.

Deux moines de Cîteaux[5], enflammés du zèle de la foi, à savoir, frère
Pierre de Castelnau et frère Raoul, par l'autorité du saint pontife
institués légats contre la peste de l'infidélité, déposant toute
négligence et remplissant avec ardeur la mission à eux prescrite,
vinrent en la ville de Toulouse, d'où découlait principalement le venin
qui infectait les peuples et les entraînait en défection de la science
du Christ, de la véridique splendeur, de la divine charité.

[Note 5: Ils étaient moines de Font-Froide, abbaye de Bernardins, fondée
vers 1130, et située à trois lieues de Narbonne.]

Or la racine d'amertume avait germé, ains avait pris force et profondeur
dans le coeur des hommes, et ne pouvait sans difficulté bien grande en
être extirpée. Il fut conseillé aux Toulousains, le fut souvent, et bien
fort, d'abjurer l'hérésie et de chasser les hérétiques. Si leur fut-il
conseillé par ces hommes apostoliques; mais très-peu furent-ils
persuadés: tant s'étaient pris à la mort ceux qui avaient détesté la
vie, affectés et infectés d'une méchante sagesse animale, terrestre,
diabolique, vides de cette sagesse qui vient d'en haut, docile et
consentant aux bonnes croyances.

Enfin, ces deux oliviers saints, ces deux candélabres resplendissans
devant le Seigneur, imprimant aux serfs une crainte servile, les
menaçant de déprédation, faisant tonner l'indignation des rois et des
princes, les décidèrent à l'abjuration de l'hérésie et à l'expulsion des
hérétiques; en telle sorte qu'ils craignirent l'offense et le malfaire,
plus par peur du châtiment que, selon l'expression du poète[6], par
amour de la vertu. Et bien l'ont-ils démontré par indices manifestes;
car, se parjurant aussitôt, et endurant de recheoir en leurs misères,
ils cachaient des hérétiques prêchant au beau milieu de la nuit, dans
leurs conventicules.

[Note 6: Horace.]

Hélas! combien il est difficile d'être arraché à l'habitude! Cette
Toulouse[7], toute pleine de dols, jamais ou bien rarement, ainsi qu'on
l'assure, et ce depuis sa première fondation, n'a été exempte de cette
peste ou épidémie détestable, de cette hérétique dépravation dont le
poison d'infidélité superstitieuse a découlé successivement des pères
sur les enfans. C'est pourquoi, et en châtiment d'un tel et si grand
crime, elle est dite avoir jadis souffert le fléau d'une juste
dépopulation vengeresse; à ce point que le soc aurait passé jusque par
le coeur de la ville, et y aurait porté le niveau des champs. Voire
même, un des plus illustres rois qui régnaient alors sur elle, lequel on
croit avoir eu nom Alaric, fut, pour plus grande ignominie, pendu à un
gibet au devant des portes de la ville.

[Note 7: L'auteur fait ici un jeu de mots sur le nom latin de Toulouse:
_hæc tolosa, tota dolosa_. Il le répète même plus loin au sujet du comte
Raimond, en forgeant exprès une expression latine: _comes tolosanus, imo
dicamus melius dolosanus_ (ch. 9). En général il se plaît, comme tous
les écrivains du temps, à opposer entre eux les mots analogues, et
souvent les mêmes mots.]

Toute gâtée par la lie de cette vieille glu d'hérésie, la génération des
Toulousains, véritable race de vipères, ne pouvait, même en nos jours,
être arrachée à sa perversité. Bien plus, ayant toujours souffert qu'en
elle vinssent derechef cette nature hérétique et souillure d'esclaves,
bien que chassées par la rigueur et violence de peines méritées, _elle a
soif d'agir en guise de ses pères, ne voulant entendre à en dégénérer_;
et ni plus ni moins _que le mal de l'un se gagne aux autres, et que le
troupeau tout entier périt par la ladrerie d'un seul, de même_, par
l'exemple de ce voisinage empesté, les hérésiarques venant à prendre
racine dans les villes et bourgs circonvoisins, ils étaient
merveilleusement et misérablement infectés des méchantes greffes
d'infidélité qui pullulaient dans leur sein; même les barons de la terre
provençale, se portant presque tous champions et receleurs d'hérétiques,
les aimaient plus vivement qu'à bon droit, et les défendaient contre
Dieu et l'Église.



CHAPITRE II.

     Des sectes des hérétiques.


Or, puisqu'en quelque manière l'occasion s'en présente en cet endroit,
il m'est avis de traiter brièvement et intelligiblement des hérésies et
des diverses sectes qui étaient parmi les hérétiques.

Et premièrement, il faut savoir que ces hérétiques établissaient deux
créateurs, l'un des choses invisibles, qu'ils appelaient le Dieu bénin,
l'autre des visibles, qu'ils appelaient le Dieu malin, attribuant au
premier le Nouveau-Testament, et l'Ancien au second; lequel
Ancien-Testament ils rejetaient en son entier, hormis certains textes
transportés de celui-ci dans le Nouveau, et que, par révérence pour ce
dernier, ils trouvaient bon d'admettre.

L'auteur de l'Ancien-Testament, ils le traitaient de menteur, pour
autant qu'il est dit en la Genèse: «En quelque jour que vous mangiez de
l'arbre de la science du bien et du mal, vous mourrez de mort;» et,
ainsi qu'ils disaient, pour ce qu'en ayant mangé ils ne moururent pas,
tandis pourtant qu'après avoir goûté du fruit défendu, ils ont été
sujets à la misère de mort. Ce même auteur, ils l'appelaient aussi
meurtrier, tant pour ce qu'il a brûlé les habitans de Sodome et
Gomorrhe, et effacé le monde sous les eaux diluviennes, que pour avoir
submergé Pharaon et les Égyptiens dans les flots de la mer.

Quant aux Pères de l'Ancien-Testament, ils les certifiaient tous dévolus
à damnation, et disaient que Jean-Baptiste était un des majeurs démons
et pires diables. Même disaient-ils entre eux que ce Christ qui est né
dans la Bethléem terrestre et visible, et qui a été crucifié à
Jérusalem, était homme de mal, que Marie Madelaine fut sa concubine, et
qu'elle est la femme surprise en adultère dont il est parlé dans
l'Évangile. Pour ce qui est du bon Christ, selon leur dire, il ne mangea
oncques, ni ne but, ni se reput de véritable chair, et ne fut jamais en
ce monde, sinon spirituellement au corps de Paul. Nous avons parlé d'une
certaine Bethléem terrestre et visible, d'autant que les hérétiques
feignaient qu'il fût une autre terre nouvelle et invisible, et qu'en
icelle, suivant aucuns d'entre eux, le bon Christ est né et a été
crucifié.

En outre ils disaient que le Dieu bon avait eu deux femmes, savoir,
_Collant_ et _Collibant_, et que d'elles il avait procréé fils et
filles.

Il se trouvait d'autres hérétiques qui reconnaissaient un seul créateur;
mais ils allaient de là à soutenir qu'il a eu deux enfans, l'un Christ
et diable l'autre. Ceux-ci ajoutaient que toutes créatures avaient été
bonnes dans l'origine; mais qu'elles avaient été corrompues toutes par
les filles dont il est fait mention dans la Genèse.

Lesquels, tous tant qu'ils étaient, membres de l'Antéchrist, premiers
nés de Satan, semence de méchanceté, enfans de scélératesse, parlant par
hypocrisie, et séduisant par mensonges les coeurs des simples, avaient
infecté la province narbonnaise du venin de leur perfidie.

Ils disaient de l'église romaine presque toute entière qu'elle était une
caverne de larrons, et la prostituée dont il est parlé dans
l'Apocalypse. Ils annulaient les sacremens de l'Église à tel point
qu'ils prêchaient publiquement que l'onde du sacré baptême ne diffère
aucunement de l'eau des fleuves, et que l'hostie du très-saint corps du
Christ est la même chose que le pain laïque et d'usage commun;
distillant dans l'oreille des simples ce blasphème que le corps du
Christ, quand bien même il contiendrait en lui l'immensité des Alpes,
aurait été consommé depuis long-temps par ceux qui en mangent et
annihilé. Ils attestaient de plus que la confirmation et la confession
sont deux choses frivoles et du tout vaines, disant encore que le
sacrement de mariage est une prostitution, et que nul ne peut être sauvé
en lui en engendrant fils et filles. Désavouant aussi la résurrection de
la chair, ils forgeaient sur ce point certaines inventions inouïes;
prétendant que nos âmes sont ces esprits angéliques qui, précipités du
ciel comme apostats d'orgueil, ont laissé dans les airs leurs corps
glorieux; et que ces mêmes âmes, après une successive habitation en
sept corps quelconques et formes terrestres, doivent retourner aux
premiers, comme si était enfin parachevée leur pénitence.

Il faut savoir en outre que certains entre les hérétiques étaient dits
_parfaits_ ou _bons_, et d'autres _croyans_. Les _parfaits_ portaient
vêtemens noirs, se disaient faussement observateurs de chasteté,
détestaient l'usage des viandes, oeufs et fromage, et affectaient de
paraître ne pas mentir, tandis qu'ils mentaient tout d'une suite et de
toutes leurs forces en discourant de Dieu. Ils disaient encore qu'il
n'était raison aucune pour laquelle ils dussent jurer. Étaient appelés
_croyans_ ceux qui, vivant dans le siècle, et bien qu'ils ne
cherchassent à imiter les _parfaits_, espéraient, ce néanmoins, qu'ils
seraient sauvés en la foi de ceux-ci.

Différens qu'ils étaient dans la manière de voir, bien étaient-ils unis
en croyance et infidélité. Les _croyans_ étaient adonnés à usures,
rapines, homicides, plaisirs de la chair, parjures et toutes façons de
perversités; et ne péchaient-ils que plus sûrement et sans frein,
pensant, comme ils faisaient, qu'ils seraient sauvés sans restitution
des choses ravies, sans confession ni pénitence, pourvu qu'à l'article
de la mort ils pussent dire une patenôtre et recevoir l'imposition des
mains de leurs maîtres. Entre les parfaits, ils choisissaient leurs
magistrats, qu'ils appelaient diacres et évêques, desquels l'imposition
des mains était nécessaire, à ce qu'ils pensaient, pour le salut de
quiconque, parmi les croyans, était en point de mourir. Mais ceux-ci
avaient-ils opéré ladite imposition sur aucun moribond, tant méchant
fût-il, pourvu qu'il pût dire sa patenôtre, ils l'assuraient sauvé; et,
selon leur expression vulgaire, _consolé_; à telles enseignes que, sans
nulle satisfaction ni autre remède, il s'envolait aussitôt devers le
ciel. Sur quoi nous avons ouï compter le fait ridicule que voici, et bon
à rapporter.

Un certain croyant, à l'article de la mort, reçut consolation d'un sien
maître par l'imposition des mains, mais ne put dire sa patenôtre, et
expira sur ces entrefaites, pour quoi le consolateur ne savait qu'en
dire. En effet, il semblait sauvé par l'imposition et damné faute
d'avoir récité l'oraison dominicale. Que dirai-je? les hérétiques
consultèrent sur tel cas difficile un certain homme d'armes, ayant nom
Bertrand de Saissac, hérétique lui-même, pour savoir de lui ce qu'ils
devaient penser à l'occasion du mort; lequel homme d'armes donna son
sentiment et fit réponse comme il suit: «Pour cettuy-ci, dit-il, nous le
tiendrons sauvé; mais tous les autres, s'ils ne disent _Pater noster_ à
leur dernier moment, nous les déclarons en damnation.»

Autre fait pour rire. Un autre _croyant_ légua, près de mourir, trois
cents sous aux hérétiques, et commanda à son fils qu'il eût à leur
bailler ladite somme. Mais comme eux, après la mort du père, l'eurent
requise du fils, il leur répondit: «Je veux que d'abord me disiez en
quel point est mon père.--Sache de certitude, reprirent-ils, qu'il est
sauvé et colloqué déjà aux cieux.--Je rends grâce, dit-il lors en
souriant, à Dieu et à vous. Puis donc que mon père est déjà dans la
gloire, aumônes ne font plus besoin à son âme; et pour vous je vous
sais assez benins que de ne l'en vouloir retirer. Par ainsi n'aurez
aucun denier de moi.»

Je ne crois pas devoir taire qu'aussi certains hérétiques prétendaient
que nul ne pouvait pécher depuis l'ombilic et plus bas. Ils traitaient
d'idolâtrie les images qui sont en les églises, assurant, sur le sujet
des cloches, qu'elles sont trompettes du diable. Bien plus, ils disaient
qu'on ne pèche davantage en dormant avec sa mère ou sa soeur qu'avec
toute autre femme quelconque. Finalement, au nombre de leurs plus
grandes fadaises et sottes crédulités, faut-il bien compter cette
opinion, que si quelqu'un entre les _parfaits_ venait à commettre péché
mortel en mangeant chair, oeufs ou fromage, ou autre chose à eux
interdite, pour peu que ce pût être, tous ceux qu'il avait consolés
perdaient l'esprit saint, et qu'il fallait les consoler derechef; et
quant à ceux qui étaient déjà sauvés, que, pour le péché du maître, ils
tombaient incontinent du ciel.

Il y avait encore d'autres hérétiques appelés _Vaudois_, du nom d'un
certain _Valdo_, Lyonnais. Ceux-ci étaient mauvais; mais, comparés aux
autres hérétiques, ils étaient beaucoup moins pervers, car ils
s'accordaient en beaucoup de choses avec nous, ne différant que sur
quelques-unes.

Pour ne rien dire de la plus grande partie de leurs erreurs, elles
consistaient principalement en quatre points, à savoir: porter des
sandales à la manière des apôtres; dire qu'il n'était permis en aucune
façon de jurer ou de tuer, et en cela, surtout, qu'ils assuraient que le
premier venu d'entre eux pouvait, en cas de besoin et pour urgence,
consacrer le corps du Christ sans avoir reçu les ordres de la main de
l'évêque, pourvu toutefois qu'il portât sandales.

Qu'il suffise de ce peu que j'ai dit touchant les sectes des hérétiques.

Lorsque quelqu'un se rend à eux, celui qui le reçoit lui dit: «Ami, si
tu veux être des nôtres, il faut que tu renonces à la foi toute entière,
telle que la tient l'Église de Rome.» Il répond: «Oui, j'y
renonce.--Reçois donc l'Esprit saint des bons.» Et lors il lui souffle
sept fois dans la bouche. «Renonces-tu, lui dit-il encore, à cette croix
qu'en ton baptême le prêtre t'a faite sur la poitrine, les épaules et la
tête, avec l'huile et le chrême?» Et il répond: «Oui, j'y
renonce.--Crois-tu que cette eau baptismale opère pour toi le
salut?--Non, répond-il, je ne le crois pas.--Renonces-tu à ce voile que
le prêtre a posé sur ta tête en te donnant le baptême?» Il répond: «Oui,
j'y renonce.» Et c'est en cette sorte qu'il reçoit le baptême des
hérétiques, et renie celui de l'Église. Tous alors lui imposent les
mains sur le chef, le baisent, le revêtent de la robe noire; et dès
l'heure, il est comme un d'entre eux.



CHAPITRE III.

     Quand et comment les prédicateurs vinrent au pays albigeois.


L'an du verbe incarné 1206, l'évêque d'Osma[8], nommé Diégue, homme
d'excellens mérites et bien digne qu'on l'exalte par magnifiques
louanges, vint en cour de Rome, poussé d'un désir véhément de résigner
son évêché, pour pouvoir plus librement se transporter chez les Païens,
et leur prêcher l'Évangile du Christ. Mais le seigneur pape Innocent III
ne voulut acquiescer au désir du saint homme; ains il lui commanda de
retourner dans son siége.

[Note 8: Il se nommait Diégue de Azebez. Osma (_Oxomuma_, _Uxama_),
ancienne ville d'Espagne, dans la Vieille-Castille. Elle tombe presqu'en
ruines.]

Or, il advint, comme il revenait de la cour du saint Père, qu'étant aux
entours de Montpellier, il rencontra le vénérable homme, Arnauld, abbé
de Cîteaux[9], père Pierre de Castelnau et frère Raoul, moines dudit
ordre, légats du siége apostolique; lesquels, par dégoût, voulaient
renoncer à la mission qui leur avait été enjointe, pour ce que leurs
prédications n'avaient en rien ou que très-peu réussi près des
hérétiques. Toutes fois, en effet, qu'ils avaient tenté de les prêcher,
ceux-ci leur avaient objecté la très-méchante conduite des clercs, et
qu'ainsi, s'ils ne voulaient amender leurs moeurs, ils devaient
s'abstenir de poursuivre leurs prédications.

[Note 9: Cîteaux (_Cistertium_), fameuse abbaye, chef d'ordre des
Bernardins, fondée en 1098, et située entre des marais, au diocèse de
Châlons-sur-Saône, à deux lieues de Nuits. L'église et le monastère
étaient magnifiques. Elle avait 120,000 livres de rentes. Cet ordre
comptait en France un grand nombre d'abbayes, toutes richement dotées.]

Dans une telle perplexité, le susdit évêque ouvrit un avis salutaire;
disant et conseillant aux légats du siége apostolique qu'abandonnant
tout autre soin, ils n'épargnassant ni sueurs ni peines pour répandre
avec plus d'ardeur la semence de la parole sainte, et que, pour fermer
la bouche aux méchans, ils marchassent en toute humilité, faisant et
enseignant à l'exemple du divin maître, allant à pied sans or ni argent;
bref, imitant en tout la manière apostolique. Mais eux, refusant de
prendre sur eux ces choses, en tant qu'elles semblaient une sorte de
nouveauté, répondirent que si une personne d'autorité suffisante
consentait à les précéder en telle façon, ils la suivraient
très-volontiers. Que dirai-je de plus? il s'offrit, cet homme plein de
Dieu, et renvoyant aussitôt sa suite à Osma, ne gardant avec lui qu'un
seul compagnon[10], et suivi des deux moines souvent indiqués, savoir
Pierre et Raoul, il s'en vint à Montpellier. Quant à l'abbé Arnauld, il
regagna Cîteaux, pour autant que le chapitre de l'ordre devait
très-prochainement se tenir, et partie pour le dessein qu'il avait, ce
chapitre terminé, de mener avec lui quelques-uns de ses abbés, qui
l'aidassent à poursuivre la tâche de prédication qui lui était
prescrite.

[Note 10: On verra plus loin que ce compagnon était le fameux saint
Dominique, né à Calahorra, au diocèse d'Osma, l'an 1170, d'une noble et
ancienne famille, mort à Bologne en 1221, et canonisé par Grégoire IX en
1234. Il fonda l'ordre des Frères-Prêcheurs, connu sous le nom de
Dominicains et sous celui de Jacobins, et approuvé en 1216 par Honorius
III.]

Au sortir de Montpellier, l'évêque d'Osma et les deux moines susdits
vinrent en un certain château de Carmaing[11], où ils rencontrèrent un
hérésiarque nommé Baudouin, et un certain Théodore, fils de perdition et
chaume d'éternel incendie: lequel, originaire de France, était de race
noble, et même avait eu canonicat à Nevers. Mais ensuite un homme
d'armes, qui était son oncle et des pires hérétiques, ayant été
condamné pour sa doctrine dans le concile de Paris[12], en présence
d'Octave, cardinal et légat du siége apostolique, il vit qu'il ne
pourrait se cacher lui-même plus long-temps, et gagna le pays de
Narbonne, où il fut en très-grand amour et très-haute vénération parmi
les hérétiques, tant pour ce qu'il semblait surpasser quelque peu les
autres en subtilité, que parce qu'ils se glorifiaient d'avoir pour leur
frère en iniquité, et défenseur de leur corruption, un homme de
France[13], qui est la source de la science et religion chrétienne. Et
il ne faut pas taire qu'il se faisait appeler Théodore, bien
qu'auparavant il eût nom Guillaume.

[Note 11: Carmaing (_Carmanum_), petite ville dans le haut Languedoc, à
six lieues de Toulouse.]

[Note 12: Sans doute dans le concile tenu dans cette ville en 1210, où
furent condamnés au feu tous les partisans des doctrines d'Amaury de
Chartres, docteur de l'université de Paris.]

[Note 13: Ce nom ne comprenait pas encore les contrées du midi de la
France. Il ne leur fut appliqué que plus tard et à mesure que la
domination royale s'étendit directement sur elles.]

Ayant disputé pendant huit jours avec ces deux hommes, à savoir,
Baudouin et Théodore, nos prédicateurs convertirent tout le peuple du
susdit château, par leurs salutaires avertissemens, à la haine des
hérétiques: si bien qu'il eût de lui-même, et très-volontiers, expulsé
lesdits hérétiques, n'était que le seigneur du lieu, infecté du poison
de perfidie, les avait faits ses familiers et amis. Il serait trop long
de rapporter tous les termes de cette dispute; j'ai cru seulement devoir
en recueillir ceci que, lorsque par la discussion le vénérable évêque
eut poussé Théodore jusqu'aux dernières conséquences: «Je sais, dit
celui-ci, je sais de quel esprit tu es; car tu es venu dans l'esprit
d'Élie.» À cela le saint répondit: «Si je suis venu dans l'esprit
d'Élie, tu es venu, toi, dans celui de l'Antéchrist.» Ayant donc passé
là huit jours, ces vénérables hommes furent suivis par le peuple, à leur
sortie du château, pendant une lieue environ.

Poursuivant droit leur chemin, ils arrivèrent en la cité de Béziers, où,
prêchant et disputant durant quinze jours, ils affermissaient dans la
foi le peu de catholiques qui s'y trouvaient, et confondaient les
hérétiques. C'est alors que le vénérable évêque d'Osma et frère Raoul
conseillèrent à frère Pierre de Castelnau de s'éloigner d'eux pendant un
temps: car ils craignaient que Pierre ne fût tué, parce qu'à lui surtout
s'attaquait la haine des hérétiques; pour un temps donc, frère Pierre
quitta l'évêque et frère Raoul.

Ceux-ci étant sortis de Béziers arrivèrent heureusement à Carcassonne,
où ils demeurèrent huit jours, poursuivant leurs disputes et
prédications. En ce temps-là, il arriva près de Carcassonne un miracle
que l'on ne doit point passer sous silence. Comme les hérétiques
faisaient leur moisson, le jour de la nativité de saint Jean-Baptiste
(lequel ils ne tenaient point pour prophète, mais bien pour un démon
très-malin), un d'eux, regardant à sa main, vit que la gerbe était toute
sanglante; ce que voyant, il crut que sa main était blessée: mais la
trouvant saine et entière, il cria à ses compagnons. Quoi plus! Chacun
d'eux, regardant la gerbe qu'il tenait la trouva pareillement souillée
de sang, sans que sa main fût aucunement atteinte. Le vénérable Gui,
abbé de Vaulx-Cernay, qui était alors en cette terre, vit une de ces
gerbes sanglantes, et c'est lui-même qui m'a raconté ceci.

Comme il serait trop long de réciter par ordre comment ces hommes
apostoliques (je veux parler de nos prédicateurs) allaient de çà et de
là, de château en château, évangélisant et disputant en tous lieux,
omettons ces choses, et arrivons aux plus notables.

Un jour se réunirent tous les hérésiarques dans un certain château, au
diocèse de Carcassonne, que l'on nomme Mont-Réal[14], pour disserter
d'accord contre les susdits personnages. Frère Pierre de Castelnau qui,
comme nous l'avons dit tout à l'heure, les avait quittés à Béziers,
revint pour assister à cette dispute, où furent pris pour juges aucuns
d'entre ceux que les hérétiques nommaient _croyans_. Or, l'argumentation
dura quinze jours, et fut rédigé par écrit tout ce qui s'y était traité,
et remis en la main des juges, pour qu'ils prononçassent la sentence
définitive; mais eux, voyant que les leurs étaient manifestement battus,
ne voulurent la rendre, non plus que les écrits qu'ils avaient reçus des
nôtres, de peur qu'ils ne vinssent à publicité, et les livrèrent aux
hérétiques.

[Note 14: Mont-Réal (_mons Regalis_), ville du Languedoc, à quatre
lieues de Carcassonne.]

Ces choses faites, frère Pierre de Castelnau, laissant de nouveau ses
compagnons, s'en alla en Provence, et travailla à réunir les nobles,
dans le dessein d'extirper les hérétiques du pays de Narbonne, à l'aide
de ceux qui avaient juré la paix; mais le comte de Toulouse, nommé
Raimond, ennemi de cette trève, ne voulut y acquiescer, jusqu'à tant
qu'il fût forcé de la jurer, tant par suite des guerres que lui
suscitèrent les nobles de la province, par la médiation et industrie de
l'homme de Dieu, que par l'excommunication qu'il lança contre ledit
comte[15].

[Note 15: En 1206.]

Mais lui qui avait reçu la foi, et qui était pis qu'un infidèle,
n'obéissant oncques à son serment, jura souvent, et souvent fut parjure.
Pour quoi le reprit avec grande vertu d'esprit le très-saint frère
Pierre, abordant sans peur le tyran, lui résistant en face, pour ce
qu'il était répréhensible, voire même bien fort damnable; et cet homme
de grande constance et de conscience sans tache le confondait à ce point
de lui reprocher qu'il était en tout parjure, comme de vrai il l'était.



CHAPITRE IV.

     Malice du comte Raimond de Toulouse, fauteur des Albigeois.


Puis donc que l'occasion s'en présente, parlons un peu de la crédulité
de ce comte[16]. Il est à dire d'abord que, quasi dès son berceau, il
chérit toujours et choya les hérétiques, et les accueillant dans ses
terres, il les honora par toutes les faveurs qu'il put. Même jusqu'à ce
jour, ainsi qu'on l'assure, partout où il va, il mène avec lui
quelques-uns de ces hommes, cachés sous l'habit laïque, afin que, s'il
venait à mourir, il meure entre leurs mains. Il croyait en effet que,
sans faire aucunement pénitence, et si grand pécheur qu'il fût, il
serait sauvé, pourvu qu'à l'article de la mort il pût recevoir d'eux
l'imposition des mains. Il faisait aussi porter avec soi le
Nouveau-Testament, pour qu'au besoin il reçût des mains des infidèles
l'imposition et ledit livre. De vrai, l'Ancien-Testament est détestable
aux hérétiques: ils disent que ce Dieu, qui a institué la vieille loi,
est mauvais, l'appelant traître à cause de la spoliation d'Égypte, et
meurtrier pour le déluge et la submersion des Égyptiens. Ils ajoutent
que Moïse, Josué et David ont été les ministres de ce mauvais Dieu, et
routiers[17] à son service.

[Note 16: Raimond VI, arrière petit-fils du célèbre croisé Raimond IV,
petit-fils du roi Louis-le-Gros par Constance sa mère, et cousin-germain
de Philippe-Auguste alors régnant.]

[Note 17: On a donné à ce mot plusieurs étymologies. Sa signification la
plus naturelle paraît être voleur de _route_ ou de grand chemin, et il
serait exactement traduit par l'expression anglaise _high-way
gentleman_.]

Un jour le susdit comte dit aux hérétiques, comme le savons
certainement, qu'il voulait faire nourrir son fils à Toulouse parmi eux,
à cette fin qu'il s'instruisît davantage en leur foi, ou plutôt dans
leur infidélité. Il dit encore, une autre fois, qu'il donnerait
volontiers cent marcs d'argent pour qu'un de ses chevaliers embrassât
leur croyance, à laquelle il l'avait maintes fois appelé, et qu'il lui
faisait prêcher souvent. Outre cela, quantes fois les hérétiques lui
envoyaient des présens ou des provisions, il les recevait avec grande
reconnaissance, et les faisait conserver très-soigneusement, ne
souffrant pas que personne en mangeât, sinon lui et certains d'entre ses
familiers. Très-souvent aussi, comme nous l'avons appris de science
certaine, s'agenouillant, il adorait les hérétiques, requérait leurs
bénédictions, et les baisait.

Un jour qu'il était à attendre quelques gens qui devaient venir à lui,
comme ils ne venaient pas, il s'écria: «Il appert clairement que le
diable a fait ce monde, puisque rien ne nous succède à souhait.» Il dit,
en outre, au vénérable évêque de Toulouse, ainsi que nous l'avons ouï
dudit évêque, que les moines de Cîteaux ne pouvaient être sauvés pour
autant qu'ils avaient des ouailles adonnées au péché de luxure. Ô
hérésie inouïe!

Le même comte dit à cet évêque de Toulouse qu'il vînt la nuit dans son
palais, et que là il entendrait la prédication des hérétiques; par quoi
il est patent qu'il les entendoit souvent durant la nuit.

Étant un jour dans une église où étoit célébrée la messe, ce Raimond
avoit en sa compagnie un certain mime qui suivoit la mode des bouffons
de cette sorte, railloit les gens par grimaces et autres gestes
d'histrion: or, comme le prêtre célébrant se retournoit vers le peuple
en disant _Dominus vobiscum_, le très-scélérat comte commanda à son mime
de contrefaire l'officiant et le tourner en dérision. Il dit encore une
autre fois qu'il aimeroit mieux ressembler à un certain hérétique de
Castres au diocèse d'Alby, auquel on avait tranché les membres, et qui
vivait dans un état misérable, que d'être empereur ou roi.

Que ledit comte protégea toujours les hérétiques, nous en avons la
preuve très-convaincante en ce que jamais il ne put être induit par
aucun légat du siége apostolique à les chasser de son pays; bien que,
contraint par ces mêmes légats, il ait fait de fréquentes abjurations.
Il faisait en outre si peu de cas du sacrement de mariage que, toutes
fois et quantes sa propre épouse lui désagréait, la répudiant, il en
prenait une autre, si bien qu'il en eut quatre[18], dont trois vivent
encore. Il eut d'abord la soeur du vicomte de Béziers, nommée Béatrix;
laquelle ayant répudiée, il prit la soeur du duc de Chypre[19]. Ayant
encore quitté celle-ci, il épousa la soeur du roi d'Angleterre[20], qui
lui était unie par conséquent au troisième degré; et cette dernière
étant morte, il reçut en mariage la soeur du roi d'Arragon[21], qui
pareillement était sa cousine au quatrième degré. On ne doit point taire
que, durant son premier mariage, il conseilla souvent à sa femme de
prendre l'habit religieux. Celle-ci, comprenant ce qu'il voulait dire,
exprès lui demanda s'il voulait qu'elle se fît religieuse de l'ordre de
Cîteaux; à quoi il répondit que non. Lors elle lui demanda s'il
entendait plutôt qu'elle entrât dans l'ordre de Fontevrault[22]; mais il
dit encore qu'il ne le voulait ainsi. Finalement elle lui demanda quelle
était sa volonté, et il lui dit que, si elle consentait à se faire
ermite, il pourvoierait à tous ses besoins, et il fut fait de la sorte.

[Note 18: Raimond VI eut cinq femmes; l'historien oublie ici la
première, Ermesinde de Pelet.]

[Note 19: Bourgogne, fille d'Amaury, roi de Chypre.]

[Note 20: Jeanne, soeur de Richard-Coeur-de-Lion.]

[Note 21: Éléonore, soeur de Pierre II. Une autre soeur du même roi,
nommée Sancie, devint aussi la femme du fils de Raimond VI.]

[Note 22: Célèbre abbaye de filles, chef d'ordre, fondée par Robert
d'Arbrissel, située dans l'Anjou, à trois lieues de Saumur.]

Il y avait à Toulouse un détestable hérétique nommé Hugues Fabri, qui
jadis était tombé dans une telle démence qu'il avait profané l'autel
d'une église de la manière la plus immonde, et qu'au mépris de Dieu, il
s'était servi salement du poêle qui couvrait ledit autel[23]. Ô forfait
inouï! le même hérétique avait dit un jour qu'au moment où le prêtre
reçoit dans la messe le sacrement de l'Eucharistie, c'est le démon qu'il
fait passer dans son propre corps. Or le vénérable abbé de Cîteaux, qui
était alors abbé de Granselve[24] dans le territoire de Toulouse, ayant
rapporté tout ceci au comte, et lui ayant indiqué qui avait commis un si
grand crime, celui-ci répondit qu'à telle cause il ne punirait
aucunement un citoyen de ses domaines. Le seigneur abbé de Cîteaux, qui
était pour lors archevêque de Narbonne, a raconté ces abominations à
environ vingt évêques, moi présent, au concile de Lavaur.

[Note 23: Voici la phrase textuelle: _Juxta altare cujusdam ecclesiæ
purgavit ventrem, et in contemptum Dei, cum palla altaris tersit
posteriora sua._]

[Note 24: Abbaye d'hommes de l'ordre de Cîteaux, fondée en 1144.]

En outre, ledit comte fut à tel point luxurieux et débauché que, comme
nous l'avons appris avec certitude, il abusait de sa propre soeur, au
mépris de la religion chrétienne. Dès son enfance[25], il recherchait
avec grand empressement les concubines de son père, et couchait avec
elles dans des transports d'ardeur extrême, à ce point qu'à peine une
femme pouvait lui plaire s'il ne savait qu'elle fût entrée d'abord au
lit de son père; d'où suit que celui-ci, tant à cause de son hérésie que
pour cette énormité, lui annonçait souvent qu'il perdrait son héritage.

[Note 25: Le texte porte _ab infantia_.]

Davantage, ledit Raimond se prit d'une merveilleuse affection pour des
pillards et routiers, à l'aide desquels il dépouillait les églises,
détruisait les monastères, et dépossédait tous ceux de ses voisins qu'il
pouvait.

C'est en cette façon qu'il se comporta toujours comme un membre du
diable, fils de perdition, premier né de Satan, ennemi de la croix et
persécuteur de l'Église, champion des hérétiques, oppresseur des
catholiques, ministre de damnation, apostat de la foi, rempli de crimes,
et vrai magasin de toute espèce de péchés.

Un jour qu'il jouait aux échecs avec un chapelain, il lui dit tout en
jouant: «Le Dieu de Moïse en qui vous croyez ne pourra vous aider à ce
jeu; et quant à moi, ajouta-t-il, que jamais ce Dieu ne me soit en
aide!»

Une autre fois, comme il devait marcher du pays de Toulouse contre
quelques ennemis à lui qui étaient en Provence, se levant au beau milieu
de la nuit, il vint à la maison où les hérétiques toulousains étaient
assemblés, et il leur dit: «Seigneurs et frères, divers sont les
événemens de la guerre. Quoi qu'il arrive de moi, je recommande en vos
mains mon âme et mon corps.» Ce qu'ayant dit, il emmena, pour plus de
précaution, avec lui, des hérétiques en habit commun, pour que si,
d'aventure, il venait à mourir, au moins ce pût être entre leurs bras.

Un jour ce maudit comte était malade en Arragon; et, comme son mal
augmentait, il se fit construire une litière, et, dans cette litière,
transporter à Toulouse; et comme on lui demandait pourquoi il se faisait
porter en si grande hâte à Toulouse, affligé qu'il était d'une si grave
maladie, il répondit, le misérable: «C'est pour ce qu'il n'y a point en
cette terre de bons hommes entre les mains desquels je puisse mourir;»
car étaient les hérétiques nommés _bons hommes_ par leurs fauteurs. Pour
finir, par bien d'autres signes et paroles il s'avouait hérétique. «Je
sais bien, disait-il, que je dois être déshérité pour ces gens de bien;
mais si suis-je prêt à endurer non seulement l'exhérédation, bien plus,
à perdre la tête pour eux.»

Qu'il suffise de ce que nous avons dit touchant l'incrédulité et malice
de ce malheureux. Maintenant retournons à notre propos.



CHAPITRE V.

     De la venue de douze abbés de Cîteaux et de leurs prédications.


La dispute plus haut rappelée ayant eu lieu dans Mont-Réal, tandis que
nos prédicateurs y étaient encore, et que semant de toutes parts la
parole de Dieu et les leçons du salut, ils mendiaient partout leur pain;
survint le vénérable homme abbé de Cîteaux, nommé Arnauld, arrivant de
France et menant avec lui douze abbés, hommes de religion entière,
hommes de sainte science et parfaite, hommes de sainteté incomparable,
lesquels, selon le nombre sacré des douze apôtres, vinrent au nombre de
douze avec l'abbé, lui treizième, préposés à rendre raison à tout
disputeur quelconque des choses qui étaient en eux touchant la foi et
l'espérance; et tous en compagnie de plusieurs moines qu'ils avaient
amenés avec eux professant complète humilité, suivant le modèle qui leur
avait été montré à Montpellier, c'est-à-dire selon le précepte de
l'évêque d'Osma, faisaient route à pied. Soudain ils furent dispersés au
loin par l'abbé de Cîteaux, et furent à chacun assignées les bornes dans
lesquelles ils se livreraient au discours de la prédication[26], et
persévéreraient dans le labeur des disputes contre les hérétiques.

[Note 26: On prêchait depuis long-temps dans la langue vulgaire, et il y
a des conciles avant le douzième siècle qui ordonnent aux évêques, quand
ils prêchent des homélies des Pères, de les traduire du latin en langue
romane.]



CHAPITRE VI.

     Du colloque de Pamiers et de la mort de l'évêque d'Osma.


L'évêque d'Osma voulut lors retourner à son évêché, partie pour veiller
sur ses ouailles, et partie pour fournir de ses revenus aux nécessités
des prédicateurs de Dieu en la province de Narbonne. Or donc, comme il
s'en allait devers l'Espagne, il vint à Pamiers au territoire de
Toulouse, et près de lui se rendirent Foulques, évêque de Toulouse, et
Navarre, évêque de Conserans[27], avec plusieurs abbés. Là, ils
disputèrent avec les Vaudois, lesquels furent vaincus à plat et
confondus; et le peuple du lieu, principalement les pauvres, se
rangèrent pour la plupart au parti des nôtres; voire même celui qui
avait été institué juge de la dispute (lequel était favorable aux
Vaudois et considérable en son endroit) renonça à la perversité
hérétique, et s'offrit lui et tout son bien aux mains du seigneur évêque
d'Osma, et dès lors il a combattu virilement les sectateurs de la
superstition.

[Note 27: _Consoranum_; ville de Gascogne, avec un territoire ayant
titre de vicomté, borné par les comtés de Foix et de Comminges, et par
la Catalogne. Elle fut détruite par Bernard de Comminges, et la
résidence de l'évêque fut transportée à Saint-Lizier.]

Fut présent à cette dispute ce traître et méchant comte de Foix[28], ce
très-cruel persécuteur de l'Église et ennemi du Christ, lequel avait une
femme qui faisait manifeste profession de l'hérésie des Vaudois; plus
deux soeurs dont l'une professait cette même doctrine, et l'autre, ainsi
que le comte, celle des autres sectes déloyales des hérétiques. La
dispute susdite ayant eu lieu dans le palais du comte même, celui-ci un
jour pratiquait les Vaudois, et l'autre jour nos prédicateurs. Ô feinte
humilité!

[Note 28: Raimond-Roger, comte de Foix de 1188 à 1223.]

Ceci achevé, l'évêque d'Osma s'achemina vers son évêché, résolu de
revenir le plus tôt possible, afin de poursuivre les affaires de la foi
dans la province de Narbonne. Mais, après avoir passé peu de jours dans
son siége, comme il se disposait au retour, il fut prévenu par la mort,
et s'endormit heureusement dans sa vieillesse. Avant son décès, était
mort pareillement le frère Raoul, dont nous avons parlé ci-dessus, homme
de bonne mémoire, lequel rendit l'âme dans une certaine abbaye de
l'ordre de Cîteaux, dite Franquevaux, près Saint-Gilles.

Ces deux luminaires étant ravis au monde (savoir l'évêque d'Osma et
frère Raoul), le vénérable Gui, abbé de Vaulx-Cernay, au diocèse de
Paris, qui était venu avec les autres abbés au pays de Narbonne à cause
de la prédication, homme de noble lignage, mais plus noble encore de
beaucoup par science et par vertu, le même qui fut fait ensuite évêque
de Carcassonne, fut constitué le premier et maître entre les
prédicateurs; d'autant que l'abbé de Cîteaux se transporta en d'autres
lieux, empêché qu'il était par les grandes affaires du temps.

Nos saints prêcheurs discourant donc et confondant très-apertement les
hérétiques, mais ne pouvant, en leur obstination dans la malice, les
convertir à la vérité, après beaucoup de temps employé à des
prédications et disputes qui furent de mince ou nulle utilité, ils
revinrent au pays de France.

Du reste, il n'est à omettre que ledit abbé de Vaulx-Cernay ayant
disputé plusieurs fois avec Théodore, plus haut nommé, et un certain
autre hérésiarque très-notable, à savoir Bernard de l'Argentière[29],
estimé le premier dans le diocèse de Carcassonne, et les ayant maintes
et maintes fois confondus, ledit Théodore, n'ayant un jour pu répondre
rien autre, dit à l'abbé: «La paillarde (il entendait par là l'Église
romaine) m'a long-temps, retenu à elle[30]; mais elle ne me retiendra
plus.» Il ne faut taire davantage que le même abbé de Vaulx-Cernay ayant
gagné un castel près de Carcassonne, nommé Laurac[31], afin d'y prêcher
à son entrée dans ledit lieu, il se signa: ce que voyant un certain
homme d'armes hérétique qui était dans le château, il dit à l'abbé: «Que
ce signe ne me soit oncques en aide!»

[Note 29: _Cimorra._ Cette petite ville, nommée aussi _Cimolus_ ou
_Argenteria_, est située en Languedoc dans le département de l'Ardèche.]

[Note 30: Il avait été catholique et chanoine de Nevers.]

[Note 31: _Lauranum_; anciennement, et avant Castelnaudary, capitale du
Lauraguais.]



CHAPITRE VII.

     Miracle de la cédule écrite de la main du bienheureux Dominique,
     laquelle jetée trois fois au feu en ressauta intacte.


En ce temps advint un miracle qui nous a semblé digne d'être placé ici.
Un jour que nos prédicateurs avaient disputé contre les hérétiques, un
des nôtres nommé Dominique, homme tout en sainteté, lequel avait été
compagnon de l'évêque d'Osma, rédigea par écrit les argumens qu'il avait
employés dans le cours de la discussion, et donna la cédule à un
hérétique, pour qu'il délibérât sur les objections y contenues. Cette
nuit même, les hérétiques étaient assemblés dans une maison, siégeant
près du feu. Lors celui à qui l'homme de Dieu avait baillé la cédule, la
produisit devant tous: sur quoi ses compagnons lui dirent de la jeter au
milieu du feu, et que si elle brûlait, leur foi (ou plutôt leur
perfidie) serait véritable; du contraire, si elle demeurait intacte,
qu'ils avoueraient pour telle la foi que prêchaient les nôtres, et
qu'ils la confesseraient vraie. Que dirai-je de plus? À ce tous
consentant, la cédule est jetée au feu: mais comme elle eut demeuré
quelque peu au milieu des flammes, soudain elle en ressauta sans être du
tout atteinte. Les spectateurs restant stupéfaits, l'un, plus endurci
que les autres, leur dit: «Qu'on la remette au feu, et alors vous
expérimenterez plus pleinement la vérité.» On l'y jeta derechef, et
derechef elle ressauta intacte. Ce que voyant cet homme dur et lent à
croire, il dit: «Qu'on la jette pour la troisième fois, et lors nous
connaîtrons avec certitude l'issue de la chose.» Pour la troisième fois
donc on la jette au feu; mais elle n'est pas davantage offensée, et
saute hors du feu entière et sans lésion aucune. Pourtant, et bien que
les hérétiques eussent vu tant de signes, ils ne voulurent se convertir
à la foi. Ains, persistant dans leur malice, ils se firent entre eux
très-expresse inhibition pour que personne, en racontant ce miracle, ne
le fît parvenir à notre connaissance; mais un homme d'armes qui était
avec eux, et se rapprochait tant soit peu de notre foi, ne voulut céler
ce dont il avait été témoin, et en fit récit à plusieurs. Or cela se
passa à Mont-Réal, ainsi que je l'ai ouï de la bouche même du très-pieux
personnage qui avait donné à l'hérétique la cédule en question.



CHAPITRE VIII.

     Mort sanglante de frère Pierre de Castelnau qui succomba sous le
     glaive des impies.


Ayant dit ce peu de mots touchant les prédicateurs de la parole divine,
arrivons, avec l'aide de Dieu, au martyre de cet homme vénérable, de cet
athlète très-courageux, frère Pierre de Castelnau; à quelle fin nous
pensons ne pouvoir mieux faire, ni plus authentiquement, qu'en insérant
dans notre narration les lettres du seigneur pape, adressées par lui aux
fidèles du Christ, et contenant plus au long le récit de ce martyre. La
teneur de ces lettres est ainsi qu'il suit:

«Innocent, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à nos chers fils,
nobles hommes, comtes, barons et tous chevaliers établis dans les
provinces de Narbonne, d'Arles, d'Embrun, d'Aix et de Vienne: salut et
bénédiction apostolique.

«Nous avons ouï une chose que nous sommes forcés de croire et déduire
pour le deuil commun de toute l'Église, à savoir, que comme frère Pierre
de Castelnau, de sainte mémoire, moine et prêtre, homme vertueux entre
tous les hommes, illustre par sa vie, sa science et son renom, député
avec plusieurs autres pour évangéliser la paix et affermir la foi dans
la province d'Occitanie, travaillait louablement au ministère à lui
commis, et ne cessait de travailler encore, comme celui qui avait
pleinement appris en l'école du Christ ce qu'il enseignait; et, doué de
paroles selon la foi, avait moyen d'exhorter suivant la saine doctrine
celui qui est selon cette doctrine, et de repousser les contredisans,
toujours préparé à rendre raison à qui l'en sommait, ainsi que le
pouvait faire homme catholique, docte en la loi, éloquent en langage;
contre ledit frère donc fut suscité par le diable son ministre, le comte
Raimond de Toulouse: lequel, pour beaucoup et de grands excès commis
envers l'Église et envers Dieu, ayant souvent encouru la censure
ecclésiastique, et souvent (homme qu'il était de couleur changeante,
rusé, impossible à saisir et inconstant) s'étant fait absoudre par une
repentance simulée; ne pouvant enfin contenir la haine qu'il avait
conçue contre ledit saint personnage, pour autant qu'en sa bouche était
parole de vérité, pour réprimander et châtier les nations, et lui
surtout, comte Raimond, qui méritait d'être repris davantage à cause de
plus grands crimes, convoqua les légats du siége apostolique, savoir,
frère Pierre et son collègue, dans la ville de Saint-Gilles, leur
promettant de leur donner satisfaction sur tous les chefs pour lesquels
il était reproché. Mais comme eux se furent rendus en la susdite ville,
ledit comte, tantôt comme homme facile et de bonne foi, promettait de se
soumettre aux salutaires admonitions à lui faites, et tantôt, comme
homme double et endurci, refusait tout net de ce faire. Nos légats,
voulant enfin se retirer dudit lieu, Raimond les menaça publiquement de
mort, disant que par quelque endroit de la terre ou de l'eau qu'ils s'en
fussent, il observerait avec vigilance leur départ; et aussitôt,
accommodant les effets aux paroles, il envoya ses complices pour dresser
les embûches qu'il méditait.

«Comme donc, ni aux prières de notre cher fils l'abbé de Saint-Gilles,
ni aux instances des consuls et bourgeois, le délire de la rage ne le
pouvait adoucir, eux, en dépit du comte et à son grand déplaisir,
conduisirent les saints prédicateurs, à main armée, près des rivages du
Rhône, où, pressés par la nuit, ils se reposèrent, tandis que certains
satellites à eux du tout inconnus se venaient loger près d'eux;
lesquels, comme l'issue l'a fait voir, cherchaient leur sang.

«Le lendemain matin étant survenu, et la messe célébrée comme de
coutume, au moment où les innocens soldats du Christ se préparaient à
passer le fleuve, un de ces satellites de Satan, brandissant sa lance,
blessa entre les côtes inférieures le susdit Pierre de Castelnau (pierre
en effet fondée sur le Christ par immobile assiette), lequel ne se
méfiait pas d'une si grande trahison.

«Lors, regardant d'abord l'assassin, et suivant l'exemple de son maître
Jésus et du bienheureux Étienne, le martyr lui dit: «Que Dieu te
pardonne, car moi je te pardonne,» répétant à plusieurs fois ce mot de
piété et patience; ensuite, étant ainsi transpercé, il oublia l'amère
douleur de sa blessure par l'espérance des choses célestes; et, à
l'article de sa glorieuse mort, ne cessant d'ordonner, de concert avec
les compagnons de son ministère, en quelle façon ils répandraient la
paix et la foi, il s'endormit heureusement dans le Christ après les
pieuses oraisons dernières. Pierre donc ayant, pour la paix et la foi
(si justes causes de martyre qu'il n'y en a de plus justes), répandu son
sang, il aurait déjà brillé, ainsi que nous le croyons, par d'éclatans
miracles, si l'incrédulité des hérétiques ne l'eût empêché, à l'instar
de ceux dont il est dit dans l'Évangile que Jésus ne faisait point parmi
eux beaucoup de miracles à cause de leur incrédulité. C'est pourquoi,
bien que la parole soit un signe nécessaire, non aux fidèles, mais aux
infidèles, le Sauveur étant présenté à Hérode qui, au témoignage de Luc,
se réjouit grandement de le voir, dans l'espoir qu'il ferait quelque
miracle, il dédaigna d'en faire et de répondre à qui l'interrogeait,
sachant que l'incrédulité qui demande des miracles n'est pas disposée à
croire, et qu'Hérode recherchait seulement une vaine surprise.

«Bien donc que cette méchante race perverse de Provençaux ne soit digne
que si promptement, comme elle le cherche peut-être, lui soit donné un
signe du martyre de frère Pierre, nous croyons cependant qu'il a fallu
qu'un seul mourût pour elle, à cette fin qu'elle ne pérît pas tout
entière, et qu'infectée par la contagion de l'hérésie, elle fût rappelée
de son erreur par l'intercession du sang du martyr.

«Tel est en effet le durable mérite du sacrifice de Jésus-Christ; tel
est l'esprit miraculeux du Sauveur, que, lorsqu'on le croit vaincu dans
les siens, c'est alors même qu'il est plus fortement victorieux en eux;
et de la même vertu par qui lui-même a détruit la mort en mourant, il
fait triompher de leurs triomphateurs ses serviteurs parfois abattus. À
moins que le grain de froment qui tombe en terre ne meure, il reste
seul; mais s'il meurt, il produit des fruits abondans. Espérant donc
qu'il doit provenir dans l'Église du Christ un fruit de cette semence
très-féconde, bien qu'assurément soit durement criminel et
criminellement dur celui dont l'âme n'a pas été percée par le glaive qui
a percé Pierre, et ne désespérant jamais entièrement, vu qu'une si
grande utilité doit être dans l'effusion de son sang, que Dieu accordera
les succès désirés aux nonces de sa prédication dans ladite province,
pour laquelle le martyr est tombé en la corruption de la mort, nous
jugeons devoir avertir plus soigneusement nos vénérables frères les
évêques et leurs suffragans, et les exhorter par le Saint-Esprit, leur
ordonnant strictement, en vertu de la sainte obédience, que, faisant
prendre force à la parole de paix et de foi, semée par ledit Pierre dans
ceux qui ont été abreuvés de sa prédication, pour combattre la
perversité hérétique, affermir la foi catholique, extirper les vices et
implanter les vertus, persistant dans les efforts d'un zèle infatigable,
ils dénoncent à tous, par leurs diocèses, le meurtrier dudit serviteur
de Dieu, ensemble tous ceux à l'aide, par l'oeuvre, conseil ou faveur de
qui il a accompli un si grand crime, plus ses receleurs ou défenseurs,
au nom du tout-puissant Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, ainsi que par
l'autorité des bienheureux apôtres Pierre et Paul, et la nôtre, comme
excommuniés et frappés d'anathême; et qu'ils fassent obtempérer à
l'interdit ecclésiastique tous les lieux auxquels le susdit meurtrier ou
autre précité apparaîtrait, voire même en leur présence, chaque jour de
dimanche et fête, au son des cloches et à la lueur des cierges, jusqu'à
ce que, approchant du siége apostolique, ils méritent, par une digne
satisfaction, d'être absous, et fassent révoquer solennellement la
présente sentence. Leur mandons en outre que, quant à ceux qui, animés
du zèle de la foi orthodoxe, et pour venger le sang du juste qui ne
cesse de crier de la terre vers le ciel, jusqu'à ce que le Dieu des
vengeances descende du ciel sur la terre pour la confusion des pervertis
et pervertisseurs, quant à ceux, disons-nous, qui se seraient virilement
ceints et armés contre ces pestiférés qui s'attaquent tout d'une fois à
la paix et à la vérité, ils leur promettent en toute sûreté la
rémission de leurs péchés accordée par Dieu et son vicaire; à cette fin
que ce labeur leur suffise pour réparation des offenses à cause
desquelles ils auront offert à Dieu la contrition de leur coeur et une
confession véridique: le tout attendu que ces empestés Provençaux
tentent non seulement de ravir ce qui est nôtre, mais de nous renverser
nous-mêmes, et que, non contens d'aiguiser leurs langues pour la ruine
des âmes, ils mettent encore la main à la destruction des corps, devenus
qu'ils sont corrupteurs des unes et meurtriers des autres.

«Bien que le comte dont il est parlé plus haut soit depuis long-temps
frappé du couteau d'anathême à cause de nombreux et énormes crimes qu'il
serait trop long de raconter par le menu; vu cependant que, suivant des
indices assurés, il est présumé coupable de la mort du saint homme, non
seulement pour ce qu'il l'a menacé publiquement de le faire mourir, et
lui a dressé des embûches, mais encore en ce qu'il a admis en sa grande
familiarité le meurtrier dudit frère, voire l'a récompensé par riches
dons (sans parler des autres présomptions qui sont plus pleinement
notoires à plusieurs); à cette cause, voulons que les archevêques et
évêques le déclarent publiquement anathématisé. Et comme, selon les
sanctions canoniques des saints Pères, la foi ne doit pas être gardée à
qui ne la garde point envers Dieu, étant ledit comte séparé de la
communion des fidèles, et, pour ce, à éviter plutôt qu'à soutenir,
voulons encore qu'ils déclarent déliés, par l'autorité apostolique, tous
ceux qui sont astreints audit comte par sermens de fidélité, société,
alliance et autres semblables causes, et libre à tout catholique (sauf
le droit du seigneur suzerain[32]) non seulement de poursuivre sa
personne, mais encore d'occuper et de tenir ses terres et domaines,
afin, par ce moyen, d'arriver surtout à purger d'hérésie, par force et
savoir faire, le territoire qui, jusqu'à ce jour, a été honteusement
endommagé et souillé par la méchanceté dudit comte, étant juste en effet
que les mains de tous se lèvent contre celui dont la main a été contre
tous. Que si telle vexation ne lui donne enfin meilleur entendement,
nous aurons soin d'appesantir notre bras sur sa tête. Mais si, par aucun
moyen, il promet d'exhiber satisfaction, ores faudra-t-il qu'il
promette, pour signe de sa repentance, qu'il chassera de tout son
pouvoir les sectateurs de l'hérétique impiété, et qu'il s'empresse de se
réconcilier à la paix fraternelle, vu que c'est surtout pour la faute
qu'il est reconnu avoir commise en l'un et l'autre point, que la censure
ecclésiastique a été proférée contre lui. Bien que si Dieu voulait
prendre garde à toutes ses iniquités, à peine pourrait-il faire
satisfaction convenable, non seulement pour lui-même, mais encore pour
cette multitude qu'il a conduite dans les lacs de damnation. Mais pour
ce que, selon la sentence de vérité, ceux-là ne sont à craindre qui
tuent le corps, mais bien ceux qui peuvent envoyer le corps et l'âme en
la géhenne, nous nous confions et espérons en celui qui, afin d'ôter à
ses fidèles la crainte de la mort, mourut et ressuscita le troisième
jour, pour que le meurtre dudit homme de Dieu, frère Pierre de
Castelnau, non seulement n'imprime pas la crainte à notre vénérable
frère l'évêque de Conserans ni à notre bien-aimé fils Arnauld, abbé de
Cîteaux, légat du siége apostolique, ni aux autres orthodoxes sectateurs
de la vraie foi, mais, du contraire, les enflamme d'amour, afin qu'à
l'exemple de celui qui a mérité heureusement la vie éternelle au prix
d'une mort temporelle, ils ne redoutent pas d'employer pour le Christ,
s'il est nécessaire, leur vie en si glorieux combat. C'est pourquoi nous
avons jugé bon de conseiller aux archevêques et évêques qu'admonestant
leurs ouailles, inculquant prières par préceptes et préceptes par
prières, et s'unissant efficacement aux avis salutaires et commandemens
de nos légats, ils assistent ceux-ci en toutes choses pour lesquelles
ils jugeraient devoir leur faire telles injonctions qu'il leur plairait,
ainsi que de braves compagnons d'armes; leur faisant savoir que la
sentence que cesdits légats auraient promulguée, non seulement contre
les rebelles, mais encore contre les paresseux, nous ordonnons qu'elle
soit tenue pour ratifiée et soit observée inviolablement.

[Note 32: Le roi de France, de qui relevait le comté de Toulouse.]

«Sus donc, soldats du Christ! sus donc, novices intrépides de la milice
chrétienne! que l'universel gémissement de l'Église vous émeuve, et
qu'un pieux zèle vous enflamme du désir de venger une si grande injure
faite à notre Dieu! Souvenez-vous que notre Créateur n'avait pas besoin
de nous alors qu'il nous fit, et que, bien que notre service ne lui soit
nécessaire, comme si, par ce concours, il se fatiguait moins dans
l'opération de ses oeuvres, et que son omnipotence fût moindre quand
notre assistance vient à lui faillir, il nous a néanmoins accordé en
telle circonstance l'occasion de le servir et de lui agréer.

«Puis donc qu'après le meurtre du susdit juste, il est dit que l'Église,
en les pays où vous êtes, siége dans la tristesse et la douleur, sans
appui ni consolateur, que la foi s'est évanouie, que la paix a péri, que
l'hérétique peste et la rage de l'ennemi ont plus fort prévalu; puis
aussi que si, dès l'origine de la tempête, on ne porte un puissant
secours à la religion, le vaisseau de l'Église sera vu presque
entièrement perdu en naufrage; nous vous avertissons tous soigneusement
et promptement exhortons, vous enjoignons, dans une telle urgence et si
grande nécessité, avec confiance et en vertu du Christ, vous donnant
rémission de tous péchés, pour que vous ne tardiez à courir au devant de
maux si énormes, et que vous fassiez en sorte de pacifier ces gens-là en
celui qui est un Dieu de paix et d'amour; finalement pour que vous vous
étudiez en vos régions à exterminer l'impiété et l'hérésie par tous les
moyens quelconques que Dieu vous aura révélés, combattant d'une main
forte et d'un bras au loin étendu leurs sectateurs plus sévèrement que
les Sarrasins, en ce qu'ils sont pires.

«D'ailleurs, vous mandons, si ledit comte Raimond (qui, par ainsi que
s'il eût fait pacte avec la mort, pèche et ne réfléchit sur son crime)
venait d'aventure à prendre meilleur entendement dans la vexation qui
lui est infligée, et que, la face couverte d'ignominie, il se prenne à
rechercher le nom de Dieu, pour nous donner satisfaction et à l'Église,
ou plutôt à Dieu, que vous ne vous désistiez pour cela de faire peser
sur lui le fardeau d'oppression qu'il s'est attiré, chassant lui et ses
fauteurs des châteaux du seigneur, et leur enlevant leurs terres,
auxquelles, après l'expulsion des hérétiques, aient à être subrogés les
habitans catholiques, qui, selon la discipline de notre foi orthodoxe,
servent devant Dieu en sainteté et justice.

«Donné à Latran, le 6 des ides de mars, de notre pontificat l'an
II[33].»

Ces choses étant rapportées touchant la mort du très-saint homme,
retournons à suivre notre narration.

[Note 33: Le 10 mars 1208.]



CHAPITRE IX.

     Comment les évêques de Toulouse et de Conserans furent envoyés à
     Rome pour exposer au souverain pontife l'état de l'Église dans la
     province de Narbonne.


Les prélats de la province de Narbonne et autres que touchaient les
affaires de la paix et de la foi dans la province de Narbonne, voyant
qu'étaient morts les hommes de bien, l'évêque d'Osma, frère Pierre de
Castelnau et frère Raoul, lesquels avaient été en ladite terre les
promoteurs principaux et maîtres de la prédication; remarquant, de plus,
que cette prédication avait déjà accompli son cours pour majeure partie,
sans avoir beaucoup profité, ains qu'elle avait été du tout frustrée des
fruits désirés, ils délibérèrent d'en transmettre avis aux pieds du
souverain pontife.

À cette cause, les vénérables hommes Foulques, évêque de Toulouse, et
Navarre, évêque de Conserans, se ceignent et s'acheminent vers Rome,
pour supplier le seigneur pape qu'à la religion grandement périclitante
en la province de Narbonne, de Béziers et Bordeaux, et faisant dans ces
contrées presque entièrement naufrage, il tende une main secourable, et
pourvoie à la paix de l'Église.

Sur quoi, le seigneur pape Innocent, qui s'appliquait de toutes ses
forces à veiller aux nécessités de la foi catholique, porta remède à si
grand mal, envoyant en France lettres circulaires et efficaces sur telle
affaire, comme nous l'expliquerons mieux plus bas.

Ce qu'ayant ouï le comte de Toulouse, ou pour mieux dire ce comte de
fourberie[34], à savoir, que les susdits évêques s'en étaient allés à
Rome, craignant d'être châtié selon ses mérites, et voyant que ses bons
faits et gestes ne pouvaient passer impunis, après avoir député
plusieurs autres émissaires à Rome, il y envoya finalement deux hommes
méchans et exécrables, l'archevêque d'Auch et Raimond de Rabastens[35]
lequel avait été autrefois évêque de Toulouse, et pour ses mérites
déposé depuis; et par ces truchemens, il se plaignit au seigneur pape de
l'abbé de Cîteaux, qui à titre de légat traitait des choses de la foi,
assurant qu'il l'avait aigri contre lui, Raimond, avec trop d'âpreté, et
plus que de raison; promettant en outre ledit comte, que si le seigneur
pape lui adressait un légat à _latere_, il se rangerait en tout à ses
volontés: ce qu'il ne disait par désir qu'il eût de s'amender en aucune
façon, mais bien dans l'idée que si le seigneur pape lui envoyait
quelqu'un d'entre ses cardinaux, il pourrait le circonvenir, homme qu'il
était de couleur changeante et bien fort rusé.

[Note 34: _Comes_ Tolosanus, _imo dicamus melius_, dolosanus.]

[Note 35: Dans le haut Languedoc, à six lieues d'Albi. Il y a une autre
ville du même nom en Bigorre, à quatre lieues de Tarbes.]

Mais le Tout-Puissant, qui est scrutateur des coeurs, et les connaît
jusque dans leurs secrets, ne voulut permettre que la pureté apostolique
pût être induite à erreur, ni davantage que la perversité de ce comte
fût cachée plus long-temps. Il pourvut donc, en sa justice et
miséricorde, juge clément et équitable, à ce que ledit seigneur pape
satisfît à sa requête, comme s'il demandait chose juste, et à ce que sa
malice ne demeurât plus long-temps celée. En effet, le seigneur pape fit
passer en Provence un de ses propres clercs, ayant nom Milon, homme de
vie honnête assurément, illustre en science, disert en paroles, lequel
(pour en peu de mots figurer sa vertu et probité), ne put être épouvanté
par terreur, non plus que plier sous les menaces.

Toutefois, apprenant la venue de maître Milon, le comte se réjouit
grandement, pensant, comme il osait faire, que celui-ci s'accommoderait
en toutes choses à son bon plaisir; et, courant par ses domaines, il
commença à se glorifier, et à dire: «Voici qu'à cette heure je suis
bien, car j'ai un légat selon mon coeur. Voire, je serai moi-même
légat.»

Mais il advint pourtant au contraire de son souhait, ainsi qu'il sera
dit ci-après.



CHAPITRE X.

     Comment maître Théodise fut délégué avec maître Milon.


En compagnie du susdit maître Milon fut envoyé un certain clerc, nommé
Théodise[36], chanoine de Gênes, lequel devait l'assister et aider dans
l'expédition des affaires de la foi. Or, ce Théodise était homme de
grande science, homme de constance admirable, homme d'exquise bonté, qui
se comporta très-bien pour les intérêts de Jésus-Christ. Quels dangers
il eut à courir dans sa mission, et quels travaux à endurer, c'est ce
que l'issue a fait voir, comme nous aurons soin par la suite de le
rapporter plus amplement.

[Note 36: Ou, selon d'autres auteurs, _Thédise_.]

Le seigneur pape avait donné commandement à maître Milon de disposer, en
tout ce qui touchait à la foi, et surtout au fait du comte de Toulouse,
selon l'avis de l'abbé de Cîteaux, vu que l'abbé connaissait à plein
l'état des affaires aussi bien que les fourberies de ce comte. Par quoi,
le seigneur pape avait dit expressément à maître Milon: «L'abbé de
Cîteaux sera de tout le faiseur, et toi, tu seras son organe; car le
comte de Toulouse le tient pour suspect, mais toi, tu ne lui seras point
tel.»

Maître Milon et maître Théodise étant donc venus en France, ils
trouvèrent l'abbé de Cîteaux à Auxerre. Là, maître Milon le consulta sur
plusieurs articles concernant les affaires de la foi; au sujet de quoi
l'abbé l'instruisant avec soin, lui délivra son avis écrit et scellé. Il
lui conseilla en outre de convoquer les archevêques, évêques et autres
prélats qu'il jugerait expédiens au bien de la chose, avant que
d'arriver au comte de Toulouse, de prendre leurs avis et opinions et de
s'y tenir. Il lui indiqua même spécialement et par leurs noms
quelques-uns d'entre les prélats aux conseils de qui il devait
particulièrement adhérer.

Après, l'abbé de Cîteaux et maître Milon, s'acheminèrent vers le roi de
France, Philippe, qui pour lors tenait une conférence solennelle avec
plusieurs de ses barons à Villeneuve[37], au territoire de Sens, où se
trouvaient le duc de Bourgogne, les comtes de Nevers et de Saint-Pol, et
beaucoup d'autres nobles et puissans personnages. Or, le seigneur pape
avait envoyé au roi lettres spéciales, l'avertissant et priant
d'employer secours opportun par lui-même, ou du moins par son fils
Louis, pour la défense de l'Église, qui courait grands risques en la
province de Narbonne. Mais le roi donna pour réponse au nonce du
seigneur pape, qu'il avait à ses flancs deux grands et terribles lions,
savoir Othon[38] qui était dit empereur, et le roi Jean
d'Angleterre[39]; lesquels, d'un et d'autre côté, travaillaient de
toutes leurs forces à porter le trouble dans le royaume de France; par
ainsi qu'il ne voulait sortir en aucune façon de France, ni même
envoyer son fils; mais que lui semblait assez pour le présent s'il
permettait à ses barons de marcher contre les perturbateurs de la paix
et de la foi dans la province de Narbonne.

[Note 37: Il y avait trois villes de ce nom auprès de Sens, savoir,
Villeneuve-la-Guyard, Villeneuve-l'Archevêque et Villeneuve-le-Roi ou
sur Yonne. C'est de cette dernière qu'il est question.]

[Note 38: Othon IV, surnommé le Superbe.]

[Note 39: Jean-sans-Terre.]

D'autre part, le souverain pontife avait adressé lettres circulaires à
tous prélats, comtes et barons, et au peuple entier du royaume de
France, pour rendre les peuples fidèles plus prompts à extirper la peste
d'hérésie; les admonestant efficacement et les exhortant de faire hâte à
venger, dans le pays de Narbonne, l'injure du Crucifix; leur faisant
savoir de plus que quiconque, enflammé du zèle de la foi orthodoxe,
s'emploirait à cette oeuvre de piété, obtiendrait rémission de tous ses
péchés devant Dieu et son vicaire, pourvu qu'il fût contrit et confessé.

Que dirai-je? Ladite indulgence est publiée en France, et une grande
multitude de fidèles s'arment du signe de la croix[40].

[Note 40: En 1209.]



CHAPITRE XI.

     Comment un concile fut tenu à Montélimar, et comment un jour fut
     fixé au comte de Toulouse pour comparaître à Valence devant
     Milon.


La susdite conférence tenue à Villeneuve étant terminée, maître Milon,
avec son collègue maître Théodise, marcha vers la Provence, et, étant
arrivé dans un certain château nommé Montélimar, il y convoqua un bon
nombre d'archevêques et d'évêques, auxquels, lorsqu'ils furent venus à
lui, il demanda en diligence de quelle façon il fallait procéder aux
affaires de la foi et de la paix, et principalement touchant le fait du
comte de Toulouse; il voulut même que chaque prélat lui donnât son avis
écrit et scellé sur certains articles au sujet desquels il avait reçu
une instruction de l'abbé de Cîteaux. Il fut fait comme il l'ordonnait,
et, chose admirable! tous les avis, tant celui de l'abbé de Cîteaux que
ceux des prélats, s'accordèrent sans différence aucune. Ceci a été fait
par le Seigneur. Après ce, maître Milon députa vers le comte de
Toulouse, lui mandant qu'au jour qu'il lui prescrivait, il eût à venir à
lui dans la cité de Valence. Le comte vint au jour dit, et, comme homme
fallacieux et cruel, parjure et trompeur, il promit au légat, savoir à
maître Milon, de faire en toutes choses selon sa volonté, ce qu'il
disait par fraude. Mais le légat, qui était homme avisé et circonspect,
usant en cela du conseil des prélats, voulut et commanda que le comte de
Toulouse livrât pour sûreté sept châteaux des domaines qu'il tenait en
Provence; il voulut encore que les comtes des cités d'Avignon et de
Nîmes et de la ville de Saint-George[41] lui jurassent que si le comte
présumait d'aller contre les commandemens de lui légat, ils ne seraient
astreints, à lui comte, par foi d'hommage ni d'alliance. Quant au comte
de Toulouse, bien qu'enrageant et malgré lui, contraint par la
nécessité, il promit d'accomplir tout ce que le légat lui avait ordonné;
et, par ainsi, il advint que lui qui avait taxé de dureté l'abbé de
Cîteaux, se plaignit plus encore de la rigueur du légat Milon. L'on
croit qu'il a été très-justement disposé par la volonté de Dieu qu'en
l'endroit où le tyran espérait trouver remède, il y trouvât vengeance et
châtiment. Aussitôt maître Théodise, homme plein d'entière bonté, vint
au pays de Provence, par l'ordre du légat, pour recevoir les châteaux
dont nous avons parlé, les occuper de la part de la sainte Église
romaine, et les munir.

[Note 41: Il faut lire probablement _Sancti Ægidii_, et entendre
Saint-Gilles au lieu de _Saint-George_. Par les _comtes_ de ces villes
l'historien entend, à ce qu'il paraît, les _consuls_ ou premiers
magistrats municipaux.]



CHAPITRE XII.

     Le comte de Toulouse est réconcilié à l'Église.


Ces choses dûment achevées, le légat descendit à la ville de
Saint-Gilles pour là réconcilier le comte de Toulouse, et en cette
manière furent conduites sa réconciliation et son absolution. Le comte
fut amené nu au devant des portes de l'église du bienheureux
Saint-Gilles, et, en ce lieu, en présence du légat, des archevêques et
évêques qui s'y trouvaient à telle fin au nombre de vingt et par-dessus,
il jura sur le corps du Christ et les reliques des Saints qui, par les
prélats, étaient tenues exposées devant les portes de l'église avec
grande vénération et en grande quantité, d'obéir en tout aux
commandemens de la sainte Église romaine. Puis le légat fit placer une
étole au cou du comte, et, le tirant par cette étole, il l'introduisit
absous dedans l'église en le fouettant. Il est à dire que, comme le
comte de Toulouse était introduit, ainsi que nous l'avons expliqué, dans
l'église de Saint-Gilles, nu et flagellé, il ne put, par la disposition
de Dieu, et pour la foule qui s'y trouvait, en sortir par où il était
entré, mais lui fallut descendre dans les bas côtés de l'église, et
passer nu devant le sépulcre du bienheureux martyr, frère Pierre de
Castelnau, qu'il avait fait occire. Ô juste jugement de Dieu! celui
qu'il avait méprisé vivant, il a été forcé de lui payer respect après sa
mort.

Je pense aussi qu'il convient de noter que, comme le corps dudit martyr,
qui d'abord avait été mis au tombeau dans le cloître des moines de
Saint-Gilles, eut été transféré long-temps après dans l'église, il fut
retrouvé aussi sain et intact que s'il eût été enterré le jour même;
bien plus, une exhalaison de merveilleuse odeur sortit du corps du Saint
et de ses accoutremens.



CHAPITRE XIII.

     Comment le comte de Toulouse prit feintement la croix de la
     sainte milice, laquelle les soldats de l'armée catholique
     portaient cousue sur la poitrine.


Après toutes ces choses, le très-rusé comte de Toulouse, tremblant
devant la face des Croisés qui, pour chasser les hérétiques et leurs
fauteurs, devaient prochainement venir de France au pays de Narbonne,
requit du légat qu'on lui donnât la croix, afin par-là d'empêcher que
ses terres ne fussent infestées par les nôtres. Le légat lui octroya sa
demande, et donna la croix au comte et à deux de ses chevaliers
seulement. Ô menteur et très-perfide Croisé! j'entends parler du comte
de Toulouse qui prit la croix, non pour venger l'injure du Crucifix,
mais pour pouvoir quelque temps céler sa perversité, et la cacher aux
yeux.

Ces choses faites, le légat et maître Théodise retournèrent vers Lyon à
la rencontre des Croisés qui devaient marcher promptement contre les
hérétiques Provençaux; car par toute la Provence avait-on publié
l'indulgence que le seigneur pape accordait à ceux qui partiraient
contre les susdits hérétiques; si bien que beaucoup de nobles et
d'ignobles avaient armé leur poitrine du signe de la croix contre les
ennemis de la croix. Tant de milliers de fidèles s'étant donc croisés en
France pour venger l'injure de notre Dieu, et devant se croiser plus
tard, il ne manquait plus rien, sinon que le Dieu des armées, faisant
marcher sa milice, perdît ces très-cruels homicides; lui qui d'abord,
avec sa bonté accoutumée et une bénignité extraordinaire, compatissant à
ses ennemis, c'est-à-dire, aux hérétiques et à leurs fauteurs, leur
avait envoyé à plusieurs fois plusieurs de ses ministres; mais eux,
obstinés dans leur impiété, persévérant dans leur corruption, les
avaient accablés d'outrages ou même égorgés.



CHAPITRE XIV.

     De l'arrivée de l'armée des Croisés dans la Provence.


L'an de l'incarnation de Notre-Seigneur 1209, et le onzième du
pontificat du seigneur pape Innocent, sous le règne de Philippe, roi des
Français, aux environs de la fête de saint Jean-Baptiste, tous les
Croisés prenant route des diverses parties de la France, animés d'un
même esprit, et tout étant disposé avec prévoyance, se rassemblèrent
auprès de Lyon, ville française. Parmi ceux qui s'y trouvèrent, ceux-ci
passaient pour les principaux, à savoir: l'archevêque de Sens[42],
l'évêque d'Autun, celui de Clermont et celui de Nevers, Eudes duc de
Bourgogne, le comte de Nevers, le comte de Saint-Pol, le comte de
Montfort[43] et celui de Bar-sur-Seine, Guichard de Beaujeu, Guillaume
des Roches, sénéchal d'Anjou, Gaucher de Joigny, et beaucoup d'autres
nobles et puissans hommes qu'il serait trop long de nommer.

[Note 42: L'archevêque de Sens prenait le titre de primat des Gaules et
de Germanie.]

[Note 43: Simon, surnommé le _Fort_ et le _Macchabée_. Il était fils de
Simon III, seigneur de Montfort-l'Amaury, petite ville à onze lieues de
Paris, et à l'époque de la croisade, il était le chef de sa maison,
illustre et florissante dès le dixième siècle.]



CHAPITRE XV.

     Le comte de Toulouse va au-devant des Croisés.


Le comte Raimond de Toulouse, voyant arriver la foule des Croisés, et
craignant qu'ils n'envahissent ses terres, d'autant plus que l'aiguillon
de sa conscience lui faisait sentir de reste tout ce qu'il avait commis
de crimes et méchancetés, sortit au devant d'eux, et vint jusqu'aux
entours de la cité de Valence; mais ils avaient déjà passé outre. Ledit
comte, les trouvant donc avant d'arriver à la susdite ville, se prit à
simuler un esprit de paix et de concorde, et leur promit faussement
service, s'engageant très-fermement à se conformer aux ordres de la
sainte Église romaine, et même à leur arbitrage, voire, pour gage qu'il
garderait sa foi, leur livrant quelques siens châteaux. Il voulut aussi
donner son fils en otage ou sa propre personne aux nôtres. Quoi plus?
cet ennemi du Christ s'associe aux Croisés; ils marchent ensemble, et
arrivent droit à la cité de Béziers.



CHAPITRE XVI.

     De la malice des citoyens de la ville de Béziers; siége de leur
     ville, sa prise et sa destruction.


La cité de Béziers comptait entre les plus nobles, mais était toute
infectée du poison de la perversité hérétique; et ses citoyens n'étaient
pas hérétiques seulement, mais bien plus; ravisseurs, iniques,
adultères, larrons des pires, et pleins de toutes sortes de péchés.
Qu'il ne soit à charge au lecteur si nous discourons plus spécialement
de leur malice.

Un certain prêtre de cette ville gagnait, par une nuit, aux approches du
jour, son église, pour y célébrer les divins mystères, portant le calice
dans ses mains. Quelques habitans de Béziers qui s'étaient embusqués,
saisissant ce prêtre et le frappant avec violence, le blessèrent
grièvement, lui rompirent un bras, et, prenant le calice qu'il tenait,
ils le découvrirent et pissèrent dedans, au mépris du corps et du sang
de Jésus-Christ. Une autre fois, les susdits gens de Béziers, comme de
méchans traîtres qu'ils étaient, occirent leur seigneur vicomte, ayant
nom Trencavel, dans l'église de la bienheureuse Marie Madeleine qui est
en leurs murs, et ils brisèrent les dents à leur évêque qui s'efforçait
de défendre ledit vicomte contre leur furie.

Un chanoine de Béziers ayant célébré la messe, sortait un jour de la
principale église. Oyant le grand bruit que faisaient des travailleurs
occupés à réparer les fossés de la ville, il demanda ce que c'était, et
il eut pour réponse de ceux qui se trouvaient là: «Ce bruit vient des
gens qui travaillent aux fossés, parce que nous fortifions notre ville
contre les Français qui arrivent déjà.» En effet, l'arrivée des pélerins
était imminente; et, pendant qu'ils parlaient ainsi, apparut un
vieillard d'âge vénérable, lequel dit: «Vous fortifiez la ville contre
les pélerins; mais qui pourra vous protéger d'en haut?» Il indiquait par
là que le Seigneur les accablerait du haut du ciel. À ces paroles, ils
furent violemment émus et troublés, et comme ils voulaient fondre sur
le vieillard il disparut, et ne put oncques être retrouvé. Maintenant
suivons notre sujet.

Avant que les Croisés parvinssent jusqu'à Béziers, le vicomte de cette
ville, nommé Raimond-Roger, homme de noble lignage, neveu du comte de
Toulouse, et grand imitateur de sa perversité, avait très-fermement
promis aux hérétiques de cette ville, qu'il n'avait jamais gênés en
aucune façon, de ne les abandonner du tout; et que persévérant jusqu'à
la mort, il attendrait dans leurs murs la venue des soldats du Christ.
Mais comme il eut appris que les nôtres approchaient, contempteur de ses
sermens et rompant la foi promise, il se réfugia à Carcassonne, autre
sienne ville noble, où il mena avec lui plusieurs des hérétiques de
Béziers.

Les nôtres donc, arrivant à Béziers, envoyèrent au devant l'évêque de
cette ville, qui était sorti à leur rencontre, à savoir, maître Renaud
de Montpellier, homme vénérable pour son âge, sa vie et science. Car
disaient les nôtres qu'ils étaient venus pour la perte des hérétiques;
et, à cette cause, ils mandèrent aux citoyens catholiques, s'il s'en
trouvait aucuns, de livrer en leurs mains les hérétiques, que ce même
vénérable évêque qui les connaissait bien, et même les avait couchés par
écrit, leur nommerait, ou que s'ils ne pouvaient faire ainsi, ils
eussent à sortir de la ville, abandonnant les hérétiques de peur de
périr avec eux. Lequel avis leur étant rapporté par ledit évêque, ils ne
voulurent y acquiescer; ains, s'élevant contre Dieu et l'Église, et
faisant pacte avec la mort, ils choisirent de mourir hérétiques plutôt
que de vivre chrétiens. Devant, en effet, que les nôtres les eussent
attaqués le moins du monde, quelques gens de Béziers sortirent de leurs
murailles, et commencèrent avec flèches et autres armes de jet, à
harceler vivement les assiégeans; ce que voyant nos servans d'armée,
lesquels sont dits vulgairement _ribauds_[44], ils abordent pleins
d'indignation les remparts de Béziers, et donnant l'assaut à l'insu des
gentilshommes de l'armée, qui n'étaient du tout prévenus, à l'heure
même, chose admirable, ils s'emparent de la ville. Que dirai-je? sitôt
entrés, ils égorgèrent presque tout, du plus petit jusqu'au plus grand,
et livrèrent la ville aux flammes. Et fut ladite ville prise le jour de
la fête de sainte Marie Madeleine (ô très-juste mesure de la volonté
divine!), laquelle, ainsi que nous l'avons dit au commencement, les
hérétiques disaient avoir été la concubine du Christ; outre qu'en son
église, située dans l'enceinte de leur ville, les citoyens de Béziers
avaient tué leur seigneur, et brisé les dents à leur évêque, comme nous
l'avons déjà rapporté. C'est juste donc s'ils furent pris et exterminés
au jour de la fête de celle dont ils avaient tenu tant de propos
injurieux, et de qui ces chiens très-impudens avaient souillé l'église
par le sang de leur seigneur vicomte, et celui de leur évêque. Même dans
cette église, où, comme il a été dit souvent, ils avaient occis leur
maître, il fut tué d'entre eux jusqu'à sept mille, le jour même de la
prise de Béziers.

[Note 44: Cette espèce de soldats figure, pour la première fois, sous le
règne de Philippe-Auguste. Ils avaient beaucoup de rapport avec ce qu'on
a appelé depuis _enfans perdus_. On les mettait à la tête des assauts et
on s'en servait ordinairement dans toutes les entreprises qui exigeaient
un coup de main hardi. La licence excessive à laquelle ils se livraient
a, par la suite, rendu leur nom infâme. Il y avait un chef des _ribauds_
qui portait le titre de _roi_; il avait des priviléges et des fonctions
qui passèrent au grand prévôt de l'hôtel lorsque cette charge fut créée
par Charles VI, après la suppression du nom de _roi des ribauds_. Entre
autres redevances affectées à cet officier, on comptait celle que lui
payait chaque femme adultère (cinq sous). On doit entendre par ces mots
_servans d'armée_ à peu près tous ceux qui, dans l'armée, n'étaient pas
nobles, et ceux même qui étaient a sa suite, sans en faire partie comme
soldats.]

Il est encore à remarquer grandement que, de même que la ville de
Jérusalem fut détruite par Tite et Vespasien l'an 42 de la passion de
Notre-Seigneur, ainsi la cité de Béziers fut dévastée par les Français
en l'an 42, après le meurtre de leur seigneur. Il ne faut non plus
omettre que ladite cité a été maintes fois saccagée pour même cause et
le même jour. C'est toujours en celui de la fête de sainte Madeleine,
dans l'église de qui un si grand forfait avait été commis, que la ville
de Béziers a reçu le digne châtiment de son crime.



CHAPITRE XVII.

     Du siége de la ville de Carcassonne et de sa reddition.


Béziers donc étant pris et détruit, nos gens délibérèrent de marcher
droit sur Carcassonne; car étaient ses habitans de très-méchans
hérétiques et devant Dieu pécheurs outre mesure. Or, ceux qui se
tenaient dans les châteaux entre Béziers et Carcassonne, s'étaient
enfuis par crainte de notre armée, laissant leurs forts déserts; et
d'autres, qui n'appartenaient à la secte perverse, s'étaient rendus à
nous.

Le vicomte[45], apprenant que les Croisés s'avançaient pour faire le
siége de Carcassonne, ramassa tout ce qu'il put de soldats, et se
renfermant avec eux dans la ville, il se prépara à la défendre contre
les nôtres. N'oublions pas de dire que les citoyens de Carcassonne,
infidèles et méchans qu'ils étaient, avaient détruit le réfectoire et le
cellier des chanoines de leur ville, lesquels étaient chanoines
réguliers, et, ce qui est encore plus exécrable, les stalles même de
l'église; le tout pour fortifier leurs murailles. Ô profane dessein! ô
fortifications sans force, bien dignes d'être renversées, pour ce
qu'elles étaient construites en violation et destruction de l'immunité
sainte de la maison de Dieu! Les maisons des paysans demeurent en leur
entier, et celles des serviteurs de Dieu sont jetées à bas.

[Note 45: Le vicomte de Béziers.]

Les nôtres cependant, étant arrivés sur la ville, établirent leur camp
tout à l'entour, et en formèrent le siége. Mais les corps des hommes
d'armes ayant pris poste sur chaque point du circuit, il ne fut question
de combattre ni ce jour même ni le suivant.

Or, la cité de Carcassonne, placée à l'extrême issue d'une montagne,
était ceinte d'un double faubourg, et chacun était couvert pareillement
de remparts et de fossés. Le troisième jour, les nôtres espérant
emporter d'assaut et sans machines le premier faubourg, qui était tant
soit peu moins fort que l'autre, l'attaquèrent tous d'accord avec grande
impétuosité, tandis que les évêques et abbés réunis en choeur avec tout
le clergé, et chantant bien dévotement _Veni, sancte Spiritus_,
imploraient un prompt secours de Dieu. Les nôtres aussitôt prirent de
force le premier faubourg abandonné par les ennemis; et il ne faut
omettre que le noble comte de Montfort, attaquant ledit faubourg avec le
reste de l'armée, le premier de tous, voire même tout seul, se lança
audacieusement dans le fossé. Ce succès obtenu, nos gens comblèrent les
fossés, et mirent le faubourg au ras de terre.

Ayant vu que si facilement ils avaient pris le premier, les Croisés
jugèrent qu'ils pourraient également emporter d'assaut le second
faubourg qui était de beaucoup plus fort et mieux défendu[46]. Le jour
suivant donc ils s'en approchèrent; mais, durant qu'ils pressaient
l'attaque, le vicomte et les siens les repoussaient si vaillamment que,
par la grêle continuelle de pierres dont ils étaient assaillis, force
fut aux nôtres de ressauter hors du fossé où ils étaient entrés. Et
comme il advint dans ce conflit qu'un certain chevalier n'en pouvait
sortir, pour ce qu'il avait une jambe cassée, et que nul n'osait l'en
retirer à cause des pierres qu'on lançait toujours, un homme de haute
prouesse, c'était le comte de Montfort, se jeta dans le fossé, et sauva
le malheureux avec le secours d'un seul écuyer, non sans courir grand
risque pour sa propre vie.

[Note 46: L'auteur a dit tout à l'heure que le premier faubourg était
_tant soit peu moins fort, aliquantulum minus forte_. Cette
contradiction vient sans doute de ce que le premier faubourg fut pris et
conservé, tandis que dans le second, attaqué d'abord infructueusement,
les Croisés ne purent se maintenir après un nouvel assaut.]

Ces choses faites, les nôtres ne tardèrent à dresser des machines, de
celles qu'on nomme perrières, pour battre le faubourg, et quand le mur
en fut un peu ébranlé vers le faîte par le jet des pierres, y appliquant
à grand'peine un chariot à quatre roues couvert de peaux de boeuf[47],
ils placèrent dessous des pionniers pour saper la muraille. Lors, les
ennemis, dardant sans cesse des pierres, des bois et du feu sur le
chariot, l'eurent bientôt fracassé; mais les ouvriers s'étant retirés
sous la brèche déjà ouverte dans le mur, ils ne purent en aucune façon
les retarder dans leur travail. Quoi plus? le lendemain, au point du
jour, la muraille ainsi minée s'écroula, et nos gens étant entrés avec
un terrible fracas, les ennemis se retirèrent au plus haut de la ville;
puis, s'apercevant que nos soldats étaient sortis du faubourg et
retournés au camp, quittant la ville et forçant à la fuite tous ceux qui
y étaient demeurés, ils mirent le feu au faubourg, non sans avoir tué
plusieurs des assaillans que l'embarras des issues avait empêché de
s'échapper, et derechef ils se retranchèrent dans la ville haute.

[Note 47: Cette machine peut être comparée à ces galeries couvertes ou
_vignes_ construites avec des claies et du bois de chêne vert, qu'on
appelait aussi _chats_, et qui servaient également à mettre les
travailleurs, mineurs ou pionniers à l'abri des traits des assiégés.]

Il arriva pendant le siége une chose qu'il ne faut passer sous silence,
et qui peut à bon droit passer pour un notable miracle. On disait que
l'armée comptait jusqu'à cinquante mille hommes. Or, nos ennemis avaient
détruit tous les moulins des environs; si bien que les nôtres ne
pouvaient avoir de pain, fors d'un petit nombre de châteaux voisins, et
néanmoins le pain était au camp en telle abondance qu'il s'y vendait à
vil prix. D'où vient ce dire des hérétiques que l'abbé de Cîteaux était
sorcier, et qu'il avait amené des démons sous figure humaine, parce
qu'il leur paraissait que les nôtres ne mangeaient point.

Les choses étant à ce point, les Croisés tinrent conseil sur le fait de
savoir comment ils prendraient la ville. Mais remarquant que, s'ils
faisaient ici comme ils avaient fait à Béziers, la ville serait
détruite, et tous les biens qui étaient en icelle consumés, en sorte que
celui qu'on rendrait maître de ces domaines n'aurait de quoi vivre ni
entretenir chevaliers et servans pour les garder, pour ce fut-il, au
conseil des barons, traité de la paix en la façon que voici. Il fut
arrêté que tous sortiraient nus de la ville, et se sauveraient ainsi;
quant au vicomte, qu'il serait tenu sous bonne garde, et quant aux
biens, qu'ils resteraient en totalité à celui qui serait seigneur dudit
territoire, à cause des besoins plus haut indiqués: et il fut fait de la
sorte. Tous donc sortirent nus de la ville, n'emportant rien que leurs
péchés; et ainsi s'accomplirent les paroles du vénérable homme Bérenger,
qui avait été évêque de Carcassonne. Car, un jour qu'il prêchait dans sa
ville, et que, à son ordinaire, reprochant aux habitans leur hérésie,
ils ne voulaient l'écouter: «Vous ne voulez m'écouter, leur dit-il;
croyez-moi, je pousserai contre vous un si grand mugissement que des
lointaines parties du monde viendront gens qui détruiront cette ville.
Et soyez bien assurés que, vos murs fussent-ils de fer et de hauteur
extrême, vous ne pourrez vous défendre; ains, pour votre incrédulité et
malice, recevrez du très-équitable juge un digne châtiment.» Aussi,
pour telles menaces et autres semblables discours que ce saint
personnage faisait tonner à leurs oreilles, ceux de Carcassonne le
chassèrent un beau jour de leur ville, défendant très-expressément par
la voix du héraut, et sous peine d'une vengeance très-sévère, que nul,
pour acheter ou vendre, se hasardât à communiquer avec lui ou quelqu'un
des siens.

Maintenant poursuivons ce que nous avons commencé. La ville étant rendue
et tous ses habitans dehors, on fit choix de chevaliers pour garder
fidèlement les biens qui s'y trouvaient.



CHAPITRE XVIII.

     Comment le comte de Montfort fut élu prince du territoire et
     domaine du comte Raimond[48].

[Note 48: Il faut entendre par là Raimond, vicomte de Béziers, et non le
comte Raimond de Toulouse.]


Toutes ces choses achevées, les barons tinrent conseil entre eux pour
aviser de celui qu'ils devaient faire seigneur dudit domaine; et d'abord
il fut offert au comte de Nevers, puis au duc de Bourgogne, mais ils le
refusèrent. Pour lors, furent choisis dans toute l'armée deux évêques et
quatre chevaliers, ensemble l'abbé de Cîteaux, légat du siége
apostolique, pour donner un maître à ce territoire, lesquels promirent
fermement d'élire celui qu'ils jugeraient meilleur selon Dieu et selon
le siècle. Ces sept personnes donc, par la coopération des sept dons du
Saint-Esprit et le regard de miséricorde qu'il jette sur la terre,
choisissent un homme fidèle, catholique, honnête en ses moeurs et fort
en armes, savoir le comte Simon de Montfort. Aussitôt l'abbé de Cîteaux,
légat du siége apostolique, père et maître de cette sainte négociation,
plus le duc de Bourgogne et le comte de Nevers, viennent audit comte,
l'avertissant, priant et engageant pour qu'il eût à accepter ce fardeau
et cet honneur tout ensemble; et, comme le susdit personnage tout plein
de discrétion s'y refusait très-instamment, se disant insuffisant, voire
même indigne, soudain l'abbé de Cîteaux et le duc se jettent à ses
pieds, le suppliant d'accéder à leur prière. Mais le comte persistant
dans son refus, l'abbé, usant de son autorité de légat, lui enjoignit
très-étroitement, par vertu d'obéissance, de faire ce qu'ils lui
demandaient. Le comte donc prit le gouvernement des susdites terres pour
la gloire de Dieu, l'honneur de l'Église et la ruine de l'hérétique
méchanceté.

Il faut placer ici un fait bien digne d'être rapporté, lequel advint peu
auparavant en France au noble comte de Montfort. Un jour que le
vénérable abbé de Vaulx-Cernay, Gui, dont il est parlé plus haut, qui,
du mieux qu'il pouvait, avançait les affaires de la foi contre les
hérétiques, revenait d'auprès le duc de Bourgogne, portant lettres de ce
duc, par lesquelles il priait le comte de Montfort de se préparer avec
lui à la guerre pour Jésus-Christ contre les infidèles, et lui offrant
de grands dons s'il voulait en cela acquiescer à son désir, il arriva
que ledit abbé rencontra le comte dans une église d'un sien château,
dit Rochefort[49], occupé à certaines affaires. Or, comme l'abbé l'eut
pris à part pour lui montrer la missive du duc, le comte, passant par le
choeur de l'église, saisit le livre du psautier qu'il trouva sur le
pupitre, et, tenant son doigt sur la première ligne, il dit à l'abbé:
expliquez-moi ce passage: «Dieu a commandé à ses anges de vous garder
dans toutes vos voies; ils vous porteront dans leurs mains, de peur que
vous ne heurtiez votre pied contre la pierre[50];» ce qui, indiqué de la
sorte par disposition divine, fut très-manifestement prouvé par l'issue
des choses.

[Note 49: Il est probablement question de la petite ville de ce nom,
située en Beauce, à deux lieues de Dourdan.]

[Note 50: Psaume 90, v. 11, 12.]



CHAPITRE XIX.

     Illustres qualités de l'âme et du corps qu'on remarquait dans
     Simon, comte de Montfort.


Puisque l'occasion s'en présente, et que l'ordre naturel de notre récit
le requiert, nous placerons ici ce que nous avons reconnu par nous-même
dans le noble comte de Montfort. Nous dirons d'abord qu'il était de race
illustre, d'un courage indomptable, et merveilleusement exercé dans les
armes; en outre, et pour parler de l'extérieur, il était d'une stature
très-élevée, remarquable par sa chevelure, d'une figure élégante, d'un
bel aspect, haut d'épaules, large de poitrine, gracieux de corps, agile
et ferme en tous ses mouvemens, vif et léger, tel, en un mot, que nul,
fût-il un de ses ennemis ou envieux, n'aurait rien trouvé à reprendre en
sa personne pour si peu que ce fût; enfin, et pour parler de choses plus
relevées, il était disert en paroles, affable et doux, d'un commerce
aimable, très-pur en chasteté, distingué par sa modestie, doué de
sapience, ferme en ses desseins, prévoyant dans le conseil, équitable
dans le jugement, plein de constance dans les affaires guerrières,
circonspect dans ses actions, ardent pour entreprendre, infatigable pour
achever, et tout dévoué au service de Dieu. Ô sage élection des princes!
acclamations sensées des pélerins, qui ont commis un homme si fidèle à
la défense de la foi orthodoxe, et ont voulu élever au premier rang un
personnage si bien accommodé aux intérêts de la république universelle,
à la très-sainte affaire de Jésus-Christ contre les pestiférés
hérétiques! Il convenait en effet que l'ost du Seigneur des armées fût
commandé par un homme tel que celui-ci, orné, comme nous l'avons dit, de
la noblesse du sang, de la pureté des moeurs et des vertus de
chevalerie, tel, dirons-nous, qu'il fût heureux qu'on le mît au dessus
de tous pour la défense de l'Église en péril, afin que, sous son
patronage, s'affermît l'innocence chrétienne, et que la présomptueuse
témérité de la perverse hérésie ne pût espérer que sa détestable erreur
demeurerait impunie; et bellement ce Simon de Montfort fut-il envoyé par
le Christ, vraie montagne de force, au secours de l'Église voisine du
naufrage, pour la défendre contre ses ennemis acharnés.

Il est digne de remarque que, bien qu'autres pussent se trouver qui
l'égalassent en quelque partie, nous dirons hardiment qu'à peine ou
jamais on n'en rencontra en qui affluât une si grande plénitude de
qualités, soit naturelles, soit acquises, et qu'élevât au dessus du
commun la magnificence de tant et si riches largesses accordées par la
divine Providence; voire même il lui fut donné de Dieu l'aiguillon d'une
continuelle sollicitude et d'une pauvreté très-pressante; car, bien que
Dieu, par la prise des châteaux et la destruction des ennemis, en ait
agi avec lui miraculeusement et avec libéralité grande, en même temps il
le tourmentait par tant de soucis, et l'accablait d'une si grande
détresse qu'il lui permettait à peine de reposer, afin qu'il ne
s'adonnât à l'orgueil; et, pour que la vertu d'un homme si illustre
brille davantage, qu'il ne soit à charge au lecteur si nous disons
quelques mots des choses qu'il avait faites avant l'époque que nous
traitons, et dont nous avons été témoin.



CHAPITRE XX.

     Bienveillance du comte Simon à l'égard des habitans de Zara, et
     sa révérence singulière envers l'église romaine.


Un temps était où ce noble comte, et Gui abbé de Vaulx-Cernay, qui fut
ensuite évêque de Carcassonne, et dont nous avons souvent fait mention,
s'en allaient outre-mer avec certains barons de France[51]. Et comme les
nobles français furent arrivés dans la très-opulente cité de Venise, où
ils étaient pour monter à frais communs à bord des navires qui devaient
les transporter, ils durent les louer à fort grand prix. Là étaient
Baudouin[52] comte de Flandre, et Henri son frère, Louis comte de Blois,
le noble comte de Montfort, et beaucoup d'autres qu'il n'était aisé de
compter.

[Note 51: Il s'agit ici de la croisade entreprise en 1205, à
l'instigation de Foulques de Neuilly.]

[Note 52: Baudouin IX.]

Or, les citoyens de Venise, hommes rusés et pervers, s'apercevant que
nos pélerins étaient épuisés d'argent et quasi à sec, à cause du prix
immodéré des navires, bien plus, qu'ils ne pouvaient en grande partie
payer le dit naulage, saisissant l'occasion de ce que nos pélerins
étaient à leur merci et dans leur dépendance, ils les conduisirent à la
destruction d'une certaine ville chrétienne appartenant au roi de
Hongrie, laquelle était nommée Zara; et comme nos pélerins y furent
arrivés, selon la coutume des assiégeans, ils assirent leurs tentes près
des murs de la ville. Mais le comte de Montfort et l'abbé de Vaulx, ne
voulant suivre la multitude à mal faire, se refusèrent à camper avec les
autres, et se logèrent loin de la ville. Cependant le seigneur pape
envoya lettres à tous pélerins, et avec elles menaces très-strictes de
perdre l'indulgence qu'il leur avoit accordée, leur commandant, sous
peine de grave excommunication, de n'endommager en aucune façon ladite
cité de Zara.

Il advint que l'abbé de Vaulx, lisant un jour ces lettres aux nobles
hommes de l'armée, tous réunis au même lieu, les Vénitiens voulurent le
tuer. Lors, le noble comte de Montfort se leva au milieu de l'assemblée,
et s'opposant aux Vénitiens, il les empêcha de le tuer; puis s'adressant
aux citoyens de Zara qui étaient là présens pour demander la paix, le
noble comte, devant tous les barons, leur parla de cette sorte: «Ici ne
suis venu, dit-il, pour détruire les chrétiens, et ne vous ferai aucun
mal; et quoi que fassent les autres, pour ce qui est de moi et des
miens, je vous en assure.» Ainsi parla cet homme sans peur, et aussitôt
lui et les siens sortirent du lieu où se tenait la conférence. Que
tardons-nous davantage? Les barons de l'armée, ne déférant pas au
commandement apostolique, prennent et détruisent la ville: derechef, ils
sont excommuniés par le seigneur pape, misérablement et de façon
très-grave; et moi, qui étais là, je rends témoignage à la vérité, en ce
que j'ai vu et lu les lettres contenant l'excommunication apostolique.

Quant au comte, il n'acquiesça à l'avis de plusieurs, pour dévier de la
vraie route; ains, sortant de la compagnie des pécheurs, avec grand
ennui et dépens, il gagna, par une terre déserte et non frayée, la
très-noble ville de Brindes, après beaucoup d'angoisses et de travaux,
et là, finalement, ayant loué des navires, il s'achemina avec
promptitude outre-mer, où, durant une année, il fit mainte et mainte
prouesse dans la guerre contre les païens. Puis, avec honneur, il revint
sauf et en vie dans ses domaines, tandis que les barons qu'il avait
quittés près de Zara coururent grands périls, et presque tous moururent.
Dès ce temps donc il commença les triomphes qu'il a heureusement
consommés par la suite, et dès lors il mérita la gloire que, depuis, il
obtint en châtiant la perversité hérétique.

Nous ne pensons pas qu'il faille taire que ce comte étant tel et si
grand homme, Dieu pourvut à lui donner un aide semblable à lui, à
savoir, sa femme, qui, pour en dire peu de mots, était religieuse, sage
et pleine de zèle. Chez elle, en effet, la religion ornait le zèle et la
sagesse, la sagesse guidait la religion et le zèle, le zèle animait la
sagesse et la religion. De plus, Dieu avait béni ladite comtesse en
procréation de lignée; car le comte avait d'elle plusieurs et fort beaux
enfans. Ces choses déduites à la louange dudit comte, apprêtons-nous à
poursuivre l'ordre de notre narration.



CHAPITRE XXI.

     Comment le comte de Nevers abandonna le camp des Croisés à cause
     de certaines inimitiés.


Quand ledit comte eut été élu en la façon et l'ordre que nous avons
rapportés plus haut, aussitôt l'abbé de Cîteaux et lui-même s'en vinrent
trouver le duc de Bourgogne et le comte de Nevers, les priant et
suppliant qu'ils daignassent rester encore quelque peu au service de
Jésus-Christ; car il y avait encore à enlever grand nombre de châteaux
très-forts ès mains des hérétiques; et pour ne parler d'autres
innombrables, il s'en trouvait trois bien munis autour de Carcassonne,
où se tenaient en ce moment les principaux ennemis de notre foi. D'un
côté était Minerve[53], le château de Termes[54] de l'autre, et enfin
Cabaret[55].

[Note 53: C'était une des plus fortes places du royaume, dans le diocèse
de Saint-Pons.]

[Note 54: _Castrum Finarum._ Nous avons traduit _Termes_, comme plus
bas, pour _Termarum_ et _Thermarum_, à quatre lieues de Carcassonne.]

[Note 55: Château qui a donné son nom au pays de Cabardès, dans le
diocèse de Carcassonne.]

Le duc de Bourgogne, homme très-bénin, acquiesça à leurs prières, et
promit de rester avec eux encore pour quelque temps. Mais le comte de
Nevers ne voulut du tout entendre à leurs suppliques, et retourna à
l'instant dans ses domaines. En effet, le duc et ce comte ne
s'accordaient pas bien ensemble, et le diable, ennemi de la paix, avait
aiguisé entre eux de telles inimitiés que les nôtres craignaient tous
les jours qu'ils ne s'entretuassent. Nos soldats jugeaient aussi que le
comte de Nevers n'avait pas assez de bonne volonté envers le comte
Simon, pour autant que celui-ci était l'ami du duc de Bourgogne, et avec
lui était venu du pays de France. Ô combien est grande la malice du
vieil ennemi qui, voyant et jalousant le progrès des affaires de
Jésus-Christ, voulut empêcher ce dont l'accomplissement le mit si fort
en peine! Or, l'armée des Croisés qui avait été au siége de Carcassonne
était si grande et si forte que, si elle avait voulu se porter plus
avant, et poursuivre avec concert les ennemis de la foi catholique, ne
trouvant aucune résistance, elle aurait pu s'emparer promptement de
toute la contrée. Mais autant que peut l'humaine raison s'en rendre
compte, autrement en ordonna la clémence divine, parce que, songeant au
salut du genre humain, elle a voulu réserver la conquête de ce pays aux
pécheurs. À donc, le bon maître ne voulut finir tout d'un coup cette
très-sainte guerre, pourvoyant par là à ce que les pécheurs pussent
gagner pardon, et au plus grand mérite des justes; ains, il voulut que
ses ennemis fussent subjugués peu à peu et successivement, afin que peu
à peu et successivement les pécheurs se prissent à venger l'injure de
Jésus-Christ, et que la guerre étant prolongée, le temps de grâce se
prolongeât aussi pour eux.



CHAPITRE XXII.

     Prise du château de Fanjaux. Le comte pénètre dans le diocèse
     d'Albi.


Après qu'il eut passé peu de jours à Carcassonne, le noble comte en
sortit avec le duc et une bonne partie de l'armée, pour passer outre
avec l'aide du Seigneur, délaissé qu'il était par le plus grand nombre
des Croisés, qui avaient fait retraite avec le comte de Nevers. Marchant
donc de Carcassonne, ils campèrent le même jour auprès d'une certaine
ville nommée Alzonne[56].

[Note 56: Bourg à trois lieues de Carcassonne.]

Au lendemain, le duc donna conseil au comte d'aller vers un château
nommé Fanjaux[57], où étaient entrés quelques soldats arragonais du
parti de notre comte, et qu'ils avaient fortifié, ledit château ayant
été abandonné par les soldats et les habitans, pour la crainte qu'ils
avaient des nôtres; car plusieurs des plus nobles et plus puissantes
forteresses aux mains des ennemis avaient été laissées vides et
désertes, à cause de la terreur qu'inspiraient les Croisés. Le comte
ayant donc pris quelques hommes d'armes avec lui, et laissant le duc
avec le gros de l'armée, marcha vers le susdit château, et, l'ayant reçu
de ses gens, il l'occupa et le munit.

[Note 57: _Fanum jovis_; petite ville à quatre lieues de Mirepoix.]

Il ne faut pas taire que le comte de Toulouse, qui avait assisté au
siége de Carcassonne, et qui était envieux de nos bons succès, conseilla
à notre comte de détruire certains châteaux qui étaient voisins de ses
domaines à lui, comte de Toulouse; le même, sous prétexte de bien faire,
et suivant la volonté de notre comte, détruisit de fond en comble, et
brûla quelques castels, de peur, disait-il, qu'ils ne fissent tort aux
nôtres par la suite. Mais il en usait ainsi, cet homme plein de perfidie
et d'iniquité, parce qu'il voulait que tout ce pays fût saccagé, et que
nul ne fut en état de lui opposer résistance.

Comme ces choses se passaient, les bourgeois d'un très-noble château,
qu'on appelle Castres, au territoire Albigeois, vinrent vers notre
comte, prêts à le recevoir pour maître et à faire suivant sa volonté. Le
duc engagea le comte à s'y rendre, et à recevoir ladite forteresse,
parce qu'elle était comme la clef de tout le territoire Albigeois. Le
comte y alla donc avec un petit nombre des siens, laissant derrière le
duc avec l'armée. Or, il advint pendant qu'il était à Castres, et que
les habitans lui rendaient hommage et lui livraient le château,
qu'arrivèrent à lui des gens d'armes d'un certain autre château
très-noble, proche d'Albi, appelé Lombers[58], disposés à faire pour le
comte comme avaient fait ceux de Castres; mais le noble comte, voulant
retourner à l'armée, ne voulut les suivre pour l'instant, et seulement
prit leur ville sous sa protection, jusqu'à ce qu'il pût y aller en
temps plus opportun.

[Note 58: Bourg à trois lieues d'Albi.]

Nous n'oublierons pas de rapporter un miracle qui advint dans le château
de Castres en présence du comte. Comme on lui présenta deux hérétiques,
dont l'un était dit _parfait_ dans sa secte, et l'autre était comme
néophyte et disciple du premier, le comte, ayant tenu conseil, ordonna
que tous deux seraient brûlés; mais le second des deux, savoir, celui
qui était disciple de l'autre, ayant le coeur touché intérieurement
d'une vive douleur, commença à se convertir, et promit qu'il abjurerait
volontiers l'hérésie, et obéirait en tout à la sainte Église romaine: ce
qu'ayant entendu nos gens entrèrent en grande altercation; les uns
disant que, puisque celui-ci voulait faire selon notre volonté, il ne
devait être condamné à mort; les autres au contraire soutenant qu'il
méritait de mourir, tant pour ce qu'il était manifeste qu'il avait été
hérétique, que parce qu'il était à croire qu'il promettait plutôt par la
crainte pressante du bûcher, que par le désir de suivre la religion
chrétienne. Quoi plus? Le comte consentit qu'il fût brûlé, dans l'idée
que s'il était réellement converti, le feu lui serait en expiation de
ses péchés, et que s'il avait menti, il souffrirait le talion pour sa
perfidie. Ils furent donc liés tous les deux étroitement avec des liens
très-forts et très-durs, par les jambes, le ventre, le col, et leurs
mains attachées derrière le dos. Cela fait, on demanda au disciple en
quelle foi il entendait mourir, et il répondit: «J'abjure la méchanceté
hérétique, et veux mourir dans la foi de la sainte Église romaine,
priant que cette flamme me serve de purgatoire». Lors un grand feu fut
allumé autour du pal, et tandis que le parfait en hérésie fut consumé en
un moment, les liens qui attachaient l'autre s'étant rompus aussitôt,
tout forts qu'ils étaient, il sortit du feu tellement intact qu'il n'en
resta sur lui aucune trace, si ce n'est que le bout de ses doigts était
brûlé un petit.



CHAPITRE XXIII.

     Comment le siége de Cabaret fut tenté vainement par le comte.


À son retour du château de Castres, le comte rejoignit l'armée qu'il
avait quittée aux environs de Carcassonne; et pour lors l'avis du duc de
Bourgogne, des hommes d'armes et de l'armée, fut de marcher sur Cabaret,
pour voir si, par aventure, ils pourraient inquiéter les gens de ce
château, et les forcer par assaut à se rendre. Les nôtres donc
s'ébranlant, vinrent à demi-lieue de Cabaret, et là établirent leur
camp. Le lendemain les hommes d'armes s'armèrent, ainsi qu'une grande
partie de l'armée, et s'approchèrent du château pour le prendre. Puis,
ayant donné l'assaut, voyant qu'ils ne profitaient guère, ils
retournèrent à leurs tentes.



CHAPITRE XXIV.

     Du départ du duc de Bourgogne, et de l'occupation de Pamiers,
     Saverdun et Mirepoix.


Au jour suivant, le duc de Bourgogne se prépara à partir avec toute la
force de l'armée, et le troisième jour ils quittèrent le comte, chacun
s'en revenant chez soi. Le comte donc resta seul et quasi désespéré,
n'ayant que très-peu de chevaliers, au nombre de trente environ,
lesquels étaient venus de France avec les autres pélerins, et
chérissaient avant tout le service du Christ et le comte de Montfort.

L'armée s'étant ainsi retirée, le noble comte vint à Fanjaux, où,
arrivé, il vit venir à lui le vénérable abbé de Saint-Antonin de
Pamiers[59], dans le territoire de Toulouse, le priant de vouloir
s'acheminer avec lui, et l'assurant qu'il lui livreroit sur l'heure le
très-noble château de cette ville. Or, tandis que le comte se portait
vers ce lieu, il arriva au château dit de Mirepoix[60], et le prit
aussitôt. Était ce château un réceptacle d'hérétiques et de routiers, et
appartenait aux domaines du comte de Foix. L'ayant pris, le comte marcha
droit vers Pamiers, où l'abbé le reçut avec de grands honneurs et lui
livra le château de cette ville, que le comte reçut de lui et pour
lequel il lui fit hommage, ainsi qu'il le devait; car ce château était
proprement en la possession de l'abbé et des chanoines de Saint-Antonin,
lesquels chanoines étaient réguliers[61], et nul n'y devait rien avoir
que de la part de l'abbé. Mais le très-méchant comte de Foix, qui devait
le tenir de lui, voulait malicieusement se l'approprier tout entier,
ainsi que nous le montrerons ci-après.

[Note 59: À trois lieues de Foix.]

[Note 60: À six lieues de Toulouse.]

[Note 61: Ils furent sécularisés en 1745.]

De là le comte vint à Saverdun[62], dont les bourgeois se rendirent à
lui sans condition aucune. Or ce château, je veux dire celui de
Saverdun, était au pouvoir et dans le domaine du comte de Foix.

[Note 62: Petite ville à cinq lieues de Foix.]



CHAPITRE XXV.

     Albi et Lombers tombent en la possession du comte Simon.


Comme il revenait de Fanjaux, notre comte délibéra d'aller au château de
Lombers dont nous avons dit ci-dessus un mot, afin d'en prendre
possession. Or, il y avait en ce château plus de cinquante chevaliers,
lesquels, à son arrivée, reçurent le comte avec honneur, et lui dirent
que le lendemain ils feraient suivant ses ordres. Le lendemain étant
survenu, les susdits chevaliers se concertèrent pour le trahir
lâchement; mais leur conciliabule ayant duré jusqu'à la neuvième heure,
la chose vint aux oreilles du comte, qui, prétextant une affaire, sortit
sans délai du château. Pour lors ils le suivirent, et, poussés par la
crainte, ils se soumirent à sa volonté et livrèrent la place, lui
faisant hommage et jurant fidélité.

Puis vint notre comte à Albi, laquelle cité avait appartenu au vicomte
de Béziers. L'évêque d'Albi, Guillaume, qui en était le principal
seigneur, le reçut avec joie pour maître, et lui rendit la ville. Que
dirai-je? Le comte prit alors possession de tout le diocèse albigeois, à
l'exception de quelques châteaux que tenait le comte de Toulouse, qui
les avait enlevés au vicomte de Béziers.

Ces choses dûment achevées, notre comte retourna à Carcassonne, d'où,
quelques jours après, il partit pour aller à Limoux[63], dans le
territoire du comté de Razez, et y mettre garnison; car s'était ledit
château vendu au comte, sitôt la prise de Carcassonne, et tout en y
allant, il prit plusieurs castels qui résistaient à la sainte Église, et
pendit à bon droit plusieurs de leurs habitans à des potences que bien
avaient gagnées.

[Note 63: Ancienne capitale du comté du Razez, à quinze lieues de
Narbonne.]

À son retour de Limoux, le comte marcha contre un certain fort, voisin
de Carcassonne, et appartenant au comte de Foix, lequel avait nom
Preissan[64]. Or, durant qu'il en faisait le siége, ledit comte de Foix
vint à lui, lui jurant qu'il agirait en tout suivant les ordres de
l'Église; et, en outre, il donna au comte son propre fils en otage, lui
abandonnant encore le château qu'il assiégeait. Après quoi, Simon revint
à Carcassonne.

[Note 64: Dans le diocèse de Narbonne.]



CHAPITRE XXVI.

     Le roi d'Arragon refuse d'admettre le comte de Montfort à
     prestation d'hommage comme il lui était dû à raison de la ville
     de Carcassonne. Inutiles instances dudit comte à ce sujet.


Le roi d'Arragon, Pierre, dans le domaine duquel entrait la cité de
Carcassonne, ne voulut en aucune façon recevoir l'hommage du comte, mais
bien voulait avoir la ville même. Or, un jour qu'il voulait aller à
Montpellier[65], et qu'il n'osait, il envoya vers le comte, et lui manda
qu'il eût à venir à sa rencontre à Narbonne. La chose faite, le roi et
notre comte s'en vinrent ensemble à Montpellier, où, comme ils eurent
demeuré sept jours, le roi ne put être amené à recevoir l'hommage du
comte. Bien plus, il ordonna secrètement, ainsi qu'on le sut ensuite, à
tous les nobles des vicomtés de Béziers et de Carcassonne, qui
résistaient encore à la sainte Église et à notre comte, de ne point
faire composition avec lui, leur promettant que lui-même l'attaquerait
de concert avec eux.

[Note 65: Ce prince était aussi seigneur de Montpellier.]

Quant au comte de Montfort, il advint qu'à son retour de Montpellier,
gens vinrent à lui qui lui dirent qu'un grand nombre des chevaliers des
diocèses de Béziers, de Carcassonne et d'Albi, avaient rompu la foi
qu'ils lui avaient promise: et de fait il en était ainsi. En outre,
certains félons avaient assiégé deux chevaliers du comte dans la tour
d'un château près de Carcassonne, savoir, Amaury et Guillaume de
Pissiac. Ce qu'oyant le comte, il fit hâte afin de pouvoir arriver au
château devant que ses hommes d'armes fussent pris. Mais ne pouvant
traverser la rivière de l'Aude, vu qu'elle était débordée, force lui fut
de gagner Carcassonne, parce qu'autrement il n'aurait pu la passer; et
comme il était en route, il fut informé que lesdits chevaliers étaient
tombés au pouvoir des traîtres.

Il advint, tandis que le comte était à Montpellier, que Bouchard de
Marly et Gobert d'Essignac, ensemble quelques autres chevaliers, qui
étaient en un certain château de Saissac[66], lieu très-fort au diocèse
de Carcassonne, que le comte avait donné audit Bouchard, poursuivirent
un jour les ennemis jusqu'à Cabaret. Or, cette forteresse, située près
de Carcassonne, était presque inexpugnable et garnie d'un grand nombre
de soldats. Plus que toutes les autres, elle résistait à la chrétienté
et au comte, et c'est là qu'était la source de l'hérésie, son seigneur,
Pierre Roger[67], vieux de méchans jours, étant hérétique et ennemi
reconnu de l'Église. Comme donc ledit Bouchard et ses compagnons se
furent approchés de Cabaret, les chevaliers de ce château s'étant mis en
embuscade se levèrent tout à coup, les entourèrent et se saisirent de
Bouchard. Pour Gobert, lui ne voulant d'autant se rendre, ils le
tuèrent; et menant Bouchard dans Cabaret, ils le jetèrent dans une tour
du château où ils le tinrent aux fers pendant seize mois.

[Note 66: À quatre lieues de Carcassonne.]

[Note 67: Il était parent du vicomte de Béziers.]

Au même temps, avant que le comte revînt de Montpellier, vint à mourir
de maladie Raimond-Roger, vicomte de Béziers, lequel était retenu à
Carcassonne dans le palais[68]. Retournons maintenant à la suite de
l'autre récit.

[Note 68: Le 10 novembre 1209; il est à peu près hors de doute qu'il
mourut de mort violente, et non de maladie.]



CHAPITRE XXVII.

     De la trahison et cruauté de Gérard de Pépieux envers le comte
     Simon et ses chevaliers.


Durant que le comte Simon revenait de Montpellier vers Carcassonne,
Gérard de Pépieux, chevalier du Minervois, que le comte tenait en grande
affection et familiarité, et auquel il avait remis la garde de ses
châteaux aux entours de Minerve, ce méchant traître et cruel ennemi de
la foi, reniant Dieu, abjurant sa croyance, oubliant les bienfaits du
comte et son amitié, faillit à son attachement et à la foi qu'il lui
avait jurée. Que s'il n'avait devant les yeux Dieu et la religion, au
moins les bontés du comte auraient dû le détourner d'une si grande
cruauté. Ledit Gérard donc, venant avec d'autres chevaliers ennemis de
la foi, dans un certain château du comte au territoire de Béziers, dit
Puiserguier[69], prit deux chevaliers de Montfort qui gardaient le
château, ainsi qu'un grand nombre de servans, promettant avec serment
qu'il ne les occirait point, mais qu'il les conduirait vies et bagues
sauves jusqu'à Narbonne. Ce que le comte ayant appris, il vint audit
château du plus vite qu'il put, comme Gérard et ses compagnons s'y
trouvaient encore, et voulut assiéger la place; mais Amaury, seigneur de
Narbonne, qui était avec lui, et ses hommes déclarèrent ne vouloir
entreprendre le siége avec le comte, et s'en revinrent chez eux. Lors,
voyant qu'il restait quasi seul, le comte se retira pendant la nuit dans
un sien château voisin, nommé Capestang[70], avec dessein de revenir le
lendemain à l'aube du jour.

[Note 69: À deux lieues de Béziers.]

[Note 70: À quatre lieues de Narbonne.]

Or, il arriva à Puiserguier certain miracle que nous ne devons passer
sous silence. Lorsque Gérard y fut arrivé, et s'en fut rendu maître,
méprisant les promesses qu'il avait données, savoir qu'il conduirait
sans leur mal faire les prisonniers jusqu'à Narbonne, il jeta dans une
tour du château les servans du comte, dont il s'était saisi au nombre de
cinquante. Puis, comme dans la nuit même où le comte s'était retiré, il
songea à déguerpir sur l'heure de minuit, dans la crainte qu'il ne
revînt au lendemain l'assiéger en forme, ne pouvant par trop grande hâte
emmener ses captifs de la tour, il les précipita dans un fossé de cette
tour même, fit jeter par-dessus eux de la paille, du feu, des pierres,
et tout ce qu'il trouva sous la main; et bientôt quittant le château, il
gagna Minerve, traînant après lui les deux chevaliers qu'il avait en son
pouvoir. Ô bien cruelle trahison! au point du jour, le comte étant de
retour au susdit château, et le trouvant vide, le renversa de fond en
comble; et quant à ces gens gisans dans le fossé, lesquels avaient jeûné
pendant trois jours, il les en fit retirer, trouvés qu'ils furent, ô
grand miracle! ô chose du tout nouvelle! sans blessure ni brûlure
aucune.

Partant dudit lieu, le comte rasa jusqu'au sol plusieurs châteaux dudit
Gérard, et peu de jours après il rentra dans Carcassonne. Pour ce qui
est de ce traître et félon Gérard, il avait conduit les chevaliers de
Montfort à Minerve; et ne tenant cas de sa promesse, faussant son
serment, il ne les tua point, il est vrai, mais, ce qui est plus cruel
que la mort, il leur arracha les yeux; et, leur ayant amputé les
oreilles, le nez et la lèvre supérieure, il leur ordonna de retourner
tout nus vers le comte. Or, comme il les avait chassés en tel état
pendant la nuit, le vent et le gel faisant rage, car en ce temps-là
l'hiver était très-âpre, un d'eux, ce qu'on ne saurait ouïr sans larmes,
vint mourir en un bourbier; l'autre, ainsi que je l'ai entendu de sa
propre bouche, fut amené par un pauvre à Carcassonne. Ô scélératesse
infâme! ô cruauté inouïe! Mais n'était tout ceci que prélude à majeures
souffrances.



CHAPITRE XXVIII.

     Comment vint derechef l'abbé de Vaulx au pays Albigeois pour
     raffermir les esprits presque abattus des Croisés.


Dans le même temps, le vénérable abbé de Vaulx-Cernay, Gui, cet homme
excellent, qui embrassait d'un merveilleux amour les affaires de
Jésus-Christ, et, après l'abbé de Cîteaux, était celui qui les poussait
à bonne issue plus que tous les autres, était venu de France à
Carcassonne, à telle fin que de réconforter les nôtres qui étaient alors
dans un grand abattement; et telle était, comme nous l'avons dit, son
ardeur pour les intérêts du Christ, que, dès l'origine de l'entreprise,
il avait couru d'un et d'autre côté par la France, allant et prêchant en
tous lieux.

Or ceux qui étaient en la cité de Carcassonne ressentaient un tel
trouble et frayeur si grande, que, désespérant, peu s'en fallait,
entièrement, ils ne songeaient plus qu'à la fuite, étant de toutes parts
enfermés par d'innombrables et très-puissans ennemis. Mais cet homme de
vertu, au nom de celui qui donne le succès avec les épreuves, mitigeait
chaque jour par de salutaires avertissemens leur accablement et leurs
craintes.



CHAPITRE XXIX.

     Robert de Mauvoisin revient de la cour de Rome.


Aussi vers ce temps, survint Robert de Mauvoisin qui, par le comte,
avait été député en cour de Rome[71], lequel était un très-noble soldat
du Christ, homme de merveilleuse droiture, de science parfaite, de bonté
incomparable, et depuis longues années avait exposé soi-même et les
siens pour le service du Christ. Au par-dessus des autres, il soutenait
la sainte entreprise avec grande ardeur et la plus notable efficacité;
si fut-il en effet celui à l'aide duquel, après Dieu, mais avant tous,
la milice du Christ vint à reprendre vigueur, comme nous le montrerons
dans les chapitres suivans.

[Note 71: Il avait été chargé d'entretenir le pape dans des dispositions
hostiles contre Raimond, et de l'engager à recruter, par de nouvelles
indulgences, les rangs des Croisés.]



CHAPITRE XXX.

     Mort amère d'un abbé de l'ordre de Cîteaux et d'un frère convers
     égorgés près de Carcassonne.


Sur ces entrefaites, le comte de Foix avait, pour ses affaires, envoyé
vers les légats dans la ville de Saint-Gilles un abbé de l'ordre de
Cîteaux, lequel était d'une maison entre Foix et Toulouse, qu'on appelle
Caulnes[72]. Celui-ci, à son retour, vint à Carcassonne, menant avec lui
deux moines et un frère convers; d'où lui et ses compagnons étant
partis, ils avaient à peine fait un mille quand soudain ce
très-monstrueux ennemi du Christ, ce très-féroce persécuteur de
l'Église, à savoir Guillaume de Rochefort, frère de l'évêque de
Carcassonne (de celui qui l'était alors), se jeta sur eux, armé qu'il
était contre hommes désarmés, cruel envers gens pleins de douceur,
barbare à l'égard d'innocens: et pour nulle autre cause fors qu'ils
étaient de l'ordre de Cîteaux, frappant l'abbé en trente-six endroits de
son corps, et le frère convers en vingt-quatre, ce plus féroce des
hommes les tua sur la place. Quant aux deux moines, il laissa l'un plus
qu'à demi-mort, lui ayant fait seize blessures; et l'autre qui était
connu, et quelque peu familier de ceux qui se trouvaient avec le susdit
tyran, ne dut qu'à cela d'échapper la vie sauve. Ô guerre ignoble!
honteuse victoire! Notre comte qui était alors à Carcassonne, venant à
savoir ce qui s'était passé, commanda qu'on enlevât les corps des
malheureuses victimes, et qu'on les ensevelît honorablement dans cette
ville. Ô homme catholique! ô prince fidèle! De plus, il fit soigner
promptement par médecins le moine qui avait été laissé à moitié mort,
et, quand il fut guéri, le renvoya à sa maison. Le comte de Foix, au
contraire, lui qui avait député l'abbé et ses compagnons pour ses
propres affaires, reçut leur meurtrier en grande familiarité et
affection; voire même il retint le bourreau près de sa personne. Pour en
finir sur ce fait, on retrouva peu après en compagnie du comte de Foix
les montures de l'abbé que le traître avait ravies. Ô le plus scélérat
des hommes! (je veux dire le comte de Foix) ô le pire des félons!

[Note 72: Abbaye de l'ordre de Cîteaux, à trois lieues de Toulouse.]

Il ne faut point taire, d'ailleurs, que l'homicide, atteint par la
céleste vengeance de Dieu, ce juge équitable, porta le prix de sa
cruauté, le sang de ceux qu'il avait tués criant contre lui de la terre
vers le ciel. En effet, lui qui avait frappé de tant de coups ces bons
religieux, recevant bientôt après un nombre infini de blessures, fut tué
à la porte même de Toulouse par les soldats du Christ, ainsi qu'il
l'avait bien mérité. Ô juste jugement! ô équitable mesure des
dispensations divines! car il n'est point de loi plus juste que
celle-ci: «Que les artisans de mort périssent par leur art.»



CHAPITRE XXXI.

     Comment fut perdu le château de Castres.


Dans le même temps, les bourgeois de Castres renoncèrent à l'amitié et
domination du comte, et se saisirent d'un sien chevalier qu'il avait
laissé pour la garde du château, ensemble de plusieurs servans.
Toutefois n'osèrent-ils leur mal faire, pour autant que quelques-uns des
plus puissans de leur ville étaient retenus en otage à Carcassonne.
Presque en même jour, les chevaliers de Lombers, rompant avec Dieu et
notre comte, mirent la main sur des servans à lui qui étaient dans le
château, et les envoyèrent à Castres pour être jetés en prison et
chargés de fers. À quelle fin les bourgeois de Castres les mirent en
certaine tour, eux, le chevalier et les servans qu'ils avaient pris,
comme nous venons de le dire; mais tous, par une belle nuit, s'étant
fabriqué une manière de corde avec leurs vêtemens, et se laissant aller
par une fenêtre, s'échappèrent avec l'aide de Dieu.



CHAPITRE XXXII.

     Le comte de Foix se retire de l'alliance du comte de Montfort.


Vers ce temps encore[73], le comte de Foix, qui, comme nous l'avons
rapporté plus haut, avait juré amitié au comte Simon, reprit par
trahison le château de Preissan qu'il lui avait livré, et, se retirant
de son alliance, il commença à le combattre avec acharnement. En effet,
peu de temps ensuite, le jour de la fête de Saint-Michel, le félon vint
de nuit à Fanjaux, et, ayant dressé des échelles contre le mur, il fit
entrer les siens, lesquels escaladèrent les murailles, et vinrent se
répandre dans la place. Ce qu'apprenant les nôtres qui étaient en
très-petit nombre dans le château, attaquant les ennemis, ils les
forcèrent de sortir en grande confusion, et de se précipiter dans le
fossé, après en avoir tué plusieurs. Ce n'est tout: il y avait auprès de
Carcassonne un noble château[74], nommé Mont-Réal, dont le seigneur
était un chevalier, nommé Amaury, lequel, dans tout le pays, ne
comptait, après les comtes, nul qui fût plus noble ou plus puissant que
lui. Or, cet Amaury, lors du siége de Carcassonne, avait, par peur des
nôtres, abandonné Mont-Réal; puis il était venu au comte, et pour un
temps se tint à sa suite et dans sa familiarité; mais, peu de jours
après, perfide à Dieu et à Montfort, il se retira. Il faut savoir que le
comte, voulant occuper Mont-Réal, en avait fié la garde à un certain
clerc originaire de France. Séduit néanmoins par une diabolique
suggestion, et pire qu'un infidèle, ledit clerc, par trahison bien
cruelle, livra presque aussitôt le château à ce même Amaury, et demeura
quelque temps avec nos ennemis. Mais, par la divine volonté du
très-juste Juge, le noble comte le prit bientôt après, en compagnie
d'autres adversaires de la foi, dans un château qu'il assiégeait auprès
de Mont-Réal, lequel a nom Brom[75], et le fit pendre, après qu'il eut
d'abord été dégradé par l'évêque de Carcassonne, et traîné par toute
cette ville à la queue d'un cheval, recevant ainsi le châtiment mérité
de son méfait.

[Note 73: Il s'agit toujours de la fin de l'an 1209.]

[Note 74: À quatre lieues de Carcassonne.]

[Note 75: Ou Bram.]

Que tardons-nous davantage? Saisis d'une même passion de malice, presque
tous les gens du pays rompirent pareillement avec le comte; en telle
façon qu'ayant en très-court espace perdu plus de quarante châteaux, il
ne lui resta que Carcassonne, Fanjaux, Saissac et le château de Limoux
(dont même on désespérait), Pamiers, Saverdun et la cité d'Albi avec un
château voisin nommé Ambialet[76]; et ne faut omettre que plusieurs de
ceux à qui le comte avait remis la garde de ses châteaux furent tués par
les traîtres ou mutilés. Le comte du Christ, qu'allait-il faire? Qui
n'aurait défailli en si grande adversité, et en tel danger perdu toute
espérance? Mais ce noble personnage, se jetant tout en Dieu, ne put être
abattu par le malheur, comme il n'avait su s'enorgueillir dans la
prospérité.

[Note 76: À trois lieues d'Albi.]

Or tout ceci se passait vers la nativité de Notre-Seigneur.



CHAPITRE XXXIII.

     Comment le comte Raimond partit pour Rome.


Les choses étant en tel état, le comte de Toulouse alla vers le roi de
France[77] pour voir s'il ne pourrait par quelque moyen obtenir de son
aide et sanction certains péages nouveaux auxquels il avait renoncé de
l'exprès commandement des légats. En effet, ledit comte avait outre
mesure accru les péages sur ses terres et domaines; pour quoi il avait
été très-souvent excommunié. Mais, comme à ce sujet il ne put en rien
profiter auprès du roi, il partit de la cour de France, et, s'approchant
du seigneur pape, il essaya s'il ne lui serait possible en quelque
manière d'avoir restitution du pays à lui appartenant que les légats du
seigneur pape avaient occupé pour gage de sûreté[78], ainsi qu'il a été
expliqué plus haut, et aussi de rentrer en grâce auprès du souverain
pontife. Pour quelle fin ce plus trompeur des hommes faisait grandement
parade d'entière humilité et soumission, promettant d'accomplir
soigneusement tout ce qu'il plairait au seigneur pape lui commander.
Mais ledit seigneur par tant de sanglans reproches le rabroua, et par
tant d'affronts, que réduit, pour ainsi parler, au désespoir, il ne
savoit plus que faire, traité qu'il étoit de mécréant, de persécuteur de
la paix, d'ennemi de la foi; et tel était-il bien réellement.

[Note 77: En 1210.]

[Note 78: Il s'agit ici des sept châteaux dont maître Théodise avait
pris possession au nom de l'Église romaine. (Voy. le chap. XI.)]

Toutefois, le seigneur pape, pensant que, tourné à désespoir, ledit
comte attaquerait plus cruellement et plus ouvertement l'Église qui,
dans la province de Narbonne, étoit à bien dire orpheline et mineure, il
lui enjoignit d'avoir à se purger de deux crimes dont il était plus
particulièrement accusé; savoir de la mort du légat, frère Pierre de
Castelnau, et du crime d'hérésie: et, au sujet de cette double
justification, le seigneur pape écrivit à l'évêque de Riez en Provence,
et à maître Théodise, leur mandant que, si le comte de Toulouse pouvoit
se purger suffisamment des deux crimes susdits, ils le reçussent à
résipiscence. Cependant maître Milon qui, comme nous l'avons dit plus
haut, usait de son titre de légat en la terre de Provence pour le bien
de la paix et de la foi, avait convoqué au pays d'Avignon un concile de
prélats, où furent excommuniés les citoyens de Toulouse, pour ce qu'ils
avaient méprisé de remplir leurs promesses faites aux légats et aux
Croisés touchant l'expulsion des hérétiques; et même le comte de
Toulouse fut pareillement excommunié dans ce concile, au cas toutefois
où il tenterait de recouvrer les péages auxquels il avait renoncé.



CHAPITRE XXXIV.

     Comment le comte Raimond se vit frustré de l'espoir qu'il avait
     placé dans le roi de France.


Le comte de Toulouse, à son retour de la cour de Rome, s'en vint trouver
Othon[79], lequel était dit empereur, afin de se ménager ses bonnes
grâces, et d'implorer son secours contre le comte de Montfort; puis il
revint vers le roi de France, pour que le surprenant par de feintes
paroles il pût le faire pencher en faveur de sa cause. Mais le roi, qui
était homme plein de discrétion et de prudence, le reçut avec dédain,
pour autant qu'il était grandement méprisable.

[Note 79: Raimond était vassal de l'Empire à raison du comtat
Venaissin.]

Or le comte de Montfort, ayant appris que le comte de Toulouse s'était
acheminé en France, avait mandé à ses principaux vassaux en ce pays de
mettre à sa disposition ses terres et tout ce qu'il possédait, vu qu'ils
n'étaient pas encore ennemis déclarés; même le comte de Toulouse avait
promis par serment que son fils prendrait en mariage la fille du comte
de Montfort, ce qu'ensuite il se refusa de faire, au mépris de son
serment, trompeur et inconstant comme il était.

Voyant qu'il ne gagnait rien près du roi, le comte de Toulouse retourna
dans ses domaines avec sa courte honte. Pour nous, retournons à ce que
nous avons abandonné.

Le noble comte de Montfort, étant donc cerné de tous côtés par ses
rivaux acharnés, se replia sur lui-même, gardant durant cet hiver le peu
de pays qui lui était resté, et souvent même infestant ses ennemis. Nous
pouvons ajouter que, bien qu'il eût des adversaires à l'infini et
très-peu d'auxiliaires, ils n'osèrent jamais l'attaquer en rase
campagne. Enfin, vers les premiers jours de carême, on vint annoncer à
Montfort que la comtesse sa femme (il l'avait en effet appelée de
France) arrivait avec plusieurs chevaliers. À cette nouvelle, le comte
alla à sa rencontre jusqu'à un certain château dans le territoire
d'Agde, nommé Pézénas[80], où, l'ayant trouvée, il revint en hâte à
Carcassonne. Or, comme il s'approchait du château de Campendu[81], on
lui vint dire que les gens du château de Mont-Laur[82], près le
monastère de la Grasse[83], l'ayant trahi, étaient en train d'assiéger
en la tour du château les servans qui s'y trouvaient. Aussitôt le comte
avec ses chevaliers, renvoyant la comtesse dans un château voisin,
marche vers ledit lieu; et, trouvant les choses telles qu'on le lui
avait rapporté, il prit bon nombre de ces traîtres, et les pendit à des
gibets. Les autres, à la vue des nôtres, avaient décampé prestement.

[Note 80: À trois lieues d'Agde et quatre de Béziers.]

[Note 81: _Canis suspensus_, à trois lieues de Carcassonne.]

[Note 82: Petite ville à cinq lieues de Carcassonne, qu'il ne faut pas
confondre avec une autre du même nom, également située dans le
Languedoc, à trois lieues de Toulouse.]

[Note 83: Abbaye de bénédictins, appelée Notre-Dame de la Grasse, située
près de la petite ville de ce nom, à cinq lieues de Carcassonne.]

Le comte revint ensuite avec ses gens à Carcassonne, d'où, marchant vers
le bourg d'Alzonne[84], ils le trouvèrent désert; de là, s'avançant vers
le château de Brom qu'ils trouvèrent préparé à se défendre, ils
l'assiégèrent, et, au bout de trois jours, ils le prirent d'assaut sans
le secours de machines. Au demeurant, ils arrachèrent les yeux à plus de
cent hommes de ce château, et leur coupèrent le nez, laissant un oeil à
l'un d'eux pour qu'au grand opprobre des ennemis il conduisît les autres
à Cabaret. Le comte en agit de la sorte, non qu'une telle mutilation lui
fît plaisir, mais pour autant que ses adversaires avaient fait ainsi les
premiers, et qu'ils taillaient en pièces tous ceux des nôtres qu'ils
pouvaient prendre, comme des bourreaux féroces qu'ils étaient; et certes
il était juste que, tombant dans la fosse qu'ils avaient creusée, ils
bussent parfois au calice qu'ils avaient présenté aux autres. Le noble
comte, d'ailleurs, ne se délectait oncques dans aucun acte de cruauté
ou dans les souffrances de qui que ce fût, étant le plus doux des
hommes, et tel qu'à lui s'appliquait très-évidemment ce dire du poète:

[Note 84: À trois lieues de Carcassonne.]

«Ce prince, paresseux à punir, prompt à récompenser, qui est marri
toutes fois qu'il est forcé d'être sévère[85].»

[Note 85: Ovide, _de Ponto_, Eleg. 3.]

Dès ce moment, le Seigneur qui semblait s'être endormi tant soit peu, se
réveillant au secours de ses serviteurs, montra plus manifestement qu'il
agissait avec nous. En peu de temps nous nous emparâmes de tout le
territoire du Minervois, à l'exception de Minerve même et d'un certain
château nommé Ventalon.

Il advint un jour auprès de Cabaret un miracle que nous croyons devoir
rapporter. Les pélerins venus de France arrachaient les vignes de
Cabaret, suivant l'ordre du comte, lorsqu'un des ennemis, lançant d'un
jet de baliste une flèche contre l'un des nôtres, le frappa violemment à
la poitrine dans l'endroit où était placé le signe de la croix. Tout le
monde pensait qu'il était mort, attendu qu'il était entièrement dépourvu
de ses armes; cependant il resta tellement intact que le trait ne put
pénétrer même son vêtement pour si peu que ce fût, mais rebondit comme
s'il eût frappé contre la pierre la plus dure. Ô admirable puissance de
Dieu! ô vertu immense!



CHAPITRE XXXV.

     Siége d'Alayrac.


Aux environs de Pâques, le comte et les siens vinrent assiéger un
certain château entre Carcassonne et Narbonne, lequel s'appelait
Alayrac[86]. Ce château était placé sur la montagne, et de toutes parts
environné de rocs. Ce fut donc avec une grande difficulté, par une
furieuse intempérie de saison, que les nôtres s'en emparèrent après onze
jours de siége. Ceux qui le gardaient ayant déguerpi pendant la nuit,
plusieurs d'entre eux, savoir ceux qui ne purent s'échapper, furent mis
à mort. De là, les nôtres étant revenus à Carcassonne, en repartirent
bientôt pour aller à Pamiers. Or, près dudit lieu se réunirent le roi
d'Arragon, le comte de Toulouse et celui de Foix, pour faire la paix
entre notre comte et ce dernier; ce que n'ayant pu arranger, le roi
d'Arragon et le comte de Toulouse s'en retournèrent à Toulouse. Quant au
comte de Montfort, il mena son armée vers Foix, où il fit preuve
d'admirable vaillance. En effet, étant arrivé près du château, il
chargea avec un seul chevalier tous les ennemis postés devant les
portes, et, chose merveilleuse, il les y fit tous rentrer; voire même
serait-il entré après eux, s'ils n'eussent, à sa face, levé le pont qui
en fermait l'abord; et, comme il se retirait, le chevalier qui l'avait
suivi fut écrasé par les pierres qu'on lançait du haut des murailles,
la voie pour la retraite étant très-étroite, et toute close de murs;
puis, ayant ravagé les terres, détruit les vignes et les arbres aux
environs de Foix, notre comte revint à Carcassonne.

[Note 86: À deux lieues de Carcassonne.]



CHAPITRE XXXVI.

     Comment les hérétiques désirant que le roi d'Arragon se mît à
     leur tête en furent refusés, et pourquoi.


En ce temps, Pierre de Roger, seigneur de Cabaret, Raimond de Termes et
Amaury, seigneur de Mont-Réal, ensemble d'autres chevaliers qui
résistaient à l'Église et au comte, firent dire au roi d'Arragon qui
était en ces quartiers, de venir à eux, qu'ils l'établiraient leur
seigneur, et lui bailleraient tout le pays: ce qu'ayant appris notre
comte, il tint conseil avec ses chevaliers sur ce qu'il devait faire;
et, après différens avis de divers d'entre eux, le comte et les siens
tombèrent d'accord d'assiéger une certaine forteresse près de Mont-Réal.
Or était-ce à Mont-Réal qu'étaient rassemblés les susdits seigneurs,
attendant la venue du roi; et par là notre comte voulait leur donner à
connaître qu'il ne les craignait pas plus de près que de loin, bien
qu'il eût alors un très-petit nombre de soldats. Quoi plus? les nôtres
s'acheminèrent sur la susdite forteresse, laquelle avait nom
Bellegarde[87].

[Note 87: Il ne faut pas confondre ce lieu avec la place forte du même
nom, située sur la frontière de Catalogne.]

Le lendemain, le roi d'Arragon vint près de Mont-Réal, et les
chevaliers qui l'avaient appelé, et avaient employé plusieurs jours à
ramasser force vivres, en sortirent et allèrent à lui, le priant d'y
rentrer avec eux pour qu'ils lui fissent hommage, ainsi qu'ils lui
avaient mandé; ce qu'ils voulaient faire, afin que par là ils pussent
chasser le comte de Montfort de ce territoire. Mais le roi, aussitôt
leur arrivée, exigea qu'ils lui livrassent le fort de Cabaret; il leur
dit en outre qu'il les recevrait à hommage, moyennant qu'ils lui
livreraient leurs forteresses toutes les fois qu'il le voudrait. Eux,
ayant tenu conseil, prièrent itérativement le roi d'entrer à Mont-Réal,
disant qu'ils feraient comme ils avaient promis. Le roi pourtant n'y
voulut venir en aucune façon, à moins qu'ils ne fissent d'abord ce qu'il
demandait; ce qu'ayant refusé, chacun d'eux s'en retourna avec confusion
du lieu de la conférence. Quant au roi, il députa au comte de Montfort,
et lui manda, durant qu'il était occupé au siége de Bellegarde, qu'il
donnât trève au comte de Foix jusqu'à Pâques; ce qui fut fait. Furent
pris par les ennemis...[88].

[Note 88: Il se trouve ici une phrase qui n'est pas achevée, et dont les
seuls mots imprimés sont _capta sunt ab hostibus_. Sorbin a traduit sur
son manuscrit: _Pendant lequel temps la forteresse fut abandonnée des
ennemis et saisie des nôtres._]



CHAPITRE XXXVII.

     Siége de Minerve.


L'an 1210 de l'incarnation du Seigneur, aux environs de la fête de saint
Jean-Baptiste, les citoyens de Narbonne firent dire à notre comte
d'assiéger Minerve, et qu'eux-mêmes l'aideraient selon leur pouvoir: or,
ils projetaient de la sorte, parce que ceux de Minerve les désolaient
outre mesure; et à ce les poussait davantage l'amour de leur propre
utilité que le zèle de la religion chrétienne. Au demeurant, le comte
répondit à Amaury, seigneur de Narbonne, et à tous les habitans de cette
ville, que, s'ils étaient dans l'intention de lui porter aide mieux
qu'ils n'avaient fait jusqu'alors, et de persévérer avec lui jusqu'à la
prise de Minerve, lui, comte de Montfort, l'assiégerait. Ce qui lui
ayant été promis par ceux-ci, aussitôt il se hâta de marcher sur ladite
forteresse avec ce qu'il avait de soldats; et, lorsqu'ils y furent
arrivés tous ensemble, le comte assit son camp à l'orient: un sien
chevalier, nommé Gui de Lecq, avec les Gascons qui se trouvaient là,
plaça ses tentes à l'occident; au nord se porta Amaury de Narbonne avec
les siens, et certains autres étrangers au midi; car, dans toute cette
armée, il n'y avait nul homme prépondérant, hormis le comte et Amaury de
Narbonne.

Le château de Minerve était d'une force incroyable, entouré par nature
de vallées très-profondes, en telle sorte que chaque corps n'aurait pu,
en cas de besoin, venir sans grand risque au secours de l'autre.

Pourtant, tout étant ainsi disposé, on éleva du côté des Gascons une
machine, de celles qu'on nomme mangonneau[89], dans laquelle ils
travaillaient nuit et jour avec beaucoup d'ardeur. Pareillement, au
midi et au nord, on dressa deux machines, savoir, une de chaque côté:
enfin, du côté du comte, c'est-à-dire à l'orient, était une excellente
et immense perrière, qui chaque jour coûtait vingt et une livres pour le
salaire des ouvriers qui y étaient employés. Lorsque les nôtres eurent
passé quelque temps à battre le susdit château, une nuit de dimanche,
les ennemis sortant de leurs murailles vinrent au lieu où était la
perrière, et y appliquèrent des paniers remplis d'étoupes, de menu bois
sec, et d'appareils enduits de graisse, puis ils y mirent le feu.
Soudain une grande flamme se répandit dans les airs; car on était en été
et la chaleur était extrême, vu que c'était, comme on l'a dit, vers la
fête de saint Jean; mais il arriva, par la volonté de Dieu, qu'un de
ceux qui travaillaient dans la machine, s'était en ce moment retiré à
l'écart pour certain besoin[90]; lequel, ayant vu l'incendie, se prit à
pousser de grands cris, lorsque soudain un des boute-feux lui jetant sa
lance, le blessa grièvement. Le tumulte gagna notre armée, beaucoup
accoururent et défendirent si à point l'engin de guerre, et si
merveilleusement qu'il ne cessa de jouer, si ce n'est pour deux jets.
Puis, comme après quelques jours les machines eurent en grande partie
affaibli la place; et, en outre, les vivres venant à y manquer, l'envie
de se défendre faillit à ceux qui étaient au dedans. Que dirai-je de
plus? Les ennemis demandent la paix; le seigneur du château ayant nom
Guillaume de Minerve, en sort pour parler au comte; mais comme ils
étaient à parlementer, voilà que soudain et sans être attendus,
survinrent l'abbé de Cîteaux, et maître Théodise, dont nous avons fait
plus haut fréquente mention. Pour lors, notre comte, homme plein de
discrétion et faisant tout avec conseil, leur dit qu'il ne déciderait
rien touchant la reddition et l'occupation du château, sinon ce
qu'ordonnerait l'abbé de Cîteaux, maître de toutes les affaires du
Christ. À ces paroles, l'abbé fut grandement marri, pour le désir qu'il
avait que les ennemis du Christ fussent mis à mort, et n'osant cependant
les y condamner, vu qu'il était moine et prêtre.

[Note 89: Machine de guerre empruntée des Turcs, qui lançait des grêles
de cailloux.]

[Note 90: Le texte porte _secessit ad inquisita naturoe_; il faut lire
sans doute _ad requisita_. Plus loin l'auteur, pour exprimer la même
idée, se sert des mots _quæsita naturæ_ (chap. 44).]

Songeant donc à la manière dont il pourrait faire revenir, sur le
compromis qu'ils avaient passé entre eux, le comte ou ledit Guillaume,
qui s'était pareillement soumis à l'arbitrage de l'abbé touchant la
reddition du château, il ordonna que l'un et l'autre, savoir le comte et
Guillaume, rédigeassent la capitulation par écrit; et il faisait ainsi
afin que les conditions de l'un venant à déplaire à l'autre, chacun
résiliât l'engagement qu'il avait pris. Au fait, lorsqu'en présence du
comte fut récité ce qu'avait écrit Guillaume, il n'y acquiesça point;
mais bien dit au seigneur du château d'y rentrer et de se défendre comme
il pourrait, ce qu'il ne voulut pas faire, s'abandonnant en tout à la
volonté du comte.

Néanmoins, celui-ci voulut que tout fût fait suivant le bon plaisir de
l'abbé de Cîteaux. L'abbé donc ordonna que le seigneur du château, et
tous ceux qui s'y trouvaient, même les _croyans_ entre les hérétiques,
sortissent vivans s'ils voulaient se réconcilier avec l'Église et lui
obéir, la place restant ès mains du comte.

Davantage il permit que les hérétiques _parfaits_, desquels il y avait
là un grand nombre, s'en allassent aussi sains et saufs, s'ils voulaient
se convertir à la foi catholique. Ce qu'oyant un noble homme, et tout
entier à la foi catholique, Robert de Mauvoisin, qui était présent,
pensa que par là seraient délivrés les hérétiques, pour la ruine
desquels étaient accourus nos pélerins; et craignant que, poussés
peut-être par la peur, ils ne promissent, lorsqu'ils étaient déjà entre
nos mains, de faire tout ce que nous exigerions, résistant en face à
l'abbé, il lui dit que les nôtres ne souffriraient du tout que la chose
se terminât de la sorte. L'abbé lui répondit: «Ne crains rien; car je
crois que très-peu se convertiront.»

Cela fait, précédés de la croix et suivis de la bannière du comte, les
nôtres entrent dans la ville, et ils arrivent à l'église en chantant _Te
Deum laudamus_: laquelle ayant purifiée, ils arborent la croix du
Seigneur sur le sommet de la tour, et la bannière du comte en un autre
lieu. Le Christ en effet avait pris la ville, et il était juste que son
enseigne marchât devant en guise de sa bannière à lui, et que placée
dans le lieu le plus apparent, elle rendît témoignage de cette
chrétienne victoire. Pour ce qui est du comte, il ne fit alors son
entrée à Minerve.

Les choses ainsi disposées, le vénérable abbé de Vaulx-Cernay, qui était
au siége avec le comte, et qui embrassait la cause du Christ avec un
zèle unique, ayant appris qu'une multitude d'hérétiques étaient
assemblés dans une certaine maison de la ville, alla vers eux, leur
portant des paroles de paix et les avertissemens du salut, car il
désirait les amener à de meilleures voies. Mais eux l'interrompant lui
répondirent tout d'une voix: «Pourquoi venez-vous nous prêcher de
paroles? Nous ne voulons de votre foi, nous abjurons l'Église romaine:
vous travaillez en vain; et même pour vivre, nous ne renoncerons à la
secte que nous suivons.» À ces mots, le vénérable abbé sortit soudain de
cette maison, et se rendit à une autre, où les femmes étaient réunies,
afin de leur offrir le verbe de la sainte prédication: or, s'il avait
trouvé les hommes endurcis et obstinés, il trouva les femmes plus
obstinées encore et plus endurcies.

Sur ces entrefaites, notre comte étant entré dans le château, et venant
au lieu où tous les hérétiques étaient rassemblés, cet homme vraiment
catholique, voulant tous les sauver et les induire à reconnaître la
vérité, commença à leur conseiller de se convertir à la foi du Christ.
Mais comme il n'en obtint absolument rien, il les fit extraire du
château, et un grand feu ayant été préparé, cent quarante, ou plus[91],
de ceux des hérétiques _parfaits_ y furent jetés ensemble. Ni fut-il
besoin, pour bien dire, que les nôtres les y portassent, car, obstinés
dans leur méchanceté, tous se précipitaient de gaîté de coeur dans les
flammes. Trois femmes pourtant furent épargnées, lesquelles furent, par
la noble dame, mère de Bouchard de Marly[92] enlevées du bûcher et
réconciliées à la sainte Église romaine. Les hérétiques étant donc
brûlés, tous ceux qui restaient dans la ville furent pareillement
réconciliés à la sainte Église, après avoir abjuré l'hérésie[93]. Le
noble comte donna même à Guillaume, qui avait été seigneur de Minerve,
d'autres revenus près de Béziers. Mais lui bientôt après méprisant la
fidélité qu'il avait promise à Dieu et au comte, et abandonnant l'un et
l'autre, s'associa aux ennemis de la religion.

[Note 91: D'autres disent cent quatre-vingts. Le texte même n'explique
pas bien clairement si les _parfaits_ furent seuls brûlés, et la mention
qu'il fait plus bas de trois femmes semble supposer que tous les
hérétiques trouvés à Minerve furent livrés aux flammes.]

[Note 92: Celui dont il est question au chapitre 26.]

[Note 93: D'après ce que nous venons de dire, il faudrait entendre par
là le reste des habitans de Minerve qui renoncèrent au commerce des
hérétiques. En effet, l'auteur ne dit pas _combustis perfectis_, mais
bien _hæreticis_.]

Nous ne croyons pas devoir taire deux miracles qui arrivèrent pendant le
siége de Minerve. En effet, lorsque l'armée arriva pour assiéger ce
château, une source coulait près de la ville, laquelle était très-peu
abondante; mais la miséricorde divine la fit grossir si subitement, à la
venue des nôtres, qu'elle suffit et au-delà durant tout le siége aux
hommes et aux bêtes de l'armée: or, il dura sept semaines environ; puis,
les Croisés s'étant retirés, l'eau se retira de même et redevint
très-peu abondante, comme auparavant. Ô grandes choses de Dieu! ô bonté
du Rédempteur!

Item, autre miracle. Lorsque le comte partit de Minerve, les piétons de
l'armée mirent le feu à des cabanes que les pélerins avaient faites de
branches et de feuillages, et comme elles étaient très-sèches, elles
s'enflammèrent aussitôt; si bien qu'il s'éleva par toute la vallée une
flamme aussi grande que si une vaste cité eût été la proie d'un
incendie. Or, il y avait là une cabane faite aussi de feuillages, et
toute entourée des autres, où durant le siége un prêtre avait célébré
les saints mystères; laquelle fut si miraculeusement préservée du feu
que l'on ne découvrit en elle aucun vestige de la commune combustion,
ainsi que je l'ai ouï de la bouche de vénérables personnages qui étaient
présens. Soudain les nôtres courant à ce spectacle merveilleux
trouvèrent que les cabanes qui avaient été brûlées joignaient de toutes
parts, à la distance d'un demi-pied, celle qui était demeurée intacte. Ô
prodige immense!



CHAPITRE XXXVIII.

     Comment des croix, en forme d'éclairs, apparurent sur les murs du
     temple de la Vierge mère de Dieu à Toulouse.


C'est ici que nous pensons devoir placer mêmement un autre miracle qui
advint à Toulouse, durant que notre comte était au siége de Minerve. En
cette cité, et proche le palais du comte de Toulouse, est une église
fondée en l'honneur de la bienheureuse vierge Marie, dont les murailles
avaient été nouvellement blanchies en dehors. Un jour, sur le vêpre, un
nombre infini de croix commencèrent d'apparaître sur les murs de cette
église et de tous côtés; lesquelles semblaient comme d'argent, et plus
blanches que les murailles mêmes. De plus, elles étaient en perpétuel
mouvement, se laissant voir tout à coup, puis tout à coup disparaissant;
de telle sorte que beaucoup les voyaient, et ne pouvaient les montrer à
d'autres. Devant en effet qu'aucun pût lever le doigt, la croix qu'il
pensait indiquer avait disparu; vu qu'elles se montraient tout ainsi que
des éclairs, tantôt plus grandes, tantôt moyennes ou plus petites.

Cette vision se maintint quasi durant quinze jours, chaque journée et à
l'heure du soir: aussi le peuple presque entier de Toulouse en fut-il
témoin. Et pour qu'il ajoute foi à notre récit, saura le lecteur que
Foulques, évêque de Toulouse, Rainaud, évêque de Béziers, l'abbé de
Cîteaux, légat du siége apostolique, et maître Théodise, qui se trouvait
pour lors à Toulouse, ont vu la chose et me l'ont racontée en détail.

D'ailleurs, il arriva par la disposition de Dieu, que le chapelain de
ladite église ne put d'abord voir les croix en question. Entrant donc
par une nuit dans l'église, il se mit en prière, suppliant le Seigneur
qu'il daignât lui montrer ce que presque tous avaient vu: et soudain il
vit des croix innombrables, non plus sur les murailles, mais bien
éparses dans l'air, entre lesquelles une était plus grande et plus haute
que tout le reste. Bientôt celle-ci sortant de l'église, toutes
sortirent après elle, et se prirent à tendre en droite course vers les
portes de la ville. Pour ce qui est du prêtre, à tel spectacle bien
véhémentement stupéfait, il suivit les croix lumineuses; et comme elles
étaient sur le point de sortir de la ville, il lui sembla qu'un quidam
d'un air respectable et de bel aspect, entrant dans Toulouse, une épée
dégainée à la main, tuait, secouru par ces mêmes croix, un homme de
grande taille, lequel en sortait, et ce à l'issue même de la ville.
Pour quoi, le susdit prêtre, quasi mort de peur, courut vers le seigneur
évêque d'Uzès[94], et tombant à ses pieds, il lui conta le tout par
ordre.

[Note 94: Raimond III, évêque d'Uzès; il ne faut pas le confondre avec
deux évêques d'Uzès du même nom qui l'avaient précédé; celui-ci succéda,
en 1208, à l'évêque d'Uzès Éverard.]



CHAPITRE XXXIX.

     Comment le comte Raimond fut séparé de la communion des fidèles
     par le légat du siége apostolique.


Vers le même temps, le comte de Toulouse, lequel, comme il a été dit,
s'était approché du seigneur pape, était revenu de la cour de Rome. Or,
ledit seigneur, ainsi que nous l'avons rapporté plus haut, avait mandé à
l'évêque de Riez et à maître Théodise comme quoi il lui avait été
enjoint de se purger principalement de deux crimes, savoir, la mort de
frère Pierre de Castelnau, légat du siége apostolique, et le crime
d'hérésie. Pour lors maître Théodise vint à Toulouse, où nous avons vu,
dans le récit du précédent miracle, qu'il se trouvait, tandis que les
nôtres étaient occupés au siége de Minerve, à telle fin que de consulter
l'abbé de Cîteaux sur la justification prescrite audit comte, et pour
absoudre, du commandement du souverain pontife, les citoyens de Toulouse
selon la forme, c'est-à-dire, moyennant qu'ils s'engageraient par
serment d'obéir aux ordres de l'Église. Mais l'évêque de Toulouse les
avait déjà reçus à absolution dans la forme susdite, prenant en outre
pour otages et sûreté dix des plus considérables de la ville.

À son arrivée à Toulouse, maître Théodise eut un secret colloque avec
l'abbé de Cîteaux touchant l'admission du comte Raimond à se purger,
ainsi qu'il a été expliqué ci-dessus. Or, maître Théodise, homme tout
plein de circonspection, de prévoyance et de sollicitude pour les
affaires de Dieu, ne désirait rien tant que de pouvoir à bon droit
repousser le comte de la justification qu'il avait à lui prescrire, et
en cherchait tous les moyens. Il voyait bien en effet que, s'il
l'admettait à ce faire, et que l'autre, au moyen de quelques dols et
faussetés, parvînt à en tirer parti, c'en serait fait de l'Église en ces
contrées, et que la foi y périrait tout ainsi que la dévotion
chrétienne. Tandis qu'il se tourmentait de ces appréhensions, et qu'il
en délibérait en lui-même, le Seigneur lui ouvrit une voie pour sortir
d'embarras, lui insinuant de quelle manière il pourrait refuser au comte
de se justifier. Par ainsi, il eut recours aux lettres du seigneur pape,
où, entre autres choses, le souverain pontife disait: _Nous voulons que
le comte de Toulouse accomplisse nos commandemens._ Or, était-il que
beaucoup avaient été faits à ce comte, comme d'expulser les hérétiques
de ses terres, de délaisser les nouveaux péages dont nous avons parlé,
et maintes autres injonctions qu'il avait en tout dédaigné d'accomplir.
Adonc, maître Théodise, d'accord avec son compagnon, savoir l'évêque de
Riez, et pour qu'ils ne parussent molester le comte ni lui faire tort,
lui fixèrent un jour pour l'admettre à justification dans la ville de
Saint-Gilles; et là se rendit ledit comte, ainsi que plusieurs
archevêques, évêques et autres prélats des églises, qui y avaient été
convoqués par l'évêque de Riez et maître Théodise; puis, comme Raimond
s'efforçait tant bien que mal de se purger de la mort du légat et du
crime d'hérésie, maître Théodise lui dit, de l'avis du prélat, que sa
justification ne serait reçue, pour autant qu'il n'avait en rien
accompli ce qui lui avait été enjoint selon les ordres du souverain
pontife, bien qu'il eût tant de fois juré de s'y conformer. En effet,
cedit maître avançait, ce qui était vraisemblable, voire même
très-manifeste, que si le comte n'avait tenu ses sermens pour choses
plus légères, il ne ferait difficulté de se parjurer pour soi et ses
complices, afin de se purger de crimes aussi énormes que la mort du
légat et le crime d'hérésie, ains qu'il s'y donnerait de grand coeur. Ce
qu'entendant le comte de Toulouse, par malice en lui innée, il se prit à
verser des larmes. Mais ledit maître, sachant bien que ces pleurs
n'étaient pleurs de dévotion et repentance, mais plutôt de méchanceté et
douleur, il lui dit: «Quand les grandes eaux inonderont comme dans un
déluge, elles n'approcheront point du Seigneur[95]. Et sur-le-champ, du
commun avis et assentiment des prélats, pour moultes et
très-raisonnables causes, le très-scélérat comte de Toulouse fut
derechef excommunié sur la place, ensemble tous ses fauteurs, et qui lui
baillerait aide.

[Note 95: Psaume 31, v. 8.]

Il ne faut pas oublier de dire qu'avant l'événement de toutes ces
choses, maître Milon, légat du siége apostolique, était mort à
Montpellier en l'hiver passé. Retournons maintenant à la suite de notre
narration.

Le château de Minerve étant donc tombé en son pouvoir aux environs de la
fête de la bienheureuse Marie Madeleine, notre comte vit venir à lui un
chevalier, seigneur d'un château qu'on appelle Ventalon, lequel se
rendit au comte, lui et son fort; et le comte, pour les grands maux que
les Chrétiens avaient soufferts à l'occasion de ce château, y alla, et
en renversa la tour de fond en comble. Finalement Amaury, seigneur de
Mont-Réal, et ceux de ce château, apprenant la perte de Minerve, et
craignant pour eux-mêmes, députèrent vers le comte, le priant de leur
accorder la paix dans la forme qui suit: Amaury promettait de lui livrer
Mont-Réal, pourvu qu'il lui donnât un autre domaine à sa convenance,
mais ouvert et sans défense: à quoi consentit le comte, et il fit comme
Amaury avait demandé. Pourtant ledit Amaury, comme un très-méchant
traître, rompant ensuite le pacte entre eux conclu, et se séparant du
comte, se joignit aux ennemis de la croix.



CHAPITRE XL.

     Siége de Termes.


Dans le même temps, survinrent de France un certain noble croisé, ayant
nom Guillaume, et d'autres pélerins, lesquels annoncèrent au comte la
venue d'une grande multitude de Bretons. Le comte, ayant donc tenu
conseil avec les siens, et se confiant dans le secours de Dieu,
conduisit son armée au siége du château de Termes[96]; et, comme il s'y
acheminait, les chevaliers qui étaient à Carcassonne firent sortir de la
ville les engins et machines de guerre qui s'y trouvaient renfermés,
pour les amener au comte qui se portait rapidement sur Termes. Ce
qu'ayant su ceux de nos ennemis qui étaient dans Cabaret, savoir, que
nos machines étaient placées hors de Carcassonne, ils vinrent au beau
milieu de la nuit en force et en armes pour essayer de les détruire à
coups de cognée. Mais, à leur approche, nos gens sortirent de la ville,
bien qu'ils fussent en très-petit nombre, et, se ruant sur eux
vaillamment, ils les mirent en déroute et les menèrent battans un bon
bout de chemin, fuyant de toutes parts. Pourtant la fureur de nos
ennemis n'en fut point refroidie, et au point du jour ils revinrent pour
tenter encore de démantibuler lesdites machines: ce que les nôtres
apercevant, ils sortirent derechef contre eux, et les poursuivirent plus
long-temps et plus bravement encore que la première fois; même, à deux
ou trois reprises, ils eussent pris Pierre de Roger, seigneur de
Cabaret, si, par peur, il ne se fût mis à crier avec les nôtres:
«Montfort! Montfort!» comme s'il était l'un d'entre eux; et, en telle
façon, s'esquivant et se sauvant par les montagnes, il ne rentra à
Cabaret que deux jours après.

[Note 96: En 1211.]

D'un autre côté, les Bretons dont nous avons fait mention ci-dessus,
s'avançant pour se joindre au comte, arrivèrent à Castelnaudary, dans le
territoire de Toulouse, et appartenant encore au comte Raimond. Mais les
bourgeois de Castelnaudary ne les voulurent recevoir dans le château,
et les firent demeurer pendant la nuit dans les jardins et champs des
alentours; et c'était pour autant que le comte de Toulouse mettait aux
affaires du Christ de secrets empêchemens du plus qu'il pouvait. Les
Bretons, passant de là à Carcassonne, transportèrent à la suite du comte
qui allait au siége de Termes les machines dont nous avons parlé plus
haut. Ce château était au territoire de Narbonne, et distant de cinq
lieues de Carcassonne; il était d'une force merveilleuse et incroyable,
si bien qu'au jugement humain il paraissait du tout inexpugnable, étant
situé au sommet d'une très-haute montagne, sur une grande roche vive
taillée à pic, entouré dans tout son pourtour d'abîmes très-profonds et
inaccessibles, d'où coulaient des eaux qui l'entouraient de toutes
parts. En outre, des rochers si énormes, et pour ainsi dire
inabordables, ceignaient ces vallées, que, si l'on voulait s'approcher
du château, il fallait se précipiter dans l'abîme; puis, pour ainsi
parler, ramper vers le ciel. Enfin, près du château, à un jet de pierre,
il y avait un roc, à la pointe duquel s'élevait une moindre
fortification garnie de tours, mais très-bien défendue, que l'on nommait
vulgairement Tumet. Dans cette position, le château de Termes n'était
abordable que par un endroit, parce que, de ce côté, les rochers étaient
moins hauts et moins inaccessibles.

Or, le seigneur de ce château était un chevalier nommé Raimond,
vieillard qui avait tourné à la réprobation, et notoire hérétique,
lequel, pour peindre en résumé sa malice, ne craignait ni Dieu ni les
hommes. En effet, il présumait tant de la force de son château qu'il
attaquait tantôt le roi d'Arragon, tantôt le comte de Toulouse, ou même
son propre seigneur, c'est-à-dire, le vicomte de Béziers. Ce tyran,
apprenant que notre comte se proposait d'assiéger Termes, ramassa le
plus de soldats qu'il put, et, se pourvoyant de vivres en abondance et
des autres choses nécessaires à la défense, il se prépara à résister.

Notre comte, arrivé en vue de Termes, l'assiégea; mais, n'ayant que peu
de monde, il ne put menacer qu'une petite partie du château. Aussi ceux
qui étaient dedans en grand nombre, et à l'abri de notre armée, ne
redoutant rien à cause de sa faiblesse, sortaient librement et
rentraient pour puiser de l'eau à la vue des nôtres qui ne pouvaient
l'empêcher. Et tandis que ces choses et autres semblables se passaient,
quelques pélerins français, arrivant de jour en jour au camp, et comme
goutte à goutte, sitôt qu'ils les voyaient venir, nos ennemis, montant
sur leurs murailles, pour faire affront aux nôtres qui se présentaient
en petit nombre et mal armés, s'écriaient par moquerie: «Fuyez de notre
présence, fuyez.» Mais bientôt commencèrent à venir en grandes troupes
et multitude des pélerins de France et d'Allemagne; et pour lors ceux de
Termes, tournant à la peur, se déportèrent de telles dérisions,
cessèrent de nous narguer, et devinrent moins présomptueux et moins
audacieux.

Cependant les gens de Cabaret, en ce temps principaux et très-cruels
ennemis de la religion chrétienne, s'approchant de Termes, battaient
nuit et jour les grands chemins, et tous ceux des nôtres qu'ils
pouvaient trouver, ils les condamnaient à la mort la plus honteuse, ou,
au mépris de Dieu et de nous, ils les renvoyaient à l'armée, après leur
avoir crevé les yeux et leur avoir coupé le nez et autres membres avec
une grande barbarie.



CHAPITRE XLI.

     De la venue au camp des catholiques des évêques de Chartres et de
     Beauvais avec les comtes de Dreux et de Ponthieu.


Les choses en étaient là, quand de France survinrent les nobles et
puissans hommes, savoir, l'évêque de Chartres, Philippe, évêque de
Beauvais, ensemble Robert, comte de Dreux, et celui de Ponthieu, menant
avec eux une grande multitude de pélerins, dont la venue réjouit bien
fort le comte et tout son camp. On espérait en effet que ces puissans
auxiliaires agiraient efficacement, et mépriseraient les ennemis de la
foi chrétienne, se confiant dans la main de celui qui peut tout, et dans
le bras qui combat d'en haut. Mais celui qui abaisse les forts et
octroie la grâce aux humbles ne voulut permettre que rien de grand ni
d'honorable fût opéré par ces puissances, et cela par un secret jugement
à lui seul connu. Néanmoins, et pour autant que la raison humaine peut
l'éclaircir, on croit que le juste Juge en ordonna de la sorte, soit que
les nouveaux venus ne fussent dignes d'être choisis de Dieu pour
instrumens de grandes et glorieuses choses, glorieux et grand qu'il est
lui-même, soit parce que, si l'issue eût été amenée par de nombreuses
et magnifiques ressources, tout eût été imputé au pouvoir de l'homme, et
non à celui de Dieu. L'ordonnateur céleste disposa donc toutes choses
pour le mieux en réservant cette victoire aux pauvres, et en triomphant
par eux avec gloire, pour en donner une nouvelle à son glorieux nom.

Cependant notre comte avait fait dresser des machines, de celles qu'on
nomme perrières, qui, lançant des pierres sur le mur avancé du château,
aidaient chaque jour les nôtres aux progrès du siége. Or, il y avait
dans l'armée un vénérable personnage, savoir, Guillaume, archidiacre de
Paris, qui, enflammé d'amour pour la religion chrétienne, se donnait
tout entier aux travaux les plus pénibles pour le service du Christ. Il
prêchait à toute heure, faisait des collectes pour les frais des engins
de guerre, et remplissait avec constance et prévoyance tous les autres
soins de cette activité si nécessaire. Il allait très-souvent à la
forêt, menant avec lui une multitude de pélerins, et faisant emporter en
abondance du bois pour l'usage des perrières. Un jour même que les
nôtres voulaient dresser une machine près du camp, et qu'une profonde
vallée les en empêchait, cet homme d'une grande persévérance, cet homme
de ferveur incomparable, chercha et trouva le remède à un tel obstacle
dans sa sagesse et son audace. À donc, conduisant les pélerins à la
forêt, il ordonna qu'on en rapportât une grande quantité de bois, et la
fit servir à remplir cette vallée, où l'on jeta aussi de la terre et des
pierres: ce qui étant exécuté, les nôtres placèrent leurs machines sur
ce terre-plain. Au demeurant, comme nous ne pourrions rapporter tous les
expédiens et ingénieuses inventions inspirées par le zèle et l'adresse
dudit archidiacre, ni les travaux qu'il eut à endurer pendant le siége,
nous nous bornerons à dire que c'est à lui surtout, même à lui seul
après Dieu, qu'il faut en attribuer la conduite vigilante et diligemment
soutenue, aussi bien que la victoire et la prise du château. Il était,
en effet, illustre par sa sainteté, prévoyant dans le conseil, bien
résolu de coeur; et la divine Providence avait répandu sur lui une telle
grâce, et si abondante dans le cours de cette entreprise, qu'il était
regardé comme le plus habile pour toutes les choses qu'on jugeait
profitables au succès du siége. Il enseignait les ouvriers, instruisait
les charpentiers, et surpassait chaque artisan dans la direction de tout
ce qui intéressait le siége. Il faisait combler les vallées, comme nous
l'avons déjà dit; de même, lorsqu'il le fallait, il faisait abaisser de
hautes collines au niveau des vallées profondes.

Les machines étant donc placées près du camp, lesquelles jouaient sans
cesse contre les murs du château, et les nôtres regardant que la
première muraille était ébranlée par l'effet de leur batterie
continuelle, ils s'armèrent pour prendre d'assaut le premier faubourg:
ce que voyant les ennemis, à l'approche des nôtres, ils y mirent le feu,
et se retirèrent dans le faubourg supérieur; puis, comme les assiégeans
pénétraient dans le premier, sortant contre eux et les obligeant d'en
sortir, ils les en chassèrent plus vite qu'ils n'étaient venus.

La chose en était là, quand les nôtres s'apercevant que la tour voisine
du château (dont nous avons déjà parlé, et qu'on appelle Tumet), toute
garnie de soldats, portait grandement obstacle à la prise du château,
ils songèrent au moyen de s'en emparer. Ils placèrent donc au pied de
cette tour, qui, comme nous l'avons dit, était sise au haut d'une roche,
un guet, pour le cas où ceux de la tour voudraient venir sur notre camp,
et où ceux du château chercheraient à donner aide à la garnison de la
tour, si le besoin les en pressait. Peu de jours après, entre le château
de Termes et la tour susdite, dans un lieu inaccessible et avec grande
peine et danger, ils dressèrent une machine, de celles dites
mangonneaux; mais les assiégés, élevant aussi un mangonneau, jetaient de
grosses pierres sur le nôtre, sans toutefois qu'ils pussent le détruire;
et notre machine travaillant continuellement contre la tour, et ceux qui
s'y trouvaient voyant qu'ils étaient cernés, sans que les gens du
château pussent en aucune façon les secourir, ils cherchèrent pendant la
nuit, et craignant la lumière du jour, leur salut dans la fuite,
déguerpirent, et laissèrent la tour vide. De quoi les servans de
l'évêque de Chartres, qui faisaient la garde au bas, s'étant aperçus,
ils y pénétrèrent aussitôt, et plantèrent la bannière dudit évêque au
plus haut des remparts.

Pendant ce temps, nos perrières battaient sans cesse d'autre part les
murs du château; mais nos ennemis, vaillans et matois qu'ils étaient, à
mesure que nos machines avaient abattu quelque endroit de leurs murs,
construisaient aussitôt derrière avec des pierres et du bois une autre
barrière: d'où il suivait que toutes fois et quantes les nôtres
abattaient un pan de muraille, arrêtés par la barrière que l'ennemi
avait relevée, ils ne pouvaient davantage avancer; et comme nous ne
pouvons détailler toutes les circonstances de ce siége, nous dirons, en
quelques mots, que les ennemis ne perdirent jamais une portion de leurs
murs sans bâtir à l'instant un autre mur intérieur, de la façon que nous
avons expliquée ci-dessus. Cependant les nôtres dressèrent un mangonneau
sur une roche, auprès du rempart, dans un lieu inaccessible; et, lorsque
cette machine était en action, elle ne faisait pas peu de mal à
l'ennemi. Notre comte avait envoyé pour la garder trois cents servants
et cinq chevaliers; car on craignait beaucoup pour elle, tant parce
qu'on pensait que nos ennemis mettraient tous leurs soins à la détruire,
vu qu'elle leur portait grand dommage, que parce que l'armée n'aurait
pu, en cas de besoin, secourir les gardiens de ce mangonneau, car il
était placé dans un lieu inabordable. Or, sortant un jour du château, au
nombre de quatre-vingts, les assiégés, armés de leurs écus, firent mine
de se ruer sur la machine: ils étaient suivis d'une infinité d'autres
portant du bois, du feu, et autres matières inflammables. À cette vue,
les trois cents servants de garde auprès du mangonneau, saisis de
terreur panique, prirent tous la fuite; si bien qu'il ne resta pour le
défendre que les cinq chevaliers. Quoi plus? À l'approche des ennemis
ceux-là même s'enfuirent à leur tour, hors un seul qui s'appelait
Guillaume d'Escuret: lequel, en voyant les ennemis s'avancer, se prit à
grand'peine à gravir par dessus la roche pour les attendre de pied
ferme; et comme ils se furent tous précipités sur lui, il se défendit
avec beaucoup d'adresse et de valeur. Les ennemis, s'apercevant qu'ils
ne pourraient le prendre, le poussèrent avec leurs lances sur notre
mangonneau, et jetèrent après lui du bois sec et du feu. Mais ce preux
garçon se relevant aussitôt, aussitôt dispersa les brandons: de telle
sorte que le mangonneau resta intact; puis, il grimpa de nouveau pour
les combattre; eux le précipitèrent derechef, comme ils avaient fait
d'abord, et lancèrent du feu sur lui... Que dirai-je? Il se relève
encore, et les aborde; ils le poussent une troisième fois sur la
machine, et ainsi de suite jusqu'à quatre reprises différentes.
Finalement, les nôtres voyant que ce vaillant homme, au demeurant, ne
pourrait s'échapper, parce qu'il n'était possible à personne d'aller à
son aide, ils s'approchèrent du château comme pour l'attaquer par un
autre endroit; ce qu'apprenant ceux qui molestaient de la sorte le brave
Guillaume, ils se retirèrent dans la place. Pour lui, bien que
grandement affaibli, il échappa la vie sauve, et, grâce à son
incomparable prouesse, notre mangonneau demeura en son entier.

En ce temps-là le noble comte de Montfort était en proie à une telle
pauvreté et si urgente détresse que, le pain même venant souvent à lui
manquer, il n'avait rien à mettre sous la dent; si bien que
très-souvent, ainsi que nous l'avons appris avec toute certitude, quand
l'instant du repas approchait, ledit comte s'absentait de fait exprès,
et n'osait, par vergogne, retourner à son pavillon, parce qu'il était
heure de manger, et qu'il n'avait pas même de pain. Quant au vénérable
archidiacre Guillaume, il instituait des confréries, faisait, comme nous
avons dit, de fréquentes collectes, et tout ce qu'il pouvait extorquer,
exacteur vertueux et pieux ravisseur, il le dépensait curieusement pour
les engins et autres objets concernant le siége.

Les choses étaient à ce point quand l'eau vint à manquer à nos ennemis.
En effet, depuis long-temps les nôtres ayant fermé toutes les issues,
ils ne pouvaient plus sortir pour puiser de l'eau, et, en étant privés,
ils perdirent aussi courage et l'envie de résister. Quoi plus? Ils
entrent en pourparler avec les assiégeans et traitent de la paix de la
manière suivante: Raimond, seigneur du château, promettait de le livrer
au comte, sous la condition que celui-ci lui abandonnerait un autre
domaine; de plus, qu'il lui rendrait le château de Termes aussitôt après
Pâques. Or, pendant qu'on négociait sur ce pied, les évêques de Chartres
et de Beauvais, le comte Robert et le comte de Ponthieu firent dessein
de quitter l'armée. Le comte les supplia, tous les prièrent de rester
encore quelque peu de temps au siége; bien plus, comme ils ne pouvaient
être fléchis en aucune manière, la noble comtesse de Montfort se jeta à
leurs pieds, les suppliant affectueusement qu'en telle nécessité ils ne
tournassent le dos aux affaires du Seigneur, et qu'en un péril si
pressant ils secourussent le comte de Jésus-Christ qui chaque jour
s'exposait à la mort pour le bien de l'Église universelle; mais l'évêque
de Beauvais, le comte Robert et celui de Ponthieu ne voulurent
acquiescer aux instances de la comtesse, et dirent qu'ils partiraient le
lendemain sans différer aucunement, même d'un seul jour. Pour ce qui est
de l'évêque de Chartres, il promit de rester avec le comte encore un peu
de temps.



CHAPITRE XLII.

     Comment les hérétiques ne voulurent rendre le château de Termes,
     et comment Dieu, pour leur ruine, leur envoya une grande
     abondance d'eau.


Voyant notre comte que, par le départ des susdits personnages, il allait
rester quasi seul, contraint qu'il était par une nécessité aussi
évidente, il consentit, bien que malgré lui, à recevoir les ennemis à
composition, suivant le mode qu'ils avaient offert. Quoi plus? Les
nôtres parlementent derechef avec eux, et ladite capitulation est
ratifiée. Aussitôt le comte manda à Raimond, seigneur du château, qu'il
eût à en sortir, et à le remettre en ses mains; ce qu'il ne voulut faire
le même jour, et d'ailleurs promit fermement qu'il le rendrait le
lendemain de bon matin. Or, ce fut la divine Providence qui voulut et
arrangea ce délai, ainsi qu'il a été prouvé tout manifestement par
l'issue des choses. En effet, le très-équitable juge céleste, Dieu, ne
voulut souffrir que celui qui avait tant de fois et si fort fait pâtir
sa sainte Église, et l'eût plus encore vexée s'il l'avait pu, s'en allât
impuni et se retirât franc de toute peine après de si fières oeuvres de
cruauté: car, pour ne rien dire de ses autres méfaits, trente ans et
plus s'étaient écoulés déjà, comme nous l'avons su de personnes dignes
de foi, depuis que, dans l'église du château de Termes, les divins
sacremens avaient été célébrés pour une dernière fois.

Adonc la nuit suivante, le ciel venant comme à crever et toutes ses
cataractes à s'ouvrir, une abondance d'eau pluviale fondit si
soudainement sur la place que nos ennemis qui avaient long-temps
souffert de la pénurie d'eau, et même, pour cette cause, avaient proposé
de se rendre, furent très-copieusement ravitaillés et bien refaits par
ce secours inattendu. Nos chants d'allégresse se changent en deuil; le
deuil des ennemis se tourne en joie. Par ainsi, s'enflant d'orgueil
aussitôt, ils reprirent avec leurs forces l'envie de se défendre; et
d'autant plus cruels devinrent-ils et plus obstinés à nous persécuter,
qu'ils présumaient que, dans leur besoin, Dieu ne leur avait envoyé
qu'une plus manifeste assistance. Ô sotte et méchante présomption! faire
jactance de l'aide de celui dont ils abhorraient le culte, dont même ils
avaient abdiqué la foi! Ils disaient donc que Dieu ne voulait pas qu'ils
se rendissent; voire affirmaient-ils que pour eux était fait ce que la
divine justice avait fait contre eux.

Les choses en étaient là quand l'évêque de Beauvais, ensemble le comte
Robert et le comte de Ponthieu, laissant l'affaire du Christ imparfaite,
bien plus, en passe très-étroite et dangereuse, quittèrent l'armée, et
s'en retournèrent chez eux; et, s'il nous est permis de faire remarquer
ce qu'il ne leur était permis de faire, ils se retirèrent avant d'avoir
fini leur quarantaine; car il avait été ordonné par les légats du siége
apostolique, pour ce qu'un bon nombre de pélerins étaient tièdes et
toujours soupirant après leurs quartiers, que nul ne gagnerait
l'indulgence que le seigneur pape avait accordée aux Croisés, s'il ne
passait au service du Christ au moins quarante jours.

Pour ce qui est de notre comte, à la pointe du jour, il envoya à
Raimond, seigneur du château, et le somma de se rendre comme il avait
promis le jour précédent; mais celui-ci, rafraîchi par l'abondance de
l'eau dont la disette l'avait contraint à capituler, voyant aussi que la
force était presque entièrement revenue à ses gens, trompeur et glissant
ès mains, manqua à la parole convenue. Pourtant deux chevaliers qui
étaient dans la place en sortirent, et même se rendirent au comte, pour
ce que la veille ils avaient promis fermement de ce faire au maréchal de
notre comte. Or, comme cet officier fut de retour au camp, car c'était
lui que le comte avait envoyé pour conférer avec Raimond, et qu'il lui
eut rapporté ce qu'avait dit celui-ci, l'évêque de Chartres, qui voulait
partir le lendemain, pria et conseilla que le maréchal fût de nouveau
député vers lui, et lui offrît quelque composition que ce fût, pourvu
qu'il livrât le château au comte; et, afin que notre émissaire persuadât
plus facilement Raimond touchant la garantie et sûreté du traité, ledit
évêque fut d'avis qu'il menât avec lui l'évêque de Carcassonne présent
au siége, pour autant qu'il était du pays, connu personnellement du
bourreau, et qu'en outre sa mère, très-méchante hérétique, était dans le
château, ainsi que son frère à lui évêque de Carcassonne, savoir, ce
Guillaume de Rochefort dont nous avons fait mention plus haut, lequel
était très-cruel homme, et aussi pire ennemi de l'Église qu'il le
pouvait.

Adonc le susdit prélat et le maréchal allant derechef trouver Raimond,
ils mettent prières sur paroles et menaces sur prières, travaillant
avec grandes instances pour que le tyran, acquiesçant à leurs
ouvertures, se rendît à notre comte, ou plutôt à Dieu, en la façon que
nous avons expliquée ci-dessus. Mais celui que le maréchal avait trouvé
endurci et obstiné dans sa malice, l'évêque de Carcassonne et lui le
trouvèrent plus endurci encore, et même il ne voulut jamais souffrir que
l'évêque conférât secrètement avec son frère Guillaume. N'avançant donc
à rien, nos envoyés revinrent pardevers le comte; et si faut-il dire que
les nôtres ne comprenaient pas encore pleinement que la divine
Providence avait ordonné ces choses pour le plus grand bien de son
Église.

L'évêque de Chartres se retira le lendemain de grand matin, et le comte
sortit avec lui pour l'accompagner un peu; mais, comme il était à
quelque distance du camp, nos ennemis firent une sortie, en grand nombre
et bien armés, pour mettre en pièces un de nos mangonneaux. Aux cris de
notre armée, le comte, rebroussant chemin en toute hâte, arriva sur ceux
qui ruinaient la machine, les força, à lui seul, de rentrer bon gré mal
gré dans la place, et, les poursuivant vaillamment, les maintint
long-temps en pleine course, non sans courir risque de sa propre vie. Ô
audace bien digne d'un prince! ô virile vertu!

Après le départ des susdits nobles, savoir, des évêques et comtes,
Montfort, se voyant presque seul, et quasi tout désolé, tomba en grand
ennui et vive anxiété d'esprit: de vrai, il ne savait que faire. Il ne
voulait entendre à lever le siége, et si ne pouvait-il davantage y
rester; car il avait de nombreux ennemis sous les armes, peu
d'auxiliaires (et dans ce petit nombre la plupart bien mal disposés),
puisque toute la force de l'armée, comme nous l'avons dit, s'était
retirée avec les évêques et comtes susdits. D'autre part, le château de
Termes était encore très-fort, et l'on ne croyait point qu'il pût être
pris, à moins d'avoir sous la main des forces considérables et troupes
aguerries. Finalement, on était menacé des approches de l'hiver qui,
dans ces contrées, est pour l'ordinaire très-âpre, ledit château étant
situé dans la montagne, ainsi que nous l'avons rapporté; et durant cette
saison, le lieu n'était pas tenable, ains glacial outre mesure, à cause
des inondations, des pluies, des ouragans, et de l'abondance des neiges.

Tandis que le comte se perdait dans ces angoisses et tribulations, et ne
savait quel parti prendre, voilà qu'un beau jour survinrent de Lorraine
des gens de pied, dont l'arrivée le réjouissant bien fort, il pressa le
siége de Termes. En même temps, avec l'aide et par l'industrie du
vénérable archidiacre Guillaume, les nôtres reprenant courage,
recommencèrent à pousser vivement tout ce qui intéressait l'entreprise,
et soudain, transportant près des murs du château les machines, qui
auparavant avaient été d'un mince service, ils y travaillaient
incessamment; et n'en pâtissaient pas médiocrement les remparts de la
place; car, par un admirable et incompréhensible jugement de Dieu (chose
en effet bien merveilleuse), il advint que les machines, qui, pendant la
présence au camp des nobles souvent plus haut dénommés, n'avaient rendu
que faible ou nul service, après leur retraite portaient aussi juste que
si chaque pierre eût été dirigée par le Seigneur. Et ainsi pour sûr
était la chose; cela était fait par Dieu, et semblait miracle aux yeux
de nos gens. Comme ils eurent donc travaillé long-temps aux machines, et
démantelé en grande partie les murs et la tour du château, un jour, en
la fête de sainte Cécile, le comte fit mener un chemin couvert jusqu'au
pied de la muraille, pour que les mineurs pussent y arriver et la saper
à l'abri des assiégés; puis, ayant employé tout ce jour à pousser cette
tranchée, et l'ayant passé dans le jeûne, aux approches de la nuit,
savoir, la veille de saint Clément, il revint à sa tente; et ceux du
château, par la disposition de la miséricorde divine et l'aide de saint
Clément, frappés de terreur et saisis d'un désespoir total, sortirent
soudain, et tentèrent de prendre la fuite: ce dont les assiégeans ayant
eu connaissance, aussitôt donnant l'alarme, ils commencèrent à courir de
toutes parts pour frapper les fuyards. Que tardons-nous davantage?
Aucuns furent pris vivans, et un plus grand nombre fut tué; même un
certain pélerin de Chartres, homme pauvre et de basse extraction, durant
qu'il était à courir çà et là avec les autres, et qu'il poursuivait les
ennemis détalant à toutes jambes, tomba par l'effet d'un jugement divin
sur Raimond, seigneur de Termes, qui s'était caché en quelque endroit,
et l'amena au comte, lequel le reçut comme un ample présent, et ne le
fit pas tuer, mais bien clore au fond de la tour de Carcassonne, où,
pendant plusieurs années, il endura peines et misères selon ses mérites.

Durant le siége de Termes, il arriva une chose que nous ne devons passer
sous silence. Un jour que le comte faisait conduire pour percer le mur
du château une certaine petite machine, que l'on nomme vulgairement un
_chat_, pendant qu'il était auprès, et qu'il conversait avec un sien
chevalier, tenant son bras appuyé sur l'épaule de celui-ci, à cause de
sa familiarité avec lui, voilà qu'une grosse pierre lancée par le
mangonneau des ennemis, venant du haut des airs en grande impétuosité,
frappa ledit chevalier à la tête, et tandis que, par la merveilleuse
opération de la vertu divine, le comte qui le tenait comme embrassé
demeura sain et sauf, le chevalier, recevant le coup de la mort, expira
dans ses bras. Un autre jour de dimanche, le comte était dans son
pavillon et entendait la messe, lorsqu'il advint, par la prévoyante
clémence de Dieu, que, lui étant debout et écoutant l'office, un certain
servant, par l'ordre du Seigneur, se trouva derrière lui proche son dos,
lequel reçut une flèche partie d'une baliste du château, et en fut tué
roide: ce que nul ne peut douter avoir été disposé par la bonté divine;
savoir, que cedit servant, debout derrière le comte, ayant été frappé,
Dieu dans sa miséricorde ait conservé à sa sainte Église son plus
vaillant athlète.

Le château de Termes ayant donc été pris par les nôtres la veille de
saint Clément, le comte y mit garnison; puis il dirigea son armée sur un
certain château nommé Coustausa, et, le trouvant désert, il poussa vers
un autre qu'on appelle Puyvert, lequel lui ouvrit ses portes au bout de
trois jours. Pour lors il se décida à rentrer dans le diocèse d'Albi
pour récupérer les châteaux qui s'étaient soustraits à sa domination; et
en conséquence, marchant sur Castres, dont les bourgeois se rendirent à
lui, se soumettant pour tout à ses volontés, il passa de là au château
de Lombers, dont nous avons déjà fait mention, et le trouva dégarni
d'hommes et bien fourni de vivres. En effet, les chevaliers et bourgeois
dudit lieu avaient tous pris la fuite par peur du comte, ayant contre
lui brassé maintes trahisons. Il s'en saisit aussitôt, et jusqu'à ce
jour il l'a conservé en son pouvoir. Que tardons-nous davantage? Le
noble comte du Christ recouvra dans le même temps presque tous les
châteaux du territoire albigeois sur la rive gauche du Tarn.

Ce fut à cette époque que le comte de Toulouse vint en un château voisin
d'Albi pour conférer avec notre comte, lequel s'y rendit de son côté.
Or, les ennemis avaient tout disposé pour l'enlever, et Raimond avait
mené avec lui certains méchans félons ennemis très-avérés de Montfort.
Pourquoi il dit au comte de Toulouse: «Qu'avez-vous fait? Vous m'avez
appelé à une conférence, et vous avez conduit avec vous gens qui m'ont
trahi.» Sur ce, l'autre de répondre qu'il ne les avait pas amenés; ce
qu'oyant notre comte, il voulut mettre la main dessus: mais Raimond le
supplia de n'en rien faire, et ne voulut souffrir qu'ils fussent pris.
Adonc, à compter de ce jour, il commença à exercer quelque peu la haine
qu'il avait conçue contre l'Église et contre le comte de Montfort.



CHAPITRE XLIII.

     Du colloque solennel tenu à Narbonne sur les affaires des comtes
     de Toulouse et de Foix, auquel intervinrent le roi d'Arragon, les
     légats du siége apostolique, et Simon de Montfort; inutilité et
     dissolution de ladite conférence.


Peu de jours après, le roi d'Arragon, le comte de Montfort et celui de
Toulouse se réunirent à Narbonne pour tenir colloque entre eux. Là se
trouvèrent aussi l'évêque d'Uzès et le vénérable abbé de Cîteaux,
lequel, après Dieu, était le principal promoteur des choses de
Jésus-Christ. Pareillement cet évêque d'Uzès, nommé Raimond, dès
long-temps s'était pris d'un zèle ardent pour les affaires de la foi, et
les avançait du plus qu'il pouvait, s'acquittant en ce temps des
fonctions de légat, de concert avec l'abbé de Cîteaux. Enfin, furent
ensemble présens à ladite conférence maître Théodise, dont nous avons
parlé plus haut, et moult autres sages personnages et gens de bien.

On s'y occupa du comte de Toulouse, et grande grâce lui eût été faite et
copieuse miséricorde, s'il eût voulu acquiescer à de salutaires
conseils. En effet, l'abbé de Cîteaux, légat du siége apostolique,
consentait à ce que le comte de Toulouse conservât dans leur entier et
sans lésion toutes ses seigneuries et possessions, pourvu qu'il expulsât
les hérétiques de ses domaines; voire il consentait à ce que le quart ou
même le tiers des droits qu'il avait sur les châteaux des hérétiques,
comme étant de son fief, lesquels ce comte disait être au nombre de
cinquante pour le moins, lui échût en toute propriété. Mais le susdit
comte méprisa une faveur aussi grande, Dieu pourvoyant ainsi à l'avenir
de son Église; et par là il se rendit indigne de tout bienfait et grâce.

Davantage on traita dans la même conférence du rétablissement de la paix
entre l'Église et son très-monstrueux persécuteur, savoir, le comte de
Foix; et même fut-il ordonné, à la prière du roi d'Arragon, que si ledit
comte jurait d'obéir à l'Église, et, de plus, qu'il ne commettrait nulle
agression à l'encontre des Croisés, et surtout du comte de Montfort,
celui-ci lui ferait restitution de la portion de ses domaines qu'il
avait déjà en son pouvoir, fors un certain château nommé Pamiers. Ce
château, en effet, ne devait en aucune façon lui être rendu, pour
beaucoup de raisons qui seront ci-après déduites. Mais le Dieu éternel
qui connaît les choses cachées, et sait toutes choses avant qu'elles
soient faites, ne voulant permettre que restassent impunies tant de
cruautés et si grandes d'un sien ennemi aussi furieux, et connaissant
combien de maux sortiraient dans l'avenir de cette composition, par son
profond et incompréhensible jugement, endurcit à tel point le coeur du
comte de Foix qu'il ne voulut recevoir ces conditions de paix. Ainsi
Dieu visita miséricordieusement son Église, et fit de telle sorte que
l'ennemi, en refusant la paix, donnât par avance contre soi-même
sentence confirmative de sa future confusion.

Il ne faut oublier de dire que le roi d'Arragon, de qui le comte de Foix
tenait la plus grande partie de ses terres, mit en garnisaires au
château de Foix des gens d'armes à lui, et, en présence de l'évêque
d'Uzès et de l'abbé de Cîteaux, promit qu'en toute cette contrée nul
tort ne serait porté à la chrétienté. D'abondant, cedit roi jura auxdits
légats que si le comte de Foix voulait jamais s'écarter de la communion
de la sainte Église, et de la familiarité, amitié et service du comte de
Montfort, lui roi délivrerait ès mains de ce dernier le château de Foix
à la première réquisition des légats ou de notre comte; et même il lui
donna à ce sujet lettres-patentes contenant plus à plein cette
convention: et moi qui ai vu ces lettres, les ai lues et curieusement
inspectées, je rends témoignage à la vérité. Mais combien, par la suite,
le roi garda mal sa promesse, et combien, pour cette cause, il se rendit
infâme aux nôtres, c'est ce qui deviendra plus clair que le jour.



CHAPITRE XLIV.

     De la malice et tyrannie du comte de Foix envers l'Église.


Et pour autant que le lieu le requiert et que l'occasion s'en présente,
plaçons ici quelques mots sur la malignité cruelle et la maligne cruauté
du comte de Foix, bien que nous n'en puissions exprimer la centième
partie.

Il faut savoir d'abord qu'il retint sur ses terres, favorisa le plus
qu'il put, et assista les hérétiques et leurs fauteurs. De plus, au
château de Pamiers appartenant en propre à l'abbé et aux chanoines de
Saint-Antonin, il avait sa femme et deux soeurs hérétiques, avec une
grande multitude d'autres gens de sa secte, lesquels, en ce château,
malgré les susdits chanoines, et en dépit de toute la résistance qu'ils
pouvaient faire, semant publiquement et en particulier le venin de leur
perversité, séduisaient le coeur des simples. Voire il avait fait bâtir
une maison à ses soeurs et à sa femme sur un terrain que les chanoines
possédaient en franc-aleu, bien qu'il ne tînt le château de Pamiers de
l'abbé, et sa vie durant, qu'après lui avoir juré sur la sainte
Eucharistie qu'il ne le molesterait en rien, non plus que la ville, dont
le monastère des chanoines était éloigné à la distance d'un demi-mille.

Un beau jour deux chevaliers, parens et familiers dudit comte (lesquels
étaient notoires hérétiques et des pires, et dont il suivait l'avis en
toutes choses), amenèrent à Pamiers leur mère, hérésiarque très-grande
et amie de ce seigneur, pour qu'elle y résidât et disséminât le virus de
l'hérétique superstition; ce que voyant l'abbé et les chanoines, ne
pouvant supporter une telle injure faite au Christ et à l'Église, ils la
chassèrent du château. À cette nouvelle le traître, je veux dire le
comte de Foix, entra en furieuse colère, et l'un de ces deux chevaliers
hérétiques, fils de ladite hérésiarque, venant à Pamiers, dépeça membre
à membre, bourreau très-cruel qu'il était, et en haine des chanoines, un
des leurs qui était prêtre, au moment même où il célébrait les divins
mystères sur l'autel d'une église voisine de Pamiers; d'où, jusqu'au
présent jour, cet autel demeure encore tout rouge du sang de cette
victime. Si pourtant son ire ne fut-elle apaisée, car se saisissant de
l'un des frères du monastère de Pamiers, il lui arracha les yeux en
haine de la religion chrétienne et en signe de mépris pour les
chanoines. Peu ensuite le comte de Foix vint lui-même audit monastère,
menant avec soi routiers, bouffons et p******; et faisant appeler l'abbé
(auquel, comme nous l'avons dit ci-dessus, il avait juré sur le corps du
Seigneur qu'il ne lui porterait aucune nuisance), il lui dit qu'il lui
baillât sans délai toutes les clefs du cloître, ce que l'abbé ne voulut
faire: mais craignant que le tyran ne les ravît par violence, il entra
dans l'église et les plaça sur le corps du saint martyr Antonin, lequel
était sur l'autel avec beaucoup d'autres saintes reliques, et en
l'honneur de qui cette église avait été fondée. Pourtant le comte ayant
suivi l'abbé, sans respect pour le lieu, sans révérence pour les
reliques des saints, enleva, violateur très-impudent des choses sacrées,
ces mêmes clefs de dessus le corps du très-saint martyr; puis enfermant
l'abbé et tous les chanoines dans l'église, il fit clore les portes, et
là les tint durant trois jours, si bien que pendant ce temps ils ne
burent ni ne mangèrent, et ne purent même sortir pour satisfaire aux
nécessités de nature. Et lui, cependant, gaspillant toute la substance
du monastère, dormait avec ses p******* dans l'infirmerie même des
chanoines, au mépris de la religion. Enfin, après les trois jours, il
chassa presque nus de l'église et du monastère l'abbé et les chanoines,
et, de plus, fit crier par la voix du héraut dans tout Pamiers (qui leur
appartenait, comme nous l'avons dit) que nul n'eût à être si hardi que
d'en recevoir aucun en son logis; faisant suivre cette proclamation des
plus terribles menaces. Ô nouveau genre d'inhumanité! En effet, tandis
que l'Église est d'ordinaire refuge aux captifs et aux condamnés, cet
artisan de crimes emprisonne des innocens dans leur église même. Ce
n'est tout: le tyran démolit en grande partie le temple du bienheureux
Antonin, détruisit, ainsi que nous nous en sommes assuré par nos yeux,
le dortoir et le réfectoire des chanoines, et se servit des décombres
pour faire construire des fortifications dans le château. Mais insérons
ici un fait bien digne d'être rapporté pour grossir d'autant les
abominations de ce traître.



CHAPITRE XLV.

     Comment le comte de Foix se comporta arec irrévérence envers les
     reliques du saint martyr Antonin, lesquelles étaient portées en
     procession solennelle.


Près le monastère dont nous avons parlé précédemment, était une
église sise sur le sommet d'un mont, aux environs de laquelle vint à
passer d'aventure ledit comte chevauchant, un jour que les chanoines
allaient la visiter, comme ils font d'usage une fois chaque année,
et qu'en solennelle procession ils portaient avec honneur le corps
de leur vénérable patron Antonin. Mais lui, ne déférant à Dieu ni au
saint martyr, ni à cette procession pieuse, ne put prendre sur lui
de s'humilier, au moins par signes extérieurs, et, sans descendre de
sa bête, dressant son col avec superbe, et haussant la tête
(attitude qui était très-ordinaire à ceux de sa maison), il passa
fièrement. Ce que voyant un respectable personnage, savoir, l'abbé
de Mont-Sainte-Marie[97], de l'ordre de Cîteaux, l'un des douze
prédicateurs dont nous avons fait mention au commencement de ce
livre, qui assistait alors à la procession, il lui cria: «Comte, tu
ne défères à ton seigneur le saint martyr; sache donc que, dans la
ville où maintenant tu es maître de par le saint, tu seras privé de
ton droit seigneurial, et que le martyr fera si bien que, de ton
vivant, tu seras déshérité.» Or ont été trouvées fidèles les paroles
de l'homme de bien, ainsi que l'issue le prouve très-manifestement.

[Note 97: Abbaye de l'ordre de Cîteaux, au diocèse de Besançon, à quatre
lieues de Pontarlier.]

Pour moi j'ai ouï ces cruautés et autres qui suivent de la bouche même
de l'abbé du monastère de Pamiers, personnage digne de foi, personnage
de grande religion et de notoire bonté.



CHAPITRE XLVI.

     Sacriléges et autres crimes du comte de Foix exercés par
     violence.


Une fois ledit comte alla avec une foule de routiers en certain
monastère qu'on nommait Sainte-Marie, au territoire du comte d'Urgel, et
qui avait un siége épiscopal; or s'étaient les chanoines de ce
monastère, par crainte du tyran, retirés dans l'église. Mais ils y
furent si long-temps claquemurés par lui qu'après avoir été contraints
de boire de leur urine pour la soif désespérée qu'ils enduraient, force
leur fut enfin de se rendre; et pour lors ce très-cruel ennemi de
l'Église, entrant dans le temple, enleva toutes les fournitures, croix
et vases sacrés, brisa même les cloches et n'y laissa rien que les
murailles; de plus il la fit rançonner au prix de cinquante mille sols.
Ce qu'ayant fait, il lui fut dit par un sien chevalier aussi méchant que
lui: «Voilà que nous avons détruit Saint-Antonin et Sainte-Marie, il ne
nous reste plus qu'à détruire Dieu lui-même.» Une autre fois que cedit
comte et ses routiers dépouillaient la même église, ils en vinrent à ce
point de furieuse démence qu'ils tranchèrent les jambes et les bras aux
images du crucifix pour, au mépris de la passion du Seigneur, piler le
poivre et les herbes qu'ils mettaient dans leurs sauces. Ô très-cruels
bourreaux! ô vaillans scélérats! ô monstres pires que ceux qui ont
crucifié le Christ, et plus félons que ceux qui lui crachèrent à la
face! Les ministres de Pilate, ores qu'ils virent Jésus mort, dit
l'Évangéliste, ils ne lui rompirent les jambes. Ô nouvelle industrie
d'abomination! ô signe de cruauté inouïe! ô quel homme que ce comte de
Foix, dis-je, homme le plus misérable entre tous les misérables! ô bête
plus féroce qu'aucune autre bête!

Dans la même église, les routiers avaient logé leurs chevaux; ils leur
donnaient pour crèche les saints autels et les faisaient manger dessus.
Dans une autre où se trouvait un jour le tyran avec une foule de gens
armés, soudain son écuyer plaça son heaume sur la tête du crucifix, lui
passa le bouclier et lui chaussa les éperons; puis saisissant sa lance,
il chargea la sainte image et la cribla de coups, lui disant qu'elle se
rachetât. Ô perversité non encore expérimentée!

Une autre fois ledit comte appela à une conférence les évêques de
Toulouse et de Conserans, et leur assigna le temps et le lieu; mais le
jour où ils s'acheminaient pour s'y rendre, il le passa, lui, tout
entier, à insulter un certain château appartenant à l'abbé et aux
chanoines de Saint-Antonin de Pamiers. Ô méchant tour! ô scélératesse!
Ajoutons ici un trait du tyran qu'il ne faut omettre. Il avait fait
alliance avec le comte de Montfort, ainsi que nous l'avons dit plus
haut, et lui avait livré son fils pour otage du traité. Or, à cette
époque le vénérable abbé de Pamiers avait déjà remis son château
ès-mains du comte de Montfort. Néanmoins le comte de Foix vint un beau
jour avec ses routiers aux environs de cette ville, et, les mettant en
embuscade, il s'approcha du château et manda aux bourgeois de sortir
pour conférer avec lui, leur promettant en toute assurance, et avec
serment, qu'ils pouvaient le faire sans crainte et qu'il ne leur ferait
point de mal. Mais à peine les bourgeois furent-ils venus à lui,
qu'appelant en secret ses routiers des embuscades où ils étaient cachés,
ceux-ci survinrent avant que les autres pussent rentrer au château, en
prirent un grand nombre et les emmenèrent. Ô vilaine trahison!

Ce même comte disait, en outre, que s'il avait tué de sa main les
Croisés, et ceux qui se porteraient à l'être, ensemble tous ceux qui
travaillaient aux affaires de la foi ou qui y mettaient intérêt, il
croirait avoir rendu service à Dieu. Il faut savoir aussi que souvent il
jura en présence des légats du seigneur pape qu'il expulserait les
hérétiques; ce que pourtant il ne voulut faire par aucune raison. Pour
en finir, ce chien très-cruel a commis envers l'Église et envers Dieu
beaucoup et d'autres maux tels que, si nous voulions les réciter par
ordre, nous n'y pourrions suffire, et ne serait-il personne qui ajoutât
facilement foi à nos paroles, car sa malice excéda la mesure. Il a pillé
les monastères, ruiné les Églises, et plus cruel que pas un autre cruel
bourreau, tout haletant de la soif du sang des chrétiens, il a toujours
respiré le massacre, reniant, comme il faisait, sa nature d'homme pour
imiter la férocité des brutes, non plus homme mais bête farouche.

Ayant dit ce peu de mots de la méchanceté dudit comte, retournons à ce
que nous avons abandonné.



CHAPITRE XLVII.

     Le comte de Montfort fait hommage au roi d'Arragon pour la cité
     de Carcassonne.


Dans la susdite conférence de Narbonne, l'évêque d'Uzès et l'abbé de
Cîteaux supplièrent le roi d'Arragon qu'il reçût pour son homme le comte
de Montfort, la cité de Carcassonne étant du fief dudit roi; et, comme
il n'en voulait rien faire, au lendemain ils vinrent derechef vers lui,
et, se jetant à ses pieds, ils le prièrent humblement et avec grandes
instances de daigner accepter l'hommage du comte, qui ayant lui-même
fléchi le genou devant le roi, le lui offrait avec humilité. Enfin,
vaincu par leurs supplications, le roi consentit à le recevoir en
vassal, pour la cité de Carcassonne, le comte confessant la tenir de
lui.

Cela fait, le roi et notre comte, celui de Toulouse et l'évêque d'Uzès,
quittèrent Narbonne et s'en vinrent à Montpellier, où, durant leur
séjour, on tenta de contracter mariage entre le fils aîné du roi et la
fille du comte de Montfort. Que dirai-je? Cette alliance était arrêtée
par les deux parties; de part et d'autre, on avait échangé les promesses
sous la foi du serment, et même le roi avait remis son fils à la garde
du comte. Mais peu de temps après, il donna sa soeur au fils du comte de
Toulouse; pour quoi, parmi les nôtres, il ne se rendit pas médiocrement
(et si fut-ce à juste titre) infâme et grandement suspect. En effet,
quand fut conclu ce mariage, Raimond déjà persécutait ouvertement la
sainte Église de Dieu.

Il ne faut taire que durant que lesdits personnages étaient à
Montpellier, ensemble beaucoup d'évêques et de prélats, on s'occupa de
nouveau du fait du comte de Toulouse; et voulaient bien les légats,
savoir, l'évêque d'Uzès et l'abbé de Cîteaux, lui faire très-notable
grâce et miséricorde, en la manière que nous avons expliquée plus haut.
Mais ledit comte, après avoir promis d'accomplir le lendemain tout ce
que les légats lui avaient ordonné, quitta du grand matin Montpellier,
sans prendre congé d'eux ni les venir saluer; et fut ce brusque départ
causé pour ce qu'il avait vu un certain oiseau (que les gens du pays
nomment oiseau de Saint-Martin) voler à sa gauche: ce dont il entra en
frayeur extrême, ayant, comme il faisait à l'exemple des Sarrasins,
toute confiance dans le vol et chant des oiseaux, et autres sortes
d'augures.



CHAPITRE XLVIII.

     Comment l'évêque de Paris et autres nobles hommes vinrent à
     l'armée du comte de Montfort.


L'an de l'incarnation du Verbe 1211[98], aux environs de la mi-carême,
arrivèrent de France nobles et puissans Croisés, savoir, l'évêque de
Paris, Enguerrand de Coucy, Robert de Courtenai, Juël de Mayenne[99], et
plusieurs autres; lesquels nobles personnages se comportèrent noblement
aux affaires du Christ.

[Note 98: Il y a dans le texte 1210; mais c'est évidemment une erreur,
et il suffirait pour s'en convaincre de voir qu'il est question, dans ce
chapitre, de la délivrance de ce Bouchard de Marly, dont l'auteur, après
avoir raconté comment il fut pris à la fin de l'an 1209, dit qu'il resta
seize mois dans les fers. (Voy. chap. XXVI.)]

[Note 99: _Ivellus de Meduana_: la plupart des modernes ont traduit
_Juël de Mantes_; c'est une erreur. (_Histoire générale de Languedoc_,
t. 3, p. 205.)]

Or, comme ils furent arrivés à Carcassonne, ayant tenu conseil, tous
cesdits pélerins tombèrent d'accord de marcher au siége de Cabaret, pour
autant que les chevaliers du diocèse de Carcassonne, ayant depuis
long-temps déserté leurs châteaux par peur des nôtres, s'étaient
réfugiés dans cette place, entre lesquels étaient deux frères selon la
chair, l'un nommé Pierre Miron, et l'autre Pierre de Saint-Michel, les
mêmes qui avaient pris Bouchard de Marly, comme nous l'avons rapporté
plus haut[100]. Mais ensuite ils étaient sortis dudit château avec
certains autres, et étaient venus se rendre au comte: pour quoi il leur
donna des terres. Quant au seigneur de Cabaret, Pierre Roger, voyant que
le comte et les pélerins voulaient l'assiéger, considérant de plus qu'il
était grandement affaibli par la retraite des susdits chevaliers, il eut
peur, et composa avec Montfort et les barons en la manière qui suit: il
lui livra le château de Cabaret, lui rendant en outre ce même Bouchard
dont nous avons parlé, à la charge que le comte lui donnerait un autre
domaine convenable, après la reddition du château; ce qui fut fait. Puis
le comte et les barons conduisirent l'armée au siége d'une certaine
place nommée Lavaur[101].

[Note 100: Voyez chap. XXVI, pag. 76.]

[Note 101: C'était une des villes les plus considérables aux mains des
Albigeois. Cependant elle ne possédait pas encore un évêché. Elle est
située à huit lieues d'Albi et de Toulouse. L'auteur fait à ce sujet une
légère erreur en moins.]



CHAPITRE XLIX.

     Siége de Lavaur.


Or était ce château très-noble et très-vaste situé sur l'Agout[102], à
cinq lieues de Toulouse, et s'y trouvait ce traître Amaury qui avait été
seigneur de Mont-Réal, et beaucoup d'autres chevaliers ennemis de la
croix, au nombre de quatre-vingts, lesquels s'y étaient retirés et
fortifiés contre nous; plus, la dame du château, nommé Guiraude, femme
veuve, soeur dudit Amaury, et des pires hérétiques.

[Note 102: Rivière qui descend des montagnes près de Castres, et se
jette dans le Tarn à une lieue de Rabastens.]

À leur arrivée devant la place, les nôtres n'en formèrent le siége que
d'un côté, car l'armée ne suffisait pas pour l'enfermer toute entière;
et peu de jours après, ayant dressé des machines, ils commencèrent,
suivant l'usage, à battre le château, comme les ennemis à le défendre du
mieux qu'ils pouvaient, sans compter qu'ils étaient en grand nombre et
parfaitement armés, si bien qu'il y avait quasi plus d'assiégés que
d'assiégeans. N'oublions pas de dire qu'aux premières approches de nos
gens, les ennemis firent une sortie, et nous prirent un chevalier qu'ils
emmenèrent et occirent aussitôt.

Bien que les nôtres n'eussent menacé la place que par un seul endroit,
ils s'étaient cependant divisés en deux corps, et tellement disposés
qu'en cas de besoin l'un n'aurait pu, sans danger, venir au secours de
l'autre. Mais bientôt survinrent de France beaucoup de nobles, savoir,
l'évêque de Lisieux et l'évêque de Langres, le comte d'Auxerre, ensemble
moult autres pélerins; et pour lors on serra le château de toutes parts
au moyen d'un pont de bois qu'on jeta sur l'Agout, et qui nous servit à
traverser la rivière.

Pour ce qui est du comte de Toulouse, il gênait autant qu'il était en
son pouvoir l'Église de Dieu et le comte, non pourtant à découvert, car
les vivres pour notre armée arrivaient encore de Toulouse, et Raimond
lui-même vint au camp lorsque les choses en étaient à ce point. Là
fut-il admonesté par le comte d'Auxerre et Robert de Courtenai,
lesquels étaient ses cousins germains, pour que, revenant de coeur à
l'Église, il obéît à ses commandemens; mais ils n'en purent rien tirer,
et il se départit du comte de Montfort avec grande rancune et
indignation, suivi de ceux de Toulouse qui étaient au siége de Lavaur.
Davantage il défendit aux Toulousains d'apporter vivres au camp devant
Lavaur.

C'est ici qu'il nous faut narrer un crime exécrable des comtes de
Toulouse et de Foix: trahison inouïe!



CHAPITRE L.

     Comme quoi pélerins en grand nombre furent tués traîtreusement
     par le comte de Foix à l'instigation du Toulousain.


Durant qu'on tenait colloque devant Lavaur, ainsi que nous l'avons dit,
pour rétablir la paix entre le comte de Toulouse et la sainte Église,
une multitude de pélerins venaient de Carcassonne à l'armée: et voilà
que ces ministres de dol et artisans de félonie, savoir, le comte de
Foix, Roger Bernard, son fils, Gérard de Pépieux, et beaucoup d'autres
hommes au comte de Toulouse, se mettent en embuscade, avec nombre infini
de routiers, dans un certain château nommé Montjoyre, près de
Puy-Laurens; puis, au passage des pélerins, ils se lèvent, et, se jetant
sur les pélerins désarmés et sans défiance, ils en tuent une quantité
innombrable, et emportent tout l'argent de leurs victimes à Toulouse, où
ils le partagent entre eux. Ô bienheureuse troupe d'occis! ô mort de
saints bien précieuse aux yeux du Seigneur! Il ne faut taire que,
tandis que les bourreaux susdits égorgeaient nos pélerins, un prêtre qui
était parmi ces derniers se réfugia dans un temple voisin, afin que,
mourant pour l'Église, il mourût aussi dans une église; mais ce bien
méchant traître Roger Bernard, fils du comte de Foix, n'ayant garde de
dégénérer de la perversité paternelle, l'y suivit, et, y entrant avec
audace, il s'approcha de lui, et lui demanda quelle espèce d'homme il
était. «Je suis, répondit l'autre, pélerin et prêtre.» À quoi le
bourreau: «Montre-moi, lui dit-il, que tu es prêtre;» et lors celui-ci,
baissant son capuchon, car il était vêtu d'une chappe, lui fit voir le
signe clérical. Mais le cruel, ne déférant en rien ni au lieu saint ni à
la personne, leva soudain une hache très-aiguisée qu'il tenait à la
main, et, frappant à toute force le prêtre au beau milieu de sa tonsure,
il tua dans l'église ce ministre de l'autel. Revenons à notre propos.

Nous ne croyons devoir omettre que le comte de Toulouse, monstrueux
ennemi du Christ et féroce persécuteur, envoya secrètement au château de
Lavaur, où était la source et l'origine de toute hérésie, un sien
sénéchal avec plusieurs chevaliers pour le défendre contre nous, et ce
par pure haine pour la religion chrétienne, puisque n'était ce château à
lui comte de Toulouse; ains même il avait depuis nombre d'années fait la
guerre aux Toulousains; lesdits chevaliers furent trouvés par notre
comte après la prise de la place, et long-temps tenus aux fers. Ô
nouveau genre de trahison! Au dedans il jetait ses soldats pour la
défense du château, et au dehors, faisant comme s'il nous prêtait
secours, il permettait que de Toulouse on approvisionnât le camp. En
effet, ainsi que nous l'avons dit plus haut, des vivres, bien qu'en
menue quantité, arrivaient de Toulouse au camp lors des premiers temps
du siége; mais, tout en les laissant venir, Raimond avait défendu
strictement qu'on y portât des machines. Au demeurant, cinq mille
Toulousains environ s'étaient rendus audit siége pour aider les nôtres,
à l'instigation de leur vénérable pasteur Foulques, et lui-même y
arriva, banni pour la foi catholique. Nous n'avons pas cru superflu de
rapporter ici de quelle manière il sortit de Toulouse.



CHAPITRE LI.

     Foulques, évêque de Toulouse, chassé de son épiscopat, s'exile
     avec une grande constance d'esprit, prêt même à tendre son col au
     glaive pour le nom du Christ.


Ledit évêque était un jour à Toulouse, savoir le samedi après la
mi-carême, et voulait, comme il est d'usage dans les églises
épiscopales, administrer en cette journée la sainte ordination. Mais
alors était aussi dans la ville le comte Raimond qui, pour excès
nombreux, avait été excommunié nominativement par les légats du siége
apostolique: par ainsi, nul ne pouvait célébrer les divins mystères en
tous lieux où il se trouvait. Adonc l'évêque députa vers ce comte, le
priant humblement et lui conseillant que, sortant de la ville pour
s'ébattre à quelque jeu, il allât se promener jusqu'à ce qu'il eût
seulement conféré l'ordination. Grande fut la rage du tyran, et,
envoyant à l'évêque un chevalier, il lui fit exprès commandement, et
sous peine de la vie, de vider au plus vite Toulouse et tout le
territoire en sa domination. Ce qu'entendant cet homme vénérable, il
fit, dit-on, audit chevalier la réponse suivante avec ferveur d'âme,
intrépidité de coeur, le visage gaillard et serein: «Ce n'est, dit-il,
le comte de Toulouse qui m'a fait évêque, ni est-ce par lui que j'ai été
colloqué en cette ville ni pour lui; l'humilité ecclésiastique m'a élu,
et je n'y suis venu comme un intrus par la violence d'un prince; je n'en
sortirai donc à cause de lui. Qu'il vienne, s'il ose; je suis prêt à
recevoir le couteau pour gagner la majesté bienheureuse par le calice de
la passion. Oui, vienne le tyran avec ses soldats et ses armes, il me
trouvera seul et désarmé: j'attends le prix[103] et ne crains point ce
que l'homme me peut faire.» Ô grande constance d'esprit! ô merveilleuse
vigueur de l'âme! Ne bougeant donc, cet intrépide serviteur de Dieu
attendait de jour en jour les coups du bourreau; mais celui-ci n'osant
le tuer, pour autant qu'ayant depuis longues années porté tant et de
tels maux à l'Église, il craignait, comme il se dit vulgairement, pour
sa peau, l'évêque, après avoir passé quarante jours dans cette attente
de la mort, se proposa de quitter Toulouse. Un jour donc des octaves de
la Résurrection du Seigneur, il en sortit, et vint trouver notre comte,
lequel était occupé au siége de Lavaur que les nôtres travaillaient
continuellement à forcer, tandis que les ennemis, arrogans et superbes,
se défendaient avec grande obstination. Ni est-il à taire que, montés
sur leurs chevaux bardés de fer, ils galopaient sur les murs pour
narguer les nôtres, et leur montrer en cette sorte combien étaient
larges et forts leurs remparts.

[Note 103: _Bravium_ ou _brabeium_, prix des jeux publics, du mot grec
[Grec: brazeion].]



CHAPITRE LII.

     Comment Lavaur fut emporté par les catholiques, et comment
     beaucoup de nobles hommes y furent tués par pendaison et d'autres
     livrés aux flammes.


Certain jour cependant les nôtres élevèrent près les murailles du
château des castels en bois, au sommet desquels les soldats du Christ
fichèrent le signe de la croix. À cette vue, les ennemis faisant jouer
incessamment leurs machines contre le saint étendard, rompirent un bras
du crucifix, et soudain ces très-impudens chiens éclatèrent en rires et
en hurlemens, comme s'ils avaient par ce bris remporté une grande
victoire. Mais celui auquel est consacré la croix revancha
miraculeusement tel outrage et très-manifestement; car, peu après, il
arriva, chose admirable et merveilleusement louable, que ces ennemis de
la croix, qui s'étaient si fort ébaudis de son échec, furent pris, comme
nous le dirons plus bas, au jour de la fête de la croix, celle-ci
vengeant ainsi ses injures.

Tandis que ces choses se passaient, nos gens firent établir une machine,
de celles qu'on nomme _chats_, et lorsqu'elle fut prête, ils la
traînèrent jusqu'au fossé du château; puis, à force de bras, ils
apportèrent bois et ramées, et en faisant des fascines, ils les
jetaient dans ce fossé pour le remplir. Mais les ennemis, bien madrés
qu'ils étaient, ouvrirent un chemin sous terre, lequel gagnait jusqu'aux
approches de notre machine, et sortant constamment par cette tranchée,
ils tiraient hors du fossé les fagots que les nôtres y avaient poussés,
et les portaient dans la place: davantage, quelques-uns d'entre eux
venant près du _chat_ s'efforçaient, à la dérobée et par fraude,
d'entraîner avec des crocs de fer ceux qui ne cessaient, sous la
protection de la machine, de travailler à combler le fossé. Une nuit
même, sortant du château par leur route souterraine, ils y pénétrèrent,
et lançant sans discontinuer des brandons enflammés, du feu, des
étoupes, de la graisse, et autres appareils de combustion, ils voulurent
incendier ladite machine. Or, en cette nuit, deux comtes allemands
montaient la garde auprès d'elle; et soudain un grand cri d'alarme
s'élevant dans l'armée, on courut aux armes et au secours de notre
engin. De plus, voyant lesdits comtes allemands, et les Teutons qui
étaient avec eux, qu'ils ne pouvaient atteindre les ennemis postés dans
le fossé, par merveilleuse prouesse et à leur grand péril, ils s'y
jetèrent, et les abordant vaillamment, ils les ramenèrent battans dans
le château, après en avoir tué quelques-uns et blessé plusieurs.

Néanmoins, les nôtres en ce temps commencèrent à se troubler fort et à
désespérer en quelque sorte du succès, pour autant que, quelque chose
qu'ils jetassent dans le fossé pendant le jour, c'était la nuit enlevé
par les ennemis et porté dans le château. Mais tandis qu'ils étaient en
tel souci, certains d'entre eux, d'imagination plus ardente, trouvèrent
un utile remède aux ruses des assiégés. Adonc, ils firent jeter devant
l'issue du chemin souterrain par où ceux-ci avaient coutume de sortir,
du bois vert et des branches, placèrent ensuite du menu bois sec, du
feu, de la graisse, des étoupes, et autres pièces d'incendie, sur
l'abord même de ce chemin, et mirent encore par dessus du bois vert, de
la paille fraîche et une grande quantité de gazon; d'où soudain partit
une telle fumée que les ennemis ne purent plus sortir par cette voie,
toute remplie qu'elle fut par la fumée qui ne pouvant s'échapper par en
haut à cause du bois vert et de la paille entassés au dessus, s'y
portait, comme nous l'avons dit, toute entière. Pour lors, les nôtres
comblèrent le fossé plus librement que par le passé, et l'ayant rempli
tout-à-fait, nos chevaliers et servans armés traînèrent la susdite
machine jusqu'au mur à grand'peine, et y conduisirent les mineurs. Bref,
bien que ceux du château ne cessassent de lancer du bois, du feu, de la
graisse, voire même de très-gros pieux et très-affilés sur notre engin,
nos gens le défendirent si bravement et de si merveilleuse adresse,
qu'ils ne purent l'incendier, ni éloigner les pionniers de la muraille.

Cependant les évêques présens au siége, et un certain vénérable abbé de
Case-Dieu[104], de l'ordre de Cîteaux, lequel du mandat des légats les
suppléait alors à l'armée, ensemble tout le clergé réuni, chantaient en
dévotion bien grande _Veni Creator spiritus_, durant que les nôtres
attaquaient si vigoureusement Lavaur. Ce que voyant et entendant les
ennemis, ils furent par la disposition de Dieu tant et tant stupéfaits
que les forces leur manquèrent quasi à plein pour se défendre; car,
ainsi qu'ils l'ont avoué depuis, ils craignaient plus les chants des
prêtres que les attaques des soldats, les psalmodies que les assauts,
les prières que les coups. La brèche donc étant faite, nos gens entrant
déjà dans la place, et les assiégés se rendant pour ne pouvoir plus
résister, le château de Lavaur fut pris, Dieu le voulant et visitant
miséricordieusement les siens, le jour de l'invention de la sainte
Croix. Sur l'heure en furent tirés Amaury, dont nous avons parlé
ci-dessus, lequel avait été seigneur de Mont-Réal, et autres chevaliers
au nombre de quatre-vingts, que le noble comte arrêta de pendre tous à
un gibet; mais quand Amaury, le plus considérable d'entre eux, fut
pendu, les fourches patibulaires, qui par la trop grande hâte n'avaient
pas été bien plantées en terre, étant venues à tomber, le comte, voyant
le grand délai qui s'en suivait, ordonna qu'on tuât les autres. Les
pélerins s'en saisirent donc très-avidement, et les occirent bien vite
sur la place. De plus, il fit accabler de pierres la dame du château,
soeur d'Amaury, et très-méchante hérétique, laquelle avait été jetée
dans un puits. Finalement, nos Croisés avec une allégresse extrême
brûlèrent hérétiques sans nombre.

[Note 104: À sept lieues d'Auch.]



CHAPITRE LIII.

     Comment Roger de Comminges[105] se joignit au comte de Montfort,
     puis faillit à la foi qu'il avait donnée.

[Note 105: Il s'appelait Bernard et non Roger.]


Il faut savoir que, durant que notre comte était au siége de Lavaur, un
certain noble de Gascogne, ayant nom Roger de Comminges, parent du comte
de Foix, vint à lui pour se rendre. Or, tandis qu'il était devant le
comte, le jour du grand vendredi[106], pour lui faire hommage, Montfort
en ce moment vint d'aventure à éternuer. Pour lors ledit Roger,
entendant qu'il n'avait éternué qu'une fois, prit à part ceux qui
étaient avec lui pour les consulter, et ne voulait accomplir sur l'heure
ce qu'il avait offert au comte; car, en ce pays, ces bien sottes gens
croient aux augures, et tiennent pour très-résolu que, s'ils n'éternuent
qu'une seule fois, rien de bon ne peut de tout le jour arriver à celui
qui l'a fait, non plus qu'à ceux[107] qui ont affaire à lui. Toutefois,
remarquant qu'à ce propos les nôtres se gaussaient de lui, et craignant
que le comte ne le notât pour mauvaise superstition, cedit Roger lui fit
hommage, bien que malgré lui, en reçut son fief, et demeura nombre de
jours à son service; mais ensuite il s'écarta, malheureux et misérable,
de la fidélité qu'il lui avait jurée.

[Note 106: C'est le vendredi saint.]

[Note 107: Il y a en cet endroit, comme en plusieurs autres, une lacune
où le sens indique qu'il faut suppléer _illi cum eo_.]

Nous ne croyons pas devoir passer sous silence un certain miracle qui
advint au siége de Lavaur, ainsi que nous le tenons d'un récit
véridique. La cape d'un chevalier des Croisés ayant pris feu, par je ne
sais quel accident, il arriva, par un miraculeux jugement de Dieu, que,
brûlant toute entière, elle resta intacte et nullement entamée dans la
seule petite partie où était cousue la croix. Revenons à notre sujet.

Sicard, seigneur de Puy-Laurens[108], lequel avait été autrefois du bord
de notre comte, mais puis l'avait quitté, apprenant la prise de Lavaur,
eut peur, et, abandonnant son château, se réfugia en hâte à Toulouse
avec ses chevaliers. Or était Puy-Laurens un noble castel, à trois
lieues de Lavaur, dans le diocèse de Toulouse, que notre comte, après
qu'il l'eut recouvré, donna à Gui de Lucé[109], homme de bon lignage et
fidèle, lequel y entra aussitôt et le munit. Cependant, Lavaur étant
tombé en notre pouvoir, l'évêque de Paris, Enguerrand de Coucy, Robert
de Courtenai, et Juël de Mayenne, se retirèrent et retournèrent en leurs
quartiers.

[Note 108: À trois lieues de Lavaur.]

[Note 109: Ce Gui de Lucé est probablement le même qui figure dans le
chapitre XXXVII au siége de Minerve, et plus bas dans le chapitre LVI,
au siége de Castelnaudary, sous le titre de maréchal. Il est souvent
désigné dans le texte, et presque toujours sous des noms qui ne sont pas
exactement les mêmes. Nous avons écrit _de Lucé_ toutes les fois que le
mot latin a été _Guido de Lucio_, ou à peu près semblable. La même
observation s'applique à plusieurs autres noms propres rapportés dans le
texte, et qui variaient aussi, ce semble, dans le manuscrit de Sorbin,
car il les défigure chaque fois qu'il les cite.]

Quand les nôtres eurent pris possession de cette place, qu'ils y eurent
trouvé les gens du comte de Toulouse[110], et de plus, considérant qu'il
s'était départi avec rancune d'auprès notre comte, qu'il avait en outre
défendu de porter de Toulouse vivres et machines au camp, et surtout
qu'il avait été excommunié par les légats du seigneur pape, et signalé
pour beaucoup d'excès; toutes ces choses, dis-je, diligemment examinées,
ils proposèrent d'attaquer plus à découvert ce comte, déjà presque
apertement damné; par ainsi, Montfort levant son camp marcha sur un
château de Mont-Joyre, là où les pélerins avaient été égorgés par le
comte de Foix. Or, il advint, tandis que l'armée s'y acheminait et en
était encore éloignée quelque peu, qu'en la place où ces pauvres gens
avaient été tués par le traître, une colonne de feu apparut aux yeux des
nôtres, brillant et descendant sur les cadavres des occis; et,
lorsqu'ils furent arrivés à ce lieu, ils virent tous ces corps gisans
sur le dos, les bras étendus en forme de croix. Ô chose merveilleuse! et
j'ai ouï ce miracle de la bouche du vénérable évêque de Toulouse,
Foulques, lequel était présent.

[Note 110: Nous avons été obligés de rectifier ce passage. Nous l'avons
fait suivant ce que l'auteur a dit plus haut des soldats de Raimond
trouvés dans Lavaur.]

À son arrivée à Mont-Joyre, le comte le renversa de fond en comble, car
les gens du château avaient déguerpi par peur, et passa de là vers un
autre castel, qu'on nomme Casser, et qui appartenait en propre au comte
de Toulouse, lequel alors vint à Castelnaudary[111], château noble où
il mit le feu, de crainte qu'il ne fût pris par les nôtres, et qu'il
laissa désert. Pour ce qui est de Montfort, poussant sur Casser, il en
fit le siége; sur quoi les hommes de Raimond qui s'y trouvaient, voyant
qu'ils ne pourraient tenir long-temps dans cette place, bien que
très-forte, se rendirent au comte à condition que, nous livrant tous les
hérétiques qu'elle contenait, eux seraient sauvés; et il fut fait ainsi.
En effet, il y avait dans Casser beaucoup d'hérétiques parfaits, que les
évêques présens à l'armée, à leur entrée dans le château, se prirent à
prêcher et voulurent ramener de leurs erreurs. Mais, n'ayant pu même en
convertir un seul, ils sortirent dudit lieu, et les pélerins, empoignant
les infidèles au nombre d'environ soixante, les brûlèrent avec une bien
grande joie. Au demeurant, il parut à cette occasion, et
très-clairement, combien le comte de Toulouse chérissait les hérétiques,
puisque en un sien château fort petit on trouva plus de cinquante de
leurs parfaits.

[Note 111: Il y a dans le Languedoc dix ou douze villes du nom de
Castelnau. Il s'agit ici de Castelnaudary, placé sur la route qu'en
venant du côté de Lavaur sur Castres le comte devait suivre. En effet,
il fit rétablir plus tard cette ville qu'on verra plus bas avoir été
brûlée deux fois. Enfin dans l'endroit où c'est bien sûrement de cette
ville qu'il parle, l'auteur ne l'appelle également que _Castellum
novum_, Castelnau.]



CHAPITRE LIV.

     Le clergé de Toulouse, emportant religieusement le corps du
     Christ, sort de cette ville nourricière des hérétiques et frappée
     d'interdiction.


Cela fait, l'évêque de Toulouse qui était à l'armée manda au prévôt de
son église, ensemble à quelques clercs, qu'ils partissent de ladite
ville; ce qu'ils firent aussitôt, selon l'ordre du prélat, et en
sortirent les pieds nus, emportant le corps du Christ.

Après la prise de Casser, notre comte, avançant toujours, vint à un
autre château de Raimond, appelé Montferrand[112], où se trouvait le
frère du Toulousain, ayant nom Baudouin, et envoyé par lui pour défendre
cette place. Arrivé sous ses murs, Montfort en forma le siége; et voilà
que peu de jours après, au moment où les nôtres donnaient l'assaut, le
comte Baudouin, car on le nommait ainsi[113], voyant qu'il ne pourrait
faire longue résistance, rendit le château, moyennant que lui et les
siens en sortiraient libres. Même, une fois délivré, il fit serment que
d'ores en avant il ne combattrait en aucune sorte l'Église ni le comte;
bien plus, que, si celui-ci le voulait, il l'aiderait envers tous et
pour tout. Puis il s'en alla chez son frère, savoir le comte de
Toulouse; mais presque aussitôt il revint vers Montfort, et, l'abordant,
lui fit prière qu'il daignât le recevoir pour son homme, offrant de le
servir fidèlement en tout et contre tous. Quoi plus? Le comte y
consentit: Baudouin fut réconcilié à l'Église, et, de ministre du
diable, devint ministre du Christ. De fait, il garda sa foi, et, dès ce
jour et par suite, il combattit de toute sa force les ennemis de la foi.
Ô Providence! ô miséricorde du Rédempteur! Voici deux frères nés du même
père, toutefois de bien loin dissemblables; et celui qui a dit par la
bouche du prophète[114]: _J'ai aimé Jacob, mais Ésaü me fut en haine_,
laissant l'un de ces deux plongé dans la boue de l'incrédulité, en
arracha miraculeusement l'autre et bénévolement, par un secret dessein
que lui-même a connu. Ni faut-il taire qu'au moment où le comte Baudouin
sortait de Montferrand, et avant qu'il fût venu devers notre comte,
certains routiers ayant détroussé, en haine des Croisés, des pélerins
qui revenaient du pélerinage de Saint-Jacques, il s'enquêta
soigneusement, dès qu'il l'eut appris, quels étaient ceux qui les
avaient pillés, et fit rendre en entier tout ce qu'ils avaient volé:
présage de sa future loyauté et de sa noble et fidèle conduite.

[Note 112: À cinq lieues de Lombez.]

[Note 113: Cette répétition s'applique ou au titre de comte ou à ce que
d'autres lui ont donné le nom de Bertrand.]

[Note 114: Malachie.]

Montferrand étant pris et quelques autres places à l'entour,
Castelnaudary même, où le Toulousain avait mis le feu, comme il est dit
plus haut, ayant été fortifié par les nôtres, notre comte passa le Tarn,
et marcha sur un certain château nommé Rabastens[115], au territoire
albigeois, qui lui fut livré par les bourgeois. Après quoi, poussant
devant lui, profitant et croissant toujours, il acquit de la même
manière, sans coup férir et condition aucune, six autres nobles châteaux
dont voici les noms, savoir: Montaigu[116], Gaillac[117], Cahusac[118],
Saint-Marcel[119], la Guépie[120] et Saint-Antonin[121], lesquels, tous
voisins l'un de l'autre, le comte de Toulouse avait ôtés au vicomte de
Béziers.

[Note 115: À six lieues d'Albi.]

[Note 116: Ou Montagut, celui qui est à huit lieues de Toulouse.]

[Note 117: Celui qui est à cinq lieues d'Albi.]

[Note 118: À quatre lieues d'Albi.]

[Note 119: Celui qui est au diocèse de Narbonne.]

[Note 120: Au diocèse d'Albi, à six lieues de Villefranche.]

[Note 121: À dix lieues de Villefranche.]



CHAPITRE LV.

     Du premier siége de Toulouse par les comtes de Montfort et de
     Bar.


Les choses en étaient à ce point lorsqu'on vint annoncer à notre comte
que celui de Bar arrivait à marches forcées pour se joindre à l'armée du
Christ, et qu'il s'approchait de Carcassonne. À cette nouvelle, le comte
entra en joie bien vive pour les grandes choses qu'on disait de ce
seigneur, et tous nos gens attendaient beaucoup de son arrivée; mais il
en fut bien autrement que nous ne l'avions espéré, afin que Dieu,
donnant gloire à son nom, montrât que c'est en lui, non dans l'homme,
qu'il faut se fier.

Toutefois Montfort envoya au devant dudit comte des chevaliers pour le
conduire vers Toulouse par une certaine rivière, où lui-même avec son
armée devait venir à sa rencontre; et il fut fait de la sorte. Or, le
comte de Toulouse et le comte de Foix, ensemble une multitude d'ennemis,
apprenant que l'armée marchait sur Toulouse, vinrent à ladite rivière,
laquelle n'était éloignée de cette ville que d'une demi-lieue[122]; et
de cette façon les nôtres s'y rendirent d'un côté, et les ennemis de
l'autre, outre qu'ils avaient fait ruiner le pont qui joignait les deux
rives, pour que nos gens ne pussent passer sur leur bord. Davantage les
Croisés, se boutant çà et là en recherche d'un gué, trouvèrent un autre
pont que les autres s'occupaient sur l'heure même à détruire. Mais eux,
par bien grande prouesse, qui sur le pont, qui à la nage, traversèrent
la rivière, et poussèrent vaillamment les ennemis jusqu'aux portes mêmes
de Toulouse, d'où, revenant sur leurs pas, ils passèrent la nuit sur la
rive, et là délibérèrent d'assiéger Toulouse le lendemain. Les nôtres
donc s'ébranlèrent, et vinrent asseoir leurs tentes aux portes de cette
ville, ayant parmi eux le comte de Bar et plusieurs nobles hommes
d'Allemagne. Au demeurant, le siége ne fut établi que d'un côté, vu que
nous n'étions en assez grand nombre pour le former entièrement.

[Note 122: Sans doute la petite rivière de Lers.]

Étaient enfermés au dedans des murs le comte de Toulouse et son parent,
le comte de Comminges, qui l'assistait de tout son pouvoir; plus, le
comte de Foix et autres chevaliers à l'infini, enfin les citoyens de
Toulouse dont le nombre ne se pouvait compter. Que dirai-je? En
comparaison des assiégés, nous paraissions bien peu. D'ailleurs, comme
il serait trop long de raconter tous les événemens de ce siége, nous
dirons en peu de mots que toutes fois et quantes les ennemis faisaient
sortie pour attaquer les nôtres, ils étaient ramenés en désordre, et
forcés de rentrer dans leurs murailles, par la brave résistance de nos
gens. Un jour même qu'ils les poussaient ainsi hardiment sur la ville,
ils tuèrent dans l'assaut un cousin du comte de Comminges et ce
Guillaume de Rochefort, frère de Bernard, évêque de Carcassonne, dont
nous avons parlé plus haut. Une autre fois, les nôtres faisant, comme il
est d'usage, la méridienne après leur repas, car on était en été, les
ennemis sachant qu'ils reposaient, et sortant par un chemin caché, se
ruèrent sur l'armée; mais les Croisés, se levant aussitôt, les reçurent
vaillamment, et les forcèrent de rebrousser vers Toulouse. Finalement,
tandis que cela se passait, Eustache......[123] et Simon, châtelain de
Melfe, gentilshommes, lesquels étaient sortis du camp pour escorter nos
vivandiers, venant à rejoindre l'armée avec des vivres, les ennemis leur
coururent sus, et s'avisèrent de les vouloir prendre, d'où suivit
qu'ayant fait vigoureuse résistance, Eustache reçut dans le flanc un
couteau qui lui fut lancé par un d'entre eux, suivant qu'ils usent de
faire. Pour ce qui est du châtelain, grâce à mille efforts et maints
traits de courage, il échappa sain et sauf.

[Note 123: C'est Eustache de Quen.]

Cependant, faute de vivres, une grande cherté advint dans l'armée, en
même temps que de mauvais bruits couraient sur le comte de Bar, et que
tous ceux du camp en portaient une sinistre opinion. Ô juste jugement de
Dieu! Hommes, ils avaient espéré que ce comte ferait merveilles, et d'un
homme avaient présumé plus que de raison; mais Dieu, qui dit par la
bouche du prophète[124]: _Je ne donnerai ma gloire à un autre_, sachant
que, si les nôtres obtenaient bonne réussite en ce siége, on
l'attribuerait à la créature, et non au Créateur, ne voulut permettre
qu'il s'y fît rien de grand. Voyant donc notre comte que la chose ne
profitait en rien, que fortes dépenses s'amassaient, et que l'avancement
des affaires du Christ souffrait détriment notable, levant le siége
devant Toulouse, il prit route sur un certain château vers le territoire
du comte de Foix, qu'on nomme Hauterive[125], et, y ayant mis garnison
de ses servans, il vint à Pamiers. Or, voilà que soudain accoururent
routiers à Hauterive, et aussitôt les gens du château voulurent prendre
les servans que le comte y avait laissés, et les livrer aux routiers;
mais eux, se retirant dans le fort, se mirent en devoir de résister,
bien qu'il fût d'une médiocre défense. Ô furieuse trahison! ô crime
horrible! Puis, voyant qu'ils ne pourraient s'y maintenir, ils dirent
aux routiers qu'ils leur rendraient la place, pourvu qu'ils les
laissassent sortir la vie sauve et sans dommage; ce qui fut fait.
Ensuite de la chose, notre comte, bientôt après, passa par ledit
château, et le réduisit en cendres tout entier. Bref, partant de
Pamiers, il vint à un autre nommé Vareilles[126], près de Foix, lequel
trouvant vide et incendié, il y posta de ses gens, pénétra dans le
territoire du comte de Foix, saccagea plusieurs de ses castels, brûla
même entièrement le bourg du même nom, et, après avoir passé huit jours
dans les environs de Foix, détruit les arbres et déraciné les vignes, il
retourna à Pamiers.

[Note 124: Isaie.]

[Note 125: À quatre lieues de Toulouse.]

[Note 126: Ou Verilhes, à deux lieues de Foix et de Pamiers.]

Or, était venu vers ce comte l'évêque de Cahors, député par la noblesse
du pays de Quercy, laquelle le suppliait de s'y rendre, disant qu'elle
l'établirait son seigneur, et tiendrait de lui ses terres, relevant
jusqu'à ce jour du comte de Toulouse. Pour lors, il pria le comte de Bar
et les nobles allemands de l'accompagner, ce que tous accordèrent et
promirent de faire; mais comme ils étaient en route, et près de
Castelnaudary, le comte, de peur, faillit à sa promesse, et nonchalant
de son honneur et renom, il dit à Montfort qu'il n'irait du tout avec
lui. Tous en restèrent ébahis, et se joignant à notre comte, lequel
était bien violemment troublé, ils lui firent instantes prières, sans
toutefois en rien obtenir. L'autre, sur l'heure, demanda à ceux
d'Allemagne s'ils étaient toujours en dessein de le suivre; et, comme
ils eurent assuré qu'ils chemineraient très-volontiers avec lui, il se
remit en marche vers Cahors, tandis que le comte de Bar, prenant une
autre route, tourna bride sur Carcassonne. Disons qu'à son départ il eut
à endurer tel opprobre qu'il ne serait facile de l'exprimer, pour autant
que ceux de notre armée le lardaient si publiquement d'injures, et à ce
point que nous n'osons, par vergogne, dire et écrire ce qu'ils disaient.
Et il advint ainsi, par le juste jugement de Dieu, que celui qui, en
venant au pays albigeois, était dans les villes et châteaux craint et
honoré de tous, fut à son retour honni de tous et avili à tous les yeux.

Quant à notre comte, dans sa marche vers Cahors, il passa par un certain
château de Caylus[127], au territoire de cette ville, l'assaillit, et
brûla tout le bourg extérieur; et, arrivant à Cahors, il y fut reçu
honorablement; puis, y ayant passé quelques jours, il en sortit avec les
Allemands dont il est parlé ci-dessus, les conduisant jusqu'au lieu dit
Roquemadour[128], où ils se séparèrent, les uns pour retourner chez eux,
le comte pour revenir à Cahors. Durant son séjour en cette ville, on lui
annonça que deux de ses chevaliers, savoir, Lambert de Turey[129], et
Gautier de Langton, frère de l'évêque de Cantorbéry, avaient été pris
par ceux du comte de Foix. Rapportons en peu de mots quelque chose de la
manière dont cela arriva, ainsi que nous l'avons appris de tous les
deux.

[Note 127: À huit lieues de Montauban.]

[Note 128: À cinq lieues de Sarlat.]

[Note 129: Ici il est nommé _de Terreio_, et plus bas _de Tureyo_.]

Un jour qu'ils chevauchaient près des domaines du comte de Foix en
compagnie de plusieurs gens du pays, celui-ci, le sachant, les
poursuivit avec une grande troupe des siens. Or, les indigènes qui,
selon ce qu'on dit, avaient brassé cette trahison, ayant fui soudain à
la vue de cette multitude, les nôtres ne se trouvèrent plus que six; si
bien qu'ils furent enveloppés par un bon nombre d'ennemis (le comte
allant sur les talons des fuyards), lesquels tuèrent tous leurs chevaux.
Bien que démontés cependant, et entourés par cette foule d'ennemis, nos
gens se défendaient vaillamment, quand l'un des agresseurs, plus noble
que les autres et parent du comte de Foix, dit à Lambert qu'il
connaissait, qu'ils se rendissent à eux. À quoi ce preux garçon:
«l'heure, répondit-il, n'en est encore venue.» Mais quand il vit qu'il
n'y avait moyen d'échapper: «Nous nous rendrons, dit-il, à condition que
tu nous promettras cinq choses; savoir, que tu ne nous tueras ni
mutileras, que nous tiendras en honnête garde, que tu ne nous sépareras
point, que tu nous admettras à rançon convenable, et enfin que tu ne
nous bailleras en pouvoir d'autrui. Si tu nous promets fermement toutes
ces choses, nous nous rendrons; sinon, non. Nous sommes prêts à mourir,
mais aussi nous nous confions dans le Seigneur, espérant que nous ne
mourrons seuls, et que vendant chèrement notre vie, par l'aide du
Christ, nous tuerons d'abord bon nombre d'entre vous. Nous n'avons
encore les mains liées, et sûr ne nous prendrez à votre aise ni à bon
marché.» À ces paroles de Lambert, ledit chevalier répondit, en
promettant qu'il ferait volontiers tout ce qu'il demandait. «Viens donc,
reprit Lambert, et me donne en la main ta foi sur telles conditions.» Ce
qu'il n'osa faire, ni ne voulut approcher qu'au préalable les nôtres ne
l'eussent garanti contre toute surprise; puis, Lambert et les cinq
autres l'ayant fait, il vint à eux, et les emmena prisonniers sous les
susdites restrictions. Mais bientôt, gardant mal sa promesse, il les
livra au comte de Foix, qui les fit charger de grosses chaînes, et jeter
dans un cachot si étroit et si bas qu'ils ne pouvaient se tenir debout
ni s'étendre de leur long par terre. Même, ils n'avaient point de jour
non plus que de chandelle, et seulement quand ils mangeaient, il y avait
dans leur geôle un pertuis très-petit par où on leur tendait leur
nourriture. Là pourtant les retint le comte de Foix très-long-temps, et
jusqu'à ce qu'ils se fussent rachetés à grand prix. Revenons maintenant
à notre histoire.

Le noble comte ayant terminé à Cahors les affaires pour lesquelles il y
était venu, il eut dessein d'aller au pays albigeois. Partant donc de
Cahors, passant par ses castels et visitant ses marches, il retourna
vers Pamiers, et arriva près d'un fort voisin de cette ville qu'il
trouva disposé à se défendre, ayant dans ses murs six chevaliers et
beaucoup d'autres. Le comte ne le put prendre le même jour; mais au
lendemain de bon matin, ayant donné l'assaut, brûlé la porte et sapé le
mur, il l'enleva de force, et le détruisit après avoir tué trois des
six chevaliers et ceux qui s'y trouvaient, ne réservant selon l'avis des
siens que les trois de reste, pour ce qu'ils avaient promis qu'ils
feraient rendre Lambert de Turey, et l'anglais Gautier de Langton, que
le comte de Foix retenait, ainsi que nous l'avons dit. De là, il gagna
Pamiers, où l'on vint lui apprendre que les gens de Puy-Laurens avaient
par trahison livré la ville à Sicard, anciennement seigneur du château,
et que tant ledit Sicard avec ses chevaliers, que ces traîtres
assiégeaient déjà les hommes de Gui de Lucé, qui gardaient le château et
étaient retranchés dans le fort. À cette nouvelle le comte se troubla,
et marcha en hâte au secours de cette place, qu'il avait donnée audit
Gui de Lucé, comme nous l'avons expliqué plus haut; mais comme il
arrivait à Castelnaudary, un exprès vint à lui, qui lui annonça que les
gens de Gui avaient rendu aux ennemis la tour de Puy-Laurens, et toutes
les fortifications du château. De fait, il en était ainsi, vu qu'un
certain chevalier, auquel surtout la garde en avait été commise par le
nouveau tenancier, avait livré cette tour aux ennemis à beaux deniers
comptant, selon qu'il fut dit alors. Pour quoi, quelques jours après,
fut-il accusé de trahison en la cour du comte, et n'ayant voulu se
défendre par le moyen du combat singulier, Gui le fit attacher à une
potence. Pour ce qui est de Montfort, laissant certains chevaliers à lui
pour la garnison de Castelnaudary, il vint de sa personne à Carcassonne,
après en avoir envoyé quelques autres avec des arbalétriers pour
défendre Mont-Ferrand. Déjà, en effet, le comte de Toulouse et les
autres ennemis de la foi avaient repris force et courage, voyant que
notre comte était quasi tout seul, et battaient la campagne pour tâcher
de recouvrer par trahison les châteaux qu'ils avaient perdus. Ce fut
lorsqu'il était à Carcassonne qu'on lui apprit la marche d'une grande
troupe d'ennemis contre Castelnaudary: cette nouvelle le mit en grand
émoi, et soudain il envoya à ses chevaliers en ce château, leur mandant
qu'ils n'eussent peur, parce que lui-même allait venir et les
secourrait.



CHAPITRE LVI.

     Le comte de Toulouse assiége Castelnaudary et le comte Simon qui
     le défendait.


Un certain jour de dimanche, durant que le comte était à Carcassonne,
après qu'il eut entendu la messe et qu'il eut communié, étant sur le
point de se rendre à Castelnaudary, un frère convers de l'ordre de
Cîteaux, lequel était présent, se prit à le consoler et à l'encourager
de son mieux. Sur quoi ce noble personnage présumant tout de Dieu:
«Pensez-vous, dit-il, que j'aie peur? Il s'agit de l'affaire du Christ;
L'Église entière prie pour moi; je sais que nous ne saurions être
vaincus.» Il dit et partit en hâte pour Castelnaudary, s'assurant en
route que quelques châteaux aux environs de cette ville s'étaient déjà
soustraits à sa domination, et que plusieurs de ceux qu'il y avait mis
pour les garder avaient été traîtreusement occis par les ennemis. Tandis
donc qu'il était dans Castelnaudary, voilà que le Toulousain, le comte
de Foix et Gaston de Béarn, ensemble certains nobles gascons sortis de
Toulouse avec une multitude infinie de soldats, se pressaient d'arriver
sur le susdit château pour en faire le siége. Voire même, venait avec
eux ce très-méchant apostat, ce prévaricateur, fils du diable en
iniquité, ministre de l'Antéchrist, savoir, Savary de Mauléon,
surpassant tous autres hérétiques, pire que pas un infidèle, affronteur
de l'Église, ennemi de Jésus-Christ. Ô homme, ou, pour mieux dire,
poison détestable[130]! ce Savary, disais-je, qui, scélérat et tout
perdu, prudent et imprudent, courant contre Dieu la tête haute, a bien
osé s'en prendre même à sa sainte Église! Ô prince d'apostasie, artisan
de cruauté, auteur de perversité! ô complice des méchans! ô consort des
pervers! homme, opprobre des hommes, ignare en vertu, homme diabolique,
bien plus, diable tout-à-fait! Quand apprirent les nôtres qu'ils
arrivaient sur eux en si grand nombre, quelques-uns conseillèrent au
comte que, laissant des siens à la défense du château, il se retirât à
Fanjaux ou même à Carcassonne; mais pensant plus sainement, et Dieu
pourvoyant mieux au bien de la cause, il voulut attendre dans
Castelnaudary la venue des ennemis. Ni faut-il taire que, durant qu'il
s'y trouvait et qu'il était presque en la main des ennemis, voici
qu'envoyé par Dieu survint Gui de Lucé avec environ cinquante
chevaliers, que le noble comte avait tous envoyés au roi d'Arragon
contre le Turc, et dont l'arrivée le réjouit bien fort et réconforta
tous ses esprits. Or ce roi, très-mauvais qu'il était et n'ayant jamais
aimé le service de la foi non plus que notre comte, s'était montré
grandement incivil envers ceux qu'il avait expédiés à son aide; voire
même, ce très-perfide prince avait-il, comme on l'assura, tendu sur la
route des embûches à nos chevaliers alors qu'ils retournaient près de
notre comte, selon qu'il le leur avait mandé par écrit. Mais ils eurent
vent de cette trahison, et s'écartèrent de la voie publique. Ô cruelle
rétribution d'une oeuvre pieuse! ô dur salaire d'un si grand service!
Revenons à notre propos.

[Note 130: _O virum, imo virus!_]

Adonc le comte s'étant renfermé dans Castelnaudary et y attendant de
pied ferme la venue de ses ennemis, voilà qu'un jour ils se présentèrent
soudain en troupes innombrables, et couvrant la terre comme nuées de
sauterelles, et se mirent à courir d'un et d'autre côté, serrant de près
la place. À leur approche, les gens du faubourg se précipitant aussitôt
par dessus la muraille extérieure, passèrent à eux et leur abandonnèrent
ce faubourg de prime abord, où sur l'heure ils entrèrent et se mirent à
se répandre çà et là, tout joyeux et grandement aises. Or notre comte
était pour lors à table; mais faisant prendre les armes aux siens après
qu'ils se furent repus, ils sortirent du château; et chassant prestement
devant eux tout ce qu'ils trouvèrent dans le faubourg, ils jetèrent
bravement dehors les fuyards transis de peur. Après quoi le comte de
Toulouse et ses compagnons posèrent leur camp sur une montagne vis-à-vis
la place, l'entourant à tel point de fossés, de barrières en bois et de
retranchemens, qu'ils semblaient plutôt assiégés qu'assiégeans, et leurs
positions plus fortes et d'un accès plus difficile que le château même.
Toutefois, vers le soir, les ennemis rentrèrent dans le faubourg pour
autant qu'il était désert, les nôtres n'ayant pu le garnir vu leur
petit nombre. En effet, ils ne comptaient pas plus de cinq cents hommes,
tant chevaliers que servans, tandis qu'on estimait à cent mille l'armée
des attaquans. Au demeurant, ceux des leurs qui étaient revenus dans
ledit faubourg, craignant d'en être expulsés comme la première fois, le
fortifièrent de notre côté au moyen de charpentes et de tout ce qu'ils
purent imaginer, afin que nos gens ne pussent sortir sur eux, et
percèrent en plusieurs endroits le mur extérieur entre le faubourg et
leur armée pour pouvoir fuir plus librement s'il en était besoin; ce qui
n'empêcha pas qu'au lendemain les assiégés faisant une nouvelle sortie,
et ruinant tout ce que les ennemis avaient remparé, ne les en
chassassent, ainsi qu'ils avaient déjà fait, et ne les poursuivissent
fuyant à toutes jambes jusques à leur camp.

Il ne faut taire d'ailleurs en quelle situation critique se trouvait
alors notre comte. La comtesse était dans Lavaur, son fils aîné, Amaury,
malade à Fanjaux, la fille qui leur était née en ces quartiers en
nourrice à Mont-Réal; et nul d'eux ne pouvait voir l'autre ni lui porter
le moindre secours. N'omettons pas non plus de dire que, bien que les
nôtres fussent très-peu nombreux, ils faisaient chaque jour des sorties,
et attaquaient rudement et bien dru le camp du Toulousain; si bien que,
comme nous l'avons déjà dit, ils avaient plutôt l'air d'assiégeans que
d'assiégés. Mais ce camp était défendu par tant d'obstacles, ainsi que
nous l'avons expliqué, qu'ils ne pouvaient y pénétrer malgré leurs
efforts et l'ardent désir qui les poussait sus. Ajoutons encore que nos
servans ne faisaient difficulté de mener abreuver, en vue des autres,
les chevaux de nos gens aussi loin du château qu'une bonne demi-lieue,
et même que nos fantassins vendangeaient chaque jour, car c'était le
temps des vendanges, les vignes plantées près de l'armée ennemie, sous
ses yeux et à son grand regret. Un jour cependant ce très-méchant
traître comte de Foix, et son égal en malice, Roger Bernard, son fils,
ensemble une grande partie de leurs troupes, s'avisèrent d'attaquer les
nôtres postés en armes devant les portes du château. Ce que voyant nos
gens, et se ruant sur eux à leur approche avec une extrême vigueur, ils
jetèrent à bas de leurs chevaux le fils même dudit comte, ainsi que
plusieurs autres, et les forcèrent de regagner en désordre leurs
pavillons. Finalement, vu que nous ne pourrions rapporter en détail tous
les engagemens et événemens de ce siége, bornons-nous à certifier en peu
de mots que toutes fois et quantes les ennemis étaient si osés que
d'aborder les nôtres pour les attaquer de quelque façon que ce fût, les
assiégés restaient tout le jour devant les portes du château, appelant
le combat, au lieu que les autres retournaient à leurs tentes avec
grande honte et confusion.

Durant que ces choses se passaient, les châteaux environnans se
séparèrent de notre comte, et se rendirent à celui de Toulouse. Ceux,
entre autres, de Cabaret députèrent un jour vers Raimond, lui mandant de
venir ou d'envoyer vers eux, et qu'aussitôt ils lui livreraient cette
place, laquelle était à cinq lieues de Castelnaudary. Par une belle nuit
donc, un bon nombre des siens se mirent en marche par son ordre, et
partirent pour occuper Cabaret. Mais tandis qu'ils étaient en route, il
arriva que, par une disposition de la divine clémence, ils perdirent le
chemin qui y conduisait, et qu'après s'être long-temps égarés par voies
non frayées, ils ne purent parvenir jusque-là; si bien qu'ils en furent
pour une bonne course à droite et à gauche, et revinrent au camp d'où
ils étaient sortis.

Sur ces entrefaites, le comte de Toulouse fit dresser une machine dite
mangonneau, qui commença à battre la place, sans toutefois faire grand
mal aux nôtres, ou même du tout. Pour quoi cedit comte fit, quelques
jours après, préparer un autre engin de grandeur monstrueuse pour ruiner
les murailles du château, lequel lançait des pierres énormes, et
renversait tout ce qu'il atteignait. Or, quand nos ennemis l'eurent fait
jouer pendant un bon bout de temps, un certain bouffon[131] au comte de
Toulouse vint à lui: «Et pourquoi, lui dit-il, dépensez-vous tant pour
cette machine? qu'avez-vous à faire de vous donner tant de mal pour
renverser les murs de Castelnaudary? ne voyez-vous pas chaque jour que
les ennemis arrivent jusqu'à nos tentes, et vous que vous n'osez en
sortir? Certes vous devriez plutôt désirer que leurs murailles fussent
de fer pour qu'ils ne pussent venir à nous.» En effet, il arrivait en ce
siége chose contre l'habitude et fort surprenante, savoir que, tandis
que d'ordinaire ce sont les assiégeans qui attaquent les assiégés, ici,
du contraire, c'étaient les assiégés qui étaient sur l'offensive et
incessamment agresseurs. Les nôtres même se gaussaient des ennemis en
semblables propos, leur disant: «Pourquoi faites-vous tant de frais pour
votre machine? Pourquoi prendre tant de peine à détruire nos remparts?
croyez-nous sur parole, nous vous épargnerons tous ces coûts, nous vous
soulagerons de si grand travail. Donnez-nous seulement vingt
marques[132], et nous abattrons jusqu'au pied cent coudées du mur en
longueur, nous le mettrons au ras de terre, afin que, si le coeur vous
en dit, vous puissiez passer à nous tout à votre aise et sans obstacle.»
Ô vertu d'esprit! ô bien grande force d'âme! Un jour notre comte sortant
du château s'avançait pour avarier la susdite machine; et comme les
ennemis l'avaient entourée de fossés et de barrières, tellement que nos
gens ne pouvaient y arriver, ce preux guerrier, si veux-je dire le comte
de Montfort, voulait, tout à cheval, franchir un très-large fossé et
très-profond afin d'aborder hardiment cette canaille. Mais voyant
quelques-uns des nôtres le péril inévitable où il allait se jeter s'il
faisait ainsi, ils saisirent son cheval à la bride et le retinrent pour
l'empêcher de s'exposer à une mort imminente; puis tous s'en revinrent
au château après avoir tué plusieurs des ennemis et sans avoir perdu un
seul homme.

[Note 131: Le texte porte _jaculator_, la suite indique _joculator_.]

[Note 132: La marque, qu'il ne faut pas confondre avec le marc, valait à
cette époque environ trois francs, tandis que le marc valait à peu près
cinquante francs cinquante centimes. Vingt marques font donc près de
soixante francs.]

Les choses en étaient là quand le comte envoya son maréchal Gui de
Lévis, homme féal et fort en armes, pour qu'il fît avoir des vivres au
comte de Fanjaux et de Carcassonne, et ordonnât à ceux de cette ville et
de Béziers qu'ils se dépêchassent de lui porter secours; lequel Gui de
Lévis n'ayant pu rien faire de bon, pour ce que tout le pays s'était
gâté et allait à la male route, revint vers le comte de Montfort.
Celui-ci, pour lors, le renvoya de nouveau, et avec lui le noble homme
Matthieu de Marly, frère de Bouchard, qui tous deux arrivant aux gens
des terres du comte, les prièrent à maintes fois de se rendre près de
lui, ajoutant menaces à prières. Bref, comme ces vassaux pervers et
branlant déjà dans le manche ne voulurent les écouter, ils se rendirent
vers Amaury, seigneur de Narbonne, et les citoyens de cette cité, les
priant et les avisant de donner aide à Montfort; ceux-ci répondirent
bien que, si leur seigneur Amaury voulait aller avec eux, ils le
suivraient; mais celui-ci, pour cauteleux sans mesure et très-matois
qu'il était, ne put être induit à ce faire. Sortant donc de Narbonne,
lesdits chevaliers, sans avoir tiré d'une ville aussi populeuse plus de
trois cents hommes, vinrent à Carcassonne, et de tout le pays n'en
purent avoir plus haut que cinq cents; voire quand ils les voulurent
mener au comte, ceux-ci refusèrent absolument, et soudain s'enfuirent et
s'enfouirent tous chez eux.

Cependant le très-perfide comte de Foix s'était saisi d'un certain
château appartenant à Bouchard de Marly, près Castelnaudary, à l'orient
et vers Carcassonne, qu'on nomme Saint-Martin, ainsi que de quelques
autres forteresses aux environs, et les avaient munies contre les
nôtres. Pour ce qui est du comte, il avait mandé audit Bouchard et à
Martin d'Algues, qui était à Lavaur avec la comtesse, de venir à
Castelnaudary. Or ce Martin était un chevalier espagnol, d'abord des
nôtres, mais qui se conduisit bien mal ensuite, comme on verra ci-après.



CHAPITRE LVII.

     Comment les Croisés mirent en déroute le comte de Foix dans un
     combat très-opiniâtre près la citadelle de Saint-Martin, et de
     leur éclatante victoire.


Il y avait avec notre comte un certain chevalier Carcassonnais, natif de
Mont-Réal, Guillaume, dit le Chat[133], auquel le seigneur comte avait
donné des terres, qu'il avait fait chevalier, et gardait en telle
familiarité que ce Guillaume avait tenu sa fille sur les fonts
baptismaux. Montfort, la comtesse et tous les nôtres se reposaient sur
lui du soin de maintenir le pays, et s'y fiaient au point que le
seigneur Simon lui avait quelque temps baillé en garde son propre fils
aîné; même il l'avait envoyé de Castelnaudary à Fanjaux pour conduire à
son secours les hommes des châteaux voisins. Mais lui, pire que tout
autre de nos ennemis, le plus méchant des traîtres, ingrat malgré tant
de bienfaits, oubliant tant de marques d'affection, s'associa à aucuns
des gens de ces quartiers, de même humeur et malice que lui, et ils
s'accordèrent si bien en méchanceté que de vouloir prendre le susdit
maréchal et ses compagnons à leur retour de Carcassonne pour les livrer
au comte de Foix. Ô façon inique de félonie! ô peste infâme! ô artifice
de cruauté! ô invention diabolique! Mais le maréchal le sut, et, se
dévoyant du chemin, évita le piége qu'on lui tendait. Ni faut-il passer
sous silence que plusieurs hommes du pays, voire quelques abbés, qui
avaient bon nombre de châteaux, rompirent alors avec notre comte, et
jurèrent fidélité au Toulousain. Ô serment exécrable! ô déloyale
fidélité!

[Note 133: _Catus._]

Cependant Bouchard de Marly et Martin d'Algues, ensemble quelques autres
chevaliers de notre comte, venant de Lavaur, et faisant hâte pour aller
à son aide, arrivèrent à Saissac, château dudit Bouchard, n'osant se
rendre à Castelnaudary par le droit chemin. Or, le jour d'avant leur
entrée dans Castelnaudary le comte de Foix, qui savait d'avance leur
arrivée, était sorti et venu au fort de Saint-Martin, par où devaient
passer les nôtres, afin de les attaquer: ce qu'apprenant notre noble
comte, il envoya au secours des siens Gui de Lucé, le châtelain de
Melfe, le vicomte d'Onges, et autres chevaliers, jusqu'au nombre de
quarante, et leur manda qu'au lendemain sans faute ils auraient bataille
contre le susdit comte de Foix; pour lui, il ne s'en réserva pas plus de
soixante, y compris les écuyers à cheval. Le comte de Foix, instruit du
renfort que le nôtre avait envoyé à ses gens, quitta Saint-Martin, et
retourna à l'armée pour y prendre des soldats, et revenir sur le
maréchal et ceux qui l'accompagnaient. Dans l'intervalle, Montfort parla
en ces termes à Guillaume le Chat et aux chevaliers du pays qui étaient
avec lui dans Castelnaudary: «Voici, dit-il, très-chers frères, que les
comtes de Toulouse et de Foix, gens très-puissans, et suivis d'une
grande multitude, sont en quête de ma vie, tandis que je suis quasi seul
au milieu de mes ennemis. Je vous prie de par Dieu que si, poussés par
crainte ou par amour, vous voulez passer à eux et me laisser là, vous
ne me le cachiez; de mon côté je vous ferai conduire jusqu'à leur armée
sains et saufs.» Ô noblesse d'un grand homme! ô excellence bien digne
d'un prince! À quoi répondit cet autre Judas, savoir Guillaume:
«N'advienne, mon seigneur, n'advienne que nous vous quittions; oui,
quand même tous vous abandonneraient, je resterai avec vous jusqu'à la
mort.» Tous dirent la même chose. Peu de temps après pourtant, ledit
traître s'éloigna du comte avec certains autres de ses camarades, et, de
l'un de ses plus familiers, devint son plus cruel persécuteur. Les
choses en étaient là quand le maréchal Bouchard de Marly, et ceux qui le
suivaient, ayant de bon matin entendu la messe, après confession faite
et le corps du Seigneur dévotement reçu, montèrent à cheval, et
reprirent leur route pour aller rejoindre le comte, tandis que, de son
côté, le comte de Foix, sachant qu'ils avançaient, et prenant avec lui
une grande troupe de cavaliers, l'élite de toute l'armée, et plusieurs
milliers de piétons pareillement bien choisis, se porta rapidement au
devant des nôtres pour les attaquer, après avoir divisé les siens en
trois corps. Cependant le comte Simon, qui, ce jour-là, s'était posté
devant les portes de Castelnaudary, et attendait avec grande inquiétude
l'arrivée de ses chevaliers, lorsqu'il vit l'autre partir en hâte pour
tomber sur eux, consulta ceux qui étaient avec lui sur ce qu'il fallait
faire alors; et, comme plusieurs étaient de divers sentimens, les uns
disant qu'il devait rester pour la garde du château, les autres
soutenant, au contraire, qu'il fallait courir au secours de nos gens,
cet homme d'un courage indomptable, cet homme d'invincible vaillance
s'exprima en ces termes, suivant ce qu'on rapporte: «Nous ne sommes
restés ici qu'en bien petit nombre, et la cause du Christ dépend toute
entière de cette rencontre. À Dieu ne plaise que nos chevaliers meurent
en glorieux combat, et que moi j'échappe en vie, mais couvert de honte!
Je veux vaincre avec les miens, ou mourir avec eux. Allons donc nous
aussi, et, s'il le faut, périssons avec eux.» Quel homme aurait pu,
durant cette scène, ne pas verser des larmes! Il parle de cette sorte
tout en pleurant, et aussitôt il vole au secours des siens. Pour ce qui
est du comte de Foix, au moment où il s'approcha des nôtres, il réunit
en un seul les trois corps qu'il avait formés à son départ. Ajoutons
avant tout que l'évêque de Cahors et quelques moines de Cîteaux qui, du
commandement de leur abbé, géraient les affaires de Jésus-Christ,
venaient en compagnie du maréchal, lesquels, voyant les ennemis
s'avancer, et la bataille être désormais imminente, commencèrent
d'exhorter nos gens à se conduire en hommes de coeur, leur promettant
très-fermement que, s'ils succombaient en ce glorieux combat pour la foi
chrétienne, ils obtiendraient la rémission de leurs péchés, et que,
gagnant sur l'heure la couronne d'honneur et de béatitude, ils
recevraient la récompense de leurs efforts et de leurs travaux. Adonc
nos Croisés, certains par avance du prix de leur courage, et conservant
en même temps l'espoir de gagner la victoire, marchaient gaillards et
intrépides à la rencontre des ennemis qui venaient sur eux, ramassés en
une seule troupe, et qui pour lors rangèrent aussi leur armée, plaçant
au milieu ceux qui montaient les chevaux bardés, à une des ailes le
reste de leurs cavaliers, et à l'autre leurs fantassins parfaitement
armés. Durant que les nôtres délibéraient entre eux d'attaquer d'abord
au centre, ils virent de loin le comte sortant de Castelnaudary, et
accourant à leur aide; pourquoi, doublant soudain d'audace, et s'animant
d'une nouvelle ardeur, ils se lancèrent au milieu des ennemis après
avoir invoqué le Christ, et les enfoncèrent plus vite même qu'on ne
pourrait le dire. Ceux-ci, vaincus en un moment et mis en désordre,
cherchèrent leur salut dans la fuite; et nos gens, tournant tout à coup
sur les piétons qui étaient de l'autre côté, en tuèrent un grand nombre.
Ni faut-il taire, selon ce que le maréchal a certifié dans une véridique
relation, que les ennemis étaient plus de trente contre un. Qu'on
reconnaisse donc qu'en cette occasion Dieu lui-même fit son oeuvre.
Toutefois notre comte ne put prendre part au combat, bien qu'il accourût
en toute hâte, vu que le Christ victorieux avait déjà donné la victoire
à ses soldats. Les nôtres poursuivirent les fuyards, et, tuant tous ceux
qui restaient en arrière, ils en firent un grand carnage, tandis que
nous ne perdîmes pas plus de trente hommes. N'oublions de dire que
Martin d'Algues, dont nous avons parlé plus haut, ayant pris la fuite
dès la première charge, le vénérable évêque de Cahors qui était près de
là, le voyant se sauver, et lui ayant demandé ce qui le pressait: «Nous
sommes tous morts,» répondit-il. Ce que cet homme catholique ne voulant
croire, et lui faisant de durs reproches, il le força de retourner au
combat. N'omettons pas non plus de rapporter que les fuyards, pour
échapper à la mort, criaient de toutes leurs forces «Montfort!
Montfort!» afin que par là on les crût des nôtres, et que cette
supercherie retînt le bras de ceux qui les poursuivaient. Mais nos gens
déjouaient leur ruse par une autre: et, quand l'un d'eux entendait
quelqu'un des ennemis crier Montfort par peur, il lui disait: «Si tu es
avec nous, tue celui-là;» et il lui indiquait un des fugitifs. Puis,
quand, pressé par la crainte, il avait occis son camarade, il était tué
à son tour, recevant de la main des nôtres la récompense de sa fraude et
de son crime. Ô chose merveilleuse et du tout inouïe! ceux qui étaient
venus au combat pour nous exterminer se tuaient entre eux, et, par un
juste jugement de Dieu, nous servaient, quoi qu'ils en eussent. Après
que nous fûmes long-temps restés à la poursuite des ennemis, et que nous
en eûmes jeté bas un nombre infini, le comte s'arrêta en plein champ
pour rallier les siens dispersés de toutes parts sur leurs traces, et
pour les rassembler. Pendant ce temps, ce premier entre tous les
apostats, savoir, Savary de Mauléon, et une grande multitude de gens
armés étaient sortis du camp des assiégeans, s'étaient approchés des
portes de Castelnaudary, et, s'y tenant tout bouffis d'orgueil, leurs
bannières hautes, ils attendaient l'issue de la bataille; plusieurs même
d'entre eux, pénétrant dans le bourg inférieur, commencèrent à harceler
vivement ceux qui étaient restés dans le château, c'est-à-dire, cinq
chevaliers seulement et les servans en petit nombre. Malgré ce néanmoins
ceux-ci repoussèrent du bourg cette foule d'ennemis bien munis d'armes
et d'arbalètes, et se défendirent avec le plus grand courage: pourquoi
ledit traître, je veux dire Savary de Mauléon, voyant que les nôtres
étaient vainqueurs en rase campagne, et que, dans le château, ils
repoussaient sa troupe, la rappela, et retourna dans son camp bien
honteux et confus. Quant à notre comte et ceux qui l'accompagnaient à
leur retour du combat d'où ils étaient sortis victorieux, ils voulurent
attaquer les ennemis jusque dans leurs tentes. Ô soldats invincibles! ô
miliciens du Christ! Or, comme nous l'avons déjà dit, ceux-ci s'étaient
retranchés derrière tant de fossés et de barrières que les nôtres ne
pouvaient les aborder sans descendre de cheval; mais, comme le comte
s'empressait de le faire, quelques-uns lui conseillèrent de différer
jusqu'au lendemain, pour autant, disaient-ils que les ennemis étaient
tout frais, et les nôtres fatigués du combat: à quoi le comte consentit;
car il agissait en tout avec conseil, et s'était fait une loi d'y
obtempérer en telles circonstances. Retournant donc au château, et
sachant bien que toute vaillance vient de Dieu, que toute victoire vient
du ciel, il sauta à bas de sa monture à l'entrée même de Castelnaudary,
marcha nu-pieds vers l'église pour y rendre grâce au Tout-Puissant de
ses bienfaits immenses; et là, les nôtres chantèrent avec grande
dévotion et enthousiasme: _Te Deum laudamus_, bénissant dans leurs
hymnes le Seigneur miséricordieux, et rendant pieux témoignage à celui
qui fit de grandes choses pour son peuple, et lui donna le triomphe sur
ses ennemis.

Nous ne croyons devoir taire un certain miracle qui advint en ce temps
dans une abbaye de l'ordre de Cîteaux, au territoire de Toulouse, ayant
nom Grand-Selve. Les moines de cette maison étaient dans une affliction
bien vive, vu que, si le noble comte venait à être pris dans
Castelnaudary, ou à succomber dans la guerre, ils étaient grandement
menacés de périr par le glaive. En effet, le Toulousain et ses complices
haïssaient plus que tous les autres les religieux de l'ordre de Cîteaux,
et principalement cette abbaye, pour autant que l'abbé Arnauld, légat du
siége apostolique, auquel ils imputaient plus qu'à pas un la perte de
leurs domaines, était, comme on sait, du même ordre, et avait été abbé
de cette maison. Un jour donc qu'un certain frère de Grand-Selve, homme
saint et religieux, célébrait les divins mystères, au moment de la
consécration de l'Eucharistie, il se mit à prier dévotement et du plus
profond de son coeur pour ledit comte de Montfort qui était alors
assiégé dans Castelnaudary, et il lui fut répondu par une voix divine:
«Que sert de prier pour lui? Il y en a tant d'autres qui le font qu'il
n'est besoin de tes prières.»



CHAPITRE LVIII.

     En quelle manière le siége de Castelnaudary fut levé.


Sur ces entrefaites, le comte de Foix inventa un nouvel artifice de
trahison, imitant en cela son père le diable, qui vaincu d'un côté se
tourne d'un autre, pour trouver d'autres moyens de faire le mal. Il
envoya des courriers au loin et de toutes parts, pour assurer que le
comte de Montfort avait été battu; même quelques-uns dirent qu'il avait
été écorché et pendu; d'où vint que plusieurs châteaux se rendirent
vers ce temps à nos ennemis.

Pour ce qui est des assiégés, les chevaliers du comte lui conseillèrent,
le lendemain de la glorieuse victoire, qu'il sortît de Castelnaudary, y
laissant quelques-uns des siens, et que, parcourant ses domaines, il y
recrutât le plus d'hommes qu'il pourrait. Le comte quittant donc cette
place vint à Narbonne, au moment même où arrivaient de France plusieurs
pélerins, savoir, Alain de Roucy, homme d'un grand courage, et quelques
autres, mais en petit nombre. Au demeurant, le comte de Toulouse et ses
compagnons, voyant que le siége n'avançait en rien, s'en retournèrent
chez eux quelques jours; ensuite, après avoir brûlé leurs machines, ils
levèrent leur camp, non sans grande confusion. Ni faut-il taire qu'ils
n'osèrent sortir de leurs retranchemens, jusqu'à ce qu'ils sussent que
notre comte n'était plus à Castelnaudary. Ainsi, tandis qu'il se
trouvait encore à Narbonne, ayant près de lui les susdits pélerins et
plusieurs gens du pays, qu'il avait réunis pour attaquer à son retour le
Toulousain et ses alliés, on lui annonça qu'ils avaient renoncé à leur
entreprise; pour quoi, congédiant ses recrues, et ne menant avec lui que
les pélerins de France, il revint à Castelnaudary, et décida qu'on
renverserait de fond en comble toutes les forteresses des entours, qui
s'étaient soustraites à sa domination. Tandis qu'on exécutait cet ordre,
on vint lui dire qu'un certain château, nommé Coustausa, près de Termes,
s'était départi de sa juridiction, et s'était rendu aux ennemis de la
foi. À cette nouvelle, il partit en toute hâte pour assiéger ce château,
et après qu'il l'eut attaqué durant quelques jours, ceux qui le
défendaient, voyant qu'ils ne pouvaient résister plus long-temps, lui
ouvrirent leurs portes et s'abandonnèrent à lui, pour qu'il fît d'eux
selon son bon plaisir; puis il revint à Castelnaudary où il apprit que
les gens d'un autre château, appelé Montagut, au diocèse d'Albi,
s'étaient rendus au comte de Toulouse, et assiégeaient la forteresse du
lieu, ensemble ceux à qui notre comte en avait confié la garde. Il
partit derechef, et marcha rapidement au secours des siens; mais avant
qu'il y pût arriver, ceux qui étaient dans la citadelle l'avaient déjà
livrée aux ennemis. Que dirai-je? Tous les castels des environs, lieux
très-nobles et très-forts, à l'exception d'un très-petit nombre, avaient
passé aux Toulousains presqu'en un même jour, et voici les noms des
nobles châteaux qui furent alors perdus; au diocèse d'Albi, Rabastens,
Montagut, Gaillac, le château de la Grave, Cahusac, Saint-Marcel, la
Guépie, Saint-Antonin: dans le diocèse de Toulouse, avant et pendant le
siége de Castelnaudary, Puy-Laurens, Casser, Saint-Félix, Montferrand,
Avignonnet, Saint-Michel, Cuc et Saverdun; plus d'autres places moins
considérables que nous ne pouvons désigner toutes par le menu, et qu'on
fait monter au nombre de plus de cinquante. Nous ne croyons toutefois
devoir omettre une bien méchante trahison et sans exemple qui eut lieu
au château de la Grave, dans le diocèse d'Albi; notre comte l'avait
donné à un certain chevalier français, lequel se fiait aux habitans plus
qu'il n'aurait fallu, puisqu'ils conspiraient sa mort. Un jour, en
effet, qu'il faisait réparer ses tonneaux par un charpentier du lieu, et
que celui-ci avait fini d'en accommoder un, il pria ledit chevalier de
voir si sa besogne était bien faite; et, comme il eut passé la tête dans
le tonneau, le charpentier levant sa hache la lui coupa net. Ô cruauté
inouïe! Aussitôt les gens du château se révoltèrent et tuèrent le peu de
Français qui s'y trouvaient. Quand le noble comte Baudouin, dont nous
avons parlé plus haut, ce bon frère du méchant comte de Toulouse, eut
appris ce qui venait de se passer à la Grave, il s'y présenta un jour de
grand matin, et comme les habitans en furent sortis à sa rencontre,
pensant qu'il était Raimond lui-même, parce qu'il portait les mêmes
armes, et l'eurent introduit dans la place, lui racontant tout joyeux
leur cruauté et leur forfait, il tomba sur eux, suivi d'une grande
troupe de soldats, et les tua presque tous, depuis le plus petit
jusqu'au plus grand.

Notre comte voyant qu'il avait fait tant et de si grandes pertes, vint à
Pamiers pour en munir le château; et, tandis qu'il y était, le comte de
Foix lui manda que, s'il voulait attendre seulement quatre jours, il
arriverait lui-même et se battrait contre lui: à quoi Montfort répondit
qu'il resterait à Pamiers non seulement quatre jours, mais plus de dix;
toutefois le comte de Foix n'osa se présenter. En outre, nos chevaliers
pénétrèrent dans son territoire, même sans leur chef, et détruisirent un
fort qui appartenait audit comte. Le nôtre vint ensuite à Fanjaux, d'où
il envoya le châtelain de Melfe et Godefroi son frère, tous deux gens
intrépides, avec un très-petit nombre d'autres, vers un certain château,
pour en faire apporter du blé dans celui de Fanjaux, et l'approvisionner
suffisamment. Or, comme ils revenaient de ce lieu, le fils du comte de
Foix, égal à son père en malice, se mit en embuscade le long de la route
que lesdits chevaliers devaient suivre, ayant avec lui un grand nombre
de gens armés; et, quand les nôtres passèrent, les ennemis se levant
tout à coup, les attaquèrent et entourèrent ledit Godefroi, le pressant
de toutes parts; mais lui, vaillant et sans peur, se défendit bravement,
bien qu'il n'eût que très-peu de soldats. Ayant donc perdu son cheval et
étant réduit à la dernière extrémité, les ennemis lui criaient de se
rendre; sur quoi cet homme de merveilleuse prouesse leur répondit, selon
qu'on l'a raconté: «Je me suis rendu au Christ, et n'advienne que je me
rende à ses ennemis;» et par ainsi, au milieu des coups et des glaives,
il tomba mort, pour aller, comme nous le croyons, se reposer dans la
gloire éternelle. Avec lui succombèrent un jouvencel non moins
courageux, cousin dudit Godefroi, et quelques autres de nos gens: un
chevalier, nommé Drogon, se rendit, et fut mis aux fers par le comte de
Foix. Quant au châtelain de Melfe, s'échappant la vie sauve, il revint
au château d'où ils étaient partis, tout gémissant de la perte de son
frère et de son parent. Ensuite les nôtres vinrent sur le lieu du
combat, et, enlevant les cadavres de ceux qui avaient été tués, ils les
ensevelirent dans une abbaye de l'ordre de Cîteaux, nommée Bolbonne.

En ce temps, le vénérable Guillaume, archidiacre de Paris, et un certain
autre maître, Jacques de Vitry, par l'ordre et à la prière de l'évêque
d'Uzès, que le seigneur pape avait institué légat pour les affaires de
la foi contre les hérétiques, lequel était animé du plus vif amour pour
les intérêts du Christ, et s'en occupait efficacement, se chargèrent du
saint office de la prédication; et embrasés du zèle de la religion,
parcourant la France et même l'Allemagne, durant tout cet hiver, ils
donnèrent à une multitude incroyable de fidèles le signe de la croix, et
les recrutèrent à la milice du Christ. Ces deux personnages furent,
après Dieu, ceux qui avancèrent le plus la cause de la foi dans les pays
d'Allemagne et de France.



CHAPITRE LIX.

     Comment Robert de Mauvoisin, suivi de cent chevaliers français,
     vint au secours de Montfort.


Les choses étaient en tel état quand le plus noble des guerriers, ce
serviteur du Christ, ce promoteur et principal ami de la cause de Jésus,
savoir, Robert de Mauvoisin, lequel, l'été précédent, s'en était allé en
France, revint, ayant avec lui plus de cent chevaliers français, tous
hommes d'élite, qui l'avaient choisi pour leur chef et maître; et tous,
par les exhortations des vénérables personnages, je veux dire l'évêque
de Toulouse et l'abbé de Vaulx, s'étaient croisés et avaient pris parti
dans la milice de Dieu. Au demeurant, consacrant tout cet hiver[134] au
service de Jésus-Christ, ils relevèrent noblement nos affaires de
l'abaissement où elles étaient alors. Le comte, apprenant leur arrivée,
alla au-devant d'eux jusqu'à Carcassonne, où sa présence fit naître une
joie indicible parmi les nôtres et le plus ardent enthousiasme; puis,
avec lesdits chevaliers, il vint jusqu'à Fanjaux, dans le même temps que
le comte de Foix assiégeait un château appartenant à un des chevaliers
du pays, nommé Guillaume d'Aure, lequel avait pris parti pour Montfort
et l'aidait de tout son pouvoir. Or le comte de Foix avait attaqué
pendant quinze jours ce château voisin de ses domaines, et qu'on nommait
Quier. Les nôtres donc partant de Fanjaux marchèrent en hâte pour le
forcer à lever le siége; mais lui, apprenant la venue des nôtres,
s'éloigna brusquement et s'enfuit avec honte, abandonnant ses machines.
Après quoi, nos gens dévastant sa terre durant plusieurs jours,
détruisirent quatre de ses castels; puis revenant à Fanjaux, ils en
sortirent derechef et se portèrent rapidement vers un château du diocèse
de Toulouse, nommé la Pommarède, qu'ils assiégèrent quelques jours de
suite, et dont enfin ils comblèrent de force le fossé après un vigoureux
assaut; mais la nuit qui survint les empêcha de prendre le fort cette
même fois. Finalement, ceux qui le défendaient voyant qu'ils étaient
presque au pouvoir des nôtres, trouèrent leur mur à l'heure de minuit et
décampèrent secrètement. En ce temps, on vint annoncer au comte qu'un
autre château, nommé Albedun, au diocèse de Narbonne, s'était soustrait
à sa domination. Pourtant, comme il s'y rendait, le seigneur vint
au-devant de lui, et s'abandonna lui et son château à sa discrétion.

[Note 134: En 1212.]



CHAPITRE LX.

     Comment Gui de Montfort arriva d'outre-mer vers son frère, le
     comte Simon, et de la merveilleuse joie que sentit le comte en le
     voyant.


Cela fait, le comte vint à ce noble château du diocèse d'Albi, qu'on
nomme Castres, où, pendant son séjour et comme on célébrait la fête de
la Nativité du Seigneur, arriva vers lui son frère germain, Gui, à son
retour d'outre-mer; cedit Gui avait suivi son frère lors de son
expédition contre les païens; mais, quand revint le comte, il resta dans
ces contrées, parce qu'il y avait pris une très-noble épouse du sang
royal, laquelle était dame de Sidon, et l'accompagnait avec les enfans
qu'elle avait eus de lui. Justement comme il arrivait, quelques castels
au territoire albigeois étaient rentrés sous la domination du comte,
dont nul ne pourrait exprimer la joie en voyant son frère, non plus que
celle des nôtres. Peu de jours ensuite ils marchèrent rapidement pour
assiéger un certain château du diocèse d'Albi, nommé Tudelle,
appartenant au père de ce très-méchant hérétique, Gérard de Pépieux,
lequel ils prirent après l'avoir attaqué quelques jours, passant tous
ceux qu'ils y trouvèrent au fil de l'épée, et n'épargnant que le
seigneur, échangé depuis par le comte contre un sien chevalier que le
comte de Foix retenait dans les fers, savoir, Drogon de Compans[135],
cousin de Robert de Mauvoisin. Puis, se portant en hâte sur un autre
château nommé Cahusac[136], au territoire albigeois, Montfort ne s'en
empara qu'à grand'peine et au prix de mille efforts, vu qu'il
l'assiégea, contre la coutume, au milieu de l'hiver, et qu'il n'avait
avec lui que très-peu de monde. Or les comtes de Toulouse, de Comminges
et de Foix étaient rassemblés avec un nombre infini de soldats près d'un
château voisin, appelé Gaillac[137], d'où ils députèrent au nôtre, lui
mandant qu'ils viendraient l'attaquer, et disant ainsi pour essayer de
lui faire peur et le décider à lever le siége. Ils envoyèrent une et
deux fois sans pourtant oser se montrer; ce que voyant le comte il dit
aux siens: «Puisqu'ils ne viennent point, certainement j'irai, moi, et
leur rendrai une visite.» Prenant donc quelques-uns de ses chevaliers,
il courut vers Gaillac suivi d'un petit nombre des nôtres, ne respirant
et ne souhaitant rien tant que bataille. Mais sachant qu'il arrivait, le
comte de Toulouse et consorts sortirent de Gaillac et s'enfuirent en un
autre château des environs, nommé Montagut, où Montfort les suivit, et
qu'ils abandonnèrent encore, se réfugiant vers Toulouse; pour quoi notre
comte voyant qu'ils n'osaient l'attendre, revint au lieu d'où il était
parti. Ces choses dûment achevées, il envoya à l'abbé de Cîteaux, lequel
était à Albi, pour lui demander ce qu'il fallait faire; et son avis
ayant été qu'on assiégeât Saint-Marcel, château situé à trois lieues
d'Albi, et commis par le comte de Toulouse à la garde de ce détestable
traître, Gérard de Pépieux, les nôtres s'y rendirent et en firent le
siége, mais d'un côté seulement, vu qu'ils étaient très-peu, et le
château très-grand et très-fort, se prenant aussitôt à le battre sans
relâche au moyen d'une certaine machine qu'ils dressèrent contre la
place. Sur ces entrefaites, arrivèrent bientôt en nombre incroyable les
comtes de Toulouse et de Comminges, ensemble celui de Foix et leurs
gens, lesquels firent leur entrée dans le château pour le défendre
contre nous; et comme, malgré son étendue, il ne put contenir une telle
multitude, beaucoup d'entre eux assirent leur camp du côté opposé au
nôtre: sur quoi les Croisés ne discontinuaient leurs attaques, et les
ennemis les repoussaient du mieux qu'ils pouvaient. Ô chose admirable et
bien étonnante! au lieu que les assiégeans sont d'ordinaire plus
nombreux et plus en force que les assiégés, ici les assiégés étaient
presque dix fois plus forts! Les nôtres en effet ne passaient pas cent
chevaliers, tandis que les ennemis en avaient plus de cinq cents, sans
parler d'une multitude innombrable de piétons qui, chez nous, étaient
nuls ou si peu que rien. Ô bien grand haut fait! ô nouveauté toute
nouvelle! Ne faut-il taire qu'aussi souvent qu'ils se hasardèrent à
sortir de leurs murs, soudain furent-ils par les nôtres vigoureusement
repoussés. Un jour enfin que le comte de Foix, se présentant avec un bon
nombre des siens, vint pour miner notre machine, nos servans le voyant
approcher, et lui faisant rebrousser chemin vaillamment par le seul jet
des pierres, le renfermèrent dans le château avant que nos chevaliers
eussent pu s'armer. Toutefois une grande disette se fit sentir dans
l'armée, pour autant que les vivres n'y pouvaient venir que d'Albi; et
encore les batteurs d'estrade des ennemis, sortant en foule de la
place, observaient si bien les routes publiques, que ceux d'Albi
n'osaient venir au camp, à moins que le comte ne leur envoyât pour
escorte la moitié de ses gens. Adonc, après avoir passé un mois à ce
siége, le comte sachant bien que s'il divisait sa petite troupe, en
gardant la moitié avec lui et envoyant l'autre faire des vivres, les
assiégés, profitant de leur supériorité et de sa faiblesse, auraient bon
marché des uns ou des autres, rendu tout perplexe par une nécessité si
évidente et si impérieuse, il leva le siége après que le pain eut manqué
plusieurs jours à l'armée. N'oublions de dire que, tandis qu'il faisait
célébrer solennellement dans son pavillon l'office de la passion
dominicale, le jour du vendredi saint, homme qu'il était tout catholique
et dévoué au service de Dieu, les ennemis oyant les chants de nos
clercs, montèrent sur leurs murailles, et pour moquerie et en dérision
des nôtres, poussèrent de furieux hurlemens. Ô perverse infidélité! ô
perversité infidèle! Au demeurant, pour qui considérera diligemment les
choses, notre comte acquit dans ce siége plus d'honneur et de gloire
qu'en aucune prise de château, pour fort qu'il pût être; et dès ce temps
et dans la suite, sa grande vaillance éclata davantage et sa constance
brilla d'une nouvelle splendeur. Finalement, ayons soin de dire que
lorsque notre comte se départit de devant Saint-Marcel, les ennemis,
bien qu'en si grand nombre, n'osèrent sortir et l'inquiéter le moins du
monde dans sa retraite.

[Note 135: Le même sans doute que le Drogon dont il est question dans le
chapitre LVIII.]

[Note 136: À quatre lieues d'Albi.]

[Note 137: À cinq lieues d'Albi.]

Nous ne voulons non plus passer sous silence un miracle qui advint en
même temps dans le diocèse de Rhodez. Un jour de dimanche qu'un certain
abbé de Bonneval[138], de l'ordre de Cîteaux, prêchait en un château
dont l'église était si petite qu'elle ne pouvait contenir les assistans,
et qu'ils étaient tous sortis écoutant la prédication devant les portes
de l'église, vers la fin du sermon, et comme le vénérable abbé voulait
exhorter le peuple qui se trouvait présent à prendre la croix contre les
Albigeois, voilà qu'à la vue de tous une croix apparut dans l'air, qui
semblait se diriger du côté de Toulouse. J'ai recueilli ce miracle de la
bouche dudit abbé, homme religieux et d'autorité grande.

[Note 138: À trois lieues d'Aubrac.]

Le comte ayant donc levé le siége devant Saint-Marcel, s'en vint à Albi
le même jour, savoir la veille de Pâques, pour y passer les fêtes de la
résurrection du Seigneur, et y trouver le vénérable abbé de Vaulx, dont
nous avons parlé plus haut, lequel revenait de France, ayant été élu à
l'évêché de Carcassonne, et dont la rencontre réjouit grandement le
comte et nos chevaliers qui l'avaient tous en principale affection. En
effet, il était depuis longues années très-familier au comte qui, quasi
dès son enfance, s'était soumis à ses conseils et s'était conduit
d'après ses volontés. Dans le même temps, Arnauld, abbé de Cîteaux, dont
nous avons souvent fait mention, avait été élu à l'archevêché de
Narbonne. Le jour même de Pâques, le comte de Toulouse et ceux qui
étaient avec lui, sortant du château de Saint-Marcel, vinrent à Gaillac,
lequel est à trois lieues d'Albi; pour quoi notre comte, pensant que
peut-être les ennemis se glorifieraient d'avoir vaincu les nôtres, et
voulant montrer clairement qu'il ne les craignait guère, quittant Albi
le lendemain de Pâques avec ses gens, il marcha sur Gaillac, les
défiant au combat; puis, comme ils n'osèrent en sortir contre lui, il
retourna à Albi où se trouvait encore l'élu de Carcassonne, et moi-même
avec lui, car il m'avait amené de France pour l'allégement de son
pélerinage en la terre étrangère, étant, comme j'étais, moine de son
abbaye et son propre neveu.



CHAPITRE LXI.

     Du siége d'Hautpoul, de sa vigoureuse conduite et glorieuse
     issue.


Après avoir passé quelque temps à Albi, le comte vint avec les siens au
château qu'on nomme Castres, où, après que nous eûmes pareillement
demeuré peu de jours, il se décida, après conseil tenu, à assiéger une
certaine place entre Castres et Cabaret, appelée Hautpoul, laquelle,
vers le temps du siége de Castelnaudary, s'était rendue au Toulousain.
Partant donc de Castres un dimanche, savoir dans la quinzaine de Pâques,
nous arrivâmes devant ledit château, dont les faubourgs étaient
très-étendus, et d'où les ennemis, qui y étaient entrés pour le
défendre, sortirent à notre rencontre, et se mirent à nous harceler
vivement; mais les nôtres les forcèrent bientôt à se renfermer dans le
château, et fixèrent leurs tentes d'un seul côté, pour ce qu'ils étaient
en petit nombre. Or était le fort d'Hautpoul situé sur le point le plus
ardu d'une très-haute montagne et très-escarpée, entre d'énormes roches
et presque inaccessibles, sa force étant telle, ainsi que je l'ai vu de
mes yeux et connu par expérience, que si les portes du château eussent
été ouvertes, et qu'on n'eût fait aucune résistance, nul n'aurait pu le
parcourir sans difficulté extrême, et atteindre jusqu'à la tour. Les
nôtres donc, préparant une perrière, l'établirent au troisième jour de
leur arrivée, et la firent jouer contre la citadelle. Le même jour, nos
chevaliers s'armèrent, et, descendant dans la vallée au pied du château,
voulurent gravir la position pour voir s'ils ne pourraient l'enlever
d'assaut. Or il advint, tandis qu'ils pénétraient dans le premier
faubourg, que les assiégés, montant sur les murs et sur les toits,
commencèrent à lancer sur les nôtres de grosses pierres, et dru comme
grêle, pendant que d'autres mirent partout le feu à l'endroit par où les
nôtres étaient entrés. Sur quoi, voyant les nôtres qu'ils ne faisaient
rien de bon, pour autant que ce lieu était inaccessible même aux hommes,
et qu'ils ne pouvaient supporter le jet des pierres qui les accablaient,
ils sortirent, non sans grande perte, au milieu des flammes. Nous ne
pensons d'ailleurs devoir taire une bien méchante et cruelle trahison
qu'un jour avaient brassée ceux du château. Il y avait avec notre comte
un chevalier du pays, lequel était parent d'un certain traître enfermé
dans la place, lequel même, en partie, avait été seigneur de Cabaret.
Les gens d'Hautpoul mandèrent donc à notre comte qu'il leur envoyât
cedit chevalier pour parlementer avec eux, touchant composition, et
faire par lui savoir au comte ce qu'ils voulaient; puis, comme celui-ci
y fut allé avec la permission de Montfort, et était en pourparler avec
eux à la porte du château, un des ennemis, l'ajustant avec son arbalète,
le blessa très-grièvement d'un coup de flèche. Ô très-cruelle trahison!
Mais bientôt après, savoir le même jour ou le lendemain, il arriva, par
un juste jugement de Dieu, que le traître qui avait invité à la susdite
conférence notre chevalier son parent, dans l'endroit même où celui-ci
avait été touché, c'est-à-dire à la jambe, reçut à son tour de l'un des
nôtres une très-profonde blessure. Ô juste mesure de la vengeance
divine!

Cependant la perrière battait incessamment la tour, et, le quatrième
jour après le commencement du siége, un brouillard très-épais s'étant
élevé après le coucher du soleil, les gens d'Hautpoul, saisis d'une
terreur envoyée par Dieu, et prenant occasion d'un temps favorable à la
fuite, délogèrent du château, et commencèrent à jouer des jambes: ce que
les nôtres apercevant, soudain fut donnée l'alarme, et, se ruant dans la
place, ils tuèrent tout ce qu'ils trouvèrent, tandis que d'autres,
poursuivant les fuyards malgré la grande obscurité de la nuit, firent
quelques prisonniers. Au lendemain, le comte fit ruiner le château et y
mettre le feu; après quoi les chevaliers qui étaient venus de France
avec Robert de Mauvoisin, comme nous l'avons dit plus haut, et étaient
restés avec le comte tout l'hiver précédent, s'en allèrent, et
retournèrent presque tous en leurs quartiers.



CHAPITRE LXII.

     Les habitans de Narbonne se livrent à leur mal vouloir contre
     Amaury, fils du comte Simon.


Nous ne croyons devoir omettre un crime que les citoyens de Narbonne
commirent en ce même temps, car étaient-ils très-méchans, et n'avaient
jamais aimé les intérêts de Jésus-Christ, bien que, par les affaires de
la foi, leur eussent profité des biens infinis. Un jour Gui, frère de
Montfort, et Amaury, fils aîné du comte, vinrent à Narbonne, et, durant
qu'ils y étaient, l'enfant entra pour aller s'ébattre au palais
d'Amaury, seigneur de Narbonne, lequel tombait de vétusté, et était
presque abandonné et désert. Comme donc il eut porté la main à une des
fenêtres de ce palais, et qu'il voulait l'ouvrir, elle s'écroula
soudain, minée qu'elle était par le temps, et tombant en ruines; après
quoi notre Amaury s'en revint au lieu où il logeait alors, savoir en la
maison des Templiers, pendant qu'à la même heure Gui, frère du comte,
était chez l'archevêque de Narbonne; et soudain les gens de Narbonne,
cherchant prétexte à mal faire, accusèrent cet enfant, je veux dire le
fils de Montfort, d'avoir voulu entrer de force dans le palais d'Amaury.
Ô bien mince occasion pour commettre un crime, ou bien mieux du tout
nulle! Et soudain, courant aux armes, ils se précipitèrent vers le lieu
où il était renfermé, faisant tous leurs efforts pour forcer la maison
des Templiers: ce que voyant l'enfant, et qu'ils en voulaient à sa vie,
il s'arma, et, se retirant dans une tour du temple, il s'y cacha loin
des ennemis. Cependant ceux-ci attaquaient à grands efforts la susdite
maison, tandis que d'autres, se saisissant des Français qu'ils
trouvaient par la ville, en tuèrent plusieurs. Ô rage de ces mauvais
garnemens! Même ils occirent deux écuyers attachés à la personne du
comte. Quant à Gui son frère, lequel était pour lors dans le logis de
l'archevêque, il n'osait en sortir, jusqu'à ce qu'enfin les citoyens de
Narbonne, après avoir long-temps attaqué la maison où se trouvait le
petit Amaury, s'en désistèrent par le conseil d'un des leurs; et ainsi
l'enfant, délivré d'un grand péril, échappa sain et sauf par la grâce de
Dieu. Revenons maintenant à notre propos.

Le noble comte, partant d'Hautpoul, escorté d'un très-petit nombre de
chevaliers, entra sur les terres du comte de Toulouse, où, peu de jours
après, il fut joint par plusieurs pélerins d'Allemagne qui, de jour en
jour, furent suivis par d'autres, lesquels, comme nous l'avons dit plus
haut, s'étaient croisés par les exhortations du vénérable Guillaume,
archevêque de Paris, et de maître Jacques de Vitry. Et pour autant que
nous ne pourrions expliquer en détail toutes choses, savoir comment, à
partir de ce temps, Dieu, dans sa miséricorde, se prit à avancer
merveilleusement ses affaires, disons en peu de mots que notre comte, en
un très-court espace, prit de force plusieurs châteaux, et en trouva un
grand nombre déserts. Du reste, les noms de ceux qu'il recouvra en trois
semaines sont ceux-ci: Cuc[139], Montmaur[140], Saint-Félix[141],
Casser, Montferrand, Avignonnet[142], Saint-Michel, et beaucoup
d'autres. Or, durant que l'armée était au château qu'on nomme
Saint-Michel, situé à une lieue de Castelnaudary, survint Gui, évêque de
Carcassonne, qui avait été abbé de Vaulx, et moi en sa compagnie,
lequel, n'étant encore qu'élu, avait quitté l'armée après la prise
d'Hautpoul, et avait gagné Narbonne, afin de recevoir le bénéfice de la
consécration avec le seigneur abbé de Cîteaux qui était aussi élu de
l'archevêché de Narbonne.

[Note 139: À six lieues de Castres.]

[Note 140: À deux lieues de Castelnaudary.]

[Note 141: À cinq lieues de Saint-Papoul.]

[Note 142: À trois lieues de Saint-Papoul.]

Le château dit Saint-Michel ayant donc été détruit de fond en comble, le
comte se décida d'assiéger ce noble château qu'on nomme Puy-Laurens,
lequel, ainsi que nous l'avons rapporté plus haut, s'était soustrait à
sa domination. À quelle fin nous prîmes route et marchâmes sur ladite
place, établissant nos tentes en un lieu proche Puy-Laurens, à la
distance de deux lieues environ, où le même jour arrivèrent pélerins,
savoir le prévôt de l'église de Cologne, noble et puissant personnage,
et avec lui plusieurs nobles hommes d'Allemagne. Cependant le comte de
Toulouse était à Puy-Laurens avec un nombre infini de routiers; mais,
apprenant qu'approchaient les nôtres, il n'osa les attendre, et, sortant
en toute hâte du château, emmenant avec lui tous les habitans, il
s'enfuit vers Toulouse, et laissa la place vide. Ô poltronnerie de cet
homme! ô méprisable stupeur de son esprit! Le lendemain, à l'aube du
jour, nous vînmes à Puy-Laurens, et, le trouvant désert, passâmes outre
pour aller camper dans une vallée voisine, durant que Gui de Lucé, à
qui depuis long-temps le comte avait donné ce château, y entrât et y mît
garnison de ses gens. L'armée étant restée deux jours dans le voisinage,
en l'endroit susdit, là fut annoncé au comte que nombreux pélerins et
très-considérables, savoir Robert, archevêque de Rouen, et Robert, l'élu
de Laon, le vénérable Guillaume, archidiacre de Paris, ensemble
plusieurs autres nobles et ignobles, venaient de France vers
Carcassonne. Sur quoi le comte, voyant qu'il avait avec lui forces
suffisantes, envoya, après avoir tenu conseil, Gui son frère et Gui le
maréchal en cette ville au devant desdits pélerins, afin que, formant
une autre armée de leur part, ils se tournassent vers d'autres
quartiers, et y soutinssent les affaires du Christ. Quant à lui, il se
remit en marche, et se dirigea sur Rabastens. Au demeurant, afin
qu'évitant les superfluités, nous arrivions à choses plus utiles, disons
en peu de mots que ces trois nobles châteaux, à savoir Rabastens,
Montagut et Gaillac, dont nous avons fait fréquente mention, se
rendirent à lui quasi en un jour, sans siége ni difficulté aucune. De
plus, les bourgeois du château qu'on nomme Saint-Marcel, apprenant que
notre comte, après avoir recouvré plusieurs places, arrivait vitement
sur eux pour les assiéger, eurent grand'peur, et députèrent vers lui, le
suppliant qu'il daignât les recevoir à vivre en paix avec lui, qu'ils
lui livreraient leur château à discrétion. Mais lui, repassant leurs
scélératesses et perversités inouïes, ne voulut en aucune façon composer
avec eux, et, leur renvoyant leurs émissaires, leur manda qu'ils ne
pourraient oncques rentrer en paix auprès de lui, ni en bonne
intelligence, à quelque prix ou condition que ce pût être. Ce
qu'entendant lesdits hommes de Saint-Marcel, ils déguerpirent au plus
vite, et désertèrent leur château, qu'à notre arrivée le comte fit
brûler, et dont la tour et les murs furent rasés. Partant de là, nous
marchâmes sur un autre château voisin qu'on nomme la Guépie, et, l'ayant
trouvé vide pareillement, il en ordonna la destruction, le brûla et
passa outre, allant au siége de Saint-Antonin.

Le comte de Toulouse avait donné ce lieu à un certain chevalier, homme
pervers et des plus méchans, lequel enflé d'orgueil et d'insolence, osa
bien répondre avec grande fureur à l'évêque d'Albi qui, pendant que nous
venions sur lui, nous avait précédés à Saint-Antonin, pour y porter des
paroles de paix, et l'engager à se rendre aux nôtres: «Sache le comte de
Montfort que ses _bourdonniers_ ne pourront jamais prendre mon château.»
Or il appelait ainsi les pélerins, pour ce qu'ils avaient coutume de
porter des bâtons appelés _bourdons_ en langue vulgaire. À cette
nouvelle, le comte s'empressa davantage à aller assiéger Saint-Antonin,
où nous arrivâmes un jour de dimanche, savoir, dans l'octave de la
Pentecôte, et où nous assîmes notre camp d'un seul côté, devant les
portes. Or était ce très-noble château situé dans une vallée, au pied
d'une montagne, dans une très-agréable position; entre la montagne et la
ville coulait un ruisseau limpide; et, de l'autre part, il y avait une
plaine fort belle, où campèrent nos gens. Les ennemis firent tout
d'abord une sortie, et passèrent tout le jour à nous incommoder de loin
à coups de flèches; puis, sur le vêpre, sortant encore, et s'avançant
quelque peu, ils nous attaquèrent, mais toujours de loin, et lançaient
leurs flèches jusqu'en nos tentes. Ce que voyant les servans d'armée, et
ne pouvant de bonne honte l'endurer plus long-temps, ils les abordèrent
et commencèrent à les repousser dans leur fort. Quoi plus? Le bruit
gagne tout le camp, nos pauvres pélerins sans armes accourent, et à
l'insu du comte et des chevaliers de l'armée, sans les aviser
aucunement, ils attaquent le château de si grande prouesse, si
incroyable et du tout inouïe, qu'envoyant la crainte aux ennemis par une
continuelle batterie de pierres et les stupéfiant, ils leur enlevèrent
en une heure de temps trois barbacanes. Ô combat quasi sans usage du
fer! Ô victoire bien glorieuse! Oui, je prends Dieu à témoin qu'étant
entré dans la place après qu'elle se fut rendue, j'ai vu les murs des
maisons comme rongés de l'atteinte des pierres que nos pélerins avaient
lancées. Par ainsi les assiégés, voyant qu'ils avaient perdu leurs
barbacanes, sortirent du château par l'autre bout, et se prirent à fuir
à travers le susdit ruisseau, ce dont nos pélerins s'aperçurent, et le
franchissant, ils passèrent au fil de l'épée tous ceux qu'ils purent
happer; puis, après la prise des barbacanes, ils cessèrent l'assaut,
pour ce que le jour tombait et que la nuit était voisine. Mais, vers
minuit, le seigneur de Saint-Antonin, sentant qu'après cette perte la
place était comme en notre pouvoir, envoya vers le comte, prêt à rendre
le château, pourvu qu'il pût échapper lui-même; et, comme Montfort se
refusa à cette sorte de composition, il députa derechef vers lui, se
livrant en tout à sa discrétion. De grand matin donc, le comte ordonna
qu'on fît sortir tous les habitans; et considérant avec les siens que,
s'il faisait tuer tous ces hommes, qui étaient gens rustiques et
endurcis au travail des champs, leur destruction réduirait ce château en
une véritable solitude, usant à telle cause d'un meilleur avis, il les
renvoya libres; puis, pour ce qui est du seigneur, lequel avait été
l'occasion de tout le mal, il donna ordre de l'enfermer au fin fond de
la prison de Carcassonne, où il fut détenu sous bonne garde, et dans les
fers durant grand nombre de jours, ainsi que le peu de chevaliers qui
étaient avec lui.



CHAPITRE LXIII.

     Comment le comte, appelé par l'évêque d'Agen, se rendit dans
     cette ville et la reçut en sa possession.


Se trouvaient en ce temps avec les Croisés les évêques d'Uzès et de
Toulouse, plus, l'évêque de Carcassonne, lequel oncques ne s'éloignait
de l'armée. Ayant tenu conseil avec eux, le comte et ses chevaliers
tombèrent d'accord de conduire ses troupes vers le territoire d'Agen,
pour autant que l'évêque de cette ville avait depuis long-temps mandé au
comte, que, s'il se dirigeait de ce côté, lui et ses parens, lesquels
étaient puissans en ce pays, l'aideraient de tout leur pouvoir. Or était
Agen une noble cité, entre Toulouse et Bordeaux, dans une situation
très-agréable, et d'ancienne date elle avait fait partie des domaines du
roi d'Angleterre; mais quand le roi Richard donna sa soeur Jeanne en
mariage à Raimond, comte de Toulouse, elle lui avait porté en dot cette
ville avec son territoire. En outre, le seigneur pape ayant donné ordre
à notre comte d'attaquer, avec l'aide des Croisés, aussi bien tous les
hérétiques que leurs fauteurs, nous partîmes du château de
Saint-Antonin, et allâmes droit à un autre, appartenant au Toulousain,
et qu'on nommait Moncuq[143]. Ni faut-il omettre, en passant, que les
forteresses que nous trouvions, sur notre route, et qui étaient
désertées par les habitans pour la crainte qu'ils avaient de nous,
étaient rasées et brûlées du commandement de Montfort, parce qu'elles
pouvaient nuire d'une ou d'autre manière à la chrétienté. De plus, un
certain noble château, proche Saint-Antonin, ayant nom Caylus, et soumis
à la domination de Raimond, fut en ce temps livré au comte Simon, par
l'industrie du loyal et fidèle comte Baudouin. Cette place avait déjà
été au pouvoir de Montfort, mais elle s'y était soustraite l'année
précédente, et s'était rendue au Toulousain. Pour ce qui est des gens de
Moncuq, quand ils surent que les nôtres s'avançaient, poussés par la
crainte, ils prirent tous la fuite et abandonnèrent leur château, lequel
était noble, situé dans une excellente position et bien forte, et que
notre comte donna au susdit Baudouin, frère du comte de Toulouse.
Partant de là, nous arrivâmes à deux lieues d'un certain château, appelé
Penne[144], au territoire d'Agen, que Raimond avait commis à la garde
d'un chevalier, son sénéchal, nommé Hugues d'Alvar, Navarrois, auquel
même il avait fait épouser une sienne fille bâtarde, et qui apprenant la
venue du comte Simon, rassembla ses routiers les plus forts et les
mieux en point, au nombre d'environ quatre cents; puis, chassant du
château tous ceux qui s'y trouvaient depuis le plus petit jusqu'au plus
grand, se retira avec eux dans la citadelle, et se prépara à la
défendre, après l'avoir abondamment garnie de vivres et de toutes les
choses qui paraissaient nécessaires à une longue résistance. Ce qu'ayant
su notre comte, il voulut d'abord l'assiéger; mais, ayant tenu conseil
avec les siens, il se décida à se rendre auparavant à Agen, pour
recevoir cette cité en sa possession; et, prenant ceux des chevaliers de
l'armée qu'il voulut emmener, il marcha de ce côté, laissant le reste de
ses troupes à attendre son retour dans le lieu même où elles étaient
campées. À son arrivée à Agen, il y fut accueilli honorablement, et les
habitans le constituant leur seigneur, lui livrèrent la ville avec
serment de lui être fidèles: après quoi, ces choses dûment faites, il
revint à son armée pour aller au siége de Penne.

[Note 143: À cinq lieues de Cahors.]

[Note 144: À six lieues d'Agen.]

L'an du Seigneur 1212, le 3 juin, jour de dimanche, nous arrivâmes pour
détruire ce château et l'assiéger avec l'aide de Dieu. À notre approche,
Hugues d'Alvar qui en était gardien, et dont nous avons parlé plus haut,
se retrancha lui et ses routiers dans le fort, après avoir mis le feu
aux quatre coins du bourg inférieur. Or, était Penne un très-noble
château du territoire d'Agen, assis sur une colline, dans le site le
plus agréable, de toutes parts environné de très-fertiles plaines et
très-étendues, embelli d'un côté par la richesse du sol, de l'autre par
le gracieux développement de beaux prés unis, ici par l'aménité
délectable des bois, là, par la joyeuse fertilité des vignes; enfin,
tout à l'entour, lui souriaient cette salubrité d'air qui plaît tant, et
l'opulente gaîté des eaux qui coulaient en se jouant dans les fraîches
campagnes. Quant à la citadelle, elle était bâtie sur une roche
naturelle et très-élevée, et munie de remparts si puissans qu'elle
semblait quasi inexpugnable: en effet, Richard, roi d'Angleterre, auquel
avait appartenu Penne, ainsi que nous l'avons dit ci-dessus, l'avait
fortifié avec le plus grand soin, et y avait fait creuser un puits, pour
ce que le château était comme le chef et la clef de tout l'Agénois. En
outre, le susdit comte, savoir, Hugues d'Alvar, à qui le Toulousain
l'avait donné, l'avait tellement garni de soldats d'élite, des moindres
vivres, de machines nommées perrières, de bois, de fer, et de tout ce
qui pouvait servir à la défense, qu'il n'était personne qui dût croire
que la forteresse pût être prise même après une siége de plusieurs
années. Finalement, il avait construit dans l'intérieur de la place deux
ateliers de forgeron, un four et un moulin: pour quoi, tout fourni qu'il
était en ressources si multipliées, il attendait presque sans crainte
qu'on vînt l'assiéger. Les nôtres, à leur arrivée, établirent leurs
pavillons tout autour de Penne, tandis que les gens du château, faisant
de prime abord une sortie, les harcelaient vivement à coups de flèches,
et quelques jours ensuite, ils dressèrent des perrières dans le bourg
incendié pour battre la citadelle: ce que voyant les autres, ils en
élevèrent aussi de leur côté, pour empêcher et ruiner celles des
assiégeans, desquelles ils lançaient une grêle de gros cailloux qui
gênaient fort ceux-ci. Lors, les Croisés dressèrent encore plusieurs de
ces machines; mais bien que nos engins en continuelle action missent en
morceaux les maisons en dedans du fort, ils ne faisaient que peu de mal
ou point du tout à ses murailles mêmes. Or, était-on en été, et au plus
vif de la chaleur, à savoir, aux environs de la fête du bienheureux
Jean-Baptiste. Ni pensons-nous devoir taire que notre comte n'avait
qu'un petit nombre de chevaliers, quoiqu'il fût suivi de beaucoup de
pélerins à pied; d'où venait que toutes fois et quantes les nôtres
approchaient de la forteresse pour l'attaquer, les ennemis bien remparés
qu'ils étaient et accorts en guerre, voire se défendant vaillamment, ne
leur laissaient faire que peu de chose ou rien. Un jour même que nos
gens donnaient l'assaut, et qu'ils avaient emporté un ouvrage en bois
voisin du mur, les assiégés jetant une pluie de pierres du haut des
murailles, les chassèrent aussitôt du poste où ils s'étaient logés, et
sortant, comme nous faisions retraite dans l'intérieur du camp, ils
vinrent dans la plus grande chaleur du jour pour brûler nos machines,
portant bois, chaume, et autres appareils de combustion: néanmoins, les
Croisés les reçurent bravement, et les empêchèrent non seulement de
mettre le feu à nos perrières, mais même d'en approcher. Ni fut-ce la
seule fois que les ennemis sortirent sur nous; ils nous attaquèrent à
mainte et mainte reprise, nous incommodant du plus qu'ils pouvaient.
Devant Penne se trouvait le vénérable évêque de Carcassonne, dont nous
avons fait souvent mention, et moi avec lui; lequel remplissant à
l'armée les fonctions de légat par ordre de l'archevêque de Narbonne
(anciennement abbé de Cîteaux, et légat lui-même, comme nous l'avons
déjà expliqué), dans une infatigable ferveur d'esprit, avec un
incroyable travail de corps, s'acquittait du devoir de la prédication et
des autres soins relatifs au siége avec tant de persévérance, et pour
tout dire en peu de mots, était accablé, ainsi que moi, du poids si
lourd et tellement insoutenable d'affaires qui se succédaient tour à
tour, que nous avions à peine relâche pour manger et reposer un peu.
N'oublions pas de rapporter que, pendant le siége de Penne, tous les
nobles du pays vinrent au comte, lui firent hommage et reçurent leurs
terres.

Les choses en étaient là quand Gui de Montfort, frère de notre comte,
Robert, archevêque de Rouen, Robert, élu de Laon, Guillaume, archidiacre
de Paris, et Enguerrand de Boves, à qui Montfort avait depuis long-temps
cédé en partie les domaines du comte de Foix, ensemble plusieurs autres
pélerins, sortirent de Carcassonne, marchant vers ces mêmes domaines, et
arrivèrent à un certain château nommé Ananclet, qu'ils prirent du
premier assaut, et où ils tuèrent ceux des ennemis qui s'y trouvaient. À
cette nouvelle, les gens des châteaux voisins s'enfuirent devant nous,
après avoir brûlé leurs castels, et les nôtres, allant par tous les
forts, les renversèrent de fond en comble. De là, tournant vers
Toulouse, ils détruisirent aussi complétement plusieurs places
très-fortes qui avaient été laissées vides; car, depuis la prise
d'Ananclet, ils ne rencontrèrent personne qui osât les attendre en
quelque château, si bien muni qu'il fût, tant était grande la terreur
qui avait saisi tous les habitans de ces quartiers. Tandis qu'ils
faisaient telles prouesses, notre comte envoya vers eux, leur mandant
qu'ils vinssent le rejoindre devant Penne, vu qu'il y avait dans son
armée des pélerins qui, ayant achevé leur quarantaine, voulaient s'en
retourner chez eux. Sur quoi les susdits personnages se dirigèrent vers
lui en toute hâte, et arrivant en route devant un très-fort
château[145], dit Penne en Albigeois, lequel résistait encore à la
chrétienté et au comte, et était toujours rempli de routiers; ceux-ci, à
leur approche, en sortirent, et tuèrent un de nos chevaliers; mais les
nôtres, ne voulant perdre temps à prendre ce château, pour autant que le
comte leur recommandait de faire diligence, continuèrent de marcher
vitement pour le joindre, après avoir détruit les moissons et les
vignobles des entours. Quant aux gens dudit Penne, ils vinrent, après le
départ des nôtres qui s'étaient arrêtés quelques jours devant leurs
forteresses, au lieu où ceux-ci avaient enterré le chevalier occis par
les routiers, l'exhumèrent, le traînèrent par les carrefours, puis
l'exposèrent aux bêtes et aux oiseaux de proie. Ô rage scélérate! ô
cruauté inouïe!

[Note 145: À trois lieues de Saint-Antonin.]

À l'arrivée du renfort qu'il avait demandé, le comte, qui était devant
Penne, reçut ces pélerins avec une grande joie, et leurs troupes ayant
été divisées aussitôt d'un et d'autre côté, ils campèrent près de la
place, de façon que le comte, avec ses chevaliers, l'assiégeait à
l'occident, où étaient établis nos engins, et Gui, son frère, de l'autre
sens, c'est-à-dire à l'orient, y faisant aussi dresser une machine, et
poussant vigoureusement son attaque. Quoi plus? On en élève encore un
grand nombre, si bien qu'il y en avait neuf autour du château, et les
nôtres pressent vivement les ennemis. Au demeurant, comme nous ne
pourrions parvenir à rapporter en détail tous les événemens du siége,
arrivons de suite à la conclusion. Voyant donc que nos machines ne
pouvaient renverser le mur du château, le comte en fit construire une
beaucoup plus grande que les autres; et voilà que, durant qu'on y
travaillait, l'archevêque de Rouen et l'élu de Laon, plus les autres en
leur compagnie, ayant accompli leur quarantaine, voulaient quitter
l'armée, de même que le reste des pélerins qui, après avoir fait leur
temps, s'en retournaient chez eux; du contraire, il n'en venait plus ou
qu'en très-petit nombre: pour quoi notre comte, sachant qu'il
demeurerait quasi seul, en vive angoisse et inquiétude d'esprit, vint
trouver les principaux de l'armée, les suppliant de ne point abandonner
les affaires du Christ en si pressante nécessité, et de rester avec lui
encore quelque peu de temps. Or, disait-on qu'une grande multitude de
Croisés, venant de France, était à Carcassonne; ce qui était vrai. Et ni
est-il à omettre que le prévôt de Cologne et tous les nobles allemands
qui étaient arrivés en foule avec lui ou après lui, s'étaient déjà
retirés. Pourtant l'élu de Laon ne voulut se rendre aux prières du
comte, et, prétextant cause de maladie, ne put en aucune sorte être
davantage arrêté. Pareillement en usèrent presque tous les autres:
seulement l'archevêque de Rouen, lequel s'était louablement porté au
service de Dieu, retenant avec lui et à ses propres frais bon nombre de
chevaliers et une suite très-considérable, acquiesça bénignement à la
demande du comte, et demeura près de lui jusqu'à ce que de nouveaux
pélerins étant survenus, il partit avec honneur, du gré et par la
volonté de Montfort. Comme donc s'en furent retournés l'évêque de Laon
et la plus grande partie de l'armée, le vénérable archidiacre Guillaume,
homme de grande constance et merveilleuse probité, se prit à travailler
de grande ardeur aux choses qui concernaient le siége. Quant à l'évêque
de Carcassonne, il s'était rendu en cette ville pour vaquer à certaines
affaires. Cependant la grande machine dont nous avons parlé plus haut
était en train d'être achevée, et, quand elle le fut, ledit archidiacre
la fit établir d'un côté près du château, dont elle commença à ébranler
un peu la muraille, à cause des grosses pierres que sa force la mettait
en état de lancer. Quelques jours après, survinrent les pélerins dont
nous avons fait mention ci-dessus, savoir, l'abbé de Saint-Remi de
Rheims et un certain abbé de Soissons, plus le doyen d'Auxerre qui
mourut peu après, et son archidiacre de Châlons, tous grands personnages
et lettrés, outre plusieurs chevaliers et gens de pied. Ce fut après
leur arrivée que le vénérable archevêque de Rouen, du gré et par la
volonté du comte, quitta l'armée, et retourna dans sa patrie. Pour lors
les nouveaux venus se mirent de toutes leurs forces à attaquer la place.

Un jour les ennemis jetèrent hors du château les pauvres et les femmes
qu'ils avaient avec eux, et les exposèrent à la mort, afin d'épargner
leurs vivres: toutefois notre comte ne voulut les tuer, et se contenta
de les rembarrer dans Penne. Ô noblesse digne d'un prince! Il dédaigna
de faire mourir ceux qu'il avait pris, et ne crut pas qu'il pût
acquérir de la gloire par la mort de gens dont il ne devait la prise à
la victoire. Finalement, lorsque nos machines eurent long-temps battu la
forteresse, et détruit toutes les maisons et refuges qui s'y trouvaient,
comme aussi la grande machine qu'on avait récemment élevée eut affaibli
la muraille elle-même, les assiégés, voyant qu'ils ne pouvaient tenir
long-temps, et que, si le château était emporté de force, ils seraient
tous passés au fil de l'épée; considérant, de plus, qu'ils ne devaient
attendre nul secours du comte de Toulouse, traitèrent avec les nôtres,
et proposèrent de rendre le château à notre comte, pourvu qu'ils pussent
sortir avec leurs armes. À cette offre, le comte tint conseil avec les
siens pour savoir s'il l'accepterait ou non; et les nôtres, considérant
que ceux de Penne pouvaient encore résister nombre de jours, que le
comte avait encore à faire beaucoup d'autres et importantes choses
nécessaires au bien de l'entreprise, enfin que l'hiver approchait, et
qu'en cette saison on ne pourrait continuer le siége; par toutes ces
raisons, dis-je, ils lui conseillèrent d'accepter la composition que les
ennemis lui proposaient. Adonc, l'an du Verbe incarné 1212, dans le mois
de juillet, le jour de la Saint-Jacques, les ennemis furent mis dehors,
et le noble château de Penne fut rendu à Montfort. Le lendemain, survint
le vénérable Aubry, archevêque de Rheims, homme de bonté parfaite, qui
embrassait de la plus dévote affection les affaires de Jésus-Christ, et
avec lui le chantre de Rheims et quelques autres pélerins. Nous ne
croyons devoir taire que, durant que le comte était au siége de Penne,
il pria Robert de Mauvoisin de se rendre à une certaine ville
très-noble, ayant nom Marmande[146], laquelle avait appartenu au comte
de Toulouse, d'en prendre possession de sa part, et de la garder. À quoi
ce généreux personnage, bien qu'il fût tourmenté d'une infirmité
très-grave, consentit volontiers, loin de se refuser à cette fatigue,
et, comme tel autre, de s'en défendre sur la maladie qui l'accablait.
C'était en effet celui à la prévoyance, à la circonspection et aux
très-salutaires avis duquel était attaché le sort du comte, ou plutôt
tout le saint négoce de Jésus-Christ. Venant donc à la susdite ville,
Robert fut reçu honorablement par les bourgeois; mais quelques servans
du Toulousain qui défendaient la citadelle ne voulurent se rendre, et
commencèrent à la défendre: ce que voyant cet homme intrépide, je veux
dire Robert de Mauvoisin, il fit aussitôt dresser contre elle un
mangonneau qui n'eut pas plutôt lancé quelques pierres que les servans
la remirent en son pouvoir. Il y passa quelques jours, et revint ensuite
à Penne auprès du comte. Penne étant pris, et ayant reçu garnison des
nôtres, Montfort se décida à assiéger un château voisin, nommé
Biron[147], que le comte de Toulouse avait donné à ce traître, je veux
dire à Martin d'Algues, qui, comme nous l'avons dit plus haut, avait été
des nôtres, et s'en était ensuite traîtreusement séparé. Cet homme,
s'étant arrêté dans le susdit château de Biron, voulut y attendre notre
arrivée; ce que l'issue prouva être l'effet d'un juste jugement de Dieu.
Nos gens donc arrivèrent devant cette place, et, l'ayant attaquée, ils
enlevèrent de force et par escalade le faubourg, après avoir usé d'une
merveilleuse bravoure, et enduré mille travaux. Aussitôt les ennemis se
retranchèrent dans la forteresse, et, voyant qu'ils ne pouvaient
résister plus long-temps, ils demandèrent la paix, prêts à rendre le
château, pourvu qu'ils en pussent sortir la vie sauve; ce que le comte
ne voulait en aucune façon leur accorder. Toutefois, craignant que ledit
traître, savoir Martin d'Algues, dont la prise avait été son principal
motif pour assiéger Biron, n'échappât furtivement, il leur offrit de les
tenir quittes des angoisses d'une mort imminente, moyennant qu'ils lui
livreraient le perfide. Sur ce, ils coururent en hâte le saisir, et le
remirent en ses mains; et, lorsqu'il l'eut en son pouvoir, il lui offrit
de se confesser, ainsi que cet homme catholique avait coutume de le
faire à l'égard des autres condamnés; puis il le fit traîner dans les
rangs de l'armée, attaché à la queue d'un cheval, et, démembré qu'il
fut, il le fit pendre à un gibet, suivant ses mérites. En ce même lieu,
vint à lui un certain noble, prince de Gascogne, Gaston de Béarn,
très-méchant homme, qui avait toujours été du parti de Raimond, pour
entrer avec lui en pourparler; et, comme ils ne purent s'accorder le
même jour, Montfort lui assigna une autre conférence auprès d'Agen; mais
cet ennemi de la paix, rompant le traité, ne voulut s'y rendre. Sur ces
entrefaites, la noble comtesse de Montfort et le vénérable évêque de
Carcassonne, et moi avec lui, nous revenions en hâte des environs de
cette ville vers le comte, menant avec nous quelques pauvres et
pélerins. Ni faut-il taire que, durant la route, beaucoup d'entre
ceux-ci venant à défaillir à cause de l'extrême chaleur et des
difficultés du chemin, le vénérable évêque de Carcassonne et la noble
comtesse compatissant à leurs souffrances, les portaient tout le long du
jour en croupe derrière eux; quelquefois même l'un et l'autre, je veux
dire l'évêque et la comtesse, faisaient mettre deux pélerins sur leur
cheval, et marchaient à pied. Ô pieuse compassion du prélat! ô noble
humilité de cette dame! Or, quand nous arrivâmes à Cahors dans notre
marche vers le comte, on nous dit qu'aux entours il y avait des castels
où séjournaient des routiers et des ennemis de la foi; mais, comme nous
en approchâmes, bien que nous fussions en petit nombre, il arriva que,
par la merveilleuse opération de la divine clémence, ces méchans,
effrayés à notre vue, et fuyant devant nous, décampèrent, et laissèrent
vides plusieurs châteaux très-forts que nous détruisîmes avant que de
nous joindre au comte; ce que nous fîmes à Penne.

[Note 146: À six lieues d'Agen.]

[Note 147: À huit lieues d'Agen.]

Ces choses dûment achevées, le noble comte ayant tenu conseil avec les
siens, arrêta d'assiéger un château nommé Moissac[148], qui était au
pouvoir du Toulousain: ce qui fut fait la veille de l'Assomption de la
bienheureuse Marie. Or, était Moissac bâti au pied d'une montagne, dans
une plaine près du Tarn, en lieu très-fertile et fort agréable, et on
l'appelait ainsi du mot _moys_, qui veut dire _eau_, parce que cette
ville abonde en fontaines très-douces qui sont au dedans de ses murs.
Les gens du fort apprenant notre arrivée avaient appelé à eux des
routiers et plusieurs hommes de Toulouse, afin d'être mieux en état de
nous résister; lesquels routiers étaient des pères et des plus pervers.
En effet, Moissac ayant été long-temps avant frappée d'interdit par le
légat du seigneur pape, pour la faveur qu'elle accordait aux hérétiques,
et les attaques qu'elle dirigeait contre l'Église de concert avec le
comte Raimond, ces routiers, en mépris de Dieu et de nous, faisaient
tous les jours et à toute heure, sonner comme en jour de fête les
cloches de l'église qui se trouvait dans le château, et qui était
très-belle et très-grande, le roi de France, Pepin, ayant fondé à
Moissac un monastère de mille moines. Peu de jours après, le comte fit
préparer et dresser près du fort des machines qui affaiblirent quelque
peu la muraille; mais les ennemis en firent autant et lancèrent des
pierres sur nos engins. Cependant, les vénérables hommes, directeurs et
maîtres de l'entreprise, savoir, l'évêque de Carcassonne et Guillaume,
archidiacre de Paris, ne cessaient de s'occuper de tout ce qui
intéressait le succès du siége; de même l'archevêque de Rheims présent à
l'armée, dispensant très-souvent et bien volontiers la parole de la
prédication aux pélerins, et des exhortations saintes, se livrant
humblement aux soins nécessaires à l'issue de l'expédition, et dépensant
libéralement de ses propres deniers, se rendait grandement utile à la
cause de Jésus-Christ. Un jour, les ennemis sortirent du château et se
dirigèrent sur nos machines pour les ruiner; mais le comte accourant
suivi de quelques-uns des nôtres, les força de rentrer dans leur fort.
Or, ce fut dans ce combat que l'un des assiégés, lançant une flèche à
notre comte, le blessa au pied, et qu'ayant pris un jeune chevalier
croisé, neveu de l'archevêque de Rheims, les routiers l'entraînèrent
après eux, le tuèrent, et nous jetèrent son cadavre honteusement
dépecé. Toutefois, le vénérable archevêque, son oncle, bien qu'il aimât
ce jeune homme de la plus tendre affection, supportant magnanimement sa
mort pour le service du Christ, et dissimulant sa douleur par grande
force d'âme, donna à tous ceux qui se trouvaient autour de lui l'exemple
d'une merveilleuse patience et bien admirable. Ajoutons qu'au
commencement du siége, les Croisés n'ayant pu serrer le château de
toutes parts à cause de leur petit nombre, les ennemis en sortaient
chaque jour, et gravissant la montagne qui dominait Moissac, ils
harcelaient insolemment notre armée: pour lors, nos pélerins montaient
contre eux, et se battaient tout le long du jour. Au demeurant, toutes
fois que les assiégés tuaient quelqu'un de nos gens, entourant son corps
en signe de leur mépris pour nous, chacun d'eux le perçait de sa lance,
montrant une telle cruauté qu'il ne leur suffisait de voir à leurs pieds
l'un de nos pélerins mort, si en lui faisant de nouvelles blessures,
tous tant qu'ils étaient, ils ne poignaient son cadavre à coups d'épée.
Ô méprisable combat! ô rage scélérate!

[Note 148: À sept lieues de Montauban.]

Nous en étions là quand des pélerins de France commencèrent à nous
arriver de jour en jour; même l'évêque de Toul, Renauld, survint avec
d'autres. Comme donc notre nombre s'accroissait ainsi, nous occupâmes la
susdite montagne, et les Croisés continuant de venir peu à peu, comme
ils usaient de le faire auparavant, le château fut enfermé presque de
toutes parts. N'oublions pas de dire que, quand le siége n'était encore
qu'à moitié formé, les ennemis sortant de leurs murailles et montant sur
la hauteur, toutes fois qu'ils voyaient l'évêque de Carcassonne
prêchant et exhortant le peuple, lançaient à coups d'arbalète des
flèches au milieu de la foule qui l'écoutait; mais, par la grâce de
Dieu, ils ne purent jamais blesser aucun des assistans. Enfin, vu que
nous ne pourrions raconter au long tout ce qui fut fait en ce siége,
arrivons à la conclusion. Après que nos machines eurent long-temps battu
la place et l'eurent affaiblie, le comte en fit construire une qu'en
langue vulgaire on appelle _chat_; et, lorsqu'elle fut achevée, il
ordonna de la traîner proche le fossé du château, lequel était
très-large et rempli d'eau. Or, les ennemis avaient élevé des barrières
de bois en dehors de ce fossé, et derrière ces barrières ils en avaient
creusé un autre, se postant toujours entre les deux, et en sortant
fréquemment pour incommoder nos gens. Cependant ladite machine était en
mouvement, laquelle était couverte de peaux de boeuf fraîches, pour que
les assiégés n'y pussent mettre le feu. D'ailleurs, ils faisaient jouer
incessamment contre elle une perrière et cherchaient à la ruiner: voire,
quand elle fut établie au premier fossé, au moment où il ne restait plus
rien à faire aux nôtres, que de le combler sous la protection du _chat_,
un beau jour, après le coucher du soleil, ils sortirent du château,
portant du feu, du bois sec, du chaume, de l'étoupe, des viandes salées,
de la graisse, de l'huile et autres instrumens d'incendie, qu'ils
lançaient sans discontinuer pour brûler notre engin. Ils avaient en
outre des arbalétriers qui faisaient beaucoup de mal à ceux qui le
défendaient. Que dirai-je? La flamme s'élança dans les airs, et nous
fûmes tous grandement troublés. Or, le comte et Gui, son frère, étaient
au nombre de ceux qui cherchaient à sauver la machine. Les ennemis donc
faisaient, sans se lasser, tout ce qui pouvait alimenter l'incendie; de
leur côté, les nôtres versaient sans relâche, et à grand'peine, de
l'eau, du vin, de la terre pour l'éteindre, tandis que d'autres
retiraient avec des instrumens de fer les morceaux de viande et les
vases pleins d'huile que les assiégés y lançaient. Ce fut de cette
manière que nos gens, après d'incroyables souffrances, pour la chaleur
et le travail qu'ils avaient à endurer, et qu'on ne pouvait guère voir
sans verser des larmes, arrachèrent la machine aux flammes. Le
lendemain, les pélerins s'armèrent, abordèrent le château de toutes
parts, et pénétrant audacieusement dans le premier fossé, ils brisèrent
les barrières de bois élevées derrière, après de grandes fatigues et
prouesses soutenues: quant aux ennemis postés entre les barrières et
dans les barbacanes, ils les défendaient du mieux qu'ils pouvaient.
Cependant, au milieu de l'assaut, l'évêque de Carcassonne et moi, nous
parcourions les rangs de l'armée, exhortant les nôtres, tandis que
l'archevêque de Rheims, les évêques de Toul et d'Albi, Guillaume,
archidiacre de Paris, et l'abbé de Moissac avec quelques moines, et le
reste du clergé, se tenaient devant le château sur le penchant de la
montagne, revêtus de robes blanches, les pieds nus, ayant devant eux la
croix avec les reliques des Saints, et implorant le divin secours,
chantaient à très-haute voix et bien dévotement _Veni Creator spiritus_.
Le consolateur ne fut sourd à leurs prières, et dès qu'ils
recommencèrent pour la troisième fois le verset de l'hymne où il est
dit, _Hostem repellas longius_, les ennemis épouvantés par la volonté
divine, et repoussés dans la place, abandonnèrent les barbacanes,
s'enfuirent vers le château, et s'enfermèrent dans l'enceinte des
murailles. Ce fut alors que les bourgeois d'un certain château
appartenant au Toulousain, voisin de Moissac, et qu'on appelait
Castel-Sarrasin, vinrent à notre comte et le lui rendirent. Vers le même
temps, il envoya Gui, son frère, et le comte Baudouin, frère de Raimond,
avec d'autres gens d'armes, vers une noble forteresse au pouvoir du
comte de Toulouse, à cinq lieues de cette ville, située sur la Garonne
et nommée Verdun, dont les habitans se rendirent sans nulle condition.
Pareillement, tous les châteaux placés aux alentours se rendirent à
notre comte, à l'exception d'un seul qu'on appelle Montauban. De plus,
les bourgeois de Moissac, apprenant que les castels des environs
s'étaient livrés à lui, et voyant qu'ils ne pouvaient résister
davantage, lui envoyèrent demander la paix. Sur quoi, le comte
considérant que Moissac était encore assez fort pour ne pouvoir être
pris sans grande perte des nôtres, et que si elle était enlevée
d'assaut, cette ville très-riche et la propriété des moines serait
saccagée et détruite; enfin, que tous ceux qui s'y trouvaient périraient
indifféremment, il répondit qu'il les recevrait à composition s'ils lui
abandonnaient les routiers, plus ceux, sans exception, qui étaient venus
de Toulouse pour renforcer la garnison du château, et s'ils lui juraient
en outre sur les saints Évangiles qu'à l'avenir ils n'attaqueraient plus
les chrétiens. Ce qui ayant été dûment accompli, le comte fut mis en
possession de la place, après que les routiers et gens de Toulouse lui
eurent été livrés, et la restitua à l'abbé de Moissac, sous la réserve
de ce qui appartenait de droit dans ce château aux comtes toulousains.
Pour en finir, nous dirons que nos pélerins s'étant saisis des routiers,
les tuèrent très-avidement. Ni croyons-nous devoir taire que le château
de Moissac, dont le siége avait commencé la veille de l'Assomption de la
bienheureuse vierge Marie, fut pris le jour de la Nativité de cette
sainte Mère. On reconnaît donc que ce fut par son opération.

Le comte partant de là arrêta d'assiéger un château voisin de Foix,
nommé Saverdun, au diocèse de Toulouse, qui s'était soustrait à sa
domination, et au moyen duquel le comte de Foix, qui le retenait en sa
possession, incommodait beaucoup Pamiers. Dans ces entrefaites, quelques
nobles pélerins vinrent d'Allemagne à Carcassonne, et furent conduits à
Pamiers par Enguerrand de Boves, à qui, comme nous l'avons dit plus
haut, Montfort avait cédé en grande partie les domaines du comte de
Foix, et par d'autres chevaliers à nous qui gardaient le pays de
Carcassonne. Or ce comte et celui de Toulouse étaient à Saverdun, d'où
ils s'enfuirent en apprenant que nos chevaliers avec les Allemands
s'avançaient en hâte sur eux; si bien que, sans combat ni condition,
Enguerrand recouvra Saverdun. De son côté, notre comte venait de Moissac
avec ses troupes; et, comme il fut arrivé près de Saverdun, il alla à
Pamiers où se trouvaient les Allemands, tandis que l'armée marcha pour
rejoindre Enguerrand. Quant à lui, suivi desdits pélerins, il alla
caracoler devant Foix, et revint de là à l'armée, qui s'était acheminée
de Saverdun vers Hauterive, dont les habitans avaient pris la fuite à
notre approche, et qu'ils avaient laissé désert. Le comte y mit
garnison, parce que de cette position il pouvait inquiéter les ennemis,
Hauterive étant située entre Foix et Toulouse. Après quoi, il forma le
dessein d'envahir les terres du comte de Comminges, et marcha sur un
château voisin de Toulouse, nommé Muret, dans une situation
très-agréable, sur les bords de la Garonne. À notre arrivée, les
habitans eurent peur et s'enfuirent à Toulouse. Mais auparavant,
quelques-uns d'entre eux mirent le feu au pont du château, lequel était
de bois et fort long, joignant les deux rives de la Garonne, et par où
il nous fallait passer. Comme donc nous fûmes parvenus devant la place,
et que trouvant ce pont brûlé, nous ne pouvions y entrer, le comte et
plusieurs des nôtres se jetant dans le fleuve, qui était profond et
rapide, le traversèrent non sans grand danger: pour ce qui est de
l'armée, elle campa de l'autre côté de l'eau. Soudain Montfort, avec
quelques-uns des siens, courut au pont, éteignit le feu avec beaucoup de
peine, et soudain une pluie si abondante vint à tomber du ciel, et la
crue du fleuve fut telle que personne ne pouvait le passer sans courir
grand risque de perdre la vie. Sur le soir, le noble comte, voyant que
presque tous les chevaliers et les plus forts de l'armée avaient
traversé l'eau à la nage, et étaient entrés dans le château, mais que
les piétons et les invalides n'ayant pu en faire autant étaient restés
sur l'autre bord, il appela son maréchal, et il lui dit: «Je veux
retourner à l'armée.» À quoi celui-ci répondit: «Que dites-vous? Toute
la force de l'armée est dans la place, il n'y a au-delà du fleuve que
les pélerins à pied: de plus, l'eau est si haute et si violente que
personne ne pourrait la passer, sans compter que les Toulousains
viendraient peut-être et vous tueraient, vous et tous les autres.» Mais
le comte: «Loin de moi, dit-il, que je fasse ce que vous me conseillez!
Les pauvres du Christ sont exposés au couteau de ses ennemis, et moi, je
resterais dans le fort! Advienne de moi selon la volonté du Seigneur!
J'irai certainement et resterai avec eux.» Aussitôt, sortant du château,
il traversa le fleuve, revint à l'armée des gens de pied, et y demeura
avec un très-petit nombre de chevaliers, savoir quatre ou cinq, durant
plusieurs jours, jusqu'à ce que le pont fût rétabli et qu'elle pût
passer toute entière. Ô grande prouesse de ce prince! ô courage
invincible! Ainsi, il ne voulut rester dans le château avec ses
chevaliers, durant que les pauvres pélerins étaient en danger au milieu
des champs.



CHAPITRE LXIV.

     Le comte de Montfort occupe Saint-Gaudens et inquiète Toulouse.
     Le comte Raimond sollicite le secours du roi d'Arragon.


Durant que notre comte séjournait au château de Muret, il vit venir à
lui les évêques de Comminges et de Conserans, hommes vénérables et
remplis de Dieu, qui portaient à la cause de Jésus-Christ une affection
unique, l'avançaient par leurs oeuvres, et dont le conseil et
l'industrie avaient conduit Montfort en ses opérations. Ils l'avertirent
donc de pousser en avant, et qu'il s'emparerait sans coup férir de la
plus grande partie de la Gascogne: ce qu'il fit promptement, marchant
d'abord contre un château nommé Saint-Gaudens[149], et appartenant au
comte de Comminges, dont les habitans l'accueillirent avec joie. Là
vinrent à lui les nobles du pays qui lui firent hommage, et reçurent de
lui leurs terres. En outre, pénétrant dans les montagnes auprès de Foix,
il dévasta en majeure partie les domaines de Roger de Comminges, tandis
que l'évêque de Carcassonne, qui était resté avec quelques pélerins dans
le château de Muret, travaillait assidûment à le fortifier. Puis ayant
terminé les affaires qui l'avaient appelé en Gascogne, le comte revint
audit château, n'ayant avec lui de pélerins armés que le comte de Toul
et quelques autres chevaliers en très-petit nombre. Bien néanmoins qu'il
ne fût suivi que de si peu de monde, il allait souvent faire cavalcade
jusqu'aux portes de Toulouse, d'où n'osaient sortir les ennemis, tout
innombrables et bien pourvus qu'ils étaient. Lui, cependant, ravageait
tout dans les environs et saccageait leurs forteresses sous leurs yeux.
Or était cette cité pleine de gens outre mesure, vu que les hérétiques
de Béziers, de Carcassonne et de Toulouse, ensemble leurs fauteurs et
les routiers, ayant perdu leurs terres par la volonté de Dieu, s'y
étaient réfugiés et l'avaient remplie à tel point qu'ils avaient changé
les cloîtres de la ville en étables et en écuries, après en avoir chassé
moines et chanoines. Ô Toulouse, vrai nid d'hérétiques! ô tabernacle de
voleurs! Ni faut-il taire combien elle était alors obsédée et vexée de
toutes parts, le comte étant d'un côté à Muret, de l'autre certains
chevaliers des nôtres à Verdun, ici le comte Baudouin, et là Gui, frère
de Montfort, lesquels ensemble l'entourant de tous sens, et courant
chaque jour jusque près de ses portes, ne l'incommodaient pas
médiocrement. Pour quoi Raimond qui, déshérité en juste châtiment de ses
péchés, avait perdu toutes ses possessions, fors Toulouse et Montauban,
s'était enfui près du roi d'Arragon pour lui demander conseil et
secours, afin de les recouvrer par son aide. Ô juste jugement du
très-juste Seigneur! ô véridique sentence du très-miséricordieux frère
Pierre de Castelnau! En effet, cet homme de bien affirmait, comme je
l'ai ouï de la bouche de ceux qui le lui avaient souvent entendu dire,
que les affaires de Jésus-Christ ne parviendraient jamais à une heureuse
issue jusqu'à ce qu'un des prédicateurs catholiques mourût pour la
défense de la foi; et plût à Dieu, ajoutait-il, que je fusse le premier
frappé par son persécuteur!

[Note 149: À huit lieues de Pamiers.]

Voilà donc que ce misérable comte toulousain, après avoir fait tuer ce
très-saint personnage, parce qu'il lui reprochait en face et
publiquement ses énormes méfaits, crut avoir échappé au sort qu'il
méritait, et s'imagina rentrer dans ses domaines; mais Dieu venant à lui
rétribuer sa vengeance et à revancher le sang de son martyr, le traître
ne remporta que perte totale et dommage irréparable de ce dont il avait
compté retirer grand profit. Et si faut-il noter soigneusement que ce
malheureux avait reçu en amitié sans pareille et bien étroite
familiarité l'assassin de l'homme de Dieu, tellement que, le menant
comme en spectacle avec lui par les villes et châteaux, il disait à
chacun: «Celui-ci seul m'aime et seul s'accorde en tout avec mes voeux;
c'est lui qui m'a enlevé à la rage de mon ennemi.» Au demeurant, si
ledit comte rehaussait de la sorte ce très-cruel homicide, celui-ci
était au contraire abhorré même par les animaux muets; et, comme nous
l'avons recueilli de la véridique relation de nombre de saints
personnages, chanoines de l'église de Toulouse, du jour où le susdit
bourreau tua le serviteur de Dieu, jamais chien ne daigna recevoir un
morceau de sa main en exécration d'un si grand crime. Ô chose admirable,
chose inouïe! Ce que j'en ai dit était pour montrer combien justement le
comte de Toulouse fut enfin dépossédé de ses terres.

Les choses en étaient là quand Roger Bernard, fils du comte de Foix,
passant avec ses routiers près Carcassonne, un jour qu'il chevauchait
sur la route de Narbonne pour surprendre de nos pélerins et les conduire
enchaînés à Foix ou les condamner à la mort la plus cruelle, en
rencontra quelques-uns qui venaient de France vers notre comte,
lesquels, à la vue des ennemis, pensant qu'ils étaient nôtres,
marchèrent sans crainte au-devant d'eux. De fait, lesdits traîtres
n'oubliaient rien pour assurer le succès de leur méchanceté, allant au
petit pas et suivant le grand chemin, si bien qu'il n'était aisé de voir
qu'ils n'étaient pas de nos gens. Bref, quand ils se furent mutuellement
approchés, soudain les barbares se ruèrent sur les pélerins en faible
nombre et sans armes, ne soupçonnant d'ailleurs aucune trahison; puis en
tuant plusieurs et les déchirant membre à membre, ils emmenèrent le
reste à Foix, où les retenant aux fers et dépeçant leurs corps chétifs
en d'horribles tourmens, ils imaginaient chaque jour, et avec diligente
étude, nouveaux supplices et non connus pour endolorir leurs captifs.
En effet, ils les rouaient par tant de tortures et si affreuses, ainsi
que me l'a conté un de nos chevaliers prisonnier comme eux et témoin de
leurs souffrances, que leur férocité pourrait se comparer à celle de
Dioclétien et de Maximien, ou même être placée au-dessus. Et, pour ne
rien dire de leurs moindres cruautés, disons qu'ils se divertissaient à
pendre fréquemment les prêtres même et ministres des divins mystères;
voire parfois (chose horrible à rapporter) les scélérats les traînaient
avec des cordes liées aux parties génitales. Ô monstrueuse barbarie! ô
rage sans exemple!



CHAPITRE LXV.

     Comment le comte Simon réunit à Pamiers les prélats et barons;
     décrets et lois qui y furent portés et qu'il promit d'accomplir.


L'an de l'incarnation du Seigneur 1212, au mois de novembre, le comte de
Montfort convoqua les évêques et nobles de ses domaines pour tenir un
colloque général à Pamiers. L'objet de cette conférence solennelle était
que le comte fît rétablir les bonnes moeurs dans le pays qu'il avait
acquis et soumis à la sainte Église romaine, qu'il en repoussât bien
loin l'ordure d'hérésie qui l'avait infecté tout entier, et y implantât
les saines habitudes, tant celles du culte chrétien que celles mêmes de
la paix temporelle et de la concorde civile. Aussi bien ces contrées
avaient été d'ancienne date ouvertes aux déprédations et rapines de
toute espèce; le fort y opprimait le faible, les grands y vexaient les
petits. Le noble comte voulut donc instituer coutumes et fixer aux
seigneurs limites certaines que nul ne pût transgresser, déterminer
comment les chevaliers vivraient à juste titre de revenus légitimes et
assurés, et faire en sorte que le menu peuple lui-même pût subsister
sous l'aile des seigneurs sans être grevé d'exactions outre mesure. À
telle fin furent élues douze personnes qui jurèrent sur les saints
Évangiles qu'elles disposeraient, selon leur pouvoir, telles coutumes
que l'Église pût jouir de sa liberté, et que tout le pays fût mis bien
fermement en meilleur état. De ces douze, quatre appartenaient au
clergé, savoir les évêques de Toulouse et de Conserans, un frère
templier et un frère hospitalier; quatre étaient des chevaliers de
France, et les quatre autres, natifs du pays, comptaient deux chevaliers
et deux bourgeois, par lesquels ensemble furent lesdites coutumes
tracées et arrêtées en suffisante manière. Au demeurant, pour qu'elles
fussent inviolablement observées, le noble comte et tous ses chevaliers
firent serment, sur les quatre Évangiles, avant même qu'elles fussent
produites, de ne les violer oncques, et enfin, pour majeure garantie,
elles furent rédigées par écrit et munies du sceau du comte et de tous
les évêques qui étaient là en bon nombre.

Durant que ces choses se passaient à Pamiers, les ennemis de la foi
sortirent de Toulouse et commencèrent à courir la Gascogne, faisant tout
le mal qu'ils pouvaient. Sur quoi, le vénérable évêque de Comminges,
ayant pris avec lui quelques-uns de nos chevaliers, marcha en ces
quartiers et les défendit bravement contre les hérétiques. Quant au
noble comte, il vint à Carcassonne et de là à Béziers pour y conférer
avec l'archevêque de Narbonne sur les divers points qui intéressaient
les affaires de Jésus-Christ. Or pendant que nous étions à Béziers, le
siége épiscopal de cette ville étant vacant, les chanoines de cette
église choisirent d'une commune voix le vénérable archidiacre de Paris,
Guillaume, pour leur évêque et pasteur; mais il ne put, par aucune
raison, être induit à accepter cette élection.



CHAPITRE LXVI.

     Comment le roi d'Arragon vint à Toulouse, et eut une entrevue
     avec le comte Simon et le légat du siége apostolique.


Aux environs de la fête des rois[150], le roi d'Arragon, Pierre, lequel
voulait grandement mal à la cause de l'Église, vint à Toulouse et y
recruta chevaliers parmi les excommuniés et les hérétiques. Il manda
toutefois à l'archevêque de Narbonne, légat du siége apostolique, et au
comte de Montfort, qu'il voulait conférer avec eux et traiter de paix et
composition entre ledit comte et les ennemis de la foi. Il fut donc
assigné pour cette entrevue, et de mutuel consentement, un jour et un
endroit entre Toulouse et Lavaur, où, arrivés que nous fûmes au lieu du
concile, le roi se prit à prier l'archevêque de Narbonne et les prélats
de restituer leurs domaines aux comtes de Toulouse, de Comminges, de
Foix et à Gaston de Béarn. Mais ledit archevêque lui répondit qu'il eût
à rédiger par écrit toutes ses demandes, et à les envoyer écrites et
scellées aux évêques dans la ville de Lavaur. En outre le roi, après
avoir grandement amadoué notre comte, son frère et ses fils, le pria
que, pendant huit jours, il se désistât de mal faire à ses ennemis. À
quoi ce très-noble personnage et tout plein de courtoisie: «Je ne me
désisterai, dit-il, de mal faire; mais, par révérence envers vous, je
cesserai de faire bien durant ces huit jours.» Pareillement, le roi
promit, au nom des ennemis, que, pendant le temps de la conférence, ils
n'attaqueraient les nôtres; ce qui n'empêcha pas que ces hommes sans
foi, quand ils surent que nous étions assemblés, commencèrent à courir
sur nos terres du côté de Carcassonne (bien qu'ils nous eussent assurés
du contraire par l'entremise du roi d'Arragon), y portant le ravage et
tuant beaucoup des nôtres. Ô fraude scélérate!

[Note 150: En 1213.]

Trois jours après que le roi fut parti du lieu de la conférence pour se
rendre à Toulouse, il écrivit ses demandes aux archevêques et évêques
dans la teneur qui suit:

«Demandes du roi des Arragonais aux prélats réunis en concile dans la
ville de Lavaur.»

«Pour autant qu'on enseigne que notre très-sainte mère l'Église a non
seulement des paroles, mais aussi des châtimens, son dévot fils, Pierre,
par la miséricorde de Dieu, roi d'Arragon, pour Raimond, comte de
Toulouse, lequel désire retourner au giron de notredite mère l'Église,
requiert humblement de votre sainteté et la prie instamment, pour qu'en
donnant satisfaction personnelle de tous excès quelconques, selon qu'il
aura paru convenir à l'Église elle-même, ainsi que des dommages et torts
apportés aux diverses églises et aux prélats, suivant ce que la clémence
de cette sainte mère jugera devoir enjoindre audit comte, il soit, par
grâce et miséricordieusement rétabli dans ses possessions et autres
choses qu'il a perdues; que si, par cas, l'Église, en punition des
fautes du comte, ne voulait entendre à la demande du roi, il requiert et
prie pour le fils comme pour le père, en telle sorte cependant que
celui-ci n'en rende pas moins personnelle satisfaction pour tout excès
commis, soit en marchant aux frontières des Sarrasins avec chevaliers
pour secourir les Chrétiens, soit en allant outre-mer, selon ce que
l'Église décidera être le mieux expédient; quant à l'enfant, qu'il soit
tenu en sa terre sous garde bien diligente et surveillance très-fidèle,
en l'honneur de la sainte Église romaine, jusqu'à tant que signes
manifestes se fassent voir chez lui de bonne nature et généreuse.»

«Et parce que le comte de Comminges ne fut oncques hérétique ni
défenseur d'iceux, ains plutôt qu'il les a combattus; et d'autant qu'il
est dit avoir perdu des domaines pour avoir assisté son seigneur et
cousin le comte de Toulouse, demande encore ledit roi, et prie pour lui
comme pour un sien vassal, que restitution lui soit octroyée de ses
domaines, sauf, pareillement, telle satisfaction que lui commandera
l'Église, s'il semble qu'il ait manqué en quelque point.»

«_Item_, le comte de Foix, vu qu'il n'est ni ne fut hérétique, ledit roi
demande pour lui, et prie comme pour son parent bien aimé, auquel sans
honte il ne peut faillir, ni justement en tel besoin, qu'en sa faveur
et par révérence pour lui il soit réintégré dans ses choses; moyennant
toutefois qu'il satisfera à l'Église en tout et pour tout ce en quoi la
clémence de cette bonne mère jugera qu'il s'est rendu coupable.

«_Item_, pour Gaston de Béarn, son vassal, demande le susdit roi et prie
affectueusement qu'il soit rétabli dans ses terres et féauté des siens
vassaux, d'autant plus qu'il est prêt à obéir et se soumettre aux ordres
de l'Église devant juges non suspects, si d'aventure ne nous est
loisible ouïr sa cause et l'expédier.

«Au demeurant, pour tout ce qui précède, ledit roi a cru qu'il fallait
invoquer miséricorde plutôt que jugement, adressant à votre clémence ses
clercs et ses barons, et tenant pour ratifié sur les points ci-contenus
quoi que ce soit qu'ordonnerez avec eux; suppliant qu'en ce fait
daigniez user d'une telle circonspection et diligence que le secours des
susdits barons et du comte de Montfort puisse être bientôt donné aux
affaires de la chrétienté dans le pays d'Espagne, pour l'honneur de Dieu
et l'agrandissement de notre sainte mère l'Église.

«Donné à Toulouse, le 17e jour avant les calendes de février.»


_Réponse du Concile._

«À l'illustre et très-cher en Jésus-Christ, Pierre, par la grâce de
Dieu, roi des Arragonais et comte des Barcelonnais, le concile réuni à
Lavaur, salut et sincère affection dans le Seigneur. Nous avons vu les
pétitions et pièces que votre royale sérénité nous a adressées pour le
Comte de Toulouse et son fils, les comtes de Foix, de Comminges, et le
noble homme Gaston de Béarn, dans lesquelles lettres, entre autres
choses, vous vous dites un dévot fils de l'Église: pour quoi nous
rendons actions de grâces au Seigneur Jésus-Christ et à votre grandeur
royale, et en tout ce que nous pourrons faire selon Dieu nous admettrons
affectueusement vos prières, à cause de ce mutuel amour que notre sainte
mère l'Église romaine vous porte, à ce que nous voyons, et vous à elle,
non moins que par révérence pour votre Excellence royale. Quant à ce que
vous demandez et priez à l'égard du comte de Toulouse, nous avons cru
devoir répondre à votre royale sérénité que ce qui touche la cause du
comte et de son fils, laquelle dépend du fait de son père, n'a, par
autorité supérieure, été du tout laissé à notre décision, vu que ledit
comte de Toulouse a fait, sous forme certaine, commettre son affaire par
le seigneur pape à l'évêque de Riez et à maître Théodise; à quel sujet,
comme nous croyons, vous gardez en fraîche mémoire combien de grâces et
pour grandes le seigneur pape accorda audit comte après ses nombreux
excès; pareillement quelle faveur le vénérable archevêque de Narbonne,
légat du siége apostolique, et pour lors abbé de Cîteaux, fit il y a
déjà deux ans, si nous nous en souvenons bien, au même comte, sur votre
intercession et en considération de vos prières. En effet, le légat
consentait à ce qu'il conservât intactes et tout entières ses
seigneuries et propriétés, et que lui demeurassent aussi dans leur
intégrité les droits qu'il avait sur les châteaux des autres hérétiques
qui faisaient partie de son fief, sans alberge, quête ni chevauchée; en
outre, pour ce qui est des châteaux qui appartenaient aux autres
hérétiques et n'étaient de son fief, lesquels ce comte disait monter à
cinquante, le légat voulait bien encore que la quatrième partie, voire
la troisième, tombât en sa possession[151]. Toutefois, méprisant cette
grande grâce du seigneur pape, du susdit légat et de l'Église de Dieu,
le comte allant droit contre tous les sermens qu'il avait anciennement
prêtés aux mains des légats, ajoutant iniquité sur iniquité, crime sur
crime, mal sur mal, a attaqué l'Église de Dieu et a porté grandement
dommage à la chrétienté, traitant et s'alliant avec les hérétiques et
routiers, si bien qu'il s'est rendu indigne de toutes faveurs et de tous
bienfaits. Quant à ce que vous demandez pour le comte de Comminges, nous
avons jugé devoir en cette façon vous répondre sur ce point, savoir,
qu'il nous a été donné à tenir pour certain que, comme il eut, après
nombre d'excès et violations de serment, contracté alliance avec les
hérétiques et leurs fauteurs, et, d'accord avec ces pestiférés, combattu
l'Église, bien qu'il n'eût jamais été lésé en rien, bien qu'ensuite il
ait été soigneusement admonesté de se déporter de tels actes, et,
revenant au coeur de l'Église, de se réconcilier à l'unité catholique,
néanmoins cedit comte a persévéré dans sa méchanceté; en sorte qu'il est
retenu dans les liens de l'excommunication et de l'anathême. Même,
dit-on, le comte de Toulouse a certifié maintes et maintes fois que ce
fut le comte de Comminges qui le poussa à la guerre; d'où il suit que
cedit comte fut en cela l'auteur des maux qu'elle a causés en si grand
nombre à l'Église. Cependant s'il se montrait tel qu'il méritât le
bienfait de l'absolution, après qu'elle lui serait accordée et qu'il
aurait le droit d'ester en jugement, l'Église ne lui déniera justice au
cas où il aurait quelque plainte à former.

[Note 151: Ceci ne s'accorde point avec ce que l'auteur a dit sur le
même objet, chapitre XLIII.]

«En outre, votre Grandeur royale demande pour le comte de Foix. À quoi
nous répondrons qu'il est constant à son sujet que, depuis long-temps,
il a été receleur des hérétiques, d'autant qu'il n'est douteux qu'il
faille nommer ainsi ceux qui s'appellent _croyans_. Le même comte, après
ses excès multipliés, après tous ses sermens, le rapt des personnes et
des biens, la capture des clercs et leur détention dans les cachots
(pour quoi et beaucoup d'autres causes il a été frappé du couteau
d'anathême), voire après la grâce que le susdit légat lui avait octroyée
en faveur de votre intercession, a fait un sanglant carnage des Croisés
qui, dans leur pauvreté et simplicité pieuses, marchaient au service de
Dieu contre les hérétiques de Lavaur. Pourtant quelle était cette grâce
et combien grande, c'est ce dont votre royale Grandeur se souvient bien,
à ce que nous pouvons croire, puisque c'était à sa prière que le légat
offrit composition à ce comte; et si cette composition ne fut faite,
c'est qu'il ne l'a voulu. Il existe en effet des lettres adressées au
comte de Montfort et scellées de votre sceau royal, lesquelles
contiennent la clause suivante: «Nous vous disons de plus que si le
comte de Foix ne veut se tenir à cette décision, et que par suite vous
n'écoutiez point les prières que nous ferions pour lui, nous ne
cesserons pour cela d'être en paix avec vous.» Toutefois si cedit comte
fait en sorte d'obtenir le bénéfice de l'absolution, et qu'après en
avoir mérité la grâce, il se plaigne en quelque point, l'Église ne lui
déniera justice.

«Vous demandez encore et priez pour Gaston de Béarn qu'il soit rétabli
dans ses domaines et féauté des siens vassaux. Sur quoi nous vous
répondrons, pour ne rien dire actuellement d'autres nombreux griefs, ou
plutôt innombrables, portés contre lui, qu'allié du moins aux hérétiques
et à leurs fauteurs ou défenseurs contre l'Église et les Croisés, il est
persécuteur très-notoire des églises et des membres du clergé. Il a été
au secours des Toulousains au siége de Castelnaudary; il a près de lui
l'assassin de frère Pierre de Castelnau, légat du siége apostolique; il
a long-temps retenu en sa compagnie des routiers, et les y tient encore.
L'an passé, il les a introduits dans l'église cathédrale d'Oléron, où,
ayant coupé la corde qui soutenait la custode du saint Sacrement, ils
firent tomber à terre le corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ, lequel,
chose horrible même à dire seulement, fut répandu sur le pavé. De plus,
en infraction de ses sermens, il a usé de violence envers les clercs:
pour quoi et plusieurs autres raisons que nous taisons présentement, il
a été enchaîné dans les liens de l'excommunication et de l'anathême.
Néanmoins, s'il donnait satisfaction à l'Église autant qu'il le doit, et
s'il obtenait le bénéfice de l'absolution, on ferait droit à ses
plaintes, au cas qu'il en eût quelqu'une à présenter. En effet, sans
cette condition, il ne serait convenable à votre royale majesté,
très-illustre prince, d'intercéder pour les susdits, tous excommuniés;
et pour nous, n'oserions répondre d'autre sorte sur tels faits et telles
personnes. À cette cause, admonestons et exhortons en Dieu votre
sérénité royale qu'elle daigne avoir en mémoire l'honneur que vous fit
le siége apostolique[152] et celui qu'elle fait actuellement à votre
illustre beau-frère le roi de Sicile, de même que ce qu'avez promis au
seigneur pape lors de votre sacre, et les commandemens qu'en avez reçus.
Nous prions le ciel qu'il vous conserve long-temps pour l'honneur de
Dieu et de la sainte Église romaine. Que si, par cette réponse de nous,
n'était votre royale Majesté bien satisfaite, nous aurons soin de
communiquer le tout au seigneur pape pour la révérence et grâce que nous
vous portons.

[Note 152: Pierre avait été couronné roi par le pape le 11 novembre
1204.]

«Donné à Lavaur, le quinzième jour avant les calendes de février.»

Le roi d'Arragon, oyant les réponses de nos prélats, voyant du tout
refusées les demandes qu'il avait faites, et qu'il ne pouvait conduire
ses voeux à bonne issue, inventa une autre manière de tromperie. Il
envoya donc des exprès aux évêques, leur mandant et les priant qu'ils
engageassent le comte de Montfort à donner trève au Toulousain et autres
ennemis de la foi chrétienne jusqu'à la Pentecôte prochaine ou du moins
jusqu'à Pâques: ce dont nos prélats ayant connaissance, ils prirent
garde que le roi ne demandait cela pour autre chose sinon pour que la
nouvelle de la suspension d'armes vînt jusqu'en France, et que par là se
refroidît la dévotion des Croisés. Par ainsi, ils rejetèrent cette
pétition comme ils avaient fait les premières. Au demeurant, comme il
serait trop long de rapporter par ordre tout ce que ledit roi écrivit,
et crurent les nôtres devoir lui répondre, disons en peu de mots que son
intention était uniquement de travailler à ce que le comte de Toulouse
et autres ennemis de la religion chrétienne fussent réintégrés dans
leurs possessions, ou du moins qu'ils obtinssent une trève de nous, pour
le motif ci-dessus expliqué. Mais les nôtres, gens bien avisés et
persévérans, ne voulurent rendre les terres, ni donner relâche aux
traîtres. Sur quoi le roi, voyant qu'il n'avait pu rien gagner, au grand
détriment de son renom et honneur, déclara qu'il prenait sous sa
protection les excommuniés et les domaines qu'ils tenaient encore;
voire, pour pallier un peu sa malice, il appela comme d'abus au siége
apostolique. Nos prélats toutefois ne déférèrent nullement à cet appel,
pour autant qu'il était, pour causes sans nombre, frivole et sans vertu.
Seulement l'archevêque de Narbonne, légat du saint-siége, adressa au roi
la lettre suivante:

«Au très-illustre seigneur Pierre, par la grâce de Dieu roi d'Arragon,
frère Arnauld, par la miséricorde divine, archevêque de Narbonne, légat
du siége apostolique, salut en charité de coeur et par les entrailles de
Jésus-Christ. Nous avons appris, non sans grande émotion et amertume
d'esprit, que vous vous disposez à prendre sous votre protection et
garde, et à défendre contre l'armée du Christ la cité de Toulouse et le
château de Montauban, ensemble les terres abandonnées à Satan, à cause
du crime d'hérésie et moult autres forfaits bien horribles, séparées de
toute communion avec notre mère l'Église, et livrées aux Croisés par
l'autorité de Dieu, dont le saint nom y est blasphémé en façon si grave:
comme donc ces choses, si elles sont vraies, ce que Dieu ne permette,
ne pourraient que nuire non seulement à votre salut, mais à la dignité
royale qui est en vous, à votre honneur et gloire; jaloux que nous
sommes de votre salut, gloire et renom, nous prions du fond de nos
entrailles votre grandeur royale, et charitablement lui conseillons,
l'avertissons et exhortons dans le Seigneur et par la puissance de la
vertu divine, de la part de notre Dieu rédempteur Jésus-Christ, et de
son très-saint vicaire notre seigneur le souverain pontife, dont
l'autorité nous est déléguée, vous faisons inhibition, et vous conjurons
par tous les moyens en notre pouvoir, afin que, par vous ni par autres,
ne receviez ou défendiez les susdites terres, désirant que vous daigniez
pourvoir à votre intérêt et au leur, si bien que, ne communiquant avec
les excommuniés, les maudits hérétiques et fauteurs d'iceux, il ne vous
arrive d'encourir la tache d'anathême. Nous ne voulons, du reste, cacher
à votre Sérénité que, si vous croyez devoir laisser aucuns des vôtres
pour la défense desdits lieux, comme ils seront pour semblable cas
excommuniés de droit, nous vous ferons publiquement déclarer tel, comme
défenseur des hérétiques.»

Néanmoins le roi d'Arragon, ne venant en rien à résipiscence, finit en
pis ce qu'il avait mal commencé, et prit sous sa protection tous les
hérétiques et les comtes excommuniés, savoir ceux de Toulouse, de
Comminges et de Foix, Gaston de Béarn, et les chevaliers Toulousains et
du Carcassez, qui, dépossédés pour fait d'hérésie, s'étaient réfugiés à
Toulouse, plus les habitans de cette cité, recevant le serment de tous,
et présumant bien de prendre en garde la ville de Toulouse, qui relève
directement du roi de France, comme tout ce qu'ils avaient encore de
possessions. Nous ne pensons devoir taire que, tandis que les nôtres
étaient au susdit colloque de Lavaur, et bien que le comte de Montfort,
par égard pour le roi, eût donné trève aux ennemis pour le temps qu'il
durerait, laquelle trève le roi avait pareillement confirmée en leur
nom, les traîtres n'en vinrent pas moins, pendant la tenue du concile,
courir maintes fois sur nos terres, profitant de ce que nous n'étions
sur nos gardes, où, ramassant un ample butin, tuant plusieurs de nos
gens, et faisant grand nombre de prisonniers, ils portèrent de tous
côtés bien graves dommages. À ce sujet, les nôtres se plaignirent
très-souvent au roi, qui ne fit pourtant donner aucune réparation: sur
quoi, voyant qu'il s'amusait à prolonger le concile par envoi
d'émissaires et de lettres, voire par appels superflus, tout en
souffrant que, pendant la trève et la durée de la conférence, les
excommuniés, dont il favorisait la cause, nous attaquassent à découvert
et à chaque instant, ils quittèrent Lavaur, après avoir écrit ce qui
suit au seigneur pape, touchant les affaires générales de l'Église et le
susdit concile en particulier:


_Lettre du concile de Lavaur au seigneur pape Innocent._

«À leur très-saint père en Jésus-Christ et très-bienheureux seigneur
Innocent, par la grâce de Dieu souverain pontife, ses humbles et dévoués
serviteurs les archevêques, évêques et autres prélats des églises,
réunis à Lavaur pour les affaires de la sainte foi, souhaitent de toute
affection longueur de vie et de santé. Pour autant que la langue ni la
plume ne nous suffisent pour rendre dignes actions de grâces à la
sollicitude de votre paternité, nous prions le distributeur de tout bien
qu'il supplée en cet endroit à notre défaut, et vous octroie abondamment
toutes les faveurs qu'avez accordées à nous, aux nôtres et autres
églises de ces contrées. Comme en effet la peste d'hérésie semée sur
elles des anciens jours se fut, de notre temps, accrue à tel point que
le culte divin y était tombé en opprobre et dérision, que les hérétiques
d'un côté et les routiers de l'autre y violentaient le clergé, et
saccageaient les biens ecclésiastiques, et que le prince comme le
peuple, donnant en mal sens, y a dévié de la droite ligne de la foi,
vous avez employé très-sagement vos armées de Croisés à nettoyer les
souillures de cette peste infâme, de même que leur très-chrétien
général, le comte de Montfort, athlète de toutes pièces intrépide et
champion invincible des combats de Dieu; si bien que l'Église, qui, en
ces quartiers, était si misérablement déchue en ruines, commence à
relever la tête, et que toute opposition et erreur étant détruites pour
majeure partie, ce pays, long-temps rempli des sectateurs du dogme
pervers, s'habitue enfin au culte de la divine religion. Toutefois
subsistent encore quelques restes de ce fléau empesté, savoir la ville
de Toulouse avec quelques châteaux, où, comme les ordures qui tombent
dans un égout, vient s'amasser le résidu de la corruption hérétique, et
desquels le maître et seigneur, c'est pour dire le comte de Toulouse,
qui, depuis longue date, comme il vous a été bien souvent rapporté,
s'est montré fauteur et défenseur de l'hérésie, attaque l'Église de
toutes les forces qui lui sont demeurées, et s'oppose du plus qu'il peut
aux adorateurs de la foi en faveur de ses ennemis: car, depuis le jour
où il est revenu d'auprès votre Sainteté, muni d'ordres dans lesquels
vous usiez pour lui de miséricorde plus même qu'il n'en avait besoin,
l'ange de Satan est entré dans son coeur, comme il appert
très-clairement; et, payant d'ingratitude les bienfaits de votre grâce,
il n'a rien accompli des choses qu'il avait promises en votre sainte
présence: ains a-t-il augmenté outre mesure les péages auxquels il avait
souvent renoncé, et s'est tourné du côté de quiconque il a su notre
ennemi et celui de l'Église. Espérant sans doute de trouver forces
contre elle dans l'assistance d'Othon, ce rebelle à l'Église et à Dieu,
il menaçait ouvertement, ainsi qu'on l'assure, et comptant sur son
secours, d'extirper de ses possessions l'Église comme le clergé à jamais
et radicalement, s'étudiant dès lors à soutenir et caresser plus
chaudement encore que par le passé les hérétiques et routiers dont il
avait si souvent abjuré le parti. En effet, lorsque l'armée des
catholiques assiégeait Lavaur, où était le siége de Satan, et comme la
province de la méchante erreur, ledit comte a envoyé au secours des
pervers des chevaliers et de ses cliens, outre qu'en un sien château
appelé Casser, ont été trouvés et brûlés par les Croisés plus de
cinquante hérétiques, plus une immense multitude de leurs croyans.
D'abondant, il a appelé contre l'armée de Dieu Savary, ennemi de
l'Église, sénéchal du roi d'Angleterre, avec lequel il a osé assiéger
dans Castelnaudary le susdit lutteur pour le Christ, le noble comte de
Montfort; mais la dextre du Christ le frappant, sa présomption a tourné
bien vite à sa honte, tellement qu'une poignée de catholiques a mis en
fuite une foule infinie d'ariens. Au demeurant, frustré de son espoir
dans Othon et le roi d'Angleterre, comme celui qui s'appuie sur un
roseau, il a imaginé une abominable iniquité, et député vers le roi de
Maroc, implorant son assistance non seulement pour la ruine de nos
contrées, mais pour celle de la chrétienté toute entière: ce qu'a
empêché la divine miséricorde. Ayant chassé l'évêque d'Agen de son
siége, il l'a dépouillé de tous ses biens, a pris l'abbé de Moissac, et
tenu en captivité l'abbé de Montauban presque durant une année. Ses
routiers et complices ont soumis à toute espèce de tortures des pélerins
clercs et laïques en quantité innombrable; ils les ont retenus
long-temps en prison, où quelques-uns sont encore. Et par tous ces faits
et gestes ne s'est apaisée sa fureur; sa main est toujours étendue
contre nous; en sorte que chaque jour il devient pire que soi-même, et
fait à l'Église de Dieu tout le mal qu'il peut par lui, son fils et
consorts, les comtes de Foix, de Comminges et Gaston de Béarn, les plus
scélérats des hommes et pervers comme lui. Finalement, aujourd'hui que,
par suite de la vengeance divine et de la censure ecclésiastique,
l'athlète de la foi, le comte très-chrétien s'est emparé par justes et
pieux combats de presque toutes leurs terres, en tant qu'ils sont
ennemis de Dieu et de l'Église, eux, persistant dans leur malice, et
dédaignant de s'humilier sous la puissante main de Dieu, ont eu
dernièrement recours au roi d'Arragon, à l'aide duquel ils entendent
peut-être circonvenir votre clémence, et faire pièce à l'Église. En
effet, ils l'ont amené à Toulouse pour avoir une conférence avec nous
qui, du mandat du légat et de vos délégués, nous étions réunis à Lavaur;
et ce qu'il a proposé et comment, plus, ce que nous avons cru lui devoir
répondre, c'est ce que vous connaîtrez plus à plein par les copies que
nous vous envoyons scellées, communiquant le tout à votre sainteté d'un
commun avis et d'accord unanime, et par là mettant nos âmes à l'abri du
cas où, faute de signification, quelque chose serait omise de ce qui
touche aux affaires de la foi. Sachez aussi pour certain que, si le pays
enlevé aux susdits tyrans, si justement et avec si grande effusion du
sang des Chrétiens, leur était restitué ou à leurs héritiers, non
seulement une nouvelle erreur dominerait pire que la première, mais une
ruine incalculable deviendrait imminente pour le clergé et pour
l'Église. Enfin, ne croyant devoir noter une à une sur la présente page
les énormités abominables et les autres crimes des susdits, pour ne
paraître composer un volume, nous avons placé dans la bouche des nonces
certaines choses qu'ils pourront de vive voix porter jusqu'à vos saintes
oreilles.»

Les nonces qui portèrent cette missive au seigneur pape, furent le
vénérable évêque de Conserans, l'abbé de Clarac, Guillaume, archidiacre
de Paris, maître Théodise, et un certain clerc qui avait été long-temps
correcteur des lettres apostoliques, et se nommait Pierre de Marc. Mais
avant que lesdits personnages circonspects et discrets fussent arrivés
en cour de Rome, le roi d'Arragon avait cherché par envoyés à
circonvenir la simplicité apostolique, et substituant le mensonge à la
vérité, il avait obtenu des lettres par lesquelles le seigneur pape
ordonnait au comte de Montfort de rendre les terres des comtes de
Comminges, de Foix, et de Gaston de Béarn, à chacun d'eux, écrivant de
plus à l'archevêque de Narbonne en termes qui semblaient révoquer
l'indulgence accordée à ceux qui marchaient contre les hérétiques
albigeois. Aussi nos nonces trouvèrent-ils d'abord le seigneur pape dur
un petit, parce qu'il avait été trop crédule aux fausses suggestions des
envoyés du roi d'Arragon; mais ayant ensuite reconnu la vérité par les
soins et le rapport des nôtres, il annula tout ce qu'il avait fait à la
sollicitation des ambassadeurs du roi, et lui adressa la lettre dont la
teneur suit.


_Lettre du seigneur pape au roi des Arragonais, pour qu'il ne mette
opposition aux affaires de la foi._

«Innocent, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à l'illustre
Pierre, roi des Arragonais. Que celui dans les mains de qui sont les
coeurs de tous les rois t'inspire, sur notre humble prière, de telle
sorte qu'écoutant avec prudence ce qu'il nous faut, suivant le mandat
apostolique, t'adresser de réprimandes, d'instances et de reproches, tu
reçoives ceux-ci avec une piété filiale, comme nous te les faisons avec
une paternelle affection; qu'ainsi tu obtempères à nos salutaires avis
et conseils, et qu'acceptant la correction apostolique, tu prouves avoir
eu une dévotion sincère aux choses contre lesquelles l'effet montre sans
aucun doute que tu as failli. Assurément, il est au su de tout le
monde, et nous ne pensons pas que ta sérénité puisse ignorer; ou même
désavouer, que nous nous sommes étudiés à t'honorer spécialement entre
les autres princes chrétiens; par quoi se sont accrus ta puissance et
bonne renommée; et plût à Dieu qu'en même temps eussent augmenté
pareillement ta prudence et dévotion! ce qui ne te serait moins utile
qu'à nous-même agréable. Mais en cela, on te connaît pour n'avoir agi
dans ton intérêt, non plus que sous la déférence qu'il te convenait
d'avoir envers nous; ains, lorsque les citoyens de Toulouse ont été
retranchés du corps de l'Église par le couteau de l'excommunication,
comme des membres pourris, et que cette même ville a été frappée
d'interdiction pour autant tant que certains d'entre eux sont
notoirement hérétiques, d'autres croyans, fauteurs, receleurs et
défenseurs d'iceux (outre que d'autres encore que l'armée du Christ, ou
pour mieux dire le Christ lui-même, dont ils avaient sur eux attiré la
colère par leurs égaremens, a forcés de quitter leur repaire, se sont
réfugiés dans ladite cité, comme dans un cloaque pour l'erreur); toi, tu
n'as pas craint au grand scandale du peuple chrétien, et au détriment de
ta propre gloire, de les recevoir sous ta protection, commettant impiété
sous ombre de pitié, et t'écartant de la crainte de Dieu, comme si tu
pouvais prévaloir contre le Seigneur, ou détourner sa main étendue sur
ceux dont les fautes ont contraint sa colère. C'est pourquoi, ayant tout
récemment entendu les propositions faites en notre présence par notre
vénérable frère, l'évêque de Ségovie, et notre cher fils Colomb, envoyés
de nos légats et du comte de Montfort; ayant pris de plus entière
connaissance des lettres à nous adressées d'une et d'autre part, et
ayant tenu avec nos frères un conseil, où les affaires de la religion en
vos pays ont été soigneusement traitées; voulant d'ailleurs par une
paternelle sollicitude pourvoir, en faveur de ta Sérénité, à ton
honneur, quant à la gloire du monde, à ton salut, quant au bien de ton
âme, à tes intérêts, quant aux choses de la terre, nous t'enjoignons par
la vertu du Saint-Esprit, et au nom de la divine grâce et apostolique,
que tu abandonnes les susdits Toulousains, nonobstant promesse ou
obligation quelconque faite en supercherie de la discipline
ecclésiastique, et qu'aussi long-temps qu'ils resteront ce qu'ils sont,
tu ne leur donnes conseil, assistance, ni faveur aucune. Que s'ils
désirent retourner à l'unité de l'Église, ainsi que l'ont assuré tes
envoyés en notre présence, nous donnons ordre dans nos lettres à notre
vénérable frère Foulques, évêque de Toulouse, homme de pensers sincères
et de vie intègre, lequel obtient bon témoignage, non seulement de ses
compatriotes, mais encore des étrangers, nous donnons donc ordre que
s'adjoignant deux autres, il réconcilie à l'unité de l'Église ceux qui
le voudront de pureté de coeur, de conscience droite et de foi loyale,
après avoir reçu d'eux suffisante caution et digne garantie; quant à
ceux qui persisteraient dans les ténèbres de leurs erreurs, que le même
évêque, pour cause de leur hérétique corruption, les fasse exiler et
chasser de la susdite ville, et fasse confisquer tous leurs biens, de
sorte qu'ils n'y rentrent en aucun temps, à moins qu'inspirés par le
ciel, ils ne prouvent par l'exhibition de bonnes oeuvres qu'ils sont
vraiment chrétiens selon la foi orthodoxe; et qu'ainsi cette même cité
étant réconciliée à l'Église et purifiée, demeure sous la protection du
siége apostolique, pour n'être à l'avenir molestée par le comte de
Montfort ou autre catholique, mais plutôt défendue et protégée. Mais
sommes émerveillé, fâché même, que tu aies fait surprendre un mandement
apostolique par tes envoyés, menteurs et fourbes à notre égard, pour la
réintégration dans leurs domaines de vos nobles, les comtes de Foix, de
Comminges et Gaston de Béarn, tandis que, pour nombreux et grands
méfaits nés de leur prédilection envers les hérétiques qu'ils défendent
ouvertement, ils sont enlacés dans les liens de l'excommunication:
lequel mandement obtenu en cette façon pour semblables gens ne doit
tenir, et le révoquons entièrement comme subreptice. Au demeurant, si
les susdits désirent, comme ils l'assurent, être réconciliés à l'unité
de l'Église, nous donnons par nos lettres ordre à notre vénérable frère,
l'archevêque de Narbonne, légat du siége apostolique, que d'eux recevant
non seulement la caution du serment, puisqu'ils ont déjà violé les
leurs, mais telle autre qu'il jugera convenable, il leur accorde le
bénéfice de l'absolution; après quoi, les préliminaires dûment remplis,
comme preuves d'une vénérable dévotion, nous aurons soin d'envoyer en
ces quartiers un légat à _latere_, homme honnête, circonspect et ferme,
lequel ne déviant à droite ni à gauche, et marchant toujours dans le
droit chemin, ait à approuver et confirmer ce qu'il trouvera fait
justement, à corriger et réformer les erreurs; qui, enfin, fasse rendre
justice entière, tant aux susdits nobles qu'à tout autre plaignant. En
attendant, nous voulons et ordonnons qu'une trève solide soit établie et
gardée entre toi, tes possessions et le comte de Montfort, mandant
mêmement à ce comte qu'il te rende révérencieusement ce qu'il te doit
pour les terres qu'il tient de toi. D'ailleurs, nous voulons qu'il soit
bien entendu de ton Excellence que, si les Toulousains et susdits nobles
croyaient devoir persister encore dans leur erreur, nous exciterons le
zèle d'autres Croisés et fidèles serviteurs de l'Église par un
renouvellement d'indulgences, pour qu'appuyés de l'assistance divine,
s'élevant contre ceux-ci de même que contre tous autres, leurs receleurs
et défenseurs plus nuisibles que les hérétiques mêmes, ils marchent au
nom du Dieu des batailles, afin d'extirper la peste de l'hérétique
perversité. Nous avertissons donc ta Sérénité, la prions instamment, et
l'adjurons au nom du Seigneur, pour que tu exécutes promptement ce qui
précède, dans les points qui te touchent; ayant à tenir pour certain
que, si tu venais à faire autrement, ce que nous ne pouvons croire, tu
pourrais encourir un grave et irréparable dommage, plus l'indignation de
Dieu que tu attirerais indubitablement sur toi par semblable conduite,
outre encore que nous ne pourrions, bien que nous chérissions ta
personne, t'épargner ni user de déférence envers toi contre les affaires
de la foi chrétienne; et quel danger te menacerait si tu t'opposais à
Dieu et à l'Église, surtout en ce qui concerne la religion, pour vouloir
empêcher que le saint oeuvre soit consommé, c'est ce que peuvent
t'apprendre non seulement d'anciens exemples, mais bien aussi des
exemples récens. Donné à Latran, le douzième jour avant les calendes de
juin, et de notre pontificat l'an dix-neuvième.»

Le concile des prélats réunis à Lavaur étant terminé, le roi d'Arragon
étant sorti de Toulouse et y ayant laissé plusieurs de ses chevaliers
pour la garde de la ville et le secours des ennemis du Christ, manda peu
de jours après à notre comte qu'il voulait avoir une conférence avec lui
près de Narbonne; sur quoi le comte voulant montrer sa déférence envers
le roi, et lui obéir comme à son seigneur, autant qu'il le pourrait
selon Dieu, répondit qu'il se rendrait volontiers à l'entrevue indiquée.
Mais le roi n'y vint pas et n'avait jamais eu dessein d'y venir;
seulement un grand nombre de routiers et d'hérétiques, tant Arragonais
que Toulousains, s'y présentèrent: ce qui faisait craindre qu'ils ne se
saisissent par trahison du comte qui devait arriver avec peu de monde.
Toutefois, il eut connaissance de ce qui se passait, et se détourna du
lieu de la conférence.



CHAPITRE LXVII.

     Le roi d'Arragon défie le comte de Montfort par féciaux.


Quelques jours ensuite, ledit roi envoya au comte, par ses hérauts, des
lettres dans lesquelles il était dit qu'il le défiait, et qui
contenaient toute espèce de menaces. Néanmoins, notre comte, bien que le
roi lui fît défi avec tant de superbe, ne voulut endommager en rien les
terres du roi, d'où lui venait pourtant chaque jour beaucoup de mal à
lui-même et très-notable préjudice, puisque les Catalans pénétraient
dans nos possessions et les dévastaient autant qu'il leur était
possible. Peu de jours après, il députa vers le roi Lambert de Turey,
vaillant chevalier et discret, qu'il chargea de lui demander ce qu'il
devait croire touchant le défi que ses gens lui avaient apporté, lui
mandant en outre qu'il n'avait jamais commis forfaiture envers lui, et
qu'il était prêt à lui rendre tout légitime office de bon vassal. Il lui
offrait de plus, au cas où il se plaindrait relativement aux domaines
des hérétiques qu'il avait acquis par le secours des Croisés, et au
commandement du souverain pontife, de s'en rapporter au jugement du
seigneur pape, ou à celui du seigneur archevêque de Narbonne, légat du
siége apostolique; même il remit au susdit chevalier des lettres qu'il
lui ordonna de présenter au roi, si celui-ci jugeait devoir persévérer
dans son obstination, et dont voici le contenu. Le comte écrivait au
roi, sans salutation aucune, lui signifiant que puisqu'il persistait
dans son obstination et ses défis, après tant d'offres à lui faites de
paix et de juste satisfaction, il le défiait à son tour, disant que
dorénavant il ne lui serait tenu par nul droit de service, et qu'avec
l'aide de Dieu, il se défendrait tant contre lui que contre les autres
ennemis de l'Église. Lambert venant donc vers le roi, expliqua par
ordre, avec soin et attention, en sa présence et celle d'un grand nombre
de barons de ses terres, tout ce que le comte lui avait mis à la bouche;
et comme le roi, toujours obstiné, rejetait toute espèce de composition,
et ne voulait revenir sur le défi qu'il avait envoyé au comte, soudain
notre envoyé présenta les lettres de Montfort à ce sujet, lesquelles
furent lues en assemblée générale, tant du roi que de ses barons, et
dont la teneur bien comprise mit en grande fureur le roi et les siens.
Puis, ayant fait sortir l'envoyé du comte, et le mettant sous bonne
garde, l'Arragonais demanda conseil aux autres sur ce qu'il devait faire
de cedit messager: sur quoi, quelques-uns de ses barons furent d'avis
qu'il envoyât au comte, lui mandant et ordonnant qu'il vînt lui-même en
sa cour pour lui rendre ce qu'il lui devait comme à son seigneur,
ajoutant que, s'il s'y refusait, ils jugeaient Lambert digne de mort. Le
lendemain, celui-ci se présenta de nouveau devant le roi, et répéta
soigneusement ce qu'il avait dit la veille au nom du comte, s'offrant
même avec audace à défendre en combat singulier, et dans la cour même du
roi, la loyauté de son seigneur, au cas où quelques-uns des chevaliers
d'Arragon voudraient soutenir que notre comte eût injustement offensé le
roi, ou lui eût jamais manqué en la foi promise. Mais nul n'osant
l'attaquer, et tous pourtant s'écriant avec emportement contre lui, il
fut enfin renvoyé par le roi à la prière de quelques-uns de ses
chevaliers, dont il était un peu connu, et retourna vers le comte, après
avoir couru maintes fois péril de sa vie. Dès lors, ledit roi, qui par
le passé avait déjà persécuté le comte du Christ, mais en secret
seulement, commença de le gêner en tout et de le poursuivre
ouvertement.



CHAPITRE LXVIII.

     Comment Louis, fils du roi de France, prit la croix et amena
     beaucoup d'autres à la prendre avec lui.


L'an de l'incarnation du Seigneur 1212[153], au mois de février, Louis,
fils du roi de France, jeune homme d'une grande douceur et d'un
excellent caractère, prit la croix contre les hérétiques. Sur quoi un
nombre infini de chevaliers, animés par son exemple et par leur amour
pour lui, revêtirent ce signe de la foi vivifiante. Et fut le roi de
France grandement marri en apprenant que son fils s'était croisé. Mais
il n'entre pas dans notre propos d'exposer la cause d'une telle douleur.
Quoi qu'il en puisse être, le roi tint, le 1er jour de carême, une
assemblée générale dans la ville de Paris, pour ordonner du dessein de
son fils, et pour savoir ceux qui iraient avec lui, combien et quels ils
seraient. Or se trouvaient alors à Paris les évêques de Toulouse et de
Carcassonne, personnages d'entière sainteté, lesquels étaient pour lors
venus en France afin d'avancer les affaires de la foi contre les
pestiférés hérétiques. De son côté, le roi d'Arragon, qui portait à ces
mêmes affaires tout l'empêchement qu'il pouvait, députa au roi Philippe
l'évêque de Barcelone et quelques chevaliers avec lui, à deux causes,
savoir, la première, pour que ledit roi lui donnât sa fille en mariage,
attendu qu'il voulait répudier sa légitime épouse, fille de Guillaume de
Montpellier, qu'il avait même déjà répudiée autant qu'il était en lui;
pourquoi celle-ci s'était approchée du seigneur pape, se plaignant que
son mari la repoussait injustement, et, par suite, le souverain pontife
ayant pris pleine connaissance de la vérité, rendit sentence contre le
roi, confirmant son mariage avec cette même reine. L'intention de
Pierre, en demandant la fille du roi de France, était de se l'attacher
par cette alliance, et d'éloigner son coeur de l'amour de la foi
catholique et de l'assistance du comte de Montfort; mais ses envoyés,
voyant qu'il était déjà manifeste et public à la cour de Philippe que le
seigneur pape avait confirmé le mariage du roi et de la reine d'Arragon,
n'osèrent faire mention de celui qu'ils venaient solliciter. Quant au
second motif de leur mission, le voici: leur maître communiquant
tout-à-fait et ouvertement avec les hérétiques excommuniés, avait pris
en sa garde et sous sa protection la ville de Toulouse, qui fut de
longue date et était encore un réceptacle et la lanterne des hérétiques,
de même que ces méchans et leurs fauteurs; et commettant impiété sous
apparence de pitié, il travaillait de tout son pouvoir à ce que la
dévotion des pélerins prît un terme, et à ce que le zèle des Croisés se
refroidît, voulant que ladite ville et quelques châteaux circonvoisins
qui combattaient encore la chrétienté restassent intacts, pour être
ensuite à même de détruire et anéantir entièrement tout le saint négoce
de la foi. À cette fin, il avait envoyé au roi de France, à la comtesse
de Champagne et à beaucoup d'autres personnages, des lettres scellées du
sceau d'un grand nombre d'évêques de son royaume, dans lesquelles le
seigneur pape montrait l'intention de révoquer l'indulgence qu'il avait
accordée contre les Albigeois, et que Pierre faisait publier en France
pour éloigner tous les esprits du pélerinage au pays de Provence. Ayant
dit ce peu de mots de sa malice, retournons à notre propos.

[Note 153: En 1213. C'est, selon notre auteur même, à l'époque du
concile de Lavaur que le roi d'Arragon envoya ses ambassadeurs à Rome,
puisque les députés de ce concile vers le pape le trouvèrent déjà
_circonvenu_ par les siens. Or, ceux qu'il envoya à la cour de Philippe
y notifièrent, dit-il, les lettres qu'il avait _surprises_ à Innocent
III. Ce fut donc en 1213.]

L'évêque de Barcelone et autres envoyés du roi d'Arragon, lesquels
étaient venus pour tâcher d'empêcher qu'on ne se croisât contre les
hérétiques, voyant que Louis, fils du roi de France, et un grand nombre
de nobles, avaient pris la croix, n'osèrent même sonner mot du motif de
l'ambassade relativement au pélerinage contre les Albigeois. Si bien
donc que ne faisant rien des choses qui les avaient amenés, ils
revinrent vers leur maître, tandis que le roi de France qui, comme nous
l'avons dit, avait convoqué ses barons à Paris, disposait tout pour le
départ de son fils et des autres qui s'étaient croisés avec lui, et en
fixait le jour à l'octave de la résurrection du Seigneur. Que dirai-je?
la joie et l'enthousiasme furent extrêmes parmi les Chrétiens; la
douleur des hérétiques et leurs craintes furent d'autant bien grandes.
Mais, hélas! bientôt après nos chants d'allégresse se changèrent en
deuil; le deuil des ennemis devint joie, car l'antique ennemi du genre
humain, le diable, sentant que les affaires du Christ étaient quasi à
leur terme par les efforts et l'industrie des Croisés, inventa un nouvel
artifice pour nuire à l'Église, et voulut empêcher que ce qui le fâchait
n'arrivât à une heureuse issue. Il suscita donc au roi de France tant
de guerres et de si grandes occupations, qu'il lui fallut retarder
l'exécution du religieux projet de son fils et des Croisés.



CHAPITRE LXIX.

     Comment Manassès, évêque d'Orléans, et Guillaume son frère,
     évêque d'Auxerre, prirent la croix.


En ce temps-là, Manassès, évêque d'Orléans, et Guillaume, évêque
d'Auxerre, hommes louables en toutes choses et bien fermes, deux grandes
lumières de l'Église gallicane en ce siècle, autant dire les plus
grandes, et de plus frères germains selon la chair, avaient pris la
croix contre les hérétiques; lesquels prélats, voyant la foule des
Croisés s'arrêter en France, et sachant que les affaires de la foi
étaient d'autant plus en péril que ses ennemis, enhardis par l'inaction
des pélerins, montraient les cornes plus fièrement encore que par le
passé, rassemblèrent le plus de chevaliers qu'ils purent, et se mirent
en route d'une ferveur d'esprit et vertu admirables, prêts à employer
non seulement leurs biens, mais encore à s'exposer, s'il le fallait,
eux-mêmes aux dangers et à la mort pour le service de Jésus-Christ.
Faisant donc diligence, ces hommes remplis de Dieu vinrent droit à
Carcassonne, et, par leur arrivée, réjouirent bien fort le noble comte
de Montfort et le petit nombre de ceux qui étaient avec lui. Or lesdits
évêques trouvèrent les nôtres en un château près de Carcassonne, nommé
Fanjaux, où ils séjournèrent peu de jours; après quoi ils se rendirent,
avec le comte, au château de Muret près de Toulouse, dont nous avons
fait mention ci-dessus. De là ils coururent jusque devant Toulouse pour
harceler plus vivement leurs ennemis et ceux du Christ; mais un certain
homme d'armes, nommé Alard d'Estrepi, et quelques autres qui ne
s'étaient pas assez bien portés aux affaires de la foi, ne voulurent
aller avec eux. Sur quoi le comte, qui n'avait assez de monde pour
pouvoir faire le siége de Toulouse ou de toute autre place de même
force, se décida de faire souvent des courses devant cette ville avec
les troupes qu'il avait pour détruire les forteresses des environs,
lesquelles étaient nombreuses et fortes, pour déraciner les arbres,
extirper les vignes et ruiner les moissons dont le temps approchait; ce
qu'il fit comme il se l'était proposé, ayant toujours en sa compagnie
les susdits évêques qui s'exposaient chaque jour aux pénibles travaux de
la guerre pour le service de Dieu, faisaient en outre à leurs frais
d'amples largesses aux chevaliers qui combattaient avec eux pour la
cause, rachetaient les captifs, et remplissaient avec sollicitude, comme
très-saints personnages qu'ils étaient, les autres offices d'une
libérale et pieuse vertu. Au demeurant, comme nous ne pourrions
rapporter en détail tout ce qui fut fait alors, disons en peu de mots
que les nôtres renversèrent en peu de jours dix-sept citadelles et
détruisirent la plus grande partie des arbres, des vignes et des
moissons autour de Toulouse. Ni faut-il taire que, durant que les nôtres
caracolaient ainsi devant cette ville, les habitans et les routiers qui
s'y étaient renfermés, en nombre double de nos gens, faisaient
fréquentes sorties et les attaquaient de loin, mais prenaient la fuite
chaque fois que les Croisés voulaient les charger. Il y avait près de
Toulouse une certaine citadelle, assez faible du reste et mal fortifiée,
que quelques-uns de nos chevaliers, savoir Pierre de Sissy, Simon de
Lisesnes et Robert de Sartes, lesquels, dès le commencement de la
guerre, en avaient supporté les fatigues, prièrent le comte de leur
abandonner, pour que, s'y postant à demeure, ils courussent le pays et
infestassent sans relâche la cité toulousaine; ce que le comte, bien que
malgré lui, leur accorda, vaincu par leurs instances.

Aux environs de la fête de la nativité du bienheureux Jean-Baptiste,
Montfort voulut que son aîné, Amaury, fût fait chevalier, et il ordonna,
sur l'avis des siens, que la cérémonie fût célébrée le jour de cette
fête, à Castelnaudary, entre Toulouse et Carcassonne. Tandis qu'il
disposait ces choses, Gui, son frère germain, était occupé au siége d'un
certain château, dit Puycelsi[154], au diocèse albigeois, d'où il partit
et vint rejoindre le comte son frère, lequel se rendait vitement à
Castelnaudary par la route susdite, attendu que la Saint-Jean
approchait, avec ses barons et chevaliers. Et nous a semblé bon de
rapporter en quelle manière le jeune Amaury fut fait soldat du Christ,
comme étant chose nouvelle et du tout inouïe.

[Note 154: À six lieues de Montauban.]



CHAPITRE LXX.

     Amaury, fils du comte Simon, est fait chevalier.


L'an du Verbe incarné 1213, le noble comte de Montfort, ensemble
plusieurs barons et siens chevaliers, se réunirent à Castelnaudary en la
fête de la nativité du bienheureux Jean, ayant avec eux les deux prélats
susdits et quelques chevaliers étrangers. Or voulut le comte
très-chrétien, et il pria l'évêque d'Orléans qu'il fît son aîné
chevalier du Christ, et lui baillât la ceinture militaire, ce que le
vénérable évêque refusa très-long-temps de faire; mais cédant enfin aux
suppliques du comte et des nôtres, il acquiesça à leurs vives demandes.
Or, pour ce que Castelnaudary ne pouvait commodément contenir la
multitude des assistans, ayant déjà été détruit une ou deux fois, et
d'autant que la chaleur était grande, le comte fit dresser plusieurs
pavillons dans une belle plaine proche le château. Puis, le jour même de
la Saint-Jean, le vénérable évêque d'Orléans revêtit les habits
pontificaux pour célébrer la solennité de la messe dans une de ces
tentes, en présence des clercs et chevaliers qui devaient s'y réunir;
et, comme il était devant l'autel récitant le saint office, le comte
prenant son fils aîné Amaury par la main droite, et la comtesse le
tenant par la main gauche, ils approchèrent de l'autel et l'offrirent au
Seigneur, suppliant le prélat de le faire chevalier au service de
Jésus-Christ. Que dirai-je? aussitôt les évêques d'Orléans et d'Auxerre,
s'agenouillant devant l'autel, ceignirent l'enfant de la ceinture
militaire et entonnèrent en toute dévotion _Veni creator spiritus_. Ô
nouvelle manière de réception et non expérimentée jusqu'à ce jour! Qui
aurait pu, à ce spectacle, s'empêcher de pleurer? En cette façon et
suivant cet ordre le susdit enfant fut fait chevalier avec grande
solennité; après quoi le comte partant de Castelnaudary peu de jours
ensuite, suivi de son fils et des évêques, vint courir devant Toulouse,
prit quelques-uns des ennemis, et alla à Muret, où, près de lui, se
rendirent plusieurs nobles de Gascogne qu'il avait appelés, voulant
qu'ils fissent hommage à son jeune fils, comme ils firent. Quelques
jours après il quitta Muret et marcha en Gascogne avec Amaury, pour lui
en livrer la partie déjà conquise, et, qu'à l'aide de Dieu, il s'emparât
du reste. Pour ce qui est des évêques, ils restèrent à Muret, se
préparant à en partir le troisième jour et à s'en retourner chez eux, vu
qu'avec immense labeur et fortes dépenses, ils avaient louablement
accompli leur quarantaine en pélerinage, bien dignes en tous points
d'éloges et d'honneur. Sortant donc le troisième jour de Muret, ils
tendaient vers Carcassonne lorsque les Toulousains et autres ennemis de
la foi, voyant que notre comte gagnait, avec son fils, le pays de
Gascogne, et que les évêques, suivis des pélerins en leur compagnie,
revenaient en leurs quartiers, saisirent l'occasion d'agir à coup sûr,
et sortant en grande troupe de Toulouse, vinrent assiéger certains de
nos chevaliers. Or étaient-ce Pierre de Sissy, Simon de Lisesnes et
Robert de Sartes, plus quelques autres en petit nombre, lesquels, comme
nous l'avons dit plus haut, occupaient, près de Toulouse, une citadelle
assez faible et mal fortifiée, dont les ennemis poussèrent vivement le
siége, et où nos gens se défendirent de leur mieux. Toutefois, sentant
bientôt qu'ils n'étaient à même d'être secourus à temps, puisque le
comte avait tourné vers la Gascogne, et que les évêques et les pélerins
s'en revenaient en France, après dures extrémités et violentes angoisses
ils se rendirent, y mettant néanmoins la condition et garantie que les
Toulousains leur laisseraient la vie et les membres. N'oublions pas de
dire que les prélats, déjà rendus à Carcassonne, en apprenant la
position des nôtres, conseillèrent, avertirent et supplièrent les
pélerins de rebrousser chemin avec eux pour leur donner assistance. Ô
hommes en tout recommandables! ô gens de pleine vertu! Tous y
consentirent, et, sortant de Carcassonne, marchaient en hâte pour
secourir les assiégés; mais, en arrivant près de Castelnaudary, on leur
dit qu'ils étaient au pouvoir des ennemis, comme cela était réellement.
Ce qu'ayant ouï, ils revinrent en grande douleur vers Carcassonne,
tandis que les gens de Toulouse y conduisaient leurs prisonniers, où,
sur l'heure, ils les firent traîner par les places attelés à leurs
chevaux; et, pires que tous les infidèles ensemble, ne déférant à leurs
promesses ni à leurs sermens, ils les firent pendre tout dépecés à une
potence, bien qu'ils leur eussent donné caution de leurs vies et
membres. Ô façon horrible de trahison et de cruauté! Quant au noble
comte de Montfort, lequel, ainsi que nous l'avons rapporté, avait
conduit son fils en Gascogne, et, par l'aide de Dieu, y avait déjà
acquis beaucoup de châteaux et très-forts, à la nouvelle que les
Toulousains assiégeaient ses chevaliers, il laissa son fils en ces
parties et revint promptement à leur secours; mais avant d'arriver à
eux, ils étaient déjà pris et conduits à Toulouse.

Le roi, Pierre d'Arragon, avait, l'hiver passé, député à Rome, insinuant
par très-fausse suggestion au seigneur pape que le comte de Montfort
avait injustement ravi les terres du comte de Comminges, de Foix et de
Gaston de Béarn; il allait jusqu'à dire que ces trois hommes n'avaient
jamais été hérétiques, bien qu'il fût très-manifeste qu'ils avaient été
fauteurs de l'hérésie et combattu la sainte Église de tous leurs
efforts. Il enjôla le seigneur pape au point de lui persuader que les
affaires de la foi étaient consommées contre les hérétiques, eux étant
au loin mis en fuite et entièrement chassés du pays albigeois, et
qu'ainsi il était nécessaire qu'il révoquât pleinement l'indulgence
qu'il avait octroyée aux pélerins, et la transportât aux guerres contre
les païens d'Espagne ou au secours de la Terre-Sainte. Ô impiété inouïe
commise sous ombre même de piété! Or disait ainsi ce très-méchant
prince, non qu'il fût en souci des embarras et besoins de la sainte
Église, mais, ainsi qu'il l'a démontré par indices bien évidens, pour
étouffer et détruire en un moment la cause du Christ qui, après nombre
d'années, grands travaux et large effusion du sang chrétien, avait été
miraculeusement avancée en ces contrées. Néanmoins, le souverain
pontife, trop crédule aux perfides suggestions dudit roi, consentit
facilement à ses demandes, et écrivit au comte de Montfort, lui mandant
et ordonnant de rendre sans délai, aux comtes de Comminges, de Fois et à
Gaston de Béarn, gens très-scélérats et perdus, les terres que, par
juste jugement de Dieu, il avait enfin conquises, et par le secours des
Croisés. En outre, il révoqua l'indulgence accordée à ceux qui
marchaient contre les hérétiques, et, par suite, envoya en France son
légat, maître Robert de Corçon, Anglais de nation, muni de plusieurs
lettres et indulgences, pour prêcher activement et faire prêcher en
assistance du pays de Jérusalem; lequel légat, à son arrivée, exécutant
sa mission avec diligente sollicitude, commença à parcourir la France, à
tenir des conciles d'archevêques et d'évêques, à instituer des
prêcheurs, bref, par tous moyens, à travailler pour la Terre-Sainte. De
leur côté, les prédicateurs qui avaient jusque-là poussé les affaires de
la foi contre les Albigeois, reçurent de lui l'ordre d'y renoncer et de
la tourner à la croisade d'outre-mer; si bien qu'au jugement humain, le
saint négoce de la religion contre les pestiférés hérétiques fut presque
aboli. En effet, dans toute la France il n'y avait qu'un seul homme,
savoir, le vénérable évêque de Carcassonne, personnage d'exquise
sainteté, qui s'occupât de cette pieuse entreprise, courant de toutes
parts, et faisant tous ses efforts pour qu'elle ne tombât en oubli. Ces
choses étant dites par avance sur l'état des choses en France, revenons
à la suite de notre narration.

Des lettres apostoliques étant donc émanées de Rome, par lesquelles le
seigneur pape ordonnait au comte de Montfort de rendre les domaines des
trois nobles susdits, notre comte très-chrétien et les évêques du pays
albigeois lui envoyèrent l'évêque de Comminges, Guillaume, archidiacre
de Paris, un certain abbé de Clarac, homme non moins prudent que ferme,
deux clercs que le seigneur pape avait députés au comte de Montfort,
savoir, maître Théodise qui embrassait d'une merveilleuse affection les
affaires de la foi, et Pierre de Marc, anciennement notaire apostolique
et originaire du diocèse de Nîmes, lesquels tous arrivèrent en cour de
Rome. Ils la trouvèrent dure et très-mal disposée en leur endroit, vu
que les ambassadeurs du roi d'Arragon, dont quelques-uns y faisaient
séjour, avaient fait pencher de leur côté, par fausse suggestion, les
esprits de presque tous ceux qui la composaient. Enfin, après beaucoup
de peines, le seigneur pape, venant à mieux connaître la vérité, écrivit
au roi d'Arragon, et par l'entremise des envoyés du comte, des lettres
où il lui reprochait très-âprement d'avoir pris en sa garde et sous sa
protection les gens de Toulouse, aussi bien que les autres hérétiques,
lui enjoignant très-étroitement, en vertu du Saint-Esprit, de rompre
avec eux sans délai, et de ne leur accorder à l'avenir ni secours ni
faveur. De plus Sa Sainteté se plaignait par ses lettres de ce que le
roi d'Arragon, par diverses suppositions fausses, eût obtenu un mandat
apostolique pour la restitution des terres des comtes de Comminges, de
Foix et de Gaston de Béarn; à quelles causes il le révoquait comme
subreptice. Enfin il commandait, dans la même missive, aux susdits
nobles et aux citoyens de Toulouse, de donner satisfaction à Dieu et de
revenir à l'unité de l'Église, suivant le conseil et la volonté de
l'archevêque de Narbonne, légat du siége apostolique, et de l'évêque
Foulques; ordonnant que, s'ils s'y refusaient, les peuples fussent
excités contre eux et leurs fauteurs par de nouvelles indulgences. Tel
était sommairement le contenu de ces lettres que nos envoyés
rapportèrent de Rome.

Cependant le noble comte de Montfort et ses compagnons étaient alors en
grande perplexité, presque seuls et quasi du tout désolés, vu qu'un
petit nombre seulement de pélerins venait de France à leur secours, si
même il en venait. En effet, comme nous l'avons déjà dit, les affaires
de la foi étaient presque entièrement oubliées par l'effet des nouvelles
prédications du légat que le seigneur pape avait envoyé en France pour
une croisade en la Terre-Sainte; de sorte que nuls à peu près ne se
croisaient plus contre les pestiférés hérétiques. En outre, le roi
Philippe, occupé aux guerres intestines qu'il avait alors à soutenir, ne
permettait point que les chevaliers qui s'étaient depuis long-temps
disposés à les combattre accomplissent leur voeu. Enfin, on disait dans
le pays albigeois, et le bruit commun courait déjà que le roi d'Arragon
rassemblait ses armées pour entrer fièrement sur nos terres et en
extirper entièrement les soldats du Christ. Le danger se représentant de
la sorte, notre comte envoya vers son fils, lequel était en Gascogne au
siége d'un château nommé Rochefort[155], lui mandant que, levant ce
siége, il vînt en diligence se joindre à lui; car il craignait que, si
le roi pénétrait en Gascogne avec ses troupes, il ne lui fût possible de
se saisir d'Amaury qui n'avait avec lui que très-peu de Français. Or le
miséricordieux Seigneur Jésus qui, dans les occasions, vient toujours au
secours des tribulations de ses serviteurs, fit en sorte que le fils
obéît à l'ordre de son père sans avoir à rougir d'un siége abandonné,
puisque la nuit même où il reçut les lettres du comte les ennemis
demandèrent à capituler et offrirent de rendre le château, plus environ
soixante prisonniers qu'ils y tenaient dans les fers, pourvu qu'on leur
permît de se retirer la vie sauve; ce qu'Amaury, fils du comte, ayant
accordé, vu l'urgente nécessité, il se porta en toute hâte vers son
père, après avoir laissé dans la place un petit nombre de chevaliers. En
ce temps, tout le peuple albigeois était en grand trouble et
incertitude, parce que les ennemis de la foi et les chevaliers du roi
d'Arragon sortirent de Toulouse où ils avaient long-temps séjourné,
parcoururent le pays et rôdèrent autour de nos châteaux, invitant les
indigènes à l'apostasie et à la révolte; à quoi passaient plusieurs
d'entre eux, sous la garantie du roi d'Arragon dont ils attendaient
impatiemment la venue: si bien que nous perdîmes plusieurs places
considérables et très-fortes. Vers le même temps, le noble comte de
Montfort et les évêques de l'Albigeois envoyèrent deux abbés vers le roi
d'Arragon pour lui remettre les lettres du seigneur pape, le suppliant
que, suivant le mandat apostolique, il se désistât du secours qu'il
accordait à l'hérésie et de ses attaques contre la chrétienté. Sur quoi,
plein de ruses et trompeur, il répondit frauduleusement qu'il
accomplirait volontiers tous les ordres du souverain pontife; mais, bien
qu'il promît toujours de s'y conformer de grand coeur, il ne voulut
pourtant rappeler les chevaliers qu'il avait laissés l'hiver précédent à
Toulouse pour faire la guerre aux Chrétiens, d'accord avec les gens de
cette ville et les autres hérétiques. Au rebours, il en fit passer de
nouveaux, rassemblant en outre dans ses possessions tous ceux qu'il
pouvait, et engageant même, comme nous l'avons entendu dire, une notable
partie de ses terres pour avoir de quoi tenir à gages gens qu'il
enverrait à l'appui des hérétiques contre les Croisés. Ô perfide
cruauté! ô cruelle perfidie! Car, bien qu'il levât des troupes autant
qu'il lui était possible dans le dessein de nous attaquer, il promettait
cependant d'obéir au mandat du seigneur pape touchant l'abandon des
hérétiques et des excommuniés, et l'injonction de nous laisser
tranquilles. Toutefois l'issue a démontré qu'il n'y a prudence ni calcul
qui vaillent contre le Seigneur.

[Note 155: À dix lieues d'Auch.]

Dans le même temps donc, le roi d'Arragon, accouchant enfin des projets
d'iniquité qu'il avait conçus contre Jésus-Christ et les siens, dépassa
les frontières suivi d'innombrables chevaliers et entra en Gascogne,
voulant, s'il se pouvait, rendre aux hérétiques et soumettre mettre à sa
domination tout le pays que nous avions conquis par la grâce de Dieu et
les efforts des Croisés; puis il marcha vers Toulouse, s'emparant,
chemin faisant, de plusieurs châteaux de Gascogne qui se rendirent à lui
par la peur qu'inspiraient ses armes. Que dirai-je? Il n'était bruit
dans toute la contrée que de l'arrivée du roi. La plus grande partie des
gens du pays s'en réjouissaient; un bon nombre apostasiaient et le reste
se disposait à en faire autant. L'impie, après avoir, à droite et à
gauche, passé par plusieurs castels, arriva devant Muret[156], château
noble, mais d'ailleurs assez faible, situé à trois lieues de Toulouse,
et qui, malgré ses minces fortifications, était pourtant défendu par
trente chevaliers et quelques gens de pied que le comte de Montfort y
avait laissés pour le garder, et qui, plus que tous autres, faisaient du
mal aux Toulousains. De là, étant venu à Toulouse, le roi rassembla les
habitans et autres hérétiques pour aller assiéger Muret.

[Note 156: À quatre lieues de Toulouse.]



CHAPITRE LXXI.

     Du siége de Muret.


L'an de Notre-Seigneur 1213, le mardi 10 septembre, le roi d'Arragon,
Pierre, ayant réuni les comtes de Toulouse, de Comminges et de Foix,
ensemble une nombreuse armée d'Arragonais et de Toulousains, assiégea
Muret, château situé sur la Garonne, près de Toulouse, à trois lieues de
cette ville, du côté de la Gascogne. À leur arrivée, les ennemis
entrèrent aussitôt dans le premier faubourg que les assiégés n'avaient
pu garnir, vu leur petit nombre, s'étant retranchés tant bien que mal
dans l'autre faubourg. Toutefois les ennemis abandonnèrent bientôt le
premier. Sans perdre temps, les nôtres envoyèrent vers le noble comte de
Montfort, lui faisant savoir qu'ils étaient assiégés, et le priant de
leur porter secours, parce qu'ils n'avaient que peu de vivres ou presque
point, et qu'ils n'osaient sortir de la place pour en faire. Or, était
le comte dans un château nommé Fanjaux, à huit lieues de Muret, se
proposant déjà de s'y rendre pour le munir tant d'hommes que de
provisions, parce qu'il se doutait de la venue du roi d'Arragon et du
siége de Muret. La nuit même où Montfort comptait sortir de Fanjaux,
notre comtesse qui s'y trouvait avec lui, eut un songe dont elle fut
bien fort effrayée; car il lui semblait que le sang lui coulait de
chaque bras en grande abondance; et, comme elle en eut parlé le matin au
comte, et lui eut dit qu'elle en était en violent émoi, le comte lui
répondit: «Vous parlez bien comme une femme; pensez-vous qu'à la mode
des Espagnols nous nous amusions aux songes ou aux augures? Certes,
j'aurais beau eu rêver cette même nuit que je serais tué dans
l'entreprise que je vais suivre à l'instant, je n'en irais que plus
sûrement et plus volontiers, pour contredire d'autant mieux la sottise
des Espagnols et des gens de ce pays qui prennent garde aux présages et
aux rêves.» Après quoi le comte quitta Fanjaux, et marcha promptement
avec les siens vers Saverdun. Il vit, chemin faisant, venir à lui un
exprès envoyé par les chevaliers assiégés dans Muret, lequel lui
apportait des lettres annonçant que le roi d'Arragon serrait de près ce
château. À cette nouvelle, grande fut la joie des nôtres, comptant déjà
sur une future victoire, et soudain le comte envoya vers sa femme, qui,
se retirant de Fanjaux, se rendit à Carcassonne, et réunit le plus de
chevaliers qu'elle put. En outre, il pria un certain chevalier français,
savoir le vicomte de Corbeil, lequel, ayant achevé le temps de son
pélerinage, s'en retournait chez lui, de revenir en hâte à son secours:
ce à quoi il consentit volontiers, et promit de bon coeur de rebrousser
chemin. Puis, se mettant en route avec les siens, ledit vicomte vint à
Fanjaux, où il trouva quelques chevaliers que la comtesse envoyait à son
mari. Quant à Montfort et à sa troupe, se portant en hâte vers Saverdun,
ils arrivèrent aux environs d'une abbaye de l'ordre de Cîteaux, nommée
Bolbonne, où, se détournant de son chemin, il entra dans l'église pour y
faire sa prière, et se recommander lui et les siens à celles des moines;
et, après avoir long-temps et longuement prié, il saisit l'épée qui le
ceignait, et la posa sur l'autel, disant: «Ô bon Seigneur! ô bénin
Jésus! tu m'as choisi, bien qu'indigne, pour conduire ta guerre. En ce
jour, je prends mes armes sur ton autel, afin que, combattant pour toi,
j'en reçoive justice en cette cause.» Cela dit, il sortit avec les
siens, et vint à Saverdun. Or, il avait avec lui sept évêques et trois
abbés que l'archevêque de Narbonne, légat du siége apostolique, avait
réunis pour traiter de la paix avec le roi d'Arragon; plus, environ
trente chevaliers arrivés tout récemment de France pour accomplir leur
voeu de pélerinage, entre lesquels était un jeune homme, frère utérin du
comte, nommé Guillaume des Barres; et c'est le Seigneur qui l'avait
ainsi voulu. Étant à Saverdun, le comte assembla les chevaliers en sa
compagnie, et leur demanda conseil sur ce qu'il fallait faire,
n'aspirant, pour sa part et bien vivement, comme nous l'avons ensuite
entendu de sa propre bouche, qu'à se rendre cette nuit même à Muret, et
à y entrer, pour autant que ce loyal prince était grandement inquiet sur
le sort des assiégés. Quant aux autres, ils voulurent passer la nuit à
Saverdun, parce qu'ils étaient à jeûn et très-fatigués, disant qu'il
leur faudrait peut-être se battre chemin faisant. À ce, le comte, qui
agissait toujours avec conseil, consentit, bien que malgré lui; puis, le
lendemain, à l'aube du jour, appelant son chapelain, et se confessant,
il fit son testament qu'il envoya écrit et scellé au seigneur abbé de
Bolbonne, mandant et ordonnant que, s'il lui arrivait de périr dans
cette guerre, on l'envoyât à Rome pour être confirmé par le seigneur
pape. Lorsqu'il fut jour, les évêques qui étaient à Saverdun, le comte
et tous les siens se réunirent dans l'église, où l'un des prélats,
revêtu aussitôt des sacrés habits, célébra la messe en l'honneur de la
bienheureuse Vierge Marie, en laquelle messe tous les évêques
excommunièrent le comte de Toulouse et son fils le comte de Comminges,
tous leurs fauteurs, auxiliaires et défenseurs; et en cette sentence fut
le roi d'Arragon compris indubitablement, bien que les prélats eussent
de fait exprès supprimé son nom, puisqu'il était non seulement
auxiliaire et défenseur desdits comtes, ains le chef et principal auteur
du siége de Muret; en sorte que l'excommunication fut bien aussi lâchée
pour lui. Après la messe, le comte et les siens, prenant les armes et
sortant de Saverdun, rangèrent l'armée dans une plaine proche le
château, au nom de la sainte et indivisible Trinité, et, passant outre,
ils vinrent à un certain château dit Hauterive, à moitié route de
Saverdun et de Muret. Partant de là, ils arrivèrent en un lieu de
difficile passage, entre Hauterive et Muret, où ils pensaient devoir
rencontrer les ennemis, vu que le chemin était étroit, inondé et
fangeux. Or là tout près se trouvait une église où le comte entra, selon
son habitude, pour faire sa prière, dans le temps même que la pluie
tombait en abondance, et n'incommodait pas peu nos gens. Mais, durant
que le soldat du Christ, je veux dire notre comte, priait de grande
ferveur, la pluie cessa, et la nuée fit place à la clarté des cieux. Ô
bonté immense du Créateur! Montfort ayant fini son oraison, et étant
remonté à cheval avec les siens, ils sortirent du susdit défilé sans
trouver d'ennemis, et, avançant toujours, ils arrivèrent jusqu'auprès de
Muret, deçà la Garonne, ayant en face, de l'autre côté du fleuve, le roi
d'Arragon qui assiégeait Muret avec une armée plus nombreuse que les
sables de la mer. À cette vue, nos chevaliers, tous remplis d'ardeur,
conseillèrent au comte qu'entrant aussitôt dans la place, il livrât
bataille le jour même: ce qu'il ne voulut du tout faire, pour autant
qu'il était heure du soir, et qu'hommes et bêtes étaient harassés,
tandis que les ennemis étaient frais, voulant d'ailleurs user d'entière
humilité, offrir au roi d'Arragon des paroles de paix, et le supplier de
ne pas se joindre contre l'Église aux ennemis du Christ. Par toutes ces
raisons donc, le comte ne voulut attaquer le même jour, et, traversant
le pont, entra dans Muret avec ses troupes, d'où, sur l'heure, nos
évêques députèrent vers le roi maints et maints envoyés, le priant et
conjurant qu'il daignât prendre en pitié la sainte Église de Dieu; mais
le roi, toujours plus obstiné, ne voulut acquiescer à aucune de leurs
demandes, ni leur répondre rien qui donnât espoir de paix, comme on le
verra plus bas. Finalement survinrent dans la nuit le vicomte de Corbeil
et quelques chevaliers français, lesquels, comme nous l'avons dit
ci-dessus, arrivaient de Carcassonne, et entrèrent dans Muret. Ni
faut-il omettre qu'il ne s'y trouvait assez de vivres pour nourrir les
nôtres un seul jour, ainsi qu'il fut vérifié cette même nuit.



CHAPITRE LXXII.

     De la savante bataille et très-glorieuse victoire du comte de
     Montfort et des siens remportée aux champs de Muret sur le roi
     d'Arragon et les ennemis de la foi.


Le lendemain, au point du jour, le comte se rendit à sa chapelle, située
dans la citadelle, pour y entendre la messe, tandis que pour même fin
nos évêques et chevaliers allèrent à l'église du bourg; et, après la
messe, le comte passa dans le bourg suivi des siens, pour tenir conseil
avec eux; lesquels, durant qu'ils parlaient, se tenaient désarmés,
d'autant qu'il se traitait en quelque façon de la paix par l'entremise
des évêques. Soudain, les prélats, du commun avis de nos gens, voulurent
aller pieds déchaux vers le roi, pour le supplier de ne point s'en
prendre à l'Église; mais, comme ils eurent envoyé un exprès pour
annoncer leur arrivée en telle manière, voilà que plusieurs chevaliers
ennemis entrèrent en armes dans le bourg où se tenaient les nôtres, et
dont les portes étaient ouvertes, le comte ne permettant point qu'on les
fermât. Sur-le-champ, il s'adressa aux évêques, disant: «Vous voyez que
vous ne gagnez rien, et qu'il se fait un plus grand tumulte; assez, ou,
pour mieux dire, trop d'affronts avons-nous endurés. Il est temps que
vous nous donniez licence de combattre.» Les évêques voyant si
pressante nécessité, et si urgente, la leur accordèrent donc, et les
nôtres sortant du lieu de la conférence, gagnèrent chacun son logis pour
s'armer, tandis que le comte se rendait pour même cause à la citadelle.
Or, comme il y entrait, et qu'il passait devant sa chapelle, il y jeta
un coup-d'oeil et vit l'évêque d'Uzès célébrant la messe, et qui, à
l'offrande après l'Évangile, disait _Dominus vobiscum_. Sur quoi, le
très-chrétien comte courut aussitôt mettre les genoux en terre, et
joignant les mains devant l'évêque, il lui dit: «Je vous donne et vous
offre mon âme et mon corps.» Ô dévotion de ce grand prince! Puis entrant
dans le fort, il s'arma, et venant derechef vers l'évêque en la susdite
chapelle, il s'offrit de nouveau à lui, soi et ses armes. Mais au moment
qu'il s'agenouillait devant l'autel, le bracelet d'où pendaient ses
bas-cuissarts de fer se rompit par le milieu; sur quoi, cet homme
catholique ne sentant nulle peur ni trouble, s'en fit seulement apporter
un autre, et sortit du saint lieu, à l'issue duquel on lui conduisit son
cheval; et, comme il le montait, se trouvant sur un lieu élevé, d'où il
pouvait être vu par les Toulousains en dehors du château, l'animal
dressant la tête le frappa et le fit un petit peu chanceler. À cette
vue, les Toulousains, pour se moquer de lui, de pousser un grand
hurlement, et le comte catholique de dire: «Vous criez et vous gaussez
de moi maintenant; allez, je me fie au Seigneur pour compter que,
vainqueur, je crierai sur vous jusqu'aux portes de Toulouse. «À ces
mots, il monta à cheval, et allant joindre les chevaliers qui étaient
dans le bourg, il les trouva armés et prêts au combat. En cet instant,
un d'eux lui conseilla de les faire compter pour en savoir le nombre.
Auquel le noble Simon: «Il n'en est besoin, dit-il, nous sommes assez
pour vaincre nos ennemis par l'aide de Dieu.» Or, tous les nôtres, tant
chevaliers que servans à cheval, n'étaient plus de huit cents, tandis
qu'on croyait les ennemis monter à cent mille, outre que nous n'avions
que très-peu de gens de pieds et presque nuls, auxquels même le comte
avait défendu de sortir pendant la bataille.

Tandis donc qu'il causait avec ses gens et parlait du combat, voici que
survint l'évêque de Toulouse, ayant mître en tête et aux mains le bois
de la croix vivifiante, que les nôtres, descendant aussitôt de cheval,
commencèrent chacun à adorer. Mais, voyant qu'en tel hommage on perdait
trop de temps, l'évêque de Comminges, homme de merveilleuse sainteté,
saisissant la croix dans la main de Foulques, et montant en lieu haut,
leur donna la bénédiction, disant: «Allez au nom de Jésus-Christ, et je
vous suis témoin, et je reste votre caution au jour du jugement que
quiconque succombera en cette glorieuse lutte obtiendra, sans nulle
peine de purgatoire, les récompenses éternelles et la béatitude des
martyrs, pourvu qu'il soit confessé et contrit, ou du moins ait le ferme
dessein de se présenter, sitôt après la bataille, à un prêtre, pour les
péchés dont il n'aurait fait encore confession.» Laquelle promesse, sur
l'instance de nos chevaliers, ayant été souvent répétée, et à maintes
reprises confirmée par les évêques, soudain purifiés de leurs péchés par
contrition de coeur et confession de bouche, se pardonnant les uns aux
autres tout ce qu'ils pouvaient avoir de mutuels sujets de plainte, ils
sortirent du château, et rangés en trois troupes, au nom de la Trinité,
intrépides ils s'avancèrent contre les ennemis. Cependant, les évêques
et les clercs entrèrent dans l'église, pour prier le Seigneur en faveur
de ceux qui s'exposaient en son nom à une mort imminente, et, dans leurs
clameurs vers le ciel, ils poussaient avec angoisse de si grands
mugissemens qu'ils semblaient hurler plutôt que faire des prières. Les
soldats du Christ marchaient donc joyeux vers le lieu du combat, prêts à
souffrir pour la gloire non seulement la honte d'une défaite, mais la
mort la plus affreuse; et, à leur sortie du château, ils virent les
ennemis rangés en bataille, tels qu'un monde tout entier, dans une
plaine voisine de Muret. Soudain, le premier escadron se lança
audacieusement sur eux, et les enfonça jusqu'au centre. Il fut aussitôt
suivi du second, qui pénétra pareillement au milieu des Toulousains, et
ce fut dans cette rencontre que périrent le roi d'Arragon[157] et
beaucoup des siens avec lui, cet homme orgueilleux s'étant placé dans la
seconde ligne, tandis que les rois se mettent ordinairement dans la
dernière. En outre, il avait changé ses armes, et avait pris celles d'un
autre. Quant à notre comte, voyant que les deux premières troupes des
siens s'étaient plongées au milieu des ennemis, et y avaient presque
disparu, il chargea sur la gauche le corps innombrable qui lui était
opposé, lequel était rangé en bataille le long d'un fossé qui le
séparait du comte; et, comme il se ruait sur eux, bien que n'apercevant
aucun chemin pour les atteindre, il trouva enfin dans le fossé un
sentier très-petit, préparé alors, comme nous le croyons, par la volonté
divine, et passant par-là il s'abandonna sur les ennemis, et les enfonça
comme un très-vaillant guerrier du Christ. N'oublions de dire qu'au
moment où il se jetait contre eux, ils le frappèrent à droite de leurs
épées avec tant de force que la violence du coup brisa son étrier
gauche, et, comme il voulait percer de l'éperon du pied gauche la
couverte de son cheval, l'éperon se rompit aussi et tomba par terre.
Pourtant ce vigoureux guerrier ne fut ébranlé, et continua de frapper
les ennemis à tour de bras, portant entre autres un coup de poing à l'un
d'eux, lequel l'avait touché violemment à la tête, et le faisant cheoir
à bas de son cheval. À cette vue, les compagnons dudit chevalier,
quoiqu'en grand nombre, et tous les autres bientôt vaincus et mis en
désordre, cherchèrent leur salut dans la fuite: sur quoi ceux des
nôtres, qui composaient le premier et le second escadron, les
poursuivirent sans relâche en leur tuant beaucoup de monde, et sabrant
tous ceux qui restaient en arrière, ils en occirent plusieurs milliers.
Pour ce qui est du comte et des chevaliers qui étaient avec lui, ils
suivaient exprès au petit pas ceux des nôtres qui poussaient ces
fuyards, afin que, si les ennemis venaient à se rallier et à reprendre
courage, nos gens qui marchaient sur leurs talons, séparés les uns des
autres, pussent avoir recours à lui. Ni devons-nous taire que le
très-noble Montfort ne daigna frapper un seul des vaincus, du moment
qu'il les vit en fuite et tournant le dos au vainqueur. Tandis que ceci
se passait, les habitans de Toulouse qui étaient restés à l'armée en
nombre infini et prêts à combattre, travaillaient de toutes leurs
forces à emporter le château: ce que voyant leur évêque Foulques qui se
trouvait dans Muret, cet homme bon et plein de douceur, compatissant à
leurs misères, leur envoya un de ses religieux, leur conseillant de se
convertir enfin à Dieu leur seigneur, et de déposer les armes sur la
promesse qu'il les arracherait à une mort certaine; en foi de quoi, il
leur envoya son capuchon, car il était aussi moine. Mais eux, obstinés
et aveuglés par l'ordre du ciel, répondirent que le roi d'Arragon nous
avait tous battus, et que l'évêque voulait non les sauver, mais les
faire périr; puis, enlevant le capuchon à son envoyé, ils le blessèrent
grièvement de leurs lances. Au même instant, nos chevaliers revenant du
carnage, après une glorieuse victoire, et arrivant sur lesdits
Toulousains, en tuèrent plusieurs mille. Après ce, le comte ordonna à
quelqu'un des siens de le conduire à l'endroit où le roi d'Arragon avait
été tué, ignorant entièrement le lieu et le moment où il était tombé, et
y arrivant, il trouva le corps de ce prince gisant tout nu en plein
champ, parce que nos gens de pied qui étaient sortis du château, en
voyant nos chevaliers victorieux, avaient égorgé tous ceux qu'ils
avaient trouvés par terre. Vivant encore, ils l'avaient déjà dépouillé.
À la vue du cadavre, le très-piteux comte descendit de cheval, comme un
autre David auprès d'un autre Saül. Après quoi, et pour ce que les
ennemis de la foi, tant noyés[158] que tués par le glaive, avaient péri
au nombre d'environ vingt mille, notre général très-chrétien comprenant
qu'un tel miracle venait de la vertu divine et non des forces humaines,
marcha nu-pieds vers l'église, de l'endroit même où il était descendu,
pour rendre grâces au Tout-Puissant de la victoire qu'il lui avait
accordée, donnant même en aumône aux pauvres ses armes et son cheval. Au
demeurant, pour que le récit véritable de cette merveilleuse bataille et
de notre triomphe glorieux s'imprime davantage au coeur des lecteurs,
nous avons cru devoir insérer dans notre livre les lettres que les
évêques et abbés qui étaient présens adressèrent à tous les fidèles.

[Note 157: Il fut tué par Alain de Roucy et Florent de Ville, nobles
français qui s'étaient acharnés sur lui.]

[Note 158: En cherchant à regagner les bateaux qui les avaient amenés
par la Garonne.]



CHAPITRE LXXIII.

     Lettres des prélats qui se trouvaient dans l'armée du comte Simon
     lorsqu'il triompha des ennemis de la foi.


«Gloire à Dieu dans le ciel, et paix sur la terre aux hommes qui aiment
la sainte Église de bonne volonté! Le Dieu fort et puissant, le Dieu
puissant dans les batailles a octroyé à la sainte Église, le cinquième
jour de l'octave de la Nativité de la bienheureuse Vierge Marie, la
merveilleuse défaite des ennemis de la foi chrétienne, une glorieuse
victoire, un triomphe éclatant; et voici comme.»

«Après la correction charitable que le souverain pontife, dans sa
paternelle pitié, avait soigneusement adressée au roi d'Arragon, avec
l'expresse défense de ne prêter secours, conseil ni faveur, aux ennemis
de la foi, et l'ordre de s'en éloigner sans délai, et de laisser en paix
à toujours le comte de Montfort; après la révocation de certaines
lettres que les envoyés du roi avaient obtenues par fausse suggestion
contre ledit comte pour la restitution des terres des comtes de Foix, de
Comminges et de Gaston de Béarn, lesquelles le seigneur pape cassa dès
qu'il sut la vérité, comme étant de nulle valeur. Ce même roi, loin de
recevoir avec une piété filiale les réprimandes du très-saint père, se
révoltant avec superbe contre le mandat apostolique, comme si son coeur
se fût davantage endurci, voulut accoucher des fléaux qu'il avait depuis
long-temps conçus, bien que les vénérables pères, l'archevêque de
Narbonne, légat du siége apostolique, plus l'évêque de Toulouse, lui
eussent transmis les lettres et commandemens du souverain pontife. C'est
pourquoi, entrant avec son armée dans le pays que l'on avait conquis sur
les hérétiques et leurs défenseurs par la vertu de Dieu et le secours
des Croisés, il tenta, en violation du mandat apostolique, de le
subjuguer, et de le rendre aux ennemis de l'Église; et, s'étant déjà
emparé d'une petite partie desdits domaines, tandis que la plus grande
portion restante était disposée à l'apostasie, et toute prête à la
commettre, rassurée qu'elle était par sa garantie, il réunit les comtes
de Toulouse, de Foix et de Comminges, ensemble une nombreuse armée de
Toulousains, et vint assiéger le château de Muret trois jours après la
Nativité de Notre-Dame. À cette nouvelle, ayant pris conseil des
vénérables pères archevêques, évêques et abbés que le vénérable père
archevêque de Narbonne, légat du siége apostolique, avait convoqués pour
la sainte affaire, et qui s'étaient rendus en diligence à son appel pour
en traiter, ainsi que de la paix, tous unanimes et dévoués en
Jésus-Christ, Simon, comte de Montfort, ayant avec lui quelques nobles
et puissans Croisés qui étaient venus tout récemment de France à son
secours, et pour l'assistance du Christ, plus sa famille qui, en sa
compagnie, avait dès long-temps travaillé pour la cause divine, marcha
vers ladite place, décidé à la défendre vaillamment; et durant que, le
jour de mars des susdites octaves, l'armée du Christ arrivait à un
certain château nommé Saverdun, le vénérable évêque de Toulouse, auquel
le souverain pontife avait confié la réconciliation de ses ouailles, non
rebuté de les y avoir engagées trois ou quatre fois, sans qu'elles
eussent voulu acquiescer à ses avertissemens, bien que salutaires, et
n'eussent rien répondu sinon qu'elles ne voulaient répondre du tout,
leur envoya, en même temps qu'au roi, devant Muret, des lettres où il
leur signifiait que lesdits prélats venaient pour traiter promptement de
la paix et du rétablissement de la bonne intelligence: pour quoi il
demandait qu'on lui donnât un sauf-conduit. Mais, comme le lendemain,
savoir le jour de mercredi, l'armée fut sortie de Saverdun pour, vu
l'urgente nécessité, aller en toute hâte au secours de Muret, et que les
évêques se furent décidés à rester dans un château appelé Hauterive, à
moitié chemin de Saverdun et de Muret, dont il est également éloigné de
deux lieues, afin d'y attendre le retour de leur envoyé, il revint,
portant pour réponse, de la part du roi, qu'il ne leur donnerait pas de
sauf-conduit, puisqu'ils venaient avec l'armée. Or, ne pouvant se rendre
d'une autre manière près de lui, sans courir un danger manifeste à cause
de l'état de guerre, ils arrivèrent avec les soldats du Christ dans
Muret, où se rendit près de l'évêque de Toulouse, et au nom des habitans
de cette ville, le prieur des frères hospitaliers de Toulouse, lui
apportant lettres desdits habitans, dans lesquelles il était dit qu'ils
étaient de toute façon prêts à faire la volonté du seigneur pape et de
leur évêque; ce dont bien leur eût pris si l'effet avait vérifié leurs
paroles. Quant au roi, il répondit à ce même prieur qui lui avait été
aussitôt renvoyé par l'évêque, qu'il ne donnerait au prélat de
sauf-conduit; pourtant que, s'il voulait venir à Toulouse pour
parlementer avec les gens de cette cité, il lui accorderait d'y aller;
mais il le disait par dérision. À quoi l'évêque: «Il ne convient,
dit-il, que le serviteur entre dans les murs d'où son Seigneur a été
chassé; ni, certes, ne m'y verra-t-on retourner jusqu'à ce que mon Dieu
et mon maître y soit revenu.» Cependant, quand les prélats furent
arrivés le susdit jour de mercredi dans Muret avec l'armée, ils
envoyèrent, pleins d'une active sollicitude, deux religieux au roi et
aux Toulousains, lesquels du roi n'eurent d'autre réponse, en moquerie
et mépris des Croisés, sinon que les évêques lui demandaient une
conférence en faveur de quatre ribauds qu'ils avaient amenés avec eux.
Quant aux Toulousains, ils dirent aux envoyés que le lendemain ils leur
répondraient, et, à cette cause, les retinrent jusqu'à ce jour, savoir
jeudi, puis pour lors leur répondirent qu'ils étaient alliés du roi
d'Arragon, et qu'ils ne feraient rien que d'après sa volonté. À cette
nouvelle transmise le matin dudit jour, les évêques et les abbés
formèrent le dessein d'aller nu-pieds vers le roi; mais, comme ils
eurent envoyé un religieux pour lui annoncer leur venue en telle
manière, les portes étant ouvertes, le comte de Montfort et les Croisés
désarmés, vu que les susdits prélats parlaient ensemble de la paix, les
ennemis de Dieu, courant aux armes, tentèrent frauduleusement et avec
insolence d'entrer de force dans le bourg: ce que ne permit la
miséricorde divine. Toutefois le comte et les Croisés, voyant qu'ils ne
pouvaient, sans grand péril et dommage, différer plus long-temps, après
s'être purifiés de leurs péchés, comme il convient aux adorateurs de la
foi chrétienne, et avoir fait confession orale, se disposèrent
vaillamment au combat, et, venant trouver l'évêque de Toulouse qui
remplissait les fonctions de légat par l'ordre du seigneur archevêque de
Narbonne, légat du siége apostolique, ils lui demandèrent humblement
congé de sortir sur les ennemis de Dieu; puis, l'ayant obtenu, parce que
cette chose était impérieusement commandée par la plus stricte
nécessité, vu qu'ayant dressé leurs machines et autres engins de guerre,
les ennemis se pressaient de loin à l'attaque de la maison où se
trouvaient les évêques, et y lançaient de tous côtés avec leurs
arbalètes des carreaux, des javelots et des dards, les soldats du
Christ, bénis par les évêques en habits pontificaux, et tenant le bois
révéré de la croix du Seigneur, sortirent de Muret, rangés en trois
corps, au nom de la sainte Trinité. De leur côté, les ennemis, ayant
nombreuse troupe et bien grande, quittèrent leurs tentes déjà tout
armés, lesquels, malgré leur multitude et leur foule infinie, furent
vaillamment attaqués par les cliens de Dieu, confians, malgré leur petit
nombre, dans le secours céleste, et guidés par le Très-Haut contre
cette armée immense qu'ils ne redoutaient pas. Soudain la vertu du
Tout-Puissant brisa ses ennemis par les mains de ses serviteurs, et les
anéantit en un moment; ils firent volte-face, prirent la fuite comme la
poussière devant l'ouragan, et l'ange du Seigneur était là qui les
poursuivait. Les uns, par une course honteuse, échappèrent honteusement
au péril de la mort; les autres, évitant nos glaives, vinrent périr dans
les flots; un bon nombre fut dévoré par l'épée. Il faut grandement gémir
sur l'illustre roi d'Arragon tombé parmi les morts, puisqu'un si noble
prince et si puissant, qui, s'il l'eût voulu, eût pu et aurait dû être
bien utile à la sainte Église, uni aux ennemis du Christ, attaquait
méchamment les amis du Christ et son épouse sacrée. D'ailleurs, durant
que les vainqueurs revenaient triomphans du carnage et de la poursuite
des ennemis, l'évêque de Toulouse compatissant charitablement et avec
miséricorde aux malheurs et à la tuerie de ses ouailles, et désirant en
piété de coeur sauver ceux qui, ayant échappé à cette boucherie, étaient
encore dans leurs tentes, afin que, châtiés par une si violente
correction, ils échappassent du moins au danger qui les pressait, se
convertissent au Seigneur, et vécussent pour demeurer dans la foi
catholique, il leur envoya par un religieux le froc dont il était vêtu,
leur mandant qu'ils déposassent enfin leurs armes et leur férocité,
qu'ils vinssent à lui désarmés, et qu'il les préserverait de mort.
Persévérant cependant dans leur malice, et s'imaginant, bien que déjà
vaincus, qu'ils avaient triomphé du peuple du Christ, non seulement ils
méprisèrent d'obéir aux avis de leur pasteur, mais encore frappèrent
durement son envoyé, après lui avoir arraché le froc dont il était
porteur: sur quoi la milice du Seigneur, courant à eux derechef, les
tua, fuyant et dispersés autour de leurs pavillons. L'on ne peut en
aucune façon connaître le nombre exact de ceux des ennemis, nobles ou
autres, qui ont péri dans la bataille. Pour ce qui est des chevaliers du
Christ, un seul a été tué, plus un petit nombre de servans. Que le
peuple chrétien tout entier rende donc grâce au Seigneur Jésus du fond
du coeur et en esprit de dévotion pour cette grande victoire des
Chrétiens; à lui qui, par quelques fidèles, a battu une multitude
innombrable d'infidèles, et a donné à la sainte Église de triompher
saintement de ses ennemis, honneur et gloire à lui dans les siècles des
siècles! _Amen._ Nous évêques de Toulouse, de même d'Uzès, de Lodève, de
Béziers, d'Agde et de Comminges, plus les abbés de Clarac, de
Villemagne[159] et de Saint-Thibéri, qui, par l'ordre du vénérable père
archevêque de Narbonne, légat du siége apostolique, nous étions réunis,
et nous efforcions de suprême étude et diligence à traiter de la paix et
du bon accord, nous attestons par le verbe de Dieu que tout ce qui est
écrit ci-dessus est vrai, comme choses par nous vues et entendues; les
contre-scellons de nos sceaux, d'autant qu'elles sont dignes d'être
gardées en éternelle mémoire. Donné à Muret, le lendemain de cette
victoire glorieuse, savoir le sixième jour de l'octave de la Nativité de
la bienheureuse Vierge Marie, l'an du Seigneur 1213.

[Note 159: Abbaye de Bénédictins, à cinq lieues de Béziers.]



CHAPITRE LXXIV.

     Comment, après la victoire de Muret, les Toulousains offrirent
     aux évêques des otages pour obtenir leur réconciliation.


Après la glorieuse victoire et sans exemple remportée à Muret, les sept
évêques susnommés et les trois abbés qui étaient encore dans ce château,
pensant que les citoyens de Toulouse, épouvantés par un si grand miracle
ensemble et châtiment de Dieu, pourraient plus vite et plus aisément
être rappelés de leurs erreurs au giron de notre mère l'Église,
tentèrent, selon l'injonction, pouvoir et teneur du mandat apostolique,
de les ramener par prières, avis et terreur, à la sainte unité romaine.
Sur quoi, les Toulousains ayant promis d'accomplir le mandat du seigneur
pape, les prélats leur demandèrent de vive voix une suffisante caution
de leur obéissance, savoir, deux cents otages pris parmi eux, pour
autant qu'ils ne pouvaient en aucune façon se contenter de la garantie
du serment, eux ayant à fréquentes reprises transgressé ceux qu'ils
avaient donnés pour le même objet. Finalement, après maintes et maintes
contestations, ils s'engagèrent à livrer en otages soixante seulement de
leurs citoyens; et, bien que leurs évêques, pour plus grande sûreté, en
eussent exigé, comme nous l'avons dit, deux cents, à cause de l'étendue
de la ville, aussi bien que de l'humeur indomptable et félonne de sa
population, d'autant qu'elle avait souffert que faillissent ceux qu'une
autre fois on avait pris parmi les plus riches de la cité pour la même
cause, les gens de Toulouse ne voulurent par subterfuge en donner que le
moindre nombre susdit et pas davantage. Aussitôt les prélats, afin de
leur ôter tout prétexte et toute occasion de pallier leurs erreurs,
répondirent qu'ils accepteraient volontiers les soixante otages qu'ils
offraient, et qu'à cette condition ils les réconcilieraient à l'Église,
et les maintiendraient en paix dans l'unité de la foi catholique. Mais
eux, ne pouvant plus long-temps cacher leurs méchans desseins, dirent
qu'ils n'en bailleraient aucun, dévoilant évidemment par tel refus
qu'ils n'en avaient d'abord promis soixante qu'en fraude et supercherie.
Ajoutons ici que les hommes d'un certain château au diocèse d'Albi,
ayant nom Rabastens, quand ils apprirent notre victoire, déguerpirent
tous de peur, et laissèrent la place vide, laquelle fut occupée par Gui,
frère du comte de Montfort, à qui elle appartenait, et qui, y ayant
envoyé de ses gens, les y mit en garnison. Peu de jours après,
survinrent des pélerins de France, mais en petit nombre, savoir,
Rodolphe, évêque d'Arras, suivi de quelques chevaliers, ainsi que
plusieurs autres pareillement en faible quantité. Quant à notre comte,
il se prit, avec toute sa suite, à courir sur les terres du comte de
Foix, brûlant le bas bourg de sa ville, comme tout ce qu'ils purent
trouver en dehors des forteresses de ses domaines dans les expéditions
qu'ils poussèrent plus avant.



CHAPITRE LXXV.

     Comment le comte de Montfort envahit les terres du comte de Foix,
     et de la rébellion de Narbonne et de Montpellier.


Ces choses faites, on vint annoncer à Montfort que certains nobles de
Provence, ayant rompu le pacte d'alliance et de paix, vexaient la sainte
Église de Dieu, et que faisant en outre le guet sur les voies publiques,
ils nuisaient de tout leur pouvoir aux Croisés venant de France. Le
comte ayant donc tenu conseil avec les siens, il se décida à descendre
en ces quartiers, pour accabler les perturbateurs et purger les routes
de ces méchans batteurs d'estrade. Or, comme dans ce dessein, il arriva
à Narbonne avec les pélerins en sa compagnie, ceux de cette ville qui
avaient toujours porté haine aux affaires du Christ, et s'y étaient
maintes fois opposés, bien que secrètement, ne purent par aucune raison
être induits à recevoir le comte avec sa suite, ni même celle-ci sans le
comte; pour quoi, tous nos gens durent passer la nuit en dehors de
Narbonne, dans les jardins et broussailles à l'entour; d'où au lendemain
ils partirent pour Béziers, qu'ils quittèrent deux jours après, venant
jusqu'à Montpellier, dont les habitans pareils aux Narbonnais en
mal-vouloir et malice, ne permirent en nulle sorte au comte ni à ceux
qui étaient avec lui d'entrer dans leur ville, pour y loger pendant la
nuit, et leur firent en tout comme avaient fait les citoyens de
Narbonne. Passant donc outre, ils arrivèrent à Nîmes, où d'abord on ne
voulut non plus les accueillir; mais ensuite les gens de cette ville,
voyant la grande colère du comte et son indignation, lui ouvrirent leurs
portes ainsi qu'à toute sa troupe, et leur rendirent libéralement maints
devoirs d'humanité. De là Montfort vint en un certain château de
Bagnols, dont le seigneur le reçut honorablement; puis, à la ville de
l'Argentière[160], parce qu'il y avait dans ces parties un certain
noble, nommé Pons de Montlaur, qui troublait tant qu'il pouvait les
évêques du pays, la paix et l'Église; lequel, bien que tous les Croisés
se fussent départis d'auprès du comte, et qu'il n'eût avec lui qu'un
petit nombre de stipendiés, et l'archevêque de Narbonne, en apprenant
son arrivée, eut peur et vint à lui, se livrant soi et ses biens à son
bon plaisir. Il y avait en outre du même côté un autre noble,
très-puissant mais adonné au mal, savoir, Adhémar de Poitiers[161], qui
avait toujours été l'ennemi de la cause chrétienne, et adhérait de coeur
au comte de Toulouse. Sachant que Montfort s'approchait, il munit ses
châteaux, et rassembla dans l'un d'entre eux le plus de chevaliers qu'il
put trouver, afin que, si le comte passait dans les environs, il en
sortît avec les siens et l'attaquât; ce que toutefois il n'osa faire,
quand le comte fut en vue du château, quoiqu'il ne fût suivi que de
très-peu de monde, et que lui, Adhémar, eût beaucoup de chevaliers.
Tandis que notre comte était en ces quartiers, le duc de Bourgogne
Othon, homme puissant et bon, qui portait grande affection aux affaires
de la foi contre les hérétiques, et à Montfort, vint à lui avec le duc
de Lyon et l'archevêque de Vienne; et, comme ils étaient tous ensemble
auprès de Valence, ils appelèrent à Romans cet ennemi de l'Église,
Adhémar, Poitevin, pour y conférer avec eux: lequel s'y rendit, mais ne
voulut rien accorder au comte ni au duc des choses qui intéressaient la
paix. Ils le mandèrent une seconde fois, sans pouvoir rien gagner
encore: ce que voyant le duc de Bourgogne, enflammé de colère contre
lui, il promit à notre comte que, si Adhémar ne se conformait en tout
aux ordres de l'Église, et à la volonté de Montfort, et qu'il ne donnât
bonne garantie de sa soumission, lui, duc, lui déclarerait la guerre de
concert avec le comte; même aussitôt il fit venir plusieurs de ses
chevaliers pour marcher avec lui contre Adhémar: ce que celui-ci ayant
appris, contraint enfin par la nécessité, il se rendit auprès du duc et
du comte, s'abandonnant en toutes choses à leur discrétion, et leur
livrant de plus pour sûreté quelques siens châteaux dont Montfort remit
la garde à Othon. Cependant le vénérable frère, archevêque de Narbonne,
homme plein de prévoyance et vertueux de tous points, sur l'avis duquel
le duc de Bourgogne était venu au pays de Vienne, le pria de traiter
avec lui de l'objet pour lequel il l'avait appelé, savoir, du mariage
entre l'aîné du comte, nommé Amaury, et la fille du dauphin, puissant
prince et frère germain de ce duc; en quoi, celui-ci acquiesça au
conseil et au désir de l'archevêque.

[Note 160: À cinq lieues de Viviers.]

[Note 161: Ou Aymar.]

Sur ces entrefaites, les routiers arragonais, et autres ennemis de la
foi, commencèrent à courir sur les terres de Montfort, et vinrent
jusqu'à Béziers, où ils firent tout le mal qu'il purent: bien plus,
quelques-uns des chevaliers de ses domaines tournant à parjure, et
retombant dans leur malice innée, rompirent avec Dieu, l'Église et la
suzeraineté du comte; pour quoi, ayant achevé les affaires qui l'avaient
appelé en Provence, il retourna dans ses possessions[162], et pénétrant
aussitôt sur celles de ses ennemis, il poussa jusque devant Toulouse,
aux environs de laquelle il séjourna quinze jours, ruinant de fond en
comble un bon nombre de forteresses. Les choses en étaient à ce point,
quand Robert de Courçon, cardinal et légat du siége apostolique, qui,
comme nous l'avons dit plus haut, travaillait en France de tout son
pouvoir pour les intérêts de la Terre-Sainte, et nous avait enlevé les
prédicateurs qui avaient coutume de prêcher contre les hérétiques
albigeois, leur ordonnant d'employer leurs paroles au secours des
contrées d'outre mer, nous en rendit quelques-uns, sur l'avis d'hommes
sages et bien intentionnés, pour qu'ils reprissent leurs travaux en
faveur de la foi et des Croisés de Provence; même, il prit le signe de
la croix vivifiante pour combattre les hérétiques toulousains. Quoi
plus? La prédication au sujet de la cause chrétienne en France vint
enfin à revivre. Beaucoup se croisèrent, et notre comte et les siens
purent de nouveau se livrer à la joie.

[Note 162: En 1214.]

Nous ne pouvons ni ne devons taire une bien cruelle trahison qui fut
commise en ce temps contre le comte Baudouin. Ce comte Baudouin, frère
de Raimond et cousin du roi Philippe, bien éloigné de la méchanceté de
son frère, et consacrant tous ses efforts à la guerre pour le Christ,
assistait de son mieux Montfort et la chrétienté contre son frère et
les autres ennemis de la foi. Un jour donc, savoir, le second après le
premier dimanche de carême, que ledit comte vint en un certain château
du diocèse de Cahors, nommé Olme, les chevaliers de ce château, lesquels
étaient ses hommes, envoyèrent aussitôt vers les routiers et quelques
autres chevaliers du pays, très-méchans traîtres, lesquels garnissaient
un fort voisin, appelé Mont-Léonard, et leur firent dire que Baudouin
était dans Olme, leur mandant qu'ils vinssent et qu'ils le leur
livreraient sans nul obstacle: ils en donnèrent aussi connaissance à un
non moins méchant traître, mais non déclaré, savoir, Rathier de
Castelnau, lequel avait de longue date contracté alliance avec le comte
de Montfort, et lui avait juré fidélité, lequel même était ami de
Baudouin, et à ce titre possédait sa confiance. Que dirai-je? La nuit
vint, et ledit comte, plein de sécurité, comme se croyant parmi les
siens, se livra au sommeil et au repos, ayant avec lui un certain
chevalier de France, nommé Guillaume de Contres, auquel Montfort avait
donné Castel-Sarrasin, plus un servant, aussi Français, qui gardait le
château de Moissac. Comme donc ils reposaient en diverses maisons
séparées les unes des autres, le seigneur du château enleva la clef de
la chambre où dormait le comte Baudouin, et fermant la porte, il sortit
du château, courut à Rathier, et lui montrant la clef, il lui dit: «Que
tardez-vous? Voici que votre ennemi est dans vos mains; hâtez-vous, et
je vous le livrerai dormant et désarmé, ni lui seulement, mais plusieurs
autres de vos ennemis.» Ce qu'oyant, les routiers grandement
s'éjouirent, et volèrent aux portes d'Olme, dont le seigneur ayant
convoqué bien secrètement les hommes du château, chef qu'il était de
ceux qui voulaient se saisir de Baudouin, demanda vite à chacun combien
il logeait des compagnons du comte; puis, cet autre Judas, après s'en
être soigneusement informé, fit poster aux portes de chaque maison un
nombre de routiers tous armés double de celui de nos gens plongés dans
le sommeil et sans défense. Soudain furent allumés une grande quantité
de flambeaux, et poussant un grand cri, les traîtres se précipitèrent à
l'improviste sur les nôtres, tandis que Rathier de Castelnau et le
susdit seigneur d'Olme couraient à la chambre où reposait le comte; et,
ouvrant brusquement la porte, le surprenaient dormant, sans armes, voire
tout nu. D'autre part, quelques-uns des siens, dispersés dans la place,
furent tués, plusieurs furent pris, un certain nombre échappa par la
fuite: ni faut-il omettre que l'un d'eux qui était tombé vivant en leurs
mains, et auquel les bourreaux avaient promis sous serment d'épargner la
vie et les membres, fut occis dans une église où il avait ensuite été se
cacher. Quant au comte Baudouin, ils le conduisirent dans un château à
lui, au diocèse de Cahors, nommé Montèves, dont les habitans, méchans et
félons qu'ils étaient, reçurent de bon coeur les routiers, qui
emmenaient leur seigneur prisonnier. Sur l'heure, ceux-ci lui dirent de
leur faire livrer la tour du château, que quelques Français gardaient
par son ordre; ce qu'il leur défendit toutefois très-strictement de
faire pour quelque motif que ce fût, quand même ils le verraient pendre
à un gibet, leur commandant de se défendre vigoureusement jusqu'à ce
qu'ils eussent secours du noble comte de Montfort. Ô vertu de prince! ô
merveilleuse force d'âme! À cet ordre, les routiers entrèrent en grande
rage, et le firent jeûner pendant deux jours; après quoi, le comte fit
appeler en diligence un chapelain, auquel il se confessa, et demanda la
sainte communion; mais, comme le prêtre lui apportait le divin
Sacrement, survint le plus mauvais de ces coquins, jurant et protestant
avec violence que Baudouin ne mangerait ni ne boirait, jusqu'à ce qu'il
rendît un des leurs qu'il avait pris et retenait dans les fers. Auquel
le comte: «Je n'ai demandé, dit-il, cruel que tu es, ni pain ni vin, ni
pièce de viande pour nourrir mon corps; je ne veux, pour le salut de mon
âme, que la communion du divin mystère.» Derechef le bourreau se mit à
jurer qu'il ne mangerait ni ne boirait, à moins qu'il ne fît ce qu'il
demandait. «Eh bien, dit alors le noble comte, puisqu'il ne m'est permis
de recevoir le saint Sacrement, que du moins l'on me montre
l'Eucharistie, gage de mon salut, pour qu'en cette vue je contemple mon
Sauveur.» Puis, le chapelain l'ayant levée en l'air et la lui montrant,
il se mit à genoux et l'adora de dévotion bien ardente. Cependant ceux
qui étaient dans la tour du château, craignant d'être mis à mort, la
livrèrent aux routiers, après en avoir toutefois reçu le serment qu'il
les laisseraient sortir sains et saufs: mais ces bien méchans traîtres,
méprisant leur promesse, les condamnèrent aussitôt à la mort
ignominieuse du gibet; après quoi, saisissant le comte Baudouin, ils le
conduisirent en un certain château du comte de Toulouse, nommé
Montauban, où ils le retinrent dans les fers, en attendant l'arrivée de
Raimond, lequel vint peu de jours après, ayant avec lui ces scélérats
et félons, savoir, le comte de Foix et Roger Bernard son fils, plus, un
certain chevalier des terres du roi d'Arragon, nommé Bernard de
Portelles; et, sur l'heure, il ordonna que son très-noble frère fût
extrait de Montauban. Or ce qui suit, qui pourra jamais le lire ou
l'entendre sans verser des larmes? Soudain, le comte de Foix et son
fils, bien digne de la malice de son père, avec Bernard de Portelles,
attachèrent une corde au cou de l'illustre prince pour le pendre du
consentement, que dis-je, par l'ordre du comte de Toulouse: ce que
voyant cet homme très-chrétien, il demanda avec instance et humblement
la confession et le viatique; mais ces chiens très-cruels les lui
refusèrent absolument. Lors le soldat du Christ; «puis, dit-il, qu'il ne
m'est permis de me présenter à un prêtre, Dieu m'est témoin que je veux
mourir avec la ferme et ardente volonté de défendre toujours la
chrétienté et monseigneur le comte de Montfort, mourant à son service et
pour son service.» À peine avait-il achevé que les trois susdits
traîtres, l'élevant de terre, le pendirent à un noyer. Ô cruauté inouïe!
ô nouveau Caïn! Et si dirai-je, pire que Caïn, j'entends le comte de
Toulouse, auquel il ne suffit de faire périr son frère, et quel frère!
s'il ne le condamnait à l'atrocité sans exemple d'une telle mort!



CHAPITRE LXXVI.

     Amaury et les citoyens de Narbonne reçoivent dans leurs murs les
     ennemis du comte de Montfort, et lui, pour cette cause, dévaste
     leur territoire.


Vers ce même temps, Amaury, seigneur de Narbonne, et les citoyens de
cette ville, lesquels n'avaient jamais aimé la cause de Jésus-Christ,
accouchant enfin des iniquités qu'ils avaient long-temps avant conçues,
s'éloignèrent manifestement de Dieu, et reçurent dans leur ville les
routiers, les Arragonais et les Catalans, afin de chasser, s'ils le
pouvaient, par leur aide, le noble comte de Montfort que les Catalans et
les Arragonais poursuivaient en vengeance de leur roi. Du reste, les
gens de Narbonne commirent tel forfait, non que le comte les attaquât ou
les eût lésés en quoi que ce fût, mais parce qu'ils pensaient qu'à
l'avenir il ne lui viendrait plus de renforts de Croisés. Toutefois
celui qui attrape les sages dans leurs finesses en avait autrement
disposé, puisque, durant que tous nos ennemis étaient réunis dans
Narbonne pour se jeter ensemble sur Montfort et le peu de monde qu'il
avait avec lui, voilà que soudain des pélerins survinrent de France,
savoir, Guillaume Des Barres, homme d'un courage éprouvé, et plusieurs
chevaliers à sa suite, dont la jonction et le secours permirent à notre
comte d'aller dans le voisinage de Narbonne, et de dévaster les domaines
d'Amaury, comme de lui enlever presque tous ses châteaux. Or, un jour
que notre comte avait décidé de se présenter devant Narbonne, et
qu'ayant armé tous les siens rangés en trois troupes, lui-même en tête
s'était approché des portes de la ville, nos ennemis en étant sortis et
s'étant postés à l'entrée de la ville, cet invincible guerrier,
c'est-à-dire Montfort, voulut se lancer à l'instant sur eux à travers un
passage ardu et inaccessible; mais ceux-ci, qui étaient placés sur une
éminence, le frappèrent si violemment de leurs lances que la selle de
son cheval s'étant rompue, il tomba par terre; et, courant de toutes
parts pour le prendre ou pour le tuer, ils auraient fait l'un ou
l'autre, si les nôtres, ayant volé à son secours, ne l'eussent remis sur
pied par la grâce de Dieu et après beaucoup de vaillans efforts. Puis
Guillaume, qui se trouvait à l'arrière-garde, se ruant avec tous nos
gens sur les ennemis, les força de rentrer à toutes jambes dans
Narbonne; après quoi le comte et les siens retournèrent au lieu d'où ils
étaient venus le même jour.



CHAPITRE LXXVII.

     Comment Pierre de Bénévent, légat du siége apostolique,
     réconcilie à l'Église les comtes de Foix et de Comminges[163].

[Note 163: Pierre de Vaulx-Cernay omet ici à dessein le comte de
Toulouse qui fut également réconcilié à l'Église, à la même époque, par
le légat Pierre de Bénévent. (Voir les _Éclaircissemens et pièces
historiques_ à la fin de ce volume, pag. 386 et 387.)]


Pendant que ceci se passait, maître Pierre de Bénévent, cardinal, légat
du siége apostolique au pays de Narbonne, venait pour mettre ordre à ce
qui intéressait la paix et la foi, lequel, ayant appris la conduite des
Narbonnais, leur manda et ordonna très-strictement de garder trève à
l'égard du comte de Montfort jusqu'à son arrivée, mandant également à
celui-ci de ne faire aucun tort aux gens de Narbonne. Peu de jours
ensuite, il s'y rendit, après toutefois qu'il eut vu notre comte, et
qu'il eut conféré soigneusement avec lui. Aussitôt les ennemis de la
foi, savoir les comtes de Foix et de Comminges, et beaucoup d'autres qui
avaient été justement dépossédés, vinrent trouver le légat pour le
supplier de les rétablir dans leurs domaines. Sur quoi, plein de
prudence et de discrétion, il les réconcilia tous à l'Église, recevant
d'eux non seulement la garantie sous serment d'obéir aux ordres
apostoliques, mais aussi certains châteaux très-forts qu'ils avaient
encore entre les mains. Les choses en étaient là quand les hommes de
Moissac livrèrent la ville par trahison au comte de Toulouse, et ceux
qui se trouvaient dans Moissac, au nom de Montfort, se retirèrent dans
la citadelle qui était faible et mal défendue. Là, ils furent assiégés
par Raimond, suivi d'une grande multitude de routiers, pendant trois
semaines de suite; mais les nôtres, bien qu'en petit nombre, firent une
vigoureuse résistance. Quant au noble comte, en apprenant ce qui se
passait, il partit à l'instant même, et marcha en toute hâte à leur
secours: pour quoi le Toulousain et sa troupe, ensemble plusieurs des
gens dudit lieu, principaux auteurs de cette noire trahison, s'enfuirent
bien vite dès qu'ils eurent vent de l'arrivée de Montfort, levant le
siége qu'ils avaient poussé si long-temps. Sachant leur fuite, notre
comte et sa suite descendirent du côté d'Agen pour prendre d'assaut,
s'il était possible, un château nommé le Mas, sur les confins du diocèse
agénois, lequel, dans cette même année, avait fait apostasie. En effet,
le roi Jean d'Angleterre, qui avait toujours été l'ennemi de la cause de
Jésus-Christ et du comte de Montfort, s'étant, à cette époque, rendu au
pays d'Agen, plusieurs nobles de ces quartiers, dans l'espérance qu'il
leur baillerait bonne aide, s'éloignèrent de Dieu, et secouèrent la
domination du comte; mais, par la grâce de Dieu, ils furent ensuite
frustrés de leur espoir. Montfort donc, se portant rapidement sur ledit
château, vint en un lieu où il lui fallut passer la Garonne, n'ayant que
quelques barques mal équipées; et, comme les habitans de la Réole,
château appartenant au roi d'Angleterre, avaient remonté le fleuve sur
des nefs armées en guerre, pour s'opposer au passage des nôtres, ils
entrèrent dans l'eau, et la traversèrent librement, malgré les ennemis;
puis, arrivant au château du Mas, après l'avoir assiégé trois jours, ils
s'en revinrent à Narbonne, parce qu'ils n'avaient point de machines, et
que le comte ne pouvait continuer le siége, vu que l'ordre du légat le
rappelait de ce côté.



CHAPITRE LXXVIII.

     L'évêque de Carcassonne revient de France avec une grands
     multitude de pélerins.


L'an du Verbe incarné 1214, le vénérable évêque de Carcassonne qui avait
travaillé toute l'année précédente aux affaires de la foi contre les
hérétiques, en parcourant la France et prêchant la croisade, se mit en
route vers les pays albigeois aux environs de l'octave de la
Résurrection du Seigneur. En effet, il avait assigné le jour du départ à
tous les Croisés, tant à ceux qu'il avait réunis qu'à ceux qui avaient
pris la croix des mains de maître Jacques de Vitry, homme en toutes
choses bien louable, et de certains autres pieux personnages, de façon
qu'étant tous rassemblés dans la quinzaine de Pâques, ils partissent
avec lui pour venir par la route de Lyon contre les pestiférés
hérétiques. De son côté, maître Robert de Courçon, légat du siége
apostolique, et le vénérable archidiacre Guillaume, fixèrent aux Croisés
un autre jour pour qu'ils arrivassent à Béziers dans la même quinzaine
de Pâques, en suivant un autre chemin. Venant donc de Nevers, l'évêque
de Carcassonne et les susdits pélerins arrivèrent heureusement à
Montpellier, et moi j'étais avec ce prélat. Là, nous trouvâmes
l'archidiacre de Paris et les Croisés qui venaient avec lui de France.
Quant au cardinal, savoir maître Robert de Courçon, il était occupé à
quelques affaires dans le pays du Puy. Partant de Montpellier, nous
vînmes près de Béziers au château de Saint-Thibéri, où arriva à notre
rencontre le noble comte de Montfort. Or, nous étions environ cent
pélerins, tant à pied qu'à cheval, parmi lesquels un d'entre les
chevaliers était le vicomte de Châteaudun et plusieurs autres chevaliers
qu'il n'est besoin de compter par le menu. Nous éloignant des environs
de Béziers, nous vînmes à Carcassonne, où nous restâmes quelques jours.
Et faut-il notablement remarquer et tenir pour miracles tous les
événemens de cette année. Comme nous l'avons dit, quand le susdit
Pierre de Bénévent arriva au pays albigeois, les Arragonais et Catalans
s'étaient réunis à Narbonne contre la chrétienté et le comte de
Montfort: pour quelle cause notre comte restait près de cette ville, et
ne pouvait s'en éloigner souvent, parce qu'aussitôt les ennemis
dévastaient toute la contrée environnante, bien que les Toulousains, les
Arragonais et les Quercinois lui suscitassent, en beaucoup d'endroits
loin de là, guerres grandement fâcheuses. Mais tandis que l'athlète du
Christ souffrait de telles tribulations, celui qui baille secours dans
les occasions ne lui manqua dans l'adversité, puisque, dans le même
espace de temps, le légat vint de Rome et des pélerins de France. Ô
riche abondance de la miséricorde divine! car, selon l'avis de
plusieurs, les pélerins n'eussent rien fait de considérable sans le
légat, ni lui sans eux n'eût fait si bonne besogne. En effet, les
ennemis de la foi ne lui eussent obéi s'ils ne les avaient craints; et
réciproquement, si le légat n'était venu, les pélerins n'auraient pu
gagner que peu de chose sur tant d'ennemis et si puissans. Il arriva
donc, par l'ordre du Dieu miséricordieux, que, durant que le légat
alléchait et retenait par une fraude pieuse ceux qui s'étaient
rassemblés dans Narbonne, le comte de Montfort et les Croisés français
purent passer vers Cahors et Agen, et librement attaquer leurs ennemis
ou mieux ceux du Christ. Ô, je le répète, pieuse fraude du légat! ô
piété frauduleuse!



CHAPITRE LXXIX.

     Gui de Montfort et les pélerins envahissent et saccagent les
     terres de Rathier de Castelnau.


Après que les susdits pélerins eurent demeuré quelques jours à
Carcassonne, le noble comte de Montfort les pria de marcher avec
l'évêque de cette ville et son frère Germain, Gui, du côté du Rouergue
et du Quercy, pour dévaster totalement tant les terres de Rathier de
Castelnau, qui avait si cruellement trahi le très-noble et très-chrétien
comte Baudouin, que celles d'autres ennemis du Christ. Pour lui, il
descendit avec son fils aîné, Amaury, jusqu'à Valence, où il trouva le
duc de Bourgogne et le dauphin; et ayant arrêté avec eux l'alliance dont
nous avons déjà parlé, il emmena la demoiselle à Carcassonne, vu que le
temps n'était propre à la célébration des noces, et qu'il ne pouvait
séjourner long-temps en ces quartiers à cause des nombreux embarras de
la guerre; et là fut célébré le mariage. De leur côté, les pélerins qui
avaient déjà quitté Carcassonne et pénétré dans le diocèse de Cahors,
ravagèrent les terres des ennemis de la foi, lesquels de peur avaient
décampé. Ni faut-il omettre que comme nous passions par l'évêché de
Rhodez, nous arrivâmes à un certain château, nommé Maurillac, dont les
habitans voulurent faire résistance, parce qu'il était d'une force
merveilleuse et presque inaccessible. Or, maître Robert de Courçon,
légat du siége apostolique, dont il est fait mention plus haut, était
venu tout récemment de France joindre l'armée, et aussitôt son arrivée,
les nôtres approchèrent de la place qu'ils pressèrent vivement. Sur
quoi, les assiégés, voyant qu'ils ne pourraient tenir long-temps, se
rendirent le même jour au légat, s'abandonnant en tout à sa discrétion;
et fut le château sur son ordre renversé de fond en comble par les
Croisés. Ajoutons qu'on y trouva sept hérétiques de la secte dite des
Vaudois, lesquels, amenés devant maître Robert, confessèrent pleinement
leur incrédulité, et furent par nos pélerins frappés et brûlés avec
grande joie. Après cela, on annonça à notre comte que certains
chevaliers de l'Agénois, qui s'étaient l'an passé soustraits à sa
suzeraineté, s'étaient retranchés dans un château nommé Montpezat. Quoi
plus? Nous allâmes pour l'assiéger; mais eux, apprenant l'arrivée des
Croisés, eurent peur et s'enfuirent, laissant désert leur château, que
nos gens détruisirent entièrement; puis, partant de Montpezat, le comte
s'enfonça dans le diocèse d'Agen pour reprendre les places qui, l'année
précédente, avaient secoué sa domination, et toutes de peur firent leur
soumission, avant même qu'il se présentât devant elles, à l'exception
d'un certain château noble, appelé Marmande. Néanmoins, pour plus grande
sûreté, et dans la crainte qu'elles ne fissent nouvelle apostasie selon
leur usage, le comte eut soin que presque toutes les murailles et
citadelles fussent jetées bas, ne conservant qu'un petit nombre des plus
fortes qu'il garnit de Français, et voulut tenir en état de défense.
Venant enfin à Marmande, il trouva ce château muni par un chevalier du
roi d'Angleterre, qui y avait conduit quelques servans, et avait planté
sa bannière au sommet de la tour, dans l'intention de nous résister.
Mais à l'approche des nôtres, lesquels de première arrivée insultèrent
ses remparts, ceux de Marmande après une faible défense prirent la
fuite, et, montant sur des barques, ils descendirent la Garonne jusqu'à
un château voisin, appartenant au roi d'Angleterre, et nommé la Réole,
tandis que les servans de ce prince, venus pour défendre la place, se
mirent à l'abri dans le fort. Sur ce, les nôtres entrant dans le bourg
le mirent au pillage, et permirent aux servans qui étaient dans la tour
de s'en aller sains et saufs. Après quoi, le comte revint à Agen,
n'ayant pas cette fois détruit tout-à-fait le château, d'après l'avis
des siens, parce qu'il était très-noble et situé à l'extrémité de ses
domaines, mais seulement une partie des murailles et les tours, à
l'exception de la plus grande où il mit garnison.

Il y avait dans le territoire d'Agen un château noble et bien fort,
appelé Casseneuil, assis au pied d'une montagne, dans une plaine
très-agréable, entouré de roches et de sources vives, lequel était un
des principaux refuges des hérétiques, et l'avait été de longue date.
Davantage étaient ses habitans en grande partie larrons et routiers,
parjures et gorgés de toutes sortes de péchés et de crimes. En effet,
ils s'étaient une et deux fois déjà rendus à la chrétienté, et pour la
troisième fois cherchaient à lui résister ainsi qu'à notre comte, bien
que leur seigneur suzerain, Hugues de Rovignan, frère de l'évêque
d'Agen, eût été admis dans l'amitié et familiarité du comte. Ce même
Hugues ayant cette année trahi ses sermens et rompu l'intime alliance
qui l'unissait à Montfort, s'était avec les siens traîtreusement
éloigné de lui comme de Dieu, et avait reçu dans son château un grand
nombre de méchans tels que lui. Le comte donc arrivant devant
Casseneuil, la veille de la fête des apôtres saint Pierre et saint Paul,
en fit le siége d'un côté, et campa sur la hauteur; car son armée
n'était pas assez considérable pour enfermer entièrement la place. Puis
ayant fait, peu de jours ensuite, dresser des machines pour battre les
murs, elles eurent bientôt ruiné beaucoup des maisons du château par
leur jeu continuel contre les remparts et la ville. Enfin des pélerins
étant survenus quelques jours après, il descendit la montagne, et vint
fixer ses tentes dans la plaine, n'ayant avec lui qu'une partie de ses
gens, et en laissant plusieurs sur la hauteur en compagnie du très-noble
et vaillant jouvencel, Amaury, son fils, et de Gui, évêque de
Carcassonne, lequel remplissant à l'armée les fonctions de légat,
travaillait de grande ardeur et très-efficacement au succès de
l'entreprise. Mêmement, du côté où il s'était posté, le comte fit
établir des machines dites perrières, qui, jouant nuit et jour,
affaiblirent sensiblement les remparts. Une nuit, vers l'aurore, une
troupe des ennemis sortant du château gravirent la montagne pour se
jeter ensemble sur les nôtres, et venant au pavillon où reposait Amaury,
fils de Simon, ils se ruèrent avec violence sur lui, afin de le prendre
ou de le tuer, s'ils pouvaient; mais les pélerins étant accourus les
attaquèrent vaillamment et les forcèrent de rentrer dans la place.
Tandis que ces choses se passaient audit siége, le roi Jean
d'Angleterre, lequel, mécontent de l'exhérédation de son neveu, fils du
Toulousain, jalousait nos victoires, s'était porté en ces quartiers,
savoir, à Périgueux, avec une puissante armée, ayant près de lui
plusieurs de nos ennemis qui s'étaient réfugiés devers sa personne, et
qui avaient été dépossédés par le juste jugement de Dieu; lesquels il
recueillit et garda long-temps en sa compagnie, au scandale des
chrétiens et détriment de son propre honneur. Sur quoi, les assiégés lui
envoyaient courriers sur courriers pour lui demander secours, et
lui-même par exprès les excitait vivement à se défendre. Que dirai-je?
le bruit courut bien fort parmi nous que le roi Jean voulait nous
attaquer; et peut-être l'eût-il fait, s'il eût osé. Quant à l'intrépide
comte de Montfort, il ne s'effraya nullement de ces rumeurs, et se
décida fermement de ne pas lever le siége, quand même ledit roi
viendrait contre lui, mais de le combattre pour sa défense et celle des
siens. Toutefois, usant de meilleur avis, Jean n'essaya rien des projets
qu'on lui attribuait et qu'il pouvait bien avoir formés. N'oublions
point de dire que maître Robert de Courçon, cardinal, légat du siége
apostolique, arriva à l'armée devant Casseneuil, et durant le peu de
jours qu'il y resta, travailla de tout son pouvoir à la prise du
château, plein de bonne volonté qu'il était. Cependant, les affaires de
la mission qui lui était confiée l'ayant rappelé ailleurs, il n'attendit
pas que la place fût tombée en notre pouvoir. Nos gens donc poussant
toujours le siége, et ayant endommagé en grande partie les murailles au
moyen des machines, une nuit, le comte convoqua quelques-uns des
principaux de l'armée, et faisant venir un artisan charpentier, il lui
demanda de quelle manière il fallait s'y prendre pour aborder les
remparts et donner l'assaut: car il y avait un fossé profond et rempli
d'eau entre le château et le camp, que l'on devait absolument passer
pour atteindre jusqu'aux murs, et le pont manquait, d'autant que les
ennemis l'avaient ruiné en dehors avant notre arrivée. Après beaucoup
d'avis différens, on s'accorda finalement sur celui dudit artisan, à
construire un pont de bois et de claies, qui, poussé à travers l'eau par
un admirable artifice, sur de grands tonneaux, transporterait nos
soldats à l'autre bord. Aussitôt le vénérable évêque de Carcassonne, qui
travaillait nuit et jour aux choses concernant le siége, afin d'en hâter
l'issue, rassembla une foule de pélerins, et fit apporter du bois en
abondance pour faire ce pont. Puis, quand il fut achevé, les nôtres
ayant pris les armes se préparèrent à l'assaut, et poussant cette
nouvelle machine jusqu'à l'eau, ils l'y amenèrent; mais à peine
l'eut-elle touchée, qu'entraînée par son poids, et pour autant que la
rive d'où elle avait été lancée était très-haute, elle tomba si
violemment au fond, qu'on ne put en aucune façon l'en retirer ni la
soulever à la surface; si bien que tout notre travail fut en un moment
perdu. Peu de jours après, les Croisés construisirent un second pont
d'une autre sorte, pour essayer de passer le fossé, apprêtant en outre
quelques nacelles qui devaient transporter une portion de nos gens, bien
qu'avec grand danger: et quand tous les préparatifs furent terminés, ils
s'armèrent et traînèrent ce pont jusqu'au bord, tandis que d'autres
montaient sur les barques, et que les assiégés faisaient jouer sans
relâche les nombreuses perrières qu'ils avaient. Quoi plus? les nôtres
réussirent bien à jeter leur pont sur l'eau; mais ils n'y gagnèrent
rien, pour ce qu'il était trop petit et du tout insuffisant: d'où vint
qu'ils s'attristaient à force, et qu'au rebours les ennemis étaient tout
joyeux. Cependant, le comte, plein de constance, et ne se désespérant
point pour ces contre-temps, rassembla ses ouvriers, les consola, et
leur ordonna de chercher à préparer d'autres machines pour traverser
l'eau: sur quoi, leur maître en imagina une vraiment admirable et toute
nouvelle. En effet, faisant apporter une immense quantité de bois
énormes, et construire d'abord, sur de grandes pièces de charpente,
comme une vaste maison pareillement en bois, ayant un toit de claies non
aigu, mais plat, il éleva ensuite au milieu de ce toit une façon de tour
très-haute, faite de bois et de claies, au sommet de laquelle il ménagea
cinq gîtes pour y loger les arbalétriers; puis, autour et sur le toit,
il dressa une espèce de muraille aussi en claies, afin que pussent se
placer derrière un bon nombre des nôtres qui défendraient la tour, et
qui tiendraient de l'eau dans de larges vases pour éteindre le feu si
les ennemis en jetaient. Enfin, il recouvrit tout le devant de la
machine avec des cuirs de boeuf, afin d'empêcher par cette autre
précaution qu'ils ne vinssent à l'incendier. Tous ces apprêts étant
achevés, nos gens commencèrent à tirer et pousser vers l'eau cette
monstrueuse bâtisse, et bien que les assiégés lançassent contre elle une
grêle de grosses pierres, ils ne purent par la grâce de Dieu
l'endommager que très-peu ou point du tout. Après quoi, l'ayant conduite
jusqu'au bord du fossé, ils apportèrent dans des paniers force terre et
morceaux de bois pour jeter dans l'eau, et tandis que ceux qui étaient à
couvert et libres de leur armure sous le toit inférieur, remplissaient
le fossé, les arbalétriers et autres postés dans les abris du haut,
empêchaient les efforts des ennemis pour nuire à notre travail. En
outre, une nuit que quelques-uns d'entre eux, ayant garni une petite
barque de sarmens secs, de viande salée, de graisse et d'autres
appareils d'incendie, voulurent l'envoyer contre notre machine pour y
mettre le feu, ils manquèrent leur coup, parce que nos servans brûlèrent
cette barque même. Quoi plus? Les nôtres comblant toujours le fossé,
ladite machine arriva vers l'autre bord à sec et sans dommage; car ils
la poussaient en avant à mesure qu'ils remplissaient le fossé. Ni fut-il
possible aux assiégés de réussir, un jour de dimanche que voyant leur
perte s'approcher d'autant, ils lancèrent contre elle des brandons
enflammés pour la réduire en cendres, vu que nos gens les éteignirent à
force d'eau. Finalement, comme ils étaient déjà assez près des ennemis
pour qu'ils pussent mutuellement s'attaquer à coups de lance, le comte,
craignant que ceux-ci ne brûlassent la machine pendant la nuit, fit ce
même dimanche armer les siens aux approches du soir, et les appela tous
à l'assaut au son des trompettes, pendant que, de leur côté, l'évêque de
Carcassonne et les clercs qui étaient dans l'armée avec lui se
rassemblaient sur la hauteur voisine du château, pour crier vers le
Seigneur et le prier en faveur des combattans. Sur l'heure donc, nos
gens étant entrés dans la machine, et ayant rompu les claies qui en
recouvraient le devant, passèrent bravement le fossé aux chants du
clergé qui entonnait dévotement _Veni Creator spiritus_. Quant aux
ennemis, voyant l'élan des nôtres, ils se retirèrent dans l'enceinte de
leurs murs, et commencèrent à les gêner fort par une continuelle
batterie de pierres qu'ils leur lançaient par dessus le rempart, outre
que n'ayant pas d'échelles et la nuit étant tout proche, nous ne pûmes
l'escalader. Toutefois, logés maintenant dans une certaine petite
plate-forme entre les murailles et le fossé, nous détruisîmes pendant la
nuit les barbacanes que les assiégés avaient construites en dehors de la
place; et, le lendemain, nos ouvriers ayant employé toute la journée à
faire des échelles et autres machines pour donner l'assaut le troisième
jour, les gens de guerre routiers qui étaient dans le château, témoins
de ces préparatifs, eurent peur, sortirent en armes comme pour nous
attaquer, et prirent tous la fuite, sans pouvoir être atteints par ceux
des nôtres qui les poursuivirent long-temps. Mais le reste de l'armée
abordant la place à minuit, et y entrant de force, les nôtres passèrent
au fil de l'épée ceux qu'ils purent trouver, mettant tout à feu et à
sang: pour quoi soit en toutes choses béni le Seigneur qui nous livra
quelques impies, bien que non pas tous. Cela fait, le comte fit raser
jusqu'au sol le pourtour des murs du château; et ainsi fut pris et ruiné
Casseneuil, le dix-huitième jour du mois d'août, à la louange de Dieu, à
qui soient honneur et gloire dans les siècles des siècles.



CHAPITRE LXXX.

     De la destruction du château de Dome, au diocèse de Périgueux,
     lequel appartient à ce méchant tyran Gérard de Cahusac.


Ces choses ainsi menées, on fit savoir à notre comte qu'il y avait au
diocèse de Périgueux des châteaux habités par des ennemis de la paix et
de la foi, comme de fait ils l'étaient. Il forma donc le dessein de
marcher sus et de s'en emparer, afin que, par la grâce de Dieu et le
secours des pélerins, chassant les routiers et larrons, il rendît le
repos aux églises, ou, pour mieux dire, à tout le Périgord. D'ailleurs,
tous les ennemis du Christ et de notre comte, ayant appris que
Casseneuil était tombé en son pouvoir, furent frappés d'une telle
terreur qu'ils n'osèrent l'attendre en nulle forteresse, si puissante
qu'elle fût. L'armée donc, partant de Casseneuil, vint à l'un des
susdits châteaux appelé Dome[164], qu'elle trouva vide et sans
défenseurs. Or, c'était une place noble et bien forte, située sur la
Dordogne, dans un lieu très-agréable. Aussitôt notre comte en fit saper
et renverser la tour, laquelle était très-élevée, très-belle, et
fortifiée presque jusqu'à son faîte. À une demi-lieue était un autre
château quasi inexpugnable, appelé Montfort, dont le seigneur, ayant nom
Bernard de Casenac, homme très-cruel et plus méchant que tous les
autres, s'était enfui de peur, et avait abandonné son château. Et si
nombreuses étaient les cruautés, les rapines, les énormités de ce
scélérat, et si grandes qu'on pourrait à peine y croire ou même les
imaginer; outre qu'étant fait de cette sorte, le diable lui avait baillé
un aide semblable à lui, savoir sa femme, soeur du vicomte de Turenne,
seconde Jézabel, ou plutôt plus barbare cent fois que celle-ci, laquelle
dame était la pire entre toutes les méchantes femmes, et l'égale de son
mari en malice et férocité. Tous les deux donc, aussi pervers l'un que
l'autre, dépouillaient, voire détruisaient les églises, attaquaient les
pélerins, et dépeçaient les membres à leurs malheureuses victimes; si
bien que, dans un seul couvent de moines noirs, nommé Sarlat, les nôtres
trouvèrent cent cinquante hommes et femmes que le tyran et sa digne
moitié avaient mutilés, soit en leur coupant les mains ou les pieds,
soit en leur crevant les yeux ou leur taillant les autres membres. En
effet, la femme du bourreau, renonçant à toute pitié, faisait trancher
aux pauvres femmes ou les mamelles ou les pouces pour les empêcher de
travailler. Ô cruauté inouïe! Mais laissons cela, d'autant que nous ne
pourrions exprimer que la millième partie des crimes de ce Bernard et de
son épouse, et retournons à notre propos.

[Note 164: À neuf lieues de Cahors.]

Le château de Dome étant détruit et renversé, notre comte voulut aussi
ruiner celui de Montfort, lequel appartenait, comme nous l'avons dit, à
ce tyran: pourquoi l'évêque de Carcassonne, qui se livrait tout entier
au labeur de la cause du Christ, prenant avec lui une troupe de
pélerins, partit sur l'heure, et fit raser ce château, dont les murs
étaient si forts qu'on pouvait à peine les entamer, le ciment étant
devenu aussi dur que la pierre; en sorte que les nôtres furent obligés
d'employer bon nombre de jours à les jeter bas. Le matin, les pélerins
allaient à l'ouvrage, et le soir revenaient au camp; car l'armée ne
s'était point éloignée de Dome, où elle se trouvait plus commodément et
en meilleure position. Il y avait en outre près de Montfort un autre
castel, nommé Castelnau, qui égalait tous les autres en malice, et que
la crainte des Croisés avait fait abandonner de ses habitans. Le comte
décida de l'occuper, afin de pouvoir mieux contenir les perturbateurs,
et il fit comme il le voulait. Il y avait encore un quatrième château,
nommé Bainac, dont le seigneur était un très-méchant et très-dangereux
oppresseur de l'Église. Le comte lui donna le choix ou de restituer tout
ce qu'il avait enlevé injustement dans un terme qu'il lui fixa, ou de
faire raser ses remparts: pour quoi faire on lui accorda une trève de
plusieurs jours; mais comme, dans cet intervalle, il ne fit point
restitution de ses rapines, Montfort ordonna qu'on démolît la forteresse
de son château; ce qui fut exécuté pour la tour et pour les murailles,
malgré le tyran et à sa grande douleur, alléguant, comme il faisait,
qu'on ne devait ruiner sa citadelle, pour autant qu'il était le seul
dans le pays qui aidât le roi de France contre le roi des Anglais.
Toutefois, le comte sachant que ces allégations étaient vaines et du
tout frivoles, il ne voulut se désister de ses volontés premières: même
déjà le tyran avait exposé semblables prétentions au roi Philippe, dont
il ne put rien obtenir. De cette façon, furent subjugués ces quatre
châteaux, savoir, Dome, Montfort, Castelnau et Bainac, où, depuis cent
ans et plus, Satan avait établi résidence, et desquels était sortie
l'iniquité qui couvrit ces contrées. Ces places donc étant subjuguées
par les efforts des pélerins et la valeur experte du comte de Montfort,
la paix et la tranquillité furent rendues non seulement au Périgord,
mais encore au Quercy, à l'Agénois et au Limousin en grande partie.
Puis, ayant achevé leur expédition pour la gloire du nom de
Jésus-Christ, le comte et l'armée retournèrent du côté d'Agen, où,
profitant de l'occasion, ils renversèrent les forteresses situées dans
ce diocèse. C'est alors que vint le comte à Figeac pour juger, au nom du
roi de France, les procès, et faire droit aux plaintes des gens du pays;
car le roi lui avait, en ces quartiers, confié ses pouvoirs pour
beaucoup de choses. Il rendit en mainte occasion bonne et stricte
justice, et aurait redressé beaucoup d'autres abus s'il eût voulu
excéder les bornes du mandat royal. Marchant de là vers Rhodez, il
occupa un château très-fort, nommé Capdenac[165] qui, dès les premiers
temps, avait servi de nid et de refuge aux routiers, et vint ensuite
avec son armée à Rhodez, où il fit de grands reproches au comte de cette
ville, lequel était son homme lige, mais, cherchant un subterfuge, quel
qu'il fût, disait qu'il tenait la majeure partie de ses domaines du roi
d'Angleterre. Quoi plus? Après beaucoup d'altercations, il reconnut les
tenir tout entiers de notre comte, lui fit hommage pour le tout, et
devint ainsi son ami et son allié. Il y avait près de Rhodez un château
fort, nommé Séverac[166], où habitaient des routiers qui avaient fait
tant de mal au pays qu'on ne pourrait aisément l'exprimer, infestant
non seulement le diocèse de Rhodez, mais toute la contrée environnante
jusqu'au Puy. Pendant son séjour à Rhodez, le comte manda au seigneur de
ce château qu'il se rendît; mais lui, se confiant en la force de sa
citadelle, pensant en outre que le comte ne pourrait tenir le siége dans
cette saison (on était en hiver, et ce château était situé dans les
montagnes, exposé au froid le plus vif), ne voulut obéir à cette
sommation. Une nuit donc, Gui de Montfort, frère germain du comte,
prenant avec lui chevaliers et servans, sortit de Rhodez, et se porta
nuitamment sur le susdit château, dont, à l'aube du jour, il envahit
subitement le bourg inférieur, le prit d'un coup et s'y logea: sur quoi
les gens de ce bourg qui s'étendait en dehors de la forteresse sur le
penchant de la montagne au faîte de laquelle elle était située, se
retirèrent dans la citadelle. Ainsi, Gui occupa ledit bourg, de peur que
les ennemis ne voulussent y mettre le feu à l'arrivée de l'armée,
laquelle, étant venue avec le comte à Séverac, trouva ce lieu en son
entier, et contenant bon nombre de maisons propres à recevoir nos
soldats qui s'y établirent et formèrent le siége. C'est le Seigneur qui
disposa les choses de la sorte, lui, ce grand donneur de secours dans le
besoin, tout plein d'une miséricordieuse providence pour les nécessités
des siens. Peu de jours après, nos gens dressèrent une machine dite
perrière, et la firent jouer contre le château, où fut pareillement, par
les assiégés, élevée une semblable machine dont ils se servaient pour
nous nuire autant que possible. Ni est-il à omettre que Dieu les avait
privés de vivres à ce point qu'ils souffraient d'une disette, outre que
le froid et l'âpreté de l'hiver les affligeaient tellement, presque nus
qu'ils étaient et mal couverts, qu'ils ne savaient que faire. Au
demeurant, si quelqu'un s'étonne de leur misère et pauvreté, il saura
qu'ils furent si à l'improviste attaqués qu'il ne leur avait été
loisible de se munir d'armes ni de provisions. En effet, ils
n'imaginaient pas, comme nous l'avons dit, que les nôtres pussent tenir
le siége au milieu de la rude saison, et dans un lieu où elle était si
rigoureuse. Finalement, quelques jours après, exténués de faim et de
soif, mourant de froid et de nudité, ils demandèrent la paix. Que
dirai-je? après longues et diverses disputes sur le genre de
composition, les Croisés, comme le seigneur du château, se rangeant à
l'avis des gens de bien, convinrent qu'il rendrait la place au comte,
qui, lui-même, la livrerait en garde à l'évêque de Rhodez et à un
certain chevalier nommé Pierre de Brémont; ce qui fut fait. Aussitôt le
noble comte, par pure générosité, restitua audit seigneur de Séverac
tout le reste de sa terre dont Gui de Montfort s'était emparé, l'ayant
toutefois persuadé d'abord de ne faire aucun mal à ses hommes pour ce
qu'ils s'étaient rendus à Gui; même ce libéral prince le rétablit
ensuite dans Séverac, après avoir reçu son hommage et serment de
fidélité. N'oublions de dire que, par la reddition de ce château, la
paix et le repos furent ramenés dans tout ce pays; ce dont Dieu doit
être loué grandement, et son très-fidèle athlète, savoir le
très-chrétien comte de Montfort.

[Note 165: À deux lieues de Figeac.]

[Note 166: Séverac-le-Châtel, à quatre lieues de Milhau.]

Ces choses dûment achevées, maître Pierre de Bénévent, légat du siége
apostolique, dont nous avons parlé plus haut, étant revenu des contrées
arragonaises où, pour graves affaires, il avait long-temps séjourné,
convoqua un très-célèbre concile et très-général à Montpellier, dans la
quinzaine de la Nativité du Seigneur.



CHAPITRE LXXXI.

     Du concile tenu à Montpellier, dans lequel Montfort fut déclaré
     prince du pays conquis.


L'an de l'incarnation du Seigneur 1214, dans la quinzaine de Noël, se
réunirent à Montpellier les archevêques et évêques convoqués en concile
par maître Pierre de Bénévent, légat du siége apostolique, afin de
régler en commun tout ce qui intéressait la paix et la foi. Là
s'assemblèrent les archevêques de Narbonne, d'Auch, d'Embrun, d'Arles et
d'Aix, plus vingt-huit évêques et plusieurs barons. Quant au noble comte
de Montfort, il n'entra pas avec les autres à Montpellier, mais resta
tout le temps du concile en un château voisin appartenant à l'évêque de
Maguelone, car les gens de Montpellier, pleins de malice et d'arrogance,
l'avaient toujours détesté, ainsi que tous les Français, si bien qu'ils
ne lui permettaient de venir dans leur ville. Ainsi donc il demeura,
comme nous l'avons dit, au susdit château, d'où il venait chaque jour
jusqu'à Montpellier dans la maison des frères de l'ordre militaire du
Temple, située _extra muros_, et là les archevêques et évêques allaient
le trouver toutes fois qu'il en était besoin. Le légat, ces archevêques
et évêques, les abbés et autres prélats des églises s'étant donc réunis,
comme il est dit ci-dessus, à Montpellier, maître Pierre de Bénévent
prononça un sermon dans l'église de Notre-Dame; puis il appela dans la
maison où il logeait les cinq archevêques, les vingt-huit évêques, les
abbés et autres prélats des églises en quantité innombrable, auxquels,
étant rassemblés, il parla en ces termes:

«Je vous somme et requiers, au nom du divin jugement et du devoir
d'obéissance qui vous lie à l'Église romaine, que déposant toute
affection, haine ou jalousie, vous me donniez, selon votre science, un
loyal conseil pour savoir à qui mieux et plus utilement, pour l'honneur
de Dieu et de notre sainte mère l'Église, pour la paix de ces contrées,
la ruine et l'expulsion de l'hérétique vilenie, il convient de concéder
et assigner Toulouse que le comte Raimond a possédée, aussi bien que les
autres terres dont l'armée des Croisés s'est emparée.» Sur ce, tous les
archevêques et évêques entrèrent en longue et consciencieuse
délibération, chacun avec les abbés de son diocèse et ses clercs
familiers; et parce qu'il avait semblé bon de rédiger les avis par
écrit, il se trouva que le voeu et l'opinion de tous s'accordèrent pour
que le noble comte de Montfort fût choisi prince et monarque de tout ce
pays. Ô chose admirable! s'il s'agit de créer un évêque ou un abbé,
l'assentiment d'un petit nombre de votans porte à peine sur un seul
homme; et voilà que, pour élire le maître de si vastes domaines, tant de
personnages et si considérables réunirent leurs unanimes suffrages sur
cet athlète du Christ! C'est Dieu, sans aucun doute, qui a fait cela,
et aussi est-ce miracle à nos yeux. Après donc que les archevêques et
évêques eurent désigné le noble comte en la manière susdite, ils
requirent très-instamment du légat qu'il le mît en possession de toute
la contrée; mais comme on eut recours aux lettres que le seigneur pape
avait adressées à maître Pierre, on y vit qu'il ne pouvait le faire
avant d'avoir consulté Sa Sainteté. Pour quoi, du commun avis tant des
légats que des prélats, Girard, archevêque d'Embrun, homme de grande
science et d'entière bonté, fut envoyé à Rome et certains clercs avec
lui, porteurs de lettres du cardinal de Bénévent et des membres du
concile, par lesquelles tous les prélats suppliaient très-vivement le
seigneur pape de leur accorder pour monarque et seigneur le noble comte
de Montfort qu'ils avaient élu unanimement. Nous ne croyons devoir taire
que, pendant que ledit concile se tenait à Montpellier, un jour que le
légat avait fait appeler le comte dans la maison des Templiers, sise
hors des murs, pour se présenter devant lui et les évêques, et que le
peu de ses chevaliers venus à sa suite s'étaient dispersés dans le
faubourg pour se promener pendant que le comte, avec ses deux fils,
étaient auprès des prélats, soudain les gens de ce faubourg, méchans
traîtres qu'ils étaient, s'armèrent pour la plupart secrètement; et
entrant dans l'église de Notre-Dame par laquelle il était entré, se
prirent à guetter tous dans la rue où ils supposaient qu'il passerait à
son retour, l'attendant pour le tuer s'ils pouvaient. Mais Dieu dans sa
bonté en ordonna autrement et bien mieux, car le comte eut vent de la
chose; et sortant par un autre chemin que celui qu'il avait suivi en
arrivant, il évita le piége qu'on lui tendait.

Tout ce que dessus dûment achevé, et le concile ayant duré plusieurs
jours, les prélats s'en revinrent chez eux, et le légat avec le comte
allèrent à Carcassonne. Cependant le premier envoya à Toulouse l'évêque
Foulques pour qu'il occupât de sa part et munît le château Narbonnais
(ainsi s'appelaient le fort et le palais du comte Raimond), d'où les
Toulousains, sur l'ordre du légat, ou plutôt par la peur qu'il leur
inspirait, firent sortir le fils de ce comte pour livrer ledit lieu à
leur pasteur, lequel entrant dans la forteresse, la garnit de chevaliers
et servans aux frais des citoyens de la ville.



CHAPITRE LXXXII.

     Première venue de Louis, fils du roi de France, aux pays
     albigeois.


L'an du Verbe incarné 1215, Louis, fils aîné du roi de France qui, trois
ans auparavant, avait pris la croix contre les hérétiques, mais avait
été arrêté par nombreuses et terribles guerres, se mit en route pour les
pays albigeois, après que furent en grande partie assoupies celles que
son père avait soutenues contre ses ennemis, afin d'accomplir son voeu
de pélerinage. Avec lui vinrent une foule de nobles et puissans hommes,
lesquels se réunirent tous à Lyon au jour qu'il leur avait fixé, savoir
le jour de la Résurrection du Seigneur, et là se trouvèrent en sa
compagnie Philippe, évêque de Beauvais, le comte de Saint-Pol, Gauthier,
comte de Ponthieu, le comte de Séez, Robert d'Alençon, Guichard de
Beaujeu, Matthieu de Montmorency, le vicomte de Melun et beaucoup
d'autres vaillans chevaliers de haut lignage et de grand pouvoir; enfin
le vénérable Gui, évêque de Carcassonne, lequel, sur la prière du noble
comte de Montfort, s'était rendu en France peu de temps avant et en
revenait avec Louis qui l'aimait bien tendrement, ainsi que tous les
autres, et se conformait en tout à sa volonté et à ses conseils. Le
lendemain de Pâques, l'évêque, partant de Lyon avec les siens, vint à
Vienne, où était arrivé pareillement à la rencontre de son seigneur,
c'est-à-dire de Louis, le comte de Montfort, plein de joie et
d'espérance; et ne serait facile d'exprimer combien furent vifs, à leur
mutuel abord, les transports qui éclatèrent des deux côtés.

Louis ayant dépassé Vienne avec sa suite pour aller à Valence, y trouva
le susdit légat, maître Pierre de Bénévent, qui était venu au-devant de
lui, lequel, comme nous l'avons dit, ayant, par un secret et sage
dessein connu de lui seul, donné l'absolution aux cités de Toulouse et
de Narbonne, ennemies de la chrétienté et du comte, et retenant en sa
garde et protection les autres châteaux des pays albigeois, craignait
que Louis, en sa qualité de fils aîné du roi de France et de seigneur
suzerain de tous les fiefs que lui, légat, occupait, ne voulût user de
suprématie contre son avis et sa disposition, soit en s'emparant des
villes et castels que lui-même avait dans les mains, soit en les
détruisant. Par ainsi, comme on le disait, et avec vraisemblance,
l'arrivée et la présence de Louis ne plaisaient point à maître Pierre;
ni faut-il s'en étonner, puisque, alors que toute ladite contrée fut
infectée du venin de l'hérétique dépravation, le roi Philippe, son
souverain, maintes fois averti et requis de mettre ordre à un si grand
mal et de s'employer à purger son royaume de l'infidèle impureté,
n'avait pourtant, comme il le devait, donné conseil ni assistance
aucune. Il ne semblait donc pas juste au légat que Louis dût ou pût rien
tenter contre ses arrangemens, maintenant que tout le pays avait été
conquis par le seigneur pape au moyen des Croisés, d'autant moins qu'il
venait comme Croisé seulement et comme pélerin. Mais Louis, rempli qu'il
était de douceur et de bénignité, répondit au cardinal de Bénévent qu'il
ferait selon son bon plaisir; puis quittant Valence, il arriva à
Saint-Gilles, et le noble comte de Montfort avec lui, tandis que
revenaient de la cour de Rome les nonces que les archevêques et évêques
de la province avaient, ainsi qu'on l'a rapporté plus haut, envoyés vers
le seigneur pape, afin de lui demander pour leur maître et monarque, le
très-illustre et très-chrétien comte Simon. Sur quoi Sa Sainteté adressa
lettres au légat et aux prélats, ensemble au comte de Montfort, sous
même forme, contenant qu'elle confiait à la garde de Montfort tout le
pays qui avait appartenu au comte de Toulouse, plus celui que les
Croisés avaient acquis et que le légat retenait en otage jusqu'à ce
qu'elle en ordonnât plus pleinement dans le concile général qu'elle
avait convoqué pour les calendes de novembre de l'année courante.
Aussitôt Louis et notre comte firent savoir l'arrivée desdits envoyés à
maître Pierre, lequel pour lors était avec plusieurs évêques près
Saint-Gilles dans la cité d'Arles.


_Lettre du seigneur pape au comte de Montfort._

«Innocent, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à son aimé fils,
noble homme, Simon, comte de Montfort, salut et apostolique bénédiction.
Nous louons dignement dans le Seigneur tes hauts faits et gestes, parce
qu'en pur amour et sincérité de coeur tu as glorieusement soutenu les
combats pour la cause de Dieu, infatigable et vrai soldat du Christ,
ardent et invincible champion de la foi catholique; d'où vient que par
toute la terre s'est répandu le bruit de ta piété, que sont versées sur
ta tête mille bénédictions et entassées les prières de l'Église pour que
tu acquières encore plus de succès, et que ceux qui intercèdent en ta
faveur s'étant multipliés avec tes chrétiennes actions, on te garde la
couronne de gloire que te donnera le juste juge dans l'éternité future,
réservée, comme nous l'espérons pour toi, dans les cieux à cause de tes
mérites. Courage donc, guerrier de Jésus-Christ; remplis ton ministère,
parcours la carrière ouverte devant tes pas jusqu'à ce que tu saisisses
le prix; ne t'affaiblis jamais dans les tribulations, sachant que le
Dieu Sabaoth, c'est-à-dire le Dieu des armées et prince de la milice
chrétienne, est à tes côtés qui te baille assistance; ne va pas vouloir
essuyer la sueur des batailles avant d'avoir emporté la palme de la
victoire; et, bien plus, puisque tu as tant noblement commencé,
étudie-toi à consommer, dans une fin plus louablement encore poursuivie
par la longanimité et la persévérance qui couronnent les grandes
oeuvres, ce bon début et les suites dont tu as eu soin de l'accompagner
dignement, te souvenant, selon la parole de l'apôtre, que nul ne doit
être proclamé vainqueur s'il n'a légitimement combattu. Comme donc nous
avons jugé convenable de commettre à ta prudence, garde et défense,
jusqu'au temps du concile où nous pourrons plus sainement en ordonner
sur l'avis des prélats, tout le pays qu'a tenu le comte de Toulouse,
plus les autres terres conquises par les Croisés et prises en otage par
notre cher fils Pierre, cardinal-diacre de Sainte-Marie en Acquire,
légat du siége apostolique, t'en concédant les revenus et profits,
ensemble les justices et autres choses appartenant à la juridiction,
pour, sauf les dépenses employées à l'approvisionnement et garnison des
châteaux occupés en notre nom, subvenir aux frais de la guerre que tu ne
peux ni ne dois supporter: nous remontrons en toute diligence à ta
noblesse qu'elle n'ait à reculer devant cette mission pour le Christ, te
demandant avec toute affection dans le Seigneur, te priant instamment au
nom et en vertu de Dieu de ne point la refuser, lorsque lui, acceptant
pour ton salut celle que lui a donnée son père, a couru comme un géant
jusqu'au gibet de la croix et à la mort, afin de l'accomplir; nous te
demandons de ne point faillir de fatigue puisque tu t'es à son service
dévoué tout entier, ni renoncer à combattre dignement pour sa cause, et
de ne laisser oncques arriver jusqu'à ton coeur l'envie d'aller contre
des conseils si doux et si paternels commandemens; mais plutôt de
t'attacher de suprême désir et sincère amour à faire tout ce que nous
t'ordonnons, afin que tu sois éternellement caressé dans les
embrassemens du Christ qui, t'invitant à ces étreintes de gloire et de
béatitude, étend pour toi ses infatigables bras. Davantage, mets tous
tes soins et toute ta prudence à empêcher que tu n'aies couru ou
travaillé en vain; prends bien garde que, par ta négligence, les nuées
de sauterelles sorties du puits de l'abîme et rejetées, par ton
ministère, loin du sol qu'elles avaient inondé, ne puissent (ce que
n'advienne) y revenir pour en chasser le peuple de Dieu. Pour nous,
espérant de conviction que, soigneux de ton salut, tu ne contreviendras
jamais aux mandemens apostoliques, nous avons ordonné aux barons,
consuls et autres fidèles serviteurs du Christ établis dans les susdites
contrées (de ce leur faisant très-expresses injonctions au nom du
Saint-Esprit) qu'ils s'appliquent tout entiers à observer inviolablement
tes ordres touchant les affaires de la paix et de la foi, comme autres
points ci-dessus rapportés, et te fournissent avis et secours largement
et en abondance contre les ennemis de la foi et les perturbateurs; de
sorte que, par leur coopération, tu mènes à bonne issue ces affaires
confiées à ta loyauté. Pareillement avons mandé au légat et commandé de
statuer sur tout ce qu'il jugera leur être expédient, de te donner, dans
l'occasion, assistance et conseil, de faire fermement exécuter ce que tu
auras décidé, et de contraindre fortement, à ce qui te semblera utile,
les contradicteurs, s'il s'en trouve, ou les rebelles, sans tenir compte
de condition quelconque ou d'appel.

«Donné à Latran, le quatrième jour avant les nones d'avril, et de notre
pontificat l'an dix-huit.»

Louis, en partant de Saint-Gilles, vint à Montpellier et de là à
Béziers, laquelle n'est éloignée de Narbonne que de quatre lieues
seulement, et où les gens de cette ville, déterminés par la crainte,
députèrent vers lui pour lui signifier qu'ils étaient prêts à faire, en
toute chose, selon sa volonté. Ni est-il à taire qu'Arnaud, archevêque
de Narbonne, travaillait de tout son pouvoir à ce que les murailles de
Narbonne ne fussent ruinées, et même il était, pour ce sujet, allé
jusqu'à Vienne à la rencontre de Louis. Il disait en effet que Narbonne
était à lui, ce qui était en partie véritable, ayant en outre usurpé et
retenu pour son compte le duché de Narbonne que le Toulousain avait de
longue date possédé. Toutefois les Narbonnais ne s'en étaient pas moins
opposés au comte de Montfort en haine de Dieu et de la chrétienté; voire
ils avaient combattu le Christ de tous leurs efforts, introduit dans
leur ville et long-temps gardé ses ennemis, et même, l'année précédente,
avaient causé, à l'archevêque qui plaidait si vivement pour la
conservation de leurs murs, de grandes craintes au sujet de sa propre
vie; d'où vient que ce prélat paraissait aux nôtres y mettre trop
d'insistance, et agir en cela contre l'intérêt de l'Église et le sien
même. Pour cette cause donc et certains autres motifs qu'il n'est
nécessaire de rapporter ici, quelque peu de désaccord s'était glissé
entre ledit archevêque et le comte de Montfort; mais presque tous
jugeaient que le premier, quant aux prétentions que nous venons de dire,
ne pourvoyait pas assez pour l'avenir au bien de la foi chrétienne.
Finalement, durant que le légat, Louis, le comte de Montfort et tous les
pélerins se trouvaient à Béziers, il fut arrêté, d'après la volonté du
légat et sur l'avis des prélats qui se trouvaient là en bon nombre, que
Louis, selon la décision et par l'autorité du cardinal de Bénévent,
ferait démolir les murs de Narbonne, de Toulouse et de quelques
châteaux, pour ce que ces forteresses avaient fait beaucoup de mal à la
chrétienté, avec défense, toutefois, de troubler les habitans desdits
lieux, autrement qu'en ce qui était commis par le légat à son exécution.
Ce qu'afin de mieux observer Louis manda aux citoyens de Narbonne de
jeter bas eux-mêmes leurs murailles dans l'espace de trois semaines, au
gré de deux chevaliers qu'il envoya _ad hoc_ en cette ville, et que,
s'ils ne le faisaient, ils tinssent pour sûr qu'il les châtierait
lourdement. Ils commencèrent donc à démolir les murs de Jéricho, je veux
dire de Narbonne; et Louis, sortant de Béziers, vint avec les siens à
Carcassonne où, quelques jours après, se rendit le légat, lequel y
convoqua dans la maison de l'évêque les évêques qui étaient présens,
Louis, le comte de Montfort et les nobles à la suite de Louis; puis,
devant eux, il remit, selon la teneur du mandat apostolique, tout le
pays à la garde du comte jusqu'au concile général. Cela fait, Louis,
partant de Carcassonne, arriva en un certain château voisin qu'on nomme
Fanjaux, et y resta peu de jours, tandis que le légat et le comte de
Montfort gagnaient Pamiers. Là vint vers le cardinal ce méchant comte de
Foix, que Simon ne voulut voir; là aussi fut au comte baillé en garde
par le légat le château de Foix que celui-ci avait long-temps occupé, et
où Montfort envoya aussitôt de ses chevaliers pour y tenir garnison.
Nous ne devons passer sous silence qu'avant son départ de Carcassonne il
avait député Gui son frère et chevaliers avec lui pour recevoir
Toulouse et s'y établir en son nom, plus faire prêter serment de
fidélité aux habitans et leur ordonner d'abattre leurs murailles; ce que
firent ceux-ci, bien que malgré eux et à leur grande douleur, contraints
par la crainte plutôt qu'induits par amour à obéir, si bien qu'à compter
de ce jour, l'orgueil de cette ville superbe fut enfin humilié. Après la
remise du château de Foix dans les mains du comte, le légat, Louis et
Montfort, ensemble tous les pélerins, se dirigèrent vers Toulouse et y
entrèrent; ensuite Louis et les Croisés à sa suite, ayant atteint le
terme de leur pélerinage, retournèrent en France. Quant au légat,
partant de Toulouse, il vint à Carcassonne, et y attendit quelques jours
le comte de Montfort qui vint le retrouver après être resté le même
temps à Toulouse. Puis, ayant fait un long séjour dans ces contrées et
s'y étant louablement acquitté de ses fonctions de légat, homme qu'il
était de circonspection et de prudence, le cardinal, maître Pierre de
Bénévent, laissant tout le pays à la garde de Montfort, selon l'ordre du
seigneur pape, descendit en Provence et retourna vers le souverain
pontife, suivi du noble comte jusqu'à Saint-Antoine près de Vienne, où
ils se séparèrent, l'un pour aller à Rome et l'autre à Carcassonne.
Montfort donc revint dans cette ville après être resté quelques jours en
Provence; puis, peu de jours ensuite, il se transporta dans les
quartiers de Toulouse et d'Agen pour les visiter et redresser ce qu'il y
trouverait exiger correction. Ni faut-il taire que les murailles de
Toulouse étaient déjà démolies en grande partie. Or, quelques jours
après, Bernard de Casenac, homme méchant et bien cruel, dont nous avons
fait mention plus haut, recouvra, par trahison, un certain château en
Périgord qui lui avait appartenu, et qu'on nommait Castelnau. En effet,
un chevalier de France, auquel le comte en avait confié la garde, ne
l'avait pas suffisamment garni et l'avait laissé presque vide; ce
qu'apprenant le susdit Bernard, il vint sus, l'assiégea, le prit sur
l'heure, et condamna à la mort du gibet les chevaliers qu'il y trouva.



CHAPITRE LXXXIII.

     De la tenue du concile de Latran, dans lequel le comté de
     Toulouse, commis ès mains du comte Simon, lui est pleinement
     concédé.


L'an du Verbe incarné 1215, dans le mois de novembre, le seigneur pape
Innocent III ayant convoqué, dans l'église de Latran, les patriarches,
archevêques, évêques, abbés et autres prélats des églises, célébra, dans
la ville de Rome, un concile général et solennel. Entre autres points
arrêtés et décidés en ce concile, on y traita des affaires de la foi
contre les Albigeois, d'autant que s'y étaient présentés le comte
Raimond, autrefois comte de Toulouse, son fils et le comte de Foix,
perturbateurs très-déclarés de la paix et ennemis de la religion, pour
supplier qu'on leur rendît les domaines qu'ils avaient perdus par la
disposition de la justice divine, aidée des efforts des Croisés. Mais,
de son côté, le noble comte de Montfort avait envoyé en cour de Rome son
frère germain, Gui, et autres émissaires discrets et fidèles. Il est
bien vrai qu'ils y trouvèrent quelques gens, et, qui pis est, parmi les
prélats, qui s'opposaient aux affaires de la foi et travaillaient à la
réintégration desdits comtes; mais le conseil d'Achitophel ne prévalut
cependant point, et le désir des méchans fut trompé, car le seigneur
pape, d'accord avec la majeure et plus saine partie du sacré concile,
ordonna ce qui suit des choses relatives aux suites de la croisade
contre les Albigeois. Il statua que la cité de Toulouse et autres terres
conquises par les Croisés seraient concédées au comte de Montfort qui
s'était porté, plus que tout autre, de toute vaillance et loyauté à la
sainte entreprise; et quant aux domaines que le comte Raimond possédait
en Provence, le souverain pontife décida qu'ils lui seraient gardés,
afin d'en pourvoir, soit en partie, soit même pour le tout, le fils de
ce comte, pourvu toutefois que, par indices certains de fidélité et de
bonne conduite, il se montrât digne de miséricorde. Or, nous montrerons
dans les chapitres suivans combien peu ces prévisions se réalisèrent, et
comment ledit jeune homme fit changer une telle grâce en sévère
jugement. Après le retour de ses envoyés, le comte de Montfort, sur
l'avis des évêques du pays albigeois et de ses barons, se rendit en
France près du roi son seigneur pour recevoir les terres qui relevaient
de lui; et il ne nous serait facile de rapporter ni au lecteur de croire
quels grands honneurs lui furent faits dans ce royaume, accueilli qu'il
était dans chaque ville, castel ou bourg sur son passage par le clergé
et le peuple qui sortaient en procession à sa rencontre avec longues
acclamations et en criant: _Benedictus qui venit in nomine Domini!_
Même, telle et si vive était la pieuse et religieuse dévotion du
peuple, que celui-là se disait heureux qui avait pu toucher le bout de
ses vêtemens. À son arrivée près du roi, le comte en fut aussi reçu avec
honneur et très-grande bienveillance; et, après les entretiens d'une
aimable familiarité, Philippe lui donna l'investiture du duché de
Narbonne et du comté de Toulouse, plus des fiefs relevant de la couronne
que les Croisés avaient acquis contre les hérétiques ou leurs
défenseurs, et en assura la possession à ses descendans.

Durant que le noble comte était en France, Raimond, fils encore tout
jeune de Raimond, jadis comte de Toulouse, contrevenant en tout aux
mandats apostoliques, non à cause de sa grande jeunesse, mais plutôt par
colère, méprisant en outre la notable faveur et abondante miséricorde
que le souverain pontife lui avait accordée, bien qu'il en fût indigne,
vint aux contrées provençales; et, conjurant contre Dieu, les droits
civils et canoniques, il occupa, avec le secours des Avignonnais, des
Tarasconnais et des Marseillais, de l'avis et par l'aide de certains
nobles de Provence, le pays que le noble comte de Montfort tenait en
garde par l'ordre du seigneur pape. S'étant donc emparé de la terre
au-delà du Rhône, il alla vers un très-noble château au royaume de
France, dans le diocèse d'Arles, et situé sur le bord de ce grand
fleuve, lequel château avait appartenu au comte de Toulouse, puis avait
été concédé par l'Église romaine au comte Simon (cession confirmée par
le roi), et que l'archevêque d'Arles, dans le domaine duquel il se
trouve, avait donné en fief à ce même comte comme à son vassal. Ledit
Raimond, venant à Beaucaire, appelé par les hommes de ce château qui
avaient fait hommage à Montfort, fut reçu dans le bourg; et comme
aussitôt quelques nobles de Provence, les citoyens d'Avignon et de
Marseille, ensemble les bourgeois de Tarascon, gens méchans et perfides,
furent accourus vers lui, il assiégea le sénéchal du comte[167], les
chevaliers et servans qui gardaient la citadelle, et commença à les
attaquer vivement. À cette nouvelle, Gui, frère de Montfort, et Amaury
son fils aîné, plus les autres barons et chevaliers qui étaient du côté
de Toulouse, marchèrent en diligence sur Beaucaire pour secourir, s'ils
le pouvaient, leurs compagnons assiégés, ayant avec eux le vénérable
Gui, évêque de Carcassonne, lequel, comme on l'a dit souvent, était tout
entier aux affaires de la foi. Cependant le très-noble comte de Montfort
arrivait en hâte de France, menant avec soi plusieurs chevaliers qu'il y
avait levés à grands frais. Quant à Gui son frère, et son fils Amaury,
dans leur marche rapide vers Beaucaire, ils vinrent à Nîmes, qui est à
quatre lieues de ce château, et y restèrent une nuit; puis, le
lendemain, ayant entendu la messe de bon matin, s'étant confessés et
ayant reçu la communion du divin sacrement, ils montèrent à cheval et
sortirent de Nîmes se portant précipitamment sur Beaucaire. Ils allaient
tout prêts à se battre, ne désirant rien tant que de livrer un combat
décisif aux ennemis; et durant que nous étions en route, ayant appris
que, proche le grand chemin, il y avait un certain château, nommé
Bellegarde, qui s'était rendu à nos ennemis et pouvait infester
grandement la voie publique, nous nous détournâmes pour l'assiéger sur
l'avis des nobles de l'armée; et l'ayant pris aussitôt, nous y passâmes
la nuit. Le lendemain, à l'aube du jour, après avoir entendu la messe,
nous en partîmes pour arriver vitement devant Beaucaire. Or étaient les
nôtres disposés au combat tout en marchant, et rangés en trois troupes
au nom de la Trinité. Parvenus à ce château, nous y trouvâmes une
multitude infinie de gens qui tenaient assiégés dans la citadelle nos
chevaliers et nos servans; toutefois ils n'osèrent sortir des murs
inférieurs de la place, bien que les nôtres fussent peu de monde en
comparaison, et qu'ils se tinssent long-temps devant les murailles, les
invitant à en venir aux mains. Nos gens voyant que les ennemis
refusaient le combat, après les avoir attendus et défiés, revinrent au
château de Bellegarde pour retourner le lendemain; et tandis que nous
étions là, le noble comte de Montfort arriva de France, et courant vers
Beaucaire, vint à Nîmes; si bien que partant le même jour de bon matin,
lui de cette ville et nous de Bellegarde, nous vînmes devant Beaucaire
et assiégeâmes les assiégeans, Montfort d'un côté et nous de l'autre.
Sur quoi le fils de l'ex-comte de Toulouse rassembla le plus qu'il put
d'Avignonnais, de Tarasconnais et de Provençaux des bords de la mer,
ensemble beaucoup d'autres des castels environnans, engeance perfide et
renégate, lesquels, réunis contre Dieu et l'athlète du Christ, savoir le
comte de Montfort, vexaient de tout leur pouvoir ceux des nôtres qui
étaient dans la citadelle. Pour nous, non seulement nous assiégions
Beaucaire, mais encore les villes et châteaux susdits, enfin la Provence
presque toute entière. Les ennemis avaient établi autour du fort de
Beaucaire et en dehors une muraille et un fossé afin de nous en
défendre l'approche, battant en outre la place au moyen de machines
dites perrières, et lui donnant fréquens et vigoureux assauts que nos
gens repoussaient avec une bravoure merveilleuse, et non sans leur tuer
beaucoup de monde. Les ennemis avaient aussi construit un bélier d'une
grosseur énorme qu'ils appliquèrent contre la muraille de la citadelle
et qui la frappait violemment; mais nos gens, à l'aide d'une admirable
bravoure et industrie, en amortissaient tellement les coups qu'il
n'ébranla du tout ou que très-peu le rempart; bref, les assiégeans
firent d'autres et nombreuses machines d'espèces très-diverses que les
assiégés brûlèrent toutes. Pour ce qui est du noble Montfort, il
continuait le siége à l'extérieur avec des frais immenses et non sans
grand péril, car tout le pays avait donné à la male route, si bien que
nous ne pouvions avoir de vivres pour l'armée que de Saint-Gilles et de
Nîmes, outre qu'il fallait, quand nous en voulions tirer de ces deux
villes, y envoyer des chevaliers pour escorter ceux qui les apportaient.
Il fallait aussi que, sans relâche, tant de nuit que de jour, le tiers
des chevaliers de l'armée se tînt prêt au combat, parce qu'on craignait
que les ennemis ne nous attaquassent à l'improviste (ce que pourtant ils
n'osèrent jamais essayer), et parce qu'il était nécessaire de garder
continuellement les machines. Le noble comte avait fait dresser une
perrière qui jouait contre le premier mur du bourg, car il n'avait pu en
faire élever plusieurs, vu qu'il n'avait pas assez de monde pour les
faire agir, et que, quant aux chevaliers du pays, ils étaient tièdes
pour sa cause, poltrons et de mince ou de nul service à l'armée du
Christ, tandis que ceux des ennemis étaient pleins de courage et
d'audace. Ni devons-nous taire que quand ceux-ci pouvaient prendre
quelques-uns des nôtres, soit clercs, soit laïques, ils les condamnaient
à une mort honteuse, les pendant, égorgeant les uns et démembrant les
autres. Ô guerre ignoble! ô victoire ignominieuse! Un jour ils prirent
un de nos chevaliers, le tuèrent, le pendirent et lui coupèrent les
pieds et les mains. Ô cruauté inouïe! Bien plus, ils jetèrent ces pieds
mutilés dans la citadelle, au moyen d'un mangonneau, pour terrifier
ainsi et irriter nos assiégés. Cependant Raimond, jadis comte de
Toulouse, parcourait la Catalogne et l'Arragon, rassemblant ce qu'il
pouvait de soldats pour entrer sur nos terres, et s'emparer de Toulouse
dont les citoyens, race mauvaise et infidèle, étaient, s'il venait,
disposés à le recevoir. En outre, les vivres manquèrent à ceux des
nôtres qui étaient enfermés dans Beaucaire (car jamais les ennemis
n'auraient pu les prendre s'ils en avaient eu seulement assez pour se
soutenir); ce dont ils donnèrent connaissance à notre comte, lequel fut
saisi d'une vive anxiété et ne savait que faire, ne pouvant délivrer les
siens et ne voulant entendre à les abandonner à une mort certaine. Sur
le tout, la cité de Toulouse et le reste du pays qu'il possédait était
sur le point d'apostasier. Toutes ces choses soigneusement considérées,
le noble et loyal comte chercha de quelle manière il pourrait délivrer
les siens et obtenir qu'ils lui fussent rendus. Que dirai-je? nous
entrons en pourparler par intermédiaires avec les ennemis, et il est
convenu que les assiégés du fort de Beaucaire le livreront, moyennant
qu'il leur serait permis d'en sortir vies et bagues sauves; ce qui fut
fait. Au demeurant, si l'on examine les circonstances de ce siége, on
verra que le noble comte, bien qu'il n'ait eu la victoire peur lui, n'en
remporta pas moins la gloire d'une loyale générosité et d'une loyauté
généreuse. À son départ de Beaucaire, ce vaillant homme revint à Nîmes,
et y ayant laissé sa cavalerie pour garder la ville et courir le pays,
il marcha en hâte vers Toulouse; ce qu'apprenant Raimond, jadis comte de
cette ville, lequel venait de sa personne pour l'occuper, il s'enfuit
avec honte. Or, chemin faisant, Montfort avait envoyé devant lui
quelques-uns de ses chevaliers à Toulouse; et comme les habitans,
perfides qu'ils étaient et disposés à trahison, les eurent pris et
renfermés dans une maison, irrité à la fois et bien fort étonné d'une
telle insolence, le comte, voyant que les Toulousains voulaient lui
résister, fit mettre le feu dans un endroit de la ville. D'abord ils se
réfugièrent dans le bourg, voulant encore faire résistance; mais voyant
que le comte se préparait à leur donner l'assaut, ils eurent peur et
s'abandonnèrent eux et leur cité à sa discrétion. Sur quoi Montfort fit
renverser de fond en comble les murailles et les tours de la ville,
prenant en outre des otages parmi les citoyens, lesquels il mit en garde
dans ses châteaux. Cependant les gens de Saint-Gilles, apostats et
infidèles, reçurent dans leurs murs le fils de l'ex-comte de Toulouse
contre la volonté de leur abbé et des moines qui, pour cette cause,
enlevèrent de l'église le corps de Christ, sortirent de Saint-Gilles
nu-pieds et le frappèrent d'interdit et d'anathême. Quant au noble
comte, après avoir passé quelques jours à Toulouse, il alla en Gascogne
où fut célébré le mariage entre Gui, son fils cadet[168], et la comtesse
de Bigorre, puis revint à Toulouse peu de jours ensuite.

[Note 167: Lambert de Limoux.]

[Note 168: Le texte porte _fratrem_; c'est _filium_ qu'il faut lire.
Cette comtesse ou héritière de Bigorre fut enlevée à son légitime mari
pour être livrée à ce second fils de Montfort qui, par là, acquérait un
riche domaine.]



CHAPITRE LXXXIV.

     Siége de Montgrenier.


En ce temps-là, ce vieil ennemi et persécuteur infatigable de la cause
du Christ, le comte de Foix, contrevenant aux commandemens du souverain
pontife et du second concile général au sujet de la paix, ou du moins de
la trève à observer pendant quinze ans, avait construit près de Foix un
certain fort qu'on nommait Montgrenier, lequel était assis au sommet
d'une montagne très-haute, et semblait, au jugement humain, non
seulement inexpugnable, mais presque inaccessible. Là habitaient les
perturbateurs et destructeurs de la foi; là les ennemis de l'Église
avaient leur refuge et leur repaire. Le comte de Montfort apprenant que
cette citadelle était pour eux un moyen de porter à la chrétienté de
notables dommages, qui, s'ils n'étaient promptement réprimés, pourraient
préjudicier plus qu'on ne saurait dire aux affaires de Jésus-Christ,
forma le dessein de l'assiéger; et l'an du Verbe incarné 1216, le
sixième jour de février, ce vaillant prince arriva devant Montgrenier,
défendu par Roger Bernard, fils du comte de Foix, l'égal de son père en
méchanceté, ensemble plusieurs chevaliers et servans. Or le traître ne
croyait pas que nul parmi les mortels pût non seulement prendre son
fort, mais osât même l'attaquer dans une telle saison, vu, comme nous
l'avons dit, qu'il était situé dans des montagnes très-hautes et
très-froides, et qu'on était dans l'hiver, lequel en cet endroit est
d'ordinaire très-âpre. Mais le brave Montfort, se confiant dans celui
qui commande aux eaux et aux vents, et donne le secours avec les
épreuves, ne redoutant ni les orages ni la rigueur des neiges, ni
l'abondance des pluies, et formant le siége au milieu des boues et du
froid, se prit à le pousser vivement, malgré les efforts des chevaliers
du château; et comme nous pourrions à peine raconter par le menu toutes
les difficultés et tous les travaux de cette entreprise, disons en peu
de mots qu'il convient de l'appeler un martyre plutôt qu'une fatigue.
Bref, après nombre de jours, l'eau étant venue à manquer dans la place
aussi bien que les vivres, l'envie de résister encore faillit également
aux assiégés; car les nôtres, bien qu'à grand'peine, fermaient nuit et
jour toutes les issues si étroitement que les ennemis ne pouvaient
introduire dans le château aucune provision et n'osaient descendre pour
puiser de l'eau. Accablés de telles souffrances, ils traitèrent donc de
la reddition de Montgrenier; et comme les assiégeans ne connaissaient
pas bien toute leur situation, ils consentirent plus aisément à leurs
demandes: or elles étaient qu'il leur fût permis de sortir du château
avec leurs armes, ce qui fut fait. Roger Bernard jura de plus au comte
qu'il ne lui ferait point la guerre pendant une année; mais nous
montrerons plus bas combien il observa mal ce serment.

Le château fut rendu la veille de la Résurrection du Seigneur, et après
que le noble comte y eut aussitôt mis garnison de ses servans, il revint
à Carcassonne, d'où il marcha sur certains châteaux du diocèse de
Narbonne voisins de Termes, où habitaient routiers qui, pour leurs
péchés, avaient été chassés de leurs terres; il prit les uns de force,
et reçut les autres sans aucune condition. Ces choses dûment faites,
Montfort gagna les quartiers de Provence, à savoir vers le diocèse de
Nîmes, pour autant que la ville de Saint-Gilles ayant fait pacte de mort
avec les gens d'Avignon et de Beaucaire, ensemble plusieurs châteaux
dudit diocèse qui avaient rompu cette même année avec Dieu et l'Église,
s'était rendue à Raimond, fils de Raimond, ex-comte de Toulouse. Comme
donc le noble comte, pour cause de pélerinage et du consentement de
l'abbé, souverain seigneur de Saint-Gilles, y fut arrivé, les habitans
ne voulurent l'y admettre; et en appelant au seigneur cardinal Bertrand,
ils fermèrent leurs portes; sur quoi notre comte, homme qu'il était
plein d'humilité et de dévotion, s'éloigna de Saint-Gilles par déférence
pour cet appel. En effet, dans ce temps était venu en Provence maître
Bertrand, cardinal-prêtre du titre de Saint-Jean et Saint-Paul, légat du
siége apostolique, personnage de grande science et d'immense vertu,
envoyé par le souverain pontife pour ordonner des choses qui
concernaient la paix et la foi dans les provinces de Vienne, d'Arles,
d'Aix, Embrun et Narbonne, lequel était pour lors au-delà du Rhône dans
la cité d'Orange, et à qui les citoyens d'Avignon et de Marseille, non
plus que les gens de Saint-Gilles, de Beaucaire et de Tarascon, ne
voulaient obéir, ayant tourné à réprobation et apostasie. Cependant le
noble comte de Montfort attaquait vivement les châteaux qui, comme nous
l'avons dit, avaient, au diocèse de Nîmes, apostasié cette année même,
secouru par Gérard, archevêque de Bourges, et Robert, évêque de
Clermont, homme puissant qui, l'année précédente, avait pris la croix
contre les perturbateurs et les ennemis de la foi. Soutenu de leur
assistance et de celle de nombreux chevaliers et servans venus avec eux,
Montfort assiégea un certain château près Saint-Gilles, nommé
Posquières, et s'en étant rendu maître, il assiégea un autre château
appelé Bernis, qu'il prit après de vaillans efforts, et où il fit pendre
à des potences beaucoup de ceux qu'il y trouva, selon leurs mérites. Or
ces triomphes frappèrent à tel point de terreur tous les apostats du
pays, qu'ils laissèrent vides tous les châteaux qu'ils occupaient et
fuirent à l'approche du comte; si bien que, dans toute la contrée en
deçà du Rhône, il en resta à peine qui lui résistassent, fors
Saint-Gilles, Beaucaire et quelques autres citadelles en très-petit
nombre. Cela fait, le comte descendit vers un bourg sur le Rhône, que
l'on nomme port Saint-Saturnin, tandis que le cardinal passait ce fleuve
près de Viviers (voulant voir le comte et avoir avec lui une conférence
pour les affaires de Jésus-Christ), car le passage du Rhône n'était plus
libre sur aucun point plus voisin, vu que les Avignonnais et autres
ennemis de la foi s'opposaient à la sainte entreprise et aux efforts
des Croisés; de telle sorte que le cardinal se plaignait qu'ils
l'eussent en quelque façon tenu assiégé dans la cité d'Orange. Il vint
donc à Saint-Saturnin où, entre autres outrages qu'il y reçut des
infidèles, le moindre ne fut pas qu'étant assis avec beaucoup de clercs
et de laïques en vue du Rhône, soudain les ennemis de Dieu qui
garnissaient le port lancèrent contre lui sept ou huit carreaux dont la
Providence divine put seule le préserver. Toutefois, le secrétaire du
pape, lequel était présent, fut blessé. Pour ce qui est du comte, il se
rendit en ce lieu avec diligence et allégresse bien grandes, auprès du
légat, auquel cet homme très-chrétien rendit tels honneurs qu'il ne
serait facile de l'expliquer. Vers le même temps, l'archevêque de
Bourges et l'évêque de Clermont ayant atteint le terme de leur
pélerinage, savoir quarante jours, s'en retournèrent chez eux. Quant au
comte, il assiégea vaillamment, prit et rasa la très-forte citadelle de
Dragonet, située sur la rive du Rhône, ayant pris tous ceux qui étaient
dedans et les ayant jetés dans les fers; et avait été cette tour
construite pour être une caverne de larrons, lesquels dépouillaient les
pélerins et autres qui venaient tant par terre que par eau. Ceci
terminé, l'avis et la volonté du cardinal fut que le noble comte passât
le Rhône et gagnât la Provence pour y réprimer les perturbateurs de la
paix, entre lesquels étaient Raimond, fils de l'ex-comte de Toulouse, et
Adhémar de Poitiers, avec leurs complices qui, dans ces quartiers,
troublaient de tout leur pouvoir les affaires de la foi. Montfort obéit
au cardinal et se fit apprêter exprès des vivres, des barques pour
traverser ce fleuve; ce qu'apprenant les ennemis, ils s'assemblèrent
par terre pour l'empêcher de passer à eux, tandis que les Avignonnais
venaient par le Rhône avec des navires bien armés pour servir au même
dessein; mais quand ils eurent vu traverser un très-petit nombre de
chevaliers du comte, frappés d'effroi par un divin miracle, ils
cherchèrent leur salut dans la fuite; et pareillement une terreur si
grande saisit tous ceux qui, dans ce pays, adhéraient aux ennemis de
Montfort, qu'ils abandonnèrent beaucoup de petits châteaux. Le noble
comte passa donc avec les siens, et vint à un château qu'on appelle
Montélimar, suivi du cardinal, à la volonté et de l'ordre duquel il
faisait toutes choses. Or Guitard d'Adhémar, seigneur de Montélimar pour
majeure partie, était avec les ennemis du comte, bien qu'il fût homme
lige du seigneur pape, et ne voulut rendre au cardinal ledit château
dont il avait fait le réceptacle des hérétiques, malgré la sommation qui
lui fut adressée; mais les habitans reçurent le comte, d'autant qu'un
certain chevalier, qui était aussi seigneur de Montélimar et parent
dudit Guitard, était et avait toujours été du parti de Montfort. Après
avoir passé quelques jours en ce lieu, notre comte marcha au siége d'un
château du diocèse de Valence, ayant nom Crest, et appartenant à Adhémar
de Poitiers, qui, comme nous l'avons dit déjà, était son ennemi, et
avait violemment persécuté l'évêque de Valence dont la ville adhérait et
avait toujours adhéré à la cause du soldat de Dieu. À son arrivée devant
Crest, le comte assiégea ce château très-noble et très-fort, bien garni
de chevaliers et de servans, et après en avoir formé le siége, commença
à l'attaquer bravement, de même que les gens de la place à se défendre
de toutes leurs forces. Là se trouvaient de notre côté plusieurs des
évêques du pays et des chevaliers français au nombre de cent environ,
que le roi Philippe avait envoyés au comte pour servir avec lui pendant
six mois. Durant ce siége, on essaya de rétablir la paix entre lui et
Adhémar; et, après beaucoup de paroles et de longues négociations, un
traité fut conclu entre eux deux avec promesse réciproque que le fils
d'Adhémar épouserait la fille du comte; même Adhémar livra à Montfort,
pour garantie qu'à l'avenir il ne l'attaquerait en rien, quelques-uns de
ses châteaux. En outre, un certain noble du pays, nommé Dragonet, se
rendit à notre comte dont il s'était séparé l'année précédente. Enfin,
la paix fut également rétablie entre Adhémar et l'évêque de Valence.

Tandis donc que le Seigneur Jésus avançait si miraculeusement les
affaires en ces contrées, le vieil ennemi voulut empêcher ce qu'il
s'affligeait de voir en si bon train. En effet, à la même époque, les
citoyens de Toulouse, ou, pour mieux dire, de la cité de fourberie,
agités d'un instinct diabolique, apostats de Dieu et de l'Église, et
s'éloignant du comte de Montfort, reçurent Raimond, leur ancien comte et
seigneur, qui, pour l'exigeance de ses mérites, avait été déshérité par
l'autorité du souverain pontife, bien plus[169], du second concile
général de Latran. Or étaient la noble comtesse épouse de Montfort,
celle de Gui son frère, et de ses fils Amaury et Gui, ensemble beaucoup
de fils et filles, tant du comte que de son frère, dans la citadelle de
Toulouse qu'on nomme château Narbonnais. Aussitôt ledit Raimond, Roger
Bernard, fils du comte de Foix, et certains autres qui étaient venus
avec lui, commencèrent à fortifier nuit et jour la ville d'un grand
nombre de barrières et de fossés, tandis qu'à la nouvelle de cette
trahison Gui de Montfort et Gui, frère et fils du comte, avec plusieurs
chevaliers, marchaient en toute hâte vers Toulouse, ayant avec eux ceux
que le comte avait laissés du côté de Carcassonne pour garder le pays,
lesquels se jetèrent dans la susdite citadelle où était la comtesse, se
postant dans les maisons du dehors pour que les ennemis ne pussent
l'assiéger extérieurement.

[Note 169: _Imo._]



CHAPITRE LXXXV.

     Second siége de Toulouse.


En apprenant l'apostasie de Toulouse, le comte passa le Rhône et revint
en toute hâte sur ses pas suivi du cardinal, et arrivant ensemble devant
la ville, ils l'assiégèrent en l'an 1217. Or était cette cité très-vaste
et très-populeuse, garnie de routiers et autres en grand nombre,
lesquels étaient auparavant ennemis secrets de Montfort, et s'y étaient
réunis pour la défendre contre Dieu, le comte et la sainte Église qu'il
travaillait de toutes ses forces à faire triompher. En effet, beaucoup
de châteaux et de nobles autour de Toulouse avaient trempé dans la
trahison, promettant secours en temps et lieu. Comme le noble comte fut
venu avec les siens jusqu'aux fossés de Toulouse, voulant prendre la
ville d'assaut, il fut violemment repoussé par les habitans, et vint
camper près du château Narbonnais; puis, pour autant que Toulouse ne
pouvait être assiégée efficacement, si, au-delà de la Garonne qui la
protège du côté de la Gascogne, il n'y avait une armée pour empêcher les
Toulousains de sortir par les deux ponts jetés sur ce fleuve, le comte
le passa avec une troupe des siens, laissant en deçà près son fils
Amaury avec bon nombre de chevaliers, et il demeura de ce côté quelques
jours; mais comprenant enfin que la troupe d'Amaury ne suffisait pas
pour résister aux ennemis, il traversa de nouveau la Garonne, afin de
faire, en réunissant deux corps trop faibles et en péril, une armée
capable de se défendre. N'oublions point de rapporter un miracle que
Dieu fit dans ce second passage, afin que gloire lui soit rendue
toujours et en toutes choses. Comme le comte, tout armé et monté sur son
cheval bardé, voulait entrer dans le bateau, il tomba dans le fleuve à
l'endroit le plus profond, et ne reparaissant pas, la crainte, l'effroi
et une extrême douleur saisissent soudain tous les nôtres. Rachel pleure
son fils, l'enfer hurle de joie et se réjouit dans ce malheur; il
appelle les nôtres orphelins quand leur père vit encore. Toutefois celui
qui, à la prière d'Élisée, voulut qu'une hache surnageât sur l'eau,
enleva notre prince de l'abîme, lequel en sortit étendant
très-dévotement ses mains jointes vers le ciel, et aussitôt il fut, avec
bien grande joie, retiré par les nôtres dans la barque, et conservé sain
et sauf à la sainte Église, pour laquelle il s'opposait comme une
barrière à la rage de ses persécuteurs. Ô clémence ineffable du
Sauveur! Cependant les Toulousains dressèrent un grand nombre de
perrières et de mangonneaux, afin de ruiner le château Narbonnais,
d'accabler de pierres le cardinal Bertrand, légat du siége apostolique,
avec ses compagnons, et de lapider en lui l'Église romaine. Ô combien de
fois ledit cardinal eut peur là même de mourir, lui qui, plein de
prudence, ne refusa jamais de vivre pour la cause de Jésus-Christ! Dans
le même temps, le noble comte reçut des otages des gens de Montauban,
parce qu'ils étaient soupçonnés de brasser avec les Toulousains quelques
supercheries contre la paix, portant le miel sur les lèvres et le fiel
dans le coeur; ce qui fut bien prouvé par la suite, quand le sénéchal
d'Agen étant venu à Montauban au nom du comte de Montfort, avec l'évêque
de Lectoure, les habitans envoyèrent à Toulouse durant qu'il dormait
sans crainte, mandant à l'ex-comte Raimond qu'il vînt avec les
Toulousains dans leur ville, qu'ils lui livreraient ledit sénéchal et
tueraient tous ses compagnons; sur quoi, Raimond envoya cinq cents
hommes armés qui, entrant la nuit même dans le château (car il était
voisin de Toulouse), barricadèrent les places, de l'avis des habitans
qui étaient plus de trois mille, placèrent des gardes à la porte des
maisons où couchaient le sénéchal et les gens de sa suite de peur qu'ils
n'échappassent, et, pour plus grande précaution, y mirent une grande
quantité de bois, afin que, s'ils ne pouvaient les prendre autrement, du
moins ils les brûlassent tous. Cela fait, les Toulousains se mettent à
pousser de grands cris, les trompettes sonnent, un grand mouvement et un
grand tumulte éclatent; les Français se lèvent sommeillant et étourdis,
se confiant non dans leurs forces, mais dans le seul secours de Dieu.
Soudain ils s'arment; et bien que dispersés dans la place, ils ont tous
une même volonté, la même foi dans le Seigneur, le même espoir de
vaincre; ils sortent de leur logis malgré les ennemis sur qui ils se
ruent impatiens comme des lions; les traîtres prennent la fuite, les uns
tombent dans les lacs qu'ils avaient préparés, d'autres se précipitent
en bas des murs, bien que personne ne les poursuive. Bref, les nôtres
s'emparent de presque tous leurs meubles et brûlent le reste.



CHAPITRE LXXXVI.

     Comment les Toulousains attaquèrent les assiégeans, et comment le
     comte de Montfort fut tué le lendemain de la Nativité de saint
     Jean-Baptiste.


Après que le noble comte eut employé déjà environ neuf mois au siége de
Toulouse, un jour, savoir le lendemain de la Saint-Jean-Baptiste, les
assiégés s'armèrent de grand matin afin de nous attaquer brusquement,
selon leur perfidie accoutumée, pendant que quelques-uns des nôtres
dormaient encore et que quelques autres étaient occupés à entendre la
messe; et, pour se jeter sur nous plus à l'improviste, pour faire plus
de mal à leurs ennemis hors de garde, ils ordonnèrent que l'attaque fût
faite des deux côtés, afin que nos gens, surpris sans s'y attendre, et
forcés de combattre en deux endroits, fussent moins prompts à venir à
leur rencontre et moins capables de soutenir leur charge. On annonça
donc au comte que les assiégés s'étaient armés et s'étaient cachés en
dedans de la forteresse le long du fossé; ce qu'apprenant, comme il
entendait les matines, il ordonna qu'on préparât ses armes, et, s'en
étant revêtu, cet homme très-chrétien se rendit en hâte à l'église pour
ouïr la messe. Or il arriva, durant qu'il était dans l'église et qu'il
priait en grande dévotion, qu'une multitude infinie de Toulousains
sortirent de leurs fossés par des issues secrètes, se ruèrent, bannières
hautes, avec grand bruit et fracas de trompettes sur ceux des nôtres qui
gardaient les machines non loin de la ville, tandis que d'autres, sortis
d'ailleurs, se dirigeaient sur le gros de l'armée. Aussitôt nos gens
coururent aux armes; mais avant qu'ils fussent prêts, le petit nombre
d'entre eux chargé de la garde des machines et du camp fuirent, en
combattant contre les ennemis, à tel point criblés de coups et de
blessures, qu'il ne serait facile de s'en faire une idée. Au moment même
où les ennemis faisaient cette sortie, un exprès vint trouver le comte
qui, comme nous l'avons dit, entendait la messe, le pressant de venir
sans délai au secours des siens, auquel ce dévot personnage: «Souffre,
dit-il, que j'assiste aux divins mystères, et que je voie d'abord le
sacrement, gage de notre rédemption.» Il parlait encore qu'arriva un
autre courrier, disant: «Hâtez-vous, le combat s'échauffe, et les nôtres
ne peuvent plus long-temps en soutenir l'effort.» Sur quoi le
très-chrétien comte: «Je ne sortirai, répondit-il, avant d'avoir
contemplé mon Rédempteur.» Puis, comme le prêtre eut élevé, suivant
l'usage, l'hostie du saint sacrifice, le très-pieux guerrier du Christ,
fléchissant les genoux en terre et tendant les mains vers le ciel,
s'écria: _Nunc dimittis servum tuum, Domine, secundum verbum tuum, in
pace; quia viderunt oculi mei salutare meum_; et il ajouta: «Allons, et,
s'il le faut, mourons pour celui qui a daigné mourir pour nous.» À ces
mots, l'invincible athlète courut au combat qui devenait à chaque
instant plus sérieux, et dans lequel déjà plusieurs, de part et d'autre,
avaient été blessés ou tués. Mais à l'arrivée du soldat de Dieu, les
nôtres doublant de force et d'audace, repoussèrent vaillamment les
ennemis en masse, et les rejetèrent jusqu'aux fossés. Après quoi, le
comte et le peu de monde qui était avec lui se retirant à cause d'une
grêle de pierres et de l'insupportable nuée de flèches qui les
accablaient, s'arrêtèrent devant les machines, derrière des claies, pour
se mettre à l'abri des unes et des autres; car les ennemis lançaient sur
les nôtres une énorme quantité de cailloux au moyen de deux trébuchets,
un mangonneau et plusieurs engins; et qui pourrait écrire ou lire ce qui
suit? qui pourrait, dis-je, le raconter sans douleur ou l'écouter sans
longs sanglots? Oui, qui ne fondra en larmes et ne se liquéfiera tout
entier en oyant que la vie des malheureux fut, on peut dire, broyée dans
la personne de celui dont la mort fut la mort de toutes choses? car il
était la consolation des affligés, la force des faibles, le refuge des
misérables, l'allégement de leurs peines. Accomplissons donc ce récit
lugubre. Tandis que le très-vaillant comte était, comme nous l'avons
dit, posté avec les siens devant nos machines, afin d'empêcher que les
assiégés ne sortissent derechef pour les ruiner, voilà qu'une pierre,
partie de leur mangonneau, frappa le soldat du Christ à la tête, lequel,
renversé de la mortelle atteinte, se touchant deux fois la poitrine,
recommandant son âme à la benoiste Vierge, imitant la mort de saint
Étienne et lapidé dans sa ville[170], s'endormit avec lui dans le
Seigneur. Ni faut-il taire que ce très-courageux guerrier de Dieu, et
pour ne nous tromper, ce très-glorieux martyr du Christ, après avoir
reçu le coup de la mort, fut percé de cinq flèches, comme le Sauveur
pour qui il trépassa patiemment, et en compagnie duquel, ainsi que nous
croyons, il vit heureusement dans la vie éternelle. Son fils aîné Amaury
lui succéda, jeune homme plein de bonté et de valeur, et imitateur en
toutes choses de la valeur et bonté paternelle. Tous les chevaliers
français qui tenaient fiefs de Simon de Montfort firent hommage au
nouveau comte et lui jurèrent fidélité; mais peu de jours après, voyant
qu'il ne pourrait plus long-temps assiéger Toulouse, tant parce qu'à la
nouvelle de la mort de son père un grand nombre de gens du pays, méchans
apostats, se séparaient de lui et de l'Église, ou même se joignaient aux
ennemis du Christ, que parce qu'il était épuisé d'argent et que les
vivres manquaient à l'armée, outre que les pélerins voulaient s'en
retourner chez eux, il leva le siége, abandonnant le château Narbonnais
qu'il ne pouvait tenir, et emporta à Carcassonne le corps du feu comte,
après l'avoir fait embaumer à la mode de France[171].

[Note 170: Allusion à l'église principale de Toulouse consacrée à saint
Étienne.]

[Note 171: Il fut inhumé dans le monastère de Hautes-Bruyères, de
l'Ordre de Fontevrault, situé à une lieue de Montfort-l'Amaury.]

Ici finit l'histoire des faits et triomphes mémorables du noble homme,
le seigneur Simon, comte de Montfort.



ÉCLAIRCISSEMENS

ET PIÈCES HISTORIQUES

SUR L'HISTOIRE DES ALBIGEOIS.



I.

SUR L'ORIGINE DU NOM D'ALBIGEOIS.

(Extrait de l'_Histoire générale du Languedoc_, par Dom Vaissette, tom.
III, not. 13, pag. 553.)


I. «Les modernes sont partagés touchant cette origine; les uns
prétendent que le nom d'_Albigeois_ fut donné aux hérétiques de la
province dès le temps de saint Bernard, à cause qu'il y avait alors un
grand nombre de ces sectaires à Albi ou dans le diocèse; les autres
soutiennent, au contraire, que les hérétiques de Languedoc furent ainsi
nommés parce que leurs erreurs furent condamnées dans le concile tenu à
Lombers en Albigeois; en sorte qu'on leur aurait donné ce nom dès l'an
1165 que ce concile fut tenu. Basnage, célèbre protestant, réfute
l'opinion de ces derniers; il prétend «que, comme les hérétiques qui
furent condamnés en 1179 dans le concile de Latran étaient dans la
Gascogne et le pays d'_Albi_, c'est là la véritable raison qui les
faisait appeler Albigeois; au lieu, ajoute-t-il, que Catel et d'autres
historiens veulent que cette qualité leur ait été donnée à cause que
leur première condamnation fut prononcée à Albi: ce fait est faux,
poursuit-il; mais de plus on ne tire jamais le nom d'une secte du lieu
où elle a été condamnée.» Ainsi, suivant cet auteur, le nom d'Albigeois
aura été en usage dès l'an 1179 pour signifier les hérétiques qui
habitaient ce pays et la Gascogne. Mais on ne peut pas tirer cette
induction du canon du concile de Latran qu'il cite; il y est parlé
seulement en général des hérétiques nommés _Cathares_, _Patarins_ et
_Poblicains_, qui avaient fait des progrès _dans la Gascogne_,
_l'Albigeois_, _le pays de Toulouse et ailleurs_. Or, comme le concile
ne marque pas qu'ils étaient en plus grand nombre dans l'Albigeois que
dans la Gascogne et le Toulousain, et qu'on voit au contraire, par les
actes de la mission que le cardinal de Saint-Chrysogone avait faite
l'année précédente à Toulouse et aux environs, qu'ils y dominaient
encore plus que dans l'Albigeois, il s'ensuivrait que, si on leur eût
donné alors le nom d'un pays, on aurait dû les appeler plutôt _Gascons
et Toulousains_ qu'Albigeois. D'ailleurs nous ferons voir bientôt que ce
dernier nom n'a pas été donné aux hérétiques avant le commencement du
treizième siècle, et qu'ils étaient alors bien plus étendus dans le
Toulousain, les diocèses de Béziers et de Carcassonne que dans celui
d'Albi. La difficulté subsiste donc; et si les Albigeois n'ont pas pris
leur nom de leur condamnation au concile de Lombers (quoiqu'il ne soit
pas impossible, malgré ce qu'en dit Basnage, qu'on ne puisse tirer le
nom d'une secte du lieu où elle a été condamnée), il est vrai de dire
qu'on n'a aucune preuve qu'ils aient été ainsi nommés, parce qu'ils
étaient en plus grand nombre à Albi et dans les environs que partout
ailleurs.

«Enfin le célèbre M. de Thou, suivi par le père Percin, donne une autre
étymologie à ce nom; il le fait dériver d'_Albe_ ou _Alps_, ancienne
capitale du Vivarais, où il suppose que les Vaudois passèrent du
Lyonnais, et d'où, ajoute-t-il, ils se répandirent dans le reste de la
province. On ne trouve cette étymologie que dans l'édition de l'histoire
de M. de Thou, de l'an 1626, et elle manque dans celles de 1604, 1606 et
1609. Au reste cette opinion est sans fondement; car il n'y a pas lieu
de douter que le nom d'Albigeois, donné aux hérétiques du treizième
siècle, ne vienne du pays de ce nom, dans l'ancienne Aquitaine. Tout
consiste à savoir s'ils furent ainsi appelés, ou parce qu'ils furent
condamnés dans le pays, ou parce qu'ils y étaient en plus grand nombre
que partout ailleurs.»

II. «Pour connaître la véritable origine du nom d'_Albigeois_, il faut
recourir aux anciens auteurs et aux monumens du temps. Nous n'en
trouvons aucun avant la fameuse croisade qui fut entreprise en 1208
contre ces hérétiques qui leur ait donné le nom d'Albigeois. Tels sont,
entre les contemporains, Pierre, le vénérable abbé de Cluni; saint
Bernard, abbé de Clairvaux; Roger de Hoveden; Guillaume de Neubrige;
Bernard, abbé de Fontcaude, au diocèse de Narbonne, qui écrivit, en
1185, un traité _contre les Vaudois et les Ariens_ de la province; et
enfin Alain, religieux de Cîteaux et évêque d'Auxerre, mort en 1202,
dans son traité contre les mêmes hérétiques, qu'il dédia à Guillaume
VIII, seigneur de Montpellier. Il fallait sans doute que Casimir
Oudin[172] n'eût pas lu ce dernier ouvrage, car il avance que l'auteur y
fait mention des hérétiques albigeois: aucun de ces auteurs ne leur
donne ce nom.»

[Note 172: _De Script. eccles._ tom. 2, p. 1403.]

«Entre ceux qui ont écrit depuis la croisade de 1208, l'un des plus
célèbres est Pierre, moine de l'abbaye de Vaulx-Cernay, au diocèse de
Paris, qui dédia son histoire des Albigeois ou d'_Albigeois_, comme il y
a dans le titre, au pape Innocent III. Son témoignage est d'autant plus
respectable qu'il était témoin oculaire de cette croisade. Or cet auteur
marque clairement, dans son épître dédicatoire au pape, l'étymologie du
nom d'Albigeois par rapport à ces hérétiques: _Unde sciant,_ dit-il,
_qui lecturi sunt, quia in pluribus hujus operis locis, Tolosani, et
aliarum civitatum et castrorum hæretici, et defensores eorum,
generaliter Albigenses vocantur; eo quod aliæ nationes hæreticos
Provinciales Albigenses consueverint appellare._»

«On voit, par ce que nous venons de dire, qu'avant la croisade de l'an
1208, le nom d'_Albigeois_, pour désigner les hérétiques de la Provence,
n'était pas encore connu, et qu'on les appelait _Toulousains_ ou
_Provençaux_. En effet, Pierre de Vaulx-Cernay lui-même leur donne
communément ce dernier nom; il les appelle les _hérétiques toulousains_
dans plusieurs endroits de son histoire. Arnaud, abbé de Cîteaux, leur
donne le même nom en 1212; et le pape Innocent III, qui en parle souvent
dans ses épîtres, ne les nomme jamais que les _hérétiques provençaux_ ou
_de Provence_, excepté dans une lettre qu'il adressa le 2 juillet de
l'an 1215, à Simon de Montfort, dans laquelle il les appelle _les
hérétiques albigeois_. Quant à la dénomination _de Provençaux_, elle
vient, non de ce que la Provence propre fut infectée la première de
leurs erreurs, comme le croit un historien moderne, mais parce qu'on
comprenait alors le Languedoc dans la Provence généralement dite. On
peut remarquer encore que ce sont les étrangers qui se croisèrent en
1208 qui donnèrent les premiers le nom d'_Albigeois_ aux hérétiques
qu'on nommait auparavant _Provençaux_, ou qu'on désignait sous divers
autres titres[173].»

[Note 173: Je ne crois pas que Dom Vaissette ait tiré, des paroles de
Pierre de Vaulx-Cernay, leur véritable conséquence; elles prouvent
qu'avant la croisade on donnait, en France, aux hérétiques du Languedoc
et de la Provence, le nom de _Provençaux_ ou de _Toulousains_; mais que
les autres nations les appelaient déjà généralement _Albigeois_.]

«On peut confirmer tout ceci par l'autorité de Robert, religieux de
Saint-Marien d'Auxerre, qui écrivait dans ce temps-là, et qui finit sa
chronique à l'an 1211. Cet auteur, sous les années 1201, 1206 et 1207,
donne le nom de _Bulgares_ (_Bulgarorum hæresis_) aux hérétiques de la
Provence; et, sous l'an 1208, il fait plusieurs mentions des hérétiques
_albigeois_ à l'occasion de la mort du légat Pierre de Castelnau et de
la croisade qui fut publiée en conséquence; c'est ainsi que Guillaume de
Nangis, dans sa chronique, appelle _Bulgares_ en 1207 ceux qu'il nomme
_Albigeois_ en 1208. _Anno_ 1207, dit cet auteur, _Bulgarorum hæresis
invaluerat in terra comitis Tolosani et principum vicinorum_, etc.
_Anno_ 1208, _Guillelmus Bituricensis archiepiscopus parans iter contra
Albigenses, in Christo dormivit_. Il résulte de ce que nous venons
d'établir, que le nom d'_Albigeois_, pour signifier les hérétiques de la
province, n'ayant été en usage que depuis l'an 1208, le sentiment de M.
l'abbé Fleuri, qui prétend que ce nom leur a été donné au milieu du
douzième siècle, à cause du grand nombre d'hérétiques que saint Bernard
trouva à Albi et aux environs, ne saurait se soutenir; on doit en dire
de même de Basnage, qui leur donne ce nom dès l'an 1179.

«Mais, dira-t-on, il sera du moins vrai que, lorsque le nom d'Albigeois
fut donné aux hérétiques au commencement du treizième siècle, ce fut la
ville d'Albi et le reste du diocèse qui y donnèrent occasion, comme il
est marqué expressément dans Mathieu Paris, auteur anglais qui vivait
vers le milieu du même siècle. _Circa dies istos_, dit cet auteur sous
l'an 1213, _hæreticorum pravitas qui Albigenses appellantur, in
Wasconia, Aquitania et Albigesio, in partibus Tolosanis et Arragonum
regno adeo, invaluit, ut jam non in occulto, sicut alibi, nequitiam suam
exercerent; sed errorem suum publice proponentes, ad consensum suum
simplices attraherent et infirmos. Dicuntur autem Albigenses, ab Alba
civitate, ubi error ille dicitur sumpsisse exordium._ Il est bien
certain que les hérétiques albigeois, qui n'étaient pas différent des
Manichéens, des Henriciens, des Pétrobusiens, des Bons-Hommes, etc., ne
prirent pas leur origine dans la ville d'Albi, et qu'ils avaient infecté
diverses provinces du royaume de leurs erreurs avant que de pénétrer
dans l'Albigeois. En effet, s'ils avaient pris leur origine à Albi, on
leur aurait donné le nom d'Albigeois dans le douzième siècle, durant
lequel ils firent tant de ravages en France et dans les pays voisins; il
faut donc avoir recours à une autre raison pour trouver l'étymologie de
leur nom.»

III. «En 1208, lorsque ce nom fut mis en usage, les hérétiques, qu'on
appelait auparavant Manichéens, Bulgares, Ariens, Poblicains, Patarins,
Cathares, Vaudois, _Sabbattati_ ou _Insabbattati_, avaient, à la vérité,
fait de grands progrès dans le diocèse d'Albi, mais beaucoup moins que
dans ceux de Toulouse, Béziers, Carcassonne, Narbonne, etc. Aussi le
fort de la croisade tomba-t-il sur ces derniers diocèses, où les
hérétiques firent beaucoup plus de résistance que dans l'Albigeois, pays
qui se soumit volontairement presque tout entier à Simon de Montfort en
1209. Nous inférons de là que les étrangers qui, suivant Pierre de
Vaulx-Cernay, donnèrent alors le nom général d'_Albigeois_ à tous les
hérétiques de la province, soit Manichéens ou Ariens, soit Vaudois,
etc., le firent, ou parce que ces sectaires avaient été condamnés
long-temps auparavant au concile tenu à Lombers en Albigeois, ou à cause
qu'on comprenait alors sous le nom général de pays d'Albigeois une
grande partie de la province, entre autres les diocèses de Béziers et de
Carcassonne, et le Lauraguais qui étaient, avec l'Albigeois, sous la
domination du vicomte Raymond-Roger, et qui étaient également infectés
par les hérétiques: cette dernière raison nous paraît la plus
vraisemblable.

«On peut l'appuyer en effet sur divers monumens qui donnent à tous ces
pays le nom de _parties d'Albigeois_. 1º. Guillaume-le-Breton, auteur
contemporain, parlant, sous l'an 1208, de la croisade entreprise cette
année contre les hérétiques de la province, s'exprime en ces termes:
_Proceres regni Franciæ terram provincialem et albigensem visitarunt._
Or l'armée des Croisés fit alors ses principales expéditions dans les
diocèses de Béziers et de Carcassonne, et elle se sépara après la prise
de cette dernière ville. 2º. L'Albigeois, proprement dit, ne comprenait
alors que le seul diocèse d'Albi: or Pierre de Vaulx-Cernay, auteur
contemporain, parle d'une députation faite en 1213, par Simon de
Montfort et _les évêques de la terre d'Albigeois_, au roi d'Arragon;
preuve certaine qu'au commencement du treizième siècle on comprenait
sous le nom d'_Albigeois_ une grande partie de la province. 3º. Gui,
comte de Clermont en Auvergne, dans une donation qu'il fit le 26 d'avril
de l'an 1209, en faveur de Pétronille sa femme, déclara qu'il voulait
aller dans les pays d'Albigeois: _Volens ire versus partes Albigenses_;
et dans son testament qu'il fit vers le même temps, il marque en général
qu'il était sur le point de partir contre les hérétiques: _Cum jam esset
profuturus contra hæreticos._ Or nous avons déjà remarqué qu'en 1209
l'armée des Croisés borna ses expéditions aux diocèses de Béziers et de
Carcassonne, où était le fort de l'hérésie; il faut donc qu'on comprît
alors ces deux diocèses avec l'Albigeois propre, sous le nom général de
_parties d'Albigeois_, soit à cause qu'ils étaient sous une même
domination, soit parce que l'Albigeois propre, qui faisait partie de
l'Aquitaine, était plus étendu que chacun de ces diocèses, qui
d'ailleurs n'avaient pas de dénomination particulière de pays, comme
l'Albigeois. Ainsi ces étrangers auront cru devoir donner ce nom aux
autres pays voisins où régnait l'hérésie. 4º. Nous voyons que le comté
de Toulouse même était compris, en 1224, sous le nom général de _pays
d'Albigeois_, comme il paraît par la cession qu'Amaury de Montfort fit
au mois de février de cette année, au roi Louis VIII, de ses droits sur
le comté de Toulouse et les autres pays d'Albigeois: _Super comitatu
Tolosano et alia terræ Albigesii._ 5º. On trouve une preuve bien claire
qu'on comprenait alors la plus grande partie de la province et des pays
voisins sous le nom de pays d'Albigeois, dans les demandes que le roi
Louis VIII fit la même année au pape Honoré III, car ce prince pria le
pape d'agir auprès de l'empereur, afin que ses terres voisines _de
l'Albigeois_ ne fissent aucun obstacle à l'expédition qu'il méditait
d'entreprendre contre le comte de Toulouse: _Item petit quod D. papa
procuret erga imperatorem, quod terræ suæ vicinæ Albigesio, non noceant
regi in hoc negotio._ Or l'empereur n'étendait sa domination que
jusqu'au bord oriental du Rhône. 6º. Enfin pour omettre un grand nombre
d'autres preuves, Henri de Virziles, Nicolas de Châlons et Pierre de
Voisins, que le roi envoya pour ses commissaires, en 1259, dans les deux
sénéchaussées de Beaucaire et de Carcassonne pour restituer les biens
mal acquis au domaine, sont qualifiés _inquisitores in partibus
Albigensibus_, dans une requête que Pons, évêque de Béziers, leur
présenta en 1262, et ils prennent eux-mêmes le titre d'_Inquisitores
deputati ab illusttrissimo rege Francorum, super injuriis et emendis
ipsius D. regis in partibus Albigensibus_.»

«Il s'ensuit de là que les différens hérétiques qui, sous divers noms,
avaient infecté la province de Languedoc et les pays voisins durant tout
le douzième siècle, furent appelés, à la vérité, au commencement du
siècle suivant, du nom général d'Albigeois, de la ville d'Albi et du
pays d'Albigeois proprement dit; mais non pas à cause qu'ils y étaient
en plus grand nombre que dans les diocèses voisins, ou parce qu'ils
avaient pris leur origine dans cette ville.»

IV. «On pourrait objecter contre notre système le témoignage de
Geoffroi, prieur de Vigeois, auteur décédé avant la fin du douzième
siècle qui, parlant sous l'an 1181 de la mission que Henri,
cardinal-évêque d'Albano, entreprit alors dans le Toulousain et
l'Albigeois, dit que ce légat marcha à la tête d'une grande armée contre
les hérétiques albigeois; _contra hæreticos Albigenses_. On appelait
donc dès lors _Albigeois_ les hérétiques de la province. Mais, 1º. il
faudrait vérifier d'abord dans les manuscrits de la chronique de
Geoffroi, si le nom d'_hérétiques albigeois_ s'y trouve en effet, car on
sait assez que le père Labbe qui l'a donnée a inséré de lui-même divers
mots dans le texte sans en avertir, au lieu de les renvoyer à la marge
ou de les faire imprimer en italiques; en sorte qu'il est très-aisé de
s'y tromper et de prendre les additions pour le texte même. 2º. Quand
les mots d'_hérétiques albigeois_ se trouveraient dans les manuscrits de
cette chronique, cela ne déciderait pas qu'on donnait alors le nom
général d'_Albigeois_ à tous les hérétiques de la province, comme on fit
dans la suite; cela prouverait seulement que les hérétiques du diocèse
d'Albi furent l'objet de la mission ou de l'expédition du cardinal
Henri, évêque d'Albano, comme ils le furent en effet. C'est ainsi que
Pierre de Vaulx-Cernay appelle _hérétiques toulousains_ ceux qui étaient
dans cette ville en 1209 et aux environs, et que Robert, abbé du
Mont-Saint-Michel, dans sa chronique, donne le nom d'_Agénois_ aux mêmes
hérétiques qui s'étaient rassemblés en 1178 aux environs de Toulouse:
_Hæretici quos Agenenses vocant, convenerunt circa Tolosam, male
sentientes de sacramento altaris,_ etc. Ainsi les hérétiques qu'on
nommait plus communément Cathares, Poblicains, Ariens, Bulgares,
Bons-Hommes, etc., dans le douzième siècle, furent nommés quelquefois
alors, par un nom particulier, Toulousains, Albigeois, Agénois, etc., du
nom des pays particuliers qu'ils habitaient jusqu'à la fin du même
siècle, ou au commencement du suivant, qu'on les nomma par une
dénomination générale, _hérétiques provençaux_ ou de _Provence_, à cause
que les provinces méridionales du royaume qu'ils avaient infectées de
leurs erreurs faisaient partie de la Provence prise en général, laquelle
comprenait tout le pays où on parlait la langue provençale ou romaine;
de même que la France qui était l'autre partie du royaume renfermait
toutes les provinces où on parlait français. Les peuples qui se
croisèrent en 1208 contre les hérétiques leur donnèrent alors le nom
d'Albigeois, à cause qu'ils combattirent d'abord contre ceux de ces
sectaires qui étaient établis dans les diocèses de Béziers, Carcassonne
et Albi, ou dans les domaines de Raimond Roger, vicomte d'Albi, de
Béziers, de Carcassonne et de Rasez, pays qu'ils comprenaient sous le
nom général de _parties d'Albigeois_, parce que l'Albigeois proprement
dit était le plus étendu des pays soumis à là domination de ce vicomte,
et le plus connu sous une domination générale; en sorte que le nom
d'Albigeois, qui fut d'abord particulier aux hérétiques qui habitaient
dans les domaines du même vicomte, fut donné bientôt après généralement,
par les étrangers, à tous ceux qui étaient dans les États de Raimond VI,
comte de Toulouse, dans le reste de la province et dans les pays
voisins.»



II.

SUR L'ÉPOQUE DE LA MISSION DE SAINT-DOMINIQUE EN LANGUEDOC.

(Extrait de l'_Histoire générale de Languedoc_, par Dom Vaissette, tom.
III, not. 15, pag. 558.)


«Le P. Jacques Echard, dans sa bibliothèque des écrivains de l'ordre de
Saint-Dominique, nous a donné les anciennes vies de ce saint patriarche
qu'il a enrichies de savantes notes. Il y fixe l'époque des principales
actions du saint, entre autres de sa mission dans la province contre les
hérétiques albigeois. Il prétend, dans une table chronologique qu'il en
a dressée, «que saint Dominique passa à Toulouse en 1203 avec Diègue,
évêque d'Osma, son supérieur, pour aller négocier _dans les Marches_ le
mariage du prince Ferdinand, fils d'Alphonse, roi de Castille. Il revint
en Espagne, ajoute-t-il, avec ce prélat en 1204, et ils retournèrent
tous les deux la même année dans les Marches. En 1205, saint Dominique,
après avoir terminé cette négociation s'en alla à Rome, et, à son
retour, passant par Montpellier au mois de février ou de mars de l'année
suivante, il y rencontra l'abbé de Cîteaux et les deux autres légats,
collègues de cet abbé, avec les douze abbés du même Ordre que le pape
avait envoyés en mission contre les hérétiques et qui s'y étaient
rassemblés. Il se joignit à eux; et Arnaud, abbé de Cîteaux, étant parti
au mois de juillet ou d'août suivant pour aller tenir le chapitre
général de son Ordre, la plupart des abbés le suivirent. L'évêque d'Osma
et saint Dominique tinrent ensuite la conférence de Fanjaux, et le
dernier fonda alors le monastère de Prouille, auquel Bérenger,
archevêque de Narbonne, fit diverses donations au mois d'avril de l'an
1207. On tint, au mois de mai suivant, la conférence de Mont-Réal, à
laquelle l'abbé de Cîteaux et les douze abbés de son Ordre, qui étaient
retournés avec lui dans la province, se trouvèrent. Tous les
missionnaires se joignirent alors et firent la mission durant trois
mois. La conférence de Pamiers se tint au mois de novembre ou de
décembre suivant. L'évêque d'Osma partit ensuite pour l'Espagne, après
avoir établi saint Dominique pour chef des prédicateurs, parce que la
plupart des abbés de l'Ordre de Cîteaux étaient alors partis depuis
trois mois, et il mourut dans son diocèse au mois de février de l'an
1208.» Tel est le système chronologique de ce savant bibliographe,
système sur lequel nous ferons quelques observations.

«1º. Il est vrai que la plupart des auteurs de la vie de saint Dominique
mettent en 1203 son passage à Toulouse pour aller négocier,
conjointement avec l'évêque d'Osma, le mariage de l'infant Ferdinand;
mais nous croyons devoir préférer l'autorité de deux anciens historiens
qui mettent ce passage en 1204. Le premier est Nicolas Trivet, religieux
de son Ordre, qui a écrit au commencement du quatorzième siècle; l'autre
est l'auteur anonyme de la chronique intitulée: _Præclara Francorum
facinora._ Ce dernier met en 1204, _la huitième année du pontificat
d'Innocent III_, le passage de saint Dominique à Toulouse, à la suite de
l'évêque d'Osma, pour aller sur les frontières de la Dace: _in Marchias,
sive in Daciam proficiscens_. Le père Echard remarque fort bien, à cette
occasion, que c'est des frontières du Danemarck et de la Suède dont il
s'agit, et non de la Marche du Limousin en France, comme la plupart des
modernes l'ont cru; mais il n'est pas difficile de concilier les auteurs
qui mettent le passage de saint Dominique à Toulouse, les uns en 1203 et
les autres en 1204, en supposant, comme il est très-vraisemblable, que
ce saint et l'évêque d'Osma passèrent dans cette ville durant les
premiers mois de l'année, en sorte que les uns comptent 1203 en
commençant l'année à Pâques, et les autres 1204 en la commençant au
premier de janvier.

2º. Nicolas Trivet rapporte, sous la même année 1204, que l'évêque
d'Osma et saint Dominique, après s'être acquittés de leur commission,
revinrent en Espagne; que le roi de Castille les renvoya dans les
Marches pour terminer leur négociation; que de là ils allèrent à Rome;
que, revenant en Espagne, ils rencontrèrent le légat et les douze abbés
de Cîteaux envoyés par le pape Innocent III _dans la terre des
Albigeois_ pour y prêcher la foi contre les hérétiques; et qu'enfin
l'évêque d'Osma ayant retenu saint Dominique, exerça avec eux la
mission dans le Toulousain pendant près de deux ans, _biennio fere_. On
voit par là que Trivet place sous la même année divers événemens arrivés
durant les suivantes. Il est certain en effet, suivant le témoignage de
Vaulx-Cernay, témoin oculaire, que l'évêque d'Osma et saint Dominique ne
passèrent dans la province, à leur retour de Rome, que l'an 1206.»

«Le père Echard prétend que ce fut durant le mois de février et de mars
de cette année; mais cela arriva plus tard. La raison en est que,
suivant Pierre de Vaulx-Cernay, l'évêque d'Osma et saint Dominique
rencontrèrent alors à Montpellier l'abbé de Cîteaux avec les autres
légats ses collègues, et que cet abbé les quitta peu de jours après pour
aller assister au chapitre général de son Ordre qui se tenait au mois de
septembre: _Montem ingreditur Pessulanum_ (episcopus Oxoniensis) _abbas
autem Cisterciensis Cistercium perrexit, tum quia in proximo celebrandum
erat Cisterciense capitulum, tum quia post celebratum capitulum quosdam
de abbatibus suis volebat secum adducere, qui eum in exequendo adjuncto
sibi prædicationis officio adjuvarent._ L'évêque d'Osma et saint
Dominique arrivèrent par conséquent à Montpellier vers la fin de juillet
de l'an 1206, et c'est proprement alors que commença leur mission dans
la province. Il est certain d'ailleurs qu'ils ne passèrent à Montpellier
qu'après Pâques de l'an 1206; car outre que M. l'abbé Fleuri assure que
l'évêque d'Osma n'arriva à Rome qu'en 1206, et qu'il fit le voyage de
Cîteaux avant que de se rendre à Montpellier, s'il eût passé dans cette
ville à son retour de Rome durant les premiers mois de l'an 1206,
Pierre de Vaulx-Cernay qui, suivant l'usage alors ordinaire, ne
commence, dans son ouvrage, l'année qu'à Pâques, aurait marqué qu'il y
était arrivé en 1205, au lieu qu'il dit expressément que ce fut en
1206.»

«Mais, dira-t-on, Diègue, évêque d'Osma, n'aura donc pas demeuré _deux
ans_ en mission dans la province, puisqu'il mourut au mois de février de
l'an 1208. À cela on peut répondre que, suivant le système même du père
Echard, ce prélat ne peut avoir passé tout ce temps-là dans le
Languedoc, puisqu'il en partit selon lui, au mois de décembre de l'an
1207. Il suffit donc qu'il y ait été une partie de l'an 1206 et une
autre partie de la suivante pour qu'on puisse dire qu'il demeura près de
deux ans, _biennio fere_. D'ailleurs les écrivains de l'Ordre de
Saint-Dominique, qui marquent le tems de ce séjour, ne se piquent pas
d'une grande exactitude, puisqu'ils comptent _dix ans_ depuis le retour
de Diègue, évêque d'Osma, en Espagne en 1207, ou même depuis sa mort
jusqu'au concile de Latran, tenu en 1215.»

«Il y aurait plus de difficulté s'il était certain, comme les
Bollandistes le supposent, que Diègue, évêque d'Osma, mourut en 1207,
suivant le nouveau style. Il est vrai que ces critiques avancent
jusqu'en 1204 l'arrivée de saint Dominique à Montpellier, mais c'est
sans aucun fondement; et, quelque difficulté qu'on propose, nous avons
l'autorité irréfragable de Pierre de Vaulx-Cernay, qui ne met l'arrivée
de Diègue, évêque d'Osma, et de saint Dominique à Montpellier qu'en
1206, suivant l'ancien style, c'est-à-dire après Pâques de cette année.
Nous sommes surpris que les Bollandistes n'aient fait aucun usage de
cette autorité.»

«3º. Le père Echard, trompé par les écrivains de son Ordre, entre autres
par Bernard Guidonis et par l'auteur de la chronique intitulée:
_Præclara Francorum facinora_, suppose que l'évêque d'Osma et saint
Dominique, en venant de Rome, rencontrèrent à Montpellier, avec les
trois légats, les douze abbés de l'Ordre de Cîteaux, qui entreprirent la
mission dans la province contre les hérétiques: circonstance dont Pierre
de Vaulx-Cernay ne dit rien, et qu'il n'aurait pas omise. Il est certain
d'ailleurs, suivant le témoignage exprès de cet historien qui était à la
suite de ces douze missionnaires, qu'ils ne vinrent prêcher la foi,
contre les hérétiques de Languedoc, qu'après le chapitre général de leur
Ordre tenu au mois de septembre de l'an 1206, et qu'ils ne firent qu'une
seule mission dans le Toulousain avec l'abbé de Cîteaux qui était à leur
tête. En effet, tous les anciens auteurs conviennent que ces abbés
reçurent leur mission d'Innocent III. C'est ce qui paraît encore par une
lettre de ce pape, adressée au chapitre général de Cîteaux, pour le
prier de les envoyer: or cette lettre n'est que du mois de juillet de
l'an 1206, et nous apprenons d'un historien contemporain que les douze
abbés partirent de Cîteaux en conséquence au mois de mars de l'année
suivante. Nicolas Trivet, dans sa chronique, a peut-être donné occasion
à l'erreur de ceux qui assurent que l'évêque d'Osma et saint Dominique
joignirent les douze abbés de Cîteaux à Montpellier, et que ces derniers
firent la mission dans la province à deux reprises et pendant deux
années consécutives, en 1206 et 1207, en marquant que l'évêque d'Osma
et saint Dominique, à leur arrivée de Rome, rencontrèrent les
missionnaires qui délibéraient sur la manière d'agir envers les
hérétiques; mais cet auteur assure que cette entrevue se fit dans le
haut Languedoc, _in terram Albigensium_, et non pas à Montpellier; et il
ne parle, non plus que Pierre de Vaulx-Cernay et Robert d'Auxerre,
historiens du temps, que d'une seule mission entreprise dans le
Languedoc par les douze abbés de Cîteaux, qu'on doit rapporter au mois
de mars de l'an 1207 et aux suivans, comme nous venons de le prouver. Du
reste, l'auteur de la chronique intitulée: _Præclara Francorum
facinora_, ne parle aussi que d'une seule mission des douze abbés de
Cîteaux; mais il la met en 1206 au lieu de 1207, ce qui a trompé le père
Echard. L'auteur de la même chronique avance d'une année divers autres
faits, comme la prise de Béziers par les Croisés, qu'il met en 1208, la
mort de Guillaume, archevêque de Bourges, qu'il place en 1207, etc.»

«4º. Quant à la fondation du monastère de Prouille par saint Dominique,
que le père Echard met à la fin de l'an 1206, nous n'avons aucun
monument qui prouve que ce monastère ait été établi avant l'an 1207; et
la charte de Bérenger, archevêque de Narbonne, qu'il cite, et qui
suppose que ce monastère subsistait auparavant, est de l'an 1208,
suivant notre manière de commencer l'année, et non de 1207. Cette charte
est datée en effet du 17 _d'avril de l'an_ 1207. Or en 1207 Pâques était
le 22 d'avril; ainsi on commença seulement alors à compter 1208, et le
17 du même mois on devait compter encore 1207. On a d'ailleurs, dans
les archives de Prouille, une donation faite au mois d'août de l'an
1207, _au seigneur Dominique d'Osma et à ses frères et soeurs_, où il
n'est pas parlé de ce monastère, preuve qu'il n'était pas encore fondé;
ainsi il ne le fut que vers la fin de la même année ou au commencement
de la suivante.»

«5º. Il y a quelque difficulté touchant l'époque de la conférence de
Mont-Réal, que le père Echard met après le mois d'avril de l'an 1207,
conformément à la chronique de Puy-Laurens. Il semble cependant que,
suivant Pierre de Vaulx-Cernay, elle se tint en 1207, quelques mois
après que l'évêque d'Osma et saint Dominique eurent joint les trois
légats à Montpellier; car cet historien parle, peu de lignes auparavant,
du miracle des moissonneurs arrivé _à la Saint-Jean_, auprès de
Carcassonne; et, au commencement du chapitre, il fait mention de
l'arrivée de l'évêque d'Osma et de saint Dominique à Montpellier, en
1206. Le père Echard aura inféré de là que ces deux missionnaires
arrivèrent dans la province au mois de février ou de mars de cette
dernière année. Mais le miracle des moissonneurs de Carcassonne arriva à
la Saint-Jean de l'an 1207, et non de l'an 1206, comme il l'a cru. En
effet, Gui, abbé de Vaulx-Cernay, y fut présent; et il fut un des douze
abbés de l'Ordre de Cîteaux qui vinrent prêcher la foi dans la province.
Or nous avons déjà prouvé que les douze abbés n'arrivèrent dans le haut
Languedoc que vers Pâques de l'an 1207.»

«On doit donc rétablir l'ordre des faits de la manière suivante: Diègue,
évêque d'Osma, et saint Dominique, arrivèrent à Montpellier vers le mois
de juillet de l'an 1206, et s'y joignirent à l'abbé de Cîteaux, à frère
Pierre de Castelnau et à frère Raoul, religieux de cet Ordre et légats
du Saint-Siége, pour prêcher la foi aux hérétiques dans le haut
Languedoc. Cet abbé étant parti peu de temps après pour le chapitre
général de son Ordre, les quatre autres allèrent exercer leurs fonctions
à Caraman, dans le Toulousain et aux environs. Ils se rendirent ensuite
à Béziers vers la fin de septembre et y demeurèrent quinze jours. Ils
conseillèrent alors à frère Pierre de Castelnau de se retirer pour
quelque temps, à cause de la haine qu'on avait conçue contre lui. Nous
trouvons en effet que frère Pierre était à Montpellier au mois d'octobre
de l'an 1206. D'un autre côté, l'évêque d'Osma et ses associés
continuèrent leur mission à Carcassonne et aux environs. Pendant leur
séjour dans ce pays, le miracle des moissonneurs y arriva à la
Saint-Jean de l'année suivante. Ils tinrent la conférence de Mont-Réal
vers le même temps, et frère Pierre de Castelnau les rejoignit alors. Ce
dernier se sépara d'eux de nouveau après cette conférence pour aller en
Provence. Arnaud, abbé de Cîteaux, et les douze abbés de son Ordre qu'il
avait amenés dans la province, joignirent aussi l'évêque d'Osma durant
la conférence de Mont-Réal, et ils délibérèrent alors tous ensemble sur
le succès de la mission. La plupart de ces abbés se retirèrent _trois
mois après_, c'est-à-dire vers le mois d'août de l'an 1207, pour
assister à leur chapitre général, et saint Dominique ayant entrepris la
mission du côté de Fanjaux, il y fixa sa demeure et y fonda, vers la fin
de l'an 1207, le monastère de Prouille. Quant à l'évêque d'Osma, il
retourna en Espagne vers la fin de la même année, après avoir assisté à
la conférence de Pamiers.»

«Le père Echard assure que la mort de ce prélat est marquée _au 6
février de l'an_ 1245 _de l'ère espagnole_, dans son épitaphe qu'on
voit, dit-il, dans l'église d'Osma, En ce cas-là Diègue sera décédé le 6
février de l'an 1207 et non en 1206, comme il le prétend, car les années
de l'ère espagnole commencent au premier janvier: mais il est fort
vraisemblable que cette épitaphe n'est pas exacte, et qu'elle a été
dressée long-temps après la mort de ce prélat.»



III.

LETTRE DU PAPE

INNOCENT III,

AU COMTE DE TOULOUSE,

     Écrite à ce dernier pour le réprimander de son refus de conclure
     la paix avec ses vassaux de Provence d'après les ordres du légat
     Pierre de Castelnau[174].

[Note 174: Cette lettre est tirée du recueil des lettres d'Innocent III,
publié par Baluze, en deux vol. in-fol. 1682 (lib. 10, Epist. 69). Nous
en avons retranché, comme Dom Vaissette, quelques longueurs sans
intérêt.]


                                                        (29 mai 1207.)

«À noble homme Raimond, comte de Toulouse, l'esprit d'un conseil plus
sage. Si nous pouvions ouvrir votre coeur, nous y trouverions et nous
vous y ferions voir les abominations détestables que vous avez commises;
mais parce qu'il paraît plus dur que la pierre, on pourra à la vérité le
frapper par les paroles du salut; mais difficilement y pourra-t-on
pénétrer. Ah! quel orgueil s'est emparé de votre coeur, et quelle est
votre folie, homme pernicieux, de ne vouloir pas conserver la paix avec
vos voisins, et de vous écarter des lois divines pour vous joindre aux
ennemis de la foi? Comptez-vous pour peu de chose d'être à charge aux
hommes? Voulez-vous l'être encore à Dieu, et n'avez-vous pas sujet de
craindre les châtimens temporels pour tant de crimes, si vous
n'appréhendez pas les flammes éternelles? Prenez garde, méchant homme,
et craignez que, par les hostilités que vous exercez contre votre
prochain, et par l'injure que vous faites à Dieu en favorisant
l'hérésie, vous ne vous attiriez une double vengeance pour votre double
prévarication... Vous feriez quelque attention à nos remontrances, et la
crainte de la peine vous empêcherait du moins de poursuivre vos
abominables desseins, si votre coeur insensé n'était entièrement
endurci, et si Dieu, dont vous n'avez aucune connaissance, ne vous avait
abandonné à un sens réprouvé. Considérez, insensé que vous êtes,
considérez que Dieu, qui est le maître de la vie et de la mort, peut
vous faire mourir subitement pour livrer, dans sa colère, à des tourmens
éternels, celui que sa patience n'a pu porter encore à faire pénitence.
Mais quand même vos jours seraient prolongés, songez de combien de
sortes de maladies vous pouvez être attaqué..........

Qui êtes-vous pour refuser tout seul de signer la paix, afin de profiter
des divisions de la guerre comme les corbeaux qui se nourrissent de
charognes, tandis que le roi d'Arragon et les plus grands seigneurs du
pays font serment d'observer la paix entre eux, à la demande des légats
du siége apostolique? Ne rougissez-vous pas d'avoir violé les sermens
que vous avez faits de proscrire les hérétiques de vos domaines? Lorsque
vous étiez à la tête de vos Arragonais et que vous commettiez des
hostilités dans toute la province d'Arles, l'évêque d'Orange vous ayant
prié d'épargner les monastères et de vous abstenir du moins, _dans le
saint temps_ et les jours de fêtes, de ravager le pays, vous avez pris
sa main droite et vous avez juré par elle que vous n'auriez aucun égard
ni pour _le saint temps_ ni pour les dimanches, et que vous ne cesseriez
de causer du dommage aux lieux pieux et aux personnes ecclésiastiques:
le serment que vous avez fait en cette occasion, qu'on doit appeler
plutôt un parjure, vous l'avez observé plus exactement que ceux que vous
avez faits pour une fin honnête et légitime. Impie, cruel et barbare
tyran, n'êtes-vous pas couvert de confusion de favoriser l'hérésie, et
d'avoir répondu à celui qui vous reprochait d'accorder votre protection
aux hérétiques, que vous trouveriez un évêque parmi eux qui prouverait
que sa croyance est meilleure que celle des catholiques? De plus, ne
vous êtes-vous pas rendu coupable de perfidie, lorsqu'ayant assiégé un
certain château, vous avez rejeté ignominieusement la demande des
religieux de Candeil, qui vous priaient d'épargner leurs vignes, que
vous avez fait ravager, tandis que vous avez fait conserver
soigneusement celles des hérétiques? Nous savons que vous avez commis
plusieurs autres excès contre Dieu; mais nous vous portons
principalement compassion (si vous en ressentez de la douleur) de vous
être rendu extrêmement suspect d'hérésie par la protection que vous
donnez aux hérétiques. Nous vous demandons quelle est votre extravagance
de prêter l'oreille à des fables, et de favoriser ceux qui les aiment.
Êtes-vous plus sage que tous ceux qui suivent l'unité ecclésiastique?
Serait-il possible que tous ceux qui ont gardé la foi catholique fussent
damnés, et que les sectateurs de la vanité et du mensonge fussent
sauvés..... C'est donc avec raison que nos légats vous ont excommunié et
qu'ils ont jeté l'interdit sur tous vos domaines; tant pour ces raisons
que parce que vous avez ravagé le pays avec un corps d'Arragonais; que
vous avez profané les jours de carême, les fêtes et les quatre-temps qui
devaient être des jours de sûreté et de paix; que vous refusez de faire
justice à vos ennemis qui vous offraient la paix et qui avaient juré de
l'observer; que vous donnez les charges publiques à des Juifs, à la
honte de la religion chrétienne; que vous avez envahi les domaines du
monastère de Saint-Guillem et des autres églises; que vous avez converti
diverses églises en forteresses dont vous vous servez pour faire la
guerre; que vous avez augmenté nouvellement les péages; et qu'enfin vous
avez chassé l'évêque de Carpentras de son siége: nous confirmons leur
sentence et nous ordonnons qu'elle soit inviolablement observée jusqu'à
ce que vous ayez fait une satisfaction convenable. Cependant, quoique
vous ayez péché griévement tant contre Dieu et contre l'Église en
général que contre vous-même en particulier, suivant l'obligation où
nous sommes de redresser ceux qui s'égarent, nous vous avertissons et
nous vous commandons, par le souvenir du jugement de Dieu, de faire une
prompte pénitence proportionnée à vos fautes, afin que vous méritiez
d'obtenir le bienfait de l'absolution. Sinon, comme nous ne pouvons
laisser impunie une si grande injure faite à l'Église universelle, et
même à Dieu, sachez que nous vous ferons ôter les domaines que vous
tenez de l'Église romaine; et si cette punition ne vous fait pas rentrer
en vous-même, nous enjoindrons à tous les princes voisins de s'élever
contre vous comme un ennemi de Jésus-Christ et un persécuteur de
l'Église, avec permission à un chacun de retenir toutes les terres dont
il pourra s'emparer sur vous, afin que le pays ne soit plus infecté
d'hérésie sous votre domination. La fureur du Seigneur ne s'arrêtera pas
encore; sa main s'étendra sur vous pour vous écraser; elle vous fera
sentir qu'il vous sera difficile de vous soustraire à sa colère que vous
avez provoquée.»

«Donné à Saint-Pierre de Rome, le 29 de mai de la dixième année de notre
pontificat.»



IV.

LETTRE

DES HABITANS DE TOULOUSE,

À PIERRE, ROI D'ARRAGON,

     Pour réclamer son secours en 1211, après la levée du siége de
     Toulouse par Simon de Montfort.


«Au très-excellent Seigneur Pierre, par la grâce de Dieu, roi d'Arragon
et comte de Barcelone, les consuls et le conseil, et la totalité de la
ville et des faubourgs de Toulouse, salut et toutes sortes de
dilections: Nous voulons exposer à Votre Excellence, depuis l'origine et
selon que cela se présentera à notre souvenir, les négociations et la
totalité des choses qui se sont passées jusqu'à présent entre le
seigneur Arnaud, abbé de Cîteaux et légat du siége apostolique, et nous
et la totalité de notre ville; nous prosternant jusqu'à terre devant
Votre Sérénité pour lui demander que la suite des choses que nous avons
à lui raconter, quelque prolixe qu'elle puisse être, ne fatigue point
ses veilles.

«Que Votre pieuse Sagacité sache donc que le seigneur abbé de Cîteaux
nous adressa ses messagers avec des lettres par lesquelles il nous
ordonnait de livrer sans délai, eux et tous leurs biens, à l'armée des
barons, ceux que ses messagers nous désigneraient pour sectateurs des
hérétiques, afin qu'en présence des barons ils se justifiassent, selon
la jurisprudence et coutume de Brayne, disant que si nous ne le faisions
pas il nous excommunierait nous et nos conseillers, et mettrait notre
ville en interdit. Nous, ayant alors interrogé ceux qu'on nous désignait
comme sectateurs des hérétiques, ceux-ci nous répondirent constamment
qu'ils n'étaient ni hérétiques ni sectateurs d'hérétiques, et promirent
de demeurer, sans s'en écarter, sous l'autorité de la sentence de
l'Église. Nous ne les avions point connus comme hérétiques ni sectateurs
d'hérétiques, car ils habitaient parmi nous comme attachés à la foi
chrétienne; et quand, sur la demande et volonté des légats de
monseigneur le pape, maître Pierre de Castelnau et maître Raoul, toute
notre ville jura soumission à la sainte foi catholique romaine, ils en
firent aussi le serment, et les légats reconnurent pour soumis à la foi
catholique et véritablement chrétiens tous ceux qui, selon leur volonté,
avaient prêté ce serment; c'est pourquoi nous fûmes grandement surpris
de l'ordre susdit, sachant que, long-temps auparavant, le seigneur
comte, père du comte actuel, avait reçu mission d'ordonner au peuple de
Toulouse, par un acte dressé à cet effet, que si un hérétique était
trouvé dans la ville ou le faubourg de Toulouse, il fût conduit au
supplice avec celui qui l'aurait reçu, et les biens de tous deux
confisqués. D'après quoi nous en avons brûlé beaucoup et ne cessons
point de le faire toutes les fois que nous en trouvons. Nous répondîmes
aux lettres et aux messagers que tous ceux qu'ils nous désignaient, et
d'autres s'ils les voulaient désigner, seraient soumis à la juridiction
du siége épiscopal de notre ville et à la connaissance des légats de
monseigneur le pape ou du seigneur Foulques, notre évêque, selon ce
qu'enseigne le droit canonique suivi par la sainte Église romaine, et
que, si monseigneur le légat refusait d'admettre cette réponse, nous
sachant par là condamnés, nous nous mettions nous et les accusés vivant
sous la protection du seigneur pape, et en appelions au siége
apostolique, fixant notre appel à l'octave de la fête saint Vincent; et,
quoiqu'il eût reçu de nous cette réponse, néanmoins il nous excommunia
nous et nos conseillers, et nous mit en interdit. D'où vous pouvez
croire que nous fûmes grandement contristés, car les accusés n'avaient
confessé aucun des crimes qui leur étaient imputés, et n'en avaient
point été convaincus par témoins. De plus, quelques-uns de ceux dont les
noms avaient été inscrits sur la liste, et que nous avions été requis de
livrer entre les autres aux barons avec leurs biens, furent ensuite, en
leur absence, effacés de cette liste par notre délégué M****, avec le
consentement dudit abbé, sans avoir fait satisfaction; d'où vous pouvez
juger, par rapprochement, quelle confiance méritait cet acte
d'accusation. D'après cela, nous envoyâmes nos messagers, hommes sages,
pour suivre, avec monseigneur le comte, notre appel et notre affaire
auprès du siége apostolique; et ceux-ci, après beaucoup de travaux et
divers périls, étant revenus avec des lettres de monseigneur le pape,
nous présentâmes audit abbé de Cîteaux les lettres obtenues de
monseigneur le pape dont nous vous transmettons ici la teneur, voulant
en tout procéder selon leur contenu.

«Innocent, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à notre vénérable
frère l'évêque de Reggio, et notre cher fils l'abbé de Cîteaux, légats
du siége apostolique, et à maître Théodise, chanoine de Gênes, salut et
bénédiction apostolique: Sont venus en notre présence nos chers fils les
messagers des consuls, du conseil et de la généralité de la ville de
Toulouse avec des lettres de beaucoup et très-grands personnages qui
nous demandaient avec eux et en leur faveur que nous daignassions
admettre avec clémence leurs humbles prières au sujet de la sentence
d'excommunication publiée contre les consuls et le conseil, et de
l'interdit auquel a été soumise toute la ville, parce qu'ils n'ont pas
voulu livrer, sans être entendus, avec leurs biens, pour en être fait à
la volonté des Croisés, ceux que ces messagers, mon fils l'abbé et
l'armée des barons, désignaient pour hérétiques ou sectateurs
d'hérétiques; sur quoi ils nous ont prié de les protéger dans notre
miséricorde; et quoiqu'ils affirmassent avoir été condamnés après leur
appel au siége apostolique, ils promirent cependant de satisfaire
dignement, afin de mériter d'obtenir l'absolution. Nous donc, à
l'exemple de celui qui ne veut pas détruire l'âme du pécheur, mais son
péché, disposé à écouter leurs prières, nous y avons pourvu en vous les
renvoyant, parce que vous connaissez mieux les circonstances des choses;
mandant à votre discrétion, par cet écrit apostolique, que comme il y
aurait péril en la demeure si la ville, prête à satisfaire, comme ils le
disent, demeurait, par le fait de votre absence, plus long-temps sous
l'interdit, vous vous transportiez promptement sur les lieux en propre
personne; et ayant reçu d'eux, sur ce point, la caution que vous jugerez
suffisante en cette affaire, vous leur départiez le bienfait de
l'absolution et preniez soin de les délier de l'interdit, leur
enjoignant ce que selon Dieu vous jugerez être avantageux; que si vous
ne pouviez assister tous à l'exécution de ceci, deux de vous néanmoins
en soient chargés.»

«Donné à Latran, le 14 avant les calendes de février, et de notre
pontificat l'an douzième.»

«Mais le seigneur Arnaud, abbé de Cîteaux, ayant voulu, contre la teneur
du rescrit, procéder seul et de sa propre volonté, nous voyant de
nouveau condamnés par lui, nous appelâmes une seconde fois. Cependant,
par la suite du temps, sur l'admonition et les prières dudit abbé, du
seigneur Foulques, évêque de Toulouse, de l'évêque d'Uzès et autres gens
de bien, nous renonçâmes au susdit appel et nous soumîmes à son jugement
nous et notre ville, afin qu'il pût procéder seul, mais selon la teneur
des lettres du pape, et nous promîmes, d'un commun accord, pour la
généralité de la ville, de payer mille livres toulousaines destinées à
la poursuite des pervers hérétiques et au soutien de la sainte Église.
Ledit abbé consentit bénignement à recevoir le tout et nous reconnut
nous et la totalité de notre ville de Toulouse, ville et faubourg, pour
vrais catholiques et fils légitimes de la sainte mère Église; et en
présence de la ville et du seigneur Foulques, évêque de Toulouse, et des
autres ecclésiastiques du diocèse et de monseigneur l'évêque d'Uzès,
son assesseur et conseiller, actuellement légat, il nous donna
solennellement la bénédiction. Il nous promit aussi de rétablir, par ses
lettres et ses paroles, notre réputation chez ceux auprès de qui nous
avait été donnée la tache d'hérétiques. Lorsque nous lui eûmes payé cinq
cents livres, certaines dissensions s'étant élevées parmi nous, nous ne
payâmes point les cinq cents livres restantes, parce que nous ne les
pûmes rassembler avant que la paix fût rétablie. Pour cela seulement, et
sans nous accuser d'aucune autre faute, il excommunia immédiatement les
consuls, et, malgré notre obéissance, nous mit en interdit. Après avoir
supporté pendant quelque temps une si impudente injustice, de peur
d'avoir l'air, aux yeux des ignorans, d'être rebelles et de regimber
contre l'aiguillon, sur la demande et volonté des légats de monseigneur
le pape, et de Foulques, évêque de Toulouse, nous fîmes de nouveau
serment que nous serions prêts, sur leurs ordres, à nous soumettre à
leur volonté et jugement, et à celui de monseigneur le pape, sur toutes
choses ayant rapport à l'Église; et, d'après ce serment et les autres
que nous fîmes à eux et à l'Église, nous eûmes leur consentement pour
nous maintenir en notre allégeance envers le seigneur comte et son
autorité; et pour sûreté de ceci, Foulques, notre évêque, que nous
croyons être celui qui nous a fait condamner, voulut avoir et prit de
nous des otages et des meilleurs de notre ville, qu'on garda dans la
ville de Pamiers, tenue et possédée par Simon de Montfort, et différente
en coutumes de la ville de Toulouse, depuis la moitié du carême jusqu'à
la veille de Saint-Laurent, qu'il leur permit de s'en aller, à
condition qu'ils reviendraient quand il lui plairait. Cela fait, ils
nous reconnurent pour fils catholiques de l'Église, et firent
réconcilier à l'Église ceux qu'ils avaient excommuniés. Ensuite l'armée
des Croisés et l'évêque de Toulouse ayant mis le siége devant le château
de Lavaur, nous les assistâmes de conseils et de secours, tant de vins
que d'armes et autres choses nécessaires pour la poursuite et
destruction des iniquités de l'hérésie. Et, sur l'ordre de l'évêque,
après que le château de Lavaur fut pris, la plus grande partie des plus
nobles hommes de Toulouse demeurèrent en armes, et ne revinrent ensuite
à Toulouse que par le consentement et la volonté de Foulques, notre
évêque, qui agissait alors dans l'armée avec de pleins-pouvoirs à titre
de légat. Après la prise du château de Lavaur, ils vinrent dévaster et
détruire le propre château de monseigneur notre comte; alors monseigneur
notre comte offrit de se remettre lui-même et sa terre, excepté
Toulouse, en leur puissance et en leur merci, promettant sur sa foi et
chrétienté, et sous les peines portées par l'Église, d'exécuter ce
qu'ils auraient jugé, sa vie sauve et sauf aussi l'exhérédation de lui
ni de ses fils; ce qu'ils refusèrent, quoique plusieurs des barons de
l'armée fussent d'avis d'accepter. Dans un autre colloque, auquel le
seigneur comte était venu lui-même, sur la garantie des légats, se
rendre à leurs ordres, Simon de Montfort et plusieurs des hommes de
guerre de l'armée fondirent inopinément sur lui les armes à la main,
voulant le prendre et le tuer, et le poursuivirent l'espace d'une lieue
et plus. Cependant, instruits avec certitude, par le rapport de
plusieurs, qu'ils avaient intention de faire marcher sur nous leur
armée, nous y envoyâmes des hommes sages faisant partie de notre
consulat, qui, en présence des légats, de Foulques, notre évêque, et de
l'armée des barons, exposèrent qu'ils s'étonnaient beaucoup qu'on voulût
faire marcher l'armée sur nous, puisque nous étions préparés à faire et
observer ce que nous avions promis à l'Église, et vu surtout que, depuis
le serment que nous avions fait, depuis que nous avions été réconciliés
et qu'on avait reçu nos otages, nous n'avions en rien offensé ni les
barons ni l'Église. À ce discours, le légat et Foulques, notre évêque,
répondirent que ce n'était pas pour un délit ou une faute qui nous fût
propre qu'ils voulaient faire marcher l'armée sur nous, mais parce que
nous conservions pour maître monseigneur notre comte et le recevions
dans notre ville; mais que si nous voulions chasser de notre ville
monseigneur le comte et ses fauteurs, le renier et nous soustraire à sa
domination et allégeance, et jurer fidélité et soumission à ceux qu'eux
et l'Église nous avaient donnés pour seigneurs, l'armée des Croisés ne
nous ferait aucun dommage; disant que, si nous faisions autrement, ils
nous attaqueraient de tout leur pouvoir et nous tiendraient pour
hérétiques et pour receleurs d'hérétiques. Mais comme nous sommes liés
par serment de fidélité à monseigneur le comte, et que, comme nous
l'avons dit plus haut, dans tous les sermens faits à l'Église, du
consentement des légats et de notre évêque, nous avons maintenu notre
fidélité et soumission à monseigneur notre comte, et que ledit comte
s'était offert et s'offrait encore à reconnaître leur juridiction, pour
ne pas encourir le crime de trahison, nous nous refusâmes tout-à-fait à
ce qu'on nous demandait; et, à cause de cela, ce qui nous fut
extrêmement pénible, ils enjoignirent aux clercs, tant de la ville que
du faubourg, d'en sortir avec le corps du Christ; et alors nous
pacifiâmes toutes les discordes et dissensions qui avaient existé
long-temps en notre ville et faubourg; et, par le secours de la grâce
divine, nous rétablîmes l'union dans toute notre ville aussi bien
qu'elle y eût jamais été. Cela fait, le légat, l'évêque et les Croisés
tombèrent violemment sur nous à main armée, tuèrent de tout leur pouvoir
les hommes, femmes et enfans du commun qui travaillaient dans les
champs, dévastèrent tant qu'ils le purent les vignes, les arbres, les
moissons, nos possessions, quelques maisons des champs et autres
remparts, abattant et brûlant tout; et ils placèrent leurs tentes à une
certaine distance de la ville entre deux de nos portes. Cependant,
pleins de confiance en la justice de notre cause et la clémence divine,
nous sortîmes souvent de l'enceinte de nos fossés pour les attaquer
vigoureusement, ne tenant jamais nos portes fermées ni de jour ni de
nuit; de plus, nous en fîmes dans notre enceinte quatre nouvelles, afin
de pouvoir sortir plus facilement contre eux, et nous eûmes à souffrir,
en nous défendant contre eux, de grands dommages, tant des hommes de
guerre et gens de pied que des chevaux; et à la seconde férie avant la
fête de Saint-Pierre, quelques-uns de nos hommes de guerre et gens de
pied, à l'insu de la plupart de nous, attaquèrent à main armée les
tentes des Croisés, tuèrent un grand nombre de gens de guerre et gens de
pied et chevaux; et, ayant coupé quelques-unes des tentes, prirent et
emportèrent avec eux des cuirasses et armes de toutes sortes, des
vêtemens de soie, des chevaux, des vases d'argent, de l'argent monnoyé
et beaucoup de choses, et tirèrent des tentes, chargés de fers,
quelques-uns des nôtres que les Croisés avaient pris et y tenaient
enchaînés, et, avec l'aide de Dieu, revinrent à nous sains et saufs.
Cependant, à la fête de Saint-Pierre, avant le jour, les Croisés
quittèrent précipitamment le siége, laissant dans leur camp beaucoup des
leurs blessés et malades, des armes et beaucoup d'autres choses; mais
comme, par l'opposition de la puissance divine, ils n'ont pu accomplir
ce que dans leur orgueil ils s'étaient proposé de faire, de la douleur
qu'ils ont conçue est née dans leur esprit violent une grande iniquité;
et, plus indignés que jamais, en partant ils nous menacent de maux plus
grands que ceux que nous avons soufferts. C'est pourquoi nous
sollicitons sérieusement Votre Prudence et Bienveillance de ressentir
avec indignation les dommages et injures que nous avons injustement
soufferts; et si on vous insinuait faussement des choses contraires à ce
que nous venons de vous dire, ne les croyez point; et comme nous sommes
prêts à faire sur ces choses ce qui est dû à l'Église et ce qu'ordonne
la justice, nous vous prions de vouloir, vous et vos gens, vous abstenir
de nous inquiéter en aucune manière, sachant, sans en pouvoir douter,
que ce qu'ils ont fait et ce qu'ils machinent encore contre monseigneur
notre comte et contre nous, ils le feraient peut-être, et bien pis
encore si on leur en laissait le pouvoir, contre les autres princes et
souverains, et tant contre les citoyens que contre les bourgeois; et
lorsque le mur du voisin brûle, il y va du tout. Il ne faut pas passer
sous silence la sévérité aussi injuste que particulière des pasteurs à
notre égard; ils nous abhorrent et excommunient à cause des routiers et
de la cavalerie dont nous nous servons pour nous défendre de la mort; et
lorsqu'ils nous les enlèvent à prix d'argent, et que ceux-ci répandent
notre sang, ils ne craignent pas de les absoudre de tout péché; et il y
en a qui reçoivent, dans leur tente et à leur table, ceux d'entre eux
qui ont tué de leur propre main l'abbé d'Eaunes, et ont horriblement
coupé le nez, les oreilles et arraché les yeux des moines de Bolbone,
leur laissant à peine figure humaine.»

       *       *       *       *       *

Au bas est le sceau de la ville de Toulouse à moitié brisé. On lit
encore autour de ce qui en reste ces mots: _Nobilium Tolosæ._



V.

LETTRE DE L'ABBÉ DE MOISSAC,

AU

ROI PHILIPPE-AUGUSTE,

EN 1212.


«Au très-illustre seigneur, roi des Français, Raimond, humble abbé de
Moissac, et toute la congrégation du monastère de Moissac, salut: comme
nous lisons, entre autres choses, que vos prédécesseurs ont fondé le
très-antique monastère désigné sous le nom de Moissac, et l'ont doté de
la possession des champs d'alentour, cela est aussi porté dans les
gestes des rois de France et du bienheureux Ansbert, archevêque de
Rouen, et abbé de ce monastère; et dans la consécration de notre église
il se trouve entre autres choses:

«Ceci, Christ notre Dieu, a été fondé pour toi par le roi Clovis, et la
munificence de Louis a depuis augmenté ce don.»

«Cependant, par une suite de nos péchés, les comtes de Toulouse nous ont
enlevé la plus grande partie desdites possessions et les ont assignées
aux gens de guerre qui ont accablé de beaucoup d'exactions notre ville
de Moissac, tellement qu'ils se sont presque entièrement emparés de
cette ville et des environs. Cette année, avant que les Croisés
l'assiégeassent, nous nous mîmes en route munis de nos priviléges pour
venir trouver Votre Excellence. Le comte ayant vu cela, nous prit et
nous enleva nos priviléges et tout ce que nous avions. Après cela, les
Croisés ont ravagé tout ce qui était dedans et dehors; de sorte que nous
n'avons pas eu moyen de venir devant Votre Sublimité. C'est pourquoi
nous répandons devant Votre Compassion nos lamentables prières, afin
que, par l'inspiration de la miséricorde divine, vous daigniez subvenir
aux détresses de votre maison et de votre ville; car si vous n'y
subvenez point, nous serons entièrement désolés. Et sache Votre
Sublimité que nous prions pieusement sans interruption le bienfaiteur de
tous pour votre salut et la prospérité de votre règne, et qu'en mémoire
spéciale de vous et des vôtres, deux cierges de cire brûlent nuit et
jour devant notre grand autel élevé en l'honneur des bienheureux apôtres
Pierre et Paul, et chaque jour se dit en la même institution une messe
spéciale, et chaque jour nous donnons la nourriture à trois pauvres,
dont chacun reçoit autant de pain et de vin qu'un moine; et le jour de
la cène du Seigneur, toujours en votre intention, deux cents pauvres
reçoivent dans le cloître du monastère du pain et du vin, des fèves et
de l'argent. À toutes les heures canoniques, tant du jour que de la
nuit, se disent pour vous des oraisons spéciales; il se célèbre dans le
monastère un anniversaire général pour tous nos seigneurs les rois
défunts; dans toutes les messes et oraisons, dans les jeûnes et aumônes
et autres bonnes oeuvres qui se font et doivent se faire à l'avenir,
tant dans le monastère que dans l'abbaye, dans les prieurés et autres
lieux sujets au monastère, par un mandement général fait en certaines
années dans le chapitre général de Moissac, monseigneur le roi de
France, comme notre patron et fondateur, et tous ceux de sa race et de
ses prédécesseurs, sont recommandés et spécialement désignés; et afin
que ces bonnes oeuvres et les autres que nous faisons, pour la
conservation de vous et de votre royaume, ne puissent pas aisément
tomber en désuétude, nous envoyons à Votre Sublimité notre présent
député le frère Gérard, afin que fléchissant les genoux devant vous, il
vous supplie qu'il plaise à Votre Bénignité, en rétablissant nos
priviléges et l'immunité des possessions qui nous ont été accordées par
vos prédécesseurs, nous reconstituer et rétablir dans la liberté
primitive de notre monastère, qui a été réduit, et l'est encore, dans
une très-grande servitude. Lesquelles choses ledit député exposera plus
en détail à Votre Majesté, et nous la supplions, au nom de l'amour
divin, de les recevoir et écouter bénignement. Que Notre-Seigneur
Jésus-Christ vous ait en sa garde, vous et votre royaume, et vous
conserve en toute félicité!»



VI.

ACTES DE SOUMISSION

SOUSCRITS PAR RAIMOND VI,

COMTE DE TOULOUSE,

     Au moment de sa réconciliation à l'Église par le cardinal Pierre
     de Bénévent, à Narbonne, en avril 1214[175].

[Note 175: Pierre de Vaulx-Cernay a passé sous silence cette
réconciliation du comte de Toulouse avec l'Église, et les actes qui
s'ensuivirent.]


«Moi, Raimond, par la grâce de Dieu duc de Narbonne, comte de Toulouse
et marquis de Provence, m'offre moi-même à Dieu, à la sainte Église
romaine, et à vous, seigneur Pierre, par la même grâce, cardinal-diacre,
légat du saint-siége apostolique; et je vous livre mon corps, dans le
dessein d'exécuter et d'observer fidèlement de tout mon pouvoir tous les
ordres, quels qu'ils soient, que le seigneur pape et la miséricorde de
Votre Sainteté jugeront à propos de me donner. Je travaillerai
efficacement pour engager mon fils Raimond à se remettre entre vos
mains, avec toutes les terres qu'il possède, et à vous livrer son corps
et ses domaines, ou tout ce qu'il vous plaira de ces domaines, pour ce
sujet, afin qu'il observe fidèlement, suivant son pouvoir, l'ordre du
seigneur pape et le vôtre.»

L'autre acte est conçu en ces termes:

«Moi, Raimond, par la grâce de Dieu duc de Narbonne, etc., n'étant
contraint ni par force ni par fraude, vous offre librement, seigneur
cardinal, mon corps, avec tous les domaines que j'ai eus et possédés
autrefois, et que je confesse avoir entièrement donnés à mon fils
Raimond; savoir, la partie des domaines que je tiens, ou que d'autres
tiennent pour moi et de moi; en sorte que, si vous me l'ordonnez,
j'abandonnerai tous mes biens, je me retirerai auprès du roi
d'Angleterre ou dans tout autre endroit, où je demeurerai jusqu'à ce que
je puisse visiter le siége apostolique pour y demander grâce et
miséricorde. De plus, je suis prêt à vous remettre et à vos envoyés
toutes les terres que je possède; en sorte que tous mes domaines soient
soumis à la miséricorde et au pouvoir absolu du souverain pontife de
l'Église romaine et de vous; et si quelqu'un de ceux qui en tiennent une
partie pour moi et de moi refuse d'y consentir, je l'y contraindrai,
suivant votre ordre et mon pouvoir. Enfin je vous offre mon fils avec
tous les domaines qu'il possède, et que d'autres tiennent pour lui ou de
lui, et je l'expose à la miséricorde et aux ordres du seigneur pape et
aux vôtres, et j'agirai pour l'engager, lui et ses conseillers, à faire
la même promesse et à l'observer.»



VII.

ABJURATION

DES CONSULS DE TOULOUSE,

DEVANT LE LÉGAT, PIERRE DE BÉNÉVENT, EN 1214.


«Au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous, Jourdan de Villeneuve,
Amaury de Châteauneuf, Armand-Bernard Baudur, Armand Barrave, Vitalis de
Poignac, Perregrin Signaire et Guillaume Bertrand, consuls de la ville
et faubourg de Toulouse, en qualité de procureurs fondés et constitués
spécialement et envoyés par la généralité des Toulousains, tant de la
ville que du faubourg, en présence de vous, cardinal-diacre de
Sainte-Marie en Acquire, par la grâce de Dieu, légat de monseigneur le
pape, du siége apostolique, nous déclarons et affirmons par serment,
pour nous et la totalité de notre ville et faubourg, que nous obéirons
ponctuellement à l'ordre que par vous ou vos lettres vous avez transmis
à nous et aux hommes de la cité et faubourg; et tant devant vous,
monseigneur le cardinal, que devant les autres personnes ici présentes,
de notre volonté libre et spontanée, au nom de la totalité de notre cité
et faubourg, et en notre nom, nous détestons, abjurons et repoussons
toute hérésie et toute secte qui dogmatise, en quelque façon que ce
soit, contre la sainte Église catholique romaine, et recevons et
approuvons la doctrine de ladite Église romaine; et, de notre libre
volonté, par les saintes reliques, l'Eucharistie et le bois de la croix
du Seigneur placés devant nous, la main sur les saints Évangiles de
Dieu, nous jurons de notre libre volonté, sans fraude ni mauvais
dessein, qu'à l'avenir, nous ni nos concitoyens ne serons hérétiques,
sectateurs, fauteurs, complices, défenseurs ni receleurs d'hérétiques,
et que nous ne donnerons aux sectateurs, avocats, ou défenseurs des
hérétiques ou d'aucun des susdits, ni aussi aux faidits, exhérédés ou
routiers, ni aux autres ennemis de la sainte Église romaine, aide, ni
conseil, ni faveur pour attaquer ou dommager les terres possédées ou à
posséder par l'Église romaine ou ses délégués, quels qu'ils soient, ni
pour attaquer et dommager ceux, quels qu'ils soient, qui les tiennent ou
les tiendront au nom et par l'autorité de ladite Église romaine. Bien
plus, lorsque nous serons requis contre quelques-uns des susdits
sectateurs, fauteurs, complices, défenseurs ou receleurs des hérétiques,
et aussi des faidits, exhérédés, routiers et autres ennemis de la sainte
Église romaine, de tout le pouvoir de notre ville et faubourg, nous
prêterons contre eux, de bonne foi, conseil, secours et faveur à la
sainte Église romaine, et à vous et autres légats, nonces et ministres
de l'Église romaine. _Item_, nous jurons de ne point occuper ou
dommager, sans un ordre spécial du siége apostolique, aucune des terres,
par nous ou d'autres, acquises sur les Croisés. _Item_, nous obéirons
aux ordres apostoliques et aux vôtres lorsque vous nous commanderez de
faire ou de maintenir paix ou trève, en quelque lieu ou avec quelque
personne que ce soit. De plus, nous jurons d'obéir ponctuellement et
sans aucune condition à tous les statuts et mandats du siége
apostolique, et aux vôtres spécialement; d'obtempérer humblement et
dévotement à ceux qui seront relatifs aux affaires de la foi orthodoxe
et à ceux qui auront pour objet de purger la cité de Toulouse de toutes
les immondices de l'hérésie et de ses sectateurs, et se rapporteront aux
dispositions que vous aurez prises pour corroborer et entretenir la
pureté de la foi catholique, et aussi pour établir, maintenir et
conserver la paix et punir ses violateurs; ainsi qu'à ceux qui
concerneront la défense à nous faite de tenir ou recevoir des routiers,
et le soin de conserver fermement les statuts publics qui nous ont été
donnés; et nous y demeurerons sincèrement fidèles de toute la puissance
de notre ville et faubourg. _Item_, nous jurons que, par nous ou par
d'autres, publiquement ou secrètement, nous ne prêterons point conseil,
secours ou faveur au comte de Toulouse ou à son fils contre la sainte
Église catholique romaine, ni contre ceux qui, par l'autorité de la
sainte Église romaine ou la vôtre, attaqueraient ledit comte de Toulouse
et son fils; et cela nonobstant toute fidélité à laquelle nous et notre
ville et faubourg nous sommes obligés envers ledit comte ou son fils ou
toute autre personne; et nous promettons la même chose à l'égard de
toute personne, quelle qu'elle soit, qui sera en guerre avec l'autorité
de la sainte Église catholique ou la vôtre. _Item_, nous jurons que nous
et notre ville et faubourg nous ferons et accomplirons de bonne foi,
nous et nos concitoyens, les satisfactions qui, jusqu'à présent, soit
de vive voix, soit par lettres, nous ont été enjointes à nous ou à notre
ville et faubourg, par l'ordre, soit de monseigneur le pape ou le vôtre,
ou celui de tout autre légat délégué du Siége apostolique, sur toutes
les choses pour lesquelles ont été excommuniés et interdits les citoyens
de Toulouse, et sur les autres excès et offenses commis par la ville et
le faubourg de Toulouse contre la sainte Église catholique romaine, et
aussi contre les églises de la ville et faubourg de Toulouse et les
autres églises, ou contre les personnes ecclésiastiques. _Item_, nous
jurons que tous et tels otages que vous nous demanderez une fois ou
plusieurs fois, tant de la ville de Toulouse que du faubourg, vous
seront conduits par nous quand vous les demanderez et aux lieux que vous
désignerez, si nous y pouvons venir en sûreté, et que nous les
remettrons en votre pleine puissance ou celle des personnes que vous
aurez envoyées, pour aussi long-temps qu'il plaira à l'Église romaine
les tenir, aux frais de la ville et faubourg, en votre garde ou en celle
des personnes que vous aurez envoyées, Nous voulons, consentons et
concédons que, si nous manquons à tenir de bonne foi et à perpétuité les
susdits articles, ou quelques-uns des susdits, et les choses ou
quelques-unes des choses qui nous ont été enjointes, à nous et à notre
ville et faubourg, soit de vive voix, soit en des lettres, par
monseigneur le pape ou par vous, ou par un autre légat ou délégué de la
sainte Église romaine, lesdits otages en reçoivent le châtiment qu'il
plaira au souverain pontife et à vous; que de même, en pareil cas, tant
nous que nos concitoyens, nous soyons réputés excommuniés, païens et
ennemis de la sainte Église romaine; que nous soyons mortifiés et vexés
dans toutes les cités, châteaux et villages, et chez tous les puissans
et nobles hommes, et que nous soient infligés de bonne foi des châtimens
selon le degré de l'offense, afin que la ville et les faubourgs
n'encourent pas les châtimens susdits. _Item_, nous promettons et jurons
qu'à tous et chacun des habitans de la cité et faubourg de Toulouse,
âgés de quatorze ans et au dessus, nous ferons prêter serment dans la
forme ci-dessus, les y forçant, selon notre pouvoir, et leur infligeant
des peines autant qu'il nous sera possible, sauf pour tous l'ordre du
souverain pontife.»

«Passé publiquement à Narbonne, dans le palais de Narbonne, le sept
d'avant les calendes de mai, année dix-septième du pontificat de
monseigneur le pape Innocent III, présens monseigneur ****, évêque de
Sainte-Marie, et ci-devant évêque de Carcassonne; l'abbé de Saint-Pons,
l'abbé et sacristain de Saint-Paul; le grand archidiacre sacristain et
Yves de Conchet, chanoine de Narbonne; frère Gautier, moine de Cîteaux;
les grands-maîtres des chevaliers du Temple en Arragon et en Provence;
le grand-prieur de l'Hôpital en Arragon; l'archidiacre d'Auch; les
nobles hommes le comte de Foix et Roger Bernard son fils; et Adenulphe,
sous-diacre de monseigneur le pape; Rofrède, écrivain dudit seigneur
pape; Bernard, chanoine d'Urbin, chapelain de monseigneur le cardinal;
et plusieurs autres tant de la cité de Narbonne que d'ailleurs.»

FIN.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES

DANS CE VOLUME.


                                                                  Pag.
  NOTICE sur Pierre de Vaulx-Cernay                                 j

  HISTOIRE de la guerre des Albigeois                               1

  Prologue adressé par l'Auteur au pape Innocent III          _Ibid._

  CHAP. Ier.--Comment des moines prêchèrent contre les
          hérésies de Toulouse.                                     3

  CHAP. II.--Des sectes des hérétiques                              6

  CHAP. III.--Quand et comment les prédicateurs vinrent au pays
          albigeois.                                               12

  CHAP. IV.--Malice du comte Raimond de Toulouse, fauteur des
          Albigeois                                                18

  CHAP. V.--De la venue de douze abbés de Cîteaux et de leurs
          prédications.                                            24

  CHAP. VI.--Du colloque de Pamiers et de la mort de l'évêque
          d'Osma.                                                  25

  CHAP. VII.--Miracle de la cédule écrite de la main du
          bienheureux Dominique, laquelle jetée trois fois au feu
          en ressauta intacte.                                     28

  CHAP. VIII.--Mort sanglante de frère Pierre de Castelnau, qui
          succomba sous le glaive des impies.                      29

  CHAP. IX.--Comment les évêques de Toulouse et de Conserans
          furent envoyés à Rome pour exposer au souverain pontife
          l'état de l'église dans la province de Narbonne.         39

  CHAP. X.--Comment maître Théodise fut délégué avec maître
          Milon.                                                   42

  CHAP. XI.--Comment un concile fut tenu à Montélimar, et comment
          un jour fut fixé au comte de Toulouse pour comparaître à
          Valence devant Milon.                                    44

  CHAP. XII.--Le comte de Toulouse est réconcilié à l'Église.      46

  CHAP. XIII.--Comment le comte de Toulouse prit feintement la
          croix de la sainte milice, laquelle les soldats de
          l'armée catholique portaient cousue sur la poitrine.     47

  CHAP. XIV.--De l'arrivée de l'armée des Croisés dans la
          Provence.                                                49

  CHAP. XV.--Le comte de Toulouse va au-devant des Croisés.        50

  CHAP. XVI.--De la malice des citoyens de la ville de Béziers;
          siége de leur ville, sa prise et sa destruction.    _Ibid._

  CHAP. XVII.--Du siége de la ville de Carcassonne et de sa
          reddition.                                               54

  CHAP. XVIII.--Comment le comte de Montfort fut élu prince du
          territoire et domaine du comte Raimond.                  59

  CHAP. XIX.--Illustres qualités de l'âme et du corps qu'on
          remarquait dans Simon, comte de Montfort.                61

  CHAP. XX.--Bienveillance du comte Simon à l'égard des habitans
          de Zara, et sa révérence singulière envers l'Église
          romaine.                                                 63

  CHAP. XXI.--Comment le comte de Nevers abandonna le camp des
          Croisés à cause de certaines inimitiés.                  66

  CHAP. XXII.--Prise du château de Fanjaux. Le comte pénètre dans
          le diocèse d'Albi.                                       68

  CHAP. XXIII.--Comment le siége de Cabaret fut tenté vainement
          par le comte.                                            71

  CHAP. XXIV.--Du départ du duc de Bourgogne, et de l'occupation
          de Pamiers, Saverdun et Mirepoix.                        72

  CHAP. XXV.--Albi et Lombers tombent en la possession du comte
          Simon.                                                   73

  CHAP. XXVI.--Le roi d'Arragon refuse d'admettre le comte de
          Montfort à prestation d'hommage comme il lui était dû
          à raison de la ville de Carcassonne. Inutiles instances
          dudit comte à ce sujet.                                  75

  CHAP. XXVII.--De la trahison et cruauté de Gérard de Pépieux
          envers le comte Simon et ses chevaliers.                 77

  CHAP. XXVIII.--Comment vint derechef l'abbé de Vaulx au pays
          Albigeois pour raffermir les esprits presque abattus
          des Croisés.                                             79

  CHAP. XXIX.--Robert de Mauvoisin revient de la cour de Rome.     80

  CHAP. XXX.--Mort amère d'un abbé de l'Ordre de Cîteaux et d'un
          frère convers égorgés près de Carcassonne.               81

  CHAP. XXXI.--Comment fut perdu le château de Castres.            83

  CHAP. XXXII.--Le comte de Foix se retire de l'alliance du comte
          de Montfort.                                        _Ibid._

  CHAP. XXXIII.--Comment le comte Raimond partit pour Rome.        85

  CHAP. XXXIV.--Comment le comte Raimond se vit frustré de
          l'espoir qu'il avait placé dans le roi de France.        87

  CHAP. XXXV.--Siége d'Alayrac.                                    91

  CHAP. XXXVI.--Comment les hérétiques désirant que le roi
          d'Arragon se mît à leur tête en furent refusés, et
          pourquoi.                                                92

  CHAP. XXXVII.--Siége de Minerve.                                 93

  CHAP. XXXVIII.--Comment des croix, en forme d'éclairs,
          apparurent sur les murs du temple de la Vierge mère de
          Dieu à Toulouse.                                        100

  CHAP. XXXIX.--Comment le comte Raimond fut séparé de la
          communion des fidèles par le légat du siége
          apostolique.                                            102

  CHAP. XL.--Siége de Termes.                                     105

  CHAP. XLI.--De la venue au camp des catholiques des évêques de
          Chartres et de Beauvais avec les comtes de Dreux et de
          Ponthieu.                                               109

  CHAP. XLII.--Comment les hérétiques ne voulurent rendre le
          château de Termes, et comment Dieu, pour leur ruine,
          leur envoya une grande abondance d'eau.                 116

  CHAP. XLIII.--Du colloque solennel tenu à Narbonne sur les
          affaires des comtés de Toulouse et de Foix, auquel
          intervinrent le roi d'Arragon, les légats du siége
          apostolique, et Simon de Montfort; inutilité et
          dissolution de ladite conférence.                       124

  CHAP. XLIV.--De la malice et tyrannie du comte de Foix envers
          l'Église.                                               126

  CHAP. XLV.--Comment le comte de Foix se comporta avec
          irrévérence envers les reliques du saint martyr
          Antonin, lesquelles étaient portées en procession
          solennelle.                                             129

  CHAP. XLVI.--Sacriléges et autres crimes du comte de Foix
          exercés par violence.                                   130

  CHAP. XLVII.--Le comte de Montfort fait hommage au roi
          d'Arragon pour la cité de Carcassonne.                  133

  CHAP. XLVIII.--Comment l'évêque de Paris et autres nobles
          hommes vinrent à l'armée du comte de Montfort.          135

  CHAP. XLIX.--Siége de Lavaur.                                   136

  CHAP. L.--Comme quoi pélerins en grand nombre furent tués
          traîtreusement par le comte de Foix à l'instigation du
          Toulousain.                                             138

  CHAP. LI.--Foulques, évêque de Toulouse, chassé de son épiscopat,
          s'exile avec une grande constance d'esprit, prêt même à
          tendre son col au glaive pour le nom du Christ.         140

  CHAP. LII.--Comment Lavaur fut emporté par les catholiques, et
          comment beaucoup de nobles hommes y furent tués par
          pendaison et d'autres livrés aux flammes.               142

  CHAP. LIII.--Comment Roger de Comminges se joignit au comte de
          Montfort, puis faillit à la foi qu'il avait donnée.     146

  CHAP. LIV.--Le clergé de Toulouse, emportant religieusement le
          corps du Christ, sort de cette ville nourricière des
          hérétiques et frappée d'interdiction.                   149

  CHAP. LV.--Du premier siége de Toulouse par les comtes de
          Montfort et de Bar.                                     152

  CHAP. LVI.--Le comte de Toulouse assiège Castelnaudary et le
          comte Simon qui le défendait.                           160

  CHAP. LVII.--Comment les Croisés mirent en déroute le comte de
          Foix dans un combat très-opiniâtre près la citadelle de
          Saint-Martin, et de leur éclatante victoire.            168

  CHAP. LVIII.--En quelle manière le siége de Castelnaudary fut
          levé.                                                   175

  CHAP. LIX.--Comment Robert de Mauvoisin, suivi de cent chevaliers
          français, vint au secours de Montfort.                  180

  CHAP. LX.--Comment Gui de Montfort arriva d'outre-mer vers son
          frère, le comte Simon, et de la merveilleuse joie que
          sentit le comte en le voyant.                           182

  CHAP. LXI.--Du siége d'Hautpoul, de sa vigoureuse conduite et
          glorieuse issue.                                        187

  CHAP. LXII.--Les habitans de Narbonne se livrent à leur mal
          vouloir contre Amaury, fils du comte Simon.             190

  CHAP. LXIII.--Comment le comte, appelé par l'évêque d'Agen, se
          rendit dans cette ville et la reçut en sa possession.   196

  CHAP. LXIV.--Le comte de Montfort occupe Saint-Gaudens et
          inquiète Toulouse. Le comte Raimond sollicite le secours
          du roi d'Arragon.                                       216

  CHAP. LXV.--Comment le comte Simon réunit à Pamiers les prélats
          et barons; décrets et lois qui y furent portés et qu'il
          promit d'accomplir.                                     220

  CHAP. LXVI.--Comment le roi d'Arragon vint à Toulouse, et eut
          une entrevue avec le comte Simon et le légat du siége
          apostolique.                                            222

  CHAP. LXVII.--Le roi d'Arragon défie le comte de Montfort fort
          par féciaux.                                            243

  CHAP. LXVIII.--Comment Louis, fils du roi de France, prit la
          croix et amena beaucoup d'autres à la prendre avec lui. 246

  CHAP. LXIX.--Comment Manassès, évêque d'Orléans, et Guillaume
          son frère, évêque d'Auxerre, prirent la croix.          249

  CHAP. LXX.--Amaury, fils du comte Simon, est fait chevalier.    252

  CHAP. LXXI.--Du siége de Muret.                                 261

  CHAP. LXXII.--De la savante bataille et très-glorieuse victoire
          du comte de Montfort et des siens remportée aux champs
          de Muret sur le roi d'Arragon et les ennemis de la foi. 266

  CHAP. LXXIII.--Lettres des prélats qui se trouvaient dans
          l'armée du comte Simon lorsqu'il triompha des ennemis
          de la foi.                                              272

  CHAP. LXXIV.--Comment, après la victoire de Muret, les
          Toulousains offrirent aux évêques des otages pour
          obtenir leur réconciliation.                            279

  CHAP. LXXV.--Comment le comte de Montfort envahit les terres du
          comte de Foix, et de la rébellion de Narbonne et de
          Montpellier.                                            281

  CHAP. LXXVI.--Amaury et les citoyens de Narbonne reçoivent dans
          leurs murs les ennemis du comte de Montfort, et lui,
          pour cette cause, dévaste leur territoire.              289

  CHAP. LXXVII.--Comment Pierre de Bénévent, légat du siége
          apostolique, réconcilie à l'Église les comtes de Foix
          et de Comminges.                                        290

  CHAP. LXXVIII.--L'évêque de Carcassonne revient de France avec
          une grande multitude de pélerins.                       292

  CHAP. LXXIX.--Gui de Montfort et les pélerins envahissent et
          saccagent les terres de Rathier de Castelnau.           295

  CHAP. LXXX.--De la destruction du château de Dome, au diocèse
          de Périgueux, lequel appartient à ce méchant tyran
          Gérard de Cahusac.                                      304

  CHAP. LXXXI.--Du concile tenu à Montpellier, dans lequel
          Montfort fut déclaré prince du pays conquis.            310

  CHAP. LXXXII.--Première venue de Louis, fils du roi de France,
          aux pays albigeois.                                     313

  CHAP. LXXXIII.--De la tenue du concile de Latran, dans lequel
          le comte de Toulouse, commis ès mains du comte Simon,
          lui est pleinement concédé.                             322

  CHAP. LXXXIV.--Siége de Montgrenier.                            330

  CHAP. LXXXV.--Second siége de Toulouse.                         337

  CHAP. LXXXVI.--Comment les Toulousains attaquèrent les
          assiégeans, et comment le comte de Montfort fut tué
          le lendemain de la Nativité de saint Jean-Baptiste.     340


  Éclaircissemens et pièces historiques sur l'histoire des
          Albigeois.                                              345

  I. Sur l'origine du nom d'Albigeois.                        _Ibid._

  II. Sur l'époque de la mission de saint Dominique en Languedoc. 357

  III. Lettre du pape Innocent III au comte de Toulouse, écrite à
          ce dernier, le 29 mai 1207, pour le réprimander de son
          refus de conclure la paix avec ses vassaux de Provence
          d'après les ordres du légat Pierre de Castelnau.        367

  IV. Lettre des habitans de Toulouse à Pierre, roi d'Arragon,
          pour réclamer son secours en 1211, après la levée du
          siége de Toulouse par Simon de Montfort.                372

  V. Lettre de l'abbé de Moissac au roi Philippe-Auguste,
          en 1212.                                                383

  VI. Actes de soumission souscrits par Raimond VI, comte de
          Toulouse, au moment de sa réconciliation à l'Église
          par le cardinal de Bénévent, à Narbonne, en avril 1214. 386

  VII. Abjuration des consuls de Toulouse, devant le légat Pierre
          de Bénévent, en 1214.                                   388


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de l'hérésie des Albigeois - et de la sainte guerre entreprise contre eux  de l'an 1203 à  l'an 1218" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home