Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0024, 12 Août 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0024, 12 Août 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 0024, 12 Août 1843

L'ILLUSTRATION,

JOURNAL UNIVERSEL.

        Nº 24. Vol. I.--SAMEDI 12 AOÛT 1843.
        Bureaux, rue de Seine, 33.--Réimprimé.

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr.
Prix de chaque Nº 75 c.--La collection mensuelle br., 2 fr. 75.

Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 fr.--6 mois, 17 fr. Un an, 32 fr.
Pour l'Étranger.     -    10         -    20       -    40



SOMMAIRE.

Ahmed-Pacha, bey de Tunis _Portrait_.--Courrier de
Paris.--Embellissements de Paris. Nouvelle Porte de l'hôpital de la
Charité. _Gravure_.--Les Automates de M. Stevenard. _L'Escamoteur; le
Jour de Flûte; le Magicien_.--Martin Zurbano. (Suite) _Orateur appelant
le peuple à se prononcer; Villageois espagnols fuyant devant Van
Halen_.--Des Irrigations. M. Dangeville; M. Nadault de Buffon; Ministère
de l'Agriculture. _Quatre Gravures_.-L'été du Parisien--(Suite.)
_Établissement thermal d'Enghien; Eaux-Bonnes; Baréges; Bagnères de
Luchon; Bagnères de Bigorre; Mont-Dore_.--Le Jeune Lapin et le Renard.
Fable par M. S. Lavalette.--Margharita Pusterla, Roman de M. C. Cantù.
Chapitre II, l'Amour. _Cinq Gravures_.--Bulletin
bibliographique.--Annonces.--Modes. _Gravure_.--Caricature. _Un Tiroir
difficile_.--Amusements des Sciences.--Échecs (5e problème).--Rébus.



Ahmed-Pacha,
BEY DE TUNIS.

Pendant plusieurs siècles, la régence De Tunis a été l'affreux théâtre
de révolutions et de crimes de toute espèce. Les derniers événements qui
se sont passés en Europe, et surtout la conquête d'Alger par les
Français, ont amené de grands changements dans la situation de ce pays.
L'esprit de progrès, qui s'est emparé de tout le genre humain, entraîne
aussi les Musulmans, si longtemps stationnaires, et les pousse, presque
à leur insu, vers une nouvelle civilisation. Le bey actuel de Tunis,
Ahmed-Pacha, seconde ce mouvement, et ses efforts intelligents semblent
devoir être couronnés de succès.

Ahmed-Pacha sort d'une dynastie dont le chef, Hassan-ben-Ali, s'empara
du pouvoir en 1705. Quoique le gouvernement soit en quelque sorte
héréditaire dans la famille régnante, les successions ne sont pas
réglées d'une manière tellement précise, que souvent elles n'aient été
sujettes à de sanglantes contestations. La force et le génie ne sont pas
moins que la naissance des titres et des droits à l'exercice de
l'autorité suprême.

Depuis 1814, la régence de Tunis a été gouvernée par six beys:
Hammoud-Pacha, Othman, Mahmoud, Hassan-ben-Mahmoud, Mustapha et Ahmed.

Ahmed-Pacha a succédé, le 18 octobre 1837, à son oncle Mustapha, décédé
après un règne de trois mois et quelques jours, à la suite d'un
événement tragique.

Le premier ministre de Mustapha-Bey, Chekib-Sabtah, ministre de la
guerre, avait rempli les mêmes fonctions sous le précédent souverain,
Hassan-ben-Mahmoud. Poussé par une ambition effrénée, et encouragé,
assure-t-on, par des conseils venus de Constantinople, Chekib voulut
profiter de l'avènement du nouveau bey pour se mettre à sa place, et
travailla sur-le-champ à le renverser du trône, avant qu'il n'eût le
temps de s'y affermir. Chekib jouissait d'une telle influence dans toute
la régence, et par lui-même, et par sa famille, l'une des plus
puissantes du pays, que le bey Mustapha, informé du complot qu'il
ourdissait contre sa personne, n'osa pas d'abord le faire arrêter.
Cependant, après avoir rassemblé autour de lui ses amis les plus
fidèles, Mustapha, au milieu d'une grande revue que passait Chekib, le
fit appeler au Bardo, sous prétexte de lui communiquer des nouvelles
importantes que venait d'apporter un courrier de la Porte. Chekib n'osa
pas désobéir publiquement; il arriva à la résidence avec une suite
nombreuse; mais séparé de ses adhérents, sans violence et comme par
hasard, par les gens du bey, il fut mené dans une salle basse, où on lui
apprit qu'il ne lui restait que le temps de faire sa prière avant de
mourir. Il lut aussitôt étranglé dans ce lieu même par des chaouchs,
tandis que le bey faisait publier par des crieurs son crime et sa
punition, avec avertissement qu'un châtiment semblable était réservé à
ceux qui seraient tentés de l'imiter. Le complot, dont Chekib était
l'âme, fut détruit immédiatement par sa mort, et le bey, qui, par cet
acte d'énergie, avait imposé à ses ennemis, aurait pu jouir d'un règne
long et paisible; mais Mustapha était un homme d'un caractère très-doux,
comme, au reste, presque tous les Tunisiens, et la violence qu'il fut
obligé de se faire, en ordonnant la mort de son ministre, lui fit
contracter une maladie qui le conduisit au tombeau peu de semaines après
cette exécution. Il laissa à son neveu Ahmed, le bey actuel, le
gouvernement de la régence.

Ahmed-Pacha, âgé aujourd'hui de trente-six à trente-sept ans, est un
homme d'un caractère plus ferme que son oncle, d'une capacité réelle,
plus éclairé et surtout plus libéral que ne l'a été jusqu'à ce jour
aucun des princes de la côte d'Afrique. Pour n'en citer qu'une preuve,
les enfants de Chekib, placés au Bardo avec les siens, partagent
l'éducation européenne qu'il fait donner à ses fils.

[Illustration: Le bey de Tunis.--_Fac-similé_ du croquis d'un voyageur.]

La capitale de la régence, Tunis, occupe une plaine resserrée entre deux
lacs. La ville a deux enceintes; celle intérieure, de construction
mauresque, est flanquée de tours très-rapprochées sur quelques parties;
l'enceinte extérieure, qui semble être un ouvrage européen, est formée
de bastions et de courtines; elle entoure en grande partie les
faubourgs, et se rattache, sur les hauteurs de l'ouest, à la kasbah,
appuyée aux deux enceintes. En avant de Tunis, à l'entrée d'un canal
débouchant dans la mer, est la Goulette, vieux fort à double rang
d'embrasures, première ligne de défense de Tunis, et célèbre par la
résistance qu'il a plus d'une fois opposée aux armées débarquant sur
cette plage.

La résidence habituelle du bey est le Bardo, forteresse située en rase
campagne, à environ 2,200 mètres de Tunis, entourée d'un carré de
remparts élevés, dont les quatre coins sont flanqués d'ouvrages avancés
et de tours. Sur le plus haut et le plus magnifique des bâtiments
intérieurs, flotte le drapeau rouge. Plusieurs jolis petits bois ornent
les environs, et, au milieu, on distingue les dômes, les kiosques et les
vastes jardins de la Manouba, maison de plaisance du bey.

Les habitants de la régence de Tunis, comme ceux de l'Algérie,
appartiennent à diverses origines. Les Turcs et les Maures habitent les
villes et les villages; toute la population arabe est nomade, ainsi
qu'une grande partie des Berbers, anciens habitants du sol. Une autre
partie des Berbers, qui porte plus spécialement le nom de Kabaïles, ou
Kabyles, habite des villages et des hameaux au milieu des montagnes. Les
Turcs ont beaucoup perdu de leur importance, depuis que le bey de Tunis
a organisé des troupes régulières, organisation par suite de laquelle
ils ont été privés de leurs privilèges assimilés aux troupes indigènes.
Les Andalous, descendants des anciens Maures d'Espagne, forment une des
classes les plus notables de la population maure. A la civilisation, aux
moeurs et à l'industrie qui les caractérisaient lors de leur arrivée
d'Espagne, on doit la restauration de plusieurs villes détruites par les
invasions des Arabes au septième et au huitième siècle, et même la
fondation de quelques-unes, comme Testour, Soliman, Zaghwan, etc. Les
habitants des villes et villages sont désignés par le nom générique de
Beldani (citadins). Les Arabes, dont la majeure partie tire son origine
des hordes qui ont pris part à la conquête, ou qui ont été appelés de
l'Égypte et de la Syrie par les khalifes de Kaïroan, conservent leur
dénomination d'Arabes. Quant à ceux qui, dans les temps anciens, avaient
accompagné les fondateurs de Carthage, ils se sont successivement mêlés
avec les Berbers, avec les Romains, les Vandales et les Grecs byzantins.
Il est à remarquer que les anciens Berbers nomades ne veulent pas qu'on
les nomme Arabes, alors même qu'ils offrent avec ceux-ci une parfaite
ressemblance pour les moeurs et les coutumes; ils disent qu'ils sont
Chaouïa (pasteurs), et se distinguent ainsi de cette partie de leur race
qui habite sous des toits. Ils paraissent être, en effet, les Numides de
Massinissa et de Jugurtha.

Les habitants des parties du désert, où le sol est composé de sables
mouvants, acquièrent une grande dextérité à courir sur ces sables sans y
enfoncer les pieds. Pour porter le corps avec l'aplomb nécessaire, on
assure qu'ils se lestent d'un certain poids. Quoi qu'il en soit, un
cavalier ne peut les atteindre à la course à travers ces sables. Ils
vivent de lait de chameau et de dattes; ils entassent des fruits dans
des jarres, mettent un poids par-dessus, et les laissent fermenter: il
en découle une liqueur qu'eux seuls peuvent supporter. Ils sont
d'ailleurs très-habiles à flairer, pour ainsi dire, l'eau sous les
sables. Lorsqu'ils creusent pour en chercher, ils ont grand soin, après
en avoir puisé, de recouvrir la source; aussi le voyageur étranger n'y
rencontre-t-il jamais autre chose que le sable sec et aride.

L'administration est confiée à des Gouverneurs militaires (kikhia) pour
les forteresses ou villes fortes, comme Kef, la Goulette, Kaïroan,
Porto-Farina, etc.; à des anciens cheikhs pour plusieurs petites villes
ou villages, avec le territoire qui en dépend, connue Testour, Zaghwan,
etc.; enfin, à des gouverneurs civils ou préfets (kaïds) pour les
provinces en général. Ces derniers sont les plus nombreux: ils sont en
même temps fermiers des revenus de l'État, c'est-à-dire qu'ils
perçoivent les impôts de leur département et les gardent, moyennant une
redevance au bey, préalablement fixée. Ces trois classes
d'administrateurs ont la juridiction dans leurs départements respectifs:
le droit d'appel au tribunal du bey est ouvert à tous. Les kikhias sont
nommés par le bey; les cheikhs et les kaïds seul proposés au bey par le
suffrage de leurs administrés, et le bey les confirme ordinairement,
comme aussi il est d'usage qu'il les révoque sur les plaintes de leurs
administrés. Indépendamment des cheikhs de villes et de villages qui ne
dépendent pas d'un kaïd, il y en a pour chaque subdivision dont se
forment ces diverses peuplades d'Arabes nomades.

Le gouvernement tunisien, sous les successeurs des khalifes, et depuis
sous les beys qui ont exercé le pouvoir, après l'établissement dans la
régence de la suprématie du grand Seigneur, était tombé dans l'erreur la
plus grave et la plus contraire à ses propres intérêts, en se servant
des Arabes pour opprimer la population des villes et des villages. C'est
ainsi que les habitations ont été dévastées, que l'industrie et
l'agriculture oui été ruinées. Un long état de paix extérieure pourra
seul permettre à un gouvernement réparateur et ferme de protéger les
habitants sédentaires, en comprimant avec persévérance la population
nomade, cette véritable plaie du pays.

Les environs de Tunis, quoique mieux garnis de villages et de fermes
qu'aucune autre partie de la régence, ont aussi leur population nomade;
elle n'est cependant pas organisée en arch (tribu) ou en nouadja
(branches de tribu), mais elle se compose de familles occupant quatre,
six, huit tentes, et appartenant à la même tribu. Ces Arabes sont
souvent au service du bey ou d'un propriétaire quelconque du sol sur
lequel ils campent et qu'ils labourent; quelquefois aussi ils louent des
champs à l'année et les cultivent pour leur compte.

Il est difficile de fixer d'une manière exacte la délimitation précise
entre le territoire de la régence de Tunis et celui de l'ancienne
régence d'Alger. Les tribus qui habitent le pays voisin des limites,
sont d'autant plus intéressées à laisser cette question incertaine et
douteuse, qu'elles ont pu trouver, de tout temps, protection dans l'une
des régences pour les brigandages quelles commettaient dans l'autre. Le
camp du bey de Tunis, qui, tous les ans, se rend à Bedjia et à Kef pour
lever les impôts, ne peut presque jamais remplir sa mission sans
guerroyer, et, de temps à autre, la résistance est très-sérieuse. La
limite la plus naturelle entre les deux États, et qui semble le plus
généralement reconnue par les voyageurs, est celle de la rivière
El-Zain.

L'inimitié la plus profonde a presque constamment existé entre les deux
régences d'Alger et de Tunis, et celle-ci était sans cesse inquiétée sur
ses frontières par le bey de Constantine. Après la chute du gouvernement
turc et l'occupation d'Alger par l'année française, le 5 juillet 1830,
le bey de Tunis, Hassan-ben-Mahmoud, soigneux de conserver l'amitié de
la France, repoussa les offres des principaux habitants de la province,
qui demandaient à se soumettre à sa domination pour se soustraire à
l'anarchie dans laquelle était plongée ce beylik depuis la conquête;
mais en même temps il fit faire par M. de Lesseps, notre consul-général,
des ouvertures au général en chef, M. le lieutenant-général Clauzel, à
l'effet de faire nommer, par le gouvernement français, bey de
Constantine, un prince de la maison régnante de Tunis. Un arrangement
fut conclu le 18 décembre 1830 à Alger, arrangement en vertu duquel
Sidi-Mustapha était nommé bey de Constantine, et s'engageait, sous la
garantie du bey de Tunis, son frère, à payer à la France, à titre de
contributions pour la province, une somme de 800,000 francs en 1831, et
d'un million les années suivantes.

Une convention semblable, et aux mêmes conditions de redevance annuelle,
signée à Alger le 6 février 1831, donna également l'investiture du
beylik d'Oran à un autre prince de la maison régnante de Tunis,
Ahmed-Bey.

Mais ni l'une ni l'autre de ces conventions n'obtint l'approbation du
ministère français, et, quoique celle relative à Oran eût déjà reçu un
commencement d'exécution par l'arrivée d'un corps de troupes
tunisiennes, le bey de Tunis dut renoncer dès lors à la double
suzeraineté stipulée en faveur de deux membres de sa famille. Ses
sentiments d'amitié pour la France n'en furent pas néanmoins altérés, et
son intérêt même lui fit un devoir de resserrer chaque jour plus
étroitement les liens qui l'unissaient à elle; car, en traitant
directement avec le général en chef de l'armée française pour la cession
de deux provinces sur lesquelles la Porte ottomane prétendait avoir un
droit de souveraineté, le bey de Tunis, Hassan, avait ouvertement
méconnu ce droit, et, par cet acte d'indépendance, avait soulevé contre
lui-même et contre toute sa famille la haine du Grand Seigneur, qui la
poursuit encore aujourd'hui.

Après l'insuccès de la première expédition contre Constantine, en
novembre 1836, le sultan Mahmoud, pour encourager dans sa résistance le
vassal qui, en refusant de reconnaître l'autorité de la France, s'était
placé sous la protection de la sienne, voulait lui envoyer des secours
par Tunis. Il lui fallait, à cet effet, se débarrasser du bey de cette
régence, hostile à ses desseins, et le remplacer par un homme dont il
était plus sûr. Dans ce but, une escadre partit de Constantinople le 20
juillet 1837; elle devait se présenter devant Tunis, où la conspiration
dont nous avons parlé plus haut, organisée par les agents de la Porte,
aurait aussitôt renversé le bey régnant (c'était alors Mustapha). Mais,
comme on l'a vu, la conspiration fut découverte, son chef mis à mort, et
deux divisions françaises, fortes l'une de trois, l'autre de quatre
vaisseaux, sous les ordres des contre-amiraux Gallois et Lalande,
obligèrent l'escadre turque du se retirer, avant qu'elle eût pu rien
entreprendre.

Le bey actuel, Ahmed, s'est montré reconnaissant de ce service réel
rendu à son prédécesseur, ainsi qu'à sa famille, qui lui doit la
conservation de sa souveraineté.

Depuis plusieurs générations, les princes de la maison régnante
protègent ouvertement une amélioration intellectuelle très-remarquable
parmi les populations tunisiennes, au risque de s'exposer, en agissant
ainsi, aux excès d'un fanatisme qu'ils bravent, non sans de sérieux
dangers. La régence de Tunis, depuis que nous sommes maîtres d'Alger et
de Constantine, n'a plus à redouter les incessantes incursions de ses
anciens voisins. Du coté de la mer, elle est protégée par nos escadres
contre les prétentions de la Porte, entretenues et excitées par les
menées de la politique anglaise. Aussi Ahmed-Bey met-il habilement à
profit la sécurité que notre voisinage et notre protection assurent à
ses États, pour leur donner tous les développements possibles de
culture, de civilisation et de puissance.

Sa volonté à cet égard s'est manifestée dès les premiers jours de son
règne, et pendant six années sa persévérance n'a jusqu'à ce jour été
rebutée par aucun obstacle. Pour soumettre le pays à une organisation
générale et homogène qui fit à la fois sa force et celle du
gouvernement, Ahmed-Bey a compris que le meilleur moyen était de créer
une armée régulière sur le modèle des armées européennes, avec leur
administration, leurs grades hiérarchiques, leur discipline sévère, leur
instruction: véritable et première école de civilisation pour le pays.
C'est à la France surtout qu'il a fait ses plus utiles emprunts, et il
peut déjà regarder son ouvrage avec orgueil. Avant lui, la régence de
Tunis ne comptait que deux régiments d'infanterie de 2,000 hommes
chaque. Son année comprend aujourd'hui cinq régiments d'infanterie,
chacun de 5,000 hommes, un régiment de cavalerie de 1,100 hommes et un
régiment d'artillerie de 3,000 hommes.

L'uniforme est presque européen. Il se compose, pour les soldats, d'une
veste boutonnée et d'un pantalon un peu large par le haut; la veste est
en drap de couleur bleue ou garance, suivant les régiments. Les
pantalons de drap en hiver sont de couleur garance, et les pantalons
d'été en toile blanche. Les collets et les parements des vestes, et les
bandes des pantalons sont de couleurs tranchantes. Les officiers portent
la capote et le pantalon droit, avec broderies et bandes en or. La
coiffure seule est restée orientale; cependant le turban a été remplacé
par la chichia rouge, élevée et garnie d'un îlot bleu en soie. La
différence des grades est signalée par l'étoile et par le croissant, en
argent pour les sous-officiers, en or pour les officiers subalternes et
en diamant pour les officiers supérieurs. Les officiels portent en outre
des épaulettes distinctives. Les armes sont celles de nos armées. Dans
la cavalerie, la selle arabe a été conservée, mais avec des
modifications. Plusieurs officiers ont adopté la selle française. Le
bey, les princes, les officiers, ressemblent beaucoup, on le voit, à nos
officiers, à l'exception de la coiffure; ils portent même des gants
jaunes et des bottes vernies.

Les troupes sont partagées dans cinq casernes, situées tant à Tunis
qu'aux environs, et dont l'étendue et la bonne distribution pourraient
servir de modèle aux nôtres. La direction de ces casernes et
l'instruction des troupes appartiennent presque exclusivement à des
officiers français. MM. Gillart, chef de bataillon; Collin, chef
d'escadron, et Lavelaine-Manbenge, lieutenant-colonel au 18e de ligne,
sont préposés à l'infanterie. Le régiment de cavalerie a été organisé
par M. Gref, ancien élève de l'École de Saumur. Le régiment d'artillerie
est commandé par M. Lecorbeiller, chef d'escadron d'artillerie, officier
de la Légion-d'Honneur, envoyé au bey sur sa demande, en 1842, par M. le
maréchal Soult. Dans l'ancienne kasbah, une fonderie de canons est
dirigée par M. Bineau, ingénieur français.

Le Hardo, résidence habituelle du bey, réunit (outre les appartements du
pacha), les salles de justice, le sérail, le harem, une vaste caserne,
les prisons d'État, la maison des ministres et employés, des bains, etc.
C'est au Hardo qu'est instituée une Ecole Polytechnique, où sont admis
les fils des officiers et des personnages attachés au service du prince.

Ahmed-Bey, libéral et tolérant, a pour principal ministre M. Raffo,
Italien et catholique, envoyé déjà plusieurs fois par lui en mission à
Paris. Il a concédé, en 1840, à la France, le terrain où est mort saint
Louis, sur la montagne Byrsa, à seize kilomètres de Tunis; et, sur cet
emplacement, une chapelle a été inaugurée, le 25 août 1841, en présence
de ses ministres. Ahmed-Bey introduit la réforme partout où il la croit
nécessaire au progrès matériel et moral du pays. Par ses ordres, les
marchés à esclaves sont abolis et fermés; des manufactures s'élèvent,
des machines se construisent, des haras s'établissent, d'anciens
aqueducs se restaurent, et des puits artésiens en forage vont changer
l'aridité inerte de la terre en fécondité d'une richesse inappréciable.
Bientôt, peut-être cette partie de l'Afrique, tributaire de l'Europe,
rendra à son tour l'Europe sa tributaire.

[Illustration.]

Nous avions dit vrai l'autre jour: le ministère bat la campagne. En sa
qualité de président du conseil, M. le maréchal Soult a pris les devants
et a donné l'exemple; il est parti mardi dernier pour son château de
Saint-Arnaud; M. Guizot est depuis samedi à Lisieux; M. Duchâtel se
propose de passer un mois à Mirambeau, département de la
Charente-Inférieure; M. Cunin-Gridaie prend les eaux de Vichy; M. Teste
est à Néréis; M. Lacave-Laplagne ne dépasse pas Auteuil, et M. Villemain
va jusqu'à Neuilly. En choisissant son Tibur si près de la demeure
royale, ou pourrait croire que M. le ministre de l'instruction publique
fait un acte de galanterie ministérielle et veut se rapprocher de
l'oreille du prince; mais les médisants y seront pris: au moment même où
M. Villemain installait ses pénates champêtres dans le voisinage du
palais de Neuilly, le roi partait dans une berline à six chevaux et
prenait, bride abattue, la route du château d'Eu, toute la famille
royale galopant avec Sa Majesté ou à sa suite. Était-ce pour échapper
aux grâces irrésistibles de M. Villemain, et fuir les attraits de cette
sirène universitaire? Non pas vraiment: le roi, en allant à Eu,
satisfait tout simplement une fantaisie annuelle, et M. Villemain n'y
est pour rien ou pour peu de chose.

Ainsi la royauté et le ministère sont en vacances et prennent du bon
temps: l'austère M. Guizot a déposé son porte-feuille aux pieds de ses
pommiers de Normandie, et M. Duchâtel s'est métamorphosé en Tityre;

                      Reeubans sub tegmino fagi.

A demain donc les affaires sérieuses.

Madame la princesse de Joinville est du voyage d'Eu; elle a pris place,
en partant, dans la voiture du roi et à côté du roi. A peine lui a-t-on
laissé le temps de faire connaissance avec la bonne ville de Paris.
Depuis son arrivée, madame de Joinville n'a pas eu une heure de libre
fantaisie; l'étiquette et le cérémonial l'attendaient sur le rivage de
Brest, et ne l'ont plus guère quittée jusqu'à Paris. Là, il a fallu
essuyer les harangues de toute espèce et signer les contrats solennels.
Le _Journal des Débats_ a fait de la cérémonie un récit emphatique qui
n'a dû que médiocrement divertir la princesse, à qui l'on accorde du
goût, de la finesse, de la modestie et de la simplicité.--Ce pays-ci est
le pays par excellence pour ennuyer les princes: on les accable, à la
moindre occasion, de salutations et de discours; on les bourre de
douceurs et de flatteries; et puis Dieu sait combien cela dure!

Madame de Joinville a trouvé cependant le moyen d'échapper un instant à
tout cet appareil pour venir à l'Opéra. Il était huit heures; les
rideaux velours grenat et or, qui voilaient depuis un an la loge de feu
le duc d'Orléans, se sont relevés tout à coup, et pour la première fois,
dans cette loge tout à l'heure en deuil, un jeune homme et une jeune
femme ont pris place, l'un svelte et brun, l'autre au visage gracieux,
au fin sourire et aux longs cheveux blonds: c'étaient le prince et la
princesse de Joinville. Il y eut d'abord dans la salle un mouvement
involontaire. En voyant s'ouvrir cette loge depuis longtemps morne,
silencieuse, déserte et fermée comme un tombeau, une sorte de frisson
parcourut le parterre et l'orchestre. Qu'est-ce donc? Et tous les
regards se portaient de ce côté, comme si une ombre allait s'y montrer
pâle et sanglante sous le linceul. Au lieu de l'ombre lamentable, on a
vu deux jeunes époux souriant et heureux l'un de l'autre, Habeneck a
donné le signal: les danses ont commencé, le public a battu des mains,
tandis que la Péri ravissait par sa danse légère le prince, la
princesse, la foule enivrée. Il n'y a qu'un an que le duc d'Orléans est
mort; ce soir-là l'Opéra semblait éloigné de plus de cent années de la
chapelle de Saint-Ferdinand!

Deux loges restent encore en deuil; toutes deux ont appartenu à des
princes de la finance, l'une à M. Schileckler, l'autre à M. Aguado. La
mort ne respecte pas plus les têtes millionnaires que les têtes royales,
elle va de l'une à l'autre et les fauche avec le même plaisir. Avant
peu, nous verrons quelque héritier de la dynastie Aguado et de la
dynastie Schileckler venir, du fond de ces deux loges abandonnées par
les morts, sourire aux bonds voluptueux de la Grisi.

Qu'on ne s'y trompe pas: l'histoire des loges d'avant-scène de l'Opéra
serait une histoire pleine de curieux contrastes, d'émouvantes
catastrophes et de profonds enseignements. Je me propose de l'écrire un
jour, quand je n'aurai rien de mieux à faire. Que de poèmes, en effet,
que de romans, que de mélodrames, dans ces loges privilégiées qui
dominent l'orchestre des musiciens et avoisinent le lustre! A juger les
choses sur la forme et à la surface, c'est là que se donnent rendez-vous
et se réunissent tous les biens qu'on désire et qu'on envie: la
richesse, le luxe, l'insouciance et le plaisir; mais allez au delà de
l'enseigne dorée et regardez au fond: sur le velours et les coussins
moelleux de ces loges, l'ennui, la satiété, le désordre, la vanité,
donnant la main à la banqueroute, se sont souvent assis, tout parés,
tout gantés, tout vernis, et promenant avec grâce sur la salle
l'insolence, du binocle.--De temps en temps, Sainte-Pélagie y va
chercher ses recrues.--L'air y est mortel, car les jeunes y deviennent
vieux très-vite et y meurent aisément; sous les fauteuils, il y a des
trous où les millions tombent et s'engloutissent.--Horreur! plus d'une
fois le suicide à l'oeil hagard y a passé, et je vois encore là, sur
cette loge à gauche, la trace, de sa main sanglante et désespérée.

--Le quartier Saint-Antoine a éprouvé, cette semaine, une très-vive
émotion: quinze bandits sont parvenus à s'échapper des prisons de la
Force; ces honnêtes gens sentant venir le mois de septembre, saison de
l'air libre et du loisir, se seront dit: «Pourquoi ne prendrions-nous
pas aussi nos vacances?» Retenir une place à la malle-poste ou aux
messageries royales, c'était pour eux du fruit défendu. Comment
d'ailleurs percer ces formidables murailles, ces portes crénelées?
comment briser ces terribles verrous? comment éviter les regards
incessamment ouverts des gardiens et des sentinelles?

Ne pouvant aller tête levée sur la grande route, ils ont pris les voies
mystérieuses et souterraines; un matin, un bon bourgeois du voisinage,
occupé à préparer un bain, entend du bruit sous ses pieds: il s'étonne,
il regarde, et voit le sol qui s'entr'ouvre; un homme, ou plutôt un
démon, paraît, pâle, la barbe et les cheveux en désordre, agitant dans
ses mains un couteau menaçant; puis un second, un troisième, un
quatrième, toute une légion de damnés: c'étaient les prisonnier? qui,
depuis un mois et de jour en jour, se creusaient sous terre un chemin
vers la liberté: ce chemin était venu aboutir à la maison du voisin.
Quelle visite, bon Dieu! des voleurs, des forçats en récidive, des
faussaires, des assassins!

L'hôte s'enfuit, effrayé de voir entrer chez lui cette société arrivée
sans lettres d'invitation: «Si tu dis un mot, tu es mort!» lui crient
quinze voix épouvantables. Mais il était déjà loin.

Il donne l'éveil: on se précipite, on arrive, et, quand les bandits
s'élancent dans la rue, effarés, haletants, ils trouvent un rempart de
courageux citoyens qui leur barrent le passage. Figurez-vous les
menaces, les cris, la terreur, les luttes sanglantes, tout le cortège
formidable, et désordonné d'une pareille aventure.--Les sergents de
ville, les soldats de ligne viennent prêter main-forte; et enfin le
crime succombe, ainsi qu'il arrive dans tout mélodrame conduit selon les
règles; on le saisit, on le désarme, on le garrotte, on le renvoie d'où
il était sorti, comme Satan de l'enfer, au fond des cachots de la Force.

Ce qu'on ne saurait trop admirer dans ces catastrophes effrayantes et
inattendues, c'est le courage, et le dévouement du citoyen. Voilà une
bande de malfaiteurs armés qui s'élancent tout à coup de leur tanière et
surprennent des honnêtes gens sans armes; fuira-t-on? cherchera-t-on à
éviter le danger et la mort qu'ils mènent avec eux? non: chacun se
prépare intrépidement à la lutte; ces simples bourgeois, ces marchands
paisibles que vous voyiez tout à l'heure, regarder nonchalamment les
passants, les bras croisés, d'un air bonasse, en se dandinant à leur
fenêtre ou sur le seuil de leur boutique, tout à coup deviennent des
combattants pleins de résolution, des lions, des héros; ils se jettent
au-devant des bandits, ils les arrêtent, ils les terrassent; ni le
couteau, ni le poignard, ni les fureurs de ces hommes horribles ne les
épouvantent et ne les font, reculer; ils tiennent jusqu'au bout,
meurtris, blessés, sanglants. C'est là, sans contredit, un courage bien
au-dessus du courage du soldat: le soldat obéit et marche au danger par
ordre; nos gens vont le chercher de propos délibéré; le soldat est
séduit, étourdi, enivré par l'appât, de la récompense, par le prestige
de ce qu'on appelle la gloire; eux ne cèdent qu'à un entraînement
désintéressé; ils n'ont en le temps d'apprendre ni le pas oblique, ni la
charge en douze temps; le soldat enfin est un rude compère préparé avec
soin aux blessures et à la mort; nos héros, encore un coup, sont de bons
bourgeois qui viennent de manger paisiblement leur soupe et d'embrasser
leurs femmes et leurs enfants.

Deux courageux citoyens se sont distingués particulièrement dans cet
épisode des bandits de la Force; il est juste de les mentionner ici, de
même qu'après la victoire on porte les noms glorieux au bulletin de la
bataille. L'un s'appelle M. Pons, l'autre M. Morel; tous deux ont donné
l'exemple d'une rare intrépidité; M. Pons est dangereusement blessé d'un
coup de poignard qui a pénétré dans la poitrine.

Eh bien! vous pouvez m'en croire, on ne donnera la croix d'honneur ni à
M. Morel ni à M. Pons. Il est bien plus juste et plus honnête de la
réserver pour un oisif, un faiseur de courbettes ou un inutile, je n'ose
pas dire pour un sot, un méchant et pour une poitrine déshonorée.

On voit que Paris n'est pas précisément la terre promise, et qu'il est
bon de s'y tenir sur ses gardes; tandis que vous flânez
consciencieusement, et que vous collez votre nez candide aux vitres de
Susse ou de Martinet, un larron subtil passe et vous enlève votre montre
ou votre tabatière, sous prétexte de vérifier si vous avez l'heure des
Tuileries ou de l'Hôtel-de-Ville, et si vous consommez du pur Virginie.
Dormez-vous on prenez-vous un bain? un scélérat vous éveille en sursaut
dans votre lit, et sort par-dessous votre, baignoire; vous n'avez plus
qu'à vous débattre et à recevoir trois ou quatre bonnes blessures, en
attendant que M. le commissaire de police soit averti et que le sergent
de ville ait mis ses guêtres. Paris a beau faire, il a beau s'éclairer
au gaz, se paver, s'aligner, dorer ses maisons et ses boutiques, il est
toujours un peu le Paris que Boileau appelait un coupe-gorge.

Je ne suis ni misanthrope ni calomniateur, et j'apporte les preuves à
l'appui de mes reproches. Voici donc un échantillon des agréments de
Paris, scrupuleusement emprunté à la statistique: on commet, dans ce
charmant Paris, soixante-dix-huit crimes ou délits par jour; il y a deux
morts violentes et quatre-vingts morts par maladie; les voitures
écrasent deux personnes, le tribunal de commerce enregistre deux
faillites, le Mont-de-Piété reçoit trois cent quinze dépôts, l'hôpital
s'ouvre pour quatre cent soixante-dix malades, les commissaires-priseurs
procèdent à cinquante ventes par autorité de justice, et MM. les
huissiers fabriquent, trois mille exploits: le joli pays vraiment, et
comme il emploie agréablement sa journée! Si Paris ne coûtait pas si
cher, on pourrait encore en prendre son parti; mais savez-vous ce qu'il
faut à cette ville si pleine d'huissiers, de morts et de malades, pour
se loger et se nourrir? quatre millions par jour; et encore quatre
millions ne suffisent pas! Paris possède une foule de citoyens plus ou
moins honnêtes, qui ne mangent pas, qui ne se logent, pas, et qui vivent
Dieu sait de quoi, de l'air, du ruisseau apparemment. Il n'y a que Paris
pour ces choses-là; ce n'est qu'à Paris qu'on peut mourir de faim tous
les jours et recommencer le lendemain, pendant de longues années;
ailleurs, si vous n'avez pas votre pain quotidien tous les matins, le
soir vous êtes mort à coup sûr.

--Un événement encore a fait grand bruit cette semaine, plus de bruit
même que le courage de MM. Pons et Morel, et que l'évasion des quinze
voleurs.--Vous m'avez deviné: je veux parler de lu mémorable querelle
qui a mis la plume à la main à un critique et à un dramaturge; le sujet
du duel était peu de chose, une pauvre comédie nouvelle en cinq actes et
en prose, moins que rien. Le critique trouvant la comédie mauvaise, l'a
très-positivement et très-spirituellement imprimé, ce qui était dans son
droit; le dramaturge s'est fâché, et, dans une lettre assez grossière et
peu concluante, il a déclaré que l'ouvrage était excellent;

Pour le trouver ainsi vous aviez vos raisons.

Le critique n'a pas reculé d'une semelle; à la lettre peu séante il a
riposté par un feuilleton plein de verve, de finesse, d'esprit et de bon
sens, qui a mis la lettre en lambeaux, laissant ses débris épars sur le
champ de bataille, sans honneur et sans sépulture.

L'attaque et la riposte étaient si personnelles et si mordantes, que les
amis des deux adversaires se sont alarmés, le bruit s'est répandu que le
dramaturge et le critique avaient jeté là leur plume, pour prendre une
arme moins innocente; déjà même la rumeur publique en perçait un de part
en part, si ce n'est tous les deux.--«Hé bien! dit à un homme d'esprit
qu'il venait de remontrer, un ami de l'un des deux champions; vous savez
ce qui est arrivé?--Quoi donc?--Mais la grande nouvelle!--Je ne m'en
doute pas.--Tout le monde en parle.--Dites toujours.--La rencontre de J.
et de D.--Ah! oui, je sais; ils se sont rencontrés, et... ils ne se sont
pas salués!»

--Hier, j'ai assisté à un mariage; l'époux avait vingt-cinq ans, mais
l'épouse n'était pas précisément de la première jeunesse; il y a quelque
cinquante ans que son étoile s'est levée à l'Orient, et que l'Aurore,
aux doigts de rose, a semé sur son teint ses rubis et ses perles. On
alla à la mairie en grande pompe; l'époux un peu triste et la tête
baissée; l'épouse triomphante, et faisant minauder sa pudeur
quinquagénaire sous sa couronne d'oranger. Le maire arriva paré de son
écharpe et avec toute la gravité convenable; puis, s'adressant aux époux
et à l'honorable compagnie, il s'exprima ainsi: «Entre M. J. D., âgé de
vingt-cinq ans, d'une part; et, de l'autre, demoiselle A. B., fille
majeure, âgée de cinquante-et-un ans...» tout le chapelet du
_matrimonium_ enfin.

A ces mots: fille majeure, âgée de cinquante-et-un ans, une envie de
rire me gagna malgré moi; je me contins de mon mieux cependant; mais qui
peut échapper à l'oeil d'une fille majeure? celle-ci m'avait vu
étouffant mon rire, et ne me quittait pas des yeux.

Après la cérémonie, je cherchais à m'esquiver prudemment. Vains efforts!
elle s'approcha de moi par un détour, et me prenant à part: «Pourquoi,
dit-elle, avez-vous ri tout à l'heure?--Mais, je ne sais... Un de vos
témoins... ce maire, peut-être.--Ah! oui, ce maire, s'écria-t-elle avec
un accent dont je ne puis vous donner une idée, ce maire est un drôle!
Est-ce que vous avez, par hasard, confiance en cet homme-là? Il n'y a
jamais un mot de vérité dans ce qu'il dit.»

Tout le monde connaît M. Marco Saint-Hilaire, l'homme du siècle qui a
inventé Napoléon. Sans M. Marco, l'Empereur et l'Empire n'existeraient
pas. C'est M. Marco qui a gagné la bataille de Marengo et la bataille
d'Austerlitz; et je ne sais pas si M. Marco n'est pas mort à
Sainte-Hélène, bien qu'il fabrique des feuilletons à Paris.

Un autre se contenterait d'être un grand historien; M. Marco ajoute à ce
mérite plus d'un genre d'agrément; M. Marco Saint-Hilaire connaît les
poètes sur le bout du doigt. Êtes-vous embarrassé pour savoir de quel
père poétique tel ou tel hémistiche est le fils? allez consulter M.
Marco Saint-Hilaire; il vous tirera d'embarras, vous disant: Ceci est de
Virgile, ceci d'Ovide, ceci de Pindare, ceci de Dante, ceci de Boccace,
de Shakspeare, de Corneille ou de Lamartine.

Dans un de ses derniers feuilletons, M. Marco donne une preuve
magnifique de ce profond savoir. Il s'agit d'une entrevue entre Talma et
Napoléon. Talma, suivant M. Marco, est occupé à donner à Napoléon un
échantillon de son savoir-faire. Après plusieurs exercices, il arrive
enfin à ce vers:

        Il s'en présentera, gardez-vous d'en douter.

«Vers admirable, ajoute M. Saint-Hilaire, vers si connu que Racine met
dans la bouche d'Agamemnon.»

Je voudrais savoir ce que Tancrède et Voltaire pensent de l'érudition
poétique de M. Marco.

Et voilà justement comme il écrit l'histoire.

--Un ancien acteur vient de mourir, un des vieux compagnons d'Odry, de
Potier et de Tiercelin; Bosquier-Gavaudan n'était pas de la force de ces
trois illustres camarades; il n'avait ni leur talent original ni leur
popularité; mais il s'était fait aussi des partisans et des admirateurs:
c'était un gros bonhomme rond, roulant, joyeux, qui aurait chanté cent
couplets de suite sans reprendre baleine.

Chaque chose vient à propos, chaque homme arrive à sa place;
Bosquier-Gavaudan était contemporain de Désaugiers et du caveau, il
naquit certainement pour chanter; il vécut en chantant: il est mort dans
un temps où l'on ne chante plus.



Embellissements de Paris.

NOUVELLE PORTE DE L'HÔPITAL DE LA CHARITÉ.

L'ancienne entrée de l'hôpital de _la Charité_, du côté de la rue Jacob,
vient de faire place à une nouvelle porte d'un style assez insignifiant,
mais qui, du moins, ne choque pas l'oeil comme la noire et triste
palissade de planches qu'on a tolérée pétulant tant d'années. La
construction représentée sans aucune gravure n'a rien de remarquable;
c'est une simple porte cintrée, assez semblable à une porte cochère
quelconque, et suivie d'une espèce de lourd péristyle soutenu par quatre
colonne, sans aucun caractère architectural. Cette machinerie, commencée
l'année dernière, n'est pas encore complètement achevée; si nous sommes
bien informés, un pélican sculpté doit se pavaner au fronton du porche.
Le choix d'un pareil ornement ne fait guère plus d'honneur au goût de
l'architecte qu'à ses connaissances de l'histoire naturelle; comme
chacun le sait, en effet, le symbole du pélican, _qui se déchire les
flancs pour nourrir ses enfants_, a le double malheur d'être un peu usé
et parfaitement faux. S'il fallait absolument une figure au fronton, on
aurait de quoi choisir parmi les apôtres de la charité chrétienne;
l'image du saint homme _Jean-de-Dieu_, par exemple, eût été aussi bien à
sa place ici peut-être que celle du pélican, et nous ne comprenons pas
qu'on pousse le goût de l'allégorie jusqu'à sacrifier à des niaiseries
fabuleuses la bonne et belle histoire des vrais dévouements.

Puisque nous avons prononcé le nom de _Jean-de-Dieu_, on nous permettra
de dire quelques mots de sa vie et de montrer comment elle se rattache à
l'histoire de l'hôpital de la Charité.

Jean, surnommé _Jean-de-Dieu_, à cause de ses vertus et des oeuvres
d'ardente charité qui remplirent les dernières années de sa vie, était
un Portugais du diocèse d'Yvora. Il avait passé une partie de sa vie à
porter les armes, lorsqu'à l'âge de quarante-cinq ans il se voua tout
entier à la pénitence et au service des malades. Dix ans plus tard, le 8
mars 1550, il mourait, laissant une telle réputation de sainteté, que le
pape Alexandre VII le canonisa en 1690. Jean-de-Dieu n'avait jamais eu
la prétention de fonder un ordre religieux, mais il laissa des disciples
ou plutôt des imitateurs qui continuèrent, après lui, à servir les
pauvres malades, et formèrent une congrégation nouvelle, approuvée
d'abord par les papes Pie V et Clément VIII, puis érigé en ordre
religieux par le pape Paul V. Le bref constitutif de ce dernier pontife,
daté du 13 février 1617, obligeait ceux, qui voulaient entrer dans
l'_ordre de Saint-Jean-de-Dieu_, ou des _frères de la Charité_, aux
trois voeux ordinaires et a un quatrième voeu, celui de servir les
malades. Il permettait en même temps à chaque maison de cet ordre d'avoir
un _religieux prêtre_, qui ne pourrait exercer aucune charge, aucun
office dans la congrégation.

La congrégation de Jean-de-Dieu rendait de tels services qu'elle se
répandit avec une grande rapidité. Elle n'était pas encore constituée
définitivement comme ordre religieux, lorsque Marie de Médicis, seconde
femme de Henri IV, songea à en doter la France. Elle fit venir de
Florence à Paris cinq frères de cette congrégation, qu'elle installa,
sous le titre de _religieux de la Charité_, dans une maison de la rue de
_Petite-Seine_, appelée depuis rue des _Petits-Augustins_. Les lettres
patentes par lesquelles Henri IV autorisa cet établissement au mois de
mars 1602, enregistrées au Parlement le 11 avril 1609, furent confirmées
par Louis XIII au mois d'août 1628, et plus lard par Louis XIV en 1643
et 1665.

En 1607, la reine Marguerite désirant fonder, dans la maison même
occupée par les religieux de la Charité, un couvent d'_Augustin
Dechausses_, les cinq frères allèrent s'établir dans un emplacement
occupé par de vastes jardins, près d'une chapelle de _Saint-Pierre_,
dont on a fait depuis _Saint-Père_ et enfin Saints-Pères, nom qui est
resté à la rue. Marie de Médicis leur fit construire, dans le voisinage
de cette chapelle, un hôpital, une maison, et les dota. Les religieux de
la Charité devaient, aux termes de leurs règlement, être à la fois
chirurgiens, pharmaciens, et soigner eux-mêmes leurs malades. Bientôt le
chiffre des bons frères s'éleva de cinq à soixante, et la maison de Pans
devint le chef-lieu de toutes les maisons du même ordre, répandues dans
le royaume et dans ses colonies.

Six ans après la fondation dont nous venons de parler, les religieux de
la Charité élevèrent, à la place de la chapelle de Saint-Pierre, une
église qu'ils mirent sous le vocable de saint Jean-Baptiste. Marie de
Médicis en posa la première pierre, sur laquelle fut gravée cette
inscription:

_Maria Mediciva, Galliae et Navarrae regina regens, fundatrtx, anno
1615._

L'architecture de cette église ne se recommandait guère que par un assez
joli portail construit, en 1722, sur les dessins de Cotte; mais
l'intérieur était orné de quelques oeuvres d'art assez remarquables; on
citait, entre autres, la _Résurrection de Lazare_, par _Galloche_,
tableau dans lequel cet artiste avait fait les portraits de sa femme, de
ses filles, de sa domestique et de son porteur d'eau;--un tableau dans
lequel _Dulin_, membre de l'Académie royale de Peinture, avait figuré le
_Christ guérissant les malades_;-dans le choeur, un autre Christ de
Benoît;--dans une chapelle, à gauche de l'autel, l'_Apothéose de saint
Jean-de-Dieu_ qu'on voyait enlevé par les anges, oeuvre due au pinceau
de _Jouvenet_; enfin, une vierge de marbre sculptée par _Le Pautre._

D autres tableaux, répartis dans les salles de l'hôpital, appelaient
encore l'attention: dans la salle Saint-Louis, Testelin avait représenté
ce prince pansant un malade: Restout avait peint deux sujets tirés de
l'Évangile; dans la salir Saint-Michel, Lebrun avait figuré la Charité
sous l'emblème d'une femme versant de l'eau sur des flammes; c'était
l'un des premiers ouvrages de ce maître; enfin, d'autres artistes en
renom, tels que Labite, de Sève, etc.. avaient apporté à la décoration
de l'hôpital le tribut de leurs talents. Aujourd'hui toutes ces oeuvres
sont dispersées ou anéanties..

L'hôpital de la charité était le noviciat des frères de
Saint-Jean-de-Dieu et la retraite des religieux hors de service. Il
était administré par les religieux eux-mêmes, qui en occupaient une
grande partie. C'était là aussi que se tenait les assemblées, triennales
convoquées pour l'élection des supérieurs de toutes les maisons de
l'ordre.

On ne recevait autrefois à l'hôpital de la Charité que des hommes
attaqués de maladies curables, et encore fallait-il que ces maladies ne
fussent point contagieuses ni honteuses. On s'accordait généralement à
louer les soins, la propreté, la bonté, la charité véritable, avec
lesquels les malades étaient traités. Parmi les garçons chirurgiens
attachés à rétablissement, il y en avait un à qui six ans de service
conféraient de droit la maîtrise. La Charité s'appelait, pendant la
Révolution, _hospice de l'Unité_: Ce n'est qu'en 1818 qu'elle a repris
son premier, son véritable nom.

L'établissement de l'école clinique interne de cet hôpital date de l'an
X (1801).

[Illustration: Nouvelle Porte de l'Hôpital de la Charité.]

La Charité est ce qu'on appelle un _hôpital général_, c'est-à-dire
destiné aux personnes des deux sexes atteintes de maladies aiguës, ainsi
qu'à celles qui sont blessées ou attaquées de maladies chirurgicales.
Situé sur une pente qui se prête parfaitement à l'écoulement des eaux,
il occupe un terrain considérable et jouit de forts revenus. Au
dix-septième, siècle on y comptait cent cinquante lits; en 1790, il n'y
en avait pas plus de deux cent huit, dont plus de moitié provenaient de
dotations particulières; la fondation d'un lit, au commencement de la
Révolution, coûtait 12,000 fr.; chaque malade, alors comme aujourd'hui,
avait le sien; mais les places étaient trop rares, et l'on n'était admis
que sur de puissantes recommandations. Aujourd'hui le nombre des lits
est de quatre cent soixante-seize, et il s'élèvera en 1844 à quatre cent
quatre-vingt-douze. On est mieux traité que jamais; y un reçoit
indistinctement les hommes et les femmes, et le seul litre d'admission
exigé, c'est d'être malade.

Depuis qu'il est sorti des mains des frères de l'ordre de
Saint-Jean-de-Dieu, l'hôpital de la Charité est administré et régi comme
tous les autres hôpitaux civils. Ses médecins actuels sont: MM.
Fouquier, Rayer, Cruvelhier, Bouillaud et Andral; les chirurgiens: MM.
Velpeau et Gerdy; enfin, il a pour pharmacien M. Quevenne.--La mortalité
moyenne, à cet hôpital, est d'environ un sur sept.



Les Automates de M. Stevenard,

BOULEVARD MONTMARTRE..

Sous le péristyle d'une porte élégamment sculptée, un domestique, revêtu
d'une livrée irréprochable, présente d'une manière respectueuse et tout
automatique le programme des sujets mécaniques offerts à la curiosité
publique par M. Stevenard, horloger de Boulogne-sur-Mer. Au second
étage, une femme élégante, dont les mouvements sont aussi réglés que
ceux du valet, remet à travers un guichet surmonté d'une glace une carte
devant laquelle s'ouvre d'elle-même une porte de tapisserie donnant
entrée dans une antichambre; un monsieur (M. Stevenard en personne)
s'avance, salue poliment, et commence au sujet de ses ingénieux
mécanismes une petite harangue de laquelle il résulte naturellement que
l'orateur est Vaucanson second, ou plutôt Vaucanson premier, ou même
encore le seul Vaucanson véritable; les célèbres automates de Vaucanson
pouvant faire soupçonner quelque supercherie, parce qu'ils avaient la
taille de personnages vivants, tandis que M. Stevenard a perfectionné
l'art et créé des automates pygmées. Axiome: La gloire de l'artiste
mécanicien grandit en raison de la petitesse de ses oeuvres.

[Illustration: Automates Stevenard.--L'Escamoteur.]

[Illustration: Automates Stevenard.--Le Joueur de Flûte.]

Après ce préambule, M. Stevenard introduit les visiteurs dans le salon,
où sont exposés trois automates en miniature.

A gauche en entrant est assis sur un divan un petit prestidigitateur
haut de seize centimètres (six pouces), et revêtu d'un riche costume
oriental: il promène ses regards sur l'assemblée et se lève pour faire à
ses spectateurs un respectueux salut; il s'approche d'une table
supportée par quatre pieds délicats, prend sur un autre meuble trois
gobelets d'argent, et après avoir montré qu'ils ne contiennent rien, en
fait successivement sortir, d'abord des muscades d'argent, et enfin un
oeuf qui s'entr'ouvre et livre passage à un brillant oiseau-mouche,
lequel s'élance, bat des ailes et chante sa délivrance.

Le voisin du prestidigitateur est un musicien haut de trente-deux
centimètres (un pied), élégamment vêtu à l'espagnole; il exécute sur la
flûte les plus ravissantes mélodies de Rossini et de Bellini; ses doigts
s'élevant et s'abaissant selon toutes les règles de l'art des Tulou,
brodent sur ces mélodies des variations fort compliquées.

Quand M. Stevenard estime que l'on a suffisamment admiré la musique et
le musicien, il appelle l'attention du public vers le troisième
automate, son chef-d'oeuvre.

Aux portes d'un temple construit dans le style de la Renaissance et
supporté par un magnifique meuble en bois d'ébène sculpté, enrichi
d'ornements en bronze doré, est assis un nécromancien de même grandeur
que le petit musicien, tenant d'une main la baguette magique, et de
l'autre le livre du destin.

[Illustration: Automates Stevenard.--Le Magicien.]

Dans le socle qui soutient le monument est pratiqué un tiroir renfermant
d'élégantes tablettes sur chaque côté desquelles sont gravées des
questions en langues française et anglaise.

La tablette contenant la question choisie est confiée à quatre cygnes
qui s'avancent pour la recevoir, et rentrent d'eux-mêmes pour la porter
au nécromancien; celui-ci, au son d'une musique cachée, tourne les yeux
vers la personne qui lui a adressé la question, consulte son grimoire et
frappe sur les portes du temple, qui, en s'ouvrant, laissent apercevoir
un cartouche en émail noir entouré de brillants.

A un nouvel appel apparaît un petit démon familier porteur d'un vase
rempli d'encre d'or dans laquelle le magicien trempe sa baguette pour
tracer successivement au milieu du cartouche les lettres qui forment une
réponse courte, précise et sans réplique, dont la plus extraordinaire
est sans contredit celle qui indique le nombre d'heures et de minutes
marquées au même instant à la pendule du salon.

Un nouveau coup de baguette fait disparaître le petit génie, les portes
du temple se referment, le magicien se rassied pour reprendre ses
méditations et attendre des questions nouvelles. M. Stevenard salue, la
porte du salon s'ouvre, et les visiteurs s'écoulent pour faire place à
d'autres.



Martin Zurbano.

(Voir page 311.)

Le traité de Bergara, signé le 3 août 1839, mit fin à la guerre des
carlistes et des christinos, mais il ne détruisit pas tous les germes de
discorde qui naissaient successivement des mauvaises institutions
sociales de l'Espagne. Il existait des mécontentements dans l'armée,
dans l'administration, dans le peuple; ils ne tardèrent pas à se
manifester au dehors, à se traduire en émeutes; l'une d'elles éleva
Espartero au niveau de la reine régente; une seconde émeute lui donna la
première place et renversa Christine.

Le soldat parvenu fut à peine assis sur son trône de régent que de
nouvelles insurrections troublèrent le pays, Espartero savait manier le
sabre, il ne sut pas tenir le sceptre. Trop souvent, pour faire
triompher l'ordre et la loi, il frappa du sabre au lieu de se servir de
la main de justice. On sait tous les abus de puissance dont s'est rendu
coupable le régent dans sa courte administration. Loin de songer à
réconcilier les partis, à harmoniser les intérêts généraux sans froisser
les intérêts particuliers, loin de donner une bonne direction aux belles
qualités de la nation espagnole, loin de la pousser dans la voie du
progrès intellectuel et physique où elle peut conquérir un si brillant
avenir, il ne sut que comprimer, qu'exiler, que tuer tout ce qui faisait
ombrage à son despotisme soldatesque.

Aussi l'esprit public, qui avait salué son avènement comme l'aurore d'un
beau jour, comme le commencement d'une ère de grandeurs et de
prospérités, l'esprit public ne tarda pas à réagir contre lui. Le
dévouement fit bientôt place à la froideur, puis quelques fautes encore
firent naître la haine, et, chez la nation espagnole, la haine conduit à
la lutte, à la mort. Les cités qui avaient montré le plus d'enthousiasme
lors de l'élévation d'Espartero furent les premières à protester contre
ses actes. Barcelone, par son émeute de 1840, l'avait porté sur le
pavois, Barcelone se leva avant toute l'Espagne pour le renverser. Au
mois d'octobre 1841 Barcelone s'insurgeait déjà contre le despotisme
militaire du régent. Mais l'heure de sa chute n'était pas arrivée
encore; cette tentative prématurée, qui s'étendit sur une partie de la
Catalogne, n'eut pour résultat que d'alourdir le joug du régent.

Dans ces premières luttes du pouvoir et de la nation, Zurbano fut pour
le régent un dogue bien dressé; rien ne l'arrêtait quand il s'agissait
de prouver son dévouement. L'âge, la faiblesse, la douleur, ne
trouvaient nulle pitié en lui; il tuait impitoyablement tout ce que lui
désignait le doigt du maître. Cette sanguinaire soumission fut poussée
si loin dans les troubles de 1841, que le nom de Zurbano devint en
horreur à l'Espagne, et que plusieurs villes, Vittoria entre autres,
mirent sa tête à prix.

[Illustration: Orateur appelant le peuple à se prononcer.]

Ce fut dans ces circonstances que le régent nomma Martin Zurbano
maréchal-de-camp des armées nationales. Le décret est du mois d'octobre.
L'année suivante, de nouvelles faveurs tombèrent sur ce favori;
Espartero lui donna le commandement supérieur de la province de Gironne.

Sur ce nouveau théâtre Zurbano déploya une activité sans égale; il
poursuivit sans relâche les bandes de carlistes, de contrebandiers et de
bandits qui désolaient le pays. C'était une oeuvre utile, mais, dans
cette oeuvre de destruction. Zurbano dépassa les limites ordinaires de
la cruauté; il ne se contenta pas de frapper les bandits, il menaça de
mort toute personne qui, arrêtée par eux, leur paierait rançon pour se
délivrer de leurs mains; sa menace s'étendit même sur les parents ou
amis qui auraient payé cette rançon; cette menace reçut son exécution
dans plusieurs cas, et quelques personnes furent fusillées. Les plaintes
que souleva cette férocité furent si vives et si multipliées que le
général Rodil ordonna à Zurbano de révoquer cette mesure et d'agir
désormais avec plus de douceur.

[Illustration: Villageois espagnols fuyant devant Van Halen.]

Peu de temps après, malgré cet ordre, il recommanda de nouveau aux
commandants militaires de sa province de fusiller immédiatement, sans
jugement, comme bandits, les contrebandiers et même ceux qui leur
donneraient asile ou secours. Espartero aimait les dévouements aveugles
que lui importait la vie de quelques personnes? Il approuva
solennellement la conduite de Zurbano en le nommant, à la face de
l'Espagne, en août 1842, grand-croix de l'ordre d'Isabelle la
Catholique.

En septembre, un de nos compatriotes eut à souffrir de caractère
grossier de Zurbano. Zurbano connaissait la haine d'Espartero contre la
France; il crut donc pouvoir agir brutalement avec M. Lefebvre,
honorable négociant de Gironne, vieillard inoffensif, dont le nom est
respecté de toute la province, à cause du grand nombre de bienfaits dont
il a doté le pays. Zurbano prétendit avoir besoin, pour loger ses
soldats, d'un vaste bâtiment qu'occupaient les fabriques de M. Lefebvre
depuis longues années. Il voulut, l'absurde soldat, l'avoir dans
vingt-quatre heures. M. Lefebvre lui demanda au moins huit jours:
Zurbano ne voulut rien écouter, et ordonna au négociant d'obéir sans
plus tarder; celui-ci voulut foire quelques observations sur une cette
rigueur. Ce farouche général maltraita ce vieillard. Il fallut la
chaleureuse intervention de notre consul-général de Barcelone, M. de
Lesseps, pour le garantir de nouvelles persécutions.

Les Anglais, profitant, des troubles de l'Espagne, inondaient ce pays de
leurs marchandises. La contrebande se faisait au grand jour sur tout le
littoral; les côtes de la Catalogue surtout étaient couvertes de petits
navires qui venaient de Gibraltar et débarquaient leur cargaison sous
les yeux mêmes des carabineros; ceux-ci étaient évidemment gagnés par
l'or anglais. Les manufacturiers de la Catalogue se plaignirent
hautement d'un commerce qui les ruinait; ils accusèrent l'administration
des douanes de faiblesse ou de corruption. Le régent, tout ami des
Anglais qu'il était, ne put rester sourd aux justes plaintes des
fabricants; il destitua quelques chefs de la douane, mais il les
remplaça par des gens de même étoile; il nomma un nouvel
inspecteur-général, mais à qui donna-t-il cet emploi important? à un
administrateur éclairé et probe, sans doute? Non, à Zurbano, à l'ancien
contrebandier. Ce fut lui qu'un décret du mois d'octobre 1842 nomma
inspecteur-général des douanes de terre et de mer d'Espagne, avec des
pouvoirs très-étendus; il n'en conserva pas moins le commandement
militaire de la province de Girone.

Cependant les esprits s'agitaient de plus en plus à Barcelone.
L'installation d'une commission d'emprunt forcé pour payer les troupes,
des mesures rigoureuses prises pour la conscription, la suppression
d'une fabrique de cigares qui occupait beaucoup d'ouvriers, enfin des
négociations entamées à Madrid point un traité de commerce avec
l'Angleterre, et qu'on savait contraire aux intérêts de l'Espagne,
mirent le comble au mécontentement de la population: il ne fallait plus
qu'une étincelle pour faire éclater l'incendie.

Le 13 novembre, quelques ouvriers cherchèrent à entrer une pièce de vin
sans payer les droits d'octroi. Les employés les arrêtèrent et les
maltraitèrent. La foule s'assembla à leurs cris, prit leur défense et
les arracha des mains des douaniers. Le poste militaire voisin accourut,
la foule se rua contre lui et le désarma. Dans la soirée, de nombreux
rassemblements se formèrent sur tous les points de la ville, les
passions s'échauffèrent par le contact. Le lendemain, la ville était sur
pied; tous les griefs de la nation contre le régent furent exposés et
développés par des orateurs populaires; des milliers d'ouvriers
parcouraient les rues et les places en poussant des cris de révolte.

Le mouvement devenait sérieux; le capitaine-général Van Halen fait
prendre les armes à la garnison et place un régiment et 6 pièces de
canon sur la _Rambla_, promenade intérieure. Les garnisons des villes
voisines sont appelées. La garde nationale, qui compte plus de 10,000
ouvriers, s'arme de son côté. La journée du 14 se passa ainsi; il eut
été possible encore cependant d'éviter une collision: quelques paroles
de conciliation pouvaient arrêter ce commencement d'insurrection et
rétablir l'ordre; les esprits sages, des deux cotés, y songeaient et
avaient entamé quelques pourparlers, lorsque, dans la soirée, la
garnison de Girone, Zurbano en tête, entra dans la ville et prit
position sur une place, écartant avec violence les habitants qui
gênaient ses mouvements. L'arrivée de Zurbano et de sa troupe fut à
peine connue, qu'une recrudescence d'agitation se manifesta tout à coup.
Le bourreau d'Espartero était dans Barcelone, il n'y avait plus de
réconciliation possible.

La nuit du 14 au 15 fut consacrée à des préparatifs d'attaque et de
défense. Dès le matin, des combats partiels éclatèrent dans les rues et
dans les places. Chaque maison devint une citadelle d'où partaient des
feux plongeants qui mettaient le désordre dans les rangs des troupes.
Zurbano, qui avait encouragé ses soldats par la promesse du pillage,
courait de rue en rue, de place en place, mitraillant la population,
saccageant les maisons et n'épargnant personne. La rue de _las
Platerias_ garde un douloureux souvenir de ce jour. Mais la férocité de
Zurbano ne fit que grandir le courage des habitants: les femmes
elles-mêmes prirent part à la lutte. Avant la nuit la victoire s'était
déclarée pour la ville. Les troupes, après avoir perdu plus de 500
hommes, furent forcées de se retirer dans la citadelle et dans le fort
_Atarazanas_. Le 16, des négociations s'ouvrirent entre le général Van
Halen et la junte qui s'était formée la veille; les hostilités furent
suspendues et les troupes se retirèrent à _San Felice_, à deux lieues de
la ville.

On ne sait que trop la suite déplorable de ce succès. Fière de sa
victoire, la ville ne songea pas à se prémunir contre les représailles
du régent. Elle aurait pu, dans les premiers instants, s'emparer du fort
Montjouich; elle le laissa entre les mains de Van Halen. Celui-ci n'eut
garde de négliger un tel point. A peine bivouaqué à San Felice, il
s'occupa de donner à ce fort une bonne garnison, des vivres et des
munitions. Il restait ainsi maître de Barcelone. Sûr d'y rentrer quand
il le voudrait, il la hissa organiser sa junte, sa milice, se livrer à
toutes les illusions d'une victoire sans base solide et il attendit le
régent.

Parti de Madrid le 21, Espartero était le 29 au village de _Saria_, près
de Barcelone; il y établit son quartier-général et s'occupa de réduire
la ville insurgée. Le 30, sommation lui fut faite de déposer toutes ses
armes aux _Atarazanas_ et de se rendre à discrétion, sinon le
bombardement aurait lieu; on lui donna jusqu'au 3 décembre. Le désordre
régnait dans Barcelone; la menace du régent effraya une partie de la
population. On parla de se rendre; les corps francs, quelques bataillons
de milice et les personnages les plus compromis s'y opposèrent. Le 5
arriva, et rien n'était décidé; à onze heures du matin le fort
Montjouich ouvrit son feu et lança des bombes sur toutes les parties de
la ville.

Des vaisseaux anglais, arrivés depuis peu, s'étaient mis en
communication avec le régent et avaient, dit-on, fourni des projectiles
à Montjouich. A peu de distance étaient à l'ancre des navires Français.
Si les premiers donnaient à Espartero les moyens de détruire Barcelone,
les seconds, assistés de notre consul, recueillaient au milieu du danger
les malheureuses victimes de cette anarchie politique, et les sauvaient
de la mort, sans exception de parti. La marine française a joué un noble
rôle dans cette scène déplorable; notre consul, M. de Lesseps, a bien
mérité de l'humanité.

Après un bombardement de treize heures, après avoir reçu 817 bombes,
après avoir vu ses plus beaux quartiers détruits ou incendiés, Barcelone
se rendit le 4 au matin, et ouvrit ses portes aux troupes du régent.
Zurbano y rentra un des premiers et se promena avec une cruelle
ostentation dans les lieux qui avaient le plus souffert du bombardement.
Le même jour de nombreuses arrestations eurent lieu, des commissions se
formèrent, et les fusillades commencèrent le 5, peu après la rentrée de
Van Halen. Les exécutions continuèrent les jours suivants. De son
village de Saria, d'où il n'osait sortir, Espartero donna froidement
l'ordre de décimer les milices. Les chefs de l'insurrection étaient en
fuite; ce fut donc de malheureux soldats égarés que frappa la vengeance
du régent, et ce fut le sort, plus que la gravité de la faute, qui dicta
l'arrêt de mort.

Pendant cette première phase de la réaction, Zurbano fut envoyé dans sa
province de Girone, où des mouvements insurrectionnels avaient lieu. Il
fallait désarmer et museler Figuères et Girone; ou ne pouvait choisir
une meilleure main. Il partit le 14 décembre. Son approche causa un tel
effroi dans ces deux villes, que beaucoup d'habitants les quittèrent.

Après avoir frappé Barcelone d'une contribution de guerre de 12,000,000
de réaux, comme on le fait pour une ville ennemie; après avoir rempli
les prisons, prononcé l'exil, condamné aux galères et à mort le plus
grand nombre possible d'insurgés, Espartero sentant sa soif de vengeance
à peu près satisfaite, quitta le village de Saria, le 22 décembre, et se
mit en route pour Madrid. La veille, pour punir Van Halen de son défaut
de vigueur, il le destitua de ses fondions de capitaine-général de la
Catalogue, et le remplaça par Scoane, sur la Fermeté duquel il pouvait
compter.

(La suite à un prochain numéro.)



Agriculture

DES IRRIGATIONS.

M. DANGEVILLE.--M. NADAULT DE BUFFON.--MINISTÈRE
DE L'AGRICULTURE.

Nous sommes arrivés au milieu de cette époque où, dans les années
ordinaires, les ardeurs du soleil, si bienfaisantes à la maturité de nos
blés, descendent en pluies de feu sur les herbes prêtes à renaître.
L'atmosphère altérée pompe le suc des plantes et revêt d'une jaunâtre
draperie la fraîche verdure des prés, repos des yeux, espoir des joyeux
troupeaux.

Les angoisses des cultivateurs au moment où le soleil étreint de ses
feux la nature végétale sont peut-être celles que les habitants des
villes partagent le plus sincèrement, car ils en souffrent aussi. A
cette heure, lorsque l'ordre des saisons n'est point interverti, comme
en 1840, tous les heureux du siècle, qui peuvent fuir de leur prison de
pierre, secouent la poussière des rues et des quais pour aller aspirer
l'air frais et pur des campagnes embaumées. Qu'y rencontrent-ils?
l'aridité! Ce ne sont qu'arbres poudreux aux feuilles racornies,
parterres foudroyés, herbes brûlées, fruits desséchés, potagers
détruits. Quel enfant n'a gémi à l'aspect du gazon, théâtre de ses jeux,
changé en triste pelouse? Quelle pensionnaire n'a donné une larme aux
souffrances de la fleur altérée dont la tête s'incline sur une tige
flétrie pour implorer du ciel la charité d'une goutte d'eau? Combien de
fois la femme la plus craintive n'a-t-elle point surmonté son effroi du
tonnerre pour appeler de ses voeux les pluies à larges gouttes
qu'amènent les orages!

En présence d'un sentiment si général il y a lieu de s'étonner que tout
le monde gémisse du mal et qu'on ait songé si peu à appliquer le remède.
Cependant les temps paraissent arrivés où nos gouvernants entreront dans
la voie de salut.

A la session qui vient de finir, M. Dangeville a pris l'initiative. Sa
proposition, heureusement amendée par la commission, consiste à donner à
un propriétaire, à la charge d'une indemnité préalable, le simple droit
de passage des eaux d'irrigation sur le champ de son voisin contigu; la
Chambre n'a pu discuter le rapport, faute de temps; mais les journaux
ont applaudi, le public a approuvé les journaux: tout donne donc lieu
d'espérer que la science et la pratique des irrigations seront enfin
appréciées à leur véritable valeur et selon leur degré d'importance.

Les irrigations, en effet, doivent être considérées sous plusieurs
points de vue également dignes de fixer l'attention des économistes et
des hommes d'État.

_Au point de vue des propriétaires_,--elles doublent, triplent et
décuplent parfois la valeur des territoires arrosés, soit qu'elles
changent de médiocres terres à grains en prairies luxuriants, soit
qu'elles couvrent de légumes savoureux les sables jadis vitrifiés sous
les coups de feu du soleil.

_Au point de vue de l'impôt_,--elles enrichissent le Trésor en élevant à
la dignité de terres imposables les friches que le fisc dédaignait, ou
bien en faisant monter les héritages de la dernière classe à la
première, sur le rôle du percepteur.

_Au point de vue des progrès agricoles_,--elles sont, dans le midi, le
plus puissant, si ce n'est le seul agent de l'agriculture fourragère,
c'est-à-dire de l'agriculture qui élève, nourrit et engraisse les
bestiaux, de celle qui donne du lait, du beurre, de la laine, de la
viande au peuple, en même temps que des engrais à la terre épuisée.

_Au point de vue administratif_,--elles exercent une influence
considérable sur le mode de location des terres, parce qu'elles rendent
les récoltes régulières, et qu'elles excitent aussi à établir le fermage
à prix d'argent en remplacement du métayage, régime devenu détestable,
aussi nuisible maintenant aux progrès agricoles qu'aux intérêts du
propriétaire et à ceux du métayer lui-même.

_Au point de vue politique_,--les irrigations, si elles se généralisent
en France, sont destinées à produire la plus heureuse révolution dans le
Midi et à faire disparaître une partie des causes de l'irritation qui
s'accroît sans cesse entre les départements vinicoles et les
départements du Nord.

Quelques mots pour développer cette dernière considération ne seront pas
inutiles dans _l'Illustration_, dont la politique doit planer au-dessus
de la polémique quotidienne, et n'avoir en vue, sans distinction
d'hommes ni de partis, que la grandeur, la force, la durée et l'honneur
de la France.

Or, la France ne sera grande et forte, éternelle et glorieuse, qu'autant
qu'elle continuera à être la première entre toutes les nations par son
incomparable _unité_.

Quel est donc le souci qui doit nous préoccuper davantage, si ce n'est
celui de maintenir cette _unité_, d'en écarter avec soin toutes les
lèpres rongeuses et de lui préparer chaque jour de nouvelles raisons
d'être?

Eh bien! nous disons que l'organisation, dans le midi de la France, d'un
vaste système d'arrosage auquel l'État prendrait la part qui lui
revient, en élevant les travaux généraux d'irrigation au rang de travaux
publics, ainsi qu'il l'a fait pour les ports, les routes, les ponts, les
canaux, et tout récemment pour les chemins de fer; nous disons que cette
organisation aurait pour résultat de détruire la cause la plus active et
la plus patente de l'hostilité de plus en plus vive qui s'est déclarée
entre le nord et le midi de la France.

_Cette cause d'hostilité, en effet, consiste surtout dans la grande,
différence des productions du sol_.--Le midi produit principalement les
vins, les eaux-de-vie, l'huile à manger, la soie et des plantes
aromatiques ou tinctoriales; il manque de grains et de viande pour sa
consommation; il est à peine manufacturier.--Le nord produit
principalement des grains, des bestiaux, des huiles à brûler, des
plantes textiles; il a la houille, qui le rend fabricant et
industriel.--Rien de plus irrégulier que les productions du midi; on n'y
trouve personne qui consente à garantir sur les fruits du sol un revenu
constant au propriétaire; force est, pour celui-ci, de régir lui-même
ses vignes, ses mûriers, ses oliviers, et de donner ses terres
labourables à moitié fruit. Le contraire a lieu dans le nord, où la
régularité des récoltes annuelles a établi le fermage à prix fixe
d'argent.

Dans le midi, la présence du propriétaire est continuellement
nécessaire; il est sans cesse, absorbé dans des luttes et des soins de
détails avec ses métayers; dans le nord, le propriétaire a de grands
loisirs, il peut tourner ses forces intellectuelles au profit de son
pays, et appliquer son temps et son travail à l'industrie.

Indépendamment de la différence morale qui doit résulter de cet état de
choses entre les propriétaires de ces deux grandes divisions de la
France, il y a une si grande opposition entre les productions
matérielles, que leurs intérêts ne peuvent cesser un instant de
combattre les uns contre les autres. N'est-il pas impossible, en effet,
de faire des lois de douane, d'établir des droits d'octroi, de signer
des traités de commerce qui puissent donner satisfaction aux intérêts
agricoles et manufacturiers des départements septentrionaux, et qui,
cependant, puissent favoriser les voeux du midi, c'est-à-dire, par
exemple, la vente des vins et des eaux-de-vie à l'extérieur,
l'introduction à l'intérieur des bestiaux, des fers et des tissus?

On le voit donc, notre unité a dans son sein un ennemi intérieur qu'il
lui faut apaiser sans cesse: c'est le défaut d'homogénéité de nos
productions sur toute l'étendue du sol national. Une même loi, un même
règlement, une même vue politique, ne peuvent embrasser l'universalité
des intérêts des deux grandes divisions du royaume; une loi complète et
énergique, un règlement franchement protecteur, qui auraient pour but de
mettre l'une de nos industries ou l'une de nos productions, dans le
nord, par exemple, au niveau où au-dessus de l'industrie et de la
production similaires chez un peuple rival, soulèveraient en France une
tempête; car cette loi et ce règlement ne se pourraient appliquer sans
blesser profondément les intérêts de quelques-unes des productions ou
des industries du midi. Sous ce point de vue, il serait presque
impossible à la France de lutter, dans les productions et dans les
industries spéciales, contre les nations étrangères plus homogènes, et
chez lesquelles la législation peut être exclusivement favorable à une
production ou à une industrie déterminée.

Le gouvernement français serait donc placé, au point de vue matériel,
dans cette alternative, ou de faire des lois bâtardes, des lois de
transaction qui laissent tout languir et qui _organisent_ en quelque
sorte _une infériorité relative_, ou bien des lois qui oppriment les
intérêts d'une partie de la nation.

Si nous revenons aux irrigations, après ces considérations générales,
que voyons-nous? un agent d'une puissance sans égale pour modifier
l'agriculture du midi, pour y établir des prairies immenses et pour y
nourrir d'innombrables troupeaux. Irriguons le midi, et nous
introduirons la régularité dans ses productions; nous le placerons dans
les mêmes conditions que les provinces septentrionales; nous établirons
le fermage fixe à prix d'argent. Lorsque les racines et les plantes
fourragères auront remplacé, grâce à l'irrigation, les bruyères des
landes stériles et desséchées; lorsque la culture des vignes ne sera
plus la culture presque exclusive; lorsque les _métayers_ auront cédé la
place aux fermiers; lorsque l'industrie manufacturière sera introduite
dans le midi, à l'aide des chutes d'eau et des voies de communication
produites par l'amélioration du régime des eaux, à l'aide aussi des
loisirs du propriétaire, de la régularité des productions et de la
nouvelle nature de récoltes que l'irrigation permettra d'obtenir; alors
les intérêts des cultivateurs méridionaux seront conformes aux intérêts
des cultivateurs septentrionaux; alors le bénéfice des cultures arrosées
du midi leur compensera l'alanguissement de l'industrie vinicole, alors
seront resserrés les liens de notre unité nationale.

[Illustration: Fig.--Conduite d'eau le long des flancs des montagnes.]

C'est finalement par la chaleur et par la sécheresse qui en résulte, que
le midi diffère du nord. Quoi de plus simple, quoi de plus efficace que
de conjurer cette chaleur et cette sécheresse par les eau de sources, de
ruisseaux et de rivières qu'on laisse avec insouciance descendre des
hauteurs d'où Dieu nous les envoie, et se perdre dans les profondeurs de
l'Océan?

Nous ne pouvons ici nous étendre sur ces considérations économiques et
publiques que nous avons succinctement énoncées; on en trouvera le
développement très-étendu dans, un Mémoire publié en 1841. Un ouvrage
d'une tout autre nature et d'un intérêt tout de circonstance vient de
paraître chez Carilian Goeury. Nous le recommandons fortement à tous
ceux qui s'occupent d'arrosages. C'est un traité théorique et pratique
des irrigations par M. Nadault de Rallon, ingénieur en chef des
ponts-et-chaussées et chef de la division des cours d'eaux au ministère
des travaux publics. L'auteur donne, dans le premier volume, la
description et l'histoire des grands canaux d'arrosage du midi de la
France et de l'Italie septentrionale. Le second volume est spécialement
consacré aux ingénieurs: il traite de la mesure des eaux courantes, et
renferme un chapitre du plus haut intérêt, celui où l'auteur décrit les
régulateurs, c'est-à-dire les appareils destinés à débiter l'eau
courante en quantités exactement connues. Les recherches et les
expériences personnelles de M. de Buffon l'ont mis à même de donner des
procédés entièrement nouveaux et d'une exactitude rigoureuse, propres à
prévenir ces contestations séculaires que m; lèguent si souvent, de
générations en générations, ceux qui empruntent leurs eaux d'arrosage à
une bouche commune. Le troisième volume doit traiter les questions
législatives, administratives et contentieuses.

Nous avons indiqué le sommaire de cet ouvrage, parce qu'il n'existe en
France aucun traité complet des irrigations au point de vue de l'art, et
que celui-ci va servir de point de départ à tous ceux qui se produiront
plus tard.

Sous l'heureuse plume de l'auteur, la matière est loin d'être d'une
lecture difficile. La science est tempérée par d'agréables descriptions;
les questions d'art sont colorées par les considérations administratives
et par les discussions de jurisprudence; celles-ci enfin sont animées
par de savantes et curieuses dissertations historiques. On voit que M.
de Buffon est aussi bon légiste et habile écrivain qu'il est ingénieur
érudit. Il ne fallait pas moins que toutes ces qualités pour bien
traiter le sujet, car rien n'est plus complexe que les difficultés
auxquelles donne lieu la matière des eaux, surtout en fait
d'irrigations; s'il faut réunir à la plus haute science de l'ingénieur
la pratique la plus exercée du constructeur, s'il est indispensable
d'être versé dans les théories et les applications agricoles, il est non
moins important d'avoir étudié à fond la législation civile qui se
rattache aux cours d'eau, et d'être familiarisé avec la jurisprudence
administrative.

Le mélange des droits de propriété des particuliers avec les droits de
police de l'administration, la nécessité de concilier ces droits avec
les lois physiques qui régissent le mouvement des eaux, l'importance de
faire concourir ces forces au bénéfice de l'agriculture sans cependant
nuire aux usiniers, si souvent en concurrence avec les cultivateurs:
toutes ces exigences diverses hérissent la matière des eaux de
difficultés sérieuses, que M. Buffon semble s'être proposé d'aplanir.

[Illustration: Fig. 2.--Conduite d'eau le long des flancs des
montagnes.]

Aussi sa publication doit-elle être considérée comme une bonne fortune
par toutes les personnes qui auront à traiter les questions d'irrigation;
elle a été considérée comme le _vade mecum_ des arrosants par la
commission qui a eu à prononcer sur la proposition qu'a faite M.
Dangeville.

[Illustration: Fig. 3.--Conduites d'eaux courantes, au-dessus et
au-dessous des canaux.]

Les agriculteurs sont, en général très-peu au courant des questions de
droit, de police et d'art qui se rattachent aux irrigations; ils les
envisagent même avec une sorte de dédain. Cette disposition d'esprit,
très-fâcheuse et très-nuisible aux progrès agricoles, finit même, à la
longue, par envahir les administrateurs les plus haut placés; on les
voit entourés exclusivement par des routiniers, par des praticiens,
classes fort honorables et qui doivent sans contredit former la majeure
partie de leurs conseils, mais peu favorables, pour ne pas dire
hostiles, aux progrès agricoles.

Un mot à ce sujet.

Les progrès agricoles sont surtout une affaire de patience et de
persévérance; ils résultent d'une et de plusieurs séries d'expériences
avortées, d'essais infructueux d'abord, de dépenses considérables
ensuite, qui ne peuvent être faites que par des cultivateurs puissants
et courageux; ceux-ci n'ont pas, comme en Angleterre, en Allemagne et
dans les autres contrées de l'Europe, le patronage d'une aristocratie
constituée dont les générations se succèdent en se léguant, les unes aux
autres, le trésor de leur expérience et la continuation de leurs
travaux, travaux qui, précipitamment exécutés, deviennent une cause de
ruine, et qui sont, au contraire, une source de richesses quand ils sont
faits avec la sage lenteur que la nature agricole apporte dans ses
oeuvres. Ce ne peut donc être que sur l'administration publique, sur le
zèle du ministère de l'agriculture surtout, que la France doit compter
pour le développement progressif de la science et de la pratique,
agricoles.

Malheureusement, ce ministère est d'une timidité incroyable, il a peur de
son ombre; sa bonne volonté est stérile, ses désirs impuissants; il
s'effraie de sortir de la route battue, sans remarquer qu'il est surtout
créé pour rechercher, pour améliorer, pour innover; car il n'administre
rien, ou presque rien, et la principale force financière de son budget
consiste dans ce qu'on appelle le fonds _d'encouragement_. Il sait que
les hommes lui manquent encore, et il redoute de se recruter d'hommes
nouveaux, tant il a peur que les députés ne lui reprochent son ambition
et ne lui rognent son pauvre fonds d'encouragement. Il a tout récemment
conquis un homme, capable, M. Royer, qui est venu prendre rang parmi les
inspecteurs-généraux de l'agriculture; il doit continuer ainsi, et ce
sera le meilleur moyen de sauver son budget; il a besoin plus qu'aucune
autre branches des services publics, de s'appuyer sur des hommes qui lui
prêtent leur crédit, au lieu de recevoir leur lustre du diplôme officiel
et du titre de leur grade.

[Illustration: Fig. 4.--Batardeau de chômage.]

En lisant l'ouvrage de M. Nadault, on voit à chaque instant combien il
serait utile aux agriculteurs qui entament des canaux d'arrosage d'être
aidés de conseils éclairés. Tous les fondateurs des grands canaux du
Midi de la France ont été victimes de leur zèle et de leurs efforts
faute d'une réunion de connaissances suffisantes en hydraulique, en
droit civil et en jurisprudence administrative; ils ont été obligés de
céder gratuitement leurs eaux aux propriétaires des terrains que les
canaux traversent, et ils n'ont pu arriver à la fin de leur oeuvre sans
être ruinés par ces vampires cupides. L'adoption de la proposition de M.
Dangeville, combiner avec l'adjonction au ministère de l'agriculture
d'une fraction d'ingénieurs spécialement attachés aux questions de
dessèchements et d'arrosage, éviterait bien des mécomptes, et doterait
la France méridionale, dans un avenir rapproché, des avantages dont
jouit la Lombardie.

[Note 1: _De l'influence des irrigations dans le midi de la France_; par
M. Cazeaux; chez Huzard.]

Nos gravures, tirées du grand ouvrage de M. Nadault, avec son obligeante
autorisation, montrent à quel point on a poussé, dans ce dernier pays,
la pratique des irrigations. Les deux première figures donnent des
exemples de conduites d'eau le long des flancs des montagnes. La
troisième, fort curieuse, a été prise sur le canal d'arrosage de la
famille Taverna (province de Milan): à l'endroit que représente le
dessin, le canal passe au-dessus d'une rigole d'irrigation, dite du
_Viale, au-dessus_ de la route communale de _Grazie_, et, en quittant
cette route, il plonge encore plus profondément sous terre pour
traverser par un siphon un troisième canal d'arrosage nommé Tehenne. On
voit ainsi l'eau bienfaisante se croiser en tous sens, sans se
confondre, et profiter des doubles courbures du sol pour se rendre, par
les pentes naturelles, sur tous les points, où la terre altérée la boit
avidement au grand profit de l'agriculture. La dernière figure donne le
modèle d'un batardeau employé au moment des réparations nommé _batardeau
de chômage_: il a le grand mérite d'être simple, parfaitement efficace,
facile à installer, et surtout économique: avec un chevalet de cette
espèce, coûtant de 300 à 500 francs, on barre le cours d'eau de 10
mètres de largeur et de 1m. 60 de hauteur d'eau. Puisent ces dessins,
qui indiquent tant de difficultés vaincues, inspirer à quelque lecteur,
possesseur d'une source dédaignée, dans un coin de sa terre, l'idée d'en
tirer parti; en augmentant sa fortune, il rendra service à sa commune,
dont il accroîtra les bestiaux, source de toute richesse agricole; et
_l'Illustration_, si elle l'apprend, se félicitera de l'heureux résultat
obtenu par ses dessins, qui, souvent, en disent plus en un coup d'oeil
qu'on n'en pourrait exprimer en vingt pages de prose.



L'été du Parisien.

(Voir page 275.)

Nous ne vous avons parlé dans notre premier article que de quelques
bains de mer du littoral de la Manche: nos stations ont été le Havre,
Dieppe et Boulogne. Nous avons suivi en cela la mode et le monde de
l'aristocratie. Qui oserait avouer, dans un salon de Paris, que pour
prendre des bains de mer, il a été tout simplement trouver la mer,
n'importe où, au bout des belles prairies de la Normandie, où la tangue
scintille au soleil comme des diamants, ou dans quelque petite crique
ignorée qui donne abri aux bateaux pêcheurs et que bordent les pauvres
cabanes de ces rudes travailleurs? Pour prix de son aveu, le
malencontreux baigneur ne recueillerait que les sarcasmes et le titre
d'original, qui n'est plus aussi recherché, depuis qu'il y en a tant.

Et cependant, nous vous le demandons, quelle comparaison peut-on établir
entre une mer muselée, dominée, vaincue, comme est celle des ports que
nous vous citions, une mer où nul danger n'est possible, où l'espace que
peut franchir sans crainte le timide baigneur est circonscrit par des
cordes, comme un cirque de Franconi, où, pour assister au spectacle
d'une tempête dans un verre d'eau, on peut prendre sa stalle, s'asseoir
commodément, et battre des mains ou siffler à son aise, suivant que la
mer a plus ou moins bien joué son rôle, brisé le mat d'un navire en
détresse ou arraché un des anneaux de la jetée; et cette mer terrible et
majestueuse, qui, dans sa fureur, respecte à peine, les limites que Dieu
lui a posées, qui pousse l'une après l'autre ses vagues menaçantes
contre tout ce qui lui fait obstacle, et ne se repose que quand elle a
dit le dernier mot de sa colère et jeté à l'homme le défi de lutter avec
elle? C'est là qu'il faut aller, ô vous tous que n'a pas encore étiolés
l'atmosphère de Paris, vous tous qui vous sentez de l'énergie au coeur
et de la vigueur dans les membres; car c'est là qu'est le danger, c'est
là que vous pourrez jouer avec la lame, et éprouver ces puissantes
émotions qui font naître et entretiennent les grandes pensées. Allez
donc le long des falaises, loin des villes et des ports; cherchez un
petit coin bien ignoré du monde des touristes, et vivez de la vie de ces
braves et dignes pêcheurs qui passent leurs jours entre le ciel et
l'eau, et reviennent le soir près de leurs fidèles ménagères raconter
les dangers de la journée et faire leurs projets du lendemain. Certes,
cette vie d'un aspect si monotone est la vie poétique en réalité; rien
n'y manque: ni l'ardeur aventurière, ni l'amour du foyer, ni la croyance
naïve dans la protection de la Vierge-de-Bon-Secours, qu'on vient prier
et remercier au retour. Mêlez-vous à ces hommes dont la rude écorce
recouvre et conserve une sève généreuse; prenez part à leurs dangers et
à leurs joies, et vous comprendrez alors la nature dans toute sa
splendeur, la grandeur de l'oeuvre de Dieu dans l'ordre matériel et dans
l'ordre intellectuel.

[Illustration: Vue de l'Établissement thermal d'Enghien]

[Illustration: Eaux-Bonnes.]

[Illustration: Établissement thermal de Baréges.]

La mer appartient à tous, au riche comme au pauvre, au fort comme au
souffrant, et on ne peut pas plus empêcher le malheureux d'aller y
baigner ses membres affaiblis que de jouir de la vue de la nature et de
la beauté d'un paysage. D'ailleurs on ne boit pas les eaux de mer; nul
médecin, que nous sachions, ne s'est encore avisé de les ordonner comme
boisson, ce qui fait qu'il n'y a pas de propriétaire, pas de fermier de
la mer, comme il y en a pour une foule d'eaux minérales dont nous allons
vous entretenir. Il est fâcheux qu'on n'ait pas encore songé à faire de
cette boisson l'accompagnement obligé de quelque régime, car il serait
vraiment curieux de voir chaque port vanter les propriétés de sa mer.
Venez boire au Havre, car si vous buvez à Boulogne ou à Dieppe, ou à
Ostende, vous êtes perdu. Jusqu'à présent, grâce à Dieu, le climat seul
est la considération qu'invoquent les médecins pour vous envoyer à tel
port plutôt qu'à tel autre, et, le costume aidant, il est aussi
difficile de distinguer dans le bain commun le millionnaire de l'employé
à douze cents francs, que dans un cimetière les ossements de hauts et
puissants seigneurs de ceux d'un vilain.

La Providence, en répandant d'une main si libérale les maladies sur la
surface du globe, a mis presque partout le remède à côté du mal. La
France, notamment, compte une immense quantité de sources d'eaux
minérales, et il est aussi difficile de trouver une maladie à laquelle
on ne puisse appliquer le topique d'une source quelconque, qu'une source
qui soit dénuée de maladies pour lesquelles elle est déclarée et
reconnue le souverain remède.

D'où viennent ces sources si chaudes que la main ne peut en supporter la
chaleur, si chargées de sel que souvent il est impossible de les boire
pures? C'est là un problème que nos géologues n'ont pas encore
complètement résolu: sa solution tient aux plus grands mystères de la
formation de notre globe. La terre a-t-elle été jadis une masse de
matières en ignition, qui, emportée dans l'espace par un mouvement
rapide de rotation autour de son axe, s'est refroidie peu à peu à la
surface? La forme constatée actuellement de la terre semble démontrer la
réalité de cette hypothèse. En effet, elle est renflée à l'équateur et
aplatie aux deux pôles, par lesquels passe cet axe de rotation.

Mais jusqu'à quel point la terre s'est-elle refroidie? Quelle est
l'épaisseur de la croûte solide sur laquelle nous marchons et nous
bâtissons? Questions insolubles, ou du moins non encore résolues. Quant
à l'épaisseur de la croûte solide, si loin que l'homme ait fait pénétrer
les instruments de la science, il a toujours trouvé des couches dures et
résistantes qu'il a dû percer, et sans arriver à la moindre diminution
de cohésion. Pour la température que garde l'intérieur de la terre, les
données sont plus positives, dans un cercle toutefois assez restreint.
Ainsi, on a constaté une élévation de température à mesure qu'on
pénétrait dans les profondeurs de la terre; mais pour cette question
comme pour la première, l'homme a dû s'arrêter dans la vérification
scientifique et s'en tenir encore au grand POURQUOI? dernier mot de
toute science humaine, premier mot de la science divine. Les eaux que
projette un puits artésien sont chaudes, et cependant ces eaux ne
proviennent que des pluies, des fontes de neige, des filtrations qui,
partant des plus hautes montagnes, se fraient un chemin souterrain pour
jaillir là où l'homme les attend. Elles se sont échauffées dans ce
parcours: la terre renferme donc un foyer de chaleur sans cesse
alimenté! Mais où est-il? quel est-il? qui l'alimente? Et après ces
questions, il faut courber la tête et reconnaître le vide des
connaissances de l'homme.

Pour les eaux minérales, la géologie est un peu plus avancée; non pas
qu'elle donne le _pourquoi_ de la chaleur de ces eaux, mais elle a
reconnu que les chaînes de montagnes provenaient de soulèvements
postérieurs au refroidissement du la terre, et qu'on ne peut attribuer
qu'à des convulsions extraordinaires du globe, aux efforts des gaz et du
feu emprisonné qui ont tenté de se frayer un chemin, enfin à des
éruptions de volcans, dont un grand nombre de ces montagnes gardent
encore les cicatrices. Tout cela est l'effet, la cause est inconnue;
quoi qu'il en soit, les eaux minérales chargées de fer, de soufre et de
mille autres matières que l'analyse a fait reconnaître dans les
déjections des volcans, sont dues à l'action de ces volcans, dont
quelques-uns sont éteints à la surface de la terre, mais qui n'en
continuent pas moins au dedans l'oeuvre que Dieu leur a assignée.

Après tout, mortels pauvres et bornés que nous sommes, contentons-nous
de jouir des bienfaits de la Providence, sans en comprendre les causes.
Qu'avons-nous besoin de connaître la filiation des plantes, la formation
des fleurs, pour jouir de leur vue, de leurs parfums, de leur saveur? La
couleur, la forme et le goût, c'est plus qu'il n'en faut pour être
émerveillé et se déclarer heureux de vivre, au milieu de cette
magnifique création, où tout semble avoir été fait pour l'homme.

Les premières eaux que nous visiterons sont celles d'Enghien; elles ne
sont pas le rendez-vous de ces intrépides touristes qui vont chercher
leurs impressions aux quatre coins de l'horizon, et qui croiraient avoir
perdu leur été s'ils ne rapportaient pas un peu de poussière des
contrées les plus lointaines; elles ne voient pas ces charmantes femmes
que nous vous avons montrées dans notre dernier numéro, s'envolant de
Paris pour aller s'abattre soit aux bains de mer, soit dans leurs
châteaux: pour celles-là Enghien c'est encore Paris, et Paris en été
c'est Botany-Bay. Mais pour nous, Parisiens, que le devoir retient il
Paris, et qui ne pouvons voler que jusqu'au point où se fait sentir le
fil qui nous attache, c'est-à-dire dans un rayon de quatre à cinq lieues
autour de notre prison, c'est là que nous irons tout d'abord. Nous y
trouverons peu de foule, mais de charmants ombrages, et si nous pouvions
y rester quelques jours, nous sentons que nous nous attacherions à cette
suave et fraîche nature, à tous ces beaux arbres dont le pied baigne
dans l'eau, et dont les cimes touffues projettent sur le lac l'ombre, la
verdure et le silence.

Les eaux thermales d'Enghien sont sulfureuses; l'établissement des bains
est bâti dans une situation charmante, sur le bord oriental de l'étang
de Montmorency, connu plus généralement sous le nom de lac d'Enghien.
Dans cet établissement sont renfermées les sources, et l'on peut y
trouver des logements qui, grâce à la position pittoresque du bâtiment,
ont des échappées de vue magnifiques sur les plus beaux sites de la
vallée de Montmorency. Le beau parc de Saint-Gratien et les bords de
l'étang sont une dépendance admirable de l'établissement sanitaire.

Les eaux d'Enghien se boivent aussi, et le nombre de verres d'eau que
viennent y consommer les habitants de Paris ou des communes voisines est
incalculable. Bientôt même le chemin de fer de Belgique viendra y
déposer et y reprendre les buveurs et les baigneurs, et alors ces bains
seront encore plus solitaires qu'ils ne le sont maintenant: le village
pourra y perdre, mais ceux qui aiment la belle nature et la solitude y
gagneront.

Le lac d'Enghien est entouré de tous côtés par ces beaux arbres dont
nous vous parlions tout à l'heure, et parsemé d'îles verdoyantes qui
ressemblent à des corbeilles de fleurs sorties du sein de l'eau. Le
terrain qui borde le lac a été partagé en lots, et de toutes parts se
sont élevées d'élégantes constructions, chalets suisses ou cabanes
rustiques, des parterres avec leur sable d'or et de petits embarcadères,
au pied desquels se balancent gracieusement des chaloupes, des canots et
jusqu'à, de petits navires, ravissantes miniatures. Le matin et le soir
on voit ces frêles embarcations sillonner le lac et aller d'une île à
l'autre, jusqu'à ce qu'elles abordent, débarquant les provisions qui
doivent servir aux pique-niques; ou bien on imite les nuits vénitiennes:
les gondoles partent à la nuit tombante, et, du milieu du lac, les
accords les plus suaves, dont le silence complet de la nature double le
charme, vous transportent en imagination dans ces contrées où les nuits
sont plus belles que les plus beaux jours.

Pour promenades aux environs, on a la vallée de Montmorency avec sa
magnifique forêt, Écouen et son admirable château du temps de François
Ier, Saint-Leu-Taverny, et vingt autres charmants villages posés
coquettement sur le revers des collines avoisinantes et presque tous
ombragés par des arbres séculaires.

Maintenant, si vous aimez les contrastes, si à une nature calme et
reposée, où le coeur vit par lui-même, vous préférez les grandes scènes,
l'aspect effrayant d'une nature tourmentée, le danger dans les
excursions; si aux habitants monotones de la banlieue de Paris, à leurs
costumes trop connus, vous voulez substituer un spectacle nouveau, des
moeurs nouvelles et des costumes pittoresques, nous vous mènerons aux
Pyrénées.

[Illustration: Eaux de Bagnères de Luchon.]

C'est dans les Pyrénées qu'on peut bien saisir la trace de ces
convulsions souterraines dont nous vous avons parlé plus haut; ce ne
sont partout que rochers abruptes dont les cimes semblent menacer le
ciel, crevasses profondes où l'on entend mugir les vents, voûtes
pendantes qui recouvrent des cascades horribles à voir et à entendre,
déchirements qui soulèvent un coin de l'intérieur de la montagne et font
frémir celui qui les regarde, pentes inabordables que franchissent seuls
l'isard et le chamois, et sur lesquelles roulent en avalanches les rocs
et la neige. Ce n'est plus là la nature de convention, proprement
peignée et habillée: ce sont de magnifiques horreurs qui ont sur l'homme
un charme d'attraction extraordinaire; et puis, au milieu de ces
figures, près du torrent impétueux dont l'écume se mêle aux cailloux
qu'il arrache à ses bords, sous des murs perpendiculaires de 4 à 520
mètres qui obstruent l'air et le soleil, si par hasard il se trouve une
corniche de 30 à 50 centimètres de large, c'est là qu'il vous faudra
passer sur les pas de votre guide; vous aurez le vertige, une sueur
froide inondera votre corps, vous vous sentirez attiré invinciblement
vers l'abîme, vous vous pencherez vers lui, plus près à chaque instant,
et toujours plus près, et si vous n'avez pas, près de vous, celui qui
est chargé de vous conduire, celui qui sait, sans frémir, sauter
par-dessus une fente de 200 mètres de profondeur, vous irez où va l'eau
du torrent, vous roulerez avec ses galets et vous mourrez inconnu au
milieu de ces scènes grandioses sans que le torrent s'arrête, sans que
le soleil voile un seul de ses rayons. Tels sont les plaisirs des
montagnes, telles sont les émotions que peuvent se procurer les
baigneurs des Pyrénées, les excursions qui servent plus que les eaux,
n'en déplaise à la médecine, à réconforter un malade et à le mettre à
même de recommencer une campagne d'hiver à Paris.

[Illustration: Eaux de Bagnères de Bigorre.]

[Illustration: Eaux de Mont-Dore.]

Les Hautes et les Basses-Pyrénées sont, abondamment, pourvues de ces
sources d'eaux minérales qui deviennent en été des centres d'attraction.
Tout, du reste, concourt à donner à ces bains un aspect grandiose et
inaccoutumé à l'oeil du Parisien. Dans ces montagnes, en effet, l'homme
n'est pas seulement en lutte avec la nature, il l'est encore avec les
lois. Par les pics les plus inaccessibles, par les anfractuosités les
plus sauvages, voyez à la nuit tombante glisser comme des ombres ces
formes fantastiques, qui se détachent en noir sur un horizon
qu'éclairent encore les derniers rayons du soleil; ces hommes sont armés
jusqu'aux dents et plient sous un fardeau qui ne ralentit pourtant pas
la rapidité de leur marche. Ce sont des contrebandiers qui, chaque nuit,
vont d'Espagne en France ou de France en Espagne. Pour eux la vie est
une série de combats, c'est une lutte ouverte avec la société
représentée par les douaniers, lutte qui souvent se termine par du sang.

Plus loin, de l'autre côté de la Frontière, ce sont les hordes
espagnoles sans cesse soulevées, sans cesse décimées; aussi, si vous
pénétrez en Espagne, quelle désolation, quelle misère se montrera à vous
à chaque pas! Là des villages entiers incendiés, ici des maisons encore
debout, mais vides, et, dans quelque fossé, leurs habitants qu'on n'a
pas même recouverts d'un peu de terre. Partout la mort, le
découragement; des populations hâves et traînant misérablement le reste
de jours dont elles ne savent pas le nombre; car, grâce aux soulèvements
périodiques des carlistes, des christinos, et à la répression des
autorités, nul ne sait si demain il ne sera pas désigné comme suspect,
et fusillé comme tel. Pauvre peuple! quand te sera-t-il donné de
t'asseoir paisiblement au banquet de la civilisation, et de compter les
jours par tes progrès?

A une douzaine de lieues de Paris et à trois à quatre lieues de la
frontière d'Espagne, dans le canton de Laruns, Basses-Pyrénées, se trouve
un village du nom d'_Eaux-Bonnes_ ou _Aigues-Bonnes_; il est au fond
d'une gorge étroite que dominent de tous côtés des montagnes élevées. Il
doit la vie à ses eaux minérales et n'est composé que d'une quinzaine de
maisons, dont quelques-unes, nouvellement construites, sont grandes,
assez bien bâties et adossées de tous côtés au roc, qu'il a fallu faire
sauter à la mine pour se procurer l'espace nécessaire à la construction
de l'hôpital destiné aux militaires. Car le gouvernement ne se contente
pas, dans sa sollicitude pour le soldat, de lui assurer pendant sept ans
le vivre, le coucher, l'exercice à toutes les heures du jour et le sou
de poche, il va jusqu'à lui procurer les plaisirs de la richesse; il a
de côté et d'autre de la France certaines eaux minérales où il envoie et
fait traiter libéralement les pauvres soldats malades.

L'air tempéré qu'on respire, dans l'étroit vallon où est construit le
village est très-favorable aux santés délicates et altérées. Et puis,
tout autour de vous, n'avez-vous pas les Pyrénées et leurs cascades,
parmi lesquelles il faut en citer une à proximité du village, alimentée
par un petit torrent, et qui se précipite du haut d'un rocher escarpé
avec un bruit formidable; mais le pauvre torrent a beau enfler sa voix
et se donner des airs de Niagara, il ne fait qu'ajouter à la beauté du
paysage, sans causer la moindre terreur.

Les sources minérales sourdent au pied de la montagne, au confluent des
ruisseaux de la Sonde et du Valentin; il en est jusqu'à trois que l'on
pourrait compter. La première, appelée la Vieille, sort d'une grotte
profonde que la nature a creusée depuis des siècles. Cette vieille
source n'a pas encore, à ce qu'il paraît, fait son temps, car elle
fournit l'eau qu'on boit. La seconde source, nommée la Neuve, est située
un peu au-dessus de la précédente, le long du ruisseau de la Sonde; et
la troisième, appelée source d'Orechy, est à cent pas environ des
autres. Ces trois sources alimentent seize baignoires faites de ce beau
marbre qu'on trouve en immense quantité dans les Pyrénées. Maintenant,
voulez-vous savoir de quoi vous pouvez vous guérir aux Eaux-Bonnes?

                      Prenez mon élixir,
        De tous les maux il sait guérir,

dit l'opéra. Eh bien! vous pouvez y arriver avec des affections
chroniques des viscères abdominaux, des lièvres intermittentes rebelles,
des maladies de peau, l'hystérie, l'hypochondrie, voire même
désaffections catarrhales, des maladies chroniques de poitrine, la
pulmonie et de l'argent, beaucoup d'argent, et vous partirez au bout
d'un mois, nous ne disons pas complètement guéris de toutes ces
maladies, mais très-certainement de la dernière: l'absence d'argent est
l'état de santé le plus habituel quand on quitte les eaux. En effet, ne
faut-il pas que les habitants de ces établissements d'eaux thermales
fassent leurs provisions pour la froide saison? Pendant huit mois de
l'année ils vivent connue des marmottes engourdies dans leur trou,
pendant que les grands vents règnent sur la montagne et que chaque jour
l'avalanche se détache en bondissant; ils vivent, en songeant aux quatre
mois heureux qui attirent les baigneurs, et, pendant ces quatre, mois,
ils ne songent qu'aux huit mois qu'ils ont à passer dans le repos en
attendant la saison des bains. Or, toutes ces pensées convergent vers un
but unique, et ce but est votre bourse. Pour eux, tant que vous avez de
l'argent, vous êtes malade, vous avez besoin de précautions et de soins
qu'ils cotent à un taux fabuleux; mais le jour où la bourse est vide, le
malade est guéri et l'amabilité du logeur est en baisse. Aussi ce
jour-là allez-vous-en bien vite, sans même jeter un dernier regard sur
ces montagnes où vous avez fait de si délicieuses promenades; car ce
regard lui-même doit se payer dans un établissement, bien ordonné, et
votre bourse est vide.

Ces braves gens traitent leur pays, les points de vue, les cascades
comme choses à eux appartenant, et malheur à celui qui veut s'affranchir
du guide ou pousser une excursion plus loin que votre guide ne l'a
décidé! il pourrait lui arriver l'aventure qui a marqué les
pérégrinations montagnardes d'un de nos amis.

Ce jeune homme, minéralogiste intrépide et montagnard infatigable,
s'était engagé sur une corniche pendante au-dessus d'un abîme sur les
pas de son guide: il aperçoit sur une cime isolée une grotte où abondent
des minerais riches et rares; son carnier est déjà plein de pierres
ramassées de côté et d'autre et d'oiseaux tués dans son excursion: mais
l'ardeur de la science l'emporte: il propose à son guide de tenter la
périlleuse ascension. Le guide, pour lequel les pierres ne sont que des
pierres, refuse; le jour baissait d'ailleurs, et il lui semble prudent
de rétrograder, ce qu'il exécute. Le jeune homme s'engage seul dans la
montagne et arrive bientôt à la grotte, où il fait ample récolte. Mais
le jour tombe avec rapidité, et, pour reprendre le chemin de la
corniche, il ne suffit pas d'être intrépide et de sang-froid, il faut
encore y voir un peu clair. Le minéralogiste s'élance, mais il a perdu
son chemin. Enfin, se laisse glisser le long du pic, sur la pente la
plus douce et pose le pied sur un plateau inférieur du trois à quatre
mètres de large. Ce plateau est borné d'un côté par la montagne qu'il
vient de descendre et que sa pente énorme l'empêche de remonter; de deux
autres côtés, par deux précipices au fond desquels mugissent des
torrents, et du quatrième côté, par une plage de sable située à six
mètres au-dessous de lui. Tout cela est à pic. Son parti est pris: c'est
sur la plage de sable qu'il sautera; mais avant il veut s'assurer qu'il
ne court aucun danger. Il sais que souvent ces sables descendent à une
grande profondeur, et servent de filtre aux eaux qui tombent du ciel ou
qui proviennent de la fonte des neiges. Or, s'il est devant des sables
de cette nature, il court risque de s'enfoncer dans leurs mille petits
conduits souterrains et de n'en sortir qu'à vingt ou trente lieues de
là, dans un an ou deux, à l'état de ruisseau. Cette perspective le tente
peu: si ces sables ne sont qu'à la superficie, il y a tout à parier
qu'il se brisera les membres: autre perspective peu rassurante! Pour
connaître le terrain, il jette toutes les pierres de son carnier, et
chaque, pierre s'enfonce silencieusement dans le sable, la plus grosse
comme la plus petite. Notre intrépide commence à frémir: il tire toute
sa poudre pour appeler son guide, mais l'écho seul lui renvoie le bruit
de ses détonations. D'ailleurs la nuit est venue, et, s'il lui faut
mourir là, il veut, au moins que ce soit à la face du soleil. Il se
couche donc, la tête sur son carnier, les yeux fixés sur les étoiles.
A-t-il dormi? c'est douteux. On peut bien dormir la veille d'une
bataille, car ou n'a à craindre que la mort sous les yeux de tous, la
mort du brave, et involontairement il faut toujours à l'homme un peu de
théâtre; mais ici la mort n'a pour témoin que la voûte du ciel,
peut-être quelque chamois curieux ou un aigle qui plane en attendant sa
proie, et puis s'ensevelir tout vivant et reparaître à l'état de torrent
ou de puits artésien; il est difficile de se faire à cette idée. Enfin
le jour arrive: note ami jette son fusil en précurseur, le fusil
s'enfonce, le bout du canon seul paraît encore. Ses cheveux se dressent
sur sa tête; il tourne un dernier regard vers le ciel, vers cette belle
nature à laquelle il dit un éternel adieu et s'élance... Le sable
s'entr'ouvre et l'engloutit... jusqu'à la ceinture!--Il est sauvé!!!

Prenez des guides, touristes, et ne faites que ce que vous leur voyez
faire.

Les eaux minérales des Pyrénées le plus à la mode sont celles de Baréges
et des deux Bagnères.

Baréges est dans une situation agreste, au centre des Pyrénées, entre
deux rangs de montagnes parallèles et taillées à pic, sur la rive droite
du Bastan, qui traverse le vallon de Baréges. Cette espèce de gorge
étroite qui, quand les baigneurs sont partis, devient le domaine de
messieurs les ours, n'est habitable que pendant quatre ou cinq mois de
l'année. Les habitants l'abandonnent au commencement d'octobre, et vont
attendre à Luz et dans la vallée de Baréges le retour de la saison des
eaux: les maisons restent ensevelies sous la neige, et si quelque
curieux s'aventurait à les visiter à ce moment, il ne trouverait pour
lui répondre que ces grands ours des Pyrénées, qui trouvent fort commode
de s'installer dans des maisons où le froid ne les atteint pas et où ils
ont, en fait de nourriture, autre chose que leurs pattes à lécher.
Baréges a une soixantaine de maisons situées sur une seule et unique
rue.

La route de Tarbes à Baréges, par Pierrefitte et Luz, est l'une des plus
hardies et des plus pittoresques de tous les pays de montagnes. Elle
côtoie alternativement l'une et l'autre rive du Gave, au-dessus duquel
on a jeté des ponts d'une hardiesse extraordinaire; on en compte sept de
Pierrefitte à Luz: trois sur le Gave, dans la première moitié du trajet;
un quatrième à l'endroit le plus resserré, le plus sauvage, sur le
torrent qui descend du versant gauche, où se voit encore un ancien
arceau appelé le pont d'Enfer; celui de la Heillardère, tout en belles
pierres serpentines: ce pont est surmonté d'un obélisque.

On dit que la découverte des sources de Baréges ne remonte qu'à quatre
siècles. Elles formaient alors une espèce de cloaque, d'où s'exhalaient
des vapeurs qui attirèrent l'attention des habitants; mais c'est madame
de Maintenon qui commença leur célébrité et fit recueillir les eaux qui
s'échappaient des deux principales sources.

Les sources de Baréges sont au nombre, de six, dont la température varie
de 28 à 44 degrés. Elles sont apéritives, diurétiques et sudorifiques,
agissent d'une manière spéciale dans les vieilles plaies d'armes à feu
et dans les douleurs rhumatismales.

Bagnères de Luchon est moins sauvage que Baréges; c'est une petite,
ville située à l'extrémité de la vallée de Luchon, à peu près au milieu
de la chaîne des Pyrénées; elle est bien bâtie, traversée dans tous les
sens par des rues larges, propres et bien pavées, dont la principale
mène, à l'établissement des bains. La ville forme un triangle dont
chaque angle donne accès à une allée, plantée l'une de platanes, l'autre
de sycomores et la troisième de tilleuls; c'est cette dernière qui
conduit de la ville aux bains. Les eaux thermales sulfureuses! de
Bagnères de Luchon jouissaient déjà d'une grande célébrité chez les
Romains, comme le prouvent un grand nombre de débris d'autel, de
sarcophages, sur lesquels on lit des inscriptions latines.

L'édifice thermal, situé au pied d'une montagne, est un bâtiment vaste,
élégant, commode, construit depuis 1807. Sa forme offre un rectangle et
a quatre grandes portes. Dans l'intérieur est un vestibule carré, et de
chaque côté de longs et larges corridors voûtés en maçonnerie et
carrelés en dalles; ils donnent accès dans les cabinets garnis de
baignoires en marbre des Pyrénées.

C'est à Bagnères de Luchon que se donnent rendez-vous les géologues, les
botanistes, les minéralogistes et, les peintres, qui trouvent tous une
ample moisson à faire dans les environs. Le village de Juzé offre une
cascade magnifique. Le monticule de Castel-Vieil est terminé par un
plateau où se voient, encore les ruines d'un antique château féodal,
dont les débris sont en harmonie parfaite avec le paysage qui les
environne. A mi-hauteur de la montagne de Cazeril, se trouve un charmant
village, dont les baigneuses font souvent un but d'excursion, et
qu'elles atteignent au moyen de ces petits chevaux si vifs et dont le
pied est si sur.

La promenade la plus pittoresque des environs de Bagnères est la vallée
du Lis, dont le fond offre plusieurs belles cascades. Cette vallée est
ombragée par de magnifiques forêts, derrière lesquelles s'élève
majestueusement la cime nue et neigeuse de Cabrioules, qui appartient à
la masse des montagnes de l'Oô. Sur ces montagnes se trouve un lac d'un
aspect saisissant; pour y arriver il faut traverser des forêts de sapins
dont l'éternelle verdure contraste avec la neige, qu'on aperçoit sur les
cimes. On entend de loin le bruit d'une cascade qui se précipite de 300
mètres de hauteur, et dont les eaux donnent naissance à un vaste bassin
de 6,000 mètres de circonférence, qui porte le nom de lac d'Oô;
au-dessus sont quatre autres lacs, dont le dernier est glacé. Non loin
de là s'élève la montagne _Maladetta_, dont les hauteurs sont toujours
couvertes de neiges et de glaces.

Bagnères de Bigorre est située, sur la rive gauche de l'Adour, en bas de
la colline et du mont Olivet; elle est propre et bien bâtie, entourée de
collines cultivées, dominée, au loin par le pic du Midi et par la chaîne
des monts adjacents, qui offrent de tous côtés des points de vue
délicieux. Le vent qui sort de ces gorges arrive dans les rues de la
ville doux et frais, et contribue à faire de son climat l'un des plus
sains des Pyrénées. Tout du reste, dans cet heureux pays, concourt à
attirer, à retenir les étrangers; on voudrait y venir quand même il n'y
aurait pas d'eaux minérales, et quand on y a posé sa tente, on voudrait
y rester toujours. C'est surtout quand ou a parcouru la vallée de Campan
que cette impression se fait sentir et passe à l'état d'idée fixe.
Durant trois lieues, depuis Bagnères jusqu'aux premiers escarpements,
vers Sainte-Marie, la route ne forme qu'un seul village; sur trois
points seulement, à Beaudéan, à Campan et à Sainte-Marie, les habitations
se rapprochent et se groupent autour d'un clocher, qui indique la maison
de Dieu. Sur la montagne on trouve des arbres d'une végétation
extraordinaire; et partout, de l'eau, de l'eau dans la ville, dans les
rues: de l'eau hors des portes, des allées de tilleuls qui conduisent le
baigneur, à l'abri du soleil, aux différents établissements de bains.

Le plus vaste de ces établissements est celui qui porte le nom de
Marie-Thérèse. La façade a une étendue de 63 mètres de longueur sur 10
mètres de hauteur, non compris le rez-de-chaussée. Dans l'intérieur se
trouvent les cabinets et leurs baignoires de marbre, des lits de repos,
un double appareil fumigatoire, une grande salle de réunion, un salon de
lecture, un billard. Par derrière, un beau jardin embellit cet édifice.
Un vestibule, situé au centre et dans lequel on arrive par un large
perron, sert d'entrée principale.

Quant aux buts de promenades et d'excursions, ils sont nombreux dans une
vallée si heureusement située. Des divertissements y sont fréquents, car
Bagnères peut donner asile à trois mille étrangers; aussi est-ce un des
établissements de bains les plus à la mode.

Nous voudrions pouvoir vous faire visiter encore quelques-unes de ces
contrées privilégiées où l'été voit affluer les visiteurs et les
promeneurs; nous aurions voulu vous parler de Vichy, de Néréis, dont les
eaux sont souveraines contre la goutte; nous vous aurions révélé, si
l'espace ne nous manquait, l'existence d'eaux sulfureuses qui ont eu le
sort de toutes les choses d'ici-bas, qui, après avoir eu la vogue, sont
aujourd'hui oubliées ou plutôt méconnues; nous vous aurions mené à
Cransac, au beau milieu d'un pays agreste, sauvage, auquel il ne manque
que des ours pour lutter avec l'aspect des Pyrénées, et qui compte bien
s'en procurer avant peu. Il y a à Cransac les eaux anciennes et les eaux
nouvelles, dont l'emploi est ordonné pour les engorgements abdominaux.
Au milieu de la montagne, au centre d'un bois touffu de châtaigniers, se
trouvent des étuves, dans lesquelles l'air est chaud et chargé de
vapeurs sulfureuses. Cet établissement, trop peu connu, serait
susceptible de grandes et importantes améliorations: les rhumatismes
chroniques, les douleurs des articulations, les névralgies, les
sciatiques, ont souvent été guéries comme par enchantement après cinq ou
six bains d'étuves. Et puis, comme excursion, il y a près de là la
montagne brûlante de Fontaynes, ancienne houillère, qui a pris feu
depuis un grand nombre de siècles.

Le Mont-Dore, qui est notre dernière étape pour cette année, est adossé
à la base de la montagne de l'Angle, d'où naissent les sources, et à peu
près au milieu d'une profonde vallée qui se courbe en croissant du nord
au midi, et que la Dordogne, qui y prend naissance, sillonne dans toute
sa longueur. La végétation des montagnes est partout vigoureuse.

On voit sur ces montagnes de fréquentes et profondes anfractuosités,
souvent couronnées par d'énormes bancs de rochers laissés à nu par les
éboulements. La sévérité de leur aspect, leurs pentes verticales, les
flancs noircis et absolument nus de ces étroites déchirures, leur ont
fait donner le nom de cheminées ou gorges d'enfer. D'énormes roches
pyramidales s'élancent en aiguilles du fond de l'abîme. Tout cela a un
aspect étrange et profondément désolé: ou y voit la main de l'homme qui
lutte sans cesse contre les grandes convulsions de la nature, et qui
parvient à grand'peine à s'assurer un abri contre des éboulements sans
cesse renaissants.

Il y a au Mont-Dore sept sources d'une température assez élevée, à
l'exception d'une seule qui est froide. L'établissement, fondé en 1810,
est tout entier construit en laves volcaniques et présente trois grandes
divisions: deux pavillons formant ailes, et où s'administrent bains et
douches, et un grand bâtiment formant façade et où se trouve le grand
salon de réunion, avec deux salles de billard au premier, et au-dessous
les piscines réservées aux indigents.

Et maintenant, lecteur, vous qui pouvez aller aux Pyrénées ou en
Auvergne, partez, volez, où vous appelle le bienheureux _far niente_;
allez ébaucher le commencement d'un roman intime, dont vous viendrez
trouver le dénouement à Paris l'hiver prochain. Allez, que l'été vous
soit court, et que les bains vous lavent de toutes les souillures de la
vie parisienne!



Le jeune Lapin et le Renard.

FABLE.

/*
              Un Lapin, dans cet âge heureux
              Qui ne connaît soucis ni peine,
              Folâtrait près de sa garenne.
        Un ami cependant faisait faute à ses jeux:
             Il n'est de vrai plaisir qu'à deux.
             Tout à coup s'offrit, à sa vue
          Un animal d'une espèce inconnue;
        C'était maître Renard, qui lui dit: «Mon cousin,
        «Puisqu'un heureux hasard aujourd'hui nous rassemble,
            «Embrassons-nous, jouons ensemble;
            «J'ai toujours aimé le Lapin...
            «Le Lapin! oh! oui, je le prise
            «Seul plus que tous les animaux,
            «J'en fais serment. J'ai des défauts,
            «Mais ma vertu, c'est la franchise. »
        Ces mots ont du Lapin décidé le refus;
        Il s'enfuit au terrier, et là, par sa fenêtre;
           «Toi, franc!... Je le croyais peut-être;
           «Tu l'as dit, je ne le crois plus. »

        La vertu de parade à bon droit épouvante:
        Fait-elle un pas vers moi, je recule d'un pas.
              Les qualités dont on se vante
              Sont toujours celles qu'on n'a pas.

                                            S. Lavalette.
*/



MARGHERITA PUSTERLA.

Lecteur, as-tu souffert? Non.
--Ce livre n'est pas pour toi.



CHAPITRE II

L'AMOUR.

Buonvicino des Landi, d'une des premières familles de Plaisance, avait
été conduit fort jeune à Bologne pour y prendre part aux études qui
attiraient alors dans cette ville l'ardente jeunesse de l'Italie
renaissante. Les lettres offraient désormais une nouvelle voie pour
s'élancer à ces sommets qu'on n'atteignait autrefois que par l'exercice
des armes. Les études de ce temps se réduisaient, il est vrai, à de
pédantesques règles de grammaire et de rhétorique, à la philosophie des
commentateurs d'Aristote et à la connaissance des décrétales. Mais
l'amour des belles-lettres et la résurrection des classiques latins
pouvaient, lorsqu'ils trouvaient un terrain propre à féconder le germe,
faire fleurir dans les coeurs les affections nobles et les pensées
généreuses. C'est le fruit que Buonvicino sut tirer de ses veilles.
Nourri, dès ses premières années, des écrits et des actes de cette
antiquité glorieuse, son âme s'élevait au-dessus des misérables débats
de son siècle. Il nourrissait ainsi des idées peu compatibles, à la
vérité, avec la civilisation nouvelle, de ces idées dont l'influence fut
si nuisible au développement des républiques italiennes; mais le nom de
la patrie, thème éternel des lettres romaines, avait enflammé
l'imagination du jeune homme, qui n'ambitionnait rien que d'avancer en
âge pour servir son pays dans la magistrature ou dans la guerre.

Infortuné! les années vinrent, mais avec elles le malheur et la pente
désolante des illusions, cette plaie des nobles âmes.

Plaisance, sa patrie, était tombée au pouvoir de Matteo Visconti, qui la
laissa à Galéas. Celui-ci, moins habile et plus corrompu que son père,
se croyait tout permis dans les villes conquises. Sans parler des ruses
dont il se servit pour aggraver la servitude de Plaisance, il tenta de
déshonorer Bianchina, femme d'Olpizino Lando, dit Versuzio, frère de
notre Buonvicino. Sa témérité ne lui réussit pas: la femme fut vertueuse
et le mari se vengea. Ayant noué des intelligences avec quelques loyaux
citoyens, il renversa la puissance des Visconti, et offrit la seigneurie
au cardinal Poggetto, légat du pape.

Buonvicino était dans cet âge où le coeur est tout sentiment, sans
arrière-pensée ni calcul: plein des idées du patriotisme antique,
inspiré par les préjugés nouveaux qui donnaient le nom d'étranger à
l'habitant de la cité voisine et appelaient tyrannie la domination du
pays limitrophe, lorsqu'il eut vent du complot, il rassembla un bon
nombre de ses condisciples, et arriva assez à temps à Plaisance pour que
sa valeur y fût utile aux conjurés, et pour y déployer sa générosité
naturelle. Le jour où éclata la révolte, Béatrice, femme du seigneur
Galéas, était dans la ville avec son jeune fils Azone. Uniquement
occupée du salut de son enfant, la mère trouva moyen de le faire évader.
Quant à elle, elle demeura dans le palais pour ne pas éveiller les
soupçons, résolue à braver la colère et la brutalité d'un peuple en
délire, pourvu que son fils fût sauvé. Ce dénouement fut connu de
Buonvicino; plein de respect et de vénération pour cette sainte
tendresse d'une mère, non-seulement il empêcha qu'aucun outrage fut fait
à Béatrice, mais il la conduisit lui-même hors du territoire de
Plaisance, et la remit saine et sauve aux gardes de Galéas.

Ceci se passait en 1322. A cette époque, le gouvernement républicain se
rétablit à Plaisance. La seigneurie, du pape pouvait en effet se regarder
comme un état d'entière liberté. Les souverains pontifes, qui siégeaient
alors à Avignon, n'exerçaient guère de si loin qu'un protectorat
honoraire, et d'ailleurs, engagés dans le parti du roi de France, ils
avaient intérêt à contrecarrer les manoeuvres des Gibelins, qui
voulaient restreindre au profil de l'empereur les franchises de la
Lombardie.

Pendant les huit années qui suivirent, Buonvicino se mûrit dans les
généreux emplois d'un pays libre; il prit cette hauteur de sentiments
que donnent une vie toute publique et dégagée des mesquineries de la vie
privée, et l'habitude de s'intéresser plus au bien public qu'à l'intérêt
particulier. C'est à cette éducation des citoyens que l'Italie dut les
progrès de sa prospérité, tant que durèrent les républiques.

La fortune des Visconti allait diminuant de jour en jour: ils eurent à
soutenir les armes de l'empereur Louis de Bavière, appuyé par tous les
ennemis que leur insolence leur avait attirés, et par ce Versuzio Laudo,
dont la haine persévérante ne perdait pas une occasion de les combattre.
Enfin, les choses en vinrent à ce point, que Galéas, Luchino, Giovanni
et Azone se virent enfermés dans les horribles prisons de Monza,
appelées les Fours. Ils y restèrent depuis le 5 juillet 1327 jusqu'au 23
mars de l'année suivante.

Mais, quand Galéas mourut, la haine qu'il avait inspirée aux princes et
aux peuples finit avec lui, et la fortune des Visconti prit une face
nouvelle. Azone, plus intelligent que son père, proclamé seigneur de
Milan le 14 mars 1330, pensa à recouvrer les villes qu'on avait perdues:
il réussit à reprendre Bergame, Vercelli, Vigevano, Pavie, Crémone,
Brescia, Lodi, Crème, Côme, Borgo-San-Domingo, Traveglio et
Pizzighettone. Il attachait en outre des yeux d'envie sur Plaisance:
mais la conquérir n'était pas une facile entreprise. Comme elle
jouissait de la liberté sous la protection du pape, Visconti n'aurait pu
l'attaquer sans se mettre en rupture ouverte avec le saint-siège. Il
commença donc une guerre sourde et digne de sa politique perfide: il
enfla je ne sais quelle, récapitulation de griefs, de violations et de
représailles des habitants de Plaisance contre ses sujets. Il menaça; il
fallut lui envoyer à Milan des députés et des otages, parmi lesquels se
trouvait Buonvicino. Son frère Versuzio avait péri, ses plus proches
parents étaient morts, morts ses amis les plus chers pendant les guerres
passées. Il avait pu voir combien la vie réelle est différente des rêves
que l'imagination enfante. Les splendides fantômes de sa jeunesse se
décolorèrent encore davantage, lorsque arrivé à la cour de Milan, il vit
de près avec quelles intrigues, quelles voies couvertes, quels pièges et
quelle duplicité les intérêts publics s'administrent; détours qu'une âme
simple ne saurait même deviner, mais que les sages de ce monde
prétendaient et prétendront toujours nécessaires à la prospérité des
États. Il s'indigna d'abord, puis une sombre fureur le saisit. Mais, à
force d'avoir sous les yeux le même spectacle, il contracta cette
profonde mélancolie qu'engendre le sentiment du bien qu'il faudrait
faire et de l'incurable impuissance de le réaliser.

Du reste, dans sa situation mixte d'otage et d'ambassadeur, et aussi en
souvenir du signalé service rendu à la princesse Béatrice, Buonvicino
était, partout honoré et accueilli; ils avaient été placés, ses
compagnons et lui, chez les premières familles de Milan. On espérait que
des liens d'affection naîtraient des rapports de l'hospitalité, et,
qu'avec le temps, ce qu'ils appelaient la bienveillance universelle et
qui n'était rien que la silencieuse tolérance du joug commun, prendrait
la place des rancunes municipales. Buonvicino avait été confié à la
famille d'Hubert Visconti.

Hubert Visconti était le père de cette Marguerite, qui donne son nom à
notre histoire. Frère de Matteo le Grand, il jouissait d'une grande
considération dans la ville, mais il ne participait point au
gouvernement. L'intégrité de son âme répugnait peut-être à toutes les
menées que la politique conseillait à ses frères pour conserver ou
accroître leur seigneurie; peut-être aussi ces princes mettaient-ils
toute leur haleine à tenir à l'écart un homme assez peu au fait des
choses de ce monde, pour prétendre arrêter avec les scrupules de la
justice la course aventureuse de l'ambition. Ajoutez à cela qui: les
Visconti, en leur qualité de Gibelins, c'est-à-dire de soutiens des
droits impériaux, étaient mal vus des papes qui, de concert avec les
Guelfes, défendaient la cause de l'Église et du peuple. Les passions
politiques s'unissant facilement aux croyances religieuses, il arrivait
fréquemment que les Gibelins professaient des erreurs en matière de foi,
que les pontifes avaient à lancer leurs foudres spirituelles sur leurs
ennemis temporels, et que les peuples regardaient comme hérétiques ceux
qui contrariaient les vues terrestres des papes. Aussi un grand nombre
d'âmes timorées se faisaient un cas de conscience de se ranger sous le
pennon de la vipère; Hubert ne suivait qu'avec répulsion le parti de ses
parents, et seulement autant que l'exigeaient son honneur et son serment
de chevalier. Dans une mêlée qui eut lieu à Milan, lorsqu'en 1302 les
Torriani firent un dernier effort pour y rentrer, Hubert avait été jeté
à bas de cheval. Au milieu des combattants, sous les pieds des chevaux,
il avait senti pendant un moment pour ainsi dire le souffle de la mort.
Il fit voeu à la madone de déposer les armes prises pour une injuste
cause, et il considéra comme un effet de son voeu la générosité avec
laquelle un des chefs ennemis, Guido della Torre, lui avait tendu la
main pour le relever, le remettre à cheval et lui donner le champ libre
en lui disant: «Il ne sera pas dit que je prive ma patrie d'un citoyen
tel que toi. Heureuse si elle en comptait un grand nombre!»

[Illustration.]

Dés lors Hubert s'abstint de prendre parti pour ses frères Ils
l'abreuvèrent de tant de dégoûts, qu'il demeura longtemps confiné à
Asti. Ensuite ils le rappelèrent et le comblèrent de ces honneurs qui
peuvent contenter l'amour-propre sans donner aucun crédit réel, comme de
l'envoyer en qualité de podestat dans quelqu'une de leurs villes, de le
joindre au cortège de l'empereur lorsqu'il allait à Rome, de lui faire
remplir des ambassades de pure cérémonie.

Enfin les Visconti se déclarèrent ouvertement contre le pape. Le
cardinal-légat ayant déployé l'étendard de Saint-Pierre sur le front de
son palais d'Asti, prêcha que tous ceux, hommes et femmes, qui
concourraient avec lui à la destruction de Matteo et des siens, seraient
délivrés (ainsi le disent les vieilles chroniques) du châtiment et de la
coulpe de tous leurs péchés. Il excommunia les Visconti jusqu'à la
quatrième génération, comme hérétiques et coupables de vingt-cinq
crimes. Les principaux qu'il leur reprochait consistaient dans
l'exercice d'une juridiction illégale: sur les personnes et les biens
ecclésiastiques, dans l'opposition qu'ils avaient mise à ce que les
leurs s'armassent pour la croix, dans les entraves dont ils avaient
chargé l'inquisition; il les accusait enfin d'avoir arraché aux flammes
l'hérétique Manfreda.

C'était une rude épreuve pour Hubert, qui vénérait profondément le
pouvoir du pape, que d'être enveloppé dans cette excommunication; aussi
ne s'épargna-t-il aucune peine pour ramener le calme dans les esprits et
réconcilier les Milanais avec le saint-père. Il paraît que c'est pour
suivre ses conseils que Matteo s'astreignit aux pratiques de la
dévotion, et à visiter les églises. Un jour, il convoqua, dans la
cathédrale, les clercs et le peuple, leur récita le _Credo_, et protesta
qu'il contenait l'expression de sa foi. Mais le pape ne crut point à la
sincérité de cette conversion, et il ne rétracta pas l'anathème, sous le
poids duquel Matteo mourut. Hubert, ne voulant plus se mêler des
affaires publiques, se renferma dans la vie privée, tout en conservant
la splendeur de son rang. Il résidait tantôt à Milan, tantôt sur les
rives heureuses du lac Majeur, où il possédai! des biens immenses. Là,
il se consacrait tout entier aux soins de la famille, et comme ses trois
fils, Victor, Ottorino et Giovanni, d'humeur belliqueuse, ne demeuraient
avec lui qu'à de rares intervalles, il reportait toute sa sollicitude
sur l'éducation de Marguerite, sa fille unique, bien différent du grand
nombre des pères qui semblent n'avoir d'autre but que de former des
jeunes filles sages et des femmes pleines de légèreté.

Détrompé du monde dans sa vieillesse, il sympathisait sincèrement avec
un homme qui, comme Buonvicino, connaissait, dès ses jeunes années,
l'amertume du désenchantement. Une intime amitié s'établit entre le
jeune homme et le vieillard. Le premier, privé de son père, aimait à le
retrouver dans Hubert, et regardait les fils de celui-ci comme des
frères, Marguerite comme une soeur. Les discours de cet homme plein de
jours anticipaient pour Buonvicino sur l'expérience du monde; le peu de
livres qu'on connaissait alors l'emplissaient par d'agréables lectures
les moments de repos. Il composait aussi quelques vers de grossière
facture, et tels qu'on pouvait les faire à cette époque. Il brillait
dans Milan par ses talents d'écuyer, et son habileté à tous les
exercices du corps. Jamais il ne manquait de se mêler aux discussions
politiques, qu'il regardait comme l'école du philosophe et du citoyen.
On l'aimait pour l'aménité de ses manières, relevées par une mâle et
constante franchise. Les seigneurs le respectaient, parce qu'il savait
allier à la soumission qu'exige la force victorieuse la dignité d'une
infortune imméritée.

C'eût été merveille qu'un chevalier si accompli n'inspirât pas d'amour à
Marguerite. Il pouvait compter trente ans, elle en atteignait quinze à
peine, et les soins dont Buonvicino environnait la jeune fille
éveillaient dans ce coeur vierge et ignorant de lui-même le sentiment
d'un pudique plaisir. Toutefois cette inclination resta longtemps un
secret pour tous et pour les amants eux-mêmes. Jamais il ne lui avait
dit: Je vous aime, ce mot qui ne s'échappe des lèvres que lorsque
l'éloquent langage de la passion l'a exprimé de cent façons muettes et
diverses. Elle savait à peine si elle l'aimait, elle ne le lui avait
jamais avoué, jamais elle ne se l'était avoué à elle-même; seulement, à
sa vue, les mouvements de son coeur devenaient plus rapides.
S'éloignait-il, elle restait abattue, comme s'il eût manqué quelque
chose à son âme et qu'elle eût été privée d'une partie d'elle-même. Il
ne lui avait pas dit s'il reviendrait, ni à quelle heure; cependant elle
demeurait dans une continuelle attente. Tardait-il, toutes les angoisses
de l'inquiétude s'emparaient d'elle. Elle le revoyait, et elle nageait
dans la joie, et elle ressentait une plénitude de vie comme (c'est du
moins ce qu'elle croyait) à la vue de son père, au spectacle d'une aube
de mai ou d'une vigne que septembre a chargée de fruits. Elle aurait
voulu lui plaire, lui sembler belle, lui paraître généreuse et bonne.
Sans y songer, lorsqu'elle l'attendait, elle donnait à sa parure un soin
plus attentif. Il lui parlait, et la vie lui renaissait au coeur. Elle
ambitionnait ses regards, et à peine les fixait-il sur elle, elle
baissait les siens, rougissante, confuse, oubliant de répondre aux
questions de Buonvicino, et balbutiant quelques remerciements sans suite
aux témoignages de sa courtoisie. Si, de concert, ils faisaient résonner
les cordes d'un luth, dans son trouble elle confondait les notes; puis
elle se repentait, elle avait honte, se condamnait, s'accusait
d'enfantillage, se promettait de se corriger, et retombait aussitôt dans
les mêmes fautes. Parmi les fleurs de son parterre, il y avait une fleur
préférée; parmi les arbres de son bosquet, in arbre favori: la fleur
était la marguerite pour laquelle il avait montré une vive prédilection;
l'arbre, celui sous lequel il lui était apparu à l'improviste un jour
qu'elle pleurait l'absence du bien-aimé. L'attendre et le voir, se
plonger dans de longs rêves, s'en détacher brusquement, puis le désirer
encore, c'était l'histoire du coeur de Marguerite: vie avare
d'événements, prodigue d'impressions et tout abandonnée à cette
mystérieuse puissance qui répand tant de douceur et de peines sur le
premier amour; sueurs et frissons de la volupté qui s'ignore,
gémissements et chants de joie, larmes et rires sans cause, craintes et
espérances sans motifs; cent fois dans le jour se proclamer au faîte du
bonheur et de la misère! ivresse ou torture, selon que le coeur croit
avoir atteint la félicité suprême, ou qu'il reste foudroyé par
l'isolement et l'abandon!

[Illustration.]

Les sentiments de Buonvicino n'avaient pas cette ondoyante incertitude;
quoiqu'il eût encore la virginité de l'âme et toute la jeunesse de la
vertu, il avait déjà éprouvé le monde et suffisamment expérimenté cette
vie, comédie pour celui qui l'observe, tragédie pour celui qui la sent.
La séduction marche vite quand on ne la craint pas. Rien n'ouvre l'âme à
la tendresse comme la douleur. Buonvicino souffrait. Il sentit qu'il
aimait Marguerite et ne s'en défendit pas. Il connut qu'il était aimé
d'elle, et il s'y complut, heureux d'avoir si bien placé sa passion et
qu'elle fût payée d'un retour si sympathique. Après avoir essuyé les
tempêtes de la vie publique, jeté sur les hommes un oeil mélancolique et
pénétrant, qui du premier coup devinait le but de leurs actions, il se
réconciliait avec l'humanité dans la contemplation d'une âme pure,
étrangère à tout calcul, et vertueuse par tous ses instincts. Il
cherchait la tranquillité dans les émanations d'innocence qui formaient
l'atmosphère où elle vivait, et semblable à cette paix divine que les
anges versent sur les âmes dont le ciel les envoie soulager la douleur.

Mais le calme de cette innocence, en même temps qu'il enflammait sa
passion, l'empêchait de la déclarer à Marguerite. Posséder cette vierge
ingénue qu'un père, excellent formait à la vertu et à la sagesse lui
paraissait bien le bonheur de sa vie; mais pourrait-il lui rendre cette
félicité qu'elle lui donnerait? Les destinées de sa patrie et de sa
maison étaient en suspens. Il pouvait advenir que, dans une contrée
libre, il vécût le premier de ses concitoyens, investi de l'autorité
d'un nom honoré ou d'un caractère plus honoré encore, conduisant sa
patrie dans les voies de la justice et d'une glorieuse paix. Mais ce
séduisant avenir avait pour arbitres des princes connus par leur
habituel égoïsme. S'ils lui manquaient de parole, si les brigues de
l'ambition prévalaient, il pouvait se trouver, non-seulement condamné à
une vie obscure, mais frappé d'un lointain exil, précipité dans ces
périlleuses entreprises où l'homme de coeur, semblable au naufragé dans
la haute mer, veut s'engager seul pour soutenir la lutte avec plus de
fermeté, pour succomber avec moins de douleur lorsque le devoir ou la
générosité lui imposent de se sacrifier. Dans ce doute, il n'aurait donc
alimenté la flamme naissante de Marguerite que pour faire une autre
victime. Il se serait mis au coeur le remords d'avoir troublé le repos
de cette âme virginale, ce sourire printanier de la vie, qui s'efface
rapide et sans retour pour faire place aux chagrins, aux soucis, à
l'amertume du désenchantement, aux inutiles regrets qui dévorent le
reste de nos jours; il se résolut donc à taire toujours sa passion, à la
dissimuler au moins dans ses discours, quelque peine qu'il en dût coûter
à son coeur. Mais comment cacher l'amour? Contre son gré, l'entraînement
d'un transport, d'une parole irréfléchie, une délicate prévenance, un de
ces riens lui échappaient, qui révèlent aux jeunes filles l'homme dont
le souffle brûlant ouvrira dans leur âme la fleur de la volupté.

La fortune réalisa bientôt les craintes qu'il avait conçues, en se
décidant contre Plaisance. Quoique la conquête de cette ville fût un des
désirs les plus vifs d'Azone, et qu'il se crût un droit certain à la
reprendre parce qu'elle avait autrefois appartenu à son père, il ne se
risquait point cependant à l'attaquer en face, de peur de s'attirer la
colère du saint-siège, qui la tenait sous sa protection. Mais il
travaillait, comme dit le proverbe italien, à tirer l'écrevisse de son
trou avec la main d'autrui. Francesco Scotto ambitionnait de gouverner
Plaisance, où sa famille avait autrefois dominé, et de la soumettre à sa
puissance en opprimant les Landi, ses rivaux, et en chassant les
adhérents du pape. Dans ce dessein, il s'entendit avec les Fontana, les
Fulgosi, et d'autres familles du pays, qui, s'étant emparées de la
citadelle, proclamèrent Scotto leur seigneur, abolirent la suprématie du
pape, exilèrent et dépossédèrent à jamais les soutiens des Landi, et
nommément Buonvicino.

Il supportait ce malheur dans la croyance qu'Azone, comme il ne cessait
de le promettre et de le dire, prendrait les armes contre le nouveau
tyran, et remettrait Plaisance libre aux mains du pape et des habitants.
Mais Azone avait deux visages. Il avait lui-même aidé sous main Scotto à
s'emparer de l'autorité à Plaisance, non par amour pour lui, mais pour
pouvoir le dépouiller sans marcher sur les brisées de la cour
pontificale. Il arma en effet; tous les bannis prirent part à
l'expédition; Buonvicino fut des premiers et des plus vaillants, et,
avec le courage qu'inspire le désir de recouvrer la patrie perdue, ils
eurent bientôt enlevé Plaisance à Scotto. Mais, quand ils virent que
Visconti ne proclamait, pas la liberté, qu'il faisait mettre bas les
armes aux deux factions, et qu'il ajoutait Plaisance à ses possessions,
comme bonne et valable conquête, je vous laisse à penser si les
habitants de Plaisance, et, entre tous, Buonvicino, furent honteux de la
duperie dont ils étaient victimes. Ce dernier, dépouillé de ses biens et
soigneusement retenu à Milan, voyait donc s'évanouir à la fois la
grandeur de sa patrie, le lustre de sa famille, les rêves de sa
jeunesse, sans qu'il lui restât autre chose que cet héritage commun à
trop de gentilshommes italiens de ce temps, la valeur de son bras. Mais
il n'était point disposé à se vendre au plus offrant. Il devait recourir
à sa propre vertu et y chercher cette jouissance intime qui, même au
sein des plus affreuses misères, accompagne et console les victimes
d'une juste cause.

Il se persuada dès lors qu'il ne pouvait plus songer, après ce dernier
coup de la fortune, à unir son sort à celui d'une jeune fille de si
haute naissance, et que son amour pour elle lui montrait digne de la
condition la plus sublime. Pour ne point paraître déserter la cause de
ses frères d'infortune, en s'alliant à la famille du tyran de leur
commune patrie, il commença à ne plus voir Marguerite qu'à de longs
intervalles. S'il ne put s'en détacher intérieurement, il cacha du moins
la tendresse qu'il avait pour elle, et il en vint à se convaincre qu'il
l'avait entièrement effacée de son coeur.

Il avait connu, à la cour d'Azone, le chevalier Franciscolo Pusterla,
qui tenait alors un grand état à la cour du prince, et n'avait jamais
abusé de la faveur pour nuire à autrui, ni pour s'enrichir; en outre,
honnête, généreux, plein du souvenir des antiques vertus italiennes,
animé de l'amour du bien de la patrie. Peut-être ce genre de faiblesse,
qui consiste à singer l'activité et l'énergie, une inquiète manie
d'action, une soif de paraître, de jouir de la vie, le rendaient-ils
incapable de résister à la fascination des honneurs ou aux enivrements
du pouvoir. Les fautes du prince ne lui inspiraient point la hardiesse
des remontrances, encore moins osait-il leur montrer de la résistance ou
du mépris; trop séduit par l'attrait du premier rang à la cour et dans
la cité, et ne comprenant point qu'on se distingue d'autant plus qu'on
dédaigne davantage les biens où la foule se rue.

Buonvicino le crut fait pour rendre Marguerite heureuse. Les deux
familles étaient déjà liées d'amitié. Les défauts de la jeunesse s'en
iraient avec la jeunesse, et Pusterla avait en lui tout ce qu'il fallait
pour satisfaire les yeux, la raison et l'imagination d'une jeune fille,
Marguerite, placée dans une haute position et digne de ses vertus,
pouvait, heureuse dans son intérieur, être au dehors le modèle des
femmes lombardes. Ami familier des deux maisons, Buonvicino ménagea
entre elles cette alliance, qui plaisait singulièrement à Hubert
Visconti, joyeux d'unir une fille si chère à un chevalier si accompli.
Pusterla était encore plus flatté d'une telle union, qui devait lui
faire posséder une femme sans rivales, partout renommée pour sa beauté
et ses grâces, et le faire entrer dans la maison régnante.

[Illustration.]

Dès que Marguerite s'aperçut du refroidissement de Buonvicino, dès
qu'elle le vit éloigner les occasions de se trouver avec elle,
s'abstenir des occupations auxquelles ils avaient coutume de se livrer
en commun, comme de toucher du luth ensemble, ensemble de lire la Divine
Comédie du Dante et quelques autres livres français et provençaux, on
pense bien que la mélancolie s'empara de son âme. Elle examinait, une à
une, chacune de ses actions, chacune de ses pensées, pour voir ce qui
avait, pu lui déplaire en elle, et ne pouvant trouver sa faute, elle se
désolait et fondait en larmes. Alors elle s'avouait son amour pour lui,
alors elle l'accusait de cruauté pour n'avoir point répondu à une
affection si passionnée, puis ses réflexions la conduisaient à se taxer
de vanité et de folie: c'était une pure illusion de sa part d'avoir cru
qu'elle lui était chère. Jamais le lui avait-il dit? Jamais, peut-être,
il n'avait arrêté sur elle, un seul instant, une seule de ses pensées.
Elle s'ingéniait à se prouver à elle-même que les soins de Buonvicino
envers elle n'étaient que reflet ordinaire de la courtoisie d'un
chevalier, que les manières naturelles à tous les seigneurs avec toutes
les jeunes filles; puis son coeur cherchait querelle à sa raison, et lui
rappelait ces mille niaiseries ineffables, qui sont tout pour les
amants. Il ravivait en elle la poésie des premiers troubles de l'âme,
tant de transports intérieurs que le visage ne révèle pas, tant de
craintes de n'être pas comprise, tant de joie de l'avoir été. Ces
souvenirs lui persuadaient de nouveau que Buonvicino l'avait aimée, et
son esprit se perdait de plus en plus dans ce labyrinthe d'impressions
diverses, uni exaltent un voeu déçu, une espérance trompée. Tantôt elle
se reprochait de ne pas avoir assez dévoilé son coeur, tantôt de ne pas
l'avoir couvert de voiles assez épais, et, ne trouvant dans le passé,
dans le présent, que chagrins et souffrances, elle cherchait à
s'étourdir, et à bannir de sa mémoire ces illusions qu'elle s'efforçait
de prendre en pitié. Elle se vantait d'être libre, guérie, oublieuse;
elle revenait à ses lectures, à son luth, à ses promenades; mais les
sons de l'instrument lui rappelaient la voix qu'ils avaient coutume
d'accompagner; ses livres lui présentaient mille allusions à ses
sentiments vivants ou détruits, des passages qu'il lui avait expliqués
autrefois, et qui demandaient encore leur interprète; et quelles étaient
tristes et monotones ces promenades solitaires, où ne raccompagnait plus
l'espérance de trouver son amant sur ses pas!

Mais aux grandes passions elles-mêmes le temps est un puissant remède.
Marguerite devait à la fin se convaincre qu'elle avait été vraiment la
dupe d'une illusion, lorsqu'elle vit Buonvicino négocier son mariage
avec Pusterla. Cet amour, qui ne s'était jamais nourri que de son propre
attrait et de ses propres espérances, elle devait enfin sans trop
d'efforts en détacher son coeur. Autour d'elle, tout retentissait des
louanges de Pusterla: les prouesses qu'il avait accomplies dans la
dernière expédition contre Plaisance avaient porté la renommée de son
courage dans toute la Lombardie; c'en était assez pour ouvrir l'âme de
Marguerite aux séductions d'un nouvel amour. Quelle est la femme qui,
d'un bomme couvert de gloire, n'aime à pouvoir dire: «Il est à moi!»

Aussi, lorsque son père lui demanda si elle se trouverait heureuse
d'épouser Pusterla, elle ne repoussa pas l'idée de cette alliance. Quand
elle eut connu ce jeune seigneur, le trouvant doué de toutes les
qualités qui conviennent à un gentilhomme et à un chevalier accompli,
elle bénit le ciel de l'avoir tellement favorisée, et mit en lui tout
son bonheur. Dès qu'elle fut sûre de l'aimer et d'en être éternellement
aimée, elle lui promit à l'autel la plus vive, la plus tendre, la plus
céleste affection.

Les mémoires du temps s'accordent tous à louer la nouvelle épouse.
«Belle, disent-ils, courtoise, spirituelle, d'une bienveillance affable
envers ses inférieurs, d'une inépuisable charité pour les pauvres, d'une
humeur égale, d'une conversation charmante, constante dans cette douceur
de caractère qui, chez les femmes, équivaut à tous les autres dons, et
le plus précieux de tous pour leur bonheur et celui des êtres qui les
entourent.» Elle eut certainement des défauts; quelle créature en est
exempte? mais les historiens ne les rappellent point, peut-être parce
qu'au charme d'une grande jeunesse elle joignit une grande infortune:
car l'homme est aussi enclin à oublier lus imperfections de ceux qui
obtiennent sa pitié, qu'à en inventer dans ceux qu'il envie. Il nous est
revenu, d'un autre côté, que ses égaux l'accusaient de s'étudier à
paraître belle, bonne et vertueuse. Ceux qui croient que la suprême
vertu consiste à s'abstenir, lui faisaient un crime de s'entremettre
dans les malheurs d'autrui pour y porter secours; elle faisait du bien,
donc elle fit des ingrats, qui cherchaient dans la médisance une excuse
à leur ingratitude: ceux-ci disaient que sa dévotion n'était que
bigoterie; d'autres assuraient que ses bienfaits ne partaient point
toujours d'un coeur pur ni d'une intention droite; un plus grand nombre
lui reprochait de ne point connaître le monde parce qu'elle préférait la
naïveté du sentiment et la simplicité de la franchise à ces politesses
compassées que le monde enseigne et prétend imposer. En un mot, elle
avait tout ce qu'il faut de vertus pour donner prise à la médisance et
pour faire le bonheur de ceux qui la connaissaient et rapprochaient. Que
dire de celui qui la possédait?

Les étranges idées qu'on se formait alors du mariage permettaient à une
femme, bien plus, si elle était belle et de haut rang, lui faisaient un
devoir d'attirer près d'elle un ou plusieurs cavaliers qui lui dédiaient
leurs emprises, sérieusement dans la guerre, ou par simple galanterie
dans les tournois. Marguerite se déroba encore à cet usage de son temps,
parce qu'elle ne croyait pas qu'on pût faire de la morale un jeu et une
affaire de mode.

Si la pensée de Buonvicino ne lui revint pas à la mémoire, si elle ne se
rappela jamais les premiers rêves de sa jeunesse, c'est ce que je ne
saurais dire. Ce que je sais, c'est qu'un premier amour s'efface
difficilement et même qu'il ne s'efface jamais. Ce que je sais encore,
c'est que la vertu la plus rigide ne saurait inculper d'innocents
souvenirs.

Ce fut par des sentiments bien différents que passa le coeur de
Buonvicino. A tort il avait cru sa passion éteinte, elle n'était
qu'assoupie, et, lorsqu'il vit sa bien-aimée accroître de jour en jour
le bonheur de Pusterla, il sentit se ranimer l'antique flamme. Comme
l'amitié l'autorisait à fréquenter la maison de Marguerite, il put voir
s'épanouir dans la femme les germes de vertus qu'il avait reconnus dans
la jeune fille. La constante et paisible sérénité qu'elle répandait sur
les jours de son mari, lui montra les fruits de l'éducation à laquelle
il avait assisté. Les songes de joie innocente et tranquille qui
l'avaient charmé aux jours de ses rêves fleuris, lorsque lui souriait
l'espoir de posséder un jour le bien suprême, il les voyait réalisés,
mais réalisés pour la félicité d'un autre, et cet autre était son ami,
et lui-même, de ses mains, il lui avait préparé, cette béatitude; et cet
ami, chaque fois qu'ils se trouvaient ensemble, versait dans son sein la
plénitude d'un coeur ivre de joie, lui dépeignait, avec l'ardeur d'un
nouvel époux, les vertus de Marguerite que chaque jour lui découvrait
plus parfaites, et le bénissait d'avoir tourné ses yeux sur un objet si
bien fait pour les fixer. Ainsi alimentée par la conviction des
éclatantes qualités de sa bien-aimée, et cependant, renfermée de manière
à ce que rien n'en pût transpirer, la passion de Buonvicino croissait
avec un progrès rapide; il appelait bien à son secours la raison;--la
raison! excellent remède pour oublier ou pour prévenir; mais quand la
passion est là vivante et nous presse, où est sa force, à cette
impuissante raison?

Cependant l'amour de Pusterla pour Marguerite s'était ralenti, et il se
donna bientôt tout entier au soin d'être agréable au prince. Je me
trompe: son amour n'avait pas diminué; mais, un peu de l'humeur de nos
modernes, il le mêlait à toutes les petites ambitions mondaines; il
l'étouffait sous un tumultueux amas de pensées étrangères, et pour se
signaler par les emplois, les armes, la magnificence, il laissait de
côté les incomparables douceurs du foyer domestique; il était peu
capable de les goûter, porté, comme nous l'avons dit, à chercher le
bonheur dans les orages de l'âme ou dans les agitations de la vie.
Aussi, lorsque la première ébullition de son amour pour Marguerite se
fut apaisée, il chercha dans des amours différentes, ou dans les liens
renoués d'éphémères passions, des joies moins paisibles et plus
brûlantes. Toutefois, je le répète, sa tendresse et son estime pour sa
femme n'en avaient point souffert; phénomène que je m'arrêterais à
expliquer, s'il était plus rare.

Il s'absentait de Milan pendant des mois entiers. Quand il y restait,
absorbé par la cour et les réunions brillantes, il avait bien peu de
temps à donner à Marguerite. Lorsqu'elle éprouva la douleur de fermer
les yeux au plus tendre des pères, Pusterla voyageait avec le prince
hors du Milanais; il n'accourut point la consoler: il se contenta de lui
écrire de ces paroles de condoléance qui ont si peu d'empire sur le
coeur lorsqu'elles ne sortent pas des lèvres de la personne aimée.

Au contraire, dans ce malheur, Buonvicino fut pour Marguerite un ami
véritable. Blâmant en lui-même l'abandon où la laissait Pusterla, il
redoubla avec elle de soins affectueux, et se montra plein d'un noble et
désintéressé sentiment de pitié.

Mais de la pitié à l'amour le passage est rapide! Non, aucune séduction
n'égale celle des larmes dans les yeux de la beauté, ni celle du plaisir
de les essuyer d'une main consolante. La muette et gracieuse
reconnaissance avec laquelle Marguerite recevait les soins de
Buonvicino, l'abandon naturel à la douleur, touchaient vivement
celui-ci, qui se sentait heureux de jouir des menus droits de l'amitié.
La communauté des sentiments, des opinions, des sympathies, les élans de
la magnanimité et de la commisération, tout enfonçait plus avant
l'affection dans l'âme de Marguerite, dans l'âme de Buonvicino la
passion. Il comprit que la passion le liait désormais à cette femme, et
il s'enflamma encore lorsqu'elle devint mère, mère de l'enfant le plus
chéri, en qui s'incarnait pour lui tout le bonheur rêvé dans le temps
des chimères, et quand il la vit remplir sans orgueil, sans ostentation,
forte, tendre, heureuse, tous les devoirs de la maternité.

Dans les manières de Buonvicino, Marguerite ne reconnaissait ou ne
voulait reconnaître qu'un effet et qu'une suite de l'affection qu'il
avait portée à sa jeunesse. Hautement persuadée de la vertu du
chevalier, elle ne songeait point à se retrancher dans la réserve et la
sévérité qu'elle aurait certainement adoptées si elle se fût aperçue
qu'il cherchait à lui inspirer un sentiment qui ne pouvait exister sans
crime. Mais les yeux d'un amant se font aisément des chimères. Les
grâces de la familiarité, les délicatesses d'une âme élevée, la
confiance ingénue et passionnée qu'il trouvait dans Marguerite,
laissaient entrevoir à Buonvicino quelques espérances pour l'avenir de
sa passion. De quelle nature étaient ces espérances? c'est ce qu'il
ignorait et ne voulait pas savoir, ou s'il y réfléchissait, elles lui
paraissaient innocentes. Trahir un ami, déshonorer une femme qu'il
admirait encore plus qu'il ne l'aimait, et pour qui son amour était né
de l'admiration qu'elle lui inspirait, c'était une pensée qui ne pouvait
seulement se présenter à son esprit. Il n'ambitionnait rien de plus que
de lui dire combien il brûlait pour elle, de lui raconter sa passion,
ses souffrances, de lui montrer qu'il ne l'avait point trompée alors
qu'il présentait à son imagination de jeune fille un mystère facile à
pénétrer, et de quelles douleurs il avait été torturé lorsqu'il l'avait
arrachée de son coeur, ou du moins lorsqu'il avait tenté de le faire. Le
comble de ses désirs, c'eût été de connaître que Marguerite agréait son
amour, qu'il ne lui déplaisait point de se savoir adorée par lui,
qu'elle recevrait avec satisfaction l'hommage de ces emprises
chevaleresques, dans lesquelles il s'était toujours glorieusement
signalé. C'est là ce qu'il croyait désirer, ce qu'il désirait peut-être;
quoique ce soit de semblables rêves que la passion se repaisse
lorsqu'elle veut justifier un premier pas,--ce premier pas, que tant
d'autres suivront sous l'impulsion d'une fatalité inévitable.

Buonvicino, dans ses intervalles de sang-froid, s'apercevait qu'il
nourrissait des illusions, et il tenta divers moyens pour arracher de
son âme un sentiment criminel. Il voyagea quelque temps; mais il fut
bientôt de retour, persuadé que l'absence est comme le vent qui éteint
les étincelles et avive les incendies. Il chercha des distractions dans
le monde et les plaisirs; mais que toute joie lui paraissait muette,
décolorée, lorsque Marguerite ne la partageait pas! Comme le spectacle
de la vanité, de l'égoïsme, de la bassesse humaine le ramenait plus
épris à la chère image de sa bien-aimée! Il essaya de prier, mais le
fantôme adoré, inévitable, se plaçait entre lui et Dieu, comme la plus
belle créature que le ciel eût formée. Il essaya tout, en un mot, tout,
excepté le seul remède dont il sentit l'efficacité absolue, un exil sans
retour.

Enfin, pressé par la violence, de sa passion et la persuasion de son
innocence, Buonvicino résolut de la découvrir à Marguerite. Mais que sa
bouche en prononçât l'aveu devant elle, c'est en vain qu'il eût osé
l'entreprendre; il lui avait toujours fait un mystère de sa passion
lorsqu'elle était pure et permise et qu'il pouvait espérer de la voir
accueillie; comment se serait-il décidé à la lui révéler, lorsqu'il
devait tout redouter d'une semblable révélation? Il recourut, dans cette
incertitude, à ces moyens mixtes, qui sont le refuge de ceux qui ne
savent pas prendre un ferme parti, et il se résolut à lui écrire. Il
médita longtemps sa lettre, l'écrivit, l'effaça, l'écrivit de nouveau
pour l'effacer encore. Il recommençait, et, à la moitié de sou oeuvre,
saisi de repentir, il jetait son roseau. Aucune phrase n'était assez
modérée, aucun mot assez chaste, aucune expression, aucun raisonnement
assez entraînants: jamais feuille de parchemin ne subit semblable
torture.

Enfin il termina sa lettre. L'amitié qui l'unissait à la famille
éloignait tout soupçon; les affaires et les plaisirs retenaient Pusterla
hors de chez lui la plus grande partie de la journée; il put, sans
crainte, charger un valet de remettre sa lettre à Marguerite.

Mais, du moment que le valet eut mis le pied hors de la maison, quelle
tempête dans le coeur de Buonvicino! quels rêves! quelles craintes!
quelles espérances! Combien il aurait voulu n'avoir pas fait cette
démarche! combien il aurait voulu la faire autrement! Comme chaque mot,
chaque phrase, chaque pensée du fatal billet lui revenaient à l'esprit
comme un crime, un crime accompagné du châtiment et du remords.

[Illustration.]

«Qui sait? lui bourdonnait sa raison, le valet oubliera; il ne l'aura
pas trouvée. Environnée d'autres personnes, il ne lui remettra pas ma
lettre,--il me la rapportera. Je veux la déchirer, la brûler, et... Non,
jamais, jamais je ne le lui révélerai. Je fuirai loin, si loin que je ne
puisse entendre parler d'elle. Je l'arracherai de mon coeur; je l'y
effacerai sous l'image d'un amour nouveau; d'autres soins, d'autres
plaisirs, d'autres souffrances me la feront oublier... Mais quoi!
n'est-elle pas digne de toutes les félicités? n'est-elle pas la plus
aimable, la plus noble, la plus charmante de toutes les femmes?... un
ange? Et si mon âme s'est enhardie jusqu'à l'adorer, n'est-il pas juste
que je souffre pour un si digne objet? Où est la douleur qui ne soit
payée par le don de son amour?--Eh! si je l'obtenais ce don inestimable?
si je lui étais cher? si elle me le disait? Non, non, jamais! jamais!
Malheureux qui ai voulu la tenter et troubler son repos! Reviens,
reviens, messager! Puissé-je te rappeler! puisses-tu me rapporter que la
mission n'a pas été remplie!»

Ainsi grondait l'orage dans l'âme de Buonvicino pendant que le valet se
rendait du palais des Visconti à la demeure, des Pusterla et qu'il en
revenait. Il n'y avait pas là d'horloges qui lui mesurassent les
minutes, mais il les comptait aux battements d'un coeur désespéré, à la
violente succession de ses idées, qui les lui faisaient paraître
l'éternité. Ses pas désordonnés se portaient ça et là dans sa chambre:
au plus léger bruit, il prêtait l'oreille. Quels fantômes ce retard
n'évoqua-t-il pas? Enfin, il mil la tête à la fenêtre ouverte au premier
souffle des tièdes zéphyrs d'avril; il découvrit son messager. Chacun
des pas de cet homme dans l'escalier enfonçait au coeur de Buonvicino
une pointe acérée. Quand il le vit soulever la portière et se présenter
devant lui, il n'eut pas la force de le regarder en face ni de
l'interroger. Celui-ci fit un salut et dit: «Je l'ai remis aux mains de
la dame.» puis il sortit.

Cette parole si naturelle, si simple, si attendue qu'elle dût paraître,
le replongea dans le désordre de ses pensées. Il se jeta sur un siège,
et l'effet que sa lettre avait dû produire sur Marguerite vint donner un
nouvel aliment à ses tortures. Perdre l'estime de sa maîtresse était le
plus redoutable malheur qui pût lui arriver. Puis il se flattait que sa
lettre n'était pas faite pour lui attirer un si affreux châtiment.

«Peut-être, disait-il, l'a-t-elle agréée? peut-être me prépare-t-elle
une tendre réponse? peut-être, la première fois que je la verrai, me
laissera-t-elle entendre que je ne lui suis pas odieux? Oh! savoir
qu'elle m'aime! l'entendre de sa bouche! le voir seulement dans ses yeux
qui parlent mieux que toutes les paroles! C'est là, c'est là ce qui me
rendrait heureux pour toute ma vie. Avec quelle sollicitude je
m'efforcerais de complaire à tous ses désirs! Prouesses guerrières,
exploits de courtoisie, que ne ferais-je pas pour augmenter l'amour de
ma dame et pour me rendre toujours plus digne de son amour.--Mais, si
c'était le contraire? si elle se croyait outragée! si je ne suis à ses
yeux qu'un vil séducteur?...»

Jeunes gens mes contemporains, qui vingt fois avez passé par des
circonstances semblables sans éprouver de pareilles agitations, qui
méditez froidement la séduction, et en attendes avec joie les effets,
vous souriez au récit du trouble de cet homme et vous dites qu'il n'est
pas naturel. Mais, jeunes gens, mes contemporains, la main sur la
conscience: si vous aviez le coeur de Buonvicino, si les objets de vos
passagers désirs ressemblaient à Marguerite... Allons raillez donc
encore mon chevalier.



Bulletin bibliographique.

_Le Barreau_, par M. OS. PINARD, avocat à la Cour royale de Paris. 1
vol. in-8 de 500 pag. Paris, 1843. _Pagnerre_, 6 fr.

Quel est l'avenir réservé au barreau? Les avocats conserveront-ils
longtemps encore l'influence qu'ils avaient su conquérir depuis un
demi-siècle par leurs talents et par leurs services, ou sont-ils
condamnés à devenir bientôt, connue le leur prédisent leurs ennemis, des
agents d'affaires n'ayant d'autre considération que celle qui s'attache
à la probité! Au temps seul il appartient de résoudre cette question. Ce
qui paraît positif, c'est que le présent ne ressemble déjà plus au
passé. Une foule de motifs, qu'il serait trop long d'énumérer ici,
menacent le barreau de lui faire perdre prochainement la haute position
à laquelle il était parvenu à s'élever. Sans doute il compte encore
parmi ses principaux membres des orateurs éloquents, de savants
jurisconsultes et des esprits distingués, mais où sont maintenant les
jeunes soldats destinés à remplacer dignement un jour les généraux
actuels? En d'autres termes, où sont les convictions et les passions
politiques? où sont les causes criminelles ou civiles qui ont fait la
fortune et la gloire des avocats d'autrefois? où est l'auditoire avide
d'entendre etde recueillir religieusement leur parole? où est la
magistrature capable de les écouter et de les comprendre?

D'ailleurs, pendant les trente années qui viennent de s'écouler, le
barreau a eu une existence si glorieuse, il a joué un rôle si
considérable dans l'histoire de la France, qu'il peut bien se reposer un
peu de ses triomphes passés. Sous la Restauration et depuis la
révolution de Juillet, que d'orateurs n'a-t-il pas fournis à tous les
partis! Ne sont-ce pas des avocats qui ont repoussé avec succès toutes
les attaques tentées contre les plus précieuses libertés de la nation,
la liberté de la presse, la liberté individuelle, la liberté de
conscience et d'examen, l'institution du jury, etc.; qui ont détendu et
parfois arraché à la mort les malheureuses victimes des discordes
civiles; qui ont proclamé les premiers au palais comme à la tribune le
grand et salutaire principe de la souveraineté du peuple? Quelques-uns,
il est vrai, prirent parti pour l'autorité absolue contre la nation;
d'autres, gorgés d'honneurs et de richesses, trahirent la noble cause
qu'ils avaient d'abord embrassée; mais le plus grand nombre restèrent
fidèles à leurs opinions, et la France n'oubliera jamais que, sous la
Restauration et pendant les treize années qui suivirent sa chute, les
plus utiles victoires de la liberté,--celle de Juillet exceptée,--furent
remportées par des avocats.

C'est le barreau de cette époque mémorable que M. Os. Pinard a choisi
pour le sujet de ses études; ce sont ses principaux membres qu'il a
peints d'après nature et dont il expose aujourd'hui les
portraits.--Avocat lui-même, rédacteur en chef du journal judiciaire _le
Droit_, M. Os. Pinard a vu souvent poser devant lui les grands orateurs
qui lui servaient de modèles; chaque jour, pour ainsi dire, il pouvait
retoucher, compléter, finir son travail; aussi ses premières esquisses,
déjà si ressemblantes, ont-elles atteint peu à peu à un degré de
perfection difficile à égaler. Pour parler un langage moins
métaphorique, le livre qu'il vient de publier estl un de ces ouvrages
que la critique se complaît à louer sans aucune réserve ni expresse ni
tacite, car elle y trouve toutes les qualités que le goût le plus
irréprochable pourrait désirer: beaucoup d'esprit, de bon sens, de
profondeur, d'habileté et un style qui rappelle toujours la belle langue
française du siècle dernier. Est-il un grand nombre de livres dont on
puisse faire un pareil éloge?

Par sa naissance, par ses antécédents, par ses convictions, M. Os.
Pinard appartient au parti démocratique. Cependant il n'est pas
exclusif. Il a rendu aux avocats qui ont attaqué ou trahi la liberté la
même justice qu'à ceux qui l'avaient constamment aimée et défendue.
Peut-être même a-t-il été trop indulgent en s'efforçant d'être
impartial;--peut-être, et c'est le seul reproche que nous lui
adresserons, aimerait-on à voir éclater çà et là une indignation plus
vive contre les trahisons et les apostasies, malheureusement si communes
à notre époque? «Combien d'hommes, dit M. Pinard, entraînés par le
courant, éblouis à l'aspect des rives nouvelles, ont oublié les rives
qu'ils avaient parcourues? Est-ce un crime de changer, quand ce n'est ni
la bassesse du coeur ni la séduction de l'intérêt personnel qui vous
conduisent au changement? L'homme, afin de rester le même, doit-il
rester muet, doit-il rester sourd, doit-il rester aveugle? Son esprit
s'est-il construit d'avance une prison d'où il ne doive plus sortir?
Changer, n'est-ce pas agir? agir, n'est-ce pas vivre?» Cette doctrine
est spécieuse et spirituelle, mais on en a fait un si déplorable abus
depuis plusieurs années, qu'il faut mieux, selon nous, la combattre même
injustement, que de paraître lui donner une sorte d'approbation
raisonnable. Il y a dans ce monde où nous vivons tant de consciences
disposées à la mettre en pratique, qu'il est vraiment inutile de la
prêcher.

_Le Barreau_ commence, par une vive et spirituelle introduction dans
laquelle M. Os. Pinard a esquissé rapidement l'histoire du barreau
depuis la révolution de 1789 jusqu'à nos jours.--Viennent ensuite des
notices biographiques et critiques plus on moins longues, mais toujours
complètes, de MM. Delamalle, Mérithou, Persil, Berryer, Laine, de
Vatisménil, de Martignac, Chaix-d'Estange, Paillet, Hennequin, Berville,
Bonnet, Tripier, Michel de Bourges, Philippe Dupin, Manguin, Bellart,
Ferrère, Odilon-Barrot, Teste, Barthe, Dupin aîné, Marie,
Romiguières.--Enfin M. Pinard a cru devoir ajouter à ces études et
portraits cinq curieux articles déjà publies dans _le Droit_, et qui ont
pour titre: _Omer Talon, le Parlement Meaupou, les Avocats à l'Assemblée
nationale, Lepelletier de Saint-Fargeau, le Procès Baboeuf._

_Les Jésuites_; par MM. MICHELET ET EDGAR QUINET. 1 vol. in-18.--Paris,
1843. _Paulin_. 2 fr. (Troisième édition.)

L'histoire de ce petit livre n'est plus ignorée de personne. Les
jésuites, dit M. Michelet, «étaient abattus, écrasés et aplatis en 1830;
ils se sont relevés en 1843, sans qu'on s'en doutât, et non-seulement
ils se sont relevés, mais, pendant qu'on demandait s'il y avait des
jésuites, ils ont enlevé sans difficulté nos trente ou quarante mille
prêtres, leur ont fait perdre terre et les mènent Dieu sait où! «Est-ce
qu'il y a des jésuites?» Tel fait cette question, dont ils gouvernent
déjà la femme par un confesseur à eux, la femme, la maison, la table, le
foyer, le lit... demain ils auront son enfant...

«Tout cela s'est fait très-bien, très-vite, avec un secret, une
discrétion admirables. Les jésuites ne sont pas loin d'avoir dans les
maisons de leurs dames les filles de toutes les familles influentes du
pays: résultat immense... seulement il fallait savoir attendre. Ces
petites filles, en peu d'années, seront des femmes, des mères... Qui a
les femmes est sur d'avoir les hommes à la longue...

«Une génération suffisait: ces mères auraient donné leurs fils. Les
jésuites n'ont pas eu de patience; quelques succès de chaire ou du salon
les ont étourdis. Ils ont quitté ces prudentes allures qui avaient fait
leurs succès. Les mineurs habiles, qui allaient si bien sous le sol, se
sont mis à vouloir travailler à ciel ouvert. La taupe a quitté son trou
pour marcher en plein soleil.

«Il est si difficile de s'isoler de son temps, que ceux qui avaient le
plus à craindre le bruit se sont mis eux-mêmes à crier...

«--Ah! vous êtes là... Merci, grand merci de nous avoir éveillés!...
Mais, que voulez-vous?

«--Nous avons les filles, nous voulons les fils; au nom de la liberté,
livrez vos enfants.»

«La liberté, ils l'aimaient tellement que, dans leur ardeur pour elle,
ils voulaient commencer par l'étouffer dans le haut enseignement...
Heureux présage de ce qu'ils feront dans l'enseignement secondaire!...
Dès les premiers mois de l'année 1842, ils envoyaient leurs jeunes
saints au Collège de France pour troubler les cours.»

Les premiers troubles dont parle M. Michelet furent promptement
apaisés... L'indignation du public effraya ces braves; peu organisés
encore, ils crurent devoir attendre l'effet tout-puissant du libelle _le
Monopole universitaire_, que le jésuite D... écrivait sur les notes de
ses confrères, et que M. Desgarets, chanoine de Lyon, a signé en avouant
qu'il n'en était pas l'auteur.

Cette année, au mois d'avril, les troubles ont recommencé. Deux
professeurs, MM. Michelet et Edgar Quinet, osaient se permettre de
parler des jésuites dans leurs chaires. Les jésuites accoururent en
masse, et essayèrent d'étouffer la voix des professeurs, non-seulement
par des sifflets, mais par des _bravos_. Le véritable public s'empressa
de jeter à la porte ces insolents perturbateurs; la presse entière (sauf
le journal des jésuites) prit fait et cause pour la liberté de
discussion. De nouvelles tentatives de désordre furent immédiatement
réprimées par les amis et les élèves de MM. Michelet et Quinet, les deux
éloquents professeurs purent continuer leurs leçons sur le jésuitisme,
et «ces nouveaux missionnaires de la liberté religieuse se retirèrent,
dit M. Edgar Quinet, la rage dans le coeur, honteux de s'être trahis au
grand jour, et prêts à se renier, comme en effet ils se sont reniés dès
le lendemain.»

Reproduites en partie par les journaux de toutes les opinions, les
leçons de MM. Michelet et Edgar Quinet viennent d'être réunies et
publiées en un petit volume in-18, du prix modeste de 2 francs. Trois
éditions, épuisées en moins d'un mois, prouvent quel vif désir la France
entière a d'apprendre à bien connaître les jésuites, pour être plus sûre
de pouvoir en toute occasion les démasquer et les confondre, et les
enfoncer seuls, selon les expressions de M. Michelet, dans cet enfer de
boues éternelles où ils voudraient l'entraîner avec eux.

Depuis leur dernière défaite, la situation a changé: les jésuites ont
publié à Lyon leur second pamphlet intitulé: _Simple coup d'oeil_. Ce
pamphlet, tout autre que le premier, est plein d'aveux étranges que
personne n'attendait. Il peut, dit M. Michelet, se résumer ainsi:

«Apprenez à nous connaître, et sachez d'abord que dans notre premier
livre nous avions menti... Nous parlions de _liberté d'enseignement_,
cela voulait dire que le clergé doit seul enseigner; nous parlions de
_liberté de la presse_... pour nous seuls. «C'est un levier dont le
prêtre doit s'emparer.» Quant à _la liberté industrielle_; «S'emparer
des divers genres d'industrie, c'est un devoir de l'Église.» _La liberté
des cultes_ «N'en parlons pas, c'est une invention de Julien
l'Apostat... Nous ne souffrirons plus de mariages mixtes; on faisait de
tels mariages à la cour de Catherine de Médicis, la veille de la
Saint-Barthélémy!»

«Qu'on y prenne garde: nous sommes les plus forts. Nous en donnons une
preuve surprenante, mais sans réplique: c'est que toutes les puissances
de l'Europe sont contre nous... Sauf deux ou trois petits États, le
monde entier nous condamne.»

«Chose étrange, ajoute M. Michelet, que de tels aveux leur soient
échappés! Nous n'avons rien dit de si fort. Nous remarquions bien dans
le premier pamphlet des signes d'un esprit égaré; mais de tels aveux, un
tel démenti donne par eux-mêmes aujourd'hui à leurs paroles d'hier!...
Il y a là un terrible jugement de Dieu... Humilions-nous.

«Voilà ce que c'est que d'avoir pris en vain le saint nom de la liberté;
vous avez cru que c'était un mot qu'on pouvait dire impunément quand on
ne l'a pas dans le coeur. Vous avez fait de furieux efforts pour
arracher ce nom de votre poitrine, et il vous est advenu comme au saint
prophète Balaam, qui maudit, croyant bénir; vous vouliez mentir encore,
vous vouliez dire _liberté_, comme dans le premier pamphlet, et vous
dites: _meure la liberté!_ Tout ce que vous avez nié, vous le criez
aujourd'hui devant les passants!»

_De l'organisation et des attributions des conseils-généraux de
département et des conseils d'arrondissement_; par M. J. DUMESNIL,
avocat aux Conseils du roi et à la Cour de cassation, membre du
conseil-général du département du Loiret; troisième édition, entièrement
refondue et mise en rapport avec l'état actuel de la législation, de la
jurisprudence et des instructions ministérielles. 2 vol. in-8.--Paris,
1843. _Charpentier_ (galerie d'Orléans, 7). 14 fr.

Le 22 décembre 1789, l'Assemblée constituante décréta une nouvelle
division du royaume en départements, tant pour la représentation que
pour l'administration. Chaque département fut partage en _districts_;
chaque district en _cantons_; chaque canton en _Municipalités_. Cette
nouvelle division du territoire entraîna nécessairement la création de
nouveaux agents administratifs. En fondant les départements, le même
décret établit au chef-lieu de chacun d'eux une assemblée administrative
supérieure, sous le titre d'_administration de département_; une
assemblée administrative inférieure fut également établie au chef-lieu
de chaque district, sous le titre d'_administration de district_. Telle
a été la première origine des _conseils-généraux_ et des _conseils
d'arrondissement_, dont le savant commentaire publié par M. J. Dumesnil
a pour but de nous faire connaître l'_organisation_ et les
_attributions_.

Depuis 1789 jusqu'en 1838, les assemblées administratives créées par
l'Assemblée constituante ont subi à plusieurs reprises des modifications
importantes. Avant d'exposer les règles tracées par les lois du 22 juin
1833 et du 10 mai 1838 pour l'organisation des conseils-généraux de
département et des conseils d'arrondissement, M. J. Dumesnil a donc
réuni et analyse, dans un chapitre préliminaire, les dispositions
législatives, les anciennes lois, les décrets et les arrêtés du
gouvernement, qui se rattachent à l'existence de ces assemblées; en un
mot, il a refait leur histoire théorique.

Les deux titres de l'ouvrage de M. J. Dumesnil indiquent sa division
principale: la première partie comprend l'organisation des
conseils-généraux de département et des conseils d'arrondissement; la
deuxième partie, de beaucoup la plus longue, est entièrement consacrée à
leurs attributions.

Dans la première partie, M. J. Dumesnil commente, article par article,
la loi du 22 juin 1833; il expose, discute et résout les principales
questions que son application peut faire naître; Il cherche les motifs
des décisions dans l'exposé des motifs et la discussion aux Chambres,
dans les arrêts, en forme d'ordonnances royales, du conseil d'État, dans
les arrêts ou jugements des cours et tribunaux ordinaires, et enfin dans
les circulaires ministérielles. Cette première partie se termine par le
commentaire de la loi relative à l'organisation particulière du
conseil-général et des conseils d'arrondissement du département de la
Seine.

La seconde partie se divise en cinq titres. Le titre 1er traite des
attributions des conseils de département. Or, ces attributions étant de
deux sortes, c'est-à-dire sous l'autorité du pouvoir législatif et sous
l'autorité du roi, le titre premier se subdivise lui-même en deux
sections.

La première section du titre premier de la seconde partie énumère donc
toutes les attributions que les conseils de département sont chargés
d'exercer sous l'autorité de la puissance législative, et qui se
rapportent à la répartition des contributions foncière, personnelle et
mobilière, et des portes et fenêtres; au cadastre, au recensement des
personnes et des propriétés; aux changements de circonscription des
départements, arrondissements et communes; aux impôts et emprunts dans
l'intérêt du département, etc.

La deuxième section comprend toutes les attributions placées sous
l'autorité du roi, telles que celles que le conseil exerce dans
l'intérêt du département, considéré comme personne civile; les règles
d'administration du domaine départemental; les travaux d'utilité
publique qui concernent, soit les bâtiments, soit les voûtes
départementales, soit les chemins vicinaux de grande communication, et,
en général, tous les travaux sur lesquels les conseils-généraux doivent
délibérer ou donner un avis; les attributions relatives aux prisons
départementales, aux enfants trouvés et abandonnés, aux dépôts de
mendicité, aliénés et voyageurs indigents; le vote; du budget des
diverses recettes et dépenses départementales; les règles applicables à
la comptabilité de ces dépenses; les avis sur demandes d'établissements
publics, etc.; les voeux sur l'état et les besoins du département, etc.
Après ces attributions générales, viennent celles relatives à
l'instruction primaire. Enfin, le dernier chapitre de cette importante
section du titre premier est consacré à la tenue des assemblées, aux
pouvoirs du président, aux fonctions du secrétaire, à la forme, à la
rédaction et à l'impression des procès-verbaux, à l'analyse des votes,
etc.

Le titre II explique les rapports du préfet avec le conseil-général, et
l'autorité des ministres relativement aux actes de cette assemblée.

Le titre III ne traite que des attributions des conseils
d'arrondissement.

Dans le titre IV, M. J. Dumesnil passe en revue les fonctions
individuelles inhérentes à la qualité de conseiller de département et
d'arrondissement; il se demande si ces conseillers sont fonctionnaires
publics.

Le titre V et dernier règle le rang et la préséance des conseils de
département et d'arrondissement dans les cérémonies publiques, et
détermine les prérogatives attachées par les lois à la qualité de membre
d'un conseil-général.

Cet important ouvrage, terminé par une table analytique et raisonnée des
matières, a paru pour la première fois en 1837. A cette époque, le
projet de loi sur les attributions des conseils-généraux et
d'arrondissement n'avait pas encore été adopté. Dès que la loi du 10 mai
1838 fut promulguée, M. J. Dumesnil en fit paraître un commentaire avec
la seconde édition. La troisième édition qu'il publie aujourd'hui est un
ouvrage presque entièrement nouveau. D'une part, cinq années d'épreuves
ont fixé définitivement la législation départementale; d'autre part,
depuis 1838, des lois importantes ont étendu le cercle des affaires
soumises aux conseils-généraux; enfin, une étude plus approfondie de la
matière et dix années d'expérience acquise en prenant part aux travaux
du conseil-général du Loiret, permettaient, à M. J. Dumesnil de faire à
son travail primitif de notables améliorations.

_Vies des hommes illustres de Plutarque_, Traduction nouvelle, par
ALEXIS PIERRON. 1 vol. in-18.--Paris, 1843. _Charpentier_, 3 fr. 50 c.
(L'ouvrage complet, formera quatre volumes.)

Plutarque a été souvent traduit en français. Amyot s'est immortalisé par
sa traduction; malheureusement, si naïf, si coulant, si élégant qu'il
soit, son style a un peu trop vieilli pour être facilement entendu du
vulgaire; et, d'ailleurs, Amyot, dont l'ouvrage restera comme un des
grands monuments primitifs de la langue française, a souvent substitué,
sans le vouloir, sa propre pensée à celle de Plutarque. Meziriae, qui
comptait dans sa traduction 2,000 contre-sens, essaya de la refaire;
mais il mourut au début de son travail. L'abbé François Tallemant, son
contemporain, fut plus heureux, ou, si l'on veut, plus malheureux, car
Boileau lui a fait une triste réputation. Dacier, qui lutta ensuite avec
ce rude jouteur, était un homme d'un profond savoir, qui ne laissa rien
ou presque rien à faire, pour l'interprétation du sens, à ses
successeurs, mais qui ne savait pas écrire en français. L'abbé Ricard
vint ensuite, et, bien qu'il se montrât fort inférieur à Dacier, et par
la science et par le style même, sa traduction obtint un certain succès;
elle a même eu plusieurs fois les honneurs de la réimpression. M. Alexis
Pierron, le traducteur (couronné par l'Académie) d'Eschyle et de la
métaphysique d'Aristote, a donc cru qu'une traduction nouvelle du grand
ouvrage historique de Plutarque pouvait n'être pas de trop, même après
quatre autres, surtout après celle qu'où estime le plus aujourd'hui. Le
travail qu'il offre au public n'a, du reste, nulle pretenion
scientifique; son dessein n'est pas d'inventer Plutarque, mais de le
reproduire. C'est sur la traduction proprement dite qu'a porté
principalement, presque uniquement son effort. Il n'a rien négligé «pour
retracer aux yeux, autant qu'il était en lui, une image complète et
fidèle, et qui put, non point tenir lieu de l'original, mais le rappeler
suffisamment à ceux qui le connaissent et donner à ceux qui ne l'ont pas
vu une idée vraie de son port et de sa physionomie.»

_Histoire civile, morale et monumentale de Paris_, depuis les temps les
plus reculés jusqu'à nos jours; par J.-L. BELIN ET A. PUJOL. 1 vol.
in-18 de 600 pages.--Paris, 1843. _Belin-Leprieur_. 3 fr. 50 c.

Cette histoire de Paris est beaucoup plus monumentale que civile et
morale. Peut-être serait-il à désirer que MM. J. Belin et A. Pujol
eussent donné moins de détails sur les édifices publics et se fussent
occupés plus longuement des coutumes, des moeurs et des événements
politiques. Si incomplète qu'elle nous semble à cet égard, leur
compilation pourra satisfaire, sous d'autres rapports, un grand nombre
de ses lecteurs, et elle suppléera, dans certaines bibliothèques, le
grand ouvrage de Dulaure.



Modes.

[Illustration.]

Si Paris, en ce moment, semble voué à la simplicité et presque à
l'indifférence, en revanche, à Bade, Spa, Aix en Savoie, et en quelques
autres lieux privilégiés, on mène élégante et joyeuse vie. Nous recevons
des lettres qui ne parlent que de bals, de fêtes, promenades et
toilettes.

Ces toilettes, nous avons pu les voir chez les habiles faiseuses; mais
qu'est-ce qu'un costume, si charmant qu'il soit, si on ne le voit que
dans la psyché d'un atelier? Ce n'est là qu'une apparence trompeuse,
sans réalité et sans vie. Le caprice et le goût modifient, transforment
et animent les plus heureuses intentions selon les lieux et les
circonstances.

«Dans une promenade aux ruines du vieux château de B..., madame la
comtesse de L.... portait une robe de batiste à raies bleues et
blanches; le corsage était demi-décolleté en coeur, jusqu'à la ceinture;
des pattes en étoile, bordées d'une petite passementerie, rattachaient
en échelle et s'élargissaient en montant, laissant voir à demi un fichu
de mousseline plissée à très-petit col de dentelle. Les manches, justes
à jockey, étaient ornées de sous-pattes pareilles à l'ornement du
corsage. Un chapeau de paille d'Italie avec une plume blanche couchée
sur la passe, et un châle de mousseline tarlatane complétaient ce
costume champêtre.»

Une dame russe, qui porte les modes parisiennes avec une grâce
charmante, avait une robe de taffetas d'Italie glacé, caméléon, en forme
de redingote ouverte, bordée d'un plissé en ruban, sur une robe montante
en mousseline à deux volants très-peu froncés. Les manches de la
redingote, demi-longues et bordées du même plissé, laissent passer les
manches de la robe de mousseline. Ajoutez une écharpe de barége,
imprimée à dessins de cachemire, et une fraîche capote de crêpe blanc,
ornée d'une branche de fleurs. On voit aussi des robes de barége à
grands plis, simulant deux ou trois jupes, des chapeaux de paille de riz
avec plumes, beaucoup de capotes à passes de paille et fond d'étoffes
ornées de guirlandes de fleurettes. Mais on ne porte plus de ces
chapeaux enrubannés avec tuyautés, frisés et bordures de rubans; tout
cela est passé à l'état de mode vulgaire. Les chapeaux simples en
paille, ont un ruban croisé et la voilette d'Angleterre.

Comme on le voit, la mode n'est pas délaissée, et, pour changer de place
elle n'en est pas moins brillante et moins suivie.

Ici nous avons vu à une représentation de _la Péri_ une charmante
toilette, et nous savons trop bien ce qu'on doit à l'élégance parisienne
pour la passer sous silence. La coiffure, en crêpe rose, était ornée
d'une petite plume saule qui voltigeait autour du visage et
l'accompagnait gracieusement. La robe de pékin d'été, feuille de rose,
surmontée d'un corsage décolleté, avait un revers à châle bordé de biais
en crêpe lisse; la même garniture était posée sur la jupe en tablier;
les manches courtes étaient couvertes de biais. Un gros bouquet
d'oeillets roses et blancs ornait le corsage, et venait ajouter sa
fraîcheur naturelle à cette toilette déjà si fraîche.

Aujourd'hui notre dessin représente un costume qui peut être considéré
comme type exact des modes de cette saison: c'est une robe de barége à
deux grands volants brodés en laine, à festons mats. Le chapeau est en
paille de riz, orné d'une guirlande de fleurs. C'est la toilette de
promenade du matin à la ville.



Amusements des sciences.

SOLUTION DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS LE DERNIER NUMÉRO.

I. Faites retrancher 1 du nombre pensé, et multipliez le reste par un
nombre quelconque; faites encore retrancher 1 du produit, et ajouter au
reste le nombre pensé; enfin, demandez le nombre qui provient de cette
opération et ajoutez-y votre multiplicateur augmenté de l'unité; le
nombre cherché sera égal à la somme obtenue divisée par ce même
multiplicateur augmenté de 1.

Supposons, par exemple, que 7 soit le nombre pensé et que 5 soit le
multiplicateur dont on fait choix; 7 diminué de 1 donne 6, qui,
multiplié par 3, produit 18. En diminuant 18 de 1, ce qui donne 17, et
en augmentant le reste de 7, on a 24; 24 augmenté de 3 plus 1 donne 28,
qui, divisé par 4, donne pour quotient le nombre cherché, 7.

II. Faites prendre une carte par une personne qui la gardera après
l'avoir choisie sans vous la montrer. Ensuite, s'il s'agit d'un jeu
complet de 52 cartes, donnez à chacune de ces cartes la valeur qu'elles
marquent, en numérotant 11 le valet, 12 la dame et 13 le roi. Puis,
comptant successivement les points de toutes les cartes, vous ajouterez
les points de la seconde à ceux de la première, ceux de la troisième à
ceux de la seconde, et ainsi de suite, en retranchant toujours 13 dès
que vous arrivez à un nombre plus fort, et en gardant le reste pour
l'ajouter à la carte suivante. On voit qu'il est inutile de compter les
rois qui valent 13. S'il reste quelques points lorsque l'on a terminé,
on ôte ces points du 13, et la différence marque le nombre des points de
la carte qui a été enlevée du jeu. Ainsi, si le reste est 11, ce sera un
valet qu'on aura tiré; si le reste est 12, ce sera une dame; s'il ne
reste rien (ou 13), ce sera un roi.

Si l'on veut se servir d'un jeu composé seulement de 32 cartes, on
donnera la valeur 1 à l'as, 2 au valet, 3 à la dame, 4 au roi, et ou
opérera comme ci-dessus, sauf les modifications suivantes: d'abord on
retranchera constamment les 10 au lieu des 13; ensuite on ajoutera 6 au
dernier nombre obtenu, et cette somme étant retranchée de 10 si elle est
moindre, ou de 20 si elle surpasse 10, le reste sera le nombre de points
de la carte qu'on aura tirée; de sorte que s'il reste 2, ce sera un
valet; 3, ce sera une dame; 4, un roi, etc.

Si le jeu de cartes était incomplet, il faudrait ajouter à la dernière
somme le nombre des points de toutes les cartes manquantes, après qu'on
aurait ôté de ce nombre 10 autant de fois que possible; et on opérerait
sur le nouveau résultat comme ci-dessus.



[Illustration (caricature): Un tiroir difficile.]



NOUVELLES QUESTIONS A RÉSOUDRE.

I. Un mulet et un âne faisant voyage ensemble, l'âne se plaignait du
fardeau dont il était chargé. Le mulet lui dit: «Animal paresseux, de
quoi te plains-tu? si tu me donnais un des sacs que tu portes, j'aurais
le double de ta charge; mais si je t'en donnais un des miens, nous en
aurions seulement autant l'un que l'autre.» On demande quel était le
nombre de sacs dont l'un et l'autre étaient chargés?

II. Deviner la carte que quelqu'un aura pensée, sans la tirer, parmi 21
cartes différentes.

SOLUTION DU PROBLÈME N° 4, CONTENU DANS LA DIX-NEUVIÈME LIVRAISON.

BLANCS.

1. Le P du F du R un pas: échec.
2. Le C à la sixième case du R.
3. Le P du F du R, un pas.
4. Le C à sa septième case: échec
5. Le P de la T, un pas: échec et mat.


NOIRS.

1. Le R à la quatrième case de sa T.
2. Le P du C du R, un pas.
3. Le P du C du R, un pas.
4. Le R à la quatrième case de son C.



[Illustration.]

N° 5.

LES BLANCS FONT MAT EN TROIS COUPS.

_(La solution à vue prochaine livraison.)_



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.
La vanité des petits autorise l'orgueil des grands.


[Illustration: nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0024, 12 Août 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home