Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0028, 9 Septembre 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0028, 9 Septembre 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 0028, 9 Septembre 1843

L'ILLUSTRATION,

JOURNAL UNIVERSEL.

                    Nº 28. Vol. II.-SAMEDI 9 SEPTEMBRE 1843.
                         Bureaux, rue de Seine, 33.

        Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois. 16 fr.--Un an, 30 fr.
        Prix de chaque Nº, 75 c.--La collection mensuelle br. 1 fr. 75.

        Ab. pour les Dép..--3 mois, 9 fr.--6 mois. 17 fr.--Un an, 33 fr.
        pour l'Étranger. 10 20 40



SOMMAIRE.

La Fête des Loges. 3 septembre. _Gravure._--De l'autre côté de l'Eau,
souvenirs d'une promenade, par O. N. (Suite,)--Les Régates du Havre. 27
août. _Courses des grandes embarcations; Course des
Baleiniers._--Inauguration de la Statue de Henri IV, à Pau. _Statue de
Henri IV, par M. Raggi; Inauguration de la Statue; Berceau et Lit de
Henri IV, au château de Pau; Maison à Bithères, près de Pau, où Henri IV
a été nourri._--De la Médecine chez les Arabes,--Courrier de Paris, _La
reine d'Angleterre, conduite par Louis-Philippe, entre dans le canot
royal; Arrivée de la reine au Débarcadère; Matelot anglais; Portrait de
lord Aberdeen; la reine Victoria et le prince Albert._--Romanciers
contemporains. Charles Dickens. _Portrait_. Un chapitre de son dernier
roman.--Margherita Pusterla. Roman de M. César Cantù. Chapitre VI. Une
Imprudence. _Dix Gravures_.--Annonces.--Modes. _Gravure_.--Amusements
des sciences. _Gravure_. Voiture de mariage de l'empereur du Brésil,
_Gravure_.--Météorologie.--Rébus.



[Illustration: Fête des Loges.]

Fête des Loges

Les fêtes de la Saint-Louis, à Saint-Germain-en-Laye, sont à peine
terminées, les dernières fusées fument encore, les derniers groupes de
danseurs regagnent la capitale, et déjà une autre fête, plus brillante,
plus animée plus pittoresque, rappelle vers ces parages la population
parisienne; des affiches, placardées à profusion dans Paris et dans la
banlieue, au nom de. M. Petit-Hardel, maire du Saint-Germain, annoncent
que la fête des Loges s'ouvre le 3 septembre, pour durer jusqu'au 5
inclusivement. Les chemins de fer organisent des départs
supplémentaires; de demi-heure en demi-heure, vingt wagons déversent au
Pecq des milliers de voyageurs; et non-seulement des voyageurs, mais
encore des fiacres, des cabriolets, des omnibus, qui vont stationner à
l'embarcadère, pour conduire de là les curieux dans la forêt, Partons
aussi, suivons la foule, foule compacte, diaprée, bigarrée, citadine ou
rustique, en frac ou en veste, en chapeau ou en bavolet; partons, le
ciel est sans nuages; l'arrière-saison se revêt des splendeurs de l'été;
et les arbres de la forêt, déjà nuancés par l'automne, nous assurent de
frais abris contre la chaleur du jour.

Il importe d'abord de savoir où nous allons, et quelle est l'origine de
cette fête si joyeusement chômée. Les Loges, situées dans la forêt de
Saint-Germain, à trois kilomètres de la ville, sont aujourd'hui une
succursale de la Maison Royale de Saint-Denis. Au seizième siècle, les
rois y avaient fait construire un rendez-vous de chasse, qu'ils
abandonnèrent, et dont un cénobite prit possession. En 1644, la reine
Anne d'Autriche transforma le modeste ermitage en un couvent d'augustins
déchaussés, qu'on appela les pères des Loges; elle se réserva, au milieu
du jardin du monastère, un petit pavillon, où elle aimait à se retirer;
elle y conduisait parfois Louis XIII, et obtenait de lui des dotations
pour la fondation nouvelle. Par degrés, le couvent acquit de
l'importance et des terres. Les courtisans, pour plaire au roi, vinrent
tous les dimanches entendre la messe à l'église des Loges, et la
confrérie de Saint-Fiacre prit l'habitude de s'y rendre
processionnellement le 30 août, jour de la fête de son patron.

Les curés de Saint-Germain consentirent, pendant plus de cinquante ans,
à marcher à la tête du pieux cortège; mais l'un d'eux, nommé Benoît, eut
des discussions avec le prieur des Loges, et suspendit la procession. Il
en fut de ce pèlerinage comme de celui de Longchamp: les motifs
religieux disparurent, la promenade resta: on était venu aux Loges pour
prier, ou y vint pour se divertir. La Révolution expulsa les moines, et
fit de leur résidence une fabrique de poudre à canon. Le Directoire
vendit les bâtiments à un particulier qui y fonda un pensionnat.
Napoléon les racheta en 1811, pour y installer de jeunes orphelines,
filles de membres de la Légion-d'Honneur. Ces changements de destination
n'interrompirent point la fête des Loges, qui commence annuellement le
premier dimanche après la Saint-Fiacre.

Vers cette époque, la pelouse des Loges s'anime à l'improviste; une
colonie passagère y débarque; d'innombrables charrettes sont remisées
dans les bois, et les chevaux, errants sous les ombrages, paissent sans
contrôle l'herbe et les feuilles. Bientôt marchands forains et
saltimbanques, sous la direction d'un commissaire de police spécial,
travaillent à dresser leurs tentes; cafés, restaurants, boutiques,
salles de bal ou de spectacle, s'élèvent connue par magie. Le matin du 3
septembre, un village de planches et de toiles occupe l'espace, naguère
solitaire et vide, qui s'arrondit devant la Maison Royale. En y arrivant
par Saint-Germain, on aperçoit tout d'abord des charrettes, des fiacres
et des omnibus; on avance encore, et l'on découvre des fiacres, des
omnibus et des charrettes. C'est seulement après avoir franchi
d'épaisses murailles de véhicules, qu'on parvient au théâtre des ébats
populaires. Pénétrons dans la foule: que de tapage, de poussière, de
cliquetis, du sons discordants! Quelle variété de saltimbanques! Ici
l'Hercule du Nord s'acquiert le surnom de _bras-de-fer_; là, un _neveu_
de M. Auriol s'efforce de justifier, en se disloquant, du la parenté
qu'il assume; plus loin, une grande collection de serpents et de
crocodiles vivants s'agite avec furie... sur une toile peinte. Vous
voyez dans cette baraque le successeur de Bébe; dans cette autre, un
phénomène qui porte sur le blanc de l'oeil un cadran d'horloge. D'un
côté est un manège desservi par la _troupe amériquaine_, de l'autre, un
tir au pistolet et à la carabine. Vous pouvez opter entre les jeux
d'adresse et les loteries foraines, entre la femme forte et l'albinos,
entre la _cervante de Palezau_ et le _grand jugement du roi Salomon_,
mélodrames historiques. Le soir, tout cela s'illumine; les orchestres
appellent à la danse; l'élégant et le maraîcher, le bourgeoise et la
paysanne figurent face à face dans des quadrilles. Le bruit, les rires,
les gambades, les libations, se prolongent: il est une heure du matin,
et l'on songe à peine à la retraite. D'ailleurs, une grande partie de
cette population flottante campe dans la forêt, dans les lentes, sous
les charrettes, comme une bande d'Arabes ou de Gaskirs.

En ces journées de plaisir, les pensionnaires de la Maison Royale sont
seules à plaindre, car elles doivent se contenter de regarder la fête
par les fenêtres, à travers un réseau de barreaux solides. Comme elles
briseraient volontiers les portes de leur prison! Qu'il leur serait doux
de se perdre dans la foule, de s'arrêter aux étalages des boutiques, de
se promener un bande joyeuse et babillarde, si la règle austère ne les
retenait captives dans leur sombre cloître!

Les cuisines en plein vent sont au nombre des traits caractéristiques de
la fête des Loges. Ou trouve en d'autres lieux des banquistes et des
bimbelotiers, mais les cuisines des Loges n'ont point d'égales dans
l'univers; elles sont établies par les aubergistes de Poissy, Maisons,
Conflans, Andrésy et autres lieux. Chaque foyer se compose d'un
monticule en terre revêtu d'un mur en pierres sèches, et flanqué aux
deux extrémités d'assises en pierres. Devant le feu tournent, à l'aide
de contre-poids, deux ou trois broches chargées de viandes de toutes
sortes, que, pour répondre à l'avidité des consommateurs, on transporte
à moitié cuites à la salle du festin. Des draps et des rideaux de lit,
décorés de guirlandes de fleurs et de gigots crus, festonnés de
branchages et de longes de veau, couvrent d'un dais blanc la tête des
convives. Sur des tables placées au premier plan sont exposés des
quartiers de boeuf, des lapins de garenne, des pains de deux kilogrammes
empilés, des melons et autres appétissants comestibles. Vous connaissez
ces noces de Gamache, où Sancho Pança écumait de grosses poulardes: les
restaurants des Loges présentent un spectacle analogue; seulement, loin
que l'hospitalité, s'y donne, on y dîne grossièrement et à grands frais;
on a de plus l'inconvénient d'être assailli, pendant le repas, par des
chanteurs, des guitaristes, des joueurs de vielle, des montreurs de
souris blanches, des enfants qui exécutait les quatre premières
souplesses du corps. Si donc la danse n'est pas ce que vous aimez, si
vous ne désirez jouir du coup d'oeil de la pelouse illuminée, remontez
en voiture et allez, chercher un repas confortable au pavillon Henri IV.

A propos de cet établissement, cher aux gourmets, nous nous empressons
de faire droit à une réclamation du propriétaire, M. Gallois, que, dans
un précédent article, nous avions qualifié de restaurateur. A la vérité,
M. Gallois dirige le restaurant du pavillon Henri IV, mais il n'exerce
point la profession de restaurateur, M. Gallois est un spéculateur qui a
employé une partie de ses fonds dans une entreprise gastronomique, mais
il nous assure que nous le verrons briller incessamment sur un plus
vaste théâtre.



De l'autre côté de l'Eau.

SOUVENIRS D'UNE PROMENADE.

(Suite.--V. t. II, p. 6.)

EXCURSION CRITIQUE..

Ce sont ces rochers de Douvres, en effet, que Shakspeare a décrits dans
le _Roi Lear_: ces rochers crayeux--ces _chalky bourns_:--

                    Whose high and bending head
        Looks fearfully in the confined deep.

C'est là que Gloster, les yeux crevés par la farouche Régane veut être
conduit pour se précipiter dans les flots. Mais Edgar a deviné ce projet
sinistre, et sa pieuse désobéissance recourt à la ruse pour sauver de sa
propre fureur le père qui l'a maudit. Ils sont encore en rase campagne
lorsqu'il s'écrie:

«Arrêtez, seigneur... n'allez pas plus loin: voici l'endroit. Spectacle
terrible, étourdissant, en vérité, qu'on aperçoit en regardant à nos
pieds. Les corbeaux, les choucas, qui volent entre nous et la terre
paraissent à peine de la grosseur des escargots... à mi-chemin, pend au
bout de sa corde un chercheur de crête marine: moisson périlleuse!... ou
le dirait à peine aussi gros que sa tête; les pêcheurs qui se promènent
sur le rivage semblent autant de souris; cette grosse barque à l'ancre
est réduite aux proportions du son batelet; son batelet lui-même à
celles d'une bouée presque impossible à distinguer; la lame sonore, qui
brise en frémissant sa colère sur les cailloux paresseux de la grève,
n'envoie pas à la hauteur où nous sommes son puissant murmure.»

Sans être un commentateur forcené, n'est-il pas naturel de suivre ici la
trace du poète et de se le représenter errant, par quelque belle journée
d'été, sur la cime de ces noirs promontoires? Qui sait s'il n'y
rencontra pas un pauvre mendiant aveugle guidé par un jeune _clown_,
figures insignifiantes qui, s'amalgamant à son rêve poétique, y firent
germer comme une fleur brillante l'épisode touchant de Gloster et du son
fils méconnu?

Quant à la scène même, elle a, sous une apparence de puérilité, cette
portée ironique des prétendues facéties shakspeariennes. Le vieillard
aveugle veut en finir avec la vie; dès qu'il se croit au bord de l'ardu
précipice, il renvoie son guide, qui feint de s'éloigner; il adresse une
dernière prière à Dieu, il s'élance... et tombe seulement de sa hauteur
sur les bruyères de la plaine. Son fils le relève insensible, et craint
un instant que l'imagination, la pensée du fait, n'aient, de concert
avec la volonté, dérobé le trésor de vie.

        And yet I know not how conceit may rob
        The treasury of life, when life itself
        Yields to the theft.

Remarquons ou passant qu'Edgar se pose ici un des problèmes les plus
insolubles de la physiologie. De même se montre-t-il ensuite grand
philosophe, lorsqu'au lieu de heurter de front le désespoir suicide de
son père, il le trompe pieusement et lui fait croire à ses jours
conservés par un miracle. Le vieillard ne se fût pas résigné à être
dupe; dès qu'il se croit protégé par un bienfait inouï de la Providence,
enorgueilli, consolé, flatté de cette illusion, il voudra vivre, il
souffrira sans se plaindre.

           ..........Henceforth I'll bear
        Affliction, till it do cry out itself,
        _Enough, enough_, and _die_.

DANS UN OMNIBUS.

Ils sont doux et riants les paysages du comté de Kent. Lorsque les haies
vertes qui bordent la route étroite laissent un instant l'oeil du
voyageur s'égarer sur le vaste horizon, rien ne trouble la riche
harmonie de ce tableau consolant. De tous côtés ondulent mollement les
croupes vertes des collines indécises; de tous côtés les grands parcs
groupent leurs massifs ombrages autour des demeures seigneuriales, et
les hameaux proprets que nous traversions au galop semblaient s'être mis
en frais de coquetterie pour nous arrêter un moment. Chaque maisonnette,
tapissée au dehors de rosiers et de cobéas, nous laissait entrevoir au
dedans, derrière le sceen entr'ouvert, d'autres fleurs plus rares
épanouies dans la porcelaine peinte. La porte des plus modestes
habitations est d'un vert aussi vif et revêtue; d'un vernis aussi frais
que celle du château voisin. Leur fenêtre a cinq pans, qui s'avance en
relief sur la route, comme ces logettes pratiquées naguère aux flancs
des épais donjons, semble dire aux passant, en leur montrant ses vitres
étincelantes et chaque jour lavées: «Vous voyez qu'on pense à vous.» Il
n'est pas jusqu'aux grands capots noirs des petites filles jouant au
bord du chemin qui ne donnent l'idée du décorum caractéristique et du
respect d'autrui si fort en honneur chez nos voisins.

Le premier abord, dans un pays étranger, a ceci de charmant qu'il donne
du prix aux incidents les plus simples, aux types les plus vulgaires. Je
contemplai longtemps la bonne femme de Douvres qui s'était embarquée
avec nous dans l'omnibus de Cantorbéry, avant de m'apercevoir quelle
ressemblait de tout point à une Bourgeoise du Marais: c'était le même
chapeau de paille à passes de gros de Naples fané, la même robe
d'indienne à rayures multicolores, le même col de mousseline brodée,
rabattu sur le même châle café au lait, les mêmes gants de fil d'Écosse
gris et trop larges, autour des mêmes mains,--trop larges aussi,--les
mêmes pieds enflés et débordant sur les mêmes souliers de prunelle
éraillée à cothurnes.

Je pus apprécier, en écoutant la conversation engagée entre elle et mon
ami, cette disposition toute bienveillante que l'Anglais témoigne aux
étrangers, pour peu que ceux-ci ne l'effarouchent point par des manières
trop étourdies. Après, s'être assurée que nous prendrions ses
renseignements au sérieux, notre compagne de voyage nous fit les
honneurs de son pays avec zèle, intelligence et cordialité. Nous ne
passions jamais dans un village sans qu'elle ne nous en dit le nom,
devant un parc ou un _gentleman's seat_ sans qu'elle ne nous en fit
connaître le propriétaire. Elle poussa la préoccupation de nos intérêts
jusqu'à s'informer de l'auberge où nous allions descendre, et parut
apprendre avec satisfaction que nous avions le projet de nous arrêter au
_Star-Hotel_,--établissement, selon elle, très-respectable.

MINE HOST RICHARDSON.

Nous longions au petit trot les premières maisons de Cantorbéry,
lorsqu'un homme âgé, vêtu de noir, figure d'ecclésiastique, et dans
lequel je voulais à toute force reconnaître le ministre de Wakefield,
sortit d'un jardin et se mit à suivre l'omnibus. Il donnait la main à
une petite fille qui pouvait à grand'peine, en courant, tenir tête aux
rapides allures, aux longues enjambées de son vénérable guide. Tous
deux, cependant allaient aussi vite que nous, et je compris le motif de
leur empressement, lorsque je vis le prétendu ministre, debout sur la
porte du _Star-Hotel_, nous accueillir avec la déférence à demi
souriante qui caractérise l'aubergiste anglais. Sa femme était à coté de
lui, également vêtue de noir, et rappelant assez, par la dignité étudiée
de son maintien, les charmantes veuves du Gymnase. Quant à la petite
fille, elle avait disparu; mais, derrière un rideau de porte furtivement
soulevé, j'entrevis deux yeux bleus pétillants de curiosité. Je fis
honneur de ce sentiment, qu'on est toujours bien aise d'inspirer, au
ruban ronge que mon compagnon portait à sa boutonnière; il le renvoya
poliment à mes favoris et à mes moustaches, qui sont aussi, de l'autre
coté du détroit, une décoration étrangère. Quoi qu'il en soit, cette
importante question ne nous fit pas oublier de commander le dîner. Quand
je dis nous, c'est uniquement par habitude; ce soin regardait
exclusivement mon ami, qui, à titre de voyageur émérite, avait
naturellement la direction absolue et la responsabilité complète de
notre campagne.

Je l'entendis très-distinctement demander du _roast-beef_, du
_stock-fisch_ et un _New College pudding_. A chacune de ces indications,
le grave hôtelier s'inclinait respectueusement et semblait loger nos
ordres dans sa mémoire avec la plus exemplaire soumission. Cette
précaution prise, et sans même nous donner le temps de secouer la poudre
du voyage, nous courûmes à la cathédrale.

SAINT THOMAS DE CANTORBÉRY.

Ceux qui voudront accepter docilement les inspirations du _Guide du
voyageur_ feront un grand détour pour aller rejoindre par George-street.
Guidhall-street et Palace-street, ce qu'on appelle la Cour-Verte
(Green-court); ils y trouveront une porte surbaissée,--l'ancienne _porta
Prioratas_,--ornée de quelques sculptures grotesques et surchargée après
coup de fortifications massives qui en ont fait disparaître le caractère
originel. Ces arceaux romains à forme demi-circulaire se retrouvent
encore encastrés dans les murs de quelques constructions récentes, et
enfin, toujours au nord de cette cour, on découvre l'escalier normand,
échantillon presque unique d'une architecture admirablement appropriée
au climat. Cet escalier couvert, et dont le toit est soutenu par des
piliers de hauteur décroissante, conduisait jadis à ce que les vieux
plans appellent _Aula-Nova_, ou la Salle-du-Nord. Les antiquaires ne
sont point d'accord sur l'usage primitif de ce bâtiment, démoli en
partie vers 1730, et dont les derniers débris ont disparu récemment.
L'hypothèse la plus vraisemblable en fait néanmoins la salle des séances
de la Haute-Cour. Tout ceci est affaire aux Oldbuck contemporains.

Sans prendre tant de souci de la méthode et du savoir historique, nous
vous mènerons par le chemin le plus court à l'extrémité S.-O. de la
cathédrale, et nous entrerons dans le cimetière par la porte basse qui
ouvre sur le Marché au Beurre, à l'extrémité de Burgate-street.

Une fois là, nous sommes sur une place étroite, irrégulière, pressée
entre les maisons basses des prebandiers, çà et là séparées par quelques
vieux arbres, et le vaste édifice qui lance hardiment vers le ciel ses
trois tours carrées.

Il est impossible, à leur aspect, de ne pas comprendre la vérité de cet
axiome qui se popularise peu à peu parmi les architectes modernes, à
savoir: que la ligne horizontale domine dans les constructions grecques,
la ligne verticale dans celles du Moyen-Age (1). Peut-être faudrait-il
ajouter que cette tendance eut pour cause la nécessité des contrastes;
l'idée-mère du temple grec semble éclose dans le cerveau d'un
montagnard, qui veut opposer la ligne pure, harmonieuse et droite aux
rudes contours, aux formes massives et irrégulières des rochers voisins.
Il pose son édifice sur une hase élevée qui le dispense de donner à
l'édifice lui-même une hauteur considérable; enfin, en l'isolant comme
il le fait, il se crée la nécessité de le concevoir dès le principe dans
un ensemble complet, et tel, qu'il ne fois réalisé, aucune addition
après coup ne peut en altérer l'unité puissante.

      [Note 1: _Horizontalism_, if the expression may be used, is the
      characteristic of the Grecian.--_Verticalism_ of the
      Gothic.--_Quarterly Review_, for December 1811.]

La cathédrale gothique, tout au contraire, jaillit pour ainsi dire de
terre, au centre d'une étroite enceinte; elle doit dominer, pour l'oeil
qui va la chercher dans la plaine, et les murailles fortifiées qui la
protègent, et le groupe sans cesse exhaussé des maisons qui se pressent
autour d'elle. Bâtie sous un ciel inclément, elle a besoin d'offrir de
tous côtés à la pluie des pentes glissantes où nulle humidité ne puisse
séjourner longtemps; enfin, entourée à sa base ou de verdure ou de
constructions bourgeoises, elle imite la fleur qui, pour épanouir son
calice, le porte fièrement au-dessus du feuillage envieux. Les ornements
recherchés, les sculptures délicates, les enroulements capricieux, les
fines ciselures de la pierre, sont ou réservés à la façade, qui s'ouvre
toujours sur quelque, place, ou jetés à profusion au haut des tours, ou
plaqués en arêtes le long des flèches.

Puis, comme c'est une oeuvre gigantesque qu'une génération qui la
commence est certaine de léguer inachevée aux générations à
venir;--comme l'ambition ecclésiastique prévoit d'avance l'accroissement
des richesses du clergé, l'agrandissement nécessaire des monuments qu'il
élève, une sorte d'instinct avertit l'ouvrier qu'il emploie de ne pas
donner à son premier plan un caractère définitif. C'est l'agrégation des
détails toujours plus magnifiques à mesure que la cathédrale s'exhausse
et se développe, c'est cette agrégation qui doit constituer sa beauté;
or ces détails ne peuvent être préconçus; ils subiront la loi des temps
et des événements humains. Une part doit être faite à l'influence
agrandie du culte, une autre aux progrès de l'art, aux variations de la
mode, aux caprices mêmes des individus.

Quiconque voudrait étudier à fond le jeu de ces influences diverses
trouverait amplement de quoi satisfaire sa curiosité sous les voûtes de
cette magnifique église, dont la fondation remonte au premier roi
chrétien du la Bretagne (le Romain Lucius, en l'année 181 de l'ère
chrétienne), et qui devint cathédrale quatre siècles plus tard, sous le
Saxon Ethelbert. Consumée deux fois par l'incendie, en 1011, lors de
l'invasion danoise, et en 1070, elle fut reconstruite sur le plan actuel
par l'archevêque Lanfranc (1075-1080). Les orgueilleux successeurs de ce
prélat renversèrent une partie de l'édifice qu'ils ne trouvaient pas
digne d'eux. Le choeur tout entier disparut et fut réédifié à grands
frais(1114), puis soixante ans après, survint un troisième incendie qui
dévora le nouveau choeur et toute la partie orientale de l'église.

Ici commence à se débrouiller l'histoire architecturale de Cantorbéry.
On a la description de l'édifice bâti par Lanfranc(2). On sait, par des
vers écrits en 1172, que la grande tour du centre, élevée entre la nef
et le choeur, était surmontée d'un faite et d'un ange doré qui lui
donnait son nom.

      [Note 2: Par le moine Gervais.--_Decem scriptores_, vol. 1295.]

        A bright and glorious cherub is advanced
        On this high tower like angel guardian,
        That from the neighbouring sky swiftly descends,
        Over this sacred place strict watch to keep.

On sait encore que la voûte peinte du choeur de Conrad représentait le
ciel; qu'il était rempli de croix et d'images en or et en argent; que
dans l'une de ces croix soixante pierres précieuses étaient incrustées.
Les mêmes documents nous apprennent qu'en reconstruisant ce choeur
incendié, si l'on en conserva les dispositions principales, ou changea,
pour les embellir, presque tous les détails; les piliers furent allongés
de douze pieds; leurs chapiteaux, simples autrefois, s'évidèrent sous le
ciseau des sculpteurs; les arceaux, qui semblaient coupés à la hache,
s'adoucirent et s'ornèrent. On remplaça les colonnes de pierre par des
colonnes de marbre; les voûtes du choeur et de ses alettes étaient
unies, on les broda de nervures délicates et de clefs adroitement
sculptées. Un mur lourdement appuyé sur des piliers séparait les
transepts du choeur, on détruisit ce mur; ou maria le choeur et les
transepts; l'oeil circula librement de l'un aux autres, et monta sans
obstacles vers l'énorme voûte qu'ils forment aujourd'hui. Cette voûte
était revêtue de boiseries peintes, on y substitua la pierre taillée, le
ciment, et cette espèce de stuc qu'on appelle toph, etc.

Nous n'insisterons pas sur toutes ces modifications, essentielles
cependant aux jeux de quiconque étudie sérieusement l'histoire de l'art;
mais nous serions entraînés trop loin si nous descendions à ces
questions de détails. Avertissons seulement le lecteur superficiel qu'en
traversant la cathédrale de l'est à l'ouest, il peut prendre une idée
sommaire des variations de l'architecture ecclésiastique en Angleterre
pendant plus de cinq cents ans. A l'orient, où les formes primitives se
sont conservées, il trouve en abondance les piliers courts, trapus,
solides, les arceaux ronds et ramassés de l'ère saxonne ou normande:
l'édifice n'a pas encore pris son vol hardi, le temple tient encore à la
terre. Mais à mesure que vous avancez dans le choeur, vous voyez
s'allonger peu à peu l'arceau _Romanesque_. La transition se fait
sentir; tout le choeur, ouvrage de Guillaume de Sens, et surtout la
couronne de Becket, en portent la curieuse empreinte. Cette dernière
partie de l'édifice, bâtie sous Henri II (1173-1175), est sans contredit
une des plus remarquables comme échantillon des premières tentatives
faites pour substituer les formes sveltes, les lancettes gothiques,
l'ogive pointue, la flèche-fusée aux demi-cercles arrondis, aux supports
circulaires, aux parastates romains. L'arceau aigu se marie, dans la
couronne de Becket, à l'imitation normande des colonnes corinthiennes.
Mans le transept du nord-est, vous trouvez l'ogive supportée par les
mêmes piliers où posait naguère l'arceau _Romanesque_. Vous en trouvez,
de ces piliers, dont le feuillage est conforme aux dessins que Palladio
nous a conservés du temple au-dessous de Trévi; l'astragale romaine, le
rouleau selon Vitruve, le tortis, etc., se retrouvent encore à chaque
pas; mais à mesure que vous avancez vers l'admirable _screen_ qui sépare
lu choeur de la nef, le vrai gothique, le gothique décoré, comme on
l'appelle, semble ouvrir ses ailes et s'élancer. Guillaume
l'Anglais,--le premier architecte national,--renchérit sur les leçons de
Guillaume de Sens, son maître; la ligne se redresse, la colonne mincit
et s'élève, l'ogive s'aiguise, les tours montent; rien n'arrête plus cet
essor étrange qui ne compte pas avec les précédents, tient l'unité en
mépris et semble n'avoir pour but que de résoudre, à force d'audace, les
problèmes capricieux proposés par la fantaisie à la matière.

Le _screen_ avait été construit par le prieur Henri de Estria, sous
Édouard 1er, en 1304. Il fallut soixante-dix-neuf ans pour y ajouter les
transepts occidentaux et la chapelle de saint Michel; puis trente on
quarante ans encore pour élever la nef, longue de deux cent quatorze
pieds, haute de quatre-vingts, large de quatre-vingt-quatorze. Elle fut
finie sous Henri IV.                                        O. N.

_(La suite à un prochain numéro.)_



Les Régates du Havre.

27 AOÛT.

[Illustration: Courses des grandes embarcations.]

Ce n'est que depuis peu d'années que les régates, courses d'embarcations
à la voile ou à la rame, se sont introduites dans nos ports. Leur
origine est vénitienne, car il est d'usage immémorial, dans la
cité-reine de l'Adriatique, que les gondoles et les barques dites
_peote_ se disputent des prix de vitesse appelés _regates_. Les
gondoliers sont habiles à cette lutte décrite avec tant de poésie par
Fenimore Cooper dans son roman du _Bravo_. De Venise, les régates ont
passé en Angleterre, et récemment en France, à la vive satisfaction des
habitants du littoral.

Les régates du Havre sont sans contredit les plus brillantes et les plus
suivies, grâce à la position de ce port. La proximité de la
Grande-Bretagne permet aux Anglais d'y prendre part; la facilité des
communications y attire bon nombre de riverains de la Seine, depuis
Honfleur jusqu'à Paris. Une population flottante considérable, des
étrangers de tous les coins du globe, des navires de toutes les nations,
impriment à ces régates un caractère cosmopolite qu'on rencontrerait
difficilement ailleurs, fût-ce à Venise on à Marseille. Nous doutons que
l'une ou l'autre de ces villes offre aux chaloupes, concurrentes une
lice aussi spacieuse, aussi commode, aussi pittoresquement encadrée. La
plage, qui forme un hémicycle depuis la jetée jusqu'au cap de la Hève,
peut recevoir d'innombrables spectateurs; ils ont en face d'eux la mer
sans limites; derrière eux, le Havre, flanqué au nord par les villas
d'Ingouville; à droite, les collines de Sainte-Adresse et le phare de la
Hève; à gauche, dans un vaporeux lointain, les blanches falaises qui
s'étendent entre l'embouchure de la Seine et celle de l'Orne. Il n'y a
dans aucun port de France un site comparable à celui-ci, surtout quand
l'amphithéâtre du rivage est garni d'une foule tumultueuse, quand des
navires franchissent le goulet pour entrer ou sortir, quand des
flottilles de canots circulent sur les vagues, quand des navires en
panne, mouillés ça et là comme les sentinelles avancées d'un camp
maritime, dessinent au bout de l'horizon leurs quilles ventrues et leurs
mâtures anguleuses.

Les régates du 27 août 1843 ont dû une solennité inaccoutumée au
patronage du contre-amiral prince de Joinville et du duc d'Aumale, A
sept heures, l'artillerie du port a salué l'entrée en rade des corvettes
à vapeur _le Pluton, l'Archimède_ et _le Napoléon_, dont la première
portait les membres de la famille royale; ils sont descendus à terre une
heure après, et ont été conduits par les autorités à l'église de
Notre-Dame-de-Grâce. Puis ils ont pris place sur le dôme de la galerie
des bains Frascati, près le pavillon aux signaux, déjà les bateaux à
voiles qui devaient concourir étaient mouillés à leur place, les voiles
appareillées; déjà les canots des juges commissaires couraient des
bordées le long de la côte pour établir l'ordre entre les jouteurs.
Aussitôt que les princes ont paru sur leur observatoire, _le Rôdeur_ a
tiré deux coups de canon, et six bateaux pontés à voile, chacun
d'environ douze mètres de longueur à la flottaison, se sont élancés dans
la liquide carrière; ils étaient montés par des pêcheurs du Havre et de
Honfleur, et quelques-uns avaient encore à bord leurs chaluts parés à
mouiller; ils avaient à décrire un orbe à peu près régulier autour des
bouées qui servaient de limites. Ils doublèrent facilement la première
bouée, vent sous vergue, et la seconde grand large; mais la brise du
sud-est qui les avait favorisés vint à mollir subitement. En vain ils
poussèrent leur bordée au sud-est pour gagner le vent, un calme plat les
laissa à la merci du courant, qu'il leur était imposable de refouler.
Pendant que les autres courses commençaient, ils demeurèrent immobiles,
et leurs voiles battirent inutilement les mâts; on ne songeait plus à
eux, et le calme régnait encore à terre, lorsqu'une fraîcheur, s'élevant
du nord-est, les ramena vers leur point de départ avec tant de vitesse
qu'on eut à peine le temps d'apprécier leur marche et leur évolution.
_La Victorine_, de Honfleur, patron Pollet, conservant l'avance qu'elle
avait eue constamment, arriva au but la première, suivie de près par
_les Deux-Cousins_, du Havre, patron Guilbert. Toutefois l'épreuve fut
considérée comme nulle, parce que les vainqueurs n'avaient pas,
disait-on, conformément aux règles prescrites, doublé la troisième bouée
au vent.

[Illustration: Régates du Havre.--Courses des Baleiniers.]

Durant cette contestation, les canots à la rame, à six avirons,
couraient parallèlement au rivage: cinq s'étaient inscrits, mais quatre
seulement se présentèrent, et l'un d'eux, _l'Émulation_, cassa son
gouvernail à la première bouée; la lutte s'engagea entre _l'Éclair, la
Riposte_ et _la Fine_, et, dès le début, les distances furent marquées.
_L'Eclair_, patron Riconard aîné, gagna le premier prix de 500 fr.; le
second, de 100 fr., fut adjugé à _la Riposte_, patron Léopold Mazerat.

Les bateaux à voiles non pontés, courant d'abord vent arrière,
doublèrent aisément la nouée du nord; mais comme leurs devanciers, ils
furent longtemps retenus au large, et surpris inopinément par la brise
du nord-ouest; cette variation plaça les derniers, ceux qui avaient
obtenu l'avantage. _Le Vite_; qui avait dépassé les huit autres
concurrents, se trouva sous le vent presque cap pour cap; _le
Havre-et-Guadeloupe_ prit la tête et atteignit le premier le but; _le
Général-Vandamme_ marchait le second; tous deux s'attendaient à une
ovation, mais les juges-commissaires annulèrent la course, alléguant que
le changement du vent, en nécessitant des combinaisons imprévues, avait
jeté du doute sur quelques manoeuvres; que l'un des bateaux avait fait
usage de l'aviron, et qu'un autre avait mouillé pour se soutenir,
contrairement aux prohibitions établies.

Les trois dernières courses ont eu de plus complets résultats; quatre
pirogues baleinières sont parties ensemble: _l'Hirondelle_, patron
Alexandre Mauconduit, a pris la tête; _la Vaillante, le Petit-Eugène_ et
_la Blonde_ suivaient à quelque distance. A une encablure du but,
_l'Hirondelle_, trop rapprochée, aborda _la Vaillante_, et pendant que
les nageurs s'efforçaient de dégager leurs avirons, le _Petit-Eugène_,
aux acclamations des spectateurs, franchit rapidement le lieu de la
collision. _L'Hirondelle_ ne perdit point courage; débarrassée de
l'obstacle qui la retenait, laissant derrière elle _la Vaillante_ et _la
blonde_, elle, poursuivit son concurrent, et parvint à le dépasser à la
première bouée: elle a remporté le premier prix de 500 fr.; le prix de
10 francs n'a pas été disputé au _Petit-Eugène_, patron Morin.

Dans la course de canots de fantaisie, deux gigs anglais, _le Sphinx_ et
_le Grand-Turc_, ont lutté contre _la Belle-Poule; la Sylphide_ et
_Lustucru; le Sphinx_, monté par Robert Coombs et quatre mineurs
expérimentés, l'a emporté sur _la Belle-Poule_; l'autre gig anglais
n'est arrivé que le dernier; _la Sylphide_, embarcation de forme
nouvelle, et construite en fer, n'a pu soutenir l'épreuve jusqu'au bout.

La dernière course, celle des amateurs, n'avait pour acteurs que des
membres de _la Société des Régates; la Rouge, Lustucru, Gipsy, le
Clown_, ont fait assaut d'adresse et d'agilité; le prix unique, qu'à
obtenu _Gipsy_, à M. Cor, était une paire de magnifiques vases en
porcelaine de Saxe.

Ainsi se sont terminées les cinquièmes régates du Havre. Les princes
sont descendus sur l'estrade du grand salon de Frascati, où le maire a
successivement appelé les vainqueurs. Le prince de Joinville a
annoncé qu'il accordait à la ville une somme annuelle de 2,000 fr.,
destinée à fonder de nouveaux prix. Le soir, un feu d'artifice a été
tiré en mer, et quoique les pontons fussent trop rapprochés de terre,
c'était un beau spectacle que les bombes, dont la courbe se reproduisait
dans les eaux, les serpenteaux et les fusées qui tombaient en pluie sur
les vagues illuminées, et les flammes du Bengale, dont les reflets
multicolores faisaient resplendir la haute mer.

Les deux courses déclarées nulles ont été recommencées conformément à la
décision des juges-commissaires. _Les Deux-Cousins_, patron Sabolle, ont
gagné le prix de 1,000 fr.; _le Bon-Père_, patron Berney, celui de 250
fr.; _la Victorine_, triomphante la veille, s'est échouée en allant
prendre son mouillage. Le premier prix des bateaux à voiles non pontés a
été décerné au _Vite_, appartenant à M. Barbe; le second à _La Lionne_,
appartenant à M. Cor. _La Louise, la Mosquita, le Général-Vandamme_ et
_l'Ariel_ ont renoncé. _Le Havre-et-Guadeloupe_ n'a pas couru.



Inauguration de la statue de Henri IV.

A PAU.

L'arrivée de la reine d'Angleterre a trop détourné l'attention publique
de cette grande fête nationale, qui semblait justement destinée à avoir
un grand retentissement dans toute la France.

Le 25 août, à onze heures et demie, une salve de vingt-un coups de canon
a annoncé l'entrée de M, le duc de Montpensier dans la ville de Pau. Le
Corps municipal s'est rendu au pont de Jurançon pour recevoir le prince,
qui, bientôt après, mettait pied à terre au château où naquit son aïeul,
le 15 décembre 1553. Des courses de chevaux, un concert, un bal, deux
jours de fêtes préliminaires, ont précédé la grande solennité de
l'inauguration, célébrée avec une magnificence digne de son objet. Ce
jour-là, le département des Basses-Pyrénées était tout entier concentré
dans son chef-lieu, et la population quadruplée ondulait aux abords de
la place Royale. Le duc de Montpensier y est arrivé à dix heures,
accompagné du conseil-général du département, de l'état-major de la
division, des membres de la cour royale et des tribunaux, de M. le duc
de Cazes, grand-référendaire de la Chambre des Pairs, du marquis de
Lusignan, pair de France, et du lieutenant-général Harispe. A l'approche
du cortège, un orchestre dirigé par M. Habeneck a exécuté la _Bataille
d'Ivry_; des choeurs ont chanté d'une voix retentissante une ballade de
circonstance dont M. Aube avait composé la musique, et M. Liadères les
paroles. Après le dernier couplet, la statue de Henri IV était
débarrassée des draperies blanches qui la dérobaient aux regards.
Vingt-un coups de canon ont annoncé au loin que le Béarn possédait enfin
ce monument tant désiré; les acclamations de vingt mille spectateurs se
sont mêlées au bruit de l'artillerie; les choeurs ont fait entendre:
_Vive Henri IV_, et l'orchestre, après avoir accompagné le vieux refrain
français, a joué l'air béarnais _Là haut sur les montagnes_. Alors ont
commencé les formes sacramentelles de l'inauguration. Le duc et les
principaux fonctionnaires en ont signé le procès-verbal, que l'on a
déposé dans un caveau pratiqué sous le piédestal, en y joignant
l'histoire de Henri IV, par Pérétixe (édition elzévirienne), le recueil
du ses lettres, publié par la Société de l'Histoire de France (2 vol.
in-4º), _la Henriade_, des médailles, et diverses monnaies frappées au
seizième siècle. Le comte de Saint-Grieq, président du conseil-général
du département, le préfet, le duc de Montpensier, prenant tour à tour la
parole, ont rappelé à l'envi les qualités d' Henri le Grand.
L'impression produite par ces discours durait encore, quand le duc de
Montpensier s'est approché du monument, a scellé la pierre du caveau, et
a fait d'un pas lent le tour de la statue, pendant que la musique des
régiments répétaient: _Vive Henri IV!_

[Illustration: Statue de Henri IV, par M Raggi.]

[Illustration: Inauguration de la statue de Henri IV, à Pau.]

[Illustration: Berceau de Henri IV, au château de Pau.]

Les journaux, en rendant compte du cette fête à la fois nationale et
locale, ont parlé d'enthousiasme indéfinissable, de cris d'allégresse,
de sentiments de bonheur débordant de toutes les âmes, si bien que le
lecteur de sang-froid est naturellement tenté de les taxer
d'exagération. Rien de plus réel cependant que les transports de joie
des habitants de Pau, à la vue du marbre qui reproduit les traits de
leur royal concitoyen. On a toujours aimé Henri IV dans toute la France;
mais on lui a voué, une espèce de culte dans l'ex-province du Béarn. Là
régna longtemps sa famille. Ce fut sa mère, Jeanne d'Albret, qui donna
le titre de ville à la bourgade de Pau, le 4 novembre 1502. Les devises
d'Henri d'Albret et de son épouse Marguerite sont encore visibles dans
les appartements du château qu'ils ont fait bâtir. L'enfance de leur
petit-fils Henri IV s'écoula sur les rives du Gave; il fit à Pau
l'apprentissage de la vie et du pouvoir; et lorsque les destinées
l'eurent appelé au trône de France, il n'oublia point ses chers
compatriotes. Aussi écrivait-il, le 20 décembre 1593, en donnant à son
lieutenant commission de tenir les états de son royaume de Navarre et du
pays souverain de Béarn: «Vous avez déjà assez séjourné dans le pays
pour avoir reconnu et observé les moeurs de mes sujets, lesquels je
désire que vous mainteniez, en cette ferme créance, que, comme ils sont
les premiers sur qui Dieu m'a donné autorité, je veux continuer envers
eux ce soin et cette affection singulière que j'ai portés dès ma
naissance.»

Les Béarnais ont répondu à ces protestations par un attachement
inviolable, qui s'est perpétué d'âge en âge. Les paysans des environs
montrent encore avec orgueil les lieux qu'il fréquentait de préférence,
les rochers qu'il gravissait, les fontaines où il se désaltérait durant
ses promenades. On voit, au château de Pau, pour les réparations duquel
on a dépensé récemment plus de 500,000 francs, la chambre à coucher où
Jeanne d'Albret enfanta en chanta le cantique national: _Nouste-Dame
deii cap deii Pont, ajudat me d'aqueste hore_. On conserve
religieusement son lit de bois sculpté, et l'écaille de tortue qui lui
servit de berceau. Cette dernière relique, menacée par la Révolution,
fut sauvée par M. de Beauregard, qui lui substitua une écaille à peu
près semblable dont il était possesseur. L'écaille authentique est
placée sur une espèce d'estrade, et surmontée de trophées, qui ne
contribuent pas à l'embellir.

Les souvenirs du _Béarn_ peuplent toute la contrée. Au village de
Billières situé à l'extrémité occidentale du parc du château, est la
maison de Lassensaa, père nourricier de Henri IV. Par un arrêt du Grand
Conseil, en l'an 1772, Louis XV accorda cent arpents, sur la plaine de
Pont-Long, à la famille Lassensaa; le vieux bâtiment, qui tombait en
ruines, fut réparé sous la Restauration. Quand la duchesse de Berri le
visita, le 20 juillet 1828, les descendant du nourricier lui
présentèrent le bâton sur lequel le jeune Henri s'appuyait dans ses
excursions pédestres. Le duc de Montpensier n'a pas voulu quitter les
Basses-Pyrénées sans aller en pèlerinage à Billières, et c'est le
dernier rejeton de Lassensaa qui lui a fait les honneurs de l'habitation
patrimoniale.

[Illustration: Lit de Henri IV, au château de Pau.]

Voilà déjà un siècle que les habitants de Pau avaient eu la pensée de
consacrer un monument à Henri IV. Les états-provinciaux en votèrent le
fonds, et demandèrent une autorisation au gouvernement, qui, pour
répondre à leurs voeux, s'empressa de leur envoyer une statue en bronze
de Louis XIV. Les malins Béarnais s'en vengèrent en inscrivant sur le
piédestal des vers patois qui débutaient ainsi: «_A ciou qu'ey
l'arrahil den nouste gran Henri_ (à celui-ci qui est l'arrière-fils de
notre grand Henri).» En 1793, ou fondit des canons avec l'image de
_l'arrahil_, et comme on n'eût pas traité moins cavalièrement celle du
trisaïeul, les Béarnais durent se féliciter de ne l'avoir pas obtenue.
Le monument actuel a été érigé à la place du bronze détruit; il est
l'oeuvre de M. Raggi, et a été exposé au Salon de 1842. Le statuaire a
consigné sur le livret de cette année les intentions qui ont présidé à
sa composition: «Henri IV témoigne à ses nobles guerriers sa volonté de
marcher avec son armée au secours de Henri III, et les engage à
rassembler autour de lui tous ses vassaux armés pour accomplir ce
projet.» En accordant des éloges à l'exécution sévère de la statue, nous
croyons qu'il est un peu ambitieux d'avoir voulu exprimer tant de choses
complexes par les gestes et l'attitude d'une seule figure.

[Illustration: Maison A Bilhèros, près de Pau, où Henri IV a été
nourri.]

Il n'est pas sans intérêt de donner quelques détails biographiques sur
un sculpteur que _Lapérouse_ et _Henri IV_ achèvent de mettre en
évidence. M. Raggi (Nicolas-Bernard) est un Italien naturalisé Français
depuis longues années. Né à Carrare, en 1791, il y remporta le second
grand prix en 1809. Il étudia à Paris sous la direction de M. Bosio, et
se fit remarquer, en 1817, par un _jeune discobole prêt à lancer son
disque_: il obtint la médaille d'or au Salon de 1819, pour un groupe et
deux statues, que le livret indique en ces termes: «L'Amour,
s'approchant du lit de Psyché, entend soupirer cette, nymphe,» groupe en
marbre.--Montesquieu méditant sur _l'Esprit des Lois_,--Henri IV, statue
commandée par le comte Dijon, pour en faire hommage au roi. Ce prince,
n'étant encore que roi de Navarre, manifeste à ses sujets le projet du
reconquérir le trône de ses ancêtres; il les engage à se réunir autour
de lui. La main droite qu'il leur tend exprime sa clémence, et la main
gauche, portée sur son sabre, est l'emblème de sa puissance.

_L'Amour s'approchant du lit de Psyché_ est au Luxembourg, le _Henri
IV_ à Nérac, et le _Montesquieu_ au Palais-de-Justice de Bordeaux. Nous
connaissons de M. Raggi plusieurs travaux remarquables, répartis en
divers édifices: à Saint-Étienne-du-Mont, _la Vierge tenant
l'Enfant-Jésus_; à Grenoble, _Bayard mourant_, statue en bronze; dans la
salle d'exposition des sculptures, au Louvre, _Hercule retirant de la
mer le corps d'Icare_; à Versailles, _Hugues Capet_, statue en marbre;
_Jean Boucicault_ et _Jacques de Bourbon_, en plâtre; à la Madeleine,
_saint Vincent de Paule_ et _saint Michel_.

La fête de Pau a été une ovation pour cet honorable statuaire, que le
préfet avait officiellement invité à y assister. Le duc de Montpensier
s'est fait présenter M. Raggi ainsi que M. Latapie, qui, en qualité
d'architecte de la ville, a coopéré à l'érection du monument.



De la Médecine chez les Arabes (3).

      [Note 3: Extrait du Rapport officiel de M. le docteur Furnais _sur
      les Causes, la Nature et le traitement des Maladies des Yeux en
      Afrique._]

Malgré le fatalisme inhérent à leur religion, les Arabes accordent une
grande confiance à la médecine; et c'est à tort que, certains auteurs
ont avancé que les musulmans craignaient de tenter la divinité, en
croyant à l'art de guérir.

Les bains sont la panacée universelle des indigènes de l'Algérie; ils
les emploient dans toutes les maladies, quels que soient l'âge et le
tempérament des malades.

L'application du feu joue un grand rôle dans leur thérapeutique
chirurgicale; c'est à l'aide de ce moyen violent qu'ils prétendent
guérir les engorgements du foie et de la rate, et une grande partie des
maladies d'estomac.

Pour les blessures d'armes à feu, ils rougissent à blanc un anneau ou
bague de fer qu'on applique à l'orifice de la plaie, et s'établit ainsi
une suppuration et des bourgeonnements de bonne nature, l'introduction
de l'air devient difficile, et la guérison est très-prompte.

Pour les foulures, les entorses, les tumeurs et les engorgements des
articulations, leur médecine n'est pas moins violente.

M. le gouverneur-général Bugeaud a bien voulu nous communiquer le fait
suivant: Un chef arabe nommé Ben-Kadour-Ben-Ismaël, qui accompagnait le
général en qualité d'aide-de-camp dans une partie de chasse aux environs
d'Oran, tomba de son cheval qui s'abattit sur lui; on releva le cavalier
tout _foulé, broyé_, et on le fit transporter sans connaissance dans une
tribu voisine. Quatre jours après, le général, qui le croyait blessé
mortellement, ou tout au moins estropié pour toute sa vie, ne fut pas
peu surpris de le voir reparaître à cheval dans une revue. On lui apprit
qu'un tehib (médecin) appelé près de l'Arabe aussitôt après l'accident,
lui avait promené un fer rouge sur les articulations principales des
membres supérieurs et inférieurs, après quoi il avait fait bassiner les
brûlures avec la teinture du _henné_, espèce de solution astringente du
_Lausonia inermis_ dont les indigènes se servent pour donner une teinte
jaunâtre aux ongles, aux mains et quelquefois aux bras et aux jambes.
C'était à l'emploi de ces moyens énergiques qu'était due une guérison si
prompte et si merveilleuse.

On comprend que de semblable cures, si rares qu'elles soient, suffisent
pour perpétuer la foi des Arabes dans les traditions médicales de leurs
ancêtres.

L'appareil que les Arabes emploient pour les fractures consiste en une
peau de la largeur du membre fracturé; ou pratique sur cette peau des
trous suivant une ligue perpendiculaire, et dans ces trous on introduit
une lame de roseau on de bois flexible pour chaque colonne; on forme
ainsi un appareil complet, pouvant servir à la fois d'attelle et de
bandage, qu'on solidifie avec, un amalgame d'étoupe et de mousse,
quelquefois de terre glaise et de filasse.

L'entropium, ou renversement des paupières et des cils en dedans, est
une maladie très-fréquente en Afrique. Les anciens chirurgiens avaient
déjà compris que le seul moyen de guérir radicalement l'entropium était
de détruire d'une manière quelconque l'excès de peau de la paupière qui,
en se relâchant, se roulait dans l'oeil; pour cela ils se servaient d'un
morceau de potasse caustique qu'ils promenaient le long de la paupière;
la plaie et la forte, cicatrice qui résultaient de cette brûlure
rapetissaient la paupière, qui se dégageait alors du globe de l'oeil, et
la guérison était plus on moins complète.

Le procédé arabe, rempli d'une foule d'inconvénients, a été préconise
dans ces derniers temps par Helling et par le nommé Quader: ce dernier
se l'est approprié en substituant tout simplement de l'acide sulfurique
à la potasse caustique.

Quelques Arabes de l'ouest de l'Algérie guérissent l'entropium en
faisant un pli à la peau des paupières et en la traversant avec
plusieurs soies de cochon, qu'on noue sur le pli, et qu'on serre jusqu'à
ce que le bord libre des paupières soit complètement en dehors.

Dans l'Algérie, les barbiers sont les chirurgiens des Maures, et les
thalebs savants leurs médecins; quelques secrétistes juifs font aussi de
la médecine parmi les habitants des ville».

Les saignées se pratiquent avec des rasoirs, en faisant des mouchetures
aux jambes, après les avoir serrées fortement au-dessous du genou avec
la corde de leur turban; quant aux saignées du bras, ils les font comme
nous, seulement la plupart, ne connaissant pas la position de l'artère
brachiale et du tendon du biceps, blessent souvent l'un et l'autre,
d'autant plus qu'ils ne se servent que d'une lancette très-longue comme
celle des abcès; nous avons été témoins de quelques accidents de ce
genre pendant notre séjour en Algérie. Pour saigner à la tête, les
tehibs maures serrent le cou à d'aide d'une corde en poil de chameau, de
manière à former une turgescence de la face; cette turgescence obtenue,
ils incisent la veine qui passe au-dessus de la racine du nez. Pour
faciliter l'effusion du sang, les tehibs roulent un bâton sur les
incisions; et, pour arrêter la saignée, ils se servent d'une espèce
d'emplâtre fait avec de la terre argileuse par-dessus lequel on attache
un mouchoir.

Pour les Arabes les plus superstitieux de quelques douairs, les défenses
d'un sanglier réduites en poudre, et prises dans un breuvage, guérissent
la fièvre.

Le cerveau du chacal donne à l'enfant qui en a mangé la méfiance et la
ruse nécessaires à un guerrier maraudeur.

La tête de l'hyène rendrait fou l'homme qui en aurait mangé, et, lancée
au milieu d'un troupeau, elle produirait le vertige chez les boeufs, les
moutons et les chevaux, etc., etc. Nous n'en finirions pas si nous
voulions énumérer toutes les aberrations de cette singulière
thérapeutique des indignes des douers.

Les Arabes n'ont aucune notion d'une science toute moderne,
l'orthopédie; il est vrai de dire qu'on ne rencontre pas parmi eux cette
multitude de difformités qu'on observe en Europe; cela tient à la nature
de leur organisation forte et vigoureuse, à leur vie très-sobre, exempte
de ces travaux pénibles et assidus qui déforment la taille, et surtout à
ce que les enfants rachitiques et scrofuleux, manquant presque toujours
de soins, meurent de très-bonne heure; on prétend même que les enfants
qui, d'après leur vice de conformation, ne paraissent pas destinés à
vivre, n'ont pas à souffrir ou à végéter longuement... les Arabes de
quelques tribus passent pour suivre, à l'égard de ces malheureux, la
coutume des Spartiates... Nous ne garantissons pas le fait, mais il
semble probable, d'autant plus que l'infanticide peut se commettre avec
une grande impunité, par la raison qu'on n'a pas pu obtenir, même des
indigènes des villes, la déclaration des morts et des naissances et un
état civil en règle.

L'art des accouchements est la partie médicale la plus arriérée en
Afrique. Dans un grand nombre de tribu les femmes, pour accoucher,
s'asseyent sur une espèce de chaise, se tenant par les deux mains à une
corde fixée au plafond ou au sommet d'une tente, tandis qu'une matrone,
placée derrière, comprime le ventre du haut en bas avec une serviette
pliée en long.

Pour les maladies des yeux, malgré leur fréquence en Afrique, la
médication arabe n'est guère plus progressive. De temps immémorial, même
avant Averrhoës, Albucasis et les anciens médecins de ce pays, on avait
cru remarquer que certaines chairs avaient la propriété de fortifier et
d'éclaircir la vue, comme par exemple celles de pied d'hirondelle,
d'oie, de vipère, de loup, de bouc et d'oiseaux de proie. Aujourd'hui,
les Arabes, aussitôt qu'une ophthalmie grave se manifeste, ne songent
qu'à deux choses: 1º soustraire l'oeil à l'action de la lumière; 2º le
préserver du contact de l'air. Pour cela, ils couvrent, tamponnent et
compriment l'oeil avec plusieurs compresses et des mouchoirs de coton
fortement serrés autour de la tête. Ils ne touchent pas à cet appareil
pendant une semaine; les personnes qui le peuvent restent en repos, et
celles qui sont obligées de sortir pour travailler, et qui n'ont qu'un
oeil malade, arrangent leur mouchoir de façon à le couvrir complètement,
en laissant l'oeil sain à découvert. Au bout de huit jours on ôte les
compresses: quelquefois le malade est guéri, d'autres fois l'oeil est
fondu et l'on ne trouve qu'un moignon charnu.

Cette médication, quelque étrange qu'elle paraisse, pourrait néanmoins
être employé avec succès dans quelques cas; i! s'agirait alors de faire
une compression graduelle et de bien choisir l'époque de la maladie;
car, dans la période aiguë, lorsque l'oeil se trouve dans un état
d'irritation et de turgescence très-prononcées, ce moyen thérapeutique
n'aurait d'autre résultat que la perte de l'oeil. Les égyptiens,
d'ailleurs, se servent souvent de cette compression au début même de
l'ophthalmie purulente, et quelquefois ils guérissent. On sait en
outre que cette médication a été employée avec avantage à Paris, dans la
maison de refuge des orphelins du choléra. Les Arabes font rarement
usage de collyres et de pommades; le plus souvent ils lavent les yeux
encore tout enflammés avec du jus de plantes astringentes on avec de
l'eau froide, ce qui contribue quelquefois à faire passer des
conjonctivites simples à l'état catarrhe purulent.

Il m'est arrivé (et cela est sans doute arrivé à d'autres praticiens qui
ont exercé la médecine en Afrique) de faire des prescriptions à des
indigènes malades, et de les rencontrer une ou deux semaines après
avaient l'ordonnance _pendue au cou_ comme un scapulaire, on bien
religieusement cachée sous leurs vêlements, sans avoir fait aucun usage
des médicaments présents.

Au mois de juillet dernier, j'ai été chargé par M. le directeur de
l'intérieur de l'Algérie d'examiner et de classer, d'après la nature de
leurs maladies, les musulmans affectés de maux d'yeux ou de cécité
complets, qui pourraient être reçus dans l'établissement qu'on projette
de fonder à Alger pour ces malheureux indigènes. Parmi le nombre des
personnes qui nous ont été amenées au bureau de Mecque et Médine par les
employés de la police maure, il y avait le nommé Mohammed-ben-Quassen,
Arabe affecté de fonte de l'oeil droit et de leucoma complet sur l'oeil
gauche; la vision était abolie. Ce malheureux portait sur le front,
autour de la corde en poil de chameau, _quatorze_ amulettes en peau de
la forme d'un carré allongé, et sur lequel on remarque des carrés
magiques, quelques lignes écrites en arabe et un grand nombre de signes
cabalistiques et de chiffres rangés dans une espère de table
pythagoréenne; c'est par leurs différentes combinaisons que les thalebs
croient découvrir les choses les plus mystérieuses et opérer les
miracles de la sorcellerie.

Voici la traduction libre d'une de ces amulettes,--nous devons cette
traduction à l'obligeance de M. Reinaud, membre de l'institut:

On lit en tête: «Au nom du Dieu clément et miséricordieux; que Dieu soit
propice à notre seigneur Mahomet, à sa famille et à ses compagnons.»

Vient ensuite le commencement de la sourate XXXVIe du Coran, où Dieu est
supposé parler ainsi à Mahomet: «Y.-S., par le Coran sage, tu es du
nombre des envoyés divins, et tu marches dans une voie droite. C'est une
révélation que l'Être glorieux et clément t'a faite, afin que tu
avertisses ton peuple de ce dont leurs pères avaient été avertis et à
quoi ils ne songent guère. Notre parole a été prononcée contre la
plupart d'entre eux, et ils ne croiront pas. Nous avons chargé leurs
cous de chaînes qui leur serrent le menton, et ils ne peuvent plus lever
la tête. Nous avons placé une barrière devant eux et une barrière
derrière. Nous avons couvert leurs yeux d'un voile, et ils ne voient
pas.»

Ces dernières paroles font évidemment allusion à l'état de la personne
pour laquelle on les a mises en usage. La suite de l'écrit est destinée
à procurer au malade la guérison. Elle commence ainsi: «Au nom de Dieu,
par Dieu... Il n'y a pas d'autre dieu que Dieu; il n'y a de force qu'en
Dieu...» Malheureusement l'écriture est si mauvaise, qu'il serait bien
difficile d'offrir un sens complet.

Les deux carrés placés au milieu de l'écrit et celui qui est au bas à
droite, sont ce qu'on appelle du nom de _carrés magiques_. Il en est
parlé dans nos livres de mathématiques, et ils appartiennent à la
science des nombres, qui tenait une si grande place dans les doctrines
de Pythagore. Seulement ici, au lieu de chiffres, on a employé des
lettres de l'alphabet arabe, qui, à l'exemple des lettres des alphabets
hébreu et grec, ont une valeur numérale.

Le carré du milieu, du côté gauche, renferme les lettres [arabe] ou 492,
[arabe] ou 357 et [arabe] ou 816. Ces neuf signes représentent les neuf
unités, les seules qui, pendant longtemps, ont été exprimées dans le
calcul, jusqu'au moment où l'on a marqué le zéro. Si, comme cela se
rencontre souvent dans les traités arabes de magie, on se borne à
marquer les lettres qui occupent les quatre angles, on a [arabe] ou
8642; ce qui, en procédant comme font les Arabes, de droite à gauche,
présente une progression arithmétique. Le groupe [arabe] 8642 est
précisément celui qui occupe le carré du bas, et ce groupe est répété
quatre fois, chaque fois dans un ordre différent. Sur les divers usages
de ces carrés chez les Orientaux, on peut consulter le deuxième volume
de mon ouvrage intitulé: _Monuments arabes, persans et turcs du cabinet
de M. le duc de Blacas._»

Chacune de ces amulettes, vendue par les savants ou par les marabouts,
coûte aux Arabes de dix à douze sous; quelquefois le panier mystérieux
est simplement couvert de sparadrap, et dans ce cas _l'ordonnance_ ne
vaut que six sous.

A voir ce charlatanisme superstitieux, croirait-on que ces hommes sont
les successeurs d'Aetius, d'Avicenne, d'Haly-Abbas, de Ithaxès,
d'Albucasis, d'Averrhoës, et de tant d'autres praticiens arabes qui ont
illustré la médecine et la chirurgie dans ce même pays?

La croyance religieuse des Arabes est tellement puissante, que
quelquefois, malgré la désorganisation des yeux et la cécité complète,
ils ont beaucoup de confiance dans ces sortes de remèdes, et ne
désespèrent pas de leur guérison. Eh bien! ces idées absurdes, ces
pratiques contraires au bon sens et à la raison, nous étonneraient
beaucoup chez un peuple barbare, si l'histoire ne nous avait pas
transmis des absurdités pareilles, qui furent longtemps en crédit chez
des nations civilisées et parmi les plus hautes classes de la société.
N'a-t-on pas vu une reine de France (Catherine de Médicis), qui, pour se
préserver des malheurs physiques et moraux, portait sur son ventre une
peau de vélin étrangement bariolée, semée de figures et de caractères
grecs diversement enluminés? Cette peau avait été préparée par
Nostradamus, et plusieurs auteurs contemporains prétendent que c'était
la peau d'un enfant égorgé.

[Illustration.]

[Illustration.]

Viendra-t-elle ou ne viendra-t-elle pas?--Telle est la question qui
circulait de proche en proche.--Oui, dit l'un.--Non, dit l'autre.--J'en
suis sûr.--J'en ai la certitude.--Je le tiens d'une source
authentique.--Une personne digne de foi vient de me l'assurer.--Elle
sera demain de retour à Brighton.--Elle arrivera demain à Paris.--Son
yacht l'attend pour partir.--Sa loge est toute, prête à l'Opéra,--Elle
visitera Versailles.--Elle ne le visitera pas.--Vous verrez!--Je ne
verrai rien du tout.

Ainsi parlaient les curieux, les donneurs de nouvelles et les oisifs;
mais, pour être véridique historien, je dois dire qu'au milieu de tout
ce cliquetis de demandes et de réponses, Paris restait indifférent. Le
grand éclat qui se faisait à Eu, le grand bruit qui arrivait des bords
de l'Océan s'éteignait, pour ainsi dire, aux portes de la ville et n'y
apportait qu'un écho affaibli et presque imperceptible.

Vous dites cependant qu'on se questionnait de tous côtés. Oui, sans
doute; dans ce Paris immense et perpétuellement agité, il y a eu tout
temps, une foule qui se tient aux écoutes et saisit à la volée les
nouvelles qui passent dans l'air, pour en causer et s'en distraire;
cette population, toujours prête à se mettre à sa fenêtre ou sur sa
porte, s'occupe souvent de la première bagatelle venue, d'une tuile qui
se détache du toit d'une maison, ou d'un oiseau échappé de sa cage.
Comment ne s'occuperait-elle pas de la visite problématique d'une reine
étrangère? D'ailleurs, la reine Victoria est jeune, à coup sur, et
aimable, dit-on; c'est un hameçon suffisant pour amorcer cette bonne
ville de Paris, qui n'aurait pas manqué de lorgner S. M. britannique
avec une attention particulière, afin de savoir à quoi s'en tenir sur
son compte.

Je ne prétends donc pas que l'arrivée à Paris de la reine d'Angleterre
n'eût pas produit un certain effet, comme on doit s'y attendre de tout
spectacle singulier et rare; ce que je veux dire, c'est une Paris ne
s'est une médiocrement inquiété de cette arrivée, et que, ne la désirant
pas, il n'a jamais eu l'air un seul instant d'y croire; la grande scène
du Tréport ne lui faisait nulle envie: il en parlait comme, d'une pièce
dramatique toute locale et représentée sur un théâtre particulier; quant
à prendre, à son tour, sa part de la représentation, encore un coup,
c'était le moindre de ses soucis.

Quoi donc! est-ce que Paris aurait perdu la tradition de son antique
galanterie et de son hospitalité si renommée? est-ce manque de
chevalerie? est-ce rancune?

Pour la galanterie et pour l'hospitalité, je crois, quoiqu'un en dise,
que le Paris d'aujourd'hui vaut bien le Paris d'autrefois; ce sont
toujours les mêmes moeurs confiantes, affables et faciles; Paris offre
volontiers la main à qui vient le visiter; il n'y a pas de ville qui
sourie de plus loin à un étranger, et se livre à lui avec plus
d'abandon. Ce n'est certes pas Londres qui lui disputera le prix de
l'aménité, et de la bienveillance. La reine Victoria aurait donc pu se
rendre à Paris à coup sûr; comme femme et comme jeune femme, elle n'y
eût rencontré qu'égards et que politesse; Paris, que l'Opéra-Comique a
surnommé le _paradis des femmes_, ne se serait pas changé en enfer tout
exprès pour notre royale voisine; et même il aurait loué de grand coeur
ses _belles dents blanches_ et jusqu'à sa _robe puce_, son _chapeau de
paille_, ses _rubans jaunes_ et sa _plume d'autruche_.

Mais être poli ou empressé, ce sont deux affaires différentes, et
certainement Paris n'eût pas poussé les choses jusqu'à l'empressement.
Or, pour une jolie femme et pour une reine qui vient à travers la mer
vous rendre visite, la froide politesse est-elle une indemnité de voyage
suffisante et suffisamment agréable?

Paris a donc de la rancune?--Non vraiment, dans la triste acception du
mot; mais Paris a de la mémoire; on l'a souvent traité de ville légère
et oublieuse; à la surface, soit! mais dans le fond, Paris est plus
sérieux qu'on ne le dit, et se souvient longtemps. Pendant quinze ans,
ne semblait-il pas avoir oublié la Restauration? Au 27 juillet 1830, on
a vu si la mémoire lui était revenue! d'autres ressentiments, qui datent
de la même époque, vivent toujours dans son souvenir, et le présent n'a
pas contribué à effarer le passé; il vaut donc mieux que la reine
d'Angleterre n'ait pas prolongé son voyage jusqu'à cette ville de mémoire
tenace.

Là-bas, où elle est descendue, sur le rivage de la mer, le terrain est
neutre en quelque sorte: ce n'est, pour ainsi dire, ni la France ni
l'Angleterre; mais ne vous semble-t-il pas que si une reine anglaise,
même pour quelques jours de courtoisie et de fête, se fut avancée au
coeur du pays et dans la capitale, la terre de France eût éprouvé un
douloureux saisissement?

Ah! je vois; vous êtes de ces gens à passions aveugles et inflexibles
qui veulent que les peuples se regardent toujours d'un oeil plein de
soupçons et de haine. Ne deviniez-vous donc pas que ces entrevues
royales rapprochent les gouvernements, adoucissent les ressentiments de
nation à nation, et travaillent à l'harmonie générale? Je n'en crois pas
un mot:

Le flot les apporta, et le flot les remporte!

Quant à l'amitié des peuples, il est sans doute de leur intérêt de
s'entendre le mieux possible, mais de ne pas trop s'aimer. L'amitié
extrême est comme l'amour excessif; elle se donne tout entière, sans
garantie et sans sûreté, et dans ces passions à deux, il y en a presque
toujours un qui perd sa volonté, tandis que l'autre la garde, et
celui-là finit par être la dupe de l'autre. Il est bon aussi que les
peuples se souviennent.

Paris n'aura fait ainsi aucune avance à la reine d'Angleterre. Quant aux
frais de sa solennelle réception, il y a contribué pour une portion bien
petite; tandis que le vieux château des Guises étalait un grand luxe
d'hospitalité, Paris, la ville souveraine, la capitale du monde
civilisé, comme on l'appelle, se contentait d'envoyer à la reine
Victoria, pour sa contribution de galanterie, l'Opéra-Comique et le
théâtre du Vaudeville, mademoiselle Darcier et M. Moreau-Sainti, d'une
part, de l'autre, madame Doche et M. Arnal. Il est difficile de faire
moins d'étalage.

Je dois dire que si Paris n'a rien offert de plus, ce n'est pas la faute
de messieurs les directeurs et de messieurs les comédiens; tous se sont
proposés pour chanter, danser ou déclamer en l'honneur de Sa Majesté
Britannique.

Le Théâtre-Français appuyait sa demande sur son vieux blason et son
vieux titre de comédien ordinaire du roi; l'Académie royale de Musique
parlait de sa couronne lyrique, et semblait vouloir faire des roulades
de puissance à puissance; M. Delestre-Poirson s'écriait: «Prenez mon
Gymnase!» M. Ancelot: «Mon Vaudeville, je vous en supplie!» tandis que
M. Crosnier mettait son Opéra-Comique aux pieds de l'Angleterre; M.
Crosnier et M. Ancelot l'ont emporté. Le Théâtre-Français, l'Académie
royale de Musique, quittant la partie d'assez mauvaise humeur, se
plaignent de leur grandeur méconnue; quant au Gymnase et à M. Poirson,
ils déclarent vouloir en référer à madame la duchesse de Berri. M.
Crosnier a soutenu sa bonne fortune avec modestie; le jour ou
l'Opéra-Comique s'est transporté au château d'Eu, une affiche, placardée
sur les grands murs de Paris, disait tout bonnement aux passants:
«Théâtre de l'Opéra-Comique, aujourd'hui, relâche.»

M. Ancelot, ancien lecteur de Charles X. n'a pas su contenir sa joie et
la garder à huis clos; il a fallu qu'il l'étalât au dehors et la fit
déborder. On a pu lire pendant deux jours, sur l'affiche du Vaudeville,
ces mots en lettres colossales: «Relâche, pour le service du roi.» Cette
formule, _pour le service du roi_, n'est d'ordinaire employée que pour
les ambassadeurs en mission et pour les officiers qui risquent de se
faire tuer à la tête d'un régiment ou d'une armée. M. Ancelot, avec le
tact et la convenance qui le caractérisent, en a fait emploi à propos
d'Arnal et des _Cabinets particuliers_; c'est une déviation un peu forte
de l'usage consacré, qui a d'abord surpris tout le monde; mais on s'est
rappelé bien vite que M. Ancelot était fourré dans cette affaire-là, et
aussitôt la surprise a cessé; on connaît M. Ancelot; on sait depuis
longtemps, qu'il est naturellement porté à entrer en service.

Il s'est passé une singulière aventure au Tréport, le lendemain du
débarquement de la reine: la foule avait disparu dès la veille avec le
cortège royal: il ne restait plus que de simples mortels, venus là
depuis quelques jours pour prendre des bains de mer, et parmi eux des
jeunes femmes revêtues de la blouse de toile grise, que les garçons
baigneurs plongeaient dans le flot mugissant. Les navires qui avaient
accompagné S. M. Victoria ce voyaient, du rivage, immobiles et à
l'ancre; quelques matelots seulement étaient à terre. Un d'eux,
apercevant cette foule charmante qui s'abandonnait au flot, et séduit
sans doute par l'exemple, s'arrêta tout à coup, jeta bas son chapeau,
puis sa veste, puis ses vêlements un à un, jusqu'au plus intime, si bien
qu'en un clin d'oeil il se montra dans un costume qui n'aurait causé
aucune sensation aux îles Marquises ou chez les Hottentots, mais qui
parut, au Tréport, d'une mode un peu hasardée. Des _holà!_ partirent de
tous côtés, et les naïades scandalisées se plongèrent de plus belle dans
le sein d'Amphitrite. A ce bruit, un gendarme chargé de veiller au
vestiaire s'avança vers le délinquant. Je ne dirai pas précisément qu'il
le saisit par le collet, il n'y avait pas prise; mais il l'apostropha en
ces termes;

LE GENDARME.--Que faites-vous là, monsieur?

LE MATELOT.--Moà vôloir promener moà.

LE GENDARME.--Dans ce costume?

LE MATELOT.--Moà vôloir baigner moà.

LE GENDARME.--A la bonne heure! mais on ne se baigne pas ainsi. C'est un
peu trop négligé, mon vieux!

LE MATELOT.--Moà vôloir baigner.

LE GENDARME.--M. le maire le défend.

LE MATELOT.--Moà vôloir baigner.

LE GENDARME.--Vous voyez bien que vous faites honte à ces pauvre petits
anges.

LE MATELOT.--Moà vôloir baigner.

LE GENDARME.--Allons! vous allez, me suivre.

LE MATELOT.--Moà vôloir...

LE GENDARME.--Finirez-vous?

LE MATELOT. _se débattant_.--Goddam! Moà pas Français, no French!

LE GENDARME.--Vous n'êtes pas Français, ça se devine; mais vous êtes
encore moins vêtu, ça se voit. Et zeste! plus vite que ça. Qu'on se
mette en tenue, mon bonhomme, ou sinon...

--By God! s'écria le matelot, moà plus jamais venir en France pour
baigner moà, never, never!

Et il reprit sa veste et le reste en jurant, et le gendarme de sourire
d'un air vainqueur, et naïades de revenir sur l'eau.

--Il existe depuis quelque temps une bande de malfaiteurs dont
l'autorité suit les traces avec vigilance; déjà plusieurs affiliés sont
tombés entre les mains des sergents de ville et des hommes de police.
Ces misérables sont désignés sous le nom d'_endormeurs_; c'est aussi à
ce qu'il paraît, qu'ils s'appellent eux-mêmes; ils exercent
principalement leur industrie scélérate hors barrière, sur les boulevard
extérieurs, dans les chemins de ronde ou dans les quartiers les plus
déserts; l'heure qui leur convient est l'heure préférée des larrons, la
unit! Dès que les ténèbres enveloppent la ville, nos bandits se mettent
à l'oeuvre; pareils à des bêtes féroces alléchées par l'odeur d'une
proie, ils rodent çà et là; un pauvre ouvrier revenant du travail
vient-il à passer, ou quelque soldat attardé, ils l'accostent, lui
parlent avec douceur, et de propos en propos, de tendresse en
tendresses, lui proposent de sceller leur nouvelle fraternité dans le
premier bouchon venu. Notre crédule se laisse faire; on entre dans
quelque horrible bouge isolé; puis arrivent les bouteilles et
les verres; au moment où les fumées du vin commencent à troubler le
cerveau du convive, l'endormeur lui glisse dans son verre une poudre
narcotique qui le plonge en quelques minutes dans un sommeil profond.
Quand il s'éveille, il se trouve dépouillé des pieds à la tête; on lui a
volé son petit pécule, son chapeau, son habit et sa montre d'argent.
Puis, cours après, mon pauvre diable!

[Illustration: La reine d'Angleterre, conduite par Louis-Philippe, entre
dans le canot du brick Marie-Amélie.]

[Illustration: Arrivée de la reine Victoria au débarcadère.]

[Illustration: Matelot du yacht _Victoria and Albert_.]

La police n'est, heureusement, pas aussi facile à endormir. Nous verrons
bientôt une partie de ces endormeurs devant la justice, aux prises avec
M. le procureur du roi.

Du reste, il ne faut pas s'y tromper: la race des endormeurs est
excessivement étendue: ils ne ressemblent pas tous à ces endormeurs
farouches dont nous venons de raconter les misérables exploits; beaucoup
même sont de très-honnêtes gens; mais ils n'endorment pas moins.
L'endormeur se glisse partout et se cache sous tous les visages et sous
tous les habits: vous allez à la Chambre des Députés; un orateur monte à
la tribune; vous comptez sur Barnave ou sur Mirabeau: c'est un
endormeur.--Césias vous invite à venir entendre la lecture de son poème
ou de sa tragédie; quelque grand poète sans doute, pensez-vous chemin
faisant.--Quel endormeur! dites-vous au retour.

Et tenez, dans ce procès qui va s'engager devant la Cour d'assises, Dieu
sait comme les endormeurs vont être traités par le procureur du roi et
par M. le président, qui ne sont peut-être eux-mêmes que des endormeurs
en toge et en bonnet carré!

--Il y a beaucoup de galettes ici-bas et de faiseurs de galettes,--je ne
compte pas le Salon annuel;-mais il n'y a vraiment qu'une Galette au
monde, c'est la galette du Gymnase. Sur le boulevard Bonne-Nouvelle, à
l'angle du théâtre pour lequel M. Scribe a pétri tant de petits gâteaux
délicats, croustillants et parfumés, s'élève cette fabrique de galettes
d'une réputation européenne. Qui n'a pas goûté de la galette du Gymnase,
n'a pas vécu; c'est à s'en manger les doigts. Toute galette pâlit à côté
de celle-là: supposez une galette cent fois meilleure, les gourmets la
déclareront détestable; la vogue y est, cela suffit; la vogue est connue
l'amour, elle fait trouver excellentes les plus plates palettes.

On a souvent dit qu'on avait vu des rois épouser des bergères: je n'en
ai pas la preuve, mais je suis bien tenté de croire que des rois ont
tâté de la galette du Gymnase; j'ai vu, de mes propres yeux vu, un
prince héréditaire d'Allemagne qui en achetait un soir pour ses deux
sous: M. le duc de Brunswick!

Il y a des gens qui viennent de la barrière de l'Étoile et de la
barrière du Trône pour en manger: que de fois le gamin de Paris, la
grisette, le clerc d'huissier, la marchande de modes, le commis
marchand, se sont détournés de leur route pour arriver à cette admirable
galette par un long circuit.

Voyez où deux sous de galette peuvent vous mener! L'inventeur de cette
merveilleuse galette est devenu un riche propriétaire: il possède trois
ou quatre maisons à Paris et un château en Normandie; il est électeur,
éligible, et quelque arrondissement de bonne pâte en fera tôt ou tard
son représentant.

Cette richesse commence à éclater sur le boulevard Bonne-Nouvelle même.
Tout à côté de l'humble échoppe où il a fait fortune en débitant sa
denrée sou à sou, notre homme vient d'ouvrir une élégante boutique de
pâtisserie. Que dis-je, une boutique? C'est un vrai boudoir éclatant de
lumière, mignon, coquet, paré; on le regarde, on s'extasie, mais
personne n'y entre; la pâtisserie y sèche sur place. Heureusement que le
marchand de galette, plus avisé que tant de parvenus et d'enrichis, n'a
pas tué sa poule aux oeufs d'or; son échoppe à galette est toujours là,
et tout le monde y court. Que cela vous serve de leçon, ô pâtissiers!

--La famille Félix est une mine à tirades: elle a produit mademoiselle
Rachel, et, après un tel trésor, on aurait pu la croire épuisée; mais
point du tout; on y découvre tous les jours, à ce qu'il paraît, quelques
filons inattendus promettent d'autres richesses. Ici, mademoiselle
Sarah, soeur puînée; là, mademoiselle Rébecca, soeur cadette; plus loin,
M. Raphaël, frère imberbe, sans compter les Eliacin, les Joas et les
Jéroboam qui sont peut-être encore au berceau.

[Illustration: Lord Aberdeen.]

Mademoiselle Sarah annonce une cantatrice; M. Raphaël sera un don
Rodrigue, et mademoiselle Rébecca une Chimène. Laissez pousser toute
cette Judée, et dans deux ou trois ans, mademoiselle Rachel, assemblant
sa tribu, lui donnera le Théâtre-Français pour empire, et pour arche
sainte le trou du souffleur.

--Nous avons fait dernièrement au _Don Pasquale_ de Donizetti un cadeau
que nous sommes très-heureux de lui reprendre; le bruit que ce charmant
ouvrage avait été froidement accueilli à Vienne, nous était arrivé je ne
sais de quel coin de l'horizon, et nous avions annoncé le fait
ingénument. Entre nous, loin d'en vouloir à _Don Pasquale_, c'était aux
Allemands de Vienne, qui n'avaient pas eu le goût de l'applaudir, que
nous en voulions; nouvelle erreur! Vienne ne méritait pas cette rancune;
Vienne s'était conduite pour _Don Pasquale_ en ville musicale qu'elle
est, et _Don Pasquale_ l'avait ravie; peut-être même, à l'heure où je
vous parle, bat-elle encore des mains en l'honneur de ce spirituel
ouvrage.

La France, il est vrai, avait donné le signal l'hiver dernier; et,
depuis, _Don Pasquale_ a fait son tour de France escorté de bravos.

Bon augure pour le _Don Sébastien_ que l'Opéra nous prépare à grands
frais, et pour la _Maria di Rohan_ qui charmera bientôt les dilettanti
de notre Théâtre-Italien. Pour le coup, Vienne a eu la primeur du
succès; Vienne, en saluant dernièrement _Maria_ avec enthousiasme, a
regagné l'avance que nous avions prise pour _Don Pasquale_: Paris et
Vienne sont maintenant manche à manche. Voyons! à qui gagnera la belle!

--Revenons cependant à la reine Victoria: puisque Paris ne saurait en
parler _de visu_, c'est-à-dire après l'avoir vue de sa propre personne,
il faut bien que quelqu'un y supplée et fournisse au moins l'image, si
l'original fait défaut. Ce quelqu'un-là, qui se charge aussi de procurer
aux amateurs le profil des Majestés absentes, ce complaisant
daguerréotype sera _l'Illustration_. Et ce n'est pas une vaine promesse
que je fais: aussitôt promis, aussitôt exécuté. Voici, en effet, le
portrait de Sa gracieuse Majesté britannique, que _l'Illustration_ a
l'honneur de le présenter, chéri lecteur. Examine, prends-en tout à ton
aise, et tu seras presque aussi avancé que si tu avais entrepris le
voyage d'Eu et bivouaqué au Tréport.

Le mot roi ou reine est un mot qui séduit les imaginations. Qui dit roi,
pour beaucoup d'honnêtes gens, parle d'un être surnaturel, doué de la
fierté de Mars, de la force d'Hercule, et du sourcil de Jupiter; une
reine, de son côté, n'est pas reine à moins d'avoir le profil de Junon
et la stature de mademoiselle Georges. Les rois et les reines de théâtre
en sont cause.

Mais, en réalité, rois et reines se rapprochent singulièrement des
simples mortels, et ils ont raison. On peut s'en convaincre de jour en
jour davantage, maintenant qu'on les touche de si près.

La reine Victoria en donne une nouvelle preuve. Voyez ses traits! Malgré
la triple couronne qui ceint son front, est-ce une Junon terrible'! Non
pas, vraiment, mais une aimable personne, au visage enjoué et doux, ce
qu'on appellerait ici une agréable petite femme. A quoi bon autre chose?

[Illustration: La reine Victoria.]

[Illustration: Le prince Albert.]

A côté de Victoria nous vous offrons le prince Albert; la fonction du
prince consistant spécialement à être le mari de la reine, Dieu nous
garde de les séparer!--Le prince appartient à l'espèce des beaux hommes:
il est grand, élancé, résolu, et possède toutes les qualité de son
emploi. Le prince Albert sort de la famille des Saxe-Cobourg, qui
peuple, depuis quelque temps, la plupart des trônes d'Europe.

Après la reine et le mari de la reine, quoi de plus juste et de plus
nécessaire que de monsieur le ministre? Or, entre toutes les excellences
qui composent le conseil de S. M. la reine des trois royaumes unis, lord
Aberdeen était naturellement désigné par ses fonctions pour
l'accompagner au château d'Eu; pour un voyage à l'étranger, rien ne
vaut, ce me semble, un ministre des affaires étrangères.

Ce n'est pas la première fois que lord Aberdeen tient le portefeuille
des relations extérieures, comme on disait du temps de Napoléon; il a eu
deux fois cet honneur. En outre, milord a été ministre des colonies,
sous la présidence de Wellington.

Sa noblesse n'est pas des plus anciennes; il n'est que le quatrième
comte de sa race; quant à ses titres, lord Aberdeen en a plus d'un
conseiller privé, membre de la Société Royale, président de la Société
des Antiquaires, chevalier du Chardon, etc., etc.

Il ne hait pas le mariage, puisqu'il a été marié deux fois; la première
fois avec la fille du marquis d'Abercon, la seconde fois avec la fille
de l'honorable J. Douglas.

Au physique, lord Aberdeen est du moyenne taille, sans grâce et peu
recherché dans sa parure; on en ferait très-difficilement _un lion_. Son
vêtement est toujours trop large et mal coupé; mais en revanche il est
rarement neuf.

Bien que milord tienne habituellement ses mains croisées derrière le
dos, il ne se donne pas pour Napoléon. A tout prendre, c'est un homme
calme, prudent, patient, discret, laborieux, qui parle bas et se dandine
sur ses talons; en France on dirait de lui: Cet homme-là entend les
affaires.

Je finis en vous priant de jeter les yeux sur un simple matelot fait à
l'image des matelots employés sur le yacht de la reine; peut-être est-ce
le héros de l'aventure nautique que j'ai eu l'honneur de vous raconter
là-haut; ici, du moins, notre homme est d'une tenue convenable, et le
gendarme n'a point à intervenir.

_Item_ deux petits dessins représentant l'un le débarquement de la
reine, l'autre son passage du yacht dans le navire français.

Mais ce n'est là, ô lecteur! mon ami, qu'une dragée pour te faire
prendre, patience; _l'Illustration_ te réserve d'autres dessins pour la
semaine prochaine. Au revoir!

[Illustration.]



[Illustration.]

Romanciers contemporains.

CHARLES DICKENS.

[Illustration.]

C'est en quelque sorte un devoir que de mettre en honneur le nom, que de
répandre les oeuvres d'un romancier dont les ouvrages laissent le
lecteur plus sympathique, plus heureux, meilleur enfin à la dernière
page qu'il ne l'était à l'ouverture du livre. C'est là le premier, le
plus bel éloge dû à Charles Dickens. En quelque obscur séjour qu'il
aperçoive un homme, quelque profondes que soient les rides qui le
défigurent, il sait démêler en lui ce qui s'y trouve encore de
l'empreinte divine, pour le faire éclater à nos yeux. Des grâces
vraiment naïves et ignorées se décèlent à son regard observateur sous
l'enveloppe de la laideur même; le battement de coeur du Samaritain
vibre dans sa poitrine, et c'est pourquoi il nous intéresse à chaque
passant, et partout nous fait voir et aimer notre prochain, notre frère.

Dickens n'est pas au nombre de ces flatteurs que l'aurore de la
souveraineté du peuple a fait si rapidement éclore, et qui, traitant,
les masses rumine les courtisans du temps jadis traitaient les
monarques, louent la foule, afin de l'égarer, et, s'ils n'en peuvent
tirer pied ou aile, cherchent du moins à s'en faire une échelle. Ami
sincère et compatissant du pauvre et du délaissé, il plaint ses vices,
stimule ses vertus, qu'il admire et qu'il peint avec une tendre
complaisance. Son oeil attendri plonge dans tous les réceptacles de la
misère, et les haillons ne lui sauraient cacher la noblesse native,
l'énergie, la pureté, le dévouement, la charité, qui, tels que des
métaux précieux, d'inestimables pierreries, restent souvent enfouis dans
l'ombre. C'est plaisir de le voir fouiller la mine, enlever le diamant
et l'enchâsser dans son style à facéties brillantes, qui réfléchissent
tant de nuances, qui concentrent et renvoient tant d'errantes lueurs.
Dickens tient une haute place dans cette élite de hardis prosateurs qui
ont su découvrir la poésie domestique assise au coin du foyer obscur,
comme la Cendrillon du conte; mais il n'emprunte point les baguettes des
fées pour la revêtir d'habits magnifiques et la douer d'un éclat
étranger; il la drape dans sa souquenille de tous les jours, et vous
rend amoureux de sa grâce modeste, de son charme ingénu.

Jamais palais somptueux ne me pourrait plaire autant que les humbles
demeures que Dickens nous fait voir à l'aide de son bienveillant
microscope. Il me souvient, entre autres, de la pauvre maison d'une
blanchisseuse; demeure qui n'avait pour parure que l'ordre, le travail,
la bonne humeur, et qu'il fait apparaître toute rayonnante de l'amour et
du dévouement quotidien d'une mère, tout enchantée de la tendresse d'un
fils, parée des grâces de l'enfance, résonnante de ses rires joyeux, et
égayée encore par les gentillesses bouffonnes et les grimaces boudeuses
du bambin, qui berce un frère nouveau-né. Il me semble, en vérité, voir
dans Dickens un Homère du foyer domestique, guidé par Wordsworth et
Crabbe, dans les cabanes éparses, au chevet du pauvre, et jusque dans
l'asile, poétique encore, de l'idiot et du fou.

Les premiers essais de Dickens furent des scènes détachées lancées dans
un journal mensuel. Elles annonçaient un esprit satirique et mordant,
habile à saisir le ridicule, sollicitant le rire par des traits moqueurs
fortement accentués; mais le coeur sympathique et tendre du romancier se
fit jour bientôt dans les créations badines de sa verve moqueuse. Voyez,
entre autres, Pickwick. D'abord Dickens s'amuse, impitoyable railleur,
de la solennelle vanité du personnage, de ses prétentions de touriste,
de ses tablettes, de ses futiles observations, de la niaiserie de ses
amis; mais à mesure que ce type de l'importance puérile du bourgeois
_clubiste_ de Londres acquiert sous sa plume de l'individualité, à
mesure qu'il vit avec lui, il se prend à l'aimer. A force de travailler
sa statue, l'ancien statuaire la pénétra de son âme, et, voyant palpiter
la vie, il aima. Il en est de même de Dickens: il découvre les qualités
de Pickwick. Cette vanité ne couvre-t-elle pas de la bonhomie du coeur?
Cet entêtement n'est-il pas fondé sur la droiture? Cette puérilité même
n'a-t-elle pas son charme enfantin. Car, si le vieillard se rapproche de
l'enfance par la faiblesse, il emprunte parfois quelques-unes de ses
touchantes grâces. Dickens le sait, il le sent, et voilà que les scènes
détachées deviennent une histoire, et joignent au plaisant de la
caricature l'intérêt de la vie du roman.

A mes yeux, ce mouvement, ce procédé du talent de Dickens se retrouve
plus ou moins dans tout ce qu'il fait. C'est constamment son coeur qui
s'empare de ce qu'avaient préparé son esprit et son imagination. De là
nait sans doute cette alternative de rires et de pleurs qui tient l'âme
de son lecteur en balance. Et tandis qu'on éprouve un vif plaisir à le
lire, rien ne vous pousse à chercher avec anxiété un dénouement, une
catastrophe. Ses ouvrages (est-ce un défaut?) n'ont pas les conditions
exigées par l'ancienne poétique, qui veut que tout tende à un même but,
et que toutes les parties d'une oeuvre se coordonnent pour y arriver.
Dickens ne construit pas une pyramide dont toutes les pierres, faites
l'une pour l'autre, ont leur place marquée, et, par les quatre côtés,
conduisent au faîte. Il sculpte des statues animées que l'oeil aime à
considérer sous toutes leurs faces, sans qu'une partie force
nécessairement à en désirer une autre. Mais pourquoi la poésie, la
littérature, l'art, n'auraient-ils pas des formes et des procédés aussi
variés que la nature qu'ils sont appelés à reproduire?

Il nous serait, du reste, impossible de reprocher à l'auteur anglais une
disposition de talent qui nous permet d'isoler quelques parties de son
dernier ouvrage sans en diminuer l'intérêt. Quoi qu'en puissent dire les
critiques, le meilleur moyen de connaître un auteur, c'est de le lire.
Nous suivrons donc l'orgueilleux et égoïste Martin et le bienveillant
Mark dans leur voyage au Nouveau-Monde, curieux de voir avec Dickens les
moeurs d'une terre nouvelle, et l'Amérique jugée par un Anglais doué
d'une si perçante et si fine observation.

TRAVERSÉE
DE MARTIN ET DE SON SERVITEUR
MARK TAPLEY.
SUR LE VAISSEAU DE TRANSPORT LE SCREW.

La nuit était lugubre, obscure; c'était l'heure où chacun s'enfonce plus
profondément dans son lit où le cercle attardé se resserre autour du
foyer, où, plus froide même que la charité, la misère grelotte au coin
des rues; les cloches vibraient encore du redoutable son d'une heure que
venaient de frapper leurs ballants; la terre, revêtue d'un linceul noir,
portait le deuil du jour écoulé, et, plumes gigantesques de la pompe
funèbre, de sombres groupes d'arbres agitaient tristement leurs cimes.
Tout était repos, silence. Seuls, les nuages traversaient l'air devant
la lune voilée, et le vent, rampant à leur suite, s'arrêtait pour
écouter, repartait avec un léger bruit, s'arrêtait de nouveau et
repartait encore, comme l'Indien qui poursuit une piste.

Vents, nuages, où fuyez-vous si vite? Semblables aux esprits du mal, les
éléments volent-ils à quelque effrayant rendez-vous? Dans quelles
régions sauvages tiennent-ils conseil? En quels lieux se livrent-ils à
leurs terribles jeux?

Ici, affranchis de cette prison qu'on appelle terre, ils se ruent sur
l'espace immense des eaux. C'est là qu'ils rugissent, crient, hurlent,
tempêtent toute la longue nuit. Là, les cavernes qui bordent les flancs
de cette île lointaine, si paisiblement endormie au sein des flots
écumeux, lancent leurs voix retentissantes, au-devant desquelles
accourent, du fond de déserts inconnus, les souffles dévastateurs. Là,
dans l'emportement d'une licence effrénée, ils s'ébattent, luttent,
guerroient, jusqu'à ce que la mer, émue à leur appel, bondisse plus
furieuse qu'eux tous, et que l'air et l'eau se confondent en une
tourbillonnante rage.

En avant! en avant! sur l'espace sans humes où roulent les pesantes
vagues. Là sont des monts, là des vallées; mais non, l'un devient
l'autre, et bientôt tout n'est plus qu'un bouillonnant amas d'ondes
fugitives. Chasse et fuite, et retour emporté de la vague sur la vague,
lutte sauvage, terminée par de rejaillissantes écumes qui blanchissent
la noire nuit. Formes, places, couleurs, tout incessamment varie: rien
de stable, éternel combat. En avant! en avant!... Les flots roulent
obscurcissant la nuit, les vents hurlent avec plus de furie, et les voix
de l'abîme s'élèvent plus terribles, quand ce cri sauvage: «Un
vaisseau!» vient dominer la tempête.

La nef s'avance, rapide; ses hauts mâts ont vibré, ses flancs
tressaillent à l'unisson. Elle s'avance, tantôt montée sur les flots
recourbés, tantôt plongeant dans les profondeurs de la mer, comme pour
se soustraire un instant à sa rage, et chaque mugissement des eaux,
chaque sifflement des vents, d'une voix plus tonnante encore, a crié:
«un vaisseau!»

Il marche; il lutte. Pour voir sa course audacieuse, les vagues dressent
l'une par-dessus l'autre leurs têtes blanchissantes. Aussi loin que
l'oeil du matelot perce l'ombre, il les voit accourir, se ruant, se
poussant l'une l'autre dans leur formidable curiosité. Elles se
dressent, mugissent, retombent, et la nef avance toujours. La nuit a
contemplé ces houles grossissantes, l'aurore les retrouve assiégeant le
vaisseau. N'importe, il marche encore, il marche toujours. En avant! il
chevauche avec ses douteuses lueurs avec la cargaison de passagers
endormis dans ses flancs. Ils donnent comme s'ils n'avaient rien à
craindre des éléments acharnés à leur perte, comme si l'abîme, tombe
sans fond de tant de braves marins, ne se pouvait rouvrir!

An nombre de ces voyageurs endormis se trouvaient Martin et son humble
serviteur, Mark Tapley. Bercés, par ce roulis inaccoutumé, dans un
sommeil léthargique, ils demeuraient tous deux aussi insensibles à
l'atmosphère fétide du dedans qu'au fracas assourdissant du dehors. Il
faisait grand jour quand Mark s'éveilla enfin, rêvant à demi qu'il
s'était assoupi la veille dans un lit à baldaquin, lequel, par une
soudaine culbute, s'était retourné la nuit sens dessus dessous. Et,
admirez l'infaillibilité des songes! les premiers objets qui frappèrent
les yeux à demi ouverts de Mark Tapley, ce furent ses propres talons
qui, d'une élévation presque perpendiculaire, le toisaient, comme il le
remarqua plus tard, tout à fait de haut en bas.

«Bon! dit Mark, lorsque, luttant avec des chances diverses contre le
tangage du vaisseau, il fut parvenu à reprendre son aplomb; c'est
pourtant la première fois que j'aurai passé toute la sainte nuit debout
sur ma tête!

--Vous n'aviez qu'à ne pas vous coucher la tête sous le vent, en regard
des _amures_(4), grommela un homme du fond de sa cabane(5).

      [Note 4: _Amures_, cordages qui tiennent la voile en la rattachant
      du côté d'où vient le vent.]

      [Note 5: _Cabanes_, couchettes fixées l'une au-dessus de l'autre
      tout autour d'une cabine, et qui servent de lit aux matelots et
      aux passagers de seconde classe.]

--En regard de quoi?» demanda Mark.

L'homme répéta son observation.

«Soit, je m'en garderai bien, quand je saurai sur quelle partie de la
carte se trouvent ces contrées, reprit Mark. En attendant, vous ne
risquez rien d'accepter aussi mon petit bout d'avis, et, si vous voulez
m'en croire, ni vous, ni aucun autre ami des miens, jouissant d'une tête
sur ses deux épaules, n'ira s'exposer désormais à dormir dans un
vaisseau.»

L'homme approuva avec un sourd grognement, et se retourna en ramenant la
couverture sur sa tête.

«Car, poursuit à demi-voix Mark Tapley en manière de monologue, de
toutes les choses stupides, la plus absurde, à mon gré, c'est la mer.
Jamais elle ne sait que faire et que devenir; comme elle n'a pas
d'emploi qui vaille, elle passe son temps à se tourmenter en vraie
furieuse; elle ne sait pas plus se tenir tranquille que les ours du
pôle, qui, dans une ménagerie, ne font que secouer leur crinière blanche
de ci de là; ce qui ne vient, voyez-vous, que d'une étrange stupidité!

--Est-ce vous. Mark? demanda une voix faible du fond d'une autre cabane.

--C'est du moins tout ce qui reste de moi, monsieur, après une quinzaine
de cette rude besogne, répliqua Mark Tapley. Ajoutez que depuis que je
suis à bord, je passe les trois quarts de mon temps la tête en bas, les
jambes en haut, accroché, à la façon des mouches, à tout ce qui se
rencontre. Avec cela, monsieur, que je ne fais presque plus rien entrer
dans ma carcasse, et que tout en sort par toutes sortes de chemins.
Certes, il ne reste pas assez du pauvre Mark pour que je puisse jurer de
par lui! Mais, vous-même, monsieur, comment vous sentez-vous ce matin?

--Très-misérable, répondit Martin avec un gémissement humoriste, Ouf! la
pitoyable vie!

--Oui-da! cela commence à compter, murmura Mark, appuyant sa main sur sa
tête endolorie et regardant tout autour avec une bizarre grimace. Il y a
plaisir ici à présent, et l'on peut au moins se savoir gré de s'y
maintenir gaillard. La vertu est sa propre récompense; la joyeuse humeur
idem.»

Mark avait raison. Assurément, quiconque pouvait conserver sa bonne
humeur dans le logement d'avant du noble et rapide vaisseau le Screw,
n'en était redevable qu'à ses propres ressources, et avait du
s'approvisionner de gaieté comme de vivres, sans la plus légère
assistance des propriétaires du navire. Une cabine sombre, basse,
étouffée, entourée de couchettes qui regorgent d'hommes, de femmes,
d'enfants, en proie à tous les degrés de misère ou de maladie, n'est
guère un lieu de joyeuse réunion. Mais lorsque la foule s'y entasse,
comme il arrive dans l'avant du _Screw_, à chaque traversée de
l'Ancien-Monde au Nouveau, lorsque, couchettes et matelas s'amoncellent
sur le plancher, dans le plus complet oubli de tout bien-être, de toute
propreté, de toute décence, le séjour d'un pareil antre n'est plus
seulement un obstacle à toute gaieté, à toute aménité, c'est encore un
encouragement à l'égoïsme et à la mauvaise humeur. Mark le sentait,
tandis qu'assis sur son séant, il promenait ses regards autour de lui,
et ses esprits s'exaltèrent en proportion.

Il y avait là des Anglais, des Irlandais, des Gallois, des Écossais,
tous munis de leur petite provision de mauvais vivres et de méchants
effets, la plupart avec toute une maisonnée d'enfants: il s'en trouvait
la de tout âge depuis le nourrisson à la mamelle jusqu'à la fille
dégingandée presque aussi grande que sa mère; toutes les variétés de
maux qu'engendre la misère, la maladie, l'excès, les chagrins et une
longue traversée par un gros temps, pullulaient dans l'étroit espace. Et
pourtant cette arche fétide renfermait moins de lamentations et de
plaintes, et beaucoup plus d'assistance mutuelle et de bienveillance que
nombre de salles de bal.

L'oeil attendri de Mark parcourut la noire enceinte, et sa figure
éclaircie rayonna, ici, une bonne vieille grand'mère chantonnait sur
l'enfant malade qu'elle dandinait et berçait entre des bras à peine
moins décharnés que les membres rachitiques du jeune innocent. Là, une
pauvre femme lavait les langes d'un tout petit nourrisson, tandis
qu'elle en apaisait un autre échappé du lit étroit pour venir ramper
autour d'elle sur le carreau, et qu'elle retenait en son giron un
troisième marmot. Plus loin, c'étaient des vieillards gauchement occupés
à remplir un millier de petits offices domestiques, dans lesquels ils
eussent paru ridicules, si la tendresse et la bonté pouvaient l'être
jamais. Ailleurs, des gaillards basanés, espèces de robustes géants,
s'escrimaient à rendre d'affectueux et tendres services, tels qu'on
aurait pu les espérer à peine des plus frêles, des plus délicates
organisations. L'idiot même, assis tout le long du jour à marmotter dans
son coin, éveillé à l'imitation par tout ce qui se passait autour de
lui, s'essayait à faire claquer ses doigts pour amuser un petit
pleureur.

«A mon tour,» dit Mark, hochant la tête, à une femme qui habillait ses
trois enfants dans le voisinage. En parlant, il étendait gracieusement
les deux coins de sa bouche d'une oreille à l'autre.» Allons! passez-moi
vite une de mes jeunes pratiques.

--S'il vous plaisait sonner à mon déjeuner, Mark, au lieu de vous mêler
de ce qui ne vous regarde pas?» dit Martin avec impatience.

«Juste! reprit Mark; _elle_ va le faire. Voilà la vraie division du
travail, monsieur: je débarbouille sa marmaille pendant qu'elle prépare
notre thé. Jamais je n'ai su faire du thé potable, moi, et tout le monde
sait laver le nez, à un marmot.»

La femme, faible et malade, sentait, et à juste titre, toute la bonté de
Mark, dont le large manteau l'enveloppait, elle et sa couvée, toutes les
nuits, tandis qu'il se contentait pour lui-même d'une planche unie et
d'une grossière couverture. Quant à Martin, qui se levait rarement et
s'inquiétait peu de ce qui se passait autour de lui, poussé à bout par
l'extravagante sympathie de son domestique, il exhala son humeur en un
juron inarticulé.

«C'est cela même, à dit Mark continuant de brosser les cheveux de
l'enfant qu'il avait sous la main avec tout le sang-froid d'un
perruquier de profession.

«Comment? de quoi parlez-vous? demanda Martin.

--De ce que vous dites, monsieur, répliqua Mark. Assurément il y a de
quoi jurer quand on y songe, et je sens tout juste comme vous, monsieur:
c'est bien dur pour elle.

--Dur! quoi?

--Eh! oui, de faire ce voyage toute seule, avec ces petits embarras
d'enfants que voilà. S'en aller si loin par des temps pareils et pour
rejoindre son mari!... Allons donc, monsieur l'Éveillé, ajouta Mark
Tapley s'adressant au second enfant dont il tenait la tête au-dessus
d'une cuvette; si vous ne voulez pas que le savon vous fasse cuire les
yeux à vous rendre fou, ayez, la bouté de les fermer bien vite!

--Elle va rejoindre son mari? répéta Martin en bâillant; et où?

--C'est ce que j'ai peur qu'elle ne sache pas bien elle-même, répondit
Mark en baissant la voix. Pourvu qu'elle ne le manque pas encore! car
elle a envoyé sa dernière lettre par une occasion, et il ne paraît pas
qu'auparavant ils fussent convenus de rien; de sorte que si, en
débarquant, elle ne le voit pas, comme dans l'image du _Chansonnier des
Dames, faisant flotter sur la rive son mouchoir, signal du bonheur,_
elle est capable de tomber roide morte.

--Comment! De par tout ce qu'il y a de fous au monde! cette femme
a-t-elle bien pu s'embarquer ainsi à tout hasard, comme une vraie oie
sauvage?» s'écria Martin.

Mark Tapley jeta un coup d'oeil à son maître, étendu tout de son long
dans sa cabane, et reprit tranquillement:

«Ah! oui, au fait. Comment a-t-elle pu?... Je ne devine pas. Il y avait
deux ans qu'il l'avait quittée; depuis lors, toujours seule et pauvre en
son pays, elle ne rêvait qu'au moment où elle le rejoindrait. C'est
étrange qu'elle se soit décidée à s'embarquer!--Bizarre tout à fait.
Peut-être est-elle quelque peu timbrée.--Impossible de l'expliquer
autrement.»

Martin s'était laissé trop affaisser par le mal de mer pour répliquer
davantage, et même pour prêter la moindre attention au sentiment qui
avait dicté ces paroles; et la femme, objet de leur conversation,
apportant le thé, empêcha Mark de poursuivre. Le déjeuner fini, ce
dernier ayant accommodé le lit de son maître, alla sur le pont laver le
service de table, qui consistait en deux petites demi-pintes de
fer-blanc et un pot à barbe de même métal.

Pour rendre justice à Mark Tapley, il souffrait du mal de mer au moins
autant qu'homme, femme ou enfant à bord, et avait de plus une propension
toute particulière à se heurter et à perdre l'équilibre à chaque
embardée(6)du vaisseau; mais, résolu, selon son dicton ordinaire, à se
montrer _fort_ en dépit des circonstances, il était l'âme et la vie de
la chambrée d'avant, et ne se gênait en nulle sorte pour
s'interrompre au milieu de la conversation la plus enjouée, aller se
trouver mal à son aise, et revenir reprendre un joyeux propos juste où
il l'avait laissé, aussi allègre, aussi en train que si c'était le cours
ordinaire des choses.

      [Note 6: _Embardée_, secousse donnée aux navires à chaque
      mouvement qu'on imprime au gouvernail.]

A mesure que Mark se faisait au mal de mer, on ne peut dire que sa
gaieté et son bon naturel se montrassent avec plus d'avantage; la chose
eut été difficile; mais; l'activité de son service auprès des plus
frêles individus de la troupe y gagnait prodigieusement. Mare Tapley, à
toute heure, en tout temps, pour toute affaire et tout plaisir, était
mis en réquisition. Un rayon de soleil venait-il à briller sur le ciel
obscur. Mark dégringolait au plus vite dans la cabine, et reparaissait
traînant, conduisant où portant quelquefois une femme, une demi-douzaine
d'enfants, parfois un homme, un lit, un matelas, un poêlon, un panier,
n'importe, tout ce qui, animé ou inanimé, lui paraissait devoir se
trouver bien du grand air. Si une heure ou deux de beau temps venait
tenter, au milieu du jour, ceux qui, autrement, ne montaient que peu ou
point sur le pont, et les décidait à grimper dans la chaloupe ou à
s'établir sur les espars de rechange, afin de s'essayer à retrouver
quelque appétit, Mark Tapley, au milieu du cercle, faisait circuler les
tranches de boeuf salé, le biscuit, les petits verres de _grog_. C'était
lui qui coupait par petits morceaux, avec son couteau de poche, la
provende des marmots; lui qui régalait l'assemblée de nouvelles
surannées, lues haut dans quelque vénérable gazette; ou bien encore,
entouré d'un groupe choisi, il chantait à tue-tête une bonne vieille,
chanson. C'était Mark qui, pour ceux qui ne savaient pas écrire, traçait
des commencements de lettres adressées aux chers amis laissés au pays;
lui qui faisait assaut de quolibets et de bons mots avec les gens de
l'équipage; lui qui, venant de risquer d'être enlevé par un coup de mer,
ou sortant tout ruisselant d'une pluie d'écume salée, tendait à tous une
main secourable, et toujours faisait une chose ou l'autre pour l'utilité
commune. A la nuit, quand le feu du cuisinier brillait sur le pont, et
que de pétillantes étincelles voltigeant à travers les agrès et les
nuages de voiles, menaçaient le vaisseau du feu, au cas où l'air et
l'eau n'eussent pas suffi à sa destruction, là. encore on retrouvait
Mark Tapley, habit bas, manches retroussées, plongé dans toutes sortes
de travaux culinaires, composant les plus prodigieuses sauces, les plus
fantastiques ragoûts, reconnu pour autorité légitime par tous, aidant
chacun à faire ou à terminer quelque oeuvre que personne n'eût rêvé
d'entreprendre sans son aide universelle: bref, jamais on ne vit
popularité semblable à celle que Mark avait su acquérir sur le noble et
excellent voilier, _le Screw_. L'admiration générale finit même par
monter à un point tel, qu'en son for intérieur le pauvre Mark commença à
s'inquiéter et à douter qu'un homme put, avec quelque raison, tirer
vanité de se maintenir en belle et joviale humeur, avec de pareils
encouragements.

«S'il en va ainsi jusqu'au bout, dit Mark Tapley, sa pensée le reportant
vers une des plus heureuses situations de sa vie, je ne vois pas grande
différence entre l'auberge du _Dragon_ et la cabine du _Screw_. Jamais,
à ce compte, je n'aurai le moindre mérite à conserver ma bonne humeur;
c'est un sort, qu'il faille que tout me vienne constamment à souhait!

--Ah çà, Mark, demanda impatiemment Martin à son domestique, qui
ruminait ainsi auprès de sa cabane, en avons-nous encore pour longtemps?

--Encore une semaine, et nous serons au port, à ce qu'on dit; le
vaisseau marche aussi bien maintenant qu'un vaisseau peut marcher, ce
qui n'est pas trop dire.

--Non, certes, et j'en réponds, soupira Martin avec amertume.

--Je vous assure que si vous allier faire un tour là-haut, vous ne vous
en trouveriez pas plus mal, monsieur, au contraire.

--Oui! aller passer en revue devant ces messieurs et dames qui se
promènent sur le gaillard d'arrière,» reprit Martin, appuyant
emphatiquement sur chaque mot; «pour qu'ils me voient mêlé à toute la
tourbe de mendiants arrimée dans cet ignoble trou! oui, je m'en
trouverais mieux, en vérité!

--Je ne puis connaître par moi-même la façon de sentir d'un homme comme
il faut, reprit Mark humblement; mais pourtant, monsieur, il me semble
qu'il n'y a pas de gentleman qui ne se trouvât beaucoup mieux à l'air
frais là-haut qu'ici dedans; et quant aux messieurs et dames de
l'arrière, ils n'en savent pas plus sur votre compte que vous n'en savez
sur le leur, et s'en inquiètent à l'avenant. C'est là ce qui me
semblerait.

--Et je vous dis, moi, qu'il vous semblerait et qu'il vous semble fort
mal, répliqua Martin.

--Très-probable, monsieur, répondit Mark avec son inaltérable bonne
humeur. C'est ce qui m'arrive souvent.

--Croyez-vous, s'il vous plaît, poursuivit Martin se soulevant appuyé
sur son coude, croyez-vous que je trouve grand plaisir à demeurer couché
ici?

--Il faudrait être archifou pour se le figurer, répondit Mark Tapley.

--A qui donc en avez-vous alors? pourquoi m'aiguillonner, me persécuter
sans cesse, afin que je me lève? demanda Martin. Je reste couché ici,
parce que je ne veux pas courir risque d'être reconnu dans de meilleurs
jours par quelqu'un de ces orgueilleux richards pour un misérable
passager de seconde classe. Je reste couché ici, parce que je veux
cacher ma position et moi-même, et ne pas arriver dans le Nouveau-Monde
déjà flétri et stigmatisé du nom de pauvre. Si j'avais pu payer mon
passage dans la première cabine, j'aurais levé la tête avec les autre;
je ne le puis pas, je la cache. Commencez-vous à comprendre, maintenant?

--J'en suis désolé, monsieur, dit Mark; je n'imaginais pas que vous
prissiez la chose si fort à coeur.

--Je le crois parbleu bien que vous ne l'imaginiez pas, reprit son
maître. Qu'en sauriez-vous, si je ne vous le disais? Il ne vous en coûte
rien, à vous, Mark. Aller, venir, mener joyeuse vie, vous est chose
aussi naturelle qu'il l'est pour moi d'agir différemment. Vous ne
présumez pas, sans doute, qu'il y ait à bord une créature vivante qui
souffre et que j'ai à souffrir, moi, dans ce vaisseau: dites un peu?» Et
Martin, se soulevant droit sur son séant, attachait sur Mark Tapley un
regard fixe et profond.

Le visage de Mark se contracta en toutes sortes de grimaces; il pencha
sa tête de côté, absorbé en apparence dans l'insoluble problème. Ce fut
son maître enfin qui le tira d'affaire en se rejetant sur le dos,
reprenant son livre et disant:

«A quoi bon vous faire une question pareille, quand tout ce que je viens
de dire prouve que vous n'êtes pas de taille à la
comprendre?--Apprêtez-moi un verre d'eau et d'eau-de-vie,--très-faible
et froid:--donnez aussi un biscuit, et dites à votre amie, qui est notre
voisine de plus près que je ne voudrais, qu'elle ait à tenir ses
enfants, si c'est possible, moins bruyants que la nuit dernière.
Dépêchez, et vous serez un bon diable.»

Mark obéit avec la dernière promptitude; et tandis qu'il exécutait avec
zèle les ordres de son maître, ses esprits abattus se ranimèrent. Plus
d'une fois il murmura tout bas que décidément il y avait plus de mérite
à conserver sa gaieté à bord du _Screw_ qu'il ne l'avait supposé. Et, ce
qui n'était pas une mince satisfaction, il était sûr de retrouver à
terre la pierre de louche de sa bonne humeur pour ne plus s'en séparer
partout où son destin l'allait conduire. Néanmoins, il ne jugea pas à
propos d'expliquer à qui ou à quoi ces consolantes pensées faisaient
allusion.

Maintenant l'agitation était devenue générale à bord; les prédictions
sur le jour précis, l'heure même où l'on atteindrait New-York,
circulaient parmi les passagers; la foule se portait sur le pont; un
oeil curieux était embusqué à chaque ouverture des flancs du navire, et
la manie de faire des paquets le matin pour les défaire le soir gagnait
comme une épidémie. Ceux qui avaient des missives à remettre, des amis à
embrasser; ceux qui savaient où ils allaient et ce qu'ils comptaient
faire, ne tarissaient pas sur leurs projets et sur leurs plans. Du
reste, comme cette classe de passagers était de beaucoup la moins
nombreuse, et que ceux qui n'avaient point de but fixe, étaient en
majorité, l'auditoire ne manquait point aux orateurs. Les voyageurs qui
s'étaient mal portés durant toute la traversée commençaient à aller
bien, et les bien portants allaient mieux.

Un Américain de la première chambrée, jusqu'alors enseveli dans ses
fourrures et son chapeau ciré, apparut soudain coiffé d'un haut et
brillant castor noir, et ne cessa plus d'inspecter la petite valise de
cuir jaune qui contenait ses habits, son linge, ses brosses, son
nécessaire, ses livres, ses breloques et autres bagatelles. Ou le vit
aussi arpenter le pont, les mains profondément enfoncées dans ses
poches, les narines dilatées, humant par avance l'air de la Liberté,
«mortel aux tyrans, et que jamais esclave n'a respiré» (sauf dans des
circonstances tout à fait insignifiantes). Un Anglais, véhémentement
soupçonné de s'être enfui d'une banque, emportant avec lui mieux que la
clef de la caisse, devenu éloquent sur le beau sujet des droits de
l'homme, fredonnait perpétuellement _la Marseillaise_; bref, une même
sensation faisait vibrer toutes les âmes; le continent américain était
proche, si proche que, par une belle nuit étoilée, un pilote fut pris à
bord. Peu d'heures après, le vaisseau jeta l'ancre, attendant l'arrivée
du bateau à vapeur qui devait transporter les passagers à terre.

Quand il parut, le jour brillait à peine, et pendant une heure ou plus
qu'il passa côte à côte avec le vaisseau (temps durant lequel le
chauffeur et le machiniste excitèrent autant de curiosité que s'ils
eussent été des anges bons ou mauvais), le bateau se chargea de tout ce
qu'il y avait à bord de cargaison vivante, y compris Mark, toujours en
souci de protéger sa pauvre amie avec ses trois enfants, et Martin qui
avait enfin repris son costume habituel, recouvert seulement, jusqu'à ce
qu'il eût pour jamais quitté ses compagnons de voyage, d'un sale et
vieux manteau.

Le grand bateau, avec sa machine sur le pont et les avirons qui se
mouvaient rapidement en remontant la magnifique, baie de New-York, avait
assez l'air d'un monstre antédiluvien ou de quelque insecte gigantesque
vu à travers une loupe, et fuyant sur ses longues jambes. Bientôt des
collines apparurent, puis des sites, enfin la ville longue et plate,
avec ses maisons éparses sur la rive.

«La voilà donc! dit Mark Tapley debout à l'avant du bateau, voilà la
terre de la Liberté! de la bonne heure; j'en suis charmé. Toute terre me
sera bonne après tant d'eau!»



MARGHERITA PUSTERLA.

Lecteur, as-tu souffert?--Non.--Ce livre n'est pas pour loi.

CHAPITRE VI.

UNE IMPRUDENCE.

QUAND ils tinrent cette assemblée, on était au 13 juin 1340.
Le plus grand nombre de ceux oui s'y étaient rendus oublièrent, après
une nuit, les discours qu'ils avaient prononcés; Pusterla lui-même les
avait probablement mis en oubli; mais ils avaient laissé bien d'autres
traces dans la brûlante imagination d'Alpinolo. A force de retourner
dans son esprit les discours des conjurés, de les reprendre, de les
interpréter, il leur donna du corps. Là où il n'y avait que des paroles,
il imagina des faits; il changea les menaces en desseins arrêtés, en
machinations de vagues espérances. Il obéissait ainsi à son impétuosité
naturelle et à cette passion insensée qui tourmente ses pareils, de se
grandir à leurs propres yeux lorsqu'ils sont enveloppés dans quelque
périlleuse, entreprise, lorsqu'ils se croient les dépositaires d'une
conspiration mystérieuse que peut, d'un moment à l'autre, amener la
chute des tyrans: «Certes, disait-il en lui-même, Pusterla en a plus dit
qu'il ne semblait dire. Un homme de cette valeur voudrait-il nourrir des
espérances et en venir aux menaces, s'il ne se sentait solidement
appuyé? On ne m'a pas tout découvert, et j'approuve cette réserve. Quels
sont mes titres pour entrer dans ces grands desseins qui tiennent
suspendus les destins de la Lombardie? Mais qu'on me laisse agir, je
saurai montrer ce que je vaux, et je me rendrai digne de leur confiance,
en gagnant un monde de prosélytes à la plus sainte des causes.»

Dans de tels sentiments, il se réunit à ses amis les plus affidés, à
ceux qu'il connaissait hommes de coeur et d'énergie, et qui s'étaient
montrés les plus ardents pour la liberté, allumés de changements, et
avides d'en venir aux mains. Il échauffa leur zèle, s'efforça de les
pénétrer du fanatisme de sa conviction, et leur donna à entendre que des
nuages qui chargeaient le ciel la foudre allait bientôt sortir
Quelques-uns prêtèrent, à ces discours une oreille complaisante: il y a
toujours un grand nombre d'hommes, et ce nombre était alors plus grand
que jamais, pour qui toute nouveauté, tout cataclysme, contient un rêve
de fortune et de bonheur; d'autres haussaient les épaules, en disant:
«S'il y a des roses, elles fleuriront.» Il y en eut qui le traitèrent
d'insensé, ou de vantard, comme s'il eût rêvé, ou qu'il eût voulu se
donner de l'importance. Ces derniers étaient les plus dangereux. Piqué
de l'incrédulité ou de l'insulte, il s'emportait en de nouvelles fureurs
pour qu'on ajoutât foi à sa parole. Dans la chaleur de la discussion, il
laissait échapper les noms des Pusterla, des Aliprandi, du seigneur
Galeas et de Barnabé, et de quelques autres personnes qui étaient
entrées, ou qui, selon sa manière de raisonner, entreraient certainement
dans la conjuration. Aussi son secret, secret d'une entreprise qui
n'existait que dans son imagination, devint le secret d'une foule de
jeunes gens, langues indomptées, légères cervelles, qui le propagèrent
parmi leurs amis. Passé de bouche en bouche, ce qui n'était que probable
lut donné pour certain, et pour terminé ce qui était à peine entrepris,
en même temps que chacun, par oubli, par vanité, ou par jactance,
grossissait la nouvelle de quelque invention.

[Illustration.]

Il suffisait de jeter les yeux sur Alpinolo pour deviner les agitations
de son âme. On sait qu'à force de répéter un mensonge, il n'est pas rare
qu'on arrive à le prendre pour la vérité. En outre, si la conjuration
était chimérique, Alpinolo l'avait rendue réelle pour sa part. Il avait
péroré, il s'était concerté tout un jour avec ses amis; et, s'enflammant
au feu de ses propres paroles, il s'était plus violemment épris et
persuadé de la réalité de ses visions; il avait serré la main à ses amis
pour leur dire: «Nous nous reverrons, nous agirons, nous parlerons.»
Avec quelques-uns d'entre eux, il avait juré haine aux Visconti et mort
aux tyrans, sur le nom du Seigneur et sur sa part de paradis; il avait
fourbi ses armes, et calculé combien il pouvait y en avoir chez ses
amis, combien on pourrait en tirer des magasins d'armures, Galvano
Fiamma, alors professeur de théologie aux Dominicains de saint Eustorge,
depuis chapelain et chancelier de Giovanni Visconti, nous apprend dans
son histoire de Milan que cette ville comptait bien cent fabriques
d'armes, sans parler des moindres ateliers de fer, qui employaient dix
mille ouvriers. On faisait, ajoute-t-il, des armures luisantes comme des
miroirs, qu'on expédiait jusqu'en Tartarie et chez les Sarrasins. Tour
faciliter la surveillance exercée par les syndics et les consuls, les
divers arts étaient distribués dans des quartiers et des rues qui leur
étaient propres; c'est ce qu'indiquent les noms, aujourd'hui conservés,
des rues des Orfèvres, des Marchands-d'Or, des Marchands-de-Futaine.
Toutes les boutiques des fabricants d'armes s'ouvraient alors dans les
rues que nous appelons aujourd'hui des Armuriers, des Espadonniers, des
Éperonniers.

Je ne saurais dire combien de fois Alpinolo passait, ou, plus justement,
se promenait par ces rues, fouillant de ses regards l'intérieur des
boutiques, ou comptant combien d'hommes elles pourraient armer. La
cadence redoublée des marteaux, le cri strident des limes, la puissante
respiration des forges, le tournoiement des meules d'émoulage, le
frémissement du fer rouge plongé dans l'eau ou dans l'huile, au milieu
de ce bruit, le commandement des patrons, les sifflets joyeux ou les
chansons des ouvriers, tout ce vacarme était plus harmonieux à l'oreille
d'Alpinolo que les accords d'un orchestre habile à l'oreille d'une jeune
fille de quinze ans, qui assiste à une première fête. A voir au dedans
et au dehors des magasins, ou suspendus en désordre, ou disposés en
trophées, ces rondaches, ces pertuisanes, ces dagues, ces estocs, ces
épieux, ces arbalètes, espadons à deux mains, javelots, cuirasses à
lames, à mailles, à écailles, visières, morions, écus ronds, échancrés,
de cuir, de frêne, de métal, un frisson de joie parcourait les membres
du jeune homme; une émotion le saisissait, pareille à celle de l'avare
contemplant des tas de sequins sur la table d'un brelan, ou, pour
employer une comparaison plus innocente, il ressemblait à un savant qui,
traversant une rue pleine de livres, les achète en pensée, les lit, les
étudie, les emploie pour faire d'autres livres, qui le mèneront à
l'immortalité.

[Illustration.]

Alpinolo entrait dans quelques-unes de ces fabriques; et demandait le
prix d'une cuirasse, d'une cervelière, d'une armure complète en lames de
fer et en mailles, depuis le cimier jusqu'aux éperons; il n'achetait
rien, mais laissait entendre, à travers des nuages, que le temps de ces
achats pourrait venir bien vite.

Dans le quartier des Espadonniers, près du lieu où était alors l'unique
four au pain blanc, fameux sous le nom de _prestin della rosa_, on
voyait la boutique d'un certain Malliglioccio della Cochirola, dont le
père s'était acquis dans son métier assez de crédit et une grande
fortune. Lorsque ce Malliglioccio lui succéda, pensant que, puisque son
père avait réussi, il ne devait pas s'écarter d'un trait des traces
qu'il avait suivies, il se garda bien d'ouvrir son atelier aux
améliorations que le temps et l'expérience avaient introduites dans son
métier: il les raillait comme des nouveautés, des bizarreries de la
mode, qui deviendraient caduques dès le lendemain de leur apparition:
«Cela s'est toujours fait ainsi, disait-il; nos pères en savaient plus
long que nous, eux qui revenaient déjà de l'apprentissage lorsque ces
gâte-métier ne l'avaient pas encore commencé.» Cette conduite eut ses
effets ordinaires; les pratiques s'éloignèrent: et tandis que les autres
étendaient leur fabrication, il ne lui arrivait plus que le raccommodage
des anciennes armures de quelque Milanais de la vieille roche,
observateur entêté des antiques coutumes.

Alpinolo le voyant seul dans la boutique, occupé à tirer paisiblement le
soufflet de la forge, et à tourner, sans se presser davantage, un
morceau de fer dans les charbons, ne craignit pas d'interrompre son
travail; il commença donc à lui parler plus longuement, et après avoir
déploré la misère des temps, il lui fit entrevoir qu'elle pourrait
bientôt prendre fin.

«Plût au ciel! s'écria Malliglioccio; on peut dire qu'on ne gagne pas
l'eau qu'on boit; celui qui a une famille aujourd'hui, doit lésiner sou
sur sou et ronger un pain bien suc! Ah! quelle différence dans le temps
où ma bonne âme de père était syndic de notre maîtrise! Quel travail!
quel pays de cocagne! les florins pleuvaient chez nous! Là, un bouclier;
ici, un gantelet; un fronton pour un autre, et des cuissards. Trois
contre-maître et cinquante garçons étaient à notre service, et ils
auraient eu cent bras qu'il leur aurait fallu travailler tous de jour et
de nuit, sans avoir à peine le temps de manger un morceau. Aujourd'hui
la paix partout, partout l'eau stagnante. Il paraît que ces gens-là
n'ont plus de sang dans les veines. Ces moines ne savent que prêcher la
paix! Croient-ils donc que le Seigneur Dieu nous a fait des bras pour
les tenir croisés? Si les choses vont de ce train, il n'y a qu'à fermer
boutique, et à se faire marchand de vieille ferraille.

--Il vous plairait donc de voir revenir le passé? demandait Alpinolo.

--Si cela me plairait! Je donnerais la moitié du peu que j'ai pour voir
une brave guerre; et il y en a beaucoup, sachez-le bien, dans Milan, à
qui les mains démangent. Et, vive Dieu! qui n'aimerait la guerre? c'est
là qu'on voit ce que vaut un homme; elle nous donne honneur et profit,
on gagne un peu d'un côté, on vole un peu de l'autre, et il y en a pour
tout le monde.»

Alpinolo, ravi d'avoir aussi pour lui le voeu des artisans: «Eh bien!
ajoutait-il, prenez bon courage, le remède n'est pas loin; mettez en
ordre les fers de votre magasin, vous aurez bientôt à travailler, je
vous le promets.

--Quoi! vraiment! insistait l'armurier; tant mieux! Ma maison a toujours
été en crédit, et il n'y a pas d'armes qui puissent se comparer aux
miennes. Quant au prix, galanterie avec tous, et dévoué, avec vous, qui
êtes de nos pratiques.»

[Illustration:]

Puis, saluant Alpinolo qui s'en allait, il lui disait, en ôtant son
béret: «Je me recommande à vous;» puis il se mettait sur sa porte, les
mains dans les mains, pour blâmer les innovations et ruminer ses
espérances.

Je ne me serais point risqué à dégrader la dignité de l'histoire par de
semblables trivialités, si elles eussent été envisagées par Alpinolo
comme par le grand nombre; mais, à ses yeux, c'était interroger le voeu
public, c'était la manifestation de la volonté populaire, c'étaient
autant de nouveaux fils ajoutés à la trame de ses espérances, c'étaient
autant de preuves de l'existence de la conspiration qui devait
bouleverser le gouvernement de fond en comble.

On imagine facilement quelle place ses affections particulières tenaient
dans ces songes. Renverser ce juge et lui donner cet autre pour
successeur, réserver à tout Visconti la fin de Reno des Gozzadini, c'est
à dire le traîner par la ville, puis le jeter dans le canal; mettre en
pièces Luchino, Luchino le maudit, et élever à sa place Pusterla et
Marguerite. Alors tout serait justice: plus d'impôts, plus d'intrigues,
alors les bons seraient élevés, et humiliés les méchants; alors...
quelle belle époque! quel âge d'or! que de gloires nouvelles! quelle
universelle félicité!

Échauffé, enivré par ces pensées qui déjà lui semblaient la réalité,
Alpinolo entra dans le _Roletto Nuovo_, que nous appelons aujourd'hui la
place des marchands. Je crois que beaucoup d'admirateurs se seront
arrêtés, comme moi, des heures entières à contempler le mélange des
styles dans ce monument grandiose, et à y lire l'histoire des arts et
des révolutions de cette ville; mais ce mélange n'existait pas lorsque
Alpinolo vint dans cet endroit de la cité.

L'esprit des dépenses généreuses et l'ardeur de bâtir ne sont pas nés
d'hier chez les Milanais. Animés de la noble libéralité d'un peuple
libre, ils achetèrent les maisons et le terrain qui occupaient le centre
de leur ville, pour y rassembler les principaux édifices. En 1228, ils
bâtirent la place quadrangulaire, avec cinq portes s'ouvrant sur cinq
rues pavées de cailloux, appartenant aux principaux quartiers. L'une
s'appelait Porte du Dôme, l'autre la Porte Neuve, la troisième de Côme,
la quatrième de Vercelli; la dernière s'ouvrait sur le quartier des
orfèvres, et se nommait la Porte des Prisons, parce que la geôle dite
Malastalla était voisine. On y renfermait les créanciers frauduleux et
la jeunesse indisciplinée, remède extrême pour solder les dettes des uns
et rendre le bon sens aux autres. Au milieu de cette place, sous le
podestat Oldrado des Grassi de Trezzene, à qui son zèle à brûler les
hérétiques mérita une statue équestre qu'on voit encore encadrée dans le
mur, on érigea le palais de la liaison. Sa partie supérieure contenait
une vaste salle destinée aux tribunaux; l'inférieure, un espace couvert
où se jouait le triple enlacement de sept arcades, et tel qu'il
convenait à la commodité du peuple dans le temps où le peuple gouvernait
la cité.

[Illustration.]

Grâce à la sainte manie, de restauration qui nous possède, il ne nous
reste plus grand'chose de ces monuments de l'antiquité. Le palais de la
Raison, converti en archives, est aujourd'hui fermé et tellement
décrépi, que c'est à peine si on peut distinguer, sous la couche épaisse
de chaux qui les recouvre, la forme de ses anciennes arcades; ainsi une
mâle pensée se cache sous l'enveloppe d'un langage artificieux. Les
loges sont aussi abattues; mais, par fortune, on n'a pu, en six cents
ans, achever l'édifice des écoles palatines du côté de la rue des
Orfèvres, et dont il reste encore ou partie la galerie degli Osii,
commencée en 1316 par Matteo le Grand. Ce monument était revêtu de
carreaux de marbre blanc et noir, et divisé en deux galeries
superposées, qui se composaient chacune de cinq arches. Au parapet
supérieur on avait sculpté sur autant d'écus les armes des six
principaux suzerains de la cité. Une tribune en saillie occupait le
milieu de cette galerie; sur le balcon, on voyait un aigle tenant une
truie dans ses serres, symbole du haut patronage de l'empire sur la
ville, qui, ainsi que le savent tous les enfants de Milan, tire son nom
d'une truie à longues soies. C'était à cette tribune, vulgairement
nommée _Parlera_, qu'apparaissaient le podestat ou les consuls pour
proclamer devant le peuple convoqué les ordonnances et les lois, et pour
écouter les avis des moyens. Aujourd'hui on ne voit au-dessous que des
marchands de fuseaux et de rouets, et une sentinelle allemande, qui
passe et repasse lentement devant et derrière les canons.

[Illustration.]

A cette époque, on voyait donc là une multitude de gens, les uns
marchandant sou par sou, les autres s'enquérant des nouvelles, les
autres se promenant désoeuvrés, ou louant et comparant des faucons de
Norvège, de Danemark, d'Irlande; et cet autre côté on répétait des
miracles qui, dans les deux dernières années, avaient commencé à mettre
en réputation la madone de Saint-Celse, et aussi celle de Saint-Satire,
de Saint-Simplicien et de Saint-Ambroise. Un pèlerin muni du bourdon et
du _saurechetto_ attirait l'attention d'un groupe qui, se, pressant
autour de la table où l'orateur était monté, écoutait la merveilleuse
histoire de Paolozzo de Rimini, qui vécut à Venise plusieurs carêmes
sans rien prendre que de l'eau chaude. Les inquisiteurs le mirent en
prison, et ne firent que confirmer la vérité du prodige. Plus loin un
charlatan montrait un écriteau portant une foule de figures qu'il
décorait de l'épithète d'humaines; il expliquait qu'elles représentaient
les vingt-cinq mille personnes qui, le 25 mars passé, s'étaient
rassemblées à Corrigisior dans le Crémonais, déchaussées et demi-nues,
se fouettant jusqu'au sang et faisant des aumônes, sous la conduite
d'une belle jeune fille qu'on regardait comme une sainte. Plus tard on
découvrit qu'elle n'était inspirée que par le démon, et on la condamna
au feu.

Qu'on s'imagine un bal: la foule y est immense; chacun, plein
d'allégresse, ne pense qu'au plaisir, à la fête, au spectacle qu'il a
sous les yeux. Qu'on s'imagine, au milieu de cette foule, un homme qui a
creusé une mine sous le théâtre de la fête, qui, dans un moment, va y
mettre le feu, et lancer en débris dans les airs la salle, les
musiciens, les danseurs, les spectateurs, et on se fera une idée assez
juste de ce qu'éprouvait Alpinolo au milieu de la multitude rassemblée
sur la place dont nous avons parlé. Sous ces portiques, où se tiennent
les libraires qui revendent d'occasion nos ouvrages, lorsqu'ils ont
ennuyé ceux qui les avaient achetés neufs chez l'éditeur, ou qui les
avaient reçus comme un hommage de l'amitié de l'auteur, Alpinolo se
promenait d'un pas théâtral, mesurant de l'oeil et regardant jusqu'au
fond de l'âme tous ceux qu'il rencontrait, comme pour dire: «Es-tu des
miens ou de mes ennemis?» Malheureusement pour lui, il vint se jeter sur
le passage, de ce Menelozzo Basabelletta, qui, s'il vous en souvient,
pour avoir un jour plaisanté sur les visites de Luchino à Marguerite,
avait reçu d'Alpinolo une si violente rebuffade. A cette vue, celui-ci
sentit se réveiller dans son coeur tout le mépris qu'il avait alors
éprouvé, avec quelque ressentiment de la honte dont il fut saisi un
instant après, lorsque l'apparence sembla donner raison au mauvais
plaisant. Il lui parut qu'un regard malicieux, qu'un sourire ironique de
Basabelletta voulait lui dire: «N'avais-je pas raison alors?» Il
l'accosta en répondant à haute voix au reproche qu'il croyait lire dans
les yeux de Menelozzo. «Eh bien, lui dit-il, était-ce avec assez,
d'injustice que vous essayiez de ternir la réputation de madame
Marguerite?

--Il me semble que tu dois le savoir mieux que moi,» répondit l'autre
avec une froide ironie.

Alpinolo réprima à grand'peine sa fureur. «Prends garde, s'écria-t-il,
je te ferais rentrer ces insultes dans la gorge, si le moment n'était
pas proche qui te désillera les yeux mieux que toutes mes paroles.

--Brave jeune homme! répliquait Basabelletta, il faut faire ton profit
de la science du monde. Crois-moi, promets toujours des choses
générales; autrement, si tu venais à préciser des détails, tu
t'exposerais à rencontrer de nouveaux démentis et a été dupe de tes
vanteries.

--Eh! non, répondait Alpinolo s'échauffant de plus en plus; ce ne sont
point des mensonges; je ne crains point la dérision. Je te dis, en
vérité, que les choses branlent au manche, et que nos maîtres ne le
seront pas longtemps.»

Et Basabelletta: «Ils le seront plus que tu ne penses, parce que le
diable aide les siens, et qu'il y en a trop qui, comme toi, chantent
bien haut, mais ne valent pas à l'oeuvre la moitié de ce que montraient
leurs paroles.»

On sent de quel coup ce langage frappa Alpinolo. Mais croyant, dans ses
expressions, démêler un partisan de cette révolution idéale qu'il
caressait il lui serra convulsivement la main, et, l'attirant vers un
coin solitaire, il lui dit à voix basse et en regardant s'ils n'étaient
point écoutés: «Ce qui est fait est fait. Mais, puisque tu es pour la
bonne cause, apprends que les paroles prendront un corps; les espérances
ne seront pas vaines cette fois. Quand tout le peuple est mécontent,
quand le tyran est exécré, il suffit d'une étincelle pour allumer un
effroyable incendie, et cette étincelle, crois-moi, il en est qui
ballent la pierre pour la faire jaillir.

--Bah! répliquait Menelozzo, il faudrait que les nobles eussent moins de
souplesse dans les reins, moins de servilité et plus d'amour du peuple.
Sois-en sur, les hommes sont comme les années, ils ne mûrissent que sur
la paille. Sur la paille des chaumières, on trouve encore des coeurs
généreux; mais pendant que l'âme du manant se trempe aux rudes travaux
de la glèbe et de l'atelier, les riches s'énervent dans les jeux et dans
les tournois, dans les chasses, dans les bals, à tenir table et à faire
gloire de leur bassesse à la cour. Nos ancêtres incitaient leur orgueil
à soutenir le peuple dans la croyance de saint Ambroise, à défendre ses
droits contre ceux qui voulaient l'abuser; mais le monde empire en
vieillissant, et de cette génération sainte, il ne reste plus rien,
Qu'est-ce que ton Pusterla, par exemple? A peine Luchino lui a-t-il jeté
un os, une ambassade, il plie son âme à la servitude, il se fait doux
comme miel et s'en va à Vérone sans une pensée ni pour lui-même, ni pour
la patrie, ni pour quelque autre chose qui devait pourtant lui faire
démanger plus vivement la peau.

--Halte-là! ne le crois pas, s'écria Alpinolo tout enflammé. Sache, au
contraire, mais garde-le pour loi, sache que mon seigneur n'est point, à
Vérone. S'il y a été, ce ne fut que pour nouer des intelligences avec
Mastino. A l'heure qu'il est, il est ici, à Milan, ici, de sa personne.
Cela te suffit-il? es-tu convaincu?

--Belles sornettes! disait en riant Menelozzo. Pauvre garçon! que tu es
bon, et qu'on t'en fait avaler de cruelles! Quelque domestique t'aura
donné à entendre cette fausse nouvelle. Quelqu'un aura chanté pour te
faire chanter...

--A qui en faire accroire? interrompait Alpinolo, rouge comme le feu.
Pour qui me prends-tu? Ne dois-je plus en croire mes yeux? Je le dis
qu'hier soir, dans le palais, moi, moi tout le premier, j'ai parlé à
Pusterla, à Zurione, dans une assemblée de personnes de haut rang. On y
a traité de ce qu'il fallait faire, et déjà ils ont tout disposé.
L'autre semaine ne passera pas sans que nos dettes ne soient pavées...»
Et il poursuivit, mêlant à la vérité les songes de son imagination. Mais
l'autre, incrédule et seulement poussé par son humeur disputeuse:

«Tout beau! tout beau! disait-il, il se trouvera tien quelque chose qui
les arrêtera. Et la signera Marguerite, cette eau dormante...

--Quoi! Marguerite? Quel badinage? continua l'imprudent. Elle pense que
le temps n'est pas venu de laver le pays de ses souillures. Elle nous a
raconté l'histoire de son aïeul Galvano Visconti, qui, au temps de
Barberousse, courait la ville en habit de bouffon, un porte-voix à la
main, en feignant de s'occuper d'astrologie, pendant qu'il conspirait
pour délivrer sa patrie. Alors, ajoutait-elle, les sages simulaient la
folie; aujourd'hui les fous se croient trop sages.»

[Illustration.]

Il faut savoir que par un effet de l'habileté de l'architecte, ou plutôt
par celui du hasard, les arceaux du portique sous lequel discouraient
Alpinolo et Menelozzo, sont disposés de manière à produire le phénomène
des salles _parlantes_. Quelques-uns de mes lecteurs ont pu l'observer à
Saint-Paul de Londres, dans la galerie de Glocester, dans la cathédrale
de Girgenti, ou, dans des lieux plus voisins de Milan, au palais ducal
de Plaisance, et à Mantoue, dans la salle des géants. Il consiste en ce
qu'un homme placé à l'un des quatre angles du portique ne peut prononcer
une parole, si voilée qu'elle soit, qu'elle ne parvienne, en suivant une
diagonale, à l'angle opposé. Les physiciens donnent facilement
l'explication de ce phénomène. Notre récit se contente de dire que
quelqu'un en tirait profit. Tranquille comme si l'objet de leur
conversation lui eût été tout à fait indifférent, Ramengo de Casale
écoutait de cette manière la discussion d'Alpinolo et de Basabelletta.

Ce Ramengo, comme nous avons eu plus d'une fois occasion de le dire,
était un des flatteurs de Luchino; mais il savait assez bien nager entre
deux eaux pour ne point être l'ennemi des ennemis du prince. Ses paroles
étaient mielleuses et ses actions ambiguës, mais il ne se déclarait
ouvertement contre personne, cherchait à se faire admettre partout, et
réussissait à faire un grand nombre d'aveugles. Parmi ceux qui ne
pénétraient point la scélératesse de Ramengo, on comptait Alpinolo, qui,
entièrement persuadé de la bonté de sa cause, croyait qu'il était
impossible qu'on ne partageât point son opinion. Aussi l'ombre d'un
soupçon n'entra-t-elle point dans son esprit lorsque, Menelozzo s'étant
éloigné, il se vit accosté par Ramengo, qui en avait assez entendu pour
deviner le reste. «Imprudent! dit ce dernier, tu parlais tout à l'heure
avec Menelozzo... lui aurais-tu dit?...» et il lui faisait un signe
amical d'un air d'intelligence «Es-tu bien certain qu'il soit des
nôtres? Franciscolo n'a-t-il pas donné quelque mot de ralliement pour le
reconnaître?

--Non, répondit Alpinolo.

Et l'autre continua: «Zurione me l'a donné, et je ne crois point avoir
perdu ma journée, quoique j'espère m'être conduit avec plus de prudence
que toi. A qui as-tu parlé?»

Alpinolo lui nomma plusieurs de ceux à qui il avait fait ses confidences
et de ceux à qui il comptait les faire. Ramengo, qui ne perdait pas une
parole, lui dit: «Mais ne t'es-tu pas entendu avec Galeas et Barnabé?

--Non, mais d'autres que moi l'auront fait parmi ceux de la dernière
soirée.

--Eh! ne sais-tu pas, parmi ces derniers, des hommes qui auraient assez
de liaison avec les princes pour se mettre en rapport avec eux, ou les
jeunes gens déterminés à se jeter à corps perdu dans l'entreprise comme
toi et moi?

--Comment? poursuivait l'imprudent; les deux Aliprandi ne sont-ils pas
fort bien avec eux? Où trouver des coeurs plus généreux que Besorro et
que le seigneur de Castelletto?

--Des Milanais! s'écriait l'autre en secouant la tête. Noble race!
pleine de coeur! mais, pour donner le signal du mouvement, pour vouloir
avec résolution, elle est sans force, il faut recourir à ceux de la
province.

--C'est pourquoi, ajoutait le page, nous avons avec nous Torniello de
Novare. Ce matin, je l'ai vu parler avec...»

Il déroulait ainsi ce qu'il savait et ce qu'il imaginait, donnant pour
des réalités ce qui n'était que les chimères de sa fantaisie. Puis, ravi
d'avoir rencontré un nouvel apôtre, il embrassa Ramengo avec cordialité,
et s'éloigna pour chercher d'autres prosélytes. Cependant Marengo se
dirigea vers le palais, et bientôt après il y était reçu par Luchino, à
qui il avait fait dire qu'il avait à lui communiquer des choses de la
plus haute importance. Mais il est temps de faire mieux connaître à nos
lecteurs ce qu'était ce misérable.

Ramengo avait pris le nom de Casale de la ville où il était né, dans le
Montferrat, et d'où il avait été emporté, enfant au berceau, lorsqu'en
1299 ce pays s'était révolté contre Matteo Visconti pour se donner aux
Pisans et à Giovanni, marquis de Montferrat. Son père, soldat de fortune,
sans nulle richesse que son épée, était venu à Milan se mettre à la
solde des Visconti. Lorsqu'il eut trouvé la mort sur le champ de
bataille, Ramengo marcha dans la même voie que son père; c'était la
seule qui put le conduire à la renommée et à l'opulence qu'il convoitait
dans ses rêves ambitieux.

[Illustration.]

Les Pusterla, dont la puissance était grande dans le Montferrat, avaient
pris sous leur protection le père de Ramengo et Ramengo lui-même; par
eux, il avait acquis de l'influence et un commandement dans la milice,
mais il était de ces âmes mal nées pour qui la reconnaissance est un
insupportable fardeau, et les bienfaits des Pusterla avaient amassé dans
son coeur une effroyable haine.

Cependant la guerre éclata entre les Guelfes et les Gobelins, lorsque le
pape, ayant excommunié Matteo Visconti, leva une armée, pour soutenir
son anathème. Matteo remit le pouvoir aux mains de son fils Galeas, qui
pressa vivement les hostilités. Comme on craignait que l'ennemi ne
franchit l'Adda pour pénétré dans Milan, on disposa des corps
d'observation sur les rives de ce fleuve, et on fortifia les forteresses
qui l'avoisinaient. Le père de Franciscolo Pusterla tenait le château de
Brivio, un fort élevé à Olginale, et la citadelle du Lecco. Il désirait
vivement que son fils commençât le noviciat des arme, il lui remit le
commandement de cette dernière place, en lui donnant pour lieutenant
Ramengo. Cela se passait en 1322.

Lecco n'était guère, à cette époque, qu'un amas de ruines. Victime d'une
de ces vengeances de parti, alors si fréquentes, cette ville avait été
punie, par une destruction totale, du crime d'avoir embrassé la cause
des Torriani. Parmi les habitants de Lecco les plus dévoués à cette
famille, on remarquait surtout Gualdo della Maddalena. Les malheurs de
ces temps avaient éteint sa maison: il fut tué en combattant. Son fils
unique, Giroldello, pris comme otage, avait réussi à s'échapper, et
venait récemment de prendre service dans les troupes guelfes. Il ne
restait à Lecco, de cette famille, qu'une soeur de Giroldello, la jeune
Rosalia, qu'il avait toujours tendrement aimée, et qu'il aimait encore
plus vivement depuis que le malheur le tenait éloigné d'elle, Rosalia
avait crû en beauté, et son âme s'était éprise de ce violent besoin
d'aimer que le malheur fait naître dans les coeurs délicats, et qui
s'enflamment d'autant plus qu'il peut moins se satisfaite. Francisco
Pusterla, très-jeune alors, avait connu la jeune fille, qui était du
même âge que lui. Sa beauté (la beauté d'une vierge a tant de part aux
sentiments qu'elle éveille!) avait augmenté la pitié du jeune homme pour
les malheurs de Rosalia. Il la regardait comme la victime innocente des
discordes civiles, martyre d'une faction dont sa famille avait fait
partie, ennoblie par l'infortune; il aimait à se trouver avec elle, la
traitait avec une vive amitié, et l'artifice délicat de sa bienfaisance
pourvoyait aux besoins de la malheureuse orpheline. Ces soins furent si
empressés et si ardents, que le grand nombre, qui ne croit point à une
générosité gratuite, publiait les amours de Franciscolo et de Rosalia.

[Illustration.]

Ramengo la vit aussi et l'aima... Mais c'est profaner le nom de l'amour,
qui enfante tant d'actions généreuses, que de l'appliquer aux sentiments
qu'éprouvait Ramengo pour la soeur de Giroldello. Des calculs, des
moyens de fortune et des avantages pour l'avenir, voilà ce qu'il voyait
là où les jeunes gens de son âge ne voient que passion, fantômes
brillants et plaisirs. S'élever au-dessus de la bassesse de sa
naissance, s'avancer, par toutes les voies criminelles ou licites, dans
les emplois et à la cour, c'était l'unique but de ses actions. Il avait
vu plusieurs fois la fortune, dans ses vicissitudes, se décider tantôt
pour les Visconti, tantôt pour les Torriani. Bien que le pouvoir des
premiers parût alors solidement assis, qui pouvait dire qu'un caprice du
hasard ne le remettrait pas aux mains des seconds? S'allier aux Visconti
dans le temps même de leur puissance, c'était un rêve que l'imagination
pouvait caresser, mais la raison devait le rejeter comme une folle
espérance. Il était beaucoup plus habile de rechercher l'alliance des
Torriani: s'ils triomphaient, que ne devait point attendre de leur
reconnaissance l'homme qui n'aurait pas dédaigné de s'unir à eux
lorsqu'ils étaient dans l'infortune! Si leur sort ne devait point
changer, Rosalia était trop obscure et trop délaissée pour qu'un mariage
avec elle inspirât ni jalousie ni soupçon de la part d'un serviteur des
Visconti; et si ceux-ci venaient à être renversés, non-seulement elle
serait pour Ramengo la planche de salut qui l'arracherait au naufrage,
mais pourrait le faire aborder aux rivages fleuris de la faveur des
Torriani triomphants. Il s'était en outre aperçu de l'affection de
Pusterla pour Rosalia, et il était de ceux qui ne croyaient point à
l'innocence de cette tendresse. La haine qu'il nourrissait contre
Franciscolo le confirma dans ses projets d'union par l'idée de
supplanter son jeune capitaine auprès de sa maîtresse. Il demanda donc
la main de Rosalia à des parents éloignés à qui la garde de la jeune
fille était confiée. Pour se décharger d'un fardeau, pour trouver un
appui, et dans l'espoir de faire cesser les persécutions dont Giroldello
était l'objet, ils consentirent à ce mariage. Lorsqu'il se conclut,
Franciscolo pourvut généreusement à toutes les dépenses; mais les
soupçons de Ramengo ne firent qu'en prendre une nouvelle force, et son
aversion s'en accrut.

Rosalia, comme il arrivait alors et comme il arrive encore à la plupart
des jeunes filles ne fut informée de ce projet que lorsqu'il fut arrêté.
Elle ne connaissait point Ramengo; il n'avait rien faire pour gagner sa
bienveillance; mais, lorsqu'elle se vit unie à lui par un lien que la
mort seule pouvait rompre, elle fis ses délices de son devoir, et,
heureuse de trouver un objet à cette flamme intérieure qui s'était
jusqu'alors alimentée d'elle-même, elle aima son mari avec toute
l'impétuosité d'une première passion.

Ramengo lui-même, quelque grossière que fut son âme, ne put s'empêcher
d'abord d'aimer cette vierge ingénue dont il avait fait sa femme. Il
goûta un moment les douceurs d'une affection partagée, et pensa même un
moment à mettre tout son bonheur dans l'accomplissement de ses devoirs.

Mais ses vertueux élans ne furent pas de longue durée Bizarre, inégal,
capricieux, ses caresses et sa courtoisie se mêlèrent bientôt de
brutalité et de colère. Il sentait ses torts et, loin de s'en repentir,
il s'en excitait à les aggraver. Loin de faire un mérite à Rosalia de la
divine patience qu'elle opposait aux mauvais traitements, cette patience
lui fit croire qu'elle se vengeait en le trahissant. Ses premiers
soupçons grandirent, et il les accueillit avec empressement comme la
justification de sa haine. Pusterla se promenait volontiers avec Rosalia
sur les bords du fleuve; son coeur aimait cette âme ingénue et
passionnée, et, lorsqu'il parlait d'elle, c'était avec ce chaleureux
accent de la jeunesse qui ne sait ni craindre ni dissimuler. Ramengo
ordonna sévèrement à sa femme de ne plus souffrir Pusterla dans sa
maison sous aucun prétexte, et lui imposa en même temps de se garder de
laisser croire qu'il lui donnait cet ordre. C'était la jeter dans cet
abîme de duplicité et de détours où les âmes loyales trouvent le plus
cruel supplice. Ses tortures n'échappaient point à Ramengo, qui en
sentait croître sa barbare défiance.

[Illustration.]

Vers ce temps, la victoire de Vaprio, remportée par les Visconti, ruina
de fond en comble le espérances des Torriani et dispersa leurs
partisans. Marengo se montra un de leurs plus cruels persécuteurs.
Rosalia, qui avait cru que les prières auraient quelque pouvoir sur son
mari, osa intercéder en faveur de Giroldello; mais l'insolence de
Ramengo n'avait plus de bornes: il repoussa brutalement la suppliante
Rosalia. Comme elle était désormais inutile à sa fortune, il la prit en
dégoût et s'en serait volontiers défait par un crime, s'il eût pu
espérer de le cacher à tous les yeux, et vaincre le reste de pitié dont
les coeurs les plus barbares ne peuvent se défendre au moment d'immoler
un innocent.



Modes.

[Illustration.]

A cette époque de morte-saison, constatons moins les derniers caprices
de la mode d'été qui déjà décline et dont le règne expirera dans
quelques semaines. Les vacances sont l'occasion de nouvelles toilettes;
on fait surtout provision de chapeaux; il faut avoir un chapeau de
paille arrangé simplement, qui puisse résister au vent et à la rosée; un
autre frais et gracieux comme le riant jardin dans lequel on se promène;
il en faut encore pour le soir, qui aient toute la légèreté et la
coquetterie des coiffures d'assemblées. Aussi madame A... envoie-t-elle
aux élégantes qui ont l'habitude de se fier à son bon goût des chapeaux
différents, depuis le plus simple jusqu'à la capote de gaze bouillonnée
où s'entrelacent de légères branches de fleurs..

Ainsi que nous l'avons dit, les robes de soie se garnissent le plus
souvent en tablier: le modèle que donne notre gravure a beaucoup de
succès; les biais qui ornent la jupe et le corsage sont festonnés en
soie de la couleur de la robe.

On fait encore des robes en barège; les corsages sont demi-décolletés,
soit à revers avec un fichu plissé à jabot, soit froncés sur un poignet,
à la Lucrèce; alors les fichus es mettent en dessus; ils sont pour la
plupart brodés en semé à pois ou grains d'orge, et entourés d'une
garniture festonnée. Les mantelets à gros pois avec une garniture de
mousseline plissée à la vieille, sont très en faveur: on passe un ruban
dans les bouillons du milieu et quelquefois dans le petit ourlet qui
borde la garniture tuyautée.

En fait de modes agréables et nouvelles à exécuter soi-même, nous
citerons les canezons de batiste brodée en soutache de fil d'Écosse;
fine et bien faite, son application produit l'effet d'une broderie en
relief; puis, les mitaines longues au crochet en soie noire ou de
couleur foncée, que sont terminées en haut par un dessin or et soie
nuancée faisant l'effet d'un bracelet; une frange en feston et des
glands complètent cet ornement, qui se retrouve autour du pouce et
autour de la main; ces mitaines faciles et promptes à exécuter,
s'appellent des mitaines algériennes.

Mais l'ouvrage toujours en grande vogue, c'est la tapisserie, surtout
les bandes mêlées au velours pour composer fauteuils rideaux et
portières, ou entourer un tapis de table à fond de velours uni.



AMUSEMENT DES SCIENCES

SOLUTIONS DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS LE DERNIER

NUMÉRO.

I. Prenez une boîte de forme à peu près cubique. Dans la figure, nous
supposons que l'une des faces latérales soit enlevée pour laisser voir
l'intérieur de la boîte A B C D. Placez dans l'intérieur et vers le bas
de cette boîte un plan légèrement incliné H G D C, sur la surface duquel
vous aurez tracé une rainure curviligne et en zigzag, assez large et
assesz profonde pour qu'une balle de plomb puisse rouler et descendre
tout au long. H G F I est un miroir incliné. Enfin M est une ouverture
pratiquée à la face opposée de telle manière qu'en y mettant l'oeil on
ne puisse pas voir le plan incliné H D, mais seulement le miroir.
D'après les positions respectives de l'oeil, du plan incliné et du
miroir, l'image de ce plan sera presque verticale, et un corps qui
roulera de G en C le long de la rainure, paraîtra monter en suivant une
route ondulée de G en L. L'illusion pourra être parfaite si le miroir
est bien net et si le jour est bien ménagé à l'intérieur de la boîte.

[Illustration.]

Il L'énoncé du problème est tiré de l'anthologie grecque, dont nous
avons déjà parlé, et a été traduit en vers latins par le savant Bachet
de Miziriac, qui a inséré ces vers dans une note de son édition de
Diophante:

        Aurea mala ferunt Charites, aequalia cuisque
        Mala insunt calatho; Musarum his obvia turba
        Mala petunt, Charites cunetis aequalia donant;
        Tune aequalia haec contingit habere, novemque.
        Hic quantum dederint, numerus sit ut omnibus idem?

Le moindre nombre d'oranges qui satisfasse à la question est 12, car en
supposant que chaque Grâce en eût donné une à chaque muse, elles se
trouveront en avoir chacune trois, et il en restera trois à chaque
Grâce.

Tous les multiples de 12, tels que 24, 36, 48, etc. satisferont
également à la question; et après la distribution faite, chacune des
Grâces et des Muses en eût eu 6, ou 9, ou 18, etc.; en un mot, le
multiple correspondant de 3.

NOUVELLES QUESTIONS À RÉSOUDRE.

I. Un lion de bronze, placé sur le bassin d'une fontaine, peut jeter
l'eau par la gueule, par les yeux, par le pied droit. S'il jette l'eau
par la gueule, il remplira le bassin en six heures: s'il la jette par
l'oeil droit, il la remplira en deux jours; la jetant par l'oeil gauche,
il la remplirait en trois; enfin en la jetant par le pied, il la
remplira en quatre jours. En combien de temps le bassin sera-t-il
rempli, lorsque l'eau sortira à la fois par toutes ces ouverture?

II. Sur le bord d'une rivière se trouvent un loup, une chèvre et un
choux: il n'y a qu'un bateau si petit, que le batelier seul et l'un
d'eux peuvent y tenir. Il est question de les passer de sorte que le
loup ne fasse aucun mal à la chèvre, ni la chèvre au chou.


III. Mesurer une hauteur verticale inaccessible, même par le pied, au
moyen de son ombre.



La voiture de mariage de l'empereur du Brésil.

[Illustration.]

Cette voiture, commandée par l'empereur du Brésil à l'occasion de son
mariage, sort des ateliers de M. Palliser, de Londres. Elle est surtout
remarquable par son extrême légèreté unie à une grande solidité. Elle
est peinte en vert et en jaune, et orné de filets d'or et d'argent. Les
encadrement des glaces sont en acajou. Le mécanisme des stores, nouveau
et ingénieux obéit aux moindres mouvements, et laisse pénétrer dans la
proportion exacte que l'on désire, l'air et la lumière. L'intérieur est
garni en satin blanc, et tout y est disposé de manière à ce que toutes
les attitudes soient faciles, et que l'on y soit doucement et mollement
porté. Sur le devant on a sculpté deux plantes, le café et le tabac,
emblèmes de la richesse du Brésil; derrière sont des figures dorées de
serpents et de dragons. Quoique ce travail, dans son ensemble et ses
détails, fasse assurément honneur au carrossier anglais, et qu'il
puisse, sous le rapport surtout de la légèreté, servir de modèle aussi
bien à l'industrie du Brésil qu'à celle de tout autre pays, il n'est pas
douteux qu'une voiture impériale de mariage eut été exécutée en France
avec plus de goût encore. Il est probable que la commande est venue de
Naples. On peut espérer que la princesse Joinville fera un peu mieux
apprécier à son frère l'industrie française.



Observations Météorologiques

FAITES À L'OBSERVATOIRE DE PARIS

1843--AOÛT

[Tableau complexe.]



RÉBUS.

EXPLICATION DES DERNIERS RÉBUS

        La sensible beauté
        Est prompte à s'enflammer.

Bon vin de Beaune et de Nuits à six sous la bouteille.


[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0028, 9 Septembre 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home