Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0033, 14 Octobre 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0033, 14 Octobre 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 0033, 14 Octobre 1843

        L'ILLUSTRATION,
        JOURNAL UNIVERSEL

        N° 33. Vol. II.--SAMEDI 14 OCTOBRE 1843.
        Bureaux, rue de Seine, 33.

        Ab. pour Paris.--3 mois. 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr.
        Pris de chaque Nº. 75 c.--La collection mensuelle br., 2 fr. 75.

        Ab. pour les Dep.--3 mois 9 fr.--6 mois 17 fr.--Un an, 32 fr. pour
        l'Étranger.      --      10    --    20       --       10



SOMMAIRE

Camp de Lyon: _une gravure_.--Courrier de Paris. _La rentrée des
Classes; les Canotiers_--Histoire de la semaine. _Portraits de M. Duret:
gravures d'après les procédés Rémon et Tissier._--Chemin de fer de
Londres à Folkestone. _Vue du Port de Folkestone et Banquet
d'inauguration du Chemin de fer._--Réouverture du Théâtre-Italien.
_Portraits de Ronconi et de Salvi._--Académie des Beaux-Arts.
Exposition des Grands-Prix et des Envois de Rome. _Premiers Grands Prix
de Sculpture, de peinture et de Gravure en médaille; Envois de Rome;
trois Gravures._--Romanciers américains. Charles Dickens. Un journal
américain: Intérieur d'une Pension bourgeoise; _Vue de Bureau du
Rowdy_.--Margherita Pusterla. Roman de C. Cantù. Chapitres XI et XII.
_Quinze Gravures_--Bulletin bibliographique.--Annonces.--Modes. _Cinq
Gravures._--Amusements des Sciences.--Rébus.



Camps d'Instruction.

CAMP DE LYON.

_L'Illustration_ a déjà expliqué à ses lecteurs (tome 1er, page 407)
l'origine, et le but des camps d'instruction formés chaque année dans la
plupart des États européens; elle les a fait également assister en
quelque sorte, à la création et à la naissance des deux camps de Pélan,
en Bretagne, et de Lyon: il lui reste maintenant à donner quelques
détails sur les travaux de ce dernier, levé le 30 septembre, et dont le
dessin ci-joint représente la vue générale.

Les premières grandes manoeuvres du camp de Lyon eurent lieu le 2
septembre, dans une vaste plaine située sur les bords du Rhône, en face
de Miribel. Les deux brigades d'infanterie et deux demi-batteries
d'artillerie y ont pris part: la cavalerie était absente.

Le 9, toutes les armes réunies tirent de grandes manoeuvres à feu sur le
champ d'exercice, près du Rhône, au-dessus de Vaulx. A dix heures, les
divers corps occupaient les positions qui leur avaient été assignées,
et, quelques instants après, ils repoussaient les attaques d'une année
ennemie qui était censée s'avancer sur Lyon par la rive gauche du
fleuve. Les hommes du métier font le plus grand éloge de l'intelligence
et de la promptitude avec lesquelles les ordres ont été compris et
exécutés pendant ces exercices, qui ont duré toute la journée.

De grandes manoeuvres furent exécutées les 13 et 15 septembre. Le 20, M.
le duc de Nemours, arrivé le 19 à Lyon, fit sa première visite au camp.

Le 22 septembre, la division d'infanterie était réunie à sept heures et
demie du matin sur les terrains de manoeuvre, et formée sur une seule
ligne. Diverses évolutions ont été commandées par M. le
lieutenant-général de Lascours. Les troupes, disposées d'abord en
échelons par régiment, l'aile gauche en avant, ont bientôt formé les
carrés, qui ont été rompus, après un feu de deux rangs des faces
extérieures.

On a formé ensuite deux lignes parallèles; la deuxième brigade, qui,
après ce mouvement, se trouvait en avant, a exécuté un passage des
lignes en retraite; puis on a changé de front sur la droite de la
première ligne, l'aile gauche en avant; et, se trouvant ainsi dans une
direction parallèle au ruisseau du Gua, les deux brigades ont passé
successivement les ponts sur trois colonnes au pas de charge. La plupart
de ces évolutions étaient couvertes par des tirailleurs, et simulaient
des mouvements de guerre. Le même jour, les trois régiments de cavalerie
du camp ont exécuté de grandes manoeuvres, qui avaient attiré un immense
concours de spectateurs, et qui ont duré trois heures.

Après une demi-heure de repos, les trois régiments, formés en colonne,
ont défilé au trot devant M. le duc de Nemours, placé à la tête de son
état-major. Dès que les escadrons ont été rompus pour regagner leurs
cantonnements, le prince s'est dirigé sur le camp du Molar occupé par le
16e léger. Madame la duchesse de Nemours est arrivée en calèche
découverte, en compagnie du général Boyer. Au moment où le duc et la
duchesse ont pénétré dans l'intérieur du camp; en passant sur le front
de bandière, les troupes étaient sur pied et en bon ordre, quoique sans
armes, entre le premier et le second rang de tentes. Les tambours ont
battu aux champs; une musique guerrière s'est fait entendre: une
multitude immense, compacte, bordait les deux côtés de la route qui
conduit au camp et sur laquelle un arc de triomphe avait été improvisé.
Franchissant les quatre rangs de tentes, le cortège s'est rendu à la
tente de M. le duc de Nemours, placée en arriére et au centre du camp.
De là, il est revenu à. Lyon, en passant par la Guillotière.

De nouvelles manoeuvres ont en lieu le 25 et le 27. Une foule immense
s'était portée sur les hauteurs de la Croix-Rousse, de Montessuy et de
la Pape, pour assister à cette dernière, qui devait consister dans le
passage militaire du Rhône sur un pont de bateaux, avec un simulacre de
combat, entre le corps d'armée destiné à cette opération et celui qui
devait s'opposer à la marche du premier.

[Illustration: Vue du camp de Lyon.]

Enfin la revue d'honneur des troupes du camp de Lyon a été passée dans
la plaine du Grand-Camp, le 28 septembre, par M. le duc de Nemours, qui
a distribué les décorations de la Légion-d'Honneur accordées aux divers
régiments, savoir: quatre croix de commandeurs, six croix d'officiers,
et trente-huit croix de chevaliers. Par l'ordre du jour, le commandant
en chef a «félicité les troupes du camp de Lyon sur leur bonne tenue,
leur discipline et leur zèle. Dans l'infanterie, la marche est bonne et
régulière; dans la cavalerie, les hommes conduisent bien leurs chevaux;
l'artillerie a montré l'intelligence et la précision qui lui sont
habituelles; les autres armes ne méritent pas moins d'élites pour le
zèle dont chacune d'elles a fait preuve dans les missions spéciales qui
lui ont été confiées.»

D'après les ordres du ministre de la guerre, le camp de Lyon a été levé
le 30 septembre. Dès cinq heures du matin, les tambours battant la
marche et les trompettes sonnant le départ ont donné le premier signal
de la retraite; aussitôt plusieurs colonnes se sont mises en route pour
rejoindre leurs garnisons ou en aller occuper de nouvelles. Les autres
régiments se sont mis en route le 2 octobre, et dès ce même jour, il
n'est plus resté au camp un seul homme.



Courrier de Paris.

Il n'y a pas huit jours qu'on ne voyait, sur toute la surface de la
France, que des mères occupées à embrasser des fils, et des fils se
jetant dans les bras des mamans et des pères.

«Adieu, papa! adieu, maman!--Adieu, mon enfant! sois bien sage!
travaille bien! écris-nous dès que tu seras arrivé.» Et ils
recommençaient à s'embrasser, et ils essuyaient quelques larmes, tandis
que la petite soeur ou la petite cousine se tenait dans un coin, la joue
en feu, l'oeil humide, le coeur gros, tout près d'éclater en sanglots.

«Monsieur Charles, dit la femme de chambre en descendant l'escalier
quatre à quatre, vous oubliez votre casquette! Monsieur Charles! s'écrie
la cuisinière à l'autre extrémité, monsieur Charles, vos petits
gâteaux!--Aie bien soin de n'avoir pas froid pendant la nuit, ajoute la
mère.--Et surtout, dit le père, soigne ta santé et les mathématiques...»

On attelle le cheval à la carriole si le père est un honnête fermier ou
un simple cultivateur; on fait venir le cabriolet s'il s'agit d'un père
bourgeois et riche rentier; on met la calèche en route si ledit père
fait souche de gros monsieur, gentilhomme ou millionnaire; et puis tout
est dit; on part, on est parti.--Les soeurs agitent leurs mouchoirs au
balcon des fenêtres ou du haut de la terrasse, en dernier signe d'adieu;
la mère et l'aïeule, au fond du jardin, suivent du regard le cher enfant
qui s'en va, jusqu'à ce qu'il disparaisse derrière les haies et les
anfractuosités du chemin; lui cependant se retourne à chaque pas vers la
maison paternelle; il ne peut déjà plus la voir, qu'il la regarde
encore.

Maintenant, allez au bourg voisin ou à la ville voisine, et arrêtez-vous
au bureau des diligences royales et des messageries Laffitte et
Gaillard; les Achille, les Léon, les Eugène, les Charles, les Victor,
les Fernand, les Léopold, les Jules, les Gustave, les Arthur, les Louis,
les Henri, les René, les Adolphe, les Alexis, les Auguste, les
Hippolyte, les Armand y abondent; les uns se glissent dans le coupé, les
autres s'engouffrent dans l'_intérieur_; ceux-là sont entassés dans la
rotonde, ceux-ci perchés sur l'_impériale._--Qu'est-ce donc? D'où sort
cette multitude adolescente?--Eh! ne le devinez-vous pas à ces bras
ballants, à ces airs éventés, à ces uniformes gros bleu, à ce sac de
nuit pour tout bagage, à ces poches bouffantes et remplies de poires, de
pommes, de biscuits, de dragées, de chocolat et de pâte-ferme? c'est la
nation des écoliers qui retourne au collège; l'heure fatale est sonnée;
le 1er octobre, cet ennemi capital des collégiens, est venu les éveiller
en sursaut et les saisir au milieu de la liberté et du bonheur des
vacances; l'un envoyait sa poudre aux moineaux; l'autre jetait sa ligne
au poisson crédule; celui-ci se roulait sur l'herbe; celui-là glissait
sur l'eau, et tous jouissaient des caresses du mois bienheureux, du mois
longtemps attendu, si vite évanoui, du mois qui se nomme de ce beau et
adorable nom: les vacances!

Cependant Laffitte et Gaillard roulent sur la route au galop; l'écolier,
tapi dans son coin, garde une attitude silencieuse et triste; il voit
vers l'horizon, à travers les nuages de poussière que le pied des
chevaux soulève, le thème et la version, monstres tout barbouillés
d'encre, qui lui font signe de venir et grimacent au milieu d'un
horrible mélange de barbarismes, de contresens et de solécismes. Tout
près d'eux, le _pensum_ se dresse sur des monceaux de vers éclopés et de
noirs _trognons_ de plumes; et le haricot, légume inamovible, annonce,
par les nuages de vapeur qu'il exhale, que le temps des dîners de
Lucullus et des soupers de Balthasar n'est pas encore venu pour les
Collèges.

On arrive enfin; les grilles s'ouvrent et se referment sur nos écoliers:
la salle d'étude ressaisit sa proie; le maître reprend sa leçon,
magistralement armé de la syntaxe et du _Gradus ad parnassum_. Tout est
dit; Virgile et Cicéron, le _De Viris_ et la table de Pythagore vous ont
reconquis, mes enfants! ils vous tiennent et ne vous lâcheront pas,
chers petits amis, avant que septembre ait ramené les jours de liberté.
Alors la porte de votre cage se rouvrira, et vous vous échapperez,
par-ci et par-là, vers le nid maternel, en gazouillant et par joyeuses
volées.

Nous avons tous passé par cette épreuve: qui ne se rappelle les gros
soupirs qu'il poussait en voyant arriver le dernier jour de vacances et
le terrible moment de rentrer au collège?--Regarde ce jeune garçon, ici
présent, que _l'Illustration_ a fait graver sur bois, pour tes menus
plaisirs, ô mon lecteur! c'est l'image de tous les écoliers passés,
présents et futurs; tout à l'heure, il était libre, et l'arbrisseau
s'épanouissait en plein vent; voici que M. le proviseur ou M. le censeur
renferme dans la serre, pour l'arroser de grec et de latin. Tout en
obéissant à l'illustre pédagogue, l'écolier éprouve un serrement de
coeur, et, malgré la présence respectable du personnage, il jette à la
dérobée un regard plein de regret à l'azur du ciel qu'il aperçoit encore
à travers la fenêtre entre ouverte de sa prison. Ce regard veut dire que
dans l'azur et dans les nuages qui voltigent, il n'y a ni maîtres
d'études, ni dictionnaires, ni thèmes grecs, ni version latine, ni règle
de trois, ni pain sec, ni _pensum_, ni haricots éternels. O azur!...
Cependant, pauvres reclus, songez-y, et prenez votre parti en braves: le
haricot et le thème grec et le maître d'études ne sont que médiocrement
récréatifs et caressants, je l'avoue; on aurait pu inventer mieux; mais
enfin, puisqu'on n'a pas encore trouvé autre chose, vous verrez plus
tard qu'il était nécessaire de commencer par là, et que, pour vivre en
ce bas monde et y faire son lit, l'azur tout cru est une viande bien
creuse.

Ainsi les collèges de Paris, repeuplés depuis huit jours, ont ressaisi
la férule, et le professeur rébarbatif reprend d'un air maussade son
collier de misère; M. le professeur, au fond de l'âme, pleure ses
vacances comme l'écolier, sauf toutefois qu'il se donne une contenance
et se fait un visage stoïque. Que de soupirs se sont exhalés sur le
seuil! que de larmes le collégien a furtivement essuyées en touchant le
pavé de la cour emprisonnée de ses noires murailles! que de baisers et
de caresses le concierge a entendus retentir, ardemment donnés par les
lèvres maternelles! O grandes douleurs, en effet! ô terrible désespoirs!
Enfants que vous êtes, priez Dieu qu'il ne vous envoie jamais d'autres
peines, et d'autres pleurs!

Les écoliers ne sont pas les seuls mortels à plaindre; la première
quinzaine d'octobre a fait d'autres victimes, et, au premier rang, il
faut placer le _canotier_.

Le canotier appartient à l'espèce amphibie; le ciel lui a donné deux
pieds, deux jambes, deux mains, pour vivre sur terre comme vous et moi;
et cependant il a la fureur d'aller sur l'eau; il ne manque à cet animal
singulier que des nageoires et des écailles pour s'enrôler dans le
bataillon des saumons et des brochets. Le canotier supplée à cet oubli
de la nature en achetant ou en se construisant une barque, une
nacelle ou un canot, comme son nom de canotier l'indique; et dès qu'il a
son canot, notre homme est plis heureux et plus ami de l'onde que le
plus forcené et le plus vagabond des goujons.

A peine les premiers souffles du printemps ont-ils amené les jours
favorables, que le canotier quitte le rivage et livre sa voile au vent.
Vous pensez peut-être, à voir cette ardeur nautique, que le canotier est
petit-fils de Christophe Colomb ou du capitaine Cook? Pas le moins du
monde: il naquit sur les bords de la Seine, entre le pont Notre-Dame et
le pont de Bercy, d'une part, et, de l'autre, le Pont-Neuf et le pont de
Sèvres. Longtemps on le connut petit marchand dans quelque coin du
faubourg Saint-Denis, ou petit employé au Mont-de-Piété et à la mairie;
quelques-uns ont servi comme sergents ou sous-lieutenants tout au plus;
quelques autres ont été concierges, ou valets de chambre de bonne
maison; mais, au milieu de leurs honneurs et de leurs fonctions, la même
soif les possédait, et nos amphibies s'échappaient souvent pour aller
voir couler l'eau, se promener sur la rive et se mouiller le bout du
pied au courant du fleuve.

Une fois libre, une fois retiré des affaires, le canotier ne se possède
plus et se livre immodérément à sa passion hydraulique. C'est alors
qu'il a un canot et qu'il se promène, de long en large, à travers la
Sine, vêtu d'une camisole bleue ou rouge, coiffé d'un chapeau de
matelot, et ramant comme un forçat. Sa plus grande prétention est de
ressembler à un capitaine de vaisseau; si vous l'appeliez, Neptune, il
unis ferait son héritier et vous donnerait sa fille.

Il va sans dire que le canotier, comme tous les mortels atteints de
monomanie, impose aux autres son goût avec intolérance, avec tyrannie:
un voisin, un ami, un parent ne lui rend pas visite sans que l'enragé,
démarrant son canot, ne dise: «Ah çà! si nous faisions une promenade sur
l'eau?» Il vous prend, il vous emmène de force, il vous livre ne proie
au soleil ou aux rafales, et par-ci, par-là, vous procure l'agrément
d'un plongeon. Dans ses moments de désastre, le canotier se transforme
en chien de Terre-Neuve, vous saisit par la nuque et vous ramène
triomphant au rivage, à moins que, par distraction, il ne vous laisse au
fond de l'eau.

Le canotier est dilettante et possède tout le répertoire de musique
maritime, fluviale et riveraine qui se chante depuis que l'eau coule et
la romance avec elle: _O pastor dell'onda!--Eh! vogue ma
nacelle!--Notre vaisseau sur une onde tranquille!--Chantons la
barcarolle!--Au bord de la rive fleurie!--J'entends le ruisseau qui
murmure!_ et le reste.

De son côté, le Cirque-Olympique plie son drapeau et abandonne son
palais d'été, pour reprendre sa résidence d'hiver.--La réouverture s'est
faite jeudi dernier, par un mimodrame à grand spectacle, dont nous vous
dirons deux mots prochainement. Est-ce encore de Napoléon? est-ce de
Murat ou du prince Eugène qu'il s'agit? Non pas; le Cirque a donné,
cette fois, la préférence à don Quichotte; il faut bien un peu varier
ses héros!

Les journaux, à propos de ce mimodrame, ont raconté un fait que je me
permets de déclarer invraisemblable et parfaitement impossible: c'est de
Rossinante qu'il est question. Or, disent les conteurs, le Cirque, ayant
choisi pour sa pièce d'ouverture le héros de la Manche, n'était
embarrassé que d'une chose, à savoir, de trouver un coursier assez
maigre, assez éthique, assez dépourvu de chair, assez exclusivement
composé d'os et de peau, pour représenter au naturel, et dans toute la
vraisemblance historique, le fidèle compagnon du héros de la
Triste-Figure, Rossinante, pour tout dire. Que faire? faute d'un cheval
maigre, le Cirque s'adressa à un cheval gras, qui accepta le rôle, sans
se douter de ce qu'il lui en coûterait, le pauvre animal: les chevaux
sont si bêtes!

Dès la première répétition, on lui retrancha son picotin d'avoine; à la
seconde, on supprima la botte de foin; à la troisième, il ne déjeuna
qu'avec un peu de paille et ne soupa point; à la cinquième, son
palefrenier lui imposa un jeûne complet, et, pendant huit jours,
continua avec acharnement ce dernier système de restauration. Tout alla
bien d'abord: le cheval dodu disparut peu à peu, et fit place à tout ce
qu'on peut imaginer de plus Rossinante; on comptait ses côtes une à une;
le dos s'était dentelé comme une selle. Quel succès! le Cirque était
ravi, et déjà il annonçait que don Quichotte lui-même n'avait pas
possédé un Rossinante pareil; malheureusement, on trouva le lendemain la
pauvre bête morte d'inanition: elle avait trop consciencieusement étudié
son rôle.

Non, encore un coup, on ne nous fera pas croire que le Cirque ait eu
besoin de recourir à cet assassinat pour faire un Rossinante, dans un
pays comme celui-ci, qui a des chevaux de fiacre, le jockey-club et les
haras de Viroflay.



Histoire de la Semaine.

On a dit que les peuples heureux étaient ceux dont l'histoire était
ennuyeuse. Le monde entier, si cette maxime était vraie dans toutes ses
acceptions et dans toutes ses conséquences, aurait été cette semaine au
comble du bonheur, car nous croyons bien difficile d'intéresser le
lecteur en racontant les événements qui l'ont marquée.--En Espagne, même
situation: des partis armés, se tenant réciproquement en échec; des
luttes électorales donnant sur certains points l'avantage aux
mécontents; sur d'autres, peut-être en plus grand nombre, au ministère
et au parti de Narvaez. Voilà la position qu'éclaircira peut-être un peu
la réunion des cortès, fixée au 15 de ce mois.--C'est le même jour que
se réunira à Athènes l'assemblée nationale, par suite du mouvement
survenu dans la nuit du 14 au 15 septembre, pendant laquelle le peuple
s'est rendu sous les fenêtres du roi Othon et lui a dit: «Sire, si vous
ne dormez pas, donnez-nous donc une de ces constitutions que vous
promettez si bien,» Le 15 on se mettra à l'oeuvre.--Ajoutons, pour en
finir avec cette date, que le 15 aussi commencera la session du
conseil-général de la Seine, à laquelle la polémique récente au sujet de
certaines parties de la fortification de Paris, peut faire prêter une
attention que cette réunion annuelle n'obtient pas toujours.--Le
ministère anglais vient de prendre le parti d'interdire les _Meetings_
d'Irlande. L'influence d'O'Connell a su prévenir toute résistance, toute
rébellion contre la proclamation du cabinet de Saint-James, qui avait
réuni de nombreuses forces militaires. La conduite habile du tribun
irlandais, en évitant un conflit violent, semble avoir fait éprouver
quelque mécompte aux auteurs de cette mesure, car les journaux
ministériels de Londres lui prodiguent, à cette occasion, les reproches
de couardise et de lâcheté.--Après l'Irlande et le pays de Galles, voici
l'Écosse qui donne aussi des inquiétudes à l'Angleterre. Les membres de
l'Église libre n'ayant point encore de temples ouverts pour leur
communion, et fatigués d'attendre la décision de l'assemblée des chefs,
se sont portés à des violences, dans plusieurs parties de l'Écosse,
contre les personnes et les temples de l'ancienne Église. Un soulèvement
a eu lieu à Rosolio. Les perturbateurs, hommes et femmes, ont entouré
l'église et sonné la cloche avec violence. Les autorités étant
survenues, elles ont été reçues par des hurlements et par une grêle de
pierres. L'agitation est arrivée à un point que force a été
d'envoyer chercher des troupes à Cromarty. Les soldats ont été
contraints de se servir de leurs armes, et bientôt de se retirer avec
les autorités, de peur de plus grands malheurs. Une femme seulement
avait pu être arrêtée. Roskeen, Kiltearn, avaient été le théâtre de
scènes semblables.--La _Gazette Générale de Prusse_ et la _Gazette
d'Augsbourg_ annoncent que, le 19 septembre, on a tiré sur la voiture de
l'empereur Nicolas, à Posen, dans un des faubourgs. La _Gazette de
Prusse_ ne parle que d'un coup de feu, et paraît douter s'il y a eu
intention ou inadvertance. La Gazette d'Augsbourg, plus formelle, dit
qu'il y a eu plusieurs coups de feu, qu'ils ont été tirés dans la
direction de la place occupée d'ordinaire par l'empereur, qui se
trouvait avoir, à l'insu des conspirateurs, devancé sa suite de huit
heures. L'aide-de-camp de Nicolas, qui était assis à sa place, aurait,
suivant ce dernier journal, été atteint par les balles, et blessé. La
Gazette Universelle Allemande réduit, au contraire, le fait aux plus
minimes proportions. Le coup de feu, d'après sa version, serait parti
par l'inadvertance d'un domestique assis derrière la voiture et ayant un
fusil à côté de lui. La crainte d'être réprimandé l'aurait porté à dire
qu'on avait fait feu sur la voiture, et qu'il avait aperçu de loin
l'auteur de l'attentat prenant la fuite. Nous avons rapporté tous les
dires: que d'autres prononcent.

Un traité de commerce et de navigation a été conclu entre la France et
la Sardaigne. Cet État, qui avait déjà fait subir, il y a un an, des
réductions considérables à presque tous les articles de son tarif des
douanes, réduit encore, par ce traité, les droits sur les eaux-de-vie,
les vins, les objets de mode et les porcelaines venant de France; en
échange, nous supprimons pour le pavillon sarde, et à charge de
réciprocité, les surtaxes de navigation qui sont, chez nous, de 4 fr. 12
cent. par tonneau, et en Sardaigne de 1 fr. 30 cent. seulement; et, de
plus, nous diminuons les droits sur le riz, sur la céruse, sur les
oranges de Nice et autres fruits de table, et aussi sur le bétail du
Piémont. Un article, dont on a fait ressortir l'intérêt et l'importance,
assure à nos auteurs, sur leurs ouvrages, les mêmes droits dans les
États sardes qu'en France. De plus, les frontières du Piémont, au
travers duquel transitaient toutes les contrefaçons belges qui étaient
expédiées en Italie, demeureront fermées aux ballots de Bruxelles.--On
ne dit pas que notre ministère ait amené le roi Léopold à reconnaître
également les droits de nos auteurs. Mais ce à quoi le souverain n'a
encore consenti pour aucun de nos producteurs littéraires, les évêques
de ce pays viennent de le faire pour le plus grand nombre. Une récente
instruction pastorale, publiée par ces prélats, défend, sous peine de
péché mortel, d'imprimer, de vendre, de colporter, de distribuer ou de
donner tous livres, journaux, revues, feuilles périodiques contraires à
la foi ou aux _moeurs_, sous quelque dénomination et format que ce suit;
elle défend également d'acheter ces ouvrages, de les accepter, lire,
conserver, prôner ou conseiller. Ces messieurs peuvent maintenant dormir
bien tranquilles, ou tout au moins l'enfer les vengerait de leurs
contrefacteurs s'il s'en pouvait trouver encore.--La Chine tient de
ratifier le traité de commerce avec l'Angleterre, en stipulant qu'il
serait commun à toutes les autres puissances _barbares_. Le maximum des
droits fixés par le tarif annexé au traité ne s'élève pas, dit-on,
au-dessus de 10 pour 100 _ad valorem_, et il sera seulement de 5 pour
1000 pour tous les objets non portés au tarif. Si, comme cela est
probable, les Chinois ont stipulé la réciprocité, les chinoiseries
pourront abonder sur le marché de Paris. C'est à notre mission de Chine
à prendre les mesures nécessaires pour que nos articles trouvent de leur
côté un large débouché dans le Céleste Empire. La question de l'opium a
été ajournée. En attendant, notre consul général à Manille, M. le comte
de Ratti-Menton, qui avait déjà su, à Damas, se compromettre par la
forme dans une circonstance où il pouvait avoir raison au fond, semble
vouloir ruiner par avance l'influence que la France doit chercher à
conquérir dans ces contrées nouvellement ouvertes. Il a engagé contre un
agent français fort capable, dit-on, M. Dubois de Jancigny, chargé d'une
mission spéciale par le ministère des affaire étrangères et du commerce
une polémique que rien ne nécessitait, dont le ton est inqualifiable, et
dont l'effet ne saura probablement être trop déploré.

M. le ministre de la marine a reçu et publié le rapport du capitaine
Bouet, gouverneur du Sénégal, sur l'expédition vigoureuse que cet
officier a dirigée contre le pays de Fonta, situé sur les bords du
fleuve. Dans l'engagement qui a eu lieu, et à la suite duquel le village
de Cascas a été pris par nous et livré aux flammes, les insurgés ont
perdu quarante des leurs et ont compté un pareil nombre de blessés.
Notre perte a été nulle; quelques sous officiers et cavaliers d'un
peloton de spahis sénégalais, qui s'est particulièrement distingué, ont
été blessés. Le gouverneur a la confiance que cette expédition garantira
pour longtemps la paix sur les deux rives du fleuve et la sûreté de
notre commerce, par l'opinion qu'elle a donnée à tous les peuples
indigènes, noirs ou maures, des moyens d'action dont nous pouvons
disposer.--M. le ministre de la guerre a, de son côté, publié des
rapports nouveaux de notre armée d'Afrique. Ce sont encore des récits de
rencontres avec Abd-el-Kader et ses lieutenants, dans lesquelles nos
braves soldats font preuve d'une ardeur qui ne se ralentit pas, et qui
amèneront prochainement, il faut l'espérer, la fin ou du moins une
longue interruption des hostilités.

Les nouvelles de désastres ont abondé. Le navire qui a apporté le récit
détaillé de la perte, sur les rôles d'Afrique, du bateau à vapeur
anglais faisant le service de l'Inde, mentionnée la semaine dernière, a
fait connaître qu'outre ce bateau-poste (_le Memnon_), on avait
également à déplorer la perte d'un autre bâtiment anglais, _le
Capitaine-Cook_, parti d'Angleterre avec 700 tonneaux de charbon qu'il
portait aux stations de la mer Rouge.--A Constantinople, une tempête a
plus ou moins maltraité tous les bâtiments en rade. On porte de 60 à 80
le nombre des personnes qui ont péri.--Des nouvelles de Java annoncent
que, par suite d'un tremblement de terre dont les secousses ont duré
neuf minutes, des maisons se sont écroulées et ont enseveli leurs
habitants sous les décombres; une partie du mont Horeffa s'est éboulée
dans la vallée et a écrasé les bâtiments du gouvernement, à l'exception
de la demeure du commandant; un grand établissement particulier, le
Mego, a été emporté par une vague énorme, et beaucoup de monde y a perdu
la vie. Le même flot a enlevé, près du mont Sie-Tolie, situé à une lieue
plus au nord, des bateaux indiens avec tant de violence, hors de la
rivière, que ces bâtiments, parmi lesquels était une croisière du
gouvernement, ont été lancés sur le rivage à cent et à cent soixante pas
de leur mouillage.--Un effroyable Incendie a éclaté le 26 août, à une
heure de l'après-midi, à Kingstown (Jamaïque); force a été, pour
circonscrire le ravage, de faire venir un détachement d'artillerie avec
un obusier de 12 pour canonner les maisons qui allaient fournir un
nouvel aliment aux flammes. Ce moyen réussit: le 27, on fut maître du
feu. _Quatre cents_ maisons ont été détruites. On évalue la perte à plus
de douze millions de francs. Dans cet immense désastre, on n'a eu à
déplorer que la mort d'un seul habitant, tué par un des boulets lancés
pour arrêter l'incendie.

Une humanité bienfaisante viendra, espérons-le, en aide à tant de
malheurs. La France, dans une circonstance où le mal était bien
autrement irréparable, le désastre de la Guadeloupe, a noblement montré
ce qu'elle savait faire pour ses enfants malheureux. Cette semaine
encore le _Courrier de la Moselle_ nous apprenait qu'un homme de bien,
qui fait de sa fortune le plus louable, le plus digne usage, auquel les
établissements de bienfaisance de Metz doivent leurs plus importantes
fondations, et qui a donné 140,000 francs pour concourir à l'oeuvre de
la colonie agricole de Mettray, M. le comte Léon d'Ourches venait
d'envoyer de nouveau 60,000 fr. pour les malheureux de la
Pointe-à-Pitre. Le _Courrier de la Moselle_ dit que c'est là un don
_presque royal_.--La semaine est aux riches souscriptions: sir Hébert
Peel vient de remettre un mandat de 4000 livres sterling (100,000 fr.)
aux commissions ecclésiastiques chargées de recueillir les offrandes
pour la construction des églises. Dans la lettre qui accompagne ce don
magnifique, sir Hubert dit que c'est une dette qu'il acquitte envers
celui qui a bien voulu que l'industrie lui valût une fortune
considérable.--Enfin, l'empereur d'Autriche, de son côté, s'est associé
à l'idée conçue par le roi de Bavière de fonder, parmi les membres de la
Confédération germanique, une association pour l'achèvement de
l'admirable cathédrale de Cologne. Il s'est engagé à contribuer
annuellement pour la somme de 40,000 florins (100,000 fr.).

Jamais on n'a semblé plus tenir aux quartiers et aux ancêtres
qu'aujourd'hui. Nous lisons dans les annonces de certaines feuilles un
_Avis_ par lequel les maisons ducales et les familles nobles sont
invitées à transmettre, sans retard, les corrections et additions
qu'elles jugeront convenables aux éditeurs d'un _Annuaire de la noblesse
de France_ pour 1844. Les journaux officiels annoncent, d'un autre côté,
que M. le ministre du commerce et de l'agriculture vient de faire
dresser le _Stud-Book_ français, ou catalogue de tous les chevaux pur
sang de la France, avec leur généalogie, et qu'il fait préparer
également un _Herd-Book_, ou liste et généalogie des taureaux et des
vaches pur sang.

[Illustration: M. Duret.]

L'Académie des beaux-arts a eu à procéder à la nomination au fauteuil
demeuré vacant par la mort du sculpteur Cortot. La section de sculpture
avait désigné, comme candidats, M. Duret, Lemaire, Raggi, Seurre aîné et
Jouffroy; l'Académie avait complété la liste en y ajoutant les noms de
MM. Halley, Desprez et Danlan aîné. Le nombre des votants était de 54;
M, Duret a obtenu 19 voix; M. Lemaire, 15; M. Raggi, I, et M. Jouffroy,
1. M. Duret a donc été proclamé membre de l'Institut. Le public
applaudira à ce choix, que sanctionnera également l'approbation des
artistes. M. Duret, élève du baron Mosio, et à coup sûr un de ses
meilleurs disciples a produit, quoique jeune encore, un grand nombre
d'ouvrages qui ont obtenu le succès le plus mérité. Il débuta par être
musicien, puis voulut se livrer à la déclamation; mais ses hésitations
ne furent pas de longue durée, et ne lui firent perdre que bien peu de
temps, car à dix-huit ans il obtint le grand prix de Rome. Ses statues
sont: _Mercure inventant la lyre; le Danseur Napolitain,_ et
_l'Improvisateur Italien_, qui sont aux Luxembourg; le _Molière_, qui
est dans la salle de l'Institut; le _Casimir Périer_, de la Chambre des
Députés; le _Christ_ et _l'Ange_, de la Madelaine; _la malice_, des
salons du Palais-Royal; le _Dunois_, le _Richelieu_ et le _Régent_, de
Versailles, et le _Chactus au tombeau d'Atala_, du musée de
Lyon.--L'Académie des sciences a à pourvoir à la vacance survenue dans
sa section de mécanique par le décès de M. Coriolis. Nous ignorons
encore quels seront les compétiteurs à cette succession.--Quant à
l'Académie des inscriptions et belles-lettres, appelée à nommer
prochainement à la place d'académicien libre qu'a laissée en mourant
l'excellent et respectable M. de Fortia d'Urban, elle n'a vu jusqu'ici
frapper à sa porte qu'un candidat dont on vante les sentiments
religieux, et un autre dont on loue les dîners. Mais comme il ne s'agit,
en définitive, ni de l'élection d'un pape, ni de celle d'un membre du
Caveau, elle attendra sans doute qu'un historien ou un archéologue se
présente.

[Illustration: Gravure d'après le procédé Rémon.]

L'administration des Musées royaux, qui devrait bien faire enlever enfin
l'ignoble et dangereuse galerie de bois accolée à la galerie du Musée du
Louvre, laquelle menace incessamment d'incendie le dépôt de toutes nos
richesses d'art, l'administration des Musées royaux s'est bornée à faire
monter le Musée naval dans le local qu'occupait la galerie léguée par M.
Standish, et à faire descendre celle-ci dans le local qu'occupait le
Musée naval. C'est un double déménagement qu'elle était parfaitement
dans son droit d'opérer, et auquel, pour notre part, nous ne trouvons
rien à reprendre ni à louer,--bientôt le public pourra visiter, dans
une des salles du rez-de-chaussée du Louvre disposée à cet effet, les
marbres sculptés provenant du temple de Diane qu'on avait provisoirement
déposés sur l'esplanade, et dont nous avons donné des gravures, t. 1, p.
289. Ces débris, rapportés de l'Asie Mineure, ont occasionné une dépense
d'un million. Cette somme nous eut paru infiniment mieux employée et eut
épargné de trop justes reproches, si on l'eût consacrée à ne pas laisser
sortir de France et à acquérir pour le Musée la statue en bronze trouvée
à Lillebonne, la _Madeleine_, de Canova, la _Vierge en candélabre_, de
Raphaël, le _Francia_ et plusieurs tableaux de la collection de madame
la duchesse de Berri, dont la plupart ont été acquis à un prix peu
élevé, et pour lesquels la direction des Musées n'a pu enchérir,
a-t-elle dit, faute de fonds.--Un artiste distingué, ancien pensionnaire
de Rome, M. Boulanger, vient d'être envoyé, aux frais du budget des
arts, pour mesurer et dessiner les monuments d'Athènes. Il nous semble
que c'est encore là une dépense assez mal entendue, car tous ces
monuments se trouvent très-exactement reproduits dans une foule de
voyages et de collections; et quant à leur mesure plus d'une fois prise,
nous ne savons pas trop comment elle se serait modifiée. Les missions
sont une excellente chose, quand, en les arrêtant, on a en vue l'intérêt
de l'art et non l'agrément de ceux à qui on les confie. Ou vient
d'organiser au premier étage du palais de l'École des Beaux-Arts, dans
la salle dite de Louis XIV, un petit musée d'architecture en miniature,
composé du 104 monuments égyptiens, grecs et romains, disposés sur deux
grandes tables au milieu de la salle. Les uns sont en liège, les autres
en plâtre, tous modelés sur une petite échelle, avec une précision et un
soin très-remarquables. Ce sont des colonnes, des temples, des cirques,
des théâtres, des arcs de triomphe, des tours, des obélisques, des
tombes; enfin, Thèbes, Athènes et Rome vus par le gros bout d'une
lorgnette. Dans les embrasures des fenêtres de cette galerie, on a placé
de fort jolies statuettes en plâtre et en marbre, de deux pieds environ
de hauteur, représentant en assez, grand nombre des artistes célèbres,
et qui sont l'oeuvre de sculpteurs de la dernière moitié du dernier
siècle, dont les noms sont oubliés aujourd'hui, mais qui n'étaient pas
sans mérite. Enfin, dans la salle où se font les expositions, on
remarque une cheminée sur laquelle on a en quelque sorte incrusté deux
anges d'une admirable exécution, dont l'inscription suivante, placée au
bas, fait connaître l'auteur et l'ancienne destination: «L'arrière-neveu
d'un chancelier de France, qui fut le patron des beaux-arts, a fait don
à l'école fondée pour leur gloire des fragments d'un tombeau de sa
famille, par Germain Pilon, 1835. Le donateur est M. Seguier.»--Des
caisses contenant des moulages de sculptures remarquables de la Grèce,
exécutés sous la direction de M. Lobas, membre de l'Institut, chargé
d'une mission scientifique et artistique par MM. les ministres de
l'Instruction publique et de l'Intérieur, sont attendues prochainement à
la même École.--Les grands dignitaires qui président à la restauration
du jardin du Luxembourg font dire et répéter qu'elle a été entreprise
avec un zèle et un goût qui promettent prochainement l'une des plus
remarquables décorations qui aient jamais été exécutées. Nous verrons
bien. Ce qu'il y a de constant, c'est que nous ne tarderons pas à voir
disparaître toutes ces malheureuses statues mutilée, dégradées, ruinées
par le temps et l'humidité, qui ont affligé les regards de plusieurs
générations d'étudiants. Outre l'_Hercule_ de M. Othon, qui est déjà en
place, des statues de _Jeanne d'Albret,_ de la _reine Clotilde, Blanche
de Castille, Velleda, Sainte-Geneviève_, et autres personnages de toutes
les époques et de toutes les légendes, sont confiées à MM Brian, Dumont,
Husson Hoguenin, Klagmann, Mandron. Mercier, et autres artistes. De
nouvelles commandes doivent encore être faites.

[Illustration.]

_L'Illustration_ a déjà fait connaître (t. 1, p. 235) le procédé de
galvanographie de M. Rémon. Aujourd'hui, nous avons à mentionner, en
attendant que nous y revenions, le procédé de gravure typographique sur
pierre avec un relief obtenu à l'aide de moyens chimiques, par M.
Tissier, appelé du nom de son inventeur, Tissiérographie. Déjà l'auteur
avait fait paraître, des 1839, des épreuves de gravures obtenues par son
système, mais elles accusaient une sécheresse et une dureté qui
pouvaient faire craindre que ce mode de gravure ne fût guère applicable
qu'à l'ornementation. Celles qu'il est arrivé à obtenir depuis dénotent
des progrès très-remarquables et des améliorations complètement
satisfaisantes. Nous donnons aujourd'hui un dessin de Lemud, gravé en
relief sur métal par le procédé Rémon, et un dessin gravé sur pierre par
le procédé Tissier. Ce dernier serait bien plus sûr de se voir accorder
la préférence par les artistes si, comme le procédé Rémon, il admettait
l'usage du crayon de mine de plomb. La plume lithographique présente des
difficultés d'exécution, et la plupart des dessinateurs, faute de s'être
exercés à l'employer, pourront faire longtemps obstacle au procédé de M.
Tissier.

La ville de Rome a été mise en émoi par le récit des crimes et la
condamnation d'un prêtre, nomme Abbo, qui, joignant à une instruction
remarquable une adresse et une hypocrisie peu communes, avait su,
jusqu'au jour de son arrestation, couvrir des apparences de la
régularité et de la religion les désordres les plus infâmes, les crimes
les plus horribles, gagner l'amitié du premier ministre, Génois comme
lui, et se taire ouvrir toutes les maisons de Rome, sans excepter celles
des ambassadeurs. Il devait être créé prélat le lendemain du jour qu'il
choisit pour se débarrasser de sa dernière victime. C'était son neveu,
jeune garçon de huit à neuf ans, que le frère d'Abbo, habitant Gênes,
lui avait confié, et qui mourut après une série de traitements que nous
ne pouvons retracer. La servante de ce monstre a déclaré que deux
enfants nés de leur cohabitation avaient été également sacrifiés par
lui, et qu'elle était enceinte d'un troisième auquel le même sort eût
été à coup sûr réservé. La population, que de tels forfaits trouvent
toujours implacable, attendait le jour de la justice, quand elle a
appris que le pape venait de commuer la peine de mort prononcée contre
le coupable. Le premier sentiment a été celui de l'indignation, mais
elle s'est calmée par la pensée que cette mesure devait équivaloir à une
abolition du dernier supplice dans les États pontificaux, et qu'il était
bien impossible désormais d'exécuter les sentences capitales que
pourrait prononcer la commission spéciale appelée à juger les accusés
politiques détenus au fort de Saint-Leo.--Des crimes d'un tout autre
genre viennent d'être commis à Berlin par une jeune et jolie danseuse
espagnole, mademoiselle Lola-Montez, de Cordoue. Montée sur un beau
cheval andalous, l'artiste-amazone était allée assister aux grandes
manoeuvres exécutées en présence du roi de Prusse et de l'empereur de
Russie. La détonation de l'artillerie effraya sa monture, qui prit le
mors aux dents et se précipita dans la suite des deux souverains, au
milieu de laquelle la jeune Andalouse parvint à grand'peine à l'arrêter.
Un gendarme (Berlin n'est pas sans gendarmes), un gendarme survint, qui
menaça l'amazone et maltraita le cheval. Un coup de cravache vint lui
cingler la figure; il en dressa procès-verbal. Le lendemain un huissier
(Berlin a aussi des huissiers), un huissier se présenta chez
mademoiselle Montez pour lui remettre une assignation judiciaire, La
mère de mademoiselle Montez (La mère d'actrice n'est pas inconnue en
Prusse), la mère de mademoiselle Montez, qui survint, ne se doutant
guère plus que Chicaneau des _Plaideurs_ que ce fut _un exploit que sa
fille faisait_. Le papier timbré, mis en morceaux, fut lancé à la figure
de l'huissier; l'huissier en dressa procès-verbal. Les journaux de
Berlin disent, avec toute la gravité allemande, qu'il y a là un double
chef d'accusation qui menace de priver pour longtemps la coupable de sa
liberté.

Nous avons cette semaine à enregistrer le décès d'un certain nombre de
personnes regrettables:--Un orateur auquel son talent à la seconde
chambre des États de Bavière et au barreau de Munich avaient valu un
grand renom en Allemagne, et une fortune de 800,000 florins (1,300,000
fr.). M. Charles de Batz vient de mourir, léguant tout re qu'il
possédait aux veuves et orphelins d'avocats du barreau dont il avait
fait partie--La ville d'Arles a perdu M. le baron Langier de Chartreuse,
son ancien maire, son ancien conseiller-général, son ancien député, qui
laisse, en outre, de précieux souvenirs comme savant et comme,
antiquaire.--L'armée d'Afrique a rendu les derniers devoirs à un des
officiers les plus distingués du corps royal d'état-major, le chef
d'escadron Delcambe, qui mettait fin, dit-on, à de nombreuses et
importantes recherches sur la langue arabe et l'histoire géographique du
nord de l'Afrique.--Les sciences archéologiques ont vu mourir M. Allou,
qui fut successivement secrétaire bibliothécaire, puis président de la
Société Royale des Antiquaires de France. Il a publié entre autres
travaux d'archéologie, une _Description des Monuments du département de
la Haute-Vienne_, et un _Essai sur les armures du Moyen-Age_.--Enfin, M.
Domeny de Rienzi, auteur de plusieurs ouvrages de géographie, et du
volume intitulé _Océanie_, faisant partie de _L'Univers Pittoresque_,
vient de mourir à l'hôpital de Versailles. Atteint, il y a un certain
temps, d'une fièvre cérébrale, il avait eu le malheur de perdre en
partie ses facultés intellectuelles. Plus d'une fois depuis lors il
tenta de se remettre à l'étude et de terminer des ouvrages inachevés. Ce
fut vainement; le travail était devenu impossible à son cerveau
affaibli. Cet affaiblissement et la conscience qu'il en avait ont fait
naître chez lui le désespoir, et M. de Rienzi s'est tiré, au milieu du
parc de Versailles, un coup de pistolet dans la tête. Il a succombé à la
blessure qu'il s'était faite.



Chemin de Fer de Londre à Folkestone.

VOYAGE DE BOULOGNE A LONDRES EN SIX HEURES.

[Illustration: Vue du Port de Folkestone; banquet d'inauguration du
Chemin de fer.]

L'ouverture d'une nouvelle voie de communication a toujours été
considérée comme un événement important pour le pays dont elle doit
activer les relations, pour les populations dont elle développe et
satisfait les besoins. Quand cette voie de communication est un chemin
de fer, un intérêt plus vif encore s'attache à son inauguration; car on
commence à comprendre partout, et en Angleterre on a déjà compris depuis
longtemps, quel essor nouveau on doit en attendre pour l'industrie et le
Commerce. Mais lorsque ce chemin de fer relie non pas seulement une
ville à une ville, mais un grand royaume à un autre grand royaume, alors
ce ne sont plus seulement les intérêts particuliers qui s'agitent et se
félicitent; alors les hommes d'État eux-mêmes qui voient loin dans
l'avenir et qui sont un doivent être toujours un peu prophètes,
tressaillent et sentent qu'une nouvelle ère de civilisation va
commencer. En effet, plus les hommes se voient et se connaissent, plus
les préjugés disparaissent; plus leurs relations commerciales sont
intimes et continues plus la guerre devient difficile à déclarer. Aussi
est-ce avec bonheur que nous avons accueilli l'inauguration du chemin de
fer de Londres à Folkestone, ou plutôt de Londres à Paris par Boulogne.
Nous donnerons prochainement à nos lecteurs, avec la carte de la
Grande-Bretagne, une notice sur les chemins de fer en exploitation dans
ce pays; aujourd'hui, nous nous bornons à constater un fait qui nous a
paru un des plus considérables par l'influence qu'il doit avoir en
France sur le choix du tracé du chemin de Paris au littoral de la
Manche.

Nous devons le dire, la question qui hier encore était entière, ne l'est
plus aujourd'hui; elle vient d'être résolue de l'autre côté du détroit:
l'arrivée des convois à Folkestone, l'appropriation du port à la
navigation à vapeur, le temps de la traversée entre Folkestone et
Boulogne, tout semble se réunir pour imposer au gouvernement la
construction de la ligne d'Amiens à Boulogne, sans préjudice toutefois
de ce qu'il doit faire pour Calais, qu'il y aurait injustice et mauvaise
politique à abandonner.

Le chemin de Londres à Douvres a été autorisé en 1836: il emprunte,
entre ces deux points extrêmes, une portion de leur parcours à trois
autres chemins. Il part de Londres avec le chemin de Greenwich, qu'il
suit pendant 3 kilomètres, passe pendant 12 kilomètres sur le chemin de
Croydon, se lie au chemin de Brighton sur 9 kilomètres, et en le
quittant prend le nom de _South Eastern Railway_ jusqu'à Douvres, sur
une longueur de 115 kilomètres environ. Sa longueur totale est donc
d'environ 115 kilomètres. Les travaux de ce chemin n'ont pas été poussés
avec une grande activité, puisque ce n'est qu'au mois d'août 1843,
c'est-à-dire sept ans après sa concession, qu'on l'a inauguré sur la
presque totalité de son parcours, de Londres à Folkestone. La portion
comprise entre Folkestone et Douvres a environ 15 kilomètres et réunit
toutes les difficultés possibles: c'est là que se trouve les fameux
rochers de Shakspere dont les ingénieurs anglais ont renversé des
quartiers énormes au moyen de la poudre. Nous pouvons dire avec
certitude que si le port de Folkestone eût _été découvert_, au moment où
l'autorisation de construire le South Eastern a été demandée, la
compagnie aurait reculé devant les 15 kilomètres qui séparent les deux
ports. D'un autre côté cependant, Douvres étant un des _cinq ports_
d'Angleterre qui sont gratifiés d'un gouverneur, et ce gouverneur étant
lord Wellington, il est probable que l'adoption du bill du South Eastern
aurait été subordonnée à la promesse du prolongement de Folkestone à
Douvres.

Le port de Folkestone était, il y a six mois, un des ports les moins
fréquentés du Royaume-Uni; il était envasé, les jetées en partie
détruites, et il pouvait à peine donner abri à quelques misérables
bateau pêcheurs. A cette époque, la compagnie du South Eastern l'achète:
les jetées sont relevées, le port débarrassé des masses de pierres et de
sable qui l'encombrent, des grues implantées sur les quais; et
aujourd'hui, de ce port naguère abandonné, parlent de gracieux steamers
qui, en trois heures, traversent la Manche et lui assurent un rang parmi
les plus importants de la Grande-Bretagne.

Le dessin que nous donnons à nos lecteurs représente la vue de ce port
restauré: c'est derrière la hauteur qui domine la mer, et d'où l'on a la
vue la plus admirable, qu'a été placée la station du chemin de fer; le
seul inconvénient de cette station, c'est d'être à vingt-cinq minutes de
chemin du port; mais on assure que quand l'exploitation sera
complètement organisée, un embranchement conduisant jusqu'au port
permettra de parcourir cette distance en moins de cinq minutes.

Le premier bateau à vapeur a quitté le port régénéré de Folkestone le 2
juin 1843. Les directeurs du South Eastern étaient partis de Londres ce
jour-là même à six heures du matin; à huit heures quarante minutes, ils
étaient à Folkestone, ayant franchi 82 milles en deux heures quarante
minutes, à raison de 49 kilomètres et demi par heure; à neuf heures
vingt minutes ils montaient sur le bateau à vapeur qui, à midi trente
minutes, abordait les quais de Boulogne. Le voyage n'avait pas duré _six
heures_ en tout.

Qu'on suppose maintenant le chemin de fer de Paris à Boulogne par Amiens
construit; ce chemin doit avoir 208 kilomètres environ, et il exigera,
pour être parcouru à raison de 52 kilomètres à l'heure, huit heures
vingt minutes à peu près. Il sera donc possible d'aller de Paris à
Londres en moins de quinze heures. Ce chiffre seul indique suffisamment
l'importance de ce tracé, et nous n'avons pas besoin de présenter
aujourd'hui de calculs comparatifs. La solution de la question de la
jonction des deux capitales découle de cet axiome (qui heureusement se
trouve d'accord avec les intérêts généraux des deux pays): _Le plus
court chemin d'un point à un autre est la ligne droite._

La visite que les directeurs du South Eastern avaient faite à Boulogne
devait leur être rendue à Folkestone, et eux-mêmes devaient reconnaître
la généreuse hospitalité des Français par un banquet offert aux
personnes considérables de Boulogne.

Le 1er août dernier, le paquebot _la Ville de Boulogne_, ayant à bord M.
Adam, maire de Boulogne, le défenseur le plus infatigable des intérêts
de cette ville, et d'autres notables habitants, quitta les côtes de
France à neuf heures trente-cinq minutes, et arriva à Folkestone à midi
un quart.

Un magnifique banquet de deux cents personnes, préparé sous un pavillon
à la station du chemin de fer, fut présidé par le maire de Folkestone:
c'était une fête vraiment nationale pour chacun des deux peuples qui y
prenaient part. Dans les toasts qui y furent portés, on dit beaucoup de
bien de Boulogne et de Folkestone, ce qui se comprend parfaitement, et
fort peu de mal de Douvres et de Calais, ce qui prouve la grande
générosité des vainqueurs du jour.

Quoi qu'il en soit, la question, comme nous le disions plus haut, nous
semble jugée, non pas que Calais doive être déshérité à tout jamais de
tout moyen d'amélioration. A Calais, le transit de l'Angleterre vers la
Belgique et l'Allemagne, mais à Boulogne les voyageurs de Paris à
Londres.

Nous reviendrons sur toutes ces questions quand nous donnerons une
nouvelle carte des chemins de fer en France.



Théâtre-Italien.

Lucia di Lammermoor.--Débuts de MM. RONCONI et SALVI.

[Illustration: M. Ronconi.]

Il n'y a pas d'ouvrage peut-être, _Anna Bolena_ exceptée, où M.
Donizetti ait mis autant de génie que dans _Lucia di Lammermoor_. Le
sujet de cet opéra, tiré du roman si connu de Walter Scott, convenait
particulièrement à la nature de son talent. Sans aucun doute, M.
Donizetti est un de ces artistes éminents qui ont le droit de tout
tenter, et qui peuvent réussir à tout. Mais il y a des thèses que le
génie le plus puissant ne saurait produire qu'avec contrainte, et au
prix de beaucoup d'efforts, tandis que d'autres semblent lui échapper
d'elles-mêmes et pour ainsi dire malgré lui.

C'est donc dans cette charmante partition de _Lucia_ que M. Donizetti a
pu déployer dans de plus larges proportions les qualités qui lui sont
propres, une mélodie naturelle, facile, abondante; un style dont
l'élégance ne se dément jamais; une sensibilité passionnée qui s'élève
quelquefois jusqu'aux effets les plus pathétiques. Le final du deuxième
acte de _Lucia di Lammermoor_ renferme en ce genre des passages
très-remarquables, et il est impossible d'entendre l'air d'Edgar, au
troisième acte, sans être ému jusqu'aux larmes. C'est là un beau
triomphe sans doute: connaissez-vous beaucoup de compositeurs qui vous
aient fait pleurer?

[Illustration: M. Salvi.]

Le début de deux artistes nouveaux, dans les deux rôles d'Ashlon et
d'Edgar ajoutait, cette année, un intérêt tout particulier à la reprise
de Lucia di Lammermoor.

Ce sont MM. Ronconi et Salvi qui ont pris la place de MM. Tamburini et
Mario.

Non que Mario nous ait quittés: à Dieu ne plaise! Où retrouverions-nous
cette voix si pure et si fraîche, et dont le timbre est si flatteur que
Mario, débutant après Rubini, et dans les rôles de Rubini, n'a pas vu
son succès contesté un seul instant? Mario est aujourd'hui l'une des
plus solides colonnes de ce temple élevé, sur la place Ventadour, à la
muse de la mélodie et de l'harmonie vocales. Mais enfin, pour soutenir
l'arceau d'une voûte, une seule colonne ne suffit pas: il en faut deux
parallèles, et M. Salvi sera la seconde.

Quant à M. Ronconi, c'est en effet pour remplacer M. Tamburini qu'il est
venu. En ce moment même, M. Tamburini doit être en Russie, avec Rubini
et madame Viardot-Garcia. Souhaitons à ces artistes éminents tout le
succès qu'ils méritent, mais n'ayons pas la fatuité de les plaindre.
Autant vaudrait plaindre les hirondelles, lorsqu'elles entreprennent, au
mois d'octobre, leur lointaine pérégrination. L'artiste est un oiseau
voyageur: le nord, le midi, l'est et l'ouest lui appartiennent également
et au même titre; les limites qui séparent les divers états de l'Europe
n'opposent aucun obstacle à son vol; la marchandise qui fait la base de
ses opérations commerciales brave toutes les douanes de l'univers, et
n'est considérée nulle part comme marchandise prohibée. Partout où
l'artiste peut se faire écouter, il est chez lui: partout où on
l'applaudit il est heureux.

Quelques feuilletons cependant ont paru méconnaître ces vérités. Ils se
sont attendris sur le triste sort de ces artistes que nous avions l'an
dernier, et que nous aurons peut-être de nouveau l'an
prochain.--Malheureux Tamburini! Infortunée Pauline! quitter le peuple
_le plus spirituel de la terre_ pour les _barbares du Nord!_ Au lieu de
ces aimables Parisiens à larges paletots et à longues barbes, ne plus
avoir pour auditeurs que de roides Moscovites, étranglés dans
l'uniforme, et rasés selon l'ordonnance!

En effet, voilà un grand malheur. J'aime à croire pourtant que ces
infortunés n'en eussent pas pris leur parti aussi facilement ni aussi
vite, s'ils n'y avaient entrevu la chance de quelques consolations. Qui
sait? La caisse de l'empereur Nicolas est peut-être aussi bien garnie
que celle de M. Vatel, et s'ouvre plus facilement.

Allez sans inquiétude, artistes charmants, et ne craignez pas qu'on vous
oublie. Nos pensées et nos voeux vous accompagnent. Nous applaudirons
d'ici à vos succès de là-bas, et quand vous nous reviendrez, renouvelés
et peut-être grandis par l'absence, vous nous retrouverez tout prêts à
ôter, pour vous saluer, nos mains des poches de côté de nos paletots, et
même à quitter un moment nos cigares pour crier _bravo!_ et _brava!_

Et, en attendant ce beau jour, sachons jouir de Salvi et de Ronconi en
toute sûreté de conscience.

Il ne faut pas attendre de M. Salvi des grands cris ni du bruit hors de
saison, ni peut être beaucoup de vigueur la même où elle serait à sa
place. C'est une voix très-bien posée, qui s'émet facilement, et dont le
timbre doux et un peu velouté a un grand charme dans le _piano_; mais
elle n'est pas assez, énergique, assez éclatante pour certains effets.
Elle plaît, elle flatte, elle caresse, elle attendrit. Quant aux
émotions violentes, elle y arrive, mais avec effort, et il faut toute
l'adresse de l'artiste pour dissimuler la contrainte qu'il s'impose dans
ces moments-là, et pour ôter à cette lutte qu'il soutient contre
lui-même tout ce qu'elle devrait naturellement avoir de pénible pour le
spectateur. C'est par son habileté surtout que ce chanteur est
remarquable.

Son style est sage et d'une simplicité très-élégante. Il a beaucoup de
goût, une expression toujours juste, ce qui est une grande qualité, et
presque toujours suffisante. En un mot, il sera parfait dans son emploi.

Car il n'est pas venu chanter ici les grands rôles de ténor, tels que
celui d'Othello, ou d'Osiris dans _Moïse_, ou de Rodrigo dans _la Dame du
Lac_, mais bien ceux qui demandent de la ductilité et de la grâce, avec
un développement vocal médiocre. C'est enfin ce que les Italiens
appellent un ténor de _demi-caractère, di mezzo carattere_, ce qu'on
appelle à Paris un ténor _gracieux_, et en province un ténor _léger_. A
l'Opéra-Comique, il serait charmant dans _la Dame Blanche_, et à
l'Académie royale de Musique, dans Raimbaud de _Robert-le-Diable_, et
peut-être dans _le Comte Ory._

La voix de M. Ronconi est très-bornée et d'un caractère douteux. On ne
sait trop si c'est une basse qui ne peut descendre, ou un ténor qui ne
peut monter. Mais qu'importe? s'il tire de cette voix, telle quelle, un
parti merveilleux, s'il donne à tout ce qu'il chante une physionomie
originale et saisissante, s'il intéresse constamment son auditeur, s'il
l'échauffé en s'échauffant, s'il l'émeut, s'il l'entraîne, n'est-ce pas
vraiment un grand artiste, et le résultat qu'il obtient n'est-il pas
d'autant plus admirable qu'il se sert d'un instrument plus défectueux?

Ce résultat, il ne l'a pas obtenu tout d'abord. La victoire a été pour
lui le prix d'un rude combat. Le publie est ainsi fait chez nous; il
tient prodigieusement à ses habitudes. A chaque phrase dite par Ronconi,
il comparait la même phrase telle que Tamburini la lui avait longtemps
fait entendre. Il regrettait ici une gamme rapide, ici un arpège, la une
trille, que sais-je, moi? Mais peu à peu l'impression actuelle est
devenue si puissante qu'elle a complètement effacé l'impression passée,
et l'on s'est aperçu que si Tamburini avait une voix plus volumineuse,
une qualité de son plus pleine et une plus grande agilité, Ronconi
pousse bien plus loin l'art de _phraser_, la faculté d'exprimer et le
don d'émouvoir.

Le duo du second acte, avec madame Persiani, a commencé son succès, qui
a grandi pendant le final, et qui s'est élevé au plus haut point après
le duo du troisième acte. Il faut ajouter que dans ce dernier morceau il
a été fort bien secondé par Salvi.

En résumé, ce sont deux succès brillants une nous avons à constater, et
l'administration du Théâtre-Italien vient d'augmenter son armée
mélodieuse de deux excellentes recrues. Grâce à leur concours, elle va
monter successivement plusieurs ouvrages nouveaux, et tout nous prestige
que la saison qui vient de commencer sera l'une des plus intéressantes
que nous avons vues depuis plusieurs années.

Madame Persiani ... mais à quoi bon répéter ce qu'on a dit cent fois, ce
qui est connu de tout le monde? Madame Persiani est aujourd'hui ce
qu'elle était l'année dernière. Cela suffit, et nous ne pouvons rien
dire de plus.



Académie de Beaux-Arts

EXPOSITION DES GRANDS PRIX ET DES ENVOIS DE ROME.

--SÉANCE ANNUELLE.

Lorsque des lettres-patentes de Louis XIV eurent, en 1655, confirmé la
naissante Académie de peinture, elle reçut presque immédiatement son
complément par la création de l'École de Rome, dont Charles Errard, de
Nantes, fut le premier directeur. Il y a eu constamment, depuis, un
échange annuel entre l'ancienne et la nouvelle capitale du monde
civilisé. Nous envoyons à Rome, pendant cinq années, aux appointements de
trois mille francs, des peintres, des sculpteurs, des architectes, des
graveurs, voire, même des musiciens; et, pour répondre à la munificence
de l'État, ils sont tenus de nous envoyer des travaux déterminés par les
règlements, La Révolution française n'a modifié sur ce point les
institutions monarchiques que pour les refondre en deux corps homogènes,
l'Institut et l'École Royale des Beaux-Arts. Chaque année, un certain
nombre de jeunes gens, Français et vaccinés, obtiennent, par voie de
concours, le droit d'assister gratuitement à des cours de dessin, de
perspective, d'anatomie, de constructions, d'architecture, etc. Deux
concours d'essai (un seul pour les architectes) déterminent ceux des
élèves qui doivent se disputer le grand prix. Les élèves entrent en
loge, c'est-à-dire qu'on les enferme dans une chambre pour y composer
une esquisse dont ils doivent suivre les indications, et où ils passent
leurs journées pendant un espace de temps fixé. Cette réclusion
temporaire est propre à glacer les inspirations les plus chaleureuses.
Jugez-en par les conditions imposées aux logistes peintres: ils ne
peuvent introduire ni dessins ni draperies; on ne laisse passer que les
bosses et les études qu'ils peuvent faire chez eux d'après des modèles
de femme; car les modèles d'homme seuls posent en loge. Le gardien a le
droit de fouiller chaque concurrent à l'entrée ou à la sortie; les
toiles sont timbrées pour qu'on n'en puisse changer. Défense est faite
aux logistes, sous peine d'exclusion, de se visiter avant le dernier
jour de leur emprisonnement. Quand ce jour est arrivé, le secrétaire
perpétuel, assisté d'un membre de l'Académie, vient apposer les scellés
sur les tableaux, qui sèchent en paix jusqu'au moment où ils sont vernis
et encadrés pour l'exposition publique.

Cette année, les peintres sont restés en loge du 1er juin au 26 août;
les sculpteurs, du 15 juin au 11 septembre; les architectes, du 9 mai au
16 septembre; les graveurs, du 12 avril au 11 septembre. Cent cinquante,
peintres s'étaient présentés au concours d'esquisse, dont le sujet était
_Ulysse reconnu par sa nourrice Eurydice_. Vingt d'entre eux ont été
choisis pour peindre une figure d'après nature, en quatre jours, en
travaillant sept heures par jour. Les dix concurrents sortis victorieux
de cette dernière épreuve ont été MM. Damery, élève de Delaroche;
Debedeucq, élève de Coignet; Picou, Jobbé-Duval, élèves de Delaroche;
Bénouville, élève de Picot; Hillemaker, élève de Coignet; Villaine,
Charles Jalabert, élèves de Delaroche; Duveau, élève de Coignet; et
Cambard, élève de Signol. Leurs productions ont été soumises à
l'appréciation du public les 27, 28 et 29 septembre, et l'Académie, dans
sa séance du samedi 30, a décerné le premier grand prix à M. Eugène-Jean
Damery, de Paris, âgé de vingt ans; le premier second grand prix à M.
François-Léon Bénouville, de Paris, âgé de vingt-deux ans et demi; et le
deuxième second grand prix à M. Henri-Augustin Gambard, de Sceaux
(Seine), âgé de vingt-quatre ans.

Selon l'usage immémorial et presque sans exception, on avait extrait le
sujet du concours de la mythologie païenne. La peste afflige la ville de
Thèbes; l'oracle déclare que les Thébains sont punis de n'avoir pas
vengé la mort de leur roi Laïus. Oedipe, apprenant qu'il est
involontairement parricide et incestueux, s'arrache les yeux et se
condamne à l'exil. Ses fils le chassent de son palais; il quitte Thèbes,
maudit par les citoyens et soutenu par sa fille Antigone.

Ce programme était indiqué comme _tiré de la tragédie d'Oedipe roi_, de
Sophocle. Nous avons sous les yeux une édition grecque avec le mot-à-mot
latin (Cambridge, 1673, in-8°), et nous pouvons affirmer que [Grec:
Oidipios torannos] ne renferme rien de semblable. Les Théhains, loin de
maudire Oedipe, lui témoignent constamment la plus vive sympathie;
Antigone et sa soeur Ismène sont représentées comme deux enfants dont
_le bas âge excite l'intérêt_, et les fils d'Oedipe ne figurent même pas
au nombre des personnages de la pièce. On doit donc considérer ce sujet
comme imaginé par MM. les membres de la section de sculpture, et nous ne
nous en plaindrions pas s'il n'avait l'inconvénient de nous étaler de
hideux spectacles, un vieillard qui s'est crevé les veux, des
pestiférés, du sang et des plaies répugnantes.

Le tableau de M. Damery est sagement composé, sagement exécuté, mais
sans hardiesse et sans vigueur. L'incorrection de la perspective
rapproche trop les figures des monuments; la tête de l'Oedipe n'est pas
assez grosse pour le corps; cette peinture a toutefois des parties bien
traitées, comme la tête d'un Thébain placé derrière Oedipe, et le groupe
qui occupe la gauche.

Il y a des tableaux qui, reproduits par la gravure, excitent une juste
admiration, mais dont le coloris défigure l'original. Tel est l'Oedipe
de M. Bénouville. L'ensemble a de l'harmonie, le dessin de la pureté, la
perspective de la justesse; les têtes et les attitudes ont cette dignité
calme dont Poussin fournit les modèles; mais pourquoi avoir donné aux
chairs, aux draperies, aux monuments, des tons chocolat, bronze,
vert-pomme, ou des teintes qui n'ont de nom dans aucune langue?

La manière de M. Gambard rappelle, exactement celle de M. Signol, son
maître, du moins par le coloris. La composition, exécutée en hauteur,
est simple et harmonieuse, mais déparée par un défaut essentiel.
Antigone a les épaules carrées, les membres solides, la taille
majestueuse; Oedipe, au contraire, rabougri, chétif, est péniblement
remorqué par sa robuste compagne.

De même que les peintres, les sculpteurs ont eu à traiter un sujet grec
pour le concours d'essai, _les Adieux d'Hector à Andromaque_; un second
sujet grec pour le concours définitif, _la Mort d'Épaminondas_. Les huit
élèves admis en loge ont été MM. Moreau, Thomas, Maréchal, élèves de MM.
Ramey et Dumont: Lequesne, élève de M. Pradier: Lavigne, élève de MM.
Ramey et Dumont; Maillet, élève de M. Fouchères; Leharivel, élève de MM,
Ramey et Dumont; Guillaume, élève de M. Pradier. On a pu voir, les 13,
14 et 15 septembre, les huit bas-reliefs exposés au rez-de-chaussée du
palais des Beaux-Arts; et, le 16, ont été proclamés les noms de MM.
René-Ambroise Maréchal, de Paris, âgé de vingt-cinq ans et demi; Eugène
Lequesne, de Paris, âgé de vingt-huit ans et demi; et Hubert Lavigne, de
Cons-la-Grand-Ville (Moselle), âgé de vingt-cinq ans.

Le bas-relief de M. Maréchal est bien conçu. Un soldat présente à
Épaminondas son bouclier; un autre, arrivant tout haletant du combat,
lui tend une branche de laurier en signe de victoire. Les chairs sont
étudiées avec soin, et les draperies, un peu épinglées, attestent dans
l'artiste la science de l'ajustement. La figure du vieux guerrier, qu'on
voit à l'extrémité droite appuyé sur son javelot, est une excellente
académie. La tête de d'Épaminondas exprime à la fois les souffrances
physiques et la joie morale; mais la position du trait fatal dans le
corps du mourant présente une grave invraisemblance. D'après les détails
que Xénophon, Pausanias, Diodore de Sicile, Plutarque et Cornélius Nepos
nous ont transmis sur la mort d'Épaminondas, il fut rapporté dans sa
tente et eut le temps, avant d'expirer, d'apprendre, des nouvelles du
combat. Le fer de lance, comme l'a placé M. Maréchal, traverse le grand
dentelé, le diaphragme, et pénètre dans le poumon gauche; or, avec une
pareille blessure, il nous paraît difficile de soutenir la moindre
conversation.

Le travail de M. Lequesne n'a point paru à l'exposition générale des
grands prix. Une affiche annonçait qu'en vertu d'une décision prise par
l'Académie dans la séance du 27 septembre 1843, le bas-relief était
exclu de l'exposition, «parce qu'il y avait été fait, après le jugement,
et avant le moulage, des retouches et des changements considérables.»
Ces changements considérables se réduisaient à la correction d'une tête
de profil visible à peine sur le dernier plan, et d'un casque jeté à
terre aux pieds du personnage principal. Il est fâcheux qu'on ait
invoqué ce prétexte contre M. Lequesne, dont la composition se
recommandait par le mouvement et la vigueur.

Dans le bas-relief de M. Lavigne, Épaminondas, levant la main gauche,
remercie les dieux du triomphe de sa patrie; de l'autre main, il arrache
le fer de sa plaie. Un soldat posant la main sur le coeur du mourant
fait signe au médecin que la mort est prochaine. A l'extrémité droite,
est un autre soldat nu qui pleure la perte de son général. Les figures
de M. Lavigne sont heureusement groupées, et les parties nues d'un
modelé satisfaisant.

Les prix d'architecture ont été adjugés à MM. Jacques-Martin Tétaz, de
Paris, âgé de vingt-cinq ans et demi, élève de MM. Huyot et Lebas;
Pierre-Joseph Dupont, de Dijon, âgé de vingt-huit ans, élève de MM.
Debret et Huvé; Louis-Jules André, de Paris, âgé de vingt-quatre ans,
élève de MM, Huyot et Lebas. Le sujet était un _Palais de l'Institut
destiné à recevoir les cinq grandes Académies_: le projet de M. Tétaz ne
manquait pas d'élégance; le portique corinthien couronné de statues, le
dôme coupé par une terrasse à la partie supérieure, les corps de logis
doriques de l'enceinte offraient un ensemble imposant. Le plan de M.
Dupont était surchargé d'ornements de l'extérieur, mais l'emportait sur
celui du premier grand prix par les distributions intérieures. On
remarquait dans le travail de M. André le dôme central et la colonnade
dorique du mur d'enceinte. Les autres concurrents étaient MM. Delage,
Desbuissons, Lecoeuvre, Dubois et Louvet. Tous leurs projets, exposés
les 20, 21 et 22 septembre, avaient entre eux la plus grande analogie,
et paraissent calqués sur le bâtiment actuel des Quatre-Nations.

Le prix de gravure en médaille et sur pierre fine n'a pas été disputé,
La glyphique illustrée chez les Grecs, et au treizième siècle par
d'habiles artistes, est tombée aujourd'hui en discrédit, et n'est guère
cultivée que comme métier par les fabricants de cachets. Seul reçu en
loge, M. Louis Merley, de Saint-Etienne (Loire), âgé de vingt-huit ans
et demi, élève de MM. David et Galle, a obtenu sans contestation le
premier grand prix. Il avait à exécuter en bas-relief _Ardon précipité
dans la mer, reçu par un dauphin et transporté au cap Ténare_; puis il
devait réduire ce bas-relief en creux sur un coin d'acier, et copier sur
pierre fine un camée antique. M. Merley s'est acquitté
consciencieusement de ces différents travaux, et il était juste de
l'encourager dans une carrière à laquelle bien peu de jeunes gens
daignent se consacrer aujourd'hui.

Aux expositions partielles a succédé, du 1er au 8 octobre, l'exposition
générale des grands prix et des envois de Rome. Cette année, différentes
circonstances, les maladies, le mauvais vouloir, on des obstacles
imprévus, ont empêché plusieurs pensionnaires d'accomplir leurs
obligations. Les travaux expédiés sont en petit nombre et peu saillants;
l'oeuvre capitale, celle qui prime tous les autres envois par les
dimensions et l'importance du sujet, est le _Jérémie_, de M. Murat,
pensionnaire de cinquième année. Le peintre, s'inspirant du chapitre 21
des _Lamentations_ du prophète, l'a représenté au milieu des vieillards
et des jeunes filles de Jérusalem, gémissant sur le sort de la Ville
Sainte et des Hébreux captifs de l'étranger. La scène est éclairée par
les rayons d'un soleil couchant dont l'effet est rendu avec une
remarquable puissance de couleur. En louant, dans la composition de M.
Murat, l'arrangement des groupes et la grâce de quelques figures de
femmes, nous lui reprocherons l'absence de caractère. Rien n'indique que
l'action soit en Judée, au temps de Nabuchodonosor; le prophète n'est
pas assez distinct de ceux qui l'entourent; son attitude exprime moins
l'inspiration que l'accablement. En lui donnant les rides et la barbe
blanche d'un vieillard, M. Murat n'a point songé que Jérémie, qui,
destiné à la prophétie des le sein de sa mère, commença ses prédications
sous le règne de Josias, l'an 629 avant Jésus-Christ, était jeune encore
à l'époque de la prise de Jérusalem par les Babyloniens, l'an 606 avant
notre ère.

M. Pils, pensionnaire de quatrième année, a envoyé la copie d'une
fresque du cloître de l'Annunziata de Florence, _la Mort de saint
Philippe Benizzi_, par Andréa del Sarto, et une petite esquisse, _les
Prisonniers athéniens récitant les tragédies d'Euripide_. La copie
reproduit fidèlement une de ces peintures religieuses d'un siècle où la
forme était sacrifiée au sentiment. L'esquisse est peinte avec vigueur
et témoigne d'une étude sérieuse des décorations grecques et étrusques.

Nous avons de M. Hébert, pensionnaire de troisième année, un passage
d'un ton chaud, et la Rêverie. Deux femmes demi-nues sont assises sur
une terrasse; l'une, vue de dos, tient un narguillié; l'autre, vue de
profil, laisse échapper de ses mains une mandoline. Sur le second plan,
on aperçoit les dômes et les minarets de Constantinople, et dans le
lointain l'azur limpide du Bosphore. M. Hébert, sans avoir jamais visité
l'Orient, en a deviné, l'éclatante lumière; ses tons ont une vigueur qui
n'exclut point la transparence, mais ses figures sont dépourvues de
modelé; et puis est-ce là un sujet assez sérieux? est-ce pour arriver à
peindre dus vignettes sur une grande échelle qu'on envoie les élèves
évoquer les souvenirs de la Ville Éternelle, et ne doit-on pas laisser
les odalisques à ceux qui fabriquent des lithographies à l'usage des
boudoirs parisiens?

[Illustration: La Mort d'Épaminondas, premier Grand-Prix de Sculpture
par m. Maréchal.]

M. Brisset, pensionnaire de deuxième année, voulant peindre une
académie, a pris pour prétexte _le Fils de Priam, tué par Achille au
siège de Troie_. M. Lebouy a représenté un jeune berger, un pasteur de
Virgile courtisant une jeune bergère, et lui répétant ces vers d'André
Chénier:

        Ma belle Pammyrhis, il faut bien que tu m'aimes;
        Nous avons mêmes yeux; nos âges sont les mêmes.

L'inexpérience d'un pensionnaire de première année est sensible dans
cette peinture qui a toutefois le charme d'une simplicité naïve.

M. Lanoue, paysagiste de première année, a bizarrement implanté une
scène du _Nouveau Testament_ dans un site des États romains. Après avoir
retracé une _Vue de la route d'Albano à Striccia_, il y a placé les
_Saintes femmes au tombeau de Notre-Seigneur_ comme si de lourds massifs
d'arbres européens, et une grotte creusée dans les flancs d'un verdoyant
coteau, pouvaient représenter les âpres rochers et la végétation brûlée
du Golgotha.

[Illustration: Oedipe s'en allant de Thèbes, premier Grand-Prix de
Peinture, par M. Damery.]

L'envoi de sculpture ne se compose que de trois morceaux: _l'Empereur
Commode aux jeux du Cirque_, ébauche sans conséquence de Ml. Vilain
(pensionnaire de quatrième année); une copie en marbre du _Mars_ de la
villa Ludovisi, par M. Godde, élève de première année, et _Oreste
poursuivi par les Furies_, statue en marbre par M. Chambard, élève de
cinquième année. Cette grande figure en pied n'est pas plus un Oreste
que n'importe quel autre personnage en garde contre un invisible ennemi,
mais elle a des muscles bien exécutés.

M. Vathier, élève de troisième année, graveur en médaille, n'a pas eu le
temps d'achever sa _médaille commémorative des secours apportés aux
victimes des inondations qui ont ravagé la France en 1840_. Les parties
terminées font augurer favorablement de l'oeuvre complète. Le bas-relief
du même pensionnaire, _la Douleur pleurant sur la terre_, manque
complètement de modelé.

[Illustration: Ardon sauvé par un Dauphin premier Grand-Prix de Gravure
en médaille par M. Merley.]

Les graveurs en médaille que le gouvernement français entretient à Rome
nous envoient de la sculpture en guise de médailles; de même les
graveurs ne nous donnent presque jamais de gravures; ils se bornent à
copier à l'aquarelle des tableaux des différents maîtres. C'est ce
qu'ont fait cette année, avec beaucoup de soin et de talent, MM.
Saint-Eve et Pollet, M. Saint-Eve, élève de deuxième année, a reproduit
la _Madone_ d'Andréa del Sarto, et le portrait de ce maître par
lui-même, tableaux tirés de la galerie _dei Uffizzi_ de Florence. M.
Pollet, pensionnaire de quatrième année, a exposé de charmantes copies
d'après Raphaël, Titien, Léonard de Vinci et Andréa del Sarto. Nous
signalerons surtout le _Joueur de Violon_ et la _Madona alla seggiola_,
d'après les originaux de Raphaël, qui sont, l'un dans La galerie Pitti
de Florence, l'autre dans le palais Sciarra de Rome.

Deux architectes seulement ont satisfait à leurs engagements envers
l'Académie des Beaux-Arts. M. Picard, élève de première année, a trouvé
une excuse trop légitime dans une grave indisposition; M. Ballo, de
deuxième année, n'a pu obtenir à temps l'autorisation de pénétrer dans
un couvent de femmes où sont encloses les ruines qu'il se propose
d'étudier. M. Lefuel, de troisième année, n'a terminé que quinze dessins
sur vingt qu'il avait promis de livrer. Ces lavis, exécutés avec soin,
représentent des portions de l'arc de Septime Sévère, des temples de la
Concorde et de Jupiter Tonnant, du portique des douze grands dieux et du
Tabularum, édifice antérieur aux empereurs, où se gardaient les actes
public; et les senatus-consultes, gravés sur des tables de bronze. M.
Guenepin, de cinquième année, a présenté, à titre de projet d'_Hôtel des
Invalides de la marine_, un entassement confus de toitures, de dômes, et
de pavillons. L'Académie attendait du même artiste une _restauration des
thermes de Titus_; mais ce travail, commencé depuis deux ans, nécessite
des fouilles considérables qu'il a été impossible d'achever.

L'Académie des Beaux-Arts n'a pas cru devoir accorder cette année le
premier grand prix de composition musicale.

Un second prix seulement a été décerné à M. Henri-Louis-Charles
Duvernoy, élève de M. Halévy.

Sa cantate a été exécutée par mademoiselle Lavoye. MM. Alexis Dupont et
Bouché, soutenus par un excellent orchestre, que dirigeait M. Battu,
lieutenant en premier de M. Habeneck à l'Opéra. Ce morceau a paru
généralement d'une longueur démesurée. Le jeune auteur n'avait pas sans
doute répandu sur son oeuvre assez de variété.

Son instrumentation est en général bien traitée; il est bon harmoniste.
Comment un élève de M. Halévy ne le serait-il pas? Comme mélodiste, il
est beaucoup plus faible, et ses études, selon nous, doivent tendre
désormais à lui faire acquérir ce qui lui manque sous ce rapport.

La composition instrumentale de M. Gounod, pensionnaire de Rome, qui a
servi d'ouverture à la séance, est assez bien faite; mais ne peut-on pas
lui adresser le même reproche qu'à la cantate de M. Duvernoy?

La partie la plus longue et la plus intéressante de cette séance
solennelle a été la lecture de la _Notice historique sur la Vie et les
Ouvrages de Chérubini_. Ce travail assez long, mais fait avec soin,
écrit d'un excellent style, plein d'aperçus ingénieux, et où brillent çà
et là de spirituelles saillies, a constamment tenu l'auditoire en
haleine, et des applaudissements unanimes ont plus d'une fois interrompu
l'orateur.

[Illustration: Envois de Rome--Le Joueur de Violon, _fac similé_ du
dessin de M. Pellet d'après Raphaël.]

[Illustration: Envois de Rome.--Les Lamentations de Jérémie, tableau de
M. Murat.]

Il serait superflu de suivre M. Raoul Rochette dans tous les détails de
cette biographie. Tous les faits qu'il raconte sont connus depuis
longtemps. Quant à l'appréciation à laquelle il se livre des travaux de
Chérubini, nous ne saurions la prendre au sérieux. «Où la critique n'est
pas permise, de Figaro, il n'y a point d'éloge flatteur.» M. Raoul
Rochette ne critiquant rien,--et l'on comprend que le lieu, la
circonstance et sa position officielle le lui aient défendu,--ses éloges
ne sont guère à discuter. Nous ne reprocherons donc pas à M. le
secrétaire perpétuel d'avoir vanté la _grâce_ et le _charme_ des
mélodies de Chérubini, et de lui avoir bravement fait honneur de toutes
les inventions de Gluck, d'Haydn et de Mozart. Mais n'est-ce pas pousser
un peu loin l'hyperbole académique que d'avoir représenté Napoléon et
Chérubini comme deux adversaires, deux ennemis, dont l'un fut
persécuteur et l'autre victime. Quel mal Napoléon a-t-il jamais fait à
Chérubini? l'a-t-il jamais entravé dans sa marche? a-t-il empêché qu'on
jouât ses opéras? Pas le moins du monde. Il ne lui a point accordé de
faveurs; mais à quel titre lui en aurait-il dû? A ne consulter que son
sentiment personnel, la musique de Chérubini l'ennuyait; à consulter le
sentiment public, les opéras de Chérubini tombaient presque toujours.
Pouvait-il deviner que l'auteur de _Démaphon_ et de _l'Hôtellerie
portugaise_ ferait sous la Restauration de magnifiques _motets_ et des
messes sublimes? Chérubini, malgré un talent immense, que nous ne
songeons pas à contester, a joué pendant la moitié de sa vie le rôle de
grand homme _incompris_, et il y avait pour cela d'excellentes raisons
que nous dirions à toute autre occasion qu'à celle de son oraison
funèbre.

[Illustration: Envois de Rome.--Oreste poursuivi par les Furies, statue
en marbre par M. Chambard.]



ROMANCIERS CONTEMPORAINS.--CHARLES DICKENS.

Un Journal américain.--Intérieur d'une Pension bourgeoise.

(Suite.--Voir t. II, p. 26 et 58.)

[Illustration: Intérieur du bureau de _Rowdy_, journal américain.]

«M. Jefferson Brick, ici présent, monsieur, dit le colonel en
remplissant son verre et celui de Martin, et passant la bouteille à son
collaborateur, va nous donner, au lieu d'un _toast_ de la vieille
Europe, un _sentiment_ de la jeune civilisation.

--Puisque vous en appelez à moi, s'écria le foudre de guerre, je
répondrai. Buvons au Rowdy et à tous ses frères de la Presse, puits de
Vérité, dont l'onde noire (délicate allusion à l'encre d'imprimerie) est
cependant assez transparente pour réfléchir brillantes les glorieuses
destinées de mon immortelle patrie!

--Écoutez! écoutez! s'écria le colonel. Vit-on jamais style plus riche
en métaphores, plus fleuri?

--Non, en vérité, dit Martin.

--Voilà le _Rowdy_ du jour, monsieur, reprit l'éditeur américain, lui
tendant le journal. Lisez-le! vous y verrez Jefferson Brick à son poste,
à l'avant-garde de la civilisation humaine, de l'incorruptibilité
morale.»

Le colonel s'était de nouveau hissé sur la table, et de ce poste avancé,
lui et son collaborateur vidèrent à l'envi plusieurs verres de
champagne, regardant Martin lire le journal, puis échangeant l'un avec
l'autre des regards significatifs. Ils achevaient leur seconde
bouteille, lorsque Martin termina la dernière colonne.

Eh bien! qu'en pensez-vous? demanda l'éditeur.

--Mais c'est d'une personnalité qui passe les bornes,» répliqua Martin.

Le colonel parut singulièrement flatté de cette remarque et dit qu'il
espérait n'avoir jamais ménagé personne.

«Nous sommes indépendants ici, monsieur, ajouta M. Jefferson, libres de,
faire et de dire tout ce qu'il nous plaît.

--En revanche, à en juger par ce spécimen, reprit Martin, vous avez ici
nombre de gens qui, loin d'être indépendants, font le contraire de tout
ce qu'il leur plairait.

--Qu'importe! il faut bien qu'ils cèdent aux institutions de la
toute-puissante Institutrice des Masses. Ils bronchent parfois; mais,
tout compté, nous maintenons le grappin, et notre empire sur la vie
publique et privée des citoyens est aussi absolu que celui....

--Du blanc sur le nègre, suggéra M. Brick.

--Po-si-tivement, ajouta le colonel.

--Oserais-je vous demander, dit Martin, non sans hésiter un peu (un
passage de votre journal provoque ma question), oserais-je vous demander
si l'institutrice des Masses ne se permet pas quelquefois..... en
vérité, je ne sais comment nommer poliment la chose..... bref,
n'aurait-elle pas recours aux falsifications, aux faux? Par exemple,
poursuivit-il, trouvant un encouragement dans l'aisance et le calme de
ses auditeurs, ne lui arrive-t-il pas de publier de fausses lettres,
avec l'attestation solennelle qu'elles ont été récemment écrites par des
hommes vivants?

--Oui, monsieur, répliqua le colonel, cela se fait.

--Et ce public éclairé, les Masses, que font-elles? demanda Martin.

--Elles achètent, répliqua le colonel riant aux éclats, tandis qu'un
sourire approbateur passait sur la figure de M. Jefferson.

--Oui, vraiment, elles achètent, lisent, et par centaine de mille
exemplaires, continua l'éditeur; nous sommes de rusés gaillards, nous
autres, et nous savons apprécier la finesse.

--Est-ce que, par hasard, en Amérique, fin serait le synonyme de fourbe?
demanda Martin.

--Et quand cela serait? dit le colonel; les termes varient avec les
points de vue. Vous ne pouvez mettre la main au plat dans votre vieille
Europe; nous le pouvons, nous.

--Et vous le faites, pensa Martin, sans la moindre cérémonie.

--D'ailleurs, reprit le colonel en se penchant en et faisant rouler la
troisième bouteille vide dans un coin près de ses sieurs, laissant de
côté les vocabulaires, je présume que l'art de forger des lellres n'est
pas de notre création.

--Je n'ai rien dit de pareil.

--Non plus que nous n'avons inventé toutes les autres espèces de ruses.

--Inventé! non, je ne dis pas.

--Eh bien! puisque tout cela nous vient de la vieille Europe, que la
vieille Europe en réponde, et brisons là-dessus. Maintenant, si vous
voulez bien prendre les devants avec M. Jefferson, je fermerai la
porte.»

Martin suivit le collaborateur chargé du département de la guerre, qui
le précédait majestueusement dans l'escalier tortueux. Le colonel vint
ensuite, et tous trois cheminèrent ensemble, l'Anglais entretenant à
part lui quelques doutes, et se demandant si sa propre dignité
n'exigeait pas qu'il administrât quelques coups de pied au colonel, pour
punir ce drôle d'avoir osé l'aborder, ou s'il entrait dans les choses
possibles que cet homme et son journal fussent au nombre des appuis
sérieux de cette terre régénérée.

Du reste, il était évident que le colonel, heureux et fier de la
position qu'il s'était faite et de sa profonde intelligence des
sympathies populaires, se souciait fort peu de ce que Martin ou tout
autre penserait de lui. Ses denrées, follement épicées pour la vente, se
vendaient bien. Ses milliers de lecteurs ne pouvaient pas plus lui
reprocher leur goût pour cette littérature fangeuse qu'un gourmand ne
peut rendre son cuisinier responsable de ses appétits brutaux.

Apprendre qu'un homme de sa trempe n'aurait pu se pavaner ainsi en
sûreté dans les rues d'aucune ville de l'Europe, eut été pour le colonel
un triomphe. Il eut déduit de cette assurance la parfaite harmonie de
ses travaux avec le goût du jour, s'admirant lui-même comme un des types
nationaux de l'indépendance américaine.

Ils firent plus d'un mille dans une belle et large rue, appelée
_Broadway_ qui, au dire de M. Jefferson, «donnait les étrivières au
monde entier.» Tournant enfin dans une des nombreuses rues de traverse,
ils s'arrêtèrent devant une maison de mesquine apparence. Un petit
perron conduisait à une petite porte verte, et de chaque côté la rampe
était ornée de petits ornements blancs et lisses, pareils à une pomme de
pin pétrifiée. Sur une petite plaque oblongue de même métal on lisait le
nom de «Pawkins» gravé au-dessus du marteau. Quatre cochons errants
contemplaient les passants du haut de l'estrade.

Le colonel frappa à la porte de l'air d'un homme qui rentre chez lui:
une servante irlandaise mit le nez à la fenêtre la plus haute pour
_reconnaître_, et pendant son voyage du premier au rez-de-chaussée, les
cochons se recrutèrent de deux ou trois amis de la rue voisine, et se
couchèrent de compagnie dans le ruisseau.

«Le major y est-il? demanda le colonel en entrant.

--Lequel, monsieur?... Le maître? répliqua la servante avec une
hésitation qui prouvait que les majors étaient en _majorité_ dans la
maison.

--Le maître? dit le colonel Diver, s'arrêtant tout court et se
retournant vers son collaborateur du département de la guerre.

--O flétrissantes institutions que l'empire britannique! dit Jefferson
Brick. Maître!

--Qu'y a-t-il d'étonnant dans ce mot? demanda Martin.

--De l'entendre prononcer ici, monsieur, sur la terre de la liberté! dit
Jefferson Brick. J'espère qu'il n'y sortira jamais que de la bouche de
quelque créature avilie, quelque _aide-ménage_, aussi novice aux
bienfaits de notre forme de gouvernement que l'aide que voilà. Il n'est
point de maître ici.

--Tous sont propriétaires alors?» reprit Martin.

M. Jefferson Brick s'abstenant de répondre, marcha sur les traces du
_Rowdy_ incarné. Ainsi fit Martin, se disant à part lui, tout le long de
la route, que le citoyen libre et indépendant qui peut condescendre à
reconnaître pour chefs de pareils hommes, se fait de la liberté une
moins noble image que le serf russe qui, la nuit, rêve d'elle sur le
four qui lui sert de lit.

Le colonel introduisit ses compagnons dans une arrière-salle du
rez-de-chaussée, vaste, bien éclairée, mais des moins confortables.
Entre les quatre murs blancs s'étendait un misérable tapis: une table à
manger de dimensions démesurées régnait d'un bout à l'autre, et
l'assortiment de chaises à fond de canne dispersées çà et là dissimulait
mal la nudité du lieu. A l'extrémité, du cette salle de festin se
trouvait un poêle flanqué des deux côtés d'un immense crachoir en
cuivre, et fait de trois petits tonneaux de fer superposés l'un à
l'autre au dessus d'un garde-cendre, et réunis d'après le principe
d'union des jumeaux siamois. Devant le poêle un gros homme, étendu dans
une _berceuse_, se balançait en avant et en arriére, s'amusant à cracher
tour à tour dans le crachoir de droite et dans celui de gauche. Un jeune
nègre, vêtu d'une sale veste blanche, se hâtait d'aligner sur la table
deux longues files de couteaux et de fourchettes, dont l'uniformité
n'était rompue de distance en distance que par des cruches pleines
d'eau. Le négrillon voyageait péniblement de haut en bas, de long en
large, tirant et unissant de ses mains sales la nappe plus sale encore,
dont les plis et les taches rappelaient le déjeuner. L'atmosphère, que
la chaleur du poêle rendait suffocante, épaissie encore par les vapeurs
nauséabondes qui s'échappaient de la cuisine, et par les exhalaisons de
tabac flottant dans l'air, était tout à fait intolérable pour un
étranger.

Le gros homme dans la berceuse tournait le dos à la porte; tout absorbé
par son passe-temps intellectuel, il ne s'aperçut, de l'arrivée des
nouveaux venus que lorsque le colonel marcha droit au poêle. Le major
Pawkins, car c'était lui, leva la tête, et dit de l'air las et endormi
d'un homme qui aurait veillé toute la nuit, air que Martin avait déjà
remarqué dans le colonel et dans M. Jefferson Brick:

«Eh bien! colonel?

--Voilà un gentilhomme fraîchement débarqué d'Angleterre, major, qui est
disposé à se caser ici si les _dédommagements_ à offrir pour le logement
et la table lui conviennent.

--Fort aise de vous voir, monsieur, répliqua le major, échangeant une
poignée de main avec Martin, sans qu'un muscle de son visage remuât;
vous vous trouvez bien, j'espère?

--On ne peut mieux, dit Martin.

--De votre vie vous n'avez, chance de vous trouver aussi bien que dans
notre pays, reprit le major. Vous y verrez du moins briller le soleil.

--Je crois me rappeler l'avoir vu briller parfois en Angleterre, dit
Martin avec un sourire.

--Je ne le crois pas,» répliqua le major avec une indifférence stoïque,
il est vrai, mais d'un ton péremptoire qui n'admettait pas le doute.
Ayant ainsi tranché la question, il mit son chapeau un peu de côté pour
se gratter plus commodément la tête, et salua M. Jefferson Brick d'un
air assoupi.

Le major Pawkins, originaire de la Pensylvanie, se distinguait par la
grosseur de son crâne et le vaste développement de son front jaune,
avantages qui lui valaient dans les cabarets, cafés et autres lieux de
rendez-vous le renom d'une immense sagacité. Il avait l'oeil terne,
s'exprimait avec lenteur et lourdeur, et était de ces gens qui,
mentalement parlant, tiennent de la baleine et prennent autant de place
et de temps pour se retourner. Mais en trafiquant de son mince capital
de sagesse, il avait pour principe invariable de mettre en montre le
tout et au delà, ce qui contribuait puissamment à lui valoir
l'admiration de la foule, sans en excepter même celle de M. Jefferson
Brick, qui murmura à l'oreille de Martin:

«Un des hommes les plus remarquables de notre patrie, monsieur!»

L'exposition perpétuelle de tout ce qu'il avait de sagesse à vendre ou
à louer, ne constituait pas le seul titre du major à la sympathie de ses
compatriotes. C'était de plus un politique consommé. Le premier article
de son credo, en tout ce qui touchait à la bonne foi publique, à
l'intégrité, à la probité nationale, pouvait se résumer ainsi;
«Passez-moi un bon trait de plume sur tout cela, et recommençons de plus
belle.» Cet axiome en avait fait un patriote. En affaires commerciales,
c'était un hardi spéculateur. A parler net, il avait un génie de premier
ordre pour duper son monde. Personne n'était plus habile à fonder une
banque, à négocier un emprunt, à former une compagnie de défrichement,
inoculant la ruine, la peste et la mort à des centaines de familles.
Aussi passait-il pour entendre admirablement les affaires. Il pouvait
discuter, douze heures durant, des intérêts de la nation avec la plus
imperturbable monotonie, chiquant tout le temps plus de tabac, fumant
plus de cigares, buvant plus de rhum, de julep à la menthe et de vin
qu'aucun autre membre de son club: ce qui lui avait valu le renom
d'orateur et d'homme populaire. En un mot, le major, devenu un
personnage important, pouvait d'un moment à l'autre être porté par le
flot populaire à la députation de l'État de New-York, et plus tard,
peut-être, au congrès, à Washington même. Mais comme la prospérité
particulière d'un homme n'est pas toujours au niveau de son dévouement
patriotique, et comme les transactions frauduleuses ont des hauts et des
bas, le major s'éclipsait parfois derrière un nuage. De là venait que
madame Pawkins tenait pour l'instant une pension bourgeoise, tandis que
son héroïque époux mangeait, dormait, se berçait et cloquait, par
manière de passe-temps.

«Vous êtes venu visiter notre pays, monsieur, dans une saison où le
commerce est aux abois dit le major.

--A l'époque d'une crise tout à fait alarmante, reprit le colonel.

--Lors d'une stagnation sans précédent, ajouta M. Jefferson Brick.

--Je suis fâché d'apprendre que les choses aillent si mal, répliqua
Martin. Cela ne durera pas, j'espère.»

Martin était encore assez peu au fait des usages de l'Amérique, sinon il
aurait su qu'à en croire chaque citoyen, chaque individu, le pays est
toujours dans un état de crise, toujours réduit aux abois, toujours
défaillant, quoique les mêmes gens, en corps, soient prêts à jurer sur
l'Évangile, à toute heure de jour ou de nuit, que sur la face du globe
il n'est pas une contrée plus prospère, un pays plus florissant.

«J'espère que cela ne durera pas, répéta Martin.

--Il faudra bien marcher d'une façon ou de l'autre, reprit le major, et
nous nous en tirerons, après tout.

--Le sol de notre patrie est élastique, dit l'éditeur du _Rowdy_.

--Nous sommes le jeune lion, ajouta M. Jefferson Brick.

--Nous avons en nous-mêmes des principes de vie et de force, fit
observer le major. Si nous prenions un petit-verre d'absinthe avant
dîner, colonel; qu'en dites-vous?»

Le colonel ne demandait pas mieux, et le major proposa de se réunir au
cabaret voisin. Il renvoya Martin à madame Pawkins pour qu'il eut à
s'entendre avec elle des dédommagements à offrir pour la table et le
logis, le prévenant qu'il aurait bientôt le plaisir de voir cette dame
au dîner, car on le servait à deux heures, et les trois quarts étaient
sonnés. Se rappelant alors qu'il n'y avait pas de temps à perdre pour se
réconforter par le petit-verre d'amer, il sortit, laissant aux autres la
liberté de le suivre.

Quand le major, se levant de sa berceuse, déplaça, par ce mouvement, une
certaine masse d'air, toutes les odeurs qui se combattaient furent
absorbées dans une immense exhalaison de tabac. Martin s'y déroba au
plus vite, et regardant cheminer son hôte dans sa majestueuse corpulence
et son apathique lenteur, il ne put s'empêcher de le comparer à quelque
gigantesque plante parasite croissant sur le sol vierge de la république,
pour s'engraisser à ses dépens.

Ils rencontrèrent d'autres végétaux de la même famille au cabaret
voisin, entre autres un gentilhomme prêt à partir pour un voyage
d'affaires, d'environ six mois, dans l'Ouest: il ne parlait que de
millions, de défrichements, de villes à fonder, et avait pour tout
bagage un chapeau de toile cirée et une petite valise de cuir
jaune-pâle, comme celle de certain voyageur qui avait fait la traversée
de l'Atlantique dans le _Screw_.

Ils revenaient à pas comptés, Martin donnant le bras à M. Jefferson, et
le colonel et le major marchant côte à côte, lorsqu'à cinquante pas de
la maison ils entendirent le son bruyant d'une grosse cloche. Aussitôt
le colonel et le major s'élancèrent en avant, franchirent les marches,
enjambèrent le perron, et poussant la porte entrebâillée, se
précipitèrent dans l'intérieur comme deux échappés de l'hôpital des
fous. De son côté, M. Jefferson Brick, dégageant rapidement son bras de
celui de Martin, prit son élan dans la même direction et disparut.

«Mon Dieu! pensa Martin, le feu est au logis!... c'est sûrement le
tocsin!»

Mais il ne voyait ni feu ni flamme, rien qui annonçât un incendie. Comme
il glissait sur le pavé boueux, trois autres personnages courant à
toutes jambes débusquèrent d'une rue voisine, l'anxiété et l'agitation
peintes sur le visage, se coudoyèrent le long des marches, luttèrent un
moment à qui aurait le pas sur l'autre, puis se jetèrent dans la maison,
ne formant plus qu'un amas confus de jambes et de bras. Dans l'anxiété
du doute, Martin se mit à courir à son tour: mais il fui dépassé et
presque renversé par deux survenants qui semblaient avoir perdu la tête,
tant leur exaltation était grande.

«Qu'y a-t-il?--Où est-ce? s'écria Martin hors d'haleine, s'adressant au
nègre qu'il trouva dans le vestibule..

--Par la! dans la salle à manger, monsieur; mais vous pas prend'peur; le
colonel avoir gardé une place à vous, tout contre lui.

--Un place! s'écria Martin.

--Oui, pour le dîner, monsieur!»

Martin le regarda d'un air effaré, puis partit d'un grand éclat de rire;
sur quoi le nègre autant par bonne humeur naturelle que dans le désir de
lui être agréable, rit aussi jusqu'à ce que ses dents blanches
brillassent, au milieu de sa face noire, comme un sillon lumineux.

«Sur ma foi, tu es de beaucoup le plus sociable camarade que j'aie
rencontré ici, dit Martin, lui donnant une tape amicale sur le dos, et
tu m'ouvres mieux l'appétit que tous les amers du monde!»

Il fit alors son entrée dans le salon et se glissa discrètement sur la
chaise que le colonel (qui avait déjà plus d'à moitié dîné) gardait pour
lui, ayant pris la sage précaution de la coucher le dos contre la table.



MARGHERITA PUSTERLA.

Lecteur, as-tu souffert?--Non.--Ce livre n'est pas pour toi.



CHAPITRE: XI.

LA PRISONNIÈRE.

ET Marguerite?

Heureux de ce monde, si ce récit tout entier n'est pas fait pour vous,
ce chapitre, qui ne roule que sur des souffrances solitaires, vous
convient encore moins, et vous ne sauriez le comprendre. Mais celui qui
souffre, celui qui a souffert, sauront m'entendre et compatiront aux
malheurs de Marguerite.

Nul peut-être parmi mes lecteurs (car je ne puis espérer que ces pages
dépassent de beaucoup l'enceinte de Milan), nul d'entre eux n'est passé
sur le pont de la porte Romaine sans jeter un coup d'oeil sur la maison
qu'on voit à droite et qui porte des bas-reliefs représentant la
réédification de Milan par ses alliés lombards. Ces sculptures,
témoignage de la grossièreté d'exécution qu'on apportait dans les
beaux-arts au douzième siècle, ornaient la porte de la muraille, bâtie
et percée de deux arches, précisément au temps de la ligue lombarde. A
l'endroit où s'élève aujourd'hui la maison dont nous venons de parler.
Luchino avait élevé une forteresse qui s'étendait fort au loin sur les
bords de la rue del Terragio et du fosse des remparts. A l'époque où les
événements de notre histoire se passent, cette forteresse n'était pas
encore terminée, et il n'y avait d'achevé qu'une tour très-élevée.

[Illustration.]

[Illustration.]

Ce fut dans les étages supérieurs de cette tour qu'on enferma
Marguerite. La chambre qu'on lui avait destinée n'avait rien de cette
sordide saleté qui est un premier châtiment infligé par ce qu'on nomme
la justice à l'homme qui n'a point encore été jugé coupable. Une petite
fenêtre lui permettait de voir à travers les barreaux de fer le faîte
des maisons de la ville. Elle s'apercevait encore de la vie qui
s'agitait autour d'elle; elle entendait encore les cloches, les
cavalcades, le fracas des ateliers; elle voyait le ciel, le soleil, la
verdure. Faibles dédommagements pour un coeur qui avait tout perdu,
dédommagements toutefois aux yeux de celui qui en connaît le prix
immense, lorsque les raffinements de la cruauté lui ont prouvé tout ce
qu'il y a d'intolérable à en être privé.

[Illustration.]

[Illustration.]

Elle était donc là solitaire, arrachée à toutes les habitudes de sa vie,
à la liberté de ses occupations et de ses loisirs. Il lui fallait
demeurer sous la puissance de gens inconnus, dont elle n'entendait
jamais une parole de compassion, dont elle n'avait jamais reçu un regard
pitoyable; là, chaque bruit est une main glaciale qui lui serre le
coeur, chaque retentissement des verrous un coup de poignard!

[Illustration.]

Et pourquoi ce supplice? Une profonde obscurité lui voile toute chose.
Et que sont devenus tous ceux qui lui sont chers? Ah! les larmes qui
n'avaient point coulé lorsqu'elle ne contemplait que ses propres
malheurs, dès qu'elle reportait sa pensée sur son fils et sur son époux,
s'échappaient à torrents de ses yeux désolés. Frémissante, elle cachait
sa tête dans ses mains et se précipitait à genoux en poussant des cris
de désespoir. Puis, c'était une alternative de calme et de délire,
d'espérances et de douleurs, de réflexions courageuses et d'abattement
profond, rêves heureux ou terribles, qui, au cliquetis des chaînes ou au
grincement des clefs, s'évanouissaient, pour rappeler l'infortunée au
sentiment de la sombre réalité.

Pendant que Marguerite était ainsi abandonnée à ses souffrances, Luchino
dit un jour, en souriant, au bouffon, son compagnon inséparable:

«Eh! Grillincervello, te souvient-il de la belle dame que je te montrai
naguère sur la terrasse à la _Balla_, et que tu me dis ...

--Que ce n'était pas avoine pour tes dents, répondit le fâcheux.

--Sais-tu où elle est? reprit le prince.

--En cage, je le sais.

--Donc?

--Hum! prenez garde, répliqua le bouffon, que ce donc ne soit un peu
prématuré. Combien de fois n'ai-je pas vu sur votre plat quelque friand
morceau qui me faisait venir l'eau à la bouche, et pour cela pouvais-je
y mettre la dent? C'était beaucoup pour moi d'en savourer l'odeur.»

Luchino sourit et ajouta: «Va, bouffon, et dis au geôlier que je le
mande en ma présence.»

Alors l'étiquette était moins raffinée qu'elle ne l'a été depuis; aussi
bien que l'astrologue et le fou, le geôlier et le bourreau faisaient
partie de la cour. Aussi ne doit-on point s'étonner de voir s'établir
des relations directes entre le souverain et le gardien de la prison de
Milan.

[Illustration.]

Le geôlier de Marguerite, on le nommait Macaruffo Lasagnone, était un
grand benêt, long, large, flasque, à la peau toute tachetée; ses yeux
louches étaient comme enfouis sous l'arc de ses sourcils aux poils
rudes; ses cheveux roux s'éparpillaient sur son front et formaient comme
un cadre singulier à la petite partie de ses traits que ne cachait point
une barbe sale et touffue. Toute sa physionomie était à donner des
nausées et à faire peur. Il était ne dans le Bergamasque, mais las de
travailler comme ses bons compatriotes, il entra dans les rangs des
_giorgi_, et prit part à leurs dévastations. Mais comme il n'était pas
assez courageux pour bien réussir dans ce métier de bandit, il ne tarda
pas à tomber entre les mains du capitaine de justice.

Un autre eût été pendu. Ce fut l'origine de sa fortune. Il dénonça si
bien et donna de si bons renseignements contre ses anciens camarades,
que Lucio le prit sous sa protection, et voyant ce museau rébarbatif et
cette âme plus dure encore, il en fit d'abord un argousin, puis il le
nomma gardien de la tour de la porte Romaine.

Lâche avec ses supérieurs, intraitable à l'égard de ses subordonnés, il
ne fut point désarmé par la douceur inaltérable de Marguerite, et se
plut à lui faire subir ces mille petits supplices, ces tortures
journalières qui aggravent si lourdement les grandes infortunes.

Pour en donner un exemple, je raconterai, sans avoir égard à la dignité
de l'histoire, cette minutieuse circonstance. Un jour (c'était dans les
jours de mai), Lasagnone entra dans la prison avec une belle rose à
l'oreille. Une fleur, ce frais coloris, ce rougissant éclat, éveillèrent
mille tendres idées dans l'âme de Marguerite. Saisie d'un innocent désir
et montrant la rose avec une douce émotion: «Donnez-la-moi, dit-elle au
geôlier.

--Ah! oui! elle vous plaît,» répondit le butor. Il prit la rose entre
ses doigts, la respira lourdement, fit semblant de l'offrir à
l'infortunée, puis la retirant tout à coup, et l'effeuillant, il la jeta
par la fenêtre; puis, souriant comme d'une bonne plaisanterie, il s'en
alla.

Ce n'est rien sans doute. Mais le coup porta cependant; Marguerite se
souvint de cette grossièreté, et lorsqu'elle put s'épancher avec un
confident, elle la rappela plutôt que cent autres injures.

Grillincervello introduisit Macaruffo dans l'appartement du prince, de
préférence à tous ceux qui attendaient le bon plaisir de son audience,
et faisant sonner ses sonnettes, il imitait malignement le bruit des
clefs qui résonnaient à chaque pas de Macaruffo. Et comme celui-ci, le
béret en main, se rapetissait dans un coin de la porte, faisait de
grands saluts en tirant de grandes jambes, le bouffon lui disait en lui
donnant des coups: «Prends donc garde, grossier manant, de ne pas
déchirer le tapis: il vient de Damas, et tu me le paierais avec un
morceau aussi large de ta peau.»

[Illustration.]

Luchino lui demanda des nouvelles de Marguerite et ce qu'elle disait de
lui. Le geôlier s'épuisa en révérences, en seigneuries, en sérénissimes,
et ne sut que répondre, parce qu'il ne pouvait deviner sur l'impassible
visage du prince s'il fallait que Marguerite eût dit du mal ou du bien
ou n'eût rien dit de son seigneur. Enfin, Luchino dit au geôlier:
«Dorénavant, que son sort soit adouci. Tu viendras chaque jour à midi
chercher un plat de ma table pour le lui porter, et tu lui diras que le
prince se souvient d'elle.»

Grillincervello montrant le geôlier à Luchino, lui dit: «Lasagnone
mériterait son nom de Lourdaud au superlatif, s'il ne se rendait la
gorge plus onctueuse avec ce plat, et s'il ne vous donnait à entendre
que la dame en devient plus grasse et qu'elle vous en rend grand merci.

--Il pourrait se faire, répondit Visconti avec un grand éclat du rire,
il pourrait se faire que ce plat lui fit le même profit que le lièvre de
l'autre jour à celui qui le mangea.»

Il faut savoir que la veille on avait pris un malheureux qui avait eu
l'impardonnable audace de tuer un levraut. Le prince avait froidement
décrété que le délinquant mangerait la bête toute crue, avec les os et
la peau tout entière. La sentence fut exécutée, et il en mourut.

Grillincervello comprit l'allusion, et s'écriant: «Dieu garde les chiens
de pareils morceaux!» il congédia Macaruffo avec, un coup de pied.
Celui-ci souhaitait entre ses dents que le déjeuner de ce bouffon bavard
fût empoisonné, parce qu'il avait éventé ses desseins sur les plats et
la cuisine princière.

[Illustration:]



CHAPITRE XII.

LES MALHEURS S'AGGRAVENT


IL arriva que le jour suivant, à l'heure où Lasagnone avait coutume
d'apporter à Marguerite un pain, une écuelle de soupe et un broc d'eau
fraîche, il parut devant elle avec un visage plus agréable et semblable
à un ours faisant des cérémonie... C'était pour obéir à celui qui aurait
également obtenu son obéissance s'il lui eût dit: «Laisse-la mourir de
faim.» Lorsqu'il eut déposé par terre le vase d'eau et arrangé, la
portion congrue, comme quelqu'un qui veut mettre en goût d'une chose
inattendue, il disait: «Qu'y a-t-il après? Qu'y a-t-il de friand pout
votre seigneurie?» Puis tout doucement, j'allais dire avec dévotion, il
allait relevant les plis d'une serviette, et on vit apparaître un ragoût
fumant. Il aspira l'odeur avec ses narines, comme un limier qui flaire
le gite dans la forêt, et, mettant la main sur son coeur, il s'écria:
«Oh! que c'est bon!» Puis il mit le plat devant l'infortunée, qui, à ces
grâces si insolites et si grotesques, à cette voix si étrangement
adoucie, si disgracieusement courtoise, ne répondait que par un
mélancolique sourire. «Ceci, ajouta-t-il, est envoyé à votre seigneurie
par l'illustrissime seigneur Luchino, notre maître et le maître de tout
Milan; il dit qu'il lui en enverra tous les jours, qu'il veut qu'elle
soit traitée à l'égal de lui-même, et il a dit qu'il se souvenait de
votre seigneurie.»

[Illustration.]

Cette amélioration dans la conduite de son oppresseur fut loin
d'apporter quelque consolation à Marguerite. Elle sentit que ces
procédés cachaient un piège, et elle, vit s'ouvrir devant son
imagination toute une série de souffrances nouvelles et d'autres
martyres. Élevant donc au ciel un regard plein de larmes, elle laissa
involontairement échapper ces mots de sa poitrine: «Seigneur, je me
recommande à vous!»

Puis se retournant vers Macaruffo et repoussant doucement le plat qu'il
lui présentait: «Non, dit-elle, non; ces mets délicats ne s'accordent
point avec ma position. Ce pain et cette soupe suffisent à soutenir ma
vie. Trouvez, de grâce, un pauvre, quelque infirme que vous saurez, le
plus nécessiteux, donnez-lui ce plat, et recommandez-lui de prier pour
moi.

--Comment, vous n'en voulez pas? s'écria Lasagnone stupéfait, et déjà
transporté de l'espoir d'en faire son profit; mais sentez, sentez, donc!
c'est un parfum! c'est un pâté de becligues engraissés, c'est tout lard.
Ah! c'est bon! un morceau à faire revenir un mort.

--Tant mieux, répliquai! Marguerite; le pauvre le mangera avec plus de
plaisir.

--Mai ... ai ... ais, reprit Lasagnone d'un air sérieux et contrit, le
seigneur prince a ordonné de vous le donner à vous, à vous-même, ou
qu'il m'arriverait des malheurs. Il m'a fait une menace ... que le
Seigneur veuille m'en garder!

--Le prince ne le saura pas. J'accepte; c'est comme si je l'avais mangé.
Et destinez le plat, je vrais prie, à l'usage que je vous ai dit.

--Donc, il faut le donnera un pauvre? poursuivit le geôlier.

--Oui, et qu'il prie pour ceux qui souffrent, et aussi pour ceux qui
font souffrir.

[Illustration.]

--Un bon dîner à votre seigneurie! s'écria Macaruffo, et tirant son
béret avec une reconnaissance inusitée, il tira la porte après lui, et
s'en allait si content qu'il croyait rêver. Il n'était pas à la moitié
de l'escalier, qu'il s'assit en posant le plat sur ses genoux; il se mit
à l'engloutir avec avidité. Dans l'extase de sa gourmandise, il se
lamentait de la petite quantité de becligues contenue dans l'assiette;
léchant ses doigts, ses lèvres, sa barbe, le plat, il enviait presque à
l'air environnant les émanations qu'il lui avait ravies.

Le jour suivant, Luchino monta à cheval et vint à la prison. A son
arrivée, le pont su baisse, les gardes crient, les gardes accourent, une
obséquiosité universelle, tout le monde s'apprête à obéir à son moindre
signe; et tout cela, pourquoi? parce qu'il a le nom de maître.

[Illustration:]

Gonflé de tant d'hommages, ivre de l'obéissance générale, de la commune
bassesse, il se retire dans un appartement qu'il s'était préparé dans
cette tour comme un refuge contre la première fureur d'un mouvement
populaire. Pendant qu'un page détache son armure, il ordonne qu'on aille
chercher Marguerite. Luchino l'attendait sur un fauteuil à sculptures
dorées. Ses yeux, pleins de vivacité, éclairaient un visage d'une beauté
mâle, et la maturité de l'âge avait gravé d'une manière ineffaçable les
rides d'abord creusées par la colère et l'orgueil. Une riche chevelure
descendait en anneaux de sa tête nue sur ses larges épaules, et ses
regards fixés sur la porte exprimaient un mélange de honteux désirs et
de vengeance satisfaite. Marguerite comparut devant lui dans un vêtement
de couleur brune et modeste, mais qui, dans ses plis et son arrangement,
révélait les habitudes élégantes de la femme gracieuse qui, en d'autres
temps, arrachait à ceux qui la voyaient un cri d'admiration. Depuis
lors, combien elle avait changé! Cependant, au milieu des ravages de la
douleur, sa beauté était encore plus attrayante que ne l'eût souhaité
Marguerite, afin d'échapper aux criminels désirs de son oppresseur.
Luchino salua courtoisement l'infortunée et lui dit:

«En quel état je vous revois, madame!

--Dans l'état, reprit Marguerite, où il a plu à votre sérénité de me
réduire.

--Voilà! s'écria Luchino, voilà! Dès les premiers mots, une parole
hautaine et superbe. Les malheurs n'ont donc point abaissé votre
orgueil? Pourquoi ne pas reconnaître plutôt vos erreurs? pourquoi ne pas
dire: «Je suis dans l'état où m'ont entraînée mes folies et celles
d'autrui. Elles sont bien fortes, madame, elles sont bien puissantes,
les raisons qui m'ont réduit à renfermer dans ces murs une personne pour
laquelle vous savez combien j'ai d'estime et ... d'affection.»

Elle répondait: «S'il est vrai, ô prince, que vous m'aimez, pourquoi ne
pas vous rendre à ma prière, la première et la dernière peut-être que je
vous adresse? Sauvez mon époux! sauvez mon fils!» Et se jetant aux pieds
de Luchino, elle lui embrassait les genoux et répétait avec toute
l'éloquence d'une beauté innocente et malheureuse: «Sauvez-les:

--Oui, répondait-il, leur sort est entre vos mains. Vous savez le moyen
de les sauver, Moins d'orgueil de votre part, et je les sauve, et je
vous les rends.»

[Illustration.]

La crainte que les objets de son amour ne fussent déjà victimes de
l'inimitié, de Luchino avait toujours torturé Marguerite. Je ne saurais
dire si c'était avec réflexion qu'elle avait adressé à Luchino cette
prière, pour découvrir la vérité; mais quand la réponse lui donna
l'assurance qu'ils étaient vivants, elle laissa éclater les transports
de sa joie, «Quoi! s'écria-t-elle, ils vivent donc encore: ô prince! ô
monseigneur, rendez-les moi, ils sont innocents ... Je suis seule
coupable: punissez-moi; mais mon fils, mais Pusterla! Oh! monseigneur,
je vous en prie avec autant d'ardeur que vous en mettrez à prier Dieu de
vous pardonner au moment de votre mort ... Oh! accordez-moi de les
voir... Les voir une seule fois; et puis infligez-moi le supplice que
vous voudrez!»

Mais Luchino, honteux d'avoir laissé deviner son secret et d'avoir donné
sur lui un avantage, commit de nouvelles fautes en voulant effacer la
première, et il ne tarda pas à lui apprendre que Pusterla et Venturino
n'étaient pas entre ses mains. Alors, la joie de Marguerite ne connut
plus de bornes, et ne craignant plus rien pour les objets de sa
tendresse, elle recouvra toute sa fierté et triompha des tentatives du
tyran. «Tremble, lui dit-il en sortant, tu ne sais pas jusqu'où peut
aller ma vengeance.» Mais Marguerite leva au ciel ses yeux pleins de
cette pure sérénité qui brille comme un rayon du ciel sur le front de la
vertu échappée au péril, et rendant grâce à Dieu, elle retourna dans sa
prison.

Grillincervello se présenta sur les pas du prince, qui sortait de cette
entrevue avec Marguerite, et, avec un impertinent sourire, voulut le
railler sur sa déconvenue. Le moment était mal choisi, l'orage éclata
sur le bouffon, qui, précipité du haut en bas de l'escalier de la
prison, à la grande joie des courtisans, en demeura boiteux pour le
reste de sa vie.

Pour faire diversion à sa sombre fureur, Luchino appela son chancelier
et s'occupa avec lui des affaire» de la principauté.

«Le châtelain de Robecco, dit le chancelier, donne avis qu'on a pris un
berger dans les bois de votre sérénité, et qu'il y façonnait un épieu.

--Qu'on lui coupe les mains,» répondit Luchino.

Le secrétaire s'inclina et poursuivit: «Dans le bourg d'Abbiate-Grasso,
où est la villa de votre magnificence, on a logé un pèlerin venant de
Toscane, et quelques cas de peste se sont déclarés.

--Qu'on brûle l'auberge, le pèlerin, les hôtes et tout.

--Le connétable Sfolcada Melik écrit de Lecco qu'un de ses soldats a
volé la bêche d'un laboureur.

--Qu'on le pende à côté de la bêche.

--C'est ce qu'on a fait, et on a payé la bêche au manant. Mais celui-ci
est venu la nuit retirer son outil de la potence.

--Eh bien! qu'il soit aussi pendu à la même potence, et la fourche entre
eux deux.

--Votre sérénité sera obéie. Voici une lettre de Ramengo de Casale. Il
vous écrit de Pise qu'il est sur la piste de la proie que votre sérénité
désire prendre, et qu'il vous la livrera bientôt.

--Ah, bien, très-bien! très à propos, vraiment! s'écria Luchino avec un
sourire de sauvage consolation.

--Il implore en outre de votre sérénité l'impunité de tous délits commis
par lui ou par son fils.

--Son fils? je ne lui en connais point.

--Il se réserve de le faire connaître à votre sérénité.

--Bien, bien, oui! expédiez-lui le bref d'impunité la plus entière, la
plus absolue; mais qu'il soit prompt à me remettre entre les mains celui
qu'il sait. Allez.» Et le chancelier se retira, et laissa Luchino se
repaître du féroce espoir de sa vengeance.

On pense bien qu'une bonne partie des ordres cruels de cette journée
retomba sur Marguerite. Non-seulement on enleva à sa table le surcroît
dont elle n'avait pas profité, mais on la jeta dans un cachot
souterrain, bien différent de la cellule qu'elle occupait au sommet de
la tour. Macaruffo devint plus intraitable que jamais, et comme il
s'était un peu adouci depuis la pitance journalière dont il se
gratifiait aux dépens de Marguerite, il lui fit un crime d'avoir été
privée de ce qui n'était un bien que pour lui, et lui en fit sentir sa
vengeance. Cependant, privée du spectacle de la nature, privée du
soleil, du ciel, de la verdure, des mélancoliques splendeurs de la lune
au sein d'une belle nuit; privée de toutes les distractions que la vue
de l'air libre et de la vie qui s'agitait autour d'elle pouvait lui
procurer, elle était plus tranquille. Plus d'une fois Lasagnone,
approchant l'oreille de la porte du cachot, dans l'espoir barbare de se
repaître des plaintes de l'infortunée, n'avait entendu que les litanies
qu'elle chantait d'une voix douce, comme une flûte qui résonne dans le
lointain, et des prières à la Mère des affligés. Elle savait que son
fils et son mari jouissaient en liberté des délices de la lumière, et
son imagination calmée se plaisait à les suivre partout où ils devaient
être. Ces images, chèrement caressées pendant l'oisiveté de ses jours,
se reproduisaient ensuite dans le sommeil de ses nuits, et la
consolaient du moins en songe. Elle souffrait, hélas! elle souffrait
encore; mais un rayon de paix avait illuminé son âme, et quelquefois
elle eût paru joyeuse.

[Illustration.]

Son cachot n'avait jour que par en haut, et l'ouverture du soupirail
était à fleur de terre dans une petite cour où passait une sentinelle.
De temps en temps elle voyait amener quelque nouveau malheureux, et elle
frissonnait; quelque autre prisonnier qu'on délivrait, et elle se
réjouissait comme lui; quelque autre qui partait pour le gibet, et il
lui échappait quelquefois de dire: «Au moins celui-là va mourir!» Et ses
yeux s'emplissaient de larmes, elle descendait du soupirail et priait:
puis, comme si l'idée de la mort, qui cause une si grande frayeur aux
heureux du monde, la consolait en l'assurant que ses maux ne seraient
pas éternels, elle s'asseyait plus tranquille sur son grossier tréteau,
et là elle se rappelait les jours passés, les vertueuses joies, les
bienfaisances fleuries: elle pensait à ceux qu'elle aimait, à ses
espérances; quelquefois enfin elle répétait les chansons qu'elle avait
entendues ou répétées elle-même, lorsque, jeune fille, elle était
appliquée à son travail, ou lorsque, avec ses compagnes, elle errait au
printemps, cueillant des bouquets de primevères et des branches de
myrte. L'été lui revenait aussi en pensée, lorsque, dans une barque, le
long des rives heureuses du Vergante, elle s'abandonnait aux souffles
d'une paisible brise, saluait les beautés de la nature et offrait au
Créateur l'hommage d'un coeur pur et joyeux. C'étaient des cantilènes
d'amour, le plus souvent des airs mélancoliques, dont la triste harmonie
s'accordait mieux avec l'état de son âme. Une romance surtout lui allait
au coeur; Buonvicino l'avait faite dans d'autres temps, et il avait
plusieurs fois accompagné Marguerite sur le luth pendant qu'elle la
chantait sur l'air qu'il avait aussi composé lui-même. La voici;

                  AMÉLIE.

        Tu t'endors joyeuse, Amélie;
        Ton bien-aimé revient enfin.
        Tu le verras dès l'aube amie
              Du lendemain.

        Le voici. Son casque splendide
        A fait pâlir plus d'un guerrier.
        Contre ton coeur son coeur avide
              Bat sous l'acier.

        O joie! ô transport! ô délire!
        Comme pour fêter le retour,
        Vous changez les pleurs en sourire,
              Baisers d'amour.

        Ah! c'est un songe, une chimère,
        Que lui créait un doux sommeil,
        Et qui s'enfuit, ombre éphémère,
             A son réveil.

        Sanglant, à l'aurore nouvelle.
        Ils lui présentent le cimier
        Dont elle orna, la jouvencelle,
             Son chevalier.

        Près des rives de la patrie.
        Un traître a conjuré sa mort.
        Il tombe, et sa bouche flétrie
             T'appelle encor.

        Des beaux palais de l'autre vie,
        Esprit, peux-tu franchir le seuil?
        Etends-tu les pleurs d'Amélie?
             Vois-tu son deuil?

        O doux esprit, avance l'heure
        Où, laissant le voile mortel,
        Avec toi l'amante qui pleure,
             Jouira du ciel.

Marguerite s'arrêtait un instant, puis répétait:

        O joie! ô transport! ô délire!
        Comme pour fêter le retour,
        Vous changez les pleurs en sourire,
             Baisers d'amour!

Après quelques moments d'un silence pensif, elle se reprenait à chanter:

        Ah! c'est un songe, une chimère,
        Que lui créait un doux sommeil.
        Et qui s'enfuit, ombre éphémère,
             A son réveil.

A qui pensait-elle? Quels étaient ses souvenirs?

Un jour, aux approches de la nuit, ses chants furent interrompus par un
piétinement inusité dans la petite cour. C'était un mélange de rires
ironiques, d'insultes et de plaintes plus douces qu'on n'a coutume d'en
entendre parmi les prisonniers. Le coeur de l'infortuné est toujours
ouvert à la crainte. Avec l'anxiété d'une colombe qui a vu le coucou
contempler son nid fécond, Marguerite se hissa jusqu'au soupirail, de
ses mains délicates elle se suspendit aux grosses barres de fer, et
regarda la foule qui se pressait. Elle vit un enfant dont la chevelure
blonde descendait sur les yeux, et qui, pleurant et se débattant entre
les mains des soldats, criait: «Mon père! mon père!» vers un homme qui,
tout chargé de chaînes, le suivait le désespoir sur le visage.

[Illustration.]

«Ah!» Marguerite poussa ce cri comme un homme frappé au coeur, et tomba
évanouie sur le pavé. Ses yeux, ses oreilles, bien que de loin et à la
lumière incertaine du crépuscule, lui avaient fait reconnaître dans ces
deux infortunés Pusterla et son Venturino. La malheureuse! au moins si
elle avait conservé son erreur!

[Illustration.]



Bulletin bibliographique.

_Fables de La Fontaine_, nouvelle édition précédée d'une notice
biographique et littéraire, et accompagnée de notes; par E. GÉRUSEZ.
Chez _Hachette_, rue Pierre-Sarrazin, 12.

Il n'est point d'auteur sur lequel on ait autant et aussi bien écrit que
sur La fontaine; chaque critique a voulu mêler sa voix au concert
unanime de louanges qui, depuis tantôt deux cents ans, s'élève en
l'honneur du bonhomme; chaque Académie a proposé à son tour l'éloge
officiel de notre grand fabuliste. Il semble qu'il y ait je ne sais quel
charme secret qui excite tout écrivain à tenter lui aussi de louer La
Fontaine, quoique tant d'autres l'aient déjà fait, quoique, tant
d'autres doivent le faire encore, et que personne ne puisse espérer de
dire le dernier mot sur ce merveilleux génie. Aussi, qui le croirait?
(En Allemagne, passe encore; mais en France...) qui le croirait, dis-je,
plus d'une métaphysique de la fable a été conçue et écrite dans le seul
dessein d'apprécier La Fontaine, et l'un a édité de lourds systèmes pour
expliquer cette brillante bulle de savon, la fable. Que dirait le
bonhomme en voyant la peine que ces gens-là ont prise à son intention?
Et comme il éclaterait de rire au nez de ces pédants qui n'ont rien dit,
malgré leur profondeur, d'aussi bon que ce simple mot: «Le fablier
portail des fables, comme l'arbre porte des fruits.»

M. Gérusez, qui a fait précéder d'une notice historique et critique la
nouvelle édition des fables de La Fontaine, a bien su se garder de
l'écueil que nous signalions tout à l'heure. Sans doute il n'a pas fait
abnégation de sa critique devant son auteur, il ne s'est pas borné pour
toute raison au _quia facit dormire_; mais il a évité de se creuser le
cerveau pour expliquer difficilement des qualités naturelles, et n'a
point voulu raffiner à propos du bonhomme. Il adopté, comme le meilleur,
le mot de La Fontaine sur la fable: «C'est proprement un charme,» et il
a bien raison d'y voir plutôt une affaire de sentiment que d'esprit.
Rappelez-vous ce que les gens d'esprit ont fait de la fable! Voyez
Lamotte, qui met en scène don Jugement et demoiselle Perspicacité;
voyez Florian, Grécourt et les autres! Ils voulaient faire des fables,
le gâteau du bonhomme les tentait; mais la fable n'était point pour eux
la chose du coeur, ils n'avaient point de tendresse pour l'apologue. Ils
versifiaient des fables, ils voyaient le genre, en étudiaient les
conditions, puis se mettaient à l'oeuvre, s'imaginant que pour faire une
véritable fable, il suffit d'établir un colloque entre Jean Lapin et
dame Belette. «Le charme suprême de ces compositions, dit justement M.
Gérusez, c'est la vie. L'illusion est complète; elle va du poète, qui a
été le premier séduit, au spectateur, qu'elle entraîne.» Oui, c'est la
vie, et si l'on se demande pourquoi toutes les fables de La Fontaine ont
cet air de famille si frappant, c'est que toutes sont la représentation
de la vie. Pourquoi cependant pas une ne ressemble à l'autre? c'est
encore et toujours parce qu'elles reproduisent la vie, la vie, qui est
la même, qui est une, en tous temps, en tous lieux, et qui cependant
offre l'idée de la plus grande variété que l'esprit puisse concevoir. Et
c'est par là que La Fontaine, si différent de tous ses contemporains,
leur ressemble pourtant si fort. Racine, Molière, Boileau, que
faisaient-ils, si ce n'est qu'ils puisaient dans la vie leur inspiration
toujours une et toujours variée?

Enfin, comme l'a très-bien vu et très-bien dit M. Gérusez, la fable de
La Fontaine est unique, inimitable, parce qu'elle est la fable, telle qu'il
l'a faite, est une des plus heureuses créations de l'esprit humain», le
cadre le plus charmant et le plus commode pour toutes les fantaisies de
la pensée, pour tous les sentiments du coeur: «Libre en son cours, la
fable tourne et dérive, tantôt à l'élégie et à l'idylle, tantôt à
l'épître et au conte; c'est une anecdote, une conversation, une lecture
élevées à la poésie, un mélange d'aveux charmants, de douce philosophie
et de plainte rêveuse. Il se met volontiers dans ses vers, et nous
entretient de lui, de son âme, de ses caprices et de ses faiblesses
(1).» C'est une poésie de nonchalant, une poésie de distrait et de
paresseux; elle s'épanche volontiers, mais demeure toujours sobre de
paroles, et le bonhomme se mettait naïvement au-dessous de Phèdre, parce
que Phèdre était plus elliptique et plus bref que lui. «On ne trouvera
pas ici, dit-il en sa préface, l'élégance ni l'extrême brièveté qui
rendent Phèdre recommandable: ce sont qualités au-dessus de ma portée.
Comme il m'était impossible de l'imiter en cela, j'ai cru qu'il fallait,
en récompense, égayer l'ouvrage plus qu'il n'a fait.»

[Note 1: Sainte-Beuve, Portraits Littéraires.]

Cependant, tout en reconnaissant la spontanéité naturelle, la veine de
simplicité du bonhomme, M. Gérusez n'a point manqué de nous montrer
qu'on l'a fait encore plus bonhomme qu'il n'était. L'auteur de la notice
s'est bien gardé, il est vrai, de heurter la tradition aimable qui nous
représente La Fontaine causant tout bas en lui-même avec sa petite
république, et oubliant la belle société pour s'asseoir en idée
vis-à-vis de Jean Lapin, qui siège avec gravité sur son derrière et se
frotte le museau de sa patte. On aura beau dire, beau faire, La Fontaine
devait être tel, ou à peu près, que nous le montrent ses fables, et nous
rirons toujours au nez des gens qui s'en vont relevant les sots préjugés
littéraires et nous soutiennent, à notre confusion, que La Fontaine
était «un génie sceptique et railleur, manichéen, fataliste, etc.,
etc.,» car tout cela a été écrit. Si c'est là votre La Fontaine, ce
n'est point le nôtre, et, à coup sûr, ce n'est point l'auteur des fables
que nous savons. Mais, tout en respectant le caractère consacré, tout en
admettant la distraction, la rêverie, la flânerie poétique à tel degré
que vous voudrez, toujours est-il qu'on ne peut se dissimuler que le
bonhomme était passe maître dans son métier, et qu'il aurait rendu des
points au plus fin pour les finesses de son art. «Ou remarque, dit
encore Vauvenargues, avec la même surprise la profonde intelligence de
son art, et on admire qu'un esprit si fin ait été en même temps si
naturel.» La préface mise en tête de ses fables et écrite par lui-même,
est sans contredit le plus savant, je veux dire le plus profond traité
qu'on ait jamais fait de l'apologue, et sa pratique est encore plus
merveilleuse de finesse et d'artifice que sa théorie. M. Gérusez a donc
voulu seulement expliquer cette habileté et concilier les deux qualités,
inconciliables en apparence, la finesse et la naïveté, l'art et la
nature. Pour cela, il n'avait qu'à ouvrir la biographie de La Fontaine,
et il trouvait dans les études du bonhomme, dans les sociétés quelque
peu raffinées qu'il fréquentait, l'explication que plusieurs ont
cherchée bien loin et n'ont pas trouvée qui pis est. Tous les grands
poètes du dix-septième siècle surent leur métier mieux qu'homme du
monde, et La Fontaine avait beau être distrait et naïf, il ne devait pas
être moins habile que ses amis, Molière, Boileau, Racine. Le métier est
une misère pour le génie, il le sait de naissance.

Il nous reste à dire quelques mots des notes que M. Gérusez a mises au
bas de chacune des pages de la nouvelle édition; là encore était un
écueil, et il y avait à craindre que le commentateur de La Fontaine ne
tombât dans le défaut de ces malheureux Saumaises qui ont si lourdement
lesté de notes et éclaircissements pédantesques les strophes légères
d'Anacréon et d'Horace. M. Gérusez, en homme de goût et d'esprit, a eu
garde de détruire le charme, et s'est efforcé d'être, dans la note, bref
et simple, à faire envie à la fable elle-même: «Si je n'étais la fable,
je voudrais être la note.» De discrètes observations philologiques sur
les ternies gaulois, qui abondent dans le style de La Fontaine,
complètent cet excellent travail.--Nous ferons seulement une toute
petite réserve aux louanges que nous donnons de grand coeur à ces notes
spirituelles et souvent exquises. Il nous semble que l'auteur s'est un
peu trop attaché parfois à éclaircir la moralité de la fable: il sait
mieux que nous que La Fontaine s'en souciait assez peu, qu'il s'en
passait même au besoin, surtout quand elle n'était pas possible:

                                         ... Et quae
        Desperat tractata nitescere posse relinquit.

Peut-être donc l'annotateur ne devait-il pas se piquer d'être plus moral
que le fabuliste. Il est vrai de dire que M. Gérusez avait à faire une
édition classique, et tout maître doit moraliser ses écoliers plutôt
deux fois qu'une, quoique ceux-ci en prennent à leur aise.

_Voyage au pôle sud et dans l'Océanie_, sur les corvettes l'_Astrolabe
et la Zélée_, exécuté par ordre du roi pendant les années 1837, 1838,
1839, 1840, sous le commandement de J. DUMONT D'URVILLE, Capitaine de
vaisseau. Publié par ordonnance de Sa Majesté. Sous la direction
supérieure de M. JACQUINOT, commandant de _la Zélée_.--Mise en vente du
tome Ve de l'_Histoire du Voyage_.--Paris, 1843. _Gide_.

Le tome V de l'_Histoire du Voyage au pôle sud et dans l'Océanie_, sur
les corvettes l'_Astrolabe et la Zélée_, qui vient de paraître à la
librairie Gide, n'embrasse qu'une période de quatre mois environ
Commencé le 29 octobre 1838, il se termine le 19 février 1839; mais ces
quatre mois avaient été si utilement employés par le chef de
l'expédition et ses compagnons du péril et de gloire, que ce volume
offre l'intérêt de ses quatre aînés.

En quittant l'archipel des Iles Viti, Dumont d'Urville devait diriger
ses corvettes vers le groupe des îles Salomon. Toutefois il lui restait
des recherches importantes àà faire dans cette nouvelle route. D'abord
il constata que l'île _Hunter_ était mal placée; puis, après avoir
double l'île _Aurore_, la plus septentrionale des Nouvelles-Hébrides, il
commença la recherche des Iles _Banks_, qui, découvertes en 1783 par le
capitaine _Bligh_, n'avaient point été revues depuis cette époque.
Dumont d'Urville explora complètement ce groupe, sur lequel les
hydrographes n'avaient que des données très-vagues.--_Vanikoro_ reçut
ensuite sa visite. Il espérait y retrouver encore quelques débris des
vaisseaux de l'infortuné Lapérouse; mais toutes ses recherches furent
inutiles.

De Vanikoro, l'_Astrolabe_ et _la Zélée_ se dirigèrent sur l'Ile
_Nitendi_, où elles ne purent s'arrêter, et elles firent route pour les
îles _Salomon_, que l'expédition explora pendant un mois environ. Un
long chapitre intitulé: _Séjour au port de l'Astrolabe_ se compose
presque entièrement des récits rapportes à leur commandant par les
divers membres de l'expédition qui eurent le courage d'entreprendre des
excursions dans ces îles jusqu'alors si peu connues, dont les habitants
sont anthropophages.--Les Salomoniens avaient de peints par tous les
voyageurs sous les couleurs les plus défavorables. Dumont d'Urville est
le premier qui puisse, selon ses propres expressions, inscrire dans leur
histoire une page en faveur de leur caractère.

Au _Séjour au port de l'Astrolabe_ succède un curieux chapitre ayant
pour titre _Considérations générales sur les iles Salomon_--Dumont
d'Urville raconte l'histoire de ces îles depuis leur première
découverte, en 1567, par Alvaro Mendana de Neira, jusqu'à sa dernière
expédition, et résume tout ce qu'il a pu apprendre sur leur géographie,
leurs productions et leurs habitants. Grâce aux pénibles reconnaissances
qu'il a opérées, on connaît aujourd'hui la géographie complète des Iles
Salomon. «Cependant il reste encore pour nos successeurs, dit-il après
avoir constaté cet important résultat, de beaux travaux hydrographiques
à faire; ils auront surtout beaucoup à nous apprendre sur les moeurs et
les cérémonies des insulaires qui peuplent cet immense archipel.»

En quittant le port de l'Astrolabe', l'expédition gouverna directement
sur les îles _Hogolen_. Chemin faisant, elle aperçut les îles de
_Sir-Charles-Hardy_, la _Nouvelle Islande_, l'île _Saint-Jean_, les îles
_Vigurris. Monte-Verde, Dunkins_ et _St-Cyrille_. Enfin le, le 21
décembre, les deux corvettes laissaient tomber leur ancre tout près de
l'Ile Isis, au milieu du groupe intéressant que leur commandant désirait
visiter. Les premiers voyages à terre furent d'abord heureux; mais
bientôt les naturels, qui semblaient être très-heureux et
très-bienveillants, manifestèrent des dispositions menaçantes; il fallut
même repousser la force par la force. Plusieurs membres de l'expédition
échappèrent comme par miracle aux plus; graves dangers. Heureusement
tous les travaux étaient terminés quand la guerre éclata, et les
corvettes n'eurent à regretter la mort d'aucun homme. La réputation des
Carolins est à jamais ternie, s'écrie Dumont-d'Urville: nous n'avons
trouvé ici que des hommes méchants et perfides avec une figure
prévenante, des formes agréables et des manières posées..»

Suivons encore l'expédition sur la carte. Laissant derrière elle le
groupe Ouluthy, elle débarqua le 1er janvier 1839 à l'île _Gouaham_ ou
_Umata_ où elle devait faire un séjour de dix jours. Rien de plus
agréable à lire que la narration d'une chasse au cerf à Umata, par M.
Demas. Dumont d'Urville ne voulant pas répéter ce qu'avait déjà dit M.
Freycinet (Voyage de l'Uranie) a donné une preuve de tact et d'esprit en
insérant dans son journal cet amusant récit. D'excellents vivres frais,
de l'exercice et le bon air d'Umata rendirent en peu de temps aux
équipages fatigués toute la force et l'énergie nécessaire pour les
travaux pénibles qui restaient encore à faire. Le 10 janvier on remit à
la voile. Tant de voyageurs ont décrit cette terre féconde et le moeurs
indolentes de ses habitants, que le commandant de l'_Astrolabe_ ne crut
pas devoir leur consacrer, comme aux îles Salomon, un chapitre entier.
Toutefois, il publie de curieux détails sur les immenses changements
opèrés depuis dix années dans le gouvernement de Mariannes, où flotte
depuis si longtemps le pavillon espagnol.

Le 13 janvier on reconnut l'île _Gowam_; le 14, les principales îles
_Pelew_; le 19, l'île _Palmas_; le 23, _Serangan, Mindanao, Bulk,
Limtua_; le 23, _Haycock_ et _Booken-Island_; le 26, Sanguir. Ce jour-là
faillit être fatal à l'expédition: les deux corvettes n'échappèrent que
par un hasard providentiel au plus grand danger qu'un navire puisse
courir. Après avoir chenalé entre les îles _Kurakitu_ et _Rocky-Islets_,
le 28, Dumont d'Urville aperçut la pointe de Siao et les îles Moudang;
puis il se dirigea directement sur _Ternate_, où il arriva le 29.--Une
excursion au volcan de Ternate, par M. Dombron, les visites de Dumont
d'Urville et de M. Jacquinot au résident hollandais et au sultan
détrôné, la description de la ville, l'histoire des anciens souverains
de l'île et de la colonie hollandaise; enfin des réflexions importantes
sur l'avenir de cet établissement, terminent le cinquième chapitre de ce
volume.

Le chapitre sixième et dernier a pour titre: _Séjour à Amboine_. La
traversée de Ternate à Amboine n'avait duré que deux jours. Le 3 février
à midi, _l'Astrolabe_ et _la Zélée_, parties le 1er de Ternate,
laissaient tomber leurs ancres sous le fort _Victoria_, devant la
capitale des Moluques. C'était la troisième fois que, commandait
l'expédition scientifique, Dumont d'Urville venait demander au port
d'Amboine l'hospitalité et les moyens de continuer sa route aventureuse.
En 1839, comme dans les deux précédents voyages, il reconnut que le
peuple hollandais est le peuple le plus hospitalier du monde, pourvu
cependant que la mission de l'étranger ne soit point commerciale. La
relâche fut de dix-huit jours, pendant lesquels des excursions
intérieures, des dîners et des bals se succédèrent sans interruption ...
Dumont d'Urville; conclut cette longue partie de plaisir par des
réflexions pleines d'intérêt sur cette colonie hollandaise, la plus
importante des Moluques, empruntées au journal de M. Dubouzet.

Tel fut l'itinéraire suivi par les corvettes _l'Astrolabe_ et _la
Zélée_, du 29 octobre 1839 au 19 février 1840; tels sont les résultats
principaux de ces quatre mois de navigation et de relâche. Dès que le
tome VI aura paru, nous continuerons cette analyse. Les abonnés de
_l'Illustration_ qui ne liront pas _l'Histoire du Voyage_ pourront du
moins suivre sur une mappemonde la dernière expédition commandée par
Dumont d'Urville, et se faire une idée approximative des services
qu'elle a rendus à la science.

_Contes du Bocage_; par ÉDOUARD OURLIAC. I vol. in-18,--Paris, ISC.
1843. 3 fr. 50 c.

Les _Contes du Bocage_ contiennent, nous devons l'avouer, une sorte
d'apologie de l'insurrection vendéenne. Les blancs y jouent peut-être un
trop beau rôle; mais M. Ed. Ourliac n'est pas un historien, c'est un
conteur. Que ses récits soient écrits d'un style facile et pur et qu'ils
offrent de l'intérêt, la critique n'a pas le droit de lui rien demander
de plus. Or, sous ce double rapport, il satisfera, si nous ne nous
trompons, les amateurs de nouvelles les plus blasés et les plus
difficiles; les _bleus_ eux-mêmes seront forces de rendre un juste
hommage à son talent.

Les Contes du bocage sont au nombre de quatre; ils ont pour titre:
_Mademoiselle de la Charnaye, Hector de Locmaria, la Commission
militaire_ et _la Statue de saint Georges_.--Mademoiselle de la Charnaye
occupe à elle seule plus de la moitié du volume. C'est l'histoire d'une
jeune fille qui, pour ne pas affliger son vieux père aveugle, lui
persuade que les chouans sont partout triomphants, et que son fils
Gaston, mort sur le champ de bataille, est à la tête de ses soldats
victorieux. Chaque jour des incidents imprévus déjouent ses calculs:
d'abord, enfermée avec lui dans un vieux château, elle parvient sans
peine à tromper complètement la crédulité de l'infortuné vieillard; mais
bientôt il faut fuir, se déguiser, se cacher; de nouveaux mensonges, de
nouvelles ruses, de plus en plus difficilcs à inventer et à soutenir,
deviennent nécessaires. Après de nombreuses péripéties habilement
ménagées, M. de la Charnaye découvre enfin la triste vérité. Sa fille,
qui le faisait passer pour fou, se sacrifie vainement pour le sauver;
elle est blessée et arrêtée par les bleus. Abandonné, le vieillard
aveugle allume de ses propres mains un feu qui doit le trahir, la fumée
trahit le lieu de sa retraite et on s'empare de sa personne. Alors il
apprend en même temps la ruine de la monarchie, la mort de son fils, la
défaite des armées vendéennes, la blessure et la captivité de sa fille;
il se dénonce hautement et donne un démenti solennel à ceux qui veulent
le traiter comme un insensé. Le père et la fille ne devaient plus se
retrouver ensemble qu'au pied de l'échafaud. A la vue de son père,
l'Antigone vendéenne se mit à fondre en larmes. Après l'avoir embrassé
une dernière fois, elle implora son pardon à genoux. Quant à lui, ses
dernières paroles adressées à l'exécuteur, furent que prier de tuer sa
fille avant lui. «Moi, du moins, ajouta-t-il, je ne la verrai pas;» et
cette grâce lui fut accordée.

Hector de Locmaria est un jeune émigré qui, pris à Quiberon et relâché
sur parole pour vingt-quatre heures, revient à Vannes et meurt fusillé
dans la prairie de Preauray--Dans la _Commission militaire_, M. Ed.
Ourliac nous fait assister à l'exécution d'un pauvre curé des environs
de Lyon. Enfin dans la _Statue de saint Georges_, il nous raconte
comment un soldat marseillais, grand profanateur de chapelles, trouva
miraculeusement la mort au moment où il allait faire sauter une statue
colossale dans l'église de l'abbaye de Saint-Cyr, entre Bourganeuf et
Machecoul.

M. Ed. Ourliac possède toutes les qualités nécessaires à un bon
romancier. Espérons que le succès mérité des _Contes du Bocage_ le
déterminent à entreprendre un ouvrage de plus longue haleine.



Modes.

[Illustration.]

L'ouverture du théâtre Italien est une solennité que la mode attend
chaque année pour montrer toutes ses charmantes recherches; aussi la
représentation de mardi a-t-elle été très-brillante. Nous y avons
remarqué des robes de pékin glacé à larges raies satinées, de nuances
pâles, dont quelques-unes avaient des revers décolletés, bordés
d'effilés;--d'autres garnies de riches dentelles posées en
tablier,--soit en échelle jusqu'à la ceinture,--soit à plat en montant.
Nous avons vu également une robe lacée sur les côtés, au corsage, et sur
le milieu de la petite manche; tous les lacets étaient terminés par des
aiguillettes. Cette dernière a été trouvée très-jolie. Enfin, les
coiffures de dentelles, en velours ou satin, avec des ornements plus ou
moins riches; la plume, élégante, la fleur coquette ou le simple noeud
de ruban, toutes fantaisies nouvelles, faisaient leur entrée dans la
belle salle des dilettanti.

Mais on ne s'occupe pas seulement des élégéries qui doivent se montrer à
la clartè des lustres et dans les salons dorés; les toilettes de ville
se préparent, et nous ne saurions rien conseiller de mieux que cette
robe dont notre dessin donne le modèle. Les pattes qui garnissent la
jupe et le corsage sont en étoffe pareille à la robe; elles sont
attachées de chaque côté et au milieu par des boutons. Le chapeau sort
des salons de madame Alexaudrine, qui, à chaque saison, sait donner aux
modes nouvelles des aspects aussi gracieux que variés.

Nous avons distingué dans les mêmes salons un chapeau en velours à lame,
orné de plumes nuancées de deux couleurs.

Une capote à grosse paille sur laquelle il est de la dernière élégance
de faire poser des follettes.

Et enfin un chapeau sans bavolet, enrichi d'un oiseau-héron.

[Illustration: Chapeau de velours à lame, avec plume de deux couleurs.
Capote à grosses pailles, avec cinq follettes. Chapeau sans bavolet,
avec oiseau-héron.]

Les étoffes nouvelles destinées aux costumes d'automne et qui pourront
se porter dans l'hiver, encombrent nos magasins; on y remarque les
popelines diamantées en toutes nuances, la popeline à double reflet, les
alpagas brochés et les pékins rayés: ceux-ci ont beaucoup de vogue.
C'est une petite raie satinée nuancée, en quatre tons différents sur un
fond mat, par exemple, vert sur violet ou bleu sur fond gris; cette
ligne de quatre bleus fondus fait très-bien sur gris pâle. Du reste, ce
pékin existe en toutes nuances.

Il y a encore le pékin à larges raies de plusieurs couleurs sur un fond
uni chatoyant, qui, par sa solidité, pourra résister aux intempéries de
la mauvaise saison.

En étoffes de soie il se portera beaucoup de glacé: les satins à triples
reflets, les moirés à colonnes de satins; puis toujours les pékins de
soie et les pekinés varies à l'infini, qui tiennent un rang fort
important, dans la hiérarchie des étoffes.

On s'occupe déjà des manteaux. La forme crispin sera mise de côté pour
faire place aux pardessus à manches larges dans lesquelles on passe les
bras à volonté. Une pèlerine très-grande cache ce que ces manches vides
pourraient avoir de disgracieux. On parle aussi d'un paletot; mais il
faudrait bien du talent pour en rendre la forme gracieuse.



[Illustration: AMUSEMENTS DES SCIENCES.]

SOLUTION DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS LE DERNIER NUMÉRO.

I. On trouve, par l'analyse que le bien du père était de 360 000 fr.,
qu'il y avait six enfants, et qu'ils ont eu chacun 60,000 fr.

En effet, le premier prenant 10 000 fr., le restant du bien est de 350
000 fr., dont la septième partie est 50 000, qui, avec 10 000, font 60
000. Le premier enfant ayant pris sa portion, il reste 300 000 fr.; sur
cette somme, le second prend 20 000 fr.; le reste est 280 000 dont la
septième partie est 40 000, qui, avec 20 000 ci-dessus, font encore 600
000 fr.; et ainsi de suite.

II. Il y avait 28 pauvres, et cet homme avait dans sa bourse, 11 fr.;
car, en multipliant 28 par 9, on trouve 252, dont ôtant 32, puisqu'il
manquait 32 sous, le reste est 220 sous, qui valent 11 fr.: mais, en
donnant à chacun des pauvres 7 sous, il n'en faudrait que 196; par
conséquent il reste 24 sous.

III. Prenez une boule du jeu de quilles et faites-y un trou qui n'aille
point jusqu'au centre, mettez-y du plomb et bouchez-le si bien qu'il ne
soit pas aisé de découvrir. Quoiqu'on roule cette boule en la jetant
droit vers les quilles, elle ne manquera pas de se détourner, à moins
qu'on ne la jette, par hasard ou par adresse de telle sorte que le plomb
se trouve dessus ou dessous, en faisant rouler la boule.

C'est là le principe du défaut qu'ont toutes les billes de billard; car,
comme elles sont faites d'ivoire, et que dans une masse d'ivoire il y a
toujours des parties plus solides les unes que les autres, il n'y a
peut-être pas une bille dont le centre de gravité soit au centre de
figure. Cela fait que toute bille se détourne plus ou moins de la ligne
dans laquelle elle est poussée, lorsqu'on lui imprime un petit
mouvement, comme pour donner son acquit vers le milieu de l'autre moitié
du billard, à moins que l'endroit le plus lourd, qu'on appelle _le fort_
ne soit mis dessus ou dessous. Un grand fabricant de billards disait
qu'il donnerait 40 francs, d'une bille qui n'eût ni fort ni faible, mais
qu'il n'en avait jamais trouvé qui fût parfaitement exempte de ce
défaut.

De là il suit que, lorsqu'on tire sur une bille fort doucement, on
s'impute souvent de l'avoir mal prise et d'avoir mal joué, tandis que
c'est par suite du défaut de la bille qu'on a poussée. Un bon joueur de
billard doit conséquemment, avant de s'engager dans une forte partie,
avoir adroitement éprouve sa bille, pour connaître le fort et le faible.
On tient cette règle d'un excellent joueur de billard.



NOUVELLES QUESTIONS A RÉSOUDRE.

I. Un père, en mourant, laisse sa femme enceinte. Il ordonne, par son
testament, que si elle accouche d'un mâle, il héritera des deux tiers de
son bien, et sa femme de l'autre tiers; mais si elle accouche d'une
fille, la mère héritera des deux tiers, et la fille d'un tiers. Cette
femme accouche de deux enfants, un garçon et une fille. Quelle sera la
part de chacun?

II. Un particulier a acheté, pour la somme de 110 fr., un lot de
bouteilles de vin, composé de 100 bouteilles de vin de Bourgogne et 80
de vin de Champagne. Un autre a pareillement acheté au même prix, polir
la somme du 95 fr., 85 bouteilles du premier et 70 du second. On demande
combien leur a coûté l'une et l'autre espère de vin?

III. Un homme a perdu sa bourse et ne sait pas précisément le compte
qu'il y avait; il se rappelle seulement qu'en comptant les pièces deux à
deux, ou trois à trois, ou cinq à cinq, il en restait toujours une;
mais, en les comptant sept à sept, il ne restait rien.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

Espartero, régent d'Espagne, s'est sauvé sur un vaisseau anglais.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0033, 14 Octobre 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home