Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les historiettes de Tallemant des Réaux (Tome troisième) - Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIe siècle
Author: Réaux, Gédéon Tallemant des, 1619-1692
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les historiettes de Tallemant des Réaux (Tome troisième) - Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIe siècle" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Note de transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
conservée et n'a pas été harmonisée.



     MÉMOIRES

     DE

     TALLEMANT DES RÉAUX.



     PARIS, IMPRIMERIE DE DECOURCHANT,
     Rue d'Erfurth, no 1, près de l'Abbaye.



     LES HISTORIETTES

     DE

     TALLEMANT DES RÉAUX.

     MÉMOIRES

     POUR SERVIR A L'HISTOIRE DU XVIIe SIÈCLE,

     PUBLIÉS

     SUR LE MANUSCRIT INÉDIT ET AUTOGRAPHE;

     AVEC DES ÉCLAIRCISSEMENTS ET DES NOTES,

     PAR MESSIEURS

     MONMERQUÉ,

     Membre de l'Institut,

     DE CHATEAUGIRON ET TASCHEREAU.

     TOME TROISIÈME.

     PARIS,

     ALPHONSE LEVAVASSEUR, LIBRAIRE,

     PLACE VENDÔME, 16.

     1834



MÉMOIRES

DE

TALLEMANT.



LE MARÉCHAL DE BASSOMPIERRE[1].


Le maréchal de Bassompierre étoit d'une bonne maison, entre la France
et le Luxembourg; la plupart des lieux de ce pays-là ont un nom
allemand et un nom françois: Betstein est le nom allemand, et
Bassompierre le françois.

On conte une fable qui est assez plaisante. Un comte d'Angeweiller,
marié avec la comtesse de Kinspein, eut trois filles qu'il maria avec
trois seigneurs de la maison de Croy de Salm et de Bassompierre, et
leur donna à chacune une terre et un gage d'une fée. Croy eut un
gobelet et la terre d'Angeweiller; Salm eut une bague et la terre de
Phinstingue ou Fenestrange, et Bassompierre eut une cuiller et la
terre d'Answeiller. Il y avoit trois abbayes qui étoient dépositaires
de ces trois gages, quand les enfants étoient mineurs: Nivelle pour
Croy, Remenecour pour Salm, et Epinal pour Bassompierre. Voici d'où
vient cette fable.

  [1] François de Bassompierre, né en Lorraine le 12 avril 1579,
  maréchal de France en 1623, mort dans le château du duc de Vitry
  dans la Brie, le 12 octobre 1646.

On dit que ce comte d'Angeweiller rencontra un jour une fée, comme il
revenoit de la chasse, couchée sur une couchette de bois, bien
travaillée selon le temps, dans une chambre qui étoit au-dessus de la
porte du château d'Angeweiller: c'étoit un lundi. Depuis, durant
l'espace de quinze ans, la fée ne manquoit pas de s'y rendre tous les
lundis, et le comte l'y alloit trouver. Il avoit accoutumé de coucher
sur ce portail, quand il revenoit tard de la chasse, ou qu'il y alloit
de grand matin, et qu'il ne vouloit pas réveiller sa femme; car cela
étoit loin du donjon. Enfin, la comtesse ayant remarqué que tous les
lundis il couchoit sans faute dans cette chambre, et qu'il ne manquoit
jamais d'aller à la chasse ce jour-là, quelque temps qu'il fît, elle
voulut savoir ce que c'étoit, et ayant fait faire une fausse clef,
elle le surprend couché avec une belle femme; ils étoient endormis.
Elle se contenta d'ôter le couvre-chef de cette femme de dessus une
chaise, et après l'avoir étendu sur le pied du lit, elle s'en alla
sans faire aucun bruit. La fée, se voyant découverte, dit au comte
qu'elle ne pouvoit plus le voir, ni là, ni ailleurs; et après avoir
pleuré l'un et l'autre, elle lui dit que sa destinée l'obligeoit à
s'éloigner de lui de plus de cent lieues; mais que pour marque de son
amour elle lui donnoit un gobelet, une cuiller et une bague, qu'il
donneroit à trois filles qu'il avoit, et que ces choses apporteroient
bonheur dans les maisons dans lesquelles elles entreroient, tandis
qu'on y garderoit ces gages; que si quelqu'un déroboit l'un de ces
gages, tout malheur lui arriveroit. Cela a paru dans la maison de M.
de Pange, seigneur lorrain, qui déroba au prince de Salm la bague
qu'il avoit au doigt, un jour qu'il le trouva assoupi pour avoir trop
bu. Ce M. de Pange avoit quarante mille écus de revenu, il avoit de
belles terres, étoit surintendant des finances du duc de Lorraine.
Cependant, à son retour d'Espagne, où il ne fit rien, quoiqu'il y eût
été fort long-temps, et y eût fait bien de la dépense (il y étoit
ambassadeur pour obtenir une fille du roi Philippe II pour son
maître), il trouva sa femme grosse du fait d'un Jésuite; tout son bien
se dissipa; il mourut de regret; et trois filles qu'il avoit mariées
furent toutes trois des abandonnées. On ne sauroit dire de quelle
matière sont ces gages; cela est rude et grossier.

La marquise d'Havré, de la maison de Croy[2], en montrant le gobelet,
le laissa tomber; il se cassa en plusieurs pièces, elle les ramassa et
les remit dans l'étui en disant: «Si je ne puis l'avoir entier, je
l'aurai, au moins par morceaux.» Le lendemain, en ouvrant l'étui, elle
trouva le gobelet aussi entier que devant. Voilà une belle petite
fable[3].

  [2] Ce ne peut être que Diane de Dampmartin, comtesse de
  Fontenoy, et dame en partie de Vistingen, femme de
  Charles-Philippe de Croy, marquis d'Havré. Ils sont la tige des
  marquis d'Havré.

  [3] Cette fable est tout-à-fait dans le genre de celle de la fée
  Mélusine, dont la maison de Lusignan a la prétention de
  descendre.

Le père du maréchal étoit grand ligueur; M. de Guise l'appeloit _l'ami
du coeur_: c'étoit un homme de service. Ce fut chez lui que la Ligue
fut jurée entre les grands seigneurs. Il mourut subitement au
commencement de la Ligue. Le maréchal avoit de qui tenir pour aimer
les femmes, et aussi pour dire de bons mots, car son père s'en mêloit.

A son avénement à la cour, c'étoit après le siége d'Amiens, il tomba
par malheur entre les mains de Sigongne[4], celui qui a été si
satirique. C'étoit un vieux renard qui étoit écuyer d'écurie chez le
Roi: il vit ce jeune homme qui faisoit l'entendu; il lui voulut
abattre le caquet, et, faisant le provincial nouveau venu, il le pria
niaisement de le vouloir présenter au Roi. Bassompierre crut avoir
trouvé un innocent, et s'en jouer; il entra, et dit au Roi en riant:
«Sire, voici un gentilhomme nouvellement arrivé de la province qui
désire faire la révérence à Votre Majesté.» Tout le monde se mit à
rire, et le jeune monsieur fut fort déferré.

  [4] Voir la note 3 de la p. 111 du t. I.

On dit que jouant avec Henri IV, le Roi s'aperçut qu'il y avoit des
demi-pistoles parmi les pistoles; Bassompierre lui dit: «Sire, c'est
Votre Majesté qui les a voulu faire passer pour pistoles.--C'est
vous,» répondit le Roi. Bassompierre les prend toutes, remet des
pistoles en la place, et puis va jeter les demi-pistoles aux pages et
aux laquais par la fenêtre. La Reine dit sur cela: «Bassompierre fait
le Roi, et le Roi fait Bassompierre.» Le Roi se fâcha de ce qu'elle
avoit dit. «Elle voudroit bien qu'il le fût, repartit le Roi, elle en
auroit un mari plus jeune.» Bassompierre étoit beau et bien fait. Il
me semble que Bassompierre méritoit bien autant d'être grondé que la
Reine.

On a dit qu'il étoit plus libéral par fenêtre qu'autrement; on l'a
accusé d'aimer mieux perdre un ami qu'un bon mot; il n'a jamais passé
pour brave, cependant aux Sables-d'Olonne il acquit de la réputation,
paya de sa personne, et montra le chemin aux autres, car il se mit
dans l'eau jusqu'au cou. Pour la guerre, il la savoit comme un homme
qui n'en eût jamais ouï parler[5]. Cependant il fut fait maréchal de
France; mais il voulut que M. de Créquy passât devant: ils
s'appeloient frères. Cependant il pensa épouser madame la Princesse,
comme nous avons dit ailleurs.

  [5] On fit un _guéridon_ sur une entrée de ballet, où il sortoit
  d'un tambour.

     Sortir d'un tambour,
     Galant Bassompierre,
     Aimer tant l'amour
     Et fuir tant la guerre,
     O guéridon, etc. (T.)

Après M. de Rohan, qui avoit eu pour trente mille écus la charge de
colonel des Suisses, Bassompierre eut cette charge, et la fit bien
autrement valoir qu'on ne l'avoit fait jusqu'alors; d'ailleurs il
étoit habile et faisoit toujours quelques affaires. Il n'y avoit
presque personne à la cour qui eût tant de train que lui, et qui fît
plus pour ses gens. Lamet, son secrétaire, fut préféré, en une
recherche d'une fille, à un conseiller au parlement.

Parlons un peu de ses amours. On a dit qu'il avoit été un peu
amoureux de la Reine-mère, et qu'il disoit que la seule charge qu'il
convoitoit, étoit celle de grand panetier, parce qu'on couvroit pour
le Roi[6]. Il étoit magnifique, et prit la capitainerie de Monceaux,
afin d'y traiter la cour. La Reine-mère lui dit un jour: «Vous y
mènerez bien des putains[7].--Je gage, répondit-il, madame, que vous y
en mènerez plus que moi.» Un jour il lui disoit qu'il y avoit peu de
femmes qui ne fussent putains. «Et moi? dit-elle.--Ah! pour vous,
madame, répliqua-t-il, vous êtes la Reine.»

  [6] Il disoit qu'il y avoit plus de plaisir à le dire qu'à le
  faire. (T.)

  [7] On parloit ainsi alors. (T.)

Une de ses plus illustres amourettes, ce fut celle de mademoiselle
d'Entragues, soeur de madame de Verneuil: il eut l'honneur d'avoir
quelque temps le roi Henri IV pour rival. Testu, chevalier du guet, y
servoit Sa Majesté. Un jour, comme cet homme venoit lui parler, elle
fit cacher Bassompierre derrière une tapisserie, et disoit à Testu,
qui lui reprochoit qu'elle n'étoit pas si cruelle à Bassompierre qu'au
Roi, qu'elle ne se soucioit non plus de Bassompierre que de cela, et
en même temps elle frappoit d'une houssine, qu'elle tenoit, la
tapisserie à l'endroit où étoit Bassompierre. Je crois pourtant que le
Roi en passa son envie, car un jour le Roi la baisa je ne sais où, et
mademoiselle de Rohan, la bossue, soeur de feu M. de Rohan, sur
l'heure écrivit ce quatrain à Bassompierre:

     Bassompierre, on vous avertit,
     Aussi bien l'affaire vous touche,
     Qu'on vient de baiser une bouche
     Dans la ruelle de ce lit.

Il répondit aussitôt:

     Bassompierre dit qu'il s'en rit,
     Et que l'affaire ne le touche;
     Celle à qui l'on baise la bouche
     A mille fois.....

«_Je mettrai, quand il vous plaira, la rime entre vos belles mains._»

Henri IV dit un jour au père Cotton, Jésuite: «Que feriez-vous si on
vous mettait coucher avec mademoiselle d'Entragues?--Je sais ce que je
devrois faire, Sire, dit-il, mais je ne sais ce que je ferois.--Il
feroit le devoir de l'homme, dit Bassompierre, et non pas celui de
père Cotton.»

Mademoiselle d'Entragues eut un fils de Bassompierre, qu'on appela
long-temps l'abbé de Bassompierre; c'est aujourd'hui M. de Xaintes.
Elle prétendit obliger Bassompierre à l'épouser[8], la cause fut
renvoyée au parlement de Rouen, il y gagna son procès. Bertinières
plaida pour lui: c'étoit un homme qui disoit qu'il ne savoit ce que
c'étoit que se troubler en parlant en public, et qu'il n'y avoit rien
capable de l'étonner. Le maréchal lui servit à avoir l'agrément de la
cour pour la charge de procureur-général au parlement de Rouen, et il
la lui fit avoir pour vingt mille écus. Au retour de Rouen, comme elle
montroit son fils à Bautru: «N'est-il pas joli? disoit-elle--Oui,
répondit Bautru, mais je le trouve un peu _abâtardi_ depuis votre
voyage de Rouen.» Elle ne laissa pas, comme elle le fait encore, de
s'appeler madame de Bassompierre. «J'aime autant, dit Bassompierre,
puisqu'elle veut prendre un nom de guerre, qu'elle prenne celui-là
qu'un autre.» Il n'étoit pas maréchal alors: on lui dit depuis: «Elle
ne se fait point appeler la maréchale de Bassompierre.--«Je crois
bien, dit-il, c'est que je ne lui ai pas donné le bâton depuis ce
temps-là.»

  [8] En ce temps-là Bautru se mit à lui faire les cornes chez la
  Reine: on en rit. La Reine demanda ce que c'étoit. «C'est Bautru,
  dit-il, qui montre tout ce qu'il porte.» (T.)

Quand il acheta Chaillot, la Reine-mère lui dit: «Hé! pourquoi
avez-vous acheté cette maison? c'est une maison de bouteille.--Madame,
dit-il, je suis Allemand.--Mais ce n'est pas être à la campagne, c'est
le faubourg de Paris.--Madame, j'aime tant Paris, que je n'en voudrois
jamais sortir.--Mais cela n'est bon qu'à y mener des garces.--Madame,
j'y en mènerai.»

On croit qu'il étoit marié avec la princesse de Conti. La cabale de la
maison de Guise fut cause enfin de sa prison, et sa langue aussi en
partie, car il dit: «Nous serons si sots que nous prendrons La
Rochelle.» Il eut un fils de la princesse de Conti, qu'on a appelé La
Tour Bassompierre; on croit qu'il l'eût reconnu s'il en eût eu le
loisir. Ce La Tour étoit brave et bien fait. En un combat où il
servoit de second, ayant affaire à un homme qui depuis quelques années
étoit estropié du bras droit, mais qui avoit eu le loisir de
s'accoutumer à se servir du bras gauche, il se laissa lier le bras
droit et battit pourtant son homme. Il logeoit chez le maréchal;
depuis il est mort de maladie.

Bassompierre gagnoit tous les ans cinquante mille écus à M. de Guise;
madame de Guise lui offrit dix mille écus par an et qu'il ne jouât
plus contre son mari; il répondit comme le maître-d'hôtel du maréchal
de Biron: «J'y perdrois trop.»

Il a toujours été fort civil et fort galant. Un de ses laquais ayant
vu une dame traverser la cour du Louvre, sans que personne lui portât
la robe, alla la prendre en disant: «Encore ne sera-t-il pas dit qu'un
laquais de M. le maréchal de Bassompierre laisse une dame comme cela.»
C'étoit la feue comtesse de La Suze; elle le dit au maréchal, qui sur
l'heure le fit valet-de-chambre.

Il seroit à souhaiter qu'il y eût toujours à la cour quelqu'un comme
lui; il en faisoit l'honneur[9], il recevoit et divertissoit les
étrangers. Je disois qu'il étoit à la cour ce que Bel Accueil est dans
_le Roman de la Rose_. Cela faisoit qu'on appeloit partout
_Bassompierre_ ceux qui excelloient en bonne mine et en propreté. Une
courtisane se fit appeler à cause de cela _la Bassompierre_, une autre
fut nommée ainsi parce qu'elle étoit de belle humeur. Un garçon qui
portoit en chaise sur les montagnes de Savoie fut surnommé
_Bassompierre_, parce qu'il avoit engrossé deux filles à Genève. A
propos de ce surnom de _Bassompierre_, il lui arriva une fois une
plaisante aventure sur la rivière de Loire. Il alloit à Nantes du
temps que Chalais eut la tête coupée; une demoiselle lui demanda place
dans sa cabane pour elle et sa fille: cette demoiselle alloit à la
cour pour y faire sceller une grâce pour son fils. On alloit toute la
nuit. Dans l'obscurité il s'approche de cette fille, et il étoit prêt
d'entrer dans la _chambre défendue_[10], quand un batelier se mit à
crier: «_Vire le peautre[11], Bassompierre._» Cela le surprit, et, je
crois même, le désapprêta. Il sut après qu'on appeloit ainsi celui qui
tenoit le gouvernail, et qu'on lui avoit donné ce nom, parce que
c'étoit le plus gentil batelier de toute la rivière de Loire.

  [9] On diroit aujourd'hui _les honneurs_.

  [10] Allusion à l'Amadis de Gaule.

  [11] _Peautre_ ou _piautre_; ce mot de notre ancienne langue
  romane s'est conservé parmi les bateliers de Loire pour exprimer
  le gouvernail.

Une illustre maquerelle disoit «que M. de Guise étoit de la meilleure
mesure, M. de Chevreuse de la plus belle corpulence, M. de Termes le
plus sémillant, et M. de Bassompierre le plus beau et le plus
goguenard.»

Ceux que je viens de nommer, avec M. de Créquy et le père de Gondy,
alors général des galères, mangeoient souvent ensemble, et
s'entre-railloient l'un l'autre; mais dès qu'on sentoit que celui
qu'on tenoit sur les fonts se déferroit, on en prenoit un autre: leurs
suivants aimoient mieux ne point dîner et les entendre.

J'ai déjà dit ailleurs qu'il n'a jamais bien dansé; il n'étoit pas
même trop bien à cheval; il avoit quelque chose de grossier; il
n'étoit pas trop bien dénoué. A un ballet du Roi dont il étoit, on
lui vint dire sottement, comme il s'habilloit pour faire son entrée,
que sa mère étoit morte; c'était une grande ménagère à qui il avoit
bien de l'obligation: «Vous vous trompez, dit-il: elle ne sera morte
que quand le ballet sera dansé.»

Il fut plus d'une fois en ambassade; il contoit au feu Roi qu'à Madrid
il fit son entrée sur la plus belle petite mule du monde qu'on lui
envoya de la part du Roi. «Oh! la belle chose que c'étoit, dit le Roi,
de voir un âne sur une mule!--Tout beau, Sire, dit Bassompierre, c'est
vous que je représentois.»

Il disoit que M. de Montbason se parjuroit toujours, qu'il juroit par
le jour de Dieu, la nuit et le jour par le feu qui nous éclaire.

La Reine-mère disoit: «J'aime tant Paris et tant Saint-Germain, que je
voudrois avoir un pied à l'un et un pied à l'autre.--Et moi, dit
Bassompierre, je voudrois être à Nanterre[12].»

  [12] Le village de Nanterre est situé à moitié chemin entre Paris
  et Saint-Germain-en-Laye.

M. de Vendôme lui disoit en je ne sais quelle rencontre: «Vous serez,
sans doute, du parti de M. de Guise, car vous aimez sa soeur de
Conti.--Cela n'y fait rien, répondit-il: j'ai aimé toutes vos tantes,
et je ne vous en aime pas plus pour cela.»

Quand le maréchal d'Effiat fut mort, il dit, en franc goguenard, qu'il
n'y avoit plus de _fiat_ à la cour. Quelqu'un dit, quand on fit
d'Effiat maréchal de France, que son père avoit été nommé pour être
chevalier de l'ordre. «Je ne sais pas, dit Bassompierre, s'il a été
nommé, mais je sais bien qu'il a été élu[13].»

  [13] Allusion aux commencements de la famille Coiffier de Ruzé
  d'Effiat, qui sortoit des charges de finances. On appeloit _élu_,
  un conseiller d'élection, sorte de juridiction dont les appels
  étoient portés à la cour des Aides.

Sur les ressemblances qu'on trouve de chaque personne à quelque bête,
il disoit plaisamment que le marquis de Thémines étoit sa bête. M. de
La Rochefoucauld, méchant railleur, en voulut railler Thémines, qui
lui dit qu'il ne vouloit pas souffrir de lui ce qu'il souffroit de M.
de Bassompierre. Ils se pensèrent battre.

M. de La Rochefoucauld lui dit, un peu avant qu'on l'arrêtât: «Vous
voilà gros, gras, gris.--Et vous, lui répondit-il, vous voilà teint,
peint, feint.» La Rochefoucauld avoit peint sa barbe.

Quand il fut dans la Bastille, il fit voeu de ne se point raser qu'il
n'en fût dehors; il se fit faire le poil pourtant au bout d'un an. Il
y eut quelque petite amourette avec madame de Gravelle, qui y étoit
prisonnière. Cette femme avoit été entretenue par le marquis de Rosny.
Depuis, pour ses intrigues, elle avoit été arrêtée. Le cardinal de
Richelieu avoit eu l'inhumanité de lui faire donner la question. Après
la mort du maréchal, elle fut si sotte que de prendre un bandeau de
veuve, aussi bien que madame de Bassompierre.

M. Chapelain fit un sonnet sur la fièvre de M. de Longueville, après
le passage du Rhin, où il l'appeloit _le lion de la France_. «C'est
plutôt _le rat de la France_,» dit Bassompierre. C'est un petit homme
qui a été élevé dans une peau de mouton.

Esprit, l'académicien, le fut voir à la Bastille. «Voilà un homme,
dit-il, qui est bien seigneur de la terre dont il porte le nom.»
Chacun dans la Bastille disoit: Je pourrai bien sortir de céans dans
tel temps.--Et moi, disoit-il, j'en sortirai quand M. Du Tremblay en
sortira[14].»

  [14] Le Clerc Du Tremblay étoit alors gouverneur de la Bastille.

Il ne vouloit pas sortir de prison que le Roi ne l'en fît prier, parce
que, disoit-il, il étoit officier de la couronne, bon serviteur du
Roi, et traité indignement; «puis, je n'ai plus de quoi vivre.» Ses
terres étoient ruinées. Le marquis de Saint-Luc lui disoit: «Sortez-en
une fois; vous y rentrerez bien après.» Au sortir de là, il disoit
«qu'il lui sembloit qu'on pouvoit marcher par Paris sur les impériales
de carrosses, tant les rues étoient pleines, et qu'il ne trouvoit ni
barbe aux hommes, ni crin aux chevaux.»

Il ne tarda guère à rentrer dans sa charge de colonel des Suisses:
Coislin avoit été tué à Aire; La Châtre lui avoit succédé; mais comme
il étoit un peu important[15] et soupçonné d'être du parti de M. de
Beaufort, on y remit M. de Bassompierre, qui en avoit touché quatre
cent mille livres, et l'autre l'avoit bien acheté de madame de
Coislin. La Châtre et sa femme, tous deux jeunes, moururent
misérablement après cela. Bassompierre n'a comme point payé cette
charge. Il remit bientôt sur pied la meilleure table de la cour, et
fit de bonnes affaires.

  [15] On avoit donné, par dérision, le nom d'_Importants_ à ceux
  qui suivoient le parti du duc de Beaufort. (_Esprit de la
  Fronde_; Paris, 1672, tom. 1, pag. 156.) «On les nomma les
  _Importants_, parce qu'ils débitoient des maximes d'État,
  déclamoient contre la nouvelle tyrannie, et prétendoient rétablir
  les anciennes lois du royaume.» (_Histoire de la Fronde_, par le
  comte de Saint-Aulaire; Paris, 1827, tome 1, pag. 105.)

On lui a l'obligation de ce que le Cours[16] dure encore, car ce fut
lui qui se tourmenta pour le faire revêtir du côté de l'eau, et pour
faire faire un pont de pierre sur le fossé de la ville.

  [16] Le Cours la Reine, vis-à-vis les Invalides.

Il étoit encore agréable et de bonne mine, quoiqu'il eût
soixante-quatre ans; à la vérité il étoit devenu bien _turlupin_[17]
car il vouloit toujours dire de bons mots, et le feu de la jeunesse
lui manquant, il ne rencontroit pas souvent: M. le Prince et ses
petits-maîtres en faisoient des railleries.

  [17] Mauvais plaisant, faiseur de pointes et de quolibets. Cette
  expression a été empruntée du nom du farceur Turlupin. L'adjectif
  n'est plus en usage, mais le substantif _turlupinade_ a été
  conservé.

Sur le perron de Luxembourg, une dame de grande qualité, après lui
avoir fait bien des compliments sur sa liberté, lui dit: «Mais vous
voilà bien blanchi, monsieur le maréchal.--Madame, lui répondit-il en
franc crocheteur, je suis comme les poireaux, la tête blanche et la
queue verte.» En récompense, il dit à une belle fille: «Mademoiselle,
que j'ai regret à ma jeunesse quand je vous vois!»

Il dit aussi de Marescot, qui étoit revenu de Rome fort enrhumé, et
sans apporter de chapeau pour M. de Beauvais: «Je ne m'en étonne pas,
il est revenu sans chapeau.»

Comme il avoit une grande santé, et qu'il disoit qu'il ne savoit
encore où étoit son estomac, il ne se conservoit point; il mangeoit
grande quantité de méchans melons et de pêches qui ne mûrissent jamais
bien à Paris. Après, il s'en alla à Tanlay, où ce fut une _crevaille_
merveilleuse: au retour, il fut malade dix jours à Paris chez madame
Bouthillier, qui ne vouloit point qu'il en partît qu'il ne fût
tout-à-fait guéri; mais Yvelin, médecin de chez la Reine, qui avoit
affaire à Paris, le pressa de revenir. A Provins, il mourut la nuit en
dormant, et il mourut si doucement, qu'on le trouva dans la même
posture où il avoit l'habitude de dormir, une main sous le chevet à
l'endroit de sa tête, et les genoux un peu haussés. Il n'avoit pas
seulement tendu les jambes. Son corps gros et gras, et en automne, fut
cahoté jusqu'à Chaillot, où on lui trouva les parties nobles toutes
gâtées; mais c'est que le corps s'étoit corrompu par les chemins.



LE CARDINAL

DE LA ROCHEFOUCAULD[18].


Le cardinal de La Rochefoucauld, hors qu'il étoit un peu trop jésuite
et un peu trop crédule, étoit un vrai ecclésiastique. Comme il étoit
évêque, les Jésuites lui faisoient mener Marthe Brossier, comme on
mène l'ours. Henri IV se moqua long-temps de cette prétendue possédée;
mais comme il vit qu'on la vouloit faire exorciser devant Notre-Dame,
et qu'un reste de ligueurs étoit à cabaler pour lui faire dire que
Henri III étoit damné, et qu'Henri IV n'étoit catholique que de nom,
il y envoya des médecins. Marescot la trompa avec un Virgile, faisant
semblant que c'était un Rituel, et il prononça ainsi: _Nihil à Dæmone,
pauca à morbo, tradenda Rapino_[19]. Le Roi se contenta de la renvoyer
à ses parents en Auvergne[20]; et pour avoir su mépriser la fourbe,
après l'avoir éludée, il n'en fut pas parlé davantage.

  [18] François de La Rochefoucauld, né à Paris le 8 décembre 1558,
  évêque de Senlis en 1607, mort à Paris le 15 février 1645.

  [19] Rapin étoit prévôt de la connétablie. (T.)

  [20] Marthe Brossier étoit de Romorentin, en Sologne. (_Voyez_ la
  _Biographie universelle_ de Michaud.)

Pour revenir au cardinal de La Rochefoucauld, il étoit abbé de
Sainte-Geneviève, et y logeait; il permit aux religieux d'élire un
abbé pour trois ans durant sa vie, mais il s'en garda le revenu. Il y
avoit fait accommoder un beau logement; les religieux le jetèrent à
bas après sa mort, voyant que feu M. le Prince demandoit à le louer
pour le prince de Conti. Depuis ils ont toujours élu des abbés de
trois en trois ans. Le cardinal pouvoit bien se réserver le revenu,
car on n'en pouvoit pas mieux user qu'il en usoit; il faisoit de
grandes aumônes sans ostentation. Il a donné plus de quarante mille
écus à l'hôpital des Incurables; et ce qui est encore plus beau, il
fit casser une vitre où l'on avoit mis ses armes.

Il avoit une soeur[21] qui n'étoit pas si humble que lui. Elle disoit
au duc son neveu: «Mananda[22]! mon neveu, la maison de La
Rochefoucauld est une bonne et ancienne maison; elle étoit plus de
trois cents ans devant Adam.--Oui, ma tante, mais que devînmes-nous au
déluge?--Vraiment voire le déluge, disoit-elle en hochant la tête, je
m'en rapporte.» Elle aimoit mieux douter de la sainte Ecriture que de
n'être pas d'une race plus ancienne que Noé; elle signoit ainsi:
«_Votre bien affectionnée tante et bonne amie, pour vous faire un bien
petit de plaisir._» Cela me fait souvenir d'un fou de Limousin, nommé
M. de Carrères; il disoit que hors Pierre Buffières, Bourdeilles,
Pompadour, et quelques autres qu'il nommoit, il ne faisoit pas grand
cas de toutes les autres maisons du pays. «Mais, lui dit-on, vous ne
parlez point de la maison de Carrères?--Carrères, dit-il, Carrères
étoit devant que Dioux fusse Dioux.»

  [21] Marie de La Rochefoucauld-Randan, mariée en 1579 à Louis de
  Rochechouart, seigneur de Chaudenier. Elle se fit Carmélite après
  la mort de son mari.

  [22] _Mananda!_ espèce de serment fort en usage chez les femmes
  aux quinzième et seizième siècles. En voici un exemple tiré de
  Des Périers dans le conte _de l'enfant de Paris qui fit le fol
  pour jouyr de la jeune veuve_. La dame, en se déshabillant,
  disoit à sa chambrière: «Perrette, il est beau garçon, c'est
  dommage de quoi il est ainsi fol.--_Mananda!_ disoit la garce,
  c'est mon, madame, il est net comme une perle, etc.» (_Nouvelles
  récréations et joyeux devis de Bonaventure Des Périers_;
  Amsterdam, 1735, t. 2, p. 242.)



MADAME DES LOGES[23]

ET BORSTEL.


Madame Des Loges étoit fille d'un honnête homme de Troyes en
Champagne, nommé M. Bruneau. Il étoit riche, et vint demeurer à Paris,
après s'être fait secrétaire du Roi. Il n'avoit que deux filles:
l'aînée fut mariée à Beringhen, père de M. le Premier. Pour éviter la
persécution, car il étoit huguenot, il se retira à La Rochelle, et y
fit mener ses deux filles, pour plus grande sûreté, sur un âne en deux
paniers. Elles avoient du bien; leur partage à chacune a monté à
cinquante-cinq mille écus. Madame Des Loges, quoique la cadette, fut
accordée la première; et comme ce n'étoit encore qu'un enfant, on
vouloit attendre que sa soeur passât devant elle. Je ne sais pourquoi
elle fut plus tôt recherchée que l'autre qui étoit bien faite, et elle
ne l'étoit point; mais on fut obligé de la marier plus tôt qu'on ne
pensoit, car, en badinant avec son accordé, elle devint grosse. Elle a
dit depuis qu'elle ne savoit pas comment cela s'étoit fait; que son
mari et elle étoient tous deux si jeunes et si innocents qu'ils ne
savoient ce qu'ils faisoient.

  [23] Marie de Bruneau, dame Des Loges, née vers 1585, morte le
  1er juin 1641.

Comme ç'a été la première personne de son sexe qui ait écrit des
lettres raisonnables[24], et que d'ailleurs elle avoit une
conversation enjouée et un esprit vif et accort, elle fit grand bruit
à la cour. Monsieur, en sa petite jeunesse, y alloit assez souvent; et
comme il se plaignoit à elle de toutes choses, on l'appeloit la
linotte de madame Des Loges. Quand on lui fit sa maison, il lui donna
quatre mille livres de pension, disant que son mari n'étoit point payé
de sa pension de deux mille livres qu'il avoit comme gentilhomme de la
chambre. Cela n'étoit pas autrement vrai, et elle quitta le certain
pour l'incertain, car le cardinal de Richelieu, soupçonnant quelque
intrigue, lui fit ôter les deux mille livres; et elle, qui vit bien
qu'on la chasseroit, se retira d'elle-même en Limosin[25]. Son mari en
étoit, et elle avoit marié une fille à un M. Doradour, chez qui elle
alla.

  [24] Ses lettres ne sont pas trop merveilleuses; cela étoit bon
  pour ce temps-là. Bortel a eu raison d'empêcher Conrart de les
  faire imprimer: il vouloit aussi faire un Recueil de vers sur sa
  mort. Tout cela est avouétré. (T.)--_Avouétré_ pour _avoytré_,
  avorté, qui n'est pas venu à terme. (_Dict. de Nicot._)

  [25] C'étoit en 1629. (T.)

Elle avoit une liberté admirable en toutes choses; rien ne lui
coûtoit; elle écrivoit devant le monde. On alloit chez elle à toutes
heures; rien ne l'embarrassoit. J'ai déjà dit ailleurs qu'elle faisoit
quelquefois des impromptus fort jolis.

On a dit qu'elle étoit un peu galante. Le gouverneur de MM. de Rohan,
nommé Haute-Fontaine, a été son favori; Voiture y a eu part, à ce
qu'on prétend; ce fut elle qui lui dit une fois: «Celui-là n'est pas
bon, percez-nous-en d'un autre.» Une fois Saint-Surin, qui étoit si
amoureux de la fille de madame de Beringhen (on a remarqué que quand
il en tenoit bien, il étoit jaune comme souci); Saint-Surin, dis-je,
qui étoit un galant homme, ne bougeoit de chez les deux soeurs, qui
logeoient vis-à-vis l'une de l'autre; une fois donc qu'il étoit chez
madame Des Loges, un certain M. d'Interville, conseiller, je pense, au
grand conseil, s'étoit assis familièrement sur le lit, et faisoit le
goguenard; Saint-Surin et d'autres éveillés, pour se moquer de lui,
prirent la courte-pointe et l'envoyèrent cul par sur tête dans la
ruelle.

Celui qui a eu le plus d'attachement avec madame Des Loges ç'a été un
Allemand nommé Borstel. Etant résident des princes d'Anhalt[26], il
fit connoissance avec elle, et apprit tellement bien à parler et à
écrire, qu'il y a peu de François qui s'en soient mieux acquittés que
lui. Il la suivit en Limosin. Le prétexte fut qu'ils avoient acheté
ensemble de certains greffes en ce pays-là. Il avoit transporté tout
son bien en France. Comme il se vit en un pays de démêlés, il ne
voulut point se mettre parmi la noblesse; et comme il n'avoit pas une
santé trop robuste, il se feignit plus infirme qu'il n'étoit, afin de
rompre tout commerce avec ces gens-là. Il fut même quelques années
sans sortir de la chambre; cela fit dire qu'il avoit été dix-huit ans
sans voir le jour qu'à travers des châssis, et qu'il fut long-temps
sans pouvoir décider s'ils étoient moins sains de verre que de papier.

  [26] Il y avoit quatre ans quand Henri IV fut tué. Depuis, comme
  il a eu la faiblesse de cacher son âge, Balzac l'a appelé _cet
  ambassadeur de dix-huit ans_. A son compte, il falloit qu'il
  l'eût été à quatorze, comme vous le verrez par la suite. (T.)

Madame Des Loges morte, Borstel eut soin de ses affaires et de ses
enfants. Borstel vint à Paris, et on parla de le marier avec une fille
de bon lieu, assez âgée, nommée mademoiselle Du Metz; mais l'affaire
ne put s'achever, car il avoit appris quelque chose qui ne lui avoit
pas plu; mais il ne le voulut jamais dire. Il dit pour excuse qu'il ne
vouloit pas la tromper, et qu'on lui avoit fait une banqueroute depuis
qu'on avoit proposé de le marier avec elle. Depuis elle a épousé un M.
de Vieux-Maison. Gombauld, qui étoit de ses amis, car elle se piquoit
d'esprit, lui reprocha sérieusement d'avoir épousé un homme dont le
nom ne se pouvoit prononcer sans faire un solécisme.

Borstel, quelque temps après, en cherchant une terre trouva une femme,
car il épousa une jeune fille bien faite, qui étoit sa voisine à la
campagne, et il en a eu des enfants: mais il ne s'en porta pas mieux.
Il envoya ici, en 1655, un mémoire pour consulter sa maladie; il avoit
mis ainsi: «_Un gentilhomme de cinquante-neuf ans, etc._» Feret[27],
son ami, porta ce mémoire à un nommé Lesmanon, médecin huguenot, qui
est à M. de Longueville, qui consulta avec d'autres, et rédigea après
la consultation par écrit; il commençoit ainsi: «_Un gentilhomme de
soixante-neuf ans, et qui s'est marié depuis quatre ou cinq ans à une
jeune fille, etc._» Feret, voyant cela, lui dit qu'il ne l'avoit pas
prié de tuer M. Borstel, mais bien de le guérir s'il y avoit moyen, et
que de lui parler de son âge et de son mariage, c'étoit lui mettre le
poignard dans le sein. On changea ce commencement. Il avoit soixante
ans et plus quand il se maria, et étoit si incommodé qu'il ne pouvoit
dormir qu'en son séant. Il mourut de cette maladie pour laquelle on
avoit fait la consultation.

  [27] Secrétaire du duc de Weimar. (T.)



NOTICE SUR MADAME DES LOGES,

TIRÉE DES MANUSCRITS DE CONRART[28].

   Feu madame Des Loges avoit nom Marie de Bruneau; elle étoit
   originaire de la province de Champagne, mais née à Sédan, où son
   père et sa mère étoient alors réfugiés durant les guerres de
   religion, environ l'an 1584 ou 1585. On n'a trouvé parmi ses
   papiers aucuns renseignemens qui marquent précisément ni le
   jour, ni le mois, ni l'année.

   Son père étoit Sébastien de Bruneau, sieur de La Martinière,
   conseiller du Roi et intendant de la maison et des affaires de
   M. le Prince, et du roi de Navarre depuis le décès de ce prince.
   Sa mère avoit nom Nicole de Bey; ils étoient tous deux d'une
   rare et haute vertu, et à cette cause tenus en une singulière
   estime par toutes sortes de personnes, et surtout par divers
   princes et autres grands, même par le feu roi Henri IV, duquel
   il y a encore plusieurs lettres écrites de sa main audit sieur
   de Bruneau.

  [28] Manuscrit 902, in-folio, tom. 10, pag. 113, de la
  bibliothèque de l'Arsenal. Cette Notice est écrite d'une grande
  écriture de femme; elle a vraisemblablement été composée par une
  des filles de madame Des Loges. On trouvera des détails sur les
  manuscrits de Conrart dans la Notice qui précède ses Mémoires.
  (_Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France_, 2e
  série, t. 48.)

Ladite dame Des Loges a été mariée avec feu messire Charles de
Rechignevoisin, chevalier, seigneur des Loges, gentilhomme ordinaire
de la chambre du Roi, issu de l'une des plus illustres maisons de
Poitou et des mieux alliées; entre les autres à celles de La
Beraudière, de Vivonne, de Chémerault et de La Rochefoucauld. Il étoit
oncle à la mode de Bretagne de M. le duc de La Rochefoucauld. Son père
étoit chambellan de M. le duc d'Alençon, frère des rois François,
Charles et Henri, et mourut au voyage de Flandre, à l'entreprise
d'Anvers.

Lesdits sieur et dame Des Loges ont eu ensemble plusieurs enfants,
l'un desquels fut tué à la bataille de Prague, l'an 1620, l'autre au
siége de Bréda, en 1638, et l'aîné ayant suivi les guerres de Hollande
durant l'espace de vingt-trois ans entiers et consécutifs, sans avoir
perdu une seule campagne, et y ayant acquis beaucoup d'estime et
d'honneur, tant dedans les armées qu'à la cour du prince d'Orange, y a
possédé et y possède encore diverses charges militaires, et, entre les
autres, celle de général-major et de colonel, s'y étant habitué
tout-à-fait et allié en l'une des plus apparentes familles du pays.

Ladite dame Des Loges a fait sa demeure à Paris et à la cour durant
vingt-trois ou vingt-quatre ans, pendant lequel temps elle a été
honorée, visitée et régalée de toutes les personnes les plus
considérables, sans en excepter les plus grands princes et les
princesses les plus illustres. M. le duc d'Orléans en faisoit surtout
une très-particulière estime, et se rendoit assidu à la visiter, aussi
bien en la prospérité que dans l'adversité de ses affaires, dont cette
prudente dame prévoyant la continuation et les funestes succès, elle
se résolut à quitter tous ces avantages et toutes les commodités d'un
si agréable séjour, pour ne participer point aux intrigues qui depuis
en ont accablé plusieurs. Ce fut en l'an 1629 qu'elle se disposa à
cette sage retraite, en laquelle elle a depuis vécu doucement et
dévotement par l'espace de quelques années, jusque à 1636, qu'un
procès de grande importance l'ayant ramenée à Paris, elle y fut reçue
et respectée de tous les honnêtes gens de même qu'auparavant, et fut
de nouveau honorée des visites de Monsieur et des autres princes et
princesses.

Toutes les muses sembloient résider sous sa protection ou lui rendre
hommage, et sa maison étoit une académie d'ordinaire. Il n'y a aucun
des meilleurs auteurs de ce temps, ni des plus polis du siècle, avec
qui elle n'ait eu un particulier commerce, et de qui elle n'ait reçu
mille belles lettres, de même que de plusieurs princes et princesses
et autres grands. Il a été fait une infinité de vers et autres pièces
à sa louange, et il y a un livre tout entier, écrit à la main, rempli
des vers des plus beaux esprits de ce temps, au frontispice duquel
sont écrits ceux-ci, qui ont été faits et écrits par feu M. de
Malherbe:

     Ce livre est comme un sacré temple,
     Où chacun doit, à mon exemple,
     Offrir quelque chose de prix.
     Cette offrande est due à la gloire
     D'une dame que l'on doit croire
     L'ornement des plus beaux esprits.

Nous ne dirons rien ici de ce qu'elle a écrit elle-même, soit en prose
ou en vers, puisque, pour fuir toute vanité, elle n'a jamais voulu
permettre qu'aucune de ces pièces de sa façon fût exposée au public.
Un chacun sait néanmoins que son style, aussi bien que son langage
ordinaire, étoit des plus beaux et des plus polis, sans affectation
aucune, et accompagné d'autant de facilité que d'art; mais surtout
étoit à estimer son humeur agréable, discrète et officieuse envers un
chacun, sa conversation ravissante et sa dextérité à acquérir des amis
et à les servir et conserver. Elle avoit un courage plus que féminin,
une constance admirable en ses adversités, un esprit tendre en ses
affections et sensible aux offenses, mais attrempé d'une douceur et
facilité sans exemple à pardonner, et en tous ses maux d'une
résignation entière à la volonté de Dieu et d'une ferme confiance en
sa grâce, se reposant toujours sur sa providence, et ne désespérant
jamais de ses secours.

Les pertes de ses chers enfants, de madame de Beringhen, sa digne
soeur, dame reconnue d'un chacun pour être d'un esprit éminent, d'une
admirable conduite et d'une vie exemplaire[29], avec celles d'une
infinité de ses meilleurs et plus chers amis, accompagnées d'abondant
d'autres afflictions non moins cuisantes, l'avoient réduite, par la
tendresse de son bon naturel et par leur importance, à une vie fort
languissante, si bien que les forces du corps ne se trouvant pas
égales à celles de l'esprit, ni la délicatesse de la nature à
l'habitude de sa grande constance, ces déplaisirs furent suivis d'une
maladie aiguë et d'une mort très-heureuse, le 1er de juin, l'an 1641.
Ce fut au château de La Pléau, en Limousin, maison de madame de La
Pléau, sa fille aînée. Son testament a été une exhortation ample de
piété à ses enfants, sa maladie un patron de patience, tous ses propos
des enseignemens et des consolations saintes, et ses dernières paroles
celles de saint Paul: «Je suis assurée que ni mort, ni vie, ni anges,
ni principautés, ni puissances, ni choses présentes, ni choses à
venir, ni hautesse, ni profondeur, ni aucune autre créature, ne me
pourra séparer de la dilection de Dieu, qu'il nous a montrée en
Jésus-Christ, notre Seigneur[30].»

  [29] Tallemant en a cependant médit dans l'article qui suit; mais
  de qui n'a-t-il pas médit?

  [30] On a cru qu'il n'étoit pas inutile de publier cette Notice
  biographique contemporaine sur une femme justement célèbre. Elle
  avoit déjà été citée dans l'article Loges (des) de la Biographie
  universelle de Michaud. On peut aussi consulter l'article qui lui
  a été consacré dans le Dictionnaire de Moreri.



MADAME DE BERINGHEN

ET SON FILS.


Comme j'ai dit[31], elle étoit bien faite, et elle fut galante. M. de
Montlouet d'Angennes, qui étoit bel homme, disoit qu'elle lui avoit
offert douze cents écus de pension, mais qu'il n'étoit pas assez
intéressé pour cela, et qu'il étoit amoureux ailleurs: elle n'étoit
plus jeune; alors il lui prit fantaisie d'avoir un page.

  [31] Dans l'article qui précède.

Je n'ai jamais vu une personne plus fière; elle eut dispute à
Charenton pour une place; elle vouloit l'envoyer garder par un soldat
des gardes, car, disoit-elle, il n'y a pas un capitaine dans le
régiment qui ne soit bien aise de m'obliger[32].

  [32] Une madame d'Endreville, fille d'un secrétaire du Roi et
  femme d'un gentilhomme riche de Normandie, fit garder sa place,
  en 1658, par un suisse du Roi. On se moqua fort d'elle. (T.)

Elle n'avoit garde d'être ni si spirituelle, ni si accorte, que sa
soeur. Pour son mari, M. de Rambouillet m'a dit que Henri IV lui avoit
dit que Beringhen étoit gentilhomme. Cependant j'ai ouï conter à bien
des gens que le Roi ayant demandé à M. de Sainte-Marie, père de la
comtesse de Saint-Géran, comment il faisoit pour avoir des armes si
luisantes. «C'est, lui dit-il, un valet allemand que j'ai qui en a
soin.» Le Roi le voulut avoir: c'étoit Beringhen, et il lui donna
après le soin du cabinet des armes. Depuis il fit quelque chose, et
parvint à être premier valet-de-chambre. Or, il avoit un
cousin-germain, dont le fils, que je connois fort, conte ainsi leur
histoire. «Nous sommes, dit-il, d'une petite ville de Frise, qui
s'appelle Beringhen; nos ancêtres, dont la noblesse se prouve par les
titres que nous rapporterons quand on voudra, n'en étoient pas
seigneurs à la vérité, mais possédoient la plus belle maison de la
ville depuis plus de trois cents ans.»

Pour moi, je sais bien que bien souvent on a pris le nom du lieu de sa
naissance; mais ce n'est pas autrement une marque de noblesse, au
contraire, comme Jean de Meung et Guillaume de Lorris[33]. «Le père de
feu M. de Beringhen et le père du mien furent tués à la guerre: leur
bien se perdit. Leurs enfants ayant ramassé quelque chose du naufrage,
passèrent en France encore fort jeunes. Feu M. de Beringhen s'arrêta
sur la côte de Normandie, où il fut précepteur de quelques enfants de
gentilshommes; il avoit un peu de lettres. Au sortir de là, il se met
chez l'accommodeur de fraises du Roi, et fait connoissance avec les
officiers de la garde-robe: il avoit l'esprit vif, le Roi le prit en
amitié. Pour mon père, il alla jusqu'en Bretagne, et se mit à
trafiquer d'une espèce de toile qu'on appelle de la noyale; elle sert
à faire des voiles de navire, mais il n'a jamais paru en ce commerce,
et on ne sauroit prouver qu'il ait dérogé. Il acquit du bien
honnêtement. J'ai quarante lettres de feu M. de Beringhen à mon père
et de mon père à feu M. de Beringhen[34]. Depuis la mort de M. de
Beringhen, M. de Beringhen, son fils, aujourd'hui M. le Premier, comme
quelqu'un eut demandé l'aubaine de mon père qui vint à mourir, dit
tout haut: On a cru peut-être qu'il n'avoit point d'amis, mais je
ferai bien voir qu'il étoit mon parent. Aujourd'hui il s'avise de dire
que je suis bâtard, et son frère d'Armenvilliers a signé à mon contrat
de mariage. Il fit à la vérité un peu le rétif pour signer comme
parent; mais enfin il passa carrière. Madame de Saint-Pater[35], sa
soeur, à la mort, s'est repentie d'avoir dit que j'étois venu d'un
bâtard de leur maison, et j'ai fait voir à M. de La Force mes titres
et les lettres de feu M. de Beringhen.» Or, cet homme croyoit tenir M.
le Premier, et disoit: «J'ai tous les titres; et s'il prétend à être
chevalier de l'ordre, il faut qu'il vienne à moi:» mais M. le Premier
a eu des titres tels qu'il a voulu, et l'électeur de Brandebourg, à
qui appartient le lieu de leur naissance, a été bien aise de
l'obliger. Dans sa généalogie, il fait mourir le père de Beringhen à
dix-sept ans, lui qui en a vécu soixante.

  [33] Les deux auteurs du _Roman de la Rose_. Tallemant auroit dû
  les nommer dans l'ordre inverse, puisque Jean de Meung a été le
  continuateur de Guillaume de Lorris.

  [34] On dit même qu'ils étoient associés. (T.)

  [35] Madame de La Luzerne, son autre fille, est un original en
  Phébus. Pour dire que lui faire tant de cérémonies, c'étoit la
  faire souffrir terriblement, elle dit une fois: «Ha! pour cela,
  madame, c'est une vraie _gémonie_.» Elle avoit ouï parler du
  Montfaucon de Rome, qu'on appeloit _Scalas Gemonias_.
  (T.)--C'étoit le lieu d'où l'on précipitoit les criminels.

Cet autre Beringhen et sa femme sont assez assotés de leur noblesse,
et ils disoient: «Nous voudrions pour plaisir qu'on nous pût mettre à
la taille, pour avoir lieu de prouver notre noblesse.--Vous n'avez,
leur dis-je, qu'à aller demeurer six mois à Lagny, vous en aurez le
divertissement.»

M. le Premier autrefois fut un peu de la faveur; il cabala avec
Vaultier et madame Du Fargis. Il commença à branler dès le voyage de
Lyon, et fut disgracié au retour de La Rochelle. Il avoit changé de
religion: il alla en Hollande, et le prince d'Orange, qui aimoit tout
ce que le cardinal de Richelieu persécutoit, le reçut à bras ouverts,
et lui donna ses chevau-légers à commander. Beringhen acquit quelque
réputation; il revint en France après la mort du cardinal. Le reste se
trouvera dans les Mémoires de la régence.



LE CHANCELIER SÉGUIER[36].


J'ai déjà dit ailleurs que le chancelier[37] est l'homme du monde le
plus avide de louanges: on en verra des preuves par la suite. On
l'accuse d'être grand voleur. Pour lâche et avare, il ne faut que lire
ce que je m'en vais mettre[38].

  [36] Pierre Séguier, né le 28 mai 1588, chancelier en 1635, mort
  le 28 janvier 1672.

  [37] On m'a dit que ce fut Des Roches, le mâle, chanoine de
  Notre-Dame, fort riche en bénéfices, autrefois petit valet du
  cardinal de Richelieu au collége, qui, le connoissant par droit
  de voisinage, le proposa au cardinal de Richelieu pour
  garde-des-sceaux, comme un homme dévoué, et dont il lui
  répondoit; le cardinal s'y fia. Le monde fut assez étonné de ce
  choix, car il n'étoit pas trop en passe de cela. Il étoit alors
  président au mortier en la place de son oncle. (T.)

  [38] Tallemant se montre ici singulièrement prévenu contre le
  chancelier Séguier. Au reste, la partialité que ce magistrat
  témoigna dans le procès du surintendant, et dans d'autres
  circonstances, nuisit singulièrement à son caractère. On en
  aperçoit des traces dans les lettres de madame de Sévigné, et les
  Mémoires encore manuscrits de M. d'Ormesson, ne permettent pas de
  douter que le chancelier n'ait eu pour Colbert, ennemi personnel
  du surintendant, une complaisance tout-à-fait opposée au
  caractère qu'il auroit dû déployer.

Personne n'a tant donné à l'extérieur que lui; il a baptisé sa maison
_hôtel_; il a mis un manteau et des masses informes de bâton de
maréchal de France à ses armes, et son carrosse en est tout historié.
Il ne feroit pas un pas sans exempt et sans archers[39]; mais, en
récompense, jamais au fond chancelier ne fit moins le chancelier que
lui: il est toujours le très-humble valet du ministre. On verra dans
les Mémoires de la régence comme on le ballotte, et que c'est un homme
qui avale tout. Ici je ne veux mettre que des particularités qui ne
pourroient entrer dans l'ouvrage que je veux faire[40].

  [39] Il est le premier qui s'est avisé de se faire traiter de
  _grandeur_. Avant lui pas un ne s'étoit fait traiter de
  _monseigneur_ dans les harangues, quand on lui parle comme
  député. (T.)

  [40] On voit par là que Les Mémoires de la Régence, dont l'auteur
  parle si souvent, n'existoient qu'en projet; il est
  très-vraisemblable qu'ils n'ont pas été composés.

Les Séguier de Paris ne viennent nullement des Séguier de Languedoc:
ils viennent d'un procureur qui étoit grand-père du feu président
Séguier. Ce procureur eut un fils avocat[41], qui fut poussé dans les
charges, qu'on ne vendoit pas en ce temps-là; il fut avocat-général,
et son fils président[42]. Il en eut trois autres; le chancelier vient
de celui qui fut lieutenant-civil.

  [41] Pierre Séguier, premier du nom, d'abord avocat des parties,
  devint avocat-général du Parlement en 1550, président à mortier
  en 1554; né en 1504, mort en 1580.

  [42] Pierre Séguier, deuxième du nom, d'abord, lieutenant civil,
  succéda à son père dans la charge de président à mortier.

Le chancelier fut si étourdi, étant garde-des-sceaux, que de faire
ôter la tombe de ce procureur, qui étoit à Saint-Severin ou à
Sainte-Opportune, à cause qu'il y avoit une inscription[43]. Sa femme
s'appelle Fabri[44]; elle a eu beaucoup de bien. Je pense que son père
étoit trésorier de France à Orléans. On dit que le grand-père de Fabri
étoit serrurier, d'où vient la pointe _Fabricando Fabri fimus_[45].
Cette femme n'a jamais été belle, mais elle étoit propre; on en a
médit avec plus d'une personne. Le comte de Clermont de Lodève, qu'on
appeloit en sa jeunesse le marquis de Sessac, se vantoit d'avoir
couché avec elle. Elle a payé le comte de Harcourt assez long-temps.
On a parlé d'un chanoine de Notre-Dame, nommé Thevenin, et il n'y a
pas plus de quatre ou cinq ans qu'il y a eu de la rumeur en ménage
pour un certain maître d'hôtel qui n'étoit pas mal avec elle, sans
compter les moines, car elle est dévote, et les dévotes sont le
partage des _frères frapparts_. C'est une des plus avares femmes du
monde. Tous les officiers que le chancelier reçoit lui doivent six
aunes de velours ou de satin, selon la charge qu'ils ont. Le
chancelier de Sillery les recevoit, mais il les rendoit, et pour cela
il y avoit six aunes de chacune de ces étoffes, chez un certain
marchand, qui étoient banales, s'il faut ainsi dire, et qu'on louoit
un écu; car on savoit bien que le chancelier les renverroit. La
chancelière a raffiné sur cela. On dit à l'officier: «Allez-vous-en
chez un tel marchand, et lui payez les six aunes.» Puis quand la somme
est assez grosse, comme elle en tient registre, elle va lever un
ameublement: de là vient qu'on l'appelle _la fripière_[46].

  [43] Ce ne fut pas lui, ce fut Séguier, marquis d'O; le premier
  président Le Jay, qui étoit alors procureur du roi du Châtelet,
  en haine du président Séguier d'alors, oncle du chancelier, en
  fit informer. Il étoit mal satisfait de ce président, je ne sais
  pourquoi. (T.)

  [44] Madeleine Fabri, fille de Jean Fabri, seigneur de Champauzé,
  trésorier de l'extraordinaire des guerres.

  [45] Je sais de Boileau, greffier de la Grand'Chambre, que le
  père de la chancelière a été valet chez feu son grand-père à
  quinze écus de gages, c'est-à-dire tout au plus _petit clerico_.
  Cependant, à l'imitation de son mari, elle va chercher des aïeux
  en Provence. M. de Peiresc s'appeloit Fabri; il prétendoit venir
  d'un gentilhomme pisan qui s'établit en Provence durant les
  guerres des ducs d'Anjou pour le royaume de Naples; et comme M.
  le président Séguier eut les sceaux, Peiresc, qui étoit bien aise
  d'avoir sa faveur pour obliger les gens de lettres et de vertu,
  avoua le frère de la chancelière, alors maître des requêtes, pour
  son parent. Le bonhomme Gassendi en met la descente tout franc
  dans la vie de Peiresc. Il le croit, comme il le dit, ou il avoit
  ordre de son ami d'en parler ainsi pour la raison que j'ai dite.
  (T.)

  [46] Je me souviens que le jour de Saint-Joseph, aux Mathurins,
  où l'abbé de Cerisy prêchoit, on avoit habillé saint Joseph d'une
  robe de M. le chancelier, et la Vierge avoit la cravate de madame
  d'Aiguillon.

     (T.)

Le cardinal de Richelieu partagea avec lui pour ses filles; il en
maria l'une, et lui laissa marier l'autre. M. de Coislin, parent du
cardinal, petit bossu, mais qui avoit du coeur et étoit de bonne
maison, épousa l'aînée; l'autre fut mariée au prince d'Enrichemont,
fils du marquis de Rosny, aîné de M. de Sully, mais qui étoit mort il
y avoit long-temps. Ce M. d'Enrichemont est une _contemptible_
créature; le bon homme de Sully eut de la peine à s'y résoudre, et
disoit: «Je ne veux point m'allier avec le prince des chicaneurs.» En
quelque occasion le chancelier lui écrivit, et il y avoit en un
endroit: _Afin que la paix soit dans nos familles. «Familles! dit le
bon homme, familles!_ Bon pour lui qui n'est qu'un citadin; mais il
pourroit bien user du terme de _maison_, quand j'y suis compris.» La
chancelière étoit ravie de dire: «Allez savoir comment ma fille la
princesse a passé la nuit.» Avant cela il fut assez fou pour aller
proposer au cardinal, comme si sa femme l'y avoit obligé, de marier sa
fille avec feu M. de Nemours, l'aîné de celui que M. de Beaufort tua.
«Oui, lui répondit le cardinal; en effet, cela seroit fort sortable
que Victor-Amédée de Savoie épousât Charlotte Séguier! dites à Marie
Fabri qu'elle rêve.»

Quelque avide de louange que fût le chancelier, tandis que le cardinal
de Richelieu a vécu, il n'a pas voulu souffrir qu'on le louât, et il
se fit de l'Académie, de peur qu'on ne dît qu'il se vouloit tirer du
pair[47]. Depuis, quand l'abbé de Cerisy[48] se retira à l'Oratoire,
entre autres plaintes que le chancelier fit de lui, il se plaignit
fort de ce qu'il n'avoit pas fait une panse d'_a_ pour lui. Quand La
Chambre, son médecin, voulut mettre au jour son livre du raisonnement
des bêtes[49], il dit au chancelier qu'il doutoit s'il le lui devoit
dédier, de peur que cela ne fît faire des railleries; le chancelier
répondit qu'il se moquoit des railleries. Il avoit autrefois l'abbé de
Cerisy chez lui, La Chambre, qui y est encore, et Esprit[50], tous
trois de l'Académie. Pour être loué il donnoit sur le sceau quelques
pensions, mais il laissoit bien aussi charger ce pauvre sceau, et à
proprement parler, c'étoit le public qui payoit ces beaux esprits.
Esprit se brouilla avec lui, comme nous verrons dans l'histoire de M.
de Laval. Pour La Chambre, il y demeura toujours et est le patron, car
le chancelier, tout dévot qu'il est, est un grand _garçailler_; il
paie ses demoiselles en arrêts, et autres choses semblables; mais
comme il y a quelquefois du mal dans ses chausses, La Chambre, qui le
traite, est fort absolu, et se prévaut un peu de la confidence; il est
atrabilaire.

  [47] Bois-Robert dit qu'il avoit proposé au cardinal de faire le
  chancelier protecteur, et de se contenter, lui, d'avoir soin de
  l'Académie, et que le cardinal, qui prenoit le chancelier pour un
  grand faquin, reçut cela si mal, qu'il pensa chasser Bois-Robert.
  (T.)

  [48] Germain Habert, abbé de Cerisy, de l'Académie françoise,
  mort vers 1654. On a de lui diverses poésies dans les Recueils du
  temps, une Vie du cardinal de Bérule et quelques autres ouvrages.

  [49] _La Connaissance des Bêtes_; Paris, 1648, in-4º.

  [50] Jacques Esprit, de l'Académie françoise, mort en 1678. On
  lui attribue le livre intitulé _de la Fausseté des vertus
  humaines_. Lié avec madame de Sablé et avec le duc de La
  Rochefoucauld, il passe pour avoir eu quelque part aux _Maximes_.

C'est une pillauderie épouvantable que celle de ses gens; en voici une
belle preuve. Un jour que les comédiens du Marais jouèrent au
Palais-Royal, le chancelier, qui y étoit, trouva Jodelet, leur fariné,
fort plaisant; il en fut si charmé que, pour tout dire en un mot, il
en devint libéral, et lui fit dire qu'il le vînt trouver le lendemain
et qu'il lui feroit un présent. Jodelet ne manqua pas d'y aller:
d'abord un des valets-de-chambre du chancelier lui vint dire: «J'ai
parlé pour vous à monsieur, monsieur a dessein de vous donner cent
pistoles;» et ajouta à cela: «Vous n'oublierez pas vos bons amis.» Le
fariné lui promit qu'il y en auroit le quart pour lui. Incontinent
après, un autre valet-de-chambre lui fit la même harangue, et Jodelet
lui fit la même promesse; enfin il en vint jusqu'à quatre, car le
chancelier a quatre rançonneurs de gens. Jodelet ensuite fut
introduit, et le chancelier, tout riant, lui demanda: «Que voulez-vous
que je vous donne?--Monseigneur, lui répondit-il, donnez-moi cent
coups de bâton, ce sera vingt-cinq pour chacun de messieurs vos
valets-de-chambre.» _Sa grandeur_ voulut tout savoir, et Jodelet, par
ce moyen, s'exempta de rien donner à personne: ces coquins furent bien
grondés; toutefois leur maître leur laisse continuer leurs
friponneries.

Le chancelier est l'homme du monde qui mange le plus malproprement et
qui a les mains les plus sales; il fait une certaine capilotade, où il
y entre toutes sortes de drogues, et en la faisant il se lave les
mains tout à son aise dans la sauce; il déchire la viande; enfin cela
fait mal au coeur, et quoiqu'il soit payé pour la table des maîtres
des requêtes, il leur fait pourtant assez mauvaise chère. Il se curoit
un jour les dents chez le cardinal avec un couteau; le cardinal s'en
aperçut, et fit signe à Bois-Robert; après il commanda au
maître-d'hôtel de faire épointer tous les couteaux. Bois-Robert, le
plus doucement qu'il put, le dit au chancelier, qui acheta dès le
jour même un cure-dent d'or. Le cardinal voyant le chancelier, qui à
la première rencontre faisoit parade de son cure-dent, dit à
Bois-Robert: «Je gage que vous l'avez dit à M. le chancelier?--Oui,
monseigneur.--L'imprudent poète que vous êtes!»

Ballesdens[51], qui est à lui, et qui a été précepteur du marquis de
Coislin, dit: «Si je fais jamais imprimer mes lettres, où il y a mille
flatteries pour le chancelier, je ferai mettre un _errata_ au bout:
_en telle page ce que j'ai dit n'est pas vrai, en telle page, cela est
faux_, et ainsi du reste.»

  [51] Jean Ballesdens, avocat au Parlement, membre de l'Académie
  françoise, auteur de quelques ouvrages médiocres. Il aimoit les
  anciens livres; on trouve souvent sa signature sur le frontispice
  des éditions gothiques de nos vieux poètes.

Le chancelier a l'honneur d'être si sottement glorieux qu'il ne se
_desfule_[52] quasi pour personne. Un jour il n'ôta quasi pas son
chapeau pour M. de Nets[53], évêque d'Orléans; l'autre lui demanda
s'il étoit teigneux; on fit une épigramme sur son incivilité.

     Qu'il est dur au salut, ce fat de chancelier!
     Cela le fait passer pour un esprit altier,
         Vain au-delà de toutes bornes.
       Ce n'est pas pourtant qu'il soit fier,
       C'est qu'il craint de montrer ses cornes.

  [52] Qu'il ne se _découvre_; du mot _infula_, qui signifie
  chaperon dans la basse latinité.

  [53] Nicolas de Nets, évêque d'Orléans en 1631, mourut en 1646.

Une fois le chancelier trouva à qui parler. Matarel, avocat, père de
celui qui est dans la Bastille, est parent de la chancelière; cela lui
coûte bien, car il a quitté le palais, et n'a rien fait avec le
chancelier. Il a un fils qui porte le nom d'un prieuré, nommé de
Vannes: c'est un évaporé. Le chancelier lui avoit fait quelque chose;
il alla lui chanter goguettes, qu'il étoit un beau justicier! que lui
et tous ceux qu'il avoit maltraités iroient se jeter aux pieds du roi.
«Vous avez de beaux comptes à rendre à Dieu,» lui dit-il. Là-dessus il
lui parle de toutes ses voleries, des jeux de boule, dont il tiroit
six ou sept écus, plus ou moins, de chacun; du pavé, sur lequel il
avoit tant friponné, du sceau, des boues, etc. Le chancelier lui dit
qu'il le feroit jeter par les fenêtres. «Vous, reprit-il, je vous
poignarderois si vous y aviez songé,» et puis s'en alla. M. de
Meaux[54] que dit, s'il eût été là, il l'eût fait assommer. Il va
trouver M. de Meaux, et lui reproche toutes ses débauches secrètes,
car il savoit tout. Ce cagot a pris à Meaux tout le milieu du cloître
pour son jardin, et a fait couper un bois destiné à la réfection de
l'église, qu'il a fort bien vendu sans en donner un sou au chapitre,
et tout cela comme frère du chancelier. Or, depuis, une fois le
chancelier eut affaire de de Vannes, à cause de feu M. de Sully, avec
qui ce dernier étoit assez bien; mais le chancelier ne voulut jamais
lui parler; il se tint à un bout de la salle, et l'autre à l'autre. Le
Père Matarel faisoit les allées et venues. Le chancelier, tout rogue
qu'il est, salue de Vannes le premier partout où il le voit, pourvu
que ce ne soit pas au conseil.

  [54] Dominique Séguier, conseiller clerc au Parlement, doyen de
  l'église de Paris, évêque d'Auxerre, puis de Meaux, premier
  aumônier du Roi, mourut eu 1659.



JODELET.


On avoit joué _l'Amphitrion_, où, à la fin, Jupiter venoit dans un
nuage avec un grand bruit. Jodelet, comme s'il eût voulu annoncer,
vint aussitôt sur le théâtre: «Si toutes les fois, dit-il aux
spectateurs, qu'on fait un cocu à Paris, on faisoit un aussi grand
bruit, tout le long de l'année on n'entendroit pas Dieu tonner.»

A la création du parlement de Metz, il vendit des barbes pour les
conseillers de ce parlement: c'étoient tous jeunes gens.

Ce même Jodelet dit un jour une plaisante chose à Aubert, des
gabelles, qui fait bâtir un palais auprès des petits comédiens, au
Marais; car comme il lui disoit: «Je ferai mettre des statues dans
cette galerie.--Pensez que vous n'oublierez pas, lui dit Jodelet,
celle de la femme de Loth.--Ma foi! j'en tiens, répondit l'autre; il
m'a donné mon paquet.» Cette statue étoit de sel, et le sel a fait la
fortune d'Aubert. On appelle cette maison l'hôtel _Salé_.

Une fois qu'on avoit joué une pièce dont la scène étoit à Argos, il
dit à la farce: «Monsieur, vous avez été à Argos aujourd'hui; mais
vous n'avez peut-être pas remarqué une singularité de cette ville-là;
c'est qu'il y a une fontaine où Junon, en se baignant tous les ans,
reprend un nouveau pucelage. Ma foi! s'il y en avoit une comme cela
dans le Marais, il faudroit que le bassin en fût bien grand.» L'auteur
de la pièce lui avoit dit cette érudition.



HAUTE-FONTAINE.


Haute-Fontaine étoit fils d'un bourgeois de Paris, huguenot, nommé
Durand, qui s'étoit retiré à Genève à cause de la persécution. Il
avoit un frère aussi qui au commencement avoit grande inclination aux
armes; mais depuis, ayant embrassé les lettres, il fut ministre à
Paris. Celui-ci, qui, au contraire, durant son jeune âge, n'étoit
porté qu'aux lettres, les quitta pour les armes. Il savoit, il étoit
hardi, et avoit l'esprit agréable et plaisant. On en conte trois ou
quatre choses qui le feront voir. Étant à Leyde, encore assez jeune,
il disputa une chaire de philosophie qui vaquoit, contre M. Dumoulin,
un de nos plus célèbres ministres; mais Dumoulin l'emporta.
Haute-Fontaine en eut un tel dépit que, l'ayant trouvé un jour seul en
quelque lieu à l'écart, il lui donna cent coups de poing, et lui
égratigna tout le visage. Puis il afficha ce placard à l'auditoire:
_Petrus Molinæus hodie non leget, quia rem habet cum hospitâ_.
Dumoulin, averti de cela, fut bien empêché, car de n'aller point
dicter, c'étoit autoriser cette médisance, et d'y aller ainsi
égratigné, c'étoit s'exposer à la risée de ses écoliers. Enfin, il
s'avisa d'envoyer quérir un peintre qui mit de la peinture couleur de
chair sur les endroits où il étoit égratigné.

Haute-Fontaine, ayant pris les armes, se mit de la suite de M. de
Béthune, ambassadeur de France à Rome auprès du saint Père. Un jour,
M. de Béthune, peu accompagné, rencontra l'ambassadeur d'Espagne avec
une grande suite; Haute-Fontaine, craignant que les Espagnols ne
prissent le haut du pavé, si on ne les étonnoit par quelque bravoure
extraordinaire, sans en demander avis à personne, prit sa course,
l'épée à la main, criant à haute voix: _Place, place à l'ambassadeur
de France!_ Les Espagnols surpris passèrent du côté de main gauche,
disant entre eux que les François étoient fous. Cette action plut
extrêmement à Henri IV, et il ne se pouvoit lasser d'en rire et de la
louer.

Un jour, passant en Angleterre dans un petit vaisseau anglois, il
donna un soufflet au capitaine en présence de tous ses gens, parce
qu'il disoit des sottises du roi de France: au même moment il arrache
une mèche à un soldat, et fait si bien qu'il gagne la chambre aux
poudres; quand il fut là, il leur crie qu'il va mettre le feu aux
poudres, si on ne le mène à Calais, et qu'il ne sortira point d'où il
est qu'il ne soit assuré qu'on a reçu autant de François qu'il y a
d'Anglois sur le vaisseau. Il épouvanta tellement ces gens-là qu'ils
firent tout ce qu'il vouloit.

Haute-Fontaine ensuite fut gouverneur de MM. de Rohan. Durant le
carême ils se trouvèrent à Milan. On ne vouloit point leur donner de
viande sans permission de l'archevêque, qui étoit fort sévère en
pareilles choses. Haute-Fontaine entreprit pourtant d'en venir à
bout. Il va trouver l'archevêque et lui dit d'un ton dolent qu'il
avoit une étrange infirmité; qu'à la seule vue du poisson, tout son
sang se tournoit, qu'il pâlissoit, frémissoit, tomboit en foiblesse;
que c'étoit une antipathie naturelle qu'il n'avoit jamais pu
surmonter. L'archevêque en eut pitié, et lui accorda la dispense.
Comme il fut question de l'écrire, il ajouta qu'il avoit encore une
autre incommodité bien plus grande que la première; c'est qu'il étoit
travaillé d'une faim canine qui l'obligeoit à manger autant que trois;
que, pour cacher cette maladie, quand il étoit hors de chez lui, il
demandoit toujours à manger pour lui et pour deux autres, et payoit
comme pour trois. Il lui allégua sans doute l'exemple de cet évêque
dont il est parlé dans la Vie de M. de Thou, qui ne pouvoit vivre s'il
ne mangeoit amplement sept ou huit fois par jour; tant il y a, qu'il
parla si bien et si sérieusement que le bon archevêque le crut, et mit
dans la dispense qu'on lui donnât de la viande pour lui et pour deux
de ses compagnons. Ainsi, MM. de Rohan et de Soubise, qui apparemment
étoient là incognito, firent le carême bien à leur aise.

On dit encore qu'en une hôtellerie en France il battit cinq ou six
sergents ou recors, qui faisoient un bruit de diable, et vouloient
mener quelqu'un en prison: les sergents firent leur plainte devant le
juge du lieu. Ceux qui voyageoient avec Haute-Fontaine le grondèrent
de ce qu'il les avoit ainsi embarrassés; mais il leur dit qu'il y
donneroit bon ordre. Il fut donc trouver le juge avec eux; et, après
lui avoir fait cent contes, il le pria de les expédier et de lui
permettre de plaider lui-même sa cause. Haute-Fontaine, en plaidant,
fit tant de différentes interrogations à ces sergents, et les tourna
de tant de côtés, qu'il les confondit tous l'un après l'autre, à un
près, qui n'avoit point encore parlé, auquel s'adressant: «Et vous,
lui dit-il, soutenez-vous aussi que je vous aie battu?--Non, dit le
sergent, parce que, incontinent que vous me menaçâtes, je _sorta_.--Il
est vrai, monsieur, répliqua Haute-Fontaine, il _sorta_ tout aussitôt,
mais incontinent après il _rentrit_.» Le juge se prit à rire, et mit
les parties hors de cour et de procès.



MESDAMES DE ROHAN.


Madame de Rohan[55], mère du premier duc de Rohan[56], qui a tant fait
parler de lui, étoit de la maison de Lusignan, d'une branche qui
portoit le nom de Parthenay. C'était une femme de vertu, mais un peu
visionnaire. Toutes les fois que M. de Nevers, M. de Brèves et elle se
trouvoient ensemble, ils conquêtoient tout l'empire du Turc[57]. Elle
ne vouloit point que son fils fût duc, et disoit le cri d'armes de
Rohan:

     Roi, je ne puis,
     Duc, je ne daigne,
     Rohan je suis.

  [55] Catherine de Parthenay-Soubise, femme de René, deuxième du
  nom, vicomte de Rohan.

  [56] Henri, deuxième du nom, premier duc de Rohan, auteur des
  _Mémoires_ publiés sous ce nom; né le 21 août 1579, mort le 13
  avril 1638.

  [57] Ce M. de Brèves, à ce qu'on dit, appela le pape _le grand
  Turc des chrétiens_. Il cria: _Alla_, en mourant, et sans Gédoin,
  le Turc, qui croyoit en Notre Seigneur comme lui, il ne se fût
  jamais confessé; mais Gédoin lui dit qu'il le falloit faire par
  politique. (T.)

Elle avoit de l'esprit et a écrit une pièce contre Henri IV, de qui
elle n'étoit pas satisfaite je ne sais pourquoi, où elle le déchire en
termes équivoques, _Comme ce prince n'a rien d'humain, etc._ Elle a
été de plusieurs cabales contre lui.

Elle avoit une fantaisie la plus plaisante du monde: il falloit que le
dîner fût toujours prêt sur table à midi; puis quand on le lui avoit
dit, elle commençoit à écrire, si elle avoit à écrire, ou à parler
d'affaires; bref, à faire quelque chose jusqu'à trois heures sonnées:
alors on réchauffoit tout ce qu'on avoit servi, et on dînoit. Ses
gens, faits à cela, alloient en ville après qu'on avoit servi sur
table. C'étoit une grande rêveuse. Un jour elle alla pour voir M.
Deslandes, doyen du parlement; madame Des Loges étoit avec elle, et en
attendant qu'il revînt du Palais, elle se mit à travailler et à rêver
en travaillant; elle s'imagine qu'elle est chez elle, et quand on lui
vint dire que M. Deslandes arrivoit: «Hé, vraiment, dit-elle, il vient
bien à propos. Hé! monsieur, que je suis aise de vous voir! Hé! quelle
heure est-il? Il faut, puisque vous voilà, que nous dînions
ensemble.--Madame, vous me faites trop d'honneur,» dit le bon homme,
qui aussitôt envoya à la rôtisserie. Enfin on sert, elle regarde sur
la table. «Mais, mon bon ami, vous ferez méchante chère aujourd'hui.»
Madame Des Loges, eut peur qu'elle ne continuât sur ce ton-là, elle
la tire. «Hé! où pensez-vous être? lui dit-elle.» Madame de Rohan
revint, et lui dit en riant: «Vous êtes une méchante femme de ne m'en
avoir pas avertie de meilleure heure.» Elle dit, pour s'en aller,
qu'elle étoit conviée à dîner en ville.

Son fils (M. de Rohan, père de madame de Rohan la jeune)[58] étoit
sans doute un grand personnage. Il n'avoit point de lettres,
cependant il a bien fait voir qu'il savoit quelque chose; on a deux
ou trois ouvrages de lui: _le Parfait capitaine_, _les Intérêts des
princes_ et ses _Mémoires_[59]: on a dit que ce n'étoit pas un fort
vaillant homme, quoiqu'il ait toute sa vie fait la guerre, et qu'il
soit mort à une bataille. On en fait un conte: on disoit que de
frayeur il sella une fois un boeuf au lieu d'un cheval, et on
l'appela quelque temps _le boeuf sellé_; cependant il payoit de sa
personne quand il le falloit.

  [58] Marguerite, duchesse de Rohan, seule héritière de son père,
  épousa, en 1645, Henri Chabot, simple gentilhomme, et porta dans
  cette maison le titre et les armes de Rohan.

  [59] Les Mémoires du duc de Rohan ont été réimprimés dans le t.
  18 de la seconde série de la Collection Petitot.

Dans son _Voyage d'Italie_, il y a une terrible pointe; il parle d'un
homme de fortune qui étoit à la cour d'Angleterre; on l'accusoit de
venir d'un boucher. «On ne peut pas dire, dit-il, qu'il ne vienne de
grands _saigneurs_.» En parlant de la _Villa Ciceronis_, qui est au
royaume de Naples, il met: «La métairie de Cicéron où il composa le
plus beau de ses ouvrages, et entre autres le _Pandette_[60].» Quelque
sot d'Italien lui avoit dit cela, et il l'a pris pour argent
comptant. Voilà ce que c'est que de ne montrer pas ses ouvrages à
quelque honnête homme!

  [60] On lit en effet dans le _Voyage du duc de Rohan_, Amsterdam,
  chez Louis Elzéviers, 1649, petit in-12, pag. 101: «Les ruines de
  la superbe métairie de Cicéron, nommées Académia..... sont
  considérables...... pour les belles _OEuvres_ qu'il y a
  composées, entre lesquelles sont renommées les _Pendette_.»

Il eut dessein une fois d'acheter du Turc l'île de Chypre, et d'y
mener une colonie. Il alloit pour faire un parti, à ce qu'on dit, avec
le duc de Weimar, quand il fut blessé à la bataille de Reinfelden que
donna ce duc, et après il mourut de sa blessure. C'étoit un petit
homme de mauvaise mine. Il épousa mademoiselle de Sully qu'elle étoit
encore enfant[61]; elle fut mariée avec une robe blanche, et on la
prit au col pour la faire passer plus aisément. Dumoulin, alors
ministre à Charenton, ne put s'empêcher, car il a toujours été
plaisant, de demander, comme on fait au baptême: «Présentez-vous cet
enfant pour être baptisé?» On leur fit faire lit à part; mais elle ne
s'en put tenir long-temps; et quand on vint dire à M. de Rohan que sa
femme étoit accouchée, il en fut surpris, car à son compte cela ne
devoit pas arriver si tôt. On m'a dit que ce fut Arnauld du Fort,
depuis mestre de camp des carabiniers, qui en eut les prémices. Le
maréchal de Saint-Luc est apparemment celui qui l'a mise à mal, si
quelque suivant n'a passé devant lui; car, pour des valets, elle a
toujours dit, en riant, qu'elle n'étoit point _valétudinaire_. (On
appelle valétudinaires celles qui se donnent à des valets.)

  [61] Marguerite de Béthune Sully, morte le 22 octobre 1660.

La galanterie qui a fait le plus de bruit, c'est celle qu'elle fit
avec M. de Candale; il n'étoit pas bien fait de sa personne, mais il
avoit beaucoup d'esprit et étoit fort agréable: ce n'étoit ni un brave
ni un grand capitaine. Madame de Rohan étoit très-jolie, et avoit
quelque chose de fort mignon; d'ailleurs née à l'amour plus que
personne du monde, et qui disoit les choses fort plaisamment. M. de
Saint-Luc en étoit en possession, quand M. de Candale vint à la cour.
La grandeur du père faisoit qu'on le regardoit comme une illustre
conquête: elle lui fit toutes les avances imaginables. Lorsqu'il fut
marié, elle le brouilla avec sa femme, et fut cause qu'il se démaria.
Sa femme lui offrit le congrès, il ne voulut pas l'accepter; ensuite
madame de Rohan lui fit changer de religion. Il y avoit souvent noise
entre eux, et quand il fut revenu à l'Église romaine, il dit à madame
Pilou: «Qu'il n'y avoit point de mauvais offices que madame de Rohan
ne lui eût rendus. Elle m'a mis mal, disoit-il, avec le Roi, avec mon
père et avec Dieu, et m'a fait mille infidélités; cependant je ne m'en
saurois guérir.» Il laissa tout son bien à mademoiselle de Rohan,
aujourd'hui madame de Rohan, qui ne le voulut point accepter. Guitaut,
depuis capitaine des gardes de la Reine-mère, vengea M. de Saint-Luc,
à qui il avoit été, car il coucha avec elle, et puis la battit bien
serré dans un démêlé qu'ils eurent ensemble. Madame Pilou lui débaucha
feu d'Aumont, cadet du maréchal d'aujourd'hui, et le maria; elle lui
débaucha aussi Miossens, mais madame de Rohan n'en a rien su, et elle
le maria comme l'autre. Un jour elle égratigna Miossens, car, ayant
appris qu'il avoit été au bal au Louvre, au sortir de chez elle,
quoiqu'elle le lui eût défendu, elle l'alla battre et égratigner dans
son lit. De dépit, il entendit à la proposition que madame Pilou lui
fit.

Bonneuil, introducteur des ambassadeurs, comme des ambassadeurs
d'Angleterre lui eussent demandé: «Qui est cette dame-là? (C'étoit
madame de Rohan.)--C'est le docteur, répondit-il, qui a converti M. de
Candale;» car, pour fortifier le parti des Huguenots, elle fit changer
de religion à M. de Candale, qui n'y demeura guère. Théophile fit une
épigramme sur cela, qui est dans le _Cabinet satirique_. L'épigramme
qui dit:

     Sigismonde est la plus gourmande, etc.,

est faite aussi pour elle: elle n'est pas imprimée.

M. de Candale avoit amené deux ou trois capelets de Venise à Paris;
lui et Ruvigny en trouvèrent une fois un couché avec une g.... dans la
Place Royale. Ruvigny lui dit: «Je te donne un écu d'or si tu la veux
baiser, demain, en plein midi, dans la place.» Il le promit, et, comme
il étoit après, M. de Candale et Ruvigny et quelques autres firent
exprès un grand bruit: toutes les dames mirent la tête à la fenêtre et
virent ce beau spectacle.

Avant que de passer plus avant, je dirai ce que j'ai appris pour
preuve de ce que je viens de dire. M. de Rohan étoit dans Maubeuge
avec dix mille hommes, à la vérité il lui manquoit quelque chose. Le
cardinal Infant se va mettre devant la ville. Le cardinal de La
Valette s'avançoit (c'étoit à cause de lui que son frère avoit de
l'emploi). L'Espagnol lève le siége. Candale et Gassion viennent
trouver La Valette; il veut les renvoyer dans la ville: Gassion se
hasarde et est défait; depuis il y entra peu accompagné; mais jamais
on ne put persuader à Candale d'y aller, à cause d'un pont que les
ennemis avoient fortifié et d'un petit camp d'environ deux mille
hommes qu'ils avoient entre nous et Maubeuge. Candale fit le malade,
et ce fut en vain que le cardinal marcha avec trois à quatre mille
hommes, afin que Candale pût se jeter dedans; l'autre répondit qu'il
avoit le frisson. Ruvigny, qui voyoit que le cardinal enrageoit, en
parla à Candale, qu'il connoissoit fort: cela ne servit de rien. Le
cardinal, pour faire voir que la marche étoit bien faite, voulut
pousser plus avant, et alla à une lieue de la ville, où Turenne se
joignit à lui, et il eût défait les deux mille hommes des ennemis,
sans que Candale pria qu'on ne lui fît pas cette honte. Huit cents de
ces deux mille hommes se noyèrent de peur.

Pour revenir à madame de Rohan, un soir qu'elle retournoit du bal,
elle rencontra des voleurs; aussitôt elle mit la main à ses perles. Un
de ces galants hommes, pour lui faire lâcher prise, la voulut prendre
par l'endroit que d'ordinaire les femmes défendent le plus
soigneusement; mais il avoit affaire à une maîtresse mouche: «Pour
cela, lui dit-elle, vous ne l'emporterez pas, mais vous emporteriez
mes perles[62].» Durant cette contestation il vint du monde, et elle
ne fut point volée.

  [62] J'ai ouï dire à d'autres que c'est une madame de Rupierre
  qui a dit cela. (T.)

Un jour la duchesse d'Halluin[63], fille de la marquise de Menelaye,
soeur du père de Gondy, se rencontra avec elle à la porte du cabinet
de la Reine, et comme elle la pressoit fort pour entrer la première,
madame de Rohan se retira bien loin en disant: «A Dieu ne plaise que,
n'ayant ni verge ni bâton, j'aille me frotter à une personne armée.»
Car cette femme toute contrefaite avoit un corps de fer; et puis elle
avoit été femme de M. de Candale, et s'étoit démariée d'avec lui. On
dit qu'un jour d'Halluin, depuis monsieur le maréchal de Schomberg,
demanda à M. de Candale pourquoi il s'étoit démarié: «C'est, dit-il,
que madame couchoit avec tel et tel de mes gens.» M. d'Halluin s'en
voulut fâcher: «Tout beau, dit-il, tout cela est sur mon compte, vous
n'y avez rien à dire.»

  [63] Première femme de M. de Schomberg. Ce d'Halluin n'étoit pas
  trop en réputation de bravoure. «On me fait tort, dit-il, je le
  ferai voir à la première occasion.» Il défit les Espagnols à
  Leucate en 1636, et fut fait maréchal de France. (T.)

Il y avoit chez M. de Bellegarde la peinture d'un... pétrifié, et un
sonnet au-dessous qu'Yvrande avoit fait; il est dans le _Cabinet
satirique_. Madame de Rohan mit la main devant ses yeux pour ne pas
voir la peinture; mais par-dessous elle lisoit les vers en disant:
«Fi! fi!»

Quelque benêt, la consolant de la mort de M. de Soubise, dont elle ne
se tourmentoit guère, lui dit une stance de Théophile, où il y a:

     Et dans les noirs flots de l'oubli,
     Où la Parque l'a fait descendre,
     Ne fût-il mort que d'aujourd'hui,
     Il est aussi mort qu'Alexandre.

Elle acheva la stance en l'interrompant:

     _Et me touche aussi peu que lui._

Il y a:

     _Et te touche_, etc.

Madame de Rohan a eu toujours la vision de se faire battre par ses
galants; on dit qu'elle aimoit cela, et on tombe d'accord que M. de
Candale et Miossens[64] l'ont battue plus d'une fois. Voici ce que
j'ai ouï conter de plus plaisant de M. de Candale et d'elle. «Deux
autres seigneurs et deux autres dames, dont je n'ai pu savoir le nom,
avoient fait société avec eux, et une fois la semaine ils faisoient
tour-à-tour comme des noces d'une de ces dames avec son galant. Un
jour qu'ils étoient allés à Gentilly, M. de Candale et madame de Rohan
se séparèrent des autres et entrèrent dans une espèce de grotte.
Quelques grands écoliers qui étoient allés se promener dans la même
maison les aperçurent en une posture assez déshonnête: ils la
voulurent traiter de _gourgandine_, et M. de Candale, n'ayant point le
cordon bleu, ne pouvoit leur persuader qu'il fût ce qu'il étoit. On
n'a jamais su au vrai ce qui en étoit arrivé; et, pour faire le conte
bon, on disoit qu'elle y avoit passé, mais qu'elle n'en avoit point
voulu faire de bruit. Cette femme, en un pays où l'adultère eût été
permis, eût été une femme fort raisonnable; car on dit, comme elle
s'en vante, qu'elle ne s'est jamais donnée qu'à d'honnêtes gens;
qu'elle n'en a jamais eu qu'un à la fois, et qu'elle a quitté toutes
ses amourettes et tous ses plaisirs quand les affaires de son mari
l'ont requis. Elle a cabalé pour lui et l'a suivi en Languedoc et à
Venise, sans aucune peine.»

  [64] Miossens lui coûte deux cent mille écus. Miossens prit un
  suisse; il étoit alors bien gredin: madame Pilou lui dit: «Quelle
  insolence! un suisse pour garder trois escabelles!--Cela a bon
  air, répondit-il: quoiqu'il ne garde rien, il semble qu'il garde
  quelque chose: on le croira.» (T.)

Madame et mademoiselle de Rohan et M. de Candale étoient à Venise
quand madame de Rohan se sentit grosse. Elle fit si bien qu'elle eut
permission de venir à Paris; car elle cacha cette grossesse, comme
vous verrez par la suite; et il y a toutes les apparences du monde que
son mari ne lui touchoit pas, autrement elle ne se fût pas mise en
peine de cela. Ce n'est pas qu'il s'en souciât autrement, car
Haute-Fontaine ayant voulu sonder s'il trouveroit bon qu'on lui parlât
des comportements de sa femme, il lui fit sentir que cela ne lui
plairoit pas.

A Paris, madame de Rohan se tenoit presque toujours au lit. M. de
Candale, qui étoit aussi revenu, étoit toujours auprès d'elle: elle
envoyoit mademoiselle de Rohan sans cesse se promener avec Rachel, sa
femme-de-chambre. Madame de Rohan, étant accouchée, l'enfant fut porté
chez une madame Milet, sage-femme, après avoir été baptisé à
Saint-Paul, et nommé Tancrède le Bon, du nom d'un valet-de-chambre de
M. de Candale.

Or, dès Venise, Ruvigny, fils de Ruvigny qui commandoit sous M. de
Sully, dans la Bastille, étant comme domestique de la maison, et y
trouvant une grande licence, à cause de M. de Candale, se mit à
badiner avec mademoiselle de Rohan, qui n'avoit alors que douze ans.

           .... Mais aux âmes bien nées,
     La vertu n'attend pas le nombre des années[65].

Cela dura jusqu'à l'âge de quinze ans, qu'à Paris il en eut tout ce
qu'il voulut. Ruvigny étoit rousseau, mais la familiarité est une
étrange chose; puis il étoit en réputation de brave. Il s'étoit trouvé
par hasard à Venise, cherchant la guerre; il étoit allé à Mantoue; là,
Plassac, frère de Saint-Prueil, brave garçon, mais qui, avant de
mettre l'épée à la main, avoit un tremblement de tout le corps, eut
querelle. Ruvigny le servit et eut affaire à Bois-d'Almais, un
bravissime, qui avoit disputé la faveur de M. Puy-Laurens[66]; Ruvigny
le tua, mais il reçut un grand coup d'épée au côté. M. de Mantoue, qui
avoit logé tous les cavaliers françois dans son palais, par
bienséance, pria le blessé de se faire porter dans une maison de la
ville; mais il lui envoya son chirurgien. Il y avoit alors des
comédiens à Mantoue. Vis-à-vis de cette maison logeoit le _Pantalon_
de cette troupe, dont la femme étoit fort jolie et de fort bonne
composition. De son lit, Ruvigny la voyoit à la fenêtre. Dès qu'il put
sortir, il y alla: dans trois jours l'affaire fut conclue, et ils en
vinrent aux prises. Ruvigny fut malade trois mois de cette folie.
Guéri, M. de Candale le fit aller à Venise pour faire une compagnie de
chevau-légers: cela fut cause qu'il ne se trouva pas au siége de
Mantoue.

  [65] Vers du _Cid_. (T.)

  [66] Bois d'Almais, ou Bois d'Annemets, comme on le nomme le plus
  souvent, est l'auteur des _Mémoires d'un favori de M. le duc
  d'Orléans_. On verra plus bas, à l'article _Ruqueville_, que Bois
  d'Annemets étoit frère de ce dernier. Les _Mémoires d'un favori_
  sont assez rares, et d'autant plus recherchés qu'ils n'ont pas
  été reproduits dans la Collection des Mémoires relatifs à
  l'histoire de France. Goulas, gentilhomme ordinaire de Gaston,
  duc d'Orléans, a fait connoître dans ses Mémoires restés
  manuscrits, le duel dans lequel succomba l'auteur des Mémoires
  d'un favori. Cet événement eut lieu en 1627. (_Voyez_ un fragment
  de ces Mémoires cité dans la _Bibliothèque historique_ du P.
  Lelong, sous le no 21395, t. 2, p. 449.)

Il ne mettoit pas mademoiselle de Rohan en danger de devenir grosse.
Regardez quelle bonne fortune il avoit là! Soigneux de la réputation
de la belle, il prenoit garde à tout; et il fut long-temps sans qu'on
se doutât de rien, à cause, comme j'ai dit, qu'il étoit en quelque
sorte de la maison. L'été, il alloit à l'armée par honneur; cela le
faisoit enrager d'être obligé de quitter. Ce commerce dura près de
neuf ans.

Cette Rachel, dont nous avons parlé, s'étoit doutée de la grossesse de
madame de Rohan, et long-temps après elle découvrit que l'enfant avoit
été mené en Normandie, auprès de Caudebec, chez un nommé La Mestairie,
père du maître d'hôtel de madame de Rohan. Mademoiselle de Rohan en
parle à Ruvigny, qui, sous des noms empruntés, consulte l'affaire: il
trouve qu'étant né _constant le mariage_, il seroit reconnu si on
avoit la hardiesse de le montrer. Il lui dit que si elle veut
l'envoyer aux Indes, il en prendra le soin; après il communique la
chose à Barrière[67], leur ami commun, qui avoit une compagnie au
régiment de la marine, et ce régiment étoit en garnison vers Caudebec.
Ruvigny lui donne trois hommes affidés, mais qui pourtant ne savoient
point qui étoit cet enfant: il prend, avec cela, quelques soldats; ils
enfoncent la porte de la maison, et enlèvent Tancrède, âgé alors de
sept ans. On le mène en Hollande. Là, Souvetat, frère de Barrière,
capitaine d'infanterie au service des États, le reçoit et le met en
pension comme un petit garçon de basse naissance. Je mettrai
l'histoire de Tancrède[68] tout de suite. Quelques années après,
mademoiselle de Rohan fut si étourdie qu'elle conta cette histoire à
M. de Thou, comme pour lui en demander conseil. Il se moqua de la
frayeur qu'elle en avoit, et cela fut cause que sur la fin elle
négligea de payer sa pension, bien loin de l'envoyer aux Indes. M. de
Thou, qui ne taisoit que ce qu'il ne savoit pas, l'alla, dès le jour
même, conter à madame de Montbazon, qui y avoit intérêt à cause de la
maison de Rohan, dont étoit M. de Montbazon. Barrière y étant allé:
«Ah! petit _Menin_, lui dit-elle (tout le monde l'appeloit ainsi),
vous faites bien le fin!» et lui conta tout. Il le nia. «Je le sais,
dit-elle, de M. de Thou, à qui mademoiselle de Rohan l'a dit.»
Barrière rapporte cela à Ruvigny, qui en gronda fort mademoiselle de
Rohan. M. de Thou ne lui voulut jamais avouer; mais elle le lui avoua.
Ce _Saint-Jean-Bouche-d'Or_ ne se contenta pas de cela; il le dit à
plusieurs personnes et même à la Reine. Ainsi cela vint à madame de
Lansac, qui le dit à madame de Rohan, quand sa fille fut mariée avec
Chabot. M. de Candale donna à madame de Rohan, par son testament, ce
qu'il put.

  [67] Gentilhomme devers le Bordelais, frère de madame de
  Flavacour, ci-devant Saint-Louis, fille d'honneur d'Anne
  d'Autriche. (T.)

  [68] Il a été publié à Liége, en 1767, une Histoire de Tancrède
  de Rohan avec quelques autres pièces. (_Bibliothèque historique
  de la France_, no 32051, t. 3. p. 181)

Revenons à mademoiselle de Rohan. Le mépris avec lequel elle traitoit
sa mère l'avoit mise en une telle réputation de vertu qu'on croyoit
que c'étoit la pruderie incarnée. Pour une petite personne, on n'en
pouvoit guère trouver une plus belle avant la petite-vérole. Elle
étoit fière; elle étoit riche; elle étoit d'une maison alliée avec
toutes les maisons souveraines de l'Europe. Cela éblouissoit les gens.
On la prenoit fort pour une autre, et jamais personne n'a eu de la
réputation à meilleur marché; car elle a l'esprit grossier, et ce
n'étoit à proprement parler que de la morgue. Le premier avec qui on
proposa de la marier, ce fut M. de Bouillon; mais elle tenoit cela
au-dessous d'elle.

Comme M. le comte de Soissons étoit à Sedan, on lui parla d'épouser
mademoiselle de Rohan; que c'étoit le moyen, disoit-on, de grossir son
parti, en y attirant M. de Rohan, et peut-être ensuite les huguenots.
En effet, M. le comte envoya un gentilhomme, nommé Mézière, à Paris,
qui avoit ordre d'aller d'abord chez madame de Rohan, et de lui dire
que M. le comte vouloit s'approcher d'elle, le plus près qu'il lui
seroit possible, et autres termes semblables, qui faisoient assez
entendre la chose; mais il n'alla chez madame de Rohan qu'après avoir
été partout où il avoit affaire, de sorte qu'étant pressé de partir,
on n'eut pas le temps de rien traiter avec lui. On proposa la chose à
M. le duc de Rohan, qui, alors, s'étoit retiré à Genève, sans
expliquer si sa fille se feroit catholique ou non. Il en étoit ravi,
et alloit pour faire que le duc de Weimar se joignît à M. le comte,
quand au combat de Rheinfelden il fut blessé, comme j'ai dit, et
mourut.

Le mécontentement de M. de Rohan venoit de ce qu'ayant demandé des
dragons que Ruvigny devoit commander, on les lui refusa, et que faute
de vingt mille écus on laissa périr ses troupes dans la Valteline. Le
père Joseph et Bullion, qui ne vouloient point que le cardinal de
Richelieu le mît dans le conseil, comme il en avoit le dessein, lui
firent ce vilain tour. Mademoiselle de Rohan ne voulut point entendre
à l'aîné de Nemours; elle prétendoit à plus que cela: d'un autre côté,
M. de Nemours alla prier mademoiselle de Rambouillet de savoir, par le
moyen de madame d'Aiguillon, si le cardinal, qui avoit témoigné avoir
quelque intention de faire ce mariage, le vouloit faire simplement
pour le marier avantageusement ou pour quelque intérêt d'État; et,
ayant été assuré qu'il n'y avoit nulle politique à cela, il ne s'y
échauffa pas autrement. Elle disoit, en ce temps-là, que M. de
Longueville, qui étoit demeuré veuf, étoit son pis-aller: elle
prétendoit au duc de Weimar. Depuis la petite-vérole, qui ne l'a point
embellie, on parla encore de M. de Nemours. Chabot étoit déjà fort
bien avec elle, mais cela n'avoit pas éclaté.

Jusques à un an après la naissance du Roi, personne n'avoit eu aucun
soupçon de mademoiselle de Rohan. Sillon, en prose, Gombauld et
autres, en vers, se tuoient de chanter sa vertu.

Le premier qui se douta de la galanterie de Ruvigny, ce fut M. de
Cinq-Mars, depuis M. le Grand. Madame d'Effiat lui ayant fait un si
grand affront que de croire qu'il vouloit épouser Marion de l'Orme, et
d'avoir eu des défenses du parlement, il sortit de chez elle et alla
loger avec Ruvigny, vers la Culture-Sainte-Catherine. Presque toutes
les nuits, il alloit donner la sérénade à Marion. Il remarqua que
Ruvigny s'échappoit souvent, et que, quoiqu'il ne fût revenu qu'à une
heure après minuit, il sortoit pourtant à sept heures du matin, et
étoit toujours ajusté. Si c'étoit pour la mère, disoit-il en lui-même,
car il savoit bien où il alloit, souffriroit-il que Jerzé[69] fût son
galant tout publiquement; il en conclut donc que c'étoit pour la
fille, et, pour s'en éclaircir, il dit un jour à Ruvigny: «J'ai pensé
donner tantôt un soufflet à un homme pour l'amour de toi; il disoit
des sottises de toi et de mademoiselle de Rohan.» Ruvigny, qui vit où
cela alloit, lui répondit: «Tu aurois fait une grande folie; cela
auroit fait bien du bruit pour une chose si éloignée de toute
apparence.» Ensuite il lui dit qu'on ne lui faisoit point de plaisir
de lui parler de cela; aussi Cinq-Mars ne lui en parla-t-il jamais
depuis.

  [69] René Du Plessis de La Roche Picmer, comte de Jerzé,
  personnage singulier, qui, en 1649, fit semblant d'être amoureux
  d'Anne d'Autriche. On l'exila, et il termina ses jours d'une
  manière très-malheureuse. Ayant obtenu en 1672 la permission de
  servir comme volontaire, il fut tué par une de nos sentinelles
  qui n'entendit pas sa réponse. Ce nom est écrit dans les Mémoires
  du temps _Jerzé_, _Jerzay_ et _Jarzay_.

Jersé, quand il se vit galant, établi et bien payé de la mère, en sema
quelque bruit; car il trouvoit toujours en sortant le soir, bien tard,
un laquais de Ruvigny, et ce laquais lui disoit: «Mon maître est
là-haut.» Il savoit bien que ce n'étoit pas avec la mère; il se douta
aussitôt de quelque chose. La mère s'en doutoit aussi: les laquais de
Ruvigny répondoient franchement, car il ne leur disoit rien de peur
qu'ils ne causassent.

Un idiot d'ambassadeur de Hollande nommé Languerac dit un jour
naïvement à mademoiselle de Rohan: «Mademoiselle, n'avez-vous point
perdu votre pucelage?--Hélas! monsieur, dit la mère, elle est si
négligente qu'elle pourroit bien l'avoir laissé quelque part avec ses
coiffes.»

Enfin, comme toutes choses ont un terme, mademoiselle de Rohan ne s'en
voulut pas tenir à Ruvigny seul: elle aimoit à danser; il n'étoit
nullement homme de bal, ni de grande naissance, ni d'un air fort
galant. Le prince d'Enrichemont, aujourd'hui M. de Sully, y mena
Chabot, son parent et parent de madame de Rohan. Sous prétexte de
danser avec elle, car il dansoit fort bien, il venoit quelquefois chez
elle le matin. Ruvigny, averti de tout par Jeanneton, la
femme-de-chambre, qui n'avoit été en aucune sorte de la confidence que
depuis que Chabot commençoit à en conter à mademoiselle de Rohan,
encore ne savoit-elle point que sa maîtresse eût été éprise de
Ruvigny, mais elle croyoit seulement que ce qu'il en faisoit étoit
pour empêcher qu'elle ne fît une sottise; Ruvigny, voyant que la chose
alloit trop avant, lui en dit son avis plusieurs fois. Enfin, elle lui
promit de chasser Chabot dans quinze jours: au bout de ce temps-là,
c'étoit à recommencer[70]. «Mais, mademoiselle, lui disoit-il, je ne
veux point vous obliger à m'aimer toujours, avouez-moi l'affaire; je
ne veux seulement que ne point passer pour votre dupe.--Ah!
répondit-elle, voulez-vous qu'il sache l'avantage que vous avez sur
moi? il le saura si je le fais retirer, car il dira que je n'ai osé à
vos yeux en aimer un autre: mais donnez-moi encore deux mois.--Bien,
dit-il.» Et pour passer ce temps-là avec moins de chagrin, il s'en
alla en Angleterre voir le comte de Southampton, qui avoit épousé
madame de la Maison-Fort, sa soeur[71]. Le prétexte fut le duel de
Paluau, aujourd'hui le maréchal de Clérambault, qu'il avoit servi
contre Gassion, car le cardinal de Richelieu l'avoit trouvé fort
mauvais. Au retour, il apporta des bagues de cornaline fort jolies.
Mademoiselle de Rohan en prit une; mais il ne la trouva point
convertie, au contraire. A quelque temps de là, il sut par le moyen de
Jeanneton qu'elle avoit donné cette bague à Chabot.

  [70] Dans le mal au coeur qu'avoit Ruvigny ne se souciant plus
  tant de mademoiselle de Rohan, il voulut débaucher Jeanneton, qui
  étoit jolie, et lui dit si elle ne feroit pas bien ce que sa
  maîtresse avoit fait, et qu'il le lui feroit, si non voir, du
  moins entendre. Elle le lui promit. Le lendemain, comme il
  entroit à sept heures du matin dans la chambre de mademoiselle de
  Rohan, les fenêtres étant fermées, il se fit suivre par cette
  fille, qui, pieds-nus, se glissa dans un coin. Ruvigny fit des
  reproches à mademoiselle de Rohan de sa légèreté, et lui dit
  qu'après ce qui s'étoit passé entré eux, etc., etc. Jeanneton fut
  persuadée de la sottise de sa maîtresse; mais pour cela n'en
  voulut pas faire une. (T.)

  [71] La soeur de Ruvigny étoit une fort belle personne: elle fut
  mariée, en premières noces, avec un gentilhomme du Perche, nommé
  La Maisonfort. Cet homme s'enivra de son tonneau, et de telle
  sorte, que quand on lui dit qu'il y prît garde, il répondit qu'il
  falloit mourir d'une belle épée. Il en mourut en effet. La voilà
  veuve: c'étoit une coquette prude, je ne crois pas que personne
  ait couché avec elle; mais c'étoit _galanterie plénière_.
  Saint-Pradil, de la maison de Jussac, en Angoumois, a été le plus
  déclaré de tous ses galants: il lui donnoit, fort souvent des
  divertissements qu'on appeloit des _Saintes Pradillades_; c'étoit
  des promenades où il y avoit les vingt-quatre violons et
  collation. Un jour qu'ils revenoient de Saint-Cloud un peu trop
  tard, ils versèrent sur le pavé, le long du Cours. Il y avoit
  sept femmes dans le carrosse: il crioit: «Madame de la
  Maisonfort, où êtes-vous?» Chacune contrefaisoit sa voix, et
  disoit: «Me voici;» puis quand il l'avoit tirée, et qu'il voyoit
  que ce n'étoit pas elle, il les laissoit là brusquement, et avoit
  envie de les jeter dans l'eau. Il ne la trouva que toute la
  dernière.

  Elle avoit de plaisants accès de dévotion. Au milieu d'une
  conversation enjouée, elle s'alloit enfermer dans son cabinet, et
  y faisoit une prière; puis elle revenoit.

  Un grand seigneur d'Angleterre devint amoureux d'elle à Paris, et
  l'épousa. Elle est morte, il y a près de quinze ans, et a laissé
  deux filles qui ont été mariées en Angleterre. Elle avoit été
  accordée avec le marquis de Mirambeau. (T.)

Un jour il les trouve tous deux jouant aux jonchets; il se met à
jouer, et voit la bague au doigt de Chabot, il lui demande à la voir,
et se la met au doigt. Chabot la lui redemande: «Je vous la rendrai
demain, lui dit-il. J'ai à aller ce soir en compagnie, j'y veux un peu
faire la belle main.» Chabot la redemande par plusieurs fois.
«Voyez-vous, lui répond Ruvigny, je me suis mis dans la tête de ne
vous la rendre que demain.» Enfin, mademoiselle de Rohan la lui
demanda, il la lui rendit. Il se retire: mademoiselle de Rohan lui
envoie son écuyer à minuit pour le prier de venir parler à elle. «Je
serai, répondit-il, demain au point du jour chez elle si elle veut.»
L'écuyer revient lui dire que mademoiselle le viendroit trouver s'il
n'alloit lui parler. Il y va; elle le prie de ne point avoir de démêlé
avec Chabot: il le lui promet. Quelques jours après il rencontre
Chabot sur l'escalier de mademoiselle de Rohan, qui le salue et lui
laisse la droite; lui passe sans le saluer. Chabot fut assez
imprudent pour se plaindre de cela à Barrière, qui étoit son parent.
Ruvigny nia tout à Barrière qui ne se doutoit encore de rien. Mais
mademoiselle de Saint-Louys, sa soeur, alors fille de la Reine, se
doutoit bien de quelque chose.

Ruvigny, enragé, s'avisa de faire une grande brutalité; il leur voulut
parler à tous deux, afin qu'ils n'ignorassent rien l'un de l'autre. Un
jour, ayant l'épée au côté, il monte[72]. Chabot étoit dans la ruelle
avec des gens de la maison; elle étoit à la fenêtre; il l'appelle, et
tout bas leur dit: «Monsieur, je suis bien aise de vous dire, en
présence de mademoiselle, que vous êtes l'homme du monde que j'estime
le moins, et à vous, mademoiselle, en présence de monsieur, que vous
êtes la fille du monde que j'estime le moins aussi. Monsieur, ayez ce
que vous pourrez; mais vous n'aurez que mon reste; et vous savez bien,
mademoiselle, que j'ai couché avec vous entre deux draps.--Ah!
dit-elle, en voilà assez pour se faire jeter par les fenêtres.--Je
n'ai pas peur, répliqua Ruvigny en se reculant un peu, que vous ni lui
ne l'entrepreniez.» Chabot ne dit pas une parole. Elle fut assez sotte
pour conter tout cela à Barrière, mot pour mot; Ruvigny le nia et
conta la chose tout d'une autre sorte à son ami, et il dit que cela
n'a éclaté qu'à cause que Chabot étoit bien aise de la décrier pour
la réduire à l'épouser[73]. Depuis cela, les soeurs de Chabot, madame
de Pienne leur parente, aujourd'hui la comtesse de Fiesque, et
mademoiselle de Haucour servirent Chabot, et, pour le voir plus
commodément, mademoiselle de Rohan alla loger chez sa tante
mademoiselle Anne de Rohan, bonne fille, fort simple, quoiqu'elle sût
du latin et que toute sa vie elle eût fait des vers; à la vérité ils
n'étoient pas les meilleurs du monde.

  [72] Saint-Luc tenoit la porte en bas, et avoit des chevaux tout
  prêts avec des pistolets à l'arçon de la selle: il faisoit un
  froid du diable; mais Ruvigny en revint si échauffé, qu'il
  n'avoit pas besoin de feu. Il étoit si transporté de colère, que
  vous eussiez dit un fou. (T.)

  [73] On conte une autre chose de Ruvigny, qui est un peu plus
  raisonnable. Quand M. le Grand fut arrêté, le grand-maître dit à
  Ruvigny: «Ah! pour cette fois-là on vous convaincra, car on a le
  traité d'Espagne.--Monsieur, lui dit Ruvigny, je suis serviteur
  de M. le Grand, quand je le verrois je démentirois mes yeux.» Le
  grand-maître en fit plus de cas encore qu'il n'avoit fait par le
  passé. (T.)

Sa soeur, la bossue[74], avoit bien plus d'esprit qu'elle: j'en ai
déjà écrit un impromptu. Elle avoit une passion la plus démesurée
qu'on ait jamais vue pour madame de Nevers, mère de la reine de
Pologne. Quand elle entroit chez cette princesse, elle se jetoit à ses
pieds et les lui baisoit. Madame de Nevers étoit fort belle, et elle
ne pouvoit passer un jour sans la voir ou lui écrire, si elle étoit
malade: elle avoit toujours son portrait, grand comme la paume de la
main, pendu sur son corps de robe, à l'endroit du coeur. Un jour,
l'émail de la boîte se rompit un peu; elle le donna à un orfèvre à
raccommoder, à condition qu'elle l'auroit le jour même. Comme il
travailloit à sa boutique, l'émail _s'envoila_[75], comme ils disent,
parce qu'une charrette fort chargée, en passant là tout contre, fit
trembler toute sa boutique. Elle y alla pour le ravoir, et fit des
enrageries épouvantables à ce pauvre homme, comme si c'eût été sa
faute que ce portrait n'étoit pas raccommodé; on le lui rendit en
l'état qu'il étoit, et le lendemain elle le renvoya.

  [74] Mademoiselle de Rohan la bossue avoit demandé la permission
  de faire une espèce de couvent de filles à une terre qu'elle
  avoit. On lui dit qu'on le vouloit bien, mais qu'après sa mort on
  donneroit cette terre au plus proche monastère de Dames. (T.)

  [75] S'enleva, ne s'appliqua pas. (T.)

Elle pensa se jeter par les fenêtres quand madame de Nevers mourut, et
on dit qu'elle hurloit comme un loup. Quand elle mourut, on l'enterra
avec ce portrait. Elle disoit: «Je voudrois seulement être mariée pour
un jour, pour m'ôter cet opprobre de virginité.» On dit qu'elle y
avoit mis bon ordre.

Miossens[76] cependant avoit succédé à Jersay auprès de madame de
Rohan qui le payoit bien. Il ne se contenta pas de cela; c'est un
garçon intéressé: ce fut lui qui porta madame de Rohan à faire une
donation générale à sa fille, moyennant douze mille écus de pension
tous les ans: il le faisoit, parce qu'il y avoit cinquante mille écus
d'argent comptant dont il vouloit s'emparer. En effet, ces cinquante
mille écus étant demeurés à la mère, elle lui acheta une compagnie aux
gardes, du prix de laquelle il eut ensuite la charge de guidon des
gendarmes; puis, le maréchal de L'Hôpital ayant vendu sa lieutenance à
Saligny, Miossens devint enseigne en payant le surplus de ce qu'il
tira de la charge de guidon. Depuis, en 1657, il est devenu
lieutenant, et après maréchal de France.

  [76] Cadet de Pons, mari de madame de Richelieu, aujourd'hui le
  maréchal d'Albret. Ils sont d'Albret, mais bâtards, et de Pons
  par leur mère. (T.)

Quand cette donation se fit, il y avoit dans la maison cent dix mille
livres de rente en fonds de terre (mais en quelles terres!) outre les
meubles et les cinquante mille écus. Miossens n'attendit pas son
congé, comme Jersay; il se maria avec mademoiselle de Guenegaud. Quand
madame de Rohan vit cette infidélité, elle envoya chercher Le
Plessis-Guenegaud, alors trésorier de l'Epargne, frère de la
demoiselle, et lui dit qu'il prît bien garde à qui il donnoit sa
soeur; que Miossens étoit un perfide qui les tromperoit; qu'il n'avoit
rien; que ce n'étoit qu'un misérable cadet; que sa charge n'étoit
point à lui; qu'elle lui en avoit prêté l'argent; qu'il étoit vrai
qu'elle n'en avoit point de promesse, mais qu'elle l'alloit obliger à
faire un faux serment, et qu'au moins elle auroit la satisfaction de
le faire damner.

On peut dire que madame de Rohan est celle qui a commencé à faire
perdre aux jeunes gens le respect qu'on portoit autrefois aux dames,
car, pour les faire venir toujours chez elle, elle leur a laissé
prendre toutes les libertés imaginables.

Quoique veuve, elle tenoit table et avoit toujours quelque belle voix;
il y avoit tous les jours chez elle sept ou huit godelureaux tout
débraillés, car ces hommes étoient presque en chemise de la manière
qu'ils étoient vêtus. Depuis on n'a pas tiré sa chemise sur ses
chausses, comme on faisoit alors. Ils se promenoient en sa présence,
par la chambre; ils rioient à gorge déployée, ils se couchoient; et,
quand elle étoit trop long-temps à venir, ils se mettoient à table
sans elle.

La retraite de mademoiselle de Rohan chez sa tante parut aux gens qui
ne savoient pas l'affaire, une résolution digne du courage et de la
vertu de mademoiselle de Rohan. La cabale de Chabot eut désormais ses
coudées franches[77]. Les femelles étoient toutes ou ses soeurs ou
ses parentes: elles étoient toujours dans l'adoration. On les surprit
un jour qu'elle étoit comme Vénus, et les autres comme les Grâces à
ses pieds. Il y avoit un cabinet tout tapissé, par haut et par bas, de
moquette: c'étoit là que la société faisoit ses conversations; on
équivoquoit sur le mot de _moquette_, qui est à double entente, et on
appeloit cette cabale _la moquette_. Ce fut sur cela que le chevalier
de Gramont, alors abbé de Gramont, fit un couplet où il demandoit à
madame de Pienne, qui se nomme Gilonne, qu'on le reçût à la moquette.
Il y avoit à la fin

     Ma reine Gillette,
     Que de la Moquette
     Je sois chevalier[78].

  [77] Quand on découvrit que Chabot en vouloit à mademoiselle de
  Rohan, La Moussaye lui dit: «Vous vous engagez là à une grande
  galanterie.--_Galanterie!_ répondit l'autre, je prétends
  l'épouser.--Ah! ce sera bien fait à vous, reprit La Moussaye en
  souriant.--Vous verrez, répliqua Chabot.» (T.)

  [78] A cause de cela on l'appelle la reine Gillette. (T.)

Il s'avisa de faire l'amoureux de madame de Rohan, et appela Chabot en
duel: Chabot y va; mais, comme il geloit, l'abbé lui dit qu'il avoit
bien froid, et qu'il ne se vouloit plus battre. Le maréchal de
Gramont, enragé de cela, disoit qu'il le vouloit envoyer à son père
dans une valise par le messager, afin de le faire moine. Chabot
s'étoit battu plus de deux fois avant cela, mais c'étoit des combats
peu sanglans. On disoit que le vicomte d'Aubeterre, amoureux de sa
soeur, qui vit encore, et lui, s'étoient battus, et que chacun alla
dire qu'il avoit bien blessé son homme, et ils ne s'étoient pas fait
une égratignure. Le comte d'Aubijoux en rendoit pourtant assez bon
témoignage, car l'épée du comte s'étant faussée, Chabot lui donna le
temps de la redresser. En revanche, Aubijoux, le pouvant désarmer
ensuite, ne le fit pas.

Durant le temps de cette _moquette_, on disoit déjà assez de choses,
car l'affaire de la bague avoit fait du bruit; ils s'avisèrent de
faire le procès à _on_, parce qu'ils entendoient dire: _on_ dit que
vous faites ceci, _on_ dit que vous faites cela. Je pense que Mirandé,
qui est premier commis de M. Servien, avoit fait cette bagatelle, car
il n'y avoit là que lui qui sût les termes de pratique qui y étoient.

En ce temps-là, comme il ne tint qu'à Chabot d'épouser madame de
Coislin[79], il fit fort valoir à mademoiselle de Rohan ce qu'il
manquoit pour l'amour d'elle, et elle lui dit, sur cela, qu'il pouvoit
tout espérer.

  [79] Quand il vit que l'affaire de M. de Laval étoit bien
  avancée, il fit dire au chancelier que le respect qu'il lui
  portoit l'avoit empêché d'y entendre. Dans la vérité Chabot étoit
  amoureux de madame de Sully, et point de mademoiselle de Rohan,
  non plus que de madame de Coislin. (T.)

Ruvigny croit que Chabot a couché avec elle avant que de l'épouser;
mais je crois que son premier galant valoit bien celui-là, car il a la
réputation de frère Conrart, au livre des _Cent Nouvelles_, et on
appelle son bourdon à la cour, _le carré_, comme celui du baron du
jour Brilland, peut-être à cause du conte d'un Brilland, dans _le
Baron de Feneste_.

A la cour, on n'étoit pas fâché que cette glorieuse se mésalliât,
parce que, comme elle a de grandes terres en Bretagne, on craignoit
qu'elle n'y rendît la maison de La Trimouille trop puissante, car le
prince de Talmont, aujourd'hui le prince de Tarente, l'avoit
recherchée; ou que M. de Vendôme, revenant de son exil, ne la mariât à
l'un de ses fils, et l'on sait qu'ils ont des prétentions sur ce
duché, à cause de leur mère qui est de Penthièvre de par les femmes,
et qu'Henri IV, qui aimoit M. de Vendôme, lui avoit donné le
gouvernement de Bretagne par contrat de mariage[80]. Chabot servoit
alors M. d'Enghien auprès de mademoiselle Du Vigean; de sorte que ce
fut ce prince qui, prenant l'affaire à coeur, lui fit obtenir, comme
nous le verrons par la suite, un brevet de duc, pour conserver le
tabouret à mademoiselle de Rohan. Folle de son nom, elle vouloit un
homme de qualité qui le prît. M. d'Orléans, à qui Chabot s'étoit
toujours attaché, ne trouva pas trop bon qu'il se fût mis sous la
protection de M. d'Enghien[81]; mais enfin il s'apaisa.

  [80] Nonobstant tout le bruit qu'on avoit fait, M. d'Elbeuf,
  alors assez endetté, offrit le prince d'Harcourt, son fils, à
  mademoiselle de Rohan, qui le rebuta fort. Il y avoit, à Paris,
  je ne sais quel fou de la maison de Wirtemberg, avec qui Harcourt
  fut obligé de se battre à la Place-Royale, justement devant les
  fenêtres de mademoiselle de Rohan. Le prince d'Harcourt désarma
  l'autre, qui, quand il lui eut rendu son épée, lui donna des
  coups de plat d'épée sur sa bosse, et cela à la vue de la
  personne que ce pauvre homme vouloit épouser: on les sépara, et
  on traita l'autre de fou; effectivement, il a couru les rues
  depuis à Lyon. (T.)

  [81] En août 1645. (T.)

Il y avoit un an ou environ que mademoiselle de Rohan s'étoit retirée
chez sa tante, quand M. le Prince l'ayant fort pressée de conclure, et
lui représentant qu'elle étoit perdue de réputation, après tout ce
qu'on avoit dit; que sa mère l'enlèveroit et la renfermeroit à Calais
chez son parent Charrault, pour la marier à qui elle voudroit. Enfin,
elle promit de l'épouser à la majorité (_du Roi_), qu'il pourroit être
reçu duc de Rohan.

M. de Retz amusoit la mère, tandis que M. le Prince parloit à la
fille; elles étoient ensemble ce jour-là. En résolution de s'en aller
en Bretagne avec sa tante, elle faisoit ses adieux; elle étoit chez
mademoiselle de Bouillon, en dessein de partir le lendemain, quand M.
le Prince, qui la cherchoit, y vint et lui parla encore, mais peu;
elle fit bien des mystères pour qu'on ne s'en aperçût pas. Elle alla
ensuite chez M. de Sully, qui, comme j'ai dit, étoit pour Chabot. On
donna l'alarme à madame de Rohan, et ce fut, à ce qu'on dit, M.
d'Elbeuf qui l'avertit que sa fille s'alloit marier à l'hôtel de
Sully, et lui promit de l'enlever si elle la vouloit donner à son fils
aîné. Cette mère épouvantée va vite à l'hôtel de Sully, parle à sa
fille, mais n'en revient pas trop satisfaite. Ce divorce fit croire
aux partisans de Chabot que l'heure étoit venue: on presse la fille,
on lui donne parole du brevet (_de duc_), et on fait si bien qu'elle
se laisse mener à Sully, où elle épousa Chabot. Sa tante, qui devoit
aller avec elle en Bretagne, s'en alla toute seule, bien étonnée; car,
simple qu'elle étoit, elle n'avoit jamais rien voulu croire contre sa
nièce.

On dit qu'à Sully, Chabot et sa femme entendirent que M. de Sully
disoit à madame: «Je ne sais comment j'obligerai mes gens à appeler
Chabot M. de Rohan, car le vieux cuisinier de feu M. de Sully, comme
on lui a, ce matin, demandé un bouillon pour M. de Rohan, a dit que M.
de Rohan étoit mort, et que les morts n'avoient que faire de bouillon;
que pour Chabot, il s'en passeroit bien s'il vouloit.» On ajoute que
cela avoit un peu mortifié la demoiselle[82].

  [82] Dans le contrat de mariage, elle a consenti que ses enfants
  fussent élevés à la religion catholique. (T.)

Le peu de réputation de Chabot pour la bravoure, sa gueuserie, et la
danse dont il faisoit son capital, faisoient qu'on en disoit beaucoup
plus qu'il n'y en avoit. Il étoit bien fait, et ne manquoit point
d'esprit. Le marquis de Saint-Luc, ami intime de Ruvigny, un jour au
Palais-Royal, à je ne sais quel grand bal, comme on eut ordonné aux
violons de passer d'un lieu dans un autre, dit tout haut: «Ils n'en
feront rien, si on ne leur donne un brevet de duc à chacun,» voulant
dire que Chabot qui avoit fait une courante, et qu'on appeloit _Chabot
la courante_, car il avoit deux autres frères, n'étoit qu'un violon.

Madame de Choisy dit à mademoiselle de Rohan lorsqu'elle la vit
mariée: «Madame, Dieu vous fasse la grâce de n'avoir jamais les yeux
bien ouverts, et de ne voir jamais bien ce que vous venez de faire.»

Elle avoit une demoiselle fort bien faite, qu'on appeloit Du Genet;
elle étoit ma parente. Cette fille la quitta, et lui dit: «Après la
manière dont vous vous êtes mariée, j'aurois peur que vous ne me
mariassiez à votre grand laquais.» Elle vint chez mon père, et nous la
fîmes conduire en Poitou chez le sien, qui étoit un _nobilis_ assez
mince. Pour Jeanneton, elle avoit été disgraciée, il y avoit
long-temps, pour n'avoir pu se ranger du côté de Chabot[83].

  [83] Depuis elle s'est fait traiter d'Altesse, elle qui ne s'en
  avisoit pas quand elle n'avoit point épousé Chabot. (T.)

Madame de Rohan-Chabot fit deux fois abjuration; la première fois à
Sully, où l'on ne voulut point la marier qu'elle ne fût catholique,
dont elle fit reconnoissance à Gergeau; et depuis elle fit encore
abjuration à Saint-Nicolas-des-Champs, parce que le Pape ne donna
dispense de parenté qu'à condition qu'elle se feroit catholique. Il
fallut donc encore en passer par là, afin de rendre le mariage plus
solennel. Je crois qu'on n'a pas su cette dernière abjuration à
Charenton, car je doute qu'on se fût contenté d'une simple
reconnoissance au consistoire comme on fit, car celle de Gergeau
n'étoit pas faite à son église (Paris est son église).

Madame de Rohan, en colère, comme vous pouvez penser, contre sa
fille[84], apprit de madame de Lansac qu'on lui avoit autrefois enlevé
un fils. Dès qu'elle eut assurance qu'il vivoit, elle congédia Vardes,
qui avoit succédé à Miossens, car elle ne pouvoit pas fournir à tant
de dépense à la fois; elle envoie Rondeau, son valet-de-chambre, en
Hollande, qui amena Tancrède; mais la grande faute qu'on fit, ce fut
de n'avoir pas informé devant les juges des lieux, et venant ici on
eût été reçu à preuve, c'est-à-dire on eût gagné le procès, car, avec
de l'argent, on a des témoins. Et bien qu'il soit difficile de
corrompre un ministre, il falloit pourtant, quoi qu'il coûtât, avoir
un extrait baptistaire; au lieu que ce devoit être le fils qui se
plaignît d'avoir été éloigné et enlevé par sa mère, la mère se
plaignit, disant qu'on lui avoit enlevé son fils. Chabot, par le moyen
du coadjuteur, obligea le curé de Saint-Paul à donner l'extrait
baptistaire de Tancrède Bon.

  [84] Car pour Chabot ni elle, ni madame de Sully, la bonne femme,
  ne dirent jamais rien contre lui. «Au contraire, disoient-elles,
  il a bien fait.» (T)

Madame de Rohan fit un manifeste que j'ai: mais c'est une plaisante
pièce. Elle dit qu'on avoit celé la naissance de ce garçon à cause de
la persécution que M. le Prince faisoit à madame de Rohan, car il
avoit fait déjà mettre la coignée dans toutes leurs forêts, et on
craignoit que voyant un fils qui pourroit être un jour chef du parti
huguenot, il ne s'en défît d'une ou d'autre façon. Ce fut,
ajoute-t-elle, ce qui empêcha de l'envoyer à Venise. Elle faisoit une
grande parade d'un toupet de cheveux blancs que cet enfant avoit comme
M. de Rohan.

Ce qu'il y eut de fâcheux pour Tancrède, c'est que mademoiselle Anne
de Rohan déclara qu'elle n'avoit jamais ouï parler de cet enfant.

Madame Pilou disoit à madame de Rohan: «Ecoutez, madame, je veux
croire que ce garçon est à M. de Rohan, aussi bien que madame votre
fille; mais j'ai vu M. de Rohan tenir votre fille sur ses genoux, et
je ne lui ai jamais rien ouï dire de ce fils, ni de près ni de loin.»
La vie de la mère nuisit fort à ce garçon, car tout le monde étoit
persuadé qu'il étoit à M. de Candale.

Ce garçon avoit bonne mine, quoiqu'il fût petit, car sa mère et ses
deux pères étoient petits; il avoit du coeur et de l'esprit. On dit
qu'à Leyde, où il étoit entretenu fort pauvrement, un de ses camarades
l'ayant appelé _fils de p....._ et _enfant trouvé_, il se battit fort
et ferme, et il disoit qu'il se souvenoit bien d'avoir été en
carrosse.

Tous ceux du côté de Béthune, et même le maréchal de Châtillon, comme
ami de feu M. de Rohan, furent pour Tancrède; cela fit tort à cet
enfant, car la cour ne vouloit point qu'il y eût un duc de Rohan
huguenot.

A Charenton, il y avoit toujours une foule de sottes gens autour de ce
garçon. Joubert fut chargé de la cause; il y eut un incident à savoir
si ce seroit à la chambre de l'édit ou à la grand'chambre; on plaida
au conseil. Dans le Louvre, l'avocat prit la chose si fort de travers,
lui qui s'étoit vanté de faire un duc de Rohan sur le barreau, qu'on
douta, mais on lui faisoit tort, s'il n'étoit point corrompu, car il
avoit un gendre, Piles, cousin de Chabot. Il n'avoit pas eu assez de
temps; il falloit lui laisser lécher son ours. Ordonné donc que ce
seroit à la grand'chambre, madame de Rohan n'y comparut point. M.
d'Enghien prit l'affirmative si hautement pour Chabot, qu'il disoit
aux juges: «Etes-vous pour nous? Si vous n'êtes pour nous, vous n'êtes
pas de nos amis,» et les menaçoit quasi. On donna arrêt contre
Tancrède, avec défense de prendre le nom de Rohan, sur les peines de
l'ordonnance.

Dans la vision de prendre tous ses avantages, on conseilloit à Chabot
de faire crier cet arrêt à Charenton; c'étoit, je pense, Martinet, un
des avocats; mais Patru s'en moqua. Gaultier eut l'insolence de dire
qu'il falloit aller jusqu'au bout, et que _mors Conradini_ étoit _vita
Caroli_.

On imprima les trois plaidoyers; les deux premiers sont pitoyables;
le troisième, mais qui n'est que de deux pages, est de Patru. Il le
fit si court, parce qu'il n'étoit que pour les parents. Un homme qui
eût voulu faire claquer son fouet eût plaidé comme si les autres
n'eussent point parlé, car il étoit bien assuré qu'ils ne se fussent
pas rencontrés à dire les mêmes choses: ainsi, il faut considérer
cette pièce comme présupposant que les autres ont dit tout ce qu'ils
ne dirent point.

Madame de Rohan la mère s'en tint là, et poursuivit l'instance de la
donation, car avant qu'elle eût recouvré Tancrède elle avoit commencé
ce procès-là pour faire révoquer la donation qu'elle avoit faite à sa
fille. Elle perdit encore sa cause, car il étoit évident qu'elle ne
vouloit avoir du bien que pour en disposer en faveur de ce garçon. Se
voyant déboutée de toutes ses prétentions, elle se retira à
Romorantin, dont elle demanda à la cour la capitainerie, et cela pour
épargner quelque chose pour son fils.

L'année suivante, le nouveau duc de Rohan voulut présider aux Etats de
Bretagne: pour cet effet il fit un voyage dans la province tant pour
se faire reconnoître que pour s'acquérir des amis; il alla aussi en
Saintonge, où il se battit contre un gentilhomme huguenot et marié,
qu'on appeloit pourtant le chevalier de La Chaise[85], pour le
distinguer de ses frères. Il avoit été nourri page de feu M. de Rohan.
En une compagnie, il soutint hautement le parti de madame de Rohan la
mère et de Tancrède. Chabot sut cela, et assez vilainement acheta une
dette contre cet homme, et pour s'en venger envoya saisir tous ses
bestiaux. Le chevalier s'en voulut ressentir, et M. de Chabot ayant
passé à Saintes, il lui fit porter parole. Chabot la reçut, et alla au
rendez-vous, car il avoit bien besoin de se mettre un peu en
réputation. Il blessa le chevalier légèrement à la main; mais les deux
seconds, qui étoient de braves gens, se tuèrent tous deux. J'ai ouï
dire à d'autres que Chabot avoit seulement prêté main-forte pour faire
saisir la terre de ce gentilhomme.

  [85] Parce qu'il avoit été chevalier de Malte.

Chabot vint après à la cour, où, trouvant M. d'Enghien de retour de
Dunkerque, il le supplia de lui témoigner sa bienveillance dans le
démêlé qu'il étoit sur le point d'avoir avec M. de Trimouille. M.
d'Enghien lui répondit: «Dans vos affaires particulières, je vous
servirai toujours comme j'ai fait, mais je ne le puis ni ne le dois,
quand vous vous attaquerez à mes parents; au contraire, je les saurois
bien maintenir.» Sa grand'mère étoit de la Trimouille. Depuis, cette
affaire s'accommoda, et en 1647 M. de Rohan présida. M. de La
Trimouille prétend avoir donné cela à la prière de M. d'Enghien; car
il étoit de fort grande importance à M. de Rohan de présider cette
année-là: mais il n'y eut pas toute la satisfaction imaginable; car,
comme il fut question de députer à l'ordinaire, pour apporter le
cahier à la cour, on trouva bon de faire faire le compliment qu'on
devoit à la Reine, en qualité de gouvernante, par celui qui seroit
député. Cossé, cadet de Brissac, voulut avoir cet emploi, et lui fit
demander sa voix de la part du maréchal de La Meilleraie, à qui il
avoit obligation; car le maréchal, à la prière de M. le Prince,
l'avoit été recevoir à une demi-lieue hors la ville (c'étoit à
Nantes), et avoit fait tirer le canon. Depuis, il avoit fort bien
vécu avec lui. M. de Rohan, au lieu de dire qu'il accordoit tout à la
prière de M. le maréchal, demanda vingt-quatre heures. Le maréchal
crut que durant ce temps-là il vouloit cabaler contre Cossé. Il lui
envoya Marigny-Malnoë, sur l'heure du dîner, qui aigrit un peu les
choses, car il pressa fort, selon l'ordre qu'il avoit, de demander à
M. de Rohan sa voix sur-le-champ, qui ne la voulut point donner. Le
maréchal, dès l'après-dînée, fit présider Cossé sur une prétention mal
fondée que ceux de Brissac ont renouvelée.

Depuis le support du maréchal, M. de Rohan n'eut ni l'esprit ni le
coeur d'aller se présenter seul à la porte des Etats, pour, s'il étoit
refusé, prendre la poste et venir faire ses plaintes à la cour. Non
content de cela, le maréchal le chassa de Nantes. Madame de Rohan lui
chanta pouille, et lui dit qu'il maltraitoit une personne d'une maison
où c'est tout ce qu'il auroit pu prétendre que d'y être page. Le
marquis d'Asserac, si je ne me trompe, et un autre accompagnoient
madame de Rohan: c'étoient des braves, des gladiateurs. Asserac pensa
dire que s'il n'étoit maréchal de France, il étoit du bois dont on les
faisoit. «Vous avez raison, lui répondit le maréchal, quand on en fera
de bois, je crois que vous le serez.»

Cossé fut dépêché comme député à la cour. En partant, il fit dire par
La Piaillière, capitaine des gardes du maréchal, à un brave, nommé
Fontenailles, que Chabot avoit mené avec lui, que si M. de Rohan avoit
quelque mal au coeur de ce qui s'étoit passé, M. de Cossé s'en alloit
à Angers, et seroit six jours en chemin exprès, afin qu'on le pût
joindre facilement. Cela décria un peu M. de Rohan, car Cossé n'est
pas même en trop bonne réputation.

Le cardinal Mazarin, qui avoit dessein, peut-être dès ce temps-là, de
faire alliance avec le maréchal, se déclara pour lui, et demanda à
Cossé sa parole. Depuis, on voulut faire accroire à M. de Rohan qu'il
vouloit cabaler avec le parlement de Bretagne, parce qu'il étoit mal
satisfait des Etats; c'est que le parlement prétendoit qu'il lui
appartenoit de vérifier ce qu'on vouloit lever sur les fouages, outre
le don gratuit; mais parce que la vérification étoit hasardeuse, qu'on
étoit pressé d'argent, et que les partisans ne vouloient point traiter
sans cela. Le maréchal offrit de lever ce droit sans vérification, et
pour cela il eut tous les rieurs de son côté, et on lui envoya de la
cour tout ce qu'il avoit demandé. Depuis, M. de Rohan et le maréchal
firent la paix.

Il fut encore en Bretagne l'année suivante, où l'on fit une assez
plaisante chose à madame de Rohan. Elle fut conviée à une comédie chez
quelques particuliers; les comédiens, à la farce, représentèrent une
héritière qui étoit recherchée par trois hommes: elle leur dit qu'elle
se donneroit à celui qui danseroit le mieux. L'un danse la bourrée, le
second la panavelle et le dernier la _chabotte_; elle choisit le
dernier. Madame de Rohan, au lieu de dissimuler, fut si sotte qu'elle
éclata et sortit de l'assemblée. On dit aussi que les Jésuites de
Rennes, pensant bien obliger M. de Rohan, firent jouer par leurs
écoliers toute l'histoire de ses amours.

Ils traitèrent ensuite du gouvernement d'Anjou; ils y vécurent fort
simplement, mais mademoiselle Chabot étoit bien fière. A Rennes, une
femme de conseiller, il y en a de bonne maison, voyant que cette fille
vouloit passer devant elle, la retint par sa robe, et, prenant le
devant, lui dit: «Mademoiselle, ce n'est pas votre tour à passer: vous
attendrez, s'il vous plaît, que vous soyez mariée.»

Madame de Rohan devint laide, dès son premier enfant, et fort
chagrine; peut-être étoit-ce de n'avoir eu qu'une fille[86].

  [86] A la naissance de la seconde, pensant attraper sa mère, elle
  lui fit dire que si elle vouloit la présenter au baptême, M. de
  Rohan consentiroit qu'on la baptisât à Charenton, et qu'elle
  choisiroit tel compère qu'il lui plairoit. La mère répondit:
  «Très-volontiers; dites à ma fille que je la tiendrai avec son
  frère.» (T.)

La guerre de Paris leur alloit être funeste, car Tancrède, que sa mère
renvoya à Paris, pour profiter de l'occasion, alloit être reçu duc de
Rohan au Parlement, et eût bien fait de la peine à Chabot, car il
étoit brave, et ses Bretons l'eussent mis en possession des terres de
la maison de Rohan; mais il fut tué auprès du bois de Vincennes, en
une misérable rencontre[87]. Se sentant blessé à mort, il ne voulut
jamais dire qui il étoit, et parla toujours hollandois. Il avoit été
mené au bois de Vincennes.

  [87] Le 1er février 1649.

Ce garçon disoit: «M. le Prince me menace, il dit qu'il me
maltraitera; mais il ne me fera point quitter le pavé.» Un jour que
Ruvigny, qui s'étoit attaché à la mère, lui disoit qu'il se tuoit à
faire tant d'exercices violents: «Voyez-vous, répondit-il, monsieur,
en l'état où je suis, il ne faut pas s'endormir; si je ne vaux quelque
chose, il n'y a plus de ressources pour moi.» On eut raison de dire à
madame de Rohan, la fille, en des vers qu'on lui envoya:

     On termine de grands procès
     Par un peu de guerre civile[88].

C'est pourtant dommage, car le roman eût été beau, et c'eût été bien
employé que cette orgueilleuse eût été humiliée de tout point; ce
n'est pas qu'elle ne passât assez mal son temps, car Chabot coquettoit
partout, et elle étoit jalouse en diable; d'ailleurs il lui coûtoit un
million quand il est mort, quoiqu'il eût hérité de tous ses frères, et
qu'il lui fût venu du bien.

  [88] Ces vers sont de Marigny. (T.)

Madame de Rohan envoya à Romorantin un gentilhomme breton, nommé
Portman, faire compliment à sa mère sur la mort de Tancrède, mais
comme de lui-même; il ne lui dit rien de la part de monsieur ni de
madame de Rohan, seulement il lui témoigna qu'ils avoient dessein de
se remettre bien avec elle. Elle répondit qu'elle en verroit des
preuves, lorsqu'elle seroit à Paris, parce qu'elle étoit résolue de
poursuivre sa justification. A son arrivée à Paris, Portman l'assura
que madame de Rohan sa fille, et monsieur son mari, se disposoient à
lui donner satisfaction sur la reconnoissance de monsieur son fils,
pourvu que de leur part ils fussent en sûreté, et qu'ils consentoient
qu'on assemblât des avocats qui s'accordassent des formes, pour mettre
à couvert l'honneur des uns et des autres, et que pour le bien on s'en
rapporteroit à des arbitres. Madame de Rohan la mère demanda qu'il
fût nommé deux arbitres de chaque côté, l'un de robe, et l'autre
d'épée, et cela, afin que ces personnes de qualité jugeassent des
difficultés que feroient les avocats, qui souvent, disoit-elle, en
font de fort inutiles.

Trois jours après, le même gentilhomme retourna assurer madame de
Rohan de tout ce qu'elle avoit proposé; mais quand ce fut au fait et
au prendre, ils n'exécutèrent rien; dont la bonne femme se plaignit à
la Reine, et se soumit, à en croire M. le Prince, au moins pour le
bien. Pour la reconnoissance de son fils, elle disoit que ce n'étoit
point une affaire d'animosité, mais une pure nécessité de ne pas
demeurer dans le crime de supposition dont elle a été accusée; car,
sur cela, on lui pourroit faire perdre son douaire.

Depuis, elle demanda qu'on lui laissât enterrer Tancrède à Genève avec
son père, et qu'elle feroit les frais du tombeau et de l'épitaphe de
son mari, dont sa fille s'étoit chargée. La cour promit d'être neutre
en cette affaire; elle espéroit donc d'obtenir tout ce qu'elle
voudroit de la république de Genève, quand à Bordeaux on trouva moyen
d'obtenir une lettre du Roi, adressée aux seigneurs de Genève, fort
injurieuse pour elle. Au retour de Bordeaux, elle en donna copie à
Ruvigny, qui, avec madame de Chevreuse, qu'il fit agir, pressa fort le
cardinal d'en parler à la Reine. Il vétilla, disant toujours qu'il ne
savoit ce que c'étoit: la Reine le nia aussi. Brienne dit que si on le
faisoit parler, il diroit qu'il avoit signé cette lettre. La bataille
de Rethel vint là-dessus, et ensuite toute la seconde guerre de Paris.
Depuis, madame de Rohan les fit rechercher d'accord avec le prince de
Guémené.

Madame de Rohan la mère est fort inquiète; elle fut deux ou trois ans
durant, tantôt à Alençon, tantôt ailleurs. Une fois elle ne savoit
lequel prendre de Caen, d'Alençon, de Tours et de Blois; elle croit
toujours que l'air est meilleur au lieu où elle n'est pas qu'au lieu
où elle est; elle disoit plaisamment: «Hélas! j'allois autrefois à la
petite poste de la cour de Charenton; mais j'y suis étouffée par cette
foule d'Altesses de mademoiselle de Bouillon, de La Trimouille, de
Turenne, etc., etc.»

Vers ce temps-là, un portier de Charenton, nommé Rambour, alla trouver
Haucour, frère de mademoiselle d'Haucour, et lui demanda s'il vouloit
voir le vrai fils de M. de Rohan; il dit que oui. Le portier lui amène
un garçon de dix-sept à dix-huit ans, bien fait, mais qui avoit
quelque chose de fou dans les yeux: il faisoit, disoit-on, un roman.

Madame de Rohan se plaignit de Haucour, et vouloit faire voir la
fausseté de cette affaire, quand M. le premier président, qui crut que
l'honneur d'un couvent où ce garçon avoit été nourri étoit engagé, en
fit bien de la difficulté. On dit que ce garçon est fils de M. de
Guise et de madame d'Amené.

Un jour de cène, elle rencontra sa fille, tête pour tête, allant à la
communion; cela l'outra: elle en pleura une grande demi-heure. La
fille avoit accoutumé d'attendre, depuis leur rupture, que sa mère eût
fait. Le reste, la mort de M. de Rohan-Chabot et la réconciliation de
la mère et de la fille se trouveront dans les Mémoires de la Régence.



PARDAILLAN D'ESCANDECAT.


Armand, ou Pardaillan d'Escandecat, étoit d'une noblesse un peu
douteuse, car on disoit que son père avoit fait fortune auprès de
Henri IV, et que de son estoc c'étoit peu de chose. Il rompit avec
madame de Rohan sur un rien: elle vouloit qu'il s'obligeât à lui
laisser passer tous les hivers à Paris; peut-être prit-elle ce
prétexte, et qu'elle avoit reconnu que ce n'étoit qu'un fat. Il épousa
pourtant depuis la soeur du marquis de Malause qui vient d'un bâtard
de Bourbon du sang royal. Cet homme, avec six criquets, vouloit passer
tout le monde sur le chemin de Charenton. Il passe le comte de Roussy,
qui, ce jour-là, n'avoit que quatre chevaux, mais bons; le cocher du
comte le repassoit de temps en temps: Pardaillan ne le put souffrir,
et par une extravagance inouie, il monte sur un cheval qu'avoit son
page, et, en passant au galop devant le carrosse du comte de Roussy,
il cria d'un ton goguenard: _J'aurai au moins le plaisir d'être le
premier à Paris_. Il ne dit pas vrai, car à peine fut-il dans le
faubourg Saint-Antoine, que voilà un orage qui le mouilla comme une
carpe avant qu'il pût se mettre à couvert sous un auvent, où le comte
le trouva qui attendoit son carrosse.

A l'âge de quarante-cinq ans il fit un voyage à Paris, dans le temps
que les dentelles étoient défendues. Il avoit un porte-feuille dans
son carrosse; il tiroit les rideaux, et, à la porte des maisons, il
prenoit du linge à dentelles, puis l'ôtoit quand il étoit entré dans
son carrosse.

Il se mit dans la tête qu'il étoit le meilleur comédien du monde, et,
montant sur une table, il jouoit un rôle devant quiconque le vouloit
ouïr.

On dit qu'à la terre où il demeuroit à la campagne, il y avoit
d'ordinaire une sentinelle au haut d'une tour; et quand on découvroit
quelqu'un qui venoit faire visite, la sentinelle sonnoit une cloche,
et alors le maître, la maîtresse et leurs enfans se paroient pour
recevoir la compagnie.



FONTENAY COUP-D'ÉPÉE,

LE CHEVALIER DE MIRAUMONT.


Fontenay fut nommé _Coup-d'Epée_, à cause de sa bravoure. J'ai appris
que ce fut à cause d'un furieux coup d'épée dont il abattit une épaule
à un sergent qui le vouloit mener en prison: il étoit sur un cheval de
poste et revenoit de l'armée; il avoit de l'or sur son habit, et l'or
avoit été défendu depuis quelques jours. On dit qu'une fois un autre
gladiateur et lui s'étant rencontrés tête pour tête au tournant du
pont Notre-Dame, chacun voulut avoir le haut du pavé. Notre homme dit
à l'autre d'un ton de rodomont pensant l'intimider: «Je m'appelle
_Fontenay-Coup d'Epée_.--Et moi, répondit l'autre, _La Chapelle Coup
de Canon_.» Ils mirent l'épée à la main, mais on les sépara.

Fontenay étoit de fort amoureuse manière: il a cajolé une infinité de
personnes; et quoique ce fût une fille à qui il en contoit, il ne
l'appeloit jamais autrement que _Belle Dame_. La principale belle dame
qu'il cajola ce fut madame de Bragelonne du Marais; il fit mille
folies pour elle; et enfin n'en étant pas satisfait, sur quelque
jalousie qu'il lui prit, un beau jour, comme elle entendoit la messe
dans les Petits-Capucins[89], il s'alla mettre à genoux auprès d'elle,
et lui dit, prenant Dieu à témoin, s'il n'étoit pas vrai qu'elle étoit
la plus ingrate du monde de lui faire des infidélités comme elle lui
en faisoit,» et en pleurant il lui rendit des bracelets et autres
bagatelles qu'elle lui avoit données. «Mais il faut, lui dit-il, que
vous me rendiez mon coeur; je vous donne deux jours pour cela, et n'y
manquez pas.»

  [89] L'église des Capucins du Marais, aujourd'hui la paroisse
  Saint-François.

Une fois il aimoit une femme dont il jouissoit; cette femme, soit
qu'elle fût lasse de lui, car il étoit fort quinteux, ou qu'en effet
elle se voulût retirer, lui déclara qu'elle vouloit changer de vie, et
le pria de ne plus venir chez elle. Lui n'en fit que rire: il y
retourne, mais il trouve, comme on dit, visage de bois. Que fait-il?
Après avoir bien harangué, il trouve moyen d'avoir un pétard, et
l'attache à la porte de cette femme. Elle qui connoissoit le pélerin,
et qui étoit une espèce d'Amazone, ouvre une trappe de cave qui étoit
à l'entrée de l'allée, et se tient au bout de l'ouverture avec deux
pistolets. Je m'étonne qu'ils ne s'accordoient mieux, car c'étoit là
une vraie nymphe pour un Coup d'Epée. Le pétard fait son effet, et le
capitan entroit déjà par la brèche, criant: Villegagnée! quand il
trouve ce nouveau retranchement qui l'oblige à faire retraite.

Un autre extravagant, amoureux à Turin d'une femme logée devant ses
fenêtres, n'en pouvant venir à bout, envoya emprunter deux fauconneaux
du gouverneur de la citadelle, qui étoit François, tout aussi bien que
lui. Il lui fit accroire que c'étoit pour un divertissement qu'il
vouloit donner à sa dame. Quand il les eut, il les braque à la fenêtre
de son grenier contre la maison de cette femme, et puis l'envoie
sommer de se rendre.

Une autre fois, en une compagnie, au lieu d'entretenir les dames,
Fontenay se mit à cajoler la suivante de la maison, et plus tôt qu'on
ne s'en fût aperçu, il la poussa dans une garde-robe; là, il se met en
devoir de faire ce pourquoi il étoit entré, sans avoir seulement songé
à fermer la porte. La fille crie; tout le monde veut aller au secours:
Fontenay prend un chenet, et les épouvante, de sorte qu'on fut
contraint de parlementer avec lui, et de le laisser sortir bagues
sauves et tambour battant.

Il ne sortit pas à si bon marché d'une aventure qu'il eut auprès de
l'Arsenal. Il étoit allé au sermon aux Célestins, où il voulut faire
quelque insulte à un bourgeois qui, ne s'épouvantant pas de ses
rodomontades, lui donna un beau soufflet: il n'osa faire du bruit dans
l'église. Il sortit, et se mit à se promener sous les arbres du Mail
en attendant que le sermon fût achevé. Je vous laisse à penser s'il
étoit en belle humeur: il se promenoit le manteau sur le nez et le
chapeau enfoncé; c'étoit un dimanche, et il y avoit, entre autres
menues gens, un garçon menuisier qui dit à l'autre en lui montrant
Fontenay: «Ardez[90], en voilà un qui est en colère.» Fontenay, dont
la bile n'étoit déjà que trop émue, met l'épée à la main pour donner
sur les oreilles à ce garçon; mais le menuisier avoit une estocade
sous son bras: ç'avoit été un laquais-gladiateur; il se défend, et
comme son épée étoit beaucoup plus longue, il blesse notre capitan à
la cuisse et le laisse à terre. Ses amis, en ayant eu avis, le vinrent
quérir, et il fut contraint de se railler lui-même d'avoir été battu
en si peu de temps et de deux façons différentes par un bourgeois et
par un garçon menuisier.

  [90] Expression populaire, pour dire _regardez_.

Il étoit un jour chez madame Des Loges; c'étoit un peu après le siége
de La Rochelle. Madame Des Loges contoit fort agréablement un voyage
qu'elle venoit de faire en Saintonge: elle y alloit, disoit-elle, de
temps en temps, pour raccommoder ce que M. Des Loges avoit gâté. Une
sotte femme d'un conseiller huguenot, nommée madame Madelaine, alla
parler de l'embarras où les Huguenots étoient ici durant le siége de
La Rochelle. «J'étois retirée, disoit-elle, chez mon oncle d'Arbaud,
secrétaire d'Etat, avec tous mes enfants; nous n'avions qu'une
chambre; ma fille me demandoit ses nécessités; je ne savois où mettre
sa chaise.--Fi! fi! vilaine, lui dit brusquement Fontenay, ne parlez
point ici de m.....»

Une fois il rencontra à onze heures du soir, dans la rue, une fille
qui pleuroit; sa maîtresse la venoit de chasser. Il la trouva assez
jolie: il lui demanda si elle vouloit venir servir sa femme; elle y
va: mais elle fut bien étonnée quand elle vit que ce n'étoit qu'un
garçon. Il lui offre la moitié de son lit; elle le refuse: il
l'enferme et la tient six semaines à la prendre tantôt par menaces,
tantôt par douceur. Enfin, il en vient à bout, mais il s'en lassa
bientôt, et lui demanda si elle vouloit continuer le métier ou se
remettre à servir. Elle aima mieux se remettre à servir: il la paya
bien, et lui fit trouver condition. Il étoit sujet à faire de ces
tours-là. Il leur prit une plaisante vision au chevalier de Miraumont
et à lui: ils firent attacher à la poulie de leur grenier un grand
panier d'armée, et prirent deux gros crocheteurs, qui, quand il
passoit quelque jolie fille, en riant, la mettoient dans ce panier, et
puis la guindoient en haut. La fille n'avoit pas sitôt perdu terre
qu'elle ne pensoit qu'à se bien tenir. Quand elle étoit en haut, si
les deux galants, qui l'y attendoient, ne la trouvoient pas de leur
goût, elle retournoit incontinent par la même voie; mais si elle leur
plaisoit, ils en faisoient ce qu'ils pouvoient.

Il cajola, je ne sais où, la veuve d'un bourgeois nommé Brunettière.
Cette femme étoit jolie, jeune et sans enfants; et quoique cet
homme-là parût extravagant et mal bâti, car il étoit tout percé de
coups et quasi estropié, elle se mit pourtant si bien dans la tête
qu'il la vouloit épouser, que quoiqu'il lui eût dit depuis mille fois
qu'il n'y avoit jamais pensé, et qu'il en disoit autant à toutes les
veuves et à toutes les filles, elle ne laissa pas de le croire, de
l'aimer et d'être dans une profonde mélancolie jusqu'à ce qu'elle
l'eût vu marié avec une autre; après, elle se guérit quand elle n'eut
plus d'espérance.

Voici comment Fontenay se maria: il eut connoissance d'une grosse
mademoiselle Des Cordes, veuve d'un auditeur des comptes, qui étoit
mort incommodé, de sorte que cette femme n'avoit pu retirer toutes ses
conventions matrimoniales; elle vivotoit tout doucement, et alloit
manger chez madame Rouillard et chez madame Le Lièvre, de la rue
Saint-Martin, qui étoient des femmes riches et ses voisines. Fontenay,
alors capitaine aux gardes, la trouva à son goût; elle étoit gaie et
agissante. Le mariage fut fait du soir au matin: cette fois-là il
trouva chaussure à son pied, car c'étoit une maîtresse femme qui le
rangea si bien, qu'on dit que de peur il s'alla cacher une fois dans
le grenier au foin. Cela excuse Barinière que Fontenay Coup-d'Epée ait
choisi même retraite que lui. Il ne dura guère, et elle s'est
remariée.

Pour le chevalier de Miraumont, son camarade, ce fut aussi un brave.
Il y avoit certaines gardes d'épée qu'on appeloit _à la Miraumont_.
C'étoit un assez plaisant homme. «Mon père, disoit-il, fit un jour
apporter une demi-douzaine d'oeufs frais pour déjeûner. J'en mangeai
quatre; mon père me dit:--Vous êtes un sot.--Je lui répondis: «Vous
avez menti, vieux b....., et quelques autres petites paroles de fils à
père...»

Un jour qu'une femme, à qui il devoit de l'argent, l'étoit venu
trouver qu'il étoit encore au lit, pour l'empêcher d'y revenir une
autre fois, il l'alla conduire jusqu'à la porte de la rue tout nu,
car il couchoit toujours sans chemise; elle ne put jamais s'en
empêcher. «Je vous rendrai, lui disoit-il, ce que je vous dois.»

On dit que lui, Fontenay, et quelques autres extravagants voulurent
éprouver de quelle façon on tombe quand on est sur un arbre que l'on a
coupé par le pied. On ne m'a su dire s'il y en eut de blessés.



FERRIER,

SA FILLE ET TARDIEU.


Ferrier étoit un ministre de Languedoc, qui avoit tant de dons de
nature pour parler en public, que, quoiqu'il ne fût ni docte ni
éloquent, il passoit pourtant pour un grand personnage dans sa
province; il étoit patelin, populaire, et pleuroit à volonté; de sorte
qu'il avoit tellement charmé le peuple, qu'il le menoit comme il
vouloit.

Durant un synode où il présidoit, une des meilleures églises du
Languedoc vaqua; il y avoit un jeune proposant de sa connoissance qui
ne savoit quasi rien alors, mais qui depuis fut un habile homme.
Ferrier lui dit qu'il falloit avoir cette église: «Laissez-moi faire.»
Il dit à la compagnie que les députés d'une telle église avoient jeté
les yeux sur un tel, qu'il falloit l'examiner. On donne un texte au
jeune homme pour le lendemain. Ce garçon se défioit extrêmement de ses
forces; Ferrier lui dit à peu près comme il s'y falloit prendre, tant
pour le sermon que pour la prière. La prière faite, le président fait
un grand soupir, comme s'il avoit été touché; puis, dès le milieu de
l'exorde, il s'écria: _Bon!_ Tout le monde, qui le regardoit comme un
oracle, ne douta pas que ce sermon ne fût bon, puisqu'il l'approuvoit;
et le jeune homme eut comme cela cette église.

M. Le Fauscheur, un de nos ministres de Paris, qui a fait le _Traité
de l'action de l'orateur_, m'a dit qu'il s'étoit trouvé à un synode où
l'on avoit ordonné à Ferrier de faire une lettre pour le Roi. Il la
lut à l'assemblée, et sa belle voix leur imposa tellement, qu'ils en
furent comme ravis; un, entre autres, pria le modérateur qu'on lui
laissât lire en son particulier cette lettre; mais il en fut
incontinent désabusé, et en donna avis aux principaux; eux le dirent à
Ferrier, et lui marquèrent les endroits. Il reprit sa lettre, et
l'ayant relue en leur présence, ils furent encore dupés une seconde
fois; enfin, les plus sages s'avisèrent de la corriger sans en rien
dire, et on n'y laissa pas une période entière, tant il y avoit de
choses à changer. C'était l'homme du monde le plus avare, jusque là
que quand il étoit député en quelque synode, il vivoit si
mesquinement, et recherchoit avec tant de soin les repues-franches,
qu'il épargnoit les deux tiers de ce qu'on lui donnoit pour sa
dépense.

Un homme de cette humeur était aisé à corrompre: aussi, lorsque, après
la mort de Henri IV, on eut résolu de sonder si on pouvoit gagner
quelques ministres, celui-ci alla au-devant de ceux qui offroient des
pensions de la cour. Pour cela et pour d'autres choses, il fut
déposé. Comme on parloit de le déposer, il dit: «Je m'en vais les
faire tous pleurer.» En effet, il prôna si bien qu'ils pleurèrent
tous; mais cela n'empêcha pas à la fin qu'on ne passât outre. Après il
fit un voyage à la cour, et en revint en poste avec un manteau doublé
de panne verte, pourvu de la charge de lieutenant criminel au
présidial de Nîmes. Le peuple, dont la plus grande part est de la
religion, quoique Ferrier ne se fût point encore révolté, s'émut
contre lui, et il eut de la peine à se sauver. La nuit, par l'aide
d'un de ses amis, il sortit de la ville et alla faire ses plaintes à
la cour. Il ne retourna pas pourtant à Nîmes; il vendit sa charge, et
il demeura à Paris. Là, il ne se fit pas catholique tout d'abord; il
fit bien des cérémonies avant que d'en venir là, et ne fit point
abjuration qu'il ne fut assuré d'une bonne pension que le cardinal Du
Perron lui fit donner par le clergé. Cependant, comme il étoit fourbe,
il les tenoit toujours en jalousie, et entretenoit commerce avec M. Du
Plessis-Mornay. Il lui avoit fait si bien espérer qu'il reviendroit,
que M. Du Plessis avoit eu promesse d'une place de professeur en
l'académie de Bâle en Suisse, où Ferrier lui faisoit accroire qu'il
transporteroit tout son bien, et qu'il s'y retireroit dès qu'il auroit
vendu deux maisons qu'il avoit à Paris: même il lui avoit promis de
faire imprimer la réfutation du livre qu'il avoit publié en changeant
de religion; car, depuis sa déposition, il avoit étudié et s'étoit
rendu savant. Mais, lorsque M. Du Plessis vint à Paris pour aller à
Rouen à l'assemblée des notables, il lui manqua de parole, et montra
bien qu'il ne faisoit cela que pour tenir, comme j'ai dit, les autres
en jalousie; car M. Du Plessis lui ayant écrit qu'il le prioit de le
venir trouver en maison tierce, afin de conférer à loisir et en
secret, Ferrier épia l'heure que M. Du Plessis étoit avec des évêques
et des chevaliers de l'ordre, et, entrant, courut l'embrasser, et lui
dit tout haut qu'il n'y avoit point de différence de religion qui
l'empêchât de lui rendre ce qu'il lui devoit, et fit tant que les
catholiques qui se trouvèrent à cette visite crurent en effet que cet
homme pourroit bien leur échapper, et pour le retenir, ils lui firent
augmenter sa pension.

Depuis, il fut connu du cardinal de Richelieu, qui le mena au voyage
de Nantes, durant lequel il coucha toujours dans sa garde-robe, et le
cardinal le goûta tellement qu'il lui donna le brevet de secrétaire
d'Etat; auparavant il avoit fait beaucoup de dépêches, et pour quelque
affaire qui survint, il eut l'ordre de prendre la poste pour se rendre
à Paris le plus tôt qu'il lui seroit possible. Il avoit déjà de l'âge;
il n'étoit point accoutumé à ce travail, la fièvre le prit à son
arrivée à Paris, et il en mourut au bout de huit jours avec un regret
extrême de ne pouvoir jouir de l'emploi avantageux qui lui étoit
destiné, et pour lequel il avoit pris tant de peine.

Sa femme demeura de la religion; mais ses enfants, un fils et une
fille, furent catholiques. Le fils, comme nous verrons ailleurs, ne
dura guère; la fille, devenue héritière, fut enlevée par un M.
d'Oradour de Limousin, qui avoit aussi été de la religion, et que M.
de La Meilleraye affectionnoit. Elle fit tant la diablesse qu'il fut
contraint de la rendre. Il se paroit pour tâcher à lui plaire; mais
elle lui déchiroit son collet, et le menaçoit de lui arracher les yeux
s'il en venoit à la violence.

Depuis, Tardieu, lieutenant-criminel, l'épousa, car on la lui avoit
promise s'il la tiroit des mains de d'Oradour, et il y servit; mais
cette réputation qu'elle s'étoit acquise par une si courageuse
résistance, ne dura pas long-temps, car elle devint bientôt la plus
ridicule personne du monde, et elle a bien fait voir que ç'a été
plutôt par acariâtreté qu'autrement qu'elle résista à d'Oradour.

Son père étoit un homme libéral auprès d'elle; elle a bien de qui
tenir, car sa mère n'est guère moins avare qu'elle, et le
lieutenant-criminel est un digne mari d'une telle femme. Elle étoit
bien faite; elle jouoit bien du luth; elle en joue encore; mais il n'y
a rien plus ridicule que de la voir avec une robe de velours pelé,
faite comme on les portoit il y a vingt ans, un collet de même âge,
des rubans couleur de feu repassés, et de vieilles mouches toutes
effilochées, jouer du luth, et, qui pis est, aller chez la Reine. Elle
n'a point d'enfants; cependant sa mère, son mari et elle n'ont pour
tous valets qu'un cocher: le carrosse est si méchant et les chevaux
aussi, qu'ils ne peuvent aller; la mère leur donne l'avoine elle-même;
ils ne mangent pas leur soûl.

Elles vont elles-mêmes à la porte. Une fois que quelqu'un leur étoit
allé faire visite, elles le prièrent de leur prêter son laquais pour
mener les chevaux à la rivière, car le cocher avoit pris congé. Pour
récompense, elles ont été un temps à ne vivre toutes deux que du lait
d'une chèvre. Le mari dit qu'il est fâché de cette mesquinerie. Dieu
le sait! Pour lui il dîne toujours au cabaret aux dépens de ceux qui
ont affaire de lui, et le soir il ne prend que deux oeufs. Il n'y a
guère de gens à Paris plus riches qu'eux. Il a mérité d'être pendu
deux ou trois mille fois. Il n'y a pas un plus grand voleur au monde.

Le lieutenant-criminel logeoit de petites demoiselles auprès de chez
lui, afin d'y aller manger; il leur faisoit ainsi payer la protection.

Sa femme le suivoit partout: elle coucha avec lui à Maubuisson; le
matin, comme ils partoient, les moutons alloient aux champs: «Ah! les
beaux agneaux! dit-elle.» Il lui en fallut mettre un dans le carrosse.

Elle demanda une fois à souper au valet-de-chambre d'un marquis qui
avoit une affaire contre un filou, qu'il vouloit faire pendre: il lui
refusa; elle alla avec son mari souper chez leur serrurier.

Le lieutenant dit à un rôtisseur qui avoit un procès contre un autre
rôtisseur: «Apporte-moi deux couples de poulets, cela rendra ton
affaire bonne.» Ce fat l'oublia; il dit à l'autre la même chose; ce
dernier les lui envoya avec un dindonneau. Le premier envoie ses
poulets après coup; il perdit, et pour raison; le bon juge lui dit:
«La cause de votre partie étoit meilleure de la valeur d'un dindon.»

M. l'évêque de Rennes, frère aîné du maréchal de La Mothe, alla en
1659 pour parler au lieutenant-criminel; sa femme vint ouvrir, qui lui
dit que le lieutenant-criminel n'y étoit pas, mais que s'il vouloit
faire plaisir à madame, il la meneroit jusqu'à l'hôtel de Bourgogne,
où elle vouloit aller voir l'_OEdipe_ de Corneille. Il n'osa refuser,
et, la prenant pour une servante, il lui dit: «Bien, allez donc
avertir madame.» Elle s'ajusta un peu, et puis revint. Lui, lui
disoit: «Mais madame ne veut-elle pas venir?» Enfin, elle fut
contrainte de lui dire que c'étoit elle. Il la mena, mais en
enrageant. Elle vouloit qu'il entrât avec elle; il s'en excusa, et lui
envoya le carrosse du premier qu'il rencontra pour la ramener[91].

  [91] Le lieutenant-criminel Tardieu et sa femme, aussi avare que
  lui, furent assassinés le 24 août 1665, dans leur maison du quai
  des Orfèvres. Tout le monde connoît les beaux vers de la dixième
  satire dans lesquels Despréaux peint ce hideux couple. Tallemant
  fait connoître plusieurs traits de leur avarice qui avoient
  échappé au satirique.



DU MOUSTIER[92].


Du Moustier étoit un peintre en crayon de diverses couleurs; ses
portraits n'étoient qu'à demi et plus petits que le naturel. Il savoit
de l'italien et de l'espagnol; je pense qu'il aimoit fort à lire, et
il avoit assez de livres. C'étoit un petit homme qui avoit presque
toujours une calotte à oreilles, naturellement enclin aux femmes, sale
en propos, mais bon homme et qui avoit de la vertu. Il étoit logé aux
galeries du Louvre comme un célèbre artisan[93]; mais sa manière de
vivre et de parler y attiroit plus les gens que ses ouvrages. Son
cabinet étoit pourtant assez curieux: il y avoit sur l'escalier une
grande paire de cornes, et au bas: «Regardez les vôtres;» et au bas de
ses livres: «Le diable emporte les emprunteurs de livres.»

  [92] Daniel Du Moustier, célèbre peintre de portraits, né vers
  1550, mort en 1631. Il excelloit pour le portrait au crayon en
  trois couleurs. (Voyez _la Biographie universelle_ de Michaud.)
  L'auteur de l'article ne paroît pas avoir connu une seule des
  anecdotes racontées par Tallemant. On conserve à la Bibliothèque
  Sainte-Geneviève deux volumes in-folio remplis de portraits
  dessinés par Du Moustier. Il y en a beaucoup qui ne sont
  qu'ébauchés; un grand nombre représentent malheureusement des
  personnages inconnus. Le père de Du Moustier étoit peintre, et
  dessinoit le portrait dans le même genre. Le Recueil de
  Sainte-Geneviève contient beaucoup de portraits du temps de
  Charles IX, qui sont nécessairement les ouvrages du père.

  [93] Le mot _artisan_ exprimoit encore, sous la minorité de Louis
  XIV, un excellent ouvrier dans les arts libéraux. _Artiste_, dans
  le sens d'ouvrier, qui travaille avec esprit et avec art, se
  trouve dans le Dictionnaire de Richelet; Genève, 1680.

Il y avoit une tablette où il avoit écrit: _Tablette des sots_: le
père Arnoul, confesseur du Roi, qui étoit un glorieux Jésuite, lui
demanda qui étoient ces sots. «Cherchez, cherchez, lui dit-il, vous
vous y trouverez.» Un autre Jésuite s'y trouva effectivement, et lui
ayant demandé pourquoi, sans se nommer, Du Moustier lui répondit en
grondant, car il n'aimoit point les Jésuites: «Parce qu'il a dit que
Henri IV avoit été nourri de biscuits d'acier.» A propos de livres, il
contoit lui-même une chose qu'il avoit faite à un libraire du
Pont-Neuf, qui étoit une franche escroquerie; mais il y a bien des
gens qui croient que voler des livres ce n'est pas voler, pourvu qu'on
ne les revende point après. Il épia le moment que ce libraire n'étoit
point à sa boutique, et lui prit un livre qu'il cherchoit il y avoit
long-temps. Je crois que la plupart de ceux qu'il avoit lui avoient
été donnés.

Il savoit par coeur plus de la moitié de deux volumes in-folio de deux
ministres, Aubertin et Le Faucheur, sur la matière de l'Eucharistie,
et il les avoit peints, et un autre aussi nommé Daillé. Du Moustier
n'étoit catholique qu'à gros grains.

Il avoit un petit cabinet séparé plein de postures de l'Arétin. Outre
cela il savoit toutes les sales épigrammes françoises. J'ai vu un de
ses cousins germains à Rome, du même métier, qui savoit aussi mille
vers comme cela.

Il n'aimoit pas plus les médecins que les Jésuites, et il les appeloit
_les magnifiques bourreaux de la nature_.

Le premier président de Verdun[94] désira de le voir; un de ses amis
le voulut mener. «Je ne suis ni aveugle ni enfant, j'irai bien tout
seul,» répondit-il. Il y va; le premier président donnoit audience à
beaucoup de monde; enfin, il dit: «J'ai mal à la tête.» On fit donc
sortir tout le monde; il n'y eut que Du Moustier qui dit qu'il vouloit
parler à monsieur le premier président qui avoit souhaité de le voir;
il vient et avoit fait dire que c'étoit Du Moustier. Le premier
président lui dit: «Vous, M. Du Moustier! Vous êtes un homme de
bonne mine pour être M. Du Moustier!» Lui regarde si personne ne
le pouvoit entendre, et, s'approchant de M. de Verdun, il lui dit:
«J'ai meilleure mine pour Du Moustier que vous pour premier
président[95].--Ah! cette fois-là, dit le président, je reconnois que
c'est vous.» Ils causèrent deux heures ensemble le plus familièrement
du monde.

  [94] Nicolas de Verdun, premier président du Parlement de Paris
  avoit succédé à Achille de Harlay. Il mourut le 16 mars 1627.

  [95] Verdun avoit la bouche de côté.

Quand il peignoit les gens il leur laissait faire tout ce qu'ils
vouloient; quelquefois seulement il leur disoit: «Tournez-vous.» Il
les faisoit plus beaux qu'ils n'étoient, et disoit pour raison: «Ils
sont si sots qu'ils croient être comme je les fais, et m'en paient
mieux.»

Il avoit peint M. de Gordes, capitaine des gardes-du-corps, par le
commandement du feu Roi: «Autrement, disoit-il, je ne m'y fusse jamais
résolu, car il est trop laid.» Il l'appeloit _le cadet du diable_.

Une fois qu'il étoit chez M. d'Orléans, Du Pleix, l'historiographe, y
vint; M. d'Orléans lui fit des complimens sur son histoire[96]. «Il
n'y a, dit Du Pleix, que cet homme-là, montrant Du Moustier, qui soit
mon ennemi.--Votre ennemi! répondit Du Moustier; vous ne m'avez fait
ni bien ni mal. A la vérité, je ne saurois souffrir qu'étant créature
de la reine Marguerite, vous la déchiriez comme vous faites; puis,
elle est de la maison royale: si j'avois du crédit en France, je vous
ferois châtier. Et puis, vous allez dire qu'autrefois en France tous
les hommes étoient sodomistes, et ne se marioient qu'après s'être
lassés de garçons!»

  [96] M. de Bassompierre, dans la Bastille y avoit fait des
  remarques de bien des impertinences. (T.)

Il avoit mis sous le portrait de mademoiselle de Rohan: _La princesse
Gloriette_, et sous celui du comte de Harcourt: _Le parangon des
princes cadets_; au bas de celui d'une madame de la Grillière, il
avoit écrit: «Elle n'a oublié qu'à payer.»

Vaillant, peintre flamand, natif de Lille, qui peint au crayon comme
lui, à celles qui ne le payoient pas, il faisoit comme des barreaux
sur leurs portraits, et disoit qu'il les tenoit en prison jusqu'à ce
qu'elles eussent payé.

La plus belle aventure qui lui soit arrivée, c'est que le cardinal
Barberin, étant venu légat en France, durant le pontificat de son
oncle, eut la curiosité de voir le cabinet de Du Moustier et Du
Moustier même. Innocent X, alors monsignor Pamphilio, étoit en ce
temps-là dataire et le premier de la suite du légat; il l'accompagna
chez Du Moustier, et voyant sur la table l'Histoire du concile de
Trente, de la superbe impression de Londres, dit en lui-même:
«Vraiment c'est bien à un homme comme cela d'avoir un livre si rare!»
Il le prend et le met sous sa soutane, croyant qu'on ne l'avoit point
vu; mais le petit homme, qui avoit l'oeil au guet, vit bien ce
qu'avoit fait le dataire, et, tout furieux, dit au légat «qu'il lui
étoit extrêmement obligé de l'honneur que Son Eminence lui faisoit;
mais que c'étoit une honte qu'elle eût des larrons dans sa compagnie;»
et sur l'heure, prenant Pamphile par les épaules, il le jeta dehors en
l'appelant _bourgmestre de Sodome_, et lui ôta son livre.

Depuis, quand Pamphile fut créé pape, on dit à Du Moustier que le pape
l'excommunieroit et qu'il deviendroit noir comme charbon. «Il me fera
grand plaisir, répondit-il, car je ne suis que trop blanc.» Malherbe,
comme vous avez vu, dit quasi la même chose à M. de Bellegarde, et le
maréchal de Roquelaure avant eux eut la même pensée. Henri IV lui dit
un jour: «Mais d'où vient qu'à cette heure que je suis roi de France
paisible, et que j'ai tout à souhait, je n'ai point d'appétit, et
qu'en Béarn, où je n'avois point du pain à mettre sous les dents,
j'avois une faim enragée?--C'est, lui dit le maréchal, que vous étiez
excommunié; il n'y a rien qui donne tant d'appétit.--Mais si le pape
savoit cela, reprit le Roi, il vous excommunieroit.--Il me feroit
grand honneur, répondit l'autre, car je commence à être bien blanc, et
je deviendrais noir comme en ma jeunesse.»

A la mort de Du Moustier, le chancelier, par l'instigation des
Jésuites, fit acheter tous les livres qu'il avoit contre eux et les
fit brûler.



LE PRÉSIDENT LE COGNEUX[97].


Le père du président Le Cogneux étoit maître des comptes[98]; il y a
deux ans ou environ que son fils, reçu président au mortier comme
lui[99], en une audience de l'édit, menaça un avocat de l'envoyer en
bas. Les avocats, irrités de cela, recherchèrent sa naissance, et ils
trouvèrent que le père du maître des comptes étoit procureur et fils
d'un potier d'étain, qui fut surnommé _Le Cogneux_, à cause qu'il
cognoit sans cesse[100].

  [97] Le véritable nom est le Coigneux. Tallemant l'écrit comme on
  avoit l'habitude de le prononcer.

  [98] Antoine Le Coigneux, maître des comptes, en 1572, père du
  président.

  [99] Le fils fut reçu président à mortier le 20 août 1652.

  [100] Guillaume le Coigneux, marchand potier d'étain, mourut en
  1505, et Sara Ral, sa femme, en 1517; on voyoit leur épitaphe au
  charnier des Innocens. Gilles Le Coigneux, leur fils, a été
  procureur au Parlement, et leur petit-fils est devenu conseiller.


Le feu président, comme j'ai dit ailleurs, eut sa charge pour rien.
Etant chancelier de Monsieur, et étant veuf pour la seconde fois, il
prétendoit être cardinal[101]. Puy-Laurens et lui, voyant qu'on se
moquoit d'eux, firent aller leur maître en Lorraine. Puy-Laurens,
amoureux de la princesse de Phalsbourg, croyoit l'épouser, et vouloit
être beau-frère de son maître. Le Cogneux, dit-on, s'opposa au mariage
de la princesse Marguerite, aujourd'hui madame d'Orléans, et ce fut
pour cela qu'on l'envoya à Bruxelles pour cabaler avec la Reine-mère
et l'infante; et après on lui manda qu'il y demeurât.

  [101] On m'a dit que le cardinal de Richelieu dit une fois: «M.
  Le Cogneux ne sauroit être d'église.» C'est que Le Cogneux avoit
  épousé clandestinement la fille d'un sergent, si je ne me trompe,
  qui étoit fort belle; elle s'appeloit Marie Droguet. On ajoute
  qu'il s'en défit gaillardement afin de n'avoir plus cet obstacle
  à sa fortune. (T.)

Ç'a été toujours un homme assez extraordinaire. Il lui prit envie à
Bruxelles, étant en colère contre ses gens, d'essayer si on ne pouvoit
vivre sans valets. Il donna congé à tous ses domestiques pendant trois
mois, se mit dans une chambre tout seul, faisoit son lit, alloit au
marché et mettoit son pot au feu; mais il en fut bientôt las.

Il avoit un peu la mine d'un arracheur de dents; cela n'empêcha pas
qu'avant d'aller en Lorraine, comme il étoit en crédit chez Monsieur,
il n'eût eu une belle galanterie avec une madame Guillon, femme d'un
conseiller au parlement, qu'on appeloit _le teston rogné du palais_,
parce qu'il n'avoit point de lettres. Cet homme l'avoit épousée pour
sa beauté, fut déshérité à cause de ce mariage; mais, après la mort du
père, son frère et lui s'accommodèrent. Elle étoit aussi belle que
personne de son temps; la Reine-mère[102] disoit: «_È bella sta
Guillon mi ressemble._»

  [102] Marie de Médicis.

Le Cogneux, veuf de sa première femme, pour voir plus commodément
madame Guillon, acheta cette maison à Saint-Cloud qu'il a eue jusqu'à
sa mort, parce qu'elle étoit vis-à-vis de celle de Guillon. Au fort de
cette amourette il se marie avec une demoiselle de Ceriziers[103].
C'est la mère de Bachaumont, qui n'étoit guère moins belle que madame
Guillon. Au commencement cette femme ne bougeoit d'avec la maîtresse
de son mari, et la croyoit la plus honnête femme du monde; enfin,
l'imprudence des amants lui découvrit toute l'histoire. Le Cogneux
n'osoit plus aller chez ses amours qu'en cachette; mais madame
Guillon, pour faire dépit à cette femme, voulut qu'elle sût que Le
Cogneux la voyoit toujours; mais le mari ne vouloit point donner ce
déplaisir-là à sa femme.

  [103] Marie Ceriziers, dont le père étoit maître des comptes.
  (T.)

Au bout de quelque temps, Le Cogneux eut jalousie de ce qu'un avocat
nommé Des-Estangs, de leurs amis, et qui étoit de l'intrigue, avoit
couché à Saint-Cloud chez madame Guillon, et, de rage, il porte à sa
femme toutes les lettres de madame Guillon, et jure de ne la plus
voir: voilà cette femme au désespoir. Elle fit durant quelques années
toutes les choses imaginables pour lui parler, et elle étoit si
transportée que son confesseur fut obligé de lui permettre de parler à
cet homme, de peur qu'elle ne se désespérât; mais elle n'en put jamais
venir à bout. Enfin, le temps la guérit, et elle se mit dans la
dévotion: je pense qu'elle vit encore. Elle disoit à madame Pilou: «Ma
chère, quand je revins de ma folie, j'étais aux champs; ah! disois-je,
je pense que voilà de l'herbe; ce sont là des moutons: avant cela je
ne voyois pas ce que je voyois.»

Comme il étoit en Angleterre avec la Reine-mère, il lui vint fantaisie
de se marier, et il épousa sa troisième femme, qui étoit fille
d'honneur de la Reine-mère. Un gentilhomme, nommé Sémur, l'alloit
épouser; elle le pria de trouver bon qu'elle prît M. Le Cogneux,
puisque c'étoit son avantage. En revanche, le président donna sa fille
à Sémur.

Cette troisième femme a eu ensuite du bien par succession. Le
président revint après la mort du cardinal de Richelieu, et fut
rétabli dans tous ses biens.

Il s'avisa une fois de vouloir être dévot; quelques jours après il se
promenoit à grands pas dans sa salle, et tout rêveur: «Qu'avez-vous?
lui dit-on.--Ma foi! répondit-il, je n'y trouve pas mon compte, je n'y
suis pas propre: il faut aller son train ordinaire.»

Il appeloit sa femme _Présidentelle_, parce qu'elle est petite: c'est
une honnête femme et fort complaisante. Il l'amena de deux cents
lieues d'ici, ayant la petite-vérole: «Tu iras bien, on t'enveloppera
dans le carrosse.» Elle n'avoit apparemment que la petite-vérole
volante.

Il se mit une fois en tête de planter à Saint-Cloud, qu'il a fait
assez ajuster, sans considérer qu'il présidoit à l'édit[104]. Pour
cela il falloit coucher assez souvent à sa maison. Le matin il partoit
à quatre heures avec sa _Présidentelle_, alloit au Palais, et
retournoit dîner à Saint-Cloud; et elle, tandis qu'il étoit au Palais,
s'alloit habiller au logis. On ne sauroit trouver une plus généreuse
belle-mère; elle a fait faire aux enfants de son mari tous les
avantages qu'ils pouvoient souhaiter, encore qu'elle eût une fille et
un fils.

  [104] La chambre de l'édit étoit mi-partie, et composée de
  magistrats catholiques et réformés. Les causes des protestants
  étoient portées à cette chambre. Ces chambres cessèrent d'exister
  dès avant la révocation de l'édit de Nantes.

Il aimoit les fêtes comme un écolier, et étoit assez las de son métier
de président. Étant travaillé d'une courte haleine, il alla bâtir une
grande maison au bout du Pré-aux-Clercs pour avoir un grand jardin où
se promener, comme on lui avoit ordonné de respirer l'air tout à son
aise. A ce bâtiment on verra bien qu'il y avoit quelque chose qui
n'alloit pas bien dans sa tête. On disoit en riant: «N'a-t-il pas
raison? car il y a une si longue traite de Paris à Saint-Cloud, qu'il
faut bien se reposer en chemin.» Pour lui, il disoit: «Je n'ai affaire
qu'à deux sortes de gens, aux plaideurs, qui me viendront chercher en
quelque lieu que je sois: ne voilà-t-il pas une grande discrétion? et
à mes amis, qui iroient bien plus loin pour me voir.» Un jour que
Ruvigny dînoit chez lui, il le tire à la fenêtre et lui dit: «Vous ne
sauriez croire combien je suis sujet aux vertiges!»

Son fils aîné étant reçu en survivance, épousa la veuve d'un
secrétaire du conseil, nommé Galand, homme de fortune, et elle fille
d'un notaire[105]: elle pouvoit avoir deux ans plus que lui; mais,
hors qu'elle est trop grosse, elle n'étoit point mal faite et n'avoit
point eu d'enfants[106]. Il eut un rival, c'étoit Cossé, cadet de
Brissac, qui, faisant l'offensé, prit la campagne avec la résolution
de tuer Le Cogneux, s'il ne lui donnoit dix mille écus; il disoit que
ce n'étoit pas par avarice, et qu'il les donneroit aux pauvres, mais
seulement pour punir l'outrecuidance de ce bourgeois. Le Cogneux, d'un
autre côté, se mit dans la garde du parlement, et ne marchoit qu'avec
escorte. Tout le monde accuse le maréchal de La Meilleraye de cette
extravagance, car, comme nous verrons ailleurs, ce fut lui qui fit
bailler au Plessis-Chivray vingt mille écus par madame de La
Basinière; mais il y avoit bien de la différence, car il y avoit
quelque chose d'écrit, et ici celle que Cossé prétendoit étoit mariée.
Le père disoit que quand il auroit donné des coups de bâton au
maréchal, il ne seroit pas en si grand danger, que seroit le maréchal
s'il l'avoit touché du bout du doigt. Cette fois le maréchal avoit
trouvé des gens aussi fous que lui. On dit qu'en ce temps-là cinq ou
six officiers aux gardes, tous enfants de Paris, prirent la querelle
de Le Cogneux, mais que Cossé ne voulut pas leur faire l'honneur de
tirer l'épée avec eux. Ils en firent des railleries tout haut au
Palais-Royal, et se disoient l'un à l'autre, pour dire une chose
impossible: «Tu feras aussitôt cela que de faire que Cossé se batte.»
Cossé, voyant qu'on se moquoit de cette levée de bouclier, s'en alla
en Bretagne sans revenir à Paris, pour faire qu'on crût qu'il en étoit
sorti en ce dessein. Depuis, cela s'accommoda.

  [105] Ce notaire s'appeloit Le Camus. (T.)

  [106] Elle alla au conseil à M. le président de Nesmond, qui
  aimoit son mari, pour savoir qui elle épouseroit de M. de
  Maisons, ou de M. Le Cogneux. «Ne venez-vous point ici, lui
  dit-il, madame, après avoir pris votre résolution?--Non,
  monsieur.--Si cela est, reprit-il, M. de Maisons est bien mieux
  votre fait.--Mais M. de Maisons a des enfants, dit-elle en
  l'interrompant.--Oh! je vois bien que votre résolution est
  prise.» Et n'en voulut plus parler. (T.)

La femme de Le Cogneux fut bientôt repentante de ce qu'elle avoit
fait, et elle a bien payé la gloire d'être présidente au mortier. Il
est coquet naturellement. J'ai entendu dire à un de ses amis que, dès
qu'il voyoit une eleveure[107], il se faisoit donner un lavement; si
est-il pourtant aussi noir qu'un autre, et la mine aussi brutale qu'on
la sauroit avoir, et sa mine ne trompe point. Il a de l'esprit quand
il veut; pour la conscience, vous en jugerez par ce que je vais
écrire, et ce que vous en verrez dans les autres Mémoires de la
Régence. Je dirai cependant que Bachaumont[108], son cadet, lui vola
quatre cents pistoles, et en un temps qu'il n'en avoit guère. Ce jeune
homme s'en confessa à un Jésuite, qui dit à Le Cogneux, qui avoit fait
mettre ses valets en prison, qu'il les en fît sortir, et qu'ils
n'étoient point coupables, mais son frère; Bachaumont soutenoit qu'il
n'avoit point pris cet argent. Les porteurs, qui avoient porté
Bachaumont après le vol, disoient que quand il retourna d'où il étoit
allé, il étoit beaucoup plus léger. Lui disoit: «C'est que je n'avois
pas été à la garde-robe, et que j'y fus dans cette maison.»

  [107] _Éleveure_, ou bouton qui se lève à la peau.

  [108] Boischaumont, on dit vulgairement Bachaumont
  (T.)--Bachaumont a eu quelque part au _Voyage_ de Chapelle. Ce
  joli ouvrage n'auroit pas dû porter les noms de deux auteurs.

Revenons à la femme de Le Cogneux le jeune: elle eut huit jours du
plus beau temps du monde, car le mari eut huit jours de complaisance.
Il a l'esprit agréable quand il lui plaît; elle étoit aussi contente
qu'on se le peut imaginer; mais, au bout de ce temps-là, on dit qu'en
une compagnie il dit, pensant dire une plaisante chose: «Je vais
revoir ma vieille;» qu'elle le sut, et qu'elle en pensa enrager, car,
outre qu'elle a toujours été jalouse, et qu'elle a bien donné de
l'exercice à son mari sur cet article, elle a quelque chose de fort
bourgeois, et elle s'est toujours prise pour une autre. Quand Le Camus
l'aîné, son frère, voulut épouser la fille de De Vouges,
l'apothicaire, elle, qui se voyoit dans l'opulence, car son mari avoit
déjà fait fortune, comme si le fils d'un notaire, à qui on assuroit
cent mille livres après la mort du père, eût été bien gâté de prendre
la fille d'un apothicaire avec vingt-cinq mille écus et assez jolie,
lui qui n'étoit qu'un idiot (il l'a bien fait voir, car il s'est ruiné
depuis), elle s'y opposa, fit fermer la porte du jardin qui alloit
chez son père, et fut un an sans vouloir voir ni le père ni le fils.
M. de Maisons le père la voulut épouser, et aussi le procureur-général
Fouquet. Elle ne voulut point être belle-mère. Feu Noailles, Cossé et
M. de Schomberg y pensèrent; elle disoit que les gens de la cour la
mépriseroient. Son beau-frère Galand lui dit toute l'humeur de Le
Cogneux, et ajouta: «Je sais bien que vous ne manquerez pas de le lui
redire; mais je veux acquitter ma conscience.» Elle n'y manqua pas. Le
Cogneux dit à Galand: «Vous ne me connoissez pas mal; mais si votre
belle-soeur veut être tant soit peu complaisante, je vivrai fort bien
avec elle.»

Le grand vacarme arriva du temps de Pontoise[109], où Le Cogneux
étoit, pour un paquet que Le Camus apporta au secrétaire de Le
Cogneux. Ce secrétaire avoit été tout petit à elle; il y avoit dedans
une lettre par laquelle il ordonnoit à cet homme d'aller trouver je ne
sais quelle femme, et de lui donner de l'argent pour faire aller
madame de Boudarnault à Mantes[110]. Ce secrétaire qu'elle fit venir
lui dit: «Madame, si vous me croyez vous dissimulerez; un autre
recevra la commission qu'on me donne, et n'aura pas pour vous toutes
les considérations que j'aurai; laissez-moi faire, vous vous en
trouverez bien avec le temps.» Elle ne le veut point croire, et écrit
à son mari une lettre où il y avoit quelque chose d'assez plaisant, et
quelque chose aussi de fort offensant, et elle appeloit ces femmes en
trois endroits, _vos putains_; il y avoit que ce seroit une belle
chose que de voir arriver tout cet attirail dans une petite ville, où
rien ne se peut cacher, et Le Cogneux, piqué de cette lettre, ordonne
quelque temps après à ce secrétaire de fermer la porte du jardin dont
nous avons déjà parlé, car il logeoit chez sa femme, sous prétexte
qu'encore qu'en allant à Pontoise on eût ôté tout le meilleur de la
maison, on pouvoit pourtant soustraire beaucoup de choses dont il
étoit chargé par le contrat de mariage; il voulut faire retirer en
même temps les papiers; mais une dame, chez qui on les avoit mis, dit
que comme elle les avoit reçus du mari et de la femme tout ensemble,
elle ne pouvoit les rendre que par l'ordre de l'un et de l'autre.
Madame Le Cogneux prend cela pour un grand outrage, comme si le mari
n'étoit pas le maître de la communauté, et s'il n'avoit pas les
papiers en sa puissance. Le secrétaire, ayant reçu l'ordre de faire
fermer la porte du jardin, dit à madame Le Cogneux qu'il en étoit au
désespoir; elle lui dit qu'il la fît boucher; mais à peine cette porte
étoit-elle à demi bouchée qu'elle fait l'enragée, veut battre les
maçons, et la porte demeura ainsi jusqu'au retour du président, qui la
fit boucher tout-à-fait.

  [109] En 1652, qu'une partie du Parlement y alla. (T.)

  [110] Madame de Boudarnault étoit fort décriée. (T.)

Madame Pilou, qui, après, se mêla de les accommoder, dit que madame Le
Cogneux mettoit en fait que ce mauvais traitement venoit de ce qu'elle
n'avoit pas voulu donner tout son bien à Bachaumont, qui l'eût redonné
à son frère. Le président répondoit à cela qu'il ne le voudroit pas
quand sa femme le voudroit; qu'après tout Bachaumont en seroit le
maître, et que n'ayant que deux ans moins que sa femme, il ne vivroit
apparemment guère plus qu'elle. Elle disoit aussi qu'il ne lui donnoit
que six pistoles par mois pour ses menus plaisirs. Le secrétaire a
fait voir à madame Pilou les comptes qu'elle arrête elle-même, puis le
mari les signe. Elle a pris dix pistoles par mois pour son jeu; mais
il n'a tenu qu'à elle d'en prendre davantage. Par malice elle avoit
fait mettre sur ce compte:

     «_A madame la présidente_, pour faire ses dévotions le premier
     dimanche du mois,                             3 liv..........

Trois sottes femmes, sa soeur, femme de Galand, cadet du mari de
madame Le Cogneux, car ils avoient épousé les deux soeurs, madame
Garnier[111] et madame Le Camus, qui sont deux de Vouges, soeurs, ont
mis de l'huile dans le feu, mais surtout la Galand. C'étoit une assez
belle femme, mais un peu colosse, et toujours parée comme la foire
Saint-Germain, qui faisoit la jolie quoiqu'elle eût l'air furieusement
bourgeois, et l'esprit encore plus. Son mari n'en étoit pas trop le
maître, et ne lui a jamais montré les dents que quand, averti du
scandale que causoit un nommé Mazel, espèce de violon qui étoit son
galant, il le chassa de chez lui, et donna quelque horion à la
donzelle. On n'a jamais parlé que de celui-là.

  [111] Cette Garnier est celle qui a fait le mariage. (T.)

On dit que cette acariâtre a tenu garnison quelquefois des quinze
jours entiers dans la chambre de sa soeur, et n'alloit pas seulement à
la messe de peur que le mari ne lui fît fermer la porte, et il lui est
arrivé d'y faire mettre le pot-au-feu.

Durant ce divorce, Le Cogneux et quelques-uns de ses amis entendirent
par la cheminée que la Galand disoit: «Otez-moi ma robe, je lui veux
aller donner des coups de bâton.» Lui, sans s'émouvoir autrement, fit
apporter des verges. «Si elle vient, leur dit-il, vous verrez beau
jeu.»

Quand Camus fut mis en prison pour vingt-deux mille livres, la
présidente pesta terriblement: «Le beau-frère d'un président au
mortier, le laisser mener en prison comme cela!» disoit-elle. Le
Cogneux répondoit à ceux qui lui en parloient: «On ne l'a fait qu'à
cause que cet homme vit mal avec moi; mais que ma femme m'en prie, et
je le ferai sortir dans deux heures.» Elle ne voulut pas lui en avoir
l'obligation: Galand paya pour Camus[112].

  [112] Il s'étoit ruiné à faire le beau, et à se fourrer parmi les
  gens de cour. (T.)

Ces sottes femmes, en parlant d'elles, disent: _Des femmes de notre
condition_, et ces femmes de condition ont laissé mourir quasi sur un
fumier leur cadet, le petit Camus; à peine eut-il une bière. Ce fut
mademoiselle de Bussy, dont il avoit été un peu épris, qui lui fit
administrer les sacrements à ses dépens.

Enfin, l'année de Pontoise ne finit point que madame la présidente ne
se mît dans un couvent; ce fut aux filles de Saint-Thomas, près la
porte de Richelieu: elle y entra par surprise, car l'archevêque crut
que c'étoit pour quelque retraite de dévotion, et lui accorda cela
comme à la belle-soeur de madame de Toré[113], qu'il connoissoit fort
à cause de Saint-Cloud. Le Cogneux y fut promptement; elle lui dit
qu'elle ne s'étoit pas mise dans un couvent pour en sortir, et lui
tourna le dos. Lui, fit faire aux religieuses toutes les
significations nécessaires. L'archevêque la voulut faire sortir; il ne
voulut pas, car il la pouvoit tirer de là quand il eût voulu. Elle et
sa soeur dirent cent sottises à la grille à madame Pilou, qui y fut
pour mettre les holà. Elle parloit pourtant de son mari avec respect,
et s'en remit à M. de Mesmes et à M. de Novion, et prétend sur toutes
choses que le secrétaire sorte. Lui, ne la voulut recevoir que comme
il lui plaisoit, sans conditions, car il vouloit mettre des gens
affidés auprès d'elle pour empêcher ses parents de la voir: il fallut
en passer par là.

  [113] Madame de Toré étoit soeur du président Le Cogneux. (T.)

L'été suivant, comme il eut acheté la terre de Morfontaine, vers
Senlis, ils eurent dispute sur les meubles qu'il y vouloit faire
porter; cela alla à rupture, et il s'aperçut quelques jours après
qu'elle enlevoit tantôt dans son carrosse, tantôt dans les carrosses
de ses amies, ce qu'elle avoit de meilleur. Il s'y opposa, disant
qu'il en étoit chargé; ils s'échauffèrent; elle demanda à se séparer,
et nomma pour arbitres le président de Novion et le président
Bailleul, et lui le président de Champlâtreux et un autre. La chose
fut réglée à quinze mille livres de pension[114]. Le Cogneux, depuis
cela, a payé pour plus de trois cent mille livres de taxes; il en
rapporte les quittances: mais il n'en a rien payé; le Roi lui en fit
don. Voilà déjà sur treize cent mille livres qu'elle avoit trois cent
mille livres et plus d'escroquées. Elle lui a donné l'habitation de sa
maison par contrat de mariage. Elle a mis deux cent cinquante mille
livres dans la communauté; elle est morte depuis, en 1659, chez sa
soeur, où on la fit venir pour être plus en liberté. Là, M. Joly, le
curé, fit que Le Cogneux l'alla voir comme elle étoit malade de la
maladie dont elle mourut. Elle y fit un testament où il y a bien des
legs pieux; ils montent jusqu'à deux cent cinquante mille livres.

  [114] On est surpris que deux écrivains du temps, Tallemant et
  Conrart, aient pris la peine de nous transmettre des querelles de
  ménage du président Le Cogneux. Ils ne se sont cependant pas
  entendus entre eux, car on a vu plus haut, dans l'article sur
  Conrart, que Tallemant s'étoit brouillé avec le premier
  secrétaire perpétuel de l'Académie françoise. Les lecteurs
  pourront rapprocher cette partie des Mémoires de Tallemant de
  ceux de Conrart insérés au tome 48 de la deuxième série de la
  _Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France_, pages
  192 et suivantes.

On ne dispute point ce qui est des taxes payées dont Le Cogneux
rapporte les quittances; on n'a garde d'accepter la communauté, car il
est assez homme de bien pour faire pour un million de fausses dettes;
de sorte qu'il gagne, en comptant son préciput, six cent mille livres,
sans l'habitation d'une maison de cinq mille livres de loyer. Elle
donne deux cent mille livres aux deux aînés de sa soeur, à condition
d'en faire dix mille livres de rente à leur oncle, Le Camus, homme
ruiné, mais qui n'a que quarante-huit ans, et se porte aussi bien
qu'eux; de sorte que quand cet homme sera mort et le président Le
Cogneux, la succession d'une femme si opulente pourra valoir quatre
cent mille livres tout au plus; mais c'est du pain bien long.

Au bout de six semaines, il se remaria avec la fille du feu marquis de
Rochefort, beau-frère de la maréchale d'Estrées; elle étoit veuve du
comte de Carces[115].

  [115] Jean de Pontevez, comte de Carces, grand-sénéchal, et
  lieutenant du roi en Provence. Marie d'Aloigny-Rochefort, sa
  veuve, remariée au président Le Cogneux, mourut le 13 mai 1675,
  et le président prit une dernière alliance avec une nièce du
  maréchal de Navailles, qui lui a survécu. (Voyez _l'Histoire
  généalogique de la maison de France_, t. 7, p. 617.)



M. D'EMERY.


M. d'Emery s'appeloit Particelli, fils d'un banquier de Lyon, italien,
ou du moins originaire d'Italie, qui fit une célèbre banqueroute. Il
trouva moyen de devenir trésorier de l'argenterie chez le Roi. M. de
Rambouillet[116] m'a dit que cet homme lui disoit sans cesse:
«Monsieur, si vous vouliez, nous ferions bien nos affaires tous deux;
mais ce M. de Souvray[117] est le plus pauvre homme du monde.» MM. de
Rambouillet et de Souvray étoient tous les deux maîtres de la
garde-robe.

  [116] _Voyez_ plus haut l'article du marquis de Rambouillet, tome
  2, page 207.

  [117] Gilles, maréchal de Souvray, ou Souvré, grand-maître de la
  garde-robe, mort en 1626.

Il prenoit ce M. de Souvray, mais sottement, et le troisième maître de
la garde-robe étoit encore un idiot. Or, après les fournitures des
noces de la reine d'Angleterre[118], toutes les friponneries de
Particelli se découvrirent. Il vint trouver M. de Rambouillet, comme
le Roi étoit à Lyon[119], et lui dit: «Monsieur, je suis perdu si
vous ne me sauvez; M. de Souvray a tout avoué et demandé pardon au
Roi. M. de Marillac, garde des sceaux, a décerné une commission à un
maître des requêtes, son parent, pour informer contre moi.» M. de
Rambouillet va trouver ce maître des requêtes, à qui il dit qu'on
avoit tort d'entreprendre sur sa charge, et il fit si bien que le
maître des requêtes et lui en vinrent aux grosses paroles, et il le
menaça exprès de lui donner des coups de bâton. «Je vais dépêcher un
courrier à la cour, dit le maître des requêtes.--Et moi aussi, dit le
marquis; nous verrons qui aura raison.» Particelli fournit un homme
qui courut si bien qu'il devança l'autre d'un jour. Particelli, qui
avoit de l'esprit, écrivit un galimatias à M. de Luynes[120], où il
inséroit qu'il étoit important pour son service qu'on révoquât la
commission décernée contre Particelli, et que, quand la cour seroit de
retour, il lui en diroit les raisons. M. de Luynes fit révoquer la
commission, et la chose s'évanouit tout doucement.

  [118] Henriette de France, soeur de Louis XIII, épousa Charles
  Ier, roi d'Angleterre, le 11 mai 1625.

  [119] Ce devoit être en 1629. Louis XIII passa à Lyon vers le
  milieu de février pour se rendre à l'armée de Savoie. (_Voyez_
  l'Itinéraire des rois de France dans les _Pièces fugitives du
  marquis d'Aubais_, tome 1, pag. 123.)

  [120] Tallemant tombe ici dans une erreur. Le connétable de
  Luynes étoit mort le 15 décembre 1621, après la levée du siége de
  Montauban. C'étoit le cardinal de Richelieu qui avoit la
  direction des affaires, au moment qui vient d'être indiqué.

Après, il voulut être maître des comptes; mais, à cause de ses
friponneries, on ne le voulut pas recevoir: il devint secrétaire du
conseil. M. d'Effiat ne l'aimoit point; mais, dans une rencontre,
ayant fait une partition d'une grande somme sans encre ni papier, il
en fit cas, et vit bien que cet homme avoit l'esprit vif. Bullion le
trouvoit trop habile.

Quand le cardinal le voulut faire intendant des finances, il en dit au
Roi mille biens; le Roi lui dit: «Hé bien! mettez-y ce M. d'Emery. On
m'avoit dit que ce coquin de Particelli y prétendoit.» Il y en a qui
ajoutent que le cardinal dit: «Ah! Sire, Particelli a été pendu!» mais
je n'y vois pas d'apparence.

Etant intendant, il fut envoyé aux États, en Languedoc, et y fit
révoquer la pension de cent mille livres qu'ils donnoient au
gouverneur. Cela et autres choses qu'il fit à M. de Montmorency
désespérèrent ce seigneur, et le portèrent à faire ce qu'il fit après.
Aussi, madame la princesse de Condé, sans considérer que d'Emery avoit
ordre de harceler ainsi son frère, le haïssoit terriblement.

S'en allant faire un voyage, pour n'avoir pas la peine d'écrire à sa
femme par les chemins, il laissa plusieurs lettres à Darsy, un de ses
commis, pour les donner selon leur ordre à madame d'Emery. Darsy, qui
étoit un mauvais agent, ne considéra pas que cette femme étoit tombée
malade, et que les lettres du mari ne pouvoient plus servir; il lui
donna une lettre où il y avoit: «Je suis ravi d'apprendre que vous
êtes toujours en bonne santé.» Cela fit un bruit du diable.

Il n'étoit point libéral, et Marion[121] ne subsistoit que des
affaires qu'il lui faisoit faire.

  [121] Marion de l'Orme, célèbre courtisane, dont on verra plus
  bas l'article.

Ses amourettes se trouveront par-ci par-là dans les historiettes des
femmes qu'il a aimées; son exil et son retour, dans les Mémoires de la
régence: mais il faut parler de son fils. Ce garçon devint amoureux de
la fille du président Le Cogneux, qui étoit ici chez une madame Du
Boulay, pendant que son père étoit en Angleterre, avec la feue
Reine-mère. M. d'Emery ne voulut jamais souffrir qu'il l'épousât; et
pour lui faire oublier cette maîtresse, il le fit venir à Turin, où il
étoit ambassadeur auprès de Madame[122], un peu après la mort du duc
de Savoie. Ce fut là que Toré, car il portoit le nom d'une terre de la
maison de Montmorency, fit sa première folie. Il devint amoureux de
Madame, et se cacha dans sa chambre pour tenter la fortune après que
tout le monde seroit sorti. A peine Madame fut-elle seule, qu'il se
jette sur le lit; elle le reconnut, car il y a toujours de la lumière
dans la chambre des princesses comme elle[123]; elle cria; on le mit
dehors. Son père, dès la même nuit, le fit passer en France. Lui, pour
s'excuser, disoit tantôt qu'il avoit la fièvre chaude, tantôt qu'il
étoit amoureux d'une des filles de Madame, et qu'il avoit pris une
chambre pour l'autre; la vérité est qu'il étoit fou, mais qu'il ne
l'étoit pas toujours.

  [122] Christine de France, fille de Henri IV, duchesse de Savoie.

  [123] On appelle ce flambeau-là le mortier. (T.)--On appelle,
  chez le roi, _mortier de veille_, un petit vaisseau d'argent ou
  de cuivre, qui a de la ressemblance au mortier à piler; il est
  rempli d'eau où surnage un morceau de cire jaune, ayant un petit
  lumignon au milieu, et ce morceau de cire, s'appelle aussi
  _mortier_. On l'allume quand le roi est couché, et il brille
  toute la nuit dans un coin de sa chambre, conjointement avec une
  bougie, qu'on allume dans le même temps dans un flambeau d'argent
  au milieu d'un bassin d'argent qui est aussi à terre.»
  (_Dictionnaire de Trévoux._)

Il a fait quelques éclipses, et, en celle de 1644, on dit qu'il étoit
amoureux d'une épingle jaune; qu'il l'avoit fait dorer, et qu'il lui
rendoit tous les devoirs qu'on peut rendre à une maîtresse. Je crois
que cela est vrai, parce que je ne sache personne qui le pût
inventer[124]. Sa mère est presque innocente; c'est une dévote. J'ai
vu à Rome un Particelli dans l'hôpital des fous, et il étoit devenu
fou par amour. Pour Toré, M. d'Emery avoit résolu de s'en défaire de
quelque façon que ce fût; et comme ce garçon étoit malade à la maison
de Petit, son _factotum_, au faubourg Saint-Antoine, il manda à Petit:
«Faites enterrer une bûche au lieu de mon fils, et l'envoyez dans
quelque couvent bien loin.» Petit n'en voulut rien faire, et dit qu'il
espéroit le faire revenir en son bon sens. Depuis, Toré a voulu faire
un procès à Petit, sans considérer le service qu'il lui avoit rendu.

  [124] On a dit d'un M. d'Esche, frère de madame de Villarceaux,
  dont le mari a fait tant de fracas avec les femmes, que lorsque
  le curé qui l'épousa lui demanda s'il n'avoit point donné sa foi
  à une autre, qu'il répondit qu'il ne l'avoit jamais donnée qu'à
  une épingle jaune. Ainsi Toré ne seroit que le second. Ce d'Esche
  voulut une fois faire un haras de mulets. (T.)

Il étoit déjà président aux enquêtes quand il fut prié par hasard à
une collation à Meudon, où il vit sa première maîtresse, mademoiselle
Le Cogneux, qui étoit mariée à un gentilhomme de Champagne nommé
Sémur[125]. J'ai dit ailleurs comment ce mariage avoit été fait[126].
Sémur, en ce temps-là, étoit à l'armée. Toré se renflamme, la traite,
et devient assez familier avec elle. Elle est jolie, spirituelle, elle
a bien du feu; alors elle n'étoit pas si _espritée_. On croit qu'il
auroit réussi, car elle étoit gueuse; mais la mort du mari l'exempta
de cette peine. Elle fut remariée six semaines après; et, comme on
disoit au président Le Cogneux: «Pourquoi avez-vous remarié votre
fille sitôt?--Ne savez-vous pas bien, répondit-il, que je ne fais pas
les choses comme les autres?»

  [125] Elle dit qu'ayant à prétendre quelque récompense de la feue
  Reine, comme M. d'Emery régloit les prétentions des créanciers,
  elle s'adressa à M. de Toré qui s'éprit tout de nouveau. (T.)

  [126] _Voyez_ plus haut l'article sur le président Le Cogneux et
  sur son fils.

Le bonhomme Le Camus[127], le riche, alla voir M. Le Cogneux; il étoit
père de madame d'Emery. C'étoit un homme d'assez basse naissance qui
étoit venu dans le bon temps aux affaires; il étoit de Rheims, et vint
à Paris avec vingt livres. Il l'a conté cent fois lui-même, car il
n'étoit point glorieux. Il dit au président deux choses assez
extraordinaires: qu'il avoit quatre-vingts ans, et que depuis l'âge de
vingt ans il n'avoit pas eu la moindre petite incommodité; et l'autre,
qu'il venoit de partager neuf millions à ses enfants, après s'être
gardé quarante mille livres de rente. «Pour vos neuf millions, je ne
vous les envie pas; mais pour vos soixante ans de santé, j'avoue qu'il
n'est rien que je ne donnasse pour cela.» Ce bonhomme, à quatre-vingts
ans, alloit encore voir les mignonnes; il ne leur donnoit autrefois
qu'un écu-quart; mais quand les quarts-d'écus valurent vingt sous, il
leur donna quatre livres. De ces enfants, dont il a parlé, il y en
avoit qui, ne sachant que faire, se mettoient quelquefois au lit
après dîner.

  [127] Nicolas Le Camus, secrétaire du Roi en 1617, conseiller
  d'État en 1620, mort à l'âge de quatre-vingts ans en 1688,
  laissant de Marie Colbert, sa femme, morte en 1642, six fils et
  quatre filles. Marie Le Camus, l'une d'elles, avoit épousé Michel
  Particelli, seigneur d'Emery. Le cardinal Le Camus, évêque de
  Grenoble, et le lieutenant-civil au Châtelet de Paris, du même
  nom, étoient leurs petits-fils.

Madame de Toré fut visitée de tout le monde; quelques-uns y furent
pour se moquer de sa tapisserie de velours cramoisi à crépines d'or.
On a su d'une parente de M. de La Vrillière, que madame de Toré, soit
qu'elle ne sût pas le monde, ou qu'elle ignorât que M. d'Angoulême, le
bonhomme, s'étoit remarié, demanda à madame d'Angoulême où elle
logeoit et qui étoit son père, et le tout de si mauvaise grâce que la
dame d'honneur de madame d'Angoulême lui demanda: «Et vous, madame,
étiez-vous jamais venue à Paris?»

Toré, le lendemain de ses noces, dit «qu'il pensoit trouver........;
mais qu'il n'avoit rien trouvé de tout cela.» En effet, elle étoit
plus maigre encore qu'elle n'est à cette heure: elle s'est bien
engraissée chez M. d'Emery. A deux jours de là, Toré avoua que c'est
une sotte chose que de se marier, et qu'il étoit déjà bien las de sa
femme.

Il contoit familièrement qu'il donnoit à sa femme, avant que de
l'épouser, quasi toutes ses hardes, et que quand son mari mourut, il
étoit tout près d'en avoir les dernières faveurs; qu'il ne craignoit
rien d'elle, parce qu'il connoissoit tous ses galants. Cependant, au
bout de quelque temps, il lui ôta tout ce qu'elle avoit de domestiques
avant qu'elle fût mariée.

Pour le père, il faisoit tant de civilités à cette belle-fille, que
Toré disoit que s'il avoit à être jaloux, ce seroit plutôt de son père
que de personne. Il le fut bien pourtant de l'abbé Pellot, frère d'un
beau-frère de madame d'Emery. Ce garçon, qui étoit fort jeune,
s'étoit couché sans pourpoint sur des chaises durant les chaleurs,
dans la chambre de madame de Toré. La dame vint, et lui, en riant, lui
alla sauter au cou: le mari arriva en ce moment-là, et se mit à coups
de poing sur l'abbé, qui se sauva comme il put. M. d'Emery disoit:
«Elle sera si sotte, qu'elle ne se divertira pas, et pourtant le fera
croire à tout le monde.»

Durant la maladie dont mourut son père, il fit lever, à minuit, la
serrure de la chambre de sa femme, pour voir s'il n'y avoit personne
avec elle: le père le pensa enrager, et cela augmenta son mal. Toré
fut si sot que de dire après la mort de son père: «C'est le plus damné
des hommes: il a été deux fois surintendant, et laisse pour deux cent
mille écus de dettes.» Il est vrai que depuis M. d'Effiat, c'étoit le
surintendant qui, à proportion, laissoit le moins de bien; mais il ne
vouloit pas se tourmenter pour madame de La Vrillière, une bonne
commère, et pour ce fou de fils. Il n'avoit rien épargné pour en faire
quelque chose; il avoit fait venir Blondel, le ministre, pour
l'instruire; cela n'avoit servi de rien.

La Rivière, aujourd'hui M. de Langres, dînant une fois chez M.
d'Emery, comme on fut venu à parler de musique, dit, prenant Toré pour
Berthod _le châtré_: «Vraiment, il nous sied bien de parler de cela
devant M. Berthod[128].» Toré ressemble à un gros châtré, et il n'a
point d'enfants.

  [128] Tallemant parle ailleurs du musicien Berthod ou Bertaut.

Durant les fronderies, madame de Toré disoit: «Mon Dieu, M. de Toré ne
fera-t-il rien pour se faire chasser? car je me trompe fort si je le
suivrois.» Elle lui disoit une fois: «Voyez-vous, si vous faites du
bruit, tout cela retombera sur vous; laissez-moi vivre à ma fantaisie,
et ne vous faites point connoître par votre femme.»

Une fois, qu'elle étoit revenue de la ville, il alla demander
au cocher qui dételoit ses chevaux: «Cocher, d'où vient
madame?--Monsieur, répond le cocher, voilà le meilleur cheval que
j'aie jamais vu.--Je demande d'où vient madame?--Monsieur, il a
toujours été à courbettes, il n'y en eut jamais un de même.--Ce
n'est pas ce que je te demande.--Monsieur, il vaut cent écus.» Il
n'en put jamais tirer autre chose. Elle a gagné tous ses gens, et
ceux de son mari; aussi elle se divertit sourdement, car je ne sais
point de ses galanteries qui aient fait éclat. Elle est plaisante.
Rambouillet[129], l'ami de l'abbé Testu, est un garçon doucereux
qui tortille toujours, et qui fait cent façons pour approcher des
gens. «Eh! Monsieur, lui dit-elle, en le contrefaisant, avancez,
avancez, nous n'en mourrons pas pour cette fois; n'ayez pas peur de
vous tuer tout du premier coup.»

  [129] Il s'est fourré à la cour et croit y réussir; mais bien des
  gens s'en moquent. (T.)

Toré a fait cent extravagances à sa femme. Un jour que le comte Carle
Broglio, Gentri et quelques autres jouoient avec elle, il n'étoit que
sept heures du soir, ce maître-fou entre, jette l'argent par la place,
et ôte les flambeaux de dessus la table: elle n'en fit que rire, et
eux aussi. Ils se retirèrent pourtant, et envoyèrent le soir même
savoir s'il ne l'avoit point battue; ils trouvèrent qu'il n'avoit pas
dit un mot depuis, comme s'il n'étoit rien arrivé.

Il dort tous les soirs. L'année passée, à Tanlay, où il passe les
vacations, Jeannin[130] les fut voir. Jeannin est coquet. Toré y
prenoit un peu garde. Sa femme dit à Jeannin, en sa présence: «Encore
faut-il que nous vous remerciions d'une chose, c'est que M. le
président est sans comparaison plus éveillé depuis que vous êtes ici,
qu'il n'étoit auparavant.» A propos de dormir, un jour Bois-Robert lui
dit: «Monsieur le président, je vous viens de voir en votre lit de
justice.--Eh bien! dit le président.--En vérité, reprit l'abbé, vous
ne dormiez pas, non, vous ne dormiez pas.» Voilà toute la louange
qu'il lui donna.

  [130] C'est vraisemblablement Jeannin de Castille, trésorier de
  l'Epargne, du temps de Fouquet.

Toré se pique de belles-lettres. Il disoit au petit Boileau[131] que
la harangue de Patru à la reine de Suède ne valoit pas grand'chose:
«Mais je vous veux, ajouta-t-il, montrer un poème que j'ai fait pour
une histoire que je voulois faire; il n'y a rien de plus beau au
monde.» MM. Valois jugent encore plus mal de cette harangue, car ils
disent qu'elle n'est point bien écrite, parce que le verbe n'est
jamais à la fin.

  [131] Gilles Boileau a fait preuve de mauvais goût dans cette
  lettre, en rejetant les observations judicieuses de Conrart sur
  un sonnet adressé au premier président Pomponne de Bellièvre, qui
  commence par ce vers:

     Quand je te vois assis au trône de tes pères, etc.

  Quand Boileau eut fait la lettre contre Conrart, Toré lui dit:
  «Envoyez-la-moi, et je vous la renverrai avec mes observations, et
  si je n'y trouve rien à dire, faites-la imprimer hardiment.»
  L'autre est encore à la lui envoyer[132].

  [132] Voyez _les OEuvres posthumes de Gilles Boileau_, publiées
  par Despréaux; Paris, Barbin, 1670, p. 126 et 161.

Toré a entrepris de grands procès contre M. de La Vrillière et contre
Petit, le plus ridiculement du monde; apparemment cela le fera
retomber tout-à-fait dans sa folie: qu'il y prenne garde! car si cela
lui arrive, ses héritiers ne l'épargneront pas. Sa jalousie
s'augmentant, il s'en alla cet été chez Montelon, l'avocat, où il y
avoit une noce, et dit tout haut: «Monsieur, je viens vous demander
conseil; je ne sais ce que je dois faire de ma femme que je trouvai
l'autre jour couchée avec son grand laquais.» Montelon lui fit des
réprimandes, et Le Cogneux, qui le sut, lui alla dire: «S'il n'y avoit
très-long-temps que vous passez pour fou, on vous feroit faire amende
honorable à votre femme; mais pourtant, contenez-vous, s'il vous
plaît, car vous savez bien comment on traite les fous.»

Au printemps de 1659, sa femme et lui eurent un grand démêlé pour le
bel appartement; il le vouloit avoir, et cela alla si loin qu'il la
chassa. Un jour que madame d'Emery étoit venue, de concert avec lui,
pour les raccommoder, il lui prit une nouvelle vision: il défendit à
son portier d'ouvrir à qui que ce soit qui demanderoit sa femme.
Bois-Robert, qu'elle avoit mandé, y va; le portier dit l'ordre de
monsieur; il s'arraisonne avec lui, et comme l'autre n'y songeoit
pas, il le pousse et entre. Or, le président avoit convié trois ou
quatre je ne sais qui à dîner; que firent Bois-Robert et la
présidente? ils se mirent au passage, et escroquèrent les meilleurs
plats.

Bois-Robert dit que Toré est si maladroit, que, voulant gourmer son
cocher, il se gourmoit lui-même.

Depuis, il se remit bien avec sa femme; puis il tomba en folie. Il
vouloit qu'un homme d'affaires, nommé Béchamel, son allié et son
voisin, coupât ses moustaches pour les lui donner, afin de les mettre
comme des cornes, et il vouloit qu'on lui fît un haut-de-chausses
rouge. Vers la Saint-Martin 1659, il devint plus fou que jamais: elle
le tient à Tanlay, et par ordonnance des médecins, quatre valets, dès
qu'il entre en bon accès, le fouettent dos et ventre. Ce qu'il y a de
plus plaisant, c'est que ces mêmes valets, aussitôt qu'ils l'ont bien
étrillé et qu'il est revenu, sont auprès de lui dans le plus grand
respect du monde. Ses parents vouloient en être les maîtres; mais le
président Le Cogneux a maintenu sa soeur; aussi, elle se venge des
tourments qu'il lui a donnés. On dit qu'il a de longs intervalles, et
que cela ne lui prend que comme la fièvre quarte, mais sans manquer;
de sorte qu'on l'enferme de bonne heure.

Il commença par son bailli, qu'il prit pour M. de La Vrillière, avec
lequel il est en procès; il se jeta sur cet homme et le voulut
étrangler; l'autre, voyant qu'il n'avoit plus de raison à lui, se mit
à le battre de son côté, et, à force de coups, le fit rentrer en son
bon sens. Une fois il pensa tuer sa femme d'une assiette qu'il lui
jeta à la tête.

Bois-Robert y étant, il eut un accès de folie; il dit qu'il étoit
Bertaut: l'abbé le prit par un de ses _gemini_, et le fit bien crier:
«Pardieu, dit le fou, vous pouviez bien me faire sentir un peu plus
doucement que je n'étois point Bertaut[133].»

  [133] Voyez plus haut, p. 124 de cet article.

Bois-Robert dit que d'abord il trouva que sa femme faisoit la dolente,
et qu'elle pleuroit. «Eh! lui dit-il, madame, ne jouez point la
comédie devant vos bons amis; ce qui me fâche, c'est que cet homme
déclaré fou, vous ne serez plus maîtresse de son bien; au moins c'est
l'avis de M. Champion.--Je ne crois pas, répondit-elle brusquement,
qu'il en sache plus long que M. Pucelle, qui est de l'opinion
contraire.--Ah! lui dit alors Bois-Robert, voilà parlé comme il faut;
vous ne jouez plus la comédie à cette heure.» Il est vrai que, pour
une habile femme, elle ne s'est guère souvenue du précepte du
Grand-Duc, qui dit à la Reine-mère: _Fate figliuoli in ogni modo_.

A Paris, il est encore plus fou qu'à la campagne. L'autre jour, il
pensa attraper le petit Boileau, dont il a quelque jalousie. Il est
quasi toujours en fureur; il se lâcha un matin, et se déchira toute sa
chemise: car il étoit au lit, et tout nu, montrant toute sa vergogne,
il vouloit aller au Palais.

Plusieurs fois, il a jeté des assiettes à la tête de sa femme. On le
va enfermer. Madame de La Vrillière disoit: «Ce ne sont que des
vapeurs;» elle s'alla jouer à lui, et il la pensa dévisager.

Ces dernières vacations, il avoit prié Boileau d'aller avec eux à
Tanlay; quand il fallut monter en carrosse, et que la présidente
pensoit se mettre au fond auprès de lui, sa folie le prend; il lui dit
qu'il ne vouloit pas qu'elle y allât: «Mais, monsieur, répondit-elle,
vous m'avez fait envoyer toutes mes hardes, la maison de céans est
démeublée.--Je ne veux pas que vous y veniez;» et comme elle
descendoit de carrosse, il lui donna deux coups de pied au cul. Il dit
à Boileau: «Ne voulez-vous pas venir?--Dieu m'en garde, vous
m'assommeriez.» Aussitôt voilà une révolte générale du domestique:
cocher, postillon, laquais, tout l'abandonne. Elle, qui vouloit qu'il
s'en allât, fit si bien, car les gens disent tout haut que sans elle
ils ne demeureroient pas dans la maison, que le cocher se résolut à
mener le président. Un grand laquais servit de postillon, car le
postillon ne voulut jamais, et un autre laquais le suivit; il n'eut
que cela pour tout train. La présidente, voyant beaucoup de témoins de
dehors, car il y avoit assez de gens, rend sa plainte. Le président
écrivit de Juvisy à sa femme et à Boileau; et enfin, comme on le vit
bien repentant, tous deux allèrent le trouver à Tanlay.

On a su par cette aventure que la dame avoit eu plusieurs fois sur son
toquet; mais elle prend patience, parce qu'en effet elle est la
maîtresse; lui se plaint de la dépense qu'elle fait, et elle sait
qu'il dépense sans comparaison plus qu'elle, car il veut coucher avec
madame de Maintenon et autres, et il lui en coûte son bon argent[134].

  [134] Tallemant a écrit ce passage en 1659, il est superflu de
  faire observer que madame Scarron n'a fait l'acquisition de la
  terre de Maintenon qu'en 1674.

Bois-Robert se rendit à Tanlay. Le président devint bientôt jaloux de
Boileau, dont la présidente se moque, sans doute; car c'est un petit
garçon, qui a tout l'air d'un écolier, et qui se prend pour un homme
galant.

Le succès de ce qu'il a fait contre Ménage lui a donné tant de vanité,
qu'il ne croit pas qu'il y ait au monde un si bel esprit que lui. A la
vérité, ce qu'il a fait est plaisant; mais la matière de soi étoit
fort plaisante. C'est pourtant une étrange introduction dans le monde
que d'y entrer par une médisance. Les gens n'ont pas été fâchés que
Ménage eût trouvé son _Ménage_. Il veut faire des vers, ce petit
monsieur, et il n'y est nullement né. Il a de l'esprit et du feu. Il
dit une fois une plaisante chose à un de ses amis qui avoit un fort
méchant chapeau, et qui s'excusoit en disant: «Mon chapelier m'a
trompé.--Mais, lui dit-il, il y a deux ans qu'il vous a trompé.» Une
autre fois, pour vous montrer qu'il n'est pas sûr de son bâton, il
écrivit une lettre où, pour dire qu'il étoit reclus dans son cabinet,
il disoit qu'il étoit un ermite du troisième étage, et qu'il voyoit
des montagnes vertes dans son désert: c'étoient des tables de livres
peintes de vert.

Madame de Vitry et madame de Maulny furent aussi quelque temps à
Tanlay; elles firent bien des caresses à Boileau; cela l'a achevé. Au
retour, il ne parloit que de grandes dames et que de la cour. Elles
s'en divertissent, et lui pense que c'est tout de bon. Il est constant
que M. de Maulny disoit à Boileau: «Voyez comme M. de Vitry est jaloux
de vous;» et que Vitry lui disoit: «Voyez ce pauvre M. de Maulny: vous
lui mettez bien martel en tête.»

Il seroit bien aise qu'on crût qu'il est fort bien dans l'esprit de la
présidente, et il semble qu'il veuille qu'on y entende du mal, car il
lit de ses lettres, et passe certains endroits.

Je ne doute point, quoique la présidente lui ait écrit des billets
assez obligeants, que ce ne soit purement par vanité ce qu'elle en a
fait: lui-même commence à se plaindre de ses inégalités. Des femmes
moins hupées qu'elle s'en sont moquées.

Au retour, Bois-Robert, qui y avoit été deux mois avec quatre chevaux
de carrosse, et Boileau, qui n'y avoit pas été moins, en faisoient des
contes.

Boileau, qui veut s'ériger en petit Bois-Robert, alloit par les
maisons pour jouer le président; il disoit que madame de Toré le
prenoit par-dessous la gorge, et lui disoit: «Que tu es pédant!»

Toré et sa femme font lit à part; cet homme lui envoya dire un soir
qu'il ne pouvoit dormir, qu'il avoit des visions d'esprit, qu'elle
vînt coucher avec lui. «Dites-lui, répondit-elle, que si j'y allois,
je trouverois un corps qui m'incommoderoit fort.» Il ajoutoit, sans
épargner Bois-Robert, avec lequel il faisoit profession d'amitié, que
lui et le président se disoient toujours leurs vérités. Toré disoit à
Bois-Robert: «Pour toi, tu ne te piques pas d'être honnête homme; si
tu l'étois, étant prêtre comme tu l'es, irois-tu faire le Trivelin
comme tu fais?»

Le petit Boileau alla un jour faire tous ces contes-là chez M. Laisné,
conseiller de la grand'chambre, qui tient bon ordinaire et est un
homme d'honneur. Ce bonhomme ne trouva cela nullement plaisant, et dit
au petit avocat la première fois qu'il le rencontra: «Monsieur,
prenez un autre train que celui-là; il n'y a rien de plus vilain.» Je
pense qu'enfin Boileau pourroit bien trouver son Boileau, comme Ménage
son _Ménage_.

Il se fait haïr dans sa famille, et a été faire des contes du
plaidoyer du fils de Dongois, son cousin-germain. Or, ce Dongois est
un greffier, fort homme d'honneur, à qui ils ont tous de
l'obligation[135]; car, quand le père Boileau mourut, ce fut un peu
avant le premier président, tout le monde dit: «Dongois, voilà qui
vous regarde.--Eh! messieurs, dit-il, M. Boileau le père, après
quarante ans de service, a bien peu mérité, s'il n'a mérité qu'on le
considérât dans la personne de son fils aîné.» Le premier président
acheva l'affaire. L'aîné Boileau jouoit en ce temps-là avec les grands
seigneurs et perdoit, il s'est retiré du jeu, mais non pas
tout-à-fait[136].

  [135] Boileau Despréaux continua, lui, à être l'obligé de
  Dongois; car il logea chez lui de 1679 à 1687. Il le consulta sur
  les termes de pratique pour la rédaction de son _Arrêt
  burlesque_.

  [136] On n'a pas besoin de faire remarquer que dans tout le cours
  de cet article il n'est question que de Gilles Boileau, le frère
  aîné de Despréaux, membre de l'Académie françoise. Despréaux, son
  jeune frère, ne s'étoit pas encore fait connoître. La première
  édition de ses _Satires_ est de 1666.



DES BARREAUX.


Des Barreaux[137] se nomme Vallée, et est fils d'un M. Des Barreaux,
qui étoit intendant des finances du temps de Henri IV. En sa jeunesse
c'étoit un fort beau garçon; il avoit l'esprit vif, savoit assez de
choses, et réussissoit à tout ce à quoi il se vouloit appliquer; mais
ayant perdu trop tôt son père, il se mit à fréquenter Théophile et
d'autres débauchés qui lui gâtèrent l'esprit, et lui firent faire
mille saletés. C'est à lui que Théophile écrit dans ses lettres
latines où il y a la suscription: _Theophilus Valloeo suo_. On ne
manqua pas de dire en ce temps-là que Théophile en étoit amoureux, et
le reste.

  [137] Jacques Vallée, sieur Des Barreaux, né en 1602, mort le 9
  mai 1673.

Quelque temps après la mort de ce poète, en une débauche où étoit le
feu comte Du Lude, Des Barreaux se mit à criailler, car ç'a toujours
été son défaut; le comte lui dit en riant: «Ouais, pour la veuve de
Théophile, il me semble que vous faites un peu bien du bruit.»

On l'avoit fait conseiller, mais ce métier ne lui plaisoit guère, et
il mit au feu l'unique procès qui lui fut distribué; car, comme il vit
qu'il y avoit tant de griffonnage à déchiffrer, il prit tous les sacs
et les brûla l'un après l'autre. Les parties étant venues pour savoir
s'il les expédieroit bientôt: «Cela est fait, leur dit-il; ne pouvant
lire votre procès, je l'ai brûlé.--Ah! nous sommes ruinées!
dirent-elles.--Ne vous affligez pas tant; il ne s'agissoit que de cent
écus, les voilà, et je crois en être quitte à bon marché.» Depuis, il
n'en vouloit plus ouïr parler, et disoit plaisamment que le Roi alloit
plus souvent au Palais que lui. Il ne garda pas sa charge long-temps,
car il fit tant de dettes qu'il la fallut vendre.

Ce fut lui qui mit Marion de l'Orme à mal. Il fut huit jours caché
chez elle dans un méchant cabinet où l'on mettoit du bois: là, elle
lui apportoit à manger, et la nuit il alloit coucher avec elle.
Depuis, comme elle eut plus de hardiesse, elle l'alloit trouver en une
maison au faubourg Saint-Victor, qu'il avoit fait fort bien meubler,
et où il y avoit un grand jardin. Il appeloit ce lieu l'_Ile de
Chypre_. Elle devint grosse trois ou quatre fois; mais elle se faisoit
avorter. Une fois, elle s'en avisa trop tard, et quoiqu'elle eût pris
assez de drogues pour tuer un Suisse, elle fit pourtant un gros garçon
qui se portoit le mieux du monde, et qui crioit le plus fort.

Des Barreaux a toujours été impie ou libertin, car bien souvent ce
n'est que pour faire le bon compagnon. Il le fit bien voir dans une
grande maladie qu'il eut, car il fit fort le sot, et baisa bien des
reliques. Quelques mois après, ayant ouï un sermon de l'abbé de
Bonzez, il lui fit dire par madame de Saintot qu'il vouloit faire
assaut de religion contre lui. «Je le veux bien, répondit l'abbé, à la
première maladie qu'il fera.»

Il étoit insolent et ivrogne. A Venise, il alla lever la couverture
d'une gondole, qui est un crime dans ce pays de liberté; aussi fut-il
bien battu. Il dit qu'il étoit conseiller de France, et ce fut à cette
rencontre-là, à ce qu'on dit, que pour la première fois on dit en
Italie: _O povera Francia, mal consigliata!_

Son ivrognerie lui a fait courir mille périls et recevoir mille
affronts. Un jour qu'il avoit bu, il vit un prêtre qui, portant
_corpus Dei_, avoit une calotte; il s'approcha de lui, et au lieu de
se mettre à genoux, il lui jeta sa calotte dans la boue, et lui dit
«qu'il étoit bien insolent de se couvrir en présence de son Créateur.»
Le peuple s'émut, et sans quelques personnes de considération qui le
firent sauver, on l'eût lapidé.

En une débauche, il dit quelque chose à Villequier, aujourd'hui le
maréchal d'Aumont, qui lui rompit une bouteille sur la tête, et lui
donna mille coups de pied. Des Barreaux le jour même pria Bardouville,
son ami, gentilhomme de Normandie, homme d'esprit, mais libertin, de
faire un appel à Villequier. Bardouville[138], qui connoissoit le
pélerin, lui promit tout ce qu'il voulut, et le fit coucher. Le
lendemain, il le va trouver; le galant homme dormoit le plus
tranquillement du monde, et depuis ne s'en est pas souvenu.

  [138] Saint-Ibal dit, à la naissance du fils de Bardouville,
  qu'il lui falloit mettre des entraves quand on le baptiseroit,
  qu'autrement il regimberoit contre l'eau bénite. (T.)

  Le gentilhomme dont parle Tallemant étoit Henri d'Escars de
  Saint-Bonnet, seigneur de Saint-Ibal. Il a été fort mêlé dans les
  troubles de France, du temps du cardinal de Richelieu et de la
  régence d'Anne d'Autriche.

(1642) Il pouvoit avoir trente-cinq ans quand il fit partie avec un
nommé Picot, et d'autres qui leur ressembloient, d'aller écumer toutes
les délices de la France; c'est-à-dire de se rendre dans chaque lieu
dans la saison de ce qu'il produit de meilleur. Balzac, qu'ils virent
en passant, appela Des Barreaux _le nouveau Bacchus_. Ils passèrent à
Montauban, et dans le temple de ceux de la religion ils se mirent, un
jour de prêche, à chanter des chansons à boire au lieu de psaumes. Ils
ne pouvoient pas être ivres, car c'étoit à huit heures du matin. Sans
un M. Daliez, galant homme de ce pays-là, on les alloit jeter par les
fenêtres. Il a continué ces sortes de voyages assez long-temps. A
un bal, à Paris, quelques années après, il fut battu plus que
partout ailleurs. Il disoit auprès d'une dame tout ce qui lui venoit
dans l'esprit: il disoit d'une fort grande fille que c'étoit la
reine Esther, et qu'il l'avoit vue mille fois en des pièces de
tapisserie. Dans cette belle humeur, il alla ôter la perruque à un
valet-de-chambre qui servoit de la limonade. Ce valet, qui faisoit le
beau, se sentit si outragé de cet affront, qu'un quart-d'heure après,
ayant ouvert une porte, couverte de la tapisserie, qui étoit justement
derrière Des Barreaux, il lui donna cinq à six grands coups de bâton,
dont un le blessa à la tête, et puis se sauva, sans que personne le
pût attraper, car il tira la porte sur lui. Le coup fut dangereux, et
il pensa être trépané.

L'été suivant, il fut en grand danger d'être assommé par des paysans
en Touraine. Il étoit allé voir un de ses amis à la campagne, chez
lequel il vint coucher deux Cordeliers. Il dit au maître du logis
qu'il vouloit faire l'athée, pour rire de ces bons pères; il n'eut pas
grand'peine à cela, et dit tant de choses que les religieux
déclarèrent qu'ils ne logeroient point sous le même toit que ce
diable-là, et s'en allèrent chercher gîte chez le curé. Les villageois
en eurent le vent, et par malheur pour Des Barreaux, les vignes ayant
été gelées, ils crurent que c'étoit ce méchant homme qui en étoit la
cause, et se mirent à l'assiéger dans la maison de leur seigneur même;
ils s'y opiniâtrèrent si bien qu'on eut de la peine à faire sauver le
galant homme, qu'ils poursuivirent assez long-temps.

Il y a plus de douze ans qu'il est si déchu, que la plupart du temps
il ne dit plus que du galimatias; il criaille, mais c'est tout, et
c'est rarement qu'il fait quelque impromptu supportable. Il joue, il
ivrogne, mange si salement qu'on l'a vu cracher dans un plat, afin
qu'on le lui laissât manger tout seul; il se fait vomir pour remanger
tout de nouveau, et est plus libertin que jamais. Il dit qu'il ne fit
le bigot à sa maladie, que pour ne pas perdre quatre mille livres de
rente qu'il espéroit de sa mère. Cette femme étant morte, les
beaux-frères de Des Barreaux furent contraints de retenir ce bien et
de lui donner seulement une pension, afin qu'il ne se pût ruiner
entièrement.

Il avoit un oncle paternel huguenot, nommé M. de Chenailles, qui
mourut garçon et fit beaucoup d'avantages à des neveux de la religion
qu'il avoit, de sorte que Des Barreaux et ses soeurs n'eurent pas
grand'chose. Il en fut fort en colère, et disoit à ses soeurs:
«Encore, pour vous autres, vous aurez le plaisir de croire qu'il est
damné; mais moi, je ne le saurois croire.» De ce qu'il en eut
pourtant, il en acheta un bénéfice et ne s'en cachoit pas.

Bien loin de s'amender en vieillissant, il fit une chanson où il y a:

     Et, par ma raison, je butte
     A devenir bête brute.

Il prêche l'athéisme partout où il se trouve, et une fois il fut à
Saint-Cloud chez la Du Ryer passer la semaine sainte, avec Miton,
grand joueur, Potel[139], le conseiller au Châtelet, Raincys,
Moreau[140] et Picot, pour faire, disoit-il le carnaval.

  [139] Il est revenu de cela. (T.)

  [140] Il est mort trop tôt, pour nous avoir pu persuader qu'il en
  fût bien revenu. C'étoient des jeunes gens qui vouloient faire
  les bons compagnons. (T.)

Picot mourut à peu près comme il avoit vécu: il tomba malade dans un
village; il fit venir le curé et lui dit qu'il ne vouloit point qu'on
le tourmentât et qu'on lui criaillât aux oreilles, comme on faisoit à
la plupart des agonisans: le curé en usa bien, et il lui donna par son
testament trois cents livres; mais comme il vit que le curé, le
croyant expédié, ou peu s'en falloit, se mettoit à criailler comme on
a de coutume, il le tira par le bras, et lui dit: «Sachez, galant
homme, si vous ne me tenez ce que vous m'avez promis, qu'il me reste
encore assez de vie pour révoquer la donation.» Cela rendit le curé
plus sage, et l'abbé expira assez en repos.

Pour Des Barreaux, il a eu tout le loisir de chanter la palinodie; il
a bien fait le fou en mourant comme il le faisoit quand il étoit
malade[141].

  [141] Des Barreaux s'amenda dans sa dernière maladie, et il
  composa ce beau sonnet si connu qu'il seroit superflu de le
  citer.



CHENAILLES.


Chenailles étoit un président des trésoriers de France de Paris. Cet
homme faisoit le galant et le bel esprit; il écrivoit une fois à
madame Des Loges[142]: «Ah! qu'on est heureux quand on peut s'abreuver
des eaux qui s'écoulent de vous, madame!» Il avoit parlé devant de ses
torrents d'éloquence. Dans une déclaration d'amour, il disoit: «Ma
plume s'échappe de moi, madame, je ne la puis plus retenir; elle veut
vous écrire que, etc.»

  [142] La même dont on a lu l'article, p. 22 de ce volume.

A l'âge de soixante-six ans, il menoit une jeune fille du carrosse au
temple à Charenton, et Galand l'aîné dit en voyant cela: «Il faut que
jeunesse se passe.»

Je fus une fois à Chenailles, où il recevoit assez bien les gens. Le
soir, il affectoit de faire la prière sur-le-champ. Il disoit
quelquefois les meilleurs galimatias du monde, et je ne riois jamais
tant qu'en priant Dieu.

Un jour de prêche, qu'il avoit cette fille dans son carrosse, il mena
Daillé le ministre. On chanta le seizième psaume, et à la fin, au lieu
de dire, _et en la main_, il dit, en lui mettant la main sur la gorge:

     Et en ton sein est et sera sans cesse
     Le comble vrai de joie et de liesse.

Le ministre le chapitra d'une terrible façon.



MARION DE L'ORME[143].


Marion de l'Orme étoit fille d'un homme qui avoit du bien, et si elle
eût voulu se marier, elle eût eu vingt-cinq mille écus en mariage;
mais elle ne le voulut pas. C'étoit une belle personne, et d'une
grande mine, et qui faisoit tout de bonne grâce; elle n'avoit pas
l'esprit vif, mais elle chantoit bien et jouoit bien du théorbe. Le
nez lui rougissoit quelquefois, et pour cela elle se tenoit des
matinées entières les pieds dans l'eau. Elle étoit magnifique,
dépensière et naturellement lascive.

  [143] Marion de l'Orme naquit à Châlons en Champagne, vers 1611;
  elle mourut au mois de juin 1650. (_Voyez_ plus bas la note
  relative à sa mort, p. 143.)

Elle avouoit qu'elle avoit eu inclination pour sept ou huit hommes et
non davantage: Des Barreaux fut le premier, Rouville après; il n'est
pas pourtant trop beau: ce fut pour elle qu'il se battit contre La
Ferté Senectère; Miossens, à qui elle écrivit par une fantaisie qui
lui prit de coucher avec lui; Arnauld, M. le Grand[144], M. de
Châtillon, et M. de Brissac.

  [144] Cinq-Mars.

Elle disoit que le cardinal de Richelieu lui avoit donné une fois un
jonc de soixante pistoles qui venoit de madame d'Aiguillon. «Je
regardois cela, disoit-elle, comme un trophée.» Elle y fut, déguisée
en page. Elle étoit un peu jalouse de Ninon.

Le petit Quillet[145], qui étoit fort familier avec elle, dit que
c'étoit le plus beau corps qu'on pût voir.

  [145] Claude Quillet, auteur du poème de _la Callipédie_.

Elle avoit trente-neuf ans quand elle est morte, cependant elle étoit
aussi belle que jamais. Sans les fréquentes grossesses qu'elle a eues,
elle eût été belle jusqu'à soixante ans. Elle prit, un peu avant que
de tomber malade, une forte prise d'antimoine pour se faire avorter,
et ce fut ce qui la tua. On lui trouva pour plus de vingt mille écus
de hardes; jamais gants ne lui duroient plus de trois heures. Elle ne
prenoit point d'argent, rien que des nippes. Le plus souvent on
convenoit de tant de marcs de vaisselle d'argent.

Sa grande dépense et le désordre des affaires de sa famille
l'obligèrent à mettre en gage le collier que d'Emery lui avoit donné.
Elle disoit de ce gros homme qu'il étoit d'agréable entretien et qu'il
étoit propre. Il lui fit faire quelques affaires, et ce collier ne fut
pas donné tout franc; ce fut en quelque façon comme cela; mais il ne
fit rien pour ses frères.

Housset, trésorier des parties casuelles, aujourd'hui intendant des
finances, retira ce collier, puis il le retint; il étoit amoureux
d'elle, mais il n'osoit en faire la dépense.

Le premier président de la cour des aides, Amelot, étoit après à
traiter avec elle quand elle mourut. Un peu auparavant La Ferté
Senectère, se prévalant de la nécessité où elle étoit, pensa l'emmener
en Lorraine; mais on lui conseilla de s'en garder bien, car il l'eût
mise dans un sérail. Chevry[146] étoit toujours son pis-aller, quand
elle n'avoit personne.

  [146] Le président de Chevry, de la chambre des comptes. (_Voyez_
  plus haut son article, p. 261 du tome 1.)

Lorsqu'elle fut solliciter le feu président de Mesines de faire sortir
son frère Baye[147] de prison, où il avoit été mis pour dettes, il lui
dit: «Eh! mademoiselle, se peut-il que j'aie vécu jusqu'à cette heure
sans vous avoir vue?» Il la conduisit jusques à la porte de la rue, la
mit en carrosse, et fit son affaire dès le jour même. Regardez ce que
c'est: une autre, en faisant ce qu'elle faisoit, auroit déshonoré sa
famille; cependant comme on vivoit avec elle avec respect, dès qu'elle
a été morte, on a laissé là tous ses parens, et on en faisoit quelque
cas pour l'amour d'elle. Elle les défrayoit quasi tous.

  [147] Nom d'une terre du père. (T.)

Elle se confessa dix fois dans la maladie dont elle est morte,
quoiqu'elle n'ait été malade que deux ou trois jours: elle avoit
toujours quelque chose de nouveau à dire. On la vit morte durant
vingt-quatre heures, sur son lit, avec une couronne de pucelle. Enfin,
le curé de Saint-Gervais dit que cela étoit ridicule[148].

  [148] Ces détails, demeurés inconnus jusqu'à présent, confirment
  la mention faite par Loret (_Muse historique_, no du 30 juin
  1650), de la mort de Marion de l'Orme, en ces termes:

     La pauvre Marion de l'Orme,
     De si rare et plaisante forme,
     A laissé ravir au tombeau
     Son corps si charmant et si beau.

  Ainsi se trouve détruit le ridicule roman qui prolonge l'existence
  de Marion de l'Orme jusqu'à l'âge de cent trente-quatre ans, et la
  fait mourir à Paris, sur la paroisse Saint-Paul en 1741; ainsi
  disparoît l'assistance de Marion à son propre enterrement, ses
  trois mariages, tant en Angleterre qu'en France; enfin toutes ces
  bizarres aventures racontées dans une pièce facétieuse intitulée:
  _Lettre de Marion de l'Orme aux auteurs du Journal de Paris_,
  imprimée dans le _Recueil de pièces intéressantes pour servir à
  l'histoire des règnes de Louis XIII et de Louis XIV_, publié en
  1781, par Delaborde. Toutes les biographies ont répété ce roman à
  l'appui duquel on n'a pu cependant citer le témoignage d'aucun
  contemporain.

Elle avoit trois soeurs, toutes bien faites. La cadette étoit fille,
et le[149] sera toujours à la mode de sa soeur; elle est gâtée de
petite vérole; mais elle ne laisse pas que d'être _bonne robe_[150].

  [149] On lit dans le manuscrit de Tallemant: «La cadette étoit
  fille, et _la_ sera toujours à la mode de sa soeur.» Ainsi
  Tallemant ne se soumettoit pas plus que madame de Sévigné à la
  règle de grammaire nouvellement introduite.

  [150] _Bonne robe_, expression italienne; _buona_ ou _bella roba_
  se dit d'une femme, belle ou non, qui se conduit mal. (_Dict.
  d'Alberti._)

Madame de la Montagne, qui étoit l'aînée, étoit si sotte que de dire
comme on dit proverbialement: «Si nous sommes pauvres, nous avons
l'honneur.» Cependant M. de Moret se pensa rompre une fois le cou en
montant avec une échelle de corde à une chambre, au troisième étage,
où elle lui avoit donné rendez-vous. Son autre aînée fut mariée à
Maugeron, qui a quelque charge à l'artillerie[151], et qui logeoit à
l'Arsenal. Le grand-maître, aujourd'hui M. le maréchal de La
Meilleraye, durant son veuvage, en devint amoureux. On dit que lui
ayant prêté des pendants d'oreille de diamants, le lendemain, comme
elle les lui vouloit rendre, il la pria de les garder, et après la
pressa de telle sorte que, n'en pouvant rien obtenir, il lui donna un
soufflet, en lui reprochant que son argent étoit aussi bon que celui
du duc de Retz[152]. On avoit médit de celui-ci. Le grand-maître ne se
contenta pas de cela; il chassa le mari de l'arsenal, et a nui à toute
la famille en toute chose.

  [151] Il étoit trésorier de l'artillerie. (T.)

  [152] Frère aîné du cardinal. (T.)



FEU M. DE PARIS.


Jean-François de Gondy, premier archevêque de Paris[153], étoit bien
fait, et avoit de l'esprit; mais il ne savoit rien: il disoit les
choses assez agréablement. Il a toujours vécu licencieusement pour ce
qui étoit des femmes.

  [153] Oncle et prédécesseur du fameux cardinal de Retz; né en
  1584, mort en 1654.

Il falloit qu'il eût quelque reconnoissance, car on a remarqué qu'il
envoyoit souvent un page pour savoir des nouvelles d'une personne peu
considérable avec qui il avoit eu autrefois commerce, et il en a
toujours eu du soin.

On dit qu'un jour qu'il étoit convenu avec madame de Bassompierre de
ce qu'il lui donneroit pour une nuit, il y fut bien; mais il se trouva
mal, et ne put rien faire: il voulut y retourner le lendemain, sans
financer de nouveau; mais elle lui manda, comme on fait aux auberges,
que son assiette avoit mangé pour lui[154].

  [154] Le Plessis Guénégaud s'amusoit à payer cette grosse
  tripière comme un tendron; c'est parce qu'elle étoit de qualité.
  (T.)

M. de Paris avoit fait autrefois beaucoup de dépense: il avoit musique
et grand équipage; il en retrancha un peu, et rompit sa musique. On
dit que ses affaires nettoyées, il lui resta plus de cent mille livres
de rente; cependant il se traitoit si mal qu'il n'eût osé donner à
dîner à personne sans être averti. Il a toujours fort bien entretenu
ses maisons de plaisance: Noisy, vers Villepreux, que Bossuet,
secrétaire du conseil, a acheté, et le jardin de Saint-Cloud.

Nonobstant la fine v..... qui le rongeoit, il n'a pas laissé de vivre
assez long-temps. Depuis quelques années, le vice l'avoit quitté
absolument; il n'y avoit plus moyen de rire.

Si c'eût été un homme de bonne vie, il arriva une chose à Saint-Cloud
qui l'eût fait passer pour saint; on eût dit que c'était un miracle.
Un pauvre diable qu'on alloit pendre à Saint-Cloud voulut avoir la
bénédiction de M. l'archevêque; par hasard, il y étoit alors: on le
lui mène; il se jette à genoux, et lui demande la vie. «Je ne puis,
dit l'archevêque; mais je te donne ma bénédiction.» On jette le
galant, la potence se rompt, le peuple le sauve. Depuis on demanda à
ce pendu à quoi il avoit pensé quand on l'eut jeté. «Je croyois,
dit-il, assister à une _penderie_ en l'autre monde.»

On dit que ce fut à cet archevêque qu'un jésuite dit: «Pour vous,
monseigneur, vous êtes le plus grand falot de l'Église; les autres ne
sont que de petites lumières.» Mais on fait ce conte de bien des gens.

Passant par le bois de Boulogne, il vit un laquais de madame la
maréchale de Themines avec des garces; il le fit venir, et lui fit
réprimande. Ce laquais le laissa dire, et puis dit, en haussant les
épaules: _Patientia_. Après il reprit, et acheva la sentence:
_Patientia vincit omnia._ «Camarade, lui dirent à demi-haut les
laquais même de l'archevêque, ne lui en dis pas davantage, c'est temps
perdu, il n'entend pas le latin.»

Le cardinal de Richelieu eut envie d'avoir son archevêché, et proposa
de donner celui de Lyon à l'abbé de Retz, depuis son coadjuteur. Cela
fut en quelque façon traité; puis le cardinal ne s'en tourmenta pas
trop, car cet homme ne lui nuisoit en rien, et il étoit bien assuré,
en cas de vacance, ou qu'il l'auroit, ou qu'il le donneroit à qui il
lui plairoit.

A la Régence, il fit son neveu son coadjuteur; mais il s'en repentit
bientôt et eut une jalousie enragée contre lui. Un jour qu'en
descendant de carrosse il se fut laissé tomber voulant s'appuyer sur
Ménage: «Ah! dit-il, de quoi m'avisé-je de vouloir m'appuyer sur un
homme qui est à mon coadjuteur?»



LE FEU ARCHEVÊQUE DE ROUEN.


François de Harlay, archevêque de Rouen[155], étoit fils de ce M. de
Chanvallon, qui fut le plus célèbre galant de la reine Marguerite. Ce
M. de Chanvallon, persuadé du mérite du marquis de Bréval[156] et de
l'archevêque de Rouen, ses enfants, disoit en parlant de la cour: «Je
leur ai donné des hommes: que ne s'en servent-ils?»

  [155] Né en 1585, mort en 1653.

  [156] Achille de Harlai, marquis de Bréval, seigneur de
  Chanvallon, mourut le 3 novembre 1657.

M. de Bréval s'est plus piqué de lettres que de guerre; il avoit
traduit Tacite; mais il eut bien de la peine à trouver qui le voulut
imprimer, car on savoit déjà que d'Ablancourt y travailloit; ce fut ce
qui le fit hâter: ce livre ne s'est point vendu.

Pour M. de Rouen, il n'y eut jamais un plus grand galimatias. On
écrivit sur un de ses livres: _Fiat lux, et lux facta non est_. Il
avoit envoyé un de ses livres manuscrits à quelqu'un pour lui en dire
son avis. Cet homme avoit mis en un endroit à la marge: «_Je n'entends
point ceci._» M. de Rouen ne se souvint pas d'effacer l'observation,
et l'imprimeur l'imprima. Cela faisoit rire les gens de voir qu'à la
marge d'un livre il y eût: _Je n'entends point ceci_, car il sembloit
que ce fût l'auteur lui-même qui l'eût dit.

Un jour qu'il avoit promis d'expliquer la Trinité le plus clairement
du monde en un sermon, il dit du grec, puis ajouta: «Voilà pour vous,
femmes.»

C'est le plus prolixe prédicateur, harangueur et compositeur de livres
qu'on ait jamais vu. A Gaillon, qu'il appelle _notre palais royal et
archiépiscopal de Gaillon_, il a une imprimerie qu'il appelle aussi
_notre imprimerie archiépiscopale_.

Il fit une fois je ne sais quel livre où il étoit peint avec sa barbe
longue et étroite; car, quoique jeune, il la portoit longue. On
l'appelle barbe de natte, car elle étoit d'un blond fort doré.[157] Le
pape Urbain, à qui il fit présenter ce livre, n'en dit autre chose,
sinon: _Bella barba_.--Mais, saint Père, lui dit-on, que vous semble
de ce livre?--_Veramente, bellissima barba._ L'archevêque, mal
satisfait de cela et de quelque autre chose encore, écrivit un livre
de la puissance des papes, où il les vouloit réduire au rang des
évêques. Le pape s'en plaignit, et le nonce eut charge de le citer à
Rome: ses amis accommodèrent la chose, et il fut conclu qu'en présence
de deux Jésuites il feroit satisfaction au Pape et écriroit une
rétractation. Cette rétractation fut imprimée; mais elle étoit si
obscure, qu'il ne savoit ce que c'étoit, et il eût pu se vanter, s'il
eût voulu, de ne s'être point rétracté. Le Pape, pourtant, s'en
contenta. Depuis, il s'avisa mal-à-propos de se mêler entre Balzac et
Du Moulin, qui s'écrivirent quelques lettres, et fit je ne sais quel
petit écrit intitulé: _Avis judicieux_. En ce temps-là, il lui vint
une vision de faire certaines conférences à Saint-Victor; il étoit là
comme un régent dans sa classe.

  [157] Voici ce que fit M. d'Albi (d'Elbène), celui qui se sauva
  en Catalogne du temps de M. de Montmorency.

  _Épitaphe de M. de Rouen faite de son vivant._

     Ci-gît un prélat honoré
     Qui porta la barbe prolixe,
     De couleur de vermeil doré,
     Brillant comme une étoile fixe.
     Prêchant sur un événement
     Il sermona si longuement,
     Qu'il en trépassa de détresse,
     Non sans laisser un savoir mon
     Laquelle des deux choses est-ce
     Qui fut plus longue en son espèce,
     De sa barbe, ou de son saint Vinon. (T.)

  Une fois que Bois-Robert lui louoit fort la politique du cardinal
  de Richelieu, il lui dit: «Vous connoissez de plus grands
  politiques que lui; vous en voyez.» Bois-Robert eut la malice de
  feindre toujours de ne pas entendre qu'il vouloit qu'on lui dît:
  «Qui? vous?» Et, au lieu de cela, il lui dit: «Mais que
  blâmez-vous à sa politique?--Baillez-le-moi mort, baillez-le-moi
  mort, répondit-il, et je vous le dirai.»

  Une autre fois il entreprit de prouver que Démosthènes, Cicéron,
  et tous les plus grands orateurs de l'antiquité, n'avoient rien
  entendu à l'éloquence en comparaison de saint Paul, et dit un
  million de choses grotesques. Balzac, qui y étoit allé par
  curiosité, ne put s'empêcher d'en faire des contes, et de là vint
  la grande querelle. Il voulut faire passer Balzac pour un écolier,
  et Balzac fit _le Barbon_, que depuis il a donné lorsque Ménage
  persécuta tant Montmaur le grec: c'est pour cela qu'on y trouve si
  peu de choses qui conviennent à ce pédant.

  Madame Des Loges disoit de l'archevêque de Rouen que c'étoit une
  bibliothèque renversée; mais il n'y a rien qui représente mieux
  l'humeur de cet homme que le sonnet acrostiche de ce fou de
  Dulot[158].

  [158] Dulot, inventeur des bouts-rimés, n'est guère connu que par
  le poème de Sarrasin, intitulé: _Dulot vaincu, ou la Défaite des
  bouts-rimés_, badinage ingénieux d'un poète très-spirituel.


SONNET

   _Où le poète royal et archiépiscopal Dulot fait bouffonner
   monseigneur l'archevêque de Rouen dans toute l'étendue de son
   acrostiche._

     Franc de haine, d'amour, ris, pleurs, espoir et crainte,
     Rentrons au cabinet et lisons saint Thomas.
     Apporte-moi, laquais, de tout ce grand amas,
     Nicolas de Lira, Pline et la Bible sainte.
     Certes, le trait est bon, ma chandelle est éteinte.
     Oh! oh! dedans si peu, vraiment trompé tu m'as.
     Ici du feu, mes gens, ma robe de Damas.
     Six heures ont sonné, disons prime en contrainte.
     Dieu! que j'ai mal au coeur! qu'on m'apporte du vin.
     Entre ce qu'aujourd'hui j'ai lu de plus divin,
     Hilaire de Poitiers m'a ravi par sa plume.
     Aristote est là faux: voyez, ce papillon
     Rouanne à nos flambeaux comme c'est sa coutume.
     Le trait est excellent! avalons ce bouillon.
     Apprête les chevaux, cocher. Le beau volume!
     Irénée est charmant, retournons à Gaillon.

Il y avoit pourtant du bon en ce _mirifique_ prélat; il étoit bon
homme, franc et sincère; mais jamais il n'eut un grain de cervelle.

Une fois qu'il fit quelque entrée à Dieppe, le ministre du lieu le
harangua et lui plut extrêmement. Quand cet homme eut achevé: «Voilà,
dit-il, en se tournant vers les ecclésiastiques qui le suivoient,
voilà haranguer cela;» et se mit à leur remarquer toutes les parties
de l'oraison: «voilà haranguer, cela, et non pas vous autres, qui
manquez en ceci, en cela, et qui ne parlez qu'à la bonne chère.» Il ne
la faisoit pourtant pas mauvaise, la chère, à Gaillon. Il avoit toutes
ses heures réglées pour ses occupations sérieuses et pour ses
divertissemens. Il recevoit des nouvelles de tous les endroits de
l'Europe. Il avoit musique, et n'étoit jamais sans quelques gens de
lettres.

Sur la fin, il se laissoit si fort gouverner à je ne sais quelle femme
qui étoit sa ménagère, qu'il commençoit à l'incommoder, et elle à
s'accommoder très-fort. Enfin, on le fit résoudre à donner son
archevêché à son neveu Chanvallon, qui étoit déjà son coadjuteur; il
le fit, et mourut bientôt après. Son successeur ne lui en doit guère
pour l'éloquence[159]. Patru, qui l'a entendu prêcher, dit qu'il n'a
admiré qu'une chose en lui, c'est comme il peut retenir par coeur tout
ce qu'il dit, car il n'y a ni pied ni tête à son discours, et il
récite tout cela avec une insolence qui n'est pas imaginable. Il avoit
écrit sur la porte de Gaillon: _Legem non observabo, sed adimplebo_.

  [159] Harlay de Chanvallon, archevêque de Rouen, devint
  archevêque de Paris en 1671. Il mourut en 1695.



BALZAC.


Balzac se nomme Jean Louis Guez[160]; il est fils d'un homme
d'Angoulême qui avoit du bien; mais M. de Montausier dit que cet homme
a été valet chez M. d'Espernon. Balzac est une terre. Ce M. Guez a
vécu plus de cent ans. Quelques années devant que de mourir, il
écrivit à M. Chapelain pour faire, disoit-il, amitié avec lui, au
moins par lettres, et qu'après avoir ouï dire tant de bien de lui à
son fils, il vouloit avoir cette satisfaction-là en mourant.

  [160] Balzac, né à Angoulême en 1594, mourut dans la même ville
  le 18 février 1655.

On connut Balzac par son premier volume de lettres; il étoit alors à
feu M. d'Espernon, à qui il ne put s'empêcher d'envier deux lettres
qu'il avoit écrites pour lui au Roi[161]. Il est certain que nous
n'avions rien vu d'approchant en France, et que tous ceux qui ont bien
écrit en prose depuis, et qui écriront bien à l'avenir en notre
langue, lui en auront l'obligation. Celles qu'il a faites depuis ne
sont pour l'ordinaire ni si gaies ni si naturelles, et il a eu tort
d'avoir eu pour ses ennemis la complaisance de n'écrire plus de la
même sorte.

  [161] Elles sont placées à la fin du deuxième livre des lettres
  de Balzac. (_OEuvres de Balzac_, in-folio, tom. 1, p. 63 et
  suivantes.)

Le cardinal ne trouva nullement bon qu'il ne lui eût point dédié _Le
Prince_ ni ses lettres. «Se croit-il assez grand seigneur pour ne
point dédier ses livres?» Son humeur à louer trop de gens le choqua;
mais, ce qui le fâcha le plus, ce sont ces deux lettres qui sont au
bout du _Prince_, où il se mêle de parler de la Reine-mère et du
cardinal. Il y a un endroit où il dit: «Le Roi qui, à votre prière, a
pardonné à quarante mille coupables, n'a pu obtenir d'elle qu'elle
pardonnât à un innocent.--Votre ami, dit le cardinal à Bois-Robert,
est un étourdi: qui lui a dit que je suis mal avec la Reine-mère? Je
croyois qu'il eût du sens; mais ce n'est qu'un fat.»

Malherbe dit un jour à Gomberville, à propos des premières lettres de
Balzac: «Pardieu! pardieu! toutes ces badineries-là me sont venues à
l'esprit; mais je les ai rebutées.» Il fit imprimer les fragments du
_Prince_, qui étoient beaux pour fragments, avec une préface de Faret,
où il y avoit que dans le premier livre il feindroit qu'un Anglois
avec un bonnet blanc, etc. Depuis, il a dit que cette aventure étoit
véritable. Il disoit comme cela ce que contiendroit chaque livre; le
dernier devoit être _le Ministre_. Or, le cardinal de Richelieu, étant
mal satisfait de lui à cause de ces deux lettres qui sont au bout du
_Prince_, et aussi à cause qu'il ne le lui avoit pas dédié, ne se
soucia plus de lui; cela fut cause que ce _Ministre_ ne parut point.
Depuis, il le fit imprimer sous le nom d'_Aristippe_, mal satisfait du
cardinal Mazarin, dont il fait comme le portrait; on l'a vu depuis sa
mort.

Les moines furent tous contre lui à cause d'un endroit où il dit: «Que
les moines sont dans le monde ce qu'étoient les rats dans l'arche.» Le
père Goulu, général des Feuillants, qui cherchoit à faire claquer son
fouet, se mit à écrire contre lui, et je pense que c'est le meilleur.
Il lui dit en quelque lieu qu'il n'a guère de cervelle de s'attaquer à
un corps qui ne meurt jamais. Il donna belle prise aux gens sur ses
vanités. Sorel[162], qui n'avoit alors que dix-huit ans, a voulu, dans
le Francion, railler de lui en la personne de son pédant Hortensius.
Je pense qu'il s'en avisa devant le Feuillant.

  [162] Auteur du _Berger extravagant_. (T.)

Il a été un temps que c'étoit la mode d'écrire contre Balzac. A
Bruxelles même, Saint-Germain ne l'épargna pas, à cause qu'il louoit
le Roi et le cardinal de Richelieu. Il y eut je ne sais quel
barbouilleur de papier, je ne sais quel bavard Saintongeois, qui se
mêla aussi de faire un méchant petit livre contre lui et contre le
père Goulu tout ensemble. Il le fit bâtonner dans sa propre chambre,
au saut du lit, par un gentilhomme de ses amis nommé Moulin Robert; et
après, car le cavalier n'avoit point déclaré de la part de qui il lui
faisoit ces caresses, il fit imprimer une espèce de nouvelle
intitulée: _La Défaite du paladin Javerzac[163], par les alliés et
confédérés du prince des Feuilles_. C'est une des plus jolies choses
qu'il ait faites.

  [163] Nom de ce garçon. (T.)--_La Défaite du Paladin Javerzac_
  est imprimée au tome second, pag. 172 du supplément aux OEuvres
  de Balzac. On ne peut convenir avec Tallemant que cette pièce
  soit _une jolie chose_; c'est une série de plaisanteries lourdes
  et même grossières sur un sujet qui pouvoit ne pas déplaire à une
  époque où les coups de bâton venoient quelquefois à l'appui de la
  critique. On y voit que cette ridicule punition fut infligée à
  Javerzac, le 11 août 1628. Balzac avoit conservé du regret de
  cette action barbare; car au lit de mort il fit appeler Javerzac,
  et le pria de lui rendre son amitié. (Voyez _la Relation de la
  mort de M. de Balzac_, à la suite de ses OEuvres.)

Le père Goulu s'étoit nommé Philarque, voulant dire _général des
Feuillants_; et l'autre malicieusement traduisoit à la lettre _Prince
des Feuilles_. Enfin, cela alla si avant qu'Ogier le prédicateur, son
ami, entreprit de faire son apologie. Il y en avoit déjà cinq ou six
feuilles d'imprimées. Gomberville m'a dit qu'il les avoit, quand
Balzac, arrivant ici, ne trouva point cela à sa fantaisie: il défit
tout le discours, et ne se servit que de la matière. Cela n'avoit
garde de ne pas réussir, car Ogier est fort capable de choisir bien
ses matériaux, et Balzac de faire fort bien le discours; aussi est-ce
une des plus belles pièces que nous ayons. Ogier a voulu soutenir
qu'il avoit tout fait; mais il a été assez bon pour imprimer d'autres
ouvrages, et il ne faut que conférer; et puis, pour peu qu'on s'y
connoisse, on voit bien qu'autre que Balzac ne peut avoir fait cette
apologie. _Le Prince_ avoit grand besoin d'Ogier, car c'est le plus
pauvre dessein d'ouvrage qu'on ait jamais vu, et il n'est beau que par
endroits.

Depuis, il changea, comme j'ai dit, de façon d'écrire, pour montrer
qu'il n'étoit pas ignorant, comme on lui avoit reproché[164]; mais en
récompense, il est ferré en quelques endroits, et cette affectation
d'érudition n'est que trop souvent désagréable; cependant vous ne
sauriez ôter de la tête à la plupart des gens que Balzac n'étoit point
savant. Frémont m'a dit qu'un traiteur[165], chez qui il logea une
fois à Angoulême, lui dit que Balzac n'étoit point profond: il a eu
beau écrire bien des lettres latines, et faire un gros recueil de vers
latins dont il se seroit bien passé; il a eu beau écrire contre
Heinsius, tout cela n'a pas effacé la première impression que les
lettres de Goulu ont donnée de lui. Ce même homme ajoutait que
quelquefois ayant été à Balzac pour quelque festin, le valet de M. de
Balzac lui avoit fait voir son maître composant; mais c'était,
disoit-il, une plaisante chose à voir que ses grimaces.

  [164] Dans tous les volumes qu'on a imprimés de lui, il y a
  toujours quelque chose de ces accusations; cela lui tenoit
  terriblement au coeur. (T.)

  [165] On lit _traiteur_ au manuscrit. Il faut prendre ce mot dans
  le sens de _traitant_.

On trouve, dans ce qu'il a fait depuis l'_Apologie_, bien des
grotesques; cependant il plaît toujours: il n'y eut jamais une plus
belle imagination. Il a l'oreille fine; il ne manque jamais à mettre
les choses en grâce; mais on pouvoit mieux savoir le fin de la langue
qu'il ne le savoit. Ses derniers ouvrages ne sont pas si exactement
écrits, pour le langage même, que les premiers, et il prend
quelquefois la liberté de mettre un etc., tout comme feroit un
notaire.

Le _Barbon_ a fait voir bien clairement que le bonhomme avoit de la
peine à lier les choses, car ce livret est plein de lacunes. Il nous a
fait accroire que c'étoit les ruines de son cabinet, et, au lieu de
les réparer, il nous donne lui-même ses fragments. Sur la fin il n'ose
plus faire de lettres; il les déguise en _Entretiens_, et souvent il
fait semblant de vuider ses tablettes et parle de lui-même fort
avantageusement en tierce personne en plusieurs endroits de ce livre.

Pour reprendre où nous en étions, Ogier, surnommé _le Danois_, frère
du prédicateur, étant en Danemark avec feu M. d'Avaux, s'avisa, pour
se divertir, d'écrire à Balzac que la cour du roi de Danemark, où il y
avoit beaucoup de gens de qualité qui savoient le français, s'étant
partagée pour Balzac et pour le père Goulu, le Roi, dans une assemblée
célèbre de tous ceux qui étudioient notre langue, avoit jugé en faveur
de Balzac. Notre homme prit cela pour argent comptant, et dans ses
_Entretiens_ il en parle de cette sorte: «Nous recevons, dit-il, des
lettres dorées datées de Constantinople; on nous estime en Grèce et en
Orient, aux dernières parties du septentrion, sur le rivage de la mer
Baltique. Pour répondre en un mot à tant de choses, je souffre où je
suis, on m'estime où je ne suis pas. Peut-être que j'avois la fièvre
le jour que le Roi de Danemark jugea en ma faveur la cause qui fut
plaidée devant lui à Copenhague; comme au contraire il se peut faire
que j'étois à l'ombre et prenois le frais le jour que le marquis
d'Ayetonne brûla mon livre[166] dans un conseil qui fut tenu à
Bruxelles.»

  [166] _Le Prince._ (T.)

Ce livre fut aussi brûlé en Angleterre. On m'a dit qu'il y eut des
Anglais assez zélés pour la mémoire de la reine Elisabeth, pour avoir
eu la pensée de venir en France donner des coups de bâton à Balzac.

Le cardinal de Richelieu fut choqué de ce qu'il louoit trop de gens;
il disoit que c'étoit _l'élogiste général_. Le cardinal de Richelieu
ne fit rien pour lui, et en cela il eut tort, car cet homme n'avoit
péché que pour avoir trop envie de plaire, et le cardinal se fût fait
honneur en lui donnant un évêché. Cela fut cause que Balzac se retira
à Balzac, où il demeura presque toujours.

Le cardinal ne fut pas plus tôt mort, que, sans considérer qu'il lui
avoit donné tant de louanges, il fit une grande pièce à la Reine où il
disoit bien des choses contre lui. C'est une des moindres pièces qu'il
ait faites. Maynard, qui est son ami Ménandre, à qui il adresse tant
d'Entretiens, en fit tout de même en vers; car le cardinal n'avoit
rien fait pour lui, il le trouvoit trop cagnard[167]. Sans doute le
cardinal de Richelieu eut tort de ne donner à Balzac qu'une misérable
pension qui finit avec lui. Je ne pense pas qu'il crût ce dont
Théophile l'accuse dans une lettre; je ne dis pas seulement l'amour
des garçons, mais même le larcin qu'il lui reproche d'avoir fait au
gendre du docteur Baudius, en Hollande. On ne peut pas dire que Balzac
n'ait vécu moralement bien; mais, outre ce que j'ai marqué, le
cardinal, comme nous avons dit ailleurs, n'estimoit guère la prose.

  [167] _Cagnards_, gens aimant leurs foyers. _Hauteroche_, cité
  dans le Dictionnaire comique de Le Roux.

Au commencement de la régence, après ses discours, dont quelques-uns
sont dédiés à madame de Rambouillet, à qui il parle comme à une
personne familière, et il ne l'a jamais vue; depuis, il l'a connue par
lettres seulement, il fit imprimer deux volumes de _Lettres choisies_,
où il a mis une préface qu'il feint être de M. Girard, théologal
d'Angoulême, son ami: il a fait cette feinte pour se louer tout à son
aise, sous le nom d'autrui. Cette préface est fort bien écrite, car
quand il écrit sous le nom d'autrui, il ne cherche pas midi à quatorze
heures, comme il fait quelquefois lorsqu'il ne se déguise point. Ces
lettres choisies n'étoient pas autrement _choisies_, je crois, que,
hors les lettres à M. Chapelain, qu'il appeloit _ad Atticum_[168], et
qui ont été données après sa mort, il ne lui en restait pas une après
ces deux derniers tomes. Pour faire tout valoir, il feint d'avoir
écrit des lettres qu'il n'a jamais écrites: tel qui n'en a jamais reçu
qu'une de lui en trouve trois ou quatre qui lui sont adressées. Il y
en a une quantité à je ne sais combien de révérends Pères dont on n'a
jamais ouï parler. Pérapède, Du Bure et un tas de sots y sont loués,
et il écrit, dit-il, à tous ces gens-là le coeur sur le papier.

  [168] Il y a tant d'étoiles, qu'un goguenard disoit que c'étoit
  le firmament. Ce n'est pas grand'chose. (T.)

Les louanges lui étoient bonnes de quelque part qu'elles vinssent, et
jamais il n'étoit assez _paranymphé_[169] à sa fantaisie. Voiture,
Conrart et d'autres montoient sur des échasses pour le louer; vous
diriez qu'ils se vont rompre le cou à tout bout de champ, tant ils
font de rudes cascades.

  [169] _Paranymphé_, loué. Cette expression étoit empruntée du
  _paranymphe_, ou discours solennel qui se prononçoit à la fin de
  chaque licence dans les facultés de théologie et de médecine,
  dans lequel le licencié adressoit des compliments, ou le plus
  souvent des épigrammes aux autres licenciés. (Voyez _le Dict. de
  Trévoux_.)

Dans une de ses lettres, il y a une plaisante vanité, car si jamais il
y eût un _animal gloriæ_[170], c'est celui-ci: «Quand vous me
donneriez, dit-il, autant de terre que la comtesse Alix[171] en donna
à mon quarantième aïeul, etc.»

  [170] La gloire personnifiée en bête brute.

  [171] Je pense que c'était une comtesse de Toulouse. (T.)

Il imprima ensuite le _Socrate chrétien_; il y mit un avant-propos, où
il parle à un homme qu'il appelle _Monseigneur_, sans queue. Il
prétendoit que M. Servien devineroit que c'étoit lui; et dans ce même
volume, où il y a plusieurs autres pièces, il y a un traité de ce mot
_Monseigneur_, où il en blâme l'abus, et ne met que _monsieur mon
cousin_ à M. le président de Nesmond. A cette dissertation sur les
sonnets de Job et d'Uranie, il ne vouloit mettre pour titre que
_Dissertation sur les deux sonnets_, disant qu'on savoit assez qui ils
étoient. Il y a de pauvres choses dans cette dissertation.

Voici encore une chose qui ne s'accorde guère avec le _Socrate
chrétien_. Un avocat d'Angoulême, en plaidant contre lui, avoit dit
quelque chose d'un peu fort. Balzac le rencontre par la ville et lui
donne un coup de houssine; sans les grands seigneurs du pays qui s'en
mêlèrent, et qui prirent le parti de Balzac, il n'en eût pas été bon
marchand.

En récompense, le Roi, la Reine et le cardinal Mazarin lui firent, à
ce qu'il dit, bien des honneurs quand on alla à Bordeaux en 1650, au
mois d'août.

Depuis sa mort, on a publié l'_Aristippe_, qui est un fragment du
_Prince_, qu'il a fait pour donner sur les doigts aux rois fainéans et
à leurs minisires, pour ne pas dire à leurs maires du palais. Il a
cru, le bonhomme, qu'il y avoit en lui de quoi faire un Socrate et un
Aristippe tout ensemble; cependant cet homme qui est si sage, cet
homme qui a tant de vertus, s'avise de faire une lâcheté, où personne
ne l'a imité, non pas même Costar: il signe en écrivant au cardinal
Mazarin: «De Votre Eminence le très-humble, très-obéissant et
très-obligé serviteur et _pensionnaire_.»

Lionne, ami de Chapelain, avoit fait donner à Balzac une pension de
cinq cents écus, dont il fut fort mal payé à la fin. Il faut bien
manquer de coeur pour faire une bassesse comme celle-là, lui qui avoit
de quoi vivre, et qui a tant de soin de faire savoir dans ses lettres
familières qu'il avoit quatre chevaux de carrosse. Avec tout ce
raffinement de lâcheté, il ne put pourtant avoir pour sa soeur de
campagne la récompense de la lieutenance aux gardes de son neveu, qui
fut tué à Lens avec le maréchal de Gassion. La solitude, où l'on n'a
que soi pour objet, où l'on ne se compare avec personne, avoit gâté
cet esprit, qui déjà n'étoit que trop plein de lui-même.

Les juste-au-corps lui ayant semblé commodes, il en avoit de toutes
façons, de treillis[172], de tabis[173], de bleus et d'incarnats.

  [172] _Treillis_, toile fine d'Allemagne, lustrée et satinée,
  dont en petit deuil on faisoit le dessus du pourpoint. (_Dict. de
  Trévoux._)

  [173] _Tabis_, gros taffetas ondulé par l'application d'un
  cylindre sur lequel des ondes étoient gravées. (_Dict. de
  Trévoux._)

Il a des visions jusques aux moindres petites choses: il demanda de
l'aigre de cèdre[174] à M. Conrart, qui étoit devenu son
commissionnaire après M. Chapelain; car il y eut je ne sais quoi entre
M. Chapelain et lui, et il ne pouvoit s'empêcher de dire à tout bout
de champ qu'il ne faisoit rien de naturel, qu'il n'avoit point de
génie. Il lui faisoit entendre, sans faire semblant de rien, que si
les pots dans lesquels il lui enverroit cet aigre de cèdre étoient
bleus et blancs, ils lui plairoient davantage.

  [174] _Aigre de cèdre_, liqueur composée de jus de citron, de
  limon et de cédrat, qui, mêlée avec de l'eau et du sucre, fait
  une boisson très-agréable. (_Dict. de Trévoux_.)

Il écrivit jusqu'à huit lettres pendant qu'on imprimoit ses vers
latins, pour faire qu'un placard de deux petits anges qui se baisoient
pût se rencontrer à la fin. Il a eu aussi une bonne fantaisie de faire
imprimer ces vers-là en petit, croyant que le monde souhaitoit cela
avec passion. M. Conrart lui manda que Courbé étoit disposé à le
satisfaire; mais qu'il étoit obligé de lui mander que ses vers ne se
vendroient point in-quarto, et qu'on n'en avoit vendu qu'un seul
exemplaire. Balzac répondit en ces mots: «Si j'étois aussi amoureux de
la gloire que je l'ai été autrefois, votre lettre me seroit une grande
mortification.» Il fallut pourtant faire cette impression en petit; il
se consola en voyant _Editio seconda_. Il a fait mettre au
commencement que le libraire l'a voulu absolument. Il vouloit obliger
Ménage à dire plus de choses à sa louange dans l'épître qu'il fit à la
reine de Suède, en lui dédiant les vers latins de Balzac. Il y a au
bout de ce livre ce qu'il appelle _liber adoptivus_, sans expliquer
que ce sont diverses pièces d'auteurs, ou qu'il ne connoît point, ou
dont il dissimule le nom. Il n'a pourtant pas mal fait, car il n'y a
guère que cela de bon dans son livre.

Il eut une plaisante curiosité dans l'impression de ses discours; il
n'y a pas une ligne qui ne soit finie par un mot entier; il n'y a
jamais de mot coupé en deux.

La reine de Suède dit à Chanut, notre résident, qu'elle le prioit de
s'informer quels auteurs il falloit lire pour bien savoir notre
langue, et que Balzac ne la contentoit point, qu'il n'étoit point
naturel, qu'il étoit toujours guindé, et toujours dans la fleurette.
Il le sut, et elle lui écrivit que ce qu'on avoit dit étoit faux. Cela
est cause qu'il n'a pas changé dans l'_Aristippe_ les louanges qu'il
lui donnoit. Voici une lettre qu'il écrivit à M. Conrart sur le séjour
de la cour à Bordeaux, sous le nom du même M. Girard[175] dont nous
avons déjà parlé. Ce que je mettrai à côté est ce que m'a dit M. le
marquis de Montausier, témoin oculaire.

  [175] Guillaume Girard, archidiacre d'Angoulême, avoit été
  secrétaire du duc d'Epernon. Il a laissé une vie de son maître,
  imprimée à Paris en 1655 en un volume in-folio, et en 1663 en
  trois volumes in-douze. Elle est, comme elle devoit être, toute
  favorable au duc d'Epernon.


     «MONSIEUR,

   «A moins que d'avoir à vous donner des nouvelles de M. de
   Balzac, je n'aurois pas rompu mon silence ni violé le respect
   que je vous dois. Ce n'est pas que je ne sache combien il y a
   d'honneur à recevoir de vos lettres, et combien les honnêtes
   gens se glorifient d'en être favorisés; mais j'ai encore plus de
   considération pour vous que je n'en ai pour moi-même, et quoique
   je ne sois pas insensible à mon propre bien, j'aurois mieux aimé
   m'en priver que de vous être importun, en exigeant de vous pour
   une mauvaise lettre quelqu'une de vos belles réponses. Voilà,
   monsieur, comme j'en eusse usé, si la discrétion de votre ami
   n'eût fait violence à la mienne: elle m'oblige à vous dire de
   lui ce qu'il a omis, sans doute, dans la dernière lettre qu'il
   vous a écrite.

   «Vous savez, monsieur, que nous avons eu la cour depuis peu de
   jours en cette ville. Lorsque la Reine[176] en approcha de deux
   journées, elle commanda expressément qu'on ne donnât aucun
   logement aux troupes qui accompagnoient Leurs Majestés dans les
   terres de M. de Balzac[177]. Sa faveur ne fut point bornée à ces
   petits soins, elle ordonna[178] à M. de Saintot, maître des
   cérémonies (il faisoit aussi la charge de
   grand-maréchal-des-logis), de la loger dans la maison de M. de
   Balzac[179]. Ce commandement fut si exprès qu'il ne se put
   exécuter sans quelque désordre: les logis étoient déjà faits à
   l'arrivée de M. de Saintot. L'évêché étoit marqué pour la Reine;
   le Roi étoit dans une maison contiguë; les autres logemens
   étoient marqués et déjà occupés; mais il fallut tout changer
   pour satisfaire au désir de la Reine et honorer M. de Balzac
   absent.

   «A l'arrivée de Sa Majesté, il fut demandé avec instance. Sa
   Majesté ne vouloit recevoir aucune des excuses qu'on donnoit à
   sa retraite[180]. Enfin, comme il n'y eut plus d'espérance de
   le voir, elle n'eut presque plus d'entretien qu'avec ses
   proches, qui furent jugés très-dignes de son alliance[181]. M.
   le cardinal ne s'en arrêta pas là; après s'être long-temps
   informé s'il ne pourroit point satisfaire au désir qu'il avoit
   de long-temps de connoître le visage d'une personne si
   généralement estimée, il se résolut enfin de l'envoyer visiter
   par un gentilhomme des siens, nommé le chevalier de Terlon. Ce
   gentilhomme alla à la maison de M. de Balzac, à trois lieues de
   la ville, et lui dit que M. le cardinal, son maître, lui avoit
   commandé de le venir assurer de son service très-humble; qu'il
   avoit une forte passion de le voir et de l'entretenir à
   Angoulême, où il avoit appris son indisposition; qu'il seroit
   venu lui-même s'en assurer en sa maison, s'il n'eût appréhendé
   de l'incommoder; mais qu'il seroit fâché qu'on lui reprochât
   d'avoir passé si près du plus grand homme de notre siècle sans
   avoir eu dessein de lui rendre cette petite civilité[182].

   «M. de Balzac, dont la discrétion ne vous est pas moins connue
   que le mérite, ne pouvoit attribuer un si grand excès de
   civilité qu'à la courtoisie de l'ambassadeur, et, sans doute,
   ces faveurs lui eussent été suspectes, si M. le cardinal n'en
   eût dit autant, et aux mêmes termes, à M. de Roussines, frère de
   M. de Balzac. J'étois présent, et plusieurs honnêtes gens de la
   cour furent témoins lorsque Son Eminence lui redit les mêmes
   paroles que M. de Terlon avoit avancées, faisant ainsi de sa
   bouche à une personne non suspecte des compliments qui ne
   pouvoient plus être suspects.

   «M. Servien enchérit beaucoup au-delà chez M. le marquis de
   Montausier[183]; mais M. de Lionne ne fut pas plus tôt arrivé
   qu'il envoya son premier commis vers M. de Balzac, pour lui
   témoigner le désir impatient qu'il avoit de le voir; qu'il y
   avoit vingt ans que ce désir faisoit une de ses plus violentes
   passions; qu'il avoit fait le voyage de Guyenne, avec plaisir,
   quelque juste indignation qu'il eût d'ailleurs contre le voyage,
   pour voir le plus grand homme du monde, etc.; qu'il le prioit de
   lui mander positivement (ce furent les termes de son envoyé)
   s'il lui feroit déplaisir de l'aller visiter en sa maison, parce
   qu'il n'y avoit que sa défense absolue qui pût l'en empêcher. M.
   de Balzac, usant de la liberté qu'il lui donnoit, le supplia de
   n'en point prendre la peine[184]; et cette excuse, qui eût
   peut-être déplu à un moins honnête homme que n'est M. de Lionne,
   lui donna matière d'une lettre, en laquelle, parmi quelques
   douces plaintes du rigoureux traitement qui lui est fait, il
   l'assuroit de tous les respects, de toute la vénération et de
   tout ce qui est au-dessous du culte et de l'adoration: ce sont
   les termes obligeants d'une fort longue et fort belle lettre.

   «Je ne vous parle point des compliments de M. l'évêque de Rodez,
   de ceux de M. de La Motte Le Vayer ni de toutes les autres
   personnes de mérite qui sont auprès de Leurs Majestés. Ma
   gazette seroit trop longue, monsieur; ce que j'y ajoute du mien,
   c'est la joie que j'ai sentie de voir toute la cour faire la
   cour à notre ermite, et de voir ce généreux ermite au-dessus de
   toutes les faveurs et de toutes les recherches de la cour. Il
   n'en a pas pour cela quitté une seule de ses calottes; il n'en a
   pas eu plus de complaisance pour lui-même. J'ai passé depuis ce
   temps-là plusieurs jours en sa compagnie; mais je ne me suis pas
   aperçu que c'étoit à lui que tous ces honneurs avoient été
   rendus, et si je n'en eusse été le témoin, je serois en danger
   d'ignorer long-temps une chose si glorieuse à mon ami et si
   avantageuse à tous ceux qu'il aime. Il ne sait pas même que je
   vous écris toutes ces circonstances; et quoique je lui aie dit
   que je voulois vous mander cette partie de son histoire, je
   n'oserois lui faire voir cette partie de ma relation, tant il a
   de peine à souffrir les choses qui le favorisent. Il ne veut pas
   même que j'attribue à sa modestie l'indifférence qu'il a eue
   pour les caresses du grand monde; son chagrin et son dégoût ne
   méritent point, à ce qu'il dit, un si beau nom, et il aime mieux
   que nous l'appellions insensible que de consentir aux
   témoignages que nous devons à sa vertu. Ajouterai-je encore à
   ceci les compliments extraordinaires qu'il reçut, il n'y a pas
   long-temps, du comte de Pigneranda? Cet ambassadeur, fameux par
   la rupture de la paix de l'Europe, ayant passé à Angoulême,
   s'enquéroit, à l'ordinaire des étrangers, de ce qu'il y avoit de
   plus remarquable dans le pays. On lui proposa incontinent M. de
   Balzac comme la chose la plus rare: il repartit qu'il avoit
   appris ce nom-là en Espagne, long-temps avant que d'en partir;
   qu'il ne l'avoit pas trouvé moins célèbre en Allemagne, d'où il
   venoit, et lui envoya incontinent un Minime walon, homme de
   lettres, qui lui servoit d'aumônier, pour lui dire qu'il
   souffroit, avec plus de peine qu'il n'en avoit eu pendant tout
   son voyage, la défense de faire des visites; que s'il lui eût
   été libre d'en faire, il fût venu de bon coeur en sa chambre
   pour voir une personne si célèbre dans tous les lieux où les
   grandes vertus sont en estime. Ce compliment ne fut pas borné à
   ce peu de paroles. Mais qu'ai-je affaire d'emprunter de la
   bouche de nos ennemis des louanges pour un homme qui a peine
   d'en souffrir des personnes qui lui sont les plus chères? Il se
   contente de leur amitié comme de la vôtre, monsieur, de celle de
   M. Chapelain, et de peu d'autres.

   «Oserois-je vous supplier de faire part de ma relation à M.
   Chapelain? Je sais qu'il aime ce que nous aimons, comme il en
   est aimé aussi; je sais qu'il me fait l'honneur de me vouloir du
   bien. Permettez-moi, je vous supplie, de l'assurer de mon
   très-humble service, et croyez, s'il vous plaît, que je serai
   toute ma vie, etc.[185].»

  [176] Elle qui ne sait pas lire, et ne les connoît point.
  (T.)--Cela veut dire apparemment que la Reine, étant espagnole,
  lisoit peu les livres françois.

  [177] Ne diriez-vous pas qu'il en a autant dans ce pays-là que M.
  de La Rochefoucauld? Cependant Balzac, qui n'est point paroisse,
  est à Roussines son frère aîné; et dans la paroisse d'Asnières,
  Forgues, son parent, a un fief, et Balzac loge dans un autre, qui
  est, je pense, à sa soeur. La seigneurie est au Chapitre
  d'Angoulême. Ce fut M. de Montausier qui, avec bien de la peine,
  en fit déloger les gens de guerre. (T.)

  [178] Cela est faux. (T.)

  [179] La maison étoit alors à son père, et est présentement à
  l'aîné; c'est la plus commode de la ville. D'abord on alla à
  l'Evêché; mais le logement n'étoit pas si aisé. Ce n'est pas la
  première fois que la cour a occupé cette maison. (T.)

  [180] Elle ne songea pas à lui. (T.)

  [181] A la vérité elle leur parla comme à des gens qui sont des
  principaux de la ville. (T.)

  [182] M. de Montausier, qui étoit alors à Angoulême, dit que la
  vérité est que Lionne, pour faire plaisir à Chapelain, son ami,
  fit faire ce voyage au chevalier de Terlon, et que toute la
  civilité vint de lui et de M. Servien. Le cardinal n'usa jamais
  de termes si obligeants pour les princes du sang même. «Si le
  cardinal avoit fait cela, disoit le marquis, il seroit digne de
  tout ce que Balzac a écrit depuis contre lui.» Il est bien vrai
  que le cardinal dit quelque chose d'élégant, mais tout cela
  venoit de Lionne. (T.)

  [183] En parlant à Roussines. (T.)

  [184] Véritablement, voilà bien répondu. M. de Montausier dit
  qu'il n'a jamais écrit en ces termes-là à personne. (T.)

  [185] Balzac a envoyé jusqu'à cinq copies de cette lettre, et
  toutes de la main de Toulet, son copiste, de peur qu'elle ne fût
  perdue. Son libraire eut le soin de les faire rendre à M.
  Conrart. Après ces cinq copies il en envoya encore une, disant
  que M. Girard y avoit fait quelques changements. Il n'y avoit que
  deux syllabes de changées (T.)--Cette lettre, monument de
  l'orgueil le plus extraordinaire, ne paroit pas avoir été
  imprimée: au moins n'en trouve-t-on aucune trace dans les
  _OEuvres_ de Balzac. On sera peut-être parvenu à lui en faire
  sentir tout le ridicule.

Quand le chevalier de Méré mena le maréchal de Clairambault voir
Balzac à la campagne, cet auteur étoit dans le jardin; le maréchal le
trouva si extravagamment habillé qu'il le prit pour un fou, et il ne
vouloit pas avancer; le chevalier l'encouragea: il en fut après
très-satisfait, et dit qu'il n'avoit jamais vu un homme de si agréable
conversation.

Il fit, un peu après le voyage de Bordeaux, un poème latin de dévotion
qu'il envoya à M. de Montausier, à Paris, et le pria de supplier M. de
Grasse de le mettre en vers françois. Trois jours après, il écrivit au
secrétaire de M. de Montausier qu'il le prioit de lui renvoyer cette
lettre, qu'il y vouloit changer quelque chose; après, il en envoya une
autre où il ne parloit plus de M. de Grasse, et cela exprès, afin que
cette lettre ne demeurât point, et qu'on crût que M. de Grasse avoit
traduit ce poème de son propre mouvement, parce qu'il en avoit été
charmé. Cette seconde lettre eut le loisir de venir avant que M. de
Montausier eût écrit à M. de Grasse; lui qui ne trouvoit pas la
requête trop civile, envoya pour excuse à M. de Grasse la lettre de
Balzac sans la relire, croyant que ce fut la même: cela fit un
terrible galimatias.

Depuis, quand M. le Prince fût mis en liberté, il lui envoya une
lettre latine imprimée, avec deux petites pièces de vers latins aussi
imprimées: l'une sur sa prison, l'autre sur la mort de madame la
princesse sa mère, où, à son ordinaire, il donnoit à dos à celui qui
avoit le dessous, et traitoit le cardinal Mazarin de _semi-vir_; et,
pour montrer à M. le Prince qu'il a fait ces vers-là durant sa prison,
il en prend M. l'évêque d'Angoulême à témoin. Dans ces vers, il
appelle le cardinal _imbelle caput_, comme si un cardinal devoit être
guerrier; et puis, celui-là a été à la guerre.

Sur la fin de ses jours il eut une grande mortification de voir le
grand applaudissement qu'avoient les lettres de Voiture; il ne put se
tenir de le témoigner. Ce fut ce qui produisit la dissertation latine
de Girac et la _Défense de Voiture_ que Costar lui adressa
malicieusement à lui-même, car il se moque de lui en cent endroits. Ce
fut une nouvelle recharge au pauvre homme, et cela avança ses jours de
quelque chose. Dans l'historiette de Costar, nous parlerons de cette
querelle plus amplement.

Balzac et Girac étant allés dîner avec M. de Montausier à Angoulême,
M. de Montausier parla de l'édition de Voiture, et dit qu'il falloit
demeurer d'accord que c'étoit l'original des lettres galantes: cela
déplut furieusement à Balzac. Au sortir de là, il répéta les mots que
M. de Montausier avoit prononcés, et ajouta: «Que deviendront donc mes
lettres?» Il pria Girac de lire Voiture et de lui en dire son avis. Le
lendemain Balzac en envoya donc un exemplaire à Girac, avec un billet
latin, où il le prioit de lui en dire son sentiment en latin. Girac le
fit; mais il prétend que Balzac y a mis quelque chose du sien: Balzac
envoya ce prétendu jugement de Girac à Paris. Costar, qui ne
demandoit pas mieux que de faire claquer son fouet, composa la
_Défense de Voiture_. D'abord Balzac, plein de lui-même, et persuadé
de la déférence que Costar avoit pour lui, prit cet ouvrage pour une
pièce à sa louange; et comme on l'imprimoit, il écrivit à Conrart de
corriger tels et tels endroits, où l'on y parloit de lui, afin qu'ils
fussent mieux, et il les croyoit bien corrigés. On lui dit qu'il n'y
avoit plus moyen, et que tout étoit tiré: après il se désabusa.

Non content d'avoir déjà, au sortir d'une grande maladie, envoyé, il y
avoit quelque temps, à Notre-Dame des Ardillières, une lampe de cent
écus, avec des vers latins gravés dessus, où son nom est en grosses
lettres, il donna, un an au plus avant que de mourir, des preuves
authentiques de sa vanité. Il écrivit à Conrart qu'il avoit deux mille
livres à Paris, et qu'il en vouloit constituer une rente de cent
francs, et instituer une espèce de jeux floraux de deux ans en deux
ans, et que, pour cela, il donneroit dix thêmes sur lesquels on
harangueroit; que l'Académie délivreroit les deux cents livres à celui
qui feroit le mieux. Ce sont matières de piété: par exemple, que la
gloire appartient à Dieu seul, et que les hommes en sont les
usurpateurs.

Patru et les plus sensés vouloient se moquer de cette fondation de
_bibus_, car il y avoit un million de difficultés pour la sûreté, et
aussi bien du chagrin à lire les compositions d'un tas de moines; mais
les cabaleurs Chapelain et Conrart l'emportèrent. Cela fut fait après
la mort de Balzac.

Il fut six mois à se voir mourir tous les jours: il s'étoit fait
transporter aux Capucins d'Angoulême; il se confessoit fréquemment,
et pourtant songeoit bien autant à ses jeux floraux qu'à sa
conscience. En mourant, car on a ses dernières paroles dans une
relation qu'un avocat d'Angoulême, nommé Morisset, a faite[186], il
dit qu'il ne savoit où il alloit, mais qu'il espéroit que Dieu lui
feroit miséricorde.

  [186] Cette relation est imprimée à la suite des OEuvres de
  Balzac, t. 2, pag. 213 du supplément.

Ogier le prédicateur, comme on lui demandoit s'il ne feroit point
l'épitaphe de Balzac: «Je m'en garderai bien, dit-il, j'aurois peur
qu'il ne se l'attribuât encore.» Il disoit cela à cause de
l'_Apologie_.

Conrart voulut faire un Recueil de vers à sa louange: il en demanda à
assez de gens qui en firent; mais c'est si peu de chose que tout est
demeuré là[187].

  [187] Ce jugement de Tallemant est trop sévère. Gilles Boileau a
  déploré la mort de Balzac dans une élégie adressée à Conrart, qui
  offre quelques beautés; elle n'a pas été insérée par Despréaux
  dans les oeuvres posthumes de son frère; mais on l'avoit imprimée
  dans la troisième partie des _Poésies choisies_, publiées chez
  Sercy en 1658. Tristan l'ermite fit aussi d'assez belles strophes
  sur la mort de Balzac; les trois meilleures ont été citées dans
  la Notice sur Conrart placée à la tête de ses Mémoires, dans le
  quarante-huitième volume de la deuxième série de la Collection
  des Mémoires relatifs à l'histoire de France.



LE PRÉSIDENT PASCAL

ET BLAISE PASCAL.


Le président Pascal portoit ce titre parce qu'il avoit été président à
Clermont en Auvergne; c'est un homme qui a eu d'assez beaux emplois:
il étoit homme de bien et de savoir surtout; il s'étoit appliqué aux
mathématiques; mais il a été plus considérable par ses enfants que par
lui-même, comme nous verrons par la suite.

Quand on fit la réduction des rentes, lui et un nommé de Bourges, avec
un avocat au conseil dont je n'ai pu savoir le nom, firent bien du
bruit, et à la tête de quatre cents rentiers comme eux, ils firent
grand peur au garde des sceaux Séguier et à Cornuel. Le cardinal de
Richelieu fit mettre dans la Bastille les deux autres; pour Pascal, il
se cacha si bien qu'on ne put le trouver et fut long-temps sans oser
paroître. En ces entrefaites, les petites Saintot[188] et sa fille,
qui est à cette heure en religion, jouèrent une comédie, dont cette
fille qui n'avoit que douze ans avoit fait presque tous les vers.

  [188] Ce devoit être la fille de Saintot, le maître des
  cérémonies de France.

Le cardinal de Richelieu en ce temps-là eut la fantaisie de faire
jouer _le Prince déguisé_[189] à des enfants. Bois-Robert en prit le
soin. Il choisit, comme vous pouvez penser, cette petite Pascal; il
prit aussi une des petites Saintot, Socratine, et le petit Bertaut,
son frère[190]. La représentation réussit; mais la petite Pascal fit
le mieux. Comme on la louoit, elle demande à descendre, et
d'elle-même, sans en avoir rien dit à personne, elle se va jeter aux
pieds de Son Eminence et lui récite en pleurant dix ou douze vers de
sa façon, par lesquels elle demandoit le retour de son père. Le
cardinal la baisa plusieurs fois, car elle étoit _bellotte_, la loua
de sa piété, et lui dit: «Ma mignonne, écrivez à votre père qu'il
revienne, je le servirai.» En effet, il le servit et le continua dix
ans à l'intendance par moitié de Normandie, car il s'étoit défait de
sa charge en faveur d'un de ses frères. Ils étoient tous d'Auvergne.

  [189] Une pièce de Scudéry. (T.)

  [190] Le frère et la soeur de madame de Motteville. On l'appelle
  _Socratine_, à cause de sa sévérité. Elle est carmélite à cette
  heure. (T.)

Sa fille fit d'autres vers, j'en ai quelques-uns[191].

  [191] On lit dans Benserade des stances que mademoiselle Pascal
  fit à l'âge de treize ans _pour une dame de ses amies, sous le
  nom d'Amaranthe, amoureuse de Thyrsis_. Benserade y fit une
  réponse dans laquelle il suppose que mademoiselle Pascal s'est
  cachée sous le nom d'Amaranthe, et que Thyrsis n'est pas autre
  que lui-même. On y lit cette stance, où Benserade nous apprend
  l'âge que mademoiselle Pascal avoit alors:

     Qu'une fille _à treize ans_ d'amour soupire et pleure,
               C'est souvent un défaut;
     Mais pour une qui fait des vers de si bonne heure,
               C'est vivre comme il faut.

     (_OEuvres de Benserade_, 1698, in-8º, t. 1, p. 49.)

  Enfin, à dix-huit ans, elle se mit en dévotion, et, comme j'ai
  dit, elle se fit religieuse.

  Le président Pascal a laissé un fils, Blaise Pascal[192], qui
  témoigna dès son enfance l'inclination qu'il avoit aux
  mathématiques. Son père lui avoit défendu de s'y adonner qu'il
  n'eût bien appris le latin et le grec. Cet enfant, dès douze à
  treize ans, lut Euclide en cachette, et faisoit déjà des
  propositions; le père en trouva quelques-unes; il le fait venir et
  lui dit: «Qu'est-ce que cela?» Ce garçon, tout tremblant, lui dit:
  «Je ne m'y suis amusé qu'aux jours de congé.--Et entends-tu bien
  cette proposition?--Oui, mon père.--Et où as-tu appris cela?--Dans
  Euclide, dont j'ai lu les six premiers livres (on ne lit
  d'ordinaire que cela d'abord).--Et quand les as-tu lus?--Le
  premier en une après-dînée, et les autres en moins de temps à
  proportion.» Notez qu'on y est six mois avant que de les bien
  entendre.

  [192] Blaise Pascal, né à Clermont en 1623, mort à Paris en 1662.

Depuis, ce garçon inventa une machine admirable pour l'arithmétique.
Pendant les dernières années de l'intendance de son père, ayant à
faire pour lui des comptes de sommes immenses pour les tailles, il se
mit dans la tête qu'on pouvoit, par de certaines roues, faire
infailliblement toutes sortes de règles d'arithmétique; il y travailla
et fit cette machine qu'il croyoit devoir être fort utile au public;
mais il se trouva qu'elle revenoit à quatre cents livres au moins, et
qu'elle étoit si difficile à faire, qu'il n'y a qu'un ouvrier, qui est
à Rouen, qui la sache faire; encore faut-il que Pascal y soit présent.
Elle peut être de quinze pouces de long et haute à proportion. La
reine de Pologne en emporta deux; quelques curieux en ont fait faire.
Cette machine et les mathématiques ont ruiné la santé de ce pauvre
Pascal le jeune.

Sa soeur, religieuse à Port-Royal de Paris, lui donna de la
familiarité avec les Jansénistes: il le devint lui-même; c'est lui qui
a fait ces belles lettres au Provincial que toute l'Europe admire, et
que M. Nicole a mises en latin. Rien n'a tant fait enrager les
Jésuites. Long-temps on a ignoré qu'il en fût l'auteur; pour moi, je
ne l'en eusse jamais soupçonné, car les mathématiques et les
belles-lettres ne vont guères ensemble. Ces messieurs du Port-Royal
lui donnoient la matière, et il la déposoit à sa fantaisie. Nous en
dirons davantage dans les Mémoires de la régence.



BERTAUT,

NEVEU DE l'ÉVÊQUE DE SÉEZ.


Ce petit Bertaut, qui étoit de la comédie[193], étoit neveu de Bertaut
le poète, qui fut évêque de Séez. Il avoit une soeur, femme-de-chambre
de la Reine, qui, pour sa beauté et sa bonne réputation, fut mariée
avec le premier président de la chambre des comptes de Rouen, qui
étoit fort vieux, nommé Motteville[194]. Elle n'en eut point d'enfants
et revint à la cour.

  [193] _Voy._ l'article qui précède celui-ci, p. 175.

  [194] La véritable orthographe du nom est Mauteville; voir
  précédemment tome 1, p. 288, note 1.

Lui et sa soeur Socratine étoient en nécessité quand quelqu'un dit au
cardinal de Richelieu qu'il y avoit des enfants d'un frère de Bertaut
qui étoient bien pauvres. Il les fit venir: la fille étoit fort jolie
et avoit bien de l'esprit; le garçon étoit passable. Ils jouèrent
quelques scènes du _Pastor fido_, de fort bonne grâce. Le cardinal
donna pension à la fille, et entretint le petit garçon au collége. Ce
garçon eut assez d'industrie pour faire habiller un petit laquais,
qu'il prit des livrées _éminentissimes_; et quand on le rebutoit à la
porte du cardinal, il faisoit passer son laquais devant. Cela plut au
cardinal, auquel, par ce moyen, il fit fort sa cour; et quoiqu'il eût
découvert que leur mère étoit une mademoiselle Bertaut, qu'il avoit
vue chez la Reine-mère, et qu'il haïssoit fort, il continua pourtant à
leur faire du bien.

Après la mort du cardinal, au commencement de la régence, madame de
Motteville, sa soeur, eut avis d'un prieuré qui vaquoit; M. de
Bassompierre l'avoit eu aussi. Elle le rencontre, comme il l'alloit
demander à la Reine. Elle lui demanda, par hasard, quelle affaire
l'amenoit; il le lui dit. «Eh! monsieur, dit-elle, je l'allois
demander pour mon frère; c'est si peu de chose, et il en a si grand
besoin!» Le maréchal répondit qu'il ne vouloit pas, sur ses vieux
jours, être moins civil aux dames qu'en sa jeunesse, et il se retira.
Ce prieuré étoit pourtant fort bon. On dit qu'il vaut cinq mille
livres de rente. Elle l'obtint. Elle lui fit donner encore la charge
de lecteur du Roi qu'avoit eue son oncle, l'évêque de Séez, avant que
d'être évêque.

Il fut avec M. de La Tuillerie en Suède. Là, comme c'est un doucereux,
il voulut, je pense, dire des fleurettes à la Reine, et il fit si bien
qu'elle sut qu'il chantoit et jouoit du luth. Elle l'en pria un jour;
il fit bien des cérémonies; enfin, il prit un luth, et badina tant
avant que de chanter, que quand il voulut chanter tout de bon, la
Reine, qui en étoit lasse, ne l'écouta point, ou ne l'écouta que par
manière d'acquit. Au retour, comme la Reine lui demandoit des
nouvelles de la reine de Suède, il dit qu'elle n'étoit pas laide,
qu'elle pouvoit même passer pour agréable. «Mais, dit-il tout bas à la
Reine en s'approchant familièrement de son oreille, elle a un peu la
taille gâtée.» Quelqu'un dit en riant à M. le cardinal qui étoit là:
«Votre Eminence n'a-t-elle point d'ombrage de ce galant homme? Je
m'offre pour votre second.»

Il ne manque pas d'esprit; mais il est ennuyeux en diable et plein de
vanité. Par malheur pour lui, il y a un des principaux musiciens de la
chapelle nommé aussi Bertaut[195]. Pour les distinguer, on appeloit
celui-ci _Bertaut l'incommode_, et l'autre _Bertaut l'incommodé_,
parce qu'il est châtré. On appeloit ainsi tous les châtrés de ces
comédies en musique que le cardinal Mazarin faisoit jouer. Feu madame
de Longueville s'avisa la première, ne voulant pas prononcer le mot de
châtré, de dire _cet incommodé_, en montrant un châtré qui chantoit
fort bien, et qui vint à la cour du temps du cardinal de Richelieu.
«Mon Dieu, disoit-elle à mademoiselle de Senecterre, que cet
_incommodé_ chante bien!»

  [195] C'est Berthod, mais on prononce Bertaut. (T.)

Ce petit Bertaut fait des vers, mais pas trop bien, et c'est un grand
diseur de fleurettes. Quand la cour alla à Poitiers, en 1652, un nommé
Du Temple, qui a la plus belle femme de la ville, et qui est fort
jaloux, alla au-devant des fourriers, pour les prier de lui donner M.
Bertaut; il entendoit Bertaut _l'incommodé_; mais il n'y étoit pas;
eux lui dirent: _Volontiers_. Il alla faire un tour je ne sais où, et
quand il arriva chez lui, il trouva un petit jeune homme qui disoit
des douceurs à sa femme.



LE MARÉCHAL DE GUÉBRIANT[196].


Le maréchal de Guébriant étoit de Bretagne, et bien gentilhomme. Il
avoit étudié, et, s'il eût eu assez de bien pour cela, il auroit été
conseiller à Rennes; mais il n'avoit que deux mille livres de rente.

  [196] Jean-Baptiste Budes, comte de Guébriant, maréchal de
  France, né en 1602, mort en 1643.

Un jour, étant à Paris, la nuit il entendit du bruit dans la rue,
comme de gens qui se battoient; il descendit, et, voyant un homme
assez mal accompagné attaqué de plusieurs autres, il se met du côté du
plus foible, et le tire de leurs mains: c'étoit le baron Du Bec[197]
que le marquis de Praslin, qui fut tué à la bataille de Sedan,
assassinoit par jalousie; car ils étoient rivaux, et le baron étoit
mieux traité que lui. On reconnut ensuite l'épée du marquis[198], qui
étoit demeurée sur la place. Guébriant dit au baron que s'il
découvroit jamais qui lui avoit fait un si lâche tour, et qu'il s'en
voulut ressentir, il le prioit de lui faire l'honneur de le prendre
pour son second. En effet, ils se battirent et ils eurent
l'avantage[199].

  [197] La maison du Bec Crespin, en Normandie, est une bonne
  maison; ils viennent des Grimaldi, de la famille du prince de
  Monaco. (T.)

  [198] Le marquis de Praslin étoit brave, mais méchant; il
  empoisonna avec de l'antimoine je ne sais combien de _Wourmans_
  en Hollande; il en avoit été battu en je ne sais quelle
  rencontre, où il avoit fait l'insolent. (T.)

  [199] Je pense que Guébriant eut tout l'honneur du combat, car le
  baron étoit méchant soldat: témoin La Capelle, qu'il défendit si
  mal.

     (T.)

Ce duel obligea le baron à se retirer à la campagne chez sa soeur
qui étoit nouvellement démariée d'avec M. des Spy (ou _Chepy_),
homme de qualité. Cette affaire ne fut pas trop honorable à la
dame; car elle dura dix ans, et elle est retournée plus d'une fois
avec son mari. Enfin, il consentit à la dissolution, et épousa une
fille. En ayant eu un enfant, il envoya prier mademoiselle Du Bec
de la présenter au baptême. Elle répondit qu'elle le feroit
volontiers, si elle croyait que cet enfant fût de lui. Elle s'éprit
de Guébriant, qui étoit bien fait, l'épousa et lui acheta une
compagnie aux gardes: elle avoit peut-être cinquante mille écus de
bien.

Durant le désordre de Corbie, il se jeta dans Guise, et rendit par
ce moyen un grand service, car la place eût été attaquée et prise
sans ce secours. Au retour de là, sa femme, qui a toujours eu de
l'ambition, et qui vouloit pousser son mari, crut qu'il en falloit
faire un _titolado_[200]; et, pour le faire appeler _Monsieur le
comte_, elle s'avisa de feindre qu'elle avoit perdu un chien, et
fit dire au prône que quiconque l'auroit trouvé le portât chez M.
le comte de Guébriant.

  [200] Un homme titré.

Après cela, Guébriant fut envoyé dans la Valteline avec qualité de
maréchal-de-camp. Il dit d'abord à M. de Rohan qui y commandoit:
«Monsieur, je suis assuré que je vous obéirai bien; mais je vous avoue
que je ne sais point le métier de maréchal-de-camp: daignez prendre la
peine de m'instruire.» Cela plut fort à M. de Rohan.

Depuis, il fut envoyé en Allemagne mener un secours de deux mille
hommes au duc de Weimar, qui, voulant avoir deux maréchaux-de-camp
françois, demanda Guébriant, sur le témoignage que M. de Rohan lui en
rendit, quand il le fut trouver un peu avant la bataille de
Rheinfelden.

Le duc de Weimar fit bien voir le cas qu'il en faisoit, car il lui
laissa en mourant[201] son cheval et ses armes. Il oublioit son épée;
mais Feret, son secrétaire françois, l'en fit ressouvenir, et il la
lui laissa aussi. Guébriant, que nous appellerons _le comte de
Guébriant_, par respect et par politique, ne voulut jamais monter sur
ce cheval, et le faisoit même mener en main à l'abreuvoir. Cela lui
gagna terriblement le coeur des Weimariens; car, quand ils voyoient
passer ce cheval, ils lui ôtoient le chapeau.

  [201] Bernard de Saxe, duc de Weimar, mourut de la peste, le 18
  juillet 1639. On prétend qu'il fut empoisonné.

Feret, secrétaire françois du duc de Weimar, dit qu'il légua bien ses
armes à Guébriant, mais qu'il légua son cheval au Roi, et qu'il fut
amené à la grande écurie. Il lui avoit coûté trois mille livres. Il
étoit fort doux pour Weimar; mais, il ne vouloit point souffrir qu'un
autre le montât, au moins y avoit-on bien de la peine. Guébriant le
monta, dit Le Laboureur, et après sa mort il fut mené chez le Roi, où
il est mort[202].

  [202] Ce cheval s'appeloit _le Rabe_, en allemand _le Corbeau_.
  «Le comte, dit Le Laboureur, le monta dans tous les combats où il
  se trouva depuis, où l'on a pu dire qu'il combattoit sous son
  maître, puisque l'on a souvent remarqué qu'il accabloit des
  ennemis sous ses pieds, ou bien qu'il les mordoit à sang. Il a
  souvent rapporté des blessures qui n'ont pas été sans récompense,
  puisque le comte, son maître, le voyant vieillors de sa
  mort......... le laissa au Roi par testament, et pria Sa Majesté
  de le faire nourrir le reste de sa vie dans sa grand'écurie. Il
  étoit fort gros et grand; il avoit l'encolure courte et ramassée,
  la tête grosse, et étoit entier.» (_Histoire du maréchal de
  Guébriant_; Paris, 1656, in-folio, p. 128.)

Le comte commanda cette armée en la place du duc de Weimar. Sa feinte
ivrognerie lui servit aussi beaucoup; car, quoiqu'il ne bût
d'ordinaire que de l'eau, avec eux pourtant il faisoit la débauche, et
escamotoit si adroitement qu'il leur faisoit accroire qu'il
s'enivroit, puis il se laissoit tomber sous la table[203]. On dit
qu'ils en étoient charmés.

  [203] Le duc de Weimar avoit deux buveurs d'eau maréchaux
  de-camp, Guébriant et Montausier. (T.)

Il défit Lamboy, et fut fait maréchal de France, du temps que le
cardinal de Richelieu avoit M. Le Grand et toute sa cabale sur les
bras. En reconnoissance de la dignité qu'il venoit d'avoir, il envoya
assurer le cardinal à Perpignan que lui et tous ceux qu'il commandoit
étoient à son service; qu'ils se rendroient où il voudroit à point
nommé.

On dit que ce fut M. de Chavigny qui le proposa au cardinal pour
gouverneur du Roi, et que le cardinal avoit dessein de lui donner cet
emploi.

M. de Noirmoutier en conte une chose qui me l'auroit bien fait estimer
autant qu'autre qu'il ait faite. «Un peu avant sa mort, disoit-il, moi
qui étois maréchal-de-camp dans les troupes de Rantzau en Allemagne,
je lui écrivis pour quelque affaire, et lui donnois du _monseigneur_.
La première fois qu'il me rencontra, il me dit que je me faisois tort,
et qu'il me prioit de ne plus le traiter ainsi. Je répondis que je lui
devois cela, que je le reconnoissois pour chef de la noblesse, et que
tous les gentilshommes qui ne donneroient pas du _monseigneur_ à
messieurs les maréchaux de France, se feroient tort à eux-mêmes.--Pour
moi, répliqua-t-il, je n'ai eu cette dignité que par pur bonheur, et
une personne de la maison de La Trimouille[204] ne me doit point
donner du _monseigneur_. M. le marquis de Montausier, qui est
maréchal-de-camp sous moi, ne m'écrit que _monsieur_, et si vous me
traitez autrement, vous m'obligerez à me plaindre de lui: enfin, je
brûlerai vos lettres, si vous ne me promettez ce que je vous demande,
et je vous en serai infiniment obligé.» Je ne crois pas que M. de
Noirmoutier lui ait écrit depuis, car le maréchal fut tué
malheureusement au siége de Rothweil, peu de temps après. La Reine,
car c'étoit au commencement de la régence, alla voir la maréchale, et
on enterra le maréchal dans Notre-Dame[205], honneur qu'on n'avoit
fait encore qu'au maréchal de Brissac.

  [204] Noirmoutier en est. (T.)

  [205] Cette cérémonie eut lieu dans l'église Notre-Dame de Paris,
  le 8 juin 1644. L'Oraison funèbre du maréchal y fut prononcée par
  Grillié, évêque d'Uzès. Imprimée en 1656 dans le même format que
  l'histoire du maréchal, elle y est ordinairement réunie.



MADAME D'ATIS.


Madame D'Atis avoit été jolie en sa jeunesse, et on en avoit un peu
médit. Son mari, qui étoit Viole[206], avoit toujours maille à partir
avec elle, et il engrossoit toujours quelque servante; cependant elle
en parloit comme d'un Mausole. «Je l'aimois si fort, disoit-elle (car
il n'y eut jamais une créature plus _phébus_), que si j'eusse pu, me
faisant servante, le faire empereur, je l'eusse fait; je lui étois
attachée par de si beaux liens que la chair et le sang n'y avoient
aucune part.»

  [206] C'est une maison de robe et d'épée tout ensemble.
  (T.)--C'étoit une famille du Parlement de Paris.

Un jour qu'on parloit du cardinal de Richelieu: «C'étoit un grand
génie, dit-elle; mais la grande connoissance qu'il avoit du mérite des
hommes m'a coûté bien cher; il choisit M. d'Atis, et il ne pouvoit
faire autrement, pour aller établir le roi de Portugal.» La vérité
est qu'Atis avoit fait ici un grand exploit, car il avoit tué un des
portiers du Pont-Rouge pour ne pas payer un double. Il alla en
Portugal, où la disette de gens le fit considérer; il y fut tué
commandant quelques corps de François en petit nombre. Après sa mort,
le Roi envoya son ordre à son fils, et donna pension à la mère. Elle
se disoit veuve d'un général d'armée et d'un gouverneur de province;
et, allant consoler madame la maréchale de Guébriant, c'étoit environ
en même temps: «Ah! madame, lui dit-elle, vous avez perdu le héros du
Rhin, et moi j'ai perdu le héros du Tage!» Or, comme elle faisoit chez
elle l'oraison funèbre de son héros, dont elle ne faisoit que
d'apprendre la perte, sa soeur Du Menillet, autre savante, s'amusoit
avec quelqu'un au coin du feu à démêler l'intrigue du Cid.

Elle faisoit, disoit-elle, lit à part, quoiqu'elle n'eût qu'un seul
enfant, parce que M. D'Atis étoit d'une trop bonne maison pour faire
des gueux. Jamais elle n'a appelé sa cuisine, quoique fort médiocre,
que des offices. Elle a montré vingt ans durant jusqu'à sa mort le
plan d'une maison magnifique qu'elle devoit faire bâtir. Un jour
qu'elle parloit de cela, je ne sais quel sot, car il falloit qu'elle
rencontrât une fois en sa vie quelqu'un qui lui damât le pion en fait
de phébus, je ne sais quel impertinent, voyant que son fils avoit été
taillé, lui dit sérieusement, pensant lui dire une belle chose, que
tout contribuoit à contenter la passion qu'elle avoit de bâtir, et
qu'il n'y avoit pas même jusqu'aux reins de monsieur son fils qui ne
lui voulussent fournir des pierres pour ses bâtiments.

Ce fils étoit assez grand et assez débauché. Elle ne le vouloit pas
laisser aller à la guerre: il s'en alla un beau matin en Hollande sans
lui dire adieu: «Ah! disoit-elle, il étoit bien difficile de retenir
ce jeune lion.» En Hollande, il empruntoit de l'argent à l'ambassadeur
de Portugal, et disoit: «Ma putain de mère ne me donne rien.» De là il
alla en Portugal, où il mourut de trois coups d'épée, après avoir tué,
à ce qu'elle dit, le capitaine d'une compagnie de chevau-légers et mis
le lieutenant hors de combat. On le voulut porter dans un couvent de
religieux là auprès. Ces religieux ne vouloient recevoir personne;
mais, dès qu'il se fut nommé: «C'est, dirent-ils, le fils de ce
généreux François? qu'il vienne.» Il mourut là de ses blessures, qui
étoient toutes par devant. «Le père et le fils, ajoutoit-elle, me
coûtent plus de cent mille livres, et je perds la terre d'Atis, qui
étoit substituée à ce pauvre garçon.»

Elle, qui s'en étoit plainte mille et mille fois durant sa vie, après
qu'il fut mort, en disoit des merveilles; c'étoit la plus grande perte
du monde. «Il me dit, disoit-elle, un peu devant que de s'en aller,
une chose qui mérite d'être gravée en lettres d'or sur le marbre. Je
lui reprochois ses dettes; il me dit: Je n'en ferai plus; mais,
promettez-moi de payer celles que j'ai faites; car, quoique je n'aie
pas l'âge, il n'y a point de minorité devant Dieu.»

Elle disoit d'un pauvre livre du père Du Bosc sur la matière de la
grâce, dont l'épître au cardinal Mazarin avoit été toute refaite par
Patru: «Le livre est bon, mais l'épître est ridicule.» Elle disoit au
même père Du Bosc: «C'est l'opinion de _Molinus_.--Vous m'excuserez,
répondit-il, c'est celle de _Jansenia_.»

Je fus une fois chez elle avec Patru; elle nous dit qu'une sotte
femme qu'on appeloit madame d'Atis (elle ne croyoit pas dire si vrai),
«avoit fait deux réflexions sur le cardinal Mazarin: l'une, qu'il
avoit inventé le _hoc_, que la France étoit bien malheureuse d'être
gouvernée par un homme qui avoit le loisir d'inventer des jeux;
l'autre, qu'il avoit mis sa bibliothèque au-dessus de ses écuries, et
que c'étoit parfumer les Muses avec du fumier.»

Elle mourut en 1656, et un certain pédant gascon, nommé Solon, qui
étoit son domestique, on ne sait pourquoi, prit la peine de voler sa
cassette quand il vit la dame à l'extrémité.



M. DE BELLEY[207].


L'évêque de Belley étoit fils d'un M. Le Camus-Pont-Carré, qui avoit
été intendant des finances. Quand il étoit à son évêché, en Bresse, il
voyoit M. de Genève, François de Sales, qu'on a béatifié depuis. Ce
saint homme un jour s'étant plaint à lui de ce qu'il n'avoit plus de
mémoire: «Pour moi, lui dit-il, j'ai autant de mémoire que jamais,
mais je manque un peu de jugement.--Vraiment! dit l'autre, vous êtes
un vrai Israélite auquel il n'y a point de fraude[208].»

  [207] Jean-Pierre Camus, évêque de Belley, né à Paris en 1582,
  mort en 1652.

  [208] Cet aveu naïf, qui n'est pas sans fondement, est bien dans
  le caractère de simplicité de ce vertueux prélat.

En prêchant à Saint-Magloire, le jour de ce saint, il prit ce texte:
_Meam gloriam non dabo_ (je ne donnerai point ma gloire); et il joua
toujours là-dessus.

Une fois, en prêchant devant M. d'Orléans, il dit que les bonnes
intentions ne suffisoient pas; que cela étoit bon pour Dieu, en qui
vouloir et faire n'étoient qu'une même chose. «Par exemple,
monseigneur, on dira quand vous n'y serez plus, car les princes
meurent comme les autres hommes: M. d'Orléans avoit les meilleures
intentions du monde, mais il n'a jamais su rien faire qui vaille.» Il
y avoit là quelques évêques qui firent ce qu'ils purent pour irriter
M. d'Orléans; au lieu de cela, il manda à M. de Belley qu'il l'iroit
encore entendre le lendemain. Le bonhomme se douta de quelque chose,
ou peut-être en eut-il avis. Il prêcha, et se mit à parler des curés.
«Quand un curé ne réside point, qu'il ne veut point obéir, on a
recours à monseigneur son évêque; on écrit à monseigneur à Paris,
qu'un tel, etc. Monseigneur fulmine, etc. Voilà qui est bien, cela;
voilà qui est selon les canons. Mais monseigneur le prélat qui ne
résidez point, que peut-on dire de vous?» M. d'Orléans rioit comme un
fou, et les pauvres évêques, car ils y étoient, étoient dans la plus
grande confusion du monde.

Enfin, il permuta son évêché pour d'autres bénéfices de peu de valeur;
mais ce ne fut pas pour faire le courtisan à Paris. Il avoit du bien
de patrimoine; il en épargnoit tout le revenu à cinq cents livres
près, et, avec celui de ses bénéfices, il le donnoit tout aux pauvres.
De ces cinq cents livres, il payoit pension à l'hôpital des
Incurables, où il s'étoit retiré pour assister les malades. Il n'y
avoit point de valet, couchoit sur une paillasse piquée; un de ceux de
la maison le servoit, et avoit soin de lui donner un caleçon des
pauvres quand il falloit mettre le sien à la lessive, car le bon
prélat n'en avoit qu'un. Il se retiroit à cinq heures, et personne ne
le voyoit; il alloit l'été passer quelques jours chez M. de Liancourt,
et ailleurs étoit toujours gai, mais se retiroit régulièrement à cinq
heures.

Les moines, qui le haïssoient comme la peste, à cause du livre
intitulé: _De l'ouvrage des Moines_[209], qu'il a fait contre eux, ont
épluché bien exactement sa vie; mais ils n'y ont jamais trouvé à
mordre.

  [209] C'est un Commentaire sur le livre de saint Augustin. (T.)

Il lui prit une fantaisie autrefois de faire des romans spirituels
pour détourner de lire les profanes. Cette vision lui vint quand
_l'Astrée_ commença à paroître. Il faisoit un petit roman en une nuit,
et il en a beaucoup fait. C'est un des hommes de France qui a le plus
fait de volumes.

Il prêchoit un peu à la manière d'Italie; il bouffonne sans avoir
dessein de bouffonner; il fait des pantalonnades quelquefois; mais il
reprend bien les vices, et est toujours dans le bon sens. Un jour, il
rencontra en son chemin le chevalier Bayard; il ne fit plus que parler
de lui, et oublia tout le reste. Une autre fois il fit je ne sais
quelle comparaison d'un berger qui paissoit ses brebis dans un vallon;
il se mit à décrire ce vallon, puis un bois, puis un ruisseau, et à la
fin, revenant à lui: «Messieurs, dit-il, je vous ai menés bien loin;
mais je vous y ai menés par des chemins bien agréables.»

Le cardinal de Richelieu lui envoya un brevet de conseiller d'État, et
ensuite deux mille francs pour une année de sa pension; il les
refusa. «Ah! dit le cardinal, je ne le croyois pas si désintéressé!»
Et ensuite il l'envoya chercher: «Il faut que nous vous canonisions,
monsieur de Belley, lui dit-il.--Je le voudrois, monseigneur, nous
serions tous deux contents; vous seriez pape, et je serois saint.»

Il refusa un évêché que M. de Chavigny lui vouloit faire donner,
disant qu'il en étoit indigne, et que c'étoit pour cela qu'il s'étoit
défait du sien.

Le cardinal de Richelieu, qui avoit trouvé cet homme plaisant,
l'envoyoit quelquefois quérir, même de Ruel, quand il étoit las de
Bois-Robert et de tous les autres divertissements; car bien souvent il
lui est arrivé de dire à Bois-Robert: «Ah! mon Dieu! le méchant
bouffon! mais ne sauriez-vous me faire rire?» C'étoit comme ce noble
Vénitien qui disoit: _Sta cosa è troppo seria, buffon malinconico, fa
me rider_. Il envoyoit aussi chercher quelquefois le père Bernard, qui
étoit un fou de dévotion, et lui faisoit conter l'histoire des
prisonniers et des pendus qu'il avoit assistés au supplice. Ce père
Bernard avoit été autrefois très-débauché; puis il s'étoit jeté dans
la dévotion, faute de bien, et son zèle et son emportement l'avoient
canonisé parmi le peuple avant sa mort. Il prêchoit dans les salles et
sur l'escalier de la Charité, et une fois il dit: «Il faut finir, car
voilà l'heure qu'on va pendre un pauvre _passement d'argent_, et se
mit à crier un demi-quart-d'heure: _Passement[210] d'argent_. A sa
mort on vendit trois ou quatre guenilles qu'il avoit au poids de l'or.
Il avoit laissé ses souliers à un pauvre homme; les dames les lui
mirent en pièces pour en avoir chacune un morceau, et lui donnèrent de
quoi avoir des souliers pour le reste de sa vie. Pour faire le conte
bon, on disoit qu'une d'elles avoit acheté son prépuce tout ce qu'on
avoit voulu. Quelque temps durant, on disoit qu'il se faisoit des
miracles à son tombeau; enfin, cela se dissipa peu à peu. Il disoit
que le cardinal l'avoit reçu comme un prêtre, et M. le chancelier
comme un valet de bourreau.

  [210] Il faut l'_e_ ouvert. (T.)

Revenons à M. de Belley. Quand M. d'Orléans alla loger au Luxembourg,
il le fit prêcher. Cela ne lui étoit arrivé il y avoit long-temps, car
les moines avoient eu assez de crédit pour lui faire défendre la
chaire. On dit que M. d'Orléans, le jour de la Passion, étant au
sermon entre La Rivière et Tuboeuf, qui étoient pourtant assez
éloignés de lui, il dit, comme s'il eût parlé à Jésus-Christ: «Je vous
vois là, Monseigneur, entre deux brigands.» Prêchant le Carême dans le
cabinet de Madame, en parlant des femmes qui se faisoient porter leur
robe: «Je conseillerois, dit-il, aux pages et aux laquais qui leur
lèvent la queue, de leur lever aussi la chemise, et de leur donner le
fouet.»

Ayant vu prêcher M. de Grasse sur la matière de la grâce, il dit:

     Voilà un sermon de la Grâce,
     Prononcé de fort bonne grâce
     Par monsieur l'évêque de Grasse,
     Qui n'a pas la mine trop grasse.

Il persévéra et mourut aux Incurables en 1652.



M. PAVILLON[211].


Je dirai un mot de M. Pavillon de Paris, évêque d'Alet en Languedoc,
qui n'a d'ordinaire ni cheval ni mule, et donne tout son revenu aux
pauvres. Il apaise les querelles, il court après les gentilshommes qui
ont pris la campagne. Ce n'est point un cagot. Un seigneur de son
diocèse, homme de coeur, se vouloit retirer du monde: «Gardez-vous-en
bien, lui dit-il, vous êtes utile au monde, vous y donnerez bon
exemple, vous apaiserez les querelles.» Et en effet, il l'y fit
demeurer.

  [211] Nicolas Pavillon, évêque d'Alais (que Tallemant et ses
  contemporains écrivoient autrement), mourut le 8 décembre 1677.
  Ce vertueux prélat résista avec beaucoup de force aux entreprises
  de Louis XIV, pour l'extension de la régale.



M. GAUFFRE.


Un maître des comptes, fils d'un procureur des comptes, nommé Gauffre,
prit la place du père Bernard, et fit son Oraison funèbre, où il
concluoit toujours que le Père Bernard étoit fou, sans expliquer
autrement que c'étoit _stultus propter Christum_. Ce M. Gauffre étoit
amoureux d'une femme, qui depuis a été madame de Mauric[212], et par
désespoir il se jeta dans la dévotion. Ce qu'il a fait de plus
remarquable, c'est que s'étant commis un meurtre dans Notre-Dame, il
fit l'amende honorable pour le criminel qu'on ne tenoit pas, et fut la
corde au cou dans l'église.

  [212] M. de Mauric étoit un vieux conseiller d'Etat. (T.)



LE GÉNÉRAL DES CAPUCINS.


Il passa, en 1647, un Italien à Paris qui étoit général des Capucins,
et en grande réputation de sainteté. Le pape Innocent X lui avoit
ordonné de donner sa bénédiction à quiconque la lui demanderoit. Le
peuple étoit si persuadé de la sainteté de cet homme, qu'il lui fallut
donner des gardes pour empêcher qu'on ne lui coupât tous ses habits;
mais il ne faut pas s'étonner de cela après ce que je m'en vais
écrire.

Il y avoit sur le pont Notre-Dame une enseigne de Notre-Dame, comme il
y en a en plusieurs lieux; durant un grand vent, je ne sais quels sots
se mirent en tête qu'ils avoient vu cette image aller d'un bout à
l'autre du fer où elle étoit pendue; chose qui ne se pouvoit
naturellement, car le vent peut bien faire aller une enseigne de côté
et d'autre, ou l'arracher tout-à-fait, mais non pas la faire couler
le long de ce fer. Après cela, ils s'imaginèrent qu'elle avoit pleuré
et jeté du sang; enfin cela alla si loin, que M. de Paris fut
contraint de se la faire apporter, de peur qu'on n'en fît une
Notre-Dame à miracles. Pour une bonne fois, il devoit défendre de
mettre des choses saintes aux enseignes, comme la Trinité et autres
semblables.

Un fou de cabaretier de la rue Montmartre avoit pris pour enseigne la
_Tête-Dieu_; le feu curé de Saint-Eustache eut bien de la peine à la
lui faire ôter: il fallut une condamnation pour cela.



LE MARÉCHAL DE L'HOPITAL.


Il est le second fils de M. de Vitry, qui quitta le parti de la Ligue
le premier; l'aîné fut le maréchal de Vitry. Depuis étant bien avec
Henri IV, dont il étoit capitaine des gardes, comme il appeloit ses
deux fils François et Nicolas, le Roi ne les appeloit jamais
autrement.

Le père, sur ses vieux jours, s'étant retiré, Nicolas, puisque Nicolas
y a, fut si fou que de quitter l'abbaye de Sainte-Geneviève, dont il
étoit pourvu, et l'assurance de l'évêché de Meaux. On dit qu'il eût eu
cent vingt mille livres de rente en biens d'église, et cela à Paris,
ou aux portes de Paris, pour se contenter d'une légitime de quatre
mille livres de rente tout au plus; mais il se sentoit porté aux
armes. Dans ce dessein, toutes choses étant paisibles en France, il
demanda la permission à son père d'aller voyager, en attendant les
occasions de guerre que la France lui présenteroit, et que ce seroit
toujours du temps utilement employé. «Je commencerai, ajouta-t-il par
l'Espagne, si vous le trouvez à propos.» Le père y consent; mais il
l'avertit de prendre garde d'être reconnu, «car vous savez bien,
ajouta-t-il, que j'ai donné autrefois un soufflet à un seigneur
espagnol, en présence de la boiteuse de Montpensier, à Paris, parce
qu'il m'accusoit de n'être pas ferme dans le parti.» Ce seigneur est
d'âge à vivre encore, et apparemment il sera à la cour. A Madrid, ce
même seigneur reconnut un gentilhomme nommé le capitaine Champagne,
qui étoit avec M. Du Hallier (c'est ainsi qu'on appeloit alors le
maréchal). Il avoit vu ce capitaine avec M. de Vitry, durant la Ligue.
L'Espagnol lui fit de grandes caresses, et voulut savoir où logeoit
son maître; le capitaine le lui dit, ne croyant pas qu'on pût deviner
qu'il étoit fils de M. de Vitry; mais l'Espagnol pénétra cela
aisément, l'alla voir le lendemain, et lui fit tant de civilités et
d'offres de service, que M. Du Hallier, en lui rendant sa visite, ne
put se cacher plus long-temps, et lui dit son nom et son dessein, et
qu'avant huit ou dix jours il faisoit état de partir pour aller voir
toutes les belles villes d'Espagne. Ce seigneur le régala, et le jour
de son départ, après lui avoir fait des excuses de ne pouvoir
l'accompagner à cause qu'il étoit obligé de suivre le Roi, il lui
laissa un paquet plein de lettres du Roi à tous les gouverneurs des
lieux où notre voyageur devoit passer. Partout on lui rendoit mille
honneurs, et enfin il fut obligé de passer incognito.

J'ai dit ailleurs que ce fut lui qui tua le maréchal d'Ancre.
Lauzières, cadet de Themines, disoit tout haut, parlant du maréchal de
Vitry: «Ne me donnera-t-on jamais personne à assassiner traîtreusement
et méchamment pour me faire après maréchal de France?»

La grande fortune des deux frères vient de cette belle action, car,
sans parler de l'aîné, M. de L'Hôpital a gagné à la cour quarante
mille écus de rente. Sa femme, à la vérité, avoit quelque chose. Il a
eu plusieurs emplois; il a été gouverneur de Bresse et de Lorraine,
ensuite commandé de petites armées avant que d'être maréchal de
France. C'est un homme d'humeur douce, sévère à ceux qui s'en font
accroire, et qui a empêché le désordre quand il a eu l'autorité. Il
est d'une conversation médiocre, et il conte naïvement ce qu'il a vu
et ce qui lui est arrivé, comme quand il dit que les gens du poil
(roux) dont il avoit été en sa jeunesse avoient de l'avantage quand
ils vieillissoient. C'est un vieillard qui n'a pas mauvaise mine; mais
il ne l'a pas fort relevée, et c'est un génie assez médiocre pour
toutes choses, mais pitoyable sur le chapitre de l'amour.

Il a été fou d'une certaine madame de Vilaine, vilaine de nom et
d'effet, et jusque-là que trois ou quatre jeunes gens de la cour
ayant, par folie, gage à qui en feroit le plus en une nuit, après
avoir pris des drogues pour cela, on dit que ce fut elle qui leur
servit de quintaine. Il en mourut deux, je pense, et les autres furent
bien malades.

Il fut comme accordé avec une soeur du maréchal d'Aumont
d'aujourd'hui, veuve de M. de Sceaux[213], secrétaire d'État, belle,
jeune, et qui avoit cent mille écus et un douaire de huit mille livres
par an. Il n'y avoit plus qu'à signer; il y alloit, quand il trouva
madame de Vilaine en chemin, qui, l'appelant _infidèle Birène_[214],
le fit revenir, et il s'envoya excuser. Cette veuve épousa depuis le
comte de Lannoi[215], et leur fille a été la première femme de M.
d'Elbeuf[216] d'aujourd'hui. Cette madame de Vilaine le posséda encore
trois ans. Cette femme devint grosse durant l'exil de son mari, car il
fut relégué à Raguse. Pour couvrir cela, elle fit le voyage, et ne
revint qu'après être accouchée. On ne disputa point l'état de son
fils. C'est ce fou de marquis de Vilaine que nous voyons partout. Ce
n'est pas le vrai Vilaine du pays du Maine; ils sont de la ville, mais
de famille ancienne: le père avoit été de quelque cabale. Pour
l'accompagner à Raguse, elle mena avec elle un Italien nommé Benaglia,
commis de M. Lumagne. Ce garçon, qui n'avoit vu père ni mère depuis
vingt-cinq ans, passa aux portes de leur ville sans y entrer, disant
que ce n'étoit pas pour cela qu'il étoit venu en Italie. On conte de
lui que quand on le menoit pour deux mois aux champs, il portoit
soixante paires de chaussons, et ainsi du reste. Il fut deux ans sans
parler, puis tout d'un coup il parla fort bien françois; on s'en
étonna. «C'est, dit-il, que je n'ai point voulu parler que je ne susse
bien la langue.»

  [213] Anne d'Aumont, veuve d'Antoine Potier, seigneur de Sceaux.

  [214] Allusion à la princesse Olympie, abandonnée par Birène sur
  une plage déserte. (_Orlando furioso, canto 10._)

  [215] Charles, comte de Lannoi, conseiller d'État, premier
  maître-d'hôtel du Roi, gouverneur de Montreuil, mourut en 1649.

  [216] Charles de Lorraine, duc d'Elbeuf, épousa, en 1648, Anne
  Élizabeth, comtesse de Lannoy, veuve de Henri Roger Du Plessis,
  comte de La Roche-Guyon. Il la perdit le 3 octobre 1654.

Après cela, il devint amoureux de madame Des Essars[217], que le
cardinal de Guise, à ce qu'elle prétendoit, venoit de laisser veuve
avec trois ou quatre enfants: l'abbé de Chailly, le comte de
Romorantin, le chevalier de Lorraine et madame de Rhodes[218]. Pour
l'amour d'elle, le cardinal de Guise donna un soufflet à M. de Nevers
dans la contestation du prieuré de La Charité, où elle avoit quelques
prétentions pour son fils[219].

  [217] Charlotte Des Essars, dame de Sautour, comtesse de
  Romorantin, mariée au maréchal de L'Hôpital.

  [218] _Voyez_ Dreux Du Radier, _Histoire des reines et régentes_,
  article de Charlotte Des Essars, comtesse de Romorantin.

  [219] Voyez _les mémoires de Marolles_, pag. 45 de l'édition
  in-folio, et Dreux Du Radier au lieu déjà cité.

C'est d'elle que veut parler Maynard quand il dit:

     Et la pauvrette s'est donnée
     D'un ... tout au travers du corps;

car on dit que, pour se consoler de la mort du cardinal, elle coucha
avec un valet-de-chambre qui lui ressembloit. Elle étoit fille de
madame de Cheny, de la maison de Harlay[220], qui étant veuve eut une
galanterie avec un M. de Sautour de Champagne, d'où vint madame Des
Essars, qui se disoit légitime, mais il n'y avoit jamais eu de
mariage.

  [220] Charlotte de Harlay, veuve de Jean de La Rivière, seigneur
  de Cheny, bailly de Sens, étoit fille de Louis de Harlay,
  seigneur de Cesy et de Champvallon, et de Louise de Carre (ou
  Car), dame de Saint-Quentin. D'après le Père Anselme, qui n'est
  pas suspecté de trop de complaisance, elle auroit épousé François
  Des Essars, seigneur de Sautour, lieutenant de roi en Champagne,
  et de cette alliance seroit issue la comtesse de Romorantin.
  Tallemant est d'une opinion contraire.

Beaumont-Harlay, allant en ambassade en Angleterre, y mena sa femme
et cette fille aussi qu'il tira de religion: elle s'appeloit
alors mademoiselle de La Haye; elle devint grande et si belle
qu'il n'y avoit que madame Quelin et madame la Princesse qui en
approchassent[221]. Elle eut deux filles, madame de Fontevrault et
madame de Chelles[222]. Madame la Princesse avoit plus d'agrément que
pas une, mais les deux autres étoient plus belles: madame de
Beaumont[223] en étoit terriblement jalouse.

  [221] Voir tome 1, p. 105 et 106.

  [222] Marie Moreau, femme de Nicolas de Harlay, seigneur de Sanci
  et de Beaumont, ambassadeur en Allemagne et en Angleterre,
  colonel-général des Suisses, etc., etc. Elle mourut en 1629.

  [223] La comtesse de Romorantin eut deux filles du Roi,
  Jeanne-Baptiste de Bourbon, abbesse de Fontevrault, en 1637, et
  Marie Henriette de Bourbon, abbesse de Chelles, en 1627. (_Voyez_
  le Père Anselme, t. 1, p. 151.)

Henri IV, dès le temps que mademoiselle de La Haye étoit en
Angleterre, ouït parler de cette beauté; quand elle fut ici, il fit
son traité pour trente mille écus, je pense; après cela elle se nomma
madame Des Essars, disant que c'étoit une terre de M. de Sautour, son
père. On dit qu'elle se faisoit frotter par tout le corps par trois ou
quatre gros coquins, et après, les pores étant bien ouverts, elle
s'oignoit depuis les pieds jusqu'à la tête de cette pommade qu'on
appelle encore _la pommade de madame Des Essars_: rien ne fait la
peau si douce.

Elle avoit une antipathie naturelle pour les châtrés, et quand elle en
voyoit un, si elle ne s'évanouissoit pas, il ne s'en falloit guère.

Le feu Roi voyant M. Du Hallier épris de cette femme, dit: «Il ne
sauroit aimer qu'une _vilaine_.» Ce n'étoit que pour l'âme cette
fois-là, car elle étoit encore belle. Comme il ne se pouvoit résoudre
à l'épouser, elle l'alla trouver sur le chemin de Lyon, quand le Roi y
fut si malade, et le soir après souper, quand ils furent seuls, elle
prit un couteau, et lui dit qu'elle le tueroit, s'il ne lui promettoit
de l'épouser le lendemain matin; il le promit; pensez que ce ne fut
pas par frayeur. En effet, il l'épousa, et disoit que p..... pour
p....., il aimoit mieux celle-là qu'une autre. Au sortir d'une grande
maladie, elle fut travaillée d'une insomnie qui dura long-temps. Un
jour, comme elle s'en plaignoit, un Jésuite assez gaillard, nommé le
Père Geoffroy, lui dit en riant: «Madame, j'ai remarqué qu'à mes
sermons vous n'en faisiez qu'un article: vous dormiez depuis le texte
jusqu'à la bénédiction; voulez-vous que nous voyions tout-à-l'heure
s'ils auroient encore la même vertu,» et en même temps, il dit: _In
nomine Domini_, etc. Il prêche, elle s'endort, et dormit toujours bien
depuis. Madame de Clermont d'Entragues, la bonne amie de madame de
Rambouillet, alloit sans cesse au sermon, et y dormoit aussi sans
cesse, puis ne dormoit point la nuit. On disoit que c'étoit la
personne du monde qui avoit le plus couru de sermons, et qui en avoit
le moins ouï.

Il a deux neveux qui ont aussi fait des mariages avec des personnes où
il y avoit à refaire. Persan-Bournonville a quitté une bonne abbaye
pour la Chazelle, et Vitry a épousé la petite de Rhodes, dont la
naissance étoit si peu certaine qu'il fallut donner vingt mille écus à
Senecterre pour l'empêcher de prendre requête civile.

La feue maréchale gouvernoit absolument son mari, lui faisoit traiter
ses enfants de princes: elle n'en a point eu de lui; et, pour frustrer
M. de Vitry, elle lui faisoit vendre ses terres et en acheter
d'autres, afin qu'ils fussent acquêts de la communauté. Il avoit même
accordé la petite de Romorantin, fille d'un fils de la maréchale, au
fils de M. de Brienne; mais, depuis, ce mariage se rompit.

Cette extravagante se faisoit servir sept à huit potages dans des
bassins, et après on apportoit un poulet d'Inde, deux poulets et une
fricassée, et au dessert, un fromage mou et des pommes ou des
confitures. Elle s'avisa, en 1650, de se vouloir purger au printemps,
et dit au fils de son apothicaire, dont le père venoit de mourir:
«Faites-moi une médecine comme votre père faisoit.» On ne sait si ce
garçon fit quelque quiproquo, mais tant il y a qu'elle y fut plus de
cinquante fois, fit bien du sang, et pensa rendre tripes et boyaux.
Enfin, elle mourut l'année suivante; son mari trouva assez de dettes,
à quoi il ne s'attendoit pas. Il n'y avoit point d'ordre avec cette
femme, et de plus, il lui falloit toujours quelqu'un qui sans doute
vouloit être bien payé. A Vitry, dont il étoit gouverneur particulier,
quoiqu'il fût seul lieutenant de roi sous M. le prince de Conti,
cette vieille _dagorne_[224] fit semblant de vouloir montrer quelque
chose à un jeune cavalier qui avoit dîné avec le maréchal; et quand
elle se vit seule avec ce garçon: «Tr...... moi, lui dit-elle.--Allez
au diable, vieille chienne, lui répondit-il; allez chercher ailleurs.»

  [224] _Dagorne_, terme populaire et injurieux qu'on dit à une
  femme vieille, laide et de mauvaise humeur. (_Dictionnaire de
  Trévoux._)



MENANT ET SA FILLE.


C'étoit un homme d'affaires dont on conte d'assez plaisantes choses.
Au commencement de sa fortune, il s'associa avec un nommé Alix. Menant
voulut tenir la bourse, et quand ce fut à rendre compte, il fit un si
gros cahier de frais que l'autre ne put s'empêcher d'en murmurer, et
de dire qu'il n'aimoit pas qu'on le dupât. Menant s'en tint si
offensé, qu'il lui dit qu'il le vouloit voir l'épée à la main:
«Volontiers,» dit l'autre. Les voilà bien échauffés: cependant ils
prennent six semaines de temps pour mettre ordre à leurs affaires;
pendant ce temps-là, Menant estocadoit tous les jours contre la
quenouille de son lit, et le jour du combat étant venu, ils vont tous
deux au Pré-aux-Clercs. Comme ils furent en présence, Menant demanda à
Alix s'il étoit en l'état où un homme de bien devoit être, et en même
temps il déboutonna son pourpoint; l'autre marchandoit: Menant
l'approche, et lui trouve une main de papier sur l'estomac. Le voilà
à l'appeler lâche et poltron; Alix lui répond qu'il eût été bien sot
de se mettre en danger pour une badinerie. «Le diable emporte le duel!
dit-il; j'aime mieux vous passer votre cahier, et ôtez-vous cette
folie de la tête.» Menant se laisse persuader, et de ce pas ils
allèrent déjeûner ensemble.

Long-temps après, Menant eut un grand procès contre un nommé Bajasson
et contre un nommé Parnajon. Cette affaire lui avoit tellement frappé
la cervelle, que la première chose qu'il disoit aux gens, c'étoit: «Je
ruinerai Bajasson, et je ferai pendre Parnajon.» Ce Bajasson avoit
marié sa fille avec feu M. Bignon, avocat-général au Parlement: cela
faisoit qu'il n'espéroit pas pouvoir le faire pendre. Enfin M. Bignon
avec Berger, frère de Menant, conseiller au Parlement, résolut de
faire un si gros compromis pour mettre cette affaire en arbitrage, que
personne ne s'en pût dédire. Pour tiers, il trouva ce M. Alix, dont
nous venons de parler. Alix, qui connoissoit le pélerin, leur remontra
que s'ils ne donnoient à Menant quelque chose plus qu'il ne lui
appartenoit, ils n'en viendroient jamais à bout. Cela fut fait comme
il l'avoit dit; mais Menant ne s'en contenta point, et ne se voulut
point tenir à la sentence arbitrale; il alléguoit pour ses raisons que
Bignon étoit un finet, Berger une grosse bête, et qu'Alix se souvenoit
peut-être de leur duel.

L'âge le rendit plus extravagant, et sur ses vieux jours il
s'imaginoit tous les ans, durant deux ou trois mois, qu'il étoit dans
le néant. Une fois, il alléguoit en pleine audience, pour une
ouverture à une requête civile, que sa partie avoit fait donner cet
arrêt pendant qu'il étoit dans son _néant_.

En colère contre Monceau, son gendre, et le frère de Monceau, gendre
de M. Rambouillet[225], parce qu'ils avoient pris la ferme des Aides
qu'il vouloit avoir, et le conseil le traitoit de fou, il alla trouver
M. Rambouillet, et lui dit qu'il avoit une petite grâce à lui
demander: «C'est que vous ne trouviez pas mauvais que je fasse pendre
votre gendre avec le mien, car ils ne valent rien tous deux.»

  [225] Ce financier célèbre étoit le père d'Antoine Rambouillet de
  La Sablière, auteur de madrigaux fins et spirituels, et mari de
  la célèbre madame de La Sablière. Le père avoit créé dans le
  hameau de Reuilly, au faubourg Saint-Antoine, un magnifique
  jardin, dont il ne reste plus que la porte d'entrée. Sa famille
  étoit alliée à celle de Tallemant; elle étoit tout-à-fait
  distincte de la maison d'Angennes de Rambouillet. (_Voyez_ la Vie
  de La Sablière à la tête de l'édition de ses _Poésies diverses_,
  publiées par M. Walckenaer; Paris, Nepveu, 1825.)

Il avoit prêté autrefois au feu Roi, dans une affaire pressante,
jusqu'à quatre cent mille livres, qui furent portées à l'Epargne.
Plusieurs fois, on lui voulut donner des assignations sur d'autres
fonds; mais il vouloit être payé à l'Epargne, où l'on ne paie que de
petites parties. Il s'y opiniâtra si bien qu'il n'en toucha jamais un
sou. Comme le feu Roi étoit à l'extrémité, Menant alla trouver
messieurs du conseil, et leur dit qu'ils n'avoient point de charité,
de laisser mourir le Roi sans faire restitution.

Il avoit une fille qui, dès l'âge de dix ans, fut cajolée par ce La
Vallée, qui a été depuis l'homme du Roi auprès du maréchal de La Mothe
en Catalogne. C'étoit un huguenot, fils d'un officier de feu M. le
prince de Condé, qui fut empoisonné à Saint-Jean d'Angely. Il avoit
gagné une gouvernante qui lui faisoit donner des rendez-vous par cet
enfant dans l'écurie. La mère n'étoit qu'une bête; la fille avoit
quatorze ans, et la chose étoit si publique qu'on ne croyoit pas que
personne voulût penser à une fille de qui on disoit tant de sottises.
Un des plus riches garçons de Charenton, nommé Monceau, y pensa. La
Vallée lui fit un jour belle peur, car comme il connoissoit toute la
cour, M. de Montmorency et M. de Monat lui prêtèrent des gens pour
épouvanter son rival; on en informa, et on passa outre. La mère du
garçon alla s'en conseiller à tous ses amis; personne ne lui conseilla
de faire ce mariage: il fut conclu pourtant. La Vallée demanda des
dépens, dommages et intérêts; car il avoit toujours doublé ses
manteaux de panne bleue à cause que c'étoit la couleur de la
demoiselle, et il avoit beaucoup dépensé à faire broder ses manteaux
de doubles _M_, pour dire _Marie Menant_. Cela s'accommoda, et le
lendemain des noces, la belle-mère montra à tout le monde les marques
du pucelage aux draps, en disant: «Si on ne les y avoit point
trouvées, on l'eût renvoyée chez ses parents.»



LE MARÉCHAL DE GASSION[226].


Le maréchal de Gassion étoit d'une bonne famille de la robe. Son aïeul
étoit second président du parlement de Navarre. Comme il étoit
huguenot, on lui disputa cette place qui lui appartenoit par
ancienneté; mais il s'avisa d'un bon expédient. Un dimanche, étant
parti de chez lui pour aller au prêche, au lieu d'y aller il alla à la
messe, en disant: «N'y a-t-il que cela à faire?» Mais il ne continua
pas, et n'alloit ni à prêche ni à messe. Il exerça par commission la
charge de premier président, car Henri IV, par quelque considération,
ne la lui voulut pas donner en titre. Son fils aîné le suivit, et
possède aujourd'hui cette charge[227].

  [226] Jean de Gassion, né à Pau en 1609, tué devant Arras en
  1647.

  [227] Les neveux du maréchal, qui portent l'épée, fils du
  président son frère, ont fait faire sa Vie trop ample et
  misérablement écrite par l'abbé de Pure. Ils affectent de faire
  passer leur maison pour être d'ancienne noblesse, et font une
  généalogie telle qu'il leur plaît. (T.)

La mère du maréchal étoit une bossue, qui ne manquoit pas d'esprit et
faisoit la goguenarde. On dit qu'un jour elle vit une femme qui
boitoit des deux côtés: «Hola! lui dit-elle, ma commère, vous qui
allez de côté et d'autre (et en disant cela elle la contrefaisoit),
dites-nous un peu des nouvelles.--Dites-nous-en vous-même, vous qui
portez le paquet,» lui répondit cette femme. On fait ce conte de
plusieurs personnes, et on en a même fait une épigramme.

Gassion étoit le quatrième garçon, et avoit un cadet. Après qu'il eut
fait ses études, on l'envoya à la guerre; mais on ne le mit pas
autrement en bon équipage. Son père lui donna pour tous chevaux un
vieux courtaut, qui pouvoit bien avoir trente ans: il n'y avoit plus
que celui-là en tout le Béarn, et on l'appeloit par rareté _le
courtaut de Gassion_. Il y a apparence que le jeune homme n'étoit
guère mieux pourvu d'argent que de monture. Le gentil coursier le
laissa à quatre ou cinq lieues de Pau: cela n'empêcha pas qu'il
n'allât jusqu'en Savoie, où il se mit dans les troupes du duc de
Savoie, le bossu, car alors il n'y avoit point de guerre en France.
Mais le feu Roi ayant rompu avec ce prince, tous les François eurent
ordre de quitter son service: cela obligea notre aventurier à revenir
au service du Roi. A la prise du Pas de Suze, il fit si bien, n'étant
que simple cavalier, qu'on le fit cornette; mais l'accommodement fut
bientôt fait entre le Roi et le duc, et la compagnie dont il étoit
cornette cassée, il vient à Paris, demande une casaque de
mousquetaire; on la lui refuse à cause de sa religion. De dépit il
passe avec quelques François en Allemagne; et quoique dans la troupe
il y eût des gens plus qualifiés que lui, sachant parler latin, on le
prit partout pour le principal de sa bande. Un de ceux-là fit les
avances d'une compagnie de chevau-légers qu'ils vinrent lever en
France pour le roi de Suède. Il en fut le lieutenant: son capitaine
fut tué, le voilà capitaine lui-même. Il se fit bientôt connoître pour
homme de coeur, et de telle sorte qu'il obtint du roi de Suède qu'il
ne recevroit l'ordre que de Sa Majesté seule. Ce fut à la charge de
marcher toujours à la tête de l'armée, et de faire, en quelque sorte,
le métier d'enfants perdus. Dans cet emploi il reçut ce furieux coup
de pistolet dans le côté droit, dont la plaie s'est rouverte par
plusieurs fois, tantôt avec danger de sa vie, tantôt cette ouverture
lui servant de crise aux autres maladies, car il en eut plusieurs, et
une même un peu avant sa mort[228].

  [228] Il s'étoit fait traiter de ce coup avec la poudre de
  sympathie; cela lui laissa un sac. (T.)--La poudre de sympathie
  est une des fables les plus ridicules de la médecine du
  dix-septième siècle. C'étoit un mélange de _couperose verte_,
  dite aujourd'hui _sulfate de fer_, pulvérisée et mélangée de
  gomme arabique. On répandoit cette poudre sur un linge trempé
  dans l'humeur qui sortoit de la plaie, et on prétendoit que le
  malade éprouvoit un grand soulagement. (Voyez _le Discours par le
  chevalier Digby touchant la guérison des plaies par la poudre de
  sympathie_; Paris, 1681, in-12.)

Le roi de Suède, au bout de six mois, le fit colonel d'un régiment
composé de huit compagnies de cavalerie.

Après la mort du roi de Suède, il accompagna le duc de Weimar en
France. La première fois qu'il y vint à la tête de son propre
régiment, le cardinal de Richelieu le voulut attirer dans le service
du Roi; et quoique françois, il fut toujours payé et traité en
étranger, et la justice militaire lui en fut accordée à l'exclusion de
tous autres juges, comme aussi de donner les charges qui vaqueroient
dans ce régiment, ce qui lui a été toujours conservé, quoique ce
régiment se trouvât à la fin monté jusqu'à dix-huit cents chevaux en
vingt compagnies. La plupart des étrangers qui venoient servir le Roi
vouloient être sous sa charge, tant il leur rendoit bien la justice;
aussi étoit-il seul en France qui, étant françois, eût le nom de
colonel, excepté le colonel des Suisses. Quand quelqu'un avoit offensé
le moindre de ses cavaliers, il menoit avec lui ce cavalier, et lui
faisoit faire raison d'une façon ou d'autre.

Il faut avouer que ce lui fut un grand avantage de venir de l'armée du
roi de Suède, et d'avoir un corps étranger; cela contribua beaucoup à
en faire faire l'estime qu'on en fit d'abord. Jamais homme n'a mieux
entendu à tourmenter les ennemis que lui. Pendant un hiver, étant
maréchal de France, il leur enleva dix-sept quartiers.

Pour preuve de cela, il étoit au siége de Dole, simple colonel;
cependant tout le monde disoit qu'il n'y avoit que lui qui fît si bien
que ses travaux et ses batteries réussissoient toujours; cela venoit
de ce qu'il n'y avoit que lui qui fît du bruit. Il enlevoit des
quartiers, il couroit partout. A l'arrivée de feu M. le Prince à
Dijon, après avoir levé le siége, on ne regardoit que Gassion. Le
Prince et le grand-maître de La Meilleraye en pensèrent enrager. Il y
eut un avocat qui se jeta à genoux devant lui, et lui dit, en lui
montrant des dames du nombre desquelles étoit sa femme, qu'il n'y en
avoit pas une qui ne voulût avoir un petit Gassion dans le corps pour
servir le Roi et la patrie. A son hôtellerie il trouva tant de gens
qu'il fut long-temps sans pouvoir gagner sa chambre, et le soir des
dames bien faites et bien accompagnées le vinrent voir chez un
gentilhomme du pays nommé Guerchy. Il les salua vergogneusement, car
il n'y eut jamais homme moins né à l'amour. La première, qui étoit
femme d'un conseiller, et l'une des plus jolies de la ville, lui dit:
«J'ai plus de joie que vous m'ayez baisée que si on m'avoit donné
cent mille livres.--Que diable feriez-vous donc, lui dit Guerchy, s'il
vous avoit......?»

Il mena admirablement les gens à la guerre. J'en ai ouï conter une
action bien hardie et bien sensée tout ensemble. Avant que d'être
maréchal-de-camp, il demanda à quinze ou vingt volontaires s'ils
vouloient venir en partie avec lui: ils y allèrent. Après avoir couru
toute une matinée, sans rien trouver, il leur dit: «Nous sommes trop
forts, les partis fuient devant nous; laissons ici nos cavaliers et
allons-nous-en tous seuls.» Les volontaires le suivent. Ils s'avancent
jusqu'auprès de Saint-Omer. Quand ils furent là, voilà deux escadrons
de cavalerie qui paroissent et leur coupent le chemin, car Saint-Omer
étoit à dos de nos gens. «Messieurs, leur dit-il, il faut périr ou
passer. Mettez-vous tous de front; allez au grand trot à eux, et ne
tirez point. Le premier escadron craindra, voyant que vous ne voulez
tirer qu'à brûle pourpoint; il reculera et renversera l'autre.» Cela
arriva comme il l'avoit dit. Nos gentilshommes bien montés forcent les
deux escadrons et se sauvent tous à un près. En voici un autre qui est
bien aussi hardi, mais il me semble un peu téméraire. «Ayant eu avis
que les Cravates emmenoient les chevaux du prince d'Enrichemont,
depuis duc de Sully, il voulut aller les charger accompagné seulement
de quelques-uns de ses cavaliers; et s'étant trouvé un grand fossé
entre lui et les ennemis, il le fit passer à la nage à son cheval sans
regarder si on le suivoit, tellement qu'il alla seul aux ennemis, en
tua cinq, mit les autres en fuite, et revint avec trois des nôtres
qu'ils avoient pris, et qui lui aidèrent peut-être dans le combat: il
ramena tous les chevaux.» Il fut envoyé avec quatre mille hommes et
la fleur de la noblesse de Normandie pour châtier les Pieds-nus à
Avranches. Peu de gens l'arrêtèrent quatre heures et demie à l'entrée
d'un faubourg, où ils n'avoient pour toute défense qu'une méchante
barricade, et ils étoient battus de la ville. Il y courut grand
danger, car un des rebelles, vaillant autant qu'on le peut être, et
tellement dispos qu'il sautoit partout où il pouvoit mettre la main,
tua le marquis de Courtaumer, croyant que c'étoit le colonel Gassion.
Ce galant homme sauta quatre fois la barricade, et après se sauva.
Gassion fit tout ce qu'il put pour le trouver, lui faire donner grâce
et le mettre dans ses troupes; il n'osa s'y fier. Au bout de quelques
mois, il fut pris dans un cabaret en Bretagne, où, étant ivre, il se
vanta d'avoir tué Courtaumer. Le chancelier, qui avoit été envoyé en
Normandie avec Gassion, le fit rouer vif à Caen. Tous les autres
s'étoient fait tuer, à dix près qui furent pris. On donna la vie à un
à condition qu'il pendroit les autres; il eut de la peine à s'y
résoudre: enfin, il le fit. Il y en avoit un qui étoit son
cousin-germain; quand ce vint à lui: «Hé cousin! lui dit-il, ne me
pends pas.» Cela passa en proverbe. Cet homme quitta le pays et se fit
ermite.

Après la bataille de Sédan, on lui permit de traiter de la charge de
mestre-de-camp de la cavalerie légère, qu'avoit le marquis de Praslin
qui y fut tué. Le cardinal de Richelieu, en parlant à lui, ne
l'appeloit presque jamais que _la Guerre_, et M. de Noyers (car ils
étoient amis, et le maréchal l'alla voir à Dangu après sa disgrâce)
lui disoit que sans la religion on pourroit faire quelque chose pour
lui; mais il étoit ferme, et on a trouvé après sa mort qu'il avoit
fait beaucoup de notes sur la Bible. Quand il eut traité de cette
charge, il vint voir mon père: «Monsieur, lui dit-il, j'ai ce matin
été au palais pour ce traité. Jésus! que de bonnets carrés! cela m'a
fait peur.» Regardez si cela étoit raisonnable pour un homme qui étoit
frère, fils et petit-fils de présidents.

Gassion, étant maréchal-de-camp, maltraita un commissaire de
l'artillerie; cet homme s'en voulut ressentir. Le cardinal défendit à
Gassion de se battre contre celui-là. Paluau, aujourd'hui le maréchal
de Clairambault, plutôt pour essayer si Gassion étoit aussi
vert-galant à l'épée qu'au pistolet, l'appela pourtant pour cet homme.
Gassion dit la défense du cardinal: «Mais pour vous, monsieur, je vous
en donnerai le divertissement quand vous voudrez.» Ruvigny servit
Paluau; Paluau fut blessé au bras, et ils en étoient aux prises et ne
se pouvoient faire de mal l'un à l'autre, quand ils prirent Ruvigny
pour témoin de l'état où ils se trouvoient. Ruvigny étoit à les
regarder, car Saurin, officier du régiment de Gassion, lâcha le pied.
Gassion le cassa.

Quand il eut persuadé à M. le duc d'Enghien de donner la bataille de
Rocroy, en lui représentant que, quel qu'en fût le succès, on ne
punissoit point des gens de sa qualité, pour lui, il butoit à se faire
maréchal de France, en mettant M. d'Enghien de son côté.

Un gentilhomme, pris par les Espagnols, fut mené au comte de Fontaine,
qui lui demanda plusieurs choses, et principalement si Gassion y
étoit. «Oui, monsieur, il y est.--Si vous le dites, je vous ferai
donner du pistolet par la tête.» Nous parlerons de cette bataille,
dont il eut le plus grand honneur, dans les Mémoires de la régence.

A Thionville, comme il vit un siége[229]: «Ah! dit-il, n'est-ce que
cela?» Et il comprit en peu de temps le métier d'assiégeur de villes:
il y reçut une grande blessure à la tête, dont il pensa mourir.

  [229] Cependant il avoit été à Dole. Je crois que cela arriva à
  Dole au lieu de Thionville. (T.)

On surprit une lettre de Francesco de Melo qui disoit: «Nous avons
perdu Thionville, mais les ennemis y ont perdu Gassion, le lion de la
France et la terreur de nos armées.» Cette lettre lui fut envoyée par
la Reine à Bagnolet, où il achevoit de se guérir. L'hiver suivant il
fut fait maréchal de France par le crédit de M. d'Enghien.

On dit que comme Gassion pressoit fort le cardinal Mazarin pour le
bâton, le cardinal lui dit: «M. de Turenne, qui doit aller devant,
n'est pas si hâté.--M. de Turenne, répondit Gassion, honorera la
charge, et moi j'en serai honoré.»

Notre nouveau maréchal fit deux choses quasi en même temps qui ne se
rapportoient guère, car il alla à la cène devant le prince Palatin,
qui a épousé la princesse Anne, et le dimanche suivant ayant trouvé sa
place prise, il ne voulut jamais souffrir qu'un gentilhomme en sortît,
et alla chercher place ailleurs; mais cela vient de ce qu'il n'étoit
né que pour la guerre.

Il étoit tout l'hiver en Flandre, et ne venoit point comme les autres
à la foire Saint-Germain. C'étoit peut-être un des hommes du monde le
plus sobres. La Vieuville, depuis surintendant des finances, lui
donna son fils aîné pour lui apprendre le métier de la guerre. Ce
jeune homme le traita à l'armée magnifiquement. «Vous vous moquez,
dit-il, monsieur le marquis: à quoi bon toutes ces friandises?
Mordioux! il ne faut que bon pain, bon vin et bon fourrage.»

C'étoit un des plus méchants courtisans de son siècle. A la cour,
beaucoup de filles, qui eussent bien voulu de lui, le cajoloient et
lui disoient: «Vraiment, monsieur, vous avez fait les plus belles
choses du monde.--Cela s'entend bien,» disoit-il. Une ayant dit: Je
voudrois bien avoir un mari comme M. de Gassion.--Je le crois bien,»
répondit-il.

Ségur, fille de la Reine, de la maison d'Escars, avoit quelque
espérance de l'épouser, assez mal fondée pourtant, car elle n'étoit ni
jeune ni belle. Lui disoit: «Elle me plaît, cette fille, elle
ressemble à un Cravate.» A la vérité, il n'a jamais été d'aucune
cabale; mais il n'avoit point de discrétion pour le cardinal; et un
jour, sans considérer qu'il y avoit des espions autour de lui, il dit
en recevant un gros paquet du cardinal: «_Que nous allons lire de
bagatelles!_» Aussi croit-on que le cardinal le vouloit perdre ou lui
ôter son emploi.

Il avoit eu le malheur de se brouiller avec M. le Prince. Nous en
dirons tout le particulier ailleurs: il n'étoit pas trop compatible et
avoit le commandement rude: nous rapporterons des exemples.

Comme j'ai remarqué, il étoit fort sobre; il n'étoit point joueur non
plus, ni adonné aux femmes. «Femmes et vaches, disoit-il, ce m'est
tout un, mordioux!» Et Marion Cornuel[230] disoit: «Boeufs et
Gassions, ce m'est tout un.»

  [230] Elle étoit fille du premier mariage de M. Cornuel. (_Voyez_
  plus bas l'article de _madame Cornuel_.)

Madame de Bourdonné[231], femme du gouverneur de La Bassée, du temps
du cardinal de Richelieu, le pensa faire enrager. M. le comte de
Harcour et lui dînoient à La Bassée; cette femme se mit à parler des
faits de Gassion. Déjà cela ne lui plaisoit guère; il n'étoit point
fanfaron. Ensuite, après en avoir demandé pardon à son mari, elle dit
qu'elle n'auroit pas de plus grande joie au monde que d'avoir un fils
de la façon d'un si brave homme. Le voilà qui rougit, qui se déferre,
et ne pouvant plus endurer cela, il monte sur son grand cheval, en
disant: «Mordioux! mordioux! cette femme est folle.»

  [231] Elle avoit de la barbe. (T.)

Quand Bougis, son lieutenant de gendarmes, demeuroit trop long-temps à
Paris l'hiver, il lui écrivoit: «Vous vous amusez à ces femmes, vous
périrez malheureusement; ici, vous verriez quelque belle occasion.
Quel diable de plaisir d'aller au Cours et de faire l'amour! Cela est
bien comparable au plaisir d'enlever un quartier!»

Pour le bien, il n'a pas volé; mais il ne pouvoit se résoudre à
perdre. Il fit dire à un marchand de Paris, qui lui fit banqueroute de
dix mille livres avant qu'il fût maréchal, qu'il lui seroit impossible
de laisser au monde un homme qui lui emporteroit son bien. Il fut
payé. Avec tout cela, il n'avoit guère de revenu: les salines de
Béarn, un engagement de douze mille livres de rente, La
Motte-au-Bois, en Flandre, dont il jouissoit, qui fut perdue pour ses
héritiers. Tout ce qu'il a laissé ne vaut pas huit cent mille livres.
Il y eut des gens à la cour qui vouloient qu'on mît la main dessus.

Il fit avoir à son frère l'abbé, qui étoit le plus jeune de tous,
l'évêché d'Oleron et l'abbaye du Luc en Béarn. Pour celui qui portoit
les armes, et qu'on appeloit Bergère, car le second étoit marié dans
le pays et n'a point paru, il ne l'a point trop bien traité. Celui-ci
avoit été avocat; enfin, il suivit son frère. Au commencement il n'y
alloit pas trop bien. Gassion, alors colonel, en une occasion lui
ordonna d'aller à la charge avec cinquante maîtres, et lui déclara que
s'il lâchoit le pied, il lui passeroit l'épée au travers du corps.
Bergère fit de nécessité vertu, et depuis alla aux coups comme un
autre: c'étoit son aîné. En quelques rencontres il n'a pas trop pris
son parti, Bergère étoit un bon garçon, mais sans jugement, aussi beau
que son frère étoit laid. Le maréchal étoit petit et noir, mais il
avoit la mine guerrière. Ce frère ne parloit que de _mon frère le
maréchal_. Je me souviens qu'il disoit une fois: «Je prétends bien
être maréchal de France aussi, avant que la guerre finisse.--Hélas!
dit ma mère naïvement, que nous avons donc à souffrir!» Il n'en fit
que rire, et dit: «Certes, vous me l'avez donnée bonne.»

Il en usa fort bien en une rencontre. Il avoit un parent nommé
Cimetières, auquel il faisoit toucher des appointements assez
considérables. Ce garçon enleva la fille d'un marchand basque appelé
Tossé, qui demeure à Calais, chez qui le maréchal avoit logé. M. de
Gassion ôta à Cimetières tous ses appointements, le poursuivit
lui-même en justice, et ne lui voulut jamais pardonner que Tossé ne
l'en eût prié. Les ennemis le regrettèrent et disoient que c'étoit un
ennemi de bonne foi, et qui étoit doux aux prisonniers. On lui fit un
tombeau dans le cimetière de Charenton, où l'on mit aussi Bergère, qui
mourut un peu après lui à Paris.

Il avoit fait son testament à la hâte, en allant à Landrecy, dont il
croyoit attaquer les lignes. Il laissoit la moitié de son bien à son
frère le président, qui s'en plaint et dit que la coutume de Béarn lui
donnoit davantage, car tout ce qui se trouvoit dans le pays lui
appartenoit, et cela montoit à plus que la moitié: ce fut ce qui
obligea le maréchal d'en user ainsi. Ce président assiégea Bergère
malade, et se fit donner tout ce qu'il put, jusqu'à lui faire
retrancher une partie de ce qu'il laissoit à ses gens et aux pauvres.
Pour ne pas payer un chirurgien, il fit embaumer le corps de Bergère
par un valet-de-chambre qui le _chaircuta_ de la plus horrible façon
du monde. A propos de Bergère, on disoit que quand le maréchal le
verroit déjà arrivé en l'autre monde, lui qui en étoit si las en
celui-ci, qu'il lui diroit: «Hé quoi! mordioux! vous voilà déjà; me
suivrez-vous éternellement?»

On fit porter les deux corps dans une chambre tendue de deuil à
Charenton; ils y furent assez long-temps parce qu'on vouloit engager
le président à faire un tombeau magnifique au maréchal. Lui, pour
s'exempter de cette dépense, demandoit ce qu'on lui refusa, qu'on lui
permît de l'enterrer dans le Temple, où l'on ne pouvoit mettre qu'une
tombe tout unie. Durant cette dispute, il se lassa de payer le louage
des draps funèbres; il les rendit, et en fit mettre d'autres tout en
lambeaux qui lui coûtoient dix sols moins par jour. Voyez le beau
ménage: au lieu d'acheter du drap qui eût servi à habiller ses gens.
Enfin, il fit faire un petit caveau entre deux portes dans le vieux
cimetière, et il y a fait élever en pierre une espèce de tombeau qui
ressemble à un regard de fontaine; la pierre en est déjà bien mangée.
Il les fit enterrer un jour de prêche sans aucune solennité, ni sans
qu'on pût dire qu'on y étoit allé pour eux. Il avoit tenu le monde
trois mois en attente pour ces funérailles. Pour quatre livres par an
cet homme s'est mis mal avec sa mère, lui qui a huit cent mille livres
de bien dont les deux-tiers viennent de ses frères, à qui il n'avoit
pas donné seulement leur légitime.



LUILLIER

(PÈRE DE CHAPELLE).


Luillier étoit de bonne famille, fils d'un conseiller au
grand-conseil, qui après fut maître des requêtes, puis
procureur-général de la chambre, et enfin maître des comptes. Voyez
quelle bizarrerie! sa femme, qui avoit obligé le procureur-général,
dont elle étoit fille, à se démettre de sa charge en faveur de son
mari, fut si sotte que de mourir de chagrin, voyant l'inconstance
de cet homme. Ce bon homme étoit débauché, et eut la v..... en même
temps que son cousin Tambonneau, dont nous parlerons ailleurs. Il
avoit assez bon nombre d'enfants, et, entre autres, un garçon fort
aimable qui, ne pouvant souffrir sa ridicule humeur, alla voyager,
fit naufrage auprès de Rhodes et se noya.

Luillier, dont nous allons écrire l'historiette, demeura seul garçon
avec deux filles. Le garçon ressembloit à son père, au moins en deux
choses, en _garçaillerie_, et en inquiétude pour les charges. Il fut
d'abord trésorier de France à Paris, et vendit sa charge pour assister
Des Barreaux; ils en mangèrent une bonne partie ensemble. Après il se
fit maître des comptes, et enfin conseiller à Metz.

Etant maître des comptes, il eut une amourette avec une de ses
parentes qui étoit mal avec son mari: il en eut un fils, et, par son
crédit, quoique cet enfant fût adultérin, il le fit légitimer, et lui
assura de quoi vivre par le consentement de ses soeurs. Ses soeurs lui
envoyoient, sous prétexte de lui faire des confitures, une jolie
suivante qui demeuroit deux mois tous les ans avec lui. Il n'avoit que
des femmes chez lui, et disoit qu'elles étoient plus propres.

Il avoit eu un carrosse, mais il n'en vouloit plus avoir, parce que,
disoit-il, il ne sortoit jamais quand il vouloit à cause que son
cocher ne se trouvoit point au logis lorsqu'il avoit affaire, et qu'il
n'arrivoit jamais quand il vouloit à cause des embarras. Il avoit des
lettres, savoit et disoit les choses plaisamment. Il étoit un peu
cynique; il disoit: «Ne me venez point voir un tel jour, c'est mon
jour de bordel.» Il y mena son fils, et lui fit perdre son p....... en
sa présence.

Il étoit vêtu comme un simple bourgeois, alloit toujours à pied, et
avoit pourtant dix-huit mille livres de rente. Il assistoit quelques
gens de lettres, mais il étoit avare: il disoit qu'il travailloit à
faire en sorte que son bien ne lui donnât point de peine, et j'ai logé
dans la quatrième maison qu'il a bâtie à dessein de les revendre.
Voyez quel repos d'esprit, quand ce ne seroit que d'avoir à criailler,
et souvent à plaider contre toutes sortes d'ouvriers. Pour mon
particulier, j'ai fort à me louer de lui. Il disoit lui-même que nous
avions fait un marché du siècle d'or. Il est vrai qu'en le traitant
généreusement, je faisois qu'il se piquoit d'honneur, et que j'en
avois tout ce que je voulois; il disoit: «Je ne comprends point
comment nous l'entendons: j'ai loué autrefois une maison à un
évêque[232] qui ne me payoit point; j'en ai loué une autre à un
huguenot: il me paie par avance.»

  [232] M. D'Auxerre. (T.)

Quand il lui prit fantaisie de se faire conseiller à Metz, il en parla
à MM. Du Puy, qui s'en moquèrent, et lui dirent qu'il se mettoit en
danger d'être pris tous les ans, et qu'il lui eu coûteroit dix mille
écus pour sa rançon. Il les quitta là, et de ce pas il va signer le
contrat. Il en avoit aussi parlé à Chapelain, en présence de
Guiet[233] (celui qui disoit que s'il eût été Juif, il auroit appelé
de la sentence de Pilate _à minima_). Guiet dit que comme Chapelain
vouloit détourner Luillier de se faire conseiller, l'autre lui dit:
«Mordieu, je vous ai laissé faire de méchants vers toute votre vie,
sans vous en rien dire, et vous ne me laisserez pas changer de charge
à ma fantaisie!» Je crois pourtant que Chapelain ne l'entendit pas,
car ils ont toujours vécu en amis depuis cela.

  [233] Précepteur du cardinal de La Valette, homme de lettres. Ce
  Guiet disoit qu'il montreroit qu'il y avoit je ne sais combien de
  livres de _l'Énéide_ qui n'étoient point de Virgile, et
  retranchoit une des comédies de Térence. «Que ne travaillez-vous,
  lui dit un des messieurs Du Puy, chanoine de Chartres, sur le
  bréviaire? vous me feriez grand plaisir.»

     (T.)


J'ai dit ailleurs qu'il disoit que La Mothe Le Vayer étoit prêtre ou
charlatan, et qu'il avoit des souliers noircis avec un habit de panne,
et Chapelain un maquereau.

J'ai vu une estampe de Rabelais, faite sur un portrait qu'avoit une de
ses parentes, qui ressembloit à Luillier comme deux gouttes d'eau, car
il avoit le visage chaffouin et riant comme Luillier. Pour l'humeur,
vous voyez qu'il y a assez de rapport.

Il fit son bâtard[234] médecin, parce que, disoit-il, en cette
vocation-là on peut gagner sa vie partout. Ce garçon lui ressemble
fort pour l'humeur et pour l'esprit.

  [234] Chapelle. (T.)--Claude-Emmanuel Luillier, dit Chapelle, né
  en 1626 au village de La Chapelle, près de Paris, mort en 1686.
  C'est l'ami de Bachaumont, et de tous les grands hommes de son
  temps; épicurien aimable, il s'est acquis une reputation
  immortelle par son _Voyage_ et quelques poésies légères,
  naturelles et faciles.

Luillier étoit inquiet à un point qu'il disoit franchement: «Dans un
an je ne sais où je serai, peut-être irai-je me promener à
Constantinople.» Il ne mentoit pas, car un beau jour, sans rien dire à
personne, il part. Ses gens disoient qu'il s'étoit allé promener pour
quatre ans. Il alla bien se promener pour plus long-temps, car il est
encore à revenir. Il alla en Provence trouver son bâtard, qu'il avoit
donné à instruire à Gassendi, son intime, qui avoit logé ici chez lui
si long-temps. Il disoit pour ses raisons que son parlement de Toul et
ses amis l'occupoient trop à solliciter leurs affaires. Il fut bien
malade à Toulon; de là il passa en Italie, fut encore malade à Gênes,
et enfin mourut à Pise. Il n'y a jamais que lui au monde qui se soit
fait conseiller à Toul pour aller mourir à Pise.



LA MARÉCHALE DE THÉMINES.


La maréchale de Thémines[235] étoit fille de M. de La Noue, fils de La
Noue _Bras de Fer_[236]. Je conterai quelque chose de ces deux
gentilshommes qui étoient gens de grand mérite, avant que de parler
d'elle.

  [235] Elle s'appeloit Marie de La Noue.

  [236] François, seigneur de La Noue, dit _Bras de fer_, mort en
  1591. Ayant eu le bras fracassé au siége de Fontenai-le-Comte, en
  1570, on lui avoit fait un bras de fer, avec lequel il pouvoit
  tenir la bride de son cheval.

La Noue, _Bras de Fer_, avoit fort mauvaise mine, et étoit toujours
vêtu de chamois. Comme il heurtoit au cabinet, un jour que le Roi
l'avoit envoyé chercher pour venir au conseil de guerre, un jeune
cavalier, le voyant si mal bâti, se mit à le railler et lui dit: «On
n'attend plus que vous, sans doute, pour conclure là dedans.» La Noue
sourit. L'huissier ouvre: il entre. Le jeune homme vit bien qu'il
avoit fait une sottise; mais il se résolut d'en attendre le succès.
La Noue sort et demande si on ne savoit point ce qu'étoit devenu ce
gentilhomme qui lui avoit parlé quand il heurtoit. L'autre s'approche.
«Vous aviez raison, lui dit-il, de dire qu'on n'attendoit que moi, car
le Roi m'a choisi pour un tel dessein, et m'a permis d'y mener qui je
voudrois. Vous serez, s'il vous plaît, de la partie.» Ils y furent, et
le jeune homme y fit fort bien.

On conte de lui que la veille d'une bataille, ne se trouvant point
d'argent, il envoya vendre deux chevaux. L'un d'eux fut vendu bien
cher. Il dit à son écuyer: «Qui l'a acheté?--Un tel.--Tiens, lui
dit-il, ce cheval ne coûte que tant; va rendre le reste à ce cavalier.
Le désir qu'il a de bien faire demain, lui a fait tant donner d'un
cheval qu'il connoît, et dont il espère tirer bon service.» Et
effectivement il renvoya la plus grande partie de l'argent.

Quand il revint de Tournai, où il fut si long-temps prisonnier[237],
Henri IV le voulut marier avec une riche héritière. Il l'en remercia
et dit qu'il avoit donné sa foi à la nièce du gouverneur de Tournai,
parce qu'elle avoit de beaucoup allégé la rigueur de sa prison: il
avoit quatre-vingt mille livres de rente dont il fut obligé de vendre
une grande partie.

  [237] Le brave La Noue fut fait prisonnier, au mois de juin 1580,
  par Philippe de Melun, vicomte de Gand, qu'on appeloit le marquis
  de Risbourg. Quoiqu'il fût parent de La Noue, le marquis abusa de
  sa victoire au point de faire massacrer sous les yeux de La Noue
  plusieurs des gentilshommes qui avoient combattu avec lui, et il
  livra ensuite son prisonnier aux Espagnols. (Voyez _la Vie de
  François de La Noue_, par Amirault; Leyde, Jean Elzévier, 1661,
  in-4º, p. 263.)

Son fils[238] fut aussi prisonnier de guerre, et dans la prison il fit
ce méchant dictionnaire des rimes, qui fut imprimé. Il fit imprimer
aussi un Recueil de ses vers qui ne valent rien non plus[239]. Il
étoit brave comme son père et vêtu de chamois comme lui; mais il étoit
bien fait de sa personne. Ces deux hommes-là ne juroient jamais, et
étoient toujours à la guerre. Il eut affaire, comme son père, à un
jeune homme; mais l'affaire alla bien plus loin: c'étoit un étourdi
qui, pour se mettre en réputation, le fit appeler en duel sur une
vétille, et même il avoit cherché querelle. La Noue, sur le pré, lui
fit une petite remontrance, mais en vain; comme il vit cela, il lui
donne un bon coup d'épée. Ce garçon avoit un oncle, maréchal de
France; je n'en ai pu savoir le nom. Cet oncle l'envoya à M. de La
Noue, pieds et poings liés.

  [238] Odet de La Noue-Téligny.

  [239] Ce Recueil est intitulé: _Poésies chrétiennes_; Genève,
  1594, in-8º. Il avoit publié en 1588 un petit volume de
  quarante-sept pages, ayant pour titre: _Paradoxe, que les
  adversités sont plus nécessaires que les prospérités: et qu'entre
  toutes l'état d'une prison est le plus doux et le plus
  profitable_; Lyon, Jean de Tournes, petit in-8º. C'est une pièce
  très-médiocre, mais fort rare.

Ce M. de La Noue eut un fils qui vit encore, mais il n'a point de
garçons. Il est bien fait; mais le jeu est sa seule passion: il a la
vue fort courte; cela l'a empêché de s'attacher à la guerre. A
dix-sept ans il commandoit un régiment de cavalerie en Allemagne; le
colonel Esbron étoit un de ses capitaines. Aujourd'hui on l'appelle La
Noue _Bras de laine_.

Revenons à la maréchale. Son père la maria assez ridiculement; car
elle n'avoit que treize ans quand il la donna à un gentilhomme de
cinquante-cinq ans, qui se nommoit Chambret, et étoit de la maison de
Pierre Bussières en Limousin. Cet homme étoit de mauvaise humeur, et
tout plein de cautères: il ne pouvoit pas même avantager sa femme, car
il n'avoit que quatre mille livres de rente en fonds de terre, sans
argent ni meubles. Son plus grand bien consistoit en gouvernements, en
pensions et en bénéfices; ceux de la religion en tenoient encore en ce
temps-là par tolérance.

Elle n'avoit que dix-huit ans quand elle fut délivrée de cet homme,
dont elle eut un fils et une fille. On appeloit cet homme _le brave
Chambret_. Il étoit si brutal, et d'une mine si farouche, qu'un
sommelier qui avoit été laquais de sa veuve, ayant vu son portrait au
bout de vingt ans, se mit à trembler comme une feuille.

Il avoit une fois querelle avec un M. de Saint-Bonnet; il prit
justement le temps que Saint-Bonnet traitoit des gens, et avec un cor
alla comme le sommer au combat. Saint-Bonnet sort de table, et dit aux
autres: «Ayez patience, je vous apporterai bientôt l'épée et les
éperons de Chambret.» Il y va, charge son pistolet de dragées, tire le
premier (car l'autre, aussi bien que Grillon, faisoit toujours tirer
son homme). Saint-Bonnet lui en farcit le visage et les yeux.
Chambret, tout étourdi, tombe: il lui ôte son épée et ses éperons.

Un autre vieux mari, et plus vieux que le premier, l'attrapera
bientôt. Il y avoit à la cour un vieux gentilhomme, âgé de
quatre-vingts ans, ou peu s'en falloit, qu'on appeloit M. de
Bellengreville[240]; il étoit grand prévôt de l'hôtel, homme veuf
sans enfants, et un des plus accommodés du royaume[241]; plusieurs
veuves de qualité étoient après; mais il étoit difficile. Il vouloit
une veuve de bonne maison, jeune, belle, et qui depuis peu eût eu des
enfants. En ce dessein, il trouva un nommé Jouy, son voisin à la
campagne, qui étoit de la connoissance de madame de Chambret, et
qu'elle avoit prié de lui faire raccommoder un petit portrait qu'elle
lui avoit envoyé. Il le portoit à raccommoder, quand il fut rencontré
par M. de Bellengreville, auquel il le montra. «Est-elle aussi belle
que cela? lui dit le bonhomme.--Oui,» répondit l'autre. En effet,
c'est une des plus aimables personnes du monde, et le seul défaut
qu'elle a eu, hors qu'elle n'a jamais eu assez d'embonpoint, étoit
d'avoir les cheveux mêlés de blanc dès vingt ans. D'ailleurs, elle
étoit d'humeur douce, et ne manquoit pas d'esprit; elle avoit de la
générosité.

  [240] Le sieur Bellengreville fut reçu dans la charge de prévôt
  de l'hôtel, en 1604. (Voyez _le Prévôt de l'hostel_, par Pierre
  de Miraulmont; Paris, 1615, p. 146.)

  [241] Il étoit homme de service, mais il ne savoit pas lire. Il
  prenoit dans les heures le calendrier pour les litanies. (T.)

Durant quelque temps, car il prit ce portrait, il l'adora dans son
cabinet. Après, il envoya un de ses amis qui avoit vu autrefois madame
de Chambret, pour voir si elle étoit aussi belle que ce portrait. Cet
homme dit tout à la veuve, qui, ne songeant alors qu'à jouir de la
liberté où elle se trouvoit, ne s'en tourmenta pas autrement, et dit
qu'elle seroit bientôt à Paris. En effet, elle y vint trouver sa mère,
qui y étoit pour un procès. Cette mère lui avoit mandé: «Ma fille,
apportez-moi de l'argent de mes fermiers.» Quand elle fut arrivée:
«Hé bien! sommes-nous bien riches?--Madame, il faut voir, voici ce qui
me reste.» On trouva environ vingt écus. Elle avoit amené un train de
_Jean de Paris_[242].

  [242] Livrée de couleur jaune.

Le vieil amoureux est aussitôt averti de son arrivée: il la vient
voir, il presse; elle, qui n'a jamais été intéressée, avoit de la
peine à se résoudre. Sa mère lui dit: «Ma fille, je vous ai mal mariée
une fois, je ne m'en veux point mêler; voyez ce que vous avez à
faire.»

M. de Luçon, qui bientôt après fut le cardinal de Richelieu, lui fit
dire «qu'elle seroit une innocente de laisser échapper une si belle
occasion.» Nonobstant la diversité de religion, le mariage se fit.

Elle a dit depuis qu'elle trouva les lèvres de ce bonhomme le jour de
ses noces aussi froides qu'un glaçon. Le lendemain la Reine-mère et la
princesse de Conti, qui étoit devenue son amie, lui firent mille
questions: «Mais comment a-t-il fait? Mais êtes-vous madame de
Bellengreville?» Je ne sais ce qu'elle fit ou ce qu'il voulut faire,
mais il ne dura que cinq semaines. Il avoit beaucoup d'argent et
beaucoup de meubles; elle étoit commune (_en biens_), et y gagna,
outre son douaire, qui étoit gros, plus de quatre cent mille livres.

Voilà déjà deux vieux maris; elle en aura encore un vieux, mais plus
qualifié que les deux premiers; et cela arrivera d'une façon assez
bizarre. Le marquis de Thémines[243], fils du maréchal, ayant été
blessé dans les guerres de la religion, mourut de sa blessure[244],
et en mourant il pria son père d'assurer madame de Bellengreville,
dont il étoit amoureux, qu'il étoit mort son serviteur. Le maréchal
s'acquitte de sa commission, devient amoureux d'elle et l'épouse[245].
Outre qu'elle aimoit le jeu, qu'elle perdoit, qu'elle payoit bien et
se faisoit mal payer, le maréchal lui aida à manger son bien. Il fut
cause aussi qu'elle changea de religion[246].

  [243] Le marquis de Thémines mourut le 11 décembre 1621.

  [244] Celui qui tua Richelieu. (T.)

  [245] Ce mariage fut célébré au mois de septembre 1622.

  [246] Ce maréchal de Thémines se nommoit de Lauzières, en son
  nom; il avoit été fait maréchal de France, et gouverneur de
  Bretagne, pour avoir arrêté M. le Prince. Le marquis Pompeo
  Frangipane disoit assez plaisamment: «_Non ho mai visto sbirro
  cosi ben pagato._» Ce même Italien disoit: «Qu'à la cour de
  France c'étoit une chose ennuyeuse. _Di star sempre dritto e
  scappellato come un cazzo._» Quand on lui demandoit si madame la
  princesse de Guémenée ou madame la princesse n'étoient pas de
  belles personnes: «_Si_, disoit-il, _ma quel Pongibo e un bel
  cavalier_.» C'étoit un cadet du feu comte Du Lude. (T.)

Chaban[247] s'étoit mis les controverses dans la tête et disputoit
avec beaucoup de douceur. Le maréchal dit à sa femme qu'il souhaitoit
qu'elle entendît cet homme; elle l'entend: il fait quelques progrès.
On lui amène ensuite le père Veron[248], qui, violent et farouche, lui
alla dire que son père et son grand-père étoient damnés. Elle qui les
avoit vu estimer si gens de bien partout le monde, fut si touchée de
cela qu'elle en pleura. Enfin, elle se fit catholique plutôt par
condescendance qu'autrement.

  [247] Il portoit l'épée, mais on l'accusoit d'avoir été violon ou
  joueur de luth. Un jour il s'avisa de faire des propositions au
  conseil, car il se mêloit de bien des choses, pour je ne sais
  quelles fortifications qu'on pouvoit faire, disoit-il, à bien
  meilleur marché qu'on ne les faisoit. Alcaume, bon mathématicien,
  qui y étoit employé, dit: «Messieurs, nous ne sommes pas au temps
  d'Amphion où les murailles se bâtissoient au son du violon.» Tout
  le monde se mit à rire, et Chaban fut contraint de se retirer. Ce
  pauvre homme fut tué depuis par L'Enclos, père de Ninon, avant
  que d'avoir eu le loisir de se défendre.

  Ce conte me fait souvenir d'une naïveté qu'on attribuoit au feu
  marquis de Nesle, gouverneur de La Fère, qui étoit pourtant un
  brave homme: c'est que, comme on eut proposé de faire une
  demi-lune, il dit: «Messieurs, ne faisons rien à demi pour le
  service du Roi, faisons-en une tout entière.» (T.)--Molière s'est
  heureusement emparé de ce mot dans ses _Précieuses ridicules_.

  [248] Un fou qui n'a jamais rien fait de plaisant qu'un livret
  qu'il appeloit _la Courte joie des huguenots_. C'est qu'il avoit
  pensé mourir.

     (T.)


Elle fut choisie pour aller avec madame de Chevreuse mener la reine
d'Angleterre dans son royaume. Là, elle vit Du Moulin, qui, trouvant
en elle beaucoup de dispositions à récipiscence, la remit tout-à-fait
dans le bon chemin, et au bout de trois mois qu'elle eut changé de
religion, elle en fit reconnoissance à Charenton.

Le maréchal ne fut guère avec elle. On dit qu'en mourant il disoit
naïvement: «Seigneur, au moins je ne l'ai jamais offensée que de
galant homme.»

La voilà donc veuve pour la troisième fois. En ce temps-là elle avoit
de plaisants ragoûts: elle mangeoit du pain, après l'avoir tenu
long-temps à la fumée d'un fagot bien vert; elle aimoit l'odeur des
boues de Paris, et quand les boueurs étoient dans sa rue, on ouvroit
toutes les fenêtres de sa chambre. Une fois la Reine-mère, comme elles
passoient sur de la boue, lui demanda en riant: «Madame la maréchale,
celle-là est-elle de la fine?--Non, madame, répondit-elle en riant
aussi, elle n'est pas encore assez faite.» Depuis, elle se défit de
ces belles amitiés.

En ce troisième veuvage elle se divertissoit à jouer, à se promener
et à faire souvent des concerts: elle avoit déjà Le Pailleur[249] avec
elle qui étoit fort savant dans la musique ancienne et dans la
moderne. Il l'avoit apprise comme une partie des mathématiques; il
chantoit même fort bien. Elle avoit une femme-de-chambre qui avoit de
la voix, et elle disposoit absolument de deux autres personnes qui en
avoient aussi. Un jour que Porchères[250] avoit ouï cette musique
domestique, il dit à la maréchale: «Madame, voilà qui est trop bon
pour n'en faire part à personne; allons donner la sérénade à M. de
Nemours, votre voisin: il a la goutte, cela le guérira.--Mais je ne le
connois point familièrement, dit-elle.--Qu'importe; répliqua-t-il,
venez; il ne faut que passer par les écuries, nous nous mettrons sous
les fenêtres de sa chambre[251].» M. de Nemours en fut averti
aussitôt; mais il ne fit pas semblant de savoir qui c'étoit, et il
envoya faire mille civilités. Porchères proposa ensuite d'aller chez
la princesse de Conti: on y va. Elle en fut ravie, et dit qu'il
falloit faire entendre cela à la Reine. La Reine a un balcon, et, ne
voulant pas faire semblant de savoir qui c'étoit, dit qu'elle étoit
fort obligée à ceux qui lui avoient bien voulu donner un si agréable
divertissement.

  [249] Ce Le Pailleur étoit un homme singulier auquel Tallemant
  consacre un article à la suite de celui-ci.

  [250] François de Porchères d'Arbaud, membre de l'Académie
  françoise. Les ouvrages de ce poète sont répandus dans les
  Recueils du temps.

  [251] Elle logeoit dans la rue Christine. (T.)--M. de Nemours
  habitoit l'hôtel de Nevers, sur le terrain duquel a été construit
  l'hôtel de la Monnoie.

Le lendemain, M. de Nemours[252] envoya faire des compliments à la
maréchale, et la prier de l'excuser si par le passé il avoit su si mal
se prévaloir de l'avantage qu'il avoit d'être son voisin; et quelques
jours après il la vint voir à demi-guéri. C'étoit le soir en été:
avant qu'il entrât, des cornets à bouquin avoient joué le plus
agréablement du monde dans la cour de la maréchale. Le Pailleur, qui
s'étoit douté d'abord de ce que c'étoit, envoya dire qu'on fît boire
les menestriers. Le bon prince en entrant dit: «Madame, j'ai trouvé
là-bas des cornets à bouquin qui s'en alloient; les auriez-vous
congédiés?--Non, monsieur, répondit-elle.--Vraiment, madame, si
j'eusse su cela, je les eusse fait revenir.--Mais voudriez-vous
entendre des violons? on tâcheroit d'en avoir.--Hé! La Barre[253],
dit-il, voyez si vous trouveriez des violons.» Aussitôt on entend
ronfler les vingt-quatre violons; le bonhomme devint amoureux d'elle.
Il la venoit voir fort souvent, quoiqu'il ne pût aller sans être aidé
par quelqu'un. Un jour en montant il se laissa tomber. Elle, qui du
second étage descendoit dans sa chambre, s'en aperçut; mais pour lui
faire plaisir elle retourna sur ses pas sans faire semblant de rien.
En se relevant il demanda à son écuyer La Chaise: «Madame ne
m'a-t-elle point vu?--Non, monsieur.» La maréchale étant descendue:
«Madame, lui dit-il, n'avez-vous point ouï tomber quelqu'un? La Chaise
a fait un beau _par terre_.»

  [252] Il avoit alors soixante-cinq ans. (T.)

  [253] C'étoit un musicien, grand danseur qui étoit à lui. (T.)

Un jour il demanda à la maréchale si elle ne vouloit point s'aller
promener en quelque maison. «Je le veux bien, répondit-elle: envoyons
chercher de nos voisines.» Ces voisines venues: «Où irons-nous? Vous
plairoit-il aller vers la porte Saint-Antoine? Après voudriez-vous
aller à Bagnolet, à Charonne ou à Conflans?--Où vous voudrez, dit la
maréchale.--Cocher, va donc à Conflans.» Les y voilà arrivés. On
heurta long-temps sans qu'il vînt personne: les dames commençoient à
s'ennuyer; lui feignit des impatiences étranges. Il appelle une
paysanne. «Ma grande amie, n'y a-t-il personne? ne sauroit-on entrer?
ne sauriez-vous nous donner du lait chez vous?» Enfin, on ouvre une
petite porte, et une femme dit assez malgrâcieusement que M. le
premier président y devoit[254] coucher. «Hé! ma grande amie, nous ne
voulons que nous promener et qu'on nous donne du lait.--Bien,
monsieur, pourvu que vous n'y soyez guère.» Après il vint un homme
qui, d'un air assez rude, lui dit: «Que demandez-vous, monsieur?» et
en même temps dit à cette femme: «Retirez-vous, vous n'êtes qu'une
bête.» M. de Nemours lui dit ce qu'il avoit dit à cette personne. «Oui
da! monsieur, répondit l'autre, oui da.» On entre donc. Les dames, et
surtout Le Pailleur, sentirent bien je ne sais quelle odeur de sauces.
Le bon seigneur, qui ne pouvoit se promener, les fit tenir dans une
salle où l'on ne servit d'abord que du lait et quelques autres
bagatelles. Après, voici des gens qui, au son du violon et en cadence,
mettent le couvert, et servent une collation toute feinte. Cela fait,
il prie les dames d'aller faire un tour dans le jardin: au retour
elles trouvèrent une véritable collation qui étoit magnifique. Il y
avoit des galanteries à la vieille mode, car on servit des pâtés
pleins de petits oiseaux en vie, qui avoient au col des rubans des
couleurs de la maréchale; il y en avoit aussi un de petits lapins
blancs en vie avec des rubans de même. Il fit présenter après la
collation des bassins de gants d'Espagne, et n'oublia rien de tout ce
dont il put s'aviser pour divertir celle à qui il vouloit plaire.

  [254] Le château de Conflans, qui est devenu depuis la maison de
  campagne des archevêques de Paris, appartenoit alors à Nicolas Le
  Jay, premier président au Parlement. Ce magistrat mourut en 1640.

Ce M. de Nemours avoit étudié l'art de faire des ballets; il en avoit
fait plusieurs, et avoit eu la curiosité d'en faire de grands livres,
où toutes les entrées étoient peintes en miniature. Il avoit été de
tous les carrousels, soit de France, soit de Savoie.

Le feu roi (_Louis XIII_) fit une fois chez lui un concert où tous
ceux de la musique de la chambre chantoient; il en avoit mis M. de
Mortemart et M. le maréchal de Schomberg: lui-même aussi en étoit. M.
de Nemours, par grande grâce, y fit entrer Le Pailleur, et il avoit
dit au Roi qu'il s'entendoit fort bien en musique. On y chanta sur la
fin des airs du Roi. Le Pailleur, pour faire sa cour à demi-haut, dit:
«Ah! que ce dernier air mériteroit bien d'être chanté encore une
fois!» Le Roi dit: «On trouve cet air-là beau, recommençons-le.» On le
chanta encore trois fois. Le Roi battoit la mesure. Il avoit proposé
de faire une symphonie depuis les plus bas instruments jusques aux
trompettes, et il vouloit qu'il n'y entrât personne qui ne sût la
musique, et pas une femme; «car, disoit-il, elles ne peuvent se
taire.--Ah! Sire, dit M. de Nemours, madame la maréchale de Thémines
en doit être.--Pour elle, répondit le Roi, je le veux bien.»

Un artisan devint amoureux d'elle à Charenton, en la voyant dans sa
place où elle se démasquoit quelquefois. Cet homme, emporté par sa
passion, s'en va chez elle, demande à lui parler, et, tout interdit,
ne put jamais lui dire autre chose, sinon qu'il avoit un procès contre
elle. Elle fait appeler Le Pailleur, demande ce que ce pouvoit être.
Le Pailleur s'informe de cet homme, il n'y trouvoit aucune raison: il
revint plusieurs fois et ne savoit que leur dire. Il rôda long-temps
autour du logis, et enfin on le trouva mort derrière les murailles de
Luxembourg. Elle logeoit alors auprès des Carmes-Déchaussés.

Voici une histoire encore plus étrange. La fille d'un gentilhomme de
Beausse nommé Herville devint amoureuse en tout bien et tout honneur
du ministre de Châteaudun nommé Lamy, qui étoit un homme bien fait,
mais pauvre. Le père de la fille ne pouvant consentir à ce mariage,
elle tomba dans une telle mélancolie, qu'enfin, de peur d'accident, il
fut contraint de s'y résoudre. Le père lui porte donc des articles à
signer. «Ah! dit-elle, il n'est plus temps.» A trois jours de là, on
la trouva noyée sur le bord du Loir.

Un abbé de Calvières, en Languedoc, ayant su que mademoiselle de
Gouffoulens, de la maison d'Hauterive, dont il étoit amoureux, étoit
morte, protesta qu'il ne lui survivroit pas long-temps. En effet, il
refusa toutes sortes d'aliments durant quelques jours, avec une grande
constance, et en mourut. On dit pourtant qu'on lui avoit persuadé
enfin de manger, mais que les passages se trouvèrent bouchés; tous
les boyaux s'étoient rétrécis.

Vous voyez que la maréchale, en maris et en galants, n'a jusqu'ici que
des vieillards; mais elle eut un jeune galant lorsqu'elle ne fut plus
jeune: c'est Monferville, fils du frère de Blainville, premier
gentilhomme de la chambre ou grand-maître de la garde-robe, qui fut
ambassadeur en Angleterre. C'étoit un fort beau garçon, mais un peu
trop doucereux et trop normand. Il ne passoit pas pour un homme fort
friand de la lame. Il ne manque pas d'esprit. On ne sait s'ils étoient
mariés ou non, car on n'a vu ce garçon se marier qu'après la mort de
la maréchale; cependant il sembloit qu'il cherchât à se marier. La
connoissance venoit de ce que ce garçon logeoit avec sa soeur dans une
maison qui étoit à la maréchale, et elle logeoit dans une autre tout
contre qui étoit aussi à elle. On l'accusoit d'avoir dit qu'une fois
il avoit eu une côte enfoncée en portant des sacs d'argent qu'une dame
lui avoit donnés. Le Pailleur, qui voyoit que la maréchale, par
facilité, se laissoit accabler à toute la parenté de cet homme, trouva
moyen de le faire sortir de cette maison et de faire passer à la
maréchale une partie de l'année à la campagne.

La maréchale alla mourir à Poitiers, sept ou huit ans après[255]. Elle
avoit juré de ne rentrer d'un an dans sa maison de Paris, à cause de
la mort d'une vieille fille qui étoit à elle il y avoit trente ans; on
l'appeloit Boisloré; elle étoit bâtarde d'un gentilhomme. La maréchale
étoit d'un tempérament doux et mélancolique; cette fille étoit fort
sage et fort aimable. Aussi la maréchale l'aimoit jusqu'à lui faire
des bouillons quand elle étoit malade, et elle l'étoit souvent. La
maréchale lui avoit donné une petite terre que l'autre lui rendit par
son testament.

  [255] En 1652. (T.)

La maréchale n'avoit que cinquante-sept ans quand elle est morte; mais
il étoit temps qu'elle mourût, car elle ne pouvoit plus subsister: le
jeu et Monferville l'avoient incommodée; cependant elle n'a pas laissé
un sou de dettes. Quand elle alloit faire un voyage, elle payoit tout
ce qu'elle devoit. Elle tomba malade à Poitiers en passant; elle
vouloit aller voir ses parents. Elle mourut faute de sang; on ne lui
en trouva pas une goutte dans les veines.



LE PAILLEUR.


Le Pailleur, dont nous avons déjà parlé plusieurs fois, étoit fils
d'un lieutenant de l'élection de Meulan. Il étudia jusqu'en logique;
il écrivoit bien: on le met aux finances; le voilà petit commis de
l'épargne. Il ne put souffrir les _pillauderies_ qu'on y faisoit, car
on griveloit sur les pensions qui s'y payoient; il se retira chez le
feu président L'Archer, père du dernier mort; il étoit un peu son
parent.

Le Pailleur savoit la musique, chantoit, dansoit, faisoit des vers
pour rire[256]; il chanta quatre-vingt-huit chansons pour un soir de
carnaval. Il fit la débauche à Paris assez long-temps. Las de cette
vie, il va en Bretagne avec le comte de Saint-Brisse, cousin-germain
du duc de Retz. Ce comte avoit fait connoissance avec lui à Paris, et
avoit tant fait qu'il l'avoit résolu à le suivre. Il y étoit le
tout-puissant; mais comme il vit que cet homme faisoit trop de
dépense, il lui dit qu'il falloit se régler. «Je ne saurois, lui
répondit le comte.--Permettez-moi donc de me retirer, lui dit Le
Pailleur, car ayant le soin de vos affaires, on dira que c'est Le
Pailleur qui vous a ruiné.» Il y fut pourtant encore deux ans à
remettre de trois mois en trois mois.

  [256] On a imprimé dans les _OEuvres_ de Dalibray, Paris, 1653,
  in-8º, une Epître en vers de Le Pailleur, auquel ce poète a
  adressé une partie de ses médiocres ouvrages.

Il alla avec le comte voir le maréchal de Thémines, alors gouverneur
de la province. La maréchale le prit en amitié; il étoit gai, il
faisoit des ballets, et mettoit tout le monde en train: elle lui
demanda s'il vouloit être intendant du maréchal; il ne le voulut pas,
car il dit que c'étoit la mer à boire que d'entreprendre de mettre
l'ordre dans cette maison.

Le maréchal mourut à Paris; Le Pailleur y étoit revenu. La maréchale
le pria d'aller avec elle en Touraine; «car j'ai grand'peur, lui
dit-elle, de m'ennuyer en une maison où j'ai tant souffert en
premières noces.» Il y fut, et elle jura qu'elle ne s'y étoit pas
ennuyée un moment. Des demoiselles de la maréchale lui dirent, comme
on revenoit à Paris: «Mais ne demeureriez-vous pas bien avec nous?»
Ainsi, insensiblement il s'attacha à la maréchale, et y demeura
jusqu'à sa mort[257], sans gages ni appointements, mais seulement
comme un ami de la maison: il est vrai qu'il faisoit toutes ses
affaires.

  [257] Durant vingt-cinq ans. Il ne lui survécut que de deux ans.
  (T.)

Le Pailleur étoit de si belle humeur, avant que la gravelle, dont il
fut fort travaillé quand il vint sur l'âge, le tourmentât, que le
messager de Rennes à Paris le vouloit mener pour rien à cause qu'il
avoit toujours fait rire la compagnie depuis là jusqu'à Paris. Je lui
ai ouï conter qu'une fois en une débauche en Bretagne, où étoit le duc
de Retz, quelqu'un ôta son pourpoint, puis dit: «Brûlons nos
chemises.» Le Pailleur, comme le duc vouloit aller brûler la sienne,
lui dit: «Donnez, je la brûlerai avec la mienne;» mais au lieu de
cela, il ne jette que la sienne dans le feu, et met celle du duc dans
ses chausses. Ils allèrent tous sans chemise à un bal: tout le monde
s'enfuit; ils prirent les chandelles et se retirèrent. Le lendemain Le
Pailleur met la chemise du duc, où il y avoit une belle fraise, et va
à son lever. Les valets-de-chambre vouloient gager que c'étoit la
chemise de M. le duc. Le Pailleur rioit; le duc se mit à rire aussi,
et lui dit: «Ma foi! vous n'étiez pas si ivre que nous.»

Un jour Le Pailleur dit bien des choses contre le mariage. Le
lendemain un jeune homme, fils d'un conseiller, le vient trouver:
«Monsieur, lui dit-il, je vous viens remercier. J'étois accordé, mon
père me donnoit sa charge; mais ce que vous dîtes hier me toucha si
fort que je l'allai prier sur l'heure de faire mon frère l'aîné et de
me donner l'abbaye qu'il avoit; cela est conclu. Sans vous j'allois
faire une grande sottise, je vous en aurai de l'obligation toute ma
vie.»

Il s'étoit adonné aux mathématiques dès son enfance: il les apprit
tout seul. Il n'avoit que vingt-neuf sols quand il commença à lire les
livres de cette science, et il échangeoit les livres à mesure qu'il
les lisoit. Il avoit écrit assez de choses, mais il n'a daigné rien
donner: il faisoit des épîtres burlesques fort naturelles.



LE COMTE DE SAINT-BRISSE.


Le comte de Saint-Brisse étoit le second fils du marquis de Ruffec,
d'Angoumois, et de la belle du Lude; il étoit cadet. Ruffec fut pour
l'aîné, et lui eut des terres en Bretagne. C'étoit un homme de plaisir
et grand danseur de ballets. Il mourut de la goutte après avoir été
sept ans dans son lit sans qu'on le pût jamais remuer; tout
pourrissoit sous lui; on dit qu'il y vint des champignons.

Le neveu de ce comte, fils du marquis de Ruffec, n'étoit pas mal avec
le feu roi (_Louis XIII_); et quand le maréchal d'Ancre fut tué, le
Roi lui dit: «Tu n'en oserois faire autant à ton oncle, l'abbé de la
Couronne, qui couche avec ta mère.» Ce jeune homme, dépité de ce que
le Roi lui avoit dit, part avec des coupe-jarrets; et, comme l'abbé
lisoit une lettre qu'ils lui avoient présentée, les coquins lui
jettent une serviette au cou. L'abbé étoit un homme fort et vigoureux;
il leur faisoit de la peine, et l'exécution étoit un peu longue. Le
marquis, impatient, entre dans la chambre et crie: «Joue du poignard.»
Au bout d'un an ce garçon mourut comme fou. Comme le Roi l'aimoit, on
n'osa poursuivre.



LE MARÉCHAL DE CHATILLON[258].


M. de Châtillon, petit-fils de l'amiral, avoit assez de bien; mais il
en dissipa la plus grande partie: il vendit à M. de Montmorency pour
peu de chose l'amirauté de Guyenne; il étoit débauché et d'amoureuse
manière. Il fut un des principaux galants de la Choisy; il l'alloit
voir dans une maison fossoyée à la campagne. Le vieux La Haye,
surnommé _des Assemblées_, à cause qu'il avoit été souvent député aux
assemblées des huguenots, étant ami de la maison de tout temps, lui
dit plusieurs fois que les frères de cette fille lui pourroient jouer
un méchant tour, et, le pont levé, lui faire épouser leur soeur par
force. Il en fut quitte pourtant pour y laisser bien des plumes. Il
avoit aussi un régiment d'infanterie, en Hollande, que ses enfants
ont eu depuis l'un après l'autre. En je ne sais quelle retraite, à la
vue du prince Maurice, il fit tout ce qu'on pouvoit faire; le prince
Maurice le loua fort, et dit: «Ce sera quelque jour un bon capitaine.»
On verra par la suite que la prophétie n'a pas été trop bien
accomplie. A Londres, quelque temps après, le prince d'Orange, Henri,
père du dernier mort, et lui, furent pris dans un lieu d'honneur par
le commissaire du quartier.

  [258] Gaspard III, comte de Coligny, né en 1584, mort en 1646.

Il n'y avoit personne dans le parti huguenot si considérable que lui.
Il avoit toute la faveur de son père et de son aïeul; en un rien il
pouvoit mettre quatre mille gentilshommes à cheval. Il tenoit
Aigues-Mortes; mais il la rendit pour être maréchal de France. La Haye
en enrageoit, et tenant le petit Dandelot[259], qui étoit fort joli,
entre ses bras, dans la galerie de Châtillon, il lui enseignoit à
dire: «Je veux ressembler à celui-là, montrant son grand-père, et non
pas à mon papa;» et il disoit à cet enfant: «Pauvre petit garçon, que
je te plains! tu n'as point d'Aigues-Mortes à vendre;» et cela en
présence du maréchal, car ce bonhomme étoit diseur de vérités.

  [259] Depuis M. de Châtillon, tué à Charenton. (T.)

Le maréchal avoit l'honneur d'être assez prompt pour être appelé
brutal; c'étoit pourtant un fort bon homme, mais qui étoit incapable
de direction et de discipline: il jouoit, et il lui est arrivé bien
des fois, quand il perdoit, de faire semblant d'aller à ses
nécessités; et il descendoit dans le jardin où il se mettoit à secouer
un arbre un gros quart-d'heure durant.

Il s'étoit marié un peu par amour. Sa femme étoit belle et vertueuse;
mais il disoit lui-même qu'il eût mieux aimé qu'elle eût été un peu
plus complaisante et un peu moins honnête femme. Le comte de Carlisle,
au mariage de la reine d'Angleterre, témoigna tant d'estime pour elle,
que si c'eût été un homme moins sérieux, on eût pu dire qu'il en étoit
épris; il la surnomma l'_Incomparable_. Quoi qu'on ait chanté parmi
les huguenots, cette femme-là n'étoit pas si grand chose qu'on disoit;
l'histoire de ses enfants en fera foi. Mais sa vertu et son zèle,
quelquefois assez inconsidérés, faisoient que le petit troupeau en
étoit persuadé à un point étrange.

Elle se mit en tête d'entendre la Sainte-Ecriture, et pour cela elle
s'enfermoit des après-dînées entières avec un grand ministre mal bâti,
qu'on appeloit M. Le Veilleux, et cela si souvent qu'on commençoit à
en dire des sottises. Elle s'étoit laissé empaumer par une vieille
mademoiselle Du Chesne, qui avoit été gouvernante des soeurs du
maréchal; c'étoit une dévote qui, par affectation, se mettoit toujours
à prier Dieu quand il falloit dîner, afin qu'on dît: «Elle est en
oraison, il la faut laisser achever.» Ce M. Le Veilleux étoit un homme
qui, sans affectation, faisoit pourtant ses oraisons aussi à
contre-temps que cette demoiselle. Lui et la maréchale[260] se
promenoient quelquefois trois heures durant dans le parc, et on les
trouvoit souvent en oraison au pied d'un arbre. Cet homme étoit un peu
fou, et en priant Dieu il demeuroit quelquefois en extase. Il lui
échappoit parfois de belles choses; c'étoit un gentilhomme plein de
charité. Il avoit près de quatre-vingt mille livres de rente qu'il
employoit à assister les pauvres, et il ne se maria que quand il eut
dissipé une partie de son bien, afin de faire des gueux. Le maréchal
ne prit point plaisir à ces promenades de sa femme et y mit ordre.

  [260] Ce n'étoit point une habile femme; elle ne faisoit que
  prier Dieu. Le maréchal fut contraint de lui ôter le soin de sa
  maison. (T.)

C'étoit un homme intrépide que le maréchal! Au siége d'Arras, il reçut
un coup de mousquet dans son écharpe; la balle s'arrêta au noeud. Il
ne pouvoit porter des armes, tant il étoit gros, et puis il n'en eût
pas voulu. Il eut un cheval tué entre ses jambes d'un coup de canon:
«Ah! dit-il, sans s'émouvoir, ces gens-là sont importuns; cela n'est
point plaisant. J'avois là un bon cheval.»

M. de Chaulnes, qui étoit le plus ancien maréchal[261], lui vint dire,
le fort de Rousseau étant pris: «Monsieur, tout est perdu, les ennemis
sont dans les lignes.--Bien, bien, répondit-il, je les aime mieux là
qu'à Bruxelles. Allons, allons, monsieur de Chaulnes, il ne faut pas
s'effrayer de cela.» C'étoit en effet le plus confiant des hommes. Il
disoit toujours: «Laissez-les venir,» et on avoit une peine étrange à
le faire monter à cheval; peu prévoyant, et qui ne jouoit point du
tout de la tête, il assuroit toujours de prendre, et dans peu de
temps, et souvent il ne prenoit que fort tard, ou point du tout. Ma
foi! ce n'étoit ni son grand-père ni son père[262].

  [261] Ils étoient trois: Chaulnes, Châtillon et Brézé. (T.)

  [262] Son fils Dandelot le sauva à la bataille de Sedan. (T.)

Il fut un temps qu'il n'y avoit que lui et le maréchal de La Force,
car on étoit si ignorant, qu'à Saint-Jean-d'Angely personne ne savoit
comment on faisoit des tranchées.

Le cardinal de Richelieu lui a donné de l'emploi à faute d'autre, car
je ne crois pas qu'il trouvât trop bon que le maréchal fût le seul qui
ne l'appelât que _Monsieur_, et il n'étoit pas persuadé qu'il fût à
lui. C'étoit un bon François, et qui, depuis qu'il se fut accommodé
avec la cour, n'a brouillé en aucune sorte. La Reine, au commencement
de la régence, lui donna le brevet de duc. Il avoit voulu tenter si le
Parlement le recevroit durant la minorité; c'étoit une folle
entreprise; on l'estimoit, mais c'eût été faire la planche pour les
autres. Il mourut quelque temps après; sa femme se jeta à ses genoux
pour lui demander pardon si..... etc. «Ah! ma mie, lui dit-il, vous
vous moquez; ce seroit bien plutôt à moi.»



LA COMTESSE DE LA SUZE[263]

ET SA SOEUR, LA PRINCESSE DE WIRTEMBERG.


La fille aînée du maréchal de Châtillon fut mariée en premières noces
avec un jeune garçon de la maison des Hamilton. Ses parents, car il
étoit orphelin, l'avoient envoyé étudier au collége de Châtillon: le
maréchal y entretenoit un petit collége pour ceux de la religion. Là,
étant encore enfant, il vit mademoiselle de Châtillon et en devint
amoureux; quand il eut dix-huit ans, il retourna dans son pays; il fit
trouver bon à ses tuteurs qu'il recherchât cette fille. Le nom de
Châtillon fait bien du bruit, et surtout en pays d'huguenots; les
tuteurs écrivent au maréchal; le maréchal y consent. Il avoit alors
cent mille livres d'argent comptant qu'il vouloit donner; mais on ne
le lui conseilla pas, car en Ecosse les maris ne rendent point le
mariage de leurs femmes, si elles viennent à mourir sans enfants, et
puis les tuteurs dirent que leur pupille avoit assez de bien, et
demandèrent seulement que le maréchal fît les frais des noces.

  [263] Henriette de Coligny, comtesse de La Suze, née en 1618;
  morte en 1673.

Ce jeune seigneur étoit comte d'Adington, et sa femme avoit le
tabouret chez la Reine; il emmène sa femme; mais il ne dura qu'un an,
car il étoit pulmonique, et je crois qu'elle ne l'épargna guère. Il
lui fit en mourant tous les avantages qu'il lui pouvoit faire.

Au bout de quelque temps la voilà de retour à Paris, avec quelque
somme d'argent, quelques pierreries, et dix mille livres de douaire.
La reine d'Angleterre étoit déjà à Saint-Germain; notre jeune veuve la
visitoit souvent, parce qu'elle y avoit le tabouret, et qu'on lui
faisoit force caresses.

Cette Reine, toujours zélée pour la propagation de la foi, pense
incontinent à gagner cette âme à Dieu et à la faire épouser à
quelqu'un de ceux qui avoient suivi sa fortune; elle tâche donc à la
marier avec le fils de la comtesse d'Arondel. Cette dame logeoit assez
près de madame de Châtillon, au faubourg Saint-Germain; elle visite
la veuve, la cajole, et se met fort en ses bonnes grâces: mais un
jeune Ecossois, nommé Esbron[264], neveu du colonel Esbron, qui étoit
mort au service de la France, avoit déjà fait un grand progrès auprès
de la comtesse d'Adington. La maréchale, sa mère, car le père étoit
déjà mort, eut avis de tout, et tâchoit d'empêcher que ces étrangers
ne vissent sa fille. Un jour il y eut bien du désordre, car la
comtesse d'Arondel et madame de Châtillon la jeune avoient mené la
comtesse d'Adington entendre les Ténèbres. La maréchale, qui,
d'ailleurs, savoit bien des choses, lui donna un soufflet et l'emmena
à La Boulaye chez sa soeur de La Force, où, de peur qu'elle ne
changeât de religion, elle la maria au comte de La Suze, tout borgne,
tout ivrogne, et tout endetté qu'il étoit; mais c'étoit à faute
d'autre; et puis il est parent de madame de La Force. Durant qu'on
parloit de l'affaire, Esbron lui écrit, elle fait réponse. Il va à La
Boulaye pour tâcher à se battre contre La Suze; il n'en peut venir à
bout; il écrit encore; on ne lui fait point de réponse; il se dépite,
montre toutes les lettres de la dame et s'en rit partout.

  [264] Le vrai nom est _Hailbrun_. (T.)

Nous reprendrons la comtesse de La Suze après que nous aurons parlé de
sa soeur; car ce qui est arrivé à sa soeur lui est arrivé durant la
vie de la mère, et la mère morte, nous verrons les beaux exploits de
la comtesse.

Mademoiselle de Coligny, en son enfance, avoit eu une maladie la plus
étrange du monde; elle gravissoit, quand son mal lui prenoit, le long
d'une tapisserie, comme un chat, et faisoit des choses si
extraordinaires qu'on ne savoit qu'en croire. A cet âge-là la
_mère_[265] ne fait point de si prodigieux effets. La maréchale
croyoit que c'étoit un sort, et sa fille, quand elle fut guérie, dit
qu'une femme de Châtillon, en colère de ce qu'elle ne vouloit pas
qu'elle allât librement dans le parc, lui avoit donné un sort, et
qu'il lui avoit semblé qu'elle avaloit un boulet de feu[266].

  [265] _Mère_ est pris ici dans le sens de l'organe de la femme où
  se forme le foetus. (Voyez _le Dict. de Trévoux_.)

  [266] La mère croyoit que sa fille avoit été délivrée par ses
  prières. (T.)

Cette fille, étant grande, n'étoit pas si bien faite que sa soeur;
mais elle avoit bonne mine, et la qualité y fait. Sa mère lui donna
trop de liberté, elle qui n'en vouloit pas donner à ses garçons, et
qui leur fit haïr les sermons à force de les y faire aller. Elle eut
grand tort de la laisser aller de son chef chez madame la Princesse.

Vineuil, qu'on appeloit à la cour M. le marquis de Vineuil, secrétaire
du Roi, garçon qui a pourtant de l'esprit, et qui est bien fait, dès
le vivant du maréchal avoit gagné une madame de Briquemaut, qui étoit
pauvre et qui étoit familière chez le maréchal. Cette femme leur
fournissoit des rendez-vous. Boccace, capitaine des gardes du
maréchal, s'aperçut de l'affaire, et dit à la demoiselle que si elle
continuoit il en avertiroit monsieur son père. Elle le prévint, dit au
maréchal que Boccace étoit amoureux d'elle, et que s'il dit quelque
chose, c'est à cause qu'elle ne l'a pas voulu écouter. Le maréchal la
croit, et brutalement il dit en présence de Boccace: «Qu'il donnera de
l'épée dans le ventre à quiconque lui fera des contes de sa
fille[267].»

  [267] Il vouloit que ses filles fussent comme des garçons. (T.)

Après que le père fut mort, la maréchale étant logée auprès de la
Foire chez une madame Cousin, marchande de bois, qui leur louoit une
grande maison et logeoit dans un petit corps-de-logis séparé, cette
fille faisoit semblant d'être catholique, et disoit à sa mère qu'elle
étoit malade quand il falloit aller à Charenton. Madame Cousin,
croyant que ce fût tout de bon que mademoiselle de Coligny se vouloit
convertir, faisoit entrer Vineuil, déguisé en prêtre, qui, tout à son
aise, catéchisoit la demoiselle. Une demoiselle de madame de La Force,
qui, par hasard, étoit demeurée chez madame de Châtillon pour se faire
traiter de quelque incommodité, découvrit tout le mystère, et en
avertit la maréchale, qui étoit alors à La Boulaye pour marier sa
fille aînée, car la demoiselle, pour un mal d'yeux, étoit demeurée à
Paris. La marquise de La Force vint à Paris et emmena la demoiselle à
La Boulaye, et crut qu'elle étoit grosse. La mère lui donna à son
arrivée quatre soufflets et un coup de pied dans le ventre, et lui fit
mille reproches; car cette pauvre femme lui avoit fait confidence des
sottises de l'aînée, et lui avoit dit: «Vous êtes ma seule
consolation.» Peu après on fut assuré qu'elle n'étoit point grosse. De
La Boulaye madame de Châtillon fut à Béfort, où elle alloit pour
mettre ordre à cette petite ville que le feu Roi avoit donnée au feu
comte de La Suze. Jamais voyage ne fut plus heureux que celui-là pour
la maréchale, car elle trouva là ce qu'elle n'eût pas trouvé en
France. Un comte Georges, frère du comte de Montbelliard, de la maison
de Wirtemberg, qui a vingt mille livres de rente, prit cette fille
avec ses droits.

La maréchale étant morte, ce prince Georges et sa princesse Georgette
vinrent à Paris pour voir s'il n'y auroit rien à recueillir: ce bon
Tudesque ne la perdoit pas de vue. Toute la consolation de la pauvre
chrétienne étoit de parler de son chancelier: elle étoit fort éveillée
en sa jeunesse; elle ne voulut point voir Vineuil. On dit qu'elle a
plus de sens que l'autre.

Madame de La Suze, qui paroissoit stupide en son enfance, et qui en
conversation ne disoit quasi rien il n'y a pas trop long-temps encore,
fit des vers dès qu'elle fut en Ecosse; elle en laissa voir, dès
qu'elle fut remariée, qui n'étaient bons qu'à brûler. Depuis elle a
fait des élégies les plus tendres et les plus amoureuses du monde, qui
courent partout. Le premier dont on a parlé fut un garçon de notre
religion, nommé Laeger; il est à cette heure conseiller à Castres: il
a de l'esprit et fait des vers, mais médiocres. D'ailleurs, c'est un
gros tout rond, et qui n'est nullement honnête homme. Il étoit allé à
Lumigny avec un de ses amis qui connoissoit madame de La Suze. Là
cette folle s'éprit de Laeger; on le lui dit. Elle lui a écrit un
million de lettres et des vers les plus passionnés qu'on puisse voir;
mais ses belles-soeurs les empêchoient de se joindre. Elle vint ici;
il alloit la voir et portoit une lettre; elle se tenoit sur le lit,
lui auprès, et mettoit cette lettre dans sa mule de chambre droite, et
en prenoit une autre dans la gauche. Il la vit, déguisé sur les
chemins, et une autre fois comme il faisoit semblant d'aller à la
chasse. Il se ruinoit en laquais et en messagers qu'il a fallu
quelquefois envoyer jusqu'à Béfort. Ce galant homme avoit conté cette
histoire à Frémont, qui ne le croyoit pas, car c'est un des plus
grands menteurs du monde; mais il n'en douta plus par une aventure
assez plaisante que voici:

Comme il étoit en Champagne, un Anglois lui demanda la passade.
«J'avois, lui dit-il en mauvais françois, une attestation de M.
l'agent du roi d'Angleterre; mais on me l'a déchirée à Lumigny.»
Frémont, qui étoit peut-être le seul homme en Champagne qui sut cette
affaire, lui demanda comment cela étoit arrivé. «Comme je fus à
Lumigny, deux demoiselles me demandèrent si j'avois des lettres de _M.
Laeger_, j'entendis _M. l'agent_; je tire mon attestation; elles se
jettent dessus, et en se l'arrachant l'une à l'autre, la déchirent;
après cela la plus jeune (on l'appeloit mademoiselle de Nermanville)
vint à moi avec une lettre, et me dit:--C'est de Laeger et non de
l'agent que je vous demande une lettre, donnez-la-moi; en voilà une
pour lui (elle faisoit cela pour voir s'il n'en avoit point).--Je lui
jurai que je ne savois ce que c'étoit.» La comtesse, après, trouva
moyen de lui parler; elle lui parla en anglois, lui donna une lettre
pour Laeger, lui enseigna son logis, et lui jura qu'il l'assisteroit.
Il les servit depuis, et porta quelque temps leurs lettres. Déjà
Laeger s'étoit servi de ces pauvres Anglois qui vont demandant leur
vie, et c'est pourquoi les deux filles demandèrent des lettres à
celui-ci.

Le comte de La Suze est un homme où jamais il n'y a eu ni rime ni
raison. Lui et sa femme avoient plus de quatre-vingt mille livres de
rente. Pour s'acquitter, on lui proposa de se contenter de douze mille
écus par an pour quelques années; jamais il n'y voulut entendre. Il
avoit cent personnes chez lui, cent cinquante chiens avec lesquels il
n'a jamais rien pris, grand nombre de méchants chevaux. Là-dedans on
n'est point surpris quand on vous annonce de vous coucher sans souper,
tant toutes choses y sont bien réglées. Il buvoit un temps du vin, un
autre de la bierre, en un autre de l'eau. On dit qu'il est assez
plaisant en débauche: «Quand je n'aurai plus rien, disoit-il, j'irai
avec les Allemands.» Béfort lui valoit quarante mille livres de rente;
mais ayant pris le parti de M. le Prince, il a tout perdu.

Après une ivrognerie célèbre à Brissac, comme il s'en retournoit, un
troupeau de cochons l'ayant renversé sur le pont, lui passa sur le
corps, et il crioit: «Quartier, cavalerie, quartier!»

L'aînée de La Suze se retira avec une soeur qu'elle a mariée en
Bretagne. La cadette demeura encore quelque temps; mais elle quitta sa
belle-soeur, et mourut bientôt après. Elle étoit fort aimable.

On parla ensuite d'un greffier du conseil, nommé Potet, garçon fort
médiocre; mais il fit de la dépense pour elle, et la suivit au Maine.
Je crois qu'il n'en a rien eu: mais le comte Du Lude, qui parut après
sur les rangs, en eut apparemment tout ce qu'il voulut.

De Vannes Matharel, qui étoit familier chez le maréchal de Châtillon,
lui fit un jour des reproches de sa façon de vivre, car elle avoit
fait cent sottises. Elle lui dit: «Vois-tu, ce n'est pas ce que tu
penses; ce n'est que pour tâter, que pour baiser, pour badiner; du
reste, je ne m'en soucie point. Mon mari me le fit douze fois; c'étoit
comme s'il l'eût fait à une bûche. Si on m'avoit mariée comme j'eusse
voulu, je ne ferois pas ce que je fais.» Elle lui confessa que le
comte Du Lude en avoit tout eu; depuis, elle le lui nia, et lui dit:
«Que c'étoit un coureur qui avoit eu la v....., s'il ne l'avoit
encore.» Mais ce que je sais de mieux, c'est ce qu'elle a fait à
Rambouillet, celui qu'on appela depuis Rambouillet-Candale. Elle lui
dit une fois qu'elle étoit entièrement persuadée de son mérite; depuis
elle lui écrivit cent extravagances. Il ne lui fit aucune réponse;
mais il y fut un jour qu'elle l'en avoit fort prié: elle étoit au lit.
Elle fit si bien qu'en présence de ses demoiselles qui ne sortoient
jamais de la chambre (elles étoient un peu espionnes), elle mit le
rideau sur lui, de sorte qu'elle se fit voir à lui toute nue. Elle a
le corps beau; mais pour le visage il y a de la moue de son père.

Elle fut après pour le voir, et le pressa de se trouver en un lieu où
ils pussent être en liberté. Lui, qui croyoit qu'il n'y faisoit pas
trop sûr, et qui étoit engagé ailleurs, fut long-temps sans s'y
pouvoir résoudre. Enfin il fallut pourtant cesser de faire le cruel:
il n'alla point un dimanche à Charenton, et il s'assura de la cour de
derrière du logis de son père. Après avoir fermé soigneusement toutes
les fenêtres et toutes les portes qui donnoient sur cette cour, et
avoir fait dire qu'il n'y étoit pas, il prit ensuite des porteurs
affidés dont la chaise étoit marquée 20[268], et les envoya chez
madame de Revel, veuve d'un avocat-général de Grenoble. Or, la
comtesse devoit aller chez cette dame en chaise, et renvoyer tout son
monde, faisant semblant d'y vouloir passer l'après-dînée; ce qu'elle
fit. Après avoir été un moment en haut, elle dit à madame de Revel:
«Qu'elle étoit montée plutôt pour savoir si elle la retrouveroit dans
deux heures que pour lui faire une visite; car, dit-elle, j'ai une
affaire qui presse.»

  [268] Toutes les chaises ont leur numéro. (T.)

Après elle descend et crie: _Mes porteurs_; c'étoit le mot; elle entre
dans la chaise, va chez Rambouillet: on la porte jusque sur
l'escalier, car l'appartement du galant répond sur le derrière, et est
par bas. Il la caressa tant qu'il put. Dans le déduit il lui disoit:
«Voilà le sang de Coligny bien humilié!» Il dit qu'elle n'est point
badine, et qu'elle ne lui sut jamais dire que: «Ah! mon cher, que je
vous aime!» Il lui dit: «Qu'il ne lui avoit pas autrement d'obligation
de ce qu'elle avoit fait pour lui, et que le comte Du Lude en avoit eu
autant.» Elle souffrit cela sans se fâcher. Elle ne lui avoua pourtant
rien, et lui dit seulement qu'en causant de l'amour avec sa
belle-soeur de Nermanville, la pucelle lui disoit: «Mais, ma soeur, à
vous ouïr, je pense que si vous vous trouviez avec un homme que vous
aimassiez, vous lui permettriez toute chose. Peut-être, disoit-elle;
je n'en voudrois pas répondre.» Rambouillet fut quinze jours sans y
aller; il lui dit qu'il y avoit été trois fois. Elle le crut
bonnement, car on lui fait accroire tout ce qu'on veut; mais il ne lui
fit rien, et, ce qui est étonnant, ils se sont vus cent fois depuis,
et elle n'a jamais fait semblant de se souvenir de ce qui s'étoit
passé entre eux.

Un Saint-d'Hierry, fils de feu Roques, écuyer du cardinal de
Richelieu, a été son galant ensuite. Les demoiselles se relâchoient,
et tout alloit à l'abandon. De Vannes se tourmenta tant qu'il lui fit
donner l'ordre de se retirer. Depuis, ses parents la pressant d'aller
trouver son mari, qui avoit passé en Allemagne, elle dit à madame de
La Force qu'elle avoit du mal. Regardez quelle effronterie! Cela
pouvoit être vrai. On disoit qu'elle avoit donné une vache à lait à
l'abbé d'Effiat. Elle a dit depuis à Rambouillet qu'elle avoit dit
cela pour ne pas aller avec son mari, et au même temps elle lui avoua
qu'elle avoit couché avec le comte Du Lude.

Enfin elle changea de religion, afin qu'on ne la fît point sortir de
Paris. Elle fut quelque temps aux Carmélites, à condition de ne point
quitter ses mouches, et de sortir deux fois la semaine. Un nommé
Hacqueville[269] étoit alors son galant. Les dévotes, voyant qu'elle
ne prioit point Dieu les matins, et qu'elle ne faisoit que se mirer,
lui ôtèrent ses miroirs. Le lendemain elle n'en trouva pas un; on lui
dit qu'elle n'en auroit qu'après avoir prié Dieu.

  [269] Il est vraisemblable que ce d'Hacqueville est l'ami du
  cardinal de Retz et de madame de Sévigné, celui qui se
  multiplioit si bien pour ses amis qu'on l'appeloit _les
  d'Hacqueville_.

J'ai oublié de dire qu'on trouva dans la cassette de mademoiselle de
Nermanville cent lettres d'amour de la comtesse que ses belles-soeurs
gardoient pour tâcher à faire rompre le mariage; c'est pour cela
qu'elles vouloient avoir des lettres de Laeger. Ce fou se vante qu'il
a couché avec elle. Elle dit qu'il avoit été assez impertinent pour
lui dire qu'il avoit été cruel à la reine de Suède pour lui être
fidèle. Il a été quelque temps en Suède.

La meilleure aventure qui soit arrivée à la comtesse, ce fut quand
Bertaut, l'_incommode_[270], à la première visite, après maints beaux
propos sur ses mérites, lui sauta au cou, et lui voulut lever la jupe.
Elle appelle ses gens tout en colère; mais, à leur vue, elle se
retint, et leur dit seulement: «Raccommodez ce feu.» C'étoit l'hiver.
Quand ils se furent retirés: «Ne vous repentez-vous point? lui
dit-elle. Sans la considération de madame de Motteville, je vous
perdrois.» Après, elle alla conter sa déconvenue à madame de Revel,
qui lui dit: «Voilà bien de quoi! Madame de Savoie a bien été
colletée[271].»

  [270] On a vu plus haut, p. 177, l'article de Bertaut, le frère
  de madame de Motteville.

  [271] Allusion à l'anecdote de ce fou de président Toré, fils du
  surintendant d'Emery. (Voyez plus haut, p. 120.)

M. de Guise lui en conta huit mois durant; mais ils sont si
visionnaires l'un et l'autre, qu'on ne sauroit dire s'il en est rien
arrivé. Rambouillet l'avertit que dès qu'elle lui auroit fait quelque
faveur, il la laisseroit là. Le maréchal d'Albret y alla ensuite.

Un nommé Des Colombys, grand brutal, lui en conta et lui donna
sur les oreilles une fois. L'abbé de Bruc, frère de madame Du
Plessis-Bellièvre et de Montplaisir[272], s'y attacha ensuite. Il y va
tant de gens, que c'est une vraie cohue. Elle devient fort grosse;
elle a des affectations insupportables. Elle ne parle qu'à certaines
gens; ailleurs, elle dit les choses si languissamment, et avec une
telle négligence, qu'elle ne daigne pas former les paroles.

  [272] René de Bruc, marquis de Montplaisir, poète assez
  distingué, passe pour avoir eu quelque part aux ouvrages de la
  comtesse de La Suze.

Le reste est dans les Mémoires de la régence.



LE MARÉCHAL DE SAINT-LUC[273].


Le maréchal de Saint-Luc s'appeloit d'Epinay; c'est une bonne maison
de Normandie. C'étoit un étrange maréchal de France. On disoit qu'il y
avoit en lui de quoi faire six honnêtes gens, et qu'on ne pouvoit pas
dire pourtant que ce fût un honnête homme. Il étoit bien fait, dansoit
bien, jouoit bien du luth, étoit adroit à toutes sortes d'exercices,
avoit de l'esprit, et se mêloit même d'écrire en vers et en prose;
mais il ne faisoit rien avec grâce[274].

  [273] Timoléon d'Épinay de Saint-Luc, né en 1580, mort à Bordeaux
  le 12 septembre 1644.

  [274] M. de Termes avoit promis des vers à quelqu'un pour le
  carrousel; l'autre les lui demanda. «Ma foi, répondit-il,
  Saint-Luc a depuis quelques jours tellement gourmandé les Muses,
  que je n'en ai pu avoir raison. (T.)

On conte de lui qu'ayant traité à Fontainebleau tous les princes
lorrains, ils se firent tous jolis garçons. L'ambassadeur d'Espagne le
vint voir après dîner. M. de Guise, croyant ôter son chapeau pour le
saluer, ôta sa perruque, et demeura la tête rasée. Cet ambassadeur en
sortant, comme M. de Saint-Luc le conduisoit, lui dit: «Vous n'irez
pas plus avant, et je vous en empêcherai bien; il n'y a guère de plus
forts hommes que moi.» Le maréchal, un peu soûl, lui qui se piquoit
d'être grand lutteur[275], crut que cet homme lui offroit le collet;
il le prend, et le culbute en bas des degrés. Cela fit bien du bruit;
mais on apaisa tout en disant que le maréchal avoit bu. «Je croyois,
disoit-il, qu'il me défioit à la lutte.»

  [275] Il disoit un jour à propos de cela, qu'il étoit un Samson.
  «Au moins, dit M. de Guise, avez-vous une mâchoire d'âne.» (T.)

Il étoit un plaisant homme en fait de femelles. M. de Bassompierre,
son beau-frère, lui écrivoit de Rouen: «Venez vite pour mon procès;
j'ai besoin de vous; venez en poste le plus tôt que vous pourrez.» Il
part. Le voilà dès sept heures du matin à Magny; c'est la moitié du
chemin: il demande un couple d'oeufs. Une servante assez bien faite
lui ouvre une chambre. «Ah! ma fille, lui dit-il, que vous êtes jolie!
Quel bruit est-ce que j'entends céans?--Il y a une noce,
monsieur.--Danserez-vous?--Vraiment, répondit-elle, je n'en jetterois
pas ma part aux chiens.» Il dit qu'il vouloit en être, oublie M. de
Bassompierre, s'habille comme pour le bal, et gambade jusqu'au jour.
Par bonheur l'affaire avoit été différée.

Une autre fois, passant en poste par Brives-la-Gaillarde, il demanda à
boire à une hôtellerie; la fille de la maison lui plut: il lui demanda
si elle avoit des soeurs. «J'en ai deux qui valent mieux que moi.» Il
descend de cheval, et y demeura trois jours, un jour pour chacune, et
disoit qu'il ne se pouvoit lasser de manger des pigeonneaux que ces
divines mains avoient lardés. Par ces sortes de visions il faisoit
enrager ses gens: ils disoient tout ce qu'ils vouloient, il ne s'en
fâchoit jamais.

La Hoguette[276], celui qui a fait le Testament d'un bon père à ses
enfants, étoit à lui. Un jour que le maréchal fut six heures chez une
femme, il fit un impromptu qui disoit à la fin:

     Il .... ses gens et ne .... pas la belle.

  [276] Pierre Fortin de La Hoguette. Son livre est intitulé:
  _Testament, ou Conseils d'un père à ses enfants_, 1655, in-12.

Il épousa en deuxièmes noces madame de Chazeron, une des plus belles
femmes qu'on pût voir, mais qui avoit une fine v..... Il disoit: «Si
elle me donne des pois, je lui donnerai des féves.» Il en tenoit
aussi. Il en fut long-temps amoureux. Un jour il envoya un page pour
savoir de ses nouvelles: le page lui rapporta qu'il l'avoit trouvée à
table tête à tête avec le maréchal de Brézé, et qu'ils mangeoient des
perdrix en carême. Il pesta terriblement contre elle: son fils aîné,
le comte d'Estelan, âgé alors de vingt-deux ans, se mit à rire: «De
quoi riez-vous?--C'est que je me suis souvenu de certaines personnes
qui, après avoir plus pesté que vous, ne laissoient pas d'épouser les
gens.» Aussi l'épousa-t-il ensuite. Cette v..... lui avoit été donnée
par son mari, jeune homme qu'on avoit envoyé voyager en Italie après
l'avoir marié à dix-sept ans; il en apporta ce beau présent à sa
femme. Huit mois durant en secondes noces elle se porta assez bien;
elle engraissa; on la croyoit guérie; mais depuis elle ne fit
qu'empirer. Elle étoit tourmentée avant cela d'une faim canine, et ce
fut à cause que M. de Saint-Luc avoit le meilleur cuisinier de la cour
qu'elle l'épousa. Enfin elle rendoit tout deux heures après. Il lui
falloit faire je ne sais combien de repas par jour, et, pour dormir,
prendre de l'opium le soir.

Son fils, le comte d'Estelan, voyant que sa survivance de Brouage
viendroit bien tard, et que son père avoit d'assez bonnes dents pour
tout manger, prit la soutane à la persuasion de M. de Bassompierre,
qui le trouvoit d'une figure assez propre pour l'Eglise. On lui donna
une abbaye de dix mille livres de rente qu'avoit son frère,
aujourd'hui M. de Saint-Luc.



LE COMTE D'ESTELAN[277].


Il avoit dix mille livres de rente en une abbaye, autant sur la comté
d'Estelan, autant sur les Suisses, dont M. de Bassompierre étoit
colonel, et une pension d'autres dix mille livres que le Roi lui donna
pour renoncer à la survivance de Brouage. Il jouit de ces deux
pensions trois ans durant, car M. de Bassompierre, ayant été mis dans
la Bastille, ne lui pouvoit rien laisser prendre sur les Suisses, et
la cour ne lui paya plus sa pension; on ne le considéroit qu'à cause
de son oncle. Il haussa son abbaye de quatre mille livres de rente;
ainsi il demeura avec vingt-quatre mille livres de rente pour tout
bien.

  [277] Louis d'Épinay, abbé de Chartrice en Champagne, comte
  d'Estelan, nommé à l'archevêché de Bordeaux, mourut en 1644, six
  semaines après le maréchal de Saint-Luc, dont il étoit le fils
  aîné.

Si M. de Bassompierre fût demeuré à la cour, notre abbé eût fait
fortune, car il avoit de l'esprit. Il étoit porté à la satire. Un jour
M. de La Rochefoucauld le défia de rien trouver contre lui; il fit ce
sonnet qui a tant couru. Un gentilhomme qui a été à M. de Saint-Luc
m'a assuré que ce n'a point été le comte d'Estelan qui a fait
l'épitaphe que voici, mais bien Comminges:

     La mort ici-dessous rangea
     Deux corps qui mangèrent Brouage;
     Ils eussent mangé davantage,
     Mais la v..... les mangea.

Mais Malleville, qui étoit à M. de Bassompierre, m'a dit que le comte
avoit fait depuis celle-ci par avance:

     Enfin Saint-Luc ici repose,
     Qui ne fit jamais autre chose.

M. de Bassompierre étant dans la Bastille, le comte ne demeuroit guère
à la cour: il alloit souvent à Sainte-Menehould, en Champagne, proche
de son abbaye. Il y avoit meublé une chambre chez un élu nommé
d'Origny. Or, il avoit fait l'histoire des cinq premières années du
ministère du cardinal de Richelieu[278], et une satire du passage de
Bray, que plusieurs personnes ont à cette heure, quoiqu'à sa mort il
l'ait fait brûler avec bien des saletés qu'il avoit faites, l'origine
du b....l, etc. Pour moi, je l'ai eue de sa soeur la religieuse à
Reims: son frère en a une copie. Puis il l'avoit donnée à feu M.
d'Esperses, et même à feu Châtellet, pour avoir sa satire contre
Laffemas.

  [278] On attribue au comte d'Estelan la satire intitulée: _Le
  Gouvernement présent, ou Eloge de Son Éminence_, plus connue sous
  le titre de _Milliade_. M. Peignot donne cette pièce à Favereau,
  conseiller à la cour des aides. (_Dict. des livres condamnés au
  feu_, tom. 1, pag. 133.) Nous avons rapporté dans la note 1 de la
  p. 366 du t. 1, où nous avons déjà parlé de cette pièce, que
  Barbier l'attribuoit au poète Brys. Mais le témoignage
  contemporain de La Porte nous semble d'une grande autorité. Il
  dit positivement que la _Milliade_ est de l'abbé d'Estelan.
  (_Mémoires de La Porte_ dans la deuxième série des Mémoires
  relatifs à l'histoire de France, t. 59, p. 356.)

La cour vint une fois à Sainte-Menehould: il en part. Comme il fut à
vingt lieues de là, il s'avisa qu'il avoit laissé cette histoire et
autres pareilles dans un cabinet d'ébène en cette chambre. Il jure et
peste. Ce gentilhomme qui a été page de son père s'offrit à les aller
retirer. Il arrive justement comme M. de Chavigny, qui logeoit de ce
jour-là dans cette chambre, étoit par bonheur sorti avec tous ses
gens: il trouve moyen d'y entrer, et emporte tout ce qu'il falloit. Le
soir même M. de Chavigny, sachant à qui étoient ces meubles, demanda
la clef de ce cabinet; peut-être même le fit-il ouvrir faute de clef.
Depuis, le cardinal sut qu'il avoit fait cette histoire: il envoya M.
le chancelier pour en voir quelque chose. Le comte y avoit mis ordre,
et ne lui montra qu'une copie où il n'y avoit que des choses à
l'avantage du cardinal. Le cardinal Mazarin a voulu avoir l'original.
M. de Saint-Luc, dès qu'il put le recouvrer, le lui donna sans en rien
lire; je le sais de ce même gentilhomme qui le lui porta.

Le comte, voyant son père mort, prit la poste pour venir à Paris; il
tombe, et son cheval sur lui: il cracha du sang, se gouverna assez
mal à Tours où il s'arrêta, et y mourut au bout de quinze jours à
l'âge de quarante ans.



LA MONTARBAULT,

SAMOIS, ET DE LORME.


La Montarbault étoit fille d'un fermier d'Anjou: elle fut mariée à un
homme de la condition de son père; mais elle le quitta bientôt, soit
qu'elle se fût fait démarier, ou autrement. Elle vint à Paris, où elle
fut entretenue par De Lorme, le médecin. Cet amant ne lui étant pas
assez fidèle pour l'arrêter, elle voulut faire une finesse qui lui
pensa coûter bon. Elle prit du poison, et ensuite de l'antidote; mais
elle avoit pris du poison en telle quantité, que si De Lorme ne fût
survenu à propos, elle passoit le pas; encore eut-il bien de la peine
à la sauver. Depuis elle épousa un gentilhomme nommé Montarbault, à
qui elle ne voulut jamais rien accorder qu'ils ne fussent mariés. Cet
homme s'en lassa bientôt; car, quoiqu'elle fût belle, elle avoit
l'esprit si turbulent, si enragé, qu'on ne pouvoit vivre avec elle. Sa
beauté commençant à diminuer, elle se mit à souffrir; elle avoit un
million de secrets, et voyant qu'elle se décrioit à Paris, elle alloit
faire de petits voyages dans les provinces. Une fois elle fit si bien
accroire au duc de Lorraine qu'elle faisoit de l'or, qu'on a vu des
lettres de lui par lesquelles il la recommandoit comme la personne du
monde la plus nécessaire à son Etat; mais enfin cela alla si mal pour
la pauvre alchimiste, qu'au lieu d'en rapporter de grandes richesses,
elle y perdit pour sept à huit mille livres de pierreries que le duc
lui prit quand il vit que c'étoit une affronteuse. Après plusieurs
promenades, elle rencontra un Anglois qui se vantoit d'avoir trouvé
l'invention de faire des carrosses qui iroient par ressort; elle
s'associa avec cet homme, et dans le Temple[279] ils commencèrent à
travailler à ces machines. On en fit une pour essayer, qui
véritablement alloit fort bien dans une salle, mais n'eût pu aller
ailleurs, et il falloit deux hommes qui, incessamment, remuoient deux
espèces de manivelles, ce qu'ils n'eussent pu faire tout un jour sans
se relayer; ainsi cela eût plus coûté que des chevaux.

  [279] Dans l'enclos du Temple, à Paris.

Ce dessein avorté, elle accusa de fausse monnoie, car elle s'y
entendoit fort bien, et c'étoit là toute sa pierre philosophale, un
nommé Morel, qui avoit été commis de Barbier; mais elle, au contraire,
fut accusée, et eut bien de la peine à se débarrasser.

En un voyage qu'elle fit en Normandie, le fils de la soeur de
Chandeville[280], qui étoit neveu de Malherbe; la vit chez un
gentilhomme. Il en devint amoureux, et cela n'est pas étrange, car il
étoit jeune, et elle avoit encore de la beauté, étoit cajoleuse, et
débitoit agréablement; elle avoit changé de nom. Il fit en sorte
auprès de sa mère, qui étoit veuve, qu'elle priât la Montarbault de
venir chez elle. Cet adolescent, qui apparemment la trouva assez
facile, la retint deux mois entiers chez sa mère, qui, charmée de
cette femme, lui donna sa fille, qui sortoit de religion, pour lui
faire voir le monde. Cette mère, comme on peut penser, n'étoit pas
plus sage que de raison; elle avoit toujours été une extravagante, qui
se vouloit battre en duel à tout bout de champ. Voilà ces jeunes gens
à Paris, logés dans le Temple, chez la Montarbault. Les voisins
s'étonnoient fort de voir chez cette femme une jeune fille bien faite;
il arriva par hasard que la femme-de-chambre de mademoiselle de
Rambouillet, qui étoit une fille fort adroite, se trouva un jour chez
une femme de ses amies au Temple, où elle vit cette jeune demoiselle,
qui, ayant appris que cette fille coiffoit si bien, la pria de trouver
bon qu'elle se fît coiffer par elle à l'hôtel de Rambouillet. Elle y
fut, et cela fut rapporté à madame la marquise, qui s'informa si bien
qu'elle sut que c'étoit la nièce de feu Chandeville, qu'elle avoit
donné autrefois à M. le cardinal de La Valette. Le frère, qui avoit
accompagné sa soeur, fut contraint d'aller saluer madame de
Rambouillet, et lui fit un galimatias qui faisoit assez voir qu'il y
avoit de l'amour, et qu'il n'avoit osé la venir voir de peur que cela
ne se découvrît. Enfin, quelques parents qu'ils avoient ici
renvoyèrent cette fille à sa mère. On lui fit avouer que la
Montarbault l'avoit voulu mener plusieurs fois chez M. de Chevreuse et
ailleurs, et que pour y faire consentir le frère, elle lui disoit:
«Cela me servira, parce que ceux à qui j'ai affaire aiment à voir de
belles personnes.» Ce garçon, qui s'appeloit Samois, demeura à Paris.
Quelque temps après il vint retrouver madame de Rambouillet, et lui
dit qu'il recherchoit une fille fort riche, et qu'il n'y avoit qu'une
difficulté à l'affaire: c'est qu'il s'étoit vanté d'être parent de MM.
de Montmorency, et qu'on souhaitoit qu'il fût reconnu pour tel. «Sur
cela, madame, continua-t-il, je me suis adressé à vous, comme à une
personne qui aimoit fort feu mon oncle, pour vous prier d'obtenir
cette grâce de madame la princesse.» La marquise, au lieu de lui dire
les véritables raisons qu'il n'eût pas comprises, lui dit qu'elle
n'étoit pas en état de sortir. Un mois ou deux après, il revint la
voir, et lui dit qu'il étoit marié, mais le plus malheureusement du
monde. «J'avois recherché l'une des deux filles de la baronne de
Courville, auprès de Châteaudun. Ces filles étoient en pension dans
une religion à Paris. Je la fus demander à sa mère: elle qui,
quoiqu'elle ait cinquante ans, est encore assez passable, me dit que
pour ses filles elle ne les vouloit point marier, mais que si je
voulois l'épouser elle, j'y trouverois mieux mon compte, et qu'elle
avoit bien du revenu. Nous nous marions, mais j'ai épousé un diable;
elle a toujours le bâton à la main; elle bat ses gens et ses paysans à
outrance; et pour moi, le lendemain de nos noces, elle me dit mille
injures.» En disant cela, le galant homme dit toutes les injures de
harangères et de crocheteurs. Madame de Rambouillet, surprise de cela,
le pria de ne dire plus de ces choses-là. «Vraiment, madame, ce n'est
pas là tout; ma mère et ma soeur la vinrent voir; elle les appela.....
(là, il en dit de plus terribles que les autres). Elle passa bien plus
avant; elle frappa ma mère: ma mère le lui rendit; elle mit ma mère
en prison; ma mère l'y mit à son tour; elle m'a battu; je l'ai
battue. Enfin, après bien du vacarme, nous sommes venus à Paris. Tout
le jour elle ne fait qu'escrimer.» Madame la marquise disoit qu'elle
espéroit que ces deux femmes se battroient enfin en duel. «Elle mange,
ajouta-t-il, quarante huîtres tous les matins (c'étoit en carême), et
pour moi et mes gens, elle nous fait mourir de faim.»

  [280] Éléazar de Sarcilly, sieur de Chandeville, neveu de
  Malherbe, mourut à l'âge de vingt-deux ans. Ses OEuvres poétiques
  ont été publiées dans le _Recueil de diverses poésies des plus
  célèbres auteurs du temps_; Paris, Chamboudry, 1651, petit in-8º,
  2e partie, p. 85. Ce Recueil a eu d'autres éditions.

Or, cette madame de Courville, comme je l'ai appris dans le pays,
durant la vie de son mari et après, s'étoit toujours divertie; et
n'ayant plus aucun reste de beauté, elle avoit été contrainte de
prendre un homme qui lui servoit de maître-d'hôtel et de galant tout
ensemble. Samois le trouva un jour couché avec elle; mais comme il
voulut faire du bruit, elle lui dit: «Vous avez pu savoir mon humeur,
et vous ne devez pas prétendre que je vive mieux avec vous qu'avec mon
premier mari.» Samois voulut décharger sa colère sur cet homme, mais,
comme il est débonnaire, il se contenta de le chasser. Il enferma
pourtant sa femme, et ne la laissoit voir à personne. Un conseiller au
Châtelet de Paris, qui avoit été autrefois fort bien avec elle, sut
qu'elle étoit prisonnière, et envoya un homme qui adroitement se
glissa dans la maison, un jour qu'un gentilhomme avoit eu permission
de lui parler; il lui dit la bonne intention du conseiller, qui envoya
un lieutenant du prévôt de l'hôtel pour la délivrer. Ce lieutenant mit
le mari et la femme bien ensemble. Quelque temps après une affaire les
obligea à venir à Paris tous deux. L'argent manqua bientôt au
cavalier, qui, pour en avoir, vendit les chevaux et le carrosse de sa
femme; mais elle, n'entendant point raillerie, trouva moyen de le
faire mettre au Châtelet pour dettes. Je pense que le conseiller ne
nuisit pas à cette affaire. Depuis, il vint demander franchise à
l'hôtel de Rambouillet, parce qu'il avoit été, disoit-il, d'un duel.
Celui à qui il parla lui dit qu'il n'y seroit pas en sûreté. «Comment,
répondit-il, et n'est-ce pas un hôtel?»

Pour De Lorme[281], dont nous avons parlé ci-dessus, les eaux de
Bourbon, qu'il a mises en réputation, l'y ont mis aussi lui-même[282].
Il a gagné du bien et est à son aise. On dit qu'il prétendoit que ceux
de Bourbon lui érigeassent une statue sur les puits; il se fit faire
intendant des eaux, puis vendit cette charge. On l'accuse d'avoir pris
pension des habitants pour y faire aller bien du monde, et il y a
grande apparence, car sous ce prétexte il ne voulut jamais payer pour
quarante écus de ciseaux et de couteaux qu'il avoit pris à la Flèche
et à Moulins, et il trouva fort étrange qu'on les lui demandât, comme
s'ils ne lui étoient pas assez redevables à lui qui faisoit aller tant
de gens à Bourbon, et qui disoit à tous que la Flèche étoit la
meilleure boutique. Que ce soit cela ou autre chose, le maître s'est
fait riche. Ce fut l'an 1656 qu'il fit cette vilainie. Il étoit allé
accompagner à Bourbon l'abbé de Richelieu et ses soeurs; il avoit avec
lui sa demoiselle, car il ne va point sans cela, et il fallut que
madame d'Aiguillon le souffrît. A cette heure qu'il est vieux, il
craint le serein, et dès que cinq heures sonnent, il se met je ne sais
quelle coiffe de crapaudaille[283] sur la tête, qui, avec son habit de
satin à fleurs et ses bas couleur de rose, le font de la plus
plaisante figure du monde.

  [281] Jean De Lorme, premier médecin de trois de nos rois, mourut
  en 1678, âgé de près de cent ans. Il est l'inventeur d'un
  bouillon rouge, dont il faisoit la panacée universelle. On voit
  dans un livre intitulé: _Moyens faciles et éprouvés dont M. De
  Lorme, premier médecin et ordinaire de trois de nos
  rois........., s'est servi pour vivre près de cent ans_ (Caen,
  1683), les précautions singulières qu'il prenoit pour se
  préserver du froid et de l'humidité. Il se tenoit durant l'hiver
  dans une chaise à porteur devant son feu. Il avoit un lit de
  brique, couchoit habillé avec six paires de bas drapés et des
  bottines, etc., etc., etc. On renvoie les lecteurs à ce bizarre
  ouvrage.

  [282] Il conte lui-même qu'il donna des coups de bâton à un
  médecin de la Faculté. Madame de Thémines, depuis maréchale
  d'Estrées, avoit un fils fort malade. De Lorme demanda du
  secours; on appela M. Duret et un autre. Quand ce fut à entrer,
  Duret, comme le plus vieux, passa; l'autre médecin, comme étant
  de la Faculté de Paris, le suit. De Lorme, en présence du
  maréchal d'Estrées, qui recherchoit la marquise, prend un bâton
  de cotret et rosse cet homme qui se sauve. Duret s'enfuit; on
  court après lui. «Hé! monsieur, vous n'ordonnez rien pour mon
  fils.--Faites-le saigner, madame.» Et jamais on ne put le faire
  revenir. De Lorme pouvoit avoir alors quarante-cinq ans. (T.)

  [283] Etoffe du temps.

J'ai ouï conter à feu Malleville une bonne chose de cet homme; il
s'est toujours mêlé de belles-lettres. Malleville lui montra une
grande élégie qui s'appelle _Impatience amoureuse_. «Hé! lui dit-il,
combien faut-il de vers pour une pièce de théâtre?--Quinze cents ou
environ, dit Malleville.--Vraiment, ajouta le médecin, vous en devriez
faire une, voilà déjà le tiers, des vers fait.»



JALOUX.

DES BIAS.


Des Bias (d'une terre auprès d'Avranches), frère aîné de Monferville,
dont nous avons parlé ci-dessus à l'article de Thémines[284], avant
que d'être marié ne bougeoit, à Paris, du b....l et du cabaret. Il
étoit grand et bien fait, mais mal propre autant qu'on le peut être:
quand sa chemise étoit noire comme la cheminée, il la troquoit contre
une neuve chez une lingère, et en changeoit dans sa boutique. Il y a
plus de treize ans qu'il est marié à une personne de bon lieu, bien
faite et bien raisonnable; cependant il en est si jaloux qu'après
avoir été long-temps sans vouloir que personne allât dîner chez lui
(il demeure à la campagne), bien moins d'y coucher, il devint jaloux
de ses valets même, et non content de l'avoir enfermée au troisième
étage, afin qu'elle fût hors d'escalade, et qu'on n'y montât pas avec
des échelles de corde, il chassa enfin tous ses gens, et quoique
huguenot, il prit un Carme, à qui il se fioit, pour gouverner tout
chez lui. Ce moine avec le temps lui devint suspect, et il le chassa
aussi. Sa femme souffroit toutes ces extravagances avec une constance
admirable. Elle a eu quatre enfants, et, parce que ce mari a un petit
doigt de la main gauche estropié et tout crochu, et qu'il dit que si
elle fait des enfants qui ne l'aient pas de même ils ne seront pas à
lui, tous ceux qu'elle a ont le petit doigt de la main gauche crochu,
soit par la force de l'imagination de la mère, soit que la sage-femme
gagnée le leur rompe en naissant.

  [284] Voir précédemment, pag. 236.

Ce maître fou porte toujours sur lui tous ses papiers les plus
importants et ses principales clefs. Une fois, sur le point de partir
de Rouen, avant cette grande jalousie, il dit en lui-même: «Je me tue
à faire mes affaires moi-même, il faut prendre des secrétaires.» Il en
prend trois, et s'en va à la dînée; il songe: «Ai-je de quoi occuper
trois secrétaires?» Il en renvoie un, à la couchée un autre, et le
lendemain un troisième, disant: «J'ai bien fait mes affaires
jusqu'ici, je les ferai bien «encore.» Il a de l'esprit et faisoit
bonne chère à ses amis, quand il n'étoit pas si abîmé dans sa
jalousie. Son père étoit gouverneur de Lectoure; il l'avoit été de
Pontorson.



RAPOIL.


Un médecin de Soissons, nommé Rapoil, avoit une femme bien faite, mais
elle avoit une dartre à la joue qui se renouveloit tous les mois, en
sorte qu'elle n'avoit par mois que quinze jours de beauté. Il en étoit
jaloux, et, quoiqu'il dît qu'il savoit bien le moyen de la guérir,
par jalousie il ne la voulut jamais guérir entièrement. Il n'y gagna
rien: elle étoit fort coquette et enfin elle se fit démarier. Elle
enrageoit quand on l'appeloit madame _Poilra_ au lieu de madame
_Rapoil_.



MOISSELLE.


Un beau garçon de Paris, nommé Hérouard, sieur de Moisselle, se
trouvant avec peu de bien, à cause que son père avoit mal fait ses
affaires, prit l'épée, et en Hollande, ayant acquis quelque
réputation, une dame de quelque âge, mais riche, l'épousa. C'est la
plus folle de jalousie qui fut jamais: dès qu'il regarde une servante,
elle la chasse. A Paris, elle eut soupçon que son mari regardoit de
trop bon oeil une belle fille de ses parentes, et à table, en mangeant
après avoir été long-temps sans parler, elle s'écrioit: «Oui, en ma
foi! je le voudrois de tout mon coeur qu'elle fût cent pieds sous
terre, cette mademoiselle Marton.» C'étoit le nom de la belle. Et dans
cette vision une cassette lui ayant été volée, elle disoit que c'étoit
cette fille qui l'avoit volée, et qu'une sorcière la lui avoit fait
voir dans son ongle. Elle devint jalouse de la grand'mère de son mari.
Elle étoit venue de Hollande ici pour le ramener, et d'ici elle le
suivit en Poitou, où il est allé voir ses parents. Il est contraint,
quand il est levé, de sortir jusqu'au soir, et s'est accoutumé à la
laisser criailler tout son soûl.



TENOSI, PROVENÇAL.


Voici une histoire plus étrange que toutes les autres. Un gentilhomme
provençal, nommé Tenosi, s'en allant faire un voyage en Levant,
recommanda sa femme à un autre gentilhomme, avec lequel il faisoit
profession d'une amitié très-étroite: cette femme étoit belle; cet ami
en devint bientôt amoureux, et enfin la femme ne fut pas plus fidèle
que lui. Ils vécurent de sorte que tout le monde savoit leurs amours.
Au bout de quelque temps le bruit courut que le mari étoit mort; mais
ce bruit étoit faux, et il revint la même année. Ces amants, comme
j'ai dit, avoient eu si peu de discrétion qu'ils ne doutoient point
que le mari ne fût bientôt averti de tout; ils se résolurent de s'en
défaire, et l'empoisonnèrent: ils sont pris et condamnés à avoir la
tête coupée, tous deux en même temps, et sur un même échafaud. On les
mène donc au supplice: cet homme étoit le plus abattu qu'on eût pu
voir, et la femme paroissoit beaucoup plus résolue que lui. Comme on
le vouloit exécuter le premier, il demanda qu'on ne l'exécutât
qu'après cette dame, et le demanda avec tant d'instance, et dit des
choses qui firent si fort croire qu'autrement il mourroit comme un
furieux, qu'on fut contraint de le lui promettre, de peur de le mettre
au désespoir. Mais il n'eut pas plus tôt vu la tête de sa maîtresse à
bas, qu'il témoigna une constance admirable et mourut, s'il faut ainsi
parler, avec quelque satisfaction. On sut de ses amis particuliers que
c'étoit par jalousie, et qu'il étoit tellement possédé de cette
passion, qu'il avoit eu peur, s'il étoit exécuté le premier, que la
dame ne fût sauvée par quelque miracle, et qu'un autre n'en jouît
après: ce fut ce qui l'avoit fait résoudre à empoisonner son ami,
comme il l'empoisonna, le jour même qu'il fut arrivé, sans lui donner
le loisir de coucher avec sa femme.



COIFFIER.


Coiffier est fils de Coiffier qui a été commissaire au Châtelet, et
dont la mère étoit cette célèbre pâtissière qui fut la première qui
s'avisa de traiter par tête. Le père avoit eu quelque habitude avec le
président Le Bailleul, lorsqu'il étoit lieutenant-civil; de sorte que,
s'étant mêlé de finances quand le président fut fait surintendant, il
prit Coiffier pour premier commis; d'Emery le continua. C'est un homme
grave et terriblement cérémonieux. On disoit que d'Emery avoit
Guerapin pour tenir parole, Chabenats pour fourber et, Coiffier pour
faire des révérences. Madame Pilou disoit de lui que, pour commissaire
du Châtelet, c'étoit un honnête homme, mais que pour un homme à
carrosse, ce n'étoit qu'un benêt; sa femme étoit aussi sotte que lui
et par-delà. Ils avoient un fils assez honnête garçon, qui ne les
pouvoit souffrir, et il étoit toujours absent; ce fils mourut fort
jeune. Son cadet est bien fait; mais vous verrez par la suite quel
homme c'est. Il est à cette heure maître des comptes. Son père le
maria, il y a quelques années, avec la fille de Vanel, celui qui, avec
La Raillière, avoit fait le traité des aisés. C'est une petite
créature qu'on peut dire jolie; mais après les nains, il n'y a rien de
si petit: il est vrai qu'elle est bien proportionnée. Cette petite
créature, élevée par une mère dévote, fut ravie de trouver un garçon
qui fût un peu dans le monde. Par malheur pour lui et pour elle, le
père et la mère de Coiffier n'étaient pas alors à Paris, ou du moins
en partirent aussitôt après: de sorte que la voilà en son ménage. Le
mari, qui avoit ouï dire dans le monde qu'un galant homme devoit
donner de la liberté à sa femme, lui laissoit faire en partie ce
qu'elle vouloit: il lui donnoit même à faire la dépense; notez que
c'étoit un oison. Elle ne se levoit qu'à midi, faisoit semblant de
compter avec le valet-de-chambre de son mari, et ne comptoit point;
tout alloit comme il plaisoit à Dieu: l'argent ne lui coûtoit rien.
Elle donna une table de bracelet[285] de trente-cinq pistoles à une
demoiselle de sa mère qui l'étoit venue coiffer quelquefois, et à la
femme-de-chambre un mouchoir de quinze pistoles.

  [285] On appeloit _table de bracelet_ une pierre précieuse dont
  la surface est plate et qui est enchâssée dans un chaton d'or ou
  d'argent. (_Dict. de Trévoux._)

Il n'y avoit que trois jours que le père de sa mère étoit mort; elle
s'habilloit de couleur, et quand sa mère venoit elle se mettoit entre
deux draps tout habillée, et on a jeté quelquefois sur le fond du lit
la tourte qu'elle alloit manger avec quelques jeunes garçons du
quartier.

Logée dans un des pavillons qui sont autour du jardin du
Palais-Royal, elle avoit une porte pour y entrer; elle s'y promenoit
avec sa demoiselle jusqu'à deux heures après minuit, et le mari fut
contraint de faire cacher des gens qui lui firent peur, afin qu'elle
n'y fût plus si tard. Cette grande liberté que cet homme lui donna
durant l'absence de sa belle-mère la gâta entièrement, et quand les
bonnes gens furent revenus, elle avoit déjà pris un fort méchant pli;
d'ailleurs elle est naturellement étourdie, et par malheur elle a
toujours eu affaire à des étourdis.

Le premier qui s'avisa de lui faire les doux yeux fut un garçon de la
ville, lieutenant aux gardes, nommé Busserolles, si fou qu'il alla
attaquer lui seul à la Don Quichotte une bande de sergents qui
menoient un homme en prison, et le délivra sans le connoître; il est
vrai que son hausse-col, car il étoit de garde, imprima quelque
terreur aux sergents. Depuis, il a parlé au Roi si sottement qu'on l'a
cassé, au lieu de le laisser traiter d'une compagnie. Ce galant homme
alla un jour pour voir la petite dame. On lui dit qu'elle étoit là
auprès, chez sa belle-soeur Vanel, de qui on médit furieusement avec
Servien. Busserroles y va: la petite femme revient; on lui dit cela;
elle court chez sa belle-soeur; ils se parlent. La belle-soeur, qui
savoit que déjà on étoit en soupçon chez le mari, ne trouva cela
nullement bon, et fit dire à Busserolles qu'il ne revînt plus chez
elle. Voilà grande rumeur au logis: on défend à la petite femme de
voir sa belles-soeur; elle ne voyoit pas même sa mère, car la
belle-soeur et la mère logeoient ensemble. Elle disoit une fois:
«Jésus! que faire au Cours? Le Roi est parti.»

Il y en a aussi qui en sont fâchés. Tantôt elle a permission d'aller
au Cours avec sa gouvernante, tantôt on la resserre tout de nouveau:
le mari est devenu tout sauvage. Il a un frère qui a fait quelques
campagnes; on l'appelle d'Orvilliers. Ce garçon est bien fait et étoit
assez raisonnable; mais à cette heure il garde sa belle-soeur: on
croit qu'il en est amoureux. Elle le hait comme la peste.

Le beau-père, la belle-mère, et tous leurs gens, sont tous les espions
de la jeune femme. Le bonhomme en usa fort sottement, car il rompit en
visière plusieurs fois à de jeunes gens qui alloient là-dedans; et
enfin le portier eut ordre de ne la laisser voir à pas un homme. Quand
on la demandoit il disoit: «Elle n'y est pas.» Et elle, qui étoit
toujours à la fenêtre, crioit: «J'y suis;» mais cela ne servoit de
rien.

Busserolles découvrit un jour qu'elle alloit au sermon avec la
famille: il envoie un grand laquais qui fait si bien qu'il garde une
place tout auprès de la petite dame, et il causa avec elle à la barbe
à _Pantalon_ tant que le sermon dura.

Elle fut assez long-temps en cette misère, n'allant en aucun lieu que
sa belle-mère n'y fût, elle qui mouroit d'envie de voir des hommes.
Enfin je ne sais par quelle rencontre on ne put s'empêcher de la
laisser aller jouer dans le voisinage, chez le président Tubeuf. Son
fils aussitôt en conte à la belle; dès le premier soir elle lui permet
de lui écrire, et non contente de cela, elle ne faisoit que chuchotter
le lendemain à la messe avec lui. Le laquais de Tubeuf, aussi habile
que son maître, rencontra Coiffier à la porte, qui lui fit avouer
qu'il portoit un poulet à sa femme, et lui donnant un louis, d'or. Il
lui dit: «Je t'en donnerai autant toutes les fois.» Il faisoit
réponse pour sa femme. Je pense que la demoiselle ou sa mère
l'écrivoit. Au bout de huit jours le mari se lassa de donner des
louis, et écrivit à Tubeuf: «Monsieur, soyez une autre fois plus fin;»
puis conta toute l'affaire à sa femme. La belle-mère meurt quelque
temps après: cette petite étourdie ne put s'empêcher d'en témoigner de
la joie, et elle vouloit aller à l'enterrement avec un collet clair:
le mari dit qu'il le jetteroit dans le feu; cela acheva d'aigrir les
gens. Elle fut depuis comme prisonnière, jusqu'à entendre la messe
chez elle, et à n'avoir permission de regarder à la fenêtre que
certains jours. Quand Tubeuf alla à Francfort, elle et le mari,
entendant passer bien des gens, mirent la tête à la fenêtre; il cria:
«Il y en a qui sont bien aises!»



MADAME LÉVESQUE

ET MADAME COMPAIN.


Un procureur au Châtelet, nommé Turpin, avoit une des plus belles
filles de Paris. Elle étoit blonde et blanche, de la plus jolie taille
du monde, et pouvoit avoir environ quinze ans. Un jeune avocat, nommé
Patru (c'est celui qui est aujourd'hui de l'Académie, et qui a fait de
si belles choses en prose), la vit à la procession du grand Jubilé de
1625. Sa beauté le surprit, et il ne fut pas le seul, car toute la
procession s'arrêtoit pour la regarder. Le monsieur étoit beau si la
demoiselle étoit belle, et on pouvoit dire que c'étoit un aussi beau
couple qu'on en pût trouver. Quoiqu'elle lui semblât admirable, et
qu'il en fût touché, il ne voulut point l'aller voir; car, quoiqu'il
fût extrêmement jeune, il voyoit bien déjà que c'étoit une sottise que
de se jouer à des filles. Aux Carmes, car ils étoient tous deux de ce
quartier-là, il la rencontra à la messe; il en fut ébloui, et il dit
qu'en sa vie il n'a rien vu de si beau. Elle le salua le plus
gracieusement du monde. Il se contentoit de passer quelquefois devant
sa porte, où elle se tenoit assez souvent; s'il la regardoit d'un oeil
amoureux, elle ne le regardoit pas d'un oeil indifférent. Comme il
souhaitoit avec passion qu'elle fût mariée, un avocat au Parlement,
nommé Lévesque, l'épousa quelque temps après. C'étoit un petit homme
mal fait et d'ailleurs assez ridicule. Voilà notre galant bien aise:
il se met à aller au Châtelet, parce que le mari avoit pris cette
route à cause de son beau-père; le prétexte fut qu'un jeune homme doit
commencer par là. Il se place bien loin de Lévesque, et fut assez
long-temps sans le rechercher: il y fut bientôt en quelque réputation;
et un matin, s'étant trouvé avec quelques avocats, parmi lesquels
étoit Lévesque, on proposa de faire une débauche pour voir ce que ce
nouveau-venu d'Italie sauroit faire: Patru ne faisoit que d'en
revenir. Lévesque dit qu'il vouloit que ce fût le jour même, et chez
lui. Ils y furent; on fit carrousse[286] jusqu'à onze heures du soir:
la femme y fut toujours présente, et ne quitta pas d'un moment la
compagnie.

  [286] _Carrousse_, bonne chère qu'on fait en buvant et en se
  réjouissant. (_Dict. de Trévoux._)

Notre amoureux étoit ravi d'avoir eu entrée chez la belle; toutefois
il n'osoit y aller sans quelque semblable occasion, car cette femme
étoit entourée de cent sots, la plupart des adolescents d'avocats qui
dirent bien des sottises dès qu'ils virent que Patru y avoit accès;
car il leur faisoit ombrage. Cependant on lui rapportoit qu'elle
disoit mille biens de lui. Enfin il la rencontra tête pour tête sous
le Cloître des Mathurins, et il fut obligé de lui dire qu'il n'avoit
osé prendre encore la hardiesse de l'aller voir en son particulier;
elle, l'interrompant, lui dit «qu'il pouvoit venir quand il voudroit.
Il y fut donc, et plus d'une fois; mais les petits avocats mirent
bientôt l'alarme au camp: le mari témoigna qu'il n'y trouvoit pas
plaisir; elle en avertit Patru, car il avoit fait bien du progrès en
peu de temps. Lui, pour faire une contre-batterie, se met à rendre
bien des devoirs à la mère qui logeoit porte à porte. Cette mère,
aussi étourdie qu'une autre, prit ce garçon en telle amitié, qu'elle
ne juroit que par lui. Cependant les jaloux firent tant de bruit que
le père se réveilla, et fit comprendre à sa femme qu'elle n'étoit
qu'une bête. Notre galant a encore avis de cette nouvelle infortune:
il se résout à rechercher le mari, qu'il avoit fui tant qu'il avoit
pu, parce que c'étoit un fort impertinent petit homme. Lévesque se
piquoit de lettres, et savoit la réputation de notre avocat: il se
laisse bientôt prendre, et à tel point, qu'il en étoit incommode, car
il ne pouvoit plus vivre sans Patru. Lui, pour s'en décharger un peu
et avoir un peu plus de liberté en ses amourettes, pria d'Ablancour,
son meilleur ami, d'avoir la charité d'entretenir quelquefois cet
impertinent. Ils lièrent une société; ils mangeoient trois fois la
semaine ensemble, tantôt chez d'Ablancour, tantôt chez quelque
traiteur.

Il arriva en ce temps-là que l'abbé Le Normand, ce fripon qui a fait
quelque temps des catéchismes au bout du Pont-Neuf, et qui depuis a
fait l'espion du cardinal Mazarin, étant parent de la belle, la
prétendoit b.....; mais il le vouloit faire d'autorité; elle se moqua
de lui. Enragé de cela contre Patru, il y mena un jeune abbé qu'on
appeloit l'abbé de La Terrière, qui s'éprit aussitôt: celui-là n'y
réussit pas mieux que lui. Tous deux, pour savoir la vérité de
l'affaire, s'avisent de gagner un des prêtres qui, certains jours de
la semaine sainte, sous l'orgue des Quinze-Vingts, donnent
l'absolution des cas réservés à l'évêque. Le galant avoit accoutumé de
se confesser. Ce prêtre gagné s'y trouva seul. L'avocat se confesse à
lui de coucher avec une femme mariée; et après cela le prêtre dit
assez haut: «Je m'en vais, je n'ai plus que faire ici; j'ai su ce que
je voulois savoir.» A quelque temps de là, je ne sais quel traîneur
d'épée le vint trouver; Patru l'avoit vu plusieurs fois aux Carmes:
«Monsieur, lui dit-il, un tel abbé s'est adressé à moi pour vous faire
jeter une bouteille d'eau-forte et vous faire donner quelques balafres
sur le visage; mais je n'ai garde de le faire. Comme vous voyez, je
vous en avertis; ne faites semblant de rien, laissez-nous le plumer:
il a encore quelque argent de reste de son bénéfice qu'il a vendu à
l'abbé Le Normand.» Ce jeune abbé se fit Minime ensuite, et fit faire
des excuses à Patru.

Cet abbé Le Normand étoit fils d'un maître des requêtes et petit-fils
d'un commissaire du Châtelet. Lévesque étoit tout fier qu'un fils de
maître des requêtes fût parent de sa femme. Enfin il vit bien que ce
n'étoit qu'un impertinent.

Bois-Robert appelle l'abbé Le Normand _Dom Scélérat_.

Madame Lévesque et Patru furent assez long-temps sans traverses,
jusqu'à ce qu'un jour qu'ils étoient ensemble dans la chambre de la
belle, le mari passe pour aller dans un cabinet, sans faire semblant
de les voir; le galant dit à la belle: «On nous l'a débauché
tout-à-fait; il y a long-temps que je prévois qu'il faudra rompre avec
lui pour le faire revenir, car il me recherchera sans doute; je m'en
vais: dites-lui que je suis parti très-mal satisfait, et que je ne
veux plus rentrer céans; il ne manquera pas de dire que c'est ce qu'il
demande, mais ne vous en épouvantez point.» Cela arrive comme il
l'avoit dit: Lévesque venoit de boire avec des jeunes gens qui lui
avoient brouillé la cervelle. Au bout de quelques jours Patru trouve
Lévesque aux Carmes, et lui tourne le dos tout franc. L'autre, qui
avoit mis de l'eau dans son vin, en fut un peu surpris, et dit le jour
même à sa femme: «Vraiment M. Patru est tout de bon en colère; il m'a
aujourd'hui tourné le dos aux Carmes.--Je vous avois bien dit,
répondit-elle, qu'il partit de céans très-mal satisfait.» Ce
ressentiment que Patru avoit témoigné fit l'effet qu'il espéroit;
voilà Lévesque à courir après lui. Comme ils étoient sur le point de
renouer, Lévesque meurt en fort peu de jours; et il étoit si bien
revenu qu'il dit en mourant à sa femme qu'elle se fiât à lui en toutes
choses, et qu'il n'avoit qu'un seul regret, c'est de n'avoir pas
renoué avec lui. Il déclara aussi qu'il lui devoit quelque argent,
dont Patru n'avoit pas de promesse, qu'il ne savoit pas au juste
combien il y avoit, mais qu'on s'en rapportât à ce que Patru diroit.

La veuve envoya quelques jours après demander au galant combien son
mari lui pouvoit devoir. Il lui manda qu'elle se moquoit, et qu'il ne
lui étoit rien dû. Elle lui écrivit que cela étoit venu à la
connoissance de son père, et qu'il falloit absolument le dire, et
qu'elle le prioit de lui envoyer un exploit: il répondit qu'il s'en
garderoit bien, et que, puisqu'il falloit nécessairement qu'elle
payât, il y avoit tant; qu'elle en fît comme elle le trouveroit à
propos; mais qu'il ne pouvoit se résoudre à lui envoyer un exploit,
quoiqu'il sût bien que sans cela elle ne pouvoit payer sûrement. Le
père, voyant cela, envoya l'argent, et fit faire un exploit à sa
fantaisie.

Cette mort ruina toutes leurs amours: Patru ne trouvoit pas plus de
sûreté à une veuve qu'à une fille. Elle le pressoit de la venir voir:
lui s'en excusa un temps sur la bienséance qui ne permettoit pas qu'il
retournât si promptement chez la veuve d'un homme avec qui tout le
monde savoit qu'il étoit mal. Après, il lui parla franchement, et lui
dit «qu'il ne pouvoit pas la voir sans lui faire tort; car s'il
l'épousoit, il la mettoit mal à son aise, et s'il ne l'épousoit pas,
il la perdoit en l'empêchant de se remarier.» La voilà au désespoir.
Elle crut que si elle se lassoit cajoler par d'autres elle le feroit
revenir; elle alloit à l'église avec une foule de petits galants. Il
m'a avoué que cela lui brûloit les yeux, et qu'il n'a de sa vie si mal
passé son temps que de voir qu'une des plus belles personnes du
monde, et dont il étoit aussi amoureux qu'on pouvoit être, le
souhaitoit si ardemment, et de ne pouvoir jouir d'un si grand bonheur.
Il en eut la fièvre: sa raison fut pourtant la maîtresse, et il ne vit
jamais depuis madame Lévesque chez elle.

La belle, qui s'étoit laissé approcher par tant de galants,
s'accoutuma insensiblement à cette coquetterie, et on ne sait si
Chandenier, depuis capitaine des gardes-du-corps, le feu président de
Mesmes et le président Tambonneau, ne succédèrent point à Patru pour
quelques nuits; car, durant qu'il la voyoit, ces gens-là et bien
d'autres n'y firent que de l'eau toute claire, et elle lui faisoit
confidence de tout ce qu'ils lui faisoient dire et de tout ce qu'ils
lui faisoient offrir.

La Barre, payeur des rentes, garçon de plaisir et riche, mais fort
écervelé et assez matériel, s'en éprit et n'en eut rien qu'avec une
promesse de mariage; il y eut même un contrat de mariage ensuite et un
acte de célébration. Durant six mois et davantage, la mère de La Barre
la traita comme sa belle-fille, et si Pucelle eût plaidé comme il
faut, elle auroit gagné sa cause; mais il ne dit point cette
particularité, on ne sait pourquoi. Si Patru eût osé plaider pour
elle, la chose eût été autrement. La cause fut appointée, et il fut
dit qu'il l'épouseroit, ou lui donneroit cinq mille écus pour elle, et
vingt mille livres pour le fils qu'elle avoit eu. Ce procès fut quatre
ou cinq ans à juger.

Avant madame Lévesque, La Barre avoit été amoureux de la Dalesseau,
fameuse courtisane, et l'avoit entretenue; cette femme avoit été à un
quart d'écu: jusqu'à trente ans elle ne fut point estimée. M. de
Retz, le bonhomme, s'étant mis à l'entretenir, elle devint aussitôt
fameuse. Saint-Prueil l'eut ensuite, et puis La Barre, qui y dépensoit
mille livres par mois. Le comte d'Harcourt couchoit avec elle
par-dessus le marché; mais quand La Barre venoit, il falloit gagner le
grenier au foin, car il n'avoit point d'argent à donner. Une fois il
passa toute la nuit sur des fagots. Elle fut toujours entretenue
jusqu'à ce qu'elle quittât le métier; alors, car elle avoit amassé du
bien, elle vivoit en honnête femme, et il y alloit beaucoup de gens de
qualité qui vivoient fort civilement avec elle. Le petit Guenault m'a
dit qu'en une grande maladie qu'elle eut, comme elle se porta mieux,
et qu'il lui eut demandé comment elle se trouvoit: «Hé! dit-elle, le
crucifix s'éloigne peu à peu.» Patru, qui a vu de ses lettres, dit
qu'elle écrit fort raisonnablement. Enfin, un conseiller mal aisé,
conseiller à la cour des Aides, nommé Le Roux, l'épousa. Je trouve
qu'elle fit une sottise: depuis, je n'ai pas ouï parler d'elle.

Cependant La Barre devint amoureux de la femme d'un nommé Compain de
Tours, petit partisan, qui étoit venue à Paris avec son mari; c'étoit
une jolie personne, coquette, rieuse, gaie, qui contrefaisoit tout le
monde, et qui concluoit assez facilement, pourvu qu'on payât bien. La
Barre et elle ne purent pourtant mettre l'aventure à fin à Paris, car
le mari ne la quittoit point: mais ils s'avisèrent d'une assez
plaisante invention. Compain part de Paris avec sa femme; La Barre les
laisse aller. Trois ou quatre heures après il prend la poste avec un
nommé La Salle, son barbier: ils descendent aux Trois-Mores à
Etampes, où la belle étoit logée. Elle, qui avoit le mot, se coucha
dès qu'elle fut arrivée, feignant de se trouver mal. La Barre ne se
laisse point voir au mari, et la va trouver, tandis que Compain
soupoit à table d'hôte. Après souper La Salle l'engage au jeu, de
sorte que le galant eut tout le loisir de faire ce pourquoi il étoit
venu. Le lendemain il demande à La Salle s'il n'avoit point d'argent:
La Salle lui donne sept ou huit pistoles qu'il va vite porter à la
servante de la dame. Quand elle fut partie, et qu'il fallut payer leur
couchée, La Barre dit à La Salle que la Compain ne lui avoit pas
laissé un sou. «Vraiment, dit le barbier, si je n'avois eu l'esprit de
garder deux ou trois pistoles, nous en tiendrions.--J'eusse laissé mon
épée, répond La Barre; et puis les officiers d'ici me connoissent
apparemment.» Ils retournèrent à Paris.

Depuis, La Barre continua à envoyer des présents à la Compain; mais
elle ne lui fut pas trop fidèle. Il eut avis qu'un conseiller de
Tours, nommé Milon, étoit le beau, et qu'ils se réjouissoient tous
deux à ses dépens: il en voulut savoir la vérité. Pour cela, il envoie
son valet-de-chambre, qui fit si bien qu'il gagna la servante de la
donzelle, et eut des lettres du conseiller à elle. Cette intelligence
fut découverte, et le conseiller présenta requête, disant que cet
homme étoit venu pour l'assassiner. Il avoit fait une information sous
main, et, ayant eu permission d'informer, il fit arrêter cet homme et
le fit fouiller: ainsi ses lettres furent recouvrées. La Barre,
confirmé dans son soupçon, en fut si irrité qu'il jura de se venger.
En ce noble dessein il achète quatre estocades de même longueur, et
s'en va à Tours avec un brave, nommé Vieuville, qui lui devoit servir
de second. Il fit faire un appel au conseiller, qui se moqua de lui,
et ne se voulut jamais battre.

J'ai oublié que la Compain se décria si fort à Paris qu'on en fit un
vaudeville que voici:

     Je suis la belle Tourangelle
     Qui viens me montrer à la cour.
     Qui sait acheter mon amour
     Ne me trouva jamais cruelle;
     Et l'on m'appelle la Compain,
     Car mon ... est mon gagne-pain.

Elle étoit plaisante. Une fois à Paris, je ne sais quel godelureau lui
donna une sérénade. Le lendemain elle lui dit: «Monsieur, en vous
remerciant; vos violons ont réveillé mon mari, et il m'a _croquée_.»

L'affaire de la Lévesque fut jugée ensuite comme je l'ai dit, et La
Barre se retira à l'hôtel de Chevreuse, fort embarrassé, car il ne la
vouloit pas épouser, et après toutes les dépenses qu'il avoit faites,
il lui étoit impossible de payer une si grosse somme sans se ruiner.
Comme il étoit en cette peine, un secrétaire du Roi, nommé
Bois-Triquet, qui avoit été autrefois petit commis chez son père, lui
vint offrir sa fille; elle étoit assez jolie, et son bien au compte du
père étoit assez considérable. La Barre l'épousa; mais, par la suite,
on a trouvé qu'ils s'étoient trompés tous deux; car la Lévesque a eu
bien de la peine à être payée pour ses quinze mille livres et pour les
vingt mille livres applicables à l'enfant. Il obtint arrêt par lequel
il fut dit que ce petit garçon seroit mis entre ses mains, attendu la
mauvaise vie de la mère. Elle s'étoit fort décriée depuis qu'elle eut
perdu son procès. Durant tout ce tripotage, elle se remaria à un
avocat du Châtelet, nommé Taupinard, qui, au lieu de se mettre bien
avec les procureurs, s'amusa à faire le plaidoyer de la cause grasse
pour les clercs sur le mariage d'un procureur du Châtelet, qui avoit
été contraint de prendre la vache et le veau. On sut que c'étoit lui,
et au carnaval suivant les procureurs, pour se venger, firent faire le
plaidoyer sur l'affaire de la Lévesque; mais on le sut, et le
lieutenant civil, s'y trouvant un peu piqué, y mit si bon ordre que la
cause ne fut point plaidée: même il y eut quelques clercs qui furent
mis en prison.

La pauvre femme, pour se dépayser, fit résoudre son mari à aller
demeurer à Chinon, et à y acheter une charge d'avocat du Roi, qu'on
leur avoit dit être à vendre. En ce dessein, ils vendent tous leurs
meubles; mais deux mois avant qu'ils y arrivassent, tout le monde à
Chinon, qui est le pays de Rabelais, étoit informé de leur vie. Ils y
furent joués et ne trouvèrent point de charge à vendre, et ils se
virent contraints de demeurer à Orléans quelque temps pour avoir le
loisir de se rétablir à Paris.



LA CAMBRAI.


Un orfèvre, nommé Cambrai, qui avoit sa boutique vers le Châtelet, au
bout du Pont-au-Change, avoit une femme aussi bien faite qu'il y en
eût dans toute la bourgeoisie. Elle étoit entretenue par un auditeur
des comptes, nommé Pec. Le mari, quoique jaloux naturellement, n'en
avoit point de soupçon; car il le tenoit pour son ami, et croyoit,
tant il étoit bon, que c'étoit à sa considération que ce garçon lui
prêtoit de l'argent pour son commerce. Par ce moyen il fit une fortune
assez grande, et il se vit riche de quatre-vingt mille écus.

Un jour Patru, dont nous venons de parler, comme il pleuvoit bien
fort, se mit à couvert tout à cheval sous l'auvent de sa boutique;
mais pour être plus commodément il descendit et entra dans l'allée de
la maison. La Cambrai étoit alors toute seule dans la boutique, et,
l'ayant aperçu, elle le pria d'entrer: lui qui la vit si jolie y entra
fort volontiers; les voilà à causer. La dame, qui n'étoit pas trop
mélancolique, se mit à chanter une chanson assez libre. «Ouais! dit le
galant en lui-même, je ne te croyois pas si gaillarde!» Elle vit bien
qu'il en étoit un peu surpris. «Vois-tu, lui dit-elle, mon cher
enfant, je n'en fais point la petite bouche: l'amour est une belle
chose; mais cela n'est pas bon avec toute sorte de gens; j'ai une
petite inclination.» Cependant la pluie se passe, et notre avocat
remonte à cheval; comme il étoit un peu coquet, il avoit assez
d'autres affaires. Il fut près d'un mois sans retourner chez la
Cambrai: il la trouva tout aussi gaie, et, pour ne point perdre de
temps, il la voulut mener sur l'heure dans l'arrière-boutique. «Tout
beau! lui dit-elle, mon mari est là-haut; mais venez me voir dimanche,
il n'y sera peut-être pas, et, s'il y étoit, vous n'avez qu'à demander
un bassin d'argent de dix marcs; il n'y en a jamais de faits de ce
poids-là, et vous direz que c'est une chose pressée.» Qui
s'imagineroit qu'un jeune garçon manqueroit à une telle assignation?
Patru y manqua pourtant; il étoit amoureux ailleurs.

Quelque temps après, comme il étoit à Clamart, il sut que cette femme
étoit à une petite maison qu'elle avoit au Plessis-Piquet. Il lui
envoie demander audience pour le lendemain; et tandis que toute la
compagnie étoit à la grand'messe, il s'esquive, et à travers champs il
galope jusque là. Il la trouve seule, et s'imaginoit déjà avoir ville
gagnée; mais il fut bien étonné quand cette femme, après lui avoir
laissé prendre toutes les privautés imaginables, lui déclara que pour
le reste il n'avoit que faire d'y prétendre. Il la culbuta par
plusieurs fois; il fit tous ses efforts; il se mit en chemise; il
fallut enfin s'en retourner sans avoir eu ce qu'il étoit venu
chercher. Un mois ou deux après, comme il passoit devant sa boutique,
il la salua; un gentilhomme, nommé Saint-Georges-Vassé, qui
connoissoit Patru, étoit avec elle, et lui demanda en riant si elle
connoissoit ce beau garçon. «Je le connois mieux que vous, lui
dit-elle; je l'ai vu tout nu;» et sur cela elle lui conta toute
l'histoire, et ajouta qu'après y avoir un peu rêvé, elle avoit trouvé
que c'eût été une grande sottise à elle de lui accorder la dernière
faveur; que c'étoit un jeune garçon, beau, spirituel, et qui avoit des
amourettes; qu'elle s'en fût _embrelucoquée_ (ce fut son mot); qu'il
l'eût fait enrager, et qu'il l'eût peut-être ruinée, s'il eût été
homme à cela. Il sut depuis que le jour même qu'elle le vit la
première fois, elle commença à s'informer de sa vie et de ses
connoissances. En effet, cette même femme, qui le lui avoit refusé à
lui, l'accorda à un autre, à sa recommandation.

Ce Saint-Georges avoit aussi couché avec elle; mais elle n'avoit pas
sujet de craindre de _s'embrelucoquer_ de ces deux messieurs. Pour
Pec, ce ne fut que par intérêt au commencement, et depuis par
reconnoissance. Aucun autre n'en a jamais rien eu par intérêt. Le
premier président Le Jay lui offrit une assez grosse somme pour une
fois; mais elle s'en moqua, et disoit qu'elle ne faisoit cela que pour
son plaisir.



COUSTENAN[287].


Coustenan étoit fils d'un gentilhomme qualifié, qui a été un des plus
méchants maris de France. Il donna une fois les étrivières à sa femme.
A propos de cela, un paysan qui voyoit qu'un de ses voisins avoit tant
battu sa femme qu'elle n'en pouvoit plus, dit naïvement; «Ah! c'est
trop; l'on sait bien qu'il faut battre sa femme; mais il y a raison
partout.»

  [287] Timoléon de Bauves, seigneur de Contenant, mort vers 1644.
  Tallemant a écrit partout _Coustenan_; mais le Père Anselme et
  Movery appellent ce gentilhomme Contenant.

Le fils, bien loin de dégénérer, a enchéri de beaucoup par-dessus son
père. On dit qu'un jour que son père en colère le poursuivoit à la
chaude, l'épée à la main, en l'appelant fils de p......, Coustenan s'y
mit aussi en disant: «Si je suis fils de p....., vous n'êtes donc pas
mon père.--J'ai tort, dit le bonhomme aussitôt, par ce que tu viens de
faire, tu prouves assez que tu es mon fils.»

Il avoit épousé la fille de cette madame de Gravelle dont nous avons
parlé ailleurs[288]. Apparemment cette fille ne devoit pas être plus
honnête femme que sa mère; mais elle n'avoit rien de sa mère que la
beauté; aussi avoit-elle été élevée avec toute la sévérité imaginable,
et elle disoit elle-même qu'il n'y avoit que des femmes comme sa mère
pour bien élever des filles. Jamais femme n'a souffert tant
d'indignités d'un mari, et jamais femme ne les a supportées avec tant
de patience.

  [288] Tome 1, p. 138, où l'on a imprimé _Couslinan_ pour
  _Coustenan_.

Coustenan n'étoit pas seulement méchant, il est aussi extravagant. La
nuit il lui prenoit à toute heure des visions: tantôt il lui disoit
que sans doute elle le faisoit cocu; que cela ne se pouvoit autrement,
puisqu'elle étoit fille de cette p..... de la Gravelle[289]; tantôt il
vouloit la forcer à le lui confesser, et quelquefois à minuit il l'a
mise en chemise à la porte. Un jour, comme elle étoit en mal d'enfant,
il lui mit le poignard à la gorge, en jurant que si elle ne faisoit un
garçon, il la tueroit elle et son enfant. On m'a assuré qu'il la fit
une fois armer de pied en cap, puis la mit sur un sauteur, et lui
crioit: «Tiens-toi bien, carogne, tiens-toi bien; tu porterois bien un
homme armé, comment ne porterois-tu pas bien des armes!» Cependant ce
n'est point d'elle qu'on a su toutes ces choses.

  [289] Elle étoit fille naturelle de Maximilien de Béthune,
  marquis de Rosny, et de Marie d'Estourmel, dame de Gravelle.

Il n'étoit pas meilleur voisin que mari. Il se faisoit craindre à tout
le monde: il disoit hautement que quand il n'auroit plus de quoi
frire, il iroit prendre la vaisselle d'argent des gros milords de
Paris qui avoient des maisons auprès de Gravelle, vers Etampes. Durant
le siége de Corbie, M. de Sully, alors prince d'Enrichemont, étant en
Italie avec M. de Créqui, Coustenan, comme un des principaux du Vexin,
eut le gouvernemont de Mantes en son absence, peut-être par le crédit
de Senecterre, dont le fils, aujourd'hui le maréchal de La Ferté,
avoit épousé la soeur de Coustenan[290]. Ce fut alors qu'il fit le
petit tyran avec autant d'impunité que si c'eût été dans la Bigorre.
Un avocat du parlement, nommé Chandellier[291], avoit une maison entre
Mantes et Meulan; Coustenan, une belle nuit, vint enlever tous les
arbres fruitiers de cet homme. L'avocat fait informer, et en vouloit
tirer raison à quelque prix que ce fût. Des personnes de condition se
voulurent mêler d'accommoder cette affaire, et M. de La Frette,
capitaine des gardes de M. d'Orléans, fut trouver Chandellier, et lui
représenta que puisqu'aussi bien le mal étoit fait, il lui conseilloit
de s'accommoder; qu'après tout il avoit affaire à un homme de qualité.
«De qualité! dit l'avocat en l'interrompant; s'il est homme de
qualité, je suis du bois dont on fait les chanceliers de France.» La
Frette, oyant cela, se retira bien vite, et dit aux amis de Coustenan:
«Ma foi! Coustenan est perdu à cette fois; il a trouvé plus fou que
lui.» Chandellier continua ses poursuites, et, par la permission de M.
de Vendôme, il le fit prendre à Etampes, d'où il fut mené à la
Conciergerie. Le voyant prisonnier, chacun le chargea, et il étoit en
danger d'avoir la tête coupée, quand le chevalier de Tonnerre[292],
qui depuis fut tué à l'armée, avec un bâton d'exempt, et suivi comme
ils le sont d'ordinaire, ayant remarqué que la chambre de Coustenan
répondoit à la maison d'un marchand d'autour du Palais, alla chez cet
homme, comme de la part du Roi, disant que les prisonniers se
sauvoient par son logis. Le marchand dit qu'il ne s'y en étoit jamais
sauvé: le chevalier répondit «qu'il vouloit aller partout, et qu'il
vouloit être seul avec quelques-uns de ses camarades» (les autres
demeurèrent en bas à amuser le marchand). Il monte, fait faire un trou
à coups de marteau (ils avoient porté des marteaux sous leurs
casaques), et sauve par là Coustenan, avec lequel il descendit, et
puis le conduisit à Gros-Bois, où il s'accommoda avec ses parties. Le
voilà de retour au Vexin.

  [290] Le maréchal de La Ferté-Senecterre avoit épousé en
  premières noces Charlotte de Bauves, fille de Henri, seigneur de
  Contenant, et de Philippe de Châteaubriant.

  [291] Cet avocat, un jour en sa jeunesse, s'étant vanté de faire
  un sermon, on lui donna pour texte ce passage de l'Évangile:
  _Inter natos mulierum non surrexit major Joanne Baptistâ_. Il
  commença ainsi: _Entre les nez des femmes_. (T.)

  [292] Le grand-père de ce chevalier de Tonnerre, voyant qu'on ne
  le vouloit point laisser entrer en carrosse dans le Louvre (il
  avoit épousé une fille de Nevers, et on lui avoit donné un brevet
  de duc), ne fit faire au château d'Ancy-le-Franc en Bourgogne,
  qu'une petite porte au lieu d'une porte cochère, en disant: «Si
  le Roi (c'étoit Henri IV) ne veut pas que j'entre chez lui en
  carrosse, il n'entrera pas non plus en carrosse chez moi.» La
  porte est encore comme il la fit faire; et ses descendants n'ont
  garde de la faire agrandir, car ils sont fiers de conter cela.
  (T.)

Cette adversité ne le rendit pas plus sage: il fit comme auparavant;
mais il en fut bientôt payé. Il y avoit un paysan qui avoit une assez
belle femme. Coustenan, non content de l'avoir violée, la fit fouetter
dans une cave. Le paysan, plus sensible que ne sont ces sortes de
gens, résolut de s'en venger, et voici comme il s'y prit. C'étoit à la
campagne. Un soir qu'il savoit que Coustenan étoit retiré dans sa
chambre, il monte avec une échelle à hauteur de la fenêtre, qui étoit,
dit-on, au deuxième étage; il avoit une arquebuse. Quand il se fut
ajusté, il vit que Coustenan jouoit au piquet, à cul levé, avec deux
de ses amis; il ne voulut point tirer qu'il ne pût tuer Coustenan sans
blesser les autres; grande discrétion pour un homme outragé, et qui
n'étoit pas là sans grand péril. Il attendit que Coustenan se fût
retiré auprès du feu, et le tua à travers les vitres, comme il lisoit
une lettre[293].

  [293] Cet événement eut lieu vers 1644.

Depuis, ce paysan, mari de cette femme, ne parut plus; ce qui a fait
dire que c'étoit lui qui avoit fait le coup. On soupçonna aussi
quelques-uns de ses domestiques, mais on ne poursuivit personne. Sa
veuve, dix ans après, épousa le bonhomme Senecterre: elle avoit du
bien, et étoit encore jolie[294]. Je ne sais de quoi elle s'avisa.
Pour tout avantage il lui donnoit la terre de Gravelle de quatre mille
livres de rente, qu'il avoit achetée exprès, et tout ce qui se
trouveroit dedans au jour de son décès. A toute heure il lui faisoit
des présents; mais on ne trouvoit jamais la commodité de porter ces
choses-là à Gravelle, et ses gens avoient ordre d'enlever ce qui y
étoit dès qu'il se trouveroit mal. Il n'en fut pas besoin, car elle
mourut l'été de 1658. Il ne vouloit prendre le deuil de peur que cet
habit ne lui fît trop ressouvenir de la perte qu'il avoit faite.
Enfin, il le prit.

  [294] Anne, bâtarde de Béthune, se remaria en 1654. Il sembleroit
  qu'elle auroit apporté cette terre de Gravelle à son premier
  mari; comment Henri de Saint-Nectaire, son second mari, lui en
  auroit-il fait le don? Notre première supposition seroit-elle
  fausse, ou le premier mari auroit-il vendu cette terre que le
  second acheta postérieurement?

Coustenan avoit un cadet aussi enragé que lui; il demeuroit au Maine.
Il avoit de la haine contre un bourgeois son voisin, et un jour il
alla avec quatre ou cinq hommes pour lui faire insulte. Ce bourgeois
voulut capituler. Point de quartier: il se prépare. Il avoit huit
coups à tirer; des deux premiers il en mit deux hors de combat, et
jette du troisième Coustenan par terre. Les autres vont à lui: il en
blesse fort un et met l'autre en fuite; puis il va à Coustenan, qui
lui crie: «Ne m'achève pas.--Va, je te laisserai vivre, dit le
bourgeois; mais, puisqu'il faut que je m'éloigne, donne-moi de quoi
faire mon voyage.» Il lui prit tout son argent et s'en alla.



MADAME DE MAINTENON[295]

ET SA BELLE-FILLE[296].


Madame de Maintenon étoit héritière de la maison de Salvert
d'Auvergne, une bonne maison, mais non pas des principales de la
province. Elle épousa M. de Maintenon d'Angennes, qui étoit à la
vérité un des plus riches de la maison, mais non pas des plus habiles.
Cette femme, qui étoit assez bien faite, ne mena pas une vie fort
exemplaire; entre autres, on en a fort médit avec feu M. d'Épernon.
Un jour, comme elle étoit à Metz, elle s'avisa, elle qui n'avoit point
accoutumé d'en user ainsi, d'aller prendre congé de madame la
princesse de Conti. L'autre lui demanda où elle alloit: «Je m'en vais,
lui dit-elle, trouver M. d'Épernon.--Vous, madame! répondit la
princesse, et qu'avez-vous à démêler avec M. d'Épernon?--C'est,
madame, reprit-elle, qu'il m'a priée d'aller régler sa maison.» Une
autre fois, comme on dansoit un ballet au Petit-Bourbon[297], et qu'il
y avoit un grand désordre à la porte, on ouït cette femme crier à
haute voix: «Soldats des gardes, frappez! tuez! je vous en ferai
avouer par votre colonel en toutes choses.» Elle le prenoit de ce
ton-là; et, sous ombre que M. d'Épernon, durant les brouilleries de la
Reine-mère, l'avoit peut-être employée à quelque bagatelle, elle
vouloit qu'on crût qu'il ne s'étoit rien fait en France où elle n'eût
eu bonne part. Un jour elle alla au Palais à la boutique d'un libraire
qui est à un des piliers de la grand'salle, et, en présence de bon
nombre d'avocats, elle demanda le tome du _Mercure François_ de ce
temps-là: elle regarda à l'endroit où elle s'imaginoit être; et, ne
s'y étant point trouvée, elle dit en jetant le livre: «Il a menti! Si
je lui eusse donné de l'argent, il n'eût pas mis un autre à ma place.»

  [295] Françoise-Julie de Rochefort, dame de Blainville, de
  Salvert et de Saint-Gervais, avoit épousé en 1607 Charles
  d'Angennes, marquis de Maintenon. Elle mourut en 1647.

  [296] Marie Le Clerc Du Tremblay, mariée en 1640 à Louis
  d'Angennes de Rochefort de Salvert, marquis de Maintenon. Elle
  est morte en 1702. Ce fut son fils Charles-François d'Angennes,
  marquis de Maintenon, qui vendit à Françoise d'Aubigné, veuve
  Scarron, la terre dont elle a depuis porté le nom.

  [297] Voir tome 1, p. 51, note 2.

Pour son malheur elle avoit eu une grand'mère de la maison de
Courtenay; ces Courtenay prétendent être princes du sang: cela
l'acheva de rendre insupportable sur sa noblesse. Elle s'en
instruisit, et ayant trouvé qu'un Pierre de Courtenay, comte
d'Auxerre, avoit été empereur de Constantinople, elle disoit à tout
bout de champ: _l'emperière ma grand'mère_.

Etant veuve, et espérant épouser M. d'Épernon, elle se faisoit servir
à plats couverts et avoit un dais. Mon beau-père[298] a une terre vers
Chartres, et elle y en avoit une aussi. Une fois que j'y étois, il lui
donna à manger: elle nous dit des vanités les plus extravagantes du
monde, entre autres sur le propos des bâtards: elle nous dit qu'elle
se pouvoit vanter que ses _bâtards_, aussi bien que ceux des princes,
étoient gentilshommes. Pour moi, je trouvois assez plaisant qu'une
femme dît _mes bâtards_. Comme héritière et aînée de la maison, elle
croyoit qu'il falloit parler ainsi. A son tour elle nous convia à
dîner. En attendant qu'on servît, elle nous pria de nous asseoir. Je
fus tout étonné que cette folle se plantât à la place d'honneur, et sa
belle-fille auprès d'elle, sur des chaises où il y avoit des carreaux,
et dit à toute la compagnie, dont la moitié étoit des femmes, qu'ils
s'assissent. Mais devinez sur quoi? Sur de belles chaises de bois qui
n'avoient jamais été garnies, car il n'y eut jamais petite-fille
d'_emperière_ si mal meublée. Elle avoit, disoit-elle, des meubles
magnifiques à Salvert, en Auvergne; mais il y avoit un peu bien loin
pour y envoyer quérir des siéges. A dîner, elle se mit au haut bout,
et nous vîmes je ne sais quel _quinola_[299], qui la menoit
d'ordinaire, servir sur table l'épée au côté et le manteau sur les
épaules. Ce même officier avoit servi le jour de devant sur table,
tête nue (ce qui ne se fait jamais), chez un de ses voisins, à qui
elle l'avoit prêté. Je ne doute pas que ce ne fût par ordre, et que
dans sa cervelle creuse elle ne s'imaginât que sa grandeur paroissoit
en ce que ce même homme qui servoit nu-tête chez un particulier avoit
l'épée au côté chez elle.

  [298] Tallemant avoit épousé une fille de Rambouillet, le
  financier.

  [299] _Quinola._ On appeloit ainsi un homme gagé qui accompagnoit
  une dame. (_Dict. de Trévoux._)

Cette femme faisoit la jeune et ne l'étoit nullement; elle se faisoit
craindre comme le feu à ses valets et à ses paysans: aussi ne
savoit-elle ce que c'étoit que de pardonner. Ses enfants étoient
presque tous mal avec elle. Elle avoit marié l'aîné à la fille de M.
du Tremblay[300], gouverneur de la Bastille. La mère, madame du
Tremblay, étoit de bien meilleure maison que son mari; elle étoit de
La Fayette; on en avoit fort médit. Cette fille étoit belle, mais elle
ne dégénéroit pas; c'étoit, et c'est encore une des plus grandes
écervelées qu'on puisse voir. Quand elle sortit de la Bastille pour
aller chez son mari, on disoit que M. du Tremblay lui avoit dit: «Ma
fille, vous sortez d'une maison où l'on a toujours vécu en honneur;
mais vous allez être sous la charge d'une belle-mère de qui on a assez
mal parlé; ne vous laissez pas corrompre, et ayez toujours devant les
yeux la vie de votre mère;» et quand elle entra chez son mari, madame
de Maintenon lui dit: «Ma fille, vous venez d'un lieu où vous n'avez
pas eu tous les bons exemples imaginables; vous entrez dans une
famille où vous ne trouverez rien qui ne soit à imiter. Je vous
conjure donc d'oublier tout ce que vous avez vu, et de vous conformer
à tout ce que vous verrez.»

  [300] Il s'appeloit Leclerc, et étoit frère du Père Joseph. (T.)

Cette jeune femme, de quelque côté qu'elle tournât, ne pouvoit manquer
de prendre le bon chemin. Elle n'y faillit pas; aussi son mari
l'ennuya bientôt. Il est vrai que c'étoit un ridicule homme, et qui
avoit l'âme aussi basse que sa mère: ajoutez qu'elle aimoit à
_chopiner_. La première chose qui éclata, ce fut je ne sais quel
rendez-vous à Montleu avec Bullion; mais M. de Bullion, son père, lui
défendit de continuer. Le prince de Harcourt ensuite fit autrement de
bruit, et elle ne s'en cachoit pas trop; et sans son frère Tremblay,
le maître des requêtes, qui le découvrit, elle se faisoit enlever par
son galant. Elle le fit tenir lui ou un autre trois semaines durant
dans une métairie comme un paysan, afin qu'il la pût voir tous les
jours sans que le mari s'en doutât. Un jour, chez M. du Vigean, on
apporta un poulet de sa part à Roquelaure: le voilà aussitôt à en
faire parade. On vint dire à un autre homme de la cour, qui y étoit
aussi, qu'un petit page le demandoit: c'étoit un poulet de la même. Il
le montra aussi pour rabattre le caquet à l'autre. On disoit qu'elle
contoit toujours toute sa vie à son dernier galant, et qu'il savoit
toutes les aventures de ses prédécesseurs. Après, elle se mit dans un
couvent, ne pouvant, disoit-elle, demeurer à la campagne avec son
mari. La belle-mère vient à mourir, elle sort du couvent. Je me
souviens d'une lettre qu'écrivit Maintenon à une de ses soeurs avec
laquelle il étoit mal: il y avoit pour tout potage: «_Ma soeur, ma
mère est morte; ne parlons plus de rien._ De Gredin, à six lieues de
Loches, à l'enseigne du Cheval-Noir, le 6 de février 1650, si je ne
me trompe.»

Cette femme est étourdie en toutes choses. Un jour de cour, durant le
carnaval, elle logeoit à la rue Saint-Antoine; elle avoit fait mettre
auprès d'elle à la fenêtre son portrait; elle étoit peinte en
Madeleine. Elle a une fille plus belle qu'elle. Deux de ses parentes,
madame d'Aumont et madame de Fontaines, toutes deux d'Angennes, et
toutes deux veuves, donnèrent de quoi marier cette fille, de peur
d'accident, et la marièrent à un M. de Villeré, du pays du Maine. Pour
la seconde, on l'a mise avec madame de Saint-Etienne à Reims[301];
elle n'est pas trop belle.

  [301] Madame de Saint-Étienne étoit une fille du marquis de
  Rambouillet. (Voyez plus haut son article, t. 2, p. 256 et suiv.)

Depuis la mort de la bonne femme, elle fut encore plus en liberté.
Elle menoit sa fille au bal qu'elle n'avoit encore que dix ans. Cette
enfant, en 1654, étoit habillée magnifiquement; mais l'année d'après
on ne vit point cette magnificence, car Troubet le jeune, qui donnoit
les robes, étoit mort. On disoit que cette femme l'avoit tué. On
trouve en quelques endroits, dans les Mémoires de la régence, où il
est parlé d'elle, à propos du duc de Brunswick, prince étranger, à qui
elle fit faire une espèce d'affront dans une assemblée. A cette heure,
pour cinquante pistoles on couche avec elle.



MADAME DE LIANCOURT[302]

ET SA BELLE-FILLE[303].


Pour bien savoir l'histoire de madame de Liancourt, il faut un peu
parler de son père et de son aïeul. M. de Schomberg, son aïeul, homme
de qualité, amena des reîtres en France pour le service de Henri III.
Il s'établit en France et à la cour; il se mêla de beaucoup de choses,
mais il laissa à sa mort ses affaires si embrouillées que sa femme fut
long-temps sans oser sortir de chez elle de peur qu'on ne l'arrêtât.
Enfin, M. de Neubourg, père de madame du Vigean, qui étoit un homme
intelligent et secourable, par amitié prit soin des affaires de cette
maison, et la mit en état de se pouvoir maintenir.

  [302] Jeanne de Schomberg, mariée en 1618 à François de Cossé,
  comte de Brissac, avec lequel son mariage fut déclaré nul;
  remariée en 1620 à Roger Du Plessis de Liancourt, duc de La
  Roche-Guyon. Elle mourut le 14 juin 1674.

  [303] Anne-Élizabeth de Lannoi, mariée en 1643 à Henri Roger Du
  Plessis, comte de La Roche-Guyon, et en secondes noces, en 1648,
  à Charles de Lorraine, prince d'Harcourt, depuis duc d'Elbeuf.
  Elle mourut en 1654.

Ce même M. de Neubourg eut la même charité pour M. de Praslin, et lui
aida si vertement qu'il maintint son rang à la cour, eut le loisir de
pousser sa fortune, et se vit enfin maréchal de France.

Madame de Sully, dont le mari étoit surintendant des finances, devint
amoureuse de M. de Schomberg, père de madame de Liancourt, qui étoit
encore tout jeune, et il s'en prévalut si bien que pour une fois elle
lui fit rétablir trente mille livres de rente sur le Roi, qui avoient
été supprimées. Cette amourette dura long-temps, et ensuite il se sut
si bien maintenir auprès d'elle qu'elle fit résoudre M. de Sully à
marier son fils aîné du deuxième lit, le feu comte d'Orval, avec
mademoiselle de Schomberg, aujourd'hui madame de Liancourt. Ce garçon,
quoique du deuxième lit, n'eut pas laissé d'être fort riche s'il eût
vécu; car celui qui lui a succédé, son cadet, le comte d'Orval
d'aujourd'hui, a eu beaucoup de bien; mais il l'a mangé le plus
ridiculement du monde, sans avoir jamais paru.

Ce mariage, quoique entre des personnes de différentes religions,
s'alloit pourtant achever sans la mort de Henri IV, mais madame de
Schomberg, ayant vu M. de Sully disgracié, ne voulut plus y entendre.
Il eut l'ambition de voir sa fille duchesse, et l'accorda avec le fils
aîné du duc de Brissac; mais il fut puni de son infidélité et de son
ingratitude, qui étoit d'autant plus grande, que si sa fille n'eût été
accordée avec le fils d'un duc, jamais il n'eût pu prétendre à
Brissac.

Ce comte de Brissac n'étoit point agréable: au contraire, il étoit
stupide et mal fait. Pour elle, elle étoit fort brune, mais fort
agréable, fort spirituelle et fort gaie. Elle trouva cet homme si
dégoûtant qu'elle conçut une aversion étrange pour lui. Dès-lors elle
avoit jeté les yeux sur M. de Liancourt, comme sur un parti sortable:
il étoit bien fait et assez galant; mais il n'y avoit rien entre eux,
et elle ne lui avoit jamais parlé. Quand elle vit l'affaire avancée,
elle s'alla jeter aux pieds de madame de Schomberg, sa grand'mère,
auprès de laquelle elle avoit été élevée, pour la supplier de fléchir
son père; qu'elle aimoit bien mieux mourir que d'épouser un homme
qu'elle ne pouvoit aimer. Elle pleura tant, que la bonne femme en fut
émue. Mais le père, qui voyoit que cette alliance lui étoit
avantageuse, et qui croyoit que c'étoit une vision de sa fille, voulut
que l'affaire s'achevât.

Elle se laissa coucher, mais avec résolution de ne lui rien accorder.
Toute la nuit elle ne voulut point joindre, et le lendemain elle
protesta de ne coucher jamais avec lui. Ensuite, on les démaria sous
prétexte d'impuissance. Madame de Liancourt jure qu'elle l'a pu faire
en conscience, parce qu'elle n'y a jamais consenti; cependant elle a
toujours eu tellement devant les yeux cette espèce de tache que cela
l'a toujours fait aller bride en main.

Elle épousa ensuite M. de Liancourt[304], qui étoit fort riche; elle
n'en eut qu'un fils pour tous enfants. Elle avoit avant la mort de ce
garçon tout sujet de contentement; cependant, soit que ce fût à cause
des deux fils du duc avec qui elle avoit été fiancée, ou que
naturellement elle fût ambitieuse, elle ne goûtoit pas autrement sa
félicité parce qu'elle n'avoit pas le tabouret. Par une rencontre
bizarre, elle fut démariée, et son frère, un M. de Schomberg, épousa
une personne démariée d'avec M. de Candale.

  [304] J'ai ouï dire que M. de Liancourt, un matin voyant habiller
  une dame, s'amusa à jouer avec sa chatte, et lui prit en badinant
  son collier de perles au col qu'il mit à la chatte. Ce collier
  étoit de grand prix; la chatte ne fit que mettre le nez hors la
  porte, on n'en eut jamais de nouvelles depuis. M. de Liancourt en
  donna un autre. Jamais il ne s'est joué si chèrement avec
  personne qu'avec cette chatte. (T.)

Comme nous avons dit ailleurs, M. de Liancourt acheta l'hôtel de
Bouillon dans la rue de Seine bien cher; c'étoit une belle maison.
Elle le fit jeter à bas pour bâtir l'hôtel de Liancourt d'aujourd'hui
qu'elle n'achèvera peut-être jamais[305]. A Liancourt, elle a fait
tout ce qu'on pouvoit faire de beau pour des eaux, pour des allées et
pour des prairies: tous les ans elle y ajoute quelque nouvelle beauté.
Quand madame d'Aiguillon y fut, elle lui fit une galanterie assez
plaisante. Elle fit couvrir une grande table de ces fruits qui sont
beaux, mais dont on ne sauroit manger, et de compotes de ces mêmes
fruits avec des biscuits et des massepains d'amandes amères. Personne
n'y mit la dent qui ne crachât aussitôt. Elle empêcha madame
d'Aiguillon d'y toucher; et, après avoir un peu ri des autres, elle
mena tout le monde dans une autre salle où il y avoit une bonne et
véritable collation. Cela me fait souvenir d'un conte que j'ai ouï
faire. Un garçon qui passoit pour fort avare, perdit une collation
contre des femmes; il les convie: elles y viennent, et ne voyant que
des boyaux, elles se mettent à le vouloir battre. Il fut dans une
autre chambre; elles le suivent, mais elles furent bien surprises d'y
trouver une collation magnifique.

  [305] Cet hôtel portoit de nos jours le nom de La Rochefoucauld;
  il avoit son entrée sur la rue de Seine et ses jardins se
  prolongeoient jusqu'à la rue des Petits-Augustins. Il a été
  abattu en 1824, et la rue des Beaux-Arts a été construite sur ce
  terrain.

Quand madame de Liancourt vit son fils en âge d'aller à l'armée,
quoiqu'elle l'aimât uniquement, elle ne marchanda point et le donna au
maréchal de Gassion, afin qu'il apprît le métier sous lui; on
l'appeloit le comte de La Roche-Guyon. J'ai ouï dire que le maréchal
en prenoit un soin tout particulier, et qu'il le faisoit appeler
toutes les fois qu'il croyoit qu'on verroit quelque belle occasion. On
le maria avec une héritière très-riche, fille du comte de Lannoi,
gouverneur de Montreuil en Picardie; il étoit petit, mais bien fait.
Elle étoit jolie. Ils ne firent pas bon ménage. Il s'étoit jeté dans
cette cabale _garçaillère_ et libertine de M. le Prince[306], et il
méprisoit un peu trop sa femme: et elle ne l'aimoit point. M. de
Brissac, peut-être pour venger son père, la cajola dès le temps du
mari. Le comte de Lannoi la surprit une fois avec un poulet qu'elle
avala. Depuis, on la garde étroitement.

  [306] Henri de Bourbon, père du grand Condé. (_Voyez_ son article
  précédemment, t. 2, p. 180.)

Il fut tué au second siége de Mardick[307], deux ans après son
mariage. Il avoit eu une fille qui vit encore[308]. Dès avant cela, on
dit que madame de La Roche-Guyon, comme quelqu'un lui disoit qu'elle
devoit être bien aise de passer l'été en un si beau lieu que
Liancourt, répondit qu'il n'y avoit point de belles prisons. Son père,
le comte de Lannoi, avoit fait bâtir une petite maison derrière le
jardin de l'hôtel de Liancourt, et il avoit une porte pour y entrer;
de sorte qu'il étoit quasi toujours chez sa fille, et il s'aperçut de
bonne heure qu'elle s'engageoit avec Vardes. Ils se voyoient chez
madame de Guébriant, tante de Vardes. On dit qu'il trouva des lettres
comme de personnes qui s'étoient donné la foi, et que cela le fit
résoudre à enlever sa fille une belle nuit avec quarante
chevau-légers. Il est constant que Vardes la devoit enlever le
lendemain. Le chevalier de Rivière disoit plaisamment: «Le bonhomme
croit avoir enlevé madame de La Roche-Guyon, et il a enlevé madame de
Vardes.»

  [307] Le 6 août 1646.

  [308] Jeanne Charlotte Du Plessis Liancourt, fille du comte de La
  Roche-Guyon, épousa le 13 décembre 1659 François, septième du
  nom, duc de La Rochefoucauld, fils de l'auteur des _Maximes_, et
  elle mourut le 30 septembre 1669. C'est pour elle que madame de
  Liancourt, son aïeule, écrivit l'ouvrage dont nous avons rapporté
  le titre, note 3 de la page 160 du tome second.

Vardes disoit qu'il n'avoit point de dessein pour madame de La
Roche-Guyon, et que M. le comte de Lannoi pouvoit bien emmener sa
fille où il lui plairoit sans faire tout ce vacarme. Bientôt après
elle fut mariée à Liancourt avec le prince d'Harcourt, fils aîné de M.
d'Elbeuf. Dès que Vardes vit que cette affaire s'avançoit, il alla
trouver Jarzé, alors cornette des chevau-légers, et lui dit qu'il le
venoit prier de le servir en une affaire; mais qu'avant que de lui
dire ce que c'étoit, il vouloit qu'il lui promît de le servir à sa
mode. Jarzé en fit grande difficulté: mais Vardes lui ayant représenté
qu'un homme d'honneur ne pouvoit demander que des choses dans la
bienséance, il le lui promit. «Allez-vous-en donc, je vous prie,
trouver le prince d'Harcourt avec mon frère Moret, et lui dites, de ma
part, que je m'étonne fort qu'un homme de sa condition se soit mis à
rechercher une femme qui a beaucoup de bonne volonté pour moi; que
personne n'y peut penser sans se faire tort; qu'on pourroit lui en
donner des preuves, et qu'alors Moret montreroit les lettres de madame
de La Roche-Guyon, si M. le Prince d'Harcourt le désiroit.» Jarzé lui
représenta que le plus court seroit de déclarer au prince d'Harcourt
que M. de Vardes étoit si fort engagé dans cette recherche, qu'il ne
pouvoit souffrir qu'un autre y pensât, et que là-dessus on verroit ce
qu'il voudroit dire. Vardes lui répondit: «Vous m'avez promis de me
servir à ma mode.» Jarzé et Moret y allèrent donc; et le prince
d'Harcourt ayant demandé à voir les lettres, Moret les lui montra: il
les lut toutes, et leur répondit, à ce qu'ils ont rapporté, «que
puisque ses parents l'avoient engagé en cette affaire, qu'il étoit
résolu d'aller jusqu'au bout.» Il dit, peut-être lui a-t-on conseillé
depuis de le dire ainsi, qu'il lui répondit qu'il ne croyoit point que
madame de La Roche-Guyon eût écrit ces lettres; M. d'Elbeuf dit qu'il
feroit expliquer Jarzé, et cela est encore à faire. Tout le monde
blâma la conduite de cet amant; et si le prince d'Harcourt eût fait
son devoir, il leur eût fait sauter les fenêtres.

Le prince d'Harcourt et sa femme ne furent pas long-temps ensemble
sans qu'il arrivât du désordre: elle lui avoit, dit-on, déclaré
qu'elle ne l'aimeroit jamais. Un jour qu'elle étoit allée avec sa
belle-mère voir Mademoiselle, elle fit si bien qu'elle obligea madame
d'Elbeuf à la laisser chez Mademoiselle, et à la venir reprendre le
soir ou lui envoyer un carrosse, car elle n'en avoit point, ni
personne de ses gens n'étoit avec elle. A quelque temps de là, elle se
glisse dans la foule et monte dans un carrosse gris qui l'attendoit à
la porte, et revint dans une chaise rouge après que le carrosse que
madame d'Elbeuf lui avoit envoyé s'en fut en allé. Elle en envoie
demander un à sa belle-mère, et dit après pour excuse qu'elle avoit
été se promener aux Tuileries avec une de ses amies qu'elle ne nommoit
point. Depuis, elle fut si sotte que d'avouer à une personne qu'elle
croyoit fort secrète, mais qui l'a redit, qu'elle étoit allée demander
ses lettres à Vardes, qu'elle ne pouvoit souffrir qu'il les eût; mais
qu'il ne les lui avoit pas voulu rendre. Cela fit un bruit du diable.
Le prince d'Harcourt, après l'avoir enfermée, lui dit qu'il lui
tiendroit bon compte de Vardes. Elle, cependant, fit si bien qu'elle
fit sortir un sommelier qui avertit Vardes du dessein du mari. Vardes
partit le lendemain pour l'armée, sans passer par Saint-Denis, où on
le vouloit attendre. Depuis, cette querelle s'accommoda[309].

  [309] Le récit de Tallemant jette plus de jour sur une lettre
  écrite par Bussy-Rabutin à madame de Sévigné, le 17 août 1654.
  «Que sert à madame d'Elbeuf d'être revenue si belle de Bourbon,
  si elle ne peut étaler ses charmes dans le monde, et s'il faut
  qu'elle s'aille enfermer dans Montreuil? En vérité c'est une
  tyrannie épouvantable que celle qu'elle souffre; et je crois
  qu'après cela on la devroit excuser si elle se vengeoit de son
  tyran. Il est vrai que je pense qu'elle s'est vengée, il y a
  long-temps, du mal qu'on devoit lui faire; comme c'est une
  personne de grande prévoyance, elle a bien jugé qu'on lui
  donneroit des sujets de plainte quelque jour; elle n'a pas voulu
  qu'on la primât, et entre nous je crois que son mari est sur la
  défensive.»

Le prince d'Harcourt a quelquefois battu ses gens à cause qu'ils
n'étoient pas assez fidèles espions. Un soir, après avoir pris congé
de sa femme, qui feignoit de se vouloir coucher, c'étoit à onze heures
en été, il vit un laquais qui, tout essoufflé, montoit dans la chambre
de sa femme, et puis redescendit. Il le suit tout doucement: il voit
un carrosse à la porte, et peu de temps après sa femme y monter toute
seule; le laquais retourne, et le carrosse va tout seul; il monte
derrière. On va aux Tuileries; il la voit entrer seule; il entre
après, la suit de loin: elle trouve ensuite mademoiselle de
Longueville et plusieurs femmes avec des violons; elle ne les évite
point; elle se tient avec elles et ne témoigne aucune inquiétude. Elle
part en même temps, et retourne au logis, le mari à la place des
laquais. Le lendemain il lui dit qu'elle étoit folle, et qu'elle
jouoit à se perdre de réputation. «Monsieur, je voulois rêver en
liberté.» Il crut depuis qu'il y avoit plus d'imprudence que de crime;
mais la vérité est que la conduite de la bonne dame étoit pitoyable.

Elle fit amitié vers ce temps-là avec madame de Bois-Dauphin, fille du
président de Barentin[310]. Il en étoit jaloux, et une fois il leur
offrit de leur faire mettre des draps blancs. Lui cependant devint
amoureux de madame de Boudarnaut, une femme fort décriée; et pour
faire que les autres femmes la souffrissent, il faisoit de grandes
fêtes et avoit gagné madame de Monglat; ce n'étoit pas grande
conquête. Pour faire qu'elle y en entraînât d'autres, il obligea un
jour sa femme d'en être: la partie étoit de manger à Brunoy, à quatre
lieues d'ici; c'est une terre à elle: elle ne voulut jamais se mettre
à table. Une autre fois qu'ils y étoient avec madame de Rieux, leur
belle-soeur, il lui prit je ne sais combien de visions.
«Allez-vous-en, disoit-il, ma belle-soeur est une coquette.--Non,
demeurez.» Il changea deux fois d'avis. Il la voulut mener à
Montreuil; on disoit que c'étoit pour s'en défaire, car cet air-là est
contraire à ceux qui sont menacés du poumon. Etant arrivée à Amiens,
elle le pria de l'y laisser. Ce fut là qu'elle eut la petite-vérole
dont elle mourut. Madame de Bois-Dauphin y courut pour s'enfermer avec
elle; mais elle ne le voulut pas souffrir. Il y arriva lui; elle lui
demanda pardon, et lui jura qu'elle ne lui avoit jamais fait tort. Il
dit que de la voir souffrir comme elle souffroit, cela le toucha; mais
qu'après il fut ravi d'en être délivré[311]. Il vit bien avec sa
seconde femme mademoiselle de Bouillon, et il dit qu'il n'avoit garde
d'y manquer, quand ce ne seroit que pour faire enrager l'autre.

  [310] Marguerite de Barentin, femme d'Urbain de Laval, marquis de
  Bois-Dauphin. Elle étoit veuve du marquis de Courtenvaux; elle a
  vécu jusqu'en 1704.

  [311] Elle mourut à Amiens le 3 octobre 1654, à l'âge d'environ
  vingt-huit ans.



LE PRÉSIDENT NICOLAÏ.


Le feu président Nicolaï, père de celui-ci, qui est le huitième du
nom, premier président de la chambre des comptes, en sa jeunesse eut
bien des amourettes: celle qui fit le plus de bruit fut celle qu'il
eut avec la femme d'un bourgeois nommé Guillebaud; on l'appeloit
vulgairement _la belle Bourgeoise_, car c'étoit une fort belle
personne. Le mari étoit jaloux. Notre président fut trois mois dans un
cabaret, comme garçon (_de cabaret_), il n'en avoit pas trop mal la
mine, afin de prendre son temps pour lui parler, et la voir sans qu'on
se doutât de rien. Il n'en jouissoit ainsi au commencement qu'avec
bien de la peine: depuis il eut un peu plus de facilité; mais elle le
quitta pour un autre. Elle s'en repentit après, et se mit à genoux
devant lui pour lui demander pardon; il se moqua d'elle, et n'en
voulut plus ouïr parler.

La belle Bourgeoise rencontra Patru en son chemin: elle se faisoit
conduire par lui au sermon; elle lui faisoit mille caresses. Lui, qui
étoit amoureux de sa Lévesque[312], ne s'y amusa point: il est vrai
qu'il croyoit qu'elle étoit engagée avec un nommé Sanguin. Il se
trouva qu'elle étoit brouillée alors avec lui; mais ils se
raccommodèrent.

  [312] _Voyez_ précédemment dans ce volume l'art. de la femme
  Lévesque.

Nicolaï aima ensuite la fille d'un sergent, de laquelle il eut une
fille. On a cru qu'il l'avoit épousée. Cette autre maîtresse étant
morte, il pensa à se marier. Prêt d'être accordé avec mademoiselle
Amelot, aujourd'hui madame d'Aumont[313], il vit la cousine-germaine
de cette fille à l'église; elle se nommoit également Amelot. Il en
devint amoureux; aussi étoit-elle tout autrement jolie que l'autre, et
il l'épousa; mais ils ont fait un triste ménage. Le désordre vient de
ce qu'elle ne traita pas trop bien la bâtarde de son mari, car il
l'avoit avertie de tout; et par contrat de mariage il se réserva la
faculté de lui donner cinquante mille écus, comme il a fait. Il l'a
mariée à un gentilhomme. Il avoit l'honneur d'être un peu fou, et sa
femme a l'honneur de l'être encore. Il en vint jusqu'à séparer le
logis en deux; et il ne voyoit plus du tout sa femme: il ne lui
donnoit rien. Ceux qui lui avoient fourni des vivres, des habits,
etc., firent un procès au président. Or, la cause fut plaidée à la
grand'chambre, et il fut condamné. Tout ce qu'il fit ce fut d'obtenir
qu'on mît dans l'arrêt que ç'avoit été de son consentement. Le premier
président Le Jay en usa bien avec lui, quoiqu'il n'eût pas sujet de
s'en louer, car ayant été chez lui pour une affaire qu'il avoit à la
chambre, M. Nicolaï ne le voulut point voir. L'affaire se fit
pourtant. Il a passé pour homme de bien, et avec raison, et ne se
faisoit point autrement de fête; au contraire, il négligeoit de se
faire payer ses appointements. Il a passé aussi pour éloquent, mais
sans autre fondement que de parler avec quelque facilité; il étoit
toujours prolixe. Cet homme avoit encore à sa mort une chambre qui
n'avoit que de la natte pour toute tapisserie. On disoit qu'il
achetoit les vieilles soutanes de son fils, et qu'il les faisoit
ajuster pour s'en servir. Pour sa femme, à qui il avoit laissé pour
s'entretenir huit mille livres de rentes, qui lui étoient venues du
côté des Amelot, elle avoit fait peindre et dorer son appartement;
elle étoit magnifique en toute chose.

  [313] Femme du frère aîné du maréchal; il est gouverneur de
  Touraine.

     (T.)

Nicolaï avoit un frère qui vit encore, qui est un vieux garçon: il a
été guidon des gendarmes, puis premier écuyer de la grande écurie.
C'étoit lui qui disoit qu'un carrosse étoit un grand maquereau à
Paris. Du temps qu'il le disoit c'étoit plus vrai qu'à cette heure,
car il y en avoit bien moins. Il dit qu'il est un fou gaillard, mais
que son frère le président étoit un fou mélancolique. C'est un assez
plaisant robin.

Le président voulut marier son fils de bonne heure; on chercha les
meilleurs partis. Ils jetèrent les yeux sur mademoiselle Fieubet, et
il y consentit, lui, qui avoit tant pesté contre les gens qui voloient
le Roi[314]. Il fit une bizarrerie pour les articles. La mère, de son
côté, après qu'un ban fut jeté, envoya défendre au curé de Saint-Paul
de jeter les autres, et cela, pour je ne sais quelle bagatelle dont
elle n'étoit pas satisfaite dans les articles. Cela se raccommoda
pourtant. Le jour des noces de son fils, le président demandoit si un
point de Venise, qui avoit coûté deux mille livres, coûtoit bien dix
écus, et on lui fit accroire qu'il y avoit bien pour huit livres dix
sols de ruban d'argent à un habit où il y en avoit pour cent écus.

  [314] Fieubet étoit d'une origine de finance.

Deux ans après, condamné par tous les médecins, et ayant reçu
l'extrême-onction, il lui vint en fantaisie que s'il alloit à Bourbon,
il guériroit comme il guérit il y avoit dix ans: c'étoit au mois de
mars. Il fait acheter secrètement un bonnet et un justaucorps fourré,
des bassins, une seringue, etc., et commanda que son carrosse fut prêt
pour le lendemain matin. Son valet-de-chambre en avertit sa femme et
son fils. «Dites-lui, dirent-ils, que le carrosse est rompu, et qu'il
y a un cheval boiteux.» Cela ne servit qu'à faire donner sur les
oreilles au valet-de-chambre. Il part: la femme et le fils le
suivirent. Dès Essonne[315] le voilà plus mal que jamais: il envoie
quérir un médecin à Corbeil, à qui le fils dit le mot. Cet homme lui
promet de le guérir s'il ne bouge de là; et quand il fut bien bas, le
curé, à qui on avoit aussi parlé, lui demanda s'il ne vouloit pas voir
sa femme, son fils et sa fille qui étoient venus pour recevoir sa
bénédiction. Il dit que oui, les vit, et mourut comme un autre homme.

  [315] Bourg à six lieues de Paris.

Voici la belle conduite de la mère pour sa fille. Dès quinze ans, elle
avoit deux petits laquais avec qui elle s'amusoit à jouer et à badiner
tout le jour. Cette petite demoiselle s'alla mettre une fois dans la
tête que sa mère ne lui donnoit pas assez d'argent; et, pour en avoir,
elle s'avisa d'un bel expédient. Elle laisse traîner des billets faits
à plaisir, comme si elle écrivoit à quelque marquis; on les porte à la
présidente qui s'imagine aussitôt qu'on veut enlever sa fille. Il ne
falloit que la bien garder chez elle. Elle assemble le président
Molé-Champlâtreux, cousin-germain de sa fille, et la marquise
d'Hervault, femme du lieutenant de roi de Touraine, aussi parente bien
proche. Ils concluent de la mettre dans un couvent, et font de l'éclat
pour rien. Cette fille, quand elle y fut, conta naïvement la chose, et
puis on la retira. Dans les Mémoires de la Régence, il sera parlé de
la mère et de la fille.



PORCHÈRES L'AUGIER[316].


Porchères L'Augier, dont nous allons parler, et Porchères d'Arbaud,
dont il est parlé dans l'historiette de Malherbe, étoient tous deux de
Provence, tous deux poètes, et tous deux de l'Académie. Chacun d'eux
traitoit l'autre de bâtard, et soutenoit qu'il n'étoit pas de la
maison de Porchères[317], assez bonne en ce pays-là; mais ils
s'accordoient en un point, c'est qu'ils étoient l'un et l'autre de
méchants auteurs. Notre Porchères commença à paroître au temps de
Nervèze et de son successeur Des Yveteaux, et étoit à peu près en vers
ce qu'étoient les autres en prose: cela se peut voir par le sonnet que
voici sur les yeux de madame de Beaufort:

     Ce ne sont pas des yeux, ce sont plutôt des Dieux;
     Ils ont dessus les rois la puissance absolue.
     Dieux, non; ce sont des cieux, ils ont la couleur bleue,
     Et le mouvement prompt comme celui des cieux.
       Cieux, non; mais deux soleils clairement radieux,
     Dont les rayons brillants nous offusquent la vue.
     Soleils, non; mais éclairs de puissance inconnue,
     Des foudres de l'Amour signes présagieux.
     Car s'ils étoient des Dieux, feroient-ils tant de mal?
     Si des cieux, ils auroient leur mouvement égal;
     Deux soleils, ne se peut: le soleil est unique;
     Éclairs, non; car ceux-ci durent trop et trop clairs.
     Toutefois je les nomme, afin que je m'explique,
     Des yeux, des Dieux, des cieux, des soleils, des éclairs[318].

  [316] Les Recueils du temps contiennent un assez grand nombre de
  pièces de vers signées _Porchères_, sans qu'il y soit fait aucune
  distinction des deux poètes qui ont porté ce nom.

  [317] L'un s'appeloit L'Augier de Porchères, l'autre d'Arbaud de
  Porchères. Le nom de terre seul leur étoit commun; ainsi ils
  étoient de deux familles différentes.

  [318] Ce sonnet ridicule se trouve dans _le Parnasse des plus
  excellents poètes de ce temps_; Paris, Guillemot, 1607; petit
  in-12, t. 1, fol. 286. Il est aussi dans _le Séjour des Muses, ou
  la Crème des bons vers_; Rouen, 1627, in-8, p. 372.

Sa prose même ne valoit pas mieux, témoin le recueil du Carrousel, où
il n'y a rien de bon de lui qu'une devise italienne dont le corps est
une fusée, et le mot _da l'ardore l'ardire_[319].

  [319] Cette devise avoit frappé madame de Sévigné; elle en parle
  dans la lettre à sa fille, du 11 novembre 1671; mais elle ne se
  souvenoit pas du livre dans lequel elle l'avoit vue.

Depuis, Malherbe apprit à parler françois. Je crois que Porchères a
contribué avec Matthieu à gâter les Italiens d'aujourd'hui, et les
Italiens à leur tour ont gâté quelques-uns des nôtres. Il n'y a que
vingt ans qu'on a vu des secrétaires d'état[320] donner deux pistoles
du Politico-Catholico de Virgilio Malvezzi[321].

  [320] Brienne. (T.)

  [321] Virgilio Malvezzi, écrivain italien, attaché à Philippe IV,
  roi d'Espagne, auteur de plusieurs ouvrages politiques. Il mourut
  à Cologne, en 1654.

La princesse de Conti faisoit cas de Porchères: il alloit tous les
jours chez elle. Elle lui fit avoir l'emploi de faire les ballets et
autres choses semblables; pour cela, il avoit douze cents écus de
pension. Il voulut en faire une charge, et l'avoir en titre d'office,
mais il ne savoit quel nom lui donner: il ne vouloit pas que le nom
de _ballet_ y entrât, et après y avoir bien rêvé, il prit la qualité
d'_intendant des plaisirs nocturnes_. Par cette raison il voulut se
formaliser de ce que Desmarets avoit fait le dessin du ballet qui fut
dansé au mariage du duc d'Enghien[322].

  [322] Au mariage du grand Condé. Il eut lieu le 11 février 1641.

Pour les habits, ç'a toujours été le plus extravagant homme du monde
après M. Des Yveteaux, et le plus vain. J'ai ouï dire à Le Pailleur,
qu'étant allé chez Porchères, il y a bien trente-cinq ans, il aperçut,
en entrant dans sa chambre, un valet qui mettoit plusieurs pièces à
des chaussons. Il le trouva au lit; mais le poète avoit eu le loisir
de mettre sa belle chemisette et son beau bonnet; car si personne ne
le venoit voir, il n'en avoit qu'une toute rapetassée, et ne se
servoit que d'un bonnet gras et d'une vieille robe-de-chambre toute à
lambeaux, dont il se couvroit la nuit. Il demanda à Le Pailleur
permission de se lever, et avec sa bonne robe-de-chambre il se met
auprès du feu. «Mon valet-de-chambre, car il l'appeloit ainsi,
apportez-moi, dit-il, un tel habit, mon pourpoint de fleurs. Non, mon
habit de satin.--Monsieur, quel temps fait-il.--Il ne fait ni beau ni
laid?--Il ne faut donc pas un habit pesant; attendez.» Le valet, fait
au badinage, apporte cinq ou six paires d'habits qui avoient tous
passé plus de deux fois par les mains du détacheur et du fripier, et
lui dit: «Tenez, prenez lequel vous voudrez.» Il fut une heure avant
que de conclure. Ce pourpoint de fleurs étoit un vieux pourpoint de
cuir tout gras, et ce satin étoit un satin à pièces empesées qui
avoit plus de trente ans. Jamais on ne lui vit un habit neuf, qu'il
n'eût un vieux chapeau, de vieux bas ou de vieux souliers; il y avoit
toujours quelque pièce de son harnois qui n'alloit pas bien. La
maréchale de Thémines disoit qu'il étoit «comme le diable qui a beau
se faire agréable aux yeux de ceux qu'il veut tenter: il y a toujours
quelque griffe crochue qui gâte tout[323].» C'est de lui que Sorel se
moque dans _Francion_, où un poète demande son pourpoint d'épigramme,
etc.

  [323] Voiture fit ce pont-breton:

     Vous êtes seigneur,
     Monsieur de Porchères;
     Chacun vous révère
     Et vous porte honneur.
     Changez de jartières,
     Monsieur le rimeur. (T.)

Il y a onze ou douze ans qu'il eut une grande maladie, durant laquelle
il fit une confession générale. Depuis cela il ne voulut plus se
peindre la barbe et s'habilla comme un autre homme. Il disoit que,
pendant son mal, son neveu lui avoit dérobé cent lettres qu'il fit
imprimer sans suite ni ordre. Cependant il est tout constant que
Porchères lui-même en demanda le privilége à M. Conrart, et aussi des
lettres d'académicien pour lesquelles il fallut aller à l'Académie. Ce
fut la seule fois qu'il y alla, si je ne me trompe. Tout ce qu'il dit
de ce neveu ne fut que lorsqu'il vit qu'on ne rendoit point ses
lettres. Il a vécu jusqu'à cent trois ans. Il étoit grand et bien
fait.



LE PÈRE ANDRÉ[324].


Le Père André, augustin, vulgairement appelé le _Petit Père André_,
étoit de la famille des Boullanger de Paris, qui est une bonne
famille de la robe. Il a prêché une infinité de Carêmes et
d'Avents; mais il a toujours prêché en bateleur, non qu'il eût
dessein de faire rire, mais il étoit bouffon naturellement, et
avoit même quelque chose de Tabarin dans la mine. Il parloit en
conversation comme il prêchoit.

  [324] André de Boullanger, dit _le petit Père André_, mourut en
  1657.

Il y tâchoit si peu, que quand il avoit dit des gaillardises, il se
donnoit la discipline; mais il y étoit né, et ne s'en pouvoit tenir.
Comme il prêchoit un Avent au faubourg Saint-Germain, feu M. de Paris,
à cause de je ne sais quelle cabale de moines dont il étoit des
principaux, et aussi pour le scandale que ses bouffonneries donnoient,
l'envoya quérir et le retint en prison à l'archevêché. M. de Metz[325]
s'en formalisa, disant «que M. l'archevêque ne pouvoit faire arrêter
un religieux qui prêchoit dans un faubourg qui dépendoit de l'abbaye
de Saint-Germain;» et effectivement il le fit délivrer; mais ce fut à
condition qu'il prêcheroit plus sagement. Il remonte donc en chaire;
mais de sa vie il n'a été si empêché: il avoit si peur de dire quelque
chose qui ne fût pas bien, qu'il ne dit rien qui vaille, et il fut
contraint de finir assez brusquement. Il étoit bon religieux et fort
suivi par toutes sortes de gens: par quelques-uns pour rire, et par le
reste à cause qu'il les touchoit. Effectivement, il avoit du talent
pour la prédication. On fait plusieurs contes de lui dont j'ai
recueilli les meilleurs.

  [325] Henri de Bourbon, duc de Verneuil, fils naturel d'Henri IV,
  évêque de Metz, abbé de Saint-Germain-des-Prés en 1623. Il
  abdiqua en 1669 en faveur du roi Casimir.

Il disoit que «Christophe pensa jeter le petit Jésus dans l'eau, tant
il le trouvoit pesant; mais on ne sauroit noyer qui a été pendu.»

Prêchant un carême à Saint-André-des-Arcs, il se plaignoit toujours
que les dames venoient trop tard. «Quand on vous vient réveiller, leur
disoit-il: «Mon Dieu, dites-vous, quelle misère de se lever si matin!»
Vous disputez avec votre chevet. «Une telle, dites-vous à votre
fille-de-chambre, je gage que la cloche n'a pas sonné; vous êtes
toujours si hâtée! il n'est point si tard que vous dites.» Hé! si
j'étois là, ajoutoit-il, que je vous ferois bien lever le cul!»

Parlant de saint Luc, il disoit «que c'étoit le peintre de la
_Reine-mère_, à meilleur titre que Rubens, qui a peint la galerie du
Luxembourg; car il est le peintre de la Reine mère de Dieu.»

Il prêchoit sur ces paroles: _J'ai acheté une métairie, je m'en vais
la voir_. «Vous êtes un sot! dit-il, vous la deviez aller voir avant
que de l'acheter.»

A la fête de la Madeleine, il se mit à décrire les galants de la
Madeleine; il les habilla à la mode: «Enfin, dit-il, ils étoient
faits comme ces deux grands veaux que voilà devant ma chaire.» Tout le
monde se leva pour voir deux godelureaux qui, pour eux, se gardèrent
bien de se lever. Un jour, il lui prit une vision, après avoir bien
harangué contre la débauche de cette pauvre pécheresse, de dire: «J'en
vois là-bas une toute semblable à la Madelaine; mais, parce qu'elle ne
s'amende point, je la veux noter, et lui jeter mon mouchoir à la
tête.» En disant cela, il prend son mouchoir et fait semblant de le
vouloir jeter: toutes les femmes baissent la tête. «Ah! dit-il, je
croyois qu'il n'y en eût qu'une, et en voilà plus de cent.» Il remit
une fois à prêcher sur ce sujet, à cause de la fête de Notre-Dame, qui
étoit le lendemain, et, continuant la suite de l'Evangile: «Voilà,
dit-il, la Madelaine qui entre, et moi je sors.» Et il s'en alla. Il
disoit qu'il y avoit des _Madelains_ aussi bien que des _Madelaines_.
«Notre père saint Augustin, dit-il, a été long-temps un grand
_Madelain_.» Puis, décrivant les parfums de la Madelaine: «Elle avoit
de l'eau. De l'eau d'ange? C'étoit de l'eau d'ange noir, de l'eau de
diable, de l'eau de Satan.»

Cela me fait souvenir d'un conte qu'on fait d'un prédicateur du temps
de François Ier. «La Madelaine, disoit-il, n'étoit pas une petite
garce, comme celles qui se pourroient donner à vous et à moi; c'étoit
une grande garce comme madame d'Étampes[326].» Cette madame d'Étampes
lui fit défendre la chaire. Quelques années après, ayant été rétabli,
le jour de la Madelaine, il dit: «Messieurs, une fois pour avoir fait
des comparaisons je m'en suis mal trouvé. Vous imaginerez la Madelaine
telle qu'il vous plaira. Passons la première partie de sa vie, et
venons à la seconde.»

  [326] Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois, dame d'Étampes,
  etc.

Le père André comparoit une fois les femmes à un pommier qui étoit sur
un grand chemin. «Les passans ont envie de ses pommes; les uns en
cueillent, les autres en abattent: il y en a même qui montent dessus,
et vous les secouent comme tous les diables.»

Il disoit aux dames: «Vous vous plaignez de jeûnes; cela vous maigrit,
dites-vous. Tenez, tenez, dit-il, en montrant un gros bras, je jeûne
tous les jours, et voilà le plus petit de mes membres.»

«Toutes les femmes sont des médisantes, disoit-il; je gage qu'il n'y
en a pas une qui ne la soit pas: qu'elle se lève;» puis il s'arrête.
«Hé bien! continue-t-il, vous voyez que pas une n'ose se lever.»

Un avocat s'alla confesser à lui, et lui dit fort peu de chose. Il lui
ordonna pour pénitence d'aller l'après-dînée à son sermon: l'avocat y
fut. L'Évangile du jour étoit: _Dæmonium mutum_, etc. «Savez-vous,
dit-il, ce que c'est que _Dæmonium mutum_? Je m'en vais vous le dire:
C'est un avocat aux pieds du confesseur. Au barreau ils jasent assez;
devant un confesseur, au diable le mot, vous n'en sauriez rien tirer.»

Il en vouloit au curé de Saint-Severin. Il fit tomber le discours sur
la bergerie, et qu'il falloit de bons chiens pour la garder. «Vous
autres, dit-il aux paroissiens, vous avez un bon chien de curé.»

Pour montrer que l'honneur étoit plutôt _in honorante quam in
honorato_ (à celui qui honoroit qu'à celui qui étoit honoré): «Par
exemple, disoit-il, quand je rencontre mon cousin, le président
Boullanger que voilà, il me fait le pied de veau, et le pied de veau
lui demeure.»

Pour cajoler M. Talon, l'avocat-général, qui l'écoutoit, il dit, en
parlant de Cicéron: «Cicéron, messieurs, c'étoit un grand
avocat-général.»

Dans l'opinion qu'ils[327] ont de l'Eucharistie, on ne pouvoit pas
dire une plus grande sottise que celle qu'il dit une fois prêchant sur
le Saint-Sacrement. «En voilà assez, dit-il, car les médecins disent:
_Omnis saturatio mala, panis autem pessima_. Toute réplétion est
mauvaise, et surtout celle de pain.»

  [327] _Ils_, les catholiques. Il ne faut pas oublier que
  Tallemant étoit de la religion réformée.

Un jour qu'il prêchoit contre le luxe et contre les modes: «Vous
voilà, dit-il, vous autres, poudrés comme des meûniers; et quand vous
arriverez en enfer, les diables crieront: _A l'anneau! à l'anneau!_»
Pour faire entendre cela, il faut savoir qu'il y a dix ans ou environ
qu'un meûnier, à la Grève, gagea de passer dans un de ces anneaux qui
sont attachés au pavé pour retenir les bateaux. Il fut pris par le
milieu du ventre, qui s'enfla aussitôt des deux côtés; le fer
s'échauffa, c'étoit en été. Il brûloit; il fallut l'arroser, tandis
qu'on limoit l'anneau, et on n'osa le limer sans permission du prévôt
des marchands. Tout cela fut si long qu'il lui fallut un confesseur.
On en fit des tailles douces aux almanachs, et un an durant, dès qu'on
voyoit un meûnier, on crioit: «_A l'anneau! à l'anneau, meunier!_» On
fit aussi un almanach de la farine des jeunes gens et des mouches des
femmes, avec une chanson que voici:

     Dieu! que la mouche a d'efficace!
     Que cet animal est charmant!
     Le plus parfait ajustement
     Sans elle n'auroit point de grâce.
     Si vous n'avez mouche sur nez,
     Adieu galants, adieu fleurettes;
     Si vous n'avez mouche sur nez,
     Adieu galants enfarinés.

     Vous auriez beau être frisée,
     Par anneaux tombants sur le sein,
     Sans un amoureux _assassin_[328]
     Vous ne serez guère prisée.
     Si, etc.

     Portez-en à l'oeil, à la _temple_,
     Ayez-en le front chamarré,
     Et sans craindre votre curé,
     Portez-en jusque dans le temple,
     Si, etc.

     Mais surtout soyez curieuse
     Et difficile au dernier point,
     Et gardez de n'en porter point
     Que de chez la bonne faiseuse.
     Si, etc.

  [328] Espèce de mouche. (T.)


LES ENFARINÉS.

     Houspillons des modes nouvelles,
     Singes des galants de la cour,
     Venez farcer à votre tour,
     Car le théâtre vous appelle.
     Si vous n'êtes enfarinés,
     Adieu l'amour de la coquette,
     Si vous n'êtes enfarinés,
     Vous n'aurez rien qu'un pied de nez.

     Enfarinez bien votre tête
     Et les collets de vos manteaux;
     Vous en serez cent fois plus beaux,
     Et ferez bien plus de conquêtes.
     Si, etc.

     Quand on vous voit passer on crie:
     _Meunier, à l'anneau! à l'anneau!_
     Il ne faut pas faire le veau,
     Ni vous fâcher que l'on en rie.
     Si, etc.

Il commença une fois ainsi: «Foin du pape, foin du Roi, foin de la
Reine, foin de M. le cardinal, foin de vous, foin de moi, _omnis caro
foenum_.»

Il faisoit parler ainsi une fois les soldats d'Holoferne, après qu'ils
eurent vu Judith: «Camarade, qui est-ce qui, en voyant de si belles
femmes, _tam delectas mulieres_, n'ait envie d'enfoncer la barricade?»

Je lui ai ouï prêcher sur la Transfiguration: «Cela se fit, dit-il,
sur une montagne. Je ne sais ce que ces montagnes ont fait à Dieu;
mais, quand il parle à Moïse, c'est sur une montagne; il ne lui montra
partout que son derrière, et parla à lui comme une demoiselle masquée.
Quand il donne sa loi, c'est encore sur une montagne; le sacrifice
d'Abraham, aussi sur une montagne; le sacrifice de Notre-Seigneur,
encore sur une montagne. Il ne fait rien de miraculeux que sur ces
montagnes; aussi la Transfiguration, n'étoit-ce pas une affaire de
vallon?»

Voyant des gens jusque sur l'autel, il dit en entrant en chaire:
«Voilà la prophétie accomplie: _Super altare vitulos_.»

Il prêchoit en un couvent de Carmes sur l'église desquels le tonnerre
étoit tombé sans en blesser un seul. «Ah! dit-il, regardez quelle
bénédiction de Dieu; si le tonnerre fût tombé sur la cuisine, il n'en
fût réchappé pas un.» On dit _Carme en cuisine_.

A la fête de Pâques, il se faisoit une objection. «Mais un mari et une
femme qui couchent ensemble un si beau jour, que feront-ils? A cela il
faut répondre par une comparaison. Si le jour de Pâques un débiteur
vous apporte de l'argent, il est bonne fête; mais les gens ne sont pas
toujours en humeur de payer: je suis d'avis qu'on le reçoive. Faites
l'application, mesdames[329]»

  [329] Je doute qu'il ait dit cela. (T.)

A propos de romans, il disoit: «J'ai beau les faire quitter à ces
femmes, dès que j'ai tourné le cul, elles ont le nez dedans.»

«Le paradis, disoit-il, est fait comme une ville; mais c'est une ville
comme La Rochelle, qui ne se prend point sans mouffles.»

Parlant de David, il dit que quand il alla en paradis, Dieu dit, le
voyant venir de loin: «Qui est-ce?» et puis, quand il fut plus près:
«Ah! c'est mon bon serviteur David; bras dessus, bras dessous,
camarades comme cochons.»

Le jour de l'Ascension, décrivant la réception qu'on fit à
Jésus-Christ au Ciel, il dit que Dieu dit à David: «Tenez la musique
toute prête; voici mon fils qui vient.»

Une fois, il fit des lettres-patentes du roi de Ninive: «Nous, Ninus,
etc., à tous manants et habitants de notre bonne ville de Ninive,
savoir faisons que, sur l'avis à nous donné par notre amé et féal
maître Jonas, que Dieu, etc.; avons ordonné et ordonnons que, etc.; et
parce que ledit maître Jonas est prophète dudit Dieu, etc.» Il y avoit
dix fois _ledit Jonas_ et _ledit Dieu_.

En carême, il compara un jour la charité à l'échelle de Jacob, et
disoit que ce n'étoit pas une échelle de chêne ou de hêtre, mais que
le premier échelon étoit _hareng_, le deuxième _morue_; et ainsi de
suite, il dit toutes les viandes de carême, «qu'il faut, ajouta-t-il,
envoyer au couvent des Augustins[330].»

  [330] Lorsque les bouchers de Paris vendoient, malgré la défense,
  de la viande dans le carême, elle étoit saisie et envoyée aux
  Augustins chargés de la distribuer aux pauvres malades.

Prêchant chez des religieuses qui l'avoient fort pressé de leur donner
un sermon, il leur dit: «Eh! bien! me voilà; à cause que je suis
_Boullanger_, vous croyez que j'ai toujours du pain cuit; mais vous ne
songez pas combien j'ai de choses à faire.» Il se mit à leur raconter
toutes ses occupations. Après, il compara une fille qui entroit en
religion à un peloton. «Une novice, dit-il, c'est comme un morceau de
bureau ou de papier sur lequel on commence à devider les premières
aiguillées; mais, quelque bien qu'on fasse, il reste toujours un
petit trou qu'on ne sauroit boucher.»

A Poitiers, les Jésuites le prièrent de prêcher saint Ignace; il
voulut leur donner sur les doigts. Il fit un dialogue entre Dieu et le
saint, qui lui demandoit un lieu pour son ordre. «Je ne sais où vous
mettre, disoit Jésus-Christ: les déserts sont habités par saint Benoît
et par saint Bruno....» Il faisoit une conversation des lieux occupés
par les principaux ordres. «Mettez-nous seulement, dit saint Ignace,
en lieu où il y ait à prendre, et laissez-nous faire du reste.» En
sortant, il dit à un de ses amis: «Je n'ai voulu prêcher céans
qu'après dîner, car je savois bien qu'autrement on m'y auroit fait
méchante chère.» Une autre fois, à Paris, il en donna encore aux
Jésuites en pareille occasion. «Le christianisme, dit-il, est comme
une grande salade; les nations en sont les herbes; le sel, le
vinaigre, les macérations, les docteurs: _vos estis sal terræ_; et
l'huile, les bons pères Jésuites. Y a-t-il rien de plus doux qu'un bon
père Jésuite? Allez à confesse à un autre, il vous dira: Vous êtes
damné si vous continuez. Un Jésuite adoucira tout. Puis, l'huile, pour
peu qu'il en tombe sur un habit, s'y étend, et fait insensiblement une
grande tache; mettez un bon père Jésuite dans une province, elle en
sera enfin toute pleine.» Les Jésuites se plaignirent à lui-même de ce
qu'il avoit dit. «J'en suis bien fâché, mes Pères, leur dit-il; mais
je me suis laissé emporter; je ne savois que vous dire. Dans quatre
jours c'est la fête de notre Père saint Augustin, venez prêcher chez
nous, et dites tout ce qu'il vous plaira, je ne m'en fâcherai point.»

Un jour il sut que madame de La Trimouille étoit à son sermon
incognito: il parloit de l'Enfant prodigue; il se mit à lui faire un
train tout semblable à celui de la duchesse: «Il avoit, disoit-il, six
beaux chevaux gris pommelés, un beau carrosse de velours rouge avec
des passements d'or, une belle housse dessus, bien des armoiries, bien
des pages, bien des laquais vêtus de jaune passementé de noir et de
blanc.»

Il disoit que le paradis étoit une grande ville. «Il y a la grande rue
des Martyrs, la grande rue des Confesseurs; mais il n'y a point de rue
des Vierges: ce n'est qu'un petit cul-de-sac bien étroit, bien
étroit.»

«Un catholique, disoit-il une fois, fait six fois plus de besogne
qu'un huguenot; un huguenot va lentement comme ses psaumes: _Lève le
coeur, ouvre l'oreille_, etc. Mais un catholique chante: _Appelez
Robinette, qu'elle s'en vienne ici-bas_, etc.» Et en disant cela, il
faisoit comme s'il eût limé. J'ai ouï dire que ce conte vient de
Sédan, où Du Moulin ayant dit à un arquebusier qui chantoit _Appelez
Robinette_, qu'il feroit bien mieux de chanter des psaumes,»
l'arquebusier lui dit: «Voyez comme ma lime va vite en chantant
_Robinette_, et comme elle va lentement en chantant: _Lève le coeur,
ouvre l'oreille_, etc.»

On dit encore qu'un artisan lui dit: _qui au conseil des malins n'a
été_ empêchoit sa lime d'aller, et qu'il faisoit beaucoup plus
d'ouvrage avec _Jean Foutaquin pour du pain et pour des poires, Jean
Foutaquin pour des poires et pour du pain_.

Parlant d'_Hosanna_, il dit «que les enfants étoient montés sur un
arbre; je ne saurois vous en dire le nom, je vous le dirai tantôt.»
Son sermon fini: «Messieurs, leur dit-il, cet arbre, c'étoit un
sycomore.»

«L'Evangile, dit-il une fois, est une douce loi: Jésus-Christ nous l'a
dit, il le faut croire.» Deux Jésuites entrent là-dessus. «Tenez,
dit-il, voilà deux des camarades de Jésus, demandez-leur plutôt s'il
n'est pas vrai.» Cela me fait souvenir d'un nommé Du Four, qui, dans
les guerres des huguenots, ayant trouvé des Jésuites à cheval, leur
demanda qui ils étoient: «Nous sommes, dirent-ils, de la compagnie de
Jésus.--Je le connois, dit-il, brave capitaine, mais d'infanterie; à
pied, à pied; mes Pères;» et il leur ôta leurs chevaux.

Prêchant sur la patience de Dieu, «Dieu, dit-il, il attend long-temps
avant que de frapper; il menace, mais il ne frappe pas: c'est, dit-il,
comme ce chasseur que vous voyez à cette tapisserie, il y a peut-être
cent ans qu'il présente l'épieu à ce cerf, cependant il ne le frappe
pas, et il n'y a que quatre doigts entre deux.»

Il disoit que personne n'avoit jamais tant prié Dieu que saint Joseph,
car le petit Jésus le servoit comme un apprenti. Il lui disoit:
«Donnez-moi, je vous prie, ceci; donnez-moi, je vous prie, cela;
apportez-moi, je vous prie, cette tarière, etc.»

«Dieu veut la paix, disoit-il du temps du cardinal de Richelieu; oui,
Dieu veut la paix, le Roi la veut, la Reine la veut, mais le diable ne
la veut pas[331].»

  [331] On s'est plu à attribuer au Père André beaucoup de traits
  ridicules qu'il n'a jamais prononcés. Guéret met dans la bouche
  de ce religieux des observations qui peuvent être considérées
  comme l'opinion saine qu'on peut s'en former: «Tout goguenard que
  vous le croyez, lui fait-il dire au cardinal Du Perron, il n'a
  pas toujours fait rire ceux qui l'écoutoient. Il a dit des
  vérités qui ont renvoyé des évêques dans leurs diocèses, et qui
  ont fait rougir plus d'une coquette. Il a trouvé l'art de mordre
  en riant; il ne s'est point asservi à cette lâche complaisance
  dont tout le monde est esclave, et toute sa vie il a fait
  profession d'une satire ingénue qui a mieux gourmandé le vice que
  vos apostrophes vagues que personne ne prend pour soi. Demandez
  aux marguilliers de Saint-Etienne (du Mont), comme il les a
  traités sur leur chaire de dix mille francs; demandez aux....
  (_Jésuites_) s'ils sont satisfaits du panégyrique de leur
  fondateur;....... On ne me reprochera jamais d'avoir fait des
  contes à plaisir, comme il y en a beaucoup....... J'ai suivi la
  pente de mon naturel qui étoit naïf, et qui me portoit à
  instruire le peuple par les choses les plus sensibles. Ainsi,
  pendant que d'autres se guindoient l'esprit pour trouver des
  pensées sublimes qu'on n'entendoit pas, j'abaissois le mien
  jusqu'aux conditions les plus serviles et aux choses les plus
  ravalées, d'où je tirois mes exemples et mes comparaisons. Elles
  ont produit leur effet, ces comparaisons, etc.» (_La Guerre des
  auteurs anciens et modernes_; Paris, 1671, in-12, p. 154.)



VILLEMONTÉE.


Villemontée est d'une assez bonne famille de Paris. Il épousa la soeur
de La Barre, dont nous avons parlé; il devint maître des requêtes, et
eut l'intendance de Poitou, où sa femme et lui, aussi bons ménagers
l'un que l'autre, faisoient une fort grande dépense. Elle devint
amoureuse, à La Rochelle, d'un gentilhomme du grand-prieur de la
Porte, nommé L'Épinay. Cette amourette passa bien avant, et le mari
surprit un billet de sa femme en ces termes: «Notre soutane va aux
champs; viens vite, car je meurs d'envie............» Villemontée est
pourtant bien fait; mais peut-être........ On a dit que le
grand-prieur, en colère de ce que l'intendante l'avoit refusé, avoit
fait avertir le mari par des Jésuites. J'ai de la peine à le croire,
car c'étoit un bon homme. Le mari fut assez fou pour faire du bruit de
cette lettre. Il mit en prison, dans un château, une bossue de La
Rochelle, nommée La Villepoux, qu'on accusoit d'avoir été la
_Dariolette_[332]; et, après l'y avoir tenue long-temps, il la laissa
aller, et il mit sa femme en religion: depuis, il la relégua à une
terre. Il eut assez d'enfants de sa femme, entre autres une fille, qui
étoit l'aînée. Elle ne voulut pas déshonorer sa mère en faisant
autrement qu'elle; elle trouva de très-bonne heure un L'Épinay. Ce fut
un nommé Ruelle, que mademoiselle de Bussy avoit donné au père pour
secrétaire. Elle eut l'honnêteté de lui permettre de lui faire un
enfant; elle n'avoit que douze ans. Le père se contenta de le faire
fouetter dans une cave et le chassa, car il ne sauroit s'empêcher
d'être toujours un peu fou. Cette aventure ne fut pas trop divulguée,
et elle n'empêcha pas que Belloy, qui a été depuis capitaine des
gardes de M. d'Orléans, ne l'épousât. Elle étoit pour lors auprès de
madame de Fontaines, dame d'atour de Madame, où Villemontée l'avoit
mise. Belloy fut attrapé en toutes façons, car on dit qu'il n'a point
eu ce qu'on lui avoit promis en mariage, les affaires du beau-père
étant si décousues qu'il fut contraint de vendre ses terres pour
payer une partie de ses dettes; de peur même qu'on ne le mît en
prison, il se fit prêtre, et sa femme retourna dans un couvent.

  [332] Voir la note 3 de la page 48 du tome 1.

Cependant M. Le Tellier, protecteur de Villemontée, le faisoit
subsister par les emplois qu'il lui procuroit. Enfin, en 1657, M. de
Saint-Malo (Villeroy) rendit au cardinal l'évêché de Saint-Malo de
trente-six mille livres de rente, pour celui de Chartres de vingt-cinq
mille livres, à cause du voisinage de Paris. Le Tellier fit donner
Saint-Malo à Villemontée, qui n'en jouit encore que par économat, à
cause que sa femme n'a point fait de voeux, mais a seulement protesté
devant le Saint-Sacrement qu'elle ne vivroit point comme une femme
avec son mari. Elle étoit si folle que, sous le prétexte qu'elle étoit
la femme d'un évêque, elle ne vouloit pas céder à une maréchale de
France, disant qu'elle ne devoit céder qu'aux princesses. Apparemment
quand on le reçut prêtre, ou qu'on le fit évêque, on ne se souvint pas
du canon du concile de Trente.



MADAME PILOU[333].


Madame Pilou, étant nouvelle mariée, se trouva logée par hasard
vis-à-vis de mesdemoiselles Mayerne-Turquet, soeurs de ce Mayerne[334]
qui a été premier médecin du roi d'Angleterre, où il a fait une assez
grande fortune: c'étoit un peu après la réduction de Paris. Elle fit
amitié avec ces filles, qui étoient des personnes raisonnables, et
qui, comme huguenotes, en fuyant la persécution, avoient vu assez de
pays[335]. Cette connoissance lui servit, et la tira en quelque sorte
du _calinage_[336] de sa famille, car son père n'étoit qu'un
procureur. Cela lui servit à connoître une madame de La Fosse, leur
parente, riche veuve, qui avoit été galante, et qui, en mourant, lui
laissa du bien. Elle épousa un procureur nommé Pilou, qui ne fit pas
grande fortune; en récompense, elle n'a eu qu'un fils qui vit encore.
Il n'y a peut-être jamais eu une moins belle femme qu'elle, mais il
n'y en a peut-être jamais eu une de meilleur sens, et qui dise mieux
les choses.

  [333] Anne Baudesson, femme de Jean Pilou.

  [334] Il étoit gentilhomme, mais si adonné à la médecine,
  qu'étant enfant il faisoit des anatomies de grenouilles. (T.)

  [335] Une de ces filles fut mise par feu M. de Rohan auprès de
  madame de Rohan, qui avoit été mariée fort jeune: ainsi madame
  Pilou connut tout le monde à l'Arsenal. (T.)

  [336] _Calinage_, niaiserie, enfantillage, commérage et nullité
  de la conversation bourgeoise de ce temps-là.

Cette madame de La Fosse, pour reprendre le fil, n'étoit pas la plus
grande prude du royaume. Madame Pilou, par son moyen, eut bientôt un
grand nombre de connoissances, mais la plupart de la ville.
Insensiblement elle en fit aussi de la cour, et enfin elle parvint à
être bien venue partout, et chez la Reine-mère.

Elle étoit fort embarrassée d'un certain brave, nommé Montenac, qui
vouloit enlever madame de La Fosse. Un jour ayant trouvé feu M. de
Candale: «Monsieur lui dit-elle, vous menez tous les ans tant de gens
à l'armée, ne sauriez-vous nous défaire de Montenac? Tous les ans vous
me faites tuer quelques-uns de mes amis, et celui-là revient
toujours.--Il faut, répondit-il, que je me défasse de deux ou trois
hommes qui m'importunent, et après je vous déferai de celui-là, car il
est raisonnable que mes importuns passent les premiers.»

Elle a fait trois classes de tout le monde: ses inférieurs, à qui elle
fait tout le bien qu'elle peut; ses égaux, avec lesquels elle est
toute prête de se réconcilier quand ils voudront, et les grands
seigneurs, pour qui elle dit qu'on ne sauroit être trop fier en un
lieu comme Paris. Elle ne se mêle point de donner des gens à personne,
et ne veut point souffrir que des suivants ou des suivantes lui
viennent rompre la tête. Elle dit qu'il y a quelquefois de sottes gens
qui rient dès qu'elle ouvre la bouche, comme les badauds qui rient dès
que Jodelet paroît.

La femme d'un procureur, laide comme un diable, qui avoit commencé
par des femmes qui n'avoient pas le meilleur bruit du monde, ne
pouvoit guère passer dans l'esprit de ceux qui ne la connoissoient pas
bien particulièrement, que pour une créature qui servoit aux
galanteries de tant de jolies personnes qu'elle fréquentoit. On a dit
de madame de La Maison-Fort qu'elle n'étoit plus si cruelle

     Depuis qu'elle fut à Saint-Cloud
     Avec madame de Pilou.

On a chanté:

             Brion soupire[337]
             Et n'ose dire
     A la Chalais qu'elle fait son martyre.
     Un moment sans la voir lui semble une heure,
     Et madame Pilou veut qu'il en meure.

  [337] M. d'Anville. Ils allèrent devant le prêtre pour se
  fiancer. Là, il lui prit une faiblesse: il ne voulut pas passer
  outre. (T.)

Or, madame Pilou étoit la bonne amie de madame de Castille, mère de
madame de Chalais, et il ne faut point trouver étrange qu'elle fût
familière chez cette belle. Il lui arriva une fois une plaisante
aventure avec cette madame de Castille. Madame de Vaucelas, soeur de
M. de Châteauneuf, étoit après à louer d'elle une maison, qui est
devant la chapelle de la Reine, où M. de Châteauneuf a logé
long-temps. Elle envoya un matin un gentilhomme pour lui parler.
Madame de Castille, alors veuve, étoit encore au lit, et madame Pilou,
qui étoit couchée avec elle, lasse des barguigneries de cet homme,
mit la tête à demi hors du lit, et dit: «Allez, monsieur, allez, on ne
l'aura pas à meilleur marché.» Or, elle a la voix assez grosse. Cet
homme s'en retourne, et dit à madame de Vaucelas qu'il seroit inutile
de prétendre avoir meilleur marché de cette maison, qu'il avoit parlé
à madame de Castille, et que M. son mari, enfin, avoit dit qu'on n'en
rabattroit rien[338]. Cela fit d'autant plus rire que cette madame de
Castille étoit un peu galante. On en parla au moins avec Almeras,
homme riche, et M. de Bassompierre écrivoit de Madrid que le duc
d'Almeras faisoit soulever _Castille la vieille_[339].

  [338] Il étoit aisé de s'y tromper, car elle est noire et barbue.
  Il y a un vaudeville qui dit:

     Dame Pilou, pour paroître moins d'âge,
     A fait raser le poil de son ... de son visage. (T.)

  [339] Il y a quelque duc d'un nom approchant en Espagne. (T.)

J'ai ouï dire à Ruvigny que mesdames de Rohan et les autres galantes
de la Place[340] ne craignoient rien tant que madame Pilou, bien loin
qu'elle les servît dans leurs amourettes. Je sais de bonne part que
toute sa vie elle a prêché ses amies qui ne se gouvernoient pas bien.
«Enfin, disoit-elle, ne pouvant les réduire, je leur disois: Au moins
n'écrivez point.--Voire, me répondoient-elles, ne point écrire c'est
faire l'amour en chambrières.» Je sais bien qu'une fois, comme on lui
disoit: «Que ne dites-vous à une telle qu'elle se perd de
réputation?--La mère, répondit-elle, m'a pensé faire devenir folle,
voulez-vous que la fille m'achève?»

  [340] _La Place_ par excellence étoit alors la Place-Royale,
  aujourd'hui si dédaignée.

Elle parle aux princesses tout comme aux autres, et dit tout avec une
liberté admirable. Elle a dit un million de choses de bon sens. «Quand
je vois, disoit-elle, ces nouvelles mariées qui vont donnant du timon
de leur carrosse contre les maisons, je me mets à crier: Qui veut du
plomb? Plomb à vendre! plomb à vendre! Qui veut du plomb? Voici des
gens qui en vendent. Cependant il est certain qu'il ne se fait pas la
moitié des cocus qui se devroient faire, tant il y a de sots maris.»

  [1658] Elle conte qu'un paysan, avec qui elle a marié une
  servante depuis un an, vint un jour lui demander si elle ne
  connoissoit point quelque prêtre de Saint-Paul pour les démarier,
  sa femme et lui; qu'à la vérité elle étoit grosse, mais qu'il
  aime mieux prendre l'enfant. Ils avoient été mariés par un prêtre
  de Saint-Paul.

  [1659 juin]. M. de Tresmes, duc à brevet, âgé de quatre-vingts
  ans, tomba malade. Son fils, le marquis de Gèvres, va trouver
  madame Pilou, et lui dit: «Je vous prie, parlez à mon père, il ne
  veut point me voir. Mademoiselle Scarron (soeur du cul-de-jatte),
  qu'il entretient, m'a mis mal avec lui; mais le pis c'est qu'il
  ne veut rien faire de ce qu'il faut pour bien mourir.» Elle y va;
  la première fois, elle fit venir les morts subites à propos, et
  dit qu'on étoit bien heureux d'avoir le loisir de penser à soi.
  Le malade dit qu'il se sentoit bien. Elle ne voulut pas pousser
  plus loin. La seconde fois, elle presse davantage, et voyant que
  cet homme disoit que les gens d'Eglise mêmes avoient des
  maîtresses, elle marche sur le pied à Guénaut, afin qu'il
  l'aidât. Au lieu de cela, le médecin dit: «Madame Pilou, vos
  prônes m'ennuient.» Elle se retire et ne s'en mêle plus. Sur cela
  on fait un conte par la ville, et que M. de Tresmes lui avoit
  répondu: «Vous n'étiez pas aussi scrupuleuse il y a trente ans.»
  Elle l'apprend à quelques jours de là; elle va voir. M. de
  Langres, La Rivière; il avoit dîné assez de gens avec lui: «Ah!
  dit-il, madame Pilou, je défendois votre cause.» Elle se met là
  dans un fauteuil. «Je vous entends, lui dit-elle; je sais le
  conte qu'on fait par la ville; je ne m'étonne pas que ces
  bruits-là aient couru. Je me suis trouvée engagée avec des femmes
  qui ont bien fait parler d'elles: j'ai fait ce que j'ai pu pour
  les remettre dans le bon chemin; c'est ce qui est cause qu'on a
  cru que j'étois de la manigance. Je vous laisse à penser si, avec
  la beauté que Dieu m'avoit donnée, et de la naissance dont je
  suis, j'eusse été bien venue à rompre avec elles à cause de cela.
  Leurs gens croyoient que j'étois de l'intrigue; ils ont crié cela
  partout: mais Dieu a permis que j'aie vécu quatre-vingts ans,
  afin qu'on me fît justice. Ceux qui font ce conte-là n'oseroient
  le faire en ma présence. Je sais toutes les iniquités de toutes
  les familles de la ville et de la cour. Tel fait le gentilhomme
  de bonne maison que je sais bien d'où il vient; à d'autres, je
  leur montrerais que leur père étoit un cocu et un banqueroutier;
  je les défie tous tant qu'ils sont.» Il y en avoit là de verreux
  qui ne firent que rire du bout des dents. Le prince de Guémené y
  étoit pour cocu, et l'abbé d'Effiat pour race de fous; son frère
  est mort en démence. Il y en avoit encore d'autres.

  Un jour elle disoit, à propos de demi-fous, qu'il étoit difficile
  de s'en garder. «Quand un homme a un chapeau vert, je ne m'y
  saurois tromper; mais quand il n'a qu'un chapeau vert brun, il est
  assez malaisé. Il m'est arrivé bien des fois, disoit-elle, que
  lorsque j'y regardois de bien près, je trouvois que tel chapeau,
  que je croyois noir, n'étoit que vert brun.» Elle dit que
  naturellement elle _sent_ le sot, et que dès qu'il y en a
  quelqu'un en une compagnie, elle l'évente tout aussitôt.

  Elle disoit que les amants entre deux vins sont les plus plaisants
  de tous; elle appelle ainsi ceux qui sont quasi fous. «Ils me font
  rire, dit-elle, car ils croient que personne ne voit ce qu'ils
  font.»

  J'ai déjà dit, ce me semble, qu'elle ne voulut jamais faire devant
  le cardinal de Richelieu les contes qu'elle savoit du feu
  président de Chevry, après sa mort même, de peur de nuire à son
  fils[341]. Elle a toujours été fort bien avec les gens de
  finances; mais elle n'en a point profité: elle a servi beaucoup de
  personnes en de grandes affaires, et n'a rien pris.

  [341] _Voyez_ l'article du président de Chevry, tome 1, page 261.
  Il contient plusieurs traits singuliers que madame Pilou avoit
  racontés à Tallemant sur ce financier.

Elle dit que l'année de Corbie, durant le grand effroi qu'on eut à
Paris[342], elle s'en alla chez le feu président de Chevry, qui lui
dit: «Les ennemis viendront par la porte Saint-Antoine, et braqueront
leur canon qui _fessera_ dans toute la rue.--Il faut donc aller,
disois-je, dans les petites rues.--Un autre, me disoit-il, prendroit
les petites comme les grandes. Enfin, je retourne chez moi dans la rue
Saint-Antoine; il me fâchoit bien de désemparer; mon mari étoit malade
jusqu'à tenir le lit, il y avoit long-temps. Je lui dis: Mon pauvre
homme, il faut que je m'en aille, tu fermeras les yeux, et tu diras
que tu es mort.»

  [342] En 1636. Voyez _les Mémoires de Montglat_, à cette date.

Ce mari mort, la voilà seule avec son fils, qui est un bon garçon,
fort simple, qui s'est jeté dans la dévotion. Ils ont du bien de
reste: tous les ans, s'ils vouloient, ils feroient quelque
constitution, mais ils aiment mieux donner aux pauvres. Leur dévotion
n'est point incommode. Madame Pilou est à son aise; à cause de cela on
l'appelle _la douairière de Pilou_.

Elle disoit à ce garçon, qui se faisoit malade à force de courir à
toutes les dévotions: «Mon Dieu! Robert, à quoi bon se tourmenter
tant? veux-tu aller par-delà paradis?» Elle me disoit un jour: «Je lui
faisois hier des reproches de ce qu'il n'étoit point propre.--Madame
Pilou, m'a-t-il dit, donnez-vous patience; cela viendra avec le
temps.» Et il a cinquante-deux ans.» Elle avoit été fort long-temps à
le persuader de prendre un manteau doublé de panne. Le premier jour
qu'il le mit, on le prit pour un filou qui avoit volé ce manteau, et
on lui donna un coup de bâton sur la tête dont il pensa mourir. Il
pria sur l'heure qu'on ne courût pas après cet homme; et, croyant
mourir, il fit promettre à sa mère de ne le poursuivre point. Elle dit
que son fils fait un recueil de billets d'enterrement.

Une fois qu'elle entendoit une femme de la ville qui, en parlant de je
ne sais combien de dames de grande condition, disoit: _Nous autres_,
etc. «Cela me fait souvenir, dit-elle, du conte qu'on fait d'un bateau
d'oranges qui alla à fond dans la rivière. Les oranges alloient sur
l'eau. Il y avoit (révérence de parler) un étron sec parmi elles; cet
étron disoit: _Nous autres oranges_ nous allons sur l'eau.»

Depuis son veuvage elle dit que deux ou trois hommes l'ont voulu
épouser, «mais, soit dit à mon honneur, ils ont été tous trois mis aux
Petites-Maisons.»

Elle m'a avoué, car j'en avois ouï parler par la ville, qu'il étoit
vrai que comme un soir un conseiller d'état, homme de quelque âge, la
ramenoit chez elle, elle étoit à la portière, et lui au fond, il la
prit par la tête, elle qui avoit plus de soixante-dix ans, et la baisa
tout son soûl, en lui disant sérieusement qu'il l'aimoit plus que sa
vie. Elle en fut si surprise qu'elle ne songeoit pas seulement à se
dépêtrer de ses mains; et elle arriva à sa porte, car il n'y avoit pas
loin, avant que d'avoir eu le loisir de lui rien dire. Elle ne l'a
jamais voulu nommer. Un jour, comme elle étoit chez la Reine, madame
de Guémené dit à Sa Majesté: «Madame, faites conter à madame Pilou
l'aventure du conseiller d'état.--Ne voilà-t-il pas, dit la bonne
femme, vous regorgez d'amants, vous autres, et dès que j'en ai un
pauvre misérable, vous en enragez.» A propos d'amants: elle dit
qu'elle a fait bâtir un hôpital pour mettre ceux à qui les femmes
arracheront les yeux pour leur avoir parlé d'amour; mais il n'y a que
des araignées dans ce pauvre hôpital. Au diable l'aveugle qu'on y a
encore mené.

Le cardinal de La Valette, en colère contre elle pour quelque chose,
vouloit, disoit-il, la faire lier sur le cheval de bronze.

L'abbé de Lenoncourt, le marquis présentement, se mit un jour à la
railler fort sottement. «Monsieur, lui dit-elle, avez-vous été
condamné par arrêt du parlement à faire le plaisant? car, à moins que
de cela, vous vous en passeriez fort bien.»

Une fois madame de Chaulnes, la mère, lui dit quelque chose qui ne lui
plut pas. «Si vous ne me traitez comme vous devez, lui dit-elle, je ne
mettrai jamais le pied céans. Je n'ai que faire de vous ni de
personne: Robert Pilou et moi avons plus de bien qu'il ne nous en
faut. A cause que vous êtes duchesse, et que je ne suis que fille et
femme de procureur, vous pensez me maltraiter; adieu, madame, j'ai ma
maison dans la rue Saint-Antoine qui ne doit rien à personne.» Le
lendemain madame de Chaulnes lui écrivit une belle grande lettre, et
lui demanda pardon.

Quand M. de Chavigny alla demeurer à l'hôtel de Saint-Paul, il trouva
madame Pilou quelque part et lui dit: «Madame, à cette heure que je
suis votre voisin, je prétends bien que vous me viendrez voir.» Elle y
va; mais elle ne fut point satisfaite de lui: il fit assez le fier.
Depuis cela, dès qu'il étoit en un lieu elle en sortoit. Enfin, à je
ne sais quelles accordailles, chez M. Fieubet, au fort de sa faveur,
il vit qu'elle s'étoit allée mettre à l'autre bout de la chambre; il
alla à elle fort humblement, et lui dit qu'il vouloit être son
serviteur. «Monsieur, répondit-elle, je ne suis qu'une petite
bourgeoise, vous êtes un grand seigneur, vous ne m'avez pas bien
traitée, vous ne m'y attraperez plus; je n'ai que faire de vous ni de
personne.» Il lui fit mille soumissions, et fit tout ce dont elle le
pria depuis cela.

Elle dit qu'on ne doit point tant s'affliger pour ce qui arrive à nos
parents. «Une fois, disoit-elle, qu'on attrape le cousin-germain,
c'est bien fait de se déprendre. J'avois je ne sais quel parent qui
fut un peu pendu à Melun; sa soeur disoit qu'il avoit été mal
jugé.--A-t-il été confessé? lui dis-je. A-t-il été enterré en terre
sainte?--Oui.--Je le tiens pour bien pendu, ma mie.»

Le curé de Saint-Paul s'avisa une fois de faire un prône contre la
danse; elle l'alla trouver et lui dit: «Mon bon ami, vous ne savez ce
que vous dites. Vous n'avez jamais été au bal; cela est plus innocent
que vous ne pensez. Je suis bien plus scandalisée, moi, de voir des
prêtres qui plaident toute leur vie les uns contre les autres.» Elle
se confesse à lui d'une plaisante façon; elle cause avec lui, et le
lendemain elle lui dit: «Hier, je vous dis tous mes sentiments; j'y
ajoute encore cela, et j'en demande pardon à Dieu.»

«Quand je passe par les rues, disoit-elle une fois, je vois des
laquais qui disent: Bon Dieu! la laide femme!--Je me retourne.
Vois-tu, mon enfant, je suis aussi belle que j'étois à quinze ans,
quoique j'en aie plus de soixante-douze. Il n'y a que moi en France
qui se puisse vanter de cela.» Elle disoit qu'il n'y avoit personne au
monde qui se fût si bien accommodé qu'elle de deux fort vilaines
choses, de la laideur et de la vieillesse. «Cela me donne,
disoit-elle, un million de commodités: je fais et dis tout ce qu'il
me plaît.» Elle est gaie, et ne craint point du tout la mort: elle
danse le branle de la torche, quand elle est en liberté, et dit que la
torche ne lui manque jamais à proprement parler. «Je suis, dit-elle,
le guéridon de la compagnie[343].»

  [343] Le branle étoit une ronde où les danseurs et danseuses se
  tenoient tous par la main. Dans le branle de la torche le danseur
  portoit un chandelier, une torche ou un flambeau allumé. Ce
  passage de Tallemant est obscur aujourd'hui que ces usages
  anciens sont oubliés. Le mot _guéridon_ désigne vraisemblablement
  une personne qui, durant le branle, étoit placée au centre du
  cercle.

Pourvu que ce ne soit pas par extravagance, elle approuve fort les
mariages par amour; «car, dit-elle, voulez-vous qu'on se marie par
haine?»

Son fils ayant ouï dire qu'on l'avoit mise dans un roman, croyoit que
c'étoit une étrange chose, et s'en vint lui dire: «Jésus! madame
Pilou! on vous a mis dans un roman.--Va, va, lui dit-elle, la comtesse
de Maure y est bien[344].» Cela l'arrêta tout court, car c'est aussi
une dévote. Ce roman, c'est la Clélie de mademoiselle de Scudéry, où
elle s'appelle _Arricidie_, et y est fort avantageusement, comme une
philosophe et une personne de grande vertu. Elle l'en alla remercier,
et lui dit: «Mademoiselle, d'un haillon vous en avez fait de la toile
d'or.» L'autre lui voulut dire: «Madame, mon frère a trouvé que votre
caractère[345], etc.--Voire, votre frère, je ne connois point votre
frère; c'est à vous que j'en ai l'obligation. A cela, en vérité, j'ai
reconnu que j'avois bien des amis; car il n'y a pas jusqu'à la Reine
qui ne s'en soit réjouie avec moi. Voilà le fruit qu'on retire de ne
faire de mal à personne. Une fois, ajouta-t-elle, je me trouvai
embarrassée au Palais-Royal, à la mort du cardinal de Richelieu, avec
bien des femmes entre des carrosses. Un homme me prend, et me porte
jusque dans la salle où l'on voyoit son effigie. Je regarde cet homme.
Il me dit: Vous avez autrefois pris la peine de solliciter pour moi,
je vous servirai en tout ce que je pourrai.»

  [344] Elle y est quelque part comme un million d'autres. (T.)

  [345] Mademoiselle de Scudéry faisoit paroître ses ouvrages sous
  le nom de Georges de Scudéry, son frère. On savoit jusqu'à
  présent peu de choses sur cette bonne madame Pilou, qui a fourni
  à Tallemant l'un de ses plus curieux articles. Cependant Sauval
  nous avoit appris qu'elle jouoit un rôle dans un roman de
  mademoiselle de Scudéry. «La vieille madame Pilou, dit-il,
  célèbre dans le Cyrus, sous le nom d'_Arricidie_ et de la _Morale
  vivante_, m'a dit qu'en sa jeunesse, etc.» (_Sauval_, _Antiquités
  de Paris_, t. 1, p. 189.)

C'est la plus grande accommodeuse de querelles qui ait jamais été: il
y a bien des familles qui lui sont obligées de leur repos. On la
choisit toujours pour dire aux gens ce qu'il leur faut dire. Madame
d'Aumont, veuve de M. d'Aumont, dont nous avons parlé, dit: «Quand
madame Pilou n'y sera plus, qui est-ce qui fera justice aux gens?»
Elle ne se veut point mêler de donner des valets; elle dit qu'on en a
toujours du déplaisir.

Un jour elle tomba dans la boue, en allant au sermon aux Minimes de la
Place-Royale: une autre fût retournée chez elle; mais elle, bien loin
de cela: «Il faut profiter de ce malheur, dit-elle, je me ferai bien
faire place.» Elle étoit si sale et si puante que tout le monde la
fuyoit; elle eut de la place de reste.

Quand elle voit des gens qui sont quelque temps dans la mortification,
et qui après retournent à leur première vie: «Ils font, dit-elle,
comme l'ânesse de ma cousine Passart. Cette bête avoit un ânon: on
enferme son petit, et on la charge de tout ce qu'il falloit pour aller
dîner à demi-lieue d'ici. Elle va bien jusqu'à la moitié du chemin;
mais se ressouvenant de son ânon, elle fait trois sauts, et vous jette
toute la provision dans la boue. Eux aussi vont fort bien quelque
temps, puis tout d'un coup ils jettent le froc aux orties, dès qu'ils
se ressouviennent de leur ânon.»

Elle disoit à M. le Prince, en 1652: «Vous voulez, dites-vous, ruiner
le cardinal; ma foi vous vous y prenez bien. Tout ce que vous faites
ne sert qu'à l'affermir de plus en plus: vous vous faites craindre à
la Reine, et elle croit, plus elle va en avant, que sans cet homme
vous lui feriez bien du mal.»

Elle ne se put tenir d'aller au sacre du Roi, quoiqu'elle eût
soixante-seize ans: il est vrai que rien ne lui fait mal. On est bien
aise qu'elle aille partout, et on dit, quand il est arrivé quelque
chose d'extraordinaire: «Madame Pilou sera bonne sur cela.» Elle alla
à Meudon chez madame de Guénégaud pour quelques jours, pour mettre
dans du marc un bras qu'elle avoit eu démis pour avoir versé en
carrosse. M. Servien fit quelque régal où madame Pilou se trouva. Il
lui fit des offres de service. Elle lui dit: «Je vous en remercie,
gardez cela pour d'autres; Robert Pilou et moi avons du bien plus
qu'il ne nous en faut: faites-moi toujours votre visage de Meudon:
quand vous me verrez ne tressaillez point, car je n'ai rien à vous
demander. Il n'y a peut-être que moi en France qui vous ose parler
comme cela.»

Une des demoiselles de Mayerne dont nous avons parlé fut mariée en
Angleterre avec un Italien, nommé le chevalier Brendi, qui a fait
_l'Éromène_. Cette femme et madame Pilou avoient toujours eu soin de
s'écrire. Au bout de quarante ans elles revinrent à se voir à Paris;
jamais on n'a vu une telle joie. Cela ne dura guère, car la Brendi,
étant en nécessité, alloit en Suisse vivre dans une terre de sa nièce
de Mayerne, riche héritière.

Il y a deux ans que madame Pilou trouva cinq cents livres à dire d'une
somme qu'on lui avoit donnée à garder. Or, il n'y avoit que sa
servante à qui elle se fioit comme à elle-même qui eût eu la clef de
son cabinet. Cette fille, qui, en effet, étoit innocente, fit la fière
assez sottement. Il y avoit tout sujet de croire que c'étoit elle.
Elle la renvoya, et, bien loin de la mettre en justice comme on le lui
conseilloit, elle lui paya deux cents livres qu'elle lui devoit de ses
gages, disant: «Je ne veux point qu'on dise que j'ai fait une querelle
à ma servante pour ne lui pas payer ses gages.» Depuis, il se trouva
que celui-là même qui avoit donné à madame Pilou cet argent à garder,
avoit escamoté ces cinq cents livres qui étoient dans un petit sac; et
que, s'en repentant après, il les lui rapporta, en disant de méchantes
excuses. Elle rappelle sa servante, la prie d'oublier le passé, lui
confirme la parole qu'elle lui avoit donnée de lui laisser deux cents
livres de rente viagère et cent écus en argent, et pour la soulager
elle prit une petite servante encore.

La pauvre madame Pilou fut surprise à Saint-Paul d'un si grand
débordement de bile qu'elle en tomba de son haut[346]; revenue, elle
se confessa sur l'heure; elle n'en fut malade que dix ou douze jours.
Toute la cour l'alla voir; la Reine y envoya. Le Roi en passant
arrêtoit, et envoyoit savoir comme elle se portoit. M. Valot, premier
médecin du Roi, y fut de leur part. Des gens qui ne la voyoient point
y allèrent; c'étoit la mode. Il en arriva quasi autant l'année passée,
qu'elle eut un rhumatisme dont elle se porte bien; quoiqu'elle ait
quatre-vingts ans, elle est allée à Saint-Paul rendre grâces à Dieu
avec un manteau de chambre noir doublé de panne verte; c'est une
antiquaille qu'elle a il y a long-temps. Elle a une maison aussi
propre qu'il y en ait à Paris.

  [346] A la Pentecôte de l'année 1656. (T.)

Depuis peu, je ne sais quelle femme, qui n'est plus guère jeune, est
allée la voir toute parée de pierreries du Temple[347], et lui a dit
que la grande réputation qu'elle avoit, etc. Après elle lui a demandé
si elle ne connoissoit personne qui fût curieux de parfums de gants
d'Espagne, de pastilles de bouche et autres choses semblables; que le
secrétaire de l'ambassadeur du Portugal en faisoit venir d'admirables.
Madame Pilou lui dit: «N'avez-vous que cela à me dire?--Hé! madame,
répondit cette femme, comme vous êtes bonne amie, et que tout le
monde dit que vous conseillez si bien les gens, je voudrois bien
vous demander par quel moyen je pourrois me séparer d'avec mon
mari.--Comment s'appelle-t-il?--Ha! madame, je n'oserois vous
dire son nom.--Les noms ne sont faits que pour nommer les gens,
dites?--Vraiment, madame, je n'oserois.» Enfin, après bien des façons,
elle dit en faisant la petite bouche, qu'il s'appelle M. Wist. «Je ne
me mêle point de démarier les gens.» Un autre jour elle revint, et dit
à madame Pilou qu'elle la viendroit divertir quelquefois avec son
luth, qu'elle en jouoit passablement. «Je me passerai bien de vous et
de votre luth, lui dit madame Pilou, car vous m'avez toute la mine de
ne valoir rien, et ce secrétaire de l'ambassadeur est sans doute votre
galant.--Il est vrai, dit l'autre, qu'il m'a aimée; mais je vous jure
que c'est le seul qui ait eu quelque chose de moi.--Ma mie, dit madame
Pilou, il y a plus loin de rien à un que d'un à mille.» Et sur cela
elle la pria de se retirer.

  [347] Pierres fausses. Il y a un homme au Temple qui a trouvé le
  secret de colorer les cristaux. (T.)

Une autre fois il vint une femme d'âge qui se faisoit appeler madame
la marquise de...... Elle fit bien des compliments à madame Pilou sur
sa réputation. La bonne femme lui dit brusquement: «Madame, vous êtes
venue ici pour quelqu'autre chose.--Madame, dit l'autre, puisque vous
voulez que je vous parle franchement, c'est que je me veux remarier.
J'ai huit enfants; mais je fais quatre filles religieuses, un fils
d'église, et un autre chevalier de Malte: j'ai bien trois mille livres
de rente: il est vrai que j'ai aussi quelques affaires. Comme vous
connoissez bien des gens, madame, je voudrois que vous me trouvassiez
quelque conseiller ou quelque président bien accommodé, car le comte
celui-ci, et le marquis celui-là, me veulent bien, mais j'aime mieux
demeurer à Paris.--Jésus! madame, dit madame Pilou, vous moquez-vous
de vous vouloir remarier? Vous êtes vieille et laide.--Hé! madame,
répondit cette femme, je n'ai point de cheveux gris, regardez, et
voilà encore toutes mes dents.--Cela n'y fait rien, reprit la bonne
femme, voilà encore toutes les miennes, et j'ai pourtant quatre-vingts
ans. Allez, madame, vous serez aussi bien à la campagne qu'à Paris:
épousez ce marquis, épousez ce comte si vous voulez, je ne me mêle
point de faire des mariages, et je me garderois bien de conseiller aux
gens de vous épouser.»

«Il a fallu, disoit-elle, que je vécusse jusqu'à quatre-vingts ans
pour désabuser le monde. On m'a crue une intrigante, moi qui toute ma
vie n'ai fait que prêcher ces sottes femmes, sans y rien gagner:
j'étois comme la servante de l'Arche, quand j'avois chassé les bêtes
d'un endroit, elles y revenoient aussitôt.»

La pauvre madame Pilou déchoit furieusement: il falloit qu'elle
mourût, il y a dix ans, quand le Roi et la Reine-mère, en passant
devant chez elle, envoyoient savoir de ses nouvelles, et que toute la
cour y alloit[348]; elle avoit alors une fluxion sur les jambes qui la
retenoit au logis. Dès que ses jambes l'ont pu porter, elle a couru
partout. Elle a un défaut, c'est qu'elle n'a jamais su aimer à lire,
ni à entendre lire. Elle s'ennuie dans sa maison; cependant,
quoiqu'elle ait fort bon sens, elle n'a plus guère de mémoire: elle ne
voit quasi plus ni n'entend. Il faut qu'elle soit de bonne pâte, car
à quatre-vingt-six ans elle eut un vomissement effroyable, et après un
dévoiement par bas, pour avoir allumé sa bougie à une chandelle
empoisonnée que des laquais avoient fait faire pour endormir un de
leurs camarades. Il y étoit entré de l'arsenic; elle fut purgée pour
long-temps. Une fois en visite elle se mit à conter une histoire d'une
fille à qui un amant étoit tombé sur la tête, dont elle étoit morte,
comme elle montoit en carrosse. Elle y mit trop de circonstances, et
on ne se soucioit guère de la personne qui n'étoit pas trop connue.
Elle s'en aperçut, et s'en tira en concluant ainsi: «C'est pour vous
apprendre, messieurs et mesdames, à craindre plus les amants que vous
ne les avez craints jusqu'à cette heure.»

  [348] Ce passage a été écrit par Tallemant à la marge du
  manuscrit, vers 1663 ou 1664. La Reine-mère mourut en 1666; cette
  circonstance fixe l'époque de la décrépitude de l'intéressante
  madame Pilou.



BORDIER ET SES FILS.


Bordier, aujourd'hui intendant des finances, est fils d'un chandelier
de la Place Maubert qui le fit étudier. Il fut quelque temps avocat;
puis s'étant jeté dans les affaires, il y fit fortune, et fut
secrétaire du conseil. Il n'y a pas plus de dix ans que son père étoit
mort. Il fut long-temps fâché contre son fils, de ce que, pour
l'obliger à se défaire d'une charge de crieur de corps, il lui avoit
suscité un homme par qui il lui en avoit tant fait offrir, qu'enfin le
bonhomme l'avoit vendue. Ce chandelier étoit fort charitable: son fils
lui a toujours porté respect.

Il lui arriva une fâcheuse aventure du temps du cardinal de Richelieu.
Son Eminence, en revenant de Charonne, pensa verser dans le faubourg
Saint-Antoine, qui alors n'étoit point pavé; au moins n'y avoit-il
qu'une chaussée fort étroite au milieu, et dont le pavé étoit tout
défait. Le cardinal le voulut faire paver, et demande à Bordier qu'il
avançât dix mille écus pour cela; ce fut à l'Arsenal qu'il lui parla.
Bordier lui dit qu'il n'en avoit point. Le satrape n'avoit pas
accoutumé d'être refusé: le voilà en colère; il relègue Bordier à
Bourges. En cette extrémité notre nouveau riche a recours à
mademoiselle de Rambouillet[349]; car ses affaires dépérissoient. Il
avoit déjà en quelque rencontre éprouvé la bonté et le crédit de cette
demoiselle. Elle fit si bien, par le moyen de madame d'Aiguillon,
qu'elle obtint le rappel de Bordier; mais pour se raccommoder avec le
cardinal, il fallut qu'il avouât qu'il avoit perdu le sens, que
ç'avoit été un aveuglement, et qu'il se mît à genoux. Mademoiselle de
Rambouillet n'en fut guère bien payée; car M. de Rambouillet ayant eu
affaire de cet homme quelque temps après, il en fut traité si
incivilement, qu'il demanda à celui qui le menoit[350] si c'était bien
M. Bordier à qui il avoit parlé.

  [349] Julie d'Angennes, depuis marquise de Montausier.

  [350] On a vu que le marquis de Rambouillet, sur la fin de sa
  vie, étoit presque aveugle.

Laffemas fit cette épigramme:

     Bordier pleure sa décadence,
     Au lieu de se voir élevé
     Par les degrés à l'intendance,
     Il est tombé sur le pavé.
     A l'Arsenal un coup de foudre
     A pensé le réduire en poudre,
     A faute de s'humilier.
     C'est son arrogance ordinaire;
     Pour être fils d'un chandelier,
     Il a bien manqué de lumière.

A propos de cela, Bordier maria, en 1659, sa nièce Liébaud, fille de
sa soeur, à Lamezan, lieutenant des gendarmes. Madame Pilou, voyant
qu'on mettoit des armes et des couronnes au carrosse, dit chez madame
Margonne, bonne amie de Bordier: «Ma foi! cela sera plaisant de voir
ses armoiries. Qu'y mettront-ils? Trois chandelles.» Cela déplut
furieusement à madame Margonne, car il y avoit du monde; la bonne
femme s'en aperçut, et dit en riant: «Voyez-vous, il est permis de
radoter à quatre-vingt-deux ans; il y en a bien qui radotent plus
jeunes.»

C'est un homme fier, civil quand il veut, mais qui se prend fort pour
un autre en toute chose. Il veut faire le plaisant, et il n'y a pas un
si méchant plaisant au monde. Il a fait au Raincy une des plus grandes
folies qu'on puisse faire; cela l'incommodera à la fin, car il faut
bien de l'argent pour entretenir cette maison. Il est vrai que le lieu
est fort agréable, et que, malgré le peu d'eau, le terrain fâcheux
pour cela et pour les terrasses, et toutes les fautes qu'il y a à
l'architecture, c'est une maison fort agréable. On dit qu'elle lui
coûte plus d'un million.

Cet homme n'est pas heureux en enfants. L'aîné, qui est une pauvre
espèce d'homme, s'est marié pour lui faire dépit, et voici d'où cela
vient. Ce garçon devint amoureux de la fille du premier lit d'un M.
Margonne, receveur-général de Soissons. La seconde femme de ce
Margonne, dont nous parlerons ailleurs, étoit la bonne amie, pour ne
rien dire de pis, de Bordier: ils étaient voisins. La fille étoit bien
faite, elle a beaucoup d'esprit et beaucoup de coeur. Le jeune homme
ne lui parle point de sa passion: il lui portoit trop de respect; mais
assez d'autres lui en parloient. Cela dura quatre ans qu'elle évitoit
toujours sa rencontre, et on ne lui sauroit rien reprocher. Le fils en
parle, ou en fait parler à son père, qui va trouver madame Pilou, et
lui dit: «Après avoir bâti le Raincy (voyez la vanité de l'homme),
irois-je dire à la Reine: Madame, je marie mon fils à Anne Margonne?»
Madame Pilou se moqua de lui, et lui dit que la Reine n'avoit que
faire à qui il mariât son fils, et lui chanta sa gamme comme il
falloit.

On dit à mademoiselle Margonne que si elle vouloit on l'enlèveroit.
Elle répondit qu'on s'en gardât bien, et qu'elle ne le pardonneroit
jamais. Ce garçon désespéré se jette dans un couvent; le père ne
savoit où il en étoit. La demoiselle ne l'ignoroit pas, et si elle eût
daigné avertir le jeune homme d'y demeurer encore quelque temps, le
bonhomme eût consenti à tout; mais cette fille, qui avoit l'âme bien
faite, ne voulut jamais rien faire qui ne témoignât du courage. Enfin
il vint à dire qu'il lui donneroit sa charge de conseiller au
Parlement avec douze mille livres de rente, et qu'on fît l'affaire
sans l'obliger de signer. La fille, qui se conseilloit à sa
belle-mère, car le père n'en savoit rien, voyant que cette femme, qui
pourtant ne manque pas de sens, s'ébranloit, a vite recours à madame
Pilou, qui fut de l'avis de la fille. Elle disoit: «Ou il me
demandera, son manteau sur les deux épaules, et comme on a accoutumé
de faire, ou il ne m'aura pas.»

Nolet, premier commis de M. Jeannin, et alors commis de Fieubet, son
oncle, se présenta: on fit le mariage. Madame Pilou fit l'affaire et
la proposa. Bordier, au désespoir, s'en va en Hollande, et
mademoiselle de Hère a fait depuis ce que mademoiselle Margonne
n'avoit pas voulu faire. Ce qui l'avoit le plus irritée contre
Bordier, c'est que cet homme, qui disoit qu'il ne souhaitoit rien tant
qu'une belle-fille comme elle, dès qu'il vit son fils épris, il la
traita le plus incivilement du monde, elle qui en usoit si bien. Elle
a de l'esprit, de la vertu, du coeur; c'est une personne fort
raisonnable. Elle a eu du bonheur, car elle vit doucement avec son
mari qui l'estime fort, et elle est estimée de toute la famille à tel
point, qu'elle y est comme l'arbitre de tous leurs différends, et
Bordier a été contraint de vendre sa charge: le jeu et les femmes
l'ont incommodé, et on doute que le père soit à son aise. Cet homme
n'en usa point mal en l'affaire de son fils, car il ne s'emporta
point, ne dit rien contre la personne; aussi auroit-il eu tort. Depuis
il le lui a pardonné; mais il n'y a pas de cordialité entre eux.

Avant la révocation des prêts, cet homme craignoit le serein, se
serroit le nez quand le serein le surprenoit à l'air: il avoit sans
cesse des étouffements. Depuis, quand il a fallu songer tout de bon à
s'empêcher de donner du nez en terre, il n'a plus craint le serein,
et n'a pas eu le moindre étouffement.

Son second fils, qu'on appelle M. de Raincy, étant allé à Rome, y
passa pour le plus fou des François qui y eussent encore été. Il avoit
mis des houppes rouges[351] à ses chevaux de carrosse comme un homme
de grande qualité: le Barigel lui en parla. Il lui ouvrit une cassette
pleine de louis, et lui dit tout bas: «Qui a cela à dépenser en un
voyage de Rome, peut mettre telles houppes qu'il lui plaît à ses
chevaux.» Le Barigel vit bien que c'étoit un extravagant, et le laissa
là. Il fit le galant de la princesse Rossane, et, pour faire
connoissance, il battit un des estafiers de cette princesse en sa
présence; et, un jour qu'elle ne le regarda pas au Cours, il se mit
les pieds sur la portière, et le chapeau renfoncé dans sa tête, et la
morgua. Elle en rit. Il avoit accoutumé son cocher à courir à toute
bride contre les carrosses où il y avoit des gens avec des lunettes
sur le nez comme on en voit en quantité en ce pays-là. Il avoit une
canne qu'il mettoit en arrêt comme une lance, et crioit: _Au faquin,
au faquin!_ Entre chien et loup, il alloit par certaines rues tout nu,
enveloppé d'un drap qu'il ouvroit quand il passoit quelque femme.
L'opinion que l'on avoit que c'étoit un fou achevé lui sauva la vie,
autrement on l'eût assommé de coups. Il fit faire des soutanes de
tabis pour lui et pour quelques autres, afin de faire _fric fric_ la
nuit, et faire peur aux Italiens. De retour, comme on l'obligeoit à
jouer trop tard à sa fantaisie chez son père, il fit apporter son
peignoir et mettre ses cheveux sous son bonnet. Le père, qui est fier
aux autres, se laisse mâtiner à ce maître fou. Il se délecte de passer
pour impie, et il tourmente son père et lui veut faire rendre compte,
quoiqu'il eût un carrosse à quatre chevaux entretenu, lui, un
valet-de-chambre et trois laquais nourris, avec huit mille livres pour
s'habiller et pour ses menus plaisirs.

  [351] Cela est de grande qualité à Rome. Pour rire on l'a appelé
  un temps _le chevalier Bordier_; il avoit été à l'Académie. (T.)

Une fois il parla d'amour à une femme qui ne l'ayant pas autrement
écouté, il se mit à se promener à grands pas une heure durant tout
autour de la chambre, frottant tous les murs, et sans rien dire. Elle
s'en moqua fort, et il fut contraint de la laisser là.

Il fut une fois une heure entière à chanter devant une barrière de
sergents:

     Les recors et les sergents
         Sont des gens
     Qui ne sont point obligeants.

Enfin le sergent commença à vouloir prendre la hallebarde, et le
cocher à toucher.

Ce n'est pas qu'il manque d'esprit, il en a assez pour faire de
méchants vers. Ceux qui le fréquentent disent qu'il n'a pas l'âme mal
faite. Pour moi, je trouve qu'il fait si fort le marquis, que
j'aurois, toutes les fois que je le vois, envie de lui dire
l'épigramme de Laffemas.

Il lui arriva, au printemps de 1658, une querelle avec La Feuillade
dont le monde ne fut nullement fâché. Il devoit aller avec madame de
Franquetot et madame Scarron cul-de-jatte[352], au Cours ou quelque
autre part; mais les dames vouloient acheter des coiffes et des
masques en passant. La Feuillade y vint faire visite. Raincy, qui fait
l'homme d'importance, sans considérer que l'autre étoit plus de
qualité que lui et assez mal endurant, dit à ces dames qu'il seroit
temps de partir, et que, pour peu qu'elles ne trouvassent par hasard
des coiffes et des masques à leur fantaisie, il se passeroit quelques
heures à cette emplète; après il se mit à contrefaire les
_niépesseries_ de femmes. La Feuillade, qui ne trouvoit pas cela trop
plaisant, dit: «Vous pourriez ajouter encore que la flèche se pourroit
bien rompre.--En ce cas-là, dit Raincy en goguenardant, elles auroient
l'honneur de ma conversation, qui n'est pas trop désagréable.--Ma foi!
répliqua La Feuillade, pas si agréable aussi que vous penseriez bien;»
et lui dit quelque chose encore sur ce ton-là, puis finit ainsi:
«Mesdames, il faut vous laisser partir, aussi bien monsieur que voilà
ne se trouveroit peut-être pas trop bien de notre conversation.»
Raincy a été si bon que de s'en plaindre au maréchal d'Albret, à cause
qu'il le connoissoit. Cela est ridicule, car il semble qu'il ait
prétendu qu'on en fît un accommodement. Le maréchal d'Albret en a
parlé à La Feuillade, qui a répondu «que tout ce qu'il pouvoit,
c'étoit de saluer Raincy quand Raincy le salueroit.»

  [352] Madame Scarron, qui fut depuis la célèbre madame de
  Maintenon.

Il sera quelquefois trois heures sans dire un mot, même en visite.
Une fois il fut comme cela chez M. Conrart, qui dit après: «Il y a des
gens qui acquièrent de la réputation en parlant; celui-ci en croit
acquérir en ne parlant pas.» Il ne parle effectivement qu'où il
s'imagine qu'on l'admirera. Scudéry, sa soeur, Chapelain et Conrart
même l'achevèrent en louant une élégie, ou plutôt un centon qu'il
avoit fait.

Bordier le père étant mort en 1660, ses enfants et ses gendres Morain
et Gallard, tous deux maîtres des requêtes, furent assez fous pour
mettre des couronnes à ses armes. Cela fit renouveler cent choses à
quoi on n'auroit peut-être pas pensé.

Le Raincy emploie tout son temps à s'habiller. Quelquefois il n'est
pas prêt à quatre heures du soir. Il est mort assez jeune. Le curé de
Saint-Gervais, Sachot, qui le connoissoit et qui étoit son curé, lui
alla déclarer qu'il falloit songer à sa conscience: il n'y vouloit pas
entendre. Cet homme eut l'adresse de le gagner; il lui parla de sa
jeunesse, de ses études, de son esprit et de ses vers, qu'il mit
au-dessus de ceux d'Horace; après il en fit tout ce qu'il voulut, et
lui donna une telle crainte des jugements de Dieu, que l'autre, pour
se mortifier, fit sa confession à genoux nus sur le carreau. Bordier
l'aîné n'a pas laissé de demeurer à son aise; il a quatre cent mille
livres de bien, et s'est fait président de la cour des aides: c'est un
fort bonhomme. Il a de l'amitié pour moi parce que mademoiselle
Margonne est ma bonne amie. Il parle d'elle avec respect.



M. ET MADAME DE BRASSAC.


M. de Brassac étoit un gentilhomme de Saintonge, qui tenoit rang de
seigneur. Durant les guerres de la religion, comme il étoit encore
huguenot, il fut gouverneur de Saint-Jean-d'Angely. Il étoit hargneux,
toujours en colère, et, quoiqu'il eût étudié, il n'avoit pourtant
point pris le beau des sciences et des lettres. On dit qu'un jour que
ceux de la Maison-de-Ville s'assembloient pour faire un maire, il leur
dit: «Allez, messieurs, allez, et faites un maire qui soit homme de
bien.--Oui, oui, monsieur, répondirent-ils, nous en ferons un qui ne
sera point rousseau.» Or, il l'étoit en diable.

Il épousa la soeur du marquis de Montausier, père de celui
d'aujourd'hui, dont il n'a pas eu d'enfants. Ce M. de Montausier, son
beau-frère, avoit une femme catholique, soeur de Des Roches Bantaut,
lieutenant de roi de Poitou, de la maison de Châteaubriant. M. de
Brassac la fit huguenote, et depuis il changea de religion avec sa
femme, et vouloit persuader à cette dame de changer encore, ce qu'elle
n'a jamais voulu faire. Le père Joseph prit ce M. de Brassac en
amitié, lui fit avoir l'ambassade de Rome, puis le gouvernement de
Lorraine, et enfin le gouvernement de Saintonge et d'Angoumois, avec
la surintendance de la maison de la Reine: et quand madame de Brassac
fut faite dame d'honneur, M. de Brassac eut le brevet de ministre
d'État.

Madame de Brassac étoit une personne fort douce, modeste, et qui
sembloit aller son grand chemin; cependant elle savoit le latin,
qu'elle avoit appris en le voyant apprendre à ses frères: il est vrai
qu'à l'exemple de son mari, elle n'avoit rien lu de ce qu'il y a de
beau en cette langue, mais s'étoit amusée à la théologie, et un peu
aux mathématiques. On dit qu'elle entendoit assez bien son Euclide.
Elle ne songeoit guère qu'à rêver et à méditer, et avoit si peu
l'esprit à la cour, qu'elle ne s'étoit corrigée ni de l'accent
landore[353] ni des mauvais mots de la province. J'ai dit ailleurs
comme madame de Senecey fut chassée. Le cardinal jeta les yeux sur
madame de Brassac; je veux croire que le père Joseph n'y nuisit pas.
Elle dit au cardinal qu'elle se sentoit plus propre à une vie retirée
qu'à la vie de la cour; qu'il en trouveroit d'autres à qui cette
charge conviendroit mieux; et qu'au reste elle ne pouvoit lui faire
espérer de lui rendre auprès de la Reine tous les services qu'il
pourroit peut-être prétendre d'elle. Cela n'y fit rien: la voilà dame
d'honneur. Elle s'y comporta si bien qu'elle contenta la Reine et le
cardinal, quoique l'Evangile dit que nul ne peut servir à deux
maîtres. La Reine s'en louoit à tout le monde: ce n'étoit pas peu pour
une personne qui avoit été mise auprès d'elle de la main de son
ennemi. Si madame de Brassac entra dans cette charge sans beaucoup de
joie, elle en sortit aussi sans grande tristesse. Le Roi mort, on fit
revenir tous les exilés, durant le règne de peu de jours de M. de
Beauvais. Madame de Senecey fit plus de bruit que toutes les autres
ensemble. Elle avoit été assez adroite pour faire accroire à la Reine
que ç'avoit été pour l'amour d'elle qu'on l'avoit chassée, et c'étoit
pour l'intrigue de La Fayette. On lui destine la place de madame de
Lansac, gouvernante du Roi; mais elle, qui connoissoit bien à qui elle
avoit affaire, dit qu'elle ne reviendroit point si on ne la
rétablissoit dans sa charge. La Reine disoit: «Mais je suis la plus
satisfaite du monde de madame de Brassac; le moyen de la chasser?
Cependant madame de Senecey ne veut pas revenir autrement.» Elle se
résout donc à donner congé à madame de Brassac, en lui disant qu'elle
étoit très-contente d'elle, mais que madame de Senecey le vouloit.
Voilà madame de Senecey en la place de madame de Brassac et de madame
de Lansac. Madame de Brassac se retire avec son mari, qui étoit encore
surintendant de la maison de la Reine. Il mourut un an ou deux après,
et elle ne lui survécut guère.

  [353] Manière de parler traînante.



ROUSSEL (JACQUES).


Roussel étoit fils d'un honnête bourgeois de Châlons, qui, par mauvais
ménage ou autrement, fut contraint de faire banqueroute, si bien que
M. Ostorne, greffier de Sédan, prit son fils comme par pitié, et le
donna à M. de Gueribalde, qu'il avoit en pension chez lui avec
beaucoup d'autres, pour aller au collége avec eux, et leur porter
leurs porte-feuilles. Or, comme il arrive quelquefois que les valets
ont autant ou plus d'esprit que leurs maîtres, il profita plus qu'eux
au collége, et devint si habile, principalement en grec, que feu M. de
Bouillon[354] lui donna sa bibliothèque à gouverner, avec deux cents
livres de pension. Voilà son premier établissement. Ensuite M. Ostorne
le considéra davantage, et le fit manger à table avec les
pensionnaires; il leur faisoit répétition, et avoit vingt écus de
chacun par an. Après avoir été quelques années en cet état, il vint à
se débaucher; de sorte qu'il faisoit fort mal son devoir, et ne
revenoit que la nuit. Ensuite il fut fait régent de la première.
Durant ce temps-là il vint des seigneurs polonois à Sédan, qui le
prirent pour les instruire; et comme on ne touche pas toujours de
l'argent à point nommé quand il vient de si loin, et que peut-être il
leur faisoit faire la débauche, il fut contraint de s'engager pour
eux, et la somme montoit à trois ou quatre mille francs. Ces messieurs
les Polonois, voyant que leur argent ne venoit point, partirent sans
dire adieu. Roussel, mis en action par les créanciers, qui se
saisirent de sa personne, obtint délai, et s'achemina en Pologne, où
les autres s'étoient déjà rendus. Ils le reçurent avec toute la
civilité imaginable, et ne lui rendirent pas seulement la somme dont
il avoit répondu, mais lui payèrent largement son voyage pour l'aller
et pour le retour. Cependant Roussel, qui étoit adroit et
entreprenant, ayant rencontré une heureuse conjoncture pour lui, car
il étoit question d'élire un roi, et il étoit très-versé à faire des
harangues, se fit connoître des principaux palatins du pays; de sorte
qu'à son retour en France il quitta la poussière de l'école, et alla
trouver le cardinal de Richelieu, à La Rochelle, à qui il dit qu'il
avoit pouvoir de faire roi de Pologne qui il lui plairoit, et lui
montra quelques pièces par écrit pour justifier ce qu'il disoit. Le
cardinal, qui le prenoit pour un fou, et qui ne songeoit pas à se
faire roi de Pologne, le congédia. De sorte que notre homme va trouver
M. de Mantoue, qui toute la vie a eu des desseins assez chimériques;
mais comme il avoit l'empereur et le roi d'Espagne sur les bras, il ne
le voulut pas écouter. Roussel va à Venise, où il se fait présenter à
M. de Candale. Ruvigny étoit alors à Venise; il avoit vu Roussel à
Sédan. Roussel, qui le reconnut, lui fit signe. Le galant homme
vouloit persuader à M. de Candale que pour peu d'argent on se feroit
céder par le roi de Suède je ne sais combien d'îles, avec titre de
souverain. M. de Candale, mal avec son père, ne vivoit alors que de sa
pension de Venise et de son régiment de Hollande. Ruvigny, voyant que
Roussel avoit de longues conférences avec lui, l'avertit de ce qu'il
savoit. M. de Candale, pour se défaire de cet homme, l'adressa au
marquis d'Exideuil[355], aîné de Chalais, et qui s'étoit mis à voyager
à cause de la mort de son frère. Ce marquis, comme vous verrez, avoit
et a encore la cervelle _à l'escarpolette_. Roussel et lui prirent
résolution ensemble d'aller voir Bethlem Gabor[356], qui les reçut
fort bien; et comme au Nord les docteurs sont conseillers d'État,
Roussel lui plut tellement qu'il résolut de l'envoyer ambassadeur en
Moscovie avec le marquis, l'un pour sa qualité et l'autre pour son
savoir. Ils partent tous deux avec l'ambassadeur de Moscovie, qui s'en
retournoit. Le marquis avoit un si grand train, et lui et Roussel
faisoient si bonne chère, qu'avant que d'arriver à Constantinople ils
eurent mangé une bonne partie de leur argent: ils prirent cette route
parce que l'ambassadeur de Moscovie y avoit affaire. Roussel, qui crut
que leur nécessité venoit du mauvais ménage des officiers du marquis,
y voulut mettre ordre, et se voulut charger de la dépense. En effet,
il entreprit pour une certaine somme de les rendre tous à Moscou; mais
il avoit mal pris ses mesures, car l'argent manqua à mi-chemin, et le
marquis fut contraint de prendre tout ce que ses gentilhommes
pouvoient avoir, qui, en colère de cela, dirent quelques injures à
Roussel, mêlées de quelques coup de poing; ce qui le piqua tellement
qu'il jura de s'en venger, et pratiqua si bien l'ambassadeur de
Moscovie, qui étoit neveu du patriarche, que le grand-duc envoya le
marquis en Sibérie, où il fut trois ans prisonnier, mais dans une
prison si rude, qu'on ne lui portoit à manger que par une
lucarne[357]. Enfin, les artifices de Roussel étant reconnus, et le
patriarche mort, on le mit en liberté. Là dedans il apprit par coeur
les quatre premiers livres de _l'Énéïde_. Il les pouvoit bien
apprendre tous douze, ce me semble. Tous les potentats de l'Europe, à
la prière du roi de France, écrivirent au grand-duc pour la délivrance
du marquis. Il est de bonne maison: son nom, c'est Talleyrand. Chalais
est une principauté comme Enrichemont et Marsillac.

  [354] Le premier duc de Bouillon, père du dernier mort. (T.)

  [355] Charles de Talleyrand, marquis d'Exideuil, etc., étoit
  frère cadet de Henri de Talleyrand, prince de Chalais, décapité à
  Nantes en 1626.

  [356] Bethlem Gabor étoit prince de Transylvanie.

  [357] Le voyageur Oléarius a prétendu que Charles de Talleyrand,
  marquis d'Exideuil, avoit le caractère d'ambassadeur. Ce point a
  donné lieu à des discussions critiques. Voltaire, au paragraphe 8
  de la préface de _l'Histoire de l'empire de Russie_, a réfuté
  l'erreur du voyageur. Le prince Labanoff, associé étranger des
  bibliophiles françois, qui a publié dans notre langue le _Recueil
  de pièces historiques sur la reine Anne ou Agnès, épouse de Henri
  Ier_ (Paris, 1825, in-8º), a réfuté victorieusement Oléarius dans
  une lettre adressée au rédacteur du _Globe_, le 15 novembre 1827.
  Cette lettre a été imprimée à part, à très-petit nombre.

Cependant Roussel entra en crédit auprès du grand-duc; et, la mort de
Bethlem Gabor étant survenue, il se fait députer vers le roi de Suède,
en qualité d'ambassadeur, pour moyenner quelque ligue contre le roi de
Pologne. En cet emploi, il fait si bien que, sans que le roi de Suède
en sût rien, il fait entendre au grand-duc que ce prince armera
moyennant un million. Le grand-duc, par avance, envoie quatre cent
mille livres que Roussel touche. La fourbe se découvrit; mais Roussel
met mal le grand-duc avec le roi de Suède, qui le retient à son
service, et l'envoie en ambassade, premièrement en Hollande, puis à
Constantinople, où il est mort de la peste[358].

  [358] Cet article montre combien Tallemant étoit bien informé des
  particularités anecdotiques sur lesquelles roulent principalement
  ses Mémoires. Nous croyons devoir insérer ici la lettre de Louis
  XIII au czar Michel Féodrowitch, dans laquelle il réclame le
  marquis d'Exideuil. L'original de cette lettre existoit aux
  archives des affaires étrangères à Moscou; il y fut retrouvé par
  suite de recherches faites par M. le comte Just de Noailles,
  alors ambassadeur de France en Russie, qui avoit témoigné le
  désir d'éclaircir un point sur lequel il s'étoit élevé tant de
  contestations. Le prince Labanoff, auquel cette pièce a été
  communiquée par M. de Noailles, l'a publiée par _post-scriptum_ à
  sa lettre du 15 novembre 1827, p. 17 à 23.

  «Très-haut, très-excellent, très-puissant et très-magnanime
  prince, nostre très-cher et bon amy le grand seigneur empereur et
  grand-duc Michel Féodrowitch, souverain seigneur et conservateur
  de toute la Russie, etc., etc., etc.....»

  «Nous avons appris par les parents du sieur Charles de Talleyrand,
  marquis d'Exideuil nostre subjet, qu'icelui marquis estant arrivé
  à Mosco, au mois de may 1630, de la part du défunt prince Bethlem
  Gabor, pour traîtter quelque union avec vostre magnipotence et
  ledit prince, ledit marquis auroit esté accusé par un nommé
  Roussel, qu'il se servoit du prétexte d'ambassadeur pour entrer
  dans les pays de vostre magnipotence, à dessein seulement de
  reconnoistre vos ports, passages et forces, pour après en advertir
  le roy de Pologne, et que, en conséquence de cette accusation, à
  laquelle ledit Roussel se porta pour se venger de la haine qui
  s'engendra entre eux deux, ledit marquis auroit esté envoyé en une
  de vos villes, où il est encore gardé, nonobstant que dans ses
  papiers, qui furent visités, il ne se soit rien trouvé pour le
  convaincre du fait susdit, et d'autant que ledit marquis
  d'Eyxideuilh apartient à personne qui tienne grand rang en nostre
  royaume, et que ses prédécesseurs nous ont rendu de signalés
  services, et qu'outre ces considérations, nous nous sentons
  obligés de protéger nos subjets, principalement ceux qui sont
  eslevés par-dessus le commun; nous avons bien voulu escrire cette
  lettre à vostre magnipotence pour la prier, comme nous faisons, de
  commander que ledit marquis soit promtement mis en liberté et
  qu'il lui soit permis d'aller où bon lui semblera. Ses parents
  envoient exprès par delà ce gentilhomme, lequel estant bien
  instruit des particularités de cette affaire, en pourra plus
  amplement informer vostre magnipotence, si besoin est, et
  l'assurera qu'encore que notre demande soit bien juste, nous ne
  laisserons de recevoir à grand plaisir l'effet que nous en
  désirons, et que nous espérons de vostre magnipotence et de son
  amitié envers nous. Sur ce, nous prions Dieu qu'il vous ayt,
  très-haut, très-excellent, très-puissant et très-magnanime et bon
  prince, nostre très-cher amy, en sa sainte garde. Écrit à
  Fontainebleau, le troisième jour de mars 1635.»

     «Votre bon amy,

     «_Signé_ LOUIS.

     «_Contresigné_ BOUTHILLIER.»



LE MARQUIS D'EXIDUEIL

ET SA FEMME.


Au retour de Moscovie, avec Pompadour, M. d'Exideuil épousa
mademoiselle de Pompadour, fille d'une soeur de la chancelière.
Quoique le mari et la femme fussent fort dissemblables pour le corps,
car il étoit fort laid, et elle fort belle, il n'y a rien pourtant de
plus semblable pour l'esprit, aussi visionnaires l'un que l'autre:
mais comme les fous ne s'accordent guère entre eux, il y avoit
toujours noise en ménage. Elle, étoit coquette et le mari jaloux. Pour
l'obliger à recevoir grand monde chez elle, et à venir ensuite à la
cour, elle s'avisa d'une invention qui ne pouvoit réussir qu'auprès du
marquis d'Exideuil. Elle lui fit accroire que le feu Roi étoit devenu
amoureux d'elle; qu'il le lui avoit fait dire par quelqu'un qu'elle
lui nomma; mais que, comme il vouloit toujours se conserver la
réputation de chaste, il vouloit que l'affaire fût secrète. Or, il
faut que vous sachiez que le Roi étoit alors en Lorraine. «Pour cela,
ajouta-t-elle, on a trouvé de certains chevaux qui, en un jour et une
nuit, peuvent venir de Lorraine à Paris et de Paris en Lorraine; de
sorte qu'il n'est pas difficile, par le moyen de ceux qui sont dans la
confidence, d'empêcher qu'on ne voie le Roi pendant un jour. Par ce
moyen, vous et moi gouvernerons tout.» Après, elle lui dit qu'on se
vouloit servir d'elle pour négocier en Flandre, et que M. le
garde-des-sceaux[359] avoit fait faire pour cela de certains carrosses
tirés par de cette sorte de chevaux dont nous venons de parler. «Je
vous veux découvrir» ajouta-t-elle, la cause de la richesse de
messieurs Seguier: elle vient d'une naine indienne qu'ils ont chez
eux. Cette naine possédoit un grand trésor, et fut prise par les
Espagnols; mais, comme ils revenoient, les vaisseaux furent séparés
par la tempête, et la naine, avec ses richesses, fut jetée sur une
côte de France, où un des Seguier avoit un château. Il la reçut fort
bien, et elle se donna à lui avec son trésor. Cette naine est
prophétesse, et par les avis qu'elle donne, il est impossible, si on
les suit, qu'on ne fasse une grande fortune: j'aurai communication
avec elle, et je ne doute pas que nous ne supplantions bientôt le
cardinal de Richelieu.»

  [359] Il n'étoit pas encore chancelier. (T.)

Elle aimoit fort les confitures; et, pour en avoir son soûl, elle fit
accroire au marquis que la naine ne vivoit que de cela; et cependant
elle en faisoit des collations avec ses galants; car le mari, persuadé
de tout ce que sa femme lui avoit dit, promettoit à tous ses voisins
des charges et des emplois, et recevoit toute la province chez lui,
parce qu'elle lui avoit fait entendre qu'il falloit se faire connoître
avant que d'être premier ministre. Après, ils viennent à Paris; la
cour sembloit bien plus plaisante à la dame que le Limousin. Elle n'en
vouloit point partir: cela les brouilla si bien, qu'il s'en alla seul
dans la province; elle coquette ici tout à son aise. Esprit,
l'académicien, qui étoit alors à M. le chancelier, étant familier chez
elle, se mit à lui en conter. Il l'aima quelque temps sans découvrir
sa folie. Elle étoit belle et avoit de l'esprit. Un jour qu'il ne
s'étoit pas trouvé quelque part: «Si vous pensiez, lui dit-elle, me
faire encore de ces tours-là, je m'en irois à Meaux.» Cela lui sembla
si extravagant qu'il lui répondit: «Et moi, j'irois à Pontoise.»
Ensuite, elle lui conta mille visions. Il dit que de sa vie il n'a été
si surpris. Elle l'envoya un jour quérir. Il la trouva sur un lit, les
bras pendants, pâle, défigurée, un chien expirant à ses pieds, une
écuelle pleine de brouet noir. «Hé bien! lui dit-elle d'une voix
dolente, vous voyez,» et se mit à lui conter, avec un million de
circonstances bizarres, combien de fois depuis cinq ans elle avoit
pensé être empoisonnée par son mari. Après elle se jette dans un
couvent: le chancelier prend l'affirmative pour elle. Le mari, qui
étoit absent et amoureux d'elle, étoit pourtant bien embarrassé
d'avoir un chancelier de France sur les bras. Au bout de quinze jours
cette fantaisie passe à cette folle; elle écrit à son mari qu'elle le
vouloit aller trouver, et qu'il vînt au-devant d'elle. Il y vint: les
voilà les mieux du monde ensemble. Elle ne vouloit que faire parler et
avoir des aventures. L'aventure du poison lui avoit semblé belle. On a
dit aussi que c'étoit pour entendre les plaintes de ses amants qu'elle
avoit fait cette extravagance, et qu'elle s'étoit mise ensuite dans un
couvent. Enfin, tout de bon, elle mourut de maladie au bout de
quelques années, et employa les derniers moments de sa vie à conter à
son mari combien elle avoit eu de galants, qui ils étoient, et jusqu'à
quel point elle les avoit aimés; car on ne dit point qu'elle ait
conclu avec pas un. Son mari mourut quelque temps après. Ils ont
laissé deux garçons.

Pompadour, le père de cette extravagante, étoit un bon gros homme,
lieutenant de roi de Limousin, qui ne se tourmentait guère de ce que
faisoit sa femme[360]: il lui laissoit gouverner sa maison, qu'elle a
rétablie, et son corps aussi, comme il lui plaisoit. Tous les matins,
tandis que monsieur ronfloit de son côté, elle donnoit, étant encore
au lit, audience à tout le monde. On dit qu'un jour quelqu'un de ses
gens, revenant de la ville la plus proche, apporta bonne provision de
sangles, quoiqu'il n'eût eu ordre d'apporter que des étrivières. Elle
se mit à crier. «Hé bien! hé bien! lui dit un gentilhomme de son mari,
ne vous fâchez pas; vous n'aurez que les étrivières.» Elle se
divertissoit avec les suivants de son mari, et il avoit de la peine à
en garder, car elle n'étoit point jolie, et peut-être ne payoit-elle
pas bien. Un jour elle ne vouloit pas qu'un d'eux allât à la chasse
avec son mari: «Hé! mordieu, madame, dit le bonhomme, je vous le
laisse tous les jours; que je l'aie au moins cette après-dînée.» Sa
famille mit un jour en délibération si on jetteroit par les fenêtres
un certain Prieuzac[361] de Bordeaux, qui vivoit fort scandaleusement
avec madame. Il fut d'avis qu'on ne lui fît point de mal.

  [360] Il avoit un secrétaire nommé Fauché, qui concubinoit avec
  madame. Il eut jalousie du gouverneur du jeune Pompadour, et un
  jour, par pays, comme ce gouverneur se fut approché de la litière
  de madame pour lui dire quelque chose, la rage le saisit; il met
  l'épée à la main, l'attaque; l'autre se défend, et le tue. (T.)

  [361] Frère de l'académicien. (T.)



M. SERVIEN[362].


Son père étoit procureur général des Etats de Dauphiné; sa mère étoit
demoiselle. Il fut procureur général à Grenoble, puis maître des
requêtes. Il a eu un frère chevalier de Malte. Il avoit un parent bien
proche qui étoit homme d'affaires. Le comte de Saint-Aignan épousa la
fille de cet homme[363].

  [362] Abel Servien, né en 1594, mort en 1659.

  [363] L'alliance de Saint-Aignan renversera la fortune des
  enfants de Servien; car le duc lui doit sept cent mille livres.
  Servien lui prêta de quoi acheter la charge de premier
  gentilhomme de la chambre; il en doit tous les intérêts qui
  montent à deux cent mille livres, en cette année 1667. (T.)

Il aima mieux être sous-secrétaire d'Etat que chef d'un corps qui le
haïroit[364]. Chavigny, à qui le cardinal avoit reproché qu'il ne
s'attachoit pas comme Servien à son emploi, ne cherchoit que
l'occasion de le débusquer. Voici comme elle se présenta: Servien
badinoit avec une chanteuse nommée mademoiselle Vincent, et avoit une
chambre chez elle, où il travailloit à ses affaires quand il avoit
travaillé à autre chose. Le prétexte étoit qu'elle avoit un mari que
Servien disoit être de ses amis. Bois-Robert l'ayant prié de je ne
sais quoi qu'il ne fit pas, s'en plaignit, et dit étourdiment que,
s'il en eût prié mademoiselle Vincent, cela eût été fait aussitôt.
Servien, piqué de cela, dit à Bois-Robert, dans la salle des gardes du
cardinal: «Ecoutez, monsieur de Bois-Robert, on vous appelle _le
Bois_; mais on vous en fera tâter.» Bois-Robert lui répondit: «Votre
maître et le mien le saura.» Servien va pour dîner à la table ronde à
laquelle le cardinal ne mangeoit point. Bois-Robert entre; le cardinal
lui dit: «Qu'avez-vous, le Bois? vous êtes bien triste.--Monseigneur,
ne m'appelez plus ainsi; ce nom vient d'être profané: on me menace.»
Saint-Georges, capitaine des gardes du cardinal, ami de Servien, court
pour l'avertir. Servien se dépêcha de dîner; mais il arriva trop tard,
car le cardinal sut tout. Il dit à Bois-Robert: «Avez-vous des
témoins?--Tous vos domestiques; mais ils ne voudront rien dire: il y a
encore Chalusset, lieutenant du château de Nantes.» Bois-Robert va à
Chalusset, et le gagne par l'espérance que M. de Bullion, ennemi de
Servien, lui feroit du bien. En effet, Chalusset eut deux mille écus
pour cela, et Bois-Robert autant. Bullion lui dit: «Allez, vous êtes
mon fait; il me faut un homme comme vous auprès de M. le cardinal.
Venez me voir.» Mais Bois-Robert ne put se tenir de faire des contes
de lui. Voici ce qu'il dit à Ruel dans le parc: Bullion eut envie de
faire ses affaires; il alla dans le bois, et, appuyé sur Nazin, son
courrier, et Coquet, son maquereau, il se déchargeoit de son paquet.
Bois-Robert alla dire au cardinal que des provinciaux, voyant je ne
sais quoi de blanc à travers les feuilles, faisoient de grandes
révérences, prenant le c.. de M. de Bullion pour un visage. Une autre
fois, comme le cardinal vouloit faire jouer du clavecin, Bois-Robert
dit: «M. de Bullion a pissé dedans.» Il pissoit partout. Ce fut là le
prétexte de l'éloignement de Servien, à qui le cardinal envoya
pourtant offrir ses mules pour porter son bagage. Il le remercia, et
dit qu'il en avoit. On le relégua à Angers, où il a été jusqu'à la
mort du feu Roi. Là, il chassoit et coquetoit.

  [364] On l'envoya intendant de justice en Guienne; le Parlement
  de Bordeaux donna des arrêts contre lui, ne voulant point
  recevoir d'intendant. Le Roi ôta la charge au premier président,
  et la donna à Servien; mais, avant qu'il y fût installé, il vaqua
  une charge de secrétaire d'État, et on lui donna le choix. (T.)

Bois-Robert fait un conte à propos de Servien. Le cardinal avoit un
brutal de valet-de-chambre nommé Des Noyers. Un jour ce garçon se mit
à tournoyer autour de M. Servien: «Qu'y a-t-il? qu'as-tu?--Peste de
vous! j'ai perdu ma gageure: j'avois gagé que vous étiez borgne de
l'oeil gauche, et c'est de l'oeil droit.» Ce même, au premier de l'an,
leur demanda si Jésus-Christ, quand il naquit, était catholique. On
lui rit au nez. «Je veux dire chrétien,» dit-il. On rit encore plus
fort. «Pourquoi tant rire? Quelle fête est-il aujourd'hui?--La
Circoncision.--Hé bien! ne falloit-il pas qu'il fût Juif?»

Le cardinal demanda un jour à Bautru: «Que fait M. Servien à
Angers?--Il _bigotte_.» C'est qu'il étoit amoureux d'une madame Bigot.
C'étoit une belle femme mariée à un M. Bigot, dont le père avoit été
procureur général du grand conseil, mais qui s'étoit incommodé pour
s'être fait huguenot; et le fils étoit un ridicule qui, déjà âgé,
avoit épousé une belle fille qui n'avoit rien. Gueux, il subsistoit
par un contrôle général des traites d'Anjou que lui avoit donné
Rambouillet, son beau-frère, qui alors avoit les cinq grosses fermes.
Or, cet homme avoit eu un emploi auparavant à Reims. Sa soeur, madame
Rambouillet, dit: «Il ne fera point sa commission; mais il deviendra
amoureux de la fille d'un tel, qui a aussi un emploi là.» Il ne manque
pas. Il avoit mis des portraits de cette fille dans l'hôtellerie où il
couchoit à Nanteuil, afin de la voir en allant et en revenant. Une
fois il vint ici, et ne baisa ni sa soeur, ni sa nièce en arrivant. On
sut depuis qu'il avoit juré à sa maîtresse de ne baiser pas une femme
en son voyage. Le voilà marié. Le soir de ses noces, car il aimoit la
mascarade, il dansa un ballet, composé de son beau-père, de sa
belle-mère, de sa mariée et de lui. Les médisants d'Angers disoient:
«M. Bigot est en faveur: il couche avec la maîtresse de M. Servien.»
C'étoit un _becco cornuto_, et qui même n'avoit pas l'esprit de
s'empêcher de faire connoître qu'il le savoit. Il y avoit presse à qui
auroit Servien pour galant. Ménage, qui étoit alors à Angers, disoit à
toutes ces femelles: «Pourquoi vous tourmentez-vous tant? il vous voit
toutes de même oeil.» Tout borgne qu'il est, il ne laissoit pas
d'aller à la chasse; mais, dès qu'il craignoit quelque branche, il
mettoit la main devant son bon oeil; et quelquefois on le trouvoit à
dix pas de son cheval, car, ne voyant goutte, la première chose le
jetoit à bas. Servien s'éprit aussi d'une fille d'Angers, qu'on
appeloit mademoiselle Avril. L'abbé Servien eut peur qu'il ne
l'épousât, et il pria madame Bigot de lui en parler. Elle, qui n'est
point sotte, lui voulut ôter cette fantaisie, et lui dit qu'elle n'en
feroit rien. Quelques jours après, l'abbé revient et la presse encore;
«car, disoit-il, je le sais de bonne part.--Hé bien! lui dit-elle,
monsieur l'abbé, je le lui dirai; mais je lui dirai que c'est vous
qui me l'avez fait dire.» En effet, un soir qu'une dame de la campagne
avoit assemblée pour faire voir toutes les beautés de la ville à
Jarzé, qui y étoit venu depuis deux jours, et que Jarzé faisoit le
dédaigneux: «Mon Dieu! l'impertinent homme! dit madame Bigot; s'il se
vient mettre auprès de moi, je m'en irai ailleurs.--Je vous en
empêcherai bien, répondit Servien en riant, car je ne bougerai
d'auprès de vous.» En causant, il lui dit qu'il n'aimoit rien tant que
les violons, et qu'étant procureur général à Grenoble, il quittoit
tous ses procès pour écouter s'il y avoit le moindre rebec[365] dans
la rue. «A propos, lui dit-elle, on dit que vous nous les ferez
entendre bientôt les violons; mais la salle de mademoiselle Avril est
un peu bien petite; il faudra que sa grand'mère vous prête la sienne.»
Il prit tout cela en raillant. Pourtant, sur la fin, ils s'en
expliquèrent tout au long. L'abbé cependant ne put s'ôter cela de
l'esprit, et il fit tant qu'il le maria avec la veuve d'un comte de
d'Onzain de Vibraye[366] qui avoit été tué à Arras. Il eut de la peine
à s'y résoudre, car il n'étoit pas trop épouseur. La Bigot, qui en
enrageoit, lui faisoit la guerre de ce qu'il épousoit la fille de M.
de La Grise[367]: c'étoit une médisance de province. Une baronne de
La Roche-des-Aubiers, mère de cette jeune veuve, avoit été mariée fort
long-temps sans avoir d'enfants. Enfin, un gentilhomme, nommé La
Grise, se rendit familier dans la maison, et y gouvernoit tout.
Incontinent madame devint grosse de madame Servien. Le mari meurt peu
après; La Grise épouse la veuve.

  [365] Le _rebec_ étoit une espèce de violon champêtre à trois
  cordes. (Voyez _le Dictionnaire de Trévoux_, et Roquefort, _de
  l'État de la poésie françoise aux XIIe et XIIIe siècles_; Paris,
  1815, p. 108.)

  [366] Servien épousa, le 14 décembre 1640, Augustine Le Roux,
  fille de Louis Le Roux, seigneur de La Roche-des-Aubiers, et
  d'Avoye Jaillard, veuve de Jacques Huraut, comte d'Onzain.

  [367] La Grise a été lieutenant des gardes-du-corps. (T.)--Il est
  question d'une madame de La Grise, et de mademoiselle de La
  Grise, sa fille, dans _l'Histoire de la comtesse des Barres_
  (l'abbé de Choisi); Bruxelles, François Foppens, 1736, p. 55 et
  suivantes. Il est vraisemblable que Choisi parle de la belle-mère
  de Servien et d'une fille qu'elle auroit eue de son second
  mariage.

Le maréchal de Brézé disoit à La Grise: «Etre cocu, ce n'est pas
grande merveille; mais il n'arrive guère qu'on le soit de la façon
comme toi.» On dit aussi que madame d'Onzain aimoit Sévigny, dont nous
parlerons ailleurs; en sorte que la mère passoit bien des articles
fâcheux que Servien proposoit exprès, parce qu'il n'y alloit pas de
bon coeur, et que la belle accoucha au bout de sept mois. On disoit
qu'elle étoit pressée de se marier. Au commencement elle le trouvoit
vieux; enfin, elle fut ravie de l'avoir.

Son retour et ses emplois aux pays étrangers, avec ses querelles avec
M. d'Avaux et sa surintendance, se trouveront dans les Mémoires que la
régence nous fournira.

Cette madame Bigot revint à Paris faute d'emploi pour son mari. Ici,
Lyonne, qui avoit les mémoires de son oncle Servien, se mit à lui en
conter. Il avoit une chambre chez elle, comme l'autre chez
mademoiselle Vincent; cela ne dura que deux ans, car on le maria.
Depuis, son mari et elle, qui n'étoit plus jeune, ont bien eu de la
peine à subsister, et Servien, tout surintendant qu'il est, n'en a
aucun soin. Une fois pourtant il lui fit donner je ne sais quelle
commission à l'année navale. Un jour, dînant chez M. de Vendôme, ce
sot homme s'avisa de dire qu'il y avoit bien de l'avantage à avoir
une femme bien faite; que les affaires s'en faisoient bien plus vite;
que la sienne n'avoit qu'à aller chez M. Servien, et qu'aussitôt elle
étoit expédiée. «Voire, dit M. de Vendôme, nous sommes du même âge lui
et moi; cela ne va pas si vite. On n'est plus si preste.» Elle a un
fils qui est bien fait.



M. D'AVAUX[368].


M. d'Avaux étoit frère du président de Mesme. Nous avons dit, dans
l'historiette de Voiture, qu'il aimoit les femmes, et qu'il n'étoit
pas mal fait. Il en conta ici à la fille d'un conseiller au Châtelet,
nommé M. d'Amours. C'étoit une belle fille, et qui avoit deux beaux
noms, car elle s'appeloit _Aurore d'Amours_. On croit qu'il a eu assez
de privautés avec elle; et comme il ne voulut pas l'épouser, elle se
fit religieuse. M. d'Avaux avoit déjà été ambassadeur à Venise, et
avoit fait la paix du Nord, quand cette belle se mit dans un couvent.
Dans le Septentrion, il passoit pour un fort grand personnage et pour
un homme de bien. Le mari de la comtesse Éléonore, fille du roi de
Danemark[369], que nous avons vu ici avec sa femme, disoit que M.
d'Avaux les avoit pensé faire devenir fous en Danemark, tant il
faisoit le roi, et qu'une fois il lui dit en riant: «Bien, monsieur,
voilà qui est bien: faisons bien la comédie.»

  [368] Claude de Mesme, comte d'Avaux, né en 1595, mort à Paris le
  19 novembre 1650.

  [369] De ces filles d'une femme qu'il épousa comme une femme de
  conscience. (T.)

M. d'Avaux étoit l'homme de la robe qui avoit le plus de bel esprit,
et qui écrivoit le mieux en françois. On croit que le cardinal de
Richelieu ne l'aimoit point quoiqu'il l'employât. Le feu Roi mort, cet
homme, avec cette réputation, avoit droit de prétendre quelque chose.
On lui donne une abbaye de dix-huit mille livres de rente: il la
reçoit pour un de ses neveux, fils de son cadet M. d'Irval, ne voulant
pas apparemment tenir cela pour une récompense, et aussi ne voulant
pas que ce bénéfice fût perdu pour sa famille[370]. La Reine, ou
plutôt M. de Beauvais, le fait surintendant des finances avec M. Le
Bailleul. Le cardinal Mazarin ne pouvoit alors empêcher qu'on ne
l'élevât; mais après il lui fit donner l'emploi de Munster pour
l'éloigner. Servien, qui devoit aller ambassadeur à Rome, fut proposé
par Lyonne en la place de Chavigny pour être son collègue. Ils ne
furent pas long-temps ensemble sans se quereller. Dès Charleville,
Servien eut un courrier particulier; cela donna de la jalousie à
l'autre. D'un autre côté, d'Avaux avoit un grand équipage, car, avec
les appointements de surintendant et les quinze cents écus qu'ils
touchoient par mois de la cour, comme plénipotentiaire, il avoit
cinquante mille écus à manger. Servien le pria de considérer qu'il
n'avoit pas tant à dépenser, et qu'il lui feroit plaisir de se
régler, afin qu'il n'y eût point tant de différence. D'Avaux répondit
que chacun faisoit de son bien ce qu'il vouloit.

  [370] En une autre rencontre il eut de la cour quarante mille
  écus dont il acheta une charge à un d'Erbigny, fils de sa soeur,
  et une compagnie aux gardes, qu'il donna au frère de celui-là.
  (T.)

D'ailleurs, on dit qu'il y avoit eu un peu de galanterie, et qu'il en
avoit conté à madame Servien, qui eût été quasi la petite-fille de son
mari, et qui étoit jolie et coquette. Il y a un recueil imprimé des
lettres, ou plutôt des factums que lui et Servien ont écrits l'un
contre l'autre. Enfin, M. de Longueville les accommoda, ou du moins
fit en sorte qu'il n'y eut plus de scandale.

En 1647, que se fit la rupture de la paix générale, la cour ne fut pas
trop satisfaite de lui, et le cardinal dit au président de Mesme qu'il
savoit bien que d'Avaux ne l'aimoit pas. Il avoit Lyonne pour ennemi.
Il étoit surintendant des finances; M. d'Émery ne vouloit point un tel
collègue, et d'ailleurs on avoit quelque soupçon qu'il ne pensât au
chapeau, car il faisoit furieusement le catholique: il avoit dit que
la religion catholique étoit ruinée en Allemagne si on faisoit ce que
les Protestants demandoient. Il dit, plaignant le duc de Bavière, que
c'étoit le prince le plus catholique de l'Europe. Il porta les
intérêts des ennemis de la Landgrave de Hesse, et, allant en Hollande
pour empêcher la paix avec l'Espagne, il demanda la liberté de
conscience. On a cru qu'il faisoit cela pour porter les Catholiques
d'Allemagne à demander pour lui un chapeau de cardinal. L'année
d'après il eut ordre de la cour de revenir à Paris, dans sa maison; de
ne se point mêler de sa charge de surintendant des finances, et de ne
voir le Roi ni la Reine. Il vint à Roissy chez son frère aîné, entre
Paris et Senlis. Depuis, il se démit volontairement de sa
surintendance, lorsqu'il avoit comme refait sa paix, et que d'Émery
étoit mort.

Dès ce temps-là la dévotion l'avoit pris. Un jour, Ogier, le
prédicateur[371], à qui il avoit donné deux mille livres de rente sur
cette abbaye de son neveu, ayant pressenti que M. d'Avaux méditoit sa
retraite, lui dit, comme ils étoient dans cette belle maison qu'il a
fait bâtir rue Sainte-Avoie[372]: «Voici qui est magnifique; mais ce
n'est rien en comparaison de cette maison céleste, etc.» L'autre
s'ouvrit à lui. Il avoit résolu de se retirer dans une espèce de
désert en Bretagne, d'y bâtir quelque couvent, ou même d'instituer
quelque nouvel ordre; car ne croyez pas que cet homme manquât de
vanité, il en avoit: témoin cette maison dont nous venons de parler.
Elle revient à huit cent mille livres; cependant elle est petite, et
il n'y a pas un appartement complet: la place seule lui tenoit lieu de
deux cent cinquante mille livres. Dans leur partage, il y avoit des
maisons qu'on louoit fort bien; ailleurs, pour la somme qu'il y a
employée, il eût fait un beau bâtiment; mais il vouloit bâtir _in
fundo avito_, car les de Mesme se piquent furieusement de noblesse,
quoique leur bisaïeul ne fut qu'un docteur en droit à Toulouse; mais
ils disent que c'étoit un gentilhomme qui montroit le droit pour son
plaisir, et qu'ils font venir d'un consul Memmius; au moins se
sont-ils laissé cajoler de ce grotesque[373].

  [371] François Ogier, prédicateur du Roi, acquit dans son temps
  de la célébrité. Il prit la défense de Balzac contre le père
  Goulu, général des Feuillants, qui l'avoit grossièrement attaqué.

  [372] Cet hôtel subsiste encore; mais il a éprouvé de grands
  changements, parce qu'il a été converti en maison de commerce. Il
  est situé dans la rue Sainte-Avoie, vis-à-vis d'un passage
  nouvellement ouvert, qui conduit à la rue du Chaume.

  [373] Ils se disent originaires de Chalosse-Cujas, écrit à
  Memmius, son collègue. (T.)

Il avoit la tête un peu bien petite pour avoir beaucoup de cervelle,
et il me souvient qu'il mena étourdiment le cardinal Mazarin à
l'oraison funèbre du feu Roi que fit Ogier, où il y avoit bien des
choses contre le cardinal de Richelieu. La mort ne lui permit pas de
faire cette retraite. Il mourut de fièvre; en 1650, à l'âge de
cinquante-cinq ans ou environ. Son frère de Mesme mit dans les billets
d'enterrement: _haut et puissant seigneur et commandeur des ordres du
Roi_[374]. Il faut être évêque, archevêque ou cardinal pour cela. Il
avoit été officier (_de l'ordre_) et s'étoit conservé le cordon; il
étoit charitable. Durant qu'on bâtissoit sa maison, il faisoit payer
les journées et panser à ses dépens les ouvriers qui se blessoient. Il
ne fit point de testament; peut-être ne croyoit-il pas mourir si tôt?
On dit qu'il avoit dessein de faire le fils aîné de M. d'Irval,
aujourd'hui d'Avaux, son héritier. Il avoit prié Frotté, cet homme qui
fut si fidèle au maréchal de Marillac, son maître, de l'avertir de
donner sa vaisselle d'argent aux pauvres. Frotté l'oublia. Sa femme
s'en ressouvint et l'écrivit à M. de Mesme. Pepin, son intendant, lui
en parla. Il dit: «On trouvera un écrit pour cela dans mon cabinet.»
Mais pour moi, je doute que le président de Mesme en ait rien fait,
car il donna si peu aux valets, dont il y en avoit tel qui avoit servi
vingt ans M. d'Avaux, que c'étoit une chose honteuse[375].

  [374] Cependant les autres officiers de l'ordre le mettent, et il
  y a fondement à cela dans l'institution, tant tout y est bien
  digéré. (T.)

  [375] D'Avaux leur donnoit beaucoup. (T.)

D'Avaux oublia cruellement le pauvre Ogier _le Danois_[376], qui n'a
jamais rien eu de lui après l'avoir servi dans tout le Septentrion, et
y avoir ruiné sa santé. Mais il défendit de demander compte à Pepin,
son intendant, «car, dit-il, je ne crois pas qu'il me doive rien,» et
il lui laissa la maison où il loge. On consulta si on devoit faire une
oraison funèbre. Ogier dit que comme on ne pouvoit s'empêcher de
parler du grand effort qu'il fit à Munster pour faire signer la paix,
cela hoqueroit la cour. Cet Ogier a fait son éloge au-devant des
sermons qu'il a donnés au public.

  [376] Charles Ogier, frère aîné du prédicateur. Secrétaire du
  comte d'Avaux, il l'accompagna dans ses ambassades en Suède, en
  Danemark et en Pologne. On a de lui _Ephemerides, sive iter
  Danicum, Suecicum, Polonicum_; Paris, 1656, in-8º, ouvrage
  posthume publié par son frère.

Le président de Mesme traitoit si fort ses frères de haut en bas,
qu'il ne daignoit quasi leur ôter le chapeau. Il ne se levoit pas et
disoit: «Donnez un siége à mon frère.» Ce n'étoit point par
familiarité, c'étoit par orgueil[377]. Il avoit aimé les femmes, et il
disoit, quand il en avoit payé quelqu'une, car je crois qu'il n'en
avoit guère autrement, qu'il lui étoit permis de demander: «Il m'en a
tant coûté; trouvez-vous que ce soit trop cher?» Comme on dit: «Cette
étoffe me coûte tant, ai-je été trompé?» Il mourut un mois après son
frère d'Avaux. Il laissa sa charge de président au mortier à son neveu
d'Avaux, à condition qu'il épouseroit une de ses filles; il en a deux.
La charge lui sera comptée pour quatre cent mille livres, et pour rien
si sa fille ne le veut pas épouser. C'est pour conserver la charge
dans sa famille, et M. d'Irval doit exercer la charge jusqu'à ce que
son fils soit en âge. Ce fils est reçu en survivance, et je pense
qu'il la laissera exercer à son père tant qu'il voudra. On l'appelle
_le président de Mesme_; il y a un dicton au Palais: _De Mesme
toujours de Mesme_. Quand il parloit d'un conseiller qu'il estimoit:
«C'est, disoit-il, un grand sénateur.» Il railloit M. d'Irval, son
cadet, comme un écolier, et M. d'Avaux comme un avocat. Il avoit cent
mille livres de rente en fonds de terre. La confiscation de Bussy,
frère de sa première femme, tué par Bouteville, lui a valu quarante
mille livres de rente. La veuve, qui est de Fossé, et qui a
inclination pour l'épée, a donné sa fille en _catimini_ à La Vivonne,
fils de Mortemart.

  [377] Il appeloit sa femme Demoiselle. Le président de Thou,
  l'historien, appeloit la sienne _Domine_. Blondel, le ministre,
  appeloit la sienne _ma Gaine_. Les médisants disoient que c'étoit
  une coutelière.

     (T.)



BAZINIÈRE,

SES DEUX FILS ET SES DEUX FILLES.


Feu La Bazinière, trésorier de l'épargne, se nommoit Massé Bertrand;
il étoit fils d'un paysan d'Anjou, et, à son avénement à Paris, il fut
laquais chez le président Gayan[378]: c'étoit même un fort sot garçon;
mais il falloit qu'il fût né aux finances. Après il fut clerc chez un
procureur, ensuite commis, et insensiblement il parvint à être
trésorier de l'épargne. Cela ne seroit que louable s'il en eût bien
usé; mais c'étoit le plus rustre et le plus avare de tous les hommes.
Une fois, comme il parloit d'affaires à un homme, il le quitte sans
dire gare, et s'en va gourmer un garçon couvreur, en lui disant: «Tu
as tes poches toutes pleines de mon plomb.» Il se trouva que c'étoit
une bribe de pain que ce pauvre diable avoit dans sa poche. On disoit
que c'étoit l'homme de France le mieux servi, et qu'il ne changeoit
jamais de valets; c'est qu'il ne les payoit point, et qu'ils y
demeuraient en attendant que l'humeur libérale prît à leur maître. Son
portier fut contraint, pour être payé, de lui proposer de faire faire
une boutique d'une porte cochère inutile qu'il avoit chez lui, et la
fit louer à un frère vitrier qu'il avoit; ainsi il recevoit les loyers
au lieu de ses gages.

  [378] Pierre Gayan, président des enquêtes, le 21 juin 1614. (T.)

Sa femme, qui vit encore, n'est pas plus magnifique. Quand il fait
vilain temps les vendredis, elle fait enchérir son beurre de
Clichy-la-Garenne d'un sou par livre, en disant: «Il n'en sera guère
venu aujourd'hui au marché.» Il en eut deux fils et deux filles: ses
fils n'étoient pas mal faits. L'aîné, qui est aujourd'hui trésorier de
l'épargne, étoit assez agréable, et peut-être, s'il eût été bien
élevé, en eût-on fait quelque chose; mais le père, qui est mort riche
de quatre millions, ne voulut jamais faire la dépense d'un gouverneur,
ni envoyer voyager ce jeune garçon; au contraire, regardant à ce qui
lui coûteroit le moins et se trouvant en année durant le siége
d'Arras, il envoya son fils à Amiens, avec titre de commis de
l'épargne, mais qui avoit un homme sous lui qui faisoit tout. Ce jeune
fou se fit faire des armes qu'il porta à la cour, et rompit tant de
fois la tête à M. de Noyers de le faire mettre dans l'escadron de M.
le Grand, quand on mena le convoi dans les lignes, qu'il y fit mettre,
et le lui recommanda. On n'étoit pas à mi-chemin, et le grand-maître,
qui venoit au-devant du convoi, n'avoit point encore paru, quand il
prit une si grande épouvante à cet écolier déguisé, que sans avoir vu
ni ennemis ni autres gens que ceux avec qui il étoit, il passa sur le
corps à toute l'armée, et galopa jusqu'à Amiens, où il s'alla cacher
dans un grenier au foin, et après dit que son cheval l'avoit emporté.
Sur cela on fit un vaudeville que voici:

     Je suis Bazinière farouche[379],
     Qui ne puis par monts ni par vaux
     Retenir mes vites chevaux,
     Tant ils sont forts en bouche.
     Je règne[380] caché dans du foin;
     Mais au convoi je n'y vais point.

  [379] Il a l'air hagard. (T.)

  [380] L'Harmonie, à son récit au Ballet du mariage du duc
  d'Enghien, disoit:

     _Je règne_, etc. (T.)

Le cardinal, pour se divertir, fit pour cela la déclaration que voici:

«A tous ceux, etc.--Avons déclaré et déclarons le cheval du sieur de
La Bazinière atteint et convaincu du crime de fort-en-bouche, etc.;
et, quant audit sieur de La Bazinière, nous le remettons et
rétablissons en sa pristine fame et renommée, et lui permettons
d'aspirer aux charges et dignités auxquelles la grandeur de son
courage et sa naissance le peuvent faire prétendre. Fait à Amiens,
etc.» Bazinière devint malade de la peur qu'il avoit eue, et on le
ramena dans un brancard à Paris. Le jeune Guenaut, médecin, qui le
conduisoit, rencontra de jeunes gens qui alloient à la cour; il leur
dit qu'il accompagnoit un blessé. «Et qui?--Bazinière.» Ils se mirent
à rire. L'hiver suivant, un frère de madame de Champré l'ayant raillé,
Bazinière l'attendit au passage et le fit attaquer par quatre hommes
de chez son père, et lui cependant se tenoit les bras croisés. Mes
frères et moi, car c'étoit auprès du logis, allâmes au secours de ce
garçon qui, à la foire, donna après sur les oreilles à Bazinière. Le
lendemain de cet assassinat une dame du quartier, chez qui il alla,
lui dit en riant: «Vraiment, monsieur, je ne vous conçois point, vous
qui avez tant de sujet d'aimer la vie, vous exposer sans cesse comme
cela.» Bazinière, le printemps venu, fit un voyage au Maine, où il
devint amoureux de madame de Pezé, fille de madame de Lansac et soeur
de madame de Toussy. Cette dame n'étoit plus jeune, et vivoit dans un
abandonnement effroyable. Il demeura quelque temps avec elle; mais à
la fin il lui arriva une aventure qui le fit revenir à Paris. Le
maître-d'hôtel, qui, peut-être, servoit aussi d'autre chose à la dame,
las de ce petit bourgeois qui faisoit fort l'entendu, un soir se mit
en embuscade en un endroit où il falloit qu'il passât pour aller
coucher avec madame, il étoit minuit; il n'y avoit point de lumière;
de sorte que ce galant homme, faisant semblant que c'étoit un laquais,
et lui disant: «Petit fripon, que ne vous allez vous coucher, au lieu
de faire ici du bruit à madame?» donna maint horion à notre badaud de
Paris. Durant cette amourette, le père fut assez impertinent pour se
plaindre que madame de Pezé débauchoit son fils; notez qu'elle étoit
parente du cardinal de Richelieu. Enfin le bonhomme mourut.

En ce temps la Chémerault, après la mort du cardinal, étoit revenue à
Paris. On l'appeloit, comme j'ai dit ailleurs, _la Belle Gueuse_, et
on disoit qu'elle n'avoit pour tout bien qu'un âne de Mirebalais[381].
Elle avoit fait représenter à la Reine qu'elle ne pouvoit faire
fortune que par sa beauté, et que ces occasions se rencontreroient
bien plutôt à Paris qu'à la province. La Reine y consentit donc; mais
elle ne voulut point que cette fille, qui avoit été un temps
l'espionne du cardinal, et qui après s'étoit mise du parti de M. le
Grand, allât au Louvre. Benserade la fut voir. Elle lui conta sa
misère. Il lui dit en riant: «Il faut que je vous amène un épouseur.»
Quelques jours après il y mena Bazinière. A quelque temps de là la
belle lui dit: «Vous avez peut-être dit plus vrai que vous ne pensez;
je pense que Bazinière m'épousera.» Bazinière effectivement en étoit
épris; mais comme il vouloit par ce mariage avoir entrée à la cour, il
souhaitoit qu'auparavant sa maîtresse fît sa paix avec la Reine. Les
parents de la fille firent si bien que la Reine lui permit de se
trouver au cercle, mais non pas de lui faire la révérence. Après cela
Bazinière l'épousa sans le consentement de sa mère, qui fit
terriblement la méchante. La belle-fille, qui étoit adroite et fourbe,
se vêtit simplement et se tint chez elle, faisant la mélancolique.
Elle envoya un jour la nourrice de son mari trouver madame de La
Bazinière. Cette nourrice, bien instruite, ne joua pas mal son
personnage; elle applaudit d'abord à cette mère irritée, puis
insensiblement elle lui dit: «Madame, si vous saviez en quel état est
cette jeune femme, vous ne seriez peut-être pas si en colère contre
elle; elle n'a point de joie d'être si avantageusement mariée,
puisqu'elle n'est point aux bonnes grâces d'une personne qu'elle
estime tant; elle est quasi comme si elle portoit le deuil, et quand
on lui dit que ce n'est pas l'habit d'une nouvelle mariée, elle répond
que cet habit convient à la tristesse qu'elle a dans l'âme. Au reste,
madame, c'est bien la plus belle amitié que celle qui est entre eux
que vous sauriez vous imaginer, et je ne m'en étonne point; car c'est
bien la plus belle créature qu'on puisse voir de deux yeux.» Bref,
cette femme sut si bien dire, qu'elle fit pleurer la mère, et la fit
résoudre à voir son fils; et ensuite tout fut accommodé, et ils
vinrent loger avec elle.

  [381] Ils valent beaucoup de revenu. (T.)--Le Mirebalais est une
  petite contrée de France située en Poitou, et dont Mirebeau est
  la capitale.

Cette femme, qui avoit tant d'obligation à son mari, ne laissa pas, au
bout d'un an et demi, de le mettre de la confrérie, et cela par
intérêt. D'Émery, pour changer, voulut tâter d'une maigre, et laissant
Marion, en conta à madame de La Bazinière. Par son moyen, elle obtint
de la Reine la permission de la voir. Ce petit fat, à table chez
d'Émery, contoit les obligations qu'il lui avoit, que c'étoit son
protecteur, etc. Tout le monde rougissoit pour lui. On en fit ce
couplet:

     D'Emery n'a jamais fait
     Un cocu plus satisfait
     Que le petit Bazinière,
     Lere la, lere lanlère.

Je ne sais si d'Émery et lui avoient _bigné_[382], mais notre
trésorier fit alors quelques galanteries avec Marion. Un jour il avoit
fait préparer la collation en quelque maison autour de Paris, et déjà
il étoit parti en carrosse avec elle pour y aller, quand le duc de
Brissac, qui alors étoit le patron de la demoiselle, ne la trouvant
point chez elle, apprit où elle étoit allée. Il court après et les
attrape. D'abord il crie: «Laquais! un bâton. Mademoiselle, où
allez-vous? Monsieur, changez de place, dit-il à La Bazinière, je me
veux mettre auprès d'elle.» Ils font collation; au retour, il la fait
monter dans son carrosse, et sur ce que Bazinière disoit qu'il en
auroit la raison, il le fit environner de laquais qui le menacèrent du
bâton. Le chevalier de Chémerault, aujourd'hui Chémerault, qui est
gendre de Tabouret, car d'Émery lui fit donner la fille de ce
partisan, fit appeler le duc de Brissac; mais ils furent accommodés.
Roquelaure se moqua des façons qu'avoit faites Brissac pour embrasser
un gentilhomme, car en ce temps-là ils étoient encore infatués de
Cocceius Nerva. Brissac l'envoie appeler par L'Aigle; Roquelaure
s'excusa sur la fièvre-quarte qu'il avoit depuis quelques mois.
L'Aigle lui répondit que puisque, malgré sa fièvre, il jouoit, faisoit
sa cour et soupoit en ville, on auroit sujet de prendre cela pour une
méchante échappatoire. «Bien, dit Roquelaure, ne dites point que je
vous ai dit cela; dès que je me porterai tant soit peu mieux, car je
n'ai point de force, je vous ferai savoir de mes nouvelles.» En effet,
au bout de dix jours il envoya un brave nommé Champfleury[383] dire à
L'Aigle qu'il se battroit devant les Feuillants. L'Aigle dit qu'on
seroit trop tôt séparé; qu'il valoit mieux aller au Cours. Comme ils y
alloient, ils furent arrêtés. On disoit que madame de Mirepoix, soeur
de Roquelaure, en avoit averti. Ce furent des gentilshommes de M. le
Prince qui les arrêtèrent: ne les ayant pas trouvés au Cours, ils s'en
retournoient quand ils virent passer un carrosse qui avoit les rideaux
tirés; le vent fit lever un des rideaux tirés, et on aperçut des
chaussons de jeu de paume: cela leur donna du soupçon; ils tirèrent
les rideaux et trouvèrent ce qu'ils cherchoient. Ils devoient se
battre à l'épée et au poignard. Le marquis étoit faible, et craignoit
qu'on ne passât sur lui. Champfleury dit à L'Aigle: «Pour nous, nous
nous battrons à l'épée seule.» L'Aigle répondit: «Pour moi, je
rougirais de me battre autrement que ceux que je sers.» Ce M. de
Brissac étoit si jaloux de Marion, qu'il avoit loué une maison tout
contre la sienne pour l'épier mieux.

  [382] Ce mot paroît être pris ici dans le sens de _troqué_. En
  Bretagne, bigner se dit pour échanger, troquer, en style
  populaire.

  [383] Aujourd'hui capitaine aux gardes. Il a été capitaine des
  gardes du Mazarin. (T.)

Pour revenir à madame de La Bazinière, elle eut envie de la maison de
Monnerot, à Sèvres. D'Émery dit à cet homme qu'il lui apportât une
déclaration. Il y va. «M. d'Émery ne vous a-t-il dit que cela? lui
dit-elle.--Non, madame.» Elle croyoit qu'il la lui achèteroit, et que
ce seroit un contrat et non une déclaration qu'il lui enverroit.

Il y a environ un an qu'il arriva à madame de La Bazinière une chose
un peu fâcheuse: Une fille, qui lui servoit de demoiselle, étant mal
satisfaite, lui vola une cassette où il y avoit des lettres de M. de
Metz, de M. d'Émery et de M. de Beaufort: pour les rendre elle
demandoit deux mille écus. On parle à elle; on lui donne rendez-vous à
Bonneuil, maison de Chabenas[384], commis et maquereau de d'Émery.
Elle n'y vouloit point aller; enfin, on la persuada. Elle y va; mais
elle n'y porte que les lettres qui ne disoient rien: on la vole sur le
chemin; et avec ses lettres on lui prend de l'argent pour faire
croire que ç'avoit été des voleurs. Elle en reconnut un qui étoit
procureur-fiscal du faubourg Saint-Germain, nommé Plessis; c'étoit le
factotum de Chabenas: elle obtint prise de corps cantre lui. Je pense
que tout s'accommoda pour quelque argent.

  [384] Ce benêt met des plumes quand il va à sa terre; il n'a pu
  être reçu conseiller. (T)

Bazinière fit mettre des couronnes à son carrosse, du temps qu'elles
étoient moins communes qu'elles ne sont; ce fut en se mariant. Depuis,
quelqu'un, en parlant de la multitude des manteaux de ducs qu'on
voyoit, dit devant Mademoiselle: «Je ne désespère pas que Bazinière
n'en mette un.--Non, dit-elle, il ne mettra qu'une mandille.»



COURCELLES, CADET DE BAZINIÈRE.


Le cadet de Bazinière, nommé Courcelles, étoit fort étourdi, et
faisoit la plus folle dépense du monde: il achetoit à crédit des
chevaux et des chiens à de grands seigneurs, et les revendoit à vil
prix après pour avoir de l'argent. De cette façon ou autrement il
devoit quelque somme au marquis de Pienne, aujourd'hui gouverneur de
Pignerol. Courcelles se moqua de lui au lieu de le satisfaire.
L'autre, l'ayant trouvé un jour au Cours tout seul, l'appela.
Courcelles, en jeune homme, va dans son carrosse; Pienne, qui étoit
accompagné, fit toucher à toute bride, sans faire autre bruit, et le
mène au logis d'un de ses amis. En entrant il cria, pour lui faire
peur: «Çà, çà, des étrivières.» Ce garçon fut si outré de ce mot
d'étrivières, que, seul, comme il étoit, et sans armes, il se jette au
cou de Pienne pour l'étrangler. On l'emmena dans une chambre en le
menaçant toujours. Cela lui émut tellement la bile qu'encore qu'on
l'eût bientôt relâché sans lui avoir donné le moindre coup, et rien
fait de pis que le menacer, il en mourut pourtant au bout de trois
jours. Il y a apparence qu'il avoit plus de coeur que son aîné. La
mère voulut poursuivre; mais on l'apaisa. Ce fut après le mariage de
son frère que cette aventure arriva.



MADAME DE SERRAN.


La fille aînée de La Bazinière, qui n'étoit nullement jolie, avoit été
accordée, du vivant du cardinal de Richelieu, à Plessis-Chivray[385],
frère de la maréchale de Gramont: on attendoit qu'elle eût douze ans
pour la marier. Le cardinal mort, la mère, en donnant soixante mille
livres au cavalier, demeura en liberté de marier sa fille à qui il lui
plairoit. Bautru, qui, avec cinq cent mille écus de bien, ne cherchoit
encore que de grands partis, ayant manqué mademoiselle de Noailles,
maria son fils, qu'on appelle M. de Serran, avec cette fille qui
n'avoit guère que douze ans, et à qui on donna quatre cent mille
livres en mariage. La voilà donc chez son mari. Bautru, qui est homme
d'esprit, lui souffrit bien de petites choses; mais il eut tort de lui
laisser mettre des couronnes, et de lui donner un écuyer qui avoit
l'épée au côté. Il y eut bientôt noise entre lui et madame de La
Bazinière, car l'année de feu son mari étant venue, on ne voulut pas
laisser exercer la charge à son fils qui étoit trop jeune. Bautru s'y
opposa, craignant que cela ne préjudiciât à sa belle-fille. Cependant
la mère ayant répondu, Bazinière exerçoit; la jeune Bazinière en
vouloit à la mort à Bautru, et mit dans la tête de cette jeune femme
que son mari, qui à la vérité n'est qu'un sot, étoit indigne d'elle;
que sa soeur épouseroit un duc et pair, et que c'étoit une chose bien
cruelle de n'être la femme que d'un homme de robe, quand on pouvoit
avoir le tabouret chez la Reine. Cela alla si avant que, comme elle
n'avoit point eu encore d'enfants, on lui parloit de se faire
démarier. Bautru, voyant cela, feint une promenade à Issy, où l'on fit
trouver encore quatre chevaux. Serran, qui y étoit avec sa femme, dit:
«Allons pour cinq ou six jours aux champs chez nos amis.» Ainsi, on la
mena en Anjou, à Serran, où on ne la traita pas le mieux du monde. Une
fois qu'elle disoit: «Mais que craint-on? je ne vois pas un homme.--Il
y a des valets, dit ce Serran.--Cela est bon pour votre mère,» lui
répondit-elle. Avant cela, elle lui avoit dit des choses fort
offensantes. «J'ai, lui dit-elle, autant d'aversion pour votre
personne que pour votre soutane.» Un jour que le Père Des Mares
prêchoit à Sainte-Eustache sur les devoirs qu'un mari et une femme se
doivent l'un à l'autre, il dit qu'une femme devoit aimer son mari de
quelque façon qu'il pût être. Elle prit cela pour elle, et dit assez
haut: «Vraiment, il est aisé à voir que M. Bautru a du crédit dans la
paroisse; il y fait prêcher en faveur de monsieur son fils.» Cependant
Serran étoit mieux fait qu'elle.

  [385] Plessis-Chivray fut depuis tué en duel par le marquis de
  Coeuvre; c'est un des plus beaux combats de la régence. Il n'y
  eut point de raillerie. Ils étoient seuls et avec de petites
  épées. On fut étonné qu'ayant le coup qu'il avoit il eût pu avoir
  encore deux heures pour songer à sa conscience: on attribua cela
  au scapulaire de la Vierge qu'il portoit, et depuis bien des
  jeunes gens en portent. Coeuvre fut aussi fort blessé; mais il
  eut l'avantage. (T.)

En Anjou, madame de Bautru, qui depuis ce mariage avoit eu permission
d'aller à Serran, étoit son garde-corps. On fut contraint d'empêcher
qu'elle ne reçût des lettres, car sa mère et sa belle-soeur lui
écrivoient le diable de Bautru et de son fils. En ce temps-là un
honnête homme étant venu de ce pays-là, à la prière de madame de
Serran, alla voir madame de La Bazinière. Dès qu'elle le vit, elle lui
cria: «Ah! monsieur, ma fille est-elle encore en vie?»

Madame Bautru, car je ne crois pas que Serran ait eu assez d'esprit
pour cela, afin de se venger de ce que cette petite femme avoit dit
que l'emploi d'intendant de justice en Anjou, qu'avoit Serran, étoit
un emploi à faire pendre les gens, et aussi de ce qu'elle avoit traité
avec mépris les parents de son mari, s'avisa un jour de convier à
dîner tous les parents de feu M. de La Bazinière, dont les plus hupés
étoient des notaires de village ou des fermiers, et, la prenant par la
main, elle les lui fit tous saluer en lui disant de quel degré chacun
d'eux étoit parent de feu son père; puis, la fit dîner, avec eux.
Comme elle étoit encore en Anjou, sa cadette fut enlevée. La mère,
pour se consoler, voulut voir sa fille qui étoit grosse; elle
craignoit aussi qu'elle ne fût pas bien accouchée à la province.
Bautru n'y vouloit point entendre. Enfin, on fit dire à la bonne femme
par un tiers qu'il falloit bourse délier. Elle donna cent mille
livres, et on la fit venir en chaise. Arrivée à Paris, le beau-père
fit ce qu'il put pour la gagner, mais en vain. Elle haïssoit son mari
mortellement; c'étoit une étourdie et lui un benêt qui vouloit railler
et faire l'esprit fort comme son père; mais cela lui réussit si mal
que cela fait pitié. Il fait toutes choses à contre-temps; il prend
tout de travers[386]; on lui fait les cornes en jouant avec lui. Sa
femme disoit: «Quand je serai veuve, je ferai ceci et cela; car je
suis assurée que M. de Serran mourra jeune.» Elle s'est trompée elle,
car elle est morte à vingt-deux ans, et a laissé deux enfants, je
crois, à ce mari qu'elle devoit enterrer.

  [386] Serran a passé pour un ennuyeux homme, à cause qu'il
  vouloit faire comme son père, et cela ne lui réussissoit pas.
  Depuis il s'est corrigé; il ne cherche plus à dire de bons mots,
  et c'est un homme peu naturel à la vérité, mais qui passent
  partout. Un jour que sa femme et lui se battoient, Bautru, qu'on
  vint quérir pour mettre le holà, les regarda faire, et dit: _Quod
  Deus junxit, homo non separet_; puis s'en alla. Il trouvoit
  peut-être à propos que la petite femme fût mortifiée.

     (T.)



MADAME DE BARBEZIÈRE.


La cadette Bazinière étoit jolie; elle n'avoit guère qu'onze ans quand
elle fut enlevée par un frère de madame de La Bazinière la jeune,
qu'on appeloit Barbezière; c'est le nom de la maison, qui est une
bonne maison de Poitou. Ce garçon, qui étoit bien fait, avoit toute
liberté chez madame de La Bazinière la mère, jusque-là qu'étant
malade, elle le reçut dans son logis. On ne sait pas bien si sa soeur
étoit du complot, car il ne l'a pas dit. Lopez[387] pourtant avertit
la mère qu'on vouloit enlever sa fille, et qu'elle seroit mieux dans
un couvent. Elle répondit que Barbezière l'empêcheroit. Madame
d'Hautefort, alors en faveur, l'avoit fait demander par la Reine pour
Montignère son frère; mais la bonne femme avoit toujours tenu bon.
Elle étoit amoureuse, à ce qu'a dit Barbezière, du chevalier de
Chémerault et non de lui, comme on l'a cru; sans cela il n'eût jamais
songé à la fille, et se fût contenté de la mère. Quoi qu'il en soit,
un jour que la mère et la fille, à sa prière, allèrent avec lui pour
prendre l'air à Clichy, à une lieue de Paris, au retour, des gens à
cheval jetèrent le cocher en bas, en mirent un autre en sa place, et
laissèrent madame de La Bazinière dans un blé. M. de Mauroy, intendant
des finances, en revenant de Saint-Ouen, la trouva et la ramena à
Paris. Il n'y avoit personne qui fût en état de les suivre. Madame de
La Bazinière avoit bien mené son sommelier à cheval; mais Barbezière,
le voyant assez bien monté, l'avoit renvoyé d'assez bonne heure à
Paris, sous prétexte qu'il avoit oublié de commander un remède qu'on
lui avoit ordonné pour ce soir-là. Le sommelier rencontra les
enleveurs, et pensa retourner pour en avertir, car il les prenait pour
des voleurs; cependant il suivit son chemin. On avoit dit à madame La
Bazinière qu'il y avoit des voleurs, qu'on les avoit vus. Elle ne
vouloit pas retourner; mais Barbezière lui dit: «Hé! madame, que
craignez-vous? Je connois tous ces messieurs-là; ce sont tous
officiers de l'armée.» La belle-mère, au désespoir de sa belle-fille,
dit qu'elle n'avoit rompu le mariage de Toulangeon que pour cela; et
que son fils n'étoit allé en Poitou, pour voir, disoit-il, les
parents de sa femme, qu'afin de n'être pas ici quand on feroit le
coup. Bazinière, de retour, inventa de nouveaux serments pour jurer
qu'il n'en savoit rien. On disoit que d'Émery ayant voulu apaiser la
bonne femme, elle lui dit en colère: «Vous ne venez céans que pour
débaucher ma belle-fille.» Le chevalier de Marans, qui avoit loué des
chevaux et placé des relais pour Barbezière, fut arrêté; mais M. le
Prince le tira de prison d'autorité. Barbezière avoit un vaisseau
prêt; il passe en Hollande, et se met à Culembourg en la protection du
seigneur du lieu, qui est le comte de Waldeck; c'est une souveraineté.
La mère a fait ce qu'elle a pu pour gagner le comte, mais en vain. On
sut que la pauvre enfant avoit fort pleuré, et qu'elle pleuroit encore
long-temps après quand son mari n'y étoit pas. Il se jeta dans le
parti de M. le Prince, et elle mourut de la petite-vérole à Stenay.
Madame de Longueville écrivit à madame de La Bazinière, la mère, en
faveur d'un fils qu'elle a laissé. Elle étoit aussi fière qu'une
autre, toute misérable qu'elle étoit, et elle disoit: «Il est vrai
qu'il faut que j'aime bien M. de Barbezière, de l'avoir ainsi préféré
à tant de bons partis.» Barbezière cajola ensuite une fille[388] de
madame de Longueville, nommée La Châtre, et dont il eut un enfant;
elle est à Loudun en religion; elle disoit qu'elle avoit une promesse
de mariage. Depuis, se fiant à l'amnistie, il vint à Paris (1650).
Madame de La Bazinière, qui l'avoit fait rouer en effigie, le fit
mettre au Fort-l'Évêque; mais le prince de Conti, alors en crédit par
son mariage, l'en tira. Nous verrons dans les Mémoires de la Régence
comme il eut le cou coupé en 1657 pour un enlèvement d'une autre
nature.

  [387] On a vu plus haut un article sur Lopez.

  [388] Cette fille accoucha assez scandaleusement; et comme elle
  disoit: «Que je suis malheureuse!» Tourney, sa compagne, pour la
  consoler, lui disoit: «Ma chère, pourquoi s'affliger tant? il n'y
  en a pas une de nous à qui il n'en pende autant.» (T.)



LA COMTESSE DE VERTUS.


La comtesse de Vertus est fille du marquis de La Varenne-Fouquet,
celui de qui madame de Bar disoit: «Il a plus gagné à porter les
poulets du Roi mon frère, qu'à larder ceux de sa cuisine;» car il
avoit, dit-on, été écuyer de cuisine. Henri IV lui fit du bien; il
l'avoit bien servi en ses amours. Cet homme avoit mis sur la porte de
sa maison, en Anjou, la statue de Henri IV, et au bas: _Il m'a donné
l'honneur et les biens_. Elle épousa le comte de Vertus, qui est venu
d'un frère bâtard de la reine Anne de Bretagne; ç'a été une fort belle
femme[389].

  [389] Ce comte étoit accordé avec une fille de Retz: le Roi lui
  proposa d'épouser la fille de La Varenne avec soixante-dix mille
  écus. Il crut faire sa fortune; mais dès qu'il l'eut vue, il s'en
  éprit d'une telle force qu'il l'épousa deux jours après, et
  aussitôt, de peur du Roi, il l'emmena en Bretagne. Henri IV fut
  tué bientôt après. A soixante-dix ans, la comtesse de Vertus
  apprenoit à danser, et dansoit la _figurée_. (T.)

Jouant sur le quatrain de Pibrac, on disoit d'elle:

     Qui te pourroit, _Vertus_, voir toute nue[390].

Il y a des gens qui l'y ont vue. Son mari fit assassiner vilainement
un de ses galants qu'il avoit fait venir par une lettre supposée. J'ai
parlé ailleurs de Bautru-Cherelles; il a été aussi de ses favoris. Il
lui écrivit une fois, autant pour la traiter de coquette que pour la
cajoler, que sa maison étoit le palais d'Atlant[391]; que chacun y
trouvoit sa maîtresse. Son mari mourut, il y a près de dix-huit ans;
depuis elle a toujours porté un bandeau de veuve, à cause qu'à son gré
cette coiffure lui sioit bien; et avec cela elle a long-temps porté
des habits comme une jeune personne, car elle a été long-temps belle.
Elle a de l'esprit; mais ç'a toujours été un esprit déréglé; elle se
mêloit de faire de belles lettres. Ce qu'il y a de meilleur, c'est des
choses qu'elle tire des lettres qu'elle a de Bautru, car on y
remarquoit son air. Une fois elle écrivoit à sa fille de Vertus, sur
je ne sais quelle froideur qui étoit entre elles, que _la grande Ourse
et la petite Ourse n'étoient pas si gelées qu'elle_.

  [390] C'est le vingt-septième quatrain de Pibrac.

     Qui te pourroit, vertu, voir toute nue,
     O qu'ardemment de toi seroit épris:
     Puisqu'en tout temps les plus rares esprits
     T'ont fait l'amour au travers d'une nue.

  [391] Allusion au géant Atlante qui enlevoit les dames et les
  renfermoit dans son château magique. (_Orlando Furioso_, ch. 4.)

Elle n'a su compatir avec personne, et c'est la plus avare et la plus
bizarre personne qui vive. Pour tout train, quelquefois elle n'a eu
qu'un cocher, et ce cocher la peignoit aussi bien que ses chevaux.
Quand elle voyageoit, elle couchoit aux faubourgs des villes de peur
de trop dépenser dans les bonnes hôtelleries. Elle dit un jour une
assez plaisante chose. Sa fille de Vertus étoit allée, après la mort
de madame la comtesse[392], demeurer chez madame de Rohan la mère. «A
quoi songe, dit-elle, ma fille de Vertus de se retirer chez madame de
Rohan? puisqu'elle me quitte, elle devoit aller ailleurs.» Cette
mademoiselle de Vertus a du mérite; elle sait le latin; elle n'est pas
si belle que sa soeur. Madame la comtesse fut si ingrate que de ne lui
rien donner. Elle écrit fort raisonnablement; mais l'affaire de M. de
La Rochefoucauld l'a fort décriée. C'est la plus belle après madame de
Montbazon, car elle a encore trois soeurs, dont l'une nommée
mademoiselle de Chantocé, qui n'est pas la plus belle, voulant
demeurer à Paris, où elle n'a ni mère, ni soeur, ni belle-soeur, se
retira chez la Petite-Mère Hospitalière: là, pour voir du monde, elle
recevoit les gens dans la salle des malades; et on voyoit cette fille
toute couverte d'or dans un lieu où un malade rend un lavement,
l'autre change de linge; l'un tousse, l'autre crache; celui-ci crie,
et celle-là se confesse.

  [392] La comtesse de Soissons.

Le dernier évêque d'Angers étant malade de la maladie dont il mourut,
madame de Vertus envoya un gentilhomme pour savoir de lui-même comment
il se portoit. Il se trouva obligé de cette civilité, et se mit sur
les louanges de la dame jusqu'à faire un éloge en forme. Enfin le
gentilhomme, ennuyé de cela, lui dit: «Monsieur, que dirai-je à madame
de votre santé?--Monsieur, répondit-il, dites-lui que je rêve.»

Cette vieille folle, à l'âge de soixante-treize ans, a épousé un jeune
garçon appelé le chevalier de La Porte, disant pour ses raisons que
c'eût été dommage de laisser mourir d'amour un pauvre garçon qui,
apparemment, a encore long-temps à vivre. Lui l'a épousée à cause
qu'il avoit été condamné à donner vingt-deux mille livres à une fille
qui lui avoit fait un procès pour le faire condamner à l'épouser, et
il n'avoit pas un sou pour payer cette dette-là ni les autres. Mais le
pauvre chevalier ne fut pas assez fin en cette rencontre, car
quoiqu'il tînt le mariage secret, M. d'Avaugour, M. de Goetlo et les
filles en eurent avis: c'étoit à Paris où ils étaient tous en procès
avec elle, parce qu'elle changeoit tout son bien de nature. Ils
obtinrent une permission du lieutenant-civil de sceller chez le
chevalier aussi bien que chez la mère.

Aux grandes affaires on passe souvent par-dessus les formes; l'âge et
la conduite de cette femme la rendoient ridicule. Un commissaire se
met dans un grenier d'une maison vis-à-vis de celle du chevalier, d'où
il voyoit ce qu'on y porta et remua durant deux jours; après il
demanda main-forte et alla mettre son scellé. Le chevalier présenta
requête. Sa requête fut reçue; mais ordonné qu'on feroit description
des coffres, et qu'ils seroient mis en dépôt. Le grand-maître y vint
avec deux cents chevaux, mais le commissaire avoit déjà fait son
devoir. Elle court fortune d'être interdite et le chevalier de n'avoir
rien gagné qu'une vieille femme. Il fut mal conseillé, car il faut
tout prévoir en tel cas; il n'avoit qu'à tout porter à l'Arsenal.

Elle voulut donner en haine de ses enfants cinquante mille écus à
madame de Montausier, la voyant en faveur. Madame de Montausier les
refusa, et lui dit: «Hé! madame, vous avez tant de grandes filles qui
n'en ont pas trop.» Elle a fait depuis de fort impertinentes donations
entre-vifs, comme vingt mille livres à Ferrand, doyen du parlement,
afin qu'il sollicitât pour elle.

Mademoiselle de Clisson, troisième soeur de madame de Montbazon, est
une personne qui n'a de défaut que de n'avoir pas de santé. Quoique
maltraitée de sa mère, elle ne voulut point assister à l'inventaire de
ses biens, et empêcha qu'on ne l'enlevât et qu'on ne l'interdît; mais
elle travailla pour faire casser le mariage: ce qui fut exécuté. Le
frère aîné, qui a gagné mademoiselle de Vertus, n'a jamais pu la
gagner. Elle et ses soeurs et le comte de Goetlo plaident contre
l'aîné, qui ne leur veut rien donner, et les fait enrager aussi bien
qu'il fait enrager sa femme. Cette femme a de la vertu, et, par
modestie, elle ne l'a point voulu accuser d'impuissance.

Elle conte ainsi la mort du galant de sa mère. Le comte de Vertus
étoit un fort bon homme, et qui ne manquoit point d'esprit. Son foible
étoit sa femme; il l'aimoit passionnément, et ne croyoit pas qu'on pût
la voir sans en devenir amoureux. Un gentilhomme d'Anjou, appelé
Saint-Germain La Troche, homme d'esprit et de coeur, et bien fait de
sa personne, fut aimé de la comtesse. Le mari, qui avoit des espions
auprès d'elle, fut averti aussitôt de l'affaire. Il estimoit
Saint-Germain, et faisoit profession d'amitié avec lui; il trouva à
propos de lui parler, lui dit qu'il l'excusoit d'être amoureux d'une
belle femme, mais qu'il lui feroit plaisir de venir moins souvent chez
lui. Saint-Germain s'en trouva quitte à bon marché. Il y venoit moins
en apparence, mais il faisoit bien des visites en cachette: c'étoit à
Chantocé en Anjou. Le comte savoit tout; il n'en témoigna pourtant
rien jusqu'à ce que, durant un voyage de dix ou douze jours, le galant
eût eu la hardiesse de coucher dans le château. Les gens dont la dame
et lui se servoient étoient gagnés par le mari. Ayant appris cela, il
défendit sa maison à Saint-Germain. Cet homme, au désespoir d'être
privé de ses amours, écrit à la belle, et la presse de consentir qu'il
la défasse de leur tyran. Les agents gagnés faisoient passer toutes
les lettres par les mains du mari qui avoit l'adresse de lever les
cachets sans qu'on s'en aperçût. Elle répondit qu'elle ne s'y pouvoit
encore résoudre. Il réitère, et lui écrit qu'il mourra de chagrin si
elle ne consent à la mort de ce gros pourceau. Elle y consent. Et par
une troisième lettre, il lui mande que dans ce jour-là elle sera en
liberté; que le comte va à Angers, et que sur le chemin il lui
dressera une embuscade. Le comte retient cette lettre, se garde bien
de partir; et ayant appris que Saint-Germain dînoit en passant dans le
bourg de Chantocé, il se résolut de ne pas laisser passer l'occasion.
Il lui envoie dire qu'il fera meilleure chère au château qu'au
cabaret, et qu'il le prioit de venir dîner avec lui. Le galant, qui ne
demandoit qu'à être introduit de nouveau dans la maison, ne se doutant
de rien, s'y en va. Il n'avoit pas alors son épée; il l'avoit ôtée
pour dîner; il oublie de la prendre. Dès qu'il fut dans la salle, le
comte lui dit: «Tenez, en lui présentant son dernier billet,
connoissez-vous cela?--Oui, répondit Saint-Germain, et j'entends bien
ce que cela veut dire.--Il faut mourir.» Les gens du comte mirent
aussitôt l'épée à la main. Ce pauvre homme n'eut pour toute ressource
qu'un siége pliant. Il avoit déjà reçu un grand coup d'épée quand le
mari entra dans la chambre de sa femme, qui n'étoit séparée de la
salle que par une antichambre. Il la prend par la main, et lui dit:
«Venez, ne craignez rien; je vous aime trop pour rien entreprendre
contre vous.» Elle fut obligée de passer sur le corps de son amant qui
étoit expiré sur le seuil de la porte. Il la mena dans le château
d'Angers. Elle eut bien des frayeurs, comme on peut penser. Les
parents du mort, quand ils eurent vu la lettre, ne firent point de
poursuites. La comtesse avoit ouï tout le bruit qu'on fit en
assassinant son favori: elle étoit grosse; elle ne se blessa pourtant
point, mais la petite fille qu'elle fit, et qui ne vécut que huit ans,
étoit sujette à une maladie qui venoit des transes où la mère avoit
été, car elle s'écrioit: «Ah! sauvez-moi; voilà un homme l'épée à la
main qui me veut tuer.» Et elle s'évanouissoit. Elle expira d'un de
ces évanouissements[393].

  [393] On a prétendu que Jacques Ier, roi d'Angleterre, que Marie
  Stuart portoit encore dans son sein quand David Rizzio fut
  assassiné sous ses yeux, n'avoit jamais pu supporter la vue d'une
  épée nue. Ce fait est néanmoins fort contesté, quoique Digby
  assure dans son _Discours sur la poudre de sympathie_ qu'il en a
  été témoin.



MADAME DE MONTBAZON

(MARIE DE BRETAGNE).


Elle étoit fille aînée du comte de Vertus et de la comtesse dont nous
venons de parler. Elle étoit encore fort jeune et étoit en religion
quand le bon homme de Montbazon l'épousa; c'est pourquoi il l'a
toujours appelée _ma religieuse_. Il en écrivit une lettre à la
Reine-mère, ou plutôt il la copia, car elle étoit assez raisonnable
pour avoir été écrite par un plus habile homme que lui[394]. La
substance étoit qu'il savoit bien de quoi cela menaçoit une personne
de son âge; mais qu'il espéroit que le bon exemple que lui donneroit
Sa Majesté la retiendroit toujours dans les bornes du devoir, etc.
Vous verrez si elle a fait mentir le proverbe _que bon chien chasse de
race_. C'étoit une des plus belles personnes qu'on pût voir, et ce fut
un grand ornement à la cour; elle défaisoit toutes les autres au bal,
et, au jugement des Polonois, au mariage de la princesse Marie,
quoiqu'elle eût plus de trente-cinq ans, elle remporta encore le prix.
Mais, pour moi, je n'eusse pas été de leur avis; elle avoit le nez
grand et la bouche un peu enfoncée; c'étoit un colosse, et en ce
temps-là elle avoit déjà un peu trop de ventre, et la moitié plus de
tétons qu'il ne faut; il est vrai qu'ils étoient bien blancs et bien
durs; mais ils ne s'en cachoient que moins. Elle avoit le teint fort
blanc et les cheveux fort noirs, et une grande majesté.

  [394] Une fois il dit en présence de la feue Reine-mère et de la
  Reine: «Je ne suis ni Italien, ni Espagnol; je suis homme de
  bien.» Je pense même que c'étoit parlant à leur personne. (T.)

Dans la grande jeunesse où elle étoit quand elle parut à la cour, elle
disoit qu'on n'étoit bon à rien à trente ans, et qu'elle vouloit qu'on
la jetât dans la rivière quand elle les auroit. Je vous laisse à
penser si elle manqua de galants. M. de Chevreuse, gendre de M. de
Montbazon, fut des premiers[395]. On en fit un vaudeville dont la fin
étoit:

     Mais il fait cocu son beau-père
     Et lui dépense tout son bien.
     Tout en disant ses patenotres,
     Il fait ce que lui font les autres.

  [395] Ce couplet de Neufgermain fait voir que le duc de
  Saint-Simon en a tâté aussi bien que les autres (il ne ressemble
  pas mal à un ramoneur):

     Un ramoneur nommé _Simon_,
     Lequel ramone haut et _bas_,
     A bien ramoné la _maison_
     De monseigneur de _Montbazon_. (T.)


M. de Montmorency chanta ce couplet à M. de Chevreuse dans la cour du
logis du Roi; je pense que c'étoit à Saint-Germain. M. de Chevreuse
dit: «Ah! c'est trop,» et mit l'épée à la main; l'autre en fit autant.
Les gardes ne voulurent pas les traiter comme ils pouvoient à cause
de leur qualité, et on les accommoda. M. d'Orléans l'a aimée, et M. le
comte (de Soissons) aussi. Il en contoit auparavant à madame la
princesse de Guémené, belle-fille de M. de Montbazon, et la rivale de
la duchesse. Elle l'obligea, à ce qu'on m'a dit toutefois, de faire
une malice à madame de Guémené; ce fut de faire semblant de remettre
ses chausses, comme il entroit du monde. Il le fit, et après en
demanda pardon à la belle. J'ai dit ailleurs pourquoi M. le comte
quitta madame de Montbazon. Bassompierre l'entreprit; mais il n'en put
rien avoir, je ne sais pourquoi. Hocquincourt, fils du grand prévôt,
aujourd'hui maréchal de France, est un de ceux dont on a le plus
parlé. Lorsque les ennemis prirent Corbie, sur le bruit qui courut que
Picolomini avoit dit que s'il venoit à Paris, il vouloit madame de
Montbazon pour son butin, pour se moquer de ce franc Picoüard qui
étoit toujours sur les éclaircissements, et qui n'a pas le sens
commun, on fit un cartel de lui à Picolomini et la réponse. Il y avoit
au cartel:

«Moi, M. d'Hocquincourt, gouverneur de Péronne, Montdidier et Roye,

«A toi, Picolomini, lieutenant-général des armées de l'empereur en
Flandre, fais savoir que ne pouvant souffrir davantage les cruautés
exercées dans mes gouvernements, je désire en tirer raison par
l'effusion de ton sang. J'ai choisi le lieu où je veux vous voir
l'épée à la main. Mon trompette vous y conduira; ne manquez de vous y
trouver, si vous êtes un homme de bien, avec une brette de quatre
pieds de long pour terminer nos différends.»

_Réponse._

«Monsieur de Hocquincourt, demeurez dans votre gouvernement; je
souhaiterois pour ma satisfaction que vous vous fussiez trouvé à onze
batailles et soixante-douze siéges de villes comme moi, pour vous voir
en lieu où je ne fus jamais qu'avec joie, et d'où je ne revins jamais
sans avantage. Mais, dans l'état où vous êtes, je ne puis hasarder ma
réputation contre vous sans faire tort à celle de mon maître qui m'a
confié ses armées. J'ai deux cents capitaines dans mes troupes, dont
le moindre croiroit se faire tort de venir aux mains avec vous.
Toutefois, si vous persévérez dans ce dessein, il s'en trouvera
quelqu'un qui, en ma considération, ravalera son estime jusque là.
Adieu, monsieur d'Hocquincourt; faites bonne garde. Vous savez que je
ne suis pas loin de vous, et que je sais aussi bien surprendre des
places que commander des armées.»

Ce M. d'Hocquincourt ayant gagné une femme-de-chambre, se mit un soir
sous le lit de la belle. Par malheur le bon homme se trouva en belle
humeur, et vint coucher avec sa femme; il avoit de petits épagneuls
qui, incontinent, sentirent le galant, et firent tant qu'il fut
contraint d'en sortir. Pour un sot il ne s'en sauva pas trop mal: «Ma
foi, dit-il, monseigneur[396], je m'étois caché pour savoir si vous
étiez aussi bon compagnon qu'on dit.» Quand il se mit à la cajoler, il
lui déclara, en homme de son pays, qu'il ne savoit ce que c'étoit que
de faire l'amant transi, qu'il falloit conclure, ou qu'il chercheroit
fortune ailleurs. C'est comme il faut avec une femme qui a toujours
pris de l'argent ou des nippes. Roville, après lui, y laissa bien des
plumes, et on a dit que Bonnel Bullion, c'est-à-dire le dernier des
hommes, y avoit été reçu pour son argent. En un vaudeville, il y
avoit:

     Cinq cents écus bourgeois font lever la chemise.

  [396] On appeloit ainsi M. de Montbazon. (T.)

Quand le duc de Weimar vint ici la première fois, en causant avec la
Reine de la manière dont il en usoit pour le butin, il dit qu'il le
laissoit tout aux soldats et aux officiers. «Mais, lui dit la Reine,
si vous preniez quelque belle dame, comme madame de Montbazon, par
exemple?--Ho! ho! madame, répondit-il malicieusement en prononçant le
B à l'allemande, ce seroit _un pon putin_ pour le général.»

Elle fit servir un jour, sur table, dans un bassin, M. de Soubise
d'aujourd'hui, qui étoit un fort bel enfant; il s'appeloit le comte de
Rochefort.

On n'osoit conclure qu'elle se fardoit; mais un jour, à
l'Hôtel-de-Ville, qu'il faisoit un chaud du diable, la Reine aperçut
que quelque chose lui découloit sur le visage. On dit pourtant qu'elle
ne mettoit du blanc qu'aux jours de combat, aux grandes fêtes, et
qu'elle l'ôtoit dès qu'elle étoit de retour. Ses amours et ses
intrigues avec M. de Beaufort et sa mort se trouveront dans les
Mémoires de la Régence. J'ajouterai que quand elle se sentoit grosse,
après qu'elle eut eu assez d'enfants, elle couroit au grand trot en
carrosse partout Paris, et disoit: «Je viens de rompre le cou à un
enfant.»

Un extravagant rimeur et chanteur, qu'on appelle M. d'Enhaut, devint
amoureux d'elle, et un jour qu'on lui arrachoit une dent: «Misérable
mortel que je suis, s'écria-t-il, j'ai toutes mes dents, et on va en
arracher une à cette divinité!» Il part de la main et s'en alla faire
arracher seize.



M. DE MONTBAZON[397].


M. de Montbazon, Hercule de Rohan, étoit un grand homme bien fait, et
qui, en sa jeunesse, avoit été fort dispos. Il avoit fait un bâtiment
à Rochefort (à deux lieues de Paris), le plus extravagant qui fut
jamais; c'est un château de cartes, tout plein de petites tourelles,
de lanternes, d'échauguettes[398] et de petites plate-formes; il n'y a
rien d'à-propos que les cornes qu'on y voit partout, et qui lui
conviennent par plus d'un titre, car il étoit grand veneur de France.
Quand il montroit cette maison aux gens: «Voilà, disoit-il, se
touchant du bout du doigt le front, voilà qui l'a faite.» Il y a un
portrait dans la galerie, où son père, qui étoit aveugle, lui montroit
le ciel avec le doigt avec ce demi-vers de Virgile: _Disce puer,
virtutem_; or, _ce puer_ avoit la plus grosse barbe que j'aie guère
vue; il paroissoit richement quarante-cinq ans. Comme c'étoit un homme
tout simple, et qui a dit bien des sottises, on lui a attribué, et au
duc d'Usez aussi, tout ce qui se disoit mal à propos; il y a même,
dans M. Gaulard[399], quelques-unes des naïvetés qu'on leur donne. On
lui fait dire à M. d'Usez, en voyant mourir un cheval: «Qu'est-ce que
de nous?» Pour l'autre (le duc d'Usez), il est constant qu'il dit à la
Reine, qui lui demandoit quand sa femme accoucheroit: «Que ce seroit
quand il plairoit à Sa Majesté.» Et il fut si sot que d'aller dire au
feu Roi, que la Reine et madame de Chevreuse lisoient le _Cabinet
satirique_.

  [397] Hercule de Rohan, né en 1567, mort le 16 octobre 1654.

  [398] _Échauguette_, lieu couvert et élevé pour placer une
  sentinelle. (_Dict. de Trévoux._) Guérite bâtie.

  [399] Tallemant indique ici _les Contes facétieux du sieur
  Gaulard, gentilhomme de la Franche-Comté bourguignotte_, ouvrage
  singulier d'Étienne Tabouret, plus connu sous le nom de _sieur
  Des Accords_. Ce Recueil fait partie de ses _Bigarrures_, dont il
  existe plusieurs éditions.

«Madame, disoit-il à la Reine, laissez-moi aller trouver ma femme,
elle m'attend; et dès qu'elle entend un cheval, elle croit que c'est
moi.»

A cause qu'il avoit ouï qu'en parlant de saint Paul, on ajoutoit _ce
grand vaisseau d'élection_, il crut que c'étoit un grand vaisseau
appelé _Élection_, dans lequel cet apôtre voyageoit, et disoit: «Je
crois que c'étoit un beau navire que ce grand vaisseau d'_élection_ de
saint Paul.»

Ce vieux fou de son mari, à l'âge de quatre-vingts ans, devint
amoureux d'une fille qui jouoit fort bien du luth. Elle en fit
confidence à madame de Montbazon. Le bon homme pria mademoiselle de
Clisson, soeur de sa femme, de donner à dîner à la demoiselle et à
lui; mais que, comme elle n'avoit qu'une cuisinière, il lui enverroit
son cuisinier avec tout ce qu'il faudroit. Il ne lui envoya qu'un
petit lapin et lui amena onze personnes. Elle le connoissoit bien, et
ne s'étoit point laissé surprendre. On coucha madame de Montbazon, et,
exprès, la demoiselle passa dans le lieu où elle étoit, faisant
semblant d'aller chercher son lit; il la suivit et s'assit; puis il
lui dit; «Venez me baiser.--Venez-y vous-même.» Il répète; elle
répond: «Je vaux bien la peine qu'on me vienne chercher.--Je vous
souffletterai.» Elle s'obstine. Il se mit en une telle colère qu'il
l'eût jetée par la fenêtre s'il en eût eu la force. A quelques années
de là, il s'éprit de la fille de son concierge de Rochefort, et il
fallut absolument la mettre coucher avec lui; c'étoit un tendron. La
voilà couchée: il la fait relever en lui reprochant qu'elle n'avoit
pas prié Dieu. Le maréchal d'Ornano n'eût pas voulu avoir affaire à
une vierge ni à une personne qui eût eu nom Marie, par le respect
qu'il portoit à la vierge. On dit qu'il disoit à quelqu'un: «Je ne
sais plus que faire pour gagner madame de Montbazon; si je la battois
un peu?»

Jamais le bonhomme de Montbazon n'entroit au Louvre qu'il ne demandât:
«Quelle heure est-il?» Une fois on lui dit: «Onze heures.» Il se mit à
rire. M. de Candale dit: «Il auroit donc bien ri si on lui eût dit
qu'il étoit midi.»

Le feu Roi demandoit une fois: «De quel ordre est ce portrait (c'étoit
aux Feuillants)?--C'est de l'ordre _des Feuillants_,» dit M. de
Montbazon.

Il disoit: «Nous voilà à l'année qui vient.»

M. de Montbazon a fait mettre sur la porte d'une écurie à Rochefort,
le 25 octobre l'an 1637: «J'ai fait faire cette porte-ci pour entrer
dans mon écurie.»

Il mourut cinq ou six ans devant sa femme.



M. D'AVAUGOUR.


C'est le frère de madame de Montbazon; pour le visage, il étoit plus
beau qu'elle; mais il n'avoit point bonne mine. Il ne manque pas
d'esprit, mais il est bizarre et aime le procès; il plaide avec toutes
ses soeurs et sa mère; point de réputation du côté de la bravoure. Il
épousa, en premières noces, la fille du comte Du Lude, encore enfant;
il en fut jaloux. Elle mourut pour s'être blessée, si je ne me trompe,
et on murmura pourtant un peu contre le mari; mais je ne le tiens
nullement coupable de sa mort. En secondes noces, il a épousé
mademoiselle de Clermont d'Entragues, celle qui croyoit que Montausier
lui en vouloit et n'osoit le dire. La vanité d'avoir un manteau ducal,
car cet homme en a un, et nonobstant l'arrêt du temps d'Henri IV, qui
défend à toutes personnes de prendre le nom de Bretagne, il le prend
hautement, et ses sujets le traitent d'Altesse. Il dit qu'il n'y a que
sa mère qui n'ait point eu le tabouret. Il diroit plus vrai s'il
disoit qu'il n'y a eu que la femme du chef de la maison, qui, comme
j'ai dit, étoit frère bâtard de la reine Anne de Bretagne qui l'ait
eu, et ce fut en considération de ce qu'elle venoit de Charles de
Blois, qui avoit disputé la Duché[400].

  [400] A la maison de Montfort.

Il a eu cinq mères à la fois: madame de La Varenne, madame de Vertus,
madame Feydeau, la comtesse Du Lude et madame de Clermont.

Mademoiselle de Clermont, qui a de l'esprit, vit bientôt qu'elle avoit
fait une sottise; car cet homme ne bouge de chez lui à Clisson, et, en
huit ans, elle n'est venue qu'un pauvre petit voyage à Paris; encore
fut-ce pour un procès. Cette maison a sept ponts-levis, et ce sont des
précipices tout autour. Elle appartenoit autrefois, je pense, au
connétable de Clisson, qui la fortifia ainsi contre le duc de
Bretagne. Là, cet homme s'est amusé à faire une grande dépense en
serrures; pour tout le reste il est avare[401]. Je ne voudrois point
d'un mari qui ne dépensât qu'en serrures.

  [401] On dit qu'il a parqueté une écurie. (T.)

Il épousa, en premières noces, mademoiselle Du Lude, une des plus
belles et des plus douces personnes de ce siècle. Il en devint jaloux
sans sujet; mais, comme on l'a vu par la suite, il étoit impuissant.
Sa seconde femme a dit depuis, comme on lui proposoit de l'en délivrer
en lui faisant un procès sur l'impuissance: «Qu'une honnête femme ne
se plaignoit jamais de cela.» La petite-vérole étant à Clisson dans
toutes les maisons de la ville, il obligea sa femme d'y aller; elle se
trouva mal aussitôt, et elle entendit qu'il disoit au médecin: «Pour
son visage, je ne m'en soucie guère; mais il ne faut pas qu'elle
meure.» Elle fut assez sage pour n'en rien témoigner; mais elle n'en
mourut pas moins. Gens qui s'y connoissent m'ont dit qu'elle étoit
plus belle que madame de Roquelaure, sa cadette.

En se mariant, il vouloit qu'on s'obligeât à lui donner le deuil de M.
de Clermont, qui étoit déjà assez vieux. Voyez le bel article. Ce fut
du temps que le Prince étoit à Lérida. Arnauld envoya sur cela des
vers que voici à madame de Rambouillet:

     Prince breton, prince breton,
     Vous êtes un joli poupon
     D'épouser notre demoiselle;
     Elle est si bonne, elle est si belle;
     D'or elle a plus d'un million.
     Elle en emplira votre écuelle,
         Prince breton.

     Prince breton, prince breton,
     Vous avez un bien gros menton
     Pour si blanche et blonde femelle.
     Que si jamais dans sa cervelle
     Se fourroit quelque amour fripon,
     Ma foi, vous en auriez dans l'aile,
         Prince breton.

     Prince breton, prince breton,
     Je ne le dis pas tout de bon;
     Nous avons vu mainte prunelle
     Se radoucir pour l'amour d'elle;
     Mais toujours elle disoit non:
     Et ma foi vous l'aurez pucelle,
         Prince breton.

Voiture y avoit fait une réponse qu'on a perdue.



M. ET MADAME DE GUÉMENÉ.


Le prince de Guémené est fils de M. de Montbazon, du premier lit, et
frère de madame de Chevreuse; sa femme est aussi de la maison de
Rohan, et sa parente proche. C'est encore une belle personne,
quoiqu'elle ait cinquante ans; hors qu'elle a le visage tant soit peu
trop plat, il n'y a rien à refaire; elle a les cheveux comme à vingt
ans. Je l'aurois, sans comparaison, mieux aimée que madame de
Montbazon; avec cela elle a tout autrement d'esprit, et n'a jamais
fait d'emportement comme l'autre.

Le prince de Guémené a de l'esprit. J'ai ouï dire à Darbe, savant
garçon en théologie, que jamais homme ne lui avoit donné tant de peine
sur le purgatoire. Il dit les choses plaisamment, et c'est ce qui
étonne les gens, que le fils et la fille de M. de Montbazon aient tant
d'esprit; c'est une figure assez ridicule, et sans son ordre on le
prendroit pour un arracheur de dents. Il contoit qu'à la drôlerie des
ponts de Cé, son père, passant sur la levée à cheval, tomba dans
l'eau. «J'allai pour l'en retirer; je tirai une tête de cheval; mais,
aux bossettes, je reconnus que ce n'étoit pas mon père.» Il a une
certaine vision de sentir tout ce qu'il mange, et, comme il a le nez
long[402] et la vue courte, il se barbouille fort souvent le nez, et
il lui est arrivé, en mangeant d'une omelette ou d'un potage, d'en
faire aller jusque sur son chapeau[403], soit que la main lui tremble
ou qu'il songe à autre chose. Enfin, cela est si désagréable à voir
que, pour prouver que la dévotion de sa femme étoit véritable, on
disoit que si ce n'étoit pas tout de bon, elle ne mangeroit pas avec
son mari. On l'a accusé de poltronnerie et de sodomie; et dans une
chanson que voici il y a un couplet qui en parle:

     Lorsque ce grand capitaine[404],
     Monsieur du Montbazon,
     Conduisit par la plaine
     Le premier bataillon,
     Tout droit au bac d'Asnières;
     Mais Saintot, qui le vit,
     Lui fit tourner visière
     A la rue Béthizy[405].

     Après prit sa rondache,
     Le prince Guémené,
     Disant à sa bardache:
     Où est mon père allé?
     Il est allé en guerre
     Avec le duc d'Usez;
     Et ils s'en vont belle erre
     Par la porte Baudets[406].

     Entendant cette alarme,
     Monsieur de Marigny[407]
     Alla crier aux armes
     Au président Chévry,
     Disant: Mon capitaine,
     Allons tout promptement,
     Et prenons pour enseigne
     Le marquis de Royan[408].

     Ce grand foudre de guerre,
     Le comte de Bullion[409],
     Étoit comme un tonnerre.
     Dedans son bataillon,
     Composé de vingt-hommes
     Et de quatre tambours,
     Criant: Hélas! nous sommes
     A la fin de nos jours.

     Le comte de Noailles[410],
     Brillant comme un Phébus,
     Menoit à la bataille
     Tous les enfants perdus,
     Criant: Qui me veut suivre?
     Et le gros Saint-Brisson[411],
     Conduisoit pour tous vivres
     De l'avoine et du son.

     Monsieur de Parabelle,
     Gouverneur de Poitou,
     Qui, depuis La Rochelle,
     N'avoit point vu le loup,
     Faisoit toujours merveilles,
     Aux Croates et Hongrois
     Il coupa les oreilles,
     Comme il fit aux Anglois.

  [402] Il l'a eu cassé. (T.)

  [403] On étoit toujours couvert, même à table; ces Mémoires en
  fournissent d'autres exemples.

  [404] Sur l'air: _Bibi, tout est ferlore, la duché de Milan_.
  (T.)--_Ferlore_, perde, gâté, détruit, vient du mot allemand
  _verloren_ (perdu). Le contact continuel avec les lansquenets
  allemands, qui servirent dans nos armées depuis François Ier
  jusqu'à Henri IV, avoit introduit à cette époque, dans notre
  langue, une foule de mots dérivés de l'allemand.

  [405] Où est son hôtel. (T.)

  [406] Une porte autrefois, mais qui n'est plus porte que de nom,
  vers Saint-Gervais. (T.) Où est aujourd'hui la place _Baudoyer_.

  [407] Frère de M. de Montbazon. (T.)

  [408] Deux veaux. (T.)

  [409] Introducteur des ambassadeurs. (T.)

  [410] Autre grand personnage; c'est le père. Ce n'est pas qu'il
  ne fût brave; mais c'étoit un sot homme. Il a fait de beaux
  combats, et le feu Roi avoit jeté les yeux sur lui quand il
  vouloit avoir quelques braves autour de sa personne. (T.)

  [411] Séguier de Saint-Brisson, qui passoit pour peu spirituel,
  avoit un valet-de-chambre nommé Lavoine, ce qui faisoit dire que,
  dès qu'il étoit levé, M. de Saint-Brisson demandoit _l'avoine_.

Voici quelques-uns de ses bons mots:

Le feu Roi lui ayant dit: «Arnauld est sorti de la Bastille.--Je ne
m'en étonne point, répondit-il, il est bien sorti de Philipsbourg, qui
est bien une meilleure place.»

Quand on dit que la Reine avoit senti remuer M. le Dauphin: «Il a de
qui tenir, dit-il, de donner déjà des coups de pied à sa mère.»

Il disoit au cardinal de La Vallette sur sa retraite devant
Gallas[412]: «Il faut que cet homme soit bien incorrigible de vous
avoir suivi jusqu'à Metz, après que vous l'avez battu tant de fois.»

  [412] Général de l'empereur.

Une fois que M. d'Orléans lui tendit la main pour le faire descendre
du théâtre: «Ah!... dit-il, je suis le premier que vous en avez fait
descendre,» à cause de ceux qui avoient eu le cou coupé pour l'amour
de lui.

Lui et d'Avaugour se raillent toujours sur leur principauté. Il y a
trois ans qu'Avaugour prétendit entrer en carrosse au Louvre: il ne
put l'obtenir. Le prince de Guémené disoit: «Ah! du moins a-t-il droit
d'y entrer par la cour des cuisines.» Une fois le cocher de d'Avaugour
mit ses chevaux sous les porches de la maison de Guémené, durant un
grand soleil. «Entre, entre, lui cria Guémené, ce n'est pas le
Louvre.» En montrant le chevalier de Rohan, il disoit: «Pour celui-là
on ne dira pas qu'il n'est pas prince.» C'est qu'on trouva un billet
de madame de Guémené à M. le comte (_de Soissons_), où il y avoit: «Je
vous ménage un fils;» et c'est celui-là. Il a dit à son fils aîné que
le chevalier étoit de meilleure maison que lui. La mère a tellement
gâté le cadet, que cela n'a peu contribué à faire tourner la cervelle
à l'aîné, qui voyoit bien qu'on faisoit à l'autre tous les avantages
dont on pouvoit s'aviser.

Avaugour lui disoit: «Pourquoi souffrez-vous ma soeur auprès de ma
nièce de Montbazon? ma soeur n'est pas assez prude.--Voire, dit
Guémené, cela est fort bien; c'est une vieille demoiselle auprès d'une
jeune princesse.» Le prince de Guémené dit que sa femme veut qu'on la
traite d'Altesse principale, comme le marquis de Rouillac d'Excellence
royale, à cause qu'il avoit été ambassadeur à la cour du roi de
Portugal. Il dit plaisamment que le prince de Tarente devroit dire le
Roi mon père et non pas Monsieur mon père; et que M. le Dauphin ne
diroit pas Monsieur mon père.

Un fat de conseiller au parlement, nommé Nevelet, s'amusoit à aller
chez madame de Guémené. On parle d'aller au bois de Vincennes; il fut
assez sot pour se mettre dans le carrosse avec madame de Guémené et
les dames de sa compagnie. Là, il l'entretint le plus pédantesquement
du monde, et lui disoit, entre autres belles choses, qu'il avoit eu
l'honneur d'étudier avec M. le prince de Guémené: «Mais, ajouta-t-il,
madame, il étoit bien plus avancé que moi.» Elle, ennuyée de cet
impertinent, pour s'en défaire, laissa tomber un de ses gants; il
jette la portière à bas, et va pour le ramasser, cependant elle fait
relever la portière, et laisse là M. le magistrat, qui revint des murs
du bois de Vincennes à Paris avec sa soutane. Une fois, au sortir du
sermon de Saint-Leu il pleuvoit bien fort; il dit à des dames:
«Mesdames, je suis bien fâché de n'être pas de votre quartier; je vous
ramenerois.» A d'autres: «Je vous irois conduire si c'étoit mon
chemin.» Une fois qu'il vouloit écrire des douceurs à une fille
d'esprit nommée mademoiselle Boccace, il lui parloit de l'éloquence de
Jean Boccace, dont elle prétendoit descendre, et lui dit que quand il
seroit aussi éloquent que lui, il ne pourroit pourtant représenter
combien il étoit passionné pour ses mérites.

A Amiens, je pense, quelques personnes parlant d'affaires d'État, il
leur dit (il leur montroit des paysans réfugiés): «Taisez-vous, voilà
des créatures de M. le cardinal.» Et à la mort du cardinal il dit que
c'était à M. de Dardanie à en faire le service, puisqu'il étoit évêque
_in partibus infidelium_.

On disoit que madame de Rohan soutenoit bien le menton à Miossens. «Au
Dictionnaire de Rohan, dit le prince de Guémené, _menton_ veut dire
_mentula_.»

Parlant du mariage de mademoiselle de Rohan: «Vraiment, dit-il, elle a
grand tort de n'avoir pas pris le comte de Montbazon mon fils
(mademoiselle de Rohan dit qu'il étoit hébété; il est devenu fou), il
a bien autant de bien que Chabot; il est aussi bon catholique que lui;
et si elle vouloit avoir un bon mari, hélas! où en trouveroit-on de
meilleurs que dans notre race?»

Madame de Guémené a eu quelques galanteries. On disoit que ses amants
faisoient tous mauvaise fin; M. de Montmorency, M. le comte de
Soissons, M. de Bouterville et M. de Thou. On dit quelle s'évanouit
quand on biffa les armes de M. de Montmorency à Fontainebleau, lorsque
le feu Roi fit des chevaliers. On m'a dit qu'en sa jeunesse, ne se
trouvant pas le front assez beau, elle y mit un bandeau de taffetas
jaune pâle; le blanc étoit trop blanc, le noir étoit trop différent du
reste: cela tranchoit. On voulut marier son fils avec mademoiselle
Fontenay-Mareuil, aujourd'hui madame de Gèvres; quoique le père de la
fille offrît la carte blanche, elle ne le voulut pas, de peur d'être
grand'mère. Cependant, peu d'années après elle le maria avec la fille
du second lit du maréchal de Schomberg le père. Elle a des saillies de
dévotion, puis elle revient dans le monde. Elle fit ajuster sa maison
de la Place-Royale. M. le Prince lui disoit: «Mais, madame, les
Jansénistes ne sont donc point si fâcheux qu'on dit, puisque tout ceci
s'ajuste avec la dévotion. Voici qui est le plus beau du monde; je
crois qu'il y a grand plaisir à prier Dieu ici.» Elle souffrit le gros
d'Émery dans le temps qu'il se défit de Marion. On n'approuvoit pas
trop cela; et la comtesse de Maure dit plaisamment: «C'est qu'elle
veut convertir le bon larron.» Elle ne le lui pardonna qu'en une
maladie où elle crut mourir. Toute dévote qu'elle étoit, quand on
disputa le tabouret à mademoiselle de Montbazon, qui est aujourd'hui
dans le monde, elle dit que pour l'intérêt de sa maison elle seroit
capable de jouer du poignard. Elle a un fils, qu'on appelle le
chevalier de Rohan, qui est bien fait, qui a du coeur, mais il n'a
guère d'esprit, ou plutôt il l'a déréglé. Elle entend assez ses
affaires; et c'est par sa conduite que le marquisat de Marigny, que le
frère de M. de Montbazon avoit vendu à Montmort, père de la maréchale
d'Estrées et de Montmort le maître des requêtes, leur est revenu; il
fut déclaré mal acheté. Durant ce procès, comme on plaidoit, le prince
de Guémené menaça le maître des requêtes, et lui montra un doigt. «Je
vous en pourrois montrer deux, dit l'autre,» et, en faisant cela, lui
fit les cornes.



RANGOUSE.


Rangouse est d'Agen. D'abord il fut clerc d'un procureur, et ensuite
il entra chez le maréchal de Thémines, où il prit enfin la qualité de
secrétaire. Quand il se vit sans emploi, il s'avisa de faire des
lettres; mais il s'y prit d'une façon toute nouvelle, car il écrivoit
des lettres pour le Roi à la Reine, pour la Reine au Roi, pour le Roi
au cardinal de Richelieu, et pour le cardinal de Richelieu au Roi; et
ainsi du reste, selon les occurrences du temps. Il y en avoit même
pour M. le Dauphin au feu Roi, et aussi pour Monsieur à M. le
Dauphin. Après il en fit pour tous les princes, et il les savoit
toutes par coeur. Un jour qu'il alloit à son pays il les récita quasi
toutes à un gentilhomme qu'il avoit trouvé par les chemins. Quand ce
gentilhomme fut arrivé, il dit qu'il avoit fait le voyage avec l'homme
du monde le plus curieux, et qui savoit par coeur toutes les lettres
que les plus grands de la cour s'étoient écrites depuis quelques
années en çà. Mais, ne trouvant pas grand profit à cela, il quitta
cette sorte de lettres et n'en a plus montré que de celles qu'il a
écrites en son nom à toutes les personnes de l'un et l'autre sexe qui
pouvoient lui donner quelque paraguante; il en fit un volume imprimé
de ces nouveaux caractères qui imitent la lettre bâtarde; et, par une
subtilité digne d'un Gascon, il ne fit point mettre de chiffre aux
pages, afin que quand il présentoit son livre à quelqu'un, ce livre
commençât toujours par la lettre qui étoit adressée à celui à qui il
le présentoit; car il change les feuillets comme il veut en le faisant
relier[413]. Vous ne sauriez croire combien cela lui a valu[414]. Il y
a dix ans qu'il avoua à un de mes amis qu'il y avoit gagné quinze
mille livres qu'il employa fort bien en son pays, car je crois qu'il
a famille; depuis, il a toujours continué. Le comte de Saint-Aignan
lui donna cinquante pistoles; à la vérité, il y en a eu qui ne l'ont
pas si bien payé. M. d'Angoulême le fils se contenta de lui rendre son
livre et de lui donner une pistole[415]. Il avoit fait une lettre pour
Saint-Aunez, celui qui se retira en Espagne à cause que le cardinal de
Richelieu lui avoit ôté le gouvernement de Leucate[416]; Saint-Aunez
ne la prit point, ou en donna fort peu de chose[417]. Depuis,
craignant que Rangouse ne rendît ce livre public, il l'envoya prier de
considérer que cette lettre étoit trop pleine de louanges, que cela
lui nuiroit sans doute, et qu'il lui feroit plaisir de ne la point
faire courir. «Jésus! dit Rangouse, il a bien du souci pour rien;
croit-il qu'une lettre qui vaut au moins dix pistoles, soit à lui pour
si peu d'argent? Je la lui ai portée manuscrite, je la ferai imprimer
sous un autre nom, en changeant un ou deux endroits: il n'a que faire
de s'en mettre en peine.» Il dit qu'il trouve bien mieux son compte à
porter des lettres aux commis des finances qu'aux seigneurs de la
cour. Celles qu'il fait à cette heure sont beaucoup meilleures que les
premières; car il va quelquefois prier M. Patru de les lui redresser
un peu. Dans les premières, il y en avoit une dont l'adresse étoit: _A
monsieur Lesperier_ (il étoit au maréchal de Gramont), _mon bon ami,
qui m'as toujours assisté dans mes petites nécessités_. Il en a fait
une au duc d'Usez, que je compare au sonnet de Dulot pour l'archevêque
de Rouen; je veux dire que cette lettre n'eût pu être si bien faite
par un honnête homme que par ce fou. Ce fut M. le Prince qui la lui
fit faire, et il la trouva si plaisante, qu'il la retint par coeur et
lui en donna plus qu'il ne lui avoit donné pour la sienne propre. Le
bon de l'affaire, ce fut que le duc prit cela sérieusement, et crut
qu'on lui faisoit beaucoup d'honneur[418]. La voici:


     «MONSEIGNEUR,

»Le rang que vous tenez parmi les grands de l'État ne me permet pas de
donner leurs portraits au public sans les accompagner du vôtre. Je ne
prétends pas toucher à la généalogie de la maison de Crussol, dont
vous tirez votre origine; il faudroit faire un volume et non pas une
lettre: je dirai seulement que vous êtes entre la noblesse le premier
duc et pair de France, reconnu le plus paisible et le plus modéré de
tous les seigneurs. Vous n'avez jamais rien entrepris par-dessus vos
forces; votre ambition a toujours eu des bornes légitimes; ce que
beaucoup poursuivent avec passion, vous l'obtenez avec patience; vous
êtes demeuré calme dans la tempête, et ne vous êtes jamais oublié dans
la bonace. Si vous n'avez pas toujours eu des emplois de guerre, c'est
que Leurs Majestés vous ont reconnu trop nécessaire auprès d'elles;
enfin l'histoire de votre vie est telle, qu'il ne s'en vit jamais de
semblable. Celui-là n'est pas ami de son repos qui ne met toute son
étude à vous imiter. Pour moi, monseigneur, qui prétends faire un
abrégé des actions illustres, pour les laisser à la postérité, j'ai
voulu parler des vôtres dans les termes de la vérité avec laquelle je
finirai.

     »Votre, etc.»

  [413] Les éditeurs ont sous les yeux l'exemplaire que Rangouse a
  présenté à la reine Anne d'Autriche. Le titre porte: _Lettres
  héroïques aux grands de l'État, par le sieur de Rangouse,
  imprimées aux dépens de l'auteur, à Paris, de l'imprimerie des
  nouveaux caractères inventés par H. Moreau_, 1645. Le volume
  commence par une épître dédicatoire à la Reine régente.

  [414] C'est ce qui a donné lieu à la plaisanterie qu'on trouve
  dans _l'Histoire du poète Sibus_, où on lit, au nombre des
  ouvrages attribués à cet être fantastique: «Très-humbles actions
  de grâces de la part du corps des auteurs à M. de Rangouse, de ce
  qu'ayant fait un gros tome de lettres, en se faisant donner au
  moins dix pistoles de chacun de ceux à qui elles sont adressées,
  il a trouvé et enseigné l'utile invention de gagner autant en un
  seul volume, qu'on avoit accoutumé jusqu'ici de faire en une
  centaine.» (_Recueil de pièces en prose les plus agréables de ce
  temps_; Paris, Sercy, 1662, 4 vol. in-12, t. 2, p. 246.)

  [415] Le maréchal de Gramont le paya encore plus mal. (_Voyez_
  plus haut l'article _Gramont_.)

  [416] Ville de Languedoc. Il y avoit un fort qui a été rasé sous
  Louis XIV.

  [417] Ce Saint-Aunez est une espèce de fou; cependant un de ses
  ancêtres, son grand-père, je pense, méritoit bien qu'on laissât
  ce gouvernement à sa postérité, ou qu'on la récompensât
  autrement; car ayant été amené au pied des murailles par les
  Espagnols qui l'avoient pris, afin d'obliger sa femme à rendre la
  place. Il lui cria: «Laissez-moi mourir plutôt,» et fut pendu.
  Celui-ci est un grand faux-monnoyeur, et qui supporte certains
  corsaires; il est beau et galant, et on en conte une chose assez
  étrange. Il engrossa la soeur du prince de Masserane en Piémont.
  Le prince, enragé, enferme sa soeur dans un château à la
  campagne. Saint-Aunez y va, et y est surpris par le prince, mais
  seul. L'amant, plus brave que lui, le saisit, et lui tenant le
  pistolet à la gorge, parle à sa soeur en sa présence; après il
  s'en va et ne lâche point son homme qu'il ne fût en lieu sûr.
  L'autre n'osa jamais crier, ni faire la moindre résistance. (T.)

  [418] Roquelaure dit que le duc d'Usez a grande raison de se
  plaindre de ses enfants, et que, sans eux, il auroit l'honneur
  d'être le plus sot homme du monde. Il y a sept ou huit ans qu'il
  lui arriva une assez plaisante aventure; il étoit un peu
  luxurieux, et, ayant conclu avec je ne sais quelle femme à trente
  pistoles pour une nuit (c'étoit chez elle), il se couche le
  premier, et, comme il la pressoit de se coucher, elle lui dit
  qu'elle avoit oublié une petite chose; c'étoit d'aller demander à
  son mari qui étoit en bas s'il le trouveroit bon. On lui avoit
  dit qu'il étoit aux champs. La frayeur prend au bonhomme; il se
  sauve sans avoir le loisir de remettre son cordon bleu. (T.)

Rangouse a donné le titre de _Temple de la gloire_ à son dernier
volume de lettres. Une fois qu'il rencontra M. Chapelain par la
ville, il l'avoit vu quelque part, il se met à côté de lui et lui
parle avec toutes les soumissions imaginables; car un Gascon se fait
tout ce qu'il veut. En ce temps-là, un des amis de cet homme vint à
passer; il l'appelle et lui dit en s'approchant tout contre: «Monsieur
Chapelain, vous voyez, au moins, je me frotte aux honnêtes gens.» Chez
M. Pelisson on lut une pièce en latin; Rangouse à tout bout de champ
faisoit des exclamations, et disoit naïvement: «Je n'entends pas le
latin; mais je ne laisse pas de pénétrer assez avant pour voir que cet
ouvrage est admirablement beau.»



CATALOGNE.


Voici ce que j'ai appris de la manière de vivre des femmes de ce
pays-là. On n'y fait l'amour que par truchement, et on se sert pour
cela des meneurs des dames. Ce ne sont pas des domestiques pour
l'ordinaire, mais quelquefois un savetier qui, les fêtes et les
dimanches, prend son bel habit, se met l'épée au côté, et tend le bras
à la dame; elles vont rarement ailleurs qu'à l'église. La meilleure
marque qu'on puisse avoir d'être bien avec elles, c'est quand elles
vous envoient ces messieurs les écuyers pour savoir l'état de votre
santé, sous prétexte qu'elles ont ouï dire que vous étiez malade. Cet
homme pourtant ne vous parle qu'à l'oreille, et bien souvent il dit à
vos gens qu'il vient pour vous donner avis de quelque pièce curieuse
qui est à vendre, où il trouve quelque semblable échappatoire; alors
vous n'avez plus qu'à chercher l'invention de vous joindre, car elles
n'en viennent point là qu'elles n'aient résolu de ne vous rien
refuser. La plupart du temps elles sont assez malheureuses; leurs
maris ne leur laissent prendre aucun divertissement, entretiennent
presque tous des courtisanes, et, ce que j'en trouve de plus fâcheux,
c'est que si à souper il y a, par exemple, une poule, ils n'en
laisseront qu'une cuisse à leur femme et porteront tout le reste chez
leur mignonne, avec qui ils iront souper et coucher; madame cependant
s'entretiendra, s'il lui plaît, avec les espions que le galant homme
tient auprès d'elle, car les valets sont tous aux maris. Les
religieuses sont moins religieuses qu'elles, car s'il y a de la
galanterie, c'est dans les couvents; partout on y entre pour de
l'argent; même ceux des Catalans, qui sont plus jaloux que les autres,
tiennent leurs concubines dans les religions, et on les nomme
_Commendadas_. Il arriva, la première fois que l'armée de France entra
dans le port de Barcelonne; que des religieuses qui étoient assez
proche du port faisoient bâtir et quêtoient pour achever leur
bâtiment; elles furent donc demander la charité à quelques officiers
des galères; mais, au lieu d'argent, dont ils étoient assez mal
fournis, ils leur donnent cent forçats pour porter la terre et leur
servir de manoeuvres. Cependant ces officiers cajolèrent les
religieuses, et firent si bien qu'elles leur permirent d'entrer dans
leur couvent déguisés en galériens: ils se mêlèrent parmi les forçats,
et furent trouver leurs maîtresses. Il me semble que quand ils eussent
bien rêvé pour inventer un habit bien convenable à des esclaves
d'amour, ils n'eussent jamais pu mieux rencontrer.

Il y avoit en ce temps-là une dame nommée la baronne d'Alby; elle
étoit de la maison d'Arragon[419], et s'appeloit Hippolita. Elle étoit
plus agréable que belle; on n'a jamais vu une personne plus
spirituelle, ni plus adroite. Son mari, qui étoit fort débauché, et
elle, étaient séparés de corps et de biens. Cette femme eut un si
grand déplaisir de la révolte de Catalogne, et avoit une si grande
passion pour la couronne d'Espagne, qu'elle a mis plusieurs fois sa
vie en danger pour tâcher à réduire cet État sous son premier maître.
D'ailleurs, elle étoit galante. Auprès du maréchal de La Mothe, il y
avoit un huguenot, déjà âgé, nommé La Vallée (nous en parlerons
ailleurs), qui étoit bien avec lui. Dona Hippolita, qui le connoissoit
d'amoureuse manière, fit si bien que par son moyen elle obtint
permission d'écrire en Arragon, et partout où elle voudroit. On lui
accorda cela facilement, parce que les mêmes personnes qui portoient
ses lettres en portoient aussi du maréchal à ceux avec qui il avoit
intelligence dans le pays ennemi. Elle employa tous ses artifices pour
gagner entièrement La Vallée, et lui fit même une des plus grandes
faveurs que les dames fassent en ce pays-là: c'est qu'elle l'avertit
qu'elle iroit voir les tombeaux la Semaine-Sainte, et qu'il se trouvât
en tel lieu pour l'accompagner. La dévotion espagnole ne consiste
qu'en grimaces. La Semaine-Sainte, et principalement le
Vendredi-Saint, on visite les tombeaux qu'on fait en chaque église,
en l'honneur de Notre-Seigneur; et il y a de l'émulation à qui les
fera les plus magnifiques; c'est comme les _Præsepia_[420] à Rome. Les
dames y vont voilées, et c'est en ce temps de pénitence qu'elles font
le plus de galanteries. On appelle cela _Festeggiar_. La Vallée se
trouva à l'assignation, mais il eut le déplaisir de voir qu'il n'étoit
pas le seul galant, car la dame avoit un Catalan avec elle, homme de
qualité, et La Vallée croit qu'au retour ils furent coucher ensemble.
Voilà tout ce que notre François en eut. Le maréchal de Brezé l'avoit
cajolée avant cela, mais elle ne le pouvoit souffrir. Depuis, quand on
fit une si grande conjuration contre le comte d'Harcourt, elle s'y
trouva embarrassée, et son amant, dont nous avons parlé, eut le cou
coupé: pour elle, on se contenta de l'envoyer en Arragon.

  [419] De quelque branche de cadets ou plutôt de quelque bâtard.

  [420] Les crèches.

J'ai ouï conter une histoire arrivée à Madrid, que je mettrai ici tout
de suite: «Une fille de qualité étant devenue amoureuse d'un page de
son père, lui accorda toutes choses, et se trouva grosse peu de temps
après. Cependant son père l'accorde avec un homme de condition, dont
l'alliance lui étoit avantageuse. Dans cette extrémité, cette pauvre
fille a recours à une femme veuve, qui étoit femme d'esprit et grande
_intrigueuse_, et trouve moyen de l'aller voir secrètement. Elles
songèrent long-temps avant que de pouvoir trouver quelque
invention[421], enfin, la veuve lui dit qu'elle iroit dire au
cardinal-inquisiteur l'état où elle se trouvoit, et le désespoir où
elle étoit; que si on ne l'avoit retenue elle se seroit déjà
poignardée, et auroit tout d'un coup ôté la vie à elle et à son
enfant; qu'il n'y avoit qu'un remède qui dépendoit de lui seul:
c'étoit de faire mettre dans les prisons de l'Inquisition le cavalier
avec lequel cette fille est accordée, et, que durant le temps qu'il y
sera, on la pourra faire accoucher en cachette.» La fille, approuva le
conseil de cette femme, et la chose réussit comme elle l'avoit pensé.
Le cardinal eut de la peine à s'y résoudre, mais enfin il y consentit.
La fille accoucha heureusement; mais le cavalier, outré de l'affront
qu'on lui avoit fait, car il n'y a que l'Inquisition qui soit
infamante, mourut de déplaisir, quoiqu'elle lui écrivît tous les jours
qu'elle ne l'en estimoit pas moins, que ce n'étoit qu'une calomnie et
que la vérité se découvriroit bientôt.

  [421] Je sais cela de M. Penis, intendant en Espagne, à qui cette
  femme l'a conté. (T.)



LE COMTE D'HARCOURT.


Le comte d'Harcourt est cadet de feu M. d'Elbeuf, assez mal à son
aise. En sa jeunesse, il a fait une espèce de vie de filou, ou du
moins de goinfre. Il avoit fait une fantaisie de monosyllabes: c'est
ainsi qu'ils l'appeloient, où chacun avoit une épithète, comme lui
s'appeloit _Le Rond_ (il est gros et court), Faret[422], _Le_
_Vieux_; c'est pourquoi Saint-Amant le nomme toujours ainsi; pour lui
il se nommoit _Le Gros_; quand ils étoient trois confrères ensemble,
ils pouvoient recevoir qui ils vouloient.

  [422] Nicolas Faret, mauvais poète ridiculisé par Despréaux.

Le comte se battit contre Bouteville et eut l'avantage. Il fut fait
chevalier de l'ordre à la dernière promotion; et quand ce vint à
biffer les armes de son frère qui étoit avec la Reine-mère, il alla se
mettre derrière le grand-autel. Les gens de coeur disoient qu'ils
eussent beaucoup mieux aimé n'être point chevaliers de l'ordre; mais
il avoit besoin de mille écus d'or de pension. Après il revint. Faret,
qui étoit à lui, pour le mettre en train de faire quelque chose, lui
proposa de s'offrir au cardinal de Richelieu pour épouser telle qu'il
voudroit de ses parentes; et après il en parla à Bois-Robert qu'il
connoissoit comme étant de l'Académie, aussi bien que lui. Bois-Robert
en parla au cardinal, qui lui répondit en riant:

         Le comte d'Harcourt,
     Du Bois, a l'esprit bien court.

Bois-Robert pourtant, voyant qu'il ne lui avoit pas défendu d'en
parler davantage, recharge encore une fois. «Est-ce tout de bon? dit
le cardinal: parlez-vous sérieusement?--Oui, monseigneur, c'est un
homme qui sera entièrement à vous; c'est un homme de grand coeur. Il
a, comme vous savez, battu Bouteville, et vous pouvez vous fier à sa
parole.» Le cardinal lui donna emploi, et le surprit en le lui
donnant, car il lui dit: «Monsieur le comte, le Roi veut que vous
sortiez du royaume.» Le comte étonné lui dit qu'il étoit prêt d'obéir.
«Mais, ajouta le cardinal, c'est en commandant l'armée navale.»

Cette campagne-là, il reprit les îles de Saint-Honorat et de
Sainte-Marguerite en Provence. Je laisse à l'histoire à dire comme
cette conquête étoit moralement impossible au peu de forces qu'il
avoit. J'ai vu le marbre que le commandant espagnol laissa sur la
porte, où il y a que: rien ne peut résister à l'invincible valeur du
comte d'Harcourt. Au retour, il épousa madame de Puy-Laurens. Après,
on l'envoya en la place du cardinal de La Vallette en Italie, où il
secourut Casal et reprit Turin. Durant ce siége, il mangeoit en public
pour faire voir qu'il n'avoit pas de meilleur pain que les soldats.
Jamais les François n'ont si bien montré qu'ils fussent aussi bons à
la fatigue que quelque autre nation du monde qu'à ce siége-là. A cette
effroyable sortie que fit le prince Thomas, le comte accourut où les
lignes avoient été forcées; il avoit sept ou huit gentilshommes avec
lui qui appeloient poltrons les soldats qu'ils trouvoient fuyants:
«Non, non, dit le comte d'Harcourt, ils sont braves gens: mais c'est
qu'ils ne m'ont pas à leur tête.» Il y alla, et il y faisoit bien
chaud. Il échoua après à Lérida, comme nous verrons dans les Mémoires
de la Régence. Ce même Brito, qui après fit aussi recevoir un affront
à M. le Prince, commandoit alors dans la place. On a fort décrié ce
pauvre homme, et on veut que toute sa gloire soit due aux officiers
qu'il avoit, comme M. de Turenne principalement, au maréchal de La
Mothe et au maréchal du Plessis. Ils disent que dans l'occasion il n'a
point de jugement, et qu'il dit à tout ce qu'on propose: «Faites
donc.» Il est vrai que de tous ceux qui ont servi sous lui, il n'y en
a guère qui le prennent pour un grand capitaine. Cependant il est
brave et heureux. Pour les siéges, il n'y réussit que rarement.

La Reine lui donna la charge de grand écuyer après la mort de M. le
Grand; car il n'avoit point de bien, et disoit que ses fils auroient
nom, l'un _La Verdure_, et l'autre _La Violette_. Quand il eut cette
charge, après l'obligation qu'il avoit à Faret, il délibéra s'il lui
devoit donner le secrétariat de sa charge, et pensa lui préférer un
petit Mouerou, que Faret avoit pris comme un copiste pour écrire sous
lui. Faret est mort de regret de se voir si mal reconnu. Avant cela,
le cardinal de Richelieu disoit en parlant du comte d'Harcourt: »Il
faudra voir si son apothicaire en sera d'avis; car ce bon seigneur
s'est toujours laissé gouverner par quelque faquin.» On disoit de lui
qu'il prenoit tout et rendoit tout, car il prit le gouvernement de
Guyenne quand M. d'Épernon fut chassé, et après, celui de Normandie
quand M. de Longueville fut arrêté, et les rendit. Ce qu'il a fait de
plus vilain, à mon avis, ce fut d'escorter M. le Prince qu'on menoit
prisonnier au Havre: mais nous verrons tout cela en son lieu. Il y a
six ou sept ans, pour vous faire voir quel homme c'est, qu'il conta à
un garçon qui montre le jardin de Rambouillet toutes ses prétentions
et toutes ses plus importantes affaires.



LE BARON DE MOULIN.


C'est un gentilhomme de Champagne dont le père a toujours eu bonne
table et a fait assez de dépense; il y a du bien dans la maison. En sa
jeunesse, ç'a été un assez plaisant robin. Il alla au Cours avec le
derrière masqué qu'il montroit à la portière, comme si c'eût été son
visage. Une autre fois, pour se défaire d'une femme qui lui demandoit
de l'argent, il mit son c.. hors du lit; et, comme il avoit la tête
entre les jambes, on eût dit que sa voix venoit de dedans le lit:
c'étoit la voix d'un homme malade; il vessoit et toussoit tout
à-la-fois, et cette femme disoit: «Je vois bien que monsieur est bien
mal, il a l'haleine bien mauvaise.» Un jour, après avoir bien attendu,
dans une boutique de lingère, que des femmes eussent essayé des
collets et des mouchoirs au miroir, il vouloit, et il se déboutonnoit
déjà pour cela, essayer aussi une chemise au miroir[423].

  [423] D'Ouville a mis ces deux contes parmi les siens. (T.)

Il lui prit une vision sur le pont Notre-Dame; il y rencontra un homme
qui lui sembla plus laid que lui. Il l'est étrangement. «Ah! monsieur,
lui dit-il, qu'il y a long-temps que je vous cherche!» L'autre fut
assez surpris. «C'est, monsieur, ajouta-t-il, que je cherchois un
homme plus laid que moi, et, si je ne me trompe, vous êtes cet
homme-là. Venez plutôt voir chez ce miroitier.»

Il fit mettre dans sa cornette un moulin à vent, et le mot _Nargue Du
Moulin, s'il ne tourne_. A propos de cela, M. d'Ablancour dit que
c'est de lui qu'il a appris tous les termes de la guerre et toutes les
marches, et cela lui a furieusement servi dans ses Traductions. M.
Fabert dit que c'est ce qu'il y trouve de plus admirable.

Son père le maria, en dépit de lui, à une laide fille, mais riche,
nommée Chenevières; elle est fille d'un oncle du baron Du Moulin, qui
l'a eue d'une de ses plus proches parentes; cette fille n'a jamais été
légitimée. Il n'en vouloit point; et le jour que le contrat se devoit
passer, il se déguisa en lavandière, et se mit à battre la lessive à
une fontaine proche de la maison. Un avocat, ami de son père, qui
venoit pour le contrat, le rencontra, et le fit résoudre à faire ce
que son père souhaitoit. Il en a eu beaucoup de bien et tient bonne
table; c'est un original; il pette, rotte et pue comme un bouc; car,
outre ses pets, il mâche toujours du tabac. Il est libre en paroles,
et ne prétend se contraindre pour personne. Depuis quelques années, il
s'est mis à aimer les simples, et un jour il mena un curieux, par une
grosse pluie, en voir un, disoit-il, qui étoit unique, _acuminatum,
olens, recens_, etc. C'étoit un étron qu'il venoit de faire dans une
planche.

Un huguenot, qui s'appelle quasi comme lui, car il se nomme Des
Moulins, Le Coq, frère de feu Le Coq, conseiller au parlement, écrit
si mal qu'on ne peut lire son écriture. Quand il a fait une lettre, il
la plie brusquement sans y mettre de poudre dessus, et il s'y fait
des pâtés. Une fois, qu'il voulut en relire une lui-même, et qu'il
n'en put venir à bout: «Que je suis fou! dit-il; ce n'est plus à moi
désormais à la lire; c'est à celui à qui je l'envoie.»



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS LE TROISIÈME VOLUME.


                                                             Pages.

     Le maréchal de Bassompierre.                                 5

     Le cardinal de La Rochefoucauld.                            19

     Madame Des Loges et Borstel.                                22

     Notice sur madame Des Loges, tirée des manuscrits
       de Conrart.                                               26

     Madame de Berighen et son fils.                             30

     Le chancelier Séguier.                                      33

     Jodelet.                                                    42

     Haute-Fontaine.                                             43

     Mesdames de Rohan.                                          46

     Pardaillan d'Escandecat.                                    85

     Fontenay Coup-d'Epée. Le chevalier de
       Miraumont.                                                86

     Ferrier, sa fille et Tardieu.                               92

     Du Moustier.                                                98

     Le président Le Cogneux.                                   103

     M. d'Émery.                                                117

     Des Barreaux.                                              134

     Chenailles.                                                140

     Marion de L'Orme.                                          141

     Feu M. de Paris.                                           145

     Le feu archevêque de Rouen.                                148

     Balzac.                                                    153

     Le président Pascal et Blaise Pascal.                      174

     Bertaut, neveu de l'évêque de Séez.                        177

     Le maréchal de Guébriant.                                  180

     Madame d'Atis.                                             185

     M. de Belley.                                              188

     M. Pavillon.                                               193

     M. Gauffre.                                              _Ibid._

     Le général des Capucins.                                   194

     Le maréchal de L'Hôpital.                                  195

     Menant et sa fille.                                        203

     Le maréchal de Gassion.                                    207

     Luillier (père de Chapelle).                               219

     La maréchale de Thémines.                                  223

     Le Pailleur.                                               237

     Le comte de Saint-Brisse.                                  240

     Le maréchal de Châtillon.

     La comtesse de La Suze et sa soeur, la princesse de
       Wirtemberg.                                              245

     Le maréchal de Saint-Luc.                                  257

     Le comte d'Estelan.                                        260

     La Montarbault, Samois et de Lorme.                        263

     Jaloux. Des Bias.                                          270

     Rapoil.                                                    271

     Moisselle.                                                 272

     Tenosi, provençal.                                         273

     Coiffier.                                                  274

     Madame Lévesque et madame Compain.                         278

     La Cambrai.                                                289

     Coustenan.                                                 292

     Madame de Maintenon et sa belle-fille.                     297

     Madame de Liancourt et sa belle-fille.                     303

     Le président Nicolaï.                                      312

     Porchères l'Augier.                                        317

     Le Père André.                                             321

     Villemontée.                                               333

     Madame Pilou.                                              336

     Bordier et ses fils.                                       354

     M. et madame de Brassac.                                   363

     Roussel (Jacques).                                         365

     Le marquis d'Exideuil et sa femme.                         370

     M. Servien.                                                375

     M. d'Avaux.                                                381

     Bazinière, ses deux fils et ses deux filles.               388

     Courcelles, cadet de Bazinière.                            396

     Madame de Serran.                                          397

     Madame de Barbezière.                                      400

     La comtesse de Vertus.                                     403

     Madame de Montbazon (Marie de Bretagne.)                   410

     M. de Montbazon.                                           415

     M. d'Avaugour.                                             418

     M. et madame de Guémené.                                   421

     Rangouse.                                                  428

     Catalogne.                                                 433

     Le comte d'Harcourt.                                       437

     Le baron de Moulin.                                        441


FIN DU TOME TROISIÈME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les historiettes de Tallemant des Réaux (Tome troisième) - Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIe siècle" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home