Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Guerre de Trente Ans
Author: Schiller, Friedrich von
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Guerre de Trente Ans" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



  SCHILLER


  HISTOIRE

  DE LA

  GUERRE DE TRENTE ANS


  TRADUCTION FRANÇAISE

  PAR AD. REGNIER


  PARIS

  LIBRAIRIE HACHETTE ET Cie

  79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79

  1881


  COULOMMIERS.--IMPRIMERIE PAUL BRODARD



NOTICE SUR SCHILLER


Schiller naquit en 1759, à Marbach, en Würtemberg, et mourut le 9 mai
1805 à Weimar. Parmi ses biographies, celle de Scherr, _Schiller und
seine Zeit_, est une des meilleures[1]. Quelle différence, entre sa vie
et celle de Goethe, son émule et son ami! Mais toutes les difficultés
accumulées devant lui, loin d'arrêter son génie, en hâtèrent l'essor. Le
duc de Würtemberg eut beau le forcer à se faire chirurgien militaire; il
eut beau lui défendre de s'occuper de philosophie et de poésie: Schiller
persévéra. «Chassez le naturel, il revient au galop.»

  [1] Leipzig, chez Wigand, 1859.

Le jeune poëte s'enfuit de son pays pour échapper à son tyrannique
protecteur. Déjà il s'était fait mettre aux arrêts pour être allé
assister à Mannheim à la représentation de ses _Brigands_ (1781). Ses
autres tragédies sont la _Conjuration de Fiesque_, _Intrigue et Amour_,
_Don Carlos_, la _Trilogie de Wallenstein_, _Marie Stuart_, la _Pucelle
d'Orléans_, et son chef-d'oeuvre _Guillaume Tell_. Sa première pièce fit
une sensation prodigieuse en Allemagne; plus d'un jeune homme, voulant
en imiter le héros, Charles Moor, déclara comme lui la guerre à la
société existante et alla vivre dans les forêts. Mais plus se calmait en
Schiller le feu de la jeunesse, plus son goût et son génie s'épurèrent.
Ne pouvant analyser ici ses oeuvres dramatiques, nous renverrons nos
élèves à l'_Allemagne_ de Mme de Stael[2], aux traductions en vers
français de M. Braun, et à la thèse que notre regrettable ami, M.
Blanchet[3], ancien élève de l'École normale, professeur de rhétorique
au lycée de Strasbourg, a soutenue, en 1855, devant la Faculté des
lettres de Paris: il y a développé cette pensée de M. Saint-Marc
Girardin[4], qu'il a prise pour épigraphe de son opuscule: «Schiller
est, selon moi, le plus dramatique de tous les poëtes allemands.
Cependant, ses drames ont besoin d'un commentaire, parce qu'ils
renferment toujours quelque pensée profonde que le poëte a voulu mettre
en relief.»

  [2] Chapitres XVII à XX de la seconde partie.

  [3] Mort, à trente-huit ans, en 1861. Auteur d'une excellente étude
      sur le _Faust_ de Goethe.

  [4] _Cours de littérature dramatique_, 20.

Schiller n'est pas placé moins haut comme poëte lyrique. Mais à ses
poésies lyriques aussi on peut appliquer ce que M. Saint-Marc Girardin
a dit de ses drames; il ne sait pas, comme Goethe, dans le _Pêcheur_,
dans le _Roi de Thulé_, reproduire le ton simple de la vieille ballade;
sa poésie est savante, je dirais presque _artificielle_, pour me servir
de la distinction si vraie, faite d'abord par Herder. On y voit le
poëte, tandis que chez Goethe il s'efface. Ce n'en sont pas moins
d'admirables poëmes que la _Cloche_, le _Plongeur_, la _Caution_,
_Rodolphe de Habsbourg_, les _Grues d'Ibycus_, l'_Anneau de Polycrate_,
le _Lot du poëte_, _Hector et Andromaque_; pas une anthologie n'omet de
les citer.

En philosophie, Schiller est élève de Kant. Il passa plusieurs années à
se pénétrer des doctrines si élevées de la _Critique de la raison pure_
et de la _Critique du jugement_; ce dernier ouvrage renferme
l'esthétique du philosophe de Koenigsberg. C'est dans ces études
évidemment qu'il faut chercher l'origine du caractère philosophique de
toutes ses oeuvres. Il appliqua surtout les principes de son illustre
maître dans ses _Lettres sur l'éducation esthétique de l'homme_.

Schiller fut quelque temps professeur d'histoire à Iéna. De là ses
travaux historiques[5]. Pourtant il s'y livrait encore dans un autre
but; c'étaient souvent des études préliminaires pour ses tragédies. Les
choeurs de la _Fiancée de Messine_, la traduction métrique du deuxième
livre de l'_Énéide_ et celle de la _Phèdre_ de Racine, prouvent à quel
point il avait saisi les beautés des choeurs grecs, celles de Virgile et
de notre grand tragique. Dans les vers lyriques de la _Fiancée_ respire
le souffle de Sophocle et d'Eschyle.

  [5] Nous citons plus loin les deux principaux.

Comme Klopstock, l'auteur de la _Messiade_, Schiller, en 1792, fut nommé
citoyen français par l'Assemblée nationale. Mais le diplôme, portant
cette suscription: _Au sieur Gille, publiciste allemand_, ne lui parvint
qu'en 1798.



NOTICE

SUR

L'HISTOIRE DE LA GUERRE DE TRENTE ANS


Depuis bien longtemps, la _Guerre de Trente ans_, de Schiller, est un
livre classique en France. Nous allons montrer, aussi succinctement que
possible, qu'il mérite bien d'être mis entre les mains de la jeunesse de
nos écoles. Et que cette démonstration au moins ne paraisse pas hors de
propos. C'est qu'en Allemagne, depuis quelque temps, on a soulevé la
question: Schiller est-il ou n'est-il pas historien? La question est
grave, on le voit, et vaut bien la peine qu'on en dise quelque chose,
d'autant plus que la plupart des critiques allemands répondent
négativement. Voyons donc ce qu'il faut en penser. Schiller, en effet,
après ce que l'histoire est devenue de nos jours, ne peut plus guère
prétendre à ce titre. A quels travaux, à quelles patientes recherches ne
se livrent pas les grands historiens contemporains de l'Allemagne,
avant de prendre la plume? Nous parlons des Mommsen, des Ranke, des
Gervinus. Ils remontent d'abord aux sources, ils fouillent dans la
poussière des bibliothèques et des chancelleries, ils recueillent et
déchiffrent des inscriptions, et, sans jamais lâcher la bride à leur
imagination, ils cherchent à nous donner, de l'époque qu'ils décrivent
ou qu'ils racontent, l'idée la plus exacte, la plus conforme à la
vérité. De même chez nous ont fait les Thierry, les Guizot, les
Villemain et les Thiers. Mais tel n'a pas été le procédé suivi par
Schiller. En quelques mois il avait non-seulement rassemblé les
matériaux de son livre, mais écrit son livre. Il ne cite jamais les
sources; il l'avait fait parcimonieusement pour sa première oeuvre
historique, la _Défection des Pays-Bas_; ici, on ne sait pas où il
puise. Et où paraît d'abord la _Guerre de Trente ans_? Dans l'_Almanach
des dames de Goeschen_ (1791-1793). Est-ce bien là la place d'une oeuvre
historique sérieuse? Puis on cite de lui certains mots malheureux sur sa
manière de concevoir l'histoire. Dans une lettre à Caroline de Beulwitz
(10 décembre 1788), nous trouvons les passages suivants, que nous
citerons dans la langue originale: «Ich werde immer eine schlechte
Quelle für einen künftigen Geschichtsforscher sein, der das Unglück hat,
sich an mich zu wenden... Die Geschichte ist überhaupt nur ein Magazin
für meine Phantasie, und die Gegenstände müssen sich gefallen lassen,
was sie unter meinen Händen werden[6].»

  [6] Janssen, _Schiller als Historiker_, p. 11. Fribourg en Brisgau,
      1863.

Est-ce donc là sérieusement un livre classique? Eh bien, nous répondons
hardiment oui, et voici nos raisons. D'abord, quoi qu'en puisse dire
Niebuhr[7], le style de Schiller est excellent. N'est-ce pas là un point
essentiel pour des élèves qui cherchent un modèle de la bonne prose
allemande? Ce sera toujours un des mérites immortels de Schiller d'avoir
le premier écrit l'histoire d'une manière attrayante. Ensuite, au point
de vue même des faits, nous ne croyons pas que l'on puisse reprocher à
Schiller des faussetés ou des erreurs graves. Il connaissait la guerre
de Trente ans; il l'avait étudiée, dans des travaux de seconde main,
soit; elle l'avait vivement intéressé; dès le début, il y voyait la
matière d'un drame. Le reproche le plus sérieux que l'on puisse lui
faire, c'est d'avoir écourté la fin, le cinquième livre, la période
française en un mot. Déjà Duvau en fait la remarque dans la _Biographie
universelle_ de Michaud. Nous souscrirons donc volontiers au reproche
que lui adresse M. Filon[8] d'avoir tenu trop peu de compte des
victoires de Condé. Mais pour Schiller, qui ne voyait dans l'histoire
que des matériaux pour ses drames, quel intérêt pouvait avoir encore
cette guerre, une fois que ses deux héros principaux, Gustave-Adolphe et
Wallenstein, avaient disparu de la scène?

  [7] Janssen, p. 125.

  [8] Dans le _Magasin de librairie_. La France et l'Autriche au
      dix-septième siècle.--1859. Juillet, août, septembre.

Où il faut peut-être le plus se défier de lui, c'est dans l'appréciation
des faits et des personnages; mais ce n'est là qu'un petit inconvénient:
même erronée, la manière de voir d'un Schiller a toujours son prix. Du
reste, il a répondu lui-même à presque tous les reproches qu'on lui a
adressés. Les voici en substance: Il a trop vu une guerre de religion
dans ce qui était avant tout une guerre politique. Il peint trop en beau
le vainqueur de Lützen. Il est allé trop loin dans ses attaques contre
Tilly et Ferdinand. Eh bien! qu'on lise, à la fin du livre III, les
considérations dont il fait suivre la mort de Gustave-Adolphe, et l'on
verra qu'il ne le croyait pas aussi désintéressé qu'on veut bien le
dire. Il est bien convaincu qu'il avait des projets de conquête en
Allemagne: et il croit que sa mort vint à propos pour empêcher la guerre
d'éclater entre lui et ses alliés; «enfin, dit-il, le plus grand service
qu'il pût rendre à la liberté de l'Empire allemand, ce fut de mourir.»
S'il est sévère pour Tilly, l'impitoyable vainqueur de Magdebourg, sans
méconnaître ses talents comme général, n'est-il pas plein de réserve
quand il s'agit du duc de Lauenbourg, François-Albert, que la voix
publique accusait de complicité dans la mort du roi de Suède? Après
avoir exposé tout ce qui a pu justifier ces soupçons, ne termine-t-il
pas par ces belles paroles: «Mais ici, plus que partout ailleurs, il
s'agit d'appliquer la maxime que, là où le cours naturel des choses
suffit pleinement pour expliquer les événements, il ne faut pas
déshonorer la dignité de la nature humaine par une accusation morale.»
Quant à Wallenstein, voici ce qu'en dit M. Filon, à la page 328 de son
article III: «La culpabilité de Wallenstein est encore un problème pour
l'histoire. Qu'il ait été ambitieux, toute sa vie le prouve assez. Que,
dans ses négociations comme dans ses guerres, il ait toujours consulté
son intérêt particulier plus que celui de son maître; qu'il ait même
rêvé la couronne de Bohême et qu'il ait espéré l'obtenir à l'aide des
puissances étrangères, c'est ce dont on ne peut guère douter. Mais ce
qui n'est point prouvé, c'est qu'il ait conspiré, comme on l'en a
accusé, la mort de l'empereur et la ruine de la maison d'Autriche.
Schiller, qui cherchait surtout un drame dans cette catastrophe, a
accueilli sans examen les accusations portées contre le duc de
Friedland; mais les travaux de la critique moderne en Allemagne, ont
rétabli la vérité. Le crime de trahison, qui fut le prétexte de
l'assassinat, n'a été établi par aucun acte authentique. Les papiers
originaux n'ont jamais été produits, et la cour de Vienne fut réduite à
dire que les conjurés les avaient brûlés.» Évidemment, M. Filon ne peut
avoir songé qu'au Wallenstein que Schiller a peint dans son drame. Car,
à la fin du quatrième livre de son histoire, Schiller dit positivement
la même chose que M. Filon.

Ainsi, nous le répétons, nous sommes persuadés que le livre de Schiller
peut remplir, entre les mains de nos élèves, un double but et leur être
doublement utile: d'abord, en leur offrant, dans la langue qu'ils
étudient, un modèle de style, tout aussi bien que le _Charles XII_ de
Voltaire leur en offre un dans la leur; ensuite, en leur présentant un
tableau vrai et animé de cette grande guerre de la première moitié du
XVIIe siècle, qui eut des conséquences si fécondes pour la plupart des
États de l'Europe.

SCHMIDT.



ARGUMENT ANALYTIQUE

DE LA GUERRE DE TRENTE ANS


PREMIER LIVRE.

    INTRODUCTION.--Conséquences générales de la Réformation.--Révolte de
    Matthias.--L'empereur lui cède l'Autriche et la Hongrie.--Matthias
    reconnu roi de Bohême.--L'électeur de Cologne abjure le
    catholicisme.--Suites de cette abjuration.--L'électeur
    palatin.--Querelle de la succession de Juliers.--Vues et desseins du
    roi de France Henri IV.--Formation de l'Union.--La Ligue.--Mort de
    l'empereur Rodolphe.--Matthias lui succède.--Troubles en
    Bohême.--Guerre civile.--Ferdinand extirpe le protestantisme en
    Styrie.--Les Bohêmes se choisissent pour roi l'électeur palatin,
    Frédéric V.--Frédéric accepte la couronne de Bohême.--Bethlen Gabor,
    prince de Transylvanie, envahit l'Autriche.--Le duc de Bavière et
    les princes de la Ligue embrassent la cause de Ferdinand.--L'Union
    prend les armes pour Frédéric.--Bataille de Prague et soumission
    totale de la Bohême.

DEUXIÈME LIVRE.

    Situation de l'Empire.--De l'Europe.--Mansfeld.--Christian, duc de
    Brunswick.--Wallenstein lève à ses frais une armée
    impériale.--Défaite du roi de Danemark.--Mort de Mansfeld.--Édit de
    restitution de 1628.--Diète de
    Ratisbonne.--Négociations.--Wallenstein est dépouillé de son
    commandement.--Gustave-Adolphe.--L'armée suédoise.--Gustave-Adolphe
    prend congé des états de Suède à Stockholm.--Invasion des
    Suédois.--Leurs progrès en Allemagne.--Le comte Tilly prend le
    commandement des troupes impériales.--Traité avec la
    France.--Congrès de Leipzig.--Siége et sac de Magdebourg.--Constance
    du landgrave de Cassel.--Jonction des Saxons et des
    Suédois.--Bataille de Leipzig.--Conséquences de la victoire.

TROISIÈME LIVRE.

    Situation de Gustave-Adolphe après la bataille de Leipzig.--Ses
    progrès.--Invasion de la Lorraine par les Français.--Prise de
    Francfort.--Capitulation de Mayence.--Tilly reçoit de Maximilien
    l'ordre de couvrir la Bavière.--Gustave-Adolphe franchit le
    Lech.--Défaite et mort de Tilly.--Gustave s'empare de
    Munich.--Invasion de la Bohême et prise de Prague par l'armée
    saxonne.--Détresse de l'empereur.--Triomphe secret de
    Wallenstein.--Il veut s'associer à Gustave-Adolphe.--Il reprend son
    commandement.--Jonction de Wallenstein et des Bavarois.--Défense de
    Nuremberg par Gustave-Adolphe.--Il attaque les retranchements de
    Wallenstein.--Il entre en Saxe; marche au secours de l'électeur de
    Saxe; s'avance contre Wallenstein.--Bataille de Lützen.--Mort de
    Gustave-Adolphe.--Situation de l'Allemagne après la bataille de
    Lützen.

QUATRIÈME LIVRE.

    La France et la Suède resserrent leur alliance.--Oxenstiern prend la
    direction des affaires.--Mort de l'électeur palatin.--Révolte des
    officiers suédois.--Prise de Ratisbonne par le duc
    Bernard.--Wallenstein entre en Silésie.--Ses projets de
    trahison.--L'armée l'abandonne.--Il se retire à Égra.--Ses complices
    mis à mort.--Fin de Wallenstein.--Portrait de Wallenstein.

CINQUIÈME LIVRE.

    Bataille de Noerdlingen--La France entre dans une alliance contre
    l'Autriche.--Paix de Prague.--La Saxe prend parti pour
    l'empereur.--Bataille de Wittstock gagnée par les Suédois.--Bataille
    de Rheinfelden gagnée par Bernard, duc de Weimar.--Prise de Brisach
    par Bernard.--Sa mort.--Mort de Ferdinand II.--Ferdinand III lui
    succède.--Retraite fameuse de Banner en Poméranie.--Ses succès.--Sa
    mort.--Torstensohn prend le commandement.--Mort de Richelieu et de
    Louis XIII.--Victoire des Suédois à Jankowitz.--Défaite des Français
    à Fribourg.--Bataille de Noerdlingen gagnée par Turenne et
    Condé.--Wrangel commande l'armée suédoise; Mélander, l'armée de
    l'empereur.--L'électeur de Bavière rompt l'armistice. Il adopte à
    l'égard de l'empereur la même politique que la France à l'égard des
    Suédois.--La cavalerie de l'armée du duc de Weimar passe aux
    Suédois.--Prise de la ville neuve de Prague par Koenigsmark ou
    dernière action d'éclat de la guerre de Trente ans.



HISTOIRE

DE LA

GUERRE DE TRENTE ANS



PREMIÈRE PARTIE

LIVRE PREMIER


Depuis l'époque où la guerre de religion commença en Allemagne, jusqu'à
la paix de Westphalie, il ne s'est passé presque rien d'important et de
mémorable dans le monde politique de l'Europe, où la réformation n'ait
eu la part principale. Tous les grands événements qui eurent lieu dans
cette période se rattachent à la réforme religieuse, si même ils n'y
prennent leur source; et, plus ou moins, directement ou indirectement,
les plus grands États, comme les plus petits, en ont éprouvé
l'influence.

La maison d'Espagne n'employa guère son énorme puissance qu'à combattre
les nouvelles opinions ou leurs adhérents. C'est par la réformation que
fut allumée la guerre civile qui, sous quatre règnes orageux, ébranla la
France jusque dans ses fondements, attira les armes étrangères dans le
coeur de ce royaume, et en fit, pendant un demi-siècle, le théâtre des
plus déplorables bouleversements. C'est la réformation qui rendit le
joug espagnol insupportable aux Pays-Bas; c'est elle qui éveilla chez ce
peuple le désir et le courage de s'en délivrer, et lui en donna, en
grande partie, la force. Dans tout le mal que Philippe II voulut faire à
la reine Élisabeth d'Angleterre, son seul but fut de se venger de ce
qu'elle protégeait contre lui ses sujets protestants et s'était mise à
la tête d'un parti religieux qu'il s'efforçait d'anéantir. En Allemagne,
le schisme dans l'Église eut pour conséquence un long schisme politique,
qui livra, il est vrai, ce pays à la confusion durant plus d'un siècle,
mais qui éleva en même temps un rempart durable contre la tyrannie. Ce
fut en grande partie la réformation qui la première fit entrer les
royaumes du Nord, la Suède et le Danemark dans le système européen,
parce que leur accession fortifiait l'alliance protestante, et que cette
alliance leur était à eux-mêmes indispensable. Des États qui,
auparavant, existaient à peine les uns pour les autres, commencèrent à
avoir, grâce à la réformation, un point de contact important, et à
s'unir entre eux par des liens tout nouveaux de sympathie politique. De
même que la réformation changea les rapports de citoyen à citoyen, et
ceux des souverains avec leurs sujets, de même des États entiers
entrèrent, par son influence, dans des relations nouvelles les uns avec
les autres; et ainsi, par une marche singulière des choses, il fut
réservé à la division de l'Église d'amener l'union plus étroite des
États entre eux. A la vérité, cette commune sympathie politique
s'annonça d'abord par un effet terrible et funeste: par une guerre de
trente ans, guerre dévastatrice, qui, du milieu de la Bohême jusqu'à
l'embouchure de l'Escaut, des bords du Pô jusqu'à ceux de la mer
Baltique, dépeupla des contrées, ravagea les moissons, réduisit les
villes et les villages en cendres; par une guerre où les combattants par
milliers trouvèrent la mort, et qui éteignit, pour un demi-siècle, en
Allemagne l'étincelle naissante de la civilisation, et rendit à
l'ancienne barbarie ses moeurs, qui commençaient à peine à s'améliorer.
Mais l'Europe sortit affranchie et libre de cette épouvantable guerre,
dans laquelle, pour la première fois, elle s'était reconnue pour une
société d'États unis entre eux; et la sympathie réciproque des États,
qui ne date, à proprement parler, que de cette guerre, serait déjà un
assez grand avantage pour réconcilier le cosmopolite avec les horreurs
qui la signalèrent. La main du travail a effacé insensiblement les
traces funestes de la guerre, mais les suites bienfaisantes qui en
découlèrent subsistent toujours. Cette même sympathie générale des
États, qui fit ressentir à la moitié de l'Europe le contre-coup des
événements de la Bohême, veille aujourd'hui au maintien de la paix qui a
terminé cette lutte. Comme, du fond de la Bohême, de la Moravie et de
l'Autriche, les flammes de la dévastation s'étaient frayé une route pour
embraser l'Allemagne, la France, la moitié de l'Europe, de même, du sein
de ces derniers États, le flambeau de la civilisation s'ouvrira un
passage pour éclairer ces autres contrées.

Tout cela fut l'oeuvre de la religion. Elle seule rendit tout possible;
mais il s'en fallut beaucoup que tout se fît pour elle et à cause
d'elle. Si l'intérêt particulier, si la raison d'État ne s'étaient
promptement unis avec elle, jamais la voix des théologiens et celle du
peuple n'auraient trouvé des princes si empressés, ni la nouvelle
doctrine de si nombreux, si vaillants et si fermes défenseurs. Une
grande part de la révolution ecclésiastique revient incontestablement à
la force victorieuse de la vérité, ou de ce qui était confondu avec la
vérité. Les abus de l'ancienne Église, l'absurdité de plusieurs de ses
doctrines, ses prétentions excessives devaient nécessairement révolter
des esprits déjà gagnés par le pressentiment d'une lumière plus pure, et
les disposer à embrasser la réforme. Le charme de l'indépendance, la
riche proie des bénéfices ecclésiastiques devaient faire convoiter aux
princes un changement de religion, et sans doute n'ajoutaient pas peu de
force à leur conviction intime; mais la raison d'État pouvait seule les
déterminer. Si Charles-Quint, dans l'ivresse de sa fortune, n'avait
porté atteinte à l'indépendance des membres de l'Empire, il est peu
probable qu'une ligue protestante se fût armée pour la liberté de
religion. Sans l'ambition des Guises, jamais les calvinistes français
n'auraient vu à leur tête un Condé, un Coligny; sans l'imposition du
dixième et du vingtième denier, jamais le siége de Rome n'aurait perdu
les Provinces-Unies. Les princes combattirent pour leur défense ou leur
agrandissement; l'enthousiasme religieux recruta pour eux des armées et
leur ouvrit les trésors de leurs peuples. La multitude, lorsqu'elle
n'était pas attirée sous leurs drapeaux par l'espoir du butin, croyait
répandre son sang pour la vérité, quand elle le versait pour l'intérêt
des monarques.

Heureuses, cependant, les nations, que leur intérêt se trouvât cette
fois étroitement lié à celui de leurs princes! C'est à ce hasard
seulement qu'elles doivent leur délivrance de Rome. Heureux aussi les
princes que le sujet, en combattant pour leur cause, combattît en même
temps pour la sienne! A l'époque dont nous écrivons l'histoire, aucun
monarque d'Europe n'était assez absolu pour pouvoir se mettre au-dessus
du voeu de ses sujets, dans l'exécution de ses desseins politiques. Mais
que de peine pour gagner à ses vues la bonne volonté de son peuple et la
rendre agissante! Les plus pressants motifs empruntés à la raison d'État
ne trouvent que froideur chez les sujets, qui les comprennent rarement
et s'y intéressent plus rarement encore. L'unique ressource d'un prince
habile est alors de lier l'intérêt du cabinet à quelque autre intérêt
qui touche de plus près le peuple, s'il en existe un de cette nature, ou
de le faire naître, s'il n'existe pas.

Telle fut la position d'une grande partie des princes qui prirent fait
et cause pour la réforme. Par un singulier enchaînement des choses, il
fallut que le schisme de l'Église coïncidât avec deux circonstances
politiques, sans lesquelles il aurait eu, selon les apparences, un tout
autre développement. C'était, d'une part, la prépondérance soudaine de
la maison d'Autriche, qui menaçait la liberté de l'Europe; de l'autre,
le zèle actif de cette famille pour l'ancienne religion. La première de
ces deux causes éveilla les princes; la seconde arma les peuples pour
eux.

L'abolition d'une juridiction étrangère dans leurs États, l'autorité
suprême dans les affaires ecclésiastiques, une digue opposée à
l'écoulement des deniers envoyés à Rome, enfin la riche dépouille des
bénéfices ecclésiastiques, étaient des avantages propres à séduire
également tous les souverains: pourquoi, demandera-t-on peut-être,
firent-ils moins d'impression sur les princes de la maison d'Autriche?
Qui empêcha cette maison, et surtout la branche allemande, de prêter
l'oreille aux pressantes invitations d'un si grand nombre de ses
sujets, et de s'enrichir, à l'exemple d'autres souverains, aux dépens
d'un clergé sans défense? Il est difficile de se persuader que la
croyance à l'infaillibilité de l'Église romaine ait eu plus de part à la
pieuse fidélité de cette maison, que la croyance contraire n'en eut à
l'apostasie des princes protestants. Plusieurs motifs concoururent à
faire des princes autrichiens les soutiens de la papauté. L'Espagne et
l'Italie, d'où l'Autriche tirait une grande partie de ses forces,
avaient pour le siége de Rome cet aveugle dévouement qui distingua, en
particulier, les Espagnols dès le temps de la domination des Goths. La
moindre tendance vers les doctrines abhorrées de Luther et de Calvin
aurait enlevé irrévocablement au monarque d'Espagne les coeurs de ses
sujets; la rupture avec la papauté pouvait lui coûter son royaume: un
roi d'Espagne devait être un prince orthodoxe ou descendre du trône. Ses
États d'Italie lui imposaient la même contrainte: il devait peut-être
les ménager plus encore que ses Espagnols, parce qu'ils supportaient
avec une extrême impatience le joug étranger, et qu'ils pouvaient le
secouer plus aisément. D'ailleurs, ces États lui donnaient la France
pour rivale et le chef de l'Église pour voisin: motifs assez puissants
pour le détourner d'un parti qui détruisait l'autorité du pape, et pour
qu'il s'efforçât de gagner le pontife romain par le zèle le plus actif
pour l'ancienne religion.

A ces considérations générales, également importantes pour tout roi
d'Espagne, s'ajoutèrent pour chacun d'eux en particulier des raisons
particulières. Charles-Quint avait en Italie un dangereux rival dans le
roi de France, qui aurait vu ce pays se jeter dans ses bras, à l'instant
même où Charles se serait rendu suspect d'hérésie. Précisément pour les
projets qu'il poursuivait avec le plus de chaleur, la défiance des
catholiques et une querelle avec l'Église lui auraient créé les plus
grands obstacles. Quand Charles-Quint eut à se prononcer entre les deux
partis religieux, la nouvelle religion n'avait pu encore se rendre
respectable à ses yeux, et d'ailleurs on pouvait, selon toutes les
vraisemblances, espérer encore un accommodement à l'amiable entre les
deux Églises. Chez Philippe II, son fils et son successeur, une
éducation monacale s'unissait à un caractère despotique et sombre pour
entretenir dans son coeur, contre toute innovation en matière de foi,
une haine implacable, qui ne pouvait guère être diminuée par la
circonstance que ses adversaires politiques les plus acharnés étaient en
même temps les ennemis de sa religion. Comme ses possessions
européennes, dispersées parmi tant d'États étrangers, se trouvaient de
toutes parts ouvertes à l'influence des opinions étrangères, il ne
pouvait contempler avec indifférence les progrès de la réformation en
d'autres pays, et son intérêt politique immédiat le poussait à prendre
en main la cause de l'ancienne Église en général, pour fermer les
sources de la contagion hérétique. La marche naturelle des choses plaça
donc ce monarque à la tête de la religion catholique et de l'alliance
que ses adhérents formèrent contre les novateurs. Ce qui fut observé
sous les longs règnes, remplis d'événements, de Charles-Quint et de son
fils, devint une loi pour leurs successeurs, et plus le schisme
s'étendit dans l'Église, plus l'Espagne dut s'attacher fermement au
catholicisme.

La branche allemande de la maison d'Autriche semble avoir été plus
libre; mais, si plusieurs de ces obstacles n'existaient pas pour elle,
d'autres considérations l'enchaînaient. La possession de la couronne
impériale, qu'on ne pouvait même pas se figurer sur une tête protestante
(car comment un apostat de l'Église romaine aurait-il pu ceindre le
diadème du saint empire romain?), attachait les successeurs de Ferdinand
Ier au siége pontifical; Ferdinand lui-même lui fut dévoué
sincèrement par des motifs de conscience. D'ailleurs, les princes
autrichiens de la branche allemande n'étaient pas assez puissants pour
se passer de l'appui de l'Espagne, et c'était y renoncer absolument que
de favoriser la nouvelle religion. Leur dignité impériale les obligeait
aussi à défendre la constitution germanique, par laquelle ils se
maintenaient dans ce rang suprême, et que les membres protestants de
l'Empire s'efforçaient de renverser. Si l'on considère encore la
froideur des protestants dans les embarras des empereurs et dans les
dangers communs de l'Empire, leurs violentes usurpations sur le temporel
de l'Église, et leurs hostilités partout où ils se sentaient les plus
forts, on comprendra que tant de motifs réunis devaient retenir les
empereurs dans le parti de Rome et que leur intérêt particulier devait
se confondre parfaitement avec celui de la religion catholique. Comme le
sort de cette religion dépendit peut-être entièrement de la résolution
que prirent les princes autrichiens, on dut les considérer, dans toute
l'Europe, comme les colonnes de la papauté. La haine qu'elle inspirait
aux protestants se tourna donc aussi unanimement contre l'Autriche, et
confondit peu à peu le protecteur avec la cause qu'il protégeait.

Cependant cette même maison d'Autriche, irréconciliable ennemie de la
réforme, menaçait sérieusement par ses projets ambitieux, soutenus de
forces prépondérantes, la liberté politique des États européens et
surtout des membres de l'Empire. Ce danger tira nécessairement ces
derniers de leur sécurité, et ils durent songer à leur propre défense.
Leurs ressources habituelles n'auraient jamais suffi pour résister à un
pouvoir aussi menaçant: ils durent donc demander à leurs sujets des
efforts extraordinaires, et, les trouvant encore très-insuffisants, ils
empruntèrent des forces à leurs voisins et cherchèrent, par des
alliances entre eux, à contre-balancer une puissance trop forte pour
chacun d'eux en particulier.

Mais les grandes raisons politiques qui engageaient les souverains à
s'opposer aux progrès de l'Autriche n'existaient pas pour leurs sujets.
Les avantages et les souffrances du moment peuvent seuls ébranler les
peuples, et une sage politique ne doit jamais attendre ces mobiles-là.
Ces princes eussent donc été fort à plaindre, si la fortune ne leur eût
offert un autre mobile très-puissant qui passionna les peuples et excita
chez eux un enthousiasme qu'on put opposer au danger politique, parce
qu'il se rencontrait dans un même objet avec ce danger. Ce mobile était
la haine déclarée d'une religion que protégeait la maison d'Autriche;
c'était le dévouement enthousiaste à une doctrine que cette maison
s'efforçait de détruire par le fer et par le feu. Ce dévouement était
ardent, cette haine implacable. Le fanatisme religieux craint les
dangers lointains; l'enthousiasme ne calcule jamais ce qu'il sacrifie.
Ce que le plus pressant péril politique n'aurait pu obtenir des
citoyens, l'ardeur d'un zèle pieux le leur fit faire. Peu de volontaires
eussent armé leurs bras pour l'État, pour l'intérêt du prince; mais pour
la religion, le marchand, l'artisan, le cultivateur saisirent avec joie
les armes. Pour l'État ou pour le souverain, on eût tâché de se dérober
au plus léger impôt extraordinaire: pour la religion, on risqua son bien
et son sang, toutes ses espérances temporelles. Des sommes trois fois
plus fortes affluent maintenant dans le trésor du prince; des armées
trois fois plus nombreuses entrent en campagne; et l'imminence du danger
de la foi imprime à toutes les âmes un élan si prodigieux, que les
sujets ne sentent point des efforts qui, dans une situation d'esprit
plus calme, les auraient épuisés et accablés. La peur de l'inquisition
espagnole ou des massacres de la Saint-Barthélemy fait trouver, chez
leurs peuples, au prince d'Orange, à l'amiral Coligny, à la reine
d'Angleterre, Élisabeth, et aux princes protestants de l'Allemagne, des
ressources encore inexplicables aujourd'hui.

Cependant, des efforts particuliers, quelque grands qu'ils fussent,
auraient produit peu d'effet contre une force qui était supérieure même
à celle du plus puissant monarque, s'il se présentait isolé; mais, dans
ces temps d'une politique encore peu avancée, il n'y avait que des
circonstances accidentelles qui pussent résoudre des États éloignés à
s'entre-secourir. La différence de constitutions, de lois, de langage,
de caractère national, qui faisait de chaque peuple et de chaque pays
comme un monde à part et élevait entre eux de durables barrières,
rendait chaque État insensible aux souffrances d'un autre, si même la
jalousie nationale n'en ressentait pas une maligne joie. Ces barrières,
la réformation les renversa. Un intérêt plus vif, plus pressant que
l'intérêt national ou l'amour de la patrie, et tout à fait indépendant
des relations civiles, vint animer chaque citoyen et des États tout
entiers. Cet intérêt pouvait unir ensemble plusieurs États, et même les
plus éloignés, tandis qu'il était possible que ce lien manquât à des
sujets d'un même souverain. Le calviniste français eut avec le réformé
génevois, anglais, allemand, hollandais, un point de contact, qu'il
n'avait pas avec ses concitoyens catholiques. Il cessait donc, en un
point essentiel, d'être citoyen d'un seul État, et de concentrer sur ce
seul État toute son attention et tout son intérêt. Son cercle
s'agrandit; il commence à lire son sort futur dans celui de peuples
étrangers qui partagent sa croyance, et à faire sa cause de la leur. Ce
fut seulement alors que les princes purent se hasarder à porter des
affaires étrangères devant l'assemblée de leurs États; qu'ils purent
espérer d'y trouver un accueil favorable et de prompts secours. Ces
affaires étrangères sont devenues celles du pays, et l'on s'empresse de
tendre aux frères en la foi une main secourable, qu'on eût refusée au
simple voisin et plus encore au lointain étranger. L'habitant du
Palatinat quitte maintenant ses foyers, pour combattre en faveur de son
coreligionnaire français contre l'ennemi commun de leur croyance. Le
sujet français prend les armes contre une patrie qui le maltraite et va
répandre son sang pour la liberté de la Hollande. Maintenant on voit
Suisses contre Suisses, Allemands contre Allemands, armés en guerre pour
décider, sur les rives de la Loire et de la Seine, la succession au
trône de France. Le Danois franchit l'Eider et le Suédois le Belt, afin
de briser les chaînes forgées pour l'Allemagne.

Il est très-difficile de dire ce que seraient devenues la réformation et
la liberté de l'Empire, si la redoutable maison d'Autriche n'avait pris
parti contre elles; mais ce qui paraît démontré, c'est que rien n'a plus
arrêté les princes autrichiens dans leurs progrès vers la monarchie
universelle que la guerre opiniâtre qu'ils firent aux nouvelles
opinions. Dans aucune autre circonstance, il n'eût été possible aux
princes moins puissants de contraindre leurs sujets aux sacrifices
extraordinaires à l'aide desquels ils résistèrent au pouvoir de
l'Autriche; dans aucune autre circonstance, les divers États n'auraient
pu se réunir contre l'ennemi commun.

Jamais l'Autriche n'avait été plus puissante qu'après la victoire de
Charles-Quint à Mühlberg, où il avait triomphé des Allemands. La liberté
de l'Allemagne semblait anéantie à jamais avec la ligue de Smalkalde:
mais on la vit renaître avec Maurice de Saxe, naguère son plus dangereux
ennemi. Tous les fruits de la victoire de Mühlberg périrent au congrès
de Passau et à la diète d'Augsbourg, et tous les préparatifs de
l'oppression temporelle et spirituelle aboutirent à des concessions et
à la paix.

A la diète d'Augsbourg, l'Allemagne se divisa en deux religions et en
deux partis politiques: elle ne se divisa qu'alors, parce qu'alors
seulement la séparation devint légale. Jusque-là, on avait considéré les
protestants comme des rebelles: on résolut alors de les traiter comme
des frères, non qu'on les reconnût pour tels, mais parce qu'on y était
forcé. La confession d'Augsbourg osa se placer dès lors à côté de la foi
catholique, mais seulement comme une voisine tolérée, avec des droits
provisoires de soeur. Tout membre séculier de l'Empire eut le droit de
déclarer unique et dominante, sur son territoire, la religion qu'il
professait, et d'interdire le libre exercice du culte à la communion
rivale; il fut permis à tout sujet de quitter le pays où sa religion
était opprimée. Alors, pour la première fois, la doctrine de Luther eut
donc pour elle une sanction positive: si elle rampait dans la poussière
en Bavière et en Autriche, elle avait la consolation de trôner en Saxe
et en Thuringe. Toutefois, au souverain seul était réservé le droit de
décider quelle religion serait professée ou proscrite dans ses
provinces; quant aux sujets, qui n'avaient point de représentants à la
diète, le traité ne s'occupa guère de leurs intérêts. Seulement, dans
les principautés ecclésiastiques, où la religion catholique resta
irrévocablement dominante, le libre exercice du culte fut stipulé en
faveur des sujets protestants qui l'étaient avant cette époque, et
encore sous la seule garantie personnelle de Ferdinand, roi des Romains,
qui avait ménagé cette paix: garantie contre laquelle avait protesté la
partie catholique de l'Empire, et qui, insérée dans le traité de paix
avec cette protestation, ne reçut point force de loi.

Au reste, si les opinions avaient seules divisé les esprits, avec quelle
indifférence n'aurait-on pas considéré cette division! Mais à ces
opinions étaient attachés des richesses, des dignités, des droits:
circonstance qui rendit la séparation infiniment plus difficile. De deux
frères qui avaient joui jusqu'alors en commun de leur patrimoine, l'un
abandonnait la maison paternelle; de là résultait la nécessité de
partager avec celui qui restait. Le père, n'ayant pu pressentir cette
séparation, n'avait rien décidé pour ce cas. Pendant dix siècles, les
bénéfices fondés par les ancêtres avaient formé successivement la
richesse de l'Église, et ces ancêtres appartenaient aussi bien à celui
qui partait qu'à son frère qui demeurait. Or, le droit de succession
était-il attaché uniquement à la maison paternelle, ou tenait-il au
sang? Les donations avaient été faites à l'Église catholique, parce
qu'alors il n'en existait point encore d'autre; au frère aîné, parce
qu'alors il était fils unique. Le droit d'aînesse serait-il appliqué
dans l'Église, comme dans les familles nobles? De quelle valeur était la
préférence accordée à une partie, quand l'autre ne pouvait pas encore
lui être opposée? Les luthériens pouvaient-ils être exclus de la
jouissance de ces biens, que pourtant leurs ancêtres avaient contribué à
fonder, et en être exclus pour ce seul motif qu'à l'époque de la
fondation on ne connaissait pas encore cette division en luthériens et
en catholiques? Les deux partis ont débattu et débattent encore cette
question avec des arguments spécieux; mais il serait aussi difficile à
l'un qu'à l'autre de prouver son droit. Le droit n'a de décisions que
pour les cas supposables, et peut-être les fondations ecclésiastiques ne
sont-elles pas de ce nombre, du moins lorsqu'on étend les volontés des
fondateurs à des propositions dogmatiques. Comment supposer une donation
éternelle faite à une opinion variable?

Quand le droit ne peut pas décider, la force décide, et c'est ce qui
arriva ici. L'une des parties garda ce qu'on ne pouvait plus lui ôter;
l'autre défendit ce qu'elle avait encore. Toutes les abbayes, tous les
évêchés sécularisés avant la paix demeurèrent aux protestants; mais les
catholiques prirent leurs sûretés en stipulant, par une réserve
spéciale, qu'on n'en séculariserait plus d'autres à l'avenir. Tout
possesseur d'une fondation ecclésiastique directement soumise à
l'Empire, électeur, évêque ou abbé, est déchu de ses bénéfices et
dignités, aussitôt qu'il passe à l'Église protestante; il doit évacuer
ses possessions sur-le-champ, et le chapitre procède à une nouvelle
élection, comme si la place était devenue vacante par un cas de mort.
L'Église catholique d'Allemagne repose encore aujourd'hui sur cette
ancre sacrée de la _réserve ecclésiastique_, qui fit dépendre de leur
profession de foi toute l'existence temporelle des princes appartenant à
l'Église. Que deviendrait cette Église, si l'ancre se brisait? Les
membres protestants de l'Empire opposèrent à la réserve une opiniâtre
résistance, et, s'ils finirent par l'admettre dans le traité de paix, ce
fut avec cette addition expresse que les deux parties ne s'étaient pas
mises d'accord sur ce point. Pouvait-il être plus obligatoire pour eux
que ne l'était pour les catholiques la garantie de Ferdinand en faveur
des sujets protestants dans les domaines ecclésiastiques? La paix
laissait donc subsister deux points litigieux, et c'est à leur sujet que
la guerre s'alluma.

C'est ainsi que les choses se passèrent pour la liberté religieuse et
les biens ecclésiastiques; il n'en fut pas autrement des droits et des
dignités. Le système de l'Empire germanique était calculé pour une seule
Église, parce qu'il n'en existait qu'une dans le temps où ce système
prit naissance. L'Église s'est partagée, la religion divise la diète en
deux partis: et l'on voudrait cependant que le système entier de
l'Empire en suivit un seul exclusivement? Autrefois, tous les empereurs
furent des fils de l'Église romaine, parce qu'elle était sans rivale en
Allemagne; mais était-ce le rapport avec Rome qui constituait l'empereur
des Allemands, et n'était-ce pas plutôt l'Allemagne qui se représentait
dans son empereur? A l'ensemble du corps germanique appartient aussi la
partie protestante: comment sera-t-elle représentée dans une suite non
interrompue d'empereurs catholiques? Les membres de la diète se jugent
eux-mêmes dans le tribunal suprême de l'Empire, parce que ce sont eux
qui nomment les juges. Qu'ils soient eux-mêmes leurs juges, qu'il y ait
une justice égale pour tous, c'est le but de l'institution: ce but
peut-il être atteint, si les deux religions ne siégent pas dans le
tribunal? Si, à l'époque de la fondation, une seule croyance régnait
encore en Allemagne, ce fut un hasard; mais qu'aucun membre ne pût en
opprimer un autre juridiquement, c'était l'objet essentiel de
l'institution. Cet objet est manqué, si un des partis religieux est en
possession exclusive de juger l'autre: or l'objet doit-il être sacrifié,
par suite d'un changement accidentel? Les protestants ont fini, à
grand'peine, par conquérir pour leur religion le droit de séance dans la
chambre impériale, mais sans arriver encore à l'entière égalité des
voix. Quant à la couronne d'empereur, aucun prince protestant ne s'y est
élevé jusqu'à ce jour.

Quoi qu'on puisse dire de l'égalité que la paix religieuse d'Augsbourg
introduisait entre les deux Églises, il est incontestable que l'Église
catholique en sortit victorieuse. Tout ce qu'obtint la luthérienne, ce
fut la tolérance; tout ce que l'Église catholique céda, elle le sacrifia
à la nécessité et non à la justice. Ce n'était toujours pas une paix
entre deux puissances jugées égales; c'était un simple compromis entre
le souverain et un rebelle qu'il n'avait pu vaincre. Tous les procédés
de l'Église catholique envers les protestants semblent avoir découlé de
ce principe et en découler encore. C'était toujours un crime de passer
dans l'Église protestante, puisque la défection était punie d'un dommage
aussi grave que celui dont la réserve menace les princes ecclésiastiques
apostats. Dans la suite encore, l'Église catholique préféra s'exposer à
tout perdre par la force, plutôt que de céder volontairement et en droit
le moindre avantage. On pouvait garder l'espoir de reprendre ce que la
violence aurait enlevé, et ce n'était jamais qu'une perte accidentelle;
mais une prétention abandonnée, un droit concédé aux protestants,
ébranlaient les fondements de l'Église catholique. Dans le traité même
de la paix de religion, on ne perdit point de vue ce principe. Ce qu'on
abandonna, dans cet accord, aux évangéliques, ne fut pas cédé sans
réserve: il fut expressément déclaré que toutes les clauses ne seraient
valables que jusqu'au prochain concile général, qui s'occuperait des
moyens de réunir les deux Églises. Alors seulement, si cette dernière
tentative échouait, la paix de religion serait d'une validité absolue.
Si faible que fût l'espérance d'une réunion, si peu sérieuse que fût
peut-être à cet égard l'intention des catholiques eux-mêmes, on n'en
avait pas moins gagné de restreindre le traité par cette condition.

Ainsi cette paix de religion, qui devait éteindre pour toujours le feu
de la guerre civile, ne fut au fond qu'un expédient temporaire, un
ouvrage de la nécessité et de la force; elle ne fut point dictée par la
loi de l'équité; elle ne fut point le fruit d'idées épurées sur la
religion et la liberté de religion. Une paix qui eût eu ce caractère,
les catholiques ne pouvaient la donner, et, si l'on veut être de bonne
foi, les évangéliques ne pouvaient encore s'en accommoder. Bien loin de
se montrer toujours absolument équitables envers les catholiques, ils
opprimaient, quand cela était en leur pouvoir, les calvinistes, qui, il
est vrai, n'étaient pas plus dignes de la tolérance, dans la meilleure
acception du mot, vu qu'ils étaient eux-mêmes tout aussi éloignés de la
pratiquer. Pour une paix de religion de ce genre, l'époque n'était pas
mûre, et il y avait encore trop de confusion dans les esprits. Comment
une partie pouvait-elle demander à l'autre ce qu'elle était elle-même
incapable d'accorder? Ce que chaque parti religieux sauva ou gagna dans
le traité d'Augsbourg, il le dut à l'état accidentel de puissance où il
se trouvait l'un par rapport à l'autre, lorsqu'on arrêta les bases de
cette paix. Mais ce que la force avait gagné, la force dut le maintenir:
il fallait donc que le rapport de puissance subsistât à l'avenir, sous
peine de voir le traité perdre sa force. On avait tracé, l'épée à la
main, les limites des deux Églises; il fallait les garder avec l'épée,
ou sinon, malheur au parti qui désarmerait le premier! perspective
incertaine, effrayante pour le repos de l'Allemagne, et qui déjà le
menaçait du sein même de la paix.

L'Empire jouit alors d'une tranquillité momentanée: le lien d'une
concorde passagère semblait réunir de nouveau en un seul corps ses
membres divisés, en sorte que le sentiment du bien commun se réveilla
même pour un temps. Mais la séparation avait atteint l'Empire au coeur;
rétablir la première harmonie était chose désormais impossible. Si
exactement que le traité de paix parût avoir déterminé les droits des
deux parties, il n'en fut pas moins l'objet d'interprétations diverses.
Il avait imposé un armistice aux combattants dans la plus grande chaleur
de la lutte; il avait couvert le feu, il ne l'avait pas éteint, et, des
deux côtés, il restait des prétentions non satisfaites. Les catholiques
croyaient avoir trop perdu, les évangéliques n'avoir pas assez gagné;
les uns et les autres se dédommageaient en interprétant, selon leurs
vues, la paix, qu'ils n'osaient pas enfreindre encore.

Le puissant motif qui avait porté tant de princes protestants à
embrasser avec un tel empressement la doctrine de Luther, je veux dire
la prise de possession des biens ecclésiastiques, ne fut pas moins
efficace après la conclusion de la paix qu'avant, et tous les bénéfices
médiats, qui n'étaient pas encore dans leurs mains, y passèrent bientôt.
Toute la basse Allemagne fut, en peu de temps, sécularisée, et, s'il en
fut autrement dans la haute, cela tint à la vive résistance des
catholiques, qui y avaient la supériorité. Quand un parti se sentait le
plus fort, il molestait ou opprimait l'autre; les princes
ecclésiastiques surtout, étant, de tous les membres de l'Empire, les
plus dépourvus de moyens de défense, furent sans cesse inquiétés par le
désir d'agrandissement de leurs voisins non catholiques. Quiconque se
sentait incapable de repousser la force par la force se réfugiait sous
les ailes de la justice, et les plaintes en spoliations, contre les
membres protestants de la diète, s'accumulèrent devant le tribunal de
l'Empire, assez disposé à poursuivre les accusés par ses sentences, mais
trop peu soutenu pour les faire exécuter. La paix, qui accordait aux
princes l'entière liberté de religion, avait aussi pourvu, en quelque
manière, aux intérêts du sujet, en stipulant pour lui le droit de
quitter en toute sécurité le pays où son culte serait opprimé. Mais la
lettre morte du traité de paix ne pouvait le protéger contre les
violences qu'un souverain peut se permettre envers un sujet détesté;
contre les persécutions inouïes par lesquelles il peut entraver son
émigration; contre les piéges, adroitement tendus, dans lesquels
l'artifice, joint à la force, peut enlacer les esprits. Le sujet
catholique de princes protestants se plaignait hautement de la violation
de la paix religieuse; l'évangélique, plus hautement encore, des
persécutions que lui faisait subir son souverain catholique.
L'animosité des théologiens et leur humeur querelleuse envenimaient des
incidents insignifiants par eux-mêmes et enflammaient les esprits:
heureux encore si cette rage théologique s'était épuisée sur l'ennemi
commun, sans répandre son venin sur les alliés de sa propre croyance!

L'union des protestants entre eux serait à la fin parvenue à maintenir
l'équilibre entre les deux partis opposés et à prolonger ainsi la paix;
mais, pour mettre le comble à la confusion, cette union cessa bientôt.
La doctrine que Zwingle avait répandue à Zurich et Calvin à Genève ne
tarda pas à s'établir aussi en Allemagne et à diviser les protestants,
au point qu'ils ne se reconnaissaient presque plus entre eux qu'à leur
commune haine contre la papauté. Les protestants de cette époque ne
ressemblaient plus à ceux qui avaient présenté, cinquante années
auparavant, leur confession de foi à Augsbourg; et la raison de ce
changement, c'est dans cette confession même qu'il faut la chercher. Par
elle, une limite positive fut tracée à la croyance luthérienne, avant
que l'esprit d'examen, qui s'était éveillé, acquiesçât à cette limite,
et les protestants sacrifièrent aveuglément une partie de ce qu'ils
avaient gagné à se séparer de Rome. Ils trouvaient déjà un point de
réunion suffisant dans les griefs que tous les protestants élevaient
également contre la hiérarchie romaine et les abus de l'Église, dans
leur commune improbation des dogmes catholiques; cependant, ils
cherchèrent ce point de réunion dans un nouveau système de croyance
positive, où ils placèrent le signe distinctif de leur Église, son
caractère essentiel et sa prééminence, et auquel ils rattachèrent le
traité qu'ils conclurent avec les catholiques. C'est simplement comme
adhérents à la confession de foi qu'ils conclurent la paix de religion:
ce titre seul donnait part aux avantages de cette paix; aussi, quel que
fût le résultat, ces adhérents devaient bientôt se trouver dans une
fâcheuse position. Une barrière permanente était opposée à l'esprit
d'examen, si les prescriptions de la confession de foi obtenaient une
aveugle soumission; mais le point de réunion était perdu, si l'on se
divisait au sujet du formulaire adopté. Malheureusement ce double effet
se produisit, et les conséquences funestes de l'un et de l'autre se
manifestèrent. L'un des partis s'attacha fermement à la première
confession, et, si les calvinistes s'en éloignèrent, ce fut uniquement
pour s'enfermer, d'une manière semblable, dans un nouveau système de
doctrine.

Les protestants ne pouvaient donner à leur ennemi commun de plus
spécieux prétexte que cette division intestine, ni de spectacle plus
agréable que celui de l'animosité avec laquelle ils se poursuivaient les
uns les autres. Qui pouvait maintenant faire un crime aux catholiques de
trouver ridicule l'arrogance avec laquelle les réformateurs avaient
prétendu annoncer le seul vrai système de religion? qui pouvait les
blâmer d'emprunter aux protestants eux-mêmes des armes contre les
protestants? et, en présence de ces opinions contradictoires, de
s'attacher à l'autorité de leur croyance, qui, en partie, avait du moins
pour elle une antiquité respectable et une majorité de suffrages plus
respectable encore? Mais les protestants furent jetés par leur division
dans des embarras plus sérieux encore. La paix de religion ne concernait
que les adhérents à la confession de foi, et les catholiques les
pressèrent de déclarer qui ils entendaient reconnaître pour leurs
coreligionnaires. Les évangéliques ne pouvaient, sans charger leur
conscience, admettre dans leur union les réformés; ils ne pouvaient les
exclure sans convertir d'utiles amis en dangereux ennemis. Cette
déplorable séparation ouvrit ainsi la voie aux machinations des
jésuites, pour semer la défiance entre les deux partis et détruire
l'accord de leurs mesures. Enchaînés par la double crainte des
catholiques et des adversaires qu'ils avaient dans leur propre secte,
les protestants négligèrent le moment unique de conquérir à leur Église
un droit absolument égal à celui de l'Église romaine. Ils eussent
échappé à tous ces embarras, la séparation des réformés eût été sans
préjudice pour la cause commune, si l'on avait cherché le point de
réunion uniquement dans ce qui éloignait de l'Église romaine, et non
dans des confessions d'Augsbourg ou des formulaires de concorde.

Si divisé que l'on fût sur tout le reste, on sentait unanimement qu'une
sûreté qu'on n'avait due qu'à l'égalité des forces ne pouvait être
maintenue que par cette égalité. Les réformes continuelles d'un parti,
les efforts contraires de l'autre, entretenaient des deux côtés la
vigilance, et la teneur du traité de paix était le sujet de
contestations éternelles. Chaque démarche d'un parti semblait
nécessairement à l'autre tendre à violer la paix; ce qu'on se
permettait à soi-même n'avait pour objet que de la maintenir. Tous les
mouvements des catholiques n'avaient pas un but offensif, comme le leur
reprochaient leurs adversaires; de leurs actes, plus d'un leur était
imposé par la nécessité de se défendre. L'autre parti avait fait voir,
d'une manière non équivoque, à quoi devaient s'attendre les catholiques
si malheureusement ils avaient le dessous. L'avidité de la secte
protestante pour les biens de l'Église ne leur laissait espérer aucun
ménagement, sa haine, aucune générosité, aucune tolérance.

Mais les protestants étaient excusables aussi de montrer peu de
confiance en la loyauté des catholiques. Les traitements perfides et
barbares qu'on se permettait en Espagne, en France et dans les Pays-Bas
envers leurs coreligionnaires; le honteux subterfuge de certains princes
catholiques, qui se faisaient délier par le chef de l'Église des
serments les plus sacrés; l'abominable maxime, qu'on n'était pas tenu de
garder sa foi et sa parole aux hérétiques, avaient déshonoré l'Église
romaine aux yeux de tous les gens de bien. Point de promesse dans la
bouche d'un catholique, point de serment si redoutable, qui pût rassurer
le protestant. Comment se serait-il reposé sur la paix de religion, que
les jésuites présentaient dans toute l'Allemagne comme une transaction
provisoire, et que Rome avait même solennellement rejetée?

Cependant le concile général, auquel on s'était référé dans le traité de
paix, s'était tenu dans la ville de Trente, mais, comme on l'avait
prévu, sans pouvoir réconcilier les deux partis qui se combattaient,
sans leur avoir fait faire un seul pas vers cette réconciliation, enfin
sans que les protestants y eussent seulement envoyé des députés. Ils
étaient désormais solennellement condamnés par l'Église, dont le concile
se déclarait le représentant. Pouvaient-ils trouver une garantie
suffisante contre l'anathème dans un traité profane, et, de plus, imposé
par la force des armes, un traité appuyé sur une condition qui semblait
mise à néant par le décret du concile? L'apparence du droit ne manquait
donc plus aux catholiques, s'ils se sentaient d'ailleurs assez forts
pour enfreindre la paix de religion, et les protestants n'étaient plus
protégés que par le respect qu'inspirerait leur propre force.

D'autres causes s'ajoutèrent à celles-là, pour augmenter la défiance.
L'Espagne, sur qui s'appuyait l'Allemagne catholique, faisait alors aux
Pays-Bas une violente guerre, qui avait amené aux frontières de
l'Allemagne l'élite des forces espagnoles. Comme elles seraient bien
vite au coeur de l'Empire, si un coup décisif les y rendait nécessaires!
L'Allemagne était alors comme une place de recrutement pour presque
toutes les puissances européennes. La guerre de religion y avait amassé
des soldats que la paix laissait sans pain. Il était facile, à tant de
princes, indépendants les uns des autres, de réunir des troupes, qu'ils
louaient ensuite à des puissances étrangères, soit par l'appât du gain,
soit par esprit de parti. Philippe II attaqua les Pays-Bas avec des
troupes allemandes, et ils se défendirent avec des troupes allemandes.
En Allemagne, des levées de ce genre alarmaient toujours un des deux
partis: elles pouvaient tendre à son oppression. Un envoyé qui
parcourait le pays, un légat extraordinaire du pape, une conférence de
princes, enfin toute nouveauté, était nécessairement une menace pour les
uns ou pour les autres. Ainsi vécut l'Allemagne pendant un demi-siècle,
toujours la main sur l'épée: le moindre bruit de feuille effrayait.

Ferdinand Ier, roi de Hongrie, et son excellent fils, Maximilien II,
tinrent, durant cette époque difficile, les rênes de l'Empire. Avec un
coeur plein de droiture, avec une patience vraiment héroïque, Ferdinand
avait ménagé la paix d'Augsbourg et prodigué inutilement sa peine pour
réunir les deux Églises dans le concile de Trente. Abandonné par son
neveu, Philippe d'Espagne, pressé à la fois en Hongrie et en
Transylvanie par les armes victorieuses des Turcs, comment cet empereur
aurait-il pu songer à violer la paix de religion et à détruire lui-même
son laborieux ouvrage? Les faibles ressources de ses domaines épuisés ne
pouvaient suffire aux frais considérables de cette guerre des Turcs,
toujours renaissante: il fallait recourir à l'assistance de l'Empire,
dont la paix de religion tenait seule encore réunis en un même corps les
membres divisés. L'état des finances de Ferdinand lui rendait les
protestants aussi nécessaires que les catholiques, et lui imposait, par
conséquent, l'obligation de traiter les uns et les autres avec une égale
justice: au milieu de leurs prétentions si contraires, c'était un
véritable travail de géant. Aussi le succès fut loin de répondre à ses
voeux; et sa condescendance envers les protestants ne servit qu'à
réserver pour ses petits-fils la guerre, qui n'affligea pas ses derniers
regards. La fortune ne fut pas beaucoup plus favorable à son fils
Maximilien, que la contrainte des circonstances et sa vie trop courte
empêchèrent seules peut-être d'élever la nouvelle religion sur le trône
impérial. La nécessité avait appris au père à ménager les protestants;
la nécessité et la justice dictèrent au fils la même conduite. Il en
coûta cher au petit-fils de n'avoir ni écouté la justice ni cédé à la
nécessité.

Maximilien laissa six enfants mâles: l'aîné, l'archiduc Rodolphe, hérita
seul de ses États et monta sur le trône impérial; ses frères ne reçurent
que de faibles apanages. Une ligne collatérale, continuée par leur
oncle, Charles de Styrie, possédait quelques annexes de territoires, qui
furent réunies à la succession dès le règne de Ferdinand II, son fils.
Ainsi, ces pays exceptés, la vaste puissance de la maison d'Autriche se
trouvait maintenant réunie tout entière dans une seule main; mais
malheureusement cette main était faible.

Rodolphe II n'était pas sans vertus, qui certainement lui auraient gagné
l'amour des hommes, si son lot eût été la condition privée. Son
caractère était doux; il aimait la paix; il cultivait les sciences,
surtout l'astronomie, l'histoire naturelle, la chimie et l'étude des
antiquités, avec une ardeur passionnée, mais qui lui fit négliger les
affaires publiques, quand la situation inquiétante de l'État réclamait
la plus sérieuse attention, et qui l'entraîna dans des prodigalités
funestes, alors que ses finances épuisées rendaient nécessaire la plus
rigoureuse économie. Son goût pour l'astronomie s'égara en rêveries
astrologiques, auxquelles s'abandonne si aisément un esprit craintif et
mélancolique, comme était le sien. Ce caractère et une jeunesse passée
en Espagne ouvrirent son oreille aux inspirations de cette cour et aux
mauvais conseils des jésuites, qui finirent par le gouverner absolument.
Entraîné par des fantaisies d'amateur si peu dignes de son haut rang,
effrayé par des prédictions ridicules, il se déroba, selon la coutume
espagnole, aux yeux de ses sujets, pour s'enfouir au milieu de ses
antiquités et de ses pierres gemmes, et s'enfermer dans son laboratoire
ou dans ses écuries, tandis que la discorde la plus menaçante dénouait
tous les liens du corps germanique, et que la flamme de la révolte
commençait déjà à battre les marches de son trône. L'approche de sa
personne était interdite à tous, sans exception. Il laissait en suspens
les plus pressantes affaires. La perspective de la riche succession
d'Espagne s'évanouit, parce qu'il ne sut se résoudre à épouser l'infante
Isabelle. L'Empire était menacé de la plus épouvantable anarchie, parce
que son chef, quoique sans héritier, ne pouvait se déterminer à faire
élire un roi des Romains. Les états d'Autriche lui refusèrent
l'obéissance; la Hongrie et la Transylvanie se détachèrent de sa
souveraineté, et la Bohême ne tarda pas à suivre leur exemple. Les
successeurs de ce Charles-Quint, si redouté, couraient le danger d'être
dépouillés d'une partie de leurs possessions par les Turcs, d'une autre
par les protestants, et de succomber, sans espoir de salut, sous une
ligue puissante de princes, qu'un grand monarque formait contre eux en
Europe. Dans l'intérieur de l'Allemagne, il arriva ce qu'on avait
toujours vu arriver quand le trône était vacant ou que l'empereur
manquait des qualités impériales. Les membres de l'Empire, lésés ou
abandonnés par leur chef suprême, cherchent leur secours en eux-mêmes,
et il faut que des alliances suppléent à l'autorité qu'ils ne trouvent
pas dans l'empereur. L'Allemagne se partage en deux _unions_, qui
s'observent mutuellement les armes à la main. Rodolphe, adversaire
méprisé de l'une, protecteur impuissant de l'autre, reste oisif et
inutile entre elles, également incapable de disperser ses ennemis et de
dominer ses partisans. Que pouvait attendre, en effet, l'empire
germanique d'un prince qui n'était pas même capable de défendre contre
un ennemi intérieur ses États héréditaires? Pour prévenir la ruine
complète de la maison d'Autriche, sa propre famille se réunit contre
lui, et une faction puissante se jette dans les bras de son frère.
Chassé de tous ses domaines, il n'a plus à perdre que la couronne
impériale, et la mort vient à propos lui sauver cette dernière
ignominie.

Ce fut le mauvais génie de l'Allemagne qui lui donna pour chef un
Rodolphe, à cette époque difficile, où une souple prudence et un bras
puissant pouvaient seuls conserver la paix de l'Empire. En un temps plus
tranquille, la Confédération germanique se serait elle-même tirée
d'affaire, et Rodolphe, comme tant d'autres de son rang, aurait caché sa
faiblesse dans une obscurité mystérieuse. Le besoin pressant des vertus
qui lui manquaient fit paraître au grand jour son incapacité. La
situation de l'Allemagne demandait un empereur qui pût donner par ses
propres forces du poids à ses résolutions, et les États héréditaires de
Rodolphe, quelque considérables qu'ils fussent, se trouvaient dans une
situation qui plaçait leur souverain dans un extrême embarras.

Les princes autrichiens étaient, à la vérité, catholiques, et de plus
les soutiens de la papauté; mais il s'en fallait beaucoup que leurs
États fussent catholiques comme eux. Les nouvelles opinions y avaient
aussi pénétré; favorisées par les embarras de Ferdinand et la bonté de
Maximilien, elles s'y étaient répandues avec un rapide succès. Les
domaines autrichiens présentaient en petit le même spectacle que
l'Allemagne en grand. La plupart des seigneurs et des chevaliers étaient
évangéliques, et dans les villes les protestants avaient acquis une
grande prépondérance. Lorsqu'ils eurent réussi à faire siéger dans les
états des provinces quelques-uns des leurs, peu à peu les protestants
occupèrent, l'une après l'autre, les charges provinciales, remplirent
les conseils et supplantèrent les catholiques. Contre l'ordre nombreux
des seigneurs et des chevaliers et les députés des villes, que pouvait
faire la voix de quelques prélats, que des railleries grossières et un
mépris insultant finirent même par chasser entièrement de la diète?
L'assemblée des états d'Autriche devint ainsi insensiblement toute
protestante, et, dès lors, la réforme fit des pas rapides vers une
existence publique. Le prince dépendait des états, parce que c'étaient
eux qui refusaient ou consentaient les impôts. Ils profitèrent de la
gêne financière de Ferdinand et de son fils, pour arracher à ces princes
une liberté religieuse après l'autre. Enfin Maximilien accorda à l'ordre
des seigneurs et des chevaliers le libre exercice de leur culte, mais
seulement sur leur propre territoire et dans leurs châteaux. Le zèle
indiscret des prédicateurs évangéliques franchit ces bornes fixées par
la sagesse. Au mépris de la défense formelle, plusieurs se firent
entendre publiquement dans les villes de province et même à Vienne, et
le peuple courait en foule à ce nouvel évangile, dont le meilleur
assaisonnement était les allusions et les invectives. Ce fut pour le
fanatisme un aliment toujours nouveau, et l'aiguillon de ce zèle impur
envenima la haine des deux Églises, si voisines l'une de l'autre.

Parmi les États héréditaires de l'Autriche, il n'en était pas de moins
sûrs et de plus difficiles à défendre que la Hongrie et la Transylvanie.
L'impossibilité de protéger ces deux pays contre la puissance voisine et
supérieure des Turcs avait déjà amené Ferdinand à la détermination
humiliante de reconnaître, par un tribut annuel, la suzeraineté de la
Porte sur la Transylvanie: funeste aveu d'impuissance, et encore plus
dangereuse amorce pour une inquiète noblesse, lorsqu'elle croirait avoir
à se plaindre de son souverain. Les Hongrois ne s'étaient pas soumis
sans réserve à la maison d'Autriche. Ils maintenaient la liberté d'élire
leur roi, et ils réclamaient fièrement tous les droits constitutionnels
inséparables de cette liberté. Le proche voisinage de l'empire turc et
la facilité de changer de maître impunément fortifiaient encore les
magnats dans leur insolence. Mécontents de l'Autriche, ils se jetaient
dans les bras des Ottomans; peu satisfaits de ceux-ci, ils revenaient à
la souveraineté allemande. Leur passage fréquent et rapide d'une
domination à une autre avait influé sur leur caractère: de même que leur
pays flottait entre les deux souverainetés allemande et ottomane, leur
esprit balançait incertain entre la révolte et la soumission. Plus ces
deux pays souffraient de se voir abaissés à l'état de provinces d'une
monarchie étrangère, plus ils aspiraient invinciblement à obéir à un
chef choisi parmi eux: aussi n'était-il pas difficile à un noble
entreprenant d'obtenir leur hommage. Le pacha turc le plus voisin
s'empressait d'offrir le sceptre et la couronne à un seigneur révolté
contre l'Autriche; un autre avait-il enlevé quelques provinces à la
Porte, l'Autriche lui en assurait la possession avec le même
empressement, heureuse de conserver par là une ombre de souveraineté et
d'avoir gagné un rempart contre les Turcs. Plusieurs de ces magnats,
Bathori, Boschkai, Ragoczy, Bethlen, s'élevèrent ainsi successivement,
en Hongrie et en Transylvanie, comme rois tributaires, et ils se
maintinrent sans autre politique que de s'attacher à l'ennemi, pour se
rendre plus redoutables à leur maître.

Ferdinand, Maximilien et Rodolphe, tous trois souverains de Transylvanie
et de Hongrie, épuisèrent leurs autres États pour défendre ces deux pays
contre les invasions des Turcs et les révoltes intérieures. A des
guerres désastreuses succédaient sur ce sol de courtes trêves, qui
n'étaient guère moins funestes. La contrée était au loin dévastée dans
toutes les directions, et le sujet maltraité se plaignait également de
son ennemi et de son protecteur. Dans ces provinces aussi, la réforme
avait pénétré, et, à l'abri de leur liberté d'états, à la faveur du
tumulte, elle avait fait de sensibles progrès. On l'attaqua alors aussi
imprudemment, et l'exaltation religieuse rendit l'esprit de faction plus
redoutable. La noblesse de Transylvanie et de Hongrie, conduite par un
rebelle audacieux, nommé Boschkai, lève l'étendard de la révolte. Les
insurgés hongrois sont sur le point de faire cause commune avec les
protestants mécontents d'Autriche, de Moravie et de Bohême, et
d'entraîner tous ces pays dans un même et formidable soulèvement. Dès
lors, la ruine de la religion romaine y devenait inévitable.

Dès longtemps, les archiducs d'Autriche, frères de l'empereur, voyaient
avec une indignation muette la chute de leur maison: ce dernier
événement fixa leur résolution. Le deuxième fils de Maximilien,
l'archiduc Matthias, héritier présomptif de Rodolphe et gouverneur de
Hongrie, se leva pour soutenir la maison chancelante de Habsbourg. Dans
ses jeunes années, entraîné par le désir d'une fausse gloire, ce prince
avait, contre l'intérêt de sa famille, prêté l'oreille aux invitations
de quelques rebelles des Pays-Bas, qui l'appelaient dans leur patrie,
pour défendre les libertés de la nation contre son propre parent,
Philippe II. Matthias, qui avait cru reconnaître dans la voix d'une
faction isolée celle du peuple néerlandais tout entier, parut, à cet
appel, dans les Pays-Bas. Mais le succès répondit aussi peu aux désirs
des Brabançons qu'à son attente, et il abandonna sans gloire une
imprudente entreprise. Sa seconde apparition dans le monde politique
n'en eut que plus d'éclat.

Ses représentations redoublées à l'empereur étant demeurées sans effet,
il appela à Presbourg les archiducs, ses frères et ses cousins, et
délibéra avec eux sur le danger croissant de leur maison. Ses frères
sont unanimes pour lui remettre, comme à l'aîné, la défense de leur
héritage, que laissait périr un frère imbécile. Ils déposent dans les
mains de cet aîné tout leur pouvoir et tous leurs droits, et
l'investissent de la pleine autorité d'agir selon ses vues pour le bien
commun. Matthias ouvre aussitôt des négociations avec la Porte et les
rebelles hongrois. Il est assez habile pour sauver le reste de la
Hongrie, au moyen d'une paix avec les Turcs, et les prétentions de
l'Autriche sur les provinces perdues, par un traité avec les rebelles.
Mais Rodolphe, aussi jaloux de sa puissance souveraine que négligent
pour la soutenir, refuse de ratifier cette paix, qu'il regarde comme une
atteinte coupable à sa suprématie. Il accuse l'archiduc d'intelligence
avec l'ennemi et de projets criminels sur la couronne de Hongrie.

L'activité de Matthias n'était rien moins qu'exempte de vues
intéressées, mais la conduite de l'empereur hâta l'exécution de ces
vues. La reconnaissance lui assurait l'attachement des Hongrois,
auxquels il venait de donner la paix; ses négociateurs lui promettaient
le dévouement de la noblesse; en Autriche même, il pouvait compter sur
un nombreux parti: il ose donc déclarer plus ouvertement ses desseins et
contester, les armes à la main, avec l'empereur. Les protestants
d'Autriche et de Moravie, préparés de longue main à la révolte et gagnés
maintenant par l'archiduc, qui leur promet la liberté de conscience,
prennent hautement et publiquement son parti, et effectuent leur
réunion, depuis longtemps redoutée, avec les rebelles hongrois. Une
formidable conjuration s'est formée tout à coup contre l'empereur. Il se
résout trop tard à réparer la faute commise; en vain il essaye de
dissoudre cette ligue funeste. Déjà tout le monde est en armes; la
Hongrie, l'Autriche et la Moravie ont rendu hommage à Matthias, qui
marche déjà sur la Bohême, où il va chercher l'empereur dans son château
et trancher le nerf de sa puissance.

Le royaume de Bohême n'était pas pour l'Autriche une possession beaucoup
plus tranquille que la Hongrie: la seule différence était que, dans
celle-ci, c'étaient plutôt des causes politiques, et, dans celle-là, la
religion qui entretenaient la discorde. La Bohême avait vu, un siècle
avant Luther, éclater le premier feu des guerres de religion: la Bohême,
un siècle après Luther, vit s'allumer la flamme de la guerre de Trente
ans. La secte, à laquelle Jean Huss donna naissance, avait toujours
subsisté depuis dans ce royaume, d'accord avec l'Église romaine pour les
cérémonies de la doctrine, à l'exception du seul article de la cène, que
les hussites prenaient sous les deux espèces. Le concile de Bâle avait
accordé ce privilége aux adhérents de Huss, dans une convention
particulière, les _compactata de Bohême_, et, quoique les papes eussent
ensuite contesté cette concession, les hussites continuaient d'en jouir
sous la protection des lois. L'usage du calice étant l'unique signe
remarquable qui distinguât cette secte, on la désignait par le nom
d'_utraquistes_ (les communiants sous l'une et l'autre espèce), et elle
se complaisait dans cette dénomination, parce qu'elle lui rappelait le
privilége qui lui était si cher. Mais sous ce nom se cachait aussi la
secte, beaucoup plus rigide, des «frères bohêmes et moraves,» qui
s'écartaient de l'Église dominante en des points beaucoup plus
importants et qui avaient beaucoup de rapports avec les protestants
d'Allemagne. Chez les uns comme chez les autres, les nouveautés
religieuses allemandes et suisses firent rapidement fortune, et le nom
d'utraquistes, sous lequel ils surent cacher toujours leur changement de
principes, les garantissait de la persécution.

Au fond, ils n'avaient plus de commun que le nom avec les anciens
utraquistes; ils étaient, en réalité, de vrais protestants. Pleins de
confiance dans la force de leur parti et la tolérance de l'empereur, ils
osèrent, sous le règne de Maximilien, mettre au jour leurs véritables
sentiments. A l'exemple des Allemands, ils rédigèrent une confession de
foi, dans laquelle luthériens et calvinistes reconnurent leurs opinions,
et ils demandèrent que tous les priviléges de l'Église utraquiste
d'autrefois fussent transférés à cette nouvelle confession. Cette
demande rencontra de l'opposition chez leurs collègues catholiques des
états, et ils durent se contenter d'une assurance verbale de la bouche
de l'empereur.

Tant que Maximilien vécut, ils jouirent, même sous leur nouvelle forme,
d'une complète tolérance; mais, sous son successeur, les choses
changèrent de face. Il parut un édit impérial qui enlevait aux
soi-disant frères bohêmes la liberté de religion. Ces frères bohêmes ne
se distinguaient en rien des autres utraquistes: la sentence de leur
condamnation frappait donc nécessairement à la fois tous les associés à
la confession de Bohême. Aussi s'opposèrent-ils unanimement dans la
diète au mandat impérial, mais ce fut sans succès. L'empereur et les
membres catholiques des états s'appuyèrent sur les _compactata_ et sur
le droit national de Bohême, où assurément il ne se trouvait rien encore
en faveur d'une religion qui, au temps où cette ancienne législation
naquit, n'avait pas encore pour elle la voix de la nation. Mais combien
de changements s'étaient faits depuis! Ce qui n'était alors qu'une secte
insignifiante était devenu l'Église dominante; et n'était-ce pas une
véritable chicane de vouloir fixer par d'anciens pactes les limites
d'une religion nouvelle? Les protestants de Bohême invoquèrent la
garantie verbale de Maximilien et la liberté religieuse des Allemands,
auxquels ils ne voulaient être inférieurs en aucun point. Efforts
inutiles: on refusa tout.

Tel était en Bohême l'état des choses quand Matthias, déjà maître de la
Hongrie, de l'Autriche et de la Moravie, parut devant Kollin, pour
soulever aussi les états du pays contre l'empereur. L'embarras de
Rodolphe fut à son comble. Abandonné de tous ses autres pays
héréditaires, il fondait sa dernière espérance sur les états de Bohême,
et il pouvait prévoir qu'ils abuseraient de sa détresse pour le forcer
d'admettre leurs prétentions. Après tant d'années, il reparut enfin
publiquement à la diète de Prague. Pour montrer, au peuple aussi, qu'il
vivait encore, il fallut ouvrir tous les volets de la galerie, longeant
la cour, par laquelle il passa. C'est assez dire où, quant à lui, l'on
en était venu. Ce qu'il avait craint arriva. Les états, qui sentaient
leur importance, ne voulurent entendre à rien, avant d'avoir obtenu pour
leurs priviléges constitutionnels et pour la liberté de religion une
pleine sûreté. Il était inutile de recourir maintenant encore aux
anciens subterfuges; le sort de l'empereur était dans leurs mains: il
dut se plier à la nécessité. Cependant, il ne céda que pour les autres
demandes: il se réserva de régler à la prochaine diète les affaires de
religion.

Alors les Bohêmes prirent les armes pour la défense de Rodolphe: une
sanglante guerre civile entre les deux frères paraissait inévitable;
mais l'empereur, qui ne craignait rien tant que de rester dans cette
servile dépendance des états, n'en attendit pas l'explosion et
s'empressa de s'accommoder par une voie pacifique avec l'archiduc son
frère. Par un acte formel de renonciation, il abandonna à celui-ci, ce
qu'il ne pouvait plus lui reprendre, l'Autriche et la Hongrie, et il le
reconnut pour son successeur au trône de Bohême.

L'empereur n'avait payé si cher sa délivrance que pour s'engager
immédiatement après dans un nouvel embarras. Les affaires de religion de
la Bohême avaient été renvoyées à la prochaine diète: elle s'ouvrit en
1609. Les états demandaient la liberté du culte, telle qu'elle avait
existé sous le dernier empereur, un consistoire particulier, la cession
de l'université de Prague, et la permission de nommer dans leur sein des
défenseurs, ou protecteurs de leur liberté. Rodolphe s'en tint à sa
première réponse: le parti catholique avait enchaîné toutes les
résolutions du timide empereur. Si réitérées et si menaçantes que
fussent les représentations des états, il persista dans sa première
déclaration de n'accorder rien au delà des anciennes conventions. La
diète se sépara sans avoir rien obtenu, et ses membres, irrités contre
l'empereur, convinrent entre eux de se réunir à Prague, de leur propre
autorité, pour aviser eux-mêmes à leurs intérêts.

Ils parurent en grand nombre à Prague, et les délibérations suivirent
leur cours, sans égard à la défense de l'empereur, et presque sous ses
yeux. La condescendance qu'il commença à montrer ne fit que leur prouver
combien ils étaient redoutés et accrut leur audace: sur l'article
principal, Rodolphe resta inébranlable. Alors ils exécutèrent leurs
menaces, et prirent sérieusement la résolution d'établir eux-mêmes en
tous lieux le libre exercice de leur culte et d'abandonner l'empereur
dans sa détresse, jusqu'à ce qu'il eût approuvé cette mesure. Ils
allèrent plus loin, et se donnèrent eux-mêmes les défenseurs que
l'empereur leur refusait. On en désigna dix de chacun des trois ordres;
on résolut de mettre sur pied au plus tôt une force militaire, et le
comte de Thurn, principal instigateur de cette révolte, fut nommé
général major. Des actes si sérieux obligèrent enfin Rodolphe de céder:
les Espagnols eux-mêmes le lui conseillèrent. Dans la crainte que les
états, poussés à bout, ne se donnassent enfin au roi de Hongrie, il
signa la fameuse _lettre impériale_ ou _de Majesté_ que les Bohêmes ont
invoquée, sous les successeurs de Rodolphe, pour justifier leur
soulèvement.

Par cette lettre, la confession de Bohême, que les états avaient
présentée à Maximilien, acquérait absolument les mêmes droits que
l'Église catholique. Les utraquistes (c'est par ce nom que les
protestants de Bohême continuaient de se désigner) obtiennent
l'université de Prague et un consistoire particulier, entièrement
indépendant du siége archiépiscopal de Prague. Ils conservent toutes les
églises qu'ils possèdent dans les villes, les villages et les bourgs, à
la date de la publication de la lettre; et, s'ils veulent encore en
bâtir de nouvelles, cette faculté ne sera interdite ni à l'ordre des
seigneurs et chevaliers ni à aucune ville. C'est sur ce dernier article
de la lettre impériale que s'éleva plus tard la querelle qui mit
l'Europe en feu.

La lettre impériale faisait de la Bohême protestante une sorte de
république. Les états avaient appris à connaître la force que leur
donnaient la constance, l'union et le bon accord dans leurs mesures. Il
ne restait guère plus à l'empereur qu'une ombre de sa puissance
souveraine. L'esprit de révolte trouva un dangereux encouragement dans
la personne des soi-disant protecteurs de la liberté. L'exemple et le
succès de la Bohême étaient un signal séduisant pour les autres États
héréditaires de l'Autriche, et tous se disposaient à arracher les mêmes
priviléges par les mêmes moyens. L'esprit de liberté parcourait une
province après l'autre, et, comme c'était surtout la discorde des
princes autrichiens que les protestants avaient mise à profit si
heureusement, on se hâta de réconcilier l'empereur avec le roi de
Hongrie.

Mais cette réconciliation ne pouvait être sincère. L'offense était trop
grave pour être pardonnée, et Rodolphe continua de nourrir dans son
coeur une haine inextinguible contre Matthias. Il s'arrêtait avec
douleur et colère à la pensée que le sceptre de Bohême devait aussi
venir à la fin dans cette main détestée; et la perspective n'était guère
plus consolante pour lui, si Matthias mourait sans héritier. Alors
Ferdinand, archiduc de Grætz, qu'il aimait tout aussi peu, devenait le
chef de la famille. Pour l'exclure, ainsi que Matthias, du trône de
Bohême, il conçut le dessein de faire passer cet héritage au frère de
Ferdinand, l'archiduc Léopold, évêque de Passau, celui de tous ses
agnats qu'il aimait le plus et qui avait le mieux mérité de sa personne.
Les idées des Bohêmes sur leur droit de libre élection au trône, leur
penchant pour la personne de Léopold, semblaient favorables à ce projet,
pour lequel Rodolphe avait consulté sa partialité et son désir de
vengeance plus que l'intérêt de sa maison. Cependant, pour accomplir son
dessein, il avait besoin de forces militaires, et il rassembla en effet
des troupes dans l'évêché de Passau. Nul ne connaissait la destination
de ce corps; mais une incursion soudaine qu'il fit en Bohême, par défaut
de solde, et à l'insu de l'empereur, et les désordres qu'il y commit,
soulevèrent contre Rodolphe tout le royaume. Vainement il protesta de
son innocence auprès des états de Bohême: ils n'y voulurent pas croire.
Vainement il essaya de réprimer la licence spontanée de ses soldats: il
ne put s'en faire écouter. Supposant que ces préparatifs avaient pour
objet la révocation de la lettre de Majesté, les défenseurs de la
liberté armèrent toute la Bohême protestante, et Matthias fut appelé
dans le pays. L'empereur, après que ses troupes de Passau eurent été
expulsées, resta dans Prague, privé de tout secours. On le surveillait,
comme un prisonnier, dans son propre château, et l'on éloigna de lui
tous ses conseillers. Cependant, Matthias avait fait son entrée à
Prague au milieu de l'allégresse, universelle, et, bientôt après,
Rodolphe fut assez pusillanime pour le reconnaître roi de Bohême: sévère
dispensation du sort, qui contraignit cet empereur de transmettre
pendant sa vie, à son ennemi, un trône qu'il n'avait pas voulu lui
laisser après sa mort! Pour comble d'humiliation, on le força de relever
de toutes leurs obligations ses sujets de Bohême, de Silésie et de
Lusace, par un acte de renonciation écrit de sa main. Il obéit, le coeur
déchiré. Tous, ceux-là mêmes qu'il croyait s'être le plus attachés,
l'avaient abandonné. Après avoir signé, il jeta par terre son chapeau,
et brisa avec les dents la plume qui lui avait rendu ce honteux service.

Tandis que Rodolphe perdait l'un après l'autre ses États héréditaires,
il ne soutenait pas beaucoup mieux sa dignité impériale. Chacun des
partis religieux qui divisaient l'Allemagne s'efforçait toujours de
gagner du terrain aux dépens de l'autre ou de se garantir contre ses
attaques. Plus était faible la main qui tenait le sceptre impérial, et
plus les protestants et les catholiques se sentaient abandonnés à
eux-mêmes: plus devaient s'accroître la vigilance avec laquelle ils
s'observaient réciproquement, et leur mutuelle défiance. Il suffisait
que l'empereur fût gouverné par les jésuites, et dirigé par les conseils
de l'Espagne, pour donner aux protestants un sujet d'alarmes et un
prétexte à leurs hostilités. Le zèle inconsidéré des jésuites, qui, dans
leurs écrits et du haut de leur chaire, jetaient du doute sur la
validité de la paix de religion, excitait toujours plus la défiance des
religionnaires, et leur faisait soupçonner dans la démarche la plus
indifférente des catholiques des vues dangereuses. Tout ce qui était
entrepris, dans les États héréditaires de l'empereur, pour limiter la
religion évangélique éveillait l'attention de toute l'Allemagne
protestante, et ce puissant soutien, que les sujets évangéliques de
l'Autriche trouvaient ou se flattaient de trouver chez leurs
coreligionnaires, contribuait beaucoup à leur audace et aux rapides
succès de Matthias. On croyait dans l'Empire que la durée prolongée de
la paix de religion n'était due qu'aux embarras où les troubles
intérieurs de ses États héréditaires jetaient l'empereur: aussi ne se
pressait-on nullement de le tirer de ces embarras.

Presque toutes les affaires de la diète de l'Empire demeuraient en
suspens, soit par la négligence de Rodolphe, soit par la faute des
princes protestants, qui s'étaient fait une loi de ne subvenir en rien
aux besoins communs, tant qu'on n'aurait pas fait droit à leurs griefs.
Ces griefs portaient principalement sur le mauvais gouvernement de
l'empereur, sur la violation de la paix religieuse, et sur les nouvelles
usurpations du conseil aulique de l'Empire, qui avait commencé sous ce
règne à étendre sa juridiction aux dépens de la chambre impériale.
Autrefois, les empereurs avaient prononcé souverainement par eux-mêmes
dans les cas de peu d'importance, avec le concours des princes dans les
cas graves, sur toutes les contestations qui s'élevaient entre les
membres de l'Empire, et que le droit du plus fort n'avait pas terminées
sans leur intervention; ou bien ils remettaient la décision à des juges
impériaux, qui suivaient la cour. A la fin du quinzième siècle, ils
avaient transféré cette juridiction souveraine à un tribunal régulier,
permanent et fixe, la chambre impériale de Spire, et les membres de
l'Empire, pour n'être pas opprimés par la volonté arbitraire de
l'empereur, s'étaient réservé le droit d'en nommer les assesseurs et
d'examiner les jugements par des révisions périodiques. Ce droit des
membres de l'Empire, nommé le droit de _présentation_ et de
_visitation_, la paix de religion l'avait étendu aux membres luthériens,
si bien que désormais les causes protestantes eurent aussi des juges
protestants, et qu'une sorte d'équilibre parut exister entre les deux
religions dans ce tribunal suprême de l'Empire.

Mais les ennemis de la réformation et des libertés germaniques,
attentifs à tout ce qui pouvait favoriser leurs vues, trouvèrent bientôt
un expédient pour détruire le bon effet de cette institution. Peu à peu,
l'usage s'introduisit qu'un tribunal particulier de l'empereur, le
conseil aulique impérial, établi à Vienne, et sans autre destination,
dans l'origine, que d'assister l'empereur de ses avis dans l'exercice de
ses droits personnels incontestés; un tribunal dont les membres, nommés
arbitrairement par l'empereur seul et payés par lui seul, devaient
prendre pour loi suprême l'intérêt de leur maître, pour unique règle
l'avantage de la religion catholique, qu'ils professaient: que ce
conseil, dis-je, exerçât la haute justice sur les membres de l'Empire.
Beaucoup d'affaires litigieuses, entre des membres de différente
religion, sur lesquelles la chambre impériale avait seule le droit de
prononcer, ou qui, avant son institution, ressortissaient au conseil des
princes, étaient maintenant portées devant le conseil aulique. Il ne
faut pas s'étonner si les sentences de ce tribunal trahissaient leur
origine, et si des juges catholiques et des créatures de l'empereur
sacrifiaient la justice à l'intérêt de la religion catholique et de
l'empereur. Quoique tous les membres de l'Empire semblassent intéressés
à s'élever à temps contre un abus si dangereux, cependant les
protestants, qu'il blessait plus sensiblement, se levèrent seuls (encore
ne furent-ils pas unanimes) pour défendre la liberté allemande, qu'une
institution si arbitraire attaquait dans ce qu'elle a de plus sacré,
l'administration de la justice. Certes l'Allemagne n'aurait eu guère à
se féliciter d'avoir aboli le droit du plus fort et institué la chambre
impériale, si l'on eût encore souffert, à côté de ce tribunal, la
juridiction arbitraire de l'empereur. Les membres de l'Empire germanique
eussent fait bien peu de progrès, en comparaison des temps de barbarie,
si la chambre impériale, où ils siégeaient à côté de l'empereur et pour
laquelle ils avaient renoncé à leur ancien droit de princes souverains,
avait dû cesser d'être une juridiction nécessaire. Mais, à cette époque,
les esprits alliaient souvent les plus étranges contradictions. Alors,
au titre d'empereur, légué par le despotisme romain, s'attachait encore
une idée de pouvoir absolu, qui faisait avec le reste du droit public
allemand le plus ridicule contraste, mais qui était néanmoins soutenue
par les juristes, propagée par les fauteurs du despotisme et reçue par
les faibles comme un article de foi.

A ces griefs généraux s'ajouta peu à peu une suite d'incidents
particuliers, qui portèrent enfin les inquiétudes des protestants
jusqu'à la plus vive défiance. A l'époque des persécutions religieuses
exercées par les Espagnols dans les Pays-Bas, quelques familles
protestantes s'étaient réfugiées dans la ville impériale catholique
d'Aix-la-Chapelle, où elles s'établirent à demeure et augmentèrent
insensiblement le nombre de leurs adhérents. Ayant réussi, par adresse,
à faire entrer quelques personnes de leur croyance dans le conseil de la
ville, les religionnaires demandèrent une église et l'exercice public de
leur culte, et comme ils essuyèrent un refus, ils se firent raison par
la force et s'emparèrent même de toute l'administration municipale.
C'était pour l'empereur et tout le parti catholique un coup trop
sensible de voir une ville si considérable au pouvoir des protestants.
Toutes les représentations de Rodolphe et ses ordres de rétablir les
choses sur l'ancien pied étant demeurés sans effet le conseil aulique
mit la ville au ban de l'Empire, par une sentence qui ne reçut toutefois
son exécution que sous le règne suivant.

Les protestants firent, pour étendre leur domaine et leur puissance,
deux autres tentatives plus considérables. L'électeur de Cologne,
Gebhard, né Truchsess de Waldbourg, conçut pour la jeune comtesse Agnès
de Mansfeld, chanoinesse de Gerresheim, une violente passion, à laquelle
Agnès ne fut pas insensible. Comme les yeux de toute l'Allemagne étaient
fixés sur cette liaison, les deux frères de la comtesse, zélés
calvinistes, demandèrent satisfaction de cette atteinte à l'honneur de
leur maison, qui ne pouvait être sauvé par un mariage, tant que
l'électeur demeurerait évêque catholique. Ils le menacèrent de laver
cette tache dans son sang et celui de leur soeur, s'il ne renonçait
aussitôt à tout commerce avec la comtesse ou ne lui rendait l'honneur
devant les autels. L'électeur, indifférent à toutes les conséquences de
sa démarche, n'écouta que la voix de l'amour. Soit qu'il eût déjà, en
général, du penchant pour la religion réformée, soit que les charmes de
son amante opérassent seuls ce miracle, il abjura la foi catholique et
conduisit la belle Agnès à l'autel.

L'affaire était de la plus haute importance. D'après la lettre de la
réserve ecclésiastique, l'électeur avait perdu par cette apostasie tous
ses droits à l'archevêché; et, si les catholiques étaient jamais
intéressés à faire exécuter la réserve, c'était surtout lorsqu'il
s'agissait d'un électorat. D'un autre côté, il était bien dur de
renoncer au pouvoir suprême, et cela coûtait plus encore à la tendresse
d'un époux qui aurait tant désiré de donner plus de prix à l'offre de
son coeur et de sa main par l'hommage d'une principauté. La réserve
ecclésiastique était d'ailleurs un point litigieux du traité
d'Augsbourg, et toute l'Allemagne protestante jugeait d'une extrême
importance d'enlever au parti catholique ce quatrième électorat. Déjà
l'exemple d'actes pareils avait été donne, et avec un heureux succès,
dans plusieurs bénéfices ecclésiastiques de la basse Allemagne.
Plusieurs chanoines de Cologne étaient dès lors protestants et tenaient
pour l'électeur; dans la ville même, il pouvait compter sur de nombreux
adhérents de la même religion. Tous ces motifs, auxquels les
encouragements de ses amis et de ses proches, et les promesses de
plusieurs cours allemandes donnaient encore plus de force, décidèrent
l'électeur à garder son archevêché, même après son changement de
religion.

Mais on vit bientôt qu'il avait entrepris une lutte au-dessus de ses
forces. En permettant le libre exercice du culte évangélique dans le
pays de Cologne, il avait déjà provoqué la plus violente opposition de
la part des chanoines et des membres des états. L'intervention de
l'empereur et l'anathème de Rome, qui l'excommuniait comme apostat et le
dépouillait de toutes ses dignités ecclésiastiques et séculières,
armèrent contre lui ses États et son chapitre. Gebhard leva des troupes;
les chanoines en firent autant. Pour s'assurer promptement un puissant
soutien, ils se hâtèrent de nommer un nouvel électeur, et le choix tomba
sur l'évêque de Liége, prince de Bavière.

Alors commença une guerre civile, qui pouvait aisément aboutir à une
rupture générale de la paix dans l'Empire, vu le grand intérêt que
devaient prendre à cet incident les deux partis qui divisaient
l'Allemagne. Les protestants s'indignaient surtout que le pape eût osé,
en vertu d'un prétendu pouvoir apostolique, dépouiller de ses dignités
impériales un prince de l'Empire. Même dans l'âge d'or de leur
domination spirituelle, les papes s'étaient vu contester ce droit:
combien plus dans un siècle où, au sein d'un parti, leur autorité était
entièrement tombée et ne reposait chez l'autre que sur de très-faibles
appuis! Toutes les cours protestantes d'Allemagne intervinrent
énergiquement à ce sujet auprès de l'empereur. Henri IV, qui n'était
encore alors que roi de Navarre, ne négligea aucune voie de
négociations pour recommander avec instance aux princes allemands de
maintenir leurs droits. Le cas était décisif pour la liberté de
l'Allemagne. Quatre voix protestantes contre trois voix catholiques,
dans le collége des électeurs, faisaient nécessairement pencher la
balance en faveur des protestants et fermaient pour toujours à la maison
d'Autriche l'accès du trône impérial.

Mais l'électeur Gebhard avait embrassé la religion réformée, et non la
luthérienne: cette seule circonstance fit son malheur. L'animosité qui
régnait entre ces deux Églises ne permit pas aux princes évangéliques de
le regarder comme un des leurs et de l'appuyer comme tel avec énergie.
Tous l'avaient encouragé, il est vrai, et lui avaient promis des
secours; mais un prince apanagé de la maison palatine, le comte palatin
Jean Casimir, zélé calviniste, fut le seul qui lui tint parole. Malgré
la défense de l'empereur, il accourut, avec sa petite armée, dans le
pays de Cologne; mais il ne fit rien de considérable, parce que
l'électeur, qui manquait même des choses les plus nécessaires, le laissa
absolument sans aide. L'électeur nouvellement élu fit des progrès
d'autant plus rapides, qu'il était puissamment soutenu par ses parents
bavarois et par les Espagnols, qui le secoururent des Pays-Bas. Les
soldats de Gebhard, laissés sans paye par leur maître, livrèrent à
l'ennemi une place après l'autre; d'autres furent obligées de capituler.
Gebhard se maintint un peu plus longtemps dans ses États de Westphalie,
jusqu'à ce qu'il fut contraint là aussi de céder devant des forces
supérieures. Après avoir fait pour son rétablissement plusieurs
tentatives inutiles en Hollande et en Angleterre, il se retira dans
l'évêché de Strasbourg, où il mourut doyen du chapitre: première victime
de la réserve ecclésiastique ou plutôt du défaut d'harmonie entre les
protestants d'Allemagne!

A cette querelle de Cologne s'en rattacha bientôt une autre dont
Strasbourg fut le théâtre. Plusieurs chanoines protestants de Cologne,
atteints de l'anathème papal en même temps que l'électeur, s'étaient
réfugiés dans l'évêché de Strasbourg, où ils possédaient des prébendes.
Les chanoines catholiques se faisant scrupule, vu qu'ils étaient
proscrits, de leur en permettre la jouissance, ils se mirent eux-mêmes
en possession, de leur autorité privée et par la force, et un puissant
parti protestant de la bourgeoisie de Strasbourg leur donna bientôt la
supériorité dans le chapitre. Les chanoines catholiques s'enfuirent à
Saverne; là, sous la protection de leur évêque, ils continuèrent de
tenir leur chapitre, comme le seul régulier, et déclarèrent intrus les
chanoines restés à Strasbourg. Cependant ceux-ci s'étaient renforcés par
l'admission de plusieurs membres protestants de haute naissance, si bien
qu'à la mort de l'évêque, ils osèrent en présenter un nouveau dans la
personne d'un prince protestant, Jean-Georges de Brandebourg. Les
chanoines catholiques, loin d'accepter ce choix, présentèrent l'évêque
de Metz, prince lorrain, qui signala aussitôt son élection par des
hostilités sur le territoire de Strasbourg.

La ville de Strasbourg ayant pris les armes pour le chapitre protestant
et le prince de Brandebourg, et le parti contraire, soutenu par des
troupes lorraines, cherchant à s'emparer des biens de l'évêché, il
s'ensuivit une longue guerre, accompagnée, suivant l'esprit du temps, de
barbares dévastations. Vainement l'empereur voulut interposer son
autorité souveraine pour décider la querelle: les biens de l'évêché
restèrent longtemps encore divisés entre les deux partis, jusqu'à ce
qu'enfin le prince protestant abandonna ses prétentions pour un médiocre
équivalent en argent. Ainsi l'Église catholique sortit encore
triomphante de cette affaire.

Ce différend était à peine terminé, qu'il se passa à Donawert, ville
impériale de Souabe, un événement plus inquiétant encore pour toute
l'Allemagne protestante. Dans cette ville, jusque-là catholique, le
parti protestant avait pris, par les voies accoutumées, une telle
prépondérance, sous les règnes de Ferdinand et de son fils, que les
catholiques furent réduits à se contenter d'une église succursale dans
le couvent de la Sainte-Croix et à dérober aux scandales de l'autre
parti la plupart de leurs cérémonies religieuses. Enfin un abbé
fanatique de ce couvent osa braver les sentiments populaires et ordonner
une procession publique, avec la croix en tête et les bannières
déployées; mais on le força bientôt de renoncer à son entreprise.
L'année suivante, ce même abbé, encouragé par une déclaration favorable
de l'empereur, ayant renouvelé cette procession, on se porta à des actes
publics de violence. Comme la procession revenait, la populace fanatique
ferma la porte aux religieux, abattit leurs bannières, et les accompagna
chez eux avec des cris et des injures. Une citation impériale fut la
suite de ces violences, et, le peuple furieux ayant menacé la personne
des commissaires impériaux, toutes les tentatives d'accommodement
amiable ayant échoué auprès de cette multitude fanatique, la ville fut
mise formellement au ban de l'Empire, et le duc Maximilien de Bavière
chargé d'exécuter la sentence. A l'approche de l'armée bavaroise, le
découragement s'empara tout à coup de cette bourgeoisie naguère si
arrogante, et elle posa les armes sans résistance. L'entière abolition
du culte protestant dans ses murs fut le châtiment de sa faute. Donawert
perdit ses priviléges, et, de ville impériale de Souabe, elle devint
ville provinciale de Bavière.

Il y avait dans cette affaire deux circonstances qui devaient exciter au
plus haut degré l'attention des protestants, quand même l'intérêt de la
religion aurait eu pour eux moins de force. C'était le conseil aulique
de l'Empire, tribunal arbitraire et entièrement catholique, dont ils
contestaient d'ailleurs si vivement la juridiction, qui avait rendu la
sentence, et l'on avait chargé de l'exécution le duc de Bavière, le chef
d'un cercle étranger. Des actes si contraires à la constitution
faisaient prévoir, de la part des catholiques, des mesures violentes qui
pouvaient bien s'appuyer sur une entente secrète et un plan dangereux,
et finir par la ruine entière de leur liberté religieuse.

Dans un état de choses où la force fait la loi, où toute sûreté repose
sur le pouvoir, le parti le plus faible sera toujours le plus pressé de
se mettre en défense. C'est ce qu'on vit alors en Allemagne. Si les
catholiques avaient réellement formé quelques desseins hostiles contre
les protestants, il était raisonnable de croire que les premiers coups
seraient portés sur l'Allemagne du sud plutôt que sur celle du nord,
parce que, dans la basse Allemagne, les protestants étaient liés entre
eux, sans interruption, sur une grande étendue de pays, et pouvaient,
par conséquent, se soutenir fort aisément les uns les autres; tandis
que, dans la haute Allemagne, séparés de leurs coreligionnaires,
entourés de tous côtés par les catholiques, ils étaient exposés sans
défense à toute irruption. En outre, si, comme il était à présumer, les
catholiques voulaient mettre à profit les divisions intestines des
protestants et diriger leur attaque contre une seule secte, les
calvinistes, qui étaient les plus faibles et d'ailleurs exclus du traité
de paix, se trouvaient évidemment dans un danger plus prochain, et
c'était sur eux que devaient tomber les premiers coups.

Les deux circonstances se rencontraient dans les États de l'électeur
palatin: ils avaient dans le duc de Bavière un voisin redoutable, et
leur retour au calvinisme ne leur permettait d'espérer ni la protection
du traité de paix religieuse, ni de grands secours des membres
évangéliques de l'Empire. Aucun pays d'Allemagne n'a éprouvé, en aussi
peu d'années, des changements de religion aussi rapides que le Palatinat
à cette époque. On vit, dans le court espace de soixante années, ce
pays, malheureux jouet de ses maîtres, prêter deux fois serment à la
doctrine de Luther, et deux fois l'abandonner pour celle de Calvin.
D'abord l'électeur Frédéric III avait été infidèle à la confession
d'Augsbourg, dont Louis, son fils aîné et son successeur, fit de
nouveau, par un changement brusque et violent, la religion dominante.
Les calvinistes furent dépouillés de leurs églises dans tout le pays;
leurs ministres, et même les maîtres d'école de leur confession, furent
bannis hors des frontières; ce prince évangélique si zélé les poursuivit
jusque dans son testament, en ne donnant pour tuteurs à son fils encore
mineur que des luthériens d'une sévère orthodoxie. Mais son frère, le
comte palatin Jean Casimir, cassa ce testament illégal, et, en vertu de
la bulle d'or, il prit possession de la tutelle et de toute
l'administration. On donna au jeune électeur, Frédéric IV, âgé de neuf
ans, des instituteurs calvinistes, à qui l'on recommanda d'extirper de
l'âme de leur élève l'hérésie luthérienne, dussent-ils y employer les
coups. Si l'on agissait de la sorte avec le maître, il est aisé de
deviner comment on traitait les sujets.

Ce fut sous ce Frédéric IV que la cour palatine se donna beaucoup de
mouvement pour entraîner les membres protestants de l'Empire d'Allemagne
à de communes mesures contre la maison d'Autriche, et, s'il était
possible, à une ligue générale. Outre que cette cour était dirigée par
les conseils de la France, conseils dont l'âme était la haine de
l'Autriche, le soin de sa propre sûreté l'obligeait de se ménager à
temps le secours, si douteux, des évangéliques contre un ennemi voisin
et supérieur en forces. Mais de grandes difficultés s'opposaient à cette
ligue: l'antipathie des évangéliques pour les réformés le cédait à peine
à leur commune horreur des papistes. On chercha donc premièrement à
réunir les deux communions, pour faciliter ensuite l'alliance politique;
mais toutes les tentatives échouèrent: elles n'aboutirent le plus
souvent qu'à fortifier chaque parti dans sa croyance. Il ne restait
d'autre ressource que d'augmenter la défiance et la crainte des
évangéliques, pour leur faire juger la réunion nécessaire. On amplifia
les forces des catholiques; on exagéra le danger; des événements
fortuits furent attribués à un plan médité; de simples incidents furent
défigurés par des interprétations odieuses, et l'on prêta à toute la
conduite des catholiques un accord et une préméditation, dont ils
étaient vraisemblablement bien éloignés.

La diète de Ratisbonne, où les protestants s'étaient flattés de faire
renouveler la paix de religion, s'était séparée sans résultat, et à
leurs anciens griefs venait de s'ajouter l'oppression récente de
Donawert. Alors s'effectua, avec une incroyable rapidité, la réunion si
longtemps désirée et tentée. L'électeur palatin Frédéric IV, le comte
palatin de Neubourg, deux margraves de Brandebourg, le margrave de Bade
et le duc Jean Frédéric de Wurtemberg, ainsi des luthériens avec des
calvinistes, conclurent à Anhausen, en Franconie (1608), pour eux et
leurs héritiers, une étroite alliance nommée l'_Union évangélique_. Les
princes unis se promettaient, contre tout offenseur, conseils et secours
mutuels, dans ce qui intéressait la religion et leurs droits de membres
de l'Empire; ils se reconnaissaient tous solidaires. Si un membre de
l'Union voyait ses États envahis, les autres devaient s'armer
sur-le-champ et courir à sa défense. Les terres, les villes et les
châteaux des alliés seraient ouverts, en cas de nécessité, aux troupes
de chacun; les conquêtes seraient partagées entre tous selon la mesure
du contingent fourni. En temps de paix, la direction de toute l'alliance
serait remise à l'électeur palatin, mais avec des pouvoirs limités. Pour
subvenir aux frais, on exigea des avances, et un fonds fut consigné. La
différence de religion, entre luthériens et calvinistes, ne devait avoir
sur l'Union aucune influence. On se liait pour dix ans. Chaque associé
avait dû s'engager à recruter de nouveaux membres. L'électeur de
Brandebourg se montra bien disposé, celui de Saxe désapprouva
l'alliance; la Hesse ne put venir à bout de se déterminer; les ducs de
Brunswick et de Lunebourg voyaient aussi à la chose des difficultés.
Mais les trois villes impériales de Strasbourg, Nuremberg et Ulm ne
furent pas pour l'Union une acquisition de médiocre importance, parce
qu'on avait grand besoin de leur argent, et que leur exemple pouvait
être suivi par plusieurs autres villes impériales.

Les membres ligués de la diète, jusque-là timides et peu redoutés dans
leur isolement, tinrent, l'Union une fois conclue, un langage hardi. Ils
portèrent devant l'empereur, par le prince Christian d'Anhalt, leurs
plaintes et leurs demandes communes, dont les principales étaient le
rétablissement de Donawert, l'abolition de la juridiction aulique, et
même une réforme dans l'administration et le conseil de l'empereur. Les
princes avaient eu soin de choisir, pour lui faire ces représentations,
le moment où les troubles de ses États héréditaires le laissaient à
peine respirer; où il venait de perdre et de voir passer au pouvoir de
Matthias l'Autriche et la Hongrie; où il n'avait sauvé sa couronne de
Bohême que par la concession de la lettre impériale; enfin, où la
succession de Juliers préparait déjà de loin un nouvel embrasement. Il
ne faut donc pas s'étonner que l'indolent monarque se soit pressé moins
que jamais de se résoudre, et que les princes unis aient pris les armes
avant qu'il eût seulement délibéré.

Les catholiques observaient l'Union d'un regard soupçonneux; l'Union
surveillait avec la même défiance les catholiques et l'empereur, qui
suspectait lui-même l'un et l'autre parti: l'inquiétude et l'irritation
étaient partout au comble. Et il fallut que, dans ce moment critique, la
mort du duc Jean Guillaume de Juliers vint encore ouvrir, dans le pays
de Juliers et de Clèves, une succession très-litigieuse.

Huit prétendants réclamaient cet héritage, que des traités solennels
avaient déclaré indivisible, et l'empereur, qui laissait voir le désir
de le retirer, comme fief impérial tombé en déshérence, pouvait passer
pour un neuvième compétiteur. Quatre d'entre eux, l'électeur de
Brandebourg, le comte palatin de Neubourg, le comte palatin de
Deux-Ponts et le margrave de Burgau, prince autrichien, réclamaient
cette succession, comme fief féminin, au nom de quatre princesses,
soeurs du feu duc. Deux autres, l'électeur de Saxe, de la ligne
albertine, et les ducs de Saxe, de la ligne ernestine, s'appuyaient sur
une expectative plus ancienne, que l'empereur Frédéric III leur avait
accordée sur cet héritage, et que Maximilien Ier avait confirmée aux
deux maisons de Saxe. On s'arrêta peu aux prétentions de quelques
princes étrangers. L'électeur de Brandebourg et le comte de Neubourg
avaient peut-être le droit le mieux fondé, un droit qui leur donnait, ce
semble, des chances assez égales. Aussi, dès que la succession fut
ouverte, ces deux princes firent prendre possession de l'héritage:
Brandebourg agit le premier; Neubourg suivit son exemple. Ils
commencèrent leur querelle avec la plume, et l'auraient
vraisemblablement finie avec l'épée: mais l'intervention de l'empereur,
qui voulait appeler cette cause devant son trône et mettre
provisoirement le séquestre sur le pays en litige, amena bientôt les
deux partis à conclure un accord, pour écarter le danger commun. Ils
convinrent de gouverner conjointement le duché. Vainement l'empereur
fit-il sommer les états du pays de refuser l'hommage à leurs nouveaux
maîtres; vainement envoya-t-il dans les duchés son parent, l'archiduc
Léopold, évêque de Passau et de Strasbourg, afin de soutenir par sa
présence le parti impérial: tout le pays s'était soumis, à l'exception
de Juliers, aux princes protestants, et le parti de l'empereur se vit
assiégé dans la ville capitale.

La contestation de Juliers était importante pour toute l'Allemagne; elle
excita même l'attention de plusieurs cours de l'Europe. La question
n'était pas seulement de savoir qui posséderait le duché de Juliers et
qui ne le posséderait pas: on se demandait surtout lequel des deux
partis qui divisaient l'Allemagne, le catholique ou le protestant,
s'agrandirait d'une possession si considérable; laquelle des deux
religions gagnerait ou perdrait ce territoire. On se demandait si
l'Autriche réussirait encore une fois dans ses usurpations, et
assouvirait par une nouvelle proie sa fureur de conquêtes, ou si la
liberté de l'Allemagne et l'équilibre de ses forces seraient maintenus
contre les usurpations de l'Autriche. La querelle de la succession de
Juliers intéressait donc toutes les puissances ennemies de cette maison
et favorables à la liberté. L'Union évangélique, la Hollande,
l'Angleterre, et surtout Henri IV, y furent engagés.

Ce monarque, qui avait consumé la plus belle moitié de sa vie à lutter
contre la maison d'Autriche, et qui n'avait enfin surmonté qu'à force de
persévérance et de courage héroïque les obstacles que cette maison avait
élevés entre le trône et lui, n'était pas resté jusqu'alors spectateur
oisif des troubles d'Allemagne. C'était précisément cette lutte des
princes contre l'empereur qui donnait et assurait la paix à la France.
Les protestants et les Turcs étaient les deux forces salutaires, qui
pesaient, à l'orient et à l'occident, sur la puissance autrichienne;
mais, aussitôt qu'on lui permettait de se dégager de cette contrainte,
elle se relevait aussi formidable que jamais. Henri IV avait eu, pendant
toute une moitié de vie d'homme, le spectacle continuel de la soif de
domination et de conquête de l'Autriche. Ni l'adversité, ni même la
pauvreté d'esprit, qui tempère cependant d'ordinaire toutes les
passions, ne pouvaient éteindre celle-là dans un coeur où coulait une
seule goutte du sang de Ferdinand d'Aragon. L'ambition d'agrandissement
de l'Autriche avait déjà, depuis un siècle, arraché l'Europe à une
heureuse paix et causé une violente révolution dans l'intérieur de ses
principaux États. Elle avait dépouillé les champs de cultivateurs et les
ateliers d'artisans, pour couvrir de masses armées, immenses, inconnues
jusque-là, le sol de l'Europe, et de flottes ennemies les mers destinées
au commerce. Elle avait imposé aux princes européens la nécessité
funeste d'accabler d'impôts inouïs l'industrie de leurs sujets et
d'épuiser, dans une défense contrainte, le meilleur des forces de leurs
domaines, perdues pour le bonheur des habitants. Point de paix pour
l'Europe, point de plan durable pour le bonheur des peuples, aussi
longtemps qu'on laisserait cette redoutable famille troubler, à son gré,
le repos de cette partie du monde.

Telles étaient les pensées qui couvraient d'un nuage l'âme de Henri,
vers la fin de sa glorieuse carrière. Quels efforts n'avait-il pas dû
faire pour tirer la France du chaos où l'avait plongée une longue guerre
civile, allumée et entretenue par cette même Autriche! Tout grand homme
veut avoir travaillé pour le long avenir. Et qui pouvait garantir à ce
monarque la durée de la prospérité où il laissait la France, aussi
longtemps que l'Autriche et l'Espagne ne feraient qu'une puissance,
maintenant épuisée et abattue, il est vrai, mais qui n'avait besoin que
d'un heureux hasard pour se reformer soudain en un seul corps et
renaître aussi formidable que jamais? S'il voulait laisser à son
successeur un trône bien affermi et à son peuple une paix durable, il
fallait que cette dangereuse puissance fût désarmée pour toujours. Telle
était la source de la haine implacable que Henri IV avait jurée à
l'Autriche: haine inextinguible, ardente et juste comme l'inimitié
d'Annibal envers le peuple de Romulus, mais ennoblie par un principe
plus généreux.

Toutes les puissances de l'Europe avaient, comme Henri IV, ce grand
devoir à remplir; mais toutes n'avaient pas sa lumineuse politique, son
courage désintéressé, pour agir en vue d'un tel devoir. Tout homme, sans
distinction, est séduit par un avantage prochain: les grandes âmes sont
seules touchées d'un bien éloigné. Aussi longtemps que, dans ses
desseins, la sagesse compte sur la sagesse ou se fie à ses propres
forces, elle ne forme que des plans chimériques et court le danger de se
rendre la risée du monde; mais elle est assurée d'un heureux succès et
peut se promettre les applaudissements et l'admiration des hommes,
aussitôt que, dans ses plans de génie, elle a un rôle pour la barbarie,
la cupidité et la superstition, et que les circonstances lui permettent
d'employer des passions égoïstes à l'accomplissement de ses beaux
projets.

Dans la première supposition, le fameux dessein de Henri IV, de chasser
la maison d'Autriche de toutes ses possessions et de partager cette
proie entre les puissances de l'Europe, aurait effectivement mérité le
nom de chimère, qu'on lui a tant prodigué; mais le méritait-il aussi
dans l'autre hypothèse? Jamais l'excellent roi n'avait compté, chez les
exécuteurs de son projet, sur un motif pareil à celui qui l'animait
lui-même et son fidèle Sully dans cette entreprise. Tous les États dont
le concours lui était nécessaire furent décidés à accepter le rôle
qu'ils avaient à remplir, par les mobiles les plus forts et les plus
capables d'entraîner une puissance politique. Aux protestants d'Autriche
on ne demandait que de secouer le joug autrichien, et c'était déjà le
but de leurs efforts; aux Pays-Bas, de s'affranchir de même de
l'Espagne. Le pape et les républiques italiennes n'avaient pas de plus
grand intérêt que de bannir pour jamais la tyrannie espagnole de leur
péninsule; pour l'Angleterre, rien n'était plus désirable qu'une
révolution qui la délivrait de son plus mortel ennemi. A ce partage des
dépouilles de l'Autriche, chaque puissance gagnait ou une extension de
territoire ou la liberté; des possessions nouvelles ou la sûreté pour
les anciennes; et, comme toutes y gagnaient, l'équilibre ne recevait
nulle atteinte. La France pouvait dédaigner généreusement toute part au
butin, car sa force était plus que doublée par la ruine de l'Autriche,
et rien ne la rendait plus puissante que de ne pas agrandir sa
puissance. Enfin, pour récompenser les descendants de Habsbourg de
délivrer l'Europe de leur présence, on leur donnait la liberté de
s'étendre dans tous les autres mondes, découverts et à découvrir. Les
coups de poignard de Ravaillac sauvèrent l'Autriche et retardèrent de
quelques siècles le repos de l'Europe.

Les yeux attachés sur ce plan, Henri IV dut s'empresser de prendre une
part active à l'Union évangélique en Allemagne, et à la querelle de la
succession de Juliers, comme à deux événements de la plus grande
importance. Ses négociateurs agissaient sans relâche auprès de toutes
les cours protestantes d'Allemagne, et le peu qu'ils révélaient ou
qu'ils laissaient pressentir du grand secret politique de leur maître
suffisait pour gagner des esprits animés d'une haine si ardente contre
l'Autriche et possédés d'une telle ambition de s'agrandir. Les habiles
efforts de Henri resserrèrent encore les liens de l'Union, et le
puissant secours qu'il promit éleva le courage de ses membres au plus
haut degré de confiance. Une nombreuse armée française, commandée par le
roi en personne, devait joindre sur le Rhin les troupes de l'Union et
d'abord les aider à achever la conquête du pays de Clèves et de Juliers,
marcher ensuite avec les Allemands en Italie, où la Savoie, Venise et le
pape tenaient déjà prêt un puissant renfort, et renverser là tous les
trônes espagnols. L'armée victorieuse devait après cela pénétrer, de la
Lombardie, dans les domaines héréditaires de la maison de Habsbourg: là,
favorisée par une révolte générale des protestants, elle brisait le
sceptre autrichien dans tous ses États allemands, dans la Bohême, la
Hongrie et la Transylvanie. Pendant ce temps, les Brabançons et les
Hollandais, renforcés des secours de la France, se délivreraient
également de leurs tyrans espagnols, et ce torrent débordé, effroyable,
qui naguère encore avait menacé d'engloutir dans ses sombres tourbillons
la liberté de l'Europe, coulerait désormais, sans bruit et oublié,
derrière les Pyrénées.

Les Français s'étaient toujours vantés de leur célérité: cette fois, ils
furent devancés par les Allemands. Avant que Henri IV se fût montré en
Alsace, une armée de l'Union y parut et dispersa un corps autrichien,
que l'évêque de Strasbourg et de Passau avait rassemblé dans cette
contrée, pour le conduire dans le pays de Juliers, Henri IV avait formé
son plan en homme d'État et en roi, mais il en avait remis l'exécution à
des brigands. Dans sa pensée, il ne fallait donner lieu à aucun membre
catholique de l'Empire de se croire menacé par cet armement et de faire
de la cause de l'Autriche la sienne. La religion ne devait être en
aucune sorte mêlée dans cette entreprise. Mais comment les projets de
Henri IV eussent-ils fait oublier aux princes allemands leurs vues
particulières? La soif des conquêtes, la haine religieuse étaient leur
mobile: ne devaient-ils pas saisir, chemin faisant, toutes les occasions
de satisfaire leur passion dominante? Ils s'abattaient comme des
vautours sur les États des princes ecclésiastiques et choisissaient,
quels que fussent les détours à faire, ces grasses campagnes pour y
asseoir leur camp. Comme s'ils eussent été en pays ennemi, ils levaient
des contributions, saisissaient arbitrairement les revenus de l'État, et
prenaient de force tout ce qu'on ne voulait pas leur abandonner de gré.
Pour ne pas laisser aux catholiques le moindre doute sur les vrais
motifs de leur armement, ils annoncèrent hautement et sans détour le
sort qu'ils réservaient aux bénéfices ecclésiastiques. On voit comme
Henri IV et les princes allemands s'étaient peu entendus pour ce plan
d'opérations, et combien l'excellent roi s'était trompé quant à ses
instruments! Tant il est vrai toujours que, si la sagesse commande
jamais une violence, il ne faut point charger l'homme violent de
l'accomplir, et qu'à celui-là seul pour qui l'ordre est chose sacrée on
peut confier la mission d'en enfreindre les lois.

La conduite de l'Union, qui révolta même plusieurs États évangéliques,
et la crainte de maux encore plus grands, produisirent chez les
catholiques quelque chose de plus qu'une oisive colère. L'autorité de
l'empereur était trop déchue pour les protéger contre un tel ennemi.
C'était leur alliance qui rendait les membres de l'Union si redoutables
et si insolents: c'était une alliance qu'il fallait leur opposer.

L'évêque de Wurtzbourg traça le plan de cette union catholique, qui se
distingua de l'évangélique par le nom de Ligue. Les points dont on
convint furent à peu près les mêmes que ceux qui servaient de base à
l'Union. La plupart des membres étaient des évêques. Le duc Maximilien
de Bavière se mit à la tête de la Ligue, mais, en sa qualité de seul
membre laïque considérable, avec un pouvoir bien supérieur à celui que
les protestants avaient laissé à leur chef. Outre que le duc de Bavière
commandait seul toutes les forces militaires de son parti, ce qui
donnait aux opérations une promptitude et une vigueur que ne pouvaient
guère avoir celles de l'Union, la Ligue avait encore cet avantage que
les contributions des riches prélats étaient payées bien plus
régulièrement que celles des pauvres membres évangéliques de l'Union.
Sans proposer à l'empereur, comme prince catholique de l'Empire, de
prendre part à l'alliance, sans lui en rendre compte comme au chef de
l'État, la Ligue se leva tout à coup, inattendue et menaçante, armée
d'une force assez grande pour écraser à la fin l'Union et se maintenir
sous trois empereurs. Elle combattait, il est vrai, pour l'Autriche,
puisqu'elle était dirigée contre les princes protestants; mais
l'Autriche elle-même fut bientôt réduite à trembler devant elle.

Cependant les armes des princes unis avaient été assez heureuses dans le
duché de Juliers et en Alsace; ils tenaient Juliers bloqué étroitement,
et tout l'évêché de Strasbourg était en leur pouvoir. Mais leurs
brillants succès étaient arrivés à leur terme. Il ne parut pas d'armée
française sur le Rhin: celui qui devait la commander, qui devait être
l'âme de toute l'entreprise, Henri IV, n'était plus. Les fonds
s'épuisaient; les États refusaient d'en fournir de nouveaux, et les
villes impériales, membres de l'Union, s'étaient senties fort blessées
qu'on leur demandât sans cesse leur argent et jamais leurs avis. Elles
se montraient surtout irritées d'avoir dû se mettre en frais pour la
querelle de Juliers, formellement exclue cependant des affaires de
l'Union; de ce que les princes s'adjugeaient de grosses pensions sur la
caisse commune et, avant tout, de ce qu'ils ne leur rendaient aucun
compte de l'emploi des fonds.

L'Union penchait donc vers sa chute, dans le temps même où la Ligue
naissante se levait contre elle avec des forces entières et fraîches. La
pénurie d'argent qui se faisait sentir ne permettait pas aux princes
unis de tenir plus longtemps la campagne, et cependant il était
dangereux de déposer les armes, à la vue d'un adversaire prêt à
combattre. Pour se garantir au moins d'un côté, on se hâta de traiter
avec l'ennemi le plus ancien, l'archiduc Léopold, et les deux partis
convinrent de retirer leurs troupes d Alsace, de rendre les prisonniers
et d'ensevelir le passé dans l'oubli. C'est à ce vain résultat
qu'aboutit cet armement, dont on s'était tant promis.

Le langage impérieux avec lequel l'Union, dans la confiance de sa force,
s'était annoncée à l'Allemagne catholique, la Ligue l'employait
maintenant vis-à-vis de l'Union et de ses troupes. On leur montrait les
traces de leur expédition, et on les flétrissait hautement elles-mêmes
des termes les plus sévères, que méritait leur conduite. Les évêchés de
Wurtzbourg, Bamberg, Strasbourg, Mayence, Trèves, Cologne, et beaucoup
d'autres, avaient éprouvé leur présence dévastatrice. On demanda que
tous ces pays fussent dédommagés, que la liberté du passage par terre et
par eau fût rétablie (car les princes unis s'étaient aussi rendus
maîtres de la navigation du Rhin); enfin on exigeait que toutes choses
fussent remises dans leur premier état. Mais, avant tout, on demanda aux
membres de l'Union de déclarer franchement et nettement ce qu'on avait à
attendre d'eux. Leur tour était venu de céder à la force. Ils n'étaient
pas en mesure contre un ennemi si bien préparé; mais c'étaient eux-mêmes
qui avaient révélé au parti catholique le secret de sa force. Sans
doute, il en coûtait à leur orgueil de mendier la paix, mais ils durent
s'estimer heureux de l'obtenir. Un parti promit des dédommagements,
l'autre le pardon. On mit bas les armes. L'orage se dissipa encore une
fois, et l'on eut un intervalle de repos. Alors éclata en Bohême la
révolte qui coûta à l'empereur la dernière de ses possessions
héréditaires; mais ni l'Union ni la Ligue ne se mêlèrent à ce débat.

Enfin l'empereur Rodolphe mourut (1612). Descendu dans la tombe, son
absence fut aussi peu remarquée que l'avait été sa présence sur le
trône; mais, longtemps après, quand les malheurs des règnes suivants
eurent fait oublier les malheurs du sien, sa mémoire fut entourée d'une
auréole. De si affreuses ténèbres s'étendirent sur toute l'Allemagne,
qu'on regretta avec des larmes de sang un tel empereur.

On n'avait jamais pu obtenir de Rodolphe qu'il fît élire son successeur
à l'Empire, et chacun attendait avec inquiétude la prochaine vacance du
trône; mais, contre toute attente, Matthias y monta promptement et
paisiblement. Les catholiques lui donnèrent leurs voix, parce qu'ils
espéraient tout de la vive activité de ce prince; les protestants lui
donnèrent les leurs, parce qu'ils attendaient tout de sa débilité. Il
n'est pas difficile de concilier cette contradiction: les uns se
reposaient sur ce qu'on avait vu de lui autrefois, les autres sur ce
qu'on voyait de lui alors.

L'avénement d'un nouveau prince est toujours pour toutes les espérances
comme le jour de tirage d'une loterie; dans un royaume électif, la
première diète du nouveau roi est d'ordinaire sa plus rude épreuve. Tous
les anciens griefs y sont produits, et l'on en cherche de nouveaux, pour
les faire participer aux réformes qu'on espère: une création toute
nouvelle doit commencer avec le nouveau règne. Chez les membres
protestants de l'Empire vivait encore un tout frais souvenir des grands
services que leurs coreligionnaires d'Autriche avaient rendus à Matthias
dans sa révolte: et surtout la manière dont ceux-ci s'étaient fait payer
de leurs secours semblait devoir maintenant leur servir de modèle à
eux-mêmes.

C'était avec l'appui des diètes protestantes d'Autriche et de Moravie
que Matthias s'était frayé la voie aux trônes de son frère et qu'il y
était réellement monté; mais, emporté par ses projets ambitieux, il
n'avait point réfléchi que par là, en même temps, la voie avait été
ouverte à ses diètes pour dicter des lois à leur maître. Cette
découverte l'arracha bientôt à l'ivresse de son bonheur. A peine
reparaissait-il triomphant aux yeux de ses sujets autrichiens, après
l'expédition de Bohême, que déjà l'attendait «une très-humble requête»
qui suffisait pour empoisonner toute sa joie. On lui demandait, avant de
procéder à l'hommage, une entière liberté de religion dans les villes et
dans les bourgs, une parfaite égalité de droits entre catholiques et
protestants, et, pour ceux-ci, l'accès de tout point égal à toutes les
charges. En plusieurs endroits, on se mit de soi-même en possession de
cette liberté; et, dans la confiance qu'inspirait le régime nouveau, on
rétablit arbitrairement le culte évangélique là où l'empereur l'avait
aboli. A la vérité, Matthias n'avait pas dédaigné d'user contre Rodolphe
des griefs des protestants, mais jamais il n'avait pu avoir la pensée
d'y faire droit. Il se flatta qu'un langage ferme et résolu ferait
tomber, dès le principe, ces prétentions. Il mit en avant ses droits
héréditaires sur le pays, et il ne voulait entendre parler d'aucune
condition avant l'hommage. C'était sans condition que les états voisins
de Styrie, l'avaient prêté à l'archiduc Ferdinand; mais bientôt ils
avaient eu lieu de s'en repentir. Avertis par cet exemple, les états
d'Autriche persistèrent dans leur refus; et même, pour n'être pas
violemment contraints à l'hommage, ils allèrent jusqu'à quitter la
capitale, exhortèrent leurs co-états catholiques à la même résistance,
et commencèrent à lever des troupes. Ils firent des démarches pour
renouveler avec les Hongrois leur ancienne alliance, mirent dans leurs
intérêts les princes protestants de l'Empire, et se disposèrent
très-sérieusement à soutenir leur requête par les armes.

Matthias n'avait fait aucune difficulté de consentir aux exigences bien
plus grandes des Hongrois. Mais la Hongrie était un royaume électif, et
la constitution républicaine de ce pays justifiait les demandes des
états aux yeux du prince, et sa propre condescendance vis-à-vis des
états aux yeux de tout le monde catholique. En Autriche, au contraire,
ses prédécesseurs avaient exercé des droits de souveraineté beaucoup
plus étendus, et il ne pouvait s'en laisser dépouiller par les états,
sans se déshonorer devant toute l'Europe catholique, sans s'attirer la
colère de Rome et de l'Espagne et le mépris de ses propres sujets
catholiques. Ses conseillers, sévèrement orthodoxes, parmi lesquels
Melchior Clésel, évêque de Vienne, avait sur lui le plus d'empire,
l'exhortaient à se laisser arracher de force toutes les églises par les
protestants, plutôt que de leur en céder une seule légalement.

Mais malheureusement ces embarras l'assaillirent dans un temps où
Rodolphe vivait encore: spectateur de cette lutte, il pouvait aisément
être tenté d'employer contre son frère les armes par lesquelles celui-ci
avait triomphé de lui, à savoir des intelligences avec ses sujets
rebelles. Afin d'échapper à ce coup, Matthias s'empressa d'accepter la
proposition des états de Moravie, qui s'offraient à servir de médiateurs
entre lui et les états d'Autriche. Un comité, des uns et des autres, se
réunit à Vienne, où les députés autrichiens firent entendre un langage
qui aurait surpris même à Londres, au sein du Parlement. «Les
protestants, disaient-ils dans la conclusion, ne veulent pas être moins
respectés dans leur patrie qu'une poignée de catholiques. C'est par le
secours de sa noblesse protestante que Matthias a contraint l'empereur à
céder; où se trouvent quatre-vingts barons papistes, on en compte trois
cents évangéliques. L'exemple de Rodolphe doit être un avertissement
pour Matthias. Qu'il prenne garde de perdre la terre, en voulant faire
des conquêtes pour le ciel.» Les états de Moravie, au lieu d'exercer
leur médiation au profit de l'empereur, ayant fini par prendre eux-mêmes
le parti de leurs frères autrichiens; l'union allemande étant intervenue
en faveur de ceux-ci avec la plus grande énergie, et la crainte des
représailles de Rodolphe ayant mis Matthias fort à la gêne, il se laissa
enfin arracher la déclaration désirée en faveur des évangéliques.

Les membres protestants de l'empire d'Allemagne prirent alors pour
modèle de leur conduite envers l'empereur celle des états autrichiens
envers leur archiduc, et ils s'en promirent le même succès. A la
première diète qu'il tint à Ratisbonne (1613), où les affaires les plus
pressantes attendaient une solution, où une contribution générale était
devenue nécessaire pour une guerre avec la Turquie et avec le prince
Bethlen Gabor de Transylvanie, qui s'était déclaré maître de ce pays
avec le secours des Turcs et menaçait même la Hongrie, ces membres
protestants surprirent l'empereur par une demande toute nouvelle. Les
voix catholiques étaient toujours les plus nombreuses dans le conseil
des princes, et, comme tout se décidait à la pluralité des voix, on ne
tenait d'ordinaire aucun compte des évangéliques, quelque étroite que
fût leur union. Ils voulaient maintenant voir renoncer les catholiques
à cet avantage de la pluralité des voix; ils voulaient qu'à l'avenir une
religion n'eût plus la faculté d'annuler les voix de l'autre par une
invariable majorité. Et, en effet, si la religion évangélique devait
être représentée à la diète, il s'entendait, ce semble, de soi-même que
la constitution de l'assemblée ne devait pas lui rendre impossible
l'usage de son droit. A cette demande, on ajoutait des plaintes sur les
usurpations du conseil aulique et sur l'oppression des protestants, et
les fondés de pouvoir des états avaient ordre de ne prendre aucune part
aux délibérations générales, tant qu'ils n'auraient pas obtenu sur ce
point préliminaire une réponse favorable.

Ainsi s'introduisit dans la diète une dangereuse division, qui menaçait
de rendre à jamais impossible toute délibération commune. Si sincèrement
que l'empereur eût désiré, à l'exemple de Maximilien, son père, tenir un
sage milieu entre les deux religions, la conduite actuelle des
protestants ne lui laissait plus que la fâcheuse nécessité de choisir
entre elles. Dans ses pressants besoins, l'assistance de tout l'Empire
lui était indispensable, et pourtant il ne pouvait s'attacher un parti
sans perdre le secours de l'autre. Si mal affermi dans ses propres
domaines héréditaires, il devait trembler à la seule pensée d'une guerre
ouverte avec les protestants; mais toute l'Europe catholique, attentive
à la résolution qu'il allait prendre, et les représentations des membres
catholiques de l'Empire, celles des cours de Rome et d'Espagne, lui
permettaient aussi peu de favoriser les protestants au préjudice de la
religion romaine.

Une situation si critique aurait abattu un plus ferme génie que
Matthias, et sa propre habileté l'aurait tiré difficilement de ce
mauvais pas; mais l'intérêt des catholiques était lié étroitement avec
l'autorité de l'empereur, et, s'ils la laissaient déchoir, les princes
ecclésiastiques surtout étaient aussitôt livrés sans défense aux
attaques des protestants. Voyant donc l'empereur balancer, les
catholiques jugèrent qu'il était grand temps de raffermir son courage
qui faiblissait. On le fit pénétrer dans le secret de la Ligue; on lui
en exposa toute l'organisation, les ressources et les forces. Si peu
consolante que fût cette découverte pour l'empereur, la perspective d'un
soutien si puissant lui donna cependant un peu plus de courage contre
les évangéliques. Leurs demandes furent écartées, et la diète se sépara
sans rien résoudre. Mais Matthias fut la victime de cette querelle. Les
protestants lui refusèrent leurs subsides et se vengèrent sur lui de
l'obstination des catholiques.

Cependant les Turcs se montraient eux-mêmes disposés à prolonger
l'armistice, et on laissa le prince Bethlen Gabor en paisible possession
de la Transylvanie. L'Empire se trouvait préservé des dangers
extérieurs, et même au dedans, malgré toutes ces divisions si
périlleuses, la paix régnait encore. Un accident fort imprévu avait
donné à la querelle de la succession de Juliers la tournure la plus
étrange. Ce duché était toujours possédé en commun par l'électeur de
Brandebourg et le comte palatin de Neubourg; un mariage, entre le prince
de Neubourg et une princesse de Brandebourg devait unir d'une manière
indissoluble les intérêts des deux familles. Tout ce plan fut renversé
par--un soufflet, que l'électeur de Brandebourg eut le malheur de
donner, dans l'ivresse, à son gendre futur. Dès ce moment, la bonne
harmonie fut détruite entre les deux maisons. Le prince de Neubourg se
fit catholique. Une princesse de Bavière fut le prix de cette apostasie,
et la puissante protection de la Bavière et de l'Espagne la conséquence
naturelle des deux événements. Pour aider le comte palatin à s'assurer
la possession exclusive de Juliers, les troupes espagnoles furent
attirées des Pays-Bas dans le duché. Pour se délivrer de ces hôtes,
l'électeur de Brandebourg appela les Hollandais dans le pays, et, pour
leur complaire, il embrassa le calvinisme. Les Espagnols et les
Hollandais parurent, mais on put voir que c'était uniquement en vue de
conquérir pour eux-mêmes.

La guerre voisine, des Pays-Bas, sembla vouloir prendre alors pour
théâtre le territoire germanique, et quelle abondance de matières
inflammables n'y trouvait-elle pas toute prête! L'Allemagne protestante
vit avec effroi les Espagnols prendre pied sur le bas Rhin, et
l'Allemagne catholique avec plus d'effroi encore les Hollandais franchir
les limites de l'Empire. C'était à l'occident que devait éclater la mine
depuis longtemps creusée sous tout le sol de l'Allemagne; la terreur et
les alarmes s'étaient tournées de ce côté, et ce fut de l'orient que
vint le coup qui amena l'explosion.

Le repos que la lettre de Majesté de Rodolphe II avait procuré à la
Bohême se prolongea encore quelque temps sous le règne de Matthias, et
jusqu'au jour où fut nommé un nouveau successeur à la couronne de ce
royaume, dans la personne de Ferdinand de Grætz.

Ce prince, que nous apprendrons à mieux connaître dans la suite, sous le
nom de Ferdinand II, s'était annoncé comme un zélateur inexorable de
l'Église romaine, en extirpant par violence le protestantisme de ses
États héréditaires: aussi la partie catholique de la nation bohême
voyait-elle en lui le futur soutien de son Église. La santé caduque de
Matthias rapprochait cette époque prévue, et les catholiques bohêmes,
dans la confiance que leur inspirait un si puissant protecteur,
commençaient déjà à traiter leurs adversaires avec moins de ménagements.
Les sujets protestants de seigneurs catholiques étaient surtout exposés
aux plus durs traitements. Plusieurs catholiques commirent même
l'imprudence de parler assez haut de leurs espérances, et leurs menaces
éveillèrent dans l'autre parti une fâcheuse méfiance contre leur futur
souverain. Mais elle n'aurait jamais éclaté par des actes, si l'on s'en
était tenu à des menaces générales, et si des attaques particulières
contre certaines personnes n'avaient donné au mécontentement populaire
des chefs entreprenants.

Henri Matthias, comte de Thurn, n'était pas né Bohême, mais il possédait
quelques domaines dans le royaume; et son zèle pour la religion
protestante, un amour enthousiaste pour sa nouvelle patrie, lui avaient
gagné toute la confiance des utraquistes, ce qui lui ouvrit le chemin
des postes les plus importants. Il avait servi avec gloire contre les
Turcs. Par ses manières insinuantes, il gagna les coeurs de la
multitude. Esprit ardent, impétueux; aimant le trouble, parce que ses
talents y brillaient; assez inconsidéré et téméraire pour entreprendre
des choses qu'une froide prudence et un sang plus tranquille ne
hasardent point; assez peu scrupuleux pour jouer le sort des peuples,
lorsqu'il s'agissait de satisfaire ses passions; assez habile pour mener
à la lisière une nation telle qu'était alors la Bohême: il avait déjà
pris la part la plus active aux troubles sous le règne de Rodolphe, et
c'était à lui principalement qu'on devait la lettre impériale, arrachée
à ce prince par les états. La cour avait mis sous sa garde, comme
burgrave de Karlstein, la couronne de Bohême et les chartes du royaume;
mais, dépôt bien plus important, la nation s'était livrée elle-même à
lui, en le nommant défenseur ou protecteur de la foi. Les grands qui
gouvernaient l'empereur arrachèrent maladroitement au comte de Thurn la
garde de choses mortes pour lui laisser son influence sur les vivants.
Ils lui enlevèrent la dignité de burgrave, qui le faisait dépendre de la
faveur de la cour, comme pour lui ouvrir les yeux sur l'importance de ce
qui lui restait; ils blessèrent sa vanité, qui rendait pourtant son
ambition inoffensive. Dès lors, il fut dominé par le désir de la
vengeance, et l'occasion de le satisfaire ne lui manqua pas longtemps.

Dans la lettre de Majesté arrachée par les Bohêmes à Rodolphe II, aussi
bien que dans la paix de religion des Allemands, un article important
était resté indécis. Tous les droits que la paix de religion assurait
aux protestants étaient pour les membres de la diète, pour le
souverain, et non pour les sujets; on avait seulement stipulé pour les
sujets des États ecclésiastiques une vague liberté de conscience. La
lettre impériale de Bohême ne parlait non plus que des seigneurs,
membres des états, et des villes royales, dont les magistrats avaient su
conquérir des droits égaux à ceux des membres des états. A ces villes
seules fut accordée la liberté d'établir des églises, des écoles, et
d'exercer publiquement le culte protestant. Dans toutes les autres
villes, c'était aux seigneurs dont elles relevaient de statuer quel
degré de liberté religieuse ils voulaient permettre aux sujets. Les
membres de l'Empire germanique avaient usé de ce droit dans toute son
étendue: les séculiers, sans opposition; les ecclésiastiques, auxquels
une déclaration de l'empereur Ferdinand contestait ce droit, avaient
combattu, non sans fondement, la validité de cette déclaration. Ce qui
était _contesté_ dans le traité de paix était _indéterminé_ dans la
lettre de Rodolphe; là, l'interprétation n'était pas douteuse, mais il
était douteux de savoir si l'on devait l'obéissance; ici,
l'interprétation était laissée aux seigneurs. Les sujets des membres
ecclésiastiques des états de Bohême croyaient donc avoir le même droit
que la déclaration de Ferdinand accordait aux sujets des évêques
allemands: ils s'estimaient égaux aux sujets des villes royales, parce
qu'ils rangeaient les domaines ecclésiastiques parmi les domaines de la
couronne. Dans la petite ville de Klostergrab, qui dépendait de
l'archevêque de Prague, et à Braunau, qui appartenait à l'abbé du
couvent de ce nom, les sujets protestants osèrent bâtir des églises de
leur propre autorité, et en terminèrent la construction malgré
l'opposition de leurs seigneurs et même l'improbation de l'empereur.

Cependant, la vigilance des défenseurs s'était un peu ralentie, et la
cour crut pouvoir hasarder un coup décisif. Sur un ordre impérial,
l'église de Klostergrab fut démolie, celle de Braunau fermée de force,
et les bourgeois les plus turbulents furent jetés en prison. Un
mouvement général parmi les protestants fut la suite de ces mesures; on
cria à la violation de la lettre de Majesté. Le comte de Thurn, animé
par la vengeance et pressé plus encore par son office de défenseur, se
montra surtout très-actif pour échauffer les esprits. A son instigation,
des députés de tous les cercles du royaume furent convoqués à Prague,
pour prendre les mesures nécessaires dans ce danger commun. On convint
de rédiger une supplique à l'empereur et d'insister sur l'élargissement
des prisonniers. La réponse de l'empereur, déjà très-mal reçue des états
parce qu'il ne l'avait pas adressée à eux-mêmes, mais à ses lieutenants,
improuvait leur conduite, comme illégale et séditieuse, justifiait par
un ordre impérial ce qui s'était fait à Klostergrab et à Braunau, et
renfermait quelques passages qu'on pouvait interpréter comme des
menaces.

Le comte de Thurn ne manqua pas d'augmenter la fâcheuse impression que
cet écrit de l'empereur produisit sur l'assemblée des états. Il leur
représenta le danger de tous ceux qui avaient pris part à la supplique
et sut les entraîner par la peur et la colère à des résolutions
violentes. Les soulever immédiatement contre l'empereur, c'eût été un
pas encore trop hardi. Il ne les amena que par degrés à ce but
inévitable. Il jugea bon de détourner d'abord leur mécontentement sur
les conseillers de l'empereur, et fit répandre, à cet effet, le bruit
que l'écrit impérial avait été rédigé à la lieutenance à Prague, et
seulement signé à Vienne. Parmi les lieutenants impériaux, le président
de la chambre Slawata et le baron de Martinitz, nommé burgrave de
Karlstein à la place de Thurn, étaient l'objet de la haine universelle.
Depuis longtemps, l'un et l'autre avaient laissé voir assez clairement
leurs dispositions hostiles aux membres protestants des états, en
refusant seuls d'assister à la séance où la lettre impériale avait été
enregistrée dans les statuts de Bohême. Dès lors, on les avait menacés
de les rendre responsables de toute atteinte future portée à cet acte,
et, depuis, tout ce qui était arrivé de fâcheux aux protestants leur
avait été imputé, et non sans raison. Parmi tous les seigneurs
catholiques, nuls ne s'étaient montrés aussi durs que ces deux hommes
envers leurs sujets protestants. On les accusait de lâcher des chiens
après eux, pour les pousser à la messe, et de les ramener de force au
papisme, par le refus du baptême, du mariage et de la sépulture. Il
n'était pas difficile d'enflammer la colère de la nation contre deux
personnages si détestés, et on les choisit pour victimes du
mécontentement universel.

Le 23 mai 1618, les députés, en armes et accompagnés d'une suite
nombreuse, se présentèrent au château royal et entrèrent en tumulte dans
la salle où les lieutenants de l'empereur, Sternberg, Martinitz,
Lobkowitz et Slawata, étaient assemblés. Ils demandèrent d'un ton
menaçant, à chacun d'eux, de déclarer s'il avait eu part à l'écrit
impérial et s'il y avait donné son assentiment. Sternberg les accueillit
avec modération; Martinitz et Slawata répondirent fièrement. Cela décida
de leur sort. On conduisit par le bras hors de la salle Sternberg et
Lobkowitz, moins haïs et plus redoutés; ensuite Slawata et Martinitz
furent saisis, traînés vers une fenêtre et précipités, d'une hauteur de
quatre-vingts pieds, dans le fossé du château. On y jeta après eux le
secrétaire Fabricius, leur créature à tous deux. Tout le monde civilisé
s'étonna, comme de raison, d'une justice si étrange: les Bohêmes
alléguèrent, pour s'excuser, l'usage national, et ne trouvèrent rien de
surprenant dans cette affaire, sinon qu'on pût se relever, si bien
portant, d'une telle chute. Un amas de fumier, sur lequel la lieutenance
impériale eut le bonheur de choir, l'avait préservée du mal.

On ne pouvait se flatter d'avoir reconquis, par une si brusque
exécution, les bonnes grâces de l'empereur; mais c'était là justement
que le comte de Thurn avait voulu amener les états. S'ils s'étaient
permis un pareil acte de violence dans la crainte d'un péril encore
incertain, l'attente certaine d'un châtiment et le besoin de sûreté,
devenu plus pressant, devaient les entraîner bien plus loin encore. En
se faisant justice à eux-mêmes d'une façon si brutale, ils avaient fermé
toutes les voies à l'irrésolution et au repentir, et il ne paraissait
possible de racheter ce crime unique que par une longue suite de
violences. Comme on ne pouvait faire que l'acte n'eût pas été commis, il
fallait désarmer le pouvoir qui devait punir. Trente directeurs furent
nommés pour continuer légalement la révolte. On s'empara de toutes les
affaires du gouvernement, de tous les revenus de la couronne; on reçut
le serment des fonctionnaires royaux et des troupes; et l'on adressa à
toute la nation bohême une sommation de défendre la cause commune. Les
jésuites, que la haine générale accusait d'avoir provoqué jusque-là tous
les actes d'oppression, furent bannis de tout le royaume, et les états
crurent nécessaire de justifier, dans un manifeste particulier, cette
dure décision. Au reste, toutes ces mesures avaient pour objet le
maintien des lois et de l'autorité royale: langage ordinaire des
rebelles, jusqu'à ce que la fortune se soit prononcée pour eux.

L'émotion que la nouvelle de cette révolte de Bohême excita à la cour
impériale fut loin d'être aussi vive que l'eût mérité une telle
provocation. L'empereur Matthias n'était plus cet homme déterminé qui
avait pu autrefois aller chercher son roi et son maître au sein de son
peuple et le renverser de trois trônes. L'audacieux courage qui l'avait
animé dans une usurpation l'abandonna dans une défense légitime. Les
Bohêmes révoltés avaient pris les armes les premiers, et il était
naturel qu'il armât comme eux. Mais il ne pouvait espérer de renfermer
la guerre dans ce royaume; dans tous les pays de sa domination, les
protestants étaient liés entre eux par une dangereuse sympathie: le
péril commun de la religion pouvait les réunir tout à coup en une
redoutable république. Que pouvait-il opposer à un pareil ennemi, si nos
sujets protestants se séparaient de lui? Les deux partis n'allaient-ils
pas s'épuiser dans une guerre civile si funeste? Tout n'était-il pas
compromis s'il succombait, et, s'il était vainqueur, qui ruinait-il que
ses propres sujets?

Ces considérations disposèrent Matthias et son conseil à l'indulgence et
à des pensées de paix; mais d'autres voulaient voir dans cette
indulgence même la cause du mal. L'archiduc Ferdinand de Grætz alla
jusqu'à féliciter l'empereur d'un événement qui justifierait devant
l'Europe entière toutes les violences envers les protestants de Bohême.
«La désobéissance, disait-il, l'anarchie et la révolte ont toujours
donné la main au protestantisme. Toutes les libertés que Matthias et son
prédécesseur ont accordées aux états n'ont eu d'autre effet que
d'accroître leurs prétentions. C'est contre l'autorité souveraine que
sont dirigées toutes les démarches des hérétiques; c'est par degrés que
leur insolence en est venue à cette dernière attaque; bientôt, pour
dernier outrage, ils attenteront à la personne de l'empereur. Contre de
pareils ennemis, on ne trouvera de secours que dans les armes, de repos
et d'autorité que sur les ruines de leurs dangereux priviléges, de
sûreté pour la foi catholique que dans la destruction totale de cette
secte. L'issue de la guerre était douteuse, il est vrai; mais, si on ne
la faisait pas, la ruine était certaine. La confiscation des biens des
rebelles suffirait largement aux dépenses, et la terreur des supplices
enseignerait, pour l'avenir, aux autres diètes une prompte obéissance.»
Pouvait-on blâmer les protestants de Bohême de prendre à temps leurs
mesures contre les effets de pareilles maximes? Aussi bien était-ce
seulement contre l'héritier de l'empereur que cette révolte était
dirigée, et non contre l'empereur lui-même, qui n'avait rien fait pour
justifier les alarmes des protestants. Ce fut pour fermer le chemin du
trône de Bohême à Ferdinand qu'on saisit les armes, dès le temps du
règne de Matthias; mais on voulait, jusqu'à la mort de cet empereur, se
tenir dans les bornes d'une apparente soumission.

Cependant la Bohême était en armes, et l'empereur ne pouvait pas même
offrir la paix sans armer à son tour. L'Espagne avança de l'argent et
promit qu'elle enverrait des troupes d'Italie et des Pays-Bas. On nomma
généralissime un Néerlandais, le comte de Bucquoi, aucun homme du pays
n'inspirant assez de confiance; le comte de Dampierre, étranger comme
lui, commandait sous ses ordres. Avant que cette armée se mît en
mouvement, l'empereur la fit précéder d'un manifeste, pour tenter les
voies de la douceur. Il y déclarait aux Bohêmes que la lettre de Majesté
était sacrée pour lui; qu'il n'avait jamais rien résolu contre leur
religion ou leurs priviléges. Son armement actuel n'était lui-même que
la suite nécessaire du leur; aussitôt que la nation aurait posé les
armes, il licencierait, lui aussi ses troupes. Mais cette lettre
clémente manqua son but, parce que les chefs de la révolte jugèrent
prudent de cacher au peuple la bonne volonté de l'empereur. Au lieu de
cela, ils répandirent du haut des chaires et dans des pamphlets les
bruits les plus venimeux: ils faisaient trembler le peuple abusé, en le
menaçant de nouvelles Saint-Barthélemy, qui n'existaient que dans leur
tête. Toute la Bohême prit part à la révolte, excepté les villes de
Budweiss, Krummau et Pilsen. Ces trois cités, qui étaient en grande
partie catholiques, eurent seules le courage, au milieu de la défection
générale, de rester fidèles à l'empereur, qui leur promit des secours.
Mais il ne pouvait échapper au comte de Thurn combien il serait
dangereux de laisser dans les mains de l'ennemi trois places d'une telle
importance, qui tenaient ouverte en tout temps aux armes de l'empereur
l'entrée du royaume. Avec une prompte résolution, il parut devant
Budweiss et Krummau, se flattant que l'épouvante lui livrerait l'une et
l'autre. Krummau se rendit, mais Budweiss repoussa avec fermeté toutes
ses attaques.

Alors l'empereur commença à montrer lui-même un peu plus de sérieuse
vigueur et d'activité. Bucquoi et Dampierre se jetèrent dans la Bohême
avec deux armées et commencèrent à la traiter en pays ennemi. Mais ces
deux chefs impériaux trouvèrent le chemin de Prague plus difficile
qu'ils ne s'y étaient attendus. Il leur fallut enlever, l'épée à la
main, chaque passage, chaque poste un peu tenable, et la résistance
augmentait à chaque pas, parce que les excès de leurs soldats, pour la
plupart Hongrois et Wallons, poussaient les amis à la défection et les
ennemis au désespoir. Mais, alors même que ses armées s'avançaient dans
la Bohême, l'empereur continuait d'offrir la paix aux états et de se
montrer disposé à un accommodement. De nouvelles perspectives qui
s'ouvrirent pour les rebelles rehaussèrent leur courage. La diète de
Moravie embrassa leur parti, et il leur vint d'Allemagne, en la personne
du comte de Mansfeld, un défenseur aussi brave qu'inattendu.

Les chefs de l'Union évangélique avaient observé jusque-là les
événements de Bohême en silence, mais non en spectateurs oisifs. La
Bohême combattait pour la même cause qu'eux et contre le même ennemi:
ils firent voir aux membres de l'alliance leur propre sort dans celui de
ce peuple, et leur représentèrent sa cause comme l'intérêt le plus sacré
pour l'union allemande. Fidèles à ce principe, ils soutinrent le courage
des rebelles par des promesses de secours, et une circonstance heureuse
les mit en état de remplir à l'improviste cet engagement.

Le comte Pierre-Ernest de Mansfeld, dont le père, Ernest de Mansfeld,
officier autrichien plein de mérite, avait commandé quelque temps avec
beaucoup de gloire l'armée espagnole dans les Pays-Bas, fut l'instrument
qui devait humilier la maison d'Autriche en Allemagne. Il avait fait
lui-même ses premières campagnes au service de cette maison, et
combattu, dans le pays de Juliers et en Alsace, sous les drapeaux de
l'archiduc Léopold, contre la religion protestante et la liberté
allemande; mais, gagné insensiblement par les principes de la nouvelle
religion, il abandonna un chef intéressé, qui lui refusait le payement
des dépenses faites à son service, et il consacra à l'Union évangélique
son zèle et son épée victorieuse. Il arriva précisément à cette époque
que le duc de Savoie, engagé dans une guerre contre l'Espagne, demanda
des secours à l'Union, dont il était l'allié. L'Union lui céda sa
nouvelle conquête, et Mansfeld fut chargé de mettre sur pied en
Allemagne, pour le duc et à ses frais, une armée de quatre mille hommes.
Cette armée était prête à marcher, quand la guerre s'alluma en Bohême,
et le duc n'ayant, à ce moment, aucun besoin de renforts, laissa ces
troupes à la disposition de l'Union. Rien ne pouvait être plus au gré de
celle-ci que de secourir, aux frais d'autrui, ses alliés de Bohême. Le
comte de Mansfeld reçut aussitôt l'ordre de conduire ces quatre mille
hommes dans ce royaume, et, pour cacher aux yeux du monde les véritables
auteurs de l'armement, on mit en avant un brevet délivré par les états
de Bohême.

Mansfeld parut dans le pays et s'y établit solidement par la prise de la
ville forte de Pilsen, fidèle à l'empereur. Le courage des rebelles fut
encore relevé par un autre secours, que leur envoyèrent les états de
Silésie. Ils engagèrent alors avec les troupes impériales des combats,
peu décisifs, mais qui n'en causèrent que plus de ravages et qui furent
le prélude d'une guerre plus sérieuse. Afin de ralentir les opérations
militaires de l'empereur, on négocia avec lui, et l'on accepta même la
médiation offerte par la Saxe; mais, avant que le résultat pût montrer
combien on était peu sincère, la mort fit disparaître l'empereur de la
scène.

Qu'avait fait Matthias pour justifier l'attente du monde, qu'il avait
provoquée en renversant son prédécesseur? Était-ce la peine de monter
sur le trône de Rodolphe par un crime, pour l'occuper si mal et en
descendre avec si peu de gloire? Tant que Matthias fut roi, il expia
l'imprudence par laquelle il l'était devenu. Afin de porter la couronne
quelques années plus tôt, il en avait sacrifié toute l'indépendance. Ce
que les états, devenus plus puissants lui laissèrent d'autorité, ses
propres agnats l'entravèrent par une humiliante contrainte. Malade et
sans postérité, il vit l'attention des hommes courir au-devant de son
orgueilleux successeur, qui, dans son impatience, anticipait sur sa
destinée, et, sous le règne expirant d'un vieillard, ouvrait déjà le
sien.

On pouvait regarder comme éteinte avec Matthias la branche régnante de
la maison d'Autriche en Allemagne. Car, de tous les fils de Maximilien,
il ne restait plus que l'archiduc Albert, alors dans les Pays-Bas, qui,
faible et sans enfants, avait cédé à la branche de Grætz ses droits à la
succession. La maison d'Espagne s'était aussi désistée, dans un pacte
secret, en faveur de l'archiduc Ferdinand de Styrie, de toutes ses
prétentions sur les pays autrichiens. C'était en la personne de ce
prince que la souche de Habsbourg devait pousser en Allemagne de
nouvelles branches et faire revivre l'ancienne grandeur de l'Autriche.

Ferdinand eut pour père l'archiduc Charles de Carniole, de Carinthie et
de Styrie, frère puîné de l'empereur Maximilien II, et pour mère une
princesse de Bavière. Comme il avait perdu son père dès l'âge de douze
ans, l'archiduchesse sa mère le confia à la garde du duc Guillaume de
Bavière, frère de cette princesse, sous les yeux duquel il fut élevé et
instruit par les jésuites, à l'université d'Ingolstadt. On imagine
aisément quels principes Ferdinand dut puiser dans le commerce d'un
prince qui avait renoncé par dévotion au gouvernement. On lui montrait,
d'une part, l'indulgence des princes de la branche de Maximilien envers
l'hérésie, et les troubles de leurs États; de l'autre, la prospérité de
la Bavière et le zèle impitoyable de ses souverains pour la religion:
entre ces deux modèles, on lui laissait le choix.

Préparé dans cette école à devenir un vaillant champion de Dieu, un
actif instrument de l'Église, il quitta la Bavière, après un séjour de
cinq ans, pour aller prendre le gouvernement de ses domaines
héréditaires. Les états de Carniole, de Carinthie et de Styrie, ayant
demandé que leur liberté religieuse fût confirmée avant la prestation de
l'hommage, Ferdinand répondit que l'hommage n'avait rien de commun avec
la liberté religieuse. Le serment fut exigé et prêté sans condition.
Plusieurs années s'écoulèrent avant que l'entreprise, dont le plan avait
été conçu à Ingolstadt, parût mûre pour l'exécution. Avant de manifester
son dessein, Ferdinand alla en personne implorer à Lorette la faveur de
la Vierge Marie et chercher à Rome, aux pieds de Clément VIII, la
bénédiction apostolique.

C'est qu'il ne s'agissait de rien moins que de bannir le protestantisme
d'une contrée où il avait pour lui la supériorité du nombre et, de plus,
une existence légale, grâce à un acte formel de tolérance que le père de
Ferdinand avait octroyé à l'ordre des seigneurs et chevaliers du pays.
Une concession si solennelle ne pouvait être retirée sans danger. Mais
aucune difficulté n'effrayait le pieux élève des jésuites. L'exemple des
autres princes de l'Empire, catholiques et protestants, qui avaient
exercé sans contradiction, dans leurs domaines, le droit de réforme, et
l'abus que les états de Styrie avaient fait de leur liberté religieuse,
devaient servir de justification à cet acte de violence. Armé d'une loi
positive, qui choquait le bon sens, on croyait pouvoir insulter sans
pudeur aux lois de la raison et de l'équité. Au reste, dans cette
injuste entreprise, Ferdinand montra un courage digne d'admiration et
une louable constance. Sans bruit, et, il faut le dire aussi, sans
cruauté, il supprima le culte protestant dans une ville, puis dans une
autre, et, en peu d'années, cette oeuvre périlleuse fut achevée, à
l'étonnement général de l'Allemagne.

Mais, tandis que les catholiques admiraient dans ce prince le héros et
le chevalier de leur Église, les protestants commençaient à se prémunir
contre lui, comme contre leur ennemi le plus dangereux. Néanmoins, la
proposition de Matthias de lui assurer sa succession ne trouva point
d'opposition, ou n'en trouva qu'une bien faible, dans les États électifs
de l'Autriche, et les Bohêmes eux-mêmes le couronnèrent, sous des
conditions très-acceptables, comme leur roi futur. Ce ne fut que plus
tard, quand ils eurent reconnu la funeste influence de ses conseils sur
le gouvernement de l'empereur, que leurs inquiétudes s'éveillèrent.
Diverses pièces, écrites de la main de ce prince, que la malveillance
fit tomber dans leurs mains et qui ne trahissaient que trop ses
sentiments, portèrent leurs craintes au plus haut degré. Ils furent
surtout révoltés d'un pacte secret de famille conclu avec l'Espagne, par
lequel Ferdinand assurait à cette couronne le royaume de Bohême, à
défaut d'héritiers mâles, sans avoir entendu la nation et sans nul égard
au droit qu'elle avait d'élire ses souverains. Les nombreux ennemis que
ce prince s'était faits, par sa réforme en Styrie, parmi les protestants
en général, lui rendirent auprès des Bohêmes les plus mauvais services;
et surtout quelques émigrés styriens, réfugiés en Bohême, et qui
avaient apporté dans leur nouvelle patrie un coeur altéré de vengeance,
se montraient fort actifs pour nourrir le feu de la révolte. Ce fut dans
ces dispositions hostiles que le roi Ferdinand trouva la nation bohême,
lorsque l'empereur Matthias lui fit place.

De si mauvais rapports entre la nation et le prince candidat à la
couronne auraient excité des orages, quelque paisible qu'eût été, du
reste, la succession au trône: combien plus alors, au milieu du feu de
la révolte; quand la nation avait repris sa souveraineté, qu'elle était
revenue à l'état du droit naturel, qu'elle avait les armes à la main;
que le sentiment de son union lui avait inspiré une foi enthousiaste en
elle-même; que les plus heureux succès, des promesses de secours
étrangers et des espérances folles avaient élevé son courage jusqu'à la
plus ferme confiance! Oubliant les droits déjà conférés à Ferdinand, les
états déclarèrent leur trône vacant et leur choix complétement libre. Il
n'y avait aucun moyen de paisible soumission, et, si Ferdinand voulait
posséder la couronne de Bohême, il avait le choix, ou de l'acheter au
prix de tout ce qui rend une couronne souhaitable, ou de la conquérir
l'épée à la main.

Mais par quels moyens la conquérir? De quelque côté qu'il tournât ses
regards, tous ses États étaient en flammes. La Silésie était entraînée
dans la révolte de la Bohême; la Moravie était sur le point de suivre
cet exemple; dans la haute et la basse Autriche s'agitait, comme sous
Rodolphe, l'esprit de liberté; aucune diète ne voulait prêter le
serment. Le prince Bethlen Gabor de Transylvanie menaçait la Hongrie
d'une irruption; un mystérieux armement des Turcs effrayait toutes les
provinces situées à l'orient; et pour que la détresse de Ferdinand fût
au comble, il fallut encore que les protestants, éveillés par l'exemple
général, levassent la tête dans ses domaines paternels. Ils avaient dans
ces pays la supériorité du nombre; dans la plupart, ils étaient en
possession des revenus avec lesquels Ferdinand devait faire la guerre.
Les neutres commençaient à balancer; les fidèles, à désespérer; les
malintentionnés montraient seuls du courage. Une moitié de l'Allemagne
faisait signe aux rebelles de prendre patience, l'autre attendait
l'événement sans agir; les secours de l'Espagne étaient encore dans des
pays lointains: le moment qui donnait tout à Ferdinand menaçait de tout
lui ravir.

Quelques offres qu'il fît maintenant, sous la dure loi de la nécessité,
aux Bohêmes rebelles, toutes ses propositions de paix furent insolemment
rejetées. Déjà le comte de Thurn se montre en Moravie, à la tête d'une
armée, pour amener cette province, la seule qui fût encore chancelante,
à prendre un parti. La vue de leurs amis donne aux protestants moraves
le signal de la révolte. Brünn est emporté; le reste du pays se rend
volontairement; dans toute la province, on change de religion et de
gouvernement. Le torrent des rebelles, grossi dans sa course, se
précipite dans l'Autriche supérieure, où un parti de même opinion le
reçoit avec allégresse. «Plus de priviléges de religion! les mêmes
droits pour toutes les Églises chrétiennes! Le bruit se répand qu'on
lève dans le pays des troupes étrangères pour écraser la Bohême: ce sont
elles qu'on vient chercher, dit-on, et l'on poursuivra jusqu'à
Jérusalem l'ennemi de la liberté.» Aucun bras ne se remue pour défendre
l'archiduc; à la fin, les rebelles viennent camper sous les murs de
Vienne, pour assiéger leur souverain.

Ferdinand avait éloigné ses enfants de Grætz, où ils n'étaient plus en
sûreté, et les avait envoyés dans le Tyrol; lui-même, il attendait la
révolte dans sa capitale. Une poignée de soldats était tout ce qu'il
pouvait opposer à cet essaim furieux; et ce petit nombre d'hommes
manquait de bonne volonté parce qu'ils étaient sans solde et même sans
pain. Vienne n'était pas préparée à un long siége. Le parti des
religionnaires, toujours prêt à se joindre aux Bohêmes, avait dans la
ville la supériorité, ceux de la campagne rassemblaient déjà des troupes
contre l'archiduc. Déjà la plèbe protestante le voyait enfermé dans un
cloître, ses États partagés, et ses enfants élevés dans la nouvelle
religion. Livré à des ennemis secrets, entouré d'ennemis déclarés, il
voyait, à chaque instant, s'ouvrir l'abîme qui allait engloutir toutes
ses espérances, l'engloutir lui-même. Les balles bohêmes volaient dans
son palais impérial, où seize barons autrichiens, qui avaient pénétré
dans son appartement, l'assiégeaient de reproches et voulaient lui
arracher son consentement à une confédération avec les Bohêmes. Un de
ces barons le saisit par les boutons de son pourpoint, lui lança ce cri
au visage: «Ferdinand, signeras-tu?»

A qui n'eût-on pardonné de chanceler dans une position si terrible?...
Ferdinand songeait aux moyens de devenir empereur d'Allemagne. Il
semblait n'avoir plus d'autre ressource que de fuir promptement ou de
céder. Autour de lui, des hommes de coeur lui conseillaient le premier
parti; des prêtres catholiques, le second. S'il abandonnait la ville,
elle tombait dans les mains de l'ennemi. Avec Vienne, l'Autriche était
perdue; avec l'Autriche, le trône impérial. Ferdinand ne quitta point sa
capitale et voulut tout aussi peu entendre parler de conditions.

L'archiduc discutait encore avec les barons qu'on lui avait députés;
tout à coup, le son des trompettes retentit sur la place du château. Les
assistants passent de l'étonnement à la crainte, un bruit sinistre se
répand dans le palais: les députés disparaissent l'un après l'autre. On
entend beaucoup de nobles et de bourgeois s'enfuir en toute hâte dans le
camp de Thurn. Ce changement soudain avait été produit par un régiment
de cuirassiers de Dampierre, qui, à ce moment décisif, avait pénétré
dans la ville pour défendre l'archiduc. Un corps de fantassins les
suivit bientôt; beaucoup de bourgeois catholiques, animés à cette vue
d'un nouveau courage, et les étudiants eux-mêmes, prennent les armes.
Une nouvelle qui arriva en même temps de Bohême acheva de sauver
Ferdinand: le général néerlandais Bucquoi avait battu complétement le
comte de Mansfeld près de Budweiss, et il marchait sur Prague. Les
Bohêmes se hâtèrent de plier leurs tentes pour aller délivrer leur
capitale.

Et maintenant l'ennemi laissait libres les passages qu'il avait occupés
pour fermer à Ferdinand la route qui menait à Francfort, à l'élection
impériale. S'il importait, en tout cas, au roi de Hongrie, pour
l'ensemble de son plan, de monter sur le trône de l'Empire, c'était
maintenant pour lui un intérêt d'autant plus grave, que son élection
allait devenir le témoignage le moins suspect et le plus décisif pour la
dignité de sa personne et la justice de sa cause, en même temps qu'elle
lui permettrait d'espérer les secours de l'Allemagne. Mais la même
cabale, qui le poursuivait dans ses États héréditaires, travailla
également contre lui dans sa candidature à la couronne impériale. On ne
voulait plus voir monter aucun prince autrichien sur le trône
d'Allemagne, et moins que tout autre ce Ferdinand, le persécuteur décidé
de la religion protestante, l'esclave de l'Espagne et des jésuites. Pour
l'écarter, on avait offert, du vivant de Matthias, la couronne impériale
au duc de Bavière, et, après son refus, au duc de Savoie. Comme il
n'était pas fort aisé de s'accorder avec celui-ci sur les conditions, on
s'efforça du moins de retarder l'élection, jusqu'au moment où un coup
décisif, en Bohême ou en Autriche, aurait ruiné toutes les espérances de
Ferdinand et l'aurait rendu incapable de cette dignité. Les membres de
l'Union ne négligèrent rien pour prévenir contre lui l'électeur de Saxe,
qui était enchaîné aux intérêts de l'Autriche, et lui représenter le
péril dont les maximes de ce prince et ses liaisons avec l'Espagne
menaçaient la religion protestante et la constitution de l'Empire. Ils
ajoutaient que, par l'élévation de Ferdinand au trône impérial,
l'Allemagne ferait siennes les affaires particulières de l'archiduc et
attirerait contre elle les attaques des Bohêmes. Mais, en dépit de tous
les efforts contraires, le jour de l'élection fut fixé; Ferdinand y fut
convoqué, comme roi légitime de Bohême; et, malgré la protestation des
états de ce pays, sa voix d'électeur fut reconnue valable. Les trois
voix des électeurs ecclésiastiques étaient à lui, celle de la Saxe lui
était aussi favorable; celle de Brandebourg ne lui était pas contraire,
et une majorité décisive le nomma empereur (1619). C'est ainsi qu'il vit
placée d'abord sur sa tête la plus douteuse de ses couronnes, pour
perdre quelques jours après celle qu'il comptait parmi ses possessions
assurées. Tandis qu'on le faisait empereur à Francfort, on le
renversait, à Prague, du trône de Bohême.

Cependant presque tous ses États héréditaires d'Allemagne avaient formé
une confédération formidable avec les Bohêmes, dont l'audace ne connut
alors plus de bornes. Le 17 août 1619, dans une assemblée des états du
royaume, ils déclarèrent l'empereur ennemi de la religion et de la
liberté de la Bohême, pour avoir excité le feu roi contre eux par ses
funestes conseils, prêté des troupes pour les opprimer, livré le royaume
en proie aux étrangers, et même enfin, au mépris de leur souveraineté
nationale, assuré le trône à l'Espagne, dans un pacte secret; il le
déclarèrent déchu de tous ses droits à leur couronne et procédèrent sans
retard à une nouvelle élection. Comme c'étaient des protestants qui
avaient prononcé la sentence, le choix ne pouvait guère tomber sur un
prince catholique: cependant, pour la forme, quelques voix se firent
entendre en faveur de la Bavière et de la Savoie. Mais la haine
religieuse acharnée qui divisait entre eux les évangéliques aussi et les
réformés opposa quelque temps des obstacles, même à l'élection d'un roi
protestant; enfin l'adresse et l'activité des calvinistes l'emportèrent
sur les luthériens, supérieurs en nombre.

Parmi tous les princes qui furent proposés pour cette, dignité,
l'électeur palatin Frédéric V s'était acquis les droits les plus fondés
à la confiance et à la reconnaissance des Bohêmes. Chez aucun de ses
compétiteurs, l'intérêt particulier de beaucoup de membres des états et
l'inclination du peuple ne semblaient justifiés par autant d'avantages
politiques. Frédéric V avait l'esprit libre et éveillé, une grande bonté
de coeur, une générosité royale. Il était le chef des réformés en
Allemagne; il dirigeait l'Union, dont les forces étaient à ses ordres:
proche parent du duc de Bavière, gendre du roi de la Grande-Bretagne,
qui pouvait le soutenir puissamment. Le parti calviniste fit valoir avec
le plus heureux succès tous ces avantages, et les états du royaume,
assemblés à Prague, élurent pour roi Frédéric V, au milieu des prières
et des larmes de joie.

Tout ce qui s'accomplit à la diète de Prague était un coup trop bien
préparé, et Frédéric avait pris lui-même à toute l'affaire une part trop
active pour que l'offre des Bohêmes eût dû le surprendre. Mais, une fois
en présence de la couronne, il fut effrayé de son éclat: la grandeur de
l'attentat, jointe à celle du succès, intimida son coeur pusillanime.
Selon l'habitude des âmes faibles, il voulut d'abord s'affermir dans son
dessein par le jugement d'autrui; mais ce jugement n'avait aucun pouvoir
sur lui lorsqu'il contrariait sa passion. La Saxe et la Bavière,
auxquelles il avait demandé conseil, tous les électeurs ses collègues,
tous ceux qui mettaient dans la balance, avec cette entreprise, ses
talents et ses forces, lui montrèrent l'abîme où il se précipitait. Le
roi Jacques d'Angleterre lui-même aimait mieux voir une couronne
arrachée à son gendre que de l'aider à violer la majesté sacrée des rois
par un si funeste exemple. Mais que pouvait la voix de la sagesse contre
l'éclat séducteur d'une couronne royale? Dans le moment où elle déploie
sa plus grande énergie, où elle repousse loin d'elle le rejeton sacré
d'une dynastie deux fois séculaire, une nation libre se jette dans ses
bras; elle se fie à son courage et le choisit pour son chef dans la
périlleuse carrière de la gloire et de la liberté; une religion opprimée
attend de lui, de lui son défenseur-né, protection et appui contre son
persécuteur: sera-t-il assez pusillanime pour avouer sa crainte, assez
lâche pour trahir la religion et la liberté? Cette nation lui montre en
même temps la supériorité de ses ressources et l'impuissance de ses
ennemis; les deux tiers des forces autrichiennes armées contre
l'Autriche, et, en Transylvanie, un belliqueux allié, tout prêt à
diviser encore, par une attaque, les faibles restes de cette puissance.
De si brillants appels n'éveilleraient pas son ambition? De telles
espérances n'enflammeraient pas son courage?

Quelques instants de tranquille réflexion auraient suffi pour lui
montrer la témérité de l'entreprise et le peu de valeur de la
récompense; mais les encouragements parlaient à ses sens, les
avertissements à sa raison. Ce fut son malheur que les voix qui
l'entouraient, celles qui pouvaient le mieux se faire écouter, prissent
le parti qui flattait ses désirs. L'agrandissement de leur maître
ouvrait à l'ambition et à la cupidité de tous ses serviteurs palatins un
vaste champ pour se satisfaire. Tout zélé calviniste devait voir avec
transport ce triomphe de son Église. Une tête si faible pouvait-elle
résister aux séductions de ses conseillers, qui exagéraient ses
ressources et ses forces autant qu'ils rabaissaient la puissance de
l'ennemi; aux exhortations des prédicateurs de sa cour, qui lui
présentaient les inspirations de leur zèle fanatique comme la volonté du
ciel? Les rêveries des astrologues remplissaient son cerveau de
chimériques espérances. La séduction vint même l'assaillir par la voix
irrésistible de l'amour: «As-tu donc osé, lui disait l'électrice,
recevoir la main d'une fille de roi pour trembler ainsi devant une
couronne que l'on t'offre volontairement? J'aime mieux du pain à ta
table de roi que des festins à ta table d'électeur.»

Frédéric accepta le trône de Bohême. Le couronnement se fit à Prague
avec une pompe sans exemple: la nation étala toutes ses richesses pour
honorer son propre ouvrage. La Silésie et la Moravie, annexes de la
Bohême, suivirent l'exemple de l'État principal et prêtèrent serment. La
réforme triomphait dans toutes les églises du royaume; l'allégresse
était sans bornes; l'amour pour le nouveau roi allait jusqu'à
l'adoration. Le Danemark et la Suède, la Hollande, Venise et plusieurs
États d'Allemagne le reconnurent comme roi légitime, et Frédéric se mit
à prendre ses mesures pour se maintenir sur son nouveau trône.

Sa plus grande espérance reposait sur le prince de Transylvanie, Bethlen
Gabor. Ce redoutable ennemi de l'Autriche et de l'Église catholique, non
content de la principauté qu'il avait enlevée, avec le secours des
Turcs, à son maître légitime, Gabriel Bathori, saisit avec empressement
cette occasion de s'agrandir aux dépens des princes autrichiens, qui
avaient refusé de le reconnaître comme souverain de la Transylvanie. Une
attaque fut concertée avec les rebelles bohêmes contre la Hongrie et
l'Autriche: les deux armées devaient faire leur jonction devant la
capitale. Cependant Bethlen Gabor cacha sous un faux semblant d'amitié
le véritable objet de ses préparatifs; il promit artificieusement à
l'empereur d'attirer les Bohêmes dans le piége, en feignant de les
secourir: il promit de lui livrer vivants les chefs de la révolte. Mais
tout à coup il paraît en ennemi dans la haute Hongrie; la terreur le
précède; derrière lui est la dévastation. Tout le pays se soumet, et il
reçoit à Presbourg la couronne de Hongrie. Le frère de l'empereur, qui
était gouverneur de Vienne, trembla pour cette capitale. Il se hâta
d'appeler le général Bucquoi à son secours, et la retraite des Impériaux
amena derechef l'armée bohême devant Vienne. Renforcée de douze mille
Transylvains, et bientôt réunie avec les troupes victorieuses de Bethlen
Gabor, elle menaça de nouveau d'emporter la ville. Tous les environs
étaient ravagés, le Danube fermé, les communications interceptées; déjà
l'on éprouvait les terreurs de la faim. Ferdinand, que ce pressant
danger avait ramené précipitamment dans sa capitale, se voyait pour la
seconde fois sur le bord de l'abîme. Enfin, la disette et la rigueur de
la température forcèrent les Bohêmes à retourner chez eux; un échec en
Hongrie rappela Bethlen Gabor: la fortune avait encore une fois sauvé
l'empereur.

En peu de semaines, tout changea de face: par sa prudence et son
activité, Ferdinand rétablit ses affaires, autant que Frédéric ruina les
siennes par sa négligence et ses mauvaises mesures. Les états de la
basse Autriche furent amenés à prêter l'hommage par la confirmation de
leurs priviléges, et quelques membres, qui avaient refusé de paraître,
furent déclarés coupables de lèse-majesté et de haute trahison. Ainsi
l'empereur s'était rétabli dans un de ses États héréditaires, et en même
temps il mettait tout en mouvement pour s'assurer des secours étrangers.
Déjà, par ses représentations verbales lors de l'élection impériale de
Francfort, il avait réussi à gagner à sa cause les électeurs
ecclésiastiques, et, à Munich, le duc Maximilien de Bavière. De la part
que l'Union et la Ligue prendraient à la guerre de Bohême dépendaient
l'issue de cette guerre, le sort de l'empereur et celui de Frédéric.
Toute l'Allemagne protestante semblait intéressée à soutenir Frédéric,
et la religion catholique à ne pas laisser succomber l'empereur. Tous
les princes catholiques d'Allemagne devaient trembler pour leurs
possessions, si les protestants étaient vainqueurs en Bohême; s'ils
succombaient, l'empereur pouvait faire la loi à toute l'Allemagne
protestante. Ferdinand mit donc la Ligue en mouvement, et Frédéric
l'Union. Le lien de la parenté, et son attachement personnel pour
l'empereur, son beau-frère, avec qui il avait été élevé à Ingolstadt;
le zèle pour la religion catholique, visiblement menacée du plus grand
péril; les inspirations des jésuites; enfin, les mouvements suspects de
l'Union, décidèrent le duc de Bavière à faire de la cause de Ferdinand
sa propre cause, et tous les princes de la Ligue imitèrent son exemple.

Maximilien de Bavière, après s'être assuré, par un traité conclu avec
l'empereur, le dédommagement de tous ses frais de guerre et de toutes
les pertes qu'il pourrait éprouver, prit, avec des pouvoirs illimités,
le commandement des troupes de la Ligue, qui devaient marcher au secours
de l'empereur contre les rebelles de Bohême.

Les chefs de l'Union, au lieu de faire obstacle à cette dangereuse
alliance de la Ligue et de l'empereur, mirent plutôt tout en oeuvre pour
l'accélérer. S'ils amenaient la Ligue catholique à prendre une part
déclarée dans la guerre de Bohême, ils avaient lieu de se promettre la
même chose de tous les membres et alliés de l'Union. Si l'Union n'était
menacée par une démarche publique de l'autre parti, on ne pouvait
espérer de voir réunies les forces des protestants. Les princes
saisirent donc le moment critique des troubles de Bohême pour demander
aux catholiques le redressement de tous les anciens griefs et une
complète garantie de la liberté religieuse. Cette demande, dont le ton
était menaçant, ils l'adressèrent au duc de Bavière, comme chef des
catholiques, et ils insistèrent pour avoir une réponse prompte et sans
réserve. Que Maximilien se prononçât pour eux ou contre eux, ils
atteignaient leur but. S'il cédait, le parti catholique était privé de
son plus puissant défenseur; s'il résistait, il armait tout le parti
protestant et rendait inévitable la guerre, de laquelle ils se
promettaient un bon résultat. Maximilien, que tant d'autres motifs
attiraient déjà dans le parti opposé, prit cette sommation pour une
formelle déclaration de guerre, et l'armement fut hâté. Tandis que la
Bavière et la Ligue prenaient les armes pour l'empereur, on négociait
des subsides avec la cour d'Espagne. Toutes les difficultés que la
politique somnolente du ministère espagnol opposait à cette demande
furent heureusement surmontées par le comte de Khevenhüller, ambassadeur
impérial à Madrid. Outre l'avance d'un million de florins, que l'on sut
arracher peu à peu à cette cour, on la décida à diriger des Pays-Bas
espagnols une attaque sur le bas Palatinat.

En même temps qu'on s'efforçait d'attirer dans l'alliance toutes les
puissances catholiques, on entravait avec la plus grande énergie la
contre-alliance protestante. Il importait de rassurer l'électeur de Saxe
et plusieurs autres princes évangéliques sur le bruit, répandu par
l'Union, que les préparatifs de la Ligue avaient pour but de leur
reprendre les bénéfices sécularisés. L'assurance du contraire, donnée
par écrit, tranquillisa l'électeur de Saxe, que sa jalousie particulière
contre le Palatinat, les suggestions de son prédicateur de cour, vendu à
l'Autriche, enfin la mortification de s'être vu écarté par les Bohêmes,
à l'élection de leur roi, faisaient déjà pencher pour l'empereur. Le
fanatisme luthérien ne pouvait pardonner aux réformés «que tant de
faibles pays dussent s'engouffrer (c'est ainsi qu'on s'exprimait) dans
la gueule du calvinisme, et l'antechrist romain faire simplement place à
l'antechrist helvétique.»

Tandis que Ferdinand mettait tout en oeuvre pour améliorer sa fâcheuse
position, Frédéric ne négligeait rien pour gâter sa bonne cause. Sa
liaison choquante avec le prince de Transylvanie, l'allié déclaré de la
Porte, scandalisait les âmes faibles, et le bruit public l'accusait de
chercher son agrandissement aux dépens de la chrétienté et d'avoir armé
les Turcs contre l'Allemagne. Il irritait les luthériens de Bohême par
son zèle inconsidéré pour la religion réformée, et les catholiques par
ses attaques contre les images. L'introduction d'impôts onéreux lui
enleva l'amour du peuple. Les grands du royaume, trompés dans leur
attente, se refroidirent pour sa cause; le défaut de secours étrangers
abattit leur confiance. Au lieu de se consacrer avec une ardeur
infatigable à l'administration du royaume, Frédéric perdait son temps en
plaisirs frivoles; au lieu d'accroître son trésor par une sage économie,
il dissipait dans un faste inutile et théâtral, et par une libéralité
mal entendue, les revenus de ses États. Avec une légèreté insouciante,
il se mirait dans sa dignité nouvelle, et ne songeant, hors de saison,
qu'à jouir de sa couronne, il oubliait le soin plus pressant de
l'affermir sur sa tête.

Autant l'on s'était abusé sur le compte de Frédéric, autant il s'était
malheureusement trompé lui-même dans son espoir d'assistance étrangère.
La plupart des membres de l'Union séparaient les affaires de Bohême de
l'objet de leur alliance; d'autres membres de l'Empire, dévoués à
Frédéric, étaient enchaînés par une crainte aveugle de l'empereur:
Ferdinand avait gagné l'électeur de Saxe et le duc de Hesse-Darmstadt;
la basse Autriche d'où l'on attendait une puissante diversion, avait
rendu hommage à l'empereur; Bethlen Gabor avait conclu avec lui un
armistice. La cour de Vienne sut endormir le Danemark par des
ambassades, et occupa la Suède par une guerre avec la Pologne. La
république de Hollande avait de la peine à se défendre contre les armes
espagnoles; Venise et la Savoie restèrent dans l'inaction; le roi
Jacques d'Angleterre se laissa tromper par les artifices de l'Espagne.
Un ami après l'autre se retira; une espérance après l'autre s'évanouit.
Si rapide avait été, en quelques mois, le changement de toutes choses!

Cependant les chefs de l'Union rassemblèrent un corps d'armée;
l'empereur et la Ligue en firent autant. Les forces de la Ligue étaient
réunies près de Donawert, sous les ordres de Maximilien; celles de
l'Union, près d'Ulm, sous le margrave d'Ansbach. On croyait toucher
enfin au moment décisif, qui devait terminer par un grand coup cette
longue querelle et fixer irrévocablement les rapports des deux Églises
en Allemagne. Les deux partis attendaient l'événement avec anxiété. Mais
quel ne fut pas l'étonnement, lorsque la nouvelle de la paix arriva tout
à coup, et que les deux armées se séparèrent sans coup férir!

L'intervention de la France avait produit cette paix, que les deux
partis acceptèrent avec un égal empressement. Le ministère français, qui
n'était plus dirigé par Henri le Grand, et d'ailleurs la politique de
ce roi n'était peut-être plus applicable à la situation du royaume,
craignait maintenant beaucoup moins l'agrandissement de l'Autriche que
la puissance où s'élèveraient les calvinistes si la maison palatine se
maintenait sur le trône de Bohême. Engagé lui-même, précisément alors,
dans une lutte difficile avec les huguenots de l'intérieur, il n'avait
pas de plus pressant intérêt que de voir la faction protestante écrasée
le plus tôt possible en Bohême, avant qu'elle pût offrir à la faction
des huguenots en France un dangereux modèle. Afin que l'empereur eût les
mains libres pour agir sans délai contre les Bohêmes, le ministère
français s'interposa donc comme médiateur entre l'Union et la Ligue, et
ménagea cette paix inattendue, dont l'article le plus important était
«que l'Union ne prendrait aucune part aux affaires de Bohême, et que les
secours qu'elle pourrait prêter à Frédéric V ne s'étendraient pas au
delà des pays palatins.» La fermeté de Maximilien et la crainte de se
voir prise entre les troupes de la Ligue et une nouvelle armée
impériale, qui s'avançait des Pays-Bas, décidèrent l'Union à cette paix
honteuse.

Toutes les forces de la Bavière et de la Ligue étaient maintenant aux
ordres de l'empereur contre les Bohêmes, que le traité d'Ulm abandonnait
à leur sort. Avant que la nouvelle de ce qui s'était passé à Ulm se fût
répandue dans l'Autriche supérieure, Maximilien y parut tout à coup, et
les états, consternés, nullement préparés à repousser une attaque,
achetèrent le pardon de l'empereur en lui rendant l'hommage sur-le-champ
et sans condition. Le duc fut renforcé, dans la basse Autriche, par les
troupes néerlandaises du comte de Bucquoi, et cette armée
austro-bavaroise, qui s'élevait, après la jonction, à cinquante mille
hommes, pénétra, sans perdre un moment, sur le territoire de Bohême.
Elle chassa devant elle tous les escadrons bohêmes, répandus dans la
basse Autriche et la Moravie. Toutes les villes qui tentèrent de
résister furent prises d'assaut; d'autres, effrayées par le bruit du
châtiment infligé à celles-ci, ouvrirent volontairement leurs portes:
rien n'arrêtait la course impétueuse de Maximilien. L'armée bohême, sous
les ordres du vaillant prince Christian d'Anhalt, se replia jusque dans
le voisinage de Prague, et Maximilien lui livra bataille sous les murs
de cette capitale.

Le mauvais état dans lequel il espérait surprendre l'armée des rebelles
justifiait la précipitation de Maximilien et lui assura la victoire.
Frédéric n'avait pas rassemblé trente mille hommes; le prince d'Anhalt
lui en avait amené huit mille; Bethlen Gabor lui avait envoyé dix mille
Hongrois. Une incursion de l'électeur de Saxe dans la Lusace avait
intercepté tous les secours qu'il attendait de ce pays et de la Silésie;
la pacification de l'Autriche le privait de tous ceux qu'il s'était
promis de ce côté. Bethlen Gabor, le plus important de ses alliés, se
tint en repos. L'Union avait livré Frédéric à l'empereur. Il ne lui
restait plus que ses Bohêmes, qui manquaient eux-mêmes de bonne volonté,
d'accord et de courage. Les magnats de Bohême étaient mécontents de se
voir préférer des généraux allemands; le comte de Mansfeld resta à
Pilsen, séparé du quartier général, afin de ne pas servir sous Anhalt et
Hohenlohe. Le soldat, qui manquait du nécessaire, perdit toute ardeur
et tout courage, et la mauvaise discipline de l'armée provoquait chez le
paysan les plaintes les plus amères. Ce fut en vain que Frédéric se
montra dans le camp, afin d'animer par sa présence le courage des
soldats, et par son exemple l'émulation de la noblesse.

Les Bohêmes commençaient à se retrancher sur la Montagne-Blanche, non
loin de Prague, lorsque l'armée combinée austro-bavaroise les assaillit,
le 8 novembre 1620. Au commencement de l'action, la cavalerie du prince
d'Anhalt remporta quelques avantages, bientôt rendus vains par la
supériorité de l'ennemi. Les Bavarois et les Wallons chargèrent avec une
force irrésistible, et la cavalerie hongroise fut la première à tourner
le dos. L'infanterie bohême ne tarda pas à suivre son exemple, et les
Allemands furent enfin entraînés aussi dans la déroute générale. Dix
canons, qui formaient toute l'artillerie de Frédéric, tombèrent dans les
mains de l'ennemi. Quatre mille Bohêmes périrent dans la fuite et dans
le combat; les troupes de l'empereur et de la Ligue perdirent à peine
quelques centaines d'hommes. Cette victoire décisive avait été remportée
en moins d'une heure.

Frédéric était à dîner dans Prague, tandis que ses troupes se faisaient
tuer pour lui sous les murs de la ville. Il ne s'attendait probablement
encore à aucune attaque, puisqu'il avait commandé ce jour-là même un
grand repas. Un courrier le fit enfin sortir de table, et il put voir
des remparts tout cet affreux spectacle. Il demanda une suspension
d'armes de vingt-quatre heures pour se déterminer après réflexion: huit
heures furent tout ce qu'il obtint du duc. Frédéric les employa à
s'enfuir de la capitale, pendant la nuit, avec sa femme et les
principaux officiers de l'armée. Cette fuite fut si précipitée, que le
prince d'Anhalt oublia ses papiers les plus secrets et Frédéric sa
couronne. «Je sais maintenant ce que je suis,» disait ce malheureux
prince aux personnes qui essayaient de le consoler. «Il y a des vertus
que le malheur seul peut nous enseigner, et ce n'est que dans
l'adversité que nous apprenons, nous autres princes, ce que nous
sommes.»

Prague n'était pas encore perdue sans ressource, quand le pusillanime
Frédéric l'abandonna. Mansfeld était toujours à Pilsen, avec son corps
détaché, qui n'avait pas vu la bataille. A chaque instant, Bethlen Gabor
pouvait commencer les hostilités et rappeler aux frontières de Hongrie
les forces de l'empereur. Les Bohêmes battus pouvaient se relever, les
maladies, la faim et le froid détruire les ennemis: toutes ces
espérances s'évanouirent devant la crainte présente.

Frédéric redoutait l'inconstance des Bohêmes, qui pouvaient aisément
céder à la tentation de livrer sa personne à l'empereur pour acheter
leur grâce.

Thurn et ceux qui partageaient sa condamnation ne jugèrent pas prudent
non plus d'attendre leur sort dans les murs de Prague. Ils se
réfugièrent en Moravie, pour chercher, bientôt après, leur salut dans la
Transylvanie. Frédéric s'enfuit à Breslau, mais il n'y séjourna que peu
de temps, et trouva ensuite un asile à la cour de l'électeur de
Brandebourg, puis enfin en Hollande.

La bataille de Prague avait décidé du sort de toute la Bohême. Prague se
rendit dès le lendemain au vainqueur; les autres villes suivirent le
sort de la capitale. Les états rendirent l'hommage sans condition; leur
exemple fut imité en Silésie et en Moravie. L'empereur laissa s'écouler
trois mois avant d'ordonner une enquête sur le passé. Beaucoup de ceux
qui avaient pris la fuite dans la première frayeur reparurent dans la
capitale, rassurés par cette apparence de modération; mais, à un jour, à
un moment fixé, l'orage éclata. Quarante-huit des plus actifs
instigateurs de la révolte furent arrêtés et traduits devant une
commission extraordinaire, composée de Bohêmes et d'Autrichiens.
Vingt-sept d'entre eux périrent sur l'échafaud; dans la classe du
peuple, une quantité innombrable eut le même sort. On somma les absents
de comparaître, et, aucun d'eux ne s'étant présenté, ils furent
condamnés à mort, comme coupables de haute trahison et de lèse-majesté
impériale. Leurs biens furent confisqués, leurs noms cloués au gibet. On
confisqua même les biens de rebelles déjà morts. Cette tyrannie était
supportable, parce qu'elle ne pesait que sur certaines personnes, et que
les dépouilles de l'un enrichissaient l'autre; mais d'autant plus
douloureuse fut l'oppression qui accabla sans distinction tout le
royaume. Tous les prédicateurs protestants, d'abord les bohêmes, et un
peu plus tard les allemands, furent expulsés du pays. Ferdinand coupa de
sa propre main la lettre de Majesté de Rodolphe et en brûla le sceau.
Sept ans après la bataille de Prague, toute tolérance envers les
protestants était abolie dans le royaume. Mais les violences que
l'empereur se permit contre les priviléges religieux des Bohêmes, il se
les interdit à l'égard de leur constitution politique, et, en même temps
qu'il leur enlevait la liberté de penser, il leur laissait généreusement
le droit de se taxer eux-mêmes.

La victoire de la Montagne-Blanche mit Ferdinand en possession de tous
ses États et les lui rendit même avec un pouvoir plus étendu que celui
dont y avait joui son prédécesseur, parce que l'hommage fut rendu sans
condition, et qu'aucune lettre impériale ne limitait plus son autorité
souveraine. Tous ses justes désirs étaient donc satisfaits, et même au
delà de son attente.

Il était libre maintenant de congédier ses alliés et de rappeler ses
armées. La guerre était finie, si seulement il était juste; s'il était
juste et généreux, les châtiments devaient cesser aussi. Tout le sort de
l'Allemagne était dans sa main, et des millions de créatures humaines
attendaient le bonheur ou le malheur de la détermination qu'il allait
prendre. Jamais si grande décision ne fut au pouvoir d'un seul homme;
jamais l'aveuglement d'un seul homme ne causa tant de calamités.



LIVRE DEUXIÈME


La résolution que prit alors Ferdinand donna à la guerre une tout autre
direction, un autre théâtre et d'autres acteurs. D'une révolte en
Bohême et d'une exécution militaire contre des rebelles, on vit naître
une guerre allemande et bientôt européenne. Le moment est donc venu de
jeter un coup d'oeil sur l'Allemagne et sur le reste de l'Europe.

Tout inégal que fût, entre catholiques et protestants, le partage du
territoire de l'Empire et des priviléges de ses membres, chaque parti
n'avait qu'à profiter de ses propres avantages et à rester sagement uni,
pour contre-balancer les forces de l'autre. Si les catholiques étaient
plus nombreux et plus favorisés par la constitution de l'Empire, les
protestants possédaient une suite continue de contrées populeuses, des
princes belliqueux, une vaillante noblesse, de nombreuses armées, des
villes impériales opulentes; ils étaient maîtres de la mer, et, en cas
de nécessité, ils avaient un parti assuré dans les États des princes
catholiques. Si les catholiques pouvaient compter sur les armes de
l'Espagne et de l'Italie, la république de Venise, la Hollande et
l'Angleterre ouvraient leurs trésors aux protestants; les États du Nord
et les redoutables Ottomans étaient prêts à voler à leur secours. Le
Brandebourg, la Saxe et le Palatinat opposaient dans le collége
électoral trois voix protestantes, d'un poids considérable, aux trois
voix ecclésiastiques; et, si les États protestants savaient user de leur
force, la dignité impériale devenait une chaîne pour l'électeur de
Bohême, comme pour l'archiduc d'Autriche. L'épée de l'Union pouvait
retenir l'épée de la Ligue dans le fourreau, ou, s'il fallait en venir à
la guerre, elle en pouvait rendre l'événement incertain.
Malheureusement, l'intérêt particulier rompit le lien politique qui
devait unir entre eux tous les membres protestants de l'Empire. Cette
grande époque ne trouva sur la scène que des esprits médiocres, et l'on
ne profita point du moment décisif, parce que les courageux manquèrent
de puissance, et les puissants d'intelligence, de courage et de
résolution.

Les mérites de son aïeul Maurice, l'étendue de ses possessions et
l'importance de son suffrage plaçaient l'électeur de Saxe à la tête de
l'Allemagne protestante. La résolution qu'il allait prendre devait
décider lequel des deux partis triompherait dans la lutte, et
Jean-Georges n'était pas insensible aux avantages que lui assurait cette
position considérable. Conquête également significative pour l'empereur
et pour l'Union, il évitait soigneusement de se donner tout entier à
l'un ou à l'autre; il ne voulait point, par une déclaration irrévocable,
se fier à la reconnaissance de Ferdinand ni renoncer aux fruits qu'il
pouvait retirer de la crainte inspirée à ce prince. Inaccessible au
vertige de l'enthousiasme chevaleresque ou religieux, qui entraînait un
souverain après l'autre à risquer sa couronne et sa vie dans les hasards
de la guerre, Jean-Georges aspirait à la gloire plus solide de ménager
son bien et de l'augmenter. Si ses contemporains l'accusèrent d'avoir
abandonné dans le fort de l'orage la cause protestante, d'avoir préféré
l'agrandissement de sa maison au salut de la patrie, d'avoir exposé à la
ruine toute l'Église évangélique d'Allemagne, de peur de faire le
moindre mouvement en faveur des réformés; s'ils l'accusèrent d'avoir
fait par sa douteuse amitié presque autant de mal à la cause commune
que ses plus ardents ennemis: il pouvait répondre que la faute en était
à ces princes qui n'avaient pas su prendre pour modèle sa sage
politique. Si, malgré cette sage politique, le paysan saxon eut à gémir,
comme tous les autres, sur les horreurs qui accompagnaient le passage
des armées impériales; si l'Allemagne tout entière put voir comme
Ferdinand trompait son allié et se jouait de ses promesses; si
Jean-Georges lui-même crut enfin s'en apercevoir: c'était à l'empereur
de rougir, lui qui trahissait si cruellement une si loyale confiance.

Si cette confiance exagérée en la maison d'Autriche, et l'espérance
d'agrandir ses domaines, lièrent les mains de l'électeur de Saxe, la
crainte de l'Autriche et la frayeur de perdre ses États tinrent le
faible Georges-Guillaume de Brandebourg dans des liens bien plus
honteux. Ce qu'on reprochait à ces deux souverains aurait sauvé à
l'électeur palatin sa gloire et ses États. Une confiance irréfléchie en
ses forces non éprouvées, l'influence des conseils de la France, et
l'éclat séduisant d'une couronne avaient entraîné ce malheureux prince
dans une aventure à la hauteur de laquelle ne s'élevaient ni son génie
ni sa situation politique. La puissance de la maison palatine était
affaiblie par le morcellement de ses domaines et le peu d'harmonie qui
régnait entre ses princes: réunie dans une seule main, cette puissance
aurait pu longtemps encore rendre douteuse l'issue de la guerre.

Les partages affaiblissaient aussi la maison souveraine de Hesse, et la
différence de religion entretenait entre Cassel et Darmstadt une
division funeste. La ligne de Darmstadt, attachée à la confession
d'Augsbourg, s'était mise sous la protection de l'empereur, qui la
favorisait au détriment de la ligne réformée de Cassel. Tandis que ses
frères dans la foi versaient leur sang pour la religion et la liberté,
le landgrave Georges de Darmstadt recevait une solde de l'empereur.
Mais, à l'exemple de son ancêtre, qui avait entrepris cent ans
auparavant, de défendre la liberté allemande contre le redoutable
Charles-Quint, Guillaume de Cassel préféra le parti du danger et de
l'honneur. Supérieur à la crainte, qui faisait plier des princes bien
plus forts que lui sous la toute-puissance de Ferdinand, le landgrave
Guillaume fut le premier qui offrit le secours de son bras héroïque au
héros suédois et qui donna aux princes d'Allemagne cet exemple que nul
ne voulait risquer avant les autres. Autant sa décision annonçait de
courage, autant sa persévérance montra de fermeté et ses exploits de
bravoure. Avec une résolution intrépide, il se posta à la frontière de
son pays ensanglanté et reçut avec un dédain railleur l'ennemi dont les
mains fumaient encore du sac de Magdebourg.

Le landgrave Guillaume est digne de passer à l'immortalité, à côté de
l'héroïque branche ernestine. Il se leva bien tard pour toi le jour de
la vengeance, infortuné Jean-Frédéric, noble prince, à jamais glorieux!
Mais, s'il a été lent à paraître, quelle en fut la splendeur! On vit ton
époque renaître, et ton héroïsme descendit sur tes petits-fils. Une race
vaillante de princes sort des forêts de la Thuringe, pour flétrir, par
ses exploits immortels, le jugement qui dépouilla ton front de la
couronne électorale, et apaiser, en entassant les victimes sanglantes,
ton ombre irritée. L'arrêt du vainqueur put leur enlever tes États, mais
non la vertu patriotique qui te les fit sacrifier, ni le courage
chevaleresque, qui, un siècle plus tard, fera chanceler le trône de son
petit-fils. Ta vengeance et celle de l'Allemagne ont aiguisé le fer
sacré, fatal à la race de Habsbourg, et de la main d'un héros à celle
d'un autre se transmet le glaive invincible. Ce qu'ils ne peuvent faire
comme souverains, ils l'accomplissent comme hommes de coeur, et meurent
d'une mort glorieuse, comme les plus vaillants soldats de la liberté.
Ils ne règnent pas sur d'assez grands domaines pour attaquer leur ennemi
avec leurs propres armées, mais ils dirigent contre lui d'autres
tonnerres et conduisent à la victoire des drapeaux étrangers.

La liberté de l'Allemagne, trahie par les membres puissants de l'Empire,
qui pourtant en recueillaient tous les fruits, fut défendue par un petit
nombre de princes pour qui elle avait à peine quelque valeur. La
possession des terres et des dignités étouffa le courage; la pauvreté, à
ce double égard, fit des héros. Tandis que la Saxe, le Brandebourg et
d'autres encore se tiennent timidement en arrière, on voit les Anhalt,
les Mansfeld, les princes de Weimar et leurs pareils, prodiguer leur
sang dans des batailles meurtrières. Mais les ducs de Poméranie, de
Mecklembourg, de Lunebourg, de Wurtemberg, les villes impériales de la
haute Allemagne, pour qui le nom du chef suprême de l'Empire avait été
de tout temps redoutable, se dérobent craintivement à la lutte contre
l'empereur et se courbent en murmurant sous sa main qui les écrase.

L'Autriche et l'Allemagne catholique avaient, dans le duc Maximilien de
Bavière, un défenseur aussi puissant que politique et brave. Fidèle,
dans tout le cours de cette guerre, à un même plan, mûrement calculé:
jamais indécis entre son intérêt politique et sa religion; jamais
esclave de l'Autriche, qui travaillait pour son propre agrandissement et
tremblait devant le bras qui la sauvait. Maximilien eût mérité de
recevoir d'une main meilleure que celle du despotisme les dignités et
les domaines qui furent sa récompense. Les autres princes catholiques,
la plupart membres du clergé, trop peu guerriers pour résister aux
essaims des soldats qu'attirait la prospérité de leurs contrées, furent
successivement victimes de la guerre et se contentèrent de poursuivre
dans le cabinet ou dans la chaire un ennemi devant lequel ils n'osaient
se montrer en campagne. Esclaves de l'Autriche ou de la Bavière, tous
furent éclipsés par Maximilien, et leurs forces ne prirent quelque
importance que réunies dans sa puissante main.

La redoutable monarchie que Charles-Quint et son fils avaient formée,
par un monstrueux assemblage, des Pays-Bas, du Milanais, des
Deux-Siciles et des vastes contrées des Indes orientales et
occidentales, penchait déjà vers sa ruine sous Philippe III et Philippe
IV. Enflée rapidement par un or stérile, on vit cette monarchie dépérir
par une lente consomption, parce qu'on la priva du lait nourricier des
États, de l'agriculture. Ses conquêtes dans les Indes occidentales
avaient plongé l'Espagne dans la pauvreté, pour enrichir tous les
marchés de l'Europe, et les changeurs d'Anvers, de Venise et de Gênes
spéculaient longtemps d'avance sur l'or qui dormait encore dans les
mines du Pérou. Pour les Indes, on avait dépeuplé les provinces
espagnoles; et les richesses des Indes, on les avait prodiguées dans la
guerre entreprise pour reconquérir la Hollande, dans la tentative
chimérique de changer la succession au trône de France, dans une attaque
malheureuse contre l'Angleterre. Mais l'orgueil de cette cour avait
survécu à l'époque de sa grandeur, la haine de ses ennemis à sa
puissance, et la terreur semblait régner encore autour de l'antre vide
du lion. La défiance des protestants prêtait au ministère de Philippe
III la dangereuse politique de son père, et chez les catholiques
allemands vivait toujours la confiance dans les secours de l'Espagne,
comme la croyance miraculeuse aux reliques des martyrs. Un faste
extérieur cachait les blessures saignantes qui épuisaient cette
monarchie, et l'on croyait toujours à sa puissance, parce qu'elle
gardait le ton superbe de son âge d'or. Esclaves chez eux, étrangers sur
leur propre trône, ces fantômes de rois d'Espagne dictaient des lois en
Allemagne aux princes de leur famille, et l'on peut douter que les
secours qu'ils leur prêtèrent méritassent la honteuse dépendance par
laquelle les empereurs durent les acheter. Derrière les Pyrénées, des
moines ignorants, des favoris artificieux, tramaient les destins de
l'Europe. Mais on devait redouter encore, dans son plus profond
abaissement, une puissance qui ne le cédait pas aux premières en
étendue; qui restait, sinon par une ferme politique, du moins par
habitude, invariablement fidèle au même système d'États; qui avait à ses
ordres des armées aguerries et des généraux excellents; qui, lorsque la
guerre ne suffisait pas, recourait au poignard des assassins, et savait
employer comme incendiaires ses propres ambassadeurs. Ce qu'elle perdait
dans trois autres régions, elle s'efforçait de le regagner vers
l'Orient, et les États européens se trouvaient pris dans son filet, si
elle réussissait dans son entreprise, dès longtemps méditée, de porter,
entre les Alpes et l'Adriatique, ses frontières jusqu'aux domaines
héréditaires de l'Autriche.

Les princes italiens avaient vu avec une grande inquiétude cette
puissance importune pénétrer dans leur pays, où ses efforts continuels
pour s'agrandir faisaient trembler pour leurs possessions tous les
souverains du voisinage. Pressé entre Naples et Milan par les vice-rois
espagnols, le pape se trouvait dans la plus dangereuse situation. La
république de Venise était resserrée entre le Tyrol autrichien et le
Milanais espagnol; la Savoie entre cette dernière contrée et la France.
De là cette politique changeante et ambiguë que les États italiens
avaient suivie depuis Charles-Quint. Le double caractère du pontife
romain le maintenait flottant entre deux politiques contradictoires. Si
le successeur de saint Pierre honorait dans les princes espagnols ses
fils les plus dociles, les plus fermes défenseurs de son siége, le
souverain des États de l'Église avait à redouter en leur personne ses
plus fâcheux voisins et ses adversaires les plus menaçants. Rien
n'importait plus au pontife que de voir les protestants anéantis et les
armes de l'Autriche victorieuses; mais le souverain avait lieu de bénir
les armes des protestants, qui mettaient son voisin hors d'état de
devenir dangereux pour lui. L'une ou l'autre politique avait le dessus,
selon que les papes avaient plus de souci de leur puissance temporelle
ou de leur souveraineté spirituelle; mais en général, la politique de
Rome se déterminait par le besoin le plus pressant; et l'on sait combien
la crainte de perdre un avantage présent entraîne plus puissamment les
esprits que le désir de recouvrer un bien depuis longtemps perdu. C'est
ainsi qu'on s'explique comment le vicaire de Jésus-Christ pouvait se
conjurer avec la maison d'Autriche pour la perte des hérétiques, et avec
ces mêmes hérétiques pour la ruine de la maison d'Autriche. Ainsi
s'entrelace merveilleusement le fil de l'histoire! Que serait devenue la
réformation, que serait devenue la liberté des princes allemands, si
l'évêque de Rome et le prince de Rome avaient eu constamment le même
intérêt?

La France avait perdu, avec son excellent roi Henri, toute sa grandeur,
et tout son poids dans la balance politique de l'Europe. Une minorité
orageuse anéantit tous les bienfaits de l'administration vigoureuse qui
l'avait précédée. Des ministres incapables, créatures de la faveur et de
l'intrigue, dissipèrent en peu d'années les trésors que le bon ordre de
Sully et l'économie de Henri IV avaient amassés. A peine capables de
maintenir contre les factions de l'intérieur leur autorité subreptice,
ils devaient renoncer à diriger le grand gouvernail de l'Europe. Une
guerre civile, pareille à celle qui armait l'Allemagne contre
l'Allemagne, souleva les Français les uns contre les autres; et Louis
XIII n'entra dans la majorité que pour combattre sa mère et ses sujets
protestants. Ceux-ci, retenus dans le devoir par la politique éclairée
de Henri IV, courent maintenant aux armes. Éveillés par l'occasion,
encouragés par quelques chefs entreprenants, ils forment un État dans
l'État et choisissent pour centre de leur naissant empire la forte et
puissante ville de La Rochelle. Trop peu homme d'État pour étouffer, dès
son principe, cette guerre civile par une sage tolérance, et bien
éloigné d'être assez maître des forces de son royaume pour la conduire
avec vigueur, Louis XIII se voit bientôt réduit à l'humiliante nécessité
d'acheter par de grosses sommes d'argent la soumission des rebelles.
Vainement la raison d'État le presse de soutenir contre l'Autriche les
révoltés de Bohême, il faut que le fils de Henri IV reste pour le moment
spectateur oisif de leur destruction: heureux si les calvinistes de son
royaume ne se rappellent pas fort mal à propos leurs coreligionnaires
d'au delà du Rhin! Un grand génie au timon de l'État eût réduit les
protestants français à l'obéissance et conquis la liberté de leurs
frères en Allemagne; mais Henri IV n'était plus, et sa politique ne
devait renaître qu'avec Richelieu.

Tandis que la France descendait du faîte de sa gloire, la Hollande,
devenue libre, achevait l'édifice de sa grandeur. Il n'était pas encore
éteint, le courage enthousiaste qui, allumé par la maison d'Orange,
avait changé cette nation de marchands en un peuple de héros et l'avait
rendue capable de maintenir son indépendance dans la guerre meurtrière
contre les rois d'Espagne. Se souvenant de tout ce qu'ils avaient dû,
dans l'oeuvre de leur délivrance, aux secours étrangers, ces
républicains brûlaient du désir d'aider leurs frères allemands à
s'assurer un sort pareil, et leur ardeur était d'autant plus grande,
qu'ils combattaient les uns et les autres le même ennemi, et que la
liberté de l'Allemagne devenait le plus ferme rempart pour la liberté de
la Hollande. Mais une république qui luttait encore pour sa propre
existence, qui, par les plus admirables efforts, pouvait à peine faire
tête, sur son propre territoire, à un ennemi supérieur, n'osait se
priver des forces nécessaires à sa défense et les prodiguer, par une
magnanime politique, pour les États étrangers.

L'Angleterre elle-même, bien que, sur ces entrefaites, elle se fût
agrandie de l'Écosse, n'avait plus en Europe, sous le faible Jacques
Ier, l'influence que le génie dominateur d'Élisabeth avait su lui
acquérir. Convaincue que la prospérité de son île était attachée à la
sûreté des protestants, cette sage reine avait eu constamment pour
maxime de favoriser toute entreprise qui tendait à l'affaiblissement de
la maison d'Autriche. Son successeur manqua de génie pour comprendre ce
système, aussi bien que de puissance pour le mettre en pratique.
L'économe Élisabeth n'épargna point ses trésors pour secourir les
Pays-Bas contre l'Espagne, et Henri IV contre les fureurs de la Ligue:
Jacques Ier abandonna fille, petits-fils et gendre à la merci d'un
vainqueur impitoyable. Tandis que ce monarque épuisait son érudition à
chercher dans le ciel l'origine de la majesté royale, il laissait
dépérir la sienne sur la terre. Les efforts que faisait son éloquence
pour démontrer le droit absolu de la royauté rappelaient à la nation
anglaise ses droits à elle, et, par une vaine prodigalité, il sacrifiait
la plus importante de ses royales prérogatives, celle de se passer du
Parlement et d'ôter la parole à la liberté. L'horreur instinctive qu'il
avait d'une épée nue le faisait reculer même devant la guerre la plus
juste. Son favori Buckingham se jouait de ses faiblesses, et sa vanité
complaisante faisait de lui la dupe facile des artifices de l'Espagne.
Tandis qu'on ruinait son gendre en Allemagne et qu'on gratifiait des
étrangers du patrimoine de ses petits-fils, ce vieillard imbécile
respirait avec délices l'encens que l'Autriche et l'Espagne faisaient
fumer devant lui. Pour détourner son attention de la guerre d'Allemagne,
on lui montra à Madrid une épouse pour son fils, et ce père facétieux
équipa lui-même son fils romanesque pour la scène bizarre par laquelle
il surprit sa fiancée espagnole. Cette fiancée échappa à son fils, comme
la couronne de Bohême et l'électorat palatin à son gendre, et la mort
seule déroba Jacques Ier au danger de terminer son règne pacifique
par une guerre, uniquement pour n'avoir pas eu le courage de la montrer
dans le lointain.

Les troubles civils, préparés par son gouvernement mal-habile,
éclatèrent sous son malheureux fils et forcèrent bientôt celui-ci, après
quelques tentatives insignifiantes, de renoncer à prendre aucune part à
la guerre d'Allemagne, pour combattre dans son propre royaume la rage
des factions, dont il fut enfin la déplorable victime.

Deux rois pleins de mérite, bien loin l'un de l'autre, sans doute, pour
la renommée personnelle, mais également puissants, également avides de
gloire, faisaient alors respecter les États du Nord. Sous le règne long
et actif de Christian IV, le Danemark s'était élevé jusqu'à devenir une
puissance importante. Les qualités personnelles de ce prince, une
excellente marine, des troupes d'élite, des finances bien administrées,
de sages alliances, se réunirent pour assurer à cet État, au dedans, une
prospérité florissante, au dehors, la considération. Quant à la Suède,
Gustave Wasa l'avait arrachée à la servitude; il l'avait transformée par
une sage législation, et produit le premier aux regards du monde cet
État nouvellement créé. Ce que ce grand prince n'avait fait qu'indiquer
dans une ébauche grossière fut achevé par son petit-fils,
Gustave-Adolphe, encore plus grand que lui.

Ces deux royaumes, réunis auparavant, par contrainte et contre nature,
en une seule monarchie, et sans force dans cette union, s'étaient
séparés violemment au temps de la réforme, et cette séparation fut
l'époque de leur prospérité. Autant cette union forcée avait été
nuisible aux deux États, autant, une fois séparés, l'harmonie et les
rapports de bon voisinage leur étaient nécessaires. L'Église évangélique
s'appuyait sur l'un et sur l'autre; ils avaient les mêmes mers à
surveiller; le même intérêt aurait dû les réunir contre le même ennemi.
Mais la haine qui avait brisé le lien entre les deux royaumes continua
d'entretenir une discorde hostile entre les deux peuples, longtemps
après leur séparation. Les rois de Danemark ne pouvaient toujours pas
renoncer à leurs prétentions sur la couronne de Suède, et la Suède ne
pouvait écarter le souvenir de l'ancienne tyrannie danoise. Les
frontières contiguës des deux États offraient à la haine nationale un
éternel aliment; la jalousie vigilante des deux rois et les collisions
inévitables du commerce dans les mers du Nord ne laissaient jamais tarir
la source des querelles.

Entre les moyens par lesquels Gustave Wasa, fondateur du royaume de
Suède, avait cherché à consolider sa nouvelle création, la réformation
de l'Église avait été un des plus efficaces. Une loi fondamentale du
royaume excluait les catholiques de tous les offices publics et
interdisait à tout souverain futur de la Suède de changer la religion du
pays. Mais déjà le second fils et le second successeur de Gustave, Jean
III, rentrait dans l'Église romaine, et son fils Sigismond, qui était
aussi roi de Pologne, se permit des actes qui tendaient à la ruine de la
constitution de l'Église dominante. Les états du royaume, ayant à leur
tête Charles, duc de Sudermanie, troisième fils de Gustave, opposèrent
une ferme résistance, qui alluma enfin une guerre civile entre l'oncle
et le neveu, entre le roi et la nation. Le duc Charles, administrateur
du royaume en l'absence du roi, mit à profit la longue résidence de
Sigismond en Pologne et le juste mécontentement des états, pour
s'attacher étroitement la nation et frayer insensiblement à sa propre
maison le chemin du trône. Les mauvaises mesures de Sigismond ne
favorisèrent pas médiocrement ses desseins. Une assemblée générale des
états osa déroger, en faveur de l'administrateur du royaume, au droit de
primogéniture, introduit par Gustave Wasa dans la succession à la
couronne de Suède, et plaça le duc de Sudermanie sur le trône, dont
Sigismond fut exclu solennellement avec toute sa postérité. Le fils du
nouveau roi, qui gouverna sous le nom de Charles IX, fut
Gustave-Adolphe, que les partisans de Sigismond, en sa qualité de fils
d'un usurpateur, refusèrent de reconnaître. Mais, si les obligations
d'un roi et de son peuple sont réciproques, si les États ne passent
point, par héritage, d'une main dans une autre, comme une denrée morte,
il doit être permis à toute une nation, agissant unanimement, de retirer
sa foi au souverain parjure et d'en mettre un plus digne à sa place.

Gustave-Adolphe n'avait pas encore accompli sa dix-septième année, quand
le trône de Suède devint vacant par la mort de son père; mais la précoce
maturité de son esprit décida les états à abréger en sa faveur la durée
légale de la minorité. Il ouvrit par une glorieuse victoire sur lui-même
un règne dont la victoire devait être la compagne fidèle et qui devait
finir au milieu d'un triomphe. La jeune comtesse de Brahé, fille d'un de
ses sujets, eut les prémices de ce grand coeur, et il était sincèrement
résolu à partager avec elle le trône de Suède. Mais, contraint par les
nécessités du temps et des circonstances, son penchant se soumit au
devoir supérieur du monarque, et l'héroïque vertu reprit tout son empire
sur un coeur qui n'était pas destiné à se renfermer dans le paisible
bonheur de la vie privée.

Christian IV de Danemark, qui était déjà roi avant que Gustave vit le
jour, avait attaqué les frontières suédoises et remporté sur le père de
ce héros d'importants avantages. Gustave-Adolphe se hâta de mettre fin
à cette guerre funeste et acheta la paix par de sages sacrifices, afin
de tourner ses armes contre le czar de Moscou. Jamais, pour aspirer à la
gloire équivoque des conquérants, il ne fut tenté de prodiguer le sang
de ses peuples dans des guerres injustes; mais jamais il ne recula
devant une guerre légitime. Ses armes furent heureuses contre la Russie,
et le royaume de Suède s'accrut, vers l'orient, de provinces
importantes.

Cependant Sigismond, roi de Pologne, nourrissait contre le fils les
sentiments hostiles auxquels le père avait donné de justes motifs: il ne
négligea aucun artifice pour ébranler la fidélité des sujets de Gustave,
refroidir ses amis et rendre ses ennemis irréconciliables. Ni les
grandes qualités de son adversaire, ni les témoignages multipliés de
dévouement que la Suède donnait à son souverain adoré, ne purent guérir
ce prince, aveuglé de la folle espérance de remonter un jour sur le
trône qu'il avait perdu. Il repoussa dédaigneusement toutes les
propositions de paix de Gustave, et ce héros, ami de la paix, se vit
entraîné malgré lui dans une longue guerre avec la Pologne, durant
laquelle, peu à peu, toute la Livonie et la Prusse polonaise furent
soumises à la domination suédoise. Toujours vainqueur, Gustave-Adolphe
était toujours le premier prêt à tendre la main pour la paix.

Cette lutte entre la Suède et la Pologne eut lieu au commencement de la
guerre de Trente ans en Allemagne, et se trouve liée avec elle. Il
suffisait que le roi Sigismond fût catholique et disputât la couronne de
Suède à un prince protestant, pour qu'il pût se tenir assuré du concours
le plus actif de l'Espagne et de l'Autriche. Un double lien de parenté
avec l'Empereur lui donnait encore un droit plus particulier à sa
protection. Aussi ce fut surtout sa confiance en un si puissant soutien
qui encouragea le roi de Pologne à poursuivre la guerre, quoiqu'elle
tournât si mal pour lui; et les cours de Vienne et de Madrid ne
négligèrent pas de soutenir son ardeur par des promesses pleines de
jactance. Tandis que Sigismond perdait une place après l'autre, en
Livonie, en Courlande et en Prusse, il voyait, en Allemagne, son allié
marcher de victoire en victoire à la souveraineté absolue: il n'est donc
pas étonnant que son éloignement pour la paix s'accrût en proportion de
ses défaites. La vivacité avec laquelle il poursuivait sa chimérique
espérance l'aveuglait sur l'astucieuse politique de Ferdinand, qui
n'occupait, aux dépens de son allié, le héros suédois, que pour détruire
d'autant plus à son aise la liberté de l'Allemagne, et tirer ensuite à
lui, comme une conquête facile, le Nord épuisé. Mais une circonstance
sur laquelle seule on n'avait point compté, la grandeur héroïque de
Gustave, déchira la trame de cette politique trompeuse. Cette guerre
polonaise de huit ans, loin d'épuiser les forces de la Suède, n'avait
servi qu'à mûrir le génie militaire de Gustave-Adolphe, à endurcir ses
armées par une longue habitude des combats, et à introduire peu à peu la
nouvelle tactique, par laquelle ces armées devaient faire ensuite des
prodiges sur le territoire allemand.

Après cette digression nécessaire sur la situation des États européens à
cette époque, qu'il me soit permis de reprendre le fil de l'histoire.

Ferdinand avait recouvré ses États, mais non encore les frais que lui
avait coûtés cette conquête. Une somme de quarante millions de florins,
que mirent dans ses mains les confiscations de Bohême et de Moravie,
aurait suffi pour l'indemniser, ainsi que ses alliés, de toutes leurs
dépenses; mais cette somme énorme s'était bientôt écoulée dans les mains
des jésuites et de ses favoris. Le duc Maximilien de Bavière, dont le
bras victorieux avait presque seul remis Ferdinand en possession de ses
domaines, qui avait sacrifié un proche parent pour défendre sa religion
et son empereur: Maximilien, dis-je, avait les droits les plus fondés à
sa reconnaissance. D'ailleurs, par une convention conclue avec
l'Empereur, avant l'ouverture des hostilités, il s'était assuré
expressément le dédommagement de toutes ses dépenses. Ferdinand sentait
toute l'étendue des obligations que lui imposaient cette convention et
ces services; mais il n'avait pas envie de les remplir à son propre
préjudice. Il songeait à récompenser le duc de la manière la plus
brillante, mais sans se dépouiller lui-même. Or, pouvait-il mieux
atteindre ce but qu'aux dépens du prince contre lequel les lois de la
guerre semblaient lui donner ce droit, et dont les fautes pouvaient être
assez sévèrement qualifiées pour justifier, par le nom de châtiment
légitime, toutes les violences? Il fallait donc poursuivre encore
Frédéric, il fallait achever la ruine de Frédéric, afin de pouvoir
récompenser Maximilien, et une nouvelle guerre fut entreprise pour payer
la première.

Mais un motif bien plus puissant vint se joindre au premier et en
augmenter le poids. Jusqu'alors, Ferdinand n'avait combattu que pour
son existence et n'avait rempli d'autres devoirs que ceux de la défense
personnelle; mais, maintenant que la victoire lui donnait la liberté
d'agir, il songea à ce qu'il considérait comme des devoirs supérieurs,
et se rappela le voeu qu'il avait fait, dans son pèlerinage de Lorette
et de Rome, à sa _généralissime_ la sainte Vierge, d'étendre son culte
au péril de sa couronne et de sa vie. La destruction du protestantisme
se rattachait indissolublement à ce voeu. Pour l'accomplir, Ferdinand ne
pouvait trouver un concours de circonstances plus favorables que celles
qui s'offraient à ce moment, au sortir de la guerre de Bohême. Il ne
manquait ni de forces ni d'une apparence de droit pour mettre le
Palatinat dans des mains catholiques, et les conséquences de ce
changement étaient pour toute l'Allemagne orthodoxe d'une importance
incalculable. En même temps qu'il récompensait le duc de Bavière avec
les dépouilles de son parent, Ferdinand satisfaisait ses plus bas désirs
et remplissait son devoir le plus sublime: il écrasait un ennemi qu'il
détestait; il épargnait à son intérêt un sacrifice douloureux, tout en
méritant la couronne céleste.

La perte de Frédéric était résolue dans le cabinet impérial bien
longtemps avant que le sort se fut déclaré contre lui; mais ce fut
seulement après ses revers que le pouvoir arbitraire osa le frapper de
sa foudre. Un décret de l'empereur, dépourvu de toutes les formalités
présentes en pareil cas par les constitutions, mit au ban de l'Empire et
déclara déchus de toutes leurs dignités et possessions, comme coupables
de lèse-majesté impériale et perturbateurs de la paix publique,
l'électeur et trois autres princes qui avaient pris les armes pour lui
en Silésie et en Bohême. L'accomplissement de cette sentence contre
Frédéric, c'est-à-dire la conquête de ses États, fut confiée, avec un
égal mépris des lois de l'Empire, au roi d'Espagne, comme possesseur du
cercle de Bourgogne, au duc de Bavière et à la Ligue. Si l'Union
évangélique eût été digne de son nom et de la cause qu'elle défendait,
on aurait trouvé dans l'exécution du ban de l'Empire des obstacles
insurmontables; mais une force si méprisable, qui pouvait à peine tenir
tête aux troupes espagnoles dans le bas Palatinat, dut renoncer à
combattre contre les armées réunies de l'empereur, de la Bavière et de
la Ligue. L'arrêt de proscription prononcé contre l'électeur effraya
aussitôt toutes les villes impériales qui se retirèrent sans délai de
l'alliance, et les princes ne tardèrent pas à suivre leur exemple.
Heureux de sauver leurs propres domaines, ils laissèrent à la merci de
Ferdinand l'électeur, qui avait été leur chef; ils abjurèrent l'Union et
promirent de ne jamais la renouveler.

Les princes allemands avaient abandonné honteusement le malheureux
Frédéric; la Bohême, la Silésie et la Moravie avaient rendu hommage à la
redoutable puissance de l'empereur: un seul homme, un chevalier de
fortune, qui n'avait que son épée, le comte Ernest de Mansfeld, osa
braver toute cette puissance dans les murs de Pilsen. Laissé sans
secours, après la bataille de Prague, par l'électeur, à qui il avait
voué ses services, ignorant même si Frédéric lui savait gré de sa
fermeté, il tint seul, quelque temps encore, contre les Impériaux,
jusqu'au moment où ses troupes, pressées par le besoin d'argent,
vendirent enfin la ville à l'empereur. Mansfeld ne fut point ébranlé
d'un coup si rude; on le vit bientôt après établir dans le haut
Palatinat de nouvelles places de recrutement, pour attirer à lui les
troupes que l'Union avait licenciées. En peu de temps, il eut rassemblé
sous ses drapeaux une armée de vingt mille hommes, d'autant plus
redoutable pour toutes les provinces sur lesquelles elle se jetterait,
que le pillage seul pouvait la faire vivre. Ignorant où cet essaim
allait se précipiter, tous les évêchés voisins, dont la richesse pouvait
le tenter, tremblaient déjà devant lui; mais, pressé par le duc de
Bavière, qui envahit le haut Palatinat, comme exécuteur du décret de
proscription, Mansfeld dut évacuer le pays. Il se déroba par un heureux
stratagème à la vive poursuite du général bavarois Tilly, et parut tout
à coup dans le bas Palatinat. Il y fit éprouver aux évêchés du Rhin les
mauvais traitements qu'il avait médités contre ceux de Franconie. Tandis
que l'armée impériale et bavaroise inondait la Bohême, le général
espagnol Ambroise Spinola s'était jeté des Pays-Bas, avec une armée
considérable, dans le bas Palatinat, que le traité d'Ulm permettait à
l'Union de défendre. Mais les mesures étaient si mal prises, que les
places tombèrent l'une après l'autre dans les mains des Espagnols et
qu'enfin, quand l'Union se fut dissoute, la plus grande partie du pays
demeura occupée par leurs troupes. Leur général Corduba, qui prit le
commandement de ces troupes après la retraite de Spinola, leva
précipitamment le siége de Frankenthal, à l'arrivée de Mansfeld dans le
bas Palatinat; mais, sans s'arrêter à chasser les Espagnols de cette
province, Mansfeld se hâta de franchir le Rhin pour refaire en Alsace
ses bandes affamées. Toutes les campagnes ouvertes sur lesquelles se
répandit cette troupe de brigands furent changées en affreux déserts, et
les villes ne se rachetèrent du pillage que par d'énormes rançons.
Fortifié par cette expédition, Mansfeld reparut sur le Rhin, afin de
couvrir le bas Palatinat.

Tant qu'un tel bras combattait pour lui, l'électeur Frédéric n'était pas
perdu sans ressource. De nouvelles perspectives commencèrent à s'ouvrir
à lui, et son infortune lui suscita des amis, qui ne lui avaient pas
donné signe de vie pendant sa prospérité. Le roi Jacques d'Angleterre,
qui avait vu avec indifférence son gendre perdre la couronne de Bohême,
s'éveilla de son insensibilité quand il vit menacée l'existence tout
entière de sa fille et de ses petits-fils, et l'ennemi victorieux tenter
une attaque sur l'électorat. Alors enfin, quoique bien tard, il ouvrit
ses trésors; alors il s'empressa de soutenir avec de l'argent et des
soldats, d'abord l'Union, qui défendait encore le bas Palatinat, et
ensuite le comte de Mansfeld, quand l'Union se fut évanouie. Par lui, le
roi Christian de Danemark, son proche parent, fut aussi engagé à une
active assistance. L'expiration de la trêve entre l'Espagne et la
Hollande priva en même temps l'empereur de tout l'appui qu'il aurait pu
attendre du côté des Pays-Bas. Mais ce fut de Transylvanie et de Hongrie
que vinrent au comte palatin les plus importants secours. La trêve de
Gabor avec l'empereur était à peine expirée que ce vieil et redoutable
ennemi de l'Autriche inonda de nouveau la Hongrie, et se fit couronner
roi à Presbourg. Ses progrès furent si rapides que Bucquoi dut quitter
la Bohême pour défendre contre lui la Hongrie et l'Autriche. Ce vaillant
général trouva la mort au siége de Neuhæusel; non moins brave que lui,
Dampierre avait déjà succombé devant Presbourg. Gabor s'avança sans
obstacles jusqu'aux frontières de l'Autriche. Le vieux comte de Thurn et
plusieurs proscrits bohêmes avaient apporté à cet ennemi de leur ennemi
leur haine et leur épée. Une attaque vigoureuse du côté de l'Allemagne,
tandis que Gabor pressait l'empereur du côté de la Hongrie, aurait pu
rétablir promptement la fortune de Frédéric; mais toujours les Bohêmes
et les Allemands avaient posé les armes, lorsque Gabor entrait en
campagne; toujours ce dernier s'était épuisé, quand les autres
commençaient à reprendre des forces.

Cependant Frédéric n'avait pas hésité à se jeter dans les bras de
Mansfeld, son nouveau défenseur. Il parut, déguisé, dans le bas
Palatinat, que Mansfeld et le général bavarois Tilly se disputaient; le
haut Palatinat était soumis depuis longtemps. Frédéric eut un rayon
d'espérance, quand il vit, sur les ruines de l'Union, de nouveaux amis
se lever pour lui. Le margrave Georges-Frédéric de Bade, qui en avait
été membre, commençait depuis quelque temps à rassembler des troupes,
qui formèrent bientôt une armée considérable. Nul n'en savait la
destination, quand le margrave entra soudain en campagne et se joignit
au comte de Mansfeld. Avant de faire ce pas décisif, il avait résigné
ses États à son fils, afin de les soustraire par ce moyen à la vengeance
de l'empereur, si la fortune lui était contraire. Le duc de Wurtemberg,
son voisin, se mit aussi à augmenter ses forces militaires. Le comte
palatin reprit courage et travailla de toutes ses forces à faire revivre
l'Union. C'était maintenant à Tilly de songer à sa sûreté. Il se hâta
d'appeler à lui les troupes du général espagnol Corduba. Mais, tandis
que l'ennemi concentrait ses forces, Mansfeld et le margrave se
séparèrent, et celui-ci fut battu près de Wimpfen par le général
bavarois (1622).

Un aventurier sans argent, auquel on contestait même une naissance
légitime, s'était déclaré le défenseur d'un roi, accablé par un de ses
plus proches parents et abandonné par le père de son épouse. Un prince
régnant s'était dessaisi de ses États, qu'il gouvernait paisiblement,
pour tenter, en faveur d'un autre prince, qui lui était étranger, les
hasards de la guerre; et lorsqu'il désespérait de faire triompher cette
cause, un nouveau chevalier de fortune, pauvre en domaines, mais riche
en glorieux ancêtres, entreprit, après lui, de la défendre. Le duc
Christian de Brunswick, administrateur de Halberstadt, crut avoir appris
du comte de Mansfeld le secret de tenir sur pied, sans argent, une armée
de vingt mille hommes. Poussé par la présomption de la jeunesse, et
plein d'un violent désir de recueillir gloire et butin aux dépens du
clergé catholique, qu'il haïssait en franc chevalier, il rassembla dans
la basse Saxe une forte armée, pour la défense de Frédéric, disait-il,
et au nom de la liberté allemande. Il se proclamait _ami de Dieu et
ennemi des prêtres_: ce fut la devise qu'il fit graver sur sa monnaie,
fabriquée avec l'argenterie des églises, et ses actions furent loin d'y
faire honte.

La route que suivit cette bande de brigands fut marquée, comme de
coutume, par les plus effroyables dévastations. En pillant les bénéfices
de la basse Saxe et de la Westphalie, elle recueillit des forces pour
aller piller les évêchés du Rhin. Là, repoussé par les amis et les
ennemis, l'administrateur s'approcha du Mein, dans le voisinage de la
ville mayençaise de Hoechst, et franchit cette rivière, après un combat
meurtrier avec Tilly, qui lui disputait le passage. Il n'atteignit
l'autre bord qu'après avoir perdu la moitié de ses troupes; il en
rassembla promptement le reste et se joignit au comte de Mansfeld.
Poursuivies par Tilly, ces bandes réunies se jetèrent une seconde fois
sur l'Alsace, pour dévaster ce qui avait échappé à la première invasion.
Tandis que l'électeur Frédéric, réduit au rôle d'un mendiant fugitif,
errait avec l'armée qui le reconnaissait pour maître et qui se parait de
son nom, ses amis s'occupaient de le réconcilier avec l'empereur.
Ferdinand ne voulait pas encore leur ôter toute espérance de voir
rétablir le comte palatin. Plein de ruse et de dissimulation, il se
montra disposé à négocier, afin de refroidir leur ardeur en campagne et
de prévenir les résolutions extrêmes. Le roi Jacques, jouet, comme
toujours, des intrigues de l'Autriche, ne contribua pas peu, par son fol
empressement, à soutenir les mesures de l'empereur. Ferdinand exigeait
avant tout que Frédéric, s'il en appelait à sa clémence, mit bas les
armes, et Jacques trouva cette demande parfaitement juste. Sur son
invitation, le comte palatin congédia ses seuls vrais défenseurs, le
comte de Mansfeld et l'administrateur, et il attendit son sort, en
Hollande, de la pitié de l'empereur.

Mansfeld et le duc Christian ne furent embarrassés que de trouver un
nouveau nom. Ce n'était point la cause du comte palatin qui les avait
armés: son congé ne pouvait donc les désarmer. La guerre était leur but;
peu importait la cause qu'ils avaient à défendre. Après une tentative
inutile de Mansfeld pour passer au service de l'empereur, ils se
dirigèrent tous deux vers la Lorraine, où leurs troupes commirent des
brigandages qui répandirent l'effroi jusqu'au coeur de la France. Ils
attendaient en vain, depuis quelque temps, un maître qui les voulût
payer, quand les Hollandais, pressés par le général espagnol Spinola,
leur offrirent du service. Après avoir livré, près de Fleurus, un combat
meurtrier aux Espagnols, qui voulaient leur fermer le passage, ils
atteignirent la Hollande, où leur apparition obligea sur-le-champ
Spinola de lever le siége de Berg-op-Zoom. Mais bientôt la Hollande,
fatiguée à son tour de ces hôtes malfaisants, saisit le premier moment
de calme pour se délivrer de leur dangereux secours. Mansfeld fit
prendre à ses troupes, dans la fertile province d'Ost-Frise, des forces
pour de nouveaux exploits. Le duc Christian, ardemment épris de la
comtesse palatine, dont il avait fait la connaissance en Hollande, et
plus belliqueux que jamais, reconduisit les siennes dans la basse Saxe,
portant le gant de cette princesse à son chapeau, et sur ses drapeaux
cette devise: _Tout pour Dieu et pour elle!_ Ces deux hommes étaient
loin d'avoir fini leur rôle dans cette guerre.

Tous les États de l'Empire étaient enfin délivrés d'ennemis; l'Union
était dissoute; le margrave de Bade, Mansfeld et le duc Christian
étaient battus et ne tenaient plus la campagne. L'armée d'exécution
inondait les pays palatins au nom de l'empereur. Les Bavarois occupaient
Mannheim et Heidelberg, et bientôt aussi Frankenthal fut abandonné aux
Espagnols. Le comte palatin attendait dans un coin de la Hollande
l'autorisation d'apaiser la colère de l'empereur par une génuflexion, et
une prétendue diète électorale, à Ratisbonne, devait enfin prononcer sur
son sort. Ce sort était depuis longtemps décidé à la cour de l'empereur;
mais, jusque-là, on n'avait pas jugé les circonstances assez favorables
pour déclarer ouvertement tout ce qu'on avait résolu. L'empereur, après
tout ce qu'il s'était permis contre l'électeur, ne croyait plus pouvoir
espérer une réconciliation sincère. Il fallait être violent jusqu'au
bout pour l'être impunément. Ce qui était perdu devait donc l'être sans
retour; il importait que Frédéric ne revit jamais ses États, et un
prince sans sujets et sans territoire ne pouvait plus porter le chapeau
d'électeur. Autant le comte palatin s'était rendu coupable envers la
maison d'Autriche, autant le duc de Bavière s'était signalé par les
services qu'il avait rendus. Autant la maison d'Autriche et l'Église
catholique avaient à redouter la vengeance et la haine religieuse de la
maison palatine, autant elles pouvaient compter sur la reconnaissance et
le zèle religieux de celle de Bavière. Enfin, en transférant à la
Bavière la dignité électorale palatine, on assurait à la religion
catholique la prépondérance la plus décisive dans le collége des
électeurs et, en Allemagne, un triomphe permanent.

Ce dernier motif était suffisant pour rendre favorables à cette
innovation les trois électeurs ecclésiastiques. Du côté protestant, la
voix de l'électeur de Saxe, était seule importante. Mais Jean-Georges
pouvait-il contester à l'empereur un droit sans lequel devenait
incertain celui qu'il avait lui-même à la couronne électorale? A la
vérité, un prince que ses ancêtres, sa dignité et sa puissance plaçaient
à la tête de l'Église protestante en Allemagne n'eût dû avoir, à ce
qu'il semblait, rien de plus sacré que de soutenir les droits de cette
Église contre toutes les attaques de sa rivale; mais la question était
moins alors de savoir comment on devait protéger les intérêts de la
religion protestante contre les catholiques, que de résoudre auquel de
deux cultes également détestés, du calvinisme ou de la religion romaine,
on laisserait prendre l'avantage sur l'autre; auquel de deux ennemis
également funestes on adjugerait l'électorat palatin; et, pressé entre
deux obligations opposées, il était bien naturel qu'on remît la décision
à la haine privée et à l'intérêt privé. Le défenseur-né de la liberté
allemande et de la religion protestante encouragea l'empereur à
procéder, en vertu de la toute-puissance impériale, contre le Palatinat,
et à ne s'inquiéter, en aucune manière, si l'électeur de Saxe faisait,
pour la forme, quelque opposition à ses mesures. Si, dans la suite,
Jean-Georges retira son consentement, c'est que Ferdinand lui-même avait
donné lieu à ce changement d'avis en chassant de Bohême les ministres
évangéliques; et l'investiture de l'électorat palatin, donnée à la
Bavière, cessa d'être un acte illégal aussitôt que l'empereur eût
consenti à céder à l'électeur de Saxe la Lusace, en payement de six
millions d'écus pour frais de guerre.

Ainsi donc, malgré l'opposition de toute l'Allemagne protestante, et au
mépris des lois fondamentales de l'Empire, qu'il avait jurées à son
élection, Ferdinand donna solennellement, dans Ratisbonne, l'investiture
de l'électorat palatin au duc de Bavière; «sans préjudice toutefois,
disait-on dans l'acte, des droits que pourraient faire valoir les agnats
et les descendants de Frédéric.» Ce prince infortuné se vit alors
irrévocablement dépouillé de ses États, sans avoir été entendu d'abord
par le tribunal qui le condamnait, justice que les lois accordent même
au plus humble sujet et au plus affreux malfaiteur.

Cette violence ouvrit enfin les yeux au roi d'Angleterre, et les
négociations entamées pour le mariage de son fils avec une infante
d'Espagne ayant été rompues dans le même temps, Jacques prit avec
vivacité le parti de son gendre. En France, une révolution dans le
ministère avait mis le cardinal Richelieu à la tête du gouvernement, et
ce royaume, tombé si bas, commença bientôt à sentir qu'une main
vigoureuse tenait le timon de l'État. Les mouvements du gouverneur
espagnol à Milan, pour s'emparer de la Valteline et se mettre ainsi en
communication avec les domaines héréditaires de l'Autriche, firent
revivre et les anciennes alarmes qu'inspirait cette puissance et, avec
elles, les maximes politiques de Henri le Grand. Le mariage du prince de
Galles avec Henriette de France amena entre les deux couronnes une
alliance plus étroite, à laquelle accédèrent la Hollande, le Danemark et
quelques États d'Italie. On forma le plan de forcer, à main armée,
l'Espagne à restituer la Valteline, et l'Autriche à rétablir Frédéric;
mais le premier objet fut seul poursuivi avec quelque activité. Jacques
Ier mourut, et Charles Ier, en lutte avec son parlement, ne put
plus donner aucune attention aux affaires d'Allemagne. La Savoie et
Venise retinrent les secours promis, et le ministre français crut qu'il
fallait soumettre les huguenots dans sa patrie, avant de se hasarder à
défendre contre l'empereur les protestants d'Allemagne. Ainsi le succès
fut loin de répondre aux grandes espérances qu'on avait conçues de cette
alliance.

Le comte de Mansfeld, dépourvu de tout secours, restait inactif sur le
bas Rhin, et le duc Christian de Brunswick se vit de nouveau rejeté,
après une campagne malheureuse, hors du territoire allemand. Une
nouvelle irruption de Bethlen Gabor dans la Moravie s'était terminée
infructueusement, comme toutes les précédentes, par une paix formelle
avec l'empereur, parce quelle n'avait pas été secondée du côté de
l'Allemagne. L'Union n'existait plus: aucun prince protestant n'était
plus sous les armes, et le général Tilly se tenait aux frontières de la
basse Allemagne, sur le territoire protestant, avec une armée accoutumée
à vaincre. Les mouvements du duc Christian de Brunswick l'avaient attiré
dans ce pays et une fois déjà dans le cercle de basse Saxe, où il avait
pris Lippstadt, place d'armes de l'administrateur. La nécessité
d'observer cet ennemi et de l'empêcher de faire de nouvelles irruptions
aurait pu justifier alors encore la présence de Tilly dans cette
contrée. Mais Mansfeld et Christian avaient licencié leurs troupes
faute d'argent et l'armée du comte Tilly ne voyait plus tout autour
d'elle aucun ennemi: pourquoi encore occuper et accabler ce pays?

Parmi les clameurs passionnées des partis, il est difficile de
distinguer la voix de la vérité; mais on pouvait s'inquiéter que la
Ligne restât sous les armes. Les cris de joie prématurés des catholiques
devaient augmenter la consternation. L'empereur et la Ligue, armés et
vainqueurs en Allemagne, ne voyaient nulle part de forces qui pussent
leur résister, s'ils tentaient d'assaillir les protestants ou même
d'anéantir la paix de religion. A supposer que Ferdinand fût loin du
dessein d'abuser de ses forces, la faiblesse des protestants devait lui
en suggérer la pensée. Des pactes surannés ne pouvaient être un frein
pour un prince qui se croyait obligé à tout envers sa religion, et à qui
toute violence semblait justifiée par une pieuse intention. La Haute
Allemagne était domptée, la basse pouvait seule encore faire obstacle à
sa toute-puissance. Là, les protestants dominaient, là on avait enlevé à
l'Église romaine la plupart des bénéfices ecclésiastiques, et le moment
semblait venu de lui rendre ses possessions. Ces biens confisqués par
les princes de la basse Allemagne composaient d'ailleurs une partie
notable de leur puissance, et c'était un excellent prétexte pour les
affaiblir que d'aider l'Église à recouvrer son bien.

Rester oisif dans une situation si dangereuse eût été une impardonnable
négligence. Le souvenir des excès que l'armée de Tilly avait commis dans
la basse Saxe était encore trop récent pour que les membres protestants
de l'Empire ne dussent pas songer à leur défense. Le cercle de basse
Saxe s'arma en toute hâte. On leva des impôts extraordinaires; on
recruta des troupes; on remplit les magasins. On négocia pour des
subsides avec Venise, avec la Hollande, avec l'Angleterre. On délibéra
sur le choix de la puissance qui serait placée à la tête de la
confédération. Les rois du Sund et de la mer Baltique, alliés naturels
de ce cercle, ne pouvaient voir avec indifférence l'empereur y mettre le
pied comme conquérant et devenir leur voisin sur les côtes de la mer du
Nord. Le double intérêt de la religion et de la politique les pressait
d'arrêter les progrès de ce monarque dans la basse Allemagne. Christian
IV, roi de Danemark, se comptait lui-même, comme duc de Holstein, parmi
les membres de ce cercle. Des motifs non moins forts déterminèrent
Gustave-Adolphe à prendre part à cette alliance.

Les deux rois se disputaient l'honneur de défendre le cercle de basse
Saxe et de combattre la formidable puissance de l'Autriche. L'un et
l'autre offrirent de mettre sur pied une armée bien équipée et de la
commander en personne. De glorieuses campagnes contre les Moscovites et
les Polonais appuyaient les propositions du roi de Suède; toutes les
côtes de la Baltique étaient remplies du nom de Gustave-Adolphe. Mais la
gloire de ce rival rongeait le coeur du monarque danois, et plus il se
promettait lui-même de lauriers dans cette campagne, moins Christian IV
pouvait se résoudre à les céder à son voisin, dont il était jaloux. Ils
portèrent tous deux leurs offres et leurs conditions devant le cabinet
anglais, et là Christian IV réussit enfin à l'emporter sur son
concurrent. Gustave-Adolphe demandait pour sa sûreté, afin de garantir à
ses troupes un refuge nécessaire en cas de malheur, l'abandon de
quelques places fortes en Allemagne, où il ne possédait pas un pouce de
terrain. Christian IV avait le Holstein et le Jutland, par lesquels il
pouvait se retirer en sûreté après une bataille perdue.

Afin de prendre l'avantage sur son rival, le roi de Danemark se hâta de
paraître en campagne. Nommé chef du cercle de basse Saxe, il eut bientôt
sur pied une armée de soixante mille hommes; l'administrateur de
Magdebourg, les ducs de Brunswick, les ducs de Mecklembourg, se
joignirent à lui. L'appui que l'Angleterre lui avait fait espérer
élevait son courage, et, à la tête de forces si considérables, il se
flattait de terminer cette guerre en une seule campagne.

On fit savoir à Vienne que cet armement avait uniquement pour but la
défense du cercle et le maintien de la tranquillité dans cette contrée.
Mais les négociations avec la Hollande, avec l'Angleterre et même avec
la France, les efforts extraordinaires du cercle et l'armée formidable
qu'on mettait sur pied, semblaient tendre à quelque chose de plus que la
simple défense: au rétablissement complet de l'électeur palatin et à
l'abaissement de l'empereur, devenu trop puissant.

Après que Ferdinand eut vainement épuisé les négociations, les
remontrances, les menaces et les ordres, pour décider le roi de Danemark
et le cercle de basse Saxe à poser les armes, les hostilités
commencèrent, et la basse Allemagne devint le théâtre de la guerre. Le
comte Tilly suivit la rive gauche du Wéser et s'empara de tous les
passages jusqu'à Minden. Après avoir échoué dans une attaque sur
Nienbourg, il traversa le fleuve, envahit la principauté de Calemberg et
la fit occuper par ses troupes. Le roi manoeuvrait sur la rive droite du
Wéser, et il s'étendit dans le pays de Brunswick: mais il avait affaibli
son armée par de trop forts détachements et ne put rien exécuter de
considérable avec le reste. Connaissant la supériorité de l'ennemi, il
évitait avec autant de soin une bataille décisive que le général de la
Ligue la cherchait.

Jusqu'ici, l'empereur n'avait fait la guerre en Allemagne qu'avec les
armes de la Bavière et de la Ligue, si l'on excepte les troupes
auxiliaires des Pays-Bas espagnols qui avaient attaqué le bas Palatinat.
Maximilien dirigeait la guerre, comme chef de l'exécution impériale, et
Tilly, qui commandait l'armée, était au service de la Bavière. C'était
aux armes de la Bavière et de la Ligue que Ferdinand devait toute sa
supériorité en campagne; ces auxiliaires tenaient dans leurs mains toute
sa fortune et son autorité. Cette dépendance de leur bon vouloir ne
s'accordait pas avec les vastes projets auxquels la cour impériale
commençait à donner carrière à un si brillant début.

Autant la Ligue avait montré d'empressement à entreprendre la défense de
l'empereur, sur laquelle reposait son propre salut, autant l'on devait
peu s'attendre à lui trouver le même zèle pour les plans de conquête de
Ferdinand. Ou, si elle consentait à donner ses armées pour faire des
conquêtes, il était à craindre qu'elle n'admît l'empereur qu'au partage
de la haine générale, et qu'elle ne recueillît pour elle seule tous les
fruits de la guerre. Des forces militaires imposantes, qu'il aurait
levées lui-même, le pouvaient seules soustraire à cette accablante
dépendance de la Bavière et l'aider à maintenir en Allemagne son
ancienne supériorité. Mais la guerre avait beaucoup trop épuisé les
provinces impériales, pour qu'elles pussent suffire aux frais immenses
d'un pareil armement. Dans ces circonstances, rien ne pouvait être plus
agréable à l'empereur que la proposition avec laquelle un de ses
officiers vint le surprendre.

C'était le comte Wallenstein, officier de mérite, le plus riche
gentilhomme de Bohême. Il avait servi, dès sa première jeunesse, la
maison impériale, et s'était signalé de la manière la plus glorieuse
dans plusieurs campagnes, contre les Turcs, les Vénitiens, les Bohêmes,
les Hongrois et les Transylvains. Il avait assisté, en qualité de
colonel, à la bataille de Prague, et, plus tard, général-major, il avait
battu une armée hongroise en Moravie. La reconnaissance de l'empereur
fut égale à ces services, et une part considérable des biens confisqués
après la révolte de Bohême fut sa récompense. Maître d'une immense
fortune, enflammé par des projets ambitieux, plein de confiance dans son
heureuse étoile, et plus encore dans une profonde appréciation des
conjonctures, il offrit de lever et d'équiper une armée à ses frais et
aux frais de ses amis, pour le service de l'empereur, et même de lui
épargner le soin de l'entretien, s'il lui était permis de la porter à
cinquante mille hommes. Il n'y eut personne qui ne raillât ce projet,
comme la création chimérique d'une tête exaltée; mais la seule
tentative pouvait être déjà d'un grand avantage, dût-elle ne tenir
qu'une partie de ces promesses. On abandonna à Wallenstein quelques
districts en Bohême, comme places de recrutement, et l'on y ajouta la
permission de donner des brevets d'officier. Au bout de peu de mois, il
avait sous les armes vingt mille hommes, avec lesquels il quitta les
frontières de l'Autriche; bientôt après, il parut avec trente mille sur
celles de la basse Saxe. Pour tout cet armement, l'empereur n'avait
donné que son nom. La renommée du général, une brillante perspective
d'avancement et l'espérance du butin, attirèrent, de toutes les contrées
de l'Allemagne, des aventuriers sous ses drapeaux. On vit même des
princes régnants, excités par l'amour de la gloire ou la soif du gain,
offrir de lever des régiments pour l'Autriche.

Alors, pour la première fois dans cette guerre, on vit paraître en
Allemagne une armée impériale, formidable apparition pour les
protestants, et qui n'était pas beaucoup plus réjouissante pour les
catholiques. Wallenstein avait ordre de joindre son armée aux troupes de
la Ligue et d'attaquer, de concert avec le général bavarois, le roi de
Danemark; mais, depuis longtemps jaloux de la gloire militaire de Tilly,
il ne montra nulle envie de partager avec lui les lauriers de cette
campagne et de voir éclipsé par l'éclat des hauts faits de Tilly
l'honneur des siens. Son plan de guerre appuya, il est vrai, les
opérations de Tilly; mais il demeura, dans l'exécution, tout à fait
indépendant de lui. Comme il n'avait pas les ressources avec lesquelles
Tilly subvenait aux besoins de son armée, il était obligé de conduire
la sienne dans les pays riches, qui n'avaient pas encore souffert de la
guerre. Au lieu donc de faire sa jonction, comme il en avait l'ordre,
avec le général de la Ligue, il entra sur les terres de Halberstadt et
de Magdebourg et se rendit maître de l'Elbe près de Dessau. Tous les
pays situés sur les deux rives du fleuve furent alors ouverts à ses
exactions. Il pouvait de là fondre sur les derrières du roi de Danemark,
et même, au besoin, se frayer un chemin jusque dans les États de ce
prince.

Christian IV sentit tout le danger de sa position entre deux armées si
redoutables. Auparavant déjà, il avait appelé à lui l'administrateur de
Halberstadt, qui était revenu récemment de Hollande; maintenant, il se
déclara aussi publiquement pour le comte de Mansfeld, qu'il avait
désavoué jusque-là, et il le soutint de tout son pouvoir. Mansfeld
reconnut ce service d'une manière signalée. A lui seul, il occupa sur
l'Elbe les forces de Wallenstein et les empêcha d'écraser le roi de
concert avec Tilly. Le vaillant général osa même, malgré la supériorité
des ennemis, s'approcher du pont de Dessau et se retrancher vis-à-vis
des Impériaux; mais, pris à dos par toutes leurs forces, il dut céder au
nombre et quitter son poste avec une perte de trois mille hommes. Après
cette défaite, il se retira dans la marche de Brandebourg, où il prit
quelque repos, se renforça de nouvelles troupes et tourna subitement
vers la Silésie, pour pénétrer de là dans la Hongrie et, réuni à Bethlen
Gabor, transporter la guerre au coeur des États d'Autriche. Comme les
domaines héréditaires de l'empereur étaient sans défense contre un
pareil ennemi, Wallenstein reçut l'ordre pressant de laisser pour le
moment le roi de Danemark, afin d'arrêter, s'il était possible, la
marche de Mansfeld à travers la Silésie.

Cette diversion, par laquelle Mansfeld attira les troupes de
Wallenstein, permit à Christian IV de détacher une partie de son armée
en Westphalie, pour y occuper les évêchés de Münster et d'Osnabrück.
Afin de s'opposer à cette manoeuvre, Tilly quitta précipitamment le
Wéser; mais les mouvements du duc Christian, qui faisait mine de
pénétrer par la Hesse dans les terres de la Ligue, afin d'en faire le
théâtre de la guerre, le rappelèrent promptement de Westphalie. Pour
maintenir ses communications avec les pays catholiques et empêcher la
jonction dangereuse du landgrave de Hesse avec l'ennemi, Tilly s'empara
en grande hâte de toutes les places tenables sur la Werra et la Fulde,
et s'assura de la ville de Münden, à l'entrée des montagnes de la Hesse,
où le confluent de ces deux rivières forme le Wéser. Bientôt après, il
prit Goettingue, la clef du Brunswick et de la Hesse; il préparait à
Nordheim le même sort, mais le roi accourut avec toutes ses forces pour
s'opposer à son dessein. Après avoir pourvu cette place de tout ce qui
était nécessaire pour soutenir un long siége, il cherchait à s'ouvrir,
par l'Eichsfeld et la Thuringe, une nouvelle entrée dans les pays de la
Ligue. Déjà il avait dépassé Duderstadt, mais le comte Tilly l'avait
devancé par des marches rapides. Comme l'armée de ce dernier, renforcée
par quelques régiments de Wallenstein, était très-supérieure en nombre,
le roi se retira vers le Brunswick pour éviter une bataille; mais, dans
cette retraite même, Tilly le poursuivit sans relâche, et, après trois
jours d'escarmouches, Christian IV fut à la fin contraint de faire face
à l'ennemi, près du village de Lutter, au pied du Barenberg. Les Danois
attaquèrent avec beaucoup de bravoure, et leur vaillant roi les mena
trois fois au combat; mais enfin il fallut céder à un ennemi supérieur
en nombre et mieux exercé, et le général de la Ligue remporta une
victoire complète. Soixante drapeaux et toute l'artillerie, les bagages
et les munitions, furent perdus; beaucoup de nobles officiers et environ
quatre mille soldats restèrent sur le champ de bataille; plusieurs
compagnies d'infanterie, qui, pendant la déroute, s'étaient jetées, à
Lutter, dans la maison du bailliage, mirent bas les armes et se
rendirent au vainqueur.

Le roi s'enfuit avec sa cavalerie et rallia bientôt ses troupes après ce
cruel revers. Tilly, poursuivant sa victoire, se rendit maître du Wéser,
occupa le pays de Brunswick et repoussa le roi jusque sur les terres de
Brème. Devenu timide par sa défaite, Christian résolut de rester sur la
défensive et surtout de fermer à l'ennemi le passage de l'Elbe. Mais, en
jetant des garnisons dans toutes les places tenables, il se réduisit à
l'inaction, avec des forces divisées, et les corps détachés furent, l'un
après l'autre, dispersés ou détruits par l'ennemi. Les troupes de la
Ligue, maîtresses de tout le cours du Wéser, se répandirent au delà de
l'Elbe et du Havel, et les Danois se virent chassés successivement de
toutes leurs positions. Tilly avait lui-même passé l'Elbe et porté bien
avant dans le Brandebourg ses armes victorieuses, tandis que Wallenstein
pénétrait par l'autre côté dans le Holstein, afin de transférer la
guerre dans les États mêmes du roi.

Wallenstein revenait alors de la Hongrie, où il avait poursuivi le comte
Mansfeld sans pouvoir arrêter sa marche, ni empêcher sa réunion avec
Bethlen Gabor. Toujours poursuivi par la fortune, et toujours supérieur
à son sort, Mansfeld s'était frayé sa route par la Silésie et la
Hongrie, à travers d'immenses difficultés, et avait joint heureusement
le prince de Transylvanie, mais il n'en fut pas très-bien reçu. Comptant
sur l'appui de l'Angleterre et sur une puissante diversion dans la basse
Saxe, Gabor avait de nouveau rompu la trêve avec l'empereur; et
maintenant, au lieu de la diversion espérée, Mansfeld attirait chez lui
toutes les forces de Wallenstein, et lui demandait de l'argent, au lieu
d'en apporter. Le défaut d'harmonie entre les princes protestants
refroidit l'ardeur de Gabor, et, selon sa coutume, il se hâta de se
débarrasser des forces supérieures de l'empereur par une paix
précipitée. Fermement résolu de la rompre au premier rayon d'espérance,
il adressa le comte Mansfeld à la république de Venise, afin de se
procurer avant tout de l'argent.

Séparé de l'Allemagne et hors d'état de nourrir en Hongrie le faible
reste de ses troupes, Mansfeld vendit son artillerie et son matériel de
guerre et licencia ses soldats. Il prit lui-même, avec une suite peu
nombreuse, la route de Venise par la Bosnie et la Dalmatie. De nouveaux
projets enflammaient son courage, mais sa carrière était finie. Le
destin, qui l'avait tant ballotté pendant sa vie, lui avait préparé un
tombeau en Dalmatie. La mort le surprit non loin de Zara (1626); son
fidèle compagnon de fortune, le duc Christian de Brunswick, était mort
peu de temps auparavant: dignes tous deux de l'immortalité, s'ils
s'étaient élevés au-dessus de leur siècle, comme ils s'élevèrent
au-dessus sus de leur sort.

Le roi de Danemark, avec des forces entières, n'avait pu tenir contre le
seul Tilly; combien moins le pouvait-il contre les deux généraux de
l'empereur, avec une armée affaiblie? Les Danois abandonnèrent tous
leurs postes sur le Wéser, l'Elbe et le Havel, et l'armée de Wallenstein
se répandit, comme un torrent impétueux dans le Brandebourg, le
Mecklembourg, le Holstein et le Schleswig. Ce général, trop superbe pour
agir en commun avec un autre, avait envoyé le général de la Ligue,
Tilly, au delà de l'Elbe, pour observer les Hollandais; mais ce n'était
qu'un prétexte: Wallenstein voulait terminer lui-même la guerre contre
le roi de Danemark et recueillir pour lui seul les fruits des victoires
de Tilly. Christian IV avait perdu toutes les places fortes de ses
provinces allemandes, Glückstadt seul excepté; ses armées étaient
battues ou dispersées; nuls secours d'Allemagne; peu de consolation du
côté de l'Angleterre; ses alliés de la basse Saxe livrés en proie à la
rage du vainqueur. Aussitôt après sa victoire de Lutter, Tilly avait
contraint le landgrave de Hesse-Cassel de renoncer à l'alliance danoise.
La terrible apparition de Wallenstein devant Berlin décida l'électeur de
Brandebourg à se soumettre et le força de reconnaître Maximilien de
Bavière comme électeur légitime. La plus grande partie du Mecklembourg
fut alors inondée de troupes impériales, et les deux ducs mis au ban de
l'Empire et chassés de leurs États comme partisans du roi de Danemark.
Avoir défendu la liberté allemande contre d'injustes attaques était un
crime qui entraînait la perte de toutes possessions et dignités. Et tout
cela n'était pourtant que le prélude de violences plus criantes, qui
devaient suivre bientôt.

Alors parut au jour le secret de Wallenstein: on vit comment il
entendait remplir ses promesses excessives. Ce secret, il l'avait appris
de Mansfeld; mais l'écolier surpassa le maître. Selon la maxime que la
guerre doit nourrir la guerre, Mansfeld et le duc Christian avaient
pourvu aux besoins de leurs troupes avec les contributions qu'ils
arrachaient indistinctement aux amis et aux ennemis; mais cette manière
de brigandage était accompagnée de tous les ennuis et de tous les
dangers attachés à la vie de brigands. Comme des voleurs fugitifs, ils
étaient contraints de se glisser à travers des ennemis vigilants et
exaspérés, de fuir d'un bout de l'Allemagne jusqu'à l'autre, d'épier
avec anxiété l'occasion propice, enfin d'éviter précisément les pays les
plus riches, parce qu'ils étaient défendus par de plus grandes forces.
Si Mansfeld et Brunswick, quoiqu'aux prises avec de si puissants
obstacles, avaient fait pourtant des choses si étonnantes, que ne
devait-on pouvoir accomplir, tous ces obstacles une fois levés, si
l'armée mise sur pied était assez nombreuse pour faire trembler chaque
prince de l'Empire en particulier, jusqu'au plus puissant; si le nom de
l'empereur assurait l'impunité de tous les attentats; en un mot, si,
sous l'autorité du chef suprême et à la tête d'une armée sans égale, on
suivait le même plan de guerre que ces deux aventuriers avaient exécuté
à leurs propres périls, avec une bande ramassée au hasard?

C'était là ce que Wallenstein avait en vue lorsqu'il fit à l'empereur
son offre audacieuse, et maintenant personne ne la trouvera plus
exagérée. Plus on renforçait l'armée, moins on devait être inquiet de
son entretien, car elle n'en était que plus terrible pour les membres de
l'Empire qui résistaient; plus les violences étaient criantes, plus
l'impunité en était assurée. Contre les princes dont les dispositions
étaient hostiles, on avait une apparence de droit; avec ceux qui étaient
fidèles, on pouvait s'excuser en alléguant la nécessité. Le partage
inégal de cette oppression prévenait le danger de l'union des princes
entre eux: d'ailleurs, l'épuisement de leurs États leur ôtait les moyens
de se venger. Toute l'Allemagne devint de la sorte un magasin de vivres
pour les armées de l'empereur, et il put user en maître de tout le
territoire germanique, comme de ses propres domaines. Un cri universel
monta au trône de Ferdinand pour implorer sa justice; mais, aussi
longtemps que les princes maltraités demandaient justice, on n'avait pas
à craindre qu'ils se vengeassent eux-mêmes. L'indignation publique se
partageait entre l'empereur, qui prêtait son nom à ces violences, et le
général, qui outrepassait ses pouvoirs et abusait manifestement de
l'autorité de son maître. On recourait à l'empereur, pour obtenir
protection contre son général; mais, aussitôt que Wallenstein, appuyé
sur ses troupes, s'était senti tout-puissant, il avait cessé d'obéir à
son souverain.

L'épuisement de l'ennemi rendait vraisemblable une paix prochaine;
cependant, Wallenstein continuait de renforcer l'armée impériale, qu'il
porta enfin jusqu'à cent mille hommes. Des brevets, sans nombre, de
colonels et d'officiers; pour le général lui-même un faste royal; à ses
créatures des prodigalités excessives (il ne donnait jamais moins de
mille florins); des sommes incroyables pour acheter des amis à la cour
et y maintenir son influence: tout cela sans qu'il en coûtât rien à son
maître! Ces sommes immenses furent levées, comme contributions de
guerre, sur les provinces de la basse Allemagne; nulle différence entre
les amis et les ennemis; même arbitraire pour les passages de troupes et
les cantonnements sur les terres de tous les souverains; mêmes
extorsions, mêmes violences. Si l'on pouvait ajouter foi à une
évaluation contemporaine qui paraît excessive, Wallenstein, pendant un
commandement de sept années, aurait levé soixante millions d'écus de
contributions sur une moitié de l'Allemagne. Plus les exactions étaient
énormes, plus son armée vivait dans l'abondance, et plus, par
conséquent, l'on s'empressait de courir sous ses drapeaux: tout le monde
vole à la fortune. Les armées de Wallenstein grossissaient, tandis qu'on
voyait dépérir les contrées sur leur passage. Que lui importaient les
malédictions des provinces et les lamentations des souverains? Ses
troupes l'adoraient, et le crime même le mettait en état de se rire de
toutes les conséquences du crime.

Ce serait faire tort à l'empereur que de lui imputer tous les excès de
ses armées. Si Ferdinand avait prévu qu'il livrait en proie à son
général tous les États de l'Allemagne, il n'aurait pu méconnaître quels
dangers il courait lui-même avec un lieutenant si absolu. Plus le lien
se resserrait entre les soldats et le chef de qui seul ils attendaient
leur fortune, leur avancement, plus l'armée et le général se détachaient
nécessairement de l'empereur. Tout se faisait en son nom, à la vérité,
mais Wallenstein n'invoquait la majesté du chef de l'Empire que pour
écraser tout autre pouvoir en Allemagne. De là, chez cet homme, le
dessein médité d'abaisser visiblement tous les princes d'Allemagne, de
briser tous degrés, toute hiérarchie entre ces princes et le chef
suprême, et d'élever l'autorité de celui-ci au-dessus de toute
comparaison. Si une fois l'empereur était la seule puissance qui pût
donner des lois en Allemagne, qui pourrait atteindre à la hauteur du
vizir qu'il avait fait exécuteur de sa volonté? L'élévation où
Wallenstein le portait surprit Ferdinand lui-même; mais, précisément
parce que la grandeur du maître était l'ouvrage de son serviteur, cette
création de Wallenstein devait retomber dans le néant aussitôt qu'elle
ne serait plus soutenue par la main de son auteur. Ce n'était pas sans
motifs qu'il soulevait contre l'empereur tous les princes de l'Empire
germanique: plus leur haine était violente, plus l'homme qui rendait
leur mauvais vouloir inoffensif restait nécessaire à Ferdinand.
L'intention évidente du général était que son souverain n'eût plus
personne à craindre en Allemagne que celui-là seul à qui il devait
cette toute-puissance.

Wallenstein faisait un pas vers ce but, lorsqu'il demanda le
Mecklembourg, sa récente conquête, comme gage provisoire, jusqu'au
remboursement des avances d'argent qu'il avait faites à l'empereur dans
la dernière campagne. Auparavant déjà, Ferdinand l'avait nommé duc de
Friedland, vraisemblablement pour lui donner un avantage de plus sur le
général bavarois; mais une récompense ordinaire ne pouvait satisfaire
l'ambition d'un Wallenstein. Vainement des voix mécontentes s'élevèrent,
dans le conseil même de l'empereur, contre cette nouvelle promotion, qui
devait se faire aux dépens de deux princes de l'Empire; vainement les
Espagnols eux-mêmes, que l'orgueil du général avait depuis longtemps
offensés, s'opposèrent à son élévation. Le parti puissant qu'il avait
acheté parmi les conseillers eut le dessus. Ferdinand voulait
s'attacher, à tout prix, ce serviteur indispensable. On chassa de leur
héritage, pour une faute légère, les descendants d'une des plus
anciennes maisons régnantes d'Allemagne, et l'on revêtit de leurs
dépouilles une créature de la faveur impériale.

Bientôt après, Wallenstein commença à s'intituler _généralissime de
l'empereur sur mer et sur terre_. La ville de Weimar fut conquise, et
l'on prit pied sur la Baltique. On demanda des vaisseaux à la Pologne et
aux villes anséatiques, afin de porter la guerre de l'autre côté de
cette mer, de poursuivre les Danois dans l'intérieur de leur royaume, et
d'imposer une paix, qui frayerait la voie à de plus grandes conquêtes.
La cohérence des États de la basse Allemagne avec les royaumes du Nord
était détruite, si l'empereur réussissait à s'établir entre eux et à
envelopper l'Allemagne, depuis l'Adriatique jusqu'au Sund, dans la
chaîne continue de ses États, interrompue seulement par la Pologne, qui
était sous sa dépendance. Si telles étaient les vues de Ferdinand,
Wallenstein avait les siennes pour suivre le même plan. Des possessions
sur la Baltique devaient former la base d'une puissance que son ambition
rêvait depuis longtemps et qui devait le mettre en état de se passer de
son maître.

Pour l'un et l'autre objet, il était de la plus grande importance
d'occuper la ville de Stralsund, sur la mer Baltique. Son excellent
port, la facilité du trajet de ce point aux côtes de Suède et de
Danemark, la rendaient particulièrement propre à former une place
d'armes dans une guerre contre ces deux puissances. Cette ville, la
sixième de la ligue anséatique, jouissait des plus grands priviléges,
sous la protection du duc de Poméranie. N'ayant aucune liaison avec le
Danemark, elle n'avait pas jusque-là pris la moindre part à la guerre.
Mais ni cette neutralité ni ses priviléges ne pouvaient la défendre
contre les prétentions arrogantes de Wallenstein, qui avait ses vues sur
elle.

Les magistrats de Stralsund avaient rejeté avec une louable fermeté une
proposition du généralissime de recevoir une garnison impériale; ils
avaient aussi repoussé la demande insidieuse du passage pour ses
troupes. Dès lors, Wallenstein se disposa à faire le siége de la ville.

Il était d'une égale importance pour les deux couronnes du Nord de
protéger l'indépendance de Stralsund, sans laquelle on ne pouvait
maintenir la libre navigation de la Baltique. Le danger commun fit taire
enfin la jalousie qui divisait depuis longtemps les deux rois. Dans un
traité conclu à Copenhague (1628), ils se promirent de réunir leurs
forces pour la défense de Stralsund et de repousser en commun toute
puissance étrangère qui paraîtrait dans la Baltique avec des intentions
ennemies. Christian IV jeta aussitôt dans Stralsund une garnison
suffisante et alla se montrer aux habitants pour affermir leur courage.
La flotte danoise coula à fond quelques bâtiments de guerre, envoyés par
le roi Sigismond de Pologne au secours de Wallenstein, et, la ville de
Lubeck lui ayant alors aussi refusé ses vaisseaux, le _généralissime
impérial sur mer_ n'eut pas même assez de navires pour bloquer le port
d'une seule ville.

Rien ne paraît plus étrange que de vouloir conquérir, sans bloquer son
port, une place maritime parfaitement fortifiée. Wallenstein, qui
n'avait jamais rencontré de résistance, voulut alors vaincre la nature
et accomplir l'impossible. Stralsund, libre du côté de la mer, put
continuer sans obstacle à se pourvoir de vivres et à se renforcer de
nouvelles troupes; néanmoins Wallenstein l'investit du côté de la terre,
et il chercha par des menaces fastueuses à suppléer aux moyens plus
efficaces qui lui manquaient. «J'emporterai cette ville, disait-il,
quand elle serait attachée au ciel avec des chaînes.» L'empereur, qui
pouvait bien regretter une entreprise dont il n'attendait pas une
glorieuse issue, saisit lui-même avec empressement une apparence de
soumission et quelques offres acceptables des habitants pour ordonner à
son général de lever le siége. Wallenstein méprisa cet ordre et pressa,
comme auparavant, les assiégés par des assauts continuels. La garnison
danoise, déjà très-réduite, ne suffisait plus à des travaux sans
relâche; cependant le roi ne pouvait risquer plus de soldats pour la
défense de la ville: alors, avec l'agrément de Christian IV, elle se
jeta dans les bras du roi de Suède. Le commandant danois quitta la
forteresse pour faire place à un Suédois, qui la défendit avec le plus
heureux succès. La fortune de Wallenstein échoua devant Stralsund: pour
la première fois, son orgueil éprouva la sensible humiliation de
renoncer à une entreprise, et cela après y avoir perdu plusieurs mois et
sacrifié douze mille hommes. Mais la nécessité où il avait mis cette
ville de recourir à la protection suédoise amena entre Gustave-Adolphe
et Stralsund une étroite alliance, qui ne facilita pas peu, dans la
suite, l'entrée des Suédois en Allemagne.

Jusqu'ici, la fortune avait accompagné les armes de la Ligue et de
l'empereur. Christian IV, vaincu en Allemagne, était contraint de se
cacher dans ses îles; mais la mer Baltique mit un terme à ces conquêtes.
Le manque de vaisseaux n'empêchait pas seulement de poursuivre plus loin
le roi: il exposait encore le vainqueur à perdre le fruit de ses
victoires. Ce qui devait surtout alarmer, c'était l'union des deux rois
du Nord: si elle durait, l'empereur et son général ne pouvaient jouer
aucun rôle sur la Baltique ni faire une descente en Suède. Mais, si l'on
réussissait à séparer les intérêts des deux monarques et à s'assurer
particulièrement l'amitié du roi de Danemark, on pouvait espérer de
venir à bout d'autant plus aisément de la Suède isolée. La crainte de
l'intervention des puissances étrangères, les mouvements séditieux des
protestants dans ses propres États, les frais énormes que la guerre
avait coûtés jusque-là, et plus encore l'orage qu'on était sur le point
de soulever dans toute l'Allemagne protestante, disposaient l'esprit de
l'empereur à la paix, et, par des motifs tout opposés, son général
s'empressa de satisfaire ce désir. Bien éloigné de souhaiter une paix
qui, du faîte brillant de la grandeur et de la puissance, le plongerait
dans l'obscurité de la vie privée, il ne voulait que changer le théâtre
de la guerre et, par cette paix partielle, prolonger la confusion.
L'amitié du roi de Danemark, dont il était devenu le voisin, comme duc
de Mecklembourg, lui était très-précieuse pour ses vastes projets, et il
résolut de s'attacher ce monarque, en lui sacrifiant même, au besoin,
les intérêts de son maître.

Christian IV s'était engagé, dans le traité de Copenhague, à ne point
conclure de paix partielle avec l'empereur sans la participation de la
Suède. Néanmoins, les propositions que lui fit Wallenstein furent
accueillies avec empressement. Dans un congrès tenu à Lubeck (1629),
d'où Wallenstein écarta, avec un dédain étudié, les envoyés suédois, qui
étaient venus intercéder pour le Mecklembourg, l'empereur restitua aux
Danois tous les pays qu'on leur avait pris. On imposa au roi
l'obligation de ne plus s'immiscer désormais dans les affaires de
l'Allemagne, au delà de ce qui lui était permis comme duc de Holstein;
de ne plus prétendre, à quelque titre que ce fût, aux bénéfices
ecclésiastiques de la basse Allemagne, et d'abandonner à leur sort les
ducs de Mecklembourg. Christian avait entraîné lui-même ces deux princes
dans la guerre contre l'empereur, et maintenant il les sacrifiait pour
se concilier le ravisseur de leurs États. Parmi les motifs qui l'avaient
décidé à faire la guerre à l'empereur, le rétablissement de l'électeur
palatin, son parent, n'avait pas été le moins considérable; il ne fut
pas dit un seul mot de ce prince dans le traité de Lubeck, et même on
reconnaissait, dans l'un des articles, la légitimité de l'électorat
bavarois. Ce fut ainsi, avec si peu de gloire, que Christian IV disparut
de la scène.

Pour la deuxième fois, Ferdinand tenait dans sa main le repos de
l'Allemagne, et il ne dépendait que de lui de changer la paix avec le
Danemark en une paix générale. De toutes les contrées de l'Allemagne
s'élevaient jusqu'à lui les lamentations des malheureux qui le
suppliaient de mettre un terme à leurs souffrances: les barbaries de ses
soldats, l'avidité de ses généraux avaient passé toutes les bornes.
L'Allemagne, traversée par les bandes dévastatrices de Mansfeld et de
Christian de Brunswick, et par les masses, plus effroyables encore, de
Tilly et de Wallenstein, était épuisée, saignante, désolée, et soupirait
après le repos. Tous les membres de l'Empire désiraient ardemment la
paix; l'empereur la souhaitait lui-même. Engagé, au nord de l'Italie,
dans une guerre contre la France, épuisé par celle d'Allemagne, il
songeait avec inquiétude aux comptes qu'il aurait à solder.
Malheureusement, les conditions auxquelles les deux partis religieux
consentaient à remettre l'épée dans le fourreau étaient
contradictoires. Les catholiques voulaient sortir de la guerre avec
avantage; les protestants ne voulaient pas en sortir avec perte. Au lieu
de mettre les adversaires d'accord par une sage modération, l'empereur
prit parti, et, par là, il plongea de nouveau l'Allemagne dans les
horreurs d'une épouvantable guerre.

Dès la fin des troubles de Bohême, Ferdinand avait déjà commencé la
contre-réformation dans ses États héréditaires; mais, par ménagement
pour quelques membres évangéliques des états, il avait procédé avec
modération. Les victoires que ses généraux remportèrent dans la basse
Allemagne lui donnèrent le courage de dépouiller toute contrainte. Il
fut donc signifié aux protestants de ses domaines héréditaires qu'ils
eussent à renoncer à leur culte ou à leur patrie: amère et cruelle
alternative, qui provoqua chez les paysans de l'Autriche les plus
terribles soulèvements. Dans le Palatinat, le culte réformé fut aboli
immédiatement après l'expulsion de Frédéric V, et les docteurs de cette
religion furent chassés de l'université de Heidelberg.

Ces innovations n'étaient que le prélude de plus grandes encore. Dans
une assemblée de princes électeurs à Mulhouse, les catholiques
demandèrent à l'empereur de restituer à leur Église tous les
archevêchés, les évêchés, les abbayes et couvents, médiats ou immédiats,
que les protestants avaient confisqués depuis la paix d'Augsbourg, et
d'indemniser ainsi les catholiques pour les pertes et les vexations
qu'ils avaient essuyées dans la dernière guerre. Un souverain aussi
rigoureux catholique que l'était Ferdinand ne pouvait laisser tomber une
pareille invitation; mais il ne croyait pas le moment venu de soulever
toute l'Allemagne protestante par une mesure si décisive. Il n'était pas
un seul prince protestant à qui cette revendication des biens
ecclésiastiques n'enlevât une partie de ses domaines. Là même où l'on
n'avait pas consacré entièrement le produit de ces biens à des usages
temporels, on l'avait employé dans l'intérêt de l'Église protestante.
Plusieurs princes devaient à ces acquisitions une grande partie de leurs
revenus et de leur puissance. La revendication devait les soulever tous
indistinctement. La paix de religion ne contestait point leur droit à
ces bénéfices, quoiqu'elle ne l'établît pas non plus d'une manière
certaine; mais une longue possession, presque séculaire chez un grand
nombre, le silence de quatre empereurs, la loi de l'équité, qui donnait
aux protestants, sur les fondations de leurs ancêtres, un droit égal à
celui des catholiques, pouvaient être allégués par eux comme des titres
pleinement légitimes. Outre la perte effective qu'ils auraient éprouvée
dans leur puissance et leur juridiction en restituant ces biens, outre
les complications infinies qui en devaient résulter, ce n'était pas pour
eux un médiocre préjudice, que les évêques catholiques réintégrés
dussent renforcer d'autant de voix nouvelles le parti catholique dans la
diète. Des pertes si sensibles du côté des évangéliques faisaient
craindre à l'empereur la plus violente résistance, et, avant que le feu
de la guerre fût étouffé en Allemagne, il ne voulut pas soulever mal à
propos contre lui tout un parti redoutable dans son union et qui avait
dans l'électeur de Saxe un puissant soutien. Il fit donc d'abord
quelques tentatives partielles, pour juger de l'accueil que recevrait
une mesure générale. Quelques villes impériales de la haute Allemagne et
le duc de Wurtemberg reçurent l'ordre de restituer un certain nombre de
ces bénéfices.

L'état des choses en Saxe lui permit de risquer quelques essais plus
hardis. Dans les évêchés de Magdebourg et de Halberstadt, les chanoines
protestants n'avaient pas balancé à nommer des évêques de leur religion.
En ce moment, les deux évêchés, à l'exception de la ville de Magdebourg,
étaient envahis par des troupes de Wallenstein. Le hasard voulut que les
deux siéges furent vacants à la fois: celui de Halberstadt par la mort
de l'administrateur, le duc Christian de Brunswick, et l'archevêché de
Magdebourg par la déposition de Christian-Guillaume, prince de
Brandebourg. Ferdinand profita de ces deux circonstances pour donner le
siége de Halberstadt à un évêque catholique et de plus prince de sa
propre maison. Pour se dérober à une pareille contrainte, le chapitre de
Magdebourg se hâta d'élire archevêque un fils de l'électeur de Saxe.
Mais le pape, qui, de sa propre autorité, s'ingéra dans cette affaire,
conféra aussi au prince autrichien l'archevêché de Magdebourg; et l'on
ne put s'empêcher d'admirer l'habileté de Ferdinand, qui, dans son zèle
pieux pour sa religion, n'oubliait pas de veiller aux intérêts de sa
famille.

Enfin, lorsque la paix de Lubeck l'eut délivré de tout souci du côté du
Danemark, que les protestants lui parurent totalement abattus en
Allemagne, et que les instances de la Ligue devinrent de plus en plus
fortes et pressantes, Ferdinand signa l'_édit de restitution_ (1629),
fameux dans la suite par tant de malheurs, après l'avoir d'abord soumis
à l'approbation des quatre électeurs catholiques. Dans le préambule, il
s'attribue le droit d'expliquer, en vertu de sa toute-puissance
impériale, le sens du traité de paix, dont les interprétations diverses
ont donné lieu jusqu'ici à tous les troubles, et d'intervenir, comme
arbitre et juge souverain, entre les deux parties contendantes. Il
fondait ce droit sur la coutume de ses ancêtres et sur le consentement
donné auparavant même par des membres évangéliques de l'Empire.
L'électeur de Saxe avait en effet reconnu ce droit à l'empereur, et l'on
put voir alors combien cette cour avait fait de tort à la cause
protestante par son attachement à l'Autriche. Mais, si la lettre du
traité était réellement susceptible d'interprétations diverses, comme un
siècle de querelles le témoignait suffisamment, l'empereur, qui était
lui-même un prince catholique ou protestant, et, par conséquent, partie
intéressée, ne pouvait en aucune façon, sans violer l'article essentiel
du traité de paix, décider entre protestants et catholiques une querelle
de religion. Il ne pouvait être juge dans sa propre cause, sans réduire
à un vain nom la liberté de l'Empire germanique.

Ainsi donc, en vertu de ce droit qu'il s'arrogeait d'interpréter la paix
de religion, Ferdinand décida: «que toute saisie de fondations médiates
ou immédiates faite par les protestants, depuis le jour de cette paix,
était contraire au sens du traité et révoquée comme une violation de
l'acte.» Il décida en outre: «que la paix de religion n'imposait aux
seigneurs catholiques d'autre obligation que de laisser sortir librement
de leur territoire les sujets protestants.» Conformément à cette
sentence, il fut ordonné, sous peine du ban de l'Empire, à tous
possesseurs illégitimes de biens ecclésiastiques, c'est-à-dire à tous
les membres protestants de la diète indistinctement, de remettre sans
délai ces biens usurpés aux commissaires impériaux.

Il n'y avait rien moins que deux archevêchés et douze évêchés sur la
liste; de plus, un nombre infini de couvents, que les protestants
s'étaient appropriés. Cet édit fut un coup de foudre pour toute
l'Allemagne protestante: déjà terrible en lui-même par ce qu'il enlevait
actuellement, plus terrible encore par les maux qu'il faisait craindre
pour l'avenir et dont il semblait n'être que l'avant-coureur. Les
protestants regardèrent alors comme une chose arrêtée entre la Ligue et
l'empereur la ruine de leur religion, que suivrait bientôt la ruine de
la liberté germanique. On n'écouta aucune représentation; on nomma les
commissaires, et l'on rassembla une armée, pour leur assurer
l'obéissance. On commença par Augsbourg, où la paix avait été conclue:
la ville dut retourner sous la juridiction de son évêque, et six églises
protestantes furent fermées. Le duc de Wurtemberg fut de même contraint
de restituer ses couvents. Cette rigueur éveilla par l'effroi tous les
membres évangéliques de l'Empire, mais sans provoquer chez eux une
active résistance. La crainte du pouvoir impérial agissait trop
puissamment; déjà un grand nombre penchait vers la soumission. En
conséquence, l'espoir de réussir par les voies de la douceur décida les
catholiques à différer d'une année l'exécution de l'édit, et ce délai
sauva les protestants. Avant qu'il fut expiré, le bonheur des armes
suédoises avait entièrement changé la face des affaires.

Dans une assemblée des électeurs à Ratisbonne, à laquelle Ferdinand
lui-même assista (1630), on eut le dessein de travailler sérieusement à
la pacification complète de l'Allemagne et au redressement de tous les
griefs. Ces griefs n'étaient guère moindres du côté des catholiques que
de celui des protestants, quoique Ferdinand fût bien persuadé qu'il
s'était attaché tous les membres de la Ligue par l'édit de restitution,
et son chef, en lui octroyant la dignité d'électeur et en lui concédant
la plus grande partie des pays palatins. La bonne intelligence entre
l'empereur et les princes de la Ligue s'était considérablement altérée
depuis l'apparition de Wallenstein. L'orgueilleux électeur de Bavière,
accoutumé à jouer le rôle de législateur en Allemagne, à ordonner même
du sort de l'empereur, s'était vu tout à coup, par l'arrivée du nouveau
général, devenir inutile, et toute l'importance qu'il avait eue
jusque-là s'était évanouie avec l'autorité de la Ligue. Un autre se
présentait pour recueillir les fruits de ses victoires et ensevelir dans
l'oubli tous les services passés. Le caractère altier du duc de
Friedland, dont le plus doux triomphe était de braver la dignité des
princes et de donner à l'autorité de son maître une odieuse extension,
ne contribua pas peu à augmenter le ressentiment de l'électeur. Ce
prince, mécontent de l'empereur et se défiant de ses intentions, était
entré avec la France dans des liaisons dont les autres membres de la
Ligue étaient aussi suspects. La crainte des projets d'agrandissement de
Ferdinand, le mécontentement qu'excitaient les calamités présentes,
avaient étouffé chez eux toute reconnaissance. Les exactions de
Wallenstein étaient parvenues au plus intolérable excès. Le Brandebourg
évaluait ses pertes à vingt millions, la Poméranie à dix, la Hesse à
sept, et les autres États à proportion. Le cri de détresse était
général, énergique, violent; toutes les représentations restaient sans
effet; nulle différence entre les protestants et les catholiques: sur ce
point, les voix étaient unanimes. Des flots de suppliques, toutes
dirigées contre Wallenstein, assiégèrent l'empereur alarmé; on épouvanta
son oreille par les plus affreuses descriptions des violences
souffertes. Ferdinand n'était pas un barbare. Sans être innocent des
atrocités commises sous son nom en Allemagne, il n'en connaissait pas
l'excès: il n'hésita pas longtemps à satisfaire aux demandes des
princes, et à licencier, dans les armées qu'il avait en campagne,
dix-huit mille hommes de cavalerie. Au moment de cette réforme, les
Suédois se préparaient déjà vivement à entrer en Allemagne, et la plus
grande partie des Impériaux licenciés accourut sous leurs étendards.

Cette condescendance de Ferdinand ne servit qu'à encourager l'électeur
de Bavière à des exigences plus hardies. Le triomphe remporté sur
l'autorité de l'empereur était incomplet, tant que le duc de Friedland
conservait le commandement en chef. Les princes se vengèrent rudement
alors de la fierté de ce général, que tous indistinctement avaient
éprouvée. Sa destitution fut demandée par tout le collége des électeurs,
et même par les Espagnols, avec un accord et une chaleur qui étonnèrent
Ferdinand. Mais cette unanimité même, cette véhémence, avec laquelle les
envieux de l'empereur insistaient pour le renvoi de son général,
devaient le convaincre de l'importance de ce serviteur. Wallenstein,
instruit des cabales formées contre lui à Ratisbonne, ne négligea rien
pour ouvrir les yeux de Ferdinand sur les véritables intentions de
l'électeur de Bavière. Il parut lui-même à Ratisbonne, mais avec une
pompe qui éclipsa jusqu'à l'empereur et qui donna un nouvel aliment à la
haine de ses adversaires.

Pendant un long temps, l'empereur ne put se résoudre. Le sacrifice qu'on
exigeait de lui était douloureux. Il devait au duc de Friedland toute sa
supériorité; il sentait quelle perte il allait faire s'il le sacrifiait
à la haine des princes; mais malheureusement, dans ce temps même, la
bonne volonté des électeurs lui était nécessaire. Il méditait d'assurer
la succession impériale à son fils Ferdinand, élu roi de Hongrie, et le
consentement de Maximilien lui était pour cela indispensable. Cette
affaire lui tenait plus au coeur que toutes les autres, et il ne
craignit pas de sacrifier son serviteur le plus considérable pour
obliger l'électeur de Bavière.

A cette même diète de Ratisbonne, il se trouvait aussi des envoyés
français munis de pleins pouvoirs pour arrêter une guerre qui menaçait
de s'allumer en Italie entre l'empereur et leur maître. Le duc Vincent
de Mantoue et de Montferrat était mort sans enfants. Son plus proche
parent, Charles, duc de Nevers, avait pris aussitôt possession de cet
héritage, sans rendre à l'empereur l'hommage qui lui était dû en qualité
de seigneur suzerain de ces principautés. Appuyé sur les secours de la
France et de Venise, il s'obstinait dans le refus de remettre ces pays
entre les mains des commissaires impériaux, jusqu'à ce qu'on eût
prononcé sur la validité de ses droits. Ferdinand prit les armes, excité
par les Espagnols, qui, possesseurs de Milan, trouvaient fort dangereux
le proche voisinage d'un vassal de la France et saisissaient avec
empressement l'occasion de faire des conquêtes dans cette partie de
l'Italie avec le secours de l'empereur. Malgré toutes les peines que se
donna le pape Urbain VIII pour éloigner la guerre de ces contrées,
l'empereur envoya au delà des Alpes une armée allemande, dont
l'apparition inattendue jeta l'épouvante dans tous les États italiens.
Ses armes étaient partout victorieuses en Allemagne quand cela arriva en
Italie, et la peur, qui grossit tout, crut voir revivre soudain les
anciens projets de monarchie universelle formés par l'Autriche. Les
horreurs de la guerre, qui désolaient l'Empire, s'étendirent alors dans
les heureuses campagnes arrosées par le Pô. La ville de Mantoue fut
prise d'assaut, et tout le pays d'alentour dut subir la présence
dévastatrice d'une soldatesque sans frein. Aux malédictions qui
retentissaient de toutes parts contre l'empereur dans l'Allemagne
entière, se joignirent alors celles de l'Italie, et du conclave même
s'élevèrent au ciel des voeux secrets pour le bonheur des armes
protestantes.

Effrayé de la haine universelle que lui avait attirée cette campagne
d'Italie, et fatigué par les instances des électeurs qui appuyaient avec
zèle la demande des ministres français, Ferdinand finit par prêter
l'oreille aux propositions de la France et promit l'investiture au
nouveau duc de Mantoue.

La France devait reconnaître ce service important de la Bavière. La
conclusion du traité donna aux plénipotentiaires de Richelieu l'occasion
souhaitée d'entourer l'empereur des plus dangereuses intrigues pendant
leur séjour à Ratisbonne, d'exciter toujours plus contre lui les princes
mécontents, et de faire tourner à son préjudice toutes les délibérations
de l'assemblée. Richelieu, pour parvenir à ses fins, avait choisi un
excellent instrument dans la personne d'un capucin, le Père Joseph,
qu'il avait placé auprès de l'ambassadeur, comme un attaché qui ne
pouvait être suspect. Une de ses premières instructions était de
poursuivre avec chaleur la déposition de Wallenstein. Dans la personne
du général qui les avait conduites à la victoire, les armées
autrichiennes perdaient la plus grande partie de leur force: des armées
entières ne pouvaient compenser la perte de ce seul homme. C'était donc
un trait d'habile politique de venir, dans le temps même où un roi
victorieux, maître absolu de ses opérations, marchait contre l'empereur,
enlever aux armées impériales le seul général qui égalât Gustave en
expérience militaire et en autorité. Le Père Joseph, d'intelligence avec
l'électeur de Bavière, entreprit de vaincre l'irrésolution de Ferdinand,
qui était comme assiégé par les Espagnols et par tout le collége des
électeurs. «L'empereur ferait bien, disait-il, d'acquiescer sur ce
point au désir des princes, afin d'obtenir plus aisément leurs voix pour
l'élection de son fils comme roi des Romains. L'orage une fois dissipé,
Wallenstein se retrouverait toujours assez tôt pour reprendre son
poste.» Le rusé capucin connaissait trop bien son homme pour craindre de
rien risquer en donnant ce motif de consolation.

La voix d'un moine était, pour Ferdinand II, la voix de Dieu même. «Rien
sur la terre, écrit son propre confesseur, n'était plus sacré pour lui
que la personne d'un prêtre. S'il lui arrivait, disait-il souvent, de
rencontrer en même temps, dans le même lieu, un religieux et un ange, le
religieux aurait sa première révérence, et l'ange la seconde.» La
déposition de Wallenstein fut résolue.

Pour récompenser Ferdinand de sa pieuse confiance, le capucin travailla
contre lui à Ratisbonne avec tant d'adresse que tous ses efforts pour
faire nommer roi des Romains le roi de Hongrie échouèrent complétement.
Dans un article particulier du traité qu'il venait de conclure avec la
France, les envoyés de cette puissance avaient promis en son nom qu'elle
observerait avec tous les ennemis de l'empereur la plus stricte
neutralité, au moment même où Richelieu négociait déjà avec le roi de
Suède, l'excitait à la guerre et le forçait, en quelque sorte, à
accepter l'alliance de son maître. Ce mensonge fut, il est vrai, retiré
aussitôt qu'il eut produit son effet, et le Père Joseph dut expier dans
un cloître la témérité d'avoir outre-passé ses pouvoirs. Ferdinand
s'aperçut trop tard à quel point l'on s'était joué de lui. «Un méchant
capucin, l'entendit-on s'écrier, m'a désarmé avec son rosaire, et n'a
pas escamoté moins de six chapeaux d'électeurs dans son étroit
capuchon.»

Ainsi le mensonge et la ruse triomphaient de l'empereur dans un temps où
on le croyait tout-puissant en Allemagne et où il l'était en effet par
la force de ses armes. Affaibli de quinze mille hommes et privé d'un
général qui compensait la perte d'une armée, il quitta Ratisbonne sans
voir accompli le désir auquel il avait fait tous ces sacrifices. Avant
que les Suédois l'eussent battu en campagne, Maximilien de Bavière et le
Père Joseph lui avaient fait une blessure incurable. Dans cette
mémorable assemblée de Ratisbonne, on résolut la guerre avec la Suède,
et l'on termina celle de Mantoue. Les princes s'étaient employés
inutilement pour les ducs de Mecklembourg, et l'envoyé d'Angleterre
avait mendié avec aussi peu de succès une pension annuelle en faveur du
comte palatin Frédéric.

Dans le temps où l'on devait annoncer à Wallenstein sa destitution, il
commandait une armée de près de cent mille hommes, dont il était adoré.
La plupart des officiers étaient ses créatures; son moindre signe était
un arrêt du sort pour le simple soldat. Son ambition était sans bornes,
son orgueil inflexible; son esprit impérieux ne pouvait endurer un
affront sans vengeance. Un instant devait alors le précipiter de la
plénitude du pouvoir dans le néant de la vie privée. On pouvait croire
que, pour exécuter une pareille sentence contre un pareil criminel, il
ne faudrait guère moins d'art qu'il n'en avait fallu pour l'arracher au
juge. Aussi eut-on la précaution de choisir deux des plus intimes amis
de Wallenstein pour lui porter la mauvaise nouvelle, qu'ils devaient
adoucir, autant qu'il était possible, par les plus flatteuses assurances
de la faveur inaltérable de l'empereur.

Wallenstein, quand ces députés de l'empereur parurent devant lui, savait
depuis longtemps l'objet de leur mission. Il avait eu le temps de se
recueillir, et la sérénité régnait sur son visage, tandis que son coeur
était en proie à la douleur et à la rage. Mais il avait résolu d'obéir.
Cet arrêt le surprit avant que le temps fût mûr pour un coup hardi et
que ses préparatifs fussent achevés. Ses vastes domaines étaient
dispersés en Bohême et en Moravie; l'empereur pouvait, en les
confisquant, couper le nerf de sa puissance. Il attendit sa vengeance de
l'avenir. Son espoir était fortifié par les prophéties d'un astrologue
italien, qui menait à la lisière comme un enfant cet esprit indompté.
Séni, c'était son nom, avait lu dans les étoiles que la brillante
carrière de son maître était encore loin de sa fin, et que l'avenir lui
réservait une fortune éclatante. Il n'était pas besoin de fatiguer les
astres pour prédire avec vraisemblance qu'un ennemi tel que
Gustave-Adolphe ne permettrait pas longtemps de se passer d'un général
tel que Wallenstein.

«L'empereur est trahi, répondit Wallenstein aux envoyés; je le plains,
mais je lui pardonne. Il est clair que l'orgueilleux génie du Bavarois
le domine. Je suis peiné, je l'avoue, qu'il m'ait sacrifié avec si peu
de résistance; mais je veux obéir.» Il congédia les messagers avec des
largesses de prince et conjura l'empereur, dans une humble supplique, de
ne pas lui retirer sa faveur et de le maintenir dans ses dignités. Les
murmures de l'armée furent universels, quand elle apprit la destitution
de son général, et la meilleure partie des officiers quitta aussitôt le
service de l'empereur. Un grand nombre suivit Wallenstein dans ses
terres de Bohême et de Moravie, il s'en attacha d'autres par des
pensions considérables, afin de pouvoir, dans l'occasion, s'en servir
sur-le-champ.

En rentrant dans le silence de la vie privée, il ne songeait à rien
moins qu'au repos. La pompe d'un roi l'entourait dans cette solitude et
semblait braver l'arrêt de son humiliation. Six entrées conduisaient au
palais qu'il habitait à Prague, et il fallut abattre cent maisons pour
dégager la place du château. De semblables palais furent bâtis dans ses
nombreux domaines. Des gentilshommes des premières familles se
disputaient l'honneur de le servir, et l'on vit des chambellans de
l'empereur résigner la clef d'or pour exercer la même charge auprès de
Wallenstein. Il entretenait soixante pages, qui étaient instruits par
les meilleurs maîtres; cinquante trabans gardaient constamment son
antichambre. Son ordinaire n'était jamais au-dessous de cent services;
son maître d'hôtel était un homme de grande qualité. S'il voyageait, sa
suite et ses bagages remplissaient cent voitures à quatre et à six
chevaux; sa cour le suivait dans soixante carrosses, avec cinquante
chevaux de main. Le luxe des livrées, l'éclat des équipages, la
somptuosité des appartements étaient assortis à cette magnificence. Six
barons et autant de chevaliers devaient constamment entourer sa
personne, pour exécuter chacun de ses signes; douze patrouilles
faisaient la ronde autour de son palais pour en éloigner le moindre
bruit. Sa tête, sans cesse en travail, avait besoin de silence; aucun
roulement de voiture ne devait approcher de sa demeure, et il n'était
pas rare que les rues fussent fermées avec des chaînes. Sa société était
muette comme les avenues qui conduisaient à lui. Sombre, concentré,
impénétrable, il épargnait ses paroles plus que ses présents, et le peu
qu'il disait était proféré d'un ton repoussant. Il ne riait jamais, et
la froideur de son sang résistait aux séductions de la volupté. Toujours
occupé et agité de vastes desseins, il se privait de toutes les vaines
distractions dans lesquelles d'autres dissipent une vie précieuse. Il
entretenait, et en personne, une correspondance qui s'étendait à toute
l'Europe; il écrivait presque tout de sa main, pour confier le moins
possible à la discrétion d'autrui. Il était maigre et de haute stature;
il avait le teint jaunâtre, les cheveux roux et courts, les yeux petits,
mais étincelants. Un sérieux terrible, et qui éloignait de lui, siégeait
sur son front, et l'excès de ses récompenses pouvait seul retenir la
troupe tremblante de ses serviteurs.

C'était dans cette fastueuse obscurité que Wallenstein, silencieux, mais
non pas oisif, attendait son heure éclatante et le jour de la vengeance,
qui bientôt devait poindre. Le cours impétueux des victoires de
Gustave-Adolphe ne tarda pas à lui en donner un avant-goût. Il n'avait
abandonné aucun de ses hauts desseins; l'ingratitude de l'empereur avait
délivré son ambition d'un frein importun. La splendeur éblouissante de
sa vie privée trahissait l'orgueilleux essor de ses projets: prodigue
comme un monarque, il semblait compter déjà parmi ses possessions
certaines les biens que lui montrait l'espérance.

Après la destitution de Wallenstein et le débarquement de
Gustave-Adolphe, il fallait nommer un généralissime; on jugea nécessaire
en même temps de réunir dans une seule main le commandement, jusqu'alors
séparé, des troupes de l'empereur et de la Ligue. Maximilien de Bavière
aspirait à ce poste important, qui pouvait mettre Ferdinand dans sa
dépendance; mais cette raison-là même excitait celui-ci à le rechercher
pour son fils aîné, le roi de Hongrie. Pour éloigner les deux
concurrents et satisfaire, dans une certaine mesure, l'un et l'autre
parti, on finit par donner le commandement à Tilly, général de la Ligue,
qui passa dès lors du service de la Bavière à celui de l'Autriche. Les
armées que Ferdinand avait sur le territoire allemand montaient, après
la réduction des troupes de Wallenstein, à quarante mille hommes
environ; les forces de la Ligue n'étaient guère moindres: les unes et
les autres commandées par d'excellents officiers, exercées par de
nombreuses campagnes, et fières d'une longue suite de victoires. Avec de
pareilles forces, on croyait avoir d'autant moins à craindre l'approche
du roi de Suède, que l'on occupait la Poméranie et le Mecklembourg, les
seules portes par lesquelles il pût entrer en Allemagne.

Après la tentative malheureuse du roi de Danemark pour arrêter les
progrès de l'empereur, Gustave-Adolphe était en Europe le seul prince de
qui la liberté mourante pût espérer son salut, le seul en même temps
dont l'intervention fût provoquée par les motifs politiques les plus
graves, justifiée par les offenses qu'il avait reçues, et qui fût, par
ses qualités personnelles, à la hauteur d'une si hasardeuse entreprise.
De puissantes raisons d'État, qui lui étaient communes avec le Danemark,
l'avaient porté, même avant l'ouverture de la guerre dans la basse Saxe,
à offrir sa personne et ses armées pour la défense de l'Allemagne.
Christian IV, pour son propre malheur, l'avait alors écarté. Depuis ce
temps, l'insolence de Wallenstein et l'orgueil despotique de l'empereur
ne lui avaient pas épargné les provocations, qui, en lui, devaient
irriter l'homme et déterminer le roi. Des troupes impériales avaient été
envoyées au secours du roi de Pologne, Sigismond, pour défendre la
Prusse contre les Suédois. Le roi s'étant plaint à Wallenstein de ces
hostilités, on lui répondit que l'empereur avait trop de soldats et
croyait devoir les employer à aider ses amis. Ce même Wallenstein avait
renvoyé, avec une hauteur offensante, du congrès tenu à Lubeck pour
traiter avec le Danemark, les députés suédois, et, comme ils ne
s'étaient pas laissé rebuter pour cela, il les avait menacés de
violences contraires au droit des nations. Ferdinand avait fait insulter
le pavillon suédois et intercepter des dépêches que Gustave envoyait en
Transylvanie. Il continuait d'entraver la paix entre la Pologne et la
Suède, et de refuser à Gustave le titre de roi. Il n'avait jugé dignes
d'aucune attention les représentations réitérées de Gustave, et, au lieu
d'accorder la satisfaction demandée pour les anciennes offenses, il en
avait ajouté de nouvelles.

Tant de provocations personnelles, soutenues par les raisons d'État et
les motifs de conscience les plus graves, et fortifiées par les
invitations les plus pressantes, venues d'Allemagne, devaient faire
impression sur l'âme d'un prince d'autant plus jaloux de sa dignité
royale qu'on pouvait avoir plus de penchant à la lui disputer, d'un
prince que flattait infiniment la gloire de défendre les opprimés et qui
aimait la guerre avec passion, comme le véritable élément de son génie.
Mais, avant qu'une trêve et une paix avec la Pologne lui laissât les
mains libres, il ne pouvait songer sérieusement à une guerre nouvelle et
pleine de dangers.

Cette trêve avec la Pologne, le cardinal de Richelieu eut le mérite de
la ménager. Ce grand homme d'État, qui tenait d'une main le gouvernail
de l'Europe, tandis que de l'autre il comprimait, dans l'intérieur de la
France, la fureur des factions et l'orgueil des grands, poursuivait avec
une constance inébranlable, au milieu d'une administration orageuse, le
dessein qu'il avait formé d'arrêter dans sa marche altière la puissance
croissante de l'Autriche. Mais les circonstances opposaient, dans
l'exécution, de sérieux obstacles à ce plan. Le plus grand génie ne
saurait braver impunément les préjugés de son siècle. Ministre d'un roi
catholique, et même prince de l'Église romaine par la pourpre dont il
était revêtu, il n'osait encore, s'alliant avec les ennemis de cette
Église, combattre ouvertement une puissance qui, aux yeux de la
multitude, avait su sanctifier par le nom de la religion ses prétentions
ambitieuses. Les ménagements qu'imposaient à Richelieu les idées
étroites de ses contemporains réduisirent son activité politique à
tenter avec circonspection d'intervenir secrètement, et de faire
exécuter par une main étrangère les desseins de son lumineux génie.
Après avoir fait de vains efforts pour empêcher la paix du Danemark avec
l'empereur, il eut recours à Gustave-Adolphe, le héros de son siècle.
Rien ne fut épargné pour décider ce monarque et pour lui faciliter
l'exécution. Charnacé, négociateur avoué du cardinal, parut dans la
Prusse polonaise, où Gustave-Adolphe faisait la guerre contre Sigismond,
et alla de l'un à l'autre roi pour ménager entre eux une trêve ou une
paix. Gustave-Adolphe y était depuis longtemps disposé, et le ministre
français réussit enfin à ouvrir aussi les yeux de Sigismond sur ses
vrais intérêts et sur la politique trompeuse de l'empereur. Une trêve de
six ans fut conclue entre les deux rois: elle laissait Gustave-Adolphe
en possession de toutes ses conquêtes et lui donnait la liberté si
longtemps désirée de tourner ses armes contre l'empereur. Le négociateur
français lui offrit pour cette entreprise l'alliance de son roi et des
subsides considérables, qui n'étaient pas à dédaigner; mais Gustave
craignit, non sans raison, de se mettre vis-à-vis de la France, en les
acceptant, dans un état de dépendance qui pourrait l'entraver dans le
cours de ses victoires; il craignit que cette ligue avec une puissance
catholique n'éveillât la défiance des protestants.

Autant cette guerre était pressante et juste, autant les circonstances
au milieu desquelles Gustave-Adolphe l'entreprenait étaient pleines de
promesses. Le nom de l'empereur était redoutable, il est vrai; ses
ressources inépuisables, sa puissance jusqu'alors invincible: une si
périlleuse entreprise aurait effrayé tout autre que Gustave-Adolphe. Il
vit tous les obstacles, tous les dangers qui s'opposaient à son
entreprise; mais il connaissait aussi les moyens par lesquels il pouvait
espérer de les vaincre. Son armée n'était pas nombreuse, mais bien
disciplinée, endurcie par un climat rigoureux et de continuelles
campagnes, formée à la victoire dans la guerre de Pologne. La Suède,
quoique pauvre en argent et en hommes, et fatiguée par une guerre de
huit ans, qui lui avait demandé des efforts au delà de ses forces, était
dévouée à son roi avec un enthousiasme qui lui permettait d'espérer des
états l'appui le plus empressé. En Allemagne, le nom de l'empereur était
détesté tout autant pour le moins que redouté. Les princes protestants
semblaient n'attendre que l'arrivée d'un libérateur pour secouer le joug
insupportable de la tyrannie et se déclarer ouvertement pour la Suède.
Les membres catholiques de l'Empire ne pouvaient voir eux-mêmes avec
déplaisir l'arrivée d'un adversaire qui limiterait la puissance
prépondérante de l'empereur. La première victoire remportée sur le
territoire allemand serait nécessairement décisive pour la cause de
Gustave; elle amènerait à se déclarer les princes encore incertains;
elle affermirait le courage de ses partisans; elle augmenterait
l'affluence sous ses drapeaux et lui ouvrirait des sources abondantes de
secours pour la suite de la guerre. Si la plupart des pays de
l'Allemagne avaient déjà souffert énormément des maux de la guerre, les
riches villes anséatiques y avaient pourtant échappé jusque-là, et elles
ne pouvaient hésiter à prévenir par un sacrifice volontaire et modéré la
ruine commune. A mesure qu'on chasserait les Impériaux de quelque
province, leurs armées, qui ne vivaient qu'aux dépens du pays qu'elles
occupaient, devaient se fondre de plus en plus. D'ailleurs, les forces
de l'empereur étaient sensiblement diminuées par les envois de troupes
faits mal à propos en Italie et dans les Pays-Bas. L'Espagne, affaiblie
par la perte de ses galions d'Amérique et occupée par une guerre
sérieuse dans les Pays-Bas, ne pouvait lui prêter qu'un faible secours.
Au contraire, la Grande-Bretagne faisait espérer au roi de Suède des
subsides importants, et la France, qui tout juste alors se pacifiait à
l'intérieur, venait au-devant de lui avec les offres d'assistance les
plus avantageuses.

Mais la plus sûre garantie du succès de son entreprise, c'est en
lui-même que Gustave-Adolphe la trouvait. La prudence lui commandait de
s'assurer tous les secours extérieurs et de mettre par là son dessein à
l'abri du reproche de témérité; mais c'était seulement dans son propre
sein qu'il puisait sa confiance et son courage. Gustave-Adolphe était
incontestablement le premier général de son siècle et le plus brave
soldat de son armée, qu'il s'était créée lui-même. Familiarisé avec la
tactique des Grecs et des Romains, il avait inventé un art militaire
supérieur, qui a servi de modèle aux plus grands généraux des temps qui
suivirent. Il réduisit les grands escadrons, incommodes par leur masse,
pour rendre plus faciles et plus prompts les mouvements de la cavalerie;
dans la même vue, il laissa de plus grandes distances entre les
bataillons. Une armée en bataille ne formait d'ordinaire qu'une seule
ligne: il rangea la sienne sur deux lignes, de sorte que la deuxième pût
marcher en avant si la première venait à plier. Il savait suppléer au
manque de cavalerie en distribuant des fantassins entre les cavaliers,
ce qui décida très-souvent la victoire. C'est lui qui le premier apprit
à l'Europe l'importance de l'infanterie dans les batailles. Toute
l'Allemagne admira la discipline par laquelle, dans les premiers temps,
les armées suédoises se distinguèrent si glorieusement sur le sol
germanique: tous les désordres étaient sévèrement punis, principalement
le blasphème, le vol, le jeu et le duel. La tempérance était commandée
par les lois militaires de la Suède, et l'on ne voyait dans le camp
suédois, sans excepter la tente royale, ni or ni argent. L'oeil du
général veillait avec autant de soin sur les moeurs des soldats que sur
leur bravoure guerrière. Chaque régiment devait se former en cercle
autour de son aumônier pour la prière du matin et du soir, et accomplir
sous la voûte du ciel ses devoirs religieux. En tout cela, le
législateur servait lui-même de modèle. Une piété vive, sincère,
rehaussait le courage qui animait son grand coeur. Également éloigné de
l'incrédulité grossière, qui enlève aux passions fougueuses du barbare
un frein nécessaire, et de la bigoterie rampante d'un Ferdinand, qui
s'abaissait devant Dieu comme un ver de terre et qui foulait l'humanité
sous ses pieds orgueilleux, Gustave, même dans l'ivresse du bonheur,
était toujours homme et chrétien, mais toujours aussi, dans sa piété,
héros et roi. Il supportait comme le dernier de ses soldats toutes les
incommodités de la guerre. Au milieu des plus noires ténèbres de la
bataille, son esprit conservait toute sa lumière; partout présent par
son regard, il oubliait la mort qui l'environnait; on le voyait toujours
sur le chemin du péril le plus redoutable. Sa bravoure naturelle ne lui
fit que trop souvent oublier ce qu'il devait au général, et cette vie
royale se termina par la mort d'un simple soldat. Mais le lâche, comme
le brave, suivait un tel guide à la victoire, et à son oeil d'aigle, qui
embrassait tout, n'échappait nulle action héroïque, inspirée par son
exemple. La gloire du souverain alluma dans toute la nation un sentiment
d'elle-même plein d'enthousiasme. Fier d'un tel roi, le paysan de
Finlande et de Gothie sacrifiait avec joie sa pauvreté; avec joie le
soldat versait son sang, et ce noble essor que le génie d'un seul homme
avait donné au peuple entier survécut longtemps à son auteur.

Autant l'on était d'accord sur la nécessité de la guerre, autant l'on
était incertain sur le plan qu'il fallait suivre. Oxenstiern lui-même,
le courageux chancelier, trouvait une guerre offensive trop hasardeuse,
et les forces de son roi, pauvre et consciencieux, trop inférieures aux
immenses ressources d'un despote qui disposait de l'Allemagne entière
comme de sa propriété. Le génie du héros, qui voyait plus loin, réfuta
ces doutes timides du ministre.

«Si nous attendons l'ennemi en Suède, disait Gustave, tout est perdu
pour nous si nous perdons une seule bataille. Tout est gagné, au
contraire, si nous débutons heureusement en Allemagne. La mer est vaste,
et nous avons à garder en Suède des côtes étendues: que la flotte
ennemie nous échappe et que la nôtre soit battue, nous ne pouvons plus
empêcher une descente de l'ennemi. Nous devons tout faire pour conserver
Stralsund: aussi longtemps que ce port nous est ouvert, nous nous ferons
respecter sur la Baltique, et nos communications seront libres avec
l'Allemagne. Mais, pour protéger Stralsund, il ne faut pas nous cacher
en Suède; il faut passer avec une armée en Poméranie. Ne me parlez donc
plus d'une guerre défensive, qui nous ferait perdre nos plus précieux
avantages. Il ne faut pas que la Suède voie un seul drapeau ennemi. Si
nous sommes vaincus en Allemagne, il sera toujours temps de suivre votre
plan.»

Il fut donc résolu qu'on passerait en Allemagne et qu'on attaquerait
l'empereur. Les préparatifs furent poussés avec la plus grande vigueur,
et les mesures que prit Gustave ne témoignèrent pas moins de prévoyance
que sa résolution ne montrait de courage et de grandeur. Il fallait,
avant tout, dans une guerre si lointaine, mettre la Suède en sûreté
contre les dispositions équivoques de ses voisins. Dans une entrevue
personnelle avec le roi de Danemark, à Markaroed, Gustave s'assura
l'amitié de ce prince. Il couvrit ses frontières du côté de la Moscovie.
On pouvait, de l'Allemagne, tenir en respect la Pologne, s'il lui
prenait envie de violer la trêve. Un négociateur suédois, Falkenberg,
qui parcourait la Hollande et les cours d'Allemagne, donnait à son
maître, au nom de plusieurs princes protestants, les plus flatteuses
espérances, quoique pas un n'eût encore assez de courage et de
désintéressement pour conclure avec lui un traité formel. Les villes de
Lubeck et de Hambourg se montraient disposées à lui avancer de l'argent
et à recevoir en payement le cuivre de Suède. Il envoya au prince de
Transylvanie des personnes affidées, pour exciter cet ennemi
irréconciliable de l'Autriche à prendre les armes contre l'empereur.

Cependant, on enrôlait pour la Suède en Allemagne et dans les Pays-Bas,
on complétait les régiments, on en formait de nouveaux; on rassemblait
des vaisseaux, on équipait soigneusement la flotte; on amassait autant
de vivres, de munitions de guerre et d'argent qu'il était possible. En
peu de temps, on eut trente vaisseaux de guerre prêts à mettre à la
voile; une armée de quinze mille hommes était sous les drapeaux, et deux
cents bâtiments de transport disposés pour les embarquer. Gustave ne
voulait pas emmener en Allemagne de plus grandes forces, dont
l'entretien aurait d'ailleurs alors excédé les ressources de son
royaume. Mais, si l'armée était peu nombreuse, le choix des troupes
était excellent, pour la discipline, le courage et l'expérience; elle
pouvait servir de noyau solide à une force militaire plus considérable,
quand Gustave aurait atteint le sol de l'Allemagne et que la fortune
aurait favorisé ses premiers débuts. Oxenstiern, à la fois général et
chancelier, se tenait en Prusse avec dix mille hommes, pour défendre
cette province contre la Pologne. Quelques troupes régulières et une
nombreuse milice, qui servait de pépinière à l'armée principale,
demeurèrent en Suède, afin que le royaume ne fût pas sans défense contre
un voisin parjure qui essayerait de le surprendre.

Ainsi toutes les mesures se trouvèrent prises pour la sûreté du royaume.
Gustave-Adolphe ne fut pas moins attentif à régler l'administration
intérieure. La régence fut remise au sénat; le comte palatin
Jean-Casimir, beau-frère du roi, fut chargé des finances. La reine,
quoique tendrement aimée de son époux, fut éloignée de toutes les
affaires du gouvernement: ses moyens bornés n'étaient point au niveau
d'une telle tâche. Gustave ordonna sa maison comme un mourant. Le 20 mai
1630, toutes les mesures étant prises et tout disposé pour le départ, le
roi parut à Stockholm dans l'assemblée des états, pour leur faire un
adieu solennel. Il prit dans ses bras sa fille Christine, âgée de quatre
ans, qui avait été, dès le berceau, déclarée son héritière, et, l'ayant
présentée aux états comme leur future souveraine, il reçut de nouveau,
en son nom, leur serment de fidélité, pour le cas où il ne reverrait pas
sa patrie; ensuite il fit lire l'ordonnance qui réglait la régence du
royaume pendant son absence ou la minorité de sa fille. Toute
l'assemblée fondait en larmes, et ce ne fut qu'après quelque temps que
le roi lui-même retrouva le calme nécessaire pour adresser aux états son
discours d'adieu.

«Ce n'est pas à la légère, leur dit-il, que je me précipite, et vous
avec moi, dans cette nouvelle guerre périlleuse. Le Tout-Puissant m'est
témoin que je ne combats point pour mon plaisir. L'empereur m'a fait le
plus cruel outrage dans la personne de mes ambassadeurs; il a soutenu
mes ennemis, il poursuit mes amis et mes frères; il foule aux pieds ma
religion, il tend la main vers ma couronne. Opprimés par lui, les
membres de l'Empire d'Allemagne implorent instamment nos secours, et,
s'il plaît à Dieu, nous les secourrons.

«Je sais à quels dangers ma vie sera exposée: je ne les ai jamais fuis,
et j'échapperai difficilement à tous. A la vérité, jusqu'à ce jour, la
Toute-Puissance divine m'a protégé merveilleusement; mais enfin le jour
viendra où je périrai en défendant ma patrie. Je vous remets à la
protection du Ciel. Soyez justes, consciencieux: menez une vie
irréprochable, et nous nous retrouverons dans l'éternité.

«Membres de mon sénat, je m'adresse d'abord à vous. Que Dieu vous
éclaire et vous remplisse de sagesse, afin que vos conseils tournent
constamment au plus grand bien de mon royaume. Vaillante noblesse, je
vous recommande à la protection divine. Continuez à vous montrer les
dignes descendants de ces Goths héroïques dont la bravoure renversa
l'antique Rome dans la poussière. Serviteurs de l'Église, je vous
exhorte à la tolérance et à la concorde: soyez vous-mêmes les modèles
des vertus que vous prêchez, et n'abusez jamais de votre autorité sur
les coeurs de mon peuple. Députés de l'ordre des bourgeois et des
paysans, j'implore pour vous la bénédiction du Ciel, pour vos labeurs
une moisson réjouissante, des granges pleines, l'abondance de tous les
biens de la vie. Pour vous tous, absents et présents, j'adresse au Ciel
des voeux sincères. Je vous fais à tous mes tendres adieux; je vous les
fais peut-être pour l'éternité.»

L'embarquement des troupes se fit à Elfsnaben, où la flotte était à
l'ancre. Une foule innombrable de peuple était accourue pour assister à
ce spectacle aussi magnifique que touchant. Les coeurs des assistants
éprouvaient les sensations les plus diverses, selon qu'ils s'arrêtaient
à la grandeur de l'entreprise ou à la grandeur du héros. Parmi les
officiers supérieurs qui commandaient dans cette armée, Gustave Horn, le
rhingrave Othon-Louis, Henri Matthias, comte de Thurn, Ortenbourg,
Baudissen, Banner, Teufel, Tott, Mutsenfahl, Falkenberg, Kniphausen et
plusieurs autres, ont illustré leurs noms.

La flotte, retenue par des vents contraires, ne put mettre à la voile
qu'au mois de juin, et, le 24, elle atteignit l'île de Rügen, sur la
côte de la Poméranie.

Gustave-Adolphe fut le premier qui descendit à terre. A la vue de son
escorte, il s'agenouilla sur le sol germanique et rendit grâces au
Tout-Puissant pour la conservation de son armée et de sa flotte. Il
débarqua ses troupes dans les îles de Wollin et d'Usedom. A son
approche, les garnisons impériales abandonnèrent soudain leurs
retranchements et prirent la fuite. Il parut devant Stettin avec la
rapidité de la foudre, pour s'assurer de cette place importante avant
d'être prévenu par les Impériaux. Bogisla XIV, duc de Poméranie, prince
faible et déjà vieillissant, était depuis longtemps fatigué des excès
que les Impériaux avaient commis dans ses domaines et continuaient d'y
commettre; mais, hors d'état de leur résister, il avait cédé, en
murmurant tout bas, à des forces supérieures. L'apparition de son
libérateur, au lieu d'animer son courage, le remplit de crainte et
d'incertitude. Quoique son pays saignât encore des blessures que lui
avaient faites les troupes impériales, il n'osait se résoudre à
provoquer la vengeance de l'empereur, en se prononçant ouvertement pour
les Suédois. Gustave, campé sous le canon de Stettin, somma cette ville
de recevoir une garnison suédoise. Bogisla parut lui-même au camp du
roi, pour s'excuser de laisser entrer ses troupes. «Je viens à vous
comme ami, et non comme ennemi, lui répondit Gustave; ce n'est pas à la
Poméranie, ce n'est pas à l'Allemagne que je fais la guerre; c'est à
leurs ennemis. Ce duché restera dans mes mains comme un dépôt sacré, et,
après la campagne, il vous sera rendu par moi plus sûrement que par tout
autre. Voyez dans votre pays les traces des troupes impériales; voyez
les traces des miennes à Usedom, et choisissez qui, de l'empereur ou de
moi, vous voulez avoir pour ami. Qu'espérez-vous si l'empereur s'empare
de votre capitale? Sera-t-elle plus ménagée par lui que par moi? Ou bien
voulez-vous mettre des bornes à mes victoires? La chose est pressante:
prenez une résolution, et ne me forcez pas d'employer des moyens plus
efficaces.»

C'était pour le duc de Poméranie une pénible alternative. D'un côté, le
roi de Suède, avec une armée redoutable, aux portes de sa capitale; de
l'autre, l'empereur, sa vengeance inévitable, et l'exemple effrayant de
tant de princes allemands qui, victimes de cette vengeance, erraient
misérables. Le danger le plus pressant fixa son irrésolution. Stettin
ouvrit ses portes au roi, des troupes suédoises y entrèrent, et les
Impériaux, qui s'avançaient à marche forcée, furent ainsi prévenus.
L'occupation de Stettin assura au roi un établissement en Poméranie, la
navigation de l'Oder et une place d'armes pour son armée. Le duc
Bogisla, voulant prévenir le reproche de trahison, se hâta de s'excuser
auprès de l'empereur sur la nécessité; mais, persuadé qu'il serait
implacable, il s'unit étroitement avec son nouveau protecteur, pour se
faire de l'amitié suédoise un rempart contre la vengeance de l'Autriche.
Le roi trouvait dans le duc de Poméranie un important allié, qui
couvrait ses derrières et assurait ses communications avec la Suède.

Comme Ferdinand l'avait attaqué en Prusse le premier, Gustave-Adolphe se
crut dispensé envers lui des formalités accoutumées, et il commença les
hostilités sans déclaration de guerre. Il justifia sa conduite auprès
des cours européennes par un manifeste particulier, où il exposait tous
les motifs, déjà indiqués, qui le déterminaient à prendre les armes.
Cependant, il poursuivait ses progrès en Poméranie et voyait son armée
s'accroître chaque jour. Des officiers et des soldats qui avaient servi
sous Mansfeld, Christian de Brunswick, le roi de Danemark et
Wallenstein, venaient par bandes s'enrôler sous ses drapeaux victorieux.

La cour impériale fut bien loin d'accorder d'abord à l'invasion du roi
de Suède l'attention dont elle parut digne bientôt après. L'orgueil
autrichien, porté au comble par les succès inouïs obtenus jusque-là,
regardait de haut, avec mépris, un prince qui sortait d'un coin obscur
de l'Europe avec une poignée d'hommes, et qui ne devait, à ce qu'on
s'imaginait, la réputation militaire qu'il avait acquise jusqu'alors
qu'à l'incapacité d'un ennemi encore plus faible que lui. La peinture
méprisante que Wallenstein avait faite, non sans dessein, de la
puissance suédoise, augmentait la sécurité de l'empereur. Comment
pouvait-il estimer un ennemi que son général se faisait fort de chasser
d'Allemagne à coups de verges? Les rapides progrès de Gustave en
Poméranie ne purent même détruire encore complétement ce préjugé, auquel
les railleries des courtisans donnaient chaque jour plus de crédit. On
le nommait à Vienne «la Majesté de neige», que le froid du Nord
maintenait pour le moment, mais qui fondrait à vue d'oeil en avançant
vers le Midi. Les électeurs même, alors rassemblés à Ratisbonne, ne
daignèrent pas s'arrêter à ses représentations, et, par une aveugle
complaisance pour Ferdinand, lui refusèrent jusqu'au titre de roi.
Tandis qu'on se raillait de Gustave-Adolphe à Vienne et à Ratisbonne, il
prenait possession successivement des places fortes du Mecklembourg et
de la Poméranie.

Malgré ces dédains, l'empereur s'était montré disposé à régler par des
négociations ses démêlés avec la Suède, et, à cet effet, il avait même
envoyé des fondés de pouvoir à Dantzig. Mais on vit clairement par leurs
instructions combien sa démarche était peu sérieuse, puisqu'il refusait
toujours à Gustave le titre de roi. Il voulait seulement éviter, ce
semble, de prendre sur lui l'odieux de l'agression, et le rejeter sur
son ennemi, afin de pouvoir d'autant plus compter sur le secours des
membres de l'Empire. Aussi, comme il fallait s'y attendre, ce congrès de
Dantzig se sépara sans avoir rien produit, et l'animosité fut portée de
part et d'autre au dernier degré par les lettres violentes qu'on
échangea.

Cependant, un général de l'empereur, Torquato Conti, qui commandait
l'armée en Poméranie, avait fait d'inutiles efforts pour reprendre
Stettin aux Suédois. Les Impériaux furent chassés successivement de
toutes les places: Damm, Stargard, Camin, Wolgast tombèrent rapidement
au pouvoir de Gustave. Dans sa retraite, Torquato Conti, pour se venger
de Bogisla, fit exercer par son armée les violences les plus criantes
contre les habitants de la Poméranie, que son avarice avait depuis
longtemps maltraités de la façon la plus cruelle. Sous prétexte
d'affamer les Suédois, tout fut pillé et ravagé; et souvent, quand les
Impériaux ne pouvaient plus se maintenir dans une place, ils la
réduisaient en cendres, pour n'en laisser que les ruines à l'ennemi.
Mais ces barbaries ne servaient qu'à faire paraître dans un plus beau
jour la conduite opposée des Suédois, et à gagner tous les coeurs au
monarque ami de l'humanité. Le soldat suédois payait tout ce qu'il
consommait; sur son passage, la propriété d'autrui était respectée:
aussi les villes et les campagnes recevaient l'armée suédoise à bras
ouverts, tandis que le peuple des campagnes de Poméranie égorgeait sans
pitié tous les soldats impériaux qui tombaient dans ses mains. Beaucoup
de Poméraniens entrèrent au service de la Suède, et les états de ce pays
si fort épuisé accordèrent avec joie à Gustave une contribution de cent
mille florins.

Torquato Conti, avec toute sa dureté de caractère, était un excellent
général. Ne pouvant chasser de Stettin le roi de Suède, il tâcha de lui
rendre au moins cette position inutile. Il se retrancha à Garz, sur
l'Oder, au-dessus de Stettin, pour commander le fleuve et couper à cette
ville ses communications par eau avec le reste de l'Allemagne. Rien ne
put l'amener à un engagement avec Gustave-Adolphe, dont les forces
étaient supérieures et qui cependant ne réussit pas à emporter les
solides retranchements des Impériaux. Torquato, trop dépourvu de troupes
et d'argent pour prendre l'offensive, espérait, avec ce plan de
conduite, donner au comte Tilly le temps d'accourir pour la défense de
la Poméranie, et se joindre à lui pour attaquer le roi de Suède. Un
jour, il profita même de l'absence de Gustave pour faire à l'improviste
une tentative sur Stettin; mais les Suédois étaient sur leurs gardes: la
vive attaque des Impériaux fut victorieusement repoussée, et Torquato
s'éloigna avec une grande perte. On ne peut nier que Gustave ne fût
redevable de ces heureux commencements à son bonheur autant qu'à son
expérience militaire. Depuis la destitution de Wallenstein, les troupes
impériales, en Poméranie, étaient réduites à l'état le plus déplorable.
Elles expiaient cruellement leurs propres excès: un pays affamé, désolé,
ne pouvait plus les nourrir. Toute discipline avait disparu; nul respect
pour les ordres des officiers, l'armée se fondait à vue d'oeil par de
fréquentes désertions, et par la mortalité que produisait dans tous ces
rangs le froid rigoureux d'un climat nouveau pour elle. Dans ces
circonstances, Torquato Conti n'aspirait qu'au repos, afin de rétablir
ses troupes dans les quartiers d'hiver; mais il avait affaire à un
ennemi pour qui il n'y avait point d'hiver sous le ciel d'Allemagne.
Gustave avait eu d'ailleurs la précaution de munir ses soldats de peaux
de mouton, afin de pouvoir tenir la campagne même au plus fort de
l'hiver. Aussi les fondés de pouvoir de l'empereur qui vinrent lui
proposer un armistice reçurent cette réponse désolante: «Les Suédois
sont soldats en hiver comme en été et ne se soucient point d'épuiser
plus longtemps le pauvre cultivateur. Les Impériaux feront ce qu'il leur
plaira; mais, pour eux, ils ne songent nullement à rester dans
l'inaction.» Torquato Conti se démit bientôt après d'un commandement où
il n'y avait plus beaucoup de gloire et plus du tout d'argent à gagner.

Une pareille inégalité devait nécessairement donner l'avantage aux
Suédois. Les Impériaux furent inquiétés sans relâche dans leurs
quartiers d'hiver. Greifenhagen, place importante sur l'Oder, fut prise
d'assaut, et les ennemis finirent par abandonner aussi les villes de
Garz et de Pyritz. Ils ne tenaient plus, dans toute la Poméranie, que
Greifswalde, Demmin et Colberg, et le roi fit sans retard les plus
vigoureuses dispositions pour en former le siége. L'ennemi fugitif se
dirigea vers la marche de Brandebourg, non sans essuyer de grandes
pertes en hommes, en bagages, en artillerie, qui tombèrent dans les
mains des Suédois, attachés à sa poursuite.

En occupant les passages de Ribnitz et de Damgarten, Gustave s'était
ouvert l'entrée du duché de Mecklembourg; déjà, il avait invité les
habitants, par un manifeste, à retourner sous la domination de leurs
souverains légitimes et à chasser tout ce qui tenait à Wallenstein. Mais
les Impériaux se rendirent maîtres par artifice de la ville importante
de Rostock, et le roi, qui ne voulait pas diviser ses forces, dut
renoncer à pousser plus avant. Les ducs de Mecklembourg, chassés de
leurs États, avaient en vain fait intercéder auprès de l'empereur les
princes assemblés à Ratisbonne; en vain, pour fléchir l'empereur par
leur soumission, ils avaient rejeté l'alliance de la Suède et tout
recours à la force. Réduits au désespoir par le refus opiniâtre de
Ferdinand, ils prirent alors ouvertement le parti du roi, levèrent des
troupes et en donnèrent le commandement au duc François-Charles de
Saxe-Lauenbourg. Celui-ci réussit à s'emparer de quelques places fortes
sur l'Elbe; mais elles lui furent bientôt enlevées par le général de
l'empereur, Pappenheim, envoyé contre lui. Peu après, assiégé par ce
dernier dans Ratzebourg, il se vit contraint, après une vaine tentative
d'évasion, à se rendre prisonnier avec tout son monde. Ainsi s'évanouit
de nouveau pour ces malheureux princes l'espérance de rentrer dans leurs
États: il était réservé à Gustave-Adolphe de leur rendre cette justice
éclatante.

Les bandes fugitives de l'empereur s'étaient jetées dans la marche de
Brandebourg, et elles en faisaient le théâtre de leurs brigandages. Non
contents d'exiger les contributions les plus arbitraires, d'écraser le
bourgeois par les logements militaires, ces monstres fouillaient encore
l'intérieur des maisons, forçaient et brisaient tout ce qui était fermé,
pillaient toutes les provisions, maltraitaient de la manière la plus
affreuse quiconque essayait de résister, déshonoraient les femmes jusque
dans les lieux saints; et tout cela se passait, non point en pays
ennemi, mais dans les États d'un prince de qui l'empereur n'avait pas à
se plaindre et qu'il osait presser, malgré toutes ces horreurs, de
prendre les armes contre le roi de Suède. Le spectacle de ces
épouvantables désordres, que le manque d'argent et d'autorité les
obligeait de souffrir, indignait les généraux même de l'empereur, et
leur chef, le comte de Schaumbourg, rougissant de tant d'excès, voulut
déposer le commandement. L'électeur de Brandebourg, trop pauvre en
soldats pour défendre son pays, et laissé sans secours par l'empereur,
qui ne daignait pas répondre aux représentations les plus pathétiques,
ordonna enfin à ses sujets, par un édit, de repousser la force par la
force et de tuer sans miséricorde tout soldat impérial qui serait
surpris à piller. L'horreur des vexations et la détresse du gouvernement
étaient montées à un tel point qu'il ne restait plus au souverain que la
ressource désespérée d'enjoindre par la loi la vengeance personnelle.

Les Impériaux avaient attiré les Suédois dans la marche de Brandebourg,
et le refus de l'électeur de lui donner passage par la place forte de
Cüstrin avait pu seul empêcher Gustave-Adolphe d'assiéger
Francfort-sur-l'Oder. Il revint sur ses pas pour achever la conquête de
la Poméranie par la prise de Demmin et de Colberg. Cependant le
feld-maréchal Tilly s'avançait pour défendre la marche de Brandebourg.

Ce général, qui pouvait se glorifier de n'avoir encore perdu aucune
bataille, le vainqueur de Mansfeld, de Christian de Brunswick, du
margrave de Bade et du roi de Danemark, allait trouver dans le roi de
Suède un adversaire digne de lui. Tilly était d'une famille noble de
Liége et s'était formé dans la guerre des Pays-Bas, alors l'école des
généraux. Il trouva bientôt, sous l'empereur Rodolphe II, l'occasion de
montrer en Hongrie les talents qu'il avait acquis, et il s'y éleva
promptement d'un grade à un autre. Après la conclusion de la paix, il
entra au service de Maximilien de Bavière, qui le nomma général en chef
avec un pouvoir illimité. Il fut, par ses excellents règlements, le
créateur de l'armée bavaroise, et c'était à lui surtout que Maximilien
devait la supériorité qu'il avait eue jusque-là en campagne. Après la
guerre de Bohême, on lui remit le commandement des troupes de la Ligue,
et, après la retraite de Wallenstein, celui de toute l'armée impériale.
Aussi sévère pour ses troupes, aussi sanguinaire avec l'ennemi, d'un
caractère aussi sombre que Wallenstein, il le laissait bien loin
derrière lui pour la modestie et le désintéressement. Un zèle aveugle
pour sa religion, une soif barbare de persécution se joignaient à un
caractère naturellement farouche, pour faire de lui l'effroi des
protestants. A son humeur répondait un extérieur bizarre et terrible.
Petit, maigre, les joues creuses, il avait le nez long, le front large
et ridé, une forte moustache, le bas du visage en pointe. Il se montrait
d'ordinaire en pourpoint espagnol de satin vert clair, à manches
tailladées, et coiffé d'un petit chapeau à haut retroussis, orné d'une
plume d'autruche rouge, qui descendait en flottant jusque sur son dos.
Toute sa personne rappelait le duc d'Albe, le geôlier des Flamands, et
sa conduite était loin d'effacer cette impression. Tel était le général
qui se présentait en ce moment contre le héros du Nord.

Tilly était bien éloigné de mépriser son adversaire. «Le roi de Suède,
disait-il hautement dans l'assemblée des électeurs, à Ratisbonne, est un
ennemi aussi habile que vaillant, endurci à la guerre, et dans la fleur
de son âge. Ses mesures sont excellentes; ses ressources ne sont point
faibles; les états de son royaume lui ont témoigné un extrême
empressement. Son armée, composée de Suédois, d'Allemands, de Livoniens,
de Finlandais, d'Écossais et d'Anglais, ne fait qu'une seule nation par
son aveugle obéissance. Contre un pareil joueur, ne pas avoir perdu,
c'est avoir déjà beaucoup gagné.»

Les progrès du roi de Suède dans le Brandebourg et la Poméranie ne
laissaient pas au nouveau généralissime un moment à perdre, et les
généraux qui commandaient sur les lieux réclamaient instamment sa
présence. Tilly appela donc auprès de lui, avec toute la célérité
possible, les troupes impériales dispersées dans toute l'Allemagne; mais
il lui fallut beaucoup de temps pour tirer des provinces désolées et
appauvries les provisions de guerre dont il avait besoin. Enfin, au
milieu de l'hiver, il parut à la tête de vingt mille hommes devant
Francfort-sur-l'Oder, où il fit sa jonction avec le reste des troupes de
Schaumbourg. Il remit à ce général la défense de Francfort, avec une
garnison suffisante. Il voulait lui-même courir en Poméranie, pour
sauver Demmin et débloquer Colberg, déjà réduit à la dernière extrémité
par les Suédois; mais, avant qu'il eût quitté le Brandebourg, Demmin,
très-mal défendu par le duc Savelli, s'était rendu au roi, et Colberg
capitula aussi, par famine, après cinq mois de siége. Les passages de
la Poméranie antérieure étant fortement occupés, et le camp du roi près
de Schwedt défiant toutes les attaques, Tilly renonça à son premier plan
offensif et se retira sur l'Elbe pour assiéger Magdebourg.

La prise de Demmin laissait Gustave libre de pénétrer sans obstacle dans
le Mecklembourg; mais une entreprise plus importante attira ses armes
d'un autre côté. Tilly avait à peine commencé sa retraite que le roi
leva brusquement son camp de Schwedt, et marcha contre
Francfort-sur-l'Oder avec toutes ses forces. Cette ville était mal
fortifiée, mais défendue par une garnison de huit mille hommes, dont la
plupart étaient le reste de ces bandes furieuses qui avaient ravagé la
Poméranie et le Brandebourg. L'attaque fut vive, et, dès le troisième
jour, la ville fut emportée d'assaut. Les Suédois, assurés de la
victoire, rejetèrent toute capitulation, quoique l'ennemi eût battu deux
fois la chamade: ils voulaient exercer le terrible droit de
représailles. Dès son arrivée dans le pays, Tilly avait enlevé à
Neubrandebourg une garnison suédoise demeurée en arrière, et, irrité de
sa vive résistance, il l'avait fait massacrer jusqu'au dernier homme.
Les Suédois, quand ils prirent d'assaut Francfort, se souvinrent de
cette barbarie. «Quartier comme à Neubrandebourg!» répondait-on à chaque
soldat de l'empereur qui demandait la vie, et on l'égorgeait sans pitié.
Quelques milliers furent tués ou pris; un grand nombre se noyèrent dans
l'Oder; le reste s'enfuit en Silésie; toute l'artillerie tomba au
pouvoir des Suédois. Pour satisfaire à la fureur du soldat, il fallut
que Gustave permît trois heures de pillage.

Tandis que ce roi courait d'une victoire à une autre, que le succès de
ses armes relevait le courage des princes protestants et rendait plus
vive leur résistance, l'empereur, toujours inflexible, continuait de
pousser à bout leur impatience par ses prétentions exagérées envers eux
et en faisant exécuter à la rigueur l'édit de restitution. La nécessité
le poussait maintenant dans les voies violentes, où il était d'abord
entré par orgueil; pour sortir des embarras où sa conduite arbitraire
l'avait précipité, il ne voyait plus d'autre ressource que l'arbitraire.
Mais, dans un système d'États aussi artificiellement organisé que l'est
aujourd'hui et que le fut toujours le corps germanique, la main du
despotisme devait produire des perturbations infinies. Les princes
voyaient avec stupeur la constitution de l'Empire renversée
insensiblement et l'état de nature, auquel on revenait, les conduisit à
la défense personnelle, le seul moyen de salut qui reste dans cet état.
Les attaques ouvertes de l'empereur contre l'Église évangélique avaient
enfin arraché des yeux de Jean-Georges le voile qui lui avait caché si
longtemps l'astucieuse politique de ce prince. Ferdinand l'avait
personnellement offensé, en excluant son fils de l'archevêché de
Magdebourg, et le feld-maréchal d'Arnheim, son nouveau favori et son
ministre, ne négligea rien pour enflammer son ressentiment. Auparavant
général de l'empereur sous les ordres de Wallenstein, et toujours ami
ardemment dévoué de ce dernier, il cherchait à venger son ancien
bienfaiteur et à se venger lui-même de Ferdinand, et à détacher
l'électeur de Saxe des intérêts de l'Autriche. L'apparition des Suédois
en Allemagne devait lui en fournir les moyens. Gustave-Adolphe était
invincible aussitôt que les membres protestants de l'Empire s'unissaient
à lui, et l'empereur ne craignait rien tant que cette union. L'électeur
de Saxe, en se déclarant, pouvait, par son exemple, entraîner tous les
autres, et le sort de Ferdinand se trouvait, en quelque sorte, dans les
mains de Jean-Georges. L'adroit favori, flattant l'ambition de son
maître, lui fit sentir son importance, et lui conseilla d'effrayer
l'empereur en le menaçant d'une alliance avec la Suède, pour obtenir de
lui par la crainte ce qu'on ne pouvait attendre de la reconnaissance.
Cependant, il était d'avis que l'électeur ne s'engageât point
effectivement avec la Suède, afin de conserver toujours son importance
et sa liberté. Il l'enivrait du projet magnifique, pour l'exécution
duquel il ne manquait rien qu'une main plus habile, d'attirer à lui tout
le parti protestant, de former en Allemagne une troisième puissance, et
de jouer le rôle d'arbitre souverain entre la Suède et l'Autriche.

Ce plan devait flatter d'autant plus l'amour-propre de Jean-Georges,
qu'il lui était également insupportable de tomber sous la dépendance de
la Suède ou de rester plus longtemps sous la tyrannie de l'empereur. Il
ne pouvait voir avec indifférence qu'un prince étranger lui enlevât la
direction des affaires d'Allemagne, et, tout incapable qu'il était de
jouer le premier rôle, sa vanité ne pouvait se contenter du second. Il
résolut donc de faire tourner, autant qu'il pourrait, à l'avantage de
sa situation particulière, les progrès du monarque suédois, mais de
suivre, en demeurant indépendant de lui, son propre plan. Dans cette
vue, il eut une conférence avec l'électeur de Brandebourg, qui avait des
raisons semblables d'être irrité contre l'empereur et de se défier de la
Suède. Après s'être assuré, dans une diète convoquée à Torgau, de
l'assentiment des états de Saxe, qui lui était indispensable pour
l'exécution de son plan, il invita tous les membres évangéliques de
l'Empire à une assemblée générale, qui devait s'ouvrir à Leipzig le 6
février 1631. Brandebourg, Hesse-Cassel, plusieurs princes, des comtes,
d'autres membres de l'Empire, des évêques protestants, parurent en
personne ou se firent représenter dans cette assemblée, que le
prédicateur de la cour de Saxe, le docteur Hoe de Hohenegg, ouvrit par
un sermon véhément. L'empereur avait fait d'inutiles efforts pour
empêcher cette conférence, qui se réunissait de son autorité privée,
dont l'objet était visiblement la défense personnelle, et que la
présence des Suédois en Allemagne rendait fort dangereuse. Les princes
assemblés, animés par les progrès de Gustave-Adolphe, maintinrent leurs
droits, et ils se séparèrent, au bout de deux mois, après une décision
remarquable, qui jeta Ferdinand dans un grand embarras. Elle portait que
l'empereur serait énergiquement requis, dans un écrit rédigé au nom de
tous, d'abolir l'édit de restitution, de retirer ses troupes de leurs
résidences et places fortes, de cesser les exécutions, de réformer tous
les anciens abus. En attendant, on mettrait sur pied une armée de
quarante mille hommes, pour se faire justice soi-même, en cas d'un
refus de l'empereur.

Une nouvelle circonstance se présenta, qui ne contribua pas peu à
fortifier les princes protestants dans leurs résolutions. Le roi de
Suède avait enfin surmonté les scrupules qui l'avaient détourné
jusque-là d'une liaison plus étroite avec la France, et, le 13 janvier
1631, il avait conclu avec cette couronne une formelle alliance. Après
avoir très-vivement débattu la manière dont seraient traités les princes
catholiques de l'Empire, que la France prenait sous sa protection, et
envers lesquels Gustave voulait user du droit de représailles; après une
contestation, moins importante, sur le titre de Majesté, que l'orgueil
français refusait à la fierté suédoise, Richelieu céda enfin sur le
second point, Gustave-Adolphe sur le premier, et le traité d'alliance
fut signé à Beerwald, dans la Nouvelle-Marche. Les deux puissances s'y
engagèrent à se soutenir mutuellement et à main armée, à défendre leurs
amis communs, à aider à rentrer dans leurs États les princes de l'Empire
dépossédés, et à rétablir toutes choses, aux frontières et dans
l'intérieur de l'Allemagne, comme elles étaient avant que la guerre
éclatât. Dans cette vue, la Suède devait entretenir à ses frais en
Allemagne une armée de trente mille hommes, et la France fournir aux
Suédois quatre cent mille écus de subsides annuels. Si la fortune
favorisait les armes de Gustave, il devait respecter dans les places
conquises la religion catholique et les lois de l'Empire, et ne rien
entreprendre contre elles; l'accès de l'alliance était ouvert à tous les
membres de l'Empire et aux princes, même catholiques, en Allemagne
comme au dehors; une partie ne pouvait conclure, sans la connaissance
et le consentement de l'autre, une paix séparée avec l'ennemi;
l'alliance devait durer cinq ans.

Autant le roi de Suède avait répugné à recevoir une solde de la France
et à sacrifier l'avantage de conduire la guerre avec une entière
liberté, autant cette alliance fut décisive pour ses affaires en
Allemagne. Alors seulement, les membres de l'Empire germanique, le
voyant soutenu par la puissance la plus considérable de l'Europe,
commencèrent à prendre confiance dans son entreprise, dont le succès
leur avait donné jusqu'alors de justes alarmes. Alors seulement, il
devint redoutable à l'empereur. De ce moment, les princes catholiques
eux-mêmes, qui désiraient l'humiliation de l'Autriche, virent avec moins
de défiance les progrès de Gustave en Allemagne, parce que son alliance
avec une puissance catholique lui imposait des ménagements envers
l'Église. De même que l'apparition de Gustave-Adolphe protégeait la
religion évangélique et la liberté allemande contre la prépondérance de
l'empereur, de même l'intervention de la France pouvait maintenant
protéger la religion catholique et la liberté allemande contre
Gustave-Adolphe, si l'ivresse du succès devait l'entraîner au delà des
bornes de la modération.

Le roi de Suède ne tarda point à notifier ce traité conclu avec la
France aux princes qui avaient formé l'alliance de Leipzig, et les
invita en même temps à s'unir avec lui plus étroitement. La France
appuya cette invitation et n'épargna aucun argument pour décider
l'électeur de Saxe. Gustave-Adolphe offrait de se contenter d'un appui
secret, si les princes jugeaient encore téméraire de se déclarer
ouvertement pour lui. Plusieurs lui firent espérer leur adhésion,
aussitôt qu'ils verraient jour à se déclarer. Jean-Georges, toujours
défiant et jaloux du roi de Suède, toujours fidèle à sa politique
intéressée, ne put se résoudre à se déclarer bien nettement.

La résolution de la conférence de Leipzig et le traité entre la France
et la Suède étaient deux nouvelles également fâcheuses pour l'empereur.
Contre la décision des princes, il eut recours aux foudres de sa
toute-puissance impériale. Pour faire sentir à la France tout son
mécontentement du traité, il ne lui manquait qu'une armée. Tous les
membres de l'Union de Leipzig reçurent des lettres de remontrances, qui
leur interdisaient, dans les termes les plus forts, toute levée de
troupes. Ils répondirent par de violentes récriminations, justifièrent
leur conduite par le droit naturel, et continuèrent leurs préparatifs de
guerre.

Cependant, les généraux de l'empereur se voyaient réduits, par le défaut
de troupes et d'argent, à la fâcheuse alternative de perdre de vue le
roi de Suède ou les princes allemands, ne se trouvant pas en état de
leur tenir tête en même temps avec leurs forces divisées. Les mouvements
des protestants attiraient leur attention vers l'intérieur de l'Empire;
les progrès du roi dans la marche de Brandebourg, qui menaçaient déjà de
près les États héréditaires de Ferdinand, exigeaient impérieusement
qu'ils tournassent leurs armes de ce côté. Après la prise de Francfort,
Gustave avait marché contre Landsberg sur la Wartha, et Tilly, après
avoir essayé trop tard de sauver cette place, retourna vers Magdebourg,
pour continuer avec vigueur le siége commencé.

Le riche archevêché, dont Magdebourg était la résidence, avait longtemps
appartenu à des princes évangéliques de la maison de Brandebourg, qui y
établirent leur religion. Christian-Guillaume, le dernier
administrateur, avait été mis au ban de l'Empire, à cause de ses
liaisons avec le Danemark, et le chapitre, pour ne pas attirer sur
l'archevêché la vengeance impériale, s'était cru obligé de le dépouiller
formellement de sa dignité. A sa place, il proposa le prince
Jean-Auguste, deuxième fils de l'électeur de Saxe; mais Ferdinand le
rejeta, pour conférer l'archevêché à son propre fils Léopold. Là-dessus,
l'électeur adressa de vaines plaintes à la cour impériale.
Christian-Guillaume de Brandebourg prit des mesures plus efficaces.
Assuré de l'attachement du peuple et des magistrats de Magdebourg, et
enflammé par des espérances chimériques, il se crut en état de vaincre
tous les obstacles que la sentence du chapitre, la concurrence de deux
puissants rivaux et l'édit de restitution opposaient à son
rétablissement. Il fit un voyage en Suède et tâcha de s'assurer, par la
promesse d'une importante diversion en Allemagne, le secours de Gustave.
Le roi ne le renvoya point sans lui faire espérer un vigoureux appui,
mais il lui recommanda en même temps d'agir avec prudence.

A peine Christian-Guillaume eut-il appris le débarquement de son
protecteur en Poméranie, qu'il se glissa dans Magdebourg, à la faveur
d'un déguisement. Il parut soudain dans le conseil de la ville, rappela
aux magistrats tous les maux que les troupes impériales avaient fait
souffrir à la ville et au territoire, les pernicieux desseins de
Ferdinand, le péril de l'Église évangélique. Après ce début, il leur
annonça que le moment de leur délivrance était arrivé, et que
Gustave-Adolphe leur offrait son alliance et ses secours. Magdebourg,
une des plus riches cités de l'Allemagne, jouissait, sous le
gouvernement de ses magistrats, d'une liberté républicaine, qui
inspirait aux citoyens une audace héroïque. Ils en avaient déjà donné
des preuves glorieuses dans leur conduite envers Wallenstein, qui,
attiré par leurs richesses, leur avait adressé des réquisitions
exorbitantes, et, par une courageuse résistance, ils avaient maintenu
leurs droits. Tout leur territoire éprouva, il est vrai, la fureur
dévastatrice de ses troupes, mais Magdebourg même échappa à sa
vengeance. Il ne fut donc pas difficile à l'administrateur de gagner des
esprits encore émus par le récent souvenir de ces mauvais traitements.
Une alliance fut conclue entre la ville et le roi de Suède: Magdebourg
accordait au roi le libre passage dans la ville et le pays, avec le
droit de recrutement sur le territoire de l'archevêché, et recevait, en
retour, l'assurance que sa religion et ses priviléges seraient
loyalement protégés.

Aussitôt l'administrateur leva des troupes et commença prématurément les
hostilités, avant que Gustave fût assez près pour le soutenir avec son
armée. Il réussit à enlever quelques détachements impériaux dans le
voisinage, à faire de petites conquêtes, et même à surprendre la ville
de Halle; mais l'approche d'une armée autrichienne l'obligea bientôt de
reprendre en toute hâte et non sans perte le chemin de Magdebourg.
Gustave-Adolphe, quoique mécontent de sa précipitation, lui envoya un
officier expérimenté, Dietrich de Falkenberg, pour diriger les
opérations militaires et assister l'administrateur de ses conseils.
Falkenberg fut nommé, par les magistrats, commandant de la ville, pour
toute la durée de la guerre. Chaque jour, il arrivait des villes
voisines de nouveaux renforts à l'armée du prince; elle remporta
plusieurs avantages sur les régiments impériaux envoyés contre elle, et
put soutenir, pendant plusieurs mois, une guerre avec beaucoup de
bonheur.

Enfin le comte de Pappenheim s'approcha de la ville, après son
expédition contre le duc de Saxe-Lauenbourg. Il délogea, en peu de
temps, de toutes les redoutes environnantes, les troupes de
l'administrateur, lui coupa ainsi toute communication avec la Saxe, et
entreprit sérieusement le siége de la ville. Tilly survint bientôt
après; il somma l'administrateur, dans un écrit menaçant, de ne pas
résister plus longtemps à l'édit de restitution, de se soumettre aux
ordres de l'empereur, et de rendre Magdebourg. La réponse du prince fut
vive et hardie, et décida le général impérial à lui faire éprouver la
force de ses armes.

Cependant, le siége fut encore retardé quelque temps, à cause des
progrès de Gustave-Adolphe, qui appelèrent d'un autre côté le général de
l'empereur, et la jalousie des généraux, qui commandaient en son
absence, laissa à la ville un répit de quelques mois. Enfin, le 30 mars
1631, Tilly reparut, et, dès ce moment, le siége fut poussé avec
vigueur.

Tous les ouvrages extérieurs furent emportés en peu de temps. Falkenberg
avait lui-même retiré les postes inutilement exposés et fait rompre le
pont de l'Elbe. Comme on n'avait pas assez de troupes pour défendre une
si vaste place avec ses faubourgs, on abandonna ceux de Sudenbourg et de
Neustadt à l'ennemi, qui aussitôt les réduisit en cendres. Pappenheim se
sépara de Tilly et passa l'Elbe, près de Schoenebeck, pour attaquer la
ville de l'autre côté.

La garnison, affaiblie par les combats livrés précédemment dans les
ouvrages extérieurs, ne s'élevait pas à plus de deux mille fantassins et
quelques centaines de cavaliers, nombre bien faible pour une place si
étendue, et qui de plus était irrégulière. Pour suppléer à ce manque de
défenseurs, on arma les bourgeois: ressource désespérée, qui fit plus de
mal que de bien. Les bourgeois, déjà par eux-mêmes très-médiocres
soldats, perdirent la ville par leur désunion. Le pauvre voyait avec
peine qu'on rejetât sur lui seul toutes les charges, qu'on l'exposât
seul à toutes les fatigues, à tous les dangers, tandis que le riche
envoyait ses valets et se donnait du bon temps dans sa maison. Le
mécontentement éclata enfin en murmures universels; l'indifférence prit
la place du zèle; le dégoût et la négligence dans le service, celle de
l'attention vigilante. La division des esprits, jointe aux progrès de la
disette, donna lieu insensiblement à des réflexions décourageantes;
plusieurs commencèrent à s'effrayer de leur entreprise téméraire, à
trembler devant la toute-puissance de Ferdinand, contre qui l'on avait
engagé la lutte. Mais le fanatisme religieux, l'ardent amour de la
liberté, une répugnance invincible pour le nom de l'empereur, l'espoir
vraisemblable d'une délivrance prochaine, écartèrent toute idée de
capitulation; et, si divisé que l'on fût sur tout le reste, on était
unanime pour se défendre jusqu'à la dernière extrémité.

L'espérance des assiégés de se voir délivrés se fondait sur les plus
grandes probabilités. Ils connaissaient l'armement de l'Union de
Leipzig; ils connaissaient l'approche de Gustave-Adolphe. Les princes et
le roi de Suède étaient également intéressés au salut de Magdebourg, et
quelques jours de marche pouvaient amener ce dernier devant leurs murs.
Le comte Tilly n'ignorait rien de tout cela, et voilà pourquoi il
s'efforçait tant de s'emparer de la ville, par quelque moyen que ce fût.
Déjà il avait envoyé, pour la sommer de se rendre, un trompette avec
diverses dépêches à l'administrateur, au commandant et aux magistrats;
mais on lui avait répondu qu'on mourrait plutôt que de se rendre. Une
vigoureuse sortie des bourgeois lui prouva que le courage des assiégés
n'était rien moins que refroidi; et l'arrivée du roi à Potsdam, les
courses des Suédois jusqu'aux murs de Zerbst, devaient inspirer des
alarmes à Tilly et les plus belles espérances aux habitants de
Magdebourg. Un deuxième trompette, qu'il leur envoya, et le ton plus
mesuré de son style, affermirent encore leur confiance, mais pour les
plonger dans une incurie d'autant plus profonde.

Cependant, les assiégeants avaient poussé leurs approches jusqu'aux
fossés de la ville, et les batteries qu'ils avaient dressées
foudroyaient les remparts et les tours. Une tour s'écroula entièrement,
mais sans donner plus de facilité pour l'attaque, parce qu'elle ne tomba
point dans le fossé et se coucha de côté sur le rempart. Malgré le
bombardement continuel, les murs avaient peu souffert, et l'effet des
boulets rouges, qui devaient incendier la ville, était rendu nul par des
dispositions excellentes. Mais la provision de poudre des assiégés
s'épuisait, et l'artillerie de la place cessa peu à peu de répondre au
feu des assiégeants. Avant qu'on eût eu le temps de préparer de nouvelle
poudre, Magdebourg devait être nécessairement délivré ou perdu. Jamais
les habitants n'avaient eu tant d'espoir: tous les regards se tournaient
avec une ardente impatience vers le point de l'horizon où devaient
flotter les drapeaux suédois. Gustave-Adolphe était assez proche pour
arriver en trois jours devant la ville. La sécurité augmente avec la
confiance, et tout contribue à la fortifier. Le 9 mai, la canonnade
ennemie cesse tout à coup; plusieurs batteries sont dégarnies de leurs
pièces. Un silence de mort règne dans le camp des Impériaux. Tout
persuade aux assiégés que leur délivrance approche. La plupart des
bourgeois et des soldats de garde sur le rempart abandonnent leur poste
de grand matin, pour se livrer une fois enfin, après un long travail,
aux douceurs du sommeil: mais ce sommeil leur coûta cher, et le réveil
fut affreux!

Tilly avait enfin renoncé à l'espérance d'emporter la place, avant
l'arrivée des Suédois, en suivant toujours le même plan d'attaque. Il
résolut donc de lever son camp, mais de tenter encore auparavant un
assaut général. Les difficultés étaient grandes: il n'y avait point de
brèche praticable, et les ouvrages étaient à peine endommagés. Mais le
conseil de guerre, que Tilly rassembla, se déclara pour l'assaut, en
s'appuyant sur l'exemple de Maëstricht, qu'on avait emporté par
escalade, au point du jour, tandis que les bourgeois et les soldats
étaient livrés au sommeil. L'assaut fut résolu, et l'on décida
d'attaquer sur quatre points à la fois. La nuit du 9 au 10 fut consacrée
entièrement aux préparatifs nécessaires. Toutes les dispositions étaient
prises, et l'on attendait le signal convenu, que le canon devait donner
à cinq heures du matin. Il fut donné en effet, mais seulement deux
heures plus tard, parce que Tilly, qui se défiait encore du succès,
avait rassemblé une seconde fois le conseil de guerre. Pappenheim reçut
l'ordre d'attaquer les ouvrages du faubourg de Neustadt: un mur incliné,
un fossé sans eaux et peu profond, le favorisaient. La plupart des
bourgeois et des soldats avaient quitté les retranchements; le petit
nombre qui restait était plongé dans le sommeil: il ne fut donc pas
difficile à Pappenheim d'escalader le premier le rempart.

Falkenberg frappé soudain du bruit de la mousqueterie, accourt de
l'hôtel de ville, où il était occupé à expédier le deuxième trompette de
Tilly; il s'élance, avec une poignée de monde qu'il a pu ramasser, vers
la porte de Neustadt, que l'ennemi a déjà emportée. Repoussé de ce côté,
le brave général vole sur un autre point, où un deuxième parti
d'Impériaux est près d'escalader les murailles. Sa résistance est vaine:
à peine le combat est-il engagé, que les balles ennemies le couchent
par terre. La violence de la fusillade, le son du tocsin, le tumulte
croissant, éveillent enfin les bourgeois et les avertissent du danger
qui les menace. Ils se couvrent à la hâte de leurs habits, saisissent
leurs armes, et, dans leur aveugle stupeur, se précipitent au-devant de
l'ennemi. On aurait pu espérer encore de le repousser, mais le
commandant était tué: point de plan d'attaque; point de cavalerie, pour
pénétrer dans les rangs en désordre; enfin plus de poudre pour continuer
le feu. Deux autres portes, où jusque-là l'ennemi ne s'était pas encore
montré, sont dégarnies de leurs défenseurs, qu'on veut porter dans la
ville, où le danger est plus pressant. L'ennemi profite promptement du
désordre qui naît de là, pour attaquer aussi ces postes. La résistance
est vive et opiniâtre; mais enfin quatre régiments impériaux, maîtres du
rempart, prennent à dos les Magdebourgeois et achèvent leur défaite. Un
brave capitaine, nommé Schmidt, qui, dans cette confusion générale, mène
encore une fois à l'ennemi les plus résolus, est assez heureux pour le
repousser jusqu'à la porte; mais il tombe mortellement blessé, et avec
lui disparaît la dernière espérance de Magdebourg. Avant midi, tous les
ouvrages sont emportés, et la ville est au pouvoir de l'ennemi.

Deux portes sont alors ouvertes au principal corps d'armée, par ceux qui
avaient donné l'assaut, et Tilly fait entrer dans Magdebourg une partie
de son infanterie. Elle occupe aussitôt les principales rues, et les
canons braqués chassent tous les bourgeois dans leurs demeures, pour y
attendre leur sort. On ne les laisse pas longtemps incertains; deux
mots du comte Tilly fixent le destin de Magdebourg. Un général qui
aurait eu quelque humanité eût vainement recommandé la pitié à de
pareilles troupes; mais Tilly ne prit pas même la peine de l'essayer.
Les soldats, devenus, par le silence de leur général, maîtres de la vie
de tous les citoyens, se précipitent dans l'intérieur des maisons pour
assouvir sans frein tous les désirs de leur brutalité. Quelques
Allemands furent touchés par les prières de l'innocence; la fureur des
Wallons de Pappenheim fut sourde et impitoyable. A peine ce massacre
avait-il commencé, que les autres portes s'ouvrirent, et toute la
cavalerie, les bandes féroces des Croates, furent lâchées sur cette
malheureuse ville.

Alors commença une scène de carnage pour laquelle l'histoire n'a point
de langage, ni la poésie de pinceaux. L'enfance innocente, la vieillesse
infirme, la jeunesse, le sexe, la condition, la beauté, rien ne peut
désarmer la rage du vainqueur. Des femmes sont maltraitées dans les bras
de leurs maris, des filles aux pieds de leurs pères: le sexe sans
défense n'a que le privilége d'être victime d'une double rage. Point de
retraite assez cachée, assez sainte, pour échapper aux recherches
infatigables de la cupidité. On trouva cinquante-trois femmes décapitées
dans une église. Les Croates s'amusaient à jeter les enfants dans les
flammes, les Wallons de Pappenheim à percer les nourrissons sur le sein
de leurs mères. Quelques officiers de la Ligue, révoltés de cet affreux
spectacle, osèrent demander au comte Tilly qu'il voulût bien arrêter le
massacre. «Revenez dans une heure, répondit-il. Je verrai alors ce que
j'aurai à faire. Il faut que le soldat ait quelque chose pour ses
dangers et sa peine.» Ces horreurs continuèrent, avec la même rage,
jusqu'au moment où les flammes et la fumée arrêtèrent enfin la rapacité.
Pour augmenter le trouble et briser la résistance des habitants, on
avait tout d'abord mis le feu en plusieurs endroits. Il s'éleva un
orage, qui répandit les flammes dans toute la ville avec une rapidité
dévorante, et rendit l'embrasement général. La presse était effroyable,
au milieu de la fumée et des cadavres, des glaives étincelants, des
ruines croulantes et des ruisseaux de sang. L'air était brûlant, et la
chaleur insupportable contraignit enfin ces bourreaux eux-mêmes à se
réfugier dans leur camp. En moins de douze heures, cette ville
populeuse, grande et forte, une des plus belles de l'Allemagne, fut
réduite en cendres, à l'exception de deux églises et de quelques
masures. L'administrateur Christian-Guillaume, couvert de blessures, fut
fait prisonnier avec trois bourgmestres. Beaucoup de braves officiers et
de magistrats avaient trouvé, en combattant, une mort digne d'envie.
Quatre cents des plus riches bourgeois furent arrachés à la mort par
l'avarice des officiers ennemis, qui voulaient tirer d'eux de fortes
rançons. Au reste, on ne vit guère que des officiers de la Ligue montrer
cette sorte d'humanité, et l'aveugle barbarie du soldat impérial les fit
regarder comme des anges sauveurs.

A peine la fureur de l'incendie fut-elle un peu calmée, que les bandes
impériales revinrent, avec une avidité nouvelle, fouiller la cendre et
les décombres. Plusieurs périrent suffoqués par la vapeur; beaucoup
firent un riche butin, les bourgeois ayant caché dans les caves ce
qu'ils avaient de plus précieux. Le 13 mai, Tilly parut enfin lui-même
dans la ville, après qu'on eut nettoyé les principales rues des ruines
et des cadavres. Ce fut une scène horrible, affreusement révoltante, qui
s'offrit alors aux regards de l'humanité! Des vivants se relevaient
parmi des monceaux de morts; des enfants erraient çà et là et
cherchaient leurs parents avec des cris qui déchiraient l'âme; des
nourrissons suçaient encore le sein maternel, que la mort avait glacé.
Pour dégager les rues, il fallut jeter dans l'Elbe plus de six mille
cadavres; les flammes avaient dévoré bien plus encore de morts et de
vivants. On fait monter à trente mille tout le nombre des victimes.

L'entrée solennelle du général, qui eut lieu le 14, mit fin au pillage,
et ce qui vivait encore fut épargné. Environ mille personnes furent
tirées de la cathédrale, où elles avaient passé trois jours et deux
nuits, sans nourriture, dans l'attente continuelle de la mort. Tilly
leur fit annoncer le pardon et distribuer du pain. Le lendemain, on
célébra, dans cette cathédrale, une messe solennelle, et l'on chanta le
_Te Deum_ au bruit du canon. Le général de l'empereur parcourut les rues
à cheval, afin de pouvoir mander à son maître, comme témoin oculaire,
que, depuis la ruine de Troie et de Jérusalem, il ne s'était pas vu de
pareille victoire. Et cette parole n'avait rien d'exagéré, si l'on
considère à la fois la grandeur, la prospérité, l'importance de la ville
détruite, et la rage de ses dévastateurs.

La nouvelle du désastre de Magdebourg répandit l'allégresse chez les
catholiques, l'horreur et l'effroi dans toute l'Allemagne protestante.
La douleur et la colère universelles accusaient le roi de Suède, qui, se
trouvant si près, avec de si grandes forces, avait laissé sans secours
cette ville alliée. Les plus équitables eux-mêmes trouvaient
inexplicable cette inaction du roi, et, pour ne pas perdre à jamais les
coeurs du peuple qu'il était venu délivrer, il se vit obligé d'exposer
au jugement du monde, dans une apologie, les raisons de sa conduite.

Il venait d'attaquer Landsberg, et il s'en était emparé le 16 avril,
lorsqu'il apprit le danger de Magdebourg. Aussitôt il résolut de
délivrer cette place, serrée de si près, et marcha vers la Sprée avec
toute sa cavalerie et dix régiments d'infanterie. La situation où ce roi
se trouvait en Allemagne lui faisait une loi, loi inviolable de
prudence, de ne jamais faire un pas en avant sans avoir assuré ses
derrières. Il fallait qu'il traversât avec toutes les précautions de la
défiance un pays où il était environné d'amis équivoques et d'ennemis
déclarés et puissants; un seul pas inconsidéré pouvait lui couper toute
communication avec son royaume. Déjà l'électeur de Brandebourg avait
ouvert sa forteresse de Cüstrin aux Impériaux fugitifs et l'avait fermée
aux Suédois qui les poursuivaient. Si maintenant Gustave était
malheureux contre Tilly, ce même électeur pouvait encore ouvrir ses
forteresses aux troupes de l'empereur, et le roi, ayant des ennemis
devant et derrière lui, était perdu sans ressource. Pour n'être pas
exposé à ce hasard, dans l'entreprise qu'il voulait alors exécuter, il
demandait, avant de marcher au secours de la ville assiégée, que les
deux forteresses de Cüstrin et de Spandau lui fussent remises par
l'électeur jusqu'à la délivrance de Magdebourg.

Rien ne paraissait plus juste que cette demande. L'important service que
Gustave-Adolphe avait rendu peu auparavant à l'électeur, en chassant les
Impériaux du Brandebourg, semblait lui donner des droits à sa
reconnaissance, et la conduite des Suédois en Allemagne jusqu'à ce jour
était un titre à sa confiance. Mais, en livrant ses places fortes au roi
de Suède, l'électeur le rendait, en quelque sorte, maître de son pays,
et rompait en même temps avec Ferdinand, exposant ainsi ses États aux
vengeances futures des armées impériales. Longtemps Georges-Guillaume
fut cruellement combattu en lui-même, mais enfin la pusillanimité et
l'égoïsme parurent l'emporter. Insensible au sort de Magdebourg,
indifférent pour la religion et la liberté allemande, il ne vit rien que
son propre danger, et son appréhension fut portée au comble par son
ministre Schwarzenberg, secrètement soldé par l'empereur. Cependant, les
troupes suédoises s'approchèrent de Berlin, et le roi alla loger chez
l'électeur. Quand il vit la timide hésitation de ce prince, il ne put
contenir son indignation. «Je marche vers Magdebourg, lui dit-il, non
dans mon intérêt, mais dans celui des évangéliques. Si personne ne veut
m'aider, je fais retraite sur-le-champ, j'offre un accommodement à
l'empereur, et je reprends le chemin de Stockholm. Je suis assuré que
l'empereur fera avec moi une paix aussi avantageuse que je pourrai le
désirer; mais que Magdebourg succombe, qu'il n'ait plus rien à craindre
de moi, et vous verrez ce qui vous arrivera!» Cette menace jetée à
propos, peut-être aussi la vue de l'armée suédoise, qui était assez
puissante pour procurer de force à son maître ce qu'on refusait de lui
accorder de bonne grâce, décidèrent enfin l'électeur à remettre Spandau
dans les mains du roi de Suède.

Deux chemins s'offraient alors à Gustave pour gagner Magdebourg: l'un le
menait au couchant, à travers un pays épuisé, et des troupes ennemies
qui pouvaient lui disputer le passage de l'Elbe; l'autre au sud, par
Dessau ou Wittenberg, où il trouvait des ponts pour passer le fleuve et
pouvait tirer des vivres de la Saxe. Mais il fallait le consentement de
Jean-Georges, qui lui inspirait une juste défiance. Avant de se mettre
en marche, il fit donc demander à ce prince le libre passage et des
vivres pour ses troupes, qu'il payerait comptant. Sa demande fut
rejetée; aucune représentation ne put faire abandonner à l'électeur son
système de neutralité. Ce débat durait encore, lorsque arriva la
nouvelle du sort affreux de Magdebourg.

Tilly l'annonça du ton d'un vainqueur à tous les princes protestants, et
ne perdit pas un moment pour profiter de son mieux de la terreur
générale. L'autorité de l'empereur, considérablement déchue depuis les
progrès de Gustave, se releva, plus formidable que jamais, après ce coup
décisif; et ce changement se révéla aussitôt dans le langage impérieux
qu'il fit entendre aux membres protestants de l'Empire. Par une décision
souveraine, il cassa les résolutions de l'alliance de Leipzig; un décret
impérial abolit l'alliance elle-même; tous les membres rebelles étaient
menacés du sort de Magdebourg. Comme exécuteur de ce décret impérial,
Tilly fit marcher aussitôt des troupes contre l'évêque de Brême, qui
était membre de l'alliance de Leipzig et avait levé des soldats.
L'évêque, effrayé, les livra sur-le-champ à Tilly et signa la cassation
des arrêtés de Leipzig. Une armée impériale, qui revenait d'Italie dans
ce temps-là même, sous les ordres du comte de Fürstenberg, traita de
même l'administrateur de Wurtemberg. Il fallut que le duc se soumît à
l'édit de restitution et à tous les décrets de l'empereur, et qu'en
outre il lui payât pour l'entretien de ses troupes un subside annuel de
cent mille écus. Des charges pareilles furent imposées aux villes d'Ulm
et de Nuremberg, aux cercles de Franconie et de Souabe. La main de
l'empereur s'appesantissait terriblement sur l'Allemagne. La soudaine
prépondérance qu'il dut à cet événement, fondée sur l'apparence plus que
sur la réalité, l'entraîna au delà des bornes de la modération, où il
s'était renfermé jusqu'alors, et l'égara dans des mesures violentes et
précipitées, qui firent cesser enfin, à l'avantage de Gustave-Adolphe,
l'indécision des princes allemands. Aussi malheureuses donc que furent
pour les protestants les premières suites du sanglant triomphe de Tilly,
aussi avantageux furent ses effets éloignés. La première surprise fit
bientôt place à une active indignation; le désespoir donna des forces,
et la liberté allemande sortit des cendres de Magdebourg.

Parmi les princes qui avaient formé l'alliance de Leipzig, l'électeur de
Saxe et le landgrave de Hesse étaient de beaucoup les plus redoutables,
et l'autorité de l'empereur n'était pas assurée dans ces contrées, tant
qu'il ne les voyait pas désarmés. Tilly tourna d'abord ses armes contre
le landgrave et marcha incontinent de Magdebourg sur la Thuringe. Dans
cette expédition, les territoires de la Saxe-Ernestine et de
Schwarzbourg furent horriblement maltraités. Frankenhausen fut pillé
impunément et réduit en cendres par les soldats de Tilly, sous les yeux
mêmes de leur général. Les malheureux paysans furent cruellement punis
de ce que leur maître favorisait les Suédois. Erfurt, la clef du pays
entre la Saxe et la Franconie, fut menacé d'un siége, mais s'en racheta
par une livraison volontaire de vivres et une somme d'argent. De là,
Tilly dépêcha un envoyé au landgrave de Hesse-Cassel, pour le sommer de
licencier ses troupes sans délai et de renoncer à l'alliance de Leipzig,
de recevoir des régiments impériaux dans ses domaines et ses places
fortes, de payer des contributions et de se déclarer ami ou ennemi.
C'est ainsi qu'un prince de l'Empire germanique se vit traiter par un
officier de l'empereur. Mais cette exigence excessive tirait un poids
effrayant des forces militaires dont elle était accompagnée, et le
récent souvenir du sort affreux de Magdebourg ajoutait nécessairement à
son effet. L'intrépidité avec laquelle le landgrave répondit à cette
injonction n'en mérite que plus d'éloges. «Il n'était nullement disposé,
dit-il, à avoir des soldats étrangers dans ses places fortes et dans sa
résidence. Ses troupes, il en avait besoin. Contre une attaque il
saurait se défendre. Si le général Tilly manquait d'argent et de vivres,
il n'avait qu'à prendre le chemin de Munich, où il trouverait l'un et
l'autre en abondance.» L'irruption de deux troupes d'Impériaux dans la
Hesse fut la suite immédiate de cette réponse provoquante; mais le
landgrave sut si bien prendre ses mesures, qu'il les empêcha de rien
faire de considérable. Tilly était sur le point de les suivre avec
toutes ses forces, et la malheureuse contrée aurait payé bien cher la
fermeté de son prince, si les mouvements du roi de Suède n'avaient
rappelé à propos le général de l'empereur.

Gustave-Adolphe avait appris la ruine de Magdebourg avec la plus vive
douleur. Son affliction fut encore augmentée par la réclamation de
Georges-Guillaume, qui redemandait, conformément au traité, la
forteresse de Spandau. La perte de Magdebourg avait plutôt fortifié
qu'affaibli les motifs qui rendaient si importante pour le roi la
possession de cette place. Plus il voyait approcher la nécessité d'une
bataille décisive contre Tilly, moins il pouvait se résoudre à renoncer
au seul refuge qui lui restât en cas de revers. Après avoir épuisé
vainement les représentations et les prières auprès de l'électeur de
Brandebourg, voyant plutôt sa froideur augmenter de jour en jour, il
envoya enfin à son commandant l'ordre d'évacuer Spandau; mais il déclara
en même temps que, dès ce jour, l'électeur serait traité en ennemi.

Pour appuyer cette déclaration, il parut devant Berlin avec toute son
armée. «Je ne veux pas être moins bien traité que les généraux de
l'empereur, dit-il aux députés que le prince effrayé avait envoyés dans
son camp. Votre maître les a reçus dans ses États, a pourvu à tous
leurs besoins, leur a livré toutes les places qu'ils ont voulues, et,
par toutes ces complaisances, il n'a pu en obtenir pour son peuple un
traitement plus humain. Tout ce que je lui demande, moi, c'est la
sûreté, une somme d'argent médiocre, et du pain pour mes troupes. Je lui
promets en échange de protéger ses États et d'éloigner de lui la guerre.
Mais je suis forcé d'insister sur tous ces points: que mon frère
l'électeur décide promptement s'il veut m'avoir pour ami ou voir sa
capitale livrée au pillage.» Ce ton résolu fit impression, et les canons
braqués contre la ville dissipèrent tous les doutes de
Georges-Guillaume. Peu de jours après, une alliance fut signée:
l'électeur promettait une contribution de trente mille écus par mois,
laissait Spandau dans les mains de Gustave et s'engageait à ouvrir aussi
en tout temps Cüstrin à ses troupes. Cette alliance, désormais décidée,
entre l'électeur de Brandebourg et la Suède, ne fut pas mieux reçue à
Vienne que ne l'avait été auparavant celle du duc de Poméranie; mais les
revers que ses armes éprouvèrent bientôt après ne permirent pas à
l'empereur de témoigner autrement que par des paroles son
mécontentement.

La joie que le roi ressentit de cet heureux succès s'accrut bientôt par
l'agréable nouvelle que Greifswalde, la seule place forte que les
Impériaux possédassent encore en Poméranie, avait capitulé, et que tout
le pays était enfin délivré de ces cruels ennemis. Il reparut lui-même
dans le duché et jouit du délicieux spectacle de la joie universelle,
qui était son ouvrage. Un an s'était écoulé depuis que Gustave-Adolphe
avait mis le pied sur le sol de l'Allemagne, et cet anniversaire fut
célébré dans tout le duché de Poméranie par un jour solennel d'actions
de grâces. Peu auparavant, le czar de Moscovie l'avait fait saluer par
ses ambassadeurs, chargés de lui renouveler l'amitié de leur maître et
même de lui offrir des troupes auxiliaires. Il dut se féliciter d'autant
plus de ces dispositions pacifiques des Russes, qu'il était pour lui
d'une extrême conséquence de n'être pas inquiété par l'inimitié d'un
voisin durant la périlleuse guerre qu'il allait affronter. Bientôt
après, la reine Marie-Éléonore, son épouse, débarqua en Poméranie avec
un renfort de huit mille Suédois, et le marquis d'Hamilton lui amena dix
mille Anglais: événement qui doit être d'autant moins passé sous silence
que c'est là tout ce que l'histoire peut rapporter des exploits de cette
nation pendant la guerre de Trente ans.

Pendant l'expédition de Tilly dans la Thuringe, Pappenheim occupait le
territoire de Magdebourg, mais il n'avait pu empêcher les Suédois de
passer l'Elbe à diverses reprises, de tailler en pièces quelques
détachements impériaux et de prendre possession de plusieurs places.
Lui-même, alarmé de l'approche du roi il rappela le comte Tilly de la
manière la plus pressante et le décida, en effet, à revenir, à marches
forcées, à Magdebourg. Tilly assit son camp en deçà du fleuve, à
Wolmirstædt; Gustave avait le sien du même côté, près de Werben, non
loin du confluent du Havel et de l'Elbe. Tilly, dès son arrivée, eut des
sujets d'alarme. Les Suédois dispersèrent trois de ses régiments, qui
étaient postés dans des villages, loin du corps d'armée; enlevèrent la
moitié de leurs bagages et brûlèrent le reste. Vainement Tilly s'avança
à une portée de canon du camp de Gustave, pour lui présenter la
bataille. Le roi, plus faible de moitié que les ennemis, l'évita
sagement. Son camp était trop fort pour permettre à l'ennemi une
attaque: tout se réduisit à une canonnade et à quelques escarmouches,
dans lesquelles les Suédois eurent toujours l'avantage. Pendant sa
retraite sur Wolmirstædt, l'armée de Tilly perdit beaucoup de monde par
les désertions. Depuis le massacre de Magdebourg, la fortune le fuyait.

En revanche, elle accompagnait constamment le roi de Suède. Tandis qu'il
était campé à Werben, tout le Mecklembourg, à la réserve d'un petit
nombre de places, fut conquis par son général Tott et par le duc
Adolphe-Frédéric; et Gustave eut la royale jouissance de rétablir les
deux princes dans leurs États. Il se rendit lui-même à Gustrow, où se
fit la réintégration, pour relever par sa présence l'éclat de la
cérémonie. Les ducs, ayant entre eux leur sauveur et autour d'eux un
brillant cortége de princes, firent une entrée solennelle, dont la joie
des sujets fit la plus touchante des fêtes. Bientôt après son retour à
Werben, Gustave vit paraître dans son camp le landgrave de Hesse-Cassel,
qui venait conclure avec lui une étroite alliance offensive et
défensive. Ce fut le premier prince régnant d'Allemagne qui se déclara
librement et ouvertement contre l'empereur; il y était entraîné, il est
vrai, par les plus solides raisons. Le landgrave Guillaume s'engagea à
traiter les ennemis du roi comme les siens, à lui ouvrir ses villes et
tout son pays, à lui fournir des vivres et toutes les choses
nécessaires. De son côté, le roi se déclara son ami et son protecteur,
et promit de ne conclure aucune paix sans avoir obtenu de l'empereur
pleine satisfaction pour le landgrave. Les deux parties tinrent
loyalement leur parole. Pendant cette longue guerre, Hesse-Cassel
demeura fidèle jusqu'à la fin à l'alliance suédoise, et eut sujet, à la
paix de Westphalie, de se féliciter de l'amitié de la Suède.

Tilly, à qui la démarche hardie du landgrave ne resta pas longtemps
inconnue, envoya contre lui le comte Fugger, avec quelques régiments, et
il essaya en même temps d'exciter par des lettres provocatrices les
sujets hessois à se soulever contre leur maître. Ses lettres
produisirent aussi peu d'effet que ses régiments, qu'il eut lieu de
regretter ensuite, à la bataille de Breitenfeld: les états de Hesse ne
pouvaient hésiter longtemps entre le défenseur de leurs propriétés et le
brigand qui les ravageait.

Mais ce qui alarmait bien davantage le général de l'empereur, c'étaient
les sentiments équivoques de l'électeur de Saxe, qui, malgré la défense
impériale, continuait ses armements et maintenait l'alliance de Leipzig.
A cause du voisinage du roi de Suède et de l'imminence d'une bataille
décisive, Tilly jugeait très-dangereux de laisser en armes la Saxe
électorale, prête à chaque instant à se déclarer pour les ennemis. Il
venait d'être renforcé par vingt-cinq mille hommes de vieilles troupes
que Fürstenberg lui avait amenées. Plein de confiance en ses forces, il
crut pouvoir désarmer l'électeur par la simple menace de son arrivée, ou
du moins le vaincre sans peine. Mais, avant de quitter son camp de
Wolmirstædt, il le fit sommer par une députation, envoyée à cet effet,
d'ouvrir ses États aux troupes impériales et de licencier les siennes,
ou de les réunir à celles de l'empereur, pour chasser, avec elles,
Gustave-Adolphe de l'Allemagne. Il lui rappelait que jusqu'à ce jour la
Saxe électorale avait été plus ménagée que tous les autres pays de
l'Allemagne, et le menaçait, en cas de refus, de la plus terrible
dévastation.

Tilly avait choisi pour cette sommation impérieuse le moment le plus
défavorable. La destruction de Magdebourg, les excès des Impériaux dans
la Lusace, les mauvais traitements essuyés par les alliés et les
coreligionnaires de l'électeur, tout se réunissait pour exciter la
colère de ce dernier contre Ferdinand. Le voisinage de Gustave-Adolphe,
quelque peu de droit qu'il eût à la protection de ce prince, animait son
courage. Il refusa de recevoir les Impériaux et déclara sa ferme
résolution de rester sous les armes. «Quelle que fût sa surprise,
ajouta-t-il, de voir l'armée impériale marcher contre ses États dans un
moment où elle avait assez à faire à poursuivre le roi de Suède, il ne
pouvait croire cependant que, au lieu des récompenses promises et
méritées, on le payerait d'ingratitude en ruinant son pays.» Au départ
des envoyés de Tilly, qu'il avait traités magnifiquement, il s'expliqua
en termes plus clairs encore. «Messieurs, leur dit-il, je vois bien que
l'on songe à mettre aussi enfin sur la table les confitures de Saxe,
longtemps réservées; mais on a coutume de servir avec elles des noix et
des plats de parade qui sont durs à mordre: prenez bien garde de vous y
casser les dents.»

Tilly partit alors de son camp, s'avança jusqu'à Halle, en faisant
d'effroyables ravages, et, de là, fit renouveler sa sommation à
l'électeur, en termes plus pressants encore et plus menaçants. Quand on
se rappelle les sentiments de ce prince, qui, par inclination
personnelle et par les instigations de ses ministres vendus, était
dévoué à l'intérêt de l'Autriche, même au mépris de ses plus saints
devoirs, et qui s'était si facilement laissé réduire à l'inaction, on
est forcé de s'étonner que l'empereur ou ses ministres fussent assez
aveuglés pour abandonner leur premier système de conduite dans le moment
le plus critique, et pousser à bout par une conduite violente un prince
si facile à mener. Ou était-ce peut-être là l'intention de Tilly? Se
proposait-il de changer un ami douteux en ennemi déclaré, afin d'être
par là dispensé des ménagements que les ordres secrets de l'empereur lui
avaient imposés jusqu'alors pour les États de ce prince? Était-ce
peut-être l'intention de Ferdinand lui-même de pousser l'électeur à une
démarche hostile, pour être quitte de ses obligations et mettre à néant,
sans qu'il pût se plaindre, un compte onéreux? Quoi qu'il en soit, on
n'en doit pas moins s'étonner de voir Tilly assez téméraire pour oser,
en présence d'un redoutable ennemi, s'en faire un nouveau, et assez
négligent pour ne pas s'opposer à la jonction de leurs forces.

Jean-Georges, réduit au désespoir par l'entrée de Tilly sur son
territoire, se jeta, non sans une vive répugnance, dans les bras du roi
de Suède.

Aussitôt après avoir congédié la première députation de Tilly, il avait
envoyé en toute hâte son feld-maréchal d'Arnheim au camp de Gustave,
pour demander un prompt secours à ce monarque, qu'il avait si longtemps
négligé. Le roi renferma en lui-même la joie que lui causait ce
dénoûment ardemment souhaité. «J'en suis fâché pour l'électeur,
répondit-il à l'envoyé avec une froideur simulée. S'il avait eu égard à
mes représentations réitérées, ses États n'auraient pas vu l'ennemi, et
Magdebourg existerait encore. Maintenant que l'extrême nécessité ne
laisse aucune autre ressource, on se tourne vers le roi de Suède. Mais
dites à votre maître que je n'ai nulle envie de me perdre, moi et mes
alliés, pour l'amour de l'électeur de Saxe. D'ailleurs, qui me garantira
la fidélité d'un prince dont les ministres sont aux gages de l'Autriche
et qui m'abandonnera dès que l'empereur voudra bien le flatter et
retirer ses troupes? Tilly vient de recevoir des renforts considérables,
mais qui ne m'empêcheront point de marcher à lui hardiment, aussitôt que
mes derrières seront couverts.»

Le ministre saxon ne sut que répondre à ces reproches, sinon que le
mieux serait d'ensevelir le passé dans l'oubli. Il pressa le roi de
s'expliquer sur les conditions auxquelles il consentirait à venir au
secours de la Saxe, et répondit d'avance qu'elles seraient acceptées.
«Je demande, répondit Gustave, que l'électeur me remette la forteresse
de Wittenberg, me donne en otage l'aîné de ses fils, paye à mes troupes
trois mois de solde et me livre les traîtres qui siégent dans son
conseil. A ces conditions, je suis prêt à le secourir.»

«Non-seulement Wittenberg, s'écria l'électeur, en apprenant cette
réponse et en renvoyant son ministre dans le camp suédois,
non-seulement Wittenberg, mais Torgau et toute la Saxe lui sont ouverts;
je lui donne en otage toute ma famille, et, si cela ne suffit pas, je
m'offre moi-même. Courez, et dites-lui que je suis prêt à lui livrer les
traîtres qu'il me nommera, à payer à son armée la solde qu'il demande, à
sacrifier mes biens et ma vie pour la bonne cause.»

Le roi n'avait voulu que mettre à l'épreuve les nouveaux sentiments de
l'électeur: touché de sa sincérité, il retira ses dures conditions. «La
défiance que l'on me témoigna, dit-il, quand je voulus marcher à la
délivrance de Magdebourg, avait éveillé la mienne. Aujourd'hui, la
confiance de l'électeur mérite que j'y réponde. Qu'il paye seulement un
mois de solde à mes troupes: j'espère même le dédommager de cette
avance.»

Aussitôt que l'alliance fut conclue, le roi passa l'Elbe et se réunit
aux Saxons dès le jour suivant. Au lieu d'empêcher cette jonction, Tilly
avait marché sur Leipzig, qu'il somma de recevoir garnison impériale.
Dans l'espoir d'une prompte délivrance, le commandant, Jean de la
Pforta, fit des préparatifs de défense et brûla le faubourg de Halle.
Mais le mauvais état des fortifications rendit la résistance inutile,
et, dès le deuxième jour, les portes de la ville furent ouvertes. Tilly
s'était logé dans la maison d'un fossoyeur, la seule qui fût restée
debout dans le faubourg; c'est là qu'il signa la capitulation, c'est là
qu'on résolut d'attaquer le roi de Suède. A la vue des crânes et des
ossements que le possesseur de la maison avait fait peindre sur les
murailles, Tilly changea de couleur. Leipzig, contre toute attente,
éprouva un traitement favorable.

Cependant, le roi de Suède et l'électeur de Saxe tinrent à Torgau un
grand conseil de guerre, auquel assista l'électeur de Brandebourg. Il
s'agissait de prendre une résolution qui allait fixer irrévocablement le
sort de l'Allemagne et de la religion évangélique, la fortune de
plusieurs peuples et celle de leurs princes. L'anxiété de l'attente, qui
oppresse même le coeur des héros avant une grande résolution, parut
troubler tout à coup l'âme de Gustave-Adolphe. «Si nous nous décidons
maintenant à une bataille, dit le roi, l'enjeu n'est pas moins qu'une
couronne et deux chapeaux d'électeur. La fortune varie, et la volonté
impénétrable du Ciel peut, à cause de nos péchés, donner la victoire à
l'ennemi. A la vérité, mon royaume, s'il devait perdre et mon armée et
moi, aurait encore des moyens de défense: l'éloignement, une flotte
considérable, des frontières bien gardées, les armes d'un peuple
belliqueux, le garantiraient du moins des derniers malheurs; mais où est
le salut pour vous, qui avez l'ennemi sur le dos si la bataille est
perdue?»

Gustave-Adolphe montra la défiance modeste d'un héros que la confiance
de sa force n'aveugle pas sur la grandeur du péril; Jean-Georges, la
confiance d'un homme faible qui sent un héros à ses côtés. Impatient de
voir le plus tôt possible ses États délivrés de deux armées qui leur
pesaient, il brûlait de livrer une bataille, dans laquelle il n'avait
pas à perdre d'anciens lauriers. Il parlait de marcher seul avec ses
Saxons sur Leipzig et de combattre Tilly. Enfin Gustave se rangea à son
avis, et l'on résolut d'attaquer l'ennemi sans délai, avant qu'il eût
reçu les renforts que lui amenaient les généraux Altringer et
Tiefenbach. L'armée combinée suédo-saxonne franchit la Mulda; l'électeur
de Brandebourg retourna dans son pays.

Le 7 septembre 1631, les deux armées furent en présence au point du
jour. Tilly, ayant négligé d'écraser les Saxons avant leur jonction avec
les Suédois, avait résolu d'attendre ses renforts, qui arrivaient en
toute hâte, et il avait établi solidement son camp, non loin de Leipzig,
dans une position avantageuse, où il pouvait espérer de n'être pas forcé
à livrer bataille. Cependant, à l'approche des ennemis, les instances du
bouillant Pappenheim le décidèrent enfin à changer de position et à se
porter sur la gauche vers les collines qui s'élèvent du village de
Wahren à Lindenthal. Son armée était rangée sur une seule ligne au pied
de ces hauteurs; son artillerie, distribuée sur les collines, pouvait
balayer toute la grande plaine de Breitenfeld. De là s'avançait sur deux
colonnes l'armée suédo-saxonne, qui avait à passer la Lober près de
Podelwitz, village situé devant le front des Impériaux. Pour inquiéter
leur passage, Pappenheim fut détaché contre eux avec deux mille
cuirassiers, mais seulement après une longue résistance de Tilly, et
avec l'ordre formel de ne pas engager de combat. Au mépris de cet ordre,
Pappenheim en vint aux mains avec l'avant-garde suédoise; mais, après
une courte lutte, il fut forcé à la retraite. Pour arrêter l'ennemi, il
livra Podelwitz aux flammes, ce qui n'empêcha point les Suédois et les
Saxons d'avancer et de former leur ordre de bataille.

Les Suédois, rangés sur deux lignes, occupaient la droite: l'infanterie
au centre, distribuée en petits bataillons, dont les mouvements étaient
faciles, et qui pouvaient exécuter, sans troubler l'ordre, les plus
rapides manoeuvres; la cavalerie sur les ailes, répartie de même en
petits escadrons, entre lesquels on avait jeté plusieurs compagnies de
mousquetaires, destinées à dissimuler le petit nombre des cavaliers et à
démonter par leurs décharges ceux de l'ennemi. Le colonel Teufel
commandait le centre, Gustave Horn l'aile gauche, le roi lui-même la
droite, opposée au comte Pappenheim.

Les Saxons étaient séparés des Suédois par un grand intervalle:
disposition de Gustave que l'événement justifia. L'électeur avait réglé
lui-même le plan de bataille avec son feld-maréchal, et le roi s'était
contenté de l'agréer. Il paraît qu'il mit ses soins à distinguer la
bravoure suédoise de la bravoure saxonne, et l'événement ne les
confondit pas.

L'ennemi se déployait, vers le couchant, au pied des hauteurs, sur une
ligne immense, assez étendue pour déborder l'armée suédoise,
l'infanterie formée en gros bataillons, la cavalerie en escadrons
très-gros aussi et difficiles à mouvoir. Tilly avait posté son
artillerie derrière lui, sur les hauteurs, et se trouvait ainsi commandé
par ses propres boulets, qui décrivaient leurs paraboles au-dessus de
lui. De cette position de l'artillerie, on pourrait presque conclure, si
d'ailleurs tous ces détails sont exacts, que l'intention de Tilly était
plutôt d'attendre l'ennemi que de l'attaquer, car il ne pouvait pénétrer
dans ses rangs sans se jeter sous le feu de ses propres canons. Tilly
commandait le centre en personne, Pappenheim l'aile gauche, le comte de
Fürstenberg la droite. Les troupes de l'empereur et de la Ligue ne
montaient pas ensemble à plus de trente-quatre ou trente-cinq mille
hommes; c'était aussi le nombre des Suédois et des Saxons réunis.

Mais un million de soldats de part et d'autre aurait pu rendre la
journée plus meurtrière, sans la rendre plus importante et plus
décisive. C'est pour cette journée que Gustave avait traversé la
Baltique, cherché le péril sur une terre lointaine, confié à la fortune
infidèle sa couronne et sa vie. Les deux plus grands généraux de leur
temps, tous deux jusqu'alors invincibles, allaient soutenir l'un contre
l'autre leur dernière épreuve dans une lutte longtemps évitée: l'un
d'eux laissera sa renommée sur le champ de bataille. Les deux moitiés de
l'Allemagne ont vu avec crainte et tremblement approcher ce jour; le
monde entier s'inquiète dans l'attente du résultat, sujet de
bénédictions ou de larmes pour la lointaine postérité.

La fermeté, qui jusque-là n'avait jamais abandonné le comte Tilly, lui
fit défaut ce jour-là. Nul dessein arrêté de combattre le roi; aussi peu
de constance pour éviter la bataille. Pappenheim l'entraîna contre sa
volonté. Au dedans de lui luttaient des doutes qu'il n'avait jamais
éprouvés; de noirs pressentiments obscurcissaient son front, jusque-là
toujours serein. Le spectre de Magdebourg semblait planer sur lui.

Une canonnade de deux heures ouvrit la bataille. Le vent soufflait du
couchant, et, avec la fumée de la poudre, il chassait, des terres sèches
et nouvellement labourées, un nuage de poussière contre les Suédois.
Cela décida Gustave à faire à l'improviste une conversion vers le nord,
et la rapidité de la manoeuvre ne laissa pas à l'ennemi le temps de s'y
opposer.

Enfin Tilly abandonne les hauteurs et risque sa première attaque contre
les Suédois; mais, accueilli par un feu terrible, il se détourne vers la
droite et tombe sur les Saxons avec une telle impétuosité, que leurs
rangs sont rompus et que le désordre s'empare de toute l'armée.
L'électeur lui-même ne revint de son trouble que dans Eilenbourg. Un
petit nombre de régiments tinrent encore quelque temps sur le champ de
bataille et, par leur vigoureuse résistance, sauvèrent l'honneur des
Saxons. A peine les vit-on en désordre, que les Croates se livrèrent au
pillage, et des courriers furent aussitôt expédiés à Munich et à Vienne,
pour annoncer la victoire.

Pappenheim chargea l'aile droite des Suédois avec toute sa cavalerie,
mais sans pouvoir l'ébranler. Le roi y commandait en personne, et sous
lui le général Banner. Sept fois Pappenheim renouvela son attaque, et
sept fois il fut repoussé. Enfin, il prit la fuite, après une grande
perte, et abandonna le champ de bataille au vainqueur.

Cependant Tilly avait terrassé le reste des Saxons, et il s'élançait
avec ses troupes victorieuses sur l'aile gauche des Suédois. Aussitôt
qu'il eut remarqué le désordre de l'armée saxonne, le roi, avec une
décision rapide, avait renforcé cette aile de trois régiments, pour
couvrir ses flancs, que la fuite des alliés laissait dégarnis. Gustave
Horn, qui commandait là, opposa aux cuirassiers de Tilly une vigoureuse
résistance, que ne facilitait pas peu la distribution des fantassins
entre les escadrons. Déjà l'ennemi commençait à faiblir, quand
Gustave-Adolphe parut pour décider la bataille. L'aile gauche des
Impériaux était battue, et les troupes du roi, qui n'avaient plus de
combattants devant elles, pouvaient être mieux employées ailleurs. Il se
porta donc sur la gauche, avec son aile droite et le corps de bataille,
et attaqua les hauteurs où était postée l'artillerie ennemie. Elle fut
bientôt dans ses mains, et l'ennemi eut à essuyer le feu de ses propres
canons.

Foudroyée en flanc par l'artillerie, pressée de front par les charges
terribles des Suédois, l'armée, jusqu'alors invincible, rompit ses
rangs. Il ne restait plus de ressource à Tilly qu'une prompte retraite;
mais cette retraite même, il fallait la faire à travers les ennemis. Le
désordre se mit dans toute l'armée, quatre régiments exceptés, vieux
soldats aguerris, qui n'avaient jamais fui du champ de bataille et qui
ne voulaient pas plus fuir maintenant. Les rangs serrés, ils se firent
jour à travers l'armée victorieuse et, toujours combattant, gagnèrent un
petit bois, où ils firent de nouveau face aux ennemis et résistèrent
jusqu'à la nuit, jusqu'à ce qu'ils fussent réduits à six cents hommes.
Avec eux s'enfuit tout le reste de l'armée de Tilly: la bataille était
gagnée.

Gustave-Adolphe se prosterna au milieu des blessés et des morts, et la
première, la plus ardente joie du triomphe s'exhala par une fervente
prière. Il fit poursuivre par sa cavalerie l'ennemi en déroute, aussi
loin que put le permettre la profonde obscurité de la nuit. Le bruit du
tocsin mit en mouvement toute la population des villages voisins; point
de grâce pour le malheureux fuyard qui tombait dans les mains des
paysans furieux. Le roi campa, avec le reste de son armée, entre le
champ de bataille et Leipzig, car il était impossible d'attaquer la
ville cette même nuit. Les ennemis avaient laissé sept mille hommes sur
la place; plus de cinq mille étaient blessés ou prisonniers. Ils avaient
perdu toute leur artillerie, tout leur camp, plus de cent drapeaux et
étendards. Les Saxons comptaient deux mille morts, les Suédois pas plus
de sept cents. La déroute des Impériaux fut si complète, que Tilly, dans
sa fuite sur Halle et Halberstadt, ne put rallier plus de six cents
hommes, et Pappenheim pas plus de quatorze cents. Si rapidement s'était
fondue cette formidable armée, qui peu auparavant faisait trembler
encore toute l'Allemagne et l'Italie.

Tilly lui-même ne dut son salut qu'au hasard. Quoique affaibli par
plusieurs blessures, il refusait de se rendre à un capitaine de
cavalerie suédois qui l'avait atteint, et déjà celui-ci était sur le
point de le tuer, quand il fut lui-même abattu d'un coup de pistolet.
Mais ce qui était plus affreux pour Tilly que les blessures et le danger
de mort, c'était la douleur de survivre à sa gloire et de perdre en un
jour le fruit des travaux de toute sa longue vie. Ses anciennes
victoires n'étaient plus rien, du moment que lui échappait celle qui
devait couronner toutes les autres. Il ne lui restait rien de ses
brillants exploits que les malédictions de l'humanité, qui les avaient
accompagnés. Depuis ce jour, Tilly ne retrouva plus sa sérénité, et la
fortune ne revint plus à lui. Sa dernière consolation, la vengeance, lui
fut même interdite, par l'ordre formel de son maître de ne plus hasarder
aucune affaire décisive. On attribue le malheur de cette journée à trois
fautes principales, qui sont d'avoir placé son artillerie sur les
hauteurs, derrière l'armée, de s'être ensuite éloigné de ces hauteurs,
et d'avoir laissé l'ennemi se former sans obstacle en ordre de bataille.
Mais qu'il eût promptement réparé ces fautes, sans l'imperturbable
présence d'esprit et le génie supérieur de son adversaire! Tilly se
sauva précipitamment de Halle à Halberstadt; il y attendit à peine la
guérison de ses blessures et se porta en toute hâte sur le Wéser, pour
s'y renforcer des garnisons impériales de la basse Saxe.

Aussitôt que le péril fut passé, l'électeur de Saxe parut dans le camp
suédois. Gustave le remercia d'avoir conseillé la bataille, et
Jean-Georges, surpris de ce bienveillant accueil, lui promit, dans le
premier transport de la joie, la couronne de roi des Romains. Dès le
jour suivant, Gustave marcha sur Mersebourg, après avoir laissé à
l'électeur le soin de reprendre Leipzig. Cinq mille Impériaux, qui
étaient parvenus à se rallier et que le roi de Suède rencontra sur son
chemin, furent, les uns taillés en pièces, les autres faits prisonniers,
et la plupart de ceux-ci passèrent à son service. Mersebourg se rendit
sur-le-champ; Halle fut emportée bientôt après. C'est là que l'électeur
de Saxe, après avoir repris Leipzig, vint rejoindre le roi, pour
délibérer sur les opérations futures.

On avait la victoire, mais en user sagement était le seul moyen de la
rendre décisive. L'armée impériale était détruite; la Saxe ne voyait
plus d'ennemis, et Tilly, fugitif, s'était retiré à Brunswick. Le
poursuivre jusque-là, c'eût été renouveler la guerre dans la basse Saxe,
qui se remettait à peine des maux de la campagne précédente. On résolut
donc de porter la guerre dans les pays ennemis, qui, sans défense et
ouverts jusqu'à Vienne, semblaient inviter le vainqueur. On pouvait
tomber à droite sur les États des princes catholiques, on pouvait
pénétrer à gauche dans les domaines héréditaires de l'empereur et le
faire trembler jusque dans sa résidence. On décida de suivre l'un et
l'autre chemin: il ne restait plus qu'à distribuer les rôles.
Gustave-Adolphe, à la tête d'une armée victorieuse, eût trouvé peu de
résistance de Leipzig à Prague, à Vienne et à Presbourg. La Bohême, la
Moravie, l'Autriche, la Hongrie étaient sans défenseurs; dans ces pays,
les protestants opprimés soupiraient après un changement. L'empereur
lui-même n'était plus en sûreté dans son palais; dans la terreur d'une
première attaque, Vienne eût ouvert ses portes. En dépouillant l'ennemi
de ses domaines, on tarissait les sources qui devaient alimenter la
guerre, et Ferdinand eût accepté avec empressement une paix qui aurait
éloigné un ennemi redoutable du coeur de ses États. Ce plan hardi aurait
séduit un conquérant, et le succès l'eût peut-être justifié.
Gustave-Adolphe, aussi prévoyant que brave, et plus homme d'État que
conquérant, le rejeta, parce qu'il trouvait à poursuivre un but plus
élevé, et qu'il ne voulait pas tout remettre à la fortune et au
courage.

S'il prenait le chemin de la Bohême, il fallait qu'il abandonnât à
l'électeur de Saxe la Franconie et le haut Rhin. Mais Tilly, avec les
débris de l'armée vaincue, avec les garnisons de la basse Saxe et les
renforts qu'on lui amenait, commençait à former sur le Wéser une
nouvelle armée, à la tête de laquelle il ne pouvait guère tarder
longtemps à chercher l'ennemi. A un général si expérimenté, on ne
pouvait opposer un Arnheim, qui, à la bataille de Leipzig, avait donné
de ses talents des preuves très-équivoques. Or, que serviraient à
Gustave les plus rapides et les plus brillants progrès en Bohême et en
Autriche, si Tilly recouvrait sa puissance dans les provinces de
l'Empire, s'il ranimait le courage des catholiques par de nouvelles
victoires et désarmait les alliés du roi? Que servirait-il d'avoir
chassé l'empereur de ses États héréditaires, si, dans le même temps,
Tilly lui conquérait l'Allemagne? Gustave pouvait-il espérer de réduire
Ferdinand à une plus fâcheuse extrémité que n'avait fait, douze années
auparavant, la révolte de Bohême, qui cependant n'avait point ébranlé la
fermeté de ce prince ni épuisé ses ressources, et de laquelle il était
sorti plus redoutable que jamais?

Des avantages moins brillants, mais beaucoup plus solides, s'offraient à
Gustave s'il envahissait en personne le pays de la Ligue. Là, son
arrivée, à la tête de ses troupes, était décisive. Dans ce temps même,
les princes étaient assemblés en diète à Francfort, au sujet de l'édit
de restitution, et Ferdinand y faisait jouer tous les ressorts de son
artificieuse politique, pour décider à un accommodement précipité et
désavantageux les protestants effrayés. L'approche de leur défenseur
pouvait seule les exciter à une ferme résistance et ruiner les projets
de l'empereur. Gustave-Adolphe pouvait espérer que sa présence
victorieuse réunirait tous ces princes mécontents, et que la terreur de
ses armes détacherait les autres de Ferdinand. C'était là, dans le coeur
de l'Allemagne, qu'il trancherait le nerf de la puissance impériale, qui
ne pouvait se soutenir sans le secours de la Ligue. De là il pouvait
surveiller de près la France, alliée peu sûre; et, s'il devait
souhaiter, pour l'accomplissement d'un voeu secret, l'amitié des
électeurs catholiques, il fallait avant tout devenir le maître de leur
sort, pour s'assurer par de généreux ménagements des droits à leur
reconnaissance.

Il choisit donc pour lui le chemin de la Franconie et du Rhin, et
abandonna à l'électeur de Saxe la conquête de la Bohême.



DEUXIÈME PARTIE

LIVRE TROISIÈME


La glorieuse victoire de Gustave-Adolphe près de Leipzig avait amené un
grand changement dans toute la conduite ultérieure de ce monarque,
ainsi que dans la manière de penser de ses amis et de ses ennemis. Il
venait de se mesurer avec le plus grand général de son temps; il avait
essayé la force de sa tactique et le courage de ses Suédois contre
l'élite des troupes impériales, les mieux exercées de l'Europe, et il
avait triomphé dans cette lutte. Dès ce moment, il prit en lui-même une
ferme confiance, et la confiance est la mère des grandes actions. On
remarque désormais dans toutes les entreprises militaires du roi de
Suède une marche plus hardie et plus sûre, plus de résolution dans les
situations même les plus difficiles, un langage plus altier avec son
ennemi, avec ses alliés une dignité plus fière, et dans sa douceur même
plutôt la condescendance du maître. L'essor pieux de son imagination
secondait son courage naturel; il confondait volontiers sa cause avec
celle du Ciel; il voyait dans la défaite de Tilly un jugement décisif de
la Divinité contre ses adversaires, et se regardait lui-même comme un
instrument de la vengeance céleste. Laissant loin derrière lui sa
couronne et le sol de la patrie, il s'élançait maintenant, sur les ailes
de la Victoire, dans l'intérieur de l'Allemagne, qui, depuis des
siècles, n'avait point vu dans son sein de conquérant étranger. Le
courage guerrier de ses habitants, la vigilance de ses nombreux
souverains, ses États enchaînés avec art, la multitude de ses places
fortes, le cours de ses nombreuses rivières, avaient mis, depuis un
temps immémorial, des barrières à l'ambition de ses voisins, et,
quelque fréquents qu'eussent été les orages aux frontières de ce vaste
corps politique, l'intérieur avait été préservé de toute invasion
étrangère. De tout temps, cet Empire avait joui du privilége équivoque
de n'avoir d'autre ennemi que lui-même et de ne pouvoir être vaincu du
dehors. Alors même, c'était uniquement la désunion de ses membres et
l'intolérance du fanatisme religieux qui frayaient la route au
conquérant suédois pour pénétrer au coeur du pays. Elle était depuis
longtemps détruite, la bonne harmonie des États, qui seule avait rendu
l'Empire invincible, et Gustave-Adolphe emprunta à l'Allemagne elle-même
les forces avec lesquelles il soumit l'Allemagne. Il mit à profit, avec
autant de prudence que de courage, ce que lui offrait la faveur du
moment; aussi habile dans le cabinet que sur le champ de bataille, il
rompit les trames d'une astucieuse politique, comme il renversait les
murailles des villes avec le tonnerre de son artillerie. Il poursuivit
irrésistiblement ses victoires d'une extrémité de l'Allemagne à l'autre,
sans perdre le fil d'Ariane, qui assurait son retour, et, sur les rives
du Rhin comme à l'embouchure du Lech, il ne cessa jamais d'être près de
ses États héréditaires.

La consternation que la défaite de Tilly causa à l'empereur et à la
Ligue catholique pouvait à peine surpasser l'étonnement et l'embarras
que les alliés du roi ressentirent de son bonheur inespéré. Ce bonheur
était plus grand qu'ils ne l'avaient prévu, plus grand qu'ils ne
l'avaient désiré. Elle était anéantie d'un seul coup, l'armée formidable
qui avait arrêté ses progrès, qui avait mis des bornes à son ambition
et qui l'avait rendu dépendant de leur bonne volonté. Seul, sans rival,
sans adversaire en état de lui résister, il occupait maintenant le
centre de l'Allemagne. Rien ne pouvait arrêter sa course ni borner ses
prétentions, si l'ivresse du succès lui donnait la tentation d'en
abuser. Si l'on s'était d'abord alarmé de la prépondérance de
l'empereur, on n'avait pas maintenant beaucoup moins sujet de tout
craindre, pour la constitution de l'Empire, de la violence d'un
conquérant étranger, et, pour l'Église catholique d'Allemagne, du zèle
religieux d'un roi protestant. La défiance et la jalousie, assoupies
pour un temps, chez quelques-unes des puissances alliées, par la crainte
plus grande qu'elles avaient de l'empereur, se réveillèrent bientôt, et,
à peine Gustave-Adolphe avait-il justifié leur confiance par son courage
et son bonheur, que déjà l'on travaillait de loin à la ruine de ses
projets. Il lui fallut remporter ses victoires au milieu d'une lutte
perpétuelle avec les artifices des ennemis et la défiance de ses propres
alliés; mais son courage déterminé, sa profonde sagesse se frayèrent un
chemin à travers tous ces obstacles. Tandis que l'heureux succès de ses
armes inquiétait ses alliés plus puissants, la Saxe et la France, il
animait le courage des faibles, qui osaient alors, pour la première
fois, laisser paraître leurs vrais sentiments et embrasser ouvertement
son parti. Eux qui ne pouvaient ni rivaliser avec la grandeur de
Gustave-Adolphe, ni souffrir de son ambition, ils attendaient d'autant
plus de la générosité de ce puissant ami, qui les enrichissait de la
dépouille de leurs adversaires et les protégeait contre l'oppression des
puissants. Sa force cachait leur faiblesse, et, insignifiants par
eux-mêmes, ils acquéraient de l'importance par leur union avec le héros
suédois. C'était le cas de la plupart des villes impériales, et, en
général, des plus faibles entre les membres protestants de l'Empire. Ce
furent eux qui conduisirent le roi dans l'intérieur de l'Allemagne et
qui couvrirent ses derrières, qui entretinrent ses armées, reçurent ses
troupes dans leurs places fortes, répandirent pour lui leur sang dans
ses batailles. Ses ménagements habiles pour la fierté allemande, ses
manières affables, quelques actes de justice éclatants, son respect pour
les lois, étaient autant de chaînes qu'il imposait à l'esprit inquiet
des protestants d'Allemagne: et les criantes barbaries des Impériaux,
des Espagnols et des Lorrains contribuèrent puissamment à mettre sous le
jour le plus favorable sa modération et celle de ses troupes.

Si Gustave-Adolphe dut à son génie la plus grande partie de ses succès,
on ne peut disconvenir toutefois que la fortune et les circonstances le
favorisèrent puissamment. Il avait pour lui deux grands avantages, qui
lui donnaient sur l'ennemi une supériorité décidée. En transportant le
théâtre de la guerre dans les provinces de la Ligue, en attirant à lui
la jeunesse de ces contrées, en s'enrichissant de leurs dépouilles, en
disposant du revenu des princes fugitifs comme de sa propriété, il
enlevait à l'ennemi tous les moyens de lui résister avec énergie et se
mettait lui-même en état d'entretenir, avec peu de dépense, une guerre
coûteuse. De plus, tandis que ses adversaires, les princes de la Ligue,
divisés entre eux, mus par des intérêts tout à fait différents et
souvent contraires, agissaient sans accord et, par conséquent, aussi
sans vigueur; tandis que leurs généraux manquaient de pleins pouvoirs,
leurs soldats de discipline, leurs armées dispersées d'ensemble; tandis
que chez eux le général était distinct du législateur et de l'homme
d'État, les deux qualités se réunissaient au contraire dans
Gustave-Adolphe. Il était la source unique de laquelle découlait tout
pouvoir, l'unique but vers lequel le guerrier à l'oeuvre dirigeait ses
regards: lui seul était l'âme de tout son parti, l'auteur du plan de
guerre et en même temps l'exécuteur. Aussi la cause protestante obtint
en lui l'unité et l'harmonie qui manquaient absolument au parti opposé.
Il ne faut donc pas s'étonner que, secondé par de tels avantages, à la
tête d'une pareille armée, doué d'un tel génie pour la faire agir, et
conduit par une si habile politique, Gustave-Adolphe fût invincible.

L'épée dans une main et le pardon dans l'autre, on le voit maintenant
parcourir l'Allemagne de l'un à l'autre bout, comme conquérant,
législateur et juge, presque en aussi peu de temps qu'un autre en aurait
mis à la visiter dans un voyage de plaisir. Comme au souverain-né du
pays, on apporte au-devant de lui les clefs des villes et des
forteresses. Nul château ne lui est inaccessible; nulle rivière n'arrête
sa marche victorieuse; souvent il est vainqueur par la seule terreur de
son nom. Sur tout le cours du Mein on voit arborés les drapeaux suédois;
le bas Palatinat est libre; les Espagnols et les Lorrains se sont
retirés au delà du Rhin et de la Moselle. Les Suédois et les Hessois se
sont répandus, comme un torrent fougueux, sur les territoires de
l'électorat de Mayence, de Würtzbourg et de Bamberg; et trois évêques
fugitifs expient loin de leur demeure leur malheureux dévouement à
l'empereur. Enfin le moment vient aussi pour le chef de la Ligue, pour
Maximilien, d'éprouver, à son tour, sur son propre sol, les maux qu'il
avait préparés à d'autres. Ni le sort effrayant de ses alliés, ni les
offres amiables de Gustave, qui, au milieu de ses conquêtes, faisait des
propositions de paix, n'avaient pu vaincre l'obstination de ce prince.
Passant sur le cadavre de Tilly, qui se place devant l'entrée comme un
chérubin chargé de la garder, la guerre se précipite sur les provinces
bavaroises. Comme les rives du Rhin, les bords du Lech et du Danube
fourmillent maintenant de guerriers suédois. Caché dans ses châteaux
forts, l'électeur, vaincu, abandonne ses États sans défense à l'ennemi,
que les fertiles campagnes, épargnées jusqu'alors par la guerre
dévastatrice, invitent au pillage, et que la fureur fanatique du paysan
bavarois provoque à d'égales violences. Munich même ouvre ses portes à
l'invincible roi, et le comte palatin fugitif, Frédéric V, se console
quelques instants de la perte de ses États dans la résidence déserte de
son rival.

Tandis que Gustave-Adolphe étend ses conquêtes aux frontières
méridionales de l'Empire, et, avec une force irrésistible, renverse tout
ennemi devant lui, ses alliés et ses généraux remportent de semblables
triomphes dans les autres provinces. La basse Saxe se soustrait au joug
impérial; les ennemis abandonnent le Mecklembourg; les garnisons
autrichiennes se retirent de toutes les rives de l'Elbe et du Wéser. Le
landgrave Guillaume de Hesse se rend redoutable en Westphalie et sur le
haut Rhin; les ducs de Weimar, en Thuringe; les Français, dans
l'électorat de Trèves; à l'est, presque tout le royaume de Bohême est
soumis par les Saxons. Déjà les Turcs se préparent à attaquer la
Hongrie, et, dans le centre des provinces autrichiennes, une dangereuse
révolte est près d'éclater. Ferdinand, désespéré, jette les yeux sur
toutes les cours de l'Europe, pour se fortifier contre de si nombreux
ennemis par des secours étrangers. Vainement il appelle à lui les armes
des Espagnols, que la vaillance néerlandaise occupe au delà du Rhin;
vainement il s'efforce de faire agir pour sa délivrance la cour de Rome
et toute l'Église catholique. Le pape, offensé, se rit de la perplexité
de Ferdinand, en célébrant de pompeuses processions et lançant de vains
anathèmes, et, au lieu de l'argent qu'il demande, on lui montre les
plaines ravagées de Mantoue.

A toutes les extrémités de sa vaste monarchie, des armes ennemies
l'environnent. Avec les États de la Ligue placés en avant et que les
Suédois ont envahis, sont tombés tous les boulevards derrière lesquels
la puissance autrichienne s'était si longtemps sentie à couvert, et le
feu de la guerre jette déjà des flammes près de ses frontières sans
défense. Ses alliés les plus zélés sont désarmés; Maximilien de Bavière,
son plus puissant soutien, est à peine en état de se défendre lui-même.
Ses armées, fondues par la désertion et des défaites répétées,
découragées par de longs revers, ont oublié sous des généraux malheureux
cette ardeur guerrière, fruit de la victoire et qui l'assure par avance.
Le danger est au comble; un moyen extraordinaire peut seul tirer la
puissance impériale de son profond abaissement. Le pressant besoin,
c'est un général; et le seul de qui l'on puisse attendre le
rétablissement de la première gloire, la cabale de l'envie l'a écarté de
la tête de l'armée. Cet empereur si redoutable est tombé si bas, qu'il
est forcé de conclure avec son serviteur et sujet offensé un traité
avilissant, et, après avoir arraché ignominieusement le pouvoir à
l'orgueilleux Wallenstein, de le solliciter, avec plus d'ignominie
encore, de le reprendre. Alors un nouvel esprit commence à ranimer le
corps expirant de la puissance autrichienne, et le prompt changement des
affaires décèle la main vigoureuse qui les dirige. Devant l'absolu
monarque de Suède se présente maintenant un général aussi absolu que
lui, un héros victorieux devant son pareil. Les deux puissances sont aux
prises une seconde fois dans une lutte incertaine, et le prix de la
guerre, déjà remporté à demi par Gustave-Adolphe, est soumis à l'épreuve
d'un nouveau et plus terrible combat. En vue de Nuremberg viennent
camper, menaçantes, les deux armées rivales, comme une double nuée qui
porte la tempête. Elles s'observent avec un respect mêlé de crainte,
toutes deux désirant et redoutant à la fois le moment où éclatera
l'orage qui doit les mettre aux prises. Les regards de l'Europe
s'arrêtent avec frayeur et curiosité sur cette imposante arène, et déjà
Nuremberg dans l'angoisse s'attend à donner son nom à une bataille plus
décisive encore que celle qui a été livrée près de Leipzig. Tout à coup,
les nuages se brisent; l'orage de la guerre s'éloigne de la Franconie,
pour se décharger, d'autant plus terrible, sur les plaines de Saxe. La
foudre qui menaçait Nuremberg tombe non loin de Lützen, et la bataille,
déjà à moitié perdue, est gagnée par le trépas du roi. Le bonheur, qui
ne l'avait jamais abandonné dans sa carrière, lui fit encore à sa mort
cette rare faveur de succomber dans la plénitude de sa gloire et toute
la pureté de son nom. Par une fin opportune, son génie tutélaire le
déroba à la destinée inévitable de l'humanité, d'oublier, au comble de
la fortune, la modestie, et, au faîte de la toute-puissance, la justice.
Il nous est permis de douter qu'avec une plus longue vie il eût mérité
les pleurs que l'Allemagne versa sur sa tombe, qu'il eût mérité le
tribut d'admiration que la postérité décerne au premier, au seul
conquérant qui se soit montré juste. A la chute prématurée de son grand
chef, on craint la ruine de tout le parti; mais, pour la puissance qui
gouverne le monde, un homme n'est jamais une perte irréparable. Deux
grands hommes d'État, Axel Oxenstiern en Allemagne, et Richelieu en
France, prennent le timon de la guerre qui échappe au héros mourant; sur
lui passe, poursuivant sa course, l'impassible destinée, et le feu de la
guerre brûle encore seize années entières sur la poussière du monarque
dès longtemps oublié.

Qu'on me permette de suivre, dans un court aperçu, la marche victorieuse
de Gustave-Adolphe, de parcourir d'un coup d'oeil rapide tout le théâtre
où il est seul le héros de l'action, et d'attendre, pour rattacher à
l'empereur le fil de l'histoire, que l'Autriche, réduite à l'extrémité
par le bonheur des Suédois, et domptée par une suite de revers,
descende, du faîte de son orgueil, à des moyens de salut humiliants et
désespérés.

A peine le plan de guerre était-il tracé à Halle entre le roi de Suède
et l'électeur de Saxe, et l'attaque de la Bohême assignée à l'électeur,
l'invasion des terres de la Ligue à Gustave-Adolphe; à peine les
alliances furent-elles conclues avec les princes voisins de Weimar et
d'Anhalt, et les dispositions prises pour reconquérir l'évêché de
Magdebourg, que le roi se mit en mouvement pour pénétrer dans
l'intérieur de l'Empire. Il ne marchait point contre un ennemi
méprisable. Ferdinand était encore tout puissant dans l'Empire; ses
garnisons étaient répandues dans toute la Franconie, la Souabe et le
Palatinat, et il fallait d'abord leur enlever, l'épée à la main, chaque
poste important. Sur le Rhin, Gustave était attendu par les Espagnols,
qui avaient envahi toutes les terres du comte palatin expulsé, qui
occupaient toutes les places fortes et lui disputaient chaque passage du
fleuve. Sur ses derrières était Tilly, qui rassemblait déjà de nouvelles
forces et qui allait voir bientôt une armée auxiliaire de Lorrains se
joindre à ses drapeaux. Dans le coeur de tout catholique, un implacable
ennemi, la haine religieuse, s'opposait à Gustave, et cependant ses
rapports avec la France ne lui permettaient d'agir contre les
catholiques qu'avec une demi-liberté. Il voyait parfaitement tous ces
obstacles, mais il voyait aussi le moyen de les vaincre. L'armée
impériale était dispersée dans des garnisons, et il avait l'avantage de
l'attaquer avec ses forces réunies. S'il avait contre lui le fanatisme
religieux des catholiques romains et la crainte que les membres les plus
faibles de l'Empire avaient de l'Empereur, il pouvait attendre un
concours actif de l'amitié des protestants et de leur haine pour la
tyrannie autrichienne. Les excès des troupes impériales et espagnoles
avaient fortement travaillé pour lui dans ces provinces; dès longtemps,
le paysan et le bourgeois maltraités soupiraient après un libérateur, et
plusieurs trouvaient déjà un soulagement à changer de joug. Quelques
agents avaient été envoyés en avant pour faire pencher du côté des
Suédois les villes impériales les plus importantes, particulièrement
Nuremberg et Francfort. Erfurt était la première place dont la
possession eût un grand prix pour le roi et qu'il ne pouvait laisser
derrière lui sans l'occuper. Un accommodement avec la bourgeoisie, qui
inclinait vers le parti protestant, lui ouvrit, sans coup férir, les
portes de la ville et de la citadelle. Là, comme dans chaque place
importante qui tomba par la suite dans ses mains, il se fit jurer
fidélité par les habitants, et il s'assura d'eux par une garnison
suffisante. Il remit à son allié, le duc Guillaume de Weimar, le
commandement d'une armée qui devait être levée en Thuringe. Ce fut aussi
à la ville d'Erfurt qu'il voulut confier son épouse, et il promit à
cette cité d'augmenter ses priviléges. Alors l'armée suédoise traversa
sur deux colonnes, par Gotha et Arnstadt, la forêt de Thuringe; elle
enleva, en passant, le comté de Henneberg aux Impériaux, et se réunit,
le troisième jour, devant Koenigshofen, sur la frontière de la
Franconie.

François, évêque de Würtzbourg, l'ennemi le plus acharné des protestants
et le membre le plus zélé de la Ligue catholique, fut aussi le premier
sur qui s'appesantit le bras de Gustave-Adolphe. Quelques paroles de
menace suffirent pour mettre sa place frontière de Koenigshofen, et avec
elle la clef de toute la province, dans les mains des Suédois. A la
nouvelle de cette rapide conquête, l'épouvante saisit tous les membres
catholiques du cercle. Les évêques de Würtzbourg et de Bamberg
tremblèrent dans leurs châteaux. Déjà ils voyaient leurs siéges
chanceler, leurs églises profanées, leur religion dans la poussière. La
méchanceté des ennemis de Gustave avait publié sur l'esprit persécuteur
et la conduite militaire du monarque suédois et de ses troupes les plus
affreuses descriptions, que les assurances multipliées du roi et les
plus éclatants exemples d'humanité et de tolérance ne purent jamais
réfuter complétement. On craignait de souffrir d'un autre le mal qu'on
eût fait soi-même, on le sentait, en cas pareil. Un grand nombre des
plus riches catholiques se hâtaient déjà de mettre leurs biens, leur
conscience et leurs personnes à l'abri du fanatisme sanguinaire des
Suédois. L'évêque lui-même donna l'exemple à ses sujets. Au milieu de
l'embrasement que son zèle bigot avait allumé, il déserta ses domaines
et s'enfuit à Paris, pour entraîner, s'il était possible, le ministère
français à se déclarer contre l'ennemi commun de la religion.

Cependant, les progrès de Gustave-Adolphe dans l'évêché répondirent tout
à fait à cet heureux début. Schweinfurt, abandonné par la garnison
impériale, se rendit à lui, et Würtzbourg bientôt après. Il fallut
emporter d'assaut le Marienberg. On avait retiré dans cette place,
réputée imprenable, une grande provision de vivres et de munitions de
guerre, qui tomba tout entière dans les mains de l'ennemi. Une
trouvaille très-agréable pour le roi fut la bibliothèque des jésuites,
qu'il fit transporter à Upsal; une bien plus agréable encore, pour ses
soldats, fut la cave, richement remplie, du prélat: il avait eu encore
le temps de sauver ses trésors. Tout l'évêché suivit bientôt l'exemple
de la capitale; tout se soumit aux Suédois. Le roi se fit prêter serment
d'hommage par tous les sujets de l'évêque, et, vu l'absence du légitime
souverain, il institua une régence, qui fut pour la moitié composée de
protestants. Dans toute place catholique qu'il réduisait sous sa
puissance, il ouvrait les églises à la religion protestante, mais sans
rendre aux catholiques l'oppression sous laquelle ils avaient tenu si
longtemps ses coreligionnaires. Le terrible droit de la guerre n'était
exercé que sur ceux qui faisaient résistance l'épée à la main; quelques
actes de barbarie, commis dans l'aveugle fureur de la première attaque
par une soldatesque effrénée, ne peuvent être imputés à son chef
miséricordieux. L'homme paisible et sans défense éprouvait un traitement
humain. Ce fut toujours pour Gustave-Adolphe la loi la plus sacrée
d'épargner le sang des ennemis comme celui de ses soldats.

Dès la première nouvelle de l'invasion suédoise, l'évêque de Würtzbourg,
nonobstant les négociations qu'il avait entamées avec le roi pour gagner
du temps, avait demandé avec instance au général de la Ligue de secourir
promptement l'évêché en péril. Dans l'entrefaite, ce général vaincu
avait rassemblé sur le Wéser les débris de ses troupes dispersées; il
s'était renforcé des garnisons impériales de la basse Saxe et avait fait
sa jonction dans la Hesse avec ses deux lieutenants Altringer et Fugger.
A la tête de ces forces considérables, le comte Tilly brûlait
d'impatience d'effacer la honte de sa première défaite par une victoire
plus éclatante. Dans son camp près de Fulde, où il s'était avancé avec
son armée, il attendait, plein d'une extrême ardeur, la permission du
duc de Bavière d'en venir aux mains avec Gustave-Adolphe. Mais, après
l'armée de Tilly, la Ligue n'en avait pas une deuxième à perdre, et
Maximilien était beaucoup trop circonspect pour livrer toute la destinée
de son parti au hasard d'une nouvelle bataille. Tilly reçut, les larmes
aux yeux, les ordres de son maître, qui le contraignaient à l'inaction.
Ainsi fut retardée la marche de ce général vers la Franconie, et
Gustave-Adolphe eut le temps d'envahir tout l'évêché. Ce fut en vain que
Tilly se renforça ensuite à Aschaffenbourg de douze mille Lorrains et
accourut, avec des forces supérieures, pour débloquer Würtzbourg: la
ville et la citadelle étaient déjà au pouvoir des Suédois, et Maximilien
de Bavière fut accusé, non sans quelque fondement peut-être, par la voix
publique, d'avoir accéléré par ses hésitations la ruine de l'évêché.
Forcé d'éviter une bataille, Tilly se contenta de s'opposer aux projets
ultérieurs de l'ennemi; mais il ne put soustraire que bien peu de places
à l'impétuosité des Suédois. Après une vaine tentative pour jeter un
renfort dans la ville de Hanau, où les Impériaux n'avaient qu'une faible
garnison, et dont la possession donnait au roi un trop grand avantage,
il franchit le Mein près de Seligenstadt et dirigea sa course vers la
Bergstrasse, pour défendre les provinces palatines contre l'attaque du
vainqueur.

Le comte Tilly ne fut pas le seul ennemi que Gustave-Adolphe trouva sur
sa route en Franconie et qu'il chassa devant lui. Le duc Charles de
Lorraine, fameux, dans les annales de l'Europe de ce temps, par
l'inconstance de son caractère, ses vains projets et sa mauvaise
fortune, avait aussi levé son faible bras contre le héros suédois, pour
mériter de l'empereur Ferdinand II la couronne électorale. Sourd aux
conseils d'une sage politique, il ne suivait que les mouvements d'une
fougueuse ambition. En soutenant l'empereur, il provoqua la France, sa
redoutable voisine, et, pour courir dans les pays lointains après un
brillant fantôme, qui cependant fuyait toujours devant lui, il découvrit
ses domaines héréditaires, qu'une armée française envahit comme un
torrent irrésistible. On lui accorda sans peine en Autriche l'honneur de
se perdre, comme les princes de la Ligue, pour l'avantage de la maison
archiducale. Enivré de vaines espérances, ce prince rassembla une armée
de dix-sept mille hommes, qu'il voulut conduire en personne contre les
Suédois. Si ces troupes manquaient de discipline et de courage, elles
éblouissaient du moins les yeux par une brillante parure, et autant
qu'elles cachaient leur bravoure devant l'ennemi, autant elles s'en
montraient prodigues envers le bourgeois et le paysan sans défense, au
secours desquels elles étaient appelées. Cette armée, élégamment parée,
ne pouvait tenir longtemps contre le hardi courage et la redoutable
discipline des Suédois. Une terreur panique la saisit quand la cavalerie
suédoise fondit sur elle, et elle fut aisément chassée des quartiers
qu'elle occupait dans l'évêché de Würtzbourg. L'échec de quelques
régiments causa une déroute générale parmi les troupes, et leur faible
reste se hâta de se dérober à la bravoure des soldats du Nord dans
quelques villes au delà du Rhin. Objet de risée pour les Allemands et
couvert de honte, leur chef se sauva chez lui par Strasbourg, trop
heureux d'apaiser par une humble lettre d'excuses la colère de son
vainqueur, qui commença par le battre et ne lui demanda compte qu'après
de ses hostilités. Un paysan d'un village du Rhin se permit, dit-on, de
porter un coup au cheval du duc, comme il vint à passer près de lui dans
sa fuite. «Allons, seigneur, dit le paysan, il faut courir plus vite,
quand vous fuyez devant le grand roi de Suède.»

Le malheureux exemple de son voisin avait inspiré à l'évêque de Bamberg
de plus sages mesures. Pour préserver ses domaines du pillage, il vint
au-devant du roi avec des propositions de paix, mais qui ne devaient
servir qu'à retarder le progrès de ses armes, jusqu'à l'arrivée des
secours. Gustave-Adolphe, beaucoup trop loyal lui-même pour craindre la
ruse chez autrui, accepta avec empressement les propositions de l'évêque
et spécifia même les conditions auxquelles il promettait d'épargner à
l'évêché tout traitement hostile. Il s'y montra d'autant plus disposé
que d'ailleurs son intention n'était pas de consumer son temps à faire
la conquête de Bamberg, et que ses autres projets l'appelaient dans les
provinces du Rhin. La hâte qu'il avait de poursuivre l'exécution de ses
projets lui fit perdre les sommes d'argent que, par un plus long séjour
en Franconie, il aurait pu aisément arracher à l'évêque sans défense;
car ce rusé prélat laissa tomber les négociations aussitôt que l'orage
de la guerre se fut éloigné de ses limites. A peine Gustave-Adolphe lui
eut-il tourné le dos, qu'il se jeta dans les bras du comte Tilly et
reçut les troupes impériales dans les mêmes villes et forteresses qu'il
s'était montré peu auparavant empressé d'ouvrir au roi. Mais, par cet
artifice, il n'avait retardé que pour peu de temps la ruine de son
évêché. Un général suédois, que Gustave avait laissé en Franconie, se
chargea de punir l'évêque de cette perfidie, et l'évêché devint par là
même un malheureux théâtre de la guerre, également ravagé par les amis
et les ennemis.

La fuite des Impériaux, dont la menaçante présence avait jusqu'alors
gêné les résolutions des états de Franconie, et en même temps la
conduite humaine du roi, donnèrent à la noblesse aussi bien qu'à la
bourgeoisie de ce cercle le courage de se montrer favorables aux
Suédois. Nuremberg s'abandonna solennellement à la protection du roi. Il
gagna la noblesse de Franconie par des manifestes flatteurs, dans
lesquels il daignait s'excuser de paraître dans leur pays les armes à la
main. La richesse de la Franconie, et la loyauté que le soldat suédois
avait continué d'observer dans ses relations avec les habitants,
amenèrent l'abondance dans le camp royal. La faveur que Gustave-Adolphe
avait su acquérir auprès de la noblesse de tout le cercle, le respect et
l'admiration que ses brillants exploits éveillaient même chez l'ennemi,
le riche butin qu'on se promettait au service d'un roi toujours
victorieux, lui furent d'un grand secours pour les levées de troupes que
tant de garnisons, détachées de l'armée principale, lui rendaient
nécessaires. On accourait par bandes, de toutes les parties de la
Franconie, au premier bruit du tambour.

Le roi n'avait pu consacrer à la conquête de la Franconie beaucoup plus
de temps qu'il ne lui en avait fallu pour la parcourir. Pour achever la
soumission de tout le cercle et assurer ses conquêtes, il laissa
derrière lui un de ses meilleurs généraux, Gustave Horn, avec un corps
de huit mille hommes. Lui-même, avec le gros de l'armée, qui était
renforcée par les levées faites en Franconie, il se hâta de marcher vers
le Rhin, pour s'assurer de cette frontière de l'Empire contre les
Espagnols, pour désarmer les électeurs ecclésiastiques et s'ouvrir dans
ces riches contrées de nouvelles ressources pour la continuation de la
guerre. Il suivit le cours du Mein: Seligenstadt, Aschaffenbourg,
Steinheim, tout le pays situé sur les deux bords de la rivière, furent
soumis dans cette expédition. Rarement les garnisons impériales
attendaient son arrivée; nulle part, elles ne purent se maintenir.
Quelque temps auparavant, un de ses lieutenants avait déjà réussi à
enlever aux Impériaux, par une surprise, la ville et la citadelle de
Hanau, pour la conservation desquelles le comte Tilly avait pris tant de
soins. Joyeux d'échapper à l'insupportable tyrannie de cette
soldatesque, le comte de Hanau se soumit avec empressement au joug plus
doux du monarque suédois.

C'était principalement sur la ville de Francfort que se dirigeait alors
l'attention de Gustave-Adolphe, dont la règle générale, sur le
territoire allemand, était d'assurer ses derrières par l'alliance et la
possession des places les plus importantes. Francfort avait été une des
premières villes impériales que, dès la Saxe, il avait fait préparer
d'avance à le recevoir, et maintenant, d'Offenbach, il la fit sommer une
seconde fois, par de nouveaux envoyés, de lui accorder le passage et de
recevoir garnison. Cette ville aurait bien voulu être dispensée d'un
choix périlleux entre le roi de Suède et l'empereur: en effet, quelque
parti qu'elle embrassât, elle avait à craindre pour ses priviléges et
son commerce. La colère de l'empereur pouvait tomber rudement sur elle,
si elle se soumettait trop promptement au roi de Suède, et qu'il ne
restât pas assez puissant pour protéger ses partisans en Allemagne. Mais
elle pouvait souffrir bien plus encore du mécontentement d'un vainqueur
irrésistible, qui était déjà pour ainsi dire devant ses portes avec une
armée formidable, et qui pouvait la punir de sa résistance par la ruine
de tout son commerce et de sa prospérité. Vainement elle allégua pour
son excuse, par l'intermédiaire de ses envoyés, les dangers qui
menaçaient ses foires, ses priviléges, peut-être même sa liberté de
ville impériale, si, en embrassant le parti suédois, elle attirait sur
elle la colère de l'empereur. Gustave-Adolphe se montra surpris que,
dans une affaire aussi importante que la liberté de l'Allemagne tout
entière et le sort de l'Église protestante, la ville de Francfort parlât
de ses foires et subordonnât à des avantages temporels les grands
intérêts de la patrie et de la conscience. «Pour lui, ajouta-t-il avec
menace, il avait, depuis l'île de Rügen jusqu'au Mein, trouvé la clef de
toutes les villes et forteresses, et il saurait bien trouver aussi celle
de Francfort. En arrivant les armes à la main, il n'avait d'autre objet
que le bien de l'Allemagne et la liberté de l'Église protestante, et,
avec la conscience d'une si juste cause, il n'était nullement disposé à
se laisser arrêter dans sa course par aucun obstacle. Il voyait bien que
les habitants de Francfort ne lui voulaient tendre que les doigts, mais
il lui fallait la main tout entière, afin de pouvoir s'y tenir.» Ensuite
il marcha avec toute son armée sur les pas des envoyés de la ville, qui
se retiraient avec cette réponse, et il attendit, en ordre de bataille,
devant Sachsenhausen, la dernière déclaration du sénat.

Si la ville de Francfort avait fait difficulté de se soumettre aux
Suédois, c'était uniquement dans la crainte de l'empereur; l'inclination
personnelle des bourgeois ne leur permettait pas d'hésiter un moment
entre l'oppresseur de la liberté allemande et son protecteur. Les
préparatifs menaçants dont Gustave-Adolphe appuyait maintenant sa
demande d'une déclaration formelle pouvaient atténuer aux yeux de
l'empereur la culpabilité de leur défection, et pallier, par une
apparence de contrainte, une démarche qu'ils faisaient volontiers. On
ouvrit donc alors les portes au roi de Suède, qui traversa cette ville
impériale, à la tête de son armée, dans un défilé magnifique et un ordre
admirable. Six cents hommes de garnison restèrent dans Sachsenhausen; le
roi marcha, dès le premier soir, avec le reste de son armée, sur la
ville mayençaise de Hoechst, qui fut prise avant la nuit.

Tandis que Gustave-Adolphe faisait des conquêtes sur le cours du Mein,
la fortune couronnait aussi les entreprises de ses généraux et de ses
alliés dans le nord de l'Allemagne. Rostock, Wismar et Doemitz, les
seules places fortes du Mecklembourg qui gémissaient encore sous le joug
des garnisons impériales, furent emportées par le souverain légitime, le
duc Jean-Albert, sous la direction du général suédois Achatius Tott.
Vainement le général impérial Wolf, comte de Mansfeld, essaya de
reprendre aux Suédois l'évêché de Halberstadt, dont ils avaient pris
possession aussitôt après la victoire de Leipzig; il lui fallut bientôt
laisser aussi dans leurs mains l'évêché de Magdebourg. Un général
suédois, Banner, qui était resté sur l'Elbe, avec une division forte de
huit mille hommes, tenait bloquée étroitement la ville de Magdebourg et
avait déjà culbuté plusieurs régiments impériaux, envoyés pour délivrer
cette place. Le comte de Mansfeld la défendait, il est vrai, en
personne, avec une très-grande valeur; mais, trop faible en hommes pour
être en état d'opposer une longue résistance à la nombreuse armée des
assiégeants, il songeait déjà aux conditions sous lesquelles il voulait
rendre la ville, quand le général Pappenheim accourut à sa délivrance et
occupa ailleurs les armes des ennemis. Cependant Magdebourg, ou plutôt
les misérables cabanes qui sortaient tristement du milieu des ruines de
cette grande cité, furent dans la suite volontairement évacuées par les
Impériaux, et aussitôt après occupées par les Suédois.

Les membres du cercle de basse Saxe hasardèrent aussi, après les
heureuses entreprises du roi, de se relever du coup qu'ils avaient reçu
de Wallenstein et de Tilly dans la malheureuse guerre danoise. Ils
tinrent à Hambourg une assemblée où l'on convint de mettre sur pied
trois régiments, avec le secours desquels ils espéraient se débarrasser
de l'excessive tyrannie des garnisons impériales. L'évêque de Brême,
parent du roi de Suède, ne s'en tint pas à cela: il leva aussi des
troupes pour son compte, et avec elles il inquiéta des prêtres et des
moines sans défense; mais il eut le malheur d'être bientôt désarmé par
le comte de Gronsfeld, général de l'empereur. Georges, duc de Lunebourg,
auparavant colonel au service de Ferdinand, embrassa alors aussi le
parti de Gustave-Adolphe, et leva pour ce prince quelques régiments par
lesquels les troupes impériales furent occupées dans la basse Saxe, ce
qui ne fut pas un médiocre avantage pour le roi.

Mais il reçut des services encore bien plus importants du landgrave
Guillaume de Hesse-Cassel, dont les armes victorieuses firent trembler
une grande partie de la Westphalie et de la basse Saxe, l'abbaye de
Fulde et même l'électorat de Cologne. On se souvient qu'immédiatement
après l'alliance que le landgrave avait conclue, dans le camp de Werben,
avec Gustave-Adolphe, deux généraux de l'empereur, Fugger et Altringer,
furent envoyés dans la Hesse par le comte Tilly pour châtier le
landgrave de sa défection. Mais ce prince avait résisté avec un mâle
courage aux armes de l'ennemi, comme ses états provinciaux aux
manifestes dans lesquels Tilly prêchait la révolte, et bientôt la
bataille de Leipzig le délivra de ces bandes dévastatrices. Il profita
de leur éloignement avec autant de vaillance que de résolution, conquit
en peu de temps Vach, Münden et Hoexter, et inquiéta par ses rapides
succès l'abbaye de Fulde, l'évêché de Paderborn et tous les bénéfices
limitrophes de la Hesse. Ces États, effrayés, se hâtèrent de mettre des
bornes à ses progrès par une prompte soumission, et ils échappèrent au
pillage au moyen de sommes d'argent considérables qu'ils lui payèrent
volontairement. Après ces heureuses entreprises, le landgrave réunit son
armée victorieuse à la grande armée de Gustave-Adolphe, et il se rendit
lui-même à Francfort auprès de ce monarque, pour délibérer avec lui sur
le plan des opérations ultérieures.

Beaucoup de princes et d'ambassadeurs étrangers avaient paru avec lui
dans cette ville pour rendre hommage à la grandeur de Gustave-Adolphe,
implorer sa faveur ou apaiser sa colère. Le plus remarquable entre tous
était le roi de Bohême et comte palatin dépossédé, Frédéric V, qui était
accouru de Hollande pour se jeter dans les bras de celui qu'il regardait
comme son vengeur et son protecteur. Gustave-Adolphe lui accorda le
stérile honneur de le saluer comme une tête couronnée, et s'efforça
d'alléger son malheur par une noble sympathie. Mais, quoi que Frédéric
se promît de la puissance et de la fortune de son protecteur, quelque
fond qu'il crût pouvoir faire sur sa justice et sa magnanimité,
l'espérance du rétablissement de cet infortuné dans ses États perdus
était cependant fort éloignée. L'inaction et la politique absurde de la
cour d'Angleterre avaient refroidi le zèle de Gustave-Adolphe, et une
susceptibilité dont il ne put se rendre tout à fait maître lui fit
oublier ici la glorieuse vocation de défenseur des opprimés, qu'il avait
si hautement proclamée à son apparition dans l'Empire d'Allemagne. La
frayeur de sa puissance irrésistible et de sa vengeance prochaine avait
aussi amené à Francfort le landgrave Georges de Hesse-Darmstadt et
l'avait porté à une prompte soumission. Les liaisons de ce prince avec
l'empereur, et son peu de zèle pour la cause protestante, n'étaient pas
un secret pour le roi, mais il se contenta de rire d'un si impuissant
ennemi. Comme le landgrave se connaissait assez peu lui-même, ainsi que
la situation politique de l'Allemagne, pour s'ériger, avec autant de
sottise que d'assurance, en médiateur entre les deux partis,
Gustave-Adolphe avait coutume de ne l'appeler, par moquerie, que le
«pacificateur». On l'entendait dire souvent, lorsqu'il jouait avec le
landgrave et qu'il lui gagnait de l'argent, «que ce gain lui faisait
doublement plaisir, parce que c'était de la monnaie impériale.» Ce fut
seulement en faveur de la parenté du landgrave Georges avec l'électeur
de Saxe, prince que Gustave-Adolphe avait des raisons de ménager, que ce
monarque se contenta de la remise de sa forteresse de Rüsselsheim et de
la promesse qu'il observerait pendant cette guerre une stricte
neutralité. Les comtes de Westerwald et de Wettéravie avaient également
paru à Francfort auprès du roi, pour conclure avec lui une alliance et
lui offrir contre les Espagnols leur secours, qui lui fut très-utile
dans la suite. La ville de Francfort elle-même eut tout sujet de se
louer de la présence de Gustave-Adolphe, qui prit son commerce sous la
protection de son autorité royale et rétablit par les mesures les plus
énergiques la sûreté des foires, que la guerre avait beaucoup troublée.

L'armée suédoise était maintenant renforcée de dix mille Hessois, que le
landgrave Guillaume de Cassel avait amenés au roi. Déjà Gustave-Adolphe
avait fait attaquer Koenigstein; Kostheim et Floersheim se rendirent à
lui après un siége de peu de durée; il était maître de tout le cours du
Mein et fit construire à Hoechst en toute hâte des bateaux pour faire
passer le Rhin à ses troupes. Ces préparatifs remplirent de crainte
l'électeur de Mayence, Anselme Casimir, et il ne douta plus un instant
qu'il ne fût le premier que menaçait l'orage de la guerre. Comme
partisan de l'empereur et un des membres les plus actifs de la Ligue
catholique, il ne pouvait s'attendre à être mieux traité que ne
l'avaient été déjà ses deux confrères, les évêques de Würtzbourg et de
Bamberg. La situation de ses domaines au bord du Rhin faisait à l'ennemi
une nécessité de s'en assurer, et d'ailleurs cette riche contrée avait,
pour l'armée, dans son dénûment, un irrésistible attrait. Mais
l'électeur, connaissant trop peu ses ressources et l'adversaire qu'il
avait devant lui, se flatta de repousser la force par la force et de
lasser la vaillance suédoise par la solidité de ses remparts. Il fit
réparer en toute hâte les fortifications de sa résidence, la pourvut de
tout ce qui la mettait en état de soutenir un long siége, et reçut de
plus dans ses murs deux mille Espagnols commandés par un général de leur
nation, don Philippe de Sylva. Pour rendre l'approche impossible aux
bateaux suédois, il fit obstruer, par une quantité de pieux qu'on y
enfonça, l'embouchure du Mein; il y fit jeter aussi de grandes masses de
pierres et couler à fond des bateaux entiers. Lui-même, accompagné de
l'évêque de Worms, il s'enfuit à Cologne avec ses plus précieux trésors
et abandonna ville et territoire à la rapacité d'une garnison
tyrannique. Tous ces préparatifs, qui témoignaient moins de vrai courage
que d'impuissante obstination, ne détournèrent pas l'armée suédoise de
marcher sur Mayence et de faire les plus sérieuses dispositions pour
l'attaque de la ville. Tandis qu'une partie des troupes se répandait
dans le Rhingau, culbutait tout ce qui s'y trouvait d'Espagnols, et
arrachait d'énormes contributions, et que l'autre partie rançonnait les
cantons catholiques du Westerwald et de la Wettéravie, l'armée
principale était déjà campée près de Cassel, vis-à-vis de Mayence, et le
duc Bernard de Weimar avait même pris, sur la gauche du Rhin, le
Mæusethurm et le château d'Ehrenfels. Déjà Gustave-Adolphe se préparait
sérieusement à passer le Rhin et à bloquer la ville du côté de terre,
quand les progrès du comte Tilly en Franconie l'arrachèrent
précipitamment à ce siége et donnèrent à l'électorat un repos, qui du
reste ne fut pas de longue durée.

Le danger de la ville de Nuremberg, que le comte Tilly faisait mine
d'assiéger pendant l'absence de Gustave-Adolphe, occupé aux bords du
Rhin, et qu'il menaçait, en cas de résistance, du sort affreux de
Magdebourg, avait décidé le roi de Suède à ce prompt départ de Mayence.
Pour ne pas s'exposer une seconde fois, devant toute l'Allemagne, au
reproche et à la honte d'avoir laissé une ville alliée à la discrétion
d'un ennemi barbare, il accourait, à marches forcées, pour délivrer
cette importante cité impériale; mais il apprit, dès Francfort, la
valeureuse résistance des habitants de Nuremberg et la retraite de
Tilly: alors il ne tarda pas un moment à poursuivre ses projets sur
Mayence. N'ayant pas réussi à forcer le passage du Rhin, près de Cassel,
sous le canon des assiégés, il dirigea sa marche vers la Bergstrasse,
pour s'approcher de la ville d'un autre côté, s'empara chemin faisant de
toutes les places importantes, et parut, pour la seconde fois, au bord
du Rhin, près de Stockstadt, entre Gernsheim et Oppenheim. Les Espagnols
avaient abandonné toute la Bergstrasse, mais ils cherchaient encore à
défendre, avec beaucoup d'opiniâtreté, la rive gauche du fleuve. Dans
cette vue, ils avaient brûlé ou coulé à fond tous les bateaux du
voisinage, et ils étaient préparés sur l'autre bord à l'attaque la plus
formidable, si le roi risquait le passage sur ce point.

Son courage l'exposa, dans cette occasion, au danger imminent de tomber
dans les mains de l'ennemi. Pour reconnaître l'autre rive, il s'était
hasardé à franchir le fleuve dans un petit bateau; mais, à peine
avait-il abordé, qu'il fut surpris par une troupe de cavaliers
espagnols, auxquels il ne se déroba que par une retraite précipitée.
Enfin, avec le secours de quelques mariniers du voisinage, il réussit à
s'emparer d'un petit nombre de bateaux, sur deux desquels il fit passer
le comte de Brahé, avec trois cents Suédois. A peine cet officier
avait-il eu le temps de se retrancher sur la rive opposée, qu'il fut
assailli par quatorze compagnies de dragons et de cuirassiers espagnols.
Aussi grande était la supériorité, aussi courageuse fut la résistance de
Brahé et de sa petite troupe, et son héroïque défense donna au roi le
temps de le soutenir en personne avec des troupes fraîches. Alors les
Espagnols prirent la fuite, après une perte de six cents hommes,
quelques-uns se hâtèrent de gagner la ville forte d'Oppenheim, et
d'autres Mayence. Un lion de marbre, sur une haute colonne, portant une
épée nue dans la griffe droite et un casque sur la tête, indiquait
encore au voyageur, soixante-dix ans après, la place où l'immortel
monarque passa le grand fleuve de la Germanie.

Aussitôt après cet heureux exploit, Gustave-Adolphe fit transporter au
delà du Rhin l'artillerie et la plus grande partie des troupes, et
assiégea Oppenheim, qui fut pris d'assaut le 8 décembre 1631, après une
résistance désespérée. Cinq cents Espagnols, qui avaient défendu si
vaillamment cette place, furent, jusqu'au dernier, victimes de la fureur
suédoise. La nouvelle que Gustave-Adolphe avait passé le Rhin effraya
tous les Espagnols et les Lorrains, qui avaient occupé l'autre bord et
s'étaient crus à l'abri, derrière le fleuve, de la vengeance des
Suédois. Une prompte fuite était maintenant leur unique ressource: toute
place qui n'était pas tout à fait tenable fut précipitamment abandonnée.
Après une longue suite de violence envers les bourgeois désarmés, les
Lorrains évacuèrent la ville de Worms, qu'ils maltraitèrent encore,
avant leur départ, avec une cruauté raffinée. Les Espagnols se
renfermèrent à la hâte dans Frankenthal, où ils se flattaient de braver
les armées victorieuses de Gustave-Adolphe.

Le roi ne perdit plus un moment pour exécuter ses desseins sur Mayence,
où s'était jetée l'élite des troupes espagnoles. Tandis qu'il marchait
sur cette ville par la rive gauche du Rhin, le landgrave de Hesse-Cassel
s'en était approché par l'autre rive et avait conquis sur sa route
plusieurs places fortes. Les Espagnols assiégés, quoique investis des
deux côtés, montrèrent d'abord beaucoup de courage et de résolution pour
se défendre jusqu'à la dernière extrémité, et, pendant plusieurs jours,
ils firent pleuvoir, sans interruption, sur le camp suédois, un violent
feu de bombes, qui coûta au roi plus d'un brave soldat. Cependant,
malgré cette courageuse résistance, les Suédois gagnaient toujours du
terrain et s'étaient déjà tellement approchés des fossés de la place,
qu'ils se disposaient sérieusement à l'assaut. Alors les assiégés
perdirent courage. Ils tremblaient, avec raison, à la pensée du fougueux
emportement du soldat suédois, dont le Marienberg, près de Würtzbourg,
fournissait un affreux témoignage. Un sort terrible attendait la ville
de Mayence, s'il fallait la prendre d'assaut, et l'ennemi pouvait se
sentir aisément tenté de venger l'horrible sort de Magdebourg sur cette
riche et magnifique résidence d'un prince catholique. Par ménagement
pour la ville plus que pour leur propre vie, les Espagnols capitulèrent
le quatrième jour et obtinrent du généreux monarque un sauf-conduit
jusqu'à Luxembourg; mais, comme bien d'autres avaient fait jusqu'alors,
la plupart s'enrôlèrent sous les drapeaux suédois.

Le 13 décembre 1631, le roi de Suède fit son entrée dans la ville
conquise, où il se logea dans le palais de l'électeur. Quatre-vingts
canons tombèrent en son pouvoir, et la bourgeoisie eut à payer
quatre-vingt mille florins pour se racheter du pillage. Dans cette
contribution n'étaient pas compris les juifs et le clergé, qui furent
contraints de payer à part de très-fortes sommes. Le roi s'appropria la
bibliothèque de l'électeur et en fit présent à son chancelier
Oxenstiern, qui la céda au gymnase de Westeræs; mais le vaisseau qui la
transportait en Suède fit naufrage, et, perte irréparable, la Baltique
engloutit ce trésor.

Après qu'ils eurent perdu Mayence, le malheur ne cessa de poursuivre les
Espagnols dans les contrées du Rhin. Peu de temps avant la prise de
cette ville, le landgrave de Hesse-Cassel s'était emparé de Falkenstein
et de Reifenberg; la forteresse de Koenigstein se rendit aux Hessois; le
rhingrave Othon-Louis, un des généraux du roi, eut le bonheur de battre
neuf escadrons espagnols, qui marchaient sur Frankenthal, et de se
rendre maître des villes les plus importantes des bords du Rhin, depuis
Boppart jusqu'à Bacharach. Après la prise de Braunfels, place forte dont
les comtes de Wettéravie s'emparèrent avec le secours des Suédois, les
Espagnols perdirent toutes les places en Wettéravie, et dans tout le
Palatinat, ils ne purent conserver, outre Frankenthal, que très-peu de
villes. Landau et Kronweissenbourg se déclarèrent hautement pour les
Suédois. Spire offrit de lever des troupes pour le service du roi. Les
ennemis perdirent Mannheim par la présence d'esprit du jeune duc
Bernard de Weimar et la négligence du commandant de la place, qui fut
traduit pour ce revers devant le tribunal militaire à Heidelberg et
décapité.

Le roi avait prolongé la campagne jusque bien avant dans l'hiver, et
vraisemblablement la rigueur même de la saison avait été une des causes
de la supériorité que le soldat suédois conservait sur l'ennemi. Mais
maintenant les troupes épuisées avaient besoin de se refaire dans les
quartiers d'hiver, que Gustave-Adolphe leur fit prendre en effet, dans
le pays d'alentour, peu de temps après la conquête de la ville de
Mayence. Il profita lui-même du relâche que la saison imposait à ses
opérations militaires, pour expédier avec son chancelier les affaires du
cabinet, négocier avec l'ennemi au sujet de la neutralité, et terminer
avec une puissance alliée quelques démêlés politiques, auxquels sa
conduite antérieure avait donné lieu. Pour sa résidence d'hiver et pour
centre des affaires d'État, il choisit la ville de Mayence, pour
laquelle il laissait en général paraître une prédilection qui
s'accordait peu avec l'intérêt des princes allemands et l'intention
qu'il avait témoignée de ne faire qu'une courte visite à l'Empire. Non
content d'avoir fortifié la ville le mieux possible, il fit élever
vis-à-vis, dans l'angle qui forme la jonction du Mein avec le Rhin, une
nouvelle citadelle, qui fut appelée Gustavsbourg, d'après son fondateur,
mais qui a été plus connue sous le nom de _Pfaffenraub, Pfaffenzwang_.

Tandis que Gustave-Adolphe se rendait maître du Rhin et menaçait de ses
armes victorieuses les trois électorats voisins, ses vigilants ennemis
mettaient en mouvement, à Paris et à Saint-Germain, tous les ressorts de
la politique, pour lui retirer l'appui de la France et pour le mettre,
s'il était possible, en guerre avec cette puissance. Lui-même, en
portant, par un mouvement équivoque et inattendu, ses armes sur le Rhin,
il avait donné de l'ombrage à ses amis et fourni à ses adversaires les
moyens d'exciter une dangereuse défiance de ses projets. Après qu'il eut
soumis à son pouvoir l'évêché de Würtzbourg et la plus grande partie de
la Franconie, il ne tenait qu'à lui de pénétrer par l'évêché de Bamberg
et le haut Palatinat en Bavière et en Autriche; et tous s'attendaient
naturellement qu'il ne tarderait pas à attaquer l'empereur et le duc de
Bavière dans le centre de leur puissance, et à terminer au plus tôt la
guerre par la défaite de ces deux principaux ennemis. Mais, à la grande
surprise des deux parties belligérantes, Gustave-Adolphe abandonna le
chemin que lui avait tracé d'avance l'opinion générale, et, au lieu de
tourner ses armes vers la droite, il les porta vers la gauche, pour
faire sentir sa puissance aux princes moins coupables et moins à
craindre de l'électorat du Rhin, tandis qu'il donnait à ses deux plus
importants adversaires le loisir de rassembler de nouvelles forces. Le
dessein de remettre avant tout le malheureux comte palatin Frédéric V en
possession de ses États, par l'expulsion des Espagnols, pouvait seul
expliquer cette marche surprenante, et la croyance au prochain
rétablissement de Frédéric réduisit en effet quelque temps au silence
les soupçons de ses amis et les calomnies de ses adversaires; mais
maintenant, le bas Palatinat était presque entièrement purgé d'ennemis,
et Gustave-Adolphe persistait à faire de nouveaux plans de conquêtes sur
le Rhin; il persistait à ne pas rendre au maître légitime le Palatinat
reconquis. Vainement l'ambassadeur du roi d'Angleterre rappela au
conquérant ce que la justice exigeait de lui, et ce que sa promesse
solennellement proclamée lui imposait comme un devoir d'honneur: Gustave
répondit à cette demande par des plaintes amères sur l'inaction de la
cour britannique et se prépara vivement à déployer, au premier jour, ses
drapeaux victorieux en Alsace et même en Lorraine.

Alors éclata la défiance contre le monarque suédois, et la haine de ses
ennemis se montra extrêmement active à répandre les bruits les plus
désavantageux sur ses projets. Dès longtemps, le ministre de Louis XIII,
Richelieu, avait vu avec inquiétude le roi s'approcher des frontières
françaises, et l'esprit défiant de son maître ne s'ouvrait que trop
aisément aux fâcheuses suppositions qu'on faisait à ce sujet. En ce
temps même, la France était engagée dans une guerre civile avec les
protestants de l'intérieur, et l'on avait en effet quelque raison de
craindre que l'approche d'un roi victorieux, qui était de leur parti, ne
ranimât le courage des huguenots et ne les excitât à la plus violente
résistance. Cela pouvait arriver, quelque éloigné d'ailleurs que pût
être Gustave-Adolphe de leur donner des espérances et de commettre ainsi
une véritable trahison envers le roi de France son allié. Mais l'esprit
vindicatif de l'évêque de Würtzbourg, qui cherchait à se consoler à la
cour de France de la perte de ses États; l'éloquence empoisonnée des
jésuites, et le zèle actif du ministre bavarois, présentèrent comme tout
à fait démontrée cette dangereuse intelligence entre les huguenots et le
roi de Suède, et surent troubler par les plus vives inquiétudes l'esprit
craintif de Louis. Ce n'étaient pas seulement d'extravagants politiques,
c'était aussi plus d'un catholique raisonnable, qui croyaient
sérieusement que le roi allait pénétrer prochainement au coeur de la
France, faire cause commune avec les huguenots et renverser dans le
royaume la religion romaine. Des zélateurs fanatiques le voyaient déjà
franchir les Alpes avec une armée et détrôner, en Italie même, le
Vicaire de Jésus-Christ. Quoique de pareilles rêveries se réfutassent
aisément d'elles-mêmes, on ne pouvait nier cependant que, par ses
entreprises militaires sur le Rhin, Gustave ne donnât aux imputations de
ses adversaires une prise dangereuse et ne justifiât, en quelque mesure,
le soupçon d'avoir voulu diriger ses armes moins contre l'empereur et le
duc de Bavière que contre la religion catholique en général.

Le cri général d'indignation que les cours catholiques, excitées par les
jésuites, élevèrent contre les liaisons de la France avec les ennemis de
l'Église, décida enfin le cardinal de Richelieu à faire un pas décisif
pour la sûreté de sa religion et à démontrer en même temps au monde
catholique la sincérité du zèle religieux de la France et la politique
intéressée des États ecclésiastiques de l'Empire. Persuadé que les vues
du roi de Suède tendaient uniquement, comme les siennes, à l'abaissement
de la maison d'Autriche, il ne fit point difficulté de promettre aux
princes de la Ligue une parfaite neutralité du côté de la Suède,
aussitôt qu'ils renonceraient à l'alliance de l'empereur et retireraient
leurs troupes. Quelle que fût maintenant la résolution des princes,
Richelieu avait atteint son but. S'ils se séparaient du parti
autrichien, Ferdinand était exposé sans défense aux armes unies de la
France et de la Suède, et Gustave-Adolphe, délivré en Allemagne de tous
ses autres ennemis, pouvait tourner à la fois toutes ses forces contre
les États héréditaires de l'empereur. La chute de la maison d'Autriche
était alors inévitable, et ce but suprême de tous les efforts de
Richelieu se trouvait atteint sans dommage pour l'Église. Le succès
était incomparablement plus douteux, si les princes de la Ligue
persistaient dans leur refus et demeuraient encore fidèles à l'alliance
autrichienne; mais alors la France avait fait paraître devant toute
l'Europe ses sentiments catholiques et avait satisfait à ses devoirs
comme membre de l'Église romaine; les princes de la Ligue paraissaient
les seuls auteurs de tous les maux que la continuation de la guerre
devait infailliblement attirer sur l'Allemagne catholique; eux seuls,
par leur attachement opiniâtre à l'empereur, rendaient vaines les
mesures de leur protecteur, précipitaient l'Église dans le dernier péril
et se perdaient eux-mêmes.

Richelieu suivit ce plan avec d'autant plus de chaleur qu'il était plus
vivement pressé par des demandes réitérées de l'électeur de Bavière,
qui réclamait le secours de la France. On se souvient que ce prince,
dès le temps où il avait eu sujet de suspecter les sentiments de
l'empereur, était entré avec la France dans une alliance secrète par
laquelle il espérait s'assurer la possession de l'électorat palatin
contre un futur changement de dispositions de Ferdinand. Si clairement
que l'origine de ce traité fît connaître contre quel ennemi il avait été
conclu, Maximilien l'étendait maintenant, d'une manière assez
arbitraire, aux attaques du roi de Suède, et n'hésitait point à réclamer
contre ce monarque, allié de la France, les mêmes secours qu'on lui
avait promis seulement contre l'Autriche. Richelieu, jeté dans
l'embarras par cette alliance contradictoire avec deux puissances
opposées l'une à l'autre, ne vit pour lui d'autre expédient que de
mettre une prompte fin à leurs hostilités; et, hors d'état, à cause de
son traité avec la Suède, de protéger la Bavière, tout aussi peu disposé
à la livrer, il s'employa avec une extrême ardeur pour la neutralité,
comme étant le seul moyen de satisfaire à son double engagement. Un
plénipotentiaire particulier, le marquis de Brézé, fut envoyé, à cet
effet, au roi de Suède, à Mayence, afin de sonder sur ce point ses
dispositions et d'obtenir de lui pour les princes alliés des conditions
favorables. Mais, si Louis XIII avait des raisons importantes pour
souhaiter de voir cette neutralité établie, Gustave-Adolphe en avait
d'aussi solides pour désirer le contraire. Convaincu par des preuves
nombreuses que l'horreur des princes de la Ligue pour la religion
protestante était invincible, leur haine pour la puissance étrangère des
Suédois implacable, leur attachement à la maison d'Autriche
indestructible, il redoutait beaucoup moins leur hostilité ouverte
qu'il ne se défiait d'une neutralité si opposée à leur inclination.
D'ailleurs, se voyant contraint, placé, comme il l'était, sur le
territoire allemand, de poursuivre la guerre aux dépens des ennemis,
c'était pour lui une perte manifeste de diminuer le nombre de ses
ennemis déclarés, sans acquérir par là de nouveaux amis. Il n'est donc
pas étonnant que Gustave-Adolphe laissât paraître peu d'empressement à
acheter, par le sacrifice des avantages qu'il avait remportés, la
neutralité des princes catholiques, qui lui était d'un si faible
secours.

Les conditions auxquelles il accordait la neutralité à l'électeur de
Bavière étaient dures et conformes à cette manière de voir. Il exigeait
de la Ligue catholique une complète inaction: elle retirerait ses
troupes de l'armée impériale, des places conquises, de tous les pays
protestants. Il voulait de plus voir les forces des États ligués
réduites à un petit nombre de soldats. Toutes leurs terres devaient être
fermées aux armées impériales et ne fournir à la maison d'Autriche aucun
secours en hommes, en vivres et en munitions. Si dure que fût la loi
dictée par le vainqueur au vaincu, le médiateur français se flattait
encore de la faire accepter à l'électeur de Bavière. Pour faciliter
cette affaire, Gustave-Adolphe s'était laissé persuader d'accorder à
Maximilien une trêve de quinze jours. Mais, dans le même temps où le roi
recevait par l'agent français les assurances répétées de l'heureux
progrès de cette négociation, une lettre interceptée de l'électeur au
général Pappenheim en Westphalie lui découvrit la perfidie de ce
prince, qui n'avait cherché, dans toute cette affaire, qu'à gagner du
temps pour sa défense. Bien loin de se laisser enchaîner dans ses
opérations militaires par un accommodement avec la Suède, l'artificieux
Maximilien n'en mettait que plus d'activité dans ses préparatifs et
profitait du loisir que lui laissait l'ennemi pour faire des préparatifs
de résistance d'autant plus énergiques. Toute cette négociation de
neutralité fut donc rompue sans avoir rien produit; elle n'avait servi
qu'à renouveler avec plus d'acharnement les hostilités entre la Bavière
et la Suède.

L'accroissement des forces de Tilly, avec lesquelles ce général menaçait
d'envahir la Franconie, rappelait impérieusement le roi dans ce cercle;
mais il fallait d'abord chasser du Rhin les Espagnols, et fermer à leurs
armes le passage des Pays-Bas dans les provinces allemandes. A cet
effet, Gustave-Adolphe avait déjà offert à l'électeur de Trèves,
Philippe de Zeltern, la neutralité, à condition que la forteresse
d'Hermannstein lui serait remise, et qu'un libre passage par Coblentz
serait accordé aux troupes suédoises. Mais, avec quelque déplaisir que
l'électeur vît ses domaines dans les mains des Espagnols, il pouvait
bien moins encore se résoudre à les mettre sous la protection suspecte
d'un hérétique et à rendre le conquérant suédois maître de son sort.
Toutefois, se voyant hors d'état de maintenir son indépendance contre
deux rivaux si redoutables, il chercha contre l'un et l'autre un refuge
sous la puissante protection de la France. Richelieu, avec sa politique
accoutumée, avait mis à profit l'embarras de ce prince pour étendre le
pouvoir de la France et lui acquérir aux frontières de l'Allemagne un
important allié. Une nombreuse armée française devait couvrir le pays de
Trèves et mettre garnison dans la forteresse d'Ehrenbreitstein. Mais les
vues qui avaient décidé l'électeur à cette démarche hasardée ne furent
pas complétement remplies, car le ressentiment qu'elle excita chez
Gustave-Adolphe ne put être apaisé avant que les troupes suédoises
eussent aussi obtenu le libre passage à travers le pays de Trèves.

Tandis que cette affaire se négociait avec Trèves et la France, les
généraux du roi avaient nettoyé tout l'électorat de Mayence du reste des
garnisons espagnoles, et Gustave-Adolphe avait lui-même achevé la
conquête de ce pays par la prise de Kreuznach. Pour garder ce qui était
conquis, le chancelier Oxenstiern dut rester sur le Rhin moyen, avec une
partie de l'armée; et le corps principal se mit en marche, sous la
conduite du roi, pour chercher l'ennemi en Franconie.

Cependant, le comte Tilly et le général suédois de Horn, que
Gustave-Adolphe avait laissé dans ce cercle avec huit mille hommes, s'en
étaient disputé la possession avec des succès balancés, et l'évêché de
Bamberg surtout était à la fois le prix et le théâtre de leurs
dévastations. Appelé vers le Rhin par ses autres projets, le roi avait
remis à son général le châtiment de l'évêque, qui avait provoqué sa
colère par sa conduite perfide, et l'activité du général justifia le
choix du monarque. Il soumit en peu de temps une grande partie de
l'évêché aux armées suédoises, et il prit d'assaut la capitale même,
abandonnée par la garnison impériale. L'évêque, expulsé, demandait
instamment des secours à l'électeur de Bavière, qui se laissa enfin
persuader de mettre un terme à l'inaction de Tilly. Autorisé par l'ordre
de son maître à rétablir le prélat, ce général rassembla ses troupes
dispersées dans le haut Palatinat et s'approcha de Bamberg avec une
armée de vingt mille hommes. Gustave Horn, fermement résolu à défendre
sa conquête contre ces forces supérieures, attendit l'ennemi derrière
les remparts de Bamberg; mais il se vit arracher, par la seule
avant-garde de Tilly, ce qu'il avait espéré de disputer à l'armée tout
entière. Le désordre qui tout à coup se mit dans la sienne, et auquel
toute sa présence d'esprit ne put remédier, ouvrit la place aux ennemis,
et les troupes, les bagages et l'artillerie ne purent être sauvés qu'à
grand'peine. La reprise de Bamberg fut le fruit de cette victoire; mais
le général suédois se retira en bon ordre derrière le Mein, et Tilly,
malgré toute sa célérité, ne put le rejoindre. L'apparition en Franconie
du roi de Suède, à qui Gustave Horn amena près de Kitzingen le reste de
ses troupes, mit bientôt un terme aux conquêtes de Tilly et le força de
pourvoir lui-même à sa sûreté par une prompte retraite.

Le roi avait passé à Aschaffenbourg une revue générale de son armée,
qui, après sa jonction avec Gustave Horn, Banner et le duc Guillaume de
Weimar, s'élevait à près de quarante mille hommes. Rien n'arrêta sa
marche à travers la Franconie, car le comte Tilly, beaucoup trop faible
pour attendre un ennemi si supérieur, s'était retiré, à marches
forcées, vers le Danube. La Bohême et la Bavière se trouvaient alors
également près du roi, et Maximilien, incertain de la route que suivrait
ce conquérant, hésitait à prendre une résolution. Le chemin qu'on allait
tracer à Tilly devait fixer le choix de Gustave-Adolphe et le sort des
deux provinces. A l'approche d'un si redoutable ennemi, il était
dangereux de laisser la Bavière sans défense, pour couvrir les
frontières de l'Autriche; il était plus dangereux encore, en recevant
Tilly en Bavière, d'y appeler en même temps l'ennemi et d'en faire le
théâtre d'une lutte dévastatrice. L'inquiétude paternelle du prince
surmonta enfin les doutes de l'homme d'État, et, quoi qu'il en pût
arriver, Tilly reçut l'ordre de défendre avec toutes ses forces l'entrée
de la Bavière.

La ville impériale de Nuremberg accueillit avec une joie triomphante le
défenseur de la religion évangélique et de la liberté allemande, et
l'ardent enthousiasme des citoyens se répandit à son aspect en touchants
témoignages d'allégresse et d'admiration. Gustave lui-même ne pouvait
cacher son étonnement de se voir dans cette ville, au centre de
l'Allemagne, jusqu'où il n'avait jamais espéré de porter ses étendards.
La grâce et la noblesse de son maintien complétaient l'impression
produite par ses glorieux exploits, et l'affabilité avec laquelle il
répondait aux salutations de cette ville impériale lui eut en peu
d'instants gagné tous les coeurs. Il confirma alors en personne le
traité qu'il avait conclu avec elle dès les rivages de la Baltique, et
unit tous les citoyens dans les sentiments d'un zèle ardent et d'une
concorde fraternelle contre l'ennemi commun. Après une courte station
dans les murs de Nuremberg, il suivit son armée vers le Danube et parut
devant la place frontière de Donawert, avant qu'on y soupçonnât
l'approche d'un ennemi. Une nombreuse garnison bavaroise défendait cette
ville, et le commandant, Rodolphe-Maximilien, duc de Saxe-Lauenbourg,
montra d'abord la plus ferme résolution de tenir jusqu'à l'arrivée de
Tilly. Mais bientôt la vigueur avec laquelle Gustave-Adolphe commença le
siége le força de songer à une prompte et sûre retraite, qu'il effectua
heureusement sous le feu terrible de l'artillerie suédoise.

La prise de Donawert ouvrit au roi la rive droite du Danube, et la
petite rivière du Lech le séparait seule encore de la Bavière. Le danger
pressant de ses États éveilla toute l'activité de Maximilien, et autant
il avait laissé l'ennemi pénétrer facilement jusqu'au seuil de la
Bavière, autant il se montra cette fois résolu à lui rendre le dernier
pas difficile. Tilly établit de l'autre côté du Lech, près de la petite
ville de Rain, un camp bien retranché, qui, entouré de trois rivières,
défiait toutes les attaques. On avait coupé tous les ponts du Lech; on
avait défendu par de fortes garnisons le cours entier de la rivière
jusqu'à Augsbourg; et même, pour s'assurer de cette ville impériale, qui
laissait voir depuis longtemps l'impatience qu'elle éprouvait de suivre
l'exemple de Francfort et de Nuremberg, on y avait logé une garnison
bavaroise et désarmé les bourgeois. L'électeur lui-même, avec toutes les
troupes qu'il avait pu rassembler, s'enferma dans le camp de Tilly,
comme si toutes ses espérances eussent tenu à ce poste unique, et que
la fortune des Suédois eût dû échouer contre cette dernière muraille.

Gustave-Adolphe parut bientôt sur la rive, vis-à-vis des lignes
bavaroises, après avoir soumis tout le territoire d'Augsbourg en deçà du
Lech, et ouvert à ses troupes dans cette contrée de riches
approvisionnements. On était au mois de mars, époque où cette rivière,
grossie par les pluies fréquentes et par les neiges des montagnes du
Tyrol, s'élève à une hauteur extraordinaire et court entre des rives
escarpées avec une rapidité impétueuse. Une tombe certaine s'ouvrait
dans ses flots à l'assaillant téméraire, et, sur la rive opposée, les
canons ennemis lui montraient leurs gueules meurtrières. Si, cependant,
son audace venait à bout de ce passage, presque impossible à travers la
fureur des flots et du feu, un ennemi frais et courageux attendait, dans
un camp inexpugnable, des troupes harassées; et, soupirant après le
repos, elles trouvaient une bataille. Avec des forces épuisées, il leur
faut escalader les lignes ennemies, dont la solidité semble défier toute
attaque. Une défaite, essuyée sur cette rive, les entraîne à une perte
inévitable, car la même rivière, qui leur fait obstacle sur le chemin de
la victoire, leur ferme toute retraite, si la fortune les abandonne.

Le conseil de guerre, assemblé en ce moment par Gustave-Adolphe, fit
valoir toute l'importance de ces motifs, pour empêcher l'exécution d'une
si périlleuse entreprise. Les plus braves reculaient, et un groupe
respectable de guerriers vieillis au service ne rougit point d'avouer
ses inquiétudes; mais la résolution du roi était prise. «Comment!
dit-il à Gustave Horn, qui portait la parole pour les autres, nous
aurions franchi la Baltique et tant de grands fleuves d'Allemagne, et,
devant un ruisseau, devant ce Lech que voilà, nous renoncerions à notre
entreprise?» Dans une reconnaissance du pays, qu'il avait faite en
exposant plusieurs fois sa vie, il avait découvert que la rive en deçà
du Lech dominait l'autre sensiblement et favorisait l'effet de
l'artillerie suédoise, au préjudice de celle de Tilly. Il sut profiter
de cette circonstance avec une prompte habileté. Il fit dresser, sans
délai, à la place où la rive gauche du Lech se courbait vers la droite,
trois batteries, d'où soixante-douze pièces de campagne entretinrent un
feu croisé contre l'ennemi. Tandis que cette furieuse canonnade
éloignait les Bavarois de la rive opposée, le roi fit jeter en toute
hâte un pont sur le Lech; une épaisse fumée, produite par un feu de bois
et de paille mouillée, sans cesse entretenu, déroba longtemps aux yeux
des ennemis les progrès de l'ouvrage, tandis que le tonnerre presque
continuel de l'artillerie empêchait en même temps d'entendre le bruit
des haches. Gustave-Adolphe excitait lui-même l'ardeur des troupes par
son exemple, et mit, de sa propre main, le feu à plus de soixante
canons. Les Bavarois répondirent, pendant deux heures, à cette
canonnade, avec la même vivacité, mais non avec le même succès, parce
que les batteries des Suédois s'avançaient de manière à dominer l'autre
bord, et que l'élévation de celui qu'ils occupaient leur servait de
parapet contre l'artillerie ennemie. Vainement, de la rive, les Bavarois
s'efforcèrent de détruire les ouvrages des Suédois: l'artillerie
supérieure de ceux-ci les repoussa, et ils furent réduits à voir le
pont s'achever presque sous leurs yeux. Dans ce jour terrible, Tilly fit
les plus grands efforts pour enflammer le courage des siens: le plus
menaçant danger ne put l'éloigner de la rive. Enfin il trouva la mort
qu'il cherchait. Une balle de fauconneau lui fracassa la jambe, et
bientôt après, Altringer, son compagnon d'armes et son égal en courage,
fut blessé dangereusement à la tête. Les Bavarois, n'étant plus animés
par la présence de ces deux chefs, plièrent enfin, et Maximilien
lui-même fut entraîné, contre son gré, à une résolution pusillanime.
Vaincu par les représentations de Tilly mourant, dont la fermeté
accoutumée fléchissait aux approches du moment suprême, il abandonna
précipitamment son poste inexpugnable, et un gué, découvert par les
Suédois, où leur cavalerie était sur le point de tenter le passage, hâta
sa timide retraite. Il leva son camp, dès la même nuit, avant qu'un seul
soldat ennemi eût passé le Lech; et, sans laisser au roi le temps de
l'inquiéter dans sa marche, il se retira dans le meilleur ordre à
Neubourg et à Ingolstadt. Gustave-Adolphe, qui effectua le passage le
lendemain, vit avec surprise le camp ennemi évacué, et la fuite de
l'électeur excita plus encore son étonnement lorsqu'il reconnut la force
du camp abandonné. «Si j'eusse été le Bavarois, s'écria-t-il stupéfait,
jamais, quand même un boulet m'aurait emporté la barbe et le menton,
jamais je n'eusse abandonné un poste comme celui-là, et livré à l'ennemi
l'entrée de mes États.»

La Bavière était donc maintenant ouverte au vainqueur, et le flot de la
guerre, qui n'avait encore exercé ses fureurs qu'aux frontières de cette
contrée, se précipita, pour la première fois, sur ses fertiles plaines,
longtemps épargnées. Mais, avant de hasarder la conquête d'un pays qui
lui était hostile, Gustave arracha d'abord la ville impériale
d'Augsbourg au joug bavarois, reçut le serment des bourgeois, et
s'assura de leur fidélité en y laissant une garnison. Ensuite, il
s'avança vers Ingolstadt à marches forcées, voulant, par la prise de
cette forteresse importante, que l'électeur couvrait avec une grande
partie de son armée, assurer ses conquêtes en Bavière et s'établir sur
le Danube.

Peu de temps après l'arrivée du roi devant Ingolstadt, Tilly, blessé,
termina sa carrière dans les murs de cette ville, après avoir éprouvé
tous les caprices de la fortune infidèle. Écrasé par le génie supérieur
de Gustave-Adolphe, ce général vit, au déclin de ses jours, se flétrir
tous les lauriers de ses anciennes victoires, et, par une suite
d'adversités, il satisfit la justice du sort et les mânes irrités de
Magdebourg. En lui, l'armée de l'empereur et de la Ligue perdit un chef
qui ne se pouvait remplacer, la religion catholique son plus zélé
défenseur, et Maximilien de Bavière son serviteur le plus fidèle, qui
scella de son sang sa fidélité, et remplit même encore en mourant les
devoirs de général. Son dernier legs à l'électeur fut le conseil
d'occuper Ratisbonne, afin de rester maître du Danube et de conserver
ses communications avec la Bohême.

Avec la confiance qui est le fruit ordinaire d'une telle suite de
victoires, Gustave-Adolphe entreprit le siége d'Ingolstadt, dont il
espérait vaincre la résistance par l'impétuosité de la première
attaque. Mais la force des ouvrages et la bravoure de la garnison lui
opposèrent des obstacles qu'il n'avait pas eu à combattre depuis la
victoire de Breitenfeld, et peu s'en fallut que les remparts
d'Ingolstadt ne devinssent le terme de ses exploits. Comme il faisait la
reconnaissance de la place, un boulet de vingt-quatre, qui tua son
cheval sous lui, le jeta par terre, et, un instant après, son favori, le
jeune Margrave de Bade, fut emporté à ses côtés par un autre boulet. Le
roi se releva sur-le-champ avec sang-froid et rassura ses soldats,
effrayés, en continuant aussitôt son chemin sur un autre cheval.

Les Bavarois avaient pris possession de la ville impériale de
Ratisbonne, que l'électeur avait surprise, suivant le conseil de Tilly,
et qu'il tenait enchaînée par une forte garnison. Cet événement changea
soudain le plan de guerre du roi. Il s'était flatté lui-même de
l'espérance d'occuper cette ville, attachée au protestantisme, et de
trouver en elle une alliée non moins dévouée que Nuremberg, Augsbourg et
Francfort. La prise de Ratisbonne par les Bavarois éloigna pour
longtemps l'accomplissement de son principal désir, qui était de
s'emparer du Danube, afin de couper à son adversaire tout secours de la
Bohême. Il quitta promptement les murs d'Ingolstadt, devant lesquels il
prodiguait inutilement son temps et ses soldats, et pénétra dans
l'intérieur de la Bavière, afin d'y attirer l'électeur pour la
protection de ses États et de dégarnir les rives du Danube de leurs
défenseurs.

Tout le pays jusqu'à Munich était ouvert au conquérant. Moosbourg,
Landshut, tout l'évêché de Freisingen se soumirent à lui: rien ne
pouvait résister à ses armes. Mais, quoiqu'il ne trouvât point sur son
chemin de troupes régulières, il avait à combattre dans le coeur de
chaque Bavarois un implacable ennemi, le fanatisme religieux. Des
soldats qui ne croyaient pas au pape étaient dans ce pays une apparition
nouvelle, inouïe; le zèle aveugle des prêtres les avait représentés au
paysan comme des monstres, des fils de l'enfer, et leur chef comme
l'Antechrist. Il n'est pas étonnant qu'on s'affranchît de tous les
devoirs de la nature et de l'humanité envers cette couvée de Satan, et
qu'on se crût autorisé aux plus effroyables attentats. Malheur au soldat
suédois qui tombait seul dans les mains d'une troupe de ces sauvages!
Toutes les tortures que peut imaginer la rage la plus raffinée étaient
exercées sur ces malheureuses victimes, et la vue de leurs corps mutilés
provoquait l'armée à d'affreuses représailles. Gustave-Adolphe lui seul
ne souilla par aucun acte de vengeance son caractère héroïque: la
mauvaise opinion que les Bavarois avaient de son christianisme était
loin de le délier, envers ce malheureux peuple, des préceptes de
l'humanité; elle lui faisait, au contraire, un devoir plus sacré
d'honorer sa croyance par une modération plus scrupuleuse encore.

L'approche du roi répandit le trouble et l'épouvante dans la capitale,
qui, dépourvue de défenseurs et abandonnée par les principaux habitants,
ne chercha son salut que dans la magnanimité du vainqueur. Elle espérait
apaiser son courroux par une soumission absolue et volontaire, et envoya
des députés au-devant de lui jusqu'à Freisingen, pour déposer à ses
pieds les clefs de la ville. Si vivement que le roi fût excité par
l'inhumanité des Bavarois et la haine de leur souverain à faire un usage
cruel de son droit de conquête; si instamment qu'il fût sollicité, même
par des Allemands, de faire expier le malheur de Magdebourg à la
capitale de son destructeur, son grand coeur dédaigna néanmoins cette
basse vengeance: l'impuissance de l'ennemi désarma sa colère. Satisfait
d'un triomphe plus noble, de la joie de conduire, avec la pompe d'un
vainqueur, le comte palatin, Frédéric V, dans la résidence du prince qui
était le principal artisan de sa chute et le ravisseur de ses États, il
releva la magnificence de son entrée par l'éclat plus beau de la
modération et de la douceur.

Le roi ne trouva dans Munich qu'un palais abandonné: on avait emporté à
Werfen les trésors de l'électeur. La magnificence du château électoral
le jeta dans l'étonnement, et il demanda au gardien qui lui montrait les
appartements le nom de l'architecte. «Il n'y en a pas d'autre,
répondit-il, que l'électeur lui-même.--Je voudrais l'avoir, cet
architecte, répliqua le roi, pour l'envoyer à Stockholm.--C'est de quoi
l'architecte saura se garder,» repartit le gardien. Lorsqu'on visita
l'arsenal, il ne s'y trouva que des affûts, dépourvus de leurs pièces.
On avait enfoui si soigneusement les canons dans la terre, qu'il n'en
paraissait aucune trace, et, sans la trahison d'un ouvrier, on n'aurait
jamais découvert l'artifice. «Ressuscitez des morts, s'écria le roi, et
paraissez au jugement!» On fouilla la terre, et l'on découvrit environ
cent quarante pièces, plusieurs d'une grandeur extraordinaire, et la
plupart enlevées en Bohême et dans le Palatinat. Une somme de trente
mille ducats d'or, qui était cachée dans une des plus grandes, compléta
la joyeuse surprise que fit au roi cette précieuse découverte.

Mais ce qu'il eût bien mieux aimé voir paraître, c'était l'armée
bavaroise elle-même, qu'il avait voulu attirer hors de ses
retranchements en pénétrant au coeur de la Bavière. Le roi se vit trompé
dans cet espoir. Aucun ennemi ne se montra; les plus pressantes
sollicitations de ses sujets ne purent décider l'électeur à mettre au
hasard d'une bataille le dernier reste de ses forces. Enfermé dans
Ratisbonne, il languissait dans l'attente des secours que le duc de
Friedland lui devait amener de Bohême, et, jusqu'à l'arrivée des
auxiliaires espérés, il essayait provisoirement d'enchaîner l'activité
de son ennemi en renouvelant les négociations de neutralité. Mais la
défiance du roi, trop souvent excitée, déjoua cette manoeuvre, et les
retards calculés de Wallenstein laissèrent sur l'entrefaite la Bavière
en proie aux Suédois.

C'était jusqu'à cette contrée lointaine que Gustave-Adolphe s'était
avancé de victoire en victoire, de conquête en conquête, sans trouver
sur sa route un ennemi capable de lutter contre lui. Une partie de la
Bavière et de la Souabe, les évêchés de Franconie, le bas Palatinat,
l'archevêché de Mayence, restaient subjugués derrière lui: un bonheur
non interrompu l'avait accompagné jusqu'au seuil de la monarchie
autrichienne; et un brillant succès avait justifié le plan d'opérations
qu'il s'était tracé après la victoire de Breitenfeld. S'il n'avait pas
réussi d'abord, comme il le désirait, à opérer entre les membres
protestants de l'Empire la réunion qu'il avait espérée, il avait du
moins désarmé ou affaibli les membres de la Ligue catholique; il avait
fait la guerre en très-grande partie à leurs frais; il avait diminué les
ressources de l'empereur, fortifié le courage des États faibles, et
trouvé le chemin de l'Autriche à travers les provinces des alliés de
Ferdinand, qu'il avait mises à contribution. Lorsqu'il ne pouvait
imposer l'obéissance par la force des armes, l'amitié des villes
impériales, qu'il avait su s'attacher par le double lien de la politique
et de la religion, lui rendait les plus importants services, et, aussi
longtemps que ses armes conservaient leur supériorité, il pouvait tout
attendre de leur zèle. Par ses conquêtes sur le Rhin, les Espagnols
étaient séparés du bas Palatinat, à supposer que la guerre néerlandaise
leur laissât des forces pour prendre part à celle d'Allemagne; le duc de
Lorraine, après sa malheureuse campagne, avait préféré le parti de la
neutralité. Tant de garnisons, laissées par Gustave-Adolphe sur son
passage en Allemagne, n'avaient point diminué son armée; et, aussi
vigoureuse qu'au début de l'expédition, elle se trouvait maintenant au
centre de la Bavière, prête et résolue à porter la guerre dans
l'intérieur de l'Autriche.

Tandis que le roi faisait la guerre dans l'Empire avec une si grande
supériorité, la fortune n'avait pas moins favorisé, sur un autre
théâtre, son allié, l'électeur de Saxe. On se souvient que, dans la
conférence qui fut tenue à Halle, entre les deux princes, après la
bataille de Leipzig, la conquête de la Bohême échut en partage à
l'électeur, tandis que le roi se réserva de marcher contre les États de
la Ligue. Le premier fruit que Jean-Georges recueillit de la victoire de
Breitenfeld fut la reprise de Leipzig, que suivit en peu de temps
l'expulsion des garnisons impériales de tout le cercle. Renforcé par les
soldats de ces garnisons, qui passèrent de son côté, le général saxon
d'Arnheim dirigea sa marche vers la Lusace, qu'un général impérial,
Rodolphe de Tiefenbach, avait inondée de ses troupes, pour punir
l'électeur de s'être rangé du parti de l'ennemi. Il avait déjà commencé,
dans cette province mal défendue, les dévastations accoutumées, conquis
plusieurs villes et effrayé Dresde même par son approche menaçante; mais
ces progrès rapides furent arrêtés subitement, par un ordre formel et
réitéré de l'empereur, d'épargner à toutes les possessions saxonnes les
maux de la guerre.

Ferdinand reconnaissait trop tard qu'il s'était laissé égarer par une
fausse politique en poussant à bout l'électeur de Saxe et en amenant de
force, pour ainsi dire, au roi de Suède cet important allié. Le mal
qu'il avait fait par une fierté inopportune, il voulait le réparer
maintenant par une modération tout aussi maladroite, et il fit une
nouvelle faute, en voulant corriger la première. Pour enlever à son
ennemi un si puissant allié, il renouvela, par l'entremise des
Espagnols, ses négociations avec l'électeur, et, afin d'en rendre le
succès plus facile, Tiefenbach eut l'ordre d'évacuer sur-le-champ toutes
les provinces de Saxe. Mais cette louable démarche de l'empereur, bien
loin de produire l'effet espéré, ne fit que révéler à l'électeur
l'embarras de son ennemi et de sa propre importance, et l'encouragea
même à poursuivre d'autant plus vivement les avantages qu'il avait
remportés. D'ailleurs, comment eût-il pu, sans se déshonorer par la plus
honteuse ingratitude, abandonner un allié auquel il avait donné les
assurances les plus sacrées de sa fidélité, auquel il devait la
conservation de ses États et même de sa couronne électorale?

L'armée saxonne, dispensée de marcher en Lusace, prit donc le chemin de
la Bohême, où un concours de circonstances favorables semblait lui
assurer d'avance la victoire. Le feu de la discorde couvait encore sous
la cendre dans ce royaume, premier théâtre de cette funeste guerre, et
le poids incessant de la tyrannie donnait chaque jour au mécontentement
de la nation un nouvel aliment. De quelque côté que l'on portât les
yeux, on voyait dans ce malheureux pays les traces du plus déplorable
changement. Des cantons entiers avaient reçu de nouveaux propriétaires,
et gémissaient sous le joug détesté de seigneurs catholiques, que la
faveur de l'empereur et des jésuites avait revêtus de la dépouille des
protestants bannis. D'autres avaient profité de la misère publique pour
acheter à vil prix les biens confisqués des proscrits. Le sang des plus
nobles défenseurs de la liberté avait coulé sur les échafauds, et ceux
qui avaient échappé à la mort par une prompte fuite erraient dans la
misère loin de leur patrie, tandis que les souples esclaves de la
tyrannie dissipaient en débauches leurs héritages. Mais le joug de ces
petits despotes était moins insupportable que l'asservissement des
consciences, qui pesait sans distinction sur tout le parti protestant de
ce royaume. Nul danger extérieur, nulle résistance nationale, si
sérieuse qu'elle fût, nulle expérience, même la plus décourageante,
n'avait pu mettre de bornes au prosélytisme des jésuites. Si les voies
de la douceur ne produisaient rien, on recourait aux soldats, pour
ramener au bercail les brebis égarées. Ceux qui eurent le plus à
souffrir de ces violences furent les habitants du Joachimsthal, dans les
montagnes frontières entre la Bohême et la Misnie. Deux commissaires
impériaux, soutenus de deux jésuites et de quinze mousquetaires,
parurent dans cette paisible vallée, pour prêcher l'Évangile aux
hérétiques. Si l'éloquence des jésuites ne suffisait pas, on tâchait
d'atteindre son but en logeant de force les mousquetaires dans les
maisons et en recourant aux menaces de bannissement et aux amendes. Mais
cette fois la bonne cause triompha, et la courageuse résistance de cette
peuplade força l'empereur de retirer honteusement son mandat de
conversion. L'exemple de la cour servit de règle de conduite aux
catholiques du royaume et justifia tous les genres d'oppression que,
dans leur arrogance, ils étaient tentés d'exercer contre les
protestants. Il ne faut pas s'étonner que ce parti, cruellement
poursuivi, fût favorable à un changement, et qu'il portât ses regards
avec impatience vers son libérateur, qui se montrait alors à la
frontière.

Déjà l'armée saxonne était en marche sur Prague. Toutes les places
devant lesquelles elle paraissait avaient été abandonnées par les
garnisons impériales. Schloeckenau, Tetschen, Aussig, Leutmeritz,
tombèrent rapidement, l'une après l'autre, au pouvoir de l'ennemi;
chaque ville ou village catholique était livré au pillage. L'effroi
saisit tous les catholiques du royaume, et, se souvenant des traitements
qu'ils avaient fait subir aux évangéliques, ils ne se hasardaient pas à
attendre l'arrivée vengeresse d'une armée protestante. Tout ce qui était
catholique, et avait quelque chose à perdre, fuyait de la campagne dans
la capitale, pour quitter ensuite la capitale elle-même, tout aussi
promptement. Prague même n'était nullement préparée à repousser une
attaque, et se trouvait trop dépourvue de troupes pour être en état de
soutenir un long siége. On avait résolu trop tard à la cour impériale
d'appeler le feld-maréchal Tiefenbach au secours de cette capitale.
Avant que l'ordre impérial eût atteint les quartiers de ce général, en
Silésie, les Saxons étaient déjà près de Prague; la bourgeoisie, à demi
protestante, promettait peu de zèle, et la faible garnison ne laissait
pas espérer une longue résistance. Dans cette affreuse extrémité, les
habitants catholiques attendaient leur salut de Wallenstein, qui vivait
à Prague en simple particulier. Mais, bien éloigné d'employer pour la
défense de la ville son expérience militaire et le poids de son
autorité, il saisit au contraire le moment favorable pour satisfaire sa
vengeance. Si ce ne fut pas lui qui attira les Saxons à Prague, du moins
ce fut certainement sa conduite qui leur facilita la prise de cette
ville. Si peu en mesure qu'elle fût d'opposer une longue résistance,
elle ne manquait pourtant pas de moyens de se maintenir jusqu'à
l'arrivée d'un secours; et un colonel impérial, le comte Maradas,
témoigna effectivement le désir d'entreprendre la défense; mais, étant
sans commandement, et poussé uniquement par son zèle et son courage à
cette action hardie, il n'osait pas se mettre à l'oeuvre à ses propres
risques, sans l'assentiment d'un supérieur. En conséquence, il demanda
conseil au duc de Friedland, dont l'approbation tenait lieu d'une
commission impériale, et à qui un ordre exprès de la cour adressait la
généralité de Bohême dans cette extrémité. Mais Wallenstein prétexta
artificieusement son éloignement de tout emploi et son absolue retraite
de la scène politique, et il abattit la fermeté du subalterne par les
scrupules que lui, l'homme puissant, laissa paraître. Afin de rendre le
découragement général et complet, il quitta même enfin la ville, avec
toute sa cour, quoiqu'il eût fort peu de chose à craindre de l'ennemi à
la prise de la place, et elle fut perdue précisément parce qu'il marqua
par sa retraite qu'il désespérait d'elle. Son exemple fut suivi par
toute la noblesse catholique, par la généralité avec les troupes, par le
clergé et tous les officiers de la couronne. On employa toute la nuit à
sauver les personnes et les biens. Tous les chemins jusqu'à Vienne
étaient remplis de fuyards, qui ne revinrent de leur frayeur que dans la
résidence impériale. Maradas lui-même, désespérant du salut de Prague,
suivit la foule et conduisit sa petite troupe jusqu'à Thabor, où il
voulut attendre l'événement.

Un profond silence régnait dans Prague, quand les Saxons parurent le
lendemain devant ses murs. Nuls préparatifs de défense; pas un coup de
canon tiré des remparts, qui annonçât quelque résistance des habitants.
Les troupes se virent au contraire entourées d'une foule de
spectateurs, que la curiosité avait attirés hors de la ville pour
considérer l'armée saxonne, et la paisible familiarité avec laquelle ils
s'approchaient ressemblait beaucoup plus à une salutation amicale qu'à
une réception ennemie. Par le rapport unanime de ces gens, on apprit que
la ville était dégarnie de soldats et que le gouvernement s'était enfui
à Budweiss. Ce défaut de résistance, inattendu, inexplicable, excita
d'autant plus la défiance d'Arnheim, que l'approche rapide des secours
de Silésie n'était pas un secret pour lui, et que l'armée saxonne était
trop peu pourvue de matériel de siége et beaucoup trop faible en nombre
pour assaillir une si grande ville. Craignant une embuscade, il
redoublait de vigilance, et il flotta dans cette crainte, jusqu'au
moment où le maître d'hôtel du duc de Friedland, qu'il découvrit dans la
foule, lui confirma cette incroyable nouvelle. «La ville est à nous sans
coup férir,» s'écria-t-il alors, au comble de l'étonnement, en
s'adressant à ses officiers, et, sur-le-champ, il la fit sommer par un
trompette.

La bourgeoisie de Prague, honteusement délaissée par ses défenseurs,
avait pris depuis longtemps sa résolution, et il ne s'agissait plus que
de garantir la liberté et la propriété par une capitulation avantageuse.
Aussitôt qu'elle fut signée par le général saxon, au nom de son maître,
on lui ouvrit les portes sans résistance, et, le 11 novembre 1631,
l'armée fit son entrée triomphante. L'électeur lui-même arriva bientôt
après, pour recevoir en personne l'hommage de ses nouveaux protégés, car
c'était seulement à ce titre que les trois villes de Prague s'étaient
rendues à lui: leur union avec la monarchie autrichienne ne devait pas
être rompue par cette soumission. Autant les catholiques avaient redouté
avec excès les représailles des Saxons, autant la modération de
l'électeur et la bonne discipline des troupes les surprirent
agréablement. Dans cette occasion, le feld-maréchal d'Arnheim fit
paraître d'une façon toute particulière son dévouement au duc de
Friedland. Non content d'avoir épargné dans la marche toutes ses
propriétés, il mit encore des gardes à son palais, afin que rien n'en
fût détourné. Les catholiques de la ville jouirent de la plus complète
liberté de conscience, et, de toutes les églises qu'ils avaient enlevées
aux protestants, quatre seulement furent rendues à ces derniers. Les
jésuites seuls, à qui la voix publique imputait toutes les persécutions
souffertes, furent exclus de cette tolérance et durent s'éloigner du
royaume.

Jean-Georges, même victorieux, ne démentit pas l'humble soumission que
lui inspirait le nom de l'empereur, et ce qu'un général, comme Tilly ou
Wallenstein, se serait permis infailliblement contre lui à Dresde, il
s'en abstint à Prague contre Ferdinand. Il distingua soigneusement
l'ennemi, auquel il faisait la guerre, du chef de l'Empire, auquel il
devait le respect. Il s'interdit de toucher aux meubles de celui-ci,
tandis qu'il s'appropriait sans scrupule, comme étant de bonne prise,
les canons de celui-là et les faisait emmener à Dresde. Il ne prit point
son logement dans le palais impérial, mais à l'hôtel de Lichtenstein:
trop discret pour occuper les appartements de celui à qui il enlevait un
royaume. Si ce trait nous était rapporté d'un grand homme et d'un héros,
il nous transporterait, à juste titre, d'admiration. Le caractère du
prince chez qui nous le rencontrons nous autorise à douter si nous
devons honorer, dans cette retenue, la belle victoire de la modestie, ou
plutôt compatir à la pusillanimité de l'esprit faible, que le succès
même n'enhardit point et que la liberté ne peut affranchir de ses
chaînes accoutumées.

La prise de Prague, que suivit bientôt la soumission de la plupart des
villes, produisit dans le royaume un grand et rapide changement.
Beaucoup de nobles protestants, qui avaient erré jusqu'alors en proie à
la misère, reparurent dans leur patrie, et le comte de Thurn, le fameux
auteur de la révolte de Bohême, eut la gloire, avant sa mort, de se
montrer en vainqueur sur l'ancien théâtre de son crime et de sa
condamnation. Il fit son entrée triomphale par le même pont où les têtes
de ses partisans, placées sur des piques, offraient à ses yeux l'affreux
spectacle du sort qui l'avait menacé lui-même, et son premier soin fut
d'éloigner ces objets sinistres. Les exilés se mirent aussitôt en
possession de leurs biens, dont les propriétaires actuels avaient pris
la fuite. Sans s'inquiéter de savoir qui rembourserait à ceux-ci les
sommes qu'ils avaient dépensées, les anciens maîtres reprirent tout ce
qui leur avait appartenu, même ceux qui avaient touché le prix de la
vente; et plusieurs d'entre eux eurent lieu de louer la bonne
administration des précédents régisseurs. Dans l'intervalle, les champs
et les troupeaux avaient parfaitement fructifié dans la seconde main.
Les meubles les plus précieux décoraient les appartements; les caves,
qu'ils avaient laissées vides, étaient richement fournies, les écuries
peuplées, les magasins remplis. Mais, se défiant d'un bonheur qui
fondait sur eux d'une manière si imprévue, ils se hâtèrent de revendre
ces possessions incertaines et de changer en biens meubles leur richesse
immobilière.

La présence des Saxons ranima le courage de tout ce qui dans le royaume
avait le coeur protestant, et, dans les campagnes, comme dans la
capitale, on voyait la foule courir aux églises évangéliques,
nouvellement ouvertes. Un grand nombre, que la crainte avait seule
maintenus dans l'obéissance au pape, s'attachèrent alors publiquement à
la nouvelle doctrine, et plusieurs catholiques récemment convertis
abjurèrent avec joie une confession forcée pour suivre leur ancienne
croyance. Toute la tolérance que montrait le nouveau gouvernement ne put
empêcher l'explosion de l'indignation légitime, que ce peuple persécuté
fit sentir aux oppresseurs de sa liberté la plus sainte. Il fit un usage
terrible de ses droits reconquis, et, dans plusieurs lieux, sa haine
d'une religion imposée par la force ne put s'éteindre que dans le sang
de ceux qui l'avaient prêchée.

Cependant, les secours que les généraux de l'empereur, Goetz et
Tiefenbach, amenaient de Silésie, étaient arrivés en Bohême, où quelques
régiments du comte Tilly vinrent les joindre du haut Palatinat. Pour
dissiper ces forces, avant qu'elles eussent le temps de s'accroître,
Arnheim marcha de Prague contre elles avec une partie de l'armée et
attaqua courageusement leurs lignes près de Nimbourg, sur l'Elbe. Après
un combat fort animé, il délogea enfin les ennemis, non sans perdre
beaucoup de monde, de leur camp fortifié, et, par la violence de son
feu, il les contraignit de repasser l'Elbe et de couper le pont qui les
avait amenés sur l'autre rive. Mais il ne put empêcher les Impériaux de
lui faire éprouver des pertes dans plusieurs petites rencontres, ni les
Croates de pousser leurs courses jusqu'aux portes de Prague. Quoi qu'on
pût se promettre de ce brillant début de la campagne des Saxons en
Bohême, la suite ne justifia nullement l'attente de Gustave-Adolphe. Au
lieu de poursuivre avec une force irrésistible les avantages obtenus, de
s'ouvrir, à travers la Bohême vaincue, un chemin jusqu'à l'armée
suédoise, et d'attaquer, de concert avec elle, le centre de la puissance
impériale, ils s'affaiblirent dans une petite guerre continuelle, où
l'avantage ne fut pas toujours de leur côté, et perdirent sans fruit le
temps que réclamait une plus grande entreprise. Mais la conduite
ultérieure de Jean-Georges découvrit les motifs qui l'avaient empêché de
mettre à profit ses avantages contre l'empereur et de seconder par une
opportune activité les projets du roi de Suède.

La plus grande partie de la Bohême était maintenant perdue pour
l'empereur, et les Saxons étaient, de ce côté, en marche sur l'Autriche,
tandis que Gustave-Adolphe s'ouvrait un chemin à travers la Franconie,
la Souabe et la Bavière, vers les provinces héréditaires de Ferdinand.
Une longue guerre avait consumé la puissance de la monarchie
autrichienne, épuisé ses domaines, diminué ses armées. Elle n'était
plus, la gloire de ses triomphes, la confiance en ses forces
invincibles, la subordination, cette bonne discipline des troupes, qui
donnait en campagne au général suédois son adversaire une supériorité si
décidée. Les alliés de l'empereur étaient désarmés, ou le danger qui les
assaillait eux-mêmes avait ébranlé leur fidélité. Maximilien de Bavière,
le plus puissant soutien de l'Autriche, semblait céder, lui aussi, aux
séduisantes invitations à la neutralité; l'alliance suspecte de ce
prince avec la France avait depuis longtemps rempli d'alarmes
l'empereur. Les évêques de Würtzbourg et de Bamberg, l'électeur de
Mayence, le duc de Lorraine, étaient chassés de leurs États, ou du moins
dangereusement menacés; Trèves était sur le point de se mettre sous la
protection française. La vaillance des Hollandais occupait, dans les
Pays-Bas, les armes de l'Espagne, tandis que Gustave-Adolphe les
repoussait du Rhin; la Pologne était encore enchaînée par sa trêve avec
lui. Ragotzy, prince de Transylvanie, successeur de Bethlen Gabor et
héritier de son esprit turbulent, menaçait les frontières de la Hongrie.
La Porte elle-même faisait d'inquiétants préparatifs, afin de profiter
du moment favorable. La plupart des membres protestants de l'Empire,
enhardis par les victoires de leur défenseur, avaient pris ouvertement
et activement parti contre l'empereur. Toutes les ressources, que
l'insolence d'un Tilly ou d'un Wallenstein s'était créées dans ces
contrées par de violentes extorsions, étaient désormais taries; toutes
ces places de recrutement, ces magasins, ces lieux de refuge, étaient
perdus pour l'empereur, et la guerre ne pouvait plus, comme auparavant,
se soutenir aux dépens d'autrui. Pour achever sa détresse, une
dangereuse révolte éclate dans le pays au-dessus de l'Ens; le
prosélytisme inopportun du gouvernement arme les paysans protestants, et
le fanatisme agite ses torches, tandis que l'ennemi assiége déjà les
portes de l'Empire. Après une si longue prospérité, après une si
brillante suite de victoires, après de si magnifiques conquêtes, après
tant de sang inutilement répandu, le monarque d'Autriche se voit, pour
la deuxième fois, poussé vers le même abîme où il semblait près de
s'engloutir au début de son règne. Si la Bavière embrassait la
neutralité, si l'électeur de Saxe résistait aux séductions, et si la
France se décidait à attaquer la puissance espagnole à la fois dans les
Pays-Bas, en Italie et en Catalogne, le pompeux édifice de la grandeur
autrichienne s'écroulait; les couronnes alliées se partageaient ses
dépouilles, et le corps politique de l'Allemagne se voyait à la veille
d'une complète révolution.

Tout l'enchaînement de ces malheurs commença avec la bataille de
Breitenfeld, dont l'issue malheureuse rendit manifeste la décadence,
depuis longtemps décidée, de la puissance autrichienne que l'éclat
prestigieux d'un grand nom avait seul dissimulée. Si l'on remontait aux
causes qui donnaient aux armes des Suédois une si redoutable
supériorité, on les trouvait surtout dans le pouvoir illimité de leur
chef, qui réunissait en un seul point toutes les forces de son parti,
et, n'étant gêné dans ses entreprises par aucune autorité supérieure,
maître absolu de chaque moment favorable, faisait servir tous les moyens
à son but et ne recevait de lois que de lui-même. Mais, depuis la
destitution de Wallenstein et la défaite de Tilly, on voyait du côté de
l'empereur et de la Ligue absolument tout le contraire. Les généraux
manquaient d'autorité sur les troupes et de la liberté d'action si
nécessaire; les soldats manquaient d'obéissance et de discipline, les
corps détachés d'ensemble dans leurs opérations, les membres de l'Empire
de bonne volonté, les chefs de concorde, de promptitude dans les
résolutions et de fermeté dans l'exécution. Ce ne fut pas leur puissance
supérieure, ce fut seulement l'usage mieux entendu qu'ils firent de
leurs forces qui donna aux ennemis de l'empereur une si décisive
prépondérance. La Ligue et l'empereur ne manquaient pas de ressources,
mais seulement d'un homme qui eût le talent et le pouvoir de les
employer. Lors même que Tilly n'eût jamais perdu sa gloire, la défiance
qu'inspirait la Bavière ne permettait pas, cependant, de remettre le
sort de la monarchie dans les mains d'un homme qui ne dissimula jamais
son attachement pour la maison de Bavière. Le plus pressant besoin de
Ferdinand était donc un général qui eût assez d'expérience pour former
et conduire une armée et qui consacrât ses services à l'Autriche avec un
aveugle dévouement.

C'était le choix de ce général qui occupait maintenant le conseil secret
de l'empereur et qui en divisait les membres. Pour opposer un roi à un
roi, et pour enflammer le courage des troupes par la présence de leur
maître, Ferdinand, dans le premier feu de la passion, s'offrait à
commander lui-même son armée; mais il n'était pas difficile de
renverser une résolution que le seul désespoir inspirait et que faisait
tomber un instant de tranquille réflexion. Ce que défendait à l'empereur
sa dignité et le fardeau du gouvernement, les circonstances le
permettaient à son fils, jeune homme capable et courageux, sur qui les
sujets autrichiens portaient leurs regards avec une joyeuse espérance.
Appelé par sa naissance même à défendre une monarchie dont il portait
déjà deux couronnes, Ferdinand III, roi de Bohême et de Hongrie,
unissait à la dignité naturelle d'héritier présomptif l'estime des
armées et tout l'amour des peuples, dont l'assistance lui était si
indispensable pour la conduite de la guerre. Le souverain futur, cher à
la nation, pouvait seul hasarder d'imposer de nouvelles charges à des
sujets accablés; il semblait qu'il fût seul capable, par sa présence au
milieu de l'armée, d'étouffer la funeste jalousie des chefs et de
ramener, par le pouvoir de son nom, à l'ancienne rigueur la discipline
relâchée. Si le jeune homme manquait encore de cette indispensable
maturité de jugement, de cette prudence, de cette connaissance de la
guerre, qui ne s'acquiert que par l'usage, on pouvait suppléer à ce
défaut par un bon choix de conseillers et d'auxiliaires, revêtus, sous
son nom, de l'autorité la plus étendue.

Autant étaient spécieux les motifs par lesquels une partie des ministres
soutenait cette proposition, aussi grandes étaient les difficultés qu'y
opposait la défiance, peut-être aussi la jalousie de l'empereur, et
l'état désespéré des affaires. Combien n'était-il pas périlleux de
confier le sort de la monarchie tout entière à un jeune homme qui avait
lui-même un si grand besoin de guides étrangers! Quelle témérité
d'opposer au plus grand général du siècle un débutant, qui n'avait
prouvé encore par aucune entreprise qu'il fût capable de remplir ce
poste important; dont le nom, que jamais encore la gloire n'avait
proclamé, était beaucoup trop faible pour garantir d'avance la victoire
aux troupes découragées! Quelle nouvelle charge encore, pour le sujet,
d'entretenir l'état somptueux qui convenait à un général couronné, état
que les préjugés de l'époque rendaient inséparable de sa présence aux
armées! Quel danger enfin pour le prince lui-même d'ouvrir sa carrière
politique par un office qui le rendait le fléau de son peuple et
l'oppresseur des pays sur lesquels il devait régner un jour!

D'ailleurs, il ne suffisait pas de chercher un général pour l'armée, il
fallait aussi trouver une armée pour le général. Depuis la déposition de
Wallenstein, l'empereur s'était défendu avec le secours de la Ligue et
de la Bavière plus qu'avec ses propres forces, et c'est précisément à
cette dépendance d'amis équivoques qu'on voulait se dérober par la
création d'un général à soi. Mais, sans la force toute-puissante de l'or
et sans le nom magique d'un chef victorieux, était-il possible de faire
sortir une armée qui pût rivaliser en discipline, en esprit belliqueux,
en habileté, avec les bandes aguerries du conquérant suédois? Dans
l'Europe entière, il n'y avait qu'un seul homme qui eût accompli un tel
prodige, et cet homme unique, on lui avait fait un mortel affront.

Enfin le moment était venu, qui offrait à l'orgueil offensé de
Friedland une satisfaction sans égale. Le sort s'était lui-même déclaré
son vengeur, et une suite non interrompue de revers, qui avait fondu sur
l'Autriche depuis le jour de sa destitution, avait arraché à l'empereur
lui-même l'aveu que, en lui ôtant ce général, on lui avait coupé son
bras droit. Chaque défaite de ses troupes rouvrait cette blessure;
chaque place perdue reprochait au monarque trompé sa faiblesse et son
ingratitude: heureux encore s'il n'avait fait que perdre dans le général
offensé un chef pour ses armées, un défenseur pour ses États! mais il
trouvait en lui un ennemi, et le plus dangereux de tous, parce que
c'était contre l'atteinte d'un traître qu'il était le moins défendu.

Éloigné du théâtre de la guerre, et condamné à une oisiveté qui faisait
son supplice, tandis que ses rivaux cueillaient des lauriers dans le
champ de la gloire, l'orgueilleux Friedland avait contemplé les
révolutions de la fortune avec une feinte insouciance, et caché sous le
faste éblouissant d'un héros de théâtre les sombres projets de son
esprit toujours en travail. Dévoré par une passion brûlante, tandis que
son visage serein feignait le calme et le repos, il mûrissait en silence
ses terribles desseins, enfants de la vengeance et de l'ambition, et
s'approchait lentement, mais sûrement, de son but. Tout ce qu'il était
devenu grâce à l'empereur était effacé de son souvenir; ce qu'il avait
fait pour l'empereur était seul gravé en traits de feu dans sa mémoire.
Dans sa soif inextinguible de grandeur et de puissance, il était charmé
de trouver chez Ferdinand une ingratitude qui semblait annuler sa dette
et l'affranchir de toute obligation envers l'auteur de sa fortune. Les
projets de son ambition lui paraissaient maintenant excusés et
justifiés: ils prenaient l'apparence d'une légitime représaille. Autant
se resserrait le cercle de son activité extérieure, autant
s'agrandissait le monde de ses espérances, et son imagination exaltée
s'égarait dans des projets immenses, que, dans toute autre tête que la
sienne, le seul délire eût pu enfanter. Son mérite l'avait porté aussi
haut que l'homme se puisse élever par ses propres forces. La fortune ne
lui avait rien refusé de tout ce qu'un particulier et un citoyen peut
atteindre sans sortir des limites du devoir. Jusqu'au moment de sa
destitution, ses prétentions n'avaient éprouvé aucune résistance, son
ambition n'avait rencontré aucune limite; le coup qui le terrassa, à la
diète de Ratisbonne, lui montra la différence de la puissance propre et
originelle à la puissance déléguée, et la distance du sujet au
souverain. Arraché par cette catastrophe imprévue à l'ivresse de sa
grandeur dominatrice, il compara le pouvoir qu'il avait possédé avec
celui par lequel on lui avait ravi le sien, et son ambition observa le
degré qu'il avait encore à franchir sur l'échelle de la fortune. Ce fut
seulement lorsqu'il eut senti, avec une douloureuse réalité, le poids de
l'autorité suprême, qu'il étendit vers elle ses mains avides: la
spoliation qu'on lui avait fait éprouver le rendit spoliateur. Si aucune
offense ne l'avait provoqué, il aurait décrit docilement son orbite
autour de la majesté du trône, satisfait de la gloire d'être son plus
brillant satellite: ce ne fut qu'après avoir été poussé violemment hors
de sa carrière, qu'il troubla le système auquel il appartenait et se
précipita sur son soleil pour l'écraser.

Gustave-Adolphe poursuivait sa marche victorieuse dans le nord de
l'Allemagne; les places tombaient l'une après l'autre en son pouvoir, et
l'élite des forces impériales venait de succomber près de Leipzig. Le
bruit de ces défaites parvint bientôt aux oreilles de Wallenstein, qui,
plongé à Prague dans l'obscurité de la vie privée, contemplait de loin
paisiblement les tempêtes de la guerre. Ce qui remplissait d'alarmes le
coeur de tous les catholiques lui présageait, à lui, fortune et
grandeur; pour lui seul travaillait Gustave-Adolphe. Dès qu'il vit que
ce monarque commençait à se faire respecter par ses exploits, le duc de
Friedland ne perdit pas un moment pour rechercher son amitié et faire
cause commune avec cet heureux ennemi de l'Autriche. Le comte de Thurn
exilé, qui avait depuis longtemps consacré ses services au roi de Suède,
se chargea de lui présenter les félicitations de Wallenstein et de lui
proposer avec le duc une étroite alliance. Wallenstein lui demandait
quinze mille hommes, et, avec ce secours, joint aux troupes qu'il
s'engageait à lever lui-même, il voulait conquérir la Bohême et la
Moravie, surprendre Vienne et chasser jusqu'en Italie l'empereur son
maître. Quoique l'étrangeté de cette proposition et l'exagération de ces
promesses excitassent vivement la défiance de Gustave-Adolphe, il se
connaissait trop bien en mérite pour repousser froidement un ami de
cette importance. Mais, lorsque Wallenstein, encouragé par le favorable
accueil fait à cette première tentative, renouvela sa proposition après
la bataille de Breitenfeld et réclama une déclaration positive, le
prudent monarque jugea périlleux de compromettre sa gloire avec les
chimériques projets de cet esprit téméraire, et de confier un si grand
nombre de soldats à la loyauté d'un homme qui s'annonçait comme un
traître. Il s'excusa sur la faiblesse de son armée, qui souffrirait dans
ses expéditions en Allemagne par une si forte réduction, et il manqua
peut-être, par une trop grande prudence, l'occasion de terminer la
guerre au plus vite. Dans la suite, il essaya, mais trop tard, de
renouer les négociations rompues; le moment favorable était passé, et
l'orgueil de Wallenstein ne lui pardonna jamais ce dédain.

Mais ce refus du roi ne fit vraisemblablement que hâter la rupture que
la trempe de ces deux caractères rendait inévitable. Nés l'un et l'autre
pour donner des lois et non pour en recevoir, ils n'auraient jamais pu
rester unis dans une entreprise qui exigeait plus que toute autre de la
condescendance et des sacrifices réciproques. Wallenstein n'était rien
lorsqu'il n'était pas tout. Il fallait ou qu'il n'agît point du tout, ou
qu'il agît avec une liberté absolue. Gustave-Adolphe avait une haine non
moins sincère pour tout assujettissement, et peu s'en fallut qu'il ne
rompît sa liaison si avantageuse avec la cour de France, parce que les
prétentions de cette puissance enchaînaient son génie indépendant. L'un
était perdu pour un parti qu'il n'eût pu diriger, l'autre était bien
moins fait encore pour se laisser mener à la lisière. Les prétentions
impérieuses de cet allié, déjà si importunes au duc de Friedland dans
leurs opérations communes, lui seraient devenues insupportables
lorsqu'il aurait fallu partager les dépouilles. Le fier monarque
pouvait descendre à recevoir contre l'empereur l'appui d'un sujet
rebelle, et récompenser ce service important avec une générosité royale;
mais il ne pouvait jamais perdre de vue sa propre majesté et celle de
tous les rois, jusqu'à garantir le prix que l'ambition effrénée de
Friedland osait mettre à ses secours; jamais il n'aurait payé d'une
couronne une profitable trahison. Ainsi donc, l'Europe entière eût-elle
gardé le silence, du moment que Wallenstein portait la main sur le
sceptre de Bohême, il devait rencontrer une opposition redoutable chez
Gustave-Adolphe, l'homme de toute l'Europe qui pouvait d'ailleurs le
mieux donner force à un pareil _veto_. Une fois devenu dictateur de
l'Allemagne par le secours de Wallenstein, il pouvait tourner aussi ses
armes contre cet auxiliaire même et se tenir pour affranchi envers un
traître de tous les devoirs de la reconnaissance. Auprès d'un tel allié,
il n'y avait donc pas de place pour Wallenstein; et vraisemblablement
c'est à cela qu'il faisait allusion, et non à ses vues supposées sur le
trône impérial, lorsqu'il s'écria, après la mort du roi: «C'est un
bonheur pour moi et pour lui qu'il ne soit plus. C'était trop pour
l'Empire d'Allemagne de deux chefs comme nous.»

Son premier essai de vengeance contre la maison d'Autriche avait échoué;
mais sa résolution était inébranlable, et le changement ne porta que sur
le choix des moyens. Ce qui ne lui avait pas réussi auprès du roi de
Suède, il espéra l'obtenir, avec moins de difficulté et plus
d'avantages, de l'électeur de Saxe: il était sûr de le mener à son gré,
tout autant qu'il désespérait de gouverner Gustave-Adolphe. Sans cesse
en communication avec Arnheim, son ancien ami, il travailla dès ce
moment à une alliance avec la Saxe, par laquelle il espérait se rendre
également redoutable à l'empereur et au roi de Suède. Il pouvait se
promettre qu'un projet dont la réussite enlèverait au monarque suédois
son influence en Allemagne, trouverait auprès de Jean-Georges un accès
d'autant plus facile que le caractère jaloux de ce prince était irrité
du pouvoir de Gustave-Adolphe, et que son affection, d'ailleurs faible
pour lui, était bien refroidie par l'accroissement des prétentions du
roi. Si Wallenstein réussissait à séparer la Saxe de l'alliance suédoise
et à former avec elle un troisième parti dans l'Empire, l'issue de la
guerre était dans sa main, et, du même coup, il tirait vengeance de
l'empereur, il punissait le roi de Suède d'avoir dédaigné son amitié, et
il fondait sur la ruine de tous deux l'édifice de sa propre grandeur.

Mais, par quelque chemin qu'il poursuivît son but, il ne pouvait réussir
à l'atteindre sans l'appui d'une armée qui lui fût entièrement dévouée.
Cette armée ne pouvait être levée si secrètement que la cour impériale
ne conçût des soupçons et que le projet ne fût déjoué dès sa naissance.
Cette armée ne devait pas connaître avant le temps sa destination
criminelle, car il était difficile d'espérer qu'elle voulût obéir à
l'appel d'un traître et servir contre son légitime souverain. Il fallait
donc que Wallenstein fît ses levées publiquement, sous l'autorité
impériale, et qu'il reçût légalement, de l'empereur lui-même, un pouvoir
illimité sur ces troupes. Mais cela pouvait-il se faire, à moins qu'on
ne lui restituât le généralat dont on l'avait dépouillé et qu'on ne lui
remît, d'une manière absolue, la conduite de la guerre? Cependant, ni
son orgueil ni son intérêt ne lui permettaient de se pousser lui-même à
ce poste et de solliciter, comme un suppliant, de la faveur impériale,
une autorité limitée, quand il s'agissait de l'arracher illimitée à la
frayeur du monarque. Pour pouvoir dicter les conditions auxquelles il se
chargerait du commandement, il fallait qu'il attendît que son maître le
pressât de l'accepter. C'était le conseil que lui donnait Arnheim, et ce
fut le but qu'il poursuivit avec une profonde politique et une
infatigable activité.

Persuadé que l'extrême nécessité pourrait seule vaincre l'irrésolution
de l'empereur, et rendre impuissante l'opposition de la Bavière et de
l'Espagne, ses deux plus ardents adversaires, il s'appliqua dès lors à
favoriser les progrès de l'ennemi et à augmenter la détresse de son
maître. Ce fut très-probablement sur son invitation et par ses
encouragements que les Saxons, déjà en marche pour la Lusace et la
Silésie, se tournèrent vers la Bohême et inondèrent de leurs troupes ce
pays sans défense; les rapides conquêtes qu'ils y firent ne furent pas
moins son ouvrage. Par ses craintes affectées, il étouffa toute pensée
de résistance, et, par sa retraite précipitée, livra la capitale au
vainqueur. Dans une conférence qu'il eut avec le général saxon, à
Kaunitz, et dont une négociation de paix lui fournit le prétexte, il mit
vraisemblablement le sceau à la conjuration, et la conquête de la Bohême
fut le premier fruit de cette entrevue. En même temps qu'il concourait
de tout son pouvoir à accumuler les malheurs sur l'Autriche, et qu'il y
était puissamment secondé par les rapides progrès des Suédois sur le
Rhin, il faisait retentir, à Vienne, par la voix de ses partisans
volontaires ou achetés, les plaintes les plus violentes sur les malheurs
publics; il faisait représenter la destitution de l'ancien général comme
la seule cause des revers. «Wallenstein n'eût pas laissé les choses en
venir là, s'il fût resté au timon,» s'écriaient alors mille voix, et,
même dans le conseil secret de l'empereur, cette opinion trouvait de
zélés partisans.

Il n'était pas besoin de leurs assauts répétés pour ouvrir les yeux du
malheureux monarque sur les mérites de son général et sur l'imprudence
commise. Sa dépendance de la Ligue et de la Bavière lui avait été
bientôt insupportable; mais cette dépendance même ne lui avait pas
permis de montrer sa défiance et d'irriter l'électeur en rappelant le
duc de Friedland. Mais, à présent que le danger croissait de jour en
jour, et que la faiblesse de l'assistance bavaroise devenait toujours
plus visible, il n'hésita pas plus longtemps à prêter l'oreille aux amis
de Wallenstein et à peser mûrement leurs propositions relatives au
rappel de ce général. Les immenses richesses qu'il possédait, la
considération générale dont il jouissait, la rapidité avec laquelle, six
années auparavant, il avait mis en campagne une armée de quarante mille
hommes, la faible dépense avec laquelle il avait entretenu des troupes
si nombreuses, ses exploits à la tête de cette armée, enfin le zèle et
la fidélité, qu'il avait montrés pour la gloire de l'empereur, étaient
toujours présents à la pensée du monarque et lui représentaient le duc
comme l'instrument le plus propre à rétablir l'équilibre des armes entre
les puissances belligérantes, à sauver l'Autriche et à maintenir debout
la religion catholique. Si vivement que l'orgueil impérial sentît
l'humiliation de faire l'aveu si peu équivoque de la précipitation
passée et de la détresse présente; si douloureux qu'il fût pour
Ferdinand d'abaisser aux prières la hauteur de sa dignité souveraine;
quelque suspecte que fût la fidélité d'un homme si grièvement offensé et
si implacable; enfin si hautement et si énergiquement que les ministres
espagnols et l'électeur de Bavière fissent connaître leur mécontentement
de cette démarche: l'urgente nécessité triompha de toute autre
considération, et les amis du duc furent chargés de sonder ses
dispositions et de lui faire entrevoir de loin la possibilité de son
rétablissement.

Instruit de tout ce qui se traitait à son avantage dans le cabinet de
Ferdinand, Wallenstein prit assez d'empire sur lui-même pour cacher son
triomphe intérieur et jouer le rôle d'un homme indifférent. Le temps de
la vengeance était venu, et son coeur orgueilleux jouissait d'avance de
rendre à l'empereur, avec usure, l'affront qu'il avait reçu. Il
s'étendit avec une éloquence étudiée sur l'heureuse tranquillité de la
vie privée, qui faisait sa félicité depuis son éloignement du théâtre
politique. Il avait, disait-il, goûté trop longtemps les charmes de
l'indépendance et du loisir, pour les sacrifier au vain fantôme de la
gloire et à l'incertaine faveur des princes. Tous ses désirs de
grandeur et de puissance étaient évanouis, et le repos était l'unique
objet de ses voeux. Pour ne trahir aucune impatience, il refusa même
l'invitation de se rendre à la cour de l'empereur; cependant, pour
faciliter les négociations avec elle, il s'avança jusqu'à Znaïm, en
Moravie.

On essaya d'abord de limiter, par la présence d'un surveillant, la
grandeur du pouvoir qu'on allait lui remettre, et de réduire au silence,
par cet expédient, l'électeur de Bavière. Les envoyés de l'empereur,
Questenberg et Werdenberg, qui furent employés, comme anciens amis de
Friedland, à cette négociation épineuse, eurent l'ordre de mettre en
avant, dans leur proposition, le roi de Hongrie, qui devait suivre
l'armée et apprendre l'art de la guerre sous la conduite de Wallenstein.
Mais la simple mention de ce nom menaça de rompre toute la conférence.
«Jamais, déclara hautement le duc, jamais il ne souffrirait un aide dans
sa charge, quand ce serait Dieu même avec qui il devrait partager le
commandement.» Mais, même après qu'on se fut désisté de cette condition
odieuse, le favori et ministre de l'empereur, le prince d'Eggenberg, ami
de Wallenstein et son constant défenseur, qu'on avait envoyé en personne
auprès de lui, épuisa longtemps en vain son éloquence pour vaincre sa
répugnance affectée. Le ministre avouait que «le monarque avait perdu,
en se privant de Wallenstein, la plus précieuse pierre de sa couronne;
mais cette décision, assez regrettée, il ne l'avait prise que par force
et à contre-coeur; son estime pour le duc n'avait éprouvé aucun
changement; sa faveur lui était demeurée constante. Une preuve
irrécusable était la confiance exclusive qu'on mettait aujourd'hui dans
sa fidélité et ses talents, pour réparer les fautes de ses prédécesseurs
et changer toute la face des choses. Ce serait agir avec noblesse et
grandeur de sacrifier un juste ressentiment au bien de la patrie; il
serait beau, il serait digne de lui de confondre les calomnies de ses
adversaires par un redoublement de zèle. Ce triomphe sur lui-même,
disait enfin le prince, couronnerait ses autres mérites incomparables,
et ferait de lui le plus grand homme de son siècle.»

Des aveux si humiliants, des assurances si flatteuses, parurent désarmer
enfin la colère de Friedland. Mais il ne prêta pas l'oreille aux
séduisantes propositions du ministre avant d'avoir pleinement déchargé
son coeur de tous les reproches qu'il faisait à son maître, avant
d'avoir étalé, avec une pompe fastueuse, toute l'étendue de ses mérites,
et rabaissé profondément le monarque qui avait maintenant besoin de son
secours. Comme s'il cédait seulement à la force des raisons qu'on avait
fait valoir, il accorda, avec une orgueilleuse générosité, ce qui était
le plus ardent désir de son âme, et daigna faire briller aux yeux de
l'ambassadeur un rayon d'espérance. Mais, bien éloigné de faire cesser
tout d'un coup l'embarras de l'empereur par un entier et absolu
consentement, il n'accorda qu'une moitié de la demande, afin de mettre
l'autre moitié, la plus importante, à un prix d'autant plus élevé. Il
accepta le commandement, mais seulement pour trois mois, seulement pour
mettre sur pied une armée, non pour la commander lui-même. Il voulait
uniquement, par cette création, manifester sa capacité et sa puissance,
et montrer de près à l'empereur la grandeur des secours dont lui
Wallenstein pouvait disposer. Persuadé qu'une armée, que son nom seul
aurait tirée du néant, y rentrerait, si elle était privée de son
créateur, il ne voulait s'en servir que comme d'un appât, pour arracher
à son maître des concessions d'autant plus importantes, et cependant
Ferdinand se crut bien heureux d'avoir du moins gagné cela.

Wallenstein ne tarda pas longtemps à remplir sa promesse, que toute
l'Allemagne raillait comme chimérique et que Gustave-Adolphe lui-même
trouvait exagérée. Mais les bases de cette entreprise étaient dès
longtemps posées, et il ne fit alors que mettre en jeu les machines
qu'il avait préparées dans cette vue depuis plusieurs années. A peine la
nouvelle de son armement se fut-elle répandue, que des bandes de soldats
accoururent de toutes les extrémités de la monarchie autrichienne, pour
tenter la fortune sous ce général expérimenté. Un grand nombre, qui
avaient déjà combattu autrefois sous ses drapeaux, admiré de près sa
grandeur et éprouvé sa générosité, sortirent de l'obscurité à cet appel,
afin de partager avec lui, une seconde fois, gloire et butin.
L'élévation de la solde promise en attira des milliers, et le riche
entretien, qui était assuré au soldat aux dépens du paysan, fut pour
celui-ci une invincible tentation d'embrasser plutôt lui-même cet état
que de succomber sous l'oppression militaire. On contraignit toutes les
provinces autrichiennes de contribuer pour cet armement coûteux; aucune
condition ne fut exempte de taxes; aucune dignité, aucun privilége ne
dispensaient de la capitation. La cour d'Espagne ainsi que le roi de
Hongrie accordèrent une somme considérable; les ministres firent des
dons magnifiques; et Wallenstein lui-même sacrifia deux cent mille écus
de ses biens particuliers pour hâter l'armement. Il soutint sur sa
cassette les officiers pauvres; et, par son exemple, par un brillant
avancement, par des promesses plus brillantes encore, il excita les
riches à lever des troupes à leurs frais. Qui mettait un corps sur pied
avec ses propres ressources en avait le commandement. Dans la nomination
des officiers, la religion ne faisait aucune différence: l'expérience,
la richesse et le courage étaient plus considérés que la croyance. Cette
justice égale envers les différentes sectes, et plus encore la
déclaration que l'armement actuel n'avait rien à démêler avec la
religion, tranquillisèrent le sujet protestant et le portèrent à
contribuer comme les autres aux charges publiques. En même temps, le duc
ne négligea pas de négocier, en son propre nom, avec les États étrangers
pour obtenir des hommes et de l'argent. Il décida le duc de Lorraine à
marcher une seconde fois pour l'empereur; il fallut que la Pologne lui
fournît des cosaques, l'Italie des munitions de guerre. Avant que le
troisième mois fût écoulé, l'armée, rassemblée en Moravie, ne se montait
pas à moins de quarante mille hommes, la plupart tirés de ce qui restait
de la Bohême, de Moravie, de Silésie et des provinces allemandes de la
maison d'Autriche. Ce que chacun avait jugé inexécutable, Wallenstein, à
l'étonnement de toute l'Europe, l'avait accompli dans un très-court
espace de temps. La magie de son nom, de son or et de son génie avait
appelé sous les armes plus de milliers d'hommes qu'on n'eût espéré avant
lui d'en rassembler de centaines. Fournie, jusqu'à la profusion, de
toutes les choses nécessaires, commandée par des officiers expérimentés,
enflammée d'un enthousiasme qui promettait la victoire, cette armée
nouvelle n'attendait qu'un signe de son chef pour se montrer digne de
lui par de valeureux exploits.

Le duc avait rempli sa promesse, l'armée était prête à entrer en
campagne: alors il se retira et remit à l'empereur le soin de lui donner
un général. Mais il eût été aussi facile de lever une seconde armée
comme celle-là, que de trouver pour elle un autre chef que Wallenstein.
Cette armée, qui promettait tant de choses, la dernière espérance de
l'empereur, n'était rien qu'un prestige, aussitôt que se dissipait
l'enchantement qui l'avait produite. Wallenstein lui avait donné l'être:
sans lui, elle rentrait dans le néant, comme une création magique. Les
officiers étaient engagés envers lui comme ses débiteurs, ou liés
étroitement, comme ses créanciers, à son intérêt et à la durée de sa
puissance: il avait donné les régiments à ses parents, à ses créatures,
à ses favoris. C'était lui, lui seul, qui pouvait tenir aux troupes les
enivrantes promesses par lesquelles il les avait attirées à son service.
Sa parole donnée était pour tous la seule garantie de leurs audacieuses
espérances; une confiance aveugle en sa toute-puissance était l'unique
lien qui confondait en un vivant esprit de corps les différents mobiles
de leur zèle. C'en était fait de la fortune de chacun, aussitôt que se
retirait celui qui en avait garanti l'accomplissement.

Quoique le refus de Wallenstein ne fût nullement sérieux, il ne se
servit pas moins avec beaucoup de succès de cet épouvantail pour
arracher à l'empereur l'acceptation de ses conditions exorbitantes. Les
progrès de l'ennemi rendaient le péril chaque jour plus pressant, et le
secours était si près! Il dépendait d'un seul homme de mettre une
prompte fin à la détresse générale. Pour la troisième et dernière fois,
le prince d'Eggenberg reçut donc l'ordre de décider son ami, même au
prix des plus durs sacrifices, à se charger du commandement.

Il le trouva à Znaïm, en Moravie, fastueusement environné des troupes
dont il faisait convoiter la possession à l'empereur. L'orgueilleux
sujet reçut l'envoyé de son souverain comme un suppliant. «Jamais,
répondit-il, il ne pourrait se fier à un rétablissement qu'il devait
uniquement à la détresse, non à la justice de l'empereur. A la vérité,
on le cherchait maintenant que le danger était au comble, et qu'on
n'espérait de salut que de son bras, mais le service rendu ferait
bientôt retomber son auteur dans l'oubli, et l'ancienne sûreté
ramènerait l'ancienne ingratitude. Toute sa gloire était compromise,
s'il trompait l'attente que l'on fondait sur lui; et son bonheur, son
repos, s'il réussissait de la satisfaire. Bientôt se réveillerait contre
lui l'ancienne jalousie, et le monarque dépendant d'autrui ne ferait
nulle difficulté de sacrifier une seconde fois aux convenances du moment
un serviteur qui aurait cessé d'être nécessaire. Il valait mieux pour
lui abandonner tout de suite et librement un poste d'où il serait
d'ailleurs précipité tôt ou tard par les cabales de ses adversaires. Il
n'attendait plus de sûreté et de contentement qu'au sein de la vie
privée, et c'était uniquement pour obliger l'empereur qu'il s'était
arraché pour quelque temps, et bien malgré lui, à son heureuse
tranquillité.»

Le ministre, fatigué de cette longue comédie prit alors un ton plus
sérieux et menaça l'obstiné Wallenstein de toute la colère du monarque,
s'il persistait dans sa résistance. «La majesté de l'empereur, lui
dit-il, s'était assez profondément abaissée, et, au lieu d'émouvoir sa
générosité par la condescendance, elle n'avait fait que caresser son
orgueil et accroître son opiniâtreté. S'il fallait qu'elle eût fait
inutilement ce grand sacrifice, il ne répondait pas que le suppliant ne
se changeât en maître et que le monarque ne vengeât sur le sujet rebelle
sa dignité offensée. Quelque faute que Ferdinand pût avoir commise,
l'empereur avait le droit d'exiger la soumission; l'homme pouvait se
tromper, mais le souverain ne pouvait jamais avouer son erreur. Si le
duc de Friedland avait souffert par une injuste sentence, il serait
dédommagé de toutes ses pertes; la majesté souveraine pouvait guérir les
blessures qu'elle-même avait faites. Réclamait-il des garanties pour sa
personne et des dignités, l'équité de l'empereur ne lui refuserait
aucune demande légitime. Seule, la majesté méprisée ne se pouvait
apaiser par aucune réparation, et la désobéissance à ses ordres effaçait
même le plus éclatant mérite. L'empereur avait besoin de ses services,
et, comme empereur, il les exigeait. Quelque prix que Wallenstein voulût
y mettre, l'empereur le lui accordait. Mais il voulait l'obéissance;
sinon, le poids de sa colère écraserait l'indocile serviteur.»

Wallenstein, dont les vastes possessions, enclavées dans la monarchie
autrichienne, étaient sans cesse à la merci du pouvoir impérial, sentit
vivement que cette menace n'était pas vaine; mais ce ne fut pas la
crainte qui surmonta enfin son obstination simulée. Ce langage impérieux
ne lui découvrit que trop clairement la faiblesse et le désespoir qui en
étaient la source; l'empressement de l'empereur à lui accorder toutes
ses demandes lui persuada qu'il touchait au terme de ses voeux. Il se
déclara donc vaincu par l'éloquence d'Eggenberg et le quitta pour aller
rédiger ses conditions.

Le ministre n'attendait pas sans angoisse un écrit où le plus
orgueilleux des serviteurs avait l'audace de dicter des lois au plus
orgueilleux des princes. Mais, si faible que fût sa confiance en la
modestie de son ami, les prétentions excessives contenues dans cet écrit
dépassèrent cependant de bien loin ses craintes les plus vives.
Wallenstein demandait une autorité suprême et absolue sur toutes les
armées allemandes de la maison d'Autriche et d'Espagne, avec le pouvoir
illimité de punir et de récompenser. Ni le roi de Hongrie, ni l'empereur
lui-même n'auraient la permission de paraître à l'armée, et moins encore
d'y faire aucun acte d'autorité. L'empereur ne devait y disposer d'aucun
emploi, y distribuer aucune récompense; aucune lettre de grâce ne devait
être valable sans la ratification de Wallenstein. Il disposerait seul, à
l'exclusion de tous tribunaux de l'empereur et de l'Empire, de tout ce
qui serait confisqué ou conquis en Allemagne. On lui céderait, à titre
de récompense ordinaire, un domaine héréditaire impérial, et en outre,
comme don extraordinaire, un des pays conquis dans l'Empire. Toute
province autrichienne lui devait être ouverte, comme refuge aussitôt
qu'il en aurait besoin. Il demandait de plus que le duché de
Mecklembourg lui fût garanti dans le traité de paix futur; enfin il
voulait un congé formel et signifié longtemps d'avance, si l'on devait
juger nécessaire de lui retirer une seconde fois le généralat.

Vainement le ministre le pressa de modérer ces demandes, par lesquelles
l'empereur allait être dépouillé de tous ses droits de souverain sur
l'armée et abaissé à n'être qu'une créature de son général. On lui avait
trop laissé voir l'absolue nécessité de ses services, pour être encore
maître du prix qu'il faudrait les payer. Si la force des circonstances
obligeait l'empereur de consentir à ces demandes, ce n'était pas un
simple mouvement de vengeance et d'orgueil qui engageait le duc à les
faire. Le plan de la révolte future était tracé, et l'on ne pouvait se
passer pour l'accomplir d'aucun des avantages que Wallenstein cherchait
à s'assurer dans son traité avec la cour. Ce plan exigeait que toute
autorité en Allemagne fût ravie à l'empereur et passât dans les mains de
son général: ce but était atteint aussitôt que Ferdinand aurait signé
ces conditions. L'usage que Wallenstein se proposait de faire de son
armée, et qui certes différait infiniment du dessein qu'on avait en la
lui remettant, n'admettait aucun partage de pouvoir, et bien moins
encore un pouvoir supérieur au sien. Pour qu'il fût le seul maître de
leur volonté, il devait paraître aux yeux des soldats comme le seul
maître de leur sort; pour se substituer insensiblement à son chef
suprême, et attribuer à sa propre personne les droits de souveraineté
que lui avait seulement prêtés la puissance suprême, il devait éloigner
soigneusement celle-ci de la vue des troupes. De là son refus obstiné de
souffrir, à l'armée, aucun prince de la maison d'Autriche. La liberté de
disposer à son gré de tous les biens confisqués et conquis dans l'Empire
lui offrait des moyens redoutables pour acheter des partisans et des
instruments dociles, et pour jouer le dictateur en Allemagne, plus que
jamais empereur ne se l'était permis en temps de paix. Par le droit de
se servir au besoin des pays autrichiens comme de lieux de refuge, il
obtenait la libre faculté de tenir l'empereur comme prisonnier dans ses
propres États et par sa propre armée, d'épuiser la substance de ces
provinces et de miner la puissance de l'Autriche dans ses fondements.
Maintenant, quoi que le sort décidât, Wallenstein, par les conditions
qu'il arrachait à l'empereur, avait également bien pourvu, dans tous les
cas, à ses intérêts. Si les événements se montraient favorables à ses
audacieux projets, ce traité lui en rendait l'exécution plus facile; si
les conjonctures en déconseillaient l'exécution, du moins ce traité
avait été pour lui le plus magnifique dédommagement. Mais comment
pouvait-il croire valable un pacte qu'il arrachait à son maître et qui
était fondé sur un crime? Comment pouvait-il espérer d'enchaîner
l'empereur par une obligation qui condamnait à mort l'homme assez
téméraire pour l'imposer? Cependant, ce criminel, digne de mort, était
maintenant, dans toute la monarchie, le serviteur le plus indispensable,
et Ferdinand, exercé à la feinte, lui accorda tout ce qu'il demandait.

Les troupes impériales avaient donc enfin un chef digne de ce nom. Tout
autre pouvoir dans l'armée, même celui de l'empereur, cessa dès le
moment où Wallenstein prit le bâton de commandement, et tout ce qui
n'émanait pas de lui était de nulle valeur. Des rives du Danube jusqu'au
Wéser et à l'Oder, on sentit le lever vivifiant de l'astre nouveau. Déjà
un nouvel esprit anime les soldats de l'empereur; la guerre entre dans
une nouvelle phase. Les espérances des catholiques se raniment, et le
monde protestant observe avec inquiétude le changement des conjonctures.

Plus il avait fallu acheter à grand prix le nouveau général, plus, à la
cour de l'empereur, on se croyait en droit d'espérer de grandes choses;
mais le duc ne se pressa point de remplir cette attente. Aux portes de
la Bohême, avec une formidable armée, il n'avait qu'à se montrer pour
vaincre les Saxons affaiblis et ouvrir avec éclat sa nouvelle carrière
en reconquérant ce royaume. Mais, satisfait d'inquiéter l'ennemi avec
ses Croates, dans des engagements qui ne décidaient rien, il lui laissa
en proie la meilleure partie du pays et marcha vers son but particulier
à pas mesurés et tranquilles. Son plan n'était point de vaincre les
Saxons, mais de s'unir avec eux. Uniquement occupé de cette affaire
importante, il laissait, en attendant, reposer ses armes, afin de
triompher d'autant plus sûrement par la voie des négociations. Il mit
tout en oeuvre pour détacher l'électeur de l'alliance suédoise, et
Ferdinand lui-même, toujours disposé à la paix avec ce prince, approuva
cette conduite. Mais les grandes obligations que les Saxons avaient aux
Suédois étaient encore trop présentes à leur mémoire pour permettre une
si honteuse perfidie; et, si même ils en avaient senti la tentation, le
caractère équivoque de Wallenstein et le mauvais renom de la politique
autrichienne ne leur permettaient de prendre aucune confiance en la
sincérité des promesses du duc. Trop connu pour un trompeur dans son
rôle d'homme d'État, il ne trouva nulle créance dans l'unique occasion
où, vraisemblablement, il était sincère, et les circonstances ne
souffraient pas encore que, en découvrant ses vrais motifs, il mît hors
de doute la sincérité de ses intentions. Il résolut donc à contre-coeur
d'arracher par la force des armes ce qu'il n'avait pu obtenir par la
voie des négociations. Il rassembla promptement ses troupes et parut
devant Prague, avant que les Saxons pussent secourir cette capitale.
Après une courte résistance des assiégés, la trahison des capucins en
ouvrit l'entrée à un de ses régiments, et la garnison, réfugiée dans le
château, rendit les armes à des conditions honteuses. Maître de la
capitale, il espéra, pour ses négociations à la cour de Saxe, un accueil
plus favorable; toutefois, en même temps qu'il les renouvelait auprès du
général d'Arnheim, il ne négligea pas de leur donner plus de poids par
un coup décisif. Il ordonna d'occuper en toute hâte les étroits passages
entre Aussig et Pirna, pour couper à l'armée saxonne le retour dans son
pays; mais la célérité d'Arnheim la déroba heureusement au péril. Après
la retraite de ce général, Égra et Leutmeritz, derniers asiles des
Saxons, se rendirent au vainqueur, et le royaume rentra sous la
domination de son souverain légitime en moins de temps qu'il n'avait été
perdu.

Moins occupé des intérêts de son maître que de l'exécution de ses
desseins, Wallenstein songea alors à porter la guerre en Saxe, pour
contraindre l'électeur, en ravageant ses États, à un accommodement
particulier avec l'empereur, ou plutôt avec le duc de Friedland. Mais,
si peu accoutumé qu'il fût d'ailleurs à soumettre sa volonté à la force
des circonstances, il comprit néanmoins la nécessité de subordonner,
pour le moment, à une affaire plus pressante son projet favori. Tandis
qu'il chassait les Saxons de la Bohême, Gustave-Adolphe avait remporté
sur le Rhin et sur le Danube les victoires que nous avons racontées, et
déjà il avait porté la guerre, à travers la Franconie et la Souabe, aux
limites de la Bavière. Maximilien, battu au bord du Lech et privé de son
meilleur appui par la mort de Tilly, insistait auprès de l'empereur pour
qu'il envoyât au plus vite de Bohême à son secours le duc de Friedland,
et éloignât le danger de l'Autriche même, en défendant la Bavière. Il
adressa sa prière à Wallenstein lui-même, et lui demanda de la manière
la plus pressante de détacher du moins, en attendant, quelques régiments
à son aide, jusqu'à ce qu'il vînt lui-même, avec l'armée principale.
Ferdinand appuya cette prière de toute son influence, et les courriers
se succédèrent auprès de Wallenstein pour le déterminer à marcher sur
le Danube.

Mais on put voir alors combien Ferdinand avait sacrifié de son autorité
en remettant à d'autres mains son pouvoir sur les troupes et les droits
du commandement. Indifférent aux prières de Maximilien, sourd aux ordres
réitérés de l'empereur, Wallenstein demeura inactif en Bohême et
abandonna l'électeur à son sort. Le souvenir des mauvais services que
Maximilien lui avait rendus autrefois auprès de l'empereur, à la diète
de Ratisbonne, s'était gravé profondément dans le coeur implacable de
Friedland, et les récents efforts de l'électeur pour empêcher son
rétablissement n'étaient pas restés un secret pour lui. Le moment était
venu de venger cette injure, et l'électeur éprouva durement qu'il
s'était fait un ennemi du plus vindicatif des hommes. «La Bohême,
répondit Wallenstein, ne pouvait rester sans défense, et le meilleur
moyen de couvrir l'Autriche était de laisser l'armée suédoise
s'affaiblir devant les forteresses de Bavière.» C'est ainsi qu'il
châtiait son ennemi par le bras des Suédois; et, tandis que les places
tombaient l'une après l'autre dans leurs mains, il laissait l'électeur
languir vainement à Ratisbonne dans l'attente de son arrivée. Ce fut
seulement quand la complète soumission de la Bohême ne lui laissa plus
d'excuse, et quand les conquêtes de Gustave-Adolphe en Bavière
menacèrent l'Autriche elle-même d'un danger prochain, qu'il céda aux
sollicitations de l'électeur et de l'empereur, et qu'il se résolut à
opérer avec Maximilien la réunion longtemps désirée, qui, d'après
l'espoir général des catholiques, devait décider du sort de toute la
campagne.

Gustave-Adolphe lui-même, qui avait trop peu de monde pour tenir tête
aux seules forces de Wallenstein, craignit la jonction de deux armées si
puissantes, et l'on s'étonne avec raison qu'il n'ait pas montré plus
d'activité pour l'empêcher. Il semble avoir trop compté sur la haine qui
divisait les deux chefs et ne permettait d'attendre aucune association
de leurs armes pour un but commun; et quand l'événement démentit ses
conjectures, il n'était plus temps de réparer cette faute. A la première
nouvelle certaine qu'il reçut de leur dessein, il courut, il est vrai,
dans le haut Palatinat, pour fermer le chemin à l'électeur; mais
celui-ci avait déjà pris les devants, et la jonction s'était opérée
auprès d'Égra.

Wallenstein avait choisi cette place frontière pour théâtre du triomphe
qu'il était à la veille de remporter sur son orgueilleux adversaire. Non
content de le voir à ses pieds comme un suppliant, il lui imposait
encore la dure loi de laisser derrière lui ses États sans défense, de
venir de bien loin au-devant de son protecteur, et de faire, par une
avance si marquée, l'humiliant aveu de sa détresse et de ses besoins. Le
prince orgueilleux se soumit, même à cet abaissement, avec tranquillité.
Ce n'était pas sans un pénible combat qu'il s'était décidé à devoir sa
délivrance à celui qui n'aurait jamais eu un tel pouvoir si les choses
étaient allées selon ses voeux; mais, une fois décidé, il était assez
homme pour supporter toute offense inséparable de sa résolution, et il
était assez maître de lui-même pour mépriser de petites souffrances
lorsqu'il s'agissait de poursuivre un grand but.

Mais, autant il en avait coûté pour rendre seulement possible cette
réunion, autant il était difficile de s'accorder sur les conditions
auxquelles elle devait avoir lieu et se maintenir. Les forces combinées
devaient être sous les ordres d'un seul général, si l'on voulait
atteindre le but de la réunion; et des deux côtés on sentait également
peu d'inclination à se soumettre à l'autorité d'un rival. Si Maximilien
s'appuyait sur sa dignité d'électeur, sur la splendeur de sa race, sur
sa haute position dans l'Empire, Wallenstein ne fondait pas de moindres
prétentions sur sa gloire militaire et sur le pouvoir illimité que
l'empereur lui avait conféré. Autant la fierté du prince se révoltait de
se trouver sous les ordres d'un serviteur impérial, autant l'orgueil de
Friedland était flatté par la pensée de prescrire des lois à un esprit
si impérieux. On en vint là-dessus à une lutte opiniâtre, mais qui
finit, par un accord mutuel, à l'avantage de Wallenstein. Le
commandement des deux armées, surtout aux jours de combat, lui fut
attribué sans restriction, et tout pouvoir fut ôté à l'électeur de
changer l'ordre de bataille et même la marche de l'armée. Il ne se
réserva rien que le droit de punir et de récompenser ses propres
soldats, et la libre disposition de ses troupes aussitôt qu'elles
agiraient séparées de celles de l'empereur.

Après ces préliminaires, on hasarda enfin de paraître aux yeux l'un de
l'autre; mais ce ne fut qu'après s'être promis l'oubli complet du passé
et avoir réglé avec la dernière exactitude les formalités de l'acte de
réconciliation. Comme ils en étaient convenus, les deux princes
s'embrassèrent, à la vue de leurs troupes, et se donnèrent des
assurances réciproques d'amitié, tandis que leurs coeurs débordaient de
haine. A la vérité, Maximilien, consommé dans l'art de la dissimulation,
fut assez maître de lui pour ne pas trahir par un seul trait de son
visage ses véritables sentiments; mais dans les yeux de Wallenstein
étincelait la maligne joie du triomphe, et la contrainte visible de tous
ses mouvements décelait la force de la passion qui maîtrisait son coeur
orgueilleux.

Les troupes combinées, bavaroises et impériales, composaient maintenant
une armée d'environ soixante mille hommes, la plupart soldats éprouvés,
devant lesquels le roi de Suède ne pouvait risquer de se montrer en
campagne. Aussi, après avoir tenté vainement d'empêcher leur jonction,
il se retira à la hâte sur la Franconie, et attendit un mouvement
décisif de l'ennemi pour prendre sa résolution. La position de l'armée
combinée, entre les frontières de Saxe et de Bavière, fit douter quelque
temps encore si elle transporterait le théâtre de la guerre dans le
premier de ces deux pays, ou si elle chercherait à éloigner les Suédois
du Danube et à délivrer la Bavière. Arnheim avait dégarni la Saxe de
troupes, pour faire des conquêtes en Silésie, non sans avoir l'intention
secrète, comme beaucoup l'en accusent, de faciliter au duc de Friedland
l'entrée de l'électorat et de pousser plus vivement l'esprit irrésolu de
Jean-Georges à un accommodement avec l'empereur. Gustave-Adolphe
lui-même, dans la persuasion que les vues de Wallenstein étaient
dirigées contre la Saxe, y envoya promptement, pour ne pas laisser son
allié sans secours, un renfort considérable, fermement résolu à le
suivre avec toutes ses forces, aussitôt que les circonstances le
permettraient. Mais bientôt les mouvements de l'armée de Friedland lui
firent voir que c'était contre lui-même qu'elle avançait, et la marche
du duc à travers le haut Palatinat mit la chose hors de doute. Il
s'agissait maintenant pour Gustave de songer à sa propre sûreté, de
combattre moins pour la domination que pour son existence en Allemagne,
et d'emprunter ses moyens de salut à la fertilité de son génie.
L'approche de l'ennemi le surprit avant qu'il eût eu le temps de rallier
à lui ses troupes, répandues dans toute l'Allemagne, et d'appeler à son
secours les princes alliés. Beaucoup trop faible par le nombre pour être
en état d'arrêter la marche de l'ennemi, il n'avait plus que le choix de
se jeter dans Nuremberg et de courir le risque de s'y voir enfermé par
les forces de Wallenstein et vaincu par la famine, ou de sacrifier cette
ville et d'attendre des renforts sous le canon de Donawert. Indifférent
aux fatigues et aux dangers, lorsqu'il entendait la voix de l'humanité
et l'appel de l'honneur, il choisit, sans hésiter, le premier parti,
fermement résolu de s'ensevelir, avec toute son armée, sous les ruines
de Nuremberg, plutôt que de fonder son salut sur la perte de cette ville
alliée.

Aussitôt on fit des préparatifs pour entourer d'un retranchement la
ville avec tous les faubourgs et établir, dans l'enceinte, un camp
fortifié. Des milliers de bras se mirent sur-le-champ à cet immense
ouvrage, et tous les habitants de Nuremberg furent enflammés d'un zèle
héroïque, pour dévouer à la cause commune leur sang, leur vie, leurs
biens. Un fossé, profond de huit pieds et large de douze, environna
toutes les fortifications; les lignes furent défendues par des redoutes
et des bastions, les avenues par des demi-lunes. La Pegnitz, qui
traverse Nuremberg, partageait tout le camp en deux demi-cercles, reliés
par des ponts nombreux. Environ trois cents pièces d'artillerie tiraient
des remparts de la ville et des retranchements du camp. Les paysans des
villages voisins et les bourgeois de Nuremberg mirent la main à
l'oeuvre, de concert avec les soldats suédois, en sorte que, dès le
septième jour, l'armée put occuper le camp, et que, le quatorzième, tout
cet immense ouvrage fut achevé.

Tandis que ces choses se passaient hors des murs, les magistrats de la
ville étaient occupés à remplir les magasins et à se fournir de toutes
les munitions de guerre et de bouche pour un long siége. Ils ne
négligèrent pas non plus de pourvoir, par de rigoureuses mesures de
propreté, à la santé des habitants, que pouvait aisément mettre en péril
l'affluence de tant de monde. Afin de pouvoir soutenir le roi, en cas de
nécessité, tout ce qu'il y avait de jeunes gens dans la bourgeoisie de
Nuremberg fut enrôlé et exercé aux armes; la milice de la ville déjà
existante fut renforcée considérablement, et l'on mit sur pied un
nouveau régiment, divisé en vingt-quatre compagnies, désignées par les
lettres de l'ancien alphabet. Sur ces entrefaites, Gustave avait appelé
à son secours ses alliés, le duc Guillaume de Weimar et le landgrave de
Hesse-Cassel, et il avait ordonné à ses généraux, aux bords du Rhin, en
Thuringe et dans la basse Saxe, de se mettre en marche promptement et
de le joindre avec leurs troupes à Nuremberg. Son armée, qui était
campée en dedans des lignes de cette ville impériale, ne s'élevait pas à
beaucoup plus de seize mille hommes: ce n'était pas même le tiers de
l'armée ennemie.

Cependant, celle-ci s'était avancée à petites journées jusqu'à Neumarkt,
où le duc Friedland passa une revue générale. Transporté, à la vue de
cette masse formidable, il ne put retenir une vanterie de jeune homme:
«On verra dans quatre jours, s'écria-t-il, qui, du roi de Suède ou de
moi, sera le maître du monde.» Cependant, malgré sa grande supériorité,
il ne fit rien pour réaliser cette fière promesse, et négligea même
l'occasion d'écraser son ennemi, quand celui-ci fut assez téméraire pour
se présenter devant lui hors de ses lignes. «On a livré assez de
batailles, répondit-il à ceux qui le pressaient d'attaquer; il est temps
de suivre une autre méthode.» On vit dès ce moment combien l'on avait
gagné à trouver un général dont la réputation, déjà établie, n'avait pas
besoin des entreprises hasardées par lesquelles d'autres se hâtent
nécessairement de se faire un nom. Persuadé que le courage désespéré de
l'ennemi vendrait très-chèrement la victoire, et qu'une défaite, essuyée
dans ces contrées, ruinerait sans ressource les affaires de l'empereur,
il se contenta de consumer par un long siége l'ardeur guerrière de son
ennemi, et, en lui enlevant toute occasion de se livrer à l'impétuosité
de son courage, il lui ravit justement l'avantage qui l'avait rendu
jusqu'alors invincible. Ainsi donc, sans faire la moindre entreprise, il
établit, derrière la Rednitz, vis-à-vis de Nuremberg, un camp fortement
retranché, et, par cette position bien choisie, il intercepta, aussi
bien pour la ville que pour le camp, tous les approvisionnements de
Franconie, de Souabe et de Thuringe. Il tenait donc le roi assiégé en
même temps que la ville et se flattait de lasser lentement, mais
d'autant plus sûrement, par la famine et les maladies, le courage de son
adversaire, qu'il n'avait nulle envie de mettre à l'épreuve en bataille
rangée.

Mais il connaissait trop peu les ressources et les forces de
Gustave-Adolphe et n'avait pas veillé suffisamment à se garantir
lui-même du sort qu'il lui préparait. Les paysans de tout le territoire
voisin avaient fui avec leurs provisions, et les fourrageurs de
Friedland étaient obligés de se battre avec les Suédois pour le peu qui
restait. Le roi épargna les magasins de la ville, aussi longtemps qu'il
fut possible de s'approvisionner dans le voisinage, et ces courses de
part et d'autre amenèrent entre les Croates et les Suédois une guerre
continuelle, dont tous les environs offraient les affreux vestiges. Il
fallait conquérir, l'épée à la main, les nécessités de la vie, et les
partis n'osaient plus se hasarder à fourrager sans une escorte
nombreuse. Du moins, aussitôt que les troupes du roi éprouvaient la
disette, la ville de Nuremberg leur ouvrait ses magasins; mais
Wallenstein était contraint d'approvisionner les siennes de fort loin.
Un grand convoi, acheté en Bavière, était en route pour son camp, et il
avait détaché mille hommes pour l'amener en sûreté. Gustave-Adolphe, qui
en fut informé, expédia aussitôt un régiment de cavalerie, pour
s'emparer de ces vivres, et l'obscurité de la nuit favorisa
l'entreprise. Tout le convoi tomba dans les mains des Suédois, avec la
ville où il s'était arrêté; l'escorte impériale fut taillée en pièces,
près de douze cents têtes de bétail furent enlevées, et mille voitures
chargées de pain, qu'il n'était pas facile d'emmener, furent brûlées.
Sept régiments, que le duc de Friedland avait fait avancer vers Altdorf,
pour protéger le convoi impatiemment attendu, furent, après un combat
opiniâtre, dispersés par le roi, qui s'était également avancé pour
couvrir la retraite des siens, et repoussés dans le camp impérial, avec
une perte de quatre cents hommes. Tant de contrariétés, et la fermeté du
roi, si peu prévue de Friedland, lui firent regretter d'avoir laissé
échapper l'occasion d'une bataille. Maintenant, la force du camp suédois
rendait toute attaque impossible, et la jeunesse armée de Nuremberg
était pour le roi une fertile école militaire, au moyen de laquelle il
pouvait réparer à l'instant toutes ses pertes. Le défaut de vivres ne se
faisait pas moins sentir dans le camp impérial que dans le camp suédois,
et il était au moins très-difficile de prévoir quel serait celui des
deux partis qui forcerait l'autre à quitter le premier sa position.

Les deux armées étaient restées quinze jours en présence, couvertes par
des retranchements également inexpugnables, sans risquer rien de plus
que de légères courses et d'insignifiantes escarmouches. De part et
d'autre, des maladies contagieuses, suite naturelle de la mauvaise
nourriture et de l'entassement des troupes, avaient plus enlevé de
monde que le fer de l'ennemi, et la détresse croissait de jour en jour.
Enfin les secours, longtemps attendus, parurent dans le camp suédois, et
ces renforts considérables permirent au roi d'obéir à sa bravoure
naturelle et de briser les chaînes qui l'avaient retenu jusqu'alors.

Conformément à son invitation, le duc Guillaume de Weimar avait formé,
en toute hâte, au moyen des garnisons de la basse Saxe et de la
Thuringe, un corps d'armée, auquel se joignirent, en Franconie, quatre
régiments saxons et bientôt après, sous Kitzingen, les troupes du Rhin,
que le landgrave Guillaume de Hesse-Cassel et le comte palatin de
Birkenfeld envoyaient au secours du roi. Le chancelier Oxenstiern se
chargea de conduire cette armée combinée au lieu de sa destination.
Après avoir encore fait sa jonction, à Windsheim, avec le duc Bernard de
Weimar et le général suédois Banner, il s'avança rapidement jusqu'à
Bruck et Eltersdorf, où il passa la Regnitz, et arriva heureusement dans
le camp suédois. Ce secours montait à près de cinquante mille hommes et
amenait soixante canons et quatre mille chariots de bagage.
Gustave-Adolphe se voyait donc à la tête d'environ soixante-dix mille
combattants, sans même compter la milice de la ville de Nuremberg, qui
pouvait, au besoin, mettre en campagne trente mille robustes bourgeois.
Formidable armée, opposée à une autre qui ne l'était pas moins! Toute la
guerre paraissait maintenant concentrée en une seule bataille, pour
recevoir enfin sa dernière solution. L'Europe, partagée, avait les yeux
fixés sur cette arène, où les forces des deux puissances belligérantes
convergeaient comme dans un redoutable foyer.

Mais, si l'on avait été réduit à lutter avec la disette avant l'arrivée
des secours, ce fléau s'accrut désormais d'une manière effrayante dans
les deux camps, car Wallenstein avait aussi fait venir de la Bavière de
nouveaux renforts. Outre les cent vingt mille soldats qui étaient en
présence, outre un nombre de chevaux qui s'élevait, pour les deux
armées, à plus de cinquante mille; outre les habitants de Nuremberg, qui
surpassaient de beaucoup en nombre l'armée suédoise, on comptait,
seulement dans le camp de Wallenstein, quinze mille femmes et autant de
charretiers et de valets; on n'en comptait pas beaucoup moins dans le
camp suédois. La coutume de ce temps-là permettait au soldat de mener
avec lui sa famille en campagne. Chez les Impériaux, une foule
innombrable de femmes de mauvaise vie suivaient l'armée, et la sévère
surveillance exercée sur les moeurs dans le camp suédois, ne permettant
aucun désordre, encourageait par là même les mariages légitimes. Des
écoles régulières de campagne étaient établies pour la jeune génération,
dont ce camp était la patrie, et l'on en tirait une excellente race de
soldats, en sorte que, durant une longue guerre, les armées pouvaient se
recruter par elles-mêmes. Il ne faut pas s'étonner si ces nations
errantes affamaient tous les cantons où elles séjournaient, et si cette
multitude superflue faisait monter à des prix excessifs les choses
nécessaires à la vie. Les moulins autour de Nuremberg ne suffisaient pas
à moudre le grain que chaque journée consommait, et cinquante mille
livres de pain, que la ville livrait par jour au camp, irritaient la
faim sans la satisfaire. Les soins vraiment admirables des magistrats
de Nuremberg ne purent empêcher qu'une grande partie des chevaux ne
périt par le manque de fourrage et que la violence croissante des
épidémies ne mît chaque jour plus de cent hommes au tombeau.

Pour mettre un terme à ces souffrances, Gustave-Adolphe, plein de
confiance en la supériorité de ses forces, sortit enfin de ses lignes le
cinquante-cinquième jour, se présenta à l'ennemi en ordre de bataille,
et fit canonner le camp de Friedland par trois batteries, dressées sur
le bord de la Rednitz. Mais le duc resta immobile dans ses
retranchements et se contenta de répondre de loin à ce défi avec le feu
des mousquets et des canons. Consumer le roi par l'inaction et vaincre
sa persévérance par la famine était sa résolution mûrement réfléchie; et
aucune représentation de Maximilien, aucune marque d'impatience de
l'armée, aucune raillerie de l'ennemi, ne purent ébranler cette
résolution. Trompé dans son espérance et pressé par le progrès de la
disette, Gustave-Adolphe voulut alors risquer l'impossible: le dessein
fut formé d'assaillir ce camp, que l'art et la nature rendaient
également inexpugnable.

Après avoir confié la défense du sien à la milice de Nuremberg, il
sortit en ordre de bataille, le jour de la Saint-Barthélemy, le
cinquante-huitième depuis que l'armée avait occupé ses retranchements,
et il passa la Rednitz près de Fürth, où il eut peu de peine à faire
plier les avant-postes. Sur les hauteurs escarpées, situées entre la
Biber et la Rednitz, et nommées le Vieux-Fort et Altenberg, était posté
le corps principal de l'ennemi, et le camp même, commandé par ces
hauteurs, s'étendait à perte de vue dans la campagne. Toute la force de
l'artillerie était rassemblée sur ces collines. Des fossés profonds
entouraient des remparts inaccessibles; d'épais abatis et des palissades
aiguës fermaient les abords de la montagne escarpée, du sommet de
laquelle Wallenstein, calme et tranquille comme un dieu, lançait ses
foudres à travers de noirs nuages de fumée. Derrière les parapets, le
feu perfide des mousquets épiait l'assaillant téméraire, et une mort
certaine le menaçait par la gueule ouverte de cent canons. Ce fut contre
ce poste périlleux que Gustave-Adolphe dirigea son attaque, et cinq
cents mousquetaires, soutenus par peu de fantassins (un grand nombre ne
pouvait engager à la fois le combat dans cet espace étroit), eurent
l'avantage peu envié de se jeter les premiers dans le gouffre béant de
la mort. L'attaque est furieuse, la résistance terrible. Exposés sans
abri à toute la violence de l'artillerie ennemie, exaspérés à la vue de
la mort inévitable, ces guerriers intrépides gravissent la colline, qui
soudain se transforme en un volcan enflammé et vomit sur eux, au milieu
des tonnerres, une grêle de fer. La grosse cavalerie s'élance aussitôt
par les ouvertures que les boulets ennemis ont faites dans ce bataillon
compact; les rangs serrés se désunissent, et cette bande intrépide de
héros, vaincue par la double puissance de la nature et des hommes, prend
la fuite, après avoir laissé sur la place une centaine de morts.
C'étaient des Allemands, à qui la partialité de Gustave avait assigné
l'honneur meurtrier de la première attaque. Irrité de leur retraite, il
conduit maintenant à l'assaut ses Finlandais, pour faire rougir la
lâcheté allemande devant le courage des hommes du Nord. Les Finlandais,
accueillis par la même pluie de feu, plient à leur tour devant des
forces supérieures. Un régiment de troupes fraîches les remplace, pour
renouveler l'attaque avec aussi peu de succès. Il est relevé par un
quatrième, un cinquième, un sixième: en sorte que, pendant un combat de
dix heures, tous les régiments attaquèrent, et tous se retirèrent
sanglants et déchirés du champ de bataille. Mille corps mutilés jonchent
la terre, et Gustave invincible poursuit l'attaque, et Wallenstein
inébranlable se maintient dans sa forteresse.

Sur ces entrefaites, la cavalerie impériale et l'aile gauche des
Suédois, postée dans un petit bois sur la Rednitz, ont engagé un violent
combat, où le succès est balancé et l'ennemi tantôt vaincu, tantôt
vainqueur. Des deux parts, le sang coule avec la même abondance, et une
valeur égale se déploie. Le duc de Friedland, comme le prince Bernard de
Weimar, a son cheval tué sous lui; le roi lui-même a la semelle de sa
botte emportée par un boulet. L'attaque et la résistance se renouvellent
avec une fureur obstinée, jusqu'au moment où la nuit vient enfin
obscurcir le champ de bataille et inviter au repos les combattants
acharnés. Mais les Suédois sont déjà trop avancés pour que la retraite
se puisse entreprendre sans péril. Tandis que le roi cherche à découvrir
un officier, pour envoyer par lui aux régiments l'ordre de la retraite,
se présente à lui le colonel Hebron, vaillant Écossais, que son courage
avait seul entraîné hors du camp, pour partager les périls de la
journée. Irrité contre le roi, qui lui avait préféré, peu auparavant,
pour une action périlleuse, un colonel plus jeune que lui, il avait fait
précipitamment le voeu de ne plus tirer l'épée pour lui. Gustave-Adolphe
se tourne de son côté, et, louant son courage, le prie de porter aux
régiments l'ordre de la retraite. «Sire, réplique le vaillant soldat,
c'est l'unique service que je ne puisse refuser à Votre Majesté, car il
y a là quelques risques à courir.» Et aussitôt il part au galop pour
exécuter la commission. Dans la chaleur du combat, le duc Bernard de
Weimar s'était, il est vrai, emparé d'une éminence au-dessus du
Vieux-Fort, d'où l'on pouvait battre la montagne et tout le camp; mais
une violente averse, tombée pendant la nuit, rendait la côte si
glissante, qu'il fut impossible d'y monter des canons, et il fallut
quitter volontairement un poste acheté par des flots de sang. Se défiant
de la fortune, qui l'avait abandonné dans ce jour décisif, le roi n'osa
pas continuer l'assaut, le lendemain, avec des troupes épuisées, et,
pour la première fois, vaincu, parce qu'il n'était pas vainqueur, il
ramena ses troupes derrière la Rednitz. Deux mille morts, qu'il laissait
sur le champ de bataille, attestaient sa perte, et le duc de Friedland
resta invaincu dans ses lignes.

Après cette action, les armées demeurèrent encore quinze jours campées
en présence, chacune dans l'espoir de forcer l'autre à déloger la
première. Plus s'épuisait chaque jour la petite provision de vivres,
plus croissaient horriblement les souffrances de la famine, et plus le
soldat devenait farouche: les paysans du voisinage étaient les victimes
de sa brutale rapacité. Le progrès de la disette relâchait tous les
liens de la discipline et de l'ordre dans le camp suédois; les troupes
allemandes se signalaient surtout par les violences qu'elles exerçaient
indistinctement sur les amis et les ennemis. La faible main d'un seul
homme ne pouvait arrêter une licence qui trouvait une sorte
d'approbation dans le silence des officiers inférieurs, et souvent même
un encouragement dans leur funeste exemple. Le roi était profondément
affligé de cette honteuse décadence de la discipline, dont il avait été
fier jusqu'alors, à si bon droit; et l'énergie avec laquelle il reproche
aux officiers allemands leur négligence atteste la vivacité de ses
sentiments. «C'est vous, Allemands, s'écrie-t-il, c'est vous-mêmes qui
pillez votre patrie et qui déchaînez vos fureurs contre vos propres
coreligionnaires. Dieu me soit témoin que je vous abhorre; vous
m'inspirez un profond dégoût, et mon coeur se remplit d'amertume quand
je vous regarde. Vous violez mes ordres; vous êtes cause que le monde me
maudit, que les larmes de l'innocente pauvreté me poursuivent, qu'il me
faut entendre dire ouvertement: Le roi, notre ami, nous fait plus de mal
que nos plus cruels ennemis. Pour vous, j'ai dépouillé ma couronne de
ses trésors et dépensé plus de quarante tonnes d'or, et je n'ai pas reçu
de votre Empire d'Allemagne de quoi me faire un méchant habit. Je vous
ai donné tout ce que Dieu m'a dispensé, et, si vous eussiez observé mes
lois, je vous aurais distribué avec joie tout ce qu'il pourra me donner
encore. Votre défaut de discipline me persuade que vous avez de
mauvaises intentions, quelques raisons que je puisse avoir de louer
votre courage.»

Nuremberg avait fait des efforts qui étaient au-dessus de ses moyens
pour nourrir, pendant onze semaines, l'immense multitude entassée sur
son territoire; mais enfin les ressources s'épuisèrent, et le roi, comme
chef de l'armée la plus nombreuse, dut se résoudre le premier à partir.
Nuremberg avait enseveli plus de dix mille de ses habitants, et
Gustave-Adolphe avait perdu environ vingt mille soldats par la guerre et
les maladies. Toutes les campagnes voisines étaient dévastées, les
villages en cendres; les paysans, dépouillés, languissaient sur les
chemins; l'air était empoisonné de vapeurs pestilentielles; des maladies
dévorantes, engendrées, développées par la misérable nourriture, par les
émanations d'un camp si populeux et de tant de cadavres putréfiés, enfin
par la chaleur brûlante des jours caniculaires, exerçaient leurs ravages
sur les hommes et les animaux, et, longtemps encore après le départ des
armées, la disette et la misère accablèrent le pays. Ému de la
désolation générale, et sans espoir de vaincre l'obstination de
Friedland, le roi leva son camp le 8 septembre, et quitta Nuremberg,
après l'avoir pourvu, pour sa défense, d'une garnison suffisante. Il
passa en ordre de bataille devant l'ennemi, qui resta immobile et ne fit
pas la moindre tentative pour inquiéter son départ. Il dirigea sa marche
vers Neustadt, sur l'Aisch, et vers Windsheim, où il resta cinq jours,
afin de rafraîchir ses troupes et de se trouver à portée de Nuremberg,
si l'ennemi faisait quelque entreprise contre cette ville. Mais
Wallenstein, qui avait, tout autant que lui, besoin de se refaire,
n'avait attendu que la retraite des Suédois pour commencer la sienne.
Cinq jours après, il abandonna aussi son camp près de Zirndorf, et le
livra aux flammes. Cent colonnes de fumée, qui, des villages incendiés,
s'élevèrent au ciel tout alentour, annoncèrent son départ et montrèrent
à la ville consolée à quel sort elle avait elle-même échappé. Sa marche,
dirigée sur Forchheim, fut marquée par les plus affreux ravages; mais il
avait déjà trop d'avance pour que le roi pût l'atteindre. Alors Gustave
partagea son armée, que le pays épuisé ne pouvait nourrir, afin de
garder, avec une des divisions, la Franconie, et de poursuivre en
personne, avec l'autre, ses conquêtes en Bavière.

Cependant, l'armée impériale et bavaroise avait pénétré dans l'évêché de
Bamberg, où le duc de Friedland passa une seconde revue. Il trouva cette
armée de soixante mille hommes réduite par la désertion, les combats et
les maladies, à vingt-quatre mille, dont le quart était des troupes
bavaroises. Ainsi le champ de Nuremberg avait plus affaibli les deux
partis que deux grandes batailles perdues, sans avoir avancé la guerre
d'un seul pas vers son terme, ni satisfait la vive attente de l'Europe
par un seul événement décisif. A la vérité, cette diversion avait fait
trêve, pour quelque temps, aux conquêtes du roi en Bavière, et préservé
l'Autriche même d'une invasion ennemie; mais, en s'éloignant de
Nuremberg, on rendait à Gustave-Adolphe la pleine liberté de faire
encore de la Bavière le théâtre de la guerre. Indifférent au sort de ce
pays, et lassé de la contrainte que lui imposait sa réunion avec
l'électeur, le duc de Friedland saisit avidement l'occasion de se
séparer de cet importun associé et de poursuivre avec une nouvelle
ardeur ses projets favoris. Toujours fidèle à son premier plan de
séparer la Saxe des Suédois, il fit choix de ce pays pour les quartiers
d'hiver de ses troupes, et il espéra, par sa pernicieuse présence,
imposer d'autant plus vite à l'électeur une paix séparée.

Le moment ne pouvait être plus favorable pour cette entreprise. Les
Saxons s'étaient jetés en Silésie, où, réunis avec des auxiliaires du
Brandebourg et de la Suède, ils remportaient chaque jour de nouveaux
avantages sur les troupes de l'empereur. Par une diversion dans les
États mêmes de l'électeur, on sauvait la Silésie, et la chose était
d'autant plus facile, que la Saxe, par la guerre de Silésie, était
dégarnie de défenseurs et de toutes parts ouverte à l'ennemi. La
nécessité de sauver un État héréditaire de l'Autriche faisait tomber
toutes les objections de Maximilien, et, sous le masque d'un zèle
patriotique pour le bien de l'empereur, on pouvait sacrifier le duc de
Bavière avec d'autant moins de scrupules. En laissant son riche pays en
proie au roi de Suède, on espérait n'être pas inquiété par ce dernier
dans l'entreprise sur la Saxe, et la froideur croissante entre ce
monarque et la cour de Dresde ne faisait d'ailleurs craindre de sa part
que peu de zèle pour la délivrance de Jean-Georges. Ainsi donc,
abandonné de nouveau par son astucieux défenseur, Maximilien se sépara
de Wallenstein à Bamberg, pour secourir, avec le faible reste de ses
troupes, son pays réduit à l'impuissance, et l'armée impériale, sous la
conduite de Friedland, dirigea sa marche, par Baireuth et Cobourg, sur
la forêt de Thuringe.

Holk, un des généraux de l'empereur, avait déjà été envoyé en avant dans
le Voigtland, avec six mille hommes, pour dévaster par le fer et le feu
cette province sans défense. On le fit suivre bientôt de Gallas, autre
général de Friedland, et non moins fidèle instrument de ses ordres
barbares. Enfin Pappenheim fut encore appelé de la basse Saxe, pour
renforcer l'armée affaiblie de Wallenstein et mettre le comble à la
misère de la Saxe. Les églises détruites, les villages réduits en
cendres, les maisons ravagées, la spoliation des familles, les
assassinats, signalèrent la marche de ces troupes barbares: toute la
Thuringe, le Voigtland et la Misnie furent écrasés par ce triple fléau.
Mais ce n'étaient là que les avant-coureurs d'une plus grande calamité,
dont le duc lui-même, à la tête de l'armée principale, menaçait la
malheureuse Saxe. Après avoir laissé, dans sa marche à travers la
Franconie et la Thuringe, les plus effroyables monuments de sa fureur,
il parut avec toutes ses forces dans le cercle de Leipzig, et la ville,
après une courte défense, fut contrainte de se rendre. Son dessein était
d'avancer jusqu'à Dresde et de dicter des lois à l'électeur, par la
soumission de tout le pays. Déjà il s'approchait de la Mulda, pour
écraser, avec ses forces supérieures, l'armée saxonne, qui avait marché
à sa rencontre jusqu'à Torgau, quand l'arrivée du roi de Suède à Erfurt
vint mettre à ses plans de conquête un terme inattendu. Pressé entre les
armées saxonne et suédoise, que le duc Georges de Lunebourg menaçait
encore d'augmenter en s'avançant de la basse Saxe, Friedland recula
promptement vers Mersebourg, pour s'y réunir avec Pappenheim et
repousser vigoureusement les Suédois qui venaient à lui.

Gustave-Adolphe n'avait pas vu sans une grande inquiétude les artifices
que prodiguaient l'Espagne et l'Autriche pour détacher de lui son allié.
Plus son traité avec la Saxe était important pour lui, plus il avait
raison de craindre le caractère inconstant de Jean-Georges. Jamais il
n'avait existé entre lui et l'électeur une amitié sincère. Un prince
fier de son importance politique et accoutumé à se considérer comme le
chef de son parti devait trouver dangereuse et oppressive l'intervention
d'une puissance étrangère dans les affaires de l'Empire, et le
mécontentement avec lequel il observait les progrès de cet étranger
importun n'avait pu céder, pour quelque temps, qu'à l'extrême danger de
ses domaines. L'autorité croissante du roi en Allemagne, son influence
prépondérante sur les membres protestants de l'Empire, les preuves, fort
peu douteuses, de ses desseins ambitieux, assez inquiétants pour appeler
toute la vigilance des États de l'Empire, éveillaient chez l'électeur
mille craintes, que les négociateurs impériaux savaient habilement
nourrir et augmenter. Chaque démarche arbitraire du roi, chaque demande,
si équitable qu'elle fût, qu'il adressait aux princes de l'Empire,
donnaient sujet à l'électeur de faire des plaintes amères, qui
semblaient annoncer une rupture prochaine. Les généraux mêmes des deux
partis laissaient paraître, chaque fois qu'ils devaient agir ensemble,
des marques nombreuses de la jalousie qui divisait leurs maîtres. La
répugnance naturelle de Jean-Georges pour la guerre et son dévouement à
l'Autriche, que rien encore n'avait pu étouffer, favorisaient les
efforts d'Arnheim, qui, toujours d'intelligence avec Wallenstein,
travaillait sans relâche à ménager un accommodement particulier entre
l'empereur et son maître, et, si ses représentations ne trouvèrent
longtemps aucun accès, la suite fit voir enfin qu'elles n'étaient pas
demeurées absolument inefficaces.

Gustave-Adolphe, justement alarmé des conséquences que la défection d'un
si important allié devait avoir pour toute son existence future en
Allemagne, ne négligea aucun moyen d'empêcher ce funeste événement, et
jusqu'alors ses représentations n'avaient pas manqué entièrement leur
effet sur l'électeur. Mais les forces redoutables sur lesquelles
l'empereur appuyait ses propositions séduisantes, et les calamités qu'il
menaçait d'accumuler sur la Saxe, en cas d'un plus long refus, pouvaient
enfin, si l'on abandonnait l'électeur sans défense à ses ennemis,
triompher de sa persévérance, et cette indifférence envers un allié si
important pouvait détruire pour jamais la confiance des autres amis de
la Suède en leur protecteur. Cette considération décida Gustave-Adolphe
à céder pour la seconde fois aux pressantes invitations que l'électeur,
gravement menacé, lui adressa, et à sacrifier toutes ses brillantes
espérances au salut de cet allié. Déjà il avait résolu une deuxième
attaque sur Ingolstadt, et la faiblesse de l'électeur de Bavière
justifiait son espérance d'imposer enfin la neutralité à cet ennemi
épuisé. La révolte des paysans dans la haute Autriche lui ouvrait
ensuite le chemin de ce pays, et la capitale de l'Empire pouvait être
dans ses mains, avant que Wallenstein eût le temps d'accourir à sa
défense. Toutes ces brillantes espérances, il les subordonna à
l'avantage d'un allié que ni ses mérites ni sa bonne volonté ne
rendaient digne d'un tel sacrifice; qui, excité par les plus pressants
appels de l'esprit public, ne servait que son intérêt particulier avec
un étroit égoïsme; qui n'était point considérable par les services qu'on
se promettait de lui, mais seulement par le mal qu'on en redoutait. Et
qui peut réprimer son indignation, en apprenant que c'est dans
l'expédition entreprise pour la délivrance de ce prince, que le grand
monarque trouve le terme de ses exploits?

Il rassembla promptement ses troupes dans le cercle de Franconie et
suivit par la Thuringe l'armée de Wallenstein. Le duc Bernard de Weimar,
qui avait été envoyé en avant contre Pappenheim, se réunit près
d'Arnstadt au roi, qui se vit alors à la tête de vingt mille hommes de
troupes aguerries. Il se sépara à Erfurt de son épouse, qui ne devait
plus le revoir qu'à Weissenfels, dans le cercueil. L'angoisse de leurs
tristes adieux présageait une séparation éternelle. Il atteignit
Naumbourg le 1er novembre 1632, avant que les corps détachés par le
duc de Friedland pussent s'emparer de cette place. La population des
contrées accourait en foule pour contempler le héros, le vengeur, le
grand roi, qui avait paru, une année auparavant, sur ce même sol, comme
un ange sauveur. Autour de lui, en quelque lieu qu'il se fît voir,
retentissaient les cris d'allégresse; tous tombaient à genoux devant lui
en l'adorant; on se disputait la faveur de toucher le fourreau de son
épée, le bord de son vêtement. Le modeste héros se révoltait de cet
innocent tribut, que lui payaient la reconnaissance et l'admiration la
plus sincère. «Ne dirait-on pas que ce peuple fait de moi un dieu?
disait-il à ceux qui l'accompagnaient. Nos affaires sont en bon état;
mais je crains que la vengeance du Ciel ne me fasse expier cette farce
téméraire et ne révèle trop tôt à cette foule insensée ma faible et
périssable humanité.» Combien Gustave se montra aimable à nous avant de
nous quitter pour toujours! Redoutant, au comble même de son bonheur, le
jugement de Némésis, il repousse un hommage qui n'appartient qu'aux
immortels, et ses droits à nos larmes augmentent au moment même où
l'heure approche qui les fera couler.

Cependant, le duc de Friedland avait marché à la rencontre du roi,
jusqu'à Weissenfels, résolu à maintenir ses quartiers d'hiver en Saxe,
dût-il en coûter une bataille. Son inaction devant Nuremberg l'avait
exposé au soupçon de n'oser se mesurer avec le héros du Nord, et toute
sa gloire était en péril, s'il laissait échapper une seconde fois
l'occasion de combattre. La supériorité de ses forces, quoique bien
moins considérable qu'elle n'avait été, dans les premiers temps, au camp
de Nuremberg, lui donnait la plus grande espérance de vaincre, s'il
pouvait amener le roi à une bataille avant sa jonction avec les troupes
saxonnes. Mais sa confiance actuelle n'était pas tant fondée sur le
nombre plus grand de ses soldats que sur les assurances de son
astrologue Séni, qui avait lu dans les astres que la fortune du monarque
suédois succomberait au mois de novembre. De plus, il y avait entre
Kambourg et Weissenfels d'étroits défilés, formés par une longue chaîne
de montagnes et par le cours très-voisin de la Saale, qui rendaient le
passage extrêmement difficile à l'armée suédoise et qui pouvaient être
fermés complétement avec peu de monde. Alors il ne serait resté au roi
d'autre parti que de s'engager, exposé au plus grand péril, à travers
ces défilés, ou de faire par la Thuringe une retraite laborieuse et de
perdre, dans un pays dévasté et totalement dépourvu de subsistances, la
plus grande partie de ses troupes. La promptitude avec laquelle
Gustave-Adolphe prit possession de Naumbourg anéantit ce plan, et ce fut
alors Wallenstein lui-même qui s'attendit à une attaque.

Mais il se vit trompé dans cette conjecture, quand le roi, au lieu de
s'avancer à sa rencontre jusqu'à Weissenfels, fit tous ses préparatifs
pour se fortifier auprès de Naumbourg et attendre dans ce lieu les
renforts que le duc de Lunebourg était sur le point de lui amener.
Wallenstein, ne sachant s'il devait marcher à l'ennemi par les défilés
entre Weissenfels et Naumbourg, ou rester oisif dans son camp, assembla
son conseil de guerre, pour entendre les avis de ses généraux les plus
expérimentés. Aucun ne jugea prudent d'attaquer le roi dans sa position
avantageuse, et les mesures qu'il prenait pour fortifier son camp
semblaient clairement indiquer qu'il ne songeait pas à le quitter de
sitôt. Mais l'approche de l'hiver permettait tout aussi peu de prolonger
la campagne et de fatiguer par un campement continué une armée qui avait
un si grand besoin de repos. Toutes les voix se prononcèrent pour la
clôture de la campagne, d'autant plus que l'importante ville de
Cologne, sur le Rhin, était gravement menacée par les troupes
hollandaises, et que les progrès de l'ennemi en Westphalie et sur le bas
Rhin exigeaient dans ces contrées les plus puissants secours. Le duc de
Friedland reconnut le poids de ces raisons, et, à peu près convaincu que
l'on n'avait plus à craindre aucune attaque du roi pendant cette saison,
il accorda à ses troupes les quartiers d'hiver, de telle sorte cependant
qu'elles pussent être au plus tôt rassemblées, si, contre toute attente,
l'ennemi hasardait quelque entreprise offensive. Le comte Pappenheim fut
expédié avec une grande partie de l'armée, pour secourir promptement la
ville de Cologne et s'emparer, chemin faisant, de Moritzbourg,
forteresse du pays de Halle. Quelques corps détachés prirent leurs
quartiers d'hiver dans les villes les mieux situées aux environs, afin
de pouvoir observer de toutes parts les mouvements de l'ennemi. Le comte
Collorédo gardait le château de Weissenfels, et Wallenstein lui-même
demeura, avec le reste des troupes, non loin de Mersebourg, entre le
canal et la Saale, avec l'intention de se porter de là sur Leipzig et de
séparer les Saxons de l'armée suédoise.

Mais, à peine Gustave-Adolphe eut-il appris le départ de Pappenheim,
qu'il abandonna subitement son camp près de Naumbourg et courut
attaquer, avec toutes ses forces, l'ennemi réduit à la moitié des
siennes. Il s'avança d'une marche rapide sur Weissenfels, d'où le bruit
de son arrivée parvint promptement jusqu'aux Impériaux et jeta le duc de
Friedland dans un extrême étonnement. Mais il fallait prendre une
prompte résolution, et le duc eut bientôt arrêté ses mesures. Quoiqu'il
n'eût pas beaucoup plus de douze mille hommes à opposer aux vingt mille
de l'ennemi, il pouvait néanmoins espérer de se maintenir jusqu'au
retour de Pappenheim, qui devait s'être éloigné tout au plus de cinq
milles, jusqu'à la distance de Halle. Des courriers partirent en toute
hâte pour le rappeler, et, en même temps, Wallenstein se porta dans la
vaste plaine entre le canal et Lützen, où il attendit le roi en ordre de
bataille, le séparant, par cette position, de Leipzig et des troupes
saxonnes.

Trois coups de canon, que le comte Collorédo tira du château de
Weissenfels, annoncèrent la marche du roi, et, à ce signal convenu, les
avant-postes de Friedland se rassemblèrent, sous le commandement
d'Isolani, général des Croates, pour occuper les villages situés sur la
Rippach. Leur faible résistance n'arrêta pas l'ennemi, qui franchit,
près du village de Rippach, la rivière du même nom, et prit position
au-dessous de Lützen, vis-à-vis de l'armée impériale. Le grand chemin de
Weissenfels à Leipzig est coupé, entre Lützen et Markranstædt, par le
canal qui s'étend de Zeitz à Mersebourg et qui joint l'Elster avec la
Saale. A ce canal s'appuyait l'aile gauche des Impériaux et la droite du
roi de Suède, mais de telle façon que la cavalerie des deux armées
s'étendait aussi sur l'autre rive. L'aile droite de Wallenstein s'était
établie vers le nord, derrière Lützen, et l'aile gauche des Suédois au
sud de cette petite ville. Les deux armées faisaient face au grand
chemin, qui passait au milieu d'elles et séparait les deux fronts de
bataille. Mais la veille du combat, le soir, Wallenstein s'était emparé
de ce chemin, au grand désavantage de son adversaire; il avait fait
approfondir les fossés qui le bordaient des deux côtés et les avait fait
occuper par des mousquetaires, en sorte qu'on ne pouvait hasarder le
passage sans difficulté et sans péril. Par derrière s'élevait une
batterie de sept grosses pièces, pour soutenir le feu de la mousqueterie
des fossés, et, près des moulins à vent, derrière Lützen, on avait
braqué quatorze pièces de campagne, sur une hauteur d'où l'on pouvait
balayer une grande partie de la plaine. L'infanterie, distribuée
seulement en cinq grandes et pesantes brigades, était rangée en bataille
derrière la grand'route, à une distance de trois cents pas, et la
cavalerie couvrait les flancs. Tous les bagages avaient été envoyés à
Leipzig, pour ne pas gêner les mouvements de l'armée, et les chariots de
munitions restaient seuls derrière la ligne. Pour dissimuler la
faiblesse de l'armée, tous les soldats du train et les valets reçurent
l'ordre de monter à cheval et de se joindre à l'aile gauche, mais
seulement jusqu'à l'arrivée du corps de Pappenheim. Toutes ces
dispositions furent prises pendant l'obscurité de la nuit, et avant
l'aube tout était prêt pour recevoir l'ennemi.

Dès ce même soir, Gustave-Adolphe parut dans la plaine opposée et rangea
ses troupes pour le combat. L'ordre de bataille fut le même que celui
qui lui avait donné la victoire près de Leipzig, l'année précédente. De
petits escadrons furent disséminés dans les rangs de l'infanterie, et
des pelotons de mousquetaires distribués çà et là parmi la cavalerie.
Toute l'armée était sur deux lignes, le canal à droite et derrière, la
grand'route devant, et la ville de Lützen à gauche. Au centre était
placée l'infanterie, sous les ordres du comte de Brahé, la cavalerie sur
les ailes et l'artillerie devant le front de bataille. Un héros
allemand, le duc Bernard de Weimar, commandait la cavalerie allemande de
l'aile gauche, et, à la droite, le roi lui-même conduisait ses Suédois,
afin d'enflammer pour une noble lutte la rivalité des deux peuples. La
seconde ligne était disposée de la même manière, et derrière était posté
un corps de réserve, sous le commandement de l'Écossais Henderson.

Ainsi préparé, on attendait la sanglante aurore pour commencer un combat
que rendaient remarquable et terrible son long retard plus que
l'importance des suites possibles, le choix plus que le nombre des
troupes. La vive attente de l'Europe, qu'on avait trompée au camp devant
Nuremberg, allait être satisfaite dans les plaines de Lützen. Jamais,
dans tout le cours de cette guerre, deux généraux pareils, si égaux par
l'autorité, la renommée et le talent, n'avaient mesuré leurs forces en
une bataille rangée; jamais encore un aussi grand défi n'avait fait
pâlir l'audace; jamais un prix aussi important n'avait enflammé
l'espérance. Le lendemain allait faire connaître à l'Europe son premier
capitaine et donner un vainqueur à celui qui jamais n'avait été vaincu.
Sur le Lech et près de Leipzig, était-ce le génie de Gustave-Adolphe ou
l'impéritie de son adversaire qui avait décidé l'issue de la bataille?
Le lendemain devait mettre la chose hors de doute. Il fallait que, le
lendemain, le mérite de Friedland justifiât le choix de l'empereur et
que la grandeur de l'homme balançât la grandeur du prix qu'il avait
coûté. Chaque soldat de ces deux armées s'associait avec jalousie à la
gloire de son chef; sous chaque armure s'agitaient les mêmes sentiments
qui enflammaient les coeurs des généraux. La victoire était douteuse,
mais certains le travail et le sang que le triomphe coûterait au
vainqueur comme au vaincu. On connaissait parfaitement l'ennemi qu'on
avait devant soi, et l'inquiétude, que l'on combattait en vain,
témoignait glorieusement de sa force.

Enfin paraît le terrible matin; mais un brouillard impénétrable, qui
s'étend sur tout le champ de bataille, suspend l'attaque jusqu'à midi. A
genoux devant le front de bataille, le roi fait sa prière; toute
l'armée, qui s'est jetée à genoux comme lui, entonne en même temps un
touchant cantique, et la musique militaire accompagne le chant. Ensuite
le roi monte à cheval, et, vêtu seulement d'un pourpoint de cuir et d'un
habit de drap (une ancienne blessure ne lui permettait plus de porter la
cuirasse), il parcourt les rangs pour enflammer le courage des troupes
et leur inspirer une joyeuse confiance, que dément son propre coeur,
plein de tristes pressentiments. «Dieu avec nous!» était le mot des
Suédois; «Jésus Marie!» celui des Impériaux. Vers onze heures, le
brouillard commence à se dissiper, et l'on découvre l'ennemi. En même
temps, on voit en flammes la ville de Lützen, que le duc a fait
incendier, pour n'être pas débordé de ce côté. Le signal retentit; la
cavalerie s'élance contre l'ennemi, et l'infanterie marche vers les
fossés.

Reçus par le feu terrible des mousquets et de la grosse artillerie
placée derrière, ces braves bataillons poursuivent leur attaque avec un
courage intrépide; les mousquetaires ennemis abandonnent leur poste, les
fossés sont franchis, la batterie même est emportée et tournée aussitôt
contre l'ennemi. Les Suédois avancent avec une force irrésistible; la
première des cinq brigades de Friedland est terrassée; aussitôt après,
la seconde; et déjà la troisième commence à tourner le dos: mais, à ce
moment, le duc, avec une rapide présence d'esprit, s'oppose aux progrès
de l'attaque. Il est là, aussi prompt que l'éclair, pour réparer le
désordre de son infanterie, et sa parole puissante arrête les fuyards.
Soutenues par trois régiments de cavalerie, les brigades déjà battues
font de nouveau face à l'ennemi, et pénètrent avec vigueur dans ses
rangs rompus. Une lutte meurtrière s'engage; l'ennemi est si près qu'on
n'a point de place pour se servir des armes à feu, et la rage de
l'attaque ne laisse pas le temps de les charger. On combat homme contre
homme; le fusil, inutile, fait place à l'épée et à la pique, et l'art à
la fureur. Les Suédois, fatigués, accablés par le nombre, reculent enfin
au delà des fossés, et la batterie, déjà emportée, est perdue par cette
retraite. Déjà mille cadavres mutilés couvrent la plaine, et l'on n'a
pas encore gagné un pouce de terrain.

Cependant, l'aile droite des Suédois, commandée par le roi lui-même,
avait attaqué l'ennemi. Dès le premier choc de leur pesante masse, les
cuirassiers finlandais dispersèrent les légers escadrons polonais et
croates qui étaient contigus à cette aile, et dont la déroute communiqua
la peur et le désordre au reste de la cavalerie. Dans cet instant, on
annonce au roi que son infanterie est repoussée au delà des fossés et
que son aile gauche, horriblement inquiétée par l'artillerie ennemie
postée près des moulins à vent, commence également à plier. Avec une
prompte résolution, il charge le général Horn de poursuivre l'aile
gauche des Impériaux, déjà battue, et il s'élance lui-même à la tête du
régiment de Stenbock, pour réparer le désordre de sa propre aile gauche.
Son noble coursier le porte, avec la rapidité de la flèche, par delà les
fossés; mais le passage est plus difficile pour les escadrons qui le
suivent, et un petit nombre de cavaliers, parmi lesquels on nomme
François-Albert, duc de Saxe-Lauenbourg, sont seuls assez lestes pour
demeurer à ses côtés. Il pousse droit à la place où son infanterie est
le plus dangereusement pressée, et, tandis qu'il jette ses regards
autour de lui, pour découvrir dans l'armée impériale un endroit faible
sur lequel il puisse diriger l'attaque, sa vue courte le conduit trop
près de l'ennemi. Un caporal impérial observe que chacun lui fait place
respectueusement sur son passage, et il commande sur-le-champ à un
mousquetaire de le coucher en joue. «Tire sur celui-là, s'écrie-t-il, ce
doit être un homme important.» Le soldat tire: le roi a le bras gauche
fracassé. Dans ce moment, ses escadrons arrivent au galop, et un cri
confus: «Le roi saigne, le roi a reçu un coup de feu!» répand parmi les
arrivants l'horreur et l'épouvante. «Ce n'est rien, suivez-moi,» s'écrie
le roi, en rassemblant toutes ses forces; mais, vaincu par la douleur et
près de s'évanouir, il prie en français le duc de Lauenbourg de le
tirer sans éclat de la presse. Tandis que le duc, prenant un long
détour, pour dérober à l'infanterie découragée ce spectacle accablant,
se dirige avec le roi vers l'aile droite, le blessé reçoit dans le dos
un second coup qui lui enlève le reste de ses forces. «J'en ai assez,
frère, dit-il d'une voix mourante; cherche seulement à sauver ta vie.»
En même temps, il tomba de cheval, et, percé encore de plusieurs coups,
abandonné de toute son escorte, il expira entre les mains rapaces des
Croates. Bientôt son cheval, baigné de sang, fuyant sans cavalier,
découvrit à la cavalerie suédoise la chute du roi; et, furieuse, elle
s'élance pour arracher à l'avidité de l'ennemi cette proie sacrée.
Autour du cadavre s'allume un combat meurtrier, et le corps défiguré est
enseveli sous un monceau de morts.

L'affreuse nouvelle parcourt en peu de temps toute l'armée suédoise;
mais, au lieu d'anéantir le courage de ces bandes valeureuses, elle les
enflamme au contraire d'une ardeur nouvelle, farouche, dévorante. La vie
n'a plus de prix, depuis que la vie la plus sacrée est perdue, et la
mort n'a plus de terreurs pour l'homme obscur, depuis qu'elle a frappé
la tête couronnée. Avec la rage des lions, les régiments uplandais,
smalandais, finnois, d'Ostgothie et de Westgothie, se précipitent, pour
la seconde fois, sur l'aile gauche des ennemis, qui n'oppose plus au
général Horn qu'une faible résistance et qui maintenant est mise en
pleine déroute. En même temps, l'armée, orpheline de son roi, trouve
dans le duc Bernard de Weimar un général digne d'elle, et le génie de
Gustave-Adolphe conduit encore ses escadrons victorieux. L'aile gauche
a bientôt reformé ses rangs et attaque vigoureusement la droite des
Impériaux. L'artillerie des moulins, qui a vomi sur les Suédois un feu
si meurtrier, tombe en son pouvoir, et ces tonnerres sont maintenant
dirigés contre les ennemis. De son côté, le centre de l'infanterie
suédoise, sous la conduite de Bernard et de Kniphausen, marche de
nouveau sur les fossés, qu'elle franchit heureusement, et, pour la
seconde fois, s'empare de la batterie de sept canons. Alors l'attaque
recommence avec un redoublement de fureur contre les pesants bataillons
du centre de l'ennemi; leur résistance faiblit de plus en plus, et le
hasard même conspire avec la valeur suédoise pour achever leur défaite.
Le feu prend aux caissons de poudre de l'armée impériale, et l'on voit
voler dans l'air, avec un fracas horrible, les bombes et les grenades
entassées. L'ennemi épouvanté se croit attaqué par derrière, tandis que
les brigades suédoises le pressent par devant. Le courage l'abandonne.
Il voit son aile gauche battue, son aile droite sur le point de
succomber, son artillerie dans les mains des Suédois. La bataille
approche du terme décisif; le sort de la journée ne dépend plus que d'un
instant: soudain Pappenheim paraît sur le champ du combat avec ses
cuirassiers et ses dragons; tous les avantages remportés sont perdus, et
une bataille toute nouvelle commence.

L'ordre qui rappelait ce général à Lützen l'avait atteint à Halle, au
moment où ses troupes achevaient de piller cette ville. Il était
impossible de rassembler l'infanterie dispersée, avec la célérité que
demandaient cet ordre pressant et l'impatience de Pappenheim. Sans
attendre ses fantassins, il fit monter à cheval huit régiments de
cavalerie, et, à leur tête, il courut sur Lützen à bride abattue pour
prendre part à la fête de la bataille. Il arriva juste à temps pour voir
de ses yeux la fuite de l'aile gauche, que Gustave Horn mettait en
déroute, et pour s'y trouver lui-même d'abord enveloppé. Mais, avec une
soudaine présence d'esprit, il rallie les fuyards et les ramène à
l'ennemi. Emporté par son bouillant courage et plein d'impatience d'en
venir aux mains avec le roi lui-même, qu'il suppose à la tête de cette
aile, il se jette avec fureur sur les escadrons suédois, qui, fatigués
par la victoire et trop faibles en nombre, succombent sous ce flot
d'ennemis, après la plus courageuse résistance. L'apparition de
Pappenheim, qu'on n'osait plus espérer, ranime aussi le courage expirant
de l'infanterie impériale, et le duc de Friedland saisit promptement
l'instant favorable pour former de nouveau sa ligne. Les bataillons
suédois, en masses serrées, sont rejetés au delà des fossés, après une
lutte meurtrière, et les canons, deux fois perdus, sont arrachés de
leurs mains une seconde fois. Le régiment jaune, comme le plus brave de
tous ceux qui donnèrent dans cette sanglante journée des preuves de leur
courage héroïque, était couché par terre tout entier, et couvrait encore
le champ de bataille dans le bel ordre qu'il avait maintenu jusqu'au
dernier soupir avec un si ferme courage. Le même sort frappa un régiment
bleu, que le comte Piccolomini, avec la cavalerie impériale, terrassa
après le combat le plus acharné. Cet excellent général renouvela sept
fois son attaque; il eut sept chevaux tués sous lui: il fut percé de
six balles de mousquet. Cependant, il ne quitta pas le champ de bataille
avant que la retraite de toute l'armée l'entraînât. On vit Wallenstein
lui-même, au milieu de la pluie des balles ennemies, parcourir avec
sang-froid ses divisions, secourant ceux qui étaient en péril, adressant
des éloges au brave, punissant le lâche d'un regard foudroyant. Autour
de lui, à ses côtés, ses soldats tombent sans vie; son manteau est
criblé de balles. Mais les dieux vengeurs protégent aujourd'hui sa
poitrine, pour laquelle est déjà aiguisé un autre fer. Ce n'était pas
sur la couche où Gustave expirait que Wallenstein devait exhaler son âme
souillée par le crime.

Pappenheim ne fut pas aussi heureux. Pappenheim, l'Ajax de l'armée, le
plus redoutable soldat de l'Autriche et de l'Église. L'ardent souhait de
rencontrer le roi lui-même dans la bataille entraîna le furieux au
milieu de la plus sanglante mêlée, où il se croyait le plus sûr de ne
pas manquer son noble ennemi. Gustave aussi avait nourri le brûlant
désir de voir face à face cet adversaire estimé; mais leur ardeur
hostile ne fut point assouvie, et la mort seule réunit les héros
réconciliés. Deux balles de mousquet traversèrent la poitrine cicatrisée
de Pappenheim; il fallut que les siens l'entraînassent de force hors de
la mêlée. Tandis qu'on était occupé à le porter derrière la ligne de
bataille, un bruit confus parvint jusqu'à ses oreilles que celui qu'il
cherchait gisait sans vie sur le champ de carnage. Lorsqu'on lui
confirma la vérité de cette nouvelle, son visage s'éclaircit, et la
dernière flamme brilla dans ses yeux. «Eh bien, s'écria-t-il, que l'on
annonce au duc de Friedland que je suis blessé sans espérance de vie,
mais que je meurs content, puisque je sais que l'implacable ennemi de ma
religion est tombé le même jour que moi.»

Avec Pappenheim, le bonheur des Impériaux disparut du champ de bataille.
A peine la cavalerie de l'aile gauche, déjà battue une fois et ralliée
par lui seul, fut-elle privée de son chef victorieux, qu'elle ne fit
plus aucune résistance et, avec un lâche désespoir, chercha son salut
dans la fuite. La même épouvante saisit aussi l'aile droite, à
l'exception d'un petit nombre de régiments, que la bravoure de leurs
chefs, Goetz, Terzky, Collorédo et Piccolomini, força de tenir ferme.
L'infanterie suédoise met à profit, avec une prompte résolution, le
trouble de l'ennemi. Pour combler les vides que la mort a faits dans le
premier corps de bataille, les deux lignes se réunissent en une seule,
qui hasarde l'attaque dernière et décisive. Pour la troisième fois, elle
franchit les fossés, et, pour la troisième fois, les canons braqués sur
le revers tombent en son pouvoir. Le soleil va disparaître, à l'instant
même où les deux armées en viennent aux mains. Le combat, près de sa
fin, se rallume avec plus de violence. La dernière force lutte contre la
force dernière; l'adresse et la fureur déploient leurs moyens extrêmes
pour réparer, dans cet instant précieux et décisif, toute une journée
perdue. Vainement le désespoir élève chaque armée au-dessus d'elle-même:
aucune ne peut vaincre, aucune ne peut céder, et la tactique n'épuise
d'un côté ses progrès que pour développer de l'autre de nouveaux coups
de maître que l'on n'a jamais appris, jamais mis en pratique. Enfin le
brouillard et la nuit mettent au combat un terme que la fureur lui
refuse, et l'attaque cesse, parce qu'on ne trouve plus son ennemi. Les
deux armées, par un accord tacite, se séparent; les joyeuses trompettes
retentissent, et l'une et l'autre, se déclarant invaincue, disparaît de
la plaine.

Les chevaux s'étant dispersés, l'artillerie des deux partis passa la
nuit, abandonnée, sur le champ de bataille: c'était à la fois le prix et
le gage de la victoire pour celui qui se rendrait maître du terrain.
Mais, dans la précipitation avec laquelle il prit congé de Leipzig et de
la Saxe, le duc de Friedland oublia de retirer la sienne du lieu du
combat. Assez peu de temps après la fin de l'action, l'infanterie de
Pappenheim, forte de six régiments, qui n'avait pu suivre assez vite la
course de son général, parut sur le théâtre de l'action; mais la besogne
était achevée. Quelques heures plus tôt, ce renfort considérable aurait
vraisemblablement décidé l'affaire à l'avantage de l'empereur, et même
alors, en s'emparant du champ de bataille, il eût pu sauver l'artillerie
du duc et prendre celle des Suédois; mais ce corps n'avait point
d'ordres pour déterminer sa conduite, et, trop incertain sur l'issue de
la bataille, il prit le chemin de Leipzig, où il espérait trouver le
gros de l'armée.

Le duc de Friedland avait dirigé sa retraite de ce côté, et, le
lendemain matin, les restes dispersés de ses troupes le suivirent sans
artillerie, sans drapeaux et presque sans armes. Il paraît que le duc
Bernard fit reposer l'armée suédoise des fatigues de cette sanglante
journée, entre Lützen et Weissenfels, assez près du champ de bataille
pour empêcher promptement toute tentative que pourrait faire l'ennemi
pour s'en emparer. Plus de neuf mille hommes des deux armées étaient
restés sur la place; le nombre des blessés fut beaucoup plus
considérable encore; et surtout, parmi les Impériaux, à peine se
trouva-t-il un seul homme qui revînt sain et sauf du combat. Toute la
plaine, depuis Lützen jusqu'au canal, était jonchée de blessés, de
mourants et de morts. Des deux côtés, beaucoup de personnages de la
première noblesse avaient succombé; l'abbé de Fulde lui-même, qui
s'était mêlé, comme spectateur, à la bataille, paya de sa vie sa
curiosité et son zèle religieux intempestif. L'histoire ne parle pas de
prisonniers: nouvelle preuve de la fureur des deux partis, qui
n'accordaient ou ne demandaient aucun quartier.

Dès le lendemain, Pappenheim mourut de ses blessures à Leipzig: perte
irréparable pour l'armée impériale, que cet excellent soldat avait si
souvent conduite à la victoire. La bataille de Prague, où il assistait,
ainsi que Wallenstein, comme colonel, ouvrit sa carrière de gloire.
Dangereusement blessé, il écrasa, avec peu de monde, par l'impétuosité
de son courage, un régiment ennemi, et resta couché bien des heures sur
le champ de bataille, confondu avec les morts et pressé par le poids de
son cheval jusqu'à ce qu'il fut découvert par les siens, venus pour le
pillage. Avec un petit nombre de troupes, il vainquit dans trois
batailles les rebelles de la haute Autriche, au nombre de quarante
mille. Dans la journée de Leipzig, il retarda longtemps par sa bravoure
la défaite de Tilly, et il fit triompher les armes de l'empereur sur
l'Elbe et le Wéser. L'ardeur effrénée de son courage, que n'effrayait
pas le danger le plus évident, et que l'impossible pouvait à peine
dompter, faisait de lui le bras le plus terrible du général, mais le
rendait impropre à commander en chef une armée; s'il faut en croire
l'assertion de Tilly, la bataille de Leipzig fut perdue par sa fougue
impétueuse. Lui aussi baigna ses mains dans le sang, au sac de
Magdebourg. Son esprit, que les études précoces de sa jeunesse et de
nombreux voyages avaient développé de la manière la plus brillante,
était devenu farouche au milieu des armes. On remarquait sur son front
deux traces rouges, en forme d'épée, dont la nature l'avait marqué dès
sa naissance. Dans un âge avancé, ces traces paraissaient encore, toutes
les fois qu'une passion mettait son sang en mouvement, et la
superstition se persuada aisément que la vocation future de l'homme
avait déjà été empreinte sur le front de l'enfant. Un pareil serviteur
avait les droits les plus fondés à la reconnaissance des deux lignes de
la maison d'Autriche, mais il ne vécut pas assez pour en recevoir la
plus éclatante marque. Le courrier qui lui apportait de Madrid la Toison
d'or était en chemin, quand la mort l'enleva à Leipzig.

Quoique l'on chantât le _Te Deum_ dans toutes les provinces d'Autriche
et d'Espagne pour la victoire qu'on avait remportée, Wallenstein
lui-même confessa ouvertement et hautement sa défaite par la
précipitation avec laquelle il évacua Leipzig et bientôt après toute la
Saxe, et renonça à ses quartiers d'hiver dans ce pays. A la vérité, il
fit encore une faible tentative pour dérober, comme au vol, l'honneur de
la victoire, et envoya le lendemain ses Croates voltiger autour du
champ de bataille; mais la vue de l'armée suédoise, qui était là en
ordre de bataille, dissipa en un moment ces troupes légères, et le duc
Bernard, en occupant le théâtre de l'action et bientôt après la ville de
Leipzig, prit possession incontestable de tous les droits du vainqueur.

Victoire chèrement achetée! lugubre triomphe! Ce n'est qu'à ce moment,
quand la fureur du combat est refroidie, qu'on sent toute la grandeur de
la perte qu'on a faite, et les cris de joie des vainqueurs expirent dans
un muet et sombre désespoir. Lui, qui les avait menés à la bataille, il
n'est pas revenu avec eux. Il est là, enseveli au milieu de sa victoire,
confondu dans la foule des morts vulgaires. Après une recherche
longtemps inutile, on découvre enfin le cadavre royal, non loin de la
grande pierre, déjà remarquée, un siècle auparavant, entre le canal et
Lützen, mais qui, depuis la mémorable catastrophe de ce jour, s'appelle
la pierre suédoise. Défiguré par le sang et les blessures, jusqu'à être
méconnaissable, foulé par les pieds des chevaux, dépouillé de ses
ornements et de ses habits par la main des pillards, il est tiré d'un
monceau de morts, porté à Weissenfels, et, là, livré aux gémissements de
ses troupes, aux derniers embrassements de son épouse. La vengeance
avait réclamé le premier tribut, et le sang avait dû couler comme
sacrifice expiatoire pour le monarque: maintenant, l'amour entre dans
ses droits, et de tendres pleurs coulent pour l'homme. La douleur
générale absorbe toutes les souffrances particulières. Encore étourdis
du coup qui les accable, les généraux, dans une morne stupeur, entourent
son cercueil, et aucun d'eux n'ose mesurer toute l'étendue de cette
perte.

L'historien Khevenhiller nous rapporte qu'à la vue du pourpoint
sanglant, qu'on avait enlevé au roi dans la bataille et envoyé à Vienne,
l'empereur montra une émotion bienséante, qui vraisemblablement partait
du coeur. «J'aurais volontiers souhaité, s'écria-t-il, une plus longue
vie à cet infortuné et un heureux retour dans son royaume, pourvu que la
paix eût régné en Allemagne!» Mais, lorsqu'un écrivain catholique, plus
moderne, d'un mérite reconnu, trouve digne des plus grands éloges ce
témoignage d'un reste d'humanité, que la seule bienséance réclame, que
le simple amour-propre arrache même au coeur le plus insensible, et dont
le contraire ne peut devenir possible que dans l'âme la plus barbare;
lorsqu'il met cette conduite en parallèle avec la grandeur d'âme
d'Alexandre envers la mémoire de Darius, il éveille chez nous une bien
faible confiance dans les autres mérites de son héros, ou, ce qui serait
pire encore, dans l'idéal qu'il se fait lui-même de la dignité morale.
Mais l'éloge, le simple regret qu'on prête à Ferdinand, est déjà
beaucoup dans la bouche de celui qu'on se trouve forcé de défendre
contre le soupçon de régicide!

On ne pouvait guère s'attendre à ce que le vif penchant des hommes pour
l'extraordinaire laissât au cours commun de la nature la gloire d'avoir
mis fin à l'importante existence d'un Gustave-Adolphe. La mort de ce
redoutable adversaire était pour l'empereur un événement trop
considérable pour ne pas éveiller dans un parti hostile la pensée qui se
présentait si facilement, que ce qui lui profitait avait été suscité par
lui. Mais, pour l'exécution de ce noir attentat, l'empereur avait
besoin d'un bras étranger, et l'on croyait aussi l'avoir trouvé dans la
personne de François-Albert, duc de Saxe-Lauenbourg. Son rang lui
permettait un accès libre et non suspect auprès du monarque, et ce même
rang honorable servait à le mettre au-dessus du soupçon d'une action
infâme. Il resterait donc simplement à prouver que ce prince était
capable d'une pareille abomination et qu'il avait des motifs suffisants
pour l'exécuter en effet.

François-Albert, le plus jeune des quatre fils de François II, duc de
Lauenbourg, et, par sa mère, parent de la famille royale des Wasa, avait
trouvé, dans ses jeunes années, un accueil amical à la cour suédoise.
Une malhonnêteté qu'il se permit dans l'appartement de la reine-mère
envers Gustave-Adolphe fut, dit-on, punie par cet ardent jeune homme
d'un soufflet, qui, regretté, il est vrai, dans l'instant même, et expié
par la plus complète satisfaction, déposa dans l'âme vindicative du duc
le germe d'une implacable inimitié. François-Albert passa dans la suite
au service impérial, où il eut un régiment à commander, forma la plus
étroite liaison avec le duc de Friedland, et se laissa employer pour une
négociation secrète avec la cour de Saxe, qui faisait peu d'honneur à
son rang. Sans pouvoir expliquer sa conduite par un motif solide, il
abandonne à l'improviste les drapeaux de l'Autriche et paraît à
Nuremberg, dans le camp du roi, pour lui offrir ses services comme
volontaire. Par son zèle pour la cause protestante, par des manières
prévenantes et flatteuses, il gagne le coeur de Gustave, qui, malgré les
avis d'Oxenstiern, prodigue sa faveur et son amitié à ce nouveau venu
suspect. Bientôt après se livre la bataille de Lützen, dans laquelle
François-Albert demeure sans cesse aux côtés du roi comme un mauvais
génie, et ne le quitte qu'après qu'il est tombé. Au milieu des balles
ennemies, il reste sain et sauf, parce qu'il porte autour du corps une
écharpe verte, couleur des Impériaux. Il est le premier qui annonce au
duc de Friedland, son ami, la mort du roi. Aussitôt après cette
bataille, il passa du service suédois à celui de Saxe, et, au moment du
meurtre de Wallenstein, arrêté comme complice de ce général, il
n'échappe au glaive du bourreau qu'en abjurant sa croyance. Enfin il
paraît de nouveau, comme chef d'une armée impériale, en Silésie et meurt
de ses blessures devant Schweidnitz. Il faut réellement se faire quelque
violence pour défendre l'innocence d'un homme qui a parcouru une
pareille carrière; mais, si clairement que ressorte des raisons
alléguées la possibilité physique et morale d'un si abominable attentat,
ces raisons cependant, on le voit au premier coup d'oeil, ne permettent
pas de conclure, d'une manière légitime, que le crime ait été réellement
commis. On sait que Gustave-Adolphe s'exposait au danger comme le
dernier soldat de son armée, et, où des milliers d'hommes périssaient,
il pouvait aussi trouver sa fin. Comment l'a-t-il trouvée? C'est ce qui
reste enseveli dans une impénétrable obscurité; mais ici, plus que
partout ailleurs, doit prévaloir cette maxime que, là où le cours
naturel des choses suffit à expliquer l'événement, il ne faut pas
dégrader par une inculpation morale la dignité de la nature humaine.

Mais, sous quelque main que Gustave-Adolphe soit tombé, cet événement
extraordinaire doit nous apparaître comme une dispensation de la grande
Nature. L'histoire, si souvent bornée à la tâche ingrate de développer
le jeu uniforme des passions humaines, se voit de temps en temps
dédommagée par un de ces événements inattendus, qui, comme un coup hardi
sortant de la nue, tombent soudain sur les rouages, les mouvements
calculés, des entreprises humaines, et font remonter les esprits
méditatifs à un ordre de choses supérieur. C'est ainsi que nous saisit
la soudaine disparition de Gustave-Adolphe de la scène du monde,
laquelle arrête subitement tout le jeu de la machine politique et rend
vains tous les calculs de la sagesse humaine. Hier encore, l'esprit
vivifiant, le grand et unique moteur de sa création; aujourd'hui, arrêté
dans son vol d'aigle, impitoyablement précipité, arraché à un monde de
projets, violemment rappelé du champ où mûrissait son espérance, il
laisse derrière lui sans consolation son parti orphelin, et
l'orgueilleux édifice de sa fragile grandeur tombe en ruines. Le monde
protestant se détache avec peine de l'espoir qu'il fondait sur ce chef
invincible, et craint d'ensevelir avec lui tout son bonheur passé. Mais
ce n'était plus le bienfaiteur de l'Allemagne qui tombait à Lützen.
Gustave-Adolphe avait terminé la bienfaisante moitié de sa carrière, et
le plus grand service qu'il pût rendre encore à la liberté de l'Empire
allemand... c'était de mourir. La puissance d'un seul, qui absorbait
tout, se brise, et plusieurs essayent leurs forces; l'appui équivoque
d'un protecteur trop puissant fait place à la défense personnelle, plus
glorieuse, des membres de l'Empire; et, naguère simples instruments de
sa grandeur à lui, ils commencent aujourd'hui seulement à travailler
pour eux-mêmes. Ils vont chercher maintenant dans leur propre courage
les moyens de salut, qu'on ne reçoit pas sans danger de la main du plus
fort, et la puissance suédoise, hors d'état désormais de devenir
oppressive, rentre dans les modestes limites d'une simple alliée.

L'ambition du monarque suédois aspirait incontestablement en Allemagne à
une autorité incompatible avec la liberté des états et à une possession
fixe dans le centre de l'Empire. Son but était le trône impérial, et
cette dignité, soutenue de sa puissance, et qu'il eût fait valoir avec
sa rare activité, donnait lieu, dans sa main à lui, à un bien plus grand
abus que celui qu'on avait à craindre de la maison d'Autriche. Né sur un
sol étranger, élevé dans les maximes du pouvoir absolu, et, par son
pieux fanatisme, ennemi déclaré des catholiques, il n'était guère propre
à garder le trésor sacré de la constitution allemande et à respecter la
liberté des membres de l'Empire. L'hommage choquant que la ville
impériale d'Augsbourg fut amenée à rendre, ainsi que plusieurs autres
cités, à la couronne suédoise, annonçait moins le protecteur de l'Empire
que le conquérant; or cette ville, plus fière du titre de ville royale
que de la prérogative plus glorieuse de sa liberté impériale, se
flattait déjà de devenir la capitale du nouvel empire de
Gustave-Adolphe. Ses vues, mal dissimulées, sur l'archevêché de Mayence,
qu'il destina d'abord à l'électeur de Brandebourg, comme dot de sa
fille Christine, et ensuite à Oxenstiern, son chancelier et son ami,
faisaient paraître clairement tout ce qu'il était capable de se
permettre contre la constitution de l'Empire. Les princes protestants,
ses alliés, avaient à sa reconnaissance des prétentions qui ne pouvaient
être satisfaites qu'aux dépens de leurs co-états et surtout des
bénéfices ecclésiastiques immédiats; et peut-être, à la manière de ces
hordes barbares qui envahirent l'ancien empire romain, avait-il déjà
formé le dessein de partager, comme une proie commune, les provinces
conquises, entre ses compagnons d'armes allemands et suédois. Dans sa
conduite envers le comte palatin Frédéric, il démentit tout à fait la
générosité du héros et le caractère sacré de protecteur. Le Palatinat
était dans ses mains, et les devoirs de la justice aussi bien que de
l'honneur l'obligeaient de rendre, entière et intacte, à son maître
légitime, cette province arrachée aux Espagnols; mais, par une subtilité
indigne d'un grand homme et du titre vénérable de défenseur des
opprimés, il sut éluder cette obligation. Il considérait le Palatinat
comme une conquête, qui avait passé des mains de l'ennemi dans les
siennes, et de là, à ses yeux, découlait pour lui le droit d'en disposer
à son gré. Ce fut donc par grâce, et non par le sentiment du devoir,
qu'il le céda au comte palatin, et seulement comme un fief de la
couronne suédoise, à des conditions qui lui ôtaient la moitié de sa
valeur, et qui abaissaient ce prince à n'être qu'un méprisable vassal de
la Suède. Une de ces conditions, qui prescrit au comte palatin «de
contribuer, après la fin de la guerre, à entretenir une partie de
l'armée suédoise, à l'exemple des autres princes,» nous fait entrevoir
assez clairement le sort qui attendait l'Allemagne, si le bonheur du roi
avait duré. Son brusque départ de ce monde assura à l'Empire allemand la
liberté, et à lui-même sa plus belle gloire, si même il ne lui sauva pas
la mortification de voir ses propres alliés armés contre lui, et de
perdre dans une paix désavantageuse tous les fruits de ses victoires.
Déjà la Saxe penchait à se détacher de son parti; le Danemark observait
sa grandeur avec inquiétude et jalousie; et la France même, son allié le
plus important, alarmée par le formidable accroissement de sa puissance
et le ton plus fier qu'il prenait, cherchait, dès le temps où il passait
le Lech, des alliances étrangères, pour arrêter la marche victorieuse du
Goth et rétablir en Europe l'équilibre des forces.



LIVRE QUATRIÈME


Le faible lien de concorde par lequel Gustave-Adolphe tenait unis à
grand'peine les membres protestants de l'Empire se rompit à sa mort:
chacun des alliés recouvrait sa première liberté, ou bien il fallait
qu'ils s'associassent par une alliance nouvelle. En prenant le premier
parti, ils perdaient tous les avantages qu'ils avaient conquis au prix
de tant de sang et s'exposaient au danger inévitable de devenir la proie
d'un ennemi qu'ils n'avaient pu égaler et vaincre que par leur union. Ni
la Suède, ni aucun membre de l'Empire ne pouvait isolément tenir tête à
la Ligue et à l'empereur, et, dans une paix qu'on eût négociée au milieu
de pareilles circonstances, on aurait été forcé de recevoir des lois de
l'ennemi. L'union était donc la condition nécessaire, aussi bien pour
faire la paix que pour continuer la guerre. Mais une paix recherchée
dans la situation présente ne pouvait guère être conclue qu'au préjudice
des puissances alliées. A la mort de Gustave-Adolphe, l'ennemi conçut de
nouvelles espérances, et, si fâcheuse que pût être sa position après la
bataille de Lützen, cette mort de son plus dangereux adversaire était un
événement trop nuisible aux alliés et trop favorable à l'empereur pour
ne pas lui ouvrir la plus brillante perspective et l'inviter à
poursuivre la guerre. La division des alliés devait être, du moins pour
le moment, la suite inévitable de cette mort: et combien l'empereur,
combien la Ligue ne gagnaient-ils pas à cette division des ennemis!
Ferdinand ne pouvait donc sacrifier d'aussi grands avantages que ceux
que lui promettait le tour actuel des choses, pour une paix dont il
n'aurait pas le principal bénéfice, et une paix semblable, les alliés ne
pouvaient souhaiter de la conclure. Par conséquent, la détermination la
plus naturelle était la continuation de la guerre, de même que l'union
était jugée le moyen le plus indispensable pour la soutenir.

Mais comment renouveler cette union, et où puiser des forces pour
continuer la guerre? Ce n'était pas la puissance du royaume de Suède,
c'était uniquement le génie et l'autorité personnelle qui avaient obtenu
au feu roi une influence prépondérante en Allemagne et un si grand
empire sur les esprits; et lui-même n'avait réussi qu'après des
difficultés infinies à établir entre les états un faible et douteux lien
de concorde. Avec lui disparut tout ce qui n'était devenu possible que
par lui, par ses qualités personnelles, et les obligations des membres
de l'Empire cessèrent en même temps que les espérances sur lesquelles
elles avaient été fondées. Plusieurs d'entre eux secouent avec
impatience le joug qu'ils ne portaient pas sans répugnance; d'autres se
hâtent de saisir eux-mêmes le gouvernail, qu'ils avaient vu avec assez
de déplaisir dans les mains de Gustave, mais qu'ils n'avaient pas eu la
force de lui disputer pendant sa vie. D'autres encore sont tentés, par
les séduisantes promesses de l'empereur, d'abandonner l'alliance
générale; d'autres, enfin, accablés par les calamités d'une guerre de
quatorze ans, appellent de leurs voeux pusillanimes une paix même
désavantageuse. Les généraux des armées, qui sont en partie des princes
allemands, ne reconnaissent aucun chef commun, et nul ne veut s'abaisser
à recevoir les ordres d'un autre. La concorde disparaît du cabinet comme
des camps, et, par cet esprit de division, la chose publique est sur le
penchant de sa ruine.

Gustave n'avait point laissé de successeur mâle au royaume de Suède; sa
fille Christine, âgée de six ans, était l'héritière naturelle de son
trône. Les inconvénients inséparables d'une régence ne s'accordaient
guère avec la vigueur et la résolution que devait montrer la Suède dans
ce moment critique. Le génie supérieur de Gustave-Adolphe avait assigné,
parmi les puissances de l'Europe, à cet État faible et obscur, une place
qu'il pouvait difficilement conserver sans la fortune et le génie de
celui qui la lui avait faite, et d'où cependant il ne pouvait plus
descendre sans que sa chute devînt le plus honteux aveu d'impuissance.
Quoique la guerre allemande eût été principalement soutenue avec les
forces de l'Allemagne, les faibles secours que la Suède fournissait par
ses propres moyens, en hommes et en argent, étaient pourtant déjà un
lourd fardeau pour ce royaume dénué de ressources, et le paysan
succombait sous les charges qu'on était forcé d'accumuler sur lui. Le
butin fait en Allemagne enrichissait seulement quelques nobles et
quelques soldats, et la Suède même restait pauvre comme auparavant. A la
vérité, la gloire nationale, qui flattait le sujet, l'avait consolé
pendant quelque temps de ces vexations, et l'on pouvait considérer les
impôts qu'on payait à cette gloire comme un prêt qui, dans l'heureuse
main de Gustave-Adolphe, rapportait de magnifiques intérêts et serait
remboursé avec usure, par ce monarque reconnaissant, après une glorieuse
paix. Mais cette espérance s'évanouit à la mort du roi, et alors le
peuple abusé demanda, avec une redoutable unanimité, la diminution de
ses charges.

Mais l'esprit de Gustave-Adolphe reposait encore sur les hommes auxquels
il avait confié l'administration du royaume. Si terrible que fût leur
surprise à la nouvelle de sa mort, elle ne brisa point leur mâle
courage, et l'esprit de l'antique Rome, aux temps de Brennus et
d'Annibal, anima cette noble assemblée. Plus était cher le prix auquel
on avait acheté les avantages conquis, moins on pouvait se résoudre à y
renoncer volontairement. On ne veut pas avoir sacrifié un roi
inutilement. Le sénat suédois, forcé de choisir entre les souffrances
d'une guerre incertaine et ruineuse et une paix utile, mais
déshonorante, prit courageusement le parti du danger et de l'honneur, et
l'on voit avec un agréable étonnement ce vénérable conseil se lever avec
toute la vigueur de la jeunesse. Environné, au dedans et au dehors,
d'ennemis vigilants, et assiégé de périls à toutes les frontières du
royaume, il s'arme contre tous avec autant de sagesse que d'héroïsme et
travaille à l'agrandissement du royaume, tandis qu'il peut à grand'peine
en maintenir l'existence.

La mort du roi et la minorité de sa fille Christine éveillèrent de
nouveau les anciennes prétentions de la Pologne au trône de Suède, et le
roi Ladislas, fils de Sigismond, n'épargna pas les négociations pour se
faire un parti dans ce royaume. Par ce motif, les régents ne perdent pas
un moment pour proclamer, à Stockholm, l'avénement de la reine, âgée de
six ans, et organiser l'administration de la tutelle. Tous les
fonctionnaires de l'État sont tenus de prêter serment à la nouvelle
souveraine; toute correspondance avec la Pologne est interdite, et les
décrets des derniers rois contre les héritiers de Sigismond sont
confirmés par un acte solennel. On renouvelle prudemment l'alliance
avec le czar de Moscovie, afin de tenir d'autant mieux en bride par les
armes de ce prince la Pologne ennemie. La mort de Gustave-Adolphe avait
éteint la jalousie du roi de Danemark, et dissipé les inquiétudes qui
s'opposaient à la bonne intelligence entre les deux voisins. Les efforts
des ennemis pour armer Christian IV contre le royaume suédois ne
trouvaient maintenant plus d'accès auprès de lui, et son vif désir de
marier son fils Ulrich avec la jeune reine concourait avec les principes
d'une meilleure politique, pour lui faire garder la neutralité. En même
temps, l'Angleterre, la Hollande et la France viennent au-devant du
sénat suédois avec les assurances les plus satisfaisantes de leur amitié
et de leur appui durable, et l'exhortent, d'une voix unanime, à
poursuivre vivement une guerre conduite avec tant de gloire. Autant on
avait eu de raisons en France pour se féliciter de la mort du conquérant
suédois, autant on sentait la nécessité d'entretenir l'alliance avec la
Suède. On ne pouvait, sans s'exposer soi-même au plus grand péril,
laisser déchoir cette puissance en Allemagne. Le défaut de forces
propres la contraignait à conclure avec l'Autriche une paix précipitée
et désavantageuse, et tous les efforts qu'on avait faits pour affaiblir
ce dangereux adversaire étaient perdus; ou bien la nécessité et le
désespoir réduisaient les armées suédoises à chercher leurs moyens de
subsistance dans les provinces des princes catholiques de l'Empire, et
la France devenait coupable de trahison envers ces États qui s'étaient
soumis à sa puissante protection. La mort de Gustave-Adolphe, bien loin
de rompre les liaisons de la France et de la Suède, les avait au
contraire rendues plus nécessaires aux deux États, et beaucoup plus
utiles à la France. Alors seulement, après la mort de celui qui avait
couvert l'Allemagne de sa main protectrice et assuré ses frontières
contre l'ambition française, la France pouvait poursuivre, sans
obstacle, ses projets sur l'Alsace et vendre aux protestants d'Allemagne
son assistance à plus haut prix.

Fortifiés par ces alliances, garantis au dedans, défendus au dehors par
de bonnes garnisons aux frontières et par des flottes, les régents de
Suède n'hésitent pas un instant à continuer une guerre dans laquelle
leur patrie avait peu à perdre de son bien propre et pouvait, si la
fortune couronnait ses armes, gagner quelque province allemande à titre
de dédommagement ou de conquête. Tranquille au milieu de ses mers, elle
ne risquait pas beaucoup plus si ses armées étaient rejetées hors de
l'Allemagne que si elles s'en retiraient volontairement; et la première
de ces deux fins était aussi honorable que la seconde était
déshonorante. Plus on montrait de courage et plus on inspirait de
confiance aux alliés et de respect aux ennemis, plus on pouvait
attendre, à la paix, des conditions favorables. Se trouvât-on même trop
faible pour les vastes desseins de Gustave, on devait du moins à ce
grand modèle de faire les derniers efforts et de ne céder à aucun
obstacle qu'à la nécessité. Malheureusement, les ressorts de l'intérêt
eurent trop de part à cette glorieuse résolution pour qu'on puisse
l'admirer sans réserve. A ceux qui n'avaient rien à souffrir eux-mêmes
des calamités de la guerre et qui, au contraire, s'y enrichissaient, il
ne coûtait guère de se prononcer pour qu'elle fût continuée; car enfin
c'était l'Empire germanique qui seul payait la guerre, et les provinces
que l'on comptait s'adjuger n'étaient pas chèrement achetées avec le peu
de troupes qu'on y devait employer désormais, avec les généraux qu'on
allait mettre à la tête des armées, la plupart allemandes, et avec
l'honorable mission de diriger les opérations militaires et les
négociations.

Mais cette direction même ne s'accordait pas avec l'éloignement où la
régence suédoise se trouvait du théâtre de la guerre et avec la lenteur
que rend nécessaire l'administration exercée par une assemblée
délibérante. Il fallait remettre à un seul homme, à un vaste esprit, le
pouvoir de soigner, au sein même de l'Allemagne, les intérêts de la
Suède; de prononcer, selon ses propres lumières, sur la guerre et sur la
paix, sur les alliances nécessaires, sur les acquisitions faites. Cet
important magistrat devait être revêtu d'une puissance dictatoriale et
de toute l'autorité de la couronne qu'il représentait, pour en maintenir
la dignité, pour mettre de l'harmonie dans les opérations communes, pour
donner du poids à ses ordres et remplacer ainsi à tous égards le
monarque auquel il succédait. Cet homme se trouva dans la personne du
chancelier Oxenstiern, le premier ministre, et, ce qui veut dire
davantage, l'ami du feu roi. Initié à tous les secrets de son maître,
familiarisé avec les affaires de l'Allemagne, instruit de toutes les
relations politiques de l'Europe, il était, sans contredit, l'instrument
le plus propre à poursuivre dans toute son étendue le plan de
Gustave-Adolphe.

Oxenstiern venait d'entreprendre un voyage dans la haute Allemagne, pour
convoquer les quatre cercles supérieurs, quand la nouvelle de la mort du
roi le surprit à Hanau. Ce coup terrible, qui perça le coeur sensible de
l'ami, ravit d'abord à l'homme d'État toute la force de sa pensée. Il se
voyait enlever le seul bien auquel son âme fût attachée. La Suède
n'avait perdu qu'un roi, l'Allemagne qu'un protecteur; Oxenstiern
perdait l'auteur de sa fortune, l'ami de son coeur, le créateur de ses
vues idéales; mais, frappé plus durement que personne par le malheur
commun, il fut le premier qui s'en releva par sa propre force, comme il
était aussi le seul homme qui pût le réparer. D'un regard pénétrant il
embrassa tous les obstacles qui s'opposaient à l'exécution de ses
projets: le découragement des membres de l'Empire, les intrigues des
cours ennemies, la division des alliés, la jalousie des chefs, la
répugnance des princes de l'Allemagne à subir une direction étrangère.
Mais cette même vue profonde de la situation actuelle des choses, qui
lui découvrait toute la grandeur du mal, lui montrait aussi le moyen
d'en triompher. Il s'agissait de relever le courage abattu des plus
faibles États de l'Empire, de déjouer les secrètes machinations des
ennemis, de ménager la jalousie des alliés les plus importants,
d'exciter les puissances amies, particulièrement la France, à une active
coopération; mais, avant tout, de rassembler les débris de l'union
allemande et de réunir par un lien étroit et durable les forces divisées
du parti. La consternation où la perte de leur chef jetait les
protestants d'Allemagne pouvait aussi bien les pousser à conclure une
plus ferme alliance avec la Suède qu'une paix précipitée avec
l'empereur, et la conduite qu'on allait suivre devait seule décider
lequel de ces deux effets serait produit. Tout était perdu, pour peu
qu'on montrât du découragement; l'assurance qu'on témoignerait soi-même
pouvait seule inspirer aux Allemands une confiance en leurs forces.
Toutes les tentatives de la cour d'Autriche pour les détacher de
l'alliance suédoise manquaient leur but, aussitôt qu'on leur ouvrait les
yeux sur leur véritable intérêt et qu'on les amenait à une rupture
ouverte et formelle avec l'empereur.

Sans doute, avant que ces mesures fussent prises et les points
essentiels réglés entre la régence et son ministre, l'armée suédoise
perdit pour ses opérations un temps précieux, dont les ennemis
profitèrent parfaitement. Il ne tenait alors qu'à l'empereur de ruiner
en Allemagne la puissance suédoise, si les sages conseils du duc de
Friedland avaient trouvé accès auprès de lui. Wallenstein lui
conseillait de proclamer une amnistie illimitée, et d'offrir
spontanément aux membres protestants de l'Empire des conditions
favorables. Dans la première terreur que la mort de Gustave-Adolphe
répandit au sein du parti tout entier, une telle déclaration aurait
produit l'effet le plus décisif et ramené les membres les plus souples
aux pieds de l'empereur; mais, ébloui par ce coup de fortune inattendu
et aveuglé par les instigations de l'Espagne, il espéra de ses armes une
issue plus brillante, et, au lieu de prêter l'oreille aux projets de
médiation, il se hâta d'augmenter ses forces. L'Espagne, enrichie par la
dîme des biens ecclésiastiques que le pape lui accordait, soutint
Ferdinand par des subsides considérables, négocia pour lui à la cour de
Saxe, et fit lever à la hâte en Italie des troupes qui devaient être
employées en Allemagne. L'électeur de Bavière augmenta aussi ses forces
considérablement, et l'esprit inquiet du duc de Lorraine ne lui permit
pas de rester oisif en présence d'un si heureux changement de fortune.
Mais, tandis que l'ennemi déployait tant d'activité pour profiter du
malheur des Suédois, Oxenstiern ne négligea rien pour en prévenir les
fâcheuses conséquences.

Craignant moins les ennemis déclarés que la jalousie des puissances
alliées, il quitta la haute Allemagne, dont il se croyait assuré par les
conquêtes déjà faites et par les alliances, et se mit en chemin pour
aller en personne détourner les états de la basse Allemagne d'une
complète défection, ou d'une ligue particulière entre eux, qui n'était
guère moins fâcheuse pour la Suède. Offensé de la prétention que
montrait le chancelier de s'emparer de la direction des affaires, et
profondément révolté à la pensée de recevoir des instructions d'un
gentilhomme suédois, l'électeur de Saxe travaillait de nouveau à une
dangereuse rupture avec la Suède, et pour lui la seule question était de
savoir s'il se réconcilierait complétement avec l'empereur, ou s'il se
mettrait à la tête des protestants pour former avec eux un troisième
parti en Allemagne. Le duc Ulrich de Brunswick nourrissait des
sentiments pareils, et il les fit paraître assez clairement en
interdisant aux Suédois les enrôlements dans ses domaines et en
convoquant à Lunebourg les états de la basse Saxe pour former entre eux
une alliance. Le seul électeur de Brandebourg, jaloux de l'influence que
la Saxe électorale allait acquérir dans la basse Allemagne, montra
quelque zèle pour l'intérêt de la couronne suédoise, qu'il croyait déjà
voir sur la tête de son fils. Oxenstiern trouva, il est vrai, l'accueil
le plus honorable à la cour de Jean-Georges; mais de vagues promesses de
continuer les rapports d'amitié furent tout ce qu'il put obtenir de ce
prince, malgré l'intervention personnelle de l'électeur de Brandebourg.
Il fut plus heureux avec le duc de Brunswick, envers lequel il se permit
un langage plus hardi. La Suède avait alors en sa possession
l'archevêché de Magdebourg, dont le titulaire avait le droit de
convoquer le cercle de basse Saxe. Le chancelier soutint le droit de sa
couronne, et, par cet heureux acte d'autorité, il empêcha pour cette
fois cette dangereuse assemblée. Mais l'union générale des protestants,
alors l'objet principal de son voyage et plus tard de tous ses efforts,
échoua pour cette fois et pour toujours, et il fallut qu'il se contentât
de quelques alliances particulières et peu sûres dans les cercles de
Saxe, et du secours plus faible de la haute Allemagne.

Comme les Bavarois avaient des forces très-considérables sur le Danube,
l'assemblée des quatre cercles supérieurs, qui avait dû se tenir à Ulm,
fut transportée à Heilbronn, où parurent les députés de plus de douze
villes impériales et une foule brillante de docteurs, de comtes et de
princes. Les puissances étrangères, la France, l'Angleterre et la
Hollande, députèrent aussi à cette assemblée, et Oxenstiern y parut avec
toute la pompe de la couronne dont il devait soutenir la majesté. Il
porta lui-même la parole, et, par ses rapports, dirigea la marche des
délibérations. Après qu'il eut reçu de tous les membres de l'Empire
rassemblés l'assurance d'une fidélité, d'une persévérance et d'une
concorde inébranlables, il leur demanda de déclarer ennemis la Ligue et
l'empereur d'une manière expresse et solennelle. Mais autant les Suédois
étaient intéressés à pousser jusqu'à une rupture formelle la mauvaise
intelligence entre l'empereur et les membres de l'Empire, autant ceux-ci
se montrèrent peu disposés à s'enlever par cette démarche décisive toute
possibilité de réconciliation, et à mettre par là même leur sort tout
entier dans les mains des Suédois. Ils trouvèrent qu'une formelle
déclaration de guerre, quand les choses parlaient d'elles-mêmes, était
inutile et superflue, et leur résistance inébranlable réduisit le
chancelier au silence. De plus violents débats s'élevèrent au sujet du
troisième et principal article des délibérations, qui était de savoir
par qui seraient déterminés les moyens de continuer la guerre et les
contributions des membres de l'Empire pour l'entretien des armées. Le
principe d'Oxenstiern, de rejeter sur eux la plus grande part possible
des charges générales, ne s'accordait pas avec le principe de ces
membres, de donner le moins qu'ils pourraient. Ici, le chancelier
suédois éprouva la dure vérité que trente empereurs avaient sentie avant
lui: que, de toutes les entreprises difficiles, la plus difficile était
de tirer de l'argent des Allemands. Au lieu de lui accorder les sommes
nécessaires pour la levée de nouvelles troupes, on lui énuméra
éloquemment tous les maux qu'avaient causés les armées déjà existantes,
et l'on demanda un allégement des anciennes charges, lorsqu'il
s'agissait d'en accepter de nouvelles. La mauvaise humeur où le
chancelier avait mis les membres de l'Empire en leur demandant de
l'argent fit éclore mille griefs, et les désordres commis par les
troupes dans les marches et les cantonnements furent décrits avec une
effrayante vérité.

Oxenstiern avait eu peu d'occasions, au service de deux princes absolus,
de s'accoutumer aux formalités et à la marche scrupuleuse des
délibérations républicaines et d'exercer sa patience à la contradiction.
Prêt à agir aussitôt qu'il en voyait clairement la nécessité,
inébranlable dans sa résolution dès qu'une fois il l'avait prise, il ne
comprenait pas l'inconséquence de la plupart des hommes, de désirer le
but et de haïr les moyens. Tranchant et emporté par nature, il le fut
encore par principe dans cette occasion; car il était alors de la
dernière importance de couvrir par un langage ferme et hardi
l'impuissance du royaume de Suède, et, en prenant le ton de maître, de
devenir maître en effet. Il n'est pas étonnant qu'avec de pareilles
dispositions il ne se trouvât nullement dans sa sphère au milieu de
docteurs et de princes allemands, et que l'esprit de minutieux scrupule,
qui est le caractère des Allemands dans toutes leurs transactions
publiques, le mit au désespoir. Sans égard pour un usage auquel les
empereurs, même les plus puissants, avaient dû se plier, il rejeta toute
délibération écrite, forme si commode à la lenteur allemande: il ne
comprenait pas comment on pouvait discuter pendant dix jours sur un
point qui, pour lui, était déjà comme réglé par la simple exposition.
Mais, si durement qu'il eût traité les membres de l'assemblée, il ne les
trouva pas pour cela moins obligeants et empressés à lui accorder sa
quatrième proposition, qui le concernait lui-même. Lorsqu'il en vint à
la nécessité de donner à l'alliance établie un président et un
directeur, on décerna unanimement cet honneur à la Suède, et on le pria
humblement de servir de ses lumières la cause commune et de prendre sur
ses épaules le fardeau de la direction supérieure. Mais, pour se
garantir contre l'abus du grand pouvoir qu'on mettait dans ses mains par
cette élection, une décision, à laquelle l'influence française ne fut
pas étrangère, plaçait auprès de lui, sous le nom d'assistants, un
nombre déterminé d'inspecteurs qui devaient administrer la caisse de
l'alliance et donner leur avis sur les enrôlements, les marches et les
cantonnements des troupes. Oxenstiern combattit vivement cette
restriction de son pouvoir, par où l'on entravait l'exécution de tout
projet qui demandait du secret ou de la promptitude, et il finit par
arracher à grand'peine la liberté de suivre ses propres idées dans les
opérations de guerre. Enfin, le chancelier toucha aussi le point épineux
du dédommagement que la Suède pourrait se promettre à la paix de la
reconnaissance de ses alliés, et il se flattait de l'espérance qu'on lui
assignerait la Poméranie, sur laquelle la Suède dirigeait principalement
ses vues, et qu'il obtiendrait des membres de l'assemblée la promesse
d'une vigoureuse assistance pour l'acquisition de cette province. Mais
on s'en tint à l'engagement vague et général qu'à la paix future on ne
s'abandonnerait pas les uns les autres. Ce ne fut pas le respect pour la
constitution de l'Empire qui rendit les états si réservés sur ce point:
ce qui le prouve, c'est la libéralité qu'on voulut témoigner au
chancelier, au mépris des lois les plus sacrées de l'Empire. Peu s'en
fallut qu'on ne lui offrît, à titre de récompense, l'archevêché de
Mayence, que d'ailleurs il occupait déjà comme conquête, et
l'ambassadeur français n'empêcha qu'avec peine cet acte aussi
impolitique que déshonorant. Si loin que fût Oxenstiern de voir tous ses
voeux accomplis, il avait du moins atteint son but principal, qui était
d'obtenir pour sa couronne et pour lui-même la direction de l'ensemble
des affaires; il avait rendu plus ferme et plus étroit le lien qui
unissait les membres des quatre cercles supérieurs, et conquis, pour
l'entretien de la guerre, un subside annuel de deux millions et demi
d'écus.

Tant de déférence de la part des états méritait que la Suède se montrât
reconnaissante. Peu de semaines après la mort de Gustave-Adolphe, le
chagrin avait terminé la malheureuse vie du comte palatin Frédéric. Ce
prince infortuné avait grossi pendant huit mois la cour de son
protecteur et consumé à sa suite le faible reste de sa fortune. Enfin il
approchait du terme de ses voeux, et un plus heureux avenir s'ouvrait
devant lui, quand la mort enleva son défenseur. Ce qu'il considérait
comme le plus grand malheur eut les suites les plus favorables pour son
héritier. Gustave-Adolphe pouvait se permettre de lui faire attendre la
restitution de ses États et de lui rendre ce don onéreux par des
conditions oppressives. Oxenstiern, pour qui l'amitié de l'Angleterre,
de la Hollande, du Brandebourg, et en général la bonne opinion des
membres réformés de l'Empire, était incomparablement plus importante,
se vit forcé d'accomplir le devoir de la justice. En conséquence, dans
cette même assemblée de Heilbronn, il restitua aux descendants de
Frédéric les pays palatins, soit conquis déjà, soit à reconquérir,
Mannheim seul excepté, qui devait rester occupé par les Suédois jusqu'au
remboursement des frais de guerre. Le chancelier ne borna pas ses bons
procédés à la maison palatine; les autres princes alliés reçurent de la
Suède, quoique un peu plus tard, des preuves de reconnaissance qui
coûtèrent à cette couronne tout aussi peu de son propre bien.

Le devoir de l'impartialité, le plus sacré de tous pour l'historien,
l'oblige à un aveu qui n'est pas précisément fort honorable pour les
défenseurs de la liberté allemande. Quelque étalage que fissent les
princes protestants de la justice de leur cause et de la pureté de leur
zèle, cependant c'étaient surtout des motifs très-intéressés qui les
faisaient agir, et le désir de dépouiller les autres avait pour le moins
autant de part aux hostilités commencées que la crainte de se voir
dépouillés eux-mêmes. Gustave-Adolphe découvrit bientôt qu'il avait
beaucoup plus à espérer de ce honteux mobile que de leurs sentiments
patriotiques, et il ne négligea pas d'en tirer parti. Il promit à chacun
des princes ligués avec lui la possession de quelqu'une des conquêtes
déjà faites sur l'ennemi ou encore à faire, et la mort seule l'empêcha
d'accomplir ces engagements. Ce que la prudence conseillait au roi, la
nécessité le commandait à son successeur, et, s'il avait à coeur de
prolonger la guerre, il fallait qu'il partageât le butin avec les
princes alliés, et s'obligeât à faire tourner à leur avantage la
confusion qu'il cherchait à entretenir. Ce fut ainsi qu'il promit au
landgrave de Hesse les bénéfices de Paderborn, de Corvey, de Münster et
de Fulde; au duc Bernard de Weimar, les évêchés de Franconie; au duc de
Wurtemberg, les biens ecclésiastiques et les comtés autrichiens situés
dans ses États: le tout à titre de fiefs suédois. Le chancelier lui-même
s'étonnait du spectacle de cette conduite insensée qui faisait si peu
d'honneur aux Allemands, et il pouvait à peine cacher son mépris. «Qu'on
inscrive, dit-il un jour, dans nos archives, pour en perpétuer le
souvenir, qu'un prince de l'Empire d'Allemagne a demandé cela à un
gentilhomme suédois, et que le gentilhomme suédois l'a accordé, en pays
allemand, à un prince de l'Empire d'Allemagne.»

Après des mesures si bien prises, on pouvait paraître avec honneur en
campagne et recommencer la guerre avec une nouvelle activité. Bientôt
après la victoire de Lützen, les troupes de Saxe et de Lunebourg se
réunissent avec le gros des forces suédoises, et, en peu de temps, les
Impériaux sont chassés de toute la Saxe. Alors cette armée combinée se
sépare. Les Saxons marchent en Lusace et en Silésie, pour agir contre
les Autrichiens de concert avec le comte de Thurn; le duc Bernard
conduit en Franconie une partie de l'armée suédoise, et le duc Georges
de Brunswick l'autre partie dans la Westphalie et la basse Saxe.

Tandis que Gustave-Adolphe entreprenait son expédition en Saxe, les
conquêtes faites sur le Lech et le Danube furent défendues contre les
Bavarois par le comte palatin de Birkenfeld et le général suédois
Banner; mais, trop faibles pour opposer une résistance suffisante aux
progrès victorieux de l'ennemi, qui étaient secondés par la bravoure et
l'expérience d'Altringer, général de l'empereur, ils durent appeler
d'Alsace à leur secours le général suédois de Horn. Après que ce chef
expérimenté eut soumis à la domination suédoise les villes de Benfeld,
Schelestadt, Colmar et Haguenau, il en remit la défense au rhingrave
Othon-Louis et se hâta de passer le Rhin pour renforcer l'armée de
Banner. Mais, quoiqu'elle fût dès lors forte de seize mille hommes, elle
ne put toutefois empêcher l'ennemi de s'établir sur la frontière de la
Souabe, de prendre Kempten et de s'accroître de sept régiments venus de
Bohême. Pour garder les rives importantes du Lech et du Danube, on
dégarnit l'Alsace, où, après le départ de Horn, le rhingrave Othon-Louis
avait eu de la peine à se défendre contre les paysans soulevés. Il
fallut que lui aussi vînt renforcer avec ses troupes l'armée du Danube;
et, comme ce secours ne suffisait pas encore, on invita instamment le
duc Bernard de Weimar à tourner ses armes de ce côté.

Peu après l'ouverture de la campagne de 1633, Bernard s'était emparé de
la ville et de tout l'évêché de Bamberg, et il préparait le même sort à
Würtzbourg. Sur l'invitation de Gustave Horn, il se mit aussitôt en
marche vers le Danube, battit, chemin faisant, une armée bavaroise,
commandée par Jean de Werth, et fit près de Donawert sa jonction avec
les Suédois. Cette nombreuse armée, commandée par d'excellents généraux,
menace la Bavière d'une formidable invasion. Tout l'évêché d'Eichstædt
est inondé de troupes, et un traître promet de faire tomber même
Ingolstadt dans les mains des Suédois. L'activité d'Altringer est
enchaînée par l'ordre formel de Friedland, et, ne recevant aucun secours
de Bohême, il ne peut s'opposer aux progrès de l'armée ennemie. Les plus
favorables circonstances se réunissent pour rendre victorieuses dans ces
contrées les armes des Suédois, quand les mouvements de l'armée sont
tout à coup arrêtés par une révolte des officiers.

On devait aux armes tout ce qu'on avait acquis en Allemagne; la grandeur
même de Gustave-Adolphe était l'ouvrage de l'armée, le fruit de sa
discipline, de ses travaux, de son courage inébranlable au milieu de
fatigues et de dangers infinis. Si habilement que l'on traçât les plans
dans le cabinet, l'armée seule, en définitive, en était l'exécutrice, et
les projets des chefs en s'étendant ne faisaient qu'augmenter toujours
ses fatigues. Dans cette guerre, tous les grands résultats avaient été
obtenus violemment, en sacrifiant avec une vraie barbarie les soldats
dans les campagnes d'hiver, les marches, les assauts et les batailles
rangées, et c'était la maxime de Gustave-Adolphe de ne jamais renoncer à
une victoire, tant qu'il ne lui en coûtait que des hommes. Le soldat ne
pouvait longtemps ignorer son importance, et il demandait à bon droit sa
part du gain obtenu au prix de son sang. Mais, le plus souvent, on
pouvait à peine lui payer la solde qui lui était due, l'avidité des
chefs ou les besoins de l'État absorbaient d'ordinaire la meilleure part
des sommes extorquées et des possessions acquises. Pour toutes les
peines qu'il endurait, il ne lui restait rien que la perspective
incertaine du pillage ou de l'avancement, et nécessairement, à l'un et
à l'autre égard, il ne se voyait que trop souvent abusé. Tant que
Gustave-Adolphe vécut, la crainte et l'espérance étouffèrent, il est
vrai, toute explosion de mécontentement; mais, après sa mort,
l'impatience générale éclata, et le soldat saisit justement le moment le
plus dangereux pour se souvenir de son importance. Deux officiers, Pfuhl
et Mitschefal, déjà signalés du vivant de Gustave comme deux têtes
turbulentes, donnent, dans le camp du Danube, un exemple qui trouve en
peu de jours des imitateurs dans presque tous les officiers de l'armée.
On s'engage mutuellement et l'on se donne parole, la main dans la main,
de n'obéir à aucun ordre jusqu'à ce que la solde, arriérée depuis des
mois et des années, soit acquittée, et qu'on ait accordé en outre à
chacun, en argent ou en biens-fonds, une récompense proportionnée aux
services. On les entendait dire: «Des sommes énormes sont extorquées
chaque jour comme contributions de guerre, et tout cet argent va se
perdre dans un petit nombre de mains. On nous pousse en avant sur la
neige et la glace, et jamais la moindre reconnaissance pour ces travaux
infinis! On crie à Heilbronn contre la pétulance des troupes; mais
personne ne songe à leurs services. Les écrivains font retentir le monde
du bruit des conquêtes et des victoires, et cependant ce n'est que par
la main des soldats qu'on a remporté tous ces triomphes.» La foule des
mécontents augmente chaque jour, et déjà, par des lettres qui
heureusement sont interceptées, ils cherchent à soulever aussi les
armées sur le Rhin et dans la Saxe. Ni les représentations de Bernard de
Weimar, ni les dures réprimandes de son collègue plus sévère, ne furent
capables d'étouffer cette fermentation, et la violence du dernier ne fit
qu'accroître l'insolence des rebelles. Ils insistèrent pour qu'on
assignât à chaque régiment certaines villes sur lesquelles on lèverait
la solde arriérée. Un délai de quatre semaines était accordé au
chancelier suédois pour trouver le moyen de satisfaire à ces demandes.
«En cas de refus, déclarèrent-ils, ils se payeraient eux-mêmes, et ne
tireraient plus, à l'avenir, l'épée pour la Suède.»

Cette violente sommation, faite en un temps où la caisse militaire était
vide et le crédit tombé, dut plonger le chancelier dans la plus grande
perplexité; et il fallait trouver un prompt remède, avant que le même
vertige gagnât les autres troupes, et qu'on se vît abandonné tout d'un
coup par toutes les armées au milieu des ennemis. Parmi tous les
généraux suédois, un seul avait assez de crédit et de considération
auprès des soldats pour apaiser cette querelle. Le duc Bernard était le
favori de l'armée, et sa prudente modération lui avait gagné la
confiance des gens de guerre, comme son expérience militaire leur haute
admiration. Ce fut lui qui entreprit alors de calmer les troupes
mécontentes; mais, connaissant son importance, il saisit le moment
favorable pour songer d'abord à lui-même et arracher à l'embarras du
chancelier suédois l'accomplissement de ses propres souhaits.

Gustave-Adolphe lui avait déjà fait espérer un duché de Franconie, qui
serait formé des deux évêchés de Bamberg et Würtzbourg: le duc Bernard
insistait maintenant sur l'exécution de cette promesse. Il demanda en
même temps le commandement en chef pendant la guerre, avec le titre de
généralissime suédois. Cet abus que faisait le duc du besoin qu'on avait
de lui irrita si fort Oxenstiern, que, dans sa première indignation, il
lui signifia qu'il cessait d'être au service de la Suède. Mais bientôt
il se ravisa, et, plutôt que de sacrifier un général si important, il
résolut de l'enchaîner à tout prix à la cause suédoise. Il lui remit en
conséquence les évêchés de Franconie, à titre de fiefs de la couronne de
Suède, à la réserve toutefois des deux forteresses de Würtzbourg et de
Koenigshofen, qui devaient rester occupées par les Suédois; il s'engagea
de plus, au nom de sa couronne, à soutenir le duc dans la possession de
ces pays. La demande du commandement en chef de toutes les troupes fut
rejetée sous un prétexte honnête. Le duc Bernard ne tarda pas longtemps
à se montrer reconnaissant de cet important sacrifice: par son crédit et
son activité, il apaisa bientôt la révolte de l'armée. On distribua aux
officiers de fortes sommes d'argent et de plus grands dons encore en
fonds de terre, dont la valeur montait à environ cinq millions d'écus,
et sur lesquels on n'avait aucun autre droit que celui de conquête.
Pendant ce temps, le moment d'une grande entreprise était passé, et les
chefs réunis se séparèrent, pour aller résister à l'ennemi sur d'autres
points.

Gustave Horn, après avoir entrepris une courte irruption dans le haut
Palatinat et s'être emparé de Neumarkt, dirigea sa marche vers la
frontière souabe, où les Impériaux s'étaient considérablement renforcés
dans l'intervalle et menaçaient le Wurtemberg d'une invasion
désastreuse. Effrayés de son approche, ils se retirent vers le lac de
Constance; mais cela ne servit qu'à montrer aux Suédois le chemin de ce
pays, qu'ils n'avaient pas encore visité. Une possession à l'entrée de
la Suisse était pour ceux-ci d'une extrême importance, et la ville de
Constance semblait particulièrement propre à les mettre en communication
avec les confédérés. Gustave Horn entreprit donc aussitôt le siége de
cette place. Mais, dépourvu d'artillerie et obligé d'en faire venir
d'abord du Wurtemberg, il ne pouvait assez accélérer son entreprise pour
ne pas laisser aux ennemis le loisir de délivrer cette ville, qu'il
était d'ailleurs si facile d'approvisionner par le lac. Il quitta donc,
après une vaine tentative, la ville et son territoire, pour faire tête,
sur les bords du Danube, à un pressant danger.

Sur l'invitation de l'empereur, le cardinal infant, frère du roi
d'Espagne Philippe IV, et gouverneur de Milan, avait mis sur pied une
armée de quatorze mille hommes, qui était destinée à opérer sur le Rhin,
indépendante de l'autorité de Wallenstein, et à défendre l'Alsace. Ces
forces parurent alors en Bavière, sous le commandement d'un Espagnol, le
duc de Féria; et, afin qu'on pût les employer sans retard contre les
Suédois, Altringer reçut l'ordre de les joindre aussitôt avec ses
troupes. Dès la première nouvelle de l'apparition de cette armée,
Gustave Horn avait appelé du Rhin, comme renfort, le comte palatin de
Birkenfeld, et, après s'être réuni à lui à Stockach, il marcha hardiment
aux ennemis, forts de trente mille hommes. Ils avaient franchi le Danube
et dirigé leur marche vers la Souabe, où Gustave Horn s'approcha d'eux,
un jour, au point que les deux armées n'étaient plus qu'à un demi-mille
l'une de l'autre. Mais, au lieu d'accepter l'offre de la bataille, les
Impériaux marchèrent par les villes forestières vers le Brisgau et
l'Alsace, où ils arrivèrent assez tôt pour débloquer Brisach et mettre
un terme aux progrès victorieux du rhingrave Othon-Louis. Ce dernier
avait conquis peu auparavant les villes forestières, et, soutenu par le
comte palatin de Birkenfeld, qui délivra le bas Palatinat et battit le
duc de Lorraine, il avait assuré de nouveau dans ces contrées la
prépondérance aux armes suédoises. Alors, il est vrai, il dut céder à la
supériorité de l'ennemi; mais bientôt Horn et Birkenfeld marchent à son
secours, et, après un court triomphe, les Impériaux se voient de nouveau
chassés de l'Alsace. Un automne rigoureux, qui les surprend dans cette
malheureuse retraite, fait périr la plupart des Italiens, et le chagrin
que lui cause le mauvais succès de cette entreprise donne la mort à leur
chef lui-même, le duc de Féria.

Cependant, le duc Bernard de Weimar, avec dix-huit régiments
d'infanterie et cent quarante cornettes de cavalerie, avait pris
position sur le Danube, pour couvrir la Franconie, aussi bien que pour
observer sur ce fleuve les mouvements de l'armée bavaro-impériale.
Altringer n'eut pas plutôt dégarni ces frontières, pour se joindre aux
troupes italiennes du duc de Féria, que Bernard profita de son
éloignement, se hâta de passer le Danube, et parut devant Ratisbonne,
aussi prompt que la foudre. La possession de cette ville était décisive
pour les entreprises des Suédois sur la Bavière et l'Autriche; elle leur
donnait un établissement sur le Danube, et une retraite sûre en cas de
revers, de même qu'elle les mettait seule en état de faire dans ces pays
des conquêtes durables. Conserver Ratisbonne avait été le dernier, le
pressant conseil de Tilly mourant à l'électeur de Bavière, et
Gustave-Adolphe avait déploré, comme une perte irréparable, que les
Bavarois l'eussent prévenu en occupant cette place. Aussi l'effroi de
Maximilien fut-il inexprimable, quand le duc Bernard surprit cette ville
et se disposa sérieusement à l'assiéger.

Quinze compagnies seulement, la plupart de nouvelles levées, en
composaient la garnison: c'étaient des forces plus que suffisantes pour
fatiguer l'ennemi, quelle que fût sa supériorité, si elles étaient
soutenues par une bourgeoisie bien intentionnée et guerrière. Mais celle
de Ratisbonne était justement le plus dangereux ennemi que la garnison
bavaroise eût à combattre. Les habitants protestants, également jaloux
de leur croyance et de leur liberté impériale, s'étaient courbés à
regret sous le joug bavarois et attendaient depuis longtemps avec
impatience l'apparition d'un sauveur. L'arrivée de Bernard devant leurs
murs les remplit d'une vive joie, et il était fort à craindre qu'ils ne
soutinssent par une émeute au dedans les entreprises des assiégeants.
Dans cette grande perplexité, l'électeur adresse à l'empereur, au duc de
Friedland, les lettres les plus pathétiques, pour qu'on lui accorde
seulement un secours de cinq mille hommes. Ferdinand envoie
successivement sept messagers, avec cette commission, à Wallenstein, qui
promet les plus prompts secours, et annonce en effet par Gallas à
l'électeur la prochaine arrivée de douze mille hommes sous les ordres de
ce général, mais en même temps défend à celui-ci, sous peine de la vie,
de se mettre en chemin. Sur l'entrefaite, le commandant bavarois de
Ratisbonne, dans l'attente d'une prompte délivrance, avait pris les
meilleures dispositions pour défendre la ville: il avait armé les
paysans catholiques, désarmé au contraire les bourgeois protestants, et
veillé avec le plus grand soin à ce qu'ils ne pussent faire aucune
entreprise dangereuse contre la garnison. Mais, comme aucun secours ne
paraissait, et que l'artillerie des ennemis foudroyait sans relâche les
remparts, il pourvut à sa sûreté et à celle de la garnison par une
capitulation honorable, et abandonna les employés et les ecclésiastiques
bavarois à la clémence du vainqueur.

Avec l'occupation de Ratisbonne, les projets du duc Bernard s'étendent,
et la Bavière même est devenue pour son hardi courage un champ trop
étroit. Il veut pénétrer jusqu'aux frontières de l'Autriche, armer
contre l'empereur les paysans protestants et leur rendre la liberté
religieuse. Il avait déjà conquis Straubing, tandis qu'un autre général
suédois soumettait les bords septentrionaux du Danube. Bravant, à la
tête de ses Suédois, la rigueur de la température, il atteint
l'embouchure de l'Isar et fait passer ce fleuve à ses troupes, sous les
yeux du général bavarois de Werth, qui est campé dans ce lieu. Déjà
tremblent Passau et Lintz, et l'empereur, consterné, redouble ses
sommations et ses ordres à Wallenstein de secourir au plus tôt la
Bavière accablée. Mais Bernard victorieux met de lui-même un terme à
ses conquêtes. Ayant, devant lui, l'Inn, défendu par de nombreux
châteaux forts; derrière lui, deux armées ennemies, un pays mal
intentionné, et l'Isar, sur les bords duquel nul poste tenable ne le
protége, de même que le sol gelé ne lui permet d'élever aucuns
retranchements; menacé par toutes les forces de Wallenstein, qui s'est
enfin décidé à marcher sur le Danube, il se dérobe par une retraite
opportune au danger de voir couper ses communications avec Ratisbonne et
d'être cerné par les ennemis. Il se hâte de passer l'Isar et le Danube,
pour défendre contre Wallenstein les conquêtes faites dans le haut
Palatinat, décidé même à ne pas refuser une bataille avec ce général.
Mais Wallenstein, qui n'avait jamais eu la pensée de rien faire
d'important sur le Danube, n'attend pas son approche, et, avant que les
Bavarois commencent tout de bon à se réjouir de la sienne, il a déjà
disparu du côté de la Bohême. Bernard termine donc alors sa glorieuse
campagne et accorde à ses troupes dans les quartiers d'hiver, sur le
territoire ennemi, un repos bien mérité.

Tandis que Gustave Horn en Souabe, le comte palatin de Birkenfeld, le
général Baudissin et le rhingrave Othon-Louis sur le haut et le bas
Rhin, et le duc Bernard sur le Danube, faisaient la guerre avec une
telle supériorité, la gloire des armes suédoises n'était pas soutenue
moins glorieusement dans la basse Saxe et la Westphalie par le duc de
Lunebourg et le landgrave de Hesse-Cassel. Le duc Georges prit la
forteresse de Hameln après la plus courageuse résistance, et l'armée
combinée des Hessois et des Suédois remporta, près d'Oldendorf, une
brillante victoire sur le général impérial de Gronsfeld, qui commandait
aux bords du Wéser. Dans cette bataille, le comte de Wasabourg, fils
naturel de Gustave-Adolphe, se montra digne de sa naissance. Seize
canons, tous les bagages des Impériaux et soixante-quatorze étendards
tombèrent dans les mains des Suédois; environ trois mille ennemis
restèrent sur la place, et le nombre des prisonniers fut presque aussi
grand. La ville d'Osnabrück fut réduite à capituler par le colonel
suédois Kniphausen, et Paderborn par le landgrave de Hesse-Cassel. En
revanche, Bückebourg, place très-importante pour les Suédois, tomba dans
les mains des Impériaux. Sur presque tous les points de l'Allemagne, on
voit triompher les armées suédoises, et l'année qui suivit la mort de
Gustave-Adolphe ne montra encore aucun indice de la perte qu'on avait
faite en la personne de ce grand capitaine.

Dans l'exposé des principaux événements qui signalèrent la campagne de
l'année 1633, l'inaction de l'homme qui, entre tous assurément, excitait
la plus grande attente, doit causer un juste étonnement. De tous les
généraux dont les exploits nous ont occupés dans cette campagne, il n'y
en avait aucun qui pût se mesurer, pour l'expérience, le talent et la
gloire militaire, avec Wallenstein, et c'est lui précisément qui, à
partir de la bataille de Lützen, disparaît à nos yeux. La mort de son
grand adversaire lui laisse libre tout le champ de la gloire;
l'attention de l'Europe entière est fixée sur les exploits qui doivent
effacer le souvenir de sa défaite et annoncer au monde sa supériorité
dans l'art de la guerre; et cependant il reste oisif en Bohême, tandis
que les pertes de l'empereur en Bavière, dans la basse Saxe et sur le
Rhin réclament instamment sa présence: mystère également impénétrable
pour les amis et les ennemis, objet d'effroi pour l'empereur, et
pourtant aussi sa dernière espérance. Après la bataille perdue de
Lützen, il s'était retiré, avec une précipitation inexplicable, dans le
royaume de Bohême, où il ordonna les enquêtes les plus sévères sur la
conduite de ses officiers dans cette journée. Ceux que le conseil de
guerre reconnut coupables furent condamnés à mort avec une inexorable
rigueur; ceux qui s'étaient bravement conduits furent récompensés avec
une royale munificence, et la mémoire des morts éternisée par de
magnifiques monuments. Pendant tout l'hiver, il écrasa les provinces
impériales par des contributions exorbitantes et par les quartiers
d'hiver, qu'il eut soin de ne pas prendre dans les pays ennemis afin
d'épuiser les ressources des provinces autrichiennes. Mais, à l'entrée
du printemps de 1633, au lieu d'ouvrir les hostilités avant tous les
autres, avec son armée bien entretenue et formée de troupes d'élite, et
de se montrer dans toute la puissance de son commandement, il fut le
dernier à paraître en campagne, et ce fut encore un État héréditaire de
l'empereur dont il fit le théâtre de la guerre.

Entre toutes les provinces de l'Autriche, c'était la Silésie qui se
trouvait exposée au plus grand danger. Trois différentes armées, une
suédoise sous le comte de Thurn, une saxonne sous Arnheim et le duc de
Lauenbourg, et une brandebourgeoise sous Borgsdorf, avaient porté en
même temps la guerre dans ce pays. Elles avaient déjà en leur possession
les places les plus importantes, et Breslau même avait embrassé le parti
des alliés. Mais cette foule de généraux et d'armées fut précisément ce
qui conserva ce pays à l'empereur: en effet, la jalousie des chefs et la
haine mutuelle des Suédois et des Saxons ne leur permirent jamais d'agir
avec ensemble, Arnheim et Thurn se disputaient le commandement; les
Brandebourgeois et les Saxons faisaient cause commune contre les
Suédois, qu'ils regardaient comme d'importuns étrangers et auxquels ils
cherchaient à nuire chaque fois qu'ils en trouvaient la moindre
occasion. Au contraire, les Saxons vivaient avec les Impériaux sur un
pied beaucoup plus amical, et il arrivait souvent que les officiers des
deux armées ennemies se visitaient réciproquement et se donnaient des
repas. On laissait les Impériaux sauver leurs biens sans obstacle, et,
parmi les Allemands de l'armée combinée, un grand nombre ne cachaient
point qu'ils avaient reçu de Vienne de fortes sommes. Au milieu d'alliés
si équivoques, les Suédois se voyaient vendus et trahis, et, quand on
s'entendait si mal, il était impossible de songer à aucune grande
entreprise. Le général d'Arnheim était d'ailleurs presque toujours
absent, et, lorsqu'enfin il revint à l'armée, déjà Wallenstein
s'approchait des frontières avec des forces redoutables.

Il entra en Silésie à la tête de quarante mille hommes, et les alliés
n'en avaient pas plus de vingt-quatre mille à lui opposer. Néanmoins,
ils voulurent tenter une bataille et parurent devant Münsterberg, où
Wallenstein avait établi un camp retranché; mais il les laissa
séjourner là huit jours sans faire lui-même le moindre mouvement; puis
il quitta ses lignes et défila devant leur camp d'un pas fier et
tranquille. Même après qu'il eut levé le sien, et tout le temps que les
ennemis, devenus plus hardis, demeurèrent près de lui, il dédaigna de
profiter de l'occasion. Le soin avec lequel il évitait la bataille fut
attribué à la crainte; mais, avec sa vieille gloire militaire,
Wallenstein pouvait braver un pareil soupçon. La vanité des alliés ne
leur permit pas de remarquer qu'il se jouait d'eux et qu'il leur faisait
généreusement grâce de la défaite, parce que, pour le moment, une
victoire sur eux ne le servait pas. Cependant, pour leur montrer qu'il
était le maître et que ce n'était point la crainte de leurs forces qui
le tenait dans l'inaction, il fit mettre à mort le commandant d'un
château qui tomba dans ses mains, pour n'avoir pas rendu sur-le-champ
une place qui n'était pas tenable.

Les deux armées étaient depuis neuf jours en présence l'une de l'autre,
à la portée du mousquet, quand le comte Terzky, sortant de l'armée de
Wallenstein, parut avec un trompette devant le camp des alliés pour
inviter le général d'Arnheim à une conférence. Elle avait pour objet de
proposer, au nom de Wallenstein, tout supérieur en forces qu'il était,
un armistice de six semaines. «Il était venu, disait-il, pour conclure
une paix perpétuelle avec la Suède et les princes de l'Empire, payer les
soldats et donner à chacun satisfaction. Tout cela était en son pouvoir,
et, si l'on faisait difficulté à Vienne de ratifier sa décision, il
était prêt à se réunir avec les alliés, et (ceci fut, il est vrai,
soufflé seulement aux oreilles d'Arnheim) à envoyer l'empereur au
diable.» Dans une seconde entrevue, il s'expliqua encore plus clairement
avec le comte de Thurn. «Tous les priviléges, disait-il, seraient de
nouveau confirmés, tous les exilés bohêmes rappelés et rétablis dans
leurs biens, et il serait lui-même le premier à leur restituer la part
qui lui était échue. Les jésuites seraient expulsés, comme étant les
auteurs de toutes les vexations précédentes; la couronne de Suède serait
satisfaite par des payements à termes fixes; toutes les troupes inutiles
des deux partis seraient menées contre les Turcs.» Le dernier point
contenait le mot de toute l'énigme: «S'il obtenait pour lui la couronne
de Bohême, tous les proscrits auraient à se louer de sa générosité; une
complète liberté de religion régnerait désormais dans le royaume; la
maison palatine rentrerait dans tous ses droits, et le margraviat de
Moravie lui servirait à lui-même de dédommagement pour le Mecklembourg.
Alors les armées alliées marcheraient sur Vienne sous sa conduite, pour
arracher à l'empereur, les armes à la main, son consentement à ce
traité.»

Il était donc levé maintenant, le voile qui couvrait le projet que
Wallenstein avait mûri pendant de longues années dans le plus mystérieux
silence. Aussi bien toutes les circonstances montraient qu'il n'y avait
point de temps à perdre pour l'exécution. C'était seulement son aveugle
confiance dans le bonheur des armes de Friedland et dans la supériorité
de son génie, qui avait inspiré à l'empereur la ferme résolution de
remettre à cet homme impérieux, malgré toutes les représentations de
l'Espagne et de la Bavière, et aux dépens de sa propre dignité, un
commandement si absolu. Mais la croyance que Wallenstein était
invincible avait été depuis longtemps ébranlée par sa longue inaction,
et presque entièrement détruite après la malheureuse bataille de Lützen.
Maintenant ses ennemis se réveillaient de nouveau à la cour de
Ferdinand, et le mécontentement de l'empereur, qui avait vu échouer ses
espérances, procurait auprès de lui à leurs représentations l'accueil
souhaité. Ils passèrent en revue, avec une mordante critique, toute la
conduite de Friedland; ils rappelèrent au monarque jaloux son insolent
orgueil et sa résistance aux ordres impériaux; ils invoquèrent à leur
aide les plaintes des sujets autrichiens sur ses vexations infinies; ils
rendirent suspecte sa fidélité et insinuèrent d'effrayants avis sur ses
intentions secrètes. Ces accusations, qui n'étaient d'ailleurs que trop
justifiées par toute la conduite de Wallenstein, ne laissaient pas de
jeter dans l'esprit de Ferdinand de profondes racines; mais le pas était
fait, et le vaste pouvoir dont on avait revêtu le duc ne pouvait lui
être arraché sans un grand péril. Diminuer ce pouvoir insensiblement
était tout ce qui restait possible à l'empereur, et, pour y parvenir
avec quelque succès, il fallait le diviser; mais avant tout il fallait
chercher à se rendre indépendant de la bonne volonté de Wallenstein.
Cependant on s'était désisté même de ce droit dans le traité qu'on avait
conclu avec lui, et la propre signature de l'empereur le protégeait
contre toute tentative faite pour placer un autre général à ses côtés ou
pour exercer une influence directe sur ses troupes. Comme on ne pouvait
ni observer ni anéantir ce pernicieux traité, il fallut recourir à un
artifice. Friedland était généralissime de l'empereur en Allemagne, mais
son pouvoir ne s'étendait pas plus loin, et il ne pouvait s'arroger
aucune autorité sur une armée étrangère. On fait donc lever à Milan une
armée espagnole, et on la fait combattre en Allemagne sous un général
espagnol. Ainsi Wallenstein n'est plus l'homme indispensable, parce
qu'il a cessé d'être unique, et l'on a, au besoin, un appui contre
lui-même.

Le duc sentit promptement et profondément d'où partait ce coup et à quoi
il tendait. En vain il protesta auprès du cardinal infant contre cette
innovation, qui violait le traité: l'armée italienne entra en Allemagne,
et l'on obligea Wallenstein d'envoyer le général Altringer pour la
renforcer. A la vérité, il sut lui lier si bien les mains par de sévères
instructions, que l'armée italienne recueillit peu de gloire en Alsace
et en Souabe; mais cet acte d'autorité de la cour l'avait arraché à sa
sécurité et lui avait fait pressentir l'approche du danger. Pour ne pas
perdre une seconde fois le commandement et avec lui le fruit de tous ses
efforts, il fallait qu'il se hâtât d'accomplir son dessein. Par
l'éloignement des officiers suspects et par sa libéralité envers les
autres, il se croyait assuré de la fidélité de ses troupes. Il avait
sacrifié toutes les autres classes de l'État, tous les devoirs de la
justice et de l'humanité, à l'avantage de l'armée: aussi comptait-il sur
sa reconnaissance. Sur le point de donner au monde un exemple inouï
d'ingratitude envers l'auteur de sa fortune, il fondait toute sa
grandeur sur la reconnaissance qu'on devait lui témoigner, à lui.

Les chefs des armées silésiennes n'avaient aucun plein pouvoir de leurs
supérieurs pour conclure à eux seuls une affaire aussi grave que celle
qui était proposée par Wallenstein, et ils n'osèrent pas même accorder
pour plus de quinze jours l'armistice demandé. Avant de s'ouvrir aux
Suédois et aux Saxons, le duc avait jugé prudent de s'assurer, dans son
audacieuse entreprise, l'appui de la France. A cet effet, le comte de
Kinsky, non sans de très-méfiantes précautions, entama avec Feuquières,
plénipotentiaire français à Dresde, des négociations secrètes, qui
eurent une issue entièrement conforme aux désirs du duc. Feuquières
reçut de sa cour l'ordre de promettre tout l'appui de la France, et
d'offrir à Wallenstein, s'il en avait besoin, une somme d'argent
considérable.

Mais ce fut précisément cette attention excessive à se couvrir de tous
côtés qui le conduisit à sa perte. Le plénipotentiaire français
découvrit avec une grande surprise qu'un dessein qui, plus que tout
autre, avait besoin de secret, avait été communiqué aux Suédois et aux
Saxons. Le ministère de Saxe était, comme on le savait généralement,
dans les intérêts de l'empereur, et les conditions offertes aux Suédois
restaient beaucoup trop au-dessous de leur attente pour pouvoir jamais
obtenir leur assentiment. Feuquières trouvait donc inconcevable que le
duc eût pu compter sérieusement sur l'appui des premiers et sur la
discrétion des seconds. Il confia ses doutes et ses inquiétudes au
chancelier suédois, à qui les vues de Wallenstein inspiraient une tout
aussi grande défiance et qui goûtait encore moins ses propositions.
Quoique ce ne fût pas un secret pour lui que le duc avait déjà entamé
précédemment de pareilles négociations avec Gustave-Adolphe, il ne
comprenait pas comment il serait possible à Wallenstein de porter toute
l'armée à la défection et de réaliser ses immenses promesses. Un plan si
excessif et une conduite si inconsidérée ne semblaient pas bien
s'accorder avec le caractère taciturne et défiant de Friedland, et l'on
était tenté de ne voir dans toute l'affaire qu'une ruse et une
tromperie, parce qu'il était plutôt permis de douter de sa loyauté que
de sa prudence. Les soupçons d'Oxenstiern gagnèrent à la fin Arnheim
lui-même, qui, plein de confiance en la sincérité de Wallenstein,
s'était rendu à Gelnhausen auprès du chancelier pour le déterminer à
mettre à la disposition du duc ses meilleurs régiments. On commença à
craindre que toute la proposition ne fût qu'un piége habilement tendu
pour désarmer les alliés et faire tomber l'élite de leurs forces dans
les mains de l'empereur. Le caractère connu de Wallenstein ne démentait
point ce fâcheux soupçon, et les contradictions dans lesquelles il
s'embarrassa plus tard firent qu'enfin l'on ne sut plus du tout que
penser de lui. Tandis qu'il s'efforçait d'attirer les Suédois dans son
alliance, et leur demandait même leurs meilleures troupes, il déclarait
à Arnheim qu'il fallait commencer par chasser les Suédois de l'Empire,
et, tandis que les officiers saxons, se reposant sur l'armistice,
s'étaient rendus chez lui en grand nombre, il fit une tentative, qui
échoua, pour s'assurer de leurs personnes. Il rompit le premier
l'armistice, qu'il renouvela néanmoins, non sans une grande peine,
quelques mois après. Toute confiance en sa véracité s'évanouit, et enfin
l'on ne crut voir dans toute sa conduite qu'un tissu de tromperies et de
bas artifices pour affaiblir les alliés et se mettre lui-même dans une
situation avantageuse. Il y réussit en effet, car ses forces
augmentèrent chaque jour, tandis que les alliés perdirent, par la
désertion et le mauvais entretien, plus de la moitié de leurs troupes.
Mais il ne fit pas de sa supériorité l'usage qu'on en attendait à
Vienne. Lorsqu'on se croyait à la veille d'un événement décisif, il
renouvelait tout à coup les négociations, et, quand l'armistice
plongeait les alliés dans la sécurité, il se levait subitement pour
renouveler les hostilités. Toutes ces contradictions découlaient du
double projet, tout à fait inconciliable, de perdre à la fois l'empereur
et les Suédois, et de conclure avec les Saxons une paix séparée.

Impatienté du mauvais succès des négociations, il résolut enfin de
montrer sa force: aussi bien la détresse pressante de l'Empire et les
progrès du mécontentement à la cour de Vienne ne permettaient pas de
plus longs retards. Avant la dernière suspension d'armes, le général de
Holk avait déjà fait de la Bohême une irruption dans la Misnie; il avait
dévasté par le fer et le feu tout ce qui se trouvait sur son passage,
chassé l'électeur dans ses forteresses et pris même la ville de Leipzig.
Mais l'armistice de Silésie arrêta ses ravages, et les suites de ses
déréglements le mirent au cercueil à Adorf. Après la rupture de
l'armistice, Wallenstein fit un nouveau mouvement, comme s'il avait
voulu tomber sur la Saxe par la Lusace, et il fit répandre le bruit que
Piccolomini s'était déjà mis en marche dans cette direction. Aussitôt
Arnheim abandonne son camp de Silésie, afin de poursuivre Piccolomini et
de courir à la défense de l'électorat. Mais son départ laissa à
découvert les Suédois, qui étaient campés, en très-petit nombre, près de
Steinau, sur l'Oder, sous le commandement du comte de Thurn. C'était
justement ce que le duc avait désiré. Il laissa le général saxon prendre
une avance de seize milles dans la Misnie, puis retourna lui-même
subitement sur l'Oder, où il surprit l'armée des Suédois dans la plus
profonde sécurité. Leur cavalerie fut battue par le général Schafgotsch,
détaché en avant, et l'infanterie fut complétement cernée près de
Steinau par l'armée du duc qui suivait. Il donna au comte de Thurn une
demi-heure de réflexion pour se défendre avec deux mille cinq cents
hommes contre plus de vingt mille, ou se rendre à discrétion. Dans de
pareilles circonstances, il n'y avait pas à choisir. Toute l'armée se
rend, et la plus complète victoire est remportée, sans qu'il en coûte
une seule goutte de sang. Drapeaux, bagages, artillerie tombent dans les
mains du vainqueur; les officiers sont faits prisonniers, les soldats
incorporés. Et maintenant, après quatorze ans de vie errante, après
d'innombrables vicissitudes, l'auteur de la révolte de Bohême, le moteur
primitif de toute cette funeste guerre, le fameux comte de Thurn, était
enfin au pouvoir de ses ennemis. On attend à Vienne, avec une
sanguinaire impatience, l'arrivée de ce grand criminel, et l'on goûte
par avance l'horrible triomphe d'immoler à la justice sa principale
victime; mais gâter cette joie aux jésuites était un triomphe beaucoup
plus doux, et Thurn obtint sa liberté. Heureusement pour lui, il en
savait plus qu'on ne devait en apprendre à Vienne, et les ennemis de
Wallenstein étaient aussi les siens. A Vienne, on aurait pardonné au duc
une défaite; on ne lui pardonna jamais cette espérance déçue. «Mais
qu'aurais-je donc dû faire de ce furieux?» écrit-il, avec une malicieuse
moquerie, aux ministres qui lui demandaient compte de cette générosité
déplacée. «Plût au Ciel que tous les généraux de nos ennemis fussent
pareils à celui-là! Il nous rendra de bien meilleurs services à la tête
des armées suédoises qu'en prison.»

La victoire de Steinau fut promptement suivie de la prise de Liegnitz,
de Gross-Glogau, et même de Francfort-sur-l'Oder. Schafgotsch, qui
demeura en Silésie pour achever la soumission de cette province, bloqua
Brieg et inquiéta Breslau inutilement, parce que cette ville libre
veillait sur ses priviléges et qu'elle resta dévouée aux Suédois.
Wallenstein détacha sur la Wartha les généraux Illo et Goetz pour
s'avancer jusque dans la Poméranie et vers les côtes de la Baltique, et
ils s'emparèrent en effet de Landsberg, la clef de la Poméranie. Tandis
que l'électeur de Brandebourg et le duc de Poméranie tremblaient pour
leurs États, Friedland pénétra lui-même, avec le reste de l'armée, dans
la Lusace, où il prit d'assaut Goerlitz et força Bautzen à capituler.
Mais il ne s'agissait pour lui que d'effrayer l'électeur de Saxe, et non
de poursuivre les avantages qu'il avait obtenus. L'épée à la main, il
continuait encore ses propositions de paix auprès du Brandebourg et de
la Saxe, mais avec aussi peu de succès, parce que, par une suite de
contradictions, il avait perdu tout droit à la confiance. Alors il eût
tourné toutes ses forces contre la malheureuse Saxe, et il aurait enfin
atteint son but par la force des armes, si des circonstances impérieuses
ne l'avaient obligé de quitter ces contrées. Les victoires du duc
Bernard sur le Danube, qui menaçaient l'Autriche même d'un danger
prochain, l'appelaient de la manière la plus pressante en Bavière, et
l'expulsion de la Silésie des Saxons et des Suédois lui enlevait tout
prétexte de résister plus longtemps aux ordres de l'empereur et de
laisser sans secours l'électeur de Bavière. Il marcha donc, avec le gros
de l'armée, sur le haut Palatinat, et sa retraite délivra pour toujours
la haute Saxe de ce redoutable ennemi.

Aussi longtemps que la chose avait été possible, il avait différé la
délivrance de la Bavière et s'était joué, par les subterfuges les plus
recherchés, des ordres de l'empereur. A la fin, cédant à des
sollicitations réitérées, il avait envoyé, il est vrai, au secours
d'Altringer, qui cherchait à protéger le Lech et le Danube contre Horn
et Bernard, quelques régiments de Bohême, mais à la condition expresse
de se tenir constamment sur la défensive. Aussi souvent que l'empereur
et l'électeur le suppliaient d'envoyer des secours, il les adressait à
Altringer, qui, selon les déclarations publiques du duc, avait reçu de
lui des pouvoirs illimités; mais, en secret, il liait les mains à ce
général par les plus sévères instructions et le menaçait de mort s'il
outrepassait ses ordres. Lorsque le duc Bernard se fut avancé jusqu'à
Ratisbonne et que l'empereur aussi bien que l'électeur renouvelèrent
avec plus d'instance leurs demandes de secours, il fit mine de vouloir
envoyer le Général Gallas sur le Danube avec des forces considérables;
mais cela ne fut pas non plus exécuté, et ainsi Ratisbonne, Straubing,
Cham tombèrent, comme auparavant l'évêché d'Eichstædt, au pouvoir des
Suédois. Enfin, comme il ne pouvait absolument plus éviter d'obéir aux
ordres sérieux de la cour, il s'avança aussi lentement qu'il put
jusqu'aux limites de la Bavière, où il investit la ville de Cham,
conquise par les Suédois. Mais il n'eut pas plutôt appris qu'on
travaillait du côté de ces derniers à lui susciter une diversion en
Bohême par le moyen des Saxons, qu'il profita de cette rumeur pour y
retourner au plus vite et sans avoir absolument rien accompli. Il
alléguait que tout le reste devait être subordonné à la défense et à la
conservation des États héréditaires de l'empereur, et ainsi il resta
comme enchaîné en Bohême, et garda ce royaume comme s'il eût été déjà sa
propriété. L'empereur lui renouvela, d'un ton plus pressant encore, la
sommation de marcher vers le Danube pour empêcher le dangereux
établissement du duc de Weimar sur les frontières de l'Autriche; mais
Wallenstein mit fin à la campagne pour cette année, et fit prendre de
nouveau à ses troupes leurs quartiers d'hiver dans le royaume épuisé.

Une arrogance si soutenue, ce mépris inouï de tous les ordres impériaux,
une négligence si calculée du bien général, joints à une conduite si
singulièrement équivoque envers l'ennemi, devaient enfin disposer
l'empereur à croire les bruits fâcheux dont l'Allemagne entière était
depuis longtemps remplie. Wallenstein avait su longtemps donner à ses
coupables négociations avec l'ennemi l'apparence d'un dessein légitime,
et persuader au monarque, toujours prévenu en sa faveur, que le but de
ces secrètes conférences n'était autre que de donner la paix à
l'Allemagne. Mais, si impénétrable qu'il crût être, cependant tout
l'ensemble de sa conduite justifiait les accusations dont ses
adversaires assiégeaient sans cesse l'oreille de l'empereur. Déjà, pour
s'enquérir sur les lieux mêmes si elles étaient bien ou mal fondées,
Ferdinand avait envoyé plusieurs fois des espions dans le camp de
Wallenstein; mais, comme le duc évitait de rien donner par écrit, ils ne
rapportaient que de simples présomptions. Cependant, les ministres
eux-mêmes, ses anciens défenseurs à la cour, l'ayant vu grever leurs
terres des mêmes charges que celles des autres et s'étant jetés dans le
parti de ses ennemis; l'électeur de Bavière ayant fait la menace de
s'accommoder avec les Suédois, si l'on gardait plus longtemps ce
général; enfin l'ambassadeur d'Espagne insistant pour sa destitution,
et, en cas de refus, menaçant de retenir les subsides de sa couronne,
l'empereur se vit, pour la seconde fois, dans la nécessité d'ôter à
Wallenstein le commandement.

Les ordres directs et absolus de Ferdinand à l'armée instruisirent
bientôt le duc que le traité fait avec lui était déjà regardé comme
rompu et que sa destitution était inévitable. Un de ses lieutenants en
Autriche, auquel il avait défendu, sous peine de la hache, d'obéir à la
cour, reçut de l'empereur l'ordre direct de se joindre à l'électeur de
Bavière; et à Wallenstein lui-même fut adressée l'injonction formelle
d'envoyer quelques régiments de renforts à la rencontre du cardinal
infant, qui venait d'Italie avec une armée. Toutes ces mesures lui
disaient que le plan était irrévocablement arrêté de le désarmer peu à
peu, pour l'accabler tout d'un coup, quand il serait faible et sans
défense.

Il lui fallut alors se hâter d'accomplir, pour sa sûreté personnelle, le
plan qui n'était d'abord destiné qu'à son agrandissement. Il en avait
différé l'exécution plus que ne le conseillait la prudence, parce que
les constellations favorables lui manquaient toujours, ou, comme il
répondait d'ordinaire à l'impatience de ses amis, «parce que le temps
n'était pas encore venu.» Il ne l'était pas encore, même à cette heure;
mais la nécessité pressante ne permettait plus d'attendre la faveur des
astres. Avant tout, il fallait s'assurer des dispositions des principaux
chefs, et ensuite sonder la fidélité de l'armée, qu'il avait présumée si
gratuitement. Trois d'entre les chefs, les généraux Kinsky, Terzky et
Illo, étaient depuis longtemps dans le secret, et les deux premiers
étaient liés aux intérêts de Wallenstein par le lien de la parenté. Une
égale ambition, une égale haine du gouvernement et l'espoir d'énormes
récompenses les unissaient de la manière la plus étroite avec le duc,
qui n'avait pas dédaigné même les plus vils moyens pour augmenter le
nombre de ses partisans. Il avait un jour persuadé au général Illo de
solliciter à Vienne le titre de comte et lui avait promis à cet effet sa
recommandation la plus énergique. Mais il écrivit secrètement aux
ministres de lui refuser sa demande, parce qu'autrement un grand nombre
se présenteraient qui avaient les mêmes mérites et pouvaient prétendre à
la même récompense. Lorsque Illo fut de retour à l'armée, Wallenstein
s'empressa de l'interroger, avant toute chose, sur l'issue de ses
sollicitations; et, quand Illo lui apprit qu'il n'avait pas réussi, il
se mit à proférer contre la cour les plaintes les plus amères. «Voilà
donc, s'écria-t-il, ce que nous avons gagné par nos fidèles services! On
tiendra si peu de compte de mon entremise, et l'on refusera à vos
mérites une récompense si insignifiante! Qui voudrait servir plus
longtemps un maître si ingrat? Non, pour ce qui me regarde, je suis
désormais l'ennemi déclaré de la maison d'Autriche.» Illo applaudit, et
c'est ainsi qu'il se forma entre eux une étroite liaison.

Mais ce que savaient ces trois confidents de Friedland fut longtemps
pour les autres un secret impénétrable, et la confiance avec laquelle
Wallenstein parlait du dévouement de ses officiers se fondait uniquement
sur les bienfaits dont il les avait comblés et sur leur mécontentement
de la cour. Il fallait que cette vague présomption se changeât en
certitude, avant qu'il jetât le masque et se permît d'agir ouvertement
contre l'empereur. Le comte Piccolomini, le même qui s'était signalé, à
la bataille de Lützen, par une bravoure sans exemple, fut le premier
dont il mit à l'épreuve la fidélité. Il s'était attaché ce général par
de grandes largesses, et il lui donnait la préférence sur tous les
autres, parce que Piccolomini était né sous la même constellation que
lui. Il lui déclara que, contraint par l'ingratitude de l'empereur et
par son propre danger, si prochain, il était irrévocablement résolu à se
détacher de la cause autrichienne, à passer du côté des ennemis avec la
meilleure partie de l'armée, et à combattre la maison d'Autriche dans
tous les pays soumis à sa domination, jusqu'à ce que sa puissance fût
entièrement déracinée. Pour cette entreprise, il avait compté
principalement sur Piccolomini et lui avait par avance destiné les plus
magnifiques récompenses. Quand ce général, pour dissimuler son trouble,
à cette proposition surprenante, lui parla des obstacles et des périls
qui s'opposeraient à une entreprise si hasardeuse, Wallenstein se railla
de ses craintes. «Dans ces coups hardis, s'écria-t-il, le commencement
seul est difficile. Les astres lui étaient favorables, l'occasion telle
qu'on pouvait la désirer; il fallait, au surplus, remettre quelque chose
au hasard. Sa résolution était inébranlable, et, si cela ne se pouvait
faire autrement, il tenterait la fortune à la tête de mille chevaux.»
Piccolomini se garda bien d'exciter la méfiance de Friedland par une
plus longue opposition et se rendit, avec l'apparence de la conviction,
à la force de ses raisons. L'aveuglement de Wallenstein alla si loin,
que, malgré tous les avertissements de Terzky, il ne lui vint pas à
l'idée de suspecter la sincérité de cet homme, qui ne perdit pas un
moment pour mander à Vienne l'importante découverte qu'il venait de
faire.

Pour hasarder enfin, en vue de son but, le pas décisif, il convoqua, au
mois de janvier 1634, tous les chefs de l'armée, à Pilsen, où il s'était
rendu aussitôt après sa retraite de Bavière. Les dernières demandes de
l'empereur d'épargner aux États héréditaires les quartiers d'hiver, de
reprendre Ratisbonne sans attendre la fin de la saison rigoureuse, et de
diminuer l'armée de six mille cavaliers pour renforcer le cardinal
infant, étaient assez importantes pour être pesées devant le conseil de
guerre tout entier, et ce prétexte spécieux cacha à la curiosité
publique le véritable objet de cette convocation. La Suède et la Saxe y
furent aussi invitées secrètement pour traiter de la paix avec le duc de
Friedland. On devait se concerter par écrit avec les chefs des corps
éloignés. Vingt des commandants convoqués parurent; mais les principaux,
Gallas, Collorédo et Altringer manquèrent justement au rendez-vous. Le
duc leur fit répéter ses invitations avec instance; toutefois, en
attendant leur prochaine arrivée, il fit procéder à l'affaire
principale.

Ce qu'il était sur le point d'entreprendre n'était pas peu de chose.
Déclarer capable de la plus honteuse infidélité une fière et vaillante
noblesse, gardienne vigilante de son honneur! A la vue d'officiers
accoutumés jusqu'alors à respecter en lui l'image de la majesté
impériale, le juge de leurs actions, le conservateur des lois, se
montrer tout à coup comme un misérable, un séducteur, un rebelle! Ce
n'était pas peu de chose d'ébranler dans ses fondements une puissance
légitime, affermie par une longue durée, consacrée par la religion et
les lois; de détruire tous ces prestiges de l'imagination et des sens,
gardiens redoutables d'un trône légitime; d'extirper d'une main violente
tous ces sentiments indélébiles du devoir, qui parlent si haut et si
puissamment dans le coeur du sujet pour le souverain naturel. Mais,
ébloui par l'éclat d'une couronne, Wallenstein n'aperçut pas l'abîme qui
s'ouvrait à ses pieds, et, dans la pleine et vive conscience de sa
force, il négligea, destinée commune des âmes fortes et hardies!
d'apprécier et de calculer exactement les obstacles. Wallenstein ne vit
rien qu'une armée en partie indifférente envers la cour, en partie
irritée; une armée qui était habituée à vénérer son pouvoir avec une
aveugle soumission; à trembler devant lui, comme devant son législateur
et son juge; à suivre ses ordres avec crainte et respect, comme les
arrêts du destin. Dans les flatteries exagérées par lesquelles on
rendait hommage à sa toute-puissance, dans les hardies insultes qu'une
soldatesque effrénée se permettait contre la cour et le gouvernement, et
qu'excusait la licence fougueuse du camp, il crut reconnaître les vrais
sentiments de l'armée, et l'audace avec laquelle on se hasardait à
blâmer jusqu'aux actions du monarque, lui garantissait l'empressement
des troupes à renoncer au devoir envers un souverain si méprisé. Mais ce
qui lui avait paru un obstacle si léger se leva contre lui comme le plus
formidable adversaire: tous ses calculs échouèrent contre la fidélité de
ses troupes. Enivré de l'ascendant qu'il conservait sur des bandes si
indociles, il mettait tout sur le compte de sa grandeur personnelle,
sans distinguer ce qui se rapportait à lui-même et ce qu'il devait à la
dignité dont il était revêtu. Tout tremblait devant lui, parce qu'il
exerçait un pouvoir légitime, parce que l'obéissance envers lui était un
devoir, parce que son autorité était appuyée sur la majesté du trône. La
grandeur à elle seule peut bien arracher l'admiration et l'effroi, mais
il n'y a que la grandeur légitime qui impose le respect et la
soumission. Et il se dépouillait lui-même de cet avantage aussitôt qu'il
jetait le masque et montrait en sa personne un criminel.

Le feld-maréchal Illo entreprit de sonder les sentiments des chefs et de
les préparer à la démarche qu'on attendait d'eux. Il commença par leur
exposer les dernières demandes que la cour avait faites au général et à
l'armée, et, par le tour odieux qu'il sut leur donner, il lui fut aisé
d'enflammer la colère de toute l'assemblée. Après ce début bien choisi,
il s'étendit avec beaucoup d'éloquence sur les services de l'armée et du
général, et sur l'ingratitude dont l'empereur avait coutume de les
récompenser. «L'influence espagnole, affirma-t-il, dirigeait tous les
pas de la cour; le ministère était à la solde de l'Espagne; le duc de
Friedland lui seul avait résisté jusqu'alors à cette tyrannie, et par là
il s'était attiré la haine des Espagnols. L'éloigner du commandement ou
se défaire entièrement de lui était, poursuivit-il, depuis longtemps le
but de leurs plus ardents efforts, et, en attendant que l'un ou l'autre
leur réussisse, on cherche à miner sourdement sa puissance militaire. Le
seul motif qu'on ait, en travaillant à faire passer le commandement dans
les mains du roi de Hongrie, c'est de pouvoir promener à plaisir ce
prince à la tête des troupes en campagne, comme l'organe docile
d'inspirations étrangères, et affermir d'autant mieux en Allemagne la
puissance espagnole. C'est uniquement afin de diminuer l'armée qu'on
demande six mille hommes pour le cardinal infant; c'est uniquement pour
la consumer par une campagne d'hiver qu'on insiste sur la reprise de
Ratisbonne dans cette saison meurtrière. On rend difficiles aux troupes
tous les moyens de vivre, tandis que les jésuites et les ministres
s'engraissent de la sueur des provinces et dissipent l'argent destiné
aux soldats. Le général avoue l'impuissance où il est de tenir parole à
l'armée, parce que la cour l'abandonne. Pour tous les services qu'il a
rendus, dans l'espace de vingt-deux ans, à la maison d'Autriche, pour
toutes les fatigues qu'il a essuyées, pour tous les sacrifices qu'il a
faits de sa fortune depuis qu'il sert l'empereur: on lui réserve, pour
la seconde fois, une honteuse destitution. Mais il déclare qu'il ne veut
pas laisser les choses en venir là. Il renonce de plein gré au
commandement, avant qu'on le retire par violence de ses mains. Voilà,
continue l'orateur, ce qu'il fait savoir par moi aux officiers. Que
chacun se demande maintenant à lui-même s'il est prudent de sacrifier un
tel général. Que tous voient qui leur remboursera les sommes qu'ils ont
dépensées au service de l'empereur, et où ils recueilleront la
récompense méritée de leur valeur, quand aura disparu celui sous les
yeux duquel ils l'ont signalée.»

Un cri unanime, qu'il ne fallait pas laisser partir le général,
interrompit l'orateur. Quatre des principaux sont délégués pour lui
porter le voeu de l'assemblée et le supplier de ne pas abandonner
l'armée. Le duc refusa pour la forme et ne se rendit qu'après une
deuxième députation. Cette condescendance de sa part semblait mériter de
la leur une déférence réciproque. Comme il s'engageait à ne pas quitter
le service à l'insu et sans le consentement des chefs, il leur demanda
par écrit une contre-promesse de lui rester fidèlement et fermement
attachés, de ne jamais se séparer ou se laisser séparer de lui, et de
donner pour lui jusqu'à la dernière goutte de leur sang. Celui qui se
détacherait de l'alliance serait tenu pour un traître oublieux de sa foi
et traité par les autres en ennemi commun. La condition formellement
ajoutée: «Aussi longtemps que Wallenstein emploierait l'armée pour le
service de l'empereur,» éloignait toute fausse interprétation, et aucun
des chefs assemblés ne fit difficulté de donner son entière approbation
à une demande qui semblait si innocente et si équitable.

La lecture de cet écrit eut lieu immédiatement avant un festin que le
feld-maréchal Illo avait ordonné tout exprès à cette intention: la
signature devait être donnée après le repas. L'amphitryon prit soin
d'émousser la raison de ses convives par des boissons fortes, et ce fut
seulement lorsqu'il les vit chanceler par l'effet des vapeurs du vin
qu'il leur donna l'écrit à signer. La plupart tracèrent inconsidérément
leurs noms sans savoir ce qu'ils signaient; un petit nombre seulement,
qui furent plus curieux ou plus défiants, parcoururent la feuille encore
une fois et découvrirent avec étonnement que la clause: «Aussi longtemps
que Wallenstein emploierait l'armée dans l'intérêt de l'empereur,» avait
été retranchée. En effet, Illo, par une adroite supercherie, avait
remplacé le premier exemplaire de l'engagement par un autre dans lequel
cette formule manquait. La tromperie fut signalée, et beaucoup
d'officiers refusèrent alors de donner leur signature. Piccolomini, qui
pénétrait tout l'artifice, et ne prenait part à cette scène que pour en
informer la cour, s'oublia dans l'ivresse jusqu'à porter la santé de
l'empereur. Mais alors le comte Terzky se leva et déclara parjures
coquins tous ceux qui se dédiraient. Ses menaces, l'idée du danger
inévitable auquel on était exposé par un plus long refus, l'exemple du
grand nombre et l'éloquence d'Illo triomphèrent enfin des scrupules, et
la feuille fut signée de tous sans exception.

Maintenant Wallenstein avait, il est vrai, atteint son but; mais
l'opposition tout à fait inattendue des chefs l'arracha tout d'un coup à
l'illusion flatteuse dont il s'était bercé jusqu'alors. En outre, la
plupart des noms étaient griffonnés d'une manière si illisible, qu'on ne
pouvait s'empêcher de soupçonner une intention déloyale. Mais, au lieu
d'être amené à la réflexion par cet avis du sort, il répandit, dans un
débordement de plaintes et de malédictions indignes, la fureur de son
ressentiment. Il appela, le lendemain matin, les chefs auprès de lui, et
entreprit, en personne, de leur répéter tout le contenu de l'exposé
qu'Illo leur avait fait le jour précédent. Après qu'il eut exhalé son
mécontentement contre la cour dans les invectives et les reproches les
plus amers, il rappela à ses officiers leur résistance de la veille, et
déclara que par cette découverte il avait été déterminé à retirer sa
promesse. Les chefs s'éloignèrent muets et consternés; mais, après une
courte délibération dans l'antichambre, ils reparurent pour s'excuser de
l'incident de la veille et s'offrir à signer de nouveau.

Maintenant il ne manquait plus rien que d'obtenir la même déclaration
des généraux absents, ou de s'assurer de leur personne en cas de refus.
Wallenstein renouvela donc son invitation et les pressa vivement
d'accélérer leur venue. Mais, avant qu'ils arrivassent, la voix publique
les avait déjà instruits de l'événement de Pilsen et avait refroidi tout
à coup leur empressement. Altringer resta, sous prétexte de maladie,
dans le château fort de Frauenberg. Gallas parut, à la vérité, mais
seulement afin de pouvoir d'autant mieux, comme témoin oculaire,
informer l'empereur du péril qui le menaçait. Les éclaircissements
qu'ils donnèrent, lui et Piccolomini, changèrent tout d'un coup les
inquiétudes de la cour en la plus effrayante certitude. De semblables
découvertes, que l'on fit en même temps en d'autres lieux, ne laissèrent
plus de place au doute, et le changement soudain des commandants en
Silésie et en Autriche parut annoncer une entreprise des plus
alarmantes. Le danger était pressant, et il exigeait un prompt remède.
Cependant, on ne voulut pas commencer par l'exécution de la sentence,
mais procéder selon toutes les règles de la justice. En conséquence, on
adressa aux principaux chefs, sur la fidélité desquels on croyait
pouvoir compter, l'ordre secret d'arrêter, de quelque manière que ce
fût, et de mettre sous bonne garde, le duc de Friedland, avec ses deux
affidés, Illo et Terzky, afin qu'ils pussent être entendus et se
justifier. Mais si la chose, était-il dit, ne pouvait s'exécuter aussi
paisiblement, le danger public exigeait qu'ils fussent pris morts ou
vifs. Le général Gallas reçut en même temps une patente faite pour être
montrée, dans laquelle cet ordre impérial était notifié à tous les
généraux et officiers, l'armée tout entière était dégagée de ses devoirs
envers le traître, et, jusqu'à la nomination d'un nouveau généralissime,
l'autorité était remise au lieutenant général Gallas. Pour faciliter aux
égarés et aux rebelles le retour à leur devoir, et ne pas jeter dans le
désespoir les coupables, on accorda une entière amnistie pour tout ce
qui s'était passé à Pilsen contre la majesté de l'empereur.

Le général Gallas ne se sentit pas fort tranquille en se voyant revêtu
de cet honneur. Il se trouvait à Pilsen sous les yeux de celui dont il
tenait le sort dans ses mains, au pouvoir de son ennemi, qui avait cent
yeux pour l'observer. Si Wallenstein découvrait le secret de sa
commission, rien ne pouvait le protéger contre les effets de sa
vengeance et de son désespoir. S'il était déjà dangereux d'avoir à
cacher seulement un ordre pareil, il l'était bien plus encore de
l'exécuter. Les sentiments des chefs étaient incertains, et l'on pouvait
tout au moins douter qu'après le pas qu'ils avaient franchi ils se
montrassent disposés à prendre confiance dans les promesses impériales
et à renoncer tout d'un coup à toutes les brillantes espérances qu'ils
avaient fondées sur Wallenstein. Et quelle périlleuse tentative encore
de porter la main sur la personne sacrée d'un homme considéré
jusqu'alors comme inviolable, devenu, par un long exercice du pouvoir
suprême, par une obéissance tournée en habitude, l'objet du plus profond
respect, et armé de toute la force que peuvent prêter la majesté
extérieure et la grandeur personnelle; d'un homme dont le seul regard
faisait trembler servilement et dont un signe décidait de la vie et de
la mort! Arrêter, comme un criminel ordinaire, un tel homme, au milieu
de ses gardes, dans une ville qui lui semblait entièrement dévouée, et
changer tout à coup en un objet de pitié ou de moquerie l'objet d'une
vénération si profonde et si invétérée, était une commission qui pouvait
faire hésiter même les plus courageux. La crainte et le respect de
Wallenstein s'étaient gravés si profondément dans le coeur de ses
soldats, que même le crime monstrueux de haute trahison ne pouvait
déraciner tout à fait ces sentiments.

Gallas comprit l'impossibilité de remplir sa commission sous les yeux de
Friedland, et son voeu le plus ardent était de s'aboucher avec
Altringer, avant de risquer un seul pas pour l'exécution. Le long retard
de ce dernier commençant à éveiller le soupçon chez le duc, Gallas
offrit de se rendre en personne à Frauenberg, et, comme parent
d'Altringer, de le déterminer à venir. Wallenstein reçut avec une si
grande satisfaction cette preuve de son zèle, qu'il lui donna son propre
équipage pour faire la route. Joyeux du succès de sa ruse, Gallas quitta
Pilsen sans délai et chargea Piccolomini d'observer la conduite de
Wallenstein; mais il ne tarda pas lui-même à faire usage de la patente
impériale partout où la chose était praticable, et les troupes se
déclarèrent beaucoup plus favorablement qu'il n'eût pu l'espérer. Au
lieu de ramener à Pilsen son ami, il l'envoya au contraire à Vienne,
pour défendre l'empereur contre une attaque dont il était menacé, et il
se porta lui-même vers la haute Autriche, où le voisinage du duc Bernard
de Weimar excitait les plus vives alarmes. En Bohême, les villes de
Budweiss et de Tabor furent de nouveau occupées pour l'empereur, et l'on
fit toutes les dispositions pour résister promptement et vigoureusement
aux entreprises du traître.

Comme Gallas ne paraissait pas non plus songer à revenir, Piccolomini
hasarda de mettre encore à l'épreuve la crédulité de Wallenstein. Il lui
demanda la permission d'aller quérir Gallas, et Wallenstein se laissa
tromper pour la seconde fois. Cet inconcevable aveuglement n'est
explicable pour nous que comme une conséquence de son orgueil: jamais il
ne revenait sur le jugement qu'il avait porté de quelqu'un, et il ne
voulait pas s'avouer à lui-même qu'il lui fût possible de se tromper. Il
fit encore conduire dans sa propre voiture le comte Piccolomini, jusqu'à
la ville de Lintz, où ce général suivit aussitôt l'exemple de Gallas, et
fit même un pas de plus. Il avait promis à Wallenstein de revenir: il
revint, mais à la tête d'une armée, pour surprendre le duc dans Pilsen.
Une autre armée, sous le général de Suys, courut à Prague pour recevoir,
au nom de l'empereur, la soumission de cette capitale et la défendre
contre une attaque des rebelles. En même temps, Gallas s'annonce à tous
les corps d'armée répandus en Autriche comme l'unique chef de qui l'on
ait désormais à recevoir les ordres. Dans tous les camps impériaux, des
placards sont semés, qui déclarent proscrits le duc et quatre de ses
affidés et délient les armées de leurs devoirs envers le traître.

L'exemple donné à Lintz trouve partout des imitateurs; on maudit la
mémoire du rebelle; toutes les armées se détachent de lui. Enfin,
Piccolomini lui-même ne reparaissant pas, le voile tombe des yeux de
Wallenstein, et il s'éveille avec horreur de son rêve. Cependant, à ce
moment encore, il croit à la véracité des étoiles et à la fidélité de
l'armée. Aussitôt qu'il apprend la défection de Piccolomini, il fait
publier la défense d'obéir désormais à aucun ordre qui ne parte
directement de lui-même ou de Terzky et d'Illo. Il se prépare en toute
hâte à marcher sur Prague, où il est résolu de jeter enfin le masque et
de se déclarer ouvertement contre l'empereur. Toutes les troupes
devaient se rassembler devant Prague et de là, aussi promptes que la
foudre, se précipiter sur l'Autriche. Le duc Bernard, qu'on avait attiré
dans la conspiration, devait soutenir avec les Suédois les opérations de
Wallenstein et faire une diversion sur le Danube. Déjà Terzky avait pris
les devants et courait sur Prague, et le manque de chevaux empêcha seul
le duc de suivre avec le reste des régiments demeurés fidèles. Mais, au
moment où il attend avec la plus ardente impatience des nouvelles de
Prague, il apprend la perte de cette ville, il apprend la défection de
ses généraux, la désertion de ses troupes, la découverte de tout son
complot, l'approche rapide de Piccolomini, qui a juré sa perte. Tous ses
plans croulent à la fois avec une effrayante célérité; toutes ses
espérances sont trompées. Il reste seul, abandonné de tous ceux à qui il
a fait du bien, trahi de tous ceux sur lesquels il se reposait. Mais ce
sont de pareilles situations qui éprouvent les grands caractères. Déçu
dans tout ce qu'il attendait, il ne renonce à aucun de ses projets; il
ne croit rien perdu, puisqu'il se reste encore à lui-même. Le moment
était venu où il avait besoin de l'assistance des Suédois et des Saxons,
si souvent demandée, et où disparaissaient tous les doutes sur la
sincérité de ses intentions. Et maintenant qu'Oxenstiern et Arnheim
reconnaissaient la réalité de son projet et sa détresse, ils
n'hésitèrent pas plus longtemps à profiter de l'occasion favorable et à
lui promettre leur appui. Du côté des Saxons, le duc François-Albert de
Saxe-Lauenbourg devait lui amener quatre mille hommes; du côté des
Suédois, le duc Bernard et le comte palatin Christian de Birkenfeld, six
mille hommes de troupes aguerries. Wallenstein abandonna Pilsen avec le
régiment de Terzky et le peu de soldats qui lui étaient restés fidèles
ou qui feignaient de l'être, et il courut à Égra, aux frontières du
royaume, pour être plus près du haut Palatinat et rendre ainsi plus
facile sa jonction avec le duc Bernard. Il ne connaissait pas encore la
sentence qui le déclarait ennemi public et traître; ce n'était qu'à Égra
que ce coup de foudre devait le frapper. Il comptait encore sur une
armée que le général Schafgotsch lui tenait prête en Silésie, et se
flattait toujours de l'espérance qu'un grand nombre de ceux mêmes qui
s'étaient séparés de lui depuis longtemps lui reviendraient à la
première lueur de sa fortune renaissante. Même dans sa fuite vers Égra,
tant cette décourageante expérience avait peu dompté son téméraire
courage, il s'occupait encore du gigantesque projet de détrôner
l'empereur. Dans ces conjonctures, il arriva qu'un homme de sa suite
lui demanda la permission de lui donner un conseil: «Chez l'empereur,
lui dit-il, Votre Altesse occupe un rang certain, elle est un grand et
très-estimé seigneur; chez l'ennemi, vous n'êtes encore qu'un roi
incertain. Or, il n'est pas sage de risquer le certain pour l'incertain.
L'ennemi se servira de Votre Altesse, parce que l'occasion est
favorable; mais votre personne lui sera toujours suspecte, et toujours
il craindra que vous n'agissiez peut-être une fois, envers lui aussi,
comme vous agissez aujourd'hui envers l'empereur. Revenez donc sur vos
pas, pendant qu'il en est temps encore.» Le duc l'interrompit: «Et quel
moyen me reste-t-il?--Vous avez dans votre caisse, lui répondit le
conseiller, quarante mille _hommes d'armes_ (des ducats ayant pour
effigie des hommes cuirassés); prenez-les avec vous, et allez droit à la
cour impériale. Là, déclarez que toutes vos démarches jusqu'ici n'ont eu
pour objet que d'éprouver la fidélité des serviteurs impériaux et de
distinguer les bons des suspects. Et, comme la plupart se sont montrés
disposés à la défection, vous êtes venu mettre en garde Sa Majesté
Impériale contre ces hommes dangereux. Ainsi, vous ferez des traîtres de
chacun de ceux qui veulent faire aujourd'hui de vous un coquin. A la
cour impériale, vous serez assurément le bienvenu avec vos quarante
mille hommes d'armes, et vous redeviendrez l'ancien Friedland.--La
proposition est bonne, répondit Wallenstein après quelque réflexion,
mais le diable s'y fie!»

Tandis que le duc poussait vivement de la ville d'Égra les négociations
avec l'ennemi, qu'il consultait les astres et se livrait à de nouvelles
espérances, on aiguisait presque sous ses yeux le fer qui mit fin à sa
vie. La sentence impériale, qui le déclarait proscrit, n'avait pas
manqué son effet, et la Némésis vengeresse voulut que l'ingrat tombât
sous les coups de l'ingratitude. Au nombre de ses officiers, Wallenstein
avait honoré d'une faveur particulière un Irlandais nommé Leslie, et il
avait fait toute la fortune de cet homme. Ce fut celui-là même qui se
sentit destiné et appelé à exécuter sur lui la sentence de mort et à
mériter le sanglant salaire. Ce Leslie ne fut pas plutôt arrivé à Égra à
la suite de Wallenstein, qu'il révéla au colonel Buttler, commandant de
cette ville, et au lieutenant-colonel Gordon, l'un et l'autre Écossais
protestants, tous les criminels projets de Friedland, que cet imprudent
lui avait confiés chemin faisant. Leslie trouva en eux deux hommes
capables d'une résolution. On avait le choix entre la trahison et le
devoir, entre le souverain légitime et un rebelle fugitif, abandonné de
tous. Quoique celui-ci fût le bienfaiteur commun, le choix ne pouvait
demeurer un instant douteux. On s'engage fermement et solennellement à
la fidélité envers l'empereur, et cette fidélité exige contre l'ennemi
public les mesures les plus promptes. L'occasion est favorable, et son
mauvais génie l'a livré, de lui-même, dans les mains de la vengeance.
Cependant, pour ne point usurper les fonctions de la justice, on décide
de lui amener sa victime vivante, et l'on se sépare avec la résolution
hasardeuse d'arrêter le général. Un profond secret enveloppe ce noir
complot, et Wallenstein, sans aucun pressentiment de sa perte, dont il
est si proche, se flatte, au contraire, de trouver dans la garnison
d'Égra ses plus vaillants et ses plus fidèles défenseurs.

Dans ce temps même, on lui apporte la patente impériale qui renferme son
arrêt, et qui a été publiée contre lui dans tous les camps. Il reconnaît
alors toute la grandeur du danger qui l'environne, l'impossibilité
absolue de revenir sur ses pas, son affreux isolement, la nécessité de
se remettre à la discrétion de l'ennemi. Toute l'indignation de son âme
ulcérée s'épanche devant Leslie, et la violence de la passion lui
arrache son dernier secret. Il révèle à cet officier sa résolution de
livrer au comte palatin de Birkenfeld Égra et Elnbogen, comme les clefs
du royaume, et l'instruit en même temps de la prochaine arrivée du duc
Bernard à Égra, dont il a été averti cette nuit même par un courrier.
Cette découverte, que Leslie communique au plus tôt aux conjurés, change
leur première résolution. Le pressant danger ne permet plus aucun
ménagement. Égra peut à chaque instant tomber dans les mains de
l'ennemi, et une soudaine révolution mettre leur captif en liberté. Pour
prévenir ce malheur, ils décident de le tuer, lui et ses affidés, la
nuit suivante.

Afin que la chose pût se faire avec le moins de bruit possible, on
convint de l'exécuter dans un repas, que donna le colonel Buttler au
château d'Égra. Les autres conviés y parurent; mais Wallenstein,
beaucoup trop agité pour figurer dans une société joyeuse, se fit
excuser. Il fallut donc, en ce qui le concernait, changer de plan; mais
on résolut d'agir envers les autres comme on en était convenu. Les
trois généraux Illo, Terzky et Guillaume Kinsky, et avec eux le
capitaine de cavalerie Neumann, officier plein de capacité, que Terzky
avait coutume d'employer dans toute affaire épineuse qui demandait de la
tête, se présentèrent avec une parfaite sécurité. Avant leur arrivée, on
avait introduit dans le château les soldats les plus sûrs de la
garnison, qui avait été mise dans le complot. On avait occupé toutes les
issues qui menaient hors du château, et caché dans une chambre à côté de
la salle à manger dix dragons de Buttler, qui devaient paraître à un
signal convenu et massacrer les traîtres. Sans aucun pressentiment du
danger suspendu sur leurs têtes, les convives se livrèrent avec
confiance aux plaisirs du festin et portèrent à pleines coupes la santé
de Wallenstein, non plus du serviteur impérial, mais du prince
souverain. Le vin leur ouvrit le coeur, et Illo déclara, avec beaucoup
d'orgueil, que, dans trois jours, une armée serait là, telle que
Wallenstein n'en avait jamais commandé. «Oui!» interrompt Neumann,
ajoutant «qu'alors il espère laver ses mains dans le sang des
Autrichiens.» Pendant ces discours, on apporte le dessert, et, à ce
moment, Leslie donne le signal convenu de lever le pont, et il prend sur
lui les clefs du château. Tout à coup, la salle se remplit de gens
armés, qui se placent derrière les siéges des convives désignés, avec le
cri inattendu de: «Vive Ferdinand!» Consternés et saisis d'un
pressentiment funeste, tous les quatre, d'un bond, se lèvent de table en
même temps. Kinsky et Terzky sont égorgés sur-le-champ, avant d'avoir pu
se mettre en défense; Neumann trouve moyen de s'enfuir dans la cour
pendant la confusion, mais il y est reconnu par les gardes et massacré
à l'instant même. Illo lui seul eut assez de présence d'esprit pour se
défendre. Il se plaça auprès d'une fenêtre, d'où il reprocha, avec les
plus amères injures, à Gordon sa trahison, le provoquant à se battre
avec lui en homme d'honneur et en chevalier. Ce ne fut qu'après la plus
courageuse résistance, après avoir étendu morts deux de ses ennemis,
qu'il succomba, accablé par le nombre et percé de dix coups. Aussitôt
que cet acte fut accompli, Leslie se hâta d'aller dans la ville pour
prévenir une émeute. Quand les sentinelles du château le virent courant
hors d'haleine, elles le prirent pour un des rebelles et tirèrent sur
lui, mais sans l'atteindre. Cependant, ces coups de feu mirent en
mouvement toutes les gardes de la ville, et la prompte présence de
Leslie fut nécessaire pour les tranquilliser. Il leur découvrit alors en
détail tout le plan de la conspiration de Friedland et les mesures déjà
prises pour s'y opposer, le sort des quatre rebelles, ainsi que celui
qui attendait le chef lui-même. Comme il les trouva disposés à seconder
son dessein, il leur fit de nouveau prêter serment d'être fidèles à
l'empereur et de vivre et de mourir pour la bonne cause. Alors cent
dragons de Buttler furent introduits du château dans la ville et
reçurent l'ordre de parcourir les rues à cheval, pour tenir en bride les
partisans de Wallenstein et prévenir tout tumulte. En même temps, toutes
les portes d'Égra et tous les abords du château de Friedland, qui
touchait à la place du marché, furent occupés par des soldats nombreux
et sûrs, afin que le duc ne pût ni s'échapper ni recevoir de secours du
dehors.

Mais, avant de passer à l'exécution, les conjurés tinrent encore au
château une longue conférence, pour décider si réellement ils tueraient
Wallenstein ou s'ils ne se borneraient pas plutôt à le faire prisonnier.
Couverts de sang, et debout, en quelque sorte, sur les cadavres de ses
complices égorgés, ces hommes farouches reculaient d'horreur devant
l'attentat qui devait mettre fin à une vie si grande, si mémorable. Ils
le voyaient encore, le chef tout-puissant, au milieu de la bataille,
dans ses jours heureux, environné de son armée victorieuse, dans tout
l'éclat de sa grandeur souveraine; et la crainte invétérée saisit encore
une fois leurs coeurs ébranlés. Mais bientôt l'image du pressant danger
étouffe cette émotion fugitive. On se souvient des menaces que Neumann
et Illo ont proférées à table; on voit déjà les Saxons et les Suédois
dans le voisinage d'Égra, avec une formidable armée, et plus de salut
que dans la prompte mort du traître. On s'arrête donc à la première
résolution, et le meurtrier qu'on tient déjà tout prêt, le capitaine
Deveroux, un Irlandais, reçoit l'ordre sanglant.

Tandis que ces trois hommes décidaient de son sort au château d'Égra,
Wallenstein, en conversation avec Séni, était occupé à lire sa destinée
dans les astres. «Le danger n'est pas encore passé, disait l'astrologue
avec un esprit prophétique.--Il est passé, disait le duc, qui voulait
faire prévaloir sa volonté jusque dans le ciel. Mais que tu sois
prochainement jeté dans un cachot, continua-t-il non moins prophète à
son tour, voilà, pauvre Séni, ce qui est écrit dans les étoiles.»
L'astrologue avait pris congé, et Wallenstein était au lit, quand le
capitaine Deveroux parut devant sa demeure avec six hallebardiers, et la
garde, pour qui ce n'était point une chose extraordinaire de le voir
chez le général entrer et sortir à toute heure, le laissa passer sans
difficulté. Un page qui le rencontre sur l'escalier et veut faire du
bruit est percé d'un coup de pique. Dans l'antichambre, les meurtriers
trouvent un valet qui sort de la chambre à coucher de son maître et qui
vient d'en retirer la clef. Le doigt sur sa bouche, ce serviteur effrayé
leur fait signe de ne point faire de bruit, parce que le duc vient de
s'endormir. «Mon ami, lui crie Deveroux, le moment est venu de faire du
bruit.» En disant ces mots, il s'élance contre la porte, qui est aussi
verrouillée en dedans, et l'enfonce d'un coup de pied.

Wallenstein avait été réveillé en sursaut de son premier sommeil par le
bruit d'un coup de mousquet et s'était élancé vers la fenêtre pour
appeler la garde. A ce moment, il entendit, des fenêtres de la maison,
les gémissements et les lamentations des comtesses Terzky et Kinsky, qui
venaient d'apprendre la mort violente de leurs maris. Avant qu'il eût le
temps de réfléchir à ce sujet d'effroi, Deveroux était dans la chambre
avec ses sicaires. Wallenstein était encore en chemise, comme il avait
sauté du lit. Il se tenait près de la fenêtre, appuyé à une table. «Tu
es donc le scélérat, lui crie Deveroux, qui veut faire passer à l'ennemi
les soldats de l'empereur et arracher la couronne du front de Sa
Majesté? Il faut que tu meures à l'instant même!» Deveroux s'arrête
quelques minutes, comme s'il attendait une réponse; mais la surprise et
l'orgueil qui brave la menace ferment la bouche de Wallenstein. Les bras
étendus, il reçoit par devant, dans la poitrine, le coup mortel de la
hallebarde, et, sans faire entendre un soupir, il tombe, baigné dans son
sang.

Le lendemain accourt un exprès du duc de Lauenbourg, qui annonce la
prochaine arrivée de ce prince. On s'assure de la personne de ce
messager, et l'on expédie au duc un autre laquais, à la livrée de
Friedland, pour l'attirer à Égra. La ruse réussit, et François-Albert se
livre lui-même aux mains des ennemis. Il s'en fallut peu que le duc
Bernard de Weimar, qui s'était déjà mis en route pour Égra, n'éprouvât
le même sort. Heureusement, il apprit assez tôt la fin tragique de
Wallenstein pour se dérober au danger par une prompte retraite.
Ferdinand donna quelques larmes au sort de son général, et fit dire à
Vienne trois mille messes pour ceux qu'on avait tués à Égra; mais en
même temps il n'oublia pas de récompenser les meurtriers par des chaînes
d'or, des clefs de chambellans, des dignités et des terres nobles.

C'est ainsi que Wallenstein termina, à l'âge de cinquante ans, sa vie
extraordinaire et remplie d'événements. L'ambition l'avait élevé,
l'ambition le perdit. Avec tous ses défauts, il fut grand cependant,
digne d'admiration, incomparable s'il eût gardé la mesure. Les vertus du
souverain et du héros, la prudence, la justice, la fermeté et le
courage, s'élèvent dans son caractère à des proportions colossales; mais
il manquait des vertus plus douces de l'homme, qui décorent le héros et
gagnent les coeurs au maître. La peur était le talisman par lequel il
agissait. Excessif dans les punitions comme dans les récompenses, il
savait entretenir dans une ardeur continuelle le zèle de ses
subordonnés; aucun général du moyen âge ou des temps modernes ne
pourrait se vanter d'avoir été obéi comme lui. Il appréciait plus que la
valeur la soumission à ses ordres, parce que par la première c'est
seulement le soldat qui agit, et par la seconde le général. Il exerçait
la docilité de ses troupes par des ordres capricieux, et récompensait
avec prodigalité l'empressement à lui obéir, même dans les moindres
choses, parce qu'il estimait plus l'obéissance elle-même que l'objet de
l'obéissance. Un jour, il fit défendre, sous peine de mort, dans toute
l'armée, de porter d'autres écharpes que de couleur rouge. Un capitaine
de cavalerie eut à peine appris cet ordre qu'il arracha la sienne,
brochée d'or, et la foula aux pieds. Wallenstein, à qui l'on rapporta la
chose, le fit sur-le-champ colonel. Son regard était sans cesse dirigé
sur l'ensemble, et, malgré toutes les apparences de l'arbitraire et de
la fantaisie, un principe, qu'il ne perdait jamais de vue, était la
convenance des moyens et de la fin. Les brigandages des soldats en pays
ami avaient provoqué de rigoureuses ordonnances contre les maraudeurs,
et il y avait menace de la corde pour quiconque était surpris à voler.
Il arriva un jour que Wallenstein lui-même rencontra dans la campagne un
soldat, qu'il fit arrêter, sans enquête, comme un transgresseur de la
loi, et qu'il condamna au gibet, avec le mot ordinaire, le mot
foudroyant, auquel il n'y avait pas de réplique: «Qu'on pende la bête!»
Le soldat proteste et prouve son innocence; mais la sentence irrévocable
est prononcée. «Eh bien! qu'on le pende innocent, répond le barbare; le
coupable n'en tremblera que plus sûrement.» Déjà l'on fait les
préparatifs pour exécuter cet ordre, quand le soldat, qui se voit perdu
sans ressource, prend la résolution désespérée de ne pas mourir sans
vengeance. Il s'élance avec fureur sur son juge, mais il est accablé par
le nombre et désarmé avant de pouvoir exécuter son dessein. «Laissez-le
aller maintenant, dit le duc; voilà qui effrayera bien assez.» Sa
libéralité était soutenue par des revenus immenses, qu'on estimait à
trois millions par année, sans compter les sommes énormes qu'il savait
extorquer sous le nom de contributions. Son esprit indépendant et sa
lumineuse intelligence l'élevaient au-dessus des préjugés religieux de
son siècle, et les jésuites ne lui pardonnèrent jamais d'avoir pénétré
leur système et de n'avoir vu dans le pape qu'un évêque de Rome.

Mais, dès le temps du prophète Samuel, jamais homme qui s'est séparé de
l'Église ne fit une heureuse fin, et Wallenstein augmenta, lui aussi, le
nombre de ses victimes. Par des intrigues de moines, il perdit à
Ratisbonne le bâton du commandement, et dans Égra la vie; par des ruses
monacales, il perdit peut-être ce qui est plus encore, son nom honorable
et sa bonne renommée auprès de la postérité. Car enfin on doit avouer,
pour rendre hommage à la vérité, que ce ne sont pas des plumes
entièrement fidèles qui nous ont transmis l'histoire de cet homme
extraordinaire; que la trahison de Wallenstein et ses projets sur la
couronne de Bohême ne s'appuient sur aucun fait rigoureusement démontré,
mais seulement sur des présomptions vraisemblables. On n'a pas encore
trouvé le document qui nous découvrirait, avec une certitude historique,
les ressorts secrets de sa conduite, et, parmi ses actes publics,
universellement attestés, il n'en est aucun qui ne pût découler
finalement d'une source innocente. Plusieurs de ses démarches les plus
blâmées ne prouvent que son penchant sérieux pour la paix; la plupart
des autres s'expliquent et s'excusent par sa juste défiance envers
l'empereur et par le désir pardonnable de maintenir son importance. A la
vérité, sa conduite envers l'électeur de Bavière atteste une basse
passion de vengeance et un caractère implacable; mais aucune de ses
actions ne nous autorise à le tenir pour convaincu de trahison. Si la
nécessité et le désespoir le poussèrent enfin à mériter réellement la
sentence qui l'avait frappé innocent, cela ne peut suffire pour
justifier la sentence même. Ainsi, Wallenstein ne tomba point parce
qu'il était rebelle, mais il fut rebelle parce qu'il tombait. Ce fut un
malheur pour lui, pendant sa vie, de s'être fait un ennemi d'un parti
victorieux, ce fut un malheur pour lui, après sa mort, que cet ennemi
lui survécût et que ce fût lui qui écrivit son histoire.



LIVRE CINQUIÈME


La mort de Wallenstein rendait nécessaire un nouveau généralissime, et
l'empereur céda enfin au conseil que lui donnaient les Espagnols
d'élever à cette dignité son fils Ferdinand, roi de Hongrie. Sous lui
commande le comte de Gallas, qui exerce les fonctions de général, tandis
que le prince ne fait proprement que décorer ce poste de son nom et de
l'autorité de son rang. Bientôt des forces considérables se rassemblent
sous les drapeaux de Ferdinand. Le duc de Lorraine lui amène en personne
des troupes auxiliaires, et le cardinal infant arrive d'Italie avec dix
mille hommes pour renforcer son armée. Afin de chasser l'ennemi du
Danube, le nouveau général entreprend le siége de Ratisbonne, ce qu'on
n'avait pas pu obtenir de son prédécesseur. Vainement le duc Bernard de
Weimar pénètre au coeur de la Bavière pour attirer les Impériaux loin de
cette ville: Ferdinand pousse le siége avec une vigueur inébranlable,
et, après la plus opiniâtre résistance, la ville lui ouvre ses portes.
Donawert éprouve bientôt après le même sort; puis Noerdlingen, en
Souabe, est assiégé à son tour. La perte de tant de villes impériales
devait être d'autant plus sensible au parti suédois que l'amitié de ces
villes avait été jusqu'alors très-décisive pour le bonheur de ses armes;
l'indifférence à leur sort aurait paru vraiment inexcusable. C'eût été
pour les Suédois une ineffaçable honte d'abandonner leurs alliés dans le
péril et de les livrer à la vengeance d'un vainqueur implacable.
Déterminée par ces motifs, l'armée suédoise marche sur Noerdlingen, sous
la conduite de Horn et de Bernard de Weimar, résolue de délivrer cette
ville, dût-il en coûter une bataille.

L'entreprise était difficile, car les forces de l'ennemi étaient de
beaucoup supérieures à celles des Suédois, et, dans ces circonstances,
la prudence conseillait d'autant plus de n'en pas venir aux mains que
l'armée ennemie devait bientôt se diviser, et que la destination des
troupes italiennes les appelait dans les Pays-Bas. On pouvait, en
attendant, choisir une position telle que Noerdlingen fût couvert et
que les vivres fussent coupés à l'ennemi. Gustave Horn fit valoir toutes
ces raisons dans le conseil de guerre; mais ses représentations ne
purent trouver accès dans des esprits qui, enivrés par une longue suite
de succès, ne croyaient entendre, dans les conseils de la prudence, que
la voix de la crainte. Vaincu, quand on alla aux voix, par l'ascendant
du duc Bernard, Gustave Horn dut se résoudre, malgré lui, à une
bataille, dont ses noirs pressentiments lui présageaient l'issue
malheureuse.

Tout le sort du combat semblait tenir à l'occupation d'une hauteur qui
dominait le camp des Impériaux. La tentative faite pour s'en emparer
pendant la nuit avait échoué, parce que le pénible transport de
l'artillerie à travers des ravins et des bois ralentit la marche des
troupes. Lorsqu'on parut devant la hauteur, vers minuit, l'ennemi
l'avait déjà occupée et fortifiée par de solides retranchements. On
attendit donc le point du jour pour l'emporter d'assaut. La bravoure
impétueuse des Suédois s'ouvrit un passage à travers tous les obstacles:
les demi-lunes sont enlevées heureusement par chacune des brigades
commandées à cet effet; mais, comme elles pénètrent en même temps, des
deux côtés opposés, dans les retranchements, elles se heurtent l'une
l'autre et se mettent réciproquement en désordre. Dans ce moment
malheureux, un baril de poudre vient à sauter et jette la plus grande
confusion parmi les troupes suédoises. La cavalerie impériale pénètre
dans les rangs rompus, et la déroute devient générale. Aucune
exhortation de leur général ne peut décider les fuyards à renouveler
l'attaque.

En conséquence, afin de rester maître de ce poste important, il se
résout à faire avancer des troupes fraîches; mais, dans l'intervalle,
quelques régiments espagnols l'ont occupé, et toute tentative pour
l'enlever est rendue vaine par l'héroïque bravoure de ces troupes. Un
régiment envoyé par Bernard attaque sept fois, et sept fois il est
repoussé. On sent bientôt combien est grand le désavantage de ne s'être
pas emparé de cette position. De la hauteur, le feu de l'artillerie
ennemie fait d'affreux ravages dans l'aile des Suédois postée près de la
colline, en sorte que Gustave Horn, qui la commande, doit se résoudre à
la retraite. Au lieu de pouvoir couvrir cette manoeuvre de son collègue
et arrêter la poursuite de l'ennemi, le duc Bernard est repoussé
lui-même, par des forces supérieures, dans la plaine, où sa cavalerie en
déroute porte le désordre parmi les troupes de Horn et rend la défaite
et la fuite générales. Presque toute l'infanterie est prise ou tuée;
plus de douze mille hommes restent sur le champ de bataille;
quatre-vingts canons, environ quatre mille chariots, et trois cents
étendards ou drapeaux, tombent dans les mains des Impériaux. Gustave
Horn lui-même est fait prisonnier avec trois autres généraux. Le duc
Bernard sauve avec peine quelques faibles débris de l'armée, qui ne
parviennent à se rassembler sous ses drapeaux que dans la ville de
Francfort.

La défaite de Noerdlingen coûta au chancelier suédois sa deuxième nuit
d'insomnie en Allemagne. La perte qu'entraînait cette défaite était
incalculable. Les Suédois avaient perdu d'un seul coup leur supériorité
sur le champ de bataille, et avec elle la confiance de tous les alliés,
qu'on n'avait due jusqu'alors qu'au seul bonheur des armes. Une
dangereuse division menaçait de détruire toute l'alliance protestante.
La crainte et l'effroi s'emparèrent de tout le parti, et celui des
catholiques se releva avec un triomphant orgueil de sa profonde
décadence. La Souabe et les cercles les plus voisins ressentirent les
premières suites de la défaite de Noerdlingen, et le Wurtemberg surtout
fut inondé par les troupes victorieuses. Tous les membres de l'alliance
de Heilbronn redoutaient la vengeance de l'empereur. Ce qui pouvait fuir
se sauvait à Strasbourg, et les villes impériales, sans secours,
attendaient leur sort avec angoisse. Un peu plus de modération envers
les vaincus aurait ramené tous ces faibles États sous la domination de
l'empereur; mais la dureté que l'on montra à ceux mêmes qui se soumirent
volontairement porta les autres au désespoir et les excita à la plus
vive résistance.

Dans ces circonstances critiques, tous cherchaient secours et conseil
auprès d'Oxenstiern; Oxenstiern avait recours aux états allemands. On
manquait de troupes, on manquait d'argent pour en lever de nouvelles et
payer aux anciennes la solde arriérée, qu'elles réclamaient
impétueusement. Oxenstiern se tourne vers l'électeur de Saxe, qui
abandonne la cause suédoise, pour traiter de la paix avec l'empereur à
Pirna. Il sollicite l'assistance des états de la basse Saxe: ceux-ci,
fatigués depuis longtemps des demandes d'argent et des prétentions de la
Suède, ne songent plus maintenant qu'à eux-mêmes; et le duc Georges de
Lunebourg, au lieu de porter de prompts secours à la haute Allemagne
assiége Minden afin de le garder pour lui. Laissé sans appui par ses
alliés allemands, le chancelier implore le secours des puissances
étrangères: il demande de l'argent et des soldats à l'Angleterre, à la
Hollande, à Venise, et, poussé par l'extrême nécessité, il finit par se
résoudre, démarche pénible qu'il a longtemps évitée, à se jeter dans les
bras de la France.

Enfin était arrivé le moment que Richelieu attendait depuis longtemps
avec une vive impatience. L'impossibilité absolue de se sauver par une
autre voie pouvait seule déterminer les états protestants d'Allemagne à
soutenir les prétentions de la France sur l'Alsace. Cette nécessité
suprême existait maintenant: on ne pouvait se passer de la France, et
elle se fit chèrement payer la part active qu'elle prit, à partir de ce
moment, à la guerre d'Allemagne. Elle parut alors sur la scène politique
avec beaucoup de gloire et d'éclat. Oxenstiern, à qui il en coûtait peu
de livrer les droits et les territoires allemands, avait déjà cédé à
Richelieu la forteresse de Philippsbourg et les autres places demandées.
A leur tour, les protestants de la haute Allemagne envoient en leur nom
une ambassade particulière, pour mettre sous la protection française
l'Alsace, la forteresse de Brisach (dont il fallait d'abord s'emparer),
et toutes les places du haut Rhin, qui étaient les clefs de l'Allemagne.
Ce que signifiait la protection française, on l'avait vu pour les
évêchés de Metz, de Toul et de Verdun, que la France protégeait depuis
des siècles contre leurs possesseurs légitimes. Le territoire de Trèves
avait déjà des garnisons françaises; la Lorraine était comme conquise,
puisqu'elle pouvait à chaque moment être envahie par une armée, et
qu'elle était hors d'état de résister par ses propres forces à sa
puissante voisine. La France avait maintenant l'espérance la plus fondée
d'ajouter encore l'Alsace à ses vastes possessions, et, comme elle se
partagea bientôt après avec la Hollande les Pays-Bas espagnols, elle
pouvait se promettre de faire du Rhin sa limite naturelle contre
l'Empire germanique. C'est ainsi que les droits de l'Allemagne furent
honteusement vendus, par des états allemands, à l'ambitieuse et perfide
puissance qui, sous le masque d'une amitié désintéressée, ne visait qu'à
son agrandissement, et, en prenant d'un front audacieux le titre
honorable de protectrice, ne songeait qu'à tendre son filet et à
travailler pour elle-même dans la confusion générale.

En retour de ces importantes cessions, la France s'engagea à faire une
diversion en faveur des armes suédoises, en attaquant l'Espagne, et,
s'il fallait en venir à une rupture ouverte avec l'empereur lui-même, à
entretenir sur la rive droite du Rhin une armée de douze mille hommes,
qui agirait de concert avec les Suédois et les Allemands contre
l'Autriche. Les Espagnols fournirent eux-mêmes l'occasion souhaitée de
leur déclarer la guerre. Ils fondirent, des Pays-Bas, sur la ville de
Trèves, massacrèrent la garnison française qui s'y trouvait, et, contre
le droit des gens, se saisirent de la personne de l'électeur, qui
s'était mis sous la protection de la France, et l'emmenèrent prisonnier
en Flandre. Le cardinal infant, comme gouverneur des Pays-Bas espagnols,
ayant refusé au roi de France la satisfaction demandée et la mise en
liberté du prince prisonnier, Richelieu lui déclara formellement la
guerre à Bruxelles, par un héraut d'armes, selon l'antique usage; et
elle fut réellement ouverte, par trois différentes armées, dans le
Milanais, dans la Valteline et en Flandre. Le ministre français parut
être moins sérieusement résolu à la guerre avec l'empereur, où il y
avait moins d'avantages à recueillir et de plus grandes difficultés à
vaincre; cependant une quatrième armée, sous les ordres du cardinal de
la Valette, fut envoyée au delà du Rhin, en Allemagne, et, réunie au duc
Bernard, elle entra, sans déclaration de guerre préalable, en campagne
contre l'empereur.

Un coup beaucoup plus sensible encore pour les Suédois que la défaite
même de Noerdlingen fut la réconciliation de l'électeur de Saxe avec
l'empereur. Après des tentatives répétées de part et d'autre pour
l'empêcher et la favoriser, elle fut conclue enfin à Pirna, en 1634, et,
au mois de mai de l'année suivante, confirmée à Prague par un traité de
paix formel. L'électeur de Saxe n'avait jamais pu prendre son parti des
prétentions des Suédois en Allemagne, et son antipathie pour cette
puissance étrangère, qui dictait des lois dans l'Empire, s'était accrue
à chaque nouvelle demande qu'Oxenstiern adressait aux états allemands.
Ces mauvaises dispositions à l'égard de la Suède secondèrent de la
manière la plus énergique les efforts faits par la cour d'Espagne pour
établir la paix entre la Saxe et l'empereur. Lassé par les calamités
d'une guerre si longue et si désastreuse, dont les provinces saxonnes
étaient, plus que toutes les autres, le déplorable théâtre, ému des
souffrances affreuses et générales que les amis, aussi bien que les
ennemis, accumulaient sur ses sujets, et gagné par les offres
séduisantes de la maison d'Autriche, l'électeur abandonna enfin la cause
commune, et, montrant peu de souci pour le sort de ses co-états et pour
la liberté allemande, il ne songea qu'à servir ses intérêts
particuliers, fût-ce aux dépens de l'ensemble.

Et, en effet, la misère était arrivée en Allemagne à un si prodigieux
excès, que des millions de voix imploraient la paix, et que la plus
désavantageuse eût encore été considérée comme un bienfait du Ciel. On
ne voyait que des déserts là où des milliers d'hommes heureux,
diligents, s'agitaient autrefois, là où la nature avait répandu ses dons
les plus magnifiques, où avaient régné le bien-être et l'abondance. Les
champs, abandonnés par les mains actives du laboureur, restaient
incultes et stériles, et, si çà et là de nouvelles semailles
commençaient à lever, et promettaient une riante moisson, une seule
marche de troupes détruisait le travail d'une année entière, la dernière
espérance du peuple affamé. Les châteaux brûlés, les campagnes ravagées,
les villages réduits en cendres, offraient au loin le spectacle d'une
affreuse dévastation, tandis que leurs habitants, condamnés à la misère,
allaient grossir le nombre des bandes incendiaires et rendre avec
barbarie à leurs concitoyens épargnés ce qu'ils avaient eux-mêmes
souffert. Nulle ressource contre l'oppression que de se joindre aux
oppresseurs. Les villes gémissaient sous le fléau de garnisons effrénées
et rapaces, qui dévoraient les biens des bourgeois, et faisaient valoir
avec les plus cruels caprices les libertés de la guerre, la licence de
leur état et les priviléges de la nécessité. Si le court passage d'une
armée suffisait déjà pour changer en déserts des contrées entières, si
d'autres étaient ruinées par des quartiers d'hiver ou épuisées par des
contributions, elles ne souffraient néanmoins que des calamités
passagères, et le travail d'une année pouvait faire oublier les douleurs
de quelques mois; mais aucun relâche n'était accordé à ceux qui avaient
une garnison dans leurs murs ou dans leur voisinage, et leur sort
malheureux ne pouvait même être adouci par le changement de la fortune,
car le vainqueur prenait la place et suivait l'exemple du vaincu, et les
amis ne montraient pas plus de ménagements que les ennemis. L'abandon
des campagnes, la destruction des cultures et le nombre croissant des
armées qui se précipitaient sur les provinces épuisées, eurent la cherté
et la famine pour suites inévitables, et, dans les dernières années, les
mauvaises récoltes mirent le comble à la misère. L'entassement des
hommes dans les camps et les cantonnements, la disette d'une part et
l'intempérance de l'autre, produisirent des maladies pestilentielles,
qui dépeuplèrent les provinces plus que le fer et le feu. Tous les liens
de l'ordre se rompirent dans ce long bouleversement; le respect pour les
droits de l'humanité, la crainte des lois, la pureté des moeurs se
perdirent; la bonne foi et la foi disparurent, la force régnant seule
avec son sceptre de fer. Tous les vices croissaient et florissaient à
l'ombre de l'anarchie et de l'impunité, et les hommes devenaient
sauvages comme le pays. Point de condition sociale que respectât la
licence: pour le besoin et le brigandage, nulle propriété n'était
sacrée. Le soldat (pour exprimer d'un seul mot la misère de ce temps),
le soldat régnait, et il n'était pas rare que ce despote, le plus
brutal de tous, fit sentir sa tyrannie même à ses chefs. Le commandant
d'une armée était, dans le pays où il se montrait, un personnage plus
important que le souverain légitime, qui était souvent réduit à se
cacher devant lui dans ses châteaux. Toute l'Allemagne fourmillait de
ces petits tyrans, et les provinces étaient également maltraitées par
l'ennemi et par leurs défenseurs. Toutes ces blessures se faisaient
sentir encore plus douloureusement, lorsqu'on songeait que c'étaient des
puissances étrangères qui sacrifiaient l'Allemagne à leur avide
ambition, et qui prolongeaient à dessein les calamités de la guerre afin
d'accomplir leurs vues intéressées. Pour que la Suède pût s'enrichir et
faire des conquêtes, il fallait que l'Allemagne saignât sous le fléau de
la guerre; pour que Richelieu restât nécessaire en France, il fallait
que la torche de la discorde ne s'éteignît pas dans l'Empire.

Mais ce n'étaient pas seulement des voix intéressées qui se déclaraient
contre la paix, et ni la Suède, aussi bien que certains princes
allemands, désirait, par des motifs peu louables, la continuation de la
guerre, une saine politique la réclamait également. Pouvait-on, après la
défaite de Noerdlingen, attendre de l'empereur une paix équitable? Et,
si on ne le pouvait pas, fallait-il avoir souffert durant dix-sept
années toutes les calamités de la guerre, épuisé toutes ses forces, pour
n'avoir enfin rien gagné, pour avoir même perdu? Pourquoi tant de sang
versé, si tout restait dans le premier état? si l'on ne voyait dans ses
droits et ses prétentions aucun changement favorable? si tout ce qu'on
avait acquis si péniblement, il y fallait renoncer par un traité de
paix? Ne valait-il pas mieux porter encore deux ou trois années le
fardeau qu'on portait depuis si longtemps, pour recueillir enfin
quelques dédommagements de vingt ans de souffrances? Et l'on ne pouvait
pas douter qu'une paix avantageuse ne fût obtenue, pourvu que les
Suédois et les protestants d'Allemagne se tinssent fermement unis en
campagne comme dans le cabinet, travaillant pour leur intérêt commun
avec une mutuelle sympathie et un zèle concerté. Leur division seule
rendait l'ennemi puissant, reculait l'espérance d'une paix durable et
heureuse pour tous. Or cette division, le plus grand de tous les maux,
affligea la cause protestante, par le fait de l'électeur de Saxe se
réconciliant avec l'Autriche dans une transaction séparée.

Il avait déjà ouvert les négociations avec l'empereur avant la bataille
de Noerdlingen; mais la malheureuse issue de cette journée hâta la
conclusion de l'accommodement. La confiance en l'appui des Suédois
s'était évanouie, et l'on doutait qu'ils se relevassent jamais de ce
terrible coup. La division de leurs chefs, l'insubordination de l'armée
et l'affaiblissement du royaume de Suède ne permettaient plus d'attendre
d'eux de grands exploits. On crut devoir d'autant plus se hâter de
mettre à profit la générosité de l'empereur, qui ne retira point ses
offres, même après la victoire de Noerdlingen. Oxenstiern, qui assembla
les états à Francfort, _demandait_: l'empereur, au contraire, _donnait_;
il n'était donc pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir lequel des
deux on devait écouter.

Cependant, l'électeur voulut éviter l'apparence d'avoir sacrifié la
cause commune et de n'avoir songé qu'à ses propres intérêts. Tous les
états de l'Empire, et même la Suède, reçurent l'invitation de concourir
à cette paix et de s'y associer, quoique la Saxe électorale et
l'empereur fussent seuls à la conclure, s'érigeant, de leur propre
autorité, en législateurs de l'Allemagne. Les griefs des états
protestants furent discutés dans cette négociation, leurs rapports et
leurs droits décidés devant ce tribunal arbitraire, et le sort même des
religions fut fixé sans la participation des parties intéressées. Ce
devait être une paix générale, une loi de l'Empire, promulguée comme
telle, et mise à exécution par une armée impériale, comme un décret
formel de la diète. Celui qui se révolterait contre elle serait par cela
même ennemi de l'Empire: c'était exiger que, contre tous les droits
constitutionnels, on reconnût une loi à laquelle on n'avait pas coopéré.
Ainsi la paix de Prague était déjà par sa forme l'oeuvre de
l'arbitraire; elle ne l'était pas moins par le fond.

L'édit de restitution avait plus que toute autre chose occasionné la
rupture entre la Saxe électorale et l'empereur: il fallait donc avant
tout y avoir égard dans la réconciliation. Sans l'abolir expressément et
formellement, on arrêta, dans la paix de Prague, que toutes les
fondations immédiates et, entre les médiates, celles qui avaient été
confisquées et occupées par les protestants après le traité de Passau,
resteraient encore quarante années, mais sans voix à la diète, dans le
même état où l'édit de restitution les avait trouvées. Avant
l'expiration de ces quarante années, une commission composée de membres
des deux religions, en nombre égal, devait prononcer à l'amiable et
légalement sur ce point. Si, même alors, on ne pouvait en venir à un
jugement définitif, chaque parti rentrerait en possession de tous les
droits qu'il avait exercés avant que parût l'édit de restitution. Cet
expédient, bien loin d'étouffer le germe de la discorde, ne faisait donc
qu'en suspendre pour un temps les pernicieux effets, et l'étincelle
d'une nouvelle guerre était déjà recélée dans cet article de la paix de
Prague.

L'archevêché de Magdebourg demeure au prince Auguste de Saxe, et
Halberstadt à l'archiduc Léopold-Guillaume. Quatre bailliages sont
démembrés du territoire de Magdebourg et donnés à l'électeur de Saxe;
l'administrateur de Magdebourg, Christian-Guillaume de Brandebourg, est
apanagé d'une autre manière; les ducs de Mecklembourg, s'ils adhèrent à
cette paix, sont réintégrés dans leurs États, dont ils sont heureusement
en possession depuis longtemps déjà, grâce à la générosité de
Gustave-Adolphe; Donawert recouvre sa liberté impériale. L'importante
réclamation des héritiers palatins, si intéressant qu'il fût pour la
partie protestante de l'Empire de ne pas perdre cette voix électorale,
est entièrement passée sous silence, parce qu'un prince luthérien ne
doit aucune justice à un prince réformé. Tout ce que les états
protestants, la Ligue et l'empereur ont conquis les uns sur les autres
durant la guerre, est restitué; tout ce que les puissances étrangères,
la Suède et la France, se sont approprié, leur est repris par un effort
commun. Les armées de toutes les parties contractantes sont réunies en
une seule, qui, entretenue et soldée par l'Empire, est chargée de faire
exécuter cette paix les armes à la main.

La paix de Prague devant avoir force de loi générale pour tout l'Empire,
les points qui ne concernaient en rien l'Empire furent annexés dans une
convention particulière. Dans cette convention, la Lusace fut adjugée à
l'électeur de Saxe comme un fief de Bohême, et en outre l'on y traita
spécialement de la liberté religieuse de ce pays et de la Silésie.

Tous les états évangéliques furent invités à recevoir la paix de Prague,
et, sous cette condition, compris dans l'amnistie. On n'excluait que les
princes de Wurtemberg et de Bade, dont on occupait les États, qu'on
n'était pas disposé à leur rendre absolument sans conditions; les
propres sujets de l'Autriche qui avaient pris les armes contre leur
souverain; enfin les états qui, sous la direction d'Oxenstiern,
formaient le conseil des cercles de la haute Allemagne: cette exclusion
avait moins pour objet de continuer contre eux la guerre que de leur
vendre plus cher la paix devenue nécessaire. On retenait leurs domaines
pour gages jusqu'au moment où tout serait restitué et tout rétabli dans
son premier état. Une justice égale envers tous eût peut-être ramené la
confiance mutuelle entre le chef et les membres, entre protestants et
catholiques, entre luthériens et réformés, et les Suédois, abandonnés de
tous leurs alliés, auraient été réduits à sortir honteusement de
l'Empire. Mais ce traitement inégal affermit dans leur défiance et leur
opposition les états plus durement traités, et il aida les Suédois à
nourrir le feu de la guerre et à conserver un parti en Allemagne.

La paix de Prague trouva, comme il fallait s'y attendre, un accueil
très-divers en Allemagne. En s'efforçant de rapprocher les deux partis,
on s'était attiré les reproches de l'un et de l'autre. Les protestants
se plaignaient des restrictions que ce traité leur imposait. Les
catholiques trouvaient cette secte damnable beaucoup trop favorablement
traitée aux dépens de la véritable Église: à les entendre, on avait
disposé de ses droits inaliénables en accordant aux évangéliques la
jouissance pendant quarante années des biens ecclésiastiques. Selon
leurs adversaires, on avait commis une trahison envers l'Église
protestante en n'obtenant pas pour ses membres dans les États
autrichiens la liberté de croyance. Mais personne ne fut plus amèrement
blâmé que l'électeur de Saxe, que l'on cherchait à représenter dans des
écrits publics comme un perfide transfuge, un traître à la religion et à
la liberté allemande, et comme un complice de l'empereur.

Lui, cependant, se consolait, et triomphait de voir une grande partie
des états évangéliques contraints d'accepter la paix qu'il avait faite.
L'électeur de Brandebourg, le duc Guillaume de Weimar, les princes
d'Anhalt, les ducs de Mecklembourg, les ducs de Brunswick-Lunebourg, les
villes anséatiques et la plupart des villes impériales y accédèrent. Le
landgrave Guillaume de Hesse parut quelque temps irrésolu, ou peut-être
feignit seulement de l'être afin de gagner du temps et de prendre ses
mesures selon l'événement. Il avait conquis, l'épée à la main, de beaux
domaines en Westphalie, d'où il tirait ses meilleures forces pour
soutenir la guerre, et il les devait tous rendre aux termes de la paix.
Le duc Bernard de Weimar, dont les États n'existaient encore que sur le
papier, n'était point intéressé au traité comme puissance belligérante;
mais, par cela même, il l'était d'autant plus comme général portant les
armes, et il ne pouvait à tous égards que rejeter avec horreur la paix
de Prague. Toute sa richesse était sa bravoure, et tous ses domaines
reposaient sur son épée. La guerre faisait seule sa grandeur et son
importance; la guerre seule pouvait amener à maturité les projets de son
ambition.

Mais, entre tous ceux qui élevèrent la voix contre la paix de Prague,
les Suédois se prononcèrent avec le plus de violence, et personne n'en
avait plus sujet. Appelés en Allemagne par les Allemands eux-mêmes,
sauveurs de l'Église protestante et de la liberté des membres de
l'Empire, qu'ils avaient rachetée au prix de tant de sang, au prix de la
vie sacrée de leur roi, ils se voyaient tout à coup honteusement
abandonnés, tout à coup déçus dans tous leurs plans, chassés sans
salaire, sans reconnaissance, du pays pour lequel ils avaient répandu
leur sang, et livrés à la risée de l'ennemi par les mêmes princes qui
leur devaient tout. De quelque dédommagement pour eux, d'un
remboursement de leurs dépenses, d'un équivalent pour les conquêtes
qu'ils devraient abandonner, la paix de Prague n'en disait pas le
moindre mot! On les congédiait plus pauvres qu'ils n'étaient venus, et,
s'ils regimbaient, ils devaient être expulsés de l'Allemagne par les
mains de ceux mêmes qui les avaient appelés! A la fin, l'électeur de
Saxe laissa, il est vrai, échapper quelques mots d'une satisfaction qui
consisterait en argent et se monterait à la faible somme de deux
millions et demi de florins. Mais les Suédois avaient mis du leur
beaucoup plus; un si honteux dédommagement en argent devait blesser leur
intérêt et soulever leur orgueil. «Les électeurs de Bavière et de Saxe,
répondit Oxenstiern, se sont fait payer par le don d'importantes
provinces l'appui qu'ils ont prêté à l'empereur et qu'ils lui devaient
comme vassaux; et nous, Suédois, nous qui avons sacrifié notre roi pour
l'Allemagne, on veut nous renvoyer chez nous avec la misérable somme de
deux millions et demi de florins!» Ils étaient d'autant plus ulcérés de
voir leur espérance déçue, qu'ils avaient compté avec plus de certitude
se payer par l'acquisition du duché de Poméranie, dont le possesseur
actuel était vieux et sans héritiers. Mais l'expectative de ce duché
était assurée, dans la paix de Prague, à l'électeur de Brandebourg, et
toutes les puissances voisines se révoltaient contre l'établissement des
Suédois sur cette frontière, de l'Empire.

Jamais, dans tout le cours de cette guerre, les Suédois ne s'étaient
trouvés dans une plus fâcheuse situation qu'en cette année 1635,
immédiatement après la publication de la paix de Prague. Beaucoup de
leurs alliés, surtout parmi les villes impériales, quittèrent leur parti
pour être admis à jouir du bienfait de la paix; d'autres y furent
contraints par les armes victorieuses de l'empereur. Augsbourg, vaincu
par la famine, se rendit sous de dures conditions; Würtzbourg et Cobourg
tombèrent au pouvoir des Autrichiens. L'alliance d'Heilbronn fut
formellement dissoute. Presque toute la haute Allemagne, le siége
principal de la puissance suédoise, reconnut la domination de
l'empereur. La Saxe, s'appuyant sur la paix de Prague, demandait
l'évacuation de la Thuringe, de Halberstadt, de Magdebourg.
Philippsbourg, la place d'armes des Français, avait été surpris par les
Autrichiens avec tous les approvisionnements qu'on y avait déposés, et
cette grande perte avait ralenti l'activité de la France. Pour mettre le
comble à la détresse des Suédois, il fallut que l'armistice avec la
Pologne touchât justement à sa fin. Soutenir la guerre à la fois contre
la Pologne et l'Empire surpassait de beaucoup les forces de la Suède, et
il fallait choisir celui de ces deux ennemis dont on se délivrerait. La
fierté et l'ambition décidèrent pour la continuation de la guerre
d'Allemagne, quelques durs sacrifices qu'il en dût coûter envers la
Pologne; dans tous les cas, il en coûtait une armée, si l'on voulait se
faire respecter des Polonais et ne pas perdre absolument sa liberté dans
les négociations entamées avec eux pour une trêve ou une paix.

A tous ces malheurs qui fondaient en même temps sur la Suède, Oxenstiern
opposa la fermeté et les inépuisables ressources de son génie, et, avec
son esprit pénétrant, il sut tourner à son avantage les obstacles même
qu'il rencontrait. La défection de tant d'États allemands le privait, à
la vérité, d'une grande partie de ses précédents alliés, mais elle le
dispensait aussi de tout ménagement envers eux, et plus le nombre de ses
ennemis augmentait, plus aussi ses armées avaient de pays sur lesquels
elles pouvaient s'étendre, plus il s'ouvrait à lui de magasins. La
criante ingratitude des membres de l'Empire et l'orgueilleux mépris que
lui avait témoigné l'empereur, qui n'avait pas même daigné traiter avec
lui directement de la paix, allumèrent dans son sein le courage du
désespoir et la noble audace de pousser les choses à la dernière
extrémité. Une guerre, si malheureuse qu'elle fût, ne pouvait empirer
les affaires des Suédois, et, s'il fallait évacuer l'Empire d'Allemagne,
il était du moins plus digne et plus glorieux de le faire l'épée à la
main, de céder à la force et non à la peur.

Dans la pressante extrémité où se trouvaient les Suédois par la
désertion de leurs alliés, ils jetèrent d'abord leurs regards sur la
France, qui vint au-devant d'eux avec les propositions les plus
encourageantes. Les intérêts des deux couronnes étaient liés de la
manière la plus étroite, et la France agissait contre elle-même si elle
laissait entièrement tomber en Allemagne la puissance des Suédois. Leur
situation désespérée était au contraire un motif pour elle de s'unir
avec eux plus fermement et de prendre une part plus active à la guerre
en Allemagne. Dès la conclusion du traité d'alliance avec les Suédois, à
Beerwald, en 1632, la France avait attaqué l'empereur par les armes de
Gustave-Adolphe, mais sans rupture ouverte et formelle, et seulement par
les subsides qu'elle fournissait aux ennemis de Ferdinand, et par
l'activité qu'elle déployait pour en augmenter le nombre. Mais, alarmée
par le bonheur soudain, inattendu et extraordinaire des armes suédoises,
elle parut quelque temps perdre de vue son premier objet, pour rétablir
l'équilibre des forces, qui avait souffert de la supériorité des
Suédois. Elle tâcha de protéger contre le conquérant les princes
catholiques de l'Empire par des traités de neutralité, et, ces
tentatives ayant échoué, elle était déjà sur le point de s'armer
elle-même contre lui. Mais la mort de Gustave-Adolphe et la détresse des
Suédois n'eurent pas plutôt dissipé cette crainte, que la France revint
avec un nouveau zèle à son premier projet et octroya, dans une large
mesure, à leur infortune, l'appui qu'elle avait retiré à leur
prospérité. Délivrée de la résistance que l'ambition et la vigilance de
Gustave-Adolphe opposaient à ses desseins d'agrandissement, elle saisit
le moment favorable que lui offre le revers de Noerdlingen, pour
s'emparer de la direction de la guerre et prescrire des lois à ceux qui
ont besoin de son puissant secours. Les conjonctures secondent ses plus
hardis projets, et ce qui n'était auparavant qu'une belle chimère peut
désormais être suivi comme un plan réfléchi, justifié par les
circonstances. Elle consacre donc alors toute son attention à la guerre
d'Allemagne, et aussitôt que, par son traité avec les Allemands, elle
voit garantis ses desseins particuliers, elle paraît sur la scène
politique comme puissance active et dominante. Tandis que les États en
guerre s'épuisaient dans une longue lutte, elle avait ménagé ses forces,
et, pendant dix années, elle n'avait fait la guerre qu'avec son argent.
Maintenant que les circonstances l'appellent à l'activité, elle prend
les armes et se porte avec énergie à des entreprises qui jettent
l'Europe entière dans l'étonnement. Elle envoie en même temps deux
flottes croiser sur les mers et met six différentes armées en campagne,
tandis qu'avec ses trésors elle soudoie une couronne et plusieurs
princes allemands. Animés par l'espérance de son puissant secours,
Allemands et Suédois s'arrachent à leur profond abattement et se
flattent de conquérir, l'épée à la main, une paix plus glorieuse que
celle de Prague. Abandonnés par leurs co-états, qui se réconcilient avec
l'empereur, ils s'attachent d'autant plus étroitement à la France, qui
redouble ses secours à mesure que le besoin augmente, prend à la guerre
d'Allemagne une part de plus en plus grande, quoique toujours secrète,
jusqu'au moment où elle jette enfin le masque et attaque directement
l'empereur en son propre nom.

Pour donner aux Suédois pleine liberté d'agir contre l'Autriche, la
France commença par les délivrer de la guerre de Pologne. Par les soins
du comte d'Avaux, son ambassadeur, elle amena les deux partis à
convenir, à Stummsdorf, en Prusse, que l'armistice serait prolongé
jusqu'à vingt-six ans; mais ce ne fut pas sans une grande perte pour les
Suédois, qui sacrifièrent d'un trait de plume presque toute la Prusse
polonaise, conquête chèrement achetée de Gustave-Adolphe. Le traité de
Beerwald fut renouvelé, pour une plus grande durée, d'abord à Compiègne,
puis à Wismar et à Hambourg, avec quelques changements rendus
nécessaires par les circonstances. On avait déjà rompu avec l'Espagne au
mois de mai 1635, et, en attaquant vivement cette puissance, on avait
enlevé à l'empereur le secours, de tous le plus important, qu'il pouvait
tirer des Pays-Bas; maintenant, en appuyant le landgrave Guillaume de
Hesse-Cassel et le duc Bernard de Weimar, on assurait aux armées
suédoises une plus grande liberté sur l'Elbe et sur le Danube, et, par
une forte diversion sur le Rhin, on contraignait l'empereur de diviser
ses forces.

La guerre s'alluma donc avec plus de violence, et, par la paix de
Prague, l'empereur avait, il est vrai, diminué le nombre de ses ennemis
en Allemagne, mais il avait en même temps augmenté l'ardeur et
l'activité de ses ennemis extérieurs. Il s'était acquis en Allemagne une
influence illimitée, et il s'était rendu maître de tout le corps de
l'Empire et de ses forces, à l'exception d'un petit nombre d'états, en
sorte qu'il pouvait désormais agir de nouveau comme empereur et seigneur
souverain. Le premier effet de ce changement fut l'élévation de son fils
Ferdinand III à la dignité de roi des Romains, qui lui fut conférée,
malgré l'opposition de Trèves et des héritiers palatins, par une
majorité décisive. Mais il avait poussé les Suédois à une résistance
désespérée; il avait armé contre lui toutes les forces de la France et
l'avait amenée à intervenir dans les affaires intérieures de
l'Allemagne. Désormais les deux couronnes, avec leurs alliés allemands,
forment une puissance à part, fermement unie; l'empereur, avec les États
allemands de son parti, forme l'autre. Désormais les Suédois ne montrent
plus aucun ménagement, parce qu'ils ne combattent plus pour l'Allemagne,
mais pour leur propre existence. Ils agissent avec plus de promptitude,
de liberté, de hardiesse, parce qu'ils sont dispensés de consulter leurs
alliés allemands et de rendre compte de leurs projets. Les batailles
deviennent plus opiniâtres et plus sanglantes, mais moins décisives. On
voit de plus grands exploits de vaillance et d'art militaire; mais ce
sont des actions isolées qui, n'étant pas conduites par un plan
d'ensemble, ni mises à profit par un esprit qui dirige tout, ont de
faibles résultats pour tout le parti et changent peu de chose au cours
de la guerre.

La Saxe s'était engagée, dans la paix de Prague, à chasser les Suédois
de l'Allemagne: aussi les drapeaux saxons se réunissent-ils, dès ce
moment, aux drapeaux de l'empereur, et deux alliés se sont changés en
deux ennemis irréconciliables. L'archevêché de Magdebourg, que la paix
de Prague adjugeait au prince de Saxe, était encore dans les mains des
Suédois, et toutes les tentatives faites pour les amener, par une voie
amicale, à s'en dessaisir, étaient demeurées sans résultat. Les
hostilités commencent donc, et l'électeur de Saxe les ouvre en
rappelant, par des lettres dites avocatoires, tous les sujets saxons de
l'armée de Banner, campée au bord de l'Elbe. Les officiers, qui se
plaignaient depuis longtemps de ne pas recevoir leur solde, prêtent
l'oreille à cette sommation, et successivement ils évacuent tous les
quartiers. Comme les Saxons tirent en même temps un mouvement contre le
Mecklembourg, pour s'emparer de Doemitz et couper à l'ennemi les
communications avec la Poméranie et la mer Baltique, Banner y marcha
promptement et fit essuyer une entière défaite au général saxon
Baudissin, qui commandait sept mille hommes, dont un millier environ
resta sur la place et un pareil nombre fut fait prisonnier. Renforcé par
les troupes et l'artillerie qui avaient occupé jusqu'alors la Prusse
polonaise, mais dont on ne pouvait se passer dans ce pays, par suite du
traité de Stummsdorf, ce brave et impétueux guerrier envahit, l'année
suivante (1636), l'électorat de Saxe, où il assouvit de la manière la
plus sanglante sa vieille haine contre les Saxons. Irrités par les
longues insultes qu'ils avaient eu à souffrir, lui et ses Suédois, de
l'orgueil des Saxons pendant leurs campagnes communes, et maintenant
exaspérés au plus haut point par la défection de l'électeur, ils firent
éprouver à ses malheureux sujets leur ressentiment et leur vengeance.
Contre les Autrichiens et les Bavarois, le soldat suédois avait combattu
plutôt par devoir; contre les Saxons, il combattait avec une haine et
une rage personnelles, parce qu'il les détestait comme des transfuges et
des traîtres, parce qu'entre amis divisés la haine est d'ordinaire plus
furieuse et plus implacable. Cependant, l'énergique diversion que le duc
de Weimar et le landgrave de Hesse faisaient sur le Rhin et en
Westphalie empêcha l'empereur de prêter aux Saxons un appui suffisant,
et tout l'électorat eut à subir des hordes dévastatrices de Banner les
plus horribles traitements. Enfin l'électeur attira à lui le général
impérial de Hatzfeld et parut devant Magdebourg, que Banner, accourant à
la hâte, essaya vainement de débloquer. Alors l'armée combinée des
Impériaux et des Saxons se répandit dans la marche de Brandebourg et
enleva aux Suédois beaucoup de places. Elle était sur le point de les
pousser jusqu'à la Baltique; mais, contre toute attente, Banner, que
l'on croyait déjà perdu, attaqua l'armée alliée, le 24 septembre 1636,
près de Wittstock, et il s'engagea une grande bataille. L'attaque fut
terrible, et toutes les forces de l'ennemi tombèrent sur l'aile droite
des Suédois, que Banner commandait en personne. On combattit longtemps
des deux parts avec la même opiniâtreté et le même acharnement, et parmi
les Suédois il n'y avait pas un escadron qui n'eût attaqué dix fois et
n'eût été dix fois repoussé. Lorsqu'enfin Banner fut obligé de céder à
la supériorité du nombre, son aile gauche continua de combattre jusqu'à
l'entrée de la nuit, et le corps de réserve des Suédois, qui n'avait pas
encore donné, était prêt à renouveler la bataille le lendemain matin.
Mais l'électeur de Saxe ne voulut pas attendre cette seconde attaque.
Son armée était épuisée par le combat de la veille, et les valets
s'étaient enfuis avec tous les chevaux, en sorte que l'artillerie ne
pouvait servir. Il prit donc la fuite cette même nuit, avec le comte de
Hatzfeld, et abandonna le champ de bataille aux Suédois. Près de cinq
mille hommes étaient restés sur la place du côté des alliés, sans
compter ceux qui furent tués dans la poursuite par les Suédois ou qui
tombèrent dans les mains des paysans exaspérés. Cent cinquante étendards
et drapeaux, vingt-trois canons, tous les bagages avec la vaisselle
d'argent de l'électeur, furent le prix du combat, et l'on fit en outre
près de deux mille prisonniers. Cette brillante victoire, remportée sur
un ennemi bien supérieur en nombre et posté avantageusement, remit tout
d'un coup les Suédois en honneur: leurs ennemis tremblèrent; leurs amis
commencèrent à reprendre courage. Banner profita de la fortune qui
s'était déclarée pour lui d'une manière si décisive: il se hâta de
passer l'Elbe et poussa les Impériaux, à travers la Thuringe et la
Hesse, jusqu'en Westphalie; puis il revint sur ses pas et prit ses
quartiers d'hiver sur le territoire saxon.

Mais, sans l'active diversion que firent en sa faveur sur le Rhin le duc
Bernard et les Français, il lui eût été difficile de remporter ces
brillantes victoires. Après la bataille de Noerdlingen, le duc Bernard
avait rassemblé en Wettéravie les débris de l'armée battue; mais,
abandonné par la ligue de Heilbronn, que la paix de Prague acheva de
dissoudre bientôt après, et trop peu soutenu par les Suédois, il se
voyait hors d'état d'entretenir l'armée et de faire de grandes choses
avec elle. La défaite de Noerdlingen avait anéanti son duché de
Franconie, et l'impuissance des Suédois lui ôtait toute espérance de
faire sa fortune avec l'appui de cette couronne. Fatigué d'ailleurs de
la contrainte que lui imposait la conduite impérieuse du chancelier
suédois, il tourna les yeux vers la France, qui pouvait lui fournir de
l'argent, la seule chose dont il eût besoin, et qui s'y montrait
disposée. Richelieu ne désirait rien tant que de diminuer l'influence
des Suédois sur la guerre d'Allemagne, et d'en faire passer, sous un
autre nom, la direction dans ses mains. Pour atteindre ce but, il ne
pouvait choisir un meilleur moyen que d'enlever aux Suédois leur plus
brave général, de l'attacher étroitement aux intérêts de la France, et
de s'assurer de son bras pour l'exécution de ses desseins. D'un prince
tel que Bernard de Weimar, qui ne pouvait se soutenir sans le secours
d'une puissance étrangère, la France n'avait rien à redouter, puisque le
succès même le plus heureux n'eût pas suffi pour le soustraire à la
dépendance de cette couronne. Le duc de Weimar se rendit lui-même en
France, et conclut, au mois d'octobre 1635, à Saint-Germain-en-Laye, non
plus comme général suédois, mais en son propre nom, un traité avec cette
puissance, par lequel on lui accordait pour lui-même une pension
annuelle d'un million et demi de livres, et quatre millions pour
l'entretien d'une armée qu'il commanderait sous les ordres du roi. Pour
enflammer d'autant plus son zèle et accélérer par lui la conquête de
l'Alsace, on ne fit pas difficulté de lui offrir, dans un article
secret, cette province pour récompense: générosité dont on était fort
éloigné et que le duc lui-même sut apprécier à sa juste valeur. Mais il
se fiait à sa fortune et à son bras, et il opposait la feinte à la
feinte. S'il était un jour assez puissant pour arracher l'Alsace à
l'ennemi, il ne désespérait pas de pouvoir aussi la défendre au besoin
contre un ami. Il se créa donc alors, avec l'argent de la France, une
armée particulière, qu'il commandait, il est vrai, sous la souveraineté
française, mais, en réalité, avec un pouvoir absolu, sans rompre
toutefois entièrement ses liaisons avec les Suédois. Il commença ses
opérations aux bords du Rhin, où une autre armée française, sous le
cardinal La Valette, avait déjà ouvert, en 1635, les hostilités contre
l'empereur.

La principale armée autrichienne, celle qui avait remporté la grande
victoire de Noerdlingen, s'était tournée, sous la conduite de Gallas,
après avoir soumis la Souabe et la Franconie, contre l'armée de La
Valette; elle l'avait heureusement repoussée jusqu'à Metz, avait
affranchi le cours du Rhin et pris les villes de Mayence et de
Frankenthal, occupées par les Suédois. Mais le principal dessein de
Gallas, celui de prendre ses quartiers d'hiver en France, échoua par la
vigoureuse résistance des Français, et il se vit forcé de ramener ses
troupes dans l'Alsace et dans la Souabe, déjà épuisées. L'année
suivante, cependant, à l'ouverture de la campagne, il passa le Rhin près
de Brisach et se prépara à porter la guerre dans l'intérieur de la
France. Il envahit en effet le comté de Bourgogne, pendant que les
Espagnols, sortant des Pays-Bas, faisaient d'heureux progrès en
Picardie, et que Jean de Werth, redoutable général de la Ligue et fameux
partisan, faisait des courses jusqu'au fond de la Champagne et effrayait
même Paris de son approche menaçante. Mais la vaillance des Impériaux
échoua devant une seule et insignifiante forteresse de Franche-Comté,
et, pour la seconde fois, ils furent forcés d'abandonner leurs projets.

Sa dépendance d'un chef français, qui faisait plus d'honneur à la
soutane du prêtre qu'au bâton de commandement du général, avait
jusqu'alors imposé des chaînes trop étroites au génie actif du duc de
Weimar, et, quoiqu'il eût fait, de concert avec La Valette, la conquête
de Saverne, en Alsace, il n'avait pu néanmoins se maintenir sur le Rhin
en 1636 et 1637. Le mauvais succès des armées françaises dans les
Pays-Bas avait paralysé l'activité des opérations en Alsace et en
Brisgau: mais, en 1638, la guerre prit dans ces contrées une tournure
d'autant plus brillante. Délivré de ses premières entraves, et désormais
complétement maître de ses troupes, le duc Bernard s'arracha, dès le
commencement de février, au repos des quartiers d'hiver, qu'il avait
pris dans l'évêché de Bâle, et, contre toute attente, il parut sur le
Rhin, où l'on ne songeait à rien moins qu'à une attaque dans cette
saison rigoureuse. Les villes forestières de Laufenbourg, Waldshut et
Seckingen sont enlevées par surprise, et Rheinfelden est assiégé. Le duc
de Savelli, général de l'empereur, qui commandait dans le pays, accourt
à marches forcées, pour secourir cette place importante; il la délivre
en effet et repousse le duc de Weimar, non sans éprouver une grande
perte. Mais, à la surprise générale, le prince reparaît le troisième
jour, 21 février 1638, à la vue des Impériaux, qui, dans une pleine
sécurité après leur victoire, se reposaient près de Rheinfelden, et il
les défait dans une grande bataille, où les quatre généraux de
l'empereur, Savelli, Jean de Werth, Enkeford et Sperreuter, sont faits
prisonniers avec deux mille hommes. Deux d'entre eux, Jean de Werth et
Enkeford, furent plus tard amenés en France, par l'ordre de Richelieu,
pour flatter, par la vue de prisonniers si célèbres, la vanité
française, et tromper la misère publique par l'étalage des victoires
qu'on avait remportées. Les étendards et les drapeaux conquis furent
aussi, dans le même dessein, portés en procession solennelle à l'église
de Notre-Dame, balancés trois fois devant l'autel, et remis à la garde
du sanctuaire.

La prise de Rheinfelden, de Roeteln et de Fribourg fut la suite la plus
prochaine de la victoire que Bernard avait remportée. Son armée s'accrut
considérablement, et, quand il vit la fortune se déclarer pour lui, ses
plans s'étendirent. La forteresse de Brisach, sur le haut Rhin,
commandait ce fleuve et était considérée comme la clef de l'Alsace.
Aucune place dans ces contrées n'était plus importante pour l'empereur,
aucune n'avait été l'objet d'autant de soins. Garder Brisach avait été
la principale destination de l'armée italienne sous les ordres de Féria;
la force de ses ouvrages et l'avantage de sa situation défiaient toutes
les attaques de vive force, et les généraux de l'Empire qui commandaient
dans le pays avaient l'ordre de tout hasarder pour la conservation de
cette place. Mais le duc de Weimar se confia dans son bonheur et résolut
de l'attaquer. Imprenable par la force, elle ne pouvait être réduite que
par famine, et la négligence de son commandant, qui, ne s'attendant à
aucune attaque, avait converti en argent ses grandes provisions de
grains, hâta ce dénoûment. Comme, dans ces circonstances, la place ne
pouvait soutenir un long siége, il fallait se hâter de la débloquer ou
de lui fournir des vivres. Le général impérial de Goetz s'avança donc au
plus vite à la tête de douze mille hommes et suivi de trois mille
chariots de vivres. Mais, assailli près de Witteweyer par le duc
Bernard, il perdit toute son armée, à l'exception de trois mille hommes,
et tout le convoi qu'il amenait. Un malheur pareil arriva sur
l'Ochsenfeld, près de Thann, au duc de Lorraine, qui s'avançait avec
cinq ou six mille hommes pour délivrer la forteresse. Enfin, une
troisième tentative du général de Goetz pour sauver Brisach ayant
échoué, cette place, après quatre mois de siége, pressée par la plus
horrible famine, se rendit, le 7 décembre 1638, à son vainqueur aussi
humain qu'inébranlable.

La prise de Brisach ouvrit à l'ambition du duc de Weimar un champ sans
bornes, et le roman de ses espérances commence dès lors à s'approcher de
la réalité. Bien éloigné de renoncer, en faveur de la France, au fruit
de sa bravoure, il se réserve Brisach à lui-même, et annonce déjà cette
résolution en exigeant des vaincus le serment de fidélité en son propre
nom, sans faire mention d'une autre puissance. Enivré par ses brillants
succès et emporté par les plus orgueilleuses espérances, il croit
désormais se suffire à lui-même et pouvoir conserver, même contre la
volonté de la France, les conquêtes qu'il a faites. En ces temps où tout
s'achetait avec de la bravoure, où la force personnelle avait encore sa
valeur, où les armées et les chefs de guerre étaient estimés à plus haut
prix que les provinces, il était permis à un héros tel que Bernard
d'attendre quelque chose de lui-même, et de ne reculer devant aucune
entreprise à la tête d'une excellente armée qui se sentait invincible
sous sa conduite. Pour s'attacher à un ami, au milieu de la foule
d'adversaires qu'il allait maintenant rencontrer, il jeta les yeux sur
la landgrave Amélie de Hesse, veuve du landgrave Guillaume, mort depuis
peu, femme de beaucoup d'esprit et de courage, qui avait à donner avec
sa main une armée aguerrie, de belles conquêtes et une principauté
considérable. Les conquêtes des Hessois jointes à celles de Bernard sur
le Rhin, pour ne former qu'un seul État, et les deux armées réunies en
une seule, pouvaient constituer une puissance importante et peut-être
même un troisième parti en Allemagne, qui tiendrait dans ses mains le
dénoûment de la guerre. Mais la mort mit une prompte fin à ce projet si
fécond en promesses.

«Courage, Père Joseph, Brisach est à nous!» cria Richelieu à l'oreille
du capucin, qui se disposait au dernier voyage: tant cette heureuse
nouvelle avait enivré le cardinal. Déjà il dévorait par la pensée
l'Alsace, le Brisgau et toute l'Autriche antérieure, sans se souvenir de
la promesse qu'il avait faite au duc de Weimar. La sérieuse résolution
du prince de garder Brisach pour lui, résolution qu'il avait fait
connaître d'une manière fort peu équivoque, jeta Richelieu dans un grand
embarras, et tout fut tenté pour retenir le victorieux Bernard dans les
intérêts de la France. On l'invita à la cour, pour qu'il fût témoin de
la magnificence avec laquelle on y célébrait le souvenir de ses
triomphes: le duc reconnut et évita les piéges de la séduction. On lui
fit l'honneur de lui offrir pour femme une nièce du cardinal: le fier
prince de l'Empire la refusa, pour ne pas déshonorer le sang saxon par
une mésalliance. Alors on commença à le considérer comme un dangereux
ennemi et à le traiter comme tel. On lui retira les subsides; on
corrompit le gouverneur de Brisach et ses principaux officiers, pour se
mettre, du moins après la mort du duc, en possession de ses conquêtes et
de ses troupes. Ces manoeuvres ne furent point un secret pour lui, et
les mesures qu'il prit dans les places conquises témoignèrent de sa
défiance à l'égard de la France. Mais ces différends avec la cour de
Saint-Germain eurent la plus fâcheuse influence sur ses entreprises
ultérieures. Les dispositions qu'il fut forcé de prendre pour protéger
ses conquêtes contre une attaque du côté de la France le contraignirent
de diviser ses forces, et le défaut de subsides retarda son entrée en
campagne. Son intention avait été de passer le Rhin, de dégager les
Suédois, et d'agir sur les bords du Danube contre l'empereur et la
Bavière. Déjà il avait découvert son plan d'opérations à Banner, qui
était sur le point de transporter la guerre dans les provinces
autrichiennes, et il avait promis de le remplacer.... quand, au mois de
juillet 1639, la mort le surprit à Neubourg, sur le Rhin, dans la
trente-sixième année de son âge, au milieu de sa course héroïque.

Il mourut d'une maladie pestilentielle, qui avait emporté dans le camp
près de quatre cents hommes en deux jours. Les taches noires qui
parurent sur son cadavre, les propres déclarations du mourant, et les
avantages que la France recueillait de sa mort soudaine, éveillèrent le
soupçon que le poison français avait mis fin à ses jours; mais ce
soupçon est suffisamment réfuté par la nature même de la maladie. Les
alliés perdirent en lui le plus grand général qu'ils eussent possédé
depuis Gustave-Adolphe; la France perdit un concurrent redoutable pour
la souveraineté de l'Alsace; l'empereur, son plus dangereux ennemi.
Devenu, à l'école de Gustave-Adolphe, héros et capitaine, il imita ce
grand modèle, et il ne lui manqua qu'une plus longue vie pour
l'atteindre, sinon pour le surpasser. A la bravoure du soldat, il
réunissait le froid et tranquille coup d'oeil du général; à
l'inébranlable courage de l'âge viril, la prompte résolution de la
jeunesse; à l'ardeur impétueuse du guerrier, la dignité du prince, la
modération du sage et la probité de l'homme d'honneur. Ne se laissant
abattre par aucun revers, il se relevait soudain plein de force après le
plus rude coup; nul obstacle ne pouvait arrêter son audace, nul échec
ne domptait son invincible courage. Son esprit poursuivait un but élevé,
peut-être inaccessible; mais la sagesse a pour les hommes de sa trempe
d'autres lois que celles que nous appliquons d'ordinaire pour juger la
multitude. Capable de faire de plus grandes choses que les autres, il
pouvait aussi former des desseins plus hardis. Bernard de Weimar se
présente dans l'histoire moderne comme un beau modèle de ces temps
énergiques où la grandeur personnelle pouvait encore quelque chose, où
la vaillance conquérait des États, où l'héroïsme élevait jusqu'au trône
un chevalier allemand.

La meilleure portion de l'héritage du duc était son armée, qu'il légua,
avec l'Alsace, à son frère Guillaume. Mais cette armée, la Suède et la
France croyaient avoir sur elle des droits fondés: la Suède, parce qu'on
l'avait levée au nom de cette couronne, qui avait reçu ses serments; la
France, parce qu'elle l'avait entretenue de son argent. Le
prince-électeur du Palatinat s'efforça aussi de s'en emparer, pour
l'employer à reconquérir ses États, et il chercha, d'abord par ses
agents, et enfin en personne, à la mettre dans ses intérêts. Il se fit
même du côté de l'empereur une tentative pour la gagner; et cela ne doit
pas nous surprendre à une époque où ce n'était pas la justice de la
cause, mais seulement le salaire des services rendus, qui était pris en
considération, et où la bravoure, comme toute autre marchandise, était à
vendre au plus offrant. Mais la France, plus puissante et plus résolue,
enchérit sur tous ses concurrents. Elle acheta le général d'Erlach,
commandant de Brisach, et les autres chefs, qui lui livrèrent Brisach
et toute l'armée. Le jeune comte palatin Charles-Louis, qui avait déjà
fait, dans les années précédentes, une campagne malheureuse contre
l'empereur, vit cette fois encore échouer son projet. Au moment de
rendre à la France un si mauvais service, il s'achemina imprudemment par
ce royaume, et il eut la malheureuse idée de déguiser son nom. Le
cardinal, qui redoutait la justice de la cause du comte palatin,
s'accommodait de tout prétexte pour renverser son dessein. Il le fit
donc retenir à Moulins, contre le droit des gens, et ne lui rendit pas
la liberté avant que l'achat des troupes de Weimar fût conclu. Ainsi la
France se vit maîtresse en Allemagne d'une armée nombreuse et bien
exercée, et ce ne fut proprement qu'alors qu'elle commença en son nom la
guerre contre l'empereur.

Mais ce n'était plus Ferdinand II contre qui elle se présentait
maintenant comme ennemi déclaré: la mort l'avait enlevé dès le mois de
février 1637, dans la cinquante-neuvième année de son âge. La guerre,
que sa passion de dominer avait allumée, lui survécut. Pendant son règne
de dix-huit ans, il n'avait jamais posé l'épée; jamais, aussi longtemps
qu'il porta le sceptre, il n'avait goûté le bienfait de la paix. Né avec
les talents du bon souverain, orné de nombreuses vertus qui fondent le
bonheur des peuples, doux et humain par nature, nous le voyons, par une
idée mal entendue des devoirs du monarque, instrument à la fois et
victime de passions étrangères, manquer sa destination bienfaisante;
nous voyons l'ami de la justice dégénérer en oppresseur de l'humanité,
en ennemi de la paix, en fléau de ses peuples. Aimable dans la vie
privée, digne de respect dans son administration, mais mal informé dans
sa politique, il réunit sur sa tête les bénédictions de ses sujets
catholiques et les malédictions du monde protestant. L'histoire présente
d'autres despotes pires que Ferdinand II, et cependant lui seul a allumé
une guerre de trente ans; mais il fallait que l'ambition de ce seul
homme coïncidât, par malheur, justement avec un tel siècle, avec de tels
préparatifs, avec de tels germes de discorde, pour être accompagnée de
suites si fatales. Dans une époque plus paisible, cette étincelle
n'aurait trouvé aucun aliment, et la tranquillité du siècle aurait
étouffé l'ambition de l'homme: mais alors le rayon funeste tomba sur un
monceau de matières combustibles amassées dès longtemps, et l'Europe fut
embrasée.

Ferdinand III, élevé, peu de mois avant la mort de son père, à la
dignité de roi des Romains, hérita de son trône, de ses principes et de
sa guerre. Mais Ferdinand III avait vu de près la détresse des peuples
et la dévastation des provinces; témoin du mal, il avait senti plus
vivement le besoin de la paix. Moins dépendant des jésuites et des
Espagnols, et plus équitable envers les religions différentes de la
sienne, il pouvait, plus facilement que son père, écouter la voix de la
modération. Il l'écouta et donna la paix à l'Europe; mais ce ne fut
qu'après avoir lutté pendant onze années avec l'épée et la plume; ce fut
seulement quand toute résistance devint inutile, et quand l'impérieuse
nécessité lui dicta sa dure loi.

La fortune favorisa le début de son règne, et ses armes furent
victorieuses contre les Suédois. Après avoir remporté, sous le
commandement énergique de Banner, la victoire de Wittstock, ils avaient
accablé la Saxe en y prenant leurs quartiers d'hiver, et ouvert la
campagne de 1637 par le siége de Leipzig. La courageuse résistance de la
garnison et l'approche des troupes électorales et impériales sauvèrent
cette ville. Banner, pour n'être pas séparé de l'Elbe, fut forcé de se
retirer à Torgau; mais la supériorité des Impériaux l'en chassa encore,
et, enveloppé de bandes ennemies, arrêté par des rivières, poursuivi par
la famine, il lui fallut faire vers la Poméranie une retraite
extrêmement dangereuse, dont la hardiesse et l'heureux succès touchent
au roman. Toute l'armée passa l'Oder à un gué près de Fürstenberg, et le
soldat, qui avait de l'eau jusqu'au cou, traîna lui-même les canons,
parce que les chevaux ne voulaient plus tirer. Banner avait compté
trouver, au delà de l'Oder, son lieutenant Wrangel, qui était en
Poméranie, et, avec ce renfort, il voulait faire tête à l'ennemi.
Wrangel ne parut pas, et, à sa place, une armée impériale s'était postée
à Landsberg, pour fermer le chemin aux Suédois fugitifs. Banner reconnut
alors qu'il était tombé dans un piége funeste, d'où il ne pouvait
échapper. Derrière lui, un pays affamé, les Impériaux et l'Oder; à
gauche, l'Oder, qui, gardé par le général impérial Bucheim, ne
permettait pas le passage; en avant, Landsberg, Cüstrin, la Wartha et
une armée ennemie; à droite, la Pologne, à laquelle, malgré la trêve, on
ne pouvait trop se fier: sans un prodige, il se voyait perdu, et déjà
les Impériaux triomphaient de sa ruine inévitable. Le juste ressentiment
de Banner accusait les Français d'être les auteurs de ce revers. Ils
n'avaient pas fait sur le Rhin la diversion promise, et leur inaction
permettait à l'empereur d'employer toutes ses forces contre les Suédois.
«Si nous devons un jour, s'écria le général irrité, en s'adressant au
résident français qui suivait le camp suédois, si nous devons, unis avec
les Allemands, combattre contre la France, nous ne ferons pas tant de
façons pour passer le Rhin.» Mais les reproches étaient alors prodigués
en vain; l'urgence du péril demandait de la résolution et de l'activité.
Pour éloigner, s'il se pouvait, l'ennemi de l'Oder par une fausse
marche, Banner feignit de vouloir s'échapper par la Pologne: il envoya
en avant sur cette route la plus grande partie des bagages, et fit
prendre cette direction à sa femme et à celles des autres officiers.
Aussitôt les Impériaux se portent vers la frontière polonaise, pour lui
fermer le passage; Bucheim lui-même quitte son poste, et l'Oder est
libre. Sans délai, Banner retourne vers ce fleuve dans les ténèbres de
la nuit, et, comme auparavant, près de Fürstenberg, sans ponts, sans
bateaux, il passe avec ses troupes, ses bagages et son artillerie, à un
mille au-dessus de Cüstrin. Il atteignit sans perte la Poméranie, dont
il se partagea la défense avec Herman Wrangel.

Mais les Impériaux, sous les ordres de Gallas, pénètrent, près de
Ribses, dans ce duché, et l'inondent de leurs troupes, supérieures en
nombre. Usedom et Wolgast sont pris d'assaut, Demmin par capitulation,
et les Suédois sont refoulés jusqu'au fond de la Poméranie postérieure.
Alors pourtant il s'agissait plus que jamais de se maintenir dans ce
pays, car le duc Bogisla XIV était mort cette année même, et il
importait au royaume de Suède de faire valoir ses prétentions sur le
duché. Pour empêcher l'électeur de Brandebourg de soutenir ses droits,
fondés sur un pacte de succession réciproque et sur le traité de Prague,
la Suède fait les derniers efforts et appuie ses généraux, de la manière
la plus énergique, avec de l'argent et des soldats. Les affaires des
Suédois prennent aussi un aspect plus favorable dans d'autres parties de
l'Empire, et ils commencent à se relever du profond abaissement où ils
étaient tombés par l'inaction de la France et la défection de leurs
alliés. En effet, après leur retraite précipitée en Poméranie, ils
avaient perdu dans la haute Saxe une place après l'autre; les princes de
Mecklembourg, pressés par les armes impériales, commençaient à se
tourner du côté de l'Autriche, et même le duc Georges de Lunebourg se
déclara contre les Suédois. Ehrenbreitstein, vaincu par la famine,
ouvrait ses portes au général bavarois Jean de Werth, et les Autrichiens
s'emparaient de tous les retranchements élevés sur le Rhin. La France
avait éprouvé des pertes dans sa lutte contre l'Espagne, et le succès ne
répondait pas aux fastueux préparatifs avec lesquels on avait ouvert la
guerre contre cette couronne. Tout ce que les Suédois avaient possédé
dans l'intérieur de l'Allemagne était perdu, et ils ne se maintenaient
plus que dans les principales places de la Poméranie. Une seule campagne
suffit pour les relever de cette chute profonde, et la puissante
diversion que le victorieux Bernard fait aux armes impériales sur les
bords du Rhin amène une prompte révolution dans toute la situation de la
guerre.

Les différends entre la France et la Suède étaient enfin apaisés, et
l'ancien traité entre les deux couronnes avait été confirmé à Hambourg,
avec de nouveaux avantages pour les Suédois. Dans la Hesse, la prudente
landgrave Amélie, après la mort de Guillaume, son époux, se chargea du
gouvernement avec l'approbation des états, et maintint ses droits avec
beaucoup de résolution, malgré l'opposition de l'empereur et de la ligne
de Darmstadt. Déjà dévouée avec zèle, par principe religieux, au parti
suédois-protestant, elle n'attendait qu'une occasion propice pour se
déclarer hautement et activement en sa faveur. Cependant, par une sage
réserve et des négociations adroitement conduites, elle réussit à tenir
l'empereur dans l'inaction jusqu'au moment où elle eut conclu un traité
secret avec la France, et où les victoires de Bernard eurent donné aux
affaires des protestants un tour favorable. Alors elle jeta tout à coup
le masque et renouvela l'ancienne amitié de la Hesse avec la couronne
suédoise. Les triomphes du duc Bernard excitèrent aussi le
prince-électeur du Palatinat à tenter la fortune contre l'ennemi commun.
Avec l'argent de l'Angleterre, il leva des troupes en Hollande, établit
un magasin à Meppen, et se réunit en Westphalie avec les troupes
suédoises. A la vérité, son magasin fut perdu et son armée battue, près
de Flotha, par le comte Hatzfeld; cependant, son entreprise avait occupé
quelque temps l'ennemi et facilité les opérations des Suédois en
d'autres pays. Plusieurs encore de leurs anciens amis reparurent dès que
la fortune se déclara en leur faveur, et ce fut déjà pour eux un assez
grand bénéfice de voir les états de la basse Saxe embrasser la
neutralité.

Favorisé par ces avantages importants, et renforcé par quatorze mille
hommes de troupes fraîches, venues de Suède et de Livonie, Banner
ouvrit, plein de bonnes espérances, la campagne de 1638. Les Impériaux,
qui occupaient la Poméranie antérieure et le Mecklembourg, abandonnèrent
la plupart leurs postes ou accoururent par bandes sous les drapeaux
suédois pour échapper à la famine, leur plus cruel ennemi dans ces
contrées saccagées et appauvries. Les marches et les cantonnements
avaient si affreusement dévasté tout le pays entre l'Elbe et l'Oder, que
Banner, afin de pouvoir pénétrer en Saxe et en Bohême, et de ne pas
mourir de faim sur la route avec toute son armée, prit, de la Poméranie
postérieure, un détour vers la basse Saxe, et n'entra dans la Saxe
électorale que par le territoire d'Halberstadt. Les États de la basse
Saxe, impatients d'être délivrés d'un hôte si famélique, le fournirent
des vivres nécessaires, en sorte qu'il eut à Magdebourg du pain pour son
armée, dans un pays où la famine avait déjà surmonté l'horreur pour la
chair humaine. Il effraya la Saxe par sa venue dévastatrice; mais ce
n'était pas sur cette province épuisée, c'était sur les États
héréditaires de l'empereur que ses vues étaient dirigées. Les victoires
de Bernard élevaient son courage, et les riches provinces de la maison
d'Autriche excitaient son avidité. Après avoir battu près d'Elsterberg
le général impérial de Salis, écrasé près de Chemnitz l'armée saxonne,
et emporté la ville de Pirna, il pénétra en Bohême avec une force
irrésistible, passa l'Elbe, menaça Prague, prit Brandeis et Leutmeritz,
battit le général de Hofkirchen, qui commandait dix régiments, et
répandit la terreur et le ravage dans tout le royaume sans défense. On
faisait sa proie de tout ce qu'on pouvait prendre avec soi, et ce qui ne
pouvait être consommé ou pillé était détruit. Pour emporter d'autant
plus de blé, on séparait les épis de leurs tiges, et l'on gâtait ce
qu'on laissait. Plus de mille châteaux, bourgs et villages furent
réduits en cendres, et l'on en vit souvent jusqu'à cent livrés aux
flammes en une seule nuit. De la Bohême, Banner fit des courses en
Silésie, et même la Moravie et l'Autriche étaient sur le point
d'éprouver sa rapacité. Pour s'y opposer, il fallut qu'Hatzfeld accourût
de Westphalie et Piccolomini des Pays-Bas.

L'archiduc Léopold, frère de l'empereur, reçut le bâton du commandement
pour réparer les fautes de Gallas, son prédécesseur, et relever l'armée
de sa profonde décadence. Le succès justifia ce changement, et la
campagne de 1640 parut prendre une très-fâcheuse tournure pour les
Suédois. En Bohême, ils sont chassés de quartier en quartier, et,
occupés uniquement de mettre leur butin en sûreté, ils se retirent à la
hâte par les montagnes de Misnie. Mais, poursuivis même à travers la
Saxe par l'ennemi qui les presse, et battus près de Plauen, ils sont
forcés de chercher un asile en Thuringe. Devenus en un seul été maîtres
de la campagne, ils retombent aussi promptement dans la plus profonde
faiblesse, pour reprendre encore l'avantage, et passer ainsi
continuellement d'une extrémité à l'autre par de rapides révolutions.
L'armée de Banner, affaiblie, et menacée, dans son camp près d'Erfurt,
d'une ruine totale, se relève tout à coup. Les ducs de Lunebourg
renoncent à la paix de Prague, et amènent à Banner les mêmes troupes
qu'ils avaient fait combattre contre lui peu d'années auparavant. La
Hesse lui envoie des secours, et le duc de Longueville se joint à ses
drapeaux avec l'armée laissée par le duc Bernard. De nouveau supérieur
en forces aux Impériaux, Banner leur offre la bataille près de Saalfeld;
mais leur chef Piccolomini l'évite prudemment, et il a choisi une trop
bonne position pour pouvoir être forcé de combattre. Lorsqu'enfin les
Bavarois se séparent des Impériaux et dirigent leur marche vers la
Franconie, Banner tente une attaque sur ce corps isolé; mais l'habileté
du général bavarois de Mercy et l'approche rapide du gros des forces
autrichiennes font échouer l'entreprise. Les deux armées se rendent
alors dans la Hesse, épuisée, où elles s'enferment, à peu de distance
l'une de l'autre, dans un camp fortifié, jusqu'à ce que la disette et la
rigueur de la saison les chassent enfin de cette contrée appauvrie.
Piccolomini choisit pour ses quartiers d'hiver les bords fertiles du
Wéser; mais, devancé par Banner, il est contraint de les abandonner aux
Suédois et d'imposer sa visite aux évêchés de Franconie.

Vers ce même temps, une diète était rassemblée à Ratisbonne, où l'on
devait entendre les plaintes des états, travailler à la tranquillité de
l'Empire et prononcer sur la guerre et la paix. La présence de
l'empereur, qui présidait le collége des princes, la pluralité des voix
catholiques dans le conseil des électeurs, le nombre supérieur des
évêques et l'absence de plusieurs voix évangéliques firent tourner les
délibérations à l'avantage de l'empereur, et il s'en fallut beaucoup que
dans cette diète l'Empire fût représenté. Les protestants la
considérèrent, avec assez de raison, comme une conjuration de l'Autriche
et de ses créatures contre le parti protestant, et, à leurs yeux, il
pouvait sembler méritoire de troubler cette diète ou de la disperser.

Banner forma ce projet téméraire. La gloire de ses armes avait souffert
dans la dernière retraite de Bohême, et il fallait une action hardie
pour lui rendre son premier éclat. Sans confier son dessein à personne,
il quitta, au plus fort de l'hiver de 1641, ses quartiers de Lunebourg,
aussitôt que les routes et les rivières furent gelées. Accompagné par le
maréchal de Guébriant, qui commandait les troupes de France et de
Weimar, il dirigea sa marche vers le Danube par la Thuringe et le
Voigtland, et parut devant Ratisbonne, avant que la diète pût être
avertie de sa funeste arrivée. La consternation des membres de
l'assemblée ne peut se décrire: dans la première frayeur, tous les
députés se disposaient à la fuite. L'empereur seul déclara qu'il ne
quitterait pas la ville, et il fortifia les autres par son exemple.
Malheureusement pour les Suédois, le temps se radoucit, en sorte que le
Danube dégela et qu'il fut impossible de le passer, soit à pied sec,
soit en bateaux, à cause des énormes glaçons qu'il charriait. Cependant,
pour avoir fait quelque chose, et pour humilier l'orgueil de l'empereur
d'Allemagne, Banner commit l'impolitesse de saluer la ville de cinq
cents coups de canon, qui, du reste, firent peu de mal. Déçu dans cette
entreprise, il résolut de s'enfoncer dans la Bavière et dans la Moravie
sans défense, où un riche butin et des cantonnements plus commodes
attendaient ses troupes dépourvues. Mais rien ne put décider le général
français à le suivre jusque-là. Guébriant craignait que l'intention des
Suédois ne fût d'éloigner toujours plus du Rhin l'armée de Weimar et de
lui couper toute communication avec la France, jusqu'à ce qu'ils
l'eussent entièrement gagnée, ou du moins mise hors d'état de rien
entreprendre par elle-même. Il se sépara donc de Banner pour retourner
vers le Mein, et le général suédois se vit tout à coup menacé par toutes
les forces impériales, qui, rassemblées sans bruit entre Ingolstadt et
Ratisbonne, s'avançaient contre lui. Il s'agissait alors de penser à une
prompte retraite, qui, à la vue d'une armée supérieure en cavalerie, à
travers des fleuves et des forêts, dans un pays qui, au long et au
large, était ennemi, ne semblait guère possible que par un miracle. Il
se retira précipitamment vers le Wald pour se sauver en Saxe par la
Bohême; mais il fut contraint d'abandonner près de Neubourg trois
régiments, qui, postés derrière un mauvais mur, arrêtèrent pendant
quatre jours, par une résistance spartiate, les forces de l'ennemi, en
sorte que Banner put gagner les devants. Il s'échappa par Égra vers
Annaberg. Piccolomini le poursuivit, en prenant un chemin plus court,
par Schlackenwald, et il s'en fallut seulement d'une petite demi-heure
que le général impérial ne le devançât au passage de Priesnitz et ne
détruisit toutes les forces suédoises. Guébriant se réunit de nouveau à
Zwickau avec l'armée de Banner, et ils dirigèrent ensemble leur marche
sur Halberstadt, après avoir essayé inutilement de défendre la Saale et
d'empêcher le passage des Autrichiens.

C'est à Halberstadt que Banner trouva enfin, au mois de mai 1641, le
terme de ses exploits: le seul poison qui le tua fut celui de
l'intempérance et du chagrin. Il avait maintenu avec beaucoup de gloire,
bien qu'avec des succès divers, l'honneur des armes suédoises en
Allemagne, et, par une suite de victoires, il s'était montré digne de
son grand maître dans l'art de la guerre. Il était fécond en projets,
sur lesquels il gardait un secret profond, et qu'il exécutait
rapidement: plein de sang-froid dans le danger, plus grand dans
l'adversité que dans le bonheur, et jamais plus redoutable que lorsqu'on
le croyait sur le penchant de sa ruine. Mais les vertus du héros
s'associaient chez lui à tous les défauts, à tous les vices que la
carrière des armes enfante ou du moins favorise. Aussi impérieux dans le
commerce de la vie qu'à la tête de son armée, rude comme son métier,
orgueilleux comme un conquérant, il n'opprimait pas moins les princes
allemands par son arrogance que leurs provinces par ses exactions. Il se
dédommageait des fatigues de la guerre dans les plaisirs de la table et
dans les bras de la volupté, aux délices de laquelle il se livra avec
excès jusqu'à ce qu'enfin il les expia par une mort prématurée. Mais,
voluptueux comme un Alexandre et un Mahomet II, il se jetait avec la
même facilité des bras de la volupté dans les plus durs travaux de la
guerre, et le général se montrait soudain dans toute sa grandeur, au
moment où l'armée murmurait contre le débauché. Environ quatre-vingt
mille hommes tombèrent dans les nombreuses batailles qu'il livra, et
près de six cents étendards et drapeaux ennemis, qu'il envoya à
Stockholm, attestèrent ses victoires. La perte de ce grand chef ne tarda
pas à être vivement sentie par les Suédois, et l'on craignit de ne
pouvoir le remplacer. L'esprit de révolte et de licence, contenu par
l'autorité prépondérante de ce général redouté, s'éveilla aussitôt qu'il
ne fut plus. Les officiers réclament avec une effrayante unanimité
l'arriéré de leur solde, et aucun des quatre généraux qui se partagent
le commandement après Banner ne possède l'autorité nécessaire pour
satisfaire ces impatients solliciteurs ou leur imposer silence. La
discipline se relâche; la disette croissante, et les lettres de rappel
écrites par l'empereur, diminuent l'armée chaque jour; les troupes de
France et de Weimar montrent peu de zèle; celles de Lunebourg
abandonnent les drapeaux des Suédois, parce que les princes de la maison
de Brunswick, après la mort du duc Georges, font leur accommodement avec
l'empereur; et enfin les Hessois se séparent d'eux aussi pour chercher
en Westphalie de meilleurs cantonnements. L'ennemi profite de ce fâcheux
interrègne, et, quoique battu complétement dans deux actions, il réussit
à faire dans la basse Saxe des progrès considérables.

Enfin parut, avec de l'argent et des troupes fraîches, le nouveau
généralissime suédois. C'était Bernard Torstensohn, élève de
Gustave-Adolphe, et le plus heureux successeur de ce héros, aux côtés
duquel il se trouvait déjà, en qualité de page, pendant la guerre de
Pologne. Perclus de goutte et cloué sur sa litière, il surpassa tous ses
adversaires par la célérité, et ses entreprises avaient des ailes,
tandis que son corps portait la plus affreuse des chaînes. Sous lui, le
théâtre de la guerre change, et de nouvelles maximes règnent, que la
nécessité impose et que le succès justifie. Tous les pays pour lesquels
on s'est battu jusqu'alors sont épuisés, et, tranquille dans ses
provinces les plus reculées, l'Autriche ne sent pas les calamités de la
guerre, sous laquelle gémit et saigne toute l'Allemagne. Torstensohn lui
fait subir le premier cette amère expérience; il rassasie ses Suédois à
la riche table de l'Autriche, et jette la torche incendiaire jusqu'au
trône de l'empereur.

L'ennemi avait remporté en Silésie des avantages considérables sur le
général suédois Stalhantsch, et l'avait repoussé vers la
Nouvelle-Marche. Torstensohn, qui s'était réuni dans le pays de
Lunebourg avec la principale armée suédoise, appela à lui ce général,
et, en 1642, traversant le Brandebourg qui avait commencé, sous le grand
électeur, à observer une neutralité armée, il envahit tout à coup la
Silésie. Glogau est emporté, l'épée à la main, sans approches et sans
brèche; le duc François-Albert de Lauenbourg est battu et tué d'un coup
de feu près de Schweidnitz; cette ville est conquise, comme presque
toute la Silésie en deçà de l'Oder. Alors Torstensohn pénétra, avec une
force irrésistible, jusqu'au fond de la Moravie, où nul ennemi de
l'Autriche n'était encore parvenu; il s'empara d'Olmütz et fit trembler
même la capitale de l'Empire. Cependant, Piccolomini et l'archiduc
Léopold avaient rassemblé des forces supérieures, qui repoussèrent le
conquérant suédois de la Moravie et bientôt même de la Silésie, après
qu'il eut fait une tentative infructueuse sur Brieg. Renforcé par
Wrangel, Torstensohn osa, il est vrai, marcher de nouveau contre un
ennemi plus nombreux, et débloqua Grossglogau; mais il ne put ni amener
l'ennemi à une bataille, ni exécuter ses plans sur la Bohême. Il envahit
alors la Lusace, où il prit Zittau à la vue de l'ennemi, et, après une
courte halte, il dirigea par la Misnie sa marche sur l'Elbe, qu'il passa
près de Torgau. Puis il menaça Leipzig d'un siége et se flatta de
recueillir dans cette ville opulente, épargnée depuis dix ans, une ample
provision de vivres, et de fortes contributions.

Aussitôt les Impériaux, sous Léopold et Piccolomini, accourent par
Dresde pour faire lever le siége, et Torstensohn, pour n'être pas
enfermé entre l'armée et la ville, marche hardiment à leur rencontre en
ordre de bataille. Par un retour surprenant des choses, on se
rencontrait alors de nouveau sur le même terrain que Gustave-Adolphe
avait illustré par une victoire décisive, onze années auparavant, et,
sur ce sol sacré, l'héroïsme des devanciers excitait à une noble lutte
leurs successeurs. Les généraux suédois Stalhantsch et Willenberg se
jettent avec une telle impétuosité sur l'aile gauche des Autrichiens,
qui n'a pas encore achevé de se former, que toute la cavalerie qui la
couvre est culbutée et mise hors d'état de combattre. Mais un sort
pareil menaçait déjà l'aile gauche des Suédois, quand la droite,
victorieuse, vint à son secours, prit l'ennemi à dos et en flanc, et
rompit ses lignes. De part et d'autre, l'infanterie demeura ferme comme
une muraille, et, lorsqu'elle eut épuisé toute sa poudre, elle
combattit à coups de crosse, jusqu'à ce qu'enfin les Impériaux,
enveloppés de toutes parts, furent contraints d'abandonner le champ de
bataille, après un combat de trois heures. Les chefs des deux armées
impériales avaient fait les plus grands efforts pour arrêter leurs
fuyards, et l'archiduc Léopold fut, avec son régiment, le premier à
l'attaque et le dernier à la retraite. Cette sanglante victoire coûta
aux Suédois plus de trois mille hommes, et deux de leurs meilleurs
généraux, Schlangen et Lilienhoek. Du côté des Impériaux, cinq mille
hommes restèrent sur la place, et presque autant furent faits
prisonniers. Toute leur artillerie, qui était de quarante-six canons, la
vaisselle d'argent et la chancellerie de l'archiduc, tous les bagages de
l'armée, tombèrent dans les mains des vainqueurs. Torstensohn, trop
affaibli par sa victoire pour être en état de poursuivre l'ennemi, se
porta devant Leipzig; et l'armée vaincue en Bohême, où les régiments
fugitifs se rallièrent. L'archiduc Léopold ne put maîtriser le chagrin
que lui causait cette défaite, et le régiment de cavalerie qui l'avait
occasionnée par sa prompte fuite éprouva les effets de sa colère. A
Rackonitz, en Bohême, il le déclara infâme en présence des autres
troupes, lui ôta tous ses chevaux, ses armes et ses insignes, fit
déchirer ses étendards, condamner à mort plusieurs officiers et décimer
les soldats.

Leipzig, qui fut conquis trois semaines après la bataille, fut la plus
belle proie du vainqueur. Il fallut que la ville habillât de neuf toute
l'armée suédoise, et se rachetât du pillage par une rançon de trois
tonnes d'or, à laquelle on fit contribuer aussi, en leur imposant des
taxes, les commerçants étrangers qui avaient à Leipzig leurs magasins.
Durant l'hiver, Torstensohn se porta encore sur Freiberg, et brava
pendant plusieurs semaines devant cette ville la rigueur de la
température, se flattant de lasser par sa constance le courage des
assiégés. Mais il ne fit que sacrifier ses troupes, et l'approche de
Piccolomini le contraignit enfin de se retirer avec son armée affaiblie.
Toutefois c'était déjà un gain à ses yeux d'avoir forcé l'ennemi de
renoncer ainsi au repos des quartiers d'hiver, dont il se privait
lui-même volontairement, et de lui avoir fait perdre plus de trois mille
chevaux dans cette pénible campagne d'hiver. Il fit alors un mouvement
sur l'Oder, pour se renforcer des garnisons de Poméranie et de Silésie;
mais il reparut, avec la rapidité de l'éclair, aux frontières de Bohême,
parcourut ce royaume, et débloqua Olmütz, en Moravie, qui était vivement
pressé par les Impériaux. De son camp près de Dobitschau, à deux milles
d'Olmütz, il dominait toute la Moravie; il l'accabla par de pesantes
exactions et fit courir ses bandes jusqu'aux ponts de Vienne. Vainement
l'empereur s'efforça d'armer pour la défense de cette province la
noblesse hongroise: elle allégua ses priviléges et refusa de servir hors
de sa patrie. Pendant cette infructueuse négociation, on perdit le temps
d'opposer à l'ennemi une active résistance, et on laissa toute la
Moravie en proie aux Suédois.

Tandis que Bernard Torstensohn étonnait amis et ennemis par ses marches
et ses victoires, les armées alliées n'étaient pas restées oisives dans
les autres parties de l'Empire. Les Hessois et l'armée de Weimar, sous
le comte d'Eberstein et le maréchal de Guébriant, avaient fait irruption
dans l'archevêché de Cologne, pour y prendre leurs quartiers d'hiver.
L'électeur, pour se défendre de ces hôtes pillards, appela le général
impérial de Hatzfeld, et rassembla ses propres troupes sous le général
Lamboy. Les alliés attaquèrent ce dernier près de Kempen, au mois de
janvier 1642, et le défirent dans une grande bataille, où ils lui
tuèrent deux mille hommes et firent quatre mille prisonniers. Cette
victoire importante leur ouvrit tout l'électorat et les pays voisins, en
sorte que non-seulement ils y établirent et y maintinrent leurs
quartiers, mais qu'ils en tirèrent aussi des renforts considérables en
hommes et en chevaux.

Guébriant laissa les Hessois défendre contre le comte de Hatzfeld leurs
conquêtes sur le bas Rhin, et s'approcha de la Thuringe pour soutenir
les entreprises de Torstensohn en Saxe. Mais, au lieu de réunir ses
forces à celles des Suédois, il revint précipitamment sur le Mein et le
Rhin, dont il s'était déjà éloigné plus qu'il ne devait. Les Bavarois,
sous Mercy et Jean de Werth, l'ayant devancé dans le margraviat de Bade,
il erra, pendant plusieurs semaines, en proie aux rigueurs de la saison,
sans abri, réduit à camper le plus souvent sur la neige, jusqu'à ce
qu'il trouva enfin dans le Brisgau un misérable refuge. Il reparut, il
est vrai, en campagne l'été suivant, et occupa en Souabe l'armée
bavaroise, de sorte qu'elle ne put débloquer Thionville, assiégée par
Condé; mais il fut bientôt refoulé par l'ennemi, supérieur en nombre,
jusqu'en Alsace, où il attendit des renforts.

La mort du cardinal de Richelieu, qui était arrivée au mois de novembre
1642, et le changement de souverain et de ministre qu'avait entraîné la
mort de Louis XIII, au mois de mai 1643, avaient détourné quelque temps
de la guerre d'Allemagne l'attention de la France et ralenti les
opérations militaires. Mais Mazarin, héritier du pouvoir de Richelieu,
de ses maximes et de ses projets, suivit, avec une ardeur nouvelle, le
plan de son prédécesseur, si cher que coûtât aux Français cette grandeur
politique de la France. Richelieu avait employé contre l'Espagne la
principale force des armées: Mazarin la tourna contre l'empereur, et,
par les soins qu'il consacra à la guerre d'Allemagne, il vérifia sa
maxime: que l'armée d'Allemagne était le bras droit de son roi et le
boulevard de la France. Aussitôt après la prise de Thionville, il envoya
au maréchal de Guébriant en Alsace un renfort considérable, et, afin que
ces troupes se soumissent plus volontiers aux fatigues de la guerre
d'Allemagne, il fallut que le célèbre vainqueur de Rocroi, le duc
d'Enghien, depuis prince de Condé, les y conduisit en personne. Alors
Guébriant se sentit assez fort pour reparaître avec honneur en
Allemagne. Il se hâta de repasser le Rhin, pour chercher en Souabe de
meilleurs quartiers d'hiver, et se rendit en effet maître de Rottweil,
où un magasin bavarois tomba dans ses mains. Mais cette place fut payée
plus cher qu'elle ne valait et perdue plus promptement qu'elle n'avait
été conquise. Guébriant reçut au bras une blessure, que la main inhabile
de son chirurgien rendit mortelle, et la grandeur de sa perte fut
manifestée le jour même de sa mort.

L'armée française, sensiblement réduite par cette expédition, entreprise
dans une saison si rigoureuse, s'était retirée, après la prise de
Rottweil, dans le canton de Tuttlingen, où elle se reposait, dans la
plus profonde sécurité, sans prévoir le moins du monde une visite de
l'ennemi. Celui-ci cependant rassembla de grandes forces, pour empêcher
le dangereux établissement des Français sur la rive droite du Rhin et si
près de la Bavière, et pour délivrer ce pays de leurs exactions. Les
Impériaux, conduits par Hatzfeld, se réunissent avec les forces
bavaroises, commandées par Mercy, et le duc de Lorraine lui-même, que,
durant cette guerre, on trouve partout, excepté dans son duché, se joint
avec ses troupes à leurs drapeaux réunis. Le projet est formé de
surprendre à l'improviste les cantonnements des Français à Tuttlingen et
dans les villages voisins: sorte d'expédition très-goûtée dans cette
guerre, et qui, étant toujours et nécessairement mêlée de confusion,
coûtait d'ordinaire plus de sang que les batailles rangées. Ce genre
d'attaque était ici d'autant mieux à sa place, que le soldat français,
qui n'avait pas l'expérience de pareilles entreprises, se faisait de
tout autres idées qu'il n'eût fallu d'un hiver en Allemagne, et se
tenait pour suffisamment garanti contre toute surprise par la rigueur de
la saison. Jean de Werth, passé maître dans cette espèce de guerre, et
qui avait été, depuis quelque temps, échangé contre Gustave Horn,
conduisit l'entreprise, et l'exécuta avec un bonheur au-dessus de toute
espérance.

L'attaque se fit du côté où, à cause des bois et des nombreux défilés,
on pouvait le moins s'y attendre, et une forte neige, qui tombait ce
jour-là (24 novembre 1643), cacha l'approche de l'avant-garde, jusqu'au
moment où elle fit halte, en vue de Tuttlingen. Toute l'artillerie,
laissée hors de la ville, et le château de Honbourg, situé dans le
voisinage, sont pris sans résistance. Tuttlingen est investi tout entier
par l'armée, qui arrive peu à peu, et toute communication avec les
cantonnements ennemis, dispersés dans les villages d'alentour, est sans
bruit et subitement interceptée. Ainsi les Français étaient déjà vaincus
avant qu'on eût tiré un seul coup de canon. La cavalerie dut son salut à
la vitesse de ses chevaux et à quelques minutes d'avance qu'elle eut sur
l'ennemi qui la poursuivait. L'infanterie fut taillée en pièces ou mit
bas les armes volontairement. Environ deux mille hommes restèrent sur la
place; sept mille se rendirent prisonniers avec vingt-cinq officiers de
l'état-major et quatre-vingt-dix capitaines. Ce fut dans toute cette
guerre la seule bataille qui produisit à peu près la même impression sur
le parti perdant et le parti gagnant: l'un et l'autre étaient Allemands,
et les Français s'étaient couverts de honte. Le souvenir de cette
malheureuse journée, laquelle se renouvela à Rossbach un siècle plus
tard, fut, il est vrai, effacé dans la suite par les exploits héroïques
d'un Turenne et d'un Condé; mais on ne pouvait en vouloir aux Allemands
de se dédommager, par une chanson populaire sur la valeur française, des
malheurs que la politique française accumulait sur eux.

Cette défaite des Français aurait pu cependant devenir très-funeste aux
Suédois, toutes les forces de l'empereur s'étant dès lors portées contre
eux, et un nouvel ennemi s'étant ajouté en ce temps-là même à ceux
qu'ils avaient déjà. Au mois de septembre 1643, Torstensohn avait quitté
subitement la Moravie et avait marché sur la Silésie. Personne ne savait
la cause de son départ, et la direction, souvent changée, de sa marche,
contribuait à augmenter l'incertitude. De la Silésie, il s'avança vers
l'Elbe, en faisant divers détours, et les Impériaux le suivirent
jusqu'en Lusace. Il jeta un pont sur l'Elbe près de Torgau, et fit
courir le bruit qu'il allait entrer par la Misnie dans le haut Palatinat
et la Bavière. Près de Barby, il feignit encore de vouloir passer le
fleuve, mais il descendit toujours plus bas le long de l'Elbe, jusqu'à
Havelberg, où il fit savoir à son armée surprise qu'il la menait dans le
Holstein contre les Danois.

Dès longtemps, la partialité que le roi Christian IV laissait paraître
contre les Suédois, dans l'office de médiateur dont il s'était chargé,
la jalousie avec laquelle il travaillait contre le progrès de leurs
armes, les obstacles qu'il opposait dans le Sund à leur navigation, et
les charges qu'il faisait peser sur leur commerce naissant, avaient
excité le mécontentement de la couronne de Suède, et enfin les injures,
devenant toujours plus nombreuses, avaient provoqué sa vengeance. Si
hasardeux qu'il parût être de s'engager dans une nouvelle guerre, tandis
qu'on était presque écrasé sous le poids de l'ancienne au milieu des
victoires mêmes qu'on remportait, la soif de la vengeance et la vieille
haine nationale élevèrent cependant le courage des Suédois au-dessus de
toutes les difficultés, et les embarras mêmes dans lesquels on se voyait
jeté par la guerre en Allemagne furent un motif de plus pour tenter la
fortune contre le Danemark. On avait fini par en venir à une telle
extrémité, qu'on ne poursuivait la guerre que pour procurer aux troupes
du travail et du pain; que l'on se battait presque uniquement pour avoir
les meilleurs quartiers d'hiver, et qu'on estimait plus que le gain
d'une grande bataille d'avoir bien cantonné son armée. Mais presque
toutes les provinces de l'Empire d'Allemagne étaient désolées et
épuisées; on manquait de vivres, de chevaux et d'hommes, et le Holstein
avait de tout cela en abondance. Quand on n'eût gagné rien de plus que
de recruter l'armée dans cette province, de rassasier les chevaux et les
soldats, et de mieux monter la cavalerie, pour un pareil résultat il
valait déjà la peine de risquer l'entreprise. D'ailleurs, au moment de
l'ouverture des conférences de paix, il était avant tout essentiel
d'arrêter la funeste influence du Danemark sur les négociations; de
retarder le plus possible, par la confusion des intérêts, la paix
elle-même, qui ne semblait pas devoir être fort avantageuse pour la
couronne de Suède; et, comme son plus grand intérêt à elle était la
fixation du dédommagement auquel elle croyait avoir droit, il lui
importait d'augmenter le nombre de ses conquêtes, pour obtenir d'autant
plus sûrement la seule qu'elle désirât conserver. Le mauvais état où se
trouvait le Danemark justifiait encore de plus grandes espérances,
pourvu qu'on exécutât l'entreprise promptement et sans bruit. Or, le
secret fut si bien gardé à Stockholm, que les ministres danois n'en
eurent aucun soupçon; ni la France ni la Hollande n'en reçurent la
confidence. La guerre même fut la déclaration de guerre, et Torstensohn
était dans le Holstein avant qu'on pressentit une hostilité. Sans être
arrêtées par aucune résistance, les troupes suédoises inondent ce duché
et s'emparent de toutes les places fortes, excepté Rensbourg et
Glückstadt. Une autre armée pénètre dans la Scanie, qui ne se défend pas
avec plus de succès, et la saison orageuse empêche seule les chefs de
passer le petit Belt et de porter la guerre jusqu'en Fionie et en
Seeland. La flotte danoise est battue près de Femern, et Christian
lui-même, qui s'y trouvait, perd l'oeil droit, frappé d'un éclat de
bois. Séparé par une grande distance des forces de l'empereur, son
allié, ce monarque est sur le point de voir son royaume entier envahi
par les forces suédoises. Tout semblait très-sérieusement annoncer
l'accomplissement de la prédiction que l'on se racontait du fameux Tycho
Brahé: qu'en 1644, Christian IV serait forcé de s'exiler de son royaume
un bâton à la main.

Mais l'empereur ne pouvait voir avec indifférence le Danemark livré en
proie aux Suédois, et la conquête de ce royaume augmenter leur
puissance. Quelque grandes que fussent les difficultés qui s'opposaient
à une si longue marche à travers des pays tout affamés, il ne tarda
point cependant à faire marcher vers le Holstein, avec une armée, le
comte de Gallas, à qui l'on avait de nouveau confié le commandement
général des troupes après la retraite de Piccolomini. Gallas parut en
effet dans ce duché, s'empara de Kiel, et se flatta, après sa jonction
avec les Danois, d'enfermer dans le Jutland l'armée suédoise. Dans le
même temps, les Hessois et le général suédois Koenigsmark étaient
occupés par Hatzfeld et par l'archevêque de Brême, fils de Christian IV;
et Koenigsmark était attiré en Saxe par une attaque sur la Misnie. Mais
Torstensohn, avec son armée, qui venait de recevoir des renforts,
marcha, par le défilé inoccupé entre Schleswig et Stapelholm, à la
rencontre de Gallas, et le poussa, en remontant le cours de l'Elbe,
jusqu'à Bernbourg, où les Impériaux s'établirent dans un camp retranché.
Torstensohn passa la Saale et occupa une position telle, qu'il prenait à
dos les ennemis et les séparait de la Saxe et de la Bohême. Alors la
famine commença à ravager leur camp et fit périr la plus grande partie
de l'armée. La retraite sur Magdebourg n'améliora point cette situation
désespérée. La cavalerie, qui essayait de s'échapper par la Silésie, fut
atteinte et dispersée par Torstensohn près de Jüterbock; le reste de
l'armée, après avoir vainement essayé de s'ouvrir un passage l'épée à la
main, fut presque entièrement détruit près de Magdebourg. De ses grandes
forces, Gallas ne recueillit que quelques mille hommes et la réputation
d'être le premier général du monde pour perdre une armée. Après cette
malheureuse tentative pour sa délivrance, le roi de Danemark rechercha
la paix, et l'obtint à Bremseboor, en 1645, sous de dures conditions.

Torstensohn poursuivit sa victoire. Tandis qu'un de ses lieutenants,
Axel Lilienstern, inquiétait la Saxe électorale, et que Koenigsmark
soumettait tout le territoire de Brême, il pénétra lui-même en Bohême, à
la tête de seize mille hommes, avec quatre-vingts pièces de canon, et
chercha de nouveau à transporter la guerre dans les États héréditaires
d'Autriche. A cette nouvelle, Ferdinand accourut lui-même à Prague pour
enflammer par sa présence le courage de ses troupes, et pouvoir, avec
plus de promptitude et d'énergie, exercer son influence dans le
voisinage même du théâtre de la guerre, vu qu'il lui manquait un habile
général et qu'il n'y avait point d'harmonie entre les nombreux
commandants. Sur son ordre, Hatzfeld rassembla toutes les forces de
l'Autriche et de la Bavière; puis, contre son avis et sa volonté, le 24
février 1645, il opposa, près de Jankau ou Jankowitz, la dernière armée
de l'empereur, le dernier boulevard de ses États, à l'ennemi qui
s'avançait. Ferdinand se reposait sur sa cavalerie, qui comptait trois
mille chevaux de plus que celle de l'ennemi, et sur la promesse de la
Vierge Marie, qui lui était apparue en songe et avait annoncé une
victoire certaine.

La supériorité des Impériaux n'effraya point Torstensohn, qui n'avait
pas coutume de compter ses ennemis. Dès la première attaque, l'aile
gauche, que Goetz, général de la Ligue, avait engagée dans une position
très-désavantageuse, entre des étangs et des bois, fut mise dans un
désordre complet; le chef lui-même périt avec la plus grande partie de
ses troupes, et presque toutes les munitions de l'armée furent prises.
Ce début malheureux décida du sort de toute la bataille. Les Suédois, se
poussant toujours en avant, s'emparèrent des hauteurs principales, et,
après un sanglant combat de huit heures, après une charge furieuse de la
cavalerie impériale, et la plus courageuse résistance de l'infanterie,
ils furent maître du champ de bataille. Deux mille Autrichiens
restèrent sur la place, et Hatzfeld lui-même fut contraint de se rendre
prisonnier avec trois mille hommes. Ainsi furent perdus, dans le même
jour, le meilleur général et la dernière armée de l'empereur.

Cette victoire décisive de Jankowitz ouvrait tout d'un coup à l'ennemi
toutes les provinces autrichiennes. Ferdinand s'enfuit à Vienne
précipitamment pour veiller à la défense de cette ville et mettre en
sûreté sa personne, ses trésors et sa famille. Les Suédois victorieux ne
tardèrent pas longtemps à se répandre comme un déluge dans la Moravie et
l'Autriche. Après avoir conquis presque toute la Moravie, investi Brünn,
occupé tous les châteaux et les villes fortes jusqu'au Danube, et
emporté même la redoute élevée au Pont-du-Loup, non loin de Vienne, ils
paraissent enfin à la vue de cette capitale; et le soin avec lequel ils
fortifient les places conquises ne semble pas annoncer une courte
visite. Après un long et funeste détour à travers toutes les provinces
de l'Empire d'Allemagne, le torrent de la guerre se replie enfin vers sa
source, et le tonnerre de l'artillerie suédoise rappelle aux habitants
de Vienne ces boulets que les rebelles bohêmes lancèrent vingt-sept
années auparavant dans le palais impérial. Le même théâtre ramène aussi
les mêmes instruments d'attaque. Comme les rebelles de Bohême avaient
appelé à leur secours Bethlen Gabor, Torstensohn appelle son successeur
Ragotzy. Celui-ci a déjà inondé de ses troupes la haute Hongrie, et l'on
craint d'un jour à l'autre sa réunion avec les Suédois. Jean-Georges de
Saxe, poussé à bout par les cantonnements de ces derniers dans son pays,
laissé sans secours par l'empereur, qui, après la bataille de
Jankowitz, n'est pas en état de se défendre lui-même, recourt enfin au
suprême et unique moyen de salut, celui de conclure avec les Suédois une
trêve, qui est prolongée d'année en année jusqu'à la paix générale.
L'empereur perd un ami dans le temps où un nouvel ennemi se lève contre
lui aux portes de son empire, quand ses armées se fondent, quand ses
alliés sont battus aux autres extrémités de l'Allemagne. Car l'armée
française avait aussi effacé par une brillante campagne la honte de la
défaite de Tuttlingen, et occupé sur le Rhin et en Souabe toutes les
forces de la Bavière. Renforcée de nouvelles troupes, que le grand
Turenne, déjà illustré par ses victoires en Italie, avait amenées de
France au duc d'Enghien, elle parut, le 3 août 1644, devant Fribourg,
que Mercy avait pris peu auparavant, et qu'il couvrait avec toute son
armée, parfaitement retranchée. L'impétuosité de la valeur française
échoua, il est vrai, contre la fermeté des Bavarois, et le duc d'Enghien
dut se résoudre à la retraite, après avoir sacrifié inutilement près de
six mille des siens. Mazarin versa des larmes sur cette grande perte,
mais le dur Condé, qui n'était sensible qu'à la gloire, n'en prit aucun
souci. «Une seule nuit de Paris, l'entendit-on dire, donne la vie à plus
d'hommes que cette action n'en a tué.» Cependant cette bataille
meurtrière avait tellement affaibli les Bavarois, que, bien loin de
pouvoir délivrer l'Autriche accablée, ils ne purent même défendre la
rive du Rhin. Spire, Worms, Mannheim se rendent; la forteresse de
Philippsbourg est prise par famine, et Mayence même se hâte de désarmer
le vainqueur par une prompte soumission.

Ce qui avait défendu l'Autriche et la Moravie contre les Bohêmes au
commencement de la guerre les défendit cette fois encore contre
Torstensohn. Ragotzy s'était avancé, il est vrai, jusqu'au Danube, dans
le voisinage du camp suédois, avec ses troupes, au nombre de vingt-cinq
mille hommes; mais ces bandes farouches et indisciplinées ne firent que
dévaster le pays et augmenter la disette dans le camp des Suédois, au
lieu de seconder par une activité bien dirigée les entreprises de
Torstensohn. Le motif qui faisait entrer Ragotzy en campagne, comme
auparavant Bethlen Gabor, c'était d'arracher un tribut à l'empereur, à
ses sujets leur argent et leur bien; et l'un et l'autre chef s'en
retournaient chez eux aussitôt qu'ils avaient atteint ce but. Ferdinand
accorda au barbare, pour se débarrasser de lui, ce qu'il demandait, et,
par un léger sacrifice, délivra ses États de ce redoutable ennemi.

Cependant, l'armée principale des Suédois s'était extrêmement affaiblie
par un long campement devant Brünn. Torstensohn, qui la commandait
lui-même, épuisa vainement, pendant quatre mois, tout son talent dans
l'art des siéges; la résistance répondit à l'attaque, et le désespoir
exalta le courage du commandant de Souches, transfuge suédois, qui
n'avait aucun pardon à attendre. La violence des épidémies, que la
disette, la malpropreté et l'usage des fruits non mûrs engendrèrent dans
le camp suédois, empesté par le long séjour des troupes, et d'autre part
la soudaine retraite des Transylvains, contraignirent enfin Torstensohn
de lever le siége. Comme tous les passages du Danube se trouvaient
occupés, que d'ailleurs son armée était déjà très-réduite par les
maladies et la disette, il renonça à son entreprise sur l'Autriche et la
Moravie, se contenta, pour garder une clef de ces deux provinces, de
laisser des garnisons suédoises dans les châteaux qu'il avait pris, et
se mit en marche pour la Bohême, où les Impériaux le suivirent sous la
conduite de l'archiduc Léopold. Celles des places perdues que ce prince
n'avait pas recouvrées furent, après son départ, emportées par le
général impérial Bucheim, en sorte que, l'année suivante, la frontière
autrichienne fut de nouveau complétement purgée d'ennemis, et que la
tremblante capitale en fut quitte pour la peur. Même en Bohême et en
Silésie, les Suédois ne se soutinrent qu'avec des succès très-variés, et
ils parcoururent ces deux pays sans pouvoir s'y maintenir. Mais, quoique
le succès de l'entreprise de Torstensohn ne répondit pas entièrement à
ce que promettait son brillant début, elle eut cependant pour le parti
suédois les suites les plus décisives. Par elle, le Danemark fut forcé à
la paix, la Saxe à la suspension d'armes; l'empereur montra plus de
condescendance dans le congrès; la France devint plus prévenante, et les
Suédois eux-mêmes plus confiants et plus hardis dans leurs rapports avec
ces diverses couronnes. Après s'être acquitté d'une manière si éclatante
de son grand devoir, celui à qui l'on devait ces avantages se retira,
couronné de lauriers, dans le silence de la vie privée, pour chercher du
soulagement aux souffrances que lui causait sa maladie.

Après la retraite de Torstensohn, l'empereur se voyait, à la vérité,
garanti d'une invasion ennemie du côté de la Bohême, mais un nouveau
danger s'approcha bientôt des frontières autrichiennes par la Souabe et
la Bavière. Turenne, qui s'était séparé de Condé, pour se tourner vers
la Souabe, avait été complétement battu par Mercy, en 1645, non loin de
Mergentheim, et les Bavarois vainqueurs pénétrèrent dans la Hesse sous
leur vaillant général; mais le duc d'Enghien accourut aussitôt d'Alsace
avec un secours considérable, Koenigsmark de Moravie, et les Hessois du
Rhin, afin de renforcer l'armée battue, et les Bavarois furent repoussés
jusqu'aux extrémités de la Souabe. Ils s'arrêtèrent enfin près du
village d'Allersheim, non loin de Noerdlingen, pour défendre la
frontière de la Bavière. Mais l'impétueux courage du duc d'Enghien ne se
laissa effrayer par aucun obstacle. Il conduisit ses troupes contre les
retranchements de l'ennemi, et il se livra une grande bataille, que
l'héroïque résistance des Bavarois rendit acharnée et meurtrière entre
toutes, et que la mort de l'excellent général Mercy, le sang-froid de
Turenne et l'inébranlable fermeté des Hessois décidèrent à l'avantage
des alliés. Mais ce second sacrifice barbare de sang humain eut peu
d'influence sur la marche de la guerre et les négociations de paix.
L'armée française, affaiblie par cette sanglante victoire, fut réduite
plus encore par le départ des Hessois, et Léopold amena aux Bavarois des
auxiliaires impériaux, en sorte que Turenne fut forcé de se replier en
grande hâte vers le Rhin.

La retraite des Français permit à l'ennemi de tourner alors toutes ses
forces vers la Bohême, contre les Suédois. Gustave Wrangel, qui n'était
point un indigne successeur de Banner et de Torstensohn, avait obtenu,
en 1646, le commandement général des troupes suédoises, qui, outre le
corps de troupes légères de Koenigsmark et les nombreuses garnisons
répandues dans l'Empire, comptaient encore environ huit mille chevaux et
quinze mille fantassins. Après que l'archiduc Léopold eut renforcé de
douze régiments bavarois de cavalerie et de dix-huit d'infanterie son
armée, qui se montait déjà à vingt-quatre mille hommes, il marcha contre
Wrangel, et il espérait l'écraser par la supériorité de ses forces,
avant que Koenigsmark se joignit à lui, ou que les Français fissent une
diversion. Mais Wrangel ne l'attendit pas, et courut par la haute Saxe
vers le Wéser, où il prit Hoexter et Paderborn. De là il se dirigea vers
la Hesse pour opérer sa jonction avec Turenne, et appela à lui, dans son
camp de Wetzlar, la troupe légère de Koenigsmark. Mais Turenne, enchaîné
par les ordres de Mazarin, qui n'était pas fâché de voir mettre des
bornes aux succès guerriers et à l'orgueil toujours croissant de la
Suède, s'excusa sur la nécessité plus pressante de défendre les
frontières néerlandaises du royaume de France, parce que les Hollandais
avaient négligé cette année de faire la diversion promise. Mais, comme
Wrangel continuait d'insister avec force sur sa juste demande, comme une
plus longue résistance pouvait éveiller des soupçons chez les Suédois,
peut-être même les disposer à une paix particulière avec l'Autriche,
Turenne obtint enfin la permission désirée de renforcer l'armée
suédoise.

La jonction s'opéra près de Giessen, et alors on se sentit assez fort
pour tenir tête à l'ennemi. Celui-ci avait poursuivi les Suédois jusque
dans la Hesse, où il voulait leur couper les vivres et empêcher leur
réunion avec Turenne. Ce double projet échoua, et les Impériaux se
virent alors eux-mêmes séparés du Mein, et, après la perte de leurs
magasins, exposés à la plus grande disette. Wrangel profita de leur
faiblesse pour exécuter une entreprise qui devait donner à la guerre une
tout autre face. Il avait, lui aussi, adopté la maxime de son
prédécesseur, de porter la guerre dans les États autrichiens; mais,
découragé par le mauvais succès de Torstensohn, il espérait atteindre
plus sûrement et plus efficacement le même but par un autre chemin. Il
résolut de suivre le cours du Danube et de pénétrer à travers la Bavière
jusqu'aux frontières autrichiennes. Gustave-Adolphe avait déjà formé un
plan semblable, mais il n'avait pu le mettre à exécution, parce que, au
milieu de sa carrière victorieuse, l'armée de Wallenstein et le danger
de la Saxe l'avaient trop tôt appelé ailleurs. Le duc Bernard avait
marché sur ses traces, et, plus heureux que Gustave-Adolphe, il avait
déjà déployé entre l'Isar et l'Inn ses étendards triomphants; mais, lui
aussi, il s'était vu forcé par le nombre et la proximité des armées
ennemies de s'arrêter dans sa course héroïque et de ramener ses troupes.
Ce qui n'avait pas réussi à ces deux guerriers, Wrangel espérait
d'autant plus l'accomplir alors heureusement, que les troupes impériales
et bavaroises étaient loin derrière lui sur la Lahn, et ne pouvaient
arriver en Bavière qu'après une très-longue marche à travers la
Franconie et le haut Palatinat. Il se porta rapidement sur le Danube,
battit un corps bavarois près de Donawert, et passa ce fleuve, puis le
Lech, sans résistance. Mais, par le siége infructueux d'Augsbourg, il
donna aux Impériaux le temps de délivrer cette ville et de le repousser
lui-même jusqu'à Lauingen. Lorsqu'ensuite ils eurent de nouveau tourné
vers la Souabe pour éloigner la guerre des frontières bavaroises, il
saisit l'occasion de passer le Lech, qui n'était plus gardé, et dont
lui-même alors il barra le passage aux Impériaux. Et maintenant la
Bavière était ouverte et sans défense devant lui: Français et Suédois
l'inondèrent comme un flot impétueux, et le soldat se dédommagea, par
les plus horribles violences, les brigandages et les extorsions, des
dangers qu'il avait courus. L'arrivée des troupes impériales et
bavaroises, qui exécutèrent enfin près de Thierhaupten le passage du
Lech, ne fit qu'augmenter la détresse du pays, que pillèrent sans
distinction les amis et les ennemis.

Alors enfin, alors chancela, pour la première fois dans le cours de
cette guerre, le ferme courage de Maximilien, qui, pendant vingt-huit
ans, était resté inébranlable au milieu des plus dures épreuves.
Ferdinand II, son compagnon d'études à Ingolstadt et l'ami de sa
jeunesse, n'était plus; à la mort de cet ami et de ce bienfaiteur
s'était rompu un des plus forts liens qui avaient attaché l'électeur à
l'intérêt de l'Autriche. L'habitude, l'inclination et la reconnaissance
l'avaient enchaîné au père; le fils était étranger à son coeur, et la
raison d'État pouvait seule le maintenir dans la fidélité envers ce
prince.

Et ce fut précisément cette raison d'État que la politique française fit
agir alors pour le détacher de l'alliance autrichienne et le déterminer
à poser les armes. Ce n'était pas sans un grave motif que Mazarin avait
imposé silence à la jalousie que lui inspirait la puissance croissante
de la Suède et avait permis aux troupes françaises d'accompagner les
Suédois en Bavière. Il fallait que la Bavière éprouvât toutes les
horreurs de la guerre, afin que la nécessité et le désespoir
surmontassent enfin la fermeté de Maximilien, et que l'empereur perdît
le premier et le dernier de ses alliés. Le Brandebourg, sous son grand
électeur, avait volontairement embrassé la neutralité; la Saxe y avait
eu recours par contrainte; la guerre avec la France interdisait aux
Espagnols toute participation à celle d'Allemagne; la paix conclue avec
la Suède avait écarté le Danemark du théâtre de la guerre; un long
armistice avait désarmé la Pologne. Si l'on parvenait encore à détacher
l'électeur de Bavière de l'alliance autrichienne, l'empereur n'avait
plus, dans toute l'Allemagne, un seul défenseur, et il se voyait livré
sans appui à la merci des deux couronnes.

Ferdinand III reconnut le danger qui le menaçait et ne négligea rien
pour le détourner. Mais on avait inculqué à l'électeur de Bavière la
fâcheuse opinion que les seuls Espagnols étaient opposés à la paix, que
leur influence portait seule l'empereur à se déclarer contre la
suspension d'armes; or, Maximilien haïssait les Espagnols et ne leur
avait jamais pardonné de lui avoir été contraires lorsqu'il briguait
l'électorat palatin. Et maintenant on voulait que, pour complaire à
cette puissance ennemie, il vit son peuple sacrifié, ses provinces
ravagées, qu'il se perdit lui-même, lorsqu'il pouvait par une suspension
d'armes se délivrer de tous ses tourments, procurer à son peuple le
repos qui lui était si nécessaire, et hâter peut-être en même temps par
ce moyen la paix générale? Tous ses scrupules s'évanouirent, et,
persuadé de la nécessité d'un armistice, il crut satisfaire à ses
devoirs envers l'empereur en le faisant participer, lui aussi, au
bienfait de cet accord.

Les députés des trois couronnes et de la Bavière se réunirent à Ulm,
pour régler les conditions de l'armistice. Au reste, il parut bientôt
par les instructions des envoyés autrichiens que l'empereur n'avait pas
député au congrès pour avancer la conclusion de la suspension d'armes,
mais plutôt pour la retarder. Il s'agissait d'y faire accéder les
Suédois, qui avaient alors l'avantage et qui avaient plus à espérer qu'à
craindre de la continuation de la guerre, et il fallait ne pas leur
rendre l'armistice onéreux par de dures conditions. Après tout, ils
étaient vainqueurs, et pourtant l'empereur prétendait leur dicter des
lois. Aussi, peu s'en fallut que, dans le premier mouvement de colère,
leurs envoyés ne quittassent le congrès, et, pour les retenir, il fallut
que les Français en vinssent aux menaces.

La bonne volonté de l'électeur de Bavière, pour comprendre l'empereur
dans la trêve, ayant ainsi échoué, il se crut dès lors autorisé à
travailler pour lui-même. Si élevé que fût le prix auquel on lui faisait
acheter l'armistice, il n'hésita pas longtemps à l'accepter. Il permit
aux Suédois d'étendre leurs cantonnements en Souabe et en Franconie, et
consentit à restreindre les siens à la Bavière et aux pays palatins.
Cologne et Hesse-Cassel furent compris dans l'armistice. Ce qu'il avait
conquis en Souabe, il lui fallut le céder aux alliés, qui, de leur côté,
lui rendirent ce qu'ils occupaient en Bavière. Après la conclusion de ce
traité, le 14 mars 1647, les Français et les Suédois évacuèrent la
Bavière, et choisirent, pour ne pas se gêner les uns les autres, des
quartiers différents: les Français dans le duché de Wurtemberg, les
Suédois dans la haute Souabe, près du lac de Constance. A l'extrémité
septentrionale de ce lac et à la pointe la plus méridionale de la
Souabe, la ville autrichienne de Brégenz, avec son défilé étroit et
escarpé, défiait toutes les attaques, et tous les habitants du voisinage
avaient retiré dans cette forteresse naturelle leur avoir et leurs
personnes. Le riche butin que faisait espérer cet amas de biens et
l'avantage de posséder un passage menant dans le Tyrol, en Suisse et en
Italie, excitèrent le général suédois à risquer une attaque sur ce
défilé réputé inexpugnable et sur la ville elle-même. Sa double
tentative lui réussit, malgré la résistance des paysans, qui, au nombre
de six mille, s'efforcèrent de défendre le passage. Sur ces entrefaites,
Turenne, conformément à la convention, s'était dirigé vers le
Wurtemberg, d'où il contraignit par la force de ses armes le landgrave
de Darmstadt et l'électeur de Mayence d'embrasser la neutralité, à
l'exemple de la Bavière.

Alors enfin parut être atteint le grand but de la politique française,
de livrer sans défense aux armes unies des deux couronnes l'empereur
dépouillé de tout secours de la Ligue et de ses alliés protestants, et
de lui dicter la paix l'épée à la main. Une armée de douze mille hommes,
au plus, était tout ce qui lui restait de sa formidable puissance, et,
la guerre lui ayant enlevé tous ses bons généraux, il fallut qu'il mît à
la tête de cette armée un calviniste, transfuge hessois, Mélander. Mais,
comme cette guerre présenta fréquemment les plus surprenantes
vicissitudes, et déjoua souvent, par des incidents imprévus, tous les
calculs de la politique, cette fois encore l'attente fut trompée par
l'événement, et la puissance de l'Autriche, qui était tombée si bas, se
releva de nouveau, après une courte crise, jusqu'à prendre une menaçante
supériorité. La jalousie de la France envers les Suédois ne lui
permettait pas de détruire l'empereur et d'élever ainsi la Suède, en
Allemagne, à un degré de puissance qui pouvait à la fin devenir fatal à
la France elle-même. La situation désespérée de l'Autriche ne fut donc
pas mise à profit par le ministre français; l'armée de Turenne fut
séparée de Wrangel et appelée aux frontières des Pays-Bas. A la vérité,
Wrangel, après avoir marché de Souabe en Franconie, pris Schweinfurt, et
incorporé dans son armée la garnison impériale de cette place, essaya de
pénétrer à lui seul en Bohême et assiégea Égra, la clef de ce royaume.
Pour délivrer cette place forte, l'empereur fit marcher sa dernière
armée, dans laquelle il parut en personne. Mais un grand détour que
cette armée fut forcée de faire pour ne pas traverser les domaines du
président du conseil de guerre Schlick retarda sa marche, et, avant
qu'elle fût arrivée, Égra était perdu. Les deux armées s'approchèrent
alors l'une de l'autre, et plus d'une fois on s'attendit à une bataille
décisive, parce que la disette était pressante des deux côtés, que les
Impériaux avaient la supériorité du nombre et que les deux camps et les
fronts de bataille ne furent souvent séparés que par les ouvrages élevés
entre eux. Mais les Impériaux se contentèrent de côtoyer l'ennemi, et
s'efforcèrent de le fatiguer par de petites attaques, par la faim et par
de pénibles marches, jusqu'au moment où les négociations ouvertes avec
la Bavière auraient atteint le but souhaité.

La neutralité de la Bavière était une blessure dont la cour impériale ne
pouvait prendre son parti, et, après avoir inutilement essayé d'y mettre
obstacle, elle avait résolu d'en tirer le seul avantage possible.
Beaucoup d'officiers de l'armée bavaroise étaient indignés de cette
conduite de leur maître, par laquelle ils étaient tout à coup réduits à
l'inaction et qui imposait une chaîne importune à leur goût pour
l'indépendance. Le brave Jean de Werth lui-même était à la tête des
mécontents, et, encouragé par Ferdinand, il forma le complot de détacher
de l'électeur toute l'armée bavaroise et de la conduire à l'empereur.
Ferdinand ne rougit pas de favoriser secrètement cette trahison contre
le plus fidèle allié de son père. Il fit adresser aux troupes
électorales des lettres formelles de rappel, où il les faisait souvenir
qu'elles étaient des troupes de l'Empire que l'électeur n'avait
commandées qu'au nom de l'empereur. Heureusement, Maximilien découvrit
assez tôt cette trame criminelle pour en prévenir l'exécution par de
promptes et sages mesures.

L'indigne conduite de l'empereur l'avait autorisé à des représailles;
mais Maximilien était un trop vieux politique pour écouter la passion
quand la prudence seule devait parler. Il n'avait pas retiré de
l'armistice les avantages qu'il s'en était promis. Bien loin de
contribuer à l'accélération de la paix générale, cet armistice
particulier avait plutôt donné aux négociations de Münster et
d'Osnabrück une fâcheuse tournure et rendu les alliés plus hardis dans
leurs prétentions. Les Français et les Suédois avaient été éloignés de
la Bavière; mais, par la perte de ses cantonnements dans le cercle de
Souabe, Maximilien se voyait maintenant réduit lui-même à épuiser avec
ses troupes son propre pays, s'il ne voulait se résoudre à les licencier
tout à fait, et à déposer imprudemment glaive et bouclier dans un temps
où régnait seul le droit du plus fort. Plutôt que de choisir un de ces
deux maux certains, il prit le parti d'en affronter un troisième, qui du
moins était encore douteux: c'était de dénoncer l'armistice et de
reprendre les armes.

Sa résolution et les prompts secours qu'il envoya en Bohême à l'empereur
menaçaient les Suédois des conséquences les plus funestes, et Wrangel
fut forcé de se retirer précipitamment de Bohême. Il se porta par la
Thuringe vers la Westphalie et le Lunebourg, pour se joindre à l'armée
française, commandée par Turenne, et l'armée impériale et bavaroise, qui
avait pour chefs Mélander et Gronsfeld, le suivit jusqu'au Wéser. Sa
perte était inévitable, si l'ennemi l'atteignait avant sa jonction avec
Turenne; mais ce qui avait sauvé auparavant l'empereur préserva
maintenant les Suédois. Au milieu de la fureur de la lutte, une froide
prudence dirigeait le cours de la guerre, et la vigilance des cours
augmentait à mesure que la paix approchait davantage. L'électeur de
Bavière ne devait pas permettre que la prépondérance des forces penchât
d'une manière si décisive du côté de l'empereur, et que, par cette
révolution soudaine, la paix fût retardée. Si près de la conclusion des
traités, tout changement partiel de fortune était d'une extrême
importance, et la rupture de l'équilibre entre les couronnes
contractantes pouvait détruire tout d'un coup l'ouvrage de plusieurs
années, le fruit précieux des plus difficiles négociations, et ajourner
le repos de toute l'Europe. La France tenait dans des chaînes salutaires
ses alliés les Suédois, et leur mesurait ses secours dans la proportion
de leurs avantages et de leurs pertes: l'électeur de Bavière entreprit
en silence de suivre la même conduite avec l'empereur son allié, et, en
lui mesurant sagement son appui, il chercha à rester maître de la
grandeur de l'Autriche. Maintenant la puissance de l'empereur menace de
s'élever tout à coup à une hauteur dangereuse, et Maximilien cesse
incontinent de poursuivre l'armée suédoise. Il craignait aussi les
représailles de la France, qui avait déjà menacé d'envoyer contre lui
les forces de Turenne, s'il permettait à ses troupes de passer le Wéser.

Mélander, empêché par les Bavarois de poursuivre Wrangel plus loin, se
tourne par Iéna et Erfurt contre la Hesse, et se montre maintenant comme
un ennemi redoutable dans le même pays qu'il avait auparavant défendu.
Si ce fut réellement un désir de vengeance contre son ancienne
souveraine qui le poussa à choisir la Hesse pour théâtre de ses
dévastations, il satisfit cette envie de la manière la plus horrible.
La Hesse saigna sous le fléau, et la détresse de ce pays, si durement
maltraité, fut portée par lui jusques au comble. Mais Mélander eut
bientôt sujet de regretter de s'être laissé conduire par le ressentiment
plutôt que par la prudence dans le choix des quartiers d'hiver. Dans la
Hesse appauvrie, la plus affreuse disette accabla son armée, tandis que
Wrangel rassemblait de nouvelles forces dans le Lunebourg et remontait
ses régiments. Beaucoup trop faible pour défendre ses mauvais
cantonnements, quand le général suédois ouvrit la campagne dans l'hiver
de 1648 et marcha sur la Hesse, il lui fallut se retirer honteusement et
chercher son salut sur les bords du Danube.

La France avait de nouveau trompé l'attente des Suédois, et retenu sur
le Rhin, malgré toutes les invitations de Wrangel, l'armée de Turenne.
Le général suédois s'était vengé en attirant à lui la cavalerie de
Weimar, qui renonça au service de la France; mais, par cette démarche,
il avait fourni un nouvel aliment à la jalousie de cette couronne. Enfin
Turenne obtint la permission de se joindre aux Suédois, et les deux
armées réunies ouvrirent alors la dernière campagne de cette guerre.
Elles poussèrent devant elles Mélander jusqu'au Danube, jetèrent des
vivres dans Égra, qui était assiégé par les Impériaux, et battirent, au
delà du Danube, l'armée impériale et bavaroise, qui leur avait fait tête
près de Zusmarshausen. Mélander reçut dans cette action une blessure
mortelle, et le général bavarois de Gronsfeld se posta, avec le reste de
l'armée, au delà de Lech, pour défendre la Bavière contre une invasion
ennemie.

Mais Gronsfeld ne fut pas plus heureux que Tilly, qui, dans le même
poste, avait sacrifié sa vie pour le salut de la Bavière. Wrangel et
Turenne choisirent, pour leur passage, la place même qu'avait signalée
la victoire de Gustave-Adolphe, et exécutèrent leur manoeuvre en
profitant du même avantage qui avait favorisé le roi. Alors la Bavière
fut de nouveau envahie, et la rupture de l'armistice expiée par les plus
cruels traitements exercés sur les sujets bavarois. Maximilien se cacha
dans Salzbourg, tandis que les Suédois passaient l'Isar et pénétraient
jusqu'à l'Inn. Une pluie violente et continuelle qui, en quelques jours,
changea cette rivière peu considérable en un torrent furieux, sauva
encore une fois l'Autriche d'un péril imminent. Dix fois l'ennemi essaya
de jeter sur l'Inn un pont de bateaux, et dix fois le torrent le
détruisit. Jamais, dans toute cette guerre, l'effroi des catholiques
n'avait été aussi grand qu'à ce moment, où les ennemis étaient au centre
de la Bavière, sans qu'il restât un seul général qu'on pût opposer à un
Turenne, à un Wrangel, à un Koenigsmark. Enfin parut l'héroïque
Piccolomini, qui vint des Pays-Bas pour commander les faibles restes de
l'armée impériale. Les alliés, par leurs ravages dans la Bavière,
s'étaient rendus difficile à eux-mêmes un plus long séjour dans ce pays,
et la disette les força de se retirer vers le haut Palatinat, où la
nouvelle de la paix mit fin à leurs travaux.

Koenigsmark, avec son corps de troupes légères, s'était dirigé vers la
Bohême, où Ernest Odowalsky, capitaine de cavalerie licencié, mutilé au
service de l'Autriche, puis congédié sans récompense, lui suggéra un
plan pour surprendre le petit côté de Prague. Koenigsmark l'exécuta
heureusement, et, par là, il eut la gloire d'avoir terminé la guerre de
Trente ans par la dernière action d'éclat. Ce coup décisif, qui mit
enfin un terme à l'irrésolution de l'empereur, ne coûta aux Suédois
qu'un seul homme. Mais la vieille ville, la plus grande moitié de
Prague, séparée de l'autre par la Moldau, lassa encore, par sa vive
résistance, le comte palatin Charles-Gustave, le successeur de
Christine, qui était arrivé de Suède avec des troupes fraîches, et qui
rassembla toutes les forces suédoises de Bohême et de Silésie devant les
murs de Prague. L'approche de l'hiver chassa enfin les assiégeants dans
leurs quartiers, où les atteignit le message de la paix signée à
Osnabrück et à Münster le 24 octobre.

Quelle oeuvre de géants ce fut de conclure cette paix inviolable et
sacrée, célèbre sous le nom de paix de Westphalie; quels obstacles, qui
semblaient infinis, étaient à vaincre; quels intérêts opposés étaient à
concilier; quelle suite d'incidents devait concourir à terminer cette
oeuvre difficile, précieuse et durable de la politique; ce qu'il en
coûta seulement pour ouvrir les négociations; ce qu'il en coûta pour les
continuer, une fois ouvertes, au milieu des vicissitudes de la guerre
incessante; ce qu'il en coûta pour mettre le sceau à la paix réellement
conclue, et pour l'exécuter, solennellement proclamée; quelle fut enfin
la substance de cette paix; ce qui fut gagné ou perdu par chacun des
combattants, après trente années d'efforts et de souffrances, et quels
biens ou quels maux la société européenne tout entière en a pu
recueillir: dire tout cela est une tâche qu'il faut réserver à une autre
plume. Comme l'histoire de la guerre était un grand ensemble, c'est
aussi un ensemble grand et distinct que l'histoire de la paix de
Westphalie. Une simple esquisse réduirait à un informe squelette
l'oeuvre la plus intéressante et la plus caractéristique de la sagesse
et de la passion humaines, et lui ravirait précisément ce qui pourrait
fixer sur elle l'attention de cette partie du public pour laquelle j'ai
écrit et dont je prends ici congé.

FIN


       *       *       *       *       *


Note de transcription:

A l'exception des corrections suivantes, l'orthographe d'origine a été
conservée.

Les erreurs clairement introduites par le typographe, ainsi que les
erreurs de ponctuation ont été corrigées. Quand ils manquaient, les
accents sur les capitales ont été ajoutés, sauf sur les A.

  * p. xiv: corrige «persuadé» en «persuadés» («nous sommes persuadés»),
  * p. 50: harmonisation de «Jean Georges» en «Jean-Georges»
           («Jean-Georges de Brandebourg»),
  * p. 65 et 67: harmonise «Wurtzbourg» en «Würtzbourg»,
  * p. 70: harmonisation de «coétats» en «co-états»,
  * p. 79 et 80: remplace «Salwata» par «Slawata»,
  * p. 91: corrige «Brunn» en «Brünn» («Brünn est emporté»),
  * p. 268: corrige «Lutzen» en «Lützen»,
  * p. 343: remplace «du» par «de» («près de Fürth»),
  * p. 363: ajout d'un guillemet fermant après «suivez-moi,»,
  * p. 424: corrige «Colloredo» en «Collorédo»,
  * p. 440: ajoute un guillemet ouvrant après
            «interrompt Neumann, ajoutant»,
  * p. 504/505: corrige «Tycho-Brahé» en «Tycho Brahé».





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Guerre de Trente Ans" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home