Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Cryptographie - ou l'art d'écrire en chiffres
Author: Jacob, Bibliophile
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Cryptographie - ou l'art d'écrire en chiffres" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  LES SECRETS DE NOS PÈRES

  RECUEILLIS

  PAR LE BIBLIOPHILE JACOB


  LA

  CRYPTOGRAPHIE

  OU

  L'ART D'ÉCRIRE EN CHIFFRES



  PARIS
  ADOLPHE DELAHAYS, LIBRAIRE-ÉDITEUR
  4-6, RUE VOLTAIRE, 4-6

  1858

  PARIS.--IMP. SIMON RAÇON ET COMP., RUE D'ERFURTH, 1.



LA

CRYPTOGRAPHIE

OU

L'ART D'ÉCRIRE EN CHIFFRES.



CHAPITRE PREMIER.

DÉFINITION DE LA CRYPTOGRAPHIE; SON ORIGINE; NOTIONS HISTORIQUES.


Nous allons essayer de faire connaître quelques-uns des procédés mis
en usage afin de permettre à des personnes séparées par des distances
souvent considérables, de communiquer entre elles, en recouvrant ces
communications du voile du mystère.

Ces procédés forment une véritable science qui a reçu, comme tant
d'autres, un nom tiré du grec.

La Cryptographie ou Stéganographie est l'art d'écrire de façon à
dérober à autrui la connaissance de ce qu'on a tracé.

On peut s'efforcer de dissimuler l'existence de l'écrit. On emploie,
en ce but, les encres du sympathie dont nous parlerons plus tard, ou
bien l'on tâche de cacher soigneusement le papier auquel on a confié
son secret.

Mais plus habituellement on a recours aux divers procédés en usage
afin de jeter, sur une dépêche qui peut tomber dans des mains
indiscrètes, un voile qu'on fait de son mieux pour rendre
impénétrable.

Pour atteindre ce but:

On abrège les mots d'après un système convenu (c'est la Brachygraphie
ou Sténographie).

On fait usage des signes dont le sens est arrêté entre les
correspondants: des lettres, des chiffres, des signes employés dans
les mathématiques et dans la chimie, des points, des lignes, des
figures quelconques ou de fantaisie, des couleurs, etc., sont d'une
grande ressource en semblable occasion.

On emploie des mots et des phrases, auxquels on convient de donner un
sens tout autre que celui qu'on y attache dans le cours ordinaire des
choses.

Il y a toujours eu, il y aura toujours des secrets, qu'il faudra bien
confier au papier afin de les transmettre à des correspondants dont on
est séparé par des distances plus ou moins grandes; mais on est bien
aise de dérober aux investigations d'une curiosité indiscrète ces
communications mystérieuses.

Il a donc fallu recourir à des moyens destinés à voiler le sens des
avis qu'on voulait transmettre. De là l'origine de l'écriture en
chiffres.

De même que tous les arts, celui-ci débute par des essais naïfs et
incomplets. Les écrivains de l'antiquité en ont conservé le souvenir.


§ Ier.

     De la Cryptographie chez les peuples de l'antiquité.

Hérodote nous fait connaître divers procédés un peu primitifs auxquels
eurent recours, faute de mieux, certains personnages plus ou moins
célèbres dans les annales de ces temps reculés.

C'est d'abord un esclave dont on rase la tête, et sur la peau nue de
son crâne on trace quelques mots laconiques, mais d'un grand sens. On
laisse aux cheveux le temps de repousser, et on expédie cette épître
d'un nouveau genre à l'ami qu'il s'agit d'instruire de choses
importantes. Les perruques n'avaient point été inventées à cette
époque; elles auraient été d'une grande utilité en pareille
circonstance. Il va sans dire qu'un pareil procédé n'est point
susceptible d'une application fréquente.

Un seigneur de la Cour de Perse, ayant à transmettre à Cyrus un avis
essentiel, s'avisa d'une invention qui ne rentre pas précisément dans
l'écriture chiffrée, mais qu'il est bon de consigner ici; laissons
parler Hérodote:

«Harpage voulut découvrir à Cyrus son projet, mais, comme ce prince
était en Perse et que les chemins étaient gardés, il ne put trouver,
pour lui en faire part, d'autre expédient que celui-ci: S'étant fait
apporter un lièvre, il ouvrit le ventre de cet animal d'une manière
adroite et sans arracher le poil, et, dans l'état où il était, il y
mit une lettre où il avait écrit ce qu'il avait jugé à propos. L'ayant
ensuite recousu, il le remit à celui de ses domestiques en qui il
avait le plus de confiance, et lui ordonna de le porter à Cyrus, et de
lui dire, en le lui présentant, de l'ouvrir lui-même et sans témoins.»


§ II.

     La scytale des Lacédémoniens.

Le gouvernement de Sparte transmettait ses ordres à ses généraux au
moyen d'une espèce de _courroie_. Voici de quelle façon Plutarque
raconte le fait dans la vie de Lysandre; nous faisons usage de la
traduction naïve du vieil Amyot:

«Les éphores luy envoyèrent incontinent ce qu'ilz appellent la scytale
(comme qui diroit la courroye), par laquelle ilz luy mandèrent qu'il
eust à s'en retourner aussitost comme il l'auroit reçue. Cette scytale
est une telle chose: quand les éphores envoient à la guerre un général
ou un admiral, ilz font accoustrer deux petits bâtons ronds et les
font entièrement égaler en grosseur et en grandeur; desquelz deux
bastons ilz en retiennent l'un par devers eulx et donnent l'autre à
celuy qu'ilz envoyent. Ilz appellent ces deux petits bastons scytales,
et, quand ilz veulent faire secrètement entendre quelque chose de
conséquence à leurs capitaines, ilz prennent un bandeau de parchemin
long et estroit comme une courroye, qu'ilz entortillent à l'entour de
leur baston rond, sans laisser rien d'espace vuide entre les bords du
bandeau; puis quand ilz sont ainsi bien joints, alors ilz escrivent
sur le parchemin ainsi enrollé ce qu'ils veulent, et, quand ilz ont
achevé d'escrire, ilz desveloppent le parchemin et l'envoyent à leur
capitaine, lequel n'y sçauroit aultrement rien lire ny cognoistre,
parce que les lettres n'ont point de suitte ny de liaison continuée,
mais sont escartées l'une ça, l'autre là, jusqu'à ce que, prenant le
petit rouleau de bois qu'on luy a baillé à son partement, il estend la
courroye de parchemin qu'il a reçue tout à l'entour, tellement que le
tour et le ply du parchemin venant à se retrouver en la mesme couche
qu'il avoit esté plié premièrement, les lettres aussi viennent à se
rencontrer en la suitte continuée qu'elles doivent estre. Ce petit
rouleau de parchemin s'appelle aussi bien scytale comme le rouleau de
bois, ne plus ne moins que nous voyons ailleurs ordinairement que la
chose mesurée s'appelle du mesme nom que fait celle qui mesure.»

Un poëte latin donne une application conforme à celle de Plutarque;
transcrivons ici les cinq vers qui s'accordent avec le récit du
biographe grec:

  Vel Lacedemoniano scytalem imitare, libelli
  Segmina Pergamei, tereti circumdata ligno
  Perpetuo inscribens versu: qui deinde solutus
  Non respondentes sparso dedit ordine formas:
  Donec consimilis ligni replicetur in orbem.

Nous ferons remarquer, en passant, que la scytale ne devait pas être
bien difficile à deviner. En effet, il était aisé de voir en tâtonnant
un peu, quelle était la ligne qui devait se joindre pour le sens à la
ligne d'en bas du papier; cette seconde ligne connue, tout le reste
était aisé à trouver: en supposant que cette seconde ligne, suite
immédiate de la première dans le sens, fût, par exemple, la cinquième,
il n'y avait qu'à aller de là à la neuvième, à la treizième, à la
dix-septième, et ainsi de suite jusqu'au bout, et l'on trouvait toute
la première ligne du rouleau. Ensuite on n'avait qu'à reprendre la
seconde ligne d'en bas, puis la sixième, la dixième, la quatorzième,
et ainsi de suite. Tout cela est aisé à voir, en considérant qu'une
ligne écrite sur le rouleau devait être formée par des lignes
partielles également distantes les unes des autres.

Un autre Lacédémonien, réfugié auprès du monarque de l'Asie, trouva
dans son patriotisme les moyens de transmettre à Sparte un avis de la
plus haute importance. C'est encore l'historien que nous avons déjà
nommé qui va nous raconter ce fait. Laissons parler Hérodote:

«Xerxès s'étant déterminé à faire la guerre aux Grecs, Démocrate, qui
était à Suse, et qui fut informé de ses desseins, voulut en faire part
aux Lacédémoniens. Mais, comme les moyens lui manquaient, parce qu'il
était à craindre qu'on ne le découvrit, il imagina cet artifice. Il
prit des tablettes doubles, en ratissa la cire, et écrivit ensuite
sur le bois de ces tablettes les projets du roi. Après cela, il
couvrit de cire les lettres, afin que, ces tablettes n'étant point
écrites, il ne pût arriver au porteur rien de fâcheux de la part de
ceux qui gardaient les passages. L'envoyé de Démocrate les ayant
rendues aux Lacédémoniens, ils ne purent d'abord former aucune
conjecture; mais Gorgo, femme de Léonidas, imagina, dit-on, ce que ce
pouvait être et leur apprit qu'en enlevant la cire ils trouveraient
des caractères sur le bois. On suivit son conseil, et les caractères
furent trouvés. Les Lacédémoniens lurent ces lettres et les envoyèrent
ensuite au reste des Grecs.»


§ III.

     Autres systèmes cryptographiques connus des anciens.

Blaise de Vigenère, dans son _Traité des chiffres_, livre dont nous
aurons à parler en détail, mentionne quelques-uns des procédés
qu'avaient imaginés les anciens et dont nous venons de fournir des
exemples:

«Il y en a qui font une incision dans une verge de saulx, estant en
sève dessus l'arbre encore, et la creusent, puis, y ayant inséré les
lettres, la laissent reprendre et reclorre, et coupent la verge. C'est
de l'invention de Théophraste, non des plus spirituelles pour un si
subtil philosophe, joint que cela a besoin de temps, et si la
cicatrice y demeure empreinte tousjours. Le mesme se peut effectuer et
encore plus commodément dans un baston de torche en semblable bois de
sapin creusé, puis enduire la fente avec de la sciure fort subtile et
sassée, de la mesme estoffe destrempée avec de la colle blanche: de
quoy il semble qu'usa Brutus en allant à Delphes, comme le marque
Tite-Live à la fin du premier livre. Et en un autre endroit de la
quatrième Décade, Polycrate et Diognète enfermèrent un brief de plomb
dans une tourte. Il y en a qui enferment leurs lettres dans un caillou
artificiel faict de ceste sorte: On prend des cailloux de rivière
qu'on faict calciner et réduire en poudre passée par un subtil tamis.
Puis on l'incorpore avec sa quarte partie de résine fondue et une de
poix, meslant bien le tout avec un baston, et estant cette composition
encore chaulde et par conséquent molle, enveloppant la lettre dedans,
façonnant le caillou devant le feu à-tout les mains trempées en eau
tiède, de la sorte que bon leur semble; cela faict, on le laisse
sécher.»

Les Romains empruntèrent à la Grèce toutes les connaissances qu'elle
possédait, mais ils les perfectionnèrent. César employait pour sa
correspondance secrète une méthode que nous aurons occasion de faire
connaître plus tard, et qui aujourd'hui n'arrêterait pas longtemps le
plus novice des déchiffreurs.

On a attribué à Tullius Tiron, affranchi de Cicéron, l'invention de la
méthode d'écrire en notes tachygraphiques, et on leur a même donné le
nom de _Notes tironiennes_; mais cet art était déjà connu des Grecs.
Tiron a seulement le mérite très-réel d'avoir augmenté le nombre des
signes et de les avoir distribués dans un meilleur ordre. Sa méthode,
perfectionnée par Sénèque et d'autres, s'étendit dans tout l'empire.
On s'en est servi pour les actes publics, en Allemagne, jusqu'à la fin
du dixième siècle; la France y avait renoncé un peu plus tôt. C'est de
là que les officiers publics chargés de la transcription des actes ont
reçu le nom de notaires, qu'ils conservent encore. En cessant de
faire usage des notes tironiennes, on en oublia la signification.
Quelques savants ont entrepris à cet égard des travaux importants;
citons surtout l'_Alphabetum tironianum_ du bénédictin Dom Carpentier
(_Paris_, 1747, in-fol.); on peut recourir également au _Nouveau
Traité de diplomatique_ de D. D. Tassin et Thuilier, ainsi qu'au
_Dictionnaire diplomatique_ de Dom de Vaines. Un ouvrage de J. Gruter,
_Tyronis ac Senecæ notæ_ (1603, in-folio), présente plusieurs milliers
de ces notes; chacune d'elles exprime un mot différent; les traits,
les lignes, les points dont elles se composent, devaient exposer à
bien des méprises, à moins qu'on n'écrivît avec beaucoup de lenteur et
d'attention, et nul doute que pareille écriture ne fût d'un emploi
très-incommode.

Nous copions cinq notes tironiennes prises au hasard; elles sont un
échantillon fidèle de cette méthode sténographique.

  [Gl.] Clemens.
  [Gl.] Mars.
  [Gl.] Legitimus.
  [Gl.] Imperator.
  [Gl.] Patres conscripti.

Au neuvième siècle, Raban-Maur, archevêque de Mayence, a rapporté deux
exemples d'un chiffre dont les Bénédictins font connaître la clef dans
leur grand _Traité de diplomatique_. Dans le premier exemple, on
supprime les voyelles et on les remplace par des signes convenus;
l'_i_ est désigné par un point, l'_a_ par deux, l'_e_ par trois, l'_o_
par quatre, l'_u_ par cinq, de telle sorte que, pour écrire:

  _Incipit versus Bonifaciia rchi gloriosique martyris._

On mettra

  .Nc.p.t v[Pt.]rs[Pt.]s B::n.f:c.. :rch. gl::r.::s.q[Pt.][Pt.]
  m:rt.r.s

Dans le second exemple, on substitue à chaque voyelle la lettre
suivante. Toutefois les consonnes _b_, _f_, _k_, _p_, _x_, qui, dans
ce système, tiennent lieu de voyelles, conservent aussi leur valeur.


§ IV.

     Le chiffre chez les modernes. Anecdotes.

Nous sommes peu disposé à ajouter foi à l'assertion d'un vieil
historien, d'après lequel le fondateur plus ou moins fabuleux de la
monarchie française aurait été versé dans les mystères de la
Cryptographie.

«Pharamond, très-puissant roy des François en Germanie, et
quarante-troisième après Marcovir, lorsque par grande puissance il
marchoit sur les limites des Gaules, afin que secrètement il escrivist
de ses affaires, adjousta pour ses secrets des minuties pérégrines et
estranges.»

Le moyen âge présente peu d'exemples de l'écriture en chiffres; mais,
dès l'époque de la Renaissance, la nécessité de moyens occultes de
communication se fait de plus en plus sentir au milieu des intrigues
diplomatiques qui se croisent en tous sens. Divers auteurs composent
sur pareil sujet de très-gros livres; des éditions multipliées
attestent l'utilité de pareils écrits, et chacun s'efforce de
découvrir les moyens de rendre impuissants tous les efforts des
investigateurs.

Au dix-septième siècle, les monarques, les ministres, les
ambassadeurs, font constamment, du chiffre, un usage qui n'a cessé de
s'étendre et de se perfectionner jusqu'à nos jours.

Les dépêches chiffrées qui se sont amoncelées en quantité immense
durant cette période n'ont point été, la chose va sans dire, livrées à
la publicité; elles sont restées ensevelies dans les archives
secrètes des chancelleries; on peut toutefois rencontrer, dans des
recueils de documents éloignés de l'époque contemporaine, divers
exemples de l'emploi de la Cryptographie, divulgués par la voie de
l'impression.

La correspondance imprimée d'un érudit célèbre qui exerça
d'importantes fonctions diplomatiques, H. Grotius, présente divers
passages écrits en chiffres. Empruntons quelques lignes à une dépêche
adressée au chancelier de Suède, Oxenstiern, dépêche qu'on lit dans
l'édition d'Amsterdam (1687, in-folio) des _Epistolæ H. Grotii_.

«Is de quo scripseram 60, 37, 81, 73, nomen habens, 80, 60, 74, 20,
70, 6, 10, 72, 66, 81, 47, 31, 10, 33, 66, 14, 106, 10, 33, 31, 217,
246, ab Eusebio Vindiceque auditus.... Egit plurimum cum 79, 59, 76,
72, 13, 42.»

Henri IV faisait parfois usage d'un chiffre qui ne paraît pas avoir
été fort compliqué; sa _Correspondance inédite avec Maurice le
Savant, landgrave de Hesse_, publiée par M. de Rommel (Paris, 1840,
8º), en offre plusieurs exemples, citons quelques lignes:

«Je vous assure que je fais grand estime de leur amitié 67, 69, 68,
62, 74, 74, 18, [-63], 4["9], 14, 16, 49, 19, 31, 42, 15, 38 en est
l'entremetteur.

Je suis adverty que 53, 52, 21, 84, 49, 27, 53.....»

Quelques chiffres sont surmontés d'un trait ou du deux points; des
lettres grecques et divers signes employés par les chimistes et les
astronomes se mêlent aux chiffres. L'éditeur a reproduit le tout, sans
chercher à découvrir ce que cachait un voile qu'il aurait dû
s'efforcer de soulever.

Mentionnons, d'après la _Biographie universelle_, une anecdote qui se
rattache à l'époque dont nous parlons:

À la fin du seizième siècle, les Espagnols voulurent établir des
relations entre les membres épars de leur vaste monarchie, qui
embrassait alors une grande partie de l'Italie, les Pays-Bas, les
Philippines, et d'immenses contrées dans le Nouveau-Monde; car ils
avaient le plus grand intérêt à ce que leurs communications ne pussent
être découvertes: ils imaginèrent un chiffre qu'ils variaient de temps
en temps, afin de déconcerter tous ceux qui avaient tenté de percer
les mystères de leurs correspondances. Ce chiffre, composé de plus de
cinquante signes, leur fut d'une grande utilité pendant les troubles
de la Ligue et les guerres qui désolèrent alors l'Europe.
Quelques-unes de ces dépêches ayant été interceptées, Henri IV les
remit à un géomètre habile, Viete, en le chargeant d'en trouver la
clef. Le mathématicien y réussit, et il parvint même à saisir le
chiffre dans toutes ses variations. La France profita pendant deux ans
de cette découverte. La Cour d'Espagne, déconcertée, accusa le
gouvernement français d'avoir à ses ordres des sorciers et de
recourir au diable afin d'obtenir la révélation des secrets
cryptographiques. Elle demanda que Viete fût jugé comme un négromant:
elle porta ses plaintes à Rome. Une prétention aussi ridicule n'excita
que le rire; le géomètre aurait pu cependant avoir des tracasseries
sérieuses, s'il n'eût été, en cette affaire, soutenu par un puissant
monarque; toute accusation de sorcellerie pouvait, en 1600, avoir des
conséquences extrêmement graves.

L'histoire conserve le souvenir de diverses anecdotes dont l'emploi
des chiffres a été la cause; nous allons en relater quelques-unes:

Dans le cours des longues négociations qui firent durer pendant tant
d'années le Congrès de Westphalie, les plénipotentiaires de diverses
puissances demandèrent à connaître les propositions que faisait
l'Empereur d'Allemagne concernant certains points en litige; son
ambassadeur, Isaac Voltmar, s'excusa de ne pouvoir les communiquer, en
alléguant qu'elles étaient écrites en chiffres et qu'il lui fallait
trois semaines pour en avoir la clef. Cette réponse excita un
mécontentement général, et l'envoyé du duc de Savoie s'écria:
«N'avons-nous point parmi nous le nonce du Pape, et n'est-il pas
certain que le Saint-Père a dans ses mains la clef qui lie et qui
délie? (_clavem ligandi et solvendi_). Adressons-nous donc à lui, afin
qu'il nous donne la clef qui est si nécessaire en ce moment.»

Une autre circonstance originale se montra au commencement du
dix-huitième siècle:

L'électeur de Brandebourg, Frédéric III, avait formé le projet de
s'élever au rang des têtes couronnées et de convertir en royaume son
duché de Prusse. Il était presque impossible que ce projet pût
s'effectuer sans l'assentiment de l'Empereur d'Allemagne, suzerain du
Corps germanique. Des négociations furent donc ouvertes à Vienne:
elles s'y traînèrent des années entières; des difficultés nombreuses
s'opposaient à l'accomplissement des voeux de l'Électeur. Son ministre
auprès de la cour d'Autriche, le baron de Barthololi, se servait, pour
sa correspondance, d'un chiffre dans lequel chaque lettre de
l'alphabet était représentée par un nombre convenu; d'autres nombres
exprimaient des noms de personnes ou de lieux.

Cette nomenclature comprenait, entre autres personnages, un jésuite,
le père Wolf, qui avait accompagné à Berlin l'ambassadeur d'Autriche,
en qualité de chapelain, et qui se livrait avec activité à des
intrigues politiques.

Le nombre 24 signifiait l'Électeur, 110 l'Empereur, 116 le père Wolf.

Barthololi écrivit, un jour, de Vienne, que, pour faire avancer
l'affaire, il était indispensable que 24 (l'Électeur) adressât une
lettre autographe à 110 (l'Empereur).

Le 0 de ce dernier nombre, étant tracé à la hâte, fut pris pour un 6,
et l'on en conclut à Berlin qu'il fallait que l'Électeur écrivît de sa
main au père Wolf.

Frédéric III n'hésita point, et, bien que cette démarche pût lui
paraître étrange et qu'elle choquât son orgueil, il adressa de suite
au père Wolf une longue épître écrite en entier de sa main et dans
laquelle, expliquant, justifiant ses projets, il s'efforçait d'obtenir
l'appui du bon père, auquel il prodiguait les compliments et les
promesses.

Le jésuite fut aussi surpris que flatté de recevoir une pareille
communication: elle le décida à ne rien épargner pour faire réussir
les vues du prince qui venait ainsi se mettre sous sa protection; il
s'adressa au confesseur de l'Empereur; des lettres allèrent à Rome
trouver le général de la puissante société; bientôt tous les obstacles
qui s'étaient jusqu'alors accumulés s'aplanirent, et, grâce a cette
méprise fortuite dans une dépêche chiffrée, grâce à ce 0 qui parut
transformé en un 6, l'Électeur obtint de la cour de Vienne ce que
peut-être, sans cet incident, elle lui aurait toujours refusé. Autre
chapitre à joindre à la piquante histoire des très-petites causes qui
amènent de grands événements.


§ V.

     Cartes mystérieuses de M. de Vergennes.

Sous le règne de Louis XV et de Louis XVI, l'écriture chiffrée devint
de plus en plus l'indispensable auxiliaire de la diplomatie; les
divers cabinets de l'Europe, engagés dans une interminable
complication d'intrigues politiques, s'efforçaient mutuellement de se
dérober leurs secrets. On enlevait les courriers, on corrompait à
force d'or les employés des chancelleries. Afin de résister aux
tentatives d'une curiosité aussi irritée, il fallut inventer des
raffinements cryptographiques de plus en plus mystérieux.

Le comte de Vergennes, ministre des affaires étrangères sous Louis
XVI, faisait usage, dans ses relations avec les agents diplomatiques
de la France, de procédés occultes, dont un Allemand, J. F. Opitz,
avait, dit-on, été l'inventeur. Ce chiffre était employé dans les
lettres de recommandation ou dans les passeports qu'on donnait aux
étrangers qui se rendaient en France; il servait à fournir, sur eux et
à leur insu, des renseignements dont ils étaient eux-mêmes porteurs
sans le soupçonner le moins du monde. La patrie, l'âge, la religion,
la profession, le caractère, les vertus et les vices, le signalement
du personnage qu'on désignait ainsi au ministre, les motifs de son
voyage, tous ces détails et bien d'autres encore se trouvaient
indiqués sur une simple carte où rien ne sollicitait l'attention des
profanes qui n'étaient point initiés à de pareils mystères.

Entrons à ce sujet dans quelques particularités:

La couleur de la carte désignait la patrie de l'étranger. Le blanc
était affecté au Portugal, le rouge à l'Espagne, le jaune à
l'Angleterre, le vert à la Hollande, le blanc et le jaune à Venise,
rouge et vert à la Suisse, rouge et blanc aux États de l'Église, vert
et jaune à la Suède, vert et rouge à la Turquie, vert et blanc à la
Russie, etc.

L'âge du porteur était exprimé par la forme de la carte. Si elle était
circulaire, c'était l'indice qu'il avait moins de vingt-cinq ans; de
25 à 30, ovale; de 30 à 45, la carte était octogone; de 45 à 50, elle
était hexagone; de 55 à 60, c'était un carré; au-dessus de 60, un
carré long.

Deux lignes placées au-dessous du nom du porteur de la carte
indiquaient sa taille. S'il était grand et maigre, les lignes étaient
ondoyantes et parallèles; grand et gros, elles se rapprochaient l'une
de l'autre; une stature moyenne et petite se trouvait signalée par des
lignes droites ou courbes placées à des distances plus ou moins
éloignées.

L'expression de la physionomie était indiquée au moyen de la figure
d'une fleur placée dans la bordure qui entourait la carte. Une rose
désignait une physionomie ouverte et aimable, une tulipe exprimait un
air pensif et distingué.

Un ruban était entortillé autour de la bordure, et, selon qu'il
descendait plus ou moins bas, il faisait savoir si le recommandé était
célibataire, marié ou veuf.

Des points placés également dans la bordure révélaient la position de
fortune.

La religion du personnage, qu'on signalait de la sorte, était indiquée
au moyen d'un signe de ponctuation placé après son nom. S'il était
catholique, on mettait un point; luthérien, un point et une virgule;
calviniste, une virgule; juif, un trait d'union. S'il passait pour
athée, on ne mettait aucun signe.

Des points placés au-dessus, au-dessous ou à côté de quelques mots, de
petits signes mis dans les angles de la carte, dans le genre de
ceux-ci:

[Gl.], [Gl.], [Gl.], [Gl.],

et qui pouvaient passer pour de simples ornements sans conséquence,
indiquaient les qualités, les défauts, l'instruction du porteur de la
carte. En y jetant un coup d'oeil, le ministre apprenait en une
minute, aussi bien qu'il l'eût fait en lisant une page entière de
raisonnements, si l'individu auquel on avait remis pareil billet,
était joueur, vicieux ou duelliste; s'il venait en France pour se
marier, pour recueillir une succession ou pour se livrer à l'étude;
s'il était médecin, journaliste, homme de lettres; s'il méritait
d'être soumis à une surveillance, ou bien s'il ne devait inspirer
aucun soupçon. Rien ne pouvait faire soupçonner qu'il y eût autant de
secrets dans un simple billet de l'aspect le plus inoffensif, et
conçu, par exemple en ces termes:

  ALPHONSE D'ANGEHA
  recommandé à monsieur
  le comte de Vergennes par le marquis
  de Puysegur, ambassadeur de France
  à la cour de Lisbonne.

Mais les lignes placées au-dessous du nom du porteur, les signes de
ponctuation, les ornemente très-peu multipliés jetés dans les coins de
la carte, étaient gros de révélations que nul n'aurait soupçonnées.

Tout ceci est d'ailleurs raconté beaucoup plus longuement que nous ne
devons le faire, dans une brochure devenue fort rare et imprimée en
langue allemande vers 1793. Elle a pour titre: «Correspondance de la
police secrète du comte de Vergennes, ministre de l'infortuné roi
Louis XVI.»


§ VI.

     La Cryptographie au dix-neuvième siècle.

Les grands événements dont l'Europe a été le théâtre depuis une
soixantaine d'années, ont fait sentir de plus en plus l'utilité de
l'écriture chiffrée.

Dans le cours des opérations militaires, les ordres, les dépêches,
sont très-fréquemment interceptés; il peut en résulter les
conséquences les plus graves. L'ennemi apprend de la sorte des choses
qu'il est d'un intérêt immense de lui tenir cachées: si le sens des
lettres dont il s'empare est caché sous un mystère qu'il ne peut
percer, il n'a plus entre les mains qu'un chiffon de papier qui ne lui
est d'aucun secours.

Quelques lettres de l'empereur Napoléon, écrites dans le cours de ses
campagnes et publiées dans divers ouvrages historiques, montrent que
deux chiffres, le grand et le petit, étaient en usage parmi les
généraux français pour correspondre entre eux et avec l'état-major
général. D'un autre côté, il est certain que beaucoup de dépêches
importantes n'ont jamais été chiffrées. L'_Histoire de la guerre de la
Péninsule_, par le colonel anglais Napier, renferme un grand nombre de
lettres écrites par le roi Joseph, par des maréchaux, par des
ambassadeurs, par le ministre de la guerre à Paris; ces lettres,
remplies de détails importants, furent interceptées par les guérillas
et saisies avec les voitures de la cour lors de la bataille de
Vitoria. Si on avait eu la précaution de les mettre à l'abri sous un
procédé cryptographique habilement choisi, elles n'auraient jamais
figuré à la suite des récits d'un adversaire des armées françaises.

Nul doute qu'à l'heure actuelle les diplomates n'aient encore, pour
leurs communications les plus intimes et les plus secrètes, recours à
l'art du chiffre. Nous ne saurions dire quels sont maintenant les
systèmes qui obtiennent la préférence, mais nous pensons qu'ils ne
s'imitent pas de ceux dont nos pères faisaient usage et qu'il nous
reste à faire connaître. Il est difficile d'imaginer en ce genre
quelque chose de mieux que ce qui a déjà été découvert.

Nous avons à passer en revue les écrivains qui ont successivement
exposé les mystères de la Cryptographie.



CHAPITRE II.

AUTEURS QUI ONT ÉCRIT SUR LA CRYPTOGRAPHIE.


§ Ier.

     L'abbé Trithème.

Le premier auteur qui ait traité _ex professo_ et en détail l'art
d'écrire en chiffres fut le célèbre Trithème, mort en 1516, abbé de
Saint-Jacques à Wurtzbourg. Polygraphe actif, historien, biographe,
auteur d'un grand nombre de livres ascétiques, il ne nous appartient
que comme ayant mis au jour deux ouvrages, l'un sur la _Polygraphie_,
l'autre sur la _Stéganographie_ (_Steganographia, hoc est, ars per
occultam scripturam animi sui voluntatem absentibus aperiendi certa_).
La Polygraphie fut publiée pour la première fois à Oppenheim, en 1518,
deux ans après la mort de l'auteur; elle a souvent été réimprimée
durant le siècle qui suivit sa mise au jour. Il en existe une
traduction française par Gabriel de Collange, sous le titre de
_Polygraphie et universelle escriture cabalistique, avec la
clavicule_, etc. (_Paris_, 1541. 4º). Ce mot de _Polygraphie_ ne doit
point s'appliquer, comme d'usage, à des mélanges d'écrits de
différents genres ou sur divers sujets: Trithème veut seulement
enseigner à écrire un même mot, de plusieurs manières. Il donne des
alphabets nouveaux, composés, soit de lettres étrangères les unes aux
autres, soit de caractères de convention. Quant à la _Stéganographie_,
les expressions bizarres qui y abondent firent prendre ce traité pour
un livre de magie, et telles furent les clameurs de quelques individus
faciles à épouvanter, que le comte palatin Frédéric II, surnommé
pourtant le Sage, livra aux flammes le manuscrit autographe qui se
conservait dans sa bibliothèque.

Il est impossible de ne pas convenir que, surchargés de détails
inutiles, accablés d'une foule de réflexions mystiques, de
considérations allégoriques, et se traînant sous le poids d'une
immense érudition cabalistique qui étale hors de tout propos les
rêveries creuses et les imaginations folles des vieux rabbins[1], les
ouvrages de Trithème sont des lectures les plus indigestes et les
plus pénibles auxquelles on puisse se condamner. Il faut du courage et
de l'attention, pour démêler au milieu de toutes ces digressions et de
toutes ces rêveries les procédés de Cryptographie qu'indique l'abbé de
Saint-Jacques.

[Note 1: Parmi les nombreux écrits qui montrent à quel point Trithème
était infatué de pareilles idées, il faut citer sa _Chronologia
mystica de septem secundeis sive intelligentiis orbes post Deum
moventibus_. Une ancienne doctrine platonique ou cabalistique plaçait
dans chaque sphère céleste une intelligence chargée de la gouverner.
Trithème s'efforce de rattacher, à ce système, des notions historiques
et d'en établir la réalité. Un pareil livre n'eut pas moins de six ou
sept éditions. Il n'est pas surprenant que ces rapsodies
inintelligibles aient trouvé de nombreux lecteurs, et il est
extrêmement probable que le docte abbé ne se comprenait pas toujours
lui-même, lorsqu'il développait ses étranges imaginations.]

Essayons de donner une analyse succincte des quatre livres dont se
compose la _Stéganographie_.

Le premier livre comprend trois cent soixante-seize répétitions de
l'alphabet formé de vingt-quatre lettres; à chaque lettre correspond
un mot de la langue; le tout forme un total de neuf mille vingt-quatre
mots. Afin de faire bien comprendre ce système, il convient de
transcrire quelques-uns de ces alphabets; nous reproduirons le
premier, et nous y joindrons trois autres pris au hasard (les 23e,
216e et 319e).

    a Jésus,             l'amour.
    b le Dieu,           la dilection.
    c le Sauveur,        la charité.
    d le modérateur,     la révérence.
    e le pasteur,        l'obéissance.
    f l'auteur,          le service.
    g le rédempteur,     le zèle.
    h le prince,         la mémoire.
    i le fabricateur,    le souvenir.
    k le conservateur,   la souvenance.
    l le gouverneur,     la faveur.
    m l'empereur,        l'affection.
    n le roi,            la loi.
    o le recteur,        la foi.
    p le juge,           l'espérance.
    q l'illustrateur,    le commandement.
    r l'illuminateur,    la recordation.
    s le consolateur,    la parole.
    t le Seigneur,       la connaissance.
    u le dominateur,     le saint.
    x le créateur,       l'amitié.
    y le psalmateur,     la promesse.
    z le souverain,      l'ordonnance.
    & le protecteur,     la bienveillance.

    a  fragiles,         Europe.
    b  misérables,       Candie.
    c  ingrats,          Hongrie.
    d  ignorants,        Panonie.
    e  iniques,          Pologne.
    f  injustes,         Germanie.
    g  malheureux,       Saxe.
    h  malicieux,        Helvétie.
    i  obstinés,         Suède.
    k  perdus,           Italie.
    l  pécheurs,         Romanie.
    m  criminels,        Lombardie.
    n  volontaires,      Espagne.
    o  vains,            Andalousie.
    p  mauvais,          Castille.
    q  détestables,      Gaule.
    r  abominables,      Bretagne.
    s  damnables,        Normandie.
    t  immondes,         Aquitaine.
    u  indigents,        Guyenne.
    x  pauvres,          Gascogne.
    y  pusillanimes,     Auvergne.
    z  pervers,          Bourgogne.
    &  abjects,          France.

Vous pouvez, au moyen de ces alphabets, exprimer votre pensée d'une
façon inintelligible pour les non initiés, et voici comment: Écrivez
d'abord sur un morceau de papier, que vous détruirez ensuite, ce que
vous voulez faire savoir, et traduisez, en posant pour la première
lettre le mot qui lui correspond dans le _premier alphabet_; pour la
seconde lettre, cherchez dans le second alphabet le mot à côté duquel
elle est placée; ainsi de suite. On a de la sorte une suite de mots
qui ne présente qu'une série de non-sens, mais, si notre correspondant
est muni (comme il doit l'être) de la copie exacte des alphabets dont
vous avez fait usage, il n'aura nulle peine à découvrir le sens qui se
cache sous cette enfilade de mots, étonnés de s'y trouver placés dans
une série bizarre.

Trithème rend ceci fort clair au moyen d'un exemple; nous allons le
reproduire exactement: Un méchant vous demande une lettre
d'introduction auprès d'un de vos amis avec lequel il veut se lier.
Vous avez des motifs pour ne pas repousser cette prière; d'un autre
côté, vous voulez transmettre des renseignements exacts sur votre
recommandé. Vous le chargez alors de remettre à celui qu'il va
trouver, un écrit qui présente les phrases suivantes:

«Le Roi universel exornant les corps manifeste aux languissants sûreté
immortelle avec ses sanctifiés en béatitude Amen. La charité
incompréhensible évangéliquement dénoncée aux hommes, reluctante
d'exhortation, réduit les injustes bannis aux choses profanes, faisant
de vilipender la recordation du Rédempteur des cieux et aussi la
compagnie de la volupté ineffable que poursuivre. Parquoy, ô immondes,
soutenez pureté et serez recueillis aux règnes des déifiés et là
perpétuellement prédestinés. Abolissez donc les dissimulations de
cette charnalité, puisqu'estes heureusement compris aux exaltations du
modérateur tout voyant.»

Cherchez à quelle lettre du premier alphabet correspond le premier
mot de cette oraison _polygraphique_, et vous trouvez la lettre _n_ à
côté du mot _le roi_. Passant au second alphabet, vous verrez que le
mot _universel_ signifie _e_. Au troisième alphabet, vous remarquerez
la lettre _v_ à côté du mot _exornant_. Au quatrième alphabet vous
noterez la lettre _o_ comme étant en regard de _les corps_: et le
cinquième montrera un _v_ dans la même ligne que le mot _manifeste_.
En continuant de la sorte, vous trouverez que la phrase ci-dessus se
traduit exactement par:

«Ne vous servez de ce porteur, car il est menteur et larron.»

Trithème explique qu'avec ce système on peut s'exprimer
très-facilement dans quelque langue que ce soit, il en fournit des
exemples pour l'italien et le latin; la phrase suivante:

«Imaginez, terriens immondes, très-vite se ruinent terriennes,
ardemment fraudes avez; glace faillirez, présumerez, malheureux, etc.»

Signifie tout simplement: _Te moneo, amice, ne in hoc negocio
immisceas_.

L'auteur fait remarquer:

Qu'il ne faut jamais «qu'en aucun ordre et rang alphabétique une
diction soit doublée, répétée, réitérée, ni mise en écrit par deux
fois.»

Qu'il ne faut pas qu'il y en ait d'oubliées ni d'omises.

On ne doit prendre qu'un seul mot dans chaque alphabet, et il est
essentiel de ne pas laisser passer un seul alphabet sans y prendre une
expression.

Les mots qu'on traduit en langage polygraphique doivent être écrits
tout au long, sans abréviation, distinctement et dûment séparés.

Il va sans dire que l'individu avec lequel vous correspondez de la
sorte doit posséder un recueil d'alphabets exactement et de tout point
semblable à celui dont vous faites usage. Chacun peut composer en ce
genre un livre analogue à celui de Trithème, et il est bon que les
rois et princes en possèdent un certain nombre, afin de s'entendre
avec leurs ambassadeurs et leurs généraux, d'une manière qui ne soit
pas uniforme.

On peut aussi convenir qu'on changera ou transportera l'ordre des mots
contenus dans chaque alphabet, et ces transpositions, qu'il y a moyen
de varier à l'infini, augmentent beaucoup la difficulté qu'offre le
déchiffrement d'une lettre écrite selon la méthode polygraphique.

Il serait possible qu'on trouvât des inconvénients à recourir, soit à
la langue française, soit à tout autre idiome, pour la formation des
alphabets. Trithème a prévu cette difficulté; il s'est efforcé de la
résoudre, en composant des alphabets qui offrent des mots qui,
n'appartenant à aucun dialecte, peuvent servir de langue universelle.
C'est dans un jargon cabalistique ayant avec l'hébreu un certain air
de famille, qu'il est allé puiser ses matériaux. Un exemple devient
nécessaire.

_Cabalit mossu abru massu basin sophus strabil caffulun_, etc.

Un travail analogue à celui que nous avons déjà indiqué fera connaître
que «ces mots pérégrins,» ce langage barbare et étrange signifie:

«Ne venez en cour, car le roi est fort offensé contre vous.»

Le troisième livre de la _Polygraphie_ est consacré à des séries
d'alphabets de mots cabalistiques, mais il y a ici un raffinement: la
seconde lettre de chaque mot doit être extraite et écrite à la suite
l'une de l'autre; ces lettres réunies donnent le sens qu'on veut
couvrir d'un voile.

_Anna mesar dvain rosas dumera asion afang lisamar neparo uzafun amar
achiet benadas epalam ronis orrifer olrimech mesarym lucyphus arosan_.

Un travail dans le genre de celui dont nous avons donné l'idée,
montrera que ceci veut dire:

«Ne vous fiez à ce porteur.»

Il va sans dire qu'on peut convenir que la lettre significative sera
la troisième, la quatrième, n'importe enfin laquelle de chaque mot.
L'abbé de Saint-Jacques convient, d'ailleurs, que ce procédé n'est pas
trop sûr et secret, «car tout homme d'esprit et de savoir, par cas
fortuits, tant par sa curiosité que par son labeur et industrie,
pourroit trouver le secret et occulte mystère caché sous cette
écriture.»

Le quatrième livre expose la méthode bien connue de la transposition
des lettres alphabétiques; «on peut faire et composer autant
d'alphabets différents et dissemblables, qu'il y a d'étoiles au
ciel.»

Les vingt-quatre lettres répétées de manière à former un carré de la
façon suivante (nous nous bornons à en donner l'esquisse):

  ABCDEFG      YZ
  Bcdefgh      6A
  Cdefghi       B
  De            C
  Ef            G
  Fg            :
  Gh            :
  :             :
  :             :
  :             :
  Y             :
  ZABCD        XY

peuvent former un grand nombre d'alphabets; on peut choisir celui
qu'on veut, et, une fois qu'on s'est mis d'accord, en faire usage pour
la correspondance secrète.

Trithème passe ensuite à un alphabet numéral, «qui ne sera trouvé
moins sur et secret qu'il est nouveau et moderne.»

  a  a  1    g  f  7    n ic 13    t ih 19
  b  b  2    h  g  8    o id 14    u  k 20
  c  c  3    i  h  9    p ie 15    x ka 21
  d  d  4    k  i 10    q if 16    y kb 22
  c  e  5    l ia 11    r if 17    z kc 23
  f  f  6    m ib 12    t ig 18    & kd 24

Avec ce système, les mots _traître_ et _méchant_ s'énoncent sous la
forme suivante: ih. if. a. h. ig. ih. if. e. kd. ib. e. ig. c. ic. a.
i. ih.

Cette façon de cacher sa pensée est fort difficile à pénétrer; car,
suivant la remarque de l'auteur, «tous ceux qui verront l'écriture
faicte en ceste sorte et par cest alphabet, penseront et croyront que
ce sera transposition de lettres et travailleront pour néant à la
supputation et recherche d'icelles.»

Il va sans dire que Trithème n'oublie pas un alphabet formé des
lettres ordinaires distribuées «par ordre confus, irrégulier et sans
ordre ni règle.» Il est aisé d'en composer une foule de ce genre. En
voici un exemple:

  a _o_   g _t_   n _c_   t _e_
  b _p_   h _b_   o _x_   u _k_
  c _q_   i _x_   p _h_   x _n_
  d _r_   k _&_   q _y_   y _m_
  e _i_   l _x_   r _d_   z _l_
  f _s_   m _z_   s _g_   & _f_

La lettre placée dans la seconde colonne doit surtout être substituée
à celle qui se trouve dans la première et qui entre dans l'avis à
chiffrer; vous écrirez:

_Ildicg todri iki xiusizm ci....._

Si vous voulez dire:

«Prends garde que l'ennemy ne...»

C'est d'un procédé de ce genre qu'usait César pour correspondre avec
Cicéron et autres personnages de l'époque, selon le témoignage de
Suétone, procédé que l'abbé Trithème expose en ces termes:

«Pour l'intelligence de ce secret, il falloit changer et prendre la
quatrième lettre de l'alphabet, qui est D, pour la première lettre,
qui est A; E, pour B; F, pour C, et ainsi conséquemment transposer et
changer lesdites lettres alphabétiques.»


§ II.

     J. B. Porta.

La diplomatie italienne avait, au seizième siècle, grand besoin
d'invoquer les ressources de la Cryptographie, afin de couvrir d'un
voile impénétrable des secrets souvent terribles et les plus sinistres
combinaisons. Le Conseil des Dix devait tenir à ce que ces dépêches
fussent constamment lettre close, dans toute la rigueur du mot; les
Borgia, les Visconti, les Farnèse, avaient fréquemment à transmettre
des communications qu'il fallait soustraire à tous les yeux. L'art de
l'écriture chiffrée devint une étude des plus importantes à Milan, à
Florence, à Rome. Un Napolitain, dont l'intelligence chercheuse et
l'active curiosité s'exerçaient sur toutes sortes de sujets[2], J. B.
Porta, réunit et discuta, en s'efforçant de les perfectionner, les
diverses méthodes cryptographiques connues alors au delà des Alpes.
L'esprit net et pratique de cet écrivain le préserva complétement des
aberrations tout à fait étrangères à pareil sujet, auxquelles Trithème
s'était abandonné; il s'efforça d'être utile, mais il pécha par excès
d'imagination. À force de vouloir multiplier les procédés d'écriture
secrète, il prit la peine d'en montrer et d'en décrire un grand nombre
qui seraient d'un usage très-incommode et dont il est bien certain que
jamais personne n'a eu l'idée de faire usage.

[Note 2: L'agriculture, l'optique, la mécanique, la mnémonique, la
météorologie, la physique, furent tour à tour l'objet des méditations
de Porta. Il fut du nombre de ces hommes hardis, conquérants, qui ne
peuvent échapper à l'influence des préjugés de leur époque, mais qui
découvrent ou pressentent de hautes vérités.

Son traité _de la Physiognomonie humaine_, 1586, a fourni beaucoup
d'idées à Lavater. Son livre _de la Magie humaine_, très-souvent
réimprimé au seizième siècle, renferme, parmi beaucoup de faits
puérils compilés avec peu de jugement, une foule d'observations
importantes sur les miroirs, la lumière, la statique, etc. Les divers
ouvrages de cet écrivain remarquable sont analysés avec étendue dans
la _Notice historique_ de H. G. Duchesne, _sur la vie et les travaux
de Porta_ Paris, 1801, 8º, 383 pages.]

L'ouvrage dans lequel Porta a développé ses idées, est intitulé:

_De furtivis litterarum notis, vulgo de ziferis._ On en compte des
éditions assez nombreuses; nous signalerons celles de Naples, 1563,
4º, et 1602, fº; de Montbelliard, 1592, 8º; de Strasbourg, 1606, 8º,
etc. Cet écrit est divisé en trois livres.

Le premier, après avoir consacré quelques pages aux hiéroglyphes et à
la sténographie en usage parmi les anciens Romains, passe en revue les
diverses manières de se faire comprendre en dérobant toutefois sa
pensée au vulgaire; le langage allégorique, métaphorique ou
énigmatique, les mots amphibologiques ou entrelacés, coupés ou
renversés, les syllabes insignifiantes ajoutées dans le discours, sont
utiles en pareille circonstance.

On peut aussi communiquer à distance, sans se parler, et par le simple
son, qui, répété, indique le rang que tient dans l'alphabet chaque
lettre des mots qu'on veut porter à une oreille amie; deux corps
frappés l'un contre l'autre, des coups donnés sur une muraille d'après
une manière convenue, servent également d'interprète.

Les signes muets, tels que les gestes, l'emploi des emblèmes, celui
des signaux au moyen des flambeaux, occupent tour à tour Porta.

Le douzième et dernier chapitre de son premier livre roule sur une
manière ancienne de désigner les nombres par les doigts, d'après
Bède. On n'ignorait point, dans l'antiquité le moyen de converser
secrètement au moyen des doigts, soit en montrant un nombre de doigts
pareil au rang numérique que les lettres qu'on veut désigner tient
dans l'alphabet, soit en indiquant du doigt celles des parties du
corps dont la première lettre indique la lettre qu'il s'agit
d'exprimer.

Notre auteur arrive à la bandelette ou scytale lacédémonienne, et il
juge avec raison que ce procédé était facile à découvrir; il signale
un moyen très-peu usité, l'emploi du fil, qui, après avoir reçu
l'écriture, peut être roulé en peloton ou être employé à coudre les
bords d'un vêtement. Il observe qu'on peut écrire sur la tranche d'un
livre obliquement inclinée ou sur un jeu de cartes disposé en biseau
ou sur les plumes des ailes déployées d'un pigeon ou d'un autre oiseau
à plumage blanc.

Il aborde enfin plus nettement la Cryptographie proprement dite. Ce
qu'il ne dit point, peut s'analyser facilement.

Les diverses manières de désigner l'écriture peuvent se réduire à
trois: la transposition des lettres, qui comprend le renversement des
mots, le changement des figures des lettres, et le changement de
valeur des lettres.

La transposition des lettres dans un avis que l'on veut donner, peut
s'effectuer d'une foule de façons différentes; la première de toutes
est aussi la plus simple: elle consiste à écrire sur deux lignes, en
mettant alternativement la 1re lettre sur la 1re ligne; la 2e lettre
sur la 2e ligne; la 3e sur la 1re, et la 4e sur la 2e et ainsi de
suite. La difficulté augmente si l'on écrit sur quatre lignes: la 1re
lettre sur la 1re ligne; la 2e sur la 4e; la 3e au bout de la 1re, la
1re au bout de la 4e; la 5e sur la 2e ligne; la 6e sur la 3e; la 7e
au bout de la 2e; la 8e au bout de la 3e, en suivant ainsi le même
ordre pour le reste.

Veut-on écrire d'une manière encore plus compliquée? On transporte toutes
les lettres de l'avis qu'on veut donner, sur des cadres de diverses
formes, soit carrés, soit triangulaires, soit parallélépipèdes, soit
sinueux, soit en losange, soit en quinconce, soit en demi-cercle, tous
divisés par des rayons qui forment autant de lignes perpendiculaires sur
des lignes droites ou courbes; et, quand l'avis a été écrit de manière à
imiter symétriquement la figure géométrique convenue, on produit la
transposition des lettres en prenant les rayons de lettres, de bas en
haut et de haut en bas, de droite à gauche ou de gauche à droite, de
manière que ces lettres, ainsi rassemblées, ne présentent aucun sens.

Vous convient-il d'avoir recours à une autre manière de transposer les
lettres, plus indéchiffrable encore? Transcrivez à part ce que vous
voulez mander secrètement; puis écrivez en interligne, les lettres
au-dessous des lettres, une devise quelconque convenue; celle-ci, par
exemple: _L'amour est un malin enfant_, devise, qu'il faut recommencer
une fois, deux fois, trois fois, jusqu'à ce que les interlignes soient
entièrement remplis. Ensuite on a recopié sa missive secrète, et, au
lieu de transcrire par interligne la devise convenue, on met
au-dessous de chaque lettre de la missive le chiffre qui désigne le
rang que chaque lettre de cette devise tient dans l'alphabet. Ainsi,
au-dessous de la première lettre de la missive, au lieu d'un _l_ on
écrit 10; sous la seconde, au lieu d'un _a_, on écrit 1; sous la 3e,
au lieu d'un _m_, on pose 11. Ces deux opérations faites, on prépare
de la manière suivante la missive qui doit être adressée: chaque ligne
est tracée par des points, entre lesquels est un intervalle suffisant
pour y poser les lettres dans le rang que les chiffres de la devise
indiqueront. On part toujours de la dernière lettre posée, pour
compter le nombre des points à passer, avant d'arriver à l'intervalle
où doit être posée la lettre suivante de la missive; et, quand on est
parvenu en comptant jusqu'au dernier point, on recommence à compter
par les premiers points, jusqu'à ce qu'enfin toutes les lettres de la
missive soient placées dans leur rang, de sorte que la devise sert,
comme l'on voit, de clef pour connaître de quelle manière on doit
trouver, dans cette suite de lettres transposées, celles qui forment
un sens pour les remettre à leur place.

Porta s'occupe ensuite de la façon de découvrir et d'interpréter les
lettres transposées; il ne s'agit que d'essayer de rassembler les 1re,
3e, 5e, 7e, 9e lettres, ou de 11 en 11, ou autrement, jusqu'à ce qu'on
trouve an mot qui forme un sens; lorsqu'on en aura trouvé un, il
deviendra plus facile d'en trouver un autre, en observant l'ordre que
tient chaque lettre du mot trouvé. On comprend qu'à cet égard il n'est
pas possible de donner aucune règle précise; la variété arbitraire des
combinaisons s'oppose à toute règle.

Notre auteur ne saurait oublier la substitution de nouveaux caractères
de l'alphabet, de manière que les lettres ne ressemblent à aucune de
celles connues. Pour rendre l'écriture plus indéchiffrable, on peut,
entre ces caractères, en insérer d'autres qui n'ont aucune
signification: on les place, soit au commencement, soit au milieu,
soit à la fin des mots, pour mieux tromper les curieux. Il est
certaines lettres qui peuvent être remplacées par d'autres, _q_ par
_cuu_; _x_ par _cs_; _z_ par _ss_; _y_ par _i_. On peut encore éviter
les mots où se trouvent les lettres _h_, _b_, _d_, _p_, _g_, _f_, _u_.
Il est à propos de ne pas se conformer strictement à l'orthographe.
On peut aussi changer une lettre dans un mot, un _o_ pour un _i_, un
_e_ pour _c_; un _r_ pour un _l_; _par_ pour _pré_. Les monosyllabes,
les voyelles seules, doivent être évitées avec soin; elles présentent
moins de difficultés à un déchiffreur exercé, et elles peuvent le
mettre sur la voie. On peut aussi écrire par abréviation.

Après avoir exposé toutes ces règles, Porta envisage son sujet sous un
autre point de vue: le déchiffrement des dépêches dont on veut
pénétrer le sens. Il recommande de compter d'abord le nombre de
caractères différents employés dans la missive, lesquels ne peuvent
excéder 21 ou 22; s'il s'en trouve davantage, le déchiffrement est
plus difficile, puisqu'il y aurait alors des caractères superflus ou
inutiles. Lorsque les caractères différents sont au-dessous du nombre
21 ou 22, il faut savoir quelles sont les lettres qui manquent, tâche
délicate à laquelle on ne peut procéder que par conjectures.

Porta s'occupe des moyens de distinguer des voyelles les consonnes.
D'abord, toute les fois qu'on rencontre dans le cours de la missive
cinq caractères différents et fréquemment répétés, on peut être assuré
que ce sont des voyelles. En second lieu, on peut observer quelles
sont les lettres qui sont répétées le moins fréquemment, ce sont les
consonnes _q_, _x_, _y_ et quelquefois l'_h_; en troisième lieu, les
lettres isolées qui ne tiennent à aucun mot sont assurément des
voyelles. En quatrième lieu, lorsque les mêmes formes de caractères
commencent ou achèvent un mot, on doit présumer qu'il y a des
voyelles, car il n'arrive jamais qu'un mot commence ou finisse par
deux consonnes (n'oublions pas que Porta écrit en latin, et que c'est
à cette langue que s'appliquent tous ses raisonnements).
Cinquièmement, il faut faire attention que, lorsqu'au milieu d'un mot
il se trouve deux consonnes, la lettre qui précède et celle qui suit
sont certainement des voyelles. Cependant les lettres _h_, _l_ et _r_
font quelquefois exception à cette règle, puisqu'on les trouve placées
en troisième consonne dans le mot. Il faut savoir aussi que deux
voyelles peuvent être à côté l'une de l'autre, et que, par conséquent,
les lettres placées avant et après sont des consonnes.

Notre auteur dirige ensuite sa perception sur les moyens qu'on peut
employer pour découvrir les places qu'occupent les consonnes. Il peut
s'en trouver quatre de suite dans un même mot, comme _phthisie,
diphthongue_: alors l'_h_ aspirée se trouve placée la seconde et la
quatrième; lorsqu'il y a trois consonnes de suite, comme dans
_phrase_, _thrône_, la lettre _h_ est la seconde; et il n'y a que
trois consonnes qui admettent l'_h_, savoir _c_, _p_, _t_. Il y a
quatre consonnes qu'on appelle liquides ou mouillées, savoir _l_,
_m_, _n_, _r_. La consonne _b_ admet les lettres _l_ et _r_; exemple:
_blanc_, _bras_. La consonne _c_ les admet pareillement; par exemple:
_clair_, _scribe_. L'_r_ n'admet que l'_h_. Il est rare de trouver
ensemble l'_m_ et l'_n_, comme dans _Mnemosyne_; le _g_ et l'_n_ comme
dans _ignare_.

Porta développe ainsi de longues et minutieuses observations sur le
retour plus ou moins fréquent des voyelles, sur leur combinaison avec
les consonnes, mais ces détails se rattachent à la langue latine et ne
sont pas susceptibles d'une application exacte à d'autres idiomes.

Dans le quatrième livre de son traité, Porta étudie la mutation de la
valeur des lettres, de façon qu'un même caractère puisse représenter
tantôt un _a_, tantôt un _p_, tantôt un _m_.

Il faut d'abord se faire des caractères inconnus qui représentent
vingt lettres de l'alphabet (le _k_, l'_x_, le _j_ et le _v_ étant
exclus); on a un triple cadran, dont celui du centre est mobile; tous
trois divisés en 20, 24 ou 28 parties égales, de manière que les
espaces de chacun se correspondent très-exactement. Le grand cadran
contiendra la suite des nombres depuis 1 jusqu'à 20, 24 ou 28. Le
second cadran moyen contiendra la série des vingt lettres de
l'alphabet et quatre ou huit cases en blanc, et le petit cadran
concentrique mobile portera les vingt signes en caractères
représentatifs des lettres de l'alphabet, immédiatement placés
au-dessus d'elles. Il faut d'abord écrire en écriture courante l'avis
secret qu'on veut envoyer; puis, cet écrit est mis en caractères
représentatifs des lettres de l'alphabet; mais, pour rendre cette
écriture très-difficile à découvrir, on fait, à chaque lettre, avancer
d'un cran le cadran mobile, de sorte que le caractère qui représentait
un _d_ représente un _e_; pour la lettre suivante, ce même caractère
représente un _f_; et ainsi des autres. De cette manière, le même
caractère ayant diverses représentations, il est aisé de sentir tout
ce qu'un pareil moyen jette d'obscurité dans une correspondance
secrète; mais il faut que les correspondants aient chacun un
instrument pareil et concertent d'avance entre eux la manière de
s'entendre.

On comprend que nous ne pouvons entrer ici dans la description
détaillée des combinaisons dont ce procédé est susceptible; on le
trouve, dans l'ouvrage de Porta, accompagné d'exemples et de figures
compliquées. Pour suppléer aux cadrans ci-dessus, il donne une table
de permutation très-propre à changer à volonté les signes
représentatifs.

Les alphabets, fabriqués à plaisir et n'offrant ainsi aucun trait de
lumière aux investigations des curieux, tiennent une grande place
dans le traité du savant napolitain.

Voici un des modèles de ces alphabets qu'indique Porta et qu'il
regarde comme indéchiffrables. On partage les lettres en trois groupes
de trois lettres et en six groupes de deux, de la façon suivante:

  +-------+-------+-------+
  | a l u | b m x | c n z |
  +-------+-------+-------+
  |  d o  |  e p  |  f q  |
  +-------+-------+-------+
  |  g r  |  h s  |  i t  |
  +-------+-------+-------+

Pour répondre à ces neuf groupes, on forme neuf caractères de la forme
que voici:

  [Forme] [Forme] [Forme] [Forme] [Forme] [Forme] [Forme] [Forme] [Forme]

et on ajoute à chacun d'eux un, deux ou trois points, afin d'exprimer
la place qu'occupe dans le tableau la lettre de l'alphabet qu'on veut
représenter; ainsi l'_n_ sera représenté par [Forme et point], le _g_
par [Forme et point], l'_u_ par [Forme et point] et le mot _Rome_
s'écrira: [Forme et point] [Forme et point] [Forme et point] [Forme et
point]

On donnera aux neuf caractères telle forme qu'on voudra, et il est de
fait que des signes pareils offriront, à quiconque n'en possède pas la
clef, une énigme absolument indéchiffrable.

Parmi les divers procédés sur lesquels il s'étend avec une
complaisante prolixité, Porta n'oublie pas la méthode dont Trithème
avait déjà formulé le principe; il propose un alphabet où chaque
lettre est accompagnée d'un mot.

  a  Deus.
  b  creator.
  c  salvator.
  d  servator.
  e  judex.
  f  Domine.
  g  redemptor.
  h  liberator.
  i  sapiens.
  k  bone.
  l  benigne.
  m  æterne.
  n  juste.
  o  clemens.
  p  sancte.
  q  caste.
  r  adjuva.
  s  tuere.
  t  libera.
  u  conserva.
  w  sustenta.
  x  protege.
  y  defende.
  z  ignosce.

Au lieu de chaque lettre, il s'agit d'écrire le mot qui correspond à
cette même lettre dans le tableau ci-dessus. Ainsi, pour exprimer le
nom de _Roma_, on mettra: _Adjuva clemens æterne Deus_; et la
traduction du mot _hostis_ (l'ennemi) sera _liberator clemens tuere,
libera sapiens tuere_.

On comprend, d'ailleurs, que ce procédé n'offrirait pas de bien
grandes difficultés à un déchiffreur un peu sagace et au fait des
ressources de son art.


§ III.

     Blaise de Vigenère.

Profitant des recherches de Trithème et de Porta, un écrivain français
du seizième siècle, plus fécond que judicieux, Blaise de Vigenère[3],
mit au jour un gros volume in-4º, lequel ne renferme pas moins de 600
pages consacrées à la Cryptographie. L'auteur n'a point su se
préserver de l'écueil contre lequel ses prédécesseurs étaient venus
échouer. Au lieu de poser clairement et nettement des règles précises,
au lieu d'indiquer des procédés faciles à comprendre, il se plonge
dans l'océan des rêveries cabalistiques. Il reproduit, en général, les
inventions cryptographiques de Porta.

[Note 3: Mort en 1596; il remplit d'importantes fonctions
diplomatiques, et il traduisit un grand nombre d'auteurs grecs et
latins; ses traductions sont aujourd'hui vouées à l'oubli le plus
profond, de même que son _Traité des Comètes_ et son _Traité du feu et
du sel_, quoique ce dernier écrit (c'est un livre d'alchimie) ait
obtenu trois ou quatre éditions en France, et qu'il ait même rencontré
des traducteurs qui l'ont fait passer en latin et en anglais.]

Parmi les diverses méthodes qu'indique Vigenère, nous allons essayer
de faire comprendre la suivante:

Dressez un tableau composé de huit colonnes et disposé de la manière
qui suit:

  +---+----+----+----+----+----+----+----+
  |   | AA | BB | CC | AB | AC | BC | CB |
  +---+----+----+----+----+----+----+----+
  | A | a  | d  | g  | l  | o  | r  | u  |
  | B | b  | e  | h  | m  | p  | s  | x  |
  | C | c  | f  | i  | n  | q  | t  | z  |
  +---+----+----+----+----+----+----+----+

On cherche, parmi les petites lettres, celle que l'on veut écrire, et,
à sa place, on pose les deux capitales qui sont dans la case
supérieure correspondante à cette lettre; on y joint la capitale de la
ligne horizontale placée à gauche, et on transcrit ces capitales ou
petites lettres; ainsi, pour écrire _le roi_, on voit que la lettre
_l_ correspond par en haut à AB, et à gauche à la lettre A: on pose
_aba_; l'_e_ sera _bbb_; le mot _roi_ s'exprimera par: _bca_, _aca_,
_ccc_.

Vigenère n'oublie pas l'usage qu'on peut faire de deux exemplaires
d'un même livre: on convient de recourir à une page, la première
venue; on se met d'accord sur une ou deux lignes de cette page, et on
indique les diverses lettres de l'alphabet par des chiffres
correspondant à l'ordre dans lequel ces lettres se présentent. En
prenant pour exemple la troisième ligne du feuillet 3 de l'ouvrage de
Vigenère lui-même, on opérera sur la phrase suivante:

  «Partie de son âme dont elle constitue la différence.»

et on dressera le tableau suivant:

  p a r t i e d s o n  m  l  ....
  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ....

On aura soin de négliger les lettres répétées et de continuer ce
travail sur la ligne suivante si toutes les lettres de l'alphabet ne
se trouvent pas dans la ligne choisie.

De cette manière, ces deux mots, _le pape_, seraient représentés par
les chiffres suivants:

  12.6.   1.2.1.6.

Le _roi_ s'exprimerait en écrivant:

  12. 6. 3. 9. 5.

Vigenère remarque que ce chiffre est inexpugnable, sans la
communication du secret, car que serait-il possible de conjecturer
là-dessus?

Les vingt-quatre caractères de l'alphabet usuel lui paraissant trop
simples et trop susceptibles d'être devinés, Vigenère invente des
chiffres de 72, de 64, de 48 caractères; chaque lettre est représentée
par deux, trois ou quatre signes imaginés à plaisir et qu'on peut
varier à l'infini.

Une autre combinaison consiste à indiquer chaque lettre de l'alphabet,
sur un chiffre; mais, afin de dérouter les curieux, on entremêle les
lettres, car les écrire à rebours de la façon suivante:

  Z Y X ... B  A
  1 2 3 ... 23 24,

serait trop naïf. On peut les diviser en deux séries, dont voici un
modèle:

  H I L M A B C D E,

ou bien les placer de cette manière:

  L A M B N C
  1 2 3 4 5 6,

ou bien, enfin (car ces arrangements sont susceptibles de
modifications presque infinies), assigner à chaque lettre un chiffre
de convention.

  a      15
  b       9
  c      11
  d      20
  e       3
  f      18
  g      24
  h      19
  i      16
  k       7
  l       9
  m      13
  n       1
  o      23
  p       5
  q      12
  r       8
  s      22
  t       4
  u      10
  v       2
  x      14
  y      17
  z       6

De cette manière, _Lyon est pris_, s'exprimerait par: 917 231, 3224,
581622.

Et certes, quelqu'un qui n'aurait pas le secret du chiffre attribué
arbitrairement à chaque lettre, se trouverait dans l'impossibilité
presque absolue de deviner le sens de ces nombres mystérieux.

Vigenère n'oublie point «un bel artifice de se réserver un second sens
caché parmy le premier, si l'on estoit surpris et contraint d'exhiber
son chiffre;» mais les explications qu'il donne à cet égard sont
confuses et d'une longueur telles, que, si nous avions la patience de
les transcrire, peu de personnes sans doute auraient celle de les
lire.

Le défaut de la plupart des procédés qu'indique le _Traité des
chiffres_, c'est une extrême complication: l'auteur fait un usage
immodéré de lettres de diverses couleurs, et il expose, d'une façon
souvent très-peu claire, des systèmes de chiffres tellement
mystérieux, que celui qui voudrait en faire usage se trouverait
peut-être lui-même dans un embarras inextricable pour déchiffrer ce
qu'il aurait écrit.

Vigenère fait observer que la Cryptographie se retrouve dans la
plupart des professions:

«Les hommes de tout temps ont esté curieux de se tracer chacun pour
soy quelques notes secrètes pour se receler de la cognoissance des
autres, comme les marchands en leurs marques et papiers de compte; les
médecins, en leurs pieds de mouche; les jurisconsultes, en leurs
paragraphes.»

Il expose avec complaisance un moyen de transmettre un avis, sans
avoir recours à l'écriture, mais en employant des grains de diverses
matières, accouplés deux a deux et arrangés comme des chapelets.

  grains    d'or,  d'argent,  d'ébène,  d'ivoire.
  d'or        A        B         C          D
  d'argent    E        H         I          L
  d'ébène     M        N         O          P
  d'ivoire    R        S         T          V

De sorte que le mot _deus_, par exemple, aurait pour expression, en
suivant les lignes horizontales: deux grains d'or et d'ivoire, deux
d'argent et d'or, deux grains d'ivoire, deux d'ivoire et d'argent.

Après avoir expliqué ce procédé, Vigenère consigne, en son livre, la
réflexion que voici:

«Au rang des chiffres ou occulte écriture, on peut bien reléguer aussi
les minutes des greffiers, notaires, sergens et semblables manières de
gens de pratique, et encore l'écriture de beaucoup de personnes, qu'à
peine autres qu'eux sçauroient lire, quoiqu'elle ne soit que des
lettres ordinaires, mais difformées de telle sorte, qu'on n'y sçauroit
presque rien discerner. Or, laissant à part ces vicieux chaffourements
qui procèdent d'insuffisance, il y en a d'autres qui consistent en
perspective, car, en y regardant de front, on n'y sçauroit rien
discerner de lisible, mais l'accommodant obliquement en l'assiette qui
luy est propre, ce qui estoit imperceptible apparoist. Il y en a
d'autres qui dépendent de la seule acuité de la vue, la lettre estant
si déliée que l'oeil à peine la peut comprendre: telle que s'est vue
de nostre temps celle d'un gentilhomme siennois, appelé _Spanocchio_,
qui écrivoit sur un velin, sans aucune abréviation, tout l'_In
principio_ de Saint-Jean, en autant ou moins d'espace que ne contient
le petit ongle, d'une lettre si exquise et si bien formée, qu'il ne
seroit pas possible de mieux faire. Pline, d'après Cicéron, allègue
que toute l'_Iliade_ d'Homère, qui contient de quatorze à quinze mille
vers, avoit esté escrite de si menue lettre en velin, qu'elle pouvoit
toute entrer en une coquille de noix.»

Le célèbre chancelier Bacon a, dans son traité _De dignitate et
augmentis scientiarum_ (livre VI, ch. 1), fait connaître un chiffre,
dont il est l'inventeur, et qui est basé sur les permutations de deux
lettres seules, _a_ et _b_, combinées par groupes de cinq. Ces deux
lettres sont susceptibles de 32 combinaisons de ce genre; il y en a
donc plus qu'il n'en faut pour exprimer l'alphabet tout entier, et
cet _alphabetum liluterarium_ (c'est ainsi que le nomme Bacon) pourra
s'écrire de la façon suivante:

  a     aaaaa
  b     aaaab
  c     aaaba
  d     aaabb
  e     aabaa
  f     aabab
  g     aabba
  h     aabbb
  i     abaaa
  k     abaab
  l     ababa
  m     ababb
  n     abbaa
  o     abbab
  p     abbba
  q     abbbb
  r     baaaa
  s     baaab
  t     baaba
  u     baabb
  w     babaa
  x     babab
  y     babba
  z     babbb

On comprend, du reste, qu'au lieu des lettres _a_ et _b_ on peut
prendre toute autre dont on aura envie, ou bien les remplacer par
quelque signe algébrique, ou par une marque quelconque a laquelle on
voudra s'attacher. L'inconvénient de cet alphabet, c'est que tout mot
ordinaire se trouve représenté par cinq fois plus de lettres. _Paris_,
par exemple, se traduira par _abbba aaaaa baaaa abaaa baaab_.
Lorsqu'on voudra écrire _Espagne_, il faudra prendre la peine de
tracer _aabaa baaab abbba aaaaa aabba abbaa aabaa_. Une phrase un peu
longue se trouvera ainsi exiger beaucoup de temps et une attention
fort soutenue, pour être écrite sans que quelque erreur ne vienne s'y
glisser.

Bacon a prévu que le mystère de son alphabet ne serait pas
très-difficile à découvrir, et il a dû chercher quelques moyens, afin
de mettre sa pensée à l'abri des curieux: il a donc imaginé ce qu'il
appelle l'_alphabetum biforme_. Après avoir déchiffré la dépêche
écrite d'après la méthode que nous venons d'exposer, on n'arrive point
encore au véritable sens: il est enveloppé dans les lettres qui sont
mises en majuscules dans l'alphabet _biforme_, lettres qu'indique à
ceux qui ont la clef de ce procédé les groupes de lettres auxquels
elles correspondent.

Pour faire comprendre ceci, il est indispensable de transcrire d'abord
ce nouvel alphabet, tel qu'il se montre dans l'ouvrage de Bacon.

  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab
  AA  aa  BB  bb  CC  cc  DD  dd
  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab
  EE  ee  FF  ff  GG  gg  HH  hh
  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab
  II  ii  KK  kk  LL  ll  MM  mm
  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab
  NN  nn  OO  oo  PP  pp  QQ  qq
  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab
  RR  rr  SS  ss  TT  tt  VV  vv
  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab  ab
  uu  WW  ww  XX  xx  YY  ab
  ZZ  zz

Supposé maintenant qu'on veuille donner avis à quelqu'un de s'enfuir,
en lui faisant passer le mot latin _fuge_, on écrira d'abord la phrase
suivante, qui présente un sens tout opposé:

  _Manere te volo donec venero._

En prenant dans l'alphabet ci-dessus les lettres _a_ et _b_ qui
correspondent aux lettres dont est formée cette phrase, on mettra:

  aabab   baabb   aabba   aabaa
  Maner   etevo   lodon   ecvenero

Ces quatre groupes d'_a_ et de _b_ réunis par cinq, indiquent, d'après
les combinaisons de l'Alphabet Biforme, les quatre lettres qui forment
le mot FUGE.

Il faut reconnaître que les explications trop succinctes et très-peu
claires que donne Bacon à l'égard de ses procédés de chiffres,
laissent beaucoup à désirer. L'idée d'employer les combinaisons des
lettres n'est cependant point indigne d'une attention sérieuse: il y a
le germe de tout un système de chiffres qui n'a pas de limites.

Remarquons, en effet, que des mathématiciens ont cherché le nombre des
combinaisons que peuvent offrir les 25 lettres de l'alphabet groupées
ensemble de toutes les manières imaginables: ils ont trouvé le chiffre
formidable de 42 quadrillons, 163,840 trillions, 398,198 billions,
058,854 millions, 693,625. Pour saisir toute l'énormité de ce nombre,
il faut se souvenir qu'on a démontré que, pour écrire toutes les
combinaisons qu'il énonce, il serait indispensable de se procurer une
feuille de papier qui aurait 421,300 fois l'étendue de la superficie
de la Terre.


§ IV.

     Jérôme Cardan.

Cet Italien célèbre, qui toucha à toutes les questions[4] et qu'une
vaste érudition, jointe à des talents très-distingués, n'a point
préservé d'une accusation de folie, a dit quelques mots de la
Cryptographie dans son ouvrage _de la Subtilité_; les voici d'après la
vieille traduction française:

«Prenez deux peaux de parchemin de mesme grandeur et semblablement
réglées et lignées; vous y ferez séparément des trous assez petits,
mais toutefois de la grandeur et hauteur du corps que vous avez
accoutumé faire vostre lettre: l'un de ces pertuis pourra tenir sept
lettres, l'autre trois, l'autre huit ou dix, de sorte que tous les
trous ou pertuis qu'aurez faits pourront tenir ensemble cent vingt
caractères ou lettres. De ces deux peaux, vous donnerez l'une à celuy
auquel vous désirez escrire, et vous retiendrez l'autre à vous; et,
lorsque voudrez escrire le plus brief et succinct que vous pourrez, de
sorte que vostre escriture n'excède pas ledit nombre de cent vingt
caractères ou lettres: qui est tout ce que les espaces et pertuis
susdits pourront comprendre. Et après, sur les pertuis, faits comme je
l'ay dit, vous escrivez, au feuillet de papier qui est dessous, le
sujet et sentence que voudrez; et, après, à un autre feuillet, et
conséquemment au troisième. Cela estant fait, vous remplacez les
espaces et distances qui demeureront vides, ainsi augmentant ou
effaçant jusques à tant que vostre sentence et sujet apparoissent et
se montrent. Vous accomplirez la seconde sentence au second feuillet
de papier, faisant extrait en telle sorte, sur la première, qu'il
semblera et apparoistra que les mots et paroles soient suivants et
consécutifs l'un après l'autre. La troisième adapterez aussi à telle
sorte et manière, que, sans aucune interruption ni intermission des
premières lettres, l'ordre, la sentence, le nombre des paroles avec la
grandeur se trouveront et apparoistront, retenant mesure, sujet et
intelligence. Et après appliquerez, sur ce papier escrit en cette
manière, le parchemin que pour cette cause vous aurez taillé et percé,
faisant en tout et partout, aux extrémitez des trous ou perçures, de
petits et subtils points, jusques à tant que le sujet et intelligence
des lettres parviennent en la sorte que vous désirez les escrire. Et
après, celuy à qui vous les enverrez, mettant sur elles son exemplaire
percé (comme il est dit), entendra subitement et facilement la
conception de vostre volonté.»

[Note 4: L'édition de ses _Opera omnia_ (Lyon, 1663, 10 vol. in-folio)
ne renferme pas moins de 222 traités en ouvrages divers. On peut
consulter, à l'égard de cet étrange écrivain, Buhle, _Histoire de la
Philosophie_, tom. IV, p. 730-739 de la traduction française; la
_Rétrospective Review_, tom. I, p. 94-112; un article de M. Mercey,
_Revue de Paris_, juin 1841; un mémoire de M. Franck, lu en 1841 à
l'Académie des sciences morales et politiques. Quant au mérite de ses
travaux scientifiques, on peut consulter l'_Histoire des Sciences
mathématiques en Italie_, par M. Libri, tom. III, p. 107, et
l'_Histoire de la Chimie_, par M. Hoefer, tom. Il, p. 99. Cardan a
trouvé deux biographes, l'un en Italie (Mantovani, _Vita di Cardano_,
Milano, 1821, 8º), l'autre en Angleterre (G. I., _the life and times
of G. Cardan_, London, 1836, 2 vol. 8º).]


§ V.

     Le duc de Brunswick.

Au commencement du seizième siècle, un duc de Brunswick-Lunebourg,
Auguste le Jeune, se livrait avec ardeur à l'étude; il publia divers
écrits sous le pseudonyme de Gustave Selenus. _Selenus_, du grec
_Selène_ (la lune), était une espèce de traduction du mot _Lunebourg_;
_Gustave_ est l'anagramme d'_Auguste_. Le jeu des échecs,
l'horticulture, l'art d'écrire en chiffres, occupèrent tour à tour
l'attention de ce prince; son livre sur le sujet que nous traitons ici
a pour titre: _Systema integrum Chryptographiæ_; c'est un in folio de
près de 500 pages.

Trithème a fourni la majeure partie des procédés décrits dans ce gros
volume, où il se trouve malheureusement beaucoup d'idées
cabalistiques; les exemples étant pour la plupart empruntés à la
langue allemande, il n'y a pas moyen de les reproduire textuellement.

Parmi les méthodes que décrit le duc Auguste, en voici une dont nous
n'avons pas encore fait mention:

Formez trois colonnes, en inscrivant, à côté des cinq voyelles
répétées trois fois, les consonnes de l'alphabet:

  a   _b_   a   _h_   a   _p_
  e   _c_   e   _k_   e   _q_
  i   _d_   i   _l_   i   _r_
  o   _f_   o   _m_   o   _s_
  u   _g_   u   _n_   u   _t_

Au lieu d'écrire les lettres qui emportent les mots que vous voulez
chiffrer, vous inscrivez celles qui leur correspondent. Vous mettez
par exemple un _i_ en place d'un _r_, _et vice versa_, un _o_ en place
d'un _f_, ainsi de suite.

Pour écrire _l'empereur d'Autriche_, vous mettrez _icoakitk
iaguieak_.

Rien n'empêche d'employer à rebours un alphabet ainsi dressé ou de
substituer quelques lettres à d'autres, en suivant une marche dont on
sera convenu: cela augmentera beaucoup les difficultés du
déchiffrement. Au moyen de méthodes semblables, le prince allemand
montre comment les mots suivante: _Cras expectabis adventum meum_,
peuvent se traduire par _zfxubzmsbeugpgeurmiothrha_.

Les alphabets imaginaires et forgés à plaisir, que fait connaître le
prince, sont, pour la plupart, la reproduction ou l'imitation de ceux
qu'on trouvait déjà dans le livre de Porta; il a pris la peine de
faire graver (page 282) l'alphabet qu'une tradition très-peu
authentique attribue à Salomon, et il n'a point oublié celui dont les
habitants du pays d'Utopie font usage, à ce qu'affirme Thomas Morus.
Il a lui-même inventé un moyen d'exprimer les lettres, au moyen d'un
système de lignes brisées, obliques, parallèles, etc., ou bien grâce à
des groupes de points disposés de diverses manières. Nous pensons
qu'il serait superflu de donner la reproduction de ces alphabets
fantastiques, car le champ des inventions de ce genre est sans
bornes.



CHAPITRE III.

RÈGLES ET PROCÉDÉS DE CRYPTOGRAPHIE.


§ Ier.

     Préceptes généraux.

Maintenant laissons de côté les méthodes aujourd'hui abandonnées
qu'exposent les écrivains du seizième siècle, et cherchons à faire
comprendre quelques-unes des règles auxquelles se conformaient, dans
leurs dépêches chiffrées, les diplomates du siècle dernier, règles qui
servent encore habituellement de guide à leurs successeurs.

Les signes de ponctuation sont supprimés, ou bien, lorsqu'il est
nécessaire d'en faire usage, afin de donner plus de clarté au texte
chiffré, on les indique par une marque particulière. Les accents et le
trait d'union sont abolis.

On emploie ce qu'on nomme des non-valeurs (_otiosi characteres_), afin
de dérouter les curieux. Par exemple, on peut convenir que tous les
nombres composés entre 200 et 400, entre 825 et 950 ne signifient rien
et qu'il ne faut point en tenir compte dans le déchiffrement. Le
déchiffreur non initié perdra beaucoup de temps à vouloir trouver un
sens là où il n'y en a pas et sera complétement fourvoyé.

Parfois, on a recours à un chiffre de contre-sens; on convient que les
phrases chiffrées, comprises entre deux marques convenues, telles que
des croix, des parenthèses, des chiffres déterminés à l'avance, etc.,
doivent être entendues dans un sens diamétralement opposé à celui
qu'elles présentent. Par exemple, la phrase chiffrée: «Le roi est
malade, mais il va mieux et sa guérison est certaine,» doit être
interprétée ainsi tout autrement: «Sa mort est certaine.»

Il n'est pas mal d'employer dans une dépêche chiffrée des mots de
diverses langues; le mystère sera encore plus difficile à percer; en
voici un exemple: _L'armée de l'Empereur se réunit aux troupes du
roi_; écrivez, en faisant usage du latin, de l'allemand, du français,
de l'espagnol, de l'anglais; _exercitus der Kayser se réunit à las
tropas of the king_. Chiffrez ensuite, et il sera presque impossible
de découvrir ce que vous avez confié au papier.

Les mots écrits avec des abréviations convenues à l'avance, présentent
une ressource avantageuse; il est bon de les indiquer au moyen d'un
signe convenu.

On a vu des hommes d'État employer la méthode d'écriture hébraïque,
c'est-à-dire ranger les chiffres de droite à gauche.

Un procédé qui n'est pas très-compliqué consiste à dresser le tableau
suivant:

  abcd  efgh  iklm  nopq  rstu xyz
   1     2     3     4     5    6

et l'on exprime chaque lettre du mot qu'on veut déguiser par un double
chiffre, dont le premier représente le groupe de lettres et le second,
le rang qu'occupe dans ce groupe la lettre qu'on a en vue. Ainsi,
l'_r_ s'exprime par 51, le _g_ par 23; pour écrire _festina lente_, on
mettra:

  22 21 52 53 31 41 11 33 21 41 53 21

Il n'est pas sans exemple qu'on joigne au chiffre convenu pour
représenter telle ou telle lettre, un nombre invariable qui, joint à
ce chiffre, en donne un autre, sur lequel les efforts les plus
opiniâtres n'ont guère de prise, lorsqu'on ne connaît pas le secret.
Supposons qu'on soit convenu que le chiffre 8 représente l'_l_, 74
l'_é_, 31 l'_r_, 26 l'_o_, 59 l'_i_; pour écrire le _roi_, on
mettrait 8 74 31 26 59; mais, si on ajoute 6 à chacun de ces nombres,
on aura 14 80 37 32 65.

Il va sans dire qu'au lieu d'ajouter, on est parfaitement maître de
retrancher, de multiplier, de diviser: l'essentiel est que les deux
correspondants se mettent bien d'accord sur la marche qu'ils adoptent.


§ II.

     Chiffre imaginé par Mirabeau.

L'imagination active de Mirabeau touchait à tout; il inventa, dans un
moment de loisir, une méthode de chiffre qui n'est pas sans mérite.
Divisez l'alphabet en cinq parties égales, désignez d'abord chacune
des cinq divisions par un numéro, indiquez ensuite par des numéros
chacune des lettres que vous aurez groupées arbitrairement:

          1
    c  f  g  u  z
    1  2  3  4  5

          2
    x  n  m  o  k
    1  2  3  4  5

          3
    s  e  h  b  g
    1  2  3  4  5

          4
    d  l  y  q  w
    1  2  3  4  5

          5
    n  i  r  t  v
    1  2  3  4  5

Les chiffres 6 à 9 et 0 sont regardés comme non-valeurs.

On range sur deux lignes les chiffres qui expriment la lettre qu'on
veut représenter; la première de ces lignes désigne le groupe; la
deuxième la place qu'occupe dans ce groupe la lettre en question. On
indiquera donc l'_h_ par 3/3, le _t_ par 5/4, le _d_ par 4/1; à côté
de ces chiffres, tantôt à droite et tantôt a gauche, on mettra des
non-valeurs afin de dérouter; en conséquence, ces mots _le Danube_
s'exprimeront, si l'on veut, par:

  74  3948  27  50  16  3639
  82  2019  26  18  47  4827

On comprend de reste, que ceci peut être susceptible d'une multitude
de combinaisons diverses.


§ III.

     Dictionnaire de convention.

Un procédé, très-souvent mis en usage, consiste à former une espèce de
dictionnaire dans lequel des mots sont remplacés par d'autres; en
voici un exemple:

  Allies,     lui.
  Amiral,     quand.
  Arriver,    être.
  Armistice,  car.
  Attraper,   pourquoi.
  Attendre,   amie.
  Avenir,        2
  Balance,    oui.
  Baron,         3
  Bavarois,   amen.
  Bois,       et.
  Camp,          7
  Canon,      doit.
  Cavalerie,  bon.
  Conseil,       w.
  Définitif,  mais.
  Deux,       voir.
  Demander,   événement.
  Descendre,  loi.
  Division,   non.
  Dix,        art.
  Empereur,   est.
  Entre,      tôt.
  Événement,  demande.
  Faux,         8
  Favori,     jamais.
  Fureur,     demain.
  Général,      6
  Gloire,     104
  Gouverneur, selon.
  Hommes,     tard.
  Honneur,    gagné.
  Ici,        il.
  Inventeur,  hier.
  Levé,       eux.
  Lignes,     nous.
  Maréchal,   cerf.
  Manoeuvres, fin.
  Mille,      âne.
  Naples,     crue.
  Nouvelles,  quart.
  Opération,  sot.
  Ordre,      ni.
  Ostracisme, x.
  Partis,     et cætera.
  Peur,          z.
  Question,   ami.
  Querelle,   troc.
  Quand,      bleu.
  Ravin,      grand.
  Renfort,    son.
  Risquer,    bas.
  Ruiner,     loup.
  Sottise,    vert.
  Surseoir,   or.
  Suisse,     froid.
  Terrain,    fier.
  Trois,      corde.
  Tuer,       rond.
  Union,      Vienne.
  Vivres,     choix.
  Volontaires, lois.
  Voyage,     Gand.

Mots perdus qu'on intercale dans les phrases:

_Assez_, _après_, _beaucoup_, _beauté_, _carré_, _dîner_, _honneur_,
_loterie_, _mer_, _noire_, _port_, etc.

En se servant de cette table, voici comment on pourra rendre le
passage suivant:

«Le Conseil n'a rien statué de définitif. Il paraît cependant qu'on ne
balance qu'entre deux partis, celui de risquer la levée du camp et
celui de demander un armistice.»

«Le _w_ n'a encore rien, _or_ de _mais_. Il paraît cependant qu'on ne
_oui_ que _tôt voir etc._, celui de _bas_ la _eux_ du 7 et celui de
_événement_ un _car_.»


§ IV.

     Lettres et mots exprimés par des chiffres.

Une des méthodes les plus généralement arrêtées consiste à représenter
chaque lettre et un certain nombre de mots, de syllabes et de noms
propres, par des chiffres; afin de mieux dérouter les investigations,
on exprime la même lettre ou le même objet par divers chiffres; les
noms de nombre eux-mêmes se traduisent par des chiffres. On forme
ainsi des tableaux qui portent le nom de _chiffre chiffrant_; en voici
un modèle.

  a     6   19  500    46
  b     8   50  250    20
  c     4    2  125    18
  d    11   41   65    87
  e    31   47  201   900
  f    49   96  113  6998
  g    23   43   68   100
  h    39   93  200  8446
  i    57   89   98   105
  k    64   86  244  9797
  l    51   69   83   111
  m    13   63   92   536
  n    54  102  107  5886
  o    58   79  129  7654
  p    21   95  140   999
  q    35   84  110  1220
  r    59   81  108   548
  s    52   74  103  1370
  t    56   82  104   925
  u    53   97  112  1000
  v    32   94  203  1266
  x    34  114  300   966
  y    67   78  201  6740
  z    42   91  106   120

MOTS ET SYLLABES.

    au,                  72    99    1150    40
    de,                  45    77      66  1777
    en,                   1    15      12  1401
    est,                 76  1944      30    85
    et,                   7   101    1186    90
    été,                 27   128    1650   171
    ici,                130   270      29  2224
    le,                   9    88     109  1444
    mais,               234    71     489  2991
    non,                127    28    1849    55
    on,                  88   887      75   649
    ou,                  70  2471     666    48
    pour,              63 b  72 b     740   830
    que,                 80     3      25   400
    le roi,             812   699     778   816
    la reine,           770   817     644   555
    le ministre N,       60    44     776   670
    le prince N,        779    61     825   819
    l'armée,            700   790     970  1200
    il est parti,       576  1620    1718   600
    il est de retour,    62    33     892   697
    il est malade,     5699   733     834   690
    il est mort,        671   863     540  4559
            ,           2 b  96 b    86 c  88 d
            .           9 b  90 b    92 c  98 d
            ;           5 x   6 x    11 x  50 x
            1            14    26    20 b    24
            2            16    73      18    22
            3             9   188      37    38
            4             1    10      15    56
            5           115   132     650   663
            6           119   138     192   290
            7           116   134     195   274
            8           118   189     194   271
            9           117   136     189   289
            0           190   280     651   661
    Non-valeurs,       3000 à 4500
    Contre-sens,   [Signe] et : [Pt.]

Supposons qu'on veuille chiffrer les lignes que voici:

«Le roi est parti le 12 du courant pour l'armée, avec le prince N. et
le ministre N. [Signe] il a de bonnes intentions pour votre Majesté
[Signe]; l'armée, forte de 150,000 hommes, doit passer le Danube.»

On fera précéder cet avis de quelques mots qui lui donneront
l'apparence d'une missive relative à quelque opération de commerce ou
de banque, et on écrira:

«Je n'ai pu encore réussir à effectuer l'emprunt que vous désirez
contracter et au sujet duquel vous m'avez écrit. 3000 4499 812 576 9
14 16 11 53 courant 21 58 53 81 69 6 108 13 31 47 19 32 201 4 3017 779
7 3778 66 14 b [Signe] 98 83 46 45 20 129 54 102 900 103 105 107 104
201 5886 925 98 7654 102 52 63b 1266 96 536 90 b [Signe] 700 66 24 18
190 280 651 661 39 58 13 63 47 74 11 129 98 82 21 6 52 74 201 81 88 65
500 102 112 5 31. Cette affaire pourrait avoir à Hambourg des chances
de réussite.»

Les mots, _bonnes intentions_, étant affectés du chiffre de
contre-sens, il faut comprendre: _mauvaises intentions_ ou _peu
favorables_.


§ V.

     Théorie des chiffres chiffrants et déchiffrants.

Les auteurs de l'_Encyclopédie méthodique_ ne pouvaient oublier, dans
leur vaste répertoire de _omni re scibili_, l'art de l'écriture en
chiffre; voici le résumé des notions qu'ils exposent à cet égard:

Lorsqu'un agent diplomatique part pour une ambassade ou une légation,
le ministère des affaires étrangères lui remet ordinairement trois
_chiffres_, le chiffre chiffrant, le chiffre déchiffrant, et le
chiffre banal. Le chiffre chiffrant, partagé en colonnes, marque dans
la première non-seulement les lettres de l'alphabet, mais aussi les
syllabes, les mots et les phrases dont cet agent aura probablement
besoin dans le cours de sa négociation, les noms des souverains ou
république, de leurs principaux ministres, etc. Cette colonne est
quelquefois imprimée, mais la seconde colonne, remplie en écriture par
le département des affaires étrangères, renferme les nombres, chiffres
ou caractères par lesquels on juge à propos de désigner la lettre, le
mot ou la phrase, comme dans le modèle suivant:

  _Chiffre chiffrant._

  a                    45.  260.  311.  1020.  805
  b                     9.  506.   33.  1110.   21
  c                    15.   36   444     20  1006
  l'empereur,          44    31  1117
  le roi d'Espagne,    35.   88.  301.  1144
  l'armée des alliés,  80.   95  1022    888
  le pape,             50   302   467     19
  avantage,            18.   75.   63
  brouiller,           22.   79   103

On a soin de ranger par ordre alphabétique les noms substantifs, les
verbes et les phrases, selon leurs lettres initiales, pour la
commodité du chiffreur, et l'on emploie divers nombres dont il peut se
servir à son choix, afin de désigner le même mot; grâce à cette
précaution, en cas d'incident, il devient plus difficile de déchiffrer
la dépêche.

Les articles d'une dépêche qui mérite le secret se chiffrent tout au
long; on n'y met point de mots écrits en caractères ordinaires, parce
que ces mots, quelque indifférents qu'ils puissent paraître, se
trouvant dans le chiffre, peuvent faire deviner une partie du sens ou
du moins découvrir la matière qu'on traite. Il ne faut pas négliger de
distinguer tous les mots par un point, qu'on met derrière chaque
nombre, puisque, sans cette précaution, une dépêche serait
indéchiffrable pour le correspondant, qui ne pourrait se servir de sa
clef et qui verrait les nombres confondus.

Le chiffre déchiffrant marque, dans la première colonne à gauche, tous
les nombres dont le chiffre chiffrant est composé, depuis le plus bas
jusqu'au plus haut dans leur ordre naturel, et la colonne à droite
contient le mot, la phrase ou la lettre que chaque nombre désigne.
Lorsqu'on veut chiffrer quelque dépêche, on cherche dans ce chiffre
déchiffrant la signification de chaque mot qui se présente, et on
l'écrit au-dessus entre les lignes, qui doivent être espacées
convenablement, de même que les nombres éloignés les uns des autres à
une juste distance.

En voici un exemple:

   Le ministre d'ici est tout dévoué aux intérêts
  102    23       44  9  1204    76        336

  de l'Angleterre; c'est le fruit de dix mille
          888        54       21      68   9

  guinées semées à propos.
    519    1106     718


§ VI.

     Autres systèmes de chiffres.

Lorsqu'on soupçonne que les chiffres ont été vendus par des commis ou
des serviteurs infidèles, on tâche de tromper les gens qui ont fait
acquisition du chiffre.

Alors la Cour écrit à son ministre ou bien le ministre mande à sa Cour
le contraire de ses véritables intentions. On exprime en chiffre la
contre-partie des nouvelles qu'on veut transmettre; on met ensuite,
dans la dépêche, un signe, une marque, un caractère, un mot ou une
phrase, dont on est convenu avant le départ du négociateur, indice qui
annule non-seulement tout ce qui vient d'être dit, mais qui désigne
aussi qu'on doit l'entendre dans le sens opposé; c'est ce qu'on
appelle le _chiffre annulant_. Lorsqu'on découvre qu'une puissance
rivale essaye de corrompre nos employés, on lui fait parvenir
adroitement un faux chiffre, et on l'induit en erreur en écrivant des
contre-vérités.

La Cour donne quelquefois un chiffre différent à chacun de ses
ministres dans les pays étrangers; mais, comme il importe souvent au
bien des affaires générales, que ces ministres lient entre eux des
correspondances, on leur remet un chiffre banal qui leur est commun à
tous et dont ils peuvent se servir.

Le chiffre à simple clef est celui où l'on se sert toujours d'une même
figure pour désigner une même lettre.

Le chiffre à double clef est celui dans lequel on change d'alphabet à
chaque mot ou dans lequel on emploie des mots inutiles.

Une manière plus simple est de convenir d'un même livre peu connu, ou
d'une édition ancienne, imprimée au loin, presque ignorée: on forme
une clef de trois chiffres; le premier marque la page du livre qu'on a
choisi; le second désigne la ligne de cette page; le troisième marque
le mot dont on doit se servir. Cette manière d'écrire ne peut être
devinée que de ceux qui devineront d'abord à quel livre on a recours;
elle présente d'autant plus de difficultés, que, le même mot se
trouvant en diverses pages du livre, il est presque toujours désigné
par différents chiffres; le même chiffre revient rarement désigner le
même terme.

Nous allons maintenant passer en revue quelques-uns des systèmes de
Cryptographie que développent les auteurs du dix-huitième siècle,
systèmes dont le fond se trouve déjà chez Vigenère et chez Porta, et
qui ne sont pas indignes d'attention, quoique, n'ayant guère été mis
en usage, ils soient demeurés dans des livres condamnés à trouver peu
de lecteurs.


§ VII.

     Chiffre par excellence.

Tel est le nom que Dlandol, dans son _Contre-espion_, donne à un
chiffre, qui réunit, d'après lui, le plus grand nombre d'avantages que
l'on puisse désirer pour une correspondance secrète et qui les
réunirait tous sans exception, s'il n'était pas d'une exécution assez
lente. Cet inconvénient est compensé par l'immense difficulté, par
l'impossibilité même, on peut le dire, de découvrir, lorsqu'on ne
possède pas le mot de clef convenu entre les correspondants, le sens
d'une dépêche écrite de la sorte.

Pour faire emploi de ce chiffre, il faut d'abord que les deux
correspondants se munissent d'un carré, qui présente pour les lettres
ce que le carré arithmétique présente pour les chiffres, c'est-à-dire
que dans l'un on multiplie des lettres, comme des chiffres dans
l'autre, en cherchant le carré correspondant aux deux termes qui se
servent réciproquement de multiplicande et de multiplicateur.

Voulez-vous savoir, par exemple, combien font six fois quatre ou
quatre fois six? Cherchez, sur la première ligne horizontale de votre
carré, l'un de ces deux nombres; cherchez ensuite l'autre sur la
première ligne verticale, c'est-à-dire sur la première colonne. Voyez
ensuite quelle est la case qui correspond en même temps à chacune de
celles où sont ces deux nombres. Vous trouvez 24, qui est
effectivement le produit de six ou de quatre multipliés l'un par
l'autre. De même dans le carré de lettres, si vous voulez multiplier F
par M, vous trouverez S à la case qui répond à l'F de la première
ligne et à l'M de la première colonne. Vous trouvez également S à la
case qui correspond à l'M de la première ligne et à l'F de la première
colonne. Ceci posé, n'oublions pas qu'il y a un mot de clef dont les
correspondants conviennent entre eux. Supposons que ce mot de clef
soit _blanc-bec_ (et si nous prenons ce mot pour exemple, c'est qu'il
y a avantage à choisir des expressions peu usuelles et qui déjouent
tous les efforts d'imagination de ceux qui s'efforceraient de les
deviner). Il faut que vous multipliiez constamment, par les lettres du
mot choisi, toutes les lettres de la missive que vous voulez chiffrer;
puis, cela fait, vous placez chacune des lettres de _blanc-bec_ sous
chacune des véritables lettres que vous aurez à écrire, en répétant
sans cesse le mot convenu et en recommençant à l'inscrire aussitôt que
vous l'avez terminé.

Supposons que vous veuillez, vous, général d'armée, transmettre cet
avis:

«Nous devons décamper cette nuit:»

Vous le disposerez de la façon suivante:

Nous devons décamper cette nuit.

Blan cbecbl ancblabl ancbe cblan.

Dans cet arrangement, vous regardez chacune des lettres _vraies_ de la
missive, comme des chiffres d'un multiplicande et chacune des lettres
du mot de clef, comme un multiplicateur. Vous opérez ensuite de la
façon suivante:

En multipliant N, première lettre _vraie_ de la dépêche, par B,
première lettre du mot de clef, vous trouvez sur votre carré la lettre
P, à la case qui correspond d'un côté à l'N, de l'autre au B. Vous
placez P pour première lettre de la missive chiffrée.

La seconde vraie lettre est un O, la seconde lettre de la clef est L.
La case qui correspond à O et à L est un A, que vous posez comme
second caractère.

La troisième vraie lettre est un U, la troisième lettre du mot de clef
un A. La case qui correspond à l'une et à l'autre lettre, vous donne
V, et la case qui correspond ensuite à S (quatrième lettre vraie) et à
N (quatrième lettre du mot de clef), est G. Vous mettez pour troisième
et quatrième caractère de votre dépêche chiffrée: V G.

Continuant cette opération sur chaque mot de la dépêche vraie, vous
arrivez à la phrase chiffrée que voici:

  pavgggerpcesfcrsgddsxvjqxuu

Tant qu'on ne possédera pas le mot de clef, il sera impossible de
deviner le sens d'un pareil billet. Votre correspondant déchiffrera
sans peine cette missive, en faisant une opération inverse à celle que
vous avez accomplie.

Au-dessous du billet chiffré, il écrira chacune des lettres du mot de
clef. Il cherchera ensuite successivement dans la première colonne du
carré chaque lettre du mot de clef, et, à chaque lettre, il cherchera
sur la même ligne la lettre correspondante du billet chiffré. Alors la
lettre qui commence la colonne où se trouve cette lettre de chiffre
est la vraie; c'est celle qu'il faut écrire pour avoir la véritable
missive.

On remarquera que chaque fois qu'une lettre se présente dans la
dépêche _vraie_, elle donne dans la dépêche chiffrée un résultat
différent; aussi toute investigation demeure-t-elle stérile, lorsqu'on
ne possède pas les mots qui forment la clef d'un pareil chiffre.

Cette méthode est, au fond, sauf quelques légères différences, la même
que celle qu'expose le père Kircher, qu'il met en oeuvre au moyen d'un
tableau de chiffres (_abacus numeralis_), formé de lettres de
l'alphabet disposées horizontalement d'abord, verticalement ensuite,
et donnant ainsi un carré composé de 576 cases, dans chacune
desquelles est placé un chiffre. Le procédé qu'indique Neyron
(_Principes du droit des gens_, Brunswick, 1783, 8º, p. 170), rentre
dans une catégorie toute semblable.


§ VIII.

     Grille en châssis.

La manière d'écrire en chiffres au moyen d'une grille en châssis est
bien simple et d'un usage facile. Elle réclame peu de temps. Il s'agit
d'avoir un châssis découpé sur la longueur des lignes, comme le
désigne la figure; celui auquel on écrit possède un instrument tout
semblable.

Chacun des coins du châssis doit porter une marque différente, parce
que ce châssis peut se placer dans divers sens.

Après l'avoir posé sur une feuille de papier de même grandeur, en
faisant attention aux marques des quatre coins, on transcrit, dans les
ouvertures, l'avis qu'on veut transmettre. La lettre une fois tracée
d'après cette méthode, on lève le châssis, et, dans les intervalles
qui se rencontrent entre chacun des mots, on en écrit d'autres, afin
de remplir les vides; on doit autant que possible les choisir de
manière qu'ils puissent former un sens avec ceux qui ont été écrits
dans les ouvertures du châssis.

Le correspondant qui reçoit cette épître applique, par-dessus chaque
page, un châssis semblable; alors tous les mots inutiles se trouvent
masqués, et il n'a sous les yeux que les mots qui composent l'avis
qu'on s'est proposé de faire passer.

La lecture d'une des oeuvres les plus remarquables de M. de Balzac
(_Histoire des Treize_) a révélé l'existence de la _grille_ à bien des
personnes fort peu au fait des procédés de la Cryptographie. Il
s'agit, dans le passage ci-dessous, d'un agent de change, qui, ayant
en main une lettre adressée à sa femme, lettre qui présente un
non-sens continuel, vient consulter un de ses amis, employé au
ministère des affaires étrangères:

«--C'est une lettre à grille.. Attends.

«Il laissa Jules seul dans le cabinet, et revint assez promptement.

«--Niaiserie, mon ami! C'est écrit avec une vieille grille dont se
servait l'ambassadeur de Portugal sous M. de Choiseul, lors du renvoi
des jésuites... Tiens, voici!

«Jacques superposa un papier à jour, régulièrement découpé comme une
de ces dentelles que les confiseurs mettent sur leurs dragées, et
Jules put alors facilement lire les phrases qui restèrent à
découvert.»

Donnons un exemple de ce procédé.

Supposons qu'on veuille mander ceci:

«Vous me trouverez très-disposé à vous rendre.»

On écrit ces mots dans l'ordre et à la place que leur assigne la
grille dont on fait usage, et on remplit les intervalles, par d'autres
mots, de façon que le tout présente un sens assez raisonnable.

  Je [=vous=] prie de [=me=] mander si vous
  [=trouverez=] bon, mon [=très-=] cher, que je
  [=disposé=] dès [=à=] présent des effets que
  [=vous=] avez offert de me [=rendre=], etc.

Voici maintenant le vrai sens rétabli au moyen de la grille:

     [=vous=]         [=me=]
  [=trouverez=]          [=très-=]
  [=disposé=]     [=à=]
  [=vous=]                   [=rendre=]


§ IX.

     Chiffre au moyen d'un cadran.

Ce procédé est un peu compliqué. Il exige du temps et de l'attention,
mais il présente les plus grandes garanties d'un mystère impénétrable.

Vous tracez sur un carton un cadran, que vous divisez exactement en
vingt-quatre parties égales et sur chacune desquelles vous transcrivez
une des vingt-quatre lettres de l'alphabet.

Vous avez un autre cercle de carton mobile ayant un centre commun avec
le premier et pouvant tourner librement sur ce centre. Vous le divisez
en un même nombre de parties, et vous y transcrivez également les
diverses lettres de l'alphabet. Si les lettres sont rangées dans
l'ordre ordinaire sur les deux cadrans, l'emploi de ce moyen de
correspondance devient plus commode.

Le cadran mobile doit être placé de manière que ses divisions
correspondent exactement à celles du premier cadran. On le dispose de
la manière que l'on veut; et, si la lettre H, par exemple, du cadran
intérieur correspond à la lettre A du cadran extérieur, on place en
tête de la première ligne qu'on écrit les deux lettres H et A: elles
indiquent, à celui avec lequel on correspond, de quelle manière il
doit de son côté placer la machine parfaitement semblable dont il est
muni; sans une pareille indication préliminaire, il serait impossible
de parvenir à s'entendre.

Une fois les cadrans disposés, on prend la lettre que l'on veut
chiffrer et que l'on a d'avance écrite en caractères ordinaires; au
lieu de chacune des lettres dont les mots sont composés, on place, sur
la dépêche que l'on expédie, les lettres qui y correspondent sur le
cadran intérieur.

Si le mot que vous voulez chiffrer est celui de _roi_, par exemple,
vous mettrez, au lieu de l'_r_, la lettre _x_ qui y correspond sur le
cadran intérieur, et ensuite, au lieu des lettres _o_ et _i_, les
lettres _v_ et _n_; vous aurez ainsi _xvn_, et le déchiffrement de ce
que vous écrirez de la sorte sera presque impossible à celui qui ne
saura pas que vous vous servez des cadrans, et qui, le sût-il, ne
connaîtra pas quelle disposition vous leur donnez.

Vous continuez de même pour toutes les lettres dont se composent tous
les mots de la dépêche qu'il s'agit de déguiser.

Votre correspondant met à profit l'indication H A, dont il vient
d'être question: il donne à ses cadrans une disposition identique à
celle que vous avez adoptée; il cherche successivement sur le cadran
extérieur toutes les lettres qui répondent sur le cadran intérieur à
chacune de celles qu'il trouve dans votre missive, et il arrive ainsi
sans difficulté à traduire la dépêche qu'il a reçue.


§ X.

     De l'emploi des signes astronomiques.

Les signes astronomiques, c'est-à-dire ceux dont on fait usage pour
désigner les planètes et les diverses parties du zodiaque ont été
plusieurs fois mis en usage comme dans la Cryptographie. Supposé que
chaque lettre soit représentée par un de ces signes, il faudra
beaucoup de temps et de peine, pour écrire une dépêche en suivant une
pareille méthode, et le secret ne sera pas mieux caché. Un chiffre de
ce genre ne présente pas plus de difficulté que celui dans lequel
chaque lettre de l'alphabet est représentée par une autre lettre, _a_,
par exemple, étant remplacé par _d_, _b_ par _e_, _c_ par _f_, ainsi
de suite.

On éprouve moins d'embarras à faire usage d'un chiffre, dans lequel
les signes astronomiques sont mêlés à des lettres empruntées aux
alphabets hébraïque, grec ou latin, ou bien à des chiffres numériques,
à des figures de mathématiques. Chacun de ces signes exprime une
lettre, une syllabe ou un mot. Cette méthode était du goût des anciens
auteurs; mais aujourd'hui elle ne trouve guère de partisans. Vigenère
se plaît à en fournir des exemples qu'il développe avec sa prolixité
habituelle.

Voici, parmi les procédés de ce genre, le meilleur et le plus simple.
On partage l'alphabet en cinq parties ou plus; on place chacune de ces
sections dans un carré particulier, et on désigne chaque carré par un
signe astronomique convenu. Donnons-en un exemple.

  [=abcd [Gl.]=] [=efgh [Gl.]=] [=iklm [Gl.]=]

         [=nopq [Gl.]=] [=rstuz [Gl.]=]

Il vaut mieux de ne pas laisser les lettres de l'alphabet rangées dans
l'ordre habituel. Lorsqu'on veut faire usage des tableaux ci-dessus,
il faut, pour exprimer chaque lettre, écrire le signe qui dénote le
carré, et indiquer la lettre qu'on a en vue par un numéro qui
correspond à la place qu'elle occupe. L'_e_ se trouvera donc
représenté par [Gl.]1, l'_m_ par [Gl.]4, l'_o_ par [Gl.]2, etc. Si
l'on veut transmettre l'avis que «l'armée a passé le Danube,» on
mettra:

  [Gl.]3 [Gl.]1 [Gl.]1 [Gl.]4 [Gl.]e [Gl.]e [Gl.]1 [Gl.]3 [Gl.]1
       [Gl.]2 [Gl.]2 [Gl.]1 [Gl.]3 [Gl.]1 [Gl.]4 [Gl.]1
              [Gl.]n [Gl.]4 [Gl.]2 [Gl.]1.

Ce procédé est un peu long, puisque chaque lettre réclame remploi d'un
signe et d'un numéro; il ne présenterait pas de très-grandes
difficultés à un déchiffreur habile, s'il était mis en usage de la
manière que nous indiquons, mais il est aisé d'y ajouter des
complications qui en déguisent mieux le mystère.


§ XI.

     Signes de la mnémonique.

L'idée d'appliquer à la Cryptographie les signes imaginés pour la
mnémonique ou l'art de la mémoire, s'est naturellement présentée à
quelques imaginations. Jean-Henri Dobel, dans son _Collegium
mnemonicum ou Révolutions d'un nouveau secret de l'art de la pensée_
(en allemand, Hambourg, 1707, 4º), a travaillé en ce sens. Il désigne
par les numéros 1 à 23 chacune des lettres de l'alphabet; il traduit
ainsi en chiffres chaque phrase contenue dans la dépêche qu'on veut
rendre secrète. Enfin, il transforme ces chiffres en mots que donne sa
mnémonique chiffrée. Il écrit ces mots tout au long. Il arrive ainsi à
des séries de mots latins qui n'offrent aucun sens en apparence.

Dobel représente, dans ses procédés de mnémonique, les chiffres, par
des consonnes; ainsi 1--b, p, w; 2--c, k, q, x; 3--f ou v; 4--g ou j;
5--l; 6--m; 7--n; 8--r; 9--s; 0--d ou t. Veut-il exprimer
mnémoniquement ces chiffres, il prend des mots latins dans lesquels se
rencontrent les consonnes qui correspondent aux chiffres en question.
C'est ainsi que le nombre 567 aura pour expression les lettres _l_
_m_ _n_ et pour représenter ces lettres, il a recours aux mots:
_limen_, _lumen_, _lamina_, _columen_.

Ce procédé exige beaucoup de temps, de peine et de papier. Une page
entière d'écriture chiffrée est nécessaire pour exprimer quelques
lignes de la dépêche qu'il s'agit de transmettre. Ces inconvénients
sont cause qu'on n'a peut-être jamais fait usage de cette méthode
mnémonique, qui est, d'ailleurs, il faut en convenir, une de celles
dont l'interprétation présenterait le plus de difficultés.


§ XII.

     Correspondance au moyen d'un jeu de cartes.

Il faut avoir un jeu de cartes et disposer toutes les figures dans un
ordre quelconque dont on sera convenu avec son correspondant. On doit
également déterminer l'ordre du mélange qui doit se faire de ces
cartes.

Ces deux choses ayant été réglées, vous écrivez, comme d'ordinaire,
votre lettre sur une feuille de papier, et, arrangeant ensuite le jeu
de cartes dans l'ordre dont vous êtes convenu, vous les mêlez et vous
tracez sur chacune d'elles, en commençant par la première qui se
trouve alors dessus le jeu, successivement toutes les lettres qui
composent ce qui a été écrit sur le papier; lorsque vous avez placé
une lettre sur chacune de ces cartes, vous les mêlez de nouveau,
toujours dans le même ordre et sans y rien changer, et vous continuez
de placer de même toutes les lettres qui suivent; vous réitérez cette
opération jusqu'à ce que vous ayez transcrit toutes les lettres qui
composent ce que vous voulez mander. Ayez l'attention de mettre un
point après chacune des lettres qui terminent un mot, afin d'indiquer
la séparation de tous les mots.

Supposons qu'on soit convenu de se servir d'un jeu de piquet de
trente-deux cartes, disposé dans l'ordre qui suit, et de mêler ce jeu,
en mettant alternativement à chaque mélange trois cartes au-dessus des
trois premières et trois au-dessous. Le jeu étant remis dans son
premier état, chaque carte sera chargée des lettres ci-après.

On suppose que la lettre chiffrée contient la phrase suivante:

«Je connais trop, monsieur, l'intérêt que vous prenez à tout ce qui
peut augmenter ma félicité, pour retarder plus longtemps à vous
confier le dessein que j'ai formé de m'unir par les liens les plus
sacrés à la famille de...»

  ORDRE DES CARTES               LETTRES DE LA PHRASE
    convenu                        ci-dessus,

  entre ceux qui s'écrivent.     dans l'ordre où elles doivent
                                 se trouver
                                 sur chacune des cartes.

  _Mélange_,                     1  2  3  4  5  6
  as de pique,                   n  r  t  j  l  e
  dix de carreau,                s  e  a  n  u  r
  huit de coeur,                 i  n  r  q  s  e
  roi de pique,                  p  p  a  n  n  é
  neuf de trèfle,                m  e  f  f  s  s
  sept de carreau,               o  u  e  i  l  a
  neuf de carreau,               e  t  s  t  t  l
  as de trèfle,                  u  a  l  e  e  a
  valet de coeur,                r  u  v  m  s  f
  sept de pique,                 t  e  i  s  n  a
  dix de trèfle,                 r  s  t  c  l  m
  dix de coeur,                  o  a. e. o  r. i
  dame de pique,                 l  u  p  s  m. l
  huit de carreau,               i  s. o  s  e. l
  huit de trèfle,                n  p  u  o  d  e.
  sept de coeur,                 v  q  p  a  f  d
  dame de trèfle,                t  u  l  e. o  e.
  neuf de pique,                 s. i. u  j  r. etc.
  roi de coeur,                  t  g  e  e  e.
  dame de carreau,               e  m  r. r. m
  huit de pique,                 r  e  m  l  u
  valet de trèfle,               o  t  d  p. p
  sept de trèfle,                n  o  e  s. a
  as de coeur,                   n  a  r. a. r.
  neuf de coeur,                 c  e. r. v  l
  as de carreau,                 s  o  r  o  j
  valet de pique,                t. o  e  u  e
  dix de pique,                  J. t. l  e. e
  roi de carreau,                e  c  i  d  s
  dame de coeur,                 c  e. c  e  p
  roi de trèfle,                 q  n  n  a  s
  valet de carreau,              n  t  g  y. a

Toutes les lettres qui composent les mots de la dépêche qu'on veut
chiffrer ayant été séparément transcrites sur ces trente-deux cartes,
comme il vient d'être indiqué, vous mêlerez indistinctement ce jeu de
cartes, et vous l'enverrez à votre correspondant.


Manière de lire.

Celui qui reçoit ce jeu de cartes le dispose d'abord (eu égard à la
figure des cartes) dans l'ordre qui a été convenu; il en fait un
premier mélange, et transcrit successivement et de suite toutes les
lettres qui se trouvent les premières en tête de chacune de ces
trente-deux cartes, en ayant bien attention de ne pas les déranger de
leur ordre; après quoi, il les mêle de nouveau et recommence cette
même opération jusqu'à ce que toutes les lettres soient transcrites:
ces lettres forment naturellement le discours contenu dans la dépêche
en chiffres.

Une précaution qui n'est pas à dédaigner consiste à écrire en encre
sympathique les caractères tracés sur ces cartes: si elles viennent à
tomber entre des mains indiscrètes, rien n'indique l'existence du
secret qui leur a été confié.


§ XIII.

     De l'emploi des lettres nulles, afin de cacher le sens d'une
     dépêche.

On écrit _en clair_ la dépêche qu'on veut transmettre, mais on y mêle
des mots et des syllabes de façon à obtenir une suite de mots
étrangers n'appartenant à aucune langue et qui ne présentent aucun
sens. On partage les mots composés de plusieurs syllabes, et d'un mot
on en fait plusieurs, en ajoutant des lettres que le déchiffreur
regarde comme _nulles_.

Voici un passage emprunté à la _Germanie_ de Tacite et écrit d'après
un pareil système.

Dans la première ligne, les trois premiers mots: _Lampsi deso saleu_,
et le dernier: _nous_, sont nuls.

Dans chacune des lignes suivantes, le premier et le dernier mot le
sont également.

Dans chacun des autres mots placés dans ces diverses lignes, la
première et la dernière lettre sont nulles. Il va sans dire que le
choix des syllabes et des lettres affectées de nullité est
parfaitement indifférent.

Ceci posé, on peut écrire la phrase suivante. Nous mettons en
italique, pour plus de clarté, les lettres qu'il faut conserver; mais,
dans la dépêche chiffrée, rien ne doit distinguer ce qui est valable
et ce qui est ajouté.

Lampsi deso saleu e_rege_su s_ex_a a_nobi_o nous futher c_litate_s
u_duces_n t_ex_t s_uirtute_y ai ma t_sumunt_a. o_nec_t g_regi_o
a_bus_o s_infini_e

et

yes a_ta_s s_aut_a a_libe_i st_ra_t s_potes_o e_tas_i,

par

la s_et_a s_duce_si sexema oplos s_potius_i sind mio s_quam_e s_impe_t
st_rio_p a_si_o o_promptui_m que

to e_si_t e_conspi_l a_cui_z. o_si_m s_ante_r s_asi_s do le s_em_o
s_agunt_u s_admi_o e_ratio_x a_ne_s s_prae_t y

allos o_sunt_y dorche.

Le passage de Tacite se trouve ainsi très-clairement énoncé:

_Reges ex nobilitate, duces ex virtute sumunt. Nec regibus infinita
aut libera potestas, et duces potius quam imperio si promptui, si
conspicui, si ante aciem agunt, admiratione præsunt._

Comme il serait fort long d'écrire en tête et à la fin de chaque ligne
un grand nombre de mots _nuls_, on simplifie de diverses manières le
système que nous venons d'indiquer.

On entremêle, aux mots de l'avis qu'on veut transmettre, des lettres
prises au hasard, de façon, par exemple, que chaque lettre vraie est
précédée de deux lettres fausses. Pour écrire _nemo est domi_
(personne n'est à la maison), vous mettrez:

     ex_n_pt_e_rk_m_bd_o_ vn_e_cs_s_mj_t_ lb_d_ku_o_ph_m_cu_i_.

Ou bien on mêle aux mots certaines syllabes qui n'ont aucun sens. Pour
dire: _Pater meus non est domi_, vous mettrez: _Pa_ba_t_eb_er_
_me_beub_us_ _no_bo_n_ eb_est_ _do_lo_mi_bi. _Fababribicabatober_
voudra dire: _Fabricator_.

Un procédé du même genre consiste à renverser les mots de l'avis à
transmettre, c'est-à-dire à les inscrire de droite à gauche, en
mettant au commencement et à la fin de chacun deux lettres qui ne
signifient rien; d'après cette méthode, pour écrire: «l'armée est
battue,» on pourra mettre: nb_eemral_xd ve_tse_jb iq_euttab_kf.

Tout ceci, on le comprend de reste, est susceptible de modifications
très-nombreuses; mais il faut reconnaître également qu'un déchiffreur,
ayant de l'expérience et bien versé dans les mystères de la
Cryptographie, n'aurait pas beaucoup de peine pour découvrir les
secrets cachés sous un pareil voile.


§ XIV.

     De la stéganométrographie.

Ce procédé est décrit en détail dans un ouvrage publié par Mathias
Uken, en 1751. Donnons une idée de ce chiffre, qu'on peut regarder à
juste titre comme un de ceux dont il serait le plus difficile de
trouver la clef.

Vous écrivez en caractères ordinaires l'avis que vous voulez
transmettre en secret, et vous placez sous chaque lettre un chiffre,
en ayant soin de faire suivre les numéros dans l'ordre habituel.

Supposons que vous voulez mander la nouvelle de la mort de l'empereur
d'Allemagne, nouvelle que vous exprimez en latin.

  HERI OBIIT
  1234 56789

   C   A   R   O   L   U   S   A   U   G   U   S   T   U   S
  10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21. 22. 23. 24.

   I   M   P   E   R   A   T   O   R
  25. 26. 27. 28. 29. 30. 31. 32. 33

Vous vous êtes muni d'un certain nombre de tableaux numérotés; chacun
d'eux porte les vingt-quatre lettres de l'alphabet, de A à Z, et, à
côté de chaque lettre se trouve inscrit la moitié d'un vers pentamètre
ou hexamètre. Les tableaux pairs contiennent les premiers hémistiches,
les tableaux impairs les seconds; de sorte qu'en réunissant les
tableaux 1 et 2, 3 et 4, 5 et 6, on obtient les vers entiers. En voici
un exemple:

    _Tableau_ 1.

  a  Ne mora te teneat

  b  Ne cunctare precor

  h  Ne dedigneris


    _Tableau_ 2.

  a  chartæ perfringere gemmam.

  b  sua vincula demere chartæ.

  e  peregrinam evolvere hartam.


    _Tableau_ 3.

  r  A tibi dilectis


    _Tableau_ 4.

  i  credi venere plagis.


    _Tableau_ 5.

  o  Non tibi damniferos


    _Tableau_ 6.

  b  depinget epistola casus.


    _Tableau_ 7.

  i  Lætitias mentis


    _Tableau_ 8.

  i  demat ut illa.

Cherchez dans le premier tableau l'hémistiche qui correspond à la
lettre H et dans le second celui qui est placé à côté de la lettre E;
voyez dans le troisième tableau quelle moitié de vers correspond à la
lettre R, et, dans le quatrième, examinez ce que vous donne I. En
écrivant à la place de chaque lettre l'hémistiche qui lui correspond,
vous exprimerez le mot _Heri_ de la manière suivante:

  Ne dedigneris peregrinam evolvere chartam,
  A tibi dilectis, credi venire plagis.

En suivant ce même procédé, vous compléterez facilement votre
dépêche.

Il convient de se servir d'un assez grand nombre de tableaux, afin de
ne pas se trouver dans le cas de répéter les mêmes vers, si la dépêche
est un peu longue. Uken a pris la peine de dresser quarante-quatre
tableaux qui contiennent 656 hémistiches et qui offrent ainsi le moyen
de chiffrer un avis composé de ce nombre de lettres.

Le déchiffrement est facile pour votre correspondant. Il prend ses
tableaux, lesquels doivent, cela va sans dire, présenter la
reproduction textuelle des vôtres; il cherche quelle est la lettre qui
correspond à chaque hémistiche, et, en écrivant successivement ces
lettres, il est promptement au fait de ce que vous lui demandez.

On voit que la stéganométrographie est pour les non initiés une énigme
dont le mot est introuvable; mais elle a l'inconvénient de prendre
beaucoup de temps et d'exiger des écritures considérables, puisque
chaque lettre de l'avis à transmettre se trouve, dans la dépêche
chiffrée, exprimée par plusieurs mots.


§ XV.

     Chiffre formé par un système de lettres et de points.

J. H. à Sunde, dans sa _Steganologia_, indique un chiffre assez
ingénieux, qui consiste dans l'emploi combiné des lettres et des
points. Les lettres sont réunies deux à deux, et, au-dessous de chaque
groupe, on place un système variable de points. La chose se dispose de
la sorte:

   ae    io    ub    cd    fg    hk    lm    np    qr    st    vy    xz
  [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.] [Pt.]

Au lieu de la lettre _a_ dans la dépêche à chiffrer, on place _e_ avec
un point devant; au lieu de l'_e_ on écrit _a_, en plaçant cette fois
le point après; au lieu du _d_ on écrit un _c_, que précèdent quatre
points disposés en carré; ainsi de suite. De cette façon, le mot
_amen_ se trouve exprimé par les lettres et les points qui suivent:

el [Pt.] a. [Pt.] p

et le mot _Rhin_ se chiffre de la sorte:

q [Pts.] [Pt.] h. o [Pt.] p


§ XVI.

     De la substitution des lettres les unes aux autres, d'après un
     système compliqué.

Il est un système de cryptographie qui consiste simplement à remplacer
les lettres de la dépêche par d'autres lettres rangées d'après un
ordre convenu. L'opération est longue, mais on obtient ainsi la
presque certitude d'échapper aux investigations, car le grand nombre
de combinaisons dont un pareil procédé est susceptible rend la
découverte de ce secret extrêmement difficile.

Supposons qu'on se soit mis d'accord pour ranger les chiffres 1 à 10
dans l'ordre suivant:

  1    2    3    4    5    6    7    8    9    10
  4.   7.   2.   9.   1.   10.  5.   3.   6.   8.

il faut alors que la première lettre de la vraie dépêche soit, dans
l'écrit chiffré, remplacée par la quatrième lettre de cette même
dépêche; la seconde, par la septième; la troisième, par la seconde; la
quatrième, par la neuvième; ainsi de suite.

On range par décade ou dizaine les mots de la dépêche à chiffrer.

Supposons qu'on veuille mander:

«Le roi de Hanovre est très-malade, et il ne peut vivre longtemps.»

On raisonnera de la sorte:

La première lettre de la dépêche, _l_, correspond à la quatrième, _o_;
la seconde, _e_, à la septième, _h_; la troisième, _r_, à la seconde,
_e_; la quatrième, _o_, à la neuvième, _n_, etc. On écrira en
conséquence les lettres qui forment successivement la dépêche
chiffrée.

À la seconde dizaine, on procède de même; la correspondance des
lettres se trouve toute nouvelle.

Voici comment les vingt premières lettres de la phrase prise pour
exemple se trouveraient chiffrées:

  ohenloirdaetrevsstre

Il importe de ne placer aucun point, aucun signe, qui indique la
séparation des mots ou la fin des dizaines; on peut très-bien,
d'ailleurs, au lieu de se borner à opérer sur dix lettres, étendre à
vingt ou à trente lettres ce système de remplacement. On peut aussi, à
chaque division nouvelle, employer pour les chiffres un ordre
différent, sur lequel on se sera mis d'accord. De cette manière, on
rendra le problème plus que jamais insoluble pour les non initiés;
mais il faut reconnaître que cette méthode prend du temps, et qu'à
moins d'une attention fort soutenue on est exposé, en chiffrant de la
sorte, à commettre bien des erreurs.


§ XVII.

     Chiffre inventé par Hermann.

Un professeur allemand, Hermann, se vanta, en 1752, d'avoir inventé un
chiffre absolument indéchiffrable; il mit tous les mathématiciens de
l'Europe et toutes les sociétés savantes au défi d'en découvrir la
clef. Un réfugié français, Beguelin, fut assez habile ou assez bien
inspiré pour la trouver dans l'espace de huit jours, et il publia les
détails de sa découverte dans les _Mémoires de l'Académie de Berlin_,
1758.

Le chiffre d'Hermann se compose de 25 caractères différents et des
neuf chiffres de l'arithmétique, de 1 à 9. À chacun de ces caractères
répond immédiatement au-dessous une lettre de l'alphabet, et chaque
mot est séparé du suivant par un point. Plusieurs de ces caractères en
ont un autre immédiatement au-dessus d'eux, et ces caractères
supérieurs sont en partie les mêmes que les inférieurs; quelques
autres signes, qui ne consistent qu'en points ou en simples lignes,
paraissent affectés à la rangée supérieure et ne se rencontrent nulle
part dans l'inférieure.

Après bien des tâtonnements et des vérifications, Beguelin reconnut
que le chiffre sur lequel il opérait était soumis à trois lois
particulières:

1º Tout caractère initial inférieur dont la valeur est au-dessus de 9
conserve sa valeur constante;

2º Tout caractère initial inférieur dont la valeur affirmative est
au-dessous de 10 vaut, dans cette place, le double de sa valeur
ordinaire.

3º Tout caractère initial inférieur dont la valeur négative est
au-dessous de 10 vaut, dans cette place, le double de sa valeur
ordinaire; plus une unité.

Diverses lois particulières découlaient de ces lois générales:

4º Le caractère supérieur initial conserve toujours sa valeur
ordinaire;

5º Le caractère supérieur ne sert qu'à déterminer par sa valeur la
lettre placée immédiatement au-dessous et nullement celle qui suivra à
droite, à moins que le caractère inférieur ne soit zéro;

6º Lorsqu'au milieu d'un mot il y a un signe ou un caractère
supérieur, ne fût-ce qu'un point, comme on a alors déjà deux valeurs
requises pour déterminer la lettre, on ne joint pas celle du caractère
qui précède à gauche;

7º Un point placé sur un caractère qui n'est pas un chiffre
arithmétique augmente toujours sa valeur d'une unité;

8º Un point placé dans la figure d'un tel caractère le rend
simplement négatif, sans rien ajouter ni diminuer à sa valeur;

9º Une valeur négative ou soustractive n'est telle que relativement au
caractère qui précède; toute valeur est affirmative ou additive par
rapport au caractère suivant. De là vient que l'initiale inférieure
est toujours affirmative, quoique le caractère soit négatif;

10º Comme les lettres répondent à des nombres affirmatifs, la
différence entre deux caractères, dont l'un est négatif, est toujours
censée affirmative, quoique la valeur du caractère négatif soit la
plus grande;

11º Lorsque le caractère à gauche est zéro, il faut ajouter la valeur
du caractère qui précède le zéro.

Tout cela était assez ingénieux, mais l'accumulation de ces lois rend
un pareil chiffre d'un usage bien peu commode. Il y a de la bizarrerie
dans la détermination de la valeur des lettres alphabétiques; et la
multiplicité des règles, jointe aux divers usages d'un même signe,
donnerait certainement lieu dans la pratique à bien des fautes
d'inadvertance.

Hermann eut tort d'annoncer son invention d'une manière emphatique; il
n'est guère de chiffre dont on ne puisse venir à bout, dès que l'on en
connaît la langue et que les mots sont distingués; à plus forte raison
laissent-ils échapper leur secret lorsqu'on n'a pas eu le soin
d'éviter le retour des mêmes signes pour exprimer la même lettre. Le
chiffre du professeur allemand roulait sur des valeurs numéraires; il
ne devait donc y entrer aucun chiffre arabe, ou du moins ceux-ci ne
devaient pas y conserver leur valeur connue.

Donnons maintenant un exemple de la façon dont se présentait le
chiffre en question; la phrase en langue allemande qu'Hermann avait
déguisée au moyen de sa méthode signifie dans une traduction mot à
mot et interlinéaire: «La orientale science, au lieu des lettres, avec
nombres et caractères, d'écrire.»

_Die orientalische Wissenschaft, anstatt der Buchstaben, mit Zahl und
Caractern zu schreiben._

[Illustration: Planche de signes.]

[Note 5: Voir la planche IX, à la fin du volume de l'Histoire de
l'Académie des sciences et belles-lettres de Berlin en 1758.]

Il n'a jamais été fait usage de ce chiffre, et il est demeuré dans le
domaine des théories imaginées à plaisir. En le perfectionnant, en
évitant les erreurs qu'avait commises Hermann et qui mirent
l'interprète sur la voie de sa découverte, on pourrait encore obtenir,
sinon un chiffre radicalement inexpugnable (le mot _impossible_ ne
doit pas être admis en cryptographie), du moins on en aurait un qui
présenterait les difficultés les plus formidables; mais une pareille
méthode resterait toujours un simple objet de curiosité, car elle
serait trop compliquée pour que la diplomatie en fît usage.


§ XVIII.

     De l'emploi des notes de musique.

Ce système de cryptographie repose sur le même principe que celui
dont la description se trouve dans la IXe section de ce chapitre. Vous
décrivez sur un carré de carton un cadran divisé en vingt-quatre
parties égales, et dans chacune d'elles vous transcrivez une des
lettres de l'alphabet. Un autre cadran mobile, sur un point central et
concentrique au premier, est divisé de même en un pareil nombre de
parties égales. Il est réglé circulairement, comme un papier de
musique. Vous marquez, dans chacune de ces divisions, des notes du
musique différentes les unes des autres. Vous n'oublierez pas de
tracer les trois clefs de la musique dans l'intérieur du cadran, et
autour de ses divisions les divers chiffres dont les compositeurs font
usage pour exprimer les divers temps ou mesures.

Vous fixez une des divisions quelconques du cadran extérieur, de
manière qu'elle se trouve vis-à-vis de celle du cadran intérieur:
chaque lettre du premier cadran répond à une note placée sur le
second.

Prenez ensuite une feuille de papier réglé tel que celui dont on fait
usage pour noter la musique; et, après avoir disposé vos deux cadrans,
placez, en tête de la première ligne de votre dépêche, celle des trois
clefs qui correspond aux mesures indiquées; ceci sert de règle à votre
correspondant, afin qu'il dispose de la même façon, avant
d'entreprendre le déchiffrement, le cadran qu'il a devant lui.
Transcrivez sur le papier réglé la note qui, sur le cadran intérieur,
répond aux lettres dont sont composés les mots de l'avis qu'il s'agit
de transmettre. Votre correspondant, instruit, par la clef de la
musique et par le chiffre qui désigne la mesure, de l'arrangement
qu'il doit donner à ses cadrans, substituera, en place de chaque note,
la consonne ou voyelle qui lui correspond.

En changeant de clef à plusieurs reprises, on rend le déchiffrement
plus difficile pour les personnes qui n'ont pas le cadran
cryptographique. Changer de clef, c'est disposer le cadran de façon
qu'une des trois clefs de la musique réponde à un temps ou mouvement
différent; ce qui peut s'effectuer à plusieurs reprises dans la même
lettre et ce qu'on indique de la manière ci-dessus signalée.



CHAPITRE IV.

DES DIVERSES SORTES D'ÉCRITURE ET DES DIFFÉRENTS LANGAGES DE
CONVENTION QUI SE RATTACHENT À LA CORRESPONDANCE OCCULTE.


§ Ier.

     Okygraphie.

M. H. Blanc, sous-chef du bureau de l'instruction publique à la
préfecture de la Seine, a proposé une écriture chiffrée de son
invention, dans un livre intitulé:

_Okygraphie, ou l'art de fixer par écrit tous les sons de la parole
avec autant de facilité, de promptitude et de clarté que la bouche
les exprime. Nouvelle méthode applicable à tous les idiomes,
présentant des moyens aussi vastes, aussi sûrs que nouveaux
d'entretenir une correspondance secrète dont les chiffres seront
absolument indéchiffrables._ Paris, 1802, _in_-12.

Les signes qu'emploie cette méthode sont beaucoup plus simples que
ceux de l'alphabet ordinaire. Ils se réduisent à trois: _i_, _c_,
[Signe]. On les écrit sur du papier réglé dans le genre de celui qui
sert à la musique, mais avec la différence que les lignes rangées à
côté les unes des autres sont au nombre de quatre seulement. Les trois
signes indiquent leur signification, de même que les notes de musique,
d'après la position qui leur est assignée sur les lignes, et, pour
chaque signe, cette position peut se combiner de huit manières
différentes. On obtient ainsi les vingt-quatre lettres de l'alphabet,
qu'on simplifie d'ailleurs en écrivant les mots tels qu'ils se
prononcent.

En combinant les signes de l'Okygraphie, en se mettant d'accord à
l'avance sur le sens qu'il faut attacher à chacun d'eux placé de telle
ou telle manière, en ayant recours aux non-valeurs et aux divers
stratagèmes bien connus des cryptographes, on peut arriver sans peine
à former un chiffre dont le mystère restera complétement impénétrable.
M. Blanc donne, par exemple, huit alphabets divers qu'il a formés
selon sa méthode, laquelle est susceptible d'en fournir une quantité
infinie.

L'attention de M. de Talleyrand, alors ministre des affaires
étrangères, fut appelée sur l'avantage qu'offrirait l'Okygraphie pour
la correspondance secrète des ambassades; M. Blanc nous fait savoir
qu'il reçut une lettre très-flatteuse signée de Son Excellence; cette
lettre rendait justice au mérite de l'Okygraphie, mais elle ajoutait
que, dans les bureaux et dans les légations, on était habitué, de
longue date, à des méthodes qui paraissaient satisfaisantes, et qu'il
n'y avait guère moyen d'y introduire l'emploi de procédés tout
nouveaux.


§ II.

     Pasigraphie.

Ce mot se compose de deux mots grecs, [Grec: pasi], _à tous_, [Grec:
graphô], _j'écris_. Écrire même à ceux dont on ignore la langue, au
moyen d'une écriture qui soit l'image de la pensée que chacun rend par
différentes syllabes, c'est ce qu'on nomme _Pasigraphie_.

Deux personnes, appartenant à deux pays différents et à deux langues
différentes, ne savent chacune que leur idiome; elles apprennent à le
pasigraphier; dès lors, ce que l'une écrit dans sa langue, l'autre
l'entend dans la sienne. Adaptez cette méthode à plusieurs langues, le
même écrit, le même imprimé sera lu en autant de langues, comme les
chiffres de l'arithmétique, les signes de la chimie et les notes de la
musique sont également intelligibles pour tout le monde, de Cadix à
Stockholm, de Boston à Calcutta.

M. de Maimieux est un des auteurs qui se sont le plus occupés de
Pasigraphie; dans le procédé qu'il emploie, il fait usage de douze
caractères; nous les reproduisons ici:

  [Gl.][Gl.][Gl.][Gl.][Gl.][Gl.][Gl.][Gl.][Gl.][Gl.][Gl.][Gl.].

Il serait très-long et d'un faible intérêt d'expliquer ici comment,
grâce à l'emploi de ces signes, il y aurait moyen de créer une
écriture universelle qui serait entendue de tous les peuples. M. de
Maimieux exprime lui-même en ces termes l'idée qui sert de base à sa
méthode.

«Le principal fondement de l'art pasigraphique est dans le moyen de
substituer le signe de la place des mots aux syllabes dont toutes les
langues composent leurs mots. Ces syllabes diffèrent d'un idiome à
l'autre, par l'effet de conventions locales qu'un étranger ne peut
connaître qu'après beaucoup d'études et un long usage. Chaque mot
présente des particularités qu'il faut savoir pour bien posséder une
langue, soumise, d'ailleurs, à des règles très-nombreuses, peu fixes,
souvent contradictoires et noyées dans un océan d'exceptions. La place
du mot pasigraphié demeurant la même pour tous les peuples, ceux-ci
s'entendent facilement, puisque les signes de la place du mot, devenus
le corps du mot, restent les mêmes, de quelques lettres que soit formé
le mot placé dans la ligne, si d'ailleurs la méthode est réduite à
douze signes qui n'éprouvent aucune exception.»

Les signes de la Pasigraphie peuvent être employés dans l'écriture en
chiffres. Parmi les écrivains qui se sont occupés du problème de la
langue universelle, les uns, comme M. de Maimieux, ne font usage que
d'un petit nombre de caractères; d'autres (Becker, notamment, dans sa
_Notitia linguæ universalis_) ont recours à une foule de signes qui
rappellent un peu les notes tironiennes et qui se composent de lignes
droites ou courbes, combinées de diverses manières et de façon que
chaque signe exprime un mot et une idée. L'emploi d'un pareil système
serait évidemment entouré de difficultés multipliées; l'application à
la Cryptographie de signes aussi peu connus n'offrirait que de bien
minces avantages; aussi, dans la pratique, n'a-t-on jamais songé à y
recourir.


§ III.

     Hiéroglyphes.

Nous ne saurions oublier ici divers symboles, dont l'antiquité fit
usage, afin d'énoncer des préceptes, des leçons, des faits qui
demeuraient lettre close pour le vulgaire et dont l'érudition moderne
s'efforce de retrouver la clef perdue depuis bien des siècles.

Parmi les différents systèmes d'écriture mis en usage dans le but
d'exprimer ces idées qui restaient un mystère pour les non initiés,
les fameux hiéroglyphes de l'ancienne Égypte tiennent le premier rang.

Diodore de Sicile, au livre III de sa _Bibliothèque historique_, parle
des caractères hiéroglyphiques employés par les Égyptiens. Après avoir
dit que ces caractères offrent à nos yeux des animaux de tout genre,
des parties du corps humain, des ustensiles, des instruments,
principalement ceux dont font usage les artisans, il expose dans les
termes suivants les motifs qui leur ont fait donner ces formes: «Ce
n'est point, en effet, par l'assemblage des syllabes que chez eux
l'écriture exprime le discours, mais c'est au moyen de la figure des
objets retracés et par une interprétation métaphorique basée sur
l'exercice de la mémoire.»

Le témoignage de cet historien grec est confirmé par celui d'un
historien latin: Ammien Marcellin constate que, «chez les anciens
Égyptiens, chaque lettre représentait un mot et quelquefois même une
phrase entière.»

Vers la fin du second siècle, saint Clément d'Alexandrie, parlant des
voiles mystérieux dont on s'est plu souvent à entourer la science pour
n'en permettre l'abord qu'aux initiés, observe qu'on ne pouvait
atteindre que par des degrés successifs le terme le plus élevé de
l'instruction, qui était la science des hiéroglyphes.

Trois sortes d'écritures ont été connues des anciens Égyptiens. Les
hiéroglyphes, qui représentent fidèlement des objets de la nature et
des produits de l'art, ont été regardés comme symboliques; Champollion
a fini par ne plus voir, dans ces signes, que des caractères
idéographiques; et, sans entrer ici dans une discussion qui aurait le
double tort d'être très-longue et de nous éloigner beaucoup du sujet
que nous avons en vue, nous ferons remarquer que, quel que soit
l'éclat des ingénieuses découvertes du savant illustre que nous venons
de nommer, les théories qu'il a formulées soulèvent encore, hors de la
France surtout, de vives objections de la part d'érudits fort
distingués.

L'écriture _hiératique_ ou sacerdotale est regardée comme une
tachygraphie des hiéroglyphes, et les signes vulgaires ou
_démotiques_, comme une abréviation des hiératiques.

La fameuse inscription de Thèbes, la seule dont l'explication soit
parvenue jusqu'à nous, exprimait, par les hiéroglyphes d'un enfant,
d'un vieillard, d'un vautour, d'un poisson, d'un hippopotame, la
sentence suivante: «Vous qui naissez et qui devez mourir, sachez que
l'Éternel déteste l'impureté.»

Voici en quels termes M. Champollion Figeac, le frère du célèbre
créateur des études égyptiennes, résume les notions les plus
généralement reçues au sujet des hiéroglyphes: «L'écriture
hiéroglyphique, proprement dite, se compose de signes représentant des
objets du monde physique, animaux, plantes, arbres, figures de
géométrie, etc.; le tracé est parfois simplement linéaire; quelquefois
il est entièrement terminé et même colorié. Le nombre de ces signes
est d'environ huit cents.

«L'écriture hiératique est une véritable _tachygraphie_ de la
précédente. Comme les signes hiéroglyphiques ne pouvaient être
convenablement tracés que par des personnes exercées dans l'art du
dessin, on créa un système d'écriture abrégée dont les signes étaient
d'une exécution facile, système qui n'eut d'ailleurs rien
d'arbitraire. Chaque signe hiératique fut un abrégé du signe
hiéroglyphique; au lieu de la figure entière du lion couché, par
exemple, on traça l'esquisse d'une partie de son corps, et cet abrégé
du lion conserva, dans l'écriture, la même valeur que la figure
entière.»

Dans des pays très-éloignés des rives du Nil, on trouve une écriture
hiéroglyphique, qui offre, à certains égards, des analogies
remarquables avec les procédés des Égyptiens. Les Mexicains, avant la
conquête des Espagnols, avaient également recours à des figures
d'hommes, d'animaux, etc., pour énoncer leurs idées.

Les noms des villes de Meacuilxochitl, Quauhtinchan et Tchuilojocan
signifient _cinq fleurs_, _maison de l'aigle_ et _lieu des miroirs_.
Pour indiquer ces trois villes, on peignait une fleur placée sur cinq
points, une maison de laquelle sortait la tête d'un aigle, et un
miroir d'obsidienne.

Divers manuscrits hiéroglyphiques mexicains ont échappé à la
destruction, et ils figurent parmi les objets les plus précieux que
possèdent les grandes bibliothèques de l'Europe. M. de Humboldt en a
copié quelques pages dans son bel ouvrage intitulé: _Vue des
Cordillères_ (Paris, 1819, 2 vol. in-8º). Une magnifique publication
spéciale, faite aux frais d'un riche Anglais, a reproduit tout ce qui
subsiste en ce genre. Voir les _Antiquities of Mexico comprising
fac-similes of ancient mexican paintings and hieroglyphics, by lord
Kingsborough_ (London, 1831, 9 vol. in-fol.). Cet ouvrage a coûté à
son auteur plus de 25,000 livres sterling (un million). Il en est
rendu compte dans le _Bulletin des Sciences historiques_, publié par
M. de Férussac, t. XVII, p. 63, et dans la _Revue encyclopédique_, t.
XLIX, p. 148.

Ce n'était pas, d'ailleurs, au Mexique seulement, qu'on avait recours
à pareilles images.

Les indigènes de la Virginie avaient des peintures appelées
_Sagkokok_, qui représentaient, par des caractères symboliques, les
événements qui s'étaient accomplis dans l'espace de soixante ans;
c'étaient de grandes roues divisées en soixante rayons ou en autant de
parties égales. Lederer (_Journal des Savants_, 1681, p. 75) rapporte
avoir vu dans le village de Pommacomck un de ces cycles
hiéroglyphiques, dans lequel l'époque de l'arrivée des blancs sur les
côtes de la Virginie était marquée par la figure d'un cygne vomissant
du feu, pour indiquer à la fois la valeur des Européens, leur arrivée
par eau et le mal que leurs armes à feu avaient fait aux hommes
rouges.


§ IV.

     Langage au moyen des gestes.

Le langage au moyen des gestes peut être regardé comme formant l'une
des branches de la Cryptographie; il permet à celui qui l'emploie de
faire connaître ses idées d'une manière qui échappe aux personnes qui
ne sont pas au fait de pareils secrets. Les anciens connaissaient cet
art. Un écrivain grec, Nicolas de Smyrne, a laissé un petit traité,
intitulé: _De numerorum notatione per gestum digitorum_ (Paris, 1614,
in-8º); cet opuscule est devenu très-rare, mais il a été réimprimé
dans des recueils publiés par Possin et par Fabricius, et plus
récemment dans les _Eclogæ physicæ_ de Schneider. Les Romains
portèrent au plus haut degré les ressources de la pantomime, et l'on
trouve, chez Pétrone, l'expression de _manus loquaces_.

Au huitième siècle, Bède le Vénérable, célèbre religieux anglais que
l'estime publique a placé presque au rang des Pères de l'Église,
écrivit un traité _De loquela per gestum digitorum_, traité qui est
compris dans le volumineux recueil de ses oeuvres[6].

[Note 6: Tome 1er de l'édition de Cologne, 1688, 8 vol. in-folio. Bède
s'appuie sur l'autorité de Plutarque, de Pline, d'Apulée, de Juvénal,
pour prouver que l'art dont il s'occupe d'énoncer les règles était
connu des anciens.]

Tous les lecteurs de Rabelais se rappellent de quelle façon Panurge
fit _quinault l'Angloys qui arguoyt par signes_.

D'après un mémoire d'H. Dunbar, inséré dans les Actes de la _Société
philosophique de l'Amérique du Nord_, il se rencontre, parmi les
nombreuses tribus indiennes répandues le long du Mississipi, des
individus qui savent tirer un parti admirable des ressources de la
pantomime pour exprimer leurs idées. Malgré la diversité des langues
en usage chez ces peuplades belliqueuses, ils n'ont jamais besoin
d'interprètes, et ils réussissent toujours à se faire comprendre sans
avoir à prononcer un seul mot, tant leurs gestes, exécutés d'après un
système universellement adopté, sont pleins d'énergie, de netteté et
d'à-propos.

Nous sortirions des limites de notre sujet, si nous parlions ici du
langage manuel en usage parmi les sourds-muets. Nous nous contenterons
de mentionner un alphabet qu'on peut appeler _alphabet facial_.

M. Bertin, dans son _Système universel et complet de sténographie_
(Paris, an XII), fait connaître un alphabet de son invention, d'après
lequel la position des doigts sur le visage sert à transmettre tout
ce qu'on veut faire savoir. Il laisse de côté les voyelles isolées _o_
et _u_, et il exprime par un même signe les lettres telles que _g_ et
_j_, _q_ et _k_, qui donnent des sons à peu près identiques.

  _Lettres_.        _Traits physionomiques_.

    b         Doigt placé diagonalement sous l'oeil droit et en
                    regard du nez.

    d         »     sur le coin droit de la bouche.

    FV        »     sur le coin gauche.

    GJ        »     sur la joue gauche.

    h         »     au sommet de la tête.

    KQ        »     sur la lèvre supérieure.

    l         »     placé diagonalement sur l'oeil gauche.

    m         »     sur la bouche.

    n         »     sur la lèvre inférieure.

    p         »     sur la fossette du menton.

    r         Bouche ouverte.

    s         Doigt couché horizontalement sur l'intervalle des
                    lèvres.

    t         »     sur le nez.

    x         »     au cou.

    y         »     à l'intervalle des sourcils.

    on        »     au front.

    ou        »     perpendiculairement sous l'oreille droite.

    oui       Doigt horizontalement près de l'oreille gauche.

    au        »     à l'aile droite du nez.

    eu        »     au sourcil droit.

    ai        »     à l'aile gauche du nez.

    a         »     au sourcil gauche.

    i         »     à la tempe droite.

    e         »     à la tempe gauche.

    le, la, les, »  placé verticalement devant la figure.

    _nom d'homme_,  main ouverte.

    _fin de mot_,   doigt fermé.

    _fin de phrase_,   main fermée.

    _numération sténographique_, emploi du pouce au
                     lieu du doigt.

On emploie deux doigts à la fois pour exprimer une lettre qui se
répète.

Si l'on veut aller plus vite, on emploie encore deux doigts à la fois,
en ayant soin de convenir que le pouce est la première, et l'index la
seconde.

Vigenère a fait très-succinctement mention de cette méthode, lorsqu'il
dit un mot en passant de «l'entreparler tacitement par les doigts en
les élevant ou les plaquant sur la bouche ou sur l'un des yeux.»


§ V.

     Langage des fleurs.

C'est dans les sérails que l'art ingénieux de correspondre avec des
fleurs a pris naissance; il fait partie des moeurs orientales. «Les
Chinois, dit un écrivain ingénieux, ont un alphabet composé
entièrement avec des plantes et des racines; on lit encore sur les
rochers de l'Égypte les anciennes conquêtes de ces peuples exprimées
avec des végétaux étrangers. Ce langage est donc aussi vieux que le
monde, mais il ne saurait vieillir, car chaque printemps en renouvelle
les caractères, et cependant la liberté de nos moeurs l'a relégué
parmi les amusements des harems. Les belles odalisques s'en servent
souvent pour se venger du tyran qui outrage et méprise leurs charmes;
une simple tige de muguet, jetée comme par hasard, va apprendre à un
jeune icoglan que la sultane favorite, fatiguée d'un amour tyrannique,
veut inspirer, veut partager un sentiment vif et sincère. Si on lui
renvoie une rose, c'est comme si on lui disait que la raison s'oppose
à ses projets, mais une tulipe au coeur noir et aux pétales enflammés
lui donne l'assurance que ses désirs sont compris et partagés; cette
ingénieuse correspondance, qui ne peut jamais ni trahir ni dévoiler un
secret, répand tout à coup la vie, le mouvement et l'intérêt dans ces
tristes lieux qu'habitent ordinairement l'indolence et l'ennui.»

Dans un pareil langage, la rose signifie une jeune fille: blanche,
elle indique la constance en amour; jaune, elle exprime l'infidélité.

Un oeillet veut dire un homme, et les couleurs diverses, les variétés
d'espèce de la fleur, caractérisent cet homme au physique comme au
moral.

L'étoilée exprime l'idée de père ou de mère; si la fleur est rouge,
les parents sont indulgents et bons; si elle est violette, ils sont
rigoureux et sévères. L'hyacinthe veut dire: ami ou amie.

Indiquons le sens attaché à d'autres fleurs:

  oreille-d'ours,    soeur ou frère.
  pensée,            veuf ou veuve.
  renoncule,         soldat.
  camomille,         médecin.
  tubéreuse,         supérieur.
  fleur d'oranger,   richesse.
  violette,          patrie.
  amarante,          jour.
  pavot,             nuit.
  cresson,           promenade.
  jasmin d'Espagne,  visite.
  marguerite,        demande.
  pied-d'alouette,   voyage.
  jasmin,            jardin.
  myrte,             épouser.
  romarin,           pleurer, s'affliger.
  anémone,           se réjouir.
  basilic,           pleurer, s'affliger.
  menthe,            craindre.
  muguet,            innocent, bon.
  lierre,            éternel.
  giroflée rouge,    aujourd'hui.
  » blanche,         demain, l'avenir.
  » violette,        hier, jadis, le passé.
  narcisse,          je, moi.
  ortie,             fidèle.
  géranium,          navire, voyage par mer.
  primevère,         la mort.

D'après les règles de cette langue ingénieuse, lorsqu'un jeune
habitant de Constantinople ou de Smyrne veut faire parvenir ce
message:

«J'irai te rendre visite, chère amie, demain matin de bonne heure dans
le jardin, avec mon frère, homme de bien et distingué, qui t'aime,
belle jeune fille, et qui veut t'épouser.»

Il envoie les fleurs suivantes avec des numéros d'ordre: Narcisse,
jasmin d'Espagne, réséda, hyacinthe bleue, giroflée blanche,
tournesol, jasmin, marjolaine, oreille-d'ours, oeillet d'un brun
sombre, chèvre-feuille, rose rouge, deux myosotis, myrte.

Le moyen âge n'ignora point la signification symbolique donnée aux
diverses fleurs; parmi différents exemples que nous pourrions citer,
nous nous bornerons à mentionner un petit vocabulaire que renferme un
manuscrit conservé à la bibliothèque royale de Bruxelles; nous en
reproduisons fidèlement le style suranné:

  giroflée rouge,            beaulté.
  giroflée blanche,          amour chaste.
  marjolaine grosse,         mensonge.
  marjolaine menue,          bonté.
  thym,                      persévérance.
  thym coupé,                vous parviendrez.
  fleur de thym,             à vous me donne.
  laitue,                    bonnes nouvelles.
  lys,                       foi.
  rose blanche,              j'ay bon vouloir.
  bouton de rose blanche,    je vous ayme.
  rose rouge,                largesse.
  bouton de rose rouge,      angoisse.
  rose musquette,            je vous refuse.
  rose de province,          soyez secret.
  rose doublée de rose       occasion.
     musquette,
  rosmarin,                  congé.
  rosmarin coppé au boult,   amour sans fin.
  violette jaune,            contentement.
  violette de mars blanche,  bon espoir.
  violette de mars bleue,    douleur.
  violette d'oultremer,      patience.
  violette d'hiver,          temps perdu.
  ortie,                     trahison.
  chanvre,                   défiance.
  genêt,                     adresse.
  fleur de genêt,            pour amour j'endure.
  buglosse,                  légèreté.
  bourache,                  reproche.
  lavandre,                  travers.
  saulge grosse,             entreprise.
  saulge menue,              chasteté.
  ysope,                     amertume.
  liere,                     ingratitude.
  piment,                    douleur.
  pavost,                    prison.

Un écrivain moderne, se basant sur les considérations de la botanique
ou sur les récits de la mythologie, a composé un dictionnaire du
langage des fleurs, pour écrire un billet; transcrivons-en une partie,
en faisant remarquer toutefois que plusieurs de ces significations
sont très-contestables.

  abandon,            anémone.
  absence,            absinthe.
  agitation,          sainfoin-oscillant.
  aigreur,            épine-vinette.
  amabilité,          jasmin blanc.
  amertume, douleur,  aloès.
  amitié,             lierre.
  amour,              myrte.
  amour conjugal,     tilleul.
  amour maternel,     mousse.
  audace,             mélèze.
  austérité,          chardon.
  beauté capricieuse, rose musquée.
  bienfaisance,       pomme de terre.
  bienveillance,      jacinthe.
  consolation,        perce-neige.
  constance,          pyramidale bleue.
  courage,            peuplier noir.
  cruauté,            ortie.
  dédain,             oeillet jaune.
  délicatesse,        bluet.
  désespoir,          soucis et cyprès.
  désir,              jonquille.
  docilité,           jonc des champs.
  élégance,           acacia rose.
  fécondité,          rose trémière.
  félicité,           centaurée.
  fierté,             amaryllis.
  franchise,          osier.
  frugalité,          chicorée.
  générosité,         oranger.
  gentillesse,        rose pompon.
  haine,              basilic.
  honte,              pivoine.
  immortalité,        amarante.
  indépendance,       prunier sauvage.
  injustice,          houblon.
  jeunesse,           lilas blanc.
  naïveté,            argentine.
  noirceur,           ébénier.
  prospérité,         hêtre.
  prudence,           cormier.
  puissance,          impériale.
  pureté,             épi de la Vierge.
  reconnaissance,     agrimoine.
  sagesse,            mûrier blanc.
  silence,            rose blanche.
  simplicité,         fougère.
  sommeil du coeur,   pavot blanc.
  temps,              peuplier blanc.
  tranquillité,       alysse des rochers.
  vérité,             morelle douce-amère.
  vice,               ivraie.
  volupté,            tubéreuse.


§ VI.

     Des alphabets factices.

Vigenère, dans son _Traité des chiffres_, Duret, dans son _Trésor des
langues_, et divers autres anciens auteurs ont donné des modèles
d'alphabets attribués à divers personnages célèbres de l'antiquité la
plus reculée; M. Nodier s'exprime à cet égard de la façon suivante:

«Les alphabets factices de Salomon, d'Apollonius et même d'Adam ne
sont pas si méprisables qu'on se l'imagine, et je n'entends pas par là
qu'ils annoncent une grande puissance d'invention, mais seulement
qu'ils remontent à une haute antiquité et qu'ils révèlent en partie le
secret d'une des opérations les plus curieuses de l'esprit humain. Ce
qui donne du prix aux recueils rares où ces alphabets se rencontrent,
c'est qu'on ne les a jamais reproduits depuis que l'on a fait de la
grammaire positive, parce qu'ils n'appartiennent à aucune langue dont
il soit resté des traditions. Comme débris d'une langue de convention
qui a existé, dont nous avons perdu la clef et qui ne le cédait
peut-être en rien aux langues caractéristiques de Dalgarno, de Wilkins
et de Leibnitz, ces traits grossiers parlent à notre intelligence avec
un tout autre pouvoir que les pierres de Denderah.»

Formés de signes aux contours bizarres et aux formes singulières, ces
caractères, qui sont, en général, des transformations de l'alphabet
hébreu, n'ont, d'ailleurs, on le comprend de reste, aucune
authenticité. L'alphabet d'Énoch, celui de Moïse et celui de Salomon
sont de pure invention, tout comme celui dont un magicien célèbre,
Honorius le Thébain, se servit, dit-on, pour écrire ses livres de
sorcellerie. Vigenère a conservé les lettres sous lesquelles cet
insigne sorcier (qui n'a jamais existé) dissimulait les arcanes les
plus profonds de la nécromancie. Nous croyons inutile de reproduire
ces signes étranges, auxquels quelques anciens auteurs conseillent de
recourir pour chiffrer, mais dont personne ne fait usage depuis bien
longtemps.

On peut assimiler aux alphabets factices les figures bizarres dont les
recueils de secrets magiques sont remplis, et les mots inventés à
plaisir et qu'on donnait comme possédant des propriétés surnaturelles
et comme renfermant un sens ignoré du vulgaire. Nous ne nous étendrons
pas sur ce sujet, qui demeure étranger aux idées scientifiques; nous
transcrirons seulement comme échantillon une phrase prise dans un
livre de sortiléges et qui restera sans doute toujours inintelligible:

«Magabusta Berenada Surmistaras. Gorisgatpa Helotim Latintas aciton
aragiaton Amka jaribai untus gilgar Selingarasch.»



CHAPITRE V.

DU RÔLE DE LA CRYPTOGRAPHIE DANS LA LITTÉRATURE.


§ Ier.

     Artifices imaginés pour déguiser des dates.

Il est juste de rapporter à la Cryptographie les artifices qu'ont
employés quelques scribes du moyen âge afin de dissimuler, sous une
forme énigmatique plus ou moins ingénieuse, la date des manuscrits
qu'ils transcrivaient. En voici un exemple que fournit un des
manuscrits français de la Bibliothèque impériale de Paris.

  Ce livre fut tout parfait
  Eu jueillet, comme trouverez:
  Pour le savoir dimynuerez
  Ces diverses lignes par trait.
  Vous prandrez la teste d'un moyne,
  De deux cordeliers, d'un chanoyne;
  Et puis un () party en dux.
  Vous lairrez la teste Jhesus,
  Sainct Jehan, sainct Jacques et Jacob,
  Et prendrez un X à cop.
  Puis adjoustez en ceste ryme
  Ung [Gl.] prince en algorithme:
  Si congnoistrez qu'il fut parfait
  Le XXIIIe jueillet.

On voit que l'auteur indique, par les initiales de plusieurs mots, des
lettres ayant une valeur numérique en chiffres romains, pour former
par leur réunion l'année de l'achèvement de sa transcription. Il s'est
plu à présenter cette indication d'une manière énigmatique par un jeu
assez goûté de son temps.

La tête d'un _Moyne_, (M) mille.

Y ajouter celles de deux _Cordeliers_ et d'un _Chanoine_, (CCC) trois
cents.

Puis, un O partagé en deux, (CC) deux cents.

Laisser de côté les têtes de Jhesus, de sainct Jehan, de sainct
Jacques et de Jacob (4 à soustraire).

Prendre ensuite un X (10).

La difficulté consiste à savoir ce que signifie _ung N prise en
algorithme_. Ce dernier mot, évidemment altéré pour les besoins de la
rime, est _algorisme_, _algorismus_, que le dictionnaire de Du Cange
explique par _arithmetica_, _numerandi ars_. La lettre qu'il s'agit de
considérer numériquement est un N, lettre qui ne joue point en latin
le rôle d'un chiffre. D'après la forme que lui donne le manuscrit, on
voit qu'elle joue, peut se décomposer en un V et un I, ce qui donne en
chiffres: VI (six). Maintenant, en additionnant ces différents
nombres, 1000, 300, 200, 10 et 6, puis en retranchant 4, on trouve
1512.

Une date semblable, composée par le chanoine Charles de Bovelle, est
citée dans la Notice de M. du Sommerard _sur l'hôtel de Cluny_.

  D'un mouton et de cinq chevaux                M. CCCCC
  Toutes les têtes prendrez,
  Et à icelles sans nuls travaux
  La queue d'un veau vous joindrez,                    V
  Et au bout adjouterez
  Tous les quatre pieds d'une chatte:               IIII
  Rassemblez, et vous apprendrez
  L'an de ma façon et ma date.
                                       -----------------
                                       M. CCCCC. V. IIII
                                              (1509)

Pareilles inventions ne furent pas, d'ailleurs, la propriété exclusive
des copistes antérieurs à l'invention de la typographie; quelques
volumes imprimés au quinzième siècle offrent des particularités du
même genre; mentionnons-en deux exemples:

Le _Doctrinal du temps présent_, de Pierre Michault, imprimé à Bruges,
par Colard Mansion, s'adresse ainsi au lecteur:

  Un treppier et quatre croissans
  Par six croix auec sy nains faire.
  Vous feront estre congnoissans,
  Sans faillir, de mon miliaire.

Ce quatrain indique l'année 1466: M. CCCC. XXXXXX. III III.

Un petit volume très-rare, le _Passe-temps et le Songe du triste_,
publié à Lyon, s'annonce comme ayant été mis au jour:

  L'an de trois croix, cinq croissans, ung trépier.

Ce qui signifie 1530, les figures étant rangées de droite à gauche:
XXX. CCCCC. M.


§ II.

     Des artifices employés par quelques auteurs pour déguiser leurs
     noms.

Il a été de mode parmi certains auteurs du seizième siècle de déguiser
leurs noms sous une devise qui les couvrait du manteau d'une anagramme
plus ou moins ingénieuse, plus ou moins exacte.

Le _Formulaire fort récréatif de tous contratz_... fait par Bredin,
Lyon, 1594.

Les mots _Bonté ny soit_, sont en guise de signature à la fin de
l'avis au lecteur; on croit y reconnaître le nom anagrammatisé de
l'auteur: _Benoist (du) Troncy_.

Noël du Fail, auteur de deux écrits dont les anciennes éditions sont
vivement recherchées des bibliophiles (les _Propos rustiques_ et les
_Baliverneries d'Eutrapel_), cacha son nom sous l'anagramme de _Léon
Ladulfi_; Nicolas Denisot, conteur et poëte contemporain d'Henri II,
donna ses écrits sous la signature du _comte d'Alsinois_. Le chevalier
de Cailly, dont les spirituelles épigrammes ont reparu dans la jolie
_Collection des petits classiques françois_ (1825, 9 vol. in-16),
n'eut guère l'intention de se dérober sérieusement aux regards du
public lorsqu'il se présenta sous le nom d'_Aceilly_.

Il serait facile de multiplier pareils exemples; nous signalerons
Ancillon, signant du nom de _Ollincan_ son _Traité des eunuques_; nous
mentionnerons Amelot de La Houssaye, d'Orléans, qui ne déguise guère
la paternité de ses pesants commentaires sur Tacite, en les donnant
comme l'oeuvre du sieur _de La Mothes Josseval d'Aronsel_; nous
retrouverions dans Philippe Alcripe, sieur de Neri, auteur d'un
recueil facétieux devenu rare (la _Nouvelle Fabrique des excellens
traits de vérité_), le nom de Philippe Le Picar, sieur de Rien; nous
ne saurions surtout oublier l'immortel auteur du _Gargantua_ et du
_Pantagruel_, maître François Rabelais, qui a changé son nom en celui
d'_Alcofribas Nasier_.

Les plus impénétrables de ces pseudonymes sont peut-être ceux que des
membres d'académies italiennes se décernèrent, obéissant ainsi à une
mode qui dura un instant pendant le siècle dernier. On ne se
douterait qu'_Euforbo Melesigenio_ désigne Calazo; c'est sous le nom
d'_Eritisco Pilenejo_ que Pagnini livra aux presses élégantes de
Bodoni sa traduction d'Anacréon.

Un pauvre comédien qui termina ses jours par une mort volontaire,
Caron, auteur et éditeur de livrets facétieux, recherchés des
bibliomanes, s'amusait à avoir recours à l'artifice peu mystérieux de
la disposition rétrograde des mots. Il donna un de ses écrits comme
l'oeuvre du bonze _Esiab-luc_ et comme ayant été imprimé à
_Emeluogna_.

Un moine italien, François Columna, auteur d'un roman bizarre et
obscur dont les anciennes éditions sont vivement recherchées à cause
des figures sur bois qui les embellissent, a caché son nom et le
secret de son coeur dans une phrase qu'on retrouve, en écrivant, à la
suite les unes des autres, les lettres initiales de chacun des
chapitres de cet ouvrage:

POLIAM FRATER FRANCISCUS ADAMAVIT.

L'auteur d'un de ces romans de chevalerie qui firent tourner la tête à
Don Quichotte, l'historien de Palmerin d'Angleterre, s'est également
servi d'un acrostiche du même genre; il l'a consigné dans des stances
placées au commencement du premier volume et dont voici
l'interprétation: _Luis Hurtado, autor, al lector da salud._

Un petit poëme de la fin du quinzième siècle, le _Messagier damours_,
révèle par un acrostiche placé dans les huit derniers vers le nom de
l'auteur, Pilvelin.


§ III.

     De l'emploi que divers littérateurs ont fait de la Cryptographie.

Quelques écrivains ont eu recours aux procédés de la Cryptographie,
afin de dérober aux profanes le sens de certains passages de leurs
écrits qu'il leur convenait de couvrir des ombres du mystère; nous
pouvons en citer plusieurs exemples.

Un poëte du seizième siècle, rimeur peu connu, mais plein d'une verve
qui rappelle parfois celle de Regnier, Marc Papillon, sieur de
Lasphrise, a placé, dans ses _Oeuvres poétiques_ (Paris, 1599), une
tirade assez libre qu'il ne nous convient pas de transcrire en entier
et dont voici le début:

_Sel semad ed al ruoc te seuqleuq sertua erocne_

_Tois enud elliv gruob uo egalliv._

Il est facile de reconnaître que l'artifice consiste ici en ce que
chaque mot doit être lu de droite à gauche.

«Les dames de la cour et quelques autres encore,» etc.

Nous trouvons, dans le même volume, un sonnet en langue inconnue; il
commence ainsi:

  Cerdis zerom deronty toulpinié
  Pareis hurlin linor orifieux.

Nous laissons le soin de chercher le sens de ces lignes énigmatiques
aux heureux désoeuvrés qui ont assez de temps pour donner des heures à
l'étude des écrits du sieur de Lasphrise et assez de solidité de
jugement pour apprécier tout ce que renferme d'utile et d'intéressant
un pareil emploi des facultés intellectuelles.

Un poëte latin du seizième siècle, Jean de Cysinge, plus connu sous le
nom de Janus Pannonius, offre des particularités semblables. En
feuilletant l'édition de ses _Poemata_ (Utrecht, 1784, 2 vol. in-8º),
nous avons remarqué que l'épigramme 276 du Ier livre (tom. I, p. 577),
_in meretricem lascivam_, est en partie chiffrée;

Le second vers est exprimé sous cette forme:

  Conserui et dxoop nfouxmb delituit.

et le dernier:

  Expecta nondum, Lucia, efgxuxk.

La _Biographie universelle_, dans l'article consacré au trop célèbre
marquis de Sade, rapporte que, parmi les manuscrits laissés par cet
écrivain qui poussa l'immoralité jusqu'à la démence, il se trouvait un
volumineux journal de sa captivité à la Bastille, écrit, en grande
partie, en chiffres dont il avait seul la clef.

Nous rencontrons deux ou trois pages _chiffrées_ dans une composition
spirituelle et piquante sortie de la plume d'un des romanciers les
plus féconds et les plus en vogue du dix-neuvième siècle. Ouvrez la
_Physiologie du mariage_, par M. de Balzac; cherchez dans la
Méditation XXV le paragraphe intitulé: _des Religions et de la
Confession considérées dans leur rapport avec le mariage_, vous y
lirez ce qui suit:

«La Bruyère a dit très-spirituellement: C'est trop contre un mari, que
la dévotion et la galanterie; une femme devrait opter.»

«L'auteur pense que La Bruyère s'est trompé. En effet:

«Lsuotru e-ne_d_tnim dbreaus jive_c_ udnt let_t_ em_r_nu eaCmetss
esosi ost pfsaoiylao tt demon sleuiod pne nr unsmneuj eeus_g_
ienqseuedro_t_e_a_pt...»

Nous nous garderons bien d'insérer ici en entier cette longue
citation, et nous convenons franchement que nous n'avons pas cherché à
trouver la clef du système cryptographique inventé par le joyeux
physiologiste. Quelques-uns des nombreux lecteurs de la _Physiologie
du mariage_ ont sans doute été plus intrépides et plus heureux que
nous.

Terminons en mentionnant une autre particularité dans le genre de
celles que nous signalons ici.

Les _Oeuvres poétiques_ du sieur de La Charnais, gentilhomme
nivernois, renferment 118 énigmes, dont une table, en deux pages,
donne la clef. Cette table est gravée à l'envers, en sorte que, pour
la lire, il faut avoir recours à un miroir. L'auteur a, d'ailleurs, eu
le soin de donner dans sa préface cette explication à ses lecteurs.
C'est une singularité dont il serait sans doute difficile de trouver
d'autres exemples.

Un écrivain américain, Edgar Poë, auteur de contes pleins de talent et
d'originalité[7], a, dans un de ses récits, le _Scarabée d'or_ (_the
Gold-Bug_), raconté comment un homme, doué d'une intelligence
pénétrante et chercheuse, sut parvenir à la découverte d'un trésor
considérable enfoui par des pirates dans un coin reculé de la
Louisiane, trésor dont le gîte était indiqué par une série de chiffres
sur un vieux morceau de parchemin que le hasard plaça sous ses yeux
habitués à voir juste et loin. Voici quelle était la première ligne de
cet écrit:

  53 +++ 305) 6*; 4826) 4 +); 808*; 48 +
  8 § 60 [Gl.] 85; 1 + (;1. + * 8)

[Note 7: Consultez une notice intéressante insérée dans la _Revue des
Deux-Mondes_, octobre 1846.

«Autant de récits, autant d'énigmes sous diverses formes et avec des
costumes divers. Poésie, invention, effets de style, enchaînement du
drame, tout est subordonné à une bizarre préoccupation qui semble ne
connaître qu'une faculté inspiratoire, celle du raisonnement; qu'une
muse, la logique. L'auteur s'occupe de juger, de classer les
probabilités; et il emploie pour ceci cet instinct, cette sagacité
particulière à l'homme, plus ou moins sûre chez l'un que chez l'autre,
et qui varie de puissance comme de but, suivant les aptitudes et le
métier de chacun.»]

En examinant quels étaient les signes qui revenaient le plus souvent
et quels étaient ceux qui étaient les plus rares; en constatant que le
caractère 8 se présentait 33 fois,

  ;    26 fois,
  4    19 fois,
  +)   16 fois;

en observant quelles sont les lettres qui, en anglais, entrent le plus
dans la composition des mots; en tenant compte des combinaisons et des
juxtapositions qu'amènent les lois de l'orthographe, le mystère fut
pénétré. Mais laissons les lecteurs chercher eux-mêmes dans les pages
de M. Poë comment s'accomplit ce tour de force.



CHAPITRE VI.

DES LIVRES À CLEF.


Ils font encore partie du domaine de la Cryptographie, ces livres dans
lesquels on a voulu, au moyen de l'anagramme des noms ou de tout autre
artifice, dépayser le lecteur et lui donner, presque toujours peu
sérieusement, le change sur le véritable sens des pages qu'on mettait
sous ses yeux.

Les compositions satiriques, les écrits qui ne ménagent nullement la
religion et la décence, forment presque toujours la catégorie où
rentrent les livres à clef. Nous allons en citer quelques-uns.

Les _Princesses malabares_: ce livre irréligieux, attribué à
Lenglet-Dufresnoy et imprimé à Rouen, en 1724, sous la fausse
indication d'Andrinople, est parfois accompagné d'une clef, dont voici
une partie:

_Mison_ (Simon), saint Pierre; _Tuotalic_, catholique; _Rasoni_,
raison; _Roligine_, Religion; _Ema_, âme; _Chéterine_, chrétienne;
_Gélise_, église; _Vaddi_, David, etc. On voit que l'auteur a eu
recours au plus vulgaire et au plus facile de tous les moyens de
déguisement, à l'anagramme, procédé bien candide et bien naïf, puisque
les éléments du mot se présentent d'eux-mêmes à qui prend la peine de
les chercher. À côté du livre que nous venons d'indiquer, plaçons:

Les _Aventures de Pomponius_ (par Labadie), _Rome_ (Hollande), 1725.
Ce récit allégorique, dirigé contre le régent (Philippe d'Orléans) et
ses favoris, présente aussi des noms cachés sous le voile de
l'anagramme: _Relosan_, Orléans; _Lauges_, Gaules; _Cilopang_,
Polignac; _Judosb_, Dubois; _Nedoc_, Condé; _Xeamu_, Meaux.

Dans les _Veillées du Marais ou Histoire du grand prince Oribeau et de
la vertueuse princesse Oribelle_, par Rétif de la Bretonne, tous les
noms sont travestis: Rousseau devient _Assuero_, et Voltaire
_Iratlove_.

N'oublions pas les _Soupers de Daphné et les Dortoirs de Lacédémone_
(par de Querlon), 1740. Une clef imprimée se trouve dans un très-petit
nombre d'exemplaires de cette satire lancée contre la cour de Louis
XV; M. Nodier l'a reproduite dans ses _Mélanges extraits d'une petite
bibliothèque_, où il a également placé la clef d'une _nouvelle_ de
Brémond qui met en scène, sous des noms déguisés, le roi d'Angleterre
Charles II et ses favorites: _Hattigé, ou les Amours du roi de
Tamaran_, Cologne, 1676.

Les _Amours de Zéokinizul, roi des Korfirans_, présentent un mystère
qu'il est facile de percer; l'anagramme complaisante nomme
d'elle-même: Louis XV, roi des Français.

Indiquons encore:

Les _Visites_, par mademoiselle de Kéralio, Paris, 1792, in-8.

_Voyage du Vallon tranquille_ (par Charpentier), réimprimé en 1796
avec des notes servant de clef, par Mercier de Saint-Léger et Adry.

_Histoire de la princesse de Paphlagonie_, par mademoiselle de
Montpensier.

_Paris, Histoire véridique, anecdotique, morale et poétique_, avec la
clef, par Chevrier, La Haye, 1767.

_Galerie des États généraux_ (par Mirabeau, de Luchet, etc.).

Ne laissons pas échapper, dans cette énumération rapide et
nécessairement fort incomplète, un ouvrage célèbre, le _Cymbalum
mundi_, de Bonaventure Des Periers.

M. Nodier s'est fort occupé de cet écrit, qu'il qualifie de
«production bizarre et hardie, petit chef-d'oeuvre d'esprit et de
raillerie, modèle presque inimitable de style dans le genre familier
et badin, et l'un des plus précieux monuments de la charmante
littérature du seizième siècle.»

Le _Grand Dictionnaire historique des Précieuses_, par Somaize, 1661,
n'offre qu'une énigme perpétuelle, lorsque la clef n'y est pas jointe.

Vogt, dans son _Catalogus librorum rariorum_, mentionne un recueil de
poésies, d'une bizarre mysticité, imprimé en 1738 et qui fut défendu.
Les noms y sont anagrammatisés; _Madaavemania_ est l'âme (_anima_)
d'Adam et d'Ève qui délivre Sirchtus (_Christus_); _Rifeluc_ est
Lucifer; _Moscos_ désigne _Cosmos_, le Monde, etc.

Nous nous garderons bien de tout citer en ce genre; aussi
laisserons-nous de côté un fastidieux roman du chevalier de Mouhy,
intitulé les _Mille et une Faveurs_, 1740, 5 vol. in-18. Dans cette
longue narration, les noms des personnages sont déguisés sous le voile
de l'anagramme, se présentant sous un aspect fort bizarre, tels que
Croselivesgol, Tofmenie, Onveexpic, Lodeorbarli, Coufartoc, Senacso,
Sanistinva, Netosniss, Fonternouesa, Tanitbadan, Veoldafitular; en les
décomposant on y trouve des mots très-propres à inspirer le plus
juste effroi au chaste lecteur.



CHAPITRE VII.

DU DÉCHIFFREMENT.


Il faut de la patience et de la sagacité pour arriver à la lecture
d'une dépêche chiffrée qui a été interceptée.

Cette tâche peut offrir les plus graves difficultés, lorsqu'on ignore
dans quelle langue est écrite la dépêche saisie; ou bien lorsque, pour
l'écrire, il a été formé un mélange de divers idiomes; lorsqu'on a
fait emploi de plusieurs alphabets; lorsque les non-valeurs sont
nombreuses et réparties avec intelligence; lorsque les mêmes
syllabes, les mêmes mots, les mêmes noms, se trouvent exprimés par des
signes différents; lorsque les mots sont écrits à la suite les uns des
autres sans séparation, ou lorsqu'ils sont séparés, non comme ils
devaient l'être selon les règles grammaticales, mais d'une façon
arbitraire qui déroute l'observateur.

Le déchiffreur doit être très-versé dans tous les procédés de la
Cryptographie; s'il n'a lui-même souvent chiffré des dépêches, s'il ne
connaît à fond toutes les ruses de l'art, s'il ne s'est amusé à
vouloir inventer des procédés nouveaux, s'il n'a fait de toutes les
combinaisons cryptographiques une étude sérieuse et patiente, il
échouera dans toutes ses tentatives, quand il se verra en présence
d'un chiffre difficile.

La première chose à faire est de dresser le catalogue des caractères
qui composent le chiffre et de noter combien chacun est répété de
fois. Ceci fait, on examine leurs combinaisons; on tourne, on
retourne, on dispose de toute façon ces caractères, jusqu'à ce que des
conjectures se présentent avec vraisemblance sur l'attribution de tel
ou tel caractère à telle ou telle lettre.

Pour arriver à ce but, il faut que la plupart des caractères se
trouvent plus d'une fois dans le chiffre; si l'écrit est fort court,
si une même lettre est désignée par des caractères différents, les
difficultés deviennent de plus en plus sérieuses:

Nous allons emprunter à un écrivain hollandais judicieux, à
S'Gravesand, un exemple relatif à un chiffre écrit en latin.

    A     B                C
  -----  ---             ----
  abcdefghikf:lmkgnekdgeihekf:

               D           E     F
             -----       -----  ----
  bceeficlah fcgfg inebh fbhic eikf:
    G   H        I          K
   --------    -----     ------
  fmfpimfhiabc qilcb eieacgbfbe bg
      L      M
    -----   ---
  pigbgrbkdghikf: smkhitefm.

Les barres, les lettres majuscules A, B, les signes de ponctuation ne
font pas partie du chiffre; nous les avons ajoutés afin de faciliter
l'explication: Ce chiffre donne:

  14 f   3 d
  14 i   2 b
  12 b   2 n
  11 e   2 p
  10 g   1 o
   9 c   1 q
   8 h   1 r
   8 k   1 s
   5 m   1 t
   4 a

Enfin, il y a en tout dix-neuf caractères, dont cinq seulement une
fois.

Je vois d'abord que _h i k f_ se trouvent en deux endroits (B, M); que
_i k f_ se trouvent en un seul (F); enfin, que _h e k f_ (C) et _h i k
f_ (B, M) ont du rapport entre eux.

D'où l'on peut conclure qu'il est probable que ce sont des fins de
mots, ce qu'on indique par les deux points:

Dans le latin, il est ordinaire de trouver des mots où des quatre
dernières lettres les seules antépénultièmes diffèrent; lesquelles, en
ce cas, sont habituellement des voyelles, comme dans _amant_,
_legunt_, _docent_, etc.; donc _i_, _e_ sont probablement des
voyelles.

Puisque _f m f_ (voyez G) est le commencement d'un mot, on peut
raisonnablement conjecturer que _m_ ou _f_ est voyelle, car un mot n'a
jamais trois consonnes de suite, dont deux soient les mêmes, et il est
probable que c'est _f_ puisque _f_ se trouve quatorze fois et _m_
seulement cinq; donc _m_ est consonne.

De là allant à K ou _g b f b c b g_, on voit que, puisque _f_ est
voyelle, _b_ sera consonne dans le _b f b_, par les mêmes raisons que
ci-dessus; donc _c_ sera voyelle, à cause de _b c h_.

Dans L ou _g b g r b_, _b_ est consonne; _r_ sera consonne, parce
qu'il n'y a qu'un _r_ dans tout l'écrit; donc _g_ est voyelle.

Dans D ou _f c g f g_, il y aurait donc un mot ou une partie de mots
en cinq voyelles, mais la chose est impossible. Il n'y a point de mot
latin qui présente cette particularité; on se tromperait donc en
prenant _f c g_, pour voyelles; donc ce n'est pas _f_, mais _m_ qui
est voyelle, et _f_ consonne; donc _b_ est voyelle (voyez K). Dans cet
endroit K, on a la voyelle _b_ trois fois, séparée seulement par une
lettre; or on trouve dans le latin des mots où pareille circonstance
se rencontre, tels que _edere_, _legere_, _munere_, _si tibi_, etc.,
et comme c'est la voyelle _e_ qui est le plus fréquemment dans ce cas,
il faut en conclure que _b_ correspond probablement à l'_e_, et _i_ à
_r_.

En opérant successivement de semblable manière sur toute la phrase
chiffrée, on finit par en découvrir le sens, et on trouve que le
chiffre que nous avons reproduit, doit se traduire de la manière
suivante:

_Perdita sunt bona; Mindarus interiit: urbs strata humi est. Esuriunt
tot quot superfuere vivi; præterea quæ agenda sunt consulito._

Les mots composés d'un très-petit nombre de syllabes doivent être les
premiers dont on s'occupe dans les opérations du déchiffrement. Ils
laissent sans trop de peine les voyelles se révéler, et cette
découverte conduit à celle des consonnes. La connaissance exacte des
principes généraux qui régissent l'orthographe des diverses langues
est le fil qu'il faut suivre dans ces opérations minutieuses.

Indiquons quelques-uns des principes qui servent de guide pour opérer
le déchiffrement d'un écrit en langue française.

Le signe qui revient le plus souvent, surtout à la fin des mots,
désigne la voyelle _e_.

Cette lettre est la seule qui, à la fin d'un mot, se répète deux fois,
comme dans _désirée_, _fusée_, etc. Ainsi, lorsqu'on trouve le même
signe placé deux fois à la fin d'un mot, il y a toute probabilité que
ce signe représente l'_e_. La voyelle _e_, dans un mot de deux
lettres, est toujours précédée des consonnes _c d j l m n s t_ ou
suivie de celles _n t_.

Indépendamment de l'interjection _o_, qui n'est guère employée dans
une dépêche secrète, il n'y a en français que deux lettres qui,
seules, forment un mot complet. Ces lettres sont _a_ et _y_. Si l'on
trouve un signe isolé dans le texte chiffré, il est à croire qu'il
correspond à une de ces deux lettres.

Dans les mots formés de deux lettres où se trouve la voyelle _a_, elle
précède d'ordinaire les lettres _h_, _i_, _u_, comme dans _ah ai au_,
ou bien elle est après les lettres _l_, _m_, _n_, _s_, _t_, comme dans
_la_, _ma_, _sa_, _ta_.

Des diphthongues, _ai_, _au_, _eu_, _oi_, _ou_, la dernière est celle
qui revient le plus souvent, surtout dans les mots de quatre
syllabes.

Lorsque la lettre _e_ est l'avant-dernière d'un mot, ce mot se termine
d'ordinaire par l'une de ces deux consonnes, _r_ ou _s_.

Lorsque la voyelle est suivie d'une autre voyelle, c'est
habituellement d'un _e_.

Il est rare qu'un mot finisse par les consonnes _b_, _f_, _g_, _h_,
_p_, _q_.

Les mots formés de trois lettres sont ceux qui donnent le plus de
peine au déchiffreur, lorsque la même lettre s'y trouve deux fois
comme dans _été_, _ici_, _non_, _ses_.

Supposons que vous avez découvert le monosyllabe _le_ et que vous ayez
un autre mot de trois lettres dont les premières sont _l_ et _e_, vous
jugerez que la troisième est un _s_, attendu qu'elle est la seule qui,
dans un mot de trois lettres, puisse aller après le monosyllabe _le_
et former le mot _les_. Dès que vous serez parvenu à connaître ce mot
_les_, si vous trouvez un mot dont les deux premiers signes soient un
_e_ et un _s_, vous en conclurez que le troisième, qui vous est encore
inconnu, doit être la lettre _t_, et que ces trois signes expriment le
mot: _est_.

Ayant découvert la lettre _s_, vous examinerez si elle ne se trouve
pas précéder un mot de deux lettres, dont la seconde ne soit pas la
lettre _e_, que vous connaissez déjà. Alors ce sera nécessairement un
_a_ ou un _i_. Pour vous en assurer, voyez si, dans d'autres endroits,
ce dernier signe ne précède pas, dans un autre mot de deux lettres, la
lettre _l_; en ce cas, vous serez certain que c'est un _i_. Si, au
contraire, dans un autre mot de deux lettres, ce signe suit la lettre
_l_, vous en conclurez qu'il désigne l'_a_.

Lorsque ces premières recherches vous auront révélé six signes ou
lettres, savoir les trois voyelles _a e i_, et les trois consonnes _l
s t_, elles vous conduiront à découvrir des mots composés d'un plus
grand nombre de lettres, tels, par exemple, que le mot _lettre_, où
tout se trouvera connu, excepté la lettre _r_, lettre que dès ce
moment vous pourrez ajouter à celles que vous connaissez déjà. Le mot
_cette_, où tout sera connu excepté la lettre _c_, le mot _ville_ où
la lettre _v_ seule était encore un mystère, se révéleront d'une façon
analogue.

Quand vous serez ainsi parvenu à connaître sept ou huit mots, vous
trouverez sans trop de peine les autres, en recherchant quelles sont
les lettres qu'il convient de mettre entre celles qui sont déjà
connues pour en former des mots. En peu de temps, vous obtiendrez, par
ce procédé, une clef qui servira à déchiffrer aisément toute la
dépêche.

Disons encore quelques mots à l'égard des principes qu'il s'agit
d'avoir en vue pour divers idiomes européens.

En anglais, l'_e_ est la voyelle qui revient le plus fréquemment;
elle est assez souvent suivie d'un _a_ comme dans _earl_ (comte),
_great_, _reason_. L'_o_ est commun dans les mots formés de deux
lettres; il est maintes fois accompagné du _w_, comme dans _grow_,
_know_, _narrowly_. L'_y_ se rencontre souvent à la fin des mots et
presque jamais au milieu. L'article indéclinable _the_ (le, la, les)
reparaît fréquemment. Les consonnes doubles que l'on trouve à la fin
des mots, sont _ll_ et _ss_.

En italien, les mots se terminent le plus souvent par une des quatre
voyelles, _a_, _e_, _i_, _o_; l'_u_ est rare en pareil cas. _Che_ est
le plus fréquent des mots composés de trois lettres, et aucun d'eux,
si ce n'est _gli_, n'offre un _l_ pour lettre du milieu.

La langue espagnole présente des mots d'une grande étendue, tels que
_arrepentimiento_, _verdaderamente_. La voyelle _o_ est celle qui est
la plus fréquente; à la fin des mots, elle est souvent accompagnée de
l'_s_, comme dans _nosotros_, _votos_. Au milieu des mots, _u_ est
fréquemment suivi d'un _e_; _vuestro_, _ruego_.

Passons à l'allemand. L'_e_ est la voyelle la plus usitée; elle se
présente fréquemment à l'extrémité des mots de plusieurs syllabes; ils
finissent en _er_, _es_, _en_ ou _et_. L'_n_ est la consonne qui
revient le plus souvent; l'_a_ n'est jamais à la fin d'un mot composé
de trois lettres; la consonne _c_ est toujours liée au _h_ ou au _k_.
Il n'y a qu'un seul mot formé d'une seule lettre, c'est l'exclamation
_o!_ On ne compte que deux mots de quatre lettres qui se terminent en
_enn_, _wenn_ et _denn_. Presque tous les mots de quatre lettres
commencent par une consonne qu'accompagne une voyelle, exemples:
_bald_, _dein_, _doch_, _etwn_, _Hand_.

C. A. Kortum, dans ses _Principes_ (en allemand) _de la science du
déchiffrement des écrits chiffrés en langue allemande_, donne à ce
sujet de très-longs détails qu'il serait très-superflu de placer ici,
et il soumet aux règles qu'il expose deux dépêches chiffrées.

La première ne présente que des lettres:

  Efs ekftfo Tabwc efs fsef hkfcu
  Fs xbs hftffhopu woe hfmkfcwu....

La seconde est plus compliquée; les lettres sont entremêlées de
chiffres et les mots ne sont pas séparés:

64mf4km134kc4o4kng43e4p m24o4kq25293edk6n4kmm3b13......

En étudiant le retour des signes et leur arrangement, on arrive à
découvrir successivement quelques lettres, et, une fois qu'elles sont
connues, elles sont d'un secours pour arriver à connaître les autres.

Les règles pour le déchiffrement, telles qu'elles ont été exposées
par divers auteurs, reposent, on le voit, sur le plus ou moins
d'abondance de certaines lettres dans les mots, et sur leur
rapprochement. Afin de dérouter les conjectures, il faut, lorsqu'on
chiffre des dépêches, écrire les mots sans aucune séparation,
entremêler des mots pris dans une langue avec d'autres mots empruntés
à un idiome différent et ne point se conformer scrupuleusement aux
règles de l'orthographe.

En abrégeant les mots ou en les modifiant, il convient toutefois
d'avoir soin de ne pas les dénaturer au point de laisser du doute sur
leur signification; les caractères nuls, intercalés à propos et dont
la non-valeur est inconnue au déchiffreur, peuvent achever de rendre
tous ses efforts infructueux.

C'est pour avoir négligé pareilles précautions, et pour s'être
bornées à l'emploi de caractères mystérieux et de chiffres rangés dans
l'ordre habituel et orthographique des mots, que des personnes qui
croyaient avoir parfaitement déguisé leur pensée ont été tout étonnées
de voir que leur secret n'en était pas un.

Voici un fait de ce genre.

M. Decremps, auteur de la _Magie blanche dévoilée_, se vantait de
parvenir promptement à percer les mystères les plus difficiles. Afin
de l'éprouver, un de ses amis lui adressa un jour quelques lignes
qu'il avait écrites en caractères dont il avait fait choix. M.
Decremps, en étudiant le retour plus ou moins fréquent de ces
caractères, en cherchant de quelle façon ils se montraient groupés
entre eux, reconnut qu'ils représentaient les diverses lettres de
l'alphabet; il trouva successivement qu'un oiseau exprimait la lettre
_a_; que l'_e_ était rendu par une tête vue de profil, et l'_i_ par la
figure d'un verre à patte. Muni de cette clef, il découvrit bien vite
qu'on lui avait adressé copie de quelques vers d'une traduction d'une
des odes d'Anacréon, et il causa à son ami l'étonnement le plus vif,
en prouvant que ce que ce dernier avait cru parfaitement caché était
dévoilé.



CHAPITRE VIII.

DES ÉCRITURES OCCULTES.


On donne le nom d'_encre de sympathie_ aux substances dont on fait
usage, qui ne laissent point de traces sur le papier et qui
apparaissent derechef, lorsqu'elles sont soumises à l'action de divers
procédés.

Lorsqu'on veut avoir recours à un pareil moyen, il faut faire
attention à ce que la dépêche ostensible ne mentionne rien qui puisse
donner lieu à quelque soupçon. Le papier doit conserver sa couleur et
son éclat habituels. Les phrases tracées à l'encre ordinaire doivent
être conçues de manière que le lecteur, sous les yeux de qui elles
tomberaient, n'ait aucune raison de croire qu'elles n'expriment pas
réellement la pensée de l'écrivain et qu'elles n'appartiennent pas à
une correspondance sérieuse. On tracera sur les marges, entre les
lignes ou sur le côté du feuillet demeuré blanc, ce que l'on veut
communiquer en secret.

Il importe que les passages écrits en encre sympathique demeurent
invisibles jusqu'à l'accomplissement des procédés qui doivent les
rendre au jour; il faut qu'après l'application de ces procédés ils
puissent être lus nettement et sans difficulté.

On convient d'un signe quelconque qui, placé soit sur l'adresse, soit
dans le corps de la lettre, indique, à celui qui la reçoit, qu'il y a
des passages tracés en encre de sympathie. Nous n'avons pas besoin
d'ajouter que ce signe doit être mis de manière à échapper aisément
aux regards des curieux et à n'offrir aucune importance apparente.

Il est des caractères qui reparaissent, lorsqu'on répand sur eux
quelque poudre.

On peut tracer sur le papier une écriture invisible de ce genre, avec
tous les sucs glutineux et non colorés des plantes ou des fruits, ou
bien avec de la bière, du lait, des liqueurs grasses ou aqueuses.

On laisse sécher ce qu'on a écrit. Pour le rendre visible, on frotte
la feuille de papier avec une poudre très-fine et de couleur foncée;
du charbon pilé extrêmement menu, du cinabre, du bleu de Prusse,
peuvent servir à cet usage. La poudre s'attache aux lettres qui ont
été tracées et elle la fait revivre.

Diverses écritures deviennent visibles, lorsqu'on les expose au grand
jour.

L'extrait de saturne, étendu d'eau, donne une écriture invisible qui
apparaît et devient noirâtre, lorsqu'elle est livrée à l'action de
l'air. On obtient un résultat semblable avec de l'argent dissous dans
de l'acide nitrique; les caractères tracés avec pareil liquide
deviennent verdâtres, lorsqu'ils sont exposés à l'air; placés de
manière à recevoir les rayons du soleil, ils se montrent d'un noir
rougeâtre.

On peut aussi se servir de substances qui reparaissent, lorsque le
papier est fortement échauffé.

Ce qui est écrit avec du lait devient rougeâtre;

Avec du jus de cerise, verdâtre;

Avec du jus d'oignon, noirâtre;

Avec du jus de citron, brun;

Le vinaigre donne une couleur rouge pâle;

Le lait, une couleur rousse, ainsi que l'acide vitriolique affaibli
dans une certaine quantité d'eau.

Le cobalt, le vitriol, et d'autres agents chimiques, ont été employés
avec plus ou moins de succès dans la composition d'encre de sympathie
de différents genres. On a découvert des substances bonnes pour former
des caractères qui ressuscitent, pour ainsi dire, lorsque le papier
auquel on les a confiés est légèrement mouillé ou lorsqu'il est plongé
dans l'eau. Écrivez avec de l'alun dissous dans l'eau, mouillez le
papier dont vous vous êtes servi et présentez-le au jour: vous
distinguerez très-bien ce qui était invisiblement écrit; les
caractères seront beaucoup plus obscurs que le reste du papier, et il
leur faudra bien plus de temps pour s'imbiber.

En écrivant avec un liquide formé d'une portion d'eau-forte et de
trois portions d'eau, on obtient des caractères qui ne paraissent
pas, lorsque le papier est plongé dans l'eau; à mesure qu'il sèche,
ils disparaissent. Ils pourront devenir visibles une seconde et même
une troisième fois.

Il est aussi des écritures occultes qui reparaissent, lorsqu'on les
humecte avec un liquide approprié. C'est ainsi qu'une dissolution de
vitriol ou de couperose donne des caractères qui se montrent à l'oeil,
lorsqu'on frotte le papier avec une éponge imbibée d'un liquide, dont
voici la composition: noix de galle concassées et mises dans de l'eau
ou du vin blanc. On obtient le même résultat, en plaçant cette
écriture invisible entre deux papiers légèrement imbibés de cette
dernière dissolution; il faut que le tout soit enfermé et serré dans
un livre pendant quelques moments.

Un procédé assez ingénieux consiste à masquer l'écriture invisible au
moyen d'autres caractères que l'on trace dessus en se servant d'une
encre formée de paille d'avoine brûlée et délayée dans de l'eau. Quant
on passe l'éponge, cette écriture disparaît et laisse voir à la place
celle qui était invisible.

L'extrait de saturne donne un marc, avec lequel on trace une écriture,
qui, une fois séchée, ne paraît plus; afin de la rendre visible, il
suffit d'imbiber le papier de jus de citron ou de verjus, et alors
elle paraîtra d'un blanc de lait qui ressortira sur la blancheur du
papier.

Des caractères tracés avec du bleu de Prusse paraîtront d'un bleu
éclatant, si on les imbibe avec la dissolution acide du vitriol vert.

Une dissolution d'or fin dans de l'eau végétale, coupée avec de l'eau
pure, fournit une encre sympathique qui disparaît en séchant,
lorsqu'on veille à tenir le papier renfermé et à le soustraire à
l'influence du grand air. Ces mêmes caractères, exposés au soleil,
reparaîtront au bout d'une heure ou deux.

Disons, une fois pour toutes, que, dans l'écriture occulte, il faut
employer des plumes neuves et affectées à cet usage spécial.

Les anciens auteurs qui ont écrit sur la Cryptographie n'ont point
oublié les procédés que nous indiquons. Vigenère explique longuement
qu'il faut «escrire avec de l'alun brûlé, ou du sel ammoniac, ou du
camphre, destrempez en eau, ce qu'estant sec blanchist à pair du
papier, qu'il faut tremper puis après dans de l'eau qui le rend noir
et l'escriture demeure blanche, ou le chauffer devant le feu, tant que
le papier roussisse et l'encre s'offusque; le mesme faict le jus
d'oignon et l'eau encore toute simple. Si l'on trasse quelque chose
sur le bras, un autre endroit du corps, avec du laict ou de l'urine,
en jectant de la cendre dessus, elle y adhère et monstre ce qui y aura
été desseigné. Le sel ammoniac, resouls à part soy à la cave ou autre
lieu humide, si on escrit de ceste liqueur, tout demeure blanc;
frottez le papier avec du coton trempé en eau distillée de vitriol ou
de couperose: l'escriture apparoistra noire.

«Il y a un autre artifice de faire une petite incision à un oeuf, avec
la pointe d'un tranche-plume bien affilé, par laquelle on fourre
dedans de petits billets de papier escris des deux costez, de la
largeur de l'ouverture, non plus grande que de petit doigt et y en
peult assez tenir. Puis, on la replastre avec de la craye ou ceruse,
et de la chaulx vive empastées avec de la glaise. Si qu'il seroit bien
malaisé d'y rien remarquer ne connoistre, quand bien mesme on les
aurait fait durcir et peller, car cela demeure enclos en leur
substance, sans que rien paroisse dehors.

«Il y a un autre malin artifice qui se faict avec de l'alun bruslé,
destrempé en eau dont on escrit sur du papier: estant sec, tout
deviendra blanc. On brusle d'autre part de la paille de froment qu'on
estend en un linge, sur quoy on passe de l'eau tiedde par tant de fois
qu'elle ait emporté toute la noirceur de la paille: puis, on escrit de
cette encre, sur l'escriture blanche dessusdite, ce qu'on ne veut pas
tenir secret: et pour lire ce qui est caché, s'effaçant ce qui
apparoit manifeste, il fault avoir de l'eau-de-vie où l'on aye fait
tremper des noix de galle concassées grossièrement, tant que
l'eau-de-vie en ait attiré et embeu la teinture avec du coton mouillé
dedans; l'escriture apparente s'esvanouira et l'occulte viendra à se
descouvrir, noire comme est la commune. En quoy il y a certain secret
qu'il ne m'a pas semblé devoir divulguer, non plus que d'une autre
manière d'encre qui s'efface d'elle-mesme en quinze jours ou trois
sepmaines, composée de pierre de touche, sablon d'Estampes, sang de
pigeon, noix de galle et autres ingrediens, mesme de l'huille de
tartre avec laquelle il fault destremper le tout, y adjoustant un peu
d'encre affoiblie avecques de l'eau.»

De son côté, Porta indique ce qu'il appelle une manière très-simple
d'écrire sur la peau en caractères ineffaçables: c'est avec de
l'eau-forte imprégnée de cantharides; ou, si l'on veut que l'écriture
ne soit visible que pendant quelques jours, il faut employer, pour
écrire sur la peau, une dissolution d'argent ou de cuivre dans de
l'eau-forte, et cette opération peut se faire sur un homme endormi,
sans qu'il le sache.

Résumons les autres détails dans lesquels cet auteur et ses émules
entrent à l'égard du sujet qui nous occupe.

L'écriture faite avec une eau de vitriol ne devient visible, qu'en
passant par-dessus de la décoction de noix de galle. Le sel ammoniac,
avec la chaux ou le savon, donne à l'écriture une couleur blanche.

Après avoir critiqué l'antique secret des tablettes enduites de cire,
Porta indique les procédés suivants: Écrivez avec de la graisse de
bouc sur du marbre; les lettres, en séchant, deviennent invisibles;
plongez le marbre dans le vinaigre, elles reparaissent sur-le-champ.
Imprimez sur un bois tendre, tel que celui de tilleul, de peuplier ou
autre, des caractères, à la profondeur d'un demi-doigt; aplatissez ce
bois à la presse jusqu'à ce que le creux ait entièrement disparu et
qu'on ne voie plus de traces de lettres; celui à qui vous enverrez ce
morceau de bois lira l'écriture en le plongeant dans l'eau.

Enduisez un oeuf de cire; écrivez dessus, de manière à pénétrer
jusqu'à la coquille sans l'endommager; tenez l'oeuf pendant une nuit
dans une dissolution d'argent par l'acide nitreux; ensuite, enlevez la
cire, écaillez l'oeuf et mettez la coquille entre votre oeil et la
lumière, les lettres paraissent plus transparentes et très-lisibles.
La même chose a lieu en écrivant avec du jus de citron, qui amollit la
coquille de l'oeuf: faites durcir un oeuf, enduisez-le de cire, gravez
sur la cire des lettres qui laissent la coquille à découvert; mettez
l'oeuf dans une liqueur faite avec des noix de galle et de l'alun
broyés ensemble; ensuite passez-le dans de fort vinaigre: les
caractères pénétreront plus avant; ôtez la coquille, et vous verrez
sur le blanc de l'oeuf de belles lettres couleur de safran.

Écritures que l'eau rend visibles: Qu'on écrive avec du jus de
citron, ou de coing, ou d'oignon, ou tout autre suc acide; quand ces
lettres sont sèches, on n'aperçoit rien; écrivez, entre les lignes,
avec de l'encre, des choses indifférentes, afin de dérouter tout
soupçon. En approchant la lettre du feu, l'écriture cachée devient
lisible. Broyez du sel ammoniac, mêlez-le dans l'eau, écrivez avec
cette liqueur: l'écriture paraîtra de la même couleur que le papier;
approchez-le du feu, les lettres paraîtront noires. Si l'on écrit avec
du jus de cerises, l'écriture paraîtra verte au feu.

Il est aussi des écritures qu'on peut rendre visibles par l'emploi de
l'eau seule. Ce que l'on écrit avec une dissolution d'alun devient
invisible, en séchant; il ne faut que plonger le papier dans l'eau
pour faire revivre l'écriture. Une lettre écrite sur du papier avec
une eau de vitriol distillée ne devient visible qu'en plongeant le
papier dans une infusion de noix de galle avec du verjus ou du vin,
On broie aussi de la litharge que l'on met dans du vinaigre mêlé
d'eau; on passe la décoction à la chausse, et on la met à part; on
trace ensuite, sur la pierre, sur quelque partie du corps ou sur toute
autre matière, avec du jus de citron, des caractères, qui, étant secs,
n'ont aucune apparence d'écriture; en passant par-dessus de l'eau de
litharge, les caractères paraissent blancs comme du lait.

Rabelais dont l'érudition encyclopédique touchait à toutes sortes de
sujets, n'a point oublié les divers procédés de l'écriture occulte; il
fait mention d'une lettre qu'une dame de Paris envoie à Pantagruel,
lettre qui renfermait un anneau d'or, mais dans laquelle il ne se
trouvait rien d'écrit. Panurge s'efforce de découvrir le sens de cette
missive, disant que «la feuille de papier estoyt escripte, mais
l'estoyt par telle subtilité que l'on n'y voyoit point d'escripture.

«Il la mist auprès du feu pour veoir si l'escripture estoyt faicte
avec du sel ammoniac détrempé en eaue. Puys, la mist dedans l'eaue
pour sçavoir si la lettre estoyt escripte du suc de tithymale. Puys,
la monstra à la chandelle, si elle estoyt point escripte du jus
d'oignons blancz.

«Puys, en frotta une partie d'huylle de noix, pour veoir si elle
estoyt point escripte de lexif de figuier. Puys, en frotta une part de
laict de femme alaictant sa fille première née, pour veoir si elle
estoyt poinct escripte de sang de rabettes. Puys, en frotta un coing
de cendres d'ung nid d'arondelles, pour veoir si elle estoyt escripte
de rosée qu'on trouve dans les pommes d'alicacahut. Puys, en frotta
ung aultre bout de la sanie des aureilles, pour veoir si elle estoyt
escripte du fiel de corbeau. Puys, la trempa en vinaigre, pour veoir
si elle estoit escripte de laict d'espurge. Puys, la graissa d'axunge
de souris chaulves, pour veoir si elle estoit escripte avec sperme de
baleine, qu'on appelle ambre gris. Puys, la myst tout doulcement dans
un bassin d'eau fraische et soubdain la tira, pour veoir si elle
estoyt escripte avec alun de plume.»

Rabelais cite, à l'occasion de ces tentatives infructueuses, trois
auteurs auxquels la Cryptographie serait redevable d'importants
travaux: «Messere Francesco di Nianse, le Thuscan, qui ha escript la
manière de lire les lettres non apparentes; Zoroaster, dans son traité
_peri grammaton acriton_, et Calphurnius Bassus, _de litteris
illegibilibus_.»

Cet auteur Thuscan et ces livres grecs et latins sont tout à fait
inconnus; il faut donc assigner à l'imagination de maître François le
mérite de les avoir créés.



BIBLIOGRAPHIE


Il nous reste à signaler les principaux ouvrages qui se rapportent aux
diverses branches de l'Art d'écrire par chiffres; nous ne prétendons
pas offrir une liste absolument complète; c'est un but qu'on ne
saurait jamais se flatter d'atteindre, mais nous espérons du moins ne
pas avoir oublié d'écrits d'une importance réelle. Nous avons adopté
l'ordre alphabétique comme étant celui qui facilite le mieux les
recherches.

_Anweisung zum Dechiffriren, oder die Kunst verborgene Schriften
aufzuloesen_, Helmstadt, 1755, in-8.

BACO (Franc. de Verulamio). _De dignitate et augmentis scientiarum_,
lib. VI, c. I. Voir ses _Opera omnia_. Francof., 1665, folio, pag.
147-151.

BECHERUS (J. J.). _Character pro notitia linguarum universali,
invenium steganographicum hactenus inauditum_, etc. Francofurti, 1661,
in-8.

BEGUELIN. _Mémoire sur la découverte des lois d'un chiffre de feu le
professeur Hermann, proposé comme absolument indéchiffrable_. _Voy._
Mémoires de l'Académie royale des sciences et belles-lettres de
Berlin, tom. XIV (1765) pag. 369-389.

BELOT. _L'Oeuvre des oeuvres ou le plus parfait des sciences
stéganographiques_, Paris, 1623, in-8.

BIELFELD (J. de), _Institutions politiques_ (la Haye, 1760, in-4),
tom. II, pag. 191.

BREITHAUPT (Chr.). _Disquisitio historica, critica, curiosa de variis
modis occulte scribendi, tum apud veteres quum apud recentiores
usitatis_, Helmstadt, 1727, in-8.

--_Ars decifratoria sive scientia occultas scripturas solvendi et
legendi_, Helmst., 1737, in-8, 32 et 160 pag.

BUERGA (A.). _Pasilasie oder Grundriss einer allgemeinen Sprache_,
Berlin, 1808.

CARLET (J. R. du). La _Cryptographie, contenant la manière d'écrire
secrètement_, Tolose, 1644, in-12.

COLLETET. _Traittez des langues estrangères, de leurs alphabets et des
chiffres_, Paris, Promé, 1660, in-4.--C'est un abrégé imparfait du
_Traité des chiffres_ de Vigenère, et il aurait tous les caractères du
plagiat si Colletet lui-même n'avait pas prévenu cette accusation avec
une franchise peu commune.

COLORNI (Abr.). _Scotografia italica_, Praga, 1593, in-4.

COMIER (d'Ambrun). _Traité de la parole, langues et écritures,
contenant la sténographie impénétrable, ou l'Art d'écrire et de parler
occultement de loin et sans soupçon_. Bruxelles, 1691, in-12.

CONRADI (Dav. Arn.). _Cryptographia denudata, sive ars deciferandi quæ
occulte scripta sunt in quocunque linguarum genere_, Lugd. Bat., 1739,
in-8, 73 pag.

COSPI. _L'Interprétation des chiffres, ou Reigle_ (sic) _pour bien
entendre et expliquer facilement toutes sortes de chiffres simples_,
tiré de l'italien du sieur A. M. Cospi, secrétaire du grand-duc de
Toscane. Augmenté et accommodé particulièrement à l'usage des langues
française et espagnole, par F. J. F. N. P. M. Paris, 1641, in-8, 90
pag.

CRELLII (L. C.) _Diss. de scytala laconica_, Lipsiæ, 1697, in 4.

DALGARNO (George). _Ars signorum, vulgo character universalis et
lingua philosophica_, Londini, 1667, in-8. Cet écrit a paru à M.
Nodier extrêmement remarquable (voir les _Mélanges extraits d'une
petite bibliothèque_, pag. 268, et les _Notions de linguistique_,
1834, pag. 31). Les ouvrages de Dalgarno ont été réimprimés à
Edimbourg en 1834; la _Revue d'Edimbourg_, nº 124, juillet 1835, leur
a consacré un article.

DLANDOL. Le _Contr'espion ou les clefs de toutes les correspondances
secrètes_, Paris, 1794, 66 pag. in-8.

FIRMAS-PERIÈS (Le comte). _Pasitélégraphie_, Stuttgard, 1811, in-8.

FORELIUS (H.). _Dissertatio de modis occulte scribendi et præcipue de
scytala laconica_, Holmiæ, 1697, in-8.

FRIDERICI (J. B.). _Cryptographia, oder geheimer Schriftmund und
wirkliche Correspondenz_, Hamburg, 1684, in-4.

FUNKS (Chr. B.). _Natürliche Magie_, Berlin, 1783, in-8. (Il s'y
trouve quelques détails sur l'art de déchiffrer.)

GERRAR (DI). _Siglarium romanum sive explicatio notarum ac
litterarum_, Londres, 1793, in-4.

GODEVIN (François), évêque d'Hereford, _Nuncius inanimatus Utopiæ_,
1629. L'auteur expose mystérieusement les avantages d'une méthode
secrète de correspondance au moyen de signes convenus.

S'GRAVESAND, _Introductio in philosophiam_ (Lugd. Bat., 1737). Il y
est question, ch. XXXV, de l'écriture en chiffres.

GRISCHOW (Aug.). _Introductio in philologiam generalem_, Jenæ, 1704,
in-8. Le chap. IV roule sur l'art d'écrire en chiffres avec rapidité,
et sur les moyens de découvrir pareils secrets.

HANEDI, _Steganologia et Steganographia nova. Geheime, magische,
natürliche Red- und Schreibekunst_, Nuremberg (sans date), in-8, 299
pag. Le véritable nom de l'auteur est Daniel Schwenter, professeur de
mathématiques à Altorf, mort en 1636.

HILLERI (L. H.) _Mysterium artis steganographicæ novissimum_, Ulmæ,
1682, in-8, 478 pag. Un errata de 6 pag. termine le volume. Cette
multitude de fautes contribua sans doute au peu de succès de ce traité
plus ample que celui de Breithaupt, mais moins méthodique. Il ne
s'adapte spécialement qu'au latin, à l'italien, à l'allemand et au
français, et seulement aux chiffres à clef simple ou dont l'alphabet
n'est pas variable. L'auteur avait donné un aperçu de son travail dans
son _Opusculum steganographicum_, publié à Tubingue en 1675.

HINDENBURG (C. F.). _Archiv der reinen und angewandten Mathematik_.
(Les cahiers 3 et 5 roulent sur l'art de chiffrer.)

HOTTINGA (Domin. de). _Polygraphie ou méthode universelle de
l'écriture cachée et cabalistique_, Groningue, 1620, in-4. C'est la
reproduction textuelle de la traduction de la _Polygraphie_ de
Trithème, publiée en 1541 par Gabriel de Collange. Hottinga n'a point
hésité à donner ce travail comme étant entièrement son oeuvre, et il
déclare, dans sa préface, qu'il lui a consacré de longues et pénibles
veilles. Il existe peu d'exemples d'un plagiat aussi effronté.

JONES. _Hieroglyphic or a grammatical introduction to an universal
hieroglyphic language_, London, 1768.

KALMAR (Georgius). _Præcepta grammatica atque Specimina linguæ
philosophicæ sive universalis ad omne vitæ genus adcommodatæ_.
Berolini, 1772, in-4, 56 pag.

KIRCHERI (Athan.) _Artificium cryptographicum, seu abacus numeralis_,
dans la _Magia universalis_ de Schott, part. IV, lib. I.

--_Polygraphia seu artificium linguarum, quocum omnibus totius mundi
populis poterit quis correspondere_, Rome, 1663, in-folio, Amsterd.,
1680. Cet ouvrage curieux est divisé en trois parties; la première
offre une pasigraphie en écriture universelle que chacun peut lire
dans sa langue. Le principe d'où il part est un dictionnaire numéroté
tel que Becher l'avait proposé sans l'exécuter; Kircher l'exécuta en
petit sur cinq langues (le latin, le français, l'allemand, l'italien,
l'espagnol). Son vocabulaire a environ 1,600 mots; les formes
variables des noms et des verbes sont exprimées par des signes de
convention. La seconde partie donne une sténographie plus ingénieuse
que celle de Trithème. La troisième partie concerne l'invention d'une
boîte ou bureau stéganographique pour écrire ou lire très-promptement
en chiffre quelconque.

KLÜBER (Lud.). _Kryptographik, Lehrbuch der Geheimschreibekunst_,
Tubingue, 1809, in-8, 470 p.

KORTUM (C. A.). _Anfangsgründe der Entzifferungskunst deutscher
Zifferschriften_, Duisburg, 1782, in-8, 144 pag.

_Langage_ (Le) _muet, ou l'Art de faire l'amour sans se parler, sans
écrire et sans se voir_, Middelbourg, 1688, in-12.

LATOUR (Charlotte de). Le _Langage des fleurs_, Paris, 1820; 6e éd.,
1845, in-12, 328 p. (L'auteur de cet ouvrage, en prose et en vers, est
M. Aimé Martin.)

LEIBNITZ. _Historia et commendatio linguæ characteristicæ
universalis_, dans ses _Oeuvres posthumes_, éditées par Rashe, 144
pag.

(LEMANG). _Die Kunst der Geheimschreiberei_,... im. G. L. Leipzig,
1797, in-4, 40 pag.

LENNEP (D. J. de). _Dissert. de M. Tullio Tirone_, Amsterdam, 1804.

LINDNER (Sam.). _Elementa artis decifratoriæ_, Regiomontani, 1770,
in-8.

_Mysterienbuch alter und neuer Zeit, oder Anleitung geheimer Schriften
zu lesen_, Leipzig, 1797, in-8, 115 pag.

NEYRIN (J. P.). _Principes du droit des gens_. (Brunswick, 1783,
in-8), pag. 160 et suiv.

_Nouveau Traité de diplomatique_, par deux religieux bénédictins (D.
Toussaint et D. Tassin). Paris, 1750-65. 6 vol. in-4. _Voy._ tom. III,
p. 499-622.

NIETHAMMER (J. M.). _Ueber Pasigraphie und Ideographie_, Nurnberg,
1808, in-8.

_Nouvelle Découverte d'une langue universelle pour les négociants_,
Paris, 1687, in-12.

_Opus novum, præfectis arcium, imperatoribus exercituum,
exploratoribus, peregrinis, inventoribus, militibus ac omnis industriæ
et litteraturæ studiosis, principibus maxime utilissimum pro cipharis
lingua latina, græca, italica et quavis alia multiformiter
describentibus interpretandisque._ (En latin et en italien, in-8, 44
feuillets.) À la fin on lit: Impressum Romæ, anno MDXXVI. Au second
feuillet, l'auteur se donne le nom de Jacques Silvestre, citoyen de
Florence.

OZANAM (Jacques). _Récréations mathématiques et physiques_, 1778, 4
vol. in-8. On y trouve diverses méthodes de Sténographie.

PANCIROLLI (Guidonis). _Rerum memorabilium sive deperditarum
commentarius_, 1660, in-4. Il parle des chiffres, pag. 262 et suiv.

_Polizeischrift, geheime, des Grafen von Vergennes_, 1793, in-8, 46
pag.

PORTA (J. B.). _De furtivis litterarum notis vulgo de ziferis libri
quinque_, Neapoli, 1563, in-4. Autres éditions: Londres, 1591,
in-4.--Montbelliard, 1593, in-8.--Naples, 1602, in-folio.--Strasbourg,
1603, in-8.

--_Magia naturalis_, Naples, 1558.--Anvers, 1561.--Naples,
1589.--Leyde, 1644 et 1651. Il est question, dans le livre XVI, de
l'art de chiffrer.

PRASSE (M. de). _De reticulis cryptographicis_, Lipsiæ, 1799, in-4, 14
pag.

RAMSAY (C. A.). _Art d'écrire aussi vite qu'on parle_, Paris, 1783,
in-12. L'original est en latin; il parut dès 1678 et fut réimprimé
avec une version française (par A. D. G.). Paris, 1681. Depuis cette
dernière date, ce livre a été souvent réimprimé en France et à
l'étranger, dans la fin du dix-septième siècle. Les anciennes
éditions portaient pour titre: _Tacheographie ou l'Art d'écrire_, etc.
On en connaît une traduction allemande, Leipzig, 1745, in-8.

SARPE, _Prolegomena ad tachygraphiam romanam_, Rostock, 1829, in-4.

SCHMIDT (J. M.). _Vollstændiges wissenschaftliches
Gedankenverzeichniss zum Behuf einer allgemeinen Schriftsprache_,
Dillingen, 1807, in-8.

--_Grundsætze für eine allgemeine Schriftlehre_, 1816-1818, 2 vol.
in-8.

SCHOTT (Gaspard). _Schola steganographica in classes octo distributa_,
Nuremberg, 1665, in-4. D'autres éditions de 1666 et de 1680 sont
indiquées par les bibliographes.

--_Thaumaturgus physicus seu magia universalis naturæ et artis_,
1657-1659, 4 vol. in-4; 1677. On trouve, dans le quatrième volume de
cet ouvrage curieux, des notions détaillées sur les divers moyens
imaginés par les anciens et les modernes, pour se communiquer leurs
pensées à l'aide de l'écriture secrète.

SELENI, Gustavi (id est, Augusti, ducis Brunsvicensis),
_Cryptomenyticis et Cryptographiæ libri IX, in quibus et planissima
Steganographiæ J. Trithemii enodatio traditur, inspersis ubique
auctoris et aliorum non contemnendis inventis_, Luneburgi, 1624,
in-folio.

SOLBRIT (Dav.). _Ratio scribendi per zifras_, 1726, in-8.

--_Allgemeine Schrift oder Art durch Ziffern zu schreiben_, Coburg,
1736, in-8. C'est la traduction de l'ouvrage latin précédent.

_Steganographia recens detecta_, Ulm, 1764, in-8, 97 p. Malgré son
titre latin, cet ouvrage est en allemand (semblable circonstance
n'est pas rare pour d'anciens écrits publiés au delà du Rhin).
L'auteur a gardé l'anonyme, mais il a signé la préface des lettres C.
W. P.

STEIN (A.). _Ueber Schriftsprache und Pasigraphie_, München, 1809,
in-8.

STIELER (C. von). _Deutsche Secretariatskunst_. Nuremberg, 1678, in-4.
Voir tom. I, pag. 547-555.

STUBENRAUCH. _Histoire abrégée de la Cryptographie_. Il s'en trouve un
extrait dans les Mémoires de l'Académie de Berlin, t. I, 1745, p. 105
et suiv.

TOD (Al.). _The olive-leafe or an universal A. B. C._, London, 1603,
in-8.

TRITHEMII (J.). _Polygraphiæ libri VI_, Oppenheim, 1518,
in-folio.--Francof., 1550.--Colon., 1564.--Argent., 1600 et
1613.--Colon., 1671.

--_Steganographia_, Francof., 1606.--Darmst., 1606,--Francof.,
1608.--Darmst., 1621--Colon., 1635.

--_La Polygraphie et universelle écriture de Trithème_, traduit du
latin par Gabriel de Collange[8], Paris, 1561, 1621, 1625, in-8.

[Note 8: La triste destinée de Collange mérite qu'on en fasse mention.
Il était valet de chambre du Charles IX, et, quoique catholique zélé,
il fut une des victimes de la Saint-Barthélemi, succombant sans doute
à quelques inimitiés personnelles.]

Voici les titres de deux ouvrages composés dans le but de défendre la
mémoire de Trithème contre l'accusation de magie dirigée contre lui:

_Stenographiæ nec non claviculæ Salomonis germani, J. Trithemii,
genuina declaratio, auctore_ J. Caramuele, Colon., 1634, in-4.

J. TRITHEMII _Stenographia vindicata et illustrata_, auctore W. E.
Heidel, Mayence, 1676, in-4. Une édition de Nuremberg, 1721, in-4, est
citée.

UKEN (M.). _Steganometrographia, sive artificium novum et inauditum_,
Francof., 1751, in-8, 328 p. Il en existe une traduction allemande,
Ulm, 1759.

URQUHART (Thomas). _Logopandecteision, or an introduction to the
universal language_, London, 1653, in-4.

VATER (J. S.). _Pasigraphie und Antipasigraphie... ou sur la
découverte récente d'une langue universelle pouvant servir à tous les
peuples_, Leipzig, 1799, in-12, 268 pag.

WALLIS (J.). _Opera miscellanea_, Oxoniæ, 1699, in-folio. Dans son
traité _De combinationibus et alternationibus_, ce célèbre
mathématicien donne des exemples de déchiffrement, sans expliquer
toutefois les méthodes dont il fait usage.

WILDVOGEL (Ch.). _Diss. de scripturis terribilibus_, Francof., 1719,
in-4.

WILKINS (évêque de Chester). _Mercure ou le Messager secret et prompt
où l'on montre comment on peut communiquer vite et sûrement ses
pensées à un ami éloigné_, Londres, 1641, in-4. (L'ouvrage est en
anglais.)

--_Essay towards a real charater and a philosophical language_,
Londres, 1668, in-folio. Un extrait de cet ouvrage, devenu fort rare,
se trouve dans les _Transactions philosophiques_, nº 35.

WOLKE (C. H.). _Erklærung wie wechselseitige Gedankenmittheilunen
aller cultivirten Voelker des Erdkreises, oder die Paxiphrasie möglich
und ausüblich sey, ohne Erlernung irgend einer neuen besondern, oder
einer allgemeinen Wortschrift oder Zeichensprache_, Dessau, 1797.


FIN.



TABLE DES CHAPITRES.


  CHAPITRE Ier. Définition de la Cryptographie, son origine;
    notions historiques.                                             1

  CHAP. II. Auteurs qui ont écrit sur la Cryptographie.             35

  CHAP. III. Règles et procédés de Cryptographie.                   91

  CHAP. IV. Des diverses sortes d'écritures et des différents
    langages de convention qui se rattachent à la correspondance
    occulte.                                                       156

  CHAP. V. Du rôle de la Cryptographie dans la littérature.        186

  CHAP. VI. Des livres à clef.                                     202

  CHAP. VII. Du déchiffrement.                                     208

  CHAP. VIII. Des écritures occultes.                              225

  Bibliographie.                                                   242



[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

--De nombreuses erreurs ont été imprimées dans cet ouvrage; peu
d'entre elles ont été corrigées lors de la création de ce fichier.

  --page 41: "Un méchant vous demande une lettre d'introduction
    auprès d'un de ses amis", "ses amis" a été remplacé par "vos amis".

  --page 144: "La première lettre de la dépêche, l, correspond à la
    quatrième, o; la seconde, e, à la quatrième,", "la seconde, e, à
    la quatrième," a été remplacé par "la seconde, e, à la septième,".

  --page 197: "Conserui et dxoop nfouxnb delituit", "nfouxnb" a été
    remplacé par "nfouxmb".

  --page 220: "la consonne c est toujours liée au c", "liée au c" a
    été remplacé par "liée au h".

--Page 151: La note 5 n'a pas de référence dans le texte.

--Les mots contenus dans [] sont imprimés dans des cases (ex: page 120).

--Cet ouvrage contient de nombreux signes qui ne peuvent être reproduit
dans ce fichier; ils ont été remplacés par [Gl.] pour Glyphe, [Pt.]
pour Point, etc.

  --Les signes enclos dans [= =] sont encadrés dans l'ouvrage.

  --Chiffres précédés par [- sont surmontés d'un trait; ceux précédés
    par [" de deux points.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Cryptographie - ou l'art d'écrire en chiffres" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home