Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Instruction Théorique du Soldat par lui-même (1914)
Author: Chapuis, Félix
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Instruction Théorique du Soldat par lui-même (1914)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.

Les lettres supérieures unusuelles sont entourées par { }.]



  Éducation morale et instruction professionnelle


  L'INSTRUCTION THÉORIQUE DU SOLDAT
  PAR LUI-MÊME

  PAR LE COMMANDANT F. CHAPUIS

  22e édition

  _Soldat, ce livre est écrit pour toi!_



  LIBRAIRIE MILITAIRE BERGER-LEVRAULT
  Éditeurs de l'_Annuaire officiel de l'Armée_

  PARIS
  RUE DES BEAUX-ARTS, 5-7

  NANCY
  RUE DES GLACIS, 18

  1913-1914
  _Tous droits réservés_



  BATAILLES ET VICTOIRES

  INSCRITES

  SUR LE DRAPEAU

  _du ......e Régiment d'infanterie_

  .....................................
  .....................................
  .....................................
  .....................................
  .....................................

NOTA.--Cette page et la page 3 sont remplies avec soin par un gradé de
la compagnie.

Indiquer le lieu de la bataille, la date, contre qui elle a été
livrée, etc.

Le gradé inscrira également au crayon la fixation actuelle de
l'indemnité de viande page 81.



PRINCIPES


L'_honneur_, le _patriotisme_ et la _force_ assurent à une nation _le
respect du monde entier_.

       *       *       *       *       *

L'armée française et la nation entière doivent s'accorder
réciproquement une confiance entière.

       *       *       *       *       *

Dans une armée, l'_esprit de sacrifice_ et la _volonté de vaincre_
assurent _le succès_.

       *       *       *       *       *

Il faut non seulement se défendre, «mais encore être victorieux.»

       *       *       *       *       *

En campagne, le soldat instruit de ses devoirs, qui aura du
_sang-froid_, du _coeur_, du _courage_, de la _confiance en lui-même_,
en ses _camarades_ et en ses _chefs_ et qui, dans la lutte, apportera
_ardeur_, _énergie_ et _intelligence_, permettra au chef _de tout
oser_ et de rapidement _imposer sa volonté à l'adversaire_.

       *       *       *       *       *

L'_audace_, la _marche en avant_ et l'_offensive_ permettent seules
d'obtenir des _résultats décisifs_.

       *       *       *       *       *

                Soldat de France,
  L'égalité t'appelle avec espérance.
  Gaîment, avec courage, acquitte ton devoir;
  Ton rôle est grand, soldat, en toi est notre espoir!
  Comprends-le bien, et en noble esclave,
  Pour ton pays sois vainqueur ou meurs en brave!
                          _=Vive la France!=_

       *       *       *       *       *

NOTA.--_La loi du 9 novembre 1911 a institué une médaille
commémorative de la guerre de 1870-71 (Ruban vert à rayures noires)._

_On doit respecter les vieux braves qui ont fait cette terrible guerre
et qui sont médaillés._



  RENSEIGNEMENTS

  ......e Régiment d'................

  ....e Cie           .... B{on}

  Nom du soldat: ....................................

  Nº matricule: ....     Nº du fusil: ...............


  GÉNÉRAUX:

  M. ...... commandant le  .......e corps d'armée.

  M. ...... commandant la  .......e division.

  M. ...... commandant la  .......e brigade.


  LE RÉGIMENT:

  Colonel: M. ..............................................

  Lieutenant-colonel: M. ...................................

  Chef du bataillon: M. ....................................

  ..........................................................


  LA COMPAGNIE:

  Capitaine: M. .......................

  Lieutenant: M. .......................

  Sous-lieutenant: M. .....................

  Adjudant-chef: M. ......................

  ...... Adjudant.

  ...... Sergent-major.

  ...... Sergent.

  ...... Caporal.

  ...... Sergent-fourrier.


  Composition du régiment: .... bataillons.

  Les garnisons ci-après sont occupées:

  ...... par ......

  ...... par ......


[Illustration: QUAND-MÊME

Monument de Mercié, érigé à Belfort en 1885.]


Note importante du Service intérieur

  _Le chef de corps interdit à la caserne toute propagande
  et toute introduction d'écrits, journaux ou publications
  pouvant nuire à la discipline ou pousser les
  militaires à l'abandon de leurs devoirs (Art. 5 du décret
  du Service intérieur)._



AVANT-PROPOS


Ce petit livre est écrit pour le soldat, qui ne doit jamais oublier
les devoirs de dignité et de tenue que sa situation lui impose.

       *       *       *       *       *

L'auteur a eu pour but de condenser en quelques pages, dans un style
concis, tout ce que le soldat _doit savoir_. Celui-ci y trouvera ses
devoirs et la conduite à tenir dans presque tous les cas où il peut se
trouver.

Le soldat en étudiera successivement les divers chapitres, _comme
l'écolier étudie sa leçon de chaque jour_; l'instructeur donnera des
explications et fera les démonstrations nécessaires: alors le soldat
pourra répondre et agir, il saura ce qu'il doit savoir et son âme sera
pénétrée des sentiments du devoir militaire que tout citoyen doit à sa
Patrie, puis il se rappellera toujours que son seul but est d'être
victorieux si une guerre vient à se déclarer.

Le nombre des séances de théorie sera diminué.

Il est bien entendu que les _instructeurs ne devront pas exiger le mot
à mot_ de ce questionnaire. Le soldat doit comprendre et ne pas
chercher à réciter un texte; lorsqu'on l'interrogera, il s'exprimera à
sa façon habituelle, en s'inspirant du sens de ce qu'il aura étudié et
bien compris.

La lecture des divers chapitres, plusieurs fois répétée par le soldat,
ensuite quelques explications et des exemples donnés par un _gradé
désigné pour cela_, voilà le seul moyen de donner d'une façon complète
et parfaite l'instruction théorique qui ne s'oubliera plus.

Les quelques illustrations que le soldat trouvera dans cet ouvrage lui
faciliteront son travail, tout en lui rendant plus agréable la lecture
de son livre, qui est établi conformément au _Programme d'ensemble de
l'instruction à donner aux troupes d'infanterie_.

       *       *       *       *       *

Observation importante.

Les règlements militaires ont une tendance générale à se condenser et
à diminuer le nombre de leurs pages. Ils laissent beaucoup à
l'initiative et au bon sens des chefs, comptant sur l'expérience
qu'ils ont des choses militaires.

Mais le soldat actuel, aujourd'hui, n'a point le temps d'attendre que
l'expérience lui permette de se diriger de lui-même dans tous les
petits détails de la vie militaire. Il faut que, du jour au lendemain,
il fasse tout le service, et que, deux ou trois mois après son
arrivée, _il soit mobilisable_, c'est-à-dire apte à _entrer en
campagne_ dans de bonnes conditions.

Ce livre vient à lui pour l'aider dans cette besogne, il y apprendra
rapidement tout ce que l'expérience aurait mis plusieurs années à lui
enseigner.

En outre, il ne faut point oublier que le service militaire se fait
avec d'autant _plus de facilité et de plaisir que le soldat sait mieux
ce qu'il a à faire_.



SOMMAIRE GÉNÉRAL DE CE VOLUME

  1º Éducation morale du soldat;
  2º Éducation générale du soldat pour le temps de paix;
  3º Devoirs et connaissances nécessaires en campagne;
  4º Devoirs du soldat libéré du service actif (Réserve et
       territoriale).

       *       *       *       *       *

TABLE

_=de l'«Instruction théorique du Soldat» traitée dans ce volume= et
prescrite par les bases de l'Instruction de l'infanterie_ (Instr. min.
4 juin 1910, modifiée le 2 septembre 1912).

                    { Les forces morales (_Règlement de manoeuvres_,
                    {   art. 242 à 246), p. 10.
                    { La Patrie, p. 11.
                    { Le Drapeau, p. 12.
  * ÉDUCATION       { Batailles inscrites, p. 13.
  MORALE, p. 10     { Honneurs qui lui sont dus, p. 13.
                    { Principes de discipline et de solidarité, p. 13.
                    { Rôle de l'armée dans la nation, p. 16.
                    { Historique du corps, p. 15.

                    { Notions très succinctes sur le service de sûreté
                    {   en marche et en station, p. 100.
                    { Police pendant les marches, p. 104.
  * SERVICE EN      { Service aux avant-postes, p. 106.
  CAMPAGNE, p. 100. { Installation au cantonnement et au bivouac, p. 120.
                    { Alimentation en campagne, p. 123.
                    { Devoir des soldats au combat, p. 126.
                    { Liaison par signaux Morse, p. 130.

                    { Marques extérieures de respect, p. 26.
                    { Honneurs, p. 63.
                    { Récompenses, p. 30.
                    { Certificat de bonne conduite, p. 30.
                    { Permissions, p. 31.
                    { Punitions, p. 35.
                    { Réclamations, p. 37.
                    { Maintien au corps par mesure de discipline, p. 35.
                    { Service du soldat à la caserne, p. 38.
  SERVICE           { Dans les places, p. 58.
  INTÉRIEUR         { En route, p. 55.
  ET SERVICE        { En cas de troubles, p. 63.
  DE PLACE,         { Service de planton, p. 63.
  p. 26.            { Main-forte due à l'autorité, p. 63.
                    { Devoirs en voyage.--Dans les gares, p. 34.
                    { Alimentation en temps de paix, p. 48.
                    { Ordinaires, p. 48.
                    { Distributions, p. 50.
                    { Hygiène de la viande, p. 51.
                    { Solde et prestations en nature, p. 49.
                    { Tabac, p. 52.
                    { Franchise postale, p. 43.
                    { Remise des lettres et de l'argent, p. 42.

                    { Soins de propreté corporelle, p. 53.
                    { Tenue des chambres, p. 54.
                    { Boissons: eau filtrée ou stérilisée, p. 55.
                    { Recommandations spéciales pour les marches
  * HYGIÈNE         {   et manoeuvres de jour et de nuit, p. 55.
  MILITAIRE,        { Vie au bivouac, p. 55.
  p. 53.            { Maladies contagieuses, p. 56.
                    { Alcoolisme, syphilis, tuberculose, p. 57.
                    { Paquet individuel de pansement, p. 57.

                    { des effets d'habillement, d'équipement et
                    {   des armes, p. 81.
  NOMENCLATURE      { Arrimage des effets, p. 82.
  ET                { Paquetage du sac, p. 89.
  ENTRETIEN,        { Tenue de campagne, P. 89.
  p. 77             { Port de l'équipement (pratique), p. 87.

  * LIVRET INDIVIDUEL.--CODE DE JUSTICE MILITAIRE (Voir Livret
  individuel) (Consulter le livret), p. 44.

                    { Forme de lettres, p. 45.
                    { Demandes de renseignements, de prolongation
                    {   d'absence, d'ajournement, de
  * CORRESPONDANCE  {   changement de série, de devancement
  MILITAIRE,        {   d'appel, de dispense de périodes d'instruction,
  p. 42.            {   p. 158.
                    { Cas de maladie, de réforme, p. 153.
                    { Demandes d'allocations journalières pour soutien
                    {   de famille, p. 156.

  * ACCIDENTS SURVENUS DANS LE SERVICE.--Droits qu'ils créent, p. 46.

                    { Obligations militaires, p. 152.
                    { Obligations des hommes des réserves, p. 152.
                    { Changements de domicile, de résidence;
                    { déplacements pour voyager, p. 152.
  * LOI DE          { Fascicule de mobilisation annexé au livret
  RECRUTEMENT,      {   individuel, p. 159.
  p. 149.           { _Avantages assurés aux engagés, rengagés
                    {   et commissionnés_, p. 165.
                    { Sociétés de préparation militaire S. A. G., p. 160.

Nota.--Les matières précédées d'un astérisque (*) sont les seules qui
doivent faire l'objet d'une =révision rapide= par les réservistes et
les territoriaux lors de leurs convocations.



L'INSTRUCTION THÉORIQUE DU SOLDAT PAR LUI-MÊME



1º ÉDUCATION MORALE DU SOLDAT



CHAPITRE I


I--Les forces morales.

=1.= La préparation à la guerre doit être le but unique de
l'instruction des troupes qui, en tout temps, doivent être en état de
remplir leur _mission de guerre_.

L'instruction professionnelle doit être soutenue par des sentiments
moraux assez puissants pour que toute troupe soit apte à accomplir les
tâches les plus rudes, à s'imposer toutes les énergies, à accepter
tous les sacrifices et à triompher des plus grandes difficultés.

Les forces morales constituent les facteurs les plus puissants du
succès; elles vivifient l'emploi des moyens matériels, dominent toutes
les décisions du chef et président à tous les actes de la troupe.

L'_Honneur_, le _Patriotisme_, inspirent les plus nobles dévouements;
l'_esprit de sacrifice_ et, la _volonté de vaincre_ assurent le
succès; la _discipline_ et la _solidarité_ garantissent l'action du
commandement et la convergence des efforts.

Au combat, le _soldat_ fait appel aux plus nobles inspirations de son
coeur, à son énergie et à son instruction militaire. Confiant en ses
chefs, il doit, dans toutes les circonstances, obéir comme eux aux
sentiments d'honneur, de discipline et d'abnégation.

C'est la valeur des troupes qui décide des affaires en dernier
ressort: quel que soit leur nombre, quelle que soit l'habileté des
combinaisons du chef, il faut, sur certains points, résister jusqu'au
bout et se faire tuer sur place plutôt que d'abandonner le drapeau;
sur d'autres, marcher coûte que coûte à l'ennemi et le chasser de sa
position.

[Illustration: L'armée surveille la frontière.--Elle la défendra!]


II--La Patrie.

=2. Qu'est-ce que la Patrie?=

La Patrie, c'est la France, c'est la nation française.

La Patrie, c'est la commune mère de tous les Français; c'est
l'ensemble de nos lois, de nos institutions, de nos habitudes, de nos
richesses; c'est notre sol, ses villes, ses monuments, ses cimetières;
c'est notre belle histoire, nos ancêtres, nos héros, nos gloires, nos
douleurs; c'est notre commerce, nos aspirations; c'est notre honneur.

Le _patriotisme_, c'est l'amour de la Patrie.

=3. Que doit l'armée à la Patrie?=

L'armée est faite pour la Patrie; elle a pour mission de la protéger
et de la défendre.

À la Patrie donc tout ce que nous avons et tout ce que nous pouvons!

L'honneur est la ligne de conduite de l'armée.

=4. Quelle est la devise de l'armée française?=

Sa devise est: «Honneur et Patrie».

=5. Qu'est-ce que l'honneur?=

C'est un sentiment qui n'admet en toutes actions que le bien, la
justice, la loyauté et le désintéressement.

=6. Qu'est-ce, en particulier, que l'honneur militaire?=

C'est l'accomplissement parfait de tous nos devoirs de soldat, c'est
la bravoure devant l'ennemi, c'est le sentiment qui, dans le combat,
nous fait porter secours aux camarades en danger; c'est enfin le culte
de la loyauté et des sentiments généreux.


III--Le Drapeau.

=7. Que représente le drapeau national?=

Le drapeau est l'emblème de la Patrie: partout où il flotte, là est la
Patrie.

=8. Que représente spécialement le drapeau du régiment?=

Le drapeau du régiment est non seulement l'emblème de la Patrie, mais
encore il est le monument qui rappelle et honore la mémoire de tous
ceux qui ont servi dans ce même régiment et, en particulier, de ceux
qui ont bravement versé leur sang pour la France. Il rappelle nos
combats et nos gloires.

=9. Quels sentiments éprouve-t-on à la vue du drapeau?=

Le drapeau ranime le patriotisme, car il est la Nation présente au
milieu des soldats; il leur rappelle l'ordre absolu de fournir le
devoir imposé. À sa vue, on fait intérieurement le serment de le
suivre partout, de le défendre et de mourir, s'il le faut, pour la
gloire du pays et pour la conservation de son intégrité.

Dans le combat, le soldat doit toujours se rallier au drapeau et il
doit le défendre partout et toujours, même au péril de sa vie.

=10. Quel honneur rend-on au drapeau?=

On salue le drapeau; les sentinelles, les postes et les troupes lui
rendent les honneurs avec les armes, les tambours et les clairons
battent et sonnent aux champs, les trompettes sonnent la marche.

=11. À quoi peut-on comparer le drapeau?=

Rien de matériel ne peut en donner une idée. Le drapeau, c'est l'idéal
du sentiment qui exalte la noblesse et la valeur de la France; quand
il flotte haut et fier, la France est grande; quand il baisse son
pavillon, la France chancelle; quand il est voilé, la France est en
deuil.

=12. Quelles sont les batailles inscrites au drapeau du régiment?=

Les batailles inscrites au drapeau du régiment sont:

     (Les lire sur le verso de la couverture où le sergent-major
     les a inscrites.)


IV--La Discipline--Les Ordres--L'Esprit de corps--La Camaraderie.

=13. Qu'est-ce que la discipline?=

La discipline est la soumission entière à tous les règlements
militaires et l'obéissance complète à tous les chefs. Ce n'est pas un
asservissement, mais un devoir d'homme libre vis-à-vis de
l'institution nationale de l'armée qui nous est imposée par la force
des choses du monde.

=14. Comment les soldats d'un pays libre et civilisé doivent-ils
comprendre la discipline?=

Chaque homme doit se persuader lui-même et posséder intimement la
conviction réelle que la discipline est une chose nécessaire et
obligatoire. Il doit s'efforcer d'acquérir la vertu de s'y soumettre
de lui-même spontanément, sans l'intervention d'aucune contrainte.

=15. Une armée peut-elle exister sans discipline?=

Non, sans discipline il n'y a pas d'armées possibles, elles ne
seraient que des bandes dangereuses, incapables d'arriver à un
résultat ou d'obtenir le moindre succès.

=16. Est-ce dans l'armée seule que la discipline est nécessaire?=

Dans la famille, dans les sociétés et dans toutes les entreprises
civiles, l'exécution exacte des décisions du chef est nécessaire
aussi, mais dans l'armée le sentiment de la discipline doit être plus
absolu que partout ailleurs.

=17. Y a-t-il une différence entre la discipline et les punitions?=

Oui, discipline et punitions sont deux choses différentes. Un soldat
est discipliné lorsqu'il possède le sentiment intime de l'obéissance
et de la soumission, et que, par pur devoir, il le met partout en
pratique.

Les punitions ne sont faites que pour la répression des incorrigibles,
de ceux qui se dérobent au devoir et de ceux qui ne veulent pas se
plier aux exigences de la discipline.

=18. Comment doit-on obéir?=

On doit obéir immédiatement, sans hésitation ni murmures.

=19. À qui doit-on obéir?=

Le militaire doit l'obéissance à tous les gradés qui lui sont
supérieurs en grade.

C'est le supérieur qui est responsable de l'ordre qu'il donne.

=20. En vertu de quels principes les ordres sont-ils donnés?=

Le supérieur ne commande qu'en vertu de l'obéissance qu'il doit
lui-même à ses supérieurs, aux lois et aux règlements militaires.

=21. Qui doit obéir dans l'armée?=

Dans l'armée, tout le monde obéit, les soldats, les officiers, les
généraux.

Chacun agit selon la volonté du chef de l'armée et selon les
prescriptions des règlements.

=22. Comment le soldat doit-il exécuter les ordres?=

Le soldat doit exécuter les ordres reçus avec bonne volonté, avec goût
et intelligence, et pour le bien du service.

=23. Si, dans certaines circonstances, le soldat se trouve sans
ordres, que doit-il faire?=

Le soldat, comme tout gradé, qui, dans certaines circonstances, se
trouve sans ordres, doit cependant agir de lui-même. Il applique son
intelligence et son bon sens à la situation actuelle et il s'inspire
de la façon de faire et des intentions de ses chefs.

=24. La solidarité est-elle bien utile au régiment?=

La solidarité est une vertu qui trouve tout particulièrement à
s'exercer entre les soldats.

Au régiment on vit de la même vie, on travaille pour le même but, on
court les mêmes dangers, aussi a-t-on besoin de s'entr'aider, de vivre
en coopération constante, et de faire bénéficier les camarades de son
instruction, de ses talents et des diverses connaissances que l'on
peut avoir.

=25. Qu'est-ce que l'esprit de corps?=[1]

[Note 1: Il importe que les soldats lisent et connaissent
l'historique du régiment, avec ses beaux faits d'armes.]

L'esprit de corps provient de la camaraderie et de l'amour du
régiment; c'est le sentiment bien naturel, qui fait rechercher
l'honneur et tout le bien possible pour le corps dont on fait partie.

=26. Comment le soldat peut-il coopérer à l'esprit de corps?=

Pour cela, le soldat doit respecter son uniforme et le numéro de son
régiment, faire tout ce qui est en son pouvoir pour le mettre en
relief et pour en donner une haute idée par sa belle tenue, par son
attitude, par son courage et par une conduite régulière et honnête.

Le bon soldat cherche partout à prouver que son régiment est meilleur
qu'aucun autre.

=27. Que produit l'esprit de corps?=

L'esprit de corps excite à accomplir, pour l'honneur du régiment, des
actions de valeur, de dévouement et d'audace; il anime les courages,
et dans les moments difficiles, il fait donner de bon coeur un suprême
effort.

Dans un régiment où existe l'esprit de corps, on ne reste pas en
arrière, on va de l'avant, on a du coeur, on marche droit au but, on
attaque franchement l'ennemi!

=28. Qu'est-ce que la camaraderie du champ de bataille?=

C'est le sentiment sublime qui fait secourir et protéger les camarades
engagés dans le combat.

Si les camarades sont en mauvaise posture devant l'ennemi, il s'agit
de les aider, de les dégager et de protéger leur retraite.

À moins d'ordres contraires, toujours il faut marcher au canon et à la
fusillade.


V--Rôle de l'armée dans la nation Le service militaire--Les
supérieurs.

=29. Comment le service militaire se rattache-t-il aux devoirs du
citoyen dans la nation?=

Le service militaire n'est que l'une des formes du devoir du citoyen,
c'est celui qu'il doit à la Patrie pendant qu'il est soldat dans les
rangs de l'armée nationale.

Le devoir militaire du citoyen est un devoir obligatoire qui est
nettement formulé par la loi et par la discipline, qui le garantissent
dans son exécution par des sanctions nécessaires.

[Illustration: Soldat sonnant le bugle.]

=30. Quel est le rôle de l'armée?=

L'armée est la sauvegarde de la Patrie. Par sa force, l'armée oblige
l'étranger au respect de la France et de ses institutions et elle
permet au commerce national, aux sciences, aux arts, de se développer
sans avoir à craindre à tout propos l'envahissement d'un ennemi.

À l'intérieur, elle assure l'ordre, le respect du gouvernement et de
l'autorité, puis l'obéissance aux lois.

Elle maintient la paix, tout en préparant toujours la guerre. Le jour
où elle aura à combattre l'ennemi, elle honorera la France en
remportant des succès, en faisant courageusement le sacrifice de son
sang.

Le dévouement de tous les membres de l'armée est un devoir civique
envers la Nation.

L'ennemi de la France a comme but, non seulement de prendre une
partie de notre territoire pour s'agrandir, mais aussi de s'emparer de
nos biens, de nos intérêts matériels et des possessions et richesses
de nos familles.

L'armée de la France, avec ses soldats, est faite pour lutter contre
cet ennemi, le jour de la guerre, et pour maintenir en place les
intérêts matériels et les biens de chaque Français.

=31. Comment doit-on considérer le service militaire?=

Poussé par les nécessités du moment et par la situation des peuples de
l'Europe, le Pays fait sa loi sur le service militaire. Il tient
compte autant que possible des intérêts des hommes de la Nation.

Le temps fixé pour le temps de service doit donc être accepté
volontiers par tous les Français. C'est un impôt variable suivant le
temps et les circonstances, mais qui est absolument nécessaire puisque
notre Gouvernement et le Parlement l'ont accepté et décidé dans
l'intérêt des progrès de la Patrie dans le monde.

Or, tout propos qui serait contre le principe du service militaire
fixé serait une grave insulte à la discipline et au devoir.

Le devoir du soldat est donc sacré!

=32. Quelle est la durée du service militaire?=

Chaque Français est soumis au service militaire pendant 28 années.

Le service militaire prescrit par la loi est l'impôt le plus sacré de
tous, c'est l'impôt du sang.

=33. Comment se décomposent ces 28 années?=

3 ans dans l'armée active, 11 ans dans la réserve de l'armée active, 7
ans dans l'armée territoriale et 7 ans dans la réserve de l'armée
territoriale.

=34. À partir de quelle date compte le service militaire?=

Le service militaire compte du 1er octobre de l'année du conseil de
révision.

Pour les engagés volontaires, du jour de leur engagement.

La loi sur le recrutement est du 21 mars 1905 modifiée le 7 août 1913.

_Les militaires des classes 1911 et 1912 ne feront que 2 années de
service actif; mais leur service total aura une durée de 28 années,
dont 7 ans dans la territoriale et 7 ans dans la réserve de la
territoriale_ (Loi du 7 août 1913).

_La loi de 3 ans de service ne s'applique qu'à partir de la classe
1913._

=35. Quels sont les principes sur lesquels repose l'armée.=

Les principes sur lesquels repose l'armée nationale sont:

  1º Le patriotisme et le dévouement;
  2º La discipline, la subordination et le devoir;
  3º L'obéissance et le respect;
  4º L'instruction militaire.

=36. Qu'est-ce que l'on apprend au régiment?=

1º Au régiment, on acquiert l'instruction militaire qui doit faire du
jeune homme un soldat instruit, brave, robuste, sachant combattre avec
intelligence et avec ardeur;

2º On y exalte les idées de fidélité, de dévouement et de sacrifice
pour le pays, on y apprend l'honneur, l'amour du devoir et la haine de
celui qui chercherait à porter atteinte à notre sol, à nos moeurs, à
notre liberté nationale;

3º On se prépare par la discipline et par les nobles sentiments de
l'armée à devenir de bons citoyens ayant le respect de l'autorité et
la conscience de leurs devoirs.

=37. Comment le soldat doit-il considérer ses supérieurs?=

Le soldat doit considérer ses supérieurs comme des chefs et des amis;
il doit leur obéir et se dévouer pour eux, car eux aussi se dévoueront
pour lui. Les officiers et les soldats sont solidairement liés dans
l'accomplissement d'une mission unique et de devoirs envers le pays,
aussi collaborent-ils en commun, selon les degrés de la hiérarchie, à
un même devoir national.

_Soldat! tes supérieurs cherchent à bien te connaître pour te guider,
te soutenir et pour obtenir de toi tout ce que tu peux donner pour le
bien du service et pour la défense de la Patrie._

_Tes officiers se sont voués à la Patrie, à l'éducation militaire de
toute la jeunesse française pour la mettre à même de remplir son
devoir civique de guerre; ils sont toujours prêts au sacrifice de leur
vie pour la cause commune. Ce sont eux qui te conduiront à l'ennemi
le jour où notre sol sera menacé._

_Tels sont les titres qui leur donnent droit à l'obéissance, au
respect et au dévouement des soldats._

_L'autorité de l'officier est incontestable, elle est une des plus
légitimes. C'est lui qui crée l'armée, qui l'organise et c'est sa
valeur intellectuelle et morale qui fait la force de cette armée._

_Mérite l'estime de ton chef, aie confiance en lui, regarde-le bien en
face, avec ce regard qui exprime la force, l'énergie et la loyale
amitié._

=38. Quelles doivent être les relations du soldat avec ses officiers?=

Le soldat doit agir franchement avec ses officiers, se laisser guider
par eux, leur accorder toute sa confiance et les respecter, puisqu'ils
sont les foyers de vie de l'armée, qui est faite pour la défense de
l'honneur et de l'intégrité de la France.

=39. Qui s'occupe des intérêts personnels et matériels du soldat, au
régiment?=

Le chef de corps et les officiers de compagnie, secondés par les
sous-officiers, sont spécialement chargés de veiller aux intérêts
particuliers du soldat; ce sont eux qui lui procurent, grâce aux
allocations de l'État, tout ce qui est nécessaire à sa vie, à son
bien-être et à son entretien pendant le temps qu'il passe sous les
drapeaux.

=40. À qui le soldat doit-il s'adresser en diverses circonstances?=

Si le soldat a quelque chose qui le préoccupe, qui l'ennuie ou s'il a
un désir soit dans le service, soit dans sa vie privée ou au sujet de
sa famille, il fera toujours bien de le dire à son officier, à son
capitaine, gui saura lui donner ce bon conseil qui enlève l'ennui et
procure le calme.

=41. Comment le soldat doit-il considérer le régiment?=

Le soldat doit aimer son régiment et le considérer comme une nouvelle
famille.

=42. À qui encore, en dehors de ses chefs directs, le soldat français
doit-il le respect?=

Le soldat doit respecter le gouvernement de la République française,
le Président chef de l'État et les ministres chargés de l'exécution
des lois et détenteurs du pouvoir.


VI--Devoirs envers les camarades.

=43. Quels sont les devoirs du soldat envers ses camarades?=

Le soldat doit respecter son camarade, agir envers lui avec
fraternité, ne jamais le brimer et se souvenir qu'il lui doit aide,
secours et conseils, surtout s'il est jeune soldat ou réserviste.

Les effets et les menus objets du camarade sont sacrés. À la caserne,
la principale serrure qui empêche d'y toucher, c'est la conscience.

Écoutons-la toujours et n'étouffons point sa voix.

=44. Comment doit-on considérer la camaraderie du régiment?=

La camaraderie du régiment est nécessaire; c'est un lien qui unit des
hommes travaillant ensemble pour la même cause, courant les mêmes
dangers, et appelés, en vertu de l'égalité, pour payer à la Patrie
l'impôt du sang.

=45. Paie-t-on certains services au régiment?=

Non, tous les services sont gratuits au régiment; les hommes qui sont
chargés d'emplois spéciaux ne les exercent vis-à-vis des autres qu'au
point de vue de la camaraderie, et vis-à-vis de la compagnie qu'en
vertu de l'exécution de la mission qui leur a été confiée, d'après
leurs aptitudes, pour les nécessités du service.


VII--Devoirs du soldat envers sa famille et envers lui-même.

=46. Quels sont les devoirs du soldat envers sa famille?=

Le soldat doit écrire régulièrement à sa famille, mais il doit lui
dire la vérité et ne pas se plaindre inutilement.

Sa dignité personnelle lui impose de ne pas réclamer de l'argent à
tout propos; souvent, les besoins de la famille sont plus urgents que
ceux du soldat.

Un bon soldat est aussi un bon fils.

=47. Que fait l'État pour faciliter au soldat de correspondre avec sa
famille?=

Il lui accorde gratuitement deux timbres-poste par mois.

=48. Quels sont les devoirs du soldat envers lui-même?=

Le soldat doit se respecter dans ses paroles et dans ses actes.

Il doit se conduire partout avec dignité; éviter les mauvaises
fréquentations, les cabarets borgnes et les habitudes d'ivrognerie qui
dégradent l'homme et ruinent sa santé.

Son devoir d'homme et de soldat l'oblige à ne pas tenir des propos
contraires à la discipline, au respect de l'armée et de l'autorité.

=49. Quelle doit être la règle de la conduite générale du soldat en
dehors du service?=

L'armée n'est pas une caste à part dans la nation; le soldat doit
vivre en bonne intelligence avec la population, conserver toutes les
bonnes habitudes et le langage convenable de sa famille, faire son
devoir d'honnête homme et être toujours prêt à se dévouer pour
protéger le faible et pour sauver toute personne en danger[2].

[Note 2: Le soldat doit avoir une réelle confiance en sa famille
et aux chefs des établissements divers de travaux, aux patrons et à la
société, on l'aidera volontiers, à son retour dans la vie civile, à y
trouver une situation convenable selon ses capacités.

Il doit éviter toute relation avec des civils antimilitaristes et avec
des sociétés d'anarchistes qui chercheraient à le mettre dans une
mauvaise voie.

La famille, le travail sage et la bonne conduite, voilà le seul vrai
chemin dans la vie. Suivons-le et ayons confiance!]

=50. Quels sont les principaux défauts que le soldat doit absolument
éviter?=

Les militaires qui sont paresseux, menteurs ou ivrognes accomplissent
leur devoir civique de soldat dans des conditions inacceptables. Ils
doivent être punis.

Le militaire paresseux dans l'accomplissement de ses devoirs néglige
le travail régulier et l'entraînement qui doivent assouplir ses
membres, habituer son corps à la fatigue et faire de lui un soldat
fort, adroit, énergique et audacieux.

Le mensonge avilit le caractère du soldat, lui fait perdre sa dignité
et lui fait suivre un chemin contraire à celui de l'honneur.

Quant à l'ivrognerie, elle est un vice honteux qui dégrade le soldat
et qui l'entraîne dans toutes les fautes, même dans le crime. Elle
ruine petit à petit la santé et le tempérament de l'homme, qui
procréera par la suite une postérité d'êtres misérables, inférieurs au
point de vue moral et au point de vue physique.

L'ivrogne sert mal son pays, c'est un homme sur lequel on ne peut pas
compter pour les missions délicates en campagne. C'est un mauvais
soldat qui peut même devenir nuisible à la défense.


VIII--Conduite en ville et en cas de troubles.

=51. Quelle doit être la conduite du soldat en ville?=

Il faut avoir en ville une bonne tenue, une bonne attitude et marcher
d'un pas dégagé; il est interdit aux militaires de fumer la pipe dans
les rues, de mettre les mains dans les poches ou de lire en circulant
en ville.

Le soldat doit faire le bien, avoir de bonnes fréquentations, éviter
de s'arrêter et de se compromettre avec des femmes de mauvaise vie;
partout on doit le trouver poli, serviable et protecteur.

Il doit toujours respecter l'heure des services; d'ailleurs, _heure
militaire_ et _exactitude_ sont synonymes.

=52. Est-il bon d'observer certaines précautions à propos des cafés et
restaurants?=

Oui, le soldat ne doit pas entrer dans des cabarets de mauvaise
réputation, ni dans les maisons consignées. Sa place est au grand
jour.

Il doit toujours se souvenir que l'ivresse est le pire des défauts et
qu'elle n'est pas une circonstance atténuante.

=53. Est-ce que les militaires peuvent contracter des dettes?=

Le règlement s'y oppose, et il prescrit des punitions sévères contre
ceux qui en contracteraient.

=54. Que doit faire le soldat en ville lorsqu'il entend sonner «au
feu»?=

Il ne doit pas se rendre isolément au feu, mais rentrer rapidement à
la caserne où il attendra des ordres.

Si, _exceptionnellement_, il se trouvait en face du sinistre, il
n'hésiterait pas à se rendre immédiatement utile.

=55. Le soldat est-il chargé d'assurer la police?=

Non, mais tout militaire en uniforme doit prêter spontanément
main-forte, même au péril de sa vie, à la gendarmerie, ainsi qu'aux
autres agents de l'autorité, lorsque ceux-ci sont en uniforme ou munis
de leurs insignes.

[Illustration: Militaires accourant pour prêter main-forte à la
police.]

=56. Quand le soldat isolé est-il autorisé à se servir de ses armes?=

Le port de l'épée est un honneur qui oblige le soldat à la noblesse et
à la grandeur des sentiments.

L'épée ou le sabre ne doivent sortir du fourreau que dans des cas de
légitime défense. Ces cas doivent être bien établis, ils sont
d'ailleurs très rares.

=57. Quelles sont les précautions que doit observer le soldat au point
de vue du public en général?=

Le soldat doit:

1º Éviter de se mêler aux rassemblements bruyants; il ne doit jamais
manifester ni prendre part aux démonstrations politiques ou
religieuses.

L'armée respecte le gouvernement de la République, mais elle ne fait
pas de politique;

2º Ne pas se laisser questionner sur la mobilisation ni sur ce qui
touche à la défense du pays;

3º Ne pas faire de communication à la presse;

4º Porter toujours haut, dans ses conversations, le culte de l'armée,
du drapeau et de la Patrie;

5º Rendre toujours compte, même directement à son capitaine, de tout
fait grave et de toute observation concernant le régiment ou l'armée
dont il aurait été témoin.

=58. Quelle doit être la conduite du militaire chargé du maintien ou
du rétablissement de l'ordre?=

À l'occasion d'émeutes, de grèves, de troubles ou de violation de la
loi dans l'intérieur du pays, l'armée peut être légalement requise
pour le rétablissement de l'ordre et pour imposer le respect de la
loi. Dans ce cas, la troupe requise doit obéir et marcher avec tous
ses chefs et tous ses soldats, pour obtenir le respect de l'ordre et
l'obéissance aux lois.

La responsabilité personnelle du militaire n'est pas engagée et ses
scrupules doivent toujours s'effacer devant le devoir, sinon il est
fautif et justiciable des tribunaux.

Dans ce service, le soldat doit être prudent, patient et n'agir que
par ordre, mais il est de la plus grande nécessité qu'il fasse
absolument respecter sa consigne avec énergie et qu'il ait le dernier
mot: Force doit rester à la loi et à l'autorité que représente
l'armée.

S'il fait un service de garde ou de protection en ville ou s'il
cantonne, il doit ne se compromettre avec personne, observer, au
milieu des partis et des agitations, une justice absolue et la plus
grande impartialité, enfin il ne doit jamais rien accepter du public
sans l'autorisation supérieure de ses chefs responsables.


IX--Instruction primaire.

L'instruction primaire est une nécessité aujourd'hui pour le progrès
et la civilisation du pays.

Dans l'armée il faut compléter celle qui serait trop faible chez
certains soldats ou qui, par hasard, manquerait absolument chez
quelques hommes.

«La loi du 29 juillet 1912 a prescrit que chaque année les jeunes
soldats non pourvus de diplômes ou certificats d'études (Instruction
primaire ou secondaire) doivent, dès leur arrivée au corps, subir un
examen pour constater leur instruction.

«Ceux dont l'instruction aura été jugée insuffisante suivront des
cours.»



2º ÉDUCATION GÉNÉRALE DU SOLDAT POUR LE TEMPS DE PAIX



CHAPITRE II

SERVICE INTÉRIEUR


Marques extérieures de respect.

=1. Quand se doivent les marques extérieures de respect et quelles
sont-elles?=

Tout militaire doit, en toutes circonstances, de jour et de nuit, en
dehors du service comme dans le service, des marques de respect à ses
supérieurs.

Ces marques consistent principalement dans le _Salut_.

Un militaire marque du respect envers son supérieur par ses
prévenances à son égard, par sa tenue et son attitude correctes en sa
présence.

L'inférieur s'adresse à son supérieur avec politesse et déférence,
sans crainte et sans se montrer timide ni obséquieux.

On répond toujours à haute voix, avec calme, dans des termes
convenables et en regardant dans les yeux, avec sincérité et
confiance.

=2. Comment se fait le salut et quelles précautions doit-on observer
dans les diverses circonstances?=

Le salut est exécuté de la manière suivante:

Porter la main droite ouverte au côté droit de la coiffure, la main
dans le prolongement de l'avant-bras, les doigts étendus et joints, le
pouce réuni aux autres doigts, la paume de la main en avant, le bras
sensiblement horizontal et dans l'alignement des épaules.

L'attitude du salut doit être prise d'un geste vif et décidé; tout
militaire exécutant le salut de pied ferme ou en marche rectifie son
attitude, lève la tête et tend les jarrets; il regarde la personne
qu'il salue; le salut terminé, il replace vivement la main droite sur
le côté.

Tout militaire croisant un supérieur le salue quand il en est à six
pas et continue à marcher en conservant l'attitude du salut jusqu'à ce
qu'il l'ait dépassé.

[Illustration: Le salut.]

S'il dépasse un supérieur, il le salue en arrivant à sa hauteur et
conserve l'attitude du salut jusqu'à ce qu'il l'ait dépassé de deux
pas.

S'il fume, il prend son cigare ou sa cigarette de la main gauche et
salue de la main droite.

S'il porte un pli ou un paquet, il salue de même en prenant le pli ou
le paquet dans la main gauche.

S'il conduit un cheval en main ou est empêché de la main droite pour
toute autre cause, il rectifie sa démarche et regarde son supérieur
jusqu'à ce qu'il l'ait dépassé.

S'il croise un supérieur dans un escalier, il lui cède la rampe et se
range pour le saluer.

S'il le croise à l'embrasure d'une porte, il le laisse passer le
premier; dans la rue, il lui cède le haut du trottoir.

S'il le croise étant à cheval, il passe au pas avant de le saluer.

S'il est en voiture, il salue de la main droite comme s'il était à
pied; il se lève si la voiture est à l'arrêt.

S'il est à bicyclette, il ralentit l'allure et salue de la main droite
sans cesser de surveiller sa machine.

S'il entre dans un café, un restaurant ou tout autre établissement
public où se trouve un supérieur, il salue avant d'aller s'asseoir. Il
se lève et salue lorsque, étant assis à la terrasse d'un café ou d'un
établissement public, il voit passer un supérieur sur la chaussée.

Le salut ne se renouvelle pas dans une promenade ou autre lieu public.

=3. À qui le salut est-il dû?=

Le salut est dû à tous les supérieurs des armées de terre et de mer,
depuis le caporal ou brigadier inclus.

Il est dû aux décorés de la Légion d'honneur ou de la médaille
militaire s'ils sont en tenue militaire; aux officiers et
sous-officiers de pompiers; aux officiers de douane et de chasseurs
forestiers.

=4. Qui salue-t-on encore?=

Le militaire isolé salue un drapeau ou un étendard.

On salue le préfet, le sous-préfet, le secrétaire général en uniforme,
ainsi que les officiers des armées étrangères.

Le sous-préfet et le secrétaire général saluent les généraux et
assimilés.

=5. Doit-on saluer les supérieurs en civil?=

Oui, certainement, il faut saluer ceux des officiers et sous-officiers
en tenue civile, qui sont autorisés à s'y mettre, _que l'on connaît
bien_, puisque le respect est dû _en toutes circonstances_ aux
supérieurs.


Appellations.

=6. Comment appelle-t-on un officier ou un adjudant?=

On appelle un officier ou un adjudant: «Mon...» suivi du grade. Ex.:
Mon lieutenant (pour le lieutenant et le sous-lieutenant), mon
capitaine, mon commandant, mon colonel, mon adjudant.

Cette règle s'applique à tous les officiers combattants.

=7. Comment appelle-t-on un sous-officier et un caporal?=

On les appelle par leur grade. Ex.: caporal, sergent, fourrier,
aspirant.

=8. Comment s'adresse-t-on à un médecin, à un sous-intendant, à un
intendant, à un officier d'administration, au ministre de la guerre,
etc.?=

On dit: «Monsieur le médecin-major,--Monsieur le
sous-intendant,--Monsieur l'intendant,--Monsieur l'officier
d'administration,--Monsieur le vétérinaire,--Monsieur le ministre.»


Présentation à un supérieur.

=9. Comment un soldat s'adresse-t-il à un supérieur pour une
communication verbale ou pour lui remettre un pli?=

Il s'arrête carrément en face de lui, il salue, prend la position du
«garde à vous», et fait sa communication verbale ou remet le pli de la
main gauche.

Lorsque sa mission est terminée, il salue, fait demi-tour et se
retire.

[Illustration: Remise d'un pli.]

=10. Comment procède-t-il s'il porte le fusil ou s'il a l'arme à la
main?=

Il se conforme à ce qui vient d'être dit, mais repose l'arme au lieu
de saluer.

=11. Que doit faire un militaire interpellé par un supérieur?=

Il prend une allure vive pour se porter à sa rencontre; en toute
circonstance, il doit fournir avec empressement à son supérieur le
concours dont ce dernier peut avoir besoin.

=12. Comment se présentent les hommes de troupe chez leurs
supérieurs?=

Ils n'entrent qu'après avoir frappé ou sonné à la porte, ils saluent
et ne se découvrent que si le supérieur les y autorise.


RÉCOMPENSES

Nomination à la 1re classe--Certificat de bonne conduite.

=13. Comment récompense-t-on les soldats de leur esprit de discipline,
de leur bonne conduite et de l'ensemble de leurs services?=

On les récompense par:

  1º Les félicitations verbales ou écrites;
  2º Les félicitations à l'ordre du régiment;
  3º La nomination à la 1re classe et aux différents
     grades auxquels nomme le colonel;
  4º Le certificat de bonne conduite à la libération;
  5º Les dispenses de certains travaux, des permissions
     et des faveurs autorisées et compatibles avec le
     bien du service;
  6º Des décorations (médailles d'honneur, commémorative,
     militaire, coloniale, universitaire, du mérite
     agricole, etc.).

=14. Qui nomme-t-on soldats de 1re classe?=

On peut nommer deux soldats de 1re classe par escouade.

Ils sont choisis parmi les soldats ayant plus de quatre mois de
service, qui, par leur instruction, leurs aptitudes, leur conduite et
leur tenue, paraissent susceptibles de servir de moniteurs et de
prendre, en l'absence des gradés, le commandement de leurs camarades.

Pour un acte de courage ou de dévouement, on peut nommer avant quatre
mois de service.

=15. Quelle est la récompense morale du soldat qui fait bien son
service, avec zèle et dévouement?=

Le bon soldat est heureux de posséder la confiance et l'estime de ses
chefs et de ses camarades; puis il a le bonheur d'avoir la
satisfaction du devoir accompli.

=16. Que faut-il pour être nommé caporal?=

Il faut suivre le peloton d'instruction, avoir une bonne instruction,
une bonne conduite et une aptitude spéciale au commandement.

Il faut avoir six mois de service, ou quatre mois avec le brevet
d'aptitude militaire.


Permissions--Prolongations--Congés.

=17. Qu'est-ce qu'une permission et comment la demande-t-on?=

_La permission est une récompense et non un droit._ La demande en est
faite au capitaine par l'intermédiaire du sergent-major.

On peut obtenir, le dimanche et les jours fériés, des permissions de
vingt-quatre heures pour quitter la garnison.

Certains soirs, on peut obtenir des permissions pour la soirée.

=18. Dans quelle limite accorde-t-on des permissions faisant
mutations, aux classes 1911 et 1912?=

Les militaires accomplissant la durée légale du service ne peuvent, en
dehors des dimanches et jours fériés, obtenir de permissions que
jusqu'à concurrence d'un total de _trente jours_ au maximum pendant
leur présence sous les drapeaux (deux années).

Des délais de route ne comptant pas dans la durée des permissions,
sont concédés aux militaires en garnison loin de leur famille, soit:

1º Vingt-quatre heures pour un trajet de plus de 400 kilomètres (aller
et retour);

2º Quarante-huit heures pour un trajet de plus de 800 kilomètres
(aller et retour).

En cas de force majeure dûment justifiée, le chef de corps pourra
accorder une permission supplémentaire, sous réserve d'en rendre
compte au général de brigade (_Décret du 19 février 1913_).

Le colonel peut accorder aux engagés volontaires, quelle que soit la
durée de leur engagement, pendant les trois premières années de
service, des permissions jusqu'à 30 jours.

=19. Quels sont les devoirs du soldat permissionnaire?=

Le permissionnaire doit se comporter avec dignité, éviter de
compromettre son uniforme et le numéro de son régiment, soigner
toujours sa tenue et pratiquer ponctuellement les marques de respect.

Pour une permission dépassant huit jours, le permissionnaire fait
viser sa permission, dès son arrivée, par le commandant de la
gendarmerie ou par le commandant d'armes dans une ville de garnison;
il donne son adresse[3].

[Note 3: À Paris, le permissionnaire se présente aux bureaux du
général commandant la place (_en tenue très régulière_).]

_La permission doit être un temps de repos et une période
réconfortante. Pour beaucoup elle est, au contraire, une fatigue et
une occasion permanente de boire, de veiller, de faire des noces et
des festins. Au moment du retour, étant mal disposé, on se refroidit
dans les gares, et à la rentrée à la caserne on fait une maladie dont
les suites sont souvent fâcheuses et parfois déplorables._

_L'homme sage et prévoyant doit réagir contre les entraînements qui le
guettent à tous les pas; pendant sa permission, il doit se reposer et
conserver sa santé pour lui, pour sa famille et pour la Patrie._

=20. Le militaire indigent peut-il obtenir des facilités pour pouvoir
profiter d'une permission dont il aurait besoin?=

Oui, des frais de route peuvent être alloués par le ministre aux
hommes de troupe indigents allant en permission ou en congé dans leur
famille. (Seulement dans la limite des crédits budgétaires.)

Le soldat nécessiteux qui désire obtenir cette faveur en adresse la
demande à son capitaine.

=21. Le port d'effets dits de fantaisie est-il permis?=

Jamais, ni en garnison ni en permission, le port d'aucun effet de
fantaisie n'est autorisé. Le soldat qui en ferait usage serait
toujours punissable.

Le chef de corps n'accorde qu'exceptionnellement le droit aux
militaires de se mettre en civil pendant leur permission. Dans ce cas,
l'autorisation est inscrite sur la permission.

=22. Quelle doit être la principale attention du soldat à la fin de sa
permission?=

C'est de rentrer au régiment exactement à l'heure. On ne doit jamais
dépasser une permission, même d'une minute, sinon on est puni et privé
de permissions pour l'avenir.

Il ne faut pas faire mentir l'expression proverbiale: «Exactitude
militaire».

=23. Quand finit une permission d'un ou plusieurs jours?=

Le soldat doit rentrer à sa caserne le dernier jour de sa permission
avant minuit.

Les militaires qui rentrent à la caserne après l'appel du soir sont
tenus de se présenter au chef du poste de police.

=24. Comment demande-t-on une prolongation de permission pour affaires
personnelles?=

On ne doit demander une prolongation que dans un cas de _nécessité
urgente_.

Dans ce cas, on s'adresse à son chef de corps pour obtenir la
prolongation dont on a besoin.

Toute prolongation de permission portant au delà de 30 jours la durée
de l'absence n'est demandée ou accordée que sous forme de congé.

=25. Que se passe-t-il pour une prolongation à cause de maladie?=

Si on demande une prolongation pour une maladie, le colonel fait
prendre à ce sujet tous les renseignements nécessaires.

=26. Et le convalescent, qu'a-t-il à faire pendant son congé?=

Le convalescent en congé se conforme exactement à ce qui est prescrit
pour le permissionnaire.

S'il a besoin d'une prolongation, la gendarmerie le fait visiter par
un médecin.


Devoirs en voyage--Dans les gares.

=27. Le militaire voyageant doit-il être porteur de papiers?=

Il doit être porteur de son livret et être muni soit d'une permission,
soit d'une feuille de déplacement; cette dernière est délivrée au
militaire qui se déplace pour le service ou par ordre; dans ce cas,
les frais de route sont à la charge de l'État.

Le militaire muni d'un titre régulier paie quart de tarif sur les
chemins de fer.

Les employés des chemins de fer, les gradés de service dans les gares
et l'autorité militaire peuvent toujours se faire présenter le titre
régulier de l'absence.

Il est expressément recommandé aux militaires, et notamment quand ils
voyagent à l'étranger, de ne communiquer leur livret qu'aux autorités
de leur pays ayant qualité pour le consulter.

=28. Dans quelles voitures les militaires voyagent-ils?=

Les militaires ne peuvent pas voyager en 1re classe, à moins d'une
autorisation spéciale du chef de corps. Les compagnies de chemins de
fer, lors des gros départs, peuvent faire usage pour les militaires de
voitures à marchandises aménagées.

=29. Quelles attentions doit avoir le militaire en voyage?=

Dans les gares et partout en voyage le militaire doit se surveiller
dans sa tenue, dans ses propos et dans son attitude; pratiquer
rigoureusement les marques de respect, être poli avec chacun et faire
honneur à son uniforme et à son régiment.

Quoique isolé, il importe qu'il n'oublie pas l'esprit de discipline,
qui fait de son régiment une force imposante et réelle.

En toutes circonstances il donne l'exemple de la parfaite correction.


Punitions--Maintien au corps par mesure de discipline.

=30. Pourquoi les punitions disciplinaires existent-elles dans les
armées?=

L'exécution rigoureuse du devoir militaire et la nécessité de la
discipline dans l'armée entraînent l'obligation de la punition.

Les soldats sont punis pour les fautes et les actes ci-après, suivant
leur gravité:

Actes contraires au respect que tout militaire doit en toute
circonstance aux règlements de police, aux lois, au gouvernement de la
République et aux autorités qui le représentent; les infractions aux
règlements militaires; la violation des règles relatives à l'exécution
des punitions; les indiscrétions, la paresse, la mauvaise volonté et
la négligence dans le service; l'oubli de la dignité professionnelle;
la négligence dans sa tenue, dans sa propreté personnelle et dans
l'entretien parfait des effets et des armes; les dettes résultant de
l'inconduite; la tentative de dissimuler son identité en cas de faute
ou de se soustraire à la responsabilité de ses actes; les querelles
entre militaires ou avec des citoyens; les brimades; l'ivresse dans
tous les cas, même lorsqu'elle ne trouble pas l'ordre; la
manifestation publique, sous quelque forme que ce soit, d'opinions, ou
la publication d'écrits nuisibles à la discipline ou aux intérêts
généraux du pays.

Enfin, tout murmure, tout écart de langage, tout défaut d'obéissance,
les manquements aux appels, à l'instruction et aux différents
services.

=31. Peut-on éviter les punitions?=

Oui, très facilement; la punition n'existe, en somme, que pour les
hommes sans énergie, sans bonne volonté et pour les incorrigibles. Il
importe d'éviter les punitions même les plus légères; leurs
conséquences sont désastreuses.

=32. Quelles sont les punitions qui peuvent être infligées aux
soldats?=

Les punitions des soldats sont variables selon la nature des
négligences ou des fautes. Elles sont:

  _La consigne au quartier;_
  _La salle de police;_
  _La prison;_
  _La cellule;_
  _Le renvoi de la 1re classe à la 2e;_
  _Le renvoi ou la cassation d'un emploi spécial;_
  _L'envoi aux sections spéciales._

=33. Comment se font les punitions?=

Le soldat _puni de consigne au quartier_ ne peut, en dehors du
service, sortir de la caserne sous aucun prétexte. Il doit répondre
aux appels des hommes punis.

Le soldat _puni de salle de police_ ne peut pas sortir de la caserne,
en dehors des exercices; le soir, à l'heure fixée, il est enfermé dans
un local spécial.

Le soldat _puni de prison_ fait ses exercices avec la compagnie et, en
tout temps, il est enfermé isolément. Le chef de corps décide s'il
doit paraître ou non devant la troupe.

Le soldat _puni de cellule_ reste enfermé isolément pendant toute la
durée de sa punition, sauf une sortie journalière surveillée d'une
heure environ.

=34. Qui doit réprimer et faire cesser toute faute?=

_Tout supérieur, quel que soit son grade, depuis le caporal, et à
quelque corps ou service qu'il appartienne, a le devoir strict de
contribuer au maintien de la discipline générale en relevant toute
faute de ses inférieurs et en s'efforçant d'y mettre fin lorsque cette
faute se poursuit._

_Les simples soldats remplissant les fonctions de caporal ont les
droits du caporal; ils peuvent punir._

=35. Quand commence une punition et quand finit-elle?=

Le chef qui a prononcé une punition la notifie ou la fait notifier
sans retard à l'intéressé; la punition commence dès qu'elle est
notifiée.

Les punitions se décomptent par jour.

=36. Qu'est-ce que le sursis des punitions?=

On peut accorder le bénéfice du sursis pour un délai déterminé lorsque
la faute est commise par négligence légère et inconscience ou par
défaut d'instruction, et que le militaire fautif se recommande par sa
bonne conduite habituelle.

Si le militaire ne commet pas de faute de même nature pendant le délai
fixé, la punition est annulée.

=37. Quelles sont, en outre de la peine elle-même de la punition, les
conséquences des punitions?=

Le soldat reste au corps, après le jour fixé pour la libération, un
nombre de jours égal à celui qu'il aura passé en _prison_ ou en
_cellule_, déduction faite des punitions n'excédant pas huit jours.


Demandes--Recommandations--Réclamations.

=38. Comment un soldat adresse-t-il une demande, est-il nécessaire de
se faire recommander à ses chefs?=

Toute demande, à moins d'urgence, est adressée au capitaine par
l'intermédiaire du sergent-major.

On ne doit pas se faire recommander par des personnes étrangères à
l'armée et on doit empêcher de laisser adresser à ses chefs des
lettres de qui que ce soit pour des demandes ou des recommandations.

Tout le monde est soldat: on doit se recommander soi-même par sa bonne
conduite, par son travail et par son application aux exercices.

_Il importe que l'on sache bien que le capitaine place dans ses plus
essentiels devoirs: de s'intéresser à ses soldats, de se renseigner
sur leurs besoins et de les traiter avec un esprit de justice et de
bienveillance._

Que le soldat transmette donc lui-même à son capitaine ses désirs et
ses besoins.

=39. Un soldat a-t-il le droit de réclamer?=

Le droit de réclamation est admis pour permettre aux militaires
d'exercer, le cas échéant, un recours contre les mesures ou punitions
imméritées ou irrégulières.

Les réclamations individuelles sont seules autorisées, elles sont
adressées au supérieur qui a pris la mesure ou prononcé la punition.

Le supérieur écoute avec calme et bienveillance, puis, s'il y a lieu,
il fait droit à la réclamation. S'il n'y fait pas droit, le militaire
peut adresser à nouveau sa réclamation à une autorité supérieure; si
cette dernière n'y fait pas droit, il y a alors punition.


Travaux divers.

=40. Quel travail peut-on demander à un militaire?=

En dehors de son service normal, tout militaire est tenu d'accomplir,
pour le service de l'armée ou pour celui de l'État, les travaux qui
lui sont demandés, y compris ceux de la profession qu'il exerçait
avant son incorporation.

Il ne lui est dû aucune rétribution, excepté celles prescrites par le
ministère.

=41. Que font les soldats ordonnances?=

Les officiers sont autorisés à employer chacun un soldat pour leur
service personnel et pour le pansage de leur cheval. Ils portent
toujours la tenue militaire. Un salaire leur est payé mensuellement
par l'officier: 4 francs par cheval et 5 francs pour le service
personnel de l'officier.

       *       *       *       *       *

Devoirs du soldat à la caserne.


Devoirs dans la chambrée.

=42. Quel est le chef de chambrée?=

C'est le plus ancien caporal de la chambre. Le soldat doit obéir au
chef de chambrée, agir avec lui en bon camarade et lui faciliter sa
tâche, car il est responsable des hommes et de l'exécution de toutes
les consignes relatives à la tenue des chambres.

À défaut de caporal, les fonctions de ce grade sont remplies par un
soldat de 1re classe ou pourvu d'un emploi lui conférant autorité.

=43. Quels sont les devoirs du soldat au réveil?=

Le soldat doit se lever dès le réveil, s'habiller bien et rapidement,
en n'omettant aucun de ses vêtements (ceinture de flanelle, caleçon,
bretelles, cravate, etc.), découvrir son lit, qui doit rester
découvert au moins pendant une heure, ranger ses effets sur la planche
à bagages et aux crochets, puis balayer aux abords de son lit[4].

[Note 4: Voir, pour les soins de propreté, le chapitre _Hygiène_,
page 53.]

=44. Quelles sont les prescriptions relatives à l'entretien des
effets?=

Le soldat répare et entretient lui-même ses effets d'habillement et
son linge; il est tenu de nettoyer, de brosser et de ranger chacun de
ses effets lorsqu'il les quitte dans la journée; en tout cas, il doit
toujours le faire le soir.

Son paquetage doit toujours être fait réglementairement.

Il est interdit de prêter aucun effet à un camarade.

=45. Où le soldat peut-il mettre ses menus objets?=

À défaut d'armoires fournies par le casernement, le capitaine autorise
les caporaux et soldats à se pourvoir de boîtes fermant à clef.

=46. Comment se font les divers travaux, le nettoyage et l'entretien
des locaux communs et des chambrées?=

Des consignes générales sont données pour assurer la propreté et
l'entretien des locaux communs et des chambrées, pour l'observation
des règles de l'hygiène et pour les distributions.

Les hommes reçoivent à ce sujet des ordres dont ils doivent assurer
aussitôt la ponctuelle exécution.

La troupe doit pourvoir elle-même à tous ses besoins d'intérieur et à
tous les petits travaux de nettoyage, d'installation et de mise en
état du matériel, des divers locaux et des cours; elle doit également
apporter à la caserne les denrées, les matières et objets qui lui sont
nécessaires et s'occuper aussi de la préparation des aliments. De là
la nécessité des corvées.

Les soldats sont commandés à tour de rôle pour ces corvées. Ils
doivent apporter à leur exécution de la bonne volonté, de
l'initiative, de la rapidité et de l'intelligence pratique, puis agir
comme ils agiraient chez eux pour leurs affaires personnelles.

Ils trouveront un stimulant dans la pensée que leur travail et leurs
efforts sont utiles à tous et qu'ils contribuent à leur tour au
bien-être général.

=47. Quels sont les services de la caserne?=

Dans chaque caserne il y a un poste de police pour assurer l'ordre et
la police générale selon la consigne permanente.

Dans chaque caserne on commande, en général, une compagnie de piquet
(service de la place, incendies, services extraordinaires, etc...).
Tous les militaires de la compagnie de piquet sont tenus de rester au
quartier, prêts à prendre les armes.


L'appel du soir.

L'appel du soir a lieu en principe à 9 heures du soir (21 heures). Les
rengagés et les décorés de la Légion d'honneur ou de la médaille
militaire en sont dispensés. Ils doivent rentrer à 11 heures (23
heures).

Tous les rentrants après l'appel du soir sont tenus de se présenter au
chef du poste de police.


Visites d'officiers.

=48. Que doit-on faire quand un officier entre une chambre?=

Le soldat ou le gradé qui le premier voit un officier entrer dans la
chambre commande: «Fixe!» À ce commandement, les soldats se lèvent,
se découvrent et gardent l'immobilité et le silence jusqu'à ce que
l'officier soit sorti ou qu'il ait commandé: «Repos!»

[Illustration: Fixe!--Visite d'officier.--Le paquetage.]

Si c'est un officier supérieur ou général, on commande d'abord: «À vos
rangs!» Les soldats se placent au pied du lit, s'alignent, puis au
commandement de «Fixe» qui suit immédiatement, on exécute ce qui est
prescrit ci-dessus.

Si on est en armes, on ne se découvre pas et on reste immobile reposé
sur l'arme.


Soldats malades.

=49. Que doit faire le soldat qui se sent malade?=

Le soldat malade, indisposé ou ayant une affection quelconque à un
organe, doit le déclarer de suite à son chef de chambrée: c'est une
obligation.

Un gradé porteur du cahier de visite le conduit à la visite
journalière du médecin. Le malade qui ne peut pas se lever est
transporté à l'infirmerie.

=50. Que se passe-t-il si à la visite un soldat est formellement
déclaré non malade?=

On le punit, mais, en principe, la punition est ajournée pendant 15
jours.

=51. Où sont soignés les malades?=

Suivant le degré de gravité ou de contagion, ils sont soignés soit à
la chambre, soit à l'infirmerie, soit à l'hôpital.

=52. Est-il admissible qu'un soldat non malade aille à la visite pour
chercher à obtenir du docteur une exemption de service?=

Non, c'est un abus de confiance que d'aller tromper le médecin et de
surprendre sa bonne foi; c'est une paresse indigne d'un homme. Cette
déplorable pratique est cause de la méfiance des docteurs, méfiance
qui peut leur faire commettre des erreurs.

_Cette malhonnête habitude a pris naissance chez les soldats des
armées mercenaires; les soldats paresseux la conservent. Aujourd'hui,
cependant, elle ne saurait subsister dans l'armée nationale; la
déraciner est le devoir de tout soldat de coeur! On ne doit pas la
tolérer chez les camarades de la compagnie._

Le soldat trompeur mérite pour une simulation une punition sévère. Il
faut avoir un peu de courage et d'énergie pour réagir contre la
paresse.

=53. Si un soldat, sans être malade, se sent fatigué, que doit-il
faire?=

Il en fait part à l'adjudant, ou à son officier, ou au capitaine; il
peut être certain qu'on lui donnera, s'il y a lieu, une permission
d'exercice ou un adoucissement dans le service.

En outre, aux jours et heures fixés, les soldats sont autorisés à
demander des conseils aux médecins militaires, sans se faire inscrire
sur le cahier de visite de la compagnie.

=54. Quelles sont les visites médicales auxquelles tout militaire est
soumis?=

Chaque mois les soldats passent une visite médicale pour vérifier
s'ils ne sont pas atteints d'une maladie contagieuse, et chaque mois
ils sont soumis à une pesée constatant la variation de leur poids.

Chaque trimestre ils sont examinés au point de vue de l'état de leur
dentition.

Avant un départ en permission, ils sont présentés au médecin-major; il
en est de même à la rentrée d'une absence quelconque.


Service postal.

=55. Quel est le sous-officier chargé du service postal?=

C'est le vaguemestre; il remet aux soldats les lettres ordinaires, par
l'intermédiaire du gradé de liaison.

Il remet directement les chargements et les lettres recommandées.

Une boîte aux lettres est placée à côté du poste de police. Le
vaguemestre en a la clef. Les heures de levée sont inscrites sur la
boîte.

=56. Comment le soldat touche-t-il un mandat?=

Le soldat remet son mandat au gradé de liaison qui le donne au
vaguemestre; celui-ci le paie le jour même, en présence du gradé de
liaison, au soldat porteur de son livret et de l'enveloppe de la
lettre; le soldat signe sur le registre du vaguemestre.

=57. Comment le soldat peut-il profiter des deux timbres de 10
centimes qui lui sont accordés gratuitement chaque mois?=

Le soldat dépose sa lettre fermée au bureau de la Compagnie, en
signant sur un registre: c'est le vaguemestre qui place lui-même le
timbre-poste. Il peut utiliser ces 2 timbres simultanément ou l'un
après l'autre.



CHAPITRE III

DIVERS


Livrets.

=58. Quels sont les livrets du soldat?=

Le soldat a deux livrets: le livret individuel et le livret matricule;
ils contiennent tous deux l'état civil du soldat, les renseignements
sur ses services, sur sa situation militaire, sur son instruction
générale et militaire, puis les mesures de l'homme.

=59. Quelles sont, en outre, les inscriptions spéciales du livret
individuel?=

On y inscrit le classement et les récompenses de tir, y compris les
prix et les mentions honorifiques obtenus par tout militaire dans les
concours non militaires.

Les effets distribués, puis les armes et les effets de campement
s'inscrivent sur un fascicule spécial qui se place dans le livret
individuel.

Il contient ensuite le Code de justice militaire, les obligations des
soldats dans leurs foyers, des cases pour le visa de la gendarmerie
lors des changements de domicile ou de résidence, un billet d'hôpital
(à utiliser en campagne); à la libération, on le complète par un
_fascicule de mobilisation_ renseignant sur la position et la
destination du soldat dans ses foyers.

=60. Quels renseignements particuliers trouve-t-on sur le livret
matricule?=

Le livret matricule porte l'inscription des punitions et en plus un
état de notes qui est rempli à la libération.

Le livret matricule reste entre les mains du capitaine.

=61. Qu'est-ce que le livret individuel pour le militaire dans ses
foyers?=

Le livret individuel est pour le militaire une pièce authentique et
officielle qu'il doit pouvoir présenter à toute réquisition de
l'autorité civile, militaire ou judiciaire.

On est tenu de conserver son livret jusqu'à la libération définitive
du service militaire, c'est-à-dire pendant vingt-huit années, et de le
présenter à toute réquisition de l'autorité militaire.

Il faut éviter de lui faire subir aucune détérioration.

_L'homme qui perd son livret, étant dans ses foyers, doit en faire
immédiatement la déclaration à la gendarmerie qui la transmet._

Le commandant de recrutement lui fait établir un nouveau livret
(duplicata) et un nouveau fascicule qui sont délivrés gratuitement.

Il importe que l'homme n'apporte _aucun retard dans cette déclaration
de perte_, qui d'ailleurs serait toujours reconnue.


Code de justice militaire.

=62.= Il importe de lire avec attention, _dans le livret individuel_,
le Code de justice militaire: il instruira l'homme sur tout ce qui est
crime ou délit militaire. Cela le mettra en garde contre toute
défaillance et contre toute tentation d'oublier son devoir.


Correspondance militaire.

=63.= On doit se conformer au modèle ci-après pour la correspondance
militaire, supprimer tout préambule, employer des termes convenables
et respectueux envers les supérieurs et terminer sa lettre par la
signature, sans formules de politesse.

  * CORPS D'ARMÉE           _À_..... _le_..... 19.

  * DIVISION D'INFANTERIE   Le[5]..... de la

  ..e BRIGADE               ..e compagnie du .....e régiment
                            d'infanterie au..... [6].....

  ..e RÉGIMENT D'INFANTERIE
                            ...........
                            .....à.....

  Objet:                    J'ai l'honneur de[8].....

  Au sujet de[7].....  ....
  .....
                            (Signature et adresse.)

[Note 5: Indiquer le grade et le nom de celui qui écrit.]

[Note 6: Indiquer le grade et l'emploi de celui à qui on écrit.]

[Note 7: Indiquer sommairement le but de la lettre.]

[Note 8: Exposer simplement l'objet de la demande ou la réponse.
On emploie ordinairement du papier du format écolier 20/30.]

Les hommes de troupe _en activité de service_ qui ont des demandes à
faire par écrit les adressent à leur capitaine ou, s'il y a lieu, au
chef de corps par la voie hiérarchique.


Accidents dans le service.

=64.= Les militaires victimes d'un accident sont soignés par les
médecins militaires. Si l'accident a eu lieu dans le service et à
l'occasion du service, il leur est délivré un _Certificat d'origine de
blessure ou de maladie_, qui peut, selon le cas, leur ouvrir des
droits à la réforme avec gratification.


Sociétés de secours mutuels.

=65.= Des sociétés de secours mutuels sont constituées par régiment ou
par bataillon faisant corps, entre les militaires appelés ou engagés.

Ces sociétés sont purement facultatives, l'entrée a lieu à la suite
d'une simple demande adressée au capitaine.

Dans ces sociétés, moyennant une cotisation extrêmement minime, les
militaires de passage sous les drapeaux pourront constituer un fonds
de prévoyance destiné à leur permettre de rentrer ou d'entrer, après
leur libération, dans les sociétés de secours mutuels civiles. Les
sociétés de secours mutuels régimentaires auront, en outre, pour objet
de procurer aux soldats un livret individuel sur la Caisse nationale
des retraites, ou de continuer les versements déjà opérés sur les
livrets individuels dont ils étaient titulaires avant leur
incorporation. Elles accorderont des secours immédiats aux membres
participants, à leurs veuves, orphelins ou ascendants; enfin, elles
créeront un office de placement gratuit, afin de permettre aux
soldats, à leur sortie du régiment, de trouver plus facilement du
travail.



CHAPITRE IV

ORDINAIRE--SOLDE--PRESTATIONS--DIVERS


Ordinaire et prestations.

=66. Qu'est-ce que l'ordinaire?=

L'ordinaire est le régime adopté pour la nourriture du soldat.

On peut dire que c'est l'organisation de la compagnie en une _société
coopérative_ pour nourrir économiquement les soldats et les caporaux.

L'ordinaire est dirigé par le capitaine; il a pour le seconder le
lieutenant en premier, le sergent-major et le caporal d'ordinaire.

L'ordinaire cherche, par l'utilisation judicieuse de son outillage et
de ses denrées, à obtenir une nourriture substantielle et hygiénique
et à faire des préparations variées, saines, appétissantes et
réconfortantes.

=67. Quel est le service du cuisinier?=

Le cuisinier est chargé de préparer les repas d'après les menus
établis par le capitaine. Il est en outre responsable de l'entretien
et de la propreté des ustensiles, du matériel et du linge mis à sa
disposition.

Le cuisinier doit être d'une probité scrupuleuse, d'une propreté
absolue et avoir beaucoup d'ordre et de méthode.

Le capitaine peut récompenser son zèle par une indemnité variable,
mais qui ne dépasse pas 50 centimes par jour, payable sur les fonds de
l'ordinaire.

=68. À quoi servent les fonds de l'ordinaire, qui en est détenteur et
comment sont-ils constitués?=

Les fonds de l'ordinaire ont pour but unique d'assurer, concurremment
avec les denrées fournies par l'État, la subsistance de la troupe.

Le capitaine dépose chez le trésorier du corps les fonds d'économie du
boni, il ne garde par devers lui qu'une somme dont le chef de corps
fixe le maximum, il paie les dépenses au jour le jour par
l'intermédiaire du sergent-major et du caporal d'ordinaire; les
acquits figurent sur le cahier d'ordinaire.

Les fonds de l'ordinaire sont alimentés par des prestations
d'alimentation normales et éventuelles et par diverses recettes.

Les recettes de l'ordinaire sont:

1º Une prime fixe journalière d'alimentation de 0f 225 par homme en
France, 0f 265 en Algérie et Tunisie[9];

[Note 9: Pour le génie, la prime est majorée de 0f 01 (à cause de
la taille).]

2º Une prime journalière de viande (correspondant au prix de 320
grammes de viande, variable suivant le cours de la boucherie) [en ce
moment ... centimes][10];

[Note 10: Mettre au crayon le chiffre fixé; le sergent-major
l'indiquera.]

3º Un versement fait par les militaires qui ne vivent pas à
l'ordinaire et qui y prennent le café;

4º Le produit de la vente des os, eaux grasses et débris de
réfectoires; la valeur de la moitié des rations de pain économisées
dans l'année;

5º La solde des caporaux et soldats punis de prison et de ceux
irrégulièrement absents le dernier jour du prêt ou au moment de son
paiement;

6º Les prestations éventuelles lorsqu'elles sont allouées.

=69. Quelles sont les prestations éventuelles?=

Elles sont allouées dans des circonstances spéciales, savoir:

  Prime nº 1 (boissons hygiéniques et liquides)      0f 05
  Prime nº 2                                         0  10
  Prime nº 3 (marches et manoeuvres)                 0  15
  Prime nº 4 (marches et manoeuvres alpines)         0  20
  Indemnité du 14 juillet (fête nationale)           0  30

=70. Quelles sont les dépenses de l'ordinaire?=

L'ordinaire paie toutes les denrées qui servent à la nourriture des
soldats (le pain de table excepté) et toutes les boissons qui leur
sont fournies.

=71. Quel est le taux, par homme et par jour, des principales denrées
achetées par l'ordinaire?=

  Viande de boucherie         320 gr. par jour au moins.
  Poisson                     180 à 200 gr. par repas.
  Lapin, oie, chevreau, etc.  140 à 150 gr. par repas en moyenne.
  Pain de soupe               50 à 60 gr. par soupe.
  Légumes                     Quantité variable suivant le menu
                                (en moyenne 1 kilo par jour).

=72. Les soldats sont-ils libres de manger où ils veulent, à la
cantine, par exemple?=

Non. Les soldats sont tenus de manger à l'ordinaire, à la table
commune, avec leur escouade.

Lorsqu'on sait que l'on s'absentera de l'ordinaire, voir et prévenir
le sergent-major (pour ne pas acheter de denrées en excédent).

=73. Qu'est-ce que le boni?=

Le _boni_ de l'ordinaire est la différence entre les recettes et les
dépenses. Il est fait pour parer aux besoins spéciaux, aux variations
de l'effectif ou de la valeur des denrées et pour améliorer les repas
les jours de fête ou de fatigue. Le boni est déposé dans la caisse du
corps.


Allocations gratuites.

=74. Quelles sont les allocations gratuites distribuées en nature?=

Les allocations distribuées gratuitement sont:

  Pain (ration journalière)     675 grammes.
  _ou_ Pain biscuité de repas   700   --
  _ou_ Pain de guerre           600   --

                                         { à certains jours indiqués,
  Conserves de viande           200 gr.  { la prime de viande n'est
  Porc salé                     240 gr.  { alors pas perçue ces
                                         { jours-là.


Distributions.

=75. Quel est le rôle des gradés et des hommes de corvée aux
distributions?=

Ils ne sont pas seulement chargés d'assurer le transport des denrées
distribuées, mais ils doivent surveiller les pesées et le mesurage de
ces denrées, puis en examiner la qualité; s'ils ont des observations
à faire à ce sujet, ils les adressent à l'officier chargé du service.


Hygiène de la viande et des légumes.

=76=. La viande fraîche doit toujours être vérifiée, avant la
distribution, par un vétérinaire ou par un médecin et par l'officier
de distribution. Il importe ensuite que les hommes de corvée et les
cuisiniers donnent à la viande des soins particuliers: la placer dans
des paniers propres, ne pas la déposer sur le sol ou sur des tables
non nettoyées, la couvrir, puis, en attendant la cuisson, la suspendre
à l'air, à l'ombre dans un local frais et sombre où les mouches ne
puissent pas pénétrer.

De même, il faut éviter que les légumes, et, en particulier, les
pommes de terre épluchées, soient souillés.


Salles de récréation ou cercles pour les caporaux et soldats.

=77.= Le service intérieur prescrit de créer dans les casernes des
salles de récréation ou cercles pour les caporaux et soldats, qui ont
pour but de leur procurer, à certaines heures, un local pour écrire,
lire, travailler, s'amuser ou jouer, et dans lequel on peut leur
servir des boissons hygiéniques.

Ces installations sont organisées en groupements coopératifs; on peut
les considérer comme un prolongement de l'ordinaire.

Il y a tout intérêt, au point de vue de l'hygiène et de la bonne
camaraderie, à fréquenter ces locaux partout où on a pu les organiser.

La gaieté, l'ordre et la plus parfaite mutualité doivent y régner.


Solde.

=78. Qu'est-ce que le prêt?=

Le prêt est la solde du soldat, qui lui est payée tous les dix jours,
par le caporal; il permet au soldat d'acheter les menus objets dont il
a besoin et de payer son tabac.

  La solde journalière est {pour le soldat .... 0f 05
                           {pour le caporal ....0   22


Tabac.

=79. Le soldat a-t-il droit au tabac?=

Oui, s'il fume, il a droit à un paquet de 100 grammes de tabac, dit
tabac de cantine, moyennant le paiement de 0 fr. 15, tous les dix
jours, les 10, 20 et 30 du mois.


Chauffage et éclairage.

=80.= Tout ce qui se rapporte au chauffage et à l'éclairage des divers
locaux, cuisines, corridors, cours, est payé par les fonds de la masse
de chauffage du corps.

Les allocations de cette masse sont déterminées suivant les régions,
les saisons, les locaux et le nombre d'hommes.


Couchage et casernement.

=81.= La masse de couchage et d'ameublement du corps pourvoit aux
dépenses de l'entretien du couchage hommes et du mobilier (y compris
les ustensiles des chambres, tels que balais, paillassons, fauberts,
planches pour listes d'appel et états de casernement, planches à
astiquer, crachoirs).

Celle du casernement pourvoit à l'entretien et aux réparations des
locaux du casernement.



CHAPITRE V

HYGIÈNE MILITAIRE


Soins de propreté corporelle.

=82. Qu'est-ce que l'hygiène en général?=

L'hygiène est la science du savoir-vivre en tout ce qui concerne la
conservation de la santé et le développement normal et esthétique du
corps humain.

=83. En quoi sont bons et utiles les soins corporels?=

Une exquise propreté corporelle est la première condition pour bien se
porter.

La peau de l'homme a diverses fonctions[11]: elle absorbe des gaz de
l'air environnant et produit un certain dégagement d'acide carbonique;
par la sueur elle élimine de l'eau, des sels minéraux, de l'urée, des
produits excrémentiels, puis elle sécrète une matière grasse qui lui
donne son onctuosité.

[Note 11: La peau exerce des fonctions similaires ou mieux
complémentaires de celles du poumon, et elle joue encore, dans ses
sécrétions, un rôle analogue à celui des reins.]

Pour bien remplir ces fonctions, la peau du corps entier doit être
constamment propre.

Un des premiers bienfaits de cette propreté, c'est la préservation des
maladies de la peau: démangeaisons, boutons ou éruptions, pelade,
gale, insectes parasites, etc...

En outre, on a partout un sentiment de répulsion à l'égard des gens
malpropres.

Les soins corporels comprennent:

_1º Le lavage chaque jour, et même plusieurs fois par jour, du visage,
du cou et des mains;_

_2º Le maintien constant en état de propreté des pieds et des parties
génitales;_

_3º Un grand bain ou une douche tous les huit ou quinze jours, si
possible;_

_4º L'entretien constant des ongles, du cuir chevelu et des cheveux;_

_5º Le rinçage journalier de la bouche et le brossage des dents matin
et soir._

=84. Quelles recommandations importe-t-il de faire au sujet des
ustensiles de toilette et du linge?=

Ces ustensiles, tels que peignes, brosses, éponges, serviettes,
doivent être entretenus dans le plus grand état de propreté; ils sont
absolument personnels, il ne faut jamais les prêter.

Le linge de corps doit être changé au moins une fois par semaine,
c'est une nécessité absolue.


Tenue des chambres.

=85. Quelles sont les mesures générales à observer dans l'intérêt de
l'hygiène de la chambrée?=

Il faut décrotter ses chaussures à l'extérieur, nettoyer et battre ses
vêtements en dehors de la chambrée, ne pas mettre de linge entre la
paillasse et le matelas, ne pas fumer la nuit (ni lorsque les fenêtres
sont fermées); il est défendu de se coucher sur les lits avec de la
chaussure, de manger sur les lits, de cracher et de jeter les bouts de
cigarettes ou les fonds de pipe ailleurs que dans les crachoirs.

Les chambres sont nettoyées avec un faubert humide; l'interdiction du
balayage à sec sur les surfaces imperméables est absolue.

Le système d'aération prescrit pour les chambres doit être constamment
maintenu en hiver comme en été.

Tous les samedis, il faut nettoyer à fond les planchers et les vitres,
puis battre à l'air les couvertures et les matelas[12].

[Note 12: Les deux principaux buts hygiéniques recherchés dans la
tenue des chambres sont:

1º D'éviter d'amener des poussières et de les soulever dans
l'atmosphère intérieure, car elles sont le véhicule habituel du
microbe de la tuberculose.

2º De débarrasser les chambres de leur air vicié et confiné pour avoir
toujours un air pur, respirable et revivifiant.]

_Plus est considérable une agglomération humaine, plus rigoureuse doit
être l'observation des principes d'hygiène et de propreté; sans cela,
les maladies y éclosent facilement et s'y propagent dans de grandes et
déplorables proportions._


Boissons.

=86. Quelles sont les recommandations au sujet des boissons du
soldat?=

Les soldats sont absolument obligés de ne boire que de _l'eau déclarée
potable_. Toute infraction à cette prescription peut être la cause
d'épidémies ayant les conséquences les plus funestes.

Les eaux malsaines ou peu sûres ont de grandes chances de contenir le
microbe de la fièvre typhoïde, l'eau est son véhicule ordinaire.

On ne boira donc que des _eaux potables_ provenant de sources
vérifiées, ou des eaux filtrées, stérilisées, ou bouillies.

Au point de vue du goût, il est bon de les couper avec du café, du
thé, du vin ou de l'eau-de-vie.

Lorsque les soldats ont des occasions de boire du vin, de la bière, du
cidre ou d'autres liquides, qu'ils sachent être sobres, c'est de
l'hygiène et c'est une qualité précieuse.

=87. De quoi doit-on se servir pour boire?=

Le soldat ne doit jamais boire à la cruche (prescription formelle),
chacun se sert de son quart.


Recommandations pour les marches, manoeuvres et la vie au bivouac.

=88. Quels soins particuliers doit avoir le marcheur, le fantassin?=

Il faut qu'il veille à sa chaussure, qui doit être souple et en bon
état à l'intérieur et à l'extérieur, puis il importe absolument qu'il
soigne ses pieds avant le départ et dès l'arrivée.

Il faut se maintenir les pieds propres, sans cependant les laver à
grande eau; les essuyer et les graisser; pour cela, on emploie la
graisse que le capitaine fait donner ou simplement du suif. Traverser
les ampoules avec un fil de soie propre et les passer avec une bande
de toile suiffée. Il faut se faire couper les ongles et les cors avec
soin.

=89. Peut-on boire et manger en route?=

Le soldat boit ce qu'il a dans son bidon, mais il ne s'arrête nulle
part pour prendre de l'eau sans autorisation, ou si l'ordre n'en a pas
été donné; en principe, il faut boire le moins possible, se gargariser
si la soif est trop vive.

L'ingurgitation rapide de grandes quantités d'eau pendant les marches
est souvent suivie d'accidents graves et même de mort.

À la grand'halte et à l'arrivée, il est prudent de manger un peu avant
de boire. Quand on est en transpiration, on doit boire lentement et à
petites gorgées.

On doit s'abstenir de boissons alcooliques.

Autant que possible on ne part pas à jeun. Le soldat peut en marchant
manger un casse-croûte, mais il ne doit consommer les aliments
destinés à la grand'halte ou aux repas que lorsque l'ordre en est
donné.

=90. Quelles sont encore les précautions générales à prendre?=

Se conformer, en été et en hiver, aux ordres donnés pour le port des
vêtements, et pour la façon de les ouvrir ou de les fermer selon la
température,--se préserver du soleil par le couvre-nuque,--ne pas se
coucher sur la terre humide pendant les haltes.

En rentrant d'une marche, il faut fermer les fenêtres pour éviter les
courants d'air; il ne faut pas se dévêtir, à moins qu'on ne veuille
changer de linge; dans ce cas, le faire rapidement.

Après une grande fatigue suivie de transpiration, un repos complet et
immédiat est pernicieux; le mouvement fait éviter les refroidissements.

Au bivouac, il faut pratiquer toutes les mesures ordinaires d'hygiène
et surveiller surtout la propreté, la qualité de l'eau et les
refroidissements.


Maladies contagieuses et diverses.

=91. Que doit-on faire à l'égard des maladies contagieuses?=

Dans les casernes, les hommes atteints de maladies contagieuses
doivent être isolés au plus tôt; les hommes de la chambre du malade
évitent de pénétrer dans les chambres voisines, car ils peuvent être
propagateurs de la maladie. S'il y a lieu, on désinfecte la chambre et
les vêtements du malade.

Les maladies dont on peut éviter la propagation sont: la tuberculose
(_aération, soleil, éviter les poussières, ne pas cracher à terre_);
la fièvre typhoïde (_ne boire que de l'eau potable_); les maladies
vénériennes, parmi lesquelles la syphilis qui a des conséquences
déplorables; non seulement elle s'attaque à l'individu qu'elle frappe
d'une empreinte terrible, mais elle rejaillit encore sur sa
descendance et affaiblit la race (_fuir les femmes suspectes, se
méfier de tout contact avec un malade, voir de suite un médecin si on
est atteint_).

L'hygiène veut la tempérance qui évite l'alcoolisme, véritable
maladie, dont les conséquences sont funestes pour la santé de l'homme
et pour sa vie (_ne pas boire d'alcool, pas d'apéritif à alcool, et
modérément le vin, la bière, le cidre, etc._).

=92. Comment soigne-t-on une plaie?=

Toute plaie, si petite soit-elle, doit être nettoyée de toute
souillure avec de l'eau phéniquée, ou avec une solution de sublimé,
d'acide boriqué ou simplement avec de l'eau bouillie. Mettre ensuite
la plaie à l'abri de l'air, au moyen d'un pansement propre et de
préférence aseptique.


Paquet individuel de pansement en campagne.

=93.= En campagne, chaque homme possède un paquet individuel de
pansement destiné à procurer au blessé un premier pansement en
attendant les soins du médecin; il se compose de: un plumasseau
d'étoupe enveloppée de gaze, une compresse en gaze, une bande de
coton, deux épingles de sûreté (le tout dans une double enveloppe). Il
se place dans la poche intérieure gauche de la capote cousue à gros
points. Interdiction est faite de l'ouvrir avant le moment précis de
l'utiliser.



CHAPITRE VI

SERVICE DES PLACES


Principes généraux.

=94. Comment le soldat doit-il considérer le service des places?=

Comme un service très important. On doit s'y préparer et se présenter
à l'inspection de la garde étant propre et brillant, avec un sac
chargé réglementairement[13].

[Note 13: Chargement d'exercice, capote roulée en plus, si on ne
l'a pas mise, comme tenue.]

Dans le service des places, on doit être attentif, ponctuel et leste.
Le soldat de garde est souvent une autorité; on compte sur lui pour la
garde de personnes et d'établissements importants; il a parfois le
droit de vie et de mort sur quiconque n'obéit pas aux ordres de la
consigne.

Aussi aucune négligence ne doit être tolérée.

=95. Quels sont les principaux devoirs dans les postes?=

On ne quitte _jamais_ son poste, on ne se déshabille pas, on n'enlève
ni son équipement, ni son épée-baïonnette et on ne joue pas.

Chaque homme du poste a un numéro; les sacs et les fusils sont placés
par numéro.

Il faut bien écouter et retenir les consignes données, puis lire
celles affichées dans le poste et dans la guérite.

L'homme de garde doit ponctuellement obéir au chef de poste, car c'est
lui qui est responsable.

=96. Qu'est-ce que le mot?=

C'est un moyen de reconnaissance. Il comprend deux noms: 1º le mot
_d'ordre_, qui est le nom d'un grand homme, d'un général célèbre ou
d'un brave mort au champ d'honneur; 2º le _mot de ralliement_, qui est
le nom d'une ville, d'une bataille, d'une vertu civile ou guerrière.

Exemple: _Napoléon_, _Nancy_. Le mot varie tous les jours.

=97. Quels sont les droits des commandants d'arme d'une place?=

Lorsque les circonstances l'exigent, le commandant peut consigner dans
l'intérieur de la place tout ou partie des troupes de la garnison.

Dans les circonstances graves, le commandant d'armes peut consigner
dans les casernes la totalité ou une partie des troupes de la
garnison.

Les chefs de corps et de détachements ont ce même droit pour leurs
troupes.

Hors le cas d'urgente nécessité, elles ne peuvent, sans l'autorisation
du commandant territorial, être prolongées au delà de vingt-quatre
heures.

=98. Comment une troupe se rend-elle aussitôt à la caserne?=

L'alarme est annoncée par la générale; tous les militaires sont tenus
de se réunir sur-le-champ au corps dont ils font partie.

=99. Comment opère un chef de détachement appelé à mettre de l'ordre
en ville dans un local où des soldats seraient impliqués?=

Si le local est public, le militaire envoyé opère directement avec
énergie; si le lieu est clos, il ne peut y entrer sans la réquisition
de l'occupant, ou sans l'assistance d'un commissaire de police ou sans
les cris: _Au feu! à l'assassin! au secours! au voleur!_


Sentinelles--Troupes--Rondes--Patrouilles.

=100. Quels sont les devoirs généraux des sentinelles?=

Les sentinelles ont toujours la baïonnette au canon; elles ne portent
pas le sac; elles peuvent avoir l'arme au pied ou sur l'épaule; elles
ne la quittent jamais, même dans la guérite; lorsqu'elles sont dans le
cas de se mettre en défense, elles croisent la baïonnette.

Elles doivent toujours garder une attitude militaire, ne parler à qui
que ce soit sans nécessité et ne s'écarter de leur guérite à plus de
30 pas.

=101. Quels sont encore les devoirs précis des sentinelles?=

Les sentinelles ne se laissent relever que par un gradé du poste ou le
militaire qui en fait fonction; elles ne répètent leur consigne ou
n'en reçoivent de nouvelle qu'en présence du chef ou d'un gradé du
poste.

Elles doivent protection, sans toutefois s'éloigner de leur poste, à
tout individu dont la sûreté est menacée et qui se réfugie auprès
d'elles.

La durée de la faction est de deux heures, sauf quand la rigueur de la
saison ou des circonstances particulières conduisent le commandant
d'armes à la réduire.

=102. Quels cris une sentinelle peut-elle avoir à faire?=

Si une sentinelle a besoin de se faire relever, elle crie: _Chef de
poste, venez relever!_

Si elle aperçoit un incendie, elle crie: _Au feu!_

Si elle entend du bruit ou est témoin d'un désordre, elle crie: _À la
garde!_

Si, devant les armes, elle entend la générale ou aperçoit la personne
ou le corps constitué à qui on rend les honneurs, elle crie: _Aux
armes!_

=103. Que fait une sentinelle qui, la nuit, aperçoit une troupe, une
ronde ou une patrouille?=

La nuit, à partir de l'heure fixée par le commandant d'armes, la
sentinelle qui aperçoit une troupe, une ronde ou une patrouille, crie:
_Halte-là!_ Si la troupe, la ronde ou la patrouille s'arrêtent, la
sentinelle crie: _Qui vive?_ Sur la réponse: _France, ronde ou
patrouille!_ la sentinelle crie: _Avance au ralliement!_ Le chef
s'avance et donne le mot de ralliement à la sentinelle.

Si la troupe, la ronde ou la patrouille ne s'arrêtent pas, la
sentinelle répète: _Halte-là!_ Si on continue à avancer sans répondre,
la sentinelle croise la baïonnette et empêche de passer.

S'il s'agit d'une sentinelle devant les armes, dès qu'elle a reçu le
mot de ralliement, elle appelle le chef de poste qui vient
reconnaître.

=104. Que font les sentinelles qui, la nuit, par suite de consignes
particulières, ne doivent pas se laisser approcher?=

Elles crient d'une voix forte à toute personne qui passe à proximité:
_Halte-là!_ et, après ce cri répété une deuxième fois: _Au large!_

Si on ne s'était pas arrêté, elles auraient croisé la baïonnette et
empêché de passer.

[Illustration: La sentinelle reconnaît la ronde.]

=105. Que doit faire, la nuit, une sentinelle qui ne doit pas se
laisser approcher et qui a son arme chargée?=

En cas d'alarme, de troubles ou d'attaque, la sentinelle crie à celui
qui vient à elle: _Halte-là!_ on ne s'arrête pas, elle répète une
seconde fois: _Halte-là!_ et, s'il y a lieu, elle crie: _Halte-là ou
je fais feu!_

Si alors on continue à s'avancer, elle fait feu et appelle la garde.

=106. Quelle est la consigne spéciale pour les sentinelles des postes
placés aux prisons?=

ART. 35.--Dans les postes placés aux prisons, la consigne générale est
complétée, en ce qui concerne les devoirs des factionnaires, par les
dispositions ci-après:

1º Les factionnaires veillent à la sûreté de l'établissement et
avisent le chef de poste de tout fait de nature à la compromettre;

2º Lorsqu'ils n'ont point, en vertu des instructions reçues, leurs
armes chargées, ils disposent de deux cartouches libres qu'ils placent
dans la cartouchière qui est le plus à portée de la main;

3º Si un factionnaire voit, pendant le jour, un détenu sur les toits
ou escaladant les murs, il lui fait immédiatement la sommation de
s'arrêter, et donne sur-le-champ l'alarme en criant: _Aux armes!_ cri
qui est répété par les autres factionnaires;

4º Si le factionnaire constate pendant la nuit une tentative
d'évasion, il charge son fusil, en criant: _Halte-là, ou je fais feu!_
Si, malgré cet avertissement, le détenu ne s'arrête pas, la sentinelle
fait feu et appelle la garde;

5º Si un détenu paraît la nuit à une fenêtre non garnie de barreaux,
le factionnaire le somme de se retirer et renouvelle deux fois sa
sommation. Il ne fait feu qu'après la dernière sommation;

6º En dehors des cas visés tant à la consigne générale qu'aux numéros
4º et 5º ci-dessus, les sentinelles ne doivent faire usage de leurs
armes qu'en cas de légitime défense.


Honneurs.

=107. Comment se rendent les honneurs?=

Pour rendre les honneurs, les militaires armés du fusil _présentent
l'arme_ en exécutant le premier mouvement de l'arme sur l'épaule
droite, si les troupes sont l'arme au pied. Si elles étaient dans la
position de l'arme sur l'épaule, pour «présenter les armes», exécuter
le premier mouvement de _Reposer arme_.

Les troupes en marche et les isolés autres que les factionnaires
rendent les honneurs sans mettre baïonnette au canon.

=108. À qui les sentinelles doivent-elles rendre les honneurs?=

_Les sentinelles présentent les armes:_

Aux drapeaux et étendards;

Aux officiers des armées de terre et de mer;

Aux troupes en armes;

Aux membres de la Légion d'honneur, porteurs des insignes de leur
décoration;

Aux convois funèbres;

Aux officiers des armées étrangères.

_Elles gardent l'immobilité, la main dans le rang et l'arme au pied
pour:_

Les adjudants-chefs;

Les adjudants et assimilés;

Les décorés de la médaille militaire porteurs de leur médaille.


Garde de police de la caserne.

=109. Quelle garde commande-t-on à la caserne?=

On commande à la porte de la caserne un poste réduit au strict
nécessaire.

=110. Quelle est la consigne de ce poste?=

Elle varie par caserne, c'est le chef de corps qui la donne suivant
les circonstances.

=111. Quels sont les devoirs de la sentinelle à la porte du quartier?=

La sentinelle remplit les devoirs généraux des sentinelles et crie:
_Aux armes!_ lorsque le chef de corps vient à la caserne. Elle
prévient le chef de poste de tout ce qu'il y a d'irrégulier autour de
la caserne ou dedans.

=112. Qu'a-t-elle à faire relativement aux entrées et aux sorties de
la caserne?=

En principe, sans l'autorisation du chef de poste:

1º Elle ne laisse sortir du quartier aucun étranger avec un paquet ou
une arme, ni un caporal ou soldat avec un paquet, un fusil ou un
revolver;

2º Elle n'y laisse entrer aucun étranger ou homme de troupe d'un autre
corps.

Après l'appel du soir, elle fait entrer au corps de garde les
militaires de tous grades qui entrent ou sortent; elle signale au
sergent les lumières non éteintes après la sonnerie de l'extinction
des feux.

Elle ne laisse entrer aucun chien à la caserne.


Service de planton--Service en cas de troubles--Main-forte due à
l'autorité.

=113. En quoi consiste le service de planton?=

Un militaire de planton est un agent qui a une certaine importance,
dans l'exécution du travail journalier des divers services d'un
régiment et des états-majors.

=114. Quelle doit être la qualité du soldat planton?=

Le planton doit être _actif et consciencieux_, car il est chargé soit
de transmettre des ordres et des papiers importants, soit de garder
des archives et des pièces confidentielles, soit encore d'exercer une
surveillance déterminée ou de faire observer une consigne
particulière. Ce service ne doit souffrir aucune négligence; il faut
que tout soldat en soit bien pénétré.

=115. Que font les troupes lorsque la force militaire est
réquisitionnée?=

Pour maintenir l'ordre public, ou pour assurer l'exécution des lois,
l'autorité militaire n'agit qu'en vertu de la réquisition écrite de
l'autorité civile.

Dans ce cas, les troupes ne font usage de leurs armes par le feu que
si des violences ou voies de fait sont exercées contre elles, ou que
si elles ne peuvent défendre autrement le terrain qu'elles occupent ou
les postes dont elles sont chargées.

Elles agissent également par leurs armes quand elles se trouvent dans
le cas prévu par l'article 3 de la loi du 7 juin 1848, qui dit:

«Lorsqu'un attroupement armé ou non armé se sera formé sur la voie
publique, le maire ou l'un de ses adjoints, à leur défaut le
commissaire de police ou tout autre agent ou dépositaire de la force
publique et du pouvoir exécutif, portant l'écharpe tricolore, se
rendra sur les lieux de l'attroupement.

«Un roulement de tambour annoncera l'arrivée du magistrat.

«Si l'attroupement est armé, le magistrat lui fera sommation de se
dissoudre et de se retirer.

«Cette première sommation restant sans effet, une seconde sommation,
précédée d'un roulement de tambour, sera faite par le magistrat.

«En cas de résistance, l'attroupement sera dispersé par la force.

«Si l'attroupement est sans armes, le magistrat, après le premier
roulement de tambour, exhortera les citoyens à se disperser. S'ils ne
se retirent pas, trois sommations seront successivement faites.

«En cas de résistance, l'attroupement sera dispersé par la force.»


NOTA.--Pour le _service en cas de troubles_ et pour la _main-forte due
à l'autorité_, voir le paragraphe 55 «Conduite en ville et en cas de
troubles», page 23, chapitre I.



CHAPITRE VII

ARMEMENT--TIR--MUNITIONS


I--ARMEMENT.

Fusil modèle 1886, M. 93.

=116.= Le fantassin est armé du fusil modèle 1886 M. 93, mais les
soldats du service auxiliaire ont, comme arme, le sabre série Z.

Sont armés du revolver modèle 1892, les télémétreurs, les conducteurs
de caissons de munitions, de chevaux haut le pied et à la main, les
pourvoyeurs de munitions, les soldats ordonnances des médecins, des
officiers supérieurs et généraux.

=117.= Le fusil modèle 1886, M. 93, tire la balle D, dont la portée
maxima théorique est de 4.800 mètres, la vitesse initiale de la balle
est de 710 mètres. La cartouche pèse environ 27gr 5.

Le fusil pèse 4kg 240 et avec la baïonnette sans le fourreau, 4kg 700.

Son magasin contient huit cartouches.

On peut l'approvisionner à dix cartouches, en mettant en plus une
cartouche dans le canon et une dans la boîte de culasse.


Nomenclature sommaire.

=118. En combien de parties principales se divise le fusil?=

Le fusil se divise en six parties principales:

  1º Le canon et sa boîte de culasse;
  2º La culasse mobile;
  3º Le mécanisme à répétition;
  4º La monture en deux pièces;
  5º Les garnitures;
  6º L'épée-baïonnette.

[Illustration: Culasse mobile.

Tête mobile.

a. _Tenons._ b. _Cuvette._ c. _Boulons._ _Les rainures._ d. _Arrêtoir
du tampon-masque._


Le Chien.

a. _Corps Cylindrique._ b. _Logement du manchon._ c. _Renfort._ d.
_Cran de départ._ e. _Cran de l'abattu._


Cylindre.

a. _Renfort antérieur._ b. _Logement du bouton._ c. _Renfort du
levier._ d. _Levier._ e. _Rainure de départ._


Tampon-masque.

a. _Tampon._ b. _Masque._ c. _Collet._


Extracteur.

a. _Talon._ b. _Branche._ c. _Griffe._


Percuteur.

a. _Pointe._ b. _Méplat._ c. _Tige._ d. _T._


Manchon.

a. _Cordons._ b. _Logement du T._


Hausse.

a. _Pied de hausse à griffes._ b. _Gradins._ c. _Ressort de hausse._
d. _Planche._ f. _Curseur._ g. _Talon de la planche._


Extrémité du canon.

a. _Sommet du guidon._ b. _Guidon._ c. _Grand tenon._ d. _Petit
tenon._


Fourreau.

a. _Corps de fourreau._ b. _Bracelet-pontet._


Épée-baïonnette.

a. _Poignée._ b. _Croisière._ c. _Quillon._ d. _Douille._ e. _Virole._
f. _Poussoir._

Pièces du fusil 1886, M. 93.]

=119.= On remarque sur le canon: le guidon, le petit tenon, le grand
tenon, la hausse qui comprend huit pièces (le pied de hausse à griffes
avec ses gradins, ressort de hausse, planche avec ses crans de mire,
le curseur, le ressort du curseur, la vis-arrêtoir du curseur et la
goupille).

[Illustration: Mécanisme de répétition.


Corps de Mécanisme.

a. _Plaque._ b. _Nervures._ c. _Vis du ressort de gâchette._ d.
_Oreilles._ e. _Trou pour l'axe du levier de manoeuvre._


Auget.

a. _Bec._ b. _Talon._ c. _Butoir de relèvement._ d. _Trou de l'axe du
levier de manoeuvre._ e. _Trou du pivot du butoir d'auget._ f.
_Évidement pour la griffe du butoir._

Butoir d'auget.

a. _Pivot._ b. _Griffe._ c. _Queue._


Levier de Manoeuvre.

a. _Axe._ b. _Came._ c. _Bouton quadrillé._


Mécanisme de détente.

a. _Tête de gâchette._ b. _Ailettes._ c. _Détente._ d.d. _Les 2
bossettes._


Ressort de gâchette.


Ressort du levier de manoeuvre.


Arrêt de cartouches.

a. _Levier._ b. _Plan incliné._ c. _Bec._ d. _Griffe._ e. _Ressort._


a. _Balle._ b. _Disque._ c. _Pastille de cire._ d. _Charge de poudre._
e. _Couvre-amorce._ f. _Évents._ g. _Enclume._


Pièces du fusil 1886, M. 93.]

La boîte de culasse est vissée sur le canon.

L'âme cylindrique du Canon est du calibre de 8 millimètres et a quatre
rayures en hélice, tournant de droite à gauche au pas de 24
centimètres; la profondeur de la rayure est de 15 centièmes de
millimètre.


Démontage et remontage.

=120. Dans quel ordre s'opère le démontage du fusil?=

Le démontage se fait dans l'ordre suivant:

  1º L'épée-baïonnette (lame, poignée, croisière, quillon,
     douille, poussoir et fourreau);
  2º La bretelle;
  3º La culasse mobile (vis d'assemblage du cylindre,
     tête mobile, extracteur, manchon, chien, percuteur,
     ressort à boudin, cylindre, tampon-masque);
  4º La vis postérieure de pontet;
  5º La vis de mécanisme;
  6º Le mécanisme de répétition (le corps de mécanisme,
     vis de mécanisme, auget, butoir d'auget, levier
     de manoeuvre et son ressort, arrêt de cartouches et
     mécanisme de détente);
  7º L'embouchoir;
  8º La grenadière;
  9º Le fût--il contient le magasin qui renferme le
     ressort et le piston (incliner le fût pour dégager le
     tenon d'attache);
  10º Le canon.

Le remontage se fait dans l'ordre inverse.

=121. Quelles sont les pièces du fusil que le soldat ne doit jamais
démonter?=

Le soldat ne démonte jamais l'extracteur, le tampon-masque, la vis de
culasse ni la crosse; le mécanisme de répétition n'est démonté que par
ordre et en présence d'un sous-officier.


Entretien de l'arme.

=122. Quelles sont les observations générales relatives à l'entretien
de l'arme?=

L'entretien de l'arme est le principal devoir du soldat. En effet, le
fantassin qui n'aurait pas un fusil fonctionnant parfaitement ne
serait plus un soldat utile dans le combat, et il serait lui-même sans
défense.

Le fusil ne doit jamais être lavé à l'eau; on n'emploie ni émeri, ni
brique sèche, ni grès.

On huile toutes les pièces qui éprouvent un frottement.

=123. Quels sont les objets employés pour l'entretien du fusil?=

En garnison, on se sert: du nécessaire d'escouade comprenant: 1º une
baguette à écouvillon, 2º une baguette à chiffon, 3º deux
tournevis-chassoirs; d'une fiole d'huile au râtelier, d'une boîte de
graisse, d'une pièce grasse, d'une brosse d'armes, de curettes en bois
tendre, de brique pilée et délayée dans la graisse, et de quelques
chiffons de linge et de drap.

Trois petites baguettes vissées bout à bout forment une grande
baguette qui sert à détacher les étuis de la chambre en cas de
difficultés d'extraction.

En campagne, la voiture à vivres et à bagages emporte 16 baguettes de
laiton par compagnie.

=124. Comment se fait le nettoyage des pièces en acier non bronzées?=

On les frotte légèrement avec un morceau de drap sec et propre.

S'il y a de la rouille, on l'imbibe d'huile, ensuite on l'enlève avec
un linge huilé. En cas de nécessité, employer de la brique pilée
délayée dans la graisse, mais jamais pour l'intérieur du canon.

Graisser ensuite légèrement les pièces et mettre une goutte d'huile
sur les filets des vis.

=125. Comment se fait le nettoyage des pièces en acier et des pièces
bronzées?=

On les nettoie avec la brosse et des chiffons gras, mais on n'emploie
que du linge ou du drap exempt de poussière; on peut au besoin
mouiller légèrement le chiffon, bien essuyer et graisser.

La rouille se combat avec un morceau de drap légèrement gras.

=126. Comment entretient-on le bois?=

L'essuyer avec un linge sec, puis après la pluie avec un chiffon
huilé.

=127. Comment nettoie-t-on son fusil après les exercices et le tir?=

Ouvrir le tonnerre, retirer la culasse mobile en arrière jusqu'à
l'arrêt, passer la baguette de nettoyage dans le canon pour bien
essuyer l'intérieur, puis graisser avec l'écouvillon ou un chiffon
gras.

Essuyer et graisser sur place les parties extérieures de l'arme, y
compris la culasse mobile.

=128. Comment se fait le nettoyage si l'arme a été mouillée (ou
exposée à une forte poussière)?=

Dans ce cas, on enlève la culasse et le mécanisme de répétition et on
procède au démontage et au nettoyage des pièces pour lesquelles cela
est nécessaire.

=129. Quelles sont les pièces qui doivent être huilées?=

Mettre une goutte d'huile à toutes les pièces qui éprouvent un
frottement ou un mouvement de rotation et aux vis:

_Boîte de culasse._--La tranche postérieure de l'échancrure et la
rampe de dégagement.

_Hausse._--La charnière.

_Culasse mobile._--Son canal, la pointe du percuteur, la griffe de
l'extracteur, les rampes du cylindre et du chien, les crans du chien
et les logements du tampon-masque.

_Mécanisme._--Les axes, le bec et le talon d'auget, son butoir, la
griffe d'arrêt de cartouches, la tête de gâchette, les bossettes de la
détente et le piston de magasin.


II--TIR.

Instruction du tireur.

=130. Qu'est-ce que la trajectoire?=

C'est la courbe que décrit la balle pendant son trajet dans l'air.

=131. Qu'est-ce que la ligne de tir?=

C'est l'axe du canon indéfiniment prolongé dans la position du
pointage.

=132. Qu'est-ce que la ligne de mire?=

La ligne de mire est celle qui est déterminée par le milieu de la
ligne qui joint les bords supérieurs du cran de mire et par le sommet
du guidon.

=133. Qu'est-ce que la portée?=

La portée est la distance du point de départ de la balle à son point
de chute.

La portée maxima du fusil est actuellement de 3.200 mètres.

=134. Qu'est-ce que tirer un coup de fusil sur un point déterminé?=

C'est réunir en une seule opération les trois opérations ci-après:
_Pointer l'arme._--_La maintenir en direction._--_Agir sur la
détente._

=135. Qu'est-ce que pointer?=

C'est diriger la ligne de mire sur le but à atteindre.

=136. Comment maintient-on bien l'arme en direction?=

[Illustration: Mise en joue.]

En prenant régulièrement et avec calme la position du tireur et de
joue, en conservant l'oeil toujours lié à la ligne de mire et en
diminuant l'amplitude des oscillations de l'arme, de manière à
maintenir la ligne de mire sur le point à viser.

=137. Comment doit-on agir sur la détente?=

Étant en joue, serrer l'arme à la poignée, agir sur la détente avec
l'extrémité antérieure de la deuxième phalange du doigt pour amener la
seconde bossette de la détente contre le dessous de la boîte de
culasse, marquer un temps d'arrêt, retenir sa respiration, et à
l'instant où la ligne de mire passe par le point visé, laisser partir
le coup, en fermant _lentement_ le doigt d'un mouvement continu et
_sans saccade_.

=138. À quoi sert la hausse?=

Elle sert à donner au fusil l'inclinaison voulue pour atteindre le but
visé.

L'inclinaison est d'autant plus grande que la distance est plus
éloignée.

=139. Comment manie-t-on le curseur?=

On couche la planche en avant ou en arrière pour manier le curseur
entre le pouce et l'index.

=140. Qu'est-ce que la vitesse du tir?=

C'est le nombre de balles qu'un homme tire dans une minute.

=141. Qu'est-ce que l'effet utile?=

C'est le nombre de balles qu'un tireur met dans le but en une minute.

=142. Quelles sont les règles d'emploi de la hausse?=

Il y a trois règles d'emploi de la hausse qui sont:

1º De 0 à 250 mètres, viser par le cran de mire du pied de la planche
(planche rabattue en avant);

2º De 250 à 800 mètres, viser par le cran de mire de l'arrière de la
planche (rabattre la planche sur son pied, placer le curseur sur le
gradin correspondant à la distance indiquée);

3º De 800 à 2.400 mètres, viser par le cran de mire du curseur, le
bord supérieur du curseur à hauteur du trait marquant la distance.

Des traits et des chiffres gravés sur les côtés de la planche
indiquent les distances de 100 en 100 mètres (sur le côté droit les
centaines impaires, sur le côté gauche les centaines paires); des
petits traits intermédiaires donnent les distances de 50 en 50 mètres.


Prendre la hausse correspondant à la distance indiquée.

Dans le cas d'une distance comprise entre deux graduations
consécutives, prendre la hausse supérieure.

Aux distances de combat rapproché, prendre la hausse de 400 mètres,
qui répond, dans presque tous les cas, aux nécessités du moment.

[Illustration: Tireur utilisant l'angle d'un mur comme abri et appui.]

=143. Le soldat isolé doit-il tirer?=

Il doit tirer le moins possible. En principe, quand il en a reçu
l'ordre, quand il doit pourvoir à sa propre défense, ou quand
d'urgence il doit signaler la présence de l'ennemi.

Il a son fusil toujours approvisionné et chargé au moment de tirer.

=144. Comment doit se placer et que doit faire le soldat isolé appelé
à tirer?=

Il cherche avant tout à voir, puis à se couvrir ou à s'abriter, enfin
à trouver un appui pour son arme. Avec calme il apprécie la distance
et juge s'il doit tirer; il estime simplement si le but est plus
presque 250 mètres, entre 250 et 400, entre 400 et 500 mètres ou à 600
mètres.

=145. Quelles sont les plus grandes distances auxquelles l'isolé peut
tirer?=

Le soldat isolé ne doit pas tirer à plus de:

400 mètres sur un isolé (fantassin ou cavalier);

600 mètres sur un groupe d'au moins 4 hommes.

Ne pas tirer à des distances supérieures; il est avantageux d'attendre
que le but soit plus rapproché.

[Illustration: Tireur abrité des vues de l'ennemi.]

=146. Quelles règles de tir doit observer le soldat isolé?=

1º Prendre la hausse de la distance évaluée;

2º Le point à viser est le bord inférieur de la partie visible du but.

Si le but se déplace transversalement, on vise le bord du côté de la
marche.

Par un vent soufflant de côté, on vise le bord d'où vient le vent;

3º Tirer lentement coup par coup;

4º Observer l'effet de son tir;

5º Faire usage de la répétition dans les circonstances pressantes.


Tirs exécutés à l'instruction.

=147. Quels sont les tirs exécutés à l'instruction?=

1º Des tirs réels à distance réduite (ou des tirs réduits si les tirs
réels ne peuvent avoir lieu);

2º Des tirs d'instruction jusqu'à 400 mètres;

3º Des tirs d'application se rapprochant du tir de guerre;

4º Des tirs individuels de combat, à distance inconnue.

Le soldat choisit lui-même la hausse et la position à prendre;

5º Des tirs de groupe de 400 à 1.200 mètres (avec cartouches à blanc
et d'autres avec cartouches à balle);

6º Des manoeuvres avec tir réel.

[Illustration: Les tireurs utilisent les fossés de la route comme
abris.]

=148. Tir.--Comment se pose le tireur faisant partie d'une troupe
dirigée par un chef, dans le tir du groupe?=

Il doit trouver sa place dans l'espace dont il peut disposer sans
gêner ses voisins et sans être gêné par eux; il prend la position
prescrite, ou, si elle n'est pas fixée, celle qui lui permet le mieux
d'utiliser le tir.

=149. Quels sont les principes du tir du groupe?=

Dans le tir du groupe, le feu est ouvert, arrêté et repris au
commandement du chef.

Les tirailleurs prennent la hausse indiquée et la vérifient souvent;
ils ont les yeux fixés sur l'objectif, écoutent les commandements et
les transmettent au besoin. Chaque tireur tire comme s'il était isolé.

La vitesse du tir ne doit pas dépasser 8 à 9 coups par minute (ou 11 à
12 à répétition). (Simple indication.)

=150. Quels sont les deux principes de la discipline du feu par
groupe?=

1º S'appliquer à distinguer l'objectif et le viser consciencieusement
avec la hausse prescrite;

2º Ne pas tirer une seule cartouche, ni faire usage de la répétition
sans l'ordre du chef.

=151. Quelle attention le soldat doit-il apporter dans les tirs?=

Le soldat doit donner toute son attention aux tirs, car il importe
absolument que le fantassin soit un bon tireur.

Le fusil et la balle sont des objets sans vie, ils ne produiront aucun
effet si le tireur est un incapable.

[Illustration: Mur écrêté pour protéger les tireurs.]


Classement des tireurs dans la compagnie--Récompenses et concours.

=152. Comment se fait le classement des tireurs dans la compagnie?=

Lorsque la saison des tirs est terminée, le capitaine établit dans sa
compagnie le classement des tireurs, en se basant sur les résultats
obtenus dans toutes les parties de l'instruction technique et tactique
du tireur.

Le capitaine nomme tireurs de 1re classe tous les bons tireurs.

Il donne le cor de chasse en drap aux très bons tireurs (le nombre de
cors de chasse ne peut dépasser le cinquième du nombre des caporaux et
soldats).

Les soldats qui n'ont pas été admis aux tirs d'application ne sont pas
classés.

Les soldats sont classés dans les catégories suivantes: tireurs de 1re
classe ayant le cor de chasse;--tireurs de 1re classe;--assez bons
tireurs;--tireurs médiocres;--mauvais tireurs.

=153. Comment se fait le concours du corps entre les caporaux et
soldats?=

Le concours se fait entre les caporaux et soldats du régiment qui ont
obtenu les meilleurs résultats dans les tirs de l'année.

[Illustration: Insigne.]

_Prix._--Un nombre d'insignes de tir en argent et de cors de chasse
brodés, calculé à raison d'un insigne de tir et de trois cors de
chasse par compagnie. La présence de la section hors rang dans le
concours augmente d'un le nombre des cors de chasse.

Un des insignes de tir est doré (1er prix).

Ces prix sont décernés aux tireurs concurrents qui ont obtenu les
meilleurs résultats, quelles que soient leurs compagnies.

Les tireurs qui reçoivent un insigne ont en outre droit à l'un des
cors de chasse brodés.

=154. Comment se portent l'insigne de tir et le cor de chasse brodé?=

L'insigne de tir et le cor de chasse brodé sont la propriété du
tireur; il les porte pendant toute la durée du service actif, ainsi
que pendant les périodes de rappel à l'activité.

Les sous-officiers, caporaux et soldats qui ont obtenu deux années de
suite le cor de chasse brodé reçoivent, en échange, un cor de chasse
brodé surmonté d'une grenade de même métal.

Le port de l'insigne de tir est obligatoire en grande tenue, en tenue
de sortie et en tenue de campagne.

Il est fixé à droite, du côté opposé aux décorations, à hauteur du
deuxième bouton, l'épingle passée dans deux atoles cousues sur le
vêtement.


III--MUNITIONS.

Cartouches de tir.

=155. Quelles sont les cartouches allouées pour les tirs de l'armée?=

On alloue à chaque militaire 190 cartouches par an. L'ensemble des
cartouches d'une compagnie est à la disposition du capitaine, pour les
employer au mieux de l'instruction.

On alloue en outre 50 cartouches par homme participant aux manoeuvres
avec tir réel.

On accorde 200 cartouches à blanc modèle 1897 pour les exercices et
les manoeuvres.

=156. _Munitions en campagne._--Quelles sont, en temps de guerre, les
cartouches à la disposition de chaque soldat?=

  Chaque homme porte dans ses
  cartouchières                          88 cartouches }
                                                       }
  La voiture de munitions lui en                       } 120 cartouches.
  transporte                             32   ----     }

  La voiture de munitions en porte en
  outre 16.384, soit par homme                            72   ----

  Le parc du corps d'armée en porte:

  Au 1er échelon et au 2e échelon, une
  quantité approximative de 110 par
  homme                                                  110   ----
                                                        ----
                                              Total      302 cartouches.

Portent 120 cartouches avec eux:

1º Les caporaux et les chasseurs _de tous les bataillons de chasseurs
à pieds_;

2º Les caporaux et les soldats de tous les corps d'infanterie des _6e,
7e et 20e corps d'armée_.

=157. Lorsque, sur la ligne de feu, le tirailleur n'a plus ou presque
plus de cartouches, comment se fait le ravitaillement?=

Des hommes pris dans les compagnies de réserve, qui sont en arrière,
sont commandés pour ce service. Ils reçoivent des cartouches des
voitures de munitions et des sections de munitions, puis, munis de
bissacs, ils les portent aux tirailleurs sur la ligne. (Ils conservent
leur équipement et leur fusil et demeurent sur la ligne de feu.)



CHAPITRE VIII

HABILLEMENT--PAQUETAGE--TENUE


Habillement et entretien.

=158. Quels sont les effets d'habillement qui sont confiés aux
soldat?=

Le soldat est pourvu:

1º D'effets de toile: 2 bourgerons et 2 pantalons de treillis (pour
l'intérieur, les corvées et certains exercices);

2º D'une collection nº 3 (d'instruction ou d'exercice), comprenant: 1
képi, 1 veste, 1 capote, 1 pantalon, 1 bonnet de police et une paire
d'épaulettes (les corps qui n'ont pas la collection de guerre ont deux
collections nº 3);

3º D'une collection nº 2 (d'extérieur, revues et dimanches),
comprenant: 1 képi, 1 veste, 1 capote, 1 pantalon, 1 tunique et 1
paire d'épaulettes;

4º D'une collection de guerre ou collection nº 1, comprenant: 1 képi,
1 capote et 1 pantalon. Cette dernière collection, qui comprend en
outre une paire de brodequins, reste déposée au magasin de la
compagnie[14].

[Note 14: Certains corps désignés par le ministre n'ont pas la
collection de guerre, les magasins des compagnies de ces corps n'ont
qu'un approvisionnement de précaution en effets neufs.

Ces corps se constituent une seconde collection nº 3, l'une pour la
tenue de ville ordinaire, l'autre pour les exercices et corvées. Leur
collection nº 2 est ainsi ménagée pour pouvoir être prise pour faire
campagne.]

[Illustration: Placement des effets pour une revue de détail.

  1. Boîte individuelle de conserve.
  2. Chemise.
  3. Caleçon.
  4. Serviette.
  5. Cravate.
  6. Livret individuel.
  7. Jambières en cuir.
  9. Cuillère et fourchette.
  10. Sachets de petits vivres, pour 2 jours.
  11. Pains de guerre (600 gr. pour 2 jours, 12 tablettes).
  12. Cartouches ou plomb destiné à faire un poids équivalent.
  13. Trousse en cuir, contenant la bobine.
  14. Boutons de rechange.
  15. Ciseaux.
  16. Dé.
  17. Peigne.
  18. Mouchoir.
  19. Calotte de coton.
  20. Courroie de capote.
  21. Boîte à graisse.
  23. Baguette de fusil.
  24. Sac de petite monture.
  25. Brosse à habits.
  26. Brosse à lustrer.
  27. Brosse double.
  28. Brosse d'armes.
  29. Brodequins.
  30. Brosse à laver.
  31. Patience.
  32. Martinet.
  33. Brosse à boutons.]

Ces effets forment les effets d'habillement proprement dits.

=159. Quels sont les effets dits de grand équipement?=

Le soldat a les effets de grand équipement suivants: 1 havresac, des
bretelles de suspension, 1 ceinturon, 3 cartouchières, 1 bretelle de
fusil et 1 courroie de bidon.

=160. Quels sont les effets dits de petit équipement?=

On appelle effets de petit équipement les effets suivants:

1º Tous les effets de linge, les calottes de coton, les cravates, les
bretelles, les chaussettes, etc.;

2º Les chaussures et les lacets;

3º Les étuis-musettes, les brosses, les boîtes à ingrédients, les
petits bidons, les quarts, les gamelles, les trousses, les menus
objets, etc.

=161. Comment sont fournis et remplacés les effets des différentes
catégories ci-dessus?=

Tous les effets des catégories ci-dessus sont fournis par le magasin
de la compagnie, qui s'approvisionne au magasin du corps. Tout effet
est remplacé après usure constatée dans les inspections que le
capitaine passe ou qu'il fait passer.

=162. Comment place-t-on les effets pour une revue de détail?=

Les effets sont étalés sur le lit suivant le tableau ci-contre.

=163. Comment sont marqués les effets?=

Les effets sont tous matriculés, même les effets personnels dont le
soldat se sert pendant son service militaire.

=164. Qui répare les effets du soldat?=

Toutes les petites réparations sont faites au jour le jour par
l'homme, qui doit entretenir ses effets en bon état de conservation et
de propreté.

Il répare son linge dès qu'il rentre du blanchissage.

=165. Quels sont les menus objets dont le soldat doit toujours être
pourvu pour l'entretien de ses effets et de ses armes?=

Il doit toujours avoir du fil de différentes nuances, des boutons, des
aiguilles, de la cire, de l'encaustique, de la graisse d'armes, des
curettes en bois, du tripoli, du dégras, des clous à souliers, du
suif, etc.

=166. Le soldat est-il responsable de tous ses effets?=

Oui, le soldat est responsable de tous les effets qui lui sont
confiés. Ils sont inscrits sur le fascicule pour l'inscription des
effets, qui se place pendant le service actif dans le livret
individuel, au moyen de la lettre indiquant leur classement et le
numéro du mois de distribution. Les effets distribués sont neufs (N),
bons (B) ou d'instruction (I).

Un effet distribué bon en avril 1911 s'inscrira: B 4 dans la colonne
de l'année. L'homme doit s'assurer souvent de la régularité des
inscriptions, puisqu'il est responsable.

=167. Que deviennent les effets d'un soldat qui s'absente?=

Les effets que l'homme laisse en allant en permission, en congé ou à
l'hôpital, sont placés dans son havresac que l'on dépose au magasin.
L'état en est établi, signé par le sergent-major et par l'homme; si
l'homme ne peut assister à l'inventaire, le caporal et un soldat le
remplacent.

=168. Comment s'alimente la masse d'habillement de la compagnie?=

Elle s'alimente, pour l'infanterie, par une prime de 0f 254 par
journée d'homme présent[15].

[Note 15: Elle est, en Afrique, pour les tirailleurs algériens 0f
205, zouaves 0f 235, infanterie légère 0f 225, régiment étranger 0f
245 (ces corps en France touchent 0f 01 de plus).]

=169. Quelles dépenses incombent à cette masse d'habillement?=

Les fonds particuliers de la masse d'habillement de la compagnie
fournissent d'abord tous les effets d'habillement[16], de grand et de
petit équipement; ils pourvoient, en outre, aux dépenses suivantes:

1º Frais et matériaux pour les réparations à l'habillement, à la
chaussure et à la coiffure;

2º Diverses dégradations résultant de la faute et de la négligence des
hommes (l'homme est alors souvent punissable);

3º Achat et entretien du petit matériel des chambres, cuisines et
réfectoires (cruches, ustensiles et linge de cuisine, vaisselle,
etc.);

4º Blanchissage. Objets nécessaires à l'hygiène et à la propreté
corporelle;

5º Instruments et ingrédients du perruquier.

[Note 16: Chaque compagnie entretient en plus une collection
d'effets qui sert aux réservistes et territoriaux qui viennent
accomplir une période d'instruction.]


Sortie en ville--Tenues--Cheveux--Barbe.

=170. Quelles sont les attentions qu'on doit avoir dans ses sorties?=

Il est interdit aux militaires de fumer la pipe dans les rues, de
mettre les mains dans les poches ou de lire en circulant en ville, de
se donner en spectacle dans les luttes et fêtes foraines. On peut leur
accorder une autorisation pour figurer honorablement dans diverses
réunions.

La tenue doit être uniforme et réglementaire pour tous.

La tenue de sortie doit être irréprochable. Les effets, excluant toute
fantaisie, doivent être très propres et toujours boutonnés, la
coiffure placée droite, les épaulettes et la cravate bien ajustées, la
chaussure en bon état. Le ceinturon doit serrer suffisamment la
taille, mais sans que les effets fassent des plis. Le sabre-baïonnette
doit tomber à deux doigts en arrière de la couture du pantalon.

Le deuil de famille se porte par un crêpe en brassard au bras gauche.

=171. Quelles sont les différentes tenues?=

Les tenues sont au nombre de quatre:

La _tenue de travail_, réglée par le commandant de l'unité ou
l'officier qui commande le travail ou l'exercice;

La _tenue de sortie_, fixée par le commandant d'armes, qui fixe
également l'heure à partir de laquelle elle doit être prise;

La _grande tenue_ et la _tenue de campagne_, définies par les
instructions ministérielles.

[Illustration: Tenue du matin.

Tenue d'exercice.

Tenue de garde.]

=172. Comment se portent les cheveux et la barbe?=

Les militaires portent les cheveux courts, surtout par derrière, la
moustache avec ou sans la mouche, ou la barbe entière. Pendant les
périodes d'exercice, les militaires réservistes ou territoriaux sont
autorisés à conserver leur port de barbe habituel.


Tenues de travail.

Les tenues de travail peuvent être en veste, en capote ou en effets de
toile suivant le cas.

À la caserne, et surtout pour les repas, on est en effets nº 3 ou en
toile.


Port du sac.

=173. Quand porte-t-on le sac?=

Le sac est pris dans le courant du deuxième mois de l'instruction, il
est ensuite pris pour tous les exercices, les tirs et les marches (à
l'exception des exercices de l'instruction individuelle et des
exercices préparatoires de tir).

[Illustration: Tenue de sortie.

Grande tenue.

Grande tenue de service.]

Le chargement du sac et des cartouchières est progressivement augmenté
de façon à ce que les recrues soient susceptibles de porter le
chargement complet lorsqu'ils sont mobilisables.

À partir de cette date, les marches, les tirs d'application et les
principaux exercices sont exécutés avec le chargement complet.

=174. Quel est le chargement du sac pour les exercices journaliers?=

Le chargement en tenue d'exercice comporte ordinairement:

  1º _Intérieur du sac_: 1 chemise, 1 calotte de coton, 1 mouchoir de
     poche, 1 caleçon, 1 ceinture de flanelle.

     La part individuelle de brosses et d'accessoires, à raison de 2 jeux
     complets par escouade. (Le caporal fixe la part de chacun.)

  2º _Extérieur du sac_: Courroies roulées.

  3º _Chargement des hanches_: Dans les cartouchières, 11 paquets
     de 8 cartouches, soit 4 paquets par cartouchière de devant et 3 dans
     celle de derrière. Dans les exercices, ces cartouches sont remplacées
     par un poids équivalent (sable, plomb, fonte ou briques).

  4º Un outil.

Toutefois, le chargement du sac et des cartouchières est réglé par le
directeur de l'exercice.

[Illustration: Tenue de campagne.]


Tenue de campagne.

=175. Dans quel ordre revêt-on ses effets d'équipement?=

On met: 1º le ceinturon comprenant ses cartouchières et ses bretelles
de suspension sans boucler la plaque; 2º l'étui-musette appuyé sur
l'épaule droite (la banderolle de l'étui-musette est ajustée de telle
façon que le bord supérieur de l'étui se trouve à environ deux doigts
au-dessous de la croisière de l'épée-baïonnette); 3º le petit bidon,
la courroie sur l'épaule gauche; 4º boucler le ceinturon en maintenant
au-dessous la banderolle de l'étui-musette et la partie antérieure de
la courroie du petit bidon; 5º le havresac.

=176. Quelle est la tenue de campagne et son chargement?=

Pour les corps qui ont les voitures à vivres et à bagages, les hommes
sont déchargés de:

     1 jour de vivres de réserve porté sur la voiture,

     la veste ou tunique portée sur la voiture,

     et des tiers de baguettes à fusil, des boîtes à graisse
     individuelles, des ficelles de nettoyage et des nécessaires
     d'armes remplacées par 16 baguettes de laiton par compagnie
     (4 par section).

La tenue de campagne comprend:

1º _Sur l'homme_:

     1 képi ou béret, 1 capote ou manteau à capuchon pour les
     alpins et cyclistes, 1 pantalon, 1 paire de bretelles, 1
     paire de brodequins, 1 cravate, 1 chemise, 1 caleçon, 1
     ceinture de flanelle ou ceinture de laine (pour les
     régiments étrangers, les bataillons d'infanterie légère
     d'Afrique, les alpins et les cyclistes), 1 havresac, 1
     ceinturon avec porte-épée, 3 cartouchières, 1 bretelle de
     suspension, 1 fusil avec sa bretelle, 1 épée-baïonnette, 1
     petit bidon de 1 litre (de 2 litres en Afrique), 1 étui
     musette, 1 mouchoir, 1 quart, 1 cuillère et 1 paquet de
     pansement, 1 jersey et des bandes molletières (pour les
     alpins et cyclistes), 1 bâton ferré pour les alpins, 1 outil
     porté soit sur le sac, soit au ceinturon.

2º _Dans l'intérieur du havresac_:

     1 chemise, 1 calotte de coton (réservistes et territoriaux),
     1 mouchoir de poche, une trousse garnie (ciseaux, bobine
     avec 6 aiguilles, fil noir, gris, garance et jaune, dé et
     peigne) avec 1 paire de lacets de rechange, 1 courroie de
     sautoir (quand elle n'est pas employée), 1 morceau de savon,
     1 paire de sous-pieds de rechange (pour guêtres et
     jambières), 1 bonnet de police, 1 sachet à vivres de
     réserve, 1 jour de vivres de réserve[17], 1 livret
     individuel dans la poche de la patelette.

[Note 17: Les vivres de réserve sont remplacés, en temps de paix,
par le pantalon de treillis et le bourgeron de toile, d'un poids à peu
près équivalent.]

Ces objets sont placés dans l'ordre suivant:

     La chemise est pliée de façon à couvrir toute la surface
     intérieure du sac; elle forme matelas sur le dos.

     Au bas du sac, 6 pains de guerre, 1 boîte individuelle de
     conserve de viande assaisonnée, 1 boîte de potage salé, 1
     sachet contenant 1 ration de sucre et café.

     Au-dessus des vivres de réserve, le mouchoir, la trousse
     garnie, le savon, la courroie de sautoir, la paire de
     sous-pieds de rechange, le bonnet de police ou la calotte de
     coton pour ceux qui n'ont ni le béret ni le bonnet de
     police.

     Si le corps n'a pas de voitures à vivres et à bagages, la
     veste serait pliée la doublure en dedans à plat sous la
     patelette.

     NOTA.--Le couteau à conserve (1 par 3 hommes) est porté dans
     le sac.

     Les pitons à oeil pour l'attache des fusils dans les wagons
     (1 par 4 fusils) et les vrilles (1 par 20 fusils) par les
     sous-officiers ou caporaux désignés à cet effet.

     Les clefs à crampons à glace (clefs à pointe et à taraud)
     par les détenteurs gradés attachés aux équipages, (les
     conducteurs et ordonnances).

3º _À l'extérieur du sac_:

     La chaussure de repos (dans un 2e étui-musette sur le haut
     du sac).

     1 gamelle individuelle (au-dessus de l'étui à chaussures)
     légèrement inclinée en arrière le couvercle en-dessus[18].

     [Note 18: Les isolés reçoivent un nécessaire individuel
     de campement en remplacement de la gamelle individuelle.]

     Les ustensiles de campement qui sont:

       Gamelles de campement      2 par escouade.
       Marmites de campement      4 --
       Seaux en toile             2 --
       Moulin à café              1 pour 2 escouades.
       Sacs à distribution        2 par escouade.

     Ils sont placés:

     La gamelle de campement la concavité tournée vers le sac;

     La marmite de campement le couvercle en dessus de l'anse
     maintenue abaissée par la grande courroie du sac;

     Le seau en toile à plat, le fond maintenu par la grande
     courroie qui passe sous les cordes en croix du fond du seau;

     Le moulin à café dans la gamelle individuelle dont le
     couvercle est placé en dessous[19];

     [Note 19: Les hommes porteurs du moulin à café placent
     dans leur musette les vivres qui doivent être portés dans la
     gamelle individuelle.]

     Le sac à distribution[20] plié et placé sur le dessus du
     sac;

     [Note 20: Le sac à distribution est plié en deux dans le
     sens de la largeur et en douze dans le sens de la longueur,
     à plat sur la partie supérieure du sac, et maintenu par la
     courroie de charge et les deux petites courroies
     supérieures.]

     Lanterne de cantonnement, 1 par escouade, portée par les
     caporaux sur la face postérieure du havresac;

     2 jeux de brosses par escouade (brosse à habit, double à
     chaussures, 1 brosse boutons, brosse d'armes);

     Placer la brosse qu'un homme a dans les chaussures de repos;

     Hachette, 1 par 8 hommes.

4º _Dans les cartouchières_:

     11 paquets de 8 cartouches; soit 4 paquets par cartouchière
     de devant et 3 à celle de derrière.

     Exceptionnellement les hommes des 6e, 7e et 20e corps
     d'armée, tous les bataillons de chasseurs à pied et les
     troupes d'Afrique portent 120 cartouches sur chaque homme.

     Le personnel des sections de mitrailleuses a 56 cartouches,
     ceux qui ont la carabine de gendarmerie modèle 1890 en ont
     54.

5º _Chaque homme a en outre_:

     1 paquet individuel de pansement placé dans la poche
     intérieure de la capote fermée par une couture à points
     espacés;

     1 plaque d'identité avec cordon au cou;

     Dans l'étui-musette: 1 quart, 1 cuillère, le pain et la
     partie des vivres du jour non consommée, puis une boisson
     préparée dans le petit bidon.

Remarques générales et observations.

Dans certains cas on est pourvu de couvertures de campement et de
tentes-abris. Ces effets sont tous portés sur le havresac, roulés en
fer à cheval.

       *       *       *       *       *

Les registres de campagne sont portés par les sous-officiers
comptables sous la patelette du sac.

       *       *       *       *       *

Sont armés du revolver avec 18 cartouches, le conducteur du caisson de
munition, le pourvoyeur de munitions, les ordonnances appelés à faire
un service à cheval et ceux des médecins.

Ont le sabre série Z, le conducteur de voiture médicale et de mulets
de cantines médicales, les infirmiers régimentaires et les musiciens.

Les vélocipédistes ont la carabine de cavalerie modèle 1890 avec 18
cartouches. Ceux des chasseurs alpins ont le mousqueton modèle 1892
avec sabre-baïonnette (18 cartouches).

Les conducteurs d'animaux et les ordonnances des officiers qui n'ont
qu'un cheval dans les bataillons de chasseurs alpins ont le mousqueton
modèle 1892 avec sabre-baïonnette (36 cartouches).


Port des outils portatifs.

Les outils portatifs[21], avec leur étui, au nombre de 185 par
compagnie, sont arrimés de la façon suivante:

[Note 21: Voir page 132.]

_Pelle-bêche._--Est placée sur le côté gauche du sac, la concavité
placée contre le sac, le manche en haut et maintenue par la courroie
de sautoir qui est reliée à la courroie gauche du sac; la courroie du
bas du sac engagée dans le ou les passants de l'étui.

Pour se servir de la pelle-bêche, la retirer de son étui qui reste
fixé au sac.

       *       *       *       *       *

_Pelle-pioche._--La pelle-pioche (fer et manche séparés) est arrimée
au côté gauche du havresac, la concavité placée contre le sac, le fer
de pioche dirigé vers la partie supérieure. La courroie de côté du
havresac est engagée entre le corps et la petite courroie de l'étui,
au-dessous du passant fixe de cet étui.

Le fer de pioche et la partie supérieure du manche sont maintenus par
la courroie de sautoir qui est reliée à la courroie gauche du sac.

Pour se servir de la pelle-pioche, retirer le fer de son étui, puis le
manche (suivant que l'on veut se servir de l'outil avec ou sans le
manche) et laisser l'étui relié au havresac par la petite courroie de
côté.

       *       *       *       *       *

_Hache à main._--Elle est portée emmanchée, le manche placé
horizontalement contre l'arrêt supérieur du sac, le fer enveloppé dans
son étui, et prenant appui contre la face gauche du sac, le tranchant
de la hache à main en bas. Elle est maintenue par les trois courroies,
celles de droite et de gauche enroulées autour du manche, de manière à
faire un tour complet pour l'empêcher de glisser.

Quand on veut se servir de l'outil, fixer l'étui au havresac en
engageant la courroie de gauche dans son passant.

       *       *       *       *       *

_Scie articulée._--La scie articulée est portée extérieurement sur la
patelette du havresac, la grande courroie engagée dans le passant de
son étui, le bord inférieur de l'étui affleurant l'arête inférieure du
sac.

Pour retirer la scie, ouvrir l'étui qui reste fixé au havresac.

       *       *       *       *       *

_Cisaille à main._--La cisaille à main est placée à la partie
supérieure du havresac, contre le paquetage, l'ouverture en dehors et
tournée vers le bas; elle est fixée par la petite courroie supérieure
gauche et la grande courroie qui s'engage dans les deux passants de
son étui.

Quand on se sert de la cisaille, laisser l'étui fixé au havresac.

       *       *       *       *       *

_Serpe._--La serpe est portée appliquée à plat contre le côté gauche
du sac, le dos de la lame contre le dos de l'homme, la poignée en
haut, le passant de l'étui pris par la petite courroie latérale du
sac, le manche maintenu par la courroie de sautoir.

Lorsqu'on veut se servir de la serpe, la retirer de son étui qui reste
fixé au havresac.

       *       *       *       *       *

_Hachette de campement._--Le mode de placement sur le havresac de la
hachette de campement, qui ne comporte pas d'étui, est analogue à
celui de la hache portative.

Les outils portatifs sont portés au ceinturon ainsi qu'il suit:

La pelle-bêche du côté droit, le fer dans son étui; on engage le
ceinturon dans le ou les passants de l'étui, la concavité du fer
tournée en dedans.

La pelle-pioche, placée dans son étui (fer et manche séparés), est
portée au ceinturon, du côté droit, la concavité tournée vers le
corps, le fer de pioche dirigé vers le sol.

Le ceinturon est engagé dans l'intervalle formé par le corps et la
petite courroie de l'étui, au-dessus du passant fixe de cet étui.

La hache à main du côté droit, dans son étui, en engageant le
ceinturon dans le passant de l'étui, le manche de l'outil en bas.

     Cet outil peut aussi être porté au ceinturon sans étui; le
     manche est alors engagé du côté droit, entre le corps et le
     ceinturon, le fer reposant sur le bord supérieur du
     ceinturon. La hachette de campement est portée au ceinturon
     de la même manière.

Placée dans son étui, la scie articulée se suspend au ceinturon comme
une cartouchière.

La cisaille est portée du côté droit, l'ouverture en dehors, le
ceinturon engagée dans le grand passant de manière que la partie la
plus longue de l'étui soit dirigée vers le bas.

La serpe n'est jamais portée au ceinturon.


Vivres divers.

_Vivres du jour._--La partie de la ration des «vivres du jour» non
consommée est portée:

La viande froide dans la gamelle, le pain et les petits vivres dans
l'étui-musette (les vivres de réserve sont renfermés dans le deuxième
sachet à vivres; les légumes secs et le sel dans un compartiment, le
sucre et le café dans l'autre).

       *       *       *       *       *

_Vivres de chemin de fer._--Au départ de la garnison, les «vivres de
chemin de fer» sont placés de la manière suivante:

Les repas froids dans la gamelle individuelle; le pain, les conserves
de viande assaisonnées dans l'étui-musette.

Si le voyage doit durer plusieurs jours, une partie de ces vivres peut
être logée dans une des voitures de l'unité.

       *       *       *       *       *

_Vivres de débarquement._--Pour les troupes transportées en chemins de
fer ou en bateaux, ils sont transportés jusqu'à la gare
d'embarquement ou jusqu'au bateau dans les voitures de l'unité où il y
a de la place disponible. Si la place fait défaut, le transport est
effectué par des voitures de corvée ou des voitures requises. Il en
est de même depuis la gare de débarquement jusqu'aux cantonnements.

Pour le trajet en chemin de fer, on les place dans le fourgon de queue
du train, s'ils n'ont pu être placés dans les voitures de l'unité.

Pour les troupes faisant mouvement par voie de terre, ils sont
transportés, à défaut de place disponible dans les voitures de
l'unité, par des voitures requises dans les garnisons.

       *       *       *       *       *

_Paquetage avec la capote ou le manteau à capuchon roulé._--La capote
(ou le manteau à capuchon pour les troupes alpines), pour être placée
sur le sac, est roulée en boudin sur une longueur telle qu'elle
encadre exactement le dessus et les côtés du sac, en prenant soin
toutefois que les extrémités du rouleau soient maintenues à une
certaine distance du bas des côtés du sac, environ deux doigts; elle
est fixée en fer à cheval sur la partie supérieure du sac par les deux
petites courroies et par la grande courroie de charge et au bas des
côtés par les courroies de côté à ce destinées.

L'étui à chaussures est placé _sous_ la capote (ou le manteau à
capuchon). Le placement de la gamelle individuelle, des outils
portatifs et des ustensiles de campement reste le même que celui
précédemment indiqué.


Vélocipédistes.

Les militaires de l'armée active qui désirent être affectés comme
vélocipédistes dans les formations de de guerre en font la demande à
leur chef de corps, au cours de leur dernière année de service actif.


Chargement de campagne allégé.

=173.= On prépare en ce moment un havresac nouveau modèle et, en
l'attendant, on enlève au havresac modèle 1893 le cadre en bois.

On utilise la voiture à vivres et à bagages de l'unité, qui transporte
également les objets ci-après: tente individuelle, demi-couverture de
campement, manteau, veste, etc...

Suivre pour cela les ordres donnés.


Conseils relatifs à l'Instruction militaire.

La _préparation à la guerre_ est le seul but de l'instruction
militaire.

L'instruction militaire ne se donne pas dans les théories, ni dans les
chambres, ni dans les conférences, elle ne s'acquiert que par des
exercices et des manoeuvres sur le terrain, souvent répétés et
minutieusement exécutés. Cependant, il a semblé bon à l'auteur de ce
livre d'en dire quelques mots aux soldats.

Le soldat, pendant son temps de service actif, doit apprendre d'une
façon complète et parfaite tout ce qui fait partie de l'instruction
militaire de façon à devenir le défenseur vrai et réel que le pays
compte qu'il sera. Pour cela il doit travailler à son instruction et
arriver à être parfait et à savoir tout ce qu'il doit savoir. La
France aura alors une armée forte et solide qui sera victorieuse si
jamais la guerre vient à éclater.


=L'instruction militaire= comprend:

L'_école du soldat_ qui est ce que le soldat doit savoir pour
manoeuvrer et pour combattre. _L'instruction individuelle_ en est la
base, le soldat doit la posséder à fond et parfaitement;

L'_école de section_, qui comprend des évolutions et des exercices de
tirailleurs et de combat, s'exécute sur la place d'exercices et en
terrain varié. Le soldat doit y être attentif et avoir du coup d'oeil;

L'_école de compagnie et de bataillon_ comprenant les évolutions et
les exercices de combat des unités, dans le bataillon et le régiment;

Dans les exercices de combat, il n'y a pas de règles fixes, car, selon
le cas du moment, c'est la réflexion, l'initiative et l'application
des méthodes employées dans les guerres récentes, puis la volonté
absolue de bien faire, qui déterminent la tâche à remplir pour arriver
à être les supérieurs et à être victorieux;

[Illustration: Extension verticale des bras.]

Les _exercices de tir_ qui doivent être bien appris et bien faits par
tous les fantassins; dans le combat il faut bien tirer. C'est le
chemin du succès;

Les _exercices des mitrailleuses_ doivent aussi être bien faits; ceux
qui sont chargés de ces armes de vitesse et de précision, ont le
devoir de devenir de bons chargeurs et des tireurs parfaits. L'armée
entière en profitera souvent;

Les _travaux de campagne_ faits pour la bonne conduite des attaques et
du combat et pour la réussite de la guerre de siège doivent être bien
exécutés, c'est une sécurité nécessaire.

L'instruction militaire comprend encore l'exécution minutieuse du
_service en campagne_ qui doit être parfaite dans les services de
sûreté, de protection des colonnes, des avants-postes avec leurs
sentinelles, des marches avec avant-gardes et arrière gardes, des
reconnaissances, des cantonnements ou bivouacs. Dans les dernières
guerres, les services de nuit avec attaques ont parfaitement réussis;

Le _maniement du fusil_ comme arme de combat à l'arme blanche, doit se
faire avec attention, avec énergie et avec minutie; l'_escrime à la
baïonnette_ occupe une première place dans le combat. C'est toujours
l'arme blanche bien dirigée qui a eu raison de l'ennemi dans les
dernières guerres et qui a toujours su enlever les positions et faire
reculer l'ennemi;

Les _exercices de nuit_ et les _attaques nocturnes_ sont précieux.
L'offensive avec des marches de nuit et des attaques brusquées sera
toujours un succès, lorsqu'elle sera poursuivie par des troupes de
coeur ayant le moral solide et étant bien décidées à être
victorieuses.

Voilà à peu près tout ce que renferme l'instruction militaire,
joignons-y toute l'instruction théorique contenue dans ce livre et
nous aurons tout ce qui fait un soldat français.

Dans tous les exercices les soldats doivent apporter leur amour-propre
et leur coeur. Ils auront droit à la reconnaissance du pays entier.

Ce n'est pas tout d'être soldat pendant un temps déterminé et voulu
par la loi du pays, il faut y faire son métier, y apprendre tout ce
que l'homme doit savoir pour être un réel défenseur de sa Patrie et de
son foyer. Tout soldat doit devenir un militaire consciencieux, un
manoeuvrier adroit, un tireur émérite et sûr, un tacticien habile au
service en campagne, un bon marcheur, un combattant solide et bien
dressé à l'escrime à la baïonnette dans les attaques de jour et de
nuit.

Un tel soldat discipliné, ayant confiance en ses chefs et en ses
camarades, bien dressé sera toujours vainqueur dans l'offensive
foudroyante, qu'il soit dans l'armée active, ou dans la réserve où il
gardera toujours son savoir militaire.

       *       *       *       *       *

_Renseignements sur l'armée bulgare._--Nous pouvons affirmer que
l'armée bulgare qui a partout imité nos manoeuvres françaises, qui a
suivi une instruction semblable à la nôtre, qui s'est servi de mêmes
canons que les nôtres a eu une grande originalité de combat, qu'elle a
employé constamment l'arme blanche de jour et plus encore de nuit et
qu'elle a été victorieuse des armées turques dressées par des
_Allemands_. Elle s'est servi d'une instruction théorique faite
d'après ce livre l'_Instruction théorique du soldat par lui-même_[22].

[Note 22: En 1911 une commission d'officiers de l'armée bulgare a
fait venir de France à Philippopoli les divers livres d'instruction
militaire pour les hommes. On les étudia et on choisit l'_Instruction
théorique du soldat par lui-même_ pour en faire un semblable pour les
hommes des troupes, avec l'autorisation du ministre de la Guerre de
Bulgarie.

Ce fut M. Jouroukoff qui, dans la campagne, a commandé la 7e compagnie
du 17e régiment d'infanterie (Xe division) qui rédigea l'ouvrage
semblable à celui-ci.]

Les positions turques les plus fortes ont presque toujours été
emportées par des attaques nocturnes, poussées avec une véritable
furie, par des sections, des compagnies, des régiments et des brigades
entières.

Que tous les soldats français travaillent avec ardeur, qu'ils imitent
les exemples des Bulgares contre ceux qui ne respecteraient pas la
France et qui viendraient l'attaquer et nous serons vainqueurs!
Souvenons-nous de; cette parole du ministre de la guerre de France
dite en 1913 «Nous ne voulons pas seulement nous défendre, mais nous
voulons être victorieux dans la prochaine guerre.»



[Illustration: HONNEUR ET PATRIE]

3º DEVOIRS ET CONNAISSANCES NÉCESSAIRES EN CAMPAGNE



CHAPITRE IX

SERVICE EN CAMPAGNE


I--NOTIONS SUR LE SERVICE DE SÛRETÉ EN MARCHE.

=1. Comment se protège une troupe en marche?=

Les colonnes en marche sont protégées par une avant-garde, par des
flancs-gardes et par une arrière-garde.

=2. Comment se fractionne une avant-garde?=

Une avant-garde est d'autant plus forte que la troupe est plus
importante; elle se fractionne ainsi: les éclaireurs, la pointe, la
tête et le gros de l'avant-garde.

=3. À quelle distance une avant-garde doit-elle marcher en avant de la
colonne?=

À une distance d'autant plus grande qu'elle est plus forte, mais, en
principe, assez en avant pour éviter à la colonne soit de tomber dans
une embuscade, soit de pouvoir être atteinte par les feux de
l'adversaire.

=4. Quels sont les devoirs généraux des éclaireurs?=

Ils marchent l'arme chargée, en un groupe dirigé par un officier. Ils
sont les premiers veux de la colonne, aussi doivent-ils tout observer
avec attention et réflexion. L'observation en marche n'est qu'une
succession d'observations en station. Par suite, les éclaireurs sont
détachés à tour de rôle sur les _points d'observation_, situés sur la
route ou ses abords. Ils s'y arrêtent, en se dissimulant, pour
observer, et ne rejoignent leur chef qu'après que d'autres éclaireurs
ont été détachés en avant.

Ils ne se laissent jamais dépasser par des personnes se dirigeant du
côté de l'ennemi, ou venant en sens inverse; elles sont conduites au
chef de la pointe.

Ils rendent compte en arrière de tout événement important et de toute
observation.

=5. Que font les éclaireurs en présence d'obstacles, de hauteurs, de
défilés, de ponts, de murs, de maisons, de bois, etc.?=

1º _Obstacles_: Ils franchissent les obstacles, les examinent, les
dépassent et s'arrêtent au delà pour observer (la pointe et la tête
rétablissent le passage);

2º _Hauteurs_: L'un d'eux gravit rapidement la pente pour observer le
versant opposé; lorsque les éclaireurs sont arrivés en haut de la
montée, ils explorent rapidement des yeux, surtout, les lisières de
bois, de villages et les crêtes à l'horizon;

3º _Défilé_: Ils le franchissent rapidement et prennent position au
delà pendant que la pointe le traverse;

4º _Pont_: Ils en examinent les abords, puis le dessous et les voûtes,
pour s'assurer qu'aucun travail de destruction n'a été préparé;

5º _Routes encaissées_: Des éclaireurs renforcés par quelques hommes
de la pointe gagnent le sommet des talus et des pentes;

6º _Murs, haies_: Ils vérifient par-dessus le mur si l'enclos n'est
pas occupé;

7º _Maisons_: Ils observent à distance, puis l'un d'eux s'avance,
écoute, visite la maison, ses abords et interroge les habitants; au
besoin, l'on s'empare de l'un d'eux, qui est conduit au chef de la
pointe;

[Illustration: Colonne avec avant-garde en marche

_Légende_

  _E._ Éclaireurs.
  _e._ Éclaireurs vérifiant le pont.
  _P._ La pointe.
  _T._ Tête de l'avant-garde.
  _p. t._ Patrouille de la tête.
  _G._ Gros de l'avant-garde.
  _p. g._ Patrouille envoyée assez loin par le gros.
  _C. P._ Corps principal.
  _F. G._ Flanc-garde.]

8º _Bois_, _bosquets_: Ils examinent minutieusement la lisière, la
reconnaissent, puis traversent le petit bois, pendant qu'un éclaireur
le contourne à droite et un à gauche.

=6. Que font les éclaireurs et les divers échelons de l'avant-garde
pendant les haltes de la colonne?=

Les éclaireurs s'établissent en halte gardée, en ne s'arrêtant, assez
au loin, que sur un point favorable à l'observation du terrain. Les
divers échelons se reposent, mais en se couvrant par un rideau de
sentinelles en avant et, au besoin, sur les flancs, ayant des vues
assez étendues pour éviter toute surprise.

[Illustration: Les éclaireurs vérifient les abords de la route.]

=7. Que font les éclaireurs en face de l'ennemi?=

Ils préviennent le chef de la pointe. S'il n'y a que quelques
patrouilles ennemies, ils les refoulent vigoureusement; si l'ennemi
est en force, ils occupent un emplacement favorable et s'y
maintiennent en position d'attente.

=8. Quel est le rôle des autres fractions chargées de la sécurité de
la colonne?=

La _pointe_ reconnaît les abords de la route et refoule les
patrouilles.

La _tête d'avant-garde_ (avec les sapeurs et les explosifs) fait les
travaux nécessaires au passage, puis elle renforce la pointe. Elle
envoie des éclaireurs pour observer le versant opposé des hauteurs
voisines.

Le _gros de l'avant-garde_ refoule l'ennemi; si celui-ci est en force,
il résiste pendant que la colonne prend ses dispositions pour le
combat.

L'avant-garde renseigne toujours.

Les _flancs-gardes_ sont destinées à protéger les flancs ou le flanc
découvert d'une colonne. Elles sont soit des troupes fixes installées
en un point favorable pendant l'écoulement de la colonne, soit des
patrouilles mobiles. Elles sont accompagnées, si possible, de
cavaliers ou de cyclistes.

L'_arrière-garde_ surveille en arrière et résiste aux attaques et aux
surprises.

_=Éclaireurs montés.=_--En campagne, des éclaireurs montés
d'infanterie concourent au service de protection immédiate de
l'infanterie en station, en marche et au combat.

Ils partagent le service des soldats éclaireurs des compagnies qu'ils
soulagent, car, grâce à leur monture, ils peuvent aller plus vite,
plus loin et avec moins de fatigue.


II--POLICE PENDANT LES MARCHES.

=9. Que faut-il pour arriver à bien faire les marches longues et
difficiles?=

Il faut du courage et de l'amour-propre, avec cela le soldat français
a toujours franchi facilement les étapes les plus longues et les
passages les plus pénibles.

Pour remporter la victoire, il ne faut pas seulement des fusils, il
faut surtout marcher en avant avec du courage et de l'audace.

=10. Quelles précautions faut-il prendre avant le départ?=

Autant que possible, les soldats doivent manger avant le départ; les
bidons sont remplis d'eau mélangée de café ou d'eau-de-vie.

Les paquetages doivent être bien ajustés.

=11. Quelles sont les principales règles à observer en marche?=

La marche s'exécute au pas de route, l'arme à volonté; on prend le pas
cadencé avant et après chaque halte et pour traverser les localités.

L'allure doit être régulière. La vitesse est variable selon les
circonstances, ordinairement elle est de 4 kilomètres à l'heure,
haltes horaires comprises (soit le kilomètre en douze minutes
environ). Les petites colonnes peuvent marcher plus vite.

En principe, après chaque période de cinquante minutes de marche, il
est fait une halte horaire de dix minutes. (Cette prescription peut
être modifiée dans certains cas.)

Les marches doivent se faire avec le plus grand ordre, chacun restant
exactement à sa place.

On ne s'arrête momentanément qu'après l'autorisation de son chef de
section, et dans ce cas on laisse son fusil à son camarade, puis on
rejoint le plus promptement possible.

Il est défendu de siffler et de faire aucun cri de «halte ou de
marche» pendant la marche.

=12. Faut-il conserver le silence au pas de route?=

Oui, en manoeuvre et près de l'ennemi; mais dans les marches
ordinaires, loin de l'ennemi, si cette latitude est accordée, il est
bon d'avoir de la gaieté et de chanter quelques bons refrains qui font
oublier les kilomètres.

=13. Que faut-il faire pendant les haltes?=

Bien se reposer, mais à sa place au bord de la route, sans dépasser la
ligne des faisceaux, le côté gauche de la route et la chaussée doivent
rester libres.

Il faut éviter de dormir pendant les haltes de courte durée la nuit.

=14. Quel est le devoir des camarades vis-à-vis d'un soldat qui paraît
fatigué?=

Lorsqu'un camarade paraît fatigué, _on l'aide_: l'un de ses voisins
prend son fusil, d'autres son sac, on lui donne à boire, on lui offre
une douceur si possible et on l'encourage avec amabilité.

Si la fatigue ou le malaise s'aggrave ou se prolonge, on prévient le
chef de section.

[Illustration: Petit poste au carrefour.]


III--NOTIONS SUR LE SERVICE DE SÛRETÉ EN STATION.

Service aux avant-postes.

_Patrouilles. Reconnaissances._

=15. Qu'entend-on par avant-postes?=

Les avant-postes sont chargés d'assurer la protection immédiate des
troupes en station. Ils sont placés en avant des cantonnements ou des
bivouacs (au moins à 2.400 ou 3.000 mètres). Ils couvrent tout le
terrain, renseignent les troupes en arrière, veillent à leur sécurité,
puis les protègent pendant qu'elles se préparent au combat.

Le service aux avants-postes est de vingt-quatre heures; pendant ce
temps, il faut faire appel à son énergie, à son intelligence et à
toute son âme. Une seule minute de négligence ou de faiblesse peut
compromettre la sécurité ou le succès de l'armée.

=16. Quelles sont les principales fractions des avant-postes?=

La réserve, les grand'gardes, les petits postes et les sentinelles.

[Illustration: Chasseurs à pied gardant le pont--Départ d'une
patrouille.]

La _=réserve=_, placée en arrière des grand'gardes, est une force
destinée à les soutenir. Elle a une garde de police; le reste
bivouaque ou cantonne.

La _=grand'garde=_ (ordinairement une compagnie) est établie sur une
position défensive; elle a pour mission de résister aux attaques de
l'ennemi; elle fournit en avant les petits postes et fait des rondes
et des patrouilles. Elle a une sentinelle devant les armes pour
observer les signaux des petits postes. La grand'garde bivouaque.

[Illustration: Un petit poste--La patrouille rend compte à sa
rentrée.]

=17. Quel est le service général au petit poste?=

Les petits postes (au plus une section, souvent moins) s'établissent à
proximité des chemins et se dérobent aux vues de l'ennemi. Ils se
mettent à l'abri des surprises de la cavalerie ennemie en se couvrant
d'un léger obstacle: clôture, fossé, abatis, etc. Le jour, les hommes
non de service peuvent se reposer, mais sans quitter l'équipement; la
nuit, tout le monde veille.

On n'y fait pas de feux, les malades et les cuisiniers restent à la
grand'garde où sont préparés les repas.

Une partie des hommes fournit les sentinelles, d'autres, les mieux
doués, les plus aptes et les meilleurs tireurs, font les patrouilles.

=18. _Sentinelles._--Quelles sont les sentinelles fournies par les
petits postes?=

Ils fournissent une sentinelle devant les armes et plusieurs
sentinelles doubles.

On numérote les hommes affectés au service des sentinelles, en autant
de groupes de trois ou quatre files qu'il y a de sentinelles à
fournir, de manière que les mêmes hommes soient toujours affectés aux
mêmes sentinelles.

En campagne, les sentinelles ne rendent pas d'honneurs.

=19. Quel est le service particulier de la sentinelle devant les
armes?=

Elle observe les signaux faits par les sentinelles doubles; elle les
répète et prévient le petit poste.

Pendant la nuit, elle arrête et reconnaît tout ce qui se présente, et
elle fait suivre le cri de: «Avance au ralliement!» du cri de: «Chef
de poste, venez reconnaître!»

La relève de cette sentinelle est faite par un gradé.

=20. Comment sont relevées les sentinelles doubles?=

Les sentinelles doubles sont relevées toutes les deux heures, mais
toujours par moitié (un homme chaque heure); les hommes de relève se
rendent directement à leur emplacement ou y sont conduits par un
gradé; ils reçoivent du camarade les consignes.

=21. Qu'est-ce que la sentinelle relevée doit dire avec sa consigne?=

Elle doit dire exactement ce qu'elle a vu et entendu, et donner tous
les renseignements qu'elle a recueillis sur les emplacements de
l'ennemi, sur ses mouvements et sur le terrain.

=22. Comment les deux hommes de la sentinelle double se
répartissent-ils le travail d'observation?=

L'un est fixe et observe, l'autre peut se déplacer pour parcourir les
abords immédiats du terrain qui échappent à la surveillance de la
sentinelle fixe, et pour communiquer par la vue, le geste ou la parole
avec les sentinelles voisines.

Sans trop s'éloigner, il marche silencieusement, l'arme basse, de
position en position, en rampant lorsqu'il est en vue.

=23. Quels sont les signaux que les sentinelles ont à faire?=

Elles ont un signal pour appeler le chef du petit poste et un autre
pour annoncer la présence de l'ennemi dans le secteur.

On peut aussi leur donner un signal convenu à employer pour
reconnaître les rondes et les patrouilles.

=24. Quelle est la consigne générale des sentinelles doubles?=

Les sentinelles doivent être attentives de l'oeil et de l'oreille, ne
pas s'envelopper la tête, ne pas se couvrir les oreilles, ni
s'asseoir, ni se coucher. Elles ont le sac, leur arme est toujours
approvisionnée: elles connaissent le mot de ralliement et le signal
convenu pour reconnaître les rondes. La nuit, elles mettent baïonnette
au canon.

=25. Quelle est la consigne de la sentinelle au sujet de l'observation
de l'ennemi?=

La sentinelle doit connaître exactement le secteur qu'elle a à
observer, elle le fouille du regard; elle écoute bien, perçoit et
analyse tous les bruits; elle observe spécialement les maisons, leurs
abords, les haies, les chemins creux, les rivières, les taillis, les
chemins.

Elle ne se dérobe à la vue de l'ennemi que lorsqu'elle voit
parfaitement en avant; elle dissimule alors sa présence par des
couverts quelconques.

Elle doit connaître l'emplacement des sentinelles voisines et le
chemin qui conduit au petit poste.

La nuit, elle surveille et garde surtout les chemins et les sentiers,
car l'ennemi les suivra.

=26. Quelle précaution doivent prendre les sentinelles au sujet de la
direction à observer?=

Les sentinelles doivent toujours s'orienter et choisir un point de
repère fixe et parfaitement apparent dans la direction de l'ennemi
pour éviter toute erreur, surtout pendant la nuit.

=27. Qui les sentinelles doubles arrêtent-elles?=

Elles arrêtent les parlementaires, les déserteurs ennemis et toutes
les personnes étrangères à l'armée qui demandent à traverser les
lignes; elles les maintiennent à distance, les obligent à déposer
leurs armes s'il y a lieu, puis elles appellent le chef du petit
poste.

Celui-ci conduira les personnes arrêtées au poste d'examen[23].

[Note 23: Le poste d'examen est placé sur un point central du
réseau des avant-postes, sa force est variable; il comprend un gradé
parlant la langue du pays ou un interprète.]

Si, malgré l'avertissement de la sentinelle, on cherche à passer, elle
doit faire feu.

=28. Par qui les sentinelles laissent-elles franchir leurs lignes?=

Les sentinelles ne laissent passer, et pendant le jour seulement, que
les officiers, les patrouilles et les troupes pour lesquelles elles
ont reçu des consignes particulières ou qui appartiennent à la
fraction de service aux avant-postes.

Toute autre troupe ou personne est arrêtée comme dans le service de
nuit.

Si un camarade de France était assez lâche pour déserter, la
sentinelle qui l'aperçoit l'arrête sur la ligne; s'il n'obéit pas,
elle fait feu et vise bien. Justice lui sera ainsi rendue.

=29. Que fait une sentinelle qui, la nuit, aperçoit ou entend
quelqu'un qui s'avance?=

Celui des deux hommes composant la sentinelle qui entend quelqu'un
s'approcher, se met en garde et commande: «Halte-là!» L'autre homme se
rapproche:

_Premier cas._--Si on ne s'arrête pas de suite, l'homme crie une
seconde fois: «Halte-là!»; si on continue à s'avancer, les deux hommes
font feu[24].

[Note 24: Les sentinelles doivent être très attentives aux
réponses faites; des rondes et patrouilles envoyées au loin peuvent
rentrer plusieurs jours après leur départ, il faut éviter de tirer si
ce n'est pas l'ennemi.]

_Second cas._--Si on s'arrête, l'homme crie: «Qui vive?» À la réponse:
«France, ronde ou patrouille», il crie: «Avance au ralliement!»

Lorsqu'on a fixé un signal pour remplacer les interpellations à la
voix, si on ne répond pas immédiatement par l'autre signal convenu, la
sentinelle fait les commandements ordinaires à la voix.

Si le chef d'une troupe ne s'avance pas seul, s'il ne donne pas le
signal ou le mot de ralliement, les deux hommes font feu et, s'il y a
nécessité, ils se replient sur le petit poste.

Dans le cas contraire, l'un d'eux va prévenir le chef de poste, qui
vient reconnaître.

=30. Rondes.--Fait-on des rondes de jour?=

Oui, pour s'assurer de la régularité du service; les sentinelles les
reconnaissent sans avoir à les interpeller.


Attaque de l'ennemi.

=31. Que fait la sentinelle qui aperçoit au loin une troupe ennemie?=

La sentinelle double qui voit l'ennemi prévient le chef du petit
poste, puis elle se dissimule et continue à observer.

[Illustration: En patrouille.]

=32. Que se passe-t-il si l'ennemi continue à s'avancer?=

Dans ce cas, le chef du petit poste, qui était venu voir avec une
patrouille sur la ligne des sentinelles, renforce la ligne avec tout
son monde et résiste en défendant le terrain pied à pied.

S'il faut reculer, on se retire en démasquant le front de la
grand'garde et on menace les flancs de l'ennemi.

=33. Dans quel cas les sentinelles doivent-elles tirer?=

1º Si l'ennemi marche résolument sur les sentinelles, elles ouvrent le
feu;

2º Si une sentinelle est surprise, elle tire plusieurs coups
précipités: c'est peut-être le salut du petit poste.


Patrouilles.

=34. Qu'est-ce qu'une patrouille?=

C'est une petite troupe de trois, quatre hommes ou plus, qui a mission
de compléter le service de vigilance des sentinelles, ou bien qui est
envoyée à la découverte pour explorer un point désigné.

Les hommes en patrouille marchent habituellement sans sac; ils ne
causent pas, ne fument pas; ils ont l'arme approvisionnée. Ils ne
marchent pas groupés, mais assez rapprochés pour se voir et se prêter
un mutuel appui.

Les patrouilles qui se rencontrent se reconnaissent.

[Illustration: Zouaves fouillant une ferme.]

=35. Qui commande une patrouille?=

Un caporal, un sous-officier ou au besoin un officier.

=36. Comment doit marcher une patrouille?=

Les hommes ne marchent pas groupés, pour n'être pas coupés ou enlevés
tous à la fois si on tombe dans une embuscade, mais on doit toujours
pouvoir prêter appui aux camarades.

Il est nécessaire que chaque homme de la patrouille connaisse le but
de la mission à remplir, l'itinéraire, le lieu de rassemblement, le
mot de ralliement et les signaux, puis successivement tous les
renseignements recueillis.

=37. Quelles sont les précautions que chaque homme doit observer étant
en patrouille?=

En patrouille, il faut s'orienter, marcher sans bruit, lentement, de
position en position, bien écouter, obéir au chef de patrouille et le
voir toujours.

L'homme en patrouille explore les ravins, les couverts; il se faufile
le long des murs, des haies; il voit derrière le mur élevé, il suit
les chemins creux, mais de distance en distance il monte sur toutes
les petites hauteurs voisines; il s'y poste pour examiner les environs
et le versant opposé.

=38. Quelle est une excellente précaution pour le retour?=

Au retour, les patrouilles s'arrêtent souvent pour s'assurer qu'elles
ne sont pas suivies.

=39. Où passent les patrouilles la nuit?=

Par les nuits noires et le brouillard, elles ne doivent pas quitter
les chemins ou le bord de ces chemins et sentiers pour ne pas
s'égarer; mais elles doivent beaucoup écouter.

=40. Quelle est la conduite d'une patrouille en présence de l'ennemi?=

À la vue de l'ennemi, la patrouille se poste, se dissimule et examine:
si l'ennemi est inférieur en force, elle l'attire dans une embuscade;
s'il est supérieur, elle prévient les petits postes et continue à
observer; si la patrouille est attaquée, elle se replie en combattant,
fait un circuit et rend compte.

En principe, elle doit éviter le combat et ne pas se laisser couper.
Cependant, si la sécurité du poste l'exige, elle a le devoir de
combattre vigoureusement.

=41. Que doit être le compte rendu d'un soldat éclaireur ou en
patrouille?=

Le soldat doit faire son compte rendu simplement dans son langage
habituel.

Il doit dire ce qu'il a vu par lui-même, puis ce qu'il a appris par
renseignements.

Il doit donner des détails sur les chemins, le terrain, les cultures,
les hauteurs, les cours d'eau, sur les habitations, leurs ressources,
sur le caractère et l'humeur des habitants.

S'il a vu l'ennemi, il renseigne sur ses emplacements, son uniforme,
sa force, son nombre, etc.

=42. Que fait la patrouille en présence d'un bois?=

S'il est petit, elle le tourne avant d'y pénétrer; s'il est étendu,
elle en reconnaît la lisière, puis les abords des chemins intérieurs;
elle fouille le fourré et explore les clairières.

Mais elle a eu soin de garder son point de sortie.

=43. Quelle est la conduite d'une patrouille en présence de lieux
habités?=

Avant d'entrer dans un village, elle pénètre dans la première maison,
mais après avoir auparavant observé cette maison et avoir écouté
attentivement; la patrouille s'empare d'un des habitants, l'interroge,
le garde et pénètre ensuite dans le village.


Reconnaissances.

=44. Que sont les reconnaissances et quel est leur rôle?=

Ce sont des troupes qui s'assurent que l'ennemi ne prépare ni attaque
ni embuscade. La reconnaissance s'avance assez loin, cherche à passer
inaperçue, se couvre, prend position d'attente, ne perd pas le contact
de l'ennemi, épie tous ses mouvements et envoie des patrouilles pour
se renseigner.

Les reconnaissances sont aussi chargées d'étudier les positions, les
villages, les bois, etc., pour le meilleur parti à en tirer. Elles
sont toujours commandées par on officier et comprennent généralement
les trois armes.

En reconnaissance, le soldat se conduit comme en patrouille, il doit
user de ruse pour voir.

Souvent une reconnaissance devra attaquer pour arriver à avoir les
renseignements qu'elle doit fournir; dès qu'elle est renseignée, elle
rompt le combat et rentre.

=45. Qui transmet les ordres ou les renseignements?=

Des soldats, plantons ou vélocipédistes sont chargés du transport de
ces papiers.

Au départ, ils reçoivent des ordres précis sur leur mission, sur leur
itinéraire et sur le destinataire. Si, par hasard, ils sont pris par
l'ennemi, ils font disparaître l'ordre, au besoin on l'avale, on reste
muet avec l'ennemi, sans aucune crainte.

Au retour, si l'ordre a été bien remis, on rend compte: «Ordre
transmis au commandant X...».

[Illustration: Reconnaissance attaquant le hameau pour obtenir des
renseignements sur la force de l'ennemi.]


IV--ORIENTATION ET INDICES.

Orientation.

=46. À quoi sert l'orientation?=

L'orientation sert à se diriger au moyen des quatre points cardinaux
qui sont: le nord, le sud, l'est et l'ouest.

=47. Où se trouve le soleil aux différentes heures de la journée?=

Le soleil se trouve à l'est à 6 heures du matin, au sud-est à 9
heures du matin, au sud à midi, au sud-ouest à 15 heures ou 3 heures
du soir et à l'ouest à 18 heures ou 6 heures du soir.

[Illustration:

  Nord
  _Nord-Ouest_
  Ouest
  _Sud-Ouest_
  Sud
  _Sud-Est_
  Est
  _Nord-Est_]

=48. Comment peut-on s'orienter avec l'étoile polaire?=

La nuit, en regardant l'étoile polaire et en lui faisant face, on a,
en toutes saisons, le nord devant soi.

[Illustration:

Petite Ourse

_Étoile Polaire_

Grande Ourse]

=49. Quelles indications sur l'orientation peut donner la lune
lorsqu'elle est visible?=

Il suffit de se renseigner sur un calendrier où en est la période de
la lunaison en cours et de savoir que la lune se trouve:

En pleine lune: à l'est à 6 heures du soir, au
sud à minuit, à l'ouest a 6 heures du matin;

En premier quartier: au sud à 6 heures du
soir, à l'ouest à minuit;

En dernier quartier: à l'est à
minuit, au sud à 6 heures du matin.

=50. Comment s'oriente-t-on avec une boussole?=

La boussole a une extrémité de son aiguille qui est bleue; or, la
boussole étant horizontale, la pointe bleue se dirige toujours vers le
nord, malgré le mouvement de rotation de l'instrument.

=51. Quelles sont les remarques à utiliser pour l'orientation?=

De jour, par les temps couverts, et la nuit, il est bon d'interroger
les habitants pour savoir de quel coté le soleil se lève et de quel
côté il se couche.--Consulter les girouettes.

Dans nos régions, les murs, les rochers, les arbres, les bornes sont
plus humides ou plus garnis de mousse du côté nord-ouest (_côté
habituel de la pluie et du vent_). Les vieux poteaux, les croix
funéraires s'inclinent vers le sud-est.

Les anciennes églises ont généralement l'autel à l'est.


Indices.

=52. _Population._=--Dans le voisinage de l'ennemi, les habitants sont
inquiets; ils sont insolents en pays ennemi.

_=Poussière.=_--La poussière soulevée par une colonne d'infanterie est
basse, par la cavalerie elle est haute et légère, par l'artillerie
plus épaisse.

On peut en déduire en outre la direction de marche et la longueur des
colonnes.

_=Reflets.=_--Les reflets du soleil sur les armes et les objets
brillants indiquent une troupe en mouvement. Nombreux reflets: la
troupe s'avance ordinairement.

Reflets incertains, inégaux, passagers: la colonne se retire.

_=Feux de bivouac.=_--De jour, l'intensité de la fumée; de nuit,
l'éclat, le nombre des feux, leur lueur au ciel, indiquent
l'emplacement et l'importance des bivouacs.

_=Bruits divers.=_--Le roulement des voitures, le claquement des
fouets, le hennissement des chevaux, les aboiements prolongés des
chiens indiquent en général un passage de troupes.

_=Traces.=_--Dans un chemin ou à travers champs, les traces des pas
des hommes et des chevaux, les empreintes des roues de voitures
peuvent renseigner sur la direction prise par les colonnes et les
troupes, et même sur leur importance et leur formation.

_=Emplacements quittés.=_--Les emplacements où une troupe a bivouaqué
ou bien où elle a fait une grand'halte permettent de reconnaître la
force et la composition des troupes.


Évaluation des troupes en vue.

=53.= À distance, les troupes d'infanterie se détachent sur le terrain
sous l'apparence d'une ligne sombre, mince, coupée d'intervalles
réguliers. Pour la cavalerie, cette ligne paraît plus épaisse et
dentelée; pour l'artillerie, elle est plus irrégulière.

=54.= _Infanterie._--En marche sur une route, une compagnie
d'infanterie de guerre occupe une longueur de 100 à 110 mètres, un
bataillon 450 mètres.

Le front de combat d'une compagnie (France et étranger) varie de 76 à
150 mètres.

En Allemagne, la compagnie n'a que trois pelotons et chaque bataillon
a un drapeau.

_Cavalerie._--Un régiment de cavalerie a 4 escadrons à 4 pelotons; un
escadron au complet, 175 cavaliers. La longueur d'un escadron sur
route est de 150 mètres environ.

_Artillerie._--Une batterie de campagne en France a 4 pièces; en
Allemagne et en Italie, 6 pièces; en Autriche, 8.

Sa longueur est de 350 à 400 mètres, son front de combat de 100
mètres.

Un groupe est la réunion de 2 ou 3 batteries.

La longueur d'une section de munitions est de 500 mètres.

[Illustration: Poste terminus au cantonnement.--Route barricadée.]


V--INSTALLATION AU CANTONNEMENT ET AU BIVOUAC.

=55. Qu'est-ce qu'un cantonnement?

C'est l'installation des troupes dans les lieux habités. Elles sont
plus ou moins serrées selon l'effectif à cantonner.

=56. Qu'entend-on par cantonnement d'alerte?=

Très près de l'ennemi, on n'occupe que les rez-de-chaussée, les portes
sont ouvertes, les rues sont éclairées, on ne se déshabille pas: c'est
le cantonnement d'alerte.

=57. Qui prépare le cantonnement?=

Il est reconnu et préparé par le campement (1 officier pour le
régiment avec des cyclistes--1 adjudant par bataillon--et par
compagnie 1 fourrier, 1 caporal et 2 soldats).

=58. Quels sont les premiers devoirs du soldat à son arrivée au
cantonnement?=

S'installer rapidement dans son cantonnement, fournir les corvées
régulières, organiser les latrines[25], les cuisines et les barricades
nécessaires pour éviter les accidents dans l'intérieur des maisons.

[Note 25: Il faut faire les feuillées derrière les maisons, puis
chaque jour les reboucher et creuser une nouvelle fosse.]

Aucun homme non commandé pour le service ne peut s'éloigner de son
logement avant d'avoir procédé aux soins de propreté corporelle,
nettoyé ses armes, ses effets, ses objets de toute nature et revêtu la
tenue prescrite.

[Illustration: Le poste de police au cantonnement.

Les plantons des compagnies et les hommes de garde.]

=59. Quels sont les points sur lesquels les soldats doivent
spécialement porter leur attention?=

Ils doivent veiller à la conservation des cartouches et des vivres du
sac, prendre leurs repas à l'heure indiquée et conserver pour le repas
suivant ce qui est prescrit, laver leur linge sale, éviter de fumer
dans les locaux où se trouvent des fourrages et des matières
inflammables, et ne se servir que de lanternes bien closes.

Prendre partout les précautions nécessaires pour éviter toute chance
d'incendie.

Il faut vivre en bonne intelligence avec ses hôtes, être poli avec
eux, respecter leurs biens et n'exiger que ce qui est dû. Le soldat
s'en trouvera bien.

Il faut être aussi consciencieux et exact qu'en garnison lorsqu'on est
commandé pour les corvées, les services et les gardes.

=60. Le soir, a-t-on des attentions spéciales à avoir?=

Oui, il faut reconnaître le lieu de rassemblement de la compagnie,
faire son paquetage complet, placer son sac et son fusil à sa portée,
rentrer au cantonnement à l'heure prescrite, se coucher sans bruit
avec son escouade, exactement à l'emplacement donné, bien se reposer
et dormir tranquille jusqu'au réveil, des camarades veillant aux
avant-postes.

=61. Qu'est-ce que la fraction de jour et le piquet?=

Chaque jour, une compagnie est désignée pour fournir la garde de
police et les autres gardes intérieures; la partie qui reste
disponible forme le piquet; ces militaires ne sortent pas de leur
cantonnement et restent toujours habillés et équipés.

=62. Comment, en dehors des avant-postes, un cantonnement se
garde-t-il lui-même?=

Les fractions cantonnées aux issues des villages les gardent par des
sentinelles; on barricade les passages. La consigne de ces sentinelles
est d'arrêter toute tentative de surprise de l'ennemi, surtout de la
cavalerie, d'intercepter toute communication des habitants avec
l'extérieur et d'empêcher l'espionnage; elles envoient au poste de
police les estafettes ou vélocipédistes. Le poste de police remplit la
mission de poste d'examen.

=63. Qu'est-ce qu'un bivouac et un camp?=

Les troupes installées en plein air ou sous des abris provisoires sont
au _bivouac_.

Les troupes installées sous la tente ou dans des baraques forment un
_camp_.

Le service général dans les camps et dans les bivouacs est le même
qu'au cantonnement; il en est de même du service de sécurité.


VI--ALIMENTATION EN CAMPAGNE.

=64. Comment se fait le service de l'alimentation en campagne?=

En campagne, on vit sur place en utilisant les ressources du pays ou
on vit chez l'habitant (surtout pour les reconnaissances de cavalerie,
estafettes, cyclistes, isolés), ou bien on touche la ration normale,
la ration forte ou les vivres de réserve.

Pour la nourriture chez l'habitant, on se conforme aux habitudes des
localités. L'habitant reçoit par repas un bon de demi-journée de
nourriture ou bien on remet son ordre de réquisition à la
municipalité.

=65. Qu'entend-t-on par ration forte et par ration normale?=

En campagne, le soldat reçoit la ration forte pendant la période des
opérations actives ou des grands froids, et la ration normale pendant
les stationnements et les opérations qui n'imposent pas de grandes
fatigues.

=66. Qu'est-ce que les vivres de réserve[26]?=

[Note 26: Pour l'alimentation pendant les transports par voie
ferrée, voir le chapitre X, page 143.]

Ce sont des vivres que l'on porte dans le sac et sur la voiture à
vivres et à bagages et qu'on conserve pour assurer la nourriture dans
des cas exceptionnels, un autre mode d'alimentation n'étant alors pas
possible.

Ils sont constitués pour deux jours (ration forte). On ne doit toucher
à ces vivres de réserve que sur un ordre spécial du commandement. Dès
qu'ils sont consommés, ils sont remplacés par les soins de l'officier
d'approvisionnement. Ils comprennent:

  Pain de guerre[27]               2 jours à 300 grammes = 600 gr.
  Viande de conserve assaisonnée }
    (2 boîtes individuelles)     } 2  --     300      -- = 600 gr.
  Potage salé (2 boîtes)           2  --      50      -- = 100 gr.
  Sucre                            2  --      80      -- = 160 gr.
  Café en tablettes                2  --      36      -- =  72 gr.

[Note 27: Deux jours représentent 12 galettes en moyenne de pain
de guerre.]

Ceux portés par le havresac sont placés dans des sachets de toile.

=67. Comment fonctionne l'ordinaire en campagne?=

En campagne, l'ordinaire ne fonctionne plus de la même façon, car en
général la plupart des denrées sont fournies gratuitement aux troupes.
On continue à préparer les repas en commun, autant que possible par
escouade; le plus souvent même il y a avantage à faire la cuisine par
section. La prime fixe d'alimentation est de 20 centimes à l'intérieur
et de 24 et 26 centimes en Algérie et Tunisie.

Dans les unités qui sont pourvues de voitures-cuisines ou cuisines
roulantes, la cuisine se fait pour toute la compagnie.

=68. Qui fait les distributions aux compagnies en campagne?=

En campagne, l'officier d'approvisionnement du régiment fait les
distributions journalières au moyen du train régimentaire, qui a deux
jours de vivres, et des voitures qui portent la viande fraîche; ce
train régimentaire se réapprovisionne aux convois administratifs, qui
portent quatre jours de vivres et qui ont en outre avec eux un
troupeau.

[Illustration: Les cuisines en plein air au cantonnement.]

Composition des rations de vivres.

  +-----------------------------------------+----------+----------+-------+
  |                                         | RATION   |RATION    |RATION |
  |                    DENRÉES              |de vivres |forte     |normale|
  |                                         |de réserve|          |       |
  +-----------------------------------------+----------+----------+-------+
  | Pain.                                   |          |          |       |
  |   {Pain ordinaire                       |   »      |0k 750    |0k 750 |
  |   {_ou_ Pain biscuité                   |   »      |0  700    |0  700 |
  |   {_ou_ Pain de guerre                  |0k 300[28]|0  600[29]|0  600 |
  |                                         |          |          |       |
  | Vivres-viande.                          |          |          |       |
  |   {Viande fraîche                       |   »      |0 500     |0  400 |
  |   {_ou_ Viande de conserve assaisonnée  |0  300    |0 300     |0  200 |
  |                                         |          |          |       |
  |   {Petits vivres.                       |          |          |       |
  |   {   {Légumes secs ou riz              |   »      |0 100     |0  060 |
  |   {   {Sel                              |   »      |0 020     |0  020 |
  |   {   {Sucre                            |0  080    |0 032     |0  021 |
  |   {   {Café torréfié                    |          |          |       |
  |   {      {en tablettes                  |0  036    |   »      |   »   |
  |   {      {en grain ou en tablettes      |   »      |0 024     |0  016 |
  |   {      {_ou_ Café vert                |   »      |0 0285    |0  019 |
  |                                         |          |          |       |
  | Vivres de campagne.                     |          |          |       |
  |   {(Lard chaque fois que l'on distribue |   »      |0 030     |0  030 |
  |   {  de la viande fraîche)              |          |          |       |
  |   {Potage salé (distribué, en principe, |          |          |       |
  |   {  en même temps que la viande        |0  050    |0 050     |0  050 |
  |   {  de conserve),                      |          |          |       |
  |   {Eau-de-vie                           | 0l 0625  |  »       |   »   |
  |   {À tout homme bivouaqué ou à          |          |          |       |
  |   {  titre exceptionnel                 |          |          |       |
  |   {    {Vin                             |     »    |0l 25     |0l 25  |
  |   {    {_ou_ Bière _ou_ Cidre           |     »    |0  50     |0  50  |
  |   {    {_ou_ Eau-de-vie                 |     »    |0  0625   |0  0625|
  +-----------------------------------------+----------+----------+-------+

  [Note 28: 6 galettes en moyenne.]

  [Note 29: 12 galettes en moyenne.]


VII--DEVOIRS DES SOLDATS AU COMBAT.

=69. Quel est le but suprême du combat?=

Le combat a pour but de briser par la force la volonté de
l'adversaire.

À cet effet, une troupe d'infanterie doit toujours utiliser dans les
meilleures conditions ses deux moyens d'action: le feu et le mouvement
en avant, pour obliger l'ennemi à céder le terrain et à battre en
retraite, but suprême de tous les efforts et de tous les dévouements.

«Le mouvement en avant, seul, est décisif et irrésistible»;
l'_offensive_, où il trouve son plein développement, s'impose donc
dans la généralité des cas, elle déconcerte l'ennemi et lui enlève sa
liberté d'action.

=70. Quel est le devoir du soldat au combat?=

Dans le combat, il faut que le tirailleur, plein d'entrain, endurant
et instruit de ses devoirs, apporte à la lutte l'ardeur, l'énergie et
l'intelligence qui permettent au chef de tout oser.

Les deux tirailleurs d'une même file sont _camarades de combat_; ils
restent l'un à côté de l'autre s'aidant mutuellement. Lorsqu'un
tirailleur est mis hors de combat, son camarade prend ses cartouches
et continue la lutte en se joignant, s'il y a lieu, au groupe le plus
voisin.

Dans le combat, plus que partout ailleurs, le soldat, faisant appel à
son courage, doit une obéissance passive et complète.

Tout en faisant acte d'initiative intelligente, le soldat doit
toujours être à sa place dans la formation prise.

Lorsqu'on est en réserve, il ne faut pas s'impatienter, mais attendre
le moment prochain de se porter en avant.

_Discipline du feu._--Le fusil doit toujours être approvisionné; il
ne faut pas gaspiller ses munitions, ne tirer que lorsqu'on en a reçu
l'ordre, cesser de tirer dès le signal donné, se masquer sur place
pour réapprovisionner, prendre bien la hausse indiquée, viser le but
désigné, atteindre l'ennemi, car il n'est pas une cible inerte, lui
aussi a un fusil.

Le tireur au combat fait toujours du tir individuel, qu'il soit homme
isolé ou qu'il fasse partie d'un groupe sous les ordres d'un chef. Les
résultats obtenus ne dépendent donc que de la valeur réelle du tir de
chaque homme.

[Illustration: Défense d'une station de chemin de fer.]

Le tirailleur isolé choisit lui-même le but et la hausse.

Dans le combat rapproché, la hausse de 400 mètres répond à tous les
besoins.

Si un soldat est mis hors de combat, son camarade prend toutes ses
cartouches et se joint à un autre groupe voisin.

_Mouvement en avant._--On se porte en avant par bonds soit
individuellement avec le camarade de combat, soit par fractions
constituées, selon l'ordre du chef.

On utilise le terrain pour se porter en avant et pour tirer, mais
jamais on ne se cache, les espaces découverts sont franchis
rapidement; ne pas se montrer inutilement; être attentif à tout,
renseigner ses chefs sur ce que l'on voit.

Dans toute marche, s'avancer rapidement, puis au moment de l'attaque
marcher avec ardeur, résolument, la baïonnette en avant, se battre à
l'arme blanche avec la baïonnette qui est au canon du fusil; elle fera
fuir l'ennemi déjà épouvanté par notre audace.

Des réserves viennent encore en arrière pour nous soutenir.

[Illustration: L'infanterie résiste à la cavalerie par son feu et son
sang-froid.]

Toujours marcher au canon et à la fusillade, c'est de la bonne
tactique.

Il ne faut jamais songer à marcher en arrière, la retraite est la pire
des déroutes.

Une solidarité complète et la camaraderie du champ de bataille doivent
exister entre toutes les troupes et les différentes armes.

Laissons les blessés sur le terrain, le personnel des ambulances vient
derrière pour les ramasser et les soigner.

Soyons loyaux dans le combat et cléments pour le prisonnier et pour un
ennemi blessé; ils doivent être respectés.

[Illustration: La défense utilise un mur.--Tireurs abrités.]

=71. Quelle conduite doit tenir le fantassin aux prises avec de la
cavalerie?=

L'infanterie ne doit pas se laisser surprendre par la cavalerie; alors
le fantassin avec sa baïonnette n'a rien à craindre d'elle, mais il
faut se poster immobile, lui faire face et agir d'abord par ses feux.

=72. Quelle est la conduite de l'infanterie exposée aux feux de
l'artillerie?=

L'infanterie sous le feu de l'artillerie cherche à progresser en avant
en utilisant tous les couverts du terrain; elle se déplace rapidement
et prend des formations minces et espacées à fronts étroits.

Lorsqu'elle se trouve sous le feu d'une rafale, les hommes se couchent
en se resserrant l'un contre l'autre la tête baissée, le dos du sac en
haut (en carapace), puis ils repartent aussitôt après la rafale.
L'infanterie, pour progresser, doit profiter du moment où elle est
appuyée par l'artillerie amie.

Pour attaquer une batterie, une partie des tireurs combat l'infanterie
soutien de l'artillerie, l'autre partie tire sur les servants, sur les
chevaux, puis se lance à l'assaut.


VIII--LA LIAISON DANS LES OPÉRATIONS MILITAIRES.

La _liaison_ assure la convergence de tous les efforts vers le but à
atteindre, en établissant un échange constant de communications entre
le commandement et ses subordonnés, et entre les chefs d'unités
voisines.


Nature des signaux.

Les signaux constituent un moyen de correspondance _à vue_, dont on se
sert quand les circonstances ne permettent pas d'employer d'autres
procédés de communication.

Pendant le jour, les signaux sont exécutés à bras; la nuit, avec le
feu d'une lanterne.

Ils servent à transmettre les signes de l'alphabet Morse (traits ou
points).


_A) Signaux alphabétiques Morse_

     (Doivent être connus des gradés et des soldats agents de
     liaison et de transmission)

Le système de correspondance employé est l'alphabet Morse.

Les signaux sont représentés:

De jour: le point, par l'apparition[30] d'un seul bras ou d'un seul
objet; le trait, par l'apparition[30] de deux bras ou de deux objets.

[Note 30: Lorsque les circonstances permettent de transmettre sans
gêne, debout ou à genou, les bras sont placés horizontalement à
hauteur de l'épaule pour figurer le point ou le trait.]

De nuit: le point par une émission lumineuse (demi-seconde); le trait,
par une émission lumineuse longue (deux secondes).

Intervalles entre chacun des signaux d'une même lettre: environ une
demi-seconde.

Intervalle entre deux lettres d'un mot, entre deux chiffres, avant ou
après un signe de ponctuation: environ quatre secondes.

ALPHABET

  A  - ----                I - -                S - - -
  B  ---- - - -            J - ---- ---- ----   T ----
  C  ---- - ---- -         K ---- - ----        U - - ----
  CH ---- ---- ---- ----   L - ---- - -         V - - - ----
  D  ---- - -              M ---- ----          W - ---- ----
  E  -                     N ---- -             X ---- - - ----
  F  - - ---- -            P - ---- ---- -      Y ---- - ---- ----
  G  ---- ---- -           Q ---- ---- - ----   Z ---- ---- - -
  H  - - - -               R - ---- -

CHIFFRES

  1 - ---- ---- ---- ----  5 - - - - -          8 ---- ---- ---- - -
  2 - - ---- ---- ----     6 ---- - - - -       9 ---- ---- ---- ---- -
  3 - - - ---- ----        7 ---- ---- - - -    0 ---- ---- ---- ---- ----
  4 - - - - ----

PONCTUATION

  POINT  - -   - -   - -      VIRGULE - ---- - ---- - ---- - ----


B) _Signaux de service_

     Station ouverte: _de jour_ (_faire apparaître le bras ou un
     objet maintenu immobile_); _de nuit_ (_feu fixe_).

     Appels: _série de traits et de points alternés. Continuer
     jusqu'à ce que le correspondant réponde: «Invitation à
     transmettre»._

     Invitation à transmettre: B R (---- - - - - ---- -)

     Erreur: _Faire une série de points_ (_7 au moins_).

     Attente: _A S_ (- ---- - - -)

     Compris: _I R_ (- - - ---- -)

     Fin d'un mot[31]: _Donner le point._

     [Note 31: Après chaque mot, le transmetteur s'arrête
     jusqu'à ce que le récepteur lui donne «le point»; celui-ci
     reconnaît la fin d'un mot à l'arrêt du transmetteur.]

     Fin de transmission: _A R_ (- ---- - ---- -) Changer la face
     du fanion: Employer le fanion: _Élever un fanion et tourner
     plusieurs fois la main en changeant la face du fanion._

     Couper la transmission: _Trait prolongé._

     Mauvais feu en vue: _Couper la transmission, puis faire une
     série de points qui indiquent au correspondant de régler la
     direction de son feu, de vérifier si la lanterne est en bon
     état, si sa lampe brûle régulièrement. À mesure que la
     communication se rétablit, envoyer des séries de points de
     plus en plus précipités si le feu devient mauvais, de plus
     en plus lents dans le cas contraire jusqu'au moment où la
     communication peut reprendre. Envoyer alors le signal
     «Invitation à transmettre»._


C) _Signaux conventionnels_

(Connus du plus grand nombre d'hommes possible)

  Munitions                lettre M  ---- ----      répétée plusieurs fois.
  Ennemi                     --   E  -                       --
  Infanterie                 --   I  - -                     --
  Cavalerie                  --   C  ---- - ---- -           --
  Allonger tir artillerie    --   T  ----                    --


IX--TRAVAUX DE CAMPAGNE ET OUTILS.

=73. Qu'est-ce que la fortification du champ de bataille?=

La fortification n'est qu'un _moyen_, ordonné par le chef, pour
garantir momentanément sa troupe des coups de l'ennemi. Le _but_ est
toujours de rejoindre au plus tôt l'adversaire pour le chasser de la
position qu'il occupe.

Les travaux, les abatis et les organisations défensives sont faits
avec les outils ci-après[32]:

[Note 32: Ces outils forment deux lots: l'un, dont le nombre
varie, est destiné aux soldats du temps de paix; l'autre, qui est le
reste, est au magasin de la compagnie; il est destiné aux réservistes
à la mobilisation.]

1º Outils portatifs d'une compagnie (pelle-pioche Seurre), au nombre
de 185:

  Pelles-bêches (5 par escouade)                80 }
  Pelles-pioches Seurre (5 par escouade)        80 }
  Haches à main (2 par section)                  8 } 185
  Serpes             } (1 outil par escouade) { 12 }
  Cisailles          }                        {  4 }
  Scie articulée                                 1 }

Outils portatifs pour compagnie de chasseurs alpins:

  4 haches portatives;
  4 pics à tête portatifs;
  8 serpes;
  4 scies articulées;
  4 bêches portatives;
  4 pioches portatives.

  et en supplément:

  76 bêches portatives;
  80 pelles-pioches;
  8 haches portatives;
  4 serpes;
  4 cisailles.

_Poids des outils emmanchés, avec étui:_

  Pelle-bêche         0 kg 830
  Pelle-pioche        1    015
  Hache à main        1    570
  Serpe               1     »
  Cisailles           0    850
  Scie articulée      0    600

2º Chaque régiment d'infanterie est doté de deux voitures légères
d'outils (1 par bataillon de chasseurs à pied) contenant chacune:

  195 outils de { 130 pelles rondes emmanchées;
    terrassiers {  65 pioches emmanchées (modèle du génie).

  19 outils de  {  15 haches ordinaires emmanchées;
    destruction {   2 scies passe-partout montées;
                {   2 pinces.

   1 caisse d'outils d'ouvriers d'art chargée;
  30 manches de pelle (de rechange);
  20 manches de pioche-pic ou hache (de rechange).

Les bataillons alpins reçoivent une dotation spéciale en outils
portatifs et en outils de grand modèle; ces derniers sont chargés sur
des mulets de bât.

Dans un régiment d'infanterie, l'une des voitures d'outils porte 108
pétards modèle 1886, l'autre 46 détonateurs.

=74. Le soldat peut-il agir de sa propre initiative pour se couvrir?=

Oui, le soldat doit faire preuve d'initiative individuelle, lorsque
l'ordre est donné de se couvrir sur place. Les quelques figures
suivantes (qu'il faut étudier) serviront de guides et suffiront à
montrer au soldat ce qu'il peut faire avec son outil soit seul, soit à
deux avec son camarade de combat.

Il ne faut jamais hésiter, soit à renoncer à la protection que procure
la fortification, soit à l'abandon des installations déjà créées pour
en recommencer de nouvelles ailleurs lorsque les conditions du combat
l'exigent.

[Illustration: Construction et utilisation d'une tranchée par deux
camarades de combat]

=75. Exemples d'aménagements individuels établis derrière des arbres,
arbustes ou branchages=

1º Tronc, fagot ou branchages ne dépassant pas 30 centimètres
au-dessus du sol.

[Illustration: Utilisation du couvert sans aménagement]

[Illustration:

  Amélioration  { 1re période
    progressive {
    du couvert: { 2e période]

2º Tronc, fagot ou branchages dépassant 30 centimètres au-dessus du
sol.

[Illustration: 1re période. Organiser un masque de terre à droite et
contre le couvert]

[Illustration: Amélioration progressive du couvert:

2e période

3e période]

=76. Exemples d'aménagements individuels derrière des pierres=

1º Amas de pierres ne dépassant pas 30 centimètres au-dessus du sol.

[Illustration: 1re période

2e période]

2º Pierres isolées, bornes ou tas de pierres ayant plus de 30
centimètres de hauteur.

[Illustration: Aménagement pour tirer à droite du couvert.

(Passer par l'aménagement progressif)]

[Illustration:

  Aménagement pour tirer par-dessus le couvert  { 1re période
                                                { 2e période]


Observation générale à toute manoeuvre.

Dans toute manoeuvre et dans toute opération, un des premiers devoirs
des gradés et de tout soldat isolé ou à une aile est de rester en
communication constante avec le chef en arrière, puis de se mettre en
relation, par un contact réel, avec les fractions placées à droite et
à gauche.

Les soldats doivent toujours songer à mettre en pratique ces
prescriptions lorsqu'il y a lieu, et être rompus à la communication et
à la transmission des ordres.

Malgré leur dispersion, les hommes et les troupes, coopérant à une
même manoeuvre, doivent faire un tout absolument articulé. Les
transmissions et les contacts doivent se faire avec rapidité et
exactement.

=77. Exemple d'exécution d'une tranchée par deux camarades de combat=

                   {  _s_ Sacs.
                   {  _f_ Fusil du camarade de combat prêt à tirer.
  _Légende._       { A B Emplacement d'un des camarades de combat.
                   { C D _Idem._
                   { F F' F'' Fouilles.

Conduite du travail

[Illustration: _1re Période._--Le tireur A B, étendu derrière son sac,
creuse avec sa bêche à sa droite en F et rejette les terres entre son
sac et celui de son camarade C D, qui, couché, est prêt à tirer.]

[Illustration: _2e Période._--Le tireur A B se couche dans son
excavation F et reste prêt à tirer pendant que son camarade C D creuse
à son tour à sa droite en F et prolonge la masque de terre commencé.]

[Illustration: _3e Période._--Le tireur A B travaille à nouveau,
creuse le sol en F'' entre F et F' et épaissit le masque de terre.
Pendant ce temps, le camarade C D est prêt à tirer dans son excavation
F', ayant rapproché son sac de son côté.]

[Illustration: _4e période et suivantes._--Les deux camarades de
combat travaillent et tirent alternativement; ils se redressent peu à
peu à mesure que l'abri, donné par le masque de terre et le trou de la
fouille, augmente de hauteur.]

=78. Modèles de tranchées faites par un groupe de soldats=

[Illustration: Tranchée pour tireur assis]

[Illustration: Tranchée pour tireur à genoux.]

       *       *       *       *       *

=Observation pour le tirailleur.=--Les camarades de combat doivent
toujours rester l'un près de l'autre.

Au combat, il faut toujours viser, employer la hausse convenable et ne
pas gaspiller ses cartouches.

La poudre sans fumée, qui permet d'atteindre l'ennemi sans se laisser
voir, assure au tirailleur qui sait utiliser le terrain des effets de
démoralisation très puissants sur son adversaire.

_Défenses accessoires._--Elles ont pour but: 1º de barrer certains
passages à l'ennemi; 2º de retarder sa marche, pendant qu'il est sous
le feu, par des obstacles, tels que réseaux de fil de fer, abatis
d'arbres et de branches reliées entre elles, barricades, inondations,
rupture de ponts, etc.

[Illustration: Terrain fortifié--Utilisation de la tranchée.]


X--SERVICES DIVERS.

Convois.

=79. À quoi servent les convois en campagne?=

Ils ont pour objet le transport des cartouches, des outils, de
l'argent, des subsistances, des effets d'habillement et d'armement,
des malades, des prisonniers, etc.

=80. Quelles sont les voitures employées à ces transports?=

Un régiment d'infanterie de campagne, c'est-à-dire de trois
bataillons, a: 14 voitures à vivres et à bagages; 12 voitures à
munitions; 13 voitures-cuisines roulantes[1]; 1 voiture-forge; 3
voitures à viande; 3 médicales; 2 voitures légères d'outils; 13
fourgons à vivres.

L'ensemble des voitures d'un corps de troupe d'infanterie se subdivise
en train de combat et train régimentaire.

Le train de combat suit immédiatement le corps et comprend les:

Voitures à munitions;

Voitures à vivres et bagages;

Cuisines roulantes[33] (avec voitures à viande);

[Note 33: Les voitures-cuisines roulantes ne sont pas encore
absolument admises.]

Voitures médicales;

Caissons à munitions des sections de mitrailleuses (type mixte);

Mulets porteurs de munitions des sections de mitrailleuses (type
alpin);

Voitures légères d'outils.

       *       *       *       *       *

NOTA.--Les autres voitures forment le train régimentaire qui marche
plus en arrière (13 fourgons à vivres et 1 forge).

=81. Quels sont les chargements des voitures à vivres et à bagages et
des voitures de munitions?=

1º _Voiture à vivres et à bagages._--On y place: les vestes ou
vareuses contenues dans 16 enveloppes, 1 jour de vivres de réserve
pour officiers et troupe, 1 jour d'avoine de réserve et l'avoine du
jour, 1 jour d'eau-de-vie, les caisses à bagages (ou ballots)
d'officiers et adjudants, 1 cantine à vivres pour officiers, 16
baguettes en laiton, trousses pour tailleurs et cordonniers, boîtes à
livrets et comptabilité, musette de pansage et ferrures de réserve,
l'arme et le sac du conducteur, les sacs de l'infirmier, du cycliste,
téléphoniste.

2º _Voitures à munitions._--Elle porte 32 cartouches par homme de la
compagnie, plus 16.384 cartouches et 200 musettes à bretelles pour le
transport des cartouches sur la ligne de feu.


Service de santé.

=82. Comment est assuré le service de santé en campagne et sur le
champ de bataille?=

Il est assuré d'abord par les médecins des corps, assistés des
infirmiers (1 par compagnie) et des brancardiers (4 par compagnie):
ils établissent des postes de secours sur le champ de bataille[34].
Viennent ensuite les ambulances, les hôpitaux de campagne et les
transports d'évacuation. Les aumôniers des cultes marchent avec les
ambulances.

[Note 34: Voir le paquet individuel de pansement, page 57.]


Convention de Genève.

=83.= Les établissements où sont soignés les militaires, les voitures
d'ambulance et le personnel du service de santé sont neutralisés. Le
personnel a le brassard blanc à croix rouge, les voitures et
établissements un drapeau blanc à croix rouge et le drapeau national.


Services divers.

=84.= La trésorerie, les postes et les télégraphes fonctionnent aux
armées par les soins des agents ordinaires de ces services qui sont
mobilisés et organisés en sections.

La direction générale des chemins de fer est sous l'autorité de
l'État-major général de l'armée.



CHAPITRE X

TRANSPORT DES TROUPES PAR LES VOIES FERRÉES


=85. Quelle est l'importance pour les troupes des exercices
d'embarquement en chemin de fer?=

En cas de mobilisation, presque toutes les troupes auront à faire
usage des chemins de fer pour être transportées sur les points de
concentration des armées; il faudra à ce moment beaucoup d'ordre et de
rapidité, c'est pourquoi l'instruction donnée à ce sujet est
importante.

=86. Comment voyagent les troupes en temps de guerre ou de manoeuvre?=

Les troupes voyagent ordinairement dans des trains spéciaux comprenant
un effectif variable de 1.000 à 1.200 hommes environ, avec les chevaux
et les voitures du détachement.

=87. Quelles sont les voitures dans lesquelles sont embarqués les
hommes et quelles sont les contenances déterminées?=

On emploie pour le transport des hommes soit des voitures à voyageurs,
soit des wagons à marchandises aménagés avec des bancs mobiles
spécialement préparés pour cet usage.

Dans les voitures à voyageurs, on place 8 hommes par compartiment au
lieu de 10, les deux places restantes étant destinées au rangement des
armes, des sacs et des effets.

Les wagons aménagés comprennent 32, 36 ou 40 hommes suivant la
longueur du wagon.

En cas de nécessité, on peut faire usage de tous les wagons
disponibles, de quelque nature qu'ils soient, aménagés ou non.

[Illustration: Wagon à voyageurs.]

=88. Comment fractionne-t-on la troupe?=

Avant d'arriver sur l'emplacement du train, on fractionne la troupe
par wagon, selon la contenance de chaque voiture. Tout le monde rentre
dans le rang et on conserve les places des hommes de l'escouade qui
rejoindront (tambours, clairons, ordonnances, équipe d'embarquement,
etc.).

La troupe est ensuite conduite par quatre devant les wagons, où le
sous-officier chef de wagon fait le fractionnement par compartiment et
désigne les chefs de compartiments.

=89. Comment se fait l'embarquement dans les voitures à voyageurs?=

Le fractionnement se fait par 8 hommes par compartiment (2 files de 4
hommes); le chef de compartiment et l'autre chef de file montent sans
sac et sans fusil; ils reçoivent d'abord les huit fusils, qui sont
placés dans les filets s'il en existe; sinon, contre la paroi opposée
à l'entrée; on les maintient avec une courroie de sac liée à deux
pitons qu'on visse dans la paroi contre les deux fusils extrêmes et à
5 centimètres au-dessous de l'embouchoir.

Les sacs sont ensuite passés un par un et placés 3 sur la banquette en
face des fusils, 1 contre les crosses des 8 fusils et 4 sous les
bancs.

Les hommes entrent alors, sur l'ordre du chef de compartiment.

=90. Comment se fait l'embarquement dans les wagons aménagés?=

Ces wagons peuvent être considérés d'après le dispositif des bancs
comme ayant quatre compartiments; le fractionnement par groupe ou par
compartiment se fait ainsi:

8 hommes pour les wagons de 32 hommes (2 files de 4 hommes);

9 hommes pour les wagons de 36 hommes (1 file de 4 et 1 de 5 hommes);

10 hommes pour les wagons de 40 hommes (2 files de 5 hommes).

On opère comme ci-dessus pour le passage des sacs et des fusils;
ceux-ci sont fixés avec une courroie et avec des pitons contre la
paroi du fond (petits côtés du wagon), les crosses étant sur le
plancher.

Les sacs sont empilés contre la même paroi à côté et contre les
fusils.

=91. Quand commence l'embarquement des hommes?=

Au signal donné par la sonnerie «En avant».

=92. Quelles sont les mesures de police et de sécurité qu'il faut
observer?=

Il est interdit:

1º De passer la tête ou les bras hors des portes, portières ou volets
d'aération;

2º De procéder pendant la marche à l'ouverture des portes, portières
et volets d'aération ou à la fermeture desdits volets;

3º De passer d'une voiture dans une autre;

[Illustration: Wagon aménagé.]

4º De pousser des cris, de chanter et de siffler;

5º De descendre des voitures aux stations avant les sonneries qui
doivent en donner le signal;

6º De fumer dans les wagons à chevaux;

7º De jeter hors des wagons des objets quelconques et notamment des
bouteilles pouvant blesser les agents service sur la voie.

Les chef de wagon responsables sont tenus de faire respecter ces
prescriptions.

=93. Comment sont faites les haltes?=

Les haltes de dix à quinze minutes sont annoncées par la sonnerie
«Halte-là». Les hommes peuvent descendre et ils doivent remonter dès
la sonnerie «En avant» faite trois minutes avant la marche du train.

Les sentinelles de la garde de police indiquent les endroits où il ne
faut pas aller.

=94. Quelles prescriptions doivent observer tous les hommes pour
reconnaître leur wagon et pour éviter toute erreur?=

Il importe que chaque homme connaisse le numéro de son wagon et de son
compartiment. D'ailleurs, les numéros des compagnies sont inscrits à
la craie sur les voitures.

=95. Comment les hommes sont-ils nourris pendant les transports en
chemin de fer?=

Pendant les transports de concentration, les hommes reçoivent:

1º De l'administration militaire, avant le départ et pour toute la
durée du trajet: 375 grammes de pain, 100 grammes de conserves de
viande assaisonnée par période de douze heures ou inférieure à douze
heures (les boîtes sont de 300 grammes);

2º De l'ordinaire, un repas toutes les vingt-quatre heures composé de
viande froide, de charcuterie, de fromage ou d'autres denrées[35];

[Note 35: Les repas froids sont placés dans la gamelle; le pain,
les conserves de viande et le sel dans l'étui-musette.]

3º Un quart de café chaud, distribué dans les stations-haltes-repas
par période de douze heures.

En outre, dans ces stations-haltes-repas, les hommes peuvent remplir
leurs bidons d'une boisson préparée en mélangeant 25 centilitres
d'eau-de-vie dans 10 litres d'eau.

=96. Comment les distributions sont-elles faites dans les
stations-haltes-repas?=

On sonne «la soupe», les fourriers descendent avec deux hommes par
wagon et ils reçoivent de l'officier d'administration le café, la
boisson préparée et, s'il y a lieu, les vivres destinés à la
compagnie; la répartition aux hommes est faite dans les wagons; les
hommes ne peuvent descendre qu'après cette répartition.

=97. Quels sont en outre les vivres qui accompagnent les hommes?=

1º Les petits vivres du sac, auxquels il ne faut pas toucher pendant
le trajet;

2º Deux jours de pain de débarquement pour l'arrivée. Ce pain est
placé dans un fourgon du train.

=98. Comment se fait l'embarquement des chevaux et des voitures?=

Chaque détachement embarque avec lui dans des wagons ou sur des trucs
ses chevaux et ses voitures. Ce travail est fait par les équipes
d'embarquement des compagnies (1 caporal et 16 hommes par compagnie,
une compagnie par bataillon fournit 1 sergent), qui sont dressées à ce
service.

=99. Comment se fait le débarquement d'un train militaire?=

À la dernière halte avant l'arrivée, les hommes sont prévenus de se
tenir prêts à descendre; ils rectifient leur tenue. Les gardes
d'écurie brident les chevaux.

À la station d'arrivée, on sonne «la marche du régiment», et le
débarquement se fait par les moyens inverses à l'embarquement, mais
sans bruit et avec le plus de rapidité possible.

=100. Quelles attentions doit-on avoir au moment de descendre?=

Il faut:

1º Abaisser les glaces des portières;

2º En descendant, tenir à la main son fourreau de sabre;

3º Éviter d'appuyer son arme contre les voitures du train, qui peuvent
à tout moment être ébranlées par un mouvement de la locomotive.



CHAPITRE XI

LA MOBILISATION


=101. Qu'est-ce que la mobilisation?=

La mobilisation est le passage du pied de paix au pied de guerre.

=102. Qu'entend-on par troupes de couverture?=

Ce sont celles qui, pendant le temps nécessaire à la mobilisation et à
la concentration de nos armées, sont prêtes dès la première heure,
couvrent notre mobilisation, luttent avec ardeur et énergie, résistent
à l'ennemi et s'opposent à toute incursion sur le territoire national.
C'est une des plus nobles missions.

=103. Que fait le soldat à l'annonce de la mobilisation?=

Dès qu'elle est ordonnée, le soldat reçoit du magasin de la compagnie
des effets de la collection de guerre, préparés d'avance et étiquetés
à son nom. Il prend la tenue de campagne et prépare son chargement qui
a été réduit au strict nécessaire pour diminuer le poids.

Puis il fait avec ordre et ponctualité les nombreuses corvées qui se
présentent à ce moment.

=104. Que deviennent les effets non emportés en campagne?=

Tous les effets non emportés en campagne par la compagnie sont versés
au magasin du corps pour servir à différentes formations et au dépôt
du régiment. Chaque homme fait un petit ballot de ses effets
personnels qui ne doivent pas être emportés.

=105. Comment se forma la compagnie sur le pied de guerre?=

L'effectif d'une compagnie est porté à 250 hommes.

Les escouades se dédoublent: la 1re forme les 1re et 2e escouades, la
3e forme les 3e et 4e, etc., soit seize escouades (quatre par
section).

La compagnie et les escouades sont complétées en cadre et en hommes
par les réservistes affectés à la compagnie, qui rejoignent suivant
les ordres du fascicule de leurs livrets. Dès leur arrivée, ils sont
habillés et équipés: leurs effets et leurs armes sont préparés dans
les magasins.

Le régiment de campagne est formé de 3 bataillons (12 compagnies).



4º DEVOIRS DU SOLDAT

DANS SES FOYERS

APRÈS SA

LIBÉRATION DU SERVICE ACTIF



CHAPITRE XII


La loi du service militaire est du 21 mars 1905 modifiée le 7 août
1913. Elle prescrit ce qui suit pour les soldats dans leurs foyers,
après le service actif:


Affectation.

=1.= Dans ses foyers, le militaire est affecté à un corps ou à un
service. Cela lui est indiqué en détail sur le fascicule de
mobilisation qui est placé à son livret individuel.

=2.= Les militaires dans leurs foyers sont sous l'autorité du
commandant du bureau du recrutement de la subdivision de leur
domicile, c'est à lui qu'ils adressent leurs demandes, par
l'intermédiaire de la gendarmerie, qui transmet.

Les principales demandes qu'un militaire dans ses foyers peut avoir à
faire sont au sujet des périodes d'instruction, de prolongation, de
sursis, de devancement d'appel, de dispense de période d'instruction,
des changements de domicile ou de résidence, de maladies qui
nécessitent la réforme.

=3.= L'homme, en quittant le régiment, se retire en principe dans sa
subdivision d'origine: où il a passé le conseil de révision.

L'autorité militaire doit toujours connaître le lieu où se trouve le
militaire dans ses foyers.


Changements de résidence et de domicile.

=4.= On change de résidence lorsque l'on quitte _momentanément_ le
lieu que l'on habite pour aller occuper, pendant quelque temps, un
autre lieu.

On change de domicile lorsque l'on quitte, _sans l'idée de retour_, le
lieu que l'on habite pour aller définitivement ailleurs.

On est tenu de faire sa déclaration de changement de résidence ou de
domicile au commandant de la brigade de gendarmerie de sa nouvelle
résidence dans le délai d'un mois, étant porteur de son livret
individuel.

Sont passibles de punitions disciplinaires, les militaires dans leurs
foyers qui ont omis de faire à la gendarmerie ces changements de
résidence ou de domicile.

Si l'on fait un voyage de plus de deux mois d'absence de chez soi, il
faut aussi aviser la gendarmerie.


Obligations et périodes d'exercices.

=5.= 1º Les réservistes de l'armée active doivent accomplir (pendant
leurs onze années de service dans la réserve) deux périodes: 1º une de
vingt-trois jours; 2º une de dix-sept jours.

2º Les territoriaux (pendant leurs sept années de service), une
période d'exercices de neuf jours.

3º Les militaires de la réserve de la territoriale (pendant sept ans)
sont assujettis à une revue d'appel (une journée au maximum).

En principe, les réservistes de l'infanterie sont convoqués pour le
premier appel (vingt-trois jours), à l'époque des manoeuvres
d'automne; ceux du deuxième appel (dix-sept jours), dans des camps
d'instruction, au printemps.

Sont appelés les années de millésime pair ceux affectés au premier
régiment de chaque brigade et aux bataillons de chasseurs de numéros
pairs; et sont appelés les années de millésime impair, ceux affectés
au deuxième régiment de chaque brigade et aux bataillons de chasseurs
de numéros impairs.


Maladie et réforme.

=6.= Le militaire dans ses foyers qui, par suite d'une maladie ou d'un
accident, devient impropre soit au service militaire armé, soit au
service auxiliaire, doit immédiatement, dès que le fait s'est produit,
en informer l'autorité militaire.

À cet effet, l'homme en fait la déclaration au commandant de la
brigade de gendarmerie, qui la transmet, avec une enquête sommaire,
appuyée d'un certificat médical, au commandant du bureau de
recrutement.

Le commandant de recrutement envoie au militaire une convocation
indiquant le jour, l'heure et le lieu où il devra se présenter devant
la commission de réforme. Cette convocation donne droit au tarif
militaire sur les chemins de fer pour aller au lieu de convocation et
pour le retour, si le titulaire est réformé.


Père de quatre et six enfants.

=7.= Les réservistes qui sont pères de quatre enfants vivants passent
de droit et définitivement dans l'armée territoriale. Ils ne sont plus
astreints qu'aux périodes de leur nouvelle classe de mobilisation.

Les pères de six enfants vivants passent de droit dans la réserve de
l'armée territoriale.

Le militaire qui se trouve dans un de ces deux cas fait une demande
qu'il remet à la gendarmerie, en y joignant: 1º les actes de naissance
des enfants; 2º un certificat de vie des enfants (le tout sur papier
libre). Toutefois, ces hommes passés prématurément dans l'armée
territoriale ou dans la réserve de l'armée territoriale sont maintenus
dans l'armée jusqu'à l'expiration des vingt-cinq années exigées par la
loi.


Convocation. Départ. Heure d'arrivée.

=8.= Les convocations sont faites au moyen d'un ordre d'appel
individuel qui comporte un récépissé que l'intéressé retourne gratis,
par la poste, au commandant de recrutement.

Pour fixer le jour et l'heure de l'arrivée à destination, on admet que
l'homme convoqué quitte sa résidence le _premier jour_ de la période à
la _première heure_, et on tient compte des journées de route
auxquelles lui donnent droit les distances à parcourir et les
facilités de communication dont il dispose.

Les règles pour la fixation de l'heure d'arrivée sont les suivantes:


1º _Hommes obligés d'utiliser la voie de terre pour rejoindre leur
corps_

=9.= Les heures d'arrivée sont basées sur la distance du domicile (ou
de la résidence déclarée) jusqu'au corps d'affectation:

  _On doit arriver le premier jour_,

  à  8 heures du matin pour les trajets de  0 à 12 kilom.
  à 10   --       --        --             12 à 20  --
  à midi                    --             20 à 24  --

  _Le deuxième jour_,

  à  8 heures du matin pour les trajets de 24 à 36 kilom.
  à 10  --       --         --             36 à 44  --
  à midi                    --             44 à 48  --


2º _Hommes ayant à leur disposition la voie ferrée pour rejoindre leur
corps_

=10.= Ces hommes _doivent prendre_, en principe, _le premier train de
la journée_ susceptible de les amener à destination.

Ils obtiennent le quart du tarif sur les chemins de fer, sur la
présentation de leur ordre d'appel.

Sont toutefois autorisés à prendre:

_a_) Des trains entre 8 heures et midi, les hommes ayant à effectuer à
pied, pour se rendre de leur domicile ou de leur résidence déclarée à
la gare de départ, un trajet compris entre 8 et 20 kilomètres;

_b_) Des trains entre midi et 6 heures du soir, si ce trajet est
compris entre 20 et 24 kilomètres;

_c_) Le premier train du deuxième jour, si ce trajet est supérieur à
24 kilomètres.

On doit se présenter à son corps dès l'arrivée dans son lieu de
garnison.

L'homme à son départ doit être muni de son livret individuel et de son
ordre d'appel.

NOTA.--L'ordre d'appel peut être utilisé dans un délai de trois jours
avant la date fixée pour l'arrivée au corps; il peut également servir
deux jours après la date du retour, mais avec une autorisation
spéciale du chef de corps.

=11.= Le militaire doit n'emporter que les effets nécessaires à son
voyage et ne prendre comme bagage que le linge qui lui est nécessaire
pour le temps de sa période, s'il veut faire usage de son linge
personnel.

Comme chaussures, si le militaire a la possibilité de le faire, il est
bon qu'il se munisse d'une bonne paire de brodequins larges, déjà
brisés, se rapprochant du modèle réglementaire. Ce sera pour lui une
garantie pendant les marches.

Sinon, il reçoit à son arrivée au corps du linge et dès chaussures.

Il est bon que le réserviste ou le territorial arrive à son corps avec
les cheveux coupés court. Il est libre de porter sa barbe comme il le
fait ordinairement.

=12.= Le militaire qui vient accomplir une période d'exercices _doit
arriver à son corps avec la dignité qui convient a un homme qui
accomplit un des plus importants de ses devoirs de citoyen_.

Il faut donc qu'il se présente _exactement a l'heure indiquée_, étant
propre, convenablement vêtu et surtout _n'étant pas pris de boisson_.

Le devoir est de travailler consciencieusement pendant les périodes,
pour se maintenir à la hauteur de la tâche qu'on peut avoir à remplir
le jour, peut-être prochain, où les réserves seraient rappelées pour
soutenir l'honneur du drapeau et pour défendre le territoire de la
France.

=13.= Il importe de reprendre, pendant ces quelques jours, la vie
militaire en entier, sans chercher à se soustraire à aucun service, de
prendre les repas à l'ordinaire avec tous les soldats, au nom de
l'égalité qui existe au régiment où chacun travaille pour le même but,
pour le même idéal: _la défense du pays et la grandeur de la Patrie_.


Secours aux familles.

=14.= Les familles des hommes de la réserve et de la territoriale qui,
au moment de leur convocation, remplissent effectivement les devoirs
de soutien indispensable de famille, peuvent recevoir une allocation
fournie par l'État pendant la durée de la période. Cette allocation,
fixée à 1f 25, sera majorée de 50 centimes pour chaque enfant de moins
de seize ans à la charge de l'homme convoqué.

L'homme devra faire, dès qu'il est avisé de sa convocation, une
demande écrite au maire, en y joignant:

1º Un relevé des contributions payées par le réclamant ou ses
ascendants, certifié par le percepteur;

2º Un état certifié par le maire indiquant le nombre et la position
des membres de la famille vivant sous le même toit ou séparément, le
revenu et les ressources de chacun d'eux.


Indemnités relatives aux convocations.

=15.= _Pour l'aller_, les convoqués ont droit à l'indemnité
kilométrique en chemin de fer, partout où existe ce mode de transport
et quelle que soit la distance à parcourir.

Lorsque leur arrivée normale (d'après les règles données plus haut) a
lieu après _midi_, ils ont droit en outre à l'indemnité journalière
spéciale de 1f 25 par journée de route.

Les réservistes qui arrivent le premier jour, avant _midi_, c'est le
cas général, ont droit à la solde le jour de l'arrivée et ils sont
nourris par l'ordinaire dès l'arrivée.

_Pour le retour_, ils ont droit à l'indemnité kilométrique en chemin
de fer, comme pour l'aller. Ils ont droit à l'indemnité journalière
spéciale de 1f 25, pour toute journée ou fraction de journée d'une
durée de plus de six heures à passer en voyage. L'indemnité n'est pas
due pour le jour du départ, si ce jour-là l'homme a pu prendre ses
deux repas au corps.


Périodes des hommes à l'étranger.

=16.= Les hommes fixés à l'étranger et qui y ont une situation
régulière, peuvent, sur l'avis du consul de France, être dispensés des
manoeuvres ou exercices; ils sont considérés comme ajournés jusqu'à
leur rentrée en France.

Toutefois, ceux qui résident dans un pays limitrophe de la frontière,
peuvent, sur leur demande, être convoqués pour accomplir une période;
au commencement de l'année, les commandants de recrutement les avisent
que leur classe est normalement convoquée dans l'année.


Dispenses de périodes.

=17.= 1º Sont dispensés de la première période dans la réserve, les
hommes qui ont accompli _intégralement_ et jour pour jour quatre
années au moins de service actif ou une période de séjour aux
colonies, qui ont obtenu la médaille coloniale au titre de l'Algérie,
de la Tunisie ou du Sahara, qui ont pris part à des colonnes
mentionnées sur les états de service, qui ont séjourné en Chine ou à
Casablanca et qui ont pris part à des opérations sur la frontière
algéro-marocaine.

2º Sont dispensés des deux périodes d'exercices de la réserve, ceux
ayant accompli au moins cinq ans de service.

Sont dispensés de la période de neuf jours d'exercices des
territoriaux:

Les sapeurs-pompiers des communes lorsqu'ils sont inscrits depuis au
moins cinq ans sur les contrôles des corps de sapeurs-pompiers
régulièrement organisés.


Ajournements. Devancements d'appel. Changements de série.

=18.= Aux termes de la loi, les militaires des réserves convoqués pour
une période ou un exercice spécial ne peuvent obtenir _aucun
ajournement_, sauf en cas de force majeure et dûment justifiée[36].
Les ajournés seront rappelés, pour une période _absolument similaire_,
soit l'année suivante, soit deux ans après; dans les corps qui ont des
appels échelonnés, on peut les changer de série.

[Note 36: Toute impossibilité d'ordre matériel ou moral, par
conséquent tout préjudice grave et dûment justifié, doit être
considéré comme rentrant dans le cas de force majeure prévu par la
loi.]

Des _devancements d'appel_ peuvent être accordés:

1º Pour la même année, aux hommes appartenant à des corps dans
lesquels ont lieu des convocations par séries ou par appels
échelonnés;

2º À titre tout à fait exceptionnel, pour une des années précédentes,
à la condition d'accomplir une période identique à celle pour laquelle
les réservistes ou territoriaux auraient été convoqués, s'ils
appartiennent à des corps qui ne font qu'un seul appel.


Demandes qui peuvent être faites.

=19.= Les hommes des corps dans lesquels ont lieu des appels
échelonnés ou par séries, qui doivent être convoqués dans l'année,
peuvent, après la pose des affiches, demander directement à leur chef
de corps ou de service, à être appelés aux époques de l'année qui
conviennent le mieux à leurs intérêts.

On peut encore faire cette demande au moment où on reçoit sa
convocation (devancement d'appel ou changement de série).

Les réservistes d'infanterie astreints au premier appel (23 jours),
qui estiment que la convocation normale pendant les manoeuvres
d'automne serait pour eux une cause de _préjudice réellement par trop
grave_, doivent remettre à la gendarmerie, avant le 15 juin, une
demande motivée et justifiée adressée à leur chef de corps en vue de
ne pas être compris dans cette convocation.

Les demandes transmises après le 15 juin ne sont plus examinées, à
moins de cas extraordinaires se produisant brusquement.

À titre exceptionnel, les chefs de corps peuvent faire un appel
supplémentaire à la fin de l'année, dans lequel seront convoqués tous
ceux qui, ayant des raisons graves et très sérieuses, ont été
autorisés à ne pas faire leur période au moment où ils étaient
convoqués.


Remise des demandes.

=20.= Pour les ajournements, les devancements d'appel et les
changements de série, les intéressés remettent leur demande motivée et
établie à l'adresse du chef de corps ou de service à la brigade de
gendarmerie de leur résidence.


Changement de destination.

=21.= Il ne peut être accordé aucun changement de destination.


Fascicule de mobilisation.

=22.= Le fascicule de mobilisation est un ordre permanent placé entre
les mains de chaque militaire dans ses foyers.

Les ordres qu'il renferme doivent être toujours présents à la mémoire
du titulaire, qui devra les exécuter ponctuellement au jour de la
mobilisation.

Tout militaire dans ses foyers doit toujours prévoir l'éventualité
d'un départ, selon les prescriptions de son fascicule.

Le fascicule, en papier fort, comprend quatre pages seulement.

La première page donne: la classe de mobilisation, le corps d'armée,
la subdivision et le numéro de l'homme au contrôle spécial du
recrutement, ses noms, son grade et son domicile, puis le régiment, le
bataillon, la compagnie (l'escadron ou la batterie) auxquels le
militaire est affecté.

La deuxième page donne, en tête, un avis très important pour l'homme
absent de son domicile au moment d'une mobilisation; cet avis lui
indique le jour de la mobilisation auquel il doit se présenter avant 9
heures du matin, à la gare la plus voisine de sa résidence, pour
rejoindre directement le lieu désigné.

_=Cet avis est un ordre.=_

La troisième page, c'est l'_=ordre de route=_ pour le cas de
mobilisation.

Le titulaire du fascicule _doit le connaître en tout temps_; à
l'annonce de la mobilisation, il doit le relire avec attention et _se
conformer minutieusement à toutes les indications qu'il donne
relativement aux routes à suivre, aux gares à employer, au jour et à
l'heure auxquels il doit se présenter à son lieu de mobilisation_. Il
faudra obéir aux prescriptions de cet ordre d'une façon complète:
c'est une _nécessité absolue_ et c'est en même temps un _acte de
patriotisme_.

Le militaire doit emporter des vivres selon les indications de son
fascicule.

La quatrième page du fascicule est un procès-verbal d'échange du
fascicule, qui est signé par l'intéressé au moment où on lui remet un
autre fascicule.


Sociétés de préparation militaire S. A. G.

Le Gouvernement favorise l'action si patriotique des sociétés de
préparation militaire S. A. G. Ces sociétés font faire aux jeunes gens
de la gymnastique et du tir et les rendent aptes à obtenir, avant le
service, le brevet d'aptitude militaire.

Le ministre recommande aux militaires et surtout aux gradés, après
leur service actif, d'encourager partout ces sociétés et d'en faire
partie comme instructeurs; ce sera une bonne action dont ils pourront
être récompensés.


Le jour de la mobilisation.

=23.= Le jour où la mobilisation sera ordonnée, ce sera le grand jour.
Les coeurs, pleins d'espoir, devront battre avec fierté! Chaque
Français se rendra à son poste, toutes les forces vives de la nation
se consacreront à la défense du territoire.

La grande machine militaire devra fonctionner; le coeur, l'énergie et
la volonté de tous en sont les principaux rouages.

Le réserviste et le territorial dans leurs foyers doivent toujours se
préparer à une mobilisation probable et habituer leur famille à cette
idée: le départ sera plus facile.

Tout homme devra alors suivre scrupuleusement les indications du
_fascicule de son livret_, arriver à l'heure exacte à sa destination,
être calme, résolu et confiant.

Cette rigoureuse _exactitude_ sera un acte de _grand patriotisme_!

Nos ennemis constateront alors ce que peuvent les Français lorsqu'ils
veulent.

_Pour vaincre_, il ne faut pas seulement des armes et des engins, mais
il faut surtout des _hommes_ et des _coeurs_!

       *       *       *       *       *

=Nota important.=--Les _devoirs des militaires dans leurs foyers_ ont
besoin d'être traités d'une façon encore plus complète que ci-dessus,
il faut donner tous les cas qui peuvent se présenter. C'est pourquoi
l'auteur en a fait l'objet d'une brochure spéciale ayant pour titre:

_Le Livre du Soldat dans ses foyers_

_Ce livre est nécessaire à tout soldat avant sa libération. Il
l'emportera chez lui en le plaçant dans son livret individuel. Il y
trouvera toujours ce qu'il a à faire dans les différents cas de sa vie
militaire étant dans ses foyers._

  _En nombre =Prix: 25 centimes=_
  _Par unité =30 centimes=_

_À la librairie militaire Berger-Levrault, à Nancy._



APPENDICE I

ORGANISATION ET COMPOSITION DE L'ARMÉE


La compagnie a 8 escouades; l'escouade est commandée par un caporal.
Deux escouades forment une section commandée par un sergent; deux
sections forment un peloton commandé par un lieutenant ou
sous-lieutenant; deux pelotons forment une compagnie.

Le régiment a 3 bataillons (8 régiments à 4 bataillons); chaque
bataillon a 4 compagnies; les compagnies du régiment sont numérotées
de 1 à 12 ou de 1 à 16. La section hors rang comprend les sapeurs, des
ouvriers, des secrétaires et la musique.

Le bataillon de chasseurs à pied est ordinairement à 4, 5 ou 6
compagnies, 1 groupe cycliste, chaque compagnie a 12 escouades.

_Groupement des régiments._--2 régiments d'infanterie forment une
brigade, 2 brigades font une division à laquelle est rattachée un
régiment d'artillerie, un escadron de cavalerie divisionnaire et un
détachement du génie. Deux divisions forment un corps d'armée.

La cavalerie forme 10 divisions de 3 ou 4 brigades, chaque division a
1 groupe d'artillerie à pied et 1 groupe cycliste de chasseurs à pied.

Un corps d'armée normal comprend:

Divers états-majors, 2 divisions d'infanterie (4 brigades, 8
régiments), la cavalerie nécessaire, 1 brigade d'artillerie qui
détache des groupes avec les divisions d'infanterie, 1 bataillon du
génie, 1 escadron du train des équipages, 1 parc d'artillerie de
corps, 1 section de secrétaires d'état-major et du recrutement, 1
section de commis et ouvriers militaires d'administration, 1 section
d'infirmiers.

Il y a en France 20 corps d'armée, y compris l'Algérie.

Les troupes métropolitaines comprennent:


_Infanterie_

  173 régiments d'infanterie.
   31 bataillons de chasseurs à pied.
    4 régiments de zouaves.
   12 régiments de tirailleurs indigènes.
  Des régiments étrangers.
    5 bataillons d'infanterie légère d'Afrique.


_Cavalerie_

  12 régiments de cuirassiers.
  32 régiments de dragons.
  23 régiments de chasseurs.
  14 régiments de hussards.
   4 rég. de chasseurs d'Afrique.
   6 régiments de spahis.
  17 groupes de cavaliers de remonte en France.
  Des escadron de spahis coloniaux.
   4 compagnies de cavaliers de remonte. Algérie et Tunisie.


_Artillerie_

  62 régiments d'art. de camp.
   7 groupes de camp. d'Afrique.
   3 rég. d'art. de montagne.
  11 régiments d'artillerie à pied.
   4 compagnies d'ouvriers d'art.
   6 sections du type A.
   5   --       --    B.
  11   --       --    C.
  64   --       --    D.


_Train des équipages_

  20 escadrons.


_Génie_

  8 régiments, dont le 8e régiment celui des sapeurs-télégraphistes
    et le 5e celui des sapeurs de chemin de fer.

  1 groupe de sapeurs télégraphistes des places fortes.

  1 compagnie de sapeurs-conducteurs.

  Des unités rattachées aux corps de troupe du génie dans l'Afrique
  du Nord.


_Troupes d'aéronautique_

  7 compagnies d'aéronautique.
  Des sections d'aéronautique (fixées par le ministre).
  1 compagnie de conducteurs.


_Gendarmerie_

  27 légions.


_Sections_

  21 sections de secrétaires d'état-major et du recrutement.
  25 sections de commis et ouvriers militaires d'administration.
  25 sections d'infirmiers militaires.


_Divers_

  3 ateliers de condamnés aux travaux publics.
  6 pénitenciers militaires.
  1 dépôt des sections métropolitaines d'exclus.
  7 sections spéciales métropolitaines.
  4 sections en Afrique (régiments de tirailleurs algériens).
  2 sections en Afrique (régiments étrangers).
  1 section en Afrique (sur les confins marocains).
  1 section en Indo-Chine (troupes coloniales).

Les troupes coloniales comprennent:


1º L'infanterie coloniale européenne

1er rég., Cherbourg; 2e rég., Brest; 3e rég., Rochefort; 4e rég.
Toulon; 5e rég., Cherbourg; 6e rég., Brest; 7e rég., Rochefort; 8e
rég., Toulon; 9e rég., Hanoï (Tonkin); 10e rég., Haïphong; 11e rég.,
Saïgon; 12e rég., Saïgon; 13e rég., Tananarive; 16e rég., Hen-tsin;
19e rég., à créer; 20e rég., à créer; 21e rég., Paris (Prince Eugène);
22e rég., Hyères; 23e rég., Paris (Lourcine); 24e rég., Perpignan et
Cette.


2º L'infanterie coloniale indigène

  1 bataillon (3 compagnies), à Dakar.
  1 bataillon de l'Emyrne (4 compagnies), à Tananarive.
  1 bataillon de Diégo-Suarez (4 compagnies), à Diégo-Suarez.
  1 compagnie de Martinique, à Fort-de-France.
  1 compagnie de Guyane, à Cayenne.
  1 peloton de la compagnie de Martinique, à La Guadeloupe (Basse-Terre).
  1 bataillon (2 compagnies), à Nouméa (Nouvelle-Calédonie).
  1 dépôt des isolés des troupes coloniales, à Marseille.
  1 régiment de tirailleurs annamites, à Saïgon.
  1 régiment de tirailleurs tonkinois, à Hanoï.
  1 ---- ---- ---- aux Sept Pagodes.
  1er ---- ---- sénégalais, à Dakar.
  2e ---- ---- ---- à Kali.
  3e ---- ---- ---- à la Côte d'Ivoire.
  4e ---- ---- ---- à Dakar.
  1 bataillon de tirailleurs sénégalais, au Maroc
  1 ---- ---- ---- à Colomb-Béchar.
  1 ---- ---- ---- au territoire militaire du Niger.
  1 ---- ---- ---- à Tombouctou.
  1 ---- ---- ---- au fort Cappelani.
  1 bataillon indigène nº 1, à Libreville.
  1 ---- ---- nº 2, à Brazzaville.
  1 ---- ---- nº 3, à Bangui.
  1er régiment de tirailleurs malgaches, à Tananarive.
  2e ---- ---- ---- à Tamatave.
  3e ---- ---- ---- à Diégo-Suarez.
  4e ---- ---- ---- à Majunga.


3º L'artillerie coloniale

1er rég., Lorient; 2e rég., Cherbourg; 3e rég., Marseille; 4e rég.,
Tonkin; 5e rég., Cochinchine; 6e rég., Afrique occidentale; 7e rég.,
Afrique orientale.

  1 batterie à pied (Martinique), 1 batterie mixte de campagne et de
    montagne (Tien-Tsin).
   6e compagnie d'ouvriers (mixte), à Hanoï.
   7e ---- ---- ---- à Saïgon.
  10e ---- ---- ---- à Dakar.
   8e détachement d'ouvriers, à Kayes.
  1 compagnie d'ouvriers, à Tananarive.
  11e ---- ---- à Diégo-Suarez.
  1 détachement d'ouvriers, à Nouméa.


Les principales colonies françaises et les pays de protectorat sont:

_En Afrique._--L'Algérie, la Tunisie, le Sénégal, le Soudan français,
la Guinée française, la Côte d'Ivoire, le Dahomey, le Congo français
et le Chari, Madagascar, la Réunion, les Comores et Obock.

_En Asie._--L'Inde française (Pondichéry, Karikal, Yanaon, Mahé et
Chandernagor); l'Indo-Chine française, qui comprend la Cochinchine, le
Cambodge, l'Annam et le Tonkin et le Laos français.

_En Amérique._--Saint-Pierre et Miquelon, la Guadeloupe et ses
dépendances, la Martinique et la Guyane.

Établissements français dans l'Inde. La Côte française des Somalis.

La France a un corps d'occupation en Chine (1 brigade avec des
services), et, au Maroc, un corps chargé de l'organisation du
protectorat.



APPENDICE II

ENGAGEMENTS ET RENGAGEMENTS


Conditions et avantages accordés spécialement aux caporaux, brigadiers
et soldats.

_Rengagements._--Les militaires de toutes armes peuvent, avec le
consentement du conseil de régiment, contracter des rengagements d'un
an, dix-huit mois, deux ans, deux ans et demi et trois ans.

Les militaires des troupes coloniales, du régiment de sapeurs-pompiers
et les sous-officiers des troupes métropolitaines peuvent, en outre,
contracter des rengagements de quatre et cinq ans.

La faculté de contracter un rengagement est accordée à tout militaire
en activité qui compte au moins une année de service dans les troupes
métropolitaines ou six mois dans les troupes coloniales. Ce
rengagement date du jour de l'expiration légale du service dans
l'armée active. La même faculté est accordée aux militaires libérés
qui ont quitté le service depuis moins de deux ans, s'ils désirent
entrer dans les troupes métropolitaines; à tous les militaires libérés
comptant moins de trente-six ans d'âge, s'ils désirent entrer dans les
troupes coloniales. Toutefois, le militaire libéré ne peut rengager
que pour trois ans au moins dans les troupes coloniales. Dans les
troupes métropolitaines, le rengagement minimum qu'il peut contracter
doit lui permettre de compléter au moins quatre ans de service.

Les rengagements sont renouvelables jusqu'à une durée totale de quinze
années de service pour les sous-officiers ou anciens sous-officiers de
l'armée métropolitaine, les militaires de tous grades de l'armée
coloniale et du régiment de sapeurs-pompiers de Paris, de huit années
pour les brigadiers dans les régiments de cavalerie et dans
l'artillerie des divisions de cavalerie, et de _cinq années_ pour les
caporaux, brigadiers et soldats des troupes métropolitaines, la durée
du dernier rengagement étant calculée en conséquence et pouvant
compter des fractions d'année.

Les simples soldats ne peuvent contracter des rengagements d'un an que
pour les troupes coloniales, le régiment de sapeurs-pompiers de Paris,
les troupes à cheval (artillerie et cavalerie) et un certain nombre de
corps des régions frontières désignés chaque année par le ministre.
Ils peuvent contracter des rengagements de dix-huit mois, deux ans,
deux ans et demi et trois ans, soit pour le corps dans lequel ils
servent, soit pour tout autre corps faisant partie des troupes
métropolitaines ou coloniales.

Les caporaux ou brigadiers et soldats affectés dans les divers corps
et services à certains emplois énumérés aux tableaux H et I, peuvent
être maintenus au corps en qualité de _commissionnés_.

       *       *       *       *       *

_Nombre de rengagés à admettre._--Dans les troupes métropolitaines, le
nombre des sous-officiers de chaque corps de troupe restés sous les
drapeaux au delà de la durée légale du service, en vertu d'une
commission, d'un rengagement, est fixé aux trois quarts de l'effectif
total des militaires de ce grade.

Le nombre des brigadiers dans les mêmes conditions est fixé à la
moitié de l'effectif total dans la cavalerie et l'artillerie des
divisions de cavalerie; celui des caporaux ou brigadiers est fixé au
quart de l'effectif total dans les autres armes.

Pour les simples soldats rengagés d'un an, leur nombre dans l'ensemble
d'un corps de troupe pourra atteindre, mais non dépasser huit pour
cent (8%) de l'effectif de mobilisation des compagnies du temps de
paix dans les troupes à pied et le train des équipages, et quinze pour
cent (15%) de l'effectif de mobilisation des escadrons et batteries du
temps de paix dans les troupes à cheval.

Dans le régiment de sapeurs-pompiers de Paris, le nombre des rengagés
peut atteindre la totalité de l'effectif.


Avantages assurés aux engagés ou rengagés.

_Haute paie._--Tout militaire lié au service pour une durée supérieure
à la durée légale a droit, à partir du commencement de la troisième
année de présence sous les drapeaux, à une haute paie journalière.

       *       *       *       *       *

Observations relatives au tableau des hautes paies ci-après

     Les brigadiers et cavaliers français commissionnés des
     compagnies de cavaliers de remonte ont droit à un supplément
     de haute paie de 25 centimes par jour (Décr. 6 juill. 1907).

     Dans certains corps désignés par le ministre et sous les
     conditions qu'il détermine, il peut être alloué un
     supplément journalier de haute paie qui est fixé comme il
     suit:

     1º Régiments de cavalerie et batteries d'artillerie des
     divisions de cavalerie:

       Brigadiers et   { après 3 ans      0'35
         soldats       {  --   4 ans      0 60
       Sous-officiers.                    0 40

     2º Autres corps:

       Militaires de tous grades          0f 10

     =Nota.=--Sous les réserves indiquées ci-après, le présent
     tarif est applicable à compter du jour de sa promulgation, à
     tous les militaires français servant au delà de la durée
     légale, sauf aux cavaliers de manège. Les militaires
     français liés au service en vertu d'un engagement de quatre
     on cinq ans, contracté antérieurement au 21 mars 1905, n'ont
     droit à la haute paie qu'à partir de leur quatrième année de
     service. Les sous-officiers et assimilés liés au service en
     vertu d'un rengagement contracté avant le 21 mars 1905
     conservent, transitoirement, jusqu'à l'expiration dudit
     rengagement, les hautes paies des anciens tarifs.


_HAUTES PAIES D'ANCIENNETÉ_

Militaires français des corps français et indigènes et militaires
français servant au titre français dans les régiments étrangers

  ------+------------------------+--------------------------+------------
        |                        |  HAUTE PAIE JOURNALIÈRE  |
        |                        +--------+--------+--------+
  GRADE |    ARME OU SERVICE     |Après   |Après   |Après   |OBSERVATIONS
        |                        |3 ans   |6 ans   |10 ans  |
        |                        |de      |de      |de      |
        |                        |service |service |service |
  ------+------------------------+--------+--------+--------+------------
        |                        | fr. c. | fr. c. | fr. c. |
        |                        |        |        |        |
  Sous-officier et assimilé.     |        |        |        |
        {Cavalerie et artillerie |        {À partir de la 6e      }
        {  des divisions de      |        {  année, les hautes    }
        {  cavalerie             |  1 20  {  paies sont comprises }
        {Autres armes ou         |        {  dans la solde        }
        {  services              |  1 00  {  mensuelle.           }
        |                        |        |        |        |
  Brigadier ou caporal.          |        |        |        |
        {Cavalerie et artillerie |        |        |        }  [A]
        {  des divisions de      |  0 93  |  0 98  |  1 03  }
        {  cavalerie             |        |        |        }
        {Autres armes ou services|  0 60  |  0 65  |  0 70  }
        |                        |        |        |        |
  Soldat.                        |        |        |        }
        {Cavalerie et artillerie |        |        |        }
        {  des divisions de      |        |        |        }
        {  cavalerie             |  0 85  |  0 90  |  0 95  }
        {Autres armes ou         |        |        |        }
        |  services              |  0 20  |  0 25  |  0 30  |
  ------+------------------------+--------+--------+--------+------------

  NOTE A: Voir les observations et le nota à la page 154 ci-devant.

     _Prime d'engagement ou de rengagement._--Tout militaire des
     troupes métropolitaines qui contracte un engagement ou
     rengagement, de manière à porter la durée de son service à
     quatre ou cinq années, a droit à une prime proportionnelle
     au temps qu'il s'engage à passer sous les drapeaux en sus
     des trois premières années.


_PRIMES D'ENGAGEMENT ET DE RENGAGEMENT_

     =Militaires français des corps de troupe français et
     indigènes et militaires français ou étrangers servant au
     titre français dans les régiments étrangers=

       *       *       *       *       *

     _Primes pour les engagements de quatre ou cinq ans, et pour
     tout rengagement portant la durée du service à quatre ans,
     quatre ans et demi ou cinq ans, à l'exclusion des
     rengagements en surnombre contractés dans les conditions de
     la loi du 17 juillet 1908_

  ------------------------------------------+-----------------------+------------
                                            |   CATÉGORIES[37]      |OBSERVATIONS
                  DÉSIGNATION               +-----+-----+-----+-----+------------
                                            | 1re | 2e  | 3e  | 4e  |
                                            |     |     |     |[38] |
  ------------------------------------------+-----+-----+-----+-----+------------
                                            | fr. | fr. | fr. | fr. |
  I--_Engagements_                          |     |     |     |     |
                                            |     |     |     |     |
  Engagements              { de 4 ans       | 100 | 150 | 200 | 250 |
                           { de 5 ans       | 200 | 300 | 400 | 500 |
                                            |     |     |     |     |
  II--_Rengagements_                        |     |     |     |     |
                                            |     |     |     |     |
  Du commencement de       } Sous-officiers.| 360 | 420 |  »  | »   |
    la 4e année jusqu'à    } Caporaux,      |     |     |     |     |
    la fin de la 5e année  } brigadiers et  | 100 | 150 | 200 | 250 |
    de service, il est     } soldats...     |     |     |     |     |
    alloué, pour une année }                |     |     |     |     |
    de rengagement         |                |     |     |     |     |
  -------------------------+----------------+-----+-----+-----+-----+-----------

[Note 37: Le ministre fait connaître annuellement la répartition
des corps de troupe entre les diverses catégories.]

[Note 38: Les primes nº 4 sont applicables aux engagements et
rengagements contractés, après le 30 septembre 1908, dans les corps
désignés par le ministre.]

     _Dispense de période d'exercices de la réserve._--Les
     militaires ayant accompli au moins trois années de service
     ou une période de séjour aux colonies sont dispensés de
     l'une des deux périodes d'exercices de la réserve.

Ceux ayant accompli au moins quatre années de service sont dispensés
des deux périodes d'exercices de la réserve.

Pour avoir droit à ces dispenses, un militaire doit avoir figuré à
l'effectif d'un corps trois ou quatre ans jour pour jour.

       *       *       *       *       *

_Pensions._--Les militaires de toutes armes qui quittent les drapeaux
après quinze ans de service effectif ont droit à une pension
proportionnelle à la durée de leur service; après vingt-cinq ans de
service, ils ont droit à une pension de retraite.

       *       *       *       *       *

_Emplois civils._--Les emplois désignés au tableau E, annexé à la loi,
sont réservés, dans les proportions indiquées audit tableau,
sous-officiers de toutes armes qui ont accompli au moins dix ans de
service, dont quatre ans dans le grade de sous-officier, et qui ont
obtenu, en raison de leur manière de servir, l'avis favorable du conseil
de régiment, ainsi qu'un certificat d'aptitude professionnelle.

Les emplois désignés au tableau F, également annexé à la loi, sont
réservés, dans les mêmes conditions, aux sous-officiers, brigadiers et
caporaux de toutes armes qui ont accompli au moins quatre ans de
service et aux simples soldats ayant accompli cinq ans de service dans
la cavalerie et dans l'artillerie des divisions de cavalerie. Un
certain nombre des emplois de ce dernier tableau sont réservés aux
militaires de tous grades de l'armée coloniale ayant accompli quinze
années de service, dont dix au moins dans l'armée coloniale; ces
militaires ont également droit aux emplois du même tableau.

Les emplois désignés au tableau G, également annexé à la loi, sont
réservés dans les mêmes conditions aux simples soldats de toutes armes
ayant accompli au moins quatre ans de service.

Les nominations aux emplois ne peuvent avoir lieu plus de trois mois
avant l'expiration légale du temps de service du candidat.

En cas d'insuffisance d'emplois, les candidats sont autorisés à
attendre au corps leur nomination à l'emploi qu'ils ont sollicité ou
accepté: pendant deux ans, s'il s'agit d'un emploi du tableau E;
pendant un an, s'il s'agit d'un emploi du tableau F ou du tableau G.


Avantages matériels et moraux aux rengagés.

A) DISPOSITIONS SPÉCIALES AUX SOUS-OFFICIERS RENGAGÉS

1º Dans tous les corps, on devra régler la répartition des locaux de
manière à arriver, autant que possible, à affecter une chambre
spéciale à chaque sous-officier rengagé;

2º Chaque sous-officier rengagé devra recevoir un ameublement;

3º Les sous-officiers rengagés sont autorisés à orner leur chambre.
Les chefs de corps veilleront à ce que cette mesure ne donne lieu à
aucun abus;

4º Le port de l'éperon d'ordonnance avec le pantalon d'ordonnance est
autorisé pour les sous-officiers rengagés en tenue de ville.

B) DISPOSITIONS SPÉCIALES AUX CAPORAUX ET BRIGADIERS RENGAGÉS

1º Les caporaux et brigadiers rengagés recevront des effets en drap de
sous-officier, mais leur tenue comportera des galons de laine et la
soutache d'ancienneté;

2º Il leur sera attribué un bahut ou petite armoire fermant à clef;

3º Les caporaux et brigadiers rengagés sont autorisés à vivre au mess
ou à la cantine; cette disposition ne sera pas appliquée pendant les
exercices à l'extérieur et les manoeuvres d'automne;

4º Toutes les fois que des impossibilités résultant de l'exiguïté du
casernement ne s'y opposeront pas, il devra être créé pour les
caporaux et brigadiers rengagés une salle de réunion et de
consommation avec bibliothèque;

5º Les caporaux et brigadiers rengagés jouiront de la permission
permanente de 10 heures du soir;

6º Ils subiront, dans des chambres éloignées des locaux disciplinaires
des hommes, les punitions de salle de police et de prison;

7º Les caporaux et brigadiers rengagés seront envoyés au bain-douche
comme les sous-officiers, en dehors des heures fixées pour les autres
hommes de troupe.

C) DISPOSITIONS SPÉCIALES AUX SOLDATS RENGAGÉS

1º Les soldats rengagés sont autorisés à avoir une petite caisse à
bagages pour renfermer les effets qui leur appartiennent en propre;

2º Ils jouiront de la permission permanente de 10 heures du soir;

3º Les cavaliers et artilleurs rengagés pourront être dispensés d'un
certain nombre de gardes d'écurie, dans la mesure permise par les
circonstances et qui sera fixée par les chefs de corps;

4º En principe, les soldats rengagés ne devront pas prendre la garde
le dimanche.



APPENDICE III

SECOURS


AVIS AUX MILITAIRES SOUS LES DRAPEAUX

(Circulaire ministérielle du 12 décembre 1912)

Le ministre de la Guerre reconnaît l'existence et les services de
l'_Union d'oeuvres pour l'assistance aux familles des militaires sous
les drapeaux_, dont le siège est à Paris, 19, rue Matignon.

Les secours sont accordés:

  1º Aux familles dans le besoin;
  2º À la femme pendant la grossesse;
  3º À la femme au moment de son accouchement.

Les militaires qui désirent faire bénéficier leur familles doivent
déposer une demande au bureau de leur unité, de leur compagnie.

Les demandes devront être remises au ministère de la Guerre le 10
novembre.

Indépendamment de ces demandes annuelles, il pourra en être formulé
d'autres dans le courant de l'année, en cas d'urgence.

       *       *       *       *       *

Allocation aux familles des soldats qui étaient les vrais soutiens de
famille

(Loi du 7 août 1913)

Les familles des militaires remplissant effectivement, avant leur
départ pour le service, les devoirs de soutiens indispensables de
famille, auront droit sur leur demande, en temps de paix, à une
allocation journalière fournie par l'État pendant la présence de ces
jeunes gens sous les drapeaux.

Cette allocation est fixée par jour à 1f 25. Elle sera majorée de 50
centimes pour chaque enfant au-dessous de 16 ans.

Les demandes sont adressées par les familles au maire de leur commune.



TABLE DES MATIÈRES

                                                                Pages

  BATAILLES INSCRITES AU DRAPEAU DU RÉGIMENT            (2e page de la
                                                           couverture)

  PRINCIPES ET RENSEIGNEMENTS                                   2 et 3

  AVANT-PROPOS                                                       5


1º ÉDUCATION MORALE DU SOLDAT

CHAPITRE I

     I.--Les forces morales                                         10
    II.--La patrie                                                  11
   III.--Le drapeau                                                 12
    IV.--La discipline. Les ordres. L'esprit de corps.
         La camaraderie                                             13
     V.--Rôle de l'armée dans la nation. Le service
         militaire. Les supérieurs                                  16
    VI.--Devoirs envers les camarades                               20
   VII.--Devoirs du soldat envers sa famille et envers
         lui-même                                                   20
  VIII.--Conduite en ville et en cas de troubles                    22
    IX.--Instruction primaire                                       25


2º ÉDUCATION GÉNÉRALE DU SOLDAT POUR LE TEMPS DE PAIX

CHAPITRE II

=Service intérieur=

  Marques extérieures de respect                                    26
  Appellations                                                      28
  Présentation à un supérieur                                       29
  Récompenses: Nomination à la 1re classe. Certificat de
    bonne conduite                                                  30
  Permission. Prolongations. Congés                                 31
  Devoirs en voyage. Dans les gares                                 34
  Punitions. Maintien au corps par mesure de discipline             35
  Demandes. Recommandations. Réclamations                           37
  Devoirs du soldat à la caserne:
    Devoirs dans la chambrée                                        38
    L'appel du soir                                                 40
    Visites d'officiers                                             40
    Soldats malades                                                 41
    Service postal                                                  42


CHAPITRE III

Divers

  Livrets                                                           44
  Code de justice militaire                                         45
  Correspondance militaire                                          45
  Accidents dans le service                                         46
  Sociétés de secours mutuels                                       46


CHAPITRE IV

Ordinaire.--Solde.--Prestations.--Divers

  Ordinaire et prestations                                          48
  Allocations gratuites                                             49
  Distributions                                                     49
  Hygiène de la viande et des légumes                               51
  Salles de récréation ou cercles pour les caporaux et soldats      51
  Solde                                                             51
  Tabac                                                             52
  Chauffage et éclairage                                            52
  Couchage et casernement                                           52


CHAPITRE V

Hygiène militaire

  Soins de propreté corporelle                                      53
  Tenue des chambres                                                54
  Boissons                                                          55
  Recommandation pour les marches, manoeuvres et la
    vie au bivouac                                                  55
  Maladies contagieuses et diverses                                 56
  Paquet individuel de pansement en campagne                        57


CHAPITRE VI

Service des places

  Principes généraux                                                58
  Sentinelles. Troupes. Rondes. Patrouilles                         59
  Honneurs                                                          62
  Garde de police de la caserne                                     63
  Service de planton. Service en cas de troubles. Main-forte
    due à l'autorité                                                64


CHAPITRE VII

Armement.--Tir.--Munitions

I--ARMEMENT

  Fusil modèle 1886, M. 93                                          66
  Nomenclature sommaire                                             66
  Démontage et remontage                                            69
  Entretien de l'arme                                               69

II--TIR

  Instruction du tireur                                             71
  Tirs exécutés à l'instruction                                     75
  Classement des tireurs dans la compagnie. Récompenses
    et concours                                                     78

III--MUNITIONS

  Cartouches de tir                                                 79
  Munitions en campagne                                             79


CHAPITRE VIII

Habillement.--Paquetage. Tenue

  Habillement et entretien                                          81
  Sorties en ville. Tenues. Cheveux. Barbe                          85
  Tenues de travail                                                 86
  Port du sac                                                       87
  Tenue de campagne                                                 89
  Remarques générales et observations                               91
  Port des outils portatifs                                         92
  Vivres divers                                                     94
  Vélocipédistes                                                    95
    Chargement de campagne allégé                                   96
    Conseils relatifs à l'Instruction militaire                     96


3º NOTIONS ET CONNAISSANCES NÉCESSAIRES EN CAMPAGNE.

CHAPITRE IX

Service en campagne

     I.--Notions sur le service de sûreté en marche                100
    II.--Police pendant les marches                                104
   III.--Notions sur le service de sûreté en station               106
           Service aux avant-postes                                106
           Sentinelles                                             109
           Traversée des lignes                                    110
           Rondes                                                  112
           Attaque de l'ennemi                                     112
           Patrouilles                                             112
           Reconnaissances                                         115
    IV.--Orientation et indices                                    116
           Orientation                                             116
           Indices                                                 118
           Évaluation des troupes en vue                           119
     V.--Installation au cantonnement et au bivouac                120
    VI.--Alimentation en campagne                                  123
           Composition des rations de vivres                       125
   VII.--Devoirs des soldats au combat                             126
  VIII.--La liaison dans les opérations militaires                 130
           Nature des signaux                                      130
    IX.--Travaux de campagne et outils                             132
     X.--Services divers                                           140
           Convois                                                 140
           Service de santé                                        142
           Convention de Genève                                    142
           Services divers                                         142


CHAPITRE X

  Transport des troupes par les voies ferrées                      143


CHAPITRE XI

  La Mobilisation                                                  149


4º DEVOIRS DU SOLDAT DANS SES FOYERS APRÈS SA LIBÉRATION DU SERVICE ACTIF

CHAPITRE XII

  Affectation                                                      151
  Changements de résidence et de domicile                          152
  Obligations et périodes d'exercices                              152
  Maladie et réforme                                               153
  Père de quatre et six enfants                                    153
  Convocation. Départ. Heure d'arrivée                             154
  Secours aux familles                                             156
  Indemnités relatives aux convocations                            156
  Périodes des hommes à l'étranger                                 157
  Dispenses de périodes                                            157
  Ajournements. Devancements d'appel. Changements de série         158
  Demandes qui peuvent être faites                                 158
  Remise des demandes                                              159
  Changement de destination                                        159
  Fascicule de mobilisation                                        159
  Sociétés de préparation militaire S. A. G                        160
  Le jour de la mobilisation                                       161


APPENDICE I

  ORGANISATION ET COMPOSITION DE L'ARMÉE                           150


APPENDICE II

  ENGAGEMENTS ET RENGAGEMENTS                                      153


APPENDICE III

  AVIS AUX MILITAIRES SOUS LES DRAPEAUX                            171

  Allocations aux familles des soldats qui étaient de vrais
    soutiens de famille                                            171


NANCY-PARIS, IMPRIMERIE BERGER-LEVRAULT


[Illustration: Ligne de mire.]



ON TROUVE

à la librairie Berger-Levrault, à Paris et à Nancy:


_Toutes_ les théories, _tous_ les règlements, _tous_ les livres
d'instruction et d'histoire militaires, _tous_ les imprimés et papiers
militaires, les _cartes topographiques_ de toutes les régions, etc. À
citer spécialement:

  _Le Livre du Gradé d'infanterie_ (nécessaire aux gradés
  et aux élèves caporaux). Édition 1913-1914              =1= fr. =75=

  _Le Règlement d'Éducation physique_ approuvé par
  le Ministre de la Guerre le 21 janvier 1910. Édition à
  jour 1912                                                    =60= c.

  _La Carte topographique des environs de toutes les
  garnisons._ Utile aux gradés et _à tout soldat_ pour
  suivre les manoeuvres autour de la garnison, et pour
  s'intéresser aux pays traversés pendant les marches. Une
  feuille entière pour les environs:                     =1= fr. =20=.
  (La feuille est formée de 4 quarts à =30= c.)

  _Le Livre du Soldat dans ses foyers._ Indispensable à
  _tout soldat_ avant sa _libération_                          =25= c.

  _Mon Livre. Manuel d'instruction et d'éducation du
  soldat_, par le commandant MONTAIGNE                         =40= c.

  _Les Horreurs de l'Invasion 1870-1871._ Publication
  de la 11e division d'infanterie. 1913                        =90= c.

  Par 50 exemplaires                                           =40= c.

  _Pour nos Soldats. Essai d'éducation morale_, par le
  capitaine ROMAIN. 200 pages                             =1= fr. =25=

  _Préparons-nous à la victoire_, par le major L. NASI.   =1= fr. =50=

  _Les livres réglementaires_ pour les cours régimentaires
  (préparation aux écoles militaires).

  Les _Titres de petite permission_. Le cent                   =40= c.
  Le mille                                                     =3= fr.

  Toute demande adressée par lettre ou par carte postale
  recevra satisfaction dans les vingt-quatre heures. (_Prière
  aux militaires de bien préciser leur adresse._)


NANCY-PARIS, IMPRIMERIE BERGER-LEVRAULT





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Instruction Théorique du Soldat par lui-même (1914)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home