Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Voyage de Monsieur Perrichon - Comédie en quatre actes
Author: Martin, Edouard, 1828-1866, Labiche, Eugène, 1815-1888
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Voyage de Monsieur Perrichon - Comédie en quatre actes" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



LE VOYAGE DE MONSIEUR PERRICHON


_COMÉDIE EN QUATRE ACTES_

PAR EUGÈNE LABICHE

_De L'Académie Française_

ET ÉDOUARD MARTIN



TO MY 1905 «EXTRA-FRENCH» CLASS

IN THE WILLIAM PENN CHARTER SCHOOL



INTRODUCTION

Because _Le Voyage de M. Perrichon_ is a delightful comedy and
particularly suitable for use in the class room, it does not follow
that the place of its author in the literature of France should be
unduly magnified.

Eugène Labiche's chief claim to fame is that, as a distinguished
critic said of him, «for forty years he kept his contemporaries in
laughter.» From 1838, when he wrote his first play, till 1876, when
he voluntarily retired, he produced, generally in collaboration with
writers known mainly through their association with him, over one
hundred and fifty comedies, in each of which is heard the same
dominant note of fun and merriment. But of these plays only a very
small number possess the qualities that alone make for durability;
neither their form--in most cases photographically true to
the looseness of the most familiar conversation--nor their
substance--often grotesquely impossible adventures, situations
supremely laughable because colossally absurd--is calculated to embalm
his plays against the ravages of time. He thought so himself, and
declined for a long time to have them collected into a complete
edition; and when, in 1880, he was proposed for a vacant seat in the
_Académie Française_, he doubted whether he would have voted for his
own admission into that illustrious company.

Thus Labiche must stand simply as the most prolific and genial of the
fun-makers for France during almost half a century. This praise would
have satisfied the modest man that he was. Born in Paris in 1815, he
had been destined to the bar; but, preferring literature, early betook
himself to the newspaper and the drama. Here he «found himself,» and
from the age of twenty-three until he was over sixty filled the comic
stage with his light and laughable productions. After his retirement
in 1876 the distinctions that were bestowed upon him with no grudging
hand brought him as much surprise as pleasure. His published _Théâtre
Complet_ was received by the public with altogether unexpected
enthusiasm; he was elected to the Academy, and his speech on his
reception into that body made a marked sensation. He died in 1888
at his country-place in Sologne, full of years and of wonder at the
gratitude of his contemporaries for the amusement he had so long
afforded them.

Had more of his comedies possessed the qualities of _Le Voyage de M.
Perrichon_, this high esteem would not have been restricted to his
contemporaries. For, underlying the humorous dialogue, there is in
this work a shrewd observation, an analysis of character, that lift it
far above mere farce. Its insight into the ungrateful heart of man,--a
cheerful and reformative, not a gloomy or hopeless, insight,--its
lifelike delineation of the _parvenu_, the self-made man who worships
his maker, and who, because he has been successful in business, thinks
all things are his, culture included: these raise _Le Voyage de M.
Perrichon_ to the plane of true comedy.

Like all Labiche's plays, this one deals with the middle-class, the
_bourgeois_ element in French life, where natural foibles are not
varnished over with the gloss of education and conventionality, but
appear in all their nakedness. M. Perrichon's self-complacency never
once suspects itself; Majorin is mean «all over»; there is no external
hindrance to the exhibition of the weakness within. The feminine
characters, as is invariably the case in his _répertoire_, are but
lightly sketched in. He claimed that «woman is no joke,» and got all
his fun out of men. Only in the first Act are the peculiarities of
Madame Perrichon at all brought out: the lack of refinement of her
speech, her crustiness when her personal habits are interfered with,
etc.; while Henriette is the typical passive young girl of French
comedy, if not of French life, with no mind of her own, and a perfect
readiness to accept any husband at her father's hand. But every one of
the men is carefully and consistently drawn, from the fussy, pompous
Perrichon to the well-meaning Jean. The susceptible Major offers the
humorous contrast of his exquisitely smooth speech and manners with
his uncompromising exaction of all that is due himself and his
«beloved compatriot,» the French language. Armand and Daniel are both
of them gentlemen and good fellows, yet they are most significantly
distinguished: the former guileless, frank, simple, the latter artful
and ingenious; and such they remain consistently from the opening to
the closing scenes. The contest between them is an open, honorable
one, and the equities are satisfied when simple straightforwardness
wins out over worldly wisdom.

It may be noticed that nothing has here been said about Edouard
Martin, whose name appears on the title-page with that of Labiche. It
is generally agreed, and indeed obvious from internal evidence, that
whatever aid Labiche may have received in the suggestion of plot,
management of scenes, etc., from his many collaborators, the qualities
that made his plays so uniformly successful are properly his own.
Edouard Martin had produced a few light plays, now absolutely unknown,
before his association with Labiche. With him he wrote not only _Le
Voyage de M. Perrichon_, but also _La Poudre aux Yeux_, _Les Vivacités
du capitaine Tic_, which have rescued his name from oblivion. He died
in 1864, at the age of thirty-six.

As a text for class-room reading, _Le Voyage de M. Perrichon_ can
hardly be surpassed, where familiarity is sought with the vivacity of
French conversation. The dialogue is throughout simply and frankly
natural. It is, as ever in France, profusely sprinkled with
expletives. These exclamations have a very definite force which
no careful student of the language can afford to overlook. For
convenience they have here been collected into a separate alphabetical
list, where they can be readily referred to and reviewed.

As this play is easy reading and may well be taken up early in the
study of French, the Notes are somewhat fuller than an advanced class
would require. They are at some pains to prevent the missing of
humorous points. They also endeavor to keep before the mind of the
student the fact that a correct understanding of the text is not
enough. He should strive to render the French into equivalent English
idiom, as racy and as real as the original. In fact, he should not be
satisfied until he has produced an «acting version.»

The Exercises for Composition, based upon very nearly each scene of
the play, serve a twofold purpose. It too often happens that a word
or an idiom is forgotten as soon as understood; to translate these
Exercises the student must lift the French from the printed page and
make it his own. Secondly, the English of the Exercises often throws
additional light on the expressions that occur in the text, and
thereby serves to secure for them a fuller, wider understanding.

Lastly, the Questions for Conversation, similarly founded on definite
small portions of the comedy, will afford a measure of the real
mastery that the student has acquired of the lesson for each day.
Whether answered orally, or, as may very well be done, in writing,
they will help him to «mobilize» his vocabulary, accidence, and
syntax.

I.H.B. SPIERS.
PHILADELPHIA,
October, 1905.



PERSONNAGES

PERRICHON
LE COMMANDANT MATHIEU
MAJORIN
ARMAND DESROCHES
DANIEL SAVARY
JOSEPH, domestique du Commandant
JEAN, domestique de Perrichon
MADAME PERRICHON
HENRIETTE, sa fille
UN AUBERGISTE
UN GUIDE
UN EMPLOYÉ DU CHEMIN DE FER
UN FACTEUR
COMMISSIONNAIRES, VOYAGEURS, ETC.



ACTE PREMIER

Gare du chemin de fer de Lyon[1], à Paris.--Au fond, de face, barrière
ouvrant sur les salles d'attente[2]. Au fond, à droite, guichet pour
les billets. Au fond, à gauche, bancs. A droite, marchande[3] de
gâteaux; à gauche, marchande de livres.


SCÈNE PREMIÈRE

MAJORIN, UN EMPLOYÉ DU CHEMIN DE FER, UN FACTEUR, VOYAGEURS,
COMMISSIONNAIRES[4]


Majorin, _se promenant avec impatience_.--Ce Perrichon n'arrive pas!
Voilà une heure que je l'attends... C'est pourtant bien[5] aujourd'hui
qu'il doit partir pour la Suisse avec sa femme et sa fille... (_Avec
amertume_.) Des carrossiers[6] qui vont en Suisse! Des carrossiers qui
ont quarante mille livres de rentes! Des carrossiers qui ont voiture!
Quel siècle! Tandis que moi, je gagne deux mille quatre cents
francs... un employé laborieux, intelligent, toujours courbé sur son
bureau... Aujourd'hui, j'ai demandé un congé... j'ai dit que j'étais
de garde[7]... Il faut absolument que je voie Perrichon avant son
départ... je veux le prier de m'avancer mon trimestre... six cents
francs! Il va prendre son air protecteur... faire l'important[8]!...
un carrossier! ça fait pitié[9]! Il n'arrive toujours[10] pas! on
dirait qu'il le fait exprès! (_S'adressant à un facteur qui passe
suivi de voyageurs_.) Monsieur... à quelle heure part le train direct
pour Lyon?

LE FACTEUR, _brusquement_.--Demandez à l'employé[11], (_Il sort par la
gauche_[12].)

MAJORIN.--Merci... manant! (_S'adressant à l'employé qui est près du
guichet_.) Monsieur, à quelle heure part le train direct pour Lyon?

L'EMPLOYÉ, _brusquement_.--Ça ne me regarde pas! voyez l'affiche. (_Il
désigne une affiche à la cantonade, à gauche_.)

MAJORIN.--Merci... (_A part_.) Ils sont polis dans ces
administrations! Si jamais tu viens à mon bureau, toi!... Voyons
l'affiche... (_Il sort à gauche_.)



ACTE I, SCÈNE II

L'EMPLOYÉ, PERRICHON, MADAME PERRICHON, HENRIETTE

_Ils entrent de la droite_


PERRICHON.--Par ici!... ne nous quittons pas! nous ne pourrions plus
nous retrouver... Où sont nos bagages?... (_Regardant à droite; à la
cantonade_.) Ah! très bien! Qui est-ce qui a les parapluies?

HENRIETTE.--Moi, papa.

PERRICHON.--Et le sac de nuit?... les manteaux?

MADAME PERRICHON.--Les voici!

PERRICHON.--Et mon panama?... Il est resté dans le fiacre! (_Faisant
un mouvement pour sortir et s'arrêtant_.) Ah! non! je l'ai à la
main!... Dieu, que j'ai chaud[1]!

MADAME PERRICHON.--C'est ta faute!... tu nous presses, tu nous
bouscules!... je n'aime pas à voyager comme ça!

PERRICHON.--C'est le départ qui est laborieux: une fois que nous
serons casés!... Restez là, je vais prendre les billets... (_Donnant
son chapeau à Henriette_.) Tiens[2], garde-moi mon panama... (_Au
guichet_.) Trois premières[3] pour Lyon?

L'EMPLOYÉ, _brusquement_.--Ce n'est pas ouvert! Dans un quart d'heure!

PERRICHON, _à l'employé_.--Ah! pardon! c'est la première fois que je
voyage... (_Revenant à sa femme_.) Nous sommes en avance.

MADAME PERRICHON.--Là! quand je te disais que nous avions le temps...
Tu ne nous as pas laissé déjeuner!

PERRICHON.--Il vaut mieux être en avance!... on examine la gare! (_A
Henriette_.) Eh bien! petite fille, es-tu contente?... Nous voilà
partis!... encore quelques minutes, et, rapides comme la flèche
de Guillaume Tell, nous nous élancerons vers les Alpes[4]! (_A sa
femme_.) Tu as pris la lorgnette?

MADAME PERRICHON.--Mais oui!

HENRIETTE, _à son père_.--Sans reproches, voilà au moins deux ans que
tu nous promets ce voyage.

PERRICHON.--Ma fille, il fallait que j'eusse vendu mon fonds... Un
commerçant ne se retire pas aussi facilement des affaires qu'une
petite fille de son pensionnat... D'ailleurs, j'attendais que ton
éducation fût terminée pour la compléter en faisant rayonner devant
toi le grand spectacle de la nature!

MADAME PERRICHON.--Ah ça! est-ce que vous allez continuer comme ça?

PERRICHON.--Quoi?

MADAME PERRICHON.--Vous faites des phrases dans une gare!

PERRICHON.--Je ne fais pas de phrases... j'élève les idées de
l'enfant. (_Tirant de sa poche un petit carnet_.) Tiens, ma fille,
voici un carnet que j'ai acheté pour toi.

HENRIETTE.--Pour quoi faire?

PERRICHON.--Pour écrire d'un côté la dépense et de l'autre les
impressions.

HENRIETTE.--Quelles impressions?

PERRICHON.--Nos impressions de voyage! Tu écriras, et moi je dicterai.

MADAME PERRICHON.--Comment! vous allez vous faire auteur à présent?

PERRICHON.--Il ne s'agit pas de me faire auteur... mais il me semble
qu'un homme du monde peut avoir des pensées et les recueillir sur un
carnet!

MADAME PERRICHON.--Ce sera bien joli!

PERRICHON, _à part_.--Elle est comme ça chaque fois qu'elle n'a pas
pris son café[5]!

UN FACTEUR, _poussant un petit chariot chargé de bagages_.--Monsieur,
voici vos bagages. Voulez-vous les faire enregistrer?

PERRICHON.--Certainement! Mais avant, je vais les compter... parce
que, quand on sait son compte[6]... Un, deux, trois, quatre, cinq,
six, ma femme, sept, ma fille, huit, et moi, neuf. Nous sommes
neuf[7].

LE FACTEUR.--Enlevez!

PERRICHON, _courant vers le fond_.--Dépêchons-nous!

LE FACTEUR.--Pas par là, c'est par ici! (_Il indique la gauche_.)

PERRICHON.--Ah! très bien! (_Aux femmes_.) Attendez-moi là!... ne nous
perdons pas! (_Il sort en courant, suivant le facteur_.)



ACTE I, SCÈNE III

MADAME PERRICHON, HENRIETTE, _puis_ DANIEL


HENRIETTE.--Pauvre père! quelle peine il se donne!

MADAME PERRICHON.--Il est comme un ahuri[1]!

DANIEL, _entrant suivi d'un commissionnaire qui porte sa malle_.--Je
ne sais pas encore où je vais, attendez! (_Apersevant Henriette_.)
C'est elle! je ne me suis pas trompé! (_Il salue Henriette qui lui
rend son salut_.)

MADAME PERRICHON, _à sa fille_.--Quel est ce monsieur?

HENRIETTE.--C'est un jeune homme qui m'a fait danser la semaine
dernière au bal de la Mairie[2] du huitième arrondissement.

MADAME PERRICHON, _vivement_.--Un danseur! (_Elle salue Daniel_.)

DANIEL.--Madame!... mademoiselle!... je bénis le hasard[3]... Ces
dames vont partir?...

MADAME PERRICHON.--Oui, monsieur!

DANIEL.--Ces dames vont à Marseille, sans doute?...

MADAME PERRICHON.--Non, monsieur.

DANIEL.--A Nice, peut-être?...

MADAME PERRICHON.--Non, monsieur!

DANIEL.--Pardon, madame... je croyais... Si mes services...

LE FACTEUR, _à Daniel_.--Bourgeois! vous n'avez que le temps pour vos
bagages.

DANIEL.--C'est juste! allons! (_A part_.) J'aurais voulu savoir où
elles vont... avant de prendre mon billet... (_Saluant_.) Madame...
mademoiselle... (_A part_.) Elles partent, c'est le principal! (_Il
sort par la gauche_.)



ACTE I, SCÈNE IV

MADAME PERRICHON, HENRIETTE, _puis_ ARMAND


MADAME PERRICHON.--Il est très bien[1], ce jeune homme!

ARMAND, _tenant un sac de nuit_.--Portez ma malle aux bagages...
je vous rejoins! (_Apercevant Henriette_.) C'est elle! (_Ils se
saluent_.)

MADAME PERRICHON.--Quel est ce monsieur?

HENRIETTE.--C'est encore un jeune homme qui m'a fait danser au bal du
huitième arrondissement.

MADAME PERRICHON.--Ah ça! ils se sont donc tous donné rendez-vous
ici?... n'importe, c'est un danseur! (_Saluant_.) Monsieur...

ARMAND.--Madame... mademoiselle... je bénis le hasard... Ces dames
vont partir?...

MADAME PERRICHON.--Oui, monsieur.

ARMAND.--Ces dames vont à Marseille, sans doute?...

MADAME PERRICHON.--Non, monsieur.

ARMAND.--A Nice, peut-être?...

MADAME PERRICHON, _à part_.--Tiens, comme l'autre! (_Haut_.) Non,
monsieur!

ARMAND.--Pardon, madame, je croyais... Si mes services...

MADAME PERRICHON, _à part_.--Après ça[2], ils sont du même
arrondissement.

ARMAND, _à part_.--Je ne suis pas plus avancé... Je vais faire
enregistrer ma malle... je reviendrai! (_Saluant_.) Madame...
mademoiselle...



ACTE I, SCÈNE V

MADAME PERRICHON, HENRIETTE, MAJORIN, _puis_ PERRICHON


MADAME PERRICHON.--Il est très bien, ce jeune homme!... Mais que fait
ton père? les jambes me rentrent dans le corps[1]!

MAJORIN, _entrant de la gauche_.--Je me sais trompé, ce train ne part
que dans une heure!

HENRIETTE.--Tiens! monsieur Majorin!

MAJORIN, _à part_.--Enfin! les voila!

MADAME PERRICHON.--Vous! comment n'êtes-vous pas à votre bureau?

MAJORIN.--J'ai demandé un congé, belle dame; je ne voulais pas vous
laisser partir sans vous faire mes adieux!

MADAME PERRICHON.--Comment! c'est pour cela que vous êtes venu! Ah!
que c'est aimable!

MAJORIN.--Mais je ne vois pas Perrichon?

HENRIETTE.--Papa s'occupe des bagages.

PERRICHON, _entrant en courant, à la cantonade_.--Les billets d'abord!
très bien!

MAJORIN.--Ah! le voici! Bonjour, cher ami!

PERRICHON, _très pressé_.--Ah! c'est toi! tu es bien gentil d'être
venu!... Pardon, il faut que je prenne mes billets! (_Il le quitte_.)

MAJORIN, _à part._--Il est poli!

PERRICHON, _à l'employé au guichet._--Monsieur, on ne veut pas
enregistrer mes bagages avant que je n'aie pris mes billets!

L'EMPLOYÉ.--Ce n'est pas ouvert! attendez!

PERRICHON.--Attendez! et là-bas ils m'ont dit: Dépêchez-vous!
(_S'essuyant le front_.) Je suis en nage!

MADAME PERRICHON.--Et moi, je ne tiens plus sur mes jambes!

PERRICHON.--Eh bien, asseyez-vous! (_Indiquant le fond à gauche_.)
Voilà des bancs... vous êtes bonnes de rester plantées là comme deux
factionnaires!

MADAME PERRICHON.--C'est toi-même qui nous as dit: Restez-là! Tu n'en
finis pas[2]! Tu es insupportable!

PERRICHON.--Voyons[3], Caroline!

MADAME PERRICHON.--Ton voyage! j'en ai déjà assez!

PERRICHON.--On voit bien que tu n'as pas pris ton café! Tiens, va
t'asseoir!

MADAME PERRICHON.--Oui! mais dépêche-toi! (_Elle va s'asseoir avec
Henriette_.)



ACTE I, SCÈNE VI

PERRICHON, MAJORIN


MAJORIN, _à part_.--Joli petit ménage!

PERRICHON, _à Majorin_.--C'est toujours comme ça quand elle n'a pas
pris son café... Ce bon Majorin! c'est bien gentil à toi d'être venu!

MAJORIN.--Oui, je voulais te parler d'une petite affaire.

PERRICHON, _distrait_.--Et mes bagages qui sont restés là-bas sur une
table[1]!... Je suis inquiet! (_Haut_.) Ce bon Majorin! c'est bien
gentil à toi d'être venu!... (_A part_.) Si j'y[2] allais!

MAJORIN.--J'ai un petit service à te demander.

PERRICHON.--A moi?

MAJORIN.--J'ai déménagé... et si tu voulais m'avancer un trimestre de
mes appointements... six cents francs...

PERRICHON.--Comment! ici?

MAJORIN.--Je crois t'avoir toujours rendu, exactement l'argent que tu
m'as prêté.

PERRICHON,--Il ne s'agit pas de ça[3]!

MAJORIN.--Pardon! je tiens à le constater[4]... Je touche mon
dividende des paquebots le huit du mois prochain; j'ai douze
actions... et si tu n'as pas confiance en moi, je te remettrai les
titres en garantie.

PERRICHON.--Allons donc[5]! es-tu bête!

MAJORIN, _sèchement_.--Merci!

PERRICHON.--Pourquoi diable aussi[6] viens-tu me demander ça au moment
où je pars?... j'ai pris juste l'argent nécessaire à mon voyage.

MAJORIN.--Après tout, si ça te gêne... n'en parlons plus. Je
m'adresserai à des usuriers qui me prendront cinq pour cent par
an[7]... je n'en mourrai pas!

PERRICHON, _tirant son portefeuille_.--Voyons, ne te fâche pas!...
tiens, les voilà tes six cents francs, mais n'en parle pas à ma femme.

MAJORIN, _prenant les billets_.--Je comprends! elle est si avare!

PERRICHON.--Comment, avare!

MAJORIN.--Je veux dire qu'elle a de l'ordre[8]!

PERRICHON.--Il faut ça, mon ami!... il faut ça!

MAJORIN, _sèchement_.--Allons! c'est six cents francs que je te
dois... adieu! (_A part_.) Que d'histoires! pour six cents francs!...
et ça[9] va en Suisse!... Carrossier! (_Il disparaît à droite_.)

PERRICHON.--Eh bien, il part? il ne m'a seulement pas dit merci! mais
au fond, je crois qu'il m'aime! (_Apercevant le guichet ouvert_.)
Ah! sapristi! on distribue les billets!... (_Il se précipite vers la
balustrade[10] et bouscule cinq ou six personnes qui font la queue_.)

UN VOYAGEUR.--Faites donc attention, monsieur!

L'EMPLOYÉ, _à Perrichon_.--Prenez votre tour, vous, là-bas!

PERRICHON, _à part_.--Et mes bagages!... et ma femme!... (_Il se met à
la queue_.)



ACTE I, SCÈNE VII

LES MÊMES, LE COMMANDANT _suivi de_ JOSEPH, _qui porte sa valise_


LE COMMANDANT.--Tu m'entends[1] bien?

JOSEPH.--Oui, mon commandant.

LE COMMANDANT.--Tu diras à Anita que tout est fini... bien fini.

JOSEPH.--Oui, mon commandant.

LE COMMANDANT.--Et si elle demande où je suis... quand je
reviendrai... tu répondras que tu n'en sais rien... Je ne veux plus
entendre parler d'elle.

JOSEPH.--Oui, mon commandant.

PERRICHON.--J'ai mes billets!... vite! à mes bagages! Quel mètier que
d'aller à Lyon! (_Il sort en courant_.)

LE COMMANDANT.--Tu m'as bien compris?

JOSEPH.--Sauf votre respect[2], mon commandant, c'est bien inutile de
partir.

LE COMMANDANT.--Pourquoi?

JOSEPH.--Parce qu'à son retour, mon commandant redeviendra amoureux de
mademoiselle Anita.

LE COMMANDANT.--Oh!

JOSEPH.--Alors, autant vaudrait[3] ne pas la quitter; les
raccommodements coûtent toujours quelque chose à mon commandant.

LE COMMANDANT.--Ah! cette fois, c'est sérieux!

JOSEPH.--Adieu, mon commandant.

LE COMMANDANT _s'approche du guichet et revient_.--Ah! tu m'écriras
à Genève, poste restante... tu me donneras des nouvelles de... ta
santé...

JOSEPH, _flatté_.--Mon commandant est bien bon!

LE COMMANDANT.--Et puis, tu me diras si l'on[4] a eu du chagrin en
apprenant mon départ... si l'on a pleuré...

JOSEPH.--Qui ça, mon commandant?...

LE COMMANDANT.--Eh parbleu! elle! Anita!

JOSEPH.--Vous vous réconcilierez avec elle, mon commandant!

LE COMMANDANT.--Jamais!

JOSEPH.--Ça fera la huitième fois.

LE COMMANDANT.--Allons, c'est bien[5]! donne-moi ma valise, et
écris-moi à Genève... demain ou ce soir! bon jour!

JOSEPH.--Bon voyage, mon commandant! (_A part_.) Il sera revenu
avant huit jours! O les femmes!... et les hommes!... (_Il sort.--Le
Commandant va prendre son billet et entre dans la salle d'attente_.)



ACTE I, SCÈNE VIII

MADAME PERRICHON, HENRIETTE, _puis_ PERRICHON, UN FACTEUR


MADAME PERRICHON, _se levant avec sa fille._--Je suis lasse d'être
assise!

PERRICHON, _entrant en courant_.--Enfin! c'est fini! j'ai mon
bulletin[1]! je suis enregistré!

MADAME PERRICHON.--Ce n'est pas malheureux[2]!

LE FACTEUR, _poussant son chariot vide, à Perrichon_.--Monsieur...
n'oubliez pas le facteur, s'il vous plaît...

PERRICHON.--Ah! oui... Attendez... (_Se concertant avec sa femme et sa
fille_.) Qu'est-ce qu'il faut lui donner à celui-là, dix sous?...

MADAME PERRICHON.--Quinze.

HENRIETTE.--Vingt.

PERRICHON.--Allons... va pour[3] vingt sous! (_Les lui donnant._)
Tenez, mon garçon.

LE FACTEUR.--Merci, monsieur! (_Il sort_.)

MADAME PERRICHON.--Entrons-nous?

PERRICHON.--Un instant... Henriette, prends ton carnet et écris.

MADAME PERRICHON.--Déjà!

PERRICHON, _dictant_.--Dépenses: fiacre, deux francs... chemin de fer,
cent soixante-douze francs cinq centimes... facteur, un franc.

HENRIETTE.--C'est fait.

PERRICHON.--Attends! impression[4]!

MADAME PERRICHON, _à part_.--Il est insupportable!

PERRICHON, _dictant_.--Adieu, France... reine des nations!
(_S'interrompant_.) Eh bien! et mon panama?... je l'aurai laissé[5]
aux bagages! (_Il veut courir_.)

MADAME PERRICHON.--Mais non, le voici!

PERRICHON.--Ah! oui. (_Dictant_.) Adieu, France! reine des nations[6]!
(_On entend la cloche et l'on voit accourir plusieurs voyageurs_.)

MADAME PERRICHON.--Le signal! tu vas nous faire manquer le convoi!

PERRICHON.--Entrons, nous finirons cela plus tard! (_L'employé
l'arrête à la barrière pour voir les billets, Perrichon querelle sa
femme, et sa fille finit par trouver les billets dans sa[7] poche. Ils
entrent dans la salle d'attente_.)



ACTE I, SCÈNE IX

ARMAND, DANIEL, _puis_ PERRICHON

_Daniel, qui vient de prendre son billet, est heurté par Armand qui
veut prendre le sien_


ARMAND.--Prenez donc garde!

DANIEL.--Faites attention vous-même!

ARMAND.--Daniel!

DANIEL.--Armand!

ARMAND.--Vous partez?

DANIEL.--A l'instant! et vous?

ARMAND.--Moi aussi!

DANIEL.--C'est charmant! nous ferons route ensemble! j'ai des cigares
de première classe... et où allez-vous?

ARMAND.--Ma foi, mon cher ami, je n'en sais rien encore.

DANIEL.--Tiens! c'est bizarre! ni moi non plus! J'ai pris un billet
jusqu'à Lyon.

ARMAND.--Vraiment? moi aussi! je me dispose à suivre une demoiselle
charmante.

DANIEL.--Tiens! moi aussi.

ARMAND.--La fille d'un carrossier!

DANIEL.--Perrichon?

ARMAND.--Perrichon!

DANIEL.--C'est la même!

ARMAND.--Mais je l'aime, mon cher Daniel.

DANIEL.--Je l'aime également, mon cher Armand.

ARMAND.--Je veux l'épouser!

DANIEL.--Moi, je veux la demander en mariage... ce qui est à peu près
la même chose.

ARMAND.--Mais nous ne pouvons l'épouser tous les deux!

DANIEL.--En France, c'est défendu.

ARMAND.--Que faire?

DANIEL.--C'est bien simple! puisque nous sommes sur le marchepied du
wagon, continuons gaiement notre voyage... cherchons à plaire... à
nous faire aimer[1], chacun de notre côté!

ARMAND, _riant_.--Alors, c'est un concours!... un tournoi!...

DANIEL.--Une lutte loyale... et amicale... Si vous êtes vainqueur...
je m'inclinerai... si je l'emporte, vous ne me tiendrez pas rancune!
Est-ce dit?

ARMAND.--Soit! j'accepte.

DANIEL.--La main, avant la bataille?

ARMAND.--Et la main après. (_Ils se donnent la main_.)

PERRICHON, _entrant en courant, à la cantonade_.--Je te dis que j'ai
le temps!

DANIEL.--Tiens! notre beau-père!

PERRICHON, _à la marchande de livres_.--Madame, je voudrais un livre
pour ma femme et ma fille... un livre qui ne parle ni de galanterie,
ni d'argent, ni de politique, ni de mariage, ni de mort.

DANIEL, _à part_.--Robinson Crusoé!

LA MARCHANDE.--Monsieur, j'ai votre affaire[2]. (_Elle lui remet un
volume_.)

PERRICHON, _lisant_.--_Les Bords de la Saône_[3]: deux francs!
(_Payant_.) Vous me jurez qu'il n'y a pas de bêtises[4] là-dedans?
(_On entend la cloche_.) Ah diable! Bonjour, madame. (_Il sort en
courant_.)

ARMAND.--Suivons-le!

DANIEL.--Suivons! C'est égal[5], je voudrais bien savoir où nous
allons?... (_On voit courir plusieurs voyageurs_.--_Tableau_[6].)



ACTE DEUXIÈME

Un intérieur d'auberge au Montanvert[1], près de la mer de Glace.--Au
fond, à droite, porte d'entrée; au fond, à gauche, fenêtre; vue de
montagnes couvertes de neige; à gauche, porte et cheminée haute.
--Table; à droite, table où est le livre des voyageurs, et porte.


SCÈNE PREMIÈRE

ARMAND, DANIEL, L'AUBERGISTE, UN GUIDE

_Daniel et Armand sont assis à une table et déjeunent_


L'AUBERGISTE.--Ces messieurs[2] prendront-ils autre chose?

DANIEL.--Tout à l'heure... du café.

ARMAND.--Faites manger le guide; après, nous partirons pour la mer de
Glace.

L'AUBERGISTE.--Venez, guide. (_Il sort, suivi du guide, par la
droite_.)

DANIEL.--Eh bien! mon cher Armand?

ARMAND.--Eh bien! mon cher Daniel?

DANIEL.--Les opérations[3] sont engagées, nous avons commencé
l'attaque.

ARMAND.--Notre premier soin a été de nous introduire dans le même
wagon[4] que la famille Perrichon; le papa avait déjà mis sa calotte.

DANIEL.--Nous les avons bombardés de prévenances, de petits soins[5].

ARMAND.--Vous avez prêté votre journal à monsieur Perrichon, qui
a dormi dessus... En échange, il vous a offert _les Bords de la
Saône_... un livre avec des images.

DANIEL.--Et vous, à partir de Dijon[6], vous avez tenu un store dont
la mécanique[7] était dérangée; ça a dû vous fatiguer.

ARMAND.--Oui, mais la maman m'a comblé de pastilles de chocolat.

DANIEL.--Gourmand!... vous vous êtes fait nourrir[8].

ARMAND.--A Lyon, nous descendons au même hôtel...

DANIEL.--Et le papa, en nous retrouvant, s'écrie: Ah! quel heureux
hasard!...

ARMAND.--A Genève, même rencontre... imprévue...

DANIEL.--A Chamouny[9], même situation; et le Perrichon de s'écrier
toujours: Ah! quel heureux hasard!...

ARMAND.--Hier soir, vous apprenez que la famille se dispose à venir
voir la mer de Glace, et vous venez me chercher dans ma chambre... dès
l'aurore... c'est un trait de gentilhomme[10]!

DANIEL.--C'est dans notre programme... lutte loyale!... Voulez-vous de
l'omelette?

ARMAND.--Merci[11]... Mon cher, je dois vous prévenir... loyalement,
que de Châlon[12] à Lyon, mademoiselle Perrichon m'a regardé trois
fois.

DANIEL.--Et moi quatre!

ARMAND.--Diable! c'est sérieux!

DANIEL.--Ça le[13] sera bien davantage quand elle ne nous regardera
plus... Je crois qu'en ce moment elle nous préfère tous les deux... ça
peut durer longtemps comme ça; heureusement que nous sommes gens de
loisir.

ARMAND.--Ah ça! expliquez-moi comment vous avez pu vous éloigner de
Paris, étant le gérant d'une société de paquebots...

DANIEL.--_Les Remorqueurs sur la Seine_... capital social, deux
millions. C'est bien simple: je me suis demandé un petit congé, et
je n'ai pas hésité à me l'accorder... J'ai de bons employés; les
paquebots vont tout seuls[14], et pourvu que je sois à Paris le huit
du mois prochain pour le paiement du dividende... Ah çà! et vous? un
banquier!... il me semble que vous pérégrinez beaucoup!

ARMAND.--Oh! ma maison de banque ne m'occupe guère... J'ai associé
mes capitaux en réservant la liberté de ma personne[15], je suis
banquier...

DANIEL.--Amateur!

ARMAND.--Je n'ai, comme vous, affaire à Paris que vers le huit du mois
prochain.

DANIEL.--Et d'ici là nous allons nous faire une guerre à outrance...

ARMAND.--A outrance! comme deux bons amis... J'ai eu un moment la
pensée de vous céder la place; mais j'aime sérieusement Henriette...

DANIEL.--C'est singulier... je voulais vous faire le même sacrifice...
sans rire... A Châlon, j'avais envie de décamper, mais je l'ai
regardée...

ARMAND.--Elle est si jolie!

DANIEL.--Si douce!

ARMAND.--Si blonde!

DANIEL.--Il n'y a presque plus de blondes[16]; et des yeux!

ARMAND.--Comme nous les aimons[17].

DANIEL.--Alors je suis resté!

ARMAND.--Ah! je vous comprends!

DANIEL.--A la bonne heure! C'est un plaisir de vous avoir pour ennemi!
(_Lui serrant la main_.) Cher Armand!

ARMAND, _de même_.--Bon Daniel! Ah çà! monsieur Perrichon n'arrive
pas! Est-ce qu'il aurait changé son itinéraire? Si nous allions les
perdre!...

DANIEL.--Diable! c'est qu'il[18] est capricieux, le bonhomme...
Avant-hier il nous a envoyés nous promener à Ferney[19] où nous
comptions le retrouver...

ARMAND.--Et pendant ce temps, il était allé à Lausanne.

DANIEL.--Eh bien, c'est drôle de voyager comme cela! (_Voyant Armand
qui se leve_.) Où allez-vous donc?

ARMAND.--Je ne tiens pas en place[20], j'ai envie d'aller au-devant de
ces dames.

DANIEL.--Et le café?

ARMAND.--Je n'en prendrai pas... Au revoir! (_Il sort vivement par le
fond_.)



ACTE II, SCÈNE II

DANIEL, _puis_ L'AUBERGISTE, _puis_ LE GUIDE


DANIEL.--Quel excellent garçon! c'est tout coeur, tout feu[1]...
mais ça ne sait pas vivre; il est parti sans prendre son café!
(_Appelant_.) Holà!... monsieur l'aubergiste!

L'AUBERGISTE, _paraissant_.--Monsieur?

DANIEL.--Le café. (_L'aubergiste sort. Daniel allume un cigare_.)
Hier, j'ai voulu faire fumer le beau-père... ça ne lui a pas
réussi[2]...

L'AUBERGISTE, _apportant le café_.--Monsieur est servi.

DANIEL, _s'asseyant derrière la table devant la cheminée et étendant
une jambe sur la chaise d'Armand_.--Approchez cette chaise... très
bien... (_Il a désigné une autre chaise, il y étend l'autre jambe_.)
Merci!... Ce pauvre Armand! il court sur la grande route, lui, en
plein soleil[3]... et moi, je m'étends! Qui arrivera le premier de
nous deux? nous avons[4] la fable du _Lièvre et de la Tortue_.

L'AUBERGISTE, _lui présentant un registre_.--Monsieur veut-il écrire
quelque chose sur le livre des voyageurs?

DANIEL.--Moi?... je n'écris jamais après mes repas, rarement avant...
Voyons les pensées délicates et ingénieuses des visiteurs. (_Il
feuillette le livre, lisant_.) «Je ne me suis jamais mouché si
haut[5]!...» Signé: «Un voyageur enrhumé...» (_Il continue à
feuilleter_.) Oh! la belle écriture[6]! (_Lisant_.) «Qu'il est beau
d'admirer les splendeurs de la nature, entouré de sa femme et de sa
nièce!...» Signé: «Malaquais, rentier...» Je me suis toujours demandé
pourquoi les Français, si spirituels chez eux, sont si bêtes en
voyage! (_Cris et tumulte au dehors_.)

L'AUBERGISTE.--Ah! mon Dieu!

DANIEL.--Qu'y a-t-il?



ACTE II, SCÈNE III

DANIEL, PERRICHON, ARMAND, MADAME PERRICHON, HENRIETTE, L'AUBERGISTE

_Perrichon entre, soutenu par sa femme et le guide_


ARMAND.--Vite, de l'eau! du sel! du vinaigre!

DANIEL.--Qu'est-il donc arrivé?

HENRIETTE.--Mon père a manqué de se tuer!

DANIEL.--Est-il possible?

PERRICHON, _assis_.--Ma femme!... ma fille!... Ah! je me sens
mieux!...

HENRIETTE, _lui présentant un verre d'eau sucrée_.--Tiens!... bois! ça
te remettra...

PERRICHON.--Merci... quelle culbute! (_Il boit_.)

MADAME PERRICHON.--C'est ta faute aussi... vouloir monter à cheval, un
père de famille!... et avec des éperons encore!

PERRICHON.--Les éperons n'y sont pour rien[1]... c'est la bête qui est
ombrageuse.

MADAME PERRICHON.--Tu l'auras piquée[2] sans le vouloir, elle s'est
cabrée...

HENRIETTE.--Et sans monsieur Armand qui venait d'arriver... mon père
disparaissait[3] dans un précipice...

MADAME PERRICHON.--Il y était déjà... je le voyais rouler comme une
boule... nous poussions des cris!...

HENRIETTE.--Alors, monsieur s'est élancé!...

MADAME PERRICHON.--Avec un courage, un sangfroid!... Vous êtes notre
sauveur... car sans vous mon mari... mon pauvre ami... (_Elle éclate
en sanglots_.)

ARMAND.--Il n'y a plus de danger... calmez-vous!

MADAME PERRICHON, _pleurant toujours_.--Non! ça me fait du bien! (_A
son mari_.) Ça t'apprendra à mettre des éperons. (_Sanglotant plus
fort_.) Tu n'aimes pas ta famille.

HENRIETTE, _à Armand_.--Permettez-moi d'ajouter mes remercîments
à ceux de ma mère; je garderai toute ma vie le souvenir de cette
journée... toute ma vie!...

ARMAND.--Ah! mademoiselle!

PERRICHON, _à part_.--A mon tour[4]!... (_Haut_.) Monsieur Armand!...
non, laissez-moi vous appeler Armand!

ARMAND.--Comment donc[5]!

PERRICHON.--Armand... donnez-moi la main... Je ne sais pas faire de
phrases, moi... mais tant qu'il battra, vous aurez une place dans le
coeur de Perrichon! (_Lui serrant la main_.) Je ne vous dis que cela!

MADAME PERRICHON.--Merci!... monsieur Armand!

HENRIETTE.--Merci, monsieur Armand!

ARMAND.--Mademoiselle Henriette!

DANIEL, _à part_.--Je commence à croire que j'ai eu tort de prendre
mon café!

MADAME PERRICHON, _à l'aubergiste_.--Vous ferez reconduire le
cheval[6], nous retournerons tous en voiture...

PERRICHON, _se levant_.--Mais je t'assure, ma chère amie, que je suis
assez bon cavalier... (_Poussant un cri_.) Aïe!

Tous.--Quoi?

PERRICHON.--Rien!... les reins! Vous ferez reconduire le cheval!

MADAME PERRICHON.--Viens te reposer un moment; au revoir, monsieur
Armand!

HENRIETTE.--Au revoir, monsieur Armand!

PERRICHON, _serrant énergiquement la main d'Armand_.--A bientôt...
Armand! (_Poussant un second cri_.) Aïe!... j'ai trop serré[7]! (_Il
entre à gauche suivi de sa femme et de sa fille_.)



ACTE II, SCÈNE IV

ARMAND, DANIEL


ARMAND.--Qu'est-ce que vous dites de cela, mon cher Daniel?

DANIEL.--Que voulez-vous[1]? c'est de la veine!... vous sauvez le
père, vous cultivez le précipice[2], ce n'était pas dans le programme!

ARMAND.--C'est bien le hasard...

DANIEL.--Le papa vous appelle Armand, la mère pleure et la fille vous
décoche des phrases bien senties... Je suis vaincu, c'est clair! et je
n'ai plus qu'à vous céder la place[3]...

ARMAND.--Allons donc! vous plaisantez...

DANIEL.--Je plaisante si peu que, dès ce soir, je pars pour Paris...

ARMAND.--Comment?

DANIEL.--Où vous retrouverez[4] un ami... qui vous souhaite bonne
chance!

ARMAND.--Vous partez! ah! merci!

DANIEL.--Voilà un cri du coeur[5]!

ARMAND.--Ah! pardon! je le retire!... après le sacrifice que vous me
faites...

DANIEL.--Moi? entendons-nous bien... Je ne vous fais pas le plus léger
sacrifice. Si je me retire, c'est que je ne crois avoir aucune chance
de réussir; car, maintenant encore, s'il s'en présentait une... même
petite, je resterais.

ARMAND.--Ah!

DANIEL.--Est-ce singulier! Depuis qu'Henriette m'échappe, il me semble
que je l'aime davantage.

ARMAND.--Je comprends cela... aussi[6], je ne vous demanderai pas le
service que je voulais vous demander...

DANIEL.--Quoi donc?

ARMAND.--Non, rien...

DANIEL.--Parlez... je vous en prie.

ARMAND.--J'avais songé... puisque vous partez, à vous prier de voir
monsieur Perrichon, de lui toucher quelques mots de ma position, de
mes espérances.

DANIEL.--Ah! diable!

ARMAND.--Je ne puis le faire moi-même... j'aurais l'air de réclamer le
prix du service que je viens de lui rendre.

DANIEL.--Enfin, vous me priez de faire la demande[7] pour vous?
Savez-vous que c'est original, ce que vous me demandez là!

ARMAND.--Vous refusez?...

DANIEL.--Ah! Armand! j'accepte!

ARMAND.--Mon ami[8]!

DANIEL.--Avouez que je suis un bien bon petit rival, un rival qui
fait la demande! (_Voix de Perrichon dans la coulisse_.) J'entends le
beau-père! Allez fumer un cigare et revenez!

ARMAND.--Vraiment! je ne sais comment vous remercier...

DANIEL.--Soyez tranquille[9], je vais faire vibrer chez lui la corde
de la reconnaissance. (_Armand sort par le fond_.)



ACTE II, SCÈNE V

DANIEL, PERRICHON, _puis_ L'AUBERGISTE


PERRICHON, _entrant et parlant à la cantonade_.--Mais certainement il
m'a sauvé! certainement il m'a sauvé[1], et, tant que battra le coeur
de Perrichon... Je le lui ai dit...

DANIEL.--Eh bien! monsieur Perrichon... vous sentez-vous mieux?

PERRICHON.--Ah! je suis tout à fait remis... je viens de boire trois
gouttes de rhum dans un verre d'eau, et dans un quart d'heure, je
compte gambader sur la mer de Glace. Tiens, votre ami n'est plus là?

DANIEL.--Il vient de sortir.

PERRICHON.--C'est un brave jeune homme!... ces dames l'aiment
beaucoup.

DANIEL.--Oh! quand elles le connaîtront davantage!... un coeur d'or!
obligeant, dévoué, et d'une modestie[2]!...

BERRICHON.--Oh! c'est rare.

DANIEL.--Et puis il est banquier... c'est un banquier!...

PERRICHON.--Ah!

DANIEL.--Associé de la maison Turneps, Desroches et Cie. Dites
donc[3], c'est assez flatteur d'être repêché par un banquier... car
enfin[4], il vous a sauvé!... Hein? sans lui!...

PERRICHON.--Certainement... certainement. C'est très gentil ce qu'il a
fait là!

DANIEL, _étonné_.--Comment, gentil[5]!

PERRICHON.--Est-ce que vous allez vouloir atténuer le mérite de son
action?

DANIEL.--Par exemple[6]!

PERRICHON.--Ma reconnaissance ne finira qu'avec ma vie... ça[7]!...
tant que le coeur de Perrichon battra... Mais, entre nous, le service
qu'il m'a rendu n'est pas aussi grand que ma femme et ma fille veulent
bien le dire.

DANIEL, _étonné_.--Ah bah!

PERRICHON.--Oui. Elles se montent la tête. Mais, vous savez, les
femmes!...

DANIEL.--Cependant, quand Armand vous a arrêté, vous rouliez...

PERRICHON.--Je roulais, c'est vrai... mais avec une présence d'esprit
étonnante... J'avais aperçu un petit sapin après lequel j'allais me
cramponner; je le tenais déjà quand votre ami est arrivé.

DANIEL, _à part_.--Tiens, tiens! vous allez voir qu'il s'est sauvé
tout seul.

PERRICHON.--Au reste, je ne lui sais pas moins gré de sa bonne
intention... Je compte le revoir... lui réitérer mes remercîments...
je l'inviterai même cet hiver.

DANIEL, _à part_.--Une tasse de thé[8]!

PERRICHON.--Il paraît que ce n'est pas la première fois qu'un pareil
accident arrive à cet endroit-là... c'est un mauvais pas[9]...
L'aubergiste vient de me raconter que, l'an dernier, un Russe... un
prince... très bon cavalier!... car ma femme a beau dire[10], ça ne
tient pas à mes éperons!... avait roulé dans le même trou.

DANIEL.--En vérité!

PERRICHON.--Son guide l'a retiré... Vous voyez! qu'on s'en retire
parfaitement[11]. Eh bien! le Russe lui a donné cent francs!

DANIEL.--C'est très bien payé!

PERRICHON.--Je le crois bien[12]!... Pourtant c'est ce que ça vaut...

DANIEL.--Pas un sou de plus. (_A part_.) Oh! mais je ne pars pas[13].

PERRICHON, _remontant_.--Ah ça! ce guide n'arrive pas?

DANIEL.--Est-ce que ces dames sont prêtes?

PERRICHON.--Non... elles ne viendront pas: vous comprenez?... mais je
compte sur vous.

DANIEL.--Et sur Armand?

PERRICHON.--S'il veut être des nôtres[14], je ne refuserai
certainement pas la compagnie de M. Desroches.

DANIEL, _à part_.--M. Desroches! Encore un peu et il va le prendre en
grippe!

L'AUBERGISTE, _entrant de la droite_.--Monsieur!...

PERRICHON.--Eh bien! ce guide?

L'AUBERGISTE.--Il est à la porte... Voici vos chaussons.

PERRICHON.--Ah! oui! il paraît[15] qu'on glisse dans les crevasses
là-bas... et comme je ne veux avoir d'obligation à personne...

L'AUBERGISTE, _lui présentant le registre_.--Monsieur écrit-il sur le
livre des voyageurs?

PERRICHON.--Certainement... mais je ne voudrais pas écrire quelque
chose d'ordinaire... il me faudrait... là... une pensée!... une jolie
pensée!... (_Rendant le livre à l'aubergiste_.) Je vais y rêver[16] en
mettant mes chaussons. (_A Daniel_.) Je suis à vous dans la minute.
(_Il entre à droite suivi de l'aubergiste_.)



ACTE II, SCÈNE VI

DANIEL, _puis_ ARMAND


DANIEL, _seul_.--Ce carrossier est un trésor d'ingratitude. Or, les
trésors appartiennent à ceux qui les trouvent, article 716 du Code
civil[1]...

ARMAND, _paraissant à la porte du fond_.--Eh bien?

DANIEL, _à part_.--Pauvre garçon!

ARMAND.--L'avez-vous vu?

DANIEL.--Oui.

ARMAND.--Lui avez-vous parlé?

DANIEL.--Je lui ai parlé.

ARMAND.--Alors vous avez fait ma demande?...

DANIEL.--Non.

ARMAND.--Tiens! pourquoi?

DANIEL.--Nous nous sommes promis d'être francs vis-à-vis l'un de
l'autre... Eh bien! mon cher Armand, je ne pars plus, je continue la
lutte.

ARMAND, _étonné_.--Ah! c'est différent!... et peut-on vous demander
les motifs qui ont changé votre détermination?

DANIEL.--Les motifs... j'en ai un puissant: je crois réussir.

ARMAND.--Vous?

DANIEL.--Je compte prendre un autre chemin que le vôtre et arriver
plus vite.

ARMAND.--C'est très bien... vous êtes dans votre droit...

DANIEL.--Mais la lutte n'en continuera pas moins loyale et amicale?

ARMAND.--Oui.

DANIEL.--Voilà un oui un peu sec!

ARMAND.--Pardon!... (_Lui tendant la main_.) Daniel, je vous le
promets...

DANIEL.--A la bonne heure! (_Il remonte_.)



ACTE II, SCÈNE VII

LES MÊMES, PERRICHON, _puis_ L'AUBERGISTE


PERRICHON.--Je suis prêt... j'ai mis mes chaussons... Ah! monsieur
Armand!

ARMAND.--Vous sentez-vous remis de votre chute?

PERRICHON.--Tout à fait! ne parlons plus de ce petit accident... c'est
oublié!

DANIEL, _à part_.--Oublié! il est plus vrai que nature[l]...

PERRICHON.--Nous partons pour la mer de Glace... êtes-vous des nôtres?

ARMAND.--Je suis un peu fatigué... je vous demanderai la permission de
rester...

PERRICHON, _avec empressement_.--Très volontiers! ne vous gênez
pas[2]! (_A l'aubergiste qui entre_.) Ah! monsieur l'aubergiste,
donnez-moi le livre des voyageurs. (_Il s'assied à droite et écrit_.)

DANIEL, _à part_.--Il paraît qu'il a trouvé sa pensée... la jolie
pensée.

PERRICHON, _achevant d'écrire_.--Là... voilà ce que c'est! (_Lisant
avec emphase_.) «Que l'homme est petit quand on le contemple du haut
de la _mère_ de Glace!»

DANIEL.--Sapristi! c'est fort!

ARMAND, _à part_.--Courtisan!

PERRICHON, _modestement_.--Ce n'est pas l'idée de tout le monde.

DANIEL, _à part_.--Ni l'orthographe; il a écrit _mère, r, e, re_[3]!

PERRICHON, _à l'aubergiste, lui montrant le livre ouvert sur la
table_.--Prenez garde! c'est frais!

L'AUBERGISTE.--Le guide attend ces messieurs avec les bâtons ferrés.

PERRICHON.--Allons! en route!

DANIEL.--En route! (_Daniel et Perrichon sortent suivis de
l'aubergiste_.)



ACTE II, SCÈNE VIII

ARMAND, _puis_ L'AUBERGISTE _et_ LE COMMANDANT MATHIEU


ARMAND.--Quel singulier revirement chez Daniel! Ces dames sont
là... elles ne peuvent tarder à sortir[1], je veux les voir... leur
parler... (_S'asseyant vers la cheminée et prenant un journal_.) Je
vais les attendre.

L'AUBERGISTE, _à la cantonade_.--Par ici, monsieur!...

LE COMMANDANT, _entrant_.--Je ne reste qu'une minute... je repars à
l'instant pour là mer de Glace... (_S'asseyant devant la table sur
laquelle est resté le registre ouvert_.) Faites-moi servir[2] un grog
au kirsch, je vous prie.

L'AUBERGISTE, _sortant à droite_.--Tout de suite, monsieur.

LE COMMANDANT, _apercevant le registre_.--Ah! ah! le livre des
voyageurs! voyons... (_Lisant_.) «Que l'homme est petit quand on
le contemple du haut de la _mère_ de Glace!...» Signé Perrichon...
_mère_! Voilà un monsieur qui mérite une leçon d'orthographe.

L'AUBERGISTE, _apportant le grog_.--Voici, monsieur. (_Il le pose sur
la table à gauche_.)

LE COMMANDANT, _tout[3] en écrivant sur le registre_.--Ah, monsieur
l'aubergiste...

L'AUBERGISTE.--Monsieur?

LE COMMANDANT.--Vous n'auriez pas[4] parmi les personnes qui sont
venues chez vous ce matin un voyageur du nom d'Armand Desroches?

ARMAND.--Hein?... c'est moi, monsieur.

LE COMMANDANT, _se levant_.--Vous, monsieur!... pardon! (_A
l'aubergiste_.) Laissez-nous. (_L'aubergiste sort_.) C'est bien à
monsieur Armand Desroches de la maison Turneps, Desroches et Cie que
j'ai l'honneur de parler?

ARMAND.--Oui, monsieur.

LE COMMANDANT.--Je suis le commandant Mathieu. (_Il s'assied à gauche
et prend son grog_.)

ARMAND.--Ah! enchanté!... mais je ne crois pas avoir l'avantage de
vous connaître, commandant.

LE COMMANDANT.--Vraiment? Alors je vous apprendrai que vous me
poursuivez à outrance pour une lettre de change que j'ai eu
l'imprudence de mettre dans la circulation...

ARMAND.--Une lettre de change!

LE COMMANDANT.--Vous avez même obtenu contre moi une prise de corps.

ARMAND.--C'est possible, commandant, mais ce n'est pas moi, c'est la
maison qui agit.

LE COMMANDANT.--Aussi[5] n'ai-je aucun ressentiment contre vous... ni
contre votre maison... seulement, je tenais à vous dire que je n'avais
pas quitté Paris pour échapper aux poursuites.

ARMAND.--Je n'en doute pas.

LE COMMANDANT.--Au contraire!... Dès que je serai de retour à Paris,
dans une quinzaine, avant peut-être... je vous le ferai savoir, et je
vous serai infiniment obligé de me faire mettre à Clichy[6]... le plus
tôt possible?...

ARMAND.--Vous plaisantez, commandant...

LE COMMANDANT.--Pas le moins du monde!... Je vous demande cela comme
un service...

ARMAND.--J'avoue que je ne comprends pas...

LE COMMANDANT (_ils se lèvent_).--Mon Dieu! je suis moi-même un peu
embarrassé pour vous expliquer... Pardon, êtes-vous garçon[7]?

ARMAND.--Oui, commandant.

LE COMMANDANT.--Oh! alors! je puis vous faire ma confession... J'ai le
malheur d'avoir une faiblesse... J'aime.

ARMAND.--Vous?

LE COMMANDANT.--C'est bien ridicule à mon âge, n'est-ce pas?

ARMAND.--Je ne dis pas ça.

LE COMMANDANT.--Oh! ne vous gênez pas[8]! Je me suis affolé d'une
jeune personne qui se nomme Anita... et qui se moque de moi. Cela
me ruine. Je veux la quitter, je pars, je fais deux cents lieues;
j'arrive à la mer de Glace... et je ne suis pas sûr de ne pas
retourner ce soir à Paris!... C'est plus fort que moi!... L'amour à
cinquante ans... voyez-vous[9]... c'est comme un rhumatisme, rien ne
le guérit.

ARMAND, _riant_.--Commandant, je n'avais pas besoin de cette
confidence pour arrêter les poursuites... je vais écrire immédiatement
à Paris...

LE COMMANDANT, _vivement_.--Mais, du tout![10] n'écrivez pas! Je tiens
à être enfermé; c'est peut-être un moyen de guérison. Je n'en ai pas
encore essayé.

ARMAND.--Mais cependant...

LE COMMANDANT.--Permettez! j'ai la loi pour moi[11].

ARMAND.--Allons, commandant! puisque vous le voulez...

LE COMMANDANT.--Je vous en prie... instamment... Dès que je serai
de retour... je vous ferai passer ma carte et vous pourrez faire
instrumenter... Je ne sors jamais avant dix heures. (_Saluant_.)
Monsieur, je suis bien heureux d'avoir eu l'honneur de faire votre
connaissance.

ARMAND.--Mais c'est moi, commandant... (_Ils se saluent. Le commandant
sort par le fond_.)



ACTE II, SCÈNE IX

ARMAND, _puis_ MADAME PERRICHON, _puis_ HENRIETTE


ARMAND.--A la bonne heure! il n'est pas banal celui-là! (_Apercevant
Madame Perrichon qui entre de la gauche_.) Ah! madame Perrichon!

MADAME PERRICHON.--Comment! vous êtes seul, monsieur? Je croyais que
vous deviez accompagner ces messieurs.

ARMAND.--Je suis déjà venu ici l'année dernière, et j'ai demandé à
monsieur Perrichon la permission de me mettre à vos ordres.

MADAME PERRICHON.--Ah! monsieur. (_A part_.) C'est tout à fait un
homme du monde!... (_Haut_.) Vous aimez beaucoup la Suisse?

ARMAND.--Oh! il faut bien aller quelque part.

MADAME PERRICHON.--Oh! moi, je ne voudrais pas habiter ce pays-là...
il y a trop de précipices et de montagnes... Ma famille est de la
Beauce[1].

ARMAND.--Ah! je comprends.

MADAME PERRICHON.--Près d'Étampes...

ARMAND, _à part_.--Nous devons avoir un correspondant à Étampes; ce
serait un lien. (_Haut_.) Vous ne connaissez pas monsieur Pingley, à
Étampes?

MADAME PERRICHON.--Pingley!... c'est mon cousin! Vous le connaissez?

ARMAND.--Beaucoup. (_A part_.) Je ne l'ai jamais vu!

MADAME PERRICHON.--Quel homme charmant!

ARMAND.--Ah! oui!

MADAME PERRICHON.--C'est un bien grand malheur qu'il ait son
infirmité!

ARMAND.--Certainement... c'est un bien grand malheur!

MADAME PERRICHON.--Sourd à quarante-sept ans!

ARMAND, _à part_.--Tiens! il est sourd, notre correspondant! C'est
donc pour ça qu'il ne répond jamais à nos lettres[2].

MADAME PERRICHON.--Est-ce singulier! c'est un ami de Pingley qui sauve
mon mari!... Il y a de bien grands hasards dans le monde.

ARMAND.--Souvent aussi on attribue au hasard des péripéties dont il
est parfaitement innocent.

MADAME PERRICHON.--Ah! oui... souvent aussi on attribue[3]... (_A
part_.) Qu'est-ce qu'il veut dire?

ARMAND.--Ainsi, madame, notre rencontre en chemin de fer, puis à Lyon,
puis à Genève, à Chamouny, ici même, vous mettez tout cela sur le
compte du hasard?

MADAME PERRICHON.--En voyage, on se retrouve...

ARMAND.--Certainement... surtout quand on se cherche.

MADAME PERRICHON.--Comment?...

ARMAND.--Oui, madame, il ne m'est pas permis de jouer plus longtemps
la comédie du hasard[4]; je vous dois là vérité, pour vous, pour
mademoiselle votre fille.

MADAME PERRICHON.--Ma fille!

ARMAND.--Me pardonnerez-vous? Le jour où je la vis, j'ai été touché,
charmé... J'ai appris que vous partiez pour la Suisse... et je suis
parti.

MADAME PERRICHON.--Mais alors, vous nous suivez?...

ARMAND.--Pas à pas... Que voulez-vous? j'aime!

MADAME PERRICHON.--Monsieur!

ARMAND.--Oh! rassurez-vous! j'aime avec tout le respect, toute la
discrétion qu'on doit à une jeune fille dont on serait heureux de
faire sa femme.

MADAME PERRICHON, _perdant la tête, à part_.--Une demande en mariage!
Et Perrichon qui n'est pas là! (_Haut_.) Certainement, monsieur...
je suis charmée... non, flattée!... parce que vos manières... votre
éducation... Pingley... le service que vous nous avez rendu... mais
monsieur Perrichon est sorti... pour la mer de Glace... et aussitôt
qu'il rentrera...

HENRIETTE, _entrant vivement_.--Maman!... (_S'arrêtant_.) Ah! tu
causais avec monsieur Armand?

MADAME PERRICHON, _troublée_.--Nous causions, c'est-à-dire, oui! nous
parlions de Pingley! Monsieur connaît Pingley; n'est-ce pas?

ARMAND.--Certainement je connais Pingley!

HENRIETTE.--Oh! quel bonheur[5]!

MADAME PERRICHON, _à Henriette_.--Ah! comme tu es coiffée[6]... et ta
robe! ton col! (_Bas_.) Tiens-toi donc droite!

HENRIETTE, _étonnée_.--Qu'est-ce qu'il y a? (_Cris et tumulte au
dehors_.)

MADAME PERRICHON et HENRIETTE.--Ah! mon Dieu!

ARMAND.--Ces cris!...



ACTE II, SCÈNE X

LES MÊMES, PERRICHON, DANIEL, LE GUIDE, L'AUBERGISTE

_Daniel entre soutenu par l'aubergiste et par le guide_


PERRICHON, _très ému_.--Vite! de l'eau! du sel! du vinaigre! (_Il fait
asseoir Daniel_.)

TOUS.--Qu'y a-t-il?

PERRICHON.--Un événement affreux! (_S'interrompant_.) Faites-le boire,
frottez-lui les tempes!

DANIEL.--Merci... Je me sens mieux.

ARMAND.--Qu'est-il arrivé?

DANIEL.--Sans le courage de monsieur Perrichon...

PERRICHON, _vivement_.--Non, pas vous! ne parlez pas!...
(_Racontant_.) C'est horrible!... Nous étions sur la mer de Glace...
Le mont Blanc nous regardait tranquille et majestueux...

DANIEL, _à part_.--Le récit de Théramène[1]!

MADAME PERRICHON.--Mais dépêche-toi donc!

HENRIETTE.--Mon père!

PERRICHON.--Un instant, que diable! Depuis cinq minutes nous suivions,
tout pensifs, un sentier abrupt qui serpentait entre deux crevasses...
de glace[2]! Je marchais le premier.

MADAME PERRICHON.--Quelle imprudence!

PERRICHON.--Tout à coup, j'entends derrière moi comme un éboulement;
je me retourne: monsieur[3] venait de disparaître dans un de ces
abîmes sans fond, dont la vue seule fait frissonner!...

MADAME PERRICHON, _impatientée_.--Mon ami[4]!

PERRICHON.--Alors, n'écoutant que mon courage, moi, père de famille,
je m'élance...

MADAME PERRICHON et HENRIETTE.--Ciel!

PERRICHON.--... sur le bord du précipice; je lui tends mon bâton
ferré... il s'y cramponne... je tire... il tire... nous tirons, et,
après une lutte insensée, je l'arrache au néant et je le ramène à la
face du soleil, notre père à tous[5]!... (_Il s'essuie le front avec
son mouchoir_.)

HENRIETTE.--Oh! papa!

MADAME PERRICHON.--Mon ami!

PERRICHON, _embrassant sa femme et sa fille_.--Oui, mes enfants, c'est
une belle page...

ARMAND, _à Daniel_.--Comment vous trouvez-vous?

DANIEL, _bas_.--Très bien! ne vous inquiétez pas! (_Il se lève_.)
Monsieur Perrichon, vous venez de rendre un fils à sa mère...

PERRICHON, _majestueusement_.--C'est vrai!

DANIEL.--Un frère à sa soeur!

PERRICHON.--Et un homme à la société!

DANIEL.--Les paroles sont impuissantes pour reconnaître un tel
service.

PERRICHON.--C'est vrai!

DANIEL.--Il n'y a que le coeur... entendez-vous, le coeur!...

PERRICHON.--Monsieur Daniel! Non! laissez-moi vous appeler Daniel!

DANIEL.--Comment donc! (_A part_.) Chacun son tour!

PERRICHON, _ému_.--Daniel, mon ami, mon enfant... votre main! (_Il lui
prend la main_.) Je vous dois les plus douces émotions de ma vie...
Sans moi, vous ne seriez qu'une masse informe et repoussante,
ensevelie sous les frimas... Vous me devez tout, tout! (_Avec
noblesse_.) Je ne l'oublierai jamais!

DANIEL.--Ni moi!

PERRICHON, _à Armand, en s'essuyant les yeux_.--Ah! jeune homme!...
vous ne savez pas le plaisir qu'on éprouve à sauver son semblable!

HENRIETTE.--Mais, papa, monsieur le sait bien; puisque tantôt...

PERRICHON, _se rappelant_.--Ah! oui! c'est juste[6]! Monsieur
l'aubergiste, apportez-moi le livre des voyageurs.

MADAME PERRICHON.--Pourquoi faire?

PERRICHON.--Avant de quitter ces lieux, je désire consacrer par une
note le souvenir de cet événement!

L'AUBERGISTE, _apportant le registre_.--Voilà, monsieur.

PERRICHON.--Merci... Tiens, qui est-ce qui a écrit ça?

TOUS.--Quoi donc[7]?

PERRICHON, _lisant_.--«Je ferai observer à monsieur Perrichon que la
mer de Glace n'ayant pas d'enfants, l'E qu'il lui attribue devient un
dévergondage grammatical[8].» Signé: le Commandant.

TOUS.--Hein?

HENRIETTE, _bas à son père_.--Oui, papa! mer ne prend pas d'E à la
fin.

PERRICHON.--Je le savais! Je vais lui répondre à ce monsieur. (_Il
prend une plume et écrit_.) «Le Commandant est... un paltoquet!»
Signé: Perrichon.

LE GUIDE, _rentrant_.--La voiture est là.

PERRICHON.--Allons! Dépêchons-nous! (_Aux jeunes gens_.) Messieurs, si
vous voulez accepter une place... (_Armand et Daniel s'inclinent_.)

MADAME PERRICHON, _appelant son mari_.--Perrichon, aide-moi à
mettre mon manteau. (_Bas_.) On vient de me demander notre fille en
mariage...

PERRICHON.--Tiens! à moi aussi!

MADAME PERRICHON.--C'est monsieur Armand.

PERRICHON.--Moi, c'est Daniel... mon ami Daniel.

MADAME PERRICHON.--Mais il me semble que l'autre...

PERRICHON.--Nous parlerons de cela plus tard.

HENRIETTE, _à la fenêtre_.--Ah! il pleut à verse!

PERRICHON.--Ah diable! (_A l'aubergiste_.) Combien tient-on dans votre
voiture[9]?

L'AUBERGISTE.--Quatre dans l'intérieur et un à côté du cocher.

PERRICHON.--C'est juste le compte.

ARMAND.--Ne vous gênez pas pour moi.

PERRICHON.--Daniel montera avec nous.

HENRIETTE, _bas à son père_.--Et monsieur Armand?

PERRICHON, _bas_.--Dame! il n'y a que quatre places... il montera sur
le siège.

HENRIETTE.--Par une pluie pareille?

MADAME PERRICHON.--Un homme qui t'a sauvé!

PERRICHON.--Je lui prêterai mon caoutchouc!

HENRIETTE.--Ah[10]!

PERRICHON.--Allons! en route! en route!

DANIEL, _à part_.--Je savais bien que je reprendrais la corde[11]!


FIN DU DEUXIÈME ACTE



ACTE TROISIÈME

Un salon chez Perrichon, à Paris.--Cheminée au fond; porte d'entrée
dans l'angle à gauche; appartement[1] dans l'angle à droite; salle à
manger à gauche; au milieu, guéridon avec tapis; canapé à droite du
guéridon.


SCÈNE PREMIÈRE

JEAN, _seul, achevant d'essuyer un fauteuil_


Midi moins un quart... C'est aujourd'hui que monsieur Perrichon
revient de voyage avec madame et mademoiselle... J'ai reçu hier une
lettre de monsieur... la voilà. (_Lisant_.) «Grenoble[2], 5 juillet.
Nous arriverons mercredi, 7 juillet, à midi. Jean nettoiera
l'appartement et fera poser les rideaux.» (_Parlé_.) C'est fait.
(_Lisant_.) «Il dira à Marguerite, la cuisinière, de nous préparer le
dîner. Elle mettra le pot au feu[3]... un morceau pas trop gras... de
plus, comme il y a longtemps que nous n'avons mangé de poisson de mer,
elle nous achètera une petite barbue[4] bien fraîche... Si la barbue
était trop chère, elle la remplacerait par un morceau de veau à la
casserole.» (_Parlé_.) Monsieur peut arriver... tout est prêt... Voilà
ses journaux, ses lettres, ses cartes de visite... Ah! par exemple[5],
il est venu ce matin de bonne heure un monsieur que je ne connais
pas... il m'a dit qu'il s'appelait le Commandant... Il doit repasser.
(_Coup de sonnette à la porte extérieure_.) On sonne!... c'est
monsieur... je reconnais sa main!...



ACTE III, SCÈNE II

JEAN, PERRICHON, MADAME PERRICHON, HENRIETTE

_Ils portent des sacs de nuit et des cartons_


PERRICHON.--Jean... c'est nous!

JEAN.--Ah! monsieur!... madame!... mademoiselle!... (_Il les
débarrasse de leurs paquets_.)

PERRICHON.--Ah! qu'il est doux de rentrer chez soi, de voir ses
meubles, de s'y asseoir! (_Il s'assied sur le canapé_.)

MADAME PERRICHON, _assise à gauche_.--Nous devrions être de retour
depuis huit jours...

PERRICHON.--Nous ne pouvions passer à Grenoble sans aller voir les
Darinel[1]... ils nous ont retenus... (_A Jean_.) Est-il venu quelque
chose pour moi en mon absence?

JEAN.--Oui, monsieur... tout est là sur la table.

PERRICHON, _prenant plusieurs cartes de visite_.--Que de visites!
(_Lisant_.) Armand Desroches...

HENRIETTE, _avec joie_.--Ah[2]!

PERRICHON.--Daniel Savary... brave jeune homme! Armand Desroches...
Daniel Savary... charmant jeune homme!... Armand Desroches.

JEAN.--Ces messieurs sont venus tous les jours s'informer de votre
retour.

MADAME PERRICHON.--Tu leur dois une visite.

PERRICHON.--Certainement j'irai le voir... ce brave Daniel!

HENRIETTE.--Et monsieur Armand?

PERRICHON.--J'irai le voir aussi... après. (_Il se lève_.)

HENRIETTE, _à Jean_.--Aidez-moi à porter ces cartons dans la chambre.

JEAN.--Oui, mademoiselle. (_Regardant Perrichon_.) Je trouve monsieur
engraissé. On voit qu'il a fait un bon voyage.

PERRICHON.--Splendide, mon ami, splendide! Ah! tu ne sais pas? J'ai
sauvé un homme!

JEAN, _incrédule_.--Monsieur?... Allons donc[3]!... (_Il sort avec
Henriette par la droite_.)



ACTE III, SCÈNE III

PERRICHON, MADAME PERRICHON


PERRICHON.--Comment, allons donc!... Est-il bête, cet animal-là!

MADAME PERRICHON.--Maintenant que nous voilà de retour, j'espère que
tu vas prendre un parti... Nous ne pouvons tarder plus longtemps
à rendre réponse à ces deux jeunes gens... Deux prétendus dans la
maison... c'est trop!...

PERRICHON.--Moi, je n'ai pas changé d'avis... j'aime mieux Daniel!

MADAME PERRICHON.--Pourquoi?

PERRICHON.--Je ne sais pas... je le trouve plus... enfin, il me plaît,
ce jeune homme!

MADAME PERRICHON.--Mais l'autre... l'autre t'a sauvé!

PERRICHON.--Il m'a sauvé! Toujours le même refrain!

MADAME PERRICHON.--Qu'as-tu à lui reprocher? Sa famille est honorable,
sa position excellente...

PERRICHON.--Mon Dieu! je ne lui reproche rien... je ne lui en veux pas
à ce garçon!

MADAME PERRICHON.--Il ne manquerait plus que ça[1]!

PERRICHON.--Mais je lui trouve un petit air pincé[2].

MADAME PERRICHON.--Lui!

PERRICHON.--Oui, il a un ton protecteur... des manières... il semble
toujours se prévaloir du petit service qu'il m'a rendu...

MADAME PERRICHON.--Il ne t'en parle jamais!

PERRICHON.--Je le sais bien! mais c'est son air qui me dit: «Hein?
sans moi?...» C'est agaçant à la longue! tandis que l'autre!...

MADAME PERRICHON.--L'autre te répète sans cesse: «Hein? sans vous...
hein? sans vous!» Cela flatte ta vanité... et voilà pourquoi tu le
préfères.

PERRICHON.--Moi! de la vanité! J'aurais peut-être le droit d'en avoir!

MADAME PERRICHON.--Oh!

PERRICHON.--Oui, madame!... l'homme qui a risqué sa vie pour sauver
son semblable peut être fier de lui-même... mais j'aime mieux me
renfermer dans un silence modeste... signe caractéristique du vrai
courage!

MADAME PERRICHON.--Mais tout cela n'empêche pas que M. Armand...

PERRICHON.--Henriette n'aime pas... ne peut pas aimer M. Armand!

MADAME PERRICHON.--Qu'en sais-tu?

PERRICHON.--Dame! je suppose...

MADAME PERRICHON.--Il y a un moyen de le savoir, c'est de
l'interroger... et nous choisirons celui qu'elle préférera...

PERRICHON.--Soit!... mais ne l'influence pas!

MADAME PERRICHON.--La voici.



ACTE III, SCÈNE IV

PERRICHON, MADAME PERRICHON, HENRIETTE


MADAME PERRICHON, _à sa fille qui entre_.--Henriette... ma chère
enfant... ton père et moi, nous avons à te parler sérieusement.

HENRIETTE.--A moi?

PERRICHON.--Oui.

MADAME PERRICHON.--Te voila bientôt en âge d'être mariée... Deux
jeunes gens se présentent pour obtenir ta main... tous deux nous
conviennent... mais nous ne voulons pas contrarier ta volonté, et nous
avons résolu de te laisser l'entière liberté du choix.

HENRIETTE.--Comment!

PERRICHON.--Pleine et entière...

MADAME PERRICHON.--L'un de ces jeunes gens est M. Armand Desroches.

HENRIETTE.--Ah!

PERRICHON, _vivement_.--N'influence pas!...

MADAME PERRICHON.--L'autre est M. Daniel Savary...

PERRICHON.--Un jeune homme charmant, distingué, spirituel, et qui, je
ne le cache pas, a toutes mes sympathies...

MADAME PERRICHON.--Mais tu influences...

PERRICHON.--Du tout[1]! je constate un fait!... (_A sa fille_.)
Maintenant te voilà éclairée[2]... choisis....

HENRIETTE.--Mon Dieu!... vous m'embarrassez beaucoup... et je suis
prête à accepter celui que vous me désignerez...

PERRICHON.--Non! non! décide toi-même!

MADAME PERRICHON.--Parle, mon enfant!

HENRIETTE.--Eh bien! puisqu'il faut absolument faire un choix, je
choisis... M. Armand.

MADAME PERRICHON.--Là!

PERRICHON.--Armand! Pourquoi pas Daniel?

HENRIETTE.--Mais M. Armand t'a sauvé, papa.

PERRICHON.--Allons bien! encore? C'est fatigant, ma parole d'honneur!

MADAME PERRICHON.--Eh bien! tu vois... il n'y a pas à hésiter...

PERRICHON.--Ah! mais permets, chère amie[3], un père ne peut pas
abdiquer... Je réfléchirai, je prendrai mes renseignements[4].

MADAME PERRICHON, _bas_.--Monsieur Perrichon, c'est de la mauvaise
foi!

PERRICHON.--Caroline!...



ACTE III, SCÈNE V

LES MÊMES, JEAN, MAJORIN


JEAN, _à la cantonade_.--Entrez! ils viennent d'arriver! (_Majorin
entre_.)

PERRICHON.--Tiens! c'est Majorin!...

MAJORIN, _saluant_.--Madame... mademoiselle... j'ai appris que vous
reveniez aujourd'hui... alors j'ai demandé un jour de congé... j'ai
dît que j'étais de garde[1]...

PERRICHON.--Ce cher ami! c'est très aimable... Tu dînes avec nous?
nous avons une petite barbue...

MAJORIN.--Mais... si ce n'est pas indiscret[2]...

JEAN, _bas à Perrichon_.--Monsieur... c'est du veau à la casserole!
(_Il sort_.)

PERRICHON.--Ah[3]! (_A Majorin_.) Allons, n'en parlons plus, ce sera
pour une autre fois...

MAJORIN, _à part_.--Comment! Il me désinvite! S'il croit que j'y
tiens, à son dîner! (_Prenant Perrichon à part. Les dames s'asseyent
sur le canapé_.) J'étais venu pour te parler des six cents francs que
tu m'as prêtés le jour de ton départ...

PERRICHON.--Tu me les rapportes?

MAJORIN.--Non... Je ne touche que demain mon dividende des
paquebots... mais à midi précis...

PERRICHON.--Oh! ça ne presse pas!

MAJORIN.--Pardon... j'ai hâte de m'acquitter...

PERRICHON.--Ah! tu ne sais pas?... je t'ai rapporté un souvenir.

MAJORIN, _s'asseyant derrière le guéridon_.--Un souvenir! à moi?

PERRICHON, _s'asseyant_.--En passant à Genève, j'ai acheté trois
montres... une pour Jean, une pour Marguerite, la cuisinière... et une
pour toi, à répétition[4].

MAJORIN, _à part_.--Il me met après ses domestiques! (_Haut_.) Enfin?

PERRICHON.--Avant d'arriver à la douane française, je les avais
fourrées dans ma cravate[5]...

MAJORIN.--Pourquoi?

PERRICHON.--Tiens! je n'avais pas envie de payer les droits. On me
demande: Avez-vous quelque chose à déclarer? Je réponds non; je fais
un mouvement[6] et voilà ta diablesse de montre qui sonne: dig, dig,
dig.

MAJORIN.--Eh bien?

PERRICHON.--Eh bien! j'ai été pincé... on a tout saisi...

MAJORIN.--Comment!

PERRICHON.--J'ai eu une scène atroce! J'ai appelé le douanier _méchant
gabelou_[7]! Il m'a dit que j'entendrais parler de lui... Je regrette
beaucoup cet incident... elle était charmante, ta montre.

MAJORIN, _sèchement_.--Je ne t'en remercie pas moins... (_A part_.)
Comme s'il ne pouvait pas acquitter les droits... c'est sordide!



ACTE III, SCÈNE VI

LES MÊMES, JEAN, ARMAND


JEAN, _annonçant_.--Monsieur Armand Desroches!

HENRIETTE, _quittant son ouvrage_.--Ah!

MADAME PERRICHON, _se levant et allant au-devant d'Armand_.--Soyez le
bienvenu... nous attendions votre visite...

ARMAND, _saluant_.--Madame... monsieur Perrichon...

PERRICHON.--Enchanté! enchanté! (_A part_.) Il a toujours son petit
air protecteur!

MADAME PERRICHON, _bas à son mari_.--Présente-le donc à Majorin.

PERRICHON.--Certainement... (_Haut_.) Majorin, je te présente monsieur
Armand Desroches... une connaissance de voyage...

HENRIETTE, _vivement_.--Il a sauvé papa!

PERRICHON, _à part_.--Allons bien[1]!... encore!

MAJORIN.--Comment, tu as couru quelque danger?

PERRICHON.--Non... une misère...

ARMAND.--Cela ne vaut pas la peine d'en parler...

PERRICHON, _à part_.--Toujours[2] son petit air!



ACTE III, SCÈNE VII

LES MÊMES, JEAN, DANIEL


JEAN, _annonçant_.--Monsieur Daniel Savary!...

PERRICHON, _s'épanouissant_.--Ah! le voilà, ce cher ami!... ce bon
Daniel!... _(Il renverse presque le guéridon en courant au-devant de
lui_.)

DANIEL, _saluant_.--Mesdames... Bonjour, Armand!

PERRICHON, _le prenant par la main_.--Venez, que je vous présente à
Majorin... (_Haut_.) Majorin, je te présente un de mes bons... un de
mes meilleurs amis... monsieur Daniel Savary...

MAJORIN.--Savary? des paquebots?

DANIEL, _saluant_.--Moi-même.

PERRICHON.--Ah! sans moi, il ne te payerait pas demain ton dividende.

MAJORIN.--Pourquoi?

PERRICHON.--Pourquoi? (_Avec fatuité_.) Tout sîmplement parce que je
l'ai sauvé, mon bon!

MAJORIN.--Toi? (_A part_.) Ah çà! ils ont donc passé tout leur temps à
se sauver la vie!

PERRICHON, _racontant_.--Nous étions sur la mer de Glace, le mont
Blanc nous regardait tranquille et majestueux.

DANIEL, _à part_.--Second[l] récit de Théramène!

PERRICHON.--Nous suivions tout pensifs un sentier abrupt.

HENRIETTE, _qui a ouvert un journal_.--Tiens, papa qui est dans le
journal!

PERRICHON.--Comment! je suis dans le journal?

HENRIETTE.--Lis toi-même... là... (_Elle lui donne le journal_.)

PERRICHON.--Vous allez voir que je suis tombé du jury[2]! (_Lisant_.)
«On nous écrit de Chamouny...»

TOUS.--Tiens! (_Ils se rapprochent_.)

PERRICHON, _lisant_.--«Un événement qui aurait pu avoir des suites
déplorables vient d'arriver à la mer de Glace... M. Daniel S---- a
fait un faux pas et a disparu dans une de ces crevasses si redoutées
des voyageurs. Un des témoins de cette scène, M. Perrichon, (qu'il
nous permette de le nommer!)...» (_Parlé_.) Comment donc! si je le
permets[3]! (_Lisant_.) «M. Perrichon, notable commerçant de Paris et
père de famille, n'écoutant que son courage, et au mépris de sa
propre vie, s'est élancé dans le gouffre...» (_Parlé_.) C'est vrai!
(_Lisant_.) « et après des efforts inouïs, a été assez heureux pour en
retirer son compagnon. Un si admirable dévouement n'a été surpassé que
par la modestie de M. Perrichon, qui s'est dérobé aux félicitations de
la foule émue et attendrie... Les gens de coeur[4] de tous les pays
nous sauront gré de leur signaler un pareil trait!»

TOUS.--Ah!

DANIEL, _à part_.--Trois francs la ligne[5]!

PERRICHON, _relisant lentement la dernière phrase_.--«Les gens de
coeur de tous les pays nous sauront gré de leur signaler un pareil
trait.» (_A Daniel, très ému_.) Mon ami... mon enfant! embrassez-moi!
(_Ils s'embrassent_.)

DANIEL, _à part_.--Décidément, j'ai la corde[6]...

PERRICHON, _montrant le journal_.--Certes, je ne suis pas un
révolutionnaire[7], mais, je le proclame hautement, la presse a du
bon! (_Mettant le journal dans sa poche et à part_.) J'en ferai
acheter dix numéros!

MADAME PERRICHON.--Dis donc, mon ami, si nous envoyions au journal le
récit de la belle action de M. Armand?

HENRIETTE.--Oh oui! cela ferait un joli pendant!

PERRICHON, _vivement_.--C'est inutile! je ne peux pas toujours occuper
les journaux de ma personnalité...

JEAN, _entrant, un papier la main_.--Monsieur?

PERRICHON.--Quoi?

JEAN.--Le concierge vient de me remettre un papier timbré[8] pour
vous.

MADAME PERRICHON.--Un papier timbré?

PERRICHON.--N'aie donc pas peur! je ne dois rien à personne... au
contraire, on me doit...

MAJORIN, _à part_.--C'est pour moi qu'il dit ça!

PERRICHON, _regardant le papier_.--Une assignation à comparaître
devant la sixième chambre pour injures envers un agent de la force
publique[9] dans l'exercice de ses fonctions.

TOUS.--Ah! mon Dieu!

PERRICHON, _lisant_.--Vu le procès-verbal dressé au[10] bureau de la
douane française par le sieur Machut, sergent douanier... (_Majorin
remonte_.)

ARMAND.--Qu'est-ce que cela signifie?

PERRICHON.--Un douanier qui m'a saisi trois montres... j'ai été trop
vif[11]... je l'ai appelé gabelou! rebut de l'humanité!...

MAJORIN, _derrière le guèridon_.--C'est très grave! Très grave!

PERRICHON, _inquiet_.--Quoi?

MAJORIN.--Injures qualifiées[12] envers un agent de la force publique
dans l'exercice de ses fonctions...

MADAME PERRICHON et PERRICHON.--Eh bien?

MAJORIN.--De quinze jours à trois mois de prison.

TOUS.--En prison!...

PERRICHON.--Moi! après cinquante ans d'une vie pure et sans tache...
j'irais m'asseoir sur le banc de l'infamie[13]! jamais! jamais!

MAJORIN, _à part_.--C'est bien fait[14]! ça lui apprendra à ne pas
acquitter les droits!

PERRICHON.--Ah! mes amis! mon avenir est brisé.

MADAME PERRICHON.--Voyons, calme-toi!

HENRIETTE.--Papa!

DANIEL.--Du courage!

ARMAND.--Attendez! je puis peut-être vous tirer de là.

TOUS.--Hein?

PERRICHON.--Vous! mon ami... mon bon ami!

ARMAND, _allant à lui_.--Je suis lié assez intimement avec un employé
supérieur de l'administration des douanes... je vais le voir...
peut-être pourra-t-on décider le douanier à retirer sa plainte.

MAJORIN.--Ça me paraît difficile!

ARMAND.--Pourquoi? un moment de vivacité...

PERRICHON.--Que je regrette!

ARMAND.--Donnez-moi ce papier... j'ai bon espoir... ne vous tourmentez
pas, mon brave M. Perrichon!

PERRICHON, _ému, lui prenant la main_.--Ah! Daniel[15]! (_Se
reprenant_.) non, Armand!... Tenez, il faut que je vous embrasse!
(_Ils s'embrassent_.)

HENRIETTE, à part.--A la bonne heure! (_Elle remonte avec sa mère_.)

ARMAND, _bas à Daniel_.--A mon tour, j'ai la corde!

DANIEL.--Parbleu! (_A part_.) Je crois avoir affaire à un rival et je
tombe sur un terre-neuve[16].

MAJORIN, _à Armand_.--Je sors avec vous.

PERRICHON.--Tu nous quittes?

MAJORIN.--Oui... (_Fièrement_.) Je dîne en ville[17]! (_Il sort avec
Armand_.)

MADAME PERRICHON, _s'approchant de son mari et bas_.--Eh bien, que
penses-tu maintenant de M. Armand?

PERRICHON.--Lui! c'est-à-dire que[18] c'est un ange! un ange!

MADAME PERRICHON.--Et tu hésites à lui donner ta fille?

PERRICHON.--Non! je n'hésite plus.

MADAME PERRICHON.--Enfin! je te retrouve[19]! Il ne te reste plus qu'à
prévenir M. Daniel.

PERRICHON.--Oh! ce pauvre garçon! tu crois?

MADAME PERRICHON.--Dame! à moins que tu ne veuilles attendre l'envoi
des billets de faire-part[20]?

PERRICHON.--Oh! non!

MADAME PERRICHON.--Je te laisse avec lui... courage! (_Haut_.)
Viens-tu, Henriette? (_Saluant Daniel_.) Monsieur. (_Elle sort à
droite suivie d'Henriette_.)



ACTE III, SCÈNE VIII

PERRICHON, DANIEL


DANIEL, _à part en descendant_.--Il est évident que mes actions
baissent[1]... Si je pouvais... (_Il va au canapé_.)

PERRICHON, _à part, au fond_.--Ce brave jeune homme... ça me fait de
la peine[2]... Allons! Il le faut! (_Haut_.) Mon cher Daniel... mon
bon Daniel... j'ai une communication pénible à vous faire.

DANIEL, _à part_.--Nous y voilà[3]! (_Ils s'asseyent sur le canapé_.)

PERRICHON.--Vous m'avez fait l'honneur de me demander la main de
ma fille... Je caressais ce projet, mais les circonstances... les
événements... votre ami, M. Armand, m'a rendu de tels services!...

DANIEL.--Je comprends.

PERRICHON.--Car on a beau dire[4], il m'a sauvé la vie, cet homme!

DANIEL.--Eh bien, et le petit sapin auquel vous vous êtes cramponné?

PERRICHON.--Certainement... le petit sapin... mais il était bien
petit... il pouvait casser... et puis je ne le tenais pas encore.

DANIEL.--Ah!

PERRICHON.--Non... mais ce n'est pas tout... dans ce moment, cet
excellent jeune homme brûle le pavé[5] pour me tirer des cachots... Je
lui devrai l'honneur... l'honneur!

DANIEL.--M. Perrichon! le sentiment qui vous fait agir est trop noble
pour que je cherche à le combattre...

PERRICHON.--Vrai? Vous ne m'en voulez pas?

DANIEL.--Je ne me souviens que de votre courage... de votre dévouement
pour moi...

PERRICHON, _lui prenant la main_.--Ah! Daniel! (_A part_.) C'est
étonnant comme j'aime ce garçon-là!

DANIEL, _se levant_.--Aussi[6], avant de partir...

PERRICHON.--Hein?

DANIEL.--Avant de vous quitter...

PERRICHON, _se levant_.--Comment! me quitter! vous? Et pourquoi?

DANIEL.--Je ne puis continuer des visites qui seraient compromettantes
pour mademoiselle votre fille... et douloureuses pour moi.

PERRICHON.--Allons bien! Le seul homme que j'aie sauvé!

DANIEL.--Oh! mais votre image ne me quittera pas... j'ai formé un
projet... c'est de fixer sur la toile, comme elle l'est déjà dans mon
coeur, l'héroïque scène de la mer de Glace.

PERRICHON.--Un tableau! Il veut me mettre dans un tableau!

DANIEL.--Je me suis déjà adressé à un de nos peintres les plus
illustres... un de ceux qui travaillent pour la postérité!...

PERRICHON.--La postérité! Ah! Daniel! (_A part_.) C'est extraordinaire
comme j'aime ce garçon-là!

DANIEL.--Je tiens surtout à la ressemblance...

PERRICHON.--Je crois bien! moi aussi!

DANIEL.--Mais il sera nécessaire que vous nous donniez cinq ou six
séances...

PERRICHON.--Comment donc, mon ami! quinze! vingt! trente! ça ne
m'ennuiera pas... nous poserons ensemble!

DANIEL, _vivement_.--Ah! non... pas moi!

BERRICHON.--Pourquoi?

DANIEL.--Parce que... voici comment nous avons conçu le tableau: ...on
ne verra sur la toile que le mont Blanc...

PERRICHON, _inquiet_.--Eh bien, et moi?

DANIEL.--Le Mont-Blanc et vous!

PERRICHON.--C'est ça... moi et le Mont-Blanc... tranquille et
majestueux!... Ah çà! et vous, où serez-vous?

DANIEL.--Dans le trou... tout au fond... on n'apercevra que mes deux
mains crispées et suppliantes...

PERRICHON.--Quel magnifique tableau!

DANIEL.--Nous le mettrons au Musée...

PERRICHON.--De Versailles[7]?

DANIEL.--Non, de Paris...

PERRICHON.--Ah oui!... à l'exposition!...

DANIEL.--Et nous inscrirons sur le livret cette notice...

PERRICHON.--Non! pas de banque! pas de réclame! Nous mettrons tout
simplement l'article de mon journal... «On nous écrit de Chamouny...»

DANIEL.--C'est un peu sec.

PERRICHON.--Oui!... mais nous l'arrangerons! (_Avec effusion_.) Ah!
Daniel, mon ami!... mon enfant!

DANIEL.--Adieu[8], monsieur Perrichon!... nous ne devons plus nous
revoir...

PERRICHON.--Non! c'est impossible! c'est impossible! ce mariage...
rien n'est encore décidé...

DANIEL.--Mais...

PERRICHON.--Restez! je le veux!

DANIEL, _à part_.--Allons donc[9]!



ACTE III, SCÈNE IX

LES MÊMES, JEAN, LE COMMANDANT


JEAN, _annonçant_.--Monsieur le commandant Mathieu.

PERRICHON, _étonné_.--Qu'est-ce que c'est que ça[1]?

LE COMMANDANT, _entrant_.--Pardon, messieurs, je vous dérange
peut-être?

PERRICHON.--Du tout.

LE COMMANDANT, _à Daniel_.--Est-ce à monsieur Perrichon que j'ai
l'honneur de parler?

PERRICHON.--C'est moi, monsieur.

LE COMMANDANT.--Ah!... (_A Perrichon_.) Monsieur, voilà douze jours
que je vous cherche. Il y a beaucoup de Perrichon à Paris... j'en ai
déjà visité une douzaine... mais je suis tenace...

PERRICHON, _lui indiquant un siège à gauche du guéridon_.--Vous avez
quelque chose à me communiquer? (_Il s'assied sur le canapé. Daniel
remonte_.)

LE COMMANDANT, _s'asseyant_.--Je n'en sais rien encore...
Permettez-moi d'abord de vous adresser une question: Est-ce vous qui
avez fait, il y a un mois, un voyage à la mer de Glace?

PERRICHON.--Oui, monsieur, c'est moi-même! je crois avoir le droit de
m'en vanter!

LE COMMANDANT.--Alors, c'est vous qui avez écrit sur le registre des
voyageurs: «Le commandant est un paltoquet.»

PERRICHON.--Comment! vous êtes?...

LE COMMANDANT.--Oui, monsieur... c'est moi!

PERRICHON.--Enchanté! (_Ils se font plusieurs petits saluts_.)

DANIEL, _à part en descendant_.--Diable! l'horizon s'obscurcît!...

LE COMMANDANT.--Monsieur, je ne suis ni querelleur, ni ferrailleur,
mais je n'aime pas à laisser traîner sur les livres d'auberge de
pareilles appréciations à côté de mon nom...

PERRICHON.--Mais vous avez écrit le premier une note... plus que
vive[2]!

LE COMMANDANT.--Moi? je me suis borné à constater que mer de Glace ne
prenait pas d'_e_ à la fin: voyez le dictionnaire...

PERRICHON,--Eh! monsieur! vous n'êtes pas chargé de corriger mes...
prétendues fautes d'orthographe! De quoi vous mêlez-vous? (_Ils se
lèvent_.)

LE COMMANDANT.--Pardon... pour moi, la langue française est une
compatriote aimée... une dame de bonne maison, élégante, mais an peu
cruelle[3]... vous le savez mieux que personne.

PERRICHON.--Moi?...

LE COMMANDANT.--Et quand j'ai l'honneur de la rencontrer à
l'étranger... je ne permets pas qu'on éclabousse sa robe. C'est une
question de chevalerie et de nationalité.

PERRICHON.--Ah çà! monsieur, auriez-vous la prétention de me donner
une leçon?

LE COMMANDANT.--Loin de moi cette pensée[4]!...

PERRICHON.--Ah! ce n'est pas malheureux[5]! (_A part_.) Il recule.

LE COMMANDANT.--Mais sans vouloir vous donner une leçon, je viens vous
demander poliment... une explication.

PERRICHON, _à part_.--Mathieu[6]!... c'est un faux commandant.

LE COMMANDANT.--De deux choses l'une: ou vous persistez...

PERRICHON.--Je n'ai pas besoin de tous ces raisonnements! Vous croyez
peut-être m'intimider, monsieur... j'ai fait mes preuves de courage,
entendez-vous! et je vous les ferai voir...

LE COMMANDANT.--Où ça?

PERRICHON.--A l'exposition... l'année prochaine...

LE COMMANDANT.--Oh! permettez!... Il me sera impossible d'attendre
jusque-là... Pour abréger, je vais au fait: retirez-vous, oui ou non?

PERRICHON.--Rien du tout!

LE COMMANDANT.--Prenez garde!

DANIEL.--Monsieur Perrichon!

PERRICHON.--Rien du tout! (_A part_.) Il n'a pas seulement de
moustaches[7]!

LE COMMANDANT.--Alors, monsieur Perrichon, j'aurai l'honneur de
vous attendre demain, à midi, avec mes témoins, dans les bois de la
Malmaison[8]...

DANIEL.--Commandant! un mot!

LE COMMANDANT, _remontant_.--Nous vous attendrons chez le garde!

DANIEL.--Mais, commandant...

LE COMMANDANT.--Mille pardons... j'ai rendez-vous avec un tapissier...
pour choisir des étoffes, des meubles[9]... A demain... midi...
(_Saluant_.) Messieurs... j'ai bien l'honneur... (_Il sort_.)



ACTE III, SCÈNE X

PERRICHON, DANIEL, _puis_ JEAN


DANIEL, _à Perrichon_.--Diable! vous êtes raide en affaires[1]!...
avec un commandant surtout!

PERRICHON.--Lui! un commandant? Allons donc! Est-ce que les vrais
commandants s'amusent à éplucher les fautes d'orthographe?

DANIEL.--N'importe. Il faut questionner, s'informer... (_Il sonne à la
cheminée[2]_.) savoir à qui nous avons à faire.

JEAN, _paraissant_.--Monsieur?

PERRICHON, _à Jean_.--Pourquoi as-tu laissé entrer cet homme qui sort
d'ici?

JEAN.--Monsieur, il était déjà venu ce matin... J'ai même oublié de
vous remettre sa carte...

DANIEL.--Ah! sa carte!

PERRICHON.--Donne! (_La lisant_.) Mathieu, ex-commandant au deuxième
zouaves.

DANIEL.--Un zouave[3]!

PERRICHON--Saperlotte!

JEAN.--Quoi donc?

PERRICHON.--Rien! Laisse-nous! (_Jean sort_.)

DANIEL.--Eh bien! nous voilà dans une jolie situation!

PERRICHON.--Que voulez-vous? j'ai été trop vif... un homme si poli!...
Je l'ai pris pour un notaire gradé[4]!

DANIEL.--Que faire?

PERRICHON.--Il faudrait trouver un moyen... (_Poussant un cri_.)
Ah!...

DANIEL.--Quoi?

PERRICHON.--Rien! rien! Il n'y a pas de moyen! je l'ai insulté, je me
battrai!... Adieu!

DANIEL.--Où allez-vous?

PERRICHON.--Mettre mes affaires en ordre... vous comprenez[5]...

DANIEL.--Mais cependant...

PERRICHON.--Daniel... quand sonnera l'heure du danger vous ne me
verrez pas faiblir! (_Il sort à droite_.)



ACTE III, SCÈNE XI

DANIEL, _seul_


Allons donc!... c'est impossible!... je ne peux pas laisser battre
M. Perrichon avec un zouave!... C'est qu'il a du coeur le
beau-père[1]!... je le connais, il ne fera pas de concessions... De
son côté le commandant... et tout cela pour une faute d'orthographe!
(_Cherchant_.) Voyons donc... si je prévenais l'autorité? oh! non!...
au fait[2], pourquoi pas? personne ne le saura. D'ailleurs, je n'ai
pas le choix des moyens... (_Il prend un buvard et un encrier sur une
table près de la porte d'entrée et se place au guéridon_.) Une lettre
au préfet de police!... (_Écrivant_.) Monsieur le Préfet... j'ai
l'honneur de... (_Parlant tout en écrivant_.) Une ronde passera par
là à point nommé[3]... le hasard aura tout fait... et l'honneur sera
sauf. (_Il plie et cachette sa lettre et remet en place ce qu'il a
pris_.) Maintenant il s'agit de la faire porter tout de suite... Jean
doit être là! (_Il sort en appelant_.) Jean! Jean! (_Il disparaît dans
l'antichambre_.)



ACTE III, SCÈNE XII

PERRICHON, seul

_Il entre en tenant à la main une lettre qu'il lit_


«Monsieur le Préfet, je crois devoir prévenir l'autorité que deux
insensés ont l'intention de croiser le fer demain, à midi moins un
quart...» (_Parlé_.) Je mets moins un quart afin qu'on soit exact. Il
suffit quelquefois d'un quart d'heure[1]!... (_Reprenant sa lecture_.)
« à midi moins un quart... dans les bois de la Malmaison. Le
rendez-vous est à la porte du garde[2]... Il appartient à votre haute
administration de veiller sur la vie des citoyens. Un des combattants
est un ancien commerçant, père de famille, dévoué à nos institutions
et jouissant d'une bonne notoriété dans son quartier. Veuillez
agrée[3], Monsieur le Préfet, etc. etc...» S'il croit me faire peur,
ce commandant!... Maintenant l'adresse... (_Il écrit_[4].) «Très
pressé, communication importante»... comme ça, ça arrivera... Où est
Jean?



ACTE III, SCÈNE XIII

PERRICHON, DANIEL, _puis_ MADAME PERRICHON, HENRIETTE, _puis_ JEAN


DANIEL, _entrant par le fond, sa lettre à la main_.--Impossible de
trouver ce domestique. (_Apercevant Perrichon_.) Oh! (_Il cache sa
lettre_.)

PERRICHON.--Daniel? (_Il cache aussi sa lettre_.)

DANIEL.--Eh bien, monsieur Perrichon?

PERRICHON.--Vous voyez... je suis calme ... comme le bronze[1]!
(_Apercevant sa femme et sa fille_.) Ma femme, silence! (_Il
descend_.)

MADAME PERRICHON, _à son mari_.--Mon ami, le maître de piano
d'Henriette vient de nous envoyer des billets de concert pour
demain... midi...

PERRICHON, _à part_.--Midi!

HENRIETTE.--C'est à son bénéfice; tu nous accompagneras?

PERRICHON.--Impossible! demain, ma journée est prise!

MADAME PERRICHON.--Mais tu n'as rien à faire.

PERRICHON.--Si... j'ai une affaire... très importante... demande à
Daniel.

DANIEL.--Très importante!

MADAME PERRICHON.--Quel air sérieux! (_A son mari_.) Tu as la figure
longue d'une aune, on dirait que tu as peur!

PERRICHON.--Moi? peur! I On me verra sur le terrain[2].

DANIEL, _à part_.--Aïe!

MADAME PERRICHON.--Le terrain!

PERRICHON, _à part_.--Sapristi! ça m'a échappé!

HENRIETTE, _courant à lui_.--Un duel! papa!

PERRICHON.--Eh bien! oui, mon enfant, je ne voulais pas te le dire, ça
m'a échappé: ton père se bat!...

MADAME PERRICHON.--Mais avec qui?

PERRICHON.--Avec un commandant au deuxième zouaves!

MADAME PERRICHON et HENRIETTE, _effrayées_.--Ah! grand Dieu!

PERRICHON.--Demain, à midi, dans le bois de la Malmaison, à la porte
du garde!

MADAME PERRICHON, _allant à lui_.--Mais tu es fou... toi! un
bourgeois!

PERRICHON.--Madame Perrichon, je blâme le duel... mais il y a des
circonstances où l'homme se doit à son honneur! (_A part, montrant sa
lettre_.) Où est donc Jean?

MADAME PERRICHON, _à part_.--Non! c'est impossible! je ne souffrirai
pas... (_Elle va à la table au fond et écrit à part_.) « Monsieur le
préfet de police...»

JEAN, _paraissant_.--Le dîner est servi!

PERRICHON, _s'approchant de Jean et bas_.--Cette lettre à son adresse,
c'est très pressé! (_Il s'éloigne_.)

DANIEL, _bas à Jean_.--Cette lettre à son adresse... c'est très
pressé! (_Il s'éloigne_.)

MADAME PERRICHON, _bas à Jean_.-Cette lettre à son adresse... c'est
très pressé!

PERRICHON.--Allons! à table!

HENRIETTE, _à part_.--Je vais faire prévenir[] monsieur Armand. (_Elle
entre à droite._)

MADAME PERRICHON, _à Jean avant de sortir_.--Chut!

DANIEL, _de même_.--Chut!

PERRICHON, _de même_.--Chut! (_Ils disparaissent tous les trois_.)

JEAN, _seul_.--Quel est ce mystère? (_Lisant l'adresse des trois
lettres_.) Monsieur le préfet... Monsieur le préfet... (_Étonné, et
avec joie_.) Tiens! il n'y a qu'une course!


FIN DU TROISIÈME ACTE



ACTE QUATRIÈME

Un jardin. Bancs, chaises, table rustique; à droite, un pavillon
praticable[1].


SCÈNE PREMIÈRE

DANIEL, _puis_ PERRICHON


DANIEL, _entrant par le fond à gauche_.--Dix heures! le rendez-vous
n'est que pour midi. (_Il s'approche du pavillon et fait signe_.)
Psit! psit!

PERRICHON, _passant la tête à la porte du pavillon_.--Ah! c'est
vous... ne faites pas de bruit... dans une minute je suis à vous. (_Il
rentre_.)

DANIEL, _seul_.--Ce pauvre monsieur Perrichon! il a dû passer une bien
mauvaise nuit... heureusement ce duel n'aura pas lieu.

PERRICHON, _sortant du pavillon avec un grand manteau_.--Me voici...
je vous attendais...

DANIEL.--Comment vous trouvez-vous?

PERRICHON.--Calme comme le bronze!

DANIEL.--J'ai des épées dans la voiture.

PERRICHON, _entr'ouvrant son manteau_.--Moi, j'en ai là.

DANIEL.--Deux paires!

PERRICHON.--Une peut casser... je ne veux pas me trouver dans
l'embarras.

DANIEL, _à part_.--Décidément, c'est un lion!... (_Haut_.) Le fiacre
est à la porte... si vous voulez[2]...

PERRICHON.--Un instant! Quelle heure est-il?

DANIEL,--Dix heures!

PERRICHON.--Je ne veux pas arriver avant midi... ni après. (_A part_.)
Ça ferait tout manquer.

DANIEL.--Vous avez raison... pourvu qu'on soit à l'heure... (_A
part_.) Ça ferait tout manquer.

PERRICHON.--Arriver avant... c'est de la fanfaronnade... après, c'est
de l'hésitation; d'ailleurs, j'attends Majorin... je lui ai écrit hier
soir un mot pressant.

DANIEL.--Ah! le voici.



ACTE IV, SCÈNE II

LES MÊMES, MAJORIN


MAJORIN.--J'ai reçu ton billet, j'ai demandé un congé... de quoi
s'agit-il?

PERRICHON.--Majorin... je me bats dans deux heures!...

MAJORIN.--Toi? allons donc! et avec quoi[1]?

PERRICHON, _ouvrant son manteau et laissant voir ses épées_.--Avec
ceci.

MAJORIN.--Des épées!

PERRICHON.--Et j'ai compté sur toi pour être mon second. (_Daniel
remonte_.)

MAJORIN.--Sur moi? permets, mon ami, c'est impossible!

PERRICHON.--Pourquoi?

MAJORIN.--Il faut que j'aille à mon bureau... je me ferais destituer.

PERRICHON.--Puisque tu as demandé un congé...

MAJORIN.--Pas pour être témoin!... On leur fait des procès aux
témoins[2]!

PERRICHON.--Il me semble, monsieur Majorin, que je vous ai rendu assez
de services pour que vous ne refusiez pas de m'assister dans une
circonstance capitale de ma vie.

MAJORIN, _à part_.--Il me reproche ses six cents francs!

PERRICHON.--Mais si vous craignez de vous compromettre... si vous avez
peur...

MAJORIN.--Je n'ai pas peur... (_Avec amertume_.) D'ailleurs je ne suis
pas libre... tu as su m'enchaîner par les liens de la reconnaissance.
(_Grinçant_.) Ah! la reconnaissance!

DANIEL, _à part_.--Encore un[3]!

MAJORIN.--Je ne te demande qu'une chose... c'est d'être de retour
à deux heures... pour toucher mon dividende... je te rembourserai
immédiatement, et alors... nous serons quittes!...

DANIEL.--Je crois qu'il est temps de partir. (_A Perrichon_.) Si vous
désirez faire vos adieux à madame Perrichon et à votre fille...

PERRICHON.--Non! je veux éviter cette scène... ce serait 15 des
pleurs, des cris... elles s'attacheraient à mes habits pour me
retenir... partons! (_On entend chanter dans la coulisse_.) Ma fille!



ACTE IV, SCÈNE III

LES MÊMES, HENRIETTE, _puis_ MADAME PERRICHON


HENRIETTE, _entrant en chantant, et un arrosoir à la main_.--Tra la
la! tra la la! (_Parlé_.) Ah! c'est toi, mon petit papa...

PERRICHON.--Oui... tu vois... nous partons... avec ces deux
messieurs... il le faut... (_Il l'embrasse avec émotion_.) Adieu!

HENRIETTE, _tranquillement_.--Adieu, papa. (_A part_.) Il n'y a rien à
craindre, maman a prévenu le préfet de police... et moi, j'ai prévenu
monsieur Armand. (_Elle va arroser les fleurs_.)

PERRICHON, _s'essuyant les yeux et la croyant près de lui_.--Allons!
ne pleure pas!... si tu ne me revois pas... songe... (_S'arrêtant_.)
Tiens! elle arrose!

MAJORIN, _à part_.--Ça me révolte, mais c'est bien fait!

MADAME PERRICHON, _entrant avec des fleurs à la main, à son
mari_.--Mon ami... peut-on couper quelques dahlias?

PERRICHON, _à part_.--Ma femme!

MADAME PERRICHON.--Je cueille un bouquet pour mes vases.

PERRICHON.--Cueille... dans un pareil moment je n'ai rien à te
refuser... je vais partir, Caroline.

MADAME PERRICHON, _tranquillement_.--Ah! tu vas là-bas.

PERRICHON.--Oui... je vais... là-bas, avec ces deux messieurs.

MADAME PERRICHON.--Allons! tâche d'être revenu pour dîner.

PERRICHON et MAJORIN.--Hein?

PERRICHON, _à part_.--Cette tranquillité!... est-ce que ma femme ne
m'aimerait pas?

MAJORIN, _à part_.--Tous les Perrichon manquent de coeur! c'est bien
fait!

DANIEL.--Il est l'heure... si vous voulez être au rendez-vous à midi.

PERRICHON, _vivement_.--Précis!

MADAME PERRICHON, _vivement_.--Précis! vous n'avez pas de temps à
perdre.

HENRIETTE.--Dépêche-toi, papa.

PERRICHON.--Oui...

MAJORIN, _à part_.--Ce sont elles qui le renvoient[1]! Quelle jolie
famille!

PERRICHON.--Allons! Caroline! ma fille! adieu! adieu! (_Ils
remontent_.)



ACTE IV, SCÈNE IV

LES MÊMES, ARMAND


ARMAND, _paraissant au fond_.--Restez, monsieur Perrichon: le duel
n'aura pas lieu.

TOUS.--Comment?

HENRIETTE, _à part_.--Monsieur Armand! j'étais bien sûre de lui!

MADAME PERRICHON, _à Armand_.--Mais expliquez-nous...

ARMAND.--C'est bien simple... je viens de faire mettre à Clichy le
commandant Mathieu.

TOUS.--A Clichy?

DANIEL, _à part_.--Il est très actif[1], mon rival!

ARMAND.--Oui... cela avait été convenu depuis un mois entre le
commandant et moi... et je ne pouvais trouver une meilleure occasion
de lui être agréable... (_A Perrichon_.) et de vous en débarrasser!

MADAME PERRICHON, _à Armand_.--Ah! monsieur, que de reconnaissance!...

HENRIETTE, _bas_.--Vous êtes notre sauveur!

PERRICHON, _à part_.--Eh bien! je suis contrarié de ça... j'avais
si bien arrangé ma petite affaire... à midi moins un quart on nous
mettait[2] la main dessus...

MADAME PERRICHON, _allant à son mari_.--Remercie donc!

PERRICHON.--Qui ça[3]?

MADAME PERRICHON.--Eh bien! monsieur Armand.

PERRICHON.--Ah! oui. (_A Armand, sèchement_.) Monsieur, je vous
remercie.

MAJORIN, _à part_.--On dirait que ça l'étrangle. (_Haut_.) Je vais
toucher mon dividende. (_A Daniel_.) Croyez-vous que la caisse soit
ouverte?

DANIEL.--Oui, sans doute. J'ai une voiture, je vais vous conduire.
Monsieur Perrichon, nous nous reverrons; vous avez une réponse à me
donner.

MADAME PERRICHON, _bas à Armand_.--Restez. Perrichon a promis de se
prononcer aujourd'hui: le moment est favorable, faites votre demande.

ARMAND.--Vous croyez?... c'est que[4]...

HENRIETTE, _bas_.--Courage, monsieur Armand!

ARMAND.--Vous! oh! quel bonheur!

MAJORIN.--Adieu, Perrichon.

DANIEL, _saluant_.--Madame... mademoiselle. (_Henriette et madame
Perrichon sortent par la droite. Majorin et Daniel par le fond, à
gauche_.)



ACTE IV, SCÈNE V

PERRICHON, ARMAND, _puis_ JEAN _et_ LE COMMANDANT


PERRICHON, _à part_.--Je suis très contrarié... très contrarié!...
j'ai passé une partie de la nuit à écrire à mes amis que je me
battais... je vais être ridicule.

ARMAND, _à part_.--Il doit être bien disposé... Essayons. (_Haut_.)
Mon cher monsieur Perrichon...

PERRICHON, _sèchement_.--Monsieur?

ARMAND.--Je suis plus heureux que je ne puis le dire d'avoir pu
terminer cette désagréable affaire.

PERRICHON, _à part_.--Toujours son petit air protecteur! (_Haut_.)
Quant à moi, monsieur, je regrette que vous m'ayez privé du plaisir de
donner une leçon à ce professeur de grammaire!

ARMAND.--Comment? mais vous ignorez donc que votre adversaire...

PERRICHON.--Est un ex-commandant au deuxième zouaves... Eh bien,
après[1]?...J'estime l'armée, mais je suis de ceux qui savent la
regarder en face! (_Il passe fièrement devant lui._)

JEAN, _paraissant et annonçant_.--Le commandant Mathieu.

PERRICHON.--Hein?

ARMAND.--Lui!

PERRICHON.--Vous me disiez qu'il était en prison!

LE COMMANDANT, _entrant_.--J'y étais, en effet, mais j'en suis sorti.
(_Apercevant Armand_.) Ah! monsieur Armand! je viens de consigner le
montant du billet que je vous dois, plus les frais[2]...

ARMAND.--Très bien, commandant... Je pense que vous ne me gardez pas
rancune... vous paraissiez si désireux d'aller à Clichy.

LE COMMANDANT.--Oui, j'aime Clichy... mais pas les jours où je dois me
battre. (_A Perrichon_.) Je suis désolé, monsieur, de vous avoir fait
attendre...

JEAN, _à part_.--Oh! ce pauvre bourgeois!

PERRICHON.--Je pense, monsieur, que vous me rendrez la justice de
croire que je suis tout à fait étranger à l'incident qui vient de se
produire.

ARMAND.--Tout à fait! car à l'instant même, monsieur me manifestait
ses regrets de ne pouvoir se rencontrer avec vous.

LE COMMANDANT, _à Perrichon_.--Je n'ai jamais douté, monsieur, que
vous ne fussiez un loyal adversaire.

PERRICHON, _avec hauteur_.--Je me plais à l'espérer[3], monsieur.

JEAN, _à part_.--Il est très solide, le bourgeois.

LE COMMANDANT.--Mes témoins sont à la porte... partons!

PERRICHON.--Partons!

LE COMMANDANT, _tirant sa montre_.--Il est midi.

PERRICHON, _à part_.--Midi!... déjà!

LE COMMANDANT.--Nous serons là-bas à deux heures.

PERRICHON, _à part_.--Deux heures! ils[4] seront partis.

ARMAND.--Qu'avez-vous donc[5]?

PERRICHON.--J'ai... j'ai... messieurs, j'ai toujours pensé qu'il y
avait quelque noblesse à reconnaître ses torts.

LE COMMANDANT et JEAN, _étonnés_.--Hein?

ARMAND.--Que dit-il?

PERRICHON.--Jean... laisse-nous!

ARMAND.--Je me retire aussi.

LE COMMANDANT.--Oh! pardon! je désire que tout ceci se passe devant
témoins.

ARMAND.--Mais...

LE COMMANDANT.--Je vous prie de rester.

PERRICHON.--Commandant... vous êtes un brave militaire... et moi...
j'aime les militaires! je reconnais que j'ai eu des torts envers
vous... et je vous prie de croire que... (_A part_.) Sapristi! devant
mon domestique! (_Haut_.) Je vous prie de croire qu'il n'était ni dans
mes intentions... (_Il fait signe de sortir à Jean, qui a l'air de ne
pas comprendre. A part_.) Ça m'est égal, je le mettrai à la porte
ce soir. (_Haut_.) ...ni dans ma pensée... d'offenser un homme que
j'estime et que j'honore!

JEAN, _à part_.--Il cane, le patron!

LE COMMANDANT.--Alors, monsieur, ce sont des excuses?

ARMAND, _vivement_.--Oh! des regrets!...

PERRICHON.--N'envenimez pas[6]! n'envenimez pas! laissez parler le
commandant.

LE COMMANDANT.--Sont-ce des regrets ou des excuses?

PERRICHON, _hésitant_.--Mais... moitié l'un... moitié l'autre...

LE COMMANDANT.--Monsieur, vous avez écrit en toutes lettres sur le
livre du Montanvert... le commandant est un...

PERRICHON, _vivement_.--Je retire le mot! il est retiré!

LE COMMANDANT.--Il est retiré... ici... mais là-bas il s'épanouit au
beau milieu d'une page que tous les voyageurs peuvent lire.

PERRICHON.--Ah! dame! pour ça! à moins que je ne retourne moi-même
l'effacer...

LE COMMANDANT.--Je n'osais pas vous le demander, mais puisque vous me
l'offrez...

PERRICHON.--Moi?

LE COMMANDANT.--...j'accepte.

PERRICHON.--Permettez...

LE COMMANDANT.--Oh! je ne vous demande pas de repartir aujourd'hui...
non!... mais demain.

PERRICHON et ARMAND.--Comment?

LE COMMANDANT.--Comment? Par le premier convoi, et vous bifferez
vous-même, de bonne grâce[7], les deux méchantes lignes échappées à
votre improvisation... ça m'obligera.

PERRICHON.--Oui... comme ça... il faut que je retourne en Suisse?

LE COMMANDANT.--D'abord, le Montanvert étant en Savoie... maintenant
c'est la France[8]!

PERRICHON.--La France, reine des nations!

JEAN.--C'est bien moins loin!

LE COMMANDANT, _ironiquement_.--Il ne me reste plus qu'à rendre
hommage à vos sentiments de conciliation.

PERRICHON.--Je n'aime pas à verser le sang!

LE COMMANDANT, _riant_.--Je me déclare complètement satisfait.
(_A Armand_.) Monsieur Desroches, j'ai encore quelques billets en
circulation; s'il vous en passe un par les mains, je me recommande
toujours à vous![9] (_Saluant_.) Messieurs, j'ai bien l'honneur de
vous saluer!

PERRICHON, _saluant_.--Commandant... (_Le Commandant sort_.)

JEAN, _à Perrichon, tristement_.--Eh bien! monsieur... voilà votre
affaire arrangée.

PERRICHON, _éclatant_.--Toi, je te donne ton compte[10]! va faire des
paquets, animal!

JEAN, _stupéfait_.--Ah bah! qu'est-ce que j'ai fait? (_Il sort à
droite_.)



ACTE IV, SCÈNE VI

ARMAND, PERRICHON


PERRICHON, _à part_.--Il n'y a pas à dire... j'ai fait des excuses!
moi! dont on verra le portrait au Musée... mais à qui la faute? à ce
M. Armand!

ARMAND, _à part, au fond_.--Pauvre homme! je ne sais que lui dire.

PERRICHON, _à part_.--Ah ça! est-ce qu'il ne va pas s'en aller? Il a
peut-être encore quelque service à me rendre... Ils sont jolis, ses
services!

ARMAND.--Monsieur Perrichon!

PERRICHON.--Monsieur?

ARMAND.--Hier, en vous quittant, je suis allé chez mon ami...
l'employé à l'administration des douanes... Je lui ai parlé de votre
affaire.

PERRICHON, _sèchement_.--Vous êtes trop bon.

ARMAND.--C'est arrangé... on ne donnera pas suite au procès.

PERRICHON.--Ah!

ARMAND.--Seulement, vous écrirez au douanier quelques mots de regrets.

PERRICHON, _éclatant_.--C'est ça! des excuses!... De quoi vous
mêlez-vous, à la fin[1]?

ARMAND.--Mais...

PERRICHON.--Est-ce que vous ne perdrez pas l'habitude de vous fourrer
à chaque instant dans ma vie?

ARMAND.--Comment?

PERRICHON.--Oui, vous touchez à tout! Qui est-ce qui vous a prié de
faire arrêter le commandant? Sans vous nous étions tous là-bas, à
midi!

ARMAND.--Mais rien ne vous empêchait d'y être à deux heures.

PERRICHON.--Ce n'est pas la même chose.

ARMAND.--Pourquoi?

PERRICHON.--Vous me demandez pourquoi? Parce que... non! Vous ne
saurez pas pourquoi! (_Avec colère_.) Assez de services, monsieur!
assez de services! Désormais, si je tombe dans un trou, je vous prie
de m'y laisser! j'aime mieux donner cent francs au guide... car ça
coûte cent francs... il n'y a pas de quoi être si fier! Je vous
prierai aussi de ne plus changer les heures de mes duels, et de me
laisser aller en prison si c'est ma fantaisie.

ARMAND.--Mais, monsieur Perrichon...

PERRICHON.--Je n'aime pas les gens qui s'imposent... c'est de
l'indiscrétion! Vous m'envahissez[2]!...

ARMAND.--Permettez...

PERRICHON.--Non, monsieur! on ne me domine pas, moi! Assez de
services! (_Il sort par le pavillon_.)



ACTE IV, SCÈNE VII

ARMAND, puis HENRIETTE


ARMAND, _seul_.--Je n'y comprends plus rien... je suis abasourdi!

HENRIETTE, _entrant par la droite, au fond._--Ah! monsieur Armand!

ARMAND.--Mademoiselle Henriette!

HENRIETTE.--Avez-vous causé avec papa?

ARMAND.--Oui, mademoiselle.

HENRIETTE.--Eh bien?

ARMAND.--Je viens d'acquérir la preuve de sa parfaite antipathie.

HENRIETTE.--Que dites-vous là? C'est impossible.

ARMAND.--Il a été jusqu'à me reprocher de l'avoir sauvé au
Montanvert... J'ai cru qu'il allait m'offrir cent francs de
récompense.

HENRIETTE.--Cent francs! Par exemple!

ARMAND.--Il dit que c'est le prix!...

HENRIETTE.--Mais c'est horrible! c'est de l'ingratitude!...

ARMAND.--J'ai senti que ma présence le froissait, le blessait... et je
n'ai plus, mademoiselle, qu'à vous faire mes adieux.

HENRIETTE, _vivement_.--Mais, pas du tout! restez!

ARMAND.--A quoi bon? c'est à Daniel qu'il réserve votre main.

HENRIETTE.--Monsieur Daniel?... mais je ne veux pas!

ARMAND, _avec joie_.--Ah!

HENRIETTE, _se reprenant_.--Ma mère ne veut pas! elle ne partage pas
les sentiments de papa; elle est reconnaissante, elle; elle vous
aime... Tout à l'heure elle me disait encore: Monsieur Armand est un
honnête homme... un homme de coeur, et ce que j'ai de plus cher au
monde, je le lui donnerais...

ARMAND.--Mais, ce qu'elle a de plus cher... c'est vous!

HENRIETTE, _naïvement_.--Je le crois.

ARMAND.--Ah! mademoiselle, que je vous remercie!

HENRIETTE.--Mais, c'est maman qu'il faut remercier.

ARMAND.--Et vous, mademoiselle, me permettez-vous d'espérer que vous
auriez pour moi la même bienveillance?

HENRIETTE, _embarrassée_.--Moi, monsieur?...

ARMAND.--Oh! parlez! je vous en supplie...

HENRIETTE, _baissant les yeux_.--Monsieur, lorsqu'une demoiselle est
bien élevée, elle pense toujours comme sa maman. (_Elle se sauve_.)



ACTE IV, SCÈNE VIII

ARMAND, _puis_ DANIEL


ARMAND, _seul_.--Elle m'aime! elle me l'a dit!... Ah! je suis trop
heureux!... ah!...

DANIEL, _entrant_.--Bonjour, Armand.

ARMAND.--C'est vous... (_A part_.) Pauvre garçon!

DANIEL.--Voici l'heure de la philosophie[1]... Monsieur Perrichon se
recueille... et dans dix minutes nous allons connaître sa réponse. Mon
pauvre ami!

ARMAND.--Quoi donc?

DANIEL.--Dans la campagne que nous venons de faire, vous avez commis
fautes sur fautes...

ARMAND, _étonné_.--Moi?

DANIEL.--Tenez, je vous aime, Armand... et je veux vous donner un bon
avis qui vous servira... pour une autre fois!... vous avez un défaut
mortel!

ARMAND.--Lequel?

DANIEL.--Vous aimez trop à rendre service... c'est une passion
malheureuse[2]!

ARMAND, _riant_.--Ah! par exemple!

DANIEL.--Croyez-moi... j'ai vécu plus que vous[3], et dans un monde...
plus avancé! Avant d'obliger un homme, assurez-vous bien d'abord que
cet homme n'est pas un imbécile.

ARMAND.--Pourquoi?

DANIEL.--Parce qu'un imbécile est incapable de supporter longtemps
cette charge écrasante qu'on appelle la reconnaissance; il y a même
des gens d'esprit[4] qui sont d'une constitution si délicate...

ARMAND, _riant_.--Allons! développez votre paradoxe!

DANIEL.--Voulez-vous un exemple: monsieur Perrichon...

PERRICHON, _passant sa tête à la porte du pavillon_.--Mon nom!

DANIEL.--Vous me permettrez de ne pas le ranger dans la catégorie
des hommes supérieurs... (_Perrichon disparaît._) Eh bien! monsieur
Perrichon vous a pris tout doucement en grippe.

ARMAND.--J'en ai bien peur.

DANIEL.--Et pourtant vous lui avez sauvé la vie. Vous croyez peut-être
que ce souvenir lui rappelle un grand acte de dévouement? Non! il
lui rappelle trois choses: primo, qu'il ne sait pas monter à cheval;
secundo, qu'il a eu tort de mettre des éperons, malgré l'avis de sa
femme; tertio, qu'il a fait en public une culbute ridicule...

ARMAND.--Soit, mais...

DANIEL.--Et comme il fallait un bouquet à ce beau feu d'artifice, vous
lui avez démontré, comme deux et deux font quatre, que vous ne faisiez
aucun cas de son courage, en empêchant un duel... qui n'aurait pas eu
lieu.

ARMAND.--Comment?

DANIEL.--J'avais pris mes mesures... Je rends aussi quelquefois des
services...

ARMAND.--Ah! vous voyez bien[5]!

DANIEL.--Oui, mais moi, je me cache... je me masque! Quand je pénètre
dans la misère de mon semblable, c'est avec des chaussons et sans
lumière... comme dans une poudrière! D'où je conclus...

ARMAND.--Qu'il ne faut obliger personne?

DANIEL.--Oh! non! mais il faut opérer nuitamment et choisir sa
victime! D'où je conclus que ledit Perrichon vous déteste; votre
présence l'humilie, il est votre obligé[6], votre inférieur! vous
l'écrasez, cet homme!

ARMAND.--Mais c'est de l'ingratitude!...

DANIEL.--L'ingratitude est une variété de l'orgueil... C'est
l'indépendance du coeur, a dît un aimable philosophe[7]. Or, monsieur
Perrichon est le carrossier le plus indépendant de la carrosserie
française! J'ai flairé cela tout de suite... Aussi[8] ai-je suivi une
marche tout à fait opposée à la vôtre.

ARMAND.--Laquelle?

DANIEL.--Je me suis laissé glisser... exprès! dans une petite
crevasse... pas méchante.

ARMAND.--Exprès?

DANIEL.--Vous ne comprenez pas? Donner à un carrossier l'occasion de
sauver son semblable, sans danger pour lui, c'est un coup de maître!
Aussi, depuis ce jour, je suis sa joie, son triomphe, son fait
d'armes! Dès que je parais, sa figure s'épanouit, son estomac se
gonfle, il lui pousse des plumes de paon[9]! dans sa redingote!... Je
le tiens, comme la vanité tient l'homme!... Quand il se refroidit, je
le ranime, je le souffle... je l'imprime dans le journal... à trois
francs la ligne!

ARMAND.--Ah bah! c'est vous?

DANIEL.--Parbleu! Demain je le fais peindre à l'huile... en
tête-à-tête avec le mont Blanc! J'ai demandé un tout petit mont Blanc
et un immense Perrichon! Enfin, mon ami, retenez bien ceci... et
surtout gardez-moi le secret[10]: les hommes ne s'attachent point à
nous en raison des services que nous leur rendons, mais en raison de
ceux qu'ils nous rendent!

ARMAND.-Les hommes... c'est possible... mais les femmes!

DANIEL.--Eh bien, les femmes?...

ARMAND.--Elles comprennent la reconnaissance, elles savent garder au
fond du coeur le souvenir du bienfait.

DANIEL.--Dieu! la jolie phrase!

ARMAND.--Heureusement madame Perrichon ne partage pas les sentiments
de son mari.

DANIEL.--La maman est peut-être pour vous... mais j'ai pour moi
l'orgueil du papa... du haut du Montanvert ma crevasse me protège[11]!



ACTE IV, SCÈNE IX

LES MÊMES, PERRICHON, MADAME PERRICHON, HENRIETTE


PERRICHON, _entrant accompagné de sa femme et de sa fille; il est très
grave_.--Messieurs, je suis heureux de vous trouver ensemble... vous
m'avez fait tous deux l'honneur de me demander la main de ma fille...
vous allez connaître ma décision...

ARMAND, _à part_.--Voici le moment.

PERRICHON, _à Daniel, souriant_.--Monsieur Daniel... mon ami!...

ARMAND, _à part_.--Je suis perdu!

PERRICHON.--J'ai déjà fait beaucoup pour vous... je veux faire plus
encore... Je veux vous donner...

DANIEL, _remerciant_.--Ah! monsieur!

PERRICHON, _froidement_.--...un conseil!... (_Bas_.) Parlez moins haut
quand vous serez près d'une porte.

DANIEL, _étonné_.--Ah bah!

PERRICHON.--Oui... je vous remercie de la leçon. (_Haut_.) Monsieur
Armand... vous avez moins vécu que votre ami... vous calculez moins,
mais vous me plaisez davantage... je vous donne ma fille.

ARMAND.--Ah! monsieur!...

PERRICHON.--Et remarquez que je ne cherche pas à m'acquitter envers
vous... je désire rester votre obligé... (_Regardant Daniel_.) car
il n'y a que les imbéciles qui ne savent pas supporter cette charge
écrasante qu'on appelle la reconnaissance. (_Il se dirige vers la
droite, madame Perrichon fait passer sa fille du côté d'Armand, qui
lui donne le bras_.)

DANIEL, _à part_.--Attrape[1]!

ARMAND, _à part_.--Oh! ce pauvre Daniel!

DANIEL.--Je suis battu! (_A Armand_.) Après comme avant, donnons-nous
la main.

ARMAND.--Oh! de grand coeur!

DANIEL, _allant à Perrichon_.--Ah! monsieur Perrichon, vous écoutez
aux portes!

PERRICHON.--Eh! mon Dieu! un père doit chercher à s'éclairer... (_Le
prenant à part_.) Voyons, là... vraiment, est-ce que vous vous y êtes
jeté exprès?

DANIEL.--Où ça?

PERRICHON.--Dans le trou.

DANIEL.--Oui... mais je ne le dirai à personne.

PERRICHON.--Je vous en prie[2]. (_Poignées de main_.)



ACTE IV, SCÈNE X

LES MÊMES, MAJORIN


MAJORIN.--Monsieur Perrichon, j'ai touché mon dividende à trois
heures... et j'ai gardé la voiture de monsieur[1] pour vous rapporter
plus tôt vos six cents francs... les voici!

PERRICHON.--Mais cela ne pressait pas.

MAJORIN.--Pardon, cela pressait... considérablement: maintenant nous
sommes quittes... complètement quittes.

PERRICHON, _à part_.--Quand je pense que j'ai été comme ça[2]!...

MAJORIN, _à Daniel_.--Voici le numéro[3] de votre voiture, il y a sept
quarts d'heure. (_Il lui donne une carte_.)

PERRICHON.--Monsieur Armand, nous resterons chez nous demain soir...
et si vous voulez nous faire plaisir, vous viendrez prendre une tasse
de thé...

ARMAND, _courant à Perrichon, bas_.--Demain! vous n'y pensez
pas[4]!... et votre promesse au commandant? (_Il retourne près
d'Henriette_.)

PERRICHON.--Ah! c'est juste! (_Haut_.) Ma femme... ma fille... nous
repartons demain matin pour la mer de Glace.

HENRIETTE, _étonnée_.--Hein?

MADAME PERRICHON.--Ah! par exemple! nous en arrivons! pourquoi y
retourner?

PERRICHON,--Pourquoi? peux-tu le demander? tu ne devines pas que je
veux revoir l'endroit où Armand m'a sauvé?

MADAME PERRICHON.--Cependant...

PERRICHON.--Assez! ce voyage m'est commandant... (_Se reprenant._)
commandé[5] par la reconnaissance!



NOTES


ACTE PREMIER

SCÈNE PREMIÈRE

1: chemin de fer de Lyon: the short name for the great railroad
company of which the full name is _Chemin de fer de Paris à Lyon et à
la Méditerranée_.

2: salles d'attente: fifty years ago (this play was written in 1860)
the passengers were never admitted to the platforms except through the
waiting rooms, at the entrance to which tickets had to be shown.--Au
fond: at the back of the stage; what is, in technical stage parlance,
called «center.» Thus these directions would be exactly as follows:
Center: waiting-room gate; Right of Center: ticket-office window; Left
of Center: seats; Right (_i.e_. right side of stage): woman in charge
of a candy stall; Left (of stage): book stall.

3: marchande: feminine. The French companies very often give the right
to sell flowers, or candy, or books, to the wives or widows oftheir
employees.

4: commissionnaires: properly those employees who may carry parcels,
etc., outside the station, to which the nearest approach in America
is the so-called «parcels porter» of certain companies. The man who
handles the baggage in the station only, our «baggage porter,» is the
_facteur_.

5: bien: often ironical, but here merely emphasizing _c'est_, and to
be translated only by a voice stress on «is.»

6: Des carrossiers, etc.: as an employee, however subordinate, in some
company or other (which is not specified in the play), Majorin sneers
at «trade»; the «office,» _bureau_, looks down on the «store,»
_magasin_, a frame of mind still frequently to be met with in France.
Traveling, which was far more expensive half a century ago, was
considered the privilege of the wealthy aristocracy. Hence the point:
A tradesman aping the nobility! A mere carriage maker enjoying a
lordly income! A carriage maker keeping a carriage!--a humorous
climax. Observe the meanness of Majorin: he professes to be a friend
of Perrichon's, borrows money from him at the most inconvenient time,
and yet behind his back sneers at him from the fancied vantage ground
of «not being in trade» himself.

7: de garde: during the Second Empire (the reign of Napoleon III,
1852-1870) a National Guard was instituted, to which every citizen
must belong. These National Guardsmen were called upon at certain
times for drill or duty in the city. As these calls were imperative,
all other obligations had to give way to them. Hence an unscrupulous
fellow who wanted a day off would often allege such a call.

8: faire l'important: _be so superior_! literally, «play the important
man,» a frequent use of _faire_.

9: ça fait pitié: _sickening sight_! lit., «that moves one to
disgust,» a shade of meaning sometimes taken by _pitié_ which should
be noted.

10: toujours: observe the three meanings of this word: 1. always; 2.
still; and 3. anyhow. Tr., _Still no Perrichon_!--On dirait, etc.: _He
might be doing it on purpose_! This use of the conditional of _dire_
to express «one would say,» «it seems as though,» is very frequent
andshouldbe clearly understood.

11: l'employé: _i.e_. the official who stands _outside_ the ticket
window, to see that passengers get the right tickets and change, etc.
This manis referred to again at the end of Sc. 6.

12: Il sort par la gauche: get into the way of translating by the
corresponding technical English: _Exit left_.


ACTE I, SCÈNE II

1: Dieu! que j'ai chaud: the student must not make the mistake of
thinking that _Dieu_! and _Diable_! are anywhere near as strong in
French as in English. Tr., _My! but I'm hot_! Carefully preserve the
lack of refinement in the speech of both Mr. and Mrs. Perrichon.

2: Tiens: see List of Exclamations.

3: premières: the long expression _un billet de première classe_ is
shortened to _une première classe_, and indeed to: _une première_.
Most European trams have first, second, and third class carriages,
except the expresses.

4: rapides... Alpes: Mr. Perrichon's grandiloquence must be carefully
brought out in translation.

5: son café: the small cup of black coffee after a meal, to the habit
of which many people in France are slaves.

6: quand... compte: _when you've got your figures straight_... supply
«you feel more comfortable.»

7: Nous sommes neuf: Mr. Perrichon comically counts the persons with
the baggage, and the porter in the same vein replies, _O.K_.! lit.,
«Take (it) away!» the regular phrase used in the French baggage rooms,
when a trunk has been duly weighed, by the man at the scales to the
porter who has brought it and who will wheel it away.


ACTE I, SCÈNE III

1: un ahuri: this use of _ahuri_ as a noun is a vulgarity of speech.
fr., _He acts crazylike_. Lit., «one whose hair stands on end like a
wild boar's mane (_hure_) with amazement.»

2: la Mairie: the (town-) Hall, or Mayor's official residence. There
is a Mayor and a _Mairie_ for each of the twenty _arrondissements_ or
wards into which Paris is divided for municipal purposes.

3: Je bénis le hasard: _What a fortunate coincidence_! Lit., «I bless
chance (which has made me meet you).»--Ces dames: is the third person
of politeness, used even when you are speaking to the parties; use the
second person in English: _You are leaving the city, ladies_?


ACTE I, SCÈNE IV

1: très-bien: _very gentlemanly_.

2: Après ça: _after all_.


ACTE I, SCÈNE V

1: les jambes... corps: _I'm dog-tired_. Lit., «my legs are being
telescoped into my body,» a very unrefined expression.

2: Tu n'en finis pas: _You are so slow_! Lit., «you do not make an end
of the job.»

3: Voyons: see List of Exclamations.


ACTE I, SCÈNE VI

1: table: the long counter on which baggage is laid in many French
stations, previous to weighing.

2: y: _after it_. Lit., «there,» _i.e_. where my baggage is.

3: Il ne... ça: _That's not what I mean_; lit., «the question is not
about that.»

4: le constater: _establish that point_.

5: Allons donc: see List of Exclamations.

6: aussi: Majorin was in the wrong, _too_, when he made so indiscreet
a request. _But then, why on earth do YOU come_...

7: cinq... an: a hint that he does not expect Perrichon to charge him
any interest at all, since only «usurers» would charge five per cent.

8: a de l'ordre: _is thrifty_.--Il faut ça: _a very necessary thing_.
Lit., «it takes that» (for good management).

9: ça: very contemptuous when used of a person, as in English: _And it
goes to Switzerland_!

10: la balustrade: a railing in front of the ticket window, to keep
passengers in single line.


ACTE I, SCÈNE VII

1: entends: note that this verb means: 1. to hear; 2. to understand;
3. to mean.

2: Sauf votre respect: _Beg pardon, major, but_... Lit., «the respect
due to you being preserved.» Cf. the Irish expression, «saving your
presence.»

3: autant vaudrait: idiomatic inversion = _il vaudrait autant_. Tr.
_you might as well_.

4: on: the reluctance of the Major to mention his sweetheart by name
must be preserved: _anybody_.

5: Allons, c'est bien: _That'll do_! See List of Exclamations. Observe
the Major's impatience to get a letter, in spite of his running away.


ACTE I, SCÈNE VIII

1: bulletin: in France the receipt for baggage is a slip of paper.
Note the humor of the following exclamation: _I'm checked_!

2: Ce n'est pas malheureux: _Time you were_! Lit., «It is no
misfortune that you should be!» She is cross and sarcastic.

3: va pour: an idiomatic expression, meaning «let it go at.» Here:
_We'll make it_.--The French _sou_, or five-centimes piece, is our
cent, ofwhich twenty make one franc. French money can easily be read
into Americanmoney by multiplying by two and then dividing by ten.
_E.g_. Perrichon' stickets cost him 172.05 francs; 172.05 X 2 by
inspection = 344.1; divide by 10 by moving the decimal point: $34.41.

4: impression; see acte I, scène II.

5: je l'aurai laissé: _I must have left it in the baggage room_. The
future past is idiomatically used to suggest explanation. Lit., I
shall (find on investigation that I) have left it, etc.

6: Adieu... nations: note the humor of Mr. Perrichon's grandiloquent
farewell to France, when so far he is only leaving Paris, and is only
just going across the border anyhow.--The bell heard at this point is
the hand-bell which, in many European stations is rung just previous
to the departure of a train. The locomotives have no bells, only
whistles.

7: sa: of course, Mr. Perrichon's.


ACTE I, SCÈNE IX

1: nous faire aimer: _to win her affection_. Lit., «to make (her) love
us.»--chacun de notre côté: _each one for himself_.

2: votre affaire: _the very thing_. Lit., «your business,» «the thing
you want.»

3: la Saône: (pronounced Sône) flows into the river Rhône at Lyons.

4: bêtises: _nonsense, i.e_. anything he would not like his daughter
toread. Note the polite salutations between the customer and vender in
French.

5: C'est égal: _All the same_. Lit., «It is an equal (_i.e_.
indifferent) matter,» or «never mind (about the rest), still I should
like to,» etc.

6: Tableau: _Business, i.e_. a certain amount of dumb show goes
on,travelers bustle in, etc., before the curtain drops.


ACTE DEUXIÈME

SCÈNE PREMIÈRE

1: Montanvert: on the slopes of Mont Blanc, in French Switzerland, and
close to the famous glacier known as the Mer de Glace.

2: Ces messieurs; see acte I, scène III, note 3.

3: opérations: a military metaphor kept up in his next speech.

4: wagon: (pronounced _vagon_), is only used of railroad cars, or even
of«compartments,» _i.e_. divisions of coaches, on the European plan,
eachcompartment to carry from six to ten passengers (according to the
«class»), seated facing each other.

5: prévenances... petits soins: the former anticipate a person's needs
or desires, the latter are «attentions» in general.

6: Dijon: a station a little more than halfway between Paris and
Lyons, some four or five hours' journey from the latter.

7: la mécanique: _the spring_. It does not appear whether Armand held
down a shade that would fly up, or held up a shade that would come
down.--a dû: note the use of the indicative of _devoir_ to express
necessary sequence: it «must have.»

8: vous vous... nourrir: _You got your board out of them_.

9: Chamouny: the nearest village to Mont Blanc, about 3500 feet above
the sea level.--le Perrichon: the use of the article is humorous: _old
man Perrichon_.--de s'écrier: the narrative infinitive of the Latin,
giving greater vividness to the story.

10: gentilhomme: «nobleman,» not «gentleman.» _'Twas nobly done_!

11: Merci: in answer to any offer, is very generally _No, thank you_.

12: Châlon (sur-Saône): about halfway between Dijon and Lyons.

13: le: _i.e. sérieux_.

14: vont tout seuls: a play on the expression _aller tout seul_, used
oftoys, etc., that are worked by machinery, and need no drawing with a
string, and also of undertakings that are easy and require little or
no effort. Daniel's tug-boats _need no pushing_ by him.

15: j'ai associé... personne: _i.e_. he is, as it were, a silent
partner, a sort of «amateur banker.» An amateur in music, painting,
etc., practices his art as a hobby, for his personal satisfaction, and
not as a profession.

16: Il n'y a... blondes: _fair complexions are getting very scarce_.

17: Comme... aimons: _Just the shade we dote on_, and not «How we love
them!»

18: c'est qu'il est: this _c'est que_, often omitted in English,
introducesa reason or explanation; in this case, for his exclamation
of alarm.

19: Ferney: four or five miles northwest of Geneva, and for twenty
years the residence of the great French writer, Voltaire.--Lausanne:
some thirty-three miles northeast of Geneva.

20. Je ne tiens pas en place: _I can't sit still_.--J'ai envie de: _I
have half a mind to_.


ACTE II, SCÈNE II

1: c'est tout coeur, tout feu: _he is so warm-hearted, so
impulsive!--ça ne sait pas vivre: _he doesn't know what's what_! Lit.,
«he doesn't understand life,» what is important in life (_e.g_.
coffee after meals) and what is not. _Ça_ still patronizing, if not
contemptuous, acte I, scène VI, note 9.

2: ça ne lui a pas réussi: _he didn't make a success of it, i.e._ it
made him feel sick.

3: en plein soleil: _in the blazing sun_. Cf. _en plein air, en pleine
mer_, «in the open air,» «in mid ocean.»

4: nous avons: supply: as a precedent. The allusion is to the
well-known story of the race won by the slow tortoise against the
swift hare.

5: si haut: _at such an elevation_, with possibly a play on the word
_haut_, which also means «loud.»

6: la belle écriture: the excellent penmanship (of special advantage
in business) and the inane remark of Mr. Malaquais, show him up as an
uncultivated tradesman.--Rentier: after his name is the technical term
for a business man who has retired and lives on his income. Tr., _no
profession_.


ACTE II, SCÈNE III

1: n'y sont pour rien: _have nothing to do with it_.

2: tu l'auras piquée: for this use of the future past, see acte I,
scène VIII, note 5.

3: disparaissait: the imperfect for greater vividness, instead of
theconditional past. Cf. in English, «Another step and he was (= would
havebeen) a dead man.»

4: A mon tour: supply, to thank Armand. A = «(It has come round) to.»

5: Comment donc: see List of Exclamations.

6: vous ferez reconduire le cheval: the horse is to be led down to
Chamouny: Perrichon will not ride it. The whole party will drive down.

7: j'ai trop serré: supply: _sa main_.


ACTE II, SCÈNE IV

1: Que voulez-vous: very frequent in conversation to express helpless
resignation to the inevitable. The meaning is: «What do you wish me to
do in the matter?» or «What was I to do?» or «How can I help it?» The
translation must vary with the context.

2: vous cultivez le précipice: _you go in for precipices, i.e_. you
workthem into your schemes, make them help you.

3: vous céder la place; _disappear_. Lit., «yield the position to
you.»

4: vous retrouverez: the force of _re-_ is «on your return.»

5: Voilà... coeur: _That was genuine! i.e_. straight from the heart.

6: aussi: at the beginning of a clause, _aussi_ means «and
consequently,»although the translation may vary («so,» «then,» etc.).

7: faire la demande: offers in marriage are very generally, in France,
made by a third party.

8: Mon ami: it is difficult to translate some of these effusions.
_Dear old fellow_! might do duty here.

9: Soyez tranquille: _Don't be afraid_. Unlike _restez tranquille_,
whichmeans «sit still.»--Chez lui: obviously not «at his house,» but
_in him. I'll twang the string of gratitude in his heart_.


ACTE II, SCÈNE V

1: Mais... sauvé: _Why, to be sure he saved my life_! Observe the
cleverly graded symptoms of Perrichon's growing coolness towards
Armand.

2: d'une modestie: _so modest_!

3: Dites donc: see List of Exclamations.

4: enfin: shows that Daniel is alive to Mr. Perrichon's change of
feeling towards Armand. Tr., _after all_, or, _as a matter of fact_.

5: gentil: the absurdity of so weak a word in the circumstances makes
him repeat it in amazement.

6: Par exemple: see List of Exclamations.

7: ça: for _quant à ça_! = _as for that_!

8: une tasse de thé: Daniel sneers at this handsome reward for saving
a life.

9: mauvais pas: the technical name for several «dangerous places» in
the Alps.

10: a beau dire: _may say what she pleases_. This idiom should be
clearlyunderstood. It always means «to do a thing in vain,» to have «a
fine time»doing it, but without achieving any result.--ça ne tient pas
à, _it is notthe fault of_... Lit, «It does not depend upon,» «result
from.»

11. on s'en retire parfaitement: _it is easy to get out again_.
Observe the ingenuity with which Perrichon uses a form that leaves out
all reference to help received from others.

12. Je le crois bien: _I should think so_!--ce que ça vaut: _a very
fairprice_. Lit., «what it is worth.»

13. Je ne pars pas: Daniel sees the chance he spoke of, see acte I,
scène IX.

14. être des nôtres: _join our party_. Note the change from «Armand»
to «Mister Desroches.»

15. il paraît: _it appears_, or _I am told_. His own accident is
actuallyfading into unreality. In the next sentence he shows the
sameunconsciousness.

16. rêver: a poetical word. His affectations reappear: he is feeling
better.


ACTE II, SCÈNE VI

1: article 716 du Code civil: the 716th paragraph of the French Code
of Civil Law reads: «Treasure-trove belongs one-half to the finder,
and one-half to the owner of the ground on which it is found.»


ACTE II, SCÈNE VII

1: plus vrai que nature: an expression, not infrequent in French, for
which we have no ready equivalent. It means: «He is a truer example
(of ideal ingratitude) than nature (usually) affords.» _If that does
not beat all_!

2: ne vous gênez pas: _Do as you please_. Lit., «Do not put yourself
out (for us).»

3: r, e, re; just as we might say: «S, e, e: see.»


ACTE II, SCÈNE VIII

1: sortir: _i.e_. from their room.

2: Faîtes-moi servir: observe the great politeness that characterizes
the Major throughout. He begs the innkeeper to «have a cherry-brandy
served him,» not to bring it himself.

3: tout: before _en_ and the present participle, merely emphasizes the
fact that the two actions are simultaneous.

4: Vous n'auriez pas: _You do not happen to have_? This idiomatic use
of the conditional present implies that a less favorable answer is
expected than if the indicative had been used.

5: Aussi: see acte II, scène IV, note 6.

6: Clichy: the Clichy prison in Paris was the place of confinement for
insolvent debtors (like the Marshalsea in London) until 1867, when
imprisonment for debt was abolished in France.

7: garçon; the Major thinks an unmarried man is likely to lend a more
sympathetic ear to his love affairs.

8: Ne vous gênez pas: _Don't mind me_! Cf. acte II, scène VII, note 2.

9: voyez-vous: this, like the colloquial, «don't you know,» is not a
real question, and therefore does not require a question-mark.

10: du tout: = _Pas du tout_!

11: pour moi: _on my side_.


ACTE II, SCÈNE IX

1: la Beauce: one of the old districts of France, between the
river Loire and Paris, a very flat and well-to-do, rather than
intellectualregion.--Étampes: a small commercial center for grain and
vegetable produce, south of Paris.

2: C'est donc... lettres: Armand can be facetious too.

3: souvent... attribue: Mrs. Perrichon first repeats mechanically,
then realizes that there is point to Armand's speech.

4: jouer... la comédie du hasard: _keep up this fiction of mere
chance_.

5: quel bonheur: _How delightful_! girlish «gush,» but indicative of
her real feelings towards Armand.

6: comme tu es coiffée: _How untidy your hair is_!--Tiens-toi
droite! _Don't stoop_! Mrs. Perrichon is suddenly alive to her
daughter'spersonal appearance; Henriette, who knows nothing of
Armand's offer, cannottell why.


ACTE II, SCÈNE X

1: Le récit de Théramène: a famous piece of classical narrative in
Racine's tragedy _Phèdre_, where Théramène relates the death of his
master Hippolyte. Similar humor in English would make Perrichon say
possibly, «Tocross or not to cross, that was the question!» when
Daniel would contributeas an aside: «Hamlet's soliloquy!»

2: crevasses... de glace: the ridiculous rhyme, _crevasse... de
glace_, is very funny in the French.

3: monsieur: _this gentleman, i.e_. Daniel.

4: Mon ami: she says this impatiently here because she wants him to
get on with his story; lower down, in pure admiration.

5: à la face... à tous: _into the light of the sun, the giver of
all life_! The delightful magniloquence of the peroration must be
preserved at any cost. _Notre père à tous_, lit., «the father of us
all.»

6: c'est juste: _That's so. Juste_ here = «correct,» «true.»

7: Quoi donc: _Wrote what_?

8: un dévergondage grammatical: _a piece of grammatical impertinence_.

9: Combien tient-on... voiture: _How many is there room for in your
carriage? Tient-on = _sont tenus_, «can be held, seated.»

10: Ah: this is the _Oh_! of indignation = «Fie!»

11: la corde: is here the rope marking the «infield» or «inside track»
of a race-course, and therefore = «the better position.» _I knew
Ishould get the inside track again_!


ACTE TROISIÈME

SCÈNE PREMIÈRE

1: appartement: _i.e_. door leading to the rest of the flat.

2: Grenoble: a beautiful city in southeastern France, about sixty
miles southeast of Lyons, and consequently not much out of the way on
the return trip from Chamouny.

3: mettra le pot au feu: _will boil a piece of beef_. Boiled beef is a
standard middle-class dish in France. It is very economical, since
the boiled meat (_bouilli_) is eaten and the water it has been boiled
in(_bouillon_) makes soup.

4: barbue: _brill_, a European flat-fish.--Bien fraîche: _nice and
fresh_.Mr. Perrichon's culinary details are characteristic of his
_bourgeoisie_: no «gentleman» in France meddles with such things.

5: par exemple: see List of Exclamations. The meaning here is: «I have
everything in good shape... but, _for an instance_ of a thing I have
not got straight, there is this morning's call from a gentleman I
donot know, and who did not leave his card.»


ACTE III, SCÈNE II

1: les Darinel: Note that proper names do aot take the mark of the
plural in French. See acte IV, scène III.

2: Ah: This is an exclamation of joy: _Ah_! not the usual «Oh!»
Henriette hereby shows her sympathies again, while Perrichon's are
evidencedby his comments and silence respectively after the names of
each of the young men.

3: Allons donc: as usual means «nonsense.» Tr., _You, sir? No,
sir_!... which Mr. Perrichon resents: _What does he mean by «No,
sir!» What a fool this idiot is_! Bête repeats the same idea as
_animal_ comically enough, _bête_ meaning an «animal» primarily.


ACTE III, SCÈNE III

1: Il ne manquerait plus que ça: _I should think not, indeed_! Lit.,
«There would be lacking nothing but that (for the height ofabsurdity,
etc.).»

2: un petit air pincé: _a little look of conscious superiority.
Pincé_ because of the «pinched lips» of a person who does not wish to
speak what heknows. «Perrichon accuses Armand of betraying in his face
an ever presentconsciousness of the service he has rendered although
Armand never méntionsit.


ACTE III, SCÈNE IV

1: Du tout: see acte II, scène VIII, note 10.

2: te voilà éclairée: _Now you know_. Lit., «You are enlightened.»

3: permets, chère amie: _excuse me, my dear_.--abdiquer: _i.e_. forege
his paternal rights.

4: mes renseignements: _proper inquiries; mes, i.e_. that it is my
duty to make.


ACTE III, SCÈNE V

1: de garde: see acte I, scène I, note 7.

2: si ce... indiscret: _if I am not in the way_.

3: Ah: _Oh, is it_?--Allons: _Very well then_. He does not care to
invite Majorin to a homely dish of stewed veal, so pretends to have
understood him to decline.

4: (montre) à répétition: _a repeating watch, i.e_. one that strikes
the hour, quarters, and even minutes, when a spring is pressed.

5: cravate: the high «choker» worn by the elderly half a century ago
consisted of several folds of silk wrapped round the collar, and in it
many small things might readily be concealed.

6: un mouvement: he shook his head while saying no, and in so doing
pressed the spring.

7: méchant gabelou: _nasty shark_. _Gabelou_ (from the old salt-tax,
_la gabelle_) is now only used as the special insult to custom-house
officers.--entendre parler de: _to hear from_.

ACTE III, SCÈNE VI

1: Allons bien: see List of Exclamations.

2: Toujours: see acte I, scène I, p. note 10.


ACTE III, SCÈNE VII

1: Second: _Second edition of_.

2: je suis tombé du jury: _I have been drawn for jury-duty. Tomber_
frequently expresses the result of lot, chance, or accident.--On nous
écrit de Chamouny. Tr., _From, our special correspondent in Chamouny_.

3: Comment... permets: _I should think I would allow it! Si_ = «(he
asks) if.»

4: les gens de coeur, etc.: _noble hearts in every land_.

5: Trois francs la ligne: the price Daniel had to pay to get this puff
into the paper.

6: la corde: see acte II, scène X, note 11.

7: révolutionnaire: during the reign of Napoleon III the daily press
was largely opposed to the Emperor, and sought to overthrow him by a
revolution. Perrichon disclaims any revolutionary tendencies, but must
proclaim his approval of the press in the present circumstances.--la
presse a du bon: _ther's much to be said for the papers! du bon_,
lit.,«some good qualities.»

8: papier timbré: _official paper_. Government stamped paper has to be
used for all legal documents, summons, warrants, etc.

9: agent de la force publique: _public servant_.

10: vu... dressé au: _on complaint lodged with_.--le sieur: technical
in France, and not to be translated; lit., «the man,» «one.» Note
Majorin's mean behavior throughout this scene: first, he walks away
instead of standing by his friend; next, he makes things out as black
as he can, emphasizing his pronouncement of the gravity of the case by
taking up a position behind the table like a judge on the bench.

11: j'ai été trop vif: _I lost my temper_.

12: Injures qualifiées: _specific abuse_; lit., abuse legally
qualified to be used as ground for prosecution.

13: le banc de l'infamie: a stock phrase in French for the «prisoners'
dock.»

14: C'est bien fait: _Serves him right_! In the next sentence English
idiom would omit the negation.

15: Daniel: observe this delightful slip of the tongue. Perrichon has
Daniel on the brain. Cf. the slip he makes in the last words of the
play.

16: je tombe sur un terre-neuve: _I strike a regular Newfoundland dog_
(for rescuing people).

17: en ville: _out_. Majorin tells this lie to «save his face»
after Perrichon's withdrawn invitation to dinner (see acte III, scène
V.)

18: c'est-à-dire que: _I say that_.

19: je te retrouve: _now you are yourself again_! Lit., «I find you
again (as I have always known you).»

20: l'envoi... part: _till the wedding cards are out_. French people
mail notices of weddings, deaths, and even births to all their
friends. Such notices are called _billets de faire-part_, or «cards of
notification.»


ACTE III, SCÈNE VIII

1: mes actions baissent: a stock-exchange metaphor.

2: ça me... peine: _I hate to do it. Peine_ is never physical pain.

3: Nous y voilà: _Now we're in for it_, or _Now it's coming_!

4: on a beau dire: acte II, scène V, note 10.

5: brûle le pavé: a stock phrase for «driving furiously,» striking
sparks from the paving-stones: _is dashing round the city_.

6: Aussi: see acte II, scène IV, note 6.

7: Musée de Versailles: there is, in the famous palace of Versailles
(a town some fifteen miles southwest of Paris), a celebrated gallery
ofhistorical paintings and portraits.--L'exposition: the annual Paris
Salon, or exhibition of paintings.

8: Adieu: _Farewell_; very different from _au revoir_.

9: Allons donc: see List of Exclamations.


ACTE III, SCÈNE IX

1: Qu'est-ce que c'est que ça: this redundant expression implies
surprise: _What on earth have we here_?--ça: again contemptuous.
Perrichondoes not know the man, and is unfavorably impressed by a
name which is, as a matter of fact, more frequently found among the
peasantry than in the upper classes in France, and which is more
closely connected with the gospels than with the army.

2: plus que vive: _which could hardly be called complimentary_. Lit.,
«more than sharp.»

3: un peu cruelle: because she gets people into trouble; _exacting_.

4: Loin de moi cette pensée: a very dignified phrase: _Perish the
thought_!

5: ce n'est pas malheureux: _and a good thing, too_! Cf. acte I, scène
VIII, note 2.

6: Mathieu: for the inference from the name, see acte III, scène IX.

7: moustaches: Napoleon III set the fashion, compulsory in the army,
of wearing no other hair on the face than a mustache and a small chin
tuft called _impériale_. Of course, an army man might wear none at
all, but such a thing was unusual.

8: la Malmaison: a village and pretty park, close to and southwest of
Paris.

9: des meubles: this implies that the Major has made it up with Anita,
and is about to set up housekeeping.--J'ai bien l'honneur (_de vous
saluer_): a courteous formula of leave-taking: _I beg to bid you_.


ACTE III, SCÈNE X

1: raide en affaires: _mighty peremptory_. Lit., «stiff, unbending in
your dealings.»

2: à la cheminée: before electric bells came into general use, there
was in most parlors a bell-rope hanging on each side of the fireplace,
one ringing upstairs, the other ringing in the kitchen.

3: un zouave: the _zouaves_ were originally a troop of natives
from the French colony of Algeria, who speedily got a name for
fearlessness. The modern zouaves are Frenchmen, but still enjoy the
same reputation as dare-devils and fire-eaters. Hence Perrichon's
exclamation, semi-humorous because he does not yet fully realize his
perilous position.

4: un notaire gradé: _a lawyer with a commission in the National
Guard_. A _notaire_ is, by profession, the very opposite of a military
man. In the National Guard (for which see acte I, scène I, note 7,
14.) many acivilian would have a «rank,» or _grade_.

5: vous comprenez: that I may be killed and must leave all my papers
in order.


ACTE III, SCÈNE XI

1: c'est qu'il a... beau père: _Isn't father-in-law plucky, though_!
_C'est que_ introduces a reason for something that must be supplied.
Here:«(All this is) because he,» «the fact is that.»--de son côté =
_and on the other hand_.

2: au fait: _after all_; lit., «coming down to facts.»

3: à point nommé: always = _in the nick of time_, never «at the
appointed place.»


ACTE III, SCÈNE XII

1: il suffit... d'heure: supply: for a great misfortune.

2: porte du garde: _i.e_. at the park gate where the keeper's lodge
stands, there being other entrances to the park.

3: Veuillez agréer: the first words of the most usual conclusion to a
letter in French: _Veuilles agréer mes salutations empressées_. Tr.,
_Yours, etc_.

4: Il écrit: on the envelope. Such phrases as «Immediate,»
«Important,» etc., are frequently written on the outside of envelopes
in Europe.


ACTE III, SCÈNE XIII

1: comme le bronze: the usual simile with _calme_ in such contexts.
Use an equivalent: «Bold as brass.»

2: le terrain: the stock phrase for any place where a duel is fought.
Tr., _on the field of honor_. This lets the secret out, at which
Daniel uttersan exclamation of pain, since the ladies were not to be
told.

3: faire prévenir: _send word to_. Lit., «get somebody to notify.»


ACTE QUATRIÈME

SCÈNE PREMIÈRE

1: practicable: the term «practicable» is technical in English stage
parlance for any part of the scenery that is real enough to be used,
A «practicable» door or window can be opened and shut, etc. Here the
wing of the house can be entered.

2: si vous voulez: for the rest of this sentence see Daniel's last
speech in the next scene.


ACTE IV, SCÈNE II

1: avec quoi: the same play on words is possible in both languages:
_And what with_? Contrast Mme Perrichon's question, acte III, scène
XIII.

2: On leur... témoins: _Witnesses get into trouble with the law_.

3: Encore un (_ingrat_): Perrichon of course is the first.


ACTE VI, SCÈNE III

1: Ce sont... renvoient: _They are actually turning him out of the
house_.


ACTE VI, SCÈNE IV

1: très actif: _a hustler_.

2: mettait: for _aurait mis_. See acte II, scène III.--Mettre la main
dessus: a familiar expression for «pounce down upon.»

3: Qui ça: _Thank whom? Qui_ is accusative. _Ça_ merely adds emphasis
to the question. See acte IV, scène X.

4: c'est que: see acte III, scène XII. Here: «(I hardly think so)
because...» Tr., _I'm afraid_...


ACTE VI, SCÈNE V

1: après: _what of it_?

2: plus les frais: when as here the mathematical _plus_ is used, the
final «s» is always sounded.

3: Je me plais à l'espérer: _I should hope so, sir_! Lit., «I fondly
hope so.»

4: ils: the police of course.--M. Perrichon suddenly realizes that
the police are not likely to be on hand two hours later than the
appointedtime. Hence his immediate change of attitude.

5: Qu'avez-vous donc: this idiom, meaning of course «What is the
matter?» must be so translated as to lead up to Perrichon's reply:
_What is it?--It is... it is... it is a noble thing, to my mind,
toacknowledge_, etc.

6: N'envenimez pas: _Don't make matters worse_!

7: de bonne grâce: _of your own free will_; lit., «with a
goodgrace.»--échappées à votre improvisation: _which fell from your
unguardedpen_; lit., «which escaped you while you were writing
extempore,» withoutcareful consideration.

8: maintenant c'est la France: the ancient Duchy of Savoy had just
(in 1860) been ceded to Napoleon III by the King of Italy, Victor
Emmanuel, in acknowledgment of help received. Perrichon responds with
a cheer in the words of his bombastic farewell of the first act: any
thing for a diversion. Jean makes a jokes to which there is some
depth: it _seems_ less far away if it is within the borders of your
own country. Alaska seems nearer now than it did when belonging to
Russia.

9: je me recommande à vous: _I trust you will bear me in mind_.

10: je te donne ton compte: _I discharge you_. His _compte, i.e_.
«account,»«wages,» will be settled before he goes.


ACTE IV, SCÈNE VI

1: à la fin: our _anyhow_.

2: c'est... envahissez: _it is intrusion, positive invasion_!--On ne
me domine pas! _No, sir! You don't lord it over me, sir_!


ACTE IV, SCÈNE VIII

1: l'heure de la philosophie: _i.e_. the time to show that superiority
to fortune's caprices which is given by philosophy, or the study of
wisdom.

2: passion malheureuse: the regular phrase for an «unrequited
attachment.»

3: j'ai vécu plus que vous: _I have seen more of life than you
have_.--unmonde plus avancé: _a more wide-awake crowd_.

4: gens d'esprit: _clever people_, the opposite of _imbéciles_.

5: Vous voyez bien: supply: «that you do yourself what you blame me
for doing.»

6: votre obligé: _your debtor_; lit., «he is under an obligation to
you.»

7: un aimable philosophe: doubtless of the author's private
acquaintance, as no such epigram is on record elsewhere.

8: Aussi: see acte II, scène IV, note 6.

9: il lui pousse des plumes de paon, etc.: _a crop of peacock's
feathers sprouts from his coat-tails_.

10: gardez-moi le secret: _don't give me away_.

11: du haut... protège: a humorous parody of Napoleon I's famous
address to his troops in Egypt: _Du haut de ces pyramides quarante
sièclesvous contemplent_!


ACTE IV, SCÈNE IX

1: Attrape: _Stung_! Lit., «Take that!» addressed to himself.
_Attrape_! is used as an exclamation accompanying a cuff, a kick, etc.
Daniel means that this speech is «a slap for him.»

2: Je vous en prie: _Please don't_.


ACTE VI, SCÈNE X

1: J'ai gardé la voiture de monsieur. Observe Majorin's meanness to
the end, and his lame excuse for driving about at Daniel's expense.

2: comme ça: _i.e_. unable to «bear the burden» of gratitude.

3: le numéro, etc.: a Paris cabman delivers to his fare a paper
(_carte_) on which are printed the number of the cab and a tariff
of prices. He is engaged either _à la course, i.e_. at one fare
(generally thirty cents) between any two points within the city
limits, or _à l'heure, i.e_. by the hour at a rate of generally forty
cents for the first hour, and so much for each additional quarter of
an hour.

4: vous n'y pensez pas: _that's out of the question_!--Et = «And (what
about)...»

5: commandant... commandé: a slip of the tongue showing that Perrichon
has the Major «on the brain.» Cf. acte III, scène VII. Try to devise
some equivalent pleasantry in English.



EXERCISES FOR COMPOSITION


I

ACT I, SCENE I


1. There are many railroad stations in Paris. 2. They are like[1]
the railroad stations in America. 3. There are time-tables,
ticket-windows, seats, and bookstalls. 4. An official stands[2] at
the waiting-room door and asks to see the passengers' tickets. 5.
Another[3] official is near the ticket-window to assist[4] the
passengers who are purchasing[5] their tickets before the departure of
the express trains. 6. The officials of the great companies are very
polite when people[6] are polite to[7] them.

[1: ressembler à.]
[2: se tenir.]
[3: un autre.]
[4: aider.]
[5: prendre.]
[6: on, followed by the singular.]
[7: envers.]


II

ACT I, SCENE I


1. Majorin thinks[1] himself one of those hard-working, clever clerks
who are always at their desks. 2. But he asks for a day off when he
pleases[2], and says that he is summoned for guard duty, which[3] is
not true[4]. 3. He speaks like[5] a boor of his friend Perrichon, and
yet[6] he is going to ask him to lend him some money[7]. 4. Clerks in
offices in France often[8] look down upon[9] tradesmen[10], even[11]
when the tradesmen have incomes of several[12] thousand francs.

[1: croire.]
[2: vouloir.]
[3: ce qui.]
[4: vrai.]
[5: comme.]
[6: pourtant.]
[7: argent, m.]
[8: souvent.]
[9: mépriser.]
[10: commerçant.]
[11: même.]
[12: plusieurs.]


III

ACT I, SCENE II

1. A family[1] arrives at the station in a cab. 2. They[2] call
aporter, who comes with a truck for the baggage. 3. Then[3] a heap[4]
of overcoats, umbrellas, and handbags are taken out[5] of the cab, and
the father goes to the ticket-window to buy the tickets. 4. They are
generally[6] ahead of time, but they have hurried[7] and are hot. 5.
Perhaps[8] they have not had time to[9] finish their lunch, and the
French do not like to miss their half-cup[10] of coffee after their
meals[11]. 6. When the tickets have been purchased, the baggage can be
checked.

[1: famille, f.]
[2: Use on here and wherever possible instead of the passive voice.]
[3: alors.]
[4: tas, m.]
[5: tirer.]
[6: généralement.]
[7: se presser.]
[8: peut-être, and put subject-pronoun immediately after the verb.]
[9: le temps de.]
[10: demi-tasse, f.]
[11: repas, m.]


IV

ACT I, SCENES III AND IV


1. If a trunk is small, the porter can carry it on his shoulder[1] and
follow his «boss» to the ticket-office and baggage-room. 2. Then the
trunk is sure[2] not to get lost[3] and the passenger not to make
amistake. 3. If he is going to Marseilles, his trunk will not go to
Nice, which[4] is the main thing when you travel with baggage. 4. If
you do nottake a good deal of trouble you must[5] thank your lucky
stars if your trunks go[6] with you. 5. But then, you must[7] always
take trouble or you will do nothing well[8]. 6. There are twenty wards
in Paris, and each one[9] has its town-hall where balls are given[10]
occasionally[11].

[1: épaule, f.]
[2: sûr de.]
[3: se perdre.]
[4: ce qui.]
[5: vous devrez.]
[6: partir.]
[7: il faut.]
[8: rien de bon.]
[9: chacun.]
[10: Use the reflexive form.]
[11: de temps à autre.]

V

ACT I, SCENE V


1. Those who hurry and run are soon[1] in a perspiration. 2. When the
ticket-office is not open, passengers sit down and wait. 3. All right!
I will see to the tickets first and the baggage afterwards. 4. Why!
There's my old friend Majorin! 5. These friends are very kind to come
and see us off[2]. 6. There she is at last! 7. Come, don't hurry
so[3]. 8. See, there are some seats over there: if you will kindly[4]
wipe one of them, I will sit down.

[1: bientôt.]
[2: Tr. «not to let us leave without bidding us good-by.»]
[3: tant.]
[4: vouloir bien.]


VI

ACT I, SCENE VI


1. It takes money to change houses. 2. You are thrifty and I shall be
very glad[l] to advance you your quarter's salary. 3. You have several
shares in a steamboat company, but do not give me the certificates as
security. 4. I am no usurer and will only charge you two per cent per
annum; that will not kill you. 5. «You will get your dividend next
month and can repay me then what you owe me.» 6. «Nonsense! That is
too generous[2].» 7. «No. I am not grasping and I trust you.» 8. «Very
well, then, shall repay you soon[3] the money I owe you. Thank you.
Good-by!» 9. This little business having been settled, he goes to
take his place among[4] the passengers who are lined up at the
ticket-window.

[1: heureux.]
[2: généreux.]
[3: bientôt.]
[4: parmi.]


VII

ACT I, SCENE VII


1. «When you are[1] in Lyons, shall I write to you at the Post
Office?» 2. «Of course! But I shall be back soon.» 3. «If you think
you will be back within a week, you might as well not go away at
all.» 4. «That will do! I am going to-night. Let me know about[2] my
mother's health.» 5. There is a man who is running off with my valise.
6. What a business it is[3] to travel! 7. «Where is my panama?» «I
don't know!» «Oh, here it is!» 8. I was sorry to hear that you had not
made it up with your old friend. 9. I find it is expensive to patch up
quarrels.

[1: Use the future.]
[2: Tr. «Give me news of.»]
[3: Omit «it is» and insert que.]


VIII

ACT I, SCENE VIII


1. In France, when you check your baggage, they give you a paper[1]
slip. 2. A bell rings[2] when the train is about to[3] start. 3.
Thrifty people[4] put down[5] their traveling expenses in a note-book.
4. Those who forget where they have put their things[6] often scold
others[7]. 5. «What is the proper tip for a porter?» «We might give
him four cents, but let us make it ten cents.» 6. «I must have left my
valise in the waiting-room. I will go after[8] it. 7. At last I have
found it.» «It is time you had!» 8. When the bell rings, passengers
run up, are stopped by the man at the waiting-room door who wants to
see their tickets, and pass in.

[1: papier, m.]
[2: sonner.]
[3: aller.]
[4: gens, pl.]
[5: Tr.«write».]
[6: affaire, f.]
[7: les autres.]
[8: aller chercher.]


IX

ACT I, SCENE IX


1. Two young men[1] have just taken their tickets. 2. One bumps into
the other and exclaims[2], «Hello, Daniel!» «Hello, Armand!» exclaims
the other, «you should[3] look out!» «You were not paying attention
yourself!» 3. But they do not scold one another long. 4. They
discover[4] that they are about to[5] travel together. 5. They are
in attendance upon a charming young lady whom they both of them love
andwish to marry. 6. As they cannot both marry her, they decide then
and there[6], on the step of the railroad car, to go on merrily with
their trip and in friendly competition to try to win her affection
each one for himself.

[1: gens.]
[2: s'écrier.]
[3: Il faut.]
[4: découvrir.]
[5: aller.]
[6: séance tenante.]


X

Act II, SCENE I


1. The French like to take coffee after lunch and dinner. 2. There are
several inns at Montanvert in Switzerland. 3. From this window you can
see a snow-covered mountain. 4. Will you have an omelet, ladies? 5.
Standing by the open fireplace were several travelers, and among[1]
them a young nobleman who had just[2] come in followed by two guides.
6. A war to the death is sometimes a loyal struggle. 7. It is greedy
to eat too many chocolate wafers. 8. Why can't you sit still? 9. The
spring of a railroad-car window-shade often gets out of order[3]. 10.
The travels of leisured people may last a long time.

[1: parmi.]
[2: venir de.]
[3: Use reflexive form.]


XI

ACT II, SCENE III


1. A traveler in Switzerland went up[1] to Montanvert on horseback. 2.
He rode a shying horse which reared when he touched it with his spurs.
3. The rider took[2] a bad tumble and came near losing his life. 4.
Fortunately[3] a young man who was there leapt forward and saved the
poor traveler. 5. With water, vinegar, and smelling-salts he was soon
brought round[4]. 6. When he had drunk some sugar and water, he was
able to add his thanks to those of his sobbing[5] wife and daughter.
7. He shook his savior's hand vigorously, and ordered the horse to be
led down to Chamouny. 8. The whole family drove back aftere resting[7]
a short time. 9. The lesson[8] of this story is that poor riders
should not wear spurs.

[1: monter.]
[2: faire.]
[3: Heureusement.]
[4: Use reflexive form.]
[5: Tr. «who were sobbing.»]
[6: après and infinitive.]
[7: Tr. «having rested themselves.»]
[8: morale, f.]


XII

ACT II, SCENE IV


1. «You have some[l] chance of success; I have none, so I am going
away.» «Nonsense!» 2. «I am in dead earnest. It can't be helped! You
have all the luck. I give way to you.» 3. «Do you really think that
you have lost Henrietta?' 4. «I withdraw because I think so[2]: I am
not making you any sacrifice at all.» 5. «Then may I ask a favor of
you?» «Why, certainly.» 6. «Go to her father and tell him that I wish
to marry his daughter. I shall owe[3] you such[4] gratitude!» 7. «My!
but that is a queer request to make! Anyhow, don't worry! Being a
nice little rival, I will do as you say[5]. 8. Your rival wishes you
better[6] luck than he has[7] had himself[8].»

[1: quelque.]
[2: le.]
[3: avoir.]
[4: Tr. «so much.»]
[5: Tr. «what you ask.»]
[6: Tr. «more.']
[7: Insert ne (without pas).]
[8: lui-même.]


XIII

ACT II, SCENE V


1. The Mer de Glace is full[1] of holes, crevasses, and dangerous
places. 2. «You may say what you please, I had not lost my presence of
mind.» «You don't say?» 3. Do not take an aversion to anybody[2]. 4.
Here, take this book and write something pretty in it. 5. I have
just put on my overshoes to go for a walk[3] on the ice. 6. As I was
rolling down, I spied a little tree, which I caught hold of. 7. I was
fished up by an innkeeper whom I gave two hundred francs to: a fair
price. 8. Gratitude is due[4] to those who have done you a service. 9.
«Say, will you join us?» «Thank you. Our guide is outside. I hope to
see you again later[5].10. It will be very nice to drink a cap of tea
together[6] next winter.»

[1: plein.]
[2: personne.]
[3: me promener.]
[4: se doit.]
[5: plus tard.]
[6: ensemble.]


XIV

ACT II, SCENES VI AND VII


1. When you go[1] to Switzerland, don't forget your overshoes and
alpenstocks. 2. Never mind me! Go alone. I will stay here. 3. He who
takes the shortest[2] road does not always get there first. 4. When
you have finished writing, always[3] take care not to shut[4] the book
while the ink is wet. 5. We will carry out the contest as we have
pledged ourselves to do[5]. 6. «I mean to beg leave to go with you.»
«That's right! Off we go!» 7. I have changed my mind for weighty
reasons. 8. Success[6] belongs to those who believe they will succeed.
9. The road you are following is not the highway[7], but I think you
will succeed none the less for that. 10. When Daniel has finished
speaking, he goes back.

[1: Use future.]
[2: le plus court (put after the noun).]
[3: toujours.]
[4: fermer.]
[5: le (lit., «it»).]
[6: Sucçès, m.]
[7: Tr. «everybody's road.»]


XV

ACT II, SCENE VIII


1. While Armand is waiting for the ladies, the voice[1] of the major
is[2] heard off the stage. 2. He enters, sits down, and catching sight
of the visitors' book, reads what Mr. Perrichon has written in it. 3.
After which[3] he makes acquaintance with Armand and tells him his
story. 4. He has imprudently issued a promissory note, and a warrant
is out for his arrest. 5. But he very much wants to be put in prison,
and, having the law on his side, earnestly begs Armand to set the law
in motion on his return to Paris. 6. The major is in love, which is
ridiculous at his time of life. 7. He wants to be locked up; he has
not yet tried this form of cure. 8. Armand promises to do him this
service, since he insists upon it.

[1: voix, f.]
[2: Tr. «makes itself.»]
[3: quoi.]


XVI

ACT II, SCENE IX


1. A gentleman always asks leave to place himself at a lady's orders.
2. Do stand erect, boy! That's right! 3. When you hear that we have
gone to Switzerland, start too[l], and follow us step by step. 4. What
a charming man is[2] your cousin! 5. The greatest respect is due to
young ladies. 6. Hello! You here! We were talking about you, weren't
we? 7. We may[3] not ascribe to other people intentions of which they
are guiltless. 8. «I understand you very well, although[4] I am deaf.»
9. «That's why you do not always answer when spoken to, isn't it?» 10.
We shall meet again somewhere, shan't we?

[1: aussi.]
[2: Omit and insert que.]
[3: devoir.]
[4: quoique followed by the subjunctive.]


XVII

ACT II, SCENE X


1. The sight of these bottomless pits makes you shudder. 2. How many
is there room for in a French railroad carriage? 3. If it pours, I
shall put on my waterproof. 4. What[1] would life be without its
tender emotions? 5. Miss Perrichon had several offers of marriage.
6. I cannot ride on the coach-box when it rains hard. 7. There was a
landslide here this morning. 8. You have got the inside track, haven't
you? 9. An offer of marriage often excites the mother as much as the
daughter.10. But for you I should never have had the pleasure of
saving myfellow-man. 11. Will you take a seat in my carriage? 12. When
the sun is bright[2] it is better to be on the box than inside.

[1: que.]
[2: beau, tr. «By a bright sun.»]


XVIII

ACT III, SCENES I AND II


1. When the master and mistress come home, the cook gets dinner
ready. 2. The man[1] puts up the curtains, sweeps the rooms, dusts
thefurniture, the tables, armchairs, and sofas. 3. «There's the bell!
It isthey!» «Nonsense, it is not yet twelve.» «Yes[2], it is they. I
know master's ring.» 4. What a lot of bandboxes and valises they have!
5. When we get home again after a trip, we find on the table all the
letters, visiting-cards, and newspapers that have come for us while we
were away. 6. People do not return stouter when they have not had
a pleasant trip. 7. «May I relieve you of your parcels?»--«Why,
certainly!» 8. We owe him a call: he came every day to inquire when we
should be back, and is to call again to-day.

[1: domestique; m.]
[2: Si.]


XIX

ACT III, SCENE III


1. We may well feel proud when we have risked our lives to save that
of our fellow-man. 2. I bear you no malice, only[1] you change your
mind too often. 3. The mark of true courage is modesty and silence, 4.
A gentleman never takes advantage of the services he may[2] have done
a friend. 5. «Do make up your mind!»--«Must I give Henrietta's young
man an answer?» 6. «Why, unless you have anything against him, there
is no reason why you should not do so.» 7. «All right then, I will
speak to him. But do not always harp on the same thing; it gets to be
tiresome.» 8. «We cannot give our daughter to that brute.»--«I should
think not indeed!» 9. I like this young fellow; I do not like that
one.

[1: seulement.]
[2: pouvoir.]


XX

ACT III, SCENES IV AND V


1. In America, when young ladies are old enough to marry they are
absolutely free to choose. 2. A repeating-watch strikes when you
press[1] a little spring[2]. 3. Boiled beef and stewed veal are French
dishes[3]. 4. I wish to state the fact that I have paid the duty on
the watches I brought from Geneva. 5. Without wishing to thwart you,
my dear, allow me to say that I must investigate; then we shall know
and shall be able to select for her. 6. Majorin has just come in; he
has heard that his friends have returned, and has asked for a day off.
7. Travelers sometimes have awful scenes with customs officers. 8.
Those who do not pay the custom-house duties are often caught and the
goods[4] are seized. 9. It is two o'clock[5] by[6] my watch.

[1: pousser.]
[2: ressort, m.]
[3: plat, m.]
[4: objet, m.]
[5: heures.]
[6: à.]


XXI

ACT III, SCENE VII


1. A slip often has deplorable consequences. 2. We have bought two
copies of the same[1] paper. 3. What is the meaning of this official
paper? 4. A high officer of the custom-house is one of my witnesses.
5. I shall be grateful to you for withdrawing that charge. 6. I
believe you are intimate with the janitor. 7. You have saved my life
at the imminent risk of your own. 8. The heroes[2] of this scene
escaped from the congratulations of the crowd which had run out to
meet them. 9. «He was condemned[3] to imprisonment for a week
for losing his temper.»--«Of course! and serves him right!» 10.
Revolutionists often find themselves in the prisoners' dock. 11.
Most[4] prominent business men are fathers of families.

[1: même.]
[2: héros, m.]
[3: condamner.]
[4: La plupart, followed by genitive of definite article.]


XXII

ACT III, SCENE VIII


1. I hate to make that unpleasant announcement, but it has got to be
done. 2. Have you touched up the article[1] you wrote for my paper?
3. It takes[2] many sittings for a good picture. 4. Heroic scenes
in history have been recorded on canvas by illustrious painters. 5.
Newfoundland dogs often save travelers' lives. 6. «You have saved me
from jail, I owe you my honor; so how could I have a grudge against
you?»--«That's right! you are yourself again.» 7. Mr. Perrichon
will not mind sitting for his picture. 8. We will put a little
advertisement in the catalogue. 9. There are many magnificent canvases
in this year's exhibition. 10. «I am going away.»--«Why so?»--«To stay
would be painful to me.»--«There now! When I am so fond of you!»--«We
are never to meet again.»--«No! You shall stay!»--«Well, I will[3].»

[1: Supply «which.»]
[2: Il faut.]
[3: Supply «stay.»]


XXIII

ACT III, SCENE IX


1. When we took a trip abroad two years ago we met a very dear
fellow-countrywoman of ours, a perfect lady. 2. To succeed you must
be persistent. 3. Do not leave your things[1] lying about on the
furniture. 4. «What _can_ that be?»--«A mistake in spelling.»--«Not at
all!» 5. You have shown your mettle: you cannot back down. 6. Did
that carriage splash mud on your gown? 7. Two weeks ago I had an
appointment with you to go to the upholsterer's. 8. The major comes
very politely to ask a question of Mr. Perrichon, who does not allow
himself to be intimidated[2]. 9. People come to the point when they
wish to cut matters short. 10. «I merely ask whether you take back the
offensive entry you made in the visitors' book.»--«I do[3].»--«That's
a good thing!»

[1: affaire, f.]
[2: Use infinitive active.]
[3: Supply «take back.»]


XXIV

ACT III, SCENES X AND XI


1. Lawyers are generally[1] more polite than majors. 2. When Mr.
Perrichon has found the solution he is looking for, he shows lots of
pluck. 3. The major is a tough customer. 4. When strikes the hour for
the duel[2], the combatants[3] will not flinch. 5. It is my business
to pick holes in your spelling. 6. If a patrol turns up in the nick
of time, the duel will be prevented[4]. 7. When two men are going to
fight a[5] duel, they put their papers in order. 8. John, why did
you let that man in?"--«What was I to do? I took him for a traveling
acquaintance[6] of yours.» 9. A business man with a commission in the
militia is not a real soldier. I0. «Here is a visiting card.»--«Gee!»
--«What is the matter?»--«We're in a pretty mess! the question is how
to get out of it.»

[1: d'ordinaire.]
[2: duel, m.]
[3: combattant, m.]
[4: empêcher.]
[5: en.]
[6: See Act III, Sc. VI.]


XXV

ACT III, SCENES XII AND XIII


1. Mr. Perrichon is to[1] fight a[2] duel with a retired major in
thesecond regiment of Zouaves. 2. He is a civilian, a business man, a
family man, and his wife won't have[3] him go on the field. 3. So she
thinks it her duty to notify the police. 4. It behooves her conjugal
affection[4] to prevent[5] a couple of madmen from crossing swords. 5.
Although[6] her husband says he is as cool as can be[7], she sends an
urgent note to the chief of police. 6. Breakfast is ready: let's sit
down! 7. When a man is afraid, he has a very long face. 8. He did
not want to tell you that he had an errand to do; he let it out
accidentally. 9. Have you received any concert tickets from your music
teacher? It is his benefit, and if you are not engaged all day, you
had better[8] go.

[1: devoir.]
[2: See Ex. XXIV, note 5.]
[3: Tr. «does not wish that» followed by subjunctive.]
[4: affection conjugale.]
[5: See Ex. XXIV, note 4.]
[6: Quoique and subjunctive.]
[7: Tr.«as bronze.»]
[8: Tr.«you will do well to.» Supply «there» with «go.»]


XXVI

ACT IV, SCENES I AND II


1. We are going to fight with the swords I have here under my cloak.
2. I will not be one of your seconds; I should get into trouble with
the law. 3. When a sword breaks, the combatant is in a fix, and the
whole thing is spoilt. 4. «You sent me a note last night, here I
am. What is it?» 5. «I am going on the field with a major.»--«You!
nonsense!»--«What do you mean by[1] nonsense!» 6. When is this duel
to come off?»--«We meet to-day at two o'clock and you must be my
second.»--«Excuse me, I cannot. It is as much as my place is worth.»
7. Those[2] whom we have obliged may be asked to help us in the crises
of our lives. 8. When you have paid him back all you owe him, you and
he[3] will be quits.

[1: See Act III, Sc. III.]
[2: Turn into the active.]
[3: Insert another «you.»]


XXVII

ACT IV, SCENES III AND IV


1. Although[1] her father is going to fight a duel and to risk his
life, Henrietta sings, waters her flowers, makes a nosegay of dahlias,
and finally[2] turns him out of the house. 2. The reason is[3] that
she has notified not only[4] the chief of police, but also[5] her best
friend, Mr. Armand, who will prevent[6] the duel from coming off.
3. So she tells her father to make haste and to try to be back by
dinner-time. 4. It is agreeable to be rid of a hustling rival. 5.
When a man has nicely laid his little plans, he hates to see them
interfered with[7]. 6. It is a quarter to one; the pay-window must[8]
be open and you can get your dividend. 7. This is a good opportunity;
give your decision.

[1: See Ex. XXV, note 6.]
[2: enfin.]
[3: C'est que.]
[4: non seulement.]
[5: mais encore.]
[6: See Ex. XXIV, note 4.]
[7: déranger, leave in infinitive active.]
[8: devoir.]


XXVIII

ACT IV, SCENE V


1. Why do you not motion him to leave the room? 2. I have discharged
my man; he is packing up. 3. The words you wrote are spread out in
full, right in the middle of a page in the visitors' book. 4. You are
too plucky to climb down. 5. They have had nothing to do with this
incident. 6. I have always looked my adversaries in the eye. 7. When
you have offended anybody, it is magnanimous to acknowledge yourself
in the wrong. 8. I am very sorry to have left[1] those ill-natured
lines where they may be read by everybody. 9. Go and[2] erase them
of your own accord, instead of making matters worse. 10. Exit major,
saying that he bids them good day. 11. May I make bold[3] to ask you
to bear me in mind if ever you want a man-servant?

[1: laisser.]
[2: Tr.«to.»]
[3: Tr. «Shall I dare.»]


XXIX

ACT IV, SCENES VI AND VII


1. If you write a few words to the chief of police, the matter[1] will
be dropped. 2. There is nothing to be delighted[2] about when one has
had to[3] apologize. 3. A reward of two hundred francs is not enough
for saving a man's life. 4. Henrietta is as kindly disposed towards
you as her mother. 5. A gentleman[4] does not thrust himself
into other people's lives. 6. «It cannot be denied; I irritate
him.»--«Well, I declare!» 7. Well-bred young ladies in France share
their parents' feelings. 8. I will not go so far as to say that I am
positive of his utter dislike; I have not yet had a talk with him. 9.
I cannot stay here any longer[6]; what is the use? I had better bid
you good-by. 10. I was much[7] hurt when he reproached me with[8]
intruding.

[1: affaire, f.]
[2: enchanté.]
[3: devoir.]
[4: galant homme.]
[5: les autres.]
[6: plus.]
[7: vivement.]
[8: de.]


XXX

ACT IV, SCENE VIII


1. Make sure you have got hold of your victim before you give him a
chance to cool off. 2. Give me time[1] to collect my thoughts and I
will let you know my answer. 3. People wear soft shoes when they go
into a powder-magazine. 4. There was a grand final display to those
fireworks. 5. Mark my words: Gratitude is a crushing burden for fools,
and even[2] for many clever folk. 6. I am not developing a paradox; I
am only giving you a piece of sound advice. 7. You would be making
a mistake to take any other course. 8. I have made blunder after
blunder; but do not give me away. 9. I took a tumble, not on purpose
at all, which[3] humbled my pride. 10. His first exploit was a
masterpiece.

[1: Tr.«the time.»]
[2: même.]
[3: ce qui.]


XXXI

ACT IV, SCENES IX AND X


1. Listening[1] is the best way[2] to hear. 2. «You will not shake
hands with me now, will you?»--«Well, I declare! Why not?» 3. Bring
me my money later; there is no hurry about it. 4. I am going back
to Switzerland accompanied by Henrietta and her mother. 5.
Eaves-dropping[1] is a bad habit. 6. We love the places where we have
been happy. 7. Shall you be at home to-night? I may come and drink
a cup of tea with you, may I not? 8. Henrietta cannot guess why her
father wishes to revisit the Mer de Glace when they have just come
back from the place. 9. Those who speak lower are better liked. 10.
Mr. Perrichon means to say _commandé_; but he is thinking of[3] the
major and makes a mistake in[4] the ending[5].

[1: Use the infinitive.]
[2: moyen, m.]
[3: penser à.]
[4: se tromper de (omitting article).]
[5: finale, f.]



QUESTIONS FOR CONVERSATION


NOTE.--The answers, whether spoken or written, should contain as many
as possible of the words and idioms of the question. A simple «yes»
or «no» should never be accepted, and the subject should always be
repeated in full, not referred to by a pronoun.

    I

    ACT I, SCENE I

1. Où se passe le premier acte du _Voyage de M. Perrichon_?
2. Que voit-on dans une gare française?
3. Où prend-on ses billets?
4. Qui voit-on sur la scène au lever du rideau[1]?
5. Quelle est la profession de Majorin?
6. Que vient-il faire à la gare?
7. Pourquoi parle-t-il de M. Perrichon avec amertume?
8. Pourquoi vient-il voir M. Perrichon?
9. A qui s'adresse-t-il pour savoir l'heure de départ du train?
10. Comment l'employé lui répond-il?

[1: Literally, «at the raising of the curtain.»]


    II

    ACT I, SCENE II

1. De qui M. Perrichon est-il accompagné?
2. Pourquoi veut-il que sa famille ne le quitte pas?
3. Pourquoi est-il inquiet?
4. Que croit-il avoir laissé dans le fiacre?
5. Où retrouve-t-il son chapeau?
6. Pourquoi Mme Perrichon est-elle de mauvaise humeur[1]?
7. Pourquoi n'ont-ils pas fait ce voyage il y a deux ans?
8. Qu' est-ce que M. Perrichon donne à sa fille?
9. Pourquoi M. Perrichon donne-t-il un carnet a sa fille?
10. Combien de colis[2] M. Perrichon a-t-il?

[1: Cross.]
[2: Pieces of baggage.]


    III

    ACT I, SCENES III AND IV

1. Qui entre en scène?
2. Mlle Perrichon connaît-elle Daniel?
3. Où l'a-t-elle rencontré?
4. Que demande Daniel à Mme Perrichon?
5. Quelle réponse obtient-il?
6. Pourquoi Daniel fait-il ces questions?
7. Pourquoi sort-il?
8. Que pense Mme Perrichon de Daniel?
9. Qu'est-ce qu'Armand porte à la main?
10. Quelles questions fait-il à Mme Perrichon?


    IV

    ACT I, SCENE V

1. Mme Perrichon est-elle fatiguée?
2. Comment Majorin n'est-il pas à son bureau?
3. La réponse de Majorin est-elle sincère?
4. De quoi s'occupe M. Perrichon?
5. Que lui a-t-on dit aux bagages?
6. Pourquoi M. Perrichon s'essuie-t-il le front?
7. Pourquoi Mme Perrichon reste-t-elle debout?
8. Que pense-t-elle de ce voyage?
9. Quelle raison M. Perrichon donne-t-il de la mauvaise humeur de
   sa femme?
10. A quelle condition consent-elle à aller s'asseoir?


    V

    ACT I, SCENE VI

1. Pourquoi Majorin dit-il qu'il est venu?
2. Que veut-il que M. Perrichon lui avance?
3. Pourquoi désire-t-il que M. Perrichon lui avance cette somme?
4. Quand Majorin doit-il toucher son dividende?
5. Quelle garantie offre-t-il à M. Perrichon?
6. Pourquoi M. Perrichon hésite-t-il à avancer l'argent?
7. Que fera Majorin si M. Perrichon ne le lui avance pas?
8. Quelle recommandation M. Perrichon fait-il à Majorin en le lui
   avançant?
9. Que dit Majorin de Mme Perrichon?
10. Quelle impolitesse Majorin commet-il en s'en allant?


    VI

    ACT I, SCENE. VII

1. Avec qui le commandant entre-t-il?
2. Pourquoi Joseph croit-il inutile que le commandant parte?
3. Quelle recommandation le commandant fait-il à Joseph?
4. Qu'est-ce que Joseph prévoit?
5. Quand le commandant veut-il des nouvelles?
6. Où veut-il que Joseph lui écrive?
7. Qu'est-ce que Joseph souhaite au commandant?
8. Quand croit-il que le commandant sera revenu?
9. Que fait le commandant après le départ de Joseph?
10. Où entre-t-il?


    VII

    ACT I, SCENE VIII

1. De quoi Mme Perrichon et sa fille sont-elles lasses?
2. Pourquoi M. Perrichon dit-il que c'est fini?
3. Combien donne-t-il au facteur?
4. Avant d'entrer, que fait-il faire à sa fille?
5. Quelle dépense inscrit-elle?
6. Que lui fait-il ajouter?
7. Quelle impression lui dicte-t-il?
8. Que croit-il avoir perdu encore?
9. Qu'est-ce que l'on entend en ce moment?
10. Où M. Perrichon trouve-t-il les billets qu'il croit perdus?


    VIII

    ACT I, SCENE IX

1. Par qui Daniel est-il heurté?
2. Que vient-il de faire?
3. Où vont ces deux jeunes gens?
4. Pourquoi partent-ils?
5. Qui se disposent-ils à suivre?
6. Pourquoi suivent-ils cette jeune personne?
7. Que propose Daniel?
8. Comment Armand reçoit-il cette proposition?
9. Quelle sorte de livre M. Perrichon désire-t-il?
10. Quel livre achète-t-il?


    IX

    ACT II, SCENE I

1. Décrivez le décor[1] du second acte.
2. Que voit-on par les fenêtres de l'auberge?
3. Que font Armand et Daniel?
4. Où vont-ils après déjeuner?
5. Où en sont[2] les opérations?
6. Quel a été le premier soin des deux jeunes gens?
7. Combien de fois Mlle Perrichon a-t-elle regardé Armand?
8. Quelle est la profession de Daniel?
9. Quelle est la profession d'Armand?
10. Pourquoi Armand se lève-t-il?

[1: Stage scenery, setting.]
[2: «How are... getting on?»]


    X

    ACT II, SCENE II

1. Pourquoi Daniel dit-il qu'Armand ne sait pas vivre?
2. M. Perrichon fume-t-il?
3. Que fait Armand pendant que Daniel s'étend?
4. Quelle demande l'aubergiste fait-il à Daniel?
5. Quelle raison Daniel donne-t-il de son refus?
6. Quelle est la pensée du 'Voyageur enrhumé?
7. Qui a la belle écriture?
8. Qu'est-ce que M. Malaquais?
9. Qu'est-ce qu'un rentier?
10. Que sont les Français chez eux? et en voyage?


    XI

    ACT II, SCENE III

1. Pourquoi Armand demande-t-il du sel et du vinaigre?
2. Quelle raison Mme Perrichon donne-t-elle de la culbute de son mari?
3. Quelle raison M. Perrichon en donne-t-il?
4. Que serait-il arrivé sans Armand?
5. Armand qu'a-t-il fait?
6. Pourquoi Mme Perrichon veut-elle pleurer?
7. M. Perrichon sait-il faire des phrases?
8. Quelles phrases fait-il ici?
9. Que pense Daniel de tout ceci?
10. Pourquoi M. Perrichon fait-il reconduire le cheval?


    XII

    ACT II, SCENE IV

1. Que dit Daniel de cette aventure?
2. Que décide-t-il de faire?
3. Est-ce un sacrifice qu'il fait à Armand?
4. Pourquoi n'est-ce pas un sacrifice?
5. Quel service Armand voulait-il demander à Daniel?
6. Pourquoi ne peut-il pas parler à M. Perrichon lui-même?
7. Que pense Daniel de cette proposition?
8. Que finit-il par faire?
9. Que dit-il à Armand de faire?
10. Comment compte-t-il s'y prendre[1]?

[1: To set about it.]


    XIII

    ACT II, SCENE V

1. Comment se porte M. Perrichon à présent?
2. Que compte-t-il faire dans un quart d'heure?
3. Quelles sont les qualités d'Armand?
4. Que pense M. Perrichon de l'action d'Armand?
5. Le service rendu était-il bien grand?
6. Pourquoi sa famille l'exagère-t-elle?
7. Comment M. Berrichon roulait-il après avoir glissé?
8. A qui pareil accident est-il déjà arrivé?
9. Quelle récompense le guide a-t-il reçue?
10. Quels sont les sentiments de M. Perrichon envers Armand?


    XIV

    ACT II, SCENES VI AND VII

1. Daniel a-t-il fait la demande d'Armand?
2. Pourquoi ne l'a-t-il pas faite?
3. Pourquoi continue-t-il la lutte?
4. Comment va-t-il s'y prendre[1]?
5. Où va M. Perrichon?
6. Armand l'accompagne-t-il?
7. Pourquoi Armand ne l'accompagne-t-il pas?
8. Que demande M. Perrichon à l'aubergiste?
9. Pourquoi demande-t-il le livre des voyageurs?
10. Quelle pensée a-t-il trouvée?

[1: See XII above, note.]


    XV

    ACT II, SCENE VIII

1. Qui l'aubergiste introduit-il?
2. Qui le commandant cherche-t-il?
3. Que commande-t-il à l'aubergiste?
4. Pourquoi Armand poursuit-il le commandant?
5. Le commandant a-t-il quitté Paris pour échapper aux poursuites?
6. Le commandant que prie-t-il Armand de faire?
7. Pourquoi lui demande-t-il cela?
8. Pourquoi tient-il à être enfermé?
9. Avant quelle heure ne sort-il jamais?
10. De quoi le commandant se déclare-t-il très heureux?


    XVI

    ACT II, SCENE IX

1. Armand aime-t-il la Suisse?
2. Pourquoi y va-t-il?
3. Mme Perrichon aimerait-elle habiter la Suisse?
4. Quelle est l'infirmité de M. Pingley?
5. Quelle comédie Armand a-t-il jouée?
6. Pour qui Armand doit-il la vérité à Mme Perrichon?
7. Quelle est cette vérité?
8. Pourquoi suit-il pas à pas la famille Perrichon?
9. Comment aime-t-il Henriette?
10. Par quoi leur conversation est-elle interrompue?


    XVII

    ACT II, SCENE X

1. Par qui Daniel est-il soutenu quand li entre?
2. Qu'est-il arrivé?
3. Quel récit M. Perrichon imite-t-il?
4. Comment Daniel se trouve-t-il en réalité?
5. Comment remercie-t-il M. Perrichon?
6. Armand sait-il le plaisir qu'on éprouve à sauver son semblable?
7. M, Perrichon que désire-t-il faire avant de quitter ces lieux?
8. Quelle faute d'orthographe M. Perrichon a-t-il faîte?
9. Quel temps fait-il quand la famille Perrichon repart en voiture?
10. Qui montera sur le siège?


    XVIII

    ACT III, SCENES I AND II

1. Décrivez le salon de M. Perrichon.
2. Qu'y a-t-il au milieu du salon?
3. Quelle heure est-il?
4. Qu'est-ce que Jean a fait pour le retour de ses maîtres?
5. Qui est venu ce matin sans laisser de carte?
6. Que portent M. Perrichon et sa famille?
7. Pourquoi ne sont-ils pas revenus huit jours plus tôt?
8. Comment Jean trouve-t-il M. Perrichon?
9. Que voit-on à la figure de M. Perrichon?
10. Qu'est-ce que M. Perrichon annonce à Jean?


    XIX

    ACT III, SCENE III

1. Qu'espère Mme. Perrichon, maintenant qu'ils sont de retour[1]?
2. Lequel des deux jeunes gens M. Perrichon préfère-t-il?
3. Quelles raisons donne-t-il de sa préférence?
4. Pourquoi n'aime-t-il pas Armand?
5. M. Perrichon croit-il avoir de la vanité?
6. Pourquoi aurait-il le droit d'en avoir?
7. Quel est le signe caractéristique du vrai courage?
8. Qui Henriette préfère-t-elle?
9. Quel moyen y a-t-il de le savoir?
10. Quelle recommandation Mme. Perrichon fait-elle à son mari?

[1: Home again.]


    XX

    ACT III, SCENE IV

1. Pourquoi M. et Mme Perrichon ont-ils à parler à Henriette?
2. Qu'ont-ils résolu de faire?
3. Que pense M. Perrichon de Daniel?
4. M. Perrichon influence-t-il Henriette?
5. Henriette se déclare-t-elle immédiatement?
6. Qui finit-elle par choisir?
7. Quelle raison donne-t-elle de son choix?
8. Qu'en pense M. Perrichon?
9. Comment se tire-t-il d'affaire[1]?
10. Quel reproche Mme Perrichon lui fait-elle?

[1: Get out of the difficulty.]


    XXI

    ACT III, SCENE V

1. Comment Majorin explique-t-il sa visite?
2. Pourquoi M. Perrichon ne le retient-il pas à dîner?
3. Pourquoi Majorin est-il venu?
4. Pourquoi ne rapporte-t-il pas à M. Perrichon l'argent qu'il lui
   doit?
5. Quel souvenir M. Perrichon lui a-t-il rapporté?
6. Pour qui encore M. Perrichon a-t-il rapporté deux autres montres?
7. Où les avait-il mises avant d'arriver à la douane?
8. Pourquoi les avait-il fourrées dans sa cravate?
9. Qu'est-il arrivé?
10. Que fait Majorin?


    XXII

    ACT III, SCENES VI AND VII

1. Que fait Mme Perrichon quand Jean annonce Armand?
2. Comment M. Perrichon présente-t-il Armand à Majorin?
3. Comment présente-t-il Daniel à Majorin?
4. Où Henriette trouve-t-elle le nom de son père?
5. Que suppose M. Perrichon d'abord[1]?
6. Quelle histoire le journal raconte-t-il?
7. Combien Daniel a-t-il payé cet article?
8. Que pense M. Perrichon de la presse?
9. Qui a remis un papier timbré a Jean?
10. Qu'est-ce qu'un papier timbré?

[1: At first.]


    XXIII

    ACT III, SCENE VIII

1. Que pense M. Perrichon du petit sapin auquel il allait se
   cramponner?
2. Que pense-t-il d'Armand en ce moment?
3. De quoi Daniel se souvient-il seulement?
4. Qu'annonce-t-il à M. Perrichon?
5. Pourquoi veut-il partir?
6. Comment empêchera-t-il[1] l'image de M. Perrichon de le quitter?
7. A qui s'est-il adressé?
8. A quoi tient-il surtout?
9. Où sera-t-il lui-même dans le tableau?
10. Quelle inscription mettra-t-on dans le livret?

[1: To prevent.]


    XXIV

    ACT III, SCENE IX

1. Depuis combien de temps le commandant cherche-t-il Perrichon?
2. Pourquoi le cherche-t-il?
3. Pourquoi a-t-il corrigé la faute d'orthographe de M. Perrichon?
4. A-t-il la prétention de donner une leçon à M. Perrichon?
5. Que vient-il faire alors?
6. M. Perrichon se laisse-t-il intimider?
7. Pourquoi n'a-t-il pas peur?
8. M. Perrichon retire-t-il ce qu'il a écrit?
9. Que lui propose alors le commandant?
10. Quelle raison le commandant donne-t-il de son départ?


    XXV

    ACT III, SCENES X AND XI

1. Pourquoi Perrichon ne croit-il pas que le commandant soit un vrai
   militaire?
2. Pourquoi Jean a-t-il laissé entrer le commandant?
3. Que lit-on sur la carte du commandant?
4. Pour qui M. Perrichon a-t-il pris le commandant?
5. Pourquoi M. Perrichon pousse-t-il un cri?
6. Quel moyen a-t-il trouvé?
7. Quelle opinion Daniel conçoit-il de son futur beau-père?
8. Quel moyen Daniel trouve-t-il d'empêcher le duel?
9. A qui va-t-il envoyer une lettre?
10. Quel résultat de sa lettre prévoit-il?


    XXVI

    ACT III, SCENES XII AND XIII

1. Qu'est-ce que M. Perrichon a fait pendant ce temps?
2. Pourquoi met-il «midi moins un quart»?
3. Comment décrit-il l'un des combattants?
4. Que met-il sur l'enveloppe?
5. Comme quoi est-il calme?
6. Pourquoi n'accompagnera-t-il pas sa femme au concert?
7. Que pense Mme Perrichon de son air sérieux?
8. Qu'est-ce qui a échappé à M. Perrichon?
9. Que pense M. Perrichon du duel en général?
10. Pourquoi Jean est-il joyeux?


    XXVII

    ACT IV, SCENES I AND II

1. Qu'est-ce qu'un «pavillon praticable»?
2. Que porte M. Perrichon sous son manteau?
3. Pourquoi a-t-il deux paires d'épées?
4. Pourquoi ne veut-il pas arriver avant midi?
5. Quelle raison a-t-il d'attendre Majorin?
6. Que demande-t-il à Majorin?
7. Quelle réponse Majorin lui fait-il d'abord?
8. Et finalement?
9. Que lui demande-t-il seulement?
10. Pourquoi M. Perrichon ne veut-il pas faire ses adieux à sa femme?


    XXVIII

    ACT IV, SCENE III

1. Comment Henriette entre-t-elle?
2. Pourquoi n'est-elle pas inquiète?
3. Que fait-elle pendant que son père lui parle?
4. Comment Mme Perrichon entre-t-elle?
5. Pourquoi a-t-elle des fleurs à la maîn?
6. Quelle recommandation fait-elle à son mari?
7. Qu'en pense Majorin?
8. Que rappelle Daniel à M. Perrichon?
9. Quel conseil Henriette lui donne-t-elle?
10. Qu'en pense Majorin?


    XXIX

    ACT IV, SCENE IV

1. Pourquoi le duel n'aura-t-il pas lieu?
2. Que pense Daniel de son rival?
3. M. Perrichon est-il content?
4. Pourquoi n'est-il pas satisfait?
5. Comment remercie-t-il Armand?
6. Que va faire Majorin?
7. Qu'est-ce que Daniel lui offre?
8. Pourquoi Mme Perrichon dit-elle à Armand de rester?
9. Pourquoi Armand hésite-t-il?
10. Qu'est-ce qui le détermine à faire sa demande?


    XXX

    ACT IV, SCENE V

1. Quels sont les sentiments de M. Perrichon envers l'armée?
2. Comment le commandant est-il sorti de prison?
3. De quoi le commandant n'a-t-il jamais douté?
4. Jean que pense-t-il de son maître?
5. Pourquoi M. Perrichon change-t-il soudain d'attitude?
6. Fait-il des excuses au commandant?
7. Que devra-t-il faire demain?
8. Où est situé le Montanvert?
9. A quoi le commandant rend-il hommage?
10. Pourquoi M. Perrichon renvoie-t-il Jean?


    XXXI

    ACT IV, SCENE VI

1. Qui M. Perrichon blâme-t-il de ce qui vient d'arriver?
2. Où Armand est-il allé hier?
3. Qu'a-t-il obtenu?
4. M. Perrichon que devra-t-il faire?
5. M. Perrichon est-il content?
6. Pourquoi pas?
7. Pourquoi le duel à deux heures n'est-il pas la même-chose qu'à
   midi?
8. Si M. Perrichon tombe dans un trou, que prie-t-il Armand de faire?
9. Combien donne-t-on au guide qui vous sauve?
10. Quelles gens M. Perrichon n'aime-t-il pas?


    XXXII

    ACT IV, SCENE VII

1. Armand qu'a-t-il acquis en causant avec M. Perrichon?
2. Que lui a reproché M. Perrichon?
3. Armand qu'a-t-il cru que M. Perrichon allait faire?
4. Que reste-t-il à faire à Armand?
5. Pourquoi se veut-il pas rester?
6. Que lui répond Henriette?
7. Qu'a dit Mme Perrichon?
8. Mme Perrichon qu'a-t-elle de plus cher au monde?
9. Quel espoir Armand exprime-t-il?
10. Que font les demoiselles bien élevées en France?


    XXXIII

    ACT IV, SCENE VIII

1. Dans combien de temps Daniel et Armand connaîtront-ils la réponse
   de M. Perrichon?
2. Quel défaut Armand a-t-il?
3. Quel paradoxe Daniel développe-t-il?
4. Dans quelle catégorie ne faut-il pas ranger M. Perrichon?
5. Combien de choses l'action d'Armand rappelle-t-elle à M. Perrichon?
6. Lesquelles?
7. Quelles précautions Daniel prend-il quand il rend service?
8. Quelle définition de l'ingratitude donne-t-il?
9. En raison de quoi les hommes s'attachent-ils à nous?
10. Si Mme Perrichon est pour Armand, qu'est-ce qui est pour Daniel?


    XXXIV

    ACT IV, SCENES IX and X

1. M. Perrichon que donne-t-il à Daniel?
2. Que donne-t-il à Armand?
3. Pourquoi ne cherche-t-il pas à s'acquitter envers lui?
4. Comment Daniel prend-il sa défaite?
5. Pourquoi Majorin a-t-il gardé la voiture de Daniel?
6. Combien de temps l'a-t-il gardée?
7. Quelle invitation M. Perrichon fait-il à Armand pour demain?
8. Pourquoi ne peut-il prendre d'engagements pour demain?
9. Quelle excuse donne-t-il de son départ?
10. Pourquoi dit-il «commandant» au lieu de «commandé»?



LIST OF EXCLAMATIONS


Exclamations are much more usual in the give-and-take of French
conversation than they are in English. Although, therefore, they may
be sometimes omitted in translation, it is imperative that their force
should in each case be clearly understood, and that the translation
should convey, if not by a similar expletive, at any rate by some
lively turn of phrase, an equivalent impression of the vivacity of the
dialogue. It is here that scholarship and ingenuity can find their
opportunity.


Ah! generally the English _Oh_! of surprise or indignation.
Butsometimes (often in the mouth of Henriette) our _Ah_! of
satisfaction or delight.

Ah bah! expresses the greatest open-mouthed amazement: _You don't
say_!

Ah çà! generally before an interrogation, expresses some impatience
or rising temper, as when the speaker is getting tired of, or a
littlevexed at, anything. It frequently introduces a question that is
meant to be somewhat of a poser (see Act II, Sc. I). It can often be
translated by _See here_! or _Now see here_! or _But see here_! spoken
with some sharpness and with a frown.

Aïe! always an exclamation of pain: _Ouch_!

A la bonne heure! _That's right_! (with emphasis on «that») or _Good_!
always implying that something not so good has come before, and that
this is right at last. Compare the second use of _Allons donc_!

Allons! literally, _Come along_! or figuratively, _Come_! or _All
right_! or _Very well, then_!

Allons bien! always ironical, and expressive of disgust: There now!

Allons donc! more usually (1) _Nonsense_! like our «Get along with
you!» but also (2) expresses encouragement (Act III, Sc. VIII, last
line). When what you want is at last occurring, _Allons donc_! has
the force of «Come along, then!» with great emphasis on «come,» and
consequently may be translated _At last_! with strong emphasis on
«at.» In the latter sense it has the same meaning as _A la bonne
heure_! but conveys rather a sense of the successful effort that is
being made, than of the result that has been achieved.

Comment donc! exactly our _Why certainly_!

Dame_! (from the Latin _dominum_ = lord) expresses reluctant assent.
Its force is «Why, of course!» or «Why, yes!» or «I am sorry, but...»
Cf. _parbleu_!

Dieu! = _My! but..._

Diable! _The deuce! Bother! Thunder_!

Dis donc! Dites donc! _Say_!

Donc (with an imperative) = _Do_.

Eh! _Why_!

Eh bien! always _Well_!

Enfin! _At last_! or _Well_! or _Anyhow_!

En route! _Off we go_! or _Let's be off_!

Hein? _What_? or _Eh_? a weak interrogation.

Ma foi! _Indeed_! or _Really_! Cf. the English, «Upon my word,» or the
Irish, «Faith! and...»

Mon Dieu! generally very weak, expressing resignation or indifference:
_Dear me_! or _O dear_! but sometimes much stronger, _Good gracious_!
(see Act III, Sc. III).

Parbleu! emphatic, half-indignant assent: _Of course_! Cf. _Dame_!

Par exemple! generally expresses surprised indignation; literally,
«For an instance (of something extraordinary, this is such an
instance).» Translate by such an equivalent as _Well, I declare_! But
sometimes (_e.g_. Act III, Sc. I) it is less strong, and introduces
an exception to what has come before: _e.g_. «Napoleon was a great
general, but _par exemple_, he blundered in Russia.» This use is
equivalent to «But on the other hand,» literally, «For an instance (of
a case to which this does not apply),» and may often be rendered, _But
then_, or _Oh! but..._

Que voulez-vous? a very frequent expression of half-apology, «What
could you expect?» «What was I to do?» «How could I help it?» etc.,
and is generally accompanied by a shrug of the shoulders and by a
turning outward of the palms of the hands.

Saperlotte! a humorous exclamation of surprise, in line with, but
stronger than, _Sapristi_! Often equivalent to _Gee whiz_!

Sapristi! (a euphemism for «per sanguinem Christi») is a mild and
always humorous expression of surprise. Parallel to our _Gee_!

Soit! (Sound the final «t») _All right_! literally,«So be it!»

Tiens! (1) _Take this! Here_! (2) _See this! See_! (3) (the same as
the second use, only addressed to one's self) _Hello! Why!_

Tenez! has the same first and second meanings as _Tiens_ above, but is
never used in the third, as no one would address himself in the plural
of politeness.

Très bien! _All right_!

Voyons! often used to soothe or pacify, _Come, come_!



VOCABULARY

NOTE.--The articles, personal pronouns, possessive adjectives, and, in
general, words the spelling and meaning of which are alike, or very
nearly so, in English and in French, have usually been omitted.


    A

à, at, to, in, with, for.
abasourdi, dumfounded.
abdiquer, to abdicate.
abîme, _m_. abyss, pit.
abord, _m_. d'----, first, at first, in the first place.
abréger, to abridge.
abrupt, steep.
absence, _f_. absence.
absolument, absolutely.
accepter, to accept.
accident, _m_. accident.
accompagner, to accompany.
accorder, to grant.
accourir, to run up.
acheter, to buy.
achever, to finish.
acquérir, to acquire.
acquitter; s'---- de, to pay.
acte, _m_. act.
actif, active.
action, action, share (_of stock_).
adieu, farewell.
administration, _f_. company, office;
                ---- des douanes, custom-house.
admirable, wonderful.
admirer, to admire, to wonder at.
adresse, _f_. address.
adresser, to address; s'----, to apply.
adversaire, _m_. adversary.
affaire, _f_. affair, business (also _pl_.), papers.
affiche, _f_. time-table (_posted up in the station_).
affolé, gone crazy.
affreux, awful.
afin de, in order to; ---- que, in order that.
agacer, to irritate.
âge, _m_. age.
agent, _m_. servant.
agir, to act; s'----, to be the question, to be the matter.
agréable, agreeable, pleasant.
agréer, to accept.
ah, oh, ah! ---- bah! «You don't say!»;
    ---- ça! See here! (See List of Exclamations.)
ahuri, _m_. lunatic.
aider, to aid, to help.
aïe! (_of pain_) ouch!
ailleurs; d'----, besides, moreover.
aimable, amiable, kind.
aimer, to love, to like; ---- mieux, to prefer.
ainsi, thus, for instance.
air, _m_. air, look, manner;
     avoir l'---- de, to seem, to look as if.
ajouter, to add.
aller, to go; s'en ----, to go away,
allons donc, nonsense! at last!
allumer, to light.
alors, then, so.
amateur, _m_. amateur.
amertume, _f_. bitterness.
ami, _m_. friend; mon ----, my dear.
amical, friendly.
amoureux (de), in love (with).
an, _m_. year.
ancien, former, retired, ex.
ange, _m_. angel.
angle, _m_. corner.
animal, _m_. stupid fellow.
année, _f_. year.
annoncer, to announce.
antichambre, _f_. antechamber.
apercevoir, to perceive.
appartement, _m._ room, suite of rooms, flat.
appartenir, to belong, to behoove.
appeler, to call, to name.
appointements, _m_. salary.
apporter, to bring.
appreciation, _f_. comment.
apprendre, to teach, to learn.
approcher, to draw up, to bring near; s'----, to approach.
après, after, afterward, to.
argent, _m_. money, silver.
armée, _f_. army.
arracher, to tear, to snatch.
arranger, to arrange, to touch up, to patch up.
arrêter, to stop.
arriver, to come, to arrive, to happen.
arrondissement, _m_. ward.
arroser, to water.
arrosoir, _m_. watering-pot.
asseoir (s'), to sit down.
assez, enough; ---- ... pour, so ... as to.
assignation, _f_. summons.
assister, to help, to assist, to be present.
associé, _m_. partner.
associer, to associate, to put up.
assurer, to assure, to insure.
atroce, awful.
attacher, to attach; s'----, to cling.
attaque, _f_. attack.
attendre, to wait, to wait for, to expect; s'---- à, to expect.
attendrir, to touch, to move.
attente, _f_. waiting.
atténuer, to belittle.
attrape!  «one on me!»
attribuer, to attribute, to ascribe.
auberge, _f_. inn.
aubergiste, _m_. innkeeper.
aucun, any; ne ... ----, no, none.
au-devant de, to meet.
aujourd'hui, to-day.
aune, _f_. yard (lit. _an ell_).
aurore, _f_. dawn.
aussi, also, as, so.
aussitôt que, as soon as.
autant que, as much as, as many as.
auteur, _m_. author.
autorité, _f_. authority, police.
autre, other, else.
avance, _f_. advance; en  ----, ahead of time.
avancé, wiser than before.
avancer, to advance.
avant, before.
avantage, _m_. advantage, privilege.
avant-hier, _m_. the day before yesterday.
avare, stingy.
avec, with.
avenir, _m_. future.
avis, _m_. counsel, opinion, advice, mind.
avouer, to admit, to confess.


    B

bagages, _m. pl_. baggage, baggage-room.
baisser, to cast down, to go down.
bal, _m_. ball (_party_).
balustrade, _f_. railing.
banal, commonplace.
banc, _m_. bench, dock.
banque, _f._ bank; puffery.
banquier, _m_. banker.
barbue, _f._ brill.
barrière, _f_. railing.
bas, basse, low, aside.
bataille, _f_. battle.
bâton, _m_. stick, cane; ---- ferré, alpenstock.
battre, to beat; se ----, to fight.
beau, bel, belle, beautiful; avoir ---- ...; to ... in vain.
beaucoup, much, many.
beau-père, _m_. father-in-law.
bénéfice, _m_. benefit.
bénir, to bless.
besoin, _m_. need.
bête, _f_. animal, blockhead.
bête, silly, stupid.
bêtises, _f. pl_. nonsense.
bien, _m_. good.
bien, well, right, proper, surely, really, very.
bienfait, _m_. benefit, kindness.
bientôt, soon, presently.
bienveillance, _f._ good-will, favor.
bienvenu, _m_. welcome.
biffer, to erase.
billet, _m_. note, bank note, ticket.
bizarre, queer.
blâmer, to condemn.
blesser, to wound, to hurt.
blond, fair.
boire, to drink.
bois, _m_. wood.
bon,-ne, good, silly; du ----, some merit;
         mon ----! old man! de ---- heure, early;
         à la ---- heure, that's right!
bonheur, _m_. good fortune, happiness.
bonhomme, _m_. fellow, old fellow.
bonjour, _m_. good day.
bord, _m_. bank, brink.
borner, to confine.
boule, _f_. ball.
bouquet, _m_. bouquet, finale (_of fireworks_), climax.
bourgeois, _m_. civilian, boss.
bousculer, to jostle.
bras, _m_. arm.
brave, brave, good,
brisé, broken, blasted.
bronze, _m_. bronze.
bruit, _m_. noise, rumor.
brûler, to burn.
brusquement, sharply, quickly.
bulletin, _m_. baggage-check.
bureau, _m_. desk, office.
buvard, _m_. blotter, writing pad.


    C

ça (cela), that.
cabrer (se), to rear,
cacher, to hide.
cacheter, to seal.
cachot, _m_. prison-cell.
café, _m_. coffee.
caisse, _m_. pay desk.
calculer, to calculate,
calotte, _f_. traveling cap.
campagne, _f_. campaign.
canapé, _m_. sofa,
caner, to climb down (_slang_).
cantonade, _f_.; à la ----, off (_the stage_).
caoutchouc, _m_. rubber coat.
capital, important.
car, for.
caractéristique, characteristic.
caresser, to cherish,
carnet, _m_. note-book.
carrosserie, _f_. carriage-making business.
carrossier, _m_. carriage-maker.
carte, _f_. card,
carton, _m_. bandbox.
cas, _m_. case, esteem; faire ---- de, to set store by.
caser, to settle.
casser, to break.
casserole, _f_. saucepan, stewpan; à la ----, stewed.
causer, to talk.
cavalier, _m_. horseman.
ce, cet, cette, ces, this, that, these,
Cie (compagnie), _f_. company.
ceci, this.
céder, to yield.
cela, that.
celui, celui-là, that one, that man.
cent, hundred.
centime, _m_. centime (_one-hundredth of a franc_).
cependant, yet, still, however.
certainement, certainly, of course.
cesse, _f_. intermission, ceasing.
ceux, these, those.
chacun, each.
chagrin, _m_. chagrin, regret.
chaise, _f_. chair.
chambre, _f_. chamber, room, court (_of law_).
change; lettre de ----, promissory note.
changer, to change.
chanter, to sing.
chapeau, _m_. hat.
chaque, every.
charger, to load, to commission.
chariot, _m_. truck.
chaud, hot, warm.
chaussons, _m. pl_. overshoes, arctics, felt slippers.
chemin, _m_. road, way; ---- de fer, railroad.
cheminée, _f_. fireplace, mantelpiece.
cher, chère, dear.
chercher, to seek.
cheval, _m_. horse.
chevalerie, _f_. chivalry.
chez, at the house of, in.
choisir, to choose.
choix, _m_. choice.
chose, _f_. thing.
chut! hush!
chute, _f_. fall.
ciel, _m_. heaven, heavens!
cinq, five.
cinquante, fifty.
circonstance, _f_. circumstance.
circulation; en ----, out; mettre dans
             la ----, to issue, to give out.
citoyen, _m_. citizen.
clair, clear.
cloche, _f_. bell.
cocher, _m_. driver, cabman.
coeur, _m_. heart.
coffre, _m_. chest, trunk.
coiffer, to do the hair.
col, _m_. collar.
colère, _f_ anger.
combattant, _m_. fighter.
combattre, to combat, to fight.
combien, how much, how many.
combler, to heap (_with good things_).
commandant, _m_. major.
comme, like, as.
commencer, to begin.
comment, how, what! ---- donc, why, certainly!
commerçant, _m_. merchant.
commissionnaire, _m_. (_parcels_-) porter.
communiquer, to communicate.
compagnon, _m_. companion.
comparaître (_official_), to appear.
compatriote, _m_. fellow-countryman.
complètement, completely.
compléter, to finish.
comprendre, to understand.
compromettre, to compromise.
compte, _m_. account, number; mettre sur le ---- de, put down to.
compter, to count, to expect.
concerter (se), to consult.
concevoir, to conceive.
concierge, _m_. janitor.
conclure, to conclude.
concours, _m_. competition, race.
conduire, to drive, to give a lift to.
confiance, _f_. confidence, reliance.
confidence, _f_. imparted secret, confession.
congé, _m_. leave of absence.
connaissance, _f_. acquaintance.
connaître, to know.
consacrer, to commemorate.
conseil, _m_. counsel, piece of advice,
considérablement, much.
consigner, to pay in.
constater, to state, to establish.
contempler, to contemplate.
content, glad, satisfied.
contraire, contrary.
contrarier, to thwart, to annoy.
contre, against.
convenir, to suit, to agree.
convoi, _m_. train.
corde, _f_. cord, rope.
corps, _m_. body,
correspondant, _m_. agent.
corriger, to correct.
côté, _m_. side.
coulisse, _f_ side-scene (_of stage_).
coup, _m_. blow, stroke; ---- de sonnette, ring.
couper, to cut.
courage, _m_, courage.
courber, to bend.
courir, to run.
course, _f_. trip.
courtisan, _m_. flatterer.
cousin, _m_. cousin.
coûter, to cost.
couvert, covered.
craindre, to fear.
cramponner (se), to cling, to clutch
cravate, _f_. necktie, choker.
crevasse, _f_. crevasse.
cri, _m_. cry, shout.
crispé, clenched.
croire, to believe.
croiser le fer, to cross swords.
cueillir, to gather.
cuisinière, _f_ cook.
culbute, _f_. tumble.
cultiver, to cultivate.


    D

dame, _f_. lady.
Dame! Why! (See List of Exclamations.)
dans, in, into, with, within.
danser, to dance.
danseur, _m_. dancer, partner.
davantage, more.
de, of, by, from, with, out of, some, any.
débarrasser, to rid.
décamper, to quit.
décidément, on the whole.
décider, to decide, to persuade.
décocher, to let fly.
défaut, _m_. fault.
défendre, to defend, to forbid.
dehors, outside.
déjà, already.
déjeuner, to breakfast, to lunch.
déjeuner, _m_. breakfast, lunch.
délicat, delicate, delicious.
demain, to-morrow.
demande, _f_. offer (_of marriage_).
demander, to ask; se ----, to wonder.
déménager, to move (_one's lodgings_).
demoiselle, _f_. girl, young lady.
démontrer, to prove.
départ, _m_. departure.
dépêcher (se), to hurry up.
dépense, _f_. expenses.
depuis, after; ---- que, since.
déranger, to disturb; être dérangé, to be out of order.
dernier, last.
dérober; se ---- à, to flee from.
derrière, behind.
dès, as early as, from.
désagréable, disagreable.
descendre, to put up (_at an hotel_), to come down (_the stage_).
désigner, to designate, to point out.
désinviter, to take back an invitation.
désireux, désirous.
désolé, very sorry.
désormais, henceforth.
dessus, over it.
destituer, to discharge.
deux, two.
deuxième, second.
devant, before; aller au ---- de, to go to meet.
développer, to unfold.
devenir, to become.
dévergondage, _m_. dissipation, impertinence.
deviner, to guess.
devoir, to owe, to have to, (I am to, etc.)
dévouement, _m_. devotion.
dévouer, to devote.
diable, _m_. deuce.
diablesse, _f_.; ---- de, deuce of a ...
d'ici là, between this and then.
dicter, to dictate.
dictionnaire, _m_. dictionary.
Dieu, _m_. God, gracious!
difficile, difficult.
dîner, _m._ dinner.
dire, to say, to gainsay.
direct (_of trains_), through, express.
diriger, to direct, guide.
disparaître, to disappear.
disposer (se), to make ready.
distingué, well-bred, refined.
distrait, absent-minded.
distribuer, to distribute, to give out.
dividende, _m_. dividend.
dix, ten.
domestique, _m. and f_. servant.
dominer, to lord it over.
donc, then; allons ----, nonsense! at last!
      (See List of Exclamations.)
donner, to give.
dont, whose, of which, of whom.
dormir, to sleep.
douane, _f_. custom-house.
douanier, _m_. custom-house officer.
doucement, imperceptibly.
douloureux, painful.
doute, _m_. doubt.
douter, to doubt; se ---- de, to suspect.
doux, douce, gentle, soft.
douzaine, _f_. dozen.
douze, twelve.
dresser, to draw up, to lodge.
droit, _m_. right, duty.
droit, straight.
droite, _f_. right hand.
drôle, queer.
duel, _m_. duel, dueling.
durer, to last.


    E

eau, _f_. water.
éboulement, _m_. landslide.
échange, _m_. exchange.
échapper, to escape, to slip out.
éclabousser, to bespatter.
éclairer, to enlighten.
éclater, to burst, to fly out (_at a person_).
écouter, to listen; ---- aux portes, eavesdropping.
écraser, to crush.
écrier (s'), to exclaim.
écrire, to write.
écriture, handwriting.
effet, _m_. fact.
effort, _m_. effort.
effrayer, to frighten.
effusion; avec ----, effusively.
égal, equal, indifferent; C'est ----, all the same;
      ça m'est ----, I don't care
également, equally.
eh bien, well!
élancer (s'), to rush, to dart.
élégant, elegant.
élever, to elevate, to bring up, to train.
éloigner; s'---- de, to move away from, to leave.
embarras, _m_. perplexity; dans l'----, left in the lurch.
embrasser, to embrace, to kiss.
empêcher, to prevent.
emphase, _m_. pomposity.
employé, _m_. official.
emporter, to carry away; l'----, to win.
emprunter, to borrow.
empressement, _m_. eagerness.
ému, moved.
en, in, on, by, for, from, like.
en, in it, of it, with it (them); some, any; from there, for that.
enchaîner, to chain, to bind.
enchanter, to delight.
encore, still, more, besides, yet, again, too.
encrier, _m_. inkstand.
endroit, _m_. place.
énergiquement, energetically.
enfant, _m. and f_. child.
enfermer, to shut up.
enfin, at last, in short, anyhow.
engager, to engage, to enter on, to begin.
engraissé, fleshier.
enlevez! O.K.!
ennemi, _m_. enemy.
ennuyer, to weary, to tire; s'--, to be tired, bored.
enregistrer (_of baggage_), to check.
enrhumé, with a cold.
ensemble, together.
ensevelir, to bury.
entendre, to hear, to understand; s'----,
          to have an understanding.
entier, entire.
entourer, to surround.
entre, between.
entrée, _f_. entrance.
entrer, to enter.
entr'ouvrir, to half-open.
envahir, to intrude, to invade.
envenimer, to envenom.
envers, to, toward.
envie, _f_. notion, fancy, desire; avoir ---- de,
       to have a mind to, to want to.
envoi, _m_. sending.
envoyer, to send.
épanouir, s'--, to bloom, to beam.
épée, f. sword.
éperon, _m_. spur.
éplucher des fautes, to pick holes.
épouser, to marry.
éprouver, to feel, to experience.
espérance, _f_. expectation, hope.
espérer, to hope.
espoir, _m_. hope.
esprit, _m_. mind, wit.
essayer, to try.
essuyer, to wipe, to dust, to mop.
estimer, to esteem.
estomac. _m_. stomach, chest.
et, and.
étendre, to extend, to stretch.
étoffe, _f_. stuff,
étonnant, wonderful.
étonner, to astonish.
étranger, _m_. stranger; à l'---- abroad.
étrangler, to strangle, to stick in the throat.
événement, _m_. event.
éviter, to avoid.
exactement, exactly, punctually.
examiner, to examine.
excellent, good, excellent.
ex-commandant, major... retired.
exemple, _m_. example; par ----,  Well, I declare!
         (See List of Exclamations.)
exercice, exercise, discharge.
explication, _f_. explanation.
expliquer, to explain.
exprès, on purpose.
extérieur, outside, exterior.


    F

fâcher (se), to be vexed, to be angry.
facilement, easily.
facteur, _m_. (_baggage_) porter.
factionnaire, _m_. sentry.
faiblesse, _f_. weakness.
faiblir, to weaken, to flinch.
faire, to make, to do, to counterfeit;
       to pay, to travel; ---- part, to notify.
fait, _m_. fact, point; ---- d'armes, exploit;
     au ----, after all; tout à ----, entirely.
falloir, to be necessary.
famille, _f_. family.
fanfaronnade, _f_. boastfulness, bluster.
fantaisie, _f_. fancy.
fatigant, tiresome.
fatuité, _f_. conceit.
faute, _f_. fault.
fauteuil, _m_. armchair.
faux, fausse, false, sham; ---- pas, slip.
félicitation, _f_. congratulation.
femme, _f_. woman, wife.
fenêtre, _f_. window.
fer, _m_. iron.
ferrailleur, _m_. swashbuckler.
ferré, iron-shod.
feu, _m_. fire; ---- d'artifice, fireworks.
feuilleter, to turn the leaves of.
fiacre, _m_. cab.
fier, proud.
fièrement, proudly.
figure, _f_. face.
fille, _f_. daughter, girl.
fils, _m_. son.
fin, _f_. end.
finir, to finish.
fixer, to fix, to settle.
flairer, to scent.
flatteur, -se, flatterer, flattering.
flèche, _f_. arrow, bolt.
fleur, _f_. flower.
foi, _f_. faith; de la mauvaise ----, not straight.
fois, _f_. time.
fonctions, _f. pl_. duty.
fond, _m_. rear, back, bottom.
fort, strong, hard, great.
fou (fol, folle), crazy.
foule, _f_. crowd.
fourrer, to stuff, to intrude.
frais, fraîche, fresh, still wet.
frais, _m. pl._ expenses, costs.
franc, frank.
franc, _m_. franc (_about 20 cents_).
français, French.
frère, _m_. brother.
frimas, _m_. (_poetical_) eternal snows.
frissonner, to quiver, to shiver.
froisser, to jar on.
front, _m_. forehead.
frotter, to rub.
fumer, to smoke.


    G

gabelou, _m_. (_custom-house_) shark.
gagner, to earn, to gain.
gaiement, gayly, joyously.
galanterie, _f_. love-making.
gambader, frisk.
garantie, _f_. collateral.
garçon, _m_. boy, fellow, waiter; _adj_. single (_unmarried_).
garde, _m_. guard, keeper.
garde, _f_. care.
garder, to keep.
gare, _f_. station, terminal.
gâteau, _m_. cake.
gauche, left.
gêner, to trouble, to put out.
Genève, Geneva.
gens, _m. and f_. people.
gentil, nice.
gentilhomme, nobleman.
gérant, _m_. manager.
glace, _f_. ice.
glisser, to slip.
gonfler (se), to swell, to inflate.
gouffre, _m_. chasm.
gourmand! _m_. greedy thing!
goutte, _f_. drop.
grâce, _f_. grace.
gradé, with the rank of an officer.
grammaire, _f_. grammar.
grammatical, grammatical.
grand, great, grand; ----'route, high-road.
gras, -se, fat,
grave, serious.
gré; savoir ----, to be grateful.
grincer, to grind one's teeth.
grippe, _f_. dislike, aversion; prendre quelqu'un en ----,
        to take a positive aversion to somebody.
grog; ---- au kitsch, cherry brandy.
guère; ne ... ----, hardly.
guéridon, _m_. light table.
guérir, to cure.
guérison, _f_. cure.
guerre, _f_. war.
guichet, _m_. (_ticket_), window.
Guillaume, William.


    H

habiter, to inhabit, to live in.
habits, _m. pl_. clothes.
habitude, _f_. habit.
hasard, _m_. chance.
hâte, _f_. haste.
haut, high, loud; aloud.
haut, _m_. height.
hautement, loudly.
hauteur, _f_. haughtiness.
hein, eh?
héroïque, heroic.
hésiter, to hesitate.
heure, _f_. hour, o'clock; de bonne ----, early;
       à la bonne ----, that's right! tout à l'----, by and by.
heureusement, fortunately.
heureux, -se, happy, lucky, fortunate.
heurter, to bump into.
hier, yesterday.
histoire, _f_. story, talk; -s, fuss.
hiver, _m_. winter.
Holà, hello!
hommage, _m_. homage.
homme, _m_. man; ---- de monde, gentleman.
honnête, good.
honneur, _m_. honor.
huile, _f_. oil.
huit, eight, eighth.
huitième, eighth.
humanité, _f_. mankind.
humilier, to humiliate.


    I

ici, here; par ----, this way.
idée, _f_. idea.
ignorer, to ignore, to be ignorant of, not to know.
illustre, illustrious.
impatienter, to put out of patience.
important, important, superior.
importer, to matter.
imposer, to impose; s'----, to force one's self upon people.
imprévu, unforeseen.
imprimer, to print.
impuissant, powerless.
incliner; s'----, to bow, to submit.
incrédule, incredulous, skeptical.
indépendance, _f_. independence.
indépendant, independent.
indiquer, to point to.
indiscret, indiscreet.
influencer, to influence, to bias.
informe, shapeless.
informer, to inform; s'----, to inquire.
ingénieux, -se, ingenious.
injure, _m_. insult; ----s, abuse.
inouï, unheard of, most frantic.
inquiet, restless, anxious.
inquiéter, to disturb.
inscrire, to inscribe.
insensé, terrific; _m_. madman.
instamment, earnestly.
instrumenter (_legal_); faire ----, to let the law take its course.
interroger, to question.
interrompre, to interrupt.
intimement, intimately.
intimider, to intimidate.
introduire, to introduce.
inutile, useless, unnecessary.
ironiquement, ironically.
itinéraire, _m_. itinerary, route.


    J

jamais, ever, never; ne ... ----, never.
jambe, _f_. leg.
jardin, _m_. garden.
jeter, to throw.
jeune, young.
joie, _f_. joy.
joli, pretty.
jouer, to play.
jouir de, to enjoy.
jour, _m_. day.
journal, _m_. newspaper.
journée, _f_. day.
juillet, July.
jurer, to swear.
jusqu'à, as far as; jusque-là, till then.
juste, just, right, true, so, exactly.


    K

kirsch, _m_. See grog.


    L

là, there; ---- -bas, over there; ---- -dedans, in there.
laborieux, -se, troublesome, hardworking.
laisser, to let, to leave.
langue, _f_. tongue, language.
laquelle, _f_. which.
las, lasse, tired.
leçon, _f_. lesson, lecture.
lecture, _f_. reading.
ledit, the aforesaid, said.
léger, light, slight.
lentement, slowly.
lequel, _m_. which.
lettre, _f_. letter; ---- de change, promissory note.
lever (se), to get up.
libre, free.
lien, _m_. link.
lié, acquainted.
lieu, _m_. place.
lieue, _f_. league.
lièvre, _m_. hare.
ligne, _f_. line.
lire, to read.
livre, _m_. book; _f_. franc.
livret, _m_. catalogue.
loi, _f_. law.
loin, far.
loisir, _m_. leisure.
long, -ue, long; à la ----, after a while; ---- de, as long as.
longtemps, long.
lorgnette, _f_. field-glass.
lorsque, when.
loyalement, loyally.
lumière, _f_. light.
lutte, _f_. contest.
Lyon, Lyons. (See map.)


    M

M. (monsieur), Mr.
madame, Madam.
mademoiselle, _f_. miss.
magnifique, magnificent.
main, _f_. hand.
maintenant, now.
mais, but, why!
maison, _f_. house, firm, family.
maître, _m_. master.
majestueusement, pompously.
majestueux, -se, majestic.
malgré, in spite of.
malheureux, -se, unfortunate.
malle, _f_. trunk.
maman, _f_. mama.
manant, _m_. boor.
manger, to eat.
manière, _f_. manner.
manifester, to express.
manquer, to miss, to fail, to lack; faire ----, to spoil.
manteau, _m_. cloak.
marchand, _m_. -e, _f_. seller, merchant.
marche, _f_. course.
marchepied, _m_. step.
marcher, to walk.
mari, _m_. husband.
mariage, _m_. marriage.
marier, to marry.
Marseille, Marseilles. (See map.)
masquer, to mask, to conceal.
masse, _f_. mass.
matin, _m_. morning.
mauvais, bad.
mécanique _f_. machinery, spring.
méchant, wicked, mean, naughty; pas ----, innocent enough.
meilleur, better, best.
mêler; se ---- de, to meddle with.
même, same, even, very.
ménage, _m_. couple.
mépris, _m_. scorn; au ---- de, without a thought of.
mer, _f_. sea; ---- de Glace, _name of a glacier_.
merci, thanks; no, thank you.
mercredi, Wednesday.
mère, _f_. mother.
mérite, _m_. merit.
mériter, to deserve.
messieurs, _m pl_. gentlemen.
mesure, _f_. measure; ----s, precautions.
métier, _m_. trade, job.
mettre, to put, to put on.
meubles, _m pl_. furniture.
midi, _m_. noon.
mieux, better, best.
milieu, _m_. midst, middle.
militaire, _m_. soldier.
mille, _m_. thousand.
million, _m_. million.
minute, _f_. minute.
mis, see mettre.
misère, _f_. trifle, pettiness.
moins, less; le ----, the least; à ---- que, unless.
mois, _m_. month.
moitié, _f_. half.
monde, _m_. world, society; homme du ----, gentleman.
monsieur, _m_. Mr., Sir, gentleman.
mont, _m_. mountain, mount.
montagne, _f_. mountain.
montant, _m_. amount.
monter, to mount; se ---- la tête, get excited.
montre, _f_. watch.
montrer, to show.
moquer; se ---- de, to laugh at.
morceau, _m_. piece.
mort, _f_. death.
mortel, -le, mortal.
mot, _m_. word.
motif, _m_. motive.
moucher (se), to blow one's nose.
mourir, to die.
moustache, _f_. mustache.
mouvement, _m_. movement.
moyen, _m_. means.
musée, _m_. museum, picture gallery.
mystère, _m_. mystery.


    N

nage, _f_. en ----, dripping with perspiration.
naïvement, innocently.
ne ... pas, not; ---- ... que, only;
  ---- ... rien, nothing; ---- ... jamais, never;
  ---- ... ni ... ni, neither ... nor; ---- ... guère, hardly.
néant, _m_. annihilation.
nécessaire, necessary.
neige, _f_. snow.
nettoyer, to clean.
neuf, nine.
ni; ne ... ---- ... ----, neither ... nor.
noblesse, _f_. nobility, pomposity.
nom, _m_. name.
nommer, to name.
non, no.
notable, prominent.
notaire, _m_. notary.
note, _f_. note, entry.
notice, _f_. note.
notoriété, _f_. repute.
nôtre; le, la, les ----, ours; les nôtres, our party.
nourrir, to feed.
nouvelles, _f. pl_. news.
nuit, _f_. night.
nuitamment, by night, stealthily.
numéro, _m_. number, cab-check.


    O

obscurcir (s'), to darken, to grow obscure.
observer, faire ----, to observe.
obtenir, to obtain.
occasion, _f_. chance.
occuper, to occupy, to fill; s'----, to be busy.
offenser, to offend.
offrir, to offer.
ombrageux, -se; être ----, to shy.
omelette, _f_. omelet.
on, one, they, we, you.
opération, _f_. operation, manoeuvre.
opérer, to go to work.
or, _m_. gold.
or, now.
ordre, _m_. order, sense of order.
orgueil, _m_. pride,
original, -ux, peculiar, unique.
orthographe, _f_. spelling.
oser, to dare.
ou, or, either.
où, where, when.
oublier, to forget.
oui, yes.
outrance, _f_.; à ----, to the death; hotly.
ouvrage, _m_. work
ouvrir, to open.


    P

paiement, _m_. payment.
paire, _f_. pair.
paltoquet, _m_. snob.
panama, _m_. panama (straw hat).
paon, _m_. peacock.
papier, _m_. paper.
paquebot, _m_. packet-boat.
paquet, _m_. package, bundle; faire
        ses ----s, pack up your traps.
par, by, for, in; ---- an, a year, by the year.
paradoxe, _m_. paradox.
paraître, to appear, to seem.
parapluie, _m_. umbrella.
parbleu, of course! (See List of Exclamations.)
parce que, because.
pardon, _m_. pardon, excuse me.
pardonner, to forgive.
pareil, -le, like; un ----, such a.
parfait, perfect.
parfaitement, readily.
parler, to speak,
parmi, among.
parole, _f_. word.
part, _f_. part, share, side; quelque ----, somewhere;
      à ----, aside.
partager, to share.
parti, _m_. decision, choice, match;
      prendre un ----, make up one's mind.
partie, _f_. part, game.
partir, to leave, to depart.
pas, _m_. step; mauvais ----, bad place.
pas, ne ----, not.
passer, to pass; faire ----, to send in.
pastille, _f_. wafer.
patron, _m_. boss.
pauvre, poor.
pavé, _m_. pavement.
pavillon, _m_. wing (of a house).
pays, _m_. country.
peindre, to paint.
peine, _f_. grief, trouble, while.
peintre, _m_. painter.
pendant, during.
pendant, _m_.; faire ----, to match.
pénétrer, to penetrate.
pénible, painful.
pensée, _f_. thought.
penser, to think.
pensif, ----ve, thoughtful.
pensionnat, _m_. boarding-school.
perdre, to lose.
père, _m_. father.
pérégriner (humorous), to meander.
péripétie, _f_. occurrence.
permettre, to permit, to excuse.
personnage, _m_. person, character (_in a play_).
personnalité, _f_. personality.
personne, _f_. person; ne ... ----, nobody.
petit, little; tout ----, tiny.
peu, little, few.
peur, _f_. fear; avoir ----, to be scared.
peut-être, perhaps.
philosophe, _m_. philosopher.
philosophie, _f_. philosophy,
phrase, _f_. phrase; ----s, grand speeches.
pincé,  conscious.
pincer (_slang_), to catch, to nab, to «pinch.»
piquer, to prick.
pitié, _f_. pity, disgust.
plainte, _f_. complaint.
plaire à, to please.
plaisanter, to joke.
plaisir, _m_. pleasure.
plein, full.
pleurer, to weep.
pleurs, _m. pl_. tears.
pleuvoir, to rain.
plier, to fold.
pluie, _f_. rain.
plume, _f_. feather, pen.
plus, more, plus; de ----, further;
      ne ----, no longer, not again.
plusieurs, several.
poche, _f_. pocket.
poignée, _f_. clasp.
point, _m_. point.
poisson, _m_. fish.
poli, polite.
poliment, politely.
politique, _f_. politics.
porte, _f_. door; mettre à la ----, to kick out.
portefeuille, _m_. pocketbook.
porter, to carry.
poser, to pose, to put; to put up.
poste restante (_on letters_), P.O., «to be called for.»
pot, _m_. mettre le--au feu, to boil a piece of beef.
poudrière, _f_. powder-magazine.
pour, for, in order to.
pourquoi, why?
poursuite, _f_. ----s, _pl_. prosecution.
poursuivre, to prosecute.
pourtant, though, yet, still.
pourvu que, provided (that), so long as.
pousser, to push, to utter; to grow, to sprout.
pouvoir, to be able; se ----, may be.
précipiter (se), to rush up.
precis, exactly, precisely, sharp.
préfet, _m_. prefect.
premier, first.
prendre, to take.
près, near; à peu ----, pretty nearly, pretty much.
presenter, to present, to offer, to introduce.
presque, almost, hardly.
presse, _f_. the (daily) press.
presser, to press, to hurry, to be urgent.
prêt, ready.
prétendre, to claim, to allege.
prétendu, _m_. lover.
prétention, _f_. pretension, claim.
prêter, to lend.
preuve, _f_. proof.
prévaloir; se ---- de, to presume upon.
prévenance, _f_. attention.
prévenir, to notify, to warn.
prier, to ask, to beg.
primo, first, firstly.
principal, _m_. main thing.
pris, _see_ prendre.
prise; ---- de corps, warrant for arrest.
prison, _f_. prison.
priver, to deprive.
prix, _m_. price.
procès, _f_. lawsuit.
procès-verbal, _m_. (_official_) complaint.
prochain, next.
proclamer, to proclaim.
produire, to produce; se ----, to happen.
professeur, _m_. teacher.
projet, _m_. project.
promener (se), to walk, to traipse.
promettre, to promise.
prononcer, se ----, to decide.
propre, own.
protecteur, patronizing.
protéger, to protect.
psit! Hi! (_to call attention_).
pu, _see_ pouvoir.
puis, then.
puisque, since.
puissant, powerful.
pur, pure.

    Q

qualifié (_legal_), specific.
quand, when.
quant à, as for.
quarante, forty.
quart, quarter.
quartier, _m_. district.
quatre, four.
que, that, which, whom, how; ne ----, only;
     ---- de, what (a lot of).
quel, -le, what.
quelque, some; _pl_. a few.
quelquefois, sometimes.
quereller, to dispute with.
querelleur, _m_. quarrelsome fellow.
queue, _f_. line; faire ----, stand in line.
qui, who.
quinzaine, _f_. fortnight.
quinze, fifteen.
quitte, quits.
quitter, to leave.
quoi, what.


    R

raccommodement, _m_. reconciliation, making it up.
raconter, to relate, to tell.
raide, stiff.
raison, _f_. reason; en ---- de, in proportion to;
        avoir ----, to be right.
raisonnement, _m_. reasoning.
ramener, to bring back.
rancune, _f_. hard feeling.
ranger, to rank.
ranimer, to freshen.
rapide, quick.
rappeler, to recall.
rapporter, to bring back.
rapprocher; se ----, to gather round.
rare, rare.
rarement, rarely.
rassurer, to reassure.
rayonner, to beam.
rebut, _m_. refuse, scum.
recevoir, to receive.
récit, _m_. story, recital.
réclame, _f_. advertising.
réclamer, to claim.
recommander, to recommend.
récompenser, to reward.
reconduire, to lead back.
reconnaissance, _f_. gratitude.
reconnaître, to recognize.
recueillir; se ----, to collect one's thoughts.
reculer, to withdraw, to back down.
redingote, _f_. (_frock_) coat.
redouter, to dread.
réfléchir, to reflect.
refrain, _m_. refrain, «old story.»
refroidir, to cool.
regarder, to concern, to look, to look at.
registre, _m_. register, book.
reine, _f_. queen.
reins, _m. pl_. back.
réitérer, to repeat.
rejoindre, to join.
relire, to read again.
remarquer, to observe.
rembourser, to pay back.
remercier, to thank.
remercîments, _m. pl_. thanks.
remettre, to hand over; to do good to, to set up again.
remonter, to go up (_the stage_), to go back.
remorqueur, _m_. tow-boat, tug.
remplacer, to replace.
rencontre, _m_. meeting.
rencontrer, to meet.
rendre, to render, to do, to return.
rendez-vous, _m_. appointment, place of meeting.
renfermer, to shut up, to wrap.
renseignement, _m_. information, investigation.
rente, _f_. income; de ----, a year.
rentier, _m_. a man of no profession, who lives on his income.
rentrer, to reënter, to come back.
renverser, to overturn.
renvoyer, to send away.
repartir, to start again.
repas, _m_. meal.
repasser, to call again.
repêcher, to fish up.
répéter, to repeat.
répétition, _f_. montre à ----, a repeater (_watch_).
répondre, to answer.
réponse, _f_. answer.
reposer, to rest.
repoussant, loathsome.
reprendre, to take again, to take up;
           ----la corde, to get the inside track again.
reproche, _m_. reproach.
reprocher, to reproach, to find fault with.
résolu, _see_ résoudre.
résoudre, to resolve.
ressemblance, _f_. likeness.
ressentiment, _m_. resentment.
reste, au ----, moreover.
rester, to remain, to stay, to stay behind;
        poste restante, _see_ poste.
retenir, to hold back, to remember.
retirer, to withdraw, to rescue; se ---- de, to give up.
retour, _m_. return; de ----, back.
retourner, to return.
retrouver, to find again; se ----, to  meet.
réussir, to succeed.
revenir, to come back.
rêver, to meditate.
revirement, _m_. change.
revoir, to see again; au ----, See you later! So long!
révolter, to disgust.
révolutionnaire, _m_. revolutionist.
rhum, _m_. rum.
rhumatisme, _m_. rheumatism.
rideau, _m_. curtain.
ridicule, ridiculous.
rien, nothing.
rire, _m_. to laugh.
risquer, to risk.
robe, _f_. dress, skirt.
ronde, _f_. patrol.
rouler, to roll.
route, _f_. way, journey.
Russe, _m_. Russian.
rustique, rustic.


    S

sac, _m_. sack, bag; ---- de nuit, suitcase, lit., a bag
     holding enough for one night.
saisir, to seize.
salle, _f_. hall; ---- d'attente, waiting-room;
       ---- à manger, dining-room.
salon, _m_. parlor.
saluer, to salute, to bow to.
salut, _m_. bow,
sang, _m_. blood.
sang-froid, _m_. coolness, self-possession.
sanglot, _m_. sob.
sangloter, to sob.
sans, without, but for.
santé, _f_. health.
sapin, _m_. fir-tree.
saperlotte! (_humorous_), Gee whiz!
sapristi! Gee!
satisfait, satisfied.
sauf, saving, safe.
sauver, to save life; se ----, to run away.
sauveur, _m_. saviour.
savoir, to know;
        ---- gré à... de..., to be grateful to... for...
séance, _f_. sitting.
sec, sèche, dry, short.
sèchement, dryly.
second, second, witness.
secundo, secondly.
sel, _m_. salt, smelling salts.
semaine, _f_. week.
semblable, _m_. fellow man, neighbor.
sembler, to seem.
senti; bien--, sentimental.
sentier, _m_. path.
sentiment, _m_. feeling.
sentir, to feel.
sept, seven.
septembre, September.
sergent, _m_. sergeant.
sérieusement, seriously, really.
sérieux, serious.
serpenter, to wind.
serrer, to squeeze, to shake.
service, _m_. service, assistance.
servir, to serve.
seul, alone.
seulement, only, even.
si, if, yes, so.
siècle, _m_. age, century.
siège, _m_. seat, (_driver's_) box.
sieur, Mr. (_legal_).
signaler, to bring to notice, to record.
signifier, to mean.
simplement, simply.
singulier, singular, queer.
sixième, sixth.
social; capital ----, capital stock (_of a company_).
société, _f_. society, company.
soeur, _f_. sister.
soi, one's self.
soin, _m_. care, petits ----s, civilities.
soir, _m_. evening,
soit! Alright!
soixante-douze, seventy-two.
soleil, sun.
solide, três ----, husky.
songer, to think, to dream, to remember.
sonner, to ring, to strike, to go off.
sonnette, _f_. bell.
sordide, mean.
sortir, to go out.
sou, _m_. cent.
souffler, to blow, to stir up (_as with bellows_).
souffrir, to suffer, to permit.
souhaiter, to wish.
sourd, deaf.
sourire, to smile.
sous, under.
soutenir, to support.
souvenir; se ----, to remember; _m_. remembrance.
souvent, often.
spectacle, _m_. sight, spectacle.
spirituel, bright, witty.
splendeur, _f_. splendor.
store, _m_. window shade.
stupéfait, surprised.
sucrer, to sweeten.
suffire, to suffice.
Suisse, _f_. Switzerland.
suite, _f_. result, following; donner ----, to press;
       tout de ----, immediately.
suivre, to follow.
supérieur, superior.
supplier, to beg.
sur, on, over, after.
sûr, sure.
surtout, especially.


    T

tableau, _m_. pictures scene, pantomime, (_stage_) business.
tache, _f_. spot, stain.
tâcher, to try.
tandis que, while.
tant, as much, so much;
tant que, as much as, so long as.
tantôt, just now.
tapis, _m_. cover, cloth.
tapissier, _m_. upholsterer.
tard, late.
tarder, to be long, to delay.
tasse, _f_. cup.
tel, such.
témoin, _m_. witness.
tempe, _f_. temple.
temps, _m_. time.
tenace, persistent.
tendre, to stretch.
tenir, to hold, to keep; ---- à, to want particularly;
       to care about; to be on account of, the fault of.
terminer, to finish.
terrain, _m_. field of honor (_i.e. dueling ground_).
terre-neuve, Newfoundland dog.
tertio, thirdly.
tête, _f_. head.
thé, _m_. tea.
théâtre, _m_. stage, theater.
tiens. (See List of Exclamations).
timbré, stamped (_of official paper bearing government stamp_).
tirer, to draw, to pull, to get.
titre, certificate (of stock).
toile, _f_. canvas.
tomber, to fall; ---- du jury, to be summoned as a juryman.
ton, _m_. tone, manner.
tort, _m_. error; avoir ----, to be wrong.
tortue, _f_. tortoise.
tôt, soon.
toucher, to touch, to collect; to speak;
         ---- à, meddle with.
toujours, always, still.
tour, _m_. turn.
tourmenter; se ----, to worry.
tournoi, _m_. tourney, tournament.
tous, all (_pl_.).
tout, all, quite; ---- en, while; ---- à coup, all at once;
      ---- à fait, wholly; du ----, not at all.
traîner, to drag, to lie around.
trait, _m_. trait, feature, act, deed.
tranquille, quiet.
travailler, to work.
trente, thirty.
très, very.
trésor, _m_. treasure.
trimestre, _m_. quarter (of a year), quarter's salary.
tristement, sadly.
trois, three.
tromper, to deceive; se ----, to be mistaken.
trop, too, too much, too many.
trou, _m_. hole.
troubler, to disturb, to agitate.
trouver, to find; se ----, to feel.
tuer, kill.
tulmute, _m_. tumult.


    U

un, une, a, an, one.
usurier, _m_. usurer.


    V

va; ---- pour, make it.
vaincre, to conquer.
vainqueur, _m_. conqueror.
vais, _see_ aller.
valise, _f_. valise.
valoir, to be worth; ---- autant, to be as well;
        ---- mieux, to be better.
vanité, _f_. vanity.
vanter, to boast, to be proud.
variété, _f_. variety.
veau, _m_. veal.
vécu, _see_ vivre.
veiller, to watch.
veine, _f_. dumb luck.
vendre, to sell.
venir, to come; ---- de, to have just.
vérité, _f_. truth; en ----, really.
verre, _m_. glass.
vers, toward.
verse; il pient à ----, it is pouring with rain.
verser, to shed.
vibrer, to vibrate; faire ----, to twang.
victime, _f_. victim.
vide, empty.
vie, _f_. life.
vif, vive, lively, quick-tempered.
ville, _f_. city; en ----, out.
vinaigre, _m_. vinegar.
vingt, twenty.
vis-a-vie, opposite;
           ---- l'un de l'autre, toward one another.
visiteur, _m_. visitor.
vite, quick.
vivacité, _f_. vivacity, irritation.
vivement, quickly, eagerly.
vivre, to live.
voici, here is, here are.
voilà, there is, there are.
voir, to see.
voiture, _f_. carriage.
voix, _f_. voice.
volonté, _f_. will.
volontiers, willingly.
volume, _m_. book, volume.
vont, _see_ aller.
vôtre; le, la, les ----, yours.
vouloir, to wish, to want, to try; ---- dire, to mean;
         en ---- à, to have a grudge against.
voyage, _m_. trip, journey, travel.
voyager, to travel.
voyageur, _m_. traveler.
vrai, true, really.
vraiment, really.
vu, seeing, on.
vue, _f_. view.


    W

wagon, _m_. (_railroad_) car.


    Y

y, there, in it, in them; to it, to them:
   ---- avoir, to be, to be the matter.
yeux, _m_. eyes.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Voyage de Monsieur Perrichon - Comédie en quatre actes" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home