Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les grands froids
Author: Bouant, Émile
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les grands froids" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



BIBLIOTHÈQUE DES MERVEILLES

PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE M. ÉDOUARD CHARTON

LES GRANDS FROIDS

PAR ÉMILE BOUANT

ANCIEN ÉLÈVE DE L'ÉCOLE NORMALE

OUVRAGE ILLUSTRÉ DE 31 VIGNETTES

PAR TH. WEBER

PARIS

LIBRAIRIE HACHETTE ET C^ie

79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79

1880

Droits de propriété et de traduction réservés



INTRODUCTION


Nous estimons d'habitude l'état calorifique d'un corps par l'impression
qu'il produit sur la main. Le corps nous semble chaud ou froid suivant
qu'il donne de la chaleur à la main ou qu'il lui en enlève. Mais le
jugement que nous portons ainsi est incomplet et sujet à bien des
erreurs. Il nous suffira de le montrer par quelques exemples.

Plongeons la main droite dans un vase rempli d'eau très froide, la
gauche dans un second vase rempli d'eau très chaude. Après quelques
instants d'attente, sortons les mains du liquide et plongeons-les toutes
les deux à la fois dans de l'eau tiède: nous la trouverons chaude à la
main droite, froide à la gauche.

Voici, rapprochées l'une de l'autre, une plaque de cuivre et une de
bois: la main, étendue de façon à s'appuyer sur les deux plaques, trouve
la première beaucoup plus froide que la seconde, quoiqu'elles soient
certainement toutes les deux dans le même état calorifique. C'est que le
cuivre, qui conduit bien la chaleur, refroidit la main beaucoup plus
rapidement que ne le fait le bois.

Je suis dans la campagne, exposé au froid le plus vif, je retire mon
gant et j'applique ma main sur mon visage. Mon visage est glacé, la main
me semble chaude; je la pose sur ma poitrine, qui est chaude, la main me
semble glacée.

Lorsqu'il s'agit d'apprécier le degré de chaleur ou de froid de l'air,
que nous ne pouvons toucher directement, les erreurs sont encore plus
faciles. L'impression produite sur l'organisme entier dépend alors de
mille circonstances: de notre état de santé ou de maladie, des vêtements
qui nous couvrent, de l'endroit d'où nous sortons... De plus, la
sensation ne laissant aucune trace, il est absolument impossible de
comparer le froid éprouvé à deux époques différentes, si peu éloignées
qu'elles soient.

Aussi, dès le dix-septième siècle, les savants ont-ils senti le besoin
d'imaginer un instrument précis, susceptible de nous renseigner
exactement sur le froid et le chaud, susceptible en même temps de
traduire par des nombres l'état calorifique des divers corps avec
lesquels on le met en contact: cet instrument se nomme le thermomètre.
Après maintes transformations, il est arrivé à la disposition que nous
allons indiquer.

[Illustration: _a_]

Dans une petite boule de verre munie d'un col très long et extrêmement
étroit, _a_, on introduit un liquide, alcool ou mercure; puis on ferme
le col à la lampe.

Si nous plongeons le petit appareil ainsi construit dans de l'eau
chauffée, nous remarquerons que le liquide s'élève de plus en plus dans
le col à mesure que l'eau devient de plus en plus chaude. C'est qu'il se
produit une augmentation de volume sous l'action de la chaleur: cet
effet se nomme dilatation.

Qu'on enlève le feu, nous verrons le niveau baisser peu à peu, pour
revenir à la hauteur primitive quand le refroidissement sera complet.

De là il faut conclure: d'abord, que le liquide augmente de volume en
s'échauffant, diminue de volume en se refroidissant; ensuite, qu'à
chaque état calorifique du liquide correspond un volume déterminé, de
telle sorte que le niveau dans la tige reviendra le même chaque fois que
l'appareil sera placé dans les mêmes conditions de chaleur.

Nous pouvons donc, en marquant une graduation sur la tige, définir les
divers états calorifiques par les numéros en face desquels s'arrêtera le
liquide dans chaque cas.

[Illustration]

Pour que les indications ainsi obtenues soient comparables entre elles,
il suffit de faire des conventions auxquelles chacun se conformera.

Les conventions universellement adoptées aujourd'hui sont fondées sur
les faits suivants: 1º Le thermomètre, plongé dans la glace fondante,
c'est-à-dire dans la glace placée depuis plusieurs heures dans une pièce
chauffée, s'arrête à un niveau fixe qui ne dépend ni de l'origine de la
glace, ni du froid extérieur, ni de la chaleur de l'appartement. En ce
point, on place l'origine de la graduation, le degré zéro. 2º Le même
appareil, placé dans la vapeur d'eau bouillante, monte beaucoup plus
haut par suite de la dilatation, et finit par s'arrêter à un nouveau
point fixe, indépendant de l'eau choisie et du feu qui la fait bouillir.
Ce second point fixe détermine le centième degré de la graduation.

L'espace compris entre les deux points fixes est divisé en cent parties
égales, et l'on a le thermomètre dit centigrade. La division est
prolongée au-dessus de 100 degrés pour les chaleurs plus fortes que
celle de l'eau bouillante, au-dessous de zéro pour les froids plus
grands que celui de la glace fondante.

Un thermomètre gradué d'après ces principes étant placé dans un lieu
déterminé, le liquide qu'il renferme s'élèvera jusqu'à une certaine
division: le numéro de cette division est ce que l'on nomme la
température du lieu.

Exemples: Dans une chambre, le mercure du thermomètre s'arrête en face
de la division 12; on dit que la température de la chambre est de 12
degrés centigrades au-dessus de zéro, et cette température s'écrit +12°.
Dehors, au contraire, le mercure s'arrête en face de la division 8
au-dessous du zéro; on dit que la température est de 8 degrés
centigrades au-dessous de zéro, et cette température s'écrit -8°.

Bien d'autres conventions avaient été successivement adoptées avant
celle que nous venons d'indiquer. Maintenant encore on se sert en
certains pays de graduations nommées graduation Fahrenheit, graduation
Réaumur. Nous n'en exposerons point les principes, parce qu'elles sont
actuellement presque complètement abandonnées. Du reste, pour éviter
toute confusion, nous rapporterons, dans le courant de cet ouvrage,
toutes les températures à la graduation centigrade.

Le liquide contenu dans le thermomètre est tantôt du mercure, tantôt de
l'alcool; mais, les bases de la graduation étant toujours les mêmes, la
température indiquée dans chaque cas est la même, quel que soit le
liquide choisi. Le mercure est le plus souvent employé pour mesurer les
hautes températures; mais comme il a l'inconvénient de se solidifier à
la température de -40 degrés, on le remplace par de l'alcool quand on
veut étudier les froids excessifs.



LES GRANDS FROIDS



LIVRE PREMIER

LES EFFETS DU FROID



CHAPITRE PREMIER

ACTION DU FROID SUR L'HOMME.


Quand il se transporte du pôle à l'équateur, l'homme observe des
températures bien diverses. Pendant ce long parcours, tout change autour
de lui. A l'équateur il voit, accompagnant la chaleur extrême, des jours
égaux aux nuits, une végétation luxuriante, une flore et une faune
nombreuses, des orages effroyables, des pluies torrentielles, des
cyclones dévastateurs. Dans les régions froides, ce sont des jours de
plusieurs mois, des nuits presque sans fin, à peine quelques animaux et
quelques plantes; au lieu de forêts, des amas de glaces éternelles, les
pluies remplacées par des neiges, les orages par des aurores boréales.

[Illustration: Au lieu de forêts, des amas de glaces éternelles...]

Pour ne citer que les points extrêmes de l'échelle thermométrique, M.
Duveyrier a observé dans le pays des Touaregs une chaleur de +67°.7 à
l'ombre, tandis qu'à Nijni-Kdinsk, en Sibérie, on a eu à supporter un
froid de -62°.5. Ce qui donne un écart total de 130 degrés. A ces deux
températures si éloignées l'une de l'autre l'homme peut vivre, et la
chaleur de son corps est sensiblement la même dans l'un et l'autre pays.
Ce n'est qu'à cette condition, du reste, qu'il résiste à des climats si
dissemblables, car la mort arrive très rapidement dès que la chaleur du
corps s'écarte de quelques degrés en plus ou en moins de sa température
normale, qui est de +38 degrés.

Comment cette température de notre corps peut-elle ainsi demeurer
stationnaire? Comment l'homme ne s'échauffe-t-il pas, de même que les
substances inanimées, quand il est dans un milieu chaud? Comment ne se
refroidit-il pas quand il est plongé dans une atmosphère glaciale?

Il semble d'autant plus difficile de s'expliquer la résistance à la
chaleur que, nous le savons, notre corps est le siège d'une combustion
incessante, la respiration, produisant à chaque instant une quantité de
chaleur considérable. Comment dès lors concevoir que, chauffés
intérieurement, plongés à l'extérieur dans un milieu à température
élevée, nous ne nous échauffions pas très rapidement?

Il n'en est rien pourtant. C'est que l'homme, pour se défendre, a
plusieurs moyens à sa disposition.

D'abord, l'habitant des pays chauds mange peu, et par suite respire peu.
L'ennemi intérieur, foyer qui ne peut s'éteindre complètement, ne
produit que la quantité de chaleur strictement nécessaire à l'entretien
de la vie. Nous n'avons à lutter que contre le réchauffement extérieur.

Pour nous protéger, nous avons d'abord les vêtements, tout aussi propres
à arrêter le chaud que le froid. Ces mêmes étoffes qui, pendant l'hiver,
empêchent la chaleur de sortir des corps, empêchent aussi dans les
régions chaudes, et de la même manière, la chaleur extérieure de
pénétrer jusqu'à nous.

Outre les vêtements, cuirasse passive qui se laisserait traverser à la
longue, nous avons l'évaporation, source active de froid répandue sur
toute la surface de la peau, défense bien autrement efficace.

Chacun sait que l'évaporation d'un liquide produit du froid, et un froid
souvent considérable. Qui n'a vérifié, en effet, que si on se mouille en
été les mains et le visage, on éprouve bientôt une sensation de
fraîcheur délicieuse due à l'évaporation de l'eau. Quelques gouttes
d'éther, liquide très volatil, versées sur la main déterminent par leur
évaporation un froid quelquefois assez intense pour amener
l'insensibilité.

C'est au moyen du froid produit par l'évaporation du gaz ammoniac
liquéfié qu'on arrive actuellement, dans l'appareil Carré, à obtenir la
glace industriellement à très bas prix pendant l'été.

Eh bien, la surface de la peau est constamment, mais surtout pendant
l'été, le siège d'une évaporation considérable. C'est elle qui garantit
notre corps d'une élévation de température qui ne tarderait pas à lui
être funeste. Quand le danger devient plus grand, les glandes
sudoripares produisent abondamment un liquide qui ruisselle sur le
corps. Cette sueur, par son évaporation rapide, maintient l'équilibre de
température nécessaire à notre existence.

L'action combinée des vêtements et de l'évaporation de la sueur est
telle, que nous pouvons supporter non seulement des températures de 62
degrés, mais des températures de 120 degrés, 130 degrés, de beaucoup
supérieures à celle de l'eau bouillante. Pour n'en citer qu'un exemple,
en 1874, neuf observateurs pénétrèrent dans une chambre chauffée à 128
degrés et y demeurèrent huit minutes. Dans cette chambre on avait placé,
à côté des observateurs, des oeufs qui ne tardèrent pas à bouillir, un
bifteck qui fut rapidement cuit, de l'eau qui entra presque
immédiatement en ébullition.

Cependant ces défenses ne sont efficaces que si la grande chaleur ne se
maintient pas trop longtemps; et elles deviennent insuffisantes pour
toute température un peu supérieure à 38 degrés qui serait longtemps
prolongée. Ainsi, l'abbé Gaubil rapporte que, du 14 au 23 juillet 1743,
par une température soutenue de 40 degrés, 11400 personnes moururent de
chaud dans les rues de Pékin.

Quand il s'agit de se garantir du refroidissement, le problème semble
plus facile; et, en effet, la protection peut être plus efficace.

C'est que le foyer intérieur de la respiration compense en partie les
pertes causées par le rayonnement de notre corps dans un air trop froid.
Aussi notre premier moyen de lutter contre le froid est dans l'activité
plus grande que prend la respiration. Cette activité sera encore exaltée
par le mouvement, l'exercice continuel, qui est comme le courant d'air
qui avive la combustion.

L'exercice, en effet, a pour action de déterminer une circulation plus
active du sang, un renouvellement plus rapide de l'air qu'il renferme,
et de doubler dans certains cas la somme de chaleur qui se produit au
dedans de nous. Mais, de même qu'un courant d'air violent n'activera le
feu que si le combustible ne manque pas, de même l'exercice n'activera
la respiration d'une manière permanente que si nous fournissons au sang
des matériaux susceptibles d'être brûlés. De là la nécessité d'une
alimentation abondante quand on a à lutter contre le froid, et tout
aussi bien d'une alimentation convenablement choisie. Les viandes, les
substances grasses surtout, devront être mangées en abondance.

Les habitants des régions polaires sont doués d'un appétit féroce; ils
mangent, ou plutôt ils dévorent une quantité prodigieuse d'aliments,
parmi lesquels les huiles et les graisses, éminemment propres à produire
de la chaleur, sont prépondérantes.

Des vêtements appropriés sont tout aussi indispensables. Les matières
d'origine animale, soie, laine, poils, ont la propriété de conduire mal
la chaleur, c'est-à-dire de s'opposer au passage de la chaleur à travers
elles. Un vêtement de laine ou de fourrure empêchera donc la chaleur du
corps de se perdre à l'extérieur. Les vêtements, à eux seuls, lorsqu'ils
sont assez abondants et assez fourrés, joints à une bonne alimentation,
suffiront à défendre du froid.

Les habitants des climats tempérés peuvent se contenter d'étoffes de
laine; ceux des régions polaires doivent y joindre les peaux d'animaux.
Tous les voyageurs au pôle Nord se sont préoccupés des vêtements chauds
à donner aux gens de leur équipage, et il est curieux de voir quels
soins ont présidé à la confection des objets d'habillement des équipages
de la _Germania_ et de la _Hansa_, qui ont exploré les côtes du
Groenland en 1869 et 1870.

Pendant les froids de l'hiver, l'évaporation cutanée se produit encore,
quoique bien faiblement, et tendrait à nous refroidir. Dans les climats
rigoureux, on peut empêcher cette évaporation en répandant sur le corps
une substance grasse, qui met en même temps la peau à l'abri de
l'impression du froid. «Le Lapon et le Samoyède, dit Virey, graissés
d'huile rance de poisson, se promènent sans inconvénient, la poitrine
débraillée, par des froids de -40 à -50 degrés. En Sibérie, les soldats
russes s'enveloppent les oreilles et le nez dans des papillotes de
parchemin enduites de graisse d'oie, qui reste fluide et ne se gerce pas
comme le suif. Ils bravent ainsi les froids les plus violents.»

Enfin, pour se défendre du froid, l'homme a les moyens extérieurs: il se
réfugie dans les habitations; il emploie le feu, qui s'ajoute à la
chaleur produite dans la respiration.

Les habitants des régions polaires vivent le plus souvent sous terre,
dans des huttes creusées sous le sol, munies d'un toit formé de peaux de
bêtes. Ils sont là un peu comme des animaux hibernants, à l'abri de tout
courant d'air extérieur, à l'abri aussi du rayonnement qui tendrait à
refroidir leur demeure.

[Illustration: Les habitants des régions polaires vivent le plus souvent
sous terre.]

Mais dans les pays civilisés, une semblable habitation ne peut être
employée, et il faut construire des maisons plus commodes. Elles doivent
avoir des murs épais, faits autant que possible de substances peu
conductrices de la chaleur. Le bois et la brique sont, pour ces
constructions, très préférables à la pierre. Bien plus, dans certains
pays froids, les murs sont doubles, en briques ou en planches, de mince
épaisseur, et l'intervalle qui les sépare est garni de sciure de bois ou
de paille hachée, qui constituent une couche parfaitement isolante. De
doubles fenêtres augmentent aussi beaucoup l'efficacité de la
préservation.

Dans nos maisons françaises, surtout celles du midi et du centre, on ne
cherche à réaliser aucune de ces conditions. Les murs sont en pierre,
simples et légers; les fenêtres sont uniques et le plus souvent mal
jointes. Aussi, dès que l'hiver est rigoureux, nous avons plus à
souffrir que les habitants des pays froids.

En 1870, l'équipage de la _Hansa_, forcé d'abandonner son bateau, se
réfugie sur un immense glaçon flottant et y demeure plus de huit mois.
Eh bien, par une température extérieure de 18 et 20 degrés au-dessous de
zéro, on obtenait, dans la hutte construite sur ce glaçon avec une
partie de la provision de charbon, une température de 18 degrés
au-dessus de zéro. C'est que les murs étaient faits d'une substance
conduisant mal la chaleur, et que toutes les ouvertures inutiles étaient
bien rigoureusement bouchées. Combien peu de personnes, même dans nos
hivers ordinaires, atteignent une température aussi élevée! encore
faut-il un feu constamment soutenu.

[Illustration: L'équipage sut y maintenir une température supérieure à
+20 degrés.]

C'est qu'aussi notre moyen de chauffage n'est pas mieux organisé que nos
maisons pour lutter contre le froid. La cheminée, pleine de gaieté,
excellent système de ventilation, est un moyen de chauffage détestable.
L'air chaud, au lieu de rester dans l'appartement, monte constamment
dans le tuyau et est renouvelé par de l'air froid venant du dehors:
l'échauffement ne se fait que par rayonnement, et la chaleur rayonnée
n'est qu'une bien faible portion de la chaleur produite.

Combien sont supérieurs les poêles, au moins au point de vue de
l'élévation de la température! Les poêles de fonte de nos pays ont
l'inconvénient de s'échauffer trop fort, jusqu'au rouge, ce qui n'est
pas sans danger pour l'hygiène de l'appartement; mais les poêles des
pays froids, et notamment ceux de la Russie, ont une tout autre
disposition.

Ce sont d'immenses constructions de briques, recouvertes de porcelaine
ou de faïence. L'air, aspiré de l'extérieur par un conduit spécial,
vient se chauffer dans le poêle pour se répandre ensuite dans
l'appartement. La masse s'échauffe lentement; puis, quand il ne reste
plus dans l'intérieur qu'un brasier, on ferme toutes les ouvertures, et
la chaleur se conserve pendant de longues heures. Les paysans russes
produisent ainsi dans leurs misérables réduits des températures
effroyables, de 40 à 50 degrés, qui font ressembler leurs habitations à
des fours. La chaleur accablante de cette atmosphère, l'odeur
repoussante et l'effroyable saleté qui l'accompagnent, rendent le séjour
dans ces demeures impossible à quiconque n'y est pas né.

Enfin nous devons compter aussi l'habitude de résister au froid,
l'endurcissement qui en résulte, comme un préservatif souvent efficace
contre le refroidissement. Les hommes robustes peuvent, en effet, par un
endurcissement progressif, arriver à avoir une grande force de
résistance contre le froid. Nos mains et notre visage possèdent à un
degré élevé cette insensibilité relative, parce qu'ils sont constamment
exposés aux intempéries. Les mains, qui ont une si grande surface de
refroidissement pour un volume très faible, seraient à chaque instant
les victimes du froid sans cet endurcissement.

Aristide demandait un jour à un Scythe comment il pouvait, presque nu,
résister au froid de l'hiver: «Je suis tout visage», lui répond le
barbare, indiquant ainsi ce que peut l'endurcissement sur toutes les
parties du corps.

Ces moyens de préservation: endurcissement, vêtements convenables,
nourriture appropriée, habitations bien closes, chauffage bien entendu,
suffisent pour empêcher tout accident; mais, dans bien des cas,
quelques-uns de ces moyens de défense font défaut. Il n'y a que trop de
gens exposés aux rigueurs de l'hiver sans habitation et sans feu, sans
vêtements suffisants, sans nourriture. Alors, si le froid est assez vif,
si son action est assez prolongée, l'endurcissement n'est plus que d'un
faible secours, et il survient les accidents les plus graves, sur
lesquels nous devons nous arrêter.

Dans quelques cas, lorsque l'individu exposé au froid est peu robuste,
l'action peut être foudroyante. Celui qui est atteint par cette soudaine
invasion du refroidissement s'agite comme saisi de frayeur, son regard
devient fixe et sombre, il pousse un cri, puis tombe rigide et glacé. On
a vu de jeunes militaires qui, exposés à un froid violent pendant une
heure seulement, ont été trouvés morts dans un état de rigidité
complète; mais ces cas foudroyants sont rares.

D'habitude, l'action d'un froid excessif est plus lente. Elle est locale
ou générale.

L'action locale, qui commence par une douleur assez vive, est bientôt
suivie de fourmillements, d'engourdissement, d'un ralentissement
progressif de la circulation. Si l'arrêt a été total, la circulation
souvent ne peut plus être rétablie et l'ablation du membre devient
nécessaire. Les pieds, les oreilles, les mains, le nez, sont les parties
le plus souvent atteintes par la congélation. Nous verrons que les
voyageurs des régions polaires ont souvent à éprouver ces accidents. Ils
se produisent bien plus fréquemment encore dans les armées en campagne.

Nous en trouvons des exemples dès l'antiquité. L'armée romaine, en 177
avant notre ère, était campée en Arménie. L'hiver fut des plus rudes, au
rapport de Tacite: «La terre était si durcie par la glace, qu'il fallait
la creuser avec le fer pour y enfoncer les pieux. Beaucoup de soldats
eurent les membres gelés, et plusieurs moururent en sentinelle. On en
remarqua un qui, en portant une fascine, eut les mains tellement raidies
par le froid, qu'elles s'attachèrent à ce fardeau et tombèrent de ses
bras mutilés.»

En 1341, l'hiver fut des plus rudes en Livonie, et beaucoup de soldats
de l'armée des croisés eurent le nez, les doigts et les membres gelés.

En 1524, le froid fut tel en Angleterre que beaucoup de personnes
perdirent les orteils.

En 1552 et 1553, au siège de Metz par Charles-Quint, les soldats eurent
fort à souffrir du froid; beaucoup restaient raides et transis dans les
tranchées. «Trouvions, dit Vieilleville, des soldats assis sur de
grosses pierres, ayant les jambes dans les fanges gelées jusqu'aux
genoux... A la plupart il falloit couper les jambes, car elles étoient
mortes et gelées.»

L'insensibilité qui accompagne l'arrêt de la circulation est quelquefois
absolue. Nous avons vu, au mois de décembre 1870, un garde mobile du
département de Saône-et-Loire, qui se chauffait au feu du bivouac, se
brûler presque entièrement un pied sans éprouver aucune douleur. Il
fallut le lui couper.

Ces accidents sont si fréquents que le plus souvent les historiens ne
prennent pas la peine de les mentionner. Bien près de nous, ils ont été
terribles pendant les funestes guerres de 1811-1812 et de 1870-1871, sur
lesquelles nous aurons l'occasion de revenir. Des cas de congélation
partielle peuvent se produire et se produisent en réalité presque chaque
année, même dans les hivers les moins rigoureux, surtout aux pieds; il
est important d'en connaître le traitement.

Il faut d'abord faire de douces frictions avec de la neige sur la partie
malade; dès que la sensibilité est revenue, on pratique des lotions avec
de l'eau très froide dont on élève graduellement la température.

L'exposition à la chaleur doit être évitée avec le plus grand soin,
comme le montrent les récits suivants, empruntés à la campagne de
Russie.

«Peu de monde, écrit M. René Bourgeois, chirurgien-major de la grande
armée, échappa à la congélation, et chacun en fut frappé dans quelques
parties du corps. Heureux ceux à qui elle n'atteignit que le bout du
nez, les oreilles et une partie des doigts! Ce qui rendait les ravages
encore plus funestes, c'est qu'en arrivant près des feux, on y plongeait
imprudemment les parties refroidies, qui, ayant perdu toute sensibilité,
n'étaient plus susceptibles de ressentir l'impression de la chaleur qui
les consumait. Bien loin d'éprouver le soulagement que l'on recherchait,
l'action subite du feu donnait lieu à de vives douleurs, et déterminait
promptement la gangrène.»

«Malheur, s'écrie Larrey, à l'homme engourdi par le froid et chez qui la
sensibilité extérieure était éteinte! s'il entrait subitement dans une
chambre trop chaude, ou s'il s'approchait de trop près d'un grand feu de
bivouac, les parties engourdies ou gelées étaient frappées de gangrène,
qui se montrait à l'instant même avec une telle rapidité que ses progrès
étaient sensibles à l'oeil.»

On a vu des soldats tomber raides morts devant les feux des bivouacs.
Mais ces congélations partielles, souvent faciles à guérir, quelquefois
nécessitant des amputations, rarement suivies de mort, ne sont rien
auprès de l'action générale du froid sur les individus affaiblis ou mal
garantis.

Cette action générale se porte surtout sur le cerveau et sur le système
nerveux. L'action sur le cerveau se traduit assez fréquemment par un
délire furieux, bientôt suivi d'une méningite rapidement mortelle. Mais
le plus souvent les accidents se produisent d'une manière toute
différente. A la pâleur de la face succède une congestion accompagnée
d'un assoupissement qui augmente graduellement; les muscles
s'affaiblissent de plus en plus; il en résulte une grande difficulté
d'agir, de parler même, une faiblesse de la vue qui va, dans quelques
cas, jusqu'à la cécité absolue, enfin un hébétement qui semble de
l'idiotisme. Puis, l'assoupissement augmentant, le besoin de repos et de
sommeil devient irrésistible. Le malheureux se couche avec délice sur la
neige ou la terre glacée, il s'endort pour ne plus se réveiller.

«Sous l'excès du froid, écrit Paul Bert, la soif que l'on éprouve est
atroce; le goût et l'odorat diminuent, les yeux se ferment
involontairement; les mouvements deviennent incertains, toute force
s'enfuit; la langue bégaye, et les pensées sont lentes et indistinctes.»

Les anciens connaissaient parfaitement tous ces symptômes de l'action
progressive du froid. D'après Plutarque, «un froid excessif engourdit
les nerfs et les prive de mouvement; il suspend l'usage de la langue,
et, par sa dureté, il glace les parties molles et humides du corps.»

Le froid sec est bien moins à craindre que le froid accompagné
d'humidité. M. Lacassagne rappelle que dans la retraite de Constantine,
en novembre 1836, par une température minima de -1 degré, il y eut des
accidents graves de congélation.

Les effets de l'humidité et des vents se montrèrent d'une manière
beaucoup plus effrayante dans l'expédition de Sétif au Bou-Thaleb, en
1846. En trois jours, sur une colonne de 2800 hommes, 208 périrent par
l'action immédiate du froid, et plus de 500 furent atteints de
congélation. Et pourtant le thermomètre ne descendit pas jusqu'à -2
degrés.

Que de fois des hommes ont été gelés et sont morts de froid!
Naturellement, les pauvres gens, obligés de coucher dehors, mal nourris
et mal vêtus, sont les premiers, le plus souvent les seuls atteints;
mais ce sont toujours les armées en campagne qui présentent le plus
triste spectacle. Il faut lire dans Xénophon le récit des souffrances
des Dix mille surpris par le froid dans les montagnes de l'Arménie. Il
faut voir comment Charles XII, après la bataille de Pultava, en 1709,
perdit la moitié de son armée dans les forêts de l'Ukraine.

Il faut cependant, dans les récits des historiens, bien se garder de
confondre les cas de mort par le froid avec les mortalités causées par
les maladies consécutives du froid, ou par les famines survenues à la
suite des grands hivers. Voyons d'abord, dans l'histoire, les accidents
causés par la seule action du froid. Ces accidents, qui se produisent
presque constamment, ne sont jamais bien nombreux, sauf pendant les
guerres, et ne peuvent prendre le caractère de calamités publiques.

En 823, des hommes meurent de froid en grand nombre; il en fut de même
en 874. En 1124, beaucoup de femmes et d'enfants moururent de froid. En
1523, il y eut en Angleterre un hiver si rigoureux que plusieurs
personnes périrent par la rigueur du froid; d'autres perdirent les
orteils.

Peignot rapporte les tristes effets d'un voyage dans les régions
polaires, entrepris en 1552: «Le capitaine Willoughby cherchait le
chemin de la mer de la Chine par la mer septentrionale; les glaces
l'arrêtèrent à Arzina, port de la Laponie, à la latitude de 69 degrés.
L'année suivante, on le trouva mort, ainsi que tous les gens de son
équipage.»

Sous Henri III, le duc d'Épernon, faisant le siège de la ville de
Chorges, en Dauphiné, que défendaient les protestants, perdit par le
froid une grande partie de son armée. Mézeray raconte en ces termes les
souffrances des soldats: «Survint un hiver qui fut plus cruel cette
année-là qu'il ne l'avoit été depuis cinquante ans. On raconte des
choses étranges du grand excès de cette froidure: on trouvoit les
sentinelles tout roides morts, quelques-uns plantés debout, que le
verglas avoit attachés par les pieds à terre, comme s'ils eussent pris
racine; d'autres fixés sur les chevaux comme des statues. La violence du
froid engourdissoit les plus vigoureux, et leur geloit la voix jusques
dans les entrailles: on vit des soldats qu'elle avoit rendus si
insensibles qu'ils s'étoient à demi rostis dans le feu avant que de
pouvoir être échauffés. Ils mouroient par centaines; les vivants ne
pouvoient suffire à enterrer les morts, et les jetoient par monceaux
dans de grandes fosses: tellement que cette armée, qui étoit de plus de
dix mille hommes, se trouva réduite, au partir de là, à trois ou quatre
mille.»

Mais il nous faut nous arrêter dans cette énumération, qui serait trop
longue et bien monotone. Arrivons donc de suite aux temps qui sont plus
proches de nous.

Un invincible besoin de sommeil saisit ceux que le froid va terrasser.
Cet engourdissement nous sera montré d'une manière bien frappante par
l'exemple suivant. Le docteur Solander, l'un des compagnons du capitaine
Cook, surpris par le froid sur les côtes de Terre-Neuve avec plusieurs
matelots, usait de toute son influence pour les empêcher de s'abandonner
au sommeil. «Quiconque s'assiéra s'endormira, s'écriait-il, et quiconque
s'endormira ne se réveillera plus.» Et lui-même, vaincu à son tour,
oublie son expérience et ses conseils; il se couche sur la terre
couverte de neige, en suppliant son ami Banks de le laisser dormir. Il
fallut employer la violence pour le réveiller.

Mais c'est encore le tableau de la retraite de Russie qui nous montrera
le mieux l'influence générale du froid. Nous y verrons à quel point les
hommes, démoralisés par la défaite, usés par la fatigue et les
privations antérieures, sont rapidement atteints. Reprenons le récit de
René Bourgeois: «Toutes les facultés étaient anéanties chez la plupart
des soldats; la certitude de la mort les empêchait de faire aucun effort
pour s'y soustraire: se croyant hors d'état de supporter la moindre
fatigue, ils refusaient de continuer leur route, et se couchaient à
terre pour y attendre la fin de leur déplorable existence. Un grand
nombre étaient dans un véritable état de démence, le regard fixe, l'oeil
hagard; ils marchaient comme des automates, dans le plus profond
silence. Les outrages, les coups même, étaient incapables de les
rappeler à eux-mêmes. Le froid excessif, auquel il était impossible de
résister, acheva de nous détruire. Chaque jour il moissonnait un grand
nombre de victimes, les nuits surtout étaient très meurtrières; la route
et les bivouacs que nous quittions étaient jonchés de cadavres. Pour ne
pas succomber, il ne fallait rien moins qu'un exercice continuel qui
tînt constamment le corps dans un état d'effervescence et répartît la
chaleur naturelle dans toutes les parties. Si, abattu par la fatigue,
vous aviez le malheur de vous abandonner au sommeil, les forces vitales
n'opposant plus qu'une faible résistance, l'équilibre s'établissait
bientôt entre vous et les corps environnants, et il fallait bien peu de
temps pour que, d'après l'acception rigoureuse du langage physique,
votre sang se glaçât dans vos veines. Quand, affaissé sous le poids des
privations antérieures, on ne pouvait surmonter le besoin de sommeil,
alors la congélation faisait de rapides progrès, s'étendait à tous les
liquides, et l'on passait, sans s'en apercevoir, de cet engourdissement
léthargique à la mort. Heureux ceux dont le réveil était assez prompt
pour prévenir cette extinction totale de la vie! Les jeunes soldats qui
venaient rejoindre la grande armée, frappés tout à coup par l'action
subite d'un froid auquel ils n'avaient point encore été exposés,
succombèrent bientôt à l'excès des souffrances auxquelles ils étaient
livrés. Ceux-ci ne périssaient ni d'épuisement, ni d'inaction, et le
froid seul les frappait de mort. On les voyait d'abord chanceler comme
des hommes ivres. Il semblait que tout leur sang fût refoulé vers leur
tête, tant ils avaient la figure rouge et gonflée. Bientôt ils étaient
entièrement saisis et perdaient toutes leurs forces. Leurs membres
étaient comme paralysés; ne pouvant plus soutenir leurs bras, ils les
abandonnaient à leur propre poids et les laissaient aller passivement;
leurs fusils s'échappaient alors de leurs mains, leurs jambes
fléchissaient sous eux, et ils tombaient enfin, après s'être épuisés en
efforts impuissants. Au moment où ils se sentaient défaillir, des larmes
mouillaient leurs paupières, et quand ils étaient abattus, ils se
relevaient à diverses reprises pour regarder fixement ce qui les
environnait; ils paraissaient avoir perdu entièrement le sens, et ils
avaient un air étonné et hagard; mais l'ensemble de leur physionomie, la
contraction forcée des muscles de la face, offraient des traces non
équivoques des cruelles douleurs qu'ils ressentaient. Les yeux étaient
extrêmement rouges, et très souvent le sang transsudait à travers les
pores et s'écoulait par gouttes au dehors de la membrane qui recouvre le
dedans des paupières.»

[Illustration: La route et les bivouacs étaient jonchés de cadavres.]

Larrey, de son côté, trace un tableau tout aussi triste: «Après le
passage de la Bérésina, le 25 décembre, le thermomètre ne fit que
baisser, et, dans la nuit du 25 au 26, il tomba à -26 degrés. Le bivouac
fut terrible. On pouvait à peine se tenir debout, et celui qui perdait
l'équilibre tombait frappé d'une stupeur glaciale et mortelle. Malheur à
celui qui se laissait gagner par le sommeil! quelques minutes
suffisaient pour le geler entièrement, et il restait mort à la place où
il s'était endormi.»

Le découragement, l'affaiblissement, étaient tels que rien ne pouvait
sauver ces malheureux. «Sourds à tous les conseils, ne raisonnant plus,
entièrement dominés par la sensation actuelle, officiers, soldats, tous
se précipitaient auprès des granges incendiées; mais bientôt, frappés
d'une apoplexie foudroyante, ils tombaient dans ce même feu auprès
duquel ils croyaient trouver leur salut; d'autres, agités de mouvements
convulsifs, devenus tout à coup furieux, s'y précipitaient eux-mêmes. De
tels exemples ne servaient à rien; ces malheureux étaient bientôt
remplacés par d'autres; leur sort était même envié! A l'aspect de ces
cadavres brûlés, à l'insensibilité, au peu d'étonnement que causaient de
pareilles scènes, on aurait cru voir des barbares accoutumés à des
sacrifices humains.» (Jauffret.)

L'immersion dans l'eau glacée, surtout pour les hommes affaiblis, est
une cause de mort encore plus prompte que l'action de la température la
plus basse. Nombre de soldats périrent de la sorte au passage de la
Bérésina. Ceux qui ne trouvaient pas à passer sur les ponts, ou qui y
étaient bousculés trop fort, se jetaient à l'eau, dans l'espoir de
gagner à la nage l'autre rive. Mais leurs membres étaient immédiatement
envahis par une raideur cadavérique, tout mouvement devenait impossible,
et les malheureux trouvaient une mort prompte, suspendus entre les
glaçons. Les héroïques pontonniers qui, sous la conduite de l'admirable
général Éblé, se plongèrent dans la Bérésina pour rétablir les ponts
effondrés, moururent presque tous: quelques-uns à peine furent sauvés.
Le général qui leur avait donné l'exemple ne tarda pas à les suivre dans
la tombe.

La mort par le froid, si souvent constatée, est une véritable asphyxie:
elle a pour cause principale l'arrêt de la respiration par suite de la
rigidité des muscles.

Les asphyxies par le froid sont si fréquentes que chacun peut se trouver
en présence d'un de ces accidents, et doit connaître les soins à donner.
Nous ne pouvons mieux faire que de copier ici la méthode de traitement
publiée au milieu de ce siècle par le conseil de salubrité de la Seine.
Cette instruction, parfaitement conçue, est relative à toutes les sortes
d'asphyxies: elle devrait être connue de tous. Nous n'en transcrirons
que les passages relatifs à l'asphyxie par le froid:

1º On portera l'asphyxié, le plus promptement possible, de l'endroit où
il aura été trouvé au lieu où il devra recevoir des secours. Pendant ce
transport, on enveloppera le corps avec des couvertures, ou, à défaut de
couvertures, avec de la paille ou du foin; on laissera la face libre. On
évitera aussi d'imprimer au corps, surtout aux membres, des mouvements
brusques.

2º Dans l'asphyxie par le froid, il est de la plus haute importance de
ne rétablir la chaleur que lentement et par degrés. Un asphyxié par le
froid qu'on approcherait du feu, ou que, dès le commencement, on ferait
séjourner dans un lieu échauffé, même médiocrement, serait
irrévocablement perdu. Il faut, en conséquence, le porter dans une
chambre sans feu, et là lui administrer les premiers secours que réclame
sa position.

3º Si l'asphyxie a eu lieu par un froid de plusieurs degrés au-dessous
de zéro, et que le malade conserve de la souplesse, on le déshabillera
et l'on couvrira tout le corps, y compris les membres, de linges trempés
dans l'eau froide, qu'on rafraîchira encore en y ajoutant des glaçons
concassés.

4º Si le corps était tellement frappé par le froid qu'il fût dans un
état de rigidité prononcée, il y aurait avantage à le plonger dans une
baignoire contenant assez d'eau pour que le tronc et les membres en
fussent couverts. Cette eau devra être aussi froide que possible, et
l'on en élèverait la température par degrés de dix en dix minutes.

5º Lorsque les membres auront repris leur souplesse, on fera exécuter à
la poitrine et au ventre des mouvements dans le but de provoquer la
respiration. On continuera en même temps des frictions sur le corps et
les membres, soit avec de la neige, si l'on a pu s'en procurer, soit
avec des linges trempés dans de l'eau froide.

6º Lorsque l'asphyxié commence à se réchauffer, ou qu'il se manifeste
quelques signes de vie, on doit l'essuyer avec soin et le placer dans un
lit qui ne soit pas plus chaud que le corps lui-même. Il ne faut pas non
plus allumer du feu dans la pièce avant que le corps ait recouvré
entièrement sa chaleur naturelle.

7º Aussitôt que le malade peut avaler, on peut lui faire prendre un
demi-verre d'eau froide dans laquelle on ajoute une cuillerée à café
d'eau de mélisse, d'eau de Cologne ou de tout autre spiritueux.

8º Si, au contraire, l'asphyxié avait de la propension à
l'engourdissement, on lui ferait boire de l'eau vinaigrée, et si cet
engourdissement était profond, on administrerait des lavements irritants
avec de l'eau salée ou avec de l'eau de savon. Il est utile de faire
remarquer que, de toutes les asphyxies, l'asphyxie par le froid est
celle qui laisse, selon l'expérience des pays septentrionaux, le plus de
chances de succès, même après douze à quinze heures de mort apparente;
mais, d'un autre côté, cette asphyxie exige aussi, plus que toute autre,
une grande précision dans l'emploi des moyens destinés à la combattre,
notamment dans le réchauffement du malade.

                   *       *       *       *       *

Remarquons en terminant cette étude que le froid, sans agir
immédiatement sur l'homme, peut occasionner des maladies graves, causes
d'une mortalité souvent énorme. Cette mortalité sévit surtout sur la
classe pauvre, qui n'a pour résister ni la ressource d'une bonne
alimentation, ni celle d'une bonne hygiène.

C'est aux épidémies, bien plus qu'aux asphyxies causées par le froid,
qu'il faut attribuer les grandes mortalités des hivers rigoureux cités
par les historiens. Faisons quelques emprunts à l'importante notice
d'Arago, qui nous a déjà servi et qui nous servira encore longtemps de
guide.

670 de notre ère.--L'hiver fut très véhément et très prolongé du côté de
Constantinople, et fit périr un grand nombre d'hommes et d'animaux.

717.--L'hiver fut si rigoureux à Constantinople, que les chevaux et les
chameaux de l'armée des Sarrasins qui l'assiégeaient périrent pour la
plupart.

823.--Beaucoup d'animaux et même des hommes succombent sous l'excès du
froid. Une épidémie consécutive emporte une multitude de personnes des
deux sexes et de tout âge.

Dans l'étude particulière que nous ferons d'un grand nombre d'hivers,
nous aurons l'occasion de revenir sur ces mortalités.

Mais toutes ces tristes conséquences des froids violents de nos régions
ne sont rien auprès des désastres produits dans la végétation, et des
terribles famines qui en ont été si souvent la conséquence. Nous allons
bientôt les étudier.



CHAPITRE II

ACTION DU FROID SUR LES ANIMAUX ET SUR LES PLANTES.


Les animaux aussi sont sensibles au froid; beaucoup même y sont plus
sensibles que l'homme. L'homme a, comme nous l'avons vu, la propriété de
vivre dans des climats bien divers; il peut, presque sans inconvénient,
passer des pays chauds aux régions froides, pourvu qu'il prenne des
précautions convenables.

Bien plus, il peut supporter, sans en souffrir, des variations de
température extrêmement considérables et fort rapides. Quelques exemples
de ces variations extraordinaires doivent être cités. Dans le voyage du
vapeur _le Tegetthoff_ à la Nouvelle-Zemble, en 1872, 1873 et 1874, on a
observé des températures de 50 degrés au-dessous de zéro. L'équipage,
enfermé dans la grande chambre du navire, sut y maintenir constamment
une température supérieure à +20 degrés; la différence entre la
température du dehors et celle du dedans dépassait donc quelquefois 70
degrés, et cependant les matelots entraient et sortaient, subissant
plusieurs fois par jour ces variations énormes sans aucun danger.

Chappe, dans le récit de son voyage en Sibérie, effectué au siècle
dernier, raconte que les Russes, à la sortie de bains de vapeur dans
lesquels ils sont restés plusieurs heures à une température de +70
degrés, vont, absolument nus, se sécher dehors avec de la neige, alors
que le froid est de 30 degrés.

De tous les animaux, le chien est le seul qui, sous ce rapport, soit
comparable à l'homme. La plupart des animaux ne peuvent supporter sans
périr que des variations bien plus faibles, et chacun reste dans le
climat qui l'a vu naître. Même certains d'entre eux ne peuvent pas
supporter toutes les variations de température du milieu dans lequel ils
habitent. «Pour éviter les extrêmes de température, dit Elisée Reclus,
soit les froids de l'hiver, soit les trop grandes chaleurs de l'été,
certaines espèces animales ont la ressource des migrations, ou celle de
s'enfouir dans le sol. La plupart des insectes passent leur existence de
larve sous l'écorce des arbres, sous les tas de feuilles ou sous les
couches superficielles de la terre. Des espèces de mollusques, des
poissons, plusieurs reptiles et quelques mammifères se couchent aussi
dans le limon des lacs et des marais, ou dans des terriers creusés à
l'avance. Ainsi protégés contre le climat du dehors, les animaux tombent
dans un état d'engourdissement ou de sommeil, pendant lequel leur vie
reste partiellement suspendue: la température de leur corps s'abaisse
parfois jusqu'au point de glace, et l'on a même vu des poissons se geler
complètement, sans que la mort apparente les ait empêchés de ressusciter
plus tard; la respiration et la circulation du sang sont graduellement
ralenties, la digestion cesse tout à fait; les organes, devenus
temporairement inutiles, se rétrécissent; les parasites intestinaux
s'engourdissent eux-mêmes avec les animaux aux dépens desquels ils
vivent.» Les animaux de nos climats, surtout nos animaux domestiques,
ont une assez grande résistance au froid et à la chaleur; cependant,
dans les grands hivers, il n'est pas rare de les voir mourir de froid,
de voir des épidémies régner, qui dépeuplent les étables. A ces
souffrances il faut ajouter les difficultés de la subsistance. Les
animaux non domestiques ne peuvent aller chercher, sous la neige épaisse
qui couvre le sol, la nourriture qui leur est nécessaire; ils meurent de
faim. La difficulté n'est pas beaucoup moindre pour ceux que nous
élevons; car leurs propriétaires ne peuvent plus les nourrir, privés
qu'ils sont de la végétation qui, d'habitude, dure presque tout l'hiver.

En 544, l'hiver fut si rigoureux dans les Gaules, par l'abondance de la
glace et de la neige, que les oiseaux et autres bêtes sauvages se
laissèrent prendre à la main.

En 566, en 670, en 791, en 843, en 860, en 874... un grand nombre
d'animaux périrent soit de froid, soit de faim, soit d'une épidémie
consécutive du froid.

En 887, l'hiver fut accompagné d'une épidémie si violente sur les boeufs
et les moutons, qu'il ne resta plus guère en France d'animaux de cette
espèce.

En 1276, les troupeaux périrent presque totalement dans le diocèse de
Parme. Les exemples semblables ne nous manqueraient pas, aussi nombreux
que nous puissions les désirer.

Mais c'est surtout sur les plantes que nous devons nous arrêter. Les
plantes sont comme les animaux hibernants: arrivée la saison froide,
elles cessent pour ainsi dire de végéter, s'engourdissent de manière à
résister à toutes les intempéries, et attendent des temps meilleurs.
Pendant cet engourdissement, elles ne sont guère sensibles au froid.
Reclus, après avoir parlé des animaux, arrive aux plantes: «La plupart
des plantes de la zone tempérée, dit-il, peuvent supporter des froids de
10, 15, 20 degrés, sans que la force vitale soit supprimée chez elles,
mais aucune ne peut croître à une température inférieure au point de
glace. Dans les montagnes, les saxifrages et les soldanelles fleurissent
jusque dans la neige, mais l'eau qui arrose leurs racines, et l'air qui
entoure leurs feuilles, ont déjà une température supérieure à zéro.»

Cependant, quand le froid se prolonge, les plantes les plus robustes de
nos climats finissent par succomber. La continuité du froid, qui permet
à l'abaissement de température de pénétrer peu à peu même les plus
grosses branches, est plus nuisible que quelques froids isolés, aussi
grands qu'ils soient.

Le degré de froid qui arrête la végétation, et celui qui cause la mort
de la plante, varient considérablement avec les différentes espèces
végétales. Mais on peut dire d'une manière générale que c'est vers zéro
que cesse la végétation, tandis qu'il faut des températures de plusieurs
degrés au-dessous de zéro pour amener la congélation des plantes de nos
régions tempérées.

D'autre part, dès que la végétation est commencée, et que les jeunes
feuilles se développent, que les nouveaux bourgeons s'entr'ouvrent, la
plante devient beaucoup plus sensible, et souvent les faibles gelées du
printemps viennent faire plus de mal que les rigueurs de l'hiver. Lisons
ce que disent à ce sujet Buffon et Duhamel: «La gelée est quelquefois si
forte pendant l'hiver, qu'elle détruit presque tous les végétaux, et la
disette de 1709 est une époque de ses cruels effets. Les graines
périrent entièrement; quelques espèces d'arbres, comme les noyers,
périrent aussi sans ressource; d'autres, comme les oliviers et presque
tous les arbres fruitiers, furent moins maltraités; ils repoussèrent de
dessus leur souche, leurs racines n'ayant pas été endommagées. Enfin,
plusieurs grands arbres plus vigoureux poussèrent au printemps presque
sur toutes les branches, et ne parurent pas en avoir beaucoup souffert.
Cependant cette gelée a produit, dans les arbres qu'elle n'a pas
entièrement détruits, des défauts qui ne s'effaceront jamais. Une gelée
qui nous prive des choses les plus nécessaires à la vie, qui fait périr
entièrement plusieurs espèces d'arbres utiles, et n'en laisse presque
aucun qui ne se ressente de sa rigueur, est certainement des plus
redoutables. Ainsi, nous avons tout à craindre des grandes gelées qui
viennent pendant l'hiver, et qui nous réduiraient aux dernières
extrémités si nous en ressentions plus souvent les effets; mais
heureusement on ne peut citer que deux ou trois hivers qui, comme celui
de l'année 1709, aient produit une calamité redoutable.

»Les plus grands désordres que causent jamais les gelées du printemps ne
portent pas, à beaucoup près, sur des choses aussi essentielles,
quoiqu'elles endommagent les graines; on n'a jamais vu que cela ait
produit de grandes disettes; elles n'affectent pas les parties les plus
solides des arbres, leur tronc ni leurs branches; mais elles détruisent
totalement leurs productions, et nous privent de récoltes de vins et de
fruits, et par la suppression des nouveaux bourgeons elles causent un
dommage considérable aux forêts.»

Nos plantes les plus sensibles, cultivées seulement dans le midi, sont
le palmier, le dattier, le myrte, le grenadier. Ces arbustes sont
souvent détruits par les hivers un peu rigoureux. Les orangers et les
oliviers ne résistent pas beaucoup plus. Puis viennent les vignes et les
récoltes en terre, blés, avoines, qui sont bien souvent victimes du
froid. Parmi les arbres plus vigoureux, qui résistent plus longtemps, le
pin d'Alep, le chêne vert, le platane, sont ceux qui ont le plus à
craindre. Puis, successivement, le hêtre, le chêne, le sapin, le pin, le
bouleau, qui est l'arbre le plus résistant de nos régions.

Les arbres fruitiers doivent être placés, comme résistance, entre le
chêne vert et le hêtre; ils sont quelquefois détruits jusqu'aux racines
dans nos hivers les plus rigoureux.

Est-il possible de donner sur ce sujet des indications plus précises?
Non. Il n'y a pas pour chaque arbre une température à laquelle il meurt,
et le mal produit par les gelées intenses dépend de bien des
circonstances. Il en est des végétaux comme des hommes et des animaux.
M. de Gasparin, dans son Cours d'agriculture, insiste sur ce point: «Il
ne suffirait pas de connaître l'abaissement de température que peut
supporter chaque arbre, pour expliquer sa mort; il faudrait encore
connaître la durée de cette température extrême. Un moment suffit pour
détruire le bourgeon baigné de rosée; il faut plus longtemps pour le
rameau; le tronc ne périt qu'après une longue succession de froids, la
racine résiste presque toujours. Mais ce qui rend plus difficile la
détermination de ce degré extrême, c'est que nous voyons les ravages du
froid dépendre souvent beaucoup plus des circonstances du dégel que de
l'intensité même du froid et de l'état des cultures.»

Si l'on ne connaît pas exactement le degré de froid nécessaire pour
faire périr chaque arbre, on ne connaît pas davantage à la suite de
quelle action les plantes sont tuées par le froid. Peut-être la gelée,
en diminuant le volume des cellules des vaisseaux et des canaux dans
lesquels circule la sève, affaiblit-elle ou arrête-t-elle tout à fait le
mouvement de cette sève. Et le dommage causé serait d'autant plus grand
que ce ralentissement aurait été poussé plus loin. Ainsi, les jeunes
pousses de chêne ne sont pas affectées sensiblement quand la température
est à zéro, tandis que celles du mûrier et du figuier, ne pouvant
résister à cette température, meurent.

Une explication qui se présente naturellement à l'esprit pour l'action
du froid sur les plantes est la suivante. Les sucs de la plante,
contenant beaucoup d'eau, augmentent de volume comme celle-ci par la
congélation. Cette dilatation déchire les cellules, rompt les vaisseaux
qui deviennent impropres à la circulation de la sève, le végétal meurt.
Tant que la congélation persiste, la plante ne semble pas atteinte; mais
vienne l'action du soleil, la glace fond, les canaux brisés
s'affaissent, les désastres apparaissent.

S'il est incontestable que les choses se passent ainsi quelquefois, la
mort des plantes est due le plus souvent à une autre cause. Nous voyons,
en effet, différentes plantes de nos pays devenir raides, n'être à peu
près qu'un glaçon après une forte gelée, et reprendre ensuite, pourvu
qu'elles soient dégelées lentement. On peut considérer la rapidité du
dégel comme une des causes principales du mal produit par le froid. Il
est impossible de ne pas voir là une analogie frappante entre l'action
du froid sur les plantes et cette action sur les animaux. Enfin, la
plupart des espèces propres aux pays chauds succombent à une température
de quelques degrés au-dessus de zéro, et qui ne peut dès lors congeler
leurs sucs.

Il est certain cependant que des froids rigoureux amènent mécaniquement
des déchirures considérables dans les végétaux. Sous l'action des fortes
gelées de l'hiver, les arbres les plus vigoureux éclatent avec fracas,
et les habitants des campagnes entendent avec effroi pendant la nuit des
détonations comparables au bruit du tonnerre. Ces détonations se
produisent très fréquemment, et sans aller dans les pays froids, le nord
de la France les entend se produire presque à chaque hiver. Pour ces
cas-là l'explication précédente est la seule admissible. La congélation
de l'eau qui se trouve dans l'arbre, déterminant une augmentation de
volume, amène la rupture de l'arbre. Aussi ces accidents se
produisent-ils surtout dans les régions humides.

Dans la majorité des cas, elles font plus de bruit que de mal. L'arbre
d'où vient de partir un bruit formidable ne semble pas endommagé; mais
si on le considère de près, on voit, partant du bas et s'élevant à une
hauteur de deux ou trois mètres, une fissure étroite, verticale, qui
s'étend jusqu'au centre de l'arbre; sa largeur est de quelques
millimètres, rarement de quelques centimètres. Dans les cas
exceptionnels, la fente traverse l'arbre de part en part, et alors
l'écartement peut atteindre jusqu'à dix centimètres. Cette blessure ne
cause pas le plus souvent grand dommage; quand la glace qui est à
l'intérieur s'est fondue, la fente disparaît, les parties se
rapprochent, et l'arbre continue à végéter. Mais si, longtemps après
l'accident, le tronc est scié horizontalement, on voit, sous les couches
continues déposées pendant les dernières années, la fente nettement
tracée, et l'on peut, en comptant les couches intactes, trouver la date
de la rupture.

Chez les historiens on voit souvent citer ces détonations produites par
les arbres que fend la gelée. Elles sont données comme une des preuves
les plus remarquables de la violence extraordinaire du froid. La preuve
n'est pas convaincante, car on entend souvent ces détonations par des
températures ne dépassant pas 10 degrés au-dessous de zéro, températures
qui se produisent presque chaque année dans le nord de la France.

Si la rupture des gros arbres ne cause que de faibles dommages, la perte
des récoltes, des vignes et des arbres à fruits, est au contraire d'une
importance immense. C'est la principale calamité des grands hivers,
calamité bien plus grande que toutes celles dont nous avons parlé
jusqu'ici.

Les morts d'hommes et d'animaux sous l'action du froid, les épidémies
elles-mêmes qui, par suite du froid, augmentent dans de larges
proportions la mortalité pendant les saisons rigoureuses, ne sont rien à
côté des terribles famines qui, jusqu'à notre siècle, suivent presque
tous les grands hivers. Les récoltes étant perdues, la vie devient
impossible: le pays se trouve dans une situation analogue à celle des
peuplades des régions polaires, mais avec une population
proportionnellement deux ou trois cents fois plus considérable. Les
hommes sont alors réduits à brouter l'herbe, à manger les aliments qui,
d'habitude, servent de nourriture aux animaux immondes. En même temps
que les céréales, le gibier, le bétail, font défaut, tués qu'ils sont
les premiers par le manque de nourriture. De sorte que le mal s'accroît
de lui-même, les ressources diminuant à mesure que les besoins
augmentent. Et la misère publique prend d'horribles proportions.

Nous donnerons plus tard quelques développements sur l'une des plus
terribles famines qui aient ravagé notre pays, celle de 1709; citons-en
dès maintenant quelques autres.

La liste complète, si nous voulions la dresser, serait presque la même
que celle des grands hivers, tant autrefois ces deux calamités se
suivaient fatalement, une famine après un hiver rigoureux.

La famine et l'épidémie qui suivirent l'hiver de 874 firent périr,
suivant l'annaliste de Fulde, le tiers de la population de la Gaule.

En 1044, la famine qui succéda à un hiver rigoureux fut telle, que
beaucoup de pauvres gens furent réduits à manger des animaux immondes;
en 1068, on mangea même de la chair humaine. En 1133, la disette fut
affreuse à ce point que des populations entières furent réduites à se
nourrir d'herbes, et qu'il se trouva des gens assez pressés par la faim
pour exhumer les cadavres et se nourrir de leur chair.

L'hiver de 1316 fut très rigoureux en France, en Allemagne et en
Angleterre. Dans ces contrées, la famine fut générale et amena à sa
suite les plus terribles maladies. Lisons, dans l'Histoire d'Angleterre
de Rapin de Thoyras, l'émouvant récit des souffrances qu'endurèrent les
populations: «Cependant la famine ravageait la misérable Angleterre
d'une si terrible manière, qu'on ne peut presque ajouter foi à ce que
les historiens en rapportent. Ils ne se sont pas contentés de dire que
les animaux pour lesquels on a le plus d'horreur servaient de nourriture
aux hommes; mais, ce qui est bien plus horrible, qu'on était obligé de
cacher les enfants avec un soin extrême, si l'on ne voulait les exposer
à être dérobés pour servir d'aliments aux larrons. Ils assurent que les
hommes mêmes prenaient des précautions pour s'empêcher d'être assommés
dans les lieux secrets, sachant qu'il n'y avait que trop d'exemples que
quelques-uns en avaient été ainsi traités, pour repaître ceux qui ne
pouvaient trouver la nourriture par d'autres moyens. On voit encore,
dans les histoires de ce temps-là, que ceux qui étaient renfermés dans
les prisons se dévoraient impitoyablement les uns les autres, l'extrême
disette de vivres ne permettant pas qu'on leur fournît les aliments
nécessaires. Une dyssenterie, qui provenait de la mauvaise nourriture,
acheva de mettre le comble à la misère des Anglais. Il en mourut tous
les jours un si grand nombre, qu'à peine les vivants pouvaient-ils
suffire à enterrer les morts. Le seul remède qu'on put trouver contre la
famine, mais qui ne fut pas capable d'apporter tout le changement
nécessaire, fut de défendre, sous peine de la vie, de brasser aucune
sorte de bière. C'était afin que le grain qu'on employait ordinairement
à faire ce breuvage servît à faire du pain.»

Du reste, il semble qu'on se soit assez souvent résolu à manger de la
chair humaine dans les siècles qui ont précédé le nôtre. Du moins, on
trouve dans les historiens de nombreuses affirmations de ce fait
monstrueux. Pour n'en citer qu'un de plus, pendant le siège de Paris par
Henri IV, en 1590, alors que les habitants en étaient réduits à manger
des animaux immondes, des bouillies d'herbe, et le cuir des souliers,
une mère aurait tenté de manger ses deux enfants. Elle en mourut, et ses
héritiers, car elle était riche, trouvèrent encore quelques membres des
malheureux, qu'elle avait fait saler pour les conserver plus longtemps.

En 1420, la famine fut grande à Paris, et pendant que les malheureux
allaient à la recherche des plus vils aliments, les loups arrivaient
jusque dans la ville, qui était devenue comme une vaste solitude.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que toutes les famines aient été
causées par la rigueur des hivers. Beaucoup l'ont été aussi par leur
trop grande douceur, qui déterminait une végétation trop hâtive,
détruite ensuite par les gelées de mars et d'avril. C'est ce que les
historiens nomment le renversement des saisons. D'autres enfin, et non
les moins terribles, étaient la suite des guerres étrangères et des
discordes civiles, qui détournaient si souvent les hommes de la culture
de la terre.

Ainsi le douzième siècle fut affligé de deux épouvantables famines, dues
justement au dérèglement des saisons. L'une, la plus longue et la plus
désastreuse, arriva en 1108. Elle dura trois ans et dépeupla presque
tout notre hémisphère, au rapport de Mézeray. «Les loups venaient manger
les hommes jusque dans les villes; et les hommes mêmes, devenus loups à
l'endroit de leurs semblables, les assommaient pour les dévorer. La
seconde arriva sous le règne de Philippe-Auguste et fut un peu moins
cruelle. Mais, pendant cette seconde famine, il se produisit de si
grands et si fréquents prodiges, que tout le monde attendait à toute
heure le jugement dernier.»

[Illustration: Hiver de l'année 1108.]

Puis vient une longue et complaisante énumération de ces prodiges. Ici
ce sont des éclipses qui frappent l'imagination populaire; là on voit
dans les airs deux armées de flammes qui s'entre-choquent avec un bruit
étrange; ailleurs c'est un pain qui, en sortant du four, laisse écouler
une grande quantité de sang; enfin, dans un autre endroit, une mère
porte son enfant pendant deux ans, et cet enfant parle en naissant. Et
l'historien, dont la crédulité dépasse toute imagination, ajoute
naïvement: «J'obmets plusieurs autres prodiges, parce qu'ils ne
paroîtroient pas vray-semblables, quoique peut-être ils fussent vrais.»

Et voilà pourtant sur quelles autorités nous devons nous appuyer pour
tracer l'histoire des grandes intempéries anciennes! Dans les
témoignages que nous rapporterons, nous devons donc faire une large part
à la fable et à l'invention.

On pense bien que de si terribles calamités n'étaient pas sans porter
une rude atteinte à la santé publique. Outre les gens qui mouraient de
faim, et ils étaient souvent en fort grand nombre, il y avait ceux qui
étaient victimes des épidémies causées par la misère et la mauvaise
nourriture. Ces victimes-là étaient encore les plus nombreuses. La cause
première de la mort était la même pour tous, c'est seulement le mode qui
différait.

Mézeray décrit une de ces épidémies. C'était sous François Ier;
plusieurs années s'étant écoulées successivement presque sans hiver, il
en résulta une perturbation profonde dans la végétation, et une horrible
famine. La misère était générale: «La nécessité, mère de toutes les
inventions, fit enfin trouver le moyen aux indigents de faire du pain de
gland et de racines de fougères, les fruits et les herbes n'étant pas
capables de les sustenter. Mais de cette mauvaise nourriture s'engendra
une nouvelle maladie, inconnue aux médecins, qui était si contagieuse
qu'elle saisissait incontinent quiconque approchait de ceux qui en
étaient frappés. Elle portait avec soi une grosse fièvre continue qui
faisait mourir son homme en peu d'heures, d'où elle fut dite
_trousse-galant_.»

Quels moyens employait-on à cette époque pour mettre fin à de telles
calamités? D'abord les aumônes, la charité publique; mais le remède
était mince et ne servait qu'à un bien petit nombre. Du reste, que peut
faire la charité dans de semblables circonstances? La famine se déclare
quand un pays n'a pas, par suite d'événements malheureux, produit de
quoi suffire à son alimentation. La charité publique a beau se
multiplier, elle ne peut créer des subsistances, elle ne peut rien
contre la famine. Mieux vaudraient quelques sacs de blé amenés dans un
pays affamé, que tout l'or du monde.

Le second moyen, à peine plus efficace, était la perquisition à
domicile, la réquisition des grains. Dans toutes ces famines nous voyons
intervenir des arrêts ordonnant un recensement général de tous les
grains en magasin, interdisant aux détenteurs d'en faire le commerce en
gros, les obligeant, sous les peines les plus sévères, à les conduire au
marché pour y être vendus en détail aux pauvres gens. Mesure excellente,
mais absolument insuffisante.

Il faut dire, pour rendre hommage à la vérité, qu'on voyait vaguement le
véritable remède, mais sans avoir le moyen ni peut-être la ferme volonté
de l'employer. On faisait venir du blé des pays voisins; mais, à cause
de l'insuffisance des moyens de transport, et du retard apporté à la
prise de ces mesures, on ne ressentait qu'un bien faible soulagement.

De plus, les famines étant dues beaucoup plus souvent à la guerre civile
ou étrangère qu'aux intempéries des saisons, la cause même qui l'avait
fait naître empêchait qu'on pût même songer à y porter remède.

La dernière ressource, comme les autres inefficace, mais qui donnait au
moins aux malheureux quelque espérance, était celle des prières
publiques.

Félibien, dans l'Histoire de Paris, fait le récit d'une procession qui
eut lieu dans la capitale en 1587, dans le but de faire cesser la famine
et la contagion qui décimaient la population. Nous allons voir avec
quelle pompe ces cérémonies étaient faites:

«Après avoir employé tous les secours humains, on eut recours aux
prières publiques pour fléchir le ciel sur tant de misères. On fit, le 9
de juillet, une procession générale, où fut portée la châsse de
Sainte-Geneviève, avec toutes les cérémonies accoutumées. Cette
procession fut bientôt suivie d'une autre plus particulière et aussi
solennelle. Le mardi 21 du même mois, le cardinal de Bourbon, abbé de
Saint-Germain des Prés, qui avoit commencé l'année précédente à bâtir
son palais abbatial, fit faire la procession en cet ordre. A la tête de
la procession paroissoient les enfants du faubourg, garçons et filles,
la plus part vêtus de blanc et pieds nuds, et tant les uns que les
autres avec un cierge à la main. Venoient ensuite les Capucins, les
Augustins, les Cordeliers, les Pénitents blancs, et le clergé de
Saint-Sulpice. Tout cela précédoit les religieux de l'abbaye qui
marchoient les derniers. Plusieurs d'entre eux tenoient en leurs mains
des reliques. Les autres reliquaires, au nombre de sept châsses, étaient
portés par des hommes nuds en chemise et couronnés de fleurs. La châsse
de S. Germain faisoit la huitième. Elle étoit précédée de douze autres
hommes aussi couronnés de fleurs, et portée de même que les sept
premières. Le choeur étoit secondé d'une musique très harmonieuse. Le
roi assistoit à la procession et étoit mêlé avec ceux de sa confrérie.
Les deux cardinaux de Bourbon et de Vendôme y étoient aussi dans leurs
habits rouges, suivis d'un grand concours de toute la ville.»

L'historien oublie de nous rapporter si cette imposante cérémonie eut
l'effet qu'on en attendait et si elle fit cesser les souffrances du
peuple. Mais il remarque que tout s'y passa avec tant d'ordre que le roi
en parla le même jour à son dîner, et dit que le cardinal de Bourbon son
cousin en avait tout l'honneur. Il ne manque pas ensuite de parler de
l'achèvement du palais abbatial de Saint-Germain des Prés, qui lui tient
plus au coeur que les famines, dont il n'est plus question.



CHAPITRE III

LA NEIGE.


La neige est la pluie de l'hiver. Presque chaque fois que la température
de l'air s'abaisse au-dessous de zéro, l'eau des nuages, ne pouvant
demeurer à l'état liquide, cristallise sous les formes les plus variées.
Sa chute, arrêtée en partie par la résistance de l'air, qui trouve à
s'exercer sur ces cristaux si ramifiés, devient plus lente. Cette pluie
nouvelle, au lieu de suivre les pentes pour aller de suite grossir la
rivière, s'arrête où elle tombe; au lieu de s'infiltrer dans le sol,
elle reste à la surface, constituant un blanc manteau dont l'épaisseur
va en augmentant à mesure que se prolonge la chute.

Dans les régions de la zone glaciale, où la température reste pendant
plusieurs mois constamment inférieure à zéro, la pluie liquide est
inconnue; pendant les longues nuits d'un hiver presque sans fin il ne
tombe que de la neige. Quand arrivent les chaleurs, les couches
accumulées forment une épaisseur considérable.

Sur les montagnes assez élevées de la zone tempérée, et même de la zone
torride, l'accumulation des neiges est tout aussi grande.

Pour n'en donner qu'un exemple, disons qu'Agassiz, étant à l'hospice du
Grimsel, dans les Alpes, à une hauteur de 1874 mètres au-dessus du
niveau de la mer, a vu tomber pendant six mois d'hiver l'énorme couche
de 17 mètres de neige. Cette neige, fondue, aurait donné une épaisseur
d'eau de 1m.50; c'est deux fois et demie la masse d'eau qui tombe à
Paris en une année entière.

Dans nos plaines il s'en faut de beaucoup que l'épaisseur approche
jamais de celle que nous venons de citer. Le nombre des jours où il
neige est fort restreint en tous les points de la France; dans le midi,
la neige est rare; dans le centre, des hivers entiers se passent
quelquefois sans qu'elle ait fait son apparition. De plus, la neige ne
reste chez nous que peu de temps sur le sol, et chaque nouvelle chute
qui se produit trouve le plus souvent le sol absolument découvert. Ce
sont des hivers rares, et tout à fait exceptionnels, ceux où la neige
demeure plusieurs semaines sur le sol dans les plaines, ceux où elle
atteint une épaisseur dépassant 20 centimètres.

M. de Gasparin divise l'Europe en trois régions au point de vue de la
neige. La région du midi, où la neige fond en tombant; la région du
centre, où elle reste un certain temps sur le sol. Le nord de la France
est dans la seconde de ces régions, le midi dans la première. Enfin la
région du nord, qui conserve la neige pendant tout l'hiver.

Cette division n'a rien d'absolu, et il arrive quelquefois que, dans le
midi de la France, la neige demeure plusieurs semaines.

Même en Italie, dans les plaines et sur les montagnes peu élevées,
l'histoire a enregistré des chutes de neiges abondantes qui se sont
conservées sans fondre pendant une grande partie de l'hiver.

C'est ainsi qu'en 271 avant Jésus-Christ, il y eut tant de neiges en
Italie que le Forum, à Rome, en resta couvert pendant quarante jours
jusqu'à une hauteur prodigieuse.

Nous serions en droit de nous demander ce que signifie pour l'historien
«une hauteur prodigieuse», mais nous n'en ferons rien. Il faudra, en
effet, nous contenter, dans les nombreux renseignements que nous
emprunterons aux chroniqueurs, comme dans ceux que nous leur avons déjà
empruntés, de termes vagues ou d'affirmations sans preuves. Ce qu'ils
nous racontent, ils l'ont rarement vu; ils sont les échos, plus ou moins
fidèles, des bruits qui parviennent jusqu'à eux. Nous les prendrons si
souvent en flagrant délit d'exagération ou de crédulité naïve, qu'il
sera prudent de ne les croire qu'à moitié. Mais, dans l'impossibilité où
nous serons de contrôler leurs affirmations, nous devrons nous contenter
de citer leurs textes sans y ajouter de commentaires.--Ceci dit,
reprenons nos citations.

La seconde guerre punique, en 210 avant notre ère, nous montre de
nouveaux exemples de l'abondance et de la persistance des neiges dans
l'Italie et l'Espagne. Nous allons en emprunter le récit à Tite-Live. Il
est vrai qu'il s'agit ici de régions montagneuses; mais les neiges dont
on nous parle sont bien réellement des neiges exceptionnelles même pour
ces régions. Annibal, franchissant les Alpes avec son armée pour passer
en Italie, est presque arrêté dans les montagnes par d'énormes neiges.
Il a les plus grandes peines à rendre à ses soldats la confiance et le
courage. «Quoique les soldats fussent déjà prévenus par la renommée, qui
exagère ordinairement les choses inconnues, quand ils virent de près la
hauteur des montagnes, des neiges qui semblaient se confondre avec le
ciel, de misérables cabanes suspendues aux pointes des rochers, le
bétail et les chevaux rabougris par le froid, des hommes aux longs
cheveux et presque sauvages, les êtres animés et inanimés paralysés par
la glace, toute cette désolation de l'hiver, plus affreuse encore qu'on
ne peut le décrire, renouvela la terreur de l'armée.»

Puis, lorsqu'il fallut passer les Apennins, l'armée d'Annibal fut
assaillie par une furieuse tempête de vent et de pluie dans laquelle
elle faillit périr. «Bientôt l'eau élevée par le vent, s'étant gelée sur
le sommet glacé des montagnes, retomba en neige si forte et si pressée
que, renonçant à tout, les hommes se couchaient ensevelis plutôt
qu'abrités sous leurs vêtements. A cette neige succéda un froid d'une
telle âpreté que de tous ces misérables, hommes et chevaux, étendus par
terre, quand chacun voulut se relever et se redresser, de longtemps
aucun ne le put... Ils passèrent deux jours en cet endroit, comme
assiégés; il y périt beaucoup d'hommes, de chevaux, et sept éléphants.»

Plutarque raconte une tempête de neige analogue, qui se produisit en
Grèce au premier siècle de notre ère: «Vous avez entendu dire, à
Delphes, écrit-il, que ceux qui allèrent au secours des bacchantes que
la neige et un vent violent avaient surprises sur le sommet du Parnasse,
eurent leurs manteaux tellement gelés par la rigueur du froid, qu'ils
devinrent raides comme du bois, et qu'ils se déchiraient quand on
voulait les étendre.»

Au moment où Annibal souffrait de la neige en Italie, les armées
d'Espagne n'étaient pas plus heureuses. Scipion assiégeait la ville des
Ausétans, voisins de l'Ebre: «Les assiégés n'avaient d'autre défense que
l'hiver qui contrariait les assiégeants. Le siège dura trente jours,
durant lesquels il y eut rarement moins de quatre pieds de neige; elle
avait tellement recouvert les montagnes et les gabions des Romains,
qu'elle suffit pour les protéger contre les feux quelquefois lancés par
l'ennemi.»

Pour la France, les exemples de neige exceptionnelle ne manquent pas non
plus; et s'il fallait prendre à la lettre les récits que nous allons en
donner, il semblerait que les neiges aient été beaucoup plus abondantes
anciennement qu'elles ne le sont aujourd'hui.

En l'année 763 de notre ère, il tomba, en certaines contrées de la
Gaule, jusqu'à dix mètres de neige, à en croire les historiens.

De même, l'an 874, la terre demeura ensevelie sous la neige pendant cinq
mois. Il en tomba de telles quantités que les chemins étaient devenus
impraticables, les forêts inaccessibles, et que le peuple ne pouvait se
procurer du bois.

Quelquefois même les neiges tombent en abondance à des époques où on est
accoutumé de les voir disparaître tout à fait: ainsi, en 893, il tombe
beaucoup de neige au mois de mars, et en 975, au mois de mai.

Quelques siècles plus tard, en 1359, il y eut une quantité si
prodigieuse de neige, que jamais il n'y en avait eu autant au dire des
contemporains. A les entendre, il y en eut à Bologne jusqu'à dix brasses
de hauteur, ce qui fait plus de dix-sept mètres. Les jeunes gens de la
ville pratiquèrent, sous cet immense amoncellement, des galeries et des
salles de bal, dans lesquelles ils se plaisaient à donner des fêtes en
mémoire d'un événement aussi extraordinaire.

Le midi de la France, qui voit actuellement assez peu de neige, semble
en avoir eu pendant quelques siècles des chutes extraordinaires qui ne
se sont pas reproduites depuis cette époque. On trouve en un vieux
registre de Carcassonne, écrit en langue du pays, «que, l'an 1442, la
reine de France, Marie d'Anjou, épouse du roi Charles VII, étant en
cette ville, y fut assiégée par les neiges, hautes de plus de six pieds
par les rues, et fallut que s'y tînt l'espace de trois mois, et jusqu'à
ce que monsieur le Dauphin son fils la vînt quérir, et la conduisît à
Montauban, où étoit le roi son père.»

Dans le siècle suivant, nous voyons dans cette même ville de Carcassonne
des neiges tout aussi hautes. Ainsi, nous lisons dans l'_Histoire
générale du Languedoc_, par un religieux bénédictin: «Le roi Charles
arriva à Carcassonne le 12 janvier 1565. Il descendit à la Cité, et il
devoit, le lendemain, faire son entrée solennelle dans la ville basse,
dont les habitants avoient fait de grands préparatifs; mais, comme
l'hiver étoit fort rude, il tomba, la nuit, une si grande quantité de
neige, que les arcs de triomphe qu'on avoit préparés furent tous
renversés, et que le roi demeura comme assiégé dans la Cité pendant
plusieurs jours. Le froid fut d'ailleurs si vif cette année, que
plusieurs voyageurs moururent dans les chemins, que le Rhône fut glacé
par trois fois du côté d'Arles, et que les orangers, les citronniers et
tous les blés périrent.»

Et plus tard, toujours à Carcassonne, on vit une chute de neige
extraordinaire. «En 1571, la neige couvrit la terre en Languedoc, en
Dauphiné et en Provence pendant soixante jours de suite: on n'avoit rien
vu de pareil depuis soixante-dix-sept ans. Il tomba une si grande
quantité de neige à Carcassonne, qu'elle fit crouler plusieurs maisons
par sa pesanteur, et que plusieurs habitants y périrent sans pouvoir
recevoir de secours. Les autres furent obligés d'étayer leurs maisons.»

En 1755, on eut deux pieds de neige dans le midi. En 1757, l'hiver fut
rude en Languedoc et en Provence. Ces contrées étaient encore couvertes
de neige dans les premiers jours de février: elles avaient, au
témoignage de la Condamine, l'aspect du sommet des Cordillères du Pérou.
Un Lapon, suivant les expressions du célèbre naturaliste, ne s'y serait
pas cru dépaysé.

Remarquons que, dans ces deux dernières années 1755 et 1757, on ne
compte plus les neiges par brasses, mais seulement par pieds. Est-ce
qu'elles étaient en réalité devenues moins abondantes? Ne serait-ce pas
plutôt que les historiens, plus consciencieux et mieux renseignés,
étaient devenus plus véridiques? Il y a peut-être l'un et l'autre.

Carcassonne, dans le midi, n'avait pas, pendant cette période, le
privilège des grandes neiges, comme les récits précédents pourraient le
faire croire.

Ainsi, en 1507, le jour des Rois, il tomba trois pieds de neige à
Marseille. Cette grande quantité de neige est, au dire des historiens,
un phénomène peut-être unique dans cette ville. On n'eut qu'à se louer
de cette abondance, car, au milieu d'un hiver des plus rigoureux, un
grand nombre d'arbres et les récoltes en terre furent protégés très
efficacement de la gelée. Il résulte de tout ceci, d'une manière
évidente, que tout le seizième siècle fut remarquable par l'énorme
quantité de neige qu'on y vit dans le midi.

Il y en avait aussi beaucoup dans le nord au quinzième et au seizième
siècle. Jacques du Clercq, dans ses _Mémoires_, dit que: «An
cinquante-sept (1457), il fut si fort et si grand hiver, et long, que,
depuis la Saint-Martin d'hiver jusqu'au dix-huitième de février, il gela
si fort que on passoit la rivière d'Oise et plusieurs autres rivières à
chariot et à cheval; et ce fut en la fin très grande neige, et si grande
quantité en tomba, que quand il dégella il fit si grande lavasse qu'il
n'étoit point mémoire d'homme que on les eut vu si grandes, et firent si
grands dommages.»

Quittons un instant la France, pour rapporter un fait curieux. On lit
dans les _Mémoires de l'Académie des sciences_ pour l'année 1762, dans
une communication de M. Guettard: «Un ambassadeur de la Porte à la cour
de Varsovie, s'en retournant l'hiver à Constantinople, fut pris par la
nuit dans un endroit éloigné de toute auberge; effrayé de passer la nuit
à l'air, ses gens lui bâtirent une espèce d'appartement sous des
monceaux de neige qu'ils amassèrent à cet effet; ils y formèrent
plusieurs chambres et y établirent une cuisine et des chambres à
coucher, dans une desquelles l'ambassadeur passa la nuit aussi
commodément qu'il aurait pu le faire dans la meilleure auberge.»

Donnons, pour terminer cette série d'exemples des grandes neiges
historiques, un récit du général Canrobert, relatif à un incident de la
guerre de Crimée, en 1855: «L'armée, dit-il, conservera longtemps le
souvenir de la journée du 16 janvier. Pendant vingt-quatre heures la
nuit n'a cessé de régner sur nos bivouacs. D'épais nuages, inondant
l'atmosphère d'une poussière de neige chassée par un vent glacé du
nord-est, s'abaissaient jusqu'au sol. Dans les terrains les plus
favorisés, la neige avait atteint une épaisseur de dix-huit pouces;
toute voie avait disparu; toute direction faisait défaut aux mouvements
des troupes, à ceux des convois commandés la veille pour assurer la
subsistance des divers corps. On ne saurait imaginer de situation plus
violente.»

Les tempêtes de neige; qui se produisent rarement dans les plaines de la
France, et n'y sont guère dangereuses, sont, au contraire, fréquentes et
terribles dans les montagnes et dans les plaines désolées des régions
polaires. Des masses énormes de neige, poussées par le vent, arrivent
semblables à des avalanches. En un instant, des précipices immenses sont
comblés, des gorges sont obstruées, et le voyageur, s'il n'a pas été
enseveli dans la tourmente, cherche en vain sa route dans cette plaine
d'apparence si douce, qui cache les bas-fonds les plus dangereux, et ne
tarde pas à être englouti dans un gouffre qui subitement s'ouvre sous
ses pas. D'autres fois, aveuglé par la neige qui lui fouette le visage,
il est forcé de s'arrêter dans sa route et d'attendre sans espoir un
secours qui ne lui vient pas. Le chemin qui traverse le grand
Saint-Bernard est assez fréquenté par les voyageurs qui ont à franchir
les Alpes; dans cette région élevée, les tempêtes de neige se produisent
souvent. Mais là, au moins, ceux qui sont surpris par la tourmente
peuvent conserver l'espérance: les religieux de l'hospice, secondés par
les chiens les plus intelligents, arrivent souvent à temps pour les
arracher à la mort.

[Illustration: Les chiens du Grand Saint-Bernard.]

La gelée blanche, le givre, qui couvrent quelquefois la terre et les
arbres en hiver, et donnent souvent au paysage un aspect si pittoresque,
ne sont autre chose que de la neige. L'humidité de l'air, au contact
avec les objets que le rayonnement nocturne a fortement refroidis
jusqu'à une température très basse, se dépose sous forme d'une rosée
solide et cristalline. Ces aiguilles de givre atteignent parfois des
dimensions étonnantes. Pendant l'hiver, toutes les parties saillantes de
l'Observatoire du Puy de Dôme s'entourent d'une masse énorme de givre,
semblable à celui qui recouvre d'ordinaire les arbres des forêts: il
présente seulement un développement plus considérable. Les pointes ont
jusqu'à un mètre de longueur. Ceux qui en hiver, ou même au printemps,
gravissent la montagne, en sont absolument couverts. M. Faye raconte son
ascension, en mai 1879: «J'ai trouvé les neiges non encore fondues au
sommet du Puy de Dôme, et c'est au sein d'un nuage épais et froid qu'il
m'a fallu gravir les dernières pentes. J'ai fait ainsi connaissance avec
un milieu où ne pénètre guère le commun des mortels, si ce n'est les
aéronautes. Et encore ceux-ci marchent avec les nuages qu'ils traversent
verticalement; ils ne les reçoivent pas en pleine figure avec une
vitesse de 85 mètres par seconde ou de 20 lieues à l'heure, ce qui
produit des sensations toutes particulières. Pendant que je me
raidissais sur mon bâton pour résister, M. Alluard me dit: «Regardez
donc votre poitrine du côté du vent.» Elle était toute hérissée de fines
aiguilles de glace de un à deux centimètres de longueur. Ces aiguilles
se reformaient dès qu'on les détachait en se brossant avec la manche.
Sans doute elles étaient formées par une poussière absolument impalpable
d'eau congelée ou à l'état de surfusion; cette poussière prenait une
disposition cristalline dès que son mouvement était arrêté par un corps
quelconque. Ce mode de cristallisation régulière, toute géométrique, à
la rencontre violente avec un obstacle, est assurément un phénomène
intéressant; s'il se prolonge, il ne devient pas pour cela confus; les
aiguilles se renforcent, elles s'allongent, elles prennent jusqu'à un
mètre et plus de longueur.»

Cette neige, compagne obligée de nos hivers, d'où vient-elle? Comment se
forme-t-elle? C'est ce qui nous reste à examiner. D'où elle vient, il
est facile de le dire. L'air, même le plus transparent, contient
toujours beaucoup de vapeur: c'est le soleil qui, pompant pour ainsi
dire l'eau de la surface des mers, des fleuves, du sol, entretient cette
humidité constante de l'atmosphère. C'est là le réservoir immense où est
puisée la neige. Cette vapeur, suffisamment refroidie dans les hautes
régions, passe d'abord à l'état liquide pour former les nuages. Si le
froid est assez intense, les gouttelettes aqueuses provenant de la
condensation se solidifient séparément. Les microscopiques fragments de
glace ainsi formés s'unissent les uns aux autres, et bientôt la masse
est assez compacte pour constituer des flocons qui descendent lentement
jusqu'à nous.

La disposition de ces flocons est remarquable. Le capitaine Scoresby en
a le premier étudié scientifiquement la forme dans ses voyages dans les
régions polaires. Leur disposition, d'une régularité parfaite, est d'une
beauté merveilleuse. Lisons leur description, écrite par Tyndall: «Les
cristaux de neige, formés dans une atmosphère calme, sont tous
construits sur le même type; les molécules s'arrangent pour former des
étoiles hexagonales. D'un noyau central sortent six aiguilles formant
deux à deux des angles de 60 degrés. De ces aiguilles centrales sortent
à droite et à gauche d'autres aiguilles plus petites, traçant à leur
tour, avec une infaillible fidélité, leur angle de 60 degrés; sur cette
seconde série d'aiguillettes, d'autres encore plus petites s'embranchent
de nouveau, toujours sous le même angle de 60 degrés. Les fleurs à six
pétales prennent les formes les plus variées et les plus merveilleuses;
elles sont dessinées par la plus fine des gazes, et tout autour de leurs
angles on voit quelquefois se fixer des rosettes de dimensions encore
plus microscopiques. La beauté se superpose à la beauté, comme si la
nature, une fois à la tâche, prenait plaisir à montrer, même dans la
plus étroite des sphères, la toute-puissance de ses ressources.»

Mais la neige n'a pas seulement l'avantage d'être belle, elle est aussi
bienfaisante. Son rôle sans contredit le plus important, c'est la
régularisation du régime des eaux. Accumulée sur le sommet des
montagnes, elle ne fond que peu à peu. Sur les montagnes assez élevées,
elle ne disparaît jamais complètement, ne fond qu'à peine, et se
transforme progressivement en glace. Le glacier ainsi formé coule le
long de la montagne pour aller se fondre dans la plaine. C'est cette
fonte progressive des neiges d'abord, du glacier ensuite, qui alimente
nos rivières et nos fleuves pendant la saison sèche. Grâce à elle, nous
avons encore en automne des cours d'eau qui coulent à pleins bords, et
la source qui les alimente n'arrive jamais à se tarir. Sans la neige,
nous n'aurions que des torrents, dévastateurs en hiver, sans eau en été.

Il faut bien dire pourtant que la neige manque de temps en temps à sa
mission. Il lui arrive d'oublier son rôle modérateur et de devenir la
source de calamités épouvantables. Quand arrive un dégel rapide et que
les plaines basses sont couvertes de neige, la fonte se fait quelquefois
plus vite qu'il ne faudrait, et il en résulte les inondations les plus
désastreuses.

Les années où la neige est tombée en grande abondance ont presque toutes
été marquées par des inondations. Celles de ces inondations qui sont
uniquement dues à la fonte trop rapide nous occuperont seules pour le
moment; nous parlerons plus tard des débâcles qui rendent souvent le mal
plus grand encore.

En 1003, l'hiver fut suivi d'inondations désastreuses.

«En 1296, le 20 décembre, raconte Félibien, la Seine crut à un tel
point, qu'elle causa dans Paris la plus grande inondation dont l'on eût
encore entendu parler. Non-seulement toute la ville se trouva entourée
d'eau, mais les rues en furent si remplies qu'on ne pouvait aller dans
aucun quartier sans bateau. La crue de la rivière et l'impétuosité des
flots firent tomber les deux ponts de pierre avec les maisons qui
étaient dessus, et leur chute écrasa les moulins qui étoient dessous. Le
petit pont du Châtelet fut aussi renversé. Cette inondation dura huit
jours entiers, pendant lesquels il fallut remplir des bateaux de vivres
et les porter aux habitants, pour les empescher de mourir de faim.»

En 1480, une autre grande inondation fit de grands ravages à Paris.
«L'hiver 1493-1494 ne fut pas d'une grande rigueur, mais il se fit
remarquer par de terribles inondations. La rivière envahit la place de
Grève, la place Maubert, la rue Saint-André-des-Arts. Le 12 janvier on
promena solennellement les châsses de saint Marcel, de saint André, de
saint Proxent, de saint Blancard, de sainte Anne et de sainte Geneviève
pour conjurer le fléau. On érigea, au coin de la _Vallée de misère_, un
pilier portant une image de la Vierge avec cette inscription:

    «Mil quatre cens quatre-vingt-treize,
    Le septième jour de janvier,
    Seyne fut ici à son aise,
    Battant le siège du pillier.»

Mais ce n'est pas seulement en hiver qu'on a à craindre les inondations
résultant de la fonte des neiges. Au printemps, à l'été, celles des
montagnes fondent quelquefois avec une telle rapidité que les mêmes
faits se reproduisent.

Du 21 au 24 juin 1875, des pluies torrentielles tombèrent, sans
discontinuer, dans tout le bassin de la Garonne; ces pluies, à elles
seules, eurent suffi pour déterminer une crue assez forte, mais non pour
amener la terrible inondation dont personne n'a perdu le souvenir.
Poussés par un vent tiède qui les échauffait, les nuages rencontrèrent
les Pyrénées, alors couvertes d'une prodigieuse quantité de neige: il
n'en fallut pas davantage pour déterminer une fonte générale, qui
s'opéra avec une rapidité qui allait devenir fatale. Les eaux provenant
de la pluie, et celles plus abondantes encore que produisait la fusion,
arrivèrent en même temps dans les affluents de la Garonne et dans le
fleuve lui-même, et la crue prit dès le début des proportions
inquiétantes.

L'intrépide général Nansouty, installé depuis quelques jours à son
observatoire météorologique du pic du Midi, avait vu le danger: la
vallée de la Garonne était menacée d'une dévastation complète. Il
fallait porter dans la plaine un avertissement qui, s'il arrivait à
temps, pouvait sauver bien des existences. Les deux braves qui
constituaient tout le personnel de l'observatoire n'hésitèrent pas.
Pendant que le général demeurait seul, au sommet du pic, à continuer les
observations, se demandant s'il n'allait pas y périr emporté par
l'ouragan, son compagnon, M. Baylac, ne consultant que son courage,
entreprenait une descente impossible. Perdu dans une effroyable
tourmente, disparaissant presque à chaque pas dans une immense couche de
neige fondante, il parvenait enfin au but de son voyage.

Mais tant de dévouement devait être inutile. Sur ces pentes rapides
l'eau descendait plus vite que M. Baylac: elle était arrivée avant lui.
Depuis cette époque, le pic du Midi possède une station télégraphique;
installée quelques mois plus tôt, elle eût empêché la mort de nombreuses
victimes.

[Illustration: 1875. Toulouse.--L'eau montant toujours, le spectacle
devint plus lugubre.]

On n'avait encore eu le temps de prendre aucune mesure, que déjà une
partie de Toulouse était envahie. Le 23 juin, le faubourg Saint-Cyprien
s'abîmait presque soudainement sous les eaux. Ses 30000 habitants, dont
un petit nombre seulement avaient songé à fuir, se trouvaient entourés
par les flots, isolés du reste du monde. Puis, l'eau montant toujours,
le spectacle devint plus lugubre. Les maisons, s'écroulant avec un
fracas sinistre, entraînaient dans leur ruine leurs malheureux
habitants. De sinistres épaves, meubles, poutres, tonneaux, lits,
berceaux, cadavres même, étaient charriées par un courant auquel rien ne
pouvait résister. En vain les habitants de la ville et les soldats de la
garnison firent des prodiges, en vain les dévouements furent nombreux et
sublimes, les malheurs ne purent être évités. Tous les ponts emportés,
un immense faubourg d'une grande ville détruit, plusieurs villages
absolument rasés, toutes les récoltes perdues, plus de quatre cents
victimes, voilà ce qu'avait fait cette fonte des neiges.

L'année suivante, en février 1876, l'importante inondation de la Seine a
été, au moins en grande partie, déterminée par la fonte des neiges,
arrivée en même temps sur tout le bassin.

Quelques années plus tard, une catastrophe bien autrement terrible que
celle de Toulouse devait encore avoir la même cause. A la suite de la
température printanière du mois de février 1879, les neiges des hauts
plateaux de la Hongrie fondirent prématurément. La Theiss, subitement
grossie, vint détruire presque complètement la grande ville de Szegedin.

Pour ne pas rester sur d'aussi tristes tableaux, et nous réconcilier
avec cette belle neige qui, malgré ses effroyables emportements, nous
fait beaucoup plus de bien que de mal, indiquons son rôle protecteur
pour la végétation. La neige, en effet, conduit très mal la chaleur,
c'est-à-dire qu'elle empêche le sol qu'elle recouvre de se refroidir par
l'effet du rayonnement nocturne. Elle agit comme un manteau de fourrure
qui recouvrirait la surface de la terre.

Le thermomètre nous montrera nettement combien cette préservation est
efficace. Un thermomètre suspendu à un mètre au-dessus du sol, abrité
par un toit métallique qui laisse librement circuler l'air, nous donne
la température vraie de l'atmosphère. Étendons horizontalement sur la
neige, en dehors de l'abri, un second thermomètre: il indiquera pendant
la nuit, et surtout le matin, une température plus basse que le premier;
c'est l'effet du rayonnement. Mais ce refroidissement est tout
superficiel. Un troisième thermomètre, placé à quelques centimètres sous
la neige, marquera au contraire une température plus élevée que celle de
l'air. Bien plus, si l'épaisseur de neige est assez grande, le froid de
l'extérieur ne pénétrera dans la couche qu'avec une extrême lenteur, et
le sol conservera toujours une température à peine inférieure à zéro.
Sous une couche de neige de dix centimètres d'épaisseur, la température
du sol s'abaisse bien rarement plus bas que -3°, et toutes les plantes
de nos pays peuvent supporter, sans périr, cette température.

C'est pour cette raison que les grands hivers sans neige sont les plus
désastreux pour la végétation. Chaque fois que, à la suite d'un hiver
rigoureux, la récolte est relativement bonne, c'est à l'abondance des
neiges qu'il faut l'attribuer.



CHAPITRE IV

LA GLACE.


Sous l'action du froid, l'eau se change beaucoup plus souvent en glace
qu'en neige. Il nous faut dire deux mots des propriétés de cette eau
solide, car elles jouent dans la nature un rôle capital.

Exposons à une basse température d'hiver un vase plein d'eau. Nous
verrons bientôt la partie supérieure du liquide se solidifier, et,
l'action du froid se prolongeant, la couche solide augmentera
d'épaisseur jusqu'à ce que toute l'eau soit convertie en une masse
transparente, dure, mais fragile. Cette masse transparente, cette eau
solide, c'est la glace.

La transparence de la glace est telle que les Lapons en construisent des
vitres à travers lesquelles le jour pénètre dans leurs cabanes
souterraines. Transparente pour la lumière du soleil, elle l'est un peu
aussi pour sa chaleur, absolument comme le verre. Aussi de nombreux
voyageurs dans les régions polaires ont-ils pu allumer du feu par la
concentration des rayons solaires au moyen d'une lentille de glace. Mais
cette transparence pour la lumière et la chaleur n'ayant qu'une faible
importance, arrivons rapidement à l'énumération de quelques autres
propriétés.

La glace flotte à la surface des mers, des lacs, des rivières; elle est
donc plus légère que l'eau. Sous ce rapport, comme sous beaucoup
d'autres, l'eau présente une exception, car presque tous les liquides
produisent en se solidifiant une masse plus lourde qui va au fond. C'est
que l'eau, en se congelant, au lieu de diminuer de volume, subit au
contraire une expansion très notable.

Cette expansion de volume se produit avec une force considérable,
presque irrésistible, qui a été observée scientifiquement pour la
première fois en 1607, par Huygens. Il a rempli d'eau deux moitiés d'un
canon de pistolet et les a très exactement fermés avec des vis et du
plomb fondu. Ces canons de pistolet, exposés à l'air par un froid très
vif, furent brisés par l'effet de la congélation de l'eau. L'expérience,
qui avait été très remarquée, fut répétée par plusieurs savants pendant
les rudes froids de l'hiver de 1670.

La force expansive de la glace peut briser des obstacles encore plus
résistants. Ainsi, le major d'artillerie Edward William, étant à Québec
par un froid très vif, remplit d'eau une bombe de 13 pouces de diamètre,
ferma le trou de la fusée avec un bouchon en fer fortement enfoncé, et
l'exposa à la gelée. Au bout de quelque temps le bouchon de fer fut
lancé à une grande distance, et un cylindre de glace de 8 pouces de long
sortit de l'ouverture. Dans une autre expérience, le bouchon ayant
résisté, la bombe elle-même fut fendue.

Les anciens connaissaient parfaitement les effets de la congélation de
l'eau. Plutarque, dans son traité sur _la Cause du froid_, raconte que
«dans les climats où l'hiver est très rude, le froid fait éclater les
vaisseaux de cuivre et de terre, et jamais quand ils sont vides, mais
seulement quand ils sont pleins, parce qu'alors le froid donne à l'eau
une très grande force.»

Que de fois, de nos jours, se produisent ces accidents signalés par
Plutarque. Tout vase, tout tuyau de conduite des eaux dans lequel se
forme la glace est perdu si la dilatation ne peut s'y produire
librement. Les canalisations d'eau des villes, les pompes des
particuliers, sont rompues en maints endroits quand on n'a pas eu la
précaution de les maintenir vides pendant l'hiver. Les pierres assez
poreuses pour s'imprégner d'eau se brisent sous l'action de la gelée;
les plantes dont les canaux sont gorgés de sève ont le même sort.

A côté des conséquences fâcheuses de l'expansion de l'eau qui se gèle,
il convient de placer ses avantages. Supposons la glace plus lourde que
l'eau. Au fur et à mesure de sa formation, elle se rendra au fond de la
mer, du lac, de la rivière dans laquelle elle aura pris naissance;
l'eau, toujours en contact avec une atmosphère glacée, continuera à se
congeler, et l'amoncellement du solide sur le fond augmentera de plus en
plus. A la fin d'un hiver rigoureux, la masse de glace sera énorme; elle
comblera le lac, elle obstruera la rivière, elle déterminera la perte de
tous les animaux aquatiques. Dans la réalité, au contraire, nous voyons
les glaces surnager, former à la surface une croûte solide. L'eau qui
continue à couler au-dessous est dès lors préservée du froid comme le
sol l'est par la neige; elle ne se gèle plus qu'avec une extrême
lenteur; la couche de glace n'augmente pas indéfiniment d'épaisseur. Que
le dégel vienne, elle sera aisément fondue, rapidement entraînée, et la
rivière reprendra son aspect normal.

Revenons à la force expansive de la glace. Aussi grande qu'elle soit,
elle n'est cependant pas irrésistible; si le vase qui renferme l'eau est
assez résistant, comme le serait, par exemple, un canon d'acier très
épais, la rupture ne se produit pas. Dans ce cas, la congélation n'a pas
lieu, et l'eau demeure liquide malgré le refroidissement intense auquel
on la soumet. C'est que les deux faits, expansion, congélation, ne
peuvent être séparés; tout obstacle opposé au premier arrête en même
temps le second. On peut donc avoir, sans forte pression, de l'eau
liquide beaucoup plus froide que la glace. Mais si la pression, qui
seule s'opposait à la formation de la glace, disparaît, la masse entière
de l'eau prendra immédiatement l'état solide.

Réciproquement, du reste, si on presse très fortement un morceau de
glace de manière à diminuer son volume, elle redeviendra liquide,
quoique étant plus froide que zéro, sa température normale de fusion.
Cette fusion, bien entendu, ne sera que momentanée, et ne durera pas
plus longtemps que la pression qui l'a produite. C'est Faraday qui le
premier a découvert, en 1850, l'action d'une pression extérieure sur la
formation de la glace. Le phénomène a été ensuite étudié par plusieurs
savants, et notamment par M. Tyndall. Son importance est telle pour le
sujet qui nous occupe, que nous devons le mettre en évidence par
quelques expériences simples.

[Illustration]

AB est un bloc de glace appuyé sur deux supports par ses extrémités. A
cheval sur ce morceau de glace, plaçons un fil de fer fin fortement
tendu par deux poids un peu lourds. Nous verrons le fil pénétrer peu à
peu dans la glace, la couper entièrement, pour tomber bientôt
au-dessous. Et cependant, quand le fil de fer aura tout traversé, nous
trouverons le bloc de glace entier, d'un seul morceau, comme auparavant.
La pression du fil avait d'abord déterminé la fusion de la glace; elle
n'aurait pas été coupée sans cela, car elle n'est ni molle, ni
plastique. Mais l'eau résultant de la fusion passant au-dessus du fil,
et n'étant plus comprimée, s'est regelée à mesure qu'elle se produisait,
et a ressoudé ainsi les deux morceaux.

[Illustration]

Voici maintenant un autre bloc de glace. Après l'avoir mis au-dessus
d'une cavité hémisphérique C, taillée dans un morceau de bois dur,
recouvrons-le d'une seconde cavité D semblable à la première, et
comprimons fortement au moyen de la presse hydraulique. Des craquements
se font entendre qui indiquent la rupture de la glace; de l'eau s'écoule
en assez grande quantité, indice de fusion, puis les deux parties du
moule se rejoignent. Séparons-les, nous obtiendrons une sphère de glace
B, parfaitement transparente, d'une seule pièce. La glace qui avait été
fondue par la pression se regèle aussitôt que cesse cette pression en
produisant la sphère parfaite que nous admirons.

Les phénomènes de dégel et de regel ont dans la nature une grande
importance. C'est grâce à eux que la neige pulvérulente, chauffée et
serrée entre les mains, se transforme en une boule dure et solide dont
les enfants savent si bien tirer parti; que la neige des hautes
montagnes se transforme peu à peu en glace capable de couler le long des
flancs de la montagne comme un lent torrent d'eau; que les glaçons
charriés par un fleuve se soudent entre eux pour former une nappe
continue; que, dans les débâcles, cette nappe disjointe par la crue des
eaux peut se reformer de nouveau, et constituer dès lors une barrière
infranchissable qui arrête le courant et détermine en amont de terribles
inondations. Nous reviendrons sur tout cela.

Mais si la glace a de singulières et importantes propriétés, l'eau aussi
présente des particularités précieuses que nous devons connaître si nous
voulons comprendre comment se congèlent les fleuves et les lacs. Tandis
que tous les liquides se contractent sous l'action du froid, l'eau seule
fait exception. Refroidie à partir de 20 degrés, elle commence par
diminuer de volume; mais arrivée à la température de quatre degrés, sa
contraction cesse et se change en une dilatation qui continue jusqu'au
moment de la congélation.

Une expérience bien simple nous permettra de mettre cette propriété en
évidence. Remplissons d'eau un tube thermométrique A et exposons-le au
froid de l'hiver, en même temps qu'un thermomètre à alcool B. Le liquide
descendra d'abord dans les deux vases, par suite de la contraction que
produit le froid; mais au moment où le thermomètre indiquera la
température de 4 degrés, nous verrons l'eau cesser de descendre dans le
tube A pour prendre une marche ascensionnelle. A partir de là, les deux
appareils auront une marche inverse, le liquide montant dans l'un,
descendant dans l'autre. L'ascension de l'eau sera lente d'abord; mais à
partir de zéro, alors que la glace commencera à apparaître, elle sera
bien plus rapide par suite de la formation du solide. En somme,
l'augmentation considérable qui doit se produire dans le volume au
moment de la congélation commence dès la température de 4 degrés; à
cette température, l'eau a un maximum de densité; elle est plus lourde
qu'à toute autre.

[Illustration]

[Illustration]

L'expérience bien connue de Hoppe, un peu modifiée, va nous aider à
tirer de ce fait une conséquence importante. Trois thermomètres sont
plongés dans un vase plein d'eau de façon à donner à chaque instant la
température du fond, du milieu et de la surface du liquide. Le tout est
abandonné à un refroidissement lent dans une atmosphère à basse
température. Les trois thermomètres, qui donnent d'abord la même
indication, ne tardent pas à se séparer. A mesure que l'eau voisine de
la surface et des parois se refroidit, elle devient plus lourde, glisse
lentement vers le fond; A va seul baisser jusqu'à ce qu'il arrive à
marquer la température de quatre degrés. Dès lors le liquide du fond,
aussi lourd que possible, deviendra immobile; des couches successives
d'eau à quatre degrés se superposeront à la première, et,
successivement, les thermomètres B et C donneront la même indication.
Voilà donc toute la masse à 4 degrés. Le refroidissement continue, l'eau
plus froide devient plus légère, monte, et c'est le thermomètre C qui va
seul baisser; il ne tardera pas à marquer zéro, et la congélation
commencera à la surface du liquide, produisant une glace plus légère
encore qui restera en haut; puis, l'action du froid se prolongeant
encore, B et ensuite A arriveront à zéro; la glace se formera sur les
parois, augmentera d'épaisseur jusqu'à ce que toute la masse soit
solidifiée.

Recommençons l'expérience dans des conditions différentes, en enterrant
le vase dans la terre, de façon que le refroidissement ne se produise
que par la surface. Le commencement du phénomène ne sera pas modifié; il
se produira seulement avec plus de lenteur. Mais à partir du moment où
les trois thermomètres marqueront à la fois la température de 4 degrés,
tout changera. L'eau refroidie seulement par la surface, devenant plus
légère, restera à la partie supérieure, et le thermomètre du haut seul
baissera; il atteindra bientôt zéro, et la glace commencera à se former.
Nous aurons donc une couche de glace au-dessus d'une masse d'eau à 4
degrés. Cette glace, agissant en corps mauvais conducteur, empêchera le
refroidissement de l'eau qui se trouve au-dessous; l'épaisseur de la
couche n'augmentera qu'avec une grande lenteur, et après plusieurs
jours, plusieurs mois même d'un froid assez vif, nous aurons encore,
sous la glace, de l'eau à la température de 4 degrés. La masse entière
ne deviendra solide que si le froid est très intense.

C'est justement ce qui se produit dans les lacs, où l'eau peut être
considérée comme à peu près tranquille. Au commencement de l'hiver toute
la masse d'eau est à la température de 15 à 20 degrés: elle se refroidit
lentement de manière à atteindre 4 degrés dans toute sa profondeur; ce
refroidissement sera fort lent si la profondeur du lac est considérable,
et le plus souvent l'hiver sera terminé avant que le phénomène soit
accompli. C'est pour cela que les grands lacs, et surtout les lacs
profonds, se gèlent si rarement. Mais dès que la masse entière de l'eau
sera arrivée à la température du maximum de densité, les courants
intérieurs cesseront, la surface se refroidira rapidement et ne tardera
pas à se couvrir de glace. Protégées par ce manteau isolant, les eaux
profondes se conserveront indéfiniment à 4 degrés pendant que la glace
augmentera lentement d'épaisseur jusqu'à devenir capable de supporter
les plus lourds fardeaux. C'est qu'en effet la glace conduit un peu
mieux la chaleur que la neige, et nous verrons, dans les hivers très
longs et très rigoureux, qu'elle pourra atteindre une épaisseur de
plusieurs pieds. Nous savons qu'au contraire une épaisseur bien moindre
de neige préserve complètement le sol du refroidissement.

Nous ne serons plus étonnés, maintenant, de voir les grands lacs, aux
eaux si calmes, encore libres de glaces tandis que les rivières les plus
impétueuses sont arrêtées: la faible profondeur des rivières en certains
points est la cause de leur peu de résistance au froid.

Pourtant, dans les climats très rigoureux, les lacs se gèlent aussi,
surtout les moins profonds, et la navigation y devient impossible.

C'est ce qui arrive pour les lacs de l'Amérique du Nord, surtout ceux de
la Nouvelle-Bretagne, qui se gèlent chaque année. Le journal _la Nature_
rapporte qu'en hiver les petits lacs du Canada sont, depuis quelques
années, le théâtre d'un nouveau sport qui a beaucoup de vogue. Des
sortes de traîneaux, montés sur une traverse de bois munie à chacune de
ses extrémités d'un patin allongé, portent des voiles qui les font
glisser sur la glace avec une rapidité considérable. En Hollande cet
exercice est très répandu, et semble remonter à l'année 1600. On assure
qu'il n'est pas rare de voir ces bateaux à glace se mouvoir sous
l'action du vent avec une rapidité de 46 kilomètres à l'heure.

[Illustration: Canada.--Sous l'action du vent, on voit ces bateaux se
mouvoir sur la glace avec une grande rapidité.]

La congélation des rivières est beaucoup moins rare que celle des grands
lacs: dans notre pays, au climat si tempéré, elle se produit un grand
nombre de fois dans chaque siècle. Il n'est peut-être pas un fleuve de
l'Europe qui n'ait été gelé quelquefois. Même sur cette terre si chaude
de l'Afrique, le Nil a été arrêté par le froid: en 829, l'année où le
patriarche jacobite d'Antioche, Denis de Telmahre, alla avec le calife
Al-Mamoun en Egypte, ils trouvèrent le Nil gelé. Pour ne parler que de
la France, la Seine fut prise quatorze fois et le Rhône trois au
dix-huitième siècle; depuis l'année 1800, la Seine en est à sa douzième,
le Rhône à sa troisième gelée.

Du reste, la congélation des fleuves se produit d'une manière très
capricieuse. Tandis qu'en 1762 la Seine fut totalement prise après six
jours de gelée, et par un froid de -9°.7, elle resta constamment libre
en son milieu en 1709, par un froid de -23°, précédé de gelées fortes et
prolongées. Les causes de ces inégalités, dont nous dirons quelques
mots, sont encore mal ou plutôt incomplètement connues.--La congélation
de la surface de la mer, plus rare sur nos côtes, se produit au
contraire avec une grande régularité dans ses conditions: on peut
affirmer qu'il faut un froid persistant de 14 à 16 degrés au-dessous de
zéro pour geler nos ports de mer et l'eau de nos côtes. Choisissons
quelques exemples pris dans les hivers dont nous ne donnerons pas la
description spéciale.

Strabon rapporte que, l'année 66 avant Jésus-Christ, le froid fut si
intense en Orient, qu'un des généraux de Mithridate défit sur la glace
la cavalerie des barbares précisément à l'endroit où en été ils furent
vaincus dans un combat naval, à l'embouchure des Palus Méotides (mer
d'Azof).

En 559 de notre ère, les Bulgares, en passant sur le Danube glacé,
viennent fondre dans la Thrace et s'approchent des faubourgs de
Constantinople.

En 763, le Bosphore et le Pont-Euxin gelèrent.

En 860, la mer Adriatique était prise autour de Venise, et sa lagune
parcourue par les cavaliers et les voitures chargées des marchands.

En 1074, le froid, rendu plus vif par une bise d'une âpreté et d'une
sécheresse inouïes, était si rigoureux que les fleuves étaient pris non
seulement à la surface, mais convertis en un bloc de glace. Nous n'avons
pas besoin de faire remarquer ici l'exagération du chroniqueur: les
fleuves ne peuvent jamais être convertis en un bloc de glace, car ils ne
peuvent jamais être absolument arrêtés dans leur course.

En 1082, au mois de décembre, l'empereur Henri IV traversa le Pô
complètement gelé, suivi de ses soldats et d'une grande multitude de
citoyens.

En 1149, l'hiver fut rude dans les Flandres. Les eaux de la mer étaient
complètement gelées et praticables sur une distance de plus de trois
milles à partir du rivage; les vagues, qui s'étaient solidifiées,
apparaissaient de loin comme des tours.

Cette congélation de la mer sur les côtes doit nous arrêter quelques
instants. Elle ne se produit que rarement, dans les hivers tout à fait
exceptionnels, et encore ne s'étend-elle jamais beaucoup au loin. La mer
Baltique elle-même, par 58° de latitude, ne se gèle jamais en totalité.
Chaque année une partie assez considérable de la Baltique se prend,
mais, durant les derniers siècles, elle ne l'a pas une seule fois été en
totalité. Au quatorzième siècle ces congélations semblent avoir été plus
nombreuses que de nos jours, et la glace atteignait une plus grande
épaisseur. Ainsi, en 1323, «la partie méridionale du bassin gela
complètement, et pendant six semaines les voyageurs se rendaient à
cheval de Copenhague à Lubeck et à Dantzig: on avait même élevé sur la
glace des hameaux temporaires au croisement des routes.»

Le même phénomène se produisit en 1333, 1349, 1399, 1402, 1407.

La mer Noire, qui ne reçoit aucune dérivation du Gulf-Stream, largement
ouverte à tous les vents qui descendent des régions polaires, semble
avoir été prise plus souvent et surtout plus complètement, quoiqu'elle
soit bien plus proche de l'équateur, et que ses eaux soient beaucoup
plus salées que celles de la Baltique.

Nous avons cité déjà plusieurs exemples de ces congélations; le dernier
est plus frappant: «En 401, la mer Noire gela presque entièrement, et
lors de la débâcle on vit d'énormes montagnes de glace flotter pendant
trente-deux jours sur la mer de Marmara. Il en fut de même en 762, et
cette année-là la glace fut couverte d'une couche de neige haute de
vingt coudées.»

Revenons à notre nomenclature. En 1457, il gela si fort qu'on passait la
rivière d'Oise et plusieurs autres rivières à chariot et à cheval. En
Allemagne, le froid fut si vif que sur le Danube congelé campa une armée
de 40000 hommes. En 1493, la lagune et tous les canaux de Venise
gelèrent; les gens à pied, les chevaux et les voitures passaient dessus.
En 1503, le Pô fut gelé et soutint le poids de l'armée du pape Jules II.
En 1548, toutes les rivières de France furent gelées de manière à porter
les voitures les plus pesamment chargées.

Le froid de l'hiver de 1589 fut si rude qu'il gela entièrement le Rhône;
les mulets, les voitures, les charrettes, tout le traversait à Tarascon
comme sur une grande route. Le colonel Alphonse y fit même passer à deux
ou trois reprises des canons; le maréchal de Montmorency le franchit
ensuite avec sa compagnie de gendarmes. En 1595, la mer se prit sur les
côtes de Marseille. En 1620, le Zuyderzée gela entièrement; une partie
de la mer Baltique fut couverte d'une glace très épaisse; les glaces des
lagunes de l'Adriatique emprisonnèrent la flotte vénitienne. Le froid
fut très intense en Provence.

En 1655, en Allemagne, «le froid fut si vif qu'à Wismar
(Mecklembourg-Schwerin, dans la Baltique) on vit arriver des chariots
chargés et attelés de quatre chevaux, de la distance de 40 kilomètres.
En 1683, «la Tamise, à Londres, fut si fortement gelée qu'on y érigea
des cabanes et des loges; on y tint une foire qui dura deux semaines, et
dès le 9 janvier les voitures la traversèrent et la pratiquèrent dans
tous les sens comme la terre ferme; on y donna un combat de taureaux,
une chasse au renard, et sur la glace on fit rôtir un boeuf entier. La
mer, sur les côtes d'Angleterre, de France, de Flandre, de Hollande, fut
gelée dans l'étendue de quelques milles, au point qu'aucun paquebot ne
put sortir des ports ou y rentrer pendant plus de deux semaines.»

En 1726, on passa en traîneau de Copenhague à la province de Scanie, en
Suède.

Des phénomènes analogues à ceux que nous venons de rapporter se
produisirent encore en 1754, 1762, 1765, 1766...

Nous pouvons remarquer que, dans tous les hivers assez rigoureux pour
congeler profondément les rivières, on en profite pour les transformer
en voies de communication. Tantôt on se contente de les traverser,
évitant ainsi les longs détours nécessaires pour aller chercher les
ponts, tantôt on s'en sert en guise de routes. C'est surtout dans les
pays du Nord, où les rivières se gèlent solidement presque chaque année,
que ces singuliers chemins sont fréquentés. Plutarque rapporte que
«certains peuples barbares, quand ils veulent traverser les rivières,
font marcher devant eux des renards. Si la glace n'est pas épaisse, et
que l'eau ne soit prise qu'à la surface, ces animaux, avertis par le
bruit de l'eau qui coule sous la glace, retournent sur leurs pas.»

Guettard, membre de l'Académie des sciences, raconte, en 1762, comment
on utilise en hiver la Vistule congelée. «La neige qui couvre les
chemins ayant pris de la consistance par les gelées, les chemins
deviennent praticables aux traîneaux, qui ne sont pas même arrêtés par
les rivières; elles sont alors gelées et permettent ainsi à toute espèce
de voitures de les traverser; cette facilité engage donc alors les gens
de la campagne à conduire à Varsovie sur des traîneaux ce qu'ils ont à
vendre; c'est un malheur pour la campagne et la ville lorsque l'hiver
est trop doux, qu'il ne tombe point ou très peu de neige, et que les
rivières ne prennent point: c'est dans la vue de prévenir ce dernier
inconvénient, qu'aussitôt que la Vistule charrie beaucoup, des hommes
portés par de petits bateaux jettent entre les glaçons de la longue
paille, afin que par son moyen les glaçons puissent s'entre-accrocher,
ralentir par conséquent leur mouvement, et faire prendre entièrement la
rivière; alors, si l'on veut avoir promptement un chemin qui soit ferme
et sûr pour traverser cette rivière, on le forme avec de la même paille
que l'on arrose: elle ne fait bientôt plus qu'un seul corps avec cette
eau, qui se gèle aussitôt, et avec les glaçons; elle procure ainsi un
chemin sur lequel on peut passer, lors même qu'il ne serait pas prudent
de tenter le passage dans les autres endroits où les glaçons sont
également arrêtés. Ce chemin est même cause que dans le dégel la rivière
ne débâcle pas aussitôt qu'elle le ferait si on ne l'avait pas formé: on
s'en sert encore pour le passage, lorsqu'on a abandonné les autres qui
n'avaient été tracés que par les voitures et les passagers. Au reste,
les uns et les autres sont très commodes, lors surtout qu'il est tombé
beaucoup de neiges; ils en deviennent plus unis.»

La glace ne devient assez forte pour porter les charges que lorsqu'elle
a atteint une certaine épaisseur. Cette épaisseur est beaucoup moins
considérable qu'on ne serait tenté de le croire, car la glace a une
grande force de résistance, qui se trouve encore bien augmentée par
l'eau qui la soutient par-dessous. Des expériences ont été poursuivies
sur ce sujet par plusieurs physiciens, Hamberger, Temanza, Toaldo, par
la Société royale de Londres. On a reconnu qu'il faut 5 centimètres pour
que la glace porte un homme, 9 centimètres pour qu'un cavalier y passe
en sûreté; quand la glace atteint 13 centimètres, elle porte des pièces
de huit placées sur des traîneaux, et quand son épaisseur s'accroît
jusqu'à 20 centimètres, l'artillerie de campagne attelée peut y passer.
Les plus lourdes voitures, une armée, une nombreuse foule, sont en
sûreté sur la glace dont l'épaisseur atteint 27 centimètres.

Examinons maintenant comment se forme la glace à la surface des rivières
et des mers. Ici il s'agit d'une eau sans cesse agitée, dans laquelle
les phénomènes que nous avons étudiés à propos des lacs ne peuvent se
produire. On a constaté, en effet, que l'eau d'une rivière a dans toute
sa masse et en toute saison une température à peu près uniforme, à cause
du mélange continuel produit par le courant. Quand cette température est
arrivée à zéro, la congélation de la rivière commence: elle charrie des
glaçons. Les savants ont cru longtemps que ces glaçons étaient
exclusivement formés à la surface de l'eau. Il s'en forme effectivement
ainsi, notamment dans tous les points où le courant est assez faible,
sur les rivières à faible pente, et sur les bords des rivières plus
rapides. Ces glaces de surface restent en place, s'étendant de plus en
plus, ou bien se détachent et deviennent flottantes. Mais ce n'est là
l'origine que d'une bien faible partie des glaces flottantes. Le plus
grand nombre se forme au fond, directement sur le lit. Les glaces de
fond non plus ne se forment pas partout. Leur production n'a lieu que là
où la profondeur est peu considérable et où le fond est formé de
cailloux ou de gravier.

Longtemps avant que les physiciens aient admis cette formation de la
glace de fond, elle était connue des meuniers, des pêcheurs, des
bateliers. «Ils faisaient remarquer, pour appuyer leur opinion, écrit
Arago, que la surface inférieure des gros glaçons est imprégnée de
fange, qu'elle est incrustée de gravier, qu'elle porte, en un mot, les
vestiges les moins équivoques du terrain sur lequel ils reposaient. En
Allemagne, les mariniers ont même un nom spécial et caractéristique pour
désigner les glaces flottantes; ils les appellent _grundeis_,
c'est-à-dire glaces de fond. Les pêcheurs affirmaient que dans les
journées froides, longtemps avant l'apparition de la glace à la surface
du fleuve, leurs filets, situés au fond de l'eau, se couvraient d'une
telle quantité de _grundeis_ qu'il leur était très difficile de les
retirer; que les corbeilles dont on se sert pour prendre des anguilles
revenaient souvent d'elles-mêmes à la surface, incrustées extérieurement
de glace...» Il ne fallut rien moins que les nombreuses expériences et
observations de bien des savants, Hales, Desmarest, Braun, Knight,
Mérian, Hugi, Fargeau, Duhamel..., pour faire admettre comme vraie cette
formation. Elle est maintenant établie d'une façon indubitable, et
chacun sait que les glaçons qui se forment au fond, lorsqu'ils ont
acquis une force ascensionnelle suffisante pour se détacher des cailloux
qui les retiennent, montent et deviennent flottants. L'explication que
l'on donne actuellement de cette formation des glaces de fond n'est pas
absolument satisfaisante. Le courant de la rivière est moins rapide au
fond qu'à la surface à cause du frottement, et comme la température y
est aussi basse, la congélation y sera plus facile. De plus, les
aspérités présentées par les pierres permettent aux premiers cristaux de
se fixer, de s'enchevêtrer, puis de s'accroître jusqu'à former un bloc
de glace. Mais cette explication ne rend pas compte de certaines
particularités que présente parfois le phénomène. Quoi qu'il en soit de
l'explication, le fait demeure acquis.

Les glaces de fond, tout aussi bien que les glaces de surface, se
forment principalement dans le cours supérieur du fleuve et dans les
affluents, à cause du moindre courant et de la moindre profondeur des
eaux. Mais, arrivés dans le cours inférieur du fleuve, ces glaçons
peuvent l'obstruer en s'arrêtant dans les coudes, dans les passages à
moindre courant, dans les endroits surtout où des obstacles s'opposent à
leur passage. Pressés les uns contre les autres, ils se soudent par
suite du phénomène de dégel et de regel que nous avons étudié. Tous ceux
qui arrivent se trouvent arrêtés à leur tour, et à partir de ce point la
rivière se prend dans tout le cours supérieur. Si l'arrêt se fait près
de l'embouchure, la totalité du fleuve pourra être couverte de glace;
si, par suite de la soudaineté du froid, les glaçons charriés deviennent
subitement fort nombreux, il leur arrivera souvent de se souder dans les
affluents eux-mêmes, et le fleuve restera libre dans une partie de son
cours, comme cela eut lieu en 1709 pour la Seine à Paris, et pour le
Rhône à Viviers.

Dans la mer, il se forme aussi des glaces de fond. Lisons dans Elisée
Reclus la saisissante description du phénomène: «Dans les mers polaires,
l'abaissement de température a pour conséquence la formation des glaces.
Pendant les longs hivers de ces froides régions, l'eau tranquille des
baies et des golfes se congèle sur le pourtour des côtes; et la masse
cristalline, gagnant incessamment sur les mers, finit par s'étendre au
large jusqu'à de très grandes distances. C'est la «glace de terre.» Mais
dans les mers qui n'ont pas une grande profondeur, c'est généralement
sur le lit même que la masse liquide se congèle. Lorsque la masse n'est
pas agitée, elle reste liquide; puis, sous un ébranlement quelconque,
elle se prend subitement. Parfois, au commencement de l'hiver, les
marins et les pêcheurs de la Baltique et des côtes occidentales de la
Norvège sont tout à coup environnés de glaçons qui s'élèvent du lit de
la mer, et dont les plaques contiennent encore des fragments de fucus.
L'apparition se produit d'une manière tellement rapide que souvent les
bateaux courent le risque d'être écrasés entre les masses solides qui
s'entassent autour d'eux, et l'équipage se trouve en danger. Dans les
régions polaires, ces glaces de fond soulèvent fréquemment de grosses
pierres arrachées des écueils. Ce sont ces glaçons qui s'unissent pour
former les banquises.»

[Illustration: Au milieu des glaçons.]

Mais les glaces ne peuvent durer toujours dans nos climats tempérés. Le
froid n'immobilise pas longtemps les flots de la mer, pas plus qu'il
n'arrête le courant des rivières. Le dégel arrive, la neige fond, la
rivière monte et soulève l'immense masse de glace. Des craquements
épouvantables se font entendre; les fragments qu'avait soudés la gelée
se séparent et reprennent leur course un moment interrompue: c'est la
débâcle. Le fleuve devenu torrent précipite sa course, les glaçons
arrêtés par les obstacles s'amoncellent et renversent tout sur leur
passage. Les ponts sont emportés, les chaussées détruites, les plaines
submergées. Nulle puissance ne peut arrêter le fléau, et l'homme
assiste, impuissant, à la ruine de tous ses travaux.

Toutes les chroniques sont remplies des désastreux effets produits par
les débâcles. Nous en examinerons plusieurs par la suite; commençons dès
maintenant à en citer quelques-unes.

En 822, la débâcle produisit de grands dégâts dans les métairies situées
sur les bords du Rhin. En 1234, la débâcle des fleuves amena en
Allemagne la rupture des ponts et la chute de nombre de maisons, de
murailles et d'arbres. En 1236, les ponts de Saumur et de Tours furent
rompus par la débâcle des glaces. En 1307, lors de la débâcle,
l'impétuosité des glaces fut telle que les ponts, les moulins et les
maisons voisines des rivières s'écroulèrent. A Paris, au port de la
Grève, un grand nombre de bateaux marchands s'abîmèrent avec les
personnes et les approvisionnements qu'ils contenaient.

Lisons le récit de la débâcle de la Seine en 1408, par Félibien: «Des
glaçons d'une grandeur énorme, se détachant tout à coup, le 30 du mois
de janvier, allèrent heurter avec impétuosité les deux petits ponts,
l'un de bois, joignant le petit Chastelet, l'autre de pierre, appelé le
pont Neuf, aujourd'hui Saint-Michel, qui avoit été fait depuis quelques
années. Tous les deux furent abattus par les glaçons le 31, et renversés
dans la rivière avec les maisons qui étoient dessus, où logeoient
quantité de marchands et d'ouvriers de toutes sortes, comme teinturiers,
écrivains, barbiers, cousturiers, éperonniers, fourbisseurs, frippiers,
tapissiers, brodeurs, luttiers, libraires, chausseliers. Mais il n'y
périt personne, parce que l'accident arriva de jour, depuis sept à huit
heures du matin jusqu'à une ou deux heures après midi..... Au-dessus du
grand pont il y avoit des moulins qui appartenoient à l'évesque de
Paris; ils furent brisés et abîmés par les glaçons; et le grand pont
même fut si ébranlé qu'on vit trébucher quelques maisons de changeurs
qui étoient dessus.» En 1616, ce pont Saint-Michel fut encore renversé;
il y eut des accidents palpitants. C'est encore à Félibien que nous
emprunterons ce récit: «Le roi étoit en marche de Bordeaux à Paris dans
le fort de l'hiver. Une partie de sa suite périt de froid et de fatigue
par les chemins. On compta que du seul régiment des gardes, qui étoit de
trois mille hommes, il en mourut plus de mille. A Paris, le dégel qui
survint après une gelée extrême emporta, par la violence des glaces, le
côté du pont Saint-Michel qui regardoit le petit pont, avec perte de
quantité de richesses, la nuit du 29 au 30 janvier. Mais il n'y eut
qu'une seule personne noyée. Le pont au Change reçut aussi une telle
secousse que plusieurs maisons du côté du pont Notre-Dame en furent
renversées dans l'eau. Un enfant qui se trouva enseveli dans les ruines
fut préservé d'une manière tout à fait singulière. Deux poutres se
croisèrent comme pour le garder. Un chien, qui se trouva enfermé avec
lui, jappoit si fort, qu'on décombra le lieu pour le délivrer. Le chien
sortit, mais, voyant qu'on laissoit l'enfant, il rentra sous les masures
et ne cessa de japper jusqu'à ce qu'on vînt délivrer l'enfant, que l'on
trouva sain et entier.»

En 1658, il se produisit des faits analogues à Paris; plusieurs
personnes périrent. En 1768, il y eut encore à Paris une débâcle très
pénible dont le récit nous a été conservé par Déparcieux, qui avait été
chargé par l'Académie des sciences de l'étudier de près. Il examine
scientifiquement cette débâcle dans ses moindres détails. Il montre que
les désastres causés dans les villes par la rupture des glaces sont dus
presque entièrement aux ponts et aux établissements flottants qui
s'opposent à leur écoulement. En 1768, l'accumulation fut telle que le
courant en fut presque intercepté, et qu'il en résulta dans le cours
supérieur de la Seine une inondation considérable. «Les glaçons arrivant
en foule, et plus vite qu'ils ne pouvoient passer par les ponts, les
derniers poussoient les premiers de côté et d'autre en avançant
toujours; ils cassoient les câbles, entraînoient les bateaux, grands et
petits, et les poussoient contre les maisons ou contre les quais, les
faisoient entrer les uns dans les autres, les flancs des plus foibles
cédant aux plus forts. La Samaritaine fut garantie, comme la pompe du
pont Notre-Dame, par trois bateaux de blanchisseuses et autant de
moulins que les glaçons poussèrent sur les bateaux devant l'arche de
cette machine; trois bateaux et deux moulins y ont péri; on ne les a
enlevés que pièce à pièce.»

Puis il raconte des épisodes de la débâcle, épisodes dont il a été le
témoin: «Il y eut en cet endroit, peu après le commencement de la
débâcle, un spectacle bien triste et bien effrayant; je ne puis me le
rappeler sans frémir. Deux filles se trouvèrent entraînées dans un
bateau de blanchisseuses tout fracassé, qui, heureusement pour elles,
vint se loger dans l'arche de la Samaritaine, non loin d'un moulin qui
venoit d'être coulé à fond; et leur bateau étoit prêt à en faire autant.
Les glaçons entassés, les moulins et les bateaux brisés en cet endroit,
ne leur permettoient aucun passage; elles croyoient être à leur dernier
moment, lorsque quelques personnes secourables leur descendirent une
corde de dessus le parapet; l'une des deux, celle à qui j'ai parlé, s'en
saisit, la passe sous ses aisselles, la noue elle-même, et on l'enlève;
mais telle fut sa frayeur que, le noeud se resserrant lui fit croire que
la corde cassoit, elle arriva évanouie en haut; on secourut ensuite
l'autre. Un charbonnier, au même endroit, ne fut pas aussi heureux; il
tomba entre un bateau et des glaçons, et disparut. Il y eut à déplorer
bien d'autres malheurs. La rivière étoit si haute qu'elle porta un train
de grosses pièces de charpente destinées pour la marine dans un jardin
de Bercy, en faisant marcher le parapet devant le train de bois. Cette
eau porta et répandit une quantité prodigieuse de glaçons dans les
plaines d'Ivry, de Maisons, de Choisy, de Villeneuve-Saint-Georges, qui
ont été autant de moins pour le passage dans Paris. L'eau entra dans le
faubourg Saint-Antoine par la rue Traversière, qui fut remplie de
glaçons jusqu'au delà de la rue de Charenton.»

La plupart des malheurs des débâcles sont dus à l'embarras des glaces.
Il est fort probable que presque tous les dégâts dont parle l'histoire
de Paris ont été causés par des accumulations semblables à celle que
nous venons de décrire.

Déparcieux se demande, dans la seconde partie de son mémoire, s'il n'y
aurait pas moyen d'empêcher les désastres. D'après lui, il n'y a qu'à
mettre obstacle à la congélation de la rivière dans la ville, et il
propose des procédés qu'il croit efficaces pour arriver à ce résultat.

Il montre très nettement les causes qui déterminent la prise si
fréquente de la rivière dans Paris. Les glaces flottantes, qui arrivent
librement, rencontrent sur leur passage à travers la ville de nombreux
obstacles qu'on ne peut songer à supprimer. Elles s'accumulent, se
soudent, s'arrêtent complètement. On n'a d'autre moyen d'empêcher la
prise des eaux de la ville que celui d'arrêter les glaces avant leur
arrivée, en déterminant au-dessus une congélation complète. Cette
congélation lui semble facile à produire.

Il propose de tendre, au-dessus du confluent de la Seine et de la Marne,
dans chacune des deux rivières, immédiatement au-dessus du niveau de
l'eau, une chaîne flottante faite avec de forts madriers de sapin. Cette
chaîne, tendue quand la température fait prévoir que la Seine va
charrier, arrêtera les glaçons. Ils se souderont les uns aux autres
au-dessus du barrage et détermineront la prise totale de la rivière à
partir de la chaîne. Il établit que cette chaîne n'aura pas à supporter
une poussée bien considérable, et qu'il sera facile de la faire assez
résistante. De cette manière, les glaçons flottants n'arriveront pas
dans la ville, et, pour empêcher la rivière de s'y arrêter, il suffira
de casser une fois par jour la glace sur les bords et autour des
bateaux. On maintiendra ainsi toujours libre la rivière dans Paris, et
il en résultera beaucoup d'avantages.

D'abord, on pourra mettre les bateaux à l'abri, de manière à ce que, au
moment de la débâcle, ils ne soient pas ruinés et ne nuisent pas à
l'écoulement des glaces. De plus, au dégel, les glaces de la Seine
arrivant en grand nombre n'éprouveront aucun obstacle à leur écoulement,
la traversée de Paris se trouvant libre, et elles passeront sans causer
de dommage. On n'en peut douter quand on remarque que la débâcle de la
Marne, qui se produit toujours alors que la Seine est libre dans Paris,
n'y cause jamais aucun accident.

Ce moyen indiqué par Déparcieux ne semble pas avoir été essayé; car,
dans les grands hivers qui suivent celui de 1768, nous voyons la rivière
se congeler dans Paris comme par le passé. Il méritait cependant un
meilleur sort et aurait sans doute donné de bons résultats.

Le moyen employé de nos jours, dont nous parlerons à propos de l'hiver
de 1879-1880, est beaucoup moins rationnel, et ne donne que de bien
petits résultats.



CHAPITRE V

EFFETS DIVERS DU FROID.


Quelques effets de la gelée nous ont échappé dans les chapitres
précédents: nous allons les énumérer rapidement, en quelques mots. Il
s'agit encore de la congélation de l'eau et de divers liquides, mais
produite dans des conditions toutes spéciales.

L'eau des puits est le plus ordinairement préservée de la gelée.
Enfoncée de plusieurs mètres au-dessous du sol, ne communiquant avec
l'extérieur que par une étroite ouverture, elle ne peut guère se
refroidir. Elle y arrive cependant quelquefois, et peut-être la
congélation dans les puits un peu profonds est-elle un des signes les
plus caractéristiques de la rigueur du froid, un des effets les plus
rares. Arago, dans sa notice, cite avec soin les rares cas de
congélation de l'eau des puits.

Déparcieux, dans le mémoire dont nous avons déjà donné de longs
extraits, cite plusieurs exemples dignes d'intérêt. Il remarque que, en
l'hiver 1767-1768, beaucoup de puits se gelèrent, qui étaient restés
entièrement liquides en 1709, terrible hiver cependant, et bien plus
froid que celui de 1768. Il rapporte d'abord l'observation de Duhamel:
dans un puits situé à Ascou, près de Denainvilliers, ayant 50 pieds de
profondeur, 6 pieds de diamètre à la margelle, et 11 pieds dans le bas,
il gela à un demi-centimètre d'épaisseur. Beaucoup d'autres puits du
voisinage, moins profonds, avaient gelé beaucoup plus fortement.

Il cite encore un grand nombre de puits qui, au dire des vieillards,
n'avaient pas été gelés en 1709 et qui le furent alors. A Montmorency
chez le père Cotte, à Alais en Languedoc, à Ménars chez M. le marquis de
Marigny, on eut des glaces fort épaisses au fond des puits.

Fréquemment les liquides qui ne se gèlent pas d'ordinaire, encre,
vinaigre, verjus, vin, ont été gelés dans les grands hivers. En 860, le
vin gela dans les vases qui le contenaient; de même en 1133. En 1216, le
vin, dans les caves, faisait en se solidifiant éclater les tonneaux.
Nous verrons qu'en 1408 l'encre se gelait dans l'encrier du greffier du
Parlement, qu'en 1422 le vinaigre et le verjus gelaient dans les caves.

En 1468, le vin exposé au dehors fut entièrement solidifié. On lit, en
effet, dans Philippe de Comynes: «Par trois fois fut départy le vin
qu'on donnoit chez le duc de Bourgogne, pour les gens qui en
demandoient, à coups de coignée, car il étoit gelé dedans les pipes, et
falloit rompre le glaçon qui étoit entier, et en faire des pièces que
les gens mettoient en un chapeau ou un panier, ainsi qu'ils vouloient.»
Et il ajoute: «J'en dirois assez d'étranges choses, longues à écrire;
mais la faim nous fit fuir à grande hâte après avoir séjourné huit
jours.»

En 1544, «la froidure étoit si extrême qu'elle glaçoit le vin dans les
muids; il le falloit couper à coups de hache, et les pièces s'en
vendoient à la livre.» En 1776, les vins qui se trouvaient sur les quais
de la Seine, à Paris, firent en se solidifiant éclater les tonneaux.

Remarquons que dans ces trois derniers exemples, il s'agit de vin exposé
en plein air, sans abri; les congélations dans les caves, assez
fréquentes, ne sont jamais aussi complètes. Les caves mal construites,
trop librement exposées aux courants d'air, sont les seules qui laissent
entrer le froid.

Les pierres elles-mêmes ne sont pas à l'abri de la gelée. Celles qui,
plus particulièrement poreuses, se laissent pénétrer par l'eau, sont
surtout exposées. La congélation de l'eau qu'elles renferment, et son
augmentation de volume, déterminent la rupture de la pierre. Si l'hiver
est rigoureux, si de plus la pierre est humide dans tout son volume,
elle peut être brisée entièrement, quelquefois même avec bruit. Mais le
plus souvent, dans les hivers ordinaires, c'est seulement la surface qui
est gelée, et il s'en sépare de petites lamelles qui tombent, et la
pierre s'en va à la longue en petits fragments. Les pierres qui sont
sujettes à ce morcellement par le froid sont dites gélives. L'action du
froid sur les pierres, et en général sur presque toutes les roches qui
constituent l'écorce terrestre, a une grande importance, car elle est
une des causes principales de la formation de la terre végétale.

Nous voici maintenant arrivés au terme de la première partie de cette
étude. Nous connaissons tous les phénomènes qui se produisent dans les
hivers rigoureux, et qui peuvent servir à les caractériser. Il est bon
de les réunir en quelques lignes.

Ces phénomènes peuvent se diviser en trois catégories:

1º Action sur les hommes et les animaux. Le froid détermine les
congélations partielles ou totales, la mort par asphyxie, des épidémies
consécutives si désastreuses qu'elles ont quelquefois privé des régions
entières de la presque totalité de leurs bestiaux et d'une très notable
partie de leurs habitants;

2º L'action destructive sur les plantes, la plus triste des conséquences
du froid, parce qu'à la perte de la récolte succèdent les plus
épouvantables famines, à la nourriture insuffisante les plus terribles
épidémies;

3º L'action sur la nature minérale: congélation des divers liquides, et
notamment de l'eau, des mers, des fleuves, suivie de débâcles violentes.
Le spectacle des débâcles, spectacle grandiose et terrible, est bien
fait pour frapper l'imagination et remplir les âmes de terreur; mais les
conséquences qui en résultent sont infiniment moins graves que les
précédentes.

Nous allons maintenant voir ces phénomènes en action. Nous les
considérerons d'abord en permanence dans les régions voisines des pôles,
là où règne un hiver plus remarquable encore par sa durée que par sa
rigueur; puis dans l'Europe centrale, notamment dans la France, pendant
les hivers les plus rigoureux dont l'histoire nous ait conservé le
souvenir.



LIVRE II

LES RÉGIONS DES GRANDS FROIDS.



CHAPITRE PREMIER

DESCRIPTION DES RÉGIONS POLAIRES.


Sur presque toute la surface de la terre on voit les étés succéder aux
hivers. Après les froids, dont les effets sont parfois si terribles,
arrive le dégel, et la terre semble faire une provision de chaleur qui
lui permettra de lutter contre la rigueur de la mauvaise saison
suivante.

Mais il est des régions tristement partagées qui n'ont pas ce temps de
repos. L'été n'y dure que quelques semaines, quelques jours même, et
quel été! Ce sont ces hivers perpétuels, aussi tristes par leur
prolongation que par leur extrême froidure, dont nous allons donner
d'abord un rapide tableau.

A mesure que l'on s'éloigne de l'équateur pour marcher vers le pôle, on
sent la chaleur diminuer rapidement. Les rayons du soleil, plus
obliques, ne font que raser la terre et ne l'échauffent plus. De plus, à
mesure qu'il s'élève moins, le soleil devient plus irrégulier dans sa
course, les jours d'hiver deviennent plus courts, les nuits plus
longues. Dans le voisinage du pôle, à l'époque du solstice d'hiver, le
soleil reste vingt-quatre heures sans se montrer à l'horizon. Le
parallèle sur lequel on voit ce premier jour sans soleil est le cercle
polaire. Pour tous les points situés au delà du cercle polaire on a, au
solstice d'hiver une nuit de plus de vingt-quatre heures, au solstice
d'été un jour de plus de vingt-quatre heures. Et la durée de cette
sombre nuit augmente à mesure qu'on marche vers le pôle. Au cap Nord, le
soleil reste pendant deux grands mois au-dessous de l'horizon; au
Spitzberg, la nuit est de cent jours; au pôle, enfin, un jour de six
mois succède à une nuit de même durée.

Cette étrange succession des nuits et des jours n'est pas une des
moindres curiosités de ces si rudes climat; et le voyageur qui y arrive
en souffre cruellement. D'après les navigateurs, l'absence prolongée du
soleil, que vient remplacer presque constamment la lueur fantastique des
aurores boréales, est moins pénible à supporter que l'effroyable
monotonie d'un jour sans fin.

[Illustration: Les déserts glacés du pôle.]

C'est dans ces régions que nous allons rencontrer un hiver presque
perpétuel. «Là, nous sommes arrivés aux limites de la terre habitée, à
ces déserts glacés que les pêcheurs de phoques et de morses fréquentent
seuls, et qui ne sont peuplés que par quelques tribus d'Esquimaux.
Groupées autour des pôles, ces régions représentent deux calottes
sphériques dont la septentrionale seule a été explorée. Elle comprend le
Spitzberg, la Nouvelle-Zemble, le nord de la Sibérie, la partie de la
Nouvelle-Bretagne qui confine à l'océan Glacial, la terre de Baffin, le
nord du Groenland et les îles de la mer Polaire comprises sous la
dénomination de _terres arctiques_. Rien ne peut peindre l'aspect
sinistre de ces solitudes. L'oeil n'y rencontre que des mers immobiles,
que des glaciers surplombant d'immenses champs de neige à la surface
desquels se dressent des rochers nus et dépouillés où se dessine de loin
en loin la silhouette d'un renne ou d'un ours blanc. Les rayons d'un
soleil oblique, traversant avec peine un épais rideau de brume, viennent
se réfléchir sur ces grandes surfaces d'un blanc uniforme et les
éclairent d'un jour douteux. Cette lueur monotone remplit le ciel
pendant le cours d'un long été sans nuits, et disparaît ensuite pour
faire place pendant plusieurs mois à la clarté blafarde de la lune, à
l'éclat des aurores boréales.»

Au pôle austral, moins connu, on rencontre moins de terres, avec un
climat plus froid encore. Au delà du cercle polaire austral, les glaces
s'opposent presque complètement au passage des navigateurs, tandis que,
dans le Nord, les baleiniers vont souvent jusqu'au Spitzberg, bien plus
rapproché du pôle. Cook, en 1773 et 1774, fit le tour de la terre dans
le voisinage du cercle polaire antarctique. Des glaces continues ne lui
permirent guère de dépasser le parallèle de 71 degrés. «L'horreur des
solitudes australes jusque-là si inconnues, la rigueur excessive du
climat, les montagnes de glaces aux formes et aux dimensions colossales,
les hautes et longues falaises recouvertes d'un épais manteau de neige,
la mer semée de débris qui s'agitent et se heurtent sans repos,
frappèrent fortement la vive imagination de Cook.» Les îles ou
continents de ces régions presque complètement inconnues, et pour sûr
sans habitants, ne peuvent guère nous fournir de données pour notre
étude; revenons donc au pôle boréal.--Il a été assez exploré et assez
décrit pour que nous puissions en donner un tableau.

Là, tout est sous la glace, tout est sous la neige. Sur les côtes de la
Sibérie, de la Laponie, de la Nouvelle-Bretagne, de l'Amérique russe
jusqu'au Kamtschatka, tout est solide pendant la plus grande partie de
l'année. Sur terre comme sur mer, on ne voit que de l'eau solidifiée.
Des froids terribles semblent rendre le séjour de ces contrées
absolument impossible. Et pourtant que de voyageurs y ont passé de longs
hivers! Sir John Ross n'a pas pu les quitter pendant quatre ans. Entre
le 70e et le 74e degré de latitude, il a observé une température moyenne
de -14 degrés. En toute saison il a eu des gelées: la température la
plus basse a été de -49 degrés, la plus élevée de +10 degrés. Le mois le
plus froid, celui de janvier, avait une température moyenne de -34
degrés.

Dans de si froides contrées, il y a même des habitants qui n'émigrent
jamais. «On peut juger, dit Reclus, du climat de la Laponie par la
langue des Lapons, qui contient 20 noms pour désigner la glace, 11 pour
le froid, 41 pour la neige et ses composés, 26 verbes pour indiquer les
phénomènes du gel et du dégel.»

On ne connaît pas la température du pôle, puisque jamais on n'y a
pénétré; mais on a noté, dans les régions voisines, des froids plus
intenses encore que ceux rapportés par Ross. «Le temps est, de plus,
d'une inconstance remarquable dans les régions polaires: on voit
succéder à un calme plat des coups de vent aussi brusques que violents.
Tous les navigateurs parlent de ces bourrasques qui disloquent les
montagnes de glace et menacent d'engloutir les navires sous leurs
débris. En quelques heures, le ciel jusque-là serein se couvre de
nuages, et quand la température s'élève, l'atmosphère est obscurcie par
des brumes tellement épaisses qu'on ne distingue pas les objets à
quelques pas devant soi.»

Les caractères de ce rude climat ne s'arrêtent pas brusquement au cercle
polaire, et bien des régions plus proches de l'équateur ne sont pas
beaucoup mieux partagées. Les grands fleuves de la Sibérie, comme la
Léna, ne peuvent servir à la navigation dans leur partie basse, car ils
sont congelés pendant la moitié de l'année, et ils baignent des contrées
incultes, presque désertes, périodiquement désolées par de terribles
inondations.

Ces tristes régions ne sont pas cependant complètement privées d'un été
relatif. Quand il arrive, les glaces commencent à fondre, se disloquent;
c'est la débâcle, débâcle formidable comme les glaces qui la produisent.
Les champs de glace du pôle arctique se brisent, et leurs débris s'en
vont à la dérive. Des montagnes de glace, provenant de la chute des
glaciers du Spitzberg dans l'Océan, se détachent de la masse avec le
bruit du tonnerre et deviennent errantes. On les nomme des icebergs:
leurs dimensions sont colossales. Élisée Reclus nous en donne une
saisissante description: «Au large des côtes rocheuses du Groenland, du
Labrador, du Spitzberg, les glaçons s'unissent pour former les
banquises. Elles ont parfois une superficie de centaines de milliers de
kilomètres carrés, ou même constituent de véritables continents. Que de
fois les explorateurs des mers arctiques ont en vain tenté de trouver un
passage à travers ces barrières, et sont restés emprisonnés dans la
masse solide, après s'être aventurés dans quelque baie trompeuse de la
banquise! Les montagnes de glace détachées des glaciers ont aussi des
dimensions colossales, 120 mètres au-dessus de l'eau, 1000 au-dessous.
Hayes compare au colosse de Rhodes un des blocs qu'il rencontra; un
large détroit coulait entre ses deux piliers. John Ross a rencontré dans
la baie de Baffin plusieurs blocs échoués à une profondeur de 475
mètres. Quant aux fragments de banquises, on en a rencontré qui
n'avaient pas moins de 100 à 150 kilomètres dans tous les sens, et qui
devaient peser jusqu'à 18 milliards de tonnes.»

Malheur au vaisseau qui est pris entre ces blocs énormes, il est broyé
et disparaît. Le _Tegetthoff_, emprisonné dans les glaces polaires en
1873, fut le témoin de ces luttes grandioses des éléments au moment de
la débâcle. Son équipage n'échappa que par miracle à une mort qu'il
croyait certaine. Nous empruntons la description du phénomène à la
relation du _Tour du monde_: «Ce n'est qu'au moyen de l'ouïe qu'on peut
se rendre compte de l'épouvantable conflit des éléments autour de soi,
car on est dans une nuit profonde que nulle lanterne ne saurait
éclairer. Les fracas de la glace comprimée, dont les blocs se heurtent
et se brisent les uns contre les autres, ont augmenté sensiblement de
sonorité à mesure que le froid s'est accru. A l'automne, alors que les
plaines du _Pack_ ne formaient pas encore des entablements aussi énormes
et aussi puissamment soudés, les convulsions étaient accompagnées de
bruits graves et sourds; à présent, ce sont de véritables hurlements de
rage; oui, aucun mot ne saurait rendre la nature de ce vacarme.
L'horrible grondement se rapproche de plus en plus; on dirait des
centaines de chariots qui roulent sur un sol très raviné. En même temps,
l'intensité de la pression s'accroît; déjà la glace commence à trembler
immédiatement au-dessous de nous, et à gémir sur tous les modes
imaginables. C'est d'abord comme le sifflement de mille flèches; c'est
ensuite un espèce de concert furieux où les voix les plus aiguës
glapissent mêlées aux plus graves; le mugissement devient de plus en
plus sauvage; la glace, tout autour du navire, se rompt en fêlures
concentriques, et ses fragments fracassés roulent les uns sur les
autres,

»Un rythme particulier, marqué d'effrayantes saccades, indique le point
culminant de la pression. L'oreille épie avec angoisse cette modulation
bien connue. Ensuite survient un craquement; quelques raies noires
strient la neige au hasard; ce sont de nouvelles crevasses qui ouvrent,
un instant après, tout à côté de nous, des abîmes béants. C'est souvent
aussi le dernier effort du phénomène. Les hautes agglomérations
s'agitent en grondant et s'écroulent, pareilles à une ville qui tombe en
ruine. On entend encore, par intervalles, quelques murmures, puis tout
semble rentré dans le repos. Hélas! ce n'est que le commencement.»

L'immense couronne de glace que l'on rencontre à chaque extrémité de la
terre se continue-t-elle jusqu'au pôle? Presque tous les navigateurs
répondent que non. Ils croient à l'existence d'une mer libre, à
température relativement élevée, séparée de notre océan par des glaces,
des îles, des continents, que personne encore n'est parvenu à franchir.
Cependant, le savant explorateur suédois Nordenskiold, qui vient de
traverser si glorieusement tout l'océan Glacial, de Sibérie jusqu'au
détroit de Behring, ne partage pas l'opinion générale. Après s'être
approché du pôle jusqu'à une distance de 800 kilomètres, plus près que
tout autre navigateur, il déclare que l'existence d'une mer libre
arctique est une chimère.

Les terres enveloppées de glace, qui se joignent à l'Océan solidifié
pour arrêter les explorateurs les plus intrépides, présentent un
spectacle plus triste encore que celui des icebergs et des banquises.
Dans l'intérieur de ces îles souvent immenses, où n'arrive plus aucune
dérivation du Gulf-Stream, la température est plus basse encore que sur
les glaces flottantes; il gèle en toute saison, et presque aucune
végétation ne vient annoncer le retour d'un été sans chaleur. Aucune
peuplade ne peut habiter à ces latitudes extrêmes, car l'homme n'y
trouverait ni bois pour se chauffer, ni plantes pour aider à sa
subsistance, et les animaux trop rares ne lui fourniraient qu'une
existence bien précaire.

Chose surprenante pourtant, ces horribles climats, avec leurs rigueurs
et leurs variations continuelles, leurs glaces, leurs brouillards et
leurs tempêtes, sont des plus sains, et l'homme qui y porterait de quoi
vivre jouirait d'une parfaite santé. Le Spitzberg, une des terres les
plus proches du pôle, complètement inhabité, est cependant d'une grande
salubrité. Écoutons Élisée Reclus: «L'archipel du Spitzberg, attiédi par
les courants maritimes, participe à l'adoucissement du climat de toute
l'Europe occidentale. En été, le climat du Spitzberg est, sinon l'un des
plus agréables de la terre, du moins l'un des plus salubres.» Les divers
explorateurs ont constaté que, pendant la belle saison, rhumes,
catarrhes, toux, affections de poitrine, sont inconnus des équipages qui
y séjournent. «Le Spitzberg devrait être recommandé par les médecins
comme un excellent séjour d'été à un grand nombre de malades. Peut-être
que, dans un avenir prochain, des hôtels pareils à ceux des sommets
alpins seront érigés au bord des criques du Spitzberg, pour
l'accommodation des chasseurs et des malades venus de l'Angleterre et du
continent. Toutefois, ce climat salubre reste froid, inégal, changeant.
Jamais le ciel n'est serein pendant une journée entière.»

Le Spitzberg, presque en son entier, est recouvert de glaciers et de
neiges; la neige y tombe à toutes les époques de l'année. Souvent le
froid est tel que le mercure se congèle à l'air. C'est surtout pendant
l'immense jour de quatre mois, par un temps relativement calme, que se
produisent les températures les plus basses. L'inégalité du climat est
telle que, pendant le mois de janvier, qui est le plus froid, la
température s'élève quelquefois au-dessus du point de glace. Un été très
court, de quelques semaines, pendant lequel la neige tombe souvent,
présente une température moyenne plus basse que celle du mois de janvier
de nos climats.

Les récits des voyageurs vont nous éclairer davantage sur les grands
froids de ces tristes régions.



CHAPITRE II

VOYAGES DANS LES RÉGIONS POLAIRES.


Dès le commencement du dix-huitième siècle, les voyageurs constatèrent
et mesurèrent les froids intenses de la Sibérie, le plus froid des pays
du monde. Quoique sous la même latitude que la Norvège et que la
Laponie, elle a à supporter des hivers bien plus rigoureux encore, plus
rigoureux même que ceux du Spitzberg et du Groenland. Ils y durent de
neuf à dix mois, et la neige, qui apparaît d'habitude en septembre,
tombe encore fréquemment en mai. Ce pays, cependant, n'est pas dépourvu
de végétation, grâce aux chaleurs d'un été très court mais très chaud.
Telles sont, en effet, les variations de ce climat, qu'à Iaktusk, le
pays le plus froid du monde en hiver, les Tunguses peuvent aller nus en
été.

En 1749, Delisle, étant à Saint-Pétersbourg, envoya en Sibérie un
certain nombre de thermomètres, pour que la température y fût observée
exactement. Lui-même avait supporté à Saint-Pétersbourg une température
de -34 degrés centigrades. «Il était impossible, dit-il, de rester
exposé à ce froid le visage découvert pendant une demi-minute; la
respiration y aurait pu manquer si l'on y fût resté plus longtemps; ce
n'était qu'au travers des vitres de la fenêtre d'une chambre chauffée
que l'on pouvait regarder mes thermomètres; personne ne pouvait
impunément s'exposer à sortir des maisons, quelque couvert qu'il fût de
bonnes fourrures.» La souffrance que faisait endurer le froid devait
être due probablement à un vent d'est assez fort qui soufflait ce
jour-là.

Mais cette température n'est rien en comparaison de celles observées
vers la même époque en Suède par M. de Maupertuis, et en Sibérie par des
voyageurs antérieurs. M. de Maupertuis eut, en effet, à Lubin, en Suède,
un froid de -46 degrés. Il affirme que, lorsqu'on sortait par cette
température, l'air semblait déchirer la poitrine. Il rapporte un effet
curieux de ce froid: lorsqu'on ouvrait la porte d'une chambre chaude,
l'air du dehors convertissait sur-le-champ en neige la vapeur qui s'y
trouvait et formait de gros tourbillons blancs.

Des observations plus anciennes montrent que, dès le seizième siècle, on
connaissait en Europe le froid intense de la Sibérie. Nous avons vu que
le capitaine Hugues Willoughby, étant allé chercher, vers 1553, le
chemin de la Chine par la mer septentrionale, fut arrêté par les glaces
dans un port de la Laponie nommé Arzina, où il fut trouvé mort avec tout
son monde l'année suivante. «Les Hollandais qui, étant allés de même
chercher le chemin de la Chine par la mer Glaciale, furent obligés
d'hiverner à la côte orientale de la Nouvelle-Zemble, l'an 1596, sous la
latitude de 76 degrés, ne purent se garantir du froid qui les aurait
tous fait mourir, qu'en s'enfermant dans une cabane qu'ils avaient
construite avec des bois que les glaces avaient par bonheur entraînés,
et par le moyen d'un feu continuel qu'ils entretenaient, tant avec ce
bois qu'avec de la houille qu'ils avaient apportée de Hollande; même
avec ce secours, ils eurent bien de la peine à s'empêcher d'avoir les
pieds gelés auprès du feu: leur cabane, quoique presque ensevelie sous
la neige, et sans aucune issue pour la fumée afin de mieux conserver la
chaleur du feu, était cependant en dedans couverte de glace de
l'épaisseur d'un doigt; leurs habits et fourrures étaient aussi couverts
de glace; le vin sec de Xérès était devenu par la gelée, dans la même
cabane, aussi dur que le marbre et se distribuait par morceaux. Ils ne
parlent point d'eau-de-vie, ni d'autres liqueurs plus fortes, n'en ayant
peut-être pas alors.»

[Illustration: Pris dans les glaces.]

Le capitaine Middleton, dans l'habitation des Anglais à la baie
d'Hudson, fut placé à peu près dans les mêmes conditions, quoique à une
latitude de moins de 58 degrés. «Quoique, dit-il, les maisons dans
lesquelles on est obligé de s'enfermer pendant cinq à six mois de
l'année soient de pierre, dont les murs ont deux pieds d'épaisseur;
quoique les fenêtres soient fort étroites et garnies de planches fort
épaisses, et que l'on ferme pendant dix-huit heures tous les jours;
quoique l'on fasse dans ces chambres un très grand feu quatre fois par
jour dans de grands poêles faits exprès, et que l'on ferme bien les
cheminées lorsque le bois est consommé, et qu'il ne reste plus que de la
braise ardente afin de mieux conserver la chaleur; cependant tout
l'intérieur des chambres et les lits se couvrent de glace de l'épaisseur
de trois pouces, que l'on est obligé d'ôter tous les jours. L'on ne
s'éclaire dans ces longues nuits qu'avec des boulets de fer de
vingt-quatre, rougis au feu et suspendus devant les fenêtres; toutes les
liqueurs gèlent dans ces appartements, et même l'eau-de-vie dans les
plus petites chambres, quoique l'on y fasse continuellement un grand
feu. Ceux qui se hasardent à l'air extérieur, quoique couverts de
doubles et triples habillements et fourrures, non seulement autour du
corps mais encore autour de la tête, du cou, des pieds et des mains, se
trouvent d'abord engourdis par le froid et ne peuvent rentrer dans les
lieux chauds, que la peau de leur visage et de leurs mains ne s'enlève
et qu'ils n'aient quelquefois les doigts des pieds gelés.»

Hansteen a rapporté de son séjour en Sibérie des observations pleines
d'intérêt sur le froid qui y règne. Le ciel y est presque toujours pur,
et l'absence complète de vent permet de sortir par des températures
extrêmement basses. Le calme de l'air est le plus souvent tel que la
chandelle avec laquelle ils allaient faire dehors leurs observations ne
vacillait même pas. Voyons les expressions mêmes du voyageur: «Dans
cette région l'air est toujours tranquille, et sa sécheresse fait que
l'on y souffre moins à -37 degrés qu'en Norvège à -19 degrés. Le nez et
les oreilles sont les parties les plus exposées à l'effet du froid, et
il arrivait souvent que pendant mes observations mon domestique me
prévenait que mon nez était déjà tout blanc et requérait une prompte
friction.»

Mais si, par des froids qui souvent dépassaient -40 degrés, on pouvait
sortir, il n'était guère possible de faire de grandes courses. Si, aussi
couvert de fourrures que l'on fût, on voulait essayer de marcher vite,
la respiration s'accélérait et l'on éprouvait aussitôt une grande
angoisse dans les poumons. Les chevaux, pressés par le postillon,
saignaient souvent par les narines: cet accident, qui se produit là-bas
assez fréquemment, n'a aucune gravité et l'on n'y prend pas garde.--On
était obligé de prendre des précautions constantes pour empêcher le
mercure du baromètre de se congeler. Pour faire les observations, il
était indispensable de ne pas toucher directement le métal avec la main
nue; on avait été obligé de garnir de peau tous les boutons des
instruments: «Si l'on touche le métal avec la main nue, dit Hansteen, on
sent au contact une douleur poignante, comme si c'était un charbon
ardent, et il s'élève sur la peau une cloche blanche, comme au contact
du fer rouge.» L'histoire rapporte des exemples d'accidents arrivés par
le contact de la main et du métal par un froid trop intense. Nous en
verrons un bien frappant en parlant du capitaine Parry.

La précaution recommandée par Hansteen (1829), de se frotter de temps en
temps le visage et les mains avec de la neige, ne doit pas être oubliée.
A Saint-Pétersbourg, par des températures de -30 degrés, les passants
s'avertissent mutuellement des dangers de congélation qu'ils courent. La
tragédienne Rachel, un jour qu'elle se promenait à Saint-Pétersbourg,
fut surprise d'une agression des plus vives d'un passant: il se
précipita dans sa voiture, et, sans lui rien dire, car le cas était
pressant, il se mit à lui frictionner vivement le nez.

Depuis Hudson (1690), les voyages de découverte au pôle Nord ont été
nombreux, et tous les explorateurs eurent à lutter contre les glaces, à
se préserver de froids véritablement terribles. Combien d'entre eux
payèrent de leur vie leur courageux dévouement à la science! Combien
n'ont pu sortir de ces régions polaires, trop froides pour avoir des
habitants! «Quoique situées en dehors du monde habité, ces terres
inhospitalières rappellent néanmoins quelques-unes des gloires les plus
pures de l'humanité. Ces mers dangereuses ont été parcourues dans tous
les sens par des hommes sans peur, qui ne cherchaient ni les batailles,
ni la fortune, mais seulement la joie d'être utiles.»

Après Hudson, qui mourut, avec son fils, victime d'une révolte de
l'équipage, arrive Behring (1741). Celui-ci, après d'importantes
découvertes, périt dans une île déserte, de fatigue et de froid. Les
neiges et les glaces furent son tombeau.

En 1813, les expéditions recommencent avec Ross, Parry,
Franklin...--Nous tirerons des récits de ces voyages ce qui peut nous
montrer le froid prodigieux des contrées parcourues.

En 1829, Ross retrouva dans le canal du Prince-Régent le vaisseau
_Fury_, qui avait été abandonné par Parry en 1825. Pendant ces quatre
années, toutes les provisions avaient été parfaitement conservées par le
froid. Le rôle de conservation du froid, et surtout des glaces, se
retrouve souvent dans les récits, et a acquis de nos jours une
importance considérable.

Dans cette Sibérie, dont nous avons déjà décrit les froids rigoureux, un
pêcheur tunguse trouva, en 1770, au milieu des glaces, à l'embouchure de
la Léna, un mammouth (_Elephas primigenius_) en parfait état de
conservation. Cet animal était enseveli là et conservé par les glaces
depuis bien des milliers d'années. Le pêcheur en prit les défenses, et
les tribus voisines le dépecèrent pour nourrir leurs chiens de sa chair.
On rapporte même qu'ils ne se firent pas faute d'en manger eux-mêmes.
Lorsque Adam, naturaliste russe, arriva pour constater la découverte, il
ne restait plus que des os auxquels adhéraient encore quelques lambeaux
de peau. En 1804, un autre mammouth fut découvert dans le golfe d'Obi.
Cet éléphant avait la peau couverte de longs poils rouges brunâtres. Sa
tête et son cou portaient une longue crinière qui tombait jusqu'aux
genoux. Sa taille était plus grande, ses défenses plus longues, que
celles de nos éléphants actuels.

Mais revenons au capitaine Ross. Son navire ayant été pris dans les
glaces, il dut passer six hivers de suite dans ces affreuses régions,
sans en pouvoir sortir. Il en profita pour faire de nombreuses
observations. Ecoutons-le lui-même: «Dans les contrées polaires, la
glace est si froide qu'on ne peut la tenir dans la main ni la fondre
dans sa bouche; on souffre beaucoup de la soif; la neige, à une si basse
température, l'augmente avec excès: aussi les Esquimaux aiment mieux
l'endurer que de manger de la neige. En janvier nous ne pouvions faire
aucune observation avec les instruments dont il était aussi impossible
de toucher le métal que si c'eût été un fer rouge, tant ils glaçaient
rapidement la main au contact, comme le mercure congelé. Un renard
perdit la langue pour avoir mordu les barres de fer de la trappe où il
fut pris. Le mercure en se congelant et se cristallisant dans la boule
du thermomètre ne la brisa pas. On a chargé un fusil d'une balle de
mercure gelé, et on a percé une planche de 1 pouce d'épaisseur; une
balle d'huile d'amandes douces, congelée à -40 degrés, tirée contre une
planche, la fendit et rebondit à terre sans être cassée.»

On conçoit que les matelots conduits dans ces aventureuses expéditions
devaient être choisis parmi les plus robustes. Sir John Ross a raconté à
M. Ch. Martins qu'il éprouvait la résistance au froid des matelots en
leur faisant poser un pied nu sur la glace: ceux qui ne tremblaient ni
ne pâlissaient étaient choisis par lui, les autres refusés.

A la même époque, Parry explorait les mêmes régions. Il atteignit le
quatre-vingt-deuxième degré de latitude. Il acquit la conviction qu'il
existe une grande mer polaire libre, ouverte et sans glaces. Il eut à
supporter, à l'île Melville, pendant le long séjour qu'il y fit, une
température de -48 degrés. Alexandre Fischer, chirurgien en second de
l'expédition, affirme, comme Hansteen, qu'un homme bien vêtu pouvait se
promener sans inconvénient à l'air libre par une température de -46
degrés centigrades, pourvu que l'atmosphère fût parfaitement tranquille;
mais il n'en était pas de même dès qu'il soufflait le plus petit vent,
car alors on éprouvait sur la face une douleur cuisante, suivie bientôt
d'un mal de tête insupportable. En février 1819, le mercure s'étant
entièrement congelé à l'air, le capitaine Parry et ses compagnons
reconnurent que le mercure solide est peu malléable; il se brise sous le
choc du marteau. Un jour, par un froid terrible, il fit verser du haut
du mât de l'eau tiède à travers une passoire: l'eau arriva sur le pont à
l'état de grêle.

Il rapporte un curieux et malheureux exemple de l'action du métal nu sur
les mains par ces températures si froides. Un incendie s'étant déclaré
dans la petite hutte construite sur le rivage, qui servait
d'observatoire, on procéda au sauvetage des instruments. Un matelot ne
prit pas le temps de mettre ses gants et transporta à bord du vaisseau
un instrument de métal. En arrivant, ses mains étaient si froides que
l'eau dans laquelle il les plongea fut congelée à leur contact. Il
fallut lui couper les doigts.

Presque tous les compagnons de Parry perdirent quelques doigts ou les
ongles.

Ross et Parry revinrent de leurs voyages, Franklin devait avoir le même
sort que Behring. Perdu au milieu des glaces avec deux canots, il
souffrit d'abord de la faim la plus atroce, au milieu d'une contrée
déserte, couverte de neige. Il fallut vivre d'une mousse nommée tripe de
roche: deux Canadiens étant morts de froid, on se partagea la semelle de
leurs souliers. Lorsqu'il arriva au fort Entreprise, Franklin n'y
trouva, pour toutes provisions, que des os abandonnés dans un tas
d'ordures, et on en fit la soupe. Enfin arrivèrent des secours et des
provisions. Les malheureux étaient sauvés.

Mais dans son troisième voyage, en 1845, Franklin fut moins heureux. Il
partit avec des provisions pour sept années. Le 26 juin, il rencontra un
baleinier, et depuis on ne reçut plus de ses nouvelles. En 1848 on
commença à s'inquiéter de son absence, et pendant les années qui
suivirent de nombreuses expéditions partirent successivement à sa
recherche. Ce ne fut que plusieurs années après que des peuplades
d'Esquimaux donnèrent quelques renseignements. Ils avaient vu, en 1850,
une troupe de soixante hommes blancs, fort amaigris, voyageant dans un
canot. Ces malheureux firent comprendre que leurs vaisseaux avaient été
détruits par les glaces et qu'ils chassaient. Plus tard les Esquimaux
trouvèrent un campement où il y avait trente cadavres. L'état de ces
corps montrait que ces infortunés avaient été réduits à l'horrible
ressource du cannibalisme.

En 1852, le docteur Kane partit pour les régions polaires. Il hiverna au
78e degré de latitude: excepté au Spitzberg, qui jouit d'un climat
tempéré par des courants marins, aucun navigateur n'avait encore hiverné
à une aussi haute latitude. Pendant une longue nuit de presque cinq mois
on éprouva des températures de -56 degrés, ce qui n'empêcha pas de faire
constamment des observations.

Le commandant américain avait l'intention de profiter des glaces de
l'hiver pour faire vers le nord une expédition en traîneau; il avait
dans cette intention amené un magnifique attelage de neuf chiens de
Terre-Neuve, et de trente-quatre chiens esquimaux; mais la froidure
extrême les fit presque tous périr, et il ne lui en resta que six pour
ses courses. Il montra l'existence dans le Groenland de glaciers
immenses, auprès desquels les glaciers des Alpes ne sont rien. Il
parvint jusqu'au 83e degré de latitude.

[Illustration: Attelage de chiens.]

Forcés de séjourner au milieu des glaces un hiver encore, le docteur
Kane et ses compagnons eurent cruellement à souffrir malgré leur
alliance avec les Esquimaux. «Enfermés dans une étroite cabine entourée
de mousse, dit M. Laugel, à peine défendus contre le froid, obligés de
brûler chaque jour quelque partie du navire, atteints du scorbut, osant
à peine interroger l'avenir dans leurs sinistres réflexions, le docteur
Kane et ses compagnons atteignirent sans doute la limite des souffrances
que la nature humaine peut endurer.» Enfin, au printemps, ils prirent le
parti désespéré d'abandonner leur navire, et ils arrivèrent heureusement
à Uppernavik. Quelques mois après Kane mourait, à trente-quatre ans, des
suites de ses souffrances.

L'une des dernières explorations au pôle Nord est l'exploration
allemande des navires _la Germania_ et _la Hansa_, en 1869 et 1870. Fait
assez singulier, sur la côte orientale du Groenland, les voyageurs
n'eurent à supporter que des températures relativement élevées, ne
dépassant pas -30 degrés. C'est que le Gulf-Stream envoie encore par là
quelques dérivations. Le sort de l'équipage de la _Hansa_ ne fut pas
cependant pour cela moins à plaindre. Forcé d'abandonner le vaisseau qui
avait été écrasé par les glaces, il resta pendant 237 jours sur un
glaçon qui le portait à la dérive vers le sud. Sur cette île flottante
de sept milles de circonférence on ne manqua d'abord de rien. Une grande
partie du chargement avait pu être embarquée. Mais à la fin, le
combustible venant à manquer, on en fut réduit à tout brûler pour se
chauffer, pétrole, eau-de-vie, le tabac même. Enfin, le 13 juillet,
après une course en canot de deux mois, on parvint à Friedrichsthal.

Ces quelques extraits de quelques-unes des expéditions au pôle Nord nous
suffisent pour connaître quelles sont les températures les plus basses
observées, et quels effets elles produisent. Résumons ces températures
et ces effets.

Des températures de -40 degrés ont été observées en Amérique à la même
latitude que Marseille, à Newport, Franconvay, Bangor. Plus au nord on a
subi des températures bien plus basses: à l'île Melville, -48 degrés; au
fort Entreprise, -49 degrés; au fort Reliance, -56°.7; c'est
vraisemblablement le froid le plus grand qui ait jamais été observé en
Amérique. L'Europe, dans des terres beaucoup moins boréales, a vu des
températures presque aussi basses: à Moscou, -43 degrés; à Calix
(Suède), -55 degrés. Le Spitzberg est beaucoup moins froid.

Mais c'est à l'Asie, avec ses masses profondes de terre, que reviennent
les températures les plus basses qui aient jamais été observées. A
Iakoutsk, le 25 janvier 1829, on observa -58 degrés. La température
beaucoup plus basse encore de -60 degrés aurait été constatée en ce même
lieu le 21 janvier 1873, par un marchand russe nommé Severow. Enfin, un
médecin-major, Middendorf, a affirmé y avoir noté un froid de -63
degrés. «Alors, dit-il, le mercure devenu métal se travaille au marteau
comme le plomb, le fer devient cassant, les haches se brisent comme du
verre quand on veut s'en servir, le bois refuse de se laisser couper; il
semble que le feu lui-même gèle, car les gaz qui l'alimentent perdent de
leur chaleur.» Le fait de la congélation du mercure se produit à partir
de la température de -40 degrés dans toutes les contrées que nous venons
de décrire; il faut alors nécessairement remplacer le thermomètre à
mercure par le thermomètre à alcool. C'est pour n'avoir pas pris cette
précaution que Gmelin, le 16 janvier 1735, à six heures du matin, crut
avoir noté une température de -70 degrés à Ieniseisk, puis une
température de -84 degrés à Kiring. Le mercure s'était congelé dans son
thermomètre, et, par la contraction produite au moment de la
solidification, avait marqué une température beaucoup plus basse que la
température réelle.

Mais Gmelin ne s'aperçut pas de ce qui était arrivé; Delisle, en 1736,
reconnut le premier que le mercure peut se solidifier par le froid.
Cependant, jusqu'en 1760, le fait resta ignoré du plus grand nombre, et
fut même révoqué en doute par ceux auxquels il était raconté. C'est
seulement à cette époque que divers physiciens, utilisant le froid
rigoureux qu'il faisait à Saint-Pétersbourg pour obtenir à l'aide de
mélanges réfrigérants des températures plus basses encore, purent
solidifier artificiellement le mercure, et étudier ses nouvelles
propriétés. Les savants étaient si peu préparés à cette solidification,
ils la croyaient si impossible, qu'on lit dans l'_Histoire de l'Académie
des sciences pour 1760_: «Quand les premiers navigateurs qui passèrent
dans l'Inde dirent aux Indiens que cette liqueur qui leur paraissait si
mobile, si fluide, que l'eau enfin devenait en hiver, dans les climats
septentrionaux, dure et solide comme la pierre, ils les prirent pour des
imposteurs; ils ne se rendirent que lorsqu'on eut trouvé le moyen de
leur montrer cette eau durcie, de la glace en un mot, et de leur faire
voir que rien n'était plus vrai que ce qu'ils n'avaient jamais voulu
croire. Nous aurions peut-être été aussi étonnés et aussi incrédules
qu'eux autrefois, si l'on nous eût dit que le mercure peut acquérir la
solidité des corps durs, des métaux.»

Dans l'hiver de 1808-1809, le mercure se congela naturellement dans
l'air à Moscou.

La solidification du mercure, ainsi constatée d'une manière indiscutable
en 1760, fut un événement considérable, et causa une certaine déception
aux savants. C'est que, à cette époque, on n'avait pas encore perdu
l'espérance de changer les métaux communs en métaux précieux, et qu'on
comptait sur le mercure pour opérer la transmutation. Les savants
croyaient à la possibilité de solidifier le mercure d'une manière
permanente, et, suivant le degré plus ou moins parfait de sa
solidification, d'en faire du plomb, de l'étain ou de l'argent. Il n'y
aurait plus eu alors qu'à ajouter à ce mercure solide une nouvelle
qualité, la couleur, au moyen d'une teinture convenable, pour en faire
de l'or.

Aussi, lorsque l'on eut constaté que le mercure une fois solidifié
redevenait liquide quand le froid disparaissait, les alchimistes
sentirent crouler leurs dernières espérances.

Sur l'homme, les effets de froids si excessifs sont rapides. Toutes les
parties du corps qui ne sont pas assez garanties sont vite congelées.
Par un temps absolument calme, nous l'avons vu, on peut résister quelque
temps, et le visage, même à découvert, peut rester exposé à l'air. C'est
que dans ce cas la chaleur du sang qui réchauffe le visage n'a à lutter
que contre le rayonnement; l'air froid qui le touche, ne se renouvelant
que lentement, n'emporte guère de chaleur. Quand il y a du vent, il en
est tout autrement, et la rapidité du refroidissement est bien plus
grande. Aussi, en Sibérie, fait-on quelquefois usage de masques pour se
couvrir le visage, pour préserver le nez et les oreilles.

Quand on se livre à un exercice violent, à une marche rapide, la
souffrance au visage n'est pas moindre, mais il vient s'en ajouter une
autre. La respiration s'accélère, la quantité d'air qui pénètre dans la
poitrine augmente, et comme cet air est glacé, la chaleur du sang ne
suffit plus à réchauffer les poumons; de là la souffrance intérieure.

Nous pouvons donc affirmer que par des froids de -40 degrés la vie
extérieure n'est plus possible; c'est à peine si l'on peut séjourner
quelques instants dehors, et encore à la condition qu'on ne s'y livre à
aucun exercice un peu violent. Ce n'est pas seulement le contact de
l'air qui est à craindre dans ces cas, mais encore, mais surtout le
contact des métaux; nous en avons rapporté plusieurs exemples.
L'explication de ce fait est aisée.

Les métaux sont des corps bon conducteurs de la chaleur; si un corps
chaud est placé sur une barre métallique, la chaleur se propage
rapidement à partir du point de contact pour se répandre dans toute la
barre; de telle sorte qu'au bout de quelques instants le corps chaud
sera entièrement refroidi. La barre métallique lui aura soutiré toute sa
chaleur par le point de contact pour s'échauffer elle-même. Que le corps
chaud soit au contraire placé sur du bois, sur une étoffe de laine, la
chaleur qui passera dans l'étoffe, ne pouvant s'y propager rapidement,
car l'étoffe conduit mal la chaleur, restera au point de contact; le
corps chaud se refroidira lentement.

Notre main, c'est le corps chaud. Qu'elle saisisse un morceau de bois,
elle l'échauffe seulement à l'endroit touché, et ne perd elle-même que
peu de chaleur. Mais si nous prenons une barre de fer, la chaleur qui
sort de la main est à chaque instant disséminée dans la totalité de la
masse de métal, les points de contact ne s'échauffent pas sensiblement.
De là une soustraction rapide de chaleur qui occasionne une
désorganisation des tissus analogue à celle que cause une brûlure. C'est
ce qui nous explique aussi pourquoi, en hiver, un métal nous semble à la
main beaucoup plus froid que le bois placé à côté de lui, quoique, en
réalité, les deux corps soient à la même température.



CHAPITRE III

FAUNE ET FLORE DES RÉGIONS POLAIRES.


Les froides régions qui entourent les pôles ne peuvent pas être bien
riches en espèces végétales et animales. Un hiver presque perpétuel, une
nuit de plusieurs mois, ne permettent pas à la végétation de se
développer librement; les animaux, d'autre part, plus ou moins sensibles
au froid et ne trouvant pas à se nourrir, fuient ces lieux
inhospitaliers.

Chaque végétal a besoin, pour commencer son développement, d'une
température déterminée, et, pour l'achever, d'une certaine quantité de
chaleur comptée à partir de cette température. Bien peu de plantes
peuvent se contenter de la petite somme qu'offrent les régions polaires.
Aussi voit-on une richesse croissante de la flore en allant des pôles à
l'équateur. L'île du Spitzberg, parfaitement explorée, ne possède que
quatre-vingt-dix espèces de plantes; tandis que la Sicile, d'une étendue
moins considérable, en possède deux mille six cent cinquante.

Les rares plantes de la zone glaciale doivent avoir le temps, dans
l'espace de quelques journées de l'été polaire, de germer, d'ouvrir
leurs feuilles et de mûrir leurs fruits. Une somme de 50 à 100 degrés
leur suffit.

La terre a été divisée en zones de végétation se succédant du pôle à
l'équateur. La zone polaire boréale, à laquelle correspondrait une zone
australe encore inconnue, comprend l'archipel Glacial de l'Amérique, le
Groenland, le Spitzberg, la Sibérie du nord. Dans cette zone, pas de
forêts; suivant l'expression de Linné, «les lichens, les derniers des
végétaux, y couvrent la dernière des terres.» En Islande, on ne
rencontre plus de froment, les arbustes n'y sont plus que des
broussailles; un mûrier solitaire, qui pousse à l'abri d'une muraille, à
Akreyri, est nommé avec orgueil par les insulaires «l'arbre.» Au sud de
cette zone polaire s'étend une autre zone, dite _arctique_, où se
montrent les premiers arbres et les premières cultures.

Comment les animaux vivraient-ils dans un semblable milieu? Les
obstacles apportés à la végétation par la rigueur et la prolongation du
froid ne nuisent pas moins aux animaux. «Certains animaux, comme l'homme
et le chien, peuvent supporter des températures extrêmes sans qu'il y
ait danger pour leur vie, et ceux-là, nous les voyons habiter les
régions polaires et les régions équatoriales; mais il en est d'autres,
comme les singes, qui ne peuvent vivre dans un état parfaitement normal
que sous les tropiques, et comme les rennes, qui ne trouvent que dans
les régions septentrionales les conditions nécessaires à leur existence.
Certaines espèces meurent quand on les arrache aux terres boréales,
couvertes de glaces pendant la plus grande partie de l'année. Le
campagnol que M. Martins a vu sur le Fanthorn, et certains animalcules,
tels que le _Desoria nivalis_ et le _Podura hiemalis_, ont les neiges ou
le sol qu'elles recouvrent pour aire d'habitation. Dans les mers, la
baleine franche et divers animaux de la famille des cétacés sont arrêtés
par les eaux chaudes des latitudes tropicales comme par une barrière de
flamme.»

Mais encore faut-il que ces animaux trouvent à se nourrir dans les
régions qu'ils habitent. Dans le voisinage immédiat du pôle, sans
végétation, on ne trouve sur terre que des insectes, et dans les mers
couvertes de glaces qu'un très petit nombre de poissons, de mollusques
et de crustacés. A ces animaux se joignent quelques carnassiers
ichtyophages, ours et morses. La population marine est plus nombreuse.
M. Nordenskiold, dans son dernier voyage de 1878-1879, a trouvé dans
l'océan Sibérien une abondance surprenante de la vie. Il y a découvert
une faune aussi riche en individus que celle des mers tropicales,
quoique la température du fond soit constamment au-dessous de zéro. Sur
terre, dans les parties où la moindre rigueur des hivers permet la
croissance de quelques rares végétaux, apparaissent les herbivores et
les carnivores.

La Sibérie, la plus froide des régions du globe pendant l'hiver, n'est
pas cependant la moins bien pourvue en végétaux, et non seulement la
végétation mais même l'agriculture y sont encore possibles.

C'est que, à des hivers de neuf et dix mois, pendant lesquels la
température descend à -60 degrés, succèdent des étés courts mais
brûlants, plus chauds que les nôtres, avec des chaleurs de +35 degrés.
Aussi les blés et les autres végétaux croissent, pour ainsi dire, à vue
d'oeil. Les plantes auxquelles la rigueur de la saison ne laisse que
quelques jours d'existence ont cependant le temps de fleurir et de
porter des graines. Dans le pays des Yakoutes, la végétation ne commence
qu'en mai, après la fonte des neiges; mais elle se produit alors avec
une telle rapidité, que trente jours après, les feuilles ont acquis leur
entier développement. Dans les prairies, le foin s'élève à la hauteur
d'un homme à cheval. C'est que la chaleur de l'été est aussi grande
qu'est excessif le froid de l'hiver. Au Kamtschatka, le blé ne peut plus
arriver à maturité, mais l'orge peut encore mûrir.

Outre les plantes annuelles, qui n'ont pas à supporter les rigueurs de
l'hiver, on rencontre des plantes vivaces, mais seulement les plus
robustes. Le chêne, le noisetier, le sapin de Norvège lui-même, ne
tardent pas à disparaître lorsqu'on s'avance assez vers le nord. Mais, à
la place de ces arbres, on rencontre d'épaisses forêts de bouleaux,
d'aunes, de tilleuls, d'érables, de peupliers et d'arbres verts.
Quelques belles plantes même, cachées sous les neiges pendant l'hiver,
le lis des vallées, l'ellébore, l'iris et l'anémone, forment des
prairies éblouissantes de couleurs et d'une odeur suave.

Avec une pareille végétation, les animaux trouvent facilement à vivre
pendant l'été: en hiver, leur vie est très difficile. Cependant les
espèces animales qui y vivent à l'état sauvage sont nombreuses, et la
Sibérie est une source presque inépuisable à laquelle on demande en
abondance le gibier et la fourrure. Cependant plusieurs cris d'alarme
ont déjà été poussés, et si les procédés employés pour la chasse ne sont
pas un peu modifiés, on verra, en Sibérie comme partout, se produire la
dépopulation. Là se rencontrent les martes zibelines, les renards noirs,
les renards blancs, les hermines, les marmottes, l'écureuil, l'ours, et
tant d'autres animaux à fourrure. L'élan est aussi très répandu. C'est
au mois de mars qu'on se livre à sa chasse; à cette époque, la neige à
moitié fondue permet encore au chasseur de glisser sur de grands patins
de bois; mais l'élan perce la neige à chaque pas et s'y enfonce.

[Illustration: L'élan perce la neige à chaque pas et s'y enfonce.]

Le pays a aussi un nombre considérable d'oiseaux, qui sont un excellent
gibier.

Les mers de la Sibérie et ses fleuves abondent en poissons, et nombre de
peuplades ne vivent que de la pêche.

Dans la Nouvelle-Sibérie, la faune et la flore sont bien plus rares.

Les régions polaires de l'Europe, moins froides en hiver mais aussi
moins chaudes en été, ne sont pas aussi favorisées au point de vue des
plantes et des animaux.

La Laponie a cependant un climat comparable à celui de la Sibérie.
Aussi, à Zyngen, près du cap Nord, à la latitude de 70 degrés, on
récolte encore du blé dans les lieux abrités des vents de la mer. Les
neiges ne disparaissent qu'en juin; mais alors, par un jour sans nuit
qui dure plus d'un mois, la végétation avance avec une prodigieuse
rapidité, et à la fin d'août, après 72 jours de croissance, les blés
sont mûrs. A cette latitude il n'y a plus d'arbres.

Tous les points de la Laponie sont bien loin de pouvoir produire du blé:
«La Laponie, écrit William Hepworth Dixon, n'est autre chose qu'un
fouillis de rocs énormes, de marécages profonds et sombres; çà et là se
déroule, entre ces obstacles, une vallée sinueuse sur les pentes de
laquelle poussent ces lichens chétifs dont les rennes font leur
nourriture. Des bouquets de pins et de bouleaux donnent à ce paysage
austère un peu de variété; mais aucune céréale ne croît sous ces froides
zones, et les indigènes n'ont d'autres ressources que le gibier et le
poisson. Le pain de seigle, leur seul luxe, doit être expédié par eau
des villes d'Onéga et d'Arkhangel, qui elles-mêmes le tirent des
provinces méridionales.»

C'est déjà presque le tableau désolé du Spitzberg. Là, les rigueurs de
l'hiver ne sont pas excessives, et la température moyenne du mois le
plus froid n'est que de -18°.2, mais il n'y a pas d'été. Sous ce ciel
gris et sans lumière, même pendant le long jour de l'été, les plantes ne
peuvent s'accroître. Pendant les rapides semaines de soleil, quelques
phanérogames fleurissent, semblables à celles des Alpes, et viennent
égayer de leurs vives couleurs ces froides solitudes. En dehors de là,
des mousses et des lichens: en tout 90 plantes. La faune n'est guère
plus riche. M. Charles Martins n'y a rencontré, en comptant les cétacés,
que l6 mammifères, dont quatre seulement terrestres: l'ours, qui vit
principalement de poissons; le renne, un campagnol et un renard bleu.
Là, aucun reptile, mais plusieurs insectes. Les poissons non plus ne
sont guère nombreux.

Les cétacés, au contraire, pullulent. De 1669 à 1778, les baleiniers
hollandais tuèrent sur les côtes du Spitzberg 57 000 baleines; leur
nombre aujourd'hui diminue singulièrement. Il en est de même des morses.
Ainsi, à l'île des Ours, à 450 kilomètres au nord-ouest des côtes du
Finmarken, on rencontrait anciennement un nombre énorme de morses. En
1608, un équipage en tua plus de mille en une seule journée. Maintenant
on n'en voit presque plus.

Malgré la pauvreté des espèces au Spitzberg, on a rencontré des régions
plus pauvres. La terre François-Joseph, plus au nord, avec sa
température moyenne de -15 degrés, ne renferme presque plus rien. «La
végétation de ce pays, dit M. Reclus, où les chaleurs de l'été ne
peuvent ouvrir que d'étroites clairières dans le couvercle continu des
neiges et des glaces, est naturellement d'une extrême pauvreté; en
comparaison des _prairies_ de François-Joseph, celles du Spitzberg
semblent d'une exubérante richesse. Quelques herbes, des saxifrages, un
pavot, des mousses et des lichens, telle est la flore de la contrée.
Payen n'a point vu de renne: cet animal ne trouverait sans doute point à
se nourrir dans ces îles désolées; mais dans les régions septentrionales
de l'archipel, près de la _mer libre_, se voyaient partout les traces de
l'ours, du lièvre et du renard, et des veaux marins étaient en foule
étendus sur la glace. De même que sur les côtes des Feroërs, de
l'Islande, du Spitzberg, les rocs isolés sont habités par des myriades
de pingouins et d'autres oiseaux, et, à l'approche des voyageurs, les
mâles s'élèvent en vols immenses, avec un bruit d'ailes assourdissant.

»C'est que, si les terres rapprochées des pôles sont pauvres en espèces,
ces espèces elles-mêmes ont, pour la plupart, des représentants en
nombre immense. Quelques îlots des Lofodens sont tellement peuplés de
volatiles qu'on leur a donné le nom de Hyken, ou montagnes d'oiseaux. De
même sur les promontoires et dans les fiords des Hébrides, des
Shettlands, des Feroërs, de la Norvège, du Spitzberg, de la
Nouvelle-Zemble, les assises des rochers sont occupées, à perte de vue,
par des rangées d'oiseaux pressées comme les soldats d'une armée. Quand
ces foules de volatiles s'élancent contre le vent et la mer pour aller
chercher leur proie, ou tourbillonnent au-dessus des chasseurs, elles
s'élèvent en nuages, et l'homme, ivre de destruction, n'a qu'à tirer au
hasard pour abattre ses victimes, à moins qu'armé d'un bâton il ne
préfère assommer les femelles qui, tout en glapissant avec rage, restent
noblement accroupies sur leur couvée.»

L'Islande, comme le Spitzberg, quoique beaucoup moins au nord, profite
du Gulf-Stream. Les hivers y sont, dans leurs écarts extrêmes, moins
froids que ceux de France, et les étés moins chauds. Le pays emprunte de
plus aux singularités de son sol une originalité toute spéciale. Neiges
éternelles, volcans, sources jaillissantes d'eau bouillante, on y
rencontre les plus étranges contrastes. Les chaleurs de l'été, bien
modérées cependant, permettent d'y récolter quelques grains et des
pommes de terre. Les prairies permettent d'y élever des boeufs, des
moutons, des rennes, des chevaux. On y fait la chasse des oiseaux et de
quelques animaux à fourrure. La pêche y est abondante. C'est à peine si
l'île de Terre-Neuve, à la latitude de 48 degrés, est plus favorisée.

La Nouvelle-Bretagne, un immense continent comme la Sibérie, présente
presque les mêmes caractères. Cependant les eaux de l'Océan qui le
pénètrent de toutes parts, qui séparent les nombreuses îles de son
archipel, ont un peu adouci son climat; mais l'adoucissement est petit.
Mêmes hivers horribles, mêmes étés étouffants, même répartition des
animaux et des plantes. Nous n'y insisterons pas.



CHAPITRE IV

LES HABITANTS DES RÉGIONS POLAIRES.


Dans les régions si froides dont nous venons de parler ne peuvent vivre
que de rares et peu nombreuses peuplades. La rigueur du climat, en les
attaquant directement, rend leur vie bien pénible; mais ce sont surtout
les difficultés de la subsistance qui arrêtent leur développement.
Faisons sur ce sujet un nouvel emprunt à Elisée Reclus.

«De rares peuplades seulement se sont égarées dans la solitude de la
zone glaciale, et luttent péniblement contre le climat pour lui arracher
chaque jour leur dure existence. Ne pouvant guère pénétrer dans
l'intérieur des îles et des terres continentales, à cause des glaciers
et du manque de végétation, ils construisent leurs huttes de bois ou de
neige au bord de l'océan. Là, du moins, les vents apportent en été
quelques bouffées d'un air équatorial, les contre-courants poussent sur
la rive des eaux venues des tropiques et qui n'ont pas encore perdu
entièrement leur chaleur primitive; enfin, quand la tempête n'agite pas
la mer, et que la surface liquide n'est pas recouverte de bancs de glace
épars, le pêcheur peut se hasarder dans sa barque de cuir à la poursuite
des phoques et des poissons. Quand il a forcé de son harpon les animaux
qui doivent servir de nourriture à sa famille, il revient dans le trou
noir qui lui sert de tanière, et c'est là qu'il passe, en se chauffant à
la flamme d'une lampe, cette longue nuit d'hiver qui semble ne devoir
jamais finir, car le soleil même, le foyer de la vie terrestre,
abandonne la zone glaciale pendant des semaines et des mois, et l'aurore
polaire, qui remplace l'astre par intervalle, n'envoie qu'une lueur
livide, véritable fantôme du jour. La vie est difficile pendant ce long
et ténébreux hiver: aussi la famine sévit souvent parmi ces peuplades,
et parfois des tribus ont disparu sans laisser de trace de leur
passage.»

»Comment l'esprit des Groenlandais, des Esquimaux et des Kamtschadales
ne subirait-il pas l'influence du climat désolé des régions polaires?
Tous les voyageurs racontent que les plus simples plaisirs suffisent
pour remplir de joie ces êtres naïfs dont la vie est si monotone; dans
leur lutte pour l'existence, ils ne sont point ambitieux, car la grande
chose est de se nourrir, et le sol est trop rebelle à la culture, le
climat trop inclément, pour qu'ils puissent réagir contre la terre et
tenter de se l'approprier; ils sont aimants et doux, car dans leur hutte
de neige, la famille est pour eux tout l'univers. Ils sont attachés à
leur patrie et meurent quand ils sont obligés de la quitter, parce que
leurs idées sont uniformes comme le pays dans lequel ils sont nés, et
que là seulement ils peuvent ressentir ces joies simples et ces plaisirs
tranquilles qui les reposent de leurs fatigues. Parmi les peuples, ce
sont encore des enfants. Ils périssent quand on les arrache du sein de
leur mère.»

Encore ces rares peuplades n'ont-elles pu remonter bien haut, et
beaucoup de terres se rencontrent, au delà du 75e degré, qui n'ont pas
d'habitants. Leur végétation, leur faune, sont trop pauvres pour pouvoir
fournir à la nourriture des peuplades les plus clair-semées. La
Nouvelle-Sibérie, la Nouvelle-Zemble, le Spitzberg, l'extrémité nord du
Groenland, les îles arctiques de l'archipel américain, ne voient que les
rares voyageurs qui y sont attirés par l'amour de la science ou l'appât
de quelque gain, principalement de la pêche des morses et des baleines.
Plus au sud, on rencontre des habitants permanents disséminés en
peuplades à moitié sauvages; mais ils sont bien clair-semés.

Dans la Sibérie, cette immense région, d'une étendue au moins égale à
celle de l'Europe, on compte à peine deux millions d'habitants. Ce sont
les Russes ou Cosaques émigrants, puis les tribus indigènes en nombre
considérable, Tartares, Tungouses, Samoyèdes, Yakoutes, Kamtschadales...

Dans le nord de l'Europe, ce sont encore les Samoyèdes, puis les Lapons
et les habitants de l'Islande. En Amérique, les Esquimaux, qui sont
répandus partout, au Groenland, au Labrador, comme à l'ouest de la baie
d'Hudson.

Habitant des régions presque identiques, soumises aux mêmes influences
climatériques, ayant à lutter contre les mêmes difficultés, ces
peuplades si nombreuses se ressemblent presque en tous points. Même
manière de se garantir du froid, mêmes abris primitifs, même mode de
subsistance. Chez tous la nourriture est presque exclusivement animale,
puisque la terre se refuse à produire des plantes qui peuvent servir à
la nourriture de l'homme. Le poisson et le renne, voilà les deux
comestibles presque uniques qui nourrissent les peuples des régions
polaires.

Cette nourriture animale, grasse surtout, est du reste indispensable
comme moyen de défense contre le froid. Le Dictionnaire de médecine
indique en ces termes cette nécessité: «La résistance aux froids dans
les régions tempérées s'acquiert à peu de frais et sans changement
radical dans les habitudes. L'homme a-t-il, au contraire, à lutter
contre le froid antivital des régions polaires, il n'a le dessus dans
cette lutte qu'en modifiant profondément toutes les conditions de sa
vie. Il trouve surtout dans un genre spécial de nourriture un moyen
efficace de résistance. Les explorations pour trouver le passage du
nord-ouest ont fixé les points essentiels de cette hygiène polaire. Il
est bien reconnu maintenant qu'à l'imitation du régime des Esquimaux, la
nourriture des Européens doit contenir une grande proportion de matières
grasses, c'est-à-dire d'aliments principalement respiratoires, mais que
les alcooliques vont à rencontre du but qu'on se propose; des boissons
théiformes, chaudes, aromatiques, les remplacent avec avantage. Parry
avait déjà signalé les inconvénients de l'alcool, Hayes a insisté
fortement sur ce point.»

Quelques terres très froides pourraient cependant nourrir de nombreux
habitants si l'on savait mettre à profit la belle saison, pendant
laquelle la végétation est si rapide. Mais ces peuples nomades ne
connaissent guère l'agriculture. Ainsi, l'île de Terre-Neuve est presque
complètement déserte; les rares habitants qui vivent sur ses côtes ne
demandent qu'à la pêche des ressources pour soutenir leur triste
existence. Et cependant, dans l'intérieur des terres, M. Murray a
découvert des vallées très fertiles, bien boisées, et dans lesquelles on
pourrait se livrer à l'agriculture. Telle vallée explorée par M. Murray,
sur les bords du Gander, suffirait à nourrir plus de 100 000 habitants.

Dans l'impossibilité où nous sommes de passer en revue toutes les
peuplades qui habitent les régions polaires, nous nous contenterons d'en
prendre trois, les Samoyèdes pour l'Asie, les Lapons pour l'Europe, les
Esquimaux pour l'Amérique: ces deux dernières étant, du reste, de
beaucoup les plus importantes, sinon les seules, pour l'Europe et pour
l'Amérique.

Au physique, la ressemblance de ces hommes si éloignés les uns des
autres est frappante. Tous les trois sont de petite taille, avec une
grosse tête, un torse assez fort, et des jambes très grêles. Cette
disproportion tient à ce que ces peuples, sans cesse occupés à ramer,
développent ainsi leur torse aux dépens de la partie inférieure du
corps.

La taille des Lapons a été longtemps opposée à celle des Patagons, ces
géants qui occupent à peu près les antipodes de la Laponie. Mais, de
même qu'il a fallu rabattre de l'immense taille des Patagons, de même on
a reconnu que les Lapons ne sont pas des nains. Leur taille moyenne
n'est guère inférieure à 1m.60, et plusieurs atteignent la taille de
1m.70. Les Samoyèdes sont un peu plus grands, ainsi que les Esquimaux.
Ils sont tous assez laids. Les femmes, aussi petites et aussi laides que
les hommes, sont couvertes de vêtements dépourvus d'élégance qui ne
rehaussent en rien leur beauté.

Ces malheureux, entourés de toutes les difficultés de l'existence, dont
beaucoup sont condamnés à vivre sans feu sous le climat le plus dur,
sont tristes, mais en général simples et bons. Les Samoyèdes, opprimés
et misérables, sont peut-être les plus à plaindre.

[Illustration: Samoyèdes.]

«Les Lapons, dit M. Reclus, sont d'une grande douceur; ils ont le regard
triste de l'homme vaincu, mais ils sont restés bienveillants. Ils sont
très hospitaliers.

»Grâce à l'extrême salubrité du pays, et malgré la saleté repoussante de
leurs cabanes, les Lapons jouissent en général d'une excellente santé et
deviennent très âgés; la mortalité est moins forte chez eux que chez les
civilisés du littoral; mais, ainsi qu'Acerbi le remarquait déjà au
siècle dernier, ils ont souvent les yeux rouges et malades à cause de la
fumée des tentes et de leurs continuels voyages au milieu des neiges.

»Les voyageurs russes disent les Lapons de Russie très supérieurs à
leurs voisins par la pureté des moeurs, la délicatesse des sentiments,
la probité de la vie, bien que leurs relations avec les Russes les aient
déjà corrompus. Les Lapons ne ressemblent à leurs voisins les paysans
russes que par le costume et leur penchant à l'ivrognerie. Ils ont grand
soin de leurs personnes et se lavent soigneusement même en hiver.»

Nous avons déjà eu l'occasion de dire que les régions polaires, malgré
l'effroyable rigueur de leur climat, ne sont pas insalubres. L'âge
avancé auquel arrivent les Lapons en est une nouvelle preuve. Toutes les
relations des voyageurs en font foi. «En lisant ces récits lugubres qui
nous représentent une poignée d'hommes aux prises avec la faim, la
fatigue et le froid, partant pour des excursions de plusieurs mois, à
travers ces solitudes sans bornes, attelés le jour aux traîneaux qui
renferment leurs provisions, dormant la nuit sur la glace qui conserve
au réveil l'empreinte de leurs corps, l'esprit se partage entre
l'admiration qu'inspirent ces mâles courages et la surprise qu'on
ressent en voyant presque tous ces hommes y résister.»

De même qu'on ne connaît la vraie taille des Lapons que depuis peu,
depuis peu aussi on les représente avec leur véritable caractère. Au
milieu de ce siècle, les voyageurs les dépeignaient encore comme étant
de véritables brutes, méchants, avares, défiants, ornés de tous les
vices.

Les Esquimaux n'étaient pas mieux traités, et on leur accordait «un
caractère aussi odieux que leur personne était difforme.» On les
représentait comme étant querelleurs et toujours prêts à manquer à leur
promesse. Et cependant, en 1852, lorsque le docteur Kane, forcé
d'hiverner dans le Groenland, traita avec eux, il n'eut qu'à se louer de
leur caractère. Ils ne manquèrent à la foi jurée dans aucune occasion et
ne songèrent pas à profiter de leur supériorité numérique pour massacrer
l'équipage et s'emparer des objets si tentants que renfermait le navire.
De quel droit, dès lors, a-t-on pu accuser, sans aucune preuve, ces
paisibles peuplades du meurtre de Franklin et de ses compagnons?

Presque identiques sont donc toutes ces tribus par l'aspect et le
caractère. Aussi grande est la ressemblance pour la manière de vivre.
Pour se défendre contre le froid, ils ont leurs vêtements, leurs cabanes
et le feu.

Leurs vêtements sont faits de peaux de bêtes, qu'ils façonnent avec une
habileté plus ou moins grande. Le cuir les préserve de l'humidité, le
poil les protège contre le froid.

Les habitations sont fort diverses d'aspect, mais presque toujours assez
bien disposées pour le but à obtenir. Tantôt ce sont de simples trous
creusés en terre, avec une ouverture très petite qui sert à la fois de
porte et de cheminée; tantôt ce trou est béant, et couvert au ras du sol
de peaux garnies de leurs poils. D'autres fois, autour du trou creusé en
terre s'élèvent des piquets qui supportent la toiture, composée de
branches d'arbres, dans les pays où il y en a, et d'herbes sèches,
revêtues d'une couche de terre d'un pied d'épaisseur. Dans ces huttes,
pas de cheminées; la fumée sort par la porte, et l'action de cette fumée
sur les yeux, jointe à la réverbération de la neige, cause des
ophtalmies très nombreuses.

Chez les Esquimaux, notamment, la cheminée serait bien inutile: la
végétation est si pauvre que le combustible manque. Ils n'ont guère que
de la graisse à faire brûler dans des lampes qui les éclairent et les
chauffent à la fois. Le passage suivant, extrait de la Géographie de
Malte-Brun, montre combien est grande la pénurie de combustible chez ces
peuplades. Il s'agit pourtant ici des îles Aléoutiennes, dont la
latitude est moindre que 55 degrés. «Lorsque ces insulaires veulent
manger quelque chose de cuit, envie qui leur prend rarement, ils
dressent deux pierres l'une à côté de l'autre, en prennent une troisième
plate qu'ils pressent horizontalement par-dessus et autour de laquelle
ils forment un rebord de terre glaise ou d'argile, remplissent tout le
dessus d'herbes sèches et y mettent le feu. Quand ils veulent se
chauffer eux-mêmes, ils ne font pas de feu, mais ils mettent entre leurs
jambes une lampe à huile allumée, et en conduisent la chaleur sous les
peaux dont ils sont couverts. De cette manière, on est en peu de temps
chauffé comme dans un bain russe.»

Enfin les peuplades plus nomades se construisent souvent des huttes de
neige durcie ou de glace. Elles sont faites avec art: la lumière pénètre
par une fenêtre pratiquée au plafond et fermée par un fragment bien
diaphane de glace. Un jour suffit pour élever ces constructions.

Les huttes d'été sont encore plus rudimentaires que celles d'hiver, et
se composent seulement de quatre perches supportant des peaux de renne
qui constituent le toit. Ces habitations d'été sont quelquefois
soutenues en l'air par des perches, et on n'y arrive qu'en grimpant.

Dans les régions où la végétation est un peu plus florissante, où le
combustible n'est pas rare, il y a des cheminées. Ainsi, les
Kamtschadales passent l'hiver dans des huttes souterraines dont chacune
sert d'asile à plusieurs familles. Là, pendant la mauvaise saison, ils
allument de grands feux et se divertissent par des danses, pendant que
la neige amoncelée couvre la hutte jusqu'au tuyau de la cheminée, la
garantissant ainsi, mieux que ne le ferait la plus épaisse fourrure, du
froid extérieur.

Et comme le bois est assez commun en Sibérie, et ces huttes creusées
sous terre parfaitement closes, les naturels y obtiennent des
températures dont nous n'avons aucune idée. L'abbé Chappe d'Auteroche,
qui voyageait en Sibérie au dix-huitième siècle, a constaté dans des
chaumières russes l'épouvantable température de +50 degrés centigrades.
Dans ce four les indigènes vivent souvent absolument nus, tandis qu'à
l'extérieur il fait un froid de -30 à -40 degrés.

Du reste, les habitants du Kamtschatka, de même que certaines peuplades
relativement favorisées de la Sibérie, sont moins misérables et plus
civilisés que les Esquimaux et les Lapons. Ainsi, les Yakoutes sont
intelligents, industrieux, hospitaliers. Ils ont des sentiments élevés,
protègent leurs parents et leur obéissent, honorent les vieillards.
Leurs femmes, quelquefois jolies, sont très modestes et très réservées.
Ils aiment le travail, et sont si durs à la fatigue qu'ils peuvent
travailler trois et quatre jours sans rien manger. A côté de cela ils
possèdent les vices de la civilisation; ils sont ivrognes et volontiers
menteurs.

Mais revenons aux bords de l'océan Glacial. Outre le problème des
vêtements et de l'habitation, ces peuplades ont à résoudre le problème
bien autrement difficile de la subsistance. De nourriture végétale, il
n'y faut guère songer: c'est à peine si ces pays déshérités produisent
assez pour nourrir quelques herbivores d'une frugalité incroyable. Et
cependant la nourriture végétale doit, dans bien des cas, leur venir en
aide.

Pendant l'hiver, les Lapons de Russie et les Samoyèdes mangent de la
mousse, des écorces d'arbres, et une sorte d'herbe amère et malsaine.
Les plus favorisés, et ils sont peu nombreux, y ajoutent du pain d'orge
et de seigle, et quelques produits importés. Les gens des pays voisins,
qui parcourent ces contrées pour le commerce du gibier et des fourrures,
payent souvent en nature, et souvent avec les pires produits de la
civilisation. Cependant chez les Lapons l'usage du café s'est en grande
partie substitué à celui de l'eau-de-vie. Les plus riches parmi les
Lapons en font un usage immodéré, jusqu'à en boire presque constamment.
Ils en font un véritable aliment, en y ajoutant du sel, du fromage, du
sang, de la graisse.

Mais tout cela n'est rien qu'un agrément pour les riches, s'il s'agit du
café; qu'un pis-aller pour les pauvres, s'il s'agit de nourriture
végétale. On peut dire, d'une manière générale, que ces gens du Nord ne
vivent que de viande et de graisse. Les Esquimaux, par exemple, n'ont
pour toute nourriture que de la chair de phoque, du saumon salé, et de
l'huile de poisson dont ils font une consommation effrayante. Les uns,
les nomades, qui vivent surtout dans l'intérieur des terres, se
nourrissent de la viande et du lait de leurs troupeaux. Les autres,
relativement sédentaires, vivent du produit de leur chasse, et surtout
de leur pêche. Deux animaux domestiques, les deux seuls de ces climats,
constituent toute la ressource de ces pauvres gens.

Les familles des pasteurs, aussi bien Samoyèdes que Lapons ou Esquimaux,
ont le renne. Cet animal est fait pour le pays qu'il habite. Sa
résistance au froid est illimitée, sa frugalité inouïe. En été, les
rares herbes qui poussent sur le sol lui fournissent une nourriture
abondante; en hiver, il sait vivre de rien. Le lichen qu'il trouve sous
la neige suffit à sa subsistance. Mais ce lichen pousse avec une lenteur
excessive: aussi ne peut-on paître une région qu'une fois tous les dix
ans. Cette circonstance suffit à elle seule à expliquer la prodigieuse
rareté des habitants dans ces régions. Il faut de 600 à 700 hectares de
ces prairies de lichen pour nourrir 25 rennes, et 25 rennes sont
nécessaires à l'existence d'un Lapon. C'est que le Lapon pasteur tire de
son troupeau la totalité de sa subsistance. Il attelle ses rennes à son
traîneau et se transporte ainsi, avec tout ce qu'il possède, d'un point
à un autre de ses immenses et misérables pâturages. La dépouille du
renne est utilisée tout entière par lui: la peau lui sert de vêtement,
avec les boyaux il fait du fil, avec la vessie des bouteilles. Ces
bouteilles servent à conserver la graisse, le sang. «Le repas ordinaire
de la journée est la soupe de sang, faite de farine et de sang mêlé de
caillot, que les ménagères savent garder pendant les mois d'hiver, à
l'état liquide, dans des tonneaux ou des outres en estomac de renne.»
Mais ce n'est pas seulement la chair et le sang du renne qui nourrissent
le Lapon, son lait est aussi employé. Pendant tout l'hiver, le Lapon
mange le lait du renne, conservé sous forme de rondelles.

Dans tous les voyages, le renne, qui n'est, comme force et vitesse,
qu'un attelage médiocre, montre une résistance prodigieuse, et il se
passe d'étable par une température capable de tuer les animaux les plus
robustes.

Mais les pasteurs ne sont pas les plus nombreux, surtout parmi les
Esquimaux. Un plus grand nombre de peuplades vivent surtout de leur
chasse, et là ils sont aidés par le second animal domestique, par le
chien.

Comme le renne, le chien sert de bête de trait. Le traîneau de
l'Esquimaux ou du Samoyède, attelé de dix ou douze chiens, court sur la
neige avec une rapidité vertigineuse, et pendant un temps très long.
Malheureusement, ces chiens, toujours affamés, nourris exclusivement de
viande, quand ils sont nourris, sont désobéissants et quelquefois
féroces. Ils n'obéissent qu'au fouet, que les Esquimaux manoeuvrent avec
une incroyable adresse et avec une sévérité nécessaire. C'est que le
chien des régions polaires, assez semblable à notre chien de berger, n'a
aucun des instincts généreux du noble animal qui, chez nous, est l'ami
de l'homme. C'est encore un animal sauvage, maintenu en servitude par
les nécessités de son existence, et n'obéissant qu'à la force.

Tel qu'il est cependant, il est aussi indispensable au chasseur que le
renne l'est au nomade. C'est grâce à lui que l'Esquimaux peut tirer
parti des faibles ressources du triste pays qu'il habite. C'est lui qui
le transporte dans ses courses, qui l'aide dans ses chasses. Sans le
chien, il ne pourrait poursuivre ni le renne sauvage dans les prairies,
ni le veau marin sous la glace, ni l'ours sur les glaçons flottants;
sans le chien, plus de subsistance et bientôt la mort.

[Illustration: Esquimaux.]

La pêche enfin est la troisième ressource des peuples du Nord, et la
plus importante. La population des côtes est, en effet, la plus
nombreuse, et elle vit presque exclusivement de poisson, et, qui plus
est, de poisson cru, frais ou séché.

De même que les Samoyèdes, appelés aussi _Siroydis_ ou _mangeurs de
viande crue_, dévorent la viande du renne sans la faire cuire; de même
les Esquimaux, dont le nom a à peu près le même sens, mangent le poisson
absolument cru, presque vivant. La pêche est la seule occupation de ces
peuples du littoral.

Les Esquimaux notamment y sont habiles. Ils ont de petits canots faits
avec un art extrême, nommés kayaks. Composés d'un bois très léger, ils
sont recouverts de peaux de phoque, si artistement cousues les unes aux
autres qu'elles sont absolument imperméables à l'eau. Le canot,
extrêmement petit, ayant la forme d'une aiguille de tisserand, n'a que
bien juste la place du pêcheur. Là dedans, armé d'une rame unique de six
pieds de long, il file comme le vent. Le corps complètement immobile,
car le moindre mouvement ferait tout chavirer, il s'avance le long des
côtes, navigue à travers les glaces, poursuivant le veau marin, le morse
et le narval, faisant aussi le service de la poste entre les
établissements danois.

Et c'est ainsi que ces peuples misérables, placés dans un milieu qui les
menace de toutes parts, exposés à chaque instant à mourir de froid et de
faim, traînent leur malheureuse existence, sans un instant de repos,
plus à plaindre cent fois, dans cette terrible lutte pour l'existence,
que les plus tristes animaux de nos pays. Combien, après ces peintures,
vont nous sembler doux nos hivers les plus rigoureux, douces aussi les
misères qu'ils traînent après eux!



CHAPITRE V

LE FROID DANS LES MONTAGNES.


A mesure que l'on s'élève au-dessus du niveau de la mer, la température
s'abaisse. Ce fait a été constaté de toute antiquité. On le remarque,
soit que l'on monte en ballon à une certaine hauteur, soit qu'on
gravisse péniblement les montagnes. On éprouve alors la même succession
de température que si on allait de l'équateur au pôle, et on rencontre
sur sa route, à mesure que l'on s'élève, des animaux et des plantes qui
habitent d'ordinaire des pays de plus en plus froids. Le froid qui règne
au sommet des montagnes un peu élevées suffit pour y maintenir des
neiges éternelles, et alors elles deviennent complètement inhabitables
pour l'homme, et souvent même inaccessibles. Aussi la plus grande
altitude atteinte l'a-t-elle été en ballon. Glaisher et Coxvell seraient
arrivés, le 5 septembre 1862, à la hauteur de 11000 mètres.

Sur le flanc des montagnes on n'est pas allé si haut; le pic le plus
élevé dont on ait visité le sommet est l'Ibi-Gamin, montagne du Thibet,
qui a 6730 mètres au-dessus du niveau de la mer. Mais les habitations
permanentes sont loin d'aller à de telles hauteurs. Le village de
Saint-Yéran, le plus élevé de l'Europe, est à 2009 mètres. L'hospice du
Saint-Bernard est à 2472 mètres. La maison la plus élevée de la terre,
la station de poste de Humiliuasi, entre Cuzco et Puno, dans le Pérou,
presque sous l'équateur, est à 4934 mètres. Voyons l'aspect de ces
régions élevées. Nous y trouverons un hiver perpétuel, ou, plus
exactement, une région polaire égarée en pays chaud.

Sur les flancs des montagnes la neige tombée pendant l'hiver fond au
printemps; mais à partir d'une certaine hauteur, la chaleur de
l'atmosphère diminuant, la neige demeure toute l'année. La limite des
neiges persistantes n'est pas la même partout. La ligne de séparation
entre la zone des pluies et celle des neiges est d'autant plus élevée
qu'on est plus près du pôle. Cette ligne ne s'abaisse probablement nulle
part jusqu'au niveau de la mer. Toutes les terres connues, même le nord
du Groenland et la terre François-Joseph, n'ont plus de neige au niveau
de la mer pendant les quelques jours du milieu de l'été. Dans le Thibet,
la limite des neiges persistantes ne commence qu'entre 5000 et 6000
mètres d'altitude. Dans les Alpes et les Pyrénées, elle commence vers
2800 mètres.

Il ne faudrait pas croire cependant que sur les hauts sommets le soleil
n'ait pas de force; ce serait une complète erreur. Là-haut, au
contraire, les nuages sont rares; le voyageur les a au-dessous et non
pas au-dessus de lui. Entre le soleil et la montagne, rien qui
intercepte les rayons, qui tamise leur chaleur: ils sont brûlants. Mais
ces rayons passent à travers l'air sans réchauffer, et, malgré leur
ardeur, l'atmosphère reste froide. M. Tyndall va nous raconter les
sensations que peut faire éprouver le soleil des montagnes:

«Tandis qu'un quartier de viande est rôti par l'action du foyer, l'air
qui l'environne peut rester aussi froid que glace. L'air des hautes
montagnes peut être excessivement froid, quoique le soleil darde des
rayons brûlants. Les rayons solaires, qui, dans leur contact avec la
peau humaine, sont presque douloureux, restent impuissants à échauffer
l'air d'une manière sensible; il suffit de se mettre parfaitement à
l'ombre pour sentir le froid de l'atmosphère. Jamais, dans aucune
circonstance, je n'ai tant souffert de la chaleur solaire qu'en
descendant du _Corridor_, au _grand plateau_ du mont Blanc, le 13 août
1857; pendant que je m'enfonçais dans la neige jusqu'aux reins, le
soleil dardait ses rayons sur moi avec une force intolérable. Mon
immersion dans l'ombre du dôme du Gouté changea à l'instant mes
impressions, car là l'air était à la température de la glace. Il n'était
pourtant pas sensiblement plus froid que l'air traversé par les rayons
du soleil, et je souffrais, non pas du contact de l'air chaud, mais du
choc des rayons calorifiques lancés contre moi à travers un milieu froid
comme la glace.»

Les rayons du soleil ne sont pas sans action sur la neige des hautes
régions, et ils en déterminent constamment la fonte. La neige, fondue à
la surface, produit une eau glacée qui s'enfonce. Soustraite alors à
l'action du soleil, elle se regèle, et peu à peu la masse entière se
transforme en glace. Au sommet de la montagne on a la neige, un peu plus
bas le névé, ou neige déjà à moitié durcie par la fonte et le regel;
plus bas encore, la transformation est complète, c'est le glacier.

Ce glacier, poussé sur la pente de la montagne de toute la force de son
poids, descend lentement, se modelant sur les gorges et les vallées.
C'est, comme nous l'avons expliqué, la fusion de la glace par pression,
et sa recongélation quand la pression ne s'exerce plus, qui expliquent
cette plasticité apparente du glacier, qui lui permet de couler pour
ainsi dire comme un fleuve. Arrivée à la limite des neiges persistantes,
la base du glacier se fond, formant un ruisseau, un torrent, la
naissance d'un fleuve. Les neiges persistantes du sommet des montagnes
ne sont donc pas des neiges éternelles; sans cesse elles fondent et
descendent le long des pentes, soit lentement à l'état de glace, soit
brusquement dans les avalanches qui causent si souvent en bas de
terribles ravages. Aussi les neiges sont moins abondantes au sommet des
monts à la fin de l'été qu'à son début.

Mais bientôt la provision est renouvelée. Elle l'est même en été, car
dans ces hautes régions, où la température de l'air est constamment
inférieure à zéro, il ne pleut jamais, il neige. Tout nuage qui se
résout au-dessus du sommet de la montagne se résout en neige; de telle
sorte qu'à quelques heures d'intervalle on peut voir le soleil, par
l'ardeur de ses rayons, fondant la neige à la surface, puis cette neige
être renouvelée par une chute presque immédiate.

Et nous voyons bien nettement ici le rôle du soleil, rôle prépondérant
dans notre monde, puisque c'est lui qui est la cause déterminante de
tous les phénomènes qui se produisent à la surface de la terre. Cette
eau, qui coule en bas du glacier par suite de l'action du soleil, va
donner naissance à un fleuve, va alimenter l'océan. Peu à peu le soleil
la reprend, la volatilise; elle devient invisible, mais se répand
partout dans notre atmosphère, y jouant, au point de vue qui nous
occupe, un rôle capital que nous aurons à examiner. Cette vapeur,
rencontrée dans les hautes régions par un courant d'air froid, va former
les nuages, puis la neige, qui viendra tomber de nouveau sur ce même pic
peut-être d'où elle était partie quelques mois auparavant. Admirable
évolution, dans laquelle nous voyons l'eau tour à tour solide, liquide,
gazeuse, tournant sans cesse dans le même cercle, toujours nouvelle et
toujours la même. Et toutes ces transformations sont dues à la même
cause, la chaleur du soleil.

Rien n'est plus facile que de montrer directement, en quelques instants,
sans sortir de sa chambre, les nombreuses métamorphoses de l'eau. Dans
cette chambre bien chauffée introduisons un mélange réfrigérant.
Aussitôt nous voyons le vase qui le renferme se recouvrir d'une blanche
enveloppe. Raclée avec un couteau, la couche condensée nous donne de la
neige; un peu pressée entre les mains, notre neige devient du névé.
Comprimons ce névé dans un moule de bois, nous aurons une lentille de
glace si transparente qu'on pourrait, en l'exposant aux rayons du
soleil, l'employer pour allumer du feu. Mais bientôt notre glace fond,
la voilà réduite en eau. Comme nous sommes un peu pressés, mettons cette
eau sur le feu, et dans quelques minutes notre vase sera vide. L'air a
repris, après tant de transformations, la vapeur invisible que nous lui
avons enlevée au début.

Dans les régions des neiges éternelles ne se trouvent plus d'habitants,
mais il s'y rencontre encore des animaux et des plantes. Le système de
distribution des plantes et des espèces animales, que l'on reconnaît en
allant de l'équateur aux pôles, on le retrouve en gravissant une
montagne. Faisons encore à ce sujet un emprunt à Elisée Reclus: «Prenons
pour exemple, dit-il, le Canigou, qui se dresse si superbement. Les
oliviers qui recouvrent les campagnes de la Têt et du Tech croissent
aussi sur les racines avancées du mont, jusqu'à 420 mètres d'altitude:
la vigne s'élève beaucoup plus haut, mais à 550 mètres elle disparaît à
son tour: au delà de 800 mètres cesse de croître le châtaignier. Les
derniers champs cultivés en seigle et en pommes de terre ne dépassent
point 1 610 mètres, hauteur à laquelle le hêtre, le pin, le sapin, le
bouleau, souffrent déjà du vent et de la rigueur des hivers. A 1 950
mètres s'arrête le sapin: le bouleau ne se hasarde point au delà de 2000
mètres; mais le pin, plus hardi, escalade les rochers jusqu'à l'altitude
de 2 430 mètres, non loin de la cime. Au-dessus, la végétation ne se
compose plus que d'espèces alpines ou polaires. Le rhododendron, dont
les premières touffes s'étaient montrées à 1 320 mètres, a pour limite
une élévation de 2840 mètres. Quant au genévrier, il monte en rampant et
en cachant à demi son branchage dans le sol jusqu'à la pointe terminale,
haute de 2785 mètres, et couverte de neige pendant presque toute
l'année.»

La végétation s'arrête donc seulement à la limite des neiges éternelles.
Là, elle cesse complètement, car presque aucune plante ne semble pouvoir
végéter à une température constamment inférieure à zéro degré. Dans les
régions polaires, nous avons vu la triste végétation ne se développer
que pendant les quelques jours d'été où la température s'élève un peu
au-dessus de zéro.

Cependant, un saxifrage (_Saxifraga oppositifolia_) peut fleurir
jusqu'au milieu des glaces du Spitzberg, et, dans les hautes montagnes,
sur la lisière des neiges éternelles. D'autre part, M. Martins rapporte
avoir vu en fleur la soldanelle alpine, sous une voûte de neige. J'ai
vu, pour ma part, pendant le terrible hiver de 1879-1880, des violettes
en fleur sous la neige, au mois de décembre, par une température
extérieure extrêmement basse.

Enfin, là où ni le rhododendron ni le genévrier ne peuvent vivre, on
trouve encore, comme au Spitzberg, des lichens et des mousses, dernière
végétation des pays froids.

Les animaux qui se rencontrent plus loin que les plantes dans les
régions polaires vont aussi plus haut qu'elles sur les sommets des
montagnes. On rencontre même des mammifères au-dessus de la limite des
neiges perpétuelles. M. Hugi, puis ensuite M. Martins, ont en effet
trouvé, à une hauteur de près de 4 000 mètres au-dessus du niveau de la
mer, une sorte de souris que M. Martins a nommée le «campagnol des
neiges.» La marmotte, si connue de tous, habite en été les plus hauts
sommets des Alpes, tout couverts de neige. Elle semble fuir devant la
chaleur et monter plus haut à mesure que les neiges fondent par le bas.
Elle se tient juste à la limite des neiges, pour avoir à la fois la
possibilité de rester dans le milieu qu'elle affectionne et de se
nourrir des rares herbes qui poussent un peu plus bas.

Dans les montagnes de nos pays, l'ours brun a remplacé l'ours blanc des
régions polaires; le chamois est venu prendre la place du renne. Les
oiseaux sont plus nombreux que les mammifères; mais ici ils se trouvent
dans des conditions bien différentes de celles des oiseaux des régions
polaires. Quelques minutes de vol, quelques heures au plus, suffisent
pour les conduire dans les prairies chaudes qui sont au-dessous, dans
lesquelles ils trouvent une subsistance abondante et assurée. Pour les
oiseaux, la montagne neigeuse est donc plutôt un lieu de refuge qu'une
aire d'habitation et de subsistance. Tel est l'aigle des Alpes.

[Illustration: L'ours brun.]

Quelques oiseaux cependant semblent habiter réellement les neiges
éternelles, y vivant d'insectes, et ne les quitter presque jamais. Le
bec-fin roitelet, un des plus petits oiseaux de notre pays, est dans ce
cas. Plus haut encore se trouve le pinson des neiges, qu'on ne rencontre
jamais dans nos plaines, mais qu'on voit en Sibérie et dans la
Nouvelle-Bretagne, là où il retrouve ses conditions d'existence.
Toujours au-dessus des neiges éternelles, perché sur un rocher qui a été
dénudé par la tempête, il daigne à peine descendre jusqu'aux hospices du
Saint-Bernard et du Saint-Gothard pour y nicher quelquefois.

Les reptiles, presque inconnus dans les régions polaires, ont cependant
quelques représentants dans les neiges des montagnes. Une espèce de
lézard passe sa vie au sommet des Alpes, engourdi sous la neige pendant
dix mois de l'année. Pendant son court réveil, il fait concurrence au
bec-fin et au pinson, et leur dispute les rares insectes qui vivent
là-haut. «La zone glaciale est si bien le milieu naturel de ces lézards,
qu'ils aiment mieux mourir de faim que vivre dans des régions plus
hospitalières où on a voulu les transplanter.»



LIVRE III

LES GRANDS HIVERS FRANÇAIS.



CHAPITRE PREMIER

LES GRANDS HIVERS AVANT CELUI DE 1709.


Nous n'avons, sur les hivers anciens, que des renseignements fort
incomplets, et le plus souvent fort vagues. Maintes fois même les récits
des historiens méritent peu de créance: il s'agit seulement de faits mal
observés, souvent légendaires, presque toujours exagérés à plaisir. Nous
les passerons très rapidement en revue.

Plusieurs savants ont recherché, chez les historiens, les mentions
d'hiver rigoureux, et ont tenté d'en dresser une liste complète. Arago,
notamment, a établi cette liste avec la description rapide de tous ces
grands hivers. Nous y avons déjà fait, nous y ferons encore de nombreux
emprunts; emprunts nécessaires, car la notice d'Arago renferme en abrégé
tout ce qui peut être dit sur la matière.

Cette liste, complétée par M. Barral, renferme deux cent vingt hivers,
compris entre l'année 396 avant notre ère et l'année 1858, bien proche
de nous. Elle est, au début, nécessairement fort incomplète, car les
historiens n'ont pas parlé de tous les hivers de rigueur moyenne
comparables à ceux qu'Arago cite dans les derniers siècles.

L'hiver de 1709 étant le premier des grands hivers sur lesquels nous
ayons des renseignements presque complets, nous allons d'abord nous
occuper de ceux qui ont précédé celui-là. Nous n'en citerons que
quelques-uns, non pas les plus rigoureux, puisque nous n'avons aucun
moyen de mesurer exactement leur rigueur, mais ceux qui nous
présenteront des faits dignes d'être rapportés. Nous passerons aussi
sous silence ceux dont nous avons déjà eu occasion de parler dans la
première partie de cette étude.

En 821: «Toutes les plus grandes rivières de la Gaule et de la Germanie
furent tellement glacées que, par l'espace de trente jours et davantage,
on y passoit par-dessus et à cheval et avec des charrettes; de sorte
que, venant cette glace à fondre, il y eut plusieurs villes et citez
voisines des fleuves qui en furent grandement endommagées.»

En 1076: «Cette année fut si étrangement froide que la plupart des
arbres, vignes et fruictiers mourut, et que même les semences en furent
intéressées; et continuèrent les grandes gelées depuis le premier jour
de novembre jusqu'à la my-avril, qui fut cause que la terre devint
stérile pour quelques années ensuyvantes.» La disette de blé fut si
grande que peu de gens purent se flatter d'avoir vu du froment de la
récolte de cette année.

En 1124: «Cet hiver fut plus rude que d'ordinaire et extrêmement pénible
à supporter, à cause de l'amoncellement de la neige qui tomboit presque
sans relâche. Un grand nombre d'enfants, et même de femmes, moururent de
l'excès du froid. Dans les rivières, les poissons périrent emprisonnés
sous la glace, qui étoit si épaisse et si solide qu'elle supportait les
voitures chargées, et que les chevaux circuloient sur le Rhin comme sur
la terre ferme. On vit, en Brabant, un fait singulier: les anguilles,
chassées en quantité innombrable de leurs marécages par la gelée, se
réfugièrent dans les granges, où elles se cachèrent; mais le froid étoit
tel qu'elles y périrent faute de nourriture et se putréfièrent. Le
bétail mourut dans beaucoup de contrées. Les intempéries se prolongèrent
tellement que les arbres ne prirent leurs feuilles qu'en mai.» Il est
impossible de voir en moins de mots une description plus complète d'un
grand hiver. Elle est empruntée par Arago à Guillaume de Nangis. Tout
s'y trouve parmi les effets que nous avons étudiés sur le froid.

En 1325, l'hiver fut très rigoureux. La débâcle de la Seine à Paris fut
très difficile, et les deux ponts de bois furent emportés.

L'hiver de 1408 fut certainement l'un des plus rudes du moyen âge, et,
d'après les chroniqueurs, il faut remonter au moins à 500 ans pour en
rencontrer un semblable. Il nous serait aisé d'y insister longuement. On
lit dans les registres du Parlement: «La Saint-Martin dernière passée, a
esté telle froidure que nul ne pouvoit besogner; le greffier même,
combien qu'il eût du feu près de lui en une pelette pour garder l'encre
de son cornet de geler, toutes fois l'encre se geloit en sa plume, de
deux ou trois mots en trois mots, et tant que enregistrer ne pouvoit.»
Félibien en donne une assez longue description: «Tous les annalistes de
ce temps-là ont pris soin de remarquer que l'hyver de cette année fut le
plus cruel qui eût esté depuis plus de 500 ans. Il fut si long, qu'il
dura depuis la Saint-Martin jusqu'à la fin de janvier, et si aspre, que
les racines des vignes et des arbres fruitiers gelèrent. Toutes les
rivières étoient gelées et les voitures passoient sur celle de Seine
dans Paris. On y souffroit une grande nécessité de bois et de pain, tous
les moulins de la rivière estant arrestez, et l'on seroit mort de faim
dans la ville, sans quelques farines qui y furent apportées des pays
voisins. Le temps commença à devenir plus doux le 27 janvier, mais le
dégel causa de grands désordres.»

La débâcle commença à Paris dans la matinée du 30 janvier. Les premiers
chocs des glaçons contre les arches des ponts avertirent les habitants
des nombreuses maisons construites dessus de pourvoir à leur sûreté:
aussi, au moment de la rupture de deux de ces ponts, n'eut-on pas
d'accidents de personnes à déplorer.

A voir avec quel soin Félibien donne la description de cet hiver, il
semble qu'il n'y ait pas de doute possible et qu'on soit bien réellement
en présence d'un hiver tout à fait exceptionnel. Il n'est pas, du reste,
le seul historien à en parler, et, dans cette circonstance, Félibien est
absolument véridique. Les divers récits se corroborent les uns les
autres. Et cependant, seize ans après, à une époque où l'on ne pouvait
avoir oublié cet hiver exceptionnel, il y en eut un autre: nombre
d'historiens, qui n'avaient pas parlé des rigueurs de 1408, parlent de
1422; tandis que d'autres, après avoir raconté longuement l'hiver de
1408, ne font aucune mention de celui de 1422. Chacun se borne à
déclarer que son hiver est le plus fort des hivers. Le _Journal de
Paris_, dans les Mémoires pour servir à l'Histoire de France et de
Bourgogne, s'exprime ainsi: «En 1422, douzième jour, fut le plus aspre
froid _que homme eust veu faire_; car il gela si terriblement qu'en
moins de trois jours le vinaigre, le verjus, geloient dans les caves, et
fut la rivière de Seine, qui grande étoit, toute prise, et les fruits
gelés en moins de quatre jours, et d'une telle âpre gelée dix-huit jours
entiers...» Cet exemple, qui est loin d'être le seul, doit nous rendre
fort circonspects dans nos recherches, et nous montre qu'il faut
absolument renoncer à classer, par des considérations quelconques, les
hivers qui ont précédé 1709. Nous savons, du reste, comment on écrivait
l'histoire à cette époque. Continuons donc notre nomenclature rapide,
sans y chercher autre chose que le récit de quelques faits curieux
auxquels nous n'accorderons qu'une croyance modérée.

En 1434: «L'hiver fut très long. Il neigea près de 40 jours consécutifs,
la nuit comme le jour. Il fut ordonné d'enlever la neige des rues et de
la porter dans la place de Grève, mais on n'y pouvoit suffire. On a
remarqué, comme une chose fort singulière, que dans le tronc d'un seul
arbre il se trouva, de compte fait, plus de cent quarante oiseaux morts
de froid.»

Nous ne pensions pas, en faisant les réserves précédentes, trouver sitôt
l'occasion de les appliquer. Est-il croyable que la neige soit tombée
pendant quarante jours consécutifs? La vie à Paris n'aurait-elle pas été
complètement interrompue, et n'en serait-il pas résulté une perturbation
telle dans la capitale que tous les historiens en eussent parlé? Et sur
ce point tous gardent le silence. Il y a donc ici une exagération
flagrante, exagération doublée d'enfantillage. Quoi, il est tombé de la
neige pendant quarante jours à Paris, et l'effet le plus remarquable de
ces neiges a été de faire périr quelques petits oiseaux. Ceux qui ont vu
Paris après une chute de neige de 24 heures, qui ont été obligés de
circuler alors dans les étroites rues de la vieille ville, ne pourront
que sourire en lisant les lignes qui précèdent.

François de Belle-Forest nous donne, dans _les Grandes Annales_, la
description de l'hiver de 1564: «Le roi entrant en Languedoc, l'hiver
commença aussi premièrement par pluies, puis devint si âpre et si
rigoureux, et si violent en vents, gelées et neiges, qu'il n'y avoit
homme, tant vieux fût-il, qui l'ait vu ni si long, ni tant véhément,
comme ainsi fait que les rivières demeurèrent éprises et caillées plus
de deux mois, et ainsi le cours d'icelles empesché; ne faut-il s'ébahir
si le trafic cessoit et s'il y avoit faute de bois en plusieurs lieux,
et surtout à Paris, et si au dégel les ponts et les moulins furent
emportés par les glaçons; tant y a que les vignes, les arbres et
fruictiers se ressentirent tellement de cette froidure, et la terre en
fut de telle sorte épuisée de sa chaleur radicale, qu'elle a esté assez
longtemps après sans être si fertile qu'auparavant, et les vignes à demi
mortes ont été plusieurs années si étonnées, que la moindre gelée leur
ôtoit leur puissance de produire et de nourrir le raisin, d'où est
advenue cette grande cherté des vins qui dure si longuement en ce
royaume.» C'est dans cet hiver que le roi fut pris à Carcassonne par les
neiges.

Sa durée nous est indiquée par les vers suivants de Pierre de l'Estoile:

    L'an mil cinq cent soixante-quatre,
    La veille de la Saint-Thomas,
    Le grand hyver vint nous combattre,
    Tuant les vieux noyers à tas:
    Cent ans a qu'on ne vit tel cas.
    Il dura trois mois sans lâcher,
    Un mois outre la Saint-Mathias,
    Qui fit beaucoup de gens fâcher.

Enfin, pour terminer ce rapide examen de quelques-uns des anciens
hivers, passons à celui de 1608, juste cent ans avant le terrible hiver
de 1709.

Mézeray, dans son Histoire de France, éditée en 1755, en parle en ces
termes: «L'année 1608 est nommée encore aujourd'hui l'année du grand
hiver, à cause de sa longue et terrible froidure. Elle avoit commencé à
devenir très âpre le jour de Saint-Thomas, et ayant duré plus de deux
mois sans relâcher qu'un jour ou deux, elle glaça, pour ainsi dire,
pétrifia toutes les rivières, gela presque toutes les jeunes vignes et
les jeunes plantes à la racine, tua plus de la moitié des oiseaux et du
gibier à la campagne, grand nombre de voyageurs par les chemins, et près
de la quatrième partie du bétail dans les étables, tant par la rigueur
du temps que par le défaut de fourrages. On remarqua que les chaleurs de
l'été suivant égalèrent presque les rigueurs de l'hiver et que néanmoins
l'année fut des plus abondantes.» Cette abondance montre que les ravages
exercés sur la végétation ne furent pas aussi grands que l'indique
Mézeray.

Le 10 janvier, à Paris, dans l'église Saint-André des Arcs, le vin gela
dans le calice; «il fallut, dit l'Estoile, chercher un réchaux pour le
fondre.» Le pain qu'on servit à Henri IV, le 23 janvier, était gelé; il
ne voulut pas qu'on le lui changeât. A Anvers, les habitants dressèrent
des tentes sur l'Escaut, et on allait y banqueter. Mézeray, complètant
sa description, parle de la débâcle: «Les glaces des rivières rompirent
les bateaux, les chaussées et les ponts; les eaux, grossies par les
neiges fondues, inondèrent toutes les vallées; et la Loire, bouleversant
ses digues en plusieurs endroits, fit un second déluge dans les
campagnes voisines. En Italie, il survint du commencement un si grand
débordement des rivières, que Rome se vit presque en un déluge par les
eaux du Tibre, qui descendirent avec une telle violence des monts
Apennins que plusieurs maisons en furent renversés.»

[Illustration: 1608. Anvers.--Les habitants dressèrent des tentes sur
l'Escaut.]

De son côté, Jean de Serres, dans l'_Inventaire de l'histoire de
France_, décrit dans un langage quelque peu ampoulé les rigueurs de cet
hiver. Nous trouverons cités dans cette description quelques faits dont
il a été déjà question au début de cet ouvrage. «Le commencement de l'an
1608 fut signalé d'un hiver si grand et qui fit sentir les pointes de sa
froidure si rigoureuses, qu'il n'en est parlé de pareilles de mémoire
d'homme. Ni les glaces de la Samartie (Russie), ni les âpres gelées des
Palus Méotides (mer d'Azof), ne furent jamais plus extrêmes. On trouve
Tacite hardi en ses témoignages, comme entre autres où il tient qu'un
soldat portant un faix de bois, ses mains se tordirent de froid et se
collèrent à sa charge, de sorte qu'elles y demeurèrent attachées et
mortes, s'étant départies des bras. Et pourroit-on bien encore trouver
le sieur du Bellay aussi hardi, où il récite que durant le voyage de
Luxembourg les gelées furent si âpres que le vin de munition se coupoit
à coups de hache et de coignée, et se débitoit par poids aux soldats qui
l'emportoient dans des paniers. Mais quiconque dira que la froidure de
cet hyver a été plus horrible, et qu'il n'y a point d'égalité en ces
rigueurs et celles des autres, il dira vérité. La France, assez tempérée
d'ailleurs, est néanmoins fameuse des difficultés et des mésaises d'un
si grand et si extrême hyver. Celles-cy en sont, que les voyageurs,
accueillis d'horribles monceaux de neige, en perdoient la connaissance
du pays et des chemins. Et n'eût été trop mal propre à d'aucun, que pour
se mettre à couvert et sauver du froid ils se fussent avisés, ainsi que
l'armée de Bajazet passant par la Russie, d'éventrer les chevaux et
montures pour se jetter dedans et jouir de la chaleur vitale, si les
bêtes mêmes n'eussent perdu toute chaleur naturelle qui les pût défendre
de la gelée. La disette et la cherté du bois apporta d'autres
incommodités à ceux des villes, principalement à la commune de Paris.
Ceux qui n'estoient fournis de provisions l'achetoient quatre fois plus
que d'ordinaire, et la pluspart même n'en avoient pas pour de l'argent.
La cause la plus urgente en fut rapportée tant à la rigueur et âpreté du
froid qu'au cours de la Seine et autres rivières arrêtées par la glace.
Si fut-elle cette eau affermie d'une telle épaisseur de glace, que les
carrosses et chariots tout chargés, le roi même, les seigneurs de sa
cour, et plusieurs du menu peuple, y passoient assurément que sur terre
ferme.» Nous bornerons là ces citations des hivers anciens, d'autant
plus que nous avons déjà eu l'occasion, dans les chapitres précédents,
de conter un grand nombre de faits les concernant. Nous tâcherons
seulement, pour terminer, de chercher s'il nous serait possible de fixer
approximativement le froid de ces hivers, en l'absence de toute donnée
thermométrique; de voir s'ils sont plus rigoureux, ou moins rigoureux,
que les grands hivers actuels.

Le docteur Fuster nous servira de guide dans cette recherche, car il a
indiqué, dans sa remarquable étude _sur les changements dans le climat
de la France_, la marche à suivre pour faire cette comparaison. A défaut
des indications du thermomètre, qui n'existe que depuis bien peu de
temps, comme nous l'avons vu, il se sert des phénomènes naturels relatés
dans les divers récits qui viennent de passer sous nos yeux.

La température à laquelle les fleuves commencent à charrier des glaçons
est assez constante. Ceux des provinces du nord: la Seine, le Rhin, la
Moselle et la Loire, charrient communément au bout de trois ou quatre
jours d'un froid de -7 degrés à -8 degrés; ceux des provinces du Midi:
la Gironde, la Garonne, le Tarn, le Var, la Durance et le Rhône,
charrient, en général, un peu plus tôt que les premiers, et c'est
communément après trois ou quatre jours d'un froid de -5 à -6 degrés.
Ces rapports assez fixes peuvent servir de point de départ pour les
degrés inférieurs d'une échelle de nos grands hivers.

On ne peut rien conclure, au contraire, du fait de la congélation
complète des fleuves. Nous avons vu, en effet, cette congélation se
produire parfois totalement par des températures de -9 degrés, tandis
que d'autres fois elle n'a pas été produite, comme cela eut lieu en
1709, par des froids de -23 degrés. Nous observons plus de constance
dans les rapports thermométriques de la congélation des grands étangs du
Languedoc et de la Provence, des côtes et des petits ports de la
Méditerranée, des côtes et des petits ports de la Manche. L'expérience
des deux hivers de 1709 et de 1789 donne le droit de penser que ces
côtes et ces bassins ne gèlent pas en entier, à moins d'un froid continu
de -20 degrés.

Ce phénomène nous permet d'affirmer qu'aucun hiver n'a été, sur les
côtes de la Méditerranée, pendant notre siècle, aussi rigoureux que ceux
qui virent ces congélations, comme 1638 et 1709.

Les végétaux, depuis ceux du midi les plus susceptibles, tels que
dattiers et orangers, jusqu'à nos essences forestières les plus
résistantes, peuvent aussi nous donner une échelle de graduation des
hivers rigoureux.

Or, tous ces phénomènes se produisent actuellement, comme ils se sont
produits aux temps anciens. Nous voyons encore les rivières se geler,
les arbres périr, même les plus résistants. Nous devons en conclure que
les grands hivers ne sont actuellement ni beaucoup plus froids ni
beaucoup plus chauds que les grands hivers anciens, et que, s'il s'est
produit dans la suite des siècles des changements dans notre climat, il
faut avoir recours, pour les mettre en évidence, à des faits étrangers
aux grands hivers.



CHAPITRE II

LE GRAND HIVER DE 1709.


Nous avons été obligés, jusqu'à présent, de passer très rapidement sur
les grands hivers. Les renseignements donnés sur eux par les historiens
sont généralement fort vagues: ils se contentent d'enregistrer quelques
faits, en les exagérant généralement, de telle manière qu'il est
absolument impossible d'établir, par une méthode de discussion
quelconque, un classement de ces hivers par ordre de rigueur.

A partir de 1709 nous allons marcher plus sûrement. Et d'abord, cet
hiver est le premier sur lequel nous possédions quelques renseignements
thermométriques. Sans doute ils sont fort incomplets, et, qui plus est,
peu précis, mais tels qu'ils sont ils constituent des éléments précieux
pour la comparaison.

Mais avant d'entrer dans la discussion du froid thermométrique de cet
hiver, donnons une idée de sa rigueur par les récits des contemporains.
Comme ils abondent, nous n'aurons qu'à choisir. Nous emprunterons au
_Magasin pittoresque_ un grand nombre de ces récits. Nous y verrons
comme un résumé de tous les hivers rigoureux qui l'ont précédé, comme un
tableau général du type des grands hivers. C'est ce qui nous engagera à
y insister.

Les mois d'octobre et de novembre 1708 furent doux; le mois de décembre
présenta une température très ordinaire. Janvier débuta comme avait fini
décembre, par de la chaleur; mais, par sauts brusques, du 4 au 13 la
température s'abaissa jusqu'à un froid excessif. Avec des alternatives
de douceur relative et de gelées plus fortes, l'hiver resta rigoureux
jusqu'au milieu du mois de mars.

Ce ne fut pas seulement à Paris que le froid se fit sentir avec cette
rigueur, mais bien dans toute l'Europe. L'hiver de 1709 est un de ceux
qui se sont étendus sur le plus grand nombre de régions. En France, en
Italie, en Espagne, en Allemagne, en Angleterre, en Russie, sur toute
l'Europe enfin, il exerça ses ravages. En quelques jours tous les
fleuves furent entièrement pris; il n'y eut pas jusqu'aux eaux de la
mer, même sur les côtes méridionales de l'Italie et de la France, qui
furent gelées.

La Garonne, ce qui est bien rare, l'Ebre même, furent glacés. La Meuse
fut prise, à Namur, à 1m.60 de profondeur. Le 8 avril, la Baltique était
encore couverte de glaces, aussi loin que la vue, aidée de lunettes,
pouvait s'étendre. Le Rhône fut gelé jusqu'à la hauteur de 12 pieds par
les couches de glace qui s'y amassèrent, «et l'étang de Thau,
ordinairement fort orageux, et qui communique à la mer par un court et
large canal, s'est pris de bout à bout, et plusieurs personnes sont
allées des bains de Balaruc et du lieu de Bousigues jusqu'à Cette
par-dessus la glace, route inconnue à nos pères, et qui le sera
peut-être longtemps à nos neveux.» Enfin la mer se gela au loin à Cette,
à Marseille, dans la Manche et dans l'Adriatique.

Nous avons vu que pendant ce grand froid, alors que les mers, les lacs
les plus profonds, comme celui de Constance et celui de Zurich, étaient
pris à porter des charrettes, la Seine demeura complètement libre à
Paris, et le Rhône à Viviers. Nous avons donné l'explication de ce fait
qui préoccupa beaucoup les contemporains. Des inondations considérables
furent aussi la suite d'un dégel sans exemple: la Loire rompit ses
levées, monta à une hauteur telle qu'on ne l'avait pas vue depuis deux
siècles, et ensevelit tout sur son parcours.

Les effets du froid extraordinaire de cet hiver sont longuement décrits
dans les Mémoires des contemporains.

Gauteron écrivait de Montpellier à l'Académie des sciences: «La nuit du
10 au 11 janvier a été la plus froide qu'on ait jamais sentie dans ce
pays-ci: dans les maisons les mieux étoffées on sentait un froid très
cuisant, dont on avait peine à se garantir; et peu de personnes purent
dormir d'un bon somme, malgré toutes les précautions qu'elles ont pu
prendre pour se mettre à couvert de ce grand froid.»

Un grand nombre de voyageurs périrent de froid par les chemins. Gauteron
remarque encore que «le dégel du 23 janvier, comme celui du 25 de
février, ont été suivis d'un rhume épidémique, dont presque personne n'a
été exempt. Tant de personnes en furent saisies toutes à la fois, qu'on
ne peut rapporter cette maladie qu'à une cause générale qui ait agi en
même temps sur tous les hommes.»

Et voilà son explication: «Pendant le grand froid le sang retient
beaucoup de parties séreuses et lymphatiques qui demeurent enveloppées
dans ses parties sulfureuses, et dont il ne peut se débarrasser que par
une fonte générale. Cette fonte d'humeurs doit arriver par le dégel.
Dans ce temps-là le nitre se divise en petites molécules, une grande
quantité de ce sel se môle brusquement avec le sang, l'anime et le
fermente; il n'en faut pas davantage pour faire séparer tout à coup une
grande quantité de lymphe et de sérosité qui se jette sur toutes les
glandes du corps et produit le mal de tête, le dégoût, l'enchifrenure,
la toux, la crudité et l'abondance des urines, la lassitude qu'on
appelle spontanée, et quelquefois un peu de fièvre.

»Ce rhume est, d'après Gauteron, fort différent de celui qui arrive
pendant le grand froid: dans celui-ci les humeurs circulent avec peine,
et par leur épaississement donnent occasion à quelques parties séreuses
de s'en séparer, ce qui produit la roupie et la toux, qui sont souvent
accompagnées d'un larmoyement involontaire, parce que les points
lacrymaux se trouvent quelquefois bouchés par l'épaississement de la
mucosité qui se sépare dans le nez. Aussi doit-on traiter ces rhumes
d'une manière bien différente; les rhumes de froid se guérissent plus
promptement par le parfum de Rababé que par aucun autre remède, sans
doute à cause de la quantité de sel et de soufre volatil que cette
résine contient.

»Le vin et l'eau-de-vie brûlés avec du sucre, le thé, le café et le
chocolat, conviennent par la même raison, et j'ai guéri plusieurs rhumes
cet hiver très violents et très opiniâtres avec des bouillons de poulet,
dans lesquels je faisais bouillir pendant un quart d'heure une once de
chair de serpent séchée avec une poignée de feuilles de cresson.

»Les rhumes de dégel doivent être traités d'une manière toute
différente. Il faut empêcher la trop grande foule des humeurs par des
émulsions cuites, les crèmes de riz, de gruau, d'orge, par l'eau de son,
l'eau de rose et le jaune d'oeuf avec le sucre candi, par le petit lait
et par le lait même. Les narcotiques et la saignée conviennent aux deux
espèces de rhume, surtout quand les malades sont fatigués de la toux, et
que l'on craint quelque inflammation de poitrine.

»Voilà quelle idée j'ai de la gelée et de ses effets.»

Qui s'étonnerait après cela de voir Molière bafouer les médecins qui ont
immédiatement précédé celui-là.

A Paris, le froid fut tel que, tant qu'il dura, le Parlement n'entra pas
au palais: le commerce et les travaux furent interrompus; l'Opéra cessa;
la Comédie et les jeux furent fermés. Cependant une note de la main de
Réaumur démontre que les savants ne furent pas si délicats: «En 1709,
écrit-il, les séances furent tenues pendant la durée du froid, mais le
samedi 20 janvier, il n'y eut pas d'assemblée à cause d'un grand dégel.»

Les animaux ne furent pas plus épargnés que les hommes. Plusieurs
espèces de petits oiseaux et d'insectes furent presque anéantis en
Angleterre et dans le nord du continent. Derham compte jusqu'à vingt
espèces d'oiseaux de la zone glaciale qui furent vus et tués sur les
côtes d'Angleterre. Le bétail périt dans plusieurs provinces. Mais ce
furent surtout les végétaux qui curent à souffrir.

Faisons à ce sujet quelques emprunts aux Mémoires de Jamerai Duval, ce
gardeur de dindons qui devait devenir un savant. Chassé de chez ses
maîtres, il allait à l'aventure, dans une misère profonde. Pris par la
petite vérole, il est recueilli près de Provins par un pauvre paysan qui
le met dans une étable à brebis, dans un trou sous le fumier. La misère
de ce pauvre homme était telle que Duval écrit: «Les seuls aliments que
l'on fut en état de me fournir, consistèrent en un peu de soupe maigre
et quelques morceaux de pain bis que la gelée avait tellement durci,
qu'on avoit été obligé de le couper à coups de hache, de façon que,
nonobstant la faim qui me pressait, j'étais réduit à le sucer.»

Puis il ajoute: «Pendant que j'étois comme inhumé dans l'infection et la
pourriture, l'hiver continuoit à désoler la campagne par les plus
terribles dévastations. Derrière la bergerie, il y avoit plusieurs
touffes de noyers et de chênes fort élevés qui étendoient leurs branches
sur le toit qui me couvroit. Je passois peu de nuits sans être éveillé
par des bruits subits et impétueux, pareils à ceux du tonnerre ou de
l'artillerie; et quand, au matin, je m'informais de la cause d'un tel
fracas, on m'apprenoit que l'âpreté de la gelée avoit été si véhémente,
que des pierres d'une grosseur énorme en avoient été brisées en pièces,
et que plusieurs chênes, noyers et autres arbres, s'étoient éclatés et
fendus jusqu'aux racines. Enfin, tout ce que la terre produit pour
l'aliment de l'homme, sans même en excepter les arbres fruitiers de la
plus solide consistance, avoit été détruit par la force et la pénétrante
activité de la gelée.»

A Montpellier, les oliviers et les orangers perdirent leurs feuilles et
leurs branches: la plus grande partie de ces arbres moururent jusqu'à la
racine, et, «ce qu'on n'avoit jamais vu dans ce pays-ci, dit Gauteron,
les lauriers, les figuiers, les grenadiers, les jasmins, les yeuses et
quelques chênes même, ont eu le même sort.»

Dans toute la France, beaucoup d'arbres forestiers furent gelés jusqu'à
l'aubier, et vingt ou trente ans plus tard on retrouvait, dans la coupe
d'un vieux tronc, la marque de la cicatrice de 1709. Les lauriers, les
cyprès, les chênes verts, les oliviers, châtaigniers, les noyers les
plus vieux et les plus forts, moururent en grand nombre. Ecoutons
Réaumur, qui nous explique la cause principale des dégâts:

«Le premier dégel vint le 26 janvier, mais le froid reprit peu de jours
après. Ce fut cette reprise qui fit tout le mal, parce que, l'eau
n'ayant pas eu le temps de s'emboire dans la terre, ni de se sécher sur
les arbres, la gelée forte et subite qui revint saisit et coupa toutes
les racines du blé, et détruisit l'organisation même dans les arbres
délicats.»

Les blés auraient été en partie protégés par la neige, sans un grand
vent qui causa bien du mal. Voici ce que consigne à ce sujet, dans le
registre de sa paroisse, le curé de Feings, près de Mortagne: «Le lundi
7 janvier commença une gelée, qui fut ce jour-là la plus rude et la plus
difficile à souffrir: elle dura jusqu'au 3 ou 4 février. Pendant ce
temps-là, il vint de la neige d'environ demi-pied de haut: cette neige
étoit fort fine, elle se fondoit difficilement. Quelques jours après
qu'elle fut tombée, il fit un vent fort froid entre bise et galerne
(vent du nord-ouest) qui la ramassa dans les lieux bas; il découvrit les
blés, qui gelèrent presque tous.»

La vigne disparut dans plusieurs parties de la France; les jardins et
les vergers furent dépouillés de leurs arbres fruitiers. Beaucoup de
pommiers parurent n'être pas morts; ils poussèrent des feuilles et des
fleurs et moururent ensuite; d'autres succombèrent l'année suivante. La
destruction des blés surtout causa une calamité publique.

La famine fut si grande que de mémoire d'homme on n'en avait vu de
pareille. Au palais de Versailles même on ne mangea plus que du pain
bis, et Mme de Maintenon se mit au pain d'avoine. Que l'on se figure la
misère du peuple, quand les grands, à la cour, étaient réduits à cette
extrémité. Ce fut cette année que Louis XIV vendit pour quatre cent
mille francs de vaisselle d'argent à la Monnaie. Le désastre fut tel que
les blés manquèrent universellement par toute la France. En Normandie,
dans le Perche et sur les côtes de Bretagne, on récolta de quoi faire la
semence. «Du blé de 1709, écrit un contemporain, il n'en sera point du
tout mangé.» Aussi, le prix du pain s'élève rapidement à des hauteurs
inconnues: à Chartres, le pain se vend, le 15 juin 1709, au prix de 35
sous les neuf livres, au lieu de 7 à 8 sous, prix ordinaire.

Par bonheur, quelques agriculteurs avisés promenèrent la charrue sur
leurs champs ensemencés en blé pour y mettre, malgré les prescriptions
de la police, l'orge qui servit à faire le pain nommé de disette.

La famine devint telle qu'au mois d'avril il parut un arrêt du Conseil
qui ordonnait à tous les citoyens, sans distinction, ainsi qu'aux
communautés, de déclarer exactement leurs approvisionnements en grains
et denrées, sous peine de galère et même de mort.

On fit en divers endroits de Paris, et notamment au Louvre, des
distributions de pain. Une estampe du temps porte pour devise:
«Distribution du pain du roi au Louvre.» Au-dessous sont gravés les
quatre mauvais vers suivants:

    Chacun accourt au pain: c'est à qui en aura.
    O Dieu! la foule est si grande qu'on _si_ tue:
    La livre est à deux sous; pour l'avoir il faudra
    _Risqué_ d'être étouffé, si cela continue.

Le peuple fut réduit à se nourrir d'animaux immondes et d'herbes
d'habitude réservées aux animaux.

Ecoutons de nouveau Jamerai Duval, qui, remis de sa petite vérole,
marchait toujours à l'aventure, cherchant des climats plus cléments. Il
arrive au printemps en Champagne: «L'indigence et la faim avoient établi
leur séjour dans ces tristes lieux. Les maisons couvertes de chaume et
de roseaux s'abaissoient jusqu'à terre et ressembloient à des glacières.
Un enduit d'argile broyée avec un peu de paille étoit le seul obstacle
qui en défendît l'entrée. Quant aux habitants, leur figure cadroit à
merveille avec la pauvreté de leurs cabanes. Les haillons dont ils
étoient couverts, la pâleur de leur visage, leurs yeux livides et
abattus, leur maintien languissant, morne et engourdi, la nudité et la
maigreur de quantité d'enfants que la faim desséchoit, et que je voyois
dispersés parmi les haies et les buissons pour y chercher certaines
racines qu'ils dévoroient avec avidité: tous ces affreux symptômes d'une
calamité publique m'épouvantèrent et me causèrent une extrême aversion
pour cette sinistre contrée. Je la traversai le plus rapidement qu'il me
fut possible, n'ayant pour tout aliment que des herbes et un peu de pain
de chènevis que j'achetois, et que j'avois même beaucoup de peine à
trouver. Cette nourriture brûlante et corrosive, destinée seulement à
repaître les plus vils animaux, émoussa mes forces, altéra la bonté de
mon tempérament, et me causa des infirmités dont j'ai longtemps ressenti
les tristes effets.»

[Illustration: Les haillons dont ils étaient couverts...]

Une telle misère suscita la pitié publique, et des comités de charité se
formèrent, à Paris, pour secourir autant que possible les plus
malheureux. Les détails qui suivent sont extraits d'un placard imprimé à
Paris, par les soins d'un comité de charité, sous le titre de _Nouvel
advis important sur les misères du temps_. Tout ce qui est rapporté dans
ce placard est déclaré très véritable, étant écrit par témoins
oculaires, gens de bien et de capacité, et très dignes de foi, qui en
ont donné des témoignages authentiques et dont on garde les originaux.

Voilà quelques extraits de ce placard: «De Romorantin, du 18 avril, on
mande qu'outre mille pauvres qui y sont déjà morts de misère, il s'y en
trouve encore près de deux mille autres qui languissent et qui sont aux
abois; la plupart n'ayant rien que leurs métiers, dont ils ne
travaillent plus, personne ne les occupant.

»A Onzain, près Blois, un vertueux ecclésiastique prêcha à quatre ou
cinq cents squelettes, des gens qui, ne mangeant plus que des chardons
crus, des limaces, des charognes et d'autres ordures, sont plus
semblables à des morts qu'à des vivants. La misère passe tout ce que
l'on en écrit, et, sans un prompt remède, il faut qu'il meure dans le
Blésois plus de 20 000 pauvres.

»Sans parler d'Illiers et des environs de Chartres, où il est déjà mort
plus de trois cents personnes de faim, du Vendômois, on écrit de
Montoire, du mois d'avril, qu'outre les extrémités qu'on souffre là
comme ailleurs, le désespoir a rendu le brigandage si commun que
personne ne s'en croit à couvert; que, depuis peu, huit hommes ont
massacré une femme pour avoir un pain qu'elle portoit, et qu'un homme,
pour défendre le sien, en a tué un autre qui venoit le lui prendre, et
que, sur les grands chemins, il y a des gens masqués qui volent; il est
commun, dans tout ce pays-là, de faire du pain de fougère toute seule,
concassée, avec la septième partie de son, et du potage avec le gui des
arbres et des orties.

»Dans la plupart des villes et des villages de la Beauce, du Blésois, de
la Touraine... on meurt à tas; on les trouve morts ou mourants dans les
jardins et sur les chemins. Dans les faubourgs de Vendôme, on voit des
gens couchés par terre qui expirent ainsi sur le pavé, n'ayant pas même
de la paille pour mettre sous leur tête, ni un morceau de pain.

»En plusieurs endroits, lorsque les chiens trouvent quelque chose de
mangeable, les pauvres se jettent dessus pour le leur arracher; ceux qui
achètent du blé sont obligés de s'armer, de peur d'être volés.

»A Amboise, les misères sont à tel excès, qu'on y a vu plusieurs hommes
et femmes se jeter sur un cheval écorché, en tirer chacun leur morceau
et n'y laisser rien de reste; qu'il s'est trouvé une fille orpheline
morte de faim après s'être mangé une main, et un enfant ses doigts.

»Il y a des lieux où, de quatre cents feux, il ne reste que trois
personnes. Le 10 mai, un enfant pressé par la faim, arracha et coupa
avec les dents un doigt à son frère, qu'il avala, n'ayant pu lui
arracher une limace qu'il avoit avalée. Il s'en trouve de si foibles que
les chiens les ont en partie mangés: à Beaumont-la-Ronce, le mari et la
femme étant couchés sur la paille et réduits à l'extrémité, la femme ne
put empêcher les chiens de manger le visage à son mari, qui venoit
d'expirer à son côté, tant elle étoit débile.»

A la fin du dix-huitième siècle, Moucher, dans son poème sur _les Mois_,
prend l'hiver de 1709 comme type, et en fait la peinture suivante:

    Vieillards dont l'oeil a vu ce siècle à son aurore,
    Nestors français, sans doute il vous souvient encore
    De ce neuvième hiver, de cet hiver affreux,
    Qui fit à votre enfance un sort plus désastreux.
    Janus avait ouvert les portes de l'année,
    Et tandis que la France, aux autels prosternée,
    Solennisait le jour où l'on vit autrefois
    Le berceau de son Dieu révéré par des rois,
    Tout à coup l'aquilon frappe de la gelée
    L'eau qui, des cieux naguère à grands flots écoulée,
    Ecumait et nageait sur la face des champs;
    C'est une mer de glace, et ses angles tranchants,
    Atteignant les forêts jusques à leurs racines,
    Rivaux des feux du ciel, les couvrent de ruines;
    Le chêne des ravins tant de fois triomphant,
    Le chêne vigoureux crie, éclate, et se fend.
    Ce roi de la forêt meurt. Avec lui, sans nombre,
    Expirent les sujets que protégeait son ombre.

    Brillante Occitanie, hélas! encor tes rives
    Pleurent l'honneur perdu de tes rameaux d'olives!
    L'hiver s'irrite encor; sa farouche âpreté
    Et du marbre et du roc brise la dureté:
    Ouverts à longs éclats, ils quittent les montagnes,
    Et, fracassés, rompus, roulent dans les campagnes.
    L'oiseau meurt dans les airs, le cerf dans les forêts.
    L'innocente perdrix au milieu des guérets;
    Et la chèvre et l'agneau, qu'un même toit rassemble,
    Bêlant plaintivement, y périssent ensemble;
    Le taureau, le coursier, expirent sans secours;
    Les fleuves, dont la glace a suspendu le cours,
    La Dordogne et la Loire, et la Seine et le Rhône,
    Et le Rhin si rapide, et la vaste Garonne,
    Redemandent en vain les enfants de leurs eaux.
    L'homme faible et percé jusqu'au fond de ses os,
    Près d'un foyer ardent, croit tromper la froidure.
    Hélas! rien n'adoucit les tourments qu'il endure.
    L'impitoyable hiver le suit sous ses lambris,
    L'attaque à ses foyers, d'arbres entiers nourris,
    Le surprend dans sa couche, à ses côtés se place,
    L'assiège de frissons, le raidit et le glace.
    Le règne du travail alors fut suspendu,
    Alors dans les cités ne fut plus entendu
    Ni le bruit du marteau, ni les cris de la scie;
    Les chars ne roulent plus sur la terre durcie;
    Partout un long silence, image de la mort.
    Thémis laisse tomber son glaive, et le remord
    Venge seul la vertu de l'audace du crime.
    Tout le courroux des dieux vainement nous opprime,
    Les temples sont déserts; ou si quelques mortels
    Demandent que le vin coule encore aux autels,
    Le vin, sous l'oeil des dieux que le prêtre réclame,
    S'épaissit et se glace à côté de la flamme.

                   *       *       *       *       *

Tâchons maintenant de rechercher quelles furent les températures de cet
hiver mémorable, et s'il fut en réalité plus rigoureux que les hivers
qui l'ont précédé et qui devaient le suivre.

En 1709, on faisait déjà depuis assez longtemps des observations
thermométriques. L'invention du thermomètre remonte vraisemblablement à
l'année 1625. A cette époque, en effet, Sanctorius, médecin d'Italie
célèbre par ses écrits, né à Capo d'Istria, en 1561, «s'avisa de faire
une machine appelée _thermomètre_, pour connoître les différents degrés
de chaleur de ceux qui avoient la fièvre, sans faire attention, suivant
toutes les apparences, que la même machine pouvoit lui montrer les
changements qui arriveroient à l'air qui peut augmenter de volume par
les différentes chaleurs, et qu'elle seroit fort curieuse et plus utile
au public par la connoissance qu'elle lui donneroit des températures de
l'air que par l'application qu'il en vouloit faire à la médecine.»

Quoi qu'il en soit de la date précise de l'invention du thermomètre, ses
observations régulières faites à l'Observatoire de Paris remontent à
l'année 1666. En 1709, les observations étaient faites depuis déjà
trente ans par de la Hire: «Mon thermomètre, dit-il, est placé dans la
tour orientale de l'Observatoire, laquelle est découverte; en sorte
qu'il est à l'abri du vent, et que le soleil ne donne jamais sur la
boule ni sur le tuyau. Toutes les observations sont faites un peu avant
le lever du soleil, qui est le moment où la température est
ordinairement le plus bas.»

Ce thermomètre n'était donc pas placé dans des conditions convenables,
et quoique la tour fut découverte, il y faisait certainement une
température supérieure pendant les froids à la température extérieure.
De plus, le thermomètre de de la Hire n'était pas gradué au moyen d'une
règle bien déterminée, comme cela se fait de nos jours. Or, ce
thermomètre a été détruit vers la fin du dix-huitième siècle, et on n'a
pas une correspondance exacte de ses températures avec celles du
thermomètre centigrade. Aussi tous les savants se préoccupèrent-ils,
pendant toute la durée du dix-huitième siècle, de ramener les
températures de 1709, au moyen de comparaisons approximatives, aux
échelles connues. Grâce aux travaux de Réaumur, de Meissier, de
Lavoisier, de Van-Swinden, de M. Renou, on a pu établir à peu près cette
correspondance. Malheureusement, elle ne s'étend que sur quelques
observations. Il ne reste, en effet, des notes de l'époque, que les deux
fragments que nous allons citer, l'un de de la Hire lui-même, l'autre
écrit un peu plus tard par Réaumur.

De la Hire écrit: «Le froid du commencement de cette année a été
excessif avec beaucoup de neige; car mon thermomètre est descendu
jusqu'à 5 parties, le 13 et le 14 janvier; et, les jours suivants, étant
un peu remonté, il revint à 6 parties le 20, et le 21 à 5 3/4; mais
ensuite le froid diminua peu à peu. Ce grand froid a été fort sensible;
car, le 4 de ce mois de janvier, le thermomètre était à 42 parties, qui
est un état fort proche du moyen, que j'ai déterminé à 48; le 6, il vint
à 30; le 7, à 22; le 10, à 9; et enfin, le 13, à 5. C'est sans doute ce
changement subit qui a paru si extraordinaire. Ce thermomètre n'était
encore jamais descendu si bas.

»En 1695 il n'avait pas été si bas, et cependant le froid de cet hiver a
été regardé comme un des plus grands qu'il ait fait il y a longtemps.
L'hiver de cette année a duré fort longtemps, car le 13 mars il gelait
encore très fort, le thermomètre était à 24 parties, et la gelée
commence quand il est à 32.»

Voilà, d'autre part, les renseignements donnés par Réaumur, qui sont, au
moins quant aux nombres, copiés sur la note de de la Hire: «Le froid
commença presque subitement le 5 janvier au soir, jour auquel il avait
plu une grande partie de la journée, et où le thermomètre était à 42,
très proche du tempéré fixé à 48. Le 13 et le 14 janvier furent les plus
froids. Le thermomètre descendit à 5 parties le 13 et le 14 janvier. Le
froid vint sans vent considérable. Le vent était très faible, et, ce qui
est à remarquer, au sud; et lorsque le vent augmentait et tournait vers
le nord, le froid diminuait.»

De la Hire ajoute que le froid de 1709 a dû être plus violent que celui
de 1608, appelé cependant grand hiver. Réaumur, Lavoisier, affirment que
le froid de 1709 est le plus grand froid qu'on ait éprouvé de mémoire
d'homme en France.

Il semble donc certain qu'il faut remonter au moins au quinzième siècle
pour trouver un hiver comparable à celui de 1709, et même aucun document
précis ne nous autorise à affirmer qu'il y ait jamais eu en France,
avant 1709, un hiver aussi froid.

Les travaux des savants que nous avons cités, pour ramener les nombres
de de la Hire à des échelles connues, ont conduit à des résultats
quelque peu contradictoires. Mais on peut affirmer que ces températures,
exprimées en degrés centigrades, ont été certainement moins froides que
celles données par les nombres suivants:

  29 octobre 1708      -1°.5
  12 décembre           -5.2
  4 janvier 1709        +7.5
  6 janvier             -1.4
  7 janvier             -7.6
  10 janvier           -18.0
  13 janvier           -23.1
  14 janvier           -21.3
  20 janvier           -20.4
  21 janvier           -20.6
  13 mars               -5.6

Nous savons, d'après la lettre de Réaumur, citée à propos de l'effet sur
les végétaux, que le froid ne dura pas sans interruption du 5 janvier au
13 mars, puisqu'il y eut à la fin de janvier un dégel complet. A cette
époque les observations thermométriques commençaient déjà à se répandre
quelque peu, et l'on a sur les froids de divers points de l'Europe
quelques renseignements.

A Montpellier, le froid le plus vif eut lieu le 11 janvier; il fut de
-16°.1. A Marseille, on observa -17°.5.

Le froid qu'on éprouva dans la Hollande, en Angleterre et en Prusse, fut
moindre qu'à Paris. Il commença à geler, dans les environs de Londres,
le jour de Noël, et la gelée dura jusqu'à la fin de mars; le plus grand
froid observé fut le 14 janvier, de -17°.3 au collège de Gresham. A
Berlin, les 9 et 10 janvier, on eut -16°.6. A Namur on eut -19°.1.

Remarquons, dès maintenant, que ces froids sont bien moins intenses que
ceux observés en France pendant le mois de décembre 1879.



CHAPITRE III

LES HIVERS DE 1709 A 1830.


Dans la période de cent vingt ans qui s'écoule entre les deux grands
hivers de 1709 et de 1830, il y eut un grand nombre d'hivers rigoureux.
Arago en compte quarante-cinq, Fuster trente seulement. En somme, il n'y
en eut pas plus de trois ou quatre qui furent réellement
extraordinaires. Quelques-uns même, et notamment celui de 1740 et celui
de 1776, ont été peut-être aussi rigoureux que celui de 1830. Nous y
insisterons cependant beaucoup moins, car nous n'aurions qu'à répéter
pour eux, en les atténuant, les récits que nous venons de faire. Nous
nous contenterons de citer les faits saillants de quelques-uns de ces
hivers.

«Le nom d'année du grand hiver est devenu propre à 1709, écrivait
Réaumur dans les Mémoires de l'Académie des sciences; celui de long
hiver est dû à aussi bon titre à 1740: quoique le froid ait été assez
vif à Paris dans cette dernière année, il n'a pas été aussi considérable
qu'en 1709; mais il a duré plus longtemps.»

En effet, le froid le plus vif se fit presque constamment sentir pendant
les mois de janvier, de février et les neuf premiers jours du mois de
mars. La température s'éleva fort peu le reste de ce mois et durant le
mois d'avril; elle ne monta réellement à sa hauteur normale que le 23
mai. La Seine fut gelée dans toute sa longueur. Montpellier ne ressentit
nullement le rigoureux hiver de cette année. Les observations du
président Bon ont établi que l'hiver y avait été plus doux que le
printemps à Paris.

Les végétaux n'eurent pas autant à souffrir qu'en 1709, mais la longue
durée du froid eut des conséquences funestes sur la santé publique: la
mortalité fut énorme à la suite de cette saison calamiteuse. Le mémoire
de Réaumur, dont nous donnons plus loin des extraits, le montrera.

Les hirondelles, venues au commencement d'avril, moururent d'inanition,
par suite du retard apporté par la durée de l'hiver à l'éclosion des
nymphes des petits insectes dont elles se nourrissent en volant. Elles
tombaient à toute heure dans les rues, dans les cours, dans les jardin.

«Dans cette saison, le peuple de Londres construisit sur la glace une
cuisine spacieuse, dans laquelle on fit rôtir un boeuf entier. A
Saint-Pétersbourg, on construisit un palais de glace, au-dessus duquel
étaient six canons, également de glace, chargés chacun d'un quartaut de
poudre et d'un boulet. On les tira sans faire éclater la glace. Comme en
1709, le dégel fut accompagné d'inondations désastreuses; le pont de
Rouen fut emporté par les glaces.»

Quelques extraits d'un mémoire de Réaumur nous donneront sur cet hiver
des notions précises: «L'année 1740 peut être mise au nombre de celles
où la mortalité a été la plus grande, au printemps, dans le royaume.
Dans la plupart de ses provinces, les campagnes ont perdu un nombre
prodigieux d'habitants; je connais des villages du Poitou à qui la
moitié des leurs a été enlevée.»

Les blés n'eurent pas à souffrir des froids de l'hiver, et, en juin, ils
avaient une magnifique apparence; mais le froid relatif de juillet et
les pluies continuelles d'août anéantirent presque complètement la
récolte. La vigne, qui, elle aussi, avait d'abord été très belle, trompa
les espérances, et en beaucoup de localités on ne vendangea même pas, le
fruit n'ayant pu mûrir. Dans certains pays du Nord, le froid de 1740 fut
plus vif que celui de 1709.

«M. Celsius a rassemblé un grand nombre de faits qui concourent à
prouver que le froid de 1740 fut excessif en Suède. Les hommes qui
s'étaient trouvés exposés à l'air sans s'être assez vêtus moururent de
froid. Le froid fit périr dans les forêts une très grande quantité
d'animaux. Toute l'eau des petits lacs et peu profonds devint une pièce
de glace. Vers la fin de février, dans le milieu du lac Ekoln, qui est
une partie considérable du lac Meler, la glace avait d'épaisseur
vingt-huit de nos pouces de Paris et trente-quatre pouces à quelque
distance du rivage. La mer qui est entre la Suède et la Finlande fut
assez gelée pour que le messager pût passer dessus.»

L'hiver de 1776 n'a été surpassé que par celui de 1709. Mais ce froid de
1776 a procédé fort inégalement. Sa violence dans le nord le place au
rang des plus rudes. Il a été moins vif en général dans les provinces du
centre et du midi; on l'a très peu senti dans quelques-unes, et il a
même été nul sur d'autres points. Les fortes gelées firent périr
beaucoup de monde sur les grandes routes, à la campagne et jusque dans
les rues. Beaucoup de rivières gelèrent; sur les côtes maritimes les
glaces eurent jusqu'à 3m.40 d'épaisseur. «L'embouchure de la Seine, sur
une largeur de plus de 8 000 mètres, se montra, le 29 janvier et les
jours suivants, toute couverte de glace, ainsi que cette partie de la
mer comprise entre la baie de Caen et le cap de la Hève, en sorte que du
Havre la mer paraissait couverte de glace jusqu'à l'horizon. Cette glace
était rompue par le flux et le reflux, ce qui donnait à notre mer
l'apparence de la Baltique.»

Le grand froid de cet hiver attira beaucoup l'attention des savants.
Meissier, Lavoisier, notamment, firent des travaux importants,
principalement dans le but de le comparer à l'hiver de 1709. Le public
lui-même ne resta pas indifférent; voilà ce que nous dit Meissier à ce
sujet: «Le grand froid intéressait généralement les habitants de la
capitale. Les matins, un grand nombre de personnes se rendaient chez moi
pour avoir le degré de froid, et je fus obligé de mettre chez le portier
de l'hôtel de Cluny un bulletin qui contenait le degré de froid observé;
on y venait en foule pour le copier et le répandre ensuite dans la
capitale.»

Le long mémoire que Meissier consacre à cet hiver renferme des faits
pleins d'intérêt.

Il remarque que, à cause de l'abondance de la neige, il y eut un grand
nombre d'accidents dans les rues de Paris. La consommation du bois,
ainsi que celle du charbon, fut considérable. Les pendules s'arrêtèrent
dans les appartements à feu. Plusieurs cloches se cassèrent en sonnant:
celle du collège de Cluny, place de la Sorbonne, fut du nombre.

Le fait suivant est assez rare pour être cité: «La fenêtre de ma
cuisine, dit Meissier, qui donnait au levant, et qui avait été fermée
pendant le temps des grands froids, ayant été ouverte le 3 février vers
midi (au moment du dégel, par une grande élévation de température), la
communication de l'air extérieur avec celui de ma cuisine produisit au
moment même une détente des parties de toute la vaisselle de faïence,
avec un bruit assez fort pour craindre qu'elle ne se cassât. Deux
gobelets de verre, vides et sans être couverts, se cassèrent; le bruit
fut considérable au moment de l'explosion.»

Adanson dressa une liste des plantes qui furent tuées par cet hiver, et
de celles qui résistèrent. Il montre le rôle protecteur de la neige, qui
avait quatre pouces d'épaisseur. Il ajoute: «Le peuple a beaucoup
souffert; on amenait tous les jours à Paris plusieurs hommes et femmes
trouvés morts de froid et gelés à la campagne: il est constant aussi que
plusieurs personnes aisées, obligées de voyager, allant de Paris à
Versailles dans leurs équipages, ont essuyé une maladie très sérieuse
par l'effet du froid.» Le courrier de Paris pour la Picardie fut trouvé
gelé dans sa voiture, lorsqu'il arriva à Clermont en Beauvoisis. «Les
mendiants qui couchent dans les granges, dit Duhamel, eurent les pieds
gelés; d'autres ont péri le long des chemins; on en a même trouvé de
morts dans les maisons. Beaucoup de vieillards ont été frappés de mort
subite.»

[Illustration: Une scène de l'hiver de 1776.]

Le gibier eut beaucoup à souffrir. On vit des volées de perdrix
s'abattre aux Tuileries. Au mois de mai, on trouva dans l'emplacement
clos où l'on construisit la Comédie française, un lièvre qui s'y était
réfugié pendant l'hiver.

Louis XVI fit supprimer les sentinelles du château de Versailles: il en
fit ouvrir toutes les cuisines aux pauvres. Touché du triste sort de ces
pauvres malheureux, il leur fit distribuer plusieurs charrettes de bois.
Voyant un jour passer une file de ces voitures, tandis que beaucoup de
seigneurs se préparaient à se faire traîner rapidement sur la glace, il
leur dit: «Messieurs, voici mes traîneaux.»

C'est la reine Marie-Antoinette qui avait mis les traîneaux à la mode.
Mme Campan nous l'indique en ses Mémoires, dans les termes suivants:
«L'hiver 1776 fut très froid. La reine eut le désir de faire des parties
de traîneau. Cet amusement avait déjà eu lieu à la cour de France; on en
eut la preuve en retrouvant, dans le dépôt des écuries, des traîneaux
qui avaient servi au Dauphin, père de Louis XVI, dans sa jeunesse. On en
fit construire quelques-uns d'un goût plus moderne pour la reine. Les
princes en commandèrent de leur côté, et en peu de jours il y en eut un
assez grand nombre. Ils étaient conduits par les princes et les
seigneurs de la cour. Le bruit des sonnettes et des grelots dont les
harnais des chevaux étaient garnis, l'élégance et la blancheur de leurs
panaches, la variété des formes de ces espèces de voitures, l'or dont
elles étaient toutes rehaussées, rendaient ces parties agréables à
l'oeil... Mais cette mode, qui tient aux usages des cours du Nord, n'eut
aucun succès auprès des Parisiens. La reine en fut informée; et quoique
tous les traîneaux eussent été conservés, et que depuis cette époque il
y ait eu plusieurs hivers favorables à ce genre d'amusement, elle ne
voulut plus s'y livrer.»

Et, en effet, quelques années plus tard, en 1783-1784, un nouvel hiver
très rigoureux se produisit. La température descendit à Paris jusqu'à 19
degrés au-dessous de zéro. Comme en 1709, il y eut nombre d'accidents de
personnes, des gens dévorés par les loups, la circulation interrompue
par les neiges, une misère extrême; «on manquait de tout, de pain, de
bois et d'argent.»

Les inondations dues au dégel occasionnèrent de grands désastres: des
ponts rompus, des villages entiers presque détruits, des habitants
emportés avec leurs meubles. Sur l'ordre du roi Louis XVI on alluma des
feux publics dans les rues pour chauffer les pauvres gens. Le peuple
reconnaissant éleva une statue de neige au roi, à la barrière des
Sergents; elle resta là plusieurs semaines sans fondre.

Cet hiver de 1783 à 1784 se renferma presque exclusivement dans la zone
du nord. On le trouve mentionné comme l'un des plus rudes à Paris par le
Gentil et le P. Cotte, tandis qu'il n'en est nullement question dans les
observations météorologiques de Bordeaux, de Marseille, de Montpellier,
ni généralement de la région des oliviers.

L'hiver de 1788-1789 a été long et rigoureux sur toute l'Europe. Il
présenta à Paris 86 jours de gelée, dont 56 presque consécutifs, nombres
qui ne se sont pas rencontrés depuis. Les mois de novembre, décembre,
janvier, mars, furent très rigoureux; celui de février, au contraire,
fut très doux, avec seulement deux jours de gelée. Les caractères furent
ceux de tous les grands hivers précédents. Nous y voyons de grandes
neiges, presque toutes les rivières arrêtées, des voyageurs mourant de
froid, les végétaux très éprouvés. Cet hiver gela nos ports de mer et la
mer sur nos côtes; la masse des glaces intercepta la communication de
Calais à Douvres, couvrit la Manche à deux lieues au large, obstrua les
ports de ces parages et emprisonna les navires. A Marseille, les bord du
bassin furent couverts de glace. Dans le pays toulousain, le pain gela
dans presque tous les ménages: on ne pouvait le couper qu'après l'avoir
exposé au feu. Les débâcles furent désastreuses. Citons-en une seule:
«Dans une sinuosité du lit de la Loire, dit un rapport adressé au
directeur général des ponts et chaussées, la glace s'est amoncelée et a
formé une digue qui a obstaclé et barré le courant presque en entier.
Les eaux se sont élevées de manière à excéder la hauteur des levées, et
elles se sont précipitées à torrents sur le terrain bas qui se trouvait
derrière. La levée, en cet endroit, a bientôt été dégradée et emportée
par la violence du courant, et il s'est fait deux brèches voisines l'une
de l'autre. C'est par cette rupture, qui se trouve précisément dans la
direction du courant de la rivière, que passe depuis cinq jours l'énorme
quantité de glace dont elle était couverte dans sa partie supérieure.»
Tout le Val, près d'Orléans, fut inondé et dévasté par suite de cette
rupture des digues.

Cependant cet hiver n'amena pas de famine. Les blés, protégés par la
neige, apparurent très verts au dégel, plus épais même qu'à l'ordinaire,
parce qu'ils avaient été purgés des mauvaises herbes qui les étouffent
après les hivers doux. L'année fut assez abondante, et cependant la
misère du peuple fut grande pendant l'année 1789; mais la faute n'en
était pas à la rigueur de la saison.

L'hiver de 1794-1795, moins rigoureux en somme, mérite de nous retenir à
cause de son intérêt historique. On y observa un des plus grands froids
qui aient jamais été observés à Paris, -23°.5, mais il n'y eut que 64
jours de gelée. C'est grâce à la rigueur exceptionnelle de cet hiver que
Pichegru put, presque sans combattre, conquérir la Hollande. Toutes les
rivières étaient prises, et l'armée ne rencontrait dans sa marche aucun
obstacle. Bientôt l'armée française entrait dans Amsterdam. «Les soldats
français donnèrent dans cette occasion le plus bel exemple d'ordre et de
discipline. Privés de vivres et de vêtements, exposés à la glace et à la
neige, au milieu de l'une des plus riches capitales de l'Europe, ils
attendirent pendant plusieurs heures, autour de leurs armes rangées en
faisceaux, que les magistrats eussent pourvu à leurs besoins et à leurs
logements.»--«Le merveilleux lui-même, dit M. Thiers, vint s'ajouter à
cette opération de guerre déjà si extraordinaire. Une partie de la
flotte hollandaise mouillait près du Texel. Pichegru, qui ne voulait pas
qu'elle eût le temps de se détacher des glaces et de faire voile vers
l'Angleterre, envoya des divisions de cavalerie et plusieurs batteries
d'artillerie légère vers la Nord-Hollande. Le Zuyderzée était gelé; nos
escadrons traversèrent au galop ces plaines de glace, et l'on vit des
hussards et des artilleurs à cheval sommer comme une place forte ces
vaisseaux devenus immobiles. Les vaisseaux hollandais se rendirent à ces
assaillants d'une espèce si nouvelle.»

Bientôt la conquête fut complète, conquête due à l'admirable constance
des soldats, à leur force de résistance, à la saison, beaucoup plus qu'à
l'habileté des généraux.

C'est aussi pour des faits de guerre que l'hiver 1812-1813 restera à
jamais mémorable. Il ne présenta pas, en effet, en France, de rigueurs
bien extraordinaires, et même sa température minima à Paris, -10°.6, est
observée au moins une année sur deux; mais en Russie, là où se trouvait
l'immense armée qui était forcée de quitter Moscou, il était précoce et
très rigoureux. Dès le commencement de novembre, le froid devint
intense, et le 23, jour de l'évacuation complète de Moscou, la neige
tombait déjà depuis plus d'un mois, et la température était inférieure à
-25 degrés. Les rivières étaient toutes gelées de manière à porter
l'artillerie.

Ce sont d'abord les neiges qui s'opposent à la retraite: «Pendant que le
soldat s'efforce, dit M. de Ségur dans son _Histoire de la campagne de
Russie_, pour se faire jour au travers de ces tourbillons de vent et de
frimas, les flocons de neige, poussés par la tempête, s'amoncellent et
s'arrêtent dans toutes les cavités; leur surface cache des profondeurs
inconnues qui s'ouvrent profondément sous nos pas. Là, le soldat
s'engouffre, et les plus faibles, s'abandonnant, y restent ensevelis.
Ceux qui suivent se détournent, mais la tourmente leur fouette au visage
la neige du ciel et celle qu'elle enlève de la terre; elle semble
vouloir avec acharnement s'opposer à leur marche. L'hiver moscovite,
sous cette nouvelle forme, les attaque de toutes parts: il pénètre au
travers de leurs légers vêtements et de leurs chaussures déchirées.
Leurs habits mouillés se gèlent sur eux; cette enveloppe de glace saisit
leur corps et raidit tous leurs membres. Un vent aigu et violent coupe
leur respiration; il s'en empare au moment où ils l'exhalent et en
forment des glaçons qui pendent à leur barbe autour de leur bouche. Les
malheureux se traînent encore en grelottant jusqu'à ce que la neige qui
s'attache sous leurs pieds en forme de pierre, quelque débris, une
branche, ou le corps de leurs compagnons, les fasse trébucher et tomber.
Là, ils gémissent en vain; bientôt la neige les couvre; de légères
éminences les font reconnaître: voilà leur sépulture! La route est toute
parsemée de ces ondulations comme un champ funéraire. Les plus
intrépides ou les plus indifférents s'affectent: ils passent rapidement
en détournant leurs regards. Mais devant eux, autour d'eux, tout est
neige; leur vue se perd dans cette immense et triste uniformité,
l'imagination s'étonne: c'est comme un grand linceul dont la nature
enveloppe l'armée. Les seuls objets qui s'en détachent, ce sont de
sombres sapins, des arbres de tombeau avec leur funèbre verdure, et la
gigantesque immobilité de leurs noires tiges, et leur grande tristesse
qui complète cet aspect désolé d'un deuil général, d'une nature sauvage
et d'une armée mourante au milieu d'une nature morte. Tout, jusqu'à
leurs armes encore offensives à Malo-Iaroslawitz, mais depuis seulement
défensives, se tourna alors contre eux-mêmes. Elles parurent à leurs
bras engourdis un poids insupportable. Dans les chutes fréquentes qu'ils
faisaient, elles s'échappaient de leurs mains, elles se brisaient ou se
perdaient dans la neige. S'ils se relevaient, c'était sans elles; car
ils ne les jetèrent point, la faim et le froid les leur arrachèrent. Les
doigts de beaucoup d'autres gelèrent sur le fusil qu'ils tenaient
encore, et qui leur ôtait le mouvement nécessaire pour y entretenir un
reste de chaleur et de vie.»

[Illustration: 1812.--Retraite de Russie.]

Puis le froid fait périr ceux qui n'ont pas été ensevelis sous la neige.
Le 6 décembre 1812, «en quittant Molodeczno, le froid devint encore plus
rigoureux, et le thermomètre descendit à 30 degrés Réaumur (-38 degrés
centigrades). La vie se serait interrompue même dans des corps sains, à
plus forte raison dans des corps épuisés par la fatigue et les
privations. Les chevaux étaient presque tous morts; quant aux hommes,
ils tombaient par centaines sur les chemins. On marchait serrés les uns
contre les autres, en troupe armée ou désarmée, dans un silence de
stupéfaction, dans une tristesse profonde, ne disant mot, ne regardant
rien, se suivant les uns les autres et tous suivant l'avant-garde, qui
suivait elle-même la grande route de Wilna partout indiquée. A mesure
qu'on marchait, le froid, agissant sur les plus faibles, leur ôtait
d'abord la vue, puis l'ouïe, bientôt la connaissance, et puis, au moment
d'expirer, la force de se mouvoir. Alors seulement ils tombaient sur la
route, foulés aux pieds par ceux qui venaient après comme des cadavres
inconnus. Les plus forts du jour étaient à leur tour les plus faibles du
lendemain, et chaque journée emportait de nouvelles générations de
victimes.

»Le soir, au bivouac, il en mourait par une autre cause: c'était
l'action trop peu ménagée de la chaleur. Pressés de se réchauffer, la
plupart se hâtaient de présenter à l'ardeur des flammes leurs extrémités
glacées. La chaleur ayant pour effet ordinaire de décomposer rapidement
les corps que le principe vital ne défend plus, la gangrène se mettait
tout de suite aux pieds, aux mains, au visage même de ceux qu'une trop
grande impatience de s'approcher du feu portait à s'y apposer sans
précaution. Il n'y avait de sauvés que ceux qui, par une marche
continue, par quelques aliments pris modérément, par quelques spiritueux
ou quelques boissons chaudes, entretenaient la circulation du sang, ou
qui, ayant une extrémité paralysée, y rappelaient la vie en la
frictionnant avec de la neige. Ceux qui n'avaient pas eu ce soin se
trouvaient paralysés le matin, au moment de quitter le bivouac, ou de
tout le corps, ou d'un membre que la gangrène avait atteint subitement.»
(Thiers, _Histoire du Consulat et de l'Empire_.)

L'hiver 1819-1820 fut, en France, le plus grand de tous les hivers
compris entre 1789 et 1830. Son étude ne nous présenterait rien de
nouveau à signaler, nous ne l'entreprendrons pas.



CHAPITRE IV

LE GRAND HIVER DE 1830.


L'hiver de 1829-1830 a été le plus rigoureux du dix-neuvième siècle,
jusqu'à celui de 1879-1880. Il a été aussi remarquable par sa longueur
que par sa rigueur, et, à cause de cette longueur même, il a été
extrêmement funeste à l'agriculture. Ses ravages, comme pour celui de
1709, s'étendirent sur toute l'Europe. Dès le mois de novembre, les
gelées ayant commencé partout à être très fortes, l'Europe presque
entière se couvrit d'une grande quantité de neige qui, presque partout,
resta longtemps sans fondre. Ainsi, le 2 novembre, il tomba assez de
neige à Varsovie pour qu'on pût aller en traîneau dans les rues. En
Prusse, il tomba beaucoup de neige, et, en janvier, il y en avait
cinquante centimètres dans les rues de Berlin. Toutes les voitures y
étaient transformées en traîneaux dès la fin de décembre. Dans le midi
de la France, il neigea abondamment en décembre et en janvier, et dans
certains endroits la neige couvrit le sol pendant cinquante-quatre jours
consécutifs. C'est énorme pour le climat du Languedoc et de la Provence,
où, le plus souvent, elle se fond en tombant, ou à peu près. A Genève,
il y avait dans les rues plus de trente centimètres de neige, pendant
qu'il n'y en avait pas dans la vallée de Chamouny, au pied du mont
Blanc, ni sur le mont Saint-Bernard: phénomène qui semble
extraordinaire, et qui cependant se reproduit dans un grand nombre
d'hivers rigoureux.

En Corse, en Italie, en Portugal, il tomba d'énormes quantités de neige.
En Espagne, les communications se trouvèrent interrompues. Dans
certaines vallées, on en mesura plus de trois mètres. En France, à
Roncevaux, il y en eut six pieds de hauteur. Ces chutes de neige étaient
parfois accompagnées de violentes tempêtes. Ainsi, dans le canton de
Rivesaltes, une bergerie s'écroula, dans la nuit du 27 au 28 décembre,
sous l'action du vent, et écrasa dans sa chute un troupeau de trois
cents moutons.

En Savoie, par un froid de 19 degrés, l'Arve fut glacé d'une épaisseur
de treize pieds, et les montagnes furent ensevelies sous quarante pieds
de neige.

En bien des points, notamment à Pau, les loups, chassés des montagnes
par une telle abondance de neige, se répandirent dans la plaine,
attaquant les personnes, et portant l'effroi dans les habitations. En
Espagne, ils descendirent en troupes nombreuses, firent de cruels
ravages parmi les troupeaux, et dévorèrent un grand nombre de personnes.

Les communications ne tardèrent pas à être interrompues en un grand
nombre de points: les courriers n'arrivèrent plus à destination. Ainsi,
on écrivait de Toulouse, le 20 décembre: «Depuis quelques jours le froid
se fait sentir avec une grande violence. Il y a huit à dix pouces de
neige dans les environs, et il ne cesse pas d'en tomber avec abondance.
On attend la diligence de Paris, qui n'arrive pas.»

De même, à la même date, on mandait de Caen: «Il est tombé une si grande
quantité de neige dans les départements du Calvados et de la Manche, que
les communications de la ville de Caen avec les campagnes et les villes
voisines sont non seulement devenues difficiles, mais même dangereuses.
Il paraît que les neiges, poussées par les gros vents qui se sont fait
sentir les jours précédents, se sont amoncelées jusqu'à cinq et six
pieds dans le Cotentin.» Beaucoup de voituriers disparurent dans ces
immenses neiges.

A Paris, il en était presque de même, et, dans les premiers jours de
janvier, la circulation des voitures dans les rues était impossible. Six
cents tombereaux et quatre mille individus furent employés pendant
plusieurs semaines à l'enlèvement des glaces et des neiges dans Paris.

Le froid fut assez cruel pour que presque partout les hommes et les
animaux en aient été victimes. A Paris, un soldat mourut dans la nuit du
26 décembre après avoir fait sa faction. A Rouen, un enfant mourut de
froid. A Montreuil, le 1er janvier, deux hommes furent ramassés morts de
froid. A Marseille, le 12 janvier, on trouva cinq individus qui avaient
également succombé sur la voie publique. A la Peña d'Orduna, en Espagne,
quatorze muletiers moururent de froid. A Berlin, le nombre des décès
s'éleva considérablement, les hôpitaux et les maisons de travail se
remplirent de malheureux accablés par la misère et le froid.

Les pauvres gens, sans bois pour se chauffer, souffraient horriblement.
Le maire du septième arrondissement et celui du dixième firent établir
des chauffoirs publics à partir du 15 janvier. On fut obligé d'envoyer
en Alsace des soldats à la poursuite des malheureux qui pillaient les
bois et les forêts pour se chauffer; il y eut même, le 10 février, une
émeute à Guebwiller, amenée par la répression du vol du bois. Le roi
Charles X crut devoir, par une ordonnance du 4 mars, accorder une
amnistie pour les délits forestiers commis pendant la durée de l'hiver.
Partout dans Paris on organisa des quêtes pour les indigents. Les
membres de la famille royale s'étant distingués par leur générosité, le
marquis de Valori, chevalier des ordres de Malte et de la Légion
d'honneur, célébra cette bienfaisance en termes pompeux et emphatiques.
Cette _Ode sur l'hiver de 1830_ se trouve en entier dans le _Moniteur
universel_; quelques extraits nous suffiront:

    Oui, je consolerai sur la glèbe durcie
    Le soc agriculteur, aux stériles efforts;
    Et le cristal des flots, rebelle à l'âpre scie,
        Se brisera sous mes trésors.

                   *       *       *       *       *

    Attendrissant spectacle! Au banquet charitable,
    Le riche citadin sans peine a consacré
    L'orgueil de ses habits, le luxe de sa table,
        Et l'éclat de son char doré.

                   *       *       *       *       *

    De pudiques tributs quelle moisson pieuse!
    Je ne sais, mais je crois que d'invisibles mains
    Prirent avec le ciel une part glorieuse
        Au soulagement des humains.

                   *       *       *       *       *

    Ainsi l'orme géant, fortifié par l'âge,
    Prolongeant dans les bois ses verdoyants arceaux,
    Garantit de la neige et des feux de l'orage
        Le peuple nain des arbrisseaux.

La perte en bestiaux fut aussi très considérable. On écrivait d'Arles,
le 6 février: «L'hiver dépassera celui de 1789. Nos oliviers meurent
sous l'action du froid; les troupeaux périssent en détail: tout souffre
dans les fermes comme à la ville.» On porte à quatorze mille têtes de
bétail les pertes de l'Andalousie. L'abondance de la neige força à
suspendre partout, pendant trois mois, les travaux de la campagne. Les
dégâts sur les végétaux, très considérables, le furent cependant
beaucoup moins qu'en 1709. Les récoltes en terre, blés, avoines, orges,
sainfoins, prairies, furent en partie préservées par la neige. Cependant
en beaucoup d'endroits, comme en 1709, les champs dépouillés de la neige
par le vent furent exposés à toute la rigueur du froid, et les récoltes
furent gelées. Dans d'autres points, les gelées arrivant après le dégel
furent fatales. Sur les terres en pente, où les eaux purent facilement
s'écouler, les blés furent très bons, et il ne vint rien dans les creux
au milieu des plaines. La sécheresse du printemps vint augmenter le mal
et causa autant de dommages que la gelée. En somme, les blés, les
fourrages, les maïs, furent clairs et courts. La récolte fut des plus
médiocres, mais non pas nulle. Il n'en résulta aucune famine comparable
à celles des siècles précédents. C'est que déjà, à cette époque, les
famines étaient passées pour ne plus revenir.

Quant aux arbres, que la neige ne pouvait garantir, ils furent plus
malheureux encore, quoique beaucoup se soient sauvés. La liste de ceux
qui périrent serait trop longue. Citons seulement rapidement les plus
importants. Les oliviers, les vignes, les châtaigniers, les figuiers,
les mûriers, les lauriers, périrent en grand nombre, et on se chauffa
pendant l'hiver suivant avec les nombreux arbres qu'il fallut couper au
pied. Au contraire, les noyers, noisetiers, cognassiers, néfliers,
sorbiers, cerisiers, abricotiers, pruniers, poiriers, pommiers, eurent
peu à souffrir, de même qu'un certain nombre d'arbres exotiques.

Les phénomènes de congélation, les débâcles, les inondations dues à la
fonte des neiges, méritent de nous arrêter plus longuement; d'autant
plus que nous n'avons guère eu à en parler pour l'hiver de 1709. Presque
tous les fleuves d'Europe furent gelés, et l'énumération en serait trop
longue.

Pour ne dire que quelques mots des faits qui se produisirent hors de
France: à Genève, le 29 décembre au matin, le vent du nord s'étant
apaisé, le lac cessa d'être agité, et les vagues, transformées depuis la
veille en nombreux glaçons qu'on voyait flotter le long des rives et à
l'entrée du port, se sont aussitôt soudées et ont transformé la surface
liquide en une plaine solide, qui permettait presque de traverser le lac
à pied depuis les pâquis aux Eaux-Vives, en longeant l'estacade.

Le 10 du mois de janvier, la glace de la Meuse s'est rompue devant
Schiedam, au moment où plus de quatre cents personnes se trouvaient
dessus; elles ont été toutes sauvées, à l'exception de deux.

En Suède et en Danemark, le froid, intense et continu en décembre,
faiblit en janvier; les glaces du Belt n'interrompirent la navigation
que pendant douze jours; mais des traîneaux, pesamment chargés,
traversèrent, en décembre, le Sund sur une largeur de sept à huit lieues
entre la Suède et le Danemark. En janvier, la communication directe sur
la glace, entre Elseneur et Helsingfors, fut interrompue par la violence
des courants, et sur d'autres points le peu d'intensité de la gelée de
ce mois rendit les excursions sur la glace très périlleuses. Le port
d'Odessa, dans la mer Noire, fut pris dès le 8 décembre.

La débâcle du Danube et de ses affluents, et les débordements produits
par la foule des neiges, furent si graves en Allemagne que des ponts
furent rompus, des faubourgs dévastés. Trente cadavres furent retrouvés
le 4 mars.

En France, tous les fleuves, toutes les rivières, furent gelées, même
celles du midi, qui ne sont complètement prises que bien rarement. Le
Rhin fut presque entièrement gelé le 20 janvier; les glaçons charriés
par ce fleuve, après avoir longtemps battu les soutiens du pont du Rhin,
en ont enfin enlevé une partie vers le milieu de la journée, et
interrompu de cette manière toute communication entre Strasbourg et
Kehl. Dans le midi, la Garonne, la Dordogne, la Durance, le canal des
deux mers, furent pris, et l'on passa le Rhône sur la glace.

Ainsi, on écrivait de Bordeaux, à la date du 31 décembre: «La Garonne
continue à se couvrir de glaçons, et les sinistres qu'elle produit sont
de jour en jour plus affligeants; on ne voit sur les glaces que mâts
brisés et que chaloupes sans pilote. A la marée montante, deux navires,
_la Clémentine_ et _la Danaé_, ont chassé sur leurs ancres et ont été
jetés par la force des glaces en travers du pont. _La Bonne-Madeleine_,
entraînée de même, passa sous les ponts, et les mâts s'opposant à son
passage, ils furent brisés.»

[Illustration: 1830. La Garonne.--On ne voit sur les glaces que mâts
brisés et chaloupes sans pilote.]

Le Rhône et la Saône se prirent deux fois en totalité, et les débâcles
présentèrent des particularités dignes de nous arrêter.

La première débâcle du Rhône eut lieu le 24 janvier, en plein jour. Le
pont d'Avignon, sur la grande branche du Rhône, assailli par d'énormes
blocs de glace, ne put résister à la violence des chocs, et deux arches
furent d'abord emportées; plusieurs autres, fortement ébranlées, durent
être reconstruites.

La seconde débâcle se produisit le 9 février; elle causa de grands
malheurs dans Lyon: «Les glaces que le fleuve charrie, écrivait-on,
s'étant accumulées pendant la nuit, ont formé un barrage qui a retenu et
fait élever les eaux de plusieurs pieds, jusqu'à ce que, surmontant
violemment cet obstacle, elles aient repoussé la digue de glace, qui
s'est alors précipitée sur les usines. Quelques-unes ont été rejetées et
brisées contre les glacis de la chaussée, d'autres ont été gravement
endommagées. L'une a été fixée dans les glaces au milieu du Rhône et y
est demeurée plusieurs jours.»

La seconde débâcle de la Saône eut lieu aussi dans la première quinzaine
de février. Elle donna naissance à une banquise analogue à celles qui se
produisirent en 1880, et sur lesquelles nous insisterons. Citons
textuellement le rapport publié par _le Moniteur universel_, en février
1830: «La débâcle de la Saône donnait, à Lyon, les plus vives
inquiétudes; les glaces, amoncelées en amont du pont de Serin et de
l'île Barbe, touchaient au fond de la rivière et s'élevaient par place
fort au-dessus du niveau des eaux. Cette masse énorme menaçait d'une
destruction subite le pont de Serin, qui devait en éprouver le premier
choc. Les piles de ce pont sont en pierre et les arches en bois, et si
le tablier en eût été enlevé par un encombrement de glaces, il se serait
formé en aval un barrage par-dessus lequel les eaux, se précipitant avec
une force incalculable, auraient inondé la ville. On craignait les
malheurs les plus affreux, et l'énormité de l'amas de glace défiait
toutes les mesures par lesquelles on aurait pu tenter de les prévenir.

»Enfin, le 16 février, ce vaste chaos, soulevé par l'eau qui pénétrait
dessous, s'est tout à la fois mis en mouvement; en moins de cinq
minutes, la rivière s'est élevée de deux mètres; des glaçons d'une
épaisseur moyenne de quarante à cinquante centimètres, soudés les uns
contre les autres sous toutes les inclinaisons, semblaient ne former
qu'une seule plaine hérissée sur toute l'étendue de la rivière et
marchaient comme un seul corps: on eût dit un glacier des Alpes
descendant silencieusement vers la mer. Ce spectacle, dont on ne saurait
peindre la majestueuse horreur, a duré près de cinq quarts d'heure.
Heureusement, la débâcle n'a point eu lieu par une crue; elle s'est
opérée par un temps froid, il a gelé pendant les trois nuits qui l'ont
précédée. Avec un mètre d'eau de plus, le pont de Serin, dont les glaces
ont atteint les fermes, aurait été infailliblement emporté, et il n'est
pas donné de calculer les suites qu'aurait entraînées un pareil
événement.

»On n'a à déplorer aucun malheur sérieux; dans l'appréhension où chacun
se trouvait, on ne tint pas compte de quelques bateaux emportés.»

Dans le centre et dans le nord, les rivières ne présentaient pas un
aspect différent. A Argenton, «les plus vieux habitants de nos contrées
ne se souviennent pas d'avoir vu un froid si rigoureux. La glace qui
couvre la Creuse est épaisse de 15 pouces en certains endroits, et
supporte les plus lourdes charrettes. Les vignes sont presque
entièrement détruites, et on a trouvé dans la campagne des arbres fendus
par la force du froid. Plusieurs chasseurs ont tué des cygnes, des
butors et d'autres oiseaux qui n'avaient jamais paru dans nos climats.»

A Boulogne, on prenait, en décembre et janvier, des quantités
prodigieuses de soles chassées des mers du Nord par les froids.

Le 8 février, la Scarpe (Nord), subitement grossie par le dégel,
renversait les digues en plusieurs points et envahissait les campagnes.

Mais ce furent surtout les faits de congélation et de débâcle de la
Seine et des rivières de son bassin qui, comme toujours, occupèrent
l'opinion publique. Dès le 26 décembre, les bâtiments sortis du Havre et
de Honfleur à destination de Rouen, furent obligés de regagner le port,
pour éviter les glaces qui commençaient à charrier très fort. Le 27, la
rivière était entièrement prise dans tout son cours. Ces bâtiments
attendirent dans les ports, pendant plus d'un mois, que la débâcle
arrivât pour leur permettre de remonter jusqu'à Rouen. Le 18 janvier, on
établit à Rouen une foire sur la glace. A Paris, des boutiques
s'établirent sur le petit bras de la Seine.

L'administration, justement préoccupée des désastres que pouvait amener
la débâcle, cherchait à en diminuer les dangers en brisant d'avance les
glaces. On employa successivement deux moyens.

Des essais furent faits le 17 janvier, près de la plaine d'Ivry, avec
des marrons à briser la glace, chargés de poudre. Ils furent repris
quelques jours après à côté du pont des Arts. Malheureusement l'effet
produit ne répondit pas aux espérances. Le sciage des glaces fut employé
près du quai de l'École avec beaucoup plus de succès.

Cependant les marrons à briser la glace étaient employés depuis
plusieurs années à Mulhouse avec un succès complet, et cette année 1830
ils réussirent comme toujours. Il est vrai de dire qu'à Paris, sous
prétexte de faire mieux, on avait imaginé un grand nombre de moyens
divers de lancer les marrons, se refusant toujours à employer le moyen
usité à Mulhouse, qui donnait pourtant de si bons résultats.

Ces marrons de M. Gluck étaient employés avec un plein succès à Mulhouse
depuis 1778.--«12 février 1830. C'est grâce à l'emploi des marrons de M.
Gluck qu'on s'est rendu maître des énormes glaçons qui s'amoncelaient
partout. Ainsi, pendant qu'à Paris on venait de faire un essai
infructueux de cet ingénieux moyen, parce qu'on n'avait pas voulu suivre
les indications données, ce même moyen réussissait complètement à
Mulhouse; des glaçons d'une grandeur et d'une grosseur énormes, qu'aucun
levier n'aurait pu faire céder, se rompaient en éclats, comme par
enchantement, par l'emploi d'un seul marron, et remettaient à flot des
masses d'autres glaçons qui s'étaient arrêtés aux piles des ponts.»

«M. Fournet, ingénieur en chef du département, et M. Morin, ingénieur de
l'arrondissement, ont été témoins du prodigieux effet des marrons de M.
Gluck, lorsqu'ils sont bien employés, c'est-à-dire lorsque, au lieu
d'être lancés au fond de l'eau, comme l'a fait M. Ruggieri à Paris, on
les fixe à une perche pour les présenter et les faire éclater
immédiatement sous le glaçon flottant qu'on veut briser.»

Enfin la débâcle se produisait à Paris le 26 janvier. En voici le
tableau, d'après le rapport de l'inspecteur général de la navigation:
«Un exprès, arrivé hier de Choisy-le-Roi, avait annoncé que les glaces
descendues de Melun et Corbeil étaient arrêtées au pont de Choisy et y
formaient un mur de 15 pieds de hauteur; que les piles étaient
submergées jusqu'au couronnement; que la commune se trouvait dans un
lac, l'eau couvrant le parc et menaçant d'en renverser les murs, les
grandes berges tombées, et les bois chantiers environnants en péril.
Ainsi averti, on s'est tenu sur ses gardes, s'attendant pour la nuit à
une violente débâcle dans Paris... A trois heures du matin, les glaces
sont parties avec force, ont marché pendant 35 minutes, et se sont
arrêtées en formant d'énormes rencharges contre les ponts supérieurs et
la grande estacade de l'île Saint-Louis... Sur les 5 heures et demie,
les glaces sont reparties avec une furie impossible à décrire, et la
grande estacade, fermée cette année avec un soin particulier, et
renforcée de charpentes nouvelles, a essuyé un choc si terrible qu'elle
en a reculé de 11 pouces, ébranlant et dérangeant les assises des culées
du quai sur lequel elle s'appuie. Elle a résisté comme par miracle et a
préservé non seulement les riches et nombreux bateaux placés derrière
elle, mais encore les ponts du grand bras que cette masse de bateaux
aurait pu entraîner avec elle. La blanchisserie _les Sirènes_, au pont
des Arts, a été enfoncée par les glaçons qui s'y sont logés, l'ont
brisée et coulée à fond de manière à ne pouvoir être sauvée... On a des
inquiétudes pour les ponts de Choisy-le-Roi, de Bezons et du Pecq... La
retenue des glaces à Choisy-le-Roi, où, formant une espèce de barrage,
elles ont fait déborder les eaux sur toute la commune, et les temps secs
qui ont régné depuis quelques jours, ont heureusement amorti pour Paris
les effets de la débâcle et de l'inondation, qui probablement, sans ces
circonstances, auraient été aussi terribles qu'en 1802.» Cette débâcle
devait bientôt être suivie d'une autre. En effet, le 5 février, la Seine
était de nouveau complètement reprise, et une seconde débâcle se
produisait le 10, sans aucun accident. Le rapport de l'inspecteur
général de la navigation remarque que, depuis 1789, on n'avait pas vu
deux débâcles à Paris dans un même hiver. Cette seconde débâcle, qui
devait se terminer sans aucun accident, avait cependant causé les plus
grandes inquiétudes, à cause d'une accumulation de glace analogue à
celle qui s'était produite à Choisy lors de la première.

«On craint, le 9 février, une seconde débâcle plus grave que la
première. Un amas effrayant de glaces, venues de la Marne supérieure,
s'est arrêté dans la longueur d'une lieue et demie sur la partie de la
rivière qui traverse Corbeil, et menace le voisinage. On prend des
mesures pour débarrasser le cours de la rivière.»

Heureusement il devait en être de l'embâcle de la Marne comme de celle
de la Saône. Le 15 février, tout danger avait disparu; la débâcle
s'était achevée sans entraîner aucun des graves accidents que
l'amoncellement des glaces avait fait redouter et contre lesquels toutes
les mesures de précaution possibles avaient été prises.

Maintenant que nous avons passé en revue les principaux traits de cet
hiver rigoureux, occupons-nous de rechercher ses températures. Disons
d'abord qu'il fut rigoureux sur toute l'Europe. En France, le midi eut
plus à souffrir que le nord, proportionnellement aux hivers moyens. Le
tableau suivant donne quelques-unes des températures les plus basses
pour quelques villes de France.

    Mulhouse       -28°.1
    Nancy           -26.3
    Épinal          -25.6
    Aurillac        -23.6
    Strasbourg      -23.4
    Metz            -20.5
    Dieppe          -19.8
    Colmar          -18.0
    Pau             -17.5
    Paris           -17.2
    Toulouse        -15.0
    Avignon         -13.0
    Lyon            -12.0
    Bordeaux        -10.6
    Marseille       -10.1
    Hyères           -5.3

Pour Paris nous pouvons entrer dans quelques détails, mais il nous faut
d'abord donner des définitions.

On appelle température maxima et température minima d'une journée, la
plus haute et la plus basse température de cette journée. Elles sont
données, soit par des thermomètres spéciaux, dits thermomètres à maxima
et à minima, soit par des thermométrographes qui inscrivent
automatiquement la température à chaque instant du jour et de la nuit.

Imaginons maintenant qu'on prenne la température à chacune des 24 heures
de la journée; la somme de ces 24 températures, divisée par 24, est ce
qu'on nomme la température moyenne de la journée. Le nombre auquel on
arrive en faisant cette opération est sensiblement le même que celui
obtenu en prenant la demi-somme de la température maxima et de la
température minima de la journée. Aussi cette demi-somme est-elle prise
très souvent comme température moyenne du jour.

Exemples:

  Température maxima     +12°
  Température minima      +6
  Moyenne (12 + 6) / 2  =  9°

  Température maxima      +2°
  Température minima      -6
  Moyenne (+2 - 6) / 2  = -2°

  Température maxima      -2°
  Température minima     -10
  Moyenne (-2 - 10) / 2 = -6°

Nous pouvons avoir ainsi la température moyenne de chacun des jours du
mois de janvier. La somme de ces 31 moyennes, divisée par 31, donne la
température moyenne de janvier.

On aura de même la température moyenne de tous les mois d'une année. La
somme de ces températures moyennes, divisée par 12, est la température
moyenne de l'année. De même la somme des températures moyennes des trois
mois de décembre, janvier, février, divisée par 3, est la température
moyenne de l'hiver météorologique.

Tous les calculs que nous venons d'indiquer ont été faits, pour le
climat de Paris, à l'aide des observations de l'Observatoire depuis le
commencement du siècle. Avant cette époque, les renseignements ne sont
pas complets.

Prenons donc, depuis le commencement du siècle, une longue série
d'observations, par exemple 50 ans. Faisons la somme des 50 températures
moyennes de janvier pour ces 50 années; divisons cette somme par 50,
nous aurons la température moyenne autour de laquelle oscillent les mois
de janvier des diverses années. On aura de même la température moyenne
normale de chaque mois, de chaque saison, de l'année entière.

Voici le tableau des températures moyennes normales déduites de
cinquante années d'observations (1816 à 1866), faites à l'Observatoire
de Paris, et calculées par M. Renou:

                     (  Décembre  +3°.54
  Hiver,      +3°.26 (  Janvier   +2°.32
                     (  Février   +3°.91

                     (  Mars       +6°.41
  Printemps, +10°.16 (  Avril     +10°.17
                     (  Mai       +13°.89

                     (  Juin      +17°.24
  Été,       +18°.12 (  Juillet   +18°.69
                     (  Août      +18°.44

                     (  Septembre +15°.59
  Automne    +11°.15 (  Octobre   +11°.27
                     (  Novembre   +6°.58

  Moyenne de l'année, +10°.67.

Un hiver est rigoureux, lorsque la moyenne de ses trois mois, jointe,
s'il y a lieu, à la moyenne des mois de novembre et de mars, est
sensiblement plus basse que la moyenne normale. Mais cette moyenne ne
suffit pas pour qu'on puisse apprécier complètement la rigueur d'un
hiver. On aura à tenir compte de tous les détails des oscillations de la
température pendant cet hiver, et en particulier du nombre de jours de
gelée, c'est-à-dire du nombre de jours où le thermomètre à minima s'est
abaissé au-dessous de zéro. Le nombre le plus considérable observé à
Paris, depuis que les observations sont régulières, est de 80 pour
l'hiver 1788-1789; le moins considérable est de 10 pour l'hiver
1820-1821. Le nombre moyen des jours de gelée à Paris est de 47.

Le tableau suivant, calculé d'après les principes que nous venons
d'indiquer, résume l'hiver de 1829-1830. Il comprend les cinq mois de la
saison froide.

HIVER 1829-1830.

   MOIS.    MOYENNE   MOYENNE  DIFFÉRENCES  NOMBRE   MOYENNE  TEMPÉRATURE
            normale    pour     en faveur    des       des      la plus
            du mois   l'hiver    du mois   jours de  minima      basse
            à Paris  1829-1830   normal      gelée   du mois    du mois

  Novembre    +6.58    +4.7      +1.88         8       +1.9      -5.3
  Décembre    +3.54    -3.5      +7.04        26       -5.7     -14.5
  Janvier     +2.32    -2.5      +4.82        21       -4.5     -17.2
  Février     +3.91    +1.2      +2.71        17       -2.0     -15.6
  Mars        +6.41    +8.9      -2.49         4       +4.4      -2.3

Ce tableau nous montre que les quatre mois de novembre, décembre,
janvier, février, furent beaucoup plus froids que la moyenne normale, et
qu'au contraire le mois de mars fut très chaud.

La moyenne des trois mois d'hiver est de -1°.6 inférieure de 4°.86 à
l'hiver normal. La moyenne des cinq mois de la saison froide est de
+1°.76, inférieure de 2°.79 à la moyenne correspondante de l'année
normale.

Il y eut trois périodes de froid bien marquées: la période de décembre,
du 6 décembre au 7 janvier; c'est la plus longue. Elle est suivie, après
une bien courte interruption, de la période la plus cruelle, du 12 au 20
janvier. Puis vient un dégel sérieux qui amène les premières débâcles;
Le 29 janvier, le froid revient aussi fort qu'auparavant, pour se
terminer le 8 février, et amener les secondes débâcles.

C'est à cette date que se terminent les rigueurs de l'hiver: il avait
duré deux mois, pendant lesquels on avait compté 54 jours de gelée. Des
gelées peu intenses, avant le 6 décembre, et après le 8 février, au
nombre de 22, complètent le nombre total de 76 gelées pour l'hiver
entier, nombre qui n'avait pas été obtenu depuis l'hiver de 1788-1789.

Pour ceux auxquels les moyennes que nous venons d'examiner ne seraient
pas assez familières, employons la méthode de calcul employée dans les
applications de la météorologie à l'agriculture. Faisons la somme des
degrés de chaleur comptés au-dessus de zéro pendant la durée des trois
mois de décembre, janvier, février, de l'hiver 1829-1830. Faisons,
d'autre part, la somme des degrés de froid comptés au-dessous de zéro
pendant le même temps. Nous trouverons que la somme des degrés de froid
surpasse la somme des degrés de chaleur de 153 degrés. Donc l'hiver de
1829-1830 a présenté une somme de 153 degrés au-dessous de la
température moyenne de zéro. Au contraire, en année normale, la somme
est de 291 degrés au-dessus de cette même moyenne. Donc il a manqué 444
degrés, en trois mois, pour faire de l'hiver 1829-1830 un hiver normal.
Cette somme, répartie sur les 90 jours des trois mois, montre que la
température a été chaque jour de près de 5 degrés, en moyenne,
inférieure à la température normale.



CHAPITRE V

LES HIVERS DE 1830 A 1879.


De 1830 à 1879 il n'y eut pas en France de bien grands hivers. Si
quelques-uns furent un peu rudes, aucun n'a été comparable à celui que
nous venons d'examiner. Nous aurons bien vite fait d'indiquer, en
suivant l'ordre chronologique, les faits saillants de cette période de
cinquante ans.

L'hiver 1837-1838 fut remarquable par 77 jours de gelée, dont 33
consécutifs, nombres supérieurs à ceux de 1829-1830. La température
minima à Paris fut de -19 degrés, le 20 janvier. Il semble donc, au
premier abord, que cet hiver ait été plus rigoureux que le grand hiver
1829-1830. Mais, quand on y regarde de près, on voit que, d'abord, il
s'étendit sur une surface de l'Europe beaucoup moindre, et que, même à
Paris, les gelées si nombreuses furent très souvent peu intenses. Aussi,
la moyenne des trois mois d'hiver fut-elle de +0°.7 au lieu de -1°.6,
présentée par 1829-1830, supérieure à cette dernière de 2°.3.

Cet hiver présente cependant ce point remarquable, que la température
moyenne de janvier, -4°.4 est la moyenne la plus basse qui ait jamais
été rigoureusement calculée, jusqu'au mois de décembre 1879. Aussi,
pendant ce mois de janvier, vit-on se produire tous les caractères qui
accompagnent les grands hivers, prise des rivières, congélation d'hommes
et d'animaux, pertes grandes pour l'agriculture et la sylviculture.

L'hiver 1840-1841 ne présenta rien de bien particulier, à aucun point de
vue, et plus de quinze hivers du dix-neuvième siècle, dont nous ne
parlerons même pas, ont été plus rigoureux. Il est resté cependant gravé
dans bien des mémoires, à cause d'un événement qui s'y produisit. Le 15
décembre, jour du plus grand froid, où la température descendit à -14
degrés, eut lieu l'entrée solennelle, par l'arc de triomphe de l'Étoile,
des cendres de l'empereur Napoléon rapportées de Sainte-Hélène. «Une
multitude innombrable de personnes, les légions de la garde nationale de
Paris et des communes voisines, des régiments nombreux, stationnèrent
depuis le matin jusqu'à deux heures de l'après-midi dans les
Champs-Élysées. Tout le monde souffrit cruellement du froid. Des gardes
nationaux, des ouvriers, crurent se réchauffer en buvant de
l'eau-de-vie, et, saisis par le froid, périrent d'une congestion
immédiate. D'autres individus furent victimes de leur curiosité: ayant
envahi les arbres de l'avenue pour apercevoir le coup d'oeil du cortège,
leurs extrémités, engourdies par la gelée, ne purent les y maintenir;
ils tombèrent des branches et se tuèrent.»

En 1844-1845, il y eut 79 jours de gelée à Paris; c'était le nombre le
plus considérable depuis 1789, mais elles ne furent pas très intenses,
et s'échelonnèrent sur un long intervalle; il n'y en eut jamais plus de
quinze consécutives. Aussi, quoique la moyenne de cet hiver soit plus
basse que celle de 1838, il fit moins de mal. Cet hiver est surtout
remarquable par l'énorme quantité de neiges qui tombèrent pendant
plusieurs mois sur une grande partie de l'Europe. «Non seulement les
Ardennes, les Vosges, le Jura, les Alpes, les Cévennes, les montagnes de
l'Auvergne et les Pyrénées, furent couvertes, dans cet hiver, d'une
couche de neige triple de celle dont ces hauteurs sont chargées dans les
hivers ordinaires, mais presque toutes les routes dans le midi en furent
encombrées; les communications furent interrompues sur un nombre
considérable de points; à Marseille, il tomba 0m.50 de neige en
trente-six heures. En Allemagne, les railways du Harz et de la Silésie,
ceux de Magdebourg et de Leipzig à Dresde, furent enterrés sous une
couche d'une épaisseur de 7 mètres. Dans la haute Silésie, des maisons
furent ensevelies avec leurs habitants. Dans le département de la Drôme,
dans les Pyrénées, près de Nîmes, des hommes et des animaux furent
ensevelis sous la neige.»

[Illustration: 1844-1845.--Toutes les routes du midi furent couvertes de
neige.]

Les hivers de 1851-1855 et de 1855-1856 ne furent pas très rudes en
France, mais ils resteront célèbres aussi, ceux-là, à cause des pertes
considérables que le rude climat de la Crimée fit subir à nos troupes.
Nous lisons, en effet, dans l'_Histoire de la guerre de Crimée_, de M.
Camille Roussel, que pendant cette longue et terrible guerre, plus de
265 000 hommes périrent, tant Français qu'Anglais, Piémontais, Turcs et
Russes. Et ce nombre est certainement de beaucoup trop faible. Sur tant
de victimes de la guerre, moins de 40 000 périrent par suite du feu de
l'ennemi; tout le reste, soit plus de 225 000 hommes, mourut de maladie.
Grâce à la rigueur de la saison, par des températures allant jusqu'à -27
degrés, les affections de poitrine, la dyssenterie, le scorbut, puis le
typhus, exerçaient des ravages incroyables. Les chevaux sans abri
mouraient par centaines; la cavalerie était presque démontée. Il n'y
avait que les chevaux d'Afrique et les mulets qui résistaient
admirablement au froid, à la fatigue, à la faim.

Les cas de congélation étaient fréquents et graves; pendant le mois de
janvier 1855, il n'y en eut pas moins de 2 500 dans la seule armée
française, pour un tiers suivis de mort, pour la plupart de mutilations
dangereuses: on compterait le nombre de ceux qui ne demeurèrent pas à
jamais estropiés. Sur 75 000 hommes que comptait au 31 janvier l'armée
française, il y en avait dans les hôpitaux et les ambulances plus de 9
000, un huitième à peu près de l'effectif général.

L'hiver de 1870-1871 n'est pas non plus extrêmement froid, du moins à
Paris, mais il restera à jamais mémorable en France à cause des tristes
circonstances dans lesquelles il s'est produit, à cause des souffrances
que ses rigueurs ont occasionnées à nos soldats. A ce point de vue
surtout il mérite qu'on s'y arrête.

A Paris, il n'y eut aucune gelée en octobre ni en novembre 1870, fait
qui se produit assez rarement; et la moyenne de température de ces deux
mois fut à peu près égale à la moyenne normale des mois d'octobre et de
novembre. Mais au 1er décembre le froid commence et se maintient presque
sans interruption pendant toute la durée de décembre et de janvier.
Pendant les soixante-deux jours qui constituent ces deux mois, le
thermomètre s'abaissa quarante-quatre fois au dessous de zéro degré,
sans qu'il y eût aucun froid excessif, la température la plus basse de
janvier ayant été de -11°.7 le 24, et celle de février de -11°.9 le 5.
Puis le froid disparaît subitement comme il était venu, et la
température de février est très notablement supérieure à la moyenne
ordinaire. Cet hiver n'a donc été ni long, ni extrêmement rigoureux. On
n'y compte à Paris, en tout, que 50 jours de gelée, et des températures
minima qui n'ont rien d'exceptionnel. La température moyenne de décembre
y fut de -0.7, et depuis le commencement du siècle, six mois de décembre
avaient été plus froids que celui-là; la température moyenne de janvier
y fut de -0.8, et depuis le commencement du siècle, neuf mois de janvier
avaient été plus froids. Ni décembre ni janvier n'ont donc isolément
rien présenté d'extraordinaire par leurs températures; mais ils ont été
froids tous les deux, tandis qu'en général deux mois froids ne se
suivent pas immédiatement.

Si nous considérons seulement l'ensemble des deux mois de décembre et
janvier, l'hiver de 1870-1871 arrive, comme rigueur, pour la période de
1800 à 1878, immédiatement après ceux de 1829-1830 et de 1838-1839. Mais
si nous tenons compte du nombre des jours de gelée et de la moyenne
totale des mois froids, l'hiver 1870-1871 doit être considéré comme
simplement assez rude. Il serait, comme celui de 1812-1813, tristement
célèbre aussi, et, pour la même cause, classé au dixième ou douzième
rang parmi ceux du siècle.

En certains points du territoire, le froid constant de ces deux mois de
décembre et janvier, joint aux misères de la guerre, aux tristesses de
l'occupation prussienne, eut une funeste influence sur la santé
publique. M. Renou écrivait de Vendôme, en février 1871: «La mortalité
est effrayante ici. Il est mort autant de monde en janvier qu'il en
meurt ordinairement en un an, et cela sans compter les décès des
militaires français ou prussiens. On a enterré ici cinquante-sept
personnes le 27 décembre.» Mais c'est surtout dans le midi que les
froids se firent sentir. Tandis qu'à Paris ils n'atteignaient pas -12
degrés, il dépassaient -17 degrés à Bordeaux, -23 degrés à Périgueux,
-16 degrés à Montpellier. Une seule fois, dans cette dernière ville, le
20 janvier 1855, on avait observé un froid plus vif, de -18°.2.

M. Martins, dans un mémoire adressé à l'Académie des sciences, établit
qu'en janvier comme en février 1871, les températures minima de
Montpellier furent constamment inférieures à celles de Paris. Il est
vrai que, à cause de la sérénité habituelle du ciel du midi, à des nuits
très froides succédaient des journées presque chaudes: aussi la moyenne
générale est-elle plus élevée à Montpellier qu'à Paris. Les effets de
cette température si anormale furent désastreux sur la végétation. Dans
le jardin botanique de Montpellier, nombre d'arbres indigènes furent
gelés jusqu'aux racines: les chênes verts, les pins d'Alep, les
oliviers, les cyprès, les grenadiers, les figuiers, moururent.

Qu'on songe aux souffrances que durent éprouver nos soldats, couchant
dehors par un mois de novembre sans cesse pluvieux, par un mois de
décembre et un mois de janvier constamment froids. A Paris, plus
peut-être qu'ailleurs, les souffrances furent grandes. Les soldats, aux
avant-postes, n'étaient pas les seuls à souffrir. Les femmes, obligées
d'aller passer plusieurs heures chaque jour à la porte des boucheries et
des boulangeries, pour obtenir les quelques grammes de viande, le petit
morceau de pain, et quel pain! qui étaient alloués à chacun, n'étaient
pas plus heureuses. «Aux souffrances de la faim, dit le général Ducrot,
vint s'ajouter celle du froid: plus de houille, plus de coke, plus de
bois; on rationna la chaleur comme on avait rationné la nourriture.»

Lisons, dans les _Mémoires sur la défense de Paris_, de E.
Viollet-le-Duc, le tableau des avant-postes: «Il faut avoir passé des
nuits au bivouac, dans la tranchée, aux avant-postes, l'âme inquiète et
l'oreille au guet, au milieu de ces soldats mornes, pelotonnés autour
d'un brasier, sales, défaits, couverts de lambeaux sans nom, abrités
derrière les débris de meubles arrachés à quelques maisons voisines, ne
répondant aux questions que par monosyllabes, laissant brûler leurs
restes de vêtements et leurs souliers, n'entendant plus la voix de leurs
officiers. Il faut avoir vu la pâle lueur d'une aurore d'hiver se lever
sur ces demi-cadavres, sur ces membres engourdis et couverts de givre,
sur ces visages sans éclairs...» Que ceux qui ont passé les longs mois
du siège de Paris aux avant-postes, dans les tranchées d'Arcueil-Cachan,
des Hautes-Bruyères, ou de la ferme des Mèches, se souviennent et disent
si ce sombre tableau n'est pas frappant de ressemblance.

[Illustration: Nuits au bivouac sur la neige.]

A Belfort, les souffrances étaient plus grandes encore; car le froid
était plus intense et les ressources moindres. Nous lisons dans _la
Défense de Belfort_: «Nous ne pouvions remplacer la chaussure usée des
hommes. Ces malheureux, presque tous sans guêtres et avec les mauvais
souliers qu'on avait livrés à la troupe, avaient cruellement à souffrir
par ces froids terribles atteignant, certaines nuits, jusqu'à 18 et 19
degrés centigrades au-dessous de zéro. Nombre d'hommes avaient les pieds
gelés. Il fallut, pour parer à ces graves inconvénients, faire flèche de
tout bois, et le gouverneur mit à la disposition des corps de troupe les
sacs à farine vides, pour en faire des guêtres. Il ordonna également
qu'en cas d'extrême besoin de cuir et en l'absence de moyens pour tanner
les peaux des bêtes mangées, on devrait les utiliser non tannées, pour
faire des chaussures à la manière des peuples primitifs.»

Les armées qui tenaient la campagne, souvent sans abris, sans tentes,
étaient décimées par les maladies, par les cas fréquents de congélation.
Et cet hiver semblait s'acharner surtout contre nous en favorisant nos
ennemis. M. de Freycinet en fait la remarque dans son histoire de _la
Guerre en province_: «Les influences météorologiques ont constamment
lutté contre nous. Il semblait que la nature eût fait un pacte avec nos
ennemis. Chaque fois qu'ils se mettaient en marche, ils étaient
favorisés par un temps admirable, tandis que tous nos mouvements étaient
contrariés par la pluie ou le froid. La rigueur de l'hiver a été
certainement pour moitié dans l'insuccès de la campagne de l'Est. Le
froid a contribué beaucoup à la défaite d'Orléans, et même à celle du
Mans: c'est la pluie qui a retardé une première fois la marche de
l'armée de la Loire, ou qui, du moins, a permis de justifier son
inaction. Nos ennemis, au contraire, ont toujours été secondés dans
leurs mouvements. Qui ne se rappelle le temps exceptionnel qui a régné
pendant tout le mois de septembre et la première quinzaine d'octobre,
alors que l'armée prussienne marchait sur Paris et installait les
travaux du siège? Qui ne se rappelle également la température
printanière qui a régné dès la fin de janvier, aussitôt après que
l'armistice a clos les hostilités? Autant l'hiver avait été rude pour
les mouvements de notre armée de l'Est, autant il a été propice pour le
retour des Prussiens en Allemagne.»

L'hiver qui suivit celui de la guerre s'annonça d'abord comme devant
être beaucoup plus rigoureux. Heureusement il ne tint pas complètement
ses promesses. Trois gelées en octobre et dix-sept en novembre, avec des
moyennes de +9°.5 et +3°.1, voilà le début. Ces deux mois, en 1870,
n'avaient donné aucune gelée, et les moyennes en avaient été de +11°.2
et +6°.1. Dès le 22 novembre, la Loire charriait des glaçons à
Châtillon. D'après M. Renou, depuis un siècle, quatre mois de novembre
seulement avaient été plus froids: ceux de 1774, 1782, 1786 et 1858.
Puis, à partir du commencement de décembre, la température s'abaissa
progressivement pour atteindre, le 9 décembre au matin, dans le parc de
Montsouris, un froid sans précédent, de -23°.7. On ne trouve, en effet,
nulle part, dans aucun document, la trace d'une pareille température
réellement observée à Paris. Les deux circonstances analogues que l'on
peut rappeler sont celles du 31 décembre 1788, où le thermomètre
s'abaissa à -21°.5, et celle du 23 janvier 1795, où l'on eut -23°.4. Ce
coup de froid extraordinaire ne sévit ni d'une manière simultanée, ni au
même degré, sur toute la France. C'est entre Charleville et Paris que,
le 9, s'étendait la région du maximum de froid. Cette température
extrêmement basse était localisée sur une très petite étendue du
continent et même de la France. Dans le Loiret, on observait 25, 26 et
même 27°.5 au-dessous de zéro, tandis qu'il ne gelait même pas en
certains points du littoral de l'Océan. Bien plus, tandis qu'à Angers la
température descendait à -12 degrés et à Vendôme à -14 degrés, à la
Flèche, presque à égale distance des deux villes, et si rapprochée de
chacune d'elles, le thermomètre demeurait constamment au-dessus de zéro.

Les hivers de 1874-1875 et de 1875-1876 furent dans leur ensemble
presque aussi rigoureux que celui de 1870-1871, et cependant ils ont
passé inaperçus. Ils ont présenté l'un et l'autre, à Paris, une
température minima plus basse que celle de 1870-1871, un nombre de jours
de gelée bien plus considérable, mais malgré cela une moyenne plus
élevée. Les froids se sont étendus sur plus de mois, mais n'ont pas été
si continus.

Enfin l'hiver 1878-1879 doit être considéré comme un hiver assez
rigoureux. Il a présenté soixante-huit jours de gelée, et la moyenne des
trois mois d'hiver est à peine supérieure à celle de 1770-1871. La
moyenne des cinq mois froids est même moins élevée pour cet hiver que
pour celui de 1870-1871. Le froid, très prolongé, ne fut pas très vif,
puisque le minimum de Paris a été de -8°.6.

Comme phénomènes remarquables de cet hiver, il y a lieu de noter les
chutes abondantes de neige dont le sol est resté couvert pendant
plusieurs semaines, et la pluie de verglas qui, succédant à la neige, a
causé de grands dégâts à la sylviculture, entre le 22 et le 24 janvier.
Nous allons nous en entretenir plus longuement.



LIVRE IV

LE GRAND HIVER DE 1879-1880



CHAPITRE PREMIER

LES TEMPÉRATURES DU GRAND HIVER.


L'hiver 1879-1880 a été incontestablement un des plus rudes qui aient
jamais désolé la France. Le point à examiner est seulement de savoir
jusqu'à quelle époque il faut remonter pour en rencontrer un aussi
rigoureux. Il semble, du reste, que dès les saisons précédentes, les
influences météorologiques qui déterminent les variations de température
aient oscillé d'un extrême à l'autre de l'échelle. Cet hiver si froid
avait, en effet, été précédé, à deux ans de distance, par un autre,
celui de 1876-1877, tout aussi remarquable, car sa moyenne à Paris
surpasse toutes celles que nous connaissons.

Le grand hiver dont nous allons nous occuper a été bien entouré. A en
croire un préjugé populaire, un hiver chaud succède d'habitude à un été
froid; pour cette fois, la tradition s'est trouvée singulièrement en
défaut. L'abaissement de température qui devait aboutir à des nombres
inconnus jusqu'à nos jours, semblait se préparer depuis bien des mois.
Toute l'année météorologique 1878-1879 fut, en effet, extrêmement
froide.

L'Annuaire de l'Observatoire météorologique de Montsouris et les
articles publiés par M. Angot dans la _Revue scientifique_, vont nous
fournir quelques renseignements sur ce premier hiver rigoureux et sur
l'été extraordinaire qui l'a suivi. M. Angot écrivait, en avril 1879:
«L'hiver que nous venons de traverser comptera parmi l'un des plus
froids qui se soient fait sentir depuis longtemps. Bien que le
thermomètre ne soit pas un seul jour descendu à un chiffre exceptionnel,
il est resté peu élevé pendant un long espace de temps, de sorte que la
température moyenne des mois de novembre et décembre 1878, janvier et
février 1879, est une des plus basses qu'on puisse signaler dans ces
trente dernières années.»

Si l'on compare les températures moyennes de ces quatre mois, telles
qu'elles ont été notées à Montsouris, avec leurs valeurs normales pour
Paris, déduites de cinquante années d'observations, on trouve les
résultats suivants:

    MOIS.    TEMPÉRATURES     TEMPÉRATURES     DIFFÉRENCES.
              normales.        de l'hiver
                               1878-1879.

  Novembre     +6°.58           +5°.0            -1°.58
  Décembre      +3.54            +0.9             -3.64
  Janvier       +2.32            -0.1             -2.42
  Février       +3.9             +4.5             +0.6

Le mois de février est donc le seul qui se soit trouvé un peu plus chaud
que la température normale. Les trois autres, au contraire, et surtout
décembre et janvier, ont été notablement plus froids.

M. Angot termine son étude de l'hiver 1878-1879 par la prédiction
suivante, faite un peu au hasard, il faut bien le dire, mais qui devait
si tristement être réalisée dès l'année suivante: «Mais il faut ajouter
que, suivant toute probabilité, nous aurons encore, sous peu, d'autres
hivers analogues. Depuis quelques années, en effet, la température
moyenne de la saison froide est notablement plus élevée que sa valeur
normale, même en comprenant le dernier hiver dans le calcul de la
moyenne. La température de l'été, au contraire, varie beaucoup moins et
reste toujours sensiblement ce qu'elle doit être. Or, à moins d'admettre
un réchauffement général de notre climat, chose qui ne paraît rien moins
que probable, il faut de toute nécessité qu'il se produise, d'ici peu de
temps, quelques hivers rigoureux pour compenser l'excès de chaleur de
ces derniers temps, et ramener la moyenne à la chaleur que lui ont
assignée nos plus longues séries d'observations. Bien que cette
perspective n'ait rien de particulièrement agréable, l'hiver dernier
sera donc probablement suivi, à courte échéance, d'autres hivers
également froids.»

Et, comme pour donner raison à M. Angot, le froid, après s'être reposé
un peu pendant les mois de février et mars, est revenu plus
extraordinaire en avril, mai, juin et juillet. Pendant les cent
vingt-deux jours dont se composent ces quatre mois, dix-huit seulement
ont été plus chauds que leur moyenne normale, tous les autres plus
froids. Le tableau suivant nous montrera que cette période de l'année a
été plus froide encore que l'hiver précédent, comparativement à la
température normale.

   MOIS.    TEMPÉRATURES   TEMPÉRATURES   DIFFÉRENCES.
             normales.       en 1879.
  Avril     +10°.17          +8°.4          -1°.77
  Mai        +13.89          +10.6           -3.29
  Juin       +17.24          +16.2           -1.04
  Juillet    +18.69          +16.2           -2.49

Il faut remonter jusqu'à l'année 1740 pour trouver un mois de mai aussi
froid que celui de 1879, et jusqu'en 1735 pour trouver une moyenne aussi
basse pour la période entière des quatre mois. Cette période a été, au
point de vue de la température, tout aussi extraordinaire que l'hiver
qui devait suivre, et les conséquences ont été tout aussi fatales. La
température constamment très basse, le ciel toujours couvert de nuages,
les pluies presque journalières, tout cela nuisit aux récoltes, de
manière à en rendre quelques-unes à peu près nulles. Car ce fut presque
sur toute la France que se produisit ce funeste abaissement de la
température de l'été.

Le petit excès de chaleur arrivé pendant les mois d'août et de septembre
ne put suffire à réparer le mal, ni à amener la maturité des raisins
dans le centre de la France. De plus, cette seconde recrudescence de
chaleur ne devait pas être de plus longue durée que la première. Dès le
mois d'octobre le froid revenait, plus intense que jamais, et pour une
nouvelle période de quatre mois. Le second hiver rigoureux commençait,
et il devait laisser bien loin derrière lui celui qui l'avait précédé.
Il peut être considéré, dans son ensemble, comme l'un des plus froids
qui se soient jamais produits dans nos climats.

Pour ne parler d'abord que de Paris, la gelée commença dès le mois
d'octobre, pour devenir âpre et fréquente en novembre, horrible et
continue en décembre, et se soutenir encore fort rude pendant toute la
durée de janvier. Les premiers jours de février furent encore assez
froids, puis, presque subitement, la température s'éleva de telle sorte,
que les deux derniers mois de l'hiver, février et mars, ont été aussi
remarquables par leur chaleur extrême que l'avaient été les premiers par
leur prodigieuse froidure. Un nouveau tableau nous montrera ces froids.
Les moyennes que nous donnons pour le mois de cet hiver ne sont
peut-être pas exactement celles qui seront publiées bientôt par
l'_Annuaire de l'Observatoire de Montsouris_, mais elles ne s'en
écartent certainement pas beaucoup. Elles suffiront pour nous montrer
les caractères principaux du grand hiver.

   MOIS.   MOYENNES   MOYENNES   DIFFÉRENCES.  TEMPÉRATURES   NOMBRE DES
           normales.     de                      minima.    jours de gelée
                      1879-1880.                             à Montsouris.
  Octobre   11°.27     +10°.6      -0°.7          -1              1
  Novembre    6.58       +3.9       -2.7          -6             12
  Décembre    3.54       -7.4      -11.0         -25.6           28
  Janvier     2.32       -1.1       -3.4         -11             27
  Février     3.91       +6.1       +2.2          -6              6
  Mars        6.41      +11.0       +4.5          +1              0

Ce tableau nous montre que l'hiver a été caractérisé par une succession,
non pas de deux mois, mais de trois mois froids, ce qui est très rare.
Aussi, quoiqu'il ait été terminé dès le commencement de février, doit-on
le considérer comme un hiver long.

Le mois d'octobre, un peu plus froid que la moyenne normale, n'eut
cependant rien de rigoureux. Mais novembre commence la série; on y
remarque une température de -6 degrés, qui s'observe bien rarement à
Paris dans ce mois. Trois mois de novembre seulement, depuis le
commencement du siècle, celui de 1871, celui de 1858 et celui de 1815,
furent plus froids.

Puis arrive décembre. Ici nous avons une moyenne absolument
extraordinaire de -7°.4, inférieure de 11 degrés à la température
normale du mois. Aucune période de trente jours consécutifs, prise à une
époque quelconque de l'hiver, n'a présenté une moyenne aussi basse
depuis l'origine des observations météorologiques. Le mois le plus froid
du siècle avait été celui de janvier 1838, avec une moyenne de -4°.6
seulement. Il avait été précédé d'un mois de décembre chaud, et fut
suivi d'un mois de février qui ne fut pas très froid. M. Renou, à la
suite de calculs qui présentent une suffisante garantie d'exactitude, a
admis que les mois les plus froids du siècle dernier avaient été le mois
de décembre 1788 et le mois de janvier 1795, dont la moyenne, pour l'un
comme pour l'autre, aurait été d'environ -6°.5. Nous pouvons donc
affirmer que, depuis deux cents ans au moins, une pareille série de
froid ne s'était pas produite en France, et rien ne nous autorise à
supposer que dans les siècles du moyen âge on ait jamais rien observé de
tel.

Cette moyenne a été produite par une longue succession de températures
extrêmement basses. Voici, pour ce mois, la série des températures
minima notées à l'Observatoire de Saint-Maur:

  1er         -8
  2          -11
  3          -13.7
  4           -5
  5           -7
  6          -10
  7          -15.6
  8          -17.8
  9          -24.2
  10         -25.6
  11          -8.4
  12          -9.1
  13         -11
  14         -12.5
  15         -12.5
  16         -19.8
  17         -21.6
  18         -11
  19         -13.7
  20         -13.8
  21         -18
  22         -17.5
  23         -16
  24         -18.5
  25         -16.5
  26          -8
  27         -17.7
  28         -16.2
  29          +2.2
  30          -0.5
  31          +2

Pendant ce mois, la température s'est abaissée huit fois au-dessous de
la température la plus basse du grand hiver de 1829-1830. Elle a
présenté deux jours de suite des maxima, -24°.2 et -25°.6, qui n'avaient
jamais été observés à Paris. Il n'en faut pas conclure que le froid
n'ait jamais été aussi rigoureux à Paris: les températures de -21°.5 et
-23°.5, observées en décembre 1788 et janvier 1795, correspondent
probablement à des froids aussi vifs. Elles ont été relevées, en effet,
près d'habitations, dans Paris même, sur des thermomètres mal exposés,
et marquant par suite trop haut. Il est constant toutefois que s'il a
fait quelquefois à Paris aussi froid qu'en décembre 1879, du moins
jamais n'y a-t-on vu le thermomètre aussi bas.

Il n'est pas sans intérêt de comparer ce rude hiver à ceux qui l'ont
précédé. Notre comparaison ne portera que sur Paris: nous manquerions
d'espace et de documents précis pour étendre la comparaison à d'autres
points.

M. Renou admet que le grand hiver de 1829-1830 est peut-être le plus
grand qu'il y ait eu en France depuis plusieurs centaines d'années,
Voilà, en effet, comment il s'exprimait, en 1871, dans une discussion
sur l'hiver qui venait de prendre fin: «La moyenne, -1°.6, de l'hiver de
1830 est plus basse que celle des hivers de 1789 et 1795, plus basse
aussi certainement que celle de 1709, et il ne paraît même pas qu'elle
ait jamais été notablement moindre dans les hivers les plus rudes, tels
que 1408, 1658..., pendant lesquels la Seine a été gelée plus de
cinquante jours comme en 1789.»

Donc, d'après M. Renou, l'hiver de 1830 a été, à Paris, plus rude que
ceux de 1795, 1789, 1709..., et peut-être aussi de 1658 et de 1408. Il
nous suffira par conséquent de le comparer à celui de 1879-1880 pour
voir s'il doit conserver son rang. Nous avons, pour l'un et pour
l'autre, tous les éléments d'une comparaison rigoureuse.

La moyenne des trois mois d'hiver, décembre, janvier, février, est, pour
1829-1830, de -1°.6; elle est de 0°.8 pour 1879-1880. En y ajoutant le
mois de novembre, qui a été rigoureux dans les deux années, on arrive à
un résultat de même sens. Mais ceci prouve seulement une chose: que
l'hiver 1829-1830, qui a duré quatre mois, a été plus long que celui de
1879-1880, qui n'en a duré que trois. Dans le dernier, février, très
chaud, a considérablement relevé la moyenne. Mais si l'hiver de 1880 a
été moins long, il a présenté, en trois mois, une plus grande somme de
froid que l'autre en quatre. Du 14 novembre au 6 février, sur un espace
de quatre-vingt-quatre jours, il a offert soixante-treize jours de
gelée; tandis qu'en 1829-1830, pour trouver ce même nombre de gelées, il
faut embrasser un espace de quatre-vingt-dix-sept jours, allant du 16
novembre au 21 février. Et les gelées du dernier hiver ont été beaucoup
plus intenses, puisque la somme des degrés comptés au-dessous de zéro
dans l'hiver de 1879-1880 a été d'à peu près six cents, répartis en
quatre-vingt-quatre jours; tandis qu'en 1829-1830, il n'avait été que de
quatre cent soixante-dix-huit répartis en plus de cent jours.

Au point de vue des froids intenses et de leur prolongation, au point de
vue des effets nuisibles que ces froids ont pu produire sur la
végétation, l'hiver dernier est donc incontestablement plus rigoureux
que celui de 1829-1830, et sans doute plus rigoureux que tous les hivers
du siècle dernier. Et comme si, pendant cet hiver, tout devait être
exceptionnel, il a été terminé par un mois de mars qui n'a pas été moins
extraordinaire que celui de décembre. C'est le mois de mars le plus
chaud dont il soit fait mention dans les registres des observatoires
météorologiques. Non seulement il n'a présenté à Paris aucun jour de
gelée, fait qui se produit assez rarement, mais sa moyenne est
supérieure de près de 5 degrés à sa moyenne normale. Il a été très
notablement plus chaud que le mois de mai 1879, fait qui, non plus, ne
s'était pas présenté depuis plus de cent ans.

Allons-nous maintenant rechercher les causes de la rigueur extrême de
cet hiver, puis de la chaleur excessive du début du printemps? Il nous
faudrait pour cela quitter le domaine des faits pour entrer dans le
champ des hypothèses. Il nous faudrait ajouter au tableau des
températures celui des pressions barométriques, de la direction des
vents, de toutes les circonstances climatériques, pour n'arriver, en fin
de compte, qu'à avouer notre ignorance. Nous ne le ferons pas. Disons
seulement que les températures très basses ont été, comme cela a lieu le
plus souvent pendant les grands hivers, accompagnées de pressions
barométriques très élevées, et d'un ciel presque constamment serein. De
plus, «Ce régime exceptionnel, dit M. Angot, présentait une autre
particularité remarquable: il était spécial aux régions supérieures de
l'atmosphère. Le sol semblait recouvert d'une couche d'air froid d'un
millier de mètres d'épaisseur au plus; au-dessus, la température était
beaucoup plus douce, et non pas seulement d'une manière relative. Le 9
et le 10 décembre, les températures au pic du Midi et au Puy de Dôme
étaient à peine égales à celles que l'on observait au pied; dans la
seconde moitié du mois, l'inversion devenait complète: au Puy de Dôme,
il faisait, le 17 décembre, 17 degrés de plus qu'à Clermont, 20 degrés
le 27, et jusqu'à 21 degrés le 22; nous ne citons, bien entendu, que les
nombres les plus grands, car la même distribution se reproduisit presque
chaque jour depuis le 8 décembre. Au pic du Midi, le phénomène était
tout aussi marqué: depuis le 19 décembre jusqu'à la fin du mois, le
thermomètre montait chaque jour bien au-dessus de zéro. De pareilles
interversions ne sont pas rares; on en signale chaque hiver.»

Nous irons plus loin: non seulement, comme le dit M. Angot, ce phénomène
d'interversion n'est pas rare, mais il se produit constamment dans les
hivers rigoureux; non seulement il n'est pas l'exception, mais il est la
règle des grands hivers. La cause qui produit les grands froids, quelle
qu'elle soit, est certainement la même qui amène les pressions
barométriques élevées et les interversions de la température. Ces trois
phénomènes vont généralement de front.

Point n'était besoin, du reste, pendant l'hiver qui nous occupe, de
monter sur les montagnes élevées pour constater l'interversion: on l'a
remarquée en bien des points, sur les plus petites collines. Elle s'est
produite au Puy de Dôme, au pic du Midi, au mont Néthou, au Righi, à
l'Utliberg, au Ballon de Guebwiller. Dans le département de
Saône-et-Loire, les habitants des collines souffrirent beaucoup moins
que ceux des plaines; dans le Cantal, l'hiver a été très doux; les
montagnards des environs de Clermont-Ferrand étaient saisis, lorsqu'ils
descendaient à la ville, par un froid contre lequel ils n'avaient pas
songé à se prémunir.

Dans les plaines, au contraire, l'hiver présentait à peu près les mêmes
caractères qu'à Paris; mais s'il a été en bien des points plus rigoureux
que celui de 1829-1830, il est certain qu'il s'est étendu beaucoup
moins, et il semble même que, dans certaines régions de la France, il a
été moins rude, non seulement que celui de 1830, mais même que celui de
1870-1871.

Dans le Cantal, dans l'Ariège, on a eu pendant la plus grande partie de
l'hiver une température printanière.

Le midi n'a guère souffert. A Montpellier, la moyenne de décembre est
+0°.85, de beaucoup inférieure à la moyenne normale, mais supérieure
cependant à la moyenne de janvier 1872. Grâce à la constante sérénité du
ciel, l'écart entre la température minima et la température maxima d'une
journée a toujours été considérable. Tandis que le matin la température
descendait fréquemment à -8 degrés, -9, et même -11, elle atteignait
dans l'après-midi +10, +12, et même +15 degrés, avec un écart double au
moins de celui de Paris. En France, les froids se sont surtout fait
sentir dans le centre et dans l'est, et là ils ont été, comme à Paris,
plus rigoureux qu'ils ne l'avaient jamais été.

Le froid même augmentait à mesure qu'on allait vers l'est, de sorte que
l'hiver, à Nancy, par exemple, a été, proportionnellement au climat de
cette ville, tout aussi rude qu'à Paris. Le tableau suivant nous le
montrera.

            TEMPÉRATURES
              normales       MOYENNES               TEMPÉRATURE  NOMBRE
    MOIS.     calculées        pour    DIFFÉRENCES.   minima.   des jours
           d'après 10 ans   1879-1880.                          de gelée.
           d'observations.
  Novembre      +4°.06         +2.09     -1°.97        -8°         12
  Décembre       +0.88         -8.58      -9.41       -22.4        29
  Janvier        +0.78         -2.64      -3.42       -16.0        27
  Février        +7.00         +3.05      +6.05       +10.8        11

Nous voyons qu'à Nancy les moyennes ont été plus basses qu'à Paris, mais
cependant un peu moins éloignées des moyennes normales. De plus, la
température minima de l'hiver n'a été que de -22°.4, moins froide que
celle de Paris. Mais cela tient surtout à ce que les observations du
tableau précédent ont été faites dans l'intérieur de la ville, où la
température est toujours plus élevée en hiver que dans les champs. Et,
en effet, en rase campagne, à la station météorologique de
Bellefontaine, tout près de Nancy, le minimum du 8 décembre a été de -30
degrés, température observée scientifiquement, comme cela a lieu pour
les observations parisiennes, c'est-à-dire avec un bon thermomètre placé
sous abri. Les moyennes de la station de Bellefontaine sont certainement
beaucoup plus basses que celles de Nancy.

A Logelbach, près de Colmar, la moyenne de décembre a été -8°.7, et
celle de janvier -4°.1.

Voici, pour terminer, une liste de quelques-unes des températures les
plus basses observées en divers points de la France pendant cet hiver;
elles se sont presque toutes produites dans le voisinage du 9 décembre.

  Charolles              -24 degrés.
  Melun                  -25
  Joigny (Yonne)         -27
  Chaumont               -27
  Soissons               -28
  Orléans                -28
  Toul                   -29
  Monceau-les-Mines      -29
  Près de Nancy          -30
  Autun                  -31
  Langres                -33

Dans les Vosges, on aurait même observé la température de -35 degrés.
Même en ne tenant pas compte de cette dernière observation, nous voyons
que le minimum de Langres, -33, est le plus bas qui ait jamais été cité
pour la France. La plus froide température observée jusqu'à ce jour
avait été de -31 degrés à Pontarlier, en 1794. Dans cette ville même, ce
froid a été dépassé le 8 décembre 1879.

Pendant que l'hiver faisait rage en France, l'Amérique présentait, au
contraire, un grand excès de température; l'Angleterre continuait à
jouir de son climat insulaire; c'est à peine si l'on pouvait y patiner
sur les petits lacs. Mais à l'est de notre pays, le froid allait en
augmentant: en Belgique, en Hollande, en Allemagne, en Russie, en Italie
même et en Grèce, l'hiver était rude.



CHAPITRE II

1879. LA NEIGE, LE VERGLAS ET LA PRISE DES RIVIÈRES.


L'année 1879, qui devait, comme nous l'avons vu, présenter pendant toute
sa durée des températures anormales, débuta par un phénomène presque
unique, par un prodigieux verglas. Le verglas est connu de tous; mais
personne n'en avait encore vu de comparable à celui de janvier 1879.

Presque chaque année, il arrive qu'une pluie fine tombant sur le sol s'y
solidifie instantanément et le recouvre d'une couche uniforme de glace,
dangereux et glissant vernis qui disparaît bientôt: c'est le verglas.
Cette couche est généralement de très faible épaisseur; elle se borne à
entraver, pendant quelques heures, la circulation: aussi les physiciens
ne s'étaient pas préoccupés, jusqu'à aujourd'hui, de son mode de
formation. Ce mode semblait bien simple, et on admettait, sans examen,
que l'eau tombant à une température supérieure à zéro sur un sol
fortement glacé par les froids antérieurs ou par l'effet du rayonnement
nocturne, se congelait immédiatement. Bientôt le sol réchauffé par le
contact de l'eau, réchauffé aussi par le fait même de la congélation, se
mettait en équilibre de température avec l'eau; la formation du verglas
cessait, et la mince couche se fondait même rapidement. On admettait
ainsi que la couche de verglas ne pouvait jamais devenir épaisse, et
qu'elle ne se formait que par des températures supérieures à zéro degré.

Tout cela est vrai le plus souvent; mais le phénomène qui se produisit
le 22 janvier 1879 a montré que l'explication que nous venons de donner
ne peut s'appliquer à tous les cas. Il résulte des observations de
nombreux savants, et notamment de celles de MM. Godefroi, Piébourg,
Decharme, Colladon..., que, le 22, le 23 et le 24 janvier 1879, il est
tombé de l'eau liquide quand la température extérieure était de -2
degrés, -3 degrés, et même -4 degrés; c'est-à-dire inférieure à celle de
la formation normale de la glace. Cette pluie était donc à l'état de
surfusion. Arrivée sur le sol également très froid, cette eau se
solidifiait immédiatement, comme le fait tout liquide en surfusion
auquel on fait subir une agitation ou un choc, et il se formait un
verglas dont l'épaisseur pouvait augmenter indéfiniment.

Déjà, à plusieurs reprises, depuis le commencement du siècle, on avait
observé des pluies par des températures inférieures à zéro; mais on
n'avait pas attaché d'importance à ce fait, qui n'avait produit aucun
phénomène frappant. Il devait en être autrement en janvier 1879; la
formation du verglas y prit presque, en effet, le caractère d'un fléau
pour la sylviculture.

On ne trouve dans aucun document la preuve qu'aucun verglas ait jamais
produit des dégâts comparables à ceux que nous allons enregistrer.
Arago, dans sa Notice sur les grands hivers, n'en cite qu'un seul, celui
de 1498-1499, dans lequel on ait eu des pertes sérieuses dues à l'action
du verglas. Voici ce passage, extrait, au moins pour le fond, de la
_Chronique_ de Jean Molinet: «Les frimas de cet hiver se présentèrent
dans le Hainaut sous une forme tout à fait insolite. Il tomba, dans la
nuit de Noël, une grêle très forte, mêlée de pluie, qui fut
immédiatement saisie par la gelée et forma une rivière de glace polie.
Vint ensuite une neige abondante, «tellement que le tout, dit le
chroniqueur, congéré et entremeslé ensemble, causèrent une glace dure
comme pierre.» Les arbres, ne pouvant supporter un tel fardeau, «furent
esbranchez et desbrisez par grands esclas»; les branches qui
résistèrent, agitées par le vent, formaient un bruit «à manière du
cliquetis de harnois d'armes.» Cette singulière gelée dura douze jours,
et quand vint le dégel, des pièces de glace énormes tombèrent des
clochers et endommagèrent les nefs et les chapelles des églises.»

Le verglas extraordinaire de janvier 1879 dut être semblable à celui-là.
Il causa d'immenses dégâts dans la sylviculture. Un météorologiste
distingué, M. Angot, les a rapportés très exactement: «Sur une longue
bande étroite, s'étendant du nord-est au sud-ouest, le désastre fut
immense; tel qu'on peut difficilement se le figurer. Tous les objets, le
sol, les arbres, les plus petits brins d'herbe, étaient recouverts d'une
couche de glace, qui atteignit deux centimètres d'épaisseur. Sur les
fils télégraphiques, le diamètre de l'enveloppe glacée arrivait à 38
millimètres; une petite branche, du poids de sept grammes, portait 193
grammes de glace. Sous une surcharge aussi grande, bien peu d'arbres
pouvaient résister, et beaucoup étaient rompus ou déracinés. Dans la
forêt de Fontainebleau notamment, les dégâts furent incalculables: à
certains endroits, on aurait dit une forêt mitraillée. Les routes
restèrent longtemps coupées par des troncs d'arbres qui les jonchaient,
et, dans la région envahie par le fléau, toutes les lignes
télégraphiques furent détruites.»

M. Louis Figuier, dans _l'Année scientifique_, écrit: «Dans les bois et
dans les forêts des environs de la Chapelle-Saint-Mesmin, le phénomène
du verglas eut des conséquences désastreuses. Le poids des branches
recouvertes de glace augmenta de plus en plus. Dès la première nuit,
plusieurs furent brisées. Dans la soirée du second jour, le phénomène
prit des proportions effrayantes. Toute la nuit, les craquements se
succédèrent avec une rapidité toujours croissante. Le lendemain matin,
les branches arrachées et brisées jonchaient le sol; des arbres entiers
gisaient déracinés; d'autres, et des plus grands, étaient fendus en deux
depuis le sommet jusqu'à la base. Le plus grand nombre étaient
entièrement dépouillés de leurs branches, de sorte que certaines régions
boisées simulaient assez bien les abords d'un bassin à flot hérissé de
mâts.»

D'après des documents officiels, on peut évaluer à deux cent mille
stères le volume des bois brisés par le verglas dans les forêts
domaniales du seul département de Seine-et-Marne. Il aurait été presque
impossible d'y retrouver un seul bouleau intact. L'oeuvre de la
restauration de la forêt de Fontainebleau s'est trouvée retardée de
trente ans. La forêt de Villeformoy (Seine-et-Marne) ressemblait à une
immense exposition de cristallerie. «Rien de plus saisissant, dit un
témoin oculaire, que l'immobilité et le silence qui pesaient sur la
forêt, brusquement troublés de temps en temps par l'effroyable fracas
des bris d'arbres.»

M. Jamin, dans _la Revue des Deux Mondes_, raconte des effets bien
curieux de ce verglas: «Les animaux n'ont pas été plus épargnés que les
plantes; des alouettes ont été fixées au sol, rivées dans le verglas par
les pattes ou par la queue. Dans la Champagne, on trouva des perdreaux
gelés, debout dans un linceul de glace; et l'on ne peut s'empêcher de
comparer cet ensevelissement glaciaire à celui qui, aux époques
géologiques, a surpris les mastodontes qu'on retrouve aujourd'hui sur
les bords de la Léna. Eux aussi se présentent debout, le nez en l'air,
serrés dans un vêtement de glace, non de neige, comme s'ils avaient été
surpris par un immense verglas. Cette hypothèse est aussi plausible que
celle du tourbillon glacé qu'on a imaginé pour expliquer leur
ensevelissement.»

Le verglas si extraordinaire du 24 janvier 1879, phénomène presque
unique jusqu'alors, devait se reproduire aussi désastreux, à quelques
mois de distance, au début de la période des grands froids du mois de
décembre de la même année. Sur une grande partie de l'Europe, la neige
tomba dans la nuit du 3 au 4 décembre; cette chute de neige fut suivie
dans un grand nombre de régions, et principalement dans l'ouest de la
France, d'une pluie glacée qui recouvrit tout d'une immense couche de
verglas. Dans la nuit du 4 au 5, une effroyable tempête de neige,
pendant laquelle tous les éléments semblaient déchaînés, vint cacher la
glace qui recouvrait le sol et déterminer le rupture de nombreux arbres
trop fortement chargés. Sous l'action du verglas, toutes les maisons se
recouvrirent d'un vernis luisant qui avait quelquefois plus d'un
centimètre d'épaisseur, qui rendait les vitres presque opaques, et
soudait si bien les fenêtres qu'on ne pouvait les ouvrir. Puis, quand
vint l'ouragan, la neige, fine et sèche, pénétrait entre les ardoises
des toits et remplissait les greniers les mieux clos.

M. Demoget a donné, au journal _la Nature_, une description du verglas
du 4 décembre à Nantes: «Le mercredi 3 décembre, dit-il, le ciel resta
couvert, et la journée fut très froide; vers sept heures du soir, la
neige commença à tomber; et le lendemain jeudi la terre en était
complètement couverte. Mais, vers huit heures du matin, la neige se
changea en une pluie glacée par un vent d'est assez violent et très
froid. Dans la journée, la pluie se congelait en partie, se fixait aux
divers objets qu'elle rencontrait, et formait bientôt une couche épaisse
de verglas recouvrant toute la végétation. Vers le soir, sous le poids
de la couche glacée, les branches d'arbres commencèrent à se rompre.
Enfin, pendant la nuit, une tempête de neige, chassée par un fort vent
d'est, vint encore aggraver la situation. Un grand nombre d'arbres
surchargés par le verglas et la neige se brisèrent. Les ormes des
promenades publiques et ceux bordant les routes, moins solidement
charpentés, furent les plus maltraités. En général, les arbrisseaux et
les arbres à basse tige résistèrent beaucoup mieux, parce que les
stalactites de glace, en se soudant aux parties inférieures de la
plante, consolidèrent les branches jusque sur le sol et empêchèrent leur
rupture. Toute la plante était emprisonnée sous une charpente glacée,
qui reliait et soudait toutes les branches et les feuilles entre elles.
Le vendredi 5 décembre, le ciel étant très pur, le soleil vint augmenter
la beauté du phénomène, en faisant scintiller cette splendide végétation
de cristal. C'est la deuxième fois pendant l'année 1879 que ce rare
phénomène météorologique se produit.»

La campagne de Nantes n'était pas seule éprouvée; on écrivait, de
Saint-Georges-sur-Loire, à _l'Union de l'Ouest_: «Une pluie glaciale est
tombée toute la journée du 4, se congelant au fur et à mesure; et, vers
le soir, les arbres étaient revêtus d'une couche de verglas d'une
épaisseur extraordinaire. De tous côtés on voyait les branches cédant
sous ce poids énorme s'incliner vers la terre; quelques-unes se
brisaient; cependant, si le temps restait calme, on pourrait espérer que
le mal ne serait pas trop grand.»

Mais le temps ne resta pas calme, la tempête ne tarda pas à se
déchaîner. «Quelle nuit! A chaque instant, au milieu des hurlements de
la tempête, on entendait des décharges d'artillerie, suivies de
véritables feux de file. C'étaient les chênes centenaires, les ormes,
les frênes, qui s'abîmaient sous la rafale, tandis que les jeunes arbres
se brisaient net par la moitié! Vers le matin, le calme se rétablit;
mais le mal était fait, il dépassa même les prévisions. Le jour, en se
levant, éclaira une scène de désolation. Le sol jonché de débris, les
arbres déchirés, brisés de haut en bas, les peupliers surtout n'ayant
plus de cime, plus de branches, nus comme des poteaux de télégraphe; à
moins de l'avoir vu, rien ne peut donner une idée de ce spectacle
lamentable. Tous les parcs du pays, Serrant, l'Épinai, la Cauterie, la
Bénaudière, le Pin, Laucran, le Chillon, etc., sont littéralement
ravagés. Il faudra dix ans pour réparer le désastre d'une nuit, et
encore bien des dégâts sont-ils irréparables.»

Le verglas a été localisé, mais la neige couvrit une grande partie de
l'Europe. «En même temps, une chute abondante de neige recouvrait la
France, interrompant toutes les communications: aux environs de Paris,
l'épaisseur de cette couche atteignit en moyenne vingt-cinq centimètres.
La neige reprit un instant le 8, ajoutant une nouvelle couche de plus de
dix centimètres à la première; de sorte qu'il s'accumula sur le sol, du
4 au 8 décembre, une couche d'eau gelée qui, fondue, ne correspondait
pas à moins d'un volume de quarante-cinq litres d'eau par mètre carré de
surface.» Quoique cette abondance n'eût rien d'extraordinaire, elle
suffit pour causer de graves accidents, tels que l'effondrement du
marché Saint-Martin, et pour arrêter la circulation pendant plusieurs
jours.»

Nous n'avons pas à discuter ici les moyens employés pour débarrasser le
sol de cette couche encombrante. Disons seulement que ceux qui ont
préconisé l'emploi de la vapeur surchauffée pour fondre la neige des
rues n'ont fait que prouver l'ignorance absolue dans laquelle ils sont
des plus simples notions de la physique. Une grande locomotive routière,
capable de brûler 70 kilogrammes de charbon par heure, aurait pu, étant
donnée l'épaisseur de neige qui se trouvait sur le sol de Paris,
nettoyer 50 mètres carrés de chaussée par heure. A ce chiffre, 1000
locomotives auraient à peine, en un mois, terminé leur besogne.

En province, la neige était par régions beaucoup plus abondante qu'à
Paris. Dans le centre et le nord, elle atteignait une hauteur tout à
fait insolite. A Joigny, dans l'Yonne, il y en avait plus de 50
centimètres. Dès le 1er décembre, il y en avait 30 centimètres dans les
rues de Valenciennes, et il devait en tomber beaucoup encore. A Laval,
on observait 50 centimètres de neige. A Bapaume, au milieu de décembre,
il y eut en certains endroits 1m.60 de neige: le courrier dut, au péril
de sa vie, porter sur son dos le sac des dépêches.

Près de Cambrai, des villages bloqués par les neiges demandent des
secours et des vivres. Dans les Ardennes, des villages entiers étaient
ensevelis; et demeuraient pendant plusieurs jours isolés du reste du
monde, dans une détresse affreuse, sur le point de manquer complètement
de pain. Les moulins ne pouvaient plus moudre, la farine manquait, tout
gelait dans les maisons.

Dans certaines parties des Vosges, la neige, poussée par le vent,
comblait les vallées, et s'amassait en masses de 10 mètres d'épaisseur.
Sur divers points, nombre de gens étaient ensevelis sous la neige et
périssaient misérablement. Les transports étaient devenus presque
impossibles, et, près de Cambrai, les cultivateurs imaginaient
d'employer des traîneaux grossiers pour leurs transports.

A l'étranger il y avait aussi de grandes neiges. A Naples, les trains
étaient arrêtés par les grandes accumulations de neige.

Dans les montagnes, au contraire, de même qu'il y avait peu de froid, il
n'y avait guère de neige. Les habitants du Causse de Chanac étaient
obligés, faute d'eau et de neige, de faire un très long parcours pour
aller chercher dans le lit du Lot de gros blocs de glace qu'ils
charriaient à la ferme, et qu'ils faisaient fondre au fur et à mesure
pour les besoins du ménage et pour abreuver les bestiaux. Le 14
décembre, le général Nansouty télégraphiait plaisamment à un ami, du
haut du pic du Midi: «Nous sommes en détresse; nous ne trouverons
bientôt plus assez de neige pour faire l'eau pour le thé et la soupe.
Apportez-nous de la neige si Paris en a assez.»

C'est à la suite de cette grande chute de neige que se produisirent les
froids extraordinaires de l'hiver. Les phénomènes de congélation de
divers liquides, cités toujours par les historiens comme caractérisant
les grands hivers, ont été observés alors dans un grand nombre de
localités. L'eau, en maints endroits, s'est gelée au fond des puits;
l'eau-de-vie, exposée à l'air, s'est prise en une masse solide; le vin a
pu être coupé à la hache. A Verneuil, département de l'Eure, le vin gèle
dans les caves, cinq cents bouteilles de vin sont brisées. Dans le
Berry, au fond d'une cave bien close, plusieurs centaines de bouteilles
de vins fins éclatent par l'effet de la gelée.

Dans le département de Saône-et-Loire, tout gèle dans les maisons. Dans
plusieurs départements, toutes les provisions qui n'étaient pas
enfermées dans des caves très profondes étaient totalement perdues.

Dans des chambres à feu, l'eau se gelait dans les carafes pendant la
durée du repas. La rapidité de la congélation devenait extrême quand
l'eau était placée à l'extérieur. Au milieu du mois de janvier, le feu
se déclare dans la caserne d'artillerie, à Orléans, au milieu de la
nuit. Pendant deux heures il est impossible de manoeuvrer les pompes,
les conduites d'eau étant gelées. La température était cette nuit-là de
-18 degrés. L'eau qui tombait sur les murs se solidifiait et formait
au-dessous des poutres des stalactites de glace. Les pompiers étaient
recouverts d'une épaisse couche de verglas. Les conduits d'alimentation
des pompes ont été tellement avariés que l'administration municipale a
dû consacrer un important crédit à leur réparation.

M. Déleveaux, professeur au lycée d'Orléans, a profité de ces basses
températures pour refaire l'expérience de William. Le 17 décembre, il a
rempli d'eau un obus de 95 millimètres de diamètre. Il l'a placé en
plein air, et le lendemain l'a trouvé cassé. Les vases rompus par suite
de la gelée ont été très nombreux, même dans les appartements qui
semblaient le mieux à l'abri des accidents de cette nature. Le journal
_la Nature_ donnait le curieux spécimen, d'après une photographie, d'un
effet de congélation sur une bouteille contenant une solution faible de
nitrate d'argent. Le bouchon avait été soulevé, dans un placard de
laboratoire, à une grande hauteur par une colonne de glace sortie du
goulot.

Dès le début du mois de décembre, les fontaines publiques de Paris
présentaient, par suite de la formation des glaces, l'aspect le plus
agréable. Les lions de la fontaine Saint-Michel étaient notamment d'un
magnifique aspect. Sur la place de la Concorde, les statues qui décorent
les fontaines étaient enveloppées dans d'immenses blocs de glaces dont
elles formaient en quelque sorte le noyau.

Mais c'est surtout la prise des cours d'eau qui nous présente des faits
dignes d'attention. Dès le mois de novembre, la Néva avait été prise. A
Saint-Pétersbourg, les glaçons emportaient treize bateaux et plusieurs
débarcadères. Des paquebots partis de Cronstadt avec trois cents
passagers étaient entourés par des masses de glace flottante et jetés
sur un banc de sable.

Dès les premiers jours de décembre, toutes les rivières du nord et du
centre de la France étaient couvertes de glaces épaisses. La congélation
s'était produite, pour certaines rivières, précisément à l'époque de la
chute des neiges, et il en était résulté des effets singuliers. A la
Flèche, sur le Loir, la neige, chassée par le vent sur la glace encore
très faible, s'y était entassée en grande quantité. La glace, cédant
sous le poids, ne tarda pas à s'enfoncer avec son fardeau, et la rivière
se reprit par-dessus. Quinze jours après, nous avons encore pu
constater, en brisant la glace, qui avait pris une épaisseur de 40
centimètres, que la neige était encore là. L'accumulation était telle
qu'elle allait, sur les bords, jusqu'au fond, à plus d'un mètre. Cette
neige était spongieuse: l'eau, à zéro degré, qui l'imprégnait, était
impuissante à la fondre.

Le 8 décembre, le Sund charriait des glaçons et Copenhague était bloqué
par les glaces. La navigation de l'Escaut était interrompue. Bientôt la
Seine et la Loire se prenaient dans toute leur étendue, puis la Saône et
une grande partie du Rhône. Les plus anciens riverains n'avaient jamais
vu autant de glace sur le Rhône: il était gelé d'une rive à l'autre sur
une longueur de plus de 60 kilomètres à partir d'Arles. Cependant, en
1830, on avait pu passer en voiture sur la glace de Tarascon à
Beaucaire; on ne le fit pas en 1879. Sur le Lot, à Espalion, la glace
avait 50 centimètres d'épaisseur; la rivière avait été prise le 30
novembre, et le 22 janvier, jour de la foire, tout le monde la
traversait encore; on y jouait aux quilles, on y faisait de la
photographie. Le canal du Midi, de Toulouse à Cette, était entièrement
gelé au commencement de décembre.

Bien plus, tandis que le froid épargnait presque le sud-ouest de la
France, il gagnait l'Italie. L'Arno se gelait à Florence; le Pô pouvait
être traversé en tous sens; la mer se prenait en partie à Venise.

A mesure que le froid se prolongeait, l'épaisseur de la glace devenait
plus grande, et on pouvait circuler librement sur les lacs et sur les
fleuves. En certains points il y eut sur la Loire 70 centimètres de
glace. A Vichy, sur l'Allier, les grosses voitures de roulage
circulaient comme sur une route. A Mayence, sur le Rhin, les diverses
corporations d'ouvriers installaient des ateliers. Un tonnelier, aidé de
ses ouvriers, fabriquait, le jour de Noël, deux grands tonneaux sur la
glace; ces tonneaux, destinés à un commerce de vins de Mayence, portent
une inscription mentionnant le fait. En même temps, des maréchaux
ferrants, des cordonniers, s'établissaient sur le Rhin; on installait
une grande boucherie.

[Illustration: 1879.--Le Rhin.]

Le dégel de la fin de décembre devait rendre la vie à presque tous ces
cours d'eau. Mais un grand nombre ont été, pour la seconde fois, repris
en janvier.

A Paris, dès la première quinzaine de décembre, de nombreux promeneurs
ne tardaient pas à descendre sur la Seine, malgré la défense de
l'autorité. La glace, qui atteignit bientôt, en tous points, plus de 40
centimètres d'épaisseur, aurait été capable de porter les plus grands
fardeaux. Les glaces sur lesquelles se lancèrent les hussards de
Pichegru, le 20 janvier 1795, pour aller prendre d'assaut la flotte
hollandaise, n'étaient pas plus épaisses. Lorsque, en 1657, Charles X,
roi de Suède, fit traverser la Baltique sur la glace à toute son armée;
lorsque, en 1458, une armée de quarante mille hommes campa sur le
Danube, les glaces n'avaient pas non plus une solidité plus grande.

Aussi le jeudi, jour de Noël, la Seine était-elle couverte de patineurs:
dans la nuit, on y organisait une nombreuse promenade aux flambeaux.

[Illustration: Sur la Seine en décembre 1879.]

Pendant que la Seine était ainsi prise à Paris, les rues recouvertes
d'une couche glissante de neige durcie, les promenades et surtout les
transports de marchandises étaient devenus extrêmement difficiles. Aussi
le patinage et la course en traîneaux prenaient une extension
extraordinaire. Des commerçants avaient songé à faire leurs transports à
l'aide de traîneaux, et les gens riches adoptaient, pour leurs
promenades, ce mode de locomotion. Aux Champs-Élysées, on comptait un
traîneau pour cinq voitures. Nous avons vu qu'au surplus ce
divertissement n'était pas nouveau en France.

Dans l'Europe centrale, les grands lacs se prenaient presque tous. Ils
ne se gèlent presque jamais, et seulement après une longue suite de
jours extrêmement froids. Aussi leur congélation se produisit-elle
seulement au mois de janvier.

Le lac Trasimène, près de Pérouse, le lac de Zurich, celui de Zirknitz,
en Carniole, plusieurs grands lacs de la haute Autriche, purent être
traversés sur la glace à la fin de janvier. Le lac de Neuchâtel était
pris au commencement de février. Ce fait ne s'était pas produit depuis
1830: une gravure, aujourd'hui rare et très recherchée des amateurs,
avait consacré le souvenir de cet événement. Au commencement de janvier,
le lac de Genève était en partie couvert de glace, au moins sur les
bords. La résistance de la glace était telle en février sur le lac de
Constance, qu'on y installa, à Bregenz, une imprimerie. Là, on tira un
numéro unique de la _Gazette du lac de Constance_, contenant une
chronique sur le froid et l'historique des congélations du lac. A
l'occasion de ce rare événement, qui ne s'était pas produit depuis 1830,
on donna de grandes fêtes sur la glace, accompagnées de brillantes
courses en traîneau.



CHAPITRE III

LE DÉGEL ET LES DÉBÂCLES.


Cependant à Paris on songeait à la débâcle, et on tâchait d'en atténuer
les effets, si souvent désastreux. Nous avons vu qu'en 1768 Déparcieux
avait indiqué un moyen d'empêcher la prise de la Seine à Paris: en 1879,
pas plus que dans les grands hivers précédents, on n'avait songé à
essayer ce moyen; il fallait donc briser la glace pour que le courant se
trouvât libre au moment du dégel. En 1830, on avait tenté sans succès
d'employer la poudre pour faire partir les glaçons; on espérait obtenir
de meilleurs résultats avec la puissante substance explosible que nous
avons maintenant à notre disposition. Des cartouches renfermant 250, 300
et 400 grammes de dynamite étaient placées sous la glace et allumées
avec des mèches. Les débris, projetés à une grande hauteur, retombaient
dans l'eau et pouvaient être emportés par le courant. Chaque cartouche
pouvait disjoindre 150 mètres carrés de glace. On eut alors l'espérance
de rendre complètement libre le cours du fleuve dans la ville, et de
faciliter ainsi l'écoulement des glaçons lors du dégel. Ces efforts
n'ont pas été tout à fait vains, et peut-être ont-ils empêché des dégâts
plus grands que ceux que nous avons à enregistrer.

Le dégel arriva, en effet, assez vite et très brusquement. Le 28
décembre, la température s'éleva avec une rapidité inouïe de -15 degrés
à +3. En même temps, une épouvantable tempête remplaçait, sur une partie
de l'Europe, le calme absolu des jours précédents. D'après les
observations du docteur Robert Grant, de l'université de Glasgow, la
vitesse du vent était, dans cette ville, à sept heures du soir, de 115
kilomètres à l'heure. C'est à ce moment que, sous l'action de cet
ouragan terrible, se produisit l'épouvantable catastrophe du pont de la
Tay. Ce pont, entièrement métallique, qui reliait Dundee à Édimbourg,
avait plus de trois kilomètres de longueur: il avait été terminé
seulement en 1875, et ses constructeurs, fiers à juste titre de cette
oeuvre merveilleuse, avaient cru pouvoir affirmer que la tempête la plus
furieuse ne produirait pas la moitié de l'effort nécessaire pour
renverser les piles. Le plus terrible accident qu'ait à enregistrer
l'histoire des chemins de fer devait donner un triste démenti à cette
affirmation. Laissons la parole à M. Walker, directeur du chemin de fer
North British:

«D'après les rapports qui nous ont été faits sur le terrible malheur
survenu au pont de la Tay, il paraît que plusieurs des grosses traverses
du pont ont été précipitées dans la rivière, en même temps que le
dernier train venant d'Édimbourg, hier au soir, 28 décembre, vers sept
heures et demie. Il y avait, je déplore profondément d'avoir à le dire,
près de trois cents voyageurs dans le train, sans compter les employés
de la compagnie qui en faisaient le service.

»Les premières nouvelles de l'accident, transmises à Dundee, n'y
provoquèrent qu'un sentiment d'incrédulité, tant la catastrophe
paraissait effroyable: ce sentiment ne tarda pas à faire place à une
consternation profonde.

»Le train, qui était parti d'Édimbourg dimanche, à quatre heures quinze,
était composé de quatre wagons de troisième classe, un de deuxième et un
de première classe, un fourgon de bagages, et la machine; en tout huit
véhicules.

»Le train avait quitté Burntisland à l'heure réglementaire, et, à toutes
les stations du Fifeshire, la même régularité s'était maintenue en
prenant des voyageurs dans les principales gares. A celle de Saint-Fort,
le train avait juste cinq minutes de retard. Il fut signalé à partir de
là au garde-barrière de l'extrémité méridionale du pont, qui transmit le
signal à son collègue de l'extrémité nord, et de là à Dundee. En ce
moment, un vent des plus violents, véritable ouragan, faisait rage; et,
à peine une minute ou deux après la communication télégraphique d'une
extrémité du pont à l'autre, le pont s'écroula subitement. On crut
d'abord que le train avait pu rétrograder, et l'on essaya de s'en
assurer en se mettant en communication avec la rive du Fifeshire de la
Tay. Mais les employés de la Compagnie durent enfin se rendre à
l'évidence et reconnaître que le train avait été précipité dans la
rivière.

»Le vapeur qui, parti à onze heures du soir, eut toutes les peines du
monde à arriver sur le théâtre de la catastrophe, y parvint au moment où
la lune commençait à se cacher derrière d'épais nuages. Ceux qui le
montaient purent néanmoins s'assurer que, sur une longueur de mille
mètres, tout avait cédé. Il n'y restait pas même un simple bout de barre
de fer. C'était une grande ouverture béante, où quelques extrémités de
poutres passaient seules de chaque côté! Au milieu de l'obscurité, les
passagers du steamboat crurent distinguer des êtres humains sur l'une ou
l'autre des deux berges, mais c'était une illusion d'optique; la rivière
n'avait rien rendu, et ce que l'on avait pris pour des hommes, c'étaient
des bouts de câble restés fixés aux culées maçonnées du pont.

»On se perd en conjectures pour expliquer comment treize massives
traverses ont pu être enlevées si complètement qu'elles n'ont laissé
aucune trace. L'explication la plus plausible paraît être celle qui
attribue leur rupture à la pression latérale exercée par le vent, au
moment où le poids du train en exerçait une verticale et provoquait des
vibrations qui ont été contrariées par l'action opposée simultanée de
l'ouragan. Dans cet état de choses, quelque partie plus faible ayant
cédé, la lourde masse du train aura accéléré la rupture totale. Une
chose surprenante, c'est que le bruit d'une chute pareille n'ait pas été
entendu dans le village, probablement à cause de la violence du vent. En
somme, il n'est resté du pont que les fondations en pierre et une partie
des culées en maçonnerie encore garnies de bouts de montants en fer.»

Telle fut cette catastrophe sans exemple, dans laquelle trois cents
personnes ont trouvé la mort. Bien peu de cadavres ont pu être
retrouvés.

Cependant, à Paris et dans presque toute l'Europe, le dégel commençait.
La terre, fortement durcie par la gelée, était presque imperméable, et
l'eau provenant de la fonte des neiges glissait rapidement à sa surface
pour aller grossir les rivières. Les eaux de la Seine, montant
rapidement, déterminèrent bientôt la rupture bruyante des glaces. Le 2
janvier, la débâcle commença; le 3, elle atteignit sa plus grande
intensité. Le fleuve entier fut bientôt couvert de glaçons accumulés,
entassés pêle-mêle, descendant le courant avec une rapidité
vertigineuse. De nombreux débris étaient ainsi charriés: bateaux,
tonneaux, poutres, arbres, pans de murs, on voyait de tout sur cet
immense radeau de glace. Et tout cela frappait les piles des ponts avec
une telle force que le sol en tremblait.

Et cependant le fleuve monte toujours; malgré les plus grands efforts,
les ponts sont en grande partie obstrués, les quais submergés: on craint
un moment un immense désastre. Heureusement il devait nous être épargné.
Le pont des Invalides seul ne put résister au choc. Il était en
réparation depuis plusieurs mois, et l'on avait construit en avant une
passerelle de bois pour la circulation des piétons. Celte passerelle ne
tarde pas à être emportée, et ses débris, encombrant les arches,
déterminent la rupture du pont lui-même. Le 6, tout danger d'inondation
avait complètement disparu.

En somme, cette débâcle fut une des moins désastreuses de celles qui
eurent Paris pour théâtre. Elle se bornait à des dégâts matériels, dont
l'état estimatif a fixé la valeur, pour l'intérieur de Paris, à 3 500
000 francs. Dans les banlieues, les dégâts furent plus grands: à
Villeneuve, à Choisy-le-Roi, à Alfort-Ville, il y avait eu plus d'un
mètre d'eau dans les rues. Tout cela est beaucoup, mais bien peu à côté
de ce que l'on avait à craindre, bien peu à côté des désastres rapportés
par l'histoire.

Les glaces n'arrivèrent que lentement dans la basse Seine. Elles furent
d'abord arrêtées à Meulan par le pont de la ville. Elles s'y
accumulèrent en quantité si considérable qu'elles arrivèrent à la
hauteur des poteaux télégraphiques. Puis cette muraille immense finit
par céder, et le torrent, franchissant le pont, se précipita sur
l'écluse. Il n'y eut que des accidents de bateaux. Ce fut le dernier
incident de la débâcle de la Seine.

Malheureusement, tous les riverains des grands fleuves ne devaient pas
en être quittes à si bon marché, et diverses débâcles, surtout dans le
centre de l'Europe, furent bien autrement funestes.

En Hongrie, dès le 15 décembre, il y eut de grandes inondations, et les
glaces causèrent de grands dégâts.

Au commencement de janvier, la Moselle inonde la ville de Metz, et les
glaces font de grands ravages; le Rhin emporte en divers points les
remblais du chemin de fer. La Meuse présente à Liège un spectacle
terrible et grandiose: les glaçons, en se choquant les uns contre les
autres, produisent un bruit effrayant; une terrible inondation charrie
des épaves de toutes sortes. A Sarrebourg, la Sarre démolit les ponts,
brise les arbres, inonde la campagne, et emporte tout ce qui se trouve
sur son passage. Le Danube est plus furieux encore; il inonde
complètement l'île de Shutt, près de Presbourg, et ses glaces emportent
plusieurs ponts. Près de Cracovie, plus de vingt villages sont ensevelis
par le débordement de la Vistule.

[Illustration: La débâcle sur le Rhin.]

Enfin, en France, la Saône au-dessus de Lyon, et la Loire au-dessus de
Saumur, furent arrêtées par d'immenses amoncellements de glaces qui
donnèrent la plus grande inquiétude. La rencharge de Saumur, désormais
célèbre sous le nom de glacier de Saumur, s'étendait sur une longueur de
douze kilomètres et sur toute la largeur du fleuve, atteignant presque
un kilomètre en cet endroit. Elle occupa, passionna l'opinion publique
pendant six semaines. La presse en donna les descriptions et les dessins
les plus variés, et tint le public au courant de tous les travaux
entrepris pour conjurer le péril. L'attention était d'autant plus vive
que l'on répétait sur tous les tons que le phénomène était unique, qu'il
ne s'était jamais produit en aucun temps et en aucun lieu. Il ne sera
donc pas inutile de montrer qu'au contraire les encombrements de glaces
sont presque la règle générale des débâcles, et qu'il n'y a de
différences que dans la plus ou moins grande importance de
l'amoncellement et dans la durée du glacier formé.

Dans les hivers rigoureux et longs, la glace atteint dans les fleuves
une épaisseur considérable. Au moment de la débâcle, la rupture ne se
produit que difficilement, et les glaçons charriés ont une grande
surface, par suite un poids énorme, une force d'entraînement
prodigieuse.

Il suffit alors qu'un obstacle, pont, île, bas-fond, se présente, pour
déterminer ce qu'on nomme une rencharge. Les premiers glaçons sont
arrêtés; ceux qui suivent choquent violemment les premiers, se dressent
les uns sur les autres, et forment une solide barrière qui augmente de
volume à chaque instant. Si l'obstacle est un pont, il ne tarde pas à
être emporté, et la débâcle reprend sa marche; mais si l'embâcle est
causée par une île, un bas-fond, qui ne peuvent céder, la barricade
prend des dimensions importantes: toutes les glaces d'amont se
réunissent au même endroit, se soudent les unes aux autres, et forment
un tout solide, dont le volume se chiffre par millions de mètres cubes.

Les eaux, arrêtées dans leur cours, s'élèvent à une hauteur anormale. Il
se produit de part et d'autre du glacier une différence de niveau de
plusieurs mètres; les campagnes voisines sont inondées, dévastées, et
souvent le fleuve se creuse, dans les vallées latérales, un lit nouveau
qu'il conservera peut être définitivement si les travaux de l'homme ne
viennent le déposséder de sa conquête. Suivant l'importance du fleuve,
l'épaisseur des glaces, la hauteur des eaux et la durée du dégel, le
glacier sera plus ou moins considérable, l'inondation plus ou moins
dévastatrice, la débâcle définitive plus ou moins tardive, plus ou moins
désastreuse, mais au fond le phénomène sera toujours le même.

Et qu'on ne vienne pas dire que ce sont là de pures spéculations;
l'histoire nous montre à chaque instant ces amoncellements de glaces et
leurs tristes conséquences. Nous en avons cité un certain nombre,
notamment pour les années 1216, 1364, 1789, 1830. Ajoutons-en encore
deux ou trois.

En 1840, un engorgement du genre de celui dont nous nous occupons a eu
lieu dans la Vistule, à deux kilomètres environ au-dessus de la ville de
Dantzig. La rivière, arrêtée par les glaces empilées, s'ouvrit un
nouveau cours sur la rive droite. En quelques jours elle se creusa, à
travers des collines sablonneuses de douze à dix-huit mètres de haut, un
lit profond et large de plusieurs lieues de longueur.

En 1876, le 3 mars, le Danube, arrêté par des glaces qui s'élevaient à
une hauteur prodigieuse, causa de terribles inondations et d'immenses
dégâts.

Mais notre étonnement redouble quand nous considérons les faits mêmes du
grand hiver de 1879. Juste au moment où tous les journaux de France
étaient pleins du glacier de Saumur et le déclaraient unique, il se
produisait au-dessus de Lyon un phénomène du même genre. Il subsistait
aussi longtemps que celui de Saumur, donnait aux ingénieurs les mêmes
inquiétudes, en un mot, lui ressemblait de tous points. L'accumulation
des glaces, énorme cependant, était seulement un peu moins considérable.

Occupons-nous de ce premier glacier, si dédaigné des chroniqueurs, à
cause sans doute de son éloignement de Paris, et nous verrons s'il était
en réalité bien différent de celui de Saumur. Nous emprunterons les
récits qui suivent aux journaux de Lyon, qui seuls s'entretenaient de ce
fait effrayant, dont le reste de la France semblait se désintéresser
absolument.

La débâcle de la Saône commença le 2 janvier: les glaces emportèrent
d'abord le pont de Taissey (Ain). A Lyon, le mouvement se produisit le
3. Aussitôt après la rupture de la couche de glace le fleuve charrie à
pleins bords. Mais il se forme bientôt, en face de l'île Barbe et du
pont Serin, un immense amoncellement. Le 5, ces glaces se mettent en
mouvement avec un fracas épouvantable, mais elles s'arrêtent de nouveau
à Vaise: là, l'embâcle se reforme avec plus d'intensité. En quelques
heures, tout l'espace compris entre Vaise et l'île Barbe est encombré;
les glaces, à l'île Barbe, atteignent le pied de la maison éclusière;
les glaçons, entassés les uns sur les autres, dépassent, en certains
endroits, les parapets des quais. L'aspect de la Saône est saisissant et
grandiose: c'est celui d'une véritable mer de glace, mais d'une mer
tourmentée, convulsée. Les glaçons, éclairés par un resplendissant
soleil, jettent mille lueurs; ceux de provenance du Doubs se
reconnaissent à leur couleur bleue très pure. Dans cet enchevêtrement de
glaçons immenses, on distingue les formes les plus fantastiques: des
pièces de bois, des carcasses de bateaux brisés, des arbres, des débris
de toutes provenances, rappellent au sentiment de la réalité; ces traces
des malheurs de la veille en font craindre de plus terribles pour le
lendemain.

Le 13 janvier, M. Pasquot, ingénieur chargé de la navigation, fait un
rapport sur le phénomène. Il dit que sur toute la largeur du fleuve, et
sur une longueur de plusieurs kilomètres, la Saône est un véritable
glacier. «La glace, ajoute-t-il, a de huit à dix mètres d'épaisseur, et
le volume total dépasse certainement cinq millions de mètres cubes. Ce
glacier descend jusqu'au fond du lit même de la Saône, et il barre si
complètement la rivière, que le niveau de l'eau en amont de cette digue
est arrivé à dépasser de 3m.17 le niveau de l'eau en aval. Si cette
barre, ajoute le rapport, est soulevée ou rompue brusquement par l'effet
du dégel ou d'une poussée venant de la débâcle du haut, la Saône peut
monter dans Lyon de deux mètres en quelques minutes.»

En présence d'un semblable péril, des ingénieurs sont envoyés qui se
mettent à l'ouvrage. On attaque, d'abord sans grand espoir, la banquise
avec la dynamite; dans l'axe on perce un chenal pour permettre
l'écoulement des eaux. Du reste, le niveau du fleuve baisse rapidement,
et bientôt la surface du glacier présente l'aspect d'une vallée
profonde, bordée de montagnes de sept à huit mètres de hauteur. Malgré
les doutes d'un grand nombre d'ingénieurs, on travaille avec ardeur; on
brûle jusqu'à deux mille kilogrammes de dynamite par jour, les
détonations se succèdent sans relâche. Grâce au beau temps, et aussi aux
efforts faits, le danger diminue tous les jours. C'est seulement le 15
février que toutes les glaces ont quitté la Saône.

La dynamite, jointe à un temps favorable, avait évité à Lyon, comme elle
évitait à Saumur, bien des dévastations. Le moyen que l'on avait employé
pour émietter le glacier était-il le meilleur? Beaucoup, et notamment
des ingénieurs, avaient proposé de scier les banquises. Ils rappelaient
que l'ingénieur Venetz avait sauvé, au commencement du siècle, la ville
de Viège, dans le Valais, en sciant une immense banquise de glace qui la
menaçait, et derrière laquelle se trouvait un lac qui aurait produit une
inondation formidable. Ils rappelaient que l'amiral Pâris avait, lui
aussi, utilisé le sciage d'une façon très heureuse, pour maintenir
libres ses navires emprisonnés par les glaces du grand lac Léman, du
Boug et du Dnieper. L'amiral Pâris, interrogé à ce sujet dans une séance
de l'Académie des sciences, avait déclaré que dans une rivière où l'on a
un courant pour enlever à mesure les glaçons, il devait y avoir grand
profit de temps et de travail à employer la scie. Et cependant la scie
n'a pas été employée: c'est que l'épaisseur de la glace était, à Lyon
comme à Saumur, de plusieurs mètres, et qu'il semblait impossible de
manoeuvrer des scies de dimension suffisante; c'est que, presque
partout, la glace touchait le fond de la rivière, et que, dans ce cas,
le sciage n'aurait produit absolument aucun résultat. Il n'y avait
aucune analogie à établir entre la couche de glace sciée par l'amiral
Pâris, et les amoncellements que l'on voulait dissiper sur la Saône et
sur la Loire.

D'autres ingénieurs proposaient en même temps à l'Académie des sciences
un nouveau procédé pour débiter rapidement les glaces de n'importe
quelle épaisseur. Ce procédé consiste à poser à la surface de la glace
un tube flexible en plomb, de petit calibre, et communiquant au moyen
d'un robinet à un générateur mobile de vapeur. Le tube, fondant la glace
à sa périphérie, s'enfoncerait à mesure, laissant une tranchée verticale
de faible largeur, pendant que l'eau de condensation s'échapperait par
l'extrémité opposée restée ouverte. Ce nouveau procédé ne fut pas
employé non plus. Il semble impossible, du reste, que les eaux provenant
de la fonte de la glace et de la condensation de la vapeur ne se
regèlent pas dans la tranchée même, au-dessus du tuyau, si le froid
extérieur est un peu vif.

Nous allons voir maintenant que le glacier de Saumur ne différait que
par des points de détail de celui qui existait au même moment à Lyon. Il
commence à la même époque, ne dure que quelques jours de plus, est
favorisé par les mêmes circonstances, attaqué par les mêmes moyens, et
se termine de la même manière, sans accident grave. Sa dimension était
peut-être double de la dimension du premier.

La débâcle de la haute Loire se signale d'abord par un désastre. Au
village de Némant, commune d'Avaine, les glaces, poussées par le
courant, coupent, sur une étendue de 300 mètres, le chemin qui longe le
fleuve. Il se forme là une première embâcle que l'on détruit par la
dynamite; la retenue des eaux avait été telle, qu'en moins de 30 minutes
la Loire était montée d'un mètre au pont de Saumur. Les glaces se
remettent en mouvement, et bientôt elles arrivent en masse à
Villebernier. Sous la poussée de l'eau la surface solide tout entière
s'ébranle; les glaçons, serrés les uns contre les autres, sont entraînés
par le courant; le fracas sinistre de la débâcle se fait entendre
jusqu'à Saumur, semblable à un roulement de tonnerre. Mais, au bout de
quelques heures, le transport des glaces cesse tout à coup; elles
s'arrêtent au-dessus de Saumur le 9, et s'accumulent en quantité
considérable. Entre Saumur et Montsoreau il s'établit une différence de
niveau de 2m.50. Dans le silence de la nuit on entend un bruit confus et
uniforme: c'est l'eau qui se heurte contre la banquise et fait chute par
derrière. C'est un spectacle grandiose et effrayant. Les glaces
s'accumulent de plus en plus, forment bientôt un immense bloc, tout
d'une pièce. De l'île Souzay à Montsoreau, sur une étendue de dix
kilomètres, tout est couvert; le courant est intercepté et se fraye un
passage du côté de Dampierre, dans une étroite vallée qu'il inonde.
L'île de Souzay est presque entièrement couverte par les glaces. Cette
île renferme sept fermes; elles sont bientôt séparées les unes des
autres par des courants rapides, et dans deux le pain fait défaut, les
fours étant submergés; de petits enfants ont souffert de ce manque de
nourriture. Grâce au travail des pontonniers, cette île est bientôt
complètement évacuée. Les hommes et les animaux sont ramenés à terre,
non sans de grandes difficultés.

[Illustration: Emploi de la dynamite aux glaces de la Saône.]

On conçoit les terreurs des riverains. D'une part, le glacier pouvait
céder à la violence du courant, se mettre en marche, emporter les ponts
de Saumur, s'arrêter de nouveau au-dessous de la ville et déterminer une
inondation qui aurait pu détruire des quartiers entiers. D'un autre
côté, la levée qui sépare la Loire de la vallée de l'Authion pouvait
être emportée par la violence du courant, et plusieurs milliers
d'hectares de terrain, un grand nombre de villages, auraient été
submergés.

Au bout de quelques jours, les craintes étaient momentanément calmées;
par suite de la baisse rapide des eaux, l'écoulement était devenu
facile. C'est alors que de nombreux visiteurs accoururent en foule pour
contempler ce spectacle à la fois grandiose et terrible. Les vastes
prairies abandonnées par la Loire présentaient un singulier spectacle.
Elles étaient pavées d'immenses dalles de glace d'une épaisseur de 40 à
50 centimètres. Tous les arbres, peupliers, bouleaux, saules, étaient
brisés, tordus, décapités; des ravines profondes avaient été creusées
par les eaux. Dans le fleuve, sur une longueur de douze kilomètres,
c'est véritablement une mer de glace, couverte de débris de toutes
sortes. Non seulement les glaçons sont dressés les uns contre les
autres, présentant des aspérités à pic, mais encore, au milieu de cette
plaine raboteuse, on voit s'élever des collines, se creuser des vallées;
en maints endroits le glacier repose directement sur le fond; des
sondages indiquent une épaisseur de dix mètres de glace. Partout la
surface de la banquise scintille sous l'action des rayons du soleil,
présentant les colorations les plus variées; on reconnaît à leur couleur
les glaces des différents affluents de la Loire.

Mais ce n'est là qu'un repos momentané. Bientôt le dégel reviendra; la
Loire, grossie pour la seconde fois, exigera un passage, et les plus
grands malheurs seront à craindre. Ce passage, il faut le créer à la
hâte: il faut tailler dans le vif de cet immense bloc. Des travaux
énormes sont entrepris: la dynamite fait rage, un chenal de grande
largeur est creusé pour livrer passage au courant et amener la
désagrégation lente de toute la masse. Tous les jours les ingénieurs
tiennent conseil; le ministre des travaux publics vient en personne se
rendre compte du péril et activer les travaux. Après la rive gauche,
c'est la rive droite qu'on attaque; la banquise, sapée de toutes parts,
disparaît peu à peu. Tandis que tout le monde désespère et proclame
l'inutilité des efforts, les ingénieurs poursuivent leur but avec
ardeur, et ils l'atteignent. Ils ont puissamment contribué à préserver
la ville de Saumur et surtout la vallée de l'Authion de bien des ruines.



CHAPITRE IV

LES HOMMES, LES ANIMAUX ET LES PLANTES PENDANT LE GRAND HIVER
(1879-1880).


Les souffrances furent grandes pendant ce terrible hiver; mais, si nous
les comparons à celles des grands hivers des siècles précédents, nous
pourrons juger des progrès de l'humanité dans la voie de la préservation
générale, du bien-être de tous. Il n'y eut pas maintenant, comme alors,
des milliers de personnes mourant de froid par les chemins. C'est que
des routes bien tracées et bien entretenues sillonnent aujourd'hui toute
la France, et qu'il est devenu presque impossible, dans la plupart de
nos départements, de s'égarer dans les neiges. C'est que les chemins de
fer ont remplacé les diligences pour les courses un peu lointaines: bien
clos, quelque peu chauffés, les wagons garantissent les voyageurs des
grandes intempéries; le peu de durée des voyages, la fréquence des
arrêts, sont des sauvegardes efficaces contre la congélation. Aussi,
quelle qu'ait été la rigueur du grand hiver de 1879-1880, les morts par
le froid ont été assez rares. Les journaux quotidiens en ont cité de
nombreux exemples; mais en les réunissant tous on n'arriverait qu'à un
total assez faible. Et ce total aurait les plus grandes chances d'être
trop élevé; les journaux d'aujourd'hui ont remplacé les chroniqueurs
d'autrefois: ils sont plus nombreux et mieux informés, mais ils sont
tout autant sujets à l'exagération et à l'erreur.

Citons quelques-uns des accidents qui sont survenus, en ne prenant que
ceux dont l'authenticité paraît attestée par de nombreux témoignages.
Celle liste sera loin d'être complète, mais elle nous montrera que les
accidents ont été rares, isolés, et n'ont, dans aucun cas, présenté le
caractère d'une calamité publique.

A la suite des grandes chutes de neige, qui furent surtout abondantes
au-dessus de Paris, plusieurs personnes dans les départements du Nord et
du Pas-de-Calais sont mortes de froid. D'autres, trouvées perdues dans
les neiges, n'ont été qu'à grand'peine sauvées de l'asphyxie; nombre de
bras et de jambes ont été cassés à la suite de chutes. A la même époque,
un facteur rural est trouvé mort dans la neige à Laval: la couche
atteignait cinquante centimètres d'épaisseur. Au commencement de
décembre, plusieurs personnes meurent de froid dans le département de
Saône-et-Loire. En Belgique, on trouve un soldat mort de froid près de
Bruxelles. Près de Charleroi, un homme, surpris par l'effroyable tempête
de neige et de verglas, s'égare et est enseveli: on le retrouve gelé.
Près de Tourny, dans l'Eure, un homme se perd dans les neiges avec sa
charrette attelée de quatre boeufs: le conducteur et les animaux
périssent.

Dans le courant du mois de décembre, deux jeunes filles de Valmy
(Pas-de-Calais) meurent ensevelies dans la neige. Dans la Somme, deux
personnes sont trouvées mortes de froid sur un chemin. A la Chapelle,
près de Belfort, on a trouvé, le 14 décembre, à quelques pas du village,
un pauvre homme qui était gelé. A Lyon, plusieurs pauvres gens sont
trouvés morts de froid chez eux: un soldat a le même sort à la salle de
police de la caserne de la Part-Dieu. En Bohême, dans la commune de
Katlowitch, quatorze enfants revenant de l'école, le 14 décembre, par un
froid de -20 degrés, sont arrêtés par la neige et périssent tous de
froid.

Mais, si peu succombèrent, tous eurent à souffrir. Pour lutter contre un
froid si intense, nos maisons sont mal construites, et avec les feux les
plus vifs, soutenus nuit et jour, bien des personnes ne pouvaient
arriver à obtenir une température supérieure à zéro degré. Tous les
moyens de chauffage étaient simultanément employés: gaz, bois, coke,
charbon, tout était utilisé, et la consommation était considérable.
Cette augmentation dans la consommation, jointe à la difficulté des
communications qu'amenait l'encombrement des neiges, ne tarda pas à
faire atteindre aux combustibles des prix fort élevés.

La nécessité de se chauffer constamment et par tous les moyens possibles
a augmenté très notablement, dans les grandes villes, le nombre des
incendies. Le nombre total des incendies à Paris, pour l'année 1879,
tant en feux de cheminée qu'en incendies véritables, a été de 2752; dans
ce nombre, le mois de décembre est entré à lui seul pour 581,
c'est-à-dire pour plus d'un cinquième. Les conduites d'eau, en partie
gelées, rendaient les secours très lents et très difficiles: aussi
a-t-on vu l'augmentation porter surtout sur les grands incendies, qu'on
n'avait pu arrêter à temps.

Le combustible n'avait pas seul augmenté de prix. La campagne était
couverte de neige, les routes impraticables, les maraîchers ne pouvaient
ni récolter, ni conduire leurs produits à destination; de plus, beaucoup
de provisions avaient été gelées jusque dans les caves. La cherté des
objets de première nécessité était devenue générale.

Aussi la misère était grande. Les plus pauvres, sans charbon et sans
bois, sans travail aussi, forcés d'engager, pour manger, leurs
couvertures et leurs vêtements, demandaient de prompts secours. La
charité publique a été à la hauteur des circonstances. Tous les moyens
de l'employer ont été trouvés bons: souscriptions publiques dans les
journaux, dons en espèces ou en nature à l'administration de
l'assistance publique, loteries de bienfaisance, fêtes magnifiques
organisées par la presse et par les théâtres, tout a été mis en oeuvre
pour procurer aux pauvres un peu de chaleur, des matelas, des
couvertures, du bois, pour donner du pain aux plus nécessiteux.

Des chauffoirs publics étaient ouverts dans un grand nombre de
quartiers. Des précautions étaient prises pour adoucir la situation des
gens qui sont obligés, par métier, de séjourner dans la rue; des
braseros y étaient entretenus par les soins et aux frais de la
municipalité, et chacun pouvait venir s'y réchauffer.

Jamais les sentiments fraternels qui unissent chez nous toutes les
classes de la société n'avaient été autant mis en lumière. Ce fut une
touchante et unanime manifestation, bien faite pour adoucir aujourd'hui
le souvenir des souffrances endurées. De ces souffrances, il reste
cependant autre chose que des souvenirs; il reste, hélas! des deuils
nombreux. La mortalité a été notablement accrue. Mais, grâce à
l'augmentation générale du bien-être, à une meilleure organisation de la
charité publique, à une application plus rationnelle des lois de
l'hygiène, cette augmentation de la mortalité n'a pas été bien
considérable.

Le tableau suivant nous donne la comparaison de la mortalité pendant
seize semaines, à partir du 1er novembre, pour les années 1878-1879 et
1879-1880: il est relatif à Paris, et porte sur une population d'à peu
près 2 000 000 d'habitants.

  PÉRIODES.                  1818-1879.   1870-1880.   RAPPORT.
  4 premières semaines
    de novembre              3601         3733         1.038
  4 semaines suivantes
    (novembre et décembre)   3756         4473         1.191
  4 semaines suivantes
    (décembre et janvier)    4062         5123         1.261
  4 semaines suivantes
    (janvier et février)     4157         5962         1.433

L'augmentation de la mortalité commence donc dès le mois de novembre,
mais elle est d'abord faible. Elle s'accentue pendant la période des
grands froids, pour devenir surtout considérable au moment où la chaleur
revient; à ce moment la mortalité est accrue dans le rapport de 1.000 à
1.433. A partir de là, le rapport diminue, l'influence de l'hiver se
fait moins sentir à mesure qu'il s'éloigne d'avantage. Nous ne voyons
rien là de comparable à cette mortalité de certains villages du Poitou
qui, au dire de Réaumur, perdirent, en 1740, la moitié de leurs
habitants des suites du froid.

Il semble, du reste, que nous soyons devenus moins sensibles aux basses
températures que ne l'étaient nos ancêtres. En 1709, le froid suspendit
à Paris les plaisirs et le commerce: des magasins furent fermés, l'Opéra
cessa de jouer, le Parlement de tenir ses séances; les membres de
l'Académie des sciences seuls continuèrent à se réunir. En 1879, par des
températures plus basses, malgré l'encombrement produit par les neiges,
Paris continua à vivre de sa vie normale. Dans le siècle de la vapeur et
de l'électricité, il faut autre chose que le mauvais temps pour arrêter
les rouages d'une ville aussi affairée que l'est Paris.

Les animaux aussi ont eu cruellement à souffrir. Les animaux
domestiques, souvent mieux nourris et mieux logés aujourd'hui que ne
l'étaient autrefois les hommes, ont été relativement peu éprouvés; ils
ont cependant souffert de la faim et du froid. Les fourrages d'hiver
étaient anéantis par des froids précoces ou ensevelis sous la neige: il
fallut rationner la nourriture; les étables mal closes n'étaient pas
inaccessibles au froid. Dans le Loiret, des animaux, principalement des
chevaux et des ânes, ont été trouvés morts de froid dans les étables;
ces derniers, d'ordinaire si rustiques, se sont montrés particulièrement
sensibles à l'abaissement de la température. Dans l'Aube, en décembre,
par une température de -27 degrés, les animaux dans les étables étaient
couverts de givre et tremblaient au point de refuser leur nourriture.
Dans beaucoup de poulaillers, les poules ont eu les pattes gelées;
beaucoup de ruches d'abeilles ont vu périr tous leurs habitants.

Quant aux animaux non domestiques, leur sort était encore plus
misérable. Sans nourriture et sans abri, peu préparés aux rigueurs d'un
semblable hiver, ils succombèrent par milliers. Dans l'Est et dans le
Nord, le gibier a été presque entièrement détruit. Les oiseaux, mourant
de faim, entraient dans les fermes et se laissaient prendre à la main;
dans tous les buissons on rencontrait des lièvres, des oiseaux morts ou
mourants. Beaucoup vivaient encore, mais avaient les pattes gelées.

Les loups, ne trouvant plus dans les forêts et sur les hauteurs de quoi
pourvoir à leur nourriture, descendirent dans la plaine en plein jour,
arrivant jusque dans les fermes, jusque dans les villes, s'attaquant aux
enfants, aux femmes, quelquefois même aux hommes, détruisant beaucoup de
bétail. Dans l'Aube, dans la Haute-Loire, dans l'Yonne, dans le Comtat,
à Belfort, on eut à lutter contre ces animaux rendus audacieux par la
faim qui les pressait.

Le sort des poissons n'était pas moins misérable. Nombre d'étangs peu
profond furent gelés jusqu'au fond; dans les autres, les poissons
enfermés sans air dans une masse d'eau trop faible périrent asphyxiés.
Dans le département de la Loire, le préfet rendit une ordonnance par
laquelle les propriétaires des étangs devaient retirer de l'eau les
poissons morts et les enfouir, avec de la chaux vive, dans des fosses
profondes. D'autres habitants des rivières devaient être victimes d'un
accident d'un genre plus nouveau: les détonations produites dans la
Saône et dans la Loire par les cartouches de dynamite faisaient périr
tous les poissons qui se trouvaient sous la glace; ils étaient entraînés
en grande quantité par le courant, et des pêcheurs improvisés en
faisaient leur profit.

A côté des poissons, de nombreuses huîtres furent gelées; à Arcachon,
dans la Seudre, à la Tremblade, on en perdit plusieurs millions.

Les animaux inférieurs, presque tous nuisibles, résistèrent au contraire
parfaitement bien. M. Lichtenstein a montré que le phylloxéra n'avait
pas éprouvé le moindre malaise d'une température de -11 degrés. Il s'est
assuré que les pucerons du pêcher, du fusain, du chou, de
l'épine-vinette, ont supporté vaillamment les rigueurs des frimas. Ces
bestioles, fixées, comme on sait, aux parties aériennes des plantes
qu'elles exploitent, se sont complètement engourdies; mais, transportées
dans le laboratoire, elles se sont bientôt mises à pondre, comme si de
rien n'avait été.

Si les insectes nuisibles ont été épargnés, il n'en a pas été,
malheureusement, de même des végétaux. Nous avons déjà eu l'occasion de
dire que la principale calamité des grands hivers résulte des désastres
produits sur la végétation. Ce sont eux qui ont causé, pendant tout le
moyen âge, et même au dix-huitième siècle, les plus épouvantables
famines.

Heureusement le mal n'a pas été aussi grand en 1879 qu'auraient pu le
faire craindre les températures sibériennes du mois de décembre.
L'action préservatrice de la neige ne s'est jamais exercée avec une plus
satisfaisante efficacité. Dans les régions mêmes où les froids avaient
été le plus vifs, les récoltes en terre présentaient au printemps un
splendide aspect; les températures de -2 degrés et -3 degrés auxquelles
les blés avaient été soumis à travers la neige ne leur avaient fait
aucun mal. Les vignes et les arbres ne pouvaient pas être préservés par
le même moyen, ils ont beaucoup souffert. Les uns ont été fendus
brusquement par la gelée, les autres tués par la pénétration lente du
froid.

A Lyon, les platanes plantés sur les quais ont été en grand nombre
gelés. Certains ont été fendus en deux dans le sens de la longueur, et,
au moment de la rupture, on a entendu une forte détonation. A peu de
distance de Paris, par un froid de -28 degrés, des chênes de cent
cinquante ans ont été fendus de part en part; certaines fentes
présentaient une largeur de plus de dix centimètres. Le tronc de l'un
des marronniers qui ornent la place Timothée-Halley, à Lillebonne
(Seine-Inférieure), a été fendu de part en part et dans toute la
hauteur, quoiqu'il ne mesure pas moins de 1m.45 de circonférence.
Presque partout des faits analogues se sont produits, et en grand
nombre.

Dès le mois de janvier, chacun a voulu se rendre compte des dégâts, et
la panique a été grande. De tous les points de la France, de la Seine,
de la Champagne, de la Bourgogne, du Berry, de Belgique, de Hollande,
d'Espagne même et de Grèce, arrivaient les plus tristes nouvelles. Tout
était perdu, les récoltes, les vignes, les arbres fruitiers, les
essences forestières les plus résistantes, rien n'avait résisté. Mais on
ne tarda pas à reconnaître que le mal, encore bien grand, était moindre
cependant qu'on ne l'avait pensé. Du reste, à l'heure actuelle, en avril
1880, il est encore impossible de se rendre un compte exact des pertes
éprouvées: bien des arbres fleurissent, poussent des feuilles, qui sont
cependant mortellement atteints, et qui succomberont en été au coup dont
l'hiver les a frappés; on ne peut pas juger de la récolte future des
fruits par l'abondance actuelle des fleurs.

[Illustration: Effets de la glace sur les essences forestières les plus
résistantes. (1879-1880.)]

Le récit suivant, de M. le marquis de Cherville, montre, au début,
l'exagération qui suivit la grande période des froids; sa fin fait
naître des espérances qui devaient en grande partie se réaliser; elle
fait espérer une résurrection qui s'est, en effet, produite pour
beaucoup d'arbres.

«Comme nous l'avions prévu, dit-il, les effets des gelées furieuses du
mois de décembre ont été désastreux pour les végétaux tant utiles que
d'agrément. Il est facile de découvrir ce qui a été atteint par le gel;
c'est ce qui a été épargné qui se rencontre avec le plus de difficulté:
les noyers, les châtaigniers des forêts, les jeunes ormes et érables des
pépinières, sont atteints comme les conifères exotiques, comme les
arbrisseaux à feuillage persistant; les rosiers à tige, c'est-à-dire
greffés sur églantier, ont été presque universellement détruits; seuls
les rosiers francs de pied, protégés par la neige, ont été épargnés;
c'est ainsi qu'on voit survivre de délicats bengales aux hybrides les
plus robustes. C'est en ce qui concerne les arbres fruitiers que les
pertes prennent des proportions vraiment graves. Ils ont été frappés par
le gel, aussi bien dans les jardins que dans la campagne; poiriers,
cerisiers, abricotiers, pêchers, ont au moins du plomb dans l'aile; nous
avons vu des poiriers gros comme la cuisse d'un homme, dont le coeur
était aussi sec que si l'arbre était mort depuis un an.

»Contre l'opinion générale, c'est bien moins à l'intensité du froid qu'à
sa précocité qu'il faut attribuer le phénomène. L'année ayant été
exceptionnellement tardive, la sève n'avait pas complété son mouvement
de retraite lorsque la gelée est survenue: beaucoup d'arbres avaient
encore des feuilles. De gros poiriers, transplantés avant la baisse du
thermomètre, n'ont nullement souffert au milieu d'autres qui sont
perdus, uniquement parce qu'en les déplantant on avait précipité le
retour de la sève dans les racines. Le mouvement de cette sève aura-t-il
la puissance de ramener la vitalité de ces précieux végétaux? Cela nous
paraît probable, au moins pour quelques-uns: aussi engageons-nous les
intéressés à ne point condamner hâtivement tel ou tel arbre qui leur
semble sec, et à attendre le mois de juin avant de désespérer de sa
résurrection. Ils auront tout à y gagner, rien à y perdre.»

Nous avons donc à enregistrer beaucoup de pertes, mais aussi beaucoup de
résurrections. Dans plusieurs régions, notamment en Champagne et en
Bourgogne, les vignes ont été fortement éprouvées: généralement les
racines ne sont pas mortes, mais un tiers au moins des pieds ne
porteront pas de fruits de deux ans. Le phylloxéra continuant à éprouver
le Midi, tandis que la gelée a fortement attaqué le Nord, nous devons
nous attendre à avoir, en 1880, une récolte de vin peut-être plus mince
encore que les si tristes récoltes des années précédentes. Dans la
Sologne, d'immenses plantations de sapins et de pins ont été
littéralement grillées, tous les bourgeons sont devenus noirs, et les
sommets des branches entièrement roux. On est obligé de tout abattre.
Plusieurs propriétaires sont complètement ruinés.

Dans le Midi, beaucoup d'oliviers et de figuiers sont morts jusqu'à la
racine.

Quant aux plantes exotiques, les stations voisines de la mer, les plus
favorisées, ont pu seules en conserver. Au Jardin des plantes de Paris,
le spectacle est navrant: presque tout sera à remplacer.

La perte est donc immense, et peut-être l'horticulture n'a-t-elle jamais
subi, en France, des désastres comparables à ceux que lui a infligés le
mois de décembre 1879.

Mais nous n'avons pas à craindre la famine, la récolte des blés étant
sauvée. Du reste, les famines sont passées pour ne plus revenir. Depuis
1709, la civilisation a marché à grands pas, renversant les barrières et
rapprochant les peuples: ce que les uns ne récoltent pas, d'autres le
fournissent, et les denrées, toujours en quantités suffisantes,
demeurent à la portée de tous. Aux réquisitions du dix-huitième siècle
ont succédé les approvisionnements venus des pays voisins. La machine à
vapeur a tué la famine; la civilisation a chassé la misère. Nous ne
saurions mieux montrer son rôle qu'en reproduisant les lignes éloquentes
écrites par M. Hirsch, dans sa préface de l'_Histoire de la machine à
vapeur_, de Thurston;

«Tandis que les partis montent au pouvoir et en descendent, que les
gouvernements se liguent ou se séparent, que les traités se font ou se
défont, que les armées battent ou sont battues, l'humanité reste
immobile et ne tire pas le moindre profit de ce jeu d'escarpolette; et
de tout ce mouvement stérile, ce qui ressort de plus clair, ce sont de
grandes dépenses d'argent et de forces vives matérielles ou
intellectuelles; ce sont les guerres, dont notre siècle a donné de si
nombreux et si épouvantables exemples; c'est le sang qui coule à
torrents; ce sont les larmes, les ruines, la famine et le typhus.

»Au milieu de cette agitation violente et funeste, quelques
travailleurs, retirés au fond de leur cabinet, s'attachent opiniâtres à
leur modeste besogne de fourmi; ils alignent, jour par jour, les
chiffres et les formules; s'acharnent après un boulon ou un clapet;
tracent des épures, les effacent, les recommencent, remettent vingt fois
l'ouvrage sur le métier, s'obstinent en dépit des déboires, et souvent,
hélas! se ruinent et meurent à la peine. Sous l'effort continu de leur
labeur ingrat, le progrès se fait lentement, mais sans relâche; le
bien-être se répand petit à petit et gagne les couches les plus
profondes de la société; la terre livre un à un ses trésors; les
produits s'échangent d'un climat à l'autre; les haines de province à
province et de peuple à peuple s'émoussent; la famine disparaît, et la
misère est vaincue.»



LIVRE V

LES GRANDS FROIDS ET LES CLIMATS



CHAPITRE PREMIER

LES CAUSES DU FROID.


Il nous reste à expliquer les différences énormes de température que
l'on observe quand on va de l'équateur au pôle, ou qui se produisent, en
un lieu déterminé, d'une saison à l'autre. Trois causes, que nous
examinerons successivement, tendent à faire varier constamment la
température de la surface de la terre.

Et d'abord, la terre possède, sous la croûte solide que nous
connaissons, une immense masse fluide ou plutôt peut-être d'énormes amas
d'une matière liquéfiée, disséminés en diverses régions, et séparés les
uns des autres par des parties solides. Quelles que soient la
disposition, la grandeur et la température de ce feu central, il tend
constamment à réchauffer la surface de la terre, de même que l'eau
chaude que l'on verse dans un vase de porcelaine en échauffe
l'extérieur. Mais pour la terre l'épaisseur de la croûte est
considérable; les substances qui la constituent sont fort peu
conductrices, et par suite la chaleur qui arrive à la traverser est bien
petite: elle se perd au fur et à mesure par rayonnement. Le calcul
mathématique a permis de démontrer que le feu central élève à peine la
température de la surface de 1/36e de degré. Nous n'avons donc pas à
tenir compte de cette première cause, dont l'influence est absolument
négligeable; si la terre venait subitement à être refroidie jusqu'à son
centre, il n'en résulterait, pour la surface extérieure, aucun
refroidissement sensible. Toutes les variations sont dues à la lutte
constante qui se produit entre l'action du soleil, qui nous échauffe, et
l'action du rayonnement extérieur, qui nous refroidit.

Un corps chaud, comme un boulet de canon rougi au feu, envoie autour de
lui, quand on le sort du foyer, une quantité considérable de chaleur. Il
se refroidit peu à peu jusqu'à ce que sa température soit devenue égale
à celle de l'air qui l'environne. L'intensité de ce rayonnement dépend
de la grosseur du boulet, de sa température primitive, et aussi de
l'état physique de sa surface. Si la surface est formée d'un métal poli,
le rayonnement sera faible, le refroidissement sera lent; on dit que le
métal poli a un faible pouvoir émissif. Si la surface est formée d'une
substance mate et dépolie, de noir de fumée ou de blanc de plomb, le
rayonnement sera intense, le refroidissement bien plus rapide.

Enfin, la vitesse du refroidissement dépend de la substance même qui
constitue la boule chaude. Que cette substance conduise bien la chaleur,
à la manière des métaux, le rayonnement sera intense; à mesure que la
surface extérieure sera refroidie, la chaleur viendra du centre pour
compenser la perte et se répandre à son tour dans l'espace. Si, de plus,
la boule métallique est recouverte d'une couche ayant un grand pouvoir
rayonnant, noir de fumée ou blanc de plomb, elle sera bientôt, dans
toute sa masse, à la température de l'air; elle cessera de rayonner de
la chaleur sensible au thermomètre. Mais si notre enduit de noir de
fumée recouvrait une sphère chaude formée d'une substance peu
conductrice, de bois par exemple, il en serait tout autrement. Au début,
le rayonnement serait rapide; mais, la chaleur se transportant mal à
travers le bois, la surface se refroidirait presque seule, le centre
restant chaud. Il y aurait bientôt, de l'extérieur à l'intérieur, une
différence de température considérable; le refroidissement total serait
très lent à se produire.

C'est ce qui arrive pour la terre. Abandonnée dans l'espace, elle
rayonne de la chaleur constamment autour d'elle, et l'extérieur se
refroidit considérablement par rapport à l'intérieur qui reste chaud. Si
aucune cause de réchauffement ne venait compenser l'action du
rayonnement, la surface de la terre serait bientôt en tous ses points à
la température des espaces planétaires, tandis que son centre resterait
sensiblement comme il est aujourd'hui. Le froid des espaces planétaires
n'est pas exactement connu, et il ne saurait l'être par une expérience
directe, puisqu'il nous est impossible de pénétrer dans ces régions
vides d'air; mais ce froid est extrême. Fourier l'évalue à -70 degrés,
M. Pouillet à -140 degrés. Le second nombre est bien certainement plus
près de la réalité que le premier. Le rayonnement de la surface de la
terre joue un rôle énorme dans la physique du globe; c'est grâce à lui
que se forment la rosée, la gelée blanche; c'est aussi lui qui est la
cause des ravages produits par les gelées tardives du printemps.

Toute cause capable de diminuer le rayonnement arrêtera ou diminuera la
formation de la rosée, de la gelée blanche, diminuera les chances des
gelées tardives. Les nuages, par exemple, placés entre la terre et le
ciel, arrêtent la chaleur rayonnée par le sol, la conservent dans le
voisinage de la terre, et empêchent l'abaissement de la température
d'être aussi rapide. Par un temps couvert, il ne se forme pas de rosée,
il n'y a pas de gelées tardives. Les nuits les plus sereines sont
toujours les plus froides. De là la pratique souvent employée par les
horticulteurs et les viticulteurs pour préserver leurs plantes du gel au
printemps. Les premiers les recouvrent de paillassons, qui constituent
un manteau suffisant contre le rayonnement. Les seconds, pendant les
matinées de mai où la gelée est à craindre, font brûler de la paille
humide et des substances goudronneuses dans leurs vignes, et les
recouvrent ainsi d'un nuage artificiel de fumée. Ce moyen, du reste,
n'est pas nouveau, et M. Daguin rapporte que, d'après Garcilasso de
Vega, les Péruviens, quand ils voyaient le temps très clair, brûlaient
du fumier pour dégager une épaisse fumée et former un nuage artificiel
qui préservait d'un froid trop vif les pousses des jeunes plantes.

Dans les pays chauds, où le temps est le plus souvent clair, le
rayonnement nocturne suffit pour déterminer la formation de la glace,
quoique la température de l'air reste bien supérieure à zéro degré. Au
Bengale, il existe des fabriques de glace artificielle qui occupent
plusieurs centaines d'ouvriers. «On creuse des fossés, dit M. Tyndall,
que l'on remplit en partie de paille, et sur la paille on expose au ciel
pur des bassins plats contenant de l'eau que l'on a fait bouillir. L'eau
a un grand pouvoir de radiation; elle envoie en abondance sa chaleur
dans l'espace, et la chaleur ainsi perdue ne peut pas être remplacée par
la chaleur de la terre, que la paille non conductrice arrête au passage.
Le soleil n'est pas levé que déjà la glace s'est formée dans chaque
vase.» Même sous le ciel brumeux de l'Angleterre, Wells, qui le premier
a compris les effets du rayonnement nocturne, est parvenu à faire en été
de la glace par le même moyen; mais il fallait une nuit exceptionnelle.
On a tenté à Saint-Ouen, près de Paris, de fabriquer industriellement de
la glace de la même manière, mais on a dû y renoncer; les nuits assez
sereines sont trop rares dans nos climats.

Il ne suffit pas, pour que le rayonnement nocturne soit très intense,
que le ciel soit sans nuages; il faut, de plus, que l'air soit sec,
privé autant que possible de vapeur d'eau à l'état invisible. Cela
résulte clairement de la remarque suivante de sir Robert Barker: «Les
nuits les plus favorables à la production de la glace sont celles qui
sont les plus claires, les plus sereines, et pendant lesquelles il
apparaît très peu de rosée après minuit.» Et pour que, par une nuit très
claire, il ne se forme pas de rosée, il faut que l'air soit
remarquablement sec.

C'est qu'en effet l'eau à l'état liquide, telle qu'elle se trouve dans
les nuages, n'a pas seule la propriété d'empêcher le rayonnement
nocturne. M. Tyndall a montré que l'eau en vapeur transparente, toujours
répandue dans l'air en assez grande quantité, jouit de la même
propriété. Comme l'eau des nuages, elle arrête une partie des rayons du
soleil pendant le jour; comme l'eau des nuages, elle conserve une partie
de la chaleur de la terre pendant la nuit. La vapeur d'eau absorbe la
chaleur en grande quantité, qu'elle vienne du soleil ou de la terre,
tandis que l'air sec la laisse passer entièrement sans l'absorber. Elle
joue dans l'atmosphère le rôle d'un manteau qui vous préserve à la fois
du chaud et du froid, et ce n'est pas là le moindre de ses bienfaits;
sans elle, nos jours d'été seraient beaucoup plus chauds et nos nuits
bien plus froides. Elle nous rend ainsi les plus grands services, et
nous serions mal inspirés si nous lui appliquions le mot de la fable:

    Arrière ceux dont la bouche
    Souffle le chaud et le froid.

«La vapeur aqueuse, dit M. Tyndall, est une couverture plus nécessaire à
la vie végétale de l'Angleterre que les vêtements ne le sont à l'homme.
Otez pendant une seule nuit la vapeur aqueuse contenue dans l'air qui
environne notre pays, et vous détruirez certainement toutes les plantes
qui peuvent être détruites par la gelée. La chaleur de nos champs et de
nos jardins se répandra sans retour dans l'espace, et lorsque le soleil
viendra à paraître sur notre île, il la trouvera en proie à un froid
rigoureux. La vapeur aqueuse est une écluse locale qui emmagasine la
température de la surface de la terre.»

Dans les pays où la sécheresse est grande, il y a souvent entre la
température du jour et celle de la nuit une énorme différence. Le
docteur Livingstone, dans le sud de l'Afrique centrale, observait sous
sa tente, au milieu du jour, une température de +35 degrés, et le matin
une température de +5 degrés seulement. A l'air libre, la différence
aurait été certainement beaucoup plus grande. Dans cet été africain, si
brûlant, les habitants de Balonde font du feu jusqu'à 9 heures du matin.
Quand Livingstone arriva sur les bords de la rivière de Zambesi, là où
l'atmosphère est humide, il vit aussitôt le climat changer totalement;
les nuits étaient, là, presque aussi chaudes que les jours. Dans le
centre de l'Australie, la température varie quelquefois, du matin au
soir, depuis -12 degrés jusqu'à +20 degrés.

Dans l'Europe centrale, il se produit des faits analogues, dus à la
sécheresse de l'air. Les paysans hongrois, quand ils ont une nuit à
passer dehors, ont soin, même en été, de se munir de bons vêtements
contre le froid.

[Illustration]

Nous connaissons maintenant la cause du refroidissement du sol; voyons
comment le soleil lutte contre ce refroidissement. Le soleil envoie
constamment sur la terre de la chaleur et de la lumière. M. Pouillet a
montré que la quantité de chaleur qui nous arrive ainsi serait
suffisante, si elle était répartie uniformément sur le globe, pour
fondre en un an une couche de glace qui le recouvrirait complètement, et
qui aurait 30 mètres d'épaisseur. Mais cette chaleur n'est pas répandue
uniformément, et, de plus, elle n'arrive pas toute jusqu'au sol.

Voyons ce qui se produit en deux points aussi éloignés l'un de l'autre
que possible, à l'équateur et au pôle. Les rayons solaires arrivent sur
l'équateur dans une direction normale à celle du sol; mais à mesure que
la région considérée s'éloigne de l'équateur, elle reçoit des rayons de
plus en plus obliques, et par conséquent de moins en moins nombreux pour
une étendue donnée. De plus, grâce à cette obliquité, la chaleur du
soleil est réfléchie en bien plus grande quantité vers les pôles que
dans le voisinage de l'équateur, et par là l'intensité de l'action du
soleil est encore diminuée. Enfin la figure montre que les rayons
solaires doivent, pour arriver au pôle, traverser une épaisseur
d'atmosphère bien plus considérable que pour arriver à l'équateur. Or,
nous avons vu que l'air, grâce surtout à la vapeur d'eau qu'il contient,
arrête une très notable proportion de la chaleur du soleil; les rayons
qui arrivent au pôle seront donc moins chauds que ceux qui parviennent à
l'équateur. Le froid du pôle se trouve ainsi expliqué.

Des considérations différentes nous permettront de nous rendre compte de
la différence considérable de température que l'on observe à la base et
au sommet des montagnes élevées. L'air humide absorbe sans doute la
chaleur du soleil, mais en faible proportion; l'action qu'il produit
n'est sensible qu'à cause de la formidable épaisseur d'air qui nous
entoure; mais chaque portion ne s'échauffe pour ainsi dire pas par suite
de cette faible absorption. C'est le sol qui s'échauffe et qui, par
contact direct, échauffe l'air. L'air chaud, devenant plus léger,
s'élève pour être remplacé au niveau du sol par de l'air froid qui vient
se chauffer à son tour. Il en résulte, dans le voisinage immédiat de la
terre, un mouvement continuel de convection qui est bien visible
au-dessus des prairies et surtout des sables directement chauffés par le
soleil.

Mais cet air chaud qui monte se refroidit peu à peu par rayonnement et
par le fait même de sa dilatation: aussi, à mesure qu'on s'éloigne du
niveau de la mer, il a une température de moins en moins élevée. C'est
ce qui explique pourquoi, au sommet des montagnes, par un soleil plus
chaud que celui des plaines, on a une atmosphère glacée.

Enfin, dans un lieu déterminé, la succession périodique des saisons
s'expliquera par des considérations analogues. Si le mouvement apparent
du soleil se produisait dans le plan même de l'équateur, les jours par
toute la terre seraient constamment égaux aux nuits, la température
serait sensiblement la même pendant toute la durée de l'année. Mais, à
cause de l'obliquité du plan de l'écliptique, cette égalité n'a lieu que
pour les points situés sur l'équateur. A mesure que l'on s'éloigne de
l'équateur pour s'approcher des pôles, l'inégalité des jours et des
nuits devient de plus en plus grande. En été, c'est-à-dire à l'époque où
les jours sont plus grands que les nuits, la quantité de chaleur est
beaucoup plus considérable qu'en hiver, où les jours sont plus petits
que les nuits. A partir de la latitude de 66 degrés et demi, il y a en
chaque point une nuit de plus de 24 heures en hiver, un jour de plus de
24 heures en été. Au pôle même on n'a qu'un seul jour et qu'une seule
nuit, chacun de six mois.

Pendant cette longue nuit des régions polaires, le rayonnement terrestre
agit seul, sans compensation, et la température s'abaisse
considérablement. Les heures ne se distinguent plus les unes des autres
par l'éclat du ciel ni par son obscurité, ni non plus par des
différences de température. Tandis que chez nous les heures du jour sont
en moyenne beaucoup plus chaudes que celles de la nuit, dans ces régions
sans soleil les perturbations atmosphériques font seules varier la
température.

A Bossekop, par 70 degrés de latitude, MM. Bravais et Martins ont
régulièrement observé la température pendant toute la durée d'une longue
nuit de presque trois mois. Les moyennes de température qu'ils ont
obtenues ont été sensiblement les mêmes pour toutes les heures.

  Midi           -9°.12
  2 heures        -9.05
  4   --          -9.28
  6   --          -9.31
  8   --          -9.22
  10  --          -9.07
  Minuit         -9°.09
  2 heures        -9.25
  4   --          -9.21
  6   --          -9.22
  8   --          -9.09
  10  --          -8.94

Mais quand arrive le soleil, et qu'il reste pendant plusieurs mois
au-dessus de l'horizon, malgré la grande obliquité de ses rayons, l'air
s'échauffe et la température devient parfois très élevée. De là une
énorme différence entre la température moyenne de l'hiver et celle de
l'été. En maints endroits de la Sibérie, à des hivers où le mercure se
congèle naturellement, succèdent des étés qui en six semaines font mûrir
d'abondantes récoltes, et pendant lesquels les habitants peuvent aller
nus. Tandis qu'à Paris la différence entre la température moyenne de
l'été et celle de l'hiver n'atteint pas 15 degrés, elle est de 27 degrés
à Saint-Pétersbourg.



CHAPITRE II

LES DIVERS CLIMATS.


Les différences de distribution de la chaleur à la surface du globe ont
permis de diviser la terre en grandes régions de plus en plus froides à
mesure qu'on s'approche davantage du pôle. La zone torride, située de
part et d'autre de l'équateur, est caractérisée par l'absence presque
complète d'hiver; elle s'arrête aux tropiques. Les zones tempérées, dans
chacun des deux hémisphères, sont comprises entre les tropiques et les
cercles polaires; l'Europe entière se trouve dans la zone tempérée
boréale. Enfin, les zones glaciales s'étendent depuis les cercles
polaires jusqu'aux pôles.

Les limites des zones sont donc uniquement déterminées par le mouvement
du soleil par rapport à la terre; mais il ne faudrait pas croire que la
distribution de la chaleur à la surface du globe soit aussi régulière
que ces subdivisions semblent l'indiquer. La température d'un lieu
dépend d'une foule de circonstances que l'on peut diviser, comme l'a
fait de Humboldt, en causes générales et causes particulières. Ces
causes sont tellement multiples qu'il est impossible de tenir compte de
leur influence respective et de déterminer _à priori_ quel doit être le
climat d'une région au point de vue de la température.

Les causes particulières sont: l'inégalité des terrains, la direction
des chaînes de montagnes, la forme et la masse des terres, les
variations barométriques; toutes ces causes déterminent ou modifient la
direction des vents, que M. Martins a appelés avec tant de raison les
grands arbitres des changements atmosphériques. Il faut ajouter encore
l'état de la surface terrestre, selon qu'elle est dénudée ou couverte de
végétation, les changements résultant de la culture, la quantité de
neige qui couvre les terres en hiver.

Les causes générales sont: la latitude et l'altitude, dont nous avons
parlé, et la position relative, à latitude égale, des continents et des
mers. C'est de cette troisième cause générale que nous devons dire
quelques mots.

Lorsque le soleil darde ses rayons sur l'eau de la mer, elle s'échauffe
fort lentement; il est facile d'en comprendre la raison. D'abord,
l'atmosphère qui se trouve au-dessus de l'Océan renferme une grande
quantité de vapeur d'eau qui arrête une notable proportion de la
chaleur. De plus, l'eau a besoin, pour s'échauffer, d'une quantité
considérable de chaleur: un kilogramme d'eau s'échauffera beaucoup moins
rapidement qu'un kilogramme de bois ou de terre soumis au rayonnement du
même foyer de chaleur; on exprime ce fait en disant que l'eau a une
grande chaleur spécifique. La surface de la mer, en la supposant
immobile, s'échauffera donc beaucoup moins vite que la surface du sol.
Mais elle n'est pas immobile: à cause de l'action des vents, du
mouvement des marées, elle est constamment agitée; ses diverses couches
sont mélangées incessamment, de sorte que l'eau s'échauffe presque dans
toute sa masse, tandis que la terre des continents ne s'échauffe qu'à la
surface. Aussi, tandis qu'on a vu la température de l'air au-dessus du
sable brûlant des déserts s'élever au-dessus de +60 degrés, jamais, même
à l'équateur, la température à la surface de la mer n'a dépassé +31
degrés.

En hiver, le phénomène est inverse. La terre, qui n'était échauffée qu'à
sa surface, se trouve bientôt refroidie. La mer, au contraire, a
emmagasiné jusque dans ses profondeurs une provision de chaleur d'autant
plus grande que la chaleur spécifique de l'eau est plus considérable; de
plus, elle est recouverte d'un manteau de vapeur d'eau, qui empêche en
partie le rayonnement; le refroidissement sera lent. La mer est donc
moins chaude en été, moins froide en hiver; elle a un climat plus
constant. Les terres placées dans son voisinage participent à cette
égalisation; elles ont le climat marin, en opposition avec le climat
continental, qui présente de plus grandes variations de température.

Le docteur Forel a calculé la quantité de chaleur fournie par le lac
Léman en cinq jours: le 19 décembre 1879, la température du lac à sa
surface était de 5°.6; le 24, cette température n'était plus que de
5°.4, refroidissement qui semble insignifiant. Et cependant: «Je suis
parti de là, dit le docteur Forel, pour calculer quelle était la
quantité de chaleur qui avait été perdue par le lac dans ces cinq jours,
et je l'ai trouvée égale à environ dix milliards de calories, soit à la
quantité de chaleur dégagée par la combustion de 1 250 000 tonnes de
charbon, ou par la combustion d'un cube de charbon de 100 mètres de
côté. Le ciel ayant été pendant ces cinq jours généralement couvert par
un voile de nuages, la plus grande partie de cette chaleur est restée
dans l'air, et a ainsi contribué à atténuer, pour notre vallée, le froid
qui sévissait si cruellement ailleurs.»

Le réchauffement des hivers par le voisinage de la mer n'avait pas
échappé aux anciens. Plutarque le mentionne en ces termes très clairs:
«En hiver, nous préférons les séjours voisins de la mer, pour fuir la
terre à cause de sa froidure.» Horace, dans une épître à Mécène, lui
dit: «Quand la neige aura blanchi les plaines d'Albe, le poète que vous
aimez descendra vers la mer, ménagera sa santé...»

Aussi, à latitude égale, les climats marins sont beaucoup moins
excessifs dans le froid et dans le chaud que les climats continentaux.
L'île d'Hyères ne connaît presque ni été ni hiver; elle a un climat
marin. «En hiver même, lorsque la nature est engourdie dans le reste de
la France, elle est encore belle à Hyères, où, par une illusion dont on
ne peut se défendre, on croit en arrivant avoir changé de saison et de
climat. C'est l'endroit de la Provence qui plut davantage à Bachaumont
et à Chapelle; ils regrettaient que Paris ne fût pas situé sous un si
beau climat. C'est avec plaisir, disaient-ils:

    Que c'est avec plaisir qu'aux mois
    Si fâcheux en France et si froids,
    On est contraint de chercher l'ombre
    Des orangers qu'en mille endroits
    On y voit, sans rang et sans nombre,
    Former des forêts et des bois!

    Ici, jamais les grands hivers
    N'ont pu leur déclarer la guerre.
    Cet heureux coin de l'univers
    Les a toujours beaux, toujours verts,
    Toujours fleuris en pleine terre.»

Beaucoup plus constant encore est le climat des îles Feroë. «Peut-être
n'existe-t-il point, dit M. E. Reclus, en dehors de la zone équatoriale,
de parages marins où l'écart annuel du froid et du chaud soit moins
considérable. Dans l'air, la variation moyenne de l'été à l'hiver
dépasse à peine 7 degrés; en plein janvier, sous la même latitude que le
Labrador, et tandis qu'il gèle sur maint rivage de la Méditerranée, la
température atmosphérique des Foeroers est d'environ +3 degrés. Le ciel
des îles est bas et humide, gris de vapeurs ou ruisselant de pluies. Ce
n'est pas la chaleur, c'est la lumière qui manque: aussi presque tous
les champs sont-ils inclinés au sud, afin de recevoir les rayons du
soleil. Les hivers n'ont pas de frimas, mais les étés sont sans
chaleur.»

Mais ici l'action pondératrice de la mer est singulièrement augmentée
par le vaste courant du Gulf-Stream qui entoure complètement les îles.
Maury, dans sa _Géographie de la mer_, en donne la description la plus
poétique: «Il est un fleuve dans l'Océan; dans les plus grandes
sécheresses, jamais il ne tarit; dans les plus grandes crues, jamais il
ne déborde. Ses rives et son lit sont des couches d'eau froide, entre
lesquelles coulent à flots pressés des eaux tièdes et bleues. Nulle part
sur le globe il n'existe un courant aussi majestueux. Il est plus rapide
que l'Amazone, plus impétueux que le Mississipi; et la masse de ces deux
fleuves ne représente pas la millième partie du volume d'eau qu'il
déplace.»

Venant des régions équatoriales, où il a pris une grande quantité de
chaleur, ce fleuve océanique sort du golfe du Mexique, laisse bientôt
l'Amérique pour traverser l'Atlantique, et vient enfin baigner les côtes
de l'Irlande, ainsi que la côte nord-ouest de presque toute l'Europe. Il
nous amène ainsi une grande quantité de chaleur et réchauffe notablement
nos hivers. Si nous ajoutons à cela le courant d'air, l'alizé supérieur,
compagnon atmosphérique du Gulf-Stream, qui vient, chargé de chaleur et
d'humidité, s'abattre aussi sur nous, nous comprendrons combien notre
climat doit se trouver adouci.

L'Angleterre surtout se trouve sur le passage de ces deux courants
chauds. «C'est à cet état de choses, dit M. Tyndall, que nous devons et
nos champs si verts, et les joues roses de nos jeunes filles.»--«Nulle
part, d'après M. Reclus, si ce n'est dans les Foeroërs et sur les côtes
de Norvège, qui reçoit le même souffle bienfaisant, le climat réel n'est
plus en désaccord avec celui que l'on pourrait calculer par
l'éloignement graduel de l'équateur au pôle. En dépit de la marche du
soleil, la température moyenne est aussi élevée en Irlande, sous le 52e
degré de latitude, qu'aux États-Unis sous le 38e degré, à 1540
kilomètres plus au sud; quant à la température hivernale, elle est plus
douce à l'extrémité même de l'Ecosse que dans le nouveau monde, à 20
degrés plus près de l'équateur.»

Si la terre ne tournait pas sur elle-même, les deux courants qui
arrivent sur l'Angleterre et aussi un peu sur la France réchaufferaient
surtout les côtes d'Amérique, dont la température serait de beaucoup
élevée. Aussi les Américains ont-ils raison d'accuser les Anglais de
leur voler leur climat. Si le globe, au contraire, tournait un peu plus
vite, nous aurions l'adoucissement de climat dont profite l'Angleterre,
en conservant, au moins en grande partie, la sérénité du ciel que nous
donne notre position plus méridionale. Aussi Babinet aurait-il eu, à en
croire un de ses élèves, M. Malapert, l'idée de détourner le Gulf-Stream
de sa route par une digue gigantesque placée dans le voisinage des îles
du cap Vert. Grâce à cette digue, la presque totalité des eaux chaudes
de l'équateur serait venue baigner nos côtes et celles de l'Angleterre,
et nous aurait donné un printemps perpétuel. Il est vrai que personne
jusqu'à présent n'a pris au sérieux ce projet Babinet-Malapert.

L'influence du voisinage de la mer est montrée en France de la manière
la plus évidente par les nombres suivants:

             TEMPÉRATURES   TEMPÉRATURES
  VILLES.      moyennes       moyennes     DIFFÉRENCES.
               de l'été.    de l'hiver.
  Brest         16°.8          7°.1           9°.7
  Paris          18.1           3.3           14.8
  Lyon           21.1           2.3           18.8

Tout ceci nous montre combien la chaleur est irrégulièrement distribuée
sur notre globe. De Humboldt a imaginé, au commencement du siècle, de
tracer sur la carte du monde des lignes joignant les uns aux autres les
lieux de même température moyenne. La ligne qui relie tous les points de
notre hémisphère dont la température moyenne de l'année est 10 degrés,
se nomme la ligne isotherme de 10 degrés. On a de même, pour chaque
degré de température, des lignes isothermes qui sont comme les
parallèles thermiques. Ils sont loin d'avoir la régularité géométrique
des parallèles géographiques.

Les lignes qui traversent les régions ayant la même température moyenne
d'hiver sont dites isochimènes. Ces lignes se rapprochent de l'équateur
quand elles traversent les continents, et s'en éloignent sur l'océan.
Nous venons d'en voir la raison. La direction des isochimènes en France
est bien frappante; la ligne isochimène de Paris s'abaisse comme le
contour de nos côtes maritimes, et va passer par Orléans, Toulouse,
Carcassonne, Valence, Nice. La direction générale des courbes isothermes
et isochimènes, dans notre hémisphère, semble rendre très probable
l'existence de deux pôles de froid dans le voisinage du pôle nord. L'un,
d'une température moyenne de -17 degrés, serait au nord de l'Asie, près
de la Nouvelle-Sibérie; l'autre, dans l'archipel polaire américain, sa
température serait de -19 degrés. Les régions dont le froid est le plus
rigoureux seraient donc situées sous des latitudes que l'homme a déjà
visitées, et par conséquent se trouve justifié l'espoir de ceux qui ne
croient point le pôle proprement dit inabordable.

La distribution irrégulière de la température est encore rendue
manifeste quand on considère les températures les plus basses qui aient
été observées en divers points du globe; cet examen montre encore
clairement l'influence du voisinage de la mer.

TEMPÉRATURE LA PLUS BASSE OBSERVÉE AVANT 1854:

  Iles Britanniques              -20°.6 (près Londres).
  France                          -31.3 (Pontarlier, 14 décembre 1846).
  Hollande et Belgique            -24.4 (Malines, janvier 1823).
  Danemark, Suède et Norvège      -55.0 (Calix).
  Russie                          -43.7 (Moscou, janvier 1836).
  Allemagne                       -35.6 (Brême, décembre 1788).
  Italie                          -17.8 (Turin).

Pour ne parler que de la France, nous voyons que les villes situées sur
le bord de la mer n'ont jamais de bien grands froids. Les froids les
plus rigoureux observés jusqu'en 1854 avaient été:

                                [ Cherbourg         -8.5
                                [ Saint-Malo       -13.8
  Littoral de l'Océan           [ Nantes           -13.0
                                [ La Rochelle      -16.0

                                [ Nancy            -26.0
                                [ Tours            -25.0
  Intérieur                     [ Pontarlier       -31.3
                                [ Lyon             -22.9

                                [ Montpellier      -18.0
                                [ Béziers           -7.0
  Littoral de la Méditerranée   [ Toulon           -10.0
                                [ Hyères           -12.0

Dans le continent américain, à des latitudes qui sont sensiblement
celles de la France, les températures sont bien plus basses, et en
plusieurs endroits on y a vu le mercure se congeler à l'air libre. En
janvier 1835, tandis que la température en France était au-dessus de la
moyenne, on avait à Bangor, à Franconia, à Newport, des froids de -40
degrés. Les villes du littoral, Portsmouth, New-York, Washington,
étaient moins éprouvées, et le froid n'y dépassait pas -30 degrés.



CHAPITRE III

LES VARIATIONS DE CLIMAT.


Le climat de la France a-t-il varié depuis les temps historiques? les
grands hivers sont-ils actuellement plus rudes et plus fréquents, ou
bien moins rudes et moins fréquents qu'autrefois? La question n'est pas
facile à résoudre avec exactitude. Il est bien certain que le climat
actuel n'est pas identique à celui des premiers siècles de notre ère, et
tous les savants admettent sa variation; mais il est bien difficile de
fixer la valeur de ces variations, plus difficile encore de savoir si
les extrêmes de froid et de chaud ont varié dans un sens ou dans
l'autre.

Les nombreux exemples que nous avons cités démontrent qu'il y avait en
France de grands hivers sous la domination romaine, et qu'il n'a pas
cessé d'y en avoir depuis cette époque. Il ne semble pas, autant qu'on
peut en juger par des renseignements incomplets, qu'ils aient été à
aucune époque sensiblement plus nombreux ou moins nombreux
qu'actuellement. Mais il est impossible d'en fixer exactement la
rigueur. Cependant l'étude que nous avons faite du dernier grand hiver,
celui de 1879, nous a montré d'une manière absolument certaine que cet
hiver a été à peu près aussi rigoureux que tous ceux dont nous parle
l'histoire. Tous les effets du froid se sont produits dans cette
dernière année avec une intensité aussi grande que jamais, et si les
conséquences en ont été moins tristes, c'est aux progrès de la
civilisation que nous le devons.

Si cela n'avait pas été absolument en dehors du cadre de notre ouvrage,
il nous aurait été tout aussi facile de montrer que l'hiver 1877-1878 a
été aussi doux qu'aucun des plus doux hivers de l'histoire, que l'été
1879 a été aussi froid que les plus froids.

Il ne semble donc pas que, dans leurs variations extrêmes, les saisons
présentent actuellement des caractères différents de ceux qu'elles ont
toujours présentés. Et cependant que de protestations n'entendons-nous
pas tous les jours! Chaque fois, et cela arrive souvent, qu'un hiver ou
qu'un été ne présente pas exactement les caractères qu'on attend de lui,
chacun déplore le dérèglement des saisons. Sur ce point, nous savons à
quoi nous en tenir, et nous avons vu qu'au moyen âge ce prétendu
renversement des saisons se produisait comme maintenant, faisait crier
comme maintenant, et s'affirmait souvent par de désastreuses
conséquences.

Oui, il y a deux mille ans, il y a mille ans, comme aujourd'hui, on
avait des hivers rigoureux succédant à des hivers trop doux; alors,
comme maintenant, on voyait quelquefois les arbres se couvrir de fleurs
en janvier et la neige tomber en avril. Le printemps oubliait le plus
souvent de se montrer à l'heure dite, et l'on passait rapidement,
presque sans transition, des frimas de la saison froide aux chaleurs
accablantes de l'été. Il en est encore ainsi de nos jours. Sans doute il
arrive une fois par hasard aux mois d'avril et de mai de nous offrir les
charmantes douceurs chantées par les poètes; mais que ces printemps
délicieux sont rares! qu'ils étaient rares aussi aux époques qui ont
précédé la nôtre!

Cessons donc de croire et de dire, à chaque hiver plus rude ou plus doux
que la moyenne des hivers, à chaque printemps pluvieux, à chaque été
sans soleil, que les saisons sont bouleversées, que rien de semblable
n'arrivait autrefois. Les historiens, et, plus récemment, les
observations météorologiques précises, sont là pour nous prouver que les
saisons n'ont jamais eu un cours plus régulier qu'aujourd'hui.

Ce n'est donc pas dans les variations extrêmes et anormales des saisons
qu'il nous faut chercher des preuves de la variation du climat de la
France; mais nous pouvons nous demander si la température moyenne
normale est demeurée invariable depuis les temps historiques; si, la
température moyenne restant la même, l'écart normal de l'été à l'hiver
n'est pas devenu plus grand ou plus petit; si notre climat est devenu
plus continental ou plus océanique.

Les observations thermométriques directes sont jusqu'à présent impropres
à montrer ces variations. Elles ne remontent qu'à deux siècles à peine,
et depuis cette époque elles ont été faites dans des conditions si
variables, si peu déterminées, qu'elles ne sont pas comparables entre
elles, pas même celles faites à l'Observatoire de Paris. Le seul
appareil actuel qui soit en état de nous renseigner sur les variations
de la température moyenne est le thermomètre de Lavoisier, placé dans la
cave la plus profonde de l'Observatoire de Paris, à l'abri des
variations diurnes et annuelles; mais ses indications, qui se sont
compliquées, à l'origine, des variations dans la position du zéro, ne
permettent encore de conclure à aucune modification certaine.

Le climat de l'Angleterre semble au contraire se réchauffer assez
rapidement pour que ce soit déjà sensible au thermomètre. D'après M.
Glaisher, chargé de la météorologie à l'Observatoire de Greenwich, la
température moyenne de Londres se serait accrue d'un degré depuis un
siècle; ce réchauffement aurait porté surtout sur les mois d'hiver. Des
variations analogues ont été constatées en Allemagne, en Suisse, au
Groenland, en Sibérie; ces pays sont devenus plus froids.

Puisque le thermomètre ne nous indique rien pour la France, il nous faut
avoir recours à d'autres documents. L'examen des végétaux nous fournira
le meilleur. Chaque plante demande, en effet, pour prospérer, une
certaine quantité de chaleur, et quand nous verrons les cultures aller
vers le nord ou rétrograder du côté du midi, nous serons presque en
droit de conclure à un accroissement ou à un abaissement de la
température moyenne, ou tout au moins de la température de l'été.

Le docteur Fuster a principalement recueilli, par un immense travail
d'érudition, toutes les preuves à l'appui de sa thèse, pour démontrer
que des variations continuelles se sont produites dans le climat de la
France. Suivons rapidement le docteur Fuster dans ses recherches depuis
l'origine des temps historiques de notre pays.

D'après César, Diodore de Sicile, Strabon, Tite-Live, Sénèque, Pline,
Plutarque, le climat de la Gaule était froid et humide. Les hivers
étaient longs et rigoureux, les étés courts et pluvieux. L'olivier, le
figuier, la vigne même, ne pouvaient porter de fruits, et les Gaulois,
fort avides cependant du vin que leur sol était impropre à produire,
étaient réduits à le remplacer par la bière. La Gaule Narbonnaise seule
était presque aussi favorisée que l'Italie. Mais à partir du sixième
siècle de notre ère, le climat semble être devenu plus clément, et
l'amélioration est telle que nous voyons au neuvième siècle la vigne
cultivée sur tout le territoire. La Bretagne, la Normandie, la Picardie,
dans lesquelles le raisin ne mûrit plus, avaient des vignes, et des
vignes qui produisaient du vin chaque année. La culture de la vigne
s'arrête actuellement dans le département de l'Oise. Dans les régions
qui produisent actuellement du vin, les vendanges avaient lieu bien plus
tôt que maintenant; les coteaux très élevés, sur lesquels aujourd'hui le
raisin n'arrive plus à maturité, avaient des vendanges très régulières.

Cette amélioration du climat dura pendant quelques siècles. Arago
rapporte qu'en 1552 les huguenots se retirèrent à Lancié, près Mâcon, et
qu'ils y burent du vin muscat du pays. Le raisin muscat ne mûrit pas
assez maintenant dans le Mâconnais pour qu'on puisse en faire du vin.

Aujourd'hui, la culture de la vigne, du figuier, de l'olivier, ont opéré
de nouveau une retraite vers le sud.

D'après M. de Gasparin, et, plus récemment, d'après M. Reclus, ces
changements de climat, conclus de la progression des cultures vers le
nord ou vers le sud, ne sont peut-être qu'apparents. «Dans ce mouvement
de retraite des végétaux cultivés, dit M. Reclus, comment faire la part
du climat et des convenances de l'agriculture? Telle plante qui donnait
de médiocres produits sous un ciel inclément n'en était pas moins
cultivée quand les communications avec les contrées à climat plus doux
étaient rares encore; la facilité moderne des échanges a rendu ces
cultures désormais inutiles, et par suite leur domaine s'est rétréci.»

Cette thèse, vraie en général, n'est pas soutenable pour un certain
nombre de cas. Il est aisé de démontrer, par exemple, que les vins de la
Normandie étaient bons au neuvième siècle. Plus tôt même, en 360,
l'empereur Julien faisait servir à sa table du vin de Suresnes, et il le
trouvait excellent. Les vins bretons, normands, étaient fort estimés, et
par des gens qui jugeaient les vins aussi bien que nous le ferions de
nos jours. Les vins de Bordeaux, de Bourgogne, de Champagne, étaient dès
le moyen âge considérés comme les meilleurs de France, et les points de
comparaison ne manquaient pas. Et cependant les ducs, les rois, les
moines même estimaient fort les vins de régions qui aujourd'hui n'en
produisent plus.

Mais l'adoucissement du climat ne devait pas durer toujours. Dès le
douzième siècle, la détérioration commence; les vignes rétrogradent peu
à peu, de même que le figuier et l'olivier. Les vins de Bretagne et de
Normandie deviennent mauvais, puis ils disparaissent, et peu à peu le
climat prend les caractères que nous lui connaissons aujourd'hui.

Pour tous les auteurs, ces changements de climat ne sont pas aussi
considérables, ni aussi certains. Le comte de Villeneuve, de Gasparin,
de Candolle, les nient presque complètement; Arago en admet une partie;
Fuster cherche à démontrer que le climat de la France a toujours changé,
qu'il change actuellement et qu'il changera toujours. «Dans tous les
cas, dit M. Reclus, les modifications subies par les climats pendant la
période historique n'ont encore qu'une faible importance relative; mais
celles qui se sont opérées durant les âges géologiques récents ont suffi
pour déplacer les faunes, les flores et les races sur d'immenses
étendues. On le sait par les traces qu'ont laissées les anciens glaciers
des Alpes, des Pyrénées, des Vosges, dans des vallées aujourd'hui
populeuses. On le voit aussi par les espèces animales et végétales qui
ont dû changer d'aire, d'habitation, pour fuir devant un climat
contraire.»

Quelles sont les causes des variations qui se sont produites dans notre
climat pendant la période historique?

La première, la plus importante peut-être, est l'action des agents
atmosphériques à la surface du globe. Tandis que la croûte terrestre,
encore mal assise, est sujette à des mouvements lents, mais continuels,
qui tendent à modifier le relief du sol, les agents atmosphériques
agissent d'un autre côté. Sous l'action combinée de l'air, agent
chimique; de la gelée, de l'humidité, des eaux errantes, agents
physiques, les montagnes tendent à descendre dans les plaines, les
continents comblent le fond des mers. Peu à peu le relief change, et par
suite se modifient les mille circonstances secondaires qui participent à
la fixation du climat. Puis vient l'action, incessante aussi, et non
moins puissante de l'homme. L'homme, depuis son arrivée sur la terre,
l'a modifiée de telle sorte qu'elle n'est plus reconnaissable. Les
forêts, autrefois immenses et nombreuses, diminuent de plus en plus et
sont remplacées par des cultures; les lacs et les étangs sont desséchés
en grand nombre; les rivières, maintenues dans leurs lits, ne se
répandent plus à chaque instant dans les campagnes; les marais sont
changés en terres cultivées. L'action de ces transformations sur le
climat est considérable; malheureusement, cette action ne se produit pas
toujours à notre avantage. On peut dire d'une manière générale que les
forêts, comparables à la mer sous ce rapport, atténuent les différences
naturelles de température entre les diverses saisons, tandis que le
déboisement écarte les extrêmes de froidure et de chaleur, et donne une
plus grande violence aux courants atmosphériques. Le défrichement des
terres incultes, l'assainissement des marais tend, au contraire, à
rapprocher les extrêmes, à rendre le climat plus constant.

L'Amérique, soumise d'hier à l'action énergique de l'homme civilisé, a
subi les plus rapides modifications. D'après M. Boussingault, les hivers
y sont devenus moins rigoureux, les étés moins chauds; en même temps la
température moyenne s'est légèrement accrue.



CHAPITRE IV

LA PÉRIODICITÉ DES GRANDS HIVERS ET LA PRÉVISION DU TEMPS.


Nous l'avons vu, le climat de la France a changé et changera toujours.
Mais ces changements sont assez lents pour qu'on les néglige quand on ne
considère qu'un petit nombre de siècles. Ils ne modifient pas d'une
manière sensible la succession des saisons qui, aujourd'hui comme
autrefois, se suivent et ne se ressemblent pas. Des hivers doux
succèdent à des hivers rigoureux, des étés chauds à des étés sans
soleil, sans qu'il semble possible de distinguer dans ces variations
capricieuses une loi fixe qui en détermine le caractère.

Beaucoup de météorologistes se sont cependant occupés de rechercher
cette loi, de prédire, longtemps à l'avance, les caractères généraux des
saisons. Les systèmes abondent, tous empiriques, le plus souvent en
opposition avec les faits; mais, au milieu des immenses séries
d'observations, la loi reste encore à trouver. Les grands hivers se
succèdent-ils avec une certaine régularité? Cette question ne date pas
d'aujourd'hui. Nous lisons, en effet, dans l'_Histoire de Provence_, de
Papon, que les grands hivers se reproduisent de telle sorte «que l'on
serait presque tenté de croire qu'il y a dans la nature des retours
périodiques qui ramènent les mêmes phénomènes à des époques à peu près
semblables.»

Au dix-huitième siècle, on cherchait déjà à rattacher les variations
anormales des saisons à des causes cosmiques, parmi lesquelles les
taches du soleil arrivaient en première ligne. Maraldi écrivait, en
1720, dans une communication à l'Académie des sciences: «Quelques-uns se
sont imaginé que le plus et le moins de chaleur qui règne dans la même
saison en différentes années pouvoit venir des taches qui se rencontrent
en même temps dans le soleil, et comme, lorsqu'il est taché, il n'envoye
pas un si grand nombre de ses rayons à la terre, les chaleurs doivent
être moins grandes que lorsqu'il n'a point de taches. Mais les
expériences que nous avons des années précédentes montrent que cette
explication n'est pas suffisante.»

Quelques années plus tard, en 1726, il y revient: «Il y a eu, dit-il,
pendant presque toute l'année, un grand nombre de taches dans le soleil,
et quelquefois plus grandes que n'est la surface de la terre, ce qui n'a
pas empêché que nous n'ayons eu de grandes chaleurs. La même chose est
arrivée en 1718 et 1719.»

De nos jours, on est revenu à cette considération des taches du soleil,
et à la recherche de l'influence des causes cosmiques sur les variations
des saisons. D'après certains météorologistes, et parmi eux quelques-uns
des plus distingués, le soleil, la lune, joueraient le plus grand rôle
dans ces variations, et de la périodicité de leurs positions dans le
ciel résulterait une périodicité analogue dans la succession des
saisons. Il semble pourtant bien difficile d'admettre que des causes
cosmiques, essentiellement générales, produisent une si singulière
répartition des grands froids que l'on puisse voir au même moment à
Paris des rigueurs excessives, et au Havre des températures
printanières. On ne saurait expliquer ces différences qu'en accordant
aux causes locales une influence prépondérante, et alors que deviendrait
la cause cosmique?

Est-ce à dire qu'on n'arrivera jamais à déterminer à l'avance le
caractère général des saisons? Qu'on ne résoudra jamais le problème plus
difficile encore de la prédiction exacte du temps? Non, sans doute; mais
la solution nous semble encore bien lointaine...

Arago niait formellement la possibilité de prédire le temps. «Jamais,
écrivait-il, une parole sortie de ma bouche, ni dans l'intimité, ni dans
les cours que j'ai professés pendant plus de quarante années, n'a
autorisé personne à me prêter la pensée qu'il serait jamais possible,
dans l'état de nos connaissances, d'annoncer avec quelque certitude le
temps qu'il fera une année, un mois, une semaine, je dirai même un seul
jour d'avance.» Voilà pour le présent, et jusque-là il avait raison;
mais il poursuit: «Jamais, quels que puissent être les progrès des
sciences, les savants de bonne foi et soucieux de leur réputation ne se
hasarderont à prédire le temps.» Et il ajoutait, paraît-il, dans la
conversation: «Quiconque veut cesser d'être regardé comme un savant doit
se mettre à prédire le temps.»

Cette conviction, si fortement exprimée, était le fruit de longues
méditations. Arago ne niait pas l'existence des causes générales qui
peuvent agir d'une manière, toujours la même, pour régler le temps; mais
il admettait que les causes perturbatrices devaient dans tous les cas
amener des modifications impossibles à prévoir. Il énumère ces causes
perturbatrices non susceptibles d'être prévues. Ce sont: la progression
des glaces polaires du côté de l'équateur, l'état de diaphanéité ou de
phosphorescence de la mer, la mobilité de l'atmosphère, les
obscurcissements accidentels de l'atmosphère, et les travaux des hommes
sur les forêts, les marais, les lacs, le développement des villes.

Il est aisé de voir que toutes ces causes n'ont pas la même importance.
Ce ne sont pas les travaux des hommes qui s'opposeront jamais à la
prévision du temps; car ils ne modifient le climat que d'une manière
lente et insensible. Les variations de diaphanéité et la phosphorescence
de la mer, qui la rendent plus ou moins propre à absorber les rayons du
soleil, sont des phénomènes locaux, temporaires, dont l'influence est
certainement négligeable.

Celle de la progression des glaces polaires est plus importante. Il est
certain que la dislocation des champs de glace des régions polaires, qui
peuvent amener vers les latitudes tempérées d'immenses amas de glace non
encore fondue, détermine en certaines années un refroidissement de nos
côtes.

Ainsi, nous lisons dans les _Mémoires de l'Académie des sciences pour
l'année 1725_: «Dans la grande mer qui est entre notre continent et
l'Amérique, ordinairement on ne trouve plus de glaces dès le mois
d'avril en deçà des 67e et 68e degrés de latitude septentrionale, et les
sauvages de l'Acadie et du Canada disent que quand elles ne sont pas
toutes fondues dans ce mois-là, c'est une marque que le reste de l'année
sera froid et pluvieux. Mais M. Deslandes, qui depuis plusieurs années
séjourne à Brest, et qui est en relation avec nos principales colonies,
a su que cette année les glaces n'étaient pas fondues au mois de juin,
et que les vaisseaux français qui vont à la pêche de la morue en ont
trouvé des montagnes et des îles flottantes par le 41e et le 42e degré
de latitude, spectacle qui leur était nouveau. Le 15 juin, deux
vaisseaux pensèrent être surpris de ces mêmes glaces vers le 45e degré.
Il se pourrait que le froid ou le peu de chaleur de l'été qu'on a eu en
Europe tînt à cette cause, du moins en partie. Les météores d'un pays
dépendent souvent de ceux d'un autre; ils sont tous en commerce, quelque
éloignés qu'ils soient.»

[Illustration: Progression des glaces polaires du côté de l'équateur.]

Plus près de nous, M. Renou a attribué le froid de l'été de 1810 à une
grande débâcle des glaces polaires.

Voici donc une cause accidentelle qui peut amener dans certaines années
d'importantes modifications dans nos climats. Mais, d'une part, elle
intervient rarement et peut-être, en outre, se produit-elle dans des
circonstances déterminées qu'on arrivera à connaître, de façon à tenir
compte de ces débâcles dans la prévision du temps.

Reste enfin, parmi les causes perturbatrices d'Arago, la mobilité de
l'atmosphère et ses obscurcissements accidentels, en un mot les
mouvements de l'atmosphère. Toutes les autres causes accidentelles ne
sont rien à côté de celle-là, ou plutôt celle-là les contient et les
résume toutes. Le but des météorologistes actuels est justement de
déterminer les lois de ces mouvements, d'où dépendent tous les
changements de temps. Cette mobilité, ils la considèrent comme la cause
principale qu'ils cherchent à connaître dans toutes ses manifestations.
Ce but, ils l'atteindront, ils en ont tous la ferme espérance; et si
Arago revenait, loin de persister dans son dédain pour ceux qui veulent
prédire le temps, il se mettrait à leur tête pour les encourager et les
diriger.

«Bien que je ne puisse réclamer, disait M. Robert H. Scott en 1873, ni
pour moi, ni pour aucun météorologue, des progrès décisifs vers ce qu'on
a si bien appelé la splendide possibilité de prédire la nature des
saisons, j'espère cependant vous prouver que les progrès sont assez
sérieux pour permettre de classer au nombre des sciences la connaissance
du temps.»

Mais cette science ne peut se former tout d'un coup; et, comme les
autres, elle ne peut faire que de lents progrès. «La météorologie, dit
M. Angot, est une science tellement récente qu'on se saurait trop exiger
d'elle. Constituée seulement d'hier, son développement commence à peine,
et elle rencontre pour cela plus de difficulté que toute autre science.
Seule, en effet, elle nécessite le concours d'un grand nombre de
personnes, même de nations. Un observatoire suffit à l'astronome, un
laboratoire au chimiste, au physicien, au naturaliste; pour faire
utilement de la météorologie, il faudrait des milliers d'observateurs
sur terre comme sur mer; il faudrait que la surface entière du globe fût
surveillée de telle sorte qu'on pût retrouver l'origine, suivre la
marche entière et constater la disparition de toutes les perturbations
atmosphériques. Bien que les plus grands efforts soient faits pour
atteindre ce résultat, nous en sommes loin encore.

[Illustration: Il faudrait des milliers d'observatoires sur terre...]

»Il faudrait ensuite, dans quelques années, quand les données précises
auront été multipliées, créer un enseignement pour la météorologie comme
il en existe pour toute science; c'est là encore une condition
indispensable de progrès, la seule qui puisse faire des météorologistes,
comme on fait des mathématiciens, des physiciens et des naturalistes.

»Il ne vient guère aujourd'hui à l'esprit de personne qu'on puisse d'un
jour à l'autre devenir astronome sans avoir appris l'astronomie, médecin
sans avoir suivi des cours de médecine. Tout le monde, au contraire, se
croit volontiers autorisé à imaginer une théorie météorologique sans
avoir à s'embarrasser un seul instant d'études préalables. Aussi la
météorologie est-elle malheureusement la partie de la science qui est le
plus envahie par les conceptions _à priori_ et les théories les plus
étranges, les plus fantaisistes. Tantôt pour expliquer une année
exceptionnelle on va invoquer l'éruption d'un volcan; tantôt on profite
de ce que le Sahara est désert, et que nul ne peut dire ce qui s'y
passe, pour l'accuser de toutes les perturbations. Autrefois, quand nous
ne recevions pas d'observations d'Amérique, on faisait naître sur
l'Atlantique toutes les tempêtes qui nous arrivent par l'ouest. Plus
tard, quand les Américains eurent commencé à publier des cartes, on
reconnut vite que bon nombre de ces tempêtes les avaient visités avant
de nous parvenir. Les cartes américaines s'arrêtaient aux montagnes
Rocheuses; c'est là qu'on mit le berceau des tempêtes, et une théorie
vint bientôt montrer qu'elles devaient en effet s'y former sur place.
Quelques années plus tard, les Américains étendirent leurs observations
jusqu'au Pacifique, et l'on vit les dépressions barométriques arriver
par l'ouest sur la Californie et franchir les montagnes Rocheuses en
dépit des théories qui les y faisaient naître. Il va donc falloir
reporter plus loin encore leur berceau. On pourrait presque en dire
autant du plus grand nombre des théories en météorologie; ébauchées
aujourd'hui sans base sérieuse et presque au hasard, elles sont
destinées à disparaître demain devant la réalité des faits, ou à être
modifiées de façon à devenir méconnaissables.

»Dans ces conditions, il semble qu'une seule voie soit ouverte, celle
qu'ont suivie successivement toutes les sciences dont nous admirons
aujourd'hui le développement: l'expérimentation. Il faut que tout le
monde sache qu'il est plus utile aujourd'hui d'avoir de bonnes
observations que des théories. Il faut que les météorologistes aient le
courage d'envisager que la science qu'ils cultivent n'en est encore qu'à
sa naissance, et qu'elle est soumise aux mêmes lois d'évolution que les
autres. Dans les sciences expérimentales la théorie ne vient jamais que
bien après l'observation. C'est vers celle-ci que doivent se porter tous
les efforts, et quand le moment sera venu, quand le terrain sera
suffisamment préparé, il viendra un Kepler ou un Newton qui édifiera sur
nos travaux la théorie que nous poursuivons vainement.»

Certes, de telles espérances sont bien faites pour donner du courage aux
observateurs, surtout quand on envisage la grandeur du but à atteindre:
«La connaissance anticipée des alternatives du climat sera, dit M.
Reclus, une des plus grandes conquêtes de l'homme. Déjà maître du
présent par le travail, il le deviendra aussi de l'avenir par la
science. Cette terre qu'il dit lui appartenir sera véritablement sienne;
il en utilisera la force productive à son gré et fera servir toutes les
vies inférieures, animaux et plantes, aux conforts de sa propre vie;
mais, devenu possesseur de la terre, qu'il le devienne aussi de
lui-même; qu'il triomphe enfin de ses propres passions, et qu'il
apprenne à vivre en paix sur cette planète si souvent arrosée de sang!
Que la terre puisse mériter bientôt le nom de «bienheureuse», que lui
ont donné les peuples enfants!»


FIN



TABLE DES GRAVURES


  1.  Au lieu de forêts, des amas de glaces éternelles               3
  2.  Les habitants des régions polaires vivent le plus souvent
      sous terre                                                     9
  3.  La route et les bivouacs étaient jonchés de cadavres          17
  4.  L'équipage sut y maintenir une température supérieure
      à +20 degrés                                                  25
  5.  Hiver de l'année 1108                                         35
  6.  Les chiens du Grand Saint-Bernard                             47
  7.  1875. Toulouse.--L'eau montant toujours, le spectacle
      devint plus lugubre                                           53
  8.  Canada.--Sous l'action du vent, on voit ces bateaux se
      mouvoir sur la glace avec une grande rapidité                 65
  9.  Au milieu des glaçons                                         73
  10. Les déserts glacés du pôle                                    83
  11. Pris dans les glaces                                          93
  12. Attelage de chiens                                           100
  13. L'élan perce la neige à chaque pas et s'y enfonce            109
  14. Samoyèdes                                                    118
  15. Esquimaux                                                    125
  16. L'ours brun                                                  134
  17. 1608. Anvers.--Les habitants dressèrent des tentes sur
      l'Escaut                                                     143
  18. Les haillons dont ils étaient couverts...                    154
  19. Une scène de l'hiver de 1776                                 165
  20. 1812.--Retraite de Russie                                    173
  21. 1830. La Garonne.--On ne voit sur les glaces que mâts
      brisés et chaloupes sans pilote                              183
  22. 1844-1845.--Toutes les routes du midi furent couvertes
      de neige                                                     195
  23. Nuits au bivouac sur la neige                                199
  24. 1879.--Le Rhin                                               227
  25. Sur la Seine en décembre 1879                                229
  26. La débâcle sur le Rhin                                       235
  27. Emploi de la dynamite aux glaces de la Saône                 241
  28. Effets de la glace sur les essences forestières les
      plus résistantes (1879-1880)                                 253
  29. Figure théorique de l'action du soleil aux pôles et
      à l'équateur                                                 264
  30. Progression des glaces polaires du côté de l'équateur        287
  31. Il faudrait des milliers d'observatoires sur terre           289



TABLE DES MATIÈRES


  INTRODUCTION                                                       V

  LIVRE PREMIER
  LES EFFETS DU FROID

  Action du froid sur l'homme                                       15
  Action du froid sur les animaux et sur les plantes                23
  La neige                                                          39
  La glace                                                          56
  Effets divers du froid                                            78

  LIVRE II
  LES RÉGIONS DES GRANDS FROIDS

  Description des régions polaires                                  81
  Voyages dans les régions polaires                                 91
  Faune et flore des régions polaires                              105
  Les habitants des régions polaires                               114
  Le froid dans les montagnes                                      128

  LIVRE III
  LES GRANDS HIVERS FRANÇAIS

  Les grands hivers avant celui de 1709                            137
  Le grand hiver de 1709                                           147
  Les hivers de 1709 à 1830                                        162
  Le grand hiver de 1830                                           177
  Les hivers de 1830 à 1879                                        193

  LIVRE IV
  LE GRAND HIVER DE 1879-1880

  Les températures du grand hiver                                  203
  La neige, le verglas et la prise des rivières                    215
  Le dégel et les débâcles                                         230
  Les hommes, les animaux et les plantes pendant le grand hiver    245

  LIVRE V
  LES GRANDS FROIDS ET LES CLIMATS

  Les causes du froid                                              259
  Les divers climats                                               268
  Les variations de climat                                         276
  La périodicité des grands hivers et la prévision du temps        283


PARIS.--TYPOGRAPHIE DU MAGASIN PITTORESQUE

(JULES CHARTON, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ)

rue des Missions, 15





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les grands froids" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home