Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Chèvre d'Or
Author: Arène, Paul
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Chèvre d'Or" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made


    Au lecteur.

    Ce livre électronique reproduit intégralement le texte
    original. Seules quelques erreurs typographiques évidentes
    ont été corrigées.



La Chèvre d'Or



_DU MÊME AUTEUR_


PETITE BIBLIOTHÈQUE LITTÉRAIRE

  JEAN DES FIGUES.—_Le Tor d'Entrays._—_Le
  Clos des Ames._—_La Mort de Pan._—_Le Canot
  des six capitaines._ 1 vol. avec portrait          6 fr.


Édition in-18 à 3 fr. 50

  VINGT JOURS EN TUNISIE                            1 vol.


_Tous droits réservés._



  _PAUL ARÈNE_


  La Chèvre d'Or


  [Vignette:
  FAC ET SPERA
  AL]


  _PARIS_
  ALPHONSE LEMERRE, ÉDITEUR
  23-31, PASSAGE CHOISEUL, 23-31

  M DCCC XCIII



  _AU DOCTEUR_

  _JEAN-MARTIN CHARCOT_


  _En souvenir de nos voyages au joyeux pays de Provence,
  permettez-moi, cher Maître et cher Ami, de vous dédier_ La
  Chèvre d'Or. _Ce petit roman romanesque ne parle pas de
  névrose. Peut-être vous plaira-t-il à cause de cela._

  P. A.



La Chèvre d'Or



I

LETTRE D'ENVOI


Ris, ne te gêne point, ami très cher, ô philosophe!

Je te vois d'ici lisant ces lignes au fond du fastueux cabinet encombré
de la dépouille des âges où, parmi les tableaux anciens, les émaux,
les tapisseries, pareil à un Faust qui serait bibelotier, tu passes
au creuset de la science moderne ce que l'humanité gardait encore de
mystères, et uses tes jours, poussé par je ne sais quel contradictoire
et douloureux besoin de vérité, à réduire en vaine fumée les illusions
de ce passé dont le reflet pourtant reste ta seule joie; je te vois
d'ici, et je devine la compatissante ironie qui, durant une minute, va
éclairer ton numismatique profil.

Tel que tu me connais, devenu douteur par raison, guéri des beaux
enthousiasmes et déshabitué de l'espérance, je suis très sérieusement
occupé à la recherche d'un trésor.

Oui! ici, en Provence, dans un pays tout de lumière et de belle
réalité, aux horizons jamais voilés, aux nuits claires et sans
fantômes, je rêve ainsi, éveillé, le plus merveilleux des rêves.

Folie! vas-tu dire. Rassure-toi. Bientôt ta sagesse reconnaîtra
qu'il me faudrait être fou pour renoncer à ma folie. Car le trésor
en question est un trésor réel, palpable, depuis plus de mille ans
enfoui, un vrai trésor en or et qui n'a rien de chimérique. Bien que
comparable aux amoncellements de joyaux précieux et de frissonnantes
pierreries dont l'imagination populaire s'éblouissait au temps des
_Mille et Une Nuits_, aucun génie, aucun monstre ne le garde et bientôt
il m'appartiendra.

Comment?... Laisse-m'en le secret une semaine encore.

Du reste j'avais, à ton intention, jeté sur le papier, d'abord pour
occuper mes loisirs, plus tard pour amuser mon impatience, le détail
exactement noté de mes sensations et de mes aventures depuis le jour de
nos adieux.

Tu recevras le paquet en même temps que cette lettre. Tout un petit
roman dont les circonstances ont seules tissé la trame et où ma volonté
ne fut pour rien. Il n'y est question de trésor qu'assez tard. Je
t'enverrai bientôt la suite et tu pourras ainsi t'associer aux émotions
que je traverse. En attendant, montre-toi indulgent à ma chimère.

Pour te prouver que je suis lucide et que la manie des grandeurs ne m'a
pas troublé le cerveau, je te jure qu'avant un mois, à Paris, je rirai
avec toi et plus fort que toi de mes déconvenues si, au réveil, sous
le dernier coup de pioche, je ne trouve, comme dans les contes, à la
place du Colchos et de la Golconde espérés qu'un coffre vermoulu, des
cailloux et des feuilles sèches.



II

EN VOYAGE


Me voici loin, résumons-nous!

Le bilan est simple: des amours ou soi-disant tels qui ne m'ont pas
donné le bonheur; des travaux impatients qui ne m'ont pas donné
la gloire; des amitiés, la tienne exceptée, qui m'ont toutes, en
s'évaporant, laissé ce froid au cœur mêlé de sourde colère que
provoque l'humiliation de se savoir dupe.

Bref! je me retrouve de même qu'au début, avec en moins la foi dans
l'avenir et ce don précieux d'être trompé qui, seul, fait la vie
supportable. Je ne rappelle que pour mémoire une fortune fort ébréchée
sans même que je puisse me donner l'excuse de quelque honorable folie.

J'avais très distinct le sentiment de cela, il y a un instant, dans
l'éternelle chambre d'hôtel banale et triste, en écoutant l'horloge de
la ville sonner.

Par une rencontre qui n'a rien de singulier, cette horloge, au milieu
de la nuit, sonnait l'heure de ma naissance, cependant qu'à défaut de
calendrier, un bouquet d'anniversaire, envoi d'une trop peu oublieuse
amie, me disait avec une cruelle douceur le chiffre de mes quarante
ans... Ne serait-ce point la cloche d'argent du palais d'Avignon, au
même tintement grêle et clair, qui ne sonnait qu'à la mort des papes?

Il me semble qu'en moi quelque chose vient de mourir.

A quoi me résoudre? M'établir pessimiste? Non pas, certes! J'aurais
trop peur de ta bien portante raillerie.

Après tout, je ne suis plus riche: mais il me reste de quoi vivre
libre. Je ne suis plus jeune: mais il y a encore une dizaine de belles
années entre l'homme qui m'apparaît dans cette glace et un vieillard.
Il est trop tard pour songer à la gloire: mais le travail, même sans
gloire, a ses nobles joies.

Et, puisque je n'eus pas le génie d'être créateur, peut-être qu'un
effort dans l'ordre scientifique, une série de recherches, établies
nettement et courageusement poursuivies, me débarrasseront des
désespérantes hésitations qui, si souvent, m'ont laissé tomber l'outil
des mains à mi-tâche devant des entreprises trop purement imaginatives
pour ne pas, à certains moments douloureux, apparaître creuses et
vaines au raisonneur et au timide que le hasard a fait de moi.

Après avoir cherché, réfléchi, je me suis donc fixé une besogne selon
mon courage et mes goûts.

Tu sais, s'il m'est permis d'employer une expression que tu
affectionnes et que as même, je crois, un peu inventée, quel enragé
_traditioniste_ je suis.

En exil au milieu du monde moderne, j'ai cette infirmité qu'aucune
chose ne m'intéresse si je n'y retrouve le fil d'or qui la rattache
au passé. Mon sentiment, d'ailleurs, peut se défendre; l'avenir nous
étant fermé, revivre le passé reste encore le seul moyen qui s'offre à
nous d'allonger intelligemment nos quelques années d'existence.

Tu sais aussi, pour m'avoir souvent plaisanté sur un vague atavisme
barbaresque que ton érudition moqueuse me prêtait, tu sais quel faible
j'eus toujours pour les souvenirs de la civilisation arabe.

Dans ce beau pays où, par la langue et par la race, au-dessus du vieux
tuf ligure, tant de peuples, Phéniciens, Phocéens, Latins, ont laissé
leur marque, les derniers venus, les Arabes seuls m'intéressent.

Plus que la Grecque qui, avec ses yeux gris-bleu s'encadrant de longs
sourcils noirs, évoque la vision de quelque Cypris paysanne, plus que
la Romaine dont souvent tu admiras les fières pâleurs patriciennes, me
plaît, rencontrée au détour d'un sentier, la souple et fine Sarrasine,
aux lèvres rouges, au teint d'ambre. Et tandis que d'autres sentent
leur cœur battre à la trouvaille d'un fragment d'urne antique ou d'une
main de déesse que le soleil a dorée, je ne fus jamais tant ému qu'un
jour, dans Nîmes, près des bains de Diane, dont les vieilles pierres
disparaissaient sous un écroulement de rose, en foulant, parmi les
débris, le plafond de marbre fouillé et gaufré que les envahisseurs
venus d'Afrique par l'Espagne ajoutèrent ingénument aux ornements
ioniens du temple des nymphes.

On accueillit en amis, chez nous, ces chevaleresques aventuriers qui,
au milieu du dur moyen-âge, nous apportaient, vêtus de soie, la grâce
et les arts d'Orient. Quand les Arabes vaincus se réembarquèrent, la
Provence entière pleura comme pleurait Blanche de Simiane au départ de
son bel émir.

J'avais entrepris autrefois sur ce sujet un travail, hélas! interrompu
trop vite, et retrouve même fort à propos un carnet jauni dont bien des
pages sont restées blanches. Je ferai revivre, en les complétant, ces
notes longtemps oubliées. Je recommencerai mes longues courses sous
ce ciel pareil au ciel d'Orient, à travers ces rocs mi-africains qui
portent le palmier et la figue de Barbarie, le long de ces _calanques_
bleues propices au débarquement, de ces plages où, dans le sable
blond, s'enfonçait la proue des tartanes.

Heureux le soir et n'ayant pas perdu ma journée, si je découvre quelque
nom de famille ou de lieu dont la consonance dise l'origine, si
j'aperçois au soleil couchant, près de la mer, sur une cime, quelque
village blanc, avec une vieille tour sarrasine gardant encore ses
créneaux et l'amorce de ses moucharabis.

Dans ce pays hospitalier, indulgent aux mauvais chasseurs, un fusil
jeté sur l'épaule me donnera l'accès auprès des paysans.

La mission, gratuite d'ailleurs et peu déterminée, que ton amitié, à
tout hasard, m'avait obtenue du ministère, me fera bien accueillir
des savants locaux, des curés, des instituteurs, et me permettra de
fouiller les vieux cahiers de tailles, les cadastres, les résidus
d'archives.

Et, après un mois ou deux de cette érudition en plein air, j'espère te
rapporter sinon d'importantes découvertes, du moins un ami solide et
bronzé à la place du Parisien ultra-nerveux que tu as envoyé se refaire
l'esprit et le corps au soleil.



III

LA PETITE CAMARGUE


Mais avant d'entrer en campagne, avant de mettre à exécution tous
ces beaux projets, j'aurais besoin de me recueillir quelques jours.
Si j'allais demander l'hospitalité à patron Ruf? Il vit sans doute
encore. Nous sommes liés depuis quatre ans, et voici comment je fis sa
connaissance.

Je voyageais, suivant la côte de Marseille à Nice, quand un soir, pas
bien loin d'ici, aux environs de l'Estérel, mon attention fut attirée
par une demeure rustique dont la singularité m'intéressa.

C'était, au pied d'un rocher à pic, une de ces cabanes basses spéciales
au delta du Rhône, faites de terre battue et de roseaux, et d'une
physionomie si caractéristique avec leur toit blanc de chaux, relevé en
corne.

Le rocher, évidemment, plongeait autrefois dans la mer; mais
l'amoncellement de sables rejetés là par les courants, l'alluvion
d'une petite rivière dont l'embouchure paresseuse s'étale en dormantes
lagunes avaient peu à peu fait de la baie primitive une étendue de
limon saumâtre coupée çà et là de flaques d'eau où poussent des herbes
marines, quelques joncs et des tamaris.

Trouver ainsi, en pleine Provence levantine, une minuscule Camargue
et sa cabane de gardien avait déjà de quoi me surprendre; mais mon
étonnement fut au comble quand j'aperçus, raccommodant des filets
devant la porte, une femme vêtue du costume rhodanien.

A mon approche, l'homme sortit. Je le saluai d'un «bien le bonjour!» Au
bout d'un moment nous nous trouvions les meilleurs amis du monde.

Ruf Ganteaume, et plus usuellement patron Ruf, compromis en 1851 pour
avoir, avec son bateau, facilité la fuite de quelques soldats de la
résistance, s'en était tiré, ma foi! à bon compte, évitant Cayenne et
Lambessa, par un internement aux environs d'Arles.

Plus heureux que d'autres, en sa qualité de pêcheur, il put gagner sa
vie sur le fleuve, se maria et revint au pays après l'amnistie, avec
sa femme, née Tardif, des Tardif de Fourques, et qu'il continuait à
appeler Tardive.

Ruf et Tardive avaient un fils qu'ils voulurent me présenter.

On cria: «Ganteaume! Ganteaume!» Je m'attendais à quelque solide
gaillard déjà tanné par le soleil et la mer; je vis sortir d'une touffe
de tamaris un tard-venu de dix ans, les cheveux ébouriffés, l'air
sauvage, tenant par les pattes une grenouille qu'il venait de capturer.
C'était M. l'Aîné, porteur du nom, c'était Ganteaume.

Je parvins à apprivoiser Ganteaume, et vécus chez ces braves gens
toute une semaine. J'avais promis de leur donner de mes nouvelles. Je
ne l'ai point fait. Me reconnaîtront-ils après quatre ans?...

Ils m'ont reconnu, et j'ai trouvé toutes choses en état.

Une cabane toujours neuve; car Ruf, à chaque automne, en renouvelle la
toiture de roseaux, et Tardive, tous les samedis, Ganteaume tenant le
seau où flotte la chaux délayée, rebadigeonne crête et murs, suivant la
coutume du pays d'Arles.

Comme changement, quelques rides sur la face incrustée de sel du
patron, et quelques fils d'argent dans les bandeaux grecs de Tardive.

Ganteaume, poussé vite, est devenu un vaillant garçonnet aux cheveux
frisottants de petit blond qui brunira. Ganteaume ne pêche plus aux
grenouilles. Quand il ne va pas à la mer, il monte Arlatan, un étalon
camarguais, blanc comme la craie, vif comme la poudre, que son père,
avec le harnachement en crin tressé, les étriers pleins, la haute
selle, ramena de Fourques où l'avait appelé un héritage.

Mon installation est bientôt prête. Ganteaume, qui couchera à côté de
ses parents, me cède sa chambre; il me semble qu'elle m'attendait.

En l'honneur de mon arrivée, on a dîné d'une bouillabaisse pêchée par
patron Ruf lui-même et servie, suivant l'usage, sur une écorce de liège
oblongue creusée légèrement, pareille à un bouclier barbare. Nous
avions chacun pour assiette une moitié de nacre, moules gigantesques
aux reflets d'argent et d'acajou que les barques, à grand effort, d'un
câble noué en nœud coulant, arrachent dans les récifs du golfe.

A part ce détail tout local des assiettes et du plat, j'aurais pu,
avec cet horizon d'eaux miroitantes, de tamaris en dentelle sur l'or
du couchant, et le clairin d'Arlatan qui tintait, me croire au bord du
Vaccarès, dans quelque coin perdu, entre la tour Saint-Louis et les
Saintes.

Derrière les dunes, la vague chantait.

Jusqu'à minuit, Tardive, belle d'humble orgueil, me fit l'éloge de son
bonheur. Ganteaume sommeillait. Patron Ruf fumait sans rien dire.
Et j'admirais cet inconscient poète qui, pour que sa femme se sentît
heureuse et l'aimât, sur un peu de terre amoncelée par l'eau d'un
ruisseau, lui avait refait une patrie.



IV

PATRON RUF


Patron Ruf, en réalité, vit de sa pêche que Tardive, montée sur
Arlatan, va deux ou trois fois par semaine vendre à la ville. Mais son
orgueil est d'être corailleur.

Ne devient pas corailleur qui veut! Le titre se transmet de père en
fils, et les membres de la corporation, une fois reçus, jurent le
secret.

Un triste métier, paraît-il, que celui de mousse apprenti. Patron
Ruf a passé par là, restant des journées entières au fond du
bateau—pendant que l'équipage, avant de promener le filet-drague dans
les hauts-fonds, s'orientait, pour reconnaître les endroits propices,
sur quelque rocher remarqué, quelque _ensignadou_ de la côte—et ne
respirant guère que le soir, quand, la journée finie, le bateau amarré,
il s'agissait de chercher de l'eau, de ramasser du bois et de faire la
bouillabaisse.

A seize ans, patron Ruf avait été initié. Et maintenant encore, dès
que les mois d'été arrivent, le diable ne l'empêcherait pas d'aller
rejoindre la flottille des Confrères au cap d'Antibes. Expéditions
mystérieuses où l'on emporte deux, trois jours de vivres, où l'on feint
d'embarquer pour Gênes, la Corse, la Sardaigne, bien qu'en somme on ne
perde guère la terre de vue.

Juin approchant, patron Ruf parle de partir, d'emmener cette fois
Ganteaume.

Mais Tardive gardera Ganteaume, et c'est là leur seule querelle.

En attendant, patron Ruf m'a pris pour second. Tous les matins nous
filons au large jeter le _gangui_ ou bien tendre les _palangrottes_.

Hier, la mer est devenue grosse subitement. Un peu de mistral
soufflait! nous avons dû, au retour, tirer des bordées.

Patron Ruf tenait la barre et ne parlait pas. Ganteaume courait pieds
nus sur le plat-bord, tout entier à sa voile et à ses cordages. Et
tandis que les grandes lames, lentes et lourdes, se déroulaient sous le
soleil pareilles à du plomb fondu, je m'amusais, passager inutile, à
regarder la côte aride, les collines échelonnées montant ou s'abaissant
les unes derrière les autres selon que la bordée nous rapprochait de la
rive ou bien nous ramenait au large.

A la cime d'un pic, dans le soleil, une tache blanche brillait. Je
demandai:—«Est-ce un village?—Le Puget..., répondit patron Ruf sans
lâcher sa pipe.—Le Puget-Maure!» ajouta Ganteaume.

L'aspect du lieu, ce nom sarrasin, surexcitaient ma curiosité savante.
J'aurais voulu d'autres détails. Mais patron Ruf, furieux d'un coup
de barre donné à faux, s'obstinait dans sa taciturnité; malgré mon
impatience, je dus me résigner et attendre que la belle humeur lui
revînt avec le beau temps.

Aujourd'hui le vent a augmenté.

Au _cagnard_, entre deux buttes de sable tiède où le vif soleil des
jours de mistral allume des paillettes, nous causons, patron Ruf et
moi, tandis que là-bas Tardive cuisine et que Ganteaume vagabonde
sur la plage ramassant, pour me les montrer, des coquilles, des os
de seiche, des pierres ponces, et les épis d'algue feutrés en boules
brunes que rejette au milieu de flocons d'écume la grande colère de la
mer.

Dans nos conversations, c'est généralement de politique qu'il s'agit.

Grave, rasé, l'air d'un Latin, patron Ruf, plus que jamais, maintient
la République. Paris le préoccupe beaucoup. Il en admire les grands
hommes. Et, n'ayant guère pour lecture qu'un vieux Plutarque
dépareillé, il se figure Paris comme Rome ou Athènes. Il possède dans
sa cabane un buste en plâtre de Marianne qu'il appelle sérieusement
la déesse et qui fait pendant à une sainte Marthe domptant la
tarasque, que Tardive apporta de Tarascon. Les jours de fête, Tardive
partage ses fleurs entre sainte Marthe et Marianne. Parfois aussi
elle se révolte:—«Eh té! qu'est-ce qu'elle peut nous donner de
plus ta République? N'avons-nous pas une maison, un bon bateau, un
bel enfant?...» A quoi patron Ruf répond:—«Tout le monde n'est pas
comme nous. Il y a des pauvres dans les grandes villes. Les femmes ne
comprennent pas ça! La gloire de la République, c'est de songer au sort
des pauvres.»

Pour une fois cependant nous laissons la politique tranquille. Encore
préoccupé de notre traversée d'hier, j'ai remis sur le tapis ce village
du Puget-Maure, entrevu de loin et si étrangement perché.

—«Drôle d'idée de vouloir vous perdre dans ce paradis des couleuvres.
Le Puget n'est même plus un village. Il y a cent ans, je ne dis
pas. Mais depuis, ce qu'il pouvait rester de bon là-haut, terre et
habitants, est descendu en plaine. Le roc seul persiste, avec une
vingtaine de familles qui font semblant de cultiver ce que la pluie
a laissé dans les creux. Et quelles familles! des gens à figure de
bohémiens qui ne se marient qu'entre eux, par fierté, disent-ils, mais
aussi par misère. Tout ce vilain monde n'aurait qu'à mourir de sa
belle faim. Seulement les femmes, un peu sorcières, vont à la ville
les jours de marché vendre des fromageons et des plantes de montagne.
Les hommes, eux, braconnent malgré les gendarmes, et la poudre ne leur
coûte pas cher.»

Patron Ruf ne se doute pas qu'en disant du mal du Puget-Maure, il ne
fait qu'augmenter mon désir.

—«Vous ne trouverez même plus de route. Il en existait une autrefois.
L'orage l'a changée en ravine, et les gens du Puget se croient trop
grands seigneurs pour faire métier de cantonniers.»

Mon obstination pourtant a fini par vaincre les résistances de patron
Ruf, qui, Romain dans le sang, hait par instinct ces races bédouines,
et, vieil homme de mer, considère comme une aventureuse expédition
cette marche de quelques heures en montagne.

Patron Ruf s'est même rappelé fort à propos qu'il possédait là-haut un
ami.

—«Un ancien capitaine caboteur, brave homme, mais à moitié fou, qui
s'est mis en tête d'aller vivre au Puget-Maure avec sa fille. Ils
habitent le château. Vous verrez ce château: je ne le changerais pas
pour le mien.»

Que patron Ruf déverse à l'aise son mépris sur le Puget-Maure!

L'important c'est qu'aussitôt le beau temps revenu, il doit me conduire
en barque jusqu'à la calanque d'Aygues-Sèches, où tombe le Riou qui
passe au Puget. Je pourrai de là, paraît-il, en remontant le lit du
torrent, gagner le village sans trop de peine. Les torrents, ici comme
en Grèce, sont encore, pendant l'été, les plus praticables des chemins.



V

LA CALANQUE


Patron Ruf m'a ménagé une surprise.

Pendant que nous irons par mer, Tardive, montée sur Arlatan avec
Ganteaume en croupe, portera, par le sentier ordinaire, il en existe un
décidément, mes bagages jusqu'au Puget. Puis Tardive reviendra seule,
me laissant Ganteaume comme société pour une quinzaine. C'est l'époque
où patron Ruf éprouve le besoin d'aller pêcher du corail, et Ganteaume,
ne l'accompagnant pas, lui devient inutile.

Patron Ruf, cependant, ne pardonne pas encore au Puget.

Il profite de ce que nous sommes seuls sur l'eau bleue pour recommencer
sa diatribe. Mais au lieu d'attaquer de face, il y arrive par un détour.

Patron Ruf me raconte, pourquoi me raconte-t-il cela? que le coin de
golfe où nous naviguons recouvre une ville disparue, on ne sait quand,
du temps de «la louve de marbre!» Lorsque la mer, comme aujourd'hui,
est très unie, on aperçoit distinctement des murs de cirque, des
colonnes.—«Tout un Arles, là-bas, à dix brasses. Regardez plutôt!» Je
regarde et n'arrive guère à distinguer, avec de gros oursins roulant
sur leurs piquants et des poissons aux reflets de métal, qu'un fond
montueux noir d'algues flottantes.

Patron Ruf, plus heureux, découvre toute sorte de choses. Il s'exalte.
Il parle de coupes d'argent, de dieux en bronze, autrefois ramenés dans
le filet des pêcheurs, d'une jarre pareille à un bloc de rocher sous
sa couche de coquillages, mais pleine de pièces d'or, qu'un enfant
trouva, roulée dans le sable, un lendemain de tempête.—«Ah! si tout
l'or caché qui dort inutile paraissait au jour!» Et, vieux républicain
en qui revit l'âme des Gracques, le voilà pétrissant le monde à sa
fantaisie, un monde où chacun naîtrait riche, où les braves gens
seraient heureux.

Si pourtant, quelque matin, en jetant le «gangui», il accrochait,
lui aussi, un bout de trésor? on saurait s'en servir tout comme un
autre.—«Nous voyez-vous, moi en monsieur, Tardive en dame et Ganteaume
avec des escarpins vernis!»

Attention: patron Ruf se raille lui-même; et quand un Provençal se
raille, il n'est jamais long à railler quelqu'un autre.

Maintenant c'est aux gens du Puget-Maure qu'en a patron Ruf. Ils
possèdent eux aussi un trésor, et c'est ce qui les rend si fiers, une
chèvre en or qu'on rencontre la nuit broutant la mousse des montagnes.
Jamais personne n'a pu la prendre tant elle court vite. Mais l'espoir
fait vivre quoiqu'il engraisse peu; et si les Mouresq, comme on les
appelle, sont tous maigres, c'est que, depuis longtemps, pécaïre! ils
ne vivent guère que d'espoir.

Patron Ruf, ayant cette fois tout dit, se mit à rire silencieusement,
les dents serrées sur son tuyau de pipe. Il riait encore en débarquant
au bas des falaises d'Aygues-Sèches. Il s'arrêta seulement de rire
pour notre déjeuner d'adieu préparé d'avance par Tardive, et que
nous augmentâmes de quelques douzaines d'arapèdes noblement moussus,
cueillis au couteau dans les roches.



VI

DANS LE VALLON


Patron Ruf m'a dit: «Le vallon passe juste sous le village; en le
remontant tout droit, au bout de deux petites heures, vous serez rendu
au Puget.»

Un berger de quinze ans qui, laissant son chien faire la garde,
s'amusait à tailler en figurines les nodosités baroques d'un bâton de
caroubier, confirme ces renseignements.

Le voyage est charmant d'abord dans ce lit de torrent qui, au lieu
d'eau, roule sous la brise venue de la mer ses grandes fleurs et ses
herbes grises.

Par malheur, ni patron Ruf, ni le berger, ne m'ont averti d'un point
important. C'est qu'un peu plus haut, l'orage, mauvais ingénieur,
a laissé en route les trois quarts au moins des cailloux roulés et
des rochers que son flot boueux devait charrier à la grève. De sorte
que, maintenant, ma marche vers le Puget-Maure n'est plus qu'une
série de périlleuses escalades à travers des cascades sèches, amas de
pierrailles et de blocs traîtreusement polis que rend plus glissants
encore un tapis d'aiguilles de pins.

Combien durèrent les deux heures? je l'ignore! le temps passe vite
lorsqu'on fait ce ridicule métier de s'accrocher, sans repos ni trêve,
des pieds, aux aspérités de la pierre, des mains, à quelque touffe de
ciste, de lentisque, à quelque branche de figuier sauvage, dont les
feuilles froissées m'entêtaient de leur forte odeur.

Toujours est-il que le soleil, violent encore, baissait déjà quand à un
détour le Puget-Maure m'apparut. Il me semblait tout près, à portée de
la main, derrière ce dernier promontoire. Mais le promontoire franchi,
un autre aussitôt se dressait, puis disparaissait, laissant voir ce
fantastique petit village que je m'imaginais toujours être sur le point
d'atteindre, et qui, à chaque fois, s'éloignait.

Le paysage avait changé. Je m'en aperçus seulement à l'heure où, à bout
d'énergie, je m'étendis, le dos dans l'herbe, sous un bloc.

Ce n'étaient plus les blancheurs calcaires des falaises au bord
du golfe; mais—comme si un antique volcan eût déversé là ses
coulées—deux hautes murailles porphyriques dont les innombrables
paillettes s'allumaient aux reflets rouges du couchant. Sur ce terrain
de feu où les rayons se concentraient: une végétation africaine, de
grands aloès, des cactus, et, çà et là, martyr écorché, le tronc
saignant d'un chêne-liège. La chaleur devenue intense, à la tombée du
jour, faisait partout craquer les écorces, pleurer les résines, et se
mourir dans un crescendo exaspéré l'aride chanson des cigales.

Il faut croire que je m'endormis.

Je m'endormis, et fis tout de suite un rêve étrange, longtemps
continué, pendant lequel il me sembla vivre des années et des années.

En quête de trésors cachés, je parcourais des pays inconnus, des
royaumes chimériques; mais toujours le rêve me ramenait dans une vallée
fermée, aux parois couleur de braise, incrustés d'escarboucles, où,
souffrant d'une soif ardente, je poursuivais la Chèvre d'Or.

J'étais même sur le point de la saisir, j'apercevais distinctement, à
deux pas de moi, entre deux buissons, ses yeux malicieux, ses cornes et
son front têtu...

Mais un chevrotement rapproché, un léger tintement de clochettes me
réveillèrent. J'ouvris les yeux et crus d'abord qu'une hallucination
prolongeait mon rêve.

Non! Quoique s'assombrissant de minute en minute sous le crépuscule
survenu pendant ce long sommeil, je reconnaissais le paysage admiré
tantôt dans sa splendeur ensoleillée; et c'était bien une vraie chèvre,
une chèvre en chair et en os qui, à la cime d'une roche aiguë, les
quatre pieds joints, me regardait. Ses cornes luisaient, ses sabots
luisaient, sa toison avait des tons fauves.

J'avançai doucement, ma familiarité l'offensa. Elle fit un bond,
disparut un instant, puis reparut sur une autre roche.

A la place qu'elle quittait, où ses sabots avaient posé, la pierre
rouge semblait frottée d'or. Et je me disais:

«Voilà qui semble donner tort aux railleries de patron Ruf! Si j'avais
cependant, pour mes débuts dans ce pays, rencontré la Chèvre d'Or de la
légende?»

Cependant, l'espiègle chèvre jaune, tout comme eût fait la Chèvre fée,
semblait m'attendre, me provoquer.

J'avançai encore; elle repartit, cornes en avant cette fois, dans un
épais fourré de lentisques où, d'abord, elle s'empêtra. Je la tenais
déjà, je caressais son poil rude et roux, quand d'un simple effort,
rompant l'obstacle des branchages, elle retomba, bondissante et libre,
de l'autre côté.

Quelque chose tinta, sa clochette sans doute qui s'était détachée.
Car je trouvai, sous le buisson, une de ces clavettes en forme de
demi-croissant dont les bergers se servent pour boucler le collier
de bois que les chèvres portent au cou. Je cherchai vainement la
clochette. Plus lourde, elle avait dû rebondir et rouler dans un creux,
où, parmi les pierres, riait un peu d'eau.

La chèvre était loin, elle courait. Piqué au jeu, intéressé par le
mystère, je me mis à courir aussi, sans trop buter pourtant: maintenant
nous suivions une manière de chemin! Et j'étais déjà tout près d'elle,
quand, sous la lune se levant, d'un dernier saut, comme par miracle,
je la vis soudain disparaître dans la masse même du roc qui semblait
barrer le vallon.

En même temps, au-dessus de moi, à cinquante pieds, j'entendis un
bruit de voix, un son d'angelus; et, levant la tête, je m'aperçus, au
déchiquetage des toits sur le ciel, à la silhouette des gens causant
accoudés en haut d'une terrasse, que ce que j'avais pris pour un roc,
était probablement un village.

—«Holà! criai-je, est-ce ici le Puget?

—Ici même, vous n'avez qu'à suivre le sentier, monter l'escalier et
passer la porte.»

Je suivis un étroit sentier que continuaient, mauvais aux pieds, des
degrés taillés dans la pierre. Je passai sous un portail bas, veuf de
ses battants, mais encore surmonté de vagues armoiries. Une vieille
femme m'indiqua l'auberge.

Et, malgré les sinistres prédictions de patron Ruf, je pus, après un
souper que l'appétit me fit trouver délicieux, dormir dans un lit blanc
dressé au beau milieu d'une chambrette plus blanche encore, dont les
ogives bizarres, jusqu'au moment où la fatigue ferma mes paupières,
m'avaient donné l'illusion d'un accueillant et rustique Alhambra.



VII

LA CHÈVRE D'OR


J'avais oublié la chèvre. Ganteaume, au matin, me la rappelle.

Arrivés tard avec Arlatan, il a couché, Tardive aussitôt repartie, chez
cet ancien capitaine dont patron Ruf hier me parlait.

Ganteaume m'apporte ma valise.

En la posant sur la table, il découvre un fragment de rocher rouge,
brillant de paillettes, ramassé par moi machinalement à l'endroit où
la chèvre m'était apparue. Il s'extasie, il me demande si toutes ces
paillettes sont du vrai or.

La clavette aussi l'intéresse. Généralement les clavettes sont en buis
taillé au couteau, et Ganteaume me fait remarquer que celle-ci est en
ivoire.

Puis il me quitte pour aller chercher mes livres. Demeuré seul, je
réfléchis.

Bien avant les récits de patron Ruf, je la connaissais sa légende, et
dans tous les coins de Provence j'avais rencontré la Chèvre d'Or.

Aux Baux, pendant les nuits de lune, à travers les palais abandonnés,
le long des abîmes; non loin d'Arles, à Cordes, autour du mystérieux
souterrain taillé dans le roc, en forme d'épée; et près de Vallauris,
du val d'or, sur ce plateau semé d'étranges ruines, qu'on appelle
également Cordes ou Cordoue, et d'où la vue s'étend si belle, par delà
les bois d'orangers qui font ceinture au golfe Juan, jusqu'aux îles de
Lérins: Sainte-Marguerite, Saint-Honorat, blanches au milieu de la mer.

Partout la légende se rattachait aux souvenirs de l'occupation
sarrasine; partout il s'agissait de cette chèvre à la toison d'or,
habitant une grotte pleine d'incalculables richesses, et menant à la
mort l'homme assez audacieux pour essayer de la suivre ou de s'emparer
d'elle.

Ainsi ma demi-hallucination s'explique de la façon la plus naturelle du
monde.

La chaleur était accablante sous les pins; et, la tête encore lourde
des bavardages de patron Ruf, il n'est pas étonnant que, m'étant
endormi, j'aie rêvé trésors et qu'au réveil j'aie un instant pris pour
la Chèvre d'Or la première chèvre venue.

Les chèvres rousses ne sont pas rares. A Naples, je me souviens d'en
avoir vu tout un troupeau au pied du tombeau de Virgile.

Si les sabots de ma chèvre luisaient avec des reflets de diamant, c'est
que, sans doute, elle les avait polis à galoper dans l'herbe sèche et
les pierrailles. Si ses cornes luisaient aussi, c'est qu'elle aimait
fourrager, tête en avant, au milieu du feuillage dur des myrtes et des
lentisques. Quant aux traces laissées par ses sabots, j'étais assez
géologue pour constater, au seul examen du peu précieux caillou admiré
de Ganteaume, qu'il s'agissait simplement d'un fragment de porphyre
rouge où s'incrustaient des grains de mica.

La clavette pourtant m'intriguait. Je la montrai à l'aubergiste.

—«Ceci, me dit-il, en prenant un air grave, est une clavette de
sonnaille; mais bien qu'ayant, dans le temps, gardé les troupeaux,
je n'en vis jamais de pareille. D'abord, si je ne me trompe, on la
croirait en fin ivoire. Et puis remarquez ces dessins: les bergers
d'aujourd'hui ne savent plus travailler ainsi. Ça m'a l'air vieux
comme les chemins. L'homme qui fit la clavette doit être mort depuis
longtemps, et aussi la bête qui la portait au cou.»

Je jugeai inutile de détromper l'hôtelier en lui racontant que la
chèvre qui avait perdu la clavette se trouvait vivante, et bien vivante.

—«Que la clavette soit ou non ancienne, un morceau d'ivoire aura
toujours pu tomber par hasard entre les mains d'un pâtre qui se serait
amusé à le sculpter.»

Il n'en est pas moins vrai que si le pâtre en question, un pâtre
quelconque, ou Ganteaume, en faisant la même trouvaille, avait vu,
comme moi, fuir dans les braises du couchant une chèvre aux poils
rutilants et fauves, si comme moi il avait remarqué, sur les pierres
que ses sabots effleuraient, des taches d'un éclat métallique, aucun
raisonnement ne l'eût empêché de croire que réellement la Chèvre d'Or
lui était apparue.

J'aurais voulu être ce pâtre.

Je serais retourné au vallon chaque soir, ému de terreur et
d'espérance, pour la guetter, pour la traquer, malgré périls et
précipices, par les lieux sauvages qu'elle hante, jusqu'au trésor,
jusqu'à la grotte. Et cette naïve illusion aurait, du moins pendant
quelques heures, quelques mois, illuminé ma vie.



VIII

AU BACCHUS NAVIGATEUR


Ganteaume ne revenant pas, je pris le parti de visiter le village.

Vrai nid à pirates, ce Puget, haut perché sur son roc d'où l'on
voit la mer au lointain à travers les lances aiguës des végétations
barbaresques.

Pas de remparts: les maisons en tenaient lieu, s'alignant au ras de
l'abîme et percées de rares et étroites fenêtres qui pouvaient, au
besoin, servir de meurtrières.

J'ai voulu faire tout le tour, descendre au vallon parcouru hier; j'ai
reconnu la vieille porte par laquelle j'étais entré.

Au dedans, des ruelles en escalier, de longs couverts sombres et frais,
puis, avec la fontaine et le lavoir, une placette entourée d'arcades
blanches. Beaucoup de maisons vides, ouvertes à tous les vents.
L'herbe y croît, la marjolaine y embaume dans les débris des plafonds
effondrés; et c'est, entre les fenêtres sans volets ni vitres, les
toits dont les trous laissent voir le bleu du ciel, un chassé-croisé
d'hirondelles.

Si je m'aventurais dans ce dédale? j'essaye, attiré par le pittoresque,
mais je dois bientôt battre en retraite.

Hommes et femmes, assis sur les seuils, me regardent, oh! sans
malveillance, mais avec un étonnement marqué. Voilà bien les
demi-sauvages que m'avait annoncés patron Ruf. Ils me saluent pourtant
lorsque je les salue. Mais la rue leur appartient et je me sens intrus
chez eux. Vite, retournons à la placette!

Ganteaume était là. Il me cherchait. «Depuis plus de deux heures!»
ajoute-t-il en bon Méridional amplificateur qu'il est déjà.

Quelqu'un me demande, paraît-il, M. Honnorat Gazan, le capitaine ami de
patron Ruf.

Tardive lui a parlé de moi, et il a tenu à me faire le premier sa
visite.

Je gagne donc l'auberge, et gravis, toujours précédé de Ganteaume, son
beau perron en pierre froide, à qui les chaussures paysannes et les
glissades des gamins ont donne le poli du marbre vert, après avoir
admiré, détail qui m'échappa ce matin, l'étonnante enseigne:—_Au
Bacchus navigateur_,—représentant un enfant joufflu, coiffé de
raisins, à cheval sur un tonneau qu'assiègent les flots en furie.

En effet, M. Honnorat m'attendait, tranquillement d'ailleurs, auprès
d'une bouteille de muscat, dans la grande salle du _Bacchus_ aussi
obscure qu'un café arabe, les volets en étant fermés par crainte du
soleil et des mouches.

On se serre la main à tâtons; mais les yeux peu à peu s'habituent au
demi-jour, et la connaissance, grâce au muscat, se trouve, au bout d'un
moment, faite et parfaite.

M. Honnorat, Gazan Honnorat, est justement le maire du Puget. En cette
qualité, il a la garde des archives, c'est-à-dire qu'il détient la
clef d'un vieux coffre relégué dans un galetas.

—«Si vous n'avez peur ni de la poussière ni des rats, votre visite
arrive à point. En fouillant dans nos paperasses vous leur rendrez un
vrai service. Saladine, ma gouvernante, vieillit et les néglige. Elles
doivent avoir grand besoin d'être époussetées.»

Au fond, M. Honnorat est plus savant qu'il ne voudrait le paraître.
Comme j'expose mes projets, il m'avoue avoir lui-même, dans le temps,
entrepris, puis abandonné un travail analogue à celui que je rêve: la
monographie du Puget-Maure, ainsi nommé, m'assure-t-il, parce que grâce
à une situation naturellement fortifiée, des Sarrasins s'y maintinrent
même après la suprême défaite et la destruction du Fraxinet.

—«C'est fort curieux, et vous auriez dû...

—Oui! j'aurais dû continuer. Mais que voulez-vous? Les Provençaux,
ceux d'ici en particulier, sont tous les mêmes. Jusqu'à cinquante ans,
de la poudre! et puis la paresse vous gagne, on engraisse et on devient
Turc.»

M. Honnorat me donne des détails.

Trop éloignés de la mer pour fuir, les habitants du Puget-Maure
avaient dû se faire respecter. Assez tard, vers le XVe siècle, ils
s'étaient convertis tant bien que mal et mêlés aux gens du voisinage.
Mais la race subsistait ainsi que certaines coutumes caractéristiques.
M. Honnorat citait des familles: les Quitran, les Goiran, les Roustan,
les Autran.—«Tous ces noms en _an_, disait-il, sentent leur origine
arabe. Nous en tenons aussi, nous autres les Gazan; et, si vous avez
de bons yeux, vous pourrez distinguer, sur notre porte, un restant
d'écusson de tournure assez maugrabine.»

Je n'ai pas eu le temps de vérifier la valeur des théories
ethnographiques et linguistiques du brave M. Honnorat.

En tout cas, ces maigres et bruns paysans, d'une distinction si sauvage
sous leurs habits de laine couleur de la bête, représenteraient
aisément des pirates fort convenables. Et M. Honnorat lui-même, avec
son grand nez, son air calme et digne, les sentences fatalistes qui,
lorsqu'il retire sa pipe pour parler, roulent le long de sa forte
barbe, plus rare près des oreilles et autour des lèvres, me fait par
moment tout l'effet d'un vieux serviteur du Prophète.

Mais le muscat est terminé, M. Honnorat, à toute force, veut me montrer
son château, me présenter sa fille. Il est veuf, paraît-il, et possède
une fille charmante. Nous voilà donc nous dirigeant vers le château
planté au coin de la placette, château qui ressemblerait à toutes les
maisons sans un assez beau portail d'aspect féodal et rustique et sans
une tour à terrasse, jadis forteresse, aujourd'hui colombier, dont les
murs, revêtus sur trois faces, par le soleil, d'une croûte couleur de
brioche, s'effritent rongés par l'air salin du côté qui regarde la mer.



IX

LES PAPILLONS BLANCS


—«Norette! Norette!» criait, de son creux d'ancien caboteur, M.
Honnorat debout au pied de la tour.—«Norette!...» Mais Norette ne
répondait point.

—«Ah! vous pouvez bien l'appeler jusqu'à demain, interrompit une voix
irritée, mademoiselle a quitté le four, me laissant seule, avec tout
le souci, aussitôt la fougasse faite. Maintenant Mademoiselle est sous
les toits, à son grainage; et quand Mademoiselle est à son grainage, le
Père Éternel pourrait tonner qu'elle ne se dérangerait pas.»

La personne qui, sans qu'on l'en priât, se mêlait ainsi à la
conversation, suivant le patriarcal usage de Provence, était une
grande femme maigre et sèche en qui tout de suite et même avant que M.
Honnorat ne lui eût dit: «Posez donc nos pains pour vous fâcher plus
à l'aise, Saladine!» j'avais deviné, aussi dévouée que tyrannique, la
gouvernante du château des Gazan.

Sur sa tête, classiquement couronnée du petit coussin rond des
cariatides, elle portait en équilibre une large planche couverte de
pains fumants et tenait sous le bras, dans une serviette, un de ces
gâteaux minces, faits avec la pâte du pain que les ménagères étalent,
le picotant du bout des doigts et l'arrosant d'huile, devant la gueule
ouverte du four.

—«Voilà! soupirait M. Honnorat, voilà ce qu'il nous aurait fallu pour
faire passer le muscat. On y pensera une autre fois; goûtons-y tout de
même en attendant.»

Je rompis un angle et déclarai, sans avoir besoin de mentir, la
fougasse délicieuse. M. Honnorat, lui, ne se prononçait pas:

—«On y a peut-être épargné l'huile?...» Mot imprudent qui aussitôt
redéchaîna les fureurs de Saladine.

—«Épargné l'huile? si vous pouvez dire! La bouteille entière y a
passé, une bouteille d'huile vierge dont chaque goutte vaut son
pesant d'or. Seulement nous avons trouvé là cinq ou six femmes qui
_cuisaient_, et Mlle Norette, comme toujours, a voulu arroser leur
fougasse. C'est un gaspillage, un massacre. Ah! quand la pauvre Madame
Gazan vivait!...»

M. Honnorat m'avait pris par le bras:

—«Je connais Saladine. Elle en a encore pour une bonne petite heure
à tempêter: sauvons-nous sous les toits, vous verrez grainer, c'est
intéressant.»

Un escalier noir, un palier noir; puis une porte qui s'ouvre, et, dans
le carré clair de la porte, un fourmillement d'argent et d'or.

—«Mademoiselle Gazan... l'ami de patron Ruf...»

Instinctivement, je salue; et, la première surprise des yeux passée, je
regarde autour de moi et me rends compte.

Nous sommes au grenier, un grenier où de toutes parts le soleil entre
comme chez lui.

L'or, c'est des chapelets de cocons suspendus à des barres
transversales et si serrés qu'ils forment tenture; l'argent, des
papillons blancs accrochés le long des cocons.

Prudemment, baissant la tête pour ne rien heurter, nous pénétrons dans
le sanctuaire à la suite de Mlle Norette et de Ganteaume qui, depuis
hier, s'est constitué son page.

M. Honnorat me raconte que Mlle Norette, la soie étant à vil prix et
la graine au contraire se vendant très cher, a eu l'idée de faire
exclusivement du grainage. Elle y réussit, paraît-il. L'argent
qu'elle gagne est pour elle. De tout temps, dans les familles de
bonne bourgeoisie, l'élevage du ver à soie a été considéré comme
occupation noble à laquelle on peut se livrer sans déchoir. La graine
du Puget-Maure est recherchée, car on ne fabrique pas de bonne graine
partout. C'est un travail d'attention et de conscience. Il faut trier
les cocons avec grand soin; il faut examiner au microscope, suivant la
méthode Pasteur, les papillons douteux ou malades...

Et le voilà qui m'explique tout en détail: les cocons de choix mis en
chapelets, en _filanes_, délicatement, l'aiguille dans la bourre,
sans qu'elle offense le cocon; les papillons qui sortent, mâles et
femelles, la femelle immobile, attendant, le mâle frissonnant du corps
et des ailes; comme quoi les uns s'accouplent d'eux-mêmes, comme quoi
il faut marier les autres et après cela les _démarier_, noyant les
mâles inutiles désormais, tandis que les femelles, sur un cadre garni
de toile, pondent leurs œufs, la graine! pareils à un semis serré de
petites perles incolores d'abord, puis jaune paille, puis violettes,
puis gris de plomb. D'autres ont des procédés compliqués, des sacs en
mousseline, des casiers où chaque cocon est isolé. Lui s'en tient aux
procédés simples...

Mais je ne l'écoute que vaguement.

Je regarde Mlle Norette, brune, frêle, presque une enfant, sauf la
précocité orientale du corsage, Mlle Norette qui s'est remise au
travail, et, souriante, sans penser à mal, avec une ingénue chasteté,
une cruauté ingénue, de ses fins doigts ambrés, marie et démarie les
papillons femelles dont visiblement le cœur s'ouvre, les mâles tout
vibrants d'une palpitation de désir.



X

INSTALLATION DANS LA TOUR


Oui! une enfant, cette Mlle Norette. Tout à fait une enfant: ses yeux
le disent, que rien ne semble inquiéter, très noirs, malicieux et doux,
innocemment ouverts sur la vie.

Elle est femme par la volonté.

Ayant perdu sa mère à douze ans, entre un père ami du repos et la
rugueuse Saladine, depuis c'est elle qui gouverne. Oh! sans paraître
commander. Seulement, avec ses airs de bon tyran, M. Honnorat ne fait
que ce qu'elle a bien voulu approuver d'avance, et, malgré ses colères
et ses cris d'aigle, Saladine elle-même lui obéit.

Mlle Norette a dû vouloir que je m'installe au château, car M.
Honnorat, à force d'instances, m'y a décidé; ce matin, Saladine me
déménage.

Il paraît que le _Bacchus navigateur_, avec ma chambre attenante à la
salle commune, et toujours pleine, par les trous de la cloison, du
bruit des joueurs et du bourdonnement des mouches, n'était pas un logis
convenable pour moi.

—«Et puis, me dit M. Honnorat, que penseraient les gens s'ils savaient
que je laisse à l'auberge, comme des colporteurs ou bien des comédiens,
le fils et l'ami de patron Ruf?»

J'ai donc quitté le _Bacchus navigateur_ où je continuerai pourtant à
prendre mes repas avec Ganteaume.

M. Honnorat nous offre, à Ganteaume et à moi, toute une tranche de sa
tour.

La chose au Puget n'a rien qui choque. Habiter sous le même toit, même
quand sous ce toit est une jeune fille, n'implique pas l'intimité. Les
maisons ont souvent trois, quatre propriétaires; chacun occupe son coin
sans s'inquiéter du voisin, et, en cas de procès, on ne se reconnaît
pas toujours aisément dans l'enchevêtrement des étages.

Un peu haut peut-être le retrait qui m'est destiné, mais charmant,
comme fait pour moi.

Les archives sont au-dessus, dans une manière de galetas, ce qui rendra
commodes mes recherches.

Et, pour ne pas perdre de temps, tandis que j'écoute, à travers le
plancher, Saladine et Norette, l'une grondant, l'autre riant, remuer
des meubles, j'ai passé toute une après-midi délicieuse à secouer ces
papiers jaunis, ces parchemins recroquevillés d'où monte le parfum
des âges. Plusieurs chartes que je me réserve d'étudier. Un _terrier_
de 1400 où les noms de lieux sacrilègement travestis par nos employés
au cadastre, les noms de famille disparus, apparaissent dans leur
originelle vérité sous l'écorce d'un rude provençal paysan ou d'un
latin naïvement barbare.

Après le galetas, il y a la terrasse: terrasse à la mode du pays,
bordée d'un haut parapet en bâtisse qui va diminuant, suivant la
pente du toit dallé, de façon qu'à l'extrémité de la pente on puisse
s'accouder pour voir le paysage et que, sur les trois autres faces, on
trouve toujours un coin d'ombre fraîche en été, un coin de soleil en
hiver.

Perché comme un guetteur, je pourrais au loin voir passer patron Ruf et
sa voile blanche.

Un ruisseau chante sous la tour. Des sources invisibles, filtrant au
pied du rocher, l'alimentent. Mais à cent mètres, le ruisseau cesse
de luire dans le lit pierreux du vallon, tari tout de suite qu'il est
par les saignées qu'y pratiquent les propriétaires d'une infinité de
jardinets dont les muraillettes en pierre sèche vont dégringolant la
montagne.

Ici on se rend très bien compte, topographiquement, de l'histoire du
Puget-Maure.

Au temps jadis, avant les défrichements et les cultures, l'eau des
sources devait descendre abondante jusqu'à la mer; et l'aride calanque
d'Aygues-Sèches servait alors d'aiguade aux marins.

Peut-être les Phéniciens et puis les Grecs eurent-ils là un petit port?
Mais à coup sûr les Sarrasins connurent la plage et y abritèrent leurs
barques légères. Plus tard seulement ils montèrent et s'établirent au
Puget demeuré tel qu'ils l'ont bâti, avec ses rues en escaliers où les
maisons penchantes s'entre-baiseraient si, de loin en loin, une voûte,
un arceau n'y mettaient bon ordre.

Gardent-ils quelque vague souvenir de leur origine, ces hommes
qui, là-bas, leur travail fini, devant la vieille maison commune,
contemplent obstinément, dans l'espérance de je ne sais quoi qui doit
venir, la mer, le chemin bleu de l'antique patrie oubliée?

Un «Monsieur! hé! Monsieur!» interrompt mes réflexions archéologiques.

C'est Saladine inquiète, affairée, qui s'avance vers moi, se retournant
pour voir si quelqu'un ne la suit pas.

Pourquoi ces airs mystérieux, et que peut bien me vouloir Saladine?



XI

CLAVETTE ET CLOCHETTE


Il paraît qu'en rangeant le léger bagage rapporté du _Bacchus
navigateur_ par Ganteaume, Mlle Norette s'est montrée fort surprise
de découvrir, au milieu de mes livres et de mes papiers, la fameuse
clavette en ivoire.

Elle a interrogé Ganteaume qui ne lui a rien appris sinon que la
clavette m'appartenait. Maintenant elle voudrait savoir comment cette
clavette est arrivée dans mes mains.

Je raconte alors très simplement à Saladine la rencontre que j'eus
de l'étonnante chèvre jaune qui me fit tant courir tout le long du
vallon, il y a trois jours, le soir même de mon arrivée.

—«Mais c'est Jeanne que vous avez rencontrée!

—Jeanne?

—Oui, _Misé Jano_, la chèvre de Mlle Norette, notre chèvre, qui
précisément, ce jour-là, après avoir, tant elle est malicieuse, arraché
avec ses cornes le piquet qui l'attache au pré, rentra, son collier de
travers, prêt à tomber, la lanière pendante, ayant perdu clavette et
clochette. Voilà bien maintenant la clavette, mais c'est la clochette
qu'il faudrait. Mlle Norette a pleuré, et M. Honnorat, s'il apprend
cela, risque d'en faire une maladie... Une clochette en argent,
monsieur, que, depuis des cents et cents ans, les Gazan ont dans leur
famille? Si vous vous rappeliez l'endroit? on pourrait, des fois, la
retrouver...»

Alors, à son tour, timidement, Mlle Norette, qui attendait dans
l'escalier le résultat de l'ambassade, s'est approchée.

—«Surtout, monsieur, je vous en prie, que mon père n'en sache rien.»

La nuit tombait. J'ai promis de retourner au vallon dès l'aube première
pour essayer de reconnaître le buisson que traversait la chèvre, quand,
dans la nuit, il me sembla entendre quelque chose tinter.

Et ce matin je suis retourné au vallon. Singulier prélude à mes travaux
savants que cette recherche d'une clochette égarée!

Heureusement le bloc de porphyre rouge sur lequel s'est un instant
posée la chèvre pourra servir à me guider.

Voici bien le buisson, l'endroit où tomba la clavette, et, en bas d'une
pente rocheuse, polie au passage des paysans et de leurs bêtes, le trou
d'eau où la clavette a dû rouler.

Quelque chose de blanc tremblait au fond: c'était la clochette.

Je l'ai retirée ruisselante, et tout de suite j'ai compris l'importance
que M. Honnorat et Mlle Norette attachaient à sa possession.

Cette clochette, curieusement ouvragée dans le goût sarrasin, portait,
en ourlet sur l'extrême bord, une manière d'arabesque que je pris
d'abord pour un pur caprice ornemental, mais qui, plus attentivement
examinée, me parut constituer une étrange inscription en grec très
ancien mêlé de caractères coufiques.

Le tout me parut rentrer avec un singulier à propos dans le cadre de
mes études.

Je songeais donc à transcrire l'inscription, me réservant, car je
m'entends un peu en cryptographie, de la déchiffrer à loisir, quand
Mlle Norette est arrivée. Sa chèvre jaune la suivait, pareille
d'ailleurs à toutes les chèvres et nullement fantastique au grand jour.

Mlle Norette m'a repris la clochette, riant et me remerciant; elle l'a
suspendue au cou de _Misé Jano_ qui aussitôt s'est mise à courir devant
sa maîtresse vers le village.

M. Honnorat grondait lorsque nous rentrâmes.

—«Est-ce raisonnable, Norette, de fier ainsi cette clochette d'argent
à la chèvre? Un jour ou l'autre tu peux la perdre!

—Tu vois bien, père, qu'elle n'est pas perdue.

—Sans doute! mais des gens l'ont vue. Cela fait toujours parler les
gens.»

Et, de sa voix doucement entêtée:

—«J'aime assez faire parler les gens!» disait Norette.



XII

PANIER DE SOUHAITS


Cette aventure a établi tout de suite une sorte de complicité entre
Mlle Norette et moi.

Mlle Norette veut, accompagnée de Ganteaume qui ne la quitte plus d'un
pas, me faire visiter de fond en comble, d'abord ma tour, décidément
bien sarrasine, puis le château proprement dit, curieux encore quoique
moins ancien.

Un petit logis Renaissance, mais bâti sur le plan des maisons arabes.
De sorte que l'on s'étonne comme d'un anachronisme, en découvrant au
plafond de l'escalier, presque méconnaissables déjà sous les couches de
chaux superposées, quelques naïfs bas-reliefs inspirés de l'_Iliade_:
un Agamemnon portant la toque du roi François, une dame que, sans le
nom de Briséis inscrit sur une banderole, je prendrais pour Diane de
Poitiers.

En revanche la cour a gardé un caractère oriental des plus purs, avec
son puits à margelle basse, ses niches creusées dans le mur pour
servir d'étagères, le double rang de galeries par où s'éclairent les
chambres sans ouvertures sur la rue, et l'énorme vigne centenaire qui,
jaillissant d'un angle du sol carrelé, la recouvre presque tout entière
de ses bras tortueux et noirs, de ses pampres chargés de grappes dans
lesquels à midi des pigeons roucoulent.

L'intérieur est un vrai musée.

Sans compter quelques portraits d'ancêtres suffisamment rébarbatifs;
partout, des tentures aux vives couleurs provenant de Smyrne et d'Alep,
des armes damasquinées, des lampes de forme bizarre, des tabourets, des
tables, des miroirs à incrustations de nacre font au milieu de meubles
d'il y a cent ans le fouillis le plus bizarre du monde.

Rien d'ailleurs qui sente le culte du bibelot, inconnu, Dieu merci!
sur ces hauteurs; mais quelque chose de patriarcal, la trace restée de
plusieurs générations.

Mlle Norette m'explique qu'en effet on a de tous temps beaucoup voyagé
dans la famille.

Puis elle ouvre un petit coffre en chêne cerclé de bandes de fer, et
me montre des colliers en perles, en corail, ayant généralement pour
agrafe une monnaie grecque ou bien une pierre gravée antique, des
chapelets de sequins, de lourds bracelets d'argent, des gorgerins d'un
style raffiné et barbare, toutes sortes de joyaux rapportés de très
loin à des aïeules, des bisaïeules dont elle se rappelle les noms.

Je demande à voir la clochette. Alors Mlle Norette se trouble; Mlle
Norette, paraît-il, ne l'a plus. Elle l'a rendue à son père qui y tient
beaucoup, comme souvenir.

—«Mais ne lui racontez pas ce qui est arrivé, ne lui dites jamais que
vous l'avez eue entre les mains.»

Et pour rompre une conversation qui la gêne, tout au fond du
coffre elle découvre un corbillon d'osier tressé. Quelles richesses
nouvelles renferme-t-il sous le carré de vieux satin qui précieusement
l'enveloppe?

Un œuf, un grain de sel, un morceau de pain bis et un petit bâton
portant un brin de laine au bout.

—«Ce sont les souhaits! dit Norette.

—Les souhaits?

—Oui! les souhaits et les présents que l'on m'apporta dans mon berceau
lorsque j'étais âgée d'un jour.

—Comme au temps des fées?

—Précisément. Mais depuis longtemps les fées étant mortes, quatre
vieilles femmes, généralement, les remplacent, voisines ou amies,
respectueuses des usages, qui se donnent, quand il y a quelque part
une fillette nouveau-née, cette importante mission. L'idée leur en
vient tout à coup, au four, au lavoir, en causant du beau temps et de
la pluie. La chose décidée, elles mettent leur robe de grand'messe, un
bonnet repassé de neuf, et se présentent. Le petit bâton, qui symbolise
une quenouille, est pour que la fillette, en grandissant, devienne
active et laborieuse; le sel, pour qu'elle reste pure; le pain, pour
qu'elle soit bonne comme le bon pain...

—Et l'œuf, demande Ganteaume, à quoi sert l'œuf?

—L'œuf, répond Norette avec le plus grand sérieux, est pour qu'elle
fasse un heureux mariage et pour qu'elle ait beaucoup d'enfants!»



XIII

LE TURBAN DU GRAND-ONCLE IMBERT


Mais le dîner doit être prêt et M. Honnorat nous appelle.

On me présente au curé, l'abbé Sèbe, un petit homme noir comme une
taupe qu'on a invité en mon honneur.

Il ne parle pas beaucoup, l'abbé Sèbe! par timidité peut-être,
peut-être aussi parce que toute l'attention dont le saint homme est
capable se trouve accaparée par un civet qui vraiment donne haute idée
des talents culinaires de Saladine.

Au contraire, M. Honnorat est fort expansif. La serviette au cou, il
nous fait l'histoire des Gazan ses aïeux, tous marins ou bien médecins.
Et je me les figure, je les vois: les uns savants comme Averroës
et Avicenne, les autres dépensant sur mer, en caravanes, l'ardeur
aventureuse restée dans leur sang.

M. Honnorat, lui, serait plutôt du genre mixte. On le destinait d'abord
à la médecine, mais le voyage l'a tenté.

Il me raconte ses navigations dans le Levant; il m'énumère les
Échelles: Corfou, Négrepont, Famagouste, toutes sortes de noms qui,
prononcés par lui, évoquent aussitôt des visions de villes à dômes et
à minarets, avec des quais encombrés de ballots, peuplés de nègres
mangeurs de pastèques, au milieu des odeurs du goudron fondu et des
épices.

Mlle Norette l'interrompt parfois d'un «est-ce bien vrai, père?» qui
soudain fait entrer le bonhomme dans de comiques colères feintes à
moitié.

Que ceci n'étonne point! De tout temps, les Orientaux furent grands
conteurs, et c'est peut-être un reflet des _Mille et Une Nuits_ qui
colore si pittoresquement les imaginations méridionales.

Il s'agit maintenant de l'arrière-grand-oncle Imbert, Imbert-Pacha,
comme on disait, qui, parti mousse sur ses douze ans, avait à peu près
parcouru toutes les mers dans un temps où les marins ne connaissaient
que la voile et où il y avait quelque mérite à naviguer.

Après un certain nombre de fortunes vivement faites et aussitôt
mangées, grand-oncle Imbert, le futur Imbert-Pacha, se trouvait un
jour, en qualité de simple matelot, dans un riche port d'Arabie.

Le bateau amarré complétait son chargement, l'équipage courait les
cafés de la ville. Et grand-oncle Imbert, dont la bourse était vide,
essayait de tuer le temps en se promenant sur le quai.

Un quai superbe, et long, et large, avec des dalles de marbre blanc
dont la réverbération brûlait les yeux!

Quelqu'un vint à passer, un gros personnage du pays sans doute, vêtu de
soie, couvert de bijoux, traînant un manteau tout en perles, et flanqué
de deux belles esclaves qui l'abritaient d'un parasol et l'éventaient
d'un éventail.

Machinalement, grand-oncle Imbert se mit à le suivre, marchant dans
son ombre, la seule ombre qui fût sur le quai, et, en lui-même il se
disait: «Mon pauvre Imbert, que tu t'ennuies! mais en voilà un, par
exemple, qui n'a pas l'air de s'ennuyer.»

Tout à coup, l'homme aux deux esclaves sortit un mouchoir brodé de sa
poche, se le passa sur le visage et s'écria:

—«_Couquin de Diou, qunto calour!_»

Étonné d'entendre un Turc se plaindre de la chaleur en marseillais,
grand-oncle Imbert lui tape sur l'épaule:

—«_Quant voles juga que sies Prouvençàu?_»

S'il était Provençal? Jugez: un cousin, un Gazan de la branche aînée
dont la famille avait perdu la trace et qui était là-bas quelque chose
comme prince ou roi.

—«C'est même à cette occasion, concluait M. Honnorat, que grand-oncle
Imbert prit le turban pour quelques années.

—Il prit le turban? interrompt l'abbé.

—Oui! il prit le turban, il se fit Turc. L'homme a besoin de religion
et toutes les religions sont bonnes. D'ailleurs, son turban nous
l'avons encore... Tiens, Ganteaume, prends l'escabeau et descends-moi
le turban de grand-oncle, là, sur l'armoire.»

Ganteaume descendit le turban, un gros turban jaune, et se l'essaya.

—«Elles sont toutes bonnes, les religions! insistait M. Honnorat; la
religion musulmane surtout. Allah!... Allah!...»

Un tableau comique et charmant; M. Honnorat convaincu, l'abbé n'osant
pas se fâcher, Saladine scandalisée, ses grands longs bras maigres au
ciel, et Norette qui riait aux larmes.



XIV

LE PASSAGE D'ANE


Dans cette originale maison, presque confortable grâce à Norette, où
les chambres n'ignorent pas les tapis, où partout, sur les paliers et
les degrés, reluit la brique vernissée, un détail m'étonne: le corridor.

Pour s'harmoniser à l'élégance de sa voûte, il faudrait là, usé au
besoin, quelque dallage héraldique en belle faïence blanche et bleue
comme en fabriquaient Moustiers ou Varages.

Mais non! le corridor est pavé; la rue s'y continue, poussant
sauvagement jusqu'au bas de l'escalier les terribles galets pointus
dont le village se hérisse.

Très plaisants d'aspect ces galets, polis qu'ils sont et devenus
nets comme marbre sous l'opiniâtre travail de Saladine, à qui son
obstination balayante a valu le surnom de Gratte-Caillou.

«_Dàu, Grato-caillàu!_» lui crient les gamins quand elle veut les
empêcher de piller ses figues.

Et je regrette de n'être pas géologue, car j'aurais là, variés et
multicolores, comme derrière la glace d'une vitrine, des spécimens de
toutes les roches alpestres que nos torrents roulent à la mer.

Mais ils restent pointus quand même, ces galets! «La mort des pieds,»
dit Saladine; et Mlle Norette dissimule mal l'ennui qu'elle a de ne
pouvoir aller à sa porte en pantoufles.

J'ai interrogé Mlle Norette.

Elle m'a répondu: «C'est le chemin d'âne!» et s'est tue, son œil
noir, un peu endormi, s'allumant soudain de colère.

Plus calme, M. Honnorat a bien voulu m'expliquer la chose.

Avec la manie des partages particulière aux Provençaux, les immeubles
à chaque succession nouvelle s'émiettent entre tous les co-héritiers.
Qui veut être chez soi doit racheter la part des autres, pièce par
pièce; et certaines bicoques, pour revenir dans la main d'un seul
propriétaire, exigèrent plus d'efforts et de diplomatie que n'en a mis
la France à faire son unité.

Or le château n'appartient pas en entier aux Gazan, ce qui serait le
rêve de Mlle Norette.

Depuis qu'elle travaille à le réaliser, Mlle Norette a pu, profitant
d'une mort, obtenir, par l'échange d'un bout de pré, les appartements
du cinquième; elle a pu, moyennant quelques sacrifices, évincer un
cordonnier qui battait son cuir dans le petit salon du rez-de-chaussée.

Mais il reste à conquérir l'écurie qui vaut bien cinquante francs,
largement payée, et dont elle donnerait volontiers mille, car cet
obscur réduit, situé tout au fond de la maison, comporte servitude.

Les papiers sont formels:

«Item, le propriétaire de l'écurie aura droit, perpétuellement, au
passage qui sera pavé afin qu'âne chargé n'y glisse.»

Et, pour la commodité d'un âne, Mlle Norette, qui enrage, meurtrit
chaque jour ses pieds mignons.

Si au moins l'âne existait!

Non; c'est un âne hypothétique, un être de raison, une fiction d'âne.

Il y en avait bien un autrefois que son maître, ce gueux de Galfar,
proche cousin avec qui les Gazan sont brouillés, appelait Saladin à la
grande fureur de Saladine. Mais voici beau temps que Galfar, coureur de
cabarets, joueur comme les cartes, l'a perdu dans une partie de vendôme.

Ce qui ne l'empêche pas de garder l'écurie dont il fait sa chambre les
jours où, avec son fusil et ses chiens,—Galfar est aussi un tantinet
braconnier,—il monte au village, et d'exiger, insolent et narquois, le
maintien du chemin d'âne, ni plus ni moins que lorsque son âne habitait
là.



XV

LA FÊTE DE L'ÉMIR


Hier, au tomber du jour, un gamin sans chapeau, très grave, a parcouru
les rues du village.

Tous les vingt pas il s'arrêtait et, soufflant dans un coquillage
énorme dont la pointe cassée exprès forme embouchure, il en tirait une
sorte de mugissement mélancolique et prolongé.

Puis il faisait _le cri_, prologue de la fête; les gens, non moins
graves que lui, l'écoutaient.

J'ai reconnu Ganteaume qui, Dieu sait au prix de quelles intrigues, a
obtenu que, pour un soir, on lui confiât les fonctions de héraut.

Ce matin, par les sentiers blancs qui rayent le flanc des montagnes
et descendent au vallon pour remonter ensuite vers le Puget, hommes,
femmes, enfants, viennent des villages voisins en caravane.

Le Puget s'apprête pour les recevoir dignement. Les agneaux crient,
les brebis bêlent. Dans toutes les cours, sur toutes les portes,
des bouchers improvisés, bras nus, le couteau aux dents, saignent,
écorchent et dépècent.

L'hospitalité se complique de gloriole. C'est à qui hébergera le plus
d'amis, de parents lointains. Et, tandis que ménagères et servantes
dressent les tables, montent les broches et entassent la braise autour
des marmites, les peaux clouées fraîches et sanglantes sur la façade de
chaque maison apprennent à l'admiration du passant le nombre des bêtes
qui vont y être mangées.

Des coups du fusil, des chants d'église:

—«Courons, dit Ganteaume, la bravade!»

Les pénitents apportent le Saint qu'ils sont allés chercher en pompe
dans la montagne. Ils ont orné l'immémoriale statue de grappes de
raisin nouveau. Sous son brancard d'où pend une étole, les enfants
passent et repassent, sûrs par ce moyen de devenir forts et courageux;
et en avant de la procession, les jeunes gens, pour honorer le saint,
font parler la poudre.

Après, on le ramènera là-haut, à la chapelle solitaire qu'il habite
toute l'année, debout sur l'autel et regardant, de ses yeux de bois,
par l'étroite fenêtre grillée à travers laquelle, parfois, quelque rare
pèlerin jette un sou, le roc que domine la chapelle, violet de lavande
au printemps et gris dès le mois d'août, sous sa couche d'herbes
brûlées.

La nuit nous promet d'autres joies.

Après le souper, qui a lieu à huit heures selon l'usage, il m'a fallu,
en compagnie de M. Gazan et de Norette, aller voir les danses.

J'espérais un bal, pas du tout! ici les femmes ne dansent pas; la danse
est un exercice viril réservé aux hommes.

Sur deux rangs, portant des épées, au son du tambourin, à la clarté des
torches, une douzaine de gaillards costumés bizarrement ont d'abord
exécuté un quadrille guerrier à figures nombreuses et compliquées que
l'abbé Sèbe, par qui nous venons d'être rejoints, nous assure être la
pyrrhique. Puis, autour d'un mai chargé de longs rubans multicolores,
croisant, décroisant les rubans, ils combinent, d'un pas rythmé, les
plus gracieux entrelacs. Tout cela constitue un amusant mélange de
rococo et de sauvagerie, comme le souvenir tant bien que mal conservé
de galants divertissements organisés jadis dans ce coin perdu,
maugrabin et rustique, par une châtelaine éprise de Watteau.

L'abbé Sèbe, grand païen malgré sa soutane, m'explique, avec citations
à l'appui, que c'est là un jeu traditionnel apporté en Provence par les
marins phocéens et représentant les détours du labyrinthe de Crète.

Il explique tout, l'abbé Sèbe, mais il ne m'explique pas le Turc.

Car c'est devant un Turc qu'ont lieu ces danses, un bel émir à barbe
postiche qui, comme si la fête était donnée en son honneur, reste
immobile, laissant les autres s'agiter, avec une sérénité tout
orientale.

Et quel turban! un instant je soupçonne Ganteaume de s'être approprié
pour la circonstance le couvre-chef d'Imbert-Pacha. Mais l'émir est
de haute taille, il ferait aisément deux Ganteaume à lui seul. Et
d'ailleurs, voilà dans la foule, au premier rang, Ganteaume très fier
de porter une torche.

On dirait que l'émir me regarde, fixant sur moi, par intervalles, ses
yeux brillants que rendent farouches deux sourcils tracés au bouchon.

Que me veut l'émir.

Sait-il mon faible pour les turqueries? A-t-il deviné que je suis venu
ici tout exprès pour chercher la trace des chevaleresques conquérants
qu'inconsciemment il représente? Au fond, quoi qu'en pense l'abbé Sèbe
avec sa manie de ne voir partout que Grecs et Romains, dans le rôle
joué par cet émir barbu je flaire, à bon droit, une tradition sarrasine.

L'émir s'approche, si je lui parlais...

Mais Mlle Norette semble avoir peur. Elle déclare qu'il fait froid,
qu'il faudrait rentrer. Rentrons pour obéir à Mlle Norette.



XVI

LE COUSIN GALFAR


Non! ce n'est pas par sympathie que l'émir me regardait.

Nous venons de nous rencontrer devant la porte des Gazan. Il était là
comme chez lui, appuyé au mur et fumant, le fusil sur l'épaule, son
chien à ses pieds.

Un solide gaillard, ma foi! une manière de brigand corse, vêtu de
velours, le poil en broussaille; avec cela je ne sais quel air de jeune
assurance, et, dans sa figure hâlée, de grands yeux bleus hardis et
doux.

Où diantre ai-je vu ce beau sauvage? car certainement je l'ai déjà vu.

A tout hasard, je le salue. Lui s'incline poliment, non sans intention
d'ironie. Mais au moment où je m'apprête à lui adresser la parole, il
siffle son chien et s'en va.

—«Eh bien! vous le connaissez, maintenant? me crie Saladine. C'est
Galfar, le cousin, l'homme au chemin d'âne. On était content,
depuis deux mois, de n'avoir plus de ses nouvelles. Le voilà revenu
maintenant, sans doute avec quelque mauvais coup en tête. Drôle d'idée
que les gens ont eue tout de même de choisir un pareil chrétien pour
faire le Turc.

—Vous savez bien, interrompt M. Honnorat, que, d'après la coutume,
le Turc doit sortir de notre famille. Il est donc naturel qu'à mon
refus...»

M. Honnorat dit «à mon refus» d'un ton contraint, presque vexé.
Peut-être ne lui a-t-on pas offert de faire le Turc cette année,
peut-être aussi Norette n'a-t-elle pas voulu? Cependant je me
représente M. Honnorat, le grave M. Honnorat faisant le Turc: image qui
me remplit de joie.

—«Choisir ce Galfar, si c'est Dieu possible!»

Ce Galfar, à première vue, ne me paraît pas précisément un méchant
diable. Pourtant, s'il faut en croire la rancunière Saladine, j'aurais
tort de me fier aux apparences.

C'est un mange-tout, un songe-fêtes, le digne fils des vieux Galfar,
riches jadis, mais prodigues, tenant maison ouverte, et sous prétexte
de cousinage, tout le monde est cousin quand on cherche! logeant et
nourrissant des mois entiers les premiers venus.

—«Une fois, chez eux, du temps de l'arrière-grand-père, il y eut pour
le souper de Noël quarante-deux personnes à table, quinze peaux de
brebis encadrant le rond du portail; et des personnes se souviennent
avoir vu sur leur perron, du jour de l'an à la Saint-Sylvestre, une
table couverte d'une nappe blanche avec un verre et une cruche de vin,
aussitôt vidée, aussitôt remplie, gratis, à la disposition de qui avait
soif et passait.

«En la gouvernant ainsi, une fortune est vite fondue, surtout quand les
procès arrivent.

«L'une après l'autre, peu à peu, toutes les terres se vendirent, et
maintenant les Galfar sont si pauvres qu'ils pourraient, sans crainte
des voleurs, fermer leur porte avec un buisson.

«Il ne leur reste qu'un petit bien dont les huissiers n'ont pas voulu
et sur lequel ils vivent. Le père essaie de le cultiver, mais il
s'est mis trop tard à la pioche: être paysan ne s'apprend pas dans
les collèges! Après avoir couru, navigué, essayé de tous les métiers,
un matin, le fils est revenu; il fait de la poudre en contrebande et
braconne. La mère, travaillée d'orgueil et d'idées noires, n'a pas
assez de la journée pour pleurer les larmes de son corps.

—Et c'est depuis la ruine que les deux familles sont brouillées?

—Non pas! M. Honnorat voulait au contraire se rapprocher d'eux, leur
venir en aide. Les Galfar n'ont pas répondu. Galfars et Gazans naissent
en guerre; ils tètent ça avec le lait.»

Saladine n'exagérait pas.

J'ai beau interroger sur ce point M. Honnorat et Norette; j'aurais beau
sans doute interroger le cousin Galfar. Peine perdue! ils sont ennemis,
voilà ce qu'ils savent; mais les uns, pas plus que les autres, ne
pourraient me dire pourquoi.



XVII

A MONTE-CARLO


Ganteaume est venu m'éveiller, rayonnant, plein d'enthousiasme.

Hier, au _Bacchus navigateur_, où il dînait seul en m'attendant, ainsi
que cela lui arrive parfois, pendant que je courais la montagne,
Ganteaume a entendu causer le Turc. Or, ce Turc me connaît, paraît-il,
et racontait sur moi des choses étranges.

Il faut ici que j'ouvre une parenthèse et que je fasse un pénible aveu.

Pas très loin du Puget-Maure—huit ou dix heures de voyage,
mais l'oiseau d'un coup d'aile franchirait les quelques bois de
chênes-lièges ou de pins, les quelques montagnettes brûlées et les
quelques promontoires blancs qui l'en séparent—est un singulier pays
par ses habitants appelé _Mounègue_, et plus connu parmi les Français
sous le sobriquet italien de _Monaco_.

M. Honnorat prétend même, laissons-lui la responsabilité de cette
affirmation, que, par certains jours clairs, avec une bonne lunette, on
peut, du haut de ma tour, découvrir, sur son roc trempant dans la mer,
le vieux Monaco moyen-âge; plus bas Monte-Carlo, ses jardins de marbre,
ses palais; et entre eux, le petit port d'Hercule où des tartanes se
balancent.

Je vois mieux cela dans le souvenir.

Et surtout je me vois moi-même, il n'y a pas deux mois, sous les grands
rosiers fleuris en hiver, respirant l'air salin, écoutant les palmiers
chanter, admirant la splendeur frissonnante du golfe.

Personne encore! Au milieu du décor féerique mi-parti de nature et
d'art, une délicieuse et paradoxale solitude.

Six heures sonnent, un train siffle: le train de Nice avec son
chargement quotidien de joueuses et de joueurs.

Par les rampes en escalier, où déjà les gaz s'allument dans le jour
mourant, la foule défile.

Des hommes fiévreux, mais corrects; des femmes plus visiblement
passionnées, dissimulant moins leur impatience de se retremper au bain
d'or. Et maintenant laissons briller là-haut les inutiles étoiles
qu'aucun regard ne cherchera! De vagues parfums féminins ont remplacé
l'odeur des roses; les palmiers et les flots cessent leur dialogue,
semblant exprès faire silence pour qu'on entende seul le bruit des
louis remués.

Avant ma retraite chez patron Ruf et sur le point de mettre à exécution
mes projets de sagesse définitive, j'avais donc voulu, je l'avoue,
goûter une dernière fois aux sensations violemment contrastées que
Monte-Carlo procure.

Passant mes journées en plein air, rêvant de Virgile dans quelque bois
de pins, ou m'endormant en compagnie de Théocrite au creux d'un rocher,
sur le rivage, j'éprouvais le soir une âpre joie à me mesurer, tantôt
vainqueur, tantôt vaincu, avec l'Or,—César méprisable et tout puissant
qui commande au monde.

Bref! une semaine durant, ayant affecté certaine somme à cet usage,
j'exerçai l'état de joueur, et de beau joueur, paraît-il, car la
nuit où je perdis mon dernier écu, les beautés cosmopolites du lieu,
Américaines, Moscovites, parurent compatir à ma peine, et le grand
diable de laquais à gilet rouge, providence des gosiers rendus arides
par l'angoisse, m'offrit, sur un plateau d'argent, le traditionnel
verre d'eau avec une visible considération.

Il y a mieux!

Un de ces honorables chevaliers, professeurs sans diplôme de roulette
et de trente-et-quarante, dont l'industrie consiste à révéler les
arcanes de l'art aux joueurs novices, et à leur apprendre, Midas en
redingote râpée, la marche infaillible pour faire sauter la banque
chaque soir, monsieur Pascal, oui! monsieur Blaise Pascal vint me
retrouver.

Il avait bien, ce M. Blaise, un titre à désinence italienne, et, sur
ses cartes, quelque chose ressemblant à une couronne de comte; mais on
l'appelait plus volontiers, à Monaco, Blaise Pascal, car il n'acceptait
jamais rien pour ses consultations, se contentant de vous faire
souscrire (cela coûtait généralement un louis ou deux) à une édition
avec notes et commentaires, prête à paraître le lendemain depuis
vingt ans, du _Traité de la roulette_ que composa, comme chacun sait,
l'illustre auteur des _Provinciales_:

  Historia Trochoïdis sive cycloïdis
  gallice _la Roulette_.

Un mystificateur avait soufflé cette idée au bon professeur de
martingale, lequel, sur la foi du livre imprimé chez Guillaume Després,
rue Saint-Jacques, à l'image Saint-Prosper, traitait Blaise Pascal en
confrère et ne doutait pas qu'il eût été un illustre grec du temps de
Louis XIV.

Lieu de l'entrevue: la place du Palais des jeux, devant le grand café
qui fait face à l'hôtel et, par delà ses toits, regarde la Turbie; car,
depuis longtemps, M. Pascal n'était plus admis à pénétrer dans les
salons.

—«Il paraît, me dit-il après s'être offert un verre d'absinthe, tribut
volontiers consenti par moi en échange de ses bavardages parfois
amusants, il paraît que vous repartez pour Paris? Décidément la bille
ne vous aime pas, non plus que les cartes, et vous avez raison de
renoncer à les attendrir.»

Je m'inclinai, témoignant par là combien cette constatation tardive me
paraissait justifiée.

—«Mais j'ai mieux à vous proposer...

—Ne vous gênez pas, proposez, mon cher monsieur Blaise.

—Une affaire immense, _stoupendo_! (M. Blaise baragouinait italien
aux moments de grande émotion) une affaire étonnante, _miravigliosa_,
des millions, des milliards, de quoi acheter Monte-Carlo, Monaco et la
France entière, rien qu'avec une mise de fonds misérable: dix mille,
quinze mille francs tout au plus.»

Et le voilà me racontant je ne sais quelle nébuleuse histoire de trésor
caché, de secrets surpris par un matelot. Il ne s'agissait plus, et
pour cela l'argent était nécessaire, que de mettre la main sur de vieux
papiers, des manuscrits, surtout un mystérieux objet dont le détenteur
ne voulait pas se dessaisir. Le matelot s'en chargeait; _ma_ il fallait
de l'argent d'abord, _oun pétit arzent_.

En tout autre endroit, la proposition m'eût fait sourire. Elle n'avait
rien d'extraordinaire à Monaco, où j'ai vu se brasser, entre gens
d'ailleurs convaincus, des affaires bien autrement chimériques.

Et puis, pourquoi marchander l'espérance à cet excellent M. Pascal? Je
ne lui dis ni oui ni non, demandant à réfléchir, promettant une réponse
aussitôt mon retour, poussant même la condescendance jusqu'à me laisser
présenter le matelot en question, qui nous attendait, abominablement
ivre, dans un cabaret de la Condamine.

Je ne m'étonne plus, maintenant, d'avoir trouvé au beau Galfar un air
d'ancienne connaissance.

Le matelot ivre, l'homme au trésor, je m'en rends compte, c'était lui!

Dans son long récit, écouté par moi d'une oreille relativement
distraite, maître Blaise Pascal a-t-il, à propos de trésor, prononcé
le nom du Puget-Maure, et Galfar, au milieu de ses effusions
affectueuses, auxquelles j'eus quelque peine à me soustraire,
laissa-t-il par hasard échapper le mot de Chèvre d'Or? C'est ce que je
ne saurais me rappeler; en tout cas je ne le remarquai point.

Cependant Galfar s'imagine, non sans une apparente vraisemblance, que
je suis venu au Puget traîtreusement, sur les indications de maître
Blaise Pascal et les siennes, que je veux conquérir à moi tout seul
les trésors de la Chèvre d'Or, et que mes courses à travers champs,
l'attention que je prête aux papiers anciens, mon intimité même avec M.
Gazan et Norette, n'ont d'autre but que la découverte du secret.

Tel est le résumé du rapport ému que m'a fait Ganteaume touchant la
conversation par lui surprise, hier, au _Bacchus navigateur_.



XVIII

LES CHASSES DU CURÉ


C'est à croire positivement que la Chèvre existe.

Depuis le jour où, tirant sur sa pipe et raillant, patron Ruf m'en
parlait à la calanque d'Aygues-Sèches; depuis ma rencontre, le
soir, dans le vallon, avec Misé Jano,—car tout le monde l'appelle
Mademoiselle, l'espiègle et cabriolante favorite de Norette!—et la
trouvaille que je fis d'une clef de collier perdue par elle; voici la
troisième fois que cette endiablée Chèvre d'Or se met en travers de mon
chemin.

Dieu sait que j'étais venu au Puget-Maure sans intention criminelle et
que certes, en arrivant, je songeais à tout, excepté à la Chèvre d'Or.
Mais puisqu'on me soupçonne, puisqu'on m'accuse, puisque Galfar et le
ciel lui-même semblent d'accord pour m'y pousser, je vais délibérément
me mettre à la poursuite du joli monstre au pelage roux; et je le jure
par ses cornes! avant huit jours j'aurai découvert ce qui se cache de
vérité sous la pittoresque légende à travers laquelle il galope.

Qui interroger cependant?...

Les gens du village? Ils sont, hélas! peu communicatifs; la moindre
question imprudemment posée leur ferait partager aussitôt les méfiances
dont Galfar m'honore.

M. Honnorat? Selon ce que Ganteaume m'a rapporté des discours de
Galfar, les Gazan doivent être plus ou moins directement mêlés à ces
histoires de trésors cachés et de chèvre. D'ailleurs, comment parler de
la Chèvre d'Or à M. Honnorat sans lui parler aussi de la mystérieuse
clochette? Or, Norette, pourquoi? exige que je me taise sur ce point.

D'un autre côté, marcher seul ne me paraît pas bien commode.

Le hasard m'a secouru en amenant chez moi l'abbé Sèbe, juste au moment
où, en désespoir de cause, je m'apprêtais à me rendre chez lui.

Nous sommes maintenant amis inséparables.

Je me sentais d'abord médiocrement porté, à vrai dire, vers ce garçon
trop bien portant, parlant haut, buvant dur, d'allure restée paysanne,
et plus semblable avec sa soutane rapiécée, sa barbe qu'il rase
seulement tous les huit jours, à un marabout musulman qu'à un ministre
de l'Évangile.

Mais il tenait à faire ma connaissance, et, vers quelque point de
l'horizon que je dirigeasse mes promenades, j'étais certain, dans les
sentiers caillouteux blancs sous le soleil, d'apercevoir, doublée par
son ombre, la noire silhouette de l'abbé Sèbe.

Je le fuyais, évitant son coup de chapeau, craignant qu'il ne voulût me
convertir.

Erreur! l'abbé Sèbe laisse la gloire et le souci des conversions à
de plus dignes. Il baptise, marie, enterre, se fiant au Père Éternel
pour le surplus, et très satisfait s'il réussit à mener, sans trop
d'accidents, d'un bout à l'autre de l'année, le troupeau mécréant dont
le destin l'a fait pasteur.

Le matin où, vaincu par tant d'insistance, je m'arrêtai et lui parlai,
à travers la brosse de sa barbe, sa peau brune se colora d'une
enfantine rougeur; et cet homme de Dieu, incapable de dissimuler une
vraie joie, m'écrasa les phalanges d'une poignée de main si cordiale
que tout de suite je devinai qu'avant de porter calice et ciboire,
il avait, montagnard frotté d'un peu de latin appris à l'étable en
hiver, plusieurs années durant poussé la charrue dans l'humble ferme
paternelle.

Savant à sa manière, grand amateur de pots cassés, grand collectionneur
des sous antiques que les paysans ramassent parfois à fleur de sol
après la pluie, et ne rentrant au presbytère que les poches bourrées de
cailloux, l'abbé Sèbe, depuis que M. Honnorat, aimable jadis, s'enfonce
dans une paresse de plus en plus turque, n'est pas fâché de trouver
quelqu'un à qui confier le trop-plein de ses observations et de ses
pensées.

Je m'intéresse aux Romains qu'il aime; lui, sans bien comprendre, fait
effort pour s'intéresser à mes recherches sarrasines. Mais c'est mon
fusil, j'en suis certain, qui finira par faire de lui un orientaliste
distingué.

Oui! mon fusil. Lorsque je vais à travers champs, j'emporte toujours
un fusil en manière de contenance. Chasseur dans l'âme et fin tireur,
l'abbé souffrait de me voir promener, sans jamais m'en servir, ce fusil
ridiculement inutile.

Un jour, loin du village, et sûr de n'être vu par personne, il me le
prit des mains, histoire de rire, pour essayer.

Il essaya et tua un lièvre.

Le lendemain, il essayait encore, et décimait une compagnie de perdrix.

Deux fois je rapportai mon carnier plein, ce qui, tout en stupéfiant M.
Honnorat, me donna de la considération dans le village.

Et depuis, c'est chose entendue: quand nous sortons, ma cueillette
érudite faite, je m'étends à l'ombre d'un roc, sous un arbre, et livre
le fusil avec les cartouches au bon abbé qui, la soutane retroussée,
montrant ses souliers à clous, son pantalon de bure roussi dans le bas
par la terre, se met à poursuivre perdrix et lièvres.

Nous y trouvons notre compte tous les deux.

L'abbé, pris d'une subite ferveur scientifique, m'indique des restes
curieux de constructions, me signale les noms de famille ou de quartier
paraissant se rattacher à l'ensemble de mes études; mais, coïncidence
bizarre, partout où l'abbé connaît quelque chose qu'il juge digne de
m'être montré, nous rencontrons toujours, par surcroît, un lièvre qui
attend au gîte ou des perdreaux mûrs pour le plomb.



XIX

L'ERMITAGE


Il doit gîter au moins deux lièvres du côté de l'ermitage; pour un
seul, à coup sûr, l'abbé Sèbe ne nous mènerait pas si loin.

Car il est très haut perché cet ermitage, et le chemin n'en finit pas
de grimper entre des rochers d'une surprenante sécheresse.

Mais l'abbé m'a promis des ruines.

Les ruines y sont, les lièvres aussi. L'abbé tue un lièvre d'abord,
réservant, j'imagine, le meurtre du second pour égayer notre retour; et
puis, nous visitons les ruines.

Elles consistent en une petite chapelle romane couverte d'un toit
dallé sur lequel ont librement poussé les herbes et les ronces; plus
un amas de plâtras au bout d'un carré clos de murs, où furent le logis
et le cimetière des ermites; et, par devant, à l'alignement du chemin,
une fontaine armoriée que quelques ornements, visibles encore sous la
mousse, datent des commencements de la Renaissance.

Tout cela, sans doute, a du caractère, mais sans intérêt bien spécial
pour moi.

Cependant, sur le mur de la chapelle qui regarde à l'Est, dans un
angle, l'abbé me fait remarquer un cadran solaire en crépi, notablement
désagrégé par la pluie et le vent de mer. Un cartouche le surmonte,
avec quelques lettres en noir, restes d'une inscription. L'abbé,
quoiqu'il se souvienne avoir vu l'inscription presque entière, ne peut
pas m'en dire le sens. C'était, paraît-il, un distique, obscur dans son
latin barbare comme une centurie de Nostradamus, et qui parlait d'ombre
et de trésor.

—«Ce cadran et cette inscription, continue l'abbé, heureux de
l'attention que je prête à ses paroles, furent tracés vers le milieu du
XVIIIe siècle par un membre de la famille Gazan, médecin, disciple du
fameux Mesmer, et qui a laissé le souvenir d'un original quelque peu
fou, moitié philosophe, moitié cabaliste. L'inscription eut toujours le
don d'exciter la curiosité des gens.

«On s'imaginait, et l'on s'imagine encore, qu'elle indique l'endroit
où, dans les temps anciens, d'immenses richesses furent enfouies.

«Et, détail qui n'a pas peu contribué à fortifier cette opinion, la
fontaine que vous voyez là s'appelle Fontaine de la Chèvre d'Or.»

Je fis un soubresaut.

—«Eh! quoi, l'abbé, vous connaissiez cette fontaine de la Chèvre d'Or,
et ne m'en avez jamais rien dit?... Le nom ne lui est pourtant pas venu
tout seul, il doit se rapporter à quelque légende significative.

—En effet, il y a dans le pays, vous ne l'ignorez pas sans doute?
une légende de Chèvre fée donnant puissance et bonheur à qui sait
l'atteindre, s'emparer d'elle, et ne laissant au cœur de ceux qui
l'ont seulement entrevue, qu'amertume et insatiables désirs.

«Telle est, du moins, la version des humbles d'esprit et des poètes,
celle que l'on raconte à la veillée quand les femmes trient les
amandes, ou au moulin d'huile quand les hommes pressent le grignon.

«Mais des gens pratiques en ont trouvé une autre. Peu sensibles au
mystérieux, ils pensent que ce nom de Chèvre d'Or est ni plus ni
moins qu'une manière de parler symbolisant un trésor fort réel, caché
pas bien loin précisément de la chapelle où nous sommes, et que l'on
pourrait retrouver en fouillant à la bonne place.

«Aussi bien, il ne se passe guère d'années sans que quelque amateur
essaie de faire tourner la verge de coudrier, dans le vieux cimetière,
autour de la fontaine. Ils ont, ces enragés, avec leurs pioches et
leurs pics, aux trois quarts démoli, comme vous voyez, la chapelle, et
sacrilègement retourné les os des ermites qui dorment là. Sans compter
que je dus encore, l'autre jour, reconduire jusqu'à ma porte, en le
menaçant de coups de trique, un paroissien qui voulait m'amener ici,
quand minuit sonnerait, pour me faire dire la messe noire.

—Ainsi, l'abbé, vous ne croyez pas?...

—Je ne crois qu'à Dieu et au Pape. Mais, quoi! dans l'opinion des
gens le trésor dont il s'agit serait un trésor sarrasin; et, d'après
vous, les Sarrasins ont laissé au Puget tant de choses que je ne vois
pas pourquoi, en s'en allant, ils n'y auraient pas laissé un trésor.»

L'abbé riait, il ajouta:

—«Je pensais bien que ceci mériterait votre attention; j'avais même,
à tout hasard, mis dans ma poche un vieux cahier sur parchemin, prêté
par M. Honnorat, et que je n'ai pas encore pris le temps de lui rendre.
Un livre de raison: il date du XVe siècle. Vous y trouverez des
renseignements concernant la chapelle et la fontaine. Seulement, pas un
mot de tout ceci à M. Honnorat ni à Mlle Norette! Les Gazan, je ne sais
pourquoi, n'aiment pas beaucoup qu'on parle devant eux de la Chèvre
d'Or.»



XX

LE LIVRE DE RAISON


L'abbé hésitait en me donnant le livre, il semblait regretter de me
l'avoir offert. Et puis, pourquoi cette expresse recommandation de n'en
jamais rien dire à M. Honnorat non plus qu'à Norette?

J'ai tressailli, je me le rappelle, oui! visiblement tressailli quand
l'abbé, sans penser à mal, laissa échapper ces syllabes: «la Chèvre
d'Or» dont l'obsession depuis quelque temps me poursuit.

Aurait-il remarqué mon émotion? me soupçonnerait-il, lui aussi, comme
Galfar, de rêver la conquête des trésors enfouis au Puget-Maure?

Malgré que l'abbé insistât, j'ai refusé d'aller manger le lièvre au
presbytère; j'ai même, prétextant un travail d'importance, des lettres
pressées à écrire, faussé pour ce soir compagnie aux Gazan.

Et me voilà, dans mon infâme auberge, en train de dîner face à face
avec Ganteaume qui m'observe, qui se demande ce que peut bien contenir
le précieux bouquin placé près de moi, sur la table, et que je ne
quitte pas du regard.

Mais Ganteaume en sera pour sa curiosité.

Quelque chose me dit que sous cette reliure en cuir fauve, criblée par
les vers, piquée par les mites, molle, pareille à l'amadou, je vais
trouver, sinon la solution, du moins les prémices du problème dont
l'inconnu de plus en plus me préoccupe et m'attire.

J'attends d'être rentré chez moi; et seul, écoutant le plaintif
chevrotement de Misé Jano dans sa logette, tournant le dos au paysage,
toujours sublime, à cette heure où le soleil tombe, des collines et
de la mer, les doigts tremblants, ému comme quelqu'un qui craint de
trouver vide un coffret antique et mystérieux, je dénoue le ruban fané
qui ferme la tranche du livre.

L'abbé ne m'a pas trompé.

C'est un de ces livres de raison, d'usage commun autrefois dans les
familles provençales, memorandum manuscrit sur les pages respectées
duquel, avec les naissances, les morts, les mariages, on relatait, au
jour le jour, les gros et menus faits concernant le pays ou la maison.

Mais ces archives domestiques des Gazan ont ceci pour elles qu'elles
remontent au delà du XVe siècle. Car si, précédant quelques feuilles
de la fin demeurées blanches, les dernières pages noircies révèlent,
par leur fine et ferme écriture, la main d'une riche bourgeoise, sage
contemporaine de la Pompadour, les lettres gothiques du commencement,
régulières, ornées, magistrales, sont dues évidemment à la plume
savante du clerc de la chapelle ou du tabellion écrivant, attentifs,
sous la dictée des châtelaines.

Il y a deux semaines, c'eût été pour moi un régal, une vraie débauche,
que de dévorer des yeux, les compulsant, les annotant, au risque de
me laisser surprendre par l'aurore, ces feuillets jaunis où, depuis
le bisaïeul de Norette, je puis, d'année en année, presque de jour en
jour, remonter jusqu'à l'origine, aux lointains ancêtres venus d'Orient.

Quelle source de documents, quelle mine pour mes études! Mais
aujourd'hui c'est autre chose que j'y cherche: un détail, une
indication ayant rapport avec l'ermitage, la fontaine, le cadran
énigmatique et indéchiffré du vieux médecin cabaliste.

Par malheur, bien des pages manquent qu'on dirait intentionnellement
arrachées.

Nulle trace de la légende, rien que quelques lignes constatant qu'en
l'année 1503, noble Melchior Gazan, dans une intention de bienfaisance
et pour assurer le repos des âmes «des deux qui sont morts», a permis
aux ermites, présentement et aussi longtemps qu'elle coulera, de
conduire «par tuyaux de terre jusqu'à leur ermitage et chapelle, sous
la condition d'en laisser la jouissance et la tombée aux gens qui
passeront sur le chemin, la source lui appartenant et naturellement
jaillissante au lieu dit: Rocher de la Chèvre».



XXI

LA FONTAINE


Que le trésor ait existé, c'est certain; la légende, la tradition,
certains faits relevés par moi, tout le prouve.

Qu'il existe encore, c'est probable: comment aurait-on fait pour en
tenir secrète la découverte?

Mais le moyen de l'atteindre... voilà l'obscur! Et peut-être sa
destinée est-elle de dormir jusqu'à la fin des jours, aveugle sous
terre, inutile, comme tant d'autres trésors perdus, dont les métaux,
les pierreries, ne ressusciteront plus jamais aux joies vivantes de la
lumière.

Un matin pourtant, sans songer, une préoccupation instinctive, plus que
la volonté, me conduisant, je suis monté vers l'ermitage.

Le soleil, depuis longtemps sur l'horizon, mais invisible encore
derrière les montagnes, colorait leurs cimes en rose. Arrivé devant la
fontaine, je regardais ses deux mascarons cracher l'eau, tandis que des
gouttes pleuraient, très claires, aux fils de ses mousses.

Tout à coup le soleil parut, inondant le plateau d'une nappe de clarté
blanche; et l'ombre du petit monument, droite et nette, vint s'allonger
jusqu'à mes pieds.

Alors—la mémoire a de ces hasards, les idées de ces associations
subites—songeant au distique latin du cadran, je me suis soudain
rappelé, pour l'avoir lu sans doute quelque part, l'aventure de
Robert Guiscard, en Sicile, et la colonne qu'il trouva, et la statue
couronnée d'un cercle de bronze où était gravé: «Le 1er mai, au soleil
levant, j'aurai une couronne d'or.» Mots dont un Sarrasin, prisonnier
du comte Robert, sut pénétrer le sens caché. Car Robert, sur ses
indications, ayant fait fouiller, le 1er mai, au soleil levant,
l'endroit qu'indiquait l'extrémité de l'ombre projetée par la statue,
il y trouva, dit le chroniqueur, un grand et très riche trésor.

Évidemment, si l'inscription tracée par le vieux docteur mesmérien
sur le cadran de l'ermitage a jamais signifié quelque chose, et si
toutefois le trésor existe, c'est l'ombre d'un objet quelconque qui
doit en indiquer la place.

Et pourquoi pas l'ombre de la fontaine, puisqu'elle s'appelle fontaine
de la Chèvre d'Or?

Ils n'ont certes pas si tort que cela, sauf leur croyance en la vertu
de la verge tournante et de la messe noire, les gens qui viennent,
pendant la nuit, remuer le sol autour de la fontaine!

Ils brûlent, comme on dit; mais leurs efforts resteront vains, car, non
plus que moi, ils ne savent l'heure du jour ni la saison où l'ombre
serait indicatrice.

Tout repère manque, l'inscription elle-même est abolie; et l'abbé qui
l'a jadis lue n'en garde qu'un souvenir vague suffisant pour irriter ma
curiosité, insuffisant pour m'être un guide.

Moins heureux que Robert Guiscard, n'ayant pas, hélas! à mon service
un prisonnier sarrasin, un de ces fils d'Agar héréditairement experts
à deviner le secret des figures, je renoncerai donc au trésor du
Puget-Maure.

Et, me raillant un peu moi-même, amusé de mes rêveries, je m'étais
étendu sous un buisson, avec le désir d'oublier le trésor, tandis que
la fontaine, traversée de rayons obliques, semblait, vision obsédante,
rouler dans son cristal, dans son écume, des diamants et des fragments
d'or.



XXII

LE ROCHER DE LA CHÈVRE


Depuis, j'ai réfléchi; car ceci à la fin devient attachant comme la
poursuite d'un problème.

Si le trésor lui-même ou l'entrée du souterrain qui, à en croire
certains récits, le renferme, se trouve autour de la fontaine, on
pourrait aboutir en sondant avec soin le rond de terrain circonscrit
que parcourt, plus ou moins étendue selon les saisons, l'ombre portée
de sa pyramide.

Mais je suis assuré maintenant que le trésor ne se cache point là.

La fontaine date à peine de quatre cents ans, et n'est point
contemporaine du trésor.

D'ailleurs,—un enfant y eût songé tout de suite,—d'après le livre
de raison, le nom de fontaine de la Chèvre d'Or s'appliquant au petit
monument dressé pour les ermites, ne saurait signifier grand'chose; car
évidemment on ne l'a appelée ainsi que par extension, en souvenir du
rocher dit: «de la Chèvre» d'où descend la vraie source, la source mère.

En tout cas, trouver le rocher est facile.

Les tuyaux, depuis quatre siècles, s'étant crevés en maints endroits,
je n'ai qu'à suivre une demi-heure durant, le long de la pente aride,
cette ligne verte tracée sur le sol par les consoudes et les prêles,
plantes dont la présence révèle le voisinage de l'eau; et me voilà sur
un plateau semé de débris, restes probables de quelque château-fort,
en présence d'un bloc calcaire, figuré bizarrement, au pied duquel,
cristalline, la source s'épanche.

Ce plateau, irrégulièrement quadrangulaire, accessible du côté par où
s'en va la source, a pour fossés, des trois autres côtés, une falaise à
pic que couronnent encore des restes de murailles.

Le sol résonne sous les pas, des excavations, naturelles ou creusées
de main d'homme, s'ouvrent aux flancs de la falaise. C'est ici et non
à l'ermitage, ici, dans ce paysage solitaire et pétrifié, que doit
habiter la Chèvre d'Or.

Mais la difficulté se complique.

Fouiller au hasard serait folie: sous une mince couche de briques
brisées et de pierrailles, tout le plateau se présente comme une table
de roc vif.

En outre, il ne s'agirait pas que de fouiller le plateau. Le bloc
surplombe l'escarpement: et c'est sur la paroi qu'à cette heure du
jour, comme sur un cadran gigantesque, son ombre chemine.

N'est-ce pas une illusion? La pointe du rocher, nettement dessinée, se
dirige vers un inaccessible trou noir bâillant en bouche de caverne. Si
pourtant le hasard m'avait servi! Si j'étais arrivé juste à l'instant
où l'ombre indique l'entrée mystérieuse...

A ce moment, un bref appel: «Ici, Guerrier!» m'a fait tressaillir,
sonnant clair dans la solitude.

C'était un vieil homme, un berger qui appelait son chien.

Absorbé par mes songeries, je ne l'avais pas entendu venir.

Lui, sans mettre la main au chapeau, immobile sur son crâne paysan
comme un chapeau de grand d'Espagne, me salua du classique: «A Dieu
soyez!» Puis, laissant Guerrier mordiller aux jambes cinq ou six brebis
en train d'éplucher l'herbe rare, et désormais ne s'occupant pas plus
de moi que si je n'existais pas, il se mit à fumer sa pipe, gravement,
par bouffées économes et mesurées, le regard perdu à l'horizon, les
jambes pendant sur l'abîme.



XXIII

DISCOURS DE PEU-PARLE


Étant retourné plusieurs fois au rocher de la Chèvre, j'ai fini par
lier connaissance avec Peu-Parle. Tel est le sobriquet de cet homme
silencieux.

Sa taciturnité est grande. Brièvement, à son habitude, il en explique
les raisons.

—«Pourquoi parler quand on n'a rien à dire; pourquoi, surtout, parler
si l'on a quelque chose à dire, puisque neuf fois sur dix se taire
serait le plus sage?»

Et Peu-Parle se tait énormément, avec délices, passant ses heures,
comme la première fois où je le rencontrai, près du rocher de la
Chèvre, toujours assis à la même place, toujours l'œil fixé sur le
même point.

Les gens prétendent que Peu-Parle a le secret.

C'est pour cela que chaque matin, hiver comme été, il monte là-haut, et
qu'on le voit, des journées entières, couver du regard un endroit connu
de lui seul, retraite de la Chèvre fée.

Peu-Parle, s'il voulait, serait riche comme un Crésus. Il ne veut pas,
l'idée lui suffit. Gardien jaloux d'un trésor qu'il dédaigne, refusant
d'y toucher, craignant d'en laisser approcher les autres, il vit ainsi
depuis quarante ans, heureux, déguenillé, avec son rêve et sa chimère.

Peu-Parle passe pour sorcier; les vieilles femmes qui s'en vont couper
les lavandes, ont vu la nuit, quand il garde après le soleil couché,
des formes étranges se promener devant son feu.

Les hommes, même courageux, n'aiment guère entendre sur le tard
l'aigre aboi de son chien Guerrier et le bruit de ses souliers ferrés
dans les pierrailles.

D'ailleurs, brave homme, et respecté comme on respecte les puissances!

Un jour, Peu-Parle m'a parlé.

Je lui avais offert du tabac pour en bourrer sa pipe que, faute
d'argent, il suçait à vide. L'attention le toucha, nous causâmes.

—«Alors vous êtes venu pour le trésor?... Ne dites pas non; je parle
peu, mais j'entends bien et je descends quelquefois au village... Venu
même de très loin, paraît-il. Bon! le trésor du roi de Majorque vaut
bien qu'on fasse quelques lieues.

—Du roi de Majorque?

—Eh! oui, un ancien roi arrivé par mer, qui plus tard fut obligé de
fuir... Vous savez ces choses mieux que moi et me faites bavarder. Mais
n'importe! Peu-Parle s'appelle Peu-Parle, il ne conte que ce qu'il
veut, il a tout deviné l'autre jour en vous voyant regarder l'ombre.

«Que vous a fait la Chèvre d'Or? Pourquoi ne pas la laisser tranquille
sur sa montagne? Elle va, vient, au clair de lune, buvant l'eau pure,
broutant la mousse, et ne fait de mal à personne.

«Quand on l'aura prise, la belle avance!

«Captive, la Chèvre d'Or se vengera, car l'or est source de toute
misère. C'est à cause de lui que les hommes se haïssent, c'est à cause
de lui que les femmes ne vont pas vers qui sait les aimer. Dans le
clos des ermites, il y a deux tombes, M. Honnorat les connaît bien,
les tombes de deux cousins, presque deux frères, qui moururent de mort
sanglante pour avoir cherché la Chèvre d'Or.

«Que l'or reste oublié, que la Chèvre d'Or reste libre!

«Si je pouvais,—moi, Peu-Parle,—comme les gens croient, rien qu'en
levant un doigt, faire reparaître au soleil les richesses que ce
rocher recouvre, je ne lèverais pas le doigt, je laisserais dormir les
richesses...»

Peu-Parle, quelques instants encore, continua son discours où se
mêlaient, ainsi que dans une apocalyptique vision, la fabuleuse Chèvre
d'Or avec les préoccupations plus positives des trésors du roi de
Majorque.

Puis, fatigué sans doute de son effort, il siffla Guerrier, se dressa;
et, me tendant la main:

—«Réussir dans cette entreprise serait beau, je vous souhaite bonne
chance!... Autrefois, jeune, j'ai tenté; mais la hardiesse ne suffit
pas, il faut encore qu'on vous aime. Les hommes inventent, calculent.
C'est la femme qui a la clef d'or: faites-vous aimer de Norette!»



XXIV

UN BOUQUET


L'aventure tourne au conte de fée.

Ainsi, d'après le vieux Peu-Parle, pour parvenir jusqu'au trésor, je
dois d'abord me déguiser en prince Charmant, à mon âge! Auquel cas,
j'aurais pour Belle au Bois dormant, mon Dieu, oui! Mlle Norette.

Mais Norette n'est pas princesse, la maison de M. Honnorat, quoique
pittoresque, n'a que de très lointains rapports avec les châteaux
perdus au fond des forêts enchantées, et je ne veux pas, sur de
chimériques espérances, m'établir soupirant d'une petite villageoise.

Car elles sont bien chimériques, ces espérances! et je m'amuse fort,
moi-même, d'analyser l'étrange travail qui, en raison de l'isolement où
je vis, s'est peu à peu fait dans mon âme.

Eh quoi! parce qu'un matin de désœuvrement, l'idée m'est venue de
consacrer aux Arabes de Provence une étude plus ou moins érudite; parce
qu'il me plaît de rechercher les traces légères que leur passage a pu
laisser dans le pays; parce que, le jour de mon arrivée, les nuages
de l'air surchauffé, la grisante odeur des résines et des lavandes
m'ont donné, l'espace de quelques secondes, une hallucination, suite
naturelle d'un rêve; et parce que, Misé Jano l'ayant perdue, j'ai
ramassé une clochette inscrite de caractères qui me parurent curieux,
voici que, depuis un grand mois, plus crédule qu'un paysan, plus
visionnaire qu'un berger, je perds mon temps à chercher les moyens de
conquérir, au fond de la caverne que garde sans doute un dragon, les
richesses du roi de Majorque!

Tout en songeant ainsi, je redescendais machinalement la montagne, mais
du côté opposé à celui par lequel j'étais venu.

Un étroit sentier, visible à peine, serpente là, au milieu des blocs
moussus et des verdures. Car, autant le versant méridional, brûlé
du soleil, est aride, autant le versant nord, presque toujours
dans l'ombre et perpétuellement humecté par un suintement d'eaux
souterraines venues, sans doute, du même mystérieux réservoir qui
alimente la source du roc de la Chèvre, offre d'agréable fraîcheur.

Nos montagnes ont de ces contrastes; et, dans certains coins
privilégiés, souvent le printemps se continue, tandis qu'à quelques pas
les feuillages et les herbes sèchent aux flammes de l'été.

Des fleurs croissaient en cet endroit, des fleurs alpestres, délicates,
d'espèces inconnues. J'en cueillis et finis par faire un bouquet que
j'encadrai, pour mieux le garantir, d'une collerette de fougères et de
capillaires. Cette précaution me permit de l'apporter intact au village.

M. Honnorat, que je rencontrai se promenant seul sur la place, l'admira
fort à cause de sa rareté en cette saison. Je lui dis l'avoir cueilli
pour Mlle Norette.

—«Vous tombez mal! c'est aujourd'hui jour de lessive, et les jours de
lessive la maison devient inhabitable. J'avais pris la fuite et n'osais
plus aller chercher ma pipe, malheureusement oubliée. Norette est avec
Saladine en train _d'étendre_ dans la cour. Après tout, rien ne coûte
d'essayer, un bouquet embellira peut-être son humeur.»

Sur des cordes partout se croisant, d'un angle à l'autre, entre les
arcades, Saladine, privilégiée par sa haute taille, disposait, d'un air
toujours bourru, les toiles que Norette lui passait, et que Ganteaume,
religieusement, passait à Norette.

M. Honnorat n'avançait que prudemment, à moitié rassuré par ma présence.

—«Norette? regarde, Norette: le galant bouquet qu'on veut t'offrir.»

Je ne sais ce qu'avait mon bouquet, pareil pourtant à tous les
bouquets! mais au seul aspect des pauvres fleurs, Ganteaume devint
rouge jusqu'aux oreilles. Saladine me jeta un regard de dogue en
soupçon, et Norette, qui les serrait déjà dans ses doigts tremblants,
me parut, pour un hommage si banal, ressentir une émotion vraiment
singulière.

—«Filons maintenant, j'ai ma pipe!» me disait le bon M. Honnorat.

Et moi, tout en le suivant, je songeais à la phrase énigmatique de
Peu-Parle: «C'est la femme qui a la clef d'or, faites-vous aimer de
Norette.»

Est-ce que Peu-Parle, en sa qualité de sorcier, aurait vu des choses
que je n'ai point vues? Est-ce que, sans que je m'en doute, par caprice
de jeune fille, Mlle Norette m'aimerait?



XXV

LES OURSINS DU PATRON RUF


Une surprise m'attendait.

Sur la porte, qui rencontrons-nous? Patron Ruf, toujours rasé, toujours
tanné, portant de chaque main un panier d'oursins frais pêchés dont les
piquants, couleur de châtaigne, se remuaient encore lentement au milieu
de leur emballage d'herbe marine.

M. Honnorat, cette fois, ose affronter Norette, affronter Saladine. Que
sont la lessive et les femmes quand il s'agit d'un ami comme patron
Ruf et d'oursins engraissés par la pleine lune?

Aussitôt le dîner s'improvise, car les oursins n'attendent pas. On me
convie ainsi que l'abbé, à qui patron Ruf dépêche Ganteaume.

Saladine, décidément vaincue, séchera son linge où elle pourra; et nous
voilà tous attablés dans la cour aux blanches arcades, sous la vigne en
treille dont le cep, perdant son écorce, a l'air d'un bon vieux boa qui
mourrait.

C'est patron Ruf qui bravement, sans craindre les pointes, décoiffe
l'un après l'autre les oursins comme on fait des œufs à la coque.

Une! deux! et l'étoile de chair jaune-orange apparaît nageant dans une
noirâtre mixture d'eau de mer et d'algues triturées.

L'abbé, homme aux préjugés montagnards, répugne à manger ces bêtes
vivantes. Moi-même, amateur novice, je fais tomber l'algue et l'eau
de mer sur mon assiette, me contentant du jaune que je cueille avec
mon couteau. M. Honnorat et patron Ruf nous raillent. Ils n'y mettent
pas, eux, tant de façons. Ils gobent le tout: eau, algues, étoile!
ils raclent la coque avec des mouillettes; et radieux, la barbe
ruisselante, M. Honnorat s'écrie:

—«On dirait qu'on mâche la mer!

—Encore, interrompt patron Ruf, n'est-ce pas ainsi, entre des murs,
que l'oursin se mange; mais sur le rivage, dans la barque, en écoutant
battre le flot. A six heures du matin, quand le soleil chasse la brume,
pourvu que j'aie un bon pain tendre, une bouteille de clairet, je viens
à bout de mes six douzaines, et Rothschild n'est pas mon cousin!»

Mlle Norette a mis le bouquet sur la table, bien en face d'elle;
baissant les yeux, le rose aux joues, toutes les fois que je la regarde
ou que je regarde le bouquet.

Elle est d'ailleurs très gaie aujourd'hui, Mlle Norette.

Comme on parle de la mer, elle nous raconte l'impression que lui fit la
Méditerranée la première fois qu'elle la vit.

Saladine ramenait Norette de nourrice.

—«Vous vous rappelez, Saladine?»

Mais Saladine ne répond pas. N'importe! Norette continue:

—«Alors, quand nous arrivâmes au mas de la Viste d'où tout l'horizon
se découvre, je demandai, petite sauvagesse qui n'a jamais vu que des
montagnes: «Qu'est-ce que c'est que ce grand pré bleu?» Saladine me
dit: «C'est la mer.»—Et les moutons blancs qui sont dessus?—Ce sont
des barques et leurs voiles.»

Un peu troublée d'avoir fait cet important discours, Mlle Norette, en
manière de contenance, a pris le bouquet posé à côté de son verre, sur
la nappe, et cette action si simple a si fort impressionné Ganteaume,
qu'il en laisse tomber une pile d'assiettes,—du vieux Varages presque
aussi finement décoré que le Moustiers,—au désespoir de Saladine,
repentante de s'être adjoint un tel aide.

Le fait est que, depuis le commencement du repas, mon Ganteaume,
page ahuri, n'a fait qu'entasser maladresses sur maladresses. Et je
me demande pourquoi, Mlle Norette le sait peut-être? quelques fleurs
offertes par moi ont l'étrange pouvoir de le préoccuper ainsi.



XXVI

UNE AMBASSADE


Après le déjeuner, patron Ruf, laissant M. Honnorat et l'abbé discuter
chasse autour d'un bocal de liqueur aux baies de myrte, digestive
spécialité de Saladine, m'appelle confidentiellement dans un coin.

Je croyais qu'il voulait, en bon père, se renseigner sur la conduite
de Ganteaume et sur la façon dont celui-ci accomplit les fonctions
multiples qui sont censées l'attacher à ma personne.

Pas du tout! Patron Ruf est chargé, pour moi, d'une ambassade.

La campagne du corail terminée, patron Ruf, après avoir embrassé sa
femme en passant devant la petite Camargue, avait dû pousser jusqu'à
Nice pour y négocier, au nom de la confrérie, le produit de la pêche
faite en commun.

Il s'était rencontré là, suivant l'usage, avec de certains marchands
génois qui achètent le corail brut pour les fabriques et logent
d'ordinaire dans un cabaret de la vieille ville, à l'enseigne de
l'_Antico limon verde_.

—«Dieu vous préserve, monsieur, de ces auberges italiennes! Ça sent
le fromage et c'est épais de mouches. Mais il faut en passer par là
lorsqu'on veut vendre aux Génois.»

Quoi qu'il en soit, l'affaire s'était conclue, et patron Ruf, l'argent
serré dans sa saquette, s'apprêtait à partir après l'obligatoire
tournée d'_asti spumante_, «un pauvre petit vin qui fait des embarras
et ne vaut pas notre bon clairet de cassis!» quand, venant d'une table,
dans l'enfoncement le plus sombre, il entendit des mots, des fragments
de conversation qui lui firent dresser l'oreille.

Quelque chose de louche se tramait. On parlait de M. Honnorat, du
Puget-Maure; mon nom même et celui de Norette avaient été plusieurs
fois prononcés.

—«En ma qualité de pêcheur, continuait patron Ruf, toujours au
soleil, sur l'eau luisante, je n'ai guère l'habitude de voir dans le
noir. Pourtant, à force de m'arrondir les yeux en faisant comme font
les chats, je finis par distinguer, au milieu d'une demi-douzaine de
sacripants qui écoutaient silencieux, un vieux monsieur à lévite, l'air
d'un escamoteur ou d'un notaire, et un jeune homme qui me tournait le
dos et que je ne reconnus pas d'abord.

—«Il faut en finir, disait le jeune homme, après tout, le particulier
en question veut nous voler, et les voleurs, ça se supprime.»

«A quoi le vieux monsieur répondait:

—«Sans doute! quand nous aurons touché la mise de fonds et si la chose
devient nécessaire. J'estime, en attendant, qu'à tout hasard, nous
ferions mieux d'avoir, avec nous, celui dont il s'agit.

—«Puisqu'il ne veut pas?

—«Il voudra peut-être.

—«Eh bien! non. C'est moi maintenant qui ne voudrais plus s'il
voulait.»

«Le jeune homme s'était dressé, furieux, faisant danser verres et
bouteilles d'un grand coup de poing sur la table. Je le reconnus!
c'était Galfar: souliers vernis, jaquette neuve, comme quelqu'un qui
vient d'hériter.

—«Patron Ruf?—Galfar?—Quel bon vent vous amène dans ces parages?—Le
vent du Cap... J'arrive d'Antibes à l'instant, avec la barque,
pour vendre notre récolte de corail.—Allons, tant mieux! et vous
retournez?—Au Puget-Maure.»

«A ce mot de Puget-Maure, Galfar me regarda, l'œil méchant.

—«Au fait, j'oubliais: vous avez là-haut votre petit Ganteaume? Mais,
alors, vous connaissez certainement le prétendu de ma cousine Honnorat.
Eh bien! dites-lui de ma part que je lui défends, entendez-vous! que
je lui défends d'épouser Norette. Et dites-lui aussi, au cas où vous
auriez compris notre conversation de tout à l'heure, qu'il y a quelque
danger pour les gens à vouloir entrer dans nos familles, que la Chèvre
d'Or, chez les Gazan et les Galfar, a déjà causé plus d'un malheur, et
que si ses sabots, les nuits de lune, laissent des traces d'or sur les
cailloux, souvent aussi, aux endroits où elle a passé, on trouve des
gouttes de sang, des marques rouges.»

Patron Ruf était très ému.

—«Mais, quel rapport, lui dis-je, Mlle Norette?...

—«Écoutez! j'ignore si vous en voulez au trésor, et si c'est pour cela
que vous prétendez à Mlle Norette. Mais j'ai autrefois entendu raconter
que le secret de ce trésor se transmet de mère en fille parmi les Gazan
et les Galfar, qui toujours se marient entre eux. Mlle Norette, en
conséquence, le tiendrait de feu Mme Honnorat, sa mère, qui était une
Galfar.»

«Du reste, conclut patron Ruf, vous savez ce qu'il vous reste à faire.
J'avais prévu cela, vous étiez averti. Que venez-vous chercher dans
ce pays de sauvages? Et pourquoi ne pas retourner demain à la petite
Camargue, où nous attend Tardive, pour y pêcher, aidés de Ganteaume, la
castagnore, le poisson Saint-Pierre, et coucher, le soir, à la cabane,
sans vilains soucis, bien tranquille, en écoutant tinter le clairin
d'Arlatan?»



XXVII

PERPLEXITÉS SENTIMENTALES


Resterai-je? Ne resterai-je pas?

Dois-je écouter les prudents conseils de patron Ruf, ou m'obstiner à la
poursuite d'un rêve peut-être chimérique?

L'alternative me rend perplexe.

Si je quitte le Puget-Maure, j'aurai l'air, et cela m'offense,
de redouter Galfar, de fuir devant ses menaces. Mais je me sens
médiocrement fier quand je songe au rôle de comédie que, dans le cas
contraire, il me faudra jouer.

Me voit-on d'ici, par intérêt—eh! oui, par intérêt, puisque la fortune
est au bout,—feignant une affection que je n'ai pas pour Mlle Norette!

Je me rappelle avec quel sentiment de pitié, mêlé de mépris, il m'est
arrivé, jadis, de considérer, dans ce qu'on appelle le monde, des gens
honnêtes au demeurant, qui n'auraient pas menti à un homme et qui se
mentaient à eux-mêmes impudemment, pour se prouver qu'ils aimaient
d'amour quelque insignifiante fillette dont ils ne désiraient guère que
la dot.

Et ils finissaient, les malheureux, par se croire épris, comme
font ces pleureuses gagées qui, se grisant de leurs propres cris,
s'attendrissant par leurs propres plaintes, arrivent à verser de vraies
larmes sur la fosse d'un mort qu'elles n'ont pas connu.

Il me répugnerait d'agir ainsi, bien qu'après tout, avec Mlle Norette,
maîtresse et gardienne de la Chèvre d'Or, mon cas ait je ne sais quoi
d'agréablement chevaleresque.

Mais, hélas! comme en peu de temps les choses s'emparent de vous!

Me voici tout triste, maintenant, à la seule idée de partir, de
laisser ce village et ses tortueuses ruelles, cette vieille maison
devenue mienne, ce pavé de l'âne dont les galets pointus, depuis
quelque temps, me semblaient doux.

Et Misé Jano qui m'apparut dans le vallon, bondissante, surnaturelle,
pour me souhaiter la bienvenue! Et M. Honnorat, et Saladine!...

Je n'ose pas ajouter: et Mlle Norette! par crainte de voir trop clair
en moi.

Car elle est charmante, décidément, Mlle Norette.

Avant le dîner d'hier, je ne l'avais jamais regardée, et je n'aurais su
dire si ses yeux étaient noirs ou bleus.

Ils sont noirs, d'un noir de velours noyé d'ombre. Un peu alanguis, par
exemple, et doucement mélancoliques. Des yeux d'esclave heureuse, qui
se serait volontairement donnée. La belle Schéhérazade devait avoir ces
yeux-là.

C'est bien de l'honneur que me fait Galfar en me jugeant digne d'être
remarqué par deux yeux pareils! Pourtant, je ne me suis jamais guère
mis en frais pour leur plaire; Galfar non plus, d'ailleurs.

Singuliers galants que nous sommes: aussi mal vêtus l'un que l'autre,
faits tous deux comme des brigands; et sa veste en velours à côtes peut
affronter la comparaison avec ma jaquette de gros cadis.

N'importe, béni soit Galfar! Sans Galfar, sans ses jalousies,
j'ignorerais encore Norette.

Et Norette! comme il serait bon, savoureux d'avoir à soi, à soi tout
seul, cette âme neuve.

Je me sens au cœur une sensation de délicieuse fraîcheur, sensation
presque physique, en me rappelant sa rougeur ingénue, quand je lui
offris le bouquet, et le subit frémissement de sa petite poitrine
passionnée.

S'imaginer qu'on vous aime est le commencement de l'amour. Norette
m'aimant, il me semble que je ne pourrai plus m'empêcher d'aimer
Norette.

Mais comment savoir? Je crois avoir trouvé le moyen.

Patron Ruf s'en retourne demain. Je me mettrai en route avec lui, ainsi
que la loyauté l'ordonne.

Mais si Mlle Norette s'obstinait à me retenir, si elle avouait...
Alors, dame! Je n'aurais qu'à laisser faire le destin. Ma conscience
sera tranquille. On ne peut pourtant pas tenir rigueur à une enfant
aimable et qui vous aime, uniquement sous le prétexte qu'elle est la
très hypothétique héritière d'un roi de Majorque et de ses trésors.



XXVIII

AU JARDIN


M. Honnorat possède, au pied de sa tour, un jardin dont il est très
fier.

Un jardin? non! un ressaut du roc aplani, entouré d'un mur, et, de tous
les côtés, dominant l'abîme.

Ce mur retient un peu de terre végétale trouvée dans les fentes,
laquelle terre, se mêlant aux débris du roc lui-même, friable
pierraille en train de fondre et de se pulvériser au soleil, constitue
un problématique humus qui, ailleurs, ne suffirait pas à nourrir les
sobres racines de l'ortie ou de la ronce, mais dont se contentent,
en ce climat béni, trois pieds d'orangers, un laurier, une bordure de
romarin, quelques fruits et quelques légumes.

Le tout, tant bien que mal, arrosé par l'eau rare d'une citerne que M.
Honnorat ménage avec parcimonie.

La nuit approchant, je m'étais accoudé au parapet de ma terrasse, sans
motif, histoire de réjouir mes regards des changeantes splendeurs de
l'horizon qui, là-bas, s'empourpre; et peut-être aussi parce que, juste
sous la place que j'ai choisie, se trouve un banc de pierre, qu'un
laurier ombrage, où, quelquefois, Mlle Norette aime s'asseoir.

Comme l'après-midi a été brûlante et que plantes et fleurs
s'inclinaient altérées, Mlle Norette et Saladine font ruisseler
largement, joyeusement, l'eau de la citerne, au grand désespoir de M.
Honnorat, qui proteste.

Mlle Norette rit. Les voix montent dans l'air frais du soir.

—«Dès que l'on touche au robinet, s'écrie Saladine en montrant M.
Honnorat, on dirait que son sang se verse.»

Et Mlle Norette ajoute:

—«Père sème ses haricots par gloire, moi, je leur donne à boire par
pitié.»

Puis M. Honnorat est sorti, toujours en querelle avec Saladine, et Mlle
Norette est restée seule.

Je suis descendu au jardin.

Mlle Norette m'a dit:

—«Je vous avais vu, je vous attendais.» Elle m'a dit cela d'un air
tranquille, ingénument, sans fausse honte, en personne sûre d'elle-même
et sûre de moi.

Mais, ayant prononcé le mot de départ, tout à coup je l'ai vue
devenir subitement pâle, de cette pâleur mate des brunes qui les fait
ressembler au marbre des statues.

Les paupières baissées sans doute pour ne pas pleurer, immobile, oui!
la petite Norette était de marbre. Et quand elle m'a regardé, dans ses
yeux où des larmes montaient, il y avait une immense tristesse.

Sans une parole, elle m'a fait signe de l'attendre.

Elle est allée jusqu'à sa chambre chercher la boîte des souhaits,
symbolique coffret où tiennent ses espérances et ses bonheurs de jeune
fille; et l'ayant ouvert, l'ayant vidé, elle m'a montré, pêle-mêle avec
l'œuf, le sel et la quenouille, vingt bouquets pareils à celui que je
lui ai offert, les uns frais encore, et les autres déjà flétris.

—«Mes fleurs, mes pauvres fleurs! soupirait-elle. J'étais, chaque
matin, si contente de les trouver, là, sur ce banc, frileuses, baignées
de rosée... Je les réchauffais sur mon cœur, sachant qu'elles venaient
de vous... Je me disais: il n'ose pas me les donner lui-même; mais
il est brave, c'est un homme; le courage, un jour ou l'autre, lui
viendra... Le courage vous était venu, puisque hier vous m'avez offert
un bouquet de ces mêmes fleurs, devant mon père... Et, maintenant,
vous nous quittez!... Que vous importe notre amitié! Que vous font les
pleurs de Norette?»

Son désespoir s'en allait en larmes. Et, ne comprenant pas, mais
délicieusement ému, je ne pus m'empêcher de sourire, quand j'entendis
Norette, dans mes bras, entre deux sanglots, s'écrier d'une voix
redevenue enfantine:

—«Ah! je suis malheureuse et bien punie de tant aimer quelqu'un que
je ne connais presque pas!»

Qu'ai-je répondu? Je l'ignore. Mais, quand nous sommes sortis du
jardin, Mlle Norette ne pleurait plus, et, malgré mes dénégations
étonnées, on m'avait prouvé que c'était moi qui, chaque soir depuis
vingt jours, laissais, du haut de ma terrasse, tomber un bouquet sur le
banc aimé de Norette.

Le diable, évidemment, se mêle de mes amours et cette histoire de
bouquets cache quelque sorcellerie.

Ne cherchons pas. Le mieux est encore de laisser aller les choses.
Est-il tant besoin de comprendre pour être heureux?



XXIX

LES AMOURS DE GANTEAUME


Et pourtant ces bouquets ne sont pas tombés du ciel, ils n'ont pas
poussé tout seuls sur le banc!

Or personne, sauf les Gazan, ne pénètre dans le jardin; et personne
aussi, sauf Ganteaume et moi, n'a la clef de la terrasse.

Je suis bien sûr, à moins de me croire somnambule, de n'avoir jamais
jeté aucun bouquet du haut de la tour. Reste Ganteaume. Est-ce que
Ganteaume?...

J'avais bien remarqué ses extases devant Norette, son empressement à la
servir, et son trouble mal dissimulé, le jour de lessive, à l'aspect
des fleurs offertes par moi.

Ganteaume doit être coupable.

Je l'ai fait comparaître. Il est venu, l'air repentant, la mine basse.

—«Holà! maître Ganteaume, lui ai-je dit, est-ce ainsi qu'on comprend
ses devoirs de page? Et pensez-vous que j'autoriserai une personne de
ma suite à nouer de coupables intrigues dans la maison qui nous offre
l'hospitalité?»

La solennité d'un tel début achève de décontenancer le misérable. C'est
en sanglotant qu'il avoue toute une série de méfaits.

Pendant que je le croyais occupé à rouler les ruelles du Puget-Maure en
compagnie des galopins de son âge, à pêcher la truite au torrent, ou à
dénicher, capture rare, quelque couvée de merles de roches, Ganteaume,
ambitieux déjà, rêvant de plus hautes destinées, entreprenait, pour son
compte, la conquête de la Chèvre d'Or.

Il s'est lié avec Peu-Parle. Ce vieux fou l'honore de ses confidences
et maître Ganteaume, en échange, lui a fait part de mes projets.

Le soir, Ganteaume apprend à connaître le nom des étoiles. Puis,
s'asseyant dans la lavande, tous deux s'entretiennent longuement du roi
de Majorque et de la Chèvre.

Ganteaume croit fermement à l'existence du trésor. Il sait, d'ailleurs,
toujours par Peu-Parle, des détails curieux que j'ignorais.

C'est bien, comme je l'avais conjecturé, l'ombre d'une pierre, à
certaine heure du jour, à certaine époque de l'année, qui doit marquer
la place où il s'agit de fouiller.

Là, on ne trouvera pas encore le trésor, mais une cassette en fer
contenant des papiers mystérieux. Avec ces papiers, la réussite est
certaine. Seulement on ne peut rien faire sans Mlle Norette qui possède
le talisman, portant gravé le secret de l'ombre.

—«Une clochette peut-être?

—Oui! il me semble que Peu-Parle a prononcé le mot de clochette.»

Ganteaume, au surplus, me jure qu'il n'a jamais prétendu accaparer
seul le trésor. Son intention était d'en faire trois parts: l'une à
moi destinée, l'autre destinée à patron Ruf. Comme troisième part,
Ganteaume se contentait du bonheur d'épouser Norette et de vivre
éternellement auprès d'elle.

C'est avec l'espoir de plaire à Norette que, d'après les conseils de
Peu-Parle, il avait imaginé le galant envoi de bouquets dont Norette me
fait honneur.

Mais Ganteaume comprend désormais combien tout cela est irréalisable.
Il a renoncé à Norette silencieusement, sans se plaindre, dès qu'il a
vu qu'elle m'aimait.

Et maintenant, meurtri par l'écroulement de son rêve, il me supplie de
le garder, de ne pas le renvoyer à patron Ruf.

La joie est mère d'indulgence: je pardonne à mon rival de douze ans.

Il essuie ses larmes, il me remercie.

Mais Norette, visiblement, lui tient au cœur, et la blessure saigne
encore.

Hélas! qui eût imaginé que Ganteaume, l'infortuné Ganteaume, serait la
première victime de cette capricieuse Chèvre d'Or?



XXX

LES FLEURS DE LA REINE


Une autre Norette!

J'aurais peine à reconnaître, quand elle passe me souriant, volontaire
et vive, la demi-paysanne dont l'inconsciente timidité se déguisait de
brusquerie.

Désormais Mlle Norette ignore la timidité. Mlle Norette est confiante,
quoiqu'on ait négligé de faire M. Honnorat le confident de nos amours,
et nous serions époux depuis deux ans qu'elle n'agirait pas d'autre
sorte.

Ce matin, Mlle Norette m'aborde:

—«Vos fleurs sont belles, je les aime; mais j'en sais de plus belles
que les vôtres.

—Plus belles?

—Les fleurs de la Reine! Vos fleurs ne sont que fleurs de montagne.
Les miennes sont du jardin féerique qu'une princesse venue d'Orient
avait autour de son château.

«Aux veillées d'hiver où, un galet sur les genoux, un autre galet pour
marteau, les filles, en chantant, cassent l'amande amère, vous pourriez
entendre raconter à ce propos, par les paysans braconniers et les
paysannes ramasseuses de litière et de feuilles mortes, des choses tout
à fait surprenantes.

«Du jardin redevenu lande, du logis admirable autrefois, on ne voit
plus qu'un grand rempart noir, et, çà et là, des pierres tombées.
Mais, aussitôt les beaux jours parus, sous le vieux rempart, entre les
vieilles pierres, poussent des fleurs comme personne n'en a vu, à coup
sûr descendantes de celles qu'avait la reine en son jardin, et dont
là-haut, tout près du ciel, la race s'est perpétuée.

—Et c'est bien haut, là-haut, près du ciel?

—Très haut! reprit Norette sérieuse, plus haut encore que le rocher
de la Chèvre. Mais où ne monterait-on pas, avec l'espérance de trouver
ce parterre des _Mille et une Nuits_, ces fleurs de la Reine, variées,
innombrables, couleur de ciel et de rosée, des fleurs qui n'ont rien de
terrestre et ne ressemblent pas plus aux grossières fleurs écloses dans
nos vallons...

—Que Mlle Norette ne ressemble...

—Sans doute! répondit Norette. C'est pourquoi, ce soir, nous irons;
mais Ganteaume nous accompagnera.

—Ganteaume?

—Préféreriez-vous Saladine?»

Trois heures! la chaleur commence à tomber, c'est le moment de se
mettre en route.

Misé Jano, heureuse d'être libre, nous précède. Ganteaume, un peu
mélancolique, porte le panier aux provisions.

Norette se signe en passant devant le cimetière où dorment «les deux
qui sont morts». On laisse à gauche l'ermitage, le roc de la Chèvre, au
pied duquel je reconnais de loin la haute taille de Peu-Parle, et nous
voilà en pleine montagne.

A droite, à gauche, des rochers gris-bleu où l'arrachement des blocs
éboulés laisse de larges taches blanches que les immortelles sauvages
brodent de leur feuillage d'argent pâle et de leurs rigides grappes
d'or.

Au pied des rochers, ce sont de grands chardons pareils à des acanthes,
des genévriers aux baies violettes, des caroubiers bossus décorant leur
sombre verdure de gousses luisantes, comme vernissées, et des pins
dont les branches basses, tranchées par la hache, pleurent des larmes
d'ambre au soleil.

Sur tout cela, dans la pénétrante odeur des romarins et des lavandes,
un grand silence à peine troublé par quelque chant d'oiseau, grêle et
fin, en harmonie avec le paysage, et le bruit d'innombrables limaçons
vides qui, jonchant le sentier, s'écrasent et craquent sous nos pas.

Ganteaume et Misé Jano vont devant.

Je marche côte à côte avec Norette, la main dans sa main, sans rien
dire. Parfois nous retournant, éblouis de lumière, entre les troncs
lisses des pins, par delà les pentes brûlées, nous voyons le bleu de la
mer.

—«Qu'on s'arrête ici, et goûtons!» commande Norette.

Ganteaume déballe les provisions, on s'installe sur l'herbe menue.
Pendant quelques instants, un appétit noblement gagné par cette
pittoresque mais rude montée nous fait oublier nos soucis d'amour.

—«Maintenant, tandis que je vais cueillir mes fleurs, libre à vous de
contempler le paysage.»

Et Norette éclate de rire, toujours charmante et malicieuse.

Je relève la tête, mais le paysage a disparu... Un brouillard taquin,
comme, à cette saison, il en rampe au flanc des montagnes, nous a
sournoisement enveloppés. Un gentil brouillard, certes! vrai brouillard
de Provence, blanc, clair, plus léger qu'une gaze et tout pénétré de
rayons. Arrivant sur nous par petits nuages pressés, il n'en cache
pas moins l'étendue. Et d'en bas, tout près, le vent nous apporte les
cocoricos des coqs dans les fermes, le bruit continu des flots.

—«C'est gentil de se savoir seuls!»

En effet, la brume gagnant peu à peu, nous nous trouvons dans une
atmosphère de nacre et d'opale, lumineuse pourtant, où Norette
apparaît grandie, comme transfigurée, et sur laquelle, visibles à deux
pas de nous, se découpent avec une singulière vigueur quelques tiges de
graminées, et la silhouette d'un figuier enraciné au bord du précipice.

Tout à coup, Norette s'agenouille près du figuier, elle se penche, elle
m'appelle. J'arrive à temps pour la relever, un instant dans mes bras,
émue et frémissante.

—«Ah! Ganteaume, que j'ai eu peur!»

Heureuse d'avoir été secourue par moi, effrayée encore du léger péril
et ne sachant comment exprimer cette émotion complexe, bravement,
follement, n'écoutant que son cœur, elle embrasse?... M. Ganteaume.

Et ce baiser, en contentant Norette, fit encore deux heureux par
surcroît: Ganteaume qui l'avait reçu, et moi qui me le savais
indirectement destiné.



XXXI

SAINTE SARE


—«Bon! conclut Norette, ceci n'est rien, puisque j'ai tout de même mon
bouquet... Voyons, Ganteaume: le ruban? le cierge? le carré de drap
rouge?»

Ganteaume sort tout cela de l'inépuisable panier.

—«Et maintenant il s'agirait de ne plus perdre une minute si nous
voulons passer par le Pas du Sarrasin... Ganteaume, appelez Misé Jano.
Heureusement que la brume ne doit pas s'étendre bien bas, et que je
sais le bon chemin.»

En effet, la brume n'était qu'une ligne mince et droite, coupant la
montagne. En quelques pas nous l'avions franchie; et tandis que ses
légers flocons enveloppaient encore Misé Jano et Ganteaume, nous nous
trouvions déjà, avec Norette, dans la lumière et le soleil.

Quel est ce Pas du Sarrasin où me mène Norette?

Car Norette, je m'en aperçois, commence à me mener où elle veut, et mes
amis s'amuseraient, eux qui ont connu mon indépendance, de me voir, en
l'honneur de la Chèvre d'Or, obéir ainsi à ses caprices. Mais est-ce
que depuis quatre jours, depuis l'aventure des fleurs jetées, j'y songe
seulement à cette Chèvre d'Or?

Norette daigne m'expliquer que le Pas du Sarrasin est un étroit défilé
fermant, du côté de la mer, le plus important des trois vallons qui
conduisent au Puget-Maure. Il s'y est jadis livré des batailles, et, de
chaque côté, s'amorçant à la roche, on voit des restes de barricade.

—«La chose pourra peut-être vous intéresser, monsieur le savant!»

Pourtant, dans la pensée de Norette, notre excursion n'a rien de
spécialement archéologique. Le Pas du Sarrasin s'ouvre presque en
plaine, à un demi-kilomètre de la route menant à Fréjus. L'endroit,
quoique sauvage et solitaire, est accessible aux chariots; et les
Bohémiens, avec leurs caravanes roulantes, se détournent volontiers
pour y faire halte, lorsque au changement de saison ils rejoignent
leurs quartiers d'hiver.

Or les Bohémiens sont arrivés. Ils attendent Norette avertie et qui
doit leur confier une mission des plus graves. Comme ils se rendent
à Notre-Dame-de-la-Mer, c'est eux que Norette chargera de déposer le
bouquet noué du ruban et de faire brûler le cierge sur le tombeau de
sainte Sare.

—«Sainte Sare?

—Vous ne connaissez pas sainte Sare, la fidèle servante des Trois
Maries, qui, venue avec elles en Provence, après la mort du Christ, sur
une barque sans voile et sans rames, mourut près de Marie Jacobé et de
Marie Salomé, en l'île de Camargue, entre les deux Rhônes, pendant que
Marie-Magdeleine pleurait au désert?

«D'Aigues-Mortes à Fos, le long du golfe, autour des grands étangs, il
n'y a pas un matelot, pas un pêcheur, pas un gardien de taureaux et pas
un meneur de cavales, qui ne connaisse sa légende!

«Depuis, dans la magnifique église que la Provence leur a bâtie, Jacobé
avec Salomé habitent, au-dessus de l'autel, une chapelle aérienne d'où
l'on voit, mon père m'y conduisit, étant petite, des plages sans fin et
la mer.

«Sainte Sare, dédaignée, se contente d'une humble crypte, où seuls,
ou peu s'en faut, les Bohémiens la vénèrent parce qu'elle était,
prétendent-ils, de leur race et de leur couleur...»

Nous approchions du campement, presque désert, les hommes et tout ce
qui avait plus de dix ans étant parti en expédition, dès le matin. Rien
qu'une vieille femme restée pour faire bouillir le pot, soigner le
cheval, et surveiller une demi-douzaine de marmots noirs comme charbon,
qui, tout nus, se roulaient dans l'herbe.

C'est à la vieille précisément que Mlle Norette avait affaire.

Elle a donné le morceau d'étoffe rouge à la vieille qui, tout de
suite, où diantre la coquetterie va-t-elle se nicher? se l'est épinglé
au corsage. Puis elles se sont mises à causer, me regardant, tandis que
le plus jeune et le plus crépu des marmots tétait, le ventre en l'air,
cramponné aux poils dorés de Misé Jano, et que les autres donnaient
l'assaut aux débris de provisions restés dans le panier que Ganteaume
ne quitte point. Après quoi, tous, y compris le nourrisson improvisé,
sont venus me mendier quelques pincées de tabac pour bourrer leurs
pipes, culottées déjà, et se faire des cigarettes.

La vieille nous a dit:

—«Vivez sans crainte! Avant qu'il soit huit jours, le cierge brûlera
sur le tombeau, près de ces fleurs dont les graines vinrent d'Orient;
et j'aurai, pour vous la rendre favorable, dit les paroles en langue
inconnue que sainte Sare aime entendre.»

Elle ajoute, s'adressant à moi:

—«Tout le bonheur vous était dû!»

Puis, à Norette, avec des douceurs dans la voix, des nuances de
flatterie qui m'étonnent un peu dans cette bouche d'immémoriale
sorcière:

—«Elle est si noble! elle est si belle, la demoiselle du Puget-Maure!
Belle et brune comme Sara, noble comme la princesse dont elle m'apporta
les fleurs. Si elle voulait, nous la ferions reine. Mais elle ne veut
pas, son Destin est ailleurs... Nous la ferions reine au village des
Saintes, selon la coutume, dans le rond de nos chariots, sur un trône
en plein air, parée de diamants et d'or. Et le peuple l'admirerait, et
de la voir ainsi, les gardiens de Camargue, serrant le mors à leurs
chevaux blancs, envieraient et deviendraient pâles...»

La vieille ne s'arrêtait plus.

—«Partons!» dit Norette qui feignait de rire, mais visiblement gênée,
en ma présence, par ce flux d'énigmatiques paroles.

Le soleil avait disparu. Nous dûmes nous presser pour être de retour au
Puget-Maure avant la nuit.

Cependant Norette, ingénument exaltée, me racontait qu'elle s'appelait
Sara, comme sa mère, et que sainte Sare était leur patronne.
Maintenant, elle se sentait plus heureuse, sûre de la protection de
sainte Sare pour quelque chose qu'elle ne me disait pas, mais que son
regard, bien qu'à chaque fois il se détournât du mien, me faisait
deviner.

Sans la présence de Ganteaume, Norette m'en eût peut-être dit davantage!

Malgré l'impatience de M. Honnorat, dont l'appétit n'avait pas attendu,
et la sourde révolte de Saladine, elle voulut encore me montrer, avant
le dîner, un morceau de bois assez informe que je n'avais pas remarqué
dans son musée des souvenirs.

—«Tenez! la voilà, sainte Sare, la protectrice des Gazan! Nous l'avons
depuis plus de trois cents ans dans la famille. Admirez-la, au moins.
Elle n'est pas belle, mais je l'aime.»

C'était une de ces antiques images dont la dorure, en s'oxydant, prend
des tons d'ébène, et que l'imagination populaire transforme volontiers
en vierges noires longtemps enfouies, puis un beau jour miraculeusement
découvertes, dans quelque hallier qu'on défriche, par les deux bœufs
de labour meuglant et agenouillés.

Seulement, sainte Sare, avec son profil oriental, très caractéristique
malgré la naïveté du ciseau, avec les légères traces d'or restées aux
plis du long manteau et aux torsades de la coiffure, avait un petit air
païen qu'en général les vierges n'ont pas, et ressemblait à une sultane
qui aurait tant soit peu ressemblé à Norette.



XXXII

PREMIER BAISER


Il serait prudent de partir, et patron Ruf avait raison. Toute la nuit,
ne pouvant dormir, j'ai donné raison à patron Ruf.

Les choses vont trop vite à mon gré, Norette est trop dangereusement
ingénue. La pente de notre amourette, si ma fantaisie s'y attardait, a
chance d'aboutir au mariage.

Voilà où me conduirait la Chèvre d'Or!

Sans compter que, par une étrange contradiction, m'étant mis en tête
de me faire aimer de Norette à cause de la Chèvre d'Or, depuis que
Norette m'aime, j'ai oublié la Chèvre d'Or, et ne pense plus qu'à
Norette.

Passe encore pour la sentimentale histoire des bouquets, passe pour
sainte Sare et les fiançailles à la mode bohémienne! Mais hier, il
s'est passé quelque chose de plus grave.

Le clair de lune était magnifique, et l'on prolongeait la soirée au
jardin. Nous étions assis, Norette et moi, sur le banc de pierre. M.
Honnorat nous tournait le dos, fumait sa pipe et rêvassait, appuyé des
deux coudes à la crête du petit mur.

Nous causions doucement, de choses indifférentes, comme causent les
amoureux, une émotion se devinant sous le flot des paroles vaines.

Les dents de Norette brillaient. Je songeais, vaguement jaloux,
l'amour est fait de ces sottises! à l'enfantin baiser dont Ganteaume
connaissait la douceur.

J'aurais dû me méfier. Mais je me croyais bien tranquille, puisque M.
Honnorat était là et que la lune nous gardait.

Tout à coup, de sa bonne grosse voix, M. Honnorat s'écrie:

—«Bon! voilà la lune qui passe derrière le pic de l'Aigle, nous en
avons pour cinq minutes à n'y rien voir.»

Comme si un rideau fût tombé, tout le jardin se trouva dans l'ombre.
Nous cessâmes de parler. La main de Norette chercha ma main.

Et quand, par degrés démasquée, la lune pleine reparut, je n'avais plus
à être jaloux de Ganteaume...

Oui! il serait prudent de partir.

Mais tout semble se conjurer contre moi: la lune après le brouillard,
et le mistral après la lune.

Ce matin, comme je m'apprêtais, le départ irrévocablement décidé, à
traverser la place pour régler mon compte au _Bacchus navigateur_, je
me suis heurté contre Saladine qui, fiévreuse, verrouillait la porte,
en général grande ouverte, du passage d'âne.

—«Sortir? Jésus, Marie! y pensez-vous? s'est-elle écriée, les yeux au
ciel, en faisant craquer ses mains ridées. Mais, par un temps pareil,
le Père Éternel resterait chez lui. Écoutez un peu cette musique.
Il pleut des tuiles, les arbres se rompent, l'eau des fontaines
s'envole en farine; et tout à l'heure, voulant aller chez un voisin,
à deux pas, où tourne la rue, de peur de me voir emportée, j'ai dû me
cramponner au mur, et je recevais dans la figure, en guise de sable,
des poignées de cailloux plus gros que les dragées d'un baptême.

—C'est le mistral?

—C'est le mistral.

—Et le mistral dure longtemps?

—Jamais moins de trois jours, quelquefois six, neuf jours le plus
souvent,» m'a répondu Saladine.



XXXIII

LE MISTRAL


Norette aussi a voulu sortir. Mais au moment où, hésitante, elle posait
le pied sur les premiers pavés de la place, une rafale l'enveloppa,
brusque, violente et glacée.

—«Monsieur?... Saladine?... au secours!...»

Elle riait, ses yeux mi-clos, abrités sous leurs longs cils bruns; sa
robe, que le vent tordait, laissait voir sa fine cheville, et, du coup,
comme la poussière d'eau des fontaines, et comme les pierreuses dragées
reçues par cette excellente Saladine, toutes mes sages résolutions
s'envolèrent.

—«Montons au troisième étage; là-haut, bien à l'abri, nous regarderons
le mistral souffler.

—Nous l'écouterons aussi?

—Rassurez-vous! même sans qu'on l'en prie, il se charge de se faire
entendre.»

Le ciel était bleu, d'un bleu dur et uni de pierre précieuse, mais
aucun oiseau n'y volait: et, devant la maison commune, le vieux
peuplier de 48, secouant ses feuilles luisantes, saluait, jusqu'à
toucher terre, quoique républicain, Sa Majesté le mistral.

Par moment, le vent se taisait et le peuplier restait immobile.

Puis, après un intervalle de profond silence, c'était, parti du
lointain, un bruit de houle qui montait, grandissait et nous donnait
l'assaut, vague, invisible, se brisant, comme le flot sur les falaises,
autour du petit logis collé à son roc.

—«De toute la nuit, je n'ai pu dormir, disait Norette; je pensais aux
pauvres gens qui sont en mer.»

Et cette idée, l'idée du patron Ruf seul, par un temps pareil, dans sa
barque, donnait à Ganteaume des envies de pleurer.

A deux reprises, après le troisième et le sixième jour, ce mistral
obstiné renouvela son bail; et neuf jours durant, prisonniers du vent,
gardés par la tempête, nous goûtâmes, Norette et moi, les plaisirs d'un
perpétuel tête-à-tête, d'autant plus délicieux que nous ne l'avions pas
cherché.

Grâce au mistral, toutes les habitudes de la maison étaient
bouleversées.

On ne voyait plus Saladine, qui, énervée, incapable de tenir en place
et courant tout le jour de la cuisine au grenier, vieille chatte que le
vent affole, paraissait seulement pour les repas.

L'air était froid malgré la saison, quoique le soleil luisît joyeux à
travers les vitres. Un froid taquin, paradoxal, qui s'en prenait aux
nerfs! M. Honnorat restait, du matin au soir, devant un grand feu de
sarments, occupé à soigner je ne sais quelles fièvres imaginaires,
rapportées du Sénégal et que le mistral réveillait; taciturne, bougon,
comme personnellement blessé de ce que le maudit vent semblait vouloir
le persécuter jusque chez lui, s'introduisant par la cheminée, faisant
s'éparpiller les cendres, et des flammes claires se rabattre sur la
traverse des landiers.

Quant à Ganteaume, il profite du désarroi général pour disparaître,
partant à heure fixe, des après-midi tout entières. Il s'en va, je le
lui ai fait avouer, il s'en va, ses poches pleines de cailloux, de peur
que le vent ne l'enlève, retrouver son ami Peu-Parle dans la montagne.

Heureux Ganteaume! Il pense toujours à la Chèvre d'Or, et cela le
console un peu de Norette.

Moi, je ne pense qu'à Norette. Je suis prêt à rester ainsi, loin de
tous, sans rien regretter, aussi longtemps qu'il plaira aux follets de
l'air qui mènent vacarme autour de notre tourelle enchantée.

D'autres fois, quand le vent redouble, assis à côté de Norette, il nous
semble que tout va partir, que les murs tanguent et s'ébranlent, et
nous faisons le rêve de nous trouver seuls, tranquilles et perdus sur
l'infini des flots, dans un naufrage sans danger.

Presque tous les jours, vers une heure, il se produit une accalmie.

Nous nous réfugions alors sur ma terrasse. Je sais là un angle où la
tempête ne donne pas. Le soleil est doux. Tout cependant frissonne
encore, et des tourbillons de poussière blanche courent se poursuivant
sur les routes.

Mais bientôt le mistral reprend avec rage. Comment traverser la
terrasse? Et Norette, qui feint d'avoir peur, se suspend, espiègle, à
mon bras...

Un matin, le mistral ne souffla plus.

La mer était bleue au lointain, les arbres avaient apaisé leur
feuillage.

On entendait, montant de la rue, des voix joyeuses de femmes et
d'enfants; et là-haut, au voisinage des toits, dans le ciel balayé,
les martinets, en ronde éperdue, passant dans le soleil avec des
reflets d'acier, poussaient leurs cris stridents pareils au bruit de la
faucille qui scie le blé mûr.

—«Vous voilà délivré?

—Hélas! oui, mademoiselle Norette; mais j'eusse autant aimé que ma
prison durât éternellement.»

Le rêve des neuf jours était fini, la réalité allait me reprendre.

Robinson eut peur en trouvant l'empreinte d'un pied nu sur le sable de
son île, qu'il croyait déserte. J'éprouvai, ce jour-là, une émotion
aussi désagréable; car, sorti pour faire un tour de promenade, la
première personne que je rencontrai, ce fut Galfar, tout de neuf vêtu,
la barbe taillée, ainsi que patron Ruf me l'avait décrit, mais toujours
suivi de son chien, et son éternel fusil sur l'épaule.

Je dois constater toutefois que, l'ayant salué, M. Galfar daigna me
rendre mon salut.



XXXIV

CARTES SUR TABLE


La journée me réservait encore une surprise.

A peine avais-je dépassé l'antique porte du village, que j'entends
courir derrière moi. C'est Ganteaume soufflant, affairé:

—«Un monsieur vous attend à l'auberge, un vieux monsieur qui a des
lunettes. Il voudrait vous parler. Je pense que c'est pour la Chèvre
d'Or.

—Depuis quelque temps, vous vous occupez un peu trop de la Chèvre
d'Or, ami Ganteaume... Qui empêchait, d'ailleurs, le monsieur à
lunettes de venir me trouver chez moi?

—Je le lui ai dit, mais il préfère...

—C'est bien! Va devant, je te suis!»

Le personnage qui m'attendait n'était autre que l'excellent M. Blaise
Pascal, M. Blaise, citoyen de Monte-Carlo et professeur juré de
trente-et-quarante et de roulette.

Ce vieux fou m'a tenu le plus raisonnable des discours.

—«Jouons cartes sur table. Je pourrais vous en vouloir, étant persuadé
que, sans ma proposition d'il y a six mois et les imprudentes paroles
échappées à Galfar ivre, vous n'eussiez jamais, tout seul, trouvé la
piste de la Chèvre d'Or... Vous dites non? Tant mieux! Il me répugnait
de vous supposer capable d'une indélicatesse. Admettons qu'un hasard
seul vous a conduit ici, c'est possible, je crois au hasard! et qu'une
série d'autres hasards interprétés par la réflexion aient fini par vous
faire connaître une partie de notre secret.

«Il n'en est pas moins vrai que Galfar, avec assez d'apparente logique,
vous accuse de le lui avoir volé, ce secret. Il n'en est pas moins
vrai que Galfar qui, lui aussi, voulut l'épouser, fera l'impossible
pour empêcher le mariage que vous rêvez avec sa cousine Norette.

«D'ailleurs sur ce dernier point, moyennant certaines conditions, je me
charge de faire entendre raison à Galfar.

«Pourquoi ne pas nous associer? Ce que vous savez, nous le savons:
l'ombre indiquant la place où une cassette est enfouie; et les papiers
ou parchemins contenus dans cette cassette indiquant à leur tour
l'entrée, cachée par une pierre mouvante, des souterrains où gît le
trésor. Ce qui vous manque, nous manque aussi. Vous voyez que je joue,
ainsi que je l'ai promis, cartes sur table! C'est une clochette en
argent, d'apparence talismanique, un instant dans vos mains,—ne niez
pas: Ganteaume l'a dit à Peu-Parle et Peu-Parle me l'a redit,—et
rendue aussitôt parce que, mal renseigné encore, vous en ignoriez
l'importance. Avez-vous seulement songé à dessiner l'inscription,
pourtant curieuse, qu'elle porte? Tenez, afin de vous prouver ma
bonne foi, je vous dirai que cette inscription est tout simplement du
grec écrit à l'envers en caractères arabes, ou de l'arabe écrit en
grec suivant les méthodes naïves des cryptographes d'autrefois. La
déchiffrer serait un jeu. Mais, pour la déchiffrer, il faut l'avoir, et
on ne l'aura qu'en devenant l'époux de Mlle Norette.

«Maintenant, si vous voulez savoir pourquoi un pareil trésor est resté
si longtemps inviolé, pourquoi, leurs femmes étant dépositaires du
secret, pendant six cents ans, les Galfar et les Gazan ont, plutôt
que d'y toucher, laissé tomber leurs créneaux et crouler leurs tours,
je répondrai qu'il y a là une cause mystérieuse, et que, si je la
connaissais, je n'aurais peut-être pas besoin de vous.

«Et si vous voulez savoir encore comment j'ai appris toutes ces choses,
je vous dirai que Galfar me les confia un matin que je revenais
d'Afrique, et que, pieds nus, il lavait le pont du paquebot.

«Lui tient cela des traditions de sa famille.

—«Dire pourtant, s'écriait-il en montrant de son écouvillon mouillé
un village de la côte, tout blanc sur un pic, le village même où nous
sommes, dire que je suis à racler des planches, les jambes dans l'eau,
tandis que là-haut, avec un peu d'argent et un peu d'aide, en quinze
jours, je deviendrais maître d'un incalculable trésor!»

«J'écoutai Galfar, étant homme pratique. Je trouvai de l'argent pour
lui, et le mis en mesure de faire sa cour à Norette. Il ne réussit
point, qu'attendre d'un simple matelot? C'est alors que je songeai à
vous mettre dans l'affaire. Mais vous manquiez de confiance, vous eûtes
le tort de refuser. Acceptez aujourd'hui, et il n'y aura que du temps
perdu. Ennemis, nous nous nuirons; amis, la réussite est sûre. Nous
partageons: vous épousez Norette, et je donne ma fille, car j'ai une
fille, musicienne et blonde! à Galfar...»

Ce diable d'homme, avec son éloquence, avait presque fini par me tenter.

Je croyais voir, pendant qu'il parlait, l'ombre portée du roc, le trou,
la cassette; puis, derrière la pierre tournante, l'étroit souterrain
des légendes peuplé d'innombrables chauves-souris dont le vol obscur
et silencieux semble un frôlement de fantômes, et des portes, des
portes, des portes, hérissées de clous, s'enguirlandant, ô merveilles
du fer forgé! d'ornements défensifs à la mode arabe; je croyais voir
surtout le dernier réduit, le caveau en cul-de-sac bourré, comme a dit
Peu-Parle à Ganteaume, de diamants et d'«or en barre».

Quel beau rêve à réaliser, quel renouvellement de vie large et libre!
Car enfin cette prétendue civilisation, à la fois très raffinée et très
financière, enchaîne les mains, entrave les jambes tout en élargissant
les cerveaux, et cantonne, par matérielle indigence, notre pauvre corps
dans un coin, tandis que l'esprit, au corps lié, souffre de ne pouvoir
prendre son vol et réaliser le divin sur terre!

Par malheur, au moment où je me laissais ainsi emporter sur les
ailes de la chimère, M. Blaise, horrible décidément, eut la fâcheuse
inspiration d'étaler devant moi, sur la table, les sortant d'un
portefeuille d'ailleurs indécemment crasseux, trois papiers timbrés,
nos traités libellés d'avance et qu'il n'y avait plus qu'à signer.

J'eus honte pour la Chèvre d'Or, je fus humilié pour Norette, de les
voir marchander ainsi.

—«Assez, monsieur Blaise, répondis-je, qu'il s'agisse des trésors du
roi de Majorque ou de l'amour de Mlle Norette, et même de tous les deux
ensemble, j'en fais assez haut cas pour désirer les conquérir à moi
seul.

—Ainsi, vous refusez?

—Je refuse.

—Alors c'est la guerre.

—Va pour la guerre!

—J'ai fait ce que j'ai pu, je m'en lave les mains,» conclut M. Blaise.

Et M. Blaise me regardait de cet air triste et apitoyé qu'on ne peut
s'empêcher de prendre en regardant les fous.



XXXV

GUERRE DÉCLARÉE


C'est vraiment la guerre!

En quelques jours, se servant habilement des imprudences de Ganteaume,
des radotages de Peu-Parle, Galfar et l'estimable M. Blaise ont su
ameuter tout le Puget-Maure contre moi.

La chose ne leur a pas été difficile avec cette population de paysans
libres et fiers, prompts à rêver trésors pendant les loisirs que leur
fait une existence de demi-paresse orientale, tous d'ailleurs plus ou
moins faiseurs de poudre ou braconniers, et chez qui, pour un rien, en
subites colères, se réveille le vieux sang des corsaires.

Ils s'étaient habitués à vivre pauvres sous leurs oliviers, parmi leurs
ravins, se consolant, comme Peu-Parle, à l'idée qu'ils pouvaient se
dire riches, après tout.

Cette illusion dorait leur misère, et les faisait regarder de haut les
habitants des autres villages.

Chacun d'eux, vaguement, obscurément, espérait qu'un jour, en
défrichant quelque aride plateau fleuri de touffes de lavande, deux
ou trois coups de pioche heureux mettraient à découvert l'entrée de
la caverne féerique. Lequel d'entre eux ne se souvenait pas, étant à
l'affût, d'avoir entendu bêler la Chèvre et tinter sa claire clochette?

Que la Chèvre continue, comme par le passé, à dormir sur une litière
d'or au fond de sa retraite ignorée, et que les sequins, les lingots du
roi de Majorque restent sous terre pour toujours, ils en sont contents,
ils l'admettent sans désirer plus.

Mais je viendrais, moi étranger, à moi tout seul les voler tous
et ravir l'immémorial héritage du Puget-Maure! Ceci aussitôt fait
scandale, allume les haines et déchaîne les convoitises.

Je suis surveillé, suspecté.

Dans les rues, je surprends, à chaque tournant, des regards, des gestes
hostiles. Les femmes, me montrant, se parlent à voix basse. Les enfants
ne m'injurient pas encore, mais déjà ils oublient de me saluer.

Aux champs, il n'y a pas de coin de muraille, il n'y a pas de tronc
d'arbre ni de bouquet de cactus, où je ne devine, m'épiant, un œil
soupçonneux et noir; et ce n'est plus uniquement par contenance que je
prends mon fusil lorsque je sors en promenade.

Le curé lui-même, cet excellent abbé Sèbe, par amour de la paix, se
détourne de moi.

Seul, Peu-Parle ne craint pas de rester notre ami.

Ganteaume va le voir tous les jours, dans son désert, malgré mes
recommandations de prudence, et, bavardant avec lui de la Chèvre d'Or,
s'exalte aux divagations fatalistes et visionnaires du bonhomme.

Mais hier Ganteaume, qu'enveloppe la tempête déchaînée sur moi,
Ganteaume est rentré tout meurtri, après un combat à coups de pierres
héroïquement soutenu contre une embuscade des gamins du pays.

Mlle Norette l'a pansé.

Et je suis devenu triste, me rappelant cette parole de Peu-Parle: «Il
y a du sang, des gouttes rouges, mêlées aux traces d'or que laisse la
Chèvre sur les rochers.»

Pansé par Mlle Norette, lui, Ganteaume était radieux.



XXXVI

LES DEUX QUI SONT MORTS


J'accusais le curé à tort. Aujourd'hui même j'ai reçu sa visite. Mais
cette visite ne produira pas l'effet que l'excellent homme en espère,
car il voulait me faire renoncer au trésor, et n'a réussi qu'à me
rendre plus certain de son existence.

J'étais dans ma chambre en train de paperasser quand, m'approchant de
la fenêtre, j'ai aperçu l'abbé Sèbe qui, discrètement, comme s'il avait
peur d'être épié, sortait par la petite porte du presbytère, regardait
la tour, et se dirigeait de mon côté.

Pendant la demi-heure qui précède la fin du jour, rues et ruelles sont
désertes. Dans leurs maisons, dont le toit fume, les femmes enfermées
préparent le repas du soir; les hommes ne rentrent pas encore des
champs. L'abbé Sèbe pouvait venir chez moi sans rencontrer personne.

Après quelques instants, on frappe. C'est l'abbé, visiblement ému et
gêné. Il souffle, il s'essouffle pour deux misérables étages, lui qui
gravissait, sans perdre haleine, les plus escarpés raidillons; et son
chapeau, pétri à deux poings, prend des formes extraordinaires.

Je lui offre, pour le mettre à l'aise, un verre d'eau-de-vie de myrte.
Il s'assied, nous trinquons; alors seulement il ose parler.

—«Voilà! s'écrie-t-il, par la faute de Ganteaume, deux hommes qui
s'aiment et s'estiment, en sont réduits à ne plus se voir.»

Ce début m'étonne.

—«Pourquoi donc ne nous verrions-nous plus, mon cher abbé, et, dans
tous les cas, qu'est-ce que l'ingénieux Ganteaume peut avoir à faire en
ceci?

—Ganteaume! Mais vous ignorez donc son dernier exploit? Vous ne savez
pas que, devenu le disciple du vieux Peu-Parle et partageant toutes ses
folies, il a essayé, avant-hier, d'évoquer le diable, à minuit, dans
un carrefour? Ne dites pas non; je l'ai surpris, debout, le grimoire à
la main, au milieu d'un rond, entre trois cierges. Je descendais, mon
clergeon éclairant le chemin avec la lanterne, du Mas des Truphémus où
j'étais allé porter le bon Dieu. Ganteaume criait, se démenait...

—Et le diable n'est pas venu?

—Non! mais au seul aspect de mon ombre, au seul aspect de la
lanterne, Ganteaume, pris de male-peur, a laissé là ses cierges et
couru jusqu'au village. J'avais ordonné au petit clergeon de se taire.
Malheureusement, il a bavardé. Et, déjà compromis comme chercheur de
trésors, vous voilà en train de passer pour sorcier, grâce à Ganteaume.
Au four, au lavoir, à la fontaine, partout où se trouvent deux
commères, il ne s'agit plus que de vous... Et de moi aussi, hélas! car,
ayant essayé de vous défendre, les gens me soupçonnent déjà d'être du
noir complot ourdi par vous contre la Chèvre d'Or!»

L'abbé riait. Mais tout à coup devenu grave:

—«Écoutez! ajouta-t-il, par mon caractère, par ma robe, je suis
responsable de la paix du village, et les choses qui s'y passent depuis
quelques jours m'ont douloureusement affecté.

«Je ne vous accuse pas, je m'accuse. J'aurais dû garder le silence au
sujet de l'inscription de l'ermitage, j'aurais dû vous tenir caché le
livre de raison des Gazan. Mais puisque c'est fait, le mieux sera que
vous sachiez tout.

«Je ne dirai pas: dans votre intérêt! mais, dans l'intérêt de M.
Honnorat, dans celui de Mlle Norette, partez, renoncez à la Chèvre
d'Or. Vous reviendrez plus tard, après six mois, un an, quand les
préventions auront disparu, quand les colères seront apaisées.

«Vous avez le droit, sur des espérances peut-être chimériques, de
risquer votre tranquillité, non celle des autres. Or, Galfar est
capable de tout, et un crime ne se prévient pas.»

Je voulus interrompre l'abbé. Mais il avait pris le livre de raison,
parmi mes papiers, sur ma table:

—«Si vous saviez! Toujours la Chèvre d'Or a attiré quelque malheur
sur la demeure des Gazan; c'est pour cela qu'ils n'en parlent jamais
et que personne ne leur en parle... Bien des pages, vous avez dû le
remarquer, manquent à ce livre. C'est moi-même qui, à la prière de
Mme Honnorat expirante, les ai toutes arrachées et brûlées pour faire
disparaître les dernières traces d'un drame presque oublié aujourd'hui,
mais dont le sanglant souvenir s'éleva longtemps, comme un mur de
haine, entre les Galfar et les Gazan. Toutes les pages? Non! Avant de
me confier le livre, Mme Honnorat, de ses mains tremblantes, se faisant
aider par Norette, qui pouvait avoir douze ans, en déchira une, qu'elle
garda... Peut-être cette page contenait-elle le secret du trésor?
Peut-être Mlle Norette la possède-t-elle encore? Peu importe! Ce sont
là secrets de famille qu'il ne m'appartient pas de pénétrer.

«Mais en présence de l'aventure où vous paraissez vouloir vous engager,
j'ai le devoir de vous faire connaître, comme exemple, l'événement tel
qu'il était relaté sur les pages par moi détruites.

«Vers l'année 1500, deux cousins, l'un Gazan, l'autre Galfar,
se trouvèrent en rivalité pour épouser une cousine. Non qu'ils
l'aimassent! Elle était, il est vrai, admirablement belle; mais aussi
pauvre l'un que l'autre, s'étant ruinés, l'aîné à faire ses caravanes
sur mer, l'autre dans les tripots d'Avignon sous prétexte d'étudier la
médecine, c'est surtout le secret du trésor qu'ils désiraient d'elle.

«Aucun ne voulait céder. Ils se querellèrent, et le cadet souffleta
l'aîné.

«Puis, sans que personne les vît, un soir, tous deux Caïn, tous deux
Abel, ils allèrent dans la montagne, du côté de la chapelle que déjà un
ermite gardait.

«Au milieu de la nuit, l'ermite crut rêver que quelqu'un frappait
de grands coups à sa porte, et s'éveillant, il entendit crier: «Au
secours! J'ai tué mon frère!» Alors, étant sorti, il vit à la clarté
des étoiles, dans l'herbe du cimetière, un jeune homme étendu, dont un
cavalier, plus âgé, mais lui ressemblant singulièrement, soutenait la
tête.

«Comme le jeune homme se mourait, l'ermite le confessa. Et quand le
jeune homme fut mort, le cavalier qui se tenait debout, appuyé au mur,
dit: «Mon père, il est grand temps que vous me confessiez aussi!»
Alors l'ermite, se retournant, vit sur son pourpoint ensanglanté le
manche d'un long poignard qu'il s'était planté dans la poitrine. Et
quand il fut confessé, le cavalier retira la lame et se coucha dans
l'herbe à côté de l'autre, dont il baisait en pleurant les cheveux et
les yeux.

«Le matin, au moment de les ensevelir, on les trouva enlacés si
étroitement que, pour séparer leurs cadavres, il aurait fallu briser
les os des bras. On les mit ensemble, sans cercueil, dans la même
fosse, et une messe fut fondée pour l'âme des deux qui sont morts.

«C'est après-demain, jour anniversaire, conclut l'abbé en se levant,
que je célèbre cette messe.

—J'y assisterai dévotement avec Ganteaume, afin qu'on cesse de nous
croire sorciers.

—Vous ne partez donc pas?

—Non, certes! même après cet émouvant récit.

—A votre volonté! Mais il n'est pas prudent de tenter Dieu!»



XXXVII

SALADIN ET LES PIÉMONTAIS


L'abbé me semble bien tragique.

Pourtant cette émotion dans le village est gênante, et les façons de
Galfar commencent à me préoccuper.

Pourvu que Norette continue à me croire ingénument épris d'elle et
ignore mes coquetteries avec la Chèvre d'Or! Sur ce point, ce qu'a
dit l'abbé me rassure. Personne ne parlera de la Chèvre d'Or devant
Norette. D'ailleurs, à supposer une indiscrétion, le naturel de notre
rencontre, mon indifférence quand j'ai trouvé la clochette, la façon
dont je l'ai restituée, le silence que j'observe depuis, suffiraient à
m'innocenter.

Galfar, absent quelques jours, vient de reparaître, amenant à sa suite
un trio de parfaits brigands, les mêmes sans doute que ceux avec
lesquels patron Ruf l'a surpris en conférence au cabaret de l'_Antico
limon verde_.

Peut-être, décidé à chercher le trésor sur les insuffisantes données
qu'il possède avec M. Blaise, compte-t-il les employer aux fouilles?
Auquel cas il n'aurait pas tort, car ces Piémontais à figure ingrate
sont, dès qu'il s'agit de remuer la terre ou de tutoyer le rocher, de
vaillants et rudes ouvriers.

Peut-être aussi, et le choix, à en juger par leur seule mine, ne
serait pas mauvais non plus dans ce cas, les destine-t-il à quelque
ténébreux coup de main? En attendant, pour tout travail, ils tiennent,
au _Bacchus navigateur_, sous la présidence de Galfar, d'interminables
séances, jouant la _mourre_ du matin au soir, hurlant: _tré! cinque!_
s'éborgnant de leurs doigts ouverts, et faisant, à grands coups de
poing, tressauter les couteaux posés près de chaque joueur, sur la
table, selon l'usage.

Galfar a également amené un âne surnommé Saladin, comme son
prédécesseur, à l'intention de Saladine, et qu'il loge au fond du
couloir, dans son écurie, en compagnie des trois Piémontais. Un bon
petit âne, à poil brun, inconscient, j'en suis sûr, du rôle double que
Galfar lui fait jouer.

Car Galfar a intenté un procès au malheureux M. Honnorat pour qu'on
répare, à frais communs, le passage d'âne, sous prétexte que le pavé
gondole et que Saladin a le sabot tendre; puis, le procès gagné, c'est
Saladin qui, dans les _ensarris_ de sparterie à califourchon sur son
bât, doit aller chercher au torrent le sable et les cailloux roulés.

Maintenant Saladin, par le sentier pendant, sous l'étroite porte de
ville, fait philosophiquement le va-et-vient pour la restauration,
imaginée en son honneur, mais dont il se fût bien passé; et les paveurs
pavent, prenant leurs aises, sans se presser, comme gens au contraire
désireux de faire durer la besogne.

Notre demeure, si paisible, est devenue inhabitable.

Dérangé dans son doux repos musulman, irrité, chaque fois qu'il entre
ou sort, d'avoir à franchir des barricades, M. Honnorat s'enferme
chez lui et fume éperdument, cachant dans un nuage de tabac ses
apoplectiques fureurs.

Saladine se montre le moins possible, ironiquement poursuivie de: «Hue!
Saladin!» qui la poignardent.

Mais Norette, fière, méprisante, après avoir, avec un sang-froid
d'avocat, défendu sa cause en justice de paix, surveille les paveurs et
les gourmande.

—«Qui paie a droit sur le travail!» dit-elle sans s'inquiéter des
grands airs de Galfar, lequel, d'ailleurs, devient singulièrement
timide en sa présence. Et quand une affaire l'appelle, elle se fait
remplacer par Ganteaume qui, fier de sa mission, s'installe sur un tas
de sable en des attitudes à la fois prudentes et dignes.

Moi je suis inquiet en feignant de ne l'être pas. J'aime peu, sans
compter Galfar, ces trois sacripants ainsi campés dans la maison où
dort Norette.



XXXVIII

COUP DOUBLE


Il est évident que je gêne Galfar.

Cet estimable faiseur de poudre a même trouvé, pour me l'apprendre, un
moyen vraiment peu commun.

J'étais parti en chasse de grand matin, un peu par désœuvrement,
un peu par bravade, pour me prouver d'abord que les sourdes menaces
du Puget conjuré ne me troublent point, et aussi dans l'intention
d'échapper aux doléances dont M. Honnorat m'accable.

Je suivais, mon fusil en bretelle et sans songer à mettre à mal aucun
gibier, le bord du vallon escarpé qui va contournant le plateau où se
dresse le roc de la Chèvre.

Sur l'autre bord, les perdrix chantaient; mais l'abbé Sèbe n'étant plus
là, je m'intéressais peu aux perdrix. Mes pensées, à ce moment, je ne
sais pourquoi, étaient à Norette.

Un aboi de chien, d'un timbre connu, me tira de la rêverie.

Galfar suivait le bord opposé.

Nous n'étions séparés que par la largeur du vallon. Galfar certainement
m'observait. Je me mis à l'observer aussi. Il menait une chasse étrange.

Deux fois, très correctement levées par son chien, les perdrix, une
superbe compagnie de perdrix rouges, lui partirent au bout du canon;
deux fois il ne les tira point.

Quoique médiocre chasseur et nullement fanatique, j'enrageais.

Mais Galfar devait avoir son idée.

Au troisième vol, la compagnie prit un parti, et, traquée, franchit le
vallon, selon une tactique d'ailleurs connue.

On eût dit que Galfar attendait cela.

Je le vis sauter dans les ronces, disparaître, traverser le vallon,
remonter la pente, et reparaître tout gaillard, portant son chien à
bras tendu.

Puis les voilà qui prennent les perdrix à revers comme pour les
rabattre sur moi.

Le chien se met en quête et va.

Les perdrix s'envolent du milieu d'un plan d'herbes sèches, là, devant
mon nez, en rideau. Galfar épaule... Un instant je tremblai, tant je
me trouvais dans sa ligne, croyant qu'il allait faire feu sur moi. Il
vise, il tire: pan! pan! J'entends quelque chose siffler aux alentours
de mes oreilles. Deux perdrix tombent à mes pieds.

Galfar s'approche, me salue. Galfar devient très gentilhomme, depuis
qu'il a des habits neufs.

—«Un joli coup double, lui dis-je.

—Peuh! le mérite n'est pas grand quand on fabrique sa poudre soi-même.»

Puis il ramassa les deux perdreaux.

-«Voudriez-vous, il n'y a pas d'offense puisque nous serons bientôt
parents, les porter à l'oncle Honnorat? Ceci le consolera peut-être du
grand mauvais sang qu'il se fait depuis que je me suis mis en tête de
réparer le chemin d'âne?»

Et, soufflant dans la plume, Galfar ajoute:

—«Voyez! pas abîmés: un seul trou. Ici, pour épargner le plomb, nous
tirons les perdreaux à balle.»

Je félicitai Galfar, et me chargeai des perdreaux, ne voulant pas être
avec lui en reste de courtoisie.

Son œil m'interrogeait, l'œil des blonds du Midi, fixe, d'un bleu
dur, morceau de Méditerranée gelée.

J'estime que Galfar avait espéré me faire peur.



XXXIX

LA PIERRE


Sans être ce qui s'appelle effrayé, je commence à craindre que mon
aventure finisse par tourner au tragique. Je sens dans l'air, autour
de moi, comme des dangers et des menaces dont le coup double de Galfar
aurait été le significatif présage. Cet état de guerre ne me déplaît
pas. Quelque romanesque en rejaillit sur le fond un peu monotone de mon
existence au Puget.

Norette semble plus émue. Elle connaît la haine que son brun cousin m'a
vouée, et l'hommage ironique des perdreaux lui donne à réfléchir. Mais
elle ignore, par bonheur! que ce soit la Chèvre d'Or qui, en réalité,
nous divise; elle met ingénument, présomptueusement, cette haine, et,
certes! je n'aurai garde de la détromper, au compte d'une jalousie
amoureuse de Galfar.

C'est pourquoi, pour ne pas irriter Galfar davantage, Norette
m'enjoint, confiante et prudente, de tenir secrets nos projets; et la
demande en mariage, qui s'imposait à ma conscience, se trouve, jusqu'à
nouvel ordre, ajournée.

—«Mon père est très courageux, dit Norette, ses aventures l'ont
démontré. Courageux sur mer! mais, sur terre, il éprouve un tel besoin
de calme, une telle horreur de toute action, que je le crois capable,
en désirant notre bonheur, de vous refuser ma main et de l'accorder à
Galfar, dans l'intérêt de ses digestions et pour la tranquillité de ses
pipes.»

En attendant, nos amours vont leur train. Et même, peu à peu, par une
pente naturelle, innocentes d'abord, elles sont devenues relativement
coupables. Ailleurs, j'eusse résisté à moi-même. Mais ici, où Norette
est seule, où je suis seul avec Norette; dans ce côte à côte de chaque
jour; sous ce ciel, parmi ces parfums, ce silence, cette solitude; au
milieu d'une nature indulgente, encourageante et complice, un instant,
de tout cœur, j'ai cru aimer Norette.

Que les citadins me condamnent, Robinson me pardonnerait!

Tous les soirs, une fois la lampe de sa chambre éteinte, c'était le
signal! j'allais trouver au jardin Norette qui m'attendait, et nous
passions là, en face du clair horizon, des heures délicieuses. Jusqu'au
lointain, jusqu'à la mer, les collines se déroulaient vagues et
frissonnantes. Les étoiles seules nous voyaient.

D'ordinaire, je me glissais par une petite porte communiquant avec le
corridor et le passage d'âne.

Mais maintenant que le passage d'âne est occupé, la nuit presque autant
que le jour, par les Piémontais de Galfar, j'ai dû trouver un autre
chemin.

Le mur, entourant le jardin, ne monte pas très haut avec son
couronnement à balustres; et, dans le rocher presque à pic qui le
porte, une fissure se présente, où poussent quelques arbustes
rabougris, et tout à fait propice à l'escalade.

C'est par là que je grimpe, jouant du coude et du genou, m'accrochant
aux aspérités du calcaire, aux racines nues et résistantes des chênes
nains.

Tout en haut, une grosse pierre surplombe, sur laquelle je dois me
hisser pour atteindre jusqu'au mur. La manœuvre n'est pas commode;
Norette m'y aide quelquefois.

Personne, d'ailleurs, ne peut nous surprendre. Saladine se couche avec
les poules, et M. Honnorat fait comme elle, autant par orgueil que
par hygiène, afin de pouvoir se promener dans les rues avant l'aube,
étonner de ses habitudes matinales les paysans qui vont aux champs.

M'a-t-on espionné? Je le crois. Un soir, quelqu'un sans doute l'ayant
nuitamment descellée, j'ai senti la pierre branler et se dérober sous
mes pieds. La pierre a roulé, à grand bruit, pendant que je réussissais
à empoigner un balustre, et que Norette, penchée sur le vide, sans un
cri, me tendait les bras.

On cause de la chose ce matin, à déjeuner. Norette et moi feignons
l'ignorance. Saladine n'a rien entendu. M. Honnorat a entendu, lui! Il
voulait se lever, allumer sa lanterne. Mais il s'est décidé à rester
au lit, ayant réfléchi que l'an passé, au même mois, après de fortes
pluies, une autre grosse pierre s'était écroulée de la sorte.

Quoi qu'en pense M. Honnorat, la pluie n'est pour rien dans l'événement.

D'abord, il n'a pas plu. Et puis Ganteaume, en train d'inspecter selon
sa louable habitude, aussitôt le jour blanchissant, le pavé des rues et
la poussière des routes, a surpris Galfar, flanqué de ses Piémontais
inséparables, qui considérait, avec un intérêt trop vif pour n'être pas
suspect, la place de la pierre tombée.



XL

LA MESSE


C'est précisément ce matin que l'abbé Sèbe doit dire sa messe annuelle
pour l'âme «des deux qui sont morts».

J'y assisterai, l'ayant promis.

La cloche tinte, nous partons. M. Honnorat et Saladine vont devant. Je
les suis, curieusement regardé par les gens debout sur le seuil des
portes, ayant eu cette audace, avec un sourire accueillie, d'offrir le
bras à Mlle Norette.

Ganteaume est absent. Depuis quelques jours on ne sait jamais où
trouver Ganteaume.

Église blanche et froide, sans tableaux aux murs, ni boiseries, nue
comme une mosquée de village arabe. Deux rangées de bancs qu'un vide
sépare. Et, de chaque côté, échangeant, malgré la sainteté du lieu, des
regards farouches, les deux familles avec ceux qui tiennent pour elles.
Car, si Galfar a ses partisans, M. Honnorat aussi a les siens. Moi je
suis l'ennemi de tous. La Chèvre d'Or a réveillé les haines; à cause de
la Chèvre d'Or, les partisans de M. Honnorat ne m'en veulent pas moins
que ceux de Galfar.

Galfar, avec son père, Christophe Galfar, vieux paysan à figure de
gentilhomme, et sa mère, jadis Madame, aujourd'hui simplement la
Christole, grande femme maigre, révoltée et fière, occupent le premier
rang à droite.

Nous occupons parallèlement, les Gazan et moi, le premier banc de
gauche; Galfar, me voyant paraître sain et sauf, s'étonne et dissimule
mal une grimace de désappointement.

Je souris, songeant à la pierre; Mlle Norette, également, ne peut
s'empêcher de sourire.

Le vieux Peu-Parle, lui-même, est là, en costume de cérémonie, portant
tricorne, culottes courtes et l'habit de cadis blanc, taillé à la
française.

Cérémonieux et discret, il a tenu à venir par politesse et
savoir-vivre. Peu-Parle connaît le secret de la Chèvre, nos agitations
ne l'intéressent point.

Après la messe que, rasé de frais pour la circonstance, il a fort
dignement célébrée, l'abbé, devant l'autel, prononce une courte
allocution, conseillant à tous la douceur et le mépris des biens de la
terre.

Ses paroles sont touchantes. M. Honnorat, qui ne demande que la paix,
se mouche bruyamment au plus beau passage. Galfar, lui-même, semble
ému. Mais Mlle Norette ne bronche point. Impassible, obstinée, son
profil droit et calme, son regard fixe, résolu, me font songer à la
statuette impérieuse et mignonne de sainte Sare.

Elle avait raison, Mlle Norette.

Au sortir de l'église, nous voyons arriver Ganteaume, soutenant,
caressant Misé Jano blessée, qui trotte douloureusement sur trois
pattes.

—«Un coup de couteau piémontais, caché dans la manche et lancé de
loin! nous dit Ganteaume. Si au moins j'avais pu me trouver là? Mais
l'assassin était déjà parti, et Misé Jano semblait vouloir se laisser
mourir, perdant son sang, couchée dans l'herbe.

—Voilà pourtant, Norette, à quoi tes imprudences, tes folles bravades
nous exposent!» s'écriait M. Honnorat, pourpre d'égoïste colère. Et,
comme s'il eût senti, dans sa propre chair à lui, Mitre Honnorat Gazan,
le froid du couteau piémontais:—«Voilà ce que c'est que de laisser
courir Misé Jano avec la clochette!

—Mais Misé Jano, père, n'avait pas la clochette.

—On a dû croire qu'elle l'avait.

—Bon! et quand il s'emparerait de la clochette, pensez-vous que
Galfar, bel héritier, ma foi, pour le roi de Majorque! s'en trouverait
plus avancé?...» conclut Norette, essuyant de son mouchoir les yeux
effrayés de Misé Jano.

C'est la première fois que Norette, et certes! sans me soupçonner,
faisait devant moi allusion à la Chèvre d'Or.



XLI

LE VOL


Tous ces événements, le dernier surtout, ne doivent pas être étrangers
à la résolution, subitement prise par M. Honnorat, d'aller voir des
parents qu'il a quelque part, dans un village de la montagne.

Mlle Norette me propose de faire partie du voyage. M. Honnorat insiste.

Une partie charmante à travers un pays pittoresque et frais, où sont
des ruisseaux épais de truites. Saladine garderait la maison.

Je résiste, quoique tenté. Je ne me juge pas de reste, en présence de
Galfar et de ses Piémontais, pour garder la maison de compte à demi
avec Saladine.

Un travail pressé, que j'invente, me sert d'excuse. Pourquoi,
d'ailleurs, l'occasion est bonne, n'emploierais-je pas ces trois jours
à mettre un peu d'ordre dans les notes, assez confusément ramassées, au
hasard des lectures et des promenades, pour l'ouvrage que je rêvais en
m'installant, il y a trois mois, au Puget-Maure?

Mais les allées et venues de Galfar, ses airs de conspiration et de
mystère ne me laisseront pas, j'en ai grand'crainte, ce loisir.

Galfar prépare un coup. Je le sais par Ganteaume qui, lui-même, le
tient de Peu-Parle.

Quel coup? Un vol, sans doute! et la chose lui sera facile, puisque,
grâce à son ingénieuse idée du repavage, le voilà dans la place avec
trois sacripants.

Heureusement, je veille; Ganteaume fait tout ce qu'il faut pour
veiller; nous pouvons en outre compter sur le courage plus que masculin
et les longs bras de Saladine.

Pendant deux jours, ce qui est assez naturel, et pendant deux nuits,
ce qui m'humilie un peu, rien n'arrive. Mais à la troisième nuit, sur
les onze heures, le village étant endormi, j'entends tout à coup, dans
l'écurie, au fond du couloir, l'âne braire.

Puis une porte grince, des pas sourds montent l'escalier; et, de ma
fenêtre ouverte sur le jardin, j'aperçois Galfar qui, faisant un geste
de la main, comme pour arrêter des gens qui le suivent, applique son
oreille aux volets du rez-de-chaussée où dort Saladine.

—«Allez, murmure-t-il, et pas de bruit! je reste ici en sentinelle,
pour le cas où elle se réveillerait.»

Évidemment, les Piémontais ont mission de dévaliser la chambre
de Norette; c'est eux qui forceront la porte. Galfar se contente
d'ordonner, étant de trop bonne famille pour s'abaisser à ces métiers.

Si je lui envoyais une balle, comme remerciement de son double coup?

Soudain, d'en bas, un cri s'élève:

—«Oh! Saladine... oh! des Gazan...

—Oh! du four...» répond Saladine, d'une voix encore ensommeillée.

C'est le fournier en train de parcourir le village, annonçant l'heure
des levains aux gens qui, demain, doivent cuire, et s'arrêtant sous les
fenêtres, au lieu de cogner et de monter, moins par paresse que par
besoin décoratif de remplir du bruit de sa voix le grand silence de la
nuit.

Galfar a disparu. Une vitre luit, Saladine se lève.

Après quoi, la vitre de nouveau s'obscurcit: et, sur les briques de
l'escalier, sur les galets du passage d'âne, j'écoute un instant les
pas traînants de Saladine qui s'en va; tandis que, s'éloignant pour
d'autres fournées, le fournier jette son appel: «Oh! Myon... oh!
Nore... oh! Madon...» de plus en plus indistinct et vague.

Je m'étais cru débarrassé de mes voleurs. Terrés un instant, ils ont
reparu aussitôt Saladine définitivement partie.

Que faire, seul contre quatre! Réveiller Ganteaume qui dort là-haut,
au-dessus de ma tête, dans le grenier? Ganteaume, certes, a l'âme
héroïque. Mais il doit rêver de Norette; mieux vaut le laisser à ses
songes.

Cependant j'entends comme un bruit de vis qui crient, de bois qui
grince. Les voleurs enfoncent. Une idée me vient.

La porte du passage d'âne, qui donne sur la placette, est ouverte; et,
suivant les patriarcales coutumes du pays, sa clef, une clef énorme,
capable d'assommer un bœuf, reste à demeure dans la serrure.

Je sortirai, je fermerai la porte en dehors, et j'irai, par le bas du
village, monter la garde sous le jardin, devant la seule issue que
Galfar et ses estafiers puissent prendre, c'est-à-dire au bas de la
fente par où je grimpais à mes rendez-vous.

Galfar certainement connaît cette issue.

Leur coup fait, et trouvant la porte fermée, ils essaieront de se
sauver par là.



XLII

«GUEITO!»


Ma clef à la main, pourquoi l'avoir gardée? je traverse précipitamment
la placette toute noire, sans un fanal; j'enfile des voûtes, des
ruelles, une manière d'escalier taillé en zigzag dans la pierre vive;
je franchis la poterne à mâchicoulis où se balancent, au gré d'un
perpétuel courant d'air, d'énormes touffes de capillaires; et me voici
embusqué, bien dans l'ombre, précisément devant la pierre que mon
imprudente escalade a fait s'ébouler l'autre jour.

En levant la tête, j'aperçois, au-dessus de moi, le village, le château
Gazan, sa tour carrée, de vieux murs revêtus de lierre, et, pour
piédestal, portant tout cela, une pyramide en gradins d'étroits jardins
superposés.

Mais un seul jardin m'intéresse, celui là-haut, où, se détachant sur le
ciel clair, passent et repassent des ombres inquiètes.

J'ai bien fait, d'ailleurs, de me hâter.

A peine arrivé, trois des ombres enjambent le mur, et prudemment se
laissent couler le long du roc; une quatrième suit portant, celle-là,
quelque chose comme un fusil en bandoulière.

—«Ecco, signor!»

Aussitôt rejoints, les trois Piémontais, car c'était eux, remettent
je ne sais quoi à Galfar et s'empressent de détaler, le dos tourné
au village, sans regarder derrière eux, roulant du talon dans les
cailloux, s'embarrassant les jambes dans les genêts et dans les myrtes.

Ils disparaissent. Galfar, rassuré et désormais certain que c'est
eux qu'on soupçonnera, s'assied sur le bord du chemin, tire de
l'énorme poche transversale formant sac dans le dos de sa veste,
l'objet mystérieux que les fuyards lui ont remis, et le regarde avec
complaisance, car une vague lueur d'aube se mêle, depuis quelques
instants, à celle, pâlissante déjà, des étoiles.

Je devine, je reconnais la clochette de Misé Jano, la clochette de la
Chèvre d'Or.

Je bondis. Galfar hurle. La clochette roule à terre, en même temps
que la massive clef de fer dont j'ai frappé, et que je lâche
instinctivement pour m'armer de mon pistolet.

Galfar s'est retourné, mon pistolet l'arrête... Il recule, vaincu,
mâchant des paroles de menace, soutenant, de la main gauche, son
poignet sanglant et meurtri.

Je le croyais loin, et déjà ramassais la précieuse clochette enfin
conquise. Un appel me fait redresser.

—«_Gueito!_» crie Galfar, ce qui, en langage du Puget-Maure, signifie,
paraît-il: «Garde-toi!»

Et, à quelque quarante mètres, j'aperçois, dans la clarté du jour
levant, mon enragé qui, de sa seule main valide, tient un fusil en joue
et vise.

J'ai un pistolet. Visons aussi à tout hasard.

—«_Gueito!_» crie encore Galfar. Sans m'attendre, il tire, je tombe.
Galfar a peut-être tiré trop tôt? mais après m'avoir averti; et, en
somme, l'honneur est sauf.



XLIII

LE BON GENDARME


Où suis-je? Mon œil s'étonne et ne reconnaît pas l'étage de tour froid
et nu qu'il avait coutume de voir à l'heure ordinaire de mes réveils.

Des yatagans, des narghilés en terre rouge incrustée de filigrane, des
guéridons et des miroirs fleuris de corail et de nacre, partout des
tapis, des tentures... Eh! parbleu! c'est la chambre de M. Honnorat,
celle qu'il appelle, en exagérant un peu, la chambre aux merveilles,
et Mlle Norette, plus simplement: la chambre aux pipes.

Il paraît que je dois la vie à Peu-Parle, toujours en chemin, dès
l'aurore, et dont la subite arrivée, sur le coup de fusil, a fait fuir
mon meurtrier inconnu.

Je m'étais évanoui. Des gens, par Peu-Parle appelés, m'ont mis en
travers sur des branches. On m'a porté chez les Gazan; et, comme
l'escalier de la tour se trouvait trop étroit pour le transport d'un
blessé, Saladine a pris sur elle, bonne Saladine! de transformer en
infirmerie la propre chambre de M. Honnorat.

Tant pis si M. Honnorat se fâche! Il n'aura qu'à changer ses habitudes
et fumer ses pipes ailleurs.

Car M. Honnorat n'est pas encore revenu, non plus que Norette. Il n'y
a de présents que Peu-Parle et Saladine. Ganteaume, après avoir aidé à
un premier pansement sommaire, est parti, je ne sais où, chercher le
médecin.

Cependant, quelqu'un s'incline sur mon lit, me parlant comme à un
enfant, murmurant des paroles douces. Si c'était Norette, ou seulement
M. Honnorat? le fin profil oriental de la fille ou la grosse figure du
père, d'un si réconfortant égoïsme?

Malédiction! C'est un gendarme. Un bon vieux gendarme à moustache
couleur de cirage, avec le baudrier, le tricorne, en costume de
procès-verbal.

—«Voilà bien la quatrième fois, me dit Saladine, que, depuis
l'accident de ce matin, il vient demander de vos nouvelles.»

Tant de sollicitude me touche. Affaibli, léger de pensées, je me sens
prêt à ouvrir mon cœur au représentant de l'autorité.

Cependant, sans insister, sans avoir l'air, le bon gendarme
m'interroge. Il met, certes, des gants pour m'interroger, mais ce sont
des gants d'ordonnance; et je n'ai pas de peine, malgré mon état, à
déjouer sa diplomatie, tout ensemble grossière et ingénue.

Ce gendarme, désireux de se faire honneur, étant relativement lettré,
d'un procès-verbal «rédigé sur place», voudrait savoir quand et
comment, et par qui j'ai été blessé.

—«Mais, mon Dieu, lui dis-je, monsieur le gendarme, je vous crois
assez perspicace pour l'avoir tout de suite deviné. J'ai été blessé ce
matin par un, j'ignore lequel! des trois Piémontais employés à paver
le passage d'âne, et que j'avais surpris en train de piller la maison.
L'ont-ils pillée, au moins?

—Hélas! répondit Saladine.

—On ne les a plus vus?

—Et on ne les reverra jamais!

—Donc, leur absence les dénonce. Ils avaient, d'ailleurs, monsieur le
gendarme, autant que la nuit me permettait de voir, de fortes bottes
non cirées, et se parlaient en italien.»

L'air fâché, bonhomme et méfiant, le gendarme m'écoutait dire. Il
ajouta:

—«Nous avons constaté le vol, et vos dépositions concordent.
Nonobstant, le coup de fusil m'étonne. Ce n'est pas du fusil que se
servent généralement les Piémontais.

—J'ai pourtant reçu une balle.

—Sans doute!... Mais venant ainsi de simples Piémontais, une balle
n'est pas dans l'ordre, reprit le gendarme qui, évidemment, avait ses
soupçons et son idée. Ne vous connaîtriez-vous pas, par hasard, quelque
rival, quelque ennemi?

—Eh! par l'amour du ciel, interrompit Saladine, laissez ce pauvre
Monsieur tranquille! Il va retomber en faiblesse et j'ai eu bien tort
de vous laisser entrer avant le médecin.»

Le gendarme s'inclina, sourit; et son sourire signifiait:

«Ce sont là histoires du Puget-Maure. Vous ne désirez pas que le
gouvernement s'en mêle, à votre aise!»

Puis il sortit, d'un pas militaire, tandis que Saladine, jalouse avant
tout de l'honneur des Gazan, heureuse du scandale évité, me jetait le
seul regard aimable que je lui ai connu de sa vie, et que Peu-Parle,
desserrant les dents, murmurait:

—«Vous avez raison! Querelles d'honnêtes gens ne regardent pas les
gendarmes. Ce matin pourtant, nul autre que nous ne le saura, il m'a
bien semblé reconnaître la voix du fusil de Galfar.»



XLIV

LES SONGES


Que de choses en ces quelques jours! Que d'événements, de surprises.
Quelle quantité de bonheur! J'en ai le cœur doucement réjoui, et la
tête comme brisée.

Toutes mes prévisions se réalisent.

L'heureux succès de l'aventure dépasse même ce que j'espérais.

Pauvre Galfar qui s'imaginait, en s'emparant de la clochette, être
maître de la Chèvre d'Or.

Galfar doit le comprendre maintenant: la Chèvre d'Or ne cède pas ainsi
aux menaces. Fière, elle hait les violents; il faut savoir lui plaire,
la charmer, le reste n'est que peine inutile.

Certes, la clochette de Misé Jano m'a servi. J'en ai déchiffré,
avec un peu d'étude, les mots gravés, et j'ai obtenu de cette façon
l'indication nécessaire.

Mais qu'aurais-je fait sans Norette? C'est elle qui m'a soutenu,
encouragé. C'est grâce à elle, c'est pour elle, que j'ai eu le courage
de persévérer dans l'entreprise malgré Galfar, les gens du Puget, leur
colère au grand jour et leurs sourdes embûches. C'est en sa présence
qu'au moment du solstice, à l'heure prescrite, et l'ombre du roc
marquant la place, nous est apparu, sous un peu de terre et de gazon,
le mystérieux coffret de fer, dépositaire du secret.

Nous sommes allés dans un vallon sauvage, la nuit. De hauts rochers se
découpaient sur un ciel pailleté d'étoiles, et Misé Jano, sa clochette
au cou, nous suivait. Ensemble, d'un commun effort, Norette m'aidant de
ses petites mains brunes, nous avons fait tourner la pierre mouvante.
Oh! l'éblouissement tout au fond de la grotte sombre, dont nous
suivions les étroits couloirs, lentement, les doigts enlacés!

Ils étaient là, innombrables et jetant des feux sous les reflets de
notre torche, les trésors du roi de Majorque. Je les ai vus, mes
yeux en brûlent, vus cette seule fois, pendant un instant. Je ne les
reverrai que dans un mois, au lendemain de notre mariage. Car Norette
le veut ainsi, et je dois obéir à Norette.



XLV

TOUJOURS LES SONGES


Oh! j'ai obéi, j'ai attendu. Maintenant très riches, très heureux,
grâce à la Chèvre fantastique et à ses inépuisables monceaux d'or, nous
réalisons, Norette et moi, des choses extraordinaires.

D'abord le Puget-Maure a été passé, de fond en comble, au lait de
chaux, et reluit, quand le soleil donne, comme un diamant sur son pic.
Comblés des libéralités de Norette, les habitants sont devenus autant
de petits seigneurs et ne braconnent plus que pour leur agrément.
M. Honnorat, toujours maire, mais qui désormais fume ses pipes en
costume turc, a eu l'idée ingénieuse de placer à l'entrée du village un
écriteau portant ceci:

  ARRÊTÉ MUNICIPAL

  _La pauvreté est interdite sur le territoire_

  DE LA COMMUNE

C'est Peu-Parle, aidé du bon gendarme, qui ont charge de traquer les
délinquants. Ils les appréhendent sans pitié et ne leur permettent le
séjour qu'à la condition d'accepter des habits neufs et une bourse
abondamment garnie. Ceux qui font les méchants et refusent sont illico
reconduits à la frontière.

Pour le quart d'heure, un certain égoïsme me tient, et je m'occupe
surtout de Norette, c'est-à-dire de moi-même.

J'ai relevé pour elle, en élégant style mauresque, au milieu des
précipices et des rocs, le château dans les débris duquel nous
cueillîmes les fleurs de la Reine. Norette est reine, reine des
Bohémiens; elle a des robes brodées de perles et de rubis, elle se pare
de bijoux étranges. Saladine la sert; seulement Saladine est négresse
et s'appelle Sara, ce qui, d'ailleurs, n'a l'air d'étonner personne.

J'oubliais de dire que Misé Jano—entre nous, c'était bien elle la
Chèvre d'Or, et l'autre matin, l'ayant arrêtée par les cornes, je me
suis étonné de la lourdeur et du froid métallique de sa toison,—oui!
j'oubliais de dire que Misé Jano habite, au fond d'un jardin égayé
de jets d'eau chantant dans des bassins de marbre et planté d'arbres
d'Orient, un délicieux pavillon à jour; et que chaque dimanche l'abbé
Sèbe nous dit la messe, dans une chapelle coiffée d'une calotte en
briques peintes et qui a ses cloches dans un minaret.

Au surplus, je compte mettre la fortune dont le destin m'a fait
comptable, au service de la France et de l'Humanité. Je médite de
grands projets. Mais j'attends, avant l'exécution, la présence de
Ganteaume qui a des idées là-dessus.

Car seul Ganteaume manque au Puget. Ganteaume est parti sur Arlatan
pour aller retrouver, là-bas, en Petite-Camargue, patron Ruf et
Tardive. Mais ils doivent revenir tous les trois, bientôt. Un signal
annoncera que leur galère est mouillée à la calanque d'Aygues-Sèches.
Nous la chargerons de pierreries, je m'embarquerai avec Norette et nous
ferons le tour du monde...

Au milieu de mes rêves, c'étaient là, je m'en rends compte maintenant,
des rêves causés par la fièvre, parfois une angoisse se mêlait,
comme la douleur lancinante de quelque blessure mal fermée. Alors
m'apparaissait Galfar, un Galfar méchant, ironique, dont le sourire me
glaçait.

Puis l'angoisse, la douleur cessaient pour faire place de nouveau à
la féerie des visions, visions de puissance, de vie noble et libre
généreusement promenée, avec l'amour pour compagnon, à travers les
océans bleus, le long de côtes fortunées, où des groupes de villes
blanches, des palais aux vives couleurs se cachent parmi les palmiers.



XLVI

CONVALESCENCE


Un matin, les rêves s'envolent et je me trouve de nouveau couché dans
la chambre aux merveilles.

Le souvenir me revient du Piémontais, de la clochette, du coup de fusil
de Galfar. On a pu extraire la balle; mais je suis resté près de deux
semaines, délirant, entre la vie et la mort. Galfar avait bien fait les
choses.

Que de braves cœurs s'empressent autour de moi!

Ganteaume ressent une telle joie d'être reconnu et appelé de son nom:
«Ganteaume?» qu'il s'en va pleurer dans un coin.

Saladine, maintenant que me voilà hors de danger, médit du médecin
et, pour me guérir tout à fait, invente chaque jour quelque potion
nouvelle, composée d'herbes par ses mains cueillies, inoffensives en
tout cas.

M. Honnorat, sacrifice énorme! s'abstient quelquefois de fumer et,
pendant des demi-heures, il s'installe à mon chevet, contant pour la
cinquantième fois ses voyages.

L'abbé ne m'en veut pas trop, quoique déçu! Il comptait en effet
envoyer au ciel, avec viatique de première classe, mon âme, une âme de
savant qui devait là-haut lui faire honneur.

—«Que diantre voulez-vous, avoue-t-il avec son ingénuité paysanne,
chacun a son amour-propre, et des occasions pareilles ne se rencontrent
pas souvent au Puget.»

Tout le monde s'est mis à m'aimer. Les pires ennemis que m'avait faits
la Chèvre d'Or, s'inquiètent et demandent de mes nouvelles au four,
chez le barbier, à la fontaine, et notre rancunière Saladine prend
plaisir à les rudoyer.

Ce revirement est dû sans doute au caractère chevaleresque de mon
attitude à l'endroit de Galfar devant le bon gendarme.

Que dis-je? Galfar lui-même semble me savoir gré de n'être pas mort
et de lui éviter ainsi un dérangement toujours désagréable en Cour
d'assises. Galfar, s'imaginant que l'appétit m'est déjà revenu, a, pas
plus tard qu'hier, daigné envoyer à mon intention, par l'intermédiaire
de Peu-Parle, toute sa chasse de la veille.

Et Norette? Et la Chèvre d'Or?

Quant à la Chèvre d'Or en qui, plus que jamais, je crois, un point
me suffit, c'est que la clochette est sauvée. Je la tenais au poing,
Peu-Parle me l'a dit, lorsqu'il me releva, mouillé de sang, dans les
cailloux.

Mais les façons de Mlle Norette ne sont pas sans m'inquiéter un peu.
Je revois, à travers certaines éclaircies de mon délire, une Norette
inquiète, passionnée, penchant sur moi un front pâle, des yeux
attendris.

Maintenant Norette n'est plus la même. Norette s'est comme fermée. Elle
paraît ne se rappeler rien. Et quelquefois je me demande si je n'aurais
pas rêvé nos soirs d'amour au jardin, sous le regard complice des
étoiles, comme j'ai rêvé notre visite à la grotte de la Chèvre d'Or.

Ceci me torture affreusement, et m'empêche de savourer, dans leur
pénétrante douceur, les joies de la convalescence. A se sentir vivre
quand on croyait mourir, l'âme éprouve les émotions d'un retour. Mais
quoi? un ciel si bleu, un si clair soleil, des fleurs, des parfums, des
chants d'oiseau, et pas le sourire de Norette.

J'ai le désir enfantin de ce sourire, plus que le désir: un besoin! je
l'attendais en ouvrant les yeux, il faisait partie de ma guérison.

Norette, hélas! ne me sourira plus. Son regard me l'a dit, regard de
mépris et de pitié, hier, dans le jardin, car j'y fais parfois quelques
pas, soutenu par elle, dans le jardin, près des lauriers dont l'ombre
épaisse nous cachait, à côté du banc où si souvent nous nous assîmes.

J'avais voulu baiser sa main, lui parler des choses anciennes, mais ce
clair regard m'arrêta.

Qu'ai-je donc fait qui puisse mériter la haine de Norette?

Rien! Seulement Norette est femme; et, je ne sais pourquoi, peut-être
par caprice ou par simple besoin de torturer qui l'aime, elle emploie
contre moi, sans trop penser à mal, cette effrayante faculté d'oubli
dont savent si cruellement, depuis Ève, se servir les plus ingénues.



XLVII

EN ROUTE POUR LA CALANQUE


Un matin, arrive M. Honnorat, joyeux, bruyant, en équipage de pêche.

—«Allons, debout, tout est fini! le médecin autorise une sortie. La
lune nouvelle a fait son apparition cette nuit, et les châtaignes de
mer doivent être pleines.»

Tout convalescent est sensible à la gourmandise. Ce mot de châtaignes
de mer éveilla soudain je ne sais quelles gastronomiques nostalgies
endormies au fond de mon être.

Depuis six mois au moins, M. Honnorat me la promettait cette pêche,
et bien des fois, levés avant le soleil, nous étions descendus vers la
Calanque, dans l'espérance d'un temps favorable.

Mais, chaque fois, une malicieuse petite brise, frisant la surface de
l'eau, nous avait obligés à renvoyer la partie. Pour le genre de pêche
que nous voulions faire, il faut absolument un calme plat.

Ce matin-là, tout s'annonçait à souhait: pas un souffle dans l'air, et,
là-bas, sur la mer, pas une ride.

—«Il s'agirait donc de traquer l'oursin?

—Précisément! Dans un quart d'heure, nous partons tous, le gros de
l'équipage à pied, vous, pour ne pas vous fatiguer, sur Saladin que
Galfar prête. Nous devrions être rendus déjà aux Aygues-Sèches, où nous
attend une surprise. On pêchera jusqu'à ce que la chaleur arrive et
l'on fera la bouillabaisse sous les pins.»

J'accepte de grand cœur. Norette s'obstine à me fuir quand je veux lui
parler; chemin faisant, je trouverai bien l'occasion de m'expliquer
avec Norette.

Pendant toute la longue descente, Norette, qui marchait à côté de ma
monture, n'a pas même daigné m'adresser la parole. Elle s'entretenait
avec son père, indifférente, d'un procès qui les appelle à Arles et,
sans doute, nécessitera un long séjour. Peut-être même, par suite
d'intérêts nouveaux, leur faudra-t-il quitter, à tout jamais, le
Puget-Maure. Et moi, alors, que deviendrai-je?

Mais Norette ne me voit pas.

Norette s'inquiète peu de mes peines.

Elle est bonne, pourtant; le sort de Misé Jano l'inquiète.

—«Bah! lui dit M. Honnorat, nous en ferons cadeau à Peu-Parle; ce
maniaque aime les bêtes, Misé Jano ne peut qu'être heureuse avec lui.»

Et Mlle Norette approuve tout en caressant de la main, sa main brune et
souple que j'ai pressée, le poil bourru de Saladin.

Comme cela ressemble peu à l'aurore de notre amour, à nos courses dans
la montagne, quand j'étais jaloux de Ganteaume et que Misé Jano nous
suivait!

La surprise, c'est patron Ruf avec Tardive qui, avertis par cet
excellent M. Honnorat, nous attendent dans la grande barque.

—«Eh quoi, patron Ruf? Quoi, Tardive?...»

Embrassades! Ganteaume exulte, et M. Honnorat, qui savait tout, feint
de s'étonner le plus fort.

Moi seul ne puis être joyeux et continue à faire grise mine.
Heureusement, pour m'excuser, j'ai le prétexte de ma maladie.



XLVIII

PÊCHE A L'OURSIN


Cependant patron Ruf s'impatientait.

—«A la fin, t'avanceras-tu, méchant mousse, voilà deux heures qu'on
t'espère?»

Je crus d'abord qu'il s'adressait à Ganteaume. Mais aussitôt patron Ruf
ajouta:

—«Le Tonnerre de Dieu me cure, on ne fera jamais rien de cet animal!»

Je m'étonnai que le brave patron Ruf, si réfléchi, de si bonnes
manières, parlât ainsi, surtout à son fils. Mais je m'aperçus qu'il
riait en dessous, malgré qu'il fît la grosse voix, et compris que sa
colère était feinte.

Un homme à barbe grise sortit des tamaris. Il tenait de chaque main une
_dourgue_ vernissée qu'il venait de remplir à la source, et, quoique
vêtu en simple matelot, il portait la rosette rouge à la boutonnière.

—«C'est vous, colonel! s'écria M. Honnorat. Quel bon vent, quel
heureux hasard?...»

Mais patron Ruf ne donna pas au colonel le temps de répondre.

—«Allons, mousse, passe-moi la _dourgue_, et plus vite que ça, la
langue me pèle!»

Le mousse de cinquante ans passés, officier de la légion d'honneur,
passa la _dourgue_. Patron Ruf avait l'air de s'amuser beaucoup. Il
fit semblant de se calmer après avoir bu un coup d'eau fraîche, et le
mousse colonel put nous donner des explications.

Ils étaient comme cela, dans Antibes, une douzaine de vieux officiers
en retraite qui subissaient la même destinée que lui.

Pris de la folie de la mer, passant les trois quarts de leur vie sur
l'eau, ces terriens, pour échapper aux tyrannies d'un règlement qui
n'est pas doux à l'endroit des marins amateurs, et se soustraire, une
fois pour toutes, aux vexations et aux amendes du terrible commissaire
du port, avaient résolu de prendre le brevet de patrons pêcheurs.

Mais, avant d'être patron, il faut, selon l'ordonnance de Colbert,
toujours en vigueur sur nos côtes, avoir fait son stage de mousse.

Et ils faisaient leur stage de mousse avec sérieux, les braves
gens, chez des patrons amis qui voulaient bien d'eux. Les patrons,
naturellement, les traitaient en mousses.

—«Pour ma part, disait philosophiquement le colonel, je n'ai pas
encore trop à me plaindre. Patron Ruf crie, mais il est bon homme. J'en
sais qui sont tombés plus mal.»

A ce moment patron Ruf se remit à tempêter:

—«La fiole d'huile, les paniers, les rames.

—A vos ordres, voilà! Le patron se fâche, embarquons.»

J'étais un peu surpris de ne pas voir le moindre filet dans le bateau.

—«Avec quoi diantre pêche-t-on les oursins?

—Patience! nous trouverons, dans les canniers de Vau-Méjane, plus
d'engins qu'il ne nous en faut.

En effet, comme nous longions Vau-Méjane, le colonel, tout à ses
devoirs de mousse et bien qu'un peu humilié par la présence de Norette,
prit terre bravement et coupa, dans une haie de roseaux échevelés et
frémissants, plusieurs cannes de belle longueur.

Puis, s'étant rembarqué, il dépouilla les cannes de leurs feuilles, il
les fendit en quatre par un bout, il introduisit dans ce bout, pour
tenir les quatre sections écartées, un caillou rond ramassé exprès sur
la plage; il tailla, ficela, cira, et se trouva avoir fabriqué, de la
sorte, des ustensiles assez pareils aux cueilloirs à fruits dont se
servent les jardiniers.

Le mieux réussi fut pour Norette.

Pendant cette importante opération, patron Ruf, aidé de Ganteaume
et employant tantôt la voile, tantôt la rame, nous avait doucement
conduits à l'endroit désiré.

Sur un fond de roches et d'algue, à travers l'eau d'un vert lumineux,
on voyait se promener les oursins, lentement, un peu de côté, à l'aide
de leurs piquants mobiles, en sorte qu'on eût dit de gros marrons
vivants hérissés dans leur coque.

Il ne nous restait plus qu'à les cueillir, ce qui, au premier abord,
paraît simple.

Vous plongez le roseau dans l'eau, vous visez l'animal: maintenant,
foncez, ramenez... Eh! mais pas déjà si facile que cela! M. Honnorat,
Ganteaume et Norette ont la main à cet exercice et manquent rarement
leur coup. Le colonel et moi nous le manquons à chaque fois. C'est le
diable que de diriger sous l'eau, à près de deux brasses, un roseau que
la réfraction vous fait paraître cassé en deux.

Je m'aveugle, couché sur le ventre, à scruter ces claires profondeurs,
scintillantes, pénétrées de soleil, où roulent des émeraudes fondues.

Victoire! fourrageant à tort et à travers, enfin mon roseau remonte
avec un oursin au bout. Un oursin bleu, hélas! Au lieu d'être couleur
d'acajou, le mien, à chacune de ses pointes, lesquelles ne piquent pas,
porte une perle de turquoise du ton le plus délicat.

Très joli à voir l'oursin bleu, mais d'un goût positivement détestable.

Tous me raillent pour ce bel exploit, et Norette plus que les autres.
Mais patron Ruf prend pitié de moi; il me relève de mes fonctions de
pêcheur et me confie la fiole à huile.

La brise s'est levée, la mer commence à rire, et l'on voit trouble au
fond de l'eau. Avec une barbe de plume, suivant l'immémorial usage
que les Provençaux tiennent des Grecs, j'asperge de quelques gouttes
d'huile les vagues autour de la barque. L'huile s'étale, les vagues
s'effacent, et la mer, au milieu des flots remués, redevient, sur un
espace de quelques pieds, unie comme une glace légèrement irisée.

Des oursins, et puis des oursins! Les douzaines succèdent aux
douzaines. Enfin patron Ruf dépose sa lance, allume une pipe et déclare
qu'en voilà de reste et qu'il se fait temps de déjeuner.

Neuf heures, le soleil est déjà haut. On débarque, on s'installe à
l'ombre sous une roche grise et lavée que parsèment des aiguilles de
pin.

Là-bas, au loin, par delà le golfe, la côte arrondit sa noble ligne
entre la mer d'azur et les Alpes violettes dentelées de neige.
Paresseuse, la mer soupire. Les pins répondent à la mer.

Alors, oubliant les oursins, regardant Mlle Norette toujours impassible
et hautaine, je me mets à envier le colonel. Il ne songe point aux
amours; un encouragement de patron Ruf est plus doux à son cœur que
tous les sourires de Norette; et je voudrais, comme lui, être mousse,
oui! bon vieux mousse à barbe grise avec l'ami Ruf pour patron.



XLIX

LE SACRIFICE


Un cent d'oursins, dégustés au bord de la mer, ne comptent guère
que comme apéritif. Il s'agirait maintenant de pêcher dans les
anfractuosités du rivage le _pey San-Péiré_, la _rascasse_ et
autres savoureux poissons de roche, indispensables éléments de la
bouillabaisse projetée que nous mangerons au dîner, c'est-à-dire vers
midi. Car ici on dîne à midi, chaque peuple ayant ses usages.

Patron Ruf me passe une ligne, une poignée de _mourédus_, et me
voilà essayant des expériences d'équilibre au grand soleil sur les
avancements escarpés, les arêtes coupantes et blanches de la rive.

Mais j'avais trop présumé de mes forces. La danse des rayons dans
l'eau, mon attention à regarder, m'ont brouillé les yeux et troublé la
tête. L'odeur mêlée des pins résineux et de l'algue, cet air du large
que je respire avec délices, achèvent encore de me griser. J'éprouve un
besoin de dormir, un irrésistible besoin d'immobilité et de bien-être;
et, ma ligne cédée au colonel, c'est en chancelant comme un homme ivre
que je vais m'étendre au fond de la barque amarrée en un creux de
falaise.

La barque se balance au clapotis du flot et gémit. Sur ma tête, cachant
le soleil, surplombe une voûte humide, incrustée de sel, où des
cailloux luisent, où vivent des _patelles_, où, sur l'immobile ligne
d'étiage, des mousses aux senteurs amères et des plantes marines ont
poussé.

J'ai fermé les yeux.

N'est-ce point ici, dans ce golfe, au plus profond de l'abîme bleu, que
disparut, il y a des siècles, avec ses portiques, ses tours de marbre,
la fabuleuse cité, antique souvenir des Atlantes, dont patron Ruf, un
jour, me décrivait les splendeurs?

Mais la mer doucement s'écoule sous la barque; et la barque, descendant
en même temps qu'elle, me dépose sur un fond de sable d'or, semé de
perles.

Et voici Norette, coiffée de corail, en costume de fée Océane, qui
me prend par la main, me conduit dans l'immense ville, me montre son
palais, ses trésors...

Toujours des rêves, toujours des trésors, et toujours Norette!

Un choc interrompt mon léger sommeil.

La barque a heurté le rocher, quelqu'un a sauté dans la barque.

Je me dresse, je reconnais Norette qui me fuyait depuis huit jours et
qui me cherche maintenant.

Ganteaume l'accompagne, il détache l'amarre.

—«Viens, Ganteaume, tu rameras.»

Puis, s'adressant à moi:

—«Nous serons mieux au large, plus seuls, j'ai des choses graves à
vous confier.»

Je me sentis rougir, et n'aurais pu dire pourquoi! en écoutant sa voix
émue, en subissant le long regard de ses beaux yeux voilés moins de
courroux que de tristesse.

Elle ajouta:

—«C'est à propos de la Chèvre d'Or!»

A ces seuls mots, dans une soudaine vision, je devinai enfin les trop
justes motifs de son attitude envers moi. Une honte mêlée de remords
m'envahit. Je voulais parler et ne trouvais point de paroles.

—«Ne niez rien, n'expliquez rien! Il est des choses irréparables. Plût
au ciel que vous fussiez mort du coup de fusil de Galfar! J'en serais
peut-être morte aussi; et si la terre noire n'eût pas voulu de moi, je
restais du moins votre veuve avec l'éternel deuil au cœur d'un amour
auquel j'aurais cru. Mais votre fièvre a rêvé tout haut, trop haut pour
mon bonheur, puisque, hélas! je l'ai entendue. De l'or, des diamants,
la chèvre, la clochette... Et toute une longue nuit qui me semblait
ne devoir plus finir, à votre chevet, sur vos lèvres où j'épiais,
heureuse, un souffle de vie, j'ai cueilli, syllabe par syllabe, cette
douloureuse et humiliante certitude qu'aimé de moi, le sachant, vous
ne m'aimiez pas.»

Elle était belle ainsi et digne de tous les désirs, cette fière enfant,
en qui un dépit passionné éveillait la femme.

J'essayai de baiser ses mains, je les mouillai de larmes qui n'étaient
point feintes.

Elle me repoussait, secouant la tête doucement, avec une obstination
désolée.

—«A quoi bon? puisque je sais, puisque tout est fini, puisque, même
disant la vérité, je refuserais de vous croire.»

L'absolu du décret me révolta, et ce sentiment de révolte éveilla en
moi quelque courage.

—«Écoutez-moi, Norette, je serai franc! Ce que je vais avouer, je vous
l'avouerais à genoux, si ma blessure le permettait et si tant de coques
d'oursins ne jonchaient la cale. Oui, une série de hasards étranges,
parmi lesquels, en premier lieu, ma trouvaille de la clochette, m'ont
fait deviner, oh! sans préméditation de ma part, et votre origine
orientale, et le secret par vous possédé du trésor des rois de
Majorque. Le trésor, j'y croyais à peine quand je vous connus. Peu à
peu, je m'habituai, sans réfléchir, à vous confondre tous les deux,
le trésor et vous, dans les mêmes vagues projets de conquête. Pourquoi
ne vous l'avoir point dit? Mon silence fut mon seul crime! Crime
involontaire que j'expie, puisqu'il me coûte votre amour. Mais s'il est
vrai que vos paroles d'aujourd'hui présagent une séparation éternelle,
je jure ici, devant Dieu, en présence de Ganteaume, que nul calcul ne
guidait mes pas, quand je suivais le torrent pierreux qui me conduisit
au Puget-Maure: je jure que, la première fois que je vous vis, prêt à
vous aimer déjà, Norette! j'ignorais, certes, l'existence et le nom
même de la Chèvre d'Or.»

Il y avait, dans mon plaidoyer, un peu de vérité avec beaucoup de
mensonge, mais les faits étaient si lointains et mes sentiments
tellement transformés depuis, que mensonge et vérité pouvaient, en
conscience, se confondre.

Norette songeait:—«S'il croyait pourtant dire vrai?»

Moi:—«Si pourtant elle feignait de me croire?»

Deux amants sont bien près de s'entendre, quand leurs désirs ont de
ces muettes complicités.

Mais Norette ne céda point.

Ganteaume, fort troublé de tous ces discours, avait, en quelques
coups de rame, doublé la pointe d'un petit cap dont la masse, aride
et blanche près du flot, coiffée de myrtes à sa cime, nous mettait à
l'abri des regards.

—«Vous ne vous êtes pas trompé, le trésor existe, continuait Norette.
Depuis la défaite et l'embarquement, le secret en resta dans notre
famille. Longtemps conservé par tradition, c'est au quatorzième siècle
seulement qu'un de nos arrière-grands-pères, maître Michel Gazan,
astrologue et médecin de la reine Jeanne, fondit et grava, de peur
qu'à la fin ce secret ne se perdît, le fameux talisman figurant une
clochette à la mode sarrasine... Prenez-le, prenez, le voici! rouge de
votre sang comme quand vous l'avez arraché à Galfar.

«Prenez donc! Pourquoi hésiter? n'aurez-vous pas ainsi tout ce que vous
désiriez de Norette?»

Je pris la clochette. Norette pâlit; mais un éclair de joie illumina
l'œil mélancolique de Ganteaume. Accepter le trésor, c était renoncer
à Norette. Et, moi faisant cela, Ganteaume pouvait espérer.

Je m'étais dressé. La clochette d'argent, reluisante, tremblait
un peu entre mon index et mon pouce, et le soleil, les reflets de
l'eau, allumaient des turquoises et des diamants aux intailles de
l'inscription en arabesque qui courait autour de ses bords.

A ce moment, j'aurais pu la lire; mais une larme, venue je ne sais
d'où, troublait ma vue, et c'est ce qui m'en empêcha.

—«Alors, demandai-je à Norette, ceci nous sépare éternellement?

—Éternellement! répondit-elle.

—Rien ici-bas ne vaut l'amour. Pourquoi attrister notre vie de ce
qui empêche d'aimer. La mer, sous la barque, est profonde, je n'ai
qu'à desserrer les doigts pour que le secret de la Chèvre d'Or s'y
ensevelisse pour toujours.

—Vous êtes le maître!» soupira Norette.

Je tins la clochette encore un instant suspendue; puis, me penchant,
je desserrai les doigts. Lentement, doucement, comme à regret, la
clochette descendit, se balançant, et, blanche étoile qui se meurt,
finit par disparaître sous les profondeurs de l'eau transparente. Les
trésors du roi de Majorque rejoignaient ceux de patron Ruf.

Du haut du cap, parmi les myrtes, M. Honnorat nous criait:

—«Allons, les enfants, la brise creuse, et Tardive a déjà servi la
bouillabaisse!»

Ganteaume, le plus misérable, ayant perdu amour et trésors, mêlait
l'averse de ses pleurs aux gouttes rejaillies dont s'emperlaient les
rames.

Mais Norette était dans mes bras, et, tout au divin égoïsme de l'amour,
nous ne voyions pas les pleurs de Ganteaume.



L

JOURNÉE DE JOIE ET SOIR DE DEUIL


C'est triste et l'âme en mélancolie, que je reprends, me l'étant
promis, ces mémoires six mois durant interrompus par le bonheur.

Le bonheur?

Oui, je l'ai connu du jour où j'épousai Norette: un bonheur tranquille,
ingénu, que rien n'eût altéré sans le deuil qui, subit, vint ennuager
de ses ombres la douce lumière persistante de notre lune de miel.

Le mariage accompli—que de poudre brûla _la Bravade_, à cette
occasion, et que de peaux fraîches écorchées enguirlandèrent le portail
de la demeure des Gazan!—un certain calme, après tant d'événements,
régnait de nouveau sur le Puget-Maure.

Ganteaume, désillusionné, s'en est retourné à la Petite-Camargue. Un
peu d'amour le tient encore, mais la mer le consolera. Il monte nous
voir, une fois par semaine, tantôt avec Tardive, tantôt avec patron
Ruf, et nous apporte du poisson ou des coquillages. Nous avons,
d'ailleurs, le projet d'aller passer tout un printemps dans leur
cabanette agrandie, et Norette s'enthousiasme à l'idée de dormir sous
le joli plafond de velours vert sombre que fait l'envers d'une toiture
en roseaux d'étang longs empanachés.

La maison ici est restée la même, toujours vieille et blanche, avec sa
cour si fraîche qu'une treille recouvre, son étroit jardin suspendu que
parfument la sauge et le romarin. On n'a seulement pas touché aux pavés
du passage d'âne, bien que Galfar, décidément vaincu par ma générosité,
ait cédé l'écurie du fond et mis ainsi fin à des dissensions
séculaires, avant d'entreprendre un voyage aux Indes, dont M. Honnorat
a voulu faire les frais.

Saladin nous appartient. Il habite l'écurie en compagnie de Misé Jano;
Saladine, insensiblement, s'accoutume à lui donner le nom de son défunt
mari.

J'essaie de me remettre au travail, et le bon abbé Sèbe, comme
autrefois, m'emprunte mon fusil quand l'occasion s'en présente.

Du reste, nos chasses archéologiques, nos stations devant des pierres
frustes ont cessé d'offusquer les paysans. Personne ne songe plus aux
trésors du roi de Majorque, personne, sauf Peu-Parle qui, un instant
troublé par ces aventures, retourne maintenant s'asseoir à sa place
ordinaire, dessous le rocher de la Chèvre, et, taciturne, tant que le
soleil dure, continue son rêve interrompu.

Quant à Norette, que dirai-je? Norette ne ment point aux pronostics
contenus dans le panier des trois vieilles femmes. Toujours bonne comme
le pain, pure comme le sel, laborieuse comme la quenouille, j'espère
que d'ici à peu elle va faire honneur au quatrième souhait.

Elle m'en a dit quelque chose à l'oreille. Patron Ruf sera le parrain.

M. Honnorat ne tient pas en place depuis qu'il a l'espoir de se
voir grand-père. Le Turc qui était en lui disparaît. Plus de sieste
l'après-midi, plus de ces interminables heures oisives qu'il passait
assis, sans penser, en fumant des pipes. Un besoin continu de
mouvement, une activité toute juvénile.

—«Soyons vivaces!» répète-t-il. M. Honnorat veut que son petit-fils
ait la fortune; et, dans ce très louable dessein, il s'est mis en tête
de reconstituer les vignobles du Puget-Maure. D'après lui, le vin
autrefois coulait par les ruelles du village comme coule l'eau après
qu'il a plu. C'est pour cela que toutes les maisons ont de si vastes
caves, avec des cuves briquetées pareilles à des tours, et des tonneaux
de pierre taillée, en prévision des années exceptionnelles où les
tonneaux de bois ne suffisaient pas. Mais voilà, à force de trop lui
demander, l'homme a fini par fatiguer la vigne.

Dire que depuis Noé, nous avons toujours marché par bouture, et que
jamais l'idée n'est venue à personne de rajeunir, à l'aide de semis,
ces plants je ne sais combien de fois centenaires? Comment veut-on
qu'avec une telle hygiène le divin bois tordu ait conservé sa force et
puisse, désormais plus mou que l'amadou, résister à la dent vorace
des invisibles ennemis qui, de tous côtés, s'abattent sur lui? Aussi
l'oïdium, le _Milo-Diou_, le phylloxéra, que sais-je encore, ont
raison de cette proie facile. «Rendons à la vigne des moelles fermes,
une dure écorce, rien de tout cela n'y mordra plus!» Théorie d'une
simplicité vraiment lumineuse!

M. Honnorat, par patriotisme, répugne à l'emploi des plants d'Amérique,
lesquels, d'ailleurs, ne produisent qu'un faux vin. M. Honnorat
sèmera des pépins de grappes françaises choisies parmi les meilleurs
crus. L'angle du jardin, chaud comme une serre, est déjà tout en
plates-bandes. Il faudra peut-être cinq ans, dix ans, avant que ces
pépins aient convenablement raciné. Qu'importe? la mère des jours n'est
pas morte.

En attendant, pour occuper son impatience, M. Honnorat dirige une
escouade de paysans dont la mission est d'arracher avec soin, sans
offenser le chevelu, au fond des vallons, sous les taillis, tout pied
de _labrusque_ emmêlant, aux branches d'un pin ou d'un chêne, ses
flexibles sarments chargés de raisins aux grains menus et rares. «La
vigne sauvage est la vraie vigne et vaut tous les _Jaquez_ du monde!»

Après quoi, on repique à grands frais les pieds ainsi conquis sur une
lande caillouteuse, inculte immémorialement, et dont M. Honnorat s'est
découvert propriétaire.

Excellent M. Honnorat.

Je n'ai pu résister à la démangeaison de railler un peu sa méthode.

—«Bah! répondit-il, ce ne sont là que des essais, et pour triompher,
je compte avant tout sur les graines.»

Puis me montrant la dégringolade des collines qui descendent de sa
vigne future jusqu'à la mer, il ajouta, riant de son rire:

—«En tout cas, mauvais ou bons, si le phylloxéra veut manger mes
plants, il faudra, pour grimper si haut, qu'il ait soin de se commander
une paire de jambes neuves.»

Un soir, M. Honnorat est rentré ruisselant et transi, ayant voulu,
malgré la pluie, une pluie d'automne glacée! rester à surveiller ses
planteurs de labrusques.

Il a boudé la soupe, lui d'ordinaire si gai mangeur; il a regagné
sa chambre, symptôme grave! sans allumer sa pipe. Le lendemain, M.
Honnorat a gardé le lit et Saladine s'est alarmée.

—«Gazan couché, Gazan perdu! répétait-elle en cachant ses larmes, je
ne m'y trompe pas: c'est le troisième dans la maison dont j'aurai été
la triste habilleuse.»

Hélas! que Saladine avait raison! Au bout d'une semaine, malgré nos
soins, M. Honnorat s'est éteint, tranquille, presque sans agonie.

Peu d'instants auparavant, très affaibli, mais en possession de toute
sa raison, il me faisait mille recommandations à propos des vignes et
plaisantait avec Norette. Il ne se plaignait pas de souffrir, mais
rester immobile l'ennuyait.

Il a voulu boire; et, surpris, sans transition aucune, nous nous
aperçûmes qu'il délirait. Il croyait être enfant, il parlait de sa
mère, et, revivant dans l'éclair d'une vision ses années, il appelait
d'anciens amis, partait pour de lointains voyages.

Puis il s'est tu, ma main qu'il serrait s'est glacée.

—«Père! où es-tu?... Papa...» sanglotait Norette à genoux.

Les Prieurs, des paysans vêtus en moines, sont venus prendre le
cercueil et l'ont porté, se relayant, jusqu'à l'église et jusqu'au
cimetière. L'abbé Sèbe chantait les prières. Nous suivions avec patron
Ruf et Ganteaume accourus dès la triste nouvelle, avec Peu-Parle et
tout le village.

Au retour, j'ai retrouvé Norette, en compagnie de Tardive, dans la
chambre où se consumaient les trois cierges, et qu'elle n'avait pas
voulu quitter. Le soleil entrait par la fenêtre grande ouverte,
caressant du même rayon le lit sur lequel M. Honnorat venait d'expirer,
et le front pâle de ma femme, ses yeux pleins de larmes, mais agrandis,
animés déjà par l'étonnement et l'orgueil des premières maternités.
Quel que soit l'excès de douleur, la vie proteste contre la mort,
et toujours à la trame de nos deuils se mêle celle de nos joies!
Alors, songeant au pauvre mort qui ne verrait plus ce soleil, qui ne
connaîtrait pas ce petit-fils d'avance tant aimé, j'ai senti soudain
tout mon courage s'évanouir, et, venu pour consoler, j'ai pleuré
moi-même.



LI

LE DERNIER SECRET DE NORETTE


Peut-être aurais-je pu, me dispensant d'écrire ces dernières
pages, m'arrêter à la minute heureuse qui, sous les rocs blancs
d'Aygues-Sèches, jeta Norette dans mes bras.

Mais cette mort de M. Honnorat se rattache précisément, et de façon
assez singulière pour moi, à l'histoire de la Chèvre d'Or.

—«Ayez bien soin de mes semis?» m'avait dit avant d'expirer, et
presque comme recommandation dernière, le brave homme, jusqu'à la fin
préoccupé de sa manie.

Ces paroles, longtemps oubliées, me revinrent un jour en mémoire.
Février finissait, des fleurs naissaient sur les collines, et des brins
de gazon luisaient parmi les rocs, annonçant le printemps si bref et si
enivrant de Provence.

Tandis que Norette, mère avec emphase, promenait au jardin
l'_Héritier_: «Allons voir, me dis-je, où en sont les semis du
grand-père.»

Les semis n'avaient pas bougé; peut-être fallait-il, afin de leur
donner un peu d'air, gratter légèrement le sol de la pépinière?

Je pénétrai donc, pour la première fois, sous une voûte basse, creusée
dans les fondements de ma tour et défendue par un vitrage, sorte de
cave à prétention de serre, où M. Honnorat remisait ses outils.

Des limaces s'y promenaient, et les murs exhalaient cette odeur
de terreau humide et de moisi que connaissent bien les amateurs
d'horticulture.

Je ne voulais que prendre la binette, une curiosité ironiquement émue
m'arrêta.

Le long du mur, sur des étagères, des paquets s'alignaient avec leurs
étiquettes: _Clairet_—_Muscat_—_Grec à grains doubles_, toutes les
variétés que M. Honnorat comptait voir pousser et mûrir dans ses
domaines du Puget-Maure.

Un des paquets, celui du _Grec_ à grains doubles, me parut de
parchemin, et quelle ne fut pas, en l'ouvrant, ma surprise, de
reconnaître, avec sa couleur jaune et ses lettres pâlies, un feuillet
du livre de raison.

D'où venait-il et qui l'avait lacéré, ce livre de raison, avant
l'hécatombe pieusement sacrilège opérée par l'abbé Sèbe, à la demande
de Mme Honnorat Gazan? Quelque main ignorante, celle de Saladine?
Peut-être aussi le feuillet était-il celui que Mme Honnorat voulut
garder, et, mourante, fit arracher par Norette.

En tout cas, voici ce que disait la feuille par miracle échappée:

  ... _Et comme, sans compter les sanglantes inimitiés fomentées
  entre parents et frères, cette_ Cabre d'Or _ne se plaisait
  qu'en lieux périlleux, balmes sauvages ou précipices, quiconque
  eût tenté, la suivant, conquérir le trésor sarrasin des rois de
  Majorque, s'exposait à de sûres morts. Aussi, pendant mille ans
  et plus, aucune fille, soit des Galfar, soit des Gazan, soit
  de tel autre cousinage, ne voulut, par crainte des dangers à
  courir, rien révéler touchant lesdits trésors, ni à celui qui
  l'avait épousée, ni à personne autre qu'elle aimât._

  _Il est même certain qu'au temps du roi René d'Anjou, dame
  Guiraude Gazan, violemment sollicitée à ce sujet par le sien
  mari, qui était homme fort dépensier et grand joueur, lui
  répondit: «Prenez mes bijoux et vendez-les, si l'or vous
  manque, mais je tiens encore bien trop à vous, malgré votre
  méchante vie, pour mettre en vos mains un secret qui a déjà
  coûté tant de malheurs._»

  _Et le mari toujours la pressant, après s'être seule enfermée
  dans sa chambre ronde de la tour, elle jeta au feu noblement,
  et d'un fier courage, le talisman, qui était fait d'une
  clochette en argent fin, avec un collier de bois comme on les
  met au cou des chèvres, le tout travaillé curieusement et
  couvert de mystérieuses écritures._

  _La clochette ne fondit point et se retrouva dans les cendres;
  mais, le collier ayant brûlé, les trésors avec lui partirent
  en fumée. Car l'inscription avait été si industrieusement
  combinée, que moitié s'en trouvait dessous la clochette et
  moitié dessus le collier, de sorte que, avoir l'une des parts
  sans posséder l'autre, c'était tout comme n'avoir rien._

  _C'est ainsi_, concluait le naïf document, _que dame Guiraude,
  volontiers, perdit le secret de la Chèvre, le destin des femmes
  dans notre famille étant, dit un proverbe, de maintenir leurs
  maris pauvres, par faute de trop les aimer_.

En me voyant sortir de la serre, par le vitrage de laquelle il lui
était facile de m'épier, Norette, pourtant attristée, n'a pu s'empêcher
de sourire.

Pourquoi? Aurais-je été sa dupe? Se serait-elle, par besoin de malice
féminine, et pour jeter sur notre ingénu roman d'amour un vague reflet
d'héroïsme, simplement amusée de moi à propos de la Chèvre d'Or?

Bien des détails qui, maintenant, me reviennent en mémoire, son
sourire, la découverte du fragment de parchemin, précisément dans un
endroit où Norette savait bien que je le trouverais un jour ou l'autre,
pourraient le faire supposer.

Mais non!

Norette n'a jamais songé à déchiffrer ces pages jaunies; Norette
croyait, comme j'y croyais, au trésor gardé par la Chèvre; et c'est
de bonne foi tous les deux, d'un même élan de cœur, avec le même
enthousiasme, que, le jour de la pêche à l'oursin, dans la calanque
d'Aygues-Sèches, Norette, pour être sûre que je l'aimais, moi, pour
prouver que j'aimais Norette, nous renouvelâmes, en le complétant, le
sacrifice de dame Guiraude.

Au surplus, tout est bien mieux ainsi: les légendes, comme les amours,
gagnent à garder leur mystère!


FIN


Paris.—Imp. A. LEMERRE, 25, rue des Grands-Augustins. 4.-1891.



  _BIBLIOTHÈQUE CONTEMPORAINE_

  VOLUMES IN-18 JÉSUS, IMPRIMÉS SUR PAPIER VÉLIN
  Chaque volume: 3 fr. 50

  DERNIÈRES PUBLICATIONS


  PAUL ARÈNE            _La Chèvre d'or_                      1 vol.
  BARBEY D'AUREVILLY    _Littérature épistolaire_             1 vol.
  LÉON ALLARD           _Les deux Portraits_                  1 vol.
  AUGUSTE BLONDEL       _Près du Rêve_                        1 vol.
  PAUL BONNETAIN        _Passagère_                           1 vol.
  PAUL BOURGET          _La Terre promise_                    1 vol.
  J. DE LA BRETONNIÈRE  _Belle-Sœur_                          1 vol.
  JULES BRETON          _La Vie d'un Artiste_                 1 vol.
  PHILIPPE CHAPERON     _La Possédée_                         1 vol.
  ADOLPHE CHENEVIÈRE    _Henri Vernol_                        1 vol.
  FRANCIS CHEVASSU      _Les Parisiens_                       1 vol.
  VALBERT CHEVILLARD    _Paysages canadiens_                  1 vol.
  FRANÇOIS COPPÉE       _Longues & Brèves_                    1 vol.
  GASTON DANVILLE       _Les Infinis de la Chair_             1 vol.
  FERDINAND FABRE       _Ma Vocation_                         1 vol.
  ARISTIDE FREMINE      _Une Demoiselle de Campagne_          1 vol.
  ED. & J. DE GONCOURT  _Sœur Philomène_ (Éd. Guillaume)      1 vol.
  PAUL HERVIEU          _Peints par eux-mêmes_                1 vol.
  MICHEL JACQUEMIN      _Le gros Chat gris_                   1 vol.
  JANINE                _Eljen!_                              1 vol.
  GEORGE JAPY           _Mademoiselle Baukanart_              1 vol.
  A. DE LAMARTINE       _Trois Poètes italiens_               1 vol.
  CH. LE GOFFIC         _Le Crucifié de Keraliès_             1 vol.
  BERNARD LAZARE        _Le Miroir des Légendes_              1 vol.
  DANIEL LESUEUR        _Justice de femme_                    1 vol.
  LORD LYTTON           _L'Anneau d'Amasis_                   1 vol.
  FRANÇOIS DE MAHY      _L'Ile Bourbon et Madagascar_         1 vol.
  MASSON-FORESTIER      _Pour une Signature_                  1 vol.
  ANDRÉ MELLERIO        _La Vie stérile_                      1 vol.
  PIERRE DE NOLHAC      _La Reine Marie-Antoinette_           1 vol.
  OSSIT                 _A quoi bon?_                         1 vol.
  FRANCIS POICTEVIN     _Heures_                              1 vol.
  POUVILLON             _Petites Ames_                        1 vol.
  MARCEL PRÉVOST        _L'Automne d'une Femme_               1 vol.
  WILLIAM RITTER        _Ames blanches_                       1 vol.
  J.-H. ROSNY           _Daniel Valgraive_                    1 vol.
  ROBERT SCHEFFER       _Misère royale_                       1 vol.
  MARY SUMMER           _La Princesse Soundari_               1 vol.
  PAUL TANY             _La Fin du Bonheur_                   1 vol.
  ANDRÉ THEURIET        _Mademoiselle Roche_                  1 vol.
  EUGÈNE VERMERSCH      _L'Infamie humaine_                   1 vol.
  VIGNÉ D'OCTON         _Les Angoisses du docteur Combalas_   1 vol.


Paris.—Imp. A. LEMERRE, 25, rue des Grands-Augustins.—4.-1891.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Chèvre d'Or" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home