Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la civilisation égyptienne - Des origines à la conquête d'Alexandre
Author: Jéquier, Gustave
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la civilisation égyptienne - Des origines à la conquête d'Alexandre" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note de transcription:

Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été corrigées.
L'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été harmonisée. Voir
la note plus détaillée à la fin de ce livre.



  HISTOIRE

  DE LA

  CIVILISATION ÉGYPTIENNE



DU MÊME AUTEUR


_Le livre de ce qu'il y a dans l'Hadès._ (Bibliothèque de l'Ecole
des Hautes Etudes, t. XCVII.)--Paris, E. Bouillon, 1894.

_Catalogue des Monuments et Inscriptions de l'Egypte antique_, t.
I à III (en collaboration avec J. de Morgan, U. Bouriant, G.
Legrain et A. Barsanti).--Vienne, Holzhausen, 1894-1909.

_Mémoire sur les Fouilles de Licht_ (en collaboration avec J.-Et.
Gautier). Mémoires de l'Institut français d'Archéologie orientale
du Caire, t. VI.--Le Caire, 1902.

_Monuments pour servir à l'étude du culte d'Atonou en Egypte_ (en
collaboration avec U. Bouriant et G. Legrain). Mémoires de
l'Institut français d'Archéologie orientale du Caire, t. VIII.--Le
Caire, 1903.

_Le Papyrus Prisse et ses variantes._--Paris, P. Geuthner, 1911.

_Décoration égyptienne._ Plafonds et frises végétales du Nouvel
Empire Thébain.--Paris, Eggimann, 1911.

_Le tissage aux cartons et son utilisation décorative dans
l'Egypte ancienne_ (en collaboration avec A. van
Gennep.)--Neuchâtel, 1916.

_Les frises d'objets des sarcophages du Moyen Empire._ Mémoires de
l'Institut français d'Archéologie orientale du Caire, t.
XLVII.--Le Caire, 1921.

_Matériaux pour servir à l'établissement d'un dictionnaire
d'archéologie égyptienne._ Bulletin de l'Institut français
d'Archéologie orientale du Caire, t. XIX.--Le Caire, 1922.

_L'Architecture et la décoration dans l'Ancienne Egypte_:

  I. _Les temples memphites et thébains_;
  II. _Les temples ramessides et saïtes_;
  III. _Les temples ptolémaïques et romains._--Paris,
       Morancé, 1921 et 1923.



  GUSTAVE JEQUIER

  PROFESSEUR D'ÉGYPTOLOGIE A L'UNIVERSITÉ DE NEUCHATEL
  CORRESPONDANT DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES



  HISTOIRE

  DE LA CIVILISATION

  ÉGYPTIENNE

  DES ORIGINES A LA CONQUÊTE D'ALEXANDRE

  Ouvrage orné de 265 gravures
  Nouvelle édition revue

[Illustration]

  PAYOT, PARIS

  106, BOULEVARD ST-GERMAIN

  1925

  _Tous droits réservés_


_Premier tirage Juin 1913_

_Deuxième tirage Décembre 1923_

_Troisième tirage Janvier 1925_

Tous droits de reproduction, de traduction et d'adaptation réservés pour
tous pays.

Copyright 1913, by Payot & Cie.



[Illustration: Le «Sheikh-el-Beled» (d'après MARIETTE. _Album du Musée
de Boulaq_, pl. 18).]



[Décoration]



_PRÉFACE_


_Une Egypte immuable, figée dans sa civilisation hiératique depuis
l'aube la plus lointaine de l'histoire jusqu'au moment où elle tombe
entre les mains des Grecs, une Egypte entièrement séparée du reste de
l'humanité et n'ayant exercé aucune influence sur le développement du
monde ancien, telle est la double légende qui, dans le public lettré
d'aujourd'hui, est encore considérée presque comme un axiome, comme une
de ces vérités élémentaires devant lesquelles on s'incline sans
discuter. Et pourtant cette légende, si l'on en cherche l'origine,
repose sur bien peu de chose, sur les impressions de quelques voyageurs
qui parcoururent la vallée du Nil à une époque où l'état de la science
ne permettait pas encore une étude rationnelle et fructueuse des
monuments._

_Les Grecs, si fiers de leur supériorité sur les autres peuples, n'ont
cependant jamais rangé les Egyptiens parmi les barbares; bien plus, ils
reconnaissent hautement, à l'occasion, la part prédominante de l'Egypte
dans la naissance et le développement de leur propre civilisation et ne
font aucune difficulté pour avouer qu'à la base même de la culture
grecque, on trouve des racines égyptiennes. Il eût été du reste bien
invraisemblable qu'un pays qui comme l'Egypte était arrivé à un très
haut degré de civilisation alors que ses voisins en étaient encore à
l'état primitif, n'exerçât pas sur eux une influence considérable. En
effet, plus nous apprenons à connaître l'Egypte et les peuples
méditerranéens anciens, plus nous retrouvons de traces de cette
influence; tous ont puisé à cette source la force nécessaire pour se
développer, et s'ils ont transformé ce qu'ils ont emprunté, chacun
suivant son génie naturel, il n'en est pas moins vrai que c'est la
civilisation égyptienne qui a le plus contribué à faire prospérer toutes
les autres, et que par suite nous avons envers elle une lourde dette de
reconnaissance._

_Depuis la découverte des hiéroglyphes, tous les travaux entrepris au
sujet des monuments anciens de l'Egypte montrent clairement que la
civilisation de ce pays, comme partout ailleurs, eut ses alternatives de
croissance, de grandeur et de décadence, et plus les travaux se
spécialisent, plus les différences entre les époques s'accusent.
Jusqu'ici cependant, la tendance de certains ouvrages d'ensemble a été
d'insister sur la ligne générale, de chercher à présenter un tout
homogène plutôt que de différencier les périodes, ce qui ne pouvait
qu'accréditer toujours davantage dans le public la vieille légende de
l'Egypte immuable._

_Le but de ce petit livre est de réagir contre ces idées erronées,
d'étudier successivement toutes les grandes étapes de la civilisation
égyptienne, de montrer les progrès réalisés peu à peu malgré les
secousses et les changements de régime, en groupant les résultats acquis
autour d'un rapide aperçu de l'histoire elle-même, comme aussi
d'indiquer la naissance des arts, des industries, des différentes
branches de la civilisation égyptienne, leur expansion progressive dans
les pays limitrophes, et la part qui leur revient dans le développement
de la culture générale._

                                                               _G. J._

[Décoration]



[Illustration: _Fig. 1._ Quelques lignes de la Pierre de Rosette
(d'après LEPSIUS. _Auswahl der wichtigsten Urkunden_, pl. XVII).]



CHAPITRE PREMIER

LES SOURCES DE L'HISTOIRE D'ÉGYPTE


Isolée comme est l'Egypte par la mer et les déserts, son développement
devait être original. Ce pays favorisé par la nature, avec son climat
chaud et son sol d'une fertilité exceptionnelle, toujours renouvelé par
les inondations du Nil et livrant généreusement à l'homme tout ce qui
peut lui être nécessaire pour vivre, était destiné à devenir un des
berceaux de la civilisation; ici l'homme n'avait pas besoin, comme
ailleurs, d'efforts répétés et incessants pour s'assurer une maigre
subsistance et une existence précaire: il n'avait qu'à se laisser vivre
et il lui suffisait d'un léger travail pour réaliser un sérieux progrès
de bien-être. Défendue naturellement de trois côtés, par la Méditerranée
et les déserts arabique et lybique, l'Egypte n'avait que peu de chose à
craindre du côté de ses voisins plus ou moins turbulents et, à l'origine
tout au moins, elle n'eut pas, semble-t-il, à subir de ces
bouleversements qui arrêtent parfois pour longtemps une civilisation
naissante. Ce n'est pas la lutte pour la vie qui est la cause du
développement intellectuel et industriel des premiers Egyptiens, mais le
besoin instinctif d'augmenter le bien-être dont la nature avait déjà
largement pourvu les habitants de ce pays privilégié.

Il ne faut pas songer à établir combien de siècles ou de milliers
d'années dura cette période de travail latent, de développement
progressif, à laquelle nous appliquons le terme peu précis de
préhistorique. Toujours est-il que vers 4.000 avant J.-C, à une époque
où la barbarie la plus absolue régnait sur le reste du monde et où seule
la Babylonie, autre berceau de la civilisation, et peut-être aussi la
Chine, pourraient montrer un état analogue, nous trouvons en Egypte un
royaume constitué régulièrement et solidement, une race possédant une
langue qui présente déjà certains caractères de décadence et une
écriture compliquée mais parfaite en son genre, un peuple sachant
utiliser tous les matériaux pour la construction de monuments
importants, et déjà très avancé dans la connaissance et l'exercice des
arts, un peuple industriel en possession des métaux et pour lequel
l'agriculture et l'élevage du bétail n'ont plus de secrets. Une force
pareille ne pouvait rester confinée dans un petit pays comme l'Egypte et
devait nécessairement rayonner au dehors, les défenses naturelles, mer
et déserts, ne pouvant entraver une expansion toute pacifique, et peu à
peu le commerce s'établissait, vers le Soudan d'abord, sans doute, puis
vers la Palestine et les pays situés plus au nord. Les fouilles récentes
pratiquées en Crète montrent l'influence considérable qu'exerça l'Egypte
sur les civilisations naissantes de la Grèce et de l'Archipel et cela
dès l'Ancien Empire, donc pendant le quatrième millénaire avant J.-C.
aussi bien que pendant la période mycénienne; ainsi se confirment les
légendes où les Grecs reconnaissaient eux-mêmes le rôle qu'avait joué
vis-à-vis de leurs ancêtres directs ce peuple paisible, industrieux,
artiste et commerçant.


_Sources classiques_

Il y a cent ans, tout ce qu'on savait de l'Egypte antique, de son
histoire et de sa religion aussi bien que de ses moeurs et coutumes, se
réduisait aux données fournies par des écrivains étrangers au pays, en
particulier par les auteurs classiques, à côté desquels il n'y a guère à
signaler que les renseignements disséminés dans les livres de l'Ancien
Testament. Parmi les Grecs qui écrivirent sur l'Egypte, le premier rang,
tant par la date que par la valeur de son oeuvre, appartient sans
contredit à Hérodote, qui nous trace un tableau des plus remarquables de
l'état du pays à son époque, tableau plein de détails piquants saisis
sur le vif par un observateur sûr et avisé, mais mélangés de contes
invraisemblables, de racontars de toute sorte, recueillis avec le plus
grand sérieux et une inlassable confiance dans les drogmans de son
temps, qui étaient sans doute aussi peu instruits et aussi peu
scrupuleux que de nos jours. Quoi qu'il en soit, et bien qu'il soit
souvent difficile d'y distinguer le vrai du faux, cet ouvrage, qui forme
l'ensemble le plus complet que nous aient donné les auteurs anciens sur
l'Egypte, était et est encore considéré à juste titre comme la base de
tout travail général sur les peuples de la vallée du Nil, et l'auteur de
la phrase fameuse: «l'Egypte est un don du Nil» mérite de conserver, en
ce qui concerne ce pays aussi, son titre de «père de l'histoire». Pour
compléter les renseignements d'ordres si divers que donne Hérodote, on
avait encore ceux que fournissent d'autres auteurs moins anciens--et
parfois aussi moins dignes de foi--tels que Diodore de Sicile, Pline le
Jeune, Strabon et certains historiens de second ordre dont quelques
fragments seulement nous sont parvenus. Pour l'écriture sacrée, on
pouvait consulter les Hiéroglyphiques d'Horapollon, et, pour la
religion, Hermès Trismégiste et surtout le livre de Plutarque sur Isis
et Osiris, qui est encore aujourd'hui le document le plus important, le
tableau d'ensemble le plus parfait d'un des mythes fameux de l'antiquité
orientale. Concernant l'histoire proprement dite enfin, on avait
composé, sur la demande des Ptolémées, des ouvrages spéciaux donnant la
liste des rois, la longueur de leurs règnes, quelques détails sur les
plus importants d'entre eux, en somme une sorte de classification
méthodique de l'histoire, basée sur des documents originaux. Telles
étaient la liste d'Eratosthène dont quelques fragments nous sont
parvenus, recueillis par Apollodore, puis d'après celui-ci par Georges
le Syncelle, et surtout les Aegyptiaca de Manéthon. Ce livre, écrit au
IIIme siècle avant notre ère, est aujourd'hui perdu, de même que son
Livre de Sothis, qui traitait du même sujet, mais surtout au point de
vue chronologique: des fragments en ont cependant été recueillis par
Josèphe, ceux en particulier qui concernaient le séjour des Juifs en
Egypte, tandis que certains auteurs, entre autres l'Africain et Eusèbe,
en avaient tiré une sorte de résumé, d'_epitome_, donnant seulement la
liste des dynasties, le nombre d'années pendant lequel elles régnèrent
et, pour les plus illustres d'entre elles, les noms des rois et un bref
récit de leur carrière. Au temps où l'on ne connaissait l'Egypte que par
les auteurs grecs, cette sèche énumération de chiffres et de noms
barbares, plus ou moins travestis, ne pouvait guère attirer l'attention
des savants qui n'avaient aucun point de comparaison; depuis que nous
sommes en possession des monuments originaux, ce petit opuscule, tronqué
et mutilé, qui ne nous est parvenu que par ricochet, est devenu une des
sources les plus précieuses de l'histoire d'Egypte, car on a pu
reconnaître qu'il avait été composé d'après des documents authentiques,
des listes comme celle du papyrus de Turin, et que la division en
dynasties est parfaitement justifiée. Ce n'est toutefois pas impunément
qu'un livre passe entre les mains de tant d'auteurs successifs qui se
recopient les uns les autres. C'est par l'entremise de Georges le
Syncelle que nous sont parvenus les extraits de l'Africain et d'Eusèbe,
aussi les fragments de Manéthon contiennent-ils bien des incorrections,
des transpositions, des erreurs de chiffres, et on ne peut en faire
usage qu'avec la plus grande circonspection: ainsi les trente dynasties
semblent d'après lui se succéder régulièrement, tandis que très
probablement il y en eut de collatérales, ce qui peut diminuer, dans des
proportions très importantes, la somme totale des années que dura la
monarchie égyptienne.

Cette rapide énumération des principaux auteurs grecs et latins qui ont
parlé de l'Egypte suffira pour qu'on puisse se rendre compte de la
valeur très réelle et en même temps de l'insuffisance de ces documents
au point de vue de la connaissance du peuple qui habitait la vallée du
Nil dans l'antiquité; quant aux nombreuses et très précieuses données
que renferment les livres de l'Ancien Testament sur le séjour des
Hébreux en Egypte et les relations des rois de Juda et d'Israël avec les
Pharaons, elles sont trop connues pour qu'il soit nécessaire d'y revenir
ici.


_La description de l'Egypte_

Voilà donc à quoi se réduisait, il y a un siècle, le bagage scientifique
dont on pouvait disposer en ce qui concerne l'Egypte; quelques
voyageurs, il est vrai, comme Chardin, Pockoke et d'autres, après avoir
parcouru le pays, en avaient publié des descriptions, et parfois même
copié les monuments anciens encore visibles, mais les reproductions
qu'ils en donnent n'en sont que de grossières caricatures et ne peuvent
donner qu'une idée parfaitement fausse de l'art et de l'écriture de
l'Egypte antique. Quant aux essais d'interprétation d'hiéroglyphes,
comme ceux du savant jésuite le P. Kircher, ce sont des ouvrages de
fantaisie pure, fruit d'une imagination trop mystique, et qui, dénués de
toute base scientifique sérieuse, ne peuvent plus aujourd'hui qu'attirer
la curiosité de quelque bibliophile.

En 1809 commença à paraître, sous le titre de _Description de l'Egypte_,
le résultat des travaux des savants français que Bonaparte avait
adjoints à son expédition de 1798 pour étudier à fond les richesses et
les moeurs des habitants d'un pays dont il avait l'intention de faire le
boulevard de la civilisation européenne. Les circonstances firent, il
est vrai, échouer le programme politique du grand conquérant, mais son
but scientifique fut rempli au delà de toute espérance, grâce à
l'opiniâtreté et à la persévérance de ces hommes qui, travaillant dans
les conditions les plus défavorables, réussirent à mener à bien, en deux
années à peine, une des oeuvres les plus gigantesques qui aient jamais
été entreprises dans le domaine de la science. Il s'agissait de relever
tout ce qui concernait l'histoire naturelle du pays, zoologie,
botanique, minéralogie, les moeurs et coutumes des habitants, les
métiers, le commerce, l'agriculture, et une carte au cent millièmes de
toute la vallée du Nil, d'Assouan à la mer, carte dont on se sert
actuellement encore; quant aux antiquités, tous les monuments existant à
cette époque furent relevés avec grand soin, et si on a pu faire aux
savants français de la Commission d'Egypte le reproche d'avoir souvent
sacrifié la copie des textes hiéroglyphiques à l'exactitude de
l'architecture, il faut tenir compte de l'état de la science à ce
moment-là et de la difficulté que devait présenter, à des dessinateurs,
même très habiles, cette écriture absolument inconnue et l'innombrable
quantité de ces inscriptions dans lesquelles il aurait fallu pouvoir
faire un choix judicieux, inscriptions que les égyptologues modernes
sont loin d'avoir encore toutes publiées. Cet immense ouvrage, avec ses
neuf cents planches et ses nombreux volumes de mémoires, est bien oublié
aujourd'hui, et l'on est loin d'avoir pour lui la reconnaissance qu'il
mérite, car cette publication devait être le point de départ d'études
toutes spéciales; on peut même dire qu'elle inaugurait pour la science
de l'histoire une ère nouvelle, par la naissance de l'égyptologie.


_Déchiffrement des hiéroglyphes_

Parmi les monuments découverts et publiés par les membres de la
Commission d'Egypte se trouvait l'inscription trilingue connue sous le
nom de _pierre de Rosette_, avec son texte en hiéroglyphes, en démotique
et en grec, qui n'était autre qu'un décret de Ptolémée Epiphane en
faveur des temples d'Egypte. L'importance de ce document et le parti
qu'on pouvait en tirer furent bien vite reconnus, et plusieurs savants
se mirent à l'oeuvre, indépendamment les uns des autres, pour arriver à
déchiffrer ces deux écritures inconnues. Sylvestre de Sacy et le Suédois
Akerblad attaquèrent le texte démotique et finirent par en découvrir le
mécanisme; l'Anglais Young se mit au texte hiéroglyphique qui était bien
moins complet et présentait de beaucoup plus grandes difficultés; il
eut l'intuition de la méthode à suivre, mais ne sut pas la mener
jusqu'au bout, tandis qu'un jeune savant français, J.-Fr. Champollion,
travaillant de son côté sur le même document avec une ténacité et une
perspicacité admirables, arrivait à saisir la clef du système
hiéroglyphique. Il établit de façon certaine la valeur, la fonction et
le sens de chaque signe, reconnut avec l'aide de la langue copte,
l'égyptien d'époque chrétienne, les groupes formant des mots, puis
déchiffra les phrases. Accueillie avec une certaine méfiance lors de sa
publication en 1822, cette découverte finit par être acceptée et
reconnue du monde savant; l'égyptologie était née, et c'était au même
homme qu'il appartenait de la développer, en établissant, toujours avec
le même esprit de méthode, les bases de la science nouvelle. Ce jeune
génie, car on ne peut trouver d'autre mot pour qualifier un homme qui
n'eut son égal dans aucune autre branche des sciences historiques,
mourut à quarante ans après avoir non seulement ressuscité l'écriture et
la langue des anciens Egyptiens, mais encore reconstitué, dans les
grandes lignes tout au moins, leur histoire, leur religion, leurs
institutions, leurs moeurs, et la géographie ancienne de leur pays. Il
restait sans doute encore beaucoup à découvrir, mais la voie était
frayée et elle fut suivie, avec une certaine hésitation d'abord, puis
avec toujours plus de sûreté, par une pleïade d'hommes de valeur qui
sont arrivés à faire de l'égyptologie une science digne de marcher de
pair avec ses aînées, celles qui concernent l'antiquité classique en
particulier.

Malgré leur nombre, les documents réunis par la Commission d'Egypte
étaient très insuffisants, et Champollion, après avoir visité quelques
collections publiques ou particulières d'objets rapportés d'Egypte,
reconnut qu'il était absolument nécessaire d'aller sur place à la
recherche de matériaux nouveaux, car il se sentait capable de faire un
choix judicieux des monuments les plus importants et de les copier avec
exactitude. Ses voeux furent exaucés et il put encore diriger lui-même
l'expédition franco-toscane qui, grâce aux connaissances nouvelles qu'il
avait acquises, devait devenir un vrai voyage de découvertes, et lui
fournir une ample moisson de matériaux inconnus auparavant. La première
publication sérieuse de textes égyptiens originaux ne put être faite
qu'après la mort de Champollion.


_Progrès de l'Egyptologie_

En 1842, sous les auspices cette fois du gouvernement prussien, une
nouvelle expédition, dirigée par Lepsius, partait pour l'Egypte à la
recherche de textes historiques; cette mission fit un séjour de près de
trois ans dans le pays et en rapporta une récolte encore plus abondante
que celle de Champollion. Malgré le format monumental des douze volumes
donnant les résultats de ces travaux, on pourrait appeler cet ouvrage,
maintenant encore, le livre de chevet de tout égyptologue.

A cette époque, on ne faisait pas encore de recherches sérieuses dans le
sol même de la vallée du Nil; seuls quelques particuliers, désireux
d'enrichir leurs collections de bibelots égyptiens, pillaient sans merci
un certain nombre de tombeaux et de sites antiques, sans profit réel
pour la science. Les fouilles méthodiques ne commencèrent qu'en 1850 par
la découverte retentissante que fit un jeune savant français, Aug.
Mariette, d'un des sanctuaires égyptiens les plus connus et les plus
vénérés des anciens, le Sérapéum de Memphis, le tombeau souterrain des
boeufs Apis. Encouragé par ce succès qui avait fait de lui une
célébrité, Mariette se voua aux recherches dans le sol même de l'Egypte;
il obtint du khédive l'autorisation de créer un Service des Antiquités
et un musée d'antiquités égyptiennes, et dès lors ses fouilles
continuèrent sans interruption d'une extrémité à l'autre de l'ancien
royaume des Pharaons, alternant avec le déblaiement des temples enfouis.
Des milliers de monuments nouveaux surgirent du sol et celui qui les
découvrit cherchait en même temps à les mettre le plus vite possible à
la disposition du monde savant par de grandes publications qui rendirent
des services inappréciables. Peu à peu, les gouvernements étrangers
voulurent aussi avoir leur part à ces travaux si fructueux et
entreprirent eux-mêmes des fouilles; des sociétés scientifiques se
créèrent dans le même but, et depuis quarante ans environ l'exploration
du sol de l'Egypte est poussée avec une activité fébrile, et presque
toujours le succès est venu couronner ces efforts.

Pendant ce temps, d'autres savants, comme de Rougé et Chabas en France,
Lepsius et Brugsch en Allemagne, Birch en Angleterre, pour ne citer que
les principaux d'entre les disparus, et leurs élèves et émules,
compulsaient les matériaux et en extrayaient méthodiquement ce qui
pouvait être utile à la science; ainsi toutes les branches de
l'égyptologie, avançant de front, faisaient d'année en année de sérieux
progrès: la langue, la religion, l'histoire, livraient peu à peu leurs
secrets. Pour ce qui est de l'histoire, en particulier, les limites de
l'inconnu reculaient insensiblement: faute de documents originaux très
anciens, Champollion, qui avait établi de façon à peu près définitive
les règnes des Pharaons à partir du Nouvel Empire thébain, n'avait guère
pu jeter au delà qu'un coup d'oeil d'ensemble. Lepsius fut l'initiateur
en ce qui concerne la XIIme dynastie, une des époques les plus
brillantes de l'histoire d'Egypte, et de Rougé s'avança le premier
délibérément dans ce qu'on est convenu d'appeler l'Ancien Empire
memphite, l'âge des constructeurs de pyramides. Une barrière qui
semblait infranchissable s'élevait au seuil de cette époque, reléguant
dans la légende les deux premières dynasties et tout ce qui pouvait les
avoir précédées; ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que subitement, à
la suite de plusieurs découvertes simultanées, la barrière s'écroula,
ouvrant aux regards un champ nouveau qui reculait presque jusqu'à
l'infini l'histoire du passé. Les études préhistoriques venaient se
confondre avec celles des égyptologues et les compléter, et les
recherches poussées dans ce sens, sur un terrain presque inépuisable,
devaient donner des résultats autrement plus précis que dans tout autre,
pays connu, en ce qui concerne ces périodes du début de la civilisation.


_Listes royales_

En plus des données des historiens anciens sur l'Egypte nous avons donc
maintenant des documents qui proviennent du pays lui-même, documents
innombrables mais de valeur très diverse, pouvant se classer en deux
séries qu'on pourrait appeler, faute de meilleurs mots, les documents
rétrospectifs et les documents contemporains.

Tandis que ces derniers ont une valeur plutôt spéciale et ne se
rapportent qu'à l'époque ou même au règne d'où ils émanent, les
premiers, peu nombreux il est vrai, mais d'autant plus précieux, sont de
vrais résumés d'histoire, datant d'époques très diverses. Ce sont
d'abord les listes monumentales, tableaux provenant de temples ou de
tombeaux, où l'on voit un roi adresser son hommage à toute la série de
ses ancêtres, représentés en général par leur nom seulement, par leur
cartouche royal, et rangés dans l'ordre chronologique; ou bien c'est un
prêtre donnant la liste des rois au culte funéraire desquels il était
commis: telles les deux listes d'Abydos dont l'une est encore en place,
l'autre au Musée Britannique, la liste de Saqqarah au Musée du Caire, et
la Chambre des Ancêtres de Karnak à la Bibliothèque Nationale de Paris.

[Illustration: _Fig. 2._ La table royale d'Abydos (d'après une
photographie).]

[Illustration: _Fig. 3._ Fragments du papyrus royal de Turin (d'après
LEPSIUS. _Auswahl_, pl. III).]

Le papyrus royal de Turin, écrit au commencement du Nouvel Empire, avait
une importance bien plus considérable encore: il donnait non seulement
la liste complète de tous les rois ayant régné sur l'Egypte, y compris
les dynasties divines, mais encore le nombre d'années de chaque règne et
souvent l'âge du roi à sa mort; en plusieurs endroits il y avait en
outre, en guise de récapitulation, la somme totale des années que dura
une dynastie. C'est une chronologie complète embrassant deux mille ans
d'histoire, et qui devait être absolument intacte et entière au moment
de sa découverte, mais dans ce temps là, il y a près de cent ans, on ne
prenait pas les mêmes soins qu'aujourd'hui des objets découverts au
cours des fouilles; l'on dit que Drovetti, grand collectionneur
d'antiquités, ayant trouvé ce papyrus dans des travaux qu'il faisait
exécuter dans les tombeaux de Thèbes, et ne pouvant naturellement en
soupçonner la valeur, le prit aussitôt sorti de terre, le mit dans un
flacon à large col qui se trouvait dans la sacoche de sa selle, et
rentra chez lui au galop. Le manuscrit ne put résister à un traitement
aussi violent, et à l'arrivée il ne restait plus dans le flacon qu'un
tas de fragments de papyrus, plus petits les uns que les autres; c'est
dans cet état qu'ils parvinrent, en même temps que le reste de la
collection Drovetti, au musée de Turin, où Champollion, qui les retrouva
au fond d'une boîte, fut le premier à en signaler l'importance. Grâce à
une néfaste négligence, ce monument de tout premier ordre avait perdu
beaucoup de sa valeur; néanmoins les fragments qui ont pu être
rassemblés et rétablis dans leur ordre primitif donnent, malgré les
immenses lacunes provenant de morceaux disparus, des renseignements si
importants que le papyrus royal de Turin peut à juste titre être
considéré comme la base de toute étude chronologique sur l'Egypte depuis
son origine jusqu'à l'époque troublée des Hyksos, entre 2.000 et 1.500
avant notre ère.

[Illustration: _Fig. 4._ Partie supérieure de la Pierre de Palerme
(d'après NAVILLE. _Recueil de Travaux_, XXV, pl. I).]

Il existait quelque part en Egypte, probablement dans le temple
d'Héliopolis, la métropole religieuse qui se trouvait à peu de distance
du Caire, un monument d'une importance plus considérable encore que le
papyrus de Turin, bien qu'il y fût question des cinq premières dynasties
seulement. C'était une grande dalle de pierre sur les deux faces de
laquelle étaient gravés, dans de petites cases rangées en longues
lignes, tous les événements, importants ou non, qui illustrèrent le
règne de chaque roi, depuis la fondation du royaume d'Egypte par Ménès;
à chaque année était réservée une case et en regard on avait noté la
cote maxima de la crue du Nil. Le jour exact de la mort de chaque roi
et celui du couronnement de son successeur étaient scrupuleusement
indiqués. Le destin n'a pas voulu que ces annales, les plus vieilles du
monde, parvinssent intactes jusqu'à nous; le fragment conservé
aujourd'hui au musée de Palerme, et connu sous le nom de _pierre de
Palerme_, constitue peut-être la dixième partie du monument complet. On
a retrouvé récemment quelques autres morceaux de plus petites dimensions
qui sont entrés dans les collections du musée du Caire, et qui
paraissent provenir de duplicatas de ce document; ce fait permet
d'espérer qu'une fois ou l'autre on découvrira d'autres fragments qui
viendront combler les lacunes encore très considérables de ce texte, le
plus important pour l'histoire des premières dynasties.


_Documents historiques divers_

Cette catégorie de sources historiques d'une importance capitale, est
donc très peu abondante; à côté d'elle on possède la multitude
innombrable et disparate des documents que j'ai appelés tout à l'heure
les documents contemporains, et qui forme l'ensemble le plus hétéroclite
qu'on puisse imaginer, depuis les scarabées de faïence jusqu'aux
colosses de granit et aux bas-reliefs couvrant des surfaces immenses,
depuis le tesson de pot ou le morceau de terre glaise desséchée jusqu'au
bijou de l'art le plus exquis, depuis le fier obélisque jusqu'au plus
humble chiffon de toile. Ce n'est parfois qu'un nom de roi ou une date
de règne, parfois une stèle commémorant une expédition victorieuse ou un
décret en faveur d'un temple ou bien la représentation figurée des
guerres lointaines, des prisonniers et du butin que le roi vient offrir
à ses dieux. Plus rarement nous avons l'histoire complète d'un règne,
ainsi le résumé de la vie de Ramsès III qui est annexé à la liste des
dons faits par lui aux temples d'Egypte, à la fin du grand papyrus
Harris, ou le récit des campagnes de Thoutmès III, que ce roi, le plus
puissant peut-être de tous les Pharaons, fit graver sur les murailles du
temple de Karnak. Enfin nous possédons certains récits littéraires qui
sont souvent de vrais contes fantastiques édifiés sur une base
historique, le conte de Khoufou et des magiciens, celui d'Apopi et de
Seqnenra, celui de la prise de Joppé, et surtout celui de Sinouhit,
récits analogues à ceux qu'Hérodote nous raconte sur la fille de Khéops
et sur les voleurs de Rhampsinite.

A côté des monuments royaux, ceux des simples particuliers, grands
seigneurs ou fonctionnaires, donnent souvent des généalogies qui
permettent de contrôler l'histoire; ils fournissent même parfois, quand
il s'agit d'un homme ayant joué un rôle important à la cour, dans
l'administration ou dans l'armée, de véritables biographies qui, comme
celles d'Ouna, de Herkhouf, d'Ahmès ou d'Anna, sont parmi les documents
les plus précieux que nous ait légués l'Egypte antique.

Enfin, dans un ordre d'idées un peu différent, une découverte heureuse,
celle des tablettes de Tell-el-Amarna, nous a mis en possession d'une
partie considérable de la correspondance diplomatique et administrative
de deux rois de la fin de la XVIIIme dynastie, Amenophis III et
Amenophis IV, avec leurs vassaux de la Syrie et de la Palestine, ainsi
qu'avec les souverains indépendants de pays plus éloignés, comme
l'Assyrie et le royaume de Mitanni. Cette correspondance écrite dans la
langue de ces pays, en caractères cunéiformes, éclaire d'une lumière
très vive tout l'état social et politique de l'Orient, treize siècles
environ avant notre ère.

Cette énumération, forcément incomplète, permet de se rendre compte du
genre de documents que nous avons à notre disposition; quelque nombreux
qu'ils soient, ces monuments ne nous donnent pas sans doute la
possibilité de reconstituer l'histoire d'Egypte comme on l'a fait pour
la Grèce et pour Rome. Ces peuples sont, il est vrai, plus rapprochés de
nous dans le temps, et en outre ils ont l'immense avantage d'avoir eu
des historiens. En Egypte rien de semblable, et il ne paraît pas que
jamais un Egyptien ait songé à faire la description des événements qui
se passaient de son temps et sous ses yeux, à les étudier et à les
apprécier par lui-même; comme dans beaucoup de pays d'Orient, l'esprit
de l'histoire n'existait pas dans l'Egypte ancienne.

En somme, à part un certain nombre de règnes qui sont un peu mieux
connus que les autres, ceux de quelques rois de la XIIme dynastie et du
commencement du Nouvel Empire thébain, il nous manque presque tous les
détails et un bon nombre de faits généraux, et nous ne pouvons dans ces
circonstances songer à reconstituer entièrement l'histoire politique,
administrative, diplomatique, militaire et commerciale du pays; nous
devons nous contenter d'une histoire générale où quelques grands
événements sont reliés par des noms, un squelette d'histoire, auquel il
manque encore bien des éléments, mais qui constitue un ensemble des plus
remarquables quand on songe qu'il s'étend sur une période de plus de
4.000 ans, entièrement inconnue il y a peu de temps encore.


_Chronologie_

Malgré les données très précises de Manéthon et des fragments du papyrus
de Turin, la chronologie égyptienne ne peut encore être établie de façon
certaine, et cela pour deux raisons principales: la première est le fait
que dans les époques de trouble il y eut souvent, non pas un seul
souverain gouvernant tout le pays, mais deux ou même plusieurs rois
règnant chacun sur une partie plus ou moins grande de l'Egypte; les
chronographes énumèrent ces dynasties les unes à la suite des autres
sans indiquer laquelle aurait dû légitimement occuper le trône des
Pharaons, sans même dire qu'il s'agit de dynasties collatérales. Une
cause d'erreurs plus grande encore c'est que les Egyptiens ont toujours
vécu au jour le jour, qu'ils n'avaient pas d'ère ni de division normale
du temps: les années se comptent à nouveau pour chaque règne à partir de
l'avènement du roi; aucun lien chronologique n'existe donc entre les
divers souverains, de sorte que non seulement la longueur des règnes,
mais même l'ordre de succession reste souvent problématique. L'année
égyptienne étant de 365 jours, se trouvait tous les quatre ans en retard
d'un jour; pour remédier à cet inconvénient, on imagina l'institution
des périodes sothiaques, périodes de 1.460 années ordinaires
correspondant à 1.461 années réelles, au bout desquelles l'ordre
régulier des saisons se trouvait rétabli. Nous ne savons du reste pas de
quelle époque date cette réforme purement scientifique qui n'a jamais
servi à l'établissement d'une ère, ni si elle est, comme beaucoup le
prétendent, fort ancienne, car les astronomes égyptiens observèrent
toujours avec beaucoup d'exactitude le lever héliaque de l'étoile
Sothis, ou Sirius; pour nous cette réforme prête à des calculs fort
compliqués sur la correspondance entre l'année vague et l'année réelle,
calculs qui paraissent le plus souvent arbitraires. Il semble plus
normal d'admettre, comme certains auteurs modernes, que les Egyptiens,
voyant leurs mois et leurs saisons se déplacer peu à peu, les
rétablissaient de temps à autre, artificiellement et sans règle fixe.
Cette question très complexe est, comme on le voit, loin d'être
élucidée: les périodes sothiaques, au lieu de simplifier les calculs
chronologiques, n'ont d'autre résultat pour nous que d'y introduire une
nouvelle inconnue et peut-être une nouvelle chance d'erreur.

Ces raisons expliquent de façon suffisante les différences parfois
considérables qui existent au point de vue des dates entre les divers
historiens; les uns allongent démesurément la durée de l'histoire en
ajoutant bout à bout toutes les dynasties connues, tandis que d'autres,
procédant en sens inverse, la rétrécissent de façon très exagérée. Les
premiers placent l'avènement de Ménès, le premier roi d'Egypte, en l'an
5.510 avant J.-C, les autres, qui sont les plus en faveur aujourd'hui,
en 3.315: il y a donc un écart de plus de deux mille ans entre ces deux
appréciations extrêmes, et c'est très vraisemblablement dans cet
intervalle que devrait se placer la vraie date de la fondation de la
monarchie égyptienne. Sans avoir la prétention de vouloir trancher la
question, je pense qu'en la fixant de façon approximative aux environs
de l'an 4.000, on ne doit pas s'éloigner beaucoup de la vérité. Du reste
pour tout ce qui est des périodes les plus reculées, il est prudent de
s'abstenir de donner des chiffres précis, et préférable d'indiquer, et
encore sous toutes réserves, les siècles et non les années. Ce n'est
guère que pour le début du Nouvel Empire thébain que les égyptologues
tombent à peu près d'accord pour le placer au commencement du XVIme
siècle avant notre ère; la certitude absolue n'existe qu'à partir des
rois saïtes, au VIIme siècle.


_La civilisation égyptienne_

L'Egypte a pour nous une importance bien plus considérable qu'on ne le
suppose d'habitude, car c'est là qu'en somme nous devons chercher le
berceau de notre civilisation: c'est en effet de la vallée du Nil
qu'est sorti le germe qui, dans des contrées moins favorisées de la
nature et sous un climat plus rude, devait se développer de façon
inattendue, se transformer entièrement et prendre un essor incomparable,
tandis que dans son pays d'origine il se modifiait à peine, son
développement restant toujours normal et progressif, mais très lent; de
là vient cette légende, bien difficile à déraciner aujourd'hui, d'une
Egypte immuable comme les pyramides, n'ayant subi aucune variation
pendant toute la durée du règne des Pharaons, légende qui repose sur une
apparence seulement. Les besoins de l'homme, dans un pays aussi
privilégié que l'Egypte, se réduisent à peu de chose; l'habitant des
pays chauds est moins actif que celui des contrées où le climat est plus
rigoureux, et une fois qu'il a trouvé, sans grandes difficultés, le
nécessaire et même un peu de superflu, il est naturel qu'il se laisse
aller à son indolence native et qu'il ne tende pas son énergie à
chercher des perfectionnements de bien-être dont le besoin absolu ne se
fait pas sentir. Il y a progrès néanmoins, et progrès très appréciable,
dans des pays comme l'Egypte surtout, où nous pouvons maintenant
comparer entre eux une si grande quantité de monuments d'époques très
diverses. Nous constatons que chez ce peuple la civilisation, une fois
sa voie tracée, la suit sans jamais s'en écarter; les bouleversements
politiques n'arrivent même pas à la faire sortir du chemin montant en
pente douce sur lequel elle s'est engagée. Ces grandes crises
historiques nous permettent cependant de marquer dans l'histoire de la
civilisation un certain nombre d'étapes et de discerner mieux, en les
groupant par époques, les progrès réalisés au cours des siècles; nous
sommes en effet assez documentés maintenant pour pouvoir apprécier de
façon certaine et suivre pas à pas ces progrès qui ne sont pas
apparents à première vue, mais qui sont beaucoup plus sensibles qu'on ne
pouvait se l'imaginer il y a trente ans encore.

Après avoir passé en revue les sources de l'histoire d'Egypte, il reste
à donner un aperçu sommaire des documents que nous possédons sur les
moeurs des Egyptiens, leur vie publique et privée, leurs institutions,
leur industrie, leur commerce, en un mot leur civilisation. Les
écrivains classiques nous ont fourni, ici comme pour l'histoire, un bon
nombre de renseignements, Hérodote le premier, puis Diodore, Strabon et
tous les autres, et ce qu'ils nous disent peut servir, soit à diriger
nos recherches, soit à confirmer les données des monuments originaux. De
même les études faites par les membres de la Commission d'Egypte et les
observations des divers voyageurs du XVIIIme et du commencement du XIXme
siècle sur les moeurs et coutumes des Egyptiens avant l'expansion de la
civilisation européenne dans la vallée du Nil, nous fournissent de
précieux points de comparaison et même souvent l'explication de bien des
détails relatifs aux habitudes anciennes, sur lesquelles les monuments
sont trop peu explicites.

Au point de vue de la civilisation égyptienne, le nombre de documents
originaux est considérable. En première ligne doivent être rangés les
tableaux que les particuliers, grands seigneurs et fonctionnaires,
faisaient sculpter ou peindre sur les murailles des chambres de leurs
tombeaux, où étaient représentées en détail les scènes de la vie de tous
les jours: ainsi le double du mort, son _moi_ immatériel, qui continuait
à vivre comme un esprit impalpable au fond du tombeau, auprès de la
momie, pouvait encore jouir en une certaine mesure de la vie de ce monde
en contemplant ces scènes familières: les figurations de la vie
suffisaient au délassement d'une ombre, de même que la représentation
des aliments pouvait assurer éternellement sa subsistance. Des trois
grandes époques de l'histoire, l'Ancien Empire memphite, le Moyen et le
Nouvel Empire thébain, un grand nombre de ces tombeaux sont parvenus
jusqu'à nous, plus ou moins intacts, les mastabas d'abord avec leurs
bas-reliefs, puis les hypogées avec leurs peintures. On y voit, en
premier lieu une population rurale, occupée à l'élevage des bestiaux
aussi bien qu'aux travaux des champs, labourage, semailles, récolte des
céréales, vendanges et jardinage; puis de nombreux tableaux de chasse et
de pêche, et, à côté de cela, des représentations de gens de métier,
potiers, métallurgistes, orfèvres, chaudronniers, menuisiers,
charpentiers, maçons sculpteurs, peintres, corroyeurs, cordonniers; un
peu plus loin les délassements, musique, danse et jeux, et à certaines
époques, des jeux gymniques, des exercices militaires, des scènes de
recrutement. Nous possédons de très nombreux exemples de chacune de ces
représentations qui souvent sont exécutées avec une délicatesse et un
art remarquables et dont les variantes nous permettent de comprendre les
scènes dans leurs moindres détails et de reconstituer l'action avec une
certitude presque absolue.

Les fouilles ont mis à jour une grande quantité d'objets de toute espèce
qui, pour les périodes très anciennes, suppléent à l'absence des
représentations figurées et, pour les autres époques, les complètent. Ce
sont des armes de toute sorte, depuis les lames de silex taillé jusqu'au
poignard enrichi d'orfèvrerie, des outils d'agriculteurs, d'ouvriers, de
gens de métier, puis des bijoux, des vêtements, des meubles, des vases,
des instruments de musique, des ustensiles de ménage, bref tout ce qui
était nécessaire à la vie, le tout conservé de la façon la plus
merveilleuse dans un sol parfaitement à l'abri de l'humidité. Les outils
préhistoriques se trouvent le plus souvent à la surface même du sol, à
la lisière du désert, tandis que les autres objets, qui appartiennent
aux époques historiques, proviennent soit des ruines des villes
antiques, soit le plus souvent du fond des tombeaux, où ils avaient été
déposés auprès du mort, toujours dans le but de placer autour de
celui-ci ce qui pouvait lui être nécessaire pour sa vie d'outre-tombe. A
certaines époques, on se contentait de peindre sur les parois de son
sarcophage les divers objets qui devaient faire partie du mobilier
funéraire, la représentation figurée pouvant remplacer l'objet lui-même.

Les Egyptiens ont énormément écrit et toujours, grâce au climat de leur
pays, beaucoup de leurs manuscrits nous sont parvenus, écrits sur des
rouleaux de papyrus dans cette écriture cursive que nous avons
l'habitude d'appeler _hiératique_; ce sont des lettres, des comptes, des
contrats, des actes judiciaires, des traités de médecine ou de
géographie, et surtout des compositions littéraires qui sont pleines de
détails de toute sorte sur la vie ordinaire. Ainsi pour ne citer qu'un
exemple, cette satire des métiers, où un scribe, afin de mieux faire
valoir l'excellence de sa profession, dénigre successivement toutes les
autres carrières et fait ressortir avec une ironie souvent mordante la
condition pitoyable des gens qui pratiquent les divers métiers.

Toutes ces données d'ordre si divers nous permettent de nous rendre un
compte assez exact de ce qu'était la civilisation égyptienne: elles
s'enchaînent naturellement avec les données historiques, et ainsi nous
pouvons dès maintenant tracer pour chacune des grandes époques un
tableau d'ensemble qui doit correspondre de bien près à la réalité, et
reconstituer le développement chronologique de la civilisation
égyptienne.

[Illustration: _Fig. 5._ Panneau de la Salle des Ancêtres de Karnak
(d'après LEPSIUS, _Auswahl_, pl. I).]



[Illustration: _Fig. 6._ Rà dans la barque solaire (d'après BUDGE, _Pap.
of Ani_, pl. XXII).]



CHAPITRE II

L'ÉGYPTE LÉGENDAIRE


Avant d'aborder l'étude de ce qui nous est parvenu de l'Egypte
archaïque, ou préhistorique, nous devons rechercher si, aux époques
pharaoniques, les habitants du pays avaient conservé un souvenir de ces
temps lointains, du début même de leur race, une légende parlant de ces
périodes fabuleuses. Les textes ordinaires ne racontent rien de
semblable et il est même bien rare qu'on y trouve mentionné le terme de
_Shesou-Hor_, «les suivants d'Horus», qui désigne les rois mythiques
prédécesseurs des dynasties historiques. Par contre les listes royales
les plus développées, comme celles de Manéthon et du papyrus de Turin,
nous ont conservé des données plus précises sur ces souverains
antéhistoriques: la nomenclature des premiers d'entre eux, puis un bref
aperçu des dynasties qui suivirent, avec le total des années de règne de
chacune d'entre elles: ce sont d'abord des dieux, puis des demi-dieux,
et enfin des hommes.

A l'origine de l'histoire on a donc, ici comme partout, la légende, mais
une légende dont le développement est loin d'avoir été aussi brillant
que dans tant d'autres pays, une légende qui est restée la propriété des
prêtres et des savants, non celle du peuple égyptien lui-même. N'ayant
rien de poétique, cette tradition a pu se conserver plus pure et plus
précise, mais on peut se demander si nous devons nous en féliciter, car
entre les mains des prêtres, elle allait fatalement tomber dans le
domaine théologique et symbolique, et le mythe religieux devait finir
par absorber presque complètement le mythe historique, au point qu'il
est le plus souvent difficile de délimiter les deux domaines. C'est dans
un fatras de récits très plats et ennuyeux, souvent d'un mysticisme
fantastique, que nous arrivons à grand'peine à distinguer les traits
généraux de l'histoire primitive de l'Egypte.


A. LES DYNASTIES DIVINES

_Les dieux cosmiques_

Les premiers rois furent, au dire de la légende, les grands dieux
d'Egypte, suivant le cycle qui avait été établi dans le sanctuaire
d'Héliopolis, une des plus anciennes métropoles religieuses du pays. Ce
cycle se composait d'une ennéade, c'est-à-dire d'un groupe de neuf dieux
et déesses, et fut adopté dès l'Ancien Empire par tous les autres
centres religieux de la vallée du Nil, qui se contentèrent de mettre à
sa tête leur dieu local. La liste que nous donne Manéthon, et qui doit
être d'origine memphite, place donc au premier rang des rois-dieux
Héphaistos, Ptah, le grand dieu de Memphis, le démiurge, celui qui forma
l'homme du limon de la terre, qui le modela à la main, de même qu'à
l'autre bout de l'Egypte, c'était Khnoum d'Eléphantine qui l'avait
façonné sur le tour du potier. Cette mention du dieu créateur comme
premier roi d'Egypte est une indication très précise du fait que les
habitants de la vallée du Nil se considéraient comme autochtones et
croyaient que le premier homme avait été créé dans le pays même. Au
papyrus de Turin, le premier nom royal a disparu.

[Illustration: _Fig. 7._ Ptah (d'après BUDGE, _Pap. of Ani_, pl.
XXVII).]

Nous ne savons rien de ce règne de Ptah, qui probablement, sitôt son
oeuvre créatrice terminée, céda la place à son successeur Rà, le Soleil,
le grand dieu d'Héliopolis et de la plupart des villes d'Egypte, chargé
d'assurer l'existence et le développement de cette humanité primitive.
Celui-ci, pendant son long règne, parcourait journellement ses domaines
pour les constituer, les organiser et répandre sur ses sujets ses dons
et ses bienfaits, mais tous ses efforts ne réussirent pas à lui attirer
la reconnaissance de ces êtres primitifs, encore plus qu'à demi
sauvages, ni même celle de ses descendants directs, les dieux, qui
commençaient à se multiplier autour de lui. Ce roi-dieu était en une
certaine mesure un homme, son grand âge l'avait considérablement
affaibli, et, suivant les expressions pittoresques d'un texte égyptien,
ses os étaient maintenant en argent, ses chairs en or, ses cheveux en
lapis-lazuli; sa bouche tremblait, sa bave ruisselait vers la terre, sa
salive dégouttait sur le sol. Profitant de cette décrépitude sénile,
Isis, déesse de rang inférieur, employa les moyens les plus déloyaux
pour lui arracher le talisman le plus précieux qui lui restât, le secret
de son nom magique, grâce auquel elle comptait acquérir une puissance
supérieure à celle des autres dieux. Les hommes eux-mêmes s'étant mis à
conspirer contre leur débonnaire souverain, Rà se décida à faire un
exemple, et après avoir consulté le conseil de famille, l'assemblée des
dieux, il dépêcha Sekhet, la déesse à tête de lionne, avec ordre de les
massacrer sans pitié, ce dont elle s'acquitta consciencieusement. La
nuit seule l'arrêta dans sa course meurtrière, et Rà, contemplant le
résultat obtenu, fut pris de pitié et résolut d'épargner le reste des
humains; pour apaiser la déesse ivre de carnage, il fit mélanger de la
bière et du suc de mandragores au sang des hommes et répandre à terre
autour d'elle une quantité considérable de ce liquide. A son réveil,
Sekhet aperçut ce breuvage, le but, s'adoucit, s'enivra et oublia ses
victimes. Rà avait pardonné aux hommes qui se repentaient, mais, fatigué
de régner, il abdiqua et choisit une retraite inaccessible sur le corps
de la vache Nouït, déesse du ciel, sa fille; depuis lors, chaque jour,
la barque qui le porte navigue sur les flancs de l'animal céleste pour
se perdre à la nuit dans son corps même et reparaître le lendemain: le
roi-dieu est devenu définitivement le dieu-soleil.

[Illustration: _Fig. 8._ Sekhet (d'ap. DARESSY. _Statues et statuettes
de divinités_, pl. LIII).]

On discerne sans peine dans cette légende le souvenir d'un des
cataclysmes qui bouleversèrent toute une partie du monde, comme ce
déluge dont parlent les textes chaldéens aussi bien que la Bible, qui
dévasta la Mésopotamie et les contrées avoisinantes tout au moins. Il
était fort naturel que des désastres de cette nature fussent considérés
comme le châtiment d'une humanité mauvaise et que, les dieux une fois
apaisés, ils pardonnassent aux survivants et fissent avec eux un
nouveau pacte, permettant à ces derniers de racheter leurs fautes par
des sacrifices au lieu d'avoir à les expier par la mort des coupables.
De même que Jahveh avait exigé de Noé un holocauste, Rà de même avant de
monter au ciel, avait institué la coutume du sacrifice, première base du
culte que les hommes devaient rendre aux dieux.

[Illustration: _Fig. 9._ Nouït portant la barque solaire; Shou et Queb;
Thot (d'après CHASSINAT. _La deuxième trouvaille de Deir el Bahari_, I,
p. _29_).]

Nous ne savons que bien peu de chose du règne des deux successeurs
immédiats de Rà; il y a d'abord son fils Shou, l'atmosphère, le soutien
du ciel, qui finit sa carrière de roi en remontant au séjour des dieux
pendant une tempête terrible, puis son petit-fils Qeb, le dieu-terre,
sur lequel nous n'avons que des mythes obscurs et d'un intérêt des plus
médiocres. Ces deux rois-dieux, dont le rôle est très effacé, semblent
représenter une période de transition pendant laquelle l'humanité se
reconstitue après un bouleversement comme celui par lequel elle avait
passé. C'était au troisième successeur de Rà, monté sur le trône après
que Qeb fut rentré dans son palais pour devenir dieu à son tour, c'était
à Osiris que devait appartenir la tâche glorieuse de faire passer le
genre humain de l'état barbare et sauvage à un état de stabilité
relative, de faire franchir, non seulement à l'Egypte, mais même au
monde entier, la première grande étape de la civilisation.

_Osiris et son cycle_

Fils aîné de Queb, le dieu-terre, et de Nouït la déesse-ciel Osiris
personnifie en même temps la végétation, la nature fertile de l'Egypte
et l'eau vivificatrice du Nil. De même que le fleuve répand
continuellement la richesse sur l'Egypte, Osiris, à peine sur le trône,
met tous ses efforts à améliorer la condition des hommes; ces sauvages
qui vivaient isolés, en lutte perpétuelle les uns avec les autres, il
les groupe, forme des tribus, des états, fonde des villes; à ces hommes
qui trouvaient péniblement une maigre subsistance dans la chasse et les
produits naturels du sol, il enseigne l'agriculture, il leur donne les
instruments de labour, il leur montre la manière de cultiver les
céréales et la vigne, bref il les fixe au sol et leur fournit les
moyens, non seulement d'y vivre, mais de s'y développer. A côté de lui,
sa soeur Isis, qui est en même temps sa femme, le seconde admirablement
dans son oeuvre, et mérite que son nom soit resté inséparable de celui
de son mari: pendant que celui-ci établit l'état et la cité, elle
constitue la famille, en instituant les liens du mariage; elle
déshabitue les hommes de l'anthropophagie et leur apprend à moudre le
grain entre deux pierres et à en faire du pain; elle leur donne, avec le
métier à tisser, les moyens de se vêtir, et emploie pour soulager leurs
maux la médecine et la magie. Osiris institua encore le culte des dieux,
régla les cérémonies et les liturgies, puis voyant le résultat obtenu
par toutes ses innovations, il résolut de répandre ailleurs qu'en Egypte
les bienfaits de la civilisation; il remit la régence à Isis et partit à
la conquête du monde, conquête toute pacifique où il se soumettait les
hommes par la persuasion et la douceur, voyage triomphal semblable à
celui du Dionysos grec, à la suite duquel l'ordre et la richesse
s'établissaient dans tous les pays.

[Illustration: _Fig. 10._ Osiris et Isis (d'après BUDGE. _Pap. of Ani_,
pl. XXX).]

Le dieu Set, auquel les Grecs ont donné le nom de Typhon, le propre
frère d'Osiris, forme avec lui le contraste le plus absolu; on peut même
dire qu'il en est l'exacte contre-partie: il représente non plus la
terre fertile, mais le désert aride et brûlant, l'esprit barbare et
sauvage à côté du génie bienfaisant, la réaction brutale cherchant à
renverser les progrès de la civilisation. Tôt ou tard la guerre devait
éclater entre deux êtres aussi dissemblables; en effet Set le rouge,
jaloux de la gloire bien méritée que s'était acquise son frère jumeau,
sans se révolter ouvertement contre lui, combina avec grand soin un
piège perfide dans lequel Osiris tomba sans défiance: il l'enferma dans
un coffre de bois et le jeta à la mer où il fut dévoré par les poissons,
morceau par morceau, puis le meurtrier s'assit sur le trône de son
frère, sans que personne songeât, au premier moment, à lui faire
opposition.

Accompagnée de quelques dieux qui lui étaient restés fidèles, Thot et
Anubis en particulier, Isis s'enfuit et se réfugia dans les îles
marécageuses situées à l'extrême nord du Delta, puis elle entreprit de
longues et patientes recherches pour retrouver les restes de son mari
qu'elle espérait, en magicienne experte, faire revenir à la vie. Peu à
peu elle finit par en rassembler tous les morceaux, sauf un, qui avait
été dévoré par le poisson oxyrhinque, et réussit à reconstituer son
corps; malgré tous ses efforts, elle ne put le rappeler à la vie, mais
elle obtint au moins une compensation, celle d'être fécondée par lui et
de mettre au monde un fils, qui devait devenir le vengeur de son père et
le continuateur de l'oeuvre interrompue par le crime de Set. Le petit
Horus grandit, soigneusement caché par Isis dans ses marais
impénétrables, et son premier soin, dès qu'il eut dépassé l'âge de
l'enfance, fut de rendre à son père les derniers devoirs; aidé d'Anubis,
il embauma le corps dont il fit la première momie, et institua les rites
funéraires qui devaient assurer au mort la vie d'outre-tombe.

Osiris était le premier roi qui eût été atteint par la mort, tandis que
ses prédécesseurs étaient devenus dieux, de rois qu'ils étaient, sans
cette brutale transition; grâce à la momification et surtout aux
cérémonies qu'Horus lui consacra, il put enfin être déifié à son tour et
jouir d'une vie nouvelle dans le séjour des morts où il était descendu;
comme il avait été roi sur la terre il devint roi dans les enfers qu'il
réussit à transformer, de même qu'il avait transformé le monde des
vivants; son domaine particulier, les champs d'Ialou et les champs
d'Hotpou, devint par ses soins un pays fertile et bien arrosé, au lieu
d'être une sombre caverne, où le soleil de nuit vient à peine jeter
pendant de fugitifs instants quelques rayons de lumière; c'est dans ce
quartier privilégié de l'autre monde qu'Osiris reçoit ses féaux, les
morts, qui viennent se présenter devant son tribunal, prémunis contre la
damnation éternelle par les rites institués par Horus, et qui peuvent
dès lors jouir d'une vie nouvelle, à peu près semblable à celle de la
terre.

[Illustration: _Fig. 11._ Anubis embaumeur (d'après BUDGE. _Pap. of
Ani_, pl. XXXIV).]

Tandis qu'il grandissait dans sa retraite, Horus se préparait à la lutte
à outrance contre l'usurpateur: dès qu'il se sentit en force, il fondit
sur lui avec impétuosité, escorté de ses fidèles, et fut tout de suite
favorisé par le succès. Set, battu à plusieurs reprises, eut beau
chercher à se sauver en se transformant, ainsi que ses compagnons, en
monstres de toute sorte, tels qu'hippopotames ou crocodiles, il allait
être anéanti définitivement, quand l'attitude équivoque d'Isis vint lui
apporter un secours inespéré. La déesse, prise de pitié au dernier
moment pour son ennemi et se souvenant qu'il était son frère, s'opposa à
son écrasement, si bien qu'Horus, furieux contre sa mère, lui trancha la
tête, ce à quoi, du reste, Thot remédia immédiatement en la remplaçant
par une tête de vache. Tout eût été à recommencer entre les deux rivaux
si Thot, s'instituant arbitre de la question, n'eût partagé le royaume
en deux moitiés, dont il donna l'une à Horus, l'autre à Set.

[Illustration: _Fig. 12._ Set et Horus réunissant les deux parties du
pays sous l'autorité du roi (d'ap. GAUTIER-JÉQUIER. _Fouilles de Licht_,
p. _37_).]

J'ai cru devoir ne donner qu'un rapide résumé de cette partie de la
légende qui en réalité, est beaucoup plus compliquée, étant le résultat
d'une combinaison plus ou moins heureuse de deux mythes très différents
l'un de l'autre et qui sont sans doute originaires, l'un de la Haute
Egypte, l'autre du Delta. Le fils d'Isis et d'Osiris n'est en effet pas
le seul à porter le nom d'Horus, et on trouve dans le panthéon égyptien
une vingtaine d'Horus, sinon plus, d'origines très diverses. Il s'était
formé autour d'un des plus importants d'entre eux, l'Horus d'Edfou, Hor
Behoudit, divinité solaire, un mythe spécial qui raconte les péripéties
d'une lutte analogue engagée avec un dieu du nord, nommé également Set.
Nous avons donc, à côté du récit presque mythologique de la lutte
perpétuelle du fleuve fécondant l'Egypte contre les empiètements de
l'élément désertique qui peut être vaincu, mais non désarmé, une
tradition toute différente qui a pour base les combats entre le sud et
le nord, entre la population indigène et une tribu d'origine étrangère,
mais de même race, qui cherchait à se fixer dans le pays, ces combats
qui durèrent jusqu'au moment où Ménès réunit sous son sceptre toute la
vallée du Nil. La conclusion même de l'histoire montre bien cette
divergence d'origine, car si selon la légende osirienne, Thot donna à
Horus le royaume du nord et à Set celui du sud, c'est justement le
contraire que dit celle d'Edfou, où Horus devient roi de la
Haute-Egypte, et Set roi du Delta. Cela explique aussi que le dieu Set,
résultat d'une combinaison très ancienne de deux divinités absolument
différentes d'origine, ait été, aux temps historiques, soit considéré
comme un des grands dieux, placé à côté d'Horus et vénéré en
conséquence, soit exécré comme un génie du mal, suivant qu'on le
rattachait à l'un ou à l'autre des deux mythes.

Horus, le dieu à tête de faucon ou d'épervier, est devenu aux époques
historiques le protecteur tout spécial de la royauté égyptienne; le
Pharaon se considère comme son descendant direct, comme son remplaçant
sur la terre, et pour mieux affirmer cette relation intime avec le dieu,
le roi fait toujours précéder le premier de ses noms, dans son
protocole officiel, par le nom même du dieu, devenu un titre. Pour
s'expliquer cette conception du roi comme nouvel Horus, il faut se
reporter à l'organisation primitive de l'Egypte à l'époque
préhistorique, à sa division en tribus, qui sera étudiée plus loin; pour
le moment, il suffira de rappeler que le plus important de ces groupes
ethniques, celui qui assura peu à peu sa prépondérance sur les autres,
celui d'où sortirent les premiers rois d'Egypte, était précisément celui
qui avait pour emblème le faucon, emblème qui finit par se transformer
en dieu Horus. Nous aurions alors simplement dans le mythe de l'Horus
d'Edfou le récit légendaire de l'expansion progressive du clan du
faucon, mythe qui plus tard se serait greffé, par suite de la similitude
des noms, sur l'épilogue de la légende osirienne.

Les compagnons de l'Horus d'Edfou, ses principaux auxiliaires dans ses
luttes contre Set, sont nommés les _Masniti_,--d'un mot qui signifie
modeleur, ouvrier en métaux, aussi bien que piquier--qui sont artisans
autant que guerriers; le dieu lui-même est armé d'une lance invincible,
d'un épieu supérieur aux armes de ses adversaires, et qui lui assure la
victoire. Ces données me paraissent être un souvenir de la découverte
des métaux ou tout au moins de leur introduction en Egypte; c'est la
tribu horienne qui les aurait connus la première et qui, par leur
possession, se serait assuré la suprématie sur tout le pays. Dans le
mythe parallèle d'Horus fils d'Isis, on ne trouve aucune donnée sur ce
sujet.

La liste que donne Manéthon des rois-dieux, s'arrête à Horus fils
d'Isis; il se borne à ajouter que la dynastie continua jusqu'à Bidis,
personnage qui nous est entièrement inconnu, pendant une somme totale de
13.900 ans. Le papyrus de Turin était plus explicite, il indiquait pour
chaque roi les années de son règne, et nous pouvons encore reconnaître,
sur les fragments conservés, que Set occupa le trône pendant 200 ans, et
Horus pendant 300 ans; puis venait Thot, qui régna 3.126 ans, et auquel
succédait la déesse Maït, puis un nouvel Horus, dont la fin du nom est
perdue. Avec Thot, le dieu des sciences et des lettres, on ne sort pas
du mythe osirien, puisque nous le connaissons comme un des plus fermes
soutiens d'Osiris lui-même pendant son règne, comme son assesseur au
tribunal des enfers et comme l'arbitre entre Horus et Set, à la fin de
la lutte. Ce règne de Thot n'a laissé aucune trace, mais il est à
présumer, étant donné le caractère même de ce dieu, qu'il eut à
continuer l'oeuvre de civilisation et surtout d'organisation et
d'administration commencée par Osiris, interrompue par Set et rétablie
par Horus. Le nom seul de Maït, déesse de la justice, parèdre de Thot,
qui lui succède en qualité de roi d'Egypte, montre clairement qu'il
s'agissait toujours de cette oeuvre de perfectionnement, moral autant
que matériel, de l'humanité.


B. LES DYNASTIES DES DEMI-DIEUX ET DES MANES

Après cette période divine, qui est celle de la constitution du pays, il
en vient une autre qui paraît n'avoir pas été moins longue, mais qui a
un caractère diffèrent: ici on ne trouve plus une série bien nette de
rois-dieux ayant chacun sa personnalité marquée, mais des groupes
d'êtres dont le rôle nous échappe aussi bien que le nom, et dont les
Egyptiens eux-mêmes n'avaient gardé qu'un souvenir vague, des demi-dieux
d'abord, puis de simples hommes, qui peuvent se répartir en cinq
dynasties, au dire de Manéthon; les fragments de Turin confirment en une
certaine mesure son témoignage.

La première de ces dynasties mythiques, qui suivit immédiatement celle
des dieux, se composait de demi-dieux qui régnèrent 1.255 ans en tout;
les Egyptiens avaient conservé de ces souverains une liste qui était
inscrite au papyrus de Turin, mais qui, à part un ou deux signes, a
disparu entièrement aujourd'hui; cette liste devait se trouver aussi
dans le livre original de Manéthon, mais les copistes ne nous l'ont pas
transmise de façon très claire; les _Excerpta Barbari_ en ont conservé
le premier nom, celui d'Anubis, et par là nous voyons que cette dynastie
de demi-dieux se rattachait directement au cycle osirien, Anubis étant
un fils d'Osiris et de Nephthys, son autre soeur, bien que celle-ci fût
en réalité la femme de Set.

La liste de neuf dieux, telle que nous la trouvons dans la copie de
Georges le Syncelle, paraît très corrompue, et elle contient des
répétitions de noms de divinités figurant déjà dans la première dynastie
et qui sont extrêmement douteux: on peut reconnaître en effet, à travers
les formes grecques de ces noms, Horus fils d'Isis, Anhour, Anubis,
Khonsou, Horus d'Edfou, Ammon, Thot, Shou et Ammon-Rà, ce dernier
revenant donc deux fois dans la même série. Ce chiffre de neuf dieux
nous montre tout au moins que cette dynastie formait, comme la première,
une ennéade, calquée sans doute sur la deuxième ennéade des dieux
héliopolitains, que nous connaissons très peu.

Ici je crois devoir intervertir l'ordre donné par Manéthon d'après la
copie d'Eusèbe, qui place, après trois dynasties de rois-hommes, un
groupe de mânes et de demi-dieux ayant régné ensemble pendant 5.813 ans;
outre qu'il serait peu naturel de voir des êtres divins ou tout au moins
semi-divins succéder à des hommes, nous voyons très clairement dans les
fragments de Turin que ce sont ces derniers qui précédèrent
immédiatement Ménès. La place normale de ces mânes semble donc être
après la première dynastie des demi-dieux. On a reconnu dans ces
_Nekyes_ ou mânes les _Khouou_ des textes religieux égyptiens, divinités
secondaires qui constituent la troisième ennéade héliopolitaine, d'abord
les quatre génies funéraires, les Enfants d'Horus, Amset, Hapi,
Douamoutef et Kebhsenouf, puis un autre Horus, Khent-Khiti, et ses
quatre fils.

Après les dynasties divines et semi-divines, calquées sur le modèle des
trois cycles de dieux héliopolitains, et qui servent en quelque sorte de
cadre aux souvenirs relatifs à ces époques très anciennes, Manéthon en
énumère trois autres qui sont composées de rois d'une essence plus
rapprochée de la nôtre, et considérés sans doute comme de simples
hommes: d'abord ce sont des rois dont il n'indique ni l'origine ni le
nombre et qui régnèrent en tout 1.817 ans, puis trente rois memphites,
pendant 1.790 ans et enfin dix rois thinites, dont les règnes successifs
durèrent 350 ans. Au papyrus de Turin, la division de cette période
était un peu différente, et dans le fragment qui s'y rapporte, on peut
reconnaître qu'il avait parlé de six dynasties au moins; les noms des
rois n'étaient pas donnés, mais seulement la mention qu'ils s'étaient
succédé de père en fils et que parmi eux se trouvaient sept femmes ayant
régné; les chiffres, donnant la somme des années de chaque dynastie,
sont trop mutilés pour que nous puissions en tenir compte.


C. LA CHRONIQUE LÉGENDAIRE

En résumé, toute cette période fabuleuse se divisait en plusieurs
époques, celle des dieux cosmogoniques et organisateurs de l'humanité,
celle des demi-dieux dont le rôle très effacé a plutôt un caractère
transitoire, et enfin celle des hommes-rois; pour les Egyptiens
eux-mêmes, les souverains à partir de la IIme dynastie, donc les
demi-dieux, les mânes et les hommes formaient un seul grand groupe,
celui des _Shesou-Hor_, ou suivants d'Horus, auxquels Manéthon attribue
une durée totale de règne de 11.000 ans, tandis que les dieux eux-mêmes
auraient occupé le trône pendant 13.900 ans. Cela donnerait pour tous
les rois antérieurs à Ménès une somme de 24.900 ans, chiffre qui
paraissait très exagéré à Eusèbe, aussi préférait-il adopter
l'explication de Panodore, que ces années n'étaient autres que des
années lunaires de 30 jours, des mois, ce qui réduisait donc la durée
des rois mythiques à 2.206 ans. Cette interprétation fantaisiste est du
reste dénuée de tout fondement, et l'on voit qu'au papyrus de Turin il
s'agit bien d'années ordinaires, d'années solaires; si les chiffres ne
sont pas ici exactement les mêmes que ceux de Manéthon, ils leur
correspondent dans les grandes lignes. La somme totale des règnes est en
effet ici de 23.200 ans au lieu de 24.900, et sur des chiffres pareils
l'écart n'est pas très considérable; pour la période des Shesou-Hor, le
papyrus compte 13.420 ans, chiffre équivalant à peu près à celui que
donne Manéthon pour les dieux, et il est possible qu'il y ait eu une
interversion dans un des documents qu'il avait entre les mains. La
question a du reste peu d'importance pour nous, puisqu'il s'agit de
chiffres absolument fantaisistes.

Les Egyptiens avaient donc au sujet de leurs origines une tradition qui
nous paraît simple et pleine de renseignements précis, si nous la
comparons à celles des autres peuples, souvent remplie de détails
charmants et inutiles, de digressions qui nuisent à la clarté de
l'ensemble, et font perdre facilement le fil conducteur. Ici c'est une
légende pour ainsi dire quintessenciée, prenant le monde à ses débuts,
l'humanité à sa création même, la suivant à travers les grandes
commotions géologiques qui bouleversèrent la vallée du Nil avant le
début de l'histoire. Nous pouvons, en coordonnant ces traditions, suivre
les progrès, le travail lent, mais sûr, de la civilisation que les
réactions brutales ne peuvent anéantir. Au commencement, ce sont les
dieux qui dirigent le mouvement progressif de l'humanité qu'ils ont
eux-mêmes mis en branle, puis peu à peu ils s'effacent, passant la main
à des êtres moins sublimes, moins éloignés par leur nature même de la
race qu'ils ont à gouverner, et enfin à de vrais hommes, arrachés
définitivement à la sauvagerie primitive et capables en une certaine
mesure, après des milliers d'années d'efforts, de s'affranchir de la
tutelle directe des dieux. Ces débuts des hommes furent obscurs et sans
doute difficiles, et il fallut encore de longs siècles avant que l'un
d'entre eux pût saisir d'une main ferme les rênes du pouvoir et donner à
l'Egypte cette puissante organisation qui devait durer plus longtemps
que celle d'aucun autre pays. Les rois locaux antérieurs à Ménès n'ont
pas laissé de traces dans l'histoire, mais il est possible qu'un certain
nombre de leurs noms aient été conservés: en effet, au premier registre
de la pierre de Palerme, on voit représentés toute une série de
personnages portant la couronne rouge, l'insigne des rois de la Basse
Egypte, au-dessus desquels sont gravés quelques signes qui peuvent fort
bien être des noms, mais des noms bizarres qui ne ressemblent guère aux
noms égyptiens ordinaires. Seka, Khaaou, Taou, Tesh, Neheb, Ouazand,
Mekha. Ce serait le seul document précis relatif à la fin de la période
légendaire, à ces rois memphites dont parle Manéthon. Quant aux rois de
la Haute Egypte, leurs compétiteurs, peut-être devons-nous en
reconnaître quelques-uns parmi les monuments d'Abydos qu'on attribue
généralement à la Ire dynastie: il s'y trouve en effet quelques noms de
rois difficiles à lire et à identifier et qui peuvent appartenir à
certains des prédécesseurs immédiats de Ménès.

[Illustration: _Fig. 13._ Les enfants d'Horus (d'après BUDGE. _Pap. of
Ani_, pl. VIII).]



[Illustration: _Fig. 14._ Poignard en silex (d'après J. de MORGAN.
_Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _174_).]



CHAPITRE III

L'ÉGYPTE ARCHAÏQUE


Les grands travaux exécutés dans la vallée du Nil au cours du siècle
dernier avaient amené la découverte d'un tel nombre de monuments datant
des époques historiques, édifices, sculptures, peintures, objets d'art,
inscriptions, instruments de toute sorte, que l'attention des
égyptologues devait nécessairement se concentrer sur ces restes
pharaoniques et ne pas aller chercher plus loin des documents dont,
malgré leur abondance considérable, on connaissait à peine l'existence
et dont surtout on ne pouvait encore soupçonner la valeur. On se
contentait de relever les grands monuments apparents, temples ou
tombeaux, de fouiller des nécropoles riches et le plus souvent bien
connues, on ne se livrait pas encore à une exploration méthodique du
pays et l'on n'accordait aucune attention à des objets sans grande
apparence, les silex taillés, que dans d'autres contrées on recueille
avec tant de soin et qu'ici on ne se donnait même pas la peine de
ramasser. Il est vrai cependant que des archéologues, comme Arcelin et
le Dr Hamy, au cours d'un voyage dans la vallée du Nil, en avaient réuni
un certain nombre et avaient cru pouvoir parler du préhistorique
égyptien et d'un âge de la pierre, d'après ces documents qui étaient du
reste trop insuffisants pour qu'on pût en tirer des conclusions
sérieuses; les égyptologues n'eurent donc pas de peine à leur prouver de
la façon la plus péremptoire que ces instruments n'avaient rien de
préhistorique: n'avait-on pas, en effet, trouvé des silex taillés dans
des tombes de la XIIme dynastie?

La question semblait donc jugée et, si invraisemblable que cela paraisse
maintenant, on croyait qu'il n'existait en Egypte aucun monument, aucun
objet datant d'une époque antérieure à celle du fabuleux Ménès: les deux
premières dynasties humaines n'ayant laissé aucune trace autrement que
dans la tradition, à plus forte raison la période qui les précédait
devait-elle rester à jamais inconnue. On devait cependant admettre que
dans un pays où tout se conserve, comme l'Egypte, il eût été naturel
qu'on retrouvât quelque chose au moins des débuts d'une civilisation
aussi originale, et on en était venu, pour expliquer en une certaine
mesure cette lacune apparente, à émettre l'hypothèse que les ancêtres
directs des Egyptiens avaient pu se développer ailleurs, dans le
Bahr-bela-mà, par exemple, le fleuve sans eau, une vallée du désert
libyque, ou bien dans le pays des Somâlis ou plus loin encore. Par
conséquent, et malgré les affirmations catégoriques des Egyptiens
d'époque historique, la civilisation égyptienne ne pouvait être
autochtone: une lacune insondable devait précéder l'histoire, il ne
pouvait être question de paléolithique ni de néolithique, l'Egypte
n'avait jamais connu l'âge de la pierre, et tout au plus pouvait-on
considérer les premières dynasties comme appartenant à la période du
bronze.

On en était là quand, vers 1896, cette théorie simpliste reçut de
plusieurs côtés à la fois un choc qui devait non seulement l'ébranler,
mais l'enterrer à tout jamais. A ce moment, des fouilles entreprises
dans des endroits encore inexplorés vinrent révéler à MM. Petrie et
Amélineau l'existence de civilisations très différentes de celles qu'on
connaissait, tandis que les recherches plus méthodiques de M. de Morgan
l'amenaient à la certitude qu'il s'agissait là d'une révélation
inattendue, celle du préhistorique égyptien auquel personne ne voulait
croire. Du même coup l'on voyait réapparaître les premiers habitants du
pays avec leurs armes de silex, leur céramique très particulière, leurs
tombeaux et même leurs villages, et les rois des deux dynasties encore
inconnues, avec le métal et les premiers monuments de l'écriture
hiéroglyphique. Les preuves étaient si évidentes qu'en peu de temps tous
les égyptologues se rallièrent aux nouvelles théories établies par M. de
Morgan, les confirmèrent et les complétèrent par d'autres recherches, si
bien que maintenant on peut se rendre compte de façon à peu près
certaine de ce qu'étaient les plus anciens occupants de la vallée du
Nil.


L'époque préhistorique ne se présente pas en Egypte, comme dans nos pays
européens, avec des divisions nettement marquées qui sont caractérisées
par les procédés employés dans la fabrication des armes et des outils et
par la forme même de ces derniers. A peine peut-on faire un groupe
distinct pour les instruments les plus anciens et les plus
rudimentaires, qui correspondent à peu près comme type et comme taille
à notre Chelléen, mais à partir de cette époque très reculée, tous les
silex présentent à peu de chose près le même caractère: si nous les
comparons aux silex européens, ils pourraient se ranger aussi bien dans
les séries paléolithiques que dans le néolithique. Les noms de
Moustérien, Solutréen, Magdalénien, qui s'appliquent chez nous à des
périodes bien définies, très différentes les unes des autres, ne
correspondent à rien en Egypte, et leur emploi n'aurait aucune raison
d'être pour tout ce qui concerne les origines de ce pays.

Si donc nous mettons à part une première période, celle du paléolithique
proprement dit, une civilisation qui a dû être interrompue brusquement
par un cataclysme quelconque, nous trouvons ensuite des séries de
monuments préhistoriques qui, malgré leur grande variété, présentent une
parfaite homogénéité. Les seules différences que nous pouvons remarquer
dans la fabrication des outils de pierre sont de nature purement locale,
ainsi les silex du Fayoum ne sont pas les mêmes que ceux de Negadah, pas
plus que ceux d'Hélouan ne ressemblent à ceux d'Abydos ou d'autres
endroits, mais il n'y a pas lieu de tirer de ce fait des conclusions au
point de vue chronologique, car rien ne peut faire croire que les uns
soient antérieurs aux autres. Les ateliers employaient des procédés
légèrement différents, et surtout des modèles qui variaient d'un endroit
à l'autre; les uns, dans les lieux où les habitants se livraient
principalement à la chasse ou à la pêche, faisaient surtout des armes,
couteaux, pointes de lances, de javelots ou de flèches, tandis que les
autres, dans les centres agricoles, fabriquaient plutôt des outils, mais
ces différences sont de nature géographique et non historique, et on ne
peut en tenir compte pour scinder la période quaternaire en un plus ou
moins grand nombre d'époques distinctes.

L'évolution de la céramique, chez les peuples primitifs, suit toujours
une marche parallèle à celle des instruments de pierre, et l'on peut,
par ce moyen, contrôler les conclusions fournies au point de vue
historique par l'étude de la forme et des procédés de fabrication des
silex. Il en est de même en Egypte, c'est-à-dire que dans le domaine de
la céramique archaïque, on remarque bien un développement, un progrès,
mais cette transformation est lente, graduelle, sans secousses. Les
anciens modèles cèdent la place à de nouveaux, mais pas de façon
brusque; ils coexistent pendant longtemps et se retrouvent les uns à
côté des autres dans les mêmes tombes. On peut arriver à constater que
tel type est plus ancien que tel autre, on ne peut dire qu'il
caractérise une époque ou une phase de la civilisation préhistorique. La
céramique égyptienne est du reste tout à fait spéciale et très
différente de toutes celles qu'on rencontre en Europe aux époques
primitives, aussi n'y retrouve-t-on aucun des caractères spécifiques qui
permettent aux préhistoriens de classer ces dernières: les potiers
égyptiens avaient poussé cet art à un haut degré de perfection dès les
plus anciens temps, et nous leur devons des séries très variées, tant au
point de vue de la technique que de la forme et de la décoration.

La céramique, qui est un des éléments les plus importants pour la
classification des restes préhistoriques, ne donne donc lieu ici à aucun
rapprochement, et nous devons nous en tenir aux données que nous
fournissent les armes et les outils de pierre; or nous avons vu que tous
ces objets sont en pierre taillée et qu'ils se rattachent, pour les
formes comme pour les procédés de taille à nos instruments
paléolithiques et néolithiques en silex, tout spécialement aux types du
Solutréen et du Moustérien. Ce qui caractérise chez nous la période
néolithique, l'âge de la pierre polie, manque absolument en Egypte: on
a récolté dans ce pays, pendant ces dernières années, des centaines de
mille et peut-être des millions de silex, et dans cette masse énorme on
aurait peine à trouver cent haches polies, ou autres outils pouvant
rentrer dans la même catégorie. Nous ne constatons cependant aucune
solution de continuité entre la période dite préhistorique et celle des
débuts de l'histoire, aussi pouvons-nous dire avec certitude que non
seulement il n'y a pas de divisions spéciales à établir dans l'époque
paléolithique, mais qu'il n'y a même pas lieu de distinguer celle-ci de
l'âge néolithique. Si donc nous devions conserver ces deux noms qui ont
une certaine valeur pratique pour la classification, il faudrait leur
donner, pour tout ce qui concerne l'Egypte, un sens un peu différent de
celui qu'ils ont pour l'Europe, réserver le mot paléolithique aux objets
les plus anciens, à ceux qui pour la forme et la facture se rapprochent
du chelléen, et ranger tout le reste dans l'âge néolithique ou même
plutôt énéolithique qui précède immédiatement l'âge historique.

Dans nos pays septentrionaux, où le développement des peuples suivit une
marche toute différente, on range encore dans le préhistorique la
période des métaux et l'on fait succéder l'âge du cuivre, l'âge du
bronze, puis l'âge du fer, à celui de la pierre. Ici il n'y a aucune
distinction semblable à établir puisque les dynasties thinites suivent
immédiatement l'âge de la pierre, sans aucune transition apparente: les
Egyptiens prédynastiques sont déjà en possession des métaux, ou tout au
moins du cuivre qu'ils emploient presque sans alliage et qu'ils arrivent
peu à peu à travailler avec la plus grande habileté, en même temps
qu'ils poussent l'industrie du silex à un degré de perfection qui ne fut
atteint en aucun endroit du monde. C'est donc au cours de l'époque
précédant immédiatement l'histoire que les Egyptiens apprirent à
connaître le cuivre, dont l'usage ne remplaça que très lentement celui
de la pierre taillée; c'est aussi tout à fait graduellement que les
métallurgistes arrivèrent à doser les alliages grâce auxquels ils
devaient obtenir le bronze, très supérieur au cuivre pur. Quant au fer,
nous n'avons aucun document qui nous permette de fixer l'époque à
laquelle il fut introduit dans la vallée du Nil. Il n'y a donc en Egypte
ni âge du cuivre, ni âge du bronze, ni âge du fer, à proprement parler:
la première de ces trois divisions se confond avec la période
prédynastique, et les deux autres, qui ne sont pas nettement
caractérisées, appartiennent à l'époque historique.

Ménès, le fondateur de la monarchie pharaonique, symbolise pour nous le
début d'une civilisation nouvelle, l'organisation définitive du pays, et
les premiers documents écrits qui paraissent à ce moment-là, montrent
bien qu'une ère nouvelle commence. La transformation ne s'opéra
cependant pas d'une façon subite dans tous les domaines, elle se fit
graduellement, lentement, comme dans les périodes précédentes, car
l'Egypte a toujours été et sera sans doute toujours le pays le moins
révolutionnaire qu'il y ait au monde. Dans la vie civile surtout, que
nous connaissons fort bien, puisque une grande quantité d'objets de
toute sorte nous sont parvenus, le progrès est presque insensible, la
céramique est à peu près la même qu'auparavant, à peine un peu détrônée
par l'usage toujours plus répandu des vases de pierre, et l'on devait
continuer pendant de longs siècles encore à fabriquer des armes et des
outils en silex, bien qu'on connût déjà fort bien les instruments de
métal, dont la supériorité était évidente. Enfin, si les rois et les
grands personnages commencent à se faire construire des tombeaux
monumentaux et adoptent des coutumes funéraires plus compliquées, les
populations rurales continuent à creuser à la limite des sables du
désert de petites fosses pour leurs morts, qu'ils ensevelissent
accroupis et couchés sur le côté, ou démembrés complètement, avec le
même mobilier funéraire que par le passé.

J'ai employé jusqu'ici, pour désigner les âges primitifs de l'Egypte, le
mot de préhistorique, mais, en ce qui concerne ce pays, ce mot a une
signification trop précise et indique une scission trop nette avec le
temps où commence l'histoire proprement dite; or, comme nous l'avons vu,
cette scission n'existe pas en Egypte. Le terme d'âge de pierre ne
convient pas non plus, puisque l'emploi des instruments de silex est
encore constant sous les premières dynasties et se perpétue jusqu'au
Moyen Empire. J'adopterai donc dorénavant un terme plus élastique et
dont le sens est néanmoins très clair, celui de _période archaïque_,
qu'on emploie maintenant de préférence, et je diviserai cette période en
deux groupes comprenant, l'un, les âges les plus anciens, l'_éolithique_
et le _paléolithique_, l'autre, l'époque beaucoup plus connue, précédant
immédiatement les dynasties, et qu'on peut appeler _prédynastique_.


_I. PALÉOLITHIQUE_

Les vestiges des tout premiers habitants de l'Egypte sont rares et
incertains. La tendance actuelle est de rechercher partout la trace de
l'homme tertiaire; à défaut de preuves absolument convaincantes de son
existence, comme le serait la découverte d'un squelette dans une couche
géologique appartenant à cette période, on voudrait retrouver des
indices de son activité sur la terre, aussi a-t-on créé la classe des
_éolithes_, les instruments de l'homme antérieur à l'âge paléolithique.
Ces éolithes sont de simples galets de silex ou des éclats accidentels
sur lesquels on remarque ou croit remarquer des traces d'usage, et qui
auraient été les premiers instruments de l'homme alors qu'il ne savait
pas encore tailler la pierre et devait se contenter des éclats naturels,
plus ou moins appropriés à ses besoins, qu'il trouvait sur le sol. Ce
n'est pas ici le lieu de discuter cette théorie toute générale, qui est
encore très sujette à controverse; nous nous bornerons à constater
qu'elle a aussi été appliquée à l'Egypte et qu'on a recueilli dans ce
pays un certain nombre d'échantillons de ces éolithes qui ont évidemment
pu être employés par des hommes encore à l'état de sauvagerie, comme
marteaux, grattoirs ou couteaux, bien que rien ne le prouve de façon
absolue.

[Illustration: _Fig. 15-18._ Instruments paléolithiques (d'après J. de
MORGAN. _Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _17_, _24_,
_20_, _31_).]

Les silex taillés du type chelléen se retrouvent non seulement en
Europe, mais un peu partout, en Palestine, aux Indes, chez les Touaregs;
on en rencontre aussi en Egypte, sinon en grande abondance, du moins
assez fréquemment. L'objet le plus caractéristique de cette époque est,
ici comme dans les autres gisements, le coup-de-poing, un grand galet de
silex amygdaloïde, sur lequel on a enlevé par percussion de gros éclats,
de manière qu'une des extrémités forme une pointe plus ou moins
prononcée, tandis que l'autre reste arrondie et épaisse, et sert de
poignée. A côté de cet instrument qui en même temps est une arme
dangereuse, on trouve encore des outils plus petits, ayant pu servir de
hachettes ou de racloirs; et surtout des pointes ou poinçons, parfois
très aigus, du même travail un peu rudimentaire, sans retouches fines.

Ces silex se trouvent soit à la surface du sol, sur les plateaux
couronnant les premiers contreforts du désert et au sommet des petits
monticules qui sont situés un peu au-dessous, soit dans les alluvions
entraînées par les pluies jusque dans la vallée, très rarement dans la
zone sablonneuse qui sépare les terres cultivables de la montagne. On en
a découvert depuis les environs de la 1re cataracte jusque près du
Caire, ainsi que sur les routes qui conduisent à travers le désert vers
les oasis, et enfin, ce qui est plus important au point de vue de la
date, dans les alluvions très anciennes, contemporaines du commencement
de l'époque quaternaire, qui est en effet le moment où l'on place l'âge
chelléen. D'après la position où ont été trouvés ces silex, on pourrait
conclure que les Egyptiens primitifs habitaient de préférence, non pas
dans la vallée même, mais sur les monticules avoisinants et sur la crête
des montagnes peu élevées qui bordent le désert. Nulle part on ne voit
de traces d'habitations construites; ils devaient donc vivre soit en
plein air, soit sous de légers abris en branchages. C'est sur ces
plateaux, où les indigènes trouvaient en abondance les rognons de silex
qui servaient à la fabrication de leurs outils, qu'ils établissaient
leurs ateliers de taille: ainsi le plateau qui sépare la Vallée des Rois
du cirque de Deir-el-Bahari, en face de Louxor, où l'on trouve encore en
quantité des éclats n'ayant sans doute jamais servi et qui doivent être
considérés comme des déchets de fabrication. La réalité est sans doute
un peu différente, et si nous ne sommes pas mieux renseignés sur cette
population primitive, sur son habitat et ses coutumes funéraires, c'est
pour la raison qu'elle est antérieure à un de ces bouleversements
géologiques qui dévastèrent et dépeuplèrent une partie du monde et qui
sont restés célèbres dans la tradition sous le nom de Déluge. L'Egypte
en particulier fut atteinte, la vallée fut entièrement submergée pendant
une période dont nous ne pouvons évaluer la durée et toute trace
d'occupation humaine fut effacée; les hauts plateaux stériles et le
désert émergeaient encore, mais nous ne savons si quelques restes de la
population purent s'y maintenir pour former le noyau de la race
égyptienne prédynastique, ou si celle-ci vint d'ailleurs quand la région
redevint habitable.


_II. PRÉDYNASTIQUE_

A. MONUMENTS

Autant cette première période est encore obscure, autant les documents
abondent pour celle qui la suit, et qui, précédant immédiatement
l'époque historique, est souvent désignée par le nom de _prédynastique_.
Ces documents peuvent se classer en trois catégories, dont les données
combinées nous fournissent des renseignements d'ensemble et même de
détail sur l'état de la vallée du Nil avant les Pharaons. Ce sont
d'abord les objets épars à la surface du sol, les silex, puis les
vestiges des établissements humains, monticules de débris où l'on
reconnaît la trace des villages primitifs, et enfin les tombeaux qui
nous donnent, en plus des renseignements anthropologiques, des lots très
considérables de céramique, l'élément le plus important pour la
classification générale. Nous prendrons l'un après l'autre chacun de ces
points avant d'aborder l'ethnographie proprement dite, l'étude de la
race prédynastique et de sa civilisation.

[Illustrations: _Fig. 19-21._ Haches et herminettes en silex (d'après J.
de MORGAN. _Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _91_,
_60_, _73_).]


_Silex_

Les couches sédimentaires qui bordent la vallée du Nil sont extrêmement
riches en rognons de silex, qui atteignent parfois de très grandes
dimensions; sur les plateaux, le sol est couvert de galets de silex,
d'agate et de cornaline. Naturellement la qualité de la pierre varie
suivant les endroits, mais partout elle se prête à la taille et les
premiers habitants du pays avaient sous la main, d'un bout à l'autre du
pays, la matière première de laquelle ils pouvaient tirer leurs armes et
leurs outils. C'est vers le nord de l'Egypte, au Fayoum en particulier,
que le silex est le moins abondant, mais les cailloux du diluvium
peuvent le remplacer, et les indigènes en ont tiré un très bon parti.

[Illustrations: _Fig. 22-25._ Couteaux et grattoirs en silex (d'après J.
de MORGAN. _Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _106_,
_123_, _98_, _153_).]

Quelle que soit la matière employée, qu'il s'agisse du beau silex blond
translucide d'Abydos, du silex brun de Louxor ou du grossier galet du
Fayoum, le procédé de taille est toujours le même, et ne diffère pas de
celui qui a été en usage dans le monde entier. Le _nucleus_, ou noyau
préparé pour l'enlèvement des éclats, s'obtenait d'une façon très
simple: on brisait une partie d'un rognon de silex ou d'un galet, de
manière à déterminer une surface unie servant de plan de frappe, puis on
enlevait des éclats normalement à cette surface, en se servant d'un
percuteur, boule de pierre dure employée comme marteau; les premiers
éclats, portant une partie de la gangue, étaient mis au rebut, et les
suivants employés pour divers usages selon leur forme et leur dimension;
ceux qui étaient longs et minces devenaient des couteaux, ceux qui
étaient épais et larges, des haches ou des herminettes, les petits
donnaient des ciseaux, des poinçons, des pointes de flèches; tous
devaient subir de longues et soigneuses retouches. On travaillait ces
éclats soit par percussion, soit par pression le long des arêtes au
moyen d'un autre silex, et les Egyptiens étaient arrivés très loin dans
cet art et modelaient pour ainsi dire leurs silex au moyen de ces
petites retouches, de manière à leur donner exactement la forme voulue.
A côté de ces instruments, certains éclats, très minces et naturellement
tranchants, pouvaient être utilisés, presque sans retouches, comme
outils, grattoirs ou couteaux.

[Illustrations: _Fig. 26-29._ Pointes de flèches en silex (d'ap. J. de
MORGAN. _Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _176_, _190_,
_181_, _185_).]

On trouve de tout cela dans les gisements de silex égyptiens, sur la
bande sablonneuse qui s'étend d'un bout à l'autre du pays, entre les
terres arrosées et cultivées et les premiers contreforts de la montagne:
d'abord les percuteurs, boules qui ont en général la grosseur d'une
pomme et qui portent des traces très évidentes d'usage, puis les nuclei
à tous les états, depuis celui qui a été mis au rebut après qu'on en eut
détaché quelques éclats seulement, jusqu'à celui qui, complètement
épuisé, n'est plus qu'un petit noyau conique à facettes; ensuite les
éclats eux-mêmes, les uns, informes ou mal venus, rejetés comme
inutilisables, les autres, très tranchants et sans retouches ou
retravaillés seulement à une extrémité; enfin les outils brisés au cours
de la fabrication par suite d'un accident, et ceux qui portent la trace
d'un long emploi ou qui, très usés, ont été retaillés pour pouvoir être
employés de nouveau.

Chaque localité, chaque gisement a pour ainsi dire son propre type, ou
ses types de silex taillés, et l'on ne peut en tirer des conclusions au
point de vue de la classification chronologique; il est possible,
probable même, que dans beaucoup de ces endroits, la fabrication se soit
continuée sans grande modification, pendant des siècles ou des milliers
d'années, comprenant non seulement toute la période archaïque, mais
empiétant aussi sur les époques historiques. Nous aurons l'occasion de
revenir plus loin sur les différents modèles d'outils et d'armes, sur
leurs formes et leur emploi.


_Villages_

Dans les mêmes régions, en bordure de la vallée, à la lisière du désert,
on remarque en certains endroits de légères surélévations qui se
distinguent à peine du sable environnant par une teinte un peu plus
foncée. Quelques coups de pioche suffisent pour constater qu'il y a là
quelque chose de tout à fait analogue à ce que dans nos stations
préhistoriques européennes, celles du Danemark en particulier, on
appelle des _Kjoekkenmoeddings_, ou «débris de cuisine»; ce sont en
effet des vestiges d'établissements humains, datant d'une époque où les
populations étaient déjà plus ou moins sédentaires, mais où elles ne
savaient pas encore construire de vraies maisons: ces restes sont
beaucoup trop importants pour être ceux de simples campements
provisoires et passagers, et contiennent des quantités de détritus qui
ont dû mettre fort longtemps à s'amonceler. D'un autre côté on ne
rencontre pas dans ces monticules de décombres la moindre trace de mur,
ni en pierre, ni en briques crues, ni même en terre pilée: les
constructions devaient donc être très légères, en bois ou même en
branchages, de simples huttes du modèle le plus primitif, suffisantes du
reste dans un climat aussi chaud.

Ces amas de détritus ne renferment guère d'objets en bon état, à part
quelques outils de silex, mais ils nous livrent des renseignements très
importants sur la vie même de ces peuplades de l'Egypte prédynastique;
os d'animaux d'après lesquels on peut, en partie, reconstituer la faune
de l'Egypte à cette époque, excréments de bestiaux montrant qu'on
s'occupait d'élevage, traces de céréales grâce auxquelles nous apprenons
qu'on connaissait déjà l'agriculture. Ces documents qui ont si peu
d'apparence et paraissent négligeables sont donc extrêmement précieux,
puisqu'ils font connaître les occupations ordinaires, la nourriture, la
vie privée des premiers Egyptiens.


_Tombeaux_

Si nous ne connaissons qu'un petit nombre de ces restes de villages,
dont la plupart ont dû entièrement disparaître ou bien sont trop peu
apparents pour qu'on puisse les distinguer, nous avons en revanche une
quantité considérable de sépultures appartenant à la même époque. Ces
tombes ne sont jamais isolées, mais forment des nécropoles plus ou moins
vastes, situées elles aussi au bord du désert, près des terrains
cultivés, donc à proximité immédiate des habitations des vivants: en
effet, chaque fois que nous reconnaissons l'emplacement d'un
kjoekkenmoedding, nous sommes sûrs de trouver à peu de distance,
quelques centaines de mètres à peine, un cimetière qui est
vraisemblablement celui des habitants du village.

[Illustration: _Fig. 30._ Tombeau prédynastique (d'après AYRTON.
_El-Mahasna_, pl. VI, fig. _26_).]

Ces nécropoles d'un type tout spécial ont très longtemps passé
inaperçues et elles semblent en effet, au premier abord, fort difficiles
à reconnaître. C'est avec le jour frisant du soir ou du matin qu'on peut
le mieux distinguer ces groupes de dépressions très légères, à peine
perceptibles en plein soleil, qui sont à la surface plus ou moins
inégale du terrain le seul indice extérieur des tombeaux archaïques. Les
sépultures sont de simples fosses creusées dans les bancs de cailloux
roulés qui s'étendent au pied de la montagne et qui forment un terrain
suffisamment consistant pour qu'il ne fût pas nécessaire de soutenir,
au moyen d'un mur ou d'un enduit, les bords de l'excavation: leur forme
générale est irrégulière, à peu près ovale ou même presque ronde, et
leur profondeur d'un mètre à deux au plus, tandis que l'ouverture
dépasse à peine un mètre cinquante dans sa plus grande dimension. A côté
de celles-là il en existait de plus grandes, à peu près rectangulaires
et atteignant jusqu'à quatre mètres sur deux, sans que la profondeur en
soit augmentée. Après l'ensevelissement, les grandes comme les petites
fosses étaient simplement comblées avec du sable et des galets et se
confondaient avec le terrain environnant; il n'y a jamais la moindre
superstructure, pas même une pierre tombale.

[Illustration: _Fig. 31._ Tombeau prédynastique (d'ap. J. de MORGAN.
_Recherches sur les origines de l'Egypte_, II, fig. _464_).]

Les dimensions des petites tombes, qui sont de beaucoup les plus
nombreuses, ne permettaient pas d'y déposer le mort étendu tout de son
long, comme on le fit plus tard pour les momies aux époques historiques;
les coutumes funéraires étaient en effet très différentes et nous
pouvons distinguer deux stages, deux modes d'ensevelissement qui
semblent correspondre à deux périodes. Dans les plus anciennes
sépultures, le mort est couché sur le côté gauche, dans la position
dite embryonnaire ou assise, c'est-à-dire avec les membres repliés de
manière que les mains se trouvent devant la figure, les genoux à la
hauteur de la poitrine et les pieds près du bassin. Etant donnée
l'orientation des tombeaux, qui du reste n'est pas partout
rigoureusement exacte, la tête est généralement au sud la face tournée
vers l'ouest.

[Illustration: _Fig. 32._ Tombeau prédynastique (d'après J. de MORGAN.
_Recherches sur les origines de l'Egypte_, II, fig. _468_).]

Le deuxième mode d'inhumation, qui paraît être un peu plus récent,
quoique appartenant toujours à la période prédynastique, est beaucoup
plus curieux: ici, et la chose a été constatée dans de très nombreuses
tombes, le corps était entièrement démembré avant d'être déposé dans la
fosse; les os ne sont ni cassés ni coupés, mais ils sont placés
pêle-mêle, et souvent il en manque un certain nombre. Il ne s'agit pas
d'un dépècement du mort au moment du décès, ni de cannibalisme, comme on
pourrait le croire, mais d'une coutume qui se retrouve ailleurs qu'en
Egypte, dans tout le bassin de la Méditerranée, en Crète, dans les îles
de l'Archipel, au sud de l'Italie, celle de l'inhumation secondaire: on
enterrait provisoirement le mort, puis au bout de deux ou trois ans,
quand les chairs s'étaient putréfiées et désagrégées, on l'exhumait et
on rassemblait les os pour les déposer dans le tombeau définitif. La
transition entre ces deux coutumes funéraires, qui paraissent si
différentes, est marquée par certaines tombes où le corps est replié et
couché sur le côté, mais où la tête est séparée du tronc et posée
n'importe où, à côté du bassin, par exemple. Les vertèbres étant
intactes, il ne peut être question de décapitation brutale, mais il
s'agit sans doute simplement d'inhumations secondaires où l'on n'avait
pas pratiqué la désarticulation complète.

Avant de les déposer dans le tombeau, on cousait les corps dans des
peaux de gazelle ou bien on les enveloppait dans des nattes de jonc; sur
quelques os, on a même relevé des traces de bitume, et nous pouvons sans
doute reconnaître dans ce fait la première tentative de momification.
Dans les tombes à inhumation secondaire, les cadavres démembrés étaient
parfois enfermés dans de très grands vases larges du bas, avec une
petite ouverture seulement à la partie supérieure, ou dans de vraies
cistes rectangulaires en argile crue. Ailleurs un vase d'une forme toute
différente, sorte d'immense coupe très profonde, est posé à l'envers sur
le corps replié et le recouvre complètement. Enfin, quelques-unes des
grandes tombes renfermaient non pas un seul, mais deux et même trois
cadavres, simplement posés les uns sur les autres, et dans les
sépultures à inhumation secondaire on rencontre quelquefois deux crânes
et un nombre d'os très insuffisant pour former deux corps, ou le
contraire.

Si, dans la plupart des nécropoles, les tombes à corps replié sont
nettement séparées de celles à corps démembré, il en est d'autres où les
divers types de sépulture sont mélangés, aussi ne pouvons-nous savoir
avec une certitude absolue si ces deux modes d'inhumation appartiennent
à deux races ou à deux époques différentes. Il semble cependant que nous
devions adopter la deuxième hypothèse plutôt que la première, bien que
les anthropologistes ne soient pas encore arrivés à des résultats très
concluants au sujet de la question des races. Les os sont presque
toujours bien conservés, et on a recueilli une très grande quantité de
crânes en bon état, dont beaucoup même portent encore leurs cheveux, et
qui peuvent être l'objet de mensurations très exactes, aussi
pouvons-nous avoir l'espoir d'être une fois au clair sur cette question
si importante.


_Mobilier funéraire_

Le mobilier funéraire est plus ou moins riche suivant les tombes, et
comporte des objets de plusieurs espèces disposés au fond de la fosse,
autour du mort. Le choix même de ces objets montre clairement que ces
Egyptiens d'avant l'histoire se faisaient déjà des idées très précises
sur la vie d'outre-tombe et croyaient à la survivance, sinon de l'âme,
du moins de la personnalité des défunts: pour leur assurer la
subsistance matérielle, la nourriture, on mettait à côté d'eux des vases
contenant des vivres, des grains, des viandes, et sans doute aussi de
l'eau ou d'autres liquides dont nous ne retrouvons naturellement plus
trace; des armes leur permettaient de lutter contre les ennemis qu'ils
pouvaient rencontrer dans l'autre monde, et des ornements de corps, de
se parer comme ils le faisaient sur la terre.

Les vivres que le mort emportait avec lui dans la tombe étaient surtout
des viandes, et spécialement des têtes et des gigots de gazelle, dont on
retrouve fréquemment les os à côté du squelette du défunt; les végétaux
sont moins bien conservés, mais on reconnaît encore au fond des vases,
et surtout des vases en terre grossière, des traces non équivoques de
céréales, d'orge en particulier. Ces renseignements ne font du reste que
confirmer ceux que nous donnent les kjoekkenmoeddings.

On ne trouve pas des armes dans tous les tombeaux, et dans ceux qui en
contiennent, elles ne sont jamais qu'en petit nombre; généralement même
il n'y en a qu'une seule, placée à portée de la main du mort, devant sa
figure. Ces armes sont par contre d'une grande beauté et d'une exécution
très supérieure à celle des silex qu'on trouve à la surface du sol: ce
sont le plus souvent de longues lances droites finement retouchées qui
pouvaient servir de poignards, des couteaux légèrement recourbés, au
tranchant très affilé, des pointes de lances ou de javelots à double
pointe et à tranchant, ou de forme lancéolée, et parfois des pointes de
flèches. Les outils tels que racloirs, grattoirs, poinçons, sont très
rares dans les tombes, mais, par contre, on trouve des instruments de
pêche, comme des harpons, et ce fait permet de supposer que les armes
données au mort étaient destinées, non seulement à le mettre à même de
réduire par la force les ennemis qui pouvaient se trouver sur son
chemin, mais surtout à lui permettre de chasser et de pêcher dans
l'autre monde, tant pour assurer sa subsistance que comme délassement.

[Illustration: _Fig. 33._ Couteau en silex (d'après J. DE MORGAN.
_Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _128_).]

Les objets d'ornement sont abondants, mais presque toujours très
simples, exécutés de façon sommaire dans des matières qui n'ont rien de
précieux: ainsi les colliers à plusieurs rangs qui tombaient sur la
poitrine étaient composés de perles irrégulières de forme et de
grosseur. Ces perles, en terre cuite, en calcaire, en pierres dures,
telles que la cornaline, l'agate, le silex, étaient presque toujours
travaillées de façon grossière et malhabile; on en trouve aussi qui sont
faites de morceaux de coquilles ou de petits oursins fossiles, percés
d'un trou. Les bracelets sont plus soignés, ils sont soit en nacre, soit
en ivoire, et on les obtenait en sciant la partie inférieure d'une dent
d'éléphant à l'endroit où elle est creuse, ou le bas d'une grande
coquille univalve de la famille des trochidés; d'autres enfin sont en
silex, évidés avec une dextérité qui montre jusqu'à quel point ces
populations avaient poussé l'industrie de la pierre taillée. Les femmes
portaient des peignes hauts et étroits en ivoire ou en os, dont la
partie apparente, au-dessus de la chevelure, était généralement
surmontée d'une figure ornementale. Enfin un certain nombre de
pendeloques, percées d'un trou, également en os ou en ivoire, parfois en
pierre, servaient en même temps d'ornements et d'amulettes.

[Illustrations: _Fig. 34-36._--Plaques de schiste (d'après PETRIE.
_Diospolis parva_, pl. XI et XII).]

Dans beaucoup de sépultures on voit à côté de la tête du mort une plaque
en schiste vert qui affecte les formes les plus diverses; les unes sont
taillées en losange, en rectangle ou en carré, les autres découpées de
manière à imiter le profil d'un animal, hippopotame, tortue, poisson,
oiseau. La signification de ces objets est encore très incertaine, bien
que d'habitude on les considère comme des palettes à broyer le fard vert
qu'hommes et femmes se mettaient autour des yeux, à cause d'une petite
dépression qui existe en effet sur certaines des plaques en losange et
qui contient parfois des traces de couleur verte; la forme étrange
donnée à beaucoup de ces plaques, le fait qu'elles sont percées d'un
trou de suspension, les décorations animales gravées à la pointe, qui
les ornent quelquefois, et surtout l'analogie avec les grandes plaques
de schiste d'époque thinite, qui étaient couvertes de sculptures et se
trouvaient déposées dans les sanctuaires et non dans les tombes,
m'engagent à y voir des talismans ou des sortes de fétiches plutôt que
des objets usuels.

C'est sans doute aussi à titre de talisman qu'on déposait parfois dans
les tombes des figurines d'hippopotame en argile: le monstre mis ainsi
au service du mort pouvait lui rendre bien des services et le protéger
de bien des dangers.


_Céramique_

C'est également des tombeaux que sont sorties ces séries
extraordinairement complètes de vases qui nous permettent d'établir une
certaine classification dans la période prédynastique, ou tout au moins
de suivre en quelque mesure le développement de la civilisation. Toute
cette céramique, qui est particulière à l'Egypte et qu'on ne peut
comparer à celle d'aucun autre pays, dénote, dès l'apparition des plus
anciens exemplaires, une habileté remarquable et une longue pratique du
métier chez les potiers égyptiens: les vases sont absolument réguliers
de forme et d'épaisseur et il faut un examen minutieux pour arriver à
reconnaître qu'aucun n'a été fait au tour et que tous sont modelés à la
main.

[Illustrations: _Fig. 37-41._ Vases rouges à bord noir (d'après AYRTON.
_El-Mahasna_, pl. XXVIII et XXX).]

Le plus ancien type est celui de la poterie rouge à bord noir, qui est
extrêmement fréquent et comprend des vases de plusieurs formes: la coupe
profonde, le gobelet, le vase ovoïde à fond plat ou pointu, à large
ouverture. Ces vases sont faits en une sorte d'argile très fine mélangée
de sable, enduits à l'extérieur d'une légère couche d'hématite et
lissés au polissoir, puis cuits dans un feu doux, posés l'ouverture en
bas sur les cendres du fourneau; la cuisson faite de cette manière donne
une pâte légère et friable; la couverte exposée à une chaleur plus forte
près de l'orifice se désoxyde en cet endroit et devient d'un beau noir
très brillant, tandis que le reste du vase garde la teinte rouge foncé.

[Illustrations: _Fig. 42-46._ Poterie rouge (d'après AYRTON.
_El-Mahasna_, pl. XXXI et XXXII, et PETRIE. _Diospolis parva_, pl.
XIV).]

La poterie rouge uniforme est exactement semblable à l'autre comme
matière, mais le procédé de cuisson, un peu différent, empêche la
formation du bord noir; tout le vase reste alors extérieurement d'une
couleur absolument régulière, d'un beau rouge lustré. Ce type de poterie
qui est, à peu de chose près, contemporain du type rouge à bords noirs,
présente des formes un peu différentes: à côté de l'écuelle creuse et du
vase ovoïde, on trouve la bouteille ventrue à fond plat et à col étroit
et le petit vase globulaire. A un certain moment, on employa ce genre de
céramique pour faire des vases de formes bizarres, les uns aplatis, les
autres jumelés, d'autres encore en forme de poisson ou d'oiseau; ce ne
fut du reste là qu'une mode qui ne se prolongea que sur une période
assez brève.

[Illustrations: _Fig. 47-49._ Vases rouges à décor blanc (d'après J. DE
MORGAN. _Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, pl. II et III).]

Un autre dérivé de cette céramique rouge, qui est presque aussi ancien
qu'elle mais ne dura pas aussi longtemps, est la céramique rouge à décor
blanc. Le fond est toujours d'un beau rouge lustré sur lequel se
détache, en lignes blanches mates, une ornementation empruntée au
travail de la vannerie, chevrons, lignes pointillées et entre-croisées,
et parfois même quelques représentations animales très sommaires. Les
formes employées de préférence pour ce genre de poterie sont les coupes
profondes, arrondies ou à fond plat, et les vases allongés, renflés à la
partie inférieure, parfois très étroits du haut.

[Illustration: _Fig. 50_ et _51_. Vases à cordon (d'après AYRTON.
_El-Mahasna_, pl. XXXIII).]

La poterie blanche, qui est en réalité plutôt d'un jaune rosé est plus
récente et se perpétue jusqu'à l'époque thinite. La pâte en est plus
fine, en argile moins mélangée de sable, la cuisson meilleure; quant aux
formes elles sont peu variées. Il n'y a en somme guère qu'un type, qui
va en se transformant progressivement: les vases les plus anciens sont
presque globulaires avec une ouverture très étroite et deux petites
saillies serpentant sur la panse et formant anses. Peu à peu, la panse
se rétrécit, l'ouverture s'agrandit, les saillies s'allongent et se
rejoignent pour former un cordon circulaire en relief et finalement le
vase devient cylindrique. Parfois il est décoré de traits rouges
entre-croisés.

[Illustrations: _Fig. 52-54._ Vases peints (d'après J. DE MORGAN.
_Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, pl. V et VII).]

[Illustration: _Fig. 55._ Vase peint (d'ap. PETRIE. _Naqada and Ballas_,
pl. XXXIV, no _45_).]

La classe la plus intéressante de la céramique archaïque est
certainement celle des vases décorés de peintures rouges, qui sont
semblables comme pâte et comme cuisson à ceux de la catégorie
précédente, mais dont la facture est plus soignée et les formes
différentes. Ces vases sont globulaires, souvent presque aussi larges
que hauts, avec un fond plat, une ouverture assez large et de toutes
petites anses percées d'un trou servant à les suspendre; d'autres sont
sphéroïdes, un peu aplatis, et munis des mêmes petites anses. Ces
derniers, décorés de cercles concentriques ou de points rouges, imitent
les vases en pierre dure que nous voyons rarement à cette époque mais
que nous retrouverons à la période thinite en grande abondance, tandis
que les autres, qui portent de petits traits horizontaux ou des lignes
droites ou sinueuses, rappellent plutôt les ouvrages en vannerie. Enfin
sur les plus grands de ces vases, on trouve une décoration d'un
caractère tout différent, mais toujours tracée en rouge au pinceau, avec
une assez grande sûreté de main: ce sont soit des végétaux, des aloès
plantés dans des vases, soit des théories d'animaux, autruches ou
chèvres sauvages, soit encore des représentations qui paraissent figurer
de grands bateaux avec leurs rames, leurs enseignes, leurs
superstructures, plutôt que, comme on l'a cru, des villages ou des
fermes.

[Illustrations: _Fig. 56 et 57._ Poterie grossière (d'ap. J. DE MORGAN.
_Recherches sur les orig. de l'Egypte_, I, fig. _425_ et _433_).]

Il faut encore citer deux autres classes de poteries, et d'abord celle
des vases en terre brunâtre grossière, façonnés sans grand soin pour les
usages de la vie courante, et qui affectent diverses formes; on ne voit
guère ces pots et ces cruches que dans les derniers temps de la période
archaïque. Quant aux vases en terre noire ou brun foncé, à décor incisé
et rempli d'une pâte blanchâtre, dont on ne trouve que de rares
exemplaires en Egypte, à cette époque aussi bien que sous l'Ancien et le
Nouvel Empire, ils n'ont rien d'égyptien, mais appartiennent à un type
connu, répandu surtout dans les pays au nord de la Méditerranée. Il
s'agit donc d'objets d'importation dont ni la matière, ni la facture, ni
la décoration en lignes droites irrégulières et en points, n'ont de
rapport avec quoi que ce soit qui provienne de la vallée du Nil.

Nous avons vu des vases en terre, de forme globulaire ou sphéroïde dont
la décoration prétendait imiter la matière de ces vases en pierre dure
que nous trouverons en grande abondance sous les deux premières
dynasties. Ces vases de pierre devaient donc nécessairement exister à la
période prédynastique, mais ceux qui nous sont parvenus sont en nombre
extrêmement restreint. C'étaient sans doute des ustensiles très
précieux, et cette raison suffit pour expliquer les imitations peintes.
Par contre, les matières moins dures que le porphyre ou le basalte et
qui se laissent plus facilement travailler, comme le calcaire et
l'albâtre, sont déjà d'un emploi très fréquent, et les indigènes y ont
taillé avec habileté des vases cylindriques et des coupes de toutes
formes et de toutes dimensions.


B. CIVILISATION

Après avoir ainsi passé en revue les nombreux documents que nous
possédons maintenant sur la période archaïque, il nous reste à voir
quels sont les renseignements utiles que nous pouvons en tirer pour la
connaissance des Egyptiens prédynastiques et de l'état de leur
civilisation.


_Le pays_

Aujourd'hui la vallée du Nil forme une longue et étroite plaine de
terres cultivables, bordée des deux côtés par le désert ou la montagne;
tout le terrain irrigable est utilisé et uniformisé. Cet état est dû non
seulement au Nil fertilisateur, mais encore et surtout à la main des
hommes qui, après des siècles de travail, sont arrivés à rendre
productif jusque dans ses moindres recoins leur fertile petit pays. Il
n'en était pas ainsi aux époques primitives, et l'aspect de la contrée
devait être, quoique dans le même cadre, absolument différent. Le Nil
avait commencé par serpenter au fond de la vallée, sans cours fixe,
coulant alternativement sur un bord ou sur l'autre; ce n'est que peu à
peu qu'il se fraya une voie plus régulière au milieu des alluvions qu'il
avait lui-même apportées. Le limon qu'il amenait avec lui chaque année
se répandait bien sur toute la surface des terres inondées, mais grâce
au sable et aux galets qu'il charriait en même temps et qui se
déposaient dans le courant même du fleuve, son lit s'élevait
graduellement, laissant ainsi en bordure de la vallée des terrains en
contre-bas où se formaient de véritables marais remplis à nouveau chaque
année par l'inondation; là se développait une végétation luxuriante de
plantes d'eau, roseaux, papyrus, lotus, et, sur les bords, de vraies
forêts d'arbres de toute espèce. Toute cette zone lacustre entretenait
dans le pays, aujourd'hui si sec, une humidité permanente qui devait lui
donner un caractère tout différent et le faire ressembler à ce qu'est
maintenant le Haut Nil, le Nil des régions tropicales. Le climat du
reste n'était pas non plus exactement le même qu'aujourd'hui, il devait
être sensiblement plus chaud, car à côté des animaux qui vivent encore
en Egypte et de ceux qui s'en sont retirés depuis peu, comme
l'hippopotame et le crocodile, on y trouvait encore, à ces époques
reculées, l'éléphant, la girafe et l'autruche.

Pour la faune et la flore, l'Egypte, qui n'a plus maintenant que ses
cultures et son désert, est un des pays les plus pauvres du monde, mais
il n'en était certainement pas de même autrefois, grâce à ces régions
fertiles et sauvages en même temps, que l'homme primitif ne pouvait
encore utiliser autrement que pour la chasse et la pêche, et où se
développaient librement les plantes et les animaux les plus variés.


_La race_

Comme je l'ai dit plus haut, les anthropologistes sont encore loin
d'avoir établi de façon certaine la race à laquelle appartenaient les
plus anciens habitants de l'Egypte. Nous pouvons cependant nous en faire
une idée approximative: c'était une population brachycéphale et
orthognathe au teint clair, aux cheveux lisses, bruns ou châtains, à la
taille moyenne, se rapprochant par conséquent beaucoup de la race qui
occupait aux époques les plus anciennes tout le bassin de la
Méditerranée, et apparentée tout spécialement aux Libyens et aux
Berbères. Ainsi on retrouve les mêmes coutumes funéraires, les mêmes
modes de sépulture dans l'Egypte primitive et dans les îles grecques, en
Grèce et jusqu'en Italie, ce qui peut faire supposer une parenté de race
avec les hommes qui habitaient ces contrées avant l'invasion aryenne. On
a constaté aussi certains éléments d'origine soudanaise ou plutôt
nubienne, même quelques statuettes stéatopyges rappellent le type
hottentot, mais ce ne sont là que des exceptions. Il n'y a rien non
plus ici des races aryennes ni surtout des Sémites.

Ces populations étaient paisibles et on n'a retrouvé que sur un très
petit nombre des crânes étudiés des lésions comme on en verrait
certainement beaucoup chez un peuple belliqueux. On a pu constater par
contre sur les os des traces de deux maladies, la tuberculose et la
syphilis.


_Habitations_

Dans les montagnes et les falaises souvent assez élevées qui bordent la
vallée du Nil, il n'y a ni cavernes ni abris sous roche où les hommes
primitifs aient pu s'établir à demeure. Le climat leur permettait de
vivre en plein air et nous avons vu que ceux de l'époque chelléenne
semblent s'être tenus de préférence sur les hauteurs, tandis que les
hommes de la période dont nous nous occupons avaient des établissements
durables à la lisière du désert. Dans ces villages, il n'y a pas trace
d'enceinte construite, ce qui fait ressortir le caractère paisible de
ces peuplades, ni de maisons en brique ou en pierre, et si nous voulons
nous faire une idée de ce qu'étaient les habitations des indigènes, nous
pouvons nous reporter à des modèles de petits édifices très anciens qui
ont survécu par tradition religieuse dans les sanctuaires de différents
dieux: c'étaient soit des huttes en branchages, coniques ou arrondies,
comme en ont encore les nègres de l'Afrique centrale, soit des
constructions légères en bois, avec un pilier à chaque angle et un toit
plat ou légèrement bombé.

[Illustration: _Fig. 58._ Sanctuaire primitif (d'après PETRIE. _Royal
Tombs_, II, pl. X).]

Dans les villages, qui s'étendent en général sur une superficie assez
peu considérable, les habitants serraient leurs récoltes et gardaient à
côté d'eux leurs bestiaux; à en juger par la place occupée, quelques
familles seulement devaient constituer la population d'un de ces
établissements.


_Costume et parure_

Dans l'antiquité, le costume des Egyptiens a toujours été très sommaire,
à plus forte raison a-t-il dû en être de même à une époque si reculée.
D'après des représentations un peu plus récentes, datant des dynasties
thinites, on voit que les indigènes hommes devaient avoir pour tout
vêtement l'objet bizarre qui devint plus tard l'insigne national des
Libyens, l'étui phallique, sorte de longue gaine tombant de la ceinture
jusque près des genoux. Des peintures de vases nous montrent des femmes
vêtues de robes courtes, collantes, descendant à peine aux chevilles; le
buste était nu, semble-t-il. Enfin, dans certaines statuettes d'ivoire,
on reconnaît des hommes enveloppés d'un grand manteau qui les couvre des
épaules aux pieds. Ces vêtements étaient sans doute, à l'origine, en
peau, et peut-être, à une époque moins reculée, en étoffe.

[Illustration: _Fig. 59._ Figurines d'ivoire d'époque archaïque
(QUIBELL. _Hieraconpolis_, pl. IX et XI).]

Comme parure, on portait, ainsi que nous l'avons vu, des bijoux
grossiers, tels que des bracelets en ivoire, en nacre, en silex, des
colliers à plusieurs rangs, en perles de pierre ou en coquilles, des
pendeloques et des peignes ornés de découpures. Il faut signaler encore
les tatouages, ou peintures corporelles dont certaines femmes, peut-être
des danseuses, se couvraient tout le corps, et qui figuraient des lignes
brisées ou des animaux.

[Illustrations: _Fig. 60_ et _61_. Bracelet en silex et peigne en os
(d'après J. DE MORGAN. _Recherches sur les orig. de l'Egypte_, I, fig.
_334_ et _337_).]


_Chasse et pêche_

Nous avons vu les tout premiers habitants de l'Egypte déjà en possession
d'une arme qui pouvait être redoutable, le coup-de-poing chelléen. Des
besoins impérieux contraignent l'homme que la terre non cultivée ne peut
nourrir, à faire usage de la force, tant pour se procurer sa subsistance
aux dépens des autres êtres vivant à côté de lui, que pour se défendre
contre ceux qui, physiquement plus forts, sont pour lui une menace
permanente.

Des Egyptiens prédynastiques, beaucoup d'armes nous sont également
parvenues, armes de plusieurs catégories qui peuvent être employées
indifféremment pour la chasse et pour la guerre. Parmi celles qu'on a
coutume d'appeler armes de choc, il faut citer en première ligne celles
qui n'ont pu se conserver, vu la matière dont elles sont faites, mais
qui ont laissé un souvenir persistant jusqu'aux plus basses époques, les
armes de bois, d'abord le long bâton, renflé dans le bas et pouvant
servir de massue, puis le vrai casse-tête court et pesant; aux époques
historiques ce sont encore ces armes traditionnelles mais hors d'usage,
qu'on donne volontiers aux morts dans leurs tombeaux. A côté de ces
bâtons on trouve les massues dont la tête de pierre dure, conique ou
ovoïde, s'emmanchait sur un bâton court, et enfin les haches, dont nous
avons de nombreuses séries, de forme plate, longue, épaisse ou mince, à
un seul tranchant, l'autre extrémité étant destinée à se fixer dans une
emmanchure de bois dont nous ne connaissons plus la forme. Quant aux
haches polies et à celles qui, munies d'un étranglement servant à
faciliter l'emmanchure, semblent plutôt une copie des haches de bronze,
elles appartiennent probablement à l'époque suivante.

[Illustration: _Fig. 62 et 63._ Massues (d'après J. DE MORGAN, _Rech.
sur les orig. de l'Egypte_, I, fig. _320_, et PETRIE. _Diospolis parva_,
pl. V).]

Comme arme de main, nous avons le poignard long et mince, très finement
retaillé, qui est parfois une pièce de toute beauté, et enfin comme
armes de jet, les innombrables pointes qui, suivant leurs dimensions,
appartenaient à des flèches ou à des javelines. Travaillées avec grand
soin, ces pointes sont le plus souvent encore remarquablement aiguës et
présentent toutes les formes usuelles, pointes à ailerons, à encoches au
pédoncule, lancéolées, triangulaires, en croissant; un type cependant
qui est particulier à l'Egypte et qui se perpétue assez tard est celui
de la flèche à tranchant, destinée à faire une blessure plus large que
profonde; ce modèle est aussi employé pour des javelots. Certaines
pointes de plus grandes dimensions peuvent avoir appartenu à des lances
(v. p. 62-65).

[Illustration: _Fig. 64._ Harpon en os.]

Les indigènes avaient certainement encore, comme leurs successeurs,
d'autres moyens de se procurer du gibier, les pièges, les lacets, les
filets et peut-être le lasso, instruments qui naturellement n'ont pas
laissé de traces. En ce qui concerne la pêche, nous n'avons pas non plus
les filets, les nasses et les lignes qui devaient être déjà en usage à
cette époque, mais certains silex en forme de croissant peuvent avoir
servi d'hameçons pour les gros poissons, qu'on attaquait également avec
des harpons en os munis d'une pointe barbelée. Les poissons sont
extrêmement nombreux dans le Nil et devaient pulluler dans les marais
avoisinants; ils formaient sans doute la base même de la nourriture des
premiers Egyptiens, qui mangeaient aussi certains mollusques fluviatiles
tels que les unios et les anodontes.

Quant au gibier, nous avons vu qu'il y avait en Egypte non seulement les
espèces qui y sont aujourd'hui, mais encore celles de l'Afrique
tropicale; ainsi l'homme pouvait chasser l'antilope, le boeuf sauvage et
la girafe aussi bien que la gazelle et le bouquetin, l'autruche comme
l'oie, le canard et la perdrix, mais ses armes primitives devaient lui
être de bien peu de secours vis-à-vis de l'éléphant, du rhinocéros, de
l'hippopotame et du crocodile, ou contre le lion et la panthère qui
infestaient encore la contrée.


_Elevage. Agriculture_

Les animaux sauvages pris vivants à la chasse, conservés d'abord comme
en-cas pour le moment où le gibier viendrait à manquer, furent vite
domestiqués; l'homme reconnut très tôt les services que ces bêtes
pouvaient lui rendre, et non seulement il les nourrit, mais encore les
dressa et les utilisa, recueillit leurs oeufs ou leur lait. Nous avons
dans les kjoekkenmoeddings de la Haute Egypte des traces non équivoques
d'élevage, les animaux domestiqués vivant côte à côte avec l'homme dans
ces villages primitifs. Comme quadrupèdes, il devait y avoir le boeuf,
l'antilope, la gazelle, la chèvre, sans doute l'âne; comme volatiles,
l'oie, le canard, la grue, le pigeon, et bien d'autres variétés sans
doute.

L'agriculture est partout moins ancienne que l'élevage, et pour l'Egypte
nous ne pouvons savoir à quelle époque on commença à travailler le sol,
si ce fut à la fin seulement de la période prédynastique ou longtemps
avant: les grains trouvés dans les kjoekkenmoeddings ne sont pas datés
de façon exacte, et ceux des tombeaux sont difficilement identifiables.
Quant aux outils, le sol fertile de l'Egypte, détrempé et ameubli par
l'inondation, n'en nécessite pas de très puissants, aussi les houes et
les charrues de bois furent-elles en usage pendant toute la période
pharaonique; on n'en retrouve naturellement pas trace aux âges plus
anciens, mais par contre certains silex plats, sortes d'herminettes de
grande dimension, montrent des traces d'usure ne pouvant provenir que du
travail de la terre, et ne sont sans doute pas autre chose que des
houes. Enfin on retrouve de petits silex plats, dentelés et semblant
être des fragments de scies qui, s'emmanchant les uns à côté des autres
sur un bois recourbé, formaient des faucilles; cet outil, en usage
encore au Moyen Empire, est sans doute d'origine préhistorique, mais
nous ne pouvons dire avec certitude si certains des éléments retrouvés
datent vraiment de l'époque dont nous nous occupons en ce moment. Il
faut encore citer les moulins, pierres plates à surface incurvée où l'on
écrasait le grain.


_Navigation_

Le moyen de communication qui est de beaucoup le plus pratique dans une
vallée longue et étroite comme l'Egypte est sans contredit la voie
fluviale, et jusqu'à nos jours c'est le Nil seul qui a été utilisé à cet
effet, sauf pour de très courts trajets. Pour les populations primitives
surtout, ce mode de locomotion devait avoir de très grands avantages,
puisqu'il leur permettait de se transporter d'un point à un autre sans
avoir à courir les multiples dangers qui les menaçaient dans un pays
encore à moitié sauvage, infesté d'animaux contre lesquels ils n'avaient
que des moyens de défense insuffisants. Les premiers bateaux furent très
simples: on cueillait des roseaux ou des papyrus qu'on réunissait en
bottes et qu'on liait ensemble de manière à former un esquif à fond
arrondi, aux extrémités relevées en pointe, et qui, rendu imperméable au
moyen d'un enduit quelconque, formait une nacelle légère, insubmersible,
résistante et élastique. Ce modèle continua à être employé aux époques
historiques, surtout pour la chasse dans les marais.

[Illustration: _Fig. 65._ Modèle de nacelle en terre cuite (d'après DE
MORGAN. _Rech. sur les orig. de l'Egypte_, II, fig. _235_).]

A côté de cela, les gens du pays possédaient des bateaux de beaucoup
plus grandes dimensions, peu profonds et relevés aux deux extrémités,
munis de rames et même de voiles carrées.


_Commerce extérieur_

Les indigènes avaient des rapports certains avec les côtes de la mer
Rouge, puisque dans leurs sépultures on trouve des bracelets et des
colliers faits en coquilles marines dont l'habitat est précisément dans
cette mer. La poterie noire à décor incisé, dont il a été parlé plus
haut, montre qu'ils avaient également des relations avec les autres
peuples méditerranéens, surtout avec ceux des îles grecques, et que, par
conséquent, il y avait déjà à cette époque des hommes osant s'aventurer
avec leurs bateaux en pleine mer. Une petite découverte faite en Crète
confirme l'existence de ces relations intercontinentales: on a trouvé à
Phaestos, sur la côte sud de la Crète, dans les couches les plus
profondes d'un gisement néolithique, un gros fragment de défense
d'éléphant; or sur le littoral nord de l'Afrique, il n'y a guère que
l'Egypte où l'éléphant ait pu vivre et nous avons vu qu'il y vivait en
effet. C'est donc d'Egypte, selon toute probabilité, que cet objet fut
transporté en Crète, à une époque antérieure à l'histoire.

[Illustration: _Fig. 66._ Barque préhistorique (Graffito--d'après DE
MORGAN. _Rech. sur les orig. de l'Egypte_, I, fig. _492_).]


_Arts et métiers_

L'architecture de bois étant seule en usage chez les indigènes de
l'époque archaïque, il ne nous en est naturellement rien parvenu; il est
cependant probable que ce fut vers la fin de cette période qu'on
commença à employer la brique crue, dont l'usage est si répandu sous la
Ire dynastie, mais les monuments ne nous permettent pas d'affirmer la
chose de manière absolue.

La sculpture ne s'attaque pas encore à autre chose qu'aux petits objets,
peignes, pendeloques, ornements, auxquels on cherche à donner une forme
humaine ou animale, plaques de schiste qu'on découpe en silhouettes,
figurines de danseuses ou d'hippopotames qu'on modèle dans de l'argile
et qu'on fait cuire ensuite. Pendant ce temps, des chasseurs à l'affût
gravaient des images d'animaux sur les rochers qui les abritaient, d'un
trait encore malhabile, mais qui ne manque pas d'un certain caractère
pittoresque. Il en est de même pour la peinture sur vases: on remarque
dans ces figurations d'animaux, de végétaux, de bateaux, des qualités
ornementales qui contrastent avec la naïveté et souvent la barbarie de
l'exécution: les dessinateurs savent déjà reconnaître le trait
caractéristique de chaque être et de chaque objet, et dans ces croquis
enfantins on distingue le germe de ce qui fera plus tard l'originalité
de l'art égyptien, à la fois synthétique et décoratif.

Nous avons déjà vu, en fait de gens de métier, les fabricants de silex
taillés, les potiers et les tourneurs de vases de pierre, les seuls
artisans qui nous aient laissé des traces abondantes de leur activité et
dont nous puissions arriver à reconnaître les procédés. Les autres
ouvriers se devinent plus qu'ils ne s'affirment, ainsi les charpentiers,
que signale la présence de nombreuses herminettes en silex, sorte de
haches plates ne pouvant servir qu'au travail du bois; quelques
fusaïoles nous révèlent aussi l'origine du travail des matières
textiles.

Le cuivre fait son apparition au cours de la période prédynastique,
peut-être même à son début, mais les rares outils de métal trouvés dans
les sépultures sont encore rudimentaires et montrent que les
métallurgistes, qui deviendront si habiles aux âges suivants, en étaient
encore aux tâtonnements du début.


_Organisation sociale et politique_

Les indigènes de l'Egypte prédynastique ne vivaient plus isolés, mais en
société, et si nous ne savons rien de l'institution de la famille, nous
connaissons au moins leurs villages où plusieurs familles pouvaient
vivre côte à côte, et les nécropoles où ces populations sédentaires
réunissaient leurs morts. Certains indices montrent qu'il existait des
groupements plus importants, des tribus ayant chacune son insigne, sorte
de totem, représentant sans doute la divinité locale. Ces enseignes qui
devaient plus tard devenir l'emblème des nomes ou provinces de l'Egypte,
servaient de signe de ralliement à des tribus sans doute apparentées à
l'origine, mais qui devaient nécessairement entrer en compétition les
unes avec les autres, au fur et à mesure qu'elles se développaient; de
là des luttes sur lesquelles nous ne sommes renseignés que par la
légende, et qui aboutirent à l'établissement de la suprématie du clan
d'Horus sur toute la Haute Egypte, et du clan de Set sur le Delta. Ces
deux tribus, celle du faucon et celle du quadrupède au museau recourbé
et aux longues oreilles droites, étaient-elles autochtones ou
étrangères, c'est ce que nous ne saurons sans doute jamais avec
certitude, mais il est à présumer qu'elles durent leur supériorité à la
connaissance des métaux qui leur donnaient un immense avantage sur des
populations n'ayant que des armes de pierre. Quoi qu'il en soit, nous
pouvons croire que la période archaïque, très paisible à ses débuts, se
termina par de longues luttes qui aboutirent à la fondation des
royaumes du Midi et du Nord, royaumes qui rivalisèrent longtemps,
jusqu'au moment où l'un d'eux finit par absorber l'autre.

[Illustration: _Fig. 67._ Hippopotame en terre cuite (d'après DE MORGAN.
_Recherches sur les origines de l'Egypte_, II, fig. _413_).]



[Illustration: _Fig. 68._ Vue perspective du tombeau de Negadah (d'après
J. DE MORGAN. _Rech. sur les orig. de l'Egypte_, II, fig. _521_).]



CHAPITRE IV

ÉPOQUE THINITE

(De 4000 à 3400 av. J.-C. environ.)


Entre le moment où les indigènes que nous avons appris à connaître
habitaient paisiblement la Thébaïde, occupés de chasse et de pêche,
d'agriculture et d'élevage, et celui où Ménès constitue son royaume, il
n'y a pas de transition marquée, ni dans les monuments de la région
d'Abydos, berceau de la nouvelle monarchie, ni dans le reste de la Haute
Egypte. Ces deux époques se touchent, semble-t-il, et pourtant il s'est
accompli pendant le laps de temps qui les sépare et dont nous ignorons
la durée, une transformation profonde qui touche à tous les domaines:
une méthode nouvelle de gouvernement est inaugurée, l'écriture est
inventée, les constructions de briques remplacent l'architecture de
bois, le cuivre et même le bronze deviennent d'un usage courant, tandis
que la taille du silex et la fabrication des vases de pierre ont atteint
la perfection. Une transformation pareille demande de longs siècles ou
bien une intervention étrangère, aussi a-t-on tenté de l'expliquer de
diverses manières, sans avoir encore pu sortir du domaine des
hypothèses.

En raison de certaines ressemblances très apparentes entre ce qui nous
est parvenu de l'Egypte thinite et ce que nous connaissons de la Chaldée
primitive, l'écriture hiéroglyphique, l'architecture en briques crues,
l'emploi du cylindre comme cachet, la forme de certains vases de pierre,
quelques savants ont voulu établir une communauté d'origine. Ils
supposent qu'à un moment donné, une tribu puissante venant de Chaldée ou
d'un autre pays qui serait aussi le berceau des Chaldéens, aurait
pénétré en Egypte par le Sud après avoir traversé la mer Rouge et le
désert, aurait soumis la vallée du Nil et répandu dans tout le pays les
bienfaits d'une civilisation supérieure à celle qui s'y était développée
naturellement. La tribu conquérante, le clan Horien, serait alors une
peuplade d'origine sémitique et Horus un dieu sémite, ce qui est bien
difficile à admettre, d'autant que, plus on étudie cette époque, plus on
constate le caractère vraiment original et purement africain de la
civilisation égyptienne.

D'un autre côté, la légende parle de l'expédition d'Horus comme venant
du Sud; un texte très ancien donne même le nom de la tribu de laquelle
sortait la race royale, la race horienne, et cette tribu est une tribu
nubienne. Nous devons donc admettre qu'à un moment donné, peut-être peu
avant Ménès, peut-être bien des siècles plus tôt, une tribu méridionale,
mais d'une race apparentée à celle qui occupait le pays, vint
s'installer dans la vallée du Nil, qu'elle subjugua après un temps plus
ou moins long et dont nous ne pouvons évaluer la durée. Ce qui assura la
supériorité à ces conquérants, c'est le fait qu'ils connaissaient les
métaux, tandis que les indigènes en étaient encore à l'âge de la pierre,
mais il est bien peu probable qu'il faille attribuer aux envahisseurs
tous les progrès faits par la civilisation égyptienne aux débuts de la
période historique, entre autres l'invention de l'écriture.

Presque tout ce qui nous est parvenu jusqu'ici de l'époque prédynastique
provient de la Haute Egypte, et nous n'avons pour ainsi dire aucun
document sur ce qu'était le Delta pendant cette période. Cette région
est cependant incomparablement plus riche que la Haute Egypte, et ses
habitants durent nécessairement précéder leurs frères du Sud dans la
voie de la civilisation; c'est dans les terres du Delta, plus fertiles
et mieux arrosées que toutes les autres, que l'agriculture devait naître
et se développer en premier lieu, et la légende nous en a conservé un
souvenir très précis: Osiris est un dieu du Delta, dont le centre est à
Mendès; Isis est également une déesse de la même région, ainsi que Set,
le dieu de la tribu la plus puissante de cette partie du pays.

Le Delta était donc considéré par les Egyptiens eux-mêmes comme le
berceau de leur civilisation, à bon droit, semble-t-il. C'est à la
nature même du sol, entièrement cultivable, que nous devons de n'en
avoir pas retrouvé la moindre trace, car si dans la Haute Egypte les
habitations et les nécropoles étaient situées à la lisière du désert,
elles ne pouvaient être ici que sur des monticules artificiels
aujourd'hui recouverts par les alluvions et cultivés comme le reste du
pays. Il existe encore une autre preuve de l'avance que les indigènes
du Nord avaient sur ceux du Sud, preuve relative à l'organisation
sociale du pays: dans les listes de rois mythiques antérieurs à Ménès,
on ne voit que dix rois thinites pendant 350 ans, tandis que les trois
dynasties de rois du Nord avaient occupé le trône pendant des milliers
d'années.

Il est difficile de se rendre compte comment les rois du Sud réussirent
à détrôner leurs voisins plus civilisés du Nord et à réunir tout le pays
sous leur sceptre, mais dans l'histoire les exemples sont fréquents d'un
peuple riche subjugué par un autre qui lui est très inférieur, et
toujours dans ces cas-là nous voyons que le vaincu finit par s'assimiler
le vainqueur et par l'absorber: la civilisation, un moment écrasée par
la force, reprend au bout de peu de temps son essor, activé par
l'infusion d'un sang nouveau. Il en fut de même ici, et comme dans le
mythe, Horus ne put achever sa conquête et dut faire un compromis avec
ses ennemis. Le Delta se vengeait généreusement d'avoir perdu son
autonomie en imposant à son vainqueur une civilisation très supérieure,
jusqu'au moment où il pourrait lui-même reprendre les rênes du pouvoir.


A. HISTOIRE ET TRADITION

Originaires d'un des points les plus méridionaux du territoire égyptien,
les chefs de la tribu du faucon, qui avaient étendu leur pouvoir sur les
autres tribus de la Haute Egypte, choisirent comme lieu de résidence un
endroit plus central, situé plus au nord, en une région où la vallée
s'élargit et devient en même temps plus fertile. C'est là que s'éleva la
ville de Thinis, qui comme capitale politique de l'Egypte devait être
vite supplantée par les villes mieux situées, tandis que sa voisine,
Abydos, où les premiers rois creusèrent leurs tombeaux, devenait
rapidement la métropole religieuse de la Haute Egypte, le centre du
culte funéraire, la ville du dieu des morts.

C'est à leur première capitale que les deux premières dynasties doivent
le nom sous lequel on les désigne couramment, celui de dynasties
thinites. Pour arriver à connaître leur histoire, nous pouvons
maintenant combiner les données des écrivains classiques et celles que
fournissent les listes ou les monuments égyptiens postérieurs, avec les
renseignements contemporains qui nous ont été livrés par les fouilles
récentes; nous avons la liste des rois, les chiffres indiquant la
longueur de leurs règnes, mais l'histoire proprement dite,
l'enchaînement des événements, nous fait encore défaut. Le relevé
officiel, année par année, de la pierre de Palerme, ne nous est pas
d'une grande utilité, car par le fait des cassures, nous ne savons
auxquels des rois attribuer les événements signalés, qui du reste ne se
rapportent le plus souvent qu'à des fêtes religieuses ou à des
fondations de temples. De plus, pour des raisons que nous examinerons
plus loin, il est souvent difficile d'établir la corrélation entre les
noms royaux tels que nous les donnent les listes et ceux qui se trouvent
sur les monuments contemporains.

La première dynastie, au dire de Manéthon, compta huit rois et dura 263
ans, la seconde, neuf rois qui occupèrent le trône pendant 302 ans. On
peut les placer, approximativement, entre 4.000 et 3.400 avant notre
ère.

Dans ces deux groupes de souverains, la seule figure qui se détache sur
l'ensemble est celle du premier d'entre eux, Ménès, en égyptien Mena ou
Mini, le véritable fondateur de la royauté égyptienne. Nous ignorons
comment il s'y prit pour réunir sous son sceptre les deux parties du
pays, mais nous savons qu'aussitôt la chose faite, il s'empressa de
transporter le siège de son gouvernement à la frontière des deux
royaumes, fonda une ville nouvelle, à laquelle il donna son nom,
Memphis, Mennofer, et qui par sa position même devait rester bien
longtemps la capitale de l'Egypte. Après cela il s'occupa activement de
l'organisation de ses nouveaux états: il promulgua des lois, fonda des
temples, dirigea des expéditions contre les Libyens qui habitaient aux
confins de la vallée du Nil et qui cherchèrent toujours à s'y
réinstaller en maîtres. Son long règne, qui dura plus de soixante ans,
se termina par une fin tragique sur laquelle nous ne sommes que très
vaguement renseignés.

Les successeurs immédiats de Ménès, ceux dont les noms, grécisés par
Manéthon, sont Athothis, Kenkenès, Ouenéphès, Ousaphaïs, Miébis,
Semempsès et Bienekhès, continuèrent son oeuvre, sans qu'aucun d'eux se
distinguât de façon particulière: ils s'occupèrent de législation,
d'administration intérieure, et réglèrent définitivement le culte des
dieux et le rituel des cérémonies; ils construisirent des temples, des
palais et d'autres édifices, ils guerroyèrent contre les Libyens et l'un
d'eux envoya au Sinaï la première expédition minière dont l'histoire ait
gardé le souvenir. Quelques-uns s'occupèrent même de science et
composèrent non seulement des ouvrages théologiques, mais aussi des
livres de médecine et d'anatomie. Sous les uns, diverses calamités
s'abattirent sur le pays, tandis que les autres jouirent d'années
prospères et tranquilles.

Les rois de la IIme dynastie, Boethos, Kaiekhos, Binothris et les autres
ont une personnalité plus effacée encore, et il est difficile de les
identifier avec ceux que les monuments nous font connaître et qui ne
peuvent se ranger que dans cette période de l'histoire, Kha-Sekhemouï,
Neb-ra, Nenouter, Hotep-Sekhemouï et plusieurs autres encore. Aucun
événement important n'est relaté, même sur la pierre de Palerme, où les
mentions annuelles se rapportent toutes à des fêtes royales ou
religieuses, au dénombrement des bestiaux, à la construction de divers
édifices. On s'aperçoit néanmoins, en étudiant les courtes inscriptions
laissées par ces rois et en les comparant à celles de la dynastie
précédente, qu'il y a quelque chose de changé dans la titulature royale,
auparavant très simple. Il s'y introduit à plusieurs reprises un élément
nouveau, l'emblème du dieu Set, et ce simple fait montre que le sceptre
n'est plus aussi ferme entre les mains des souverains thinites, qu'ils
se rapprochent insensiblement, soit par des mariages, soit autrement,
des descendants des anciens rois du Nord; si quelques rois se font
ensevelir à Abydos, comme leurs ancêtres, les autres commencent à
creuser leurs tombeaux à Memphis même, où les traces de leur activité
deviennent de plus en plus fréquentes. Cette dynastie, encore nettement
thinite, tant par l'origine de ses rois que par le caractère de sa
civilisation, représente donc pour nous le commencement de la période de
transition pendant laquelle se prépare l'avènement de l'empire
memphite; cette période est assez longue, puisqu'elle embrasse encore la
IIIme dynastie qui, bien que memphite, se rattache étroitement à celle
qui la précède.

[Illustration: _Fig. 69._ Tête de Kha-Sekhemouï (d'apr. QUIBELL.
_Hieraconpolis_, I, p. XXXIX).]


B. MONUMENTS

Presque tous les monuments, petits ou grands, que nous possédons
maintenant, proviennent de la Haute Egypte, en particulier d'Abydos, de
Negadah et, un peu plus au sud, d'Hieraconpolis, la ville où était
probablement le centre le plus ancien en Egypte du clan d'Horus le
Faucon, avant son extension vers le nord. Enfin un certain nombre
d'inscriptions et de petits objets ont été trouvés dans les environs de
Memphis, mais, comme nous venons de le voir, ceux-ci datent seulement de
la fin de l'époque thinite. Nous devons passer en revue tous ces
documents avant d'aborder le tableau d'ensemble de la civilisation
pendant cette période.


_Tombeaux_

Les princes de Thinis avaient choisi pour y creuser leurs sépultures une
large plaine sablonneuse dominée par les montagnes où commence le désert
proprement dit, aux environs immédiats de leur première capitale, au
lieu qui deviendra plus tard la ville sacrée d'Abydos. Les plus
anciennes de ces tombes, celles qui appartiennent aux premiers rois de
la Ire dynastie, et même peut-être à quelques-uns de leurs prédécesseurs
immédiats, sont de grandes fosses rectangulaires creusées dans le sol du
désert, qui ne dépassent guère cinq mètres sur sept de côté, et trois de
profondeur environ; des murs en briques crues étaient élevés contre les
parois naturelles de la fosse et le tout était recouvert, au niveau du
sol sans doute, par un plancher de bois supporté par des piliers,
également en bois; une couche de sable devait rendre la tombe invisible.

[Illustration: _Fig. 70._ Plan d'un tombeau royal à Abydos (d'après
PETRIE. _Royal Tombs_, I, pl. LX).]

Avec un plan aussi simple, le tombeau du roi se distinguait à peine de
ceux de ses sujets, et nous voyons peu à peu les souverains chercher à
donner à leur dernière demeure un caractère plus grandiose. A partir du
milieu de la Ire dynastie, les proportions de ces tombeaux augmentent
sensiblement, en profondeur autant qu'en longueur et en largeur: on ne
se contente plus de murs en briques et d'un plafond de bois, on étend un
plancher sur le sol, on lambrisse les parois, et on finit même par
dessiner le long des murailles, au moyen de murs de refend, des séries
de niches profondes qui ont presque la dimension de petites chambres.
Enfin de grands escaliers en briques crues descendent jusqu'au fond de
la salle, et autour de celle-ci, dans un fossé moins profond, sont
construites des séries de petites chambres servant de magasins pour les
provisions funéraires et de sépulture aux gens de l'entourage immédiat
du roi. Un petit monticule de sable et de galets recouvrait autrefois le
trou, et au sommet une stèle portant en grands caractères le nom du roi
signalait de loin l'emplacement de son tombeau.

[Illustration: _Fig. 71._ Stèle royale d'Abydos (d'après DE MORGAN.
_Rech. sur les origines de l'Egypte_, II, fig. _797_).]

Deux tombes seulement de rois de la IIme dynastie ont été retrouvées à
Abydos, toujours dans la même région, mais ces monuments se distinguent
très nettement des autres, par le fait surtout que la chambre funéraire
et toutes ses dépendances sont construites dans une seule et même
excavation, celle-ci pouvant atteindre des dimensions considérables.
Ainsi le tombeau de Kha-Sekhemouï, qui doit être un des derniers rois de
la dynastie, est construit sur un plan très allongé et n'a pas moins de
83 mètres de long, avec 58 pièces, parmi lesquelles la chambre
funéraire, placée au centre, est à peine plus importante que les autres.

Le monument le plus remarquable de toute la période thinite est situé à
Négadah, entre Abydos et Louxor; c'est encore un tombeau, non plus un
tombeau souterrain, mais une construction entièrement apparente. En
voyant pour la première fois cet édifice qui est encore dans un état de
conservation relativement bon, nous crûmes être en présence d'un mastaba
de l'Ancien Empire et il fallut les fouilles méthodiques qu'entreprit
immédiatement M. de Morgan pour nous prouver que nous avions sous les
yeux un monument datant d'un des plus anciens rois de la Ire dynastie;
certains savants ont voulu identifier ce souverain à Ménès lui-même,
mais la découverte récente d'un fragment des annales de l'Ancien Empire
montre qu'il s'agit sans doute de son deuxième successeur, le roi
Atet-Kenkenès.

Entièrement construit en briques crues, ce monument, dont la forme
générale est rectangulaire, a une longueur totale de 54 mètres,
exactement le double de sa largeur; un socle bas l'isole du terrain
environnant, et au-dessus de ce soubassement les murs s'élèvent,
présentant tout le long des quatre façades une série de petites niches
avec les retraits et les saillies que nous retrouverons plus tard dans
les stèles de l'Ancien Empire et qui ne font que reproduire les détails
décoratifs de l'architecture civile en briques et en bois. Aucune porte
ne permet de pénétrer dans l'intérieur, qui se compose d'un noyau
central contenant cinq pièces, dont la chambre funéraire, au milieu;
après l'ensevelissement, on avait muré les portes de ces chambres, puis
on avait édifié tout autour une série de pièces plus petites destinées à
servir de magasin, et enfin le mur extérieur avec ses niches, qui devait
clore définitivement le tombeau et le présenter aux regards sous la
forme d'un immense bloc architectural sans la moindre ouverture: au lieu
d'être enterré, comme d'habitude, le mort était emmuré.

Enfin, dans les substructions du temple plus récent d'Hieraconpolis, on
a retrouvé un long mur circulaire, en pierres grossièrement assemblées,
qui représente sans doute l'enceinte du premier temple bâti en cet
endroit sous les dynasties thinites, ainsi que semblent le prouver un
montant de porte sculpté au nom du roi Kha-Sekhemouï et d'autres objets
de la même époque. On n'a jusqu'ici signalé aucun autre édifice royal,
temple ou tombeau de cette période.

[Illustration: _Fig. 72._ Tombe d'époque thinite (d'après REISNER.
_Predynastic cemeteries_, I, pl. IV).]

Quant aux tombeaux des particuliers, ils sont toujours d'une grande
simplicité: la fosse, un peu plus grande qu'autrefois, est rectangulaire
ou carrée, ses parois sont en général revêtues de briques crues, et un
plafond de bois ou de dalles de pierre recouvre le tout; elle comprend
parfois plusieurs chambres. Le mort y est le plus souvent couché sur le
côté gauche, la tête au sud, dans la position dite embryonnaire ou
assise; on ne rencontre que rarement des exemples de démembrement
complet, comme c'est le cas vers la fin de la période précédente, mais
on retrouve par contre souvent la petite tombe ovale et la tombe-ciste.


_Mobilier funéraire_

Les tombeaux royaux ne nous sont point parvenus intacts; ils n'étaient
pas suffisamment protégés, et les violateurs de sépultures y
pénétrèrent; puis des incendies éclatèrent dans ces constructions où le
bois entrait pour une grande part, et le mobilier funéraire en souffrit
considérablement. D'après ce qui en reste, nous pouvons néanmoins nous
faire une idée exacte de ce que ce mobilier devait être à l'origine, de
la variété et de la richesse des objets qui le composaient.

[Illustration: _Fig. 73._ Jarre en terre (d'ap. PETRIE. _Abydos_, I, pl.
XXXII No _100_).]

Les vases en terre sont de toutes formes et d'une grande abondance; tous
servaient à serrer des provisions, grains ou liquides, dont on a encore
retrouvé des traces, et étaient amoncelés dans les petites salles
annexes du tombeau, qui servaient de magasins; d'immenses jarres,
soigneusement fermées au moyen d'une écuelle et d'un bouchon d'argile,
et alignées les unes à côté des autres, contenaient du vin, peut-être
aussi de l'huile; dans d'autres pièces, des cruches plus petites ou de
grandes écuelles renfermaient du blé, de l'orge, des fruits, des
viandes. Tous ces vases étaient des objets d'un usage courant, vulgaire
même, et non des ustensiles de luxe; ils ne manquent pas d'un certain
galbe, d'une élégance de lignes qui se retrouve dans tout objet
provenant de l'ancienne Egypte, mais leur facture est sommaire, l'argile
employée est grossière, la cuisson souvent défectueuse.

[Illustration: _Fig. 74 et 75._ Vases cylindriques en terre (d'ap.
AYRTON. _El-Mahasna_, pl. XXXIII).]

Si la céramique, ravalée à des usages inférieurs, est moins soignée que
celle de la période prédynastique, nous remarquons par contre un progrès
immense réalisé dans l'industrie des vases de pierre: toute la vaisselle
des rois et des gens de qualité se composait en effet d'ustensiles
taillés avec une habileté incroyable, qui n'a jamais été égalée plus
tard, en aucun endroit et à aucune époque. Les ouvriers travaillent
indifféremment le calcaire, l'albâtre et le grès, le granit, la diorite,
la diabase et le porphyre, sans que jamais la pierre la plus dure semble
constituer pour eux le moindre obstacle. Ils s'attaquent même à
l'obsidienne et au cristal de roche et réussissent à en tirer des petits
vases et des coupes d'une perfection inouïe. Des instruments dont ils se
servaient pour venir à bout de ces chefs-d'oeuvre, nous ne connaissons
que le plus important, celui qui servait à évider l'intérieur du vase,
une sorte de vilebrequin à lame latérale, garni dans le haut d'un lourd
contrepoids servant de volant.

[Illustration: _Fig. 76-79._ Coupes en pierre dure (d'après PETRIE.
_Royal Tombs_, II pl. XLVII, XLVIIB, XLVIII).]

Au point de vue de la forme, la variété de ces vases est très grande. Il
y a d'abord la coupe, pour laquelle on employait de préférence
l'albâtre, le calcaire, le grès, le quartz, et qui servait en même temps
d'assiette et d'écuelle. Elle est plate ou plus ou moins profonde,
souvent même plus haute que large; son fond est plat ou arrondi, ses
parois généralement droites, mais parfois le rebord se retourne
légèrement vers l'intérieur. Puis les grandes jarres d'albâtre, imitées
du modèle très répandu de la poterie ordinaire, et dont quelques-unes
atteignent jusqu'à un mètre de hauteur; les vases globulaires à fond
plat et à petites anses, les uns minuscules, les autres de très grandes
dimensions; les vases sphéroïdes à rebord aplati et anses de suspension,
en granit, diorite ou porphyre, dont la panse est unie ou côtelée et qui
sont souvent de pures merveilles; enfin les nombreux vases cylindriques,
généralement en albâtre. On pourrait encore mentionner d'autres formes
moins courantes, entre autres les vases en forme d'animaux. Tous ces
modèles se retrouvent en très grande abondance dans les tombeaux des
rois et même dans ceux des particuliers de l'époque. Etant donnée la
matière employée, on pourrait encore faire rentrer dans cette catégorie
les petites tables d'albâtre, sorte de guéridons formés d'un disque
monté sur un pied très bas, qui servaient de tables à manger, et qui
deviennent surtout fréquentes à partir de l'Ancien Empire.

[Illustration: _Fig. 80 et 81._ Vases de pierre (d'après PETRIE. _Royal
Tombs_, II, pl. XLIX, et l'original).]

La faïence fait sa première apparition avec des vases, des plaquettes et
divers fragments en terre vernissée, à couverte d'un vert parfaitement
homogène, mais qui peut-être était bleu à l'origine; ce genre de faïence
devait continuer à être employé à toutes les époques du royaume
pharaonique.

[Illustration: _Fig. 82 et 83._ Bracelets de la Ire dynastie (d'après
VERNIER. _Bijoux et orfèvrerie_, I, pl. V).]

Vu leur fragilité même, beaucoup d'objets qui se trouvaient dans les
tombes royales ont disparu ou ne nous sont parvenus qu'à l'état de
fragments: ainsi tout ce qui était en bois ou en ivoire, figurines,
plaquettes, coffrets incrustés, meubles sculptés souvent ornés de pieds
de taureau ou de lion, d'un travail exquis. Un hasard heureux a fait
retrouver aussi de belles perles en or et des bracelets en or, améthyste
et grenat qui sont aussi bien composés qu'exécutés, et qui dénotent,
chez les bijoutiers de ce temps, une pratique du métier déjà très
grande.

[Illustration: _Fig. 84._ Poignard en silex à poignée d'or (d'apr. J. DE
MORGAN. _Rech. sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _136_).]

Les progrès de la taille du silex sont au moins aussi remarquables que
ceux de la fabrication des vases en pierre dure. Les grands couteaux
recourbés du tombeau de Negadah et les longs éclats retaillés sur une
seule face, avec des retouches d'une régularité parfaite, ne sauraient
trouver leurs égaux en aucun pays du monde; ces derniers servaient de
poignards, et l'un d'eux est enveloppé sur une partie de sa longueur
d'une feuille d'or ciselé formant poignée. A côté de ces armes on
trouve, toujours dans les tombeaux des rois, un grand nombre de pointes
de flèches qui ne leur cèdent en rien pour la beauté de la forme et du
travail.

[Illustration: _Fig. 85 et 86._ Pointes de flèches, Abydos (d'apr. DE
MORGAN. _Rech. sur les orig. de l'Eg._, I, fig. _210_, _219_).]

Nous avons déjà vu çà et là, pendant l'époque précédente, des objets de
cuivre; à partir des premiers rois thinites, l'usage de ce métal est
très répandu. On s'en sert non seulement pour des outils ou des armes,
mais aussi pour des vases, grandes coupes creuses, vases globulaires
avec anse mobile ou aiguières verseuses à bec recourbé, qui témoignent
déjà d'une grande habileté en matière de chaudronnerie; les ouvriers
s'entendaient aussi bien à travailler à l'embouti qu'à souder et à river
les pièces ensemble.

[Illustration: _Fig. 87._ Plaque de schiste (d'après LEGGE. _Proc. of
the Soc. of Bibl. Arch._, XXII pl. II).]

Parfois encore les tombeaux des particuliers nous livrent de ces plaques
de schiste que nous avons signalées dans les sépultures prédynastiques,
mais on n'en a rencontré que rarement dans les tombes royales; l'usage
de ces objets dans le mobilier funéraire tendait à disparaître, par
contre on en employait d'analogues pour le service du culte divin. Ces
plaques de schiste d'un nouveau modèle, dont quelques-unes de très
grandes dimensions, sont couvertes de sculptures en bas-relief qui ont
pour nous non seulement de l'intérêt au point de vue artistique, mais
nous donnent encore souvent des renseignements historiques importants.
On y voit représentées, sous forme symbolique, une campagne victorieuse,
la destruction de cités ennemies, la soumission des vaincus, tandis que
sur d'autres on ne remarque que des animaux de toute sorte, en
particulier ces espèces de panthères dont le cou d'une longueur très
exagérée entoure le godet central qui paraît être la partie la plus
importante de la plaque, mais dont nous ne connaissons pas encore le but
exact. Quoi qu'il en soit, ces plaques de schiste sculptées, qui sont de
véritables oeuvres d'art, paraissent être des objets votifs, comme les
énormes masses d'armes votives en pierre, couvertes de bas reliefs, qui
étaient déposées dans le temple d'Hieraconpolis.

[Illustration: _Fig. 88._ Statue archaïque, à Turin (d'ap. PETRIE.
_Photographs_, No _2_).]

Ces monuments sont en somme les premiers bas-reliefs égyptiens; c'est de
la même époque que datent les premières oeuvres de la statuaire, qui,
bien que souvent un peu lourdes de forme, possèdent déjà la plupart des
qualités des statues de l'Ancien Empire. Ces objets sont du reste assez
rares: quelques statues de petites dimensions, de rois ou de
particuliers, des statuettes d'hommes ou de femmes en ivoire, et des
figurines en diverses matières, représentant des animaux.


_Inscriptions_

Parmi tous ces monuments, les plus importants pour nous, et de beaucoup,
sont ceux qui portent des inscriptions. Les plus anciens documents
écrits appartiennent aux premiers souverains ayant régné sur les deux
parties du pays, et l'invention de l'écriture, qui est la
caractéristique de l'époque thinite, ne semble pas avoir été de beaucoup
antérieure à ces débuts de l'histoire égyptienne. Il ne s'agit pas
encore de textes, à proprement parler, mais d'inscriptions très courtes
donnant des noms, des titres, et la mention sommaire, au moyen de
quelques signes seulement, d'événements importants. En la comparant à
celle des époques suivantes, on voit que cette écriture est encore dans
son enfance, mais en même temps on peut constater qu'elle a non
seulement le caractère pictographique propre à toutes les écritures
primitives, mais qu'elle possède déjà tous les éléments phonétiques et
alphabétiques qui constituent le système hiéroglyphique. Les signes ne
sont pas encore disposés suivant un ordre rigoureux, comme plus tard,
mais ils sont déjà dessinés avec une précision remarquable, et ceux qui
sont en usage à ce moment-là se modifieront à peine au cours des
siècles. L'Egyptien, profondément artiste, avait trouvé, presque sans
tâtonnement, semble-t-il, le type d'écriture qui lui convenait et
auquel il devait se tenir pendant des milliers d'années.

[Illustration: _Fig. 89._ Tablette en ébène (d'ap. PETRIE. _Royal
Tombs_, I, pl. XV, no _16_).]

Les documents écrits de la période thinite appartiennent pour ainsi dire
tous au roi lui-même ou à son entourage immédiat. Parmi les monuments
royaux, il faut citer en première ligne les grandes stèles de pierre
dressées sur les tombeaux et qui ne contenaient que le nom du roi en
grands caractères; il en est de même des montants de porte de
Kha-Sekhemouï au temple d'Hieraconpolis et des bas-reliefs du Sinaï où
le nom accompagne seul la figure de Mersekha massacrant ses ennemis. De
petites plaquettes en bois ou en ivoire, destinées à commémorer un
événement, une victoire, une cérémonie religieuse ou une inauguration
d'édifices, portaient, en plus des représentations figurées et du nom
royal, un très court texte explicatif. Enfin, sur la grande plaque de
schiste et les massues votives d'Hieraconpolis, il n'y a, à côté des
représentations, que le nom du roi, qui se retrouve également, isolé,
sur beaucoup de petits objets de toute espèce.

[Illustration: _Fig. 90._ Empreinte de cylindre (d'après PETRIE. _Royal_
Amenemhat III).]

Chaque employé supérieur de l'administration avait son cachet officiel,
cylindre gravé en creux, portant son titre et son emploi, à côté du nom
du roi; ces cylindres servaient entre autres à sceller les produits dont
les fonctionnaires avaient la surveillance, et ils étaient apposés sur
les énormes bouchons d'argile fermant les grandes jarres où l'on
conservait les provisions destinées au roi mort. Ces empreintes, qui
sont le plus souvent encore très nettes, forment l'ensemble le plus
important et le plus varié des inscriptions de l'époque thinite. C'est
aussi, sans aucun doute, à des officiers royaux et à de grands
personnages de la cour qu'appartenaient les nombreuses petites stèles
portant simplement leur nom et indiquant la place de leur sépulture dans
les dépendances des tombeaux royaux.

[Illustration: _Fig. 91._ Protocole du roi Amenemhat III.]

Ce n'est pas sous la forme d'un cartouche ovale, comme on a l'habitude
de le voir dans tous les monuments depuis l'Ancien Empire, que se
présente ici le nom du roi: il est renfermé dans un rectangle terminé
dans le bas par un motif architectural et surmonté d'un faucon. Il est
nécessaire, pour expliquer cette différence qui peut paraître étrange au
premier abord, de jeter un coup d'oeil sur la titulature complète des
rois d'Egypte, à la bonne époque. A côté d'un nombre très variable
d'épithètes pompeuses où la fantaisie des scribes se donne libre
carrière, le protocole royal comporte cinq noms différents précédés
chacun d'un titre spécial; ainsi la titulature complète d'Amenemhat III,
un des derniers rois de la XIIme dynastie (fig. 91), se présente de la
façon suivante:

Le premier de ces titres, celui dans lequel le faucon surmonte un
édifice où est gravé le nom, représente le nom sacré du roi, son nom
d'Horus, celui par lequel il affirme sa descendance divine, sa qualité
d'héritier légitime du dieu fondateur de la monarchie. Les deux suivants
ont moins d'importance et paraissent rarement isolés en dehors du
protocole complet. Quant aux deux derniers, avec les noms renfermés dans
des cartouches, ce sont, à l'époque classique, les vrais titres
officiels du roi, les seuls employés couramment pour désigner le
pharaon: l'un, que nous avons l'habitude d'appeler le prénom, est
surmonté du double titre «roi de la Haute et roi de la Basse Egypte»;
c'était le nom que se donnait le roi au moment de son couronnement,
tandis que son ancien nom de prince royal, son nom de famille en quelque
sorte, trouvait place dans le dernier cartouche, avec l'épithète «fils
du soleil», qui fait ressortir une fois de plus le caractère divin ou
semi-divin de la royauté. Tous ces titres n'ont ni la même origine ni la
même ancienneté. Le premier en date est aussi le premier de la série,
le nom d'Horus; jamais, sur leurs monuments, les premiers rois de la
première dynastie ne sont désignés par un autre nom que celui qui,
enfermé dans le rectangle qui figure le palais royal, est surmonté du
faucon, image du dieu Horus. Le souverain n'est donc pas appelé à
l'origine «le roi d'Egypte un tel» mais «l'Horus un tel»; plus tard,
sous la IIme dynastie, certains rois qui étaient sans doute originaires
de la Basse Egypte tentèrent, comme le fit Perabsen, de remplacer le
faucon par l'animal typhonien Set, et se nommèrent alors «le Set un tel»
(fig. 93); d'autres enfin réunirent les deux emblèmes divins, comme
Kha-Sekhemouï qui se donne le titre de: «Horus-Set-Kha-Sekhemouï» (fig.
94).

[Illustration: _Fig. 92._ Noms de rois de la Ire dynastie.]

[Illustrations:
  _Fig. 93._ Nom du roi Perabsen.
  _Fig. 94._ Nom du roi Kha-Sekhemouï.
  _Fig. 95._ Nom du roi Den-Setouï.]

Dès l'origine, cependant, les rois prirent le titre de «maître des
diadèmes du Sud et du Nord», titre qui vient se placer à côté du
premier, mais n'est pas accompagné d'un nom nouveau. Enfin, à partir du
milieu de la Ire dynastie, nous voyons apparaître un second nom tout à
fait différent de l'autre, avec le titre de «roi de la Haute et de la
Basse Egypte» (fig. 95). Ce nom n'est pas encore enfermé dans un
cartouche, comme cela aura lieu plus tard. Quant aux deux autres titres,
celui de «Horus d'or», ou de «Horus vainqueur», et celui de «fils du
soleil», ils ne paraissent que beaucoup plus tard, dans le courant de
l'Ancien Empire.

Dans les listes royales d'époque postérieure, les pharaons, même les
plus anciens, sont toujours désignés par leurs noms de rois de la Haute
et de la Basse Egypte, jamais par leurs noms d'Horus. Or les monuments
de l'époque ne nous donnent la concordance entre les deux noms que pour
trois rois de la Ire dynastie: Den-Setouï (Ousaphaïs), Azab-Merbapa
(Miebis) et Mersekha-Semempsès. Pour tous les autres rois thinites, nous
n'avons que le nom d'Horus, ce qui rend leur assimilation assez
difficile; néanmoins, on est arrivé à les grouper de façon assez
satisfaisante.


C. CIVILISATION

L'organisation de la royauté, l'invention de l'écriture, les débuts de
l'architecture, le développement des arts et de l'industrie marquent un
progrès immense de l'époque thinite sur la période précédente, une
transformation radicale dans l'état général du pays. Après avoir étudié
les monuments, il nous reste à passer aux conclusions que nous pouvons
en tirer quant à ce nouveau stage de la civilisation.


_Royauté_

Le roi est un Horus, donc non seulement un monarque de droit divin ou un
représentant du dieu sur la terre, mais un roi-dieu, planant en quelque
sorte au-dessus de l'humanité. Tout lui appartient ici-bas, tout gravite
autour de lui. Détenteur du pouvoir spirituel aussi bien que du pouvoir
temporel, il organise le culte des dieux, ses pères et ses frères, il
commence à leur faire construire de vrais temples au lieu des petits
édicules en bois entourés d'une enceinte ou des huttes en branchages qui
sont encore presque partout les sanctuaires des diverses divinités.
Quant à lui-même, il habite des palais dont le cadre qui entoure son nom
nous a conservé une image sommaire et, après sa mort, il repose dans un
tombeau somptueux, entouré d'un monceau de provisions pour l'éternité.
Les membres de sa famille paraissent à peine à côté de lui.


_Tribus_

La présence, à côté du roi, dans les grandes cérémonies, des enseignes
symboliques du faucon, du chacal, de l'ibis, semble indiquer que les
anciennes tribus subsistent toujours, non plus indépendantes, mais
devenues vassales de la couronne. Cependant ces emblèmes pourraient
aussi être de nature purement religieuse et s'appliquer à des divinités
plutôt qu'à des groupements de la population.


_Fonctionnaires_

Autour du roi se trouvaient une quantité de fonctionnaires, depuis ceux
qui étaient attachés à la personne même du souverain, le porte-sandales
et le porte-éventail, jusqu'aux chefs artisans qui semblent avoir eu une
position privilégiée. Puis venaient tous ceux qui étaient préposés aux
domaines royaux, qui surveillaient l'emmagasinage des récoltes et dont
les sceaux étaient apposés sur les bouchons des jarres à provisions.
Tous ces personnages forment l'entourage immédiat du roi et se font
enterrer à côté de lui, parfois même dans les dépendances de la
sépulture royale. Comme leur souverain, ils perpétuent le souvenir de
leur tombeau par une stèle placée au-dessus, en évidence, stèle où leur
nom seul est sommairement gravé sur une pierre à peine dégrossie.


_Peuple_

C'est dans les centres, et particulièrement autour du roi, que nous
pouvons suivre le développement de cette civilisation nouvelle: jusqu'à
quel point put-elle pénétrer dans la masse même de la population, chez
les habitants des campagnes? Les tombeaux de ceux-ci, disséminés le long
des coteaux de sable qui bordent la vallée, comme ceux de leurs
prédécesseurs, nous montrent à quoi nous en tenir à ce sujet et, somme
toute, nous voyons qu'à part quelques modifications de détails, la
situation du peuple n'a guère changé. Si les habitants du pays revêtent
maintenant leurs tombeaux de briques, ils les creusent toujours aux
mêmes endroits et leur donnent à peu près les mêmes dimensions
qu'auparavant. Le mobilier funéraire est le même, à peine un peu
modernisé quant à la forme des vases; les outils et les armes ne sont
pas modifiés et ce n'est encore que rarement qu'on voit paraître des
objets de cuivre à côté des silex taillés toujours en usage.

Comme jadis, les habitants des campagnes ne se préoccupaient guère des
progrès de l'écriture ou de l'architecture, et vivaient de chasse et de
pêche, d'élevage et d'agriculture. Le cuivre fournissait aux pêcheurs un
nouvel engin, le petit hameçon, mais il changeait à peine l'armement des
chasseurs. L'agriculture était en progrès, sans doute grâce aux efforts
de l'administration royale. Le roi possédait-il lui-même des champs de
blé et d'orge d'où il tirait ses approvisionnements ou les
abandonnait-il aux cultivateurs moyennant une forte redevance en nature,
c'est ce dont nous ne pouvons nous rendre compte; peut-être y avait-il
des terres de la couronne et des terres privées, comme ce devait être le
cas plus tard. En tous cas le roi possédait des jardins spéciaux, enclos
de murs, qui étaient l'objet d'une surveillance particulière, et où l'on
cultivait entre autres la vigne. Les employés du gouvernement
apportaient aussi un soin particulier aux irrigations, notaient avec
soin la cote exacte de chaque crue du Nil, et faisaient creuser les
premiers canaux.

Les artisans, les gens de métier, vivaient surtout dans les centres,
mais les habitants des campagnes fabriquaient eux-mêmes les objets dont
ils avaient besoin, en particulier ce qui concernait le vêtement.
Pendant que les hommes s'occupaient de chasse, de pêche et des travaux
des champs, les femmes se chargeaient de filer et de tisser la toile.


_Commerce extérieur_

La plupart des matières premières qu'employaient les Egyptiens
provenaient du pays même, mais d'autres devaient être cherchées plus
loin, souvent à de grandes distances. Ainsi certaines pierres dures,
employées pour fabriquer des vases ou des objets d'ornement, ne se
trouvent que dans des montagnes situées en plein désert; il en est de
même de l'or. Le roi envoyait-il des expéditions pour recueillir ces
matières précieuses, ou bien les nomades les apportaient-ils jusqu'en
Egypte, il nous est impossible de le savoir. Le cuivre venait de plus
loin vers le sud, et des gisements de turquoises, comme ceux du Sinaï,
étaient déjà exploités par les Egyptiens; peut-être aussi le commerce
extérieur en amenait-il dans le pays des quantités plus ou moins
considérables.

L'obsidienne employée en Egypte provient de l'île de Milo, dans
l'Archipel, et ce fait montre qu'il continuait à y avoir entre les deux
peuples, malgré l'obstacle que leur opposait la mer, des relations
suivies; la présence de poterie égéenne dans les tombeaux royaux
d'Abydos est une preuve de plus du commerce qui se faisait à cette
époque sur la Méditerranée.

La similitude très marquée qui existe entre certains objets de la
Chaldée primitive et les monuments de l'Egypte thinite a fait envisager
par certains savants la possibilité d'une origine commune des deux
races. Cette hypothèse, comme je l'ai dit plus haut, doit sans doute
être abandonnée, car la civilisation égyptienne est certainement
originale et africaine. Les infiltrations sémites qui ont pu se produire
dans la vallée du Nil sont beaucoup moins importantes qu'il ne le
paraissait d'abord et il se peut fort bien qu'elles soient dues
uniquement à des relations commerciales entre l'Egypte et les pays de
l'est et du sud-est, par la mer Rouge. Ainsi des voyageurs, des
commerçants peuvent avoir apporté d'Egypte en Chaldée ou de Chaldée en
Egypte, des cylindres servant de sceaux, et cette nouveauté ayant été
appréciée, la mode s'en sera répandue facilement; rien du reste ne
prouve que l'usage du cylindre ait été inventé en Mésopotamie plutôt que
dans la vallée du Nil. Il en est de même de certains petits vases à
parfums, spécialement de ceux à formes animales.

Quant à la question de l'écriture, qui a été invoquée comme preuve de
l'origine commune des deux plus anciennes civilisations de l'Orient,
elle n'est pas suffisamment concluante. La première écriture d'un peuple
sortant de la barbarie est nécessairement pictographique, aussi
peut-elle avoir débuté indépendamment dans les deux pays; en effet les
signes hiéroglyphiques qui en Babylonie et en Egypte se ressemblent,
n'ont pas la même valeur phonétique, et appartiennent à deux langues
très différentes. Là l'écriture primitive se transforme rapidement,
devient linéaire, puis cunéiforme, tandis qu'en Egypte elle reste
pendant des milliers d'années une écriture hiéroglyphique.

[Illustration: _Fig. 96._ Chien en ivoire (d'ap. DE MORGAN. _Rech. sur
les orig. de l'Egypte_, II, fig. _698_).]



[Illustration: _Fig. 97._ La Pyramide à degrés de Saqqarah.]



CHAPITRE V

ANCIEN EMPIRE

(De 3400 à 2200 av. J.-C. environ.)


Ce nom d'Ancien Empire, adopté dans un temps où l'on considérait comme
légendaires les deux dynasties thinites, s'applique à toute la période
où l'Egypte fut gouvernée par des rois du nord, Memphites ou
Héliopolitains, période de paix et de prospérité pour le pays qui
atteint peu à peu un très haut degré de développement dans tous les
domaines. C'est une succession de rois sages et puissants, dont
l'autorité n'est pas discutée et dont la politique consiste, non à
chercher au dehors des conquêtes et des aventures, mais à augmenter la
richesse du pays par ses propres moyens, en utilisant et en développant
toutes ses forces naturelles, autant celles du sol que celles de ses
habitants.


A. HISTOIRE

L'Ancien Empire occupe dans l'histoire un laps de temps de 1200 ans
environ, et se place approximativement, puisque nous ne pouvons donner
de date exacte et que nous sommes obligés, dans le domaine
chronologique, de nous en tenir à des à peu près, entre 3400 et 2200
avant notre ère; quatre dynasties se succèdent, puis vient une chute
brusque, une période de luttes intérieures, l'époque féodale, pendant
laquelle se prépare l'avènement du Moyen Empire thébain.


_IIIe dynastie_

Nous avons vu se produire, au cours de la IIme dynastie un certain
flottement; le royaume du nord, absorbé par Ménès et ses successeurs, se
ressaisit peu à peu et cherche à reprendre les rênes du pouvoir. Après
de longs efforts, les princes memphites arrivent à supplanter leurs
suzerains et à coiffer eux-mêmes la double couronne; il ne semble pas y
avoir eu de révolution ni de luttes sanglantes, la transition est trop
lente pour avoir été brutale et c'est sans doute en suite d'une série
d'alliances qu'une des familles finit par supplanter l'autre. Les rois
memphites se considèrent comme les héritiers directs et légitimes des
rois thinites. Loin de renier leurs prédécesseurs, ils continuent leur
oeuvre et prennent leurs titres sans aucune modification; ils deviennent
des Horus et non, comme on pourrait le croire, des Set, et se donnent
également les titres de «maître des diadèmes du Sud et du Nord» et de
«roi de la Haute et de la Basse Egypte». Ce dernier titre est suivi d'un
nom spécial, qui n'est pas encore enfermé dans un cartouche. Rien n'est
changé, ni dans l'organisation du pays, ni dans les moeurs; c'est encore
la période de transition dans laquelle rentrent également les rois
thinites de la IIme dynastie et les rois memphites de la IIIme, si
intimement liés malgré la différence de leur origine qu'il est souvent
difficile de distinguer sur les monuments contemporains ce qui
appartient aux uns plutôt qu'aux autres.

Manéthon donne pour la IIIme dynastie neuf rois avec 214 ans de règne,
mais ses transcriptions de noms sont très fantaisistes et il est
difficile de les identifier avec les noms des neuf ou dix souverains que
nous connaissons d'après les monuments, et qui appartiennent
certainement à cette époque. Aucun événement saillant ne marqua le règne
de la plupart de ces rois, sauf une invasion libyenne sous le premier de
ceux-ci, le Nekherôphès des Grecs, le Babaï des listes, invasion qui se
termina, dit-on, par l'apparition d'un phénomène céleste devant lequel
les Libyens reculèrent épouvantés, sans combat. Les Egyptiens des
époques postérieures avaient cependant conservé très vivant le souvenir
de certains de ces souverains, Nebka, Djeser-Teta, Houni, mais surtout
du plus important d'entre eux qui est, à n'en pas douter, le vrai
fondateur de l'Empire memphite, Tosorthros, celui de Djeser qui porte le
nom d'Horus Nouterkha; auteur de livres scientifiques, il s'appliqua
surtout à développer l'écriture et l'architecture, et nous pouvons
constater le bien-fondé de cette légende car nous avons en effet de lui
des constructions très importantes, comme la pyramide à degrés de
Saqqarah, le plus ancien de ces immenses monuments funéraires, et,
immédiatement après son règne, les premières grandes stèles tombales
couvertes de textes. En outre la tradition lui attribuait certaines
fondations pieuses, comme l'organisation du culte d'Isis à Philae, que
relate tout au long une stèle de basse époque dans l'île de Sehel. Cette
figure bien réelle du roi Djeser domine et éclaire toute la IIIme
dynastie qui sans elle serait une des plus inconsistantes et des moins
connues de toute l'histoire d'Egypte.


_IVe dynastie_

Le passage d'une dynastie à l'autre s'opéra sans secousse,
naturellement; comme le dit un texte littéraire très ancien: «En ce
temps-là, la Majesté du roi Houni arriva au port (c'est-à-dire mourut)
et la Majesté du roi Snefrou s'éleva en roi bienfaisant, sur la terre
entière»; c'est une famille nouvelle recueillant l'héritage d'une
famille parente qui s'éteint. Les huit rois de cette dynastie, qui,
toujours d'après Manéthon, occupèrent le trône pendant 284 ans, nous ont
laissé des témoins indestructibles de leur puissance, les pyramides,
l'effort architectural le plus gigantesque qui ait jamais été tenté.

[Illustration: _Fig. 98._ Bas-relief de Snefrou au Sinaï (d'après J. DE
MORGAN. _Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. 594).]

Avec le premier de ces rois, Snefrou, commence une période de grande
prospérité pour l'Egypte; les tombeaux des simples particuliers
deviennent de véritables monuments, et lui-même se fait construire deux
pyramides. La richesse est très grande dans le pays, conséquence d'une
administration sage et prévoyante, et les arts ne tâtonnent plus, ayant
atteint l'expression parfaite dont ils ne s'écarteront plus guère. De
son oeuvre personnelle, nous savons peu de chose, sinon qu'il organisa
de façon définitive l'exploitation des mines du Sinaï, fortifiant ainsi
la marche orientale de l'Egypte contre les incursions des bandes sémites
de la Syrie méridionale.

[Illustration: _Fig. 99._ Khéops (d'après PETRIE. _Abydos_, II, pl.
XIV).]

Son successeur, Khéops ou Khoufou, continua son oeuvre et fut plus
puissant encore. Le travail colossal nécessité par la construction de sa
pyramide avait rendu son nom légendaire, et les Grecs voyaient en lui un
tyran qui avait écrasé son peuple de corvées, tandis que les Egyptiens
vénéraient son souvenir, que son culte funéraire se perpétuait et qu'il
fut toujours considéré comme un des plus grands rois d'Egypte. Il fonda
des temples et continua d'encourager les travaux miniers au Sinaï.

[Illustration: _Fig. 100._ Dadefra--Fouilles d'Abou-Roash--Louvre
(photographie de M. E. Chassinat).]

[Illustration: _Fig. 101._ Khéfren (photogr. de E. Brugsch-Pacha).]

Après la mort de Khéops des compétitions s'élevèrent dans sa famille, et
son premier successeur, Dadefra (Ratoïses), fut renversé après un règne
plus ou moins long, sa pyramide fut rasée, ses statues mises en
miettes, sa mémoire effacée presque complètement. Le frère de ce
dernier, Khefren ou Khafra, monta alors sur le trône, et si nous ne
savons rien de son oeuvre pendant son long règne, nous avons du moins de
lui des monuments extrêmement remarquables, sa pyramide, le grand sphinx
de Giseh et des statues qui sont de pures merveilles. La légende
transmise par Hérodote dit que lui aussi fut considéré comme un tyran
odieux et que, comme son père Khéops, sa dépouille mortelle fut arrachée
de son tombeau et mise en pièces par le peuple révolté, mais cette
légende ne repose sur aucune base sérieuse.

[Illustration: _Fig. 102._ La grande pyramide et le sphinx de Gizeh.]

[Illustration: _Fig. 103._ Mycérinus (d'après MASPERO. _Musée Egyptien_
I, pl. IX).]

Puis vint Menkaoura, le Mycérinus des Grecs, dont la réputation de
justice et de piété se perpétua jusqu'à la fin de l'empire pharaonique;
lui aussi se fit construire une pyramide et sculpter des statues
splendides, et continua l'exploitation des mines du Sinaï. Il fut le
dernier grand roi de sa race, ses successeurs nous sont à peine connus,
et la IVme dynastie finit sans que nous puissions nous rendre compte de
quelle manière; sans doute des rois incapables se virent peu à peu
supplanter par des personnages plus énergiques, plus populaires et
disposant d'un parti puissant. Un oracle avait prédit à Khéops que sa
famille allait disparaître et qu'après quelques générations une race
nouvelle, race d'origine divine, issue de Râ lui-même, le dieu-soleil,
monterait sur le trône à sa place. S'inclinant devant la volonté divine,
Khéops n'avait même pas songé à détruire pendant qu'ils étaient faibles
encore, les premiers représentants de cette famille qui devait
déposséder la sienne.


_Ve dynastie_

Avec l'avènement de ces nouveaux rois, originaires d'Héliopolis--et non
d'Eléphantine, comme le dit Manéthon,--qui se considèrent comme
engendrés par le dieu-soleil lui-même et adoptent définitivement dans
leur protocole le titre jusqu'alors peu employé de «fils de Râ», le
caractère théocratique de la royauté s'accuse de plus en plus. C'est le
triomphe des prêtres d'Héliopolis, métropole religieuse de la Basse
Egypte, les vrais fondateurs de la religion égyptienne, qui en arrivent
à grouper autour de leur dieu-soleil tous les dogmes locaux d'origine si
disparate, et à constituer un ensemble homogène, acceptable pour tous
les Egyptiens. Non contents de cette centralisation religieuse, ils
réussissent à mettre la main sur le pouvoir temporel, avec les neuf rois
de la Vme dynastie qui, au dire de Manéthon, régnèrent pendant 218 ans,
et même après ce temps, ces prêtres du soleil surent garder pendant de
longs siècles une influence prépondérante sur le pouvoir civil.

[Illustration: _Fig. 104._ Neouserra (d'après MASPERO. _Musée Egyptien_,
I, pl. X).]

Ouserkaf fut le premier de sa race; sans doute il dut réorganiser
l'administration sur de nouvelles bases, et si nous savons peu de choses
de lui, nous connaissons mieux ses successeurs qui continuèrent son
oeuvre. Sahoura d'abord, puis Neferarkara et Shepseskara, plus tard
Neouserra-An, Menkaouhor et Dadkara-Assa. Tous sont des monarques
puissants et d'une activité qui s'étend d'un bout à l'autre du royaume
et même au delà de ses frontières: ils contiennent les hordes libyennes
et soudanaises qui cherchent à s'introduire dans le pays, ils envoient
dans le sud de la Palestine des expéditions devant leur assurer la
suprématie effective sur des voisins instables qui pouvaient devenir
menaçants, ils reprennent de façon suivie les exploitations minières du
Sinaï, ils entretiennent sur la mer une flotte imposante qui doit
servir en même temps à développer le commerce égyptien et à imposer le
respect des pharaons dans les pays avoisinants. A l'intérieur, ils
construisent des pyramides qui, pour être moins colossales que celles de
leurs devanciers, leur sont supérieures au point de vue de la
décoration, et des temples monumentaux comme ceux qu'ils dédièrent au
soleil dans les environs de leur capitale. D'une manière générale, leur
administration, dont nous ne connaissons pas les détails ni même le
programme particulier, fut bienfaisante pour le pays dont la prospérité
augmente de plus en plus; la paix et l'ordre règnent dans toute la
vallée du Nil. Les prêtres exercent une influence considérable et tous
les hauts fonctionnaires se rattachent de près ou de loin au sacerdoce;
ils semblent du reste avoir travaillé non pas dans un but
d'accaparement, mais pour le bien général du pays.

Le dernier roi de la dynastie, Ounas, n'est pas l'un des moins
importants et des moins puissants, et il termine dignement la série des
princes de sa famille; c'est sans doute parce qu'il n'eut pas de
descendants directs que le pouvoir passa après lui en d'autres mains, et
non ensuite d'un bouleversement politique.


_VIe dynastie_

Les rois memphites qui succèdent directement aux héliopolitains
continuent leur oeuvre, mais moins brillamment pour commencer,
semble-t-il, car nous ne savons presque rien de Teti et d'Ouserkara, les
deux premiers souverains d'une famille qui, d'après Manéthon, compta six
rois et 203 ans de règne. Après eux vient une courte période de gloire
sur laquelle nous sommes admirablement renseignés par de nombreux
monuments, et surtout par les biographies de certains hauts
fonctionnaires comme Ouna et Herkhouf, période que domine le roi Pepi
I, un des plus célèbres parmi les pharaons: son activité est intense, il
fait construire et travailler sur tous les points de l'Egypte et son nom
se retrouve à Tanis, à l'extrême nord du Delta, aussi bien que sur les
rochers de granit de la Ire cataracte, dans les mines du Sinaï comme
dans les carrières du Ouadi-Hammamat. Il s'occupe lui-même de
l'administration de la justice et des missions spéciales à donner aux
plus capables de ses sujets; il multiplie les décrets établissant les
droits des grands sanctuaires et instituant des fondations pieuses; il
rassemble une armée et des vaisseaux pour écraser les nomades asiatiques
redevenus menaçants et envoie des expéditions en Nubie pour assurer la
suprématie de l'Egypte sur le Haut Nil.

[Illustration: _Fig. 105._ Pepi I (d'ap. QUIBELL. _Hieraconpolis_, II,
pl. LI).]

[Illustration: _Fig. 106._ Merenra (d'ap. QUIBELL. _Hieraconpolis_, II,
pl. LV).]

Ses successeurs voulurent continuer son oeuvre, mais son fils aîné
Merenra mourut jeune, et son autre fils Pepi II, qui eut un règne de 95
ans, ne se montra pas à la hauteur de la situation, et la déchéance du
pouvoir central s'accusa rapidement. Deux ou trois rois réussirent
pendant quelque temps encore à maintenir le sceptre entre leurs mains,
puis disparurent après des règnes sans gloire, et avec eux prit fin
cette suite de familles puissantes et énergiques qui avait amené
l'Egypte à un si haut point de civilisation.


_La fin de l'empire memphite_

Ici commence une période très obscure, pour laquelle Manéthon continue
sa classification méthodique: C'est d'abord la VIIme dynastie, qui
représente sans doute un court interrègne, avec ses 70 rois ayant régné
pendant 70 jours, puis la VIIIme avec 27 rois memphites qui régnèrent
146 ans, rois dont l'histoire nous a à peine conservé quelques noms. Le
déclin, ou plutôt la chute du pouvoir royal est donc extraordinairement
brusque, surtout si l'on songe que cette chute n'a pas été déterminée
par une invasion, une conquête ou une révolution brutale; la cause en
est simplement dans le fait que les rois memphites exercèrent un pouvoir
tout pacifique et n'eurent jamais à s'appuyer sur une force militaire.
Quelques troupes peu nombreuses de mercenaires nubiens suffisaient pour
maintenir l'ordre, et quand il s'agissait d'une expédition au dehors,
les grands seigneurs amenaient chacun son petit contingent et l'on en
formait à la hâte une armée hétéroclite bien suffisante contre les
barbares plus mal organisés encore. Nous avons peine à comprendre que
des rois aient pu pendant plus de mille ans, sans armée, faire brillante
figure et accomplir une oeuvre aussi importante que les pharaons de
l'Ancien Empire; c'est une preuve remarquable de l'excellence d'un
gouvernement sage et droit, et de la puissance morale de tous ces
souverains.

Ce système constituait cependant un danger permanent, et il était à
prévoir qu'à la première occasion favorable les grands seigneurs locaux
qui devaient fournir leurs contingents à la couronne, dans certaines
occasions, chercheraient à profiter de cette force qu'ils avaient
toujours sous la main, pour se rendre indépendants et pour s'emparer
eux-mêmes du pouvoir. La féodalité s'était constituée ainsi peu à peu,
guettant le moment où elle pourrait secouer cette autorité morale qui
pesait sur les princes des nomes et les réunissait, et c'est
probablement déjà à la fin du règne de Pepi II que ceux-ci commencèrent
à s'affranchir. Les plus puissants, apparentés sans doute à la famille
royale, se proclamèrent rois, groupant autour d'eux des seigneurs de
moindre importance, et ainsi les Memphites, les souverains légitimes, ne
conservèrent plus que le Delta, tandis qu'à côté d'eux s'élevaient deux
nouvelles dynasties, la IXme d'Héracléopolis, comprenant toute la
Moyenne Egypte, et la Xme qui est thébaine plutôt qu'héracléopolitaine,
comme le voudrait Manéthon, et qui absorba la Haute Egypte. De là des
luttes qui durèrent deux siècles au moins, donnant l'avantage tantôt aux
uns, tantôt aux autres. Puissamment secondés par les princes de Siout,
les rois héracléopolitains, les Khiti, les Kamerira l'emportèrent le
plus souvent, mais durent aussi s'effacer parfois devant une campagne
heureuse d'une des maisons rivales, comme celle qui permit au memphite
Neferkara de s'installer pour un temps à Koptos. Enfin les Thébains, les
Antef et les Mentouhotep, finissent par écraser leurs compétiteurs et
réalisent à nouveau l'unité politique du pays; c'est une ère nouvelle
qui commence, le Moyen Empire qui remplace l'Ancien.


B. MONUMENTS

Les restes qui nous sont parvenus de l'Ancien Empire sont autrement
importants en nombre, en grandeur et en beauté, que ceux de la période
précédente. Les inscriptions sont nombreuses, souvent très développées,
et, placées à côté des innombrables représentations figurées, elles nous
permettent de pénétrer plus profondément dans la connaissance de la vie
des Egyptiens; nous n'en sommes plus réduits à des suppositions, nous
les voyons agir, nous les entendons parler, et une rapide revue des
monuments découverts nous permettra de nous faire une idée d'ensemble de
ce qu'était leur civilisation.


_Architecture_

Les progrès de l'architecture furent extrêmement rapides, surtout aux
débuts de l'empire memphite; nous avons vu, à la fin de la période
précédente, le système de construction en briques et bois, avec
couverture en bois; au commencement de la IIIme dynastie, les
architectes connaissent la voûte et l'emploient avec succès, puis ils se
mettent à la recherche de matériaux plus solides et plus durables que la
brique crue, et adoptent la pierre, au moins pour celles de leurs
constructions qui avaient pour eux le plus d'importance, les tombeaux et
les temples. Tout de suite ils se montrent passés maîtres dans cette
technique nouvelle et semblent se jouer des difficultés avec une
hardiesse et une aisance incroyables: dès la IVme dynastie, on ne trouve
déjà pour ainsi dire plus un édifice religieux ou funéraire en briques.
La dimension des matériaux permettant aux architectes de revenir à
l'ancien système de couverture plate, ils inventent le pilier et
l'architrave qui leur donnent la facilité de couvrir des espaces très
considérables; enfin sous la Vme dynastie paraît la colonne proprement
dite, avec toutes ses variétés. Les constructeurs ne se bornent pas à
assembler leurs matériaux avec une précision et une exactitude
remarquables, ils en calculent aussi en une certaine mesure la
résistance et s'entendent très bien à répartir également la pression des
masses.

[Illustrations:
  _Fig. 107 et 108._ Colonnes palmiforme et papyriforme (d'apr.
  BORCHARDT. _Sahuré_, p. _44_; _Ne-user-Ré_, p. _64_).
  _Fig. 109._ Colonne lotiforme--Abousir (photogr. de E.
  Brugsch-Pacha).]

Les constructions civiles, palais, maisons, magasins, étaient des
édifices légers, en briques, en bois, ou même en terre pilée, qui tous
ont disparu sans laisser de traces. En fait d'architecture militaire,
nous n'avons guère que des forteresses comme celles d'Elkab et d'Abydos,
vastes quadrilatères formés par d'épaisses murailles de briques crues,
qui du reste ne sont pas datées de façon certaine.


_Temples_

Quant aux édifices religieux, les rois de l'Ancien Empire en avaient
construit un peu partout, et avaient remplacé les petits sanctuaires
primitifs par des constructions en pierre déjà très développées comme
plan; ces temples furent constamment remaniés, agrandis et embellis au
cours des âges, souvent même démolis pour être entièrement reconstruits,
aussi ne trouvons-nous plus guère que les arasements ou les fondations
des constructions originales, comme c'est le cas à Hieraconpolis, à
Abydos et à Memphis, ou encore des débris de murailles couverts de
bas-reliefs, comme les fragments de la chapelle de Djeser à Héliopolis.
Ce qui reste de ces temples suffit néanmoins pour nous montrer que
chacun avait son caractère spécial, approprié aux besoins du culte
local, et qu'on n'avait pas encore adopté, comme cela eut lieu plus
tard, un type uniforme pour tous les édifices cultuels.

[Illustration: _Fig. 110._ Le temple du soleil à Abousir (d'apr.
BORCHARDT. _Das Re-Heiligtum des Kgs. Ne-Woser-Re_, pl. I).]

Parmi tous ces modèles divers de temples, le plus original était celui
qui était consacré à Râ, le dieu-soleil d'Héliopolis: il consistait en
un énorme obélisque, lourd et trapu, monté sur la plateforme d'un grand
massif rectangulaire, tous deux en maçonnerie; un escalier ménagé dans
l'épaisseur du socle permettait d'atteindre la plateforme. Sur le devant
se trouvait un grand autel pour les offrandes, des cours avec bassins
destinés à des ablutions, et, dans un coin, une petite chapelle
précédée de deux stèles. Autour de tout cet ensemble, un mur de pierre
formait une enceinte rectangulaire, et un chemin couvert descendait
directement à la vallée, reliant le temple lui-même à un portique
monumental. Ici le dieu n'est pas dissimulé au fond d'un sanctuaire
accessible à quelques initiés seulement, comme c'est généralement le cas
en Egypte; il domine tout le temple de sa masse imposante, car c'est
l'obélisque lui-même qui est le symbole du dieu-soleil.

Tous les rois de la Vme dynastie, les fils de Râ, tinrent à honneur de
consacrer à leur divin père un sanctuaire semblable, près de leur
capitale, à deux pas de leurs pyramides. Nous en connaissons au moins
cinq de nom; un seul nous est conservé, en ruines il est vrai, mais en
ruines encore très lisibles; c'est celui de Neouserra, mis au jour par
une mission allemande, près d'Abousir. Pour donner une idée de ses
dimensions, nous dirons que l'enceinte mesure plus de 100 mètres de
long. En outre cet étrange sanctuaire était accompagné d'une
reproduction monumentale, en briques crues, de la barque solaire, qui
n'a pas moins de 28 mètres de long, bateau fantastique qui semble
naviguer sur les sables du désert.

Les fouilles exécutées à Abydos par une société anglaise, sous la
direction de M. Ed. Naville, ont révélé un temple tout différent et sans
doute plus ancien, le sanctuaire souterrain d'Osiris: ici la pièce
principale, couverte de dalles de granit supportées par des piliers
énormes, sans aucune décoration, consistait en une vaste plateforme
isolée du reste du monument par un fossé plein d'eau. Cette disposition
si particulière correspondait bien aux nécessités des mystères du grand
dieu des morts, avec leurs processions nautiques et leurs illuminations.

Je ne sais trop si c'est parmi les édifices du culte qu'il faut ranger
un édifice plus étrange encore, unique en son genre, qui date
probablement de la IIIme dynastie et a été découvert par une mission
italienne, à Héliopolis même: c'est une construction circulaire
embrassant un espace dont le rayon est de 300 mètres, une sorte de
gigantesque anneau de 40 mètres d'épaisseur, en briques crues, percé à
l'intérieur de cinq nefs longitudinales supportées par des piliers et
des piédroits. L'usage de ce monument nous est absolument inconnu.


_Mastabas_

Pour l'architecture funéraire nous sommes mieux renseignés, étant en
possession d'une quantité considérable de tombeaux qui sont le plus
souvent dans un état de conservation remarquable, et nous pouvons suivre
pas à pas les améliorations, les modifications apportées dans ce genre
de constructions faites en vue de l'éternité. Le but des Egyptiens était
de s'assurer après la mort un lieu de repos qui fût pour eux le gage et
la condition de la vie éternelle, et ils sacrifiaient volontiers le
bien-être de leur existence terrestre, étape provisoire, à la
perpétuation de leur âme et de leur double; ce but, ils l'obtenaient en
partie par la connaissance des formules magiques qui faisaient d'eux les
égaux des dieux, en partie aussi en préservant des atteintes du temps et
des hommes leur corps physique, qui restait le support de leur être
immatériel. Plus le tombeau était profond, plus son entrée était
dissimulée et obstruée, plus grandes aussi étaient les chances de
conservation pour la momie. L'ombre du mort, son double, son _ka_, comme
disaient les Egyptiens, pouvait alors continuer à vivre dans la tombe,
mais il lui fallait l'image des aliments réels pour se nourrir, la
représentation des scènes de la vie usuelle pour se délasser ou tout au
moins pour s'occuper; à cet effet on prit à un certain moment le parti
de sculpter sur certaines parties des monuments funéraires ces
figurations si variées qui sont pour nous ce qu'elles étaient sans doute
pour les morts, une image fidèle de la vie des anciens Egyptiens.

Les rois sont d'essence divine, par conséquent très au-dessus des
hommes, et il est naturel que leurs tombes ne soient pas disposées de la
même manière que celles de leurs sujets; nous avons donc dans
l'architecture deux groupes, celui des tombes privées et celui des
tombes royales, issus de conceptions un peu différentes du sort de l'âme
après la mort et qui se développent parallèlement, mais indépendamment
l'un de l'autre.

[Illustration: _Fig. 111._ Plan d'un mastaba de la IVe dynastie (d'apr.
MARIETTE. _Monuments divers_, pl. XVI).]

Pour les tombeaux des particuliers, nous avons vu à la fin de l'époque
thinite la fosse primitive tapissée de briques et flanquée d'un escalier
d'accès. Sous la IIIme dynastie, ce plan se développe encore; on ajoute
volontiers quelques petites chambres souterraines pour servir de
magasins, et au lieu de ne faire qu'amonceler un tas de terre ou de
sable sur la couverture du caveau, on commence à construire un massif de
maçonnerie. Dès lors la chambre funéraire s'enfonce plus profondément
sous terre, la descenderie en escalier est peu à peu remplacée par un
puits vertical. Ces massives constructions extérieures qui sont la
caractéristique des tombes privées de l'Ancien Empire, sont de forme
allongée, rectangulaire, d'une hauteur moyenne, et les Arabes, les
comparant aux bancs de briques sur lesquels ils s'installent, à la porte
de leurs maisons, les ont appelés _mastabas_ (bancs), mot qui a passé
dans le vocabulaire archéologique.

[Illustration: _Fig. 112._ Fausse-porte de Nefer-Seshem-Ptah (d'apr. une
photogr.; cf. CAPART. _Une rue de tombeaux_, pl. XCIV).]

Les plus anciens de ces mastabas sont en briques crues, et à peine plus
grands que les chambres funéraires qu'ils abritent, mais leurs
dimensions augmentent rapidement. Sur la face est--car ces tombeaux sont
orientés à peu près exactement--se creusent une ou deux niches qui sont
censées être les portes de la tombe, par lesquelles l'âme peut rester en
quelque sorte en communication avec les vivants et revenir de temps à
autre se promener sur terre; c'est là que se font les cérémonies du
culte funéraire, là qu'on apporte au défunt les offrandes alimentaires.
Nue à l'origine, cette niche s'orne très anciennement déjà de montants
et de linteaux en pierre, sur lesquels on grave le nom et les titres du
mort avec une courte formule le plaçant sous la protection des dieux;
ainsi se forme peu à peu le type de la «fausse-porte», modèle courant de
la stèle funéraire sous l'Ancien Empire. Cette niche-stèle ou stèle
fausse-porte constitue donc à elle seule une chapelle funéraire en
miniature; dès la fin de la IIIme dynastie on accentue son caractère,
soit en la dissimulant derrière un mur qui court le long de la façade
est du mastaba et forme devant elle un long couloir étroit, soit en la
repoussant un peu plus profondément dans l'intérieur du massif de
briques, au fond d'une chambre minuscule, chambre qui affecte plus ou
moins la forme d'une croix.

[Illustration: _Fig. 113._ Fausse-porte de la Vme dynastie (d'après
PAGET-PIRIE, _Tomb of Ptah-Hetep_, pl. XXXIX).]

[Illustration: _Fig. 114 et 115._ Tables d'offrandes de l'Ancien Empire
(Musée du Caire; d'après des croquis de l'auteur).]

A ce moment, c'est-à-dire sous Snefrou, au début de la IVme dynastie, on
voit apparaître dans le tombeau deux éléments nouveaux, la table
d'offrandes,--dalle de pierre d'une forme particulière placée à terre
devant la fausse-porte, sur laquelle on déposait des aliments ou des
représentations d'aliments et qui servait au mort de table à manger,--et
la cachette aux statues, le _serdab_, suivant le nom qui lui a été donné
par les Arabes et qui est maintenant consacré par l'usage. Ce serdab est
une petite pièce aveugle ménagée dans la maçonnerie du mastaba à côté de
la chambre à la stèle, mais sans aucune communication avec elle sauf,
parfois, une petite fente où l'on peut à peine passer la main; c'est là
qu'on entassait, en plus ou moins grand nombre, les statues faites à
l'image du défunt, statues qui pouvaient servir de support à son double
au cas où la momie elle-même viendrait à être détruite, et permettre à
ce corps spirituel de continuer à vivre son existence monotone
d'outre-tombe. Pour que ce double pût subsister, il lui fallait en effet
un support, un corps matériel sur lequel il pût se poser: une statue,
moins fragile que la dépouille mortelle, lui offrait une plus grande
garantie de survivance; une fois la momie et les statues détruites, le
double s'évanouissait et disparaissait définitivement.

[Illustration: _Fig. 116._ Mastabas près de la grande pyramide (d'après
LEPSIUS. _Denkmaler_, I, pl. XV).]

[Illustration: _Fig. 117._ Sarcophage de Khoufou-Ankh (d'apr. le _Musée
Egyptien_, I, pl. XXI).]

Les sépultures des particuliers, tout au moins celles des grands
personnages, se groupent en général autour de celle de leur souverain;
ainsi, auprès des grandes pyramides, nous voyons de vraies villes de
tombeaux où les mastabas sont alignés régulièrement, séparés par de
grandes rues droites. A ce moment-là, sous la IVme dynastie, la
prospérité était grande dans le pays; les tombeaux aussi deviennent plus
riches et sont mieux aménagés: les mastabas sont maintenant construits
en pierre et non plus en briques, les dimensions des chambres augmentent
et souvent aussi leur nombre. Les parois de ces chambres offrent une
surface assez considérable pour qu'on songe à les utiliser, et l'on
commence à les décorer pour que le mort puisse en tirer profit; on y
sculpte des listes d'offrandes, des images d'aliments qui peuvent servir
à la nourriture du défunt, puis des scènes de la vie courante, grâce
auxquelles il pourra, non seulement se délasser, mais se procurer par
lui-même les aliments nécessaires. C'est dans ce double but qu'on y
représente les semailles, les moissons, les vendanges, l'élevage, la
pêche, la chasse, ainsi que les divers métiers qui devaient lui fournir
au fur et à mesure tous les objets pouvant lui être nécessaires ou
seulement utiles dans l'autre monde, les vêtements, les ustensiles, les
meubles, les parfums. Chacune de ces scènes est dominée par la figure du
mort surveillant les travailleurs, dont il se distingue par sa taille,
souvent triple de la leur, ou même davantage; à côté de lui paraissent
sa femme et ses enfants. Sous terre, dans un caveau grossièrement taillé
dans le rocher, la momie était étendue tout de son long dans un cercueil
de bois, enfermé lui-même, chez les plus riches, dans un grand
sarcophage rectangulaire en pierre dont la décoration tout
architecturale lui donne l'aspect d'une maison; le mobilier funéraire
est des plus sommaires.

[Illustration: _Fig. 118._ Plan du tombeau de Ti (d'après MARIETTE.
_Mastabas_, p. _333_).]

Pendant la Vme dynastie, le luxe des mastabas augmente encore; les
chambres deviennent plus nombreuses, parfois même une cour découverte
s'ouvre au milieu du monument, les salles les plus grandes sont pourvues
de piliers ou de colonnes, les bas-reliefs qui parfois sont de la plus
parfaite beauté couvrent les murailles, répétant avec beaucoup plus de
détails les scènes agricoles et industrielles dont j'ai parlé plus
haut, à côté desquelles on en voit d'autres qui représentent des jeux,
des danses, des fêtes de famille, voire des opérations chirurgicales;
ailleurs, ce sont des files de serviteurs apportant à leur maître les
produits du sol, des bateaux prêts à mettre à la voile et mille autres
détails pleins de vie et de variété. Jamais dans ces tombeaux on ne voit
une représentation d'ordre religieux, ni la figure d'un dieu, ni une
scène d'adoration; très rarement un tableau se rapporte aux funérailles:
on ne parle pas de la mort, et le propriétaire du tombeau est toujours
censé vivant, soit qu'il vaque à ses diverses occupations, soit qu'il
soit assis devant une table garnie, entourée d'un monceau de
victuailles.

Sous la VIme dynastie, il n'y a aucun changement notable dans les
tombeaux des particuliers; la partie accessible du mastaba, celle où les
descendants du mort pouvaient venir périodiquement accomplir les
cérémonies funéraires et peut-être festoyer auprès de son ombre, comme
les Arabes modernes dans les cimetières, cette partie comporte toujours
la même décoration, mais certains grands personnages commencent à
réserver une portion des parois pour y graver l'histoire de leur vie,
leurs hauts faits et l'expression de la satisfaction du roi pour les
services rendus. Ces biographies sont pour nous un des plus précieux
legs de l'Ancien Empire memphite.

Le mastaba est la tombe-type de l'Ancien Empire, mais dans certaines
régions, par suite de la nature même du sol, on commence à employer un
autre système de sépulture: pas de construction, les chambres sont
creusées dans la montagne et la décoration usuelle s'exécute sur la
roche elle-même; une porte communique avec l'extérieur, où la pente du
rocher a été plus ou moins ravalée de manière à ménager une petite
plateforme, et dans un coin de la dernière chambre, un puits descend
verticalement jusqu'au caveau où l'on déposait la momie. C'est la
première apparition de la tombe rupestre, de l'hypogée, type qui sera
presque seul employé aux époques suivantes.


_Pyramides_

Les tombeaux royaux diffèrent de ceux des simples particuliers par la
forme, par les dimensions et par la disposition intérieure et
extérieure. Ici aussi, une évolution s'accomplit, une transformation
très marquée pendant le cours de la période memphite.

Les plus anciens de ces tombeaux, ceux de la IIIme dynastie, sont très
différents de ceux de la période thinite, presque uniquement
souterrains: ils comportent un immense mastaba rectangulaire en briques
crues sur la plateforme duquel s'ouvre une descenderie ou un escalier
très rapide aboutissant aux chambres funéraires; aucune décoration, ni à
l'intérieur ni à l'extérieur, pas même une stèle, semble-t-il. La
fameuse pyramide à degrés de Saqqarah, construite par Djeser, un des
derniers rois de cette dynastie, n'est pas encore à proprement parler
une pyramide, c'est un gigantesque mastaba en pierres, bâti sur un plan
rectangulaire et surmonté de toute une série de mastabas plus petits
formant comme des étages (fig. 97). Les chambres souterraines sont
malheureusement très bouleversées, mais nous voyons d'après un autre
monument de l'époque comment on devait procéder à leur construction: une
immense fosse rectangulaire était creusée dans le rocher, et une large
descenderie y aboutissait du côté nord; au fond de cette excavation on
installait le sarcophage de granit, on bâtissait les chambres, puis on
la comblait, et alors seulement on pouvait commencer à édifier le
mastaba ou la pyramide.

[Illustration: _Fig. 119._ Pyramide de Meïdoum (d'après SPIEGELBERG.
_Gesch. der Aeg. Kunst_, p. _17_).]

Sous la IVme dynastie, le premier tombeau que se fit construire Snefrou,
celui de Meïdoum, tient plus encore du mastaba que de la pyramide, mais
ce fut le même roi qui adopta peu après le type définitif de la pyramide
à base carrée et à faces triangulaires, avec le monument qu'il édifia
dans le désert de Dahchour; les chambres, très petites, sont à peu près
au niveau du sol, ensevelies sous l'énorme masse de maçonnerie, et on y
accède par un couloir en pente débouchant à mi-hauteur de la face nord
du monument.

[Illustration: _Fig. 120._ Coupe de la pyramide de Khéops (d'après
PETRIE, _Pyramids of Giseh_, pl. IV).]

Les successeurs de Snefrou reprirent ce modèle de monument funéraire et
l'adoptèrent pour eux-mêmes sans en modifier les grandes lignes, mais
en y apportant des perfectionnements notables; les problèmes techniques
les plus difficiles furent résolus avec une précision merveilleuse dans
les pyramides de Khéops, Khefren et Mycerinus, qui constituent chacune
un chef-d'oeuvre de construction, dont les dimensions colossales--la
plus grande mesurait plus de 146 m. de hauteur sur 227 m. de côté--ne
nuisent pas à la perfection des détails. Un revêtement de calcaire fin
et de granit bien poli recouvre la maçonnerie disposée en assises
régulières de blocs énormes; au-dessus des chambres, des chambrettes de
décharge sont destinées à soulager leur toiture du poids considérable
qui aurait pu les écraser; des conduits d'aération traversent le massif
tout entier. Chambres et couloirs sont tapissés de blocs gigantesques,
soigneusement polis et si admirablement appareillés qu'on ne peut encore
maintenant introduire une pointe de couteau dans les joints; en
plusieurs points, des herses de granit, placées dans un logement
spécial, retombaient après l'inhumation pour obstruer définitivement le
couloir dont l'issue à l'extérieur était fermée par un bloc de
revêtement semblable aux autres. Au milieu de la face est s'élevait la
chapelle, centre du culte funéraire, avec son sanctuaire, sa
cour-péristyle, ses vestibules, ses magasins, et au delà, de petites
pyramides recouvraient la dépouille mortelle des membres de la famille
royale. Un grand mur de pierre, formant une vaste enceinte carrée,
entourait cet ensemble et l'isolait du terrain environnant; une allée
couverte descendait de la porte de la chambre funéraire vers la vallée,
jusqu'à un monument qui servait de portique d'entrée et qui atteignait
parfois des dimensions imposantes, comme celui de la pyramide de
Khefren, mieux connu sous le nom de temple du Sphinx, avec ses énormes
piliers de granit rose et ses murailles d'albâtre.

[Illustration: _Fig. 121._ Chapelle funéraire de Sahoura (d'après
BORCHARDT. _Grabdenkmal des Königs Sa-hu-re_).]

Les pyramides de la Vme dynastie deviennent progressivement plus
petites, et la partie de la construction qui devait rester invisible,
l'appareillage de la masse même du monument, est moins soignée, aussi
s'est-il produit des tassements qui ont le plus souvent écrasé les
appartements funéraires. Par contre la chapelle funéraire, toujours
située sur la face est, prend plus d'importance, et son ornementation
est l'objet de soins tout particuliers: les lourds piliers carrés sont
remplacés par d'élégantes colonnes à chapiteaux palmiformes ou
papyriformes; dans les principales pièces, le sol et les soubassements
sont faits de grandes dalles de basalte, et, au-dessus, les murailles en
beau calcaire fin sont couvertes de bas-reliefs d'une facture très
délicate. Ces tableaux représentent les hauts faits du souverain, ses
expéditions, l'hommage que lui rendent ses ennemis; on y voit aussi le
roi à la pêche ou à la chasse, et l'image des dieux sous la protection
spéciale desquels il se place. Quant à la disposition générale, elle
est toujours la même; le portique situé au bord de la vallée donne accès
à l'allée couverte qui monte directement à la grande cour entourée d'une
colonnade, la partie publique du temple funéraire; plus loin les salles
des statues, les magasins, et une série de petites chambres conduisent,
après plusieurs détours, au sanctuaire où se dresse, contre la pyramide
elle-même, la grande stèle fausse-porte par laquelle le double du roi
était censé pouvoir sortir de son tombeau et venir bénéficier des
offrandes qu'on lui apportait.

Une innovation très importante date du règne d'Ounas, le dernier roi de
la Vme dynastie; sans rien modifier à la disposition et à la
construction de la pyramide ou de la chapelle funéraire, Ounas, le
premier, songea à faire graver sur les parois absolument nues des
caveaux souterrains où devait être enfermée sa momie les textes
religieux qui pouvaient lui être utiles dans l'autre monde. Ce qui
devait survivre à un homme après sa mort, ce n'était guère, croyait-on à
cette époque, que son double, son corps spirituel, mais le roi, étant
d'une essence supérieure, a en lui quelque chose des dieux dont il
descend et qu'il doit aller retrouver quand il quittera la terre; il
possède donc une âme divine, mais pour que cette âme puisse s'identifier
aux dieux et devenir dieu à son tour, il faut qu'elle soit instruite de
sa nature divine et qu'elle soit à même d'en profiter et de se présenter
dignement devant ses pairs. Certains textes sacrés peuvent lui rendre ce
service: ces textes se trouvent dans les recueils où les prêtres
héliopolitains ont rassemblé toutes les vieilles formules magiques ou
religieuses du pays, recueil précieux qui nous laisse entrevoir le fond
de la pensée égyptienne sur la nature des dieux et sur le monde dans
lequel ils vivent, en même temps qu'ils nous renseignent sur les
origines de la langue. Ounas puisa donc largement dans ces textes dont
il couvrit les parois de la salle qui contenait son sarcophage, et les
chambres attenantes; ses successeurs, les rois de la VIme dynastie, y
firent des emprunts plus abondants encore et les gravèrent jusque dans
les couloirs d'accès. C'est à peu près tout ce qui reste de leurs
pyramides qui ne forment plus que d'immenses tas de décombres; les
chapelles funéraires ont disparu. Quant aux tombeaux des rois qui les
suivirent, ceux de l'époque féodale, ils ne sont pas parvenus jusqu'à
nous.


_Sculpture_

L'idée de la mort, vraie obsession pour les Egyptiens, les avait portés
de très bonne heure à rechercher tous les moyens d'éviter un
anéantissement complet de leurs personnes; de là le développement
incroyable de l'architecture funéraire qui prend dès ses débuts une
importance beaucoup plus considérable que l'architecture civile ou même
religieuse. De là aussi la naissance de la statuaire qui, à son origine,
est absolument indépendante de l'architecture et se développe
parallèlement à ce dernier art et avec non moins de succès.

[Illustration: _Fig. 122._ Statue de Ra-Nofer (Le Caire--photographie de
M. Pieron).]

Le Ka ou double, comme il a été dit plus haut, était une sorte de corps
spirituel, exactement semblable comme forme au corps matériel de l'homme
et capable de survivre à celui-ci pendant un temps illimité, à condition
toutefois d'avoir un support qui pût fixer son essence impondérable et
lui conserver une certaine consistance. Le support naturel du double
était le corps embaumé avec plus ou moins de soin et préservé ainsi de
la pourriture; mais cette momie restait néanmoins bien fragile, aussi
imagina-t-on de bonne heure de lui donner un remplaçant plus solide pour
le cas où elle viendrait à être détruite. On prit donc l'habitude de
déposer dans le tombeau, que ce fût celui d'un roi ou celui d'un simple
particulier, une image du mort, en bois ou en pierre, faite autant que
possible à sa ressemblance, parfois de grandeur naturelle, mais souvent
de dimensions plus modestes. Le personnage qu'elle représente est
debout, une jambe en avant, agenouillé ou accroupi à la manière des
scribes, ou encore assis sur une chaise massive, les pieds joints, les
mains sur les genoux. Souvent il est accompagné de sa femme, assise ou
debout à côté de lui et même parfois d'un ou deux de ses enfants; ces
groupes sont de vraies scènes de famille, d'une intimité charmante.

[Illustration: _Fig. 123._ Scribe agenouillé (Le Caire. Photo de E.
Brugsch-Pacha).]

Les statues memphites, à part les plus anciennes qui sont d'une facture
encore un peu malhabile, sont l'oeuvre de praticiens parfaitement sûrs
de leur métier et capables de donner l'expression voulue à leurs
figures, quelle que soit la matière qu'ils ont à travailler, bois,
albâtre, calcaire, granit ou diorite. Ce qu'ils cherchent, c'est à
rendre fidèlement la nature et à donner en même temps l'impression de
vie, de calme et de sérénité; ils ne fixent pas un aspect passager de
leur modèle, ils en font en quelque sorte une synthèse; ils ne
l'idéalisent pas, ils l'éternisent pour ainsi dire, et avec raison, car
leur oeuvre ne doit pas être un objet d'admiration pour le monde, mais
le support même d'un être vivant enseveli à jamais dans le tombeau, loin
des regards des hommes.

[Illustration: _Fig. 124._ Groupe de l'Ancien Empire (Musée du Caire, No
_128_; photographie de l'auteur).]

Pour donner plus de naturel à ces statues, on les peignait, celles du
moins qui ne sont pas taillées dans des matières de grand luxe. Parfois
le travail est également soigné de la tête aux pieds, mais il arrive
souvent que les membres inférieurs sont un peu négligés au profit du
haut du corps sur lequel se reporte toute l'attention du spectateur. La
tête est toujours plus poussée que le reste et acquiert une importance
toute particulière; les deux yeux, le plus souvent rapportés et formés
d'une pierre blanche avec pupille en métal sous une cornée de quartz,
dans un sertissage de bronze, donnent à la figure une vie, une
expression, un éclat inimitables; ainsi, pour ne citer que les plus
remarquables de ces statues, le Sheikh-el-Beled, le groupe de Rahotep et
de Nofrit, le scribe du Musée du Caire, celui du Louvre, sont des
chefs-d'oeuvre qui peuvent rivaliser avec les plus belles productions de
l'art de tous les temps et de tous les pays.

[Illustration: _Fig. 125._ Tête du «Sheikh-el-Beled» (Musée du
Caire--photo. de E. Brugsch-Pacha).]

[Illustration: _Fig. 126._ Tête du scribe accroupi du Musée du Caire
(photo. de E. Brugsch-Pacha).]

C'est l'expression même de la vie qui se dégage des statues des simples
particuliers; quant à celles des rois il n'en est pas tout à fait de
même. Ici les sculpteurs devaient donner l'impression d'un être
supra-terrestre; dans ce but ils suppriment tout mouvement et placent le
pharaon sur un trône, assis dans une pose immobile qui a quelque chose
d'hiératique, tout en restant parfaitement naturelle. Ils n'ont plus
recours aux yeux artificiels et impriment sur les lèvres de leurs
modèles ce sourire énigmatique qui les auréole de mystère. Leurs rois,
les Khefren et les Mycérinus du Caire, le Dadefra du Louvre, sont
empreints de la majesté calme et sereine qui convient à un monarque fils
des dieux presque dieu lui-même. En ce qui concerne ces statues et
celles des particuliers, la IVme dynastie marque un effort et un progrès
incomparables. C'est une des plus belles époques de la statuaire
égyptienne, au point de vue de l'art aussi bien que du métier; des
statues comme le grand Khefren de diorite au Musée du Caire, montrent
qu'on savait triompher des matières les plus dures et les modeler dans
les moindres détails avec une délicatesse inouïe, sans jamais nuire à la
beauté et à la grandeur de l'ensemble, qui reste une pure merveille, à
tous les points de vue.

[Illustration: _Fig. 127._ Statue de Khefren (d'après MASPERO. _Musée
Egyptien_, I, pl. VIII).]

Un peu plus tard, sous la VIme dynastie sans doute, on commença à
employer pour les statues royales le type de l'homme debout. Le premier
et le plus bel exemple en est la statue de Pepi Ier accompagné de son
fils Merenra, qui est aussi la plus ancienne statue de bronze, où tout
au moins à revêtement de bronze que l'on possède (fig. 105 et 106); au
lieu d'une fonte pleine ou creuse, procédé employé à des époques moins
anciennes pour des monuments de plus petites dimensions, nous avons ici
d'épaisses feuilles de métal ajustées et martelées sur une âme de bois;
cette statue, actuellement au musée du Caire, est sensiblement plus
grande que nature.

Si la sculpture en ronde-bosse est toujours, sous l'Ancien Empire,
absolument indépendante de l'architecture, il n'en est pas de même du
bas-relief, intimement lié à la construction, et dont le rôle primitif
est de constituer la partie décorative d'un monument. L'usage qu'on en
faisait, très modéré au début, ne tarda pas à se développer au fur et à
mesure que les tombeaux devenaient plus grands; c'est sous la Vme
dynastie, époque où non seulement on couvre de bas-reliefs des centaines
de mètres carrés de parois dans des tombeaux de dimensions moyennes,
mais où on commence aussi à en revêtir les murs intérieurs des temples,
que ce mode de sculpture arrive à son apogée, tant au point de vue
technique qu'au point de vue artistique.

Pour les Egyptiens, le but du bas-relief est de reproduire avec autant
de clarté que d'exactitude, non seulement des figures d'individus
isolés, mais des scènes complètes avec de nombreux personnages en pleine
action, des animaux et des objets; il s'agit de ne pas sacrifier
l'ensemble au détail ni le détail à l'ensemble, et pour cela il faut
étudier séparément chacune des figures, les grouper et les équilibrer de
façon régulière afin d'obtenir une composition homogène et décorative.

[Illustration: _Fig. 128._ Bas-relief du mastaba de Ptahhotep à Saqqarah
(photographie de M. Pieron).]

Pour arriver à comprendre le bas-relief égyptien et l'apprécier comme il
le mérite, il faut en pénétrer les procédés de composition et faire
abstraction de certaines choses qui nous choquent ou tout au moins nous
gênent au premier abord parce qu'elles sont contraires à notre
conception moderne de l'art. Dans l'art égyptien, il n'y a pour ainsi
dire pas trace de perspective, et ce défaut se fait sentir de plusieurs
manières: tous les personnages d'une scène sont sur le même plan et ont
exactement la même grandeur; les tableaux se développent uniquement en
longueur, jamais en profondeur, formant ainsi de longues bandes qui se
superposent sans être nécessairement en rapport direct les unes avec les
autres. Ce manque de perspective se fait encore mieux sentir dans le
dessin même du corps humain: vus toujours de profil, les personnages ont
l'oeil et la poitrine qui se présentent de face, le ventre de trois
quarts, dans une stylisation un peu outrancière mais à laquelle on
s'habitue rapidement et qui pour les Egyptiens eux-mêmes avait
l'avantage de présenter chaque partie du corps sous son aspect le plus
caractéristique. Si ce défaut apparent est dû, à l'origine tout au
moins, à une certaine maladresse, il n'en est pas de même du manque
d'unité dans les proportions, qui est voulu. Pour indiquer la
supériorité du roi sur ses sujets, on le représente d'une taille très
supérieure à la leur, et de même, dans les tombes, la figure du mort est
toujours trois ou quatre fois plus grande que celles des hommes qui
vaquent sous ses yeux à leur office habituel.

Au point de vue technique, les sculpteurs de bas-reliefs sont pour le
moins aussi habiles que ceux qui taillent les statues; leur dessin est
ferme et net, donnant des contours d'une précision remarquable, quelle
que soit la position du sujet. Les animaux qu'ils représentent ont des
silhouettes exquises de pureté et de ressemblance. Leur coup de ciseau
est parfaitement franc, sans repentirs, sans retouches, et ils modèlent
les corps en un relief imperceptible qui leur donne une très grande
distinction et beaucoup de délicatesse.

La composition est toujours claire et bien ordonnée, équilibrée de
manière à donner à l'ensemble un caractère décoratif; les vides qui se
présentent naturellement entre les figures et au-dessus d'elles sont
remplis au moyen de courtes inscriptions hiéroglyphiques qui expliquent
la scène, en même temps qu'elles ajoutent à l'homogénéité du monument.

Les sculpteurs de bas-reliefs n'étaient pas des artistes créateurs, mais
de simples artisans bien au courant de leur métier et doués souvent
d'une réelle originalité. Ils avaient à leur disposition un certain
nombre de modèles pour toutes les scènes qu'ils pouvaient avoir à
représenter et n'avaient plus qu'à les adapter à la place dont ils
disposaient, à les augmenter ou à les diminuer en supprimant ou en
ajoutant des personnages; ils pouvaient ainsi, sans sortir du cadre
traditionnel, donner libre cours à leur imagination et enrichir leurs
tableaux de figures originales et nouvelles. Pour une scène donnée, le
motif est toujours le même, l'interprétation toujours différente, et
c'est ce qui donne un charme tout particulier à ces successions de
tableaux qui couvrent les parois des tombeaux comme une gigantesque
tapisserie, harmonieuse dans l'ensemble et dans le détail.


_Peinture_

La polychromie était de règle pour la statuaire; il en était de même
pour les bas-reliefs qui devaient tous être peints de couleurs vives.
Dans les tombeaux très anciens, comme ceux de l'époque de Snefrou, qui
sont encore construits en briques, des peintures sur enduit remplacent
les bas-reliefs, reproduisant en teintes plates les mêmes scènes que
nous avons l'habitude de voir sculptées et enluminées dans les autres
tombes de l'Ancien Empire. La manière primitive de décorer ces monuments
était donc, à n'en pas douter, la peinture, et le bas-relief coloré
n'est que le développement normal de celle-ci, résultant du besoin de la
rendre plus durable en la reportant sur pierre et en dégageant du fond
chaque figure, chaque objet représenté; le bas-relief, avant de devenir
un art en soi, n'était que le support de la peinture. Rien de plus
naturel dès lors que de retrouver dans les scènes peintes les mêmes
compositions que dans les reliefs, avec les mêmes variantes
d'interprétation. Les procédés sont très simples: les couleurs minérales
délayées dans de l'eau, additionnée d'une sorte de gomme, sont étendues
en teintes plates sur un enduit sec, au moyen d'un pinceau; un trait
plus foncé sertit les figures; les détails étaient ajoutés après coup
quand ils étaient plus foncés, réservés quand ils étaient blancs. Les
peintures de Dahchour et de Meïdoum, qui datent du commencement de la
IVme dynastie, nous montrent les artistes égyptiens déjà en pleine
possession de leur métier, et il est certains de leurs panneaux qui sont
pleins de vie, de mouvement et de délicatesse. Pendant un certain temps
on négligea complètement la peinture pour la sculpture, et nous ne
trouvons des tombeaux peints sur enduit qu'en province, presque jamais
dans la capitale; ce n'est que plus tard, sous le Moyen et le Nouvel
Empire, que cet art reprendra un nouvel essor et accaparera de nouveau
la décoration intérieure des sépultures.

[Illustration: _Fig. 129._ Peinture d'un tombeau de Meïdoum (d'après une
photographie de E. Brugsch-Pacha).]


_Objets usuels_

Depuis quatre ou cinq mille ans, les tombeaux de l'Ancien Empire
résistent victorieusement aux atteintes du temps et ils sont arrivés
jusqu'à nous avec leur décoration peinte ou sculptée, dans un état de
conservation très satisfaisant. Les violateurs de sépultures ne les ont
cependant point épargnés; dans l'antiquité déjà ils les ont visités,
ils sont descendus dans tous les caveaux funéraires, dans ceux des rois
comme dans ceux des simples particuliers, franchissant les obstacles les
plus sérieux, et ont pillé consciencieusement tout le mobilier
funéraire. Seules les statues de serdab qui ne pouvaient avoir aucune
valeur pour eux furent laissées dans leur cachette, ainsi que les tables
d'offrandes, grandes dalles sculptées devant la stèle fausse-porte. Les
meubles, les armes, les outils, les vêtements, les bijoux, tous les
objets usuels, en un mot, ont disparu et nous ne les connaissons que par
les représentations des reliefs et des peintures, représentations qui du
reste sont souvent très suffisantes. Les seuls objets qui nous soient
parvenus sont des vases en pierre ou en terre qui ne présentent pas avec
ceux de la période précédente des divergences très marquées.


_Inscriptions_

Depuis les dynasties thinites, époque où on ne l'employait qu'avec
parcimonie, l'écriture a fait d'immenses progrès; elle est
définitivement constituée, régularisée et ordonnée. C'est un instrument
parfait en son genre, bien qu'un peu compliqué, capable d'exprimer
toutes les nuances de la pensée, dans tous les domaines, et qui a en
même temps un caractère décoratif très marqué permettant de l'employer à
l'ornementation des monuments, soit isolément, soit à côté des
représentations figurées, pour les compléter, les équilibrer et les
expliquer. Quelques lignes d'hiéroglyphes, sur un objet quelconque,
suffisent à faire de lui un objet d'art, tant cette écriture est belle
par elle-même.

[Illustration: _Fig. 130._ Panneau de Hosi (d'ap. MARIETTE. _Album du
Musée de Boulaq_, pl. XII).]

L'écriture hiéroglyphique, en même temps utilitaire et ornementale, avec
ses combinaisons de caractères alphabétiques, syllabiques et
idéographiques, paraît à peu près sur tous les monuments de l'Ancien
Empire, dans les tombeaux en particulier où nous l'avons vue se mêler
aux bas-reliefs, s'incorporer à eux. Ce sont en général de courtes
phrases, mises dans la bouche des personnages représentés dans la scène;
ainsi il n'est pas rare de voir un ouvrier dire à son voisin: «tâche de
te dépêcher» ou: «fais attention à ce que tu fais»; un moissonneur boit
à même une cruche de bière en s'écriant: «ah! que c'est bon!» ailleurs
c'est la chanson des laboureurs qui travaillent dans le terrain encore
inondé: «Le piocheur est dans l'eau, parmi les poissons; il cause avec
le silure, il échange des saluts avec l'oxyrhinque.» En d'autres parties
de la tombe, à l'entrée, et surtout sur la stèle fausse-porte, on trouve
le nom du mort, avec ses titres et de courtes formules adressées à
divers dieux comme Osiris et Anubis, et plus loin la grande liste
d'offrandes disposée en tableau. Dans les souterrains des tombes royales
on voit, à partir d'un certain moment, les longs textes religieux se
dérouler en colonnes serrées, et couvrir d'immenses surfaces de parois.
J'ai déjà parlé des inscriptions historiques ou plutôt biographiques où
un haut fonctionnaire raconte les péripéties de sa carrière et qui sont
si précieuses pour nous; il faut encore signaler certains textes
officiels, gravés sur pierre, des décrets du roi en faveur de certains
temples, instituant des privilèges spéciaux, et nous aurons une idée
générale de ce qu'il y avait sous l'Ancien Empire en fait d'inscriptions
monumentales.

Pour des compositions de longue haleine, des ouvrages scientifiques,
médicaux, théologiques ou littéraires et sans doute aussi déjà pour la
correspondance, on employait une autre matière que la pierre et une
autre écriture que les hiéroglyphes. Les tiges de papyrus décortiquées,
développées et écrasées, fournissaient des feuilles qui étaient pour les
Egyptiens ce qu'est pour nous le papier, feuilles qu'on réunissait bout
à bout pour en faire de longs rouleaux; au moyen d'un roseau taillé en
pointe ou en pinceau, on y écrivait à l'encre en caractères cursifs qui
sont une abréviation des hiéroglyphes et auxquels nous donnons le nom
d'écriture hiératique. Cette écriture est disposée soit en colonnes
verticales, soit en lignes horizontales écrites de droite à gauche. Vu
la fragilité de la matière employée, il ne nous est parvenu que bien peu
de manuscrits de l'Ancien Empire, assez toutefois pour que nous
puissions juger que la méthode employée ne différait en rien de celle
des époques postérieures.


C. CIVILISATION

_Royauté et Gouvernement_

Bien que fils des dieux et dieu lui-même, le roi d'Egypte n'est pas,
comme dans beaucoup de monarchies orientales, un despote paresseux et
cruel, invisible au fond de son palais; il ne se borne pas non plus à
donner tous ses soins à ce qui doit être la grande oeuvre monumentale de
son règne, la construction de son tombeau. Il s'occupe activement et
personnellement de son pays et de son peuple, il dirige lui-même toute
l'administration, choisit les fonctionnaires, récompense les plus
méritants, rend la justice. Il exerce sur ses sujets une activité
bienveillante et semble être vraiment, pour l'Ancien Empire tout au
moins, le «dieu bon», selon une des épithètes qu'on lui décerne le plus
fréquemment. A côté de cela il trouve encore le temps de s'occuper de
science et de composer lui-même des ouvrages de médecine ou de
théologie. A l'exemple de leur père, les princes ne restent pas
inactifs, ils font l'apprentissage du pouvoir en occupant dès leur jeune
âge des postes importants dans l'administration.

La maison du roi se compose d'une foule d'officiers de toute sorte,
préposés les uns à la toilette, aux vêtements, aux parfums, les autres à
la nourriture ou à la boisson, et de prêtres spéciaux attachés à la
personne royale, ainsi que d'une garde du corps.

Le roi n'est pas seul à assumer le pouvoir, il a sous ses ordres une
administration compliquée et d'origine très ancienne; les fonctionnaires
sont nombreux et se présentent à nous chacun avec une série de titres
dont nous ne parvenons pas à découvrir l'exacte signification, mais qui
montrent qu'un individu pouvait cumuler des charges de natures très
diverses, religieuses, militaires, civiles et judiciaires. Ceux de ces
personnages que nous connaissons le mieux sont naturellement ceux qui
entouraient le roi de plus près et dont les tombeaux sont voisins du
sien, les vizirs, les grands juges, les grands prêtres, les
fonctionnaires de l'administration centrale. A côté et au-dessous d'eux
il y avait la foule des fonctionnaires provinciaux. L'ancienne division
politique du pays en clans ou tribus avait donné naissance, une fois
l'oeuvre d'unification accomplie, à un certain nombre de provinces ou
_nomes_ qui eurent chacun son administration propre, sous le contrôle
du pouvoir central. Sous des rois dont l'autorité s'exerce sans
contestation, cette organisation intérieure doit avoir ses avantages,
mais si le sceptre tombe en des mains plus faibles elle ne peut que
favoriser le démembrement du pays; nous avons vu que c'est en effet ce
qui arriva: la naissance et le développement progressif de la féodalité,
puis les rivalités des familles les plus puissantes et les luttes
intestines, amenèrent la fin de l'Ancien Empire.

Le haut gouvernement des nomes était donc un pouvoir féodal, très
probablement entre les mains des descendants directs des anciens chefs
de tribus. Quant à l'administration proprement dite, elle n'était pas le
privilège d'une caste spéciale, mais était ouverte à tous; il suffisait
d'avoir une bonne instruction, d'être scribe, de se montrer intelligent
et habile, pour pouvoir atteindre à n'importe quelle fonction. Nous
avons l'exemple de personnages d'humble extraction commençant par les
charges les plus modestes pour monter progressivement aux plus hautes
positions du royaume.

Les prêtres pouvaient cumuler des fonctions civiles et des charges
sacerdotales; ils pouvaient aussi, semble-t-il, se recruter parmi toutes
les classes de la population et ne formaient pas une caste à part. Le
roi était de droit souverain pontife de tout le pays et les grands
seigneurs héréditaires étaient en même temps les grands prêtres des
sacerdoces de leurs nomes.

Nous avons donc, dans l'Egypte de l'Ancien Empire, un mélange
extrêmement curieux de tous les modes de gouvernement: en haut, une
monarchie absolue et théocratique, au-dessous une aristocratie
héréditaire, féodale et terrienne, et enfin, tant pour les provinces
que pour l'ensemble du pays, une administration accessible à tous,
tenant en même temps de la démocratie et du mandarinat et ayant un
caractère sacerdotal très marqué. Comment fonctionnaient tous ces
rouages qui nous paraissent si peu compatibles les uns avec les autres?
Nous ne pouvons nous en rendre compte d'une manière très précise, mais
les résultats montrent que ce système de gouvernement n'était pas
mauvais puisque non seulement il subsista pendant les longs siècles que
dura l'empire memphite, mais encore fut repris au Moyen et au Nouvel
Empire avec certaines modifications.


_Relations extérieures_

Les objets remontant à l'Ancien Empire sont si peu nombreux qu'il ne
faut pas s'étonner si l'on n'en retrouve pas qui portent la marque d'une
importation étrangère. Les relations commerciales avec les pays
environnants, par terre comme par mer, ne s'étaient cependant pas
interrompues, bien au contraire; on consommait beaucoup d'encens en
Egypte, surtout pour les besoins du culte; or l'encens ne pouvant
provenir que du sud de l'Arabie, de la côte des Somalis, du pays de
Pount, comme on appelait ces régions, il devait donc arriver en Egypte
par la Mer Rouge. Les mines du Sinaï ne sont pas assez riches en cuivre
pour avoir pu fournir tout celui qu'on employait sous l'Ancien Empire,
aussi est-il des plus probable que déjà à ce moment-là on le faisait
venir de Chypre, comme aux époques suivantes. Le commerce, plus facile
encore avec la Syrie, était sans doute plus développé de ce côté-là. Les
pharaons avaient du reste sur cette contrée, ou du moins sur sa partie
méridionale, certaines prétentions de suzeraineté, et nous les avons vus
y envoyer à diverses reprises des expéditions armées. Le plus souvent
ces expéditions remportaient des succès sur les indigènes et ramenaient
un riche butin, pris par la force ou acquis par voie d'échange, mais
parfois aussi elles échouaient piteusement, et se faisaient massacrer
dans un guet-apens.

Le Soudan et la Nubie n'étaient pas encore soumis, mais le gouvernement
égyptien, qui recrutait des mercenaires parmi les tribus de ces régions,
les considérait un peu comme des vassales et leur envoyait souvent de
petites expéditions à demi militaires, à demi commerciales, chargées de
recueillir l'allégeance des chefs et si possible un tribut, d'assurer la
sécurité des routes et le respect du nom de l'Egypte, et de faire
aboutir des opérations fructueuses par voie d'échange. Ces expéditions
étaient le plus souvent dirigées par les gouverneurs du sud, les
résidents égyptiens à Eléphantine, qui avaient la garde de la frontière:
ces hauts fonctionnaires s'appliquèrent à laisser à la postérité le
récit plus ou moins détaillé de leurs diverses missions. Ainsi nous
voyons Herkhouf s'acquérir la faveur du roi pour lui avoir ramené du
centre de l'Afrique un nain qui devait le divertir par ses danses
bizarres: ce roi était Pepi II, alors encore un tout petit enfant.


_Famille_

Du haut en bas de l'échelle sociale, l'organisation de la famille a un
caractère tout patriarcal, empreint de liberté, de bienveillance et
d'intimité. Il suffit de jeter les yeux sur les nombreux groupes
familiaux, bas-reliefs ou statues, pour juger des relations tendres
qu'avaient entre eux époux, parents et enfants: on voit souvent la femme
assise sur le même siège que son mari, ou debout à côté de lui, passant
le bras autour de son cou tandis qu'il l'enlace étroitement et que les
enfants se pressent autour d'eux. L'homme est le chef incontesté de la
famille, il la dirige, la protège, la groupe autour de lui, sa vie
durant; quant à la femme, elle jouit d'une position très privilégiée, en
regard des autres femmes d'Orient: elle n'est pas enfermée dans un
harem, elle est absolument libre de ses mouvements et de ses actions,
elle accompagne partout son mari comme une égale, non comme une
inférieure, elle exerce une autorité morale toute spéciale sur les
enfants. Parmi ceux-ci, les filles ont les mêmes droits que les fils à
l'héritage paternel.

Dès l'Ancien Empire, l'Egyptien est certainement monogame; à peine
trouve-t-on un ou deux grands personnages ayant à côté de leur femme
légitime une concubine, dont les enfants ont du reste à peu près les
mêmes droits que leurs frères. Seul le roi a en général plusieurs femmes
dont l'une, «la grande épouse royale» a le pas sur les autres, étant
sans doute de plus haute naissance, parfois même de race royale. Pour
conserver aussi pur que possible le sang divin qui coule dans ses
veines, le roi doit de préférence prendre une femme du même sang que
lui, donc une proche parente. Sous le Nouvel Empire nous voyons le plus
souvent le pharaon épouser sa soeur, parfois même sa fille; il en était
sans doute de même pour les rois memphites. Ces unions qui nous
paraissent monstrueuses n'avaient rien que de très naturel pour les
Egyptiens, pour qui la pureté de la race avait une importance capitale.


_Vêtement_

Vu le climat de l'Egypte, les habitants de ce pays n'ont jamais éprouvé
le besoin de s'habiller chaudement; le costume en usage sous l'Ancien
Empire est particulièrement sommaire. Les hommes portent tous le pagne,
plus ou moins grand suivant leur condition: pour les gens de bas étage,
les mariniers par exemple, il se réduit à une ceinture garnie par devant
de quelques petites lanières formant tablier, pour d'autres ouvriers
c'est un morceau d'étoffe passant entre les jambes et fixé également à
une ceinture. Le modèle ordinaire est composé d'une longue pièce de
toile blanche enroulée étroitement autour de la partie moyenne du corps,
soutenue par une ceinture et descendant presque jusqu'aux genoux. Chez
les grands personnages ce vêtement prend plus d'importance: il n'est pas
plus long, mais beaucoup plus ample, et la partie de devant, gaufrée à
petits plis et empesée, forme une sorte de grand tablier triangulaire.
En outre, les notables ont le plus souvent aux pieds des sandales,
simples semelles plates, et autour du cou un large collier descendant
sur la poitrine et composé généralement de perles en verroterie, parfois
aussi de perles d'or. La tête est entièrement rasée, cheveux, barbe et
moustaches, et, pour sortir, les grands personnages se coiffent d'une
perruque plus ou moins volumineuse suivant la mode du jour, tandis que
chez les gens du peuple cette perruque paraît n'être plus qu'une simple
calotte feutrée, épousant les formes du crâne. Souvent une petite barbe
postiche se fixe sous le menton des notables. Jamais on ne voit de
manteau sur les épaules des particuliers; seul le roi, dans certaines
cérémonies, porte un vêtement de forme particulière, très ample, sans
manches, descendant du cou jusqu'aux genoux.

[Illustration: _Fig. 131._ Costumes de l'Ancien Empire (d'apr. LEPSIUS.
_Denkmäler_, II, pl. LXXIII).]

Les femmes sont vêtues d'une robe absolument collante descendant de la
naissance des seins jusqu'au bas des mollets; des bretelles la
retiennent aux épaules. La gorge est couverte d'un large collier, et des
anneaux de différentes formes ornent les bras et les chevilles. La
chevelure, très abondante, retombe sur les épaules en une multitude de
petites tresses; parfois un riche bandeau enserre cette coiffure
au-dessus du front.

[Illustration: _Fig. 132._ Ptahhetep à sa toilette (d'apr. PAGET-PIRIE.
_Ptahhetep_, pl. XXII).]

La toilette était chose importante pour les Egyptiens; ils se lavaient
soigneusement, se faisaient oindre le corps d'huiles et de parfums. Les
gens riches avaient des serviteurs qui les massaient et leur servaient
de manicures, de pédicures, et sans doute aussi de coiffeurs. Avant et
après le repas, on se lavait les mains et la bouche, comme cela se fait
encore aujourd'hui en Orient.


_Mobilier et Habitation_

Les Egyptiens avaient l'habitude de s'accroupir à terre, sur des nattes,
pour toutes les occupations sédentaires; c'était la position ordinaire
des artisans à leur travail et des scribes en train d'écrire. Par
contre, pour manger, ils s'asseyaient sur des chaises, des fauteuils ou
même des divans à deux places, devant de petits guéridons ronds, hauts
sur pied, où s'empilaient les victuailles. Ils couchaient dans des lits
garnis de plusieurs matelas, de couvertures et de chevets en guise
d'oreiller, lits à quatre pieds, assez élevés pour qu'on dût y monter à
l'aide d'un petit escabeau. Le mobilier comportait encore un certain
nombre de coffres de diverses dimensions, où l'on serrait le linge et
les ustensiles de toute sorte. En ce qui concerne les habitations, nous
n'avons guère de renseignements pour l'Ancien Empire; ce devaient être
des constructions légères, en partie en briques crues ou en terre pilée,
en partie en bois, avec des jours qu'on pouvait fermer, au moyen de
tentures multicolores ou de nattes; comme plafond, des solives de bois
de palmier, se touchant, supportaient une terrasse en terre battue.


_Chasse et Pêche_

Les grands marais remplis de poissons et d'oiseaux de toute sorte qui
bordaient la vallée du Nil, fournissaient aux seigneurs égyptiens,
grands amateurs de chasse et de pêche, un terrain incomparable. Ils s'y
rendaient avec leurs gens qui sur place préparaient des nacelles légères
en faisceaux de tiges de papyrus, dans lesquelles tout ce monde
s'embarquait, pénétrant dans les fourrés marécageux. Le maître tenait
d'une main des oiseaux captifs dont les cris servaient d'appeaux, tandis
que de l'autre il brandissait son boumerang et le lançait adroitement
sur le gibier, abattant l'un après l'autre le héron, l'oie, le canard,
la grue, que ses gens allaient chercher dans les roseaux; puis il
saisissait un harpon à double lame barbelée avec lequel il transperçait
d'une main sûre les gros poissons passant à sa portée, qu'il relevait
tout ruisselants d'eau. Cette arme puissante lui servait aussi à se
défendre contre l'hippopotame qui aurait pu venir troubler sa promenade.

[Illustration: _Fig. 133._ Chasse et pêche au marais (d'après DE MORGAN.
_Catal. des Monum._, I, Assouan, p. _146_).]

[Illustration: _Fig. 134._ Chasse au lasso (d'ap. DAVIES. _Ptahhetep_,
I, pl. XXII).]

Aux confins du désert, la chasse était plus fructueuse, mais plus
difficile et plus dangereuse aussi; on y rencontrait la gazelle,
l'antilope, le boeuf sauvage ainsi que le lion et la panthère. Le
seigneur égyptien s'y aventurait rarement, mais il y envoyait certains
de ses hommes, chasseurs de profession qui, accompagnés de leurs grands
chiens, poursuivaient le gibier et l'attaquaient avec leurs flèches ou
au lasso.

[Illustration: _Fig. 135._ Chasse au filet (d'après CAPAET. _Une rue de
tombeaux_, pl. XXXVI-XXXIX).]

Il ne suffisait pas d'approvisionner le garde-manger, il fallait se
constituer une réserve vivante d'aliments et remplir la basse-cour. A
cette fin, au moment du passage des oiseaux migrateurs, on disposait sur
des étangs de grands filets tendus sur des cadres en bois et on attirait
le gibier au moyen d'appâts ou d'appeaux; une fois que le vol s'était
posé sur l'étang, un surveillant caché tout près de là donnait un
signal, d'autres hommes tiraient vivement sur une corde, le filet se
refermait sur les volatiles qu'on sortait avec précaution et qu'on
enfermait dans des cages pour les porter dans de grandes volières
grillées et munies de bassins d'eau, où on pouvait les conserver et les
engraisser.

[Illustration: _Fig. 136._ Scènes de pêche (d'après DE MORGAN.
_Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _518_).]

Le Nil et ses dérivés fourmillent de poissons, dont la chair a été de
tous temps une grande ressource pour les habitants du pays; ceux-ci
employaient pour les prendre des moyens qui sont de tous les temps et de
tous les pays, des engins qu'ils avaient perfectionnés et dont ils
savaient tirer parti: d'abord la ligne, une ligne à main hérissée
d'hameçons à son extrémité, mais sans canne ni flotteur, puis le petit
filet à manche, le troubleau, puis les nasses, les grandes bouteilles en
osier qu'on déposait au fond de l'eau et qu'on relevait de temps en
temps. La pêche la plus productive était fournie par la seine, le grand
filet droit muni de plombs et de flotteurs, qu'on traînait à grand
renfort de bras dans des cours d'eau ou des étangs, de manière à
ramasser tout le poisson. Sitôt sortis de l'eau, les poissons étaient
ouverts, vidés, salés et étendus ou suspendus au soleil pour être
séchés.

[Illustration: _Fig. 137._ Basse-cour (d'ap. VON BISSING. _Mast. des
Gem-ni-kai_, I, pl. IX).]

Le nombre des animaux ainsi domestiqués s'accroissait sans cesse tant
par la reproduction naturelle que par l'apport de nouveaux individus
pris à la chasse. Nous venons de voir les oiseaux élevés en basse-cour,
nourris de grains ou engraissés au moyen de boulettes qu'on leur
introduisait de force dans le bec. On employait le même procédé pour
certains bestiaux de choix élevés à part des autres dans des fermes,
boeufs ou antilopes qu'on empâtait ainsi avec des aliments fabriqués au
fur et à mesure, parfois même des hyènes qu'on était obligé d'attacher
par les pattes et de renverser sur le dos pour leur faire avaler des
oies rôties; il semble en effet, quelque bizarre que cela puisse nous
paraître, que sous l'Ancien Empire les Egyptiens, pour varier leurs
menus, mangeaient parfois de la chair d'hyène.


_Elevage_

La grande masse du bétail vivait presque en liberté sous la garde de
bergers dans les terrains situés au delà des cultures, qui n'avaient
pas encore, comme aujourd'hui, absorbé tout le sol de la vallée; ces
animaux étaient presque sauvages, il fallait lier les jambes des vaches
pour les traire, et quant aux boeufs et taureaux, lorsqu'il s'agissait
de les capturer, on devait employer le lasso. De temps à autres, les
propriétaires allaient sur place inspecter leurs bestiaux ou se les
faisaient amener par troupes, pour en faire le compte. Le gouvernement
faisait de son côté procéder tous les deux ans au dénombrement général
des bestiaux, sur lesquels le roi prélevait sans doute une forte dîme;
cette opération était même considérée comme des plus importantes, car
elle servait de base aux calculs chronologiques: on ne disait pas, à
cette époque, «l'an 6 de tel roi», mais «l'année qui suit le 3e compte
de bestiaux de tel règne». A côté des boeufs et des vaches, il y avait
encore dans ces domaines ruraux du petit bétail, des chèvres et des
moutons; quant aux ânes, qu'on réunissait aussi en troupeaux, comme on
les employait fréquemment à toutes sortes de travaux, il est probable
qu'on les gardait à proximité des habitations plutôt que dans les
pâturages.

[Illustration: _Fig. 138._ Engraissage des boeufs (d'après DE MORGAN.
_Rech. sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _521_).]

[Illustration: _Fig. 139._ Antilopes. Engraissage des hyènes (d'après DE
MORGAN. _Rech. sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _513_).]

A côté de l'élevage, l'agriculture était en plein développement, et les
tableaux qui représentent des scènes de la vie des champs sont nombreux
dans les bas-reliefs des mastabas. La crue du Nil était soigneusement
observée et enregistrée dans les documents officiels; c'est donc qu'on
avait reconnu l'importance des irrigations, desquelles dépend la
fertilité du pays. Il est très probable que c'est de cette période que
datent les premiers de ces canaux qui apportent l'eau sur tous les
points de la vallée, et les digues qui la retiennent pour laisser
déposer le limon.

[Illustration: _Fig. 140._ Labourage et semailles (d'après DAVIES.
_Sheikh Saïd_, pl. XVI).]

[Illustration: _Fig. 141._ Scène de moisson (d'ap. LEPSIUS. _Denkmäler_,
II, pl. CVI).]

[Illustration: _Fig. 142._ Dépiquage du grain (d'après MURRAY. _Saqqara
Mastabas_, I, pl. XI).]

La principale culture est celle des céréales. Nous voyons les laboureurs
retourner le sol à l'aide de charrues très simples, à soc de bois,
attelées de deux boeufs, car il n'est pas nécessaire de travailler très
profondément cette terre meuble et grasse. Derrière eux viennent les
semeurs, jetant le grain à la volée, et immédiatement après, on amène
des troupeaux de chèvres et de moutons qui, pressés par des ouvriers
munis de courbaches, piétinent le champ ensemencé pour faire pénétrer le
grain. La moisson se fait au moyen de faucilles de bronze ou de bois
armées de lames de silex, avec lesquelles on scie la tige à mi-hauteur;
on lie les javelles en gerbe pour les charger sur des ânes qui bon gré
mal gré les transportent près de l'aire où on les empile en hautes
meules. Plus tard, quand la récolte est sèche, vient le dépiquage: les
gerbes sont déliées, étendues sur l'aire et foulées aux pieds par des
boeufs ou des ânes, et ce procédé a le double avantage de faire sortir
le grain et de hacher la paille qui, comme partout en Orient, sert de
fourrage. Les vanneuses ensuite jettent en l'air le grain et le passent
au crible, et enfin on mesure la récolte au boisseau et on l'enferme
dans les greniers.

[Illustration: _Fig. 143._ Foulage et pressurage du raisin (d'après
PAGET-PIRIE. _Tomb of Ptahhetep_, pl. XXXIII).]

La vigne se cultive en berceaux, dans des jardins; au moment de la
vendange, des hommes cueillent le raisin mûr, le mettent dans de grands
paniers et le portent tout à côté, sur le pressoir, sorte de grande auge
surélevée où la récolte est foulée aux pieds par d'autres ouvriers. Le
résidu est ensuite mis dans de grands sacs de forte toile, à chaque
extrémité desquels est passé un bâton, et on arrive encore à extraire
une bonne quantité de jus en tordant énergiquement ce pressoir
rudimentaire, opération qui nécessite une pittoresque gymnastique de la
part des cinq pressureurs. Enfin le moût est porté au cellier, dans de
grandes jarres qu'on ferme et qu'on scelle soigneusement.

[Illustration: _Fig. 144._ Récolte du lin (d'après LEPSIUS. _Denkmäler_,
II, pl. CVII).]

Les autres genres de culture, comme la récolte des figues que des hommes
ou parfois des singes vont cueillir dans les arbres, ou celle du lin,
qui se pratique par arrachage de la tige et non plus à la faucille, sont
plus rarement représentées. Enfin quelques scènes de jardinage montrent
des ouvriers arrosant soigneusement des carrés de légumes.

[Illustration: _Fig. 145._ Tressage des nattes (d'après PERROT et
CHIPIEZ. _Histoire de l'Art_, I, p. _36_).]

Les Egyptiens n'employaient pour leurs vêtements que de la toile de lin,
et déjà au début de la IVme dynastie ils étaient passés maîtres dans
l'art de filer et de tisser. Parmi les rares échantillons d'étoffes de
l'Ancien Empire qui nous sont parvenus, il y a surtout des toiles fines,
très fines même; certaines bandelettes de momies royales sont faites au
moyen de fil incomparablement plus fin que celui de n'importe quel tissu
moderne (un kilo de ce fil représenterait 12 à 18.000 mètres de
longueur, selon les calculs des spécialistes). Pour d'autres usages, en
particulier pour la fabrication de portières et tentures, on employait
des étoffes multicolores plus épaisses, où le tisserand, précurseur des
fabricants de tapis orientaux, obtenait par la disposition de ses fils
de couleur des compositions ornementales simples, mais du meilleur goût.

Les vanniers faisaient déjà de ces paniers de toute forme qui sont
aujourd'hui une spécialité du Soudan égyptien, ouvrages de sparterie
très soignés et très fins, aux brins de couleurs heureusement alternés
et qui sont en même temps d'une solidité à toute épreuve. Les gens du
peuple étaient très habiles à ces sortes de travaux, ainsi les pâtres,
tout en surveillant leurs troupeaux, tressaient avec des joncs et
d'autres herbes les nattes dont ils faisaient usage, nattes si souples
qu'elles se roulaient comme des couvertures et se portaient aisément en
bandoulière.

[Illustration: _Fig. 146._ Menuisiers. Tombeau de Mera (d'ap. un dessin
de l'auteur).]

Dans d'autres tableaux nous voyons des cordiers tordant ou tournant
leurs cordes, des cordonniers assouplissant le cuir, le taillant et le
cousant, des menuisiers travaillant à des meubles de toute sorte avec la
scie, le maillet, le ciseau, l'herminette et le perçoir à archet. Plus
loin ce sont des sculpteurs et des peintres, des fabricants de vases de
pierre et des chaudronniers dont nous avons déjà passé en revue les
oeuvres, et enfin des bijoutiers pesant, fondant et coulant l'or,
calibrant et assemblant les pierres fines.

[Illustration: _Fig. 147._ Orfèvres et joailliers (d'ap. DE MORGAN.
_Recherches sur les orig. de l'Egypte_, I, fig. _527_).]


_Navigation_

On peut dire que les transports, sous l'Ancien Empire, se faisaient
uniquement par la voie fluviale. Sur terre, le seul moyen de locomotion
était la marche; les ânes servaient seulement de bêtes de somme, et il
est extrêmement rare que les hommes aient songé à monter sur leur dos.
Quant à la litière ou chaise à porteurs, c'était là un luxe que seuls
les grands seigneurs pouvaient s'offrir, quand ils allaient inspecter
leurs domaines. Sur l'eau, nous avons déjà vu les petites nacelles en
papyrus employées pour la chasse et la pêche; les autres bateaux
construits en bois étaient très variés de forme, qu'il s'agît des lourds
et solides bachots, munis de rames et de gouvernails, destinés à faire
de petits trajets et à transporter des marchandises ou des bestiaux, ou
bien des bateaux à rames et à voiles, qui dénotent déjà une grande
habitude de la navigation. Dès le début de la IVe dynastie, on employait
de façon constante, pour remonter le Nil, de longs bateaux aux
extrémités légèrement relevées, portant un gros mât formé de deux
madriers qui s'assujettissent dans les deux bordages et ne se réunissent
qu'à leur partie supérieure; une vergue se hisse au sommet de ce mât,
supportant une voile trapézoïde d'un modèle spécial commandée par deux
bras, gros cordages dont un homme assis à la poupe tient les extrémités.
Des gouvernails en forme de rames, en plus ou moins grand nombre
suivant les dimensions du bateau, servent à donner la direction. Un toit
léger, courant au-dessus du pont, fournit aux passagers un abri
suffisant. Pour descendre le fleuve, on pliait la voile, on abattait le
mât et le bateau suivait le fil du courant, actionné en outre par les
rames. Plus tard, vers la fin de l'Ancien Empire, on voit paraître un
nouveau modèle de barque, la grande nef pontée, au mât simple portant
une voile carrée soutenue par deux vergues; le mode de navigation ne
change du reste pas pour cela, et on continue, comme de nos jours
encore, à remonter le fleuve à la voile, à le redescendre à la rame.

[Illustration: _Fig. 148._ Litière (d'après DAVIES. _Deir et Gebrawi_,
I, pl. VIII).]

[Illustration: _Fig. 149._ Fabrication de nacelles (d'ap. DAVIES.
_Sheikh Saïd_, pl. XII).]

[Illustration: _Fig. 150._ Barque. IVe dyn. (d'ap. JÉQUIER. _Bull. de
l'Inst. fr. du Caire_, t. IX, pl. III).]

Les vaisseaux de mer, plus grands et plus forts sans doute que ceux du
Nil, en diffèrent à peine quant à la forme générale; les mâts, les
voiles, les gouvernails, les rames sont les mêmes, mais il n'y a aucune
superstructure, et un énorme câble, allant de la proue à la poupe,
assure la solidité de la charpente.

[Illustration: _Fig. 151._ Scène du marché (d'apr. LEPSIUS. _Denkmäler_,
II, pl. XCVI).]


Pour avoir un tableau complet de l'état de l'Egypte à cette époque, il
faudrait approfondir encore bien des points sur lesquels nous sommes peu
documentés, ainsi la question très importante du commerce qui, faute de
numéraire, se faisait de gré à gré, par échange, suivant entente entre
les contractants, sans que nous sachions s'il y avait des boutiques ou
seulement des marchés périodiques dans les centres. Nous sommes aussi
assez mal renseignés sur l'exploitation des mines et des carrières et
sur le transport des gros matériaux, qui se faisait à bras d'hommes, sur
traîneaux, de la montagne au fleuve. Cette esquisse sommaire, suffisante
pour le moment, nous permettra de nous rendre compte de ce qu'était,
dans ses grandes lignes tout au moins, la civilisation de l'Egypte sous
les rois memphites et héliopolitains, période qui est la base même de
toute la civilisation pharaonique. Pour les époques suivantes nous
pourrons nous contenter de signaler les transformations, les
perfectionnements apportés au cours des siècles à cet état de choses,
par suite du travail intérieur ou des importations étrangères.

[Illustration: _Fig. 152._ Forage de vases de pierre (d'ap. DE MORGAN.
_Recherches sur les origines de l'Egypte_, I, fig. _497_).]



[Illustration: _Fig. 153._ Sphinx du Moyen Empire (d'après LEGRAIN.
_Statues et statuettes_, I, pl. XX).]



CHAPITRE VI

MOYEN EMPIRE

(2200 à 1500 avant J.-C. environ.)

A. HISTOIRE


_XIe dynastie_

Une période de troubles intérieurs comme celle qui termina l'Ancien
Empire ne pouvait se prolonger indéfiniment et devait aboutir à une
restauration de la monarchie sur des bases un peu différentes. Nous
avons vu les derniers rois memphites, qui ne disposaient pas d'une force
militaire sérieuse et qui sans doute n'avaient plus l'autorité morale de
leurs prédécesseurs, s'effacer peu à peu devant leurs compétiteurs, les
princes héracléopolitains; ceux-ci n'avaient cependant pas réussi,
malgré l'énergique appui de leurs vassaux, les dynastes de Siout, à
s'installer définitivement sur le trône d'Egypte, ni même à laisser un
nom durable. Pendant ce temps s'élevait dans le sud, dans une province
qui jusqu'alors n'avait joué aucun rôle, celle de Thèbes, une famille
nouvelle, au sang moins pur, mélangé d'éléments soudanais, famille
énergique poursuivant de père en fils, avec opiniâtreté, un seul but, la
restauration, à son profit, de l'unité du royaume égyptien. Ces
seigneurs qui portent tous le nom d'Antef ou de Mentouhotep,
commencèrent petitement: les plus anciens n'ont que leur titre de
monarque puis peu à peu ils s'arrogent le droit d'inscrire leur nom dans
un cartouche, ils se qualifient de rois de la Haute Egypte et finissent
par prendre la titulature complète des rois légitimes. Les premiers
n'étendaient leur domination que sur la moitié méridionale de la Haute
Egypte, mais en même temps ils avaient soumis la Nubie jusqu'à la
deuxième cataracte au moins; les derniers régnèrent sur toute la vallée
du Nil et poussèrent même plus loin, puisqu'ils entreprirent des
expéditions du côté du Sinaï et de la Syrie méridionale.

[Illustration: _Fig. 154._ Mentouhotep IV (?) (d'apr. un bas-relief
provenant de Deir-el-Bahari).]

L'ordre de succession de ces rois, qui forment la XIme dynastie, n'est
pas très clair; leur chronologie l'est encore moins: le papyrus de Turin
donne six rois ayant régné pendant plus de 160 ans, tandis que d'après
Manéthon il y aurait eu 16 rois et 43 ans de règne; il y a dans ces
chiffres des erreurs évidentes, puisque nous savons d'autre part que
certains de ces rois régnèrent au moins 50 ans; on peut donc supposer
que le papyrus ne nomme que les derniers rois de la série, ceux qui
pouvaient être considérés comme souverains légitimes, tandis que
Manéthon indique le nombre total des princes de la famille, et la somme
des années de règne des deux derniers seulement, ceux qui gouvernèrent
sans aucun doute tout le pays. Comme date, nous pouvons placer cette
XIme dynastie thébaine, de façon tout à fait approximative du reste, aux
environs de l'an 2.200 avant J.-C.


_XIIe dynastie_

Nous ne savons dans quelles conditions le dernier roi de cette dynastie,
Mentouhotep V Seankhkara, céda la place de gré ou de force à un homme du
nom d'Amenemhat, qui avait été grand-vizir sous un règne précédent et
qui était sans doute apparenté de près ou de loin à la famille royale.
Usurpateur ou non, le nouveau roi trouva devant lui de nombreux
adversaires qu'il finit par réduire, comme il sut plus tard déjouer un
complot des gens du palais qui en voulaient à sa vie. Amenemhat I était
non seulement un homme d'action, il était aussi un organisateur de
premier ordre, à en juger par l'oeuvre accomplie pendant les 30 ans que
dura son règne. Il supprime définitivement le régime féodal, l'autonomie
des petits princes locaux sur lesquels ses prédécesseurs avaient dû
s'appuyer pour gouverner, il reconstitue l'unité de l'Egypte sous un
seul sceptre, fait régner l'ordre et la paix dans tout le pays, recule
ses frontières grâce à des expéditions heureuses, et fonde une dynastie
qui devait régner 213 ans en tout, et être une des plus brillantes qui
aient occupé le trône de l'Egypte.

[Illustration: _Fig. 155._ Senousrit I (photo. de E. Brugsch-Pacha).]

La XIIme dynastie est donc d'origine thébaine, mais son centre politique
fut toujours celui qu'avait choisi le fondateur de la monarchie
égyptienne, Memphis, abandonnée depuis quelques siècles. C'est dans les
environs immédiats de l'antique capitale que les nouveaux rois
établirent leur résidence et qu'ils construisirent leurs tombeaux. Les
sept rois qui se succèdent de père en fils portent tous, soit le nom
d'Amenemhat, qui est celui du fondateur de la dynastie, soit celui de
Senousrit, qu'on lisait autrefois Ousertesen et qui est en réalité
l'origine du nom grec de Sesostris, ce héros plus légendaire que réel
sur la personne duquel se groupèrent aux basses époques tous les hauts
faits des rois du temps passé dont on avait conservé le souvenir.

[Illustration: _Fig. 156._ Senousrit III (d'après LEGRAIN. _Statues et
statuettes_, I, pl. VI).]

Les vrais Sésostris, ceux de l'histoire, sont du reste aussi des
guerriers et des conquérants, mais leur activité est surtout dirigée
vers le sud. Les plus célèbres d'entre eux, Senousrit I et Senousrit III
parachevèrent l'oeuvre entreprise par Amenemhat I, la conquête de la
Nubie: ils étendent l'autorité effective de l'Egypte jusqu'à la 2e
cataracte, c'est-à-dire reculent d'au moins 400 kilomètres les
frontières de leur royaume. La Nubie est devenue une province
égyptienne, administrée par des fonctionnaires spéciaux, avec de petites
garnisons cantonnées dans les points faibles du pays, où s'élèvent
d'importantes forteresses, celles de Semneh et de Koummeh en
particulier, qui gardent les deux rives de la cataracte, frontière
extrême de la nouvelle province.

Les Pharaons de la XIIme dynastie, bien que très occupés du côté du
Soudan, ne négligent pas pour cela les autres contrées limitrophes; les
Libyens aussi bien que les Syriens habitant les confins de l'Egypte sont
refoulés ou assujettis, et la domination effective du roi s'étend sur
les Oasis, le Sinaï et les contrées désertiques où les travaux dans les
carrières et dans les mines peuvent s'effectuer en toute tranquillité.

[Illustration: _Fig. 157._ Amenemhat III (d'après _Musée Egyptien_, II,
pl. XV).]

Le dernier grand roi de la dynastie, Amenemhat III, attacha son nom à
une oeuvre gigantesque, la création dans le Fayoum,--petit territoire en
contre-bas de la vallée du Nil, du côté ouest,--d'un immense réservoir
destiné à régulariser les irrigations des environs de Memphis et de la
Basse Egypte. C'est le fameux lac Moeris mentionné par Hérodote et les
autres auteurs classiques, qui parlent en même temps avec admiration du
Labyrinthe, le palais construit sur ses bords. Quelle est dans ces
récits la proportion exacte de fable et de réalité, c'est ce qui n'a pu
être encore établi; toujours est-il que maintenant on ne voit plus, de
ce qui devait être jadis le lac Moeris, qu'un lac naturel sans
écoulement, le Birket-Karoun, et au lieu du Labyrinthe, des ruines de
villes, très étendues, mais qui n'ont rien de monumental, deux
pyramides, des colosses, un obélisque; ces restes de constructions
montrent bien l'importance des travaux entrepris par Amenemhat III dans
ce coin de pays, travaux qui furent, sinon aussi merveilleux que se
l'imaginaient les Grecs, du moins considérables.


_XIIIe et XIVe dynasties_

Deux règnes très courts et sans éclat, ceux d'Amenemhat IV et de la
reine Sebeknefrou clôturent cette période si glorieuse et si brillante
pendant laquelle l'Egypte avait atteint un degré de puissance très
supérieur à celui auquel elle était arrivée sous les plus grands rois de
l'Ancien Empire. Nous ne savons quelles sont les circonstances qui
amenèrent la chute de la XIIme dynastie, soit que la race se soit
éteinte naturellement, soit que ces deux derniers souverains aient fait
preuve d'incapacité et se soient laissés supplanter par des compétiteurs
puissants. Avec eux cesse, pour un temps du moins, l'unité de l'Egypte,
et nous nous trouvons en présence de deux familles rivales, l'une de
Thèbes, l'autre de Xoïs dans le Delta, qui forment la XIIIme et la XIVme
dynastie; il semble qu'à un moment donné cette dernière dynastie ait été
considérée comme seule légitime, mais d'un autre côté la puissance des
rois thébains de la XIIIme a certainement été plus grande. Du reste ces
deux séries de rois sont si enchevêtrées qu'on a peine à les distinguer
l'une de l'autre: les monuments de cette époque donnent bien des noms de
rois, rarement des dates, et jamais aucun détail sur le règne des divers
souverains ni sur l'ordre de succession; le papyrus de Turin donnait une
longue liste, malheureusement très fragmentée aujourd'hui, et ne paraît
pas avoir établi de distinction entre ces deux dynasties; les autres
listes royales ne mentionnent que très peu de noms de cette époque.
Enfin Manéthon ne cite pas un seul nom, mais donne à la XIIIme dynastie
60 rois et 453 ans de règne, et à la XIVme, 76 rois et 184 ans, chiffres
qui sont peut-être exagérés quant au nombre d'années, mais qui
paraissent correspondre à la réalité, en ce qui concerne le nombre de
rois qui occupèrent le trône.

[Illustration: _Fig. 158._ Neferhotep. Bologne (d'ap. PETRIE.
_Photographs_, No _38_).]

Nous sommes donc peu renseignés sur cette période, et c'est à peine s'il
convient de rappeler le souvenir des Neferhotep et des Sebekhotep, les
quelques souverains qui nous paraissent être les figures les plus
marquantes de la série et dont les règnes sont plus longs que ceux des
autres et les monuments que nous avons d'eux plus abondants et plus
importants. L'examen des noms mêmes de tous ces rois montre clairement
que ces deux dynasties ne se composent pas seulement de deux familles
homogènes, mais de groupes très différents d'origine ou d'individus
isolés qui se succèdent sans lien apparent, et ne sont même sans doute
pas tous de vrais Egyptiens; ainsi l'un d'eux s'appelle Nehasi, «le
nègre», et d'autres, comme Khendi et Khenzer, à en juger par leurs noms,
pourraient être d'origine babylonienne.


_Les Hyksos_

C'est précisément à cette époque, où l'Egypte n'était plus suffisamment
puissante pour résister aux ennemis du dehors, que surgirent les Hyksos
ou rois pasteurs, chefs de bandes ou de tribus sémites, originaires
sans doute de Palestine ou de Syrie, qui pénétrèrent dans la vallée du
Nil par la frontière nord-est, entre Péluse et Suez, s'établirent et se
fortifièrent dans le Delta, rayonnèrent de là dans tout le pays, y
établirent une autorité durable et s'arrogèrent même le titre officiel
de rois d'Egypte. Cette invasion est en somme le résultat d'une de ces
poussées des peuples d'Orient vers l'Occident qui sont si fréquentes
dans l'histoire et qui chaque fois amenèrent des perturbations
considérables; celle-ci fut déterminée par la descente des Elamites en
Mésopotamie, qui provoqua également le départ d'Abraham pour la
Palestine.

[Illustration: _Fig. 159._ Tête d'un roi hyksos (d'apr. NAVILLE.
_Bubastis_, pl. XI).]

La domination des rois pasteurs dura longtemps et s'exerça, suivant les
monuments, plus ou moins loin vers le sud, contrebalancée seulement par
un petit noyau qu'on pourrait qualifier de nationaliste et qui se
groupait dans la Thébaïde, autour des derniers rois de la XIIIme
dynastie, puis des princes qui fondent la XVIIme et préparent la
revanche qui doit inaugurer le Nouvel Empire. Ces étrangers s'étaient
rapidement égyptianisés; ils avaient adopté les coutumes de leurs sujets
plus civilisés qu'eux et cherchèrent à gouverner comme les anciens rois
autochtones, mais ils ne réussirent pas à laisser une trace vraiment
durable de leur passage au pouvoir. Nous ne connaissons aucun édifice
important qui puisse avoir été construit par eux, à part peut-être les
murs d'enceinte en briques de leur capitale, la ville fortifiée
d'Avaris, à l'est du Delta, et leurs noms ne nous sont parvenus que sur
quelques petits objets ou sur des statues antérieures qu'ils s'étaient
appropriées. Ils encouragèrent les sciences et la littérature, ainsi que
nous l'apprennent certains papyrus, mais d'un autre côté, il est bien
probable que c'est aux premiers de ces rois qu'il faut attribuer le
pillage systématique des tombeaux royaux antérieurs.


_XVIIe dynastie_

Enfin il s'éleva une nouvelle race de princes thébains qui, d'abord
vassaux des rois Hyksos, prirent en main la tâche de délivrer leur pays
de la domination étrangère. Leurs talents militaires, leur valeur
personnelle et sans doute surtout un mouvement intense du pays entier,
révolté contre ses oppresseurs, amenèrent rapidement la chute du royaume
des pasteurs. Refoulés de la Haute Egypte d'abord, puis du Delta même,
il ne resta bientôt plus aux pharaons sémites qu'un petit canton aux
confins du désert et leur retraite fortifiée d'Avaris, où ils tinrent
bon pendant un siècle encore. Cette période de lutte à outrance qui
coûta la vie à certains rois thébains, morts en pleine bataille, et qui
termine ce que nous avons coutume d'appeler le Moyen Empire, est une
période héroïque et glorieuse et les noms de ces rois qui affranchirent
leur pays du joug étranger, les Seknenra, les Kamès, les Ahmès,
mériteraient une place d'honneur dans l'histoire, si par malheur nous
n'étions si peu renseignés sur leur vie et leur oeuvre dont nous ne
faisons guère qu'entrevoir les résultats.

[Illustration: _Fig. 160._ Poignard d'Apepi (Photographie
Brugsch-Pacha).]

Telle est, dans ses grandes lignes, l'histoire du Moyen Empire thébain,
joint à la domination des Hyksos; sa chronologie est difficile à établir
et donne lieu encore aujourd'hui à des opinions très divergentes, car si
nous connaissons presque à un jour près la durée de la XIIme dynastie,
il n'en est pas de même pour les suivantes, qui régnèrent sans doute
collatéralement sur diverses parties du pays. Nous avons déjà vu que
Manéthon donne à la XIIIme dynastie thébaine 453 ans et à la XIVme
dynastie xoïte, 184 ans; il range les rois Hyksos dans deux dynasties
distinctes, la XVme et la XVIme, qui auraient régné, la première 284 ans
avec ses six rois qu'on retrouve sans peine sur les monuments
contemporains, les Salatis, les Bnôn, les Jannias et les Apophis, et
l'autre 511 ans avec 32 rois parfaitement inconnus. Enfin, toujours pour
Manéthon, la XVIIme dynastie, celle de la revanche, aurait eu deux
séries de rois, les uns hyksos, les autres thébains, ayant occupé les
trônes d'Egypte pendant 151 ans jusqu'à l'expulsion définitive des
Sémites. Si l'on met bout à bout tous ces chiffres, on obtient pour
l'intervalle qui sépare la XIIme dynastie du Nouvel Empire la somme
fantastique de 1.583 ans, qui paraît absolument inadmissible, surtout si
l'on songe que dans un pays comme l'Egypte, où presque tout se conserve,
une période aussi longue, même troublée, nous aurait transmis des
séries de documents autrement plus importantes que celles qui nous sont
parvenues. D'un autre côté, une théorie récente, très en vogue
aujourd'hui, et basée sur deux dates astronomiques qu'on voudrait
attribuer, l'une à un roi de la XIIme dynastie, l'autre au premier
souverain de la XVIIIme, réduit cet intervalle à 200 ans environ. Cette
théorie me paraît encore plus insoutenable que la précédente, car je ne
vois pas le moyen de faire tenir dans un espace de deux siècles un
nombre de 150 ou 200 rois au minimum, dont certains régnèrent, nous le
savons pertinemment, 40 et même 50 ans. La vérité est très probablement
entre ces deux théories extrêmes, et je suis tenté de me rattacher, au
moins dans ses grandes lignes, au système proposé par un égyptologue
norvégien, M. Lieblein, système qui peut se résumer somme suit:
l'invasion hyksos a lieu à la fin de la XIIme dynastie et entraîne sa
chute, après quoi une nouvelle famille thébaine, la XIIIme, prend
possession du trône; pendant ce temps les chefs pasteurs, maîtres de la
plus grande partie du pays, mais se sentant inférieurs comme
civilisation et n'osant encore se mettre personnellement à la tête du
gouvernement, intronisent d'abord des princes autochtones qui ne sont
autres que leurs créatures et leurs vassaux et qui constituent la XIVme
dynastie xoïte. Après ce laps de temps, se sentant suffisamment
égyptianisés, ils prennent eux-mêmes les rênes du pouvoir: c'est la XVme
dynastie; quant à la XVIme elle n'existe pas en réalité, c'est une
dynastie purement fictive, qui représente seulement la somme de la
domination des Hyksos jusqu'au moment où ces rois furent refoulés dans
Avaris. La XVIIme dynastie, avec sa double série de rois, caractérise le
siècle de l'expulsion. Ainsi, puisque la XIVme et la XVme dynasties sont
contemporaines de la XIIIme, et que la XVIme doit être supprimée, comme
faisant double emploi, nous n'avons plus qu'à additionner les chiffres
que donne Manéthon pour la XIVme, la XVme et la XVIIme, ce qui donne,
pour toute la période hyksos, 619 ans en tout. Il faudrait donc placer
la XIIme dynastie entre 2.300 et 2.100 environ, et l'époque des rois
pasteurs et de leurs compétiteurs égyptiens irait de 2100 à 1500 avant
notre ère. Je me contente de signaler ce résultat, non comme absolument
certain, mais comme assez satisfaisant.

[Illustration: _Fig. 161._ Tête de la momie de Seqnenrà (d'après ELLIOT
SMITH. _Royal Mummies_, pl. II).]


B. MONUMENTS

Si nous voulons nous faire une idée de ce qu'était la civilisation
égyptienne sous le Moyen Empire et des progrès qu'elle avait pu réaliser
depuis la période précédente, nous nous trouvons tout d'abord, de même
qu'en ce qui concerne l'histoire proprement dite, en présence de
documents extrêmement abondants appartenant à la fin de la XIme et à
toute la XIIme dynastie, puis d'une époque singulièrement silencieuse,
celle des luttes intestines suscitées par la présence des Hyksos. Ce
fait n'a rien que de très naturel et nous obligera, par conséquent, à ne
tenir compte dans ce tableau d'ensemble, que des monuments appartenant à
la période de gloire du premier empire thébain, de ceux qui se
rattachent aux règnes des Amenemhat et des Senousrit, ainsi que de leurs
prédécesseurs immédiats.


_Architecture_

Il ne reste pour ainsi dire rien des constructions religieuses édifiées
par les rois de la XIIme dynastie; les unes ont pu être détruites par
les Hyksos, tandis que les autres, les plus nombreuses, ont été reprises
par les rois de la XVIIIme dynastie, agrandies et si bien remaniées, que
dans les temples colossaux du Nouvel Empire on ne retrouve qu'à
grand'peine les traces du petit sanctuaire plus ancien qui en formait le
noyau; seules, avec quelques bas-reliefs, les colonnes ont survécu, de
belles colonnes monolithes en granit qui présentent, à peu de chose
près, les mêmes caractères artistiques que celles de l'Ancien Empire, à
quelque ordre qu'elles appartiennent, lotiforme, palmiforme ou
papyriforme. Des statues souvent colossales et des sphinx ornaient aussi
ces temples; on les trouve réemployés dans les constructions ultérieures
et portant bien souvent non pas le nom du roi qui les fit sculpter,
mais les cartouches de celui qui se les appropria après coup, suivant un
procédé qui paraissait tout naturel aux Egyptiens et que nous n'hésitons
pas à qualifier d'usurpation.

[Illustration: _Fig. 162._ Reconstitution du monument de Mentouhotep II
(d'ap. NAVILLE. _The XIe dyn. Temple at Deir el Bahari_, II, pl.
XXIII).]

Le grand monument qu'un des Mentouhotep de la XIme dynastie fit
construire au fond du cirque de Deir-el-Bahari et qui a été découvert et
déblayé ces dernières années par M. Naville, est un temple funéraire qui
n'était pas voué au culte des dieux, aussi ne fut-il guère remanié aux
époques ultérieures. C'est un édifice en terrasses avec rampe d'accès,
adossé à la montagne; des colonnades de piliers carrés entourent un
massif central qui était peut-être surmonté d'une pyramide, et derrière
lequel se trouvaient les naos consacrés aux princesses royales; au fond
du sanctuaire aujourd'hui détruit, un long couloir s'enfonçait dans le
rocher et aboutissait à une petite chambre qui contenait un grand naos
d'albâtre, destiné probablement à recevoir une statue de roi.

[Illustration: _Fig. 163._ Pyramide de Senousrit III à Dahchour (d'après
J. DE MORGAN. _Fouilles à Dahchour_, I, pl. XII).]

Les autres souverains de la XIme dynastie n'avaient que des tombeaux de
petites dimensions, assez semblables à ceux des simples particuliers;
les grands rois de la XIIme adoptèrent le mode de sépulture de leurs
prédécesseurs de l'Ancien Empire, la pyramide, sans toutefois chercher à
édifier des monuments aussi colossaux. A Licht et à Dahchour, de même
qu'à Hawara et à Illahoun, un revêtement très soigné, en calcaire et
même par places en granit, recouvre, ou plutôt recouvrait, puisqu'il a
en partie disparu, une maçonnerie plutôt défectueuse en pierre ou en
briques; les chambres funéraires sont non plus dans la pyramide même,
mais à une grande profondeur au-dessous de celle-ci, et les couloirs
habilement dissimulés n'ont pas empêché ces tombeaux d'être entièrement
pillés. A côté du monument royal, des caveaux étaient réservés aux
reines et aux princesses, caveaux d'où sont sortis les trésors
inestimables qui ont été trouvés il y a quelques années par le Service
des Antiquités de l'Egypte. Du côté est s'élevait la chapelle funéraire,
du type déjà connu, avec ses vestibules, sa cour centrale, son
sanctuaire et ses magasins; un grand mur encerclait le tout.

Les fonctionnaires continuent à se faire ensevelir à côté de leur
souverain, mais leurs mastabas ne sont plus comparables à ceux de la
période précédente. Ce sont de simples massifs de maçonnerie de petites
dimensions, ornés d'une stèle sur la face est; la chambre funéraire se
trouve immédiatement au-dessous, et on y accède par un puits foré au
nord du monument extérieur.

[Illustration: _Fig. 164._ Façade de tombeau à Beni-Hassan.]

Les tombeaux des seigneurs provinciaux et des princes des nomes de la
Haute Egypte sont autrement plus originaux et plus intéressants pour
nous, puisque certains d'entre eux, ceux de Bersheh et surtout ceux de
Beni Hassan nous fournissent la plus merveilleuse série de documents
figurés concernant la vie publique et privée de l'époque. Ces monuments
appartiennent à la classe des hypogées ou tombeaux rupestres, comme
nous en avons déjà vu quelques-uns sous l'Ancien Empire; ils sont
entièrement creusés dans le rocher, à flanc de coteau, et les colonnes
qui soutiennent le plafond ne sont pas rapportées, mais ménagées dans la
masse même, au cours du travail d'excavation. Ces hypogées sont précédés
d'un portique largement ouvert du côté de la plaine du Nil, soutenu par
deux de ces piliers droits, sans chapiteau, aux arêtes abattues, qu'on a
pris longtemps, à cause de leur fût cannelé et de leur petit abaque
plat, pour la forme la plus ancienne de la colonne dorique; de là le nom
de «colonnes protodoriques» qui leur est resté. Une porte s'ouvre sur
une salle carrée de grandes dimensions, au plafond soutenu par quatre
colonnes ou davantage, et au fond de laquelle s'ouvre une niche
profonde, servant en quelque sorte de sanctuaire; un puits descend au
caveau funéraire. Les parois sont entièrement couvertes de peintures sur
enduit, plus complètes encore que les tableaux sculptés dans les
mastabas. Elles retracent avec une vie et un naturel souvent admirables,
les scènes les plus diverses de la vie des champs comme de celle des
gens de métier.

[Illustration: _Fig. 165._ Tombeau de Beni-Hassan (d'après NEWBERRY.
_Beni Hassan_, I, pl. IV).]

[Illustration: _Fig. 166._ Masque de momie (d'après CHASSINAT. _Fouilles
d'Assiout_, pl. XXVI).]

Les personnages de moindre importance, qui ne pouvaient avoir une
sépulture aussi complète, se contentaient d'un simple caveau souterrain,
au fond d'un puits, et arrivaient à entasser dans cet étroit espace tout
ce qui pouvait leur être utile pour la vie de l'au-delà. L'art de la
momification en était encore à peu près au même point qu'à la période
memphite, et l'on se contentait sans doute de dessécher les corps au
moyen d'alun ou de natron, car de tous ceux qui nous sont parvenus, il
ne reste guère que les os. Le mort ainsi préparé, on l'enveloppait d'un
épais maillot de linges, de linceuls et de bandelettes; on plaçait
parfois sur le haut du corps un masque en cartonnage peint, et on le
couchait sur le côté, la tête appuyée sur un chevet, au fond d'un
sarcophage rectangulaire en bois, aux parois épaisses, couvertes de
peintures au dehors comme au dedans, et muni d'un couvercle plat ou
bombé. La décoration extérieure consiste le plus souvent en bandes de
grands hiéroglyphes entre lesquelles on peignait parfois toute une
ornementation architecturale montrant que le sarcophage était considéré
comme une maison, donc comme l'habitation même du mort, une maison d'un
modèle archaïque, construite en bois avec des stores en nattes de
couleur pour fermer les baies. A l'intérieur, on inscrivait de longs
textes funéraires analogues à ceux des pyramides et destinés à assurer
au défunt la sécurité dans le monde des enfers; au-dessus de ces textes
court une large frise où sont peints les objets qui devraient en réalité
figurer dans le mobilier funéraire: pièces de costume, coiffures,
bijoux, armes, sceptres, outils, vases, meubles, toujours suivant le
principe que la figuration d'un objet suffit pour remplacer l'objet
lui-même quand il s'agit d'une ombre, du double immatériel d'un homme.
Il arrive aussi qu'on voie déjà paraître, à l'intérieur du grand
sarcophage, le cercueil anthropoïde qui renferme la momie elle-même et
qui devient le modèle courant du sarcophage au Nouvel Empire; ce type de
cercueil n'est que le développement normal du masque funéraire habituel.

[Illustration: _Fig. 167._ Momie du Moyen Empire (d'après
CHASSINAT-PALANQUE. _Fouilles d'Assiout_, pl. XXI).]

[Illustration: _Fig. 168._ Sarcophage du Moyen Empire (d'après PETRIE.
_Gizeh and Rifeh_, pl. X.A).]

[Illustration: _Fig. 169._ Intérieur d'un sarcophage (d'après LACAU.
_Sarcoph. ant. au Nouv. Emp._, pl. XXIV).]

[Illustration: _Fig. 170._ Sarcophage anthropoïde (d'ap. PETRIE. _Gizeh
and Rifeh_, pl. X.B).]

Quant au mobilier funéraire proprement dit, il est en général modeste.
Dans les tombeaux des princesses de la famille royale, on ne trouve
guère que la série des vases à onguents et à parfums, des sceptres et
une certaine quantité de bijoux, merveilles d'art et de goût, qui sont
parmi les plus belles choses que l'antiquité égyptienne nous ait
livrées. Chez les particuliers il y a d'abord la caisse carrée,
absolument indispensable du sarcophage, faite sur le même modèle que
lui, et contenant les quatre vases canopes, où l'on enfermait les
viscères du mort, puis quelques vases grossiers ayant contenu des
victuailles, enfin des imitations d'armes et des groupes de bois stuqué
et peint, représentant des scènes de la vie familière. Ces scènes sont
les mêmes qu'on voit figurer ailleurs, en bas-relief ou en peinture, sur
les parois des mastabas et des tombeaux rupestres, mais traitées avec
plus de naturel et de naïveté: nous y voyons représentés des cuisiniers,
des porteurs et des porteuses d'offrandes, la fabrication du pain et de
la bière, et surtout des bateaux, reproduction des grandes barques de
l'époque avec leur gréement complet et leur équipage. Malgré leur
facture souvent un peu grossière, ces petits monuments sont peut-être
l'image la plus parfaite, en tous cas la plus expressive, de la vie des
anciens Egyptiens.

[Illustration: _Fig. 171._ Canope du Moyen Empire (d'ap.
GAUTIER-JÉQUIER. _Fouilles de Licht_, p. _68_).]

[Illustration: _Fig. 172._ Statuette de serviteur (d'ap. le _Musée
Egyptien_, I, pl. XXXVIII).]

La cachette aux statues, le _serdab_, n'existe plus dans la tombe du
Moyen Empire, et s'il se trouve encore dans le tombeau une statue du
mort, celle-ci n'est plus que très rarement en pierre, mais presque
toujours en bois et souvent de très petite dimension. Il y a ici
évidemment une évolution dans les idées funéraires: la notion du _ka_,
du double qui pour subsister a besoin d'un support à défaut du corps
lui-même, existe toujours, mais tend à se transformer; il semble qu'elle
se spiritualise en quelque sorte et qu'une petite image du mort, image
souvent informe, lui suffise, et cela plutôt par tradition que par
besoin réel. C'est à ce moment qu'on voit apparaître les premières
statuettes mummiformes représentant le défunt, prototypes des
innombrables statuettes funéraires ou _oushabtis_ du Nouvel Empire.

[Illustration: _Fig. 173._ Modèle de barque (photographie de E.
Brugsch-Pacha).]

[Illustration: _Fig. 174._ Statuette en bois (d'après GAUTIER-JÉQUIER.
_Fouilles de Licht_, p. _80_).]

Pour les morts d'une classe moins élevée, ceux qu'on ensevelissait à
même le sol, on avait en certaines régions la coutume de poser au-dessus
de la tombe une petite maison en terre cuite, reproduction en miniature
de l'habitation des vivants, et qui devait servir de domicile à l'âme:
privée de ce pied-à-terre si sommaire, cette âme eût risqué d'errer sans
trêve à l'aventure et de disparaître misérablement.

[Illustration: _Fig. 175._ _Statuette funéraire_ du Moyen Empire (d'apr.
PETRIE. _The Labyrinth_, pl. XXX).]

Les constructions civiles, palais, maisons, magasins, faites en briques
et en bois, et n'ayant aucune prétention à la durée, ont disparu presque
partout en Egypte; nous sommes un peu plus favorisés cependant pour le
Moyen Empire que pour les autres époques, puisqu'on a retrouvé au Fayoum
des restes importants d'agglomérations de maisons, vraies villes
composées de petites habitations en briques, serrées les unes contre les
autres et séparées par de longues rues droites; c'est là sans doute
qu'habitaient des ouvriers et des employés dont les papiers, restés
cachés dans le coin des chambres, sont parvenus jusqu'à nous: ces
précieux documents sur papyrus contenaient des écrits de toute sorte,
mais surtout des lettres et des comptes.

[Illustration: _Fig. 176._ Modèle de maison en terre cuite (d'ap.
PETRIE. _Gizeh and Rifeh_, pl. XV).]

Pour ce qui est de l'architecture militaire, de hautes et massives
forteresses en briques crues remplacent les simples enceintes formées
d'une épaisse muraille, en usage sous l'Ancien Empire. Nous avons, à la
frontière méridionale de la Nubie, deux bons exemples de ces
constructions, qui dominent de très haut le terrain environnant et qui
devaient opposer une très grande résistance à l'escalade et à la sape.
Le progrès réalisé dans ce domaine est très naturel et cela n'a rien
d'étonnant, puisque la monarchie égyptienne, à cette époque, a un
caractère militaire très prononcé et se distingue en cela très nettement
de celle de la période précédente.

[Illustration: _Fig. 177._ Attaque d'une forteresse (d'après NEWBERRY.
_Beni Hasan_, II, pl. XV).]


_Sculpture_

La statuaire du Moyen Empire continue à suivre, presque sans s'en
écarter, les traditions des dynasties memphites; ses procédés sont
identiques, et c'est à peine si nous pouvons signaler un peu plus de
fini dans les parties qui étaient autrefois laissées le plus souvent à
l'état d'ébauches, les jambes et les pieds. Ce sont toujours les mêmes
formes, les mêmes attitudes, avec plus de délicatesse peut-être, mais
moins de puissance; on recherche moins la ressemblance exacte, réaliste,
de la figure à reproduire, qu'une sorte de portrait idéalisé qui n'a
plus sans doute que les caractères généraux de l'original: ainsi dans
les dix statues de Senousrit I découvertes à Licht, statues identiques
de dimension et de matière, sorties ensemble d'un même atelier, toutes
les têtes, qui à première vue paraissent semblables, sont dans le détail
très différentes les unes des autres et cependant les traits d'ensemble
restent les mêmes et se retrouvent aussi dans les autres statues du même
souverain.

[Illustration: _Fig. 178._ Statues de Senousrit I.--Licht. (photographie
de M. Pieron).]

[Illustration: _Fig. 179._ Statue du roi Hor (photographie de E.
Brugsch-Pacha).]

Sous le Moyen Empire les statues sont beaucoup moins abondantes que sous
l'Ancien, car les particuliers, quelle que fût leur position, n'en
déposaient plus guère dans leur tombeau. Encore ces statues sont-elles
presque uniquement en bois, les unes de grandeur naturelle, d'autres
très petites. Seuls les très hauts personnages avaient le droit de
placer dans les temples une image faite à leur ressemblance; les rois
par contre y dressaient souvent des statues colossales en granit, dont
plusieurs sont parvenues jusqu'à nous, ainsi que les sphinx, également
en granit, qui bordaient les avenues de ces temples, sphinx dont la tête
était toujours un portrait plus ou moins fidèle du roi régnant. D'autres
statues, moins grandes, ornaient les parties apparentes des tombeaux
royaux et parfois même on déposait une statue du _ka_ ou du double dans
le caveau funéraire, près du sarcophage, comme dans les tombeaux des
simples particuliers. Telle la statue de bois du jeune roi Hor Aouabra,
qui fut probablement co-régent de son père Amenemhat III, monument
délicieux de travail, d'expression et de sentiment, qui restera un des
joyaux de l'art égyptien.

Il n'y a pas non plus de grandes modifications à signaler dans la
manière de traiter le bas-relief; un dessin ferme et pur, un relief peu
marqué, un modelé très délicat, souvent à peine perceptible, sont les
caractères généraux de cette branche de la sculpture qui, comme la
statuaire, est toujours empreinte d'une grande distinction et d'une
remarquable noblesse d'allure.


_Peinture_

Nous avons vu, en parlant de l'Ancien Empire, que toute sculpture devait
être peinte, au moins en principe. La simple peinture sur enduit, qui ne
se distinguait pas à première vue du bas-relief polychrome, était
soumise aux mêmes lois que ce dernier quant à la disposition générale
et la composition, mais constituait un moyen d'expression singulièrement
plus rapide et économique. Pour les peintres du Moyen Empire, le souci
de la perfection artistique ne passe qu'en seconde ligne: ils donnent
libre cours à leur fantaisie, toujours maintenue, il est vrai, par une
certaine routine, dans le même procédé d'exécution, et ils s'appliquent
avant tout à rendre aussi vivant que possible le sujet qu'ils ont à
traiter.

[Illustration: _Fig. 180._ Bas-relief de Koptos (d'après PETRIE.
_Koptos_, pl. IX).]


_Arts industriels_

La céramique ne présente aucun caractère spécial; de plus en plus les
vases en terre sont réservés aux usages vulgaires, et leur facture est
généralement peu soignée. Par contre les nombreux petits vases en pierre
dure qu'on continue à fabriquer et qui sont destinés à contenir des
parfums ou des onguents sont d'un travail extrêmement remarquable. Les
matières les plus précieuses sont employées pour cela: l'obsidienne, le
lapis-lazuli et la cornaline, aussi bien que l'albâtre, qui continue à
être d'un usage courant. L'usage des vases de bronze persiste aussi,
comme par le passé.

[Illustration: _Fig. 181 et 182._ Vases en cornaline et lapis-lazuli
(d'ap. DE MORGAN. _Fouilles à Dahchour_, I, pl. XXV).]

[Illustration: _Fig. 183._ Pectoral de Senousrit II (d'après DE MORGAN.
_Fouilles à Dahchour_, I, pl. XVI).]

Dans la bijouterie et la joaillerie, les orfèvres de la XIIme dynastie
sont arrivés à un degré de perfection qui ne sera plus dépassé et qui
fait encore l'admiration de tous les spécialistes; ils taillent et
calibrent les pierres avec la plus grande précision, fondent et cisèlent
les métaux, emploient le filigrane. Mais leur triomphe incontestable est
le bijou ciselé, ajouré et champlevé, avec incrustations de pierres
telles que le lapis, la turquoise et la cornaline. La composition du
bijou est toujours digne de son exécution, qu'il s'agisse d'un minuscule
hiéroglyphe servant d'élément de collier, d'un pectoral pouvant être
considéré comme un vrai bas-relief historique en miniature, d'une garde
de poignard ou d'un diadème représentant une couronne de fleurs
naturelles.

[Illustration: _Fig. 184._ Couronne en or (d'apr. DE MORGAN. _Dahchour_,
II, pl. IX).]


C. CIVILISATION

_Royauté_

La première monarchie thébaine a un caractère très différent de celui
des dynasties memphites, qui était, comme nous l'avons vu,
essentiellement pacifique; de simples nomarques qu'ils étaient, les
princes de Thèbes avaient acquis le pouvoir suprême au prix de longues
luttes. Il était donc bien naturel qu'ils continuassent à faire de
l'armée leur principal soutien et que, pour ne pas la laisser inactive,
ils l'employassent à pacifier les contrées avoisinantes et à étendre les
frontières de l'Egypte. Les rois de la XIIme dynastie ne sont pas, à
proprement parler, des conquérants, mais des souverains dont le but est
d'assurer le tranquille développement de leur pays en tenant en respect
leurs voisins, nomades plus ou moins sauvages et toujours disposés à
faire des incursions dans la riche vallée du Nil, et en créant sur le
point le plus facilement accessible, le sud, une marche bien fortifiée.
Sitôt que cette activité militaire se ralentit, comme cela semble avoir
été le cas sous Amenemhat III et ses successeurs, les barbares, qui sont
ici les Hyksos, fondent sur le pays et le soumettent, en partie du
moins. Il faudra de longs siècles aux vrais Egyptiens pour les chasser
et reprendre le pouvoir, et ce nouvel apprentissage de la guerre sera
cause de l'avènement des grands conquérants de la XVIIIme dynastie.

[Illustration: _Fig. 185._ Groupes de soldats d'un prince de Siout
(d'après MASPERO. _Musée Egyptien_, I, pl. XXXIII).]

Pour assurer la transmission régulière des pouvoirs royaux de père en
fils et éviter les compétitions possibles, Amenemhat I, dans les
dernières années de son règne, associa au trône son fils Senousrit I qui
fut chargé de diriger l'armée et les expéditions en dehors de l'Egypte,
tandis que le vieux souverain continuait à s'occuper de la politique
intérieure. Tous les rois de la XIIme dynastie suivirent cet exemple et
prirent à un moment donné leur héritier présomptif comme co-régent.


_Gouvernement_

Le système féodal ne disparut pas dès l'avènement de la XIIme dynastie;
les princes des nomes, reconnaissant l'autorité supérieure et la
suzeraineté du roi, continuèrent à administrer comme auparavant leur
province, sur laquelle ils avaient des droits très étendus: le peuple
des campagnes, fellahs ou paysans, fournissait les soldats et pouvait
être réquisitionné pour toutes sortes de corvées, spécialement pour
les gros transports et les constructions; de lourdes redevances
pesaient sur eux, aussi bien sur les paysans soi-disant libres, que
sur les serfs et les tenanciers des domaines princiers. Les habitants
des villes jouissaient d'une plus grande liberté, tout en étant aussi
sous l'autorité directe du nomarque; dans ces cités se groupaient les
artisans, les scribes et les fonctionnaires de toute sorte, tous gens
d'une classe très supérieure au menu peuple des campagnes. Une légion
d'employés, inspecteurs, percepteurs, chacun ayant sa charge nettement
délimitée, veillait au bon fonctionnement de ces petits états, dont le
prince payait au roi une redevance régulière et lui fournissait des
troupes exercées, sur une simple réquisition; il avait sans doute à
ses côtés un représentant du souverain. Quant au pouvoir judiciaire, il
était presque entièrement entre les mains du pouvoir central.

Cependant cet ordre de choses ne devait pas durer et la centralisation
s'opérait peu à peu. Vers la fin de la dynastie, les nomarques
disparaissent ou tout au moins leur rôle est si effacé qu'on ne les voit
plus paraître. Par contre le nombre des fonctionnaires royaux augmente
considérablement; ce sont eux maintenant qui sont chargés non seulement
de la justice, mais de toute l'administration civile et militaire, qui
perçoivent les redevances, tiennent constamment à jour les registres de
la population, du bétail et du cadastre, institution nécessaire dans un
pays comme l'Egypte, soumis aux empiétements d'un fleuve dont le cours
n'est pas encore définitivement fixé.


_Relations extérieures_

Nous avons vu la conquête de la Nubie, l'occupation des Oasis, la
pacification des contrées désertiques bordant l'Egypte et les campagnes
en Syrie; toutes ces opérations, qui furent la préoccupation constante
des rois de la XIIme dynastie, avaient eu pour résultat le développement
du commerce, favorisé par la tranquillité et la sécurité régnant aux
abords de l'Egypte. Les produits du Soudan et de la Syrie arrivent donc
dans la vallée du Nil, par caravanes, plus facilement que jamais; de
plus, les expéditions au pays de Pount, au pays des Somalis, d'où l'on
tirait l'encens, l'ivoire et d'autres objets précieux, paraissent être
devenues plus fréquentes, tant par eau, le long des côtes de la Mer
Rouge, que par la voie de terre, par le Soudan et l'Abyssinie. Il en est
de même pour les relations avec les îles grecques: la poterie dite de
Kamarès, qui provient certainement de ces régions se retrouve parfois
dans des tombes de la XIIme dynastie, et réciproquement on rencontre
souvent en Crète, en Grèce et jusqu'en Etrurie des objets appartenant au
premier empire thébain.

[Illustration: _Fig. 186._ Nomades sémites (d'après NEWBERRY, _Beni
Hasan_, I, pl. XXXI).]

Les marchandises importées en Egypte étaient surtout des matières
premières, et tout particulièrement les métaux, comme par le passé; en
échange, les Egyptiens livraient à leurs voisins toute sorte d'objets
ouvrés, et aussi du grain. Nous savons par les récits bibliques que la
vallée du Nil était un peu le grenier du monde oriental, et que dans les
années de disette ce n'était guère que là qu'on pouvait aller
s'approvisionner. C'est en effet sous le Moyen Empire que durent vivre
les patriarches qui, après avoir mené la vie des nomades en Palestine,
finirent par se fixer dans un petit district du Delta. Abraham dut venir
en Egypte pendant le règne de la XIIme dynastie, et c'est presque un
tableau de son arrivée avec sa famille et ses serviteurs, que cette
peinture célèbre de Beni Hassan, où l'on voit des fonctionnaires
égyptiens amener à leur prince une tribu de nomades sémites, avec leurs
lourds costumes bariolés, leurs bestiaux, leurs armes et leurs bagages
et apportant avec eux de l'antimoine et d'autres produits qu'ils
cherchent sans doute à échanger. L'arrivée de Joseph en Egypte, son
élévation aux plus hautes dignités et l'installation de sa famille au
pays de Goshen ou Kesem, dans les environs de la ville fortifiée
d'Avaris, doivent se placer sous un des rois hyksos, nous ne pouvons
savoir au juste lequel. Les noms égyptiens que donne le texte hébreu
peuvent être rapprochés de certains noms qui étaient en effet employés
sous le Moyen Empire et ne sont pas sans doute, comme on l'a cru pendant
longtemps, la transcription de noms saïtes, ce qui forcerait à reporter
la composition même du récit biblique à une très basse époque. Toute
cette série de récits constitue pour nous un précieux document pour la
connaissance des relations entre les Egyptiens et leurs voisins.


_Vie privée_

Il n'y a pas lieu de revenir sur l'organisation de la famille, pas plus
que sur les conditions de la vie privée qui continuent à être les mêmes,
à peu de chose près, que sous l'Ancien Empire. La nourriture aussi est
la même, ainsi que la manière de manger, et on attache toujours autant
d'importance aux soins de propreté. Une petite différence se remarque
dans le costume des hommes, car si les gens du peuple continuent à
porter le petit pagne court, celui des personnages de qualité s'allonge
et forme une sorte de jupon plus ou moins ample, descendant jusqu'aux
mollets ou même jusqu'aux chevilles; le grand manteau est d'un usage
fréquent, comme si le climat s'était refroidi, ce qui est du reste peu
probable.

Nous connaissons les villes où habitaient les ouvriers et qui ont été
retrouvées au Fayoum, avec leurs petites maisons serrées les unes contre
les autres, avec leurs étroites rues droites; nous avons aussi des
modèles en terre cuite des maisons où vivaient les gens d'une classe un
peu supérieure: une cour entourée d'un mur, au milieu de laquelle se
trouvait un étang, précédait l'habitation, qui était elle-même de
dimensions assez restreintes; un péristyle à colonnes s'ouvrait
largement sur la cour, et les chambres se trouvaient au fond, derrière
cette galerie. L'escalier extérieur montait à la terrasse où
aboutissaient les grandes bouches à air destinées à la ventilation des
appartements et sur laquelle parfois de petites chambres étaient
construites (fig. 176). Il ne nous est resté aucune trace des palais
royaux ni de ceux des grands seigneurs.


_Chasse et pêche_

Les procédés de pêche et de chasse, de même que les engins employés,
sont les mêmes que sous l'Ancien Empire: le filet, la ligne et le harpon
pour la pêche, le lasso, l'arc, le boumerang, le filet et le piège
simple pour la chasse. Il faut cependant signaler le fait que les grands
seigneurs se constituaient des réserves de gros gibier, de vrais parcs
de chasse enclos de palissades et de treillages, où ils pouvaient à leur
gré et sans avoir la difficulté d'aller les chercher au loin dans le
désert, abattre à coups de flèches les boeufs sauvages, les lions, les
antilopes ou les autruches.

[Illustration: _Fig. 187._ Parc de chasse (d'apr. NEWBERRY. _El
Bersheh_, I, pl. VII).]


_Agriculture et élevage_

L'agriculture étant une des principales ressources du pays, est toujours
l'objet d'une attention spéciale de la part du gouvernement; la quantité
des terrains cultivables augmente aux dépens des pâturages, grâce à une
méthode d'irrigation toujours en voie de développement. Nous ne savons
pas quels canaux furent creusés à cette époque, mais nous voyons des
rois comme Amenemhat III entreprendre des travaux considérables tels que
le lac Moeris qui était très vraisemblablement destiné, ainsi que
l'affirment les Grecs, à régulariser les irrigations dans la partie la
plus fertile du pays. Le même souverain fit établir un nilomètre sur les
rochers de la deuxième cataracte, à l'extrême frontière de ses états,
pour surveiller l'inondation et en prévoir d'avance les conséquences
pour l'Egypte. Grâce à tous ces efforts et bien que l'outillage ne se
fût guère amélioré, le rendement des terres augmentait dans de grandes
proportions et l'Egypte devenait le plus grand magasin de grain de
l'Orient.

L'élevage tend à diminuer, et l'on ne trouve plus guère que dans
certains cantons où le sol est moins fertile qu'ailleurs et moins apte à
la culture, les immenses troupeaux de bétail à demi sauvage. Il était
réservé aux Hyksos d'introduire dans la faune domestique du pays un
nouvel animal, le cheval, innovation qui devait, comme nous le verrons,
avoir les conséquences les plus importantes pour l'Egypte.

[Illustration: _Fig. 188._ Barque à voile carrée (VIe dyn.) (d'après
JÉQUIER. _Bull. de l'Institut franç. du Caire_, IX, pl. III).]


_Navigation_

L'augmentation des produits du sol devait nécessairement amener le
développement du commerce intérieur et, partant, de la navigation
fluviale, qui était aussi l'objet de la sollicitude du gouvernement,
puisque nous voyons un des rois faire exécuter de grands travaux pour
rendre navigable la première cataracte en y creusant un chenal
suffisamment profond. Les bateaux employés d'ordinaire sont les grandes
barques pontées à voile carrée, dont le modèle date de la fin de
l'Ancien Empire. Quant à la navigation sur la Méditerranée et la mer
Rouge, les documents que nous possédons sont insuffisants pour pouvoir
en faire une étude sérieuse, au moins en ce qui concerne le Moyen
Empire. Il est cependant probable qu'on employait pour cela des bateaux
plus grands et plus forts, mais du même modèle que ceux du Nil.


_Industrie_

Les scènes figurées, en bois stuqué, déposées au fond des caveaux
funéraires, de même que les tableaux peints dans les tombes, nous
montrent que, comme sous l'Ancien Empire, la population de l'Egypte ne
s'adonnait pas exclusivement à l'agriculture, mais que l'industrie y
était aussi en honneur. Les procédés employés sont toujours à peu près
les mêmes procédés simples tels qu'on les retrouve chez tous les peuples
jeunes, où l'on ne se livre pas à la grande industrie et où l'on ne
fabrique les objets qu'au fur et à mesure des besoins.

[Illustration: _Fig. 189._ Menuisiers (d'ap. QUIBELL. _Excavations at
Saqqarah_, II, pl. XVII).]

On remarque entre autres de nombreuses représentations de la fabrication
des étoffes: dans le gynécée même des grands seigneurs, des femmes sont
occupées à filer le lin tandis que d'autres se livrent au tissage; les
métiers employés par ces femmes sont de formes diverses, suivant le
genre d'étoffes qu'elles doivent faire, et ces métiers, d'un mécanisme
simple et pratique, leur permettaient de tisser des toiles d'une finesse
et d'une régularité remarquables, qu'on a retrouvées en grande quantité
dans les tombeaux.

[Illustration: _Fig. 190._ Femmes filant et tissant (d'après NEWBERRY.
_Beni Hasan_, II, pl. IX).]


_Littérature_

De l'Ancien Empire, il ne nous est parvenu aucune oeuvre qu'on puisse
qualifier de littéraire: les textes des pyramides sont de nature
purement religieuse et magique, et les inscriptions tombales comme les
biographies sont des récits très simples qui ne témoignent d'aucune
recherche de style ou de composition. L'époque suivante nous a, par
contre, fourni une longue série d'ouvrages qui, s'ils ne sont pas très
étendus, ont du moins un caractère littéraire très marqué. Ces écrits
sont de toute sorte, de vrais poèmes comme le chant du harpiste ou le
dialogue d'un désespéré avec son âme, des contes comme l'histoire de
Sinouhit et celle du roi Khéops et des magiciens, des morceaux
d'éloquence comme la plaidoirie du paysan, des traités de morale comme
les préceptes de Kaqemna et de Ptahhotep. A côté de cela on trouve
encore de nombreux livres religieux ou magiques, des livres de médecine
et des traités scientifiques. Tous ces ouvrages sont composés dans une
langue très belle et très pure, encore exempte de tout élément étranger,
avec une recherche de style marquée, des phrases simples et claires dans
lesquelles on voit que les scribes égyptiens affectionnaient
l'allitération et le jeu de mots, tout en employant toujours le mot
propre. Ces papyrus, qui nous sont parvenus en très bon état de
conservation, ne constituent pas un des moindres titres de gloire du
Moyen Empire et c'est avec raison qu'on a pu dire de cette période
qu'elle est l'époque classique de la littérature égyptienne.

[Illustration: _Fig. 191._ Une page du papyrus Prisse (d'après JÉQUIER.
_Le papyrus Prisse et ses variantes_, pl. V).]

[Illustration: _Fig. 192._ Bijou de la XIIe dyn. (d'ap. DE MORGAN.
_Fouilles à Dahchour_, I, pl. XX).]



[Illustration: _Fig. 193._ Panneau du char triomphal de Thoutmès IV
(d'après CARTER-NEWBERRY. _Tomb of Thoutmosis IV_, pl. X).]



CHAPITRE VII

NOUVEL EMPIRE

(1500 à 332 avant J.-C.)


A. HISTOIRE

La prise de la forteresse d'Avaris, le dernier retranchement des rois
hyksos dans le Delta, et l'expulsion définitive des souverains sémites
marque la date la plus importante peut-être de toute l'histoire
d'Egypte. Le grand mouvement national, après des siècles de luttes
stériles, avait enfin trouvé dans les princes de la XVIIme dynastie des
chefs capables de le mener à bien; leur triomphe inaugure une ère de
gloire et de puissance telle que l'Egypte n'en avait jamais connu
auparavant, et qui est l'apogée de l'empire pharaonique. Cette date,
plusieurs historiens l'indiquent avec précision, mais leurs données sont
loin de s'accorder, aussi me paraît-il plus prudent de donner ici encore
des chiffres approximatifs et de placer l'expulsion des Hyksos et le
début de la XVIIIme dynastie aux environs de l'an 1500.


_XIIIe dynastie_

Il n'y a aucune solution de continuité, pas même un changement de
famille régnante, entre la XVIIme et la XVIIIme dynastie; seule
l'expulsion des Hyksos en marque la séparation, et le roi qui réussit à
parachever la libération du sol égyptien, Ahmès, est en même temps le
dernier souverain de la XVIIme et le premier de la XVIIIme. Les
fragments de Manéthon qui indiquent comme composant cette dernière
dynastie 15 rois ayant régné 259 ans en tout, non compris Ahmès,
considéré ici comme appartenant au groupe précédent, contiennent
diverses confusions dans les noms de rois; plusieurs de ces souverains
sont dédoublés tandis que d'autres sont réunis sous un seul nom, mais
les chiffres que donne Manéthon correspondent assez bien aux indications
des monuments et leur total peut être considéré comme conforme à la
réalité. La XVIIIme dynastie se placerait donc, approximativement, et
avec un écart possible de 50 ans au plus, entre 1500 et 1200 avant J.-C.
Ahmès ne se borna pas à chasser les Hyksos d'Egypte; il les poursuivit
jusque dans la Syrie méridionale et leur infligea une nouvelle défaite
en s'emparant de la ville dans laquelle ils s'étaient réfugiés, et sans
doute les extermina définitivement, car ils ne reparaissent plus dans
l'histoire.

[Illustration: _Fig. 194._ Aménophis I.--Turin (d'ap. PETRIE.
_Photographs_, No _75_).]

L'empire une fois reconquis, il s'agissait de le réorganiser, car les
préoccupations militaires avaient sans doute absorbé, pendant le siècle
qui venait de s'écouler, toute l'activité des rois nationaux. Ce fut la
tâche du fils et successeur d'Ahmès, Aménophis I, qui s'en acquitta,
pendant son court règne de 13 ans, à la satisfaction universelle,
puisque après sa mort il fut divinisé non seulement de façon officielle,
comme tous les rois, mais par le peuple même de sa capitale: lui et sa
femme Ahmès Nofritari sont considérés comme les patrons de la nécropole
thébaine pendant tout le début du Nouvel Empire. Autant que nous pouvons
en juger, ses successeurs continuèrent son oeuvre et mirent tous leurs
soins à augmenter le bien-être du pays.

Pendant ces longues luttes, l'Egypte était devenue une vraie puissance
militaire; elle possédait une armée bien exercée qu'on ne pouvait
laisser dans l'inaction. Cette armée n'était plus tout à fait la même
que jadis, elle possédait un élément nouveau, la charrerie, et les
Egyptiens avaient rapidement perfectionné cette arme, dont ils devaient
la connaissance aux rois hyksos, et qui était déjà depuis longtemps en
usage chez les Syriens. Les soldats qui montaient ces chars attelés de
deux chevaux combattaient de loin avec leurs flèches et leurs javelines,
et le choc de leurs escadrons compacts pouvait décider du sort des
batailles. L'infanterie était aussi mieux armée, le métal ayant partout
remplacé le silex des anciens temps, et beaucoup de soldats n'étaient
plus à moitié nus comme autrefois, mais vêtus de cottes capitonnées et
de bonnets rembourrés qui les préservaient dans une certaine mesure.

[Illustration: _Fig. 195._ Tête de la momie de Thoutmès I (d'ap.
ELLIOT-SMITH. _Royal Mummies_, pl. XXII).]

Aménophis I avait déjà employé son armée pour de petites expéditions de
frontières contre les Libyens et les nègres, mais ce fut son fils
Thoutmès I qui inaugura l'ère des grandes conquêtes; il envahit la Syrie
et la soumit en grande partie, jusqu'à l'Euphrate, où il posa des
stèles-frontières, puis il poussa avec ses armées très loin dans le
Soudan, sans négliger pour cela d'entreprendre dans l'Egypte même des
travaux importants. A sa mort, après une vingtaine d'années de règne, il
ne laissait pour lui succéder qu'un fils né d'une femme qui n'était pas
de souche royale, Thoutmès II, qui pour légitimer en quelque sorte son
accession au trône, dut épouser sa demi-soeur Hatshepsou, en qui coulait
un sang plus pur. Il continua l'oeuvre de son père, mais n'eut qu'un
règne très court. Après lui la couronne revenait à son très jeune fils
Thoutmès III, né aussi d'une femme de race non royale; sa tante
Hatshepsou profita de sa minorité pour s'emparer de la régence, régna
d'abord en son nom et à côté de lui, puis le relégua dans l'ombre et
s'arrogea le titre de roi d'Egypte.

Sauf une grande expédition maritime au pays de Pount, expédition qui a
du reste un caractère nettement commercial et politique et aucunement
militaire, Hatshepsou concentra toute son activité sur l'Egypte
elle-même, qu'elle administra sagement, avec le concours de ministres
d'une réelle valeur, s'appliquant à faire disparaître les dernières
traces du néfaste passage des rois hyksos. Elle restaura des temples et
en construisit d'autres, comme celui de Deir el Bahari, qui était
consacré à son culte funéraire et qui, étant une des oeuvres artistiques
les plus remarquables de la dynastie, perpétue, aussi bien que le grand
obélisque de Karnak, le souvenir de cette reine qui sut mener à bien
l'oeuvre intérieure des rois ses prédécesseurs, la réorganisation du
pays.

[Illustration: _Fig. 196._ Thoutmès III (d'apr. LEGRAIN. _Statues et
statuettes_, I, pl. XXX).]

Thoutmès III étant arrivé à l'âge de raison, la régente, le «roi
Hatshepsou», comme elle s'appelait elle-même, lui fit épouser sa propre
fille, mais sans lui laisser pour cela la place à laquelle il aurait eu
droit; il était donc assez naturel qu'il conçut envers elle des
sentiments de rancune et que plus tard, quand il fut enfin maître du
pouvoir, il cherchât à diminuer ou même à faire disparaître le souvenir
de son illustre tante. Ce fait très simple a fait naître de longues
contestations parmi les égyptologues au sujet de l'ordre de succession
des premiers rois de la XVIIIme dynastie, et aujourd'hui les discussions
sur ce point n'ont pas encore cessé.

Après 22 ans pendant lesquels Hatshepsou avait assumé les charges et les
bénéfices du pouvoir, Thoutmès III devait encore régner seul pendant 48
ans; c'est non seulement un des plus longs règnes qu'enregistre
l'histoire d'Egypte, c'est encore le plus glorieux. Profitant de
quelques années où le joug égyptien avait pesé sur eux avec moins de
force, les princes syriens avaient sans doute reconquis en partie leur
indépendance; aussitôt sur le trône, Thoutmès prit en personne le
commandement de son armée, envahit la Palestine et la Syrie et commença
par une série de victoires cette suite de campagnes qui durent
recommencer chaque printemps, pendant près de vingt ans, jusqu'au moment
où l'autorité du pharaon fut établie de façon absolument effective sur
l'Asie antérieure jusqu'à l'Euphrate tout au moins. Les fils des
princes, emmenés comme otages, étaient une garantie de la fidélité de
leurs pères et de la rentrée régulière des tributs; du côté de la Nubie
il ne paraît pas y avoir eu de difficultés et les peuplades nègres
payaient régulièrement leurs redevances; Chypre, les îles grecques et le
pays de Pount envoyaient aussi leurs produits, peut-être pour faire acte
de vassalité, comme le disent les Egyptiens, mais plus probablement pour
en faire le commerce et obtenir des échanges. Jamais l'Egypte n'avait
été si puissante et si florissante; Thoutmès III puisa largement à ce
trésor qui se renouvelait sans cesse et s'en servit pour entreprendre
des constructions importantes sur tous les points de ses états, depuis
le fond du Soudan et les Oasis jusqu'aux confins de la Syrie, mais
surtout dans sa capitale, Thèbes, qu'il tint à honneur d'embellir et de
développer. C'est dans le temple d'Amon à Karnak, entre autres,
considérablement agrandi par lui, qu'il grava le récit de toutes ses
campagnes, cette source si précieuse pour l'histoire, en même temps que
l'image de la plupart de ses ancêtres. Toute la fin de son règne fut
consacrée à l'accomplissement de ces travaux pacifiques.

[Illustration: _Fig. 197._ Tête de la momie de Thoutmès IV (d'après
ELLIOT-SMITH. _Royal Mummies_, pl. XXIX).]

Aménophis II, son fils, puis Thoutmès IV, son petit-fils, lui
succédèrent sans égaler sa gloire; leurs règnes, de peu de durée,
n'offrent aucun événement mémorable: quelques expéditions en Syrie pour
réprimer des révoltes locales et introniser de nouveaux vassaux, ainsi
que des constructions de peu d'importance, comparées à celles de leur
illustre père et aïeul.

[Illustration: _Fig. 198._ Sphinx d'Aménophis III (d'après LEGRAIN.
_Statues et statuettes_, I, pl. LIII).]

C'est encore une grande figure que celle d'Aménophis III, fils de
Thoutmès IV, qui régna 37 ans, fut un habile diplomate, un politique et
un organisateur de grand talent, en même temps qu'un constructeur
infatigable, un guerrier et un chasseur ne redoutant aucun danger. Il
n'étendit pas les conquêtes de ses ancêtres, mais sut maintenir ses
vassaux dans l'obéissance et il ne semble pas qu'il y ait eu de son
temps la moindre tentative de révolte. Les gouverneurs locaux, qui sont
en général des indigènes, envoient à la cour leurs rapports réguliers,
et les rois voisins de l'Assyrie, de Babylone et de Mitanni cherchent à
entrer en faveur auprès du puissant pharaon, ainsi qu'en témoignent les
fameuses tablettes de Tell el Amarna, les archives de la politique
étrangère à cette époque. Les constructions monumentales deviennent de
plus en plus nombreuses, et les plus beaux temples d'Egypte datent
presque tous de ce règne, qui, au point de vue artistique, a une
importance capitale. Dans son oeuvre si complexe, Aménophis III était
admirablement secondé par son ministre, un homme qui mérita d'être plus
tard divinisé, Amenophis fils de Paapis.


_Les rois hérétiques_

Le personnage le plus énigmatique de toute l'histoire d'Egypte est le
fils et successeur de ce grand roi, celui qui commença par porter le nom
d'Aménophis IV; sa mère, la reine Thii, une Egyptienne de basse ou tout
au moins de moyenne naissance, avait déjà réussi à prendre à la cour de
son mari une place très importante et tout à fait inaccoutumée, et nous
devons sans doute attribuer à son influence la réforme religieuse qui
caractérise ce règne et qui devait amener une perturbation profonde dans
toute l'Egypte et le déclin rapide de cette glorieuse dynastie. La
principale cause de cette révolution profonde bien qu'éphémère, était la
raison politique: le clergé d'Amon, dieu de Thèbes, bien plus favorisé
par les grands conquérants que ceux des autres sanctuaires du pays,
était devenu singulièrement fort, et sa puissance pouvait
contre-balancer celle des rois, ce qui arriva du reste quelques siècles
plus tard. Désireux de se débarrasser du pouvoir de plus en plus
menaçant des grands prêtres d'Amon, et obéissant peut-être aussi à une
certaine tendance mystique de son caractère, Aménophis IV imagina un
moyen radical: il supprima purement et simplement le dieu de ses pères,
devenu gênant. Détruire les immenses sanctuaires construits par ses
ancêtres eût été au-dessus de ses forces, aussi se contenta-t-il de les
fermer, d'en chasser les prêtres, et de faire marteler le nom d'Amon
dans toutes les inscriptions, fût-ce même dans le cartouche de son père
ou dans le sien propre. Puis il abandonna Thèbes avec toute sa cour, et
fonda dans la Moyenne Egypte une ville nouvelle, sous les auspices du
nouveau dieu qu'il venait d'inventer et qui devait remplacer tous les
dieux d'Egypte, Aten, le disque solaire, ou plutôt le dieu tout-puissant
qui se manifeste par l'intermédiaire du soleil. Ce monothéisme en même
temps teinté mysticisme et de matérialisme correspondait trop peu aux
idées égyptiennes du temps pour pouvoir durer, mais il offre un intérêt
tout particulier, puisque nous n'avons dans toute l'antiquité classique
et orientale, aucun autre exemple d'une réforme religieuse analogue.
L'idée première de ce culte n'est cependant pas absolument originale
mais dérive du culte d'un des plus anciens dieux égyptiens, Rà
d'Héliopolis, le Soleil; il y a donc probablement aussi dans la réforme
d'Aménophis IV, une réaction des anciens dieux, ou tout au moins de
leur sacerdoce, contre le nouveau venu qui les avait supplantés tous,
Amon le dieu de Thèbes et des dynasties thébaines.

[Illustration: _Fig. 199._ Buste de Khounaten (d'après BÉNÉDITE. _Monum.
Piot_, XIII, pl. I).]

[Illustration: _Fig. 200._ Adoration d'Aten. Tell el Amarna (d'apr. une
photographie de l'auteur).]

En même temps qu'il changeait de religion, le roi prenait un nouveau
nom, Khounaten, «la splendeur du disque solaire». Sa nouvelle capitale
de Khout-aten, «l'horizon du disque», avec ses grands palais, son
temple d'Aten, ses villas dont on a retrouvé les ruines, devait avoir un
aspect tout particulier, grâce à la nouvelle tendance artistique qui se
manifestait chez les sculpteurs et les peintres et qui était due sans
doute à l'inspiration du roi lui-même, réagissant jusque dans ce domaine
contre les habitudes et la routine. Les artistes égyptiens de l'époque
cherchent à faire disparaître de leurs oeuvres cette sorte de raideur et
de solennité qui de nos jours inspire encore à première vue, à ceux qui
ne sont pas initiés à l'art égyptien, un sentiment d'étonnement et même
de répulsion; ils serrent de plus près la nature dans la ligne comme
dans le mouvement, et dans leur inexpérience de ce nouveau mode
d'expression, ils en arrivent parfois à des exagérations qui produisent
une impression étrange. Ainsi la figure même du roi est représentée avec
le crâne démesurément long, le nez et le menton proéminents, le cou
mince, la poitrine étroite, le ventre et les cuisses énormes; les
membres de sa famille, les courtisans eux-mêmes imitent dans leurs
portraits ces formes étranges et on pourrait croire, à voir ce type
nouveau si répandu, que toute la population de l'Egypte s'est modifiée
d'un jour à l'autre. Il y a à côté de cela des scènes si parfaites de
sentiment et d'intimité, des décorations peintes d'une variété si
merveilleuse, que nous sommes obligés de reconnaître dans ces
représentants d'un art nouveau des artistes qui sont au moins égaux,
peut-être même supérieurs à leurs devanciers.

[Illustration: _Fig. 201._ Peinture de Tell el Amarna (d'ap. PETRIE.
_Tell-el-Amarna_, pl. I).]

[Illustration: _Fig. 202._ Tablette de Tell el Amarna (d'apr. SCHEIL.
_Bulletin de l'Inst. français du Caire_, II, pl. VIII).]

L'intimité, ou tout au moins l'apparence d'intimité qui règne entre les
membres de la famille royale est une des choses qui contribuent
peut-être le plus à nous donner de la sympathie pour cet étrange
souverain qui prenait en tout le contre-pied de ses devanciers. Qu'il
sorte en voiture, la reine et les six princesses l'escortent; qu'il
reçoive des ambassadeurs étrangers, qu'il distribue des récompenses à
ses sujets, qu'il officie dans le temple d'Aten, toujours sa femme et
ses filles se tiennent à côté de lui, le caressant ou l'enlaçant
tendrement.

[Illustration: _Fig. 203._ Toutankhamon (d'ap. LEGRAIN. _Statues et
statuettes_, I, pl. LVII).]

Très occupé par cette transformation radicale du pays, suivant ses
doctrines et ses théories nouvelles, Khounaten n'eut pas le loisir de
surveiller activement ses possessions asiatiques; il eût fallu y envoyer
fréquemment des expéditions armées pour contenir les éléments toujours
plus ou moins en effervescence de ces populations auxquelles on avait
laissé une autonomie presque complète, et c'est justement ce qui ne fut
pas fait. Dans les lettres des gouverneurs de ces pays, qui se trouvent
parmi les tablettes de Tell el Amarna, nous voyons sans cesse des
demandes de secours contre les insurgés qui deviennent de jour en jour
plus forts, et les rois étrangers parlent à Khounaten sur un ton moins
humble et moins respectueux que dix ans plus tôt, à son père. Le lien se
relâchait peu à peu, l'empire si puissamment organisé commençait à
s'effriter, par suite du caprice d'un homme qui se croyait sans doute un
génie, mais qui n'avait pas compris qu'une transformation intégrale
comme la sienne serait fatalement préjudiciable au pays.

[Illustration: _Fig. 204._ Horemheb (d'apr. LEGRAIN. _Statues et
statuettes_, I, pl. LX).]

Nous ne savons pas exactement combien de temps régna Khounaten, mais sa
réforme ne lui survécut que peu d'années; ses deux successeurs
immédiats, qui étaient ses gendres, commencèrent par suivre la même voie
que lui, puis le second d'entre eux, auquel une découverte retentissante
vient de donner une renommée mondiale, fut forcé d'en revenir à la
tradition séculaire de l'Egypte, rouvrit les sanctuaires de Thèbes et
changea son nom de Toutankhaten en celui de Toutankhamon. Aucun fait
saillant n'illustra ces règnes, pas plus que celui d'Aï qui vint
ensuite. La grande tâche de la réorganisation devait incomber à un
autre, à un homme qui occupait depuis longtemps une haute position dans
le pays, qui devait appartenir de près ou de loin à la famille royale,
et qui monta sur le trône sous le nom d'Horemheb. Il fit des expéditions
en Nubie pour rétablir dans les pays du sud le prestige de l'Egypte, fit
des constructions en maints endroits et embellit les sanctuaires
désertés pendant un temps, mais surtout il rétablit en tous points
l'ancien ordre de choses et promulgua une série de lois pour réprimer la
violence et l'arbitraire, et assurer la protection des faibles. C'est
avec cette noble figure que se termine la XVIIIme dynastie.


_XIXe dynastie_

Le successeur d'Horemheb, Ramsès I, un ancien grand vizir qui n'était
sans doute pas apparenté à la famille royale, ne fit qu'une très courte
apparition sur le trône, vers 1250 probablement. Son fils Séti I est à
tous les points de vue un des plus grands parmi les pharaons. Il
consacra toutes les premières années d'un règne dont nous ignorons la
longueur, et qui dura peut-être un demi-siècle, à reprendre les colonies
asiatiques que possédait l'Egypte avant la crise des rois hérétiques.
Horemheb avait déjà rétabli son autorité sur la Nubie, et il lui suffit
d'une très brève campagne dans ce pays pour bien marquer sa puissance,
puis il se jeta avec toutes ses forces sur la Syrie, qu'il traversa
triomphalement du sud au nord, écrasant à plusieurs reprises les
indigènes qui avaient repris leur indépendance, et il atteignit les
confins du pays des Hittites en Asie Mineure et des royaumes de
Babylonie et d'Assyrie, sur le Haut Euphrate. Une expédition contre les
tribus libyennes du désert enleva à celles-ci toute velléité de faire
des incursions dans la vallée du Nil. L'Egypte avait en apparence, et
pour un temps du moins, reconquis toute sa puissance, et Séti pouvait
s'occuper en paix de travaux intérieurs; il nous est parvenu des témoins
très remarquables de cette activité parmi lesquels figurent son
tombeau, le temple d'Abydos et surtout la grande salle hypostyle de
Karnak, sur les parois extérieures de laquelle il fit sculpter en
tableaux immenses les péripéties de ses campagnes.

[Illustration: _Fig. 205._ Tête de la momie de Séti I (d'après
ELLIOT-SMITH. _Royal Mummies_, frontispice).]

[Illustration: _Fig. 206._ Campagnes de Séti I (Temple de Karnak).]

[Illustration: _Fig. 207._ Tête de la momie de Ramsès II (d'ap.
ELLIOT-SMITH. _Royal Mummies_, pl. XLIV).]

De tous les anciens rois d'Egypte, le seul dont l'humanité ait conservé
un souvenir vivant est Ramsès II, fils de Séti I, qu'on confond
volontiers avec le légendaire Sesostris, et qui jouit en somme d'une
réputation très supérieure à son oeuvre. Il eut un très long règne,
construisit beaucoup, et, en plus de cela, il s'appropria sans le
moindre scrupule tous les monuments de ses prédécesseurs, effaçant même
parfois leurs cartouches pour y mettre le sien, aussi n'y a-t-il guère
de site antique en Egypte où l'on ne trouve son nom. Dès le début de son
règne il eut à lutter, dans les provinces asiatiques de son empire,
contre un royaume devenu progressivement très puissant et qui occupait
une grande partie de l'Asie Mineure, celui des Hittites. Il sut
habilement jouer d'un succès qu'il remporta dans sa première campagne et
où sa valeur personnelle avait décidé de la victoire; sur la façade de
tous ses temples, il fit sculpter cet épisode accompagné d'un poème
dithyrambique, le fameux poème de Pentaour, et acquit ainsi une auréole
de gloire qui est, sinon imméritée, du moins un peu surfaite. En effet,
son succès ne devait pas être décisif, et nous voyons Ramsès, quelques
années plus tard, conclure avec ces mêmes rois hittites un traité dont
il fait de nouveau très grand état et qui, à tout prendre, met sur un
pied d'égalité les deux parties contractantes au lieu d'assurer la
supériorité de l'Egypte. Ramsès sut du reste, semble-t-il, maintenir
l'intégrité de ses états, et l'orage qui s'approchait de ses frontières
n'éclata qu'après sa mort.

[Illustration: _Fig. 208._ Tête de la momie de Menephtah (d'ap.
ELLIOT-SMITH. _Royal Mummies_, pl. XLVIII).]

Un grand mouvement se préparait en effet contre l'Egypte; avec l'appui
des tribus libyennes cantonnées dans le désert, dans la Cyrénaïque et
peut-être plus loin encore, du côté de la Tunisie, certains peuples du
nord, venant des îles grecques et de la côte d'Asie Mineure,
traversèrent la mer, débarquèrent et tentèrent d'envahir la vallée du
Nil, dont le souverain était en ce moment Menephtah, le soi-disant
pharaon de l'Exode. Ce roi était le trentième fils de Ramsès II, auquel
il succéda étant lui-même déjà presque un vieillard, inhabile à conduire
des armées. Les généraux auxquels il délégua ses pouvoirs se
comportèrent vaillamment et repoussèrent l'invasion; plus tard, ils
firent une campagne victorieuse en Syrie, pays également menacé par les
ennemis de l'Egypte, et qui n'était sans doute déjà plus vassal des
pharaons, à en juger par les termes que Menephtah emploie en parlant des
habitants de la contrée, qu'il ne considère plus comme des sujets ou des
rebelles, mais comme des adversaires indépendants. Pendant quelques
siècles, la monarchie égyptienne avait fait de brillantes conquêtes et
les avait défendues âprement, mais elle n'avait pas le caractère d'une
puissance expansive et ses colonies asiatiques lui échappèrent sans que
nous puissions bien nous rendre compte de quelle façon. Désormais
l'Egypte sera réduite à son territoire africain, et si quelques rois,
d'un esprit plus aventureux, veulent plus tard tenter des expéditions
lointaines, leurs succès ne seront jamais que momentanés et n'auront
aucun lendemain.

Ces victoires devaient être les derniers moments de gloire de la XIXme
dynastie, et la fin du règne de Menephtah se perd dans l'oubli; ses
successeurs, Seti II, Amenmesès, Taousert, Siphtah ne sont guère pour
nous que des noms, des êtres sans consistance historique. Peu à peu,
sous eux, l'Egypte était tombée en pleine anarchie; des hordes syriennes
s'étaient abattues sur le pays et le rançonnaient sans pitié. La
décadence était complète au XIme siècle avant notre ère.


_XXe dynastie_

L'Egypte devait secouer cependant encore une fois le joug des barbares,
grâce à la valeur et à l'opiniâtreté de Setnekht et de Ramsès III, les
fondateurs de la XXme dynastie; Setnekht, un parent sans doute des rois
de la XIXme, rétablit l'ordre dans le pays même, mais mourut après un
très court règne, laissant le trône à son fils Ramsès III. La coalition
des peuples de la mer et des Libyens, dissoute par la victoire de
Menephtah, s'était reformée et devenait de nouveau menaçante; c'était
une vraie émigration de nations entières qui se dirigeaient vers
l'Egypte en suivant la côte de la Syrie et de la Palestine; Ramsès les
attendait près de la frontière et les défit une première fois, mais ils
revinrent à la charge trois ans après et, dans la même journée, leur
flotte fut anéantie par celle du roi d'Egypte et leur armée repoussée
définitivement; cette fois-ci, les Libyens s'étaient mis aussi en
campagne et, Ramsès, immédiatement après sa victoire dans l'est, se
retourna contre eux et leur infligea à eux aussi une défaite
retentissante. Il n'avait plus rien à craindre du dehors et fut assez
sage pour ne pas passer de la défensive à une politique offensive; il se
consacra donc exclusivement au bien-être et au développement de son
pays, où la paix et la sécurité régnaient de nouveau. Il édifia des
monuments splendides, comme ceux de Medinet-Habou, protégea le commerce
et l'industrie et combla les temples de richesses. Grâce au grand
papyrus Harris, qui contient l'énumération de ses dons et un résumé
historique de son oeuvre, nous sommes admirablement renseignés sur son
règne. Ramsès III cherchait en tout à imiter son illustre ancêtre et
homonyme Ramsès II; si son règne fut de moitié plus court, trente-trois
ans à peine, l'oeuvre qu'il accomplit pendant ce temps est supérieure,
semble-t-il, à celle de son célèbre modèle, et elle eût été vraiment
durable s'il avait eu des successeurs dignes de lui; malheureusement
ceux-ci se montrèrent aussi incapables que les successeurs de Ramsès II
et la XXme dynastie finit comme la XIXme, tristement et sans gloire. Les
neuf rois qui se succèdent à des intervalles plus ou moins longs et qui
portent tous le nom glorieux de Ramsès sont comme les rois fainéants
entre les mains des maires du palais, des fantoches sans valeur
personnelle, absolument dépendants des prêtres d'Amon; ceux-ci avaient
repris la place prépondérante que Khounaten avait cherché à leur
enlever, cependant les rois représentaient encore le lien traditionnel
qui assurait l'unité de l'Egypte, menacée de tous côtés par des
ambitieux désireux de s'arroger une partie du pouvoir suprême.

[Illustration: _Fig. 209._ Tête de la momie de Ramsès III (d'ap.
ELLIOT-SMITH. _Royal Mummies_, pl. LII).]

[Illustration: _Fig. 210._ Bataille contre les Philistins (d'après
CHAMPOLLION. _Monuments_, pl. CCXX).]

[Illustration: _Fig. 211._ Bataille navale sous Ramsès III (d'après
CHAMPOLLION. _Monuments_, pl. CCXXII).]

La dislocation du pays commença en effet dès la disparition du dernier
de ces princes, Ramsès XII, détrôné sans doute par le grand prêtre
Hrihor, qui tenait depuis longtemps les rênes du pouvoir et voulait
porter lui-même la couronne. Une ère nouvelle commence, celle du
morcellement de l'Egypte, assez semblable en principe à la période
féodale qui sépare l'Ancien du Moyen Empire, à cette différence près que
ces roitelets vivent le plus souvent en bonne harmonie les uns avec les
autres, s'unissent par des mariages et se repassent sans dispute la
prééminence, suivant que l'une ou l'autre des familles a plus de
puissance sur le moment. Il semble que l'Egypte soit épuisée par son
effort politique et militaire et qu'elle se recueille, attendant des
jours meilleurs qui du reste ne pourront être aussi glorieux que par le
passé; pendant le début de cette période qui reste encore confuse, bien
qu'elle nous ait transmis une foule de documents, aucun ennemi sérieux,
venant du dehors, ne menace l'Egypte, mais aucun roi ne domine les
autres par ses actes ou par ses capacités. Cette époque est une époque
de médiocrité à tous les points de vue, pendant laquelle la
civilisation, comme les arts, végète sans se développer, et qui dura de
trois à quatre siècles. Il faudrait pouvoir en donner un vaste tableau
d'ensemble, chose qui n'est pas encore possible, les éléments étant
insuffisants, et nous devons nous borner à suivre la classification de
Manéthon en dynasties; chacune de ces dynasties semble d'après lui
former un tout indépendant, tandis qu'en réalité elle est intimement
liée aux autres, dans un enchevêtrement bien difficile à débrouiller.


_XXIe dynastie_

Avec Hrihor, les grands prêtres d'Amon s'étaient, comme cela devait
fatalement arriver, élevés sur le trône d'Egypte, mais à peine y
furent-ils qu'ils se trouvèrent en face de compétiteurs qui n'étaient
point négligeables: ceux-ci, moins puissants peut-être que les
rois-prêtres qui occupaient Thèbes, avaient pour eux leur naissance,
étant parents très rapprochés des souverains déchus. Leur centre était à
Tanis, à l'extrême nord-est du Delta, une ville à laquelle Ramsès II
avait donné une grande importance comme boulevard de l'Egypte du côté de
la Syrie. Ces rois, Smendès, Si-Amon, les Psousennès, firent avec ceux
de Thèbes une sorte de compromis et vécurent en bons termes avec Hrihor
comme avec ses descendants, les Pânkhi, les Pinodjem, les Masaherta,
dont plusieurs du reste se contentèrent de leur titre de grand pontife
tandis que d'autres revendiquaient le cartouche royal. La XXIme dynastie
est donc double, mi-partie tanite, mi-partie thébaine.


_XXIIe dynastie_

La force militaire des grands conquérants, dès la XVIIIme dynastie,
réside pour une bonne part dans les troupes mercenaires qu'ils prenaient
à leur service, nègres, Shardanes et Libyens, races qui toutes étaient
plus belliqueuses que les Egyptiens. Parmi tous ces étrangers défenseurs
de l'Egypte, la tribu libyenne des Mashaouash prit rapidement une place
prépondérante, et ses chefs une haute position à la cour, puisqu'ils
entrèrent même par des mariages dans la famille royale; un descendant de
ces chefs, résidant à Bubastis dans la Basse Egypte, Sheshonq, prit lui
aussi le titre de roi de la Haute et de la Basse Egypte, peut-être au
moment même où Hrihor et Smendès se proclamaient rois chacun de son
côté. Cette dynastie bubastite qui compte dans ses rangs des Sheshonq,
des Osorkon, des Takelot, des Nimrod, fut généralement plus puissante
que les autres familles régnantes et nous a laissé beaucoup plus de
monuments, entre autres ceux dont elle dota sa capitale de Bubastis;
souvent même ces rois occupèrent Thèbes, y installèrent des grands
prêtres pris dans leur famille et firent des travaux importants dans le
grand temple d'Amon; cependant nous ne voyons pas qu'il y ait jamais eu
de luttes violentes entre eux et les autres dynasties collatérales. Le
fondateur de la dynastie, Sheshonq I, manifesta des velléités
conquérantes et fit campagne en Judée: c'est le Sisak de la Bible, qui
vainquit Roboam et pilla Jérusalem. Certains de ses successeurs, comme
Osorkon I, le Zerakh de la Bible, eurent aussi maille à partir avec les
Juifs, mais à part cela leurs règnes ne renferment aucun événement
vraiment digne de mémoire.

[Illustration: _Fig. 212._ Osorkon I (d'ap. GONINO. _Proc. of the Soc.
of Bibl. Arch._, VI, p. _205_).]


_XXIIIe dynastie_

Quand la première famille de rois tanites, la XXIme dynastie,
s'éteignit, une autre famille de même origine prit possession de son
trône, mais ne laissa dans l'histoire qu'une trace insignifiante. Elle
régna donc pendant les derniers temps de la XXIIme dynastie bubastite. A
cette époque se place un événement important, la conquête de l'Egypte
entière par le roi éthiopien Piânkhi Meri-Amon. Ce prince, qui
descendait des anciens rois d'Egypte et qui se considérait comme leur
légitime successeur, rêvait d'une restauration du royaume des pharaons
tel qu'il était à la grande époque. Il descendit le Nil avec une flotte
et une armée, s'empara successivement de toutes les villes et de toutes
les places fortes d'Egypte, malgré la résistance opiniâtre des derniers
rois de la XXIIme et de la XXIIIme dynastie, Nimrod et Osorkon, de
Tafnekht, roi de Saïs et d'une série de petits roitelets, qui tous
durent finir par se soumettre et le reconnaître comme leur suzerain. Il
rendit lui-même solennellement hommage aux dieux de l'Egypte, mais ne
s'attarda pas dans le pays et remonta dans sa patrie, à Napata, au fond
du Soudan.

[Illustration: _Fig. 213._ Rois et princes faisant leur soumission à
Piânkhi (d'après MARIETTE. _Monuments divers_, pl. I).]


_XXIVe dynastie_

Le plus opiniâtre des adversaires de Piânkhi, Tafnekht, roi de Saïs,
s'arrogeait déjà, comme du reste les autres princes ses contemporains,
le protocole complet des rois d'Egypte. Son fils et successeur,
Bokenranf (Bocchoris), eut un pouvoir plus étendu et régna même quelques
années sur le pays entier, constituant à lui seul l'éphémère XXIVme
dynastie saïte. C'était un sage et un législateur, sur le compte duquel
la postérité racontait mainte anecdote. Comme guerrier, il tenta, en
Syrie, de s'opposer à la marche victorieuse de Sargon, roi d'Assyrie,
mais fut battu et dut s'estimer heureux que son royaume n'eût pas à
subir l'invasion. Peu après il fut attaqué, vaincu et mis à mort par le
roi éthiopien qui régnait encore à Thèbes, Sabacon.


_XXVe dynastie_

Piânkhi en effet, en rentrant en Ethiopie, avait laissé le royaume
reconquis par lui aux mains de membres de sa famille qui résidèrent à
Thèbes, mais qui n'eurent qu'une autorité très limitée jusqu'au jour où
l'un d'entre eux, Sabacon, se trouva maître de nouveau de tout le pays
par sa victoire sur Bocchoris. L'unité des deux royaumes pharaoniques
semblait reconstituée, mais elle ne devait pas être de longue durée. Un
ennemi nouveau, plus redoutable que tous ceux qu'avait jusque-là connus
l'Egypte, le roi d'Assyrie, qui était déjà maître d'une bonne partie de
la Syrie, s'avançait progressivement. La politique que suivirent à son
égard les rois éthiopiens de la XXVme dynastie, et du reste aussi les
autres princes égyptiens, ne fut pas très franche et varia presque d'une
année à l'autre. Sabacon commença prudemment par payer tribut à ce
puissant rival; son fils Shabatoka prit le parti contraire, marcha
contre Sennakhérib, fut complètement battu, et l'Egypte n'évita
l'invasion que grâce au mystérieux événement relaté par la Bible et par
Hérodote, cette peste qui anéantit en une nuit l'armée assyrienne dans
les environs de Jérusalem, à Lakish, en l'an 701. Peu après, Shabatoka
fut détrôné et tué par son suzerain, le nouveau roi d'Ethiopie Taharqa,
qui s'installa à sa place comme pharaon, et donna à l'Egypte quelques
années de prospérité; ayant noué des intrigues avec les peuples syriens,
il s'attira la colère d'Asarhaddon, roi d'Assyrie, qui cette fois
pénétra en Egypte, le vainquit, pilla Memphis et reçut l'hommage des
princes du Delta, auprès desquels il établit des gouverneurs, en 670.
Taharqa revint à la charge un peu plus tard, mais cette fois les armées
d'Assourbanipal, qui venait de succéder à son père, pénétrèrent jusqu'à
Thèbes et firent peser un joug plus lourd sur les princes de la Basse
Egypte qui avaient profité de l'occasion pour se révolter de nouveau.
Le successeur de Taharqa, Tanoutamon, tenta une fois encore de repousser
les Assyriens, reprit le pays jusqu'au Delta, puis finit aussi par être
refoulé au delà de la cataracte, après que Thèbes eut été mise à sac.
Ceci se passait en 662; la domination assyrienne ne devait plus durer
que peu de temps, mais aucun roi éthiopien ne devait plus porter la
double couronne d'Egypte.


_XXVIe dynastie_

Parmi tous les princes et roitelets qui se partageaient le Delta et
formaient ce que les Grecs appelaient la dodécarchie, ceux de Saïs
avaient depuis Bocchoris une place dominante et prenaient toujours la
tête du mouvement, que ce mouvement fût dirigé contre les Ethiopiens ou
contre les Assyriens. Néchao, le véritable fondateur de cette nouvelle
dynastie saïte la XXVIme, avait déjà été reconnu par Asarhaddon, mais ce
fut son fils Psammétique qui, profitant de la retraite définitive de
Taharqa et de l'éloignement d'Assourbanipal, alors très occupé par sa
guerre contre l'Elam, arriva en un temps relativement court à affranchir
son pays de la domination étrangère, à en reconstituer l'unité et à lui
assurer de nouveau de longues années de prospérité et de gloire, comme
dans les beaux temps d'autrefois.

[Illustration: _Fig. 214._ Psammétique I (d'après SCHÄFER. _Zeitsch. für
aegypt. Sprache_, XXXIII, p. _116_).]

Ainsi que nous l'apprennent les historiens grecs, c'est en s'appuyant
sur des mercenaires ioniens et cariens que Psammétique I put obtenir ce
résultat et réunir tout le pouvoir dans sa main; certains soldats
égyptiens, blessés de cette préférence non déguisée qu'il accordait aux
soldats étrangers, l'abandonnèrent et s'expatrièrent, mais les autres
furent vite enrégimentés de nouveau. La puissance militaire de l'Egypte
était reconstituée, et le nouveau roi chercha d'abord à expérimenter sa
force en faisant des incursions en Syrie, puis adopta un autre système,
celui de fortifier ses frontières au nord-est et au sud pour pouvoir
s'occuper activement de réorganiser son royaume; son long règne lui
permit de mener à bien cette besogne.

Le royaume d'Assyrie avait disparu, aussi le fils de Psammétique, Néchao
II voulut-il reprendre la vieille politique syrienne des pharaons
conquérants; son expédition fut d'abord couronnée de succès, mais après
une défaite terrible qui lui fut infligée à Carchemis par le roi de
Babylone, Nabuchodonosor, il dut se replier sur l'Egypte où son
vainqueur n'osa le poursuivre et il se voua, à son tour, au
développement intérieur de son royaume. Il s'occupa aussi activement de
sa marine, et c'est sur son ordre qu'eut lieu le fameux périple, le
voyage d'une flotte égyptienne autour de l'Afrique, partant de la mer
Rouge pour revenir par la Méditerranée.

[Illustration: _Fig. 215._ Apriès (d'ap. PETRIE. _The Palace of Apries_,
pl. II).]

Psammétique II, puis Apriès, continuèrent l'oeuvre de leurs devanciers
jusqu'au moment où ce dernier, après une expédition désastreuse contre
les Libyens, eut suscité une vraie révolution populaire qui le renversa
et le remplaça sur le trône par Amasis, un de ses généraux, sans doute
son parent. Nabuchodonosor profita de cette crise pour enlever à
l'Egypte tout ce qu'elle pouvait encore posséder en Syrie, mais n'osa
pas tenter de pénétrer dans la vallée du Nil, et Amasis, s'appuyant de
plus en plus sur les Grecs, continua l'oeuvre civilisatrice commencée
avant lui; c'est grâce à lui surtout que s'élevèrent sur le sol égyptien
des villes purement grecques comme Naucratis, et que le commerce et
l'industrie helléniques y prospérèrent, faisant pénétrer peu à peu un
nouvel esprit dans cette vieille civilisation, aussi la figure d'Amasis
est-elle restée très vivante chez les Grecs, et une foule d'histoires
sont venues se greffer sur son nom, qu'elles popularisent encore en ce
jour. Jamais l'Egypte, paraît-il, n'avait été si riche et si prospère
que sous son habile gouvernement; il l'avait rendue si forte que Cyrus
lui-même n'osa pas l'attaquer. Ce dernier lui ayant, dit-on, demandé sa
fille en mariage, Amasis lui aurait envoyé la fille du pharaon détrôné
Apriès; cette tromperie devint plus tard le prétexte des revendications
de Cambyse au trône d'Egypte et de l'envahissement de la vallée du Nil,
dès que le faible Psammétique III eut remplacé au pouvoir son père
Amasis.

[Illustration: _Fig. 216._ Amasis (d'après PETRIE. _Meydum and Memphis_,
III, pl. XXIX).]

La XXVIme dynastie, ou, comme nous l'appelons aussi pour bien la
distinguer du Nouvel Empire thébain avec lequel elle n'a plus aucun
rapport, l'époque saïte, présente un caractère tout particulier qu'on
peut qualifier d'un seul mot, celui de renaissance. Longtemps contenue,
l'Egypte s'épanouit de nouveau; dans tous les domaines, elle cherche à
retrouver ce qui a fait autrefois sa grandeur et sa force. Elle reprend
la vieille tradition à laquelle elle insuffle un peu de cet esprit
nouveau qui commence à se manifester grâce au contact permanent avec des
peuples plus jeunes. Trop tôt coupé par l'invasion persane, ce grand
effort qui se manifeste aussi bien au point de vue politique que dans le
domaine de l'art, n'eut pas le temps de donner tout ce qu'on eût été en
droit d'en attendre.


_Epoque perse (dynasties XXVII-XXX)_

L'histoire de la conquête de l'Egypte par Cambyse et des rois ses
successeurs, est trop connue pour qu'il y ait lieu d'y revenir ici. La
vallée du Nil est désormais englobée dans l'empire perse, et il est à
remarquer qu'elle ne fut jamais administrée comme les autres provinces
ou satrapies, mais qu'elle bénéficia de certains privilèges et conserva,
nominalement au moins, son ancienne organisation. Le grand roi se
considérait comme le légitime successeur des pharaons, il enfermait son
nom dans un cartouche, se donnait les titres de roi de la Haute et de la
Basse Egypte et même celui d'Horus, adorait officiellement tous les
dieux égyptiens et leur dressait des temples, mais toutes ces
prévenances ne suffirent pas à lui gagner le coeur de ses nouveaux
sujets qui aspiraient à la liberté et cherchèrent maintes fois à la
reconquérir.

[Illustration: _Fig. 217._ Nectanébo I (d'apr. AYRTON. _Abydos_, III,
pl. XXVIII).]

Les premières révoltes furent réprimées, mais enfin sous Darius II
Ochus, en 405, les Egyptiens secouèrent le joug et substituèrent à la
XXVIIme dynastie perse une série de dynasties indigènes, la XXVIIIme
d'abord, qui ne compte qu'un seul roi, Amyrtée, d'origine saïte, puis
la XXIXme, de Mendès, qui avec Nepherites et Hakoris acheva la
délivrance. Des luttes intestines marquèrent seules les courts règnes de
leurs successeurs qui furent détrônés en 379 par un prince originaire de
Sebennytos, Nekhthorheb ou Nectanébo I, le fondateur de la XXXme
dynastie. Ce roi, puis ses successeurs Téos et Nectanébo II, tout en
travaillant activement au bien-être intérieur du pays, eurent
continuellement à lutter contre les Perses qui voulaient reconquérir
leur province perdue. Pendant des années, avec le secours des
mercenaires grecs, ils bataillèrent avec héroïsme, mais ils finirent par
être écrasés sous le nombre, et en 342, le dernier roi égyptien
s'enfuyait en Ethiopie; l'antique monarchie avait jeté son dernier
éclat.

Les Perses saccagèrent consciencieusement le pays qui, au cours de la
XXXme dynastie, s'était remis à prospérer, mais ils ne devaient jouir de
leur triomphe que dix ans à peine et quand Alexandre parut, il fut salué
comme un sauveur. C'était une Egypte toute nouvelle qui commençait,
l'Egypte grecque, désormais intimement liée à l'histoire du monde
méditerranéen, de ce monde à la civilisation duquel elle avait si
largement contribué.


_L'Exode des Hébreux_

Je dois ajouter encore un mot sur l'événement de l'histoire d'Egypte qui
nous est le plus familier, l'Exode des Hébreux; pour les Egyptiens
eux-mêmes, le fait n'était ni glorieux ni important, aussi ne faut-il
pas s'étonner qu'ils n'en font pas la moindre mention; dans les livres
de Moïse, le roi sous lequel eut lieu l'Exode n'est pas nommé, aussi la
date ne peut-elle être fixée de façon certaine. L'opinion
traditionnelle, presque universellement acceptée aujourd'hui, est que la
persécution des Juifs eut lieu à partir de Ramsès II et la sortie
d'Egypte sous Menephtah; cependant dans la stèle racontant son triomphe
en Syrie, en l'an 5, ce dernier roi parle d'Israël--le mot est écrit en
toutes lettres--comme étant fixé dans ce pays, et fortement atteint par
la victoire égyptienne. Il est bien difficile de concilier ce fait
précis avec la tradition. Une solution qui est à mon avis plus plausible
est celle de M. Lieblein qui reporte l'Exode vers la fin de la XVIIIme
dynastie: Thoutmès III serait le pharaon de l'oppression et les Juifs
auraient quitté l'Egypte sous Amenophis III; deux cents ans plus tard,
sous Menephtah, ils devaient donc être installés en Palestine. Ce
système a l'avantage d'expliquer la présence sur les frontières de la
Palestine, sous Amenophis IV, de tribus belliqueuses et envahissantes
que les lettres des gouverneurs appellent les Khabirou. Ces Khabirou
seraient simplement les Hébreux qui, sous la conduite de Josué,
commençaient la conquête de la terre promise.


B. MONUMENTS

La masse énorme de monuments du Nouvel Empire qui nous sont parvenus
appartiennent presque tous à la période thébaine, tandis que celle des
rois du Delta est à peine représentée jusqu'à la XXVIme dynastie,
l'époque saïte, qui présente un caractère un peu différent. Ce sera donc
surtout d'après les documents thébains, de la XVIIIme à la XXme
dynastie, que nous étudierons maintenant la différence qui existe entre
le Nouvel Empire et les deux grandes périodes qui le précédèrent.


_Architecture_

En Orient, chaque roi nouveau se construit généralement une résidence
qui n'est pas destinée à durer beaucoup plus longtemps que lui. En
Egypte, les palais étaient des constructions légères en briques et bois,
couvrant un vaste espace, avec cours centrales, grandes pièces à
colonnes et chambres plus petites, bien aérées, dont la disposition
devait varier constamment; l'ornementation, qui se faisait sur stuc,
était souvent très riche; ainsi, dans les grandes salles d'apparat, le
sol, était couvert d'un enduit entièrement peint, représentant un étang
plein de poissons, entouré de touffes de plantes et de buissons couverts
de fleurs sur lesquels volent des multitudes d'oiseaux, thème décoratif
traité avec la fantaisie la plus charmante.

[Illustration: _Fig. 218._ Fragment d'un dallage peint (d'après PETRIE.
_Tell-el-Amarna_, pl. II).]

De même que leurs princes, les gens aisés cherchaient à avoir des
maisons fraîches et bien aérées, sortes de villas à un ou deux étages
placées au milieu de beaux jardins pleins d'arbres fruitiers et qui,
avec leurs pièces d'eau et la régularité de leur disposition, font
parfois penser aux jardins à la française. Les communs, greniers et
pressoir, sont à côté de la maison.

[Illustration: _Fig. 219._ Maison et jardin (d'après BOUSSAC. _Le
Tombeau d'Anna_).]

L'Egypte n'ayant pas d'invasion à craindre sous les rois thébains ne fit
aucune construction militaire; ce n'est que sous les Saïtes que nous
trouvons à la frontière des forteresses comme celle de Daphnae, destinée
à la garnison grecque, énorme massif de maçonnerie qui rappelle beaucoup
les forts du Moyen Empire. Les monuments nous font par contre connaître
les fortifications syriennes avec leurs terrasses et leurs créneaux, et
Ramsès III eut même la fantaisie de construire en avant de son temple
de Medinet-Habou, en souvenir de ses campagnes, un vrai fort syrien qui
est aujourd'hui admirablement conservé.


_Temples_

Les temples égyptiens du Nouvel Empire sont très nombreux et le plus
souvent de dimensions colossales; les dispositions de détails varient de
l'un à l'autre, mais le plan d'ensemble est toujours le même, et
comporte trois parties principales placées l'une derrière l'autre et
donnant au monument la forme d'un rectangle à peu près deux fois plus
long que large. En avant est une cour souvent entourée d'une colonnade
et précédée d'un double pylone très élevé, flanquant les deux côtés de
la porte centrale; puis vient la salle, ou les salles hypostyles où se
faisaient les cérémonies publiques du culte, et enfin le sanctuaire,
isolé par un couloir sur lequel s'ouvrent encore une série de pièces
secondaires destinées à servir de magasins ou de trésors. Dans ce
sanctuaire on conservait l'image sainte du dieu, enfermée dans un riche
naos ou placée sur une barque qu'on apportait devant la foule pendant
les grandes cérémonies. Devant le pylone se dressaient deux obélisques,
de hauts mâts portant des banderoles, et souvent des statues colossales
de rois; parfois une avenue bordée de sphinx y aboutissait; des statues
en plus ou moins grand nombre étaient déposées dans toutes les parties
du temple.

[Illustration: _Fig. 220._ Pavillon de Ramsès III, à Medinet Habou.]

[Illustration: _Fig. 221._ Plan du temple de Khonsou, à Karnak (d'apr.
LEPSIUS. _Denkmäler_, Text III, p. _54_).]

Une riche décoration traitée en bas-relief ou en creux, et le plus
souvent rehaussée de couleur, couvre toutes les parois, tant à
l'extérieur qu'à l'intérieur; à l'intérieur, c'est-à-dire dans les
salles hypostyles aussi bien que dans les pièces accessibles aux prêtres
seuls, ce sont des scènes d'adoration, d'offrandes ou de cérémonies
cultuelles, tandis que dans les cours, sur les pylones et sur les murs
extérieurs, les rois faisaient de préférence représenter leurs hauts
faits guerriers et l'écrasement de leurs ennemis, avec des inscriptions
historiques, visibles ainsi pour tout le monde.

[Illustration: _Fig. 222._ Pylone du temple de Louxor.]

[Illustration: _Fig. 223._ Temple de Khonsou, à Karnak.]

[Illustration: _Fig. 224._ Cour du temple de Louxor (Aménophis III).]

[Illustration: _Fig. 225._ Cour du temple de Medinet-Habou (Ramsès
III).]

[Illustration: _Fig. 226._ Salle hypostyle de Karnak (Séti I).]

[Illustration: _Fig. 227._ Salle hypostyle du Ramessoum (Ramsès II).]

[Illustration: _Fig. 228._ Bas-reliefs du temple de Karnak (Séti I).]

[Illustration: _Fig. 229._ Bas-reliefs du temple de Séti I à Abydos.]

Au point de vue construction, la maçonnerie est très soignée, formée de
grands blocs de calcaire ou de grès, parfois même de granit, posés sur
le sol presque sans fondations; les colonnes sont également en matériaux
appareillés et non plus monolithes, ce qui permet de leur donner de
beaucoup plus grandes dimensions.

Les temples des dieux présentent souvent un tout extrêmement complexe,
provenant des adjonctions que les rois ont successivement apportées au
plan primitif; la chose est surtout évidente pour le grand temple d'Amon
à Karnak, dont l'ensemble mesure 400 mètres de longueur, et où presque
tous les rois du Nouvel Empire ont tenu à laisser une trace de leur
activité. Par contre les temples funéraires, bâtis par un seul souverain
et pour lui seul, qui sont construits suivant le même principe et sur le
même plan que ceux des dieux, sont beaucoup plus simples. Ces temples
funéraires situés dans la vallée, très loin des tombeaux eux-mêmes, qui
sont creusés dans la montagne, remplacent les anciennes chapelles
funéraires dépendant des pyramides, dont les dimensions étaient plus
restreintes et le plan très différent; il y a donc dans ce domaine un
changement très important à signaler, qui provient d'une évolution dans
les idées relatives à la vie future. Le seul temple funéraire qui
s'écarte du modèle ordinaire est le plus ancien, celui de Hatshepsou à
Deir-el-Bahari, avec ses terrasses, ses colonnades et son sanctuaire
creusé dans la montagne, sa décoration est du reste, comme celle des
autres temples, composée de scènes religieuses et de représentations des
événements saillants du règne.

[Illustration: _Fig. 230._ Barque sacrée d'Amon, à Abydos.]

Le culte ne se pratiquait pas de la même manière dans tous les temples,
mais il consistait toujours en un certain nombre de cérémonies
analogues; la principale, celle du culte journalier, était présidée en
principe par le roi lui-même, grand prêtre de tous les dieux d'Egypte,
en réalité par un prêtre auquel il déléguait ses pouvoirs. L'officiant
commençait par se purifier dans la cour du temple, revêtait les
ornements sacrés, s'avançait en grande pompe vers le sanctuaire où il
ouvrait la châsse divine; il se prosternait devant le dieu, l'adorait,
pratiquait les rites qui devaient faire descendre l'âme de la divinité
dans la statue, l'encensait, l'oignait, lui présentait des victuailles
diverses, en entremêlant tous ces gestes rituels d'hymnes et de formules
magiques; puis il prenait congé du dieu et refermait le naos. Dans les
grandes solennités, le dieu, monté sur sa barque et porté sur les
épaules des prêtres, sortait et se présentait au peuple massé dans les
salles hypostyles et les cours, faisait le tour du temple ou allait
voguer sur le lac sacré; parfois même, toujours accompagné d'un cortège
solennel, il s'en allait passer quelques jours dans un autre de ses
sanctuaires, ou faire une courte visite de cérémonie à l'un des dieux
ses voisins, ses parents ou ses amis.


_Tombeaux_

Le changement qui s'était accompli dans les coutumes funéraires est plus
sensible encore dans les tombeaux mêmes des rois; c'est sans doute
ensuite du pillage systématique des tombes, commis sous les Hyksos,
qu'on éprouva le besoin de changer le mode de sépulture et de rendre la
dernière retraite des rois aussi inaccessible et aussi secrète que
possible. On choisit dans ce but une vallée isolée et sauvage dans la
montagne de Thèbes et on y creusa ces tombeaux qui sont une des choses
les plus impressionnantes que l'Egypte nous ait léguées, vastes syringes
descendant tout droit dans le flanc de la montagne, recoupées de salles
de diverses grandeurs avant d'arriver à la chambre funéraire, au milieu
de laquelle se dresse un énorme sarcophage de granit. Les parois sont
couvertes d'inscriptions et de scènes en relief peint, d'une fraîcheur
et d'un travail admirables, toutes relatives aux cérémonies funéraires
et à la vie de l'autre monde, et représentant les êtres fantastiques que
le mort devait rencontrer dans les enfers. Une fois l'ensevelissement
terminé, on fermait l'entrée du tombeau et on la dissimulait aussi
soigneusement que possible avec des éboulis de roches, ce qui n'empêcha
pas les violateurs de sépultures d'y pénétrer et de faire main basse sur
les richesses amoncelées autour des rois défunts; à un moment donné,
sous la XXIme dynastie, on recueillit pieusement ce qui restait des
momies royales et de leur mobilier pour les enfermer pêle-mêle dans une
nouvelle cachette qui les a gardées jusqu'à nos jours, et n'a livré son
précieux dépôt qu'à des savants capables d'en faire le meilleur usage
scientifique: c'est ainsi que nous possédons maintenant les corps,
admirablement embaumés, de presque tous les grands rois de la deuxième
époque thébaine.

[Illustration: _Fig. 231._ Plan du tombeau de Ramsès IV (d'après
LEFÉBURE. _Hypogées royaux de Thèbes_, II, 3, pl. I).]

[Illustration: _Fig. 232._ Tombeau d'un particulier (photogr. de M. H.
Pieron).]

Les tombeaux des simples particuliers sont presque tous des hypogées
creusés dans le flanc de la montagne, et le type mastaba est pour ainsi
dire complètement abandonné; les dimensions sont très variables, suivant
la position sociale et la richesse du propriétaire. Quant à la
décoration, elle est parfois sculptée, mais plus souvent peinte sur
enduit, vu la mauvaise qualité de la pierre dans la montagne de Thèbes
où la plupart de ces tombes sont creusées; cette décoration comporte,
non pas seulement comme autrefois des scènes de la vie usuelle, qui sont
placées dans la première chambre et traitées avec une liberté et une
fantaisie plus grande encore que dans les mastabas de l'Ancien Empire,
mais aussi, dans la salle du fond, des figurations relatives aux
funérailles et aux cérémonies accomplies à cette occasion. C'est là une
innovation très caractéristique, correspondant à celle que nous avons
déjà signalée pour les tombes royales. A l'ancienne théorie du Ka, du
double vivant au fond du tombeau, tend de plus en plus à se substituer
celle de l'âme divine qui peut, après la mort, entrer dans le séjour des
dieux; autrefois les rois seuls avaient ce privilège, maintenant les
simples mortels veulent le partager avec eux. C'est comme un mouvement
de démocratisation qui se fait jour peu à peu dans les domaines les plus
abstraits et jusqu'alors les plus réservés de la spéculation
philosophique au sujet de la vie d'outre-tombe.

[Illustration: _Fig. 233._ Momie du roi Siphtah (d'après ELLIOT-SMITH.
_Royal Mummies_, pl. LXI).]

Au fond de l'hypogée s'ouvre un puits vertical qui descend au caveau
funéraire, grossièrement taillé dans le rocher, où reposait la momie
embaumée de façon plus soignée qu'aux périodes antérieures, bien
enveloppée dans ses bandelettes et ses linceuls et couchée dans le
cercueil anthropoïde plus ou moins richement décoré de scènes funéraires
ou religieuses. Parfois ce cercueil est placé dans un autre cercueil de
même forme, parfois même un grand sarcophage rectangulaire, également en
bois peint, les renferme tous deux. La mode du masque en cartonnage a
disparu, mais souvent cet accessoire est remplacé par une planchette
ayant la forme du couvercle du cercueil et posée directement sur la
momie. Sur le sarcophage même, il n'y a plus que peu de textes; par
contre les grandes compositions ayant pour but d'assurer aux défunts la
vie d'outre-tombe, comme celles que nous appelons _Livre des Morts_ et
_Livre de l'Am-Douat_, sont écrites sur des rouleaux de papyrus placés,
soit sur la momie elle-même, soit auprès d'elle, dans une statuette de
bois.

[Illustration: _Fig. 234._ Sarcophage, cercueils, caisse à canopes
(d'après MARIETTE. _Album du Musée de Boulaq_, pl. XV).]

Dans le caveau, on trouve encore le coffret contenant les quatre vases
canopes où sont les viscères embaumés du mort, puis une caisse où sont
empilées en plus ou moins grand nombre les statuettes funéraires ou
_oushabtis_, statuettes mummiformes en pierre, en bois ou en terre
émaillée destinées à remplacer les statues de serviteurs de l'époque
précédente et les statues du mort lui-même. A côté de ces objets vient
s'entasser tout le mobilier funéraire: lits, chaises, fauteuils,
coffrets, vases pleins de parfums, vêtements, linges de toute sorte,
perruques et ustensiles de toilette, aliments divers, viandes, légumes
et fruits: il y a peu d'années, on a retrouvé une série complète de ces
objets dans une tombe de peu d'apparence, celle de l'ingénieur Kha et de
sa femme Merit, le tout dans un état de conservation si remarquable
qu'en se promenant dans la salle du musée de Turin où ces objets sont
installés, on est comme transporté à plus de 3000 ans en arrière et l'on
sent vivre encore autour de soi l'esprit de ces deux morts. Il en est de
même pour le mobilier, bien plus luxueux, des beaux-parents d'Amenophis
III, Youaa et Touâa, et surtout pour celui que contenait encore le
tombeau du roi Toutankhamon, et qui dépasse comme richesse et comme
splendeur tout ce qu'il était possible d'imaginer.

C'est à Thèbes même, sur la rive gauche du fleuve, que se trouvent les
plus nombreux tombeaux du Nouvel Empire. Ceux qu'on rencontre ailleurs
que dans la capitale ne présentent pas de divergences bien
caractéristiques; il faut citer en particulier les tombes de Tell el
Amarna, restes de l'époque des rois hérétiques, creusées aussi dans le
rocher et décorées de bas-reliefs d'un style si particulier.

A l'époque saïte on trouve non seulement le tombeau rupestre avec de
nombreuses salles, mais un nouveau modèle, celui de la chambre funéraire
unique, voûtée et décorée exclusivement de textes religieux; cette
chambre est construite au fond d'un immense puits de plus de 30 mètres
de profondeur, soigneusement comblé après les travaux, avec puits plus
petit situé à côté et permettant l'accès du tombeau au moment des
funérailles. Nous ne connaissons aucun tombeau royal de cette époque.

Pendant cette période où l'on cherchait dans tous les domaines à revenir
aux anciennes coutumes, les grands sarcophages de pierre redeviennent à
la mode, mais ils sont généralement de forme anthropoïde et couverts
d'inscriptions. Les momies sont, à peu de chose près, semblables à
celles de l'époque thébaine, mais on recommence à les coiffer d'un
masque en cartonnage à figure humaine; ce n'est que plus tard, sous la
domination des Grecs et des Romains, qu'on en vint à orner le maillot
des momies d'un buste en plâtre colorié ou d'un panneau de bois peint à
la cire représentant le portrait du mort et fixé au moyen des derniers
tours de bandelettes.


_Sculpture_

Il n'est pas besoin d'une longue expérience pour distinguer les oeuvres
de la statuaire du Nouvel Empire de celles des époques antérieures, bien
que la pose du modèle et les lignes générales soient toujours à peu
près semblables. En plus des différences de costume qui sont très
appréciables, le style lui-même n'est plus exactement le même: alors que
les sculpteurs de l'Ancien et même du Moyen Empire s'appliquaient avant
tout à reproduire avec certitude la physionomie, l'expression même de
leur modèle, dans la mesure de leurs moyens, et souvent aux dépens du
reste du corps, ceux du Nouvel Empire ont une tendance moins réaliste et
cherchent surtout la grâce et l'élégance; les figures s'uniformisent et
n'ont plus un caractère aussi personnel, mais le corps entier est traité
avec le même soin que la tête, avec un souci beaucoup plus marqué du
modelé. Cette tendance est une tendance générale, qui n'exclut pas un
certain nombre d'oeuvres isolées, manifestations artistiques très
personnelles et de premier ordre. Le réalisme qui se fait jour à
l'époque des rois hérétiques est un peu un réalisme de convention,
puisque c'est la figure du roi qui reste le type dont les figures de ses
sujets doivent se rapprocher autant que possible.

[Illustration: _Fig. 235._ Statue de Ramsès II (Musée de Turin).]

[Illustration: _Fig. 236._ Ramsès II présentant une offrande (d'après
LEGRAIN. _Statues et statuettes_, II, pl. IV).]

Nous possédons des statues royales extrêmement nombreuses, surtout
depuis que la cachette du temple de Karnak nous en a livré plusieurs
centaines. Presque toutes étaient à l'origine déposées dans les temples
et contribuaient à l'ornementation de ceux-ci; elles représentaient
alors le double du roi qui pouvait, en assistant régulièrement aux
cérémonies du culte, prendre sa part des offrandes présentées au dieu:
en échange du don de sa statue que le roi faisait au dieu, celui-ci
avait la charge de le nourrir dans l'autre monde. D'autres statues
étaient sans doute déposées dans les tombeaux pour jouer le rôle de
support du _Ka_, rôle que nous avons étudié plus haut. Il y avait des
statues de toutes les tailles, depuis la statuette de bronze de quelques
centimètres de haut, jusqu'aux colosses placés à la porte des temples,
devant les pylones, qui peuvent atteindre 20 mètres de hauteur; mais les
plus fréquentes sont celles qui sont à peu près de grandeur naturelle.
La matière aussi est très diverse: le bois, le métal, les pierres de
toute sorte et jusqu'à la brique recouverte d'enduit. La position la
plus fréquemment employée est la position classique du roi assis sur un
trône, les mains sur ses genoux; à côté de cela, on trouve le roi
debout, marchant ou tenant des enseignes divines, le roi agenouillé
présentant des vases d'offrandes, le roi prosterné, bref le roi dans
toutes les positions qu'il a l'habitude de prendre, soit en présence de
ses sujets, soit quand il célèbre le culte divin.

[Illustration: _Fig. 237._ Statuette en bois du Musée de Turin (d'après
PETRIE. _Photographs_, no _278_).]

Quelques grands personnages avaient le privilège de déposer, comme les
rois, leur propre statue dans un temple. Quant à l'usage qui consistait
à placer dans les tombeaux des statues du mort destinées à servir de
support à son double, il tend de plus en plus à disparaître; on trouve
bien encore des groupes taillés à même la roche du tombeau, représentant
le mari et la femme assis côte à côte, ou des statuettes de bois
finement sculptées, mais pas de façon constante. Nous avons déjà vu, à
propos des tombeaux eux-mêmes, qu'il s'était produit une évolution très
marquée dans les doctrines relatives à la vie de l'au-delà, et cette
évolution est encore plus sensible ici; la doctrine du _Ka_ ou du
double, remplacée par celle de l'âme, passe graduellement au second
plan. Cette âme ne vit pas dans le tombeau, elle entre dans le royaume
d'Osiris, dans ce canton riant et fertile de l'autre monde qu'on appelle
les champs d'Ialou, et les statuettes funéraires ou _oushabtis_, déjà
mentionnées plus haut, sont des espèces de serviteurs magiques qui
doivent lui assurer la nourriture en cultivant pour elle les champs
divins.

[Illustration: _Fig. 238._ _Oushabtis_ du Nouvel Empire (d'ap. PETRIE.
_Photographs_, No _267_).]

Après la grande époque thébaine, soit de la XXIme à la XXVme dynastie,
la statuaire se fait de plus en plus rare, mais les quelques exemples
qui nous en sont parvenus, en général de petites dimensions, nous
montrent un progrès constant dans la recherche patiente qui aboutira à
ce remarquable épanouissement de l'art sous les rois saïtes, la
renaissance du réalisme antique, mais d'un réalisme épuré, plein
d'élégance et de souplesse, ayant à son service une technique des plus
perfectionnée.

[Illustration: _Fig. 239._ Groupe d'époque saïte (d'après MARIETTE.
_Album du Musée de Boulaq_, pl. X).]

C'est aussi surtout à partir de l'époque saïte que se développe une
branche nouvelle de la statuaire: jusqu'alors le métal, et surtout le
bronze, était rarement employé par les sculpteurs; ils en usent
maintenant de préférence à toute autre matière, pour modeler des
statuettes de divinités qui nous sont parvenues en quantité
innombrables, témoignant ainsi d'une nouvelle transformation dans le
domaine religieux. Chacun sans doute voulait avoir dans sa maison
l'image de la divinité à laquelle il vouait un culte spécial, ce qui
n'était pas le cas aux époques antérieures. On faisait aussi parfois des
statuettes de rois ou de particuliers en bronze, mais en bronze incrusté
d'argent, et cela déjà sous les dynasties qui précédèrent les saïtes.

[Illustration: _Fig. 240._ La reine Karomama Bronze incrusté (d'après
CHASSINAT. _Monuments Piot_, IV, pl. III).]

Dans les bas-reliefs qui couvrent les parois de certains tombeaux, le
haut des stèles et divers autres monuments, on retrouve la même
recherche d'élégance et de grâce, la même perfection du modelé, qualités
réelles mais qui rendent ces bas-reliefs un peu moins puissants que ceux
des périodes antérieures, parfois moins expressifs. Dans les temples, où
la surface à couvrir était immense, la décoration est traitée
généralement d'une façon plus large, souvent plus sommaire, en relief à
l'intérieur du monument, en creux ou en relief dans le creux sur les
façades extérieures, en raison de la vive lumière et suivant une méthode
exclusivement égyptienne.


_Peinture_

De plus en plus la peinture tend à redevenir ce qu'elle était à
l'origine, un art indépendant, et à s'affranchir de la tutelle du
bas-relief dont elle est en réalité la soeur aînée. Les peintres ont
plus souvent l'occasion d'exercer leur talent, maintenant que les
tombeaux sont généralement creusés dans une roche friable, qui ne
permet pas l'emploi de la sculpture pour la décoration; ils ont acquis
une sûreté de main remarquable, et se laissent aller plus librement à
leur imagination et à leur fantaisie. Les scènes présentent toujours les
mêmes sujets, mais la manière de les traiter est plus personnelle, la
recherche du motif pittoresque plus fréquente; on continue néanmoins,
pour les principales figures tout au moins, à procéder par teintes
plates, simples, sans ombres, avec un léger sertissage noir ou rouge;
les détails sont faits en surcharge. Les motifs végétaux abondent, qu'il
s'agisse de bouquets ou de guirlandes faisant partie des scènes
elles-mêmes, de plantes agrémentant le paysage ou de frises courant au
haut des parois. Sur les plafonds, des motifs réguliers reproduisent les
modèles employés pour les étoffes ou la vannerie en couleur.

[Illustration: _Fig. 241._ Bas-relief du tombeau de Kha-m-ha (photogr.
de l'auteur).]

[Illustration: _Fig. 242._ Bas-relief d'un tombeau de Tell el Amarna
(photographie de l'auteur).]

[Illustration: _Fig. 243._ Cueillette des raisins (tombeau de
Pehsoukher, Thèbes, XVIIIe dyn.).]

C'est aussi la peinture qui contribue pour la plus large part à la
décoration des édifices civils, ainsi ces palais de Tell el Amarna et de
Medinet Habou, dont il ne reste que les dallages en stuc, où sont peints
avec une verve charmante des étangs entourés de buissons où s'ébattent
des animaux de tout genre. (Fig. _218_).

Quant aux scènes peintes sur les très nombreux sarcophages de l'époque,
elles n'ont pas à proprement parler un caractère artistique. Par contre
les enluminures des papyrus funéraires, Livre des Morts ou compositions
mythologiques, sont souvent d'une réelle beauté.


_Arts industriels_

Les progrès continuent à s'affirmer pour tout ce qui rentre de près ou
de loin dans la catégorie des arts industriels, sauf cependant en ce qui
concerne les bijoux et les vases en pierre: le trésor d'Aahhotep et les
autres objets de parure du musée du Caire, même les splendides pièces du
Serapeum, aujourd'hui au Louvre, ne sont pas comparables, pour la
perfection du travail, aux bijoux de Dahchour, de la XIIme dynastie; les
procédés sont cependant les mêmes, sauf que dans l'incrustation, les
pierres sont toujours remplacées par des émaux et que la ciselure est
aussi moins fine et moins délicate.

[Illustration: _Fig. 244._ Bijou de la XIXe dyn. (d'apr. MARIETTE.
_Serapeum_, pl. XII).]

Les vases de pierre sont beaucoup moins nombreux qu'autrefois, et l'on
se contente le plus souvent de déposer dans les tombes de faux vases en
bois peint de manière à imiter les pierres les plus rares; il ne nous
est guère parvenu que des vases d'albâtre, très beaux du reste de forme
et de facture. Par contre les vases en métal sont de plus en plus en
faveur, et surtout les vases d'apparat en or et en argent, aux formes
les plus variées, importées en Egypte de Syrie, de Phénicie, de Crète et
des îles grecques; les peintures et les bas-reliefs nous permettent
d'apprécier ces merveilles d'orfèvrerie.

[Illustration: _Fig. 245._ Vases d'albâtre. XVIIIe dynastie (d'après
PETRIE. _Photographs_, No _186_).]

L'industrie de l'émail prend au Nouvel Empire un développement
inattendu; très habiles à manier cette matière, les ouvriers égyptiens
en font des vases de formes diverses, de ce beau bleu profond qui est
presque inimitable des statuettes funéraires, et plus tard quantité de
petites figurines de divinités, sans parler des innombrables perles et
autres objets de parure; enfin ils appliquent les émaux polychromes à la
décoration de certains édifices. C'est de cette époque aussi que date
l'invention du verre, non pas encore du verre soufflé, mais du verre
multicolore fondu, dont on faisait de charmants petits vases, à
décoration ondulée; ces vases étaient non seulement employés dans le
pays même, mais servaient surtout d'objets d'exportation et ont été
retrouvés un peu partout dans les pays méditerranéens. Il est reconnu
maintenant que cette importante invention, attribuée autrefois à tort
aux Phéniciens, doit être restituée aux Egyptiens.

[Illustration: _Fig. 246._ Fauteuil en bois doré (d'après QUIBELL. _Tomb
of Yuaa_, pl. XXXII).]

Les meubles sont généralement simples de lignes et de formes, sobres
d'ornementation, exactement appropriés à leur destination. Il en est
cependant de plus soignés de travail, qui ont appartenu à des rois ou à
des princes, et qui peuvent être considérés comme de véritables oeuvres
d'art; ce sont des fauteuils, des lits, des coffrets, même des chariots
dans lesquels n'entre pas seulement le travail de l'ébéniste, mais aussi
celui du stuqueur, qui les couvre de délicats bas-reliefs en gesso, et
celui de l'ouvrier en cuir qui les orne de panneaux en cuir repoussé ou
incrusté de diverses couleurs.

Enfin les plus charmants peut-être des objets d'art sont de simples
ustensiles de toilette en bois sculpté ou ajouré, parfois en ivoire,
cuillères à parfums, pots à fard, oeuvres d'une fantaisie toute
personnelle, donnant la mesure de ce à quoi pouvaient arriver les
ouvriers d'art égyptiens.


C. CIVILISATION

_Royauté_

Qu'il soit tout-puissant et maître d'un immense empire, ou réduit à une
seule petite province, le roi est toujours pour ses sujets un être
d'extraction divine dont l'autorité n'est pas contestable. Cette
autorité repose sur la pureté du sang royal, et nous voyons la plupart
des rois du Nouvel Empire attacher plus de prix encore que leurs
prédécesseurs à cette question, et épouser de préférence une demi-soeur,
née d'une mère plus noble que la leur, pour diminuer la quantité de sang
vulgaire qui s'était introduit dans leur race; parfois même un dieu se
chargeait d'infuser lui-même à l'enfant royal un sang divin plus pur
encore, comme cela eut lieu pour Aménophis III. Quand un usurpateur
montait sur le trône, il se hâtait d'épouser une princesse de lignée
royale et légitimait ainsi en quelque sorte son accession à la couronne.
Lors du morcellement de l'Empire, les roitelets qui se partagèrent le
pouvoir se rattachaient tous plus ou moins à la vieille race pharaonique
et avaient des droits sensiblement égaux, mais il était curieux de
constater que le sang royal le plus pur se conservait non plus chez des
Egyptiens, mais chez des nègres, comme Piânkhi l'Ethiopien et sa
famille.

[Illustration: _Fig. 247._ Cuillère à parfums. Louvre (croquis de M. Th.
Delachaux).]

La reine, ou plutôt la favorite, puisque souvent les rois eurent
plusieurs femmes, avait à côté de son époux une place très importante et
souvent une grosse influence; il arriva même à certaines d'entre elles
de monter sur le trône en qualité de roi d'Egypte.


_Gouvernement_

Au moment où les rois de la XVIIIme dynastie réunissent de nouveau
toutes les parties du pays sous leur sceptre, la féodalité a entièrement
disparu et l'administration est centralisée entre les mains d'un grand
vizir et d'un nombre considérable de fonctionnaires subalternes; le roi
garde du reste la haute main dans le gouvernement et tout se fait en son
nom, qu'il s'agisse de travaux publics, de finances, d'affaires
étrangères ou de commerce. La justice, comme autrefois, est entre les
mains d'une magistrature spéciale, et les provinces asiatiques sont
gouvernées par des indigènes sous la surveillance d'officiers égyptiens,
tandis que la Nubie est administrée par un vice-roi nommé par le pharaon
et qui est souvent un de ses fils.

Nous avons vu l'influence grandissante du clergé d'Amon, arrêtée un
moment par la réforme de Khounaten, reprendre de plus belle, et les
grands prêtres se saisir successivement du pouvoir effectif, puis d'une
partie du pouvoir nominal. A partir de ce moment le pontificat cesse
d'être entre les mains d'une seule famille et chaque fois qu'une des
dynasties rivales prend la prédominance sur les autres, elle installe
sur le trône d'Amon un prince de sa race qui est plutôt un gouverneur de
la Haute Egypte qu'un grand prêtre. Enfin les rois éthiopiens suppriment
cette dignité et installent à Thèbes une grande prêtresse d'Amon,
princesse de la famille royale; les rois saïtes ne font que confirmer
cette charge en la confisquant au profit de leurs filles, afin que cet
état dans l'Etat demeure une force pour la couronne et non pas une
menace.


_Relations extérieures Commerce_

L'extension des frontières de l'Egypte vers le nord et le sud devait
nécessairement favoriser le commerce qui prend un développement
considérable dès le début du Nouvel Empire. Les produits étrangers
affluent dans la vallée du Nil, tant sous la forme de tributs livrés au
roi lui-même, que sous celle de marchandises d'échange, et là encore il
semble que tout se fasse par l'entremise du gouvernement. Ce ne sont pas
seulement les pays soumis à la suzeraineté de l'Egypte, comme la Syrie,
la Phénicie, la Palestine, la Nubie, qui y envoient leurs produits, mais
des contrées absolument indépendantes, comme Chypre, la Crète, les îles
grecques, le Soudan, le pays de Pount, grâce à des expéditions maritimes
qui avaient toujours un caractère officiel, l'Etat disposant seul de
moyens suffisants pour faire marcher le trafic extérieur; ainsi l'on
peut dire, presque avec certitude, que le gouvernement s'était réservé
le commerce international, ne laissant aux particuliers que le commerce
intérieur. A cet effet, des lois protégeaient les industries locales et
il était interdit aux ouvriers spécialistes de passer à l'étranger.
L'évaluation des marchandises se faisait en or ou en argent, au poids,
et on se servait pour les échanges d'anneaux de métal qui, n'étant pas
poinçonnés par l'Etat, devaient être pesés à nouveau chaque fois; le
plus souvent, du reste, on procédait simplement par échange de denrées,
après entente.

[Illustration: _Fig. 248._ Syriens apportant des vases, XVIIIe dyn.
(photographie de l'auteur).]

Quant à la nature des marchandises importées, c'étaient surtout, comme
autrefois, des matières premières, métaux, bois précieux, ivoire, peaux
et plumes, encens, et aussi des matières ouvrées, entre autres ces
merveilleux vases d'orfèvrerie dont nous avons déjà parlé. En échange,
on donnait de la verrerie, des émaux, sans doute des bijoux, en un mot
tous les produits de l'industrie égyptienne, mais surtout des grains.


_Vie civile Vêtement_

Il n'y a pas de transformation notable à enregistrer dans les conditions
de la vie ordinaire, qu'il s'agisse des grands personnages ou des gens
du commun; de même les habitations n'ont guère varié. Par contre le
costume subit un changement important: les gens du peuple ont bien
toujours le pagne simple enroulé autour des hanches, mais tout individu
appartenant à une classe un peu plus élevée porte par-dessus ce pagne
une ample robe en toile fine, parfois presque transparente, dont la
forme et la coupe sont variables. De même les femmes ne portent plus
volontiers la robe courte et étroite des anciens temps, mais un vêtement
analogue à celui des hommes, un peu plus collant néanmoins sur le buste,
élargi du bas et tombant jusqu'à terre; les manches sont parfois très
courtes, parfois longues et larges. L'un et l'autre sexe porte la
perruque, des bijoux aux couleurs vives, colliers, bracelets et
périscélides, et aux pieds de longues sandales en papyrus ou en cuir. Le
costume royal est sensiblement le même, bien qu'un peu plus riche, que
celui des sujets.


_Armée_

Les rois hyksos avaient amené de Syrie en Egypte le cheval, et cet
animal qui s'était rapidement acclimaté dans le pays, offrait aux
Egyptiens du Nouvel Empire un mode de locomotion nouveau; jamais ils ne
songèrent à le monter, semble-t-il, mais ils l'attelaient à de légers
chariots à deux roues avec lesquels les grands personnages faisaient
leurs tournées dans le pays. C'est cependant surtout au point de vue
militaire que l'introduction du cheval eut pour les Egyptiens une grande
importance, puisque désormais la charrerie joua dans leurs armées le
principal rôle et qu'elle fut pour beaucoup dans la conquête de la
Syrie. La méthode de combat subit donc une transformation: avant le choc
qui devait amener la fin d'une bataille, la charge des escadrons de
chars, les soldats qui montaient ces chars combattaient de loin avec
leurs grands arcs; c'est même la raison pour laquelle l'arc était devenu
l'arme favorite des rois.

[Illustration: _Fig. 249._ Soldats égyptiens (Tombeau d'Amemheb. Thèbes.
XVIIIe dynastie).]

L'infanterie est toujours composée en partie d'Egyptiens, en partie de
mercenaires étrangers qui sont sa véritable force, que ce soient, comme
sous les Thébains, des Soudanais, des Shardanes ou des Libyens, ou,
comme plus tard sous les Saïtes, des Grecs. Cette armée royale, déjà
instituée sous le Moyen Empire, a été complètement réorganisée en corps
d'armées bien distincts sous un commandement commun, mieux équipée et
mieux armée et surtout bien exercée. Après une campagne officiers et
soldats recevaient leur part du butin, souvent en captifs qui étaient
employés à la culture de terres mises par le gouvernement à la
disposition des soldats, et ces captifs, qui n'étaient pas de véritables
esclaves, se mêlaient rapidement à la population indigène. Le roi
décernait aussi, pour récompenser les hauts faits de guerre, de
véritables décorations et autres distinctions honorifiques.


_Marine_

Les rois d'Egypte avaient sous le Nouvel Empire une vraie marine de
guerre que nous voyons parfois jouer le rôle décisif dans une bataille,
mais c'était surtout la marine marchande qui, avec l'extension du
commerce, tendait à prendre toujours plus de développement. Les navires
destinés à la mer étaient semblables de forme et de gréement à ceux
employés sur le Nil, mais plus grands et plus solidement construits; ils
remontaient du reste le fleuve, même jusqu'à Thèbes, et ainsi nous
voyons sous Hatshepsou les mêmes bateaux charger des marchandises dans
le pays de Pount, au sud de la mer Rouge, et les débarquer dans le port
de la capitale: un canal souvent ensablé et aujourd'hui disparu, faisait
alors communiquer un des bras du Nil, dans le Delta, avec le fond du
golfe de Suez. Enfin les marins égyptiens donnent la mesure de leur
audace et de leurs capacités quand, sous Néchao, ils s'embarquent pour
leur grand voyage de découverte autour de l'Afrique, la première en date
de toutes les grandes expéditions maritimes.

[Illustration: _Fig. 250._ Vaisseaux de l'expédition de Hatshepsou au
pays de Pount (d'après DUMICHEN. _Die Flotte einer äg. Königin_, pl.
III).]


_Agriculture. Elevage_

Le travail de la terre continue à faire de grands progrès; l'outillage
se perfectionne, on emploie maintenant des faucilles en métal et des
charrues plus puissantes; partout autour des villas on voit de beaux
jardins, pleins d'arbres fruitiers, de vignes et d'arbres d'agrément.
Partout on défriche pour les livrer à la culture les terrains qui
n'étaient autrefois que des pâturages, et cela naturellement aux dépens
de l'élevage, qui diminue dans de fortes proportions. On ne voit plus
que rarement de ces scènes si fréquentes sous l'Ancien Empire, qui
représentent des troupeaux d'animaux à demi sauvages sous la garde de
quelques pâtres, et les grandes inspections du bétail sont à peine
mentionnées; on n'emploie plus pour piétiner le terrain nouvellement
ensemencé des troupeaux entiers de chèvres ou de moutons, mais seulement
quelques porcs qu'on devait élever dans les fermes et non plus en pleine
campagne; l'âne n'est plus que rarement employé aux travaux des champs,
et ce sont généralement les hommes eux-mêmes qui transportent les
récoltes; le dépiquage du grain pour lequel les quelques boeufs, qui à
d'autres époques de l'année tirent la charrue, suffisent parfaitement,
se fait d'une façon un peu différente. L'Egypte, consciente de son rôle
commercial dans le monde oriental, qui est de l'approvisionner de
grains, consacre toutes ses forces à développer la culture au moyen de
la main d'oeuvre humaine, quitte à réduire au strict nécessaire tout ce
qui a rapport à l'élevage. Seule la race chevaline, nouvellement
introduite dans le pays, est l'objet de soins tout spéciaux, sous le
contrôle royal, et prospère si bien qu'on finit même, à certains
moments, par venir de Syrie chercher des chevaux en Egypte. Quant à la
question du chameau, elle n'est pas encore définitivement tranchée; il
semble néanmoins que si les Egyptiens l'ont connu, ils ne l'ont jamais
utilisé eux-mêmes, et que son acclimatation définitive dans le pays, où
il rend maintenant comme bête de somme des services inappréciables, ne
date que de la conquête musulmane.

[Illustration: _Fig. 251._ Scènes de labour et de semailles (Tombeau de
Nakht. Thèbes. XVIIIe dynastie).]


_Pêche et chasse_


Le défrichement progressif de la vallée du Nil avait fait disparaître
non seulement les pâturages, mais aussi les fourrés et les marécages qui
étaient pour les premiers Egyptiens de si beaux terrains de chasse et de
pêche. Avec les mêmes engins qu'autrefois, on ne pouvait plus guère
prendre du poisson que dans le fleuve et les canaux, et il ne se
trouvait plus que peu de ces étangs où les oiseaux migrateurs venaient
se prendre dans les grands filets; même les parcs de chasse des grands
seigneurs avaient presque tous disparu. Quand les rois chercheurs
d'aventures voulaient s'offrir les émotions d'une chasse mouvementée,
ils profitaient de leurs campagnes pour aller au loin, jusque sur les
bords de l'Euphrate, où ils trouvaient encore quelques éléphants, des
lions qu'ils abattaient par centaines et du gros gibier de toute sorte.


_Industrie_

A côté de l'agriculture, l'industrie continue à se perfectionner et nous
avons de nombreux tableaux qui nous montrent les ouvriers occupés à
leurs travaux ordinaires, que ce soient des ouvriers d'art ou des gens
de métier, tels que briquetiers, maçons, sculpteurs, peintres,
bijoutiers, joailliers, menuisiers, ébénistes, corroyeurs, cordonniers,
cordiers, chaudronniers, armuriers, forgerons, et d'autres encore. Leur
outillage est toujours aussi simple qu'aux périodes précédentes, presque
rudimentaire, sauf que les couteaux, ciseaux et poinçons de pierre ont
définitivement disparu pour faire place à des instruments de métal,
généralement en bronze, parfois en fer.

[Illustration: _Fig. 252._ Atelier de chaudronnerie (d'ap. NEWBERRY.
_Life of Rekhmara_, pl. XVII et XVIII).]


_Langue et Littérature_

La conquête de la Syrie et les relations constantes qui s'étaient
établies de ce fait avec l'Asie antérieure, avaient exercé sur l'Egypte
même une influence considérable qui se remarque tout particulièrement
dans la langue. Un grand nombre de vocables nouveaux, empruntés aux
idiomes sémitiques, sont introduits dans le langage courant, soit pour
exprimer des idées nouvelles ou nommer des objets inconnus auparavant,
soit pour remplacer, sans raison apparente, de vieux mots égyptiens. Il
est de bon ton, pour un scribe, d'émailler ses lettres ou ses
compositions littéraires du plus grand nombre possible de mots d'origine
étrangère. C'est de ces langues sémitiques, plus répandues que
l'égyptien, qu'on se servait pour les relations extérieures, et toute la
correspondance du roi d'Egypte avec ses vassaux syriens se faisait dans
l'idiome même de ces peuplades, que sans doute beaucoup de gens à la
cour comprenaient parfaitement.

[Illustration: _Fig. 253._ Atelier de Cordonniers (d'après NEWBERRY.
_Life of Rekhmara_, pl. XVIII).]

Les textes du Nouvel Empire qui nous sont parvenus sont donc composés
dans une langue moins pure que ceux de l'époque précédente, mais ils
sont aussi, sinon plus variés, et beaucoup plus abondants. Ce sont
d'abord les écrits historiques ou officiels, les récits biographiques,
les comptes rendus d'une campagne ou d'une conquête, les décrets et les
actes royaux, les odes dithyrambiques à la louange d'un souverain, puis
les ouvrages plus spécialement littéraires, contes, poésies, recueils
de modèles de lettres dans lesquels les jeunes scribes apprenaient leur
métier, livres de morale, hymnes en l'honneur du roi ou des dieux, dont
plusieurs ont trouvé place dans la grande compilation à laquelle nous
avons donné le nom de Livre des Morts et qui contient du reste surtout
des morceaux plus anciens. Après cela vient encore la littérature
épistolaire proprement dite, les procès-verbaux judiciaires, les écrits
scientifiques et médicaux et les innombrables compositions magiques,
religieuses ou mythologiques.

[Illustration: _Fig. 254._ Ostracon hiératique (d'après DARESSY.
_Ostraca_, pl. XLVI).]

Certains de ces textes sont gravés ou peints sur les murailles des
temples, sur les stèles, sur les parois des tombeaux; d'autres, les plus
nombreux, sont écrits en hiératique, c'est-à-dire en cursive, sur des
rouleaux ou des feuilles de papyrus ou même parfois sur des tessons de
vases ou des morceaux de pierre, auxquels nous donnons le nom
d'_ostraca_. Les ouvrages religieux étaient déposés dans le tombeau, à
côté du mort, pour lui servir de viatique dans l'autre monde, et parfois
l'on y joignait aussi des textes littéraires pouvant lui offrir un
délassement dans sa vie d'outre-tombe, mais la plupart des papyrus ont
été retrouvés roulés et cachés dans des vases, au milieu des ruines de
maisons anciennes; c'était la manière de conserver les livres qui
étaient toujours en petit nombre chez les particuliers. Nous ne savons
s'il existait dans le palais du roi ou ailleurs, de vraies bibliothèques
où l'on conservait les ouvrages de prix, avant l'époque où les
Ptolémées réunirent dans celle d'Alexandrie tout ce qu'ils purent
récolter de manuscrits anciens, les égyptiens sans doute aussi bien que
les grecs. Le geste fanatique du calife Omar nous a privés d'une source
inestimable de documents.

[Illustration: _Fig. 255._ Fragment d'un contrat démotique (d'après
SPIEGELBERG. _Die demotischen Papyrus_, pl. LVI).]

Jusqu'au Nouvel Empire, les seuls modes d'écriture étaient les
hiéroglyphes, et l'hiératique qui devient de plus en plus cursif; à
partir de l'époque saïte, les scribes, à force de chercher à simplifier
leur calligraphie, en arrivent à tracer des signes qui ne rappellent
plus que vaguement les hiéroglyphes d'où ils sont dérivés, ni même
l'élégant hiératique de la bonne époque. Il s'agit d'un nouveau genre
d'écriture, auquel on a donné le nom de _démotique_ et qui finit par
être le seul employé à partir des rois perses, pour les lettres, les
contrats, les manuscrits de toute sorte, bref pour tout ce qui n'est pas
destiné à revêtir un caractère monumental. Ce passage de l'hiératique au
démotique correspond exactement à la fin de l'autonomie de l'Egypte.


C'est ce moment-là, quand des rois étrangers viennent définitivement
remplacer sur le trône des Pharaons les dynasties indigènes, que nous
pouvons considérer comme la fin de la civilisation égyptienne; celle-ci
végétera bien encore pendant quelques siècles, elle donnera même dans
certains domaines comme l'architecture par exemple, des manifestations
originales et vraiment égyptiennes, mais elle ne prospérera plus et
dégénérera rapidement. Cette vieille civilisation qui pendant tant de
siècles a rayonné sur le monde ancien, lui donnant généreusement tout ce
qu'il y avait de bon en elle, est submergée à son tour par les
civilisations nouvelles; l'infusion d'un sang jeune se fit sans doute à
trop haute dose et, loin de la renouveler, ne put qu'accélérer sa ruine.
Désormais l'Egypte ne sera plus qu'une province du monde hellénique,
puis du monde romain, au point de vue de la civilisation aussi bien que
de la politique.

[Illustration: _Fig. 256._ Aménophis, fils de Paapis (d'après LEGRAIN.
_Statues et statuettes_, I, pl. LXXVI).]



[Illustration: _Fig. 257._ Repas et danseuses. Peinture d'un tombeau
thébain (XVIIIe dynastie).]



INDEX

_Les chiffres indiquent les pages: les chiffres entre parenthèses les
gravures._


A

  AAHHOTEP, 283.

  ABOUSIR, 138.

  ABRAHAM, 221.

  Abri, 63.

  ABYDOS, 95, 99, 102, 104, 121, 136, 137, 244, 267, 269.

  Acte, 295.

  Administration, 165-168, 219-220, 287.

  _Aegyptiaca_, 14.

  Aération, 150.

  AFRICAIN, 14, 15.

  Agate, 64, 74.

  Age du bronze, 58, 59.

  Age du cuivre, 58, 59.

  Age du fer, 58, 59.

  Age de la pierre, 55, 58.

  Agriculture, 32, 41, 68, 89, 95, 120, 179-182, 224, 292-293.

  AHMÈS I, 197, 230, 323.

  AHMÈS (amiral), 26.

  AHMÈS NOFRITARI, 231.

  Aï, 242.

  Aiguière, 111.

  Aire, 180.

  AKERBLAD, 17.

  Albâtre, 81, 108, 109, 155, 202, 216, 283, 284.

  ALEXANDRE, 258.

  ALEXANDRIE, 297.

  Aliment, 143, 175 (v. Nourriture, Offrandes).

  Aloès, 80.

  Alun, 206.

  AMASIS, 255, 256 (216).

  Ambassadeur, 240.

  _Am-Douat_, 274.

  Ame, 140, 141, 152, 211, 272, 278.

  AMÉLINEAU, 55.

  AMENEMHAT I, 191, 192, 219.

  AMENEMHAT III, 115, 193 (157), 194, 214, 218, 224.

  AMENEMHAT IV, 194.

  AMENMESES, 246.

  AMÉNOPHIS I, 231 (194), 232.

  AMÉNOPHIS II, 235.

  AMÉNOPHIS III, 26, 235-236 (198), 259, 265, 274, 286.

  AMÉNOPHIS IV, 26, 236, 237 (v. KHOUNATEN).

  AMÉNOPHIS, fils de PAAPIS, 236, 298.

  Améthyste, 110.

  AMON, 48, 235, 237, 238, 248, 250, 251, 268, 269, 287.

  AMSET, 49.

  AMYRTÉE, 257.

  Amulette, 75.

  Ancien Empire, 32, 81, 105, 109, 113, 123-187, 189, 194, 204, 212,
    214, 215, 222, 225, 227, 249, 276.

  Ancien Testament, 13, 15.

  Ane, 89, 179, 180, 181, 184, 293.

  ANHOUR, 48.

  ANNA, 26.

  Année, 28.

  ANTEF, 134, 190.

  Anthropoïde (cercueil ou sarcophage), 208 (170), 273 (234), 275.

  Anthropophagie, 41.

  Antilope, 88, 89, 174, 177, 178 (139), 224.

  Antimoine, 221.

  ANUBIS, 42, 43 (11), 48, 164.

  APEPI, 197 (v. APOPI).

  APOLLODORE, 14.

  APOPHIS, 198.

  APOPI, 26 (v. APEPI, APOPHIS).

  Appeau, 173, 175.

  APRIÈS, 255 (215), 256.

  ARABE, ARABIE, 140, 143, 147, 168.

  Arbre fruitier, 292.

  Arc, 224, 290 (v. Flèche).

  ARCELIN, 54.

  ARCHIPEL, 12, 71, 121 (v. GRECE).

  Architecture, 91, 96, 102-106, 120, 125, 135-153, 200-212, 260-275.

  Architrave, 135.

  Argent, 279, 284, 288.

  Arme, 32, 56, 59, 65, 74, 86, 88, 89, 120, 208, 290.

  Armée, 132, 133, 218, 289-291.

  Armurier, 294.

  ARYEN, 84.

  ASARHADDON, 253, 254.

  ASIE MINEURE, 243, 244, 245.

  Assiette, 108.

  Assise (position), 70, 106.

  ASSOURBANIPAL, 253, 254.

  ASSYRIE, 26, 236, 243, 252, 253, 254, 255.

  ATEN, 237, 238 (200), 240.

  ATHOTHIS, 100.

  Autel, 137.

  Autruche, 80, 83, 88, 224.

  AVARIS, 196, 197, 199, 222, 229.

  Avènement, 28.

  Avenue, 263.

  AZAB, 117.


B

  BABAÏ, 125.

  BABYLONE, BABYLONIE, 12, 122, 195, 236, 243, 255.

  Bachot, 185.

  BAHR BELA MA, 54.

  Bandeau, 172.

  Bandelette, 182, 206, 275.

  Barbe, 171, 172.

  Barque, 91 (66), 138, 209, 210 (173), 225 (188) (v. Bateau).

  Barque sacrée, 263, 269 (230).

  Barque solaire, 35 (6), 38, 39 (9), 138.

  Basalte, 81, 151.

  Bas-relief, 25, 32, 146, 158-161 (128), 201, 209, 214-215 (180), 263,
    267 (228, 229), 270, 279-280 (241-242).

  Basse-cour, 175, 177 (137).

  Bassin, 137.

  Bateau, 80, 92, 147, 185 (150), 209, 225, 226 (v. Barque, Vaisseau).

  Bâton, 87.

  BENI-HASSAN, 203, 204, 205 (164, 165), 221.

  BERBÈRE, 83.

  BERSHEH, 203.

  Bétail, Bestiaux, 68, 85, 221, 225, 293.

  Bible, 251, 253 (v. Ancien Testament).

  Bibliothèque, 296.

  Bibliothèque nationale (Paris), 22.

  Bidis, 46.

  BIÉNEKHÉS, 100.

  Bijou, 32, 85, 208, 216, 217 (183, 184), 228 (192), 283 (244), 289.

  Bijoutier, Bijouterie, 184 (147), 217, 294.

  BINOTHRIS, 100.

  Biographie, 26, 131, 147, 164, 228, 295.

  BIRCH, 20.

  BIRKET-KAROUN, 194.

  Blé, 107, 120 (v. Grain).

  BNÔN, 198.

  BOCCHORIS, 252, 253.

  BOÊTHOS, 100.

  Boeuf, 88, 89, 174, 177, 178 (138), 179, 180, 181, 224, 293.

  Bois, 91, 96, 103, 135, 173, 208, 211, 214, 260, 277, 285, 289.

  Boisseau, 181.

  Boisson, 166.

  BOKENRANF, 252.

  BONAPARTE, 16.

  Bonnet, 232.

  Bouchon, 107, 115, 119.

  Boulette, 177.

  Boumerang, 173, 224.

  Bouquet, 282.

  Bouquetin, 88.

  Bouteilles, 78.

  Bracelet, 75, 86 (60), 91, 110 (82, 83), 289.

  Brique, 92, 96, 102, 103, 104, 105, 135, 136, 138, 140, 143, 173, 196,
    203, 211, 260, 277, 294.

  Bronze, 96, 155, 158, 279, 294.

  BRUGSCH, 20.

  BUBASTIS, 250, 251.

  Buste, 275.


C

  Cachet, 115.

  Cachette, 276.

  Cadastre, 220.

  Cage, 175.

  CAIRE, 22, 25, 156, 157, 273, 283.

  Caisse à canopes, 209.

  Calcaire, 81, 108, 150, 151, 155, 203, 268.

  CAMBYSE, 256, 257.

  Canal, 120, 179, 224, 292, 293.

  Canard, 89, 174.

  Canope, 209 (171), 273 (234), 274.

  Captif, 291.

  CARCHEMIS, 255.

  CARIE, 254.

  Carrière, 187.

  Cartonnage, 206, 273, 275.

  Cartouche, 115, 116, 190, 202, 244.

  Casse-tête, 86.

  Caveau funéraire, 214, 273, 274 (v. Chambre funéraire).

  Ceinture, 171.

  Cellier, 182.

  Céramique, 57, 59, 76-81 (37-57) (v. Vase, Poterie).

  Cercueil, 146, 208, 273 (234), 274.

  Céréales, 68, 73, 180 (v. Blé, Grain, Orge).

  CHABAS, 20.

  Chacal, 118.

  Chaise, 154, 173, 274.

  CHALDÉE, 96, 122.

  Chambre des ancêtres, 22, 34 (5).

  Chambre funéraire, 140, 141, 145, 148, 150, 151 (v. Caveau funéraire).

  Chameau, 293.

  CHAMPOLLION, 18, 19, 20, 23.

  Champs d'Ialou et de Hotpou, 43, 278.

  Chapelle, 137, 143, 150, 151, 153, 203, 268.

  CHARDIN, 16.

  Char. Chariot, 229 (193), 231, 255, 290.

  Charrerie, 290.

  Charpentier, 92.

  Charrue, 89, 180, 292, 293.

  Chasse, 32, 41, 56, 74, 83-88, 89, 90, 92, 120, 146, 152,
    173-177 (133-135), 223 (187), 224, 263-294.

  Châsse, 269.

  Chaudronnier, 111, 183, 294 (252).

  Chelléen, 56, 62, 84, 86.

  Cheval, 225, 231, 289, 293.

  Chevet, 173, 206.

  Cheveux, 83, 171, 172.

  Chèvre, 80, 89, 179, 180, 293.

  CHINE, 12.

  Chronologie, 27-29, 49-52, 198-200.

  CHYPRE, 168, 234, 288.

  Cire, 275.

  Ciste funéraire, 72, 106.

  Ciseau, 66, 183.

  Ciselure, 283.

  Clan, 93, 166.

  Coffre, 173.

  Coffret, 110, 274, 283, 328 (262).

  Coiffeur, 172.

  Coiffure, 208 (v. Perruque).

  Collier, 74, 91, 171, 172, 217, 289.

  Colonnade, 262, 268.

  Colonne, 136 (107-109), 146, 151, 201, 204, 205, 260, 268.

  Colosse, 25, 263, 277.

  Commission d'Egypte, 16, 17, 18, 31.

  Commerce, 91, 121, 131, 248, 256, 287, 288, 289.

  Concubine, 170.

  Conte, 228, 296.

  Coquille, 74, 75, 86, 91.

  Cordage, 185.

  Cordier, 183.

  Cordonnier, 183, 294, 295 (253).

  Co-régence, 214, 219.

  Cornaline, 64, 74, 210, 217.

  Correspondance, 26, 165, 241, 295.

  Corroyeur, 294.

  Corvée, 219.

  Costume, 85, 170-172, 208, 222, 289 (v. Vêtement).

  Cotte capitonnée, 231.

  Couleurs, 161.

  Couloir, 150, 153.

  Coup-de-poing, 62, 86.

  Coupe, 76, 78 (v. Ecuelle).

  Cour, 152, 223, 260, 262, 263, 265 (224, 225).

  Couronne, 217 (184).

  Couteau, 56, 61, 65 (22-23), 66, 74 (33).

  Couverture, 173, 183.

  Crâne, 84.

  CRÈTE, 12, 71, 91, 221, 284, 288.

  Crible, 181.

  Cristal de roche, 108.

  Crocodile, 83, 88.

  Cruche, 80.

  Cuillère à parfums, 285, 286 (247).

  Cuir, 285, 289.

  Cuivre, 59, 93, 96, 111, 120, 121, 168.

  Culte, 41, 118, 125, 262, 268, 276.

  Cylindre, 96, 114 (90), 115, 122.

  CYRÉNAIQUE, 245.

  CYRUS, 256.


D

  DADEFRA, 127 (100), 157.

  DADKARA-ASSA, 130.

  DAHCHOUR, 149, 162, 203, 283.

  Dallage, 260 (218).

  Danse, 86, 92, 147, 299 (257).

  DAPHNAE, 261.

  DARIUS II, 257.

  Décret, 164.

  Défrichement, 292, 293.

  DEIR EL BAHARI, 63, 233, 268.

  Déluge, 38, 63.

  Démembrement, 71, 72, 106.

  Démotique, 297 (255).

  Dénombrement, 178, 179.

  DEN-SETOUI, 116, 117.

  Dépiquage, 180 (142), 293.

  Description de l'Egypte, 16.

  Destruction des hommes par les dieux, 38.

  Diabase, 108.

  Diadème, 217 (184).

  Digue, 179.

  DIODORE DE SICILE, 14, 31.

  DIONYSOS, 41.

  Diorite, 108, 155.

  Divan, 173.

  DJESER, 125, 137.

  Dodécarchie, 254.

  Domestication, 89.

  DOUAMOUTEF, 49.

  Double, 276, 278 (v. _Ka_).

  Drogman, 13.

  DROVETTI, 23.

  Dynasties, 14, 15, 24, 28.

  Dyn. divines, 36-47.

  Dyn. de demi-dieux et mânes, 47-49.

  Dyn. thinites (I et II), 54, 58, 81, 85, 95-122, 124.

  Dyn. III, 124-125, 140, 143.

  Dyn. IV, 125-129, 144, 149, 157, 162, 185.

  Dyn. V, 129-131, 146, 151-152.

  Dyn. VI, 131-133, 143, 147, 153, 155.

  Dyn. VII-X, 133, 134.

  Dyn. XI, 189-191, 200, 202.

  Dyn. XII, 27, 191-194, 198-200, 203, 218, 219, 221, 228, 283.

  Dyn. XIII, 194-195, 198-200.

  Dyn. XIV, 194-195, 198-200.

  Dyn. XV, 198-200.

  Dyn. XVI, 198-200.

  Dyn. XVII, 196, 198-200, 229, 230.

  Dyn. XVIII, 219, 230-242, 250, 259, 260, 287.

  Dyn. XIX, 242-246.

  Dyn. XX, 246-249, 260.

  Dyn. XXI, 250, 271, 279.

  Dyn. XXII, 250-261, 252.

  Dyn. XXIII, 251-252.

  Dyn. XXIV, 252.

  Dyn. XXV, 253-254, 279.

  Dyn. XXVI, 254-257 (v. SAIS).

  Dyn. XXVII-XXX, 257-258.


E

  Ebéniste, 285, 294.

  Echange, 186, 289.

  Ecriture, 95, 96, 97, 113-115, 118, 120, 122, 125, 163-165, 296-297.

  Ecuelle, 78, 107, 108 (v. Coupe, Assiette).

  ELAM, 254.

  Eléphant, 83, 88, 91, 294.

  ELÉPHANTINE, 36, 169.

  Elevage, 32, 68, 89, 120, 146, 177-179, 292-293.

  ELKAB, 136.

  Email, 283, 284, 289.

  Emblème, 46.

  Embryonnaire (position), 71.

  Enceinte, 150.

  Encens, 168, 220.

  Encre, 165.

  Enéolithique, 58.

  Enfant, 169, 170.

  Enfants d'Horus, 49, 52 (13).

  Engraissage, 177.

  Ennéade, 36, 48.

  Enseigne, 93, 118, 277.

  Eolithe, 61.

  ERATOSTHÈNE, 14.

  Ere, 28.

  Escabeau, 173.

  Escalier, 104, 137, 223.

  Etang, 260, 293.

  ETHIOPIE. ETHIOPIEN, 251, 252, 253, 254, 258, 287.

  Etoffe, 85, 226, 227, 282.

  ETRURIE, 221.

  Etui phallique, 85.

  EUPHRATE, 232, 234, 243, 294.

  EUSÈBE, 14, 16, 48, 50.

  _Excerpta Barbari_, 48.


F

  Famille, 41, 169-170.

  Fard, 75.

  Faucille, 89, 180, 292.

  Faucon, 115, 118.

  Faune, 83.

  Fausse-porte, 141, 142 (112, 113), 163.

  Fauteuil, 173, 274, 285 (246).

  Fayence, 109-110 (v. Email).

  FAYOUM, 65, 211.

  Femme, 169, 170, 289.

  Féodalité, 134, 167, 219, 287.

  Fer, 58, 59, 294.

  Ferme, 177.

  Figue, 182.

  Filage, 182, 227 (190).

  Filet, 88, 175, 176 (135, 136), 177, 224.

  Filigrane, 217.

  Flèche, 66 (26-29), 87, 175, 231.

  Flore, 83.

  Fonctionnaire, 119, 131, 219, 220, 287 (v. Administration).

  Forgeron, 294.

  Formule magique, 139, 152.

  Forteresse, 136, 212 (177), 261, 262.

  Foulage, 181 (143).

  Fourrage, 181.

  Frise, 282, 329 (263).

  Fruit, 107.

  Fusaïole, 92.


G

  Garde du corps, 166.

  Garde-manger, 175.

  Gazelle, 72, 73, 88, 89, 174.

  Génies funéraires, 49.

  GEORGES LE SYNCELLE, 14, 15.

  Gerbe, 180, 181.

  Girafe, 83, 88.

  Globulaire (vase), 109, 111.

  Gobelet, 76.

  Gomme, 162.

  GOSHEN, 222.

  Gouvernail, 185, 186.

  Grain, 89, 90, 107, 289, 293.

  Grand prêtre, 249, 250, 269, 287.

  Grand vizir, 287.

  Granit, 108, 150, 155, 214, 268.

  Grattoir, 61, 65 (24, 25), 66, 74.

  GRECE, GREC, ILES GRECQUES, 12, 13, 14, 27, 83, 91, 127, 220, 221,
    234, 245, 256, 261, 275, 284, 288, 290.

  Grenat, 110.

  Grenier, 181.

  Grès, 108, 268.

  Groupe, 154, 155 (124).

  Grue, 89, 174.

  Guéridon, 173.

  Guirlande, 282.


H

  Habitation, 63, 68, 84 (v. Maison).

  Hache, 62, 64 (19, 20), 66, 87, 92, 323 (261).

  HAKORIS, 258.

  Hameçon, 88, 120, 175.

  HAMY, 54.

  HAPI, 49.

  Harpiste, 228.

  Harpon, 74, 88 (64), 174, 224.

  HATSHEPSOU, 232, 233, 268, 291.

  HAWARA, 203.

  HÉBREUX, 15, 259.

  HÉLIOPOLIS, 36, 37, 48, 49, 123, 129, 137, 139, 237.

  Hématite, 77.

  HÉRACLÉOPOLIS, 134, 189.

  HERKHOUF, 26, 131, 169.

  Herminette, 64 (21), 66, 92, 183.

  HÉRODOTE, 13, 31, 128, 193, 253.

  Héron, 173.

  HIÉRACONPOLIS, 102, 105, 114, 137.

  Hiératique, 33, 165, 296, 297.

  Hiéroglyphes, 122, 163-165, 207, 297.

  Hiérophyphiques d'Horapollon, 14.

  Hippopotame, 76, 83, 88, 92, 94 (67), 174.

  HITTITES, 243, 244, 245.

  HOR-AOUABRA, 214 (179).

  HORAPOLLON, 14.

  HOREMHEB, 241 (204), 242.

  HORUS, 42, 43, 44, 43 (12), 46, 47, 48, 93, 96, 98, 102, 124, 257.

  HOTEP-SEKHEMOUI, 101.

  Houe, 89.

  HOUNI, 125, 126.

  HRIHOR, 249, 250.

  Huile, 107.

  Hutte, 68, 84.

  Hyène, 177, 178 (139).

  HYKSOS, 24, 195-197, 198, 200, 218, 222, 229, 230, 231, 233, 270, 289.

  Hymne, 296.

  Hypogée, 32, 147-148, 204, 271, 273.

  Hypostyle, 244, 262, 263, 266 (226, 227), 269.


I

  IALOU, 43, 278.

  IANNIAS, 198.

  Ibis, 118.

  ILLAHOUN, 203.

  Importation, 221.

  Incrustation, 279, 283, 285.

  INDES, 62.

  Industrie, 92, 120, 182-184, 226-227, 248, 256, 294.

  Inhumation secondaire, 72.

  Inondation, 82, 224.

  Inscription, 113-118, 160.

  Inspecteur, 219.

  IONIE, 254.

  Isis, 37, 40 (10), 41, 42, 44, 46, 48, 97, 125.

  ISRAEL, 15, 259.

  ITALIE, 71, 83.

  Ivoire, 75, 86, 122, 220, 285, 289.


J

  JAHVEH, 39.

  Jardin, Jardinage, 120, 182, 261, 292.

  Jarre, 107 (73), 115, 119, 182.

  Javeline, 231.

  JÉRUSALEM, 253.

  Jeu, 32, 147.

  Jeux gymniques, 32.

  Joaillerie, 184 (147), 217, 294.

  JOPPÉ, 26.

  JOSEPH, 222.

  JOSÈPHE, 14.

  JOSUÉ, 259.

  JUDÉE, JUIFS, 14, 15, 251.

  Juge, 166.

  Jupon, 222.

  Justice, 220, 287.


K

  _Ka_, 139, 144, 152, 153, 210, 214, 277, 278.

  KAIEKHOS, 100.

  KAMARES, 220.

  KAMERIRA, 134.

  KAMÈS, 197.

  KAQEMNA, 228.

  KARNAK, 22, 34, 233, 235, 243, 244, 264 (223), 266 (226), 267 (228),
    268, 276.

  KAROMAMA, 280 (240).

  KEBHSENOUF, 49.

  KENKENÈS, 100.

  KESEM, 222.

  KIRCHER, 16.

  KHA, 274.

  KHAAOU, 51.

  KHABIROU, 259.

  KHAFRA, 128 (v. KHEFREN).

  KHA-M-HA, 280.

  KHA-SEKHEMOUI, 101 (69), 104, 106, 114, 116 (94), 117.

  KHEFREN, 127 (101), 128, 150, 157 (127).

  KHENDI, 195.

  KHENT-KHITI, 49.

  KHENZER, 195.

  KHÉOPS, 126 (99), 127, 128, 129, 149, 180, 228 (v. KHOUFOU).

  KHITI, 134.

  KHNOUM, 36.

  KHONSOU, 48, 263 (221), 264 (223).

  KHOUFOU, 26, 127.

  KHOUNATEN, 236 (199), 238, 241, 248, 287.

  KHOUT-ATEN, 238.

  KHOUOU, 49.

  _Kjoekkenmoedding_, 68, 69, 73, 89.

  KOPTOS, 134.

  KOUMMEH, 193.


L

  Labour, 164, 179 (140), 180, 292 (251).

  Labyrinthe, 193, 194.

  LAC MOERIS, 193, 194, 224.

  Lac sacré, 270.

  Lacet, 88.

  Lait, 89.

  LAKISH, 253.

  Lambrissage, 103.

  Langue, 228, 294, 295.

  Lapis-Lazuli, 216, 217.

  Lasso, 88, 175, 178, 224.

  Légume, 182.

  LEPSIUS, 19, 20.

  Lettre, 241, 296.

  LIBYE, LIBYEN, 83, 85, 100, 125, 130, 193, 232, 243, 245, 247, 250,
    255, 290.

  LICHT, 203, 213.

  LIEBLEIN, 199, 259.

  Ligne, 88, 175, 224.

  Lin, 181 (144).

  Linceul, 206.

  Linge, 274.

  Lion, 88, 174, 224, 294.

  Liste d'offrandes, 164.

  Liste royale, 14, 21-25 (2, 3, 5), 117.

  Lit, 173, 274, 285.

  Litière, 184 (148).

  Littérature, 165, 197, 227-228, 294-296.

  Liturgie, 41.

  Livre des Morts, 274, 283, 296.

  Livre de Sothis, 14.

  Lotiforme (colonne), 136 (109), 201.

  Louvre (musée), 156, 157, 283.

  LOUXOR, 63, 264 (222), 265 (224).


M

  Maçon, 294.

  Magasin, 104, 105, 140, 150, 152, 211.

  Magdalénien, 56.

  Magie, 41, 228.

  Maillet, 183.

  Maillot, 206.

  Maison, 84, 173, 208, 211, 212 (176), 222, 261 (219).

  MAÏT, 47.

  MANÉTHON, 14, 15, 27, 35, 36, 46, 47, 48, 49, 50, 99, 100, 125, 126,
    129, 130, 131, 133, 134, 190, 191, 195, 198, 200, 230, 249.

  Manicure, 172.

  Manteau, 85, 172, 222.

  Marais, 82, 173.

  Marche, 186 (151), 187.

  Mariage, 41, 286.

  MARIETTE, 19.

  Marine, 291-292 (250) (v. Navigation).

  Marteau, 61.

  MASAHERTA, 250.

  MASHAOUASH, 250.

  _Masniti_, 46.

  Masque, 205 (166), 206, 273, 275.

  Massue, 87 (62-63).

  Mastaba, 32, 139-148, 203, 209, 272.

  Mât, 185, 186, 263.

  Matelas, 173.

  Médecine, 41, 100, 165, 166, 296.

  MEDINET HABOU, 247, 262 (220), 265 (225), 282.

  MÉDITERRANÉE, 71, 81, 83, 91, 121, 225, 255, 284.

  MEIDOUM, 148, 162.

  MEKHA, 51.

  MEMPHIS, 36, 100, 101, 102, 123, 124, 125, 133, 134, 137, 192, 193,
    253.

  MENDES, 97, 258.

  MÉNÈS, 29, 44, 50, 51, 52, 54, 59, 95, 96, 98, 99, 100, 124.

  MENEPHTAH, 245-246 (208), 247, 259.

  MENKAOUHOR, 130.

  MENKAOURA, 128 (v. MYCÉRINUS).

  MENTOUHOTEP, 134, 190 (154), 191, 201, 202.

  Menuisier, 183 (146), 226 (189), 294.

  MERBAPA, 117.

  Mercenaires, 133, 254, 258, 290.

  MERENRA, 132 (106), 158.

  MERIT, 274.

  MER ROUGE, 91, 96, 121, 168, 220, 226, 255, 292.

  MERSEKHA, 114, 117.

  MÉSOPOTAMIE, 122.

  Métal, 46, 58, 221, 277, 279, 289, 294.

  Métallurgie, 93.

  Métier, 32, 182 (v. Industrie).

  Métier à tisser, 41, 227 (190).

  Meuble, 32, 110, 146, 183, 285.

  Meule, 180.

  MIÈBIS, 100, 117.

  MILO, 121.

  Mine, 187.

  MITANNI, 26, 236.

  Mobilier funéraire, 33, 73-76, 120, 146, 163, 208, 271, 274.

  MOERIS (lac), 193, 194, 224.

  Moïse, 259.

  Moisson, 145, 164, 180 (141), 313 (259).

  Mollusque, 88.

  Momie, 42, 139, 144, 146, 154, 206 (167), 272 (233), 273, 275.

  DE MORGAN, 55, 105.

  Moulin, 90.

  Moustaches, 171.

  Moustérien, 56, 57.

  Mouton, 179, 180, 293.

  Moyen Empire, 32, 124, 134, 162, 189, 228, 249, 276, 290.

  Mur, 196.

  Musée Britannique, 22.

  Musique, 32.

  MYCÉRINUS, 128, 129 (103), 150.


N

  NABUCHODONOSOR, 255.

  Nacelle, 90 (65), 173, 185 (149).

  Nacre, 75, 85.

  Nain, 169.

  Naos, 202, 263, 269.

  NAPATA, 252.

  Nasse, 88, 177.

  Natron, 206.

  Natte, 72, 173, 182 (145), 183, 208.

  Navigation, 90, 184-186, 225-226 (v. Marine).

  NAVILLE, 202.

  Navire, 291.

  NEBKA, 125.

  NEB-RA, 101.

  NÉCHAO I, 254.

  NÉCHAO II, 255, 292.

  Nécropole, 69, 72, 93.

  NECTANÉBO I, 258 (217).

  NECTANÉBO II, 258.

  Nef, 186.

  NEFERARKARA, 130.

  NEFERHOTEP, 195 (158).

  NEFERKARA, 134.

  NEGADAH, 95, 102, 104-105.

  Nègre, 195, 232, 234.

  NEHASI, 195.

  NEHEB, 51.

  NEKHÉROPHÈS, 125.

  NEKHTHORHEB, 258 (217).

  _Nekyes_, 49.

  NENOUTER, 101.

  Néolithique, 54, 58.

  NEOUSERRA-AN, 130 (104), 138.

  NEPHERITÉS, 258.

  NEPHTHYS, 48.

  Niche, 103, 105, 141.

  NIL, 82 et _passim_.

  Nilomètre, 224.

  NIMROD, 251, 252.

  Noé, 39.

  Nom d'Horus, 116, 118.

  Nomarque, 218, 219, 220.

  Nome, 166, 167.

  NOUIT, 38, 39 (9).

  Nourriture, 166, 222.

  NOUTERKHA, 125.

  Nouvel Empire, 27, 29, 32, 81, 162, 200, 208, 210, 229-298.

  NUBIE, 132, 169, 190, 192, 193, 212, 234, 242, 243, 287, 288.

  _Nucléus_, 65, 67.


O

  Oasis, 62, 193.

  Obélisque, 137, 138, 233, 263.

  Obsidienne, 108, 121, 216.

  Ode, 295.

  OEuf, 89.

  Offrandes, 141, 145, 276.

  Oie, 89, 174, 177.

  Oiseau, 75, 173, 175, 294.

  OMAR, 297.

  Opération chirurgicale, 147.

  Or, 110, 111, 121, 184, 217, 284, 288.

  Oracle, 129.

  Orfèvrerie, 217, 284 (v. Bijouterie, Joaillerie).

  Orge, 73, 107, 120.

  Ornement de corps, 73, 74 (v. Bijou).

  OSIRIS, 40 (10), 41, 42, 47, 48, 97, 164.

  OSORKON, 250-251 (212), 252.

  Ostracon, 296 (254).

  Otage, 234.

  OUADI-HAMMAMAT, 132.

  OUAZAND, 51.

  OUÉNÉPHÉS, 100.

  OUNA, 26, 131.

  OUNAS, 131, 152.

  Oursin, 75.

  OUSAPHAIS, 100.

  OUSERKARA, 131.

  OUSERKAF, 130.

  OUSERTESEN, 192 (v. SENOUSRIT).

  _Oushabti_, 210, 211 (175), 274, 278 (238), 328 (262).

  Outil, 32, 56, 57, 59, 65, 66, 67, 120.

  Oxyrhinque, 164.


P

  PAAPIS, 236, 298.

  Pagne, 170-171, 222, 289.

  Paille, 181.

  Palais, 118, 136, 211, 224, 260, 282.

  Paléolithique, 54, 57, 58, 60.

  PALESTINE, 12, 26, 62, 130, 234, 247, 259, 288.

  Palette, 75.

  Palmiforme (colonne), 136 (107), 201.

  PANKHI, 250.

  Panodore, 50.

  Panthère, 88, 112, 174.

  Papyriforme (colonne), 136 (108), 201.

  Papyrus, 33, 90, 165, 197, 227 (191), 228, 274, 283, 296.

  Papyrus Harris, 26, 248.

  Papyrus royal de Turin, 15, 22-24 (3), 27, 35, 37, 46, 47, 48, 49, 50,
    194.

  Parc de chasse, 223 (187), 224, 294.

  Parfum, 146, 166, 208, 216.

  Patriarches, 221.

  Pâturage, 292, 293.

  Paysan, 219, 228.

  Peau, 72, 85, 289.

  Pêche, 32, 56, 74, 88, 95, 120, 146, 181, 173-177 (136), 224, 293-294.

  Pectoral, 216 (183), 217.

  Pédicure, 172.

  Peigne, 75, 86 (61), 92.

  Peintre, 183.

  Peinture, 32, 161-162, 215-216, 280-283, 294.

  PÉLUSE, 196.

  Pendeloque, 75, 92.

  PENTAOUR, 244.

  PÉPI I, 132 (105), 157.

  PÉPI II, 132-133, 134, 169.

  PERABSEN, 116, 117.

  Percepteur, 219.

  Perçoir, 183.

  Percuteur, 66, 67.

  Perdrix, 88.

  Période sothiaque, 28.

  Périple, 255, 292.

  Périscélide, 289.

  Péristyle, 223.

  Perles, 74, 86, 110, 284.

  Perruque, 171, 274, 289.

  PERSE, 257, 258.

  Perspective, 159, 160.

  PETRIE, 55.

  PHÉNICIE, 284, 288.

  PHILAE, 125.

  PHILISTINS, 247.

  PIANKHI, 251, 252 (213), 253, 286.

  Piédroit, 139.

  Piège, 88.

  Pierre de Palerme, 24-25 (4), 99-101.

  Pierre de Rosette, 11 (1), 17.

  Pigeon, 89.

  Pilier, 135, 139, 146, 151, 202, 204.

  Pinceau, 162.

  PINODJEM, 250.

  Plafond, 282.

  Plancher, 103.

  Planchette, 273 (234).

  Plaque de schiste, 75 (34-36), 76, 111, 112 (87), 114.

  Plaquette, 110, 114 (89).

  Plateforme, 137, 147.

  Plâtre, 275.

  PLINE LE JEUNE, 14.

  Plume, 289.

  PLUTARQUE, 14.

  POCKOKE, 16.

  Poème, 228, 244.

  Poésie, 296.

  Poignard, 53 (14), 74, 87, 110 (84), 111, 197 (160), 217.

  Poinçon, 62, 66, 74.

  Pointe de flèche, 56, 66 (26-29), 87, 111 (85-86).

  Pointe de javelot, 56, 87, 88.

  Pointe de lance, 56, 88.

  Poisson, 75, 88, 164, 173, 174, 175, 177, 293.

  Polissoir, 77.

  Polychromie, 161.

  Porc, 293.

  Porphyre, 81, 108.

  Porte-éventail, 119.

  Porte-sandales, 119.

  Portière, 182.

  Portique, 138, 150, 152, 204.

  Poterie égéenne, 121.

  Potier, 92.

  POUNT, 168, 220, 232, 234, 288, 292.

  Prédynastique, 60, 63-94.

  Préhistorique, 21, 35, 54.

  Pressoir, 181 (143).

  Prêtre, 129, 130, 131, 166, 237.

  Protocole, 115-118.

  PSAMMÉTIQUE I, 254 (214), 255.

  PSAMMÉTIQUE II, 255.

  PSAMMÉTIQUE III, 256.

  PSOUSENNÈS, 250.

  PTAH, 36-37 (7).

  PTAHHOTEP, 228.

  PTOLÉMÉES, 14, 17, 297.

  Puits, 205, 275.

  Pylône, 262, 263, 264 (222, 223), 277.

  Pyramides, 123 (97), 125, 126, 127, 128 (102), 129, 131, 138,
    148-153 (119-120), 202 (163), 203, 268.


Q

  QEB, 39 (9), 40.

  Quartz, 108.


R

  RA, 35 (6), 37-39, 137, 138, 237.

  Racloir, 62, 74 (v. Grattoir).

  Raisin, 181 (143), 282 (243).

  Rame, 80, 186.

  RAMESSEUM, 266 (227).

  RAMSÈS I, 242.

  RAMSÈS II, 244-245 (207), 248, 250, 259, 266, 276 (235), 277 (236).

  RAMSÈS III, 25, 246-248 (209), 261.

  RAMSÈS IV-XII, 248-249, 270.

  RATOISÈS, 127.

  Récolte, 85, 180.

  Recrutement, 32.

  Régence, 232.

  Registre, 220.

  Réquisition, 219.

  RHAMPSINITE, 26.

  Rhinocéros, 88.

  Rites funéraires, 42.

  Robe, 85, 172, 289.

  ROBOAM, 251.

  ROME, 27, 275.

  Roseau, 90.

  DE ROUGÉ, 20.

  Royauté, 115, 165-167, 217-219, 285-286.


S

  SABACON, 252, 253.

  DE SACY, 17.

  SAHOURA, 130, 151.

  SAIS, SAITE, 252, 254, 257, 258, 260, 261, 275, 279, 290.

  SALATIS, 198.

  Sanctuaire, 84, 262, 263, 268, 269, 270 (v. Temple, Chapelle).

  Sandale, 171, 289.

  SAQQARAH, 123, 125.

  Sarcophage, 33, 145 (117), 146, 149, 153, 206, 207 (168-169), 209,
    270, 273 (234), 274, 275 (v. Cercueil, Anthropoïde).

  SARGON, 252.

  Satire des métiers, 33.

  Scarabée, 25.

  Sceau, 119.

  Sceptre, 208.

  Scie, 183.

  Science, 100, 165, 197, 228, 296.

  Scribe, 33, 154 (123), 156 (126), 167.

  Sculpture, Sculpteur, 92, 112, 153, 161, 183, 212-215, 275-281, 294.

  SEANKHKARA, 191.

  SEBEKHOTEP, 195.

  SEBEKNEFROU, 194.

  SEBENNYTOS, 258.

  SEKA, 51.

  SEKHET, 38 (8).

  Semailles, 145, 179, 180, 292 (251).

  SEMEMPSÈS, 100, 117.

  SÉMITE, 84, 96, 121, 127, 221 (186).

  Sémitisme, 295.

  SEMNEH, 193.

  SENOUSRIT I, 191 (155), 192, 213, 219.

  SENOUSRIT II, 216 (183).

  SENOUSRIT III, 192 (156).

  SENNAKHÉRIB, 253.

  SEQNENRA, 26, 197, 198 (161).

  Sérapéum, 19, 283.

  _Serdab_, 143, 163, 210.

  Serf, 219.

  Sertissage, 282.

  Service des Antiquités, 20.

  SÉSOSTRIS, 192, 244.

  SET, 41, 42, 43, 44, 45 (12), 46, 47, 48, 93, 97, 101, 117, 124.

  SÉTI I, 242-244 (205), 266, 267.

  SÉTI II, 246.

  SETNEKHT, 246-247.

  SHABATOKA, 253.

  SHARDANE, 250, 290.

  _Sheikh-el-Beled_, 6 (frontispice), 156 (125).

  SHEPSESKARA, 130.

  SHESHONQ, 250, 251.

  _Shesou-Hor_, 35, 50.

  SHOU, 39 (9), 48.

  SI-AMON, 250.

  Silex, 32, 53-67 (14-29), 74, 75, 86 (60), 92, 96, 110 (84),
    111 (85-86), 120, 231.

  Silure, 164.

  SINAI, 100, 114, 121, 127, 129, 130, 132, 168, 190, 193.

  Singe, 182.

  SINOUHIT, 26, 228.

  SIOUT, 134, 189, 218.

  SIPHTAH, 246, 272 (233).

  SISAK, 251.

  SMENDÈS, 250.

  SNEFROU, 126, 143, 149, 161.

  Soldat, 218 (185), 290 (249).

  Soleil, 130 (v. Ra).

  Solutréen, 56, 57.

  SOMALIS, 54, 168, 220.

  SOTHIS, 28.

  Soubassement, 105.

  SOUDAN, 12, 83, 130, 169, 193, 220, 232, 234, 252, 288, 290.

  Sphéroïde (vase), 109 (80).

  Sphinx, 128, 150, 189 (153), 201, 214, 263.

  Statue, 112, 113, 144, 152, 153-158, 160, 197, 201, 202, 210, 213,
    214.

  Statuette, 210, 211 (174).

  Statuette funéraire, 210, 211 (175), 274, 278 (238), 284.

  Stéatopygie, 84.

  Stèle, 104, 105, 114, 115, 119, 125, 138, 141, 143, 203, 280, 296.

  Store, 208.

  STRABON, 14, 31.

  Stuc, 260, 285.

  SUEZ, 196.

  Syphilis, 84.

  SYRIE, SYRIEN, 26, 127, 168, 190, 193, 220, 232, 234, 235, 243, 245,
    246, 247, 250, 252, 253, 255, 284, 288, 289, 290, 293, 294.

  Syringe, 270.


T

  Table d'offrandes, 143 (114, 115), 163.

  Tablette, 26, 236, 240 (202).

  TAFNEKHT, 252.

  TAHARQA, 253, 254.

  TAKELOT, 251.

  Talisman, 76.

  TANIS, 132, 250.

  TANOUTAMON, 254.

  TAOUSERT, 246.

  Tapis, 183.

  Tatouage, 86.

  TEKA, 51.

  TELL EL AMARNA, 26, 236, 237, 238, 239, 240, 241, 275, 281, 282.

  Temple, 106, 118, 131, 135, 136-138, 200, 201, 214, 233, 236, 262-270,
    276, 280.

  Tenture, 182.

  TÉOS, 258.

  Terrasse, 202, 268.

  Terre cuite, 74.

  TESH, 51.

  TETI, 131.

  Textes religieux, 164, 208, 227, 228.

  THEBES, 134, 190, 192, 194, 196, 200, 218, 235, 237, 238, 242, 250,
    251, 252, 253, 254, 261, 274, 287, 290, 291.

  Théologie, 165, 166.

  THII, 236.

  THINIS, 49, 98, 102.

  THOT, 39 (9), 42, 44, 45, 47, 48.

  THOUTMÈS I, 232 (195).

  THOUTMÈS II, 232.

  THOUTMÈS III, 26, 232, 233 (196), 259.

  THOUTMÈS IV, 229, 234 (197), 235.

  Tissage, 92, 182, 227 (190).

  Titulature, 101, 115-118, 124.

  Toilette, 166, 172 (132).

  Toit, 186.

  Tombeau, 31, 32, 33, 59, 64, 69, 76, 102-106, 119, 126, 135, 139-153,
    154, 158, 161, 162, 202-211, 268, 270-275, 277, 278, 280, 296.

  Tortue, 75.

  TOSORTHROS, 125.

  Totem, 93.

  TOUAA, 274.

  TOUAREGS, 62.

  TOUTANKHAMON, 240 (203), 242, 274.

  Traîneau, 187.

  Traité, 245.

  Transport, 219.

  Trésor, 263.

  Tribu, 41, 46 (v. Clan).

  Tribunal d'Osiris, 43.

  Troubleau, 177.

  Troupeau, 292, 293.

  Tuberculose, 84.

  TUNISIE, 245.

  TURIN, 23, 274.

  Turquoise, 217.

  TYPHON, 41.


U

  Ustensile, 32, 146, 274, 285.


V

  Vache, 178.

  Vaisseau, 186.

  Vannage, 181, 322 (260).

  Vannerie, 78, 80, 183, 282.

  Vase à parfum, 274.

  Vase en bois, 283.

  Vase en émail et en verre, 284.

  Vase en métal, 217, 283-284, 289.

  Vase en pierre, 59, 81, 92, 107-109, 163, 183, 187, 121, 208, 216-283,
    284.

  Vase en terre, 32, 73, 76-81, 107-108, 163, 209, 216.

  Vendange, 146, 181.

  Ventilation, 223.

  Vergue, 185.

  Verre, 284.

  Vêtement, 32, 41, 120, 146, 166, 170-171, 222, 274 (v. Costume).

  Viande, 73, 107.

  Vigne, 120, 181, 282 (243).

  Village, 64, 67-68, 80, 84, 93.

  Vilebrequin, 108.

  Ville, 41, 211, 219, 222.

  Vin, 107.

  Vizir, 166.

  Voile, 185, 186, 225.


X

  XOIS, 194.


Y

  YOUAA, 274.

  YOUNG, 17.


Z

  ZERAKH, 251.

[Illustration: _Fig. 258._ Tête de femme (XVIIIe dynastie).]



[Illustration: _Fig. 259._ Moissonneurs portant la récolte (Tombeau
d'Anna, Thèbes, XVIIIe dynastie).]



BIBLIOGRAPHIE

Liste des principaux ouvrages concernant les divers domaines de
l'Egyptologie. Les titres précédés d'un astérique sont ceux des livres
qu'on peut se procurer le plus facilement.


A. OUVRAGES GÉNÉRAUX

I. HISTOIRE

  *FR. W. VON BISSING. _Geschichte Aegyptens im Umriss._    Berlin 1904.

  *J. H. BREASTED. _A History of Egypt._                  New-York 1905.

  H. BRUGSCH. _Geschichte Aegyptens unter den
    Pharaonen._                                            Leipzig 1877.

  *E. A. WALLIS BUDGE. _A History of Egypt._ 8 vol.
    (Books on Egypt and Chaldaea IX-XVI.)                  Londres 1902.

  FR. LENORMANT. _Histoire Ancienne de l'Orient_.
    T. II et III. Les Egyptiens (9e édit.).                  Paris 1887.

  *J. LIEBLEIN. _Recherches sur l'histoire et la
    civilisation de l'ancienne Egypte._                 Leipzig 1910-11.

  -- _Recherches sur la chronologie égyptienne._       Christiania 1873.

  F. J. LAUTH. _Aus Aegyptens Vorzeit._                     Berlin 1881.

  G. MASPERO. _Histoire ancienne des peuples de
    l'Orient classique._ 3 vol.                           Paris 1895-99.

  -- _Histoire ancienne des peuples de l'Orient_.
    1 vol. 6e édit.                                          Paris 1904.

  ED. MEYER. _Geschichte des Altertums_ I et II.
    (En cours de publication.)                           Stuttgart 1909.

  -- _Histoire de l'Antiquité._ I-VIII.
    (En cours de publ.)                                      Paris 1912.

  -- _Aegyptische Chronologie._                             Berlin 1904.

  *W. FL. PETRIE. _A History of Egypt_. 3 vol.        Londres 1899-1905.

  G. F. UNGER. _Chronologie des Manetho._                   Berlin 1867.

  A. WIEDMANN. _Aegyptische Geschichte._                     Gotha 1884.


LISTES ROYALES

  E. BRUGSCH et U. BOURIANT. _Le Livre des rois._         Le Caire 1887.

  E. A. WALLIS BUDGE. _The Book of the Kings of Egypt._
    3 vol.                                                 Londres 1908.

  H. GAUTHIER. _Le Livre des rois d'Egypte._ 5 vol.
    (Mém. de l'Inst. fr. d'Arch. orient. du Caire,
    t. XVII-XXI.)                                    Le Caire 1907-1918.

  C. R. LEPSIUS. _Königsbuch der alten Aegypter._
    2 vol.                                                  Berlin 1858.


2. GÉOGRAPHIE

  E. AMÉLINEAU. _La géographie de l'Egypte à l'époque
    copte._                                                  Paris 1893.

  *K. BÆDEKER (G. STEINDORFF). _Egypte et Soudan._
    (3e édit. franç.)                                      Leipzig 1898.

  *G. BENEDITE. _Egypte_ (Guide Joanne.)                Paris 1900-1905.

  H. BRUGSCH. _Geographische Inschriften
    altägyptischer Denkmäler._ 3 vol.                 Leipzig 1857-1860.

  -- _Dictionnaire géographique de l'ancienne Egypte._     Leipzig 1879.

  J. F. CHAMPOLLION. _L'Egypte sous les Pharaons._
    2 vol.                                                   Paris 1814.

  J. DUMICHEN. _Geographie des alten Aegyptens_
    (dans MEYER. _Gesch. Aeg._ 1re edit.)                   Berlin 1887.

  -- _Zur Geographie des alten Aegyptens._                 Leipzig 1894.

  J. DE ROUGÉ. _Géographie ancienne de la Basse
    Egypte._                                               Leipzig 1894.

  _An atlas of ancient Egypt._ (Publ. of the Egypt
    Exploration Fund.)                                     Londres 1894.

  E. SCHIAPARELLI. _La Geografia dell'Africa
    orientale._                                               Rome 1916.


3. RELATIONS EXTÉRIEURES

  F. W. VON BISSING. _Der Anteil der aegyptischen
    Kunst am Kunstleben der Völker._                        Munich 1912.

  W. M. MULLER. _Asien und Europa nach aegyptischen
    Denkmälern._                                           Leipzig 1893.

  -- _Egyptological Researches_ (2 vol.).          Washington 1906-1910.

  *W. M. FL. PETRIE. _Egypt and Israel._                   Londres 1911.

  R. WEILL. _Recueil des inscriptions égyptiennes
    du Sinaï._                                               Paris 1904.


4. CIVILISATION

  H. BRUGSCH. _Die Aegyptologie._                          Leipzig 1891.

  F. CHABAS. _Etudes sur l'Antiquité historique._
    (3e édit.)                                               Paris 1873.

  *AD. ERMAN-RANCKE. _Aegypten und aegyptisches
    Leben im Altertum_ (2e édit.).                        Tübingen 1923.

  *V. LORET. _L'Egypte au temps des Pharaons._               Paris 1889.

  *G. MASPERO. _Lectures historiques._                       Paris 1890.

  J. ROSELLINI. _I Monumenti dell'Egitto e della
    Nubia._ (Vol. IV-VIII. Monumenti civili.).             Pise 1843-36.

  *H. SCHNEIDER. _Kultur und Denken der alten
    Aegypter._                                             Leipzig 1909.

  J. GARDNER WILKINSON. _The Manners and Customs of the
    ancient Egyptians._ (4e éd. par S. BIRCH.) 3 vol.      Londres 1878.

  A. WIEDEMANN. _Herodots zweites Buch._                   Leipzig 1890.

  W. WRESZINSKI. _Atlas zur altägyptischen
    Kulturgeschichte._                                     Leipzig 1914.


5. ART

  F. W. VON BISSING. _Denkmäler aegyptischer
    Sculptur._ 1 vol. et 2 atlas.                       Leipzig 1908-13.

  L. BORCHARDT. _Die aegyptische Pflanzensäule._            Berlin 1897.

  J. CAPART. _L'art égyptien._ 2 vol. de planches.    Bruxelles 1909-11.

  -- _Leçons sur l'art égyptien._                        Bruxelles 1920.

  A. CHOISY. _L'art de bâtir chez les Egyptiens._            Paris 1904.

  G. FOUCART. _Histoire de l'ordre lotiforme._               Paris 1897.

  G. JÉQUIER. _Décoration égyptienne._                       Paris 1911.

  -- _Les temples memphites et thébains._                    Paris 1921.

  -- _Les temples ramessides et saïtes._                     Paris 1923.

  -- _Les temples ptolémaïques et romains._               (sous presse).

  *G. MASPERO. _L'archéologie égyptienne._                   Paris 1887.

  *-- _Egypte_ (collection «Ars una»).                       Paris 1912.

  G. PERROT ET CH. CHIPIEZ. _Histoire de l'Art
    dans l'Antiquité._ I _Egypte._                           Paris 1882.

  *W. M. FL. PETRIE. _Egyptian Decorative Art._            Londres 1895.

  *-- _Arts and Crafts of ancient Egypt._                Edimbourg 1909.

  *H. SCHAFER. _Von ägyptischer Kunst._ 2 vol.             Leipzig 1920.

  *W. SPIEGELBERG. _Geschichte der aegyptischen
    Kunst._                                                Leipzig 1903.


6. ÉCRITURE

HIÉROGLYPHES

  PH. BERGER. _Histoire de l'écriture dans
    l'antiquité_, p. 90-104.                                 Paris 1891.

  F. LL. GRIFFITH. _Beni Hasan_ III.                       Londres 1896.

  -- _Hieroglyphs._                                        Londres 1898.

  -- _The Mastaba of Ptahhetep and Akhethetep._ I.         Londres 1900.

  M. A. MURRAY. _Saqqara Mastabas_ I.                      Londres 1905.


HIÉRATIQUE

  AD. ERMAN. _Die Märchen des Papyrus Westcar_, t. II.      Berlin 1890.

  S. LEVI. _Raccolta dei Signi ieratici egizi._              Turin 1882.

  G. MOLLER. _Hieratische Palaeographie._ 3 vol.      Leipzig 1909-1913.


DÉMOTIQUE

  H. BRUGSCH. _Grammaire démotique._                         Paris 1855.


7. LANGUE

GRAMMAIRE

  H. BRUGSCH. _Hieroglyphische Grammatik._                 Leipzig 1872.

  J. F. CHAMPOLLION. _Grammaire égyptienne._                 Paris 1836.

  E. DRIOTON. _Cours de grammaire égyptienne._               Nancy 1922.

  AD. ERMAN. _Aegyptische Grammatik_ (3e éd.)               Berlin 1911.

  V. LORET. _Manuel de la langue égyptienne._                Paris 1889.

  E. DE ROUGÉ. _Chrestomathie égyptienne_, 4 vol.         Paris 1867-76.

  K. SETHE. _Das aegyptische Verbum._ 3 vol.               Leipzig 1899.


DICTIONNAIRE

  H. BRUGSCH. _Hieroglyphisch-demotisches Wörterbuch._
    Vol. I-IV et suppl. Vol. V-VII.                     Leipzig 1867-82.

  AD. ERMAN, H. GRAPOW. _Aegyptisches Handwörterbuch._      Berlin 1904.

  S. LEVI. _Vocabolario geroglifico-copto-ebraico._
    Vol. I-IV et suppl. Vol. VII-VIII.                    Turin 1887-94.

  P. PIERRET. _Vocabulaire hiéroglyphique._                  Paris 1875.


8. LITTÉRATURE

  *J. BREASTED. _Ancient Records of Egypt_, 5 vol.      Chicago 1906-07.

  G. MASPERO. _Etudes égyptiennes._ Vol. I.                  Paris 1879.

  -- _Du genre épistolaire chez les Egyptiens._              Paris 1872.

  *-- _Les Contes populaires de l'Egypte ancienne._
    (4e édit.).                                              Paris 1911.

  W. M. MULLER. _Die Liebespoesie der alten Aegypter._     Leipzig 1899.

  _Records of the Past._ Vol. II, IV, VI, VIII, X, XII.
                                                        Londres 1874-81.


9. RELIGION

  H. BRUGSCH. _Religion und Mythologie der alten
    Aegypter._                                             Leipzig 1888.

  E. A. WALLIS BUDGE. _The Gods of the Egyptians_
  (2 vol.).                                                Londres 1904.

  -- _Osiris and the Egyptian Resurrection_ (2 vol.).      Londres 1911.

  *AD. ERMAN. _Die aegyptische Religion._                   Berlin 1905.

  G. MASPERO. _Etudes de Mythologie et d'Archéologie
    égyptiennes._ (Vol. I-VI. Bibliothèque
    Egyptologique, t. I, II, VIII, IX, XXVII, XXVIII.)  Paris 1893-1912.

  *ED. NAVILLE. _La Religion des Anciens Egyptiens_
    (Annales du Musée Guimet. Bibl. de Vulgarisation
    t. XXIII.)                                               Paris 1906.

  *W. M. FL. PETRIE. _Religion and Conscience in
    Egypt._                                                Londres 1898.

  *_Personal Religion in Egypt before Christianity._       Londres 1909.

  P. PIERRET. _Essai sur la Mythologie égyptienne._          Paris 1879.

  *G. STEINDORF. _The Religion of the ancient
    Egyptians._                                           New-York 1905.

  V. VON STRAUSS UND TORNEY. _Der altaegyptische
    Götterglaube._ 2 vol.                               Heidelberg 1889.

  *A. WIEDEMANN. _Die Religion der alten Aegypter._        Münster 1890.


RITES

  *E. A. W. BUDGE. _The Liturgy of funerary
    offerings_ (Books on Egypt and Chaldaea. Vol. XXV).    Londres 1909.

  *-- _The Book of Opening the Mouth._ 2 vol.
    (_ibid._ Vol. XXVI et XXVII).                          Londres 1909.

  H. KEES. _Der Opfertanz des aegyptischen Königs._        Leipzig 1912.

  E. LEFÉBURE. _Rites égyptiens._ (Publ. de l'Ecole
    des Lettres d'Alger. IV.)                                Paris 1890.

  *A. MORET. _Du caractère religieux de la royauté
    pharaonique_. (Annales du Musée Guimet. Bibl.
    d'Etudes, t. XV.).                                       Paris 1902.

  *-- _Le Rituel du Culte divin journalier en Egypte_
    (_ibid._ t. XIV).                                        Paris 1902.

  E. SCHIAPARELLI. _Il Libro dei Funerali degli
    antichi Egiziani_, 3 vol. et atlas de planches.          Turin 1882.

  G. MASPERO. _Le rituel du sacrifice funéraire._
    Bibliothèque égyptologique I. p. 283-324.                Paris 1893.


TEXTES ANCIENS


  1. _Livre des pyramides._

  G. MASPERO. _Les Inscriptions des Pyramides de
    Saqqarah._ (Extrait du Recueil de Travaux.)              Paris 1894.

  K. SETHE. _Die altaegyptischen Pyramidentexte._ (En
    cours de publication. 4 vol. parus.)               Leipzig 1908. sq.


  2. _Textes funéraires du Moyen Empire._

  P. LACAU. _Textes religieux._ (Parait dans le
    Recueil de travaux. Vol. XXVI et suiv.)               Paris 1904 sq.

  R. LEPSIUS. _Aelteste Texte des Todtenbuchs._             Berlin 1867.


  3. _Livre des morts._

  *E. A. WALLIS BUDGE. _The Book of the Dead._ 3 vol.
    (Texte, traduction et index.)                          Londres 1898.

  *P. LE PAGE RENOUF. _The Book of the Dead._
    Translation and commentary (Life-Work, vol. IV.)         Paris 1907.

  R. LEPSIUS. _Das Todtenbuch der Aegypter._               Leipzig 1842.

  ED. SAVILLE. _Das aegyptische Totenbuch der_
    XVIII-XX. _Dyn_. 3 vol.                                 Berlin 1886.

  G. MASPERO. _Le livre des morts._ Bibliothèque
    égyptol. I. p. 325-387.                                  Paris 1893.

  *P. PIERRET. _Le Livre des morts._ (2e édit.) trad.        Paris 1907.

  W. PLEYTE. _Chapitres supplémentaires du Livre des
    morts._ 3 vol.                                           Leide 1881.

  *E. DE ROUGÉ. _Etudes sur le Rituel funéraire des
    anciens Egyptiens._ Bibl. égyptol. XXIII.                Paris 1910.


  4. _Livre de l'Am.-Douat._

  G. JÉQUIER. _Le livre de ce qu'il y a dans l'Hadès._       Paris 1894.

  R. V. LANZONE. _Le domicile des Esprits._                  Paris 1879.

  E. LEFÉBURE. _Le Tombeau de Seti Ier_ (Mém. de la
    Mission franç. au Caire, t. II.)                         Paris 1886.

  G. MASPERO. _Les Hypogées royaux de Thèbes._
    (Bibliothèque égyptol. II, p. 1-181.)                    Paris 1893.


  5. _Ouvrages divers._

  E. VON BERGMANN. _Das Buch vom Durchwandeln der
    Ewigkeit._                                              Vienne 1877.

  E. CHASSINAT. _Le livre de protéger la barque divine._
    (Recueil de travaux XVI. p. 105-122.)                    Paris 1894.

  -- _Etude sur quelques textes de provenance thébaine._
    (Bulletin de l'Inst. fr. d'arch. or. du Caire,
    III. 129-163.)                                        Le Caire 1903.

  J. DE HORRACK. _Les lamentations d'Isis et de
    Nephthys._                                               Paris 1866.

  -- _Le livre des respirations._                            Paris 1877.

  H. JUNKER. _Die Stundenwachen in den
    Osiris-Mysterien._                                      Vienne 1910.

  -- _Die Onurislegende._                                   Vienne 1917.

  J. LIEBLEIN. _Le livre égyptien «Que mon nom
    fleurisse»._                                           Leipzig 1895.

  E. GRÉBAUT. _Hymne à Ammon-Râ._                            Paris 1874.

  H. KEES. _Der Opfertanz des aegyptischen Königs._        Leipzig 1912.

  V. LORET. _Les fêtes d'Osiris au mois de Khoïak._
    (Recueil de travaux III-V.)                           Paris 1882-84.

  G. MASPERO. _Hymne au Nil._                             Le Caire 1912.

  E. NAVILLE. _Textes relatifs au Mythe d'Horus._          Leipzig 1870.

  -- _La Litanie du Soleil._                               Leipzig 1875.

  -- _La destruction des hommes par les dieux._
    (Transaction of the Soc. of Bibl. Arch.
    IV et VIII.)                                        Londres 1875-85.


  6. _Textes magiques._

  F. CHABAS. _Le papyrus magique Harris._                   Chalon 1860.

  AD. ERMAN. _Zaubersprüche für Mutter und Kind._           Berlin 1901.

  G. DARESSY. _Textes et dessins magiques._
    (Catal. gén. du Musée du Caire.)                      Le Caire 1903.

  W. GOLENISCHEFF. _Die Metternichstele._                  Leipzig 1877.


10. PUBLICATIONS DE TEXTES

MONUMENTS

  H. BRUGSCH. _Recueil de monuments égyptiens._ 6 vol.  Leipzig 1861-83.

  -- _Thésaurus inscriptionum aegyptiacarum._ 6 vol.    Leipzig 1883-91.

  J. F. CHAMPOLLION. _Monuments de l'Egypte et de la
    Nubie._ 4 vol. de planches et 2 vol.
    de texte.                                             Paris 1835 sq.

  J. DUMICHEN. _Historische Inschriften altägyptischer
    Denkmäler._ 2 vol.                                     Leipzig 1867.

  -- _Altägyptische Kalenderinschriften._                  Leipzig 1866.

  -- _Altägyptische Tempelinschriften._ 2 vol.             Leipzig 1867.

  R. LEPSIUS. _Denkmaler aus Aegypten und Aethiopien._
    Planches 12 vol. Texte 5 vol.                        Berlin 1840 sq.

  J. ROSELLINI. _Monumenti dell'Egitto e della Nubia._
    Planches 3 vol. Texte 9 vol.                           Pise 1832-44.

  R. DE ROUGÉ. _Inscriptions hiéroglyphiques copiées
    en Egypte._ 4 vol.                                    Paris 1877-79.

  _Description de l'Egypte._ 1re édit. Planches.
    14 vol. Texte. 9 vol.                                 Paris 1809 sq.
    2e édit. Planches 11 vol. Texte 26 vol.               Paris 1821 sq.

  _Urkunden des aegyptischen Altertums._ En cours
    de publication.                                     Leipzig 1903 sq.

  _Archaelogical Survey of Egypt._ 24 vol. parus.       Londres 1890 sq.


FOUILLES

  _Egypt Exploration Fund._ 37 vol. parus.              Londres 1883 sq.

  _Egypt Research Account. British school of
    Archaeology._ 18 vol. parus.                        Londres 1898 sq.

  _Deutsche Orient Gesellschaft._                       Leipzig 1908 sq.

  _Services des Antiquités de l'Egypte._
    (Comptes rendus de fouilles).                      Le Caire 1894 sq.

  W. M. FLINDERS PETRIE. Publications diverses.         Londres 1896 sq.


MUSÉES

  _Catalogue général des antiquités égyptiennes
    du Musée du Caire._ 59 vol. parus depuis 1901.

  _Beschreibung der aegyptischen Sammlung .... in
    Leiden._ 11 vol. parus depuis 1907.

  _Aegyptische Inschriften aus den Kg. Museen zu
    Berlin._ 2 vol. parus depuis 1901.

  C. LEEMANS. _Monuments égyptiens du Musée
    d'Antiquités des Pays-Bas_ à Leide.                   Leide 1832 sq.

  P. PIERRET. _Recueil d'inscriptions inédites du
    Musée égyptien du Louvre._ 2 vol.                     Paris 1874-78.

  E. SCHIAPARELLI. _Museo archeologico di
    Firenze.--Antichita Egizie._                              Rome 1887.


PAPYRUS

  _Select papyri in the hieratic character from the
    British Museum._                                    Londres 1841-60.

  _Hieratische Papyrus aus den kg. Museum zu Berlin._
    5 vol. parus.                                       Leipzig 1901 sq.

  S. BIRCH. _Inscriptions in the hieratic and demotic
    character_ (British Museum).                           Londres 1868.

  -- _Facsimile of an egyptian hieratic papyrus of the
    reign of Ramses_ III.                                  Londres 1876.

  TH. DEVÉRIA. _Le papyrus judiciaire de Turin et les
    papyrus Lee et Rollin_ (Bibliothèque
    égyptologique V).                                        Paris 1897.

  G. EBERS. _Papyros Ebers._ 2 vol.                        Leipzig 1875.

  A. EISENLOHR. _Ein mathematisches Handbuch der alten
    Aegypter._ 2 vol.                                      Leipzig 1877.

  AD. ERMAN. _Die Märchen des Papyrus Westcar_ (2 vol.).    Berlin 1890.

  -- _Gespräch eines Lebensmüden mit seiner Seele._         Berlin 1896.

  A. GARDINER. _Egyptian hieratic texts._
    (En cours de publication.)                          Leipzig 1911 sq.

  -- _Admonitions of an aegyptian Sage._                   Leipzig 1909.

  F. LL. GRIFFITH. _Hieratic papyri from Kahun
    and Gurob._                                            Londres 1898.

  G. JÉQUIER. _Le Papyrus Prisse et ses variantes._          Paris 1910.

  A. MARIETTE. _Les papyrus égyptiens du Musée
    de Boulaq._                                           Paris 1872-77.

  W. PLEYTE et F. ROSSI. _Les papyrus de Turin._ 2 vol.   Leide 1869-76.

  G. REISNER. _The Hearst medical papyrus._                Leipzig 1905.

  W. WRESZINSKI. _Der grosse medizinische Papyrus des
    Berliner Museums._                                     Leipzig 1909.


11. MÉMOIRES EN SÉRIES

  Mémoires publiés par les membres de la Mission
    archéologique française au Caire. (16 vol.).        Paris 1884-1897.

  Mémoires publiés par les membres de l'Institut
    français d'archéologie orientale du Caire
    (45 vol. parus).                                   Le Caire 1902 sq.

  Bibliothèque égyptologique, contenant les oeuvres
    des égyptologues français (25 volumes parus).         Paris 1893 sq.

  Untersuchungen zur Geschichte und Altertumskunde
    Aegyptens. (6 vol. parus.).                         Leipzig 1896 sq.

  Recueil d'Etudes égyptologiques dédiées à la mémoire
    de J.-F. Champollion.                                    Paris 1922.


12. PÉRIODIQUES

  Ancient Egypt.                                       Londres dès 1914.

  Annales du Service des Antiquités de l'Egypte.      Le Caire dès 1900.

  Bulletin de l'Institut français d'archéologie
    orientale.                                        Le Caire dès 1901.

  Journal of Aegyptian archeology.                     Londres dès 1914.

  Mélanges d'archéologie égyptienne et assyrienne.
    (Vol. I-III.)                                         Paris 1872-77.

  Recueil de travaux relatifs à la philologie et à
    l'archéologie égyptiennes et assyriennes.            Paris dès 1870.

  Revue égyptologique.                                   Paris dès 1880.

  Society of Biblical Archaeology. Transactions I-IX.
    Londres 1872-93. Proceedings I-XL.                Londres 1879-1918.

  Sphinx. Revue critique. (Vol. I-XXI.)                Upsala 1897-1918.

  Zeitschrift für aegyptische Sprache und
    Altertumskunde.                                    Leipzig dès 1863.


B. OUVRAGES SPÉCIAUX

1. ÉPOQUES PRÉDYNASTIQUE ET THINITE

  E. AMÉLINEAU. _Les nouvelles fouilles d'Abydos._ 4 vol.
                                                          Paris 1899 sq.

  -- _Le tombeau d'Osiris._                                  Paris 1899.

  E. AYRTON. _Predynastic cemetery at El Mahasna._         Londres 1911.

  J. CAPART. _Les débuts de l'art en Egypte._            Bruxelles 1909.

  J. GARSTANG. _Mahasna and Bet-Khallaf._                  Londres 1902.

  J. DE MORGAN. _Recherches sur les Origines de
    l'Egypte._ 2 vol.                                     Paris 1896-97.

  W. M. FL. PETRIE, J. E. QUIBELL. _Nagada and Ballas._    Londres 1896.

  FL. PETRIE. _The Royal Tombs of the earliest dyn._
    2 vol.                                              Londres 1900-01.

  -- _Diospolis parva._                                    Londres 1901.

  -- _Abydos._ 2 vol.                                   Londres 1902-03.

  J. E. QUIBELL. _Hieraconpolis._ 2 vol.                Londres 1900 sq.

  -- _Archaïc objects_ (catal. gén. du Caire).            Le Caire 1905.

  D. RANDALL-MACIVER. _El-Amrah and Abydos._               Londres 1902.

  G. REISNER. _The early dynastie cemeteries of
    Naga-ed-Dêr._                                          Leipzig 1908.

  K. SETHE. _Beitrage zur ältesten Geschichte Aegyptens._  Leipzig 1905.

  R. WEIL. _Des monuments et de l'histoire des_ IIe
    et IIIe _dynasties égyptiennes._                         Paris 1908.


2. ANCIEN EMPIRE

  F. W. VON BISSING. _Die Mastaba des Gem-ni-kai._ 2 vol.
                                                         Berlin 1905 sq.

  -- _Das Rè-Heiligtum des Königs Ne-Woser-Rè._ 2 vol.   Berlin 1905 sq.

  L. BORCHARDT. _Das Grabdenkmal des Königs Ne-User-Re._    Berlin 1907.

  -- _Das Grabdenkmal des Königs Nefer-ir-ke-Re._           Berlin 1909.

  -- _Das Grabdenkmal des Königs Sa-hu-Re._ 2 vol.       Berlin 1910-13.

  J. CAPART. _Une rue de tombeaux à Saqqarah._ 2 vol.    Bruxelles 1907.

  N. DE G. DAVIES. _Ptahhetep and Akhethetep._ 2 vol.      Londres 1900.

  -- _The Rock-tombs of Sheikh-Said._                      Londres 1901.

  -- _The Rock-tombs of Deir-el-Gebrawi._ 2 vol.           Londres 1902.

  A. MARIETTE. _Les Mastabas de l'Ancien Empire._            Paris 1889.

  M. A. MURRAY. _Saqqara Mastaba_ I.                       Londres 1904.

  W. M. FL. PETRIE. _Medum._                               Londres 1893.

  -- _Deshasheh._                                          Londres 1898.

  E. DE ROUGÉ. _Recherches sur les monuments qu'on peut
    attribuer aux six premières dynasties de Manéthon._      Paris 1866.


3. MOYEN EMPIRE

  E. CHASSINAT et CH. PALANQUE. _Une campagne de
    fouilles dans la nécropole d'Assiout._                Le Caire 1911.

  N. DE G. DAVIES, A. GARDINER. _The tomb of Antefoker._   Londres 1920.

  J. GARSTANG. _The Burial Customs of Ancient Egypt._      Londres 1907.

  J. E. GAUTIER, G. JEQUIER. _Mémoire sur les fouilles
    de Licht._                                               Caire 1902.

  F. LL. GRIFFITH. _The Inscriptions of Siut and
    Der-Rifeh._                                            Londres 1889.

  P. LACAU. _Sarcophages antérieurs au Nouvel Empire
    thébain_ (2 vol.).                                    Le Caire 1904.

  H. O. LANGE et H. SCHAEFER. _Grab und Denksteine
    des Mittleren Reichs._ 4 vol.                       Berlin dès 1902.

  A. C. MACE, H. E. WINLOCK. _The Tomb of Senebtisi
    at Lisht._                                            New-York 1916.

  J. DE MORGAN. _Fouilles à Dahchour._ 2 vol.          Vienne 1895-1903.

  ED. NAVILLE. _The_ XIth _dynasty Temple at
    Deir-el-Bahari._ 3 vol.                             Londres 1907 sq.

  P. E. NEWBERRY. _Beni Hasan._ 4 vol.                  Londres 1892 sq.

  -- _El Bersheh._ 2 vol.                               Londres 1894 sq.

  H. SCHÆFER. _Priestergräber .... vom Totentempel des
    Ne-User-Rè._                                           Leipzig 1908.

  G. STEINDORFF. _Grabfunde des Mittleren Reichs._
    2 vol.                                               Berlin 1896 sq.


4. NOUVEL EMPIRE

  N. DE G. DAVIES. _The Rock-tombs of El-Amarna_
    (6 vol.).                                           Londres 1903 sq.

  -- GARDINER. _The tomb of Amenemhèt._                    Londres 1915.

  -- _The Tomb of Nakht at Thèbes._                       New-York 1917.

  P. LACAU. _Stèles du Nouvel Empire._                    Le Caire 1909.

  A. MARIETTE. _Abydos_ I.                                   Paris 1880.

  -- _Karnak._                                             Leipzig 1875.

  ED. NAVILLE. _The Temple of Deir-el-Bahari._ 7 vol.      Londres 1900.

  P. E. NEWBERRY. _The life of Rekmara._                   Londres 1900.

  Mis OF NORTHAMPTON, W. SPIEGELBERG, P. NEWBERRY.
    _Excavations in the Theban necropolis._                Londres 1908.

  K. SETHE. _Urkunden der_ XVIIIe _dynastie._ 4 vol.    Leipzig 1906 sq.

  Mém. de la Mission archéologique française au Caire,
    t. V.                                                    Paris 1894.

[Illustration: _Fig. 260._ Vanneurs (tombeau de Nakht. Thèbes XVIIIe
dynastie).]



[Illustration: _Fig. 261._ Haches d'Ahmès I. d'après MARIETTE. _Album du
Musée de Boulaq_, pl. XXXI.]



TABLE DES GRAVURES


                                                                   Pages

  Le «_Sheikh-el-beled_» statue en bois de l'Ancien Empire
                                                          (frontispice).
    1. Quelques lignes de la Pierre de Rosette                        11
    2. La table royale d'Abydos                                       22
    3. Fragments du papyrus royal de Turin                            23
    4. Partie supérieure de la Pierre de Palerme                      24
    5. Panneau de la Salle des Ancêtres de Karnak                     34
    6. Rà dans la barque solaire                                      35
    7. Ptah                                                           37
    8. Sekhet                                                         38
    9. Nouït portant la barque solaire: Shou et Qeb; Thot             39
   10. Osiris et Isis                                                 40
   11. Anubis embaumeur                                               43
   12. Set et Horus réunissant les deux parties du pays sous
         l'autorité du roi                                            45
   13. Les Enfants d'Horus                                            52
   14. Poignard en silex                                              53
   15-18. Instruments paléolithiques                                  61
   19-21. Haches et herminette en silex                               64
   22-25. Couteaux et grattoirs en silex                              65
   26-29. Pointes de flèches en silex                                 66
   30. Tombeau prédynastique                                          69
   31. Tombeau prédynastique                                          70
   32. Tombeau prédynastique                                          71
   33. Couteau en silex                                               74
   34-36. Plaques de schiste                                          75
   37-41. Vases rouges à bord noir                                    77
   42-46. Poterie rouge                                               77
   47-49. Vases rouges à décor blanc                                  78
   50-51. Vases à cordon                                              79
   52-54. Vases peints                                                79
   55. Vase peint                                                     80
   56-57. Poterie grossière                                           81
   58. Sanctuaire primitif                                            84
   59. Figurines d'ivoire d'époque archaïque                          85
   60. Bracelet en silex                                              86
   61. Peigne en os                                                   86
   62-63. Massues                                                     87
   64. Harpon en os                                                   88
   65. Modèle de nacelle en terre cuite                               90
   66. Barque préhistorique. Graffito                                 91
   67. Hippopotame en terre cuite                                     94
   68. Vue perspective du tombeau de Negadah                          95
   69. Tête de Kha-Sekhemouï                                         101
   70. Plan d'un tombeau royal à Abydos                              103
   71. Stèle royale d'Abydos                                         104
   72. Tombe d'époque thinite                                        106
   73. Jarre en terre                                                107
   74-75. Vases cylindriques en terre                                108
   76-79. Coupes en pierre dure                                      108
   80-81. Vases de pierre                                            109
   82-83. Bracelets de la Ire dynastie                               110
   84. Poignard en silex à poignée d'or                              110
   85-86. Pointes de flèches                                         111
   87. Plaque de schiste                                             112
   88. Statue archaïque, Turin                                       112
   89. Tablette en ébène                                             114
   90. Empreinte de cylindre                                         114
   91. Protocole du roi Amenemhat III                                115
   92. Noms de rois de la Ire dynastie                               116
   93. Nom du roi Perabsen                                           116
   94. Nom du roi Kha-Sekhemouï                                      116
   95. Nom du roi Den-Setouï                                         116
   96. Chien en ivoire                                               122
   97. La pyramide à degrés de Saqqarah                              123
   98. Bas-relief de Snefrou au Sinaï                                126
   99. Khéops                                                        126
  100. Dadefra                                                       127
  101. Khefren                                                       127
  102. La grande pyramide et le sphinx de Gizeh                      128
  103. Mycérinus                                                     129
  104. Neouserra                                                     130
  105. Pepi I                                                        132
  106. Merenra                                                       132
  107. Colonne palmiforme                                            136
  108. Colonne papyriforme                                           136
  109. Colonne lotiforme                                             136
  110. Le temple du Soleil à Abousir                                 137
  111. Plan d'un mastaba de la IVme dynastie                         140
  112. Fausse-porte de Nefer-Seshem-Ptah                             141
  113. Fausse-porte de la Vme dynastie                               142
  114-115. Tables d'offrandes de l'Ancien Empire                     143
  116. Mastabas près de la grande pyramide                           144
  117. Sarcophage de Khoufou-Ankh                                    145
  118. Plan du tombeau de Ti                                         146
  119. Pyramide de Moïdoum                                           148
  120. Coupe de la pyramide de Khéops                                149
  121. Chapelle funéraire de Sahoura                                 151
  122. Statue de Ra-Nofer                                            153
  123. Scribe agenouillé                                             154
  124. Groupe de l'Ancien Empire                                     155
  125. Tête du Sheikh-el-Beled                                       156
  126. Tête du scribe accroupi (Musée du Caire)                      156
  127. Statue de Khefren                                             157
  128. Bas relief du Mastaba de Ptahhotep à Saqqarah                 159
  129. Peinture d'un tombeau de Meïdoum                              162
  130. Panneau de Hosi                                               164
  131. Costumes de l'Ancien Empire                                   171
  132. Ptahhotep à sa toilette                                       172
  133. Chasse et pêche au marais                                     174
  134. Chasse au lasso                                               174
  135. Chasse au filet                                               175
  136. Scènes de pêche                                               176
  137. Basse-cour                                                    177
  138. Engraissage des boeufs                                        178
  139. Antilopes. Engraissage des hyènes                             178
  140. Labourage et semailles                                        179
  141. Scène de moisson                                              180
  142. Dépiquage du grain                                            180
  143. Foulage et pressurage du raisin                               181
  144. Récolte du lin                                                181
  145. Tressage de nattes                                            182
  146. Menuisiers                                                    183
  147. Orfèvres et Joailliers                                        184
  148. Litière                                                       184
  149. Fabrication de nacelles                                       185
  150. Barque (IVme dynastie)                                        185
  151. Scène de marché                                               186
  152. Forage de vases de pierre                                     187
  153. Sphinx du Moyen Empire                                        189
  154. Mentouhotep IV (?)                                            190
  155. Senousrit I                                                   191
  156. Senousrit III                                                 192
  157. Amenemhat III                                                 193
  158. Neferhotep                                                    195
  159. Tête d'un roi hyksos                                          196
  160. Poignard d'Apepi                                              197
  161. Tête de la momie de Seqnenra                                  198
  162. Reconstitution du monument de Mentouhotep II                  201
  163. Pyramide de Senousrit III à Dahchour                          202
  164. Façade de tombeau à Beni Hassan                               204
  165. Tombeau de Beni Hassan                                        205
  166. Masque de momie                                               205
  167. Momie du Moyen Empire                                         206
  168. Sarcophage du Moyen Empire                                    206
  169. Intérieur d'un sarcophage                                     207
  170. Sarcophage anthropoïde                                        208
  171. Canope du Moyen Empire                                        209
  172. Statuette de serviteur                                        209
  173. Modèle de barque                                              210
  174. Statuette de bois                                             211
  175. _Oushabti_ du Moyen Empire                                    211
  176. Modèle de maison en terre cuite                               212
  177. Attaque d'une forteresse                                      212
  178. Statues de Senousrit I. Licht                                 213
  179. Statue du roi Hor                                             214
  180. Bas-relief de Koptos                                          215
  181. Vase en cornaline                                             216
  182. Vase en lapis-lazuli                                          216
  183. Pectoral de Senousrit II                                      216
  184. Couronne en or                                                217
  185. Groupes de soldats d'un prince de Siout                       218
  186. Nomades sémites                                               221
  187. Parc de chasse                                                223
  188. Barque à voile carrée                                         225
  189. Menuisiers                                                    226
  190. Femmes filant et tissant                                      227
  191. Une page du papyrus Prisse                                    227
  192. Bijou de la XIIme dynastie                                    228
  193. Panneau du char triomphal de Thoutmès IV                      229
  194. Aménophis I, Turin                                            231
  195. Tête de la momie de Thoutmès I                                232
  196. Thoutmès III                                                  233
  197. Tête de la momie de Thoutmès IV                               234
  198. Sphinx d'Aménophis III                                        235
  199. Buste de Khounaten                                            236
  200. Adoration d'Aten. Tell el Amarna                              238
  201. Peinture de Tell el Amarna                                    239
  202. Tablette de Tell el Amarna                                    240
  203. Toutankhamon                                                  240
  204. Horemheb                                                      241
  205. Tête de la momie de Séti I                                    242
  206. Campagnes de Séti I (Temple de Karnak)                        243
  207. Tête de la momie de Ramsès II                                 244
  208. Tête de la momie de Menephtah                                 245
  209. Tête de la momie de Ramsès III                                246
  210. Bataille contre les Philistins                                247
  211. Bataille navale sous Ramsès III                               248
  212. Osorkon I                                                     251
  213. Rois et princes faisant leur soumission à Piânkhi             252
  214. Psammétique I                                                 254
  215. Apriès                                                        255
  216. Amasis                                                        256
  217. Nectanébo I                                                   258
  218. Fragment d'un dallage peint                                   260
  219. Maison et jardin                                              261
  220. Pavillon de Ramsès III à Medinet-Habou                        262
  221. Plan du temple de Khonsou à Karnak                            263
  222. Pylone du temple de Louxor                                    264
  223. Temple de Khonsou à Karnak                                    264
  224. Cour du temple de Louxor (Aménophis III)                      265
  225. Cour du temple de Medinet-Habou (Ramsès III)                  265
  226. Salle hypostyle de Karnak (Séti I)                            266
  227. Salle hypostyle du Ramesseum (Ramsès II)                      266
  228. Bas-relief du temple de Karnak (Séti I)                       267
  229. Bas-relief du temple de Séti I à Abydos                       267
  230. Barque sacrée d'Amon à Abydos                                 269
  231. Plan du tombeau de Ramsès IV                                  270
  232. Tombeau d'un particulier                                      271
  233. Momie de Siphtah                                              272
  234. Sarcophage, cercueils, caisse à canopes                       273
  235. Statue de Ramsès II, à Turin                                  276
  236. Ramsès II présentant une offrande                             277
  237. Statuette en bois du musée de Turin                           277
  238. _Oushabtis_ du Nouvel Empire                                  278
  239. Groupe d'époque saïte                                         279
  240. La reine Karomama. Bronze incrusté                            280
  241. Bas-relief du tombeau de Kha-m-ha                             280
  242. Bas-relief d'un tombeau de Tell el Amarna                     281
  243. Cueillette des raisins                                        282
  244. Bijou de la XIXme dynastie                                    283
  245. Vases d'albâtre. (XVIIIme dynastie)                           284
  246. Fauteuil en bois doré                                         285
  247. Cuillère à parfums                                            286
  248. Syriens apportant des vases                                   288
  249. Soldats égyptiens                                             290
  250. Vaisseaux de l'expédition de Hatshepsou au pays de Pount      291
  251. Scènes de labour et de semailles                              292
  252. Atelier de chaudronnerie                                      294
  253. Atelier de cordonniers                                        295
  254. Ostracon hiératique                                           296
  255. Fragment d'un contrat démotique                               297
  256. Aménophis fils de Paapis                                      298
  257. Repas et danseuses                                            299
  258. Tête de femme (XVIIIme dynastie)                              312
  259. Moissonneurs portant la récolte                               313
  260. Vanneurs                                                      322
  261. Haches d'Ahmès I                                              323
  262. Coffret à oushabtis. Turin                                    328
  263. Frise peinte dans un tombeau de la XVIIIme dyn.               329
  264. Buste de princesse (XIXme dynastie)                           332


La vignette de la couverture représente un sphinx de Thoutmès III, au
Musée du Caire, d'après une photographie de E. Brugsch-Pacha.

[Illustration: _Fig. 262._ Coffret à oushabtis. Turin (d'ap. PETRIE.
_Photographs_, No 183).]



[Illustration: _Fig. 263._ Frise peinte dans un tombeau de la XVIIIe
dynastie (d'après JÉQUIER. _Décor égypt_., pl. XXXIII).]



TABLE DES MATIÈRES


                                                         Pages

      Préface                                                9

  Chap. I. LES SOURCES DE L'HISTOIRE D'ÉGYPTE               11

          _Sources classiques_                              13
          _La Description de l'Egypte_                      16
          _Déchiffrement des hiéroglyphes_                  17
          _Progrès de l'égyptologie_                        19
          _Listes royales_                                  21
          _Documents historiques divers_                    25
          _Chronologie_                                     27
          _La civilisation égyptienne_                      29

  Chap. II. L'ÉGYPTE LÉGENDAIRE                             35

      A. LES DYNASTIES DIVINES                              36

          _Les dieux cosmiques_                             36
          _Osiris et son cycle_                             40

      B. LES DYNASTIES DES DEMI-DIEUX ET DES MÂNES          47

      C. LA CHRONOLOGIE LÉGENDAIRE                          49

  Chap. III. L'ÉGYPTE ARCHAIQUE                             53

      I. Paléolithique                                      60

      II. Prédynastique                                     63

      A. MONUMENTS                                          63

          _Silex_                                           64
          _Villages_                                        67
          _Tombeaux_                                        68
          _Mobilier funéraire_                              73
          _Céramique_                                       76

      B. CIVILISATION                                       81

          _Le pays_                                         82
          _La race_                                         83
          _Habitations_                                     84
          _Costume et parure_                               85
          _Chasse et pêche_                                 86
          _Elevage. Agriculture_                            89
          _Navigation_                                      90
          _Commerce extérieur_                              91
          _Arts et métiers_                                 91
          _Organisation sociale et politique_               93

  Chap. IV. ÉPOQUE THINITE (De 4000 à 3400 av. J.-C. env.)  95

      A. HISTOIRE ET TRADITION                              98

      B. MONUMENTS                                         102

          _Tombeaux_                                       102
          _Mobilier funéraire_                             106
          _Inscriptions_                                   113

      C. CIVILISATION                                      118

          _Royauté_                                        118
          _Tribus_                                         118
          _Fonctionnaires_                                 119
          _Peuple_                                         119
          _Commerce extérieur_                             121

  Chap. V. ANCIEN EMPIRE (De 3400 à 2200 av. J.-C. env.)   123

      A. HISTOIRE                                          123

          _IIIme dynastie_                                 124
          _IVme dynastie_                                  125
          _Vme dynastie_                                   129
          _VIme dynastie_                                  131
          _La fin de l'empire memphite_                    133

      B. MONUMENTS                                         135

          _Architecture_                                   135
          _Temples_                                        136
          _Mastabas_                                       139
          _Pyramides_                                      148
          _Sculpture_                                      153
          _Peinture_                                       161
          _Objets usuels_                                  162
          _Inscriptions_                                   163

      C. CIVILISATION                                      165

          _Royauté et gouvernement_                        165
          _Relations extérieures_                          168
          _Famille_                                        169
          _Vêtement_                                       170
          _Mobilier. Habitation_                           173
          _Chasse et pêche_                                173
          _Elevage_                                        177
          _Agriculture_                                    179
          _Métiers_                                        182
          _Navigation_                                     184

  Chap. VI. MOYEN EMPIRE (De 2200 à 1500 av. J.-C. env.)   189

      A. HISTOIRE                                          189

          _XIme dynastie_                                  189
          _XIIme dynastie_                                 191
          _XIIIme et XIVme dynasties_                      194
          _Les Hyksos_                                     195
          _XVIIme dynastie_                                197
          _Chronologie_                                    198

      B. MONUMENTS                                         200

          _Architecture_                                   200
          _Sculpture_                                      212
          _Peinture_                                       215
          _Arts industriels_                               216

      C. CIVILISATION                                      217

          _Royauté_                                        217
          _Gouvernement_                                   219
          _Relations extérieures_                          220
          _Vie privée_                                     222
          _Chasse et pêche_                                224
          _Agriculture et élevage_                         224
          _Navigation_                                     225
          _Industrie_                                      226
          _Littérature_                                    227

  Chap. VII. NOUVEL EMPIRE (De 1500 à 332 av. J.-C.)       229

      A. HISTOIRE                                          229

          _XVIIIme dynastie_                               230
          _Les rois hérétiques_                            236
          _XIXme dynastie_                                 242
          _XXme dynastie_                                  246
          _XXIme dynastie_                                 250
          _XXIIme dynastie_                                250
          _XXIIIme dynastie_                               251
          _XXIVme dynastie_                                252
          _XXVme dynastie_                                 253
          _XXVIme dynastie_                                254
          _Epoque perse_ (dynasties XXVII à XXX)           257
          _L'Exode des Hébreux_                            259

      B. MONUMENTS                                         259

          _Architecture_                                   260
          _Temples_                                        262
          _Tombeaux_                                       270
          _Sculpture_                                      275
          _Peinture_                                       280
          _Arts industriels_                               283

      C. CIVILISATION                                      285

          _Royauté_                                        285
          _Gouvernement_                                   287
          _Relations extérieures. Commerce_                287
          _Vie civile. Vêtement_                           289
          _Armée_                                          289
          _Marine_                                         291
          _Agriculture. Elevage_                           292
          _Pêche et chasse_                                293
          _Industrie_                                      294
          _Langue et littérature_                          294

  INDEX                                                    299

  BIBLIOGRAPHIE                                            313

  TABLE DES GRAVURES                                       323

[Illustration: _Fig. 264._ Buste de princesse (XIXe dyn.) photographie
de E. Brugsch-Pacha.]



  ACHEVÉ D'IMPRIMER
  LE DIX FÉVRIER MIL NEUF CENT VINGT-CINQ
  PAR LA
  SOCIÉTÉ D'IMPRIMERIE D'AMBILLY S. A.
  A ANNEMASSE (HAUTE-SAVOIE)
  POUR LA LIBRAIRIE PAYOT--PARIS


       *       *       *       *       *


Note de transcription détaillée:

Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été corrigées.
L'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été harmonisée. En
particulier:

  - les années sont parfois écrites avec un séparateur de milliers,
    parfois sans,
  - beaucoup de noms propres ont une accentuation et capitalisation
    variable, comme pour Amenophis / Aménophis,
    Ne-User-Rè / Ne-user-Ré / Ne-user-Re ou encore ka / Ka.

En revanche, la ponctuation dans les notes et la bibliographie a été
harmonisée afin d'en améliorer la présentation.

Les notes en marge, qui denotaient une nouvelle section ont été
intégrées au texte, en tant que titre de section.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la civilisation égyptienne - Des origines à la conquête d'Alexandre" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home