Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mesdames Nos Aïeules - dix siècles d'élégances
Author: Robida, Albert, 1848-1926
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mesdames Nos Aïeules - dix siècles d'élégances" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by The
Internet Archive/American Libraries.)



  Au lecteur

  Cette version électronique reproduit dans son intégralité,
  la version originale.

  La ponctuation n'a pas été modifiée hormis quelques corrections
  mineures.

  L'orthographe a été conservée. Seuls quelques mots ont été modifiés.
  La liste des modifications se trouve à la fin du texte.



MESDAMES
NOS AÏEULES

[Illustration: TOILETTE DE BAL, RESTAURATION.]


  MESDAMES
  Nos Aïeules
  DIX SIÈCLES D'ÉLÉGANCES


  TEXTE ET DESSINS

  _Par A. ROBIDA_

  [Illustration]

  PARIS
  A LA LIBRAIRIE ILLUSTRÉE
  8, RUE SAINT-JOSEPH, 8

  Tous droits réservés.



[Illustration]

I

  BALLADE
  DES MODES DU TEMPS JADIS

  _Du tout premier Vertugadin,
  Celui qu'inventa Madame Eve
  A celui qu'admirons soudain,
  Que d'autres passant comme rêve!
  Combien leur existence est brève!
  Tu resplendis toujours pourtant,
  O beauté changeante sans trêve,
  Mais où sont les modes d'antan._


  _Où donc es-tu, riche bliaut
  Armorié sur chaque maille,
  Et le peliçon d'Isabeau?
  Escoffion de haute taille
  Pour qui l'on vit mainte chamaille,
  Hennin qui charma Buridan?
  Hélas, ce n'est plus qu'antiquaille...
  Mais où sont les modes d'antan!_


  _Où est la fraise de Margot,
  Et le surcot doublé d'hermine,
  Où sont les manches à gigot?
  Habit cavalier d'héroïne
  Que portait Reine ou baladine,
  Large panier pompadourant,
  Et toi-même aussi, crinoline...
  Mais où sont les modes d'antan!_


  _ENVO_

  _Dame, il ne fut point de semaine
  Depuis le temps d'Eve pourtant
  Qui n'eût caprices par trentaine.
  Mais où sont les modes d'antan!_

[Illustration]



[Illustration: La Couturière de l'impératrice Joséphine.]

II

LES CARTONS DU PASSÉ

Le vieux neuf.--L'horloge de la mode.--Fouilles dans les cartons du
  passé.--Quelle est la plus jolie mode?--Mode et architecture.
  --Vêtements de pierres et vêtements d'étoffes.--La poupée costumée,
  journal des modes du moyen âge.


Il n'y a de nouveau dans ce monde que ce qui a suffisamment vieilli, a
dit, non pas un grand philosophe mais une femme, la couturière de
Joséphine de Beauharnais, épouse de Napoléon Bonaparte, consul de la
République française, lequel pensait de même, puisqu'il ressuscita
l'Empire de Rome.

Et conformément à cet axiome profond, la couturière de Joséphine montait
ou plutôt descendait chercher très loin dans le passé, chez mesdames les
Grecques et les Romaines, les nouveautés élégantes vieilles de deux
mille années, destinées à tourner la tête des salons et promenades de
Paris, à charmer les Parisiennes et aussi les Parisiens, et à faire le
tour du monde enfin, tout comme les pompons, les baïonnettes et les
drapeaux des voltigeurs français de la même époque, qui furent des
touristes forcenés.

--Vous demandez où sont les modes d'antan? m'a dit, répondant à ma
ballade à la mode de François Villon, un autre philosophe paradoxal qui
doit être un mari rendu légèrement grincheux par des notes de
couturière, vous le demandez! mais elles sont sur les épaules des dames
d'aujourd'hui, mon cher monsieur, comme elles le seront encore sur
celles des dames de demain et d'après-demain! Vous ignorez donc que rien
ne change, que tout le nouveau a été inventé il y a bel âge, vers les
premiers temps où les dames ont commencé à s'habiller, c'est-à-dire que
tout a été trouvé dans l'espace de quatre saisons, dans les premiers
douze mois qui ont suivi la sortie de l'Eden.--C'est ce que je faisais
observer encore hier à ma femme à propos de trois ou quatre costumes
dont la soi-disant nouveauté l'avait frappée, et qu'elle allait se
commander bien inutilement... Tout se porte, s'est porté et se portera!
lui disais-je, alors pourquoi essayer de changer, pourquoi mettre de
côté par pur caprice un ornement ou une toilette qu'on doit forcément
reprendre...

--Oui, mais dans trois cents ans...

--Allez aux Champs-Elysées par un beau jour de soleil et dites-moi si
vous n'avez point par moments des visions de la cour des Valois, devant
certaines toilettes contemporaines, manches bouffantes Renaissance,
collerettes Renaissance, étoffes à dessins Renaissance...

--Ou des illusions de Longchamps 1810 devant les robes Empire, les
épaules bouffantes, le drapé des jupes, et les dessins, palmettes,
grecques et autres ornements...

--Et les dames Louis XVI, ou moyen âge, ou Louis XV... Je déclare
Monsieur, qu'une femme de n'importe quelle époque, des âges révolus,
écoulés et enfoncés aussi loin que vous voudrez dans la nuit des temps,
peut revenir et se montrer parmi nos contemporaines, et se trouver
parfaitement à la mode, moyennant seulement quelques petites
modifications à son costume antique... Oui, tenez, qu'Agnès Sorel ou
Marguerite de Bourgogne daignent reparaître en costumes de leur temps et
je leur changerai seulement leurs chapeaux, et l'on dira devant elles:
«Jolie toilette de vernissage! Délicieux costume pour le Grand-Prix!»

--Arrêtez! n'exagérez-vous pas quelque peu, mon cher monsieur?

[Illustration: XVIe siècle.]

--Aucunement. Je vous dis que des mérovingiennes ou même des dames de
l'âge de pierre, avec quelques petits arrangements de toilette,
n'étonneraient pas trop les femmes actuelles qui les prendraient tout
simplement pour des mondaines excentriques... La mode d'aujourd'hui,
Monsieur, ce sont les modes d'autrefois reprises et refondues par le
goût de l'heure présente. L'aiguille de la mode tourne comme l'aiguille
d'une pendule toujours dans le même cercle, mais plus capricieusement,
en avant ou en arrière, en sautant, en virant, en faisant des bonds
soudains, d'un côté ou de l'autre... Quelle heure est-il à l'horloge de
la mode? Six heures du matin ou huit heures du soir, peut-être toutes
les heures à la fois comme en ce moment... Mais n'importe, c'est
toujours une heure charmante.

La plus jolie mode, il n'y a pas à en douter et tout le monde est
d'accord là-dessus, c'est toujours celle du temps présent, et il y a
pour cela une raison bien simple: les modes passées ne sont que des
souvenirs décolorés, dès qu'elles ne sont plus portées, nous apercevons
facilement leurs défauts et leurs ridicules, nos yeux, indulgents quand
elles régnaient, sont devenus froids et sévères, tandis que, sans peine,
la mode d'aujourd'hui triomphe... Ce qui charme et séduit tout le monde,
ce que nous apercevons en elle, Monsieur, ce qui nous semble si
ravissant, c'est le rayonnement de la grâce féminine, c'est la femme
elle-même.--Non, jamais on ne s'est mieux habillé qu'aujourd'hui! A
toutes les époques, pour toutes les modes, les femmes l'ont déclaré de
bonne foi en se regardant dans leur miroir, et les hommes, juges
quelquefois difficiles, l'ont pensé aussi.

Notre aïeule de l'âge de pierre vêtue de peaux de bêtes trouvait son
costume très seyant et souriait un peu de sa grand'mère habillée d'un
vertugadin de sauvage. Ses contemporaines, les farouches habitantes des
cavernes, pensaient de même.

La plus jolie mode, c'est celle qui s'épanouit aujourd'hui; il n'y a eu
pour s'inscrire en faux contre cette formelle allégation de tous les
temps, il n'y a eu, à toutes les époques également, que les messieurs
d'un certain âge, tout à fait d'un certain âge, les vétérans ayant
dépassé la soixantaine. Ceux-ci ont toujours protesté par une autre
allégation:

--Les modes d'aujourd'hui sont ridicules, disent-ils en chœur, on ne
s'habille plus comme de notre temps! C'est alors,--en 1830,--ou en 1730,
en 1630, en 1530, etc., en l'an 30--que les modes étaient gracieuses,
seyantes, élégantes, distinguées, charmantes... ah, 1830!--ou 1730,
1630, 1530 ou l'an 30!--Quelle belle époque!

--Il nous la baille belle le chœur des sexagénaires! oui, quelle belle
époque! parce que c'était l'heureux temps où ces messieurs étaient
jeunes, où le soleil leur semblait plus chaud, n'est-ce pas? le
printemps plus verdoyant et les modes plus belles! Mais il n'importe,
malgré tout ce que diront les vétérans et ce que nous dirons nous-mêmes
plus tard, l'axiome suivant sera toujours proclamé:

--Jamais on ne s'est mieux habillé qu'aujourd'hui!

Mais puisque rien ne passe tout à fait et que dans le cercle que
parcourt l'aiguille au cadran de la mode les heures passées peuvent
renaître, il suffit peut-être, pour connaître les modes de demain,
d'étudier tout simplement celles d'hier.

Fouillons donc ce passé disparu et donnons-nous ce plaisir, qui ne va
pas sans quelque mélancolie, d'évoquer les élégances et les beautés
d'autrefois, les lointaines élégances ensevelies sous des siècles
d'inventions et de nouveautés accumulées, délaissées et oubliées, et les
élégances toutes récentes et non moins oubliées des bonnes grand'mamans
actuelles, qui, dans leurs songeries au fond de leurs grands fauteuils,
sont seules à se revoir en fermant les yeux, brunes ou blondes,
pimpantes et légères, dans les atours de leur bel âge... Chères
grand'mamans!

[Illustration: Grande toilette. XVe siècle.]

Mais ce passé qui nous semble si lointain l'est-il tant que cela? Les
grand'mères de nos grand'mères sont nées sous Louis XV au temps de la
poudre et des falbalas.

Sept ou huit grand'mères additionnées, si nous osons nous permettre
cette opération, nous conduisent au temps d'Agnès Sorel et des dames à
grands hennins. C'était hier. Vous le voyez bien!

Un point qu'il faut établir d'abord, c'est que l'art de la toilette et
l'art de construire sont de très proche parenté. Mode et architecture
sont sœurs, mais la mode est peut-être bien l'aînée.

La maison est un vêtement, un habillement de pierre ou de bois que nous
passons par-dessus l'habillement de toile, de laine, de velours ou de
soie, pour nous protéger mieux contre les intempéries des saisons; c'est
un second vêtement qui doit se plier à la forme du premier, à moins que
ce ne soit le premier qui s'adapte aux nécessités du second.

En tout cas, sans remonter plus haut que le déluge, est-ce que les robes
historiées et armoriées, les costumes tailladés et déchiquetés du moyen
âge, ne sont pas de l'architecture gothique et de la plus flamboyante,
de même que les modes plus simples et plus rudes de l'époque précédente
tiennent du rude et sévère style roman.

Quand la pierre se découpe, se tord, flamboie presque en magnifiques
efflorescences sculptées, l'étoffe plus souple se découpe, se tord
et flamboie aussi. Les hautes coiffures que nous qualifions
d'extravagantes, ce sont les toits effilés des tourelles qui montent
partout vers le ciel. Tout est multicolore, les gens d'alors aiment les
couleurs gaies, toute la gamme des jaunes, des rouges, des verts est
employée.

Plus tard le costume se met plus au large en même temps que
l'architecture. C'est la Renaissance et ses modes plus amples et plus
molles; on cherche du nouveau dans le vieux, l'Italie influe sur les
toilettes comme sur les édifices, il n'est pas jusqu'aux armures de
guerre ou de parade des princes, aux vêtements de fer des riches
seigneurs, qui ne recherchent quelques formes antiques et ne se couvrent
de rinceaux, ou d'ornements à la romaine.

La sévérité, nous pouvons dire la maussaderie des modes de la fin du
XVIe siècle, ne se retrouve-t-elle pas dans les édifices d'une époque
assombrie par tant de troubles?

[Illustration: Renaissance.]

L'énormément ennuyeux et somptueux palais de Versailles, les grands
hôtels solennels d'une architecture pleine de morgue, ce sont bien
vraiment les couvercles qui convenaient aux énormes et solennelles
perruques du grand Roi, aux corsages guindés et empesés, aux raides
cornettes de madame de Maintenon. Et le XVIIIe siècle après l'ennuyeuse
fin du XVIIe?

[Illustration: NOBLE DAME, FIN DU XIVe SIÈCLE.]

L'architecture et la toilette mettent de côté, en même temps, le pompeux
et le solennel; toilette rococo, architecture à falbalas, c'est tout
un.

[Illustration: Sous le Grand Roi.]

Plus tard, les gens de la Révolution et de l'Empire se costumant à la
grecque et à la romaine, édifices et maisons font de même. Puis les
modes et les édifices sont absolument sans style et de toute banalité de
1840 à 1860, époque de transition et d'attente.

De nos jours enfin, époque de recherches et de fouilles archéologiques,
d'essais et de reconstitutions, temps d'érudition plus que d'imagination
et de création, nous voyons la mode et l'architecture, marchant
toujours de conserve, fouiller ensemble dans les cartons du passé,
essayer également l'un après l'autre tous les styles, s'éprendre
successivement de toutes les époques, en adopter les formes pour les
rejeter vite l'une après l'autre... Soyons donc de notre temps et
plongeons nous aussi dans les cartons du passé à la recherche des jolies
choses et des originalités de jadis.

Au delà d'une certaine époque, les documents certains n'abondent pas et
nous devons nous contenter de suppositions. Qui nous dira vraiment ce
qu'étaient le costume et la mode, et par cela l'aspect de la vie, aux
temps mérovingiens et carlovingiens, lorsque:

  Quatre bœufs attelés, d'un pas tranquille et lent,
  Promenaient dans Paris le monarque indolent.

Qui nous dépeindra les élégances de ces époques nébuleuses? car, en
dépit de la rudesse et de la barbarie, il devait s'en trouver tout de
même, puisqu'en maints passages de leurs écrits, déjà les vieux
chroniqueurs, évêques ou moines, fulminent contre le luxe effréné des
femmes.

[Illustration: Sous Louis XV.]

Qui nous dépeindra les contemporaines de Charlemagne et nous renseignera
un peu sur les élégances du Xe siècle? Quelques statues peut-être,
parvenues jusqu'à nous plus ou moins écornées, seront nos seuls
documents; nous devrons nous en contenter et les rapprocher des vagues
renseignements contenus dans les barbares illustrations des manuscrits
d'alors, encore si éloignées des magnifiques miniatures que les
enlumineurs du moyen âge prodigueront plus tard.

Le premier journal de modes, c'est donc pour nous quelque portail de
cathédrale ou quelque statue tombale échappée par miracle aux ravages du
temps et au marteau des iconoclastes huguenots ou sans-culottes.

Plus tard, les miniatures, les vitraux, les tapisseries nous apporteront
des renseignements plus complets et plus certains, des figures bien plus
précises; le document abondera.

D'ailleurs, dès le XIVe siècle, le vrai journal de modes existe; il n'a
pas encore adopté la forme gazette que nous lui connaissons depuis cent
ans seulement, mais c'est le journal de modes tout de même, le
renseignement voyageant sous la forme de poupées qui portent des modèles
de costumes d'un pays à un autre, de Paris surtout.

Car Paris tenait déjà le sceptre et gouvernait la mode, non pas, il est
vrai, comme aujourd'hui, d'un pôle à l'autre, des confins de l'Amérique
glaciale à l'Australie, vouée encore aux petits os passés dans les
narines pour toute coquetterie, il y a cinquante ans à peine, de la cour
des Radjahs d'Asie au sérail du Grand Turc et au palais de S. M.
l'impératrice du Nippon fleuri.

Au moyen âge, des grandes dames, en notre cher petit coin d'Europe,
s'envoyaient de petites poupées habillées à la dernière mode du jour par
des coupeurs de robes, des couturières ou des couturiers dont le nom
n'est point passé à la postérité.

Dans son château lointain, perdu dans les landes bretonnes ou perché sur
quelque roc des bords du Rhin, la duchesse ou la margrave avait ainsi
dans les grandes occasions, communication plus ou moins rapide des
élégances à la mode dans les grands centres de luxe comme la cour de
Paris ou la cour de Bourgogne, rivales en faste et en éblouissements, et
dont les comptes remis au jour nous révèlent les grandes dépenses avec
tous les détails de ces somptuosités dont les contemporains étaient
éblouis et que tous les chroniqueurs ont rapportées.

Certaines villes importantes recevaient aussi de la même façon les
décrets de la mode, puisque nous voyons, pendant des siècles, Venise,
autre centre d'arts somptuaires, trait d'union entre le négoce de
l'Orient et le luxe de l'Occident, recevoir chaque année une poupée
parisienne. Dans la ville des doges, c'était un usage immémorial
d'exposer, le jour de l'Ascension, sous les arcades de la Merceria, au
bout de la place Saint-Marc, la toilette de l'année, cette image d'une
parisienne à la dernière mode, pour l'édification des nobles vénitiennes
qui se portaient en foule à l'exhibition.

[Illustration: Sous Louis XII.]



[Illustration: L'Escoffion.]

III

MOYEN AGE

Les Gauloises teintes et tatouées.--Premiers corsets et premières
  fausses-nattes.--Premiers édits somptuaires.--Influence byzantine.
  --Bliauds, surcots, cottes hardies.--Les robes historiées et
  armoriées.--Les ordonnances de Philippe le Bel.--Hennins et
  Escoffions.--La croisade de frère Thomas Connecte contre les Hennins.
  --La dame de Beauté.


Il faut avoir le courage de l'avouer, ici même, dans ce Parisis qui
porte et fait triompher partout l'étendard de l'élégance, les aïeules
de Mesdames les Parisiennes, il y a quelque deux mille ans, se
promenaient un peu attifées à la mode des élégantes Néo-Zélandaises
d'aujourd'hui, dans la grande et sombre forêt qui des bords de la Seine
remontait aux rives de l'Oise et s'en allait toucher aux Ardennes en un
vaste et inextricable bois de Boulogne.

Ces Gauloises, belles et rudes, allant épaules découvertes et bras nus,
étaient peinturlurées et probablement tatouées; dans tous les cas il est
certain qu'elles se teignaient les cheveux.

Les nombreux bijoux parvenus jusqu'à nous, fibules, torques ou colliers,
bracelets, agrafes en bronze et quelquefois en argent ou en or,
témoignent que ces demi-sauvagesses primitives connaissaient un certain
luxe. Tous ces objets présentent dans leur style une grande analogie
avec le style d'ornementation qui s'est perpétué jusqu'à nos jours dans
la Bretagne actuelle.

La vieille Gaule barbare devenue la Gaule romaine, les Gauloises se
montrèrent vite, à l'imitation des Romaines, très raffinées en
civilisation et en luxe. Le corset, mesdames, date de cette époque,
corselet d'étoffe moulant le corps plutôt qu'instrument de torture
violentant les lignes.

Le goût primitif pour la peinture éclatante ne se perdit pas tout à
fait, la teinture devint du simple fard; déjà les essences pour
entretenir la fraîcheur du visage étaient inventées et aussi les fausses
nattes. Ces tresses d'un blond ardent,--couleur dès longtemps à la mode,
on le voit,--étaient achetées aux paysannes de la Germanie, aux
Gretchens du temps d'Arminius.

Un retour à la barbarie et à la simplicité suivit les invasions de ces
Francs, dont les femmes, rudes gaillardes, étaient vêtues pour tout luxe
d'une simple chemise à bandes de pourpre.

Les modes romaines, mélangées aux modes gauloises et franques, les modes
mérovingiennes, dont quelques statues raides et hiératiques peuvent nous
donner l'idée, se transformèrent peu à peu.

Au milieu de sa cour, parmi les femmes de ses ducs et de ses comtes, qui
montraient le goût le plus effréné pour la parure, les étoffes
somptueuses et les bijoux, le grand Empereur à la barbe fleurie,
Charlemagne, affectait pour lui-même au contraire, une grande simplicité
de vêtements, comme d'autres grands empereurs ou rois, Frédéric II et
Napoléon. Choqué par le déploiement de faste des femmes de sa famille,
Charlemagne dut édicter les premières lois somptuaires, lesquelles ne
furent suivies naturellement que par les simples bourgeoises, par les
bonnes dames qui n'avaient que faire de défenses et de prohibitions pour
se priver de somptuosités qu'elles ne pouvaient songer à s'acheter,
faute d'argent.

La société de ce temps-là, nous la voyons figée en grandes figures
hiératiques, sculptées sous les porches romans de nos plus vieilles
églises. Rangées de rois et de reines, raides et sévères, encadrés sous
les vieilles arcatures, princes et princesses couchés sur les dalles
funéraires, vieux spectres de pierre, taillés d'un rude et barbare
ciseau, qui nous dira ce que vous étiez vraiment, ce qu'était, dans le
mouvement et la vie, ce monde que vous dirigiez?

Vous vous taisez, vous gardez votre secret, fronts mystérieux de
fantômes sculptés, debout aux façades que vous avez fondées, ou couchés
dans les musées qui vous ont recueillis.

Nos villes où les gracieuses Françaises, filles de ces aïeules de
pierre, se promènent dans le tourbillon pressé des foules, devant les
brillants magasins de notre siècle vivant d'une vie si intense, nos
vieilles cités existaient déjà toutes, mais combien de fois ont-elles
fait peau neuve! Des vestiges de ces temps tout a disparu, les dernières
pierres sont ensevelies sous les fondations des plus anciens monuments.

Nous en savons presque aussi peu, des façons de vivre d'alors, que de la
civilisation des villages de l'ère des dolmens, et c'est dans les
premiers et plus anciens poèmes ou romans chevaleresques qu'il nous faut
chercher çà et là à travers coups de lance ou de hache, quelques
détails intimes sur la vie sociale d'alors.

[Illustration: Le Surcot à garde-corps.]

Voici le moyen âge. L'influence byzantine de la Rome transplantée sur le
Bosphore, règne d'abord dans le vêtement des femmes comme dans celui des
hommes et domine vers l'époque des premières croisades.

C'est alors le temps des longues robes à plis très fins, des doubles
ceintures, une à la vraie taille et une sur les hanches, des voiles
transparents.

[Illustration: Coiffure de cérémonie. XIVe siècle.]

C'est bien une époque de transition, on voit la mode tâtonner, retourner
en arrière et reprendre, avec quelques modifications, des formes
oubliées; le costume romain, modifié d'abord par Byzance, arrangé, rendu
semi-oriental, revient presque au jour.

Puis soudain, à l'aurore du XIIIe siècle, quand les temps nouveaux
commencent à sortir du crépuscule de la vieille barbarie, les modes
nouvelles se dessinent, nettement, franchement.

C'est la vraie naissance de la mode française, du costume purement
français, français comme l'architecture dégagée aussi des imitations,
des emprunts et des souvenirs de Rome et de Byzance, français comme
l'art ogival jaillissant de notre sol.

La statuaire, les vitraux et les tapisseries du moyen âge vont nous
fournir les meilleurs documents. Ces figures sculptées en grand costume
sur leurs tombeaux, sont de véritables évocations de nobles châtelaines,
des portraits extrêmement remarquables avec tous les détails des
ajustements, des robes et de la coiffure nettement indiqués, et
quelquefois portant encore des traces de peinture qui nous donnent les
couleurs du costume.

Les vitraux sont encore plus intéressants, on trouve là des
représentations de toutes les classes de la société, depuis la grande
dame noble jusqu'à la femme du peuple: dans les vitraux commémoratifs,
dans les vitraux des chapelles seigneuriales ou des chapelles de
corporations des villes, dans les grandes compositions qui nous
présentent si souvent, au bas des fenestrages, les portraits des
donataires,--les dames nobles à opulents costumes, agenouillées en face
de bons chevaliers en armures, les riches bourgeoises en face de leurs
maris échevins ou notables.

Les tapisseries sont quelquefois plus sujettes à caution comme vérité,
l'artiste introduisant parfois des fantaisies décoratives dans ses
compositions; néanmoins, que de figures donnant des indications précises
et venant corroborer les autres renseignements et s'ajouter aux
innombrables et merveilleuses illustrations des manuscrits.

Sur la robe de dessous, sur la jupe ou la cotte, la femme du XIe siècle
portait le _bliaud_ ou _bliaut_, espèce de robe parée, de fine étoffe,
serrée par une ceinture. Confectionné tout d'abord d'étoffe simplement
gaufrée, le bliaut s'enrichit bientôt de dessins et d'ornements d'un
joli style.

On se perd dans les transformations du bliaut et de la cotte. La robe de
dessous devient la _cotte hardie_ et le _surcot_ remplace le bliaud.
Cette robe de dessous, très ajustée, est lacée par derrière ou par
devant, et dessine bien les formes et contours du corps.

Dans le costume paré, un garde-corps, ou devant de corsage de fourrure
s'ajoute au surcot et lui donne un supplément de somptuosité. Mais la
forme générale se modifie par mille dispositions particulières, cottes
et surcots varient de toutes les façons, suivant les fantaisies du jour,
le goût particulier, suivant la mode des provinces ou des petites cours
princières ou ducales, isolées par circonstances ou situation.

[Illustration: ROBE ET HOUPPELANDE HISTORIÉES XVe SIÈCLE.]

Elles sont superbes, les élégantes du moyen âge, avec leurs longues
robes collantes, dont les dessins se répètent régulièrement, rosaces
semées sur toute l'étoffe, carreaux alternés de couleurs différentes,
faisant comme un damier de tout le corps, fleurs et ramages en larges
dispositions, souvent tissées d'or ou d'argent. Ces étoffes font des
plis superbes et drapent naturellement d'une façon sculpturale, des
échantillons nous en restent dans les musées, nous pouvons juger de
l'effet qu'elles devaient faire, coupées en belles robes traînantes.

[Illustration: Noble Châtelaine.]

Les armoiries, nées avec les premières organisations sociales, avec les
premiers chefs de clan ou chefs de guerre, mais régularisées plus tard,
paraissent sur les robes des dames, timbrées comme les pavois des maris,
d'écussons symétriquement disposés. Cet usage se développe, cette mode
prend, comme nous dirions maintenant, et bientôt les armoiries s'étalent
plus largement sur les robes dites _cottes historiées_.

Voyons aux fêtes de la cour ou des châteaux, dans ces vastes salles
ouvertes aujourd'hui aux vents des quatre points cardinaux, et hantées
par les seuls corbeaux, derniers habitants des nobles ruines; voyons aux
tables des festins d'apparat, entre les hautes cheminées et les tribunes
des musiciens, ou bien encore sur les estrades ou _eschaffaux_, autour
des lices où les chevaliers tournoient, ces nobles dames, aux robes du
haut en bas armoriées et timbrées aux armes de leurs maris ou de leurs
familles, arborant, ainsi que de superbes panonceaux vivants, toutes les
belles inventions du blason, toutes les bêtes de la ménagerie
héraldique, les lions et les léopards, les chimères et les griffons, les
loups et les cerfs, les cygnes et les corbeaux, les sirènes et les
dragons, les poissons et les licornes, tous d'allure fantastique, tous
ailés, onglés, griffus, dentus et cornus, issant, passant ou rampant sur
les champs les plus étincelants, gueules, azur, or ou sinople.

Et les robes non armoriées ne sont pas moins riches ni moins brillantes,
semées de grandes fleurs contournées ou d'ornements d'un très large
sentiment décoratif.

Les formes, en apparence très variées, dérivent cependant toutes du même
principe. Le surcot n'a pas de manches, il est ouvert plus ou moins
largement sur le côté depuis l'épaule jusqu'à la hanche pour laisser
paraître la robe de dessous, d'une autre couleur s'harmonisant bien avec
celle du dessus et semée de dessins, ou plus, ou moins que le surcot, de
telle façon qu'il n'y ait pas égalité d'ornementation.

Un _garde-corps_ ou devant de corsage d'hermine garnit le haut du
surcot; la fourrure est échancrée sur les épaules pour laisser voir,
bien et chaudement encadré, le haut de la poitrine garni de joyaux et,
surtout dans les robes d'apparat, très libéralement décolleté. Une bande
d'hermine borde ainsi toute l'échancrure du surcot sur les épaules et
les hanches.

Grande variété dans les formes des corsages, des cottes ou des surcots,
grande variété dans l'ornementation des épaules, dans l'encadrement du
cou. Certains décolletages manquent de modestie, les prédicateurs
tonnent en chaire contre l'immoralité de la mode et les conteurs des
vieux fabliaux, qui ne sont pas prudes, s'en égayent largement.

Lors de l'invention de la toile de lin, les femmes non contentes de se
décolleter pour montrer leurs gorgerettes de lin ou le haut des
chemises, inventèrent, pour montrer un peu mieux ces chemises de lin, de
fendre leurs robes sur le côté, faisant ainsi de l'épaule à la hanche,
de longues ouvertures lacées.

Il y avait déjà,--il y a eu toujours,--des élégantes exagérées qui
outraient les fantaisies de la mode. Ainsi certaines se montraient en
robes si étroites et si collantes qu'elles semblaient cousues dedans; ou
bien les surcots étaient beaucoup plus longs que ces dames, et il
fallait porter ce qui dépassait au moyen de poches placées sur le devant
des robes, dans lesquelles on passait les mains, ou bien relever la
jupe et la rattacher à la ceinture, ce qui après tout était fort
gracieux et faisait ces admirables plis cassés que nous voyons aux robes
des statues.

[Illustration: Le petit hennin.]

Les manches de ces longs surcots, à traîne en _queue de serpent_, que
les grandes dames pouvaient faire porter par un page, s'allongèrent
aussi. Les manches de la robe de dessous descendent jusqu'au poignet,
avec un évasement qui recouvre souvent une partie de la main.
Par-dessus, les manches du surcot, plus larges, sont ouvertes
quelquefois depuis l'épaule et tombent presque jusqu'à terre, parfois
fendues du coude au poignet ou pourvues seulement d'une ouverture par
laquelle passe l'avant-bras.

Il y a cent modifications différentes aux manches: les manches longues,
amples ou serrées, les manches coupées et boutonnées en dessous du haut
en bas, les manches échancrées ou renflées au coude, on voit même les
manches dites à _mitons_, dont l'extrémité peut se relever en formant
mitaines fermées, et les manches-poches fermées au bout, toutes
inventions gracieuses ou commodes après tout.

Il y a enfin les grandes manches en ailes tailladées et découpées en
dents de scie, en feuilles de chêne, ou bordées d'une mince ligne de
fourrure.

La joaillerie prend une grande importance. Grandes dames ou bourgeoises,
toutes les femmes enrichissent leurs costumes de joyaux et de bijoux
plus ou moins coûteux: colliers, cercles de tête ornés de pierres
précieuses joyaux sur le couvre-chef, gros bijoux en agrafes, ceintures
de passementerie et d'orfèvrerie.

A la ceinture est attachée l'aumônière ou escarcelle, de riche étoffe
bordée d'or, à fermoir et ornements dorés. Les grandes dames
éblouissent, elles étincellent... Les lois somptuaires n'y peuvent rien.
Philippe le Bel en 1194 a eu beau décréter et réglementer, interdire aux
bourgeoises le vair et l'hermine, les ceintures d'or ornées de perles et
de pierreries, il a eu beau arrêter que:

  «Nulle damoiselle, si elle n'est chastelaine ou dame de deux mille
  livres de rente, n'aura qu'une paire de robbes par an, et si elle
  l'est, en aura deux paires et non plus.»

  «De même que les ducs, comtes et barons de six mille livres de rente
  pourront faire faire quatre paires de robbes par an et non plus, et à
  leurs femmes autant.....»

Philippe le Bel a eu beau fixer un maximum du prix de l'aune d'étoffe
pour les robes, en échelle descendante pour toutes les conditions,
depuis vingt-cinq sols tournois l'aune pour les grands barons et leurs
femmes, jusqu'à sept sols pour les écuyers, et--ce qui est assez
remarquable et montre bien, même en ces temps lointains, la richesse des
bourgeois et gros commerçants des Villes,--permettant aux femmes des
bourgeois d'aller jusqu'à seize sols l'aune, Philippe le Bel a eu beau
tout prévoir et tout réglementer, rien n'y a fait, pas même la menace
des amendes. Grandes dames et riches bourgeoises ont bravé les défenses
du roi tout aussi bien que les remontrances de messieurs les maris et
les admonestations que le clergé se fatiguait de leur adresser à
l'église.

C'est vainement que les prédicateurs s'attaquent à toutes les parties du
costume, qualifiant de _portes d'enfer_, les crevés, parfois bien
inconvenants du surcot, traitant les souliers à la poulaine d'_outrages
au créateur_, et faisant surtout aux coiffures, hennins, cornes ou
escoffions, une guerre acharnée; les femmes laissent dire et gardent
imperturbablement les modes attaquées.

[Illustration: CHATELAINE, MILIEU DU XVe SIÈCLE.]

En fait de mode, elles ne relèvent que d'elles-mêmes et nient toute
autorité, royale ou ecclésiastique, et même la suzeraineté maritale.

[Illustration: Le Hennin à grand voile.]

Les dames de ce temps-là portent aussi quelque peu les souliers à
poulaines, les fameux souliers à bec relevés, dont les élégants de
l'autre sexe s'étaient épris et qu'ils agrémentaient souvent d'un grelot
tintinnabulant au bout.

Elles ne connaissaient pas encore les hauts talons, mais elles se
grandissaient par des espèces de mules, ou par des quantités de semelles
mises l'une sur l'autre.

Les coiffures des dames sont de proportions extravagantes. Le hennin
triomphe entre toutes. Il y a l'_escoffion_ qui affecte différentes
formes, en turban, en croissant; il y a le _bonnet en cœur_, énorme
coiffure d'étoffe brodée, treillissée de ganses, ornée de perles, avec
un gros bourrelet relevé de joaillerie retombant en cœur sur le front.
Mais c'est le grand escoffion à cornes qui, sur tous les autres,
scandalise les prédicateurs, l'escoffion qui est une large carcasse
ornée de pierreries emboîtant les oreilles et laissant tomber de chaque
corne sur les épaules une fine mousseline flottante.

Ces escoffions venaient, dit-on, d'Angleterre, ainsi qu'à toutes les
époques maintes excentricités de costumes; l'Anglomanie qui sévit de
temps en temps, date de loin, on le voit. Viollet-le-Duc, dans son
_Dictionnaire du Mobilier_, donne un exemple de grand escoffion pris sur
une statue tombale d'une comtesse d'Arundel du commencement du XVe
siècle.

Comparant les femmes ainsi coiffées à des figures sataniques, à des
bêtes cornues, prédicateurs et moralistes déclarent que la femme douze
fois infidèle va au Purgatoire, mais ils jettent directement et sans
rémission à l'Enfer celles qui portent ces escoffions à cornes!

Le grand hennin est un immense cornet plaqué sur le front, emprisonnant
complètement les cheveux, un tube conique en étoffe ramagée ornée de
perles, avec une voilette plus ou moins longue sur le front, et tout en
haut, à la pointe de l'édifice, un flot de légère mousseline retombante.
Edifice extravagant, soit, incommode, mais non ridicule, monumental mais
charmant, et que les femmes s'obstinèrent à porter pendant près d'un
siècle, parce qu'il était en réalité très seyant et donnait à la
physionomie, à l'ensemble d'une figure, de pied en cape un caractère
très imposant. Et enfin, raison principale dont on ne se rendait pas
compte peut-être, mais qu'on reconnaissait inconsciemment: parce que ces
grands hennins cadraient avec les architectures d'alors.

Magnifique époque d'expansion et de montée! Fines et dardées haut, les
flèches des églises escaladent le ciel, entraînant les âmes avec elles,
toutes les lignes des architectures montent, s'épanouissent et
fleurissent. Quand on songe que c'est le temps des merveilleuses façades
de maisons ou de palais, des orfèvreries de pierre sculptée, des fines
tourelles, des crêtes festonnées, le temps des villes hérissant mille
clochers et mille pointes, l'ascension des hennins se comprend très
bien. Comme toutes les ascensions, c'est encore une montée vers l'idéal,
puisque ces grands hennins aux longs voiles flottants donnent forcément
une réelle noblesse à l'attitude et à la démarche.

_Guerre aux hennins!_ Tel fut cependant partout le cri des moines et des
prédicateurs. Le plus violent de tous et celui qui fut le plus entendu,
sinon écouté, c'était un carme de Rennes, nommé frère Thomas Connecte.

[Illustration: Le grand hennin.]

Il entreprit dans sa ville une véritable campagne contre le débordement
du luxe, en particulier contre les pauvres hennins. De la Bretagne, il
passa dans l'Anjou, en Normandie, en Ile-de-France, en Flandre, en
Champagne, prêchant partout solennellement et dans chaque ville du haut
d'une estrade dressée en plein air sur une place publique, accablant
d'invectives celles qui se complaisaient aux raffinements de la toilette
et les menaçant de la colère du ciel.

Tous les malheurs qui fondaient sur le monde, tous les vices du temps,
toutes les hontes, tous les péchés, toutes les turpitudes de l'humanité,
provenaient suivant lui de l'extravagance coupable des hennins et des
escoffions démoniaques.

Et dans la chaleur de sa conviction, frère Thomas ne s'en tenait pas à
la parole; à la fin de son sermon, le digne homme, enflammé d'une sainte
ardeur, saisissait un bâton et passant à travers les rangs effarés des
dames, nobles ou bourgeoises, venues pour l'entendre, il faisait sans
pitié, malgré les cris et la bousculade, un grand massacre de hennins.

--Au hennin! au hennin! A ce cri, les polissons ameutés par le frère
poursuivaient par les rues toute femme dont le couvre-chef dépassait les
modestes proportions d'une coiffe ordinaire.

Néanmoins, malgré sermons et voies de fait, les hennins ne s'en
portaient pas plus mal et se relevaient après le passage du moine. De
ville en ville, celui-ci continuant sa croisade contre le luxe, s'en fut
à Rome, et là, le spectacle moins qu'édifiant offert alors par la
capitale de la chrétienté, le surexcita tellement qu'il oublia toute
mesure, et que, laissant les hennins tranquilles, il s'attaqua aux
cardinaux et princes de l'Eglise. Ceci était jeu plus dangereux. Le
pauvre homme, accusé d'hérésie, fut appréhendé et tout simplement brûlé
en place publique.

Dans l'histoire de la mode, il y a le roman de la mode! Dans les annales
de la coquetterie féminine, que d'épisodes curieux et aussi que de
figures romanesques qui traversent la grande histoire, charmantes,
attirantes, parfois étrangement poétiques, fleurs délicates parmi toute
la ferraille remuée par le siècle--et parfois aussi, dangereuses sirènes
qui donnent bien raison au frère Thomas Connecte!

[Illustration: Les Manches tailladées et déchiquetées.]

L'histoire de la mode pourrait s'écrire avec une douzaine de portraits
de femmes espacés de siècle en siècle, portraits de reines de la main
droite et de reines de la main gauche,--plus souvent de la main
gauche,--de grandes dames et de grandes courtisanes.

[Illustration: DAME SOUS CHARLES VIII.]

Il suffit d'écrire leurs noms, chacun d'eux c'est une page qui se
tourne, un chapitre nouveau qui commence: Agnès Sorel, Diane de
Poitiers, la reine Margot et Gabrielle d'Estrées, la première femme et
la dernière _mie_ du roi Henri, Marion Delorme, la Grande Mademoiselle,
Montespan, première partie du règne du roi Soleil, Maintenon, seconde
partie du règne du monarque renfrogné, Madame de Pompadour,
triomphe du pimpant XVIIIe siècle, Marie-Antoinette, dernier et
mélancolique éclat d'un monde qui finit, Madame Tallien, Joséphine...,
etc.

[Illustration: La Houppelande.]

Après Isabeau de Bavière, reine de France et reine de la mode, la
gracieuse et magnifique épouse de Charles VI, d'abord reine des bals et
des fêtes, mais qui devint bientôt la reine des guerres civiles, sans
cesser, dans un temps de sombres horreurs, de rêver somptueux costumes
et recherches d'élégance,--après les modes d'Isabeau, c'est le temps et
ce sont les modes d'Agnès Sorel, la dame de Beauté de Charles VII.

Charles VII s'endort à Bourges et ne songe guère à reconquérir son
royaume: ses maîtresses et ses plaisirs sont tout l'univers pour lui. La
grande et sainte Jehanne a endossé le harnais des hommes de guerre pour
combattre l'Anglais, elle a déjà reconquis au roi une forte partie de
son royaume; une autre femme, ni grande ni sainte, va continuer son
œuvre, Agnès Soreau de Saint-Géraud, la belle Agnès Sorel, blonde aux
yeux bleus, par la puissance et l'ascendant de la beauté, enflamme le
roi Charles, elle le lance contre l'Anglais, lui fait reprendre, ville à
ville, le reste du domaine des fleurs de lys et mériter dans l'histoire
le surnom de Victorieux.

C'est elle la victorieuse! Les _pécunes_ qui sont les nerfs des guerres
sont consacrées à payer les rudes gens d'armes, les lances et les
bombardes du roi, ainsi qu'à entretenir le luxe coûteux de la belle, à
payer les mille inventions de sa coquetterie. Ce sont dépenses de guerre
aussi, puisque le roi bataille mieux quand _Agnès l'ordonne_, comme dit
la vieille romance.

La vierge héroïque, la vaillante Jehanne, se couvrait de la cuirasse
pour mener au combat ducs, seigneurs et gens d'armes; la belle Agnès,
adorée par le roi, poursuivait d'une tout autre manière l'œuvre
nationale, elle se découvrait les épaules, inventait des corsages
indécemment décolletés jusqu'à la taille, outrait les proportions des
grands hennins à barbes flottantes... Et les armées de Charles
marchaient, emportant châteaux, villes et provinces, pourchassant les
Anglais. Agnès, en somme, mourut à la bataille, puisqu'elle trépassa
près de Jumièges pendant la reconquête de la Normandie où elle avait
suivi le roi.

La cour de Bourgogne, rivale de celle de Paris en faste comme en tout le
reste, introduit dans la mode française des éléments étrangers, de
Flandre surtout. C'est la dernière époque pour le costume du moyen âge,
l'éblouissement dernier, l'épanouissement et l'étincellement des plus
étranges somptuosités.

Les gigantesques houppelandes des hommes et des femmes ressemblent à de
grandes pièces de tapisserie,--les grandes lignes disparaissent sous la
complication. La Renaissance va venir après une période de transition et
de tâtonnements.

Que de jolies choses et de particularités intéressantes il y aurait
encore à citer dans les _atours_, _garnements_ et _parements_ des femmes
du moyen âge, dans les vêtements de cérémonie, de splendide étoffe et
d'étincelante garniture, dans les vêtements d'intérieur ou de sortie de
toutes les classes, aussi bien que dans les vêtements de voyage et de
chasse portés par les nobles dames chevauchant sur des mules richement
harnachées, ou enfourchant les grands palefrois pour courre le gibier le
faucon sur le poing.



[Illustration: Sous François Ier.]

IV

LA RENAISSANCE

Modes en largeur.--Hocheplis, vertugalles, vertugadins.--La belle
  Ferronnière.--Eventails et manchons.--Les modes tristes de la Réforme.
  --L'escadron volant de Catherine.--Dentelles et guipures.--Etats de
  services du vertugadin.--Le masque et le touret de nez.--Fards et
  cosmétiques.


A la suite des expéditions de Charles VIII, un coup de vent souffle sur
les modes du moyen âge. Les temps gothiques sont finis, le costume
masculin se transforme tout à coup et le costume féminin va changer
aussi. Ce coup de vent emporte, avec bien d'autres choses, avec notre
architecture nationale, avec notre goût national, ces hennins qui,
malgré l'apparence, tenaient si bien sur les têtes qu'ils avaient duré
près d'un siècle.

Le costume s'amollit et se complique. Le corset ou corsage remplace le
surcot, il est d'une autre couleur que la robe et tout chargé
d'ornements et ramages dorés, sous plusieurs rangs de colliers couvrant
le haut de la poitrine décolletée. Les manches aussi sont d'une autre
couleur que le corsage, ce sont de grandes ailes tailladées et
flottantes ou bien des manches de plusieurs pièces rattachées par des
aiguillettes ou des rubans, laissant voir la chemise de fine toile de
Frise bouffante aux épaules et aux coudes.

C'est le commencement des manches à bourrelets successifs et à crevés
qui vont durer si longtemps.

Les souliers _pattés_ ou à bouts carrés remplacent les souliers pointus;
on va comme toujours d'une extrémité à l'autre.

Grande variété dans les coiffures très basses maintenant. Ce sont larges
bourrelets ou turbans emboîtant l'occiput avec coiffes à dessins dorés
encadrant le front et le visage; ces bourrelets et coiffes, ornés de
réseaux perlés, se modifient dans les pays où l'influence flamande ou
rhénane lutte contre l'influence italienne, par l'adjonction sur la
coiffe d'une sorte de chapeau tailladé qui deviendra le grand béret
découpé et largement déchiqueté des lansquenets suisses ou allemands.

Ce sont ces modes qui vont régner pendant tout le temps de François Ier,
à la cour éblouissante du Roi Chevalier, et à la ville chez les nobles
dames et les bourgeoises aisées.

L'innovation principale, celle qui doit influer sur le reste du
vêtement, en déterminer en partie la coupe et les proportions, la
dominante du costume d'alors, c'est le vertugadin, dit aussi vertugalle,
vertugardien... Chose non vue encore, grande nouveauté qui va
bouleverser le costume et changer toutes les lignes.

[Illustration: Commencement de la Renaissance.]

Le vertugadin, c'est-à-dire la jupe large soutenue par une armature
quelconque, en voilà pour trois siècles, pendant trois cents ans, avec
des interrègnes plus ou moins longs, il durera sous des noms différents,
panier, crinoline, pouf, tournure, etc. Il dure encore et nous le
reverrons.

[Illustration: A LA COUR DU ROI-CHEVALIER.]

Depuis trois cents ans la largeur des jupes suit un mouvement régulier,
d'abord modeste, elle augmente peu à peu, lentement, en habituant
progressivement l'œil à ses proportions, elle arrive à une envergure
formidable, exagérée, impossible, puis elle diminue lentement reprenant
l'une après l'autre ses étapes successives.

Les femmes, qu'elle a transformées pour un temps plus ou moins long en
énormes cloches, redeviennent clochettes, elles diminuent et
s'amincissent jusqu'à disparition complète de toute apparence de
vertugadin. Les modes sont ultra collantes pour quelques années, puis un
soupçon de tournure reparaît, une illusion de vertugadin se remontre et
la progression recommence.

Vilipendé, chansonné, ridiculisé sans trêve ni merci à toutes les
époques et quelque fut son nom, il a triomphé toujours, même des édits
qui prétendaient diminuer son envergure. Et pourtant nulle puissance au
monde n'a vu se liguer autant d'ennemis enflammés contre elle, aucune
institution n'a été attaquée avec autant de vigueur et d'acharnement.

La Monarchie ou la République ont des adversaires, mais aussi des
défenseurs. Vertugadins, paniers ou crinolines avaient contre eux tous
les maris, tous les hommes! Le corset seul a eu presque autant
d'ennemis--dont il a toujours également triomphé.

Le Vertugadin, né sous François Ier, vers 1530, marque la fin du moyen
âge, mieux et plus complètement que n'importe quel changement politique.
C'est la disparition des robes collantes ou flottantes à plis droits, si
sculpturales. Un monde est fini.

Le vertugadin s'appelle premièrement _hoche-plis_. Ce nom s'applique
d'abord seulement au bourrelet godronné soutenu par une carcasse de fils
de fer qui s'attache à la taille pour donner de l'ampleur aux jupes.
Puis le nom s'étend à tout un système de cerceaux de bois ou de baleine
formant cage sous la jupe jusqu'en bas.

Le costume féminin sous François Ier est ample et majestueux plutôt que
gracieux, les robes sont de velours, de satin, de brocatelle à fleurs de
couleurs variées, avec de larges manches tombantes, doublées de zibeline
ou des manches énormes engonçant les épaules et formant comme une
succession de bourrelets jusqu'aux poignets, avec des crevés ouverts sur
des bouillons de soie claire.

Le corset à busc appelé alors basquine apparaît. Très probablement ce
n'était pas encore une armature dissimulée sous le corsage, mais bien le
corsage lui-même raidi par des baleines, du moins les descriptions assez
confuses donnent lieu de le penser.

Pour la coiffure, _attifet_, _chaperon_, _toque_ ou _toquet_, ainsi que
pour l'ornement du cou et des épaules qui sortent considérablement des
corsages,--on a rapporté de la molle et licencieuse Italie de jolies
ouvertures de corsages, que les maris pourtant auraient pu trouver
offusquantes, mais les hommes se décolletent bien aussi--les élégantes
dépensent en joaillerie et orfèvrerie plus que messieurs les maris ne
voudraient. Reines, grandes dames, bourgeoises se ruinent en chaînes
d'or, joyaux émaillés, perles, pierreries, escarboucles.

La belle Ferronnière, une des maîtresses du roi après le règne de la
duchesse d'Etampes, invente de porter une escarboucle retenue par un
fil au milieu du front. Un bijou de plus à porter quand on a déjà garni
autant que l'on pouvait la coiffure, le corsage et la ceinture d'une
étincelante joaillerie, quelle belle idée! La coiffure à la Ferronnière
a vite un très grand succès.

Voici maintenant des accessoires de toilette inconnus. Pour l'été, c'est
l'éventail de plumes, joli prétexte à garniture d'orfèvrerie, et le
manchon pour l'hiver. Manchons noirs pour les bourgeoises et manchons de
couleurs variées pour les dames nobles seulement, suivant les
ordonnances royales. Les ombrelles aussi sont venues d'Italie, seulement
elles sont trop lourdes et ne réussissent guère.

Mais voici sur l'éblouissante époque, l'éteignoir de la Réforme, les
jours troublés et tristes.

[Illustration: Les Manches à crevés.]

Etincelante, chatoyante, superbe d'ampleur somptueuse et de richesse
pendant tout le règne de François Ier, roi chevalier, prince brillant,
prodigue et ostentatif en un temps de bravoure et de «_braverie_» et
aussi de licence,--la mode va changer soudain de caractère et devenir
aussi austère qu'elle a été fastueuse, aussi sombre et lugubre qu'elle a
été éblouissante et multicolore.

C'est pendant le commencement du règne d'Henri II une véritable lutte
entre les modes tristes et les modes gaies, mais bientôt les modes
tristes triomphent et peu à peu l'éclat de l'élégance s'éteint, la mode
tourne et va bien vite des couleurs ternes et maussades au noir pur.

Les temps deviennent difficiles et tournent au noir aussi. C'est la
Réforme, les dissensions religieuses, guerres de sermons et de prêches
d'abord, puis guerre effective à coups de canon et d'arquebuses, à coups
de bûchers, ou de potences.

Le roi Henri II dès 1549 commença les hostilités contre le luxe; un édit
interdisant un grand nombre d'ornements ou d'étoffes, passements,
bordures, orfèvreries, cordons, canetilles, draps d'or ou d'argent,
satins, etc., réglementa sévèrement la mode et détermina pour les
différentes classes de la société les qualités des étoffes et jusqu'aux
couleurs.

Le droit de porter habillement complet de dessous et de dessus en rouge
cramoisi fut réservé aux princes et princesses; les dames nobles et
leurs maris ne pouvaient prendre cette éclatante couleur que pour une
seule pièce de leur costume.

Pour les dames de rang inférieur, elles avaient droit, d'abord les plus
élevées en rang, aux robes de toutes couleurs sauf le cramoisi, et les
autres au rouge éteint ou au noir. Même échelle descendante pour les
étoffes, des satins et des velours au simple drap.

De longs cris de lamentation retentirent par toute la France, quand on
voulut passer à l'exécution de l'édit.

Les dames de France, au nord comme au midi, à l'ouest comme à l'est, en
bataille serrée, défendirent courageusement, pied à pied, leurs joyaux
et leurs belles parures, leurs étoffes et leurs couleurs, discutant avec
les agents de l'autorité et trouvant mille raisons ingénieuses pour tout
sauver, pour tout garder.

Il fallut que le roi reprît la plume, qu'il complétât son édit par une
série d'articles explicatifs et détaillât point à point ce qui était
permis et ce qui était prohibé. Il faisait quelques concessions aux
dames et permettait encore quelques petites coquetteries, mais pour le
reste, ce qui fut défendu resta défendu et la loi somptuaire fut
exécutée rigoureusement.

  Le velours, trop commun en France,
  Sous toy reprend son vieil honneur...

dit Ronsard dans une épître au Roi où il loue le monarque de ses
ordonnances réformatrices.

[Illustration: La Coiffure de Catherine de Médicis.]

La sombre Catherine, l'Italienne dont le sang a empoisonné celui de la
race des Valois, l'empoisonneuse qui finira toute bouffie de crimes,
domine la Cour de France encore brillante, comme un grand fantôme noir,
emblème de l'ère de crimes et de massacres qui va s'ouvrir.

Elle laisse les recherches de la coquetterie aux dames de la Cour et à
la maîtresse de son mari, à Diane de Poitiers, la suprême beauté, la
déesse quasi mythologique de la Renaissance, que Jean Goujon sculpta
comme plus tard Canova sculptera une autre beauté princière, Pauline
Borghèse. Les plus jolies créations de l'époque, ce sont des toilettes à
tons sobres, d'une élégance sévère composant des harmonies grises ou des
harmonies en blanc et noir, les couleurs de Diane de Poitiers.

[Illustration: SOUS HENRI II.]

A la mort d'Henri, Catherine adopte, pour ne plus le quitter, le
costume de veuve, et entourée pourtant d'un essaim de jeunes et
brillantes beautés, de ses filles d'honneur qu'on appelle _l'escadron
volant de la Reine_,--escadron qui, dans les mille intrigues qu'elle
noue et dénoue, la sert plus avantageusement que des escadrons de
reîtres,--elle traverse les trois règnes tourmentés des rois ses fils,
noire des pieds à la tête, noire comme la nuit, noire comme son âme.

[Illustration: Sous Henri II.]

Large jupe noire, corsage noir en pointe, grandes ailes noires aux
épaules, collet noir relevé en forme de fraise; et pour coiffure une
sorte de chaperon ou de toquet à visière noire qui descend en pointe sur
ce front aux pensées dures et sinistres.

Ce fut Catherine, paraît-il, qui importa en France, en arrivant de
Florence pour son mariage, les fraises qu'adoptèrent rapidement les
hommes et les femmes.

Il y en avait de toutes sortes, de modestes et d'inouïes, de très
simples en linge godronné et d'autres en merveilleuses dentelles.
Invention charmante et superbe, incommode sans doute comme bien d'autres
inventions de la mode, mais qui encadrait si bien dans les rosaces et
les rinceaux de la plus fine dentelle, qui sertissait comme un bijou
précieux la figure de la femme.

C'étaient des chefs-d'œuvre de cet art si féminin de la dentelle où
brillait toute l'élégance décorative de la Renaissance; les mêmes
artistes qui ciselaient le bronze, l'argent et l'or, qui sculptaient ces
fines décorations de pierre sur les façades des palais, fournissaient
les dessins de ces fraises; la dentelle avait ses Benvenuto Cellini, à
Bruxelles, à Gênes et surtout à Venise, premiers centres de fabrication.

Mais les fraises ne prirent pas tout de suite ces belles proportions,
qu'elles n'atteignirent que sous Henri III. Elles furent d'abord de
simples collerettes à plis ronds ou godrons qui enserraient le cou
jusqu'aux oreilles, fraises austères et fermées d'un temps qui
s'assombrissait de plus en plus; l'austérité protestante gagnait
rapidement et si les catholiques conservaient leurs habitudes et leurs
mœurs plus faciles, les querelles de religion avaient pris toute leur
âpreté et la guerre civile planait sur la France.

Sous le règne éphémère de François II, qui vit passer à la cour de
France la figure auréolée par le malheur de la pauvre Marie Stuart, sous
celui de Charles IX, les costumes ont une élégance sobre et discrète.
Comme les pourpoints des hommes, les corsages sont tailladés, ainsi que
les manches raides et bouffantes en haut.

Les seuls bijoux sont quelques boucles et pendants de ces grandes
ceintures dites cordelières, des garnitures d'aumônières, un collier
sous la collerette, petite fraise à godrons qui se trouve aussi aux
poignets.

Le chancelier de l'Hôpital, ennemi de la trop grande ampleur des
vertugadins, les avait un peu dégonflés et diminués par une sévère
ordonnance en 1563, par laquelle il interdisait également aux hommes les
hauts de chausses rembourrés. Mais à un passage du roi Charles IX à
Toulouse, les belles Toulousaines étant venues implorer un adoucissement
aux rigueurs de l'austère chancelier, le roi, plus clément qu'il ne se
montrera plus tard aux Huguenots, fit grâce au vertugadin et lui permit
de reprendre ses monumentales proportions.

Ne nous moquons pas de cette ampleur des vertugadins, un jour elle sauva
la France s'il est vrai, comme la chronique le dit, que Marguerite de
Valois put préserver les jours d'Henri de Navarre son mari, en le
cachant sous un immense vertugadin quand les massacreurs de la
Saint-Barthélemy se mirent à dépêcher à coups de hallebarde les
huguenots qu'on avait logés au Louvre à l'occasion des noces d'Henri et
de Margot.

[Illustration: Sous Charles IX.]

Les modes s'assombrissent comme le temps, comme l'architecture, comme le
mobilier, comme tout. C'est une loi générale, l'architecture est sévère,
ce n'est plus l'exubérance débordante, la gaieté païenne de la
Renaissance, les formes sont plus contenues. Après une débauche
d'inventions souriantes, l'architecture fait pénitence. Le mobilier qui
garnit ces hôtels renfrognés est raide et gourmé.

Voyez ces tables et ces sièges carrés, sans ornements ni sculptures, de
bois brut recouvert d'étoffe sombre semée de gros clous. C'est le style
catafalque.

Dans ces architectures sévères, dans ces appartements qui semblent
revêtus de tentures d'enterrement, s'agitent des gens à costumes
tristes. Longues robes tombant sur de larges vertugadins et collets
montants; le buste est emprisonné et comprimé durement dans un raide
corset à busc fermant par derrière, dans une armature solide appelée un
_corps piqué_, que recouvre un corsage d'étoffe raidie et baleinée
aussi.

Pour sortir dans la rue, les femmes ajustent sous leurs chaussures des
patins légers à semelles de liège, ce qui s'est déjà fait aux siècles
précédents, mais on raille beaucoup les femmes de petite taille qui ont
pris pour habitude de se jucher sur des patins formidables, ou de se
hausser par des souliers à nombreuses semelles superposées.

Pour la coiffure, c'est la coiffe de réseau, la pointe sur le front
faisant de la figure une sorte de cœur, ce que nous connaissons surtout
sous le nom de coiffe à la Marie Stuart, ou bien c'est le chaperon de
velours noir, une sorte de chapeau assez peu seyant.

Il est de mauvais ton pour les dames nobles et même pour les bourgeoises
de sortir sans masque. Étrange mode, ce masque noir est encore une note
triste ajoutée à un ensemble déjà bien sombre.

Les masques, de velours noir, sont courts, laissant voir le bas du
visage, ou à mentonnière; ils s'attachent derrière les oreilles ou bien,
ce qui est plus raffiné, se maintiennent au moyen d'un bouton de verre
tenu avec les dents. Cette mode passant des femmes de qualité aux toutes
petites bourgeoises durera longtemps, jusque sous Louis XIII.

Le masque cependant est coquet, il y avait moins joli, il y avait le
_touret de nez_, pièce d'étoffe noire attachée par les côtés au
chaperon, qui s'ajustait sous les yeux et cachait tout le bas du visage,
invention bizarre et peu séduisante qui ressemblait, en laid, au voile
de figure des femmes du Caire.

Ces tourets de nez, paraît-il, ont leur raison d'être et leur utilité.
Ne les soulevons pas. Les dames se fardent outrageusement suivant une
mode venue d'Italie avec Catherine de Médicis, elles se peignent comme
de simples Caraïbes et s'appliquent sur les joues, sous le touret de
nez, les couleurs les plus vives et les plus dangereuses pour
l'épiderme. Les visages féminins sont enduits de plaques de vermillon,
ou bien, sous prétexte d'entretenir la fraîcheur du teint, de pommades
et de drogues vraiment peu ragoûtantes.

Horrible!

Une _Instruction pour les jeunes dames_ donne des indications sur la
composition de ces «_oints_» ou plutôt de ces fricassées déplorables où
il entre de la térébenthine, des fleurs de lis, du miel, des œufs, des
coquilles, du camphre, etc., le tout cuit dans l'intérieur d'un pigeon,
trituré et distillé ensuite.

Pouah! le touret de nez paraît assez indispensable après cela.

[Illustration: DAME DU TEMPS DE CHARLES IX.]

Le florentin René, amené par Catherine, fournissait aux belles dames de
la cour fards, parfums et cosmétiques; on sait qu'il cuisina souvent
pour la reine mère d'autres fournitures plus nuisibles destinées à
supprimer avec élégance et discrétion les gens embarrassants.

[Illustration: Etoffes ramagées.]

Quelle époque! d'un bout du royaume à l'autre, dans le mélange des
partis en lutte, on se dispute, on se hait, on se bat. Pendant trente
ans tout est bouleversé, les armées catholiques et huguenotes se
poursuivent par les provinces, mettant tour à tour les villes à sac,
brûlant les châteaux les uns des autres, guerre sans merci où les femmes
et les enfants sont enveloppés, guerre de surprises et de massacres.

Les villes sont assiégées, les campagnes sont ravagées par les argoulets
et arquebusiers catholiques, par les reîtres protestants, les châteaux
et manoirs enlevés par de rapides coups de main... Il faut fuir quand on
ne se sent pas le plus fort, ou périr...

On comprendrait, qu'en ces lugubres temps, les costumes des femmes se
soient un peu masculinisés. Les pauvres femmes ont si souvent besoin,
pour se tirer d'affaire dans les moments difficiles, d'enfourcher
chevaux ou mules, de chevaucher comme les hommes!

Ainsi, en 1568, Condé surpris en pleine paix, dut, pour échapper aux
troupes de Catherine, s'enfuir de son château de Noyers près d'Auxerre
et courir jusqu'à la Rochelle, échapper aux partis de cavalerie,
traverser la Loire à gué, avec sa femme enceinte portée dans une
litière, avec trois enfants au berceau, la famille de l'amiral Coligny,
celle d'Andelot, nombre d'enfants et de nourrices...

Les femmes empruntèrent au costume masculin une espèce de pourpoint à
hauts de chausses qui se mettait sous la robe. Ces _caleçons_, ainsi
s'appelaient-ils, permettaient, malgré les larges jupes, d'enfourcher
plus commodément les arçons.

Les vertugadins continuaient à se porter et à grandir malgré tout

  Et les dames ne sont pas bien accommodées
  Si leur vertugadin n'est large dix coudées,

dira bientôt un satirique _Discours sur la mode_.

[Illustration: Au temps de la Réforme.]



[Illustration: Coiffure et Collerette Valois.]

V

HENRI III

La cour du Roi-Femme.--Les grandes fraises plissées, godronnées ou en
  cornets.--Les femmes-cloches.--Les grandes manches.--Horribles méfaits
  du corset.--La reine Margot et ses pages blonds.


Le règne de Henri III n'apporte aucun changement dans la situation. Les
temps furent plus sombres peut-être et le pays plus bouleversé.
Cependant malgré la sainte Ligue, malgré le redoublement des guerres
civiles, malgré l'incendie de ses provinces et le sang qui coulait de
partout, Henri III, roi de la France tiraillée à quatre chevaux, prit en
main le sceptre de la mode.

Après le sombre Charles IX, dédaigneux du luxe et des affiquets de la
toilette, venait un roi mignard, frisé, fraisé, musqué, fardé, qui, tout
en renouvelant les édits de Charles IX contre le luxe, lançait la cour,
et après la cour tout ce qui peut suivre la mode, dans un débordement de
folies luxueuses, de somptuosités excentriques et extravagantes.

Sous ce roi de _l'île des Hermaphrodites_, comme des pamphlets
l'appelèrent, le roi-femme, et l'homme-Reine de d'Aubigné:

  Son visage de blanc et de rouge empâté,
  Son chef tout empoudré nous montrèrent l'idée
  En la place d'un roi d'une fille fardée.

tout est désordonné et déréglé à la cour. «Le luxe et les débordements
sont tels que la plus chaste Lucrèce y deviendrait une Faustine,» dit la
chronique de l'Étoile.

Le royaume de la mode lui-même est bouleversé, il n'y a plus de
frontières naturelles et les modes se confondent pour les deux sexes. Le
roi, par un goût singulier, féminisa le plus possible ses costumes,
cherchant ce qui pouvait se prendre aux modes féminines, depuis la
coiffure jusqu'à l'éventail.

Comme les dames de la cour, le roi et ses mignons adoptèrent les
colliers de perles, les boucles d'oreilles, les dentelles de Venise et
les grandes fraises. Comme les dames, pour entretenir la fraîcheur de
leur teint, ils se fardèrent et se cosmétiquèrent d'une façon ridicule,
allant jusqu'à mettre la nuit des masques et des gants enduits de
pommade; étranges modes efféminées pour un temps de poignards levés et
de périls constants.

Ces _mignons et popelirots_ ne portaient-ils pas comme les dames une
sorte de corset pour faire taille fine, le pourpoint à busc descendant
très bas en pointe, devenu bientôt le ridicule pourpoint à panse
rembourrée formant une espèce de ventre pointu à la façon de
Polichinelle. Ne se coiffaient-ils pas de la toque féminine ornée de
plumes et de pierreries...

Les femmes ne prirent rien aux modes masculines, mais elles se
rattrapèrent en exagérant considérablement les dimensions et
l'ornementation de tous les éléments du costume, en recherchant la
somptuosité des étoffes, en se surchargeant encore d'accessoires et de
joaillerie. C'est Marguerite de Valois, sœur du Roi, la reine Margot
d'Henri IV qui mène la mode, et moins le ridicule que la grâce féminine
esquive, elle fait bien le pendant de l'étonnant Henri III, le satrape
musqué et fardé qui empèse et godronne lui-même ses fraises et celles de
la reine, et se promène avec des petits chiens sur les bras ou le
bilboquet à la main.

[Illustration: Toilette de Cour.]

Les fraises ont pris des proportions fantastiques, ce sont d'immenses
cornets évasés, soutenus par des fils de laiton, de magnifiques
dentelles ou broderies de point de Venise, qui partant du corsage,
laissent voir les épaules et montent derrière la tête jusque par-dessus
la coiffure. La figure fardée ainsi encadrée dans cette dentelle à
pointes, c'est une fleur éclatante ou un fruit, ou plutôt c'est une
tête d'idole, trop apprêtée, peinte et repeinte, ruisselante de
bijouterie et de clinquant.

[Illustration: TOILETTE DE COUR HENRI III.]

Encadrement de corsage en joaillerie, or, pierreries, perles, colliers,
boucles d'oreilles, perles et diamants à la coiffure, les princesses
et les grandes dames étincellent. Les coiffures sont très basses, les
cheveux arrangés en pointe sur le front et relevés en rouleau sur les
tempes, dessinent un cœur que couronne un simple cercle orné de pierres
et de perles fines.

[Illustration: Le Masque.]

Sur les corsages et sur les jupes, des lignes de perles forment des
quadrillés ou des losangés. La ceinture à pendants très longs, est en
joaillerie également; à l'extrémité pend un petit miroir, précieusement
encadré, que les dames ont à tout instant à la main, pour vérifier
l'état de cette précieuse toilette si difficile à porter, de ces fraises
immenses, d'une si haute et si majestueuse élégance, pour lesquelles les
dames sont à la gêne dans les réunions et dans la presse des fêtes de la
cour.

Il suffit pour en juger de voir au Louvre un tableau du temps,
représentant un bal à la cour, aux fêtes données pour le mariage du duc
de Joyeuse avec la belle-sœur du roi, noces fameuses, célébrées avec un
faste inouï par vingt-cinq ou trente journées de festins, de joutes ou
de mascarades, pendant lesquelles toute la cour, les princes et
princesses, seigneurs et nobles dames rivalisèrent de richesses et de
somptuosités folles, dans leurs toilettes renouvelées de fête en fête.

D'après ce tableau des noces de Joyeuse, attribué à Clouet, les
seigneurs et les nobles dames rivalisèrent surtout de ridicule dans
leurs ajustements. Ce ne sont que corsages à pointes, fantastiquement
serrés ou pourpoints à abdomens pointus, qui donnent aux uns et aux
autres, des apparences d'insectes, fines guêpes ou gros bourdons.

[Illustration: Les Manches bouffantes.]

Ces corsages, dont les buscs n'en finissent pas, ont des manches énormes
et rembourrées, aussi grosses aux épaules que le corps tout entier,
formées d'une succession de gros bourrelets à crevés, bordés de perles
ou de clinquant, avec des poignets de fine dentelle assortis à la
fraise.

Quant aux vertugadins, ils ballonnent et s'élargissent considérablement,
ce sont maintenant plus que des cloches, ce sont de vastes soupières
renversées, sur lesquelles on porte deux robes superposées, la robe de
dessus, de riche brocart ou d'étoffes chargées de mille broderies,
s'ouvrant pour laisser voir l'autre, laquelle est de couleur différente
et non moins ornementée.

Au plus épais des troubles et confusions, quand ligueurs, royaux et
huguenots se heurtaient, s'arquebusaient et se pendaient d'un bout du
royaume à l'autre, Damville, l'aîné des trois fils du connétable de
Montmorency, qui avait levé la lance pour un quatrième parti, celui des
politiques, allié dans le Midi aux huguenots, dut une belle chandelle à
l'invention de ces encombrants vertugadins. Cerné dans Béziers, il
allait être pris et courait grands risques, mais une de ses parentes,
Louise de Montagnard, femme de François de Tressan, l'enleva dans son
carrosse, caché sous l'étalement de son immense vertugadin, et le fit
passer à la barbe de ses ennemis.

[Illustration: Le petit manteau Henri III.]

C'est le second sauvetage opéré par le vertugadin; peut-être aurait-il à
faire valoir bien d'autres actes de service, si l'histoire avait daigné
les enregistrer. La crinoline, que nous avons connue, n'a pas de haut
fait pareil à son actif. Sa vaste envergure fut aussi utilisée, non pour
de si dramatiques évasions, mais seulement par d'ingénieuses fraudeuses,
qui se contentaient d'accrocher sous leurs jupes, à ses cerceaux, des
objets soumis aux droits.

[Illustration: Sous Henri III.]

Le corset n'est plus la simple _basquine_, assez inoffensive des
commencements, le _corps piqué_ qu'endurent, sous prétexte de
s'avantager la poitrine, les belles dames de ce temps, c'est un
véritable instrument de torture, un moule dur et solide dans lequel il
fallait entrer, souffrir et rester, malgré les éclisses de bois qui
«entraient dans la chair, mettaient la taille à vif et faisaient
chevaucher les côtes les unes par-dessus les autres,» ce sont Montaigne
et Ambroise Paré qui le disent, et ce dernier pouvait en savoir quelque
chose.

Comme le vertugadin et plus que le vertugadin, le corset passera les
siècles, durera à travers toutes les modes, malgré toutes les attaques,
malgré les médecins qui l'excommunient avec unanimité, victorieux de
tous et de toutes, victorieux contre l'évidence. Les absurdes mignons
d'Henri III l'ont bien un moment fait adopter par les hommes!

Les beautés célèbres du temps, Mme de Sauves, la reine Margot, dans
leurs atours de cérémonie, avec tous leurs joyaux et pierreries, dans
leurs corsages raidis et luisants, couverts de rinceaux d'or, ont l'air
de déesses revêtues de cuirasses damasquinées. Ne m'approchez pas,
disent les grandes fraises à pointes de ces beautés, qui pourtant ne
sont guère inaccessibles.

[Illustration: La Reine Margot.]

Cette folie de luxe, à une époque si sombre pourtant, a gagné toutes les
femmes. Il n'est pas de femme de petite noblesse, de femme de robin, de
bourgeoise qui n'essaie d'approcher des grands modèles, au grand
déplaisir des maris, au grand péril des fortunes déjà bien atteintes par
les malheurs des temps.

[Illustration: GRANDE TOILETTE MÉDICIS.]

Le brillant XVIe siècle, le siècle de la Renaissance, illustré par tant
d'artistes et de lettrés, tant d'étincelants chevaliers et de dames
éblouissantes, le XVIe siècle finit mal cependant. Il plane sur cette
fin, sur cette époque d'Henri III, aux raffinements corrompus, sur la
cour et la ville, sur ces belles et nobles dames, sur ces reines
vénéneuses, sur ces mignons et ces raffinés, une telle odeur de sang,
que dans ce bouleversement et dans cette corruption sociale, ce n'est
pas de trop de tous les parfums violents dont on use, de ce musc et de
cette ambre pour la masquer.

[Illustration: Grande Fraise Henri III.]

Marguerite de Valois, fleur au parfum dangereux, survivra à ce temps et
finira en 1615, quelques années après Henri IV, son ex-mari; elle finira
vieille coquette, fardée et musquée, essayant, malgré l'âge, malgré
l'embonpoint qui détériore sa prestance d'ex-déesse, de garder les
grâces solennelles et apprêtées de son beau temps et ses grands costumes
d'apparat, traînant une petite cour de ses châteaux du Languedoc à son
logis parisien de l'hôtel de Sens qui existe encore, distinguant de
temps à autre quelque trop joli cavalier, ou quelque gentil jeune page,
de ces pages qui occupaient déjà la chronique en ses belles années,
quand on l'accusait de les faire tondre pour se fabriquer des perruques
blondes avec leur toison.

Tout à la fin de cette reine, devenue la grotesque Margot, l'un de ces
pages préférés ayant été dagué dans l'hôtel même par un jeune écuyer,
jaloux de posséder les bonnes grâces de la vieille reine, Marguerite
entra en fureur comme une lionne blessée, et pour venger l'objet de ses
dernières amours, elle prétendit exercer féodalement le droit de haute
justice dans sa maison; elle condamna le coupable à mort et le fit
décapiter sans désemparer, sous ses yeux affamés de sang, devant le
populaire assemblé dans le carrefour, sur la porte même de l'hôtel de
Sens.



[Illustration: La fraise collerette.]

VI

HENRI IV ET LOUIS XIII

Retour à une simplicité relative.--Les femmes-tours.--Hautes coiffures.
  --Excommunication du décolletage.--Les robes à grands ramages de
  fleurs.--Collets montés et collets rabattus.--Tailles longues.--Les
  édits de Richelieu.--La dame suivant l'édit.--Tailles courtes.


Il y a des siècles qui ont la vie dure, et d'autres qui meurent avant
l'âge, le XVIe siècle, de complexion sans doute particulièrement
robuste, se prolongea jusqu'à la fin du règne du Béarnais, avec ses
idées et ses mœurs, ses façons et ses modes. On verra plus tard le
XVIIe durer de même avec Louis XIV au détriment du XVIIIe, et ce pauvre
et charmant XVIIIe finir tristement avant l'âge, de mort subite en
l'année 89.

Ces années de grâce du XVIe siècle sous le sceptre du roi Henri, sont
une convalescence après les longues années de fièvre chaude; la France,
que la maladie a mise si bas, renaît, le poison qu'elle avait dans les
veines est expulsé, tout se répare, se nettoie et s'assainit.

Après les raffinements ridicules et maladifs du règne de Henri III, le
costume prend un caractère sans façon, un aspect de bonne et simple
franchise, s'il peut y avoir de la franchise dans le costume. C'est
cependant presque le même costume, mais simplifié dans les lignes et
débarrassé de ce qu'il avait de surabondant et de trop cherché dans les
détails.

Les modes sont moins élégantes, certainement, celles des femmes comme
celles des hommes; elles ont bien des ridicules aussi, mais ce sont des
ridicules naïfs. On est sorti de la prétention excessive, de la grâce
raffinée et corrompue; en allant dans la simplicité, on est tombé dans
la lourdeur et la gaucherie, pourtant de cette lourdeur inélégante mais
saine, se dégagera bientôt la grâce cavalière du costume Louis XIII. Il
ne faut cependant pas prendre ce mot simplicité au pied de la lettre:
hâtons-nous de dire que cette simplicité n'est que très relative.

Les jours d'apparat, les dames arboraient encore la même quantité de
joailleries et de pierreries que par le passé. La reine qui a remplacé
Marguerite de Valois après le divorce,--une deuxième alliance Médicis
qui ne paraît pas avoir trop réussi au Béarnais, bien payé déjà pour se
souvenir de Catherine--la reine de la main droite Marie de Médicis et la
reine du côté cœur Gabrielle d'Estrées, duchesse de Verneuil, et les
autres belles dames, se montraient «aux fêtes, ballets, mascarades et
collations, richement parées et magnifiquement atournées et si fort
chargées de pierres et pierreries qu'elles ne pouvaient se remuer».

La reine montra lors d'une grande occasion, une robe, «étoffée de
trente-deux mille perles et trois mille diamants,» et à son exemple les
grandes dames et les dames de moyenne étoffe dépensaient volontiers plus
que leurs revenus, en somptuosités, en habillements de brocart, satins,
damas admirables, ramagés et passementés d'or, chargés et surchargés de
clinquant et de joailleries diverses.

Voilà une bien étrange simplicité, et pourtant quand on examine tableaux
et estampes du temps, ces documents n'en montrent pas moins une grande
différence entre les suprêmes raffinements des modes de Henri III et
l'élégance un peu mastoque du temps de Henri IV.

Les coiffures sont plus hautes, les têtes se surchargent de cheveux
achetés chez le coiffeur, à la couleur à la mode.

Pour un temps les perruques des règnes de Louis XIV et Louis XV
apparaissent, mais sur la tête des dames: perruques brunes ou blondes,
perruques de simple filasse même, pour celles qui ne pouvaient s'offrir
mieux. Et avec les perruques la poudre aussi se montre. C'est plutôt un
empois mélangeant la pommade aux poudres les plus diverses, depuis les
fines poudres parfumées à la violette et à l'iris, jusqu'à la poudre de
chêne pourri, et à la simple farine pour les naïves campagnardes.

Ce temps voit aussi éclore les mouches qui reparaîtront également au
XVIIIe siècle, mais ce sont d'abord des mouches larges comme des
emplâtres et d'un aspect moins séduisant que les coquettes
«_assassines_» de plus tard.

Les femmes du peuple et de la petite bourgeoisie ont gardé l'ancien
chaperon, coiffure modeste, pendant que les femmes de la haute classe,
coiffées en cheveux avec perles et bijoux, adoptent pour sortir le
chapeau ou la toque à petit bouquet de plumes.

Voici le portrait d'une dame à la mode:

En ces temps heureux de vivre et de respirer, après tant de sombres
années, une élégante est sanglée et comprimée dans un corsage dur et
rigide, fortement armé de baleines, une véritable gaine descendant tout
d'une pièce, sans indication de modelé, en longue pointe sur la jupe.

[Illustration: Toilette de Cour Henri IV.]

Il faut dire qu'on se rattrape de cette mise à la _gehenne_ par le
décolletage du corsage, très libéralement échancré en pointe aussi, trop
libéralement même, puisque Sa Sainteté le Pape se croit obligé
d'intervenir et menace d'excommunication les belles qui continueront à
se décolleter dans des proportions exagérées.

[Illustration: DAME LOUIS XIII.]

Cette menace d'excommunication--amende à payer seulement là-haut--n'a
pas beaucoup d'effet, et les grandes fraises, les collets montés de
magnifiques dentelles soutenues de fils d'archal, continuent à
encadrer les opulences du corsage. La fine dentelle va si bien autour de
la chair, elle fait si bien ressortir les épaules et les épaules font si
bien valoir les merveilles des points de Venise ou de Flandre, cette
délicate et si artistique orfèvrerie à l'aiguille!

[Illustration: La belle Gabrielle.]

D'énormes manches qui ne sont pas des manches tiennent au corsage. Ce
sont des ailes ouvertes fendues dès l'épaule, descendant très bas,
garnies de boutons serrés qui ne se boutonnent pas. La vraie manche
paraît en dessous, toujours rembourrée et remontante aux épaules,
terminée par des poignets en dentelles appelés rebras.

Les jupes sont moins ballonnées que jadis, le vertugadin est plus
modeste, c'est une simple cloche lourde et tombant droit, ou plutôt cela
ressemble à la grosse caisse bariolée d'un bataillon de Suisses, mais
les hanches sont renflées en coupole et accusées de façon grotesque par
un rang de tuyaux godronnés de la même étoffe que la robe.

Il est assez difficile aux femmes d'avoir avec cela une démarche
élégante et légère; cependant les beautés de l'époque tiennent à ces
jupes et l'idéal de la grâce est d'affecter en marchant un dandinement
de canard pour leur donner un balancement rythmique.

Une dame élégante a sous la robe trois autres jupes qu'elle doit montrer
en se retroussant élégamment, trois autres jupes d'ornementation et de
couleurs différentes.

Dans la liste des étoffes et des couleurs à la mode, elle a de quoi
choisir, nous avons alors une série de noms aussi drolatiques que ceux
inventés plus tard par le capricieux XVIIIe siècle.

  _Couleur triste amie, ventre de biche, face grattée, couleur de rat,
  fleur mourante, singe mourant, couleur de veuve réjouie, de temps
  perdu, de trépassé revenu, Espagnol malade, péché mortel, jambon
  commun, racleur de cheminée, etc._

Le temps de la régence de Marie de Médicis est une époque de transition
entre les modes du XVIe et celles du XVIIe siècles; le vrai costume
Louis XIII ne se dégagera complètement des derniers vestiges des modes
de la Renaissance que vers 1630, à l'époque des édits réformateurs de
Richelieu qui, prohibant draps et brocards d'or et d'argent, broderies
et passementeries de fils d'or, dentelles, points coupés, forcèrent les
élégants à se contenter d'étoffes et de lingeries plus simples et
induisirent les tailleurs de robes et d'habits à chercher des formes
nouvelles.

Pendant la première partie du règne, la mode se dégage lentement de sa
lourdeur, le vertugadin diminue peu à peu et le si disgracieux
renflement godronné au-dessus des hanches disparaît, remplacé par un
retroussis à grands plis de la jupe de dessus.

Le vertugadin humilié a passé la frontière, il règne en Espagne où sous
le nom de _guarde infante_, il prend de si colossales proportions que
l'autorité veut par des édits, comme en France, arrêter leur
développement. A l'amende s'ajoute la saisie et l'exposition publique
des objets prohibés. L'édit, sévèrement appliqué, suscita des
résistances violentes et des émeutes où le sang coula.

Le vertugadin eut la vie si longue de l'autre côté des Pyrénées que les
galants de la cour de Louis XIV le revirent avec surprise porté par les
dames de la cour espagnole lors de l'entrevue dans l'île de la
Conférence pour le mariage de Louis avec Marie-Thérèse.

En France, la recherche, la richesse et le faste, la multiplicité des
ornements, la surcharge de joaillerie se remettent à dominer dans la
mode et toutes les dames, même celles de la plus simple bourgeoisie
donnent dans l'abus des superfluités coûteuses et du clinquant.

[Illustration: D'après Callot.]

Comment «une galante femme en habits se comporte,» un poète satirique va
nous le dire:

  Il lui faut des carcans, chaînes et bracelets,
  Diamants, affiquets et montants de collets,
  Pour charger un mulet, et voire davantage...
  Il lui faut des rabats de la sorte que celles
  Qui sont de cinq ou six villages damoiselles;
  Cinq collets de dentelle haute de demi-pié
  L'un sur l'autre montés...

Si les vertugadins ont diminué, les fraises ont plutôt gagné en hauteur
et développement; les grands portraits de Rubens et ensuite ceux de Van
Dick nous montrent ces fraises de la dernière période, en
demi-circonférences s'évasant derrière la tête.

Mais les estampes de Callot et d'Abraham Bosse vont nous renseigner sur
les modes parisiennes d'avant et d'après les édits de Richelieu.

Callot qui avant 1630 a dessiné de sa merveilleuse pointe tant
d'élégants et pittoresques cavaliers en pourpoint de soie ou de buffle,
tant d'officiers en hongreline, à petites bottes et grandes flamberges,
de seigneurs bien XVIIe siècle, dans ces costumes si charmants et d'une
si jolie crânerie, portés avec tant de prestance et de laisser-aller, a
gravé aussi quelques costumes de femmes, qui, bien que de la même époque
sont encore un peu dans le style des modes du siècle précédent.

Ces dames portent encore les robes à taille longue serrée dans le _corps
piqué_ rigide, les manches à bourrelets avec crevés tailladés en grande
ou petite _déchiquetade_, de couleurs vives, les jupes relevées sur le
vertugadin rétréci.

Elles sont chaussées de souliers à pont-levis, avec attaches sur le coup
de pied, une mode nouvelle.

  Les bourgeoises non plus que les dames ne vont
  Nulle part maintenant, qu'avec soulier à pont,
  Qui aye aux deux côtés une large ouverture
  Pour faire voir leurs bas, et dessus pour parure
  Un beau cordon de soie en nœud d'amour lié...

Ceci décrit suffisamment le soulier Louis XIII d'une si cavalière
élégance. Le Musée de Cluny dans sa riche collection de chaussures en
possède d'admirables, très découpés et décorés d'ornements noirs sur le
cuir fauve et d'autres plus simples avec le nœud de rubans dit _nœud
d'amour_.

Les découpures laissaient voir les bas de soie incarnat, couleur à la
mode; pour sortir on ajoutait à ces souliers des patins de velours
cramoisi à très hautes semelles.

[Illustration: Fraise Médicis.]

Les gants des élégantes étaient non moins jolis, ornés de dessins sur le
dos et d'arabesques brodés sur le grand crispin emboîtant le poignet.

[Illustration: FIN DU RÈGNE DE LOUIS XIII.]

De vives chamarrures, de grands ramages de fleurs courent sur toutes les
robes comme ils couvrent toutes les étoffes du temps. Le jardin des
plantes, autrefois jardin du Roi, doit sa création à cette mode; le
noyau primitif fut sous Henri IV le jardin d'un horticulteur avisé où
toutes les sortes de plantes françaises ou étrangères étaient cultivées
en vue de fournir des modèles aux dessinateurs d'étoffes ou de
broderies.

[Illustration: Corsage Louis XIII.]

Les coiffures varient. Longtemps à cause des grands collets des fraises,
elles sont restées très hautes, ondées ou frisées en bonnet d'astrakan
et ornées seulement de bijoux. Plus tard les fraises s'abaissent tout à
coup et se séparent _en rabats_ de dentelle de _point coupé_, rabattus
sur l'échancrure carrée du corsage, et en _collets abaissés_, sinon
rabattus aussi.

La coiffure peut s'abaisser aussi avec ces fraises basses; on forme un
petit chignon dit _culebutte_ derrière la tête et on encadre la figure
de jolies boucles tombantes ou frisées. Cette mode s'exagère un peu, les
femmes se font avec leur coiffure frisottée et les petites mèches
plaquées sur le front, une tête ronde comme une boule.

Viennent les édits de Richelieu qui veut empêcher l'or de France de s'en
aller, au détriment du commerce français, enrichir les manufactures
étrangères en achats de passementeries de soie de Milan et de dentelles
ou broderies, les édits qui prohibent ensuite les galons et franges,
parfilures et canetilles enrichies d'or et d'argent, en ne permettant
que les galons étroits de simple étoffe; le costume va changer tout à
coup,

    Il faut serrer ces belles jupes
    Qui brillent de clinquants divers.
    On a pris les dames pour dupes,
  Leurs habits n'en seront point couverts,

dit une dame dessinée par Abraham Bosse en 1634 après les édits et la
réformation du costume.

[Illustration: Bourgeoise Louis XIII.]

Changement radical, plus de surcharge d'ornements, plus d'étoffes à
ramages, plus de fines dentelles de Venise ou de Bruxelles. La dame
_suivant l'édit_ d'Abraham Bosse porte sur une jupe plate, à plis
tombant droit, sans le moindre soupçon de vertugade, un corsage à
basques, à taille très haute serrée par un simple ruban, des manches
larges, ouvertes sur une manche de dessous très simple sans la moindre
broderie ni garniture.

La grande fraise, le grand collet monté ou rabattu est remplacé par un
grand rabat de lingerie qui monte jusqu'au menton. Il n'y a plus dans ce
costume aucun reste des modes du XVIe siècle définitivement trépassées.

Mais ce costume extrêmement simple, d'une sobriété qui touche à
l'austérité, restera celui des toutes petites bourgeoises, des bonnes
ménagères à qui les édits somptuaires ne causent pas grand souci ni
douleur; c'est en somme dans les grandes lignes, le costume actuel des
sœurs de Saint-Vincent de Paul, aux couleurs près.

Les belles dames vont prendre ce modeste costume d'après les édits et le
transformer bien vite et en faire un des ensembles les plus élégants et
les plus charmants que la mode ait inventés, un type vraiment
remarquable de haute distinction, juste au moment où le costume masculin
si dégagé, si cavalier des premiers temps de Callot, va se modifier en
mal, devenir lourd et guindé avec les justaucorps à taille sous les
bras et les hauts de chausses tombant au mollet.

[Illustration: Fin du règne de Louis XIII.]

La robe s'ouvre du haut en bas, laissant voir un devant de corsage de
satin clair orné d'aiguillettes et terminé en pointe arrondie sur une
jupe de dessous de soie ou satin mordoré. La robe de dessus ainsi
largement ouverte et assez longue, a tous ses plis sur les côtés ou par
derrière.

Les manches bouffantes sont coupées en minces bandes du haut en bas,
rattachées sur la saignée par un ruban ou simplement ouvertes sur une
riche manche de dessous et garnies sur l'ouverture d'aiguillettes ou de
nœuds de rubans.

Plus de collets montés, rien que des collets rabattus. Ces grands
collets et rabats de lingerie ont bien vite repris quelques riches
broderies, dont les pointes tombent maintenant très bas sur les épaules
et sur les bras, en même temps que de hautes manchettes dentelées et
découpées de la même broderie montent des poignets jusqu'au coude.

Et touffes et bouffettes de rubans partout, rosettes au corsage;
guirlandes de rosettes à la ceinture, et colliers de perles tombant dans
le corsage, carcans de bijouterie serrés au cou, diamants et pierres sur
les aiguillettes et les ferrets. Voici la dame à la mode de 1635 qui
s'en va promener ses riches atours à la Place Royale parmi les galants
à moustaches retroussées, qui papillonnent sous les arcades.

Ce sera tout à l'heure le costume des héroïnes de la Fronde, des
duchesses liguées contre Mazarin, et cela deviendra en se modifiant peu
à peu le grand costume des fêtes éblouissantes de la cour de Louis XIV.

[Illustration: Elégante Louis XIII.]



[Illustration: Marion.]

VII

SOUS LE ROI-SOLEIL

Les héroïnes de la Fronde.--De la Vallière à la Maintenon.--Les robes
  dites transparentes.--Triomphe de la dentelle.--Le roman de la mode.
  --Les Steinquerques.--La coiffure à la Fontanges.--Le règne de
  Mme de Maintenon ou trente-cinq ans de morosité.


Le règne du grand roi. Le règne des architectures étalant une somptuosité
d'apparat, une solennité majestueuse et le règne des perruques
également solennelles et majestueuses, des modes d'un luxe écrasant, où
la superbe écrase un peu l'élégance!

[Illustration: A LA COUR DU ROI-SOLEIL.]

Le grand siècle! la grandeur poussée jusqu'au gonflement et la splendeur
jusqu'à la surcharge, la même lourde magnificence dans le style des
hôtels ou des palais, demeures des nobles seigneurs emperruqués, dans le
mobilier noble et pompeux que dans l'habillement masculin et féminin et
dans les fantaisies raffinées du costume.

Le grand règne a un prologue légèrement agité, la Fronde, qui donne
occasion aux belles dames de faire un peu de galante politique et de se
donner une petite idée des émotions de leurs grand'mères du temps de la
Ligue. La mort a desserré la forte main qui tenait les brides du
royaume, Richelieu disparu, on peut caracoler.

Et à l'exemple de messieurs les ducs, les héroïnes de la Fronde ont
caracolé! Ce commencement, quand le grand roi n'est encore que le petit
roi, a une jolie allure romanesque.

Mmes les Duchesses, Mme de Chevreuse, Mme de Montbazon, Mme de Bouillon,
Mme de Longueville et la duchesse de Montpensier, Mademoiselle, la
Grande Mademoiselle, petite-fille d'Henri IV, qui aide à battre les
soldats du roi à coups de canon, en attendant qu'elle soit, à coups de
canne, battue par son mari, le beau Lauzun pris à défaut de Louis,--les
belles et séduisantes rebelles aux libres allures, aux beaux yeux et aux
belles tailles sans aller jusqu'à la casaque des gardes et la hongreline
soldatesque, arborent avec crânerie des costumes semi-militaires.

Pendant les années de troubles et d'émeutes, de guerre civile à Paris et
de cavalcades armées dans les provinces, n'assistent-elles pas aux
parades des troupes levées par les princes contre les troupes du Roi,
avec Condé ou contre Condé;--ces amazones, du haut du perron de l'Hôtel
de Ville, ne haranguent-elles pas les Parisiens toujours en goût
d'émeute, le populaire hérissé de vieilles hallebardes et d'arquebuses
ligueuses, ne passent-elles pas en revue dans Paris un peu assiégé les
forces de la Fronde, les milices parisiennes qui traînent bruyamment ce
qui reste du pittoresque bric-à-brac guerrier du temps de M. de Guise,
la _Cavalerie des portes cochères_ et le régiment de Corinthe de M. le
Coadjuteur,--et ne tirent-elles pas vaillamment, quand les affaires se
gâtent, le canon de la Bastille sur l'armée royale? Quel joli prétexte à
modes cavalières.

Tout est à la Fronde, les modes comme le reste. La mode pouvait avoir
quelque motif d'en vouloir au Mazarin qui renouvelait les édits
prohibitifs, ces éternels édits sans doute oubliés ou bravés aussitôt
que publiés et qu'il fallait renouveler toujours, frappant
alternativement les passementeries au profit des guipures, et les
guipures au bénéfice de passementeries.

Louis a grandi, il règne.

Mais le roi est jeune, le grand siècle songe à se divertir, il aime la
gloire, mais il aime aussi le plaisir. C'est sa première manière, plus
tard le siècle et le roi, vieillis tous deux, tout en gardant le culte
de la gloire, songeront à se repentir du plaisir.

[Illustration: Une Duchesse de la Fronde.]

La dernière reine de la mode, reine austère et pincée qui mettra le
siècle en pénitence pour le punir de toutes les frivoles inventions de
son bel âge, ce sera la réfrigérante Mme de Maintenon.

En attendant, c'est Ninon de l'Enclos la séductrice qui traverse tout ce
siècle, ou c'est la Vallière, c'est Montespan, c'est Fontanges, avec
une foule de reines d'un jour ou de demi-reines.

Comme Louis dit: «l'Etat c'est moi», la marquise de Montespan peut dire:
«_la Mode c'est moi!_» Cela n'empêche pas une foule de génies féminins
de trouver chaque jour quelque idéal colifichet, quelque coquetterie
jolie à faire tourner toutes les têtes, quelque arrangement nouveau que
les marquis de Molière trouveront délicieux.

Pour les hommes c'est le temps des canons, des rhingraves, ces bizarres
hauts de chausses en forme de jupons enrubannés, des _petites oies_ en
bouquets de rubans. Pour les femmes, nulle époque ne vit ajustements
plus riches. Hommes et femmes se ruinent en déploiement de faste.

Pas trop de changements dans les grandes lignes, mais d'incessantes
petites modifications de détails et d'ornementation. Ce fut un défilé de
modes rapides, se succédant plus somptueuses ou élégantes les unes que
les autres, et l'on trouva pour les désigner une foule d'appellations
pittoresques: les galants, les échelles, les fanfreluches ou menues
bouffettes de soie, les transparents, les falbalas, les prétintailles,
les steinquerkes et les coiffures à la Fontanges, l'hurluberlu, etc.

Voyons les portraits des belles du siècle, des belles des commencements,
du temps des ruelles et des précieuses de l'hôtel de Rambouillet, et des
belles des Tuileries ou de Versailles, étoiles des fêtes du roi du
Soleil. C'est la coiffure en largeur qui domine d'abord, ce sont pendant
longtemps les cheveux frisés sur le front et tombant en frisures, en
boucles très larges sur le côté ou en cadenettes suivant la mode
inventée sous Louis XIII par M. de Cadenet, frère du connétable de
Luynes, longues tresses nouées par des nœuds de rubans dénommés
«_galants_». Avec cela des robes fort décolletées, laissant largement
voir les épaules, des colliers de grosses perles, les derniers rabats de
dentelles qui diminuent et disparaissent complètement, des corsages en
pointe à belles et fines broderies, des manches courtes ouvrant sur des
flots de linon ou des manchettes de dentelles.

[Illustration: Commencement du grand règne.]

La première jupe se relève comme des courtines de rideaux et se rattache
sur le côté par des agrafes enrichies de brillants ou par des nœuds de
rubans, découvrant ainsi de merveilleuses, d'étincelantes robes de
dessous.

Louis XIV a mis à la mode la bride sur le cou en laissant tomber les
édits somptuaires de Mazarin. Les dentelles prohibées reparaissent, les
somptueuses étoffes interdites reviennent au jour. Les tissus d'or et
d'argent seuls sont interdits, le roi se les a réservés pour lui et pour
la cour.

Le roi fait des cadeaux de pièces de ces précieuses étoffes d'une
ornementation noble et touffue aux personnages en grande faveur, comme
il accorde aux courtisans favorisés des justaucorps «_à brevet_».

Mme de Montespan règne après La Vallière. A certaine fête de la Cour,
elle étincelle dans une robe «d'or sur or, rebrodé d'or, rebordé d'or,
et par-dessus un or frisé, rebroché d'un or mêlé avec un certain or qui
fait la plus divine étoffe qui ait jamais été imaginée», ainsi que le
dit Mme de Sévigné.

[Illustration: SOUS LE GRAND ROI.--FIN DU XVIIe SIÈCLE.]

Les robes «_transparentes_» ont un succès fou. Ce sont des robes
d'étoffe transparente, mousseline ou linon, sur lesquelles de larges
bouquets de fleurs multicolores ont été peints ou imprimés, portées sur
un dessous de satin moiré et brillant,--ou bien c'est tout le contraire,
des robes de brocart à grands ramages courant sur fond or ou azur,
par-dessus lesquelles passe une robe d'un tissu léger transparent
comme de la dentelle.

[Illustration: Une favorite du Roi-Soleil.]

La dentelle s'accommode de toutes façons, du haut en bas du costume
féminin, du corsage aux souliers, et s'allie avec les floches de rubans
qui nouent les cheveux, forment des _échelles_ de grands nœuds sur les
corsages, chamarrent les jupes et flottent un peu partout.

Des manufactures de dentelles ont été créées de tous côtés, inventant
les «points d'Alençon, Valenciennes, le Puy, Dieppe, Sedan, etc.»; les
dentellières françaises produisent pour toutes les bourses, bourses de
duchesses ou de procureuses, bourses de marquise ou de simple
commerçante, depuis la riche guipure coûtant des centaines de pistoles,
que portera la favorite aux fêtes de la cour, jusqu'aux dentelles dites
_gueuses_ ou neigeuses, qu'arboreront la toute petite bourgeoise ou même
la dame de la halle aux jours de cérémonie.

En 1680, révolution dans la coiffure. Le vent décoiffe pendant une
chasse royale la duchesse de Fontanges qui a pris le cœur de Louis
après la Montespan. Pour rétablir l'harmonie de sa coiffure, la belle
ébouriffée prend le ruban de sa jarretière et rattache ses cheveux avec
une jolie rosette par devant. Tout ce que font les favorites n'est-il
pas toujours exquis et délicieux? Les nobles seigneurs se pâment devant
la gracieuse inspiration, les dames s'extasient, et dès le lendemain se
décoiffent à la Fontanges.

Les coiffures à la Fontanges font fureur et règnent pendant des années,
revues, modifiées et considérablement augmentées. Elles deviennent un
édifice de dentelles, de rubans et de cheveux, avec la haute pointe de
dentelles caractéristique qui, d'après Saint-Simon, monte à deux pieds
de haut, soutenue par du fil d'archal,--ensemble composé de pièces
diverses qui, toutes, avaient leurs noms.

La Fontanges, d'origine folâtre, dura longtemps, plus tard elle cessa de
plaire au roi, qui n'aimait sans doute plus que les coiffures austères
de la veuve de Scarron.

La princesse Palatine, la princesse Charlotte de Bavière, fille de
l'Électeur palatin, qui vint en France en 1671 pour épouser Monsieur,
frère du roi, ayant adopté une sorte de petit mantelet court pour
couvrir un peu ses épaules trop découvertes par la mode des corsages
très décolletés, ces petites mantes adoptées bien vite par toutes les
dames, furent appelées palatines comme la princesse.

Le roman de la mode, toujours galant et héroïque, nous fournit encore
pour ce temps les Steinkerques.

Epoque de chevalerie enrubannée et de bravoure empanachée à la
mousquetaire.--La position sera dure à enlever, dit un colonel à sa
troupe avant de charger, tant mieux, Messieurs, nous n'en aurons que
plus de plaisir à raconter l'affaire à nos maîtresses!

A la bataille de Steinkerque gagnée sur Guillaume d'Orange par le
maréchal de Luxembourg, les princes, Philippe d'Orléans alors âgé de
quinze ans, le prince de Conti et le duc de Vendôme, avaient chargé avec
la cavalerie, avec une foule de gentilshommes, tous un peu débraillés,
leurs cravates de dentelles dénouées et flottantes. Dans la joie de la
victoire, la mode adopta ces cravates négligemment passées et toutes les
femmes portèrent des dentelles à la Steinkerque.

[Illustration: Premières coiffures à la Fontanges.]

La riche provinciale et la dame de petite noblesse imitent les modes et
les façons de la cour, et la bourgeoise les suit également d'un peu
moins près seulement. Furetière dans son roman bourgeois et Sébastien
Leclère dans ses eaux-fortes nous les dessinent avec leurs allures
bourgeoises, mais coquettes, dédaignant le chaperon de leurs mères,
portant grands rabats et colliers de perles, corsages chamarrés et
presque autant de dentelles et de rubans qu'on en porte à Versailles.
L'indiscret Furetière nous les montre même empruntant des diamants pour
les cérémonies et entrant à l'église avec un laquais d'emprunt pour
tenir la queue de la robe.

Pour la femme du peuple, faisons passer la servante de Molière, c'est
une bonne fille. Sébastien Leclère l'a dessinée aussi avec sa coiffe
assez simple, sa jupe relevée et sa camisole à larges basques qui est la
hongreline des officiers de Louis XIII, adoptée plus tard par les dames.

Et les marchandes et les dames de la halle, qu'il a dessinées également,
portent grands rabats et dentelles avec un air de dignité et de majesté
qui montre qu'elles sont, elles aussi, du grand siècle.

La période épanouie et brillante du règne du grand roi fut en réalité la
plus courte, le pivot tourna vers 1680 avec le commencement de
l'influence de Mme de Maintenon, que le roi épousa secrètement en 1685.

Nous n'irons plus au bois, les roses sont coupées, ainsi que presque
tous les lauriers.

Le règne de Mme de Maintenon dura le laps respectable de trente-cinq
ans. Ainsi, le roi-soleil qu'on voit toujours dans le cadre pompeux de
sa jeunesse, auréolé de gloire et de galanterie, au milieu de ses
courtisans enrubannés, planant parmi les fêtes, les bals et les
carrousels, sur des constellations d'étincelantes beautés, le grand roi
fut de bonne heure un vieux roi morose et ennuyé, aimant toujours la
pompe, mais avec une affectation de solennité compassée, quelque chose
comme une somptueuse austérité.

Le grand siècle fut aussi le siècle ennuyeux, l'ennui doré en habit
d'apparat et solennelle perruque. Le roi se repentant des galantises de
sa jeunesse, tourné maintenant vers la dévotion et l'austérité,
entendait que tout le monde fît comme lui.

La mode immédiatement changea. Le costume des hommes et des femmes se
modifia dans le sens de la sévérité; les ornements trop éclatants ou
trop pimpants, les vives couleurs, les grands ramages d'or qui jadis
avaient ébloui la cour et la ville disparurent pour faire place à des
ajustements plus sobres et plus discrets.

[Illustration: Fin du grand siècle.]

Cela dura jusqu'au temps où Louis XIV lui-même, ayant eu près des
coiffes austères de Mme de Maintenon son compte de morosité, jugea qu'il
ne serait pas mauvais de prier grands seigneurs et grandes dames de
rendre à sa cour l'éclat et la splendeur des jours d'autrefois, avant
que la dévotion ne fût à la mode. Il est inutile de dire si l'invitation
fut entendue et si les habillements luxueux tardèrent à reparaître.

[Illustration: SOUS LA RÉGENCE.]

Les dames de cette dernière période du grand siècle sont vêtues
d'étoffes splendides chamarrées et ramagées de la plus étincelante
façon, de robes ouvertes sur des devants de corsage des plus fines
dentelles, de brocart ou de damas tissé d'or, avec les jupes relevées et
drapées sous un petit tablier de dentelle qui n'est pas la pièce la
plus heureuse de leur ajustement et qui ne va guère avec les toilettes
de sortie.

Sur la tête, ce sont toujours les hautes pointes des coiffures à la
Fontanges, édifice compliqué devenu tout à fait extravagant, avec brides
de dentelle voltigeant par derrière.

Pour orner les jupes, la mode a les _falbalas_ et les _prétintailles_;
les falbalas, ce sont les rangs de volants bouillonnés étagés sur la
jupe, sur la jupe tombante et non sur la grande jupe volante à queue,
relevée sur le côté; ils ont été inventés par un personnage nommé
Langlée, fils d'une femme de chambre de la reine, devenu à la cour
l'arbitre du goût et l'oracle de la mode.

Quant aux _prétintailles_, c'était le nom donné à une nouvelle façon de
chamarrer les robes au moyen de grandes découpures de fleurs de toutes
les tailles et de toutes les couleurs, appliquées sur l'étoffe,
décoration éclatante qui faisait que les dames semblaient s'être
confectionné des robes avec des tapisseries ou des étoffes à fauteuils.



[Illustration: Coiffure d'intérieur.]

VIII

XVIIIe SIÈCLE

La Régence.--Folies et frivolités.--Cythère à Paris.--Les modes Watteau.
  --Les robes volantes.--Naissance des paniers.--Criardes. Considérations
  et Maîtres des requêtes.--Mme de Pompadour.--L'éventail.--Promenade de
  Longchamps.--Carrosses et chaises à porteurs.--Modes d'hiver.


La France, ayant connu--après toutes les gloires et toutes les
magnificences--toutes les amertumes et tous les désenchantements,
contemplait tristement le long et mélancolique crépuscule du
roi-soleil.

Tenue depuis des années dans une atmosphère d'ennui pesant par le vieux
monarque et la vieille dame au visage pincé, elle eut comme un poids de
moins sur la poitrine lorsqu'elle vit Louis dans son caveau de
Saint-Denis et Mme de Maintenon réfugiée à Saint-Cyr, et du jour au
lendemain, il y eut une explosion: toute la jeunesse comprimée, toute la
frivolité rentrée, toutes les aspirations au plaisir sortirent et le
grand coup de folie de la Régence commença.

Le fringant XVIIIe siècle, tenu sous la férule de ce vieux XVIIe
grondeur et impotent qui ne voulait pas finir, allait soudain comme un
jeune page émancipé s'en donner jusque-là et jeter sa perruque bien haut
par-dessus tous les moulins.

La mode que les moralistes disent fille de la frivolité, inventa pour
faire honneur à sa mère mille folies nouvelles et comme ce n'était pas
assez, on reprit parmi les anciennes ce qu'il y avait d'assez oublié
pour paraître délicieux.

La caractéristique de la mode au XVIIIe siècle, dès la Régence, c'est
l'ampleur, le retour aux considérables envergures des jupes du temps de
Henri III, c'est-à-dire au vertugadin, avec toutes ses conséquences,
l'ampleur des manches et l'ascension des coiffures qu'on sera bientôt
amené à exagérer en vertu d'une loi d'équilibre et d'harmonie!

Sous Henri III, ce sont les fraises qui montent et mettent la tête dans
un grandissime cornet; sous Louis XV et Louis XVI, c'est la coiffure qui
se fait monumentale.

Les vertugadins reparaissent sous le nom de paniers. Ils viennent de
l'autre côté de la Manche. Ce sont deux dames anglaises qui les
apportent à Paris et les exhibent au jardin des Tuileries.

L'ampleur extravagante des robes de ces dames excita une telle surprise
parmi les promeneurs et promeneuses que la foule s'amassa autour d'elles
et les pressa tellement qu'elles coururent grand risque d'être étouffées
ou tout au moins très aplaties. Il fallut l'intervention d'un officier
de mousquetaires pour tirer ces dames et leurs paniers de ce mauvais
pas.

[Illustration: Chasseresse Régence.]

Les modes alors ne faisaient pas comme aujourd'hui le tour du monde
civilisé en six mois pour disparaître pas usées complètement en moins de
deux saisons. Elles mettaient du temps à naître et à se développer et
avec les modifications, adjonctions ou améliorations que la fantaisie
pouvait chaque matin leur apporter, elles duraient dans leurs lignes
principales pendant de longues années.

Le panier vivra tout le long du siècle et il ne faudra rien moins que la
Révolution pour le tuer.

Il fallut quelques années au vertugadin pour reconquérir Paris; sa
restauration se fit lentement, timidement, par petits essais modestes;
puis un beau jour, vers 1730, il domine, il règne sans conteste. Toutes
les dames, laissant les demi-mesures et les demi-paniers, adoptent le
grand panier de six pieds de diamètre dont le développement exige pour
le moins dix aunes d'étoffe.

Panier était le nom tout indiqué puisque les premiers bouffants de jupes
furent des ouvrages de vannerie composés de cerceaux d'osier ou de jonc,
de véritables cages à poules qu'on arrangea plus tard avec une armature
de baleines.

[Illustration: Robe volante.]

Un maître des requêtes du nom de Pannier ayant péri dans un naufrage en
revenant des Antilles, son infortune servit de prétexte à la mode
cruelle pour donner un surnom au panier alors dans le commencement de sa
gloire. Il y avait eu les _petits paniers jansénistes_ descendant
seulement au genou; les _criardes_, tournures de toile gommée et
plissée, qui _criaient_ au moindre mouvement; les _boute-en-train_, les
_tâtez-y_, les _gourgandines_, les _culbutes_, des noms bien osés,
trouvés par un temps peu bégueule, et les petits paniers, plus
respectables sans doute, dits «_Considérations_». Les grands paniers
furent quelque temps des «_maîtres des requêtes_».

La vogue des paniers amena naturellement un changement dans la façon des
robes. Alors commencent ces modes très gracieuses, mais quelque peu
cythéréennes, légèrement déshabillées, que nous avons baptisées du nom
de modes Watteau, en l'honneur du grand peintre des fêtes galantes qui a
jeté sur la toile tant de belles dames de ce temps folâtre, en paniers
plus ou moins larges, rouge et mouches au visage, l'éventail ou la
grande canne à la main, toujours prêtes à s'embarquer pour Cythère avec
quelque galant seigneur à talon rouge.

[Illustration: TOILETTE DE COUR LOUIS XV.]

Allez, belles dames, marquises ou filles d'opéra, figures gracieuses et
folles, la vraie Cythère est à Paris, gouvernée par Monsieur le Régent
ou par le roi Louis XV le Bien-Aimé. Le siècle a cinquante années devant
lui pour s'amuser et folâtrer, cinquante années pour les jeux et les
ris, mais le temps viendra où les larmes enlèveront le rouge et les
mouches de vos joues.

La mode invente donc les robes _volantes_ sans corsage ni ceinture du
tout, tombant tout droit des épaules sur l'ampleur du panier, ou bien
ajustées seulement par devant à la taille et laissées flottantes avec de
larges plis par derrière, façon originale qui donne à la démarche un air
de douce nonchalance et une grâce amollie, la marque du siècle.

Pour ces robes flottantes, pour draper l'immensité des paniers, on
abandonne les lourdes étoffes de l'époque précédente et l'on adopte les
tissus plus légers, linon, basin, mousseline, les fines étoffes piquées
de petits bouquets, semées de fleurettes ou même de petits attributs
champêtres.

Sur les promenades, par les beaux jours, on dirait une foule en
déshabillé du matin, ce ne sont que manteaux volants, robes flottantes
qui semblent des robes de chambre; les bras sortent des flots de
dentelles, les visages sont encadrés de molles collerettes; les
élégantes en corsage lâche qui se promènent ainsi jouant de l'éventail
et faisant claquer languissamment leurs mules à hauts talons ont toutes,
suivant un contemporain, _un air de bonne fortune prochaine_.

C'est la régence. Que de soupers, que d'orgies galantes au Palais-Royal
et ailleurs et que de folles Parabère un peu partout dans la fièvre de
plaisirs qui sévit, dans Paris surexcité encore par une fièvre nouvelle,
la spéculation, qui du jour au lendemain avec Law, enrichit ou ruine,
fait monter les uns jusqu'aux fabuleuses fortunes permettant toutes les
jouissances, ou précipite les autres dans des détresses telles qu'il
faut bien s'étourdir à tout prix.

Robes flottantes, paniers, coiffures, colifichets que la mode chaque
jour invente, les satiristes de la plume et du crayon ont beau jeu. Les
comédies et les chansons, le théâtre italien et le théâtre de la foire,
les caricatures, les pamphlets, raillent de toutes les façons les
extravagants paniers et les paniers triomphants se moquent des moqueurs,
s'enflent de plus en plus démesurément.

[Illustration: Grands paniers.]

Tout le monde en rit ou s'en plaint. Comment faire tenir plusieurs dames
dans un carosse qu'une seule suffit à remplir de ses jupes
outrageusement ballonnées? Tout est trop petit, les maisons sont trop
étroites, il faut élargir les portes des salons pour livrer passage aux
belles dames trop larges, comme plus tard il faudra les agrandir par en
haut pour permettre aux gigantesques coiffures de passer sans anicroche.

Les fauteuils aussi manquent de largeur, comment s'asseoir avec ces
immenses cerceaux qui refusent d'entrer entre les bras des sièges ou se
relèvent indiscrètement?

Il n'importe, les paniers s'élargiront toujours jusqu'aux premiers temps
de Marie-Antoinette et les jupes là-dessus se compliqueront de grands et
petits volants, de treillis, de plissés, de lambrequins, de rubans
arrangés dans tous les styles, de cent façons des plus gracieuses et des
plus compliquées et des plus baroques aussi.

Sous la robe qui reste longtemps volante dans le dos, à la Watteau, le
_corps_ ou le corset emprisonne solidement le buste, le corsage de satin
est en pointe descendant très bas; comme il est décolleté, _un devant de
gorge_ de dentelles et de rubans, protège la poitrine contre le froid.

Suivant la saison ou la température, on porte des mantelets, des
_coqueluchons_, c'est-à-dire de coquets petits mantelets recouvrant les
épaules, avec capuchon léger de soie ou de satin, ornés de festons et de
plissés, coiffures et mantelets tout à la fois, ou bien des manteaux
recouvrant toute la personne jusqu'aux talons, espèces de dominos avec
le coqueluchon arrondi par un cerceau de fil de laiton autour de la
tête.

En somme, la mode pour les robes conserve longtemps les mêmes formes,
modifiées seulement par les accessoires. De 1725 à 1770 ou 75, ce sont,
à peu de différences près, les mêmes dispositions et les mêmes lignes,
le même ballonnement des jupes, toujours les flots de dentelles tombant
des manches, toujours les floches de rubans.

La belle époque pour la mode XVIIIe siècle, celle qui fournit le plus
joli type de costume Louis XV, c'est l'espace compris entre 1750 et
1770, époque de juste milieu entre les ampleurs exagérées de la Régence
et celles non moins exagérées du temps de Louis XVI.

C'est le règne de Sa très belle, très fine, très artiste et très
envahissante Majesté madame de Pompadour.

[Illustration: Petite Modiste.]

Pour évoquer cette époque heureuse de vivre, pour en deviner tout le
charme, il suffit de citer les noms de Boucher, Baudoin, La Tour,
Lancret, Pater, Eisen, Gravelot, Saint-Aubin et de toute la pléiade des
petits-maîtres si légers, si musqués, mais d'une grâce si délicieuse.

Certes il y a sous le parfum des roses une odeur de corruption, et il ne
faut pas trop gratter le brillant de cette société au vernis Martin. Il
y a partout un tel laisser-aller, un tel laisser-faire, une si
remarquable difficulté à se scandaliser de quoi que ce soit.

Louis XV, après Pompadour tombe à Dubarry et il a son sérail, comme le
grand Turc, au Parc-aux-Cerfs, mesdames ses filles Loque, Chiffe et
Graille, font monter du corps de garde des pipes et de l'eau-de-vie.
Grands seigneurs et financiers ont leurs «folies», où défilent grandes
dames ou filles d'opéra, les marquises s'attablent à côté des
gardes-françaises chez Ramponneau...

Mais que ce XVIIIe siècle a soigné son décor et qu'il s'est arrangé pour
se faire une vie douce et charmante, sans se soucier et sans se douter
de ce qui l'attendait au cinquième acte de sa féerie! Sa
personnification la plus exquise est dans le grand pastel de Latour,
dans le portrait de Mme de Pompadour, en négligé d'intérieur, un petit
poème de satin, de rubans et de dentelles.

[Illustration: Toilette de sortie.]

La femme règne et domine, le sceptre de cette souveraine, c'est
l'éventail. Depuis longtemps l'éventail était en usage, le moyen âge
l'appelait _Esmouchoir_; il y avait eu l'éventail carré en drapeau ou en
girouette, l'éventail de plumes qu'une chaîne de bijouterie attachait à
la ceinture des dames nobles du XVIe siècle, l'éventail plissé apporté
d'Italie par Catherine de Médicis et adopté par Henri III.

[Illustration: PARISIENNE SOUS LOUIS XV.]

Dès le temps de Louis XIV, l'éventail est le complément indispensable de
la toilette des dames, mais sa grande époque, celle qui créa les plus
jolis modèles, c'est le XVIIIe siècle.

[Illustration: D'après G. de Saint-Aubin.]

Montures de nacre et d'ivoire miraculeusement découpées et ciselées,
peintures exquises de Watteau, Lancret et des autres, les éventails
Louis XV, sceptres galants d'une société musquée, poudrée et féminisée,
sont dignes de mener, par les mains des favorites, monarque, ministres
et généraux, les arts, les lettres, la politique et le monde.

L'estampe de Gabriel de Saint-Aubin, intitulée _le Bal Paré_, nous
montre les élégantes de ce temps en grandes toilettes; encore les plis
Watteau, les robes volantes ouvertes sur le corsage et sur la robe de
dessous, rattachées à la ceinture par des rubans et relevées bien de
côté sur le ballonnement des paniers; puis des garnitures voltigeantes,
bordures de fourrures ou bandes plissées, des volants de satin ou de
dentelle.

Les coiffures commencent bien à monter, mais elles sont toujours
élégantes et seyantes, la chevelure poudrée est relevée sur le front
bien dégagé, arrangée en coques et en rouleaux, mêlée avec des touffes
de rubans, des plumes et des perles.

Voyons ces mêmes dames à la promenade de Longchamps, au grand défilé
traditionnel de Pâques, dans les superbes carrosses peinturlurés et
dorés,--véritable carrosserie de conte de fées, auprès de laquelle les
plus somptueux équipages cirés, brossés et vernis de notre prosaïque
époque, sembleraient de vilaines et funèbres boîtes, étalant un luxe
croque-mort.

Dans ces imposants carrosses, menés par d'imposants cochers en
perruques, soutachés et galonnés, avec de grands diables de laquais aux
éclatantes livrées accrochés à l'arrière-train, dans toutes ces
éblouissantes voitures, quel déploiement de toilettes luxueuses, de
dentelles, de plumes et de rubans, de diamants et de perles!

[Illustration: D'après Moreau le Jeune.]

Des heiduques galopent aux portières, des coureurs en bizarres costumes,
jouent des jambes à travers le flot des équipages, des cavaliers et des
belles amazones, tandis que sur les bas côtés de la route, dans la foule
accourue pour admirer les beautés à la mode et la mode elle-même, dans
le brouhaha des rencontres, des conversations avec les jeunes seigneurs,
les petits-maîtres et les grands roués, la marquise et la présidente, la
dame de qualité et la financière coudoient la demoiselle d'opéra, la
folle actrice, coqueluche des jeunes galants de la comédie, qui se la
disputent, ou l'impure échappée de quelque _folie_ de grand seigneur ou
de gros traitant, la courtisane qui sera peut-être la semaine prochaine
Reine de la main gauche.

Vienne l'hiver, et ces élégantes laisseront leurs carrosses et leurs
chaises à porteurs;--encore une des plus délicieuses créations de ce
siècle charmant,--elles quitteront leurs chaises, peintes au vernis
Martin de sujets galants et de bergeries à la Boucher ou à la Watteau;
elles quitteront dentelles et rubans, s'habilleront, s'envelopperont et
se coifferont de fourrures, et s'en iront, leur joli nez rose enfoui
dans la zibeline ou le renard bleu, les mains enfoncées dans l'immense
manchon gros comme un tambour, courir sur la neige dans les superbes
traîneaux contournés, tarabiscotés et peinturlurés, ornés de figures
sculptées et dorées, de la plus étonnante fantaisie.



[Illustration: Grand Chapeau Louis XVI.]

IX

XVIIIe SIÈCLE--LOUIS XVI

Les coiffures colossales.--Le pouf au sentiment.--Parcs, jardins
  potagers et paysages animés de figures sur les têtes.--La coiffure
  à la Belle-Poule.--Les mouches.--Modes champêtres.--Les robes
  _négligentes_.--Couleurs à la mode.--Le _Monument du costume_.--Les
  amazones.--Modes anglaises.--Les bourgeoises.


Il vieillit, le siècle des grandes élégances poudrées et musquées, le
siècle aux exquises coquetteries, il prend de l'âge et s'ennuie dans
son papillotant décor rocaille.

Son goût s'est un peu fatigué, il ne se renouvelle plus que
difficilement, depuis longtemps la mode est stationnaire et tourne
toujours dans le même cercle.

Le style Louis XV est devenu aussi ennuyeux que jadis le style Louis
XIV, le rococo paraît à son tour perruque et vieux jeu; mais attendez,
la mode va essayer de donner un brusque coup d'aile et tout risquer,
même de tomber dans le baroque,--ce qu'elle peut bien se permettre trois
ou quatre fois par siècle, après tout.

Le grain de folie qui couve toujours au fond de la petite cervelle
frivole et hurluberlue de la déesse de la mode, va donc faire des
siennes. Conservant encore pour un temps les gracieuses façons Pompadour
et Watteau, la mode va se rattraper sur les coiffures et prendre pour
champ d'exercice de ses caprices les plus fous, pour théâtre de ses plus
incroyables fantaisies la tête de la femme, qu'elle va charger,
arranger, surcharger des plus folles inventions, sous prétexte de
l'embellir, qu'elle--transformera en paysage champêtre ou même
maritime, qu'elle empanachera et rehaussera fabuleusement, sur laquelle
elle bâtira des édifices et ira même jusqu'à faire promener de petits
bonshommes ou de petites bonnes femmes, des poupées de carton.

Paris alors pullulera de coiffeurs de génie, les Legros et les Léonard,
Raphaëls et Rubens, ou plutôt Soufflots de la coiffure, qui tiendront
des académies pour enseigner les principes de leur architecture
capillaire; qui lutteront à qui trouvera, pour orner les têtes
aristocratiques, le comble du ridicule et qui le trouveront plusieurs
fois.

Les perruquiers avaient eu déjà leurs jours de gloire au grand siècle,
avec les majestueuses perruques des hommes; devenus maintenant les
_Académiciens de la coiffure_, ils vont triompher de nouveau, mais aux
dépens de la grâce féminine.

[Illustration: GRANDS PANIERS LOUIS XVI.]

Voyons la femme à sa toilette, se préparant pour les visites ou pour la
sortie aux Tuileries, à l'heure du beau monde. C'est l'affaire
importante de la journée, ce petit travail de laboratoire où l'art et
la fantaisie accommodent la beauté toute simple au goût du jour. Cette
heure de la toilette après le petit lever, Lancret, Baudoin et tous les
peintres galants ou élégants du siècle, l'ont célébrée avec toutes les
coquetteries de leur pinceau charmeur, et les caricaturistes ne se sont
pas privés d'en sourire.

Dans le cabinet de toilette aux boiseries blanches, moulurées et
sculptées dans le style rocaille, devant son miroir au cadre contourné,
Madame a été habillée par ses suivantes, femmes de chambre ou
soubrettes; elle a pu à son petit lever donner audience à ses galants et
à ses modistes, au marquis et au financier, au poète qui célèbre ses
charmes dans l'_Almanach des Muses_, au déluré chevalier et au galant
abbé de Cour à petit collet.

--«Qu'en dit l'abbé?» L'abbé a du goût et ses avis sur tout ce qui
touche aux fantaisies de la mode sont précieux.

Mais tout ce monde frivole a été renvoyé, c'est maintenant l'heure du
coiffeur, le moment sérieux de la journée, le seul moment vraiment
important.

L'artiste a besoin d'être seul pour ne pas effaroucher l'inspiration, et
d'ailleurs l'œuvre est longue, difficile et demande tant de préparatifs
et de soins pour être menée à bien! Une ou deux femmes de chambre qui le
comprennent à demi-mot et lui passent tout ce qui lui est nécessaire
lorsqu'il est dans le feu de la composition, c'est tout ce qu'il peut
tolérer autour de lui.

Suivant le rang de la dame, c'est le grand artiste à la mode, venu en
carrosse, courant d'hôtel en hôtel dans le noble faubourg, attendu aux
Tuileries ou chez quelque princesse, ou bien c'est l'un de ses élèves
qui opère, en frac et manchettes de dentelles et l'épée au côté.

L'inspiration vient, et sous les doigts, sous le peigne, sous le fer à
friser de l'artiste, les plus étranges monuments de boucles naturelles,
adroitement mélangées à d'énormes quantités de tresses rapportées,
s'élèvent, se roulent en volutes, s'étagent, se superposent en _coques_,
_tapés_, _marrons_, _frisures_, _barrières_, _dragonnes_, _béquilles_,
etc.

Pendant vingt ans, c'est un défilé d'architectures étranges sous
prétexte de coiffures. La folie a élu domicile sur la tête des dames. On
peut citer, parmi les plus extravagantes inventions, les coiffures à la
_Quesaco_, les coiffures à la _Monte-au-ciel_ dont le nom indique assez
les proportions, la coiffure à la _Comète_, le _hérisson à quatre
boucles_ inventé par Marie-Antoinette qui porta jusqu'à l'exagération de
l'exagération l'empanachement des coiffures, le _parterre galant_, le
chapeau en _berceau d'amour_, à la _novice de Cythère_...

Il y avait aussi les _poufs_, coiffures abracadabrantes, le _pouf au
sentiment_, assemblage absurde de fleurs et de verdures poussées sur une
haute colline chevelue, avec des oiseaux sur les branches, des papillons
et des amours de carton voltigeant dans ce bocage ridicule; le _pouf à
la chancelière_, le _pouf à droite_, le _pouf à gauche_.

[Illustration: Une impure, d'après Wille.]

Le pouf au sentiment donne toute latitude possible aux combinaisons et à
l'étalage des affections et des goûts, ne voit-on pas la duchesse de
Chartres, mère du roi Louis-Philippe, porter sur son pouf un petit
musée de figurines: son fils aîné dans les bras de sa nourrice, un petit
nègre, un perroquet becquetant une cerise et des dessins exécutés avec
les cheveux de ses parents les plus chers.

[Illustration: Toilette de Cour.]

Après la coiffure jardin, on trouve la coiffure dite cascade de
Saint-Cloud, avec une cascade de boucles poudrées tombant du sommet de
la tête, la coiffure potager montrant quelques bottes de légumes
accrochées aux frisons, la coiffure agreste, les paysages montrant une
colline avec des moulins qui tournent, une prairie traversée par un
ruisseau argenté avec une bergère gardant ses moutons, des montagnes,
une forêt avec un chasseur et un chien faisant lever du gibier.

Puis viennent la coiffure au Colysée, à la candeur, aux clochettes, au
mirliton,--la laitière, la baigneuse, la marmotte, la paysanne, le
fichu, l'orientale, la circassienne,--le casque à la Minerve, le
croissant, le bandeau d'amour,--le chapeau à l'énigme, au désir de
plaire, la calèche retroussée, l'économe du siècle, la Vénus pèlerine,
la baigneuse à la frivolité, etc., les frisures en sentiments soutenus
et en sentiments repliés...

Les grandes coiffures d'apparat, fleuries, enguirlandées, empanachées,
immenses et très lourds échafaudages, tenaient une telle place que les
dames étaient forcées, dans les carosses où déjà elles avaient tant de
peine à caser leurs paniers, de tenir la tête penchée de côté ou même
de rester agenouillées.

Des caricatures représentent les dames ainsi coiffées, dans des chaises
à porteurs dont le couvercle a été enlevé pour laisser passer le sommet,
blanc comme une Alpe, de la gigantesque coiffure.

La plus étonnante de toutes ces grandes coiffures fut celle dite _à la
Belle-Poule_, en l'honneur de la victoire remportée en 1778, par la
frégate _la Belle-Poule_ sur le navire anglais _l'Aréthuse_. Sous la
masse des cheveux arrangés en grandes vagues, une frégate de belle
taille, avec tous ses mâts, ses vergues, ses canons et ses petits
matelots, naviguait toutes voiles dehors. Après avoir composé ce
chef-d'œuvre, Léonard ou Dagé pouvaient se pendre, ils ne trouveraient
jamais mieux.

[Illustration: Coiffure à la Belle-Poule.]

Ce fut donc vraiment jusqu'en 89, un défilé d'inventions ridicules sur
les têtes féminines. La plus haute donnait l'exemple. Hélas! elles
devaient expier! La tête avait péché, la tête paya. Et si la plus haute
tomba, ce fut justement par la faute de celui qui pendant les heureuses
années avait prodigué pour elle les inventions excentriques.

[Illustration: PARISIENNES 1789.]

Léonard, l'illustrissime coiffeur de la reine, était du voyage de
Varennes. En ces jours terribles, dans le grand naufrage de la
monarchie, que songe-t-on à sauver? L'indispensable Léonard! Et cette
faiblesse dernière tourna mal pour la pauvre reine, car ce serait,
dit-on, sur un renseignement erroné donné très innocemment par
Léonard parti en avant, à un détachement des troupes du marquis de
Bouillé, que le secours manqua à la famille royale arrêtée à Varennes.

[Illustration: Grand Pouf.]

... Quand l'élégante était coiffée, quand elle avait, en s'abritant la
figure dans un grand cornet de papier, été convenablement saupoudrée
d'une couche épaisse de poudre--mode étrange qui depuis le commencement
du siècle mettait la neige des ans sur tous les fronts, qui recouvrait
des mêmes frimas toutes les têtes masculines et féminines--quand elle
avait sur les joues une forte teinte de rouge, contrastant durement avec
le blanc de la chevelure,--le rouge c'est la loi et les prophètes, avait
dit Mme de Sévigné,--il n'y avait plus, pour que l'élégante fût
irrésistible, qu'à placer les mouches destinées à relever certains
détails de physionomie, à donner du piquant à l'expression.

Ces mouches que les femmes s'étudiaient à placer de la façon la plus
avantageuse pour leur genre de beauté particulier, portaient suivant
leur place les noms amusants que voici:

La _majestueuse_ se pose sur le front et _l'enjouée_ dans le coin de la
bouche; sur les lèvres des brunes, c'est _la friponne_; sur le nez
_l'effrontée_, légèrement comique; au milieu de la joue _la galante_,
près de l'œil cette mouche qui fait le regard à volonté languissant ou
passionné, c'est _l'assassine_, sans compter les fantaisies, les
mouches en croissant, en étoile, en comète, en cœur...

Mais voici les derniers jours d'un monde qui va s'effondrer, d'une
société qui va disparaître dans une soudaine catastrophe.

Dès 1785, l'ancien régime est atteint, la révolution est faite... dans
les toilettes!

C'est une révolution complète, venue presque sans transition, le galant
costume XVIIIe siècle est abandonné pour une série d'inventions
nouvelles donnant des lignes tout à fait différentes.

Adieu paniers, vendanges sont faites. Les immenses paniers sont décédés,
on a commencé par les remplacer par les paniers dits _à coude_,
consistant en un simple renflement sur lequel on pouvait appuyer les
coudes et par deux petits jupons rembourrés appelés _bêtises_ portés sur
les côtés et par un troisième placé tout à fait derrière et très crûment
dénommé. Puis on les a rejetés complètement, et les femmes en jupes
presque plates se sont acheminées peu à peu vers la robe fourreau et le
trop _simple appareil_ de la Révolution.

[Illustration: Coiffure d'intérieur.]

Marie-Antoinette fermière de Trianon, amène un peu de paysannerie dans
les modes, de la paysannerie d'opéra-comique, de la bergerie à la
Florian ou au Devin du Village. On voit apparaître les chapeaux de
paille, les tabliers, les caracos, les casaquins.


Léonard régnant sur les têtes et les gouvernant à sa fantaisie, pour le
reste, l'arbitre du goût à la cour de Marie-Antoinette, c'est Mlle Rose
Bertin, la grande marchande de modes de la reine, celle qu'on appelle
_son ministre des modes_.

[Illustration: Grand Chapeau.]

Rose Bertin ordonne et décrète, elle invente et elle compose, les femmes
crient merveille à tout ce qui sort de ses mains, et les maris se
plaignent de l'immensité de ses mémoires... comme toujours.

Vers 1780, la mode tourne et cherche des façons de robes nouvelles. On
invente les robes polonaises et les robes circassiennes qui n'ont rien
de polonais ni de circassien, des robes courtes d'abord, avec des
relevés sur des paniers, puis de longues robes de dessus flottantes.

La tendance aux modes négligées va bientôt s'accentuant, on voit
paraître les robes lévites qui sont l'occasion d'un scandale au jardin
du Luxembourg; une comtesse se promène avec une lévite _à queue de
singe_, c'est-à-dire à queue bizarrement coupée et tortillée, elle est
suivie par une foule moqueuse, et il faut pour la dégager faire avancer
la garde.

Après les _lévites_ viennent les robes _négligentes_ et
_demi-négligentes_, les robes _en chemise_, les _baigneuses_ et les
_déshabillés_.

Pour ces toilettes déjà si singulièrement baptisées, les couleurs à la
mode sont:

Couleurs _queue de serin_, _cuisse de nymphe émue_, _carmélite_.

Couleurs _au Dauphin_.

Couleurs de _gens nouvellement arrivés_.

Couleurs _vive Bergère_ et _Vert pomme_.

Couleur _soupir étouffé_.

[Illustration: Robe lévite.]

Une puce s'étant égarée à la cour,--la garde qui veille à la porte du
Louvre n'en préserve pas l'épiderme des reines,--on a la série des
couleurs _puce_: _Ventre de puce_, _dos de puce_, _cuisse de puce_,
_vieille puce_, _jeune puce_, etc.

Ces couleurs puce font soudainement place à une autre couleur également
née à la cour et plus gracieusement dénommée; c'est la couleur _cheveu
de la Reine_, appellation trouvée par le comte d'Artois. Immédiatement
toutes les étoffes doivent être couleur _cheveu de la Reine_.

L'amazone, le costume féminin pour la promenade à cheval n'était pas au
XVIIIe siècle l'uniforme noir et lugubre infligé par le goût moderne
avec l'affreux chapeau de haute forme pour complément et aggravation,
aux élégantes de nos jours.

Moreau le jeune qui, dans la suite d'estampes du _Monument du costume_,
a fait passer toute la belle société de son temps, vue au milieu de ses
fêtes, de ses cérémonies et de ses plaisirs, au salon et au boudoir, au
château, à la Cour, à l'Opéra et au bois de Boulogne, a dessiné les
élégantes de 1780, en tenue de cheval, avec les longues jupes et les
ceintures, les redingotes anglaises ou les petites vestes, les grands
chapeaux à plumes ombrageant les catogans poudrés.

[Illustration: PROMENADE PARISIENNE 1790.]

Elles étaient charmantes, et multicolores et variées, ces amazones
XVIIIe siècle, et certes, la foule dans l'avenue des Champs-Elysées ne
présentait pas alors le sombre aspect qu'elle garde aujourd'hui, même
aux plus beaux jours de printemps.

[Illustration: Amazone d'après Moreau le Jeune.]

Les dernières années de la monarchie voient, comme une revanche de la
guerre d'Amérique, l'invasion des modes britanniques. Les formes sont
bien nouvelles et tranchent complètement dans l'ensemble comme dans tous
les détails des modes précédentes.

La toilette a des airs sans façon ou un cachet anglais tout à fait
nouveau régime. On porte des vestes, des corsages à basques ouvrant sur
des gilets, des fracs à gros boutons ou à lacets, et des redingotes à
grands revers et triples collets, serrées à la taille et tombant très
bas par derrière. Les boutons énormes et voyants de ces vestes et de ces
redingotes sont en métal de toutes les formes possibles et quelquefois
illustrés de peintures; il en existe de curieux échantillons dans les
collections.

Les élégantes, comme les hommes à la mode, portent deux montres avec
deux longues breloques tombant du gilet, elles ont des gilets, des
cravates, des catogans et des cadenettes comme les hommes, elles portent
de grandes cannes comme les hommes. Il est vrai que les hommes prennent
bien le gros manchon à l'occasion.

[Illustration: Modes anglaises.]

Et des fichus!... Toutes les femmes en portent avec toutes les
toilettes, d'immenses fichus faisant au-dessus de la taille très longue
et horriblement serrée, un gonflement de poitrine invraisemblable.

Ces toilettes arborent toutes les couleurs de l'arc-en-ciel les plus
fraîches et les plus vives ou les plus bizarres; ce sont des satins, des
taffetas, des draps citron, rose, vert pomme, jaune serin, des
gourgourans changeants, des mousselines de tous les tons, unies ou
rayées. Les rayures ont un immense succès en 1787 sur le dos des
élégantes et sur celui des élégants. Pendant l'été de cette année-là,
hommes, femmes et enfants, tout le monde est en toilettes rayées.

La coiffure aussi est révolutionnée, c'est déjà la coiffure comme le
XIXe siècle va la comprendre, c'est la naissance du chapeau moderne.

Les femmes sont toujours poudrées, elles ont toujours sur la tête une
immense quantité de cheveux arrangés en énormes perruques floconnantes
autour de la figure, dans le genre de la perruque masculine, avec de
grandes boucles tombant de chaque côté du corsage et dans le dos, ou,
comme les hommes, un gros catogan par derrière.

[Illustration: Chapeau bonnette.]

Les chapeaux sont de formes et de dimensions extraordinaires; bords
immenses, fonds énormes avec d'extravagantes accumulations de
garnitures. On ne se met plus une frégate, toutes voiles dehors, sur la
tête, mais on se coiffe d'une espèce de galiote renversée, mise de
travers et assez large pour servir de parapluie à l'occasion. On porte
le chapeau _bonnette_ et le _demi-bonnette_, un peu moins large mais
aussi haut, garni de nœuds de rubans, de ruchés et de bouquets de
plumes de coq, le chapeau _turban_, haut bonnet de janissaire rayé,
avec écharpe de gaze et panache de plumes, le chapeau _à la Caisse
d'escompte_, c'est-à-dire sans fonds, en panier percé comme cette
caisse, le chapeau _Cardinal sur la paille_ après l'affaire du Collier,
chapeau en paille bordé d'un ruban rouge cardinal, le grandissime
chapeau à la Tarare, le chapeau à la Basile inventé après le grand
succès de Beaumarchais avec bien d'autres modes à la Figaro, le chapeau
à la veuve du Malabar, les bonnets à la Montgolfier, au Globe fixé, au
ballon, au moment des premières expériences aérostatiques, puis le
bonnet aux trois ordres qui commence à la réunion des États généraux le
grand défilé des modes révolutionnaires...

[Illustration: Le chapeau turban.]

Mais dans ce dix-huitième siècle qui va finir si lugubrement, à côté des
belles de la cour et de la ville, des dames plus ou moins grandes, car
il y a déjà le demi-monde, les danseuses illustres et les courtisanes
célèbres, à côté des reines de la mode qui vont à Longchamps
accompagnées d'un heiduque à turban pour porter leur parasol, précédées
d'un coureur en maillot et bonnet à plume, la grande canne à la main, à
côté des élégantes empanachées qui suivent toutes les fantaisies de la
capricieuse fée aux chiffons, il y a les adorables petites bourgeoises
que l'on retrouve dans les vieux portraits et dans les petits mémoires,
charmantes et tendres figures qui ne s'entourent pas, comme les autres,
du même nuage de plumes et de dentelles, qui restent dans une note plus
discrète, suivant la mode un peu de côté et conservant mieux les
vieilles traditions et les vieux atours.

A elles les jolies petites coiffes si différentes des pyramides de
cheveux et de colifichets à la Léonard, ces coiffes bien plus seyantes
que l'on recouvre, pour sortir, d'un capuchon retenu par un fil de
laiton, à elles les robes de coupe plus modeste et les petits paniers
moins surchargés que les paniers à falbalas de vingt pieds de
circonférence.

Jolies petites bourgeoises qui ont conservé dans un siècle licencieux
l'honnêteté des bonnes vieilles mœurs, existences plus calmes se
déroulant dans un cercle étroit d'occupations familiales et de plaisirs
simples, allant tout doucement du sermon du dimanche à la paroisse,--aux
réunions sans façon et aux bonnes parties champêtres.

[Illustration: MERVEILLEUSE EN TUNIQUE A LA GRECQUE.]

C'est un monde qui s'en va finir aussi, dans la grande fusion et
confusion des classes, au fond de la chaudière révolutionnaire, dans la
révolution politique et ensuite dans la révolution industrielle et
scientifique, bouleversement énorme qui aboutira pour tous à la vie
fiévreuse et haletante de notre siècle.

En attendant, sans se douter des temps difficiles qu'il va falloir
passer, sans voir l'effrayant nuage de sang qui monte à l'horizon, la
petite bourgeoise gaie et insouciante dans son petit salon blanc,
fredonne à son clavecin quelque joli petit air bien tendre, et bien
différent de nos compliqués logarithmes musicaux.

  Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
  Chagrin d'amour dure toute la vie.

[Illustration: 1789.]



[Illustration: Le bonnet Charlotte Corday.]

X

LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

Modes dites à la Bastille.--Modes révolutionnaires.--Notre-Dame de
  Thermidor.--Incroyables et merveilleuses.--L'antiquité à Paris.
  --Athéniennes et Romaines.--Une livre de vêtements.--Tuniques
  diaphanes.--Maillots, bracelets et cothurnes.--Le réticule ou
  ridicule.--Le bal des Victimes.--Perruques blondes et oreilles de
  chien.--A la Titus.--Les robes-fourreau.--Petits bonnets et
  Chapeaux-Shakos.--Les turbans.


L'ouragan qui devait pendant vingt-cinq ans rouler comme un cyclone sur
notre vieille Europe, souffle déjà sur Paris où il s'est formé. Il
bouscule, il abat, il broie. Comme un château de cartes ou une Bastille,
la monarchie séculaire va s'écrouler sur les décombres de la vieille
société.

Et pendant ce temps, pendant que l'émeute ensanglante la rue fiévreuse,
que les tueurs promènent de pâles têtes coupées fichées au bout des
piques, pendant qu'à l'Assemblée ou à la Commune, les nouveaux maîtres
de la France décident tumultueusement du sort des millions d'hommes que
la guerre va jeter les uns sur les autres, pendant que déjà, dans l'aube
sinistre, se dresse sur son peuple, toute rouge, ses deux bras levés
tenant le glaive, la nouvelle reine, la Guillotine,--la mode
imperturbable songe à des combinaisons nouvelles, elle modifie des
jupes, elle arrange des corsages, elle chiffonne des rubans d'une façon
inédite, elle a les inventions les plus fraîches et les plus charmantes,
elle lance des toilettes idylliques d'une exquise nouveauté; à une
nation nouvelle ne faut-il pas des costumes nouveaux?

Le mouvement commencé dès les dernières années tranquilles de Louis
XVI, s'accélère et s'accentue. La mode est sur une voie nouvelle, et peu
à peu disparaissent tous les caractères du costume d'antan, de l'ancien
régime, comme on dit.

Dans la fameuse estampe de Debucourt, _la Promenade publique_, donnant
la vision multicolore d'une foule élégante des premières années de la
Révolution, dans cette charmante réunion de petites maîtresses et de
muscadins qui ne semblent guère songer au grand drame, que reste-t-il
des costumes et des modes du siècle? De la poudre, quelques tricornes
sur des têtes de vieux bourgeois retardataires et c'est tout.

Les femmes ont un aspect tout à fait nouveau. Les modes anglaises ont
prédominé d'abord, c'est-à-dire les vestes et les redingotes d'amazones,
puis les robes se sont simplifiées comme façon et comme étoffes.

[Illustration: Oreilles de chien.]

Les temps deviennent durs, adieu les riches tissus, les soies et les
satins, adieu les falbalas coûteux de jadis! La toile de Jouy,
l'indienne et le linon remplacent la soie et les couturières s'en
tiennent aux formes droites avec très peu d'ornements et d'accessoires.
On voit des corsages de linon forme chemise laissant les bras nus à
partir du coude, des jupes toutes simples, presque plates, qui se
portent avec des ceintures à longs rubans flottants. Pour relever cette
extrême simplicité on a les rubans aux couleurs nationales, les trophées
et les attributs révolutionnaires imprimés sur l'étoffe ou quelque
maigre ruché ajouté au bas des jupes.

On continue à porter beaucoup de fichus de mousseline, et, pour les
grandes occasions, la toilette se complète avec des bouquets de fleurs
tricolores portés à gauche sur le cœur, des bijoux patriotiques,
médaillons de cou, boucles de ceintures, d'acier ou de cuivre, cocardes,
boucles d'oreilles, boutons à la Bastille, au Tiers-Etat, à la
constitution, etc. Pendant un temps tout est _à la Bastille_, jusqu'aux
chapeaux.

Les grands chapeaux, en cône démesuré, à très larges bords et surchargés
de rubans, après avoir essayé de tenir quelque temps, ont disparu; il
n'y a bientôt plus que des bonnets, des bonnets à grande coiffe
bouillonnée enrubannés aussi, des bonnets ressemblant quelque peu à des
coiffures du pays de Caux, et surtout des bonnets dits à la paysanne ou
à la laitière, la jolie coiffe à grandes barbes de dentelle que nous
appelons aujourd'hui bonnet Charlotte Corday, piquée d'une large cocarde
tricolore.

Presque plus de poudre blanche,--on va en consommer tant de noire--on
porte tous ses cheveux au naturel, avec un peu de supplément aussi car
la vogue des perruques blondes commence.

[Illustration: Le chapeau Hussard.]

Mais bientôt la tempête se déchaîne tout à fait, c'est la Terreur.
Peut-il être encore question de frivolités luxueuses et de modes? Les
rangs des élégantes s'éclaircissent, elles sont à l'Abbaye, à la Force,
dans cent prisons, ou à Coblentz,--elles se cachent ou elles sont
mortes.

L'extrême simplicité que chacun affecte dans sa mise par prudence ou
garde par découragement, ne suffit pas toujours à préserver de ce titre
de suspect ou de suspecte qui donne des droits immédiats à l'échafaud.

Talleyrand a dit qu'ils ne connaissaient pas la douceur de vivre,
ceux-là qui n'avaient pas vécu dans la vieille société d'autrefois. En
93, le problème est de vivre, n'importe comment, caché dans un trou de
souris, s'il le faut. La Loi sous ce doux règne de Liberté, ordonne que
dans chaque maison une pancarte placardée porte les noms et prénoms de
tous les habitants et même l'âge, dure contrainte. Que de braves gens
qui ont connu des jours heureux et brillants essayent dans quelque rue
tranquille, au fond d'un appartement silencieux, d'oublier l'orage qui
gronde et le tumulte des rues et les horribles clameurs des clubs et des
journaux.

[Illustration: MERVEILLEUSE DU DIRECTOIRE.]

Cependant un petit groupe s'obstine à tenir haut et ferme devant les
sans-culottes le drapeau de l'élégance; des vaillants et des vaillantes
montrent encore au Palais-Royal, sur les boulevards, aux promenades,
dans les théâtres qui persistent à jouer, des toilettes élégantes et
bravent les citoyens en carmagnole et bonnet rouge, et les mégères
tricoteuses de la guillotine, mais à quels risques!

La mode n'ose plus lutter, la pauvrette a caché sa tête sous son aile et
regarde éperdument le ciel, espérant toujours quelque éclaircie.

La guillotine fonctionne toujours, s'interrompant seulement de temps à
autre pour quelque fête idyllique, fête de l'Être suprême, fête de
l'agriculture ou de la vieillesse, avec théories de jeunes filles en
blanc, déesses de la Liberté, chœur d'adolescents et de vieillards;
pastorales charmantes, spectacles qui émeuvent doucement le cœur du bon
Marat et du sensible Robespierre. On a jeté du sable sur le sang, le
lendemain le ruisseau rouge recommence à couler.

9 thermidor! Pour les beaux yeux de la citoyenne Thérèse Cabarrus, astre
qui va se lever, Tallien a bravé la mort suspendue sur toutes les têtes.
Il a jeté bas Robespierre et l'a poussé à son tour dans les bras
impassibles de la déesse Guillotine!

Mme Tallien devient Notre-Dame de Thermidor, celle qui sauve par la
souveraine puissance de la beauté!

Un immense soupir de soulagement passa sur la France et immédiatement
les élégances comprimées et terrorisées sortirent de terre, avec le
luxe, avec la frivolité, la folie même, avec la joie, le rire, dont on
semblait avoir un besoin furieux après tant de sang et tant de larmes.

Les incroyables et les merveilleuses qui s'étaient déjà montrés avant la
Terreur remplissent soudain les promenades et les boulevards, et la
mode, à qui le régime de Robespierre a sans doute tourné la tête, toute
pâle encore de son émotion, se livre tout de suite à mille
extravagances.

Tandis que les incroyables si bien nommés, les muscadins de la jeunesse
dorée, avec leurs habits à grands collets, leurs immenses cravates et
leurs gourdins si nécessaires contre les Jacobins et les sectionnaires
terroristes, cherchaient leurs inspirations dans l'imitation des modes
anglaises, les merveilleuses se vouaient toutes à l'antiquité. Pendant
quelques années, plus de Parisiennes, rien que des Grecques et des
Romaines.

Robes étroites sans taille, simples fourreaux serrés sur le sein même
par une ceinture, courts par devant pour laisser voir le pied, un peu
traînants par derrière, tel est le vêtement des merveilleuses. On ne
connaît plus que l'antiquité. C'est un recommencement.

Dans ce passage sombre de la Terreur on a oublié la pudeur. Ces robes à
l'athénienne ne sont que de simples deuxièmes chemises,--ce qui pourrait
passer, n'étaient les bijoux, pour un symbole de la pauvreté de ces
temps de ruine où le louis d'or valait huit cents livres en
assignats,--ce sont des tuniques d'un linon transparent, qui plaquent
sur le corps de la femme au moindre mouvement.

De plus les tuniques diaphanes des grandes élégantes ne sont-elles pas
fendues sur les côtés à partir des hanches.

Notre Dame de Thermidor, Thérèse Cabarrus devenue la citoyenne Tallien,
est la Reine de la Mode, elle se montre à Frascati, ainsi vêtue ou
plutôt dévêtue, sa robe à l'athénienne fendue latéralement laissant voir
ses jambes dans un maillot couleur chair, avec des cercles d'or à la
place des jarretières et des cothurnes à l'antique et des bagues à
chaque doigt de ses pieds de statue.

Dans les salons, dans les jardins d'été, aux promenades, ce ne sont plus
que robes à l'antique ouvertes en haut comme en bas, portées avec
chemises à la _carthaginoise_ ou même sans chemise du tout, sandales et
cothurnes attachés par des bandelettes rouges, cercles d'or enrichis de
pierres précieuses, arrangements de tuniques et peplums,
corsets-ceintures hauts de deux doigts seulement sous le sein et ornés
de brillants.

Les robes en voltigeant laissent voir les jambes ou même, quand elles ne
sont pas ouvertes sur le côté, se relèvent au-dessus du genou au moyen
d'un camée en agrafe et montrent franchement la jambe gauche.

Très peu de manches, un simple bourrelet à l'épaule, ou même pas de
manches du tout; des camées rattachent les épaulettes de la robe, des
bracelets nombreux habillent le bras.

[Illustration: Merveilleuse.]

Comme il était impossible d'adapter des poches à ces tuniques si
légères, à ces voiles si minces, les dames avaient adopté l'usage de la
_balantine_ ou du _réticule_, nom ancien que l'on prononça tout de suite
_ridicule_--d'un petit sac orné de paillettes ou de broderie, ayant
surtout la forme d'une petite sabretache de hussard, qu'elles portaient
à la main pour mettre leur bourse ou leur mouchoir.

Le bibliophile Jacob raconte que dans un salon de la Mode sous le
Directoire, comme on se pâmait d'admiration devant un de ces costumes
d'un goût si réellement antique qu'il n'y avait plus rien au delà, sinon
les modes du Paradis terrestre, la merveilleuse qui le portait paria
qu'il ne pesait pas deux livres. La preuve fut faite, la dame passa dans
un petit boudoir et son costume tout entier, pesé avec les bijoux, ne
dépassa pas de beaucoup le poids d'une livre.

Cette dame vêtue à l'athénienne pouvait se croire même très habillée,
car d'autres trouvèrent le moyen de l'être encore moins et poussèrent
l'audace jusqu'à oser s'exhiber, ce qui est le mot, dans le costume dit
à la _Sauvagesse_. Ce costume à la _sauvagesse_ était encore plus simple
puisqu'il ne se composait que d'une chemise de gaze et d'un
pantalon-maillot rose orné de cerclés d'or.

Des femmes se promenèrent aux Champs-Elysées dans des fourreaux d'une
transparence presque absolue, ou même avec les seins complètement nus,
et ces femmes n'étaient nullement des hétaïres quelconques, mais des
femmes du monde officiel d'alors, des amies de Joséphine de Beauharnais!

Inconscience plutôt qu'impudeur, accès de folie, le délire des plaisirs
après la folie furieuse et le délire du sang!

Ces merveilleuses qui avaient bravé la guillotine bravaient la maladie.
Pleurésies et fluxions de poitrine frappaient pourtant ces folles
élégantes au sortir des bals et des salons, quand après la danse elles
partaient à peine couvertes dans le froid de la nuit, par-dessus leur
quasi-nudité, d'un mince fichu ou d'un schall large comme une écharpe.

Ces merveilleuses demi-nues qui prenaient leurs modes à Athènes
copiaient aussi leurs coiffures sur celles des statues grecques et
portaient les cheveux frisottés dans un réseau, les tresses et les
nattes piquées de bijoux. Mais la vogue fut surtout pour les perruques
blondes. Mme Tallien en avait jusqu'à trente, de toutes les nuances du
blond. Ces perruques blondes, légèrement poudrées, les Jacobins les
avaient abhorrées et proscrites; après thermidor elles triomphaient et
devenaient le symbole de sentiments contre-révolutionnaires.

Les coiffures _à la victime_ ou _à la sacrifiée_ eurent aussi leur temps
de succès, on relevait les cheveux par derrière et on les ramenait en
mèches folles sur le front; cette coiffure de guillotine, complétée par
un terrifiant ruban rouge autour du cou, par un châle également rouge
jeté sur les épaules, était indispensable pour se rendre au fameux et
macabre _Bal des Victimes_, dont l'entrée n'était permise qu'aux
danseurs ou aux danseuses pouvant justifier d'un ascendant ou de
quelques proches parents morts sur les échafauds de la Terreur.

[Illustration: PREMIER EMPIRE.]

Paole d'honneu victimée, ces dames sont déliantes! disent les
incroyables à chaque nouvelle invention plus délicieuse et plus antique
des couturières à la mode, Mme Nancy et Mme Raimbaut, qui sont des
modistes très érudites et très artistes, qui se font aider par les
sculpteurs pour trouver des manières de se draper toujours plus
grecques et des plis encore plus romains.

[Illustration: Coiffure à la Titus.]

Les modes romaines un peu moins légères ont été adoptées par les dames
que la trop grande transparence des tuniques à la Flore ou à la Diane
effraie un peu.

Les robes à la romaine sont portées par les dames du monde officiel qui
se croient tenues à un peu de réserve, mais les deux mondes fusionnent.
Athéniennes légères et frivoles, débris de l'ancienne société et
parvenus de la nouvelle, fournisseurs des armées ou spéculateurs
subitement enrichis, muscadins et muscadines, victimes et bourreaux,
jeunesse dorée, armée, politique, finances, tout cela forme, après la
grande secousse, le plus incroyable des mélanges, et tout cela, malgré
les misères présentes, l'avenir incertain, s'agite dans l'épanouissement
du bonheur de vivre après la grande tuerie.

Soudain la mode a décrété la fin des perruques blondes et la coiffure à
la Titus obligatoire pour toutes les élégantes; les belles du Directoire
rejettent ces épaisses perruques et sacrifient aussi leur chevelure
personnelle. Presque plus de cheveux ou le moins possible!

«La coiffure à la Titus, dit la Mésangère dans le _Bon Genre_, moniteur
officiel de la mode, consiste à se faire couper les cheveux près de la
racine pour rendre à la tige sa raideur naturelle qui la fait croître
dans une direction perpendiculaire.» Merveilleuses et muscadins sont
tous coiffés à la Titus, tous tondus avec quelques mèches très longues
en désordre sur le front.

Il y a encore un autre type de Merveilleuse du Directoire, c'est la
Merveilleuse à la Carle Vernet, légèrement vêtue encore, se serrant dans
un mince jupon plaquant de couleur _fifi pâle effarouché_, mais portant
au-dessus d'un corsage si petit qu'il est invisible, au-dessus des seins
nus, le cou engoncé dans les plis et replis d'une formidable cravate,
tout comme son pendant l'élégant Muscadin, et sous son grand chapeau à
plumes, la figure encadrée comme la sienne de longues mèches pendantes
en oreilles de chien.

C'est ainsi qu'à l'aurore de notre siècle sont habillées et coiffées les
élégantes. Pendant le Consulat et les premières années de l'Empire,
elles vont rester les Merveilleuses, un peu,--oh, pas beaucoup,--plus
vêtues que sous le Directoire.

[Illustration: Sous le Consulat.]

Ce sont toujours les mêmes robes, souvent transparentes, le décolletage
règne souverainement malgré les saisons. Les femmes d'alors vont
poitrine décolletée et bras nus dans la rue comme celles d'aujourd'hui
au bal. C'est leur champ de bataille. Pour lutter contre le froid elles
ont les écharpes, les châles,--le commencement des fameux cachemires
qui jouent un si grand rôle dans la première moitié de notre siècle. On
a inventé des vêtements particuliers, comme la petite veste de hussard
qui vers l'an VIII se passe par-dessus le corsage décolleté et encadre
les épaules de sa fourrure, ou le spencer, autre veste bien moins
gracieuse.

Les célèbres portraits de Joséphine de Beauharnais par David, et de Mme
Récamier par Gérard, allongées sur des lits de repos à l'antique, nous
montrent deux belles Romaines du temps des empereurs, plutôt que des
Françaises d'il n'y a pas cent ans. Elles étaient pourtant habillées
ainsi, les élégantes des salons du Directoire, les belles Parisiennes
qui faisaient cercle autour de Garat chantant ses romances, ou qui
dansaient avec le beau Trénitz la gavotte ou la «_walse_» alors dans
toute sa nouveauté.

Voilà que les coiffures à la Titus ne sont plus de mode en 1803 ou 1804,
c'est vieux, c'est province. Et les cheveux qui ne se sont pas empressés
de repousser immédiatement après le changement de goût! Les dames
regrettent leurs belles tresses blondes, brunes ou rousses et sont bien
forcées de recourir aux tours de tête et aux postiches pour montrer de
nouveau de grandes boucles ou pour s'arranger des grands chignons
étrusques avec nattes enroulées.

C'est un vilain moment qui commence pour le costume féminin, il semble
que la mode, conquise elle aussi, ait gardé toute son imagination
gracieuse pour habiller magnifiquement, arranger, soutacher, broder,
passementer, empanacher, dorer les innombrables escadrons que S. M.
l'Empereur et Roi allait faire galoper et tournoyer d'un bout de
l'Europe à l'autre, les superbes sabreurs lancés sur les canons et les
baïonnettes de tous les peuples réunis.

Salons de Frascati, jardins de Tivoli qui avez vu défiler les belles du
Directoire si hardiment déshabillées dans leurs tuniques flottantes et
transparentes, dans leurs fantaisies athéniennes si osées, que
dites-vous des toilettes que vous voyez porter aujourd'hui à ces mêmes
femmes ou à leurs sœurs cadettes, que pensez-vous de ces sacs
disgracieux qu'elles appellent des robes, de ces fourreaux ridicules, de
ces chapeaux en abat-jour, de ces visières en capote de cabriolet?

Les modes masculines ne sont pas plus jolies. Que ceux qui ne veulent
pas consentir à les porter s'engagent dans les hussards! Les costumes
des hommes sont laids déjà, comme ils vont l'être de plus en plus dans
le courant du siècle.

Mais les femmes! voici une élégante de 1810:

[Illustration: Commencement du XIXe siècle.]

La jupe d'abord,--il y a si peu de corsage que la jupe est à peu près
tout le costume,--la jupe de percale ou d'étoffe assez commune commence
sous les bras et tombe d'une façon inélégante jusqu'au bout des pieds,
ou bien s'arrête assez haut au-dessus des bottines. Quelques plissés,
quatre ou cinq rangs de garnitures découpées en dents de scie, quelques
volants étagés ornent assez gauchement le bas de ces jupes.

Presque pas de corsage, la ceinture bride le sein; la robe n'a pas de
manches, les bras sont nus sauf deux gros bourrelets aux épaules, les
épaules sont décolletées. On porte des canezous brodés ou bien de
grandes collerettes à plusieurs rangées de plis tuyautés. C'est la seule
chose assez gracieuse de la toilette, encore arrange-t-on souvent ces
collerettes d'une assez lourde façon, pour engoncer plutôt que pour
orner.

[Illustration: PARISIENNE DE 1810.]

Quant aux chapeaux, ils sont bien souvent ridicules. Comme toutes les
idées sont tournées vers l'armée et la guerre, les dames, sur ces
toilettes assez baroques, arborent quelquefois des espèces de casques
empanachés et enguirlandés, de grands chapeaux en forme de shakos; on
voit même de vrais casques, dits à la _Clorinde_ qui ont l'intention de
rappeler les casques des chevaliers des Croisades.

[Illustration: Attendant les Vainqueurs.]

Un moment la mode est aux petits bonnets, des petits serre-têtes
d'enfants ornés de dentelles qui donnent aux dames des airs naïvement
enfantins, mais le triomphe de l'époque ce sont les grands chapeaux
cabriolets, les capotes énormes qui s'allongent démesurément en avant de
la figure enfoncée et dissimulée au plus profond de l'armature.
Quelquefois ces capotes en cabriolet se compliquent d'un grand tube de
haute forme, plus haut que le plus haut de tous les shakos des armées de
sa Majesté.

[Illustration: Grand chapeau Empire.]

Et pour qu'elles trouvent le moyen d'être gracieuses quand même
là-dessous et d'être adorées par tous les étincelants officiers qui s'en
viennent, entre deux victorieuses campagnes, brûler rapidement leurs
cœurs à la flamme de leurs yeux, il faut que les femmes soient vraiment
jolies.

Pour les bals et soirées, dans les salons où papillonnent les beaux
officiers à côté des civils rejetés dans l'ombre, les femmes qui n'ont
pas les allures triomphantes des Merveilleuses de la période précédente,
mais qui au contraire, sous le regard des guerriers empanachés, prennent
des allures de colombes timides, les belles ont des jupes extrêmement
courtes ornées de bouquets de fleurs et laissant voir le bas de la jambe
et le cothurne, non plus le cothurne antique de la belle Tallien, mais
un cothurne soulier, attaché aussi par des cordons sur la cheville.

Ces belles de l'Empire, ces rêveuses Malvinas en robes sacs, qui songent
aux beaux guerriers chargeant là-bas de l'autre côté du Rhin, se
coiffent avec leurs tresses massées en casques, ou bien à la Chinoise,
tous les cheveux tirés en l'air.

Les beautés sérieuses prennent le turban des Turcs. On connaît le
célèbre portrait de Mme de Stael enturbannée, les salons se remplissent
ainsi d'odalisques parisiennes et l'on trouve leur coiffure charmante.
Après cela, qu'est-ce qu'une jolie figure et des yeux vifs ou
langoureux ne sauraient faire passer?

[Illustration: Robe orientale et Turban.]

Ces turbans prennent vite des proportions énormes et se surchargent de
gazes, d'écharpes de couleurs variées et de plumes, ils deviennent sous
la Restauration l'apanage des dames mûres, des mamans et belles mamans,
et leur font ces figures d'un comique extravagant que nous ne pouvons
regarder sans rire dans les gravures du temps.

[Illustration: Chapeau Empire.]

Que dire aussi des spencers qui donnent un aspect si étriqué à ces
toilettes déjà peu jolies de lignes, des lourds carricks, des redingotes
fourrées et des Vitchouras? Les fourrures sont très à la mode, on porte
astrakan, martre ou zibeline en vêtements de toutes sortes et en
pelisses de toutes tailles.

Tout ce monde si bizarrement habillé, toutes ces femmes dont les
costumes semblent séparés par des siècles des toilettes du XVIIIe
siècle, des falbalas qu'ont portés leurs mères, s'agitent dans un décor
également bien différent de celui qu'inventèrent les artistes et les
peintres rococo.

Sommes-nous en France ou en Grèce, ou en Egypte, en Etrurie ou à
Palmyre? Dans quel siècle vivons-nous, le XIXe après l'ère chrétienne ou
avant? Ce décor antique donné tout à coup à la vie, date du Directoire,
ce sont les architectes retour de Rome, Percier et Fontaine, qui l'ont
implanté dans Paris et des hôtels des personnalités à la mode, il a
passé bien vite dans les maisons de la classe bourgeoise.

On s'habillait à la grecque et à la romaine, avant Percier et Fontaine,
le costume avait donc précédé l'architecture et influé sur la création
d'un style.

Est-il rien de plus élégant qu'un salon qui ressemble à un temple grec
ou qui figure un intérieur de tombeau étrusque? Garnitures de cheminée
de style funéraire, trépieds imités de Pompéï, chaises curules,
fauteuils incommodes mais ornés de lions, de cygnes, de cornes
d'abondance, lits gardés par des sphinx, commodes chargées de glaives,
somnos en forme de cippe funéraire ou d'autel, tables de nuit
pompéïennes, etc. Partout des lignes rigides, des ornements froids,
partout des palmettes, des entrelacs étrusques ou grecs, voire même des
motifs égyptiens, quand l'expédition d'Egypte mit la terre des Pharaons
à la mode.

Il fallait avoir dans l'esprit de considérables ressources de gaîté
intérieure pour trouver la vie agréable parmi ces formes raides et
dures, dans ce cadre sévère, solennel et antique, distillant une
maussaderie et un ennui très modernes.

[Illustration: Coiffure Empire.]



[Illustration: Chapeau 1814.]

XI

LA RESTAURATION

ET LA MONARCHIE DE JUILLET

Manches bouffantes, manches à gigot.--Les collerettes.--Modes à la girafe.
  --Les coiffures et les grands chapeaux.--1830.--Epanouissement des modes
  romantiques.--Les derniers bonnets.--1840. Chastes bandeaux.--Modes
  Juste-milieu.


Sous la Restauration, d'année en année, les très laides et inélégantes
modes de l'Empire s'améliorent et prennent un peu de grâce. Probablement
la mode a cessé de consacrer toutes ses pensées et toutes les
ressources de son génie aux beaux houzards et aux brillants aides de
camp des armées françaises. Le goût féminin renaît.

[Illustration: PARISIENNE 1814.]

Les costumes vont gagner tous les jours, perdre de leur raideur et leur
indécision, prendre de l'ampleur ici, s'alléger là, et dès 1825, devenir
pour une dizaine d'années, tout à fait charmants.

Une grâce aimable et distinguée, une exquise originalité, une élégance
souple et naturelle, de belles ondulations de jupes, des coiffures
extrêmement seyantes, très trouvées, les modes de ce temps-là sont
vraiment délicieuses, et la femme de 1830 a droit à une belle place de
choix dans les évocations des élégances d'antan, parmi les plus
charmantes figures du passé.

Plus tard, quand notre pauvre XIXe siècle aura glissé avec les autres
dans le gouffre qu'il peut, hélas, entrevoir déjà, quand les belles
d'aujourd'hui seront à leur tour devenues des aïeules, lorsqu'on songera
à se figurer les femmes de notre siècle, c'est avec les toilettes de
1830, pour la première moitié, et de... mettons 90... pour la seconde
moitié, qu'on se les représentera.

C'est la bonne époque, les dessins et peintures d'alors, des Devéria,
Gavarni et autres, sont là pour témoigner de la grâce des toilettes
portées par les femmes de 1825 à 1835, de la seconde période de la
Restauration aux premiers temps de la monarchie de Juillet, pendant le
grand renouveau des idées et des arts.

Ah! celles-ci, nous les avons connues, elles nous intéressent plus que
toutes, ce ne sont pas des figures vagues, estompées dans le recul des
siècles! Nous les avons connues..., devenues de bonnes et charmantes
vieilles, au visage encore encadré de boucles comme aux jours
d'autrefois, mais de boucles blanches, avec des lunettes sur ces yeux
jadis, paraît-il, vifs et rieurs...

Après la chute de l'Empire, l'anglomanie domine pendant quelques années
dans les toilettes, et aussi un peu de cosaquomanie; les modes
parisiennes sont des imitations des modes de Londres; mais peu à peu se
dégagent, et de tâtonnements en tâtonnements, arrivent à réaliser de
fort jolis types de toilettes.

[Illustration: Chapeau 1815.]

C'est encore pendant quelques années la robe sac ou fourreau de
parapluie de l'Empire, avec des essais de corsages, des tailles placées
moins haut, des essais de manches à gros bouillons, et des chapeaux plus
ou moins gracieux de formes tout à fait bizarres et toujours vastes de
proportions, des chapeaux au fond desquels assez souvent la figure se
dissimule presque complètement.

Le grand luxe revient pourtant avec la tranquillité, avec le repos qu'on
n'a pas connu depuis vingt-cinq ans, avec la cour, dans les salons qui
ont retrouvé l'éclat de jadis, et qui ne sont plus seulement des petites
réunions de mécontents ou de simples parlottes, comme autrefois,
discutant la dernière victoire ou le dernier revers de l'Empereur,
unique sujet de conversation entre deux parties de whist.

Reprenons quelques-uns des vieux verres de la grande lanterne magique
que le temps fait passer si rapidement et voici les élégantes de la
Restauration, les belles romantiques et les lionnes de la monarchie de
Juillet.

[Illustration: Toilette de soirée Restauration.]

La robe de gros de Naples blanc, avec des volants jaunes au bas de la
jupe élargie, la même garniture en pèlerine sur les épaules, des
manches à gigot,--elles viennent de naître et triomphent concurremment
avec les manches à l'éléphant et les manches à l'imbécile,--collerette
tuyautée, grand chapeau de paille de riz avec rubans de satin et
panaches de grandes plumes.

Jupes élargies garnies de bouillonnés de gaze et de coques de satin, de
volants et d'entre-deux de dentelles, canezous, jupes écossaises, grands
chapeaux décoratifs ornés de gros bouquets de fleurs,--ces chapeaux de
Mme Herbault dont les chroniques et les romans d'alors coiffent toutes
les belles,--immenses gants habillant tout le bras...

Cette dame qui joue rêveusement de la harpe dans une soirée élégante,
les épaules drapées dans une écharpe de gaze rayée, est coiffée d'un
grand béret qui va bien à son profil poétique; en sortant du salon, elle
s'enveloppera dans une rotonde ou dans un de ces vastes manteaux de drap
à palatine découpée, à grand collet et doublure de fourrures, pendant
que Monsieur, le monsieur à toupet frisé, habit bleu à boutons d'or et
pantalon collant, endossera son carrick.

Pour l'été, pour la campagne, pour la promenade, pour aller consulter le
sorcier de Tivoli, canezous d'organdi ruchés de tulle, grands chapeaux
de paille avec d'immenses rubans dressés.

Pour le théâtre, pour les sorties, pour tous les temps frais, on a les
boas, ces boas que nous venons tout récemment de voir revenir et qui
sont l'occasion de si jolis mouvements. Les serpents de fourrure
s'enroulent sur les épaules nues et sertissent chaudement et
voluptueusement les fraîches carnations.

En 1827, pour célébrer l'arrivée de la première girafe au jardin des
Plantes, toute la mode est _à la Girafe_.

Ce qui reste de ces modes à la Girafe, c'est le grand peigne d'écaille
qui se place tout en haut de la tête au sommet de l'édifice. Les
coiffures sont très hautes, les cheveux se relèvent en plusieurs coques
serrées avec un encadrement de boucles tombantes autour du visage,
partagées irrégulièrement, trois d'un côté, quatre de l'autre...

Elle est charmante, l'élégante de 1830 en costume de soirée, avec le
complet épanouissement des manches à gigot, ses épaules émergeant d'une
ligne de fine dentelle, sa nuque bien découverte sous le grand peigne
d'écaille planté triomphalement dans les masses blondes ou brunes,
tordues et réunies au sommet de la tête.

[Illustration: Chapeau 1820.]

Dans la rue ou sur les boulevards, aux promenades, aux Champs-Elysées,
elle est décolletée encore et se drape sans se cacher dans un petit
châle porté coquettement.

[Illustration: UNE ÉLÉGANTE AUX CHAMPS-ÉLYSÉES, RESTAURATION.]

Revenons un peu sur le chapitre des coiffures; ce n'est pas le moins
important, il peut se subdiviser en sous-chapitres: les toques et
bérets chevaleresques et Ossianiques, les bonnets et turbans, et enfin
les chapeaux.

[Illustration: Béret de gaze.]

C'est un poète qu'il faudrait pour célébrer dignement la grandeur et
pleurer la décadence du chapeau féminin. Sous la Restauration, jusqu'en
1835, c'est la gloire et le triomphe du chapeau; il plane superbement
sur la tête des dames, il fait voltiger ses plumes, il balance
gracieusement ses rubans, ses coques et ses immenses nœuds de satin.

Parti des tromblons ou des shakos sans grâce de l'Empire, des tubes
enfermant la figure au fond d'un corridor obscur, il s'est modifié peu à
peu, il s'est élargi, il s'est ouvert. On le campait tout droit sur la
tête; maintenant, il se pose gentiment de côté sur les cheveux roulés en
grosses boucles irrégulières. La nuque bien dégagée apparaît dans toute
sa coquetterie, les épaules se montrent aussi à l'ombre d'un grand
chapeau car les robes sont largement décolletées et les jolies
collerettes tuyautées ne les surmontent pas toujours.

C'est le moment du triomphe pour le chapeau, mais la décadence viendra
vite, les bords roulés en cornet ou en corridor reprendront, on
supprimera rubans et panaches, on enfermera la figure tout au fond du
corridor et le cou sous d'immenses et disgracieux bavolets. Nous irons
ainsi de lamentables inventions en créations baroques et inélégantes
jusqu'au petit chapeau bibi fermé, du second Empire, jusqu'au ridicule
chapeau assiette de 1867.

[Illustration: Les grands Chapeaux Restauration.]

Mais la réaction en sens inverse est commencée, nous avons pu revoir en
ces dernières années de vraiment gracieuses coiffures.

La femme d'alors dans l'intimité ne craint pas les grands bonnets
coquettement chiffonnés, vastes comme les chapeaux, avec un fond relevé
très haut pour contenir le grand peigne avec des ébouriffements de
dentelles et de rubans autour de ses boucles ou de ses anglaises. C'est
le dernier temps d'élégance des bonnets, ensuite, hélas! il n'y aura
plus de beaux bonnets qu'aux champs, tant que dureront les majestueux
hennins des Normandes ou les coiffes voltigeantes si variées des femmes
de Bretagne.

Après ces jolis bonnets de boudoir des lionnes de 1830, la décadence du
bonnet commence. Il est encore joli, le bonnet capricieusement tuyauté
sur la tête des petites modistes ou grisettes au nez fûté de Parisienne,
aux yeux éveillés et railleurs; c'est d'ailleurs la coiffure légère
qu'elles font si légèrement voltiger métaphoriquement par-dessus les
plus hauts moulins, mais ensuite le bonnet des grisettes devient la
coiffure sans grâce de grosses boutiquières, enfin, chute complète, le
bonnet devient portière...

[Illustration: Bonnet d'intérieur.]

Vive, légère, enjouée, dans l'ondulation de ses larges jupes et le flou
de ses monumentales manches à gigot, l'élégante de 1830 s'en va éblouir
les boudoirs de la chaussée d'Antin et les promenades fashionables, les
Champs-Élysées ou Longchamps et faire palpiter le cœur des dandys
engoncés dans leurs hauts collets d'habits. Sous son grand chapeau
hérissé de touffes de plumes et de rubans, elle disparaît quand elle
veut, un simple mouvement du cou et la voilà dissimulée au fond de cette
coiffure de strict incognito.

Elle galope aussi au bois de Boulogne dans son amazone de couleur à
manches à gigot, ornée de torsades ou de brandebourgs, ou bien égayée
par un blanc canezou...

Plus tard par malheur, elle osera porter, à la campagne pour ses
promenades équestres, à la place de son large chapeau à grand voile
voltigeant, la casquette, la hideuse casquette, honte du XIXe siècle.

Il faut voir, aux loges des théâtres à la mode, les rangées de jolies
femmes décolletées, dans les corsages ouverts en pointe jusqu'à la
taille sur une large chemisette brodée, les parements du corsage
revenant sur les épaules et les manches,--les boas enroulés, les
accroche-cœurs et les boucles, les cheveux tordus et dressés de cent
façons différentes et compliquées, avec des fleurs, des peignes, des
pointes de satin...

[Illustration: Amazone 1830.]

Les belles romantiques, dit-on, arborent à l'envi des toilettes plus
moyen âge les unes que les autres. Elles avaient pour nourriture
d'esprit après les troubadours du vicomte d'Arlincourt, après Ossian,
Byron et Walter Scott, les tirades passionnées et farouches des grands
drames d'alors, _Hernani_, la _Tour de Nesle_, _Lucrèce Borgia_, les
vers, les romans, les chroniques de tous les romantiques, de tous les
_jeune France_. Et, sous l'œil fulgurant des barons et des bandits
gothiques, elles s'efforçaient d'être le plus moyen âge possible dans
leurs ajustements.

[Illustration: Coiffure à la Chinoise. 1830.]

Mais, au théâtre même, le moyen âge était très 1830, les héroïnes de ces
drames flamboyants, Isabeau, Marguerite de Bourgogne ou Belle
Ferronnière, malgré les recherches de couleur locale, montrent, tout
comme les spectatrices, les inévitables manches à gigot, et au fond en
voulant se montrer moyen-âgeuses, les belles de 1830 restent surtout
1830.

[Illustration: TOILETTES D'INTÉRIEUR 1830.]

Hélas, hélas, ces modes d'une si jolie désinvolture, ces modes à
panaches, d'une élégance _truculente_, pour employer l'idiome d'alors,
ces modes passent. La réaction bourgeoise anti-pittoresque, qui commence
dans les arts, triomphe bien plus rapidement dans les toilettes. Au bout
de quelques années, les modes se sont assagies, faut-il dire le gros
mot? Dès 1835 ou 36, la mode, l'ex-mode poétique, romantique,
cavalière, se fait juste milieu et épicière, épouse de garde national,
pour tout dire!

[Illustration: Grand Chapeau et Collerette.]

La mode en 1835 a déjà perdu ses grâces et tourné à la gaucherie en
exagérant disgracieusement les caractéristiques de 1830. Ce ne sont plus
les femmes de Devéria et de Gavarni, ce sont celles de Grandville.

Les jupes sont larges comme des cloches et sans ornements, en simple
mousseline blanche ou imprimée de petits dessins bébêtes comme ceux des
papiers de tenture de l'époque. Les manches sont d'énormes gigots
boursouflés mais flasques qui pendent très bas, très bas, sur de tout
petits poignets; les corsages sont recouverts d'immenses pèlerines
ornées de broderies et dentelles, tombant plus bas que la taille. Mettez
sur la tête un grand chapeau de paille d'Italie ou de paille de riz,
fermé et bridé sous le menton, et vraiment l'ensemble n'est pas très
séduisant.

[Illustration: Toilette d'intérieur.]

Voyez les héroïnes de 1830, dix ans après, en 1840; considérez
tristement ces jupes sans lignes et sans ornements, ces manches
hésitantes, gardant un peu de l'ampleur des gigots, juste assez pour
être disgracieuses, ces corsages quelconques, ces chapeaux dépourvus
d'allure, simples capotes attachées sous le menton par des brides sans
grâce.

[Illustration: Toilette romantique.]

Les coiffures n'ont plus les belles audaces d'autrefois, ce sont des
coiffures en bandeaux plats, qui encadrent froidement et durement le
visage, ces chastes bandeaux, comme on disait alors, qui tuent presque
toute grâce et toute beauté--ce sont les _anglaises_, les longues
boucles tombant comme un feuillage de saule, qui donnent une mine
pleurnicharde aux figures féminines les plus enjouées. La mode devient
de plus en plus triste et de plus en plus laide à la fin de la monarchie
de juillet. Plus de goût du tout, c'est le comble de la banalité et de
la platitude.

[Illustration: 1830.]

Il y a un mouvement qui porte les modes à toujours aller du plus large
au plus étroit et toujours à revenir du plus étroit au plus large. C'est
une loi. De même pour les coiffures, on va et on ira toujours du plus
petit au plus vaste et du plus vaste au plus petit, avec une régularité
parfaite.

Après les paniers Louis XV et Louis XVI, on est allé aux jupes collantes
du Directoire, la plus simple expression des jupes, après laquelle il
n'y a plus que la suppression. Des robes fourreaux de l'Empire, on est
venu par degrés à l'ampleur et l'on va regagner sous le second Empire le
grand maximum de largeur avec la troisième restauration du vertugadin
sous le nom de crinoline.

[Illustration: 1835.]



[Illustration: 1845.]

XII

ÉPOQUE MODERNE

1848.--Des révolutions partout, excepté dans le royaume de la mode.
  --Règne universel de la crinoline.--Les châles cachemire.--Talmas,
  burnous, pince-tailles.--Modes de plages.--Robes courtes.
  --Saute-en-barque.--Jupes larges et jupes étroites.--Les modes
  collantes.--Poufs et tournures.--Modes Valois.--Erudition plus
  qu'imagination.--On demande une mode fin de siècle.


La Révolution de 48 n'a aucune action sur les modes, elle ne lance pas,
comme la première, la toilette dans des voies nouvelles. En ce temps de
bouleversement, quand toute l'Europe semble gagnée par l'esprit de
révolution, lorsque tant de rêves plus ou moins beaux, plus ou moins
fous, brûlent le cerveau congestionné des peuples, la mode à qui
pourtant un petit grain de folie serait certainement permis, se conduit
en personne sage et prudente.

Les toilettes continuent à se montrer éminemment bourgeoises; on
croirait que c'est Mme Prudhomme qui donne le ton.

Les tristes et mesquins chapeaux en petit cabriolet, fermés sous le
menton avec de petites brides, règnent sans conteste, il n'y a pour
ainsi dire qu'une forme unique, à bavolet, sans autres ornements que des
rubans sans grâce. La robe n'a pas la moindre ornementation non plus, le
corsage est très long, la jupe droite. Sur ces toilettes plates on porte
au dehors des mantelets et des châles.

[Illustration: PARISIENNE 1835.]

Ce sont ces toilettes, très sobres et très effacées, que le second
Empire va trouver à ses débuts et qu'il transformera peu à peu en un
costume à grand fla-fla très compliqué, très chargé et surchargé, mais
plus que discutable comme goût et même tout à fait dépourvu de style,
sauf dans quelques trouvailles heureuses qui ne durèrent pas, vers 1864.

[Illustration: Chapeau 1848.]

La grande _pensée_ du règne,--côté modes,--la grande innovation qui va
donner le _la_ aux toilettes, c'est la crinoline,--honnie, attaquée,
vilipendée par vaudevillistes, journalistes, caricaturistes, par les
maris, par tout le monde, c'est la crinoline triomphante de toutes les
clameurs, de toutes les moqueries, comme de tous les justes reproches.

On peut bien dire que sous l'Empire la femme a tenu trois ou quatre fois
plus de place dans le monde--au moins en circonférence--qu'aux époques
précédentes, plus même que sous Louis XV de peu vertueuse mémoire, la
crinoline ayant régné bien plus despotiquement que les paniers, puisque
les femmes de toutes classes durent l'adopter et que les filles des
champs ne se crurent pas habillées le dimanche à moins de ballonner
comme les dames de la ville avec la cage en cercles d'acier.

Les tournures et les jupons bouillonnés en étoffe de crin ont habitué
peu à peu les yeux à l'élargissement des jupes, et lorsque la crinoline
sans armature est délaissée pour les cerceaux en ressorts d'acier et
pour la crinoline cage, à cercles et à montants d'acier, les dames
trouvent ce ballonnement charmant et la crinoline fait le tour du monde.

Il est bien inutile d'insister sur ses nombreux inconvénients qu'on a
encore dans la mémoire, sur la gêne qu'elle imposait, mais au point de
vue esthétique, la crinoline doit être solennellement anathématisée,
excommuniée, ridiculisée à jamais... c'est-à-dire jusqu'au jour où elle
reviendra sous un autre nom.

[Illustration: La Crinoline.]

Il est vrai que les jupes s'arrondissant en coupoles flottantes sur ces
crinolines si décriées, et que tout l'ensemble de la toilette étaient
ornés d'une façon lourde et gauche de petits détails mesquins appliqués
sur de tristes étoffes, tandis que les paniers du XVIIIe siècle ont eu
pour eux une ornementation plus artiste des jupes et des toilettes
taillées dans les belles étoffes à ramages. Leurs exagérations et leurs
ridicules avaient de la grâce, tandis que les jupes à crinoline ne
rachetaient par rien leur gauche ballonnement. Un peu surfaites, les
suprêmes élégances de l'Empire!

Avec ces crinolines boursouflées et envahissantes, que portent toutes
les femmes du second Empire, on peut rappeler le talma, le burnous,
manteau algérien assez coquet, les _pince-taille_ en soie gros grain à
manches pagodes,--oh! les manches pagodes! entonnoir disgracieux et
incommode compliqué de dentelles ou d'effilés!

Il faut noter surtout les châles, le fameux cachemire de l'Inde et le
grand châle tapis.

Le châle, dont on a si longtemps célébré l'élégance(?), n'a vraiment
quelque grâce que lorsqu'il est petit, étroit presque comme une écharpe,
et lorsqu'il est porté avec irrégularité et désinvolture. Que dire du
grand châle posé sur les épaules comme sur un portemanteau et tombant
droit en dissimulant la taille et la toilette de la femme, sinon qu'en
réalité ce châle-manteau est un vilain vêtement et qu'il ne va tout au
plus qu'aux fruitières endimanchées.

[Illustration: Chapeau second Empire.]

On peut encore signaler les capelines parmi les inventions commodes, et
les vestes zouaves, les rouges garibaldis et les figaros, parmi les
nouveautés gracieuses de l'époque.

Le chapitre des chapeaux n'est pas bien brillant. Jusque vers 1863, ce
sont toujours les grandes capotes de cabriolets, avec bavolets, avec
fleurs dans l'intérieur de la passe et au-dessus; cette coiffure, c'est
en somme le grand chapeau de la Restauration, abîmé, ridiculement
arrangé, finissant tristement ses derniers jours.

Voilà donc le luxe effréné tant reproché aux femmes par le président
Dupin, dans la fameuse brochure qui fit sensation en 1865,--le luxe
débordant les jours de Grand Prix dans la grande Ville, roulant de
l'hippodrome de Longchamps tout le long des boulevards, le luxe qui,
paraît-il, faisait de Paris une Byzance décadente, scandalisait
l'honnête bourgeoise en petit châle, et faisait monter le rouge aux
joues du reste de la vertueuse Europe, vouée encore à la simplicité
naïve et pratiquant le culte de sainte mousseline à dix sous le mètre.

Effréné peut-être, ce luxe corrupteur et effrayant, mais peu artistique,
d'un goût médiocre et donnant à très grands frais l'impression du
clinquant.

Bien que le recul ne soit pas encore suffisant pour le juger, pour
apprécier les modes de ce temps dans leur ensemble, sans se laisser
influencer par la pointe de ridicule qui s'attache au démodé, il semble
cependant qu'au siècle prochain les femmes et les artistes le jugeront à
peu près ainsi. Nous ne voyons pas les peintres élégants d'alors
ressuscitant dans leurs tableaux les modes de 1860, pour la joie des
mondaines et des américains vingtième siècle.

[Illustration: Pince-taille.]

Cependant la vogue des bains de mer qui se dessine de plus en plus et
qui deviendra bientôt une migration annuelle et régulière de toute la
bourgeoisie vers les plages normandes ou bretonnes, cette habitude des
excursions estivales amène quelques gracieux changements dans la mode.

Un instant vers 1864, triomphe la mode des robes courtes née sur les
plages élégantes. Plus de jupes traînantes, ou de robes longues à larges
volants. On conserve la crinoline, un peu modérée dans son envergure,
mais on drape et on arrange les jupes, avec des relevés, des plissés,
avec une grande variété d'ornements appliqués, ornements très larges
d'un bon effet.

La fantaisie, étouffée depuis 1830, reparaît. Ces très cavalières jupes
courtes laissent voir les bottines très luxueuses et très ornées, les
fines petites bottes très montantes dont on fait sonner les hauts
talons.--Un instant même quelques élégantes des plages à la mode
prennent la grande canne Louis XIII.

On voit aussi de jolis vêtements très amples, à larges manches, et des
pardessus dits _Saute-en-barque_. Les chapeaux bien différents du
cérémonieux chapeau fermé et très crânement portés un peu sur le côté,
sont des espèces de coiffures de Toreros, ornés de gros pompons ou de
plumes. La coiffure de l'époque est basse, avec un crêpé sur le front,
les cheveux tombant dans le dos massés dans un filet.

[Illustration: MODES DE PLAGE 1864.]

Les jupes courtes, si gracieuses avec la crinoline, avec les hautes
ceintures à boucles, et tous les ornements, ganses et soutaches dont
on couvre alors le costume, sont bientôt vaincues par un retour offensif
des robes longues, et la mode perd tout de suite ses allures cavalières.

[Illustration: Grand manteau Empire.]

La crinoline elle-même tombe un instant en 1867, au moment des jupes
plates et traînantes, des corsages peplums, nés d'un retour de goût pour
la tragédie, dont on déclame des fragments au Café-Concert, au moment
des petits chapeaux assiettes, posés sur le front devant le gros chignon
relevé en boule, coiffures que viennent compléter les rubans flottant
dans le dos et appelés du nom expressif de: «Suivez-moi jeune homme.»

... Et la bataille continue entre les jupes larges et les jupes
étroites, la crinoline a battu de l'aile pendant quelques années et
finalement elle est morte. La crinoline à grands cerceaux est maintenant
du domaine de l'archéologie; c'est une antiquité, comme le panier, comme
le vertugadin.

Comme on voulait encore de l'ampleur, on l'a remplacée par des poufs, de
très volumineux paquets d'étoffes, relevés par derrière sur les jupes.

Puis sur le chemin de la réaction anti-crinolinienne, on a été en
diminuant peu à peu la largeur des jupes jusqu'aux robes moulées sur le
corps, au collant qui a duré deux ou trois ans, vers 1880. Les modes
étaient alors fort jolies, très _esthétiques_. Puis un petit soupçon de
gonflement s'est produit, on s'est élargi un peu, on a bien vite adopté
les _tournures_....

Mais cette mode des robes collantes nous a laissé les corsages en jersey
qui moulent très gracieusement le corsage et les hanches. Le jersey vite
adopté convient admirablement aux toilettes de promenade et de campagne.

Pendant quelques étés d'un bout de l'Europe à l'autre, sur toutes les
plages d'Angleterre, de France et d'ailleurs, le Jersey fut l'uniforme
obligatoire; femmes, jeunes filles, enfants, garçons ou fillettes, tous
furent en jerseys bleu foncé, agrémentés d'ancres d'or, tous en
matelots. Les enfants gardent encore ce vêtement gracieux et commode et
voici que les hommes,--touristes et vélocipédistes--l'adoptent.


Le temps est passé des édits somptuaires et des gouvernants légiférant
sur le luxe pour enrayer ses débordements. On a vu, de Philippe le Bel à
Richelieu, la longue série de ces édits; avant de tomber à l'oubli, ils
furent pourtant presque toujours appliqués rigoureusement d'abord, même
par des rois qui mettaient le Trésor à sec pour les somptuosités de leur
cour, comme Henri III par exemple, le mignon fanfreluché, qui lors d'un
de ses accès de répression du luxe des autres, fit jeter en prison au
fort l'Évêque en un seul jour une trentaine de femmes et non des
moindres de Paris, coupables d'avoir bravé les prohibitions du brocart
et de la soie.

Ce temps des prohibitions somptuaires, des ordonnances royales sur les
modes n'est plus. Dans l'intérêt général de l'industrie et du commerce,
tout ce qui peut développer le grand luxe doit être aujourd'hui
recherché et favorisé.

C'est le petit luxe qui devrait être au contraire réprimé s'il était
possible, ou plutôt qui aurait dû être réprimé, car aujourd'hui le mal
est fait et parfait.

[Illustration: Robe collante 1880.]

Ah! si la mode plus puissante que les rois et les ministres, que les
arrêts, les lois et les édits, si la mode dont les ordonnances sont sans
appel, avait pu décréter la conservation des anciens costumes féminins
de nos provinces, des modes locales souvent si gracieuses, des
élégances campagnardes, auxquelles la ville a si souvent fait des
emprunts, des façons de robes, des mantes, et aussi des coiffures si
variées, coiffes bressannes, casques de dentelles du pays de Caux,
grandes coiffes bretonnes, bonnets d'arlésiennes, etc... Quel
sauvetage!

Mais non, tout cela est parti, toutes ces jolies choses ont disparu
devant l'envahissement d'un faux luxe mesquin, caricature sans goût des
élégances parisiennes, devant les confections uniformes et informes,
fabriquées à la centaine et portées jusque dans les plus lointains
cantons!...

Partout, hélas, les jolies modes locales, les élégances particulières et
régionales, ont cédé pour jamais la place à des attifements souvent
prétentieux et ridicules...

Le «_costume_» des campagnes en toute province est évanoui, envolé,
perdu, c'est à la «_mode_» des villes, de nous indemniser en élégance
vraie et en grâce.


La mode est aujourd'hui dans une période de transition et de
tâtonnements, elle cherche, elle essaie, à défaut de nouveautés
nouvelles, des imitations des nouveautés d'autrefois,--ayant
suffisamment vieilli, comme disait la couturière de l'impératrice
Joséphine.

On va des imitations des coupes Louis XVI ou Empire à des ajustements
Valois, aux corsages Louis XIII, aux manches moyen âge ou bien aux
manches à gigot 1830... Nous verrons ce qui sortira de ces tentatives et
de ces essais et si comme il arrive dans tous les arts, il en sera de
l'art de la toilette comme des autres, si le neuf naîtra de l'étude de
l'ancien.

Souhaitons qu'une mode originale, _fin de siècle_ suivant l'expression à
la mode, se dégage enfin, pour qu'un jour les petites filles des
élégantes de ces dernières années du XIXe siècle, puissent se figurer
leurs aïeules sous des ajustements bien à elles, bien personnels,
autrement enfin qu'en toilettes empruntées à tous les âges.

[Illustration]



  [Illustration]

  TABLE DES CHAPITRES


  I.--BALLADE DES MODES DU TEMPS JADIS                                 1

  II--LES CARTONS DU PASSÉ                                             5

  Le vieux neuf.--L'horloge de la mode.--Fouilles dans les
    cartons du passé.--Quelle est la plus jolie mode?--Mode et
    architecture.--Vêtements de pierres et vêtements
    d'étoffes.--La poupée costumée, journal des modes du moyen
    âge.

  III.--MOYEN AGE                                                     23

  Les Gauloises teintes et tatouées.--Premiers corsets et
    premières fausses nattes.--Premiers édits somptuaires.
    --Influence byzantine.--Bliauds, surcots, cottes hardies.
    --Les robes historiées et armoriées.--Les ordonnances de
    Philippe le Bel.--Hennins et Escoffions.--La croisade
    contre les Hennins de frère Thomas Connecte.--La dame
    de Beauté.

  IV.--LA RENAISSANCE                                                 53

  Modes en largeur.--Hocheplis, vertugalles, vertugadins.--La
    belle Ferronnière.--Éventails et manchons.--Les modes tristes
    de la Réforme.--L'escadron volant de Catherine.--Dentelles
    et guipures.--Les services du vertugadin.--Le masque et
    le touret de nez.--Fards et cosmétiques.

  V.--HENRI III                                                       76

  La cour du Roi-Femme.--Les grandes fraises plissées,
    godronnées ou en cornets.--Les femmes-cloches.--Les grandes
    manches.--Horribles méfaits du corset.--La reine Margot et
    ses pages blonds.

  VI.--HENRI IV ET LOUIS XIII                                         91

  Retour à une simplicité relative.--Les femmes-tours.--Hautes
    coiffures.--Excommunication du décolletage.--Les robes à
    grands ramages de fleurs.--Collets montés et collets
    rabattus.--Tailles longues.--Les édits de Richelieu.--La
    dame suivant l'édit.--Tailles courtes.

  VII.--SOUS LE ROI-SOLEIL                                           112

  Les héroïnes de la Fronde.--De la Vallière à la Maintenon.
    --Les robes dites transparentes.--Triomphe de la dentelle.
    --Le roman de la mode.--Les Steinquerques.--La coiffure à
    la Fontanges.--Le règne de Mme de Maintenon ou trente-cinq
    ans de morosité.

  VIII.--XVIIIe SIÈCLE                                               130

  La Régence.--Folies et frivolités.--Cythère à Paris.--Les
    modes Watteau.--Les robes volantes.--Naissance des
    paniers.--Criardes, Considérations et Maîtres des
    requêtes.--Mme de Pompadour.--L'éventail.--Promenade de
    Longchamps.--Carrosses et chaises à porteurs.--Modes
    d'hiver.

  IX.--XVIIIe SIÈCLE.--LOUIS XVI                                     150

  Les coiffures colossales.--Le pouf au sentiment.--Parcs,
    jardins potagers et paysages animés de figures sur les
    têtes.--La coiffure à la Belle-Poule.--Les mouches.--Modes
    champêtres.--Les robes _négligentes_.--Couleurs à la
    mode.--Le monument du costume.--Les amazones.--Modes
    anglaises.--Les bourgeoises.

  X.--LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE                                      178

  Modes dites à la Bastille.--Modes révolutionnaires.--Notre-Dame
    de Thermidor.--Incroyables et merveilleuses.--L'antiquité à
    Paris.--Athéniennes et Romaines.--Une livre de vêtements.
    --Tuniques diaphanes.--Maillots, bracelets et cothurnes.
    --Le réticule ou ridicule.--Le bal des Victimes.--Perruques
    blondes et oreilles de chien.--A la Titus.--Les robes-fourreau.
    --Petits bonnets et Chapeaux-Shakos.--Les turbans.

  XI.--LA RESTAURATION ET LA MONARCHIE DE JUILLET                    208

  Manches bouffantes, manches à gigot.--Les collerettes.--Modes
    à la girafe.--Les coiffures et les grands chapeaux.--1830.
    --Épanouissement des modes romantiques.--Les derniers bonnets.
    --1840.--Chastes bandeaux.--Modes Juste-milieu.

  XII.--ÉPOQUE MODERNE                                               231

  1848.--Des révolutions partout, excepté dans le royaume de la
    mode.--Règne universel de la crinoline.--Les châles
    cachemire.--Talmas, burnous, pince-tailles.--Modes de
    plages.--Robes courtes.--Saute-en-barque.--Jupes larges et
    jupes étroites.--Les modes collantes.--Poufs et
    tournures.--Modes Valois.--Erudition plus qu'imagination.
    --On demande une mode fin de siècle.

  [Illustration]



  [Illustration]

  TABLE DES DESSINS HORS TEXTE


   Toilette de bal Restauration                            _Frontispice_

   Noble dame fin du XIVe siècle                                      17

   Robe et houppelande historiées XVe siècle                          33

   Châtelaine milieu du XVe siècle                                    41

   Dame sous Charles VIII                                             49

   A la cour du Roi-Chevalier                                         57

   Sous Henri II                                                      65

   Dame du temps de Charles IX                                        73

   Toilette de cour Henri III                                         81

   Grande toilette Médicis                                            89

   Dame Louis XIII                                                    97

   Fin du règne de Louis XIII                                        105

   A la cour du Roi-Soleil                                           113

   Sous le Grand Roi.--Fin du XVIIe siècle                           121

   Sous la Régence                                                   129

   Toilette de cour Louis XV                                         137

   Parisienne sous Louis XV                                          145

   Grands paniers Louis XVI                                          153

   Parisiennes 1789                                                  161

   Promenade parisienne 1790                                         169

   Merveilleuse en tunique à la grecque                              177

   Merveilleuse du Directoire                                        185

   Premier Empire                                                    193

   Parisienne de 1810                                                201

   Parisienne 1814                                                   209

   Une élégante aux Champs-Elysées.--Restauration                    217

   Toilettes d'intérieur 1830                                        225

   Parisienne 1835                                                   233

   Modes de plage 1864                                               241


ÉVREUX, IMPRIMERIE DE CHARLES HÉRISSEY


       *       *       *       *       *


  Liste des modifications:

  Page  55: «vertugardin» remplacé par «vertugadin» (Le vertugadin,
              c'est-à-dire la jupe large)
  Page  57: «Villipendé» par «Vilipendé» (Vilipendé, chansonné,
              ridiculisé sans trêve)
  Page  84: «dessous» par «dessus» (la robe de dessus, de riche brocart)
  Page  93: «atourées» par «atournées» (et magnifiquement atournées)
  Page 120: «est» par «et» (Les tissus d'or et d'argent seuls sont
              interdits)
          : ajout de «a» (le roi se les a réservés)
  Page 150: «eostume» par «costume» (Le _Monument du costume_)
  Page 218: «ou» par «au» (la figure tout au fond du corridor)
  Page 236: «balonnement» par «ballonnement» (leur gauche ballonnement)





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mesdames Nos Aïeules - dix siècles d'élégances" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home