Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1609, 27 décembre 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1609, 27 décembre 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

RÉDACTION, ADMINISTRATION, BUREAUX D'ABONNEMENTS
28, rue de Verneuil, Paris

31e Année.--VOL. LXII.--Nº 1609
SAMEDI 27 DÉCEMBRE 1873

SUCCURSALE POUR LA VENTE AU DÉTAIL
60, rue de Richelieu, Paris

Prix du numéro: 75 centimes
La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel, broché, 18 fr.;
relié et doré sur tranches, 23 fr.

Abonnements
Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois, 18 fr.;--un an, 34 fr.;
Étranger, le port en sus.

Les demandes d'abonnements doivent être accompagnées d'un mandat-poste
ou d'une valeur à vue sur Paris à l'ordre de M. Auguste Marc,
directeur-gérant.



SOMMAIRE

TEXTE

Histoire de la semaine.
Courrier de Paris, par M. Philibert Audebrand.

Nos gravures:

La veille du 1er janvier (fin).
La Soeur perdue, une histoire du Gran Chaco (suite), par H. Mayne Reid.

Revue littéraire; les Livres d'étrennes (II), par M. Jules Claretie.

Bibliographie.

_La Nature_, revue des sciences en 1873.

[Illustration: M. AGASSIZ.]



SOMMAIRE

GRAVURES

M. Agassiz;
L'île Sainte-Marguerite;
Le môle de débarquement;
Le fort et les prisons;
Vue de la pointe de la Croisette.
Théâtre des Variétés: _Les Merveilleuses_, comédie en cinq actes de M.
Victorien Sardou.
_La première leçon. Un regard en passant_, d'après les tableaux de M.
Boutibonne.
Les tortues de mer à Paris: décapitation d'une grosse tortue.
_La Soeur perdue_, par M. Mayne Reid (4 gravures).
Nouvelle bouée de sauvetage lumineuse (système Silas), gravure extraite
du journal _la Nature_.
Rébus.



HISTOIRE DE LA SEMAINE

FRANCE

La politique chôme; au dehors pas plus qu'au dedans nous n'avons cette
semaine à signaler aucun événement d'une importance vraiment sérieuse;
il semble qu'au moment où l'année finit, chacun se recueille pour jeter
un regard en arriére et se préparer aux luttes nouvelles que nous
réserve l'avenir. L'Assemblée nationale vote à la hâte les derniers
articles du budget avant de prendre le congé de quelques jours qu'elle
s'est octroyée à l'occasion de la nouvelle année; le calme qui préside à
cette discussion a à peine été troublé par quelques incidents presque
aussitôt terminés que soulevés, mais dont quelques-uns méritent d'être
signalés.

Notons d'abord la présentation, par M. Clapier, du projet de loi relatif
à la nomination des maires, dont l'Assemblée a voté l'urgence et qui a
été inscrit à l'ordre du jour immédiatement après le budget; nous avons
parlé plusieurs fois déjà de ce projet; il nous suffira donc de dire que
le travail de la commission a eu pour résultat de faire subir plusieurs
modifications importantes à la rédaction primitivement proposée par le
gouvernement. Ainsi, M. le ministre de l'intérieur acceptait pour le
gouvernement l'obligation de prendre les maires dans les conseils
municipaux: telle était la règle générale. Ce ne devait être qu'en cas
de démission ou de révocation qu'ils auraient pu être choisis hors des
conseils; La commission va plus loin: elle autorise le gouvernement à
les prendre à sa volonté, soit dans le conseil, soit en dehors de
celui-ci, avec cette seule restriction, assez bénigne, que dans ce
dernier cas il sera nécessaire de recourir soit à un arrêté du ministre
de l'intérieur pour les communes où la nomination est laissée aux
préfets, soit à un décret délibéré en conseil des ministres, pour les
communes où la nomination est réservée au gouvernement, c'est-à-dire
dans tous les chefs-lieux de département, d'arrondissement ou de canton.
Une seconde différence porte sur la nomination des agents de police.
Dans son projet, le gouvernement l'enlevait aux maires à qui elle
appartient actuellement pour toutes les communes auxquelles la loi du
24-29 juillet 1867 (article 23) n'est pas applicable, c'est-à-dire
celles qui ont moins de 40,000 âmes de population: il se l'attribuait à
lui-même sans aucune exception. La commission a maintenu le droit des
maires, non pas toutefois dans son intégrité. D'abord, elle subordonne
leur choix à l'agrément des préfets et sous-préfets; elle a, de plus,
modifié l'article 12 de l'excellente loi du 18 juillet 1837, en vertu
duquel le maire _suspend_ et _révoque_ ces agents municipaux; ils
pourront toujours, comme par le passé, être suspendus par le maire; mais
le préfet seul aura le droit de les révoquer: la loi les place ainsi à
peu près dans les mêmes conditions que les gardes champêtres. Grâce à ce
double compromis, l'accord s'est établi entre le gouvernement et la
commission, et la majorité considérable qui s'est manifestée, tant en
faveur de l'urgence, que de la mise à l'ordre du jour pour le terme le
plus proche, permet de croire que l'Assemblée ratifiera et votera la loi
dans sa teneur actuelle.

Dans sa séance du 19, l'Assemblée a adopté un amendement tendant à
porter de 162,400 francs à 300,000 francs la somme allouée au président
de la République pour frais de représentation. Cette augmentation de
crédit, destinée à donner plus d'éclat aux réceptions officielles du
président pendant son séjour au palais de l'Elysée, intéressait trop,
directement le commerce parisien pour ne pas être favorablement
accueillie par toutes les fractions de l'Assemblée; malheureusement il a
fallu que les passions politiques, inopportunément remises en jeu par
une observation intempestive, vinssent gâter ces bonnes dispositions; à
propos d'une question toute financière, on a parlé du retour du
gouvernement à Paris; on a évoqué le souvenir de la Commune, et c'est au
milieu d'un conflit d'invectives qu'a fini cette discussion où tout le
monde était d'accord en commençant.

Signalons, pour terminer, l'interpellation adressée au gouvernement par
la gauche au sujet d'une convention récemment intervenue entre le
ministre des finances et le mandataire de l'ex-impératrice pour la levée
du séquestre qui pèse sur la liste civile de Napoléon III. En attendant
la discussion en séance publique, portée à l'ordre du jour après la loi
sur la nomination des maires, M. Deseilligny, ministre du commerce, a
fourni à la commission du budget quelques explications sur la question.
Le ministre a ajouté que les signataires de la convention avaient cru se
conformer à ce qui s'était fait à l'égard de la liste civile de
Louis-Philippe, et avaient pensé qu'il était de «haute convenance, en
dehors de tout parti politique, de soulager la situation douloureuse où
se trouvait l'impératrice au point de vue pécuniaire».

Il a ajouté que le gouvernement avait, en cela, le droit d'agir sans
recourir à l'assentiment de l'Assemblée, attendu que le séquestre avait
été mis par un simple décret du gouvernement de la défense nationale, et
qu'il suffisait, par conséquent, d'un nouveau décret pour défaire ce
qu'un décret avait fait.

AUTRICHE.

Les journaux de Vienne contiennent quelques renseignements sur les lois
ecclésiastiques qui vont être prochainement présentées au Reichsrath par
le gouvernement. On n'en compte pas moins de dix-sept, et quelques-unes
d'entre elles auront une grande importance, notamment celle qui prononce
l'abolition complète et définitive du concordat conclu avec la cour de
Rome le 18 août 1855. On sait que cette convention établissait la
censure ecclésiastique sur les livres, ce qui était la négation absolue
de la liberté de la presse: elle donnait aux évêques la surveillance de
toutes les écoles, même laïques; elle conférait à l'épiscopat une
entière indépendance vis-à-vis du gouvernement; non-seulement tous les
actes émanés du Saint-Siège pouvaient être publiés dans l'empire sans
aucune nécessité d'obtenir le _placet_ royal, mais encore les
archevêques et évêques avaient la faculté de convoquer aussi, sans
autorisation du gouvernement, soit des conciles provinciaux, soit des
synodes diocésains: double liberté qui leur est refusée en France par
les articles 1 et 4 du titre Ier de la loi du 18 germinal an X (8 avril
1802), plus connue sous le nom d'articles organiques, contre lesquels,
du reste, on le sait, le Saint-Siège n'a cessé et ne cesse de protester.
Les lois ecclésiastiques que prépare le gouvernement autrichien
régleront en outre le mariage civil, les patronats, la surveillance des
séminaires, etc.; elles contiendront aussi des clauses relatives à la
condition des vieux-catholiques. Sur cette dernière question, on
s'attend à des débats assez vifs, et déjà les adeptes de cette petite
Église ont adressé au gouvernement une demande tendante à faire
reconnaître à l'évêque Reinkens, Prussien et vieux-catholique, un droit
de juridiction ecclésiastique en Autriche. Cette requête insolite a été
repoussée.

ITALIE.

Sa Sainteté le pape a tenu, le 22 décembre, un consistoire dans lequel
il a nommé cardinaux:

Mgr de Nascimento de Moraes Cardoso, patriarche de Lisbonne; Mgr
Guibert, archevêque de Paris; Mgr Régnier, archevêque de Cambrai; Mgr de
Simor, archevêque de Gran; Mgr de Tarnoczy, archevêque de Salzbourg; Mgr
Chigi, nonce apostolique à Pans; Mgr Mariano Darrio y Fernandez,
archevêque de Valence; Mgr Mariano Falcinelli Antoniacci, nonce du
Saint-Siège à Vienne; Mgr Alex. Franchi, nonce du Saint-Siège à Madrid;
Mgr L. Oreglia de Santo-Stefano, nonce du Saint-Siège à Lisbonne; le R.
P. Tarquini, de la Compagnie de Jésus; le R. P. Martinelli, des moines
de Saint-Angustin. Dans le même consistoire, le Pape a nommé aussi
quatre évêques _in partibus infidelium_ et trois évêques en Italie.

Il a nommé aussi:

Mgr Olteanu, évêque de Gran-Varadin (Hongrie); Mgr Corona, évêque de
Saint-Louis de Potosi; Mgr Hillion, évêque du cap Haïtien.

ÉTATS-UNIS.

L'affaire du _Virginius_ vient d'entrer dans une phase nouvelle et assez
imprévue; ce sont maintenant les États-Unis qui font droit aux
susceptibilités de l'Espagne.

On sait que, d'après la convention relative au _Virginius_ le
gouvernement espagnol devait prouver avant le 25 décembre, à la
satisfaction des États-Unis, que ce vaisseau n'avait pas le droit de
porter le pavillon américain, et qu'ainsi il avait été légalement saisi.
D'après une dépêche de Washington, le procureur général des États-Unis a
admis la preuve comme valable, le _Virginius_ n'ayant obtenu ses papiers
qu'au moyen d'un faux témoignage. Le cabinet de Washington s'est déclaré
prêt à accepter les conséquences de ce fait.

Nous ne savons encore quelles en seront toutes les conséquences, mais il
est certain que la décision du procureur général des États-Unis est un
véritable succès pour le gouvernement de M. Castelar et qu'elle fait le
plus grand honneur à l'impartialité de la magistrature américaine.



COURRIER DE PARIS

Celui qui céderait au désir de faire l'oraison funèbre de l'année
n'aurait pas à se donner beaucoup de peine. Il lui suffirait de quelques
mots, genre sombre. Cette année est de celles qu'on ne regrette pas.
A-t-elle été assez absurde! S'est-elle montrée assez maussade, assez
ennuyeuse, assez ennuyée! Elle a vu s'opérer deux ou trois révolutions
parlementaires aussi insipides qu'elle-même. Pendant sa durée, Paris a
reçu la visite d'un prince d'Orient, couleur de suie, tout couvert de
diamants mais qui ne donnait que des salamalecks. L'hippopotame du
Jardin des Plantes a succombé à des peines de coeur; M. Ernest Renan a
fait paraître l'_Antéchrist_; trois académiciens sont morts; le chapeau
des femmes a redoublé de bizarrerie; un grand théâtre a brûlé; un vilain
procès s'est dénoué, très-peu flatteur pour nous tous; enfin, en guise
de couronnement, il nous est arrivé une charretée de monstres.

Tel est le bilan de 1873.

Mil huit cent soixante-treize vient de rendre le dernier soupir ou peu
s'en faut. Eh bien, regardons devant nous; là est l'espérance. Quel
lendemain nous attend? L'avenir est riche de promesses; c'est un
capitaliste qui a son portefeuille plein de lettres de change. Déjà la
nouvelle année, celle qui commencera dans quatre jours, semble vouloir
ne ressembler en rien à sa devancière. On a beau dire que le commerce ne
va pas, elle a l'air de lui forcer la main. Quelle foule dans les rues!
L'argent, qui est de retour, vous le savez, circule tout le long de la
ville. Personne n'a les mains vides; chacun porte son sac de bonbons ou
son polichinelle.

Le baraquement des boulevards n'a plus rien de sa rusticité originelle;
on a encore enjolivé sa mise en scène. Seulement il abuse du _jouet de
l'année_, un affreux poussah qu'on nomme l'_Oncle Sam_ et qui rappelle
trop l'auteur de la pièce de ce nom. Partout ailleurs, de longues files
de boutiques ambulantes s'établissent sur les trottoirs; c'est à peine
si l'on peut marcher au milieu de cet encombrement.--Nous rencontrons M.
de Laboulaye, occupé à acheter un cornet de pralines, sans doute afin
d'adoucir quelqu'un de ses voisins de la Chambre. L'honorable
pamphlétaire dit tout haut: «--Ah! dame, nos moeurs deviennent
américaines. La démocratie coule par ici à pleins bords comme à
New-York.»--Presque en même temps le comte Orloff sort d'un bazar, suivi
d'un éléphant en baudruche. Des malins s'écrient: «--Il doit y avoir un
rébus diplomatique là-dessous. Que veut faire de cet éléphant
l'ambassadeur du czar?» Le comte Orloff a à amuser un petit garçon et
deux petites filles; voilà toute l'énigme.

Aux alentours du jour de l'an, aussitôt que la nuit arrive, quelque fée
invisible lève sa baguette en l'air et le coup d'oeil change. Les
étalages s'illuminent de mille feux. Au gaz municipal se marient les
bougies du petit commerce en plein vent. Vingt mille lanternes de
couleur contribuent à faire un jour nocturne d'une lueur fantastique.
Cette fois, M. de Laboulaye trouverait qu'on n'est plus à New-York mais
à Pékin.--Tous les cercles sont éclairés avec un luxe inusité.--Une mode
nouvelle à noter à propos des cercles.--Vous savez que tous ces
établissements ont, le soir, un dîner sous forme de table d'hôte.

A ce dîner, en ce moment, l'usage veut qu'on ne commence plus par le
classique vermicelle ni par le tapioca désormais trop enfantin. Tout
cela cède le pas à la soupe à la tortue rehaussée de gingembre. Voilà
une clef pour les flâneurs; depuis un mois la foule stationne à la
devanture des marchands de comestibles; on y est en extase devant
d'énormes amphibies. Ces tortues sont le régal du jour.--_Turtle-soup_,
dit-on en faisant la grimace, autant à cause du mot qu'on ne sait pas
prononcer qu'en raison du mets effroyablement épicé.

Pour le coup, Paris devient une parodie de Londres.

Au temps de Vadé, la cour et les beaux esprits allaient aux Halles; de
nos jours, le monde aux gants roses va à l'Hôtel des Ventes, qui est
décidément l'endroit de Paris le plus affairé. Que de choses on y aura
vendues, cet hiver! Une mondaine, Mme A***, une des princesses de la
cocotterie, étant morte, on a apporté par là tout ce qu'elle a laissé.
C'était une succession uniquement mobilière, des appartements en bois de
rose, l'argenterie, les bijoux, la cave, deux voitures, du linge, la
toilette, des objets d'art, le tout évalué à un million. Un million rien
que pour des meubles! Si vous voulez prêter l'oreille, des échos de
l'hôtel vous diront que les seules robes ont formé le chiffre de 300 000
francs. Voilà un luxe dont les honnêtes gens n'ont assurément aucune
idée. C'est un trait de moeurs à noter. Les familles les plus riches
frissonnent rien qu'à la mention de ce fait. Où sont allées toutes ces
robes? Étant d'étoffes neuves, elles serviront de rechef, mais à qui
serviront-elles? Qui peut affirmer que ce ne sera pas aux plus honnêtes
femmes?

J'ai déjà dit un mot de la vente des livres d'Émile Gaboriau. Ce brave
garçon, frivole en apparence, était mordu, au fond, d'un sérieux désir
d'apprendre. Il se passionnait pour l'histoire et il s'était mis à
rechercher les vieilles éditions des écrivains graves. Nous lui avons
entendu dire à lui-même qu'il estimait sa bibliothèque à 6,000 francs,
au bas mot. C'est tout au plus si les enchères auront fourni la moitié
de cette somme. Des livres, de vieux livres, voilà une superfluité dont
notre société n'est guère friande. Donnez-lui pour 300,000 francs de
robes, à la bonne heure.

Sur la fin de la semaine, on a pu constater un certain empressement à
propos des oeuvres de M. Carpeaux, le sculpteur. Marbres, terres cuites,
bronzes se sont bien vendus. Néanmoins la tête horrible de l'Ugolin des
Tuileries n'a pas trouvé d'amateur. Il y a bien trop de mièvrerie dans
les allures du jour pour qu'on puisse aimer le Dante commenté avec de la
terre glaise. Un comte qui mange ses fils sans couteau ni fourchette, un
Italien de la Renaissance, plus anthropophage qu'un Caraïbe de Fenimore
Cooper, ce n'est guère tentant d'ailleurs comme bibelot à mettre sur une
étagère. En revanche on a fait fête au modèle d'un autre groupe non
moins fameux, mais plus décolleté. Vous avez compris que nous parlons de
cette sarabande effrénée, la Danse, qui figure sur le seuil du nouvel
Opéra, où, du matin au soir, elle scandalise tous les bons bourgeois
passant par là. Trois concurrents se disputaient ce morceau; on l'a
adjugé à 8.000 francs.--Cette même débauche d'art, un des principaux
confiseurs avait demandé à l'artiste la permission d'en faire une
réduction en sucre candi ou en chocolat. Avouez que c'eût été d'une
très-heureuse actualité à l'heure des étrennes. Le sculpteur n'a pas
voulu. On lui a dit:

--Monsieur, vous refusez de voir votre nom dans toutes les bouches.

Beauvallet, de la Comédie-Française, vient de mourir à Passy, à
soixante-douze ans. Il était fort bien doué; par malheur, il a abusé de
la facilité que lui avait donnée le sort pour vouloir faire trop de
choses à la fois. Bon comédien, tragédien passable, il se piquait aussi
d'être poète, ce qui l'a poussé à faire des vers qui ne devaient pas
vivre. A ses premiers débuts dans la vie, il avait commencé par étudier
la peinture chez Paul Delaroche. Un jour que Casimir Delavigne visitait
l'atelier, on lui amena l'élève qui se mit à déclamer des vers, une des
Messéniennes, celle où trois femmes, trois Muses, apparaissent à
Napoléon pour lui prédire tout à tour sa grandeur et sa chute.

--Mon cher monsieur, dit l'auteur des Vêpres siciliennes, il se peut que
vous fassiez quelque chose en peinture; cependant je suis sûr que vous
réussiriez au théâtre.

Il n'en fallut pas plus pour enflammer la tête du jeune homme.
Beauvallet jeta là ses crayons et sa palette pour aller au
Conservatoire; après les études indispensables à un débutant, il fut
engagé à l'Ambigu, où il joua, non sans succès, le drame d'alors. En ce
temps-là, le boulevard oscillait entre les oeuvres de la vieille école
sentimentale et les premières tentatives du romantisme. Le nouveau venu
trouva moyen de se mettre en relief dans ce genre bizarre; il se fit un
nom en jouant _Caravage_, une histoire arrangée de peintre italien. Sa
belle prestance, une voix de tonnerre, un soin merveilleux dans l'art de
s'arranger un costume, ne pouvaient manquer de le faire mettre en
évidence. Le Théâtre-Français ne pouvait manquer de lui ouvrir
très-prochainement ses portes. Un jour, en 1833, quand Victor Hugo donna
_Angelo, tyran de Padoue_, ce fut à Beauvallet qu'il confia le principal
rôle. Il avait à côté de lui, pour lui donner la réplique, deux des
grandes actrices de l'époque, Mlle Mars et Mme Dorval. Il fallait
entendre le superbe podestat lorsque, s'avançant sur la scène, d'un air
tout à la fois effrayé et menaçant, il récitait le grand monologue sur
le Conseil des Dix. Sans mentir, c'était à donner la chair de poule.

Beauvallet avait mis tant d'originalité dans ce rôle qu'on n'a plus
consenti à le voir jouer par un autre. La parodie se chargea, suivant la
mode du temps, de donner une suprême sanction à son triomphe. Le
Vaudeville, qui n'était qu'un théâtre gai, ne s'inquiétant que de faire
rire, avait mis à l'étude une farce intitulée _Cornaro ou le tyran pas
doux_. Ce susdit Cornaro, personnage correspondant à celui du drame,
devenait une charge des plus amusantes, grâce à Lepeintre jeune, le plus
gros des comédiens. Il criait à tue-tête, celui-là, même pour demander
ses pantoufles. Faire trembler tout le monde autour de lui était sa
joie. C'était pour cela qu'Arnal, l'invitant à parler en sourdine, lui
disait:

--Êtes-vous le cousin du bourdon Notre-Dame?

Quelle voix! ah! quel creux! Vous effrayez madame.

Et Cornaro de répondre sur un ton plein de mignardise:

--Je n'ai que le désir d'être son beau valet.

Depuis vingt-cinq ans, Beauvallet avait abordé le répertoire classique,
tragédie et comédie. Très-soigneux, correct, il y était fort
applaudi.--On a dit mille fois que, de tous les artistes, le comédien a
la vie la plus ingrate, en ce qu'il ne laisse rien après lui.

--Bast! répliquait Sheridan, ayez la patience d'attendre deux ou trois
siècles, et vous verrez ce qui restera des autres!

Il se passe un fait bizarre au sujet des étrennes. Tandis que s'accroît
le nombre de ceux qui en demandent, on voit de plus en plus des ratures
se dessiner sur la liste de ceux qui en donnent. Parmi les premiers, on
signale surtout deux nouvelles recrues: l'employé du télégraphe qui
apporte les dépêches et le clerc d'huissier qui remet le papier timbré.
Quant à ceux de l'autre catégorie, ce sont de spirituels sceptiques qui
profitent des moyens de locomotion dont dispose notre XIXe siècle pour
filer et disparaître. Dix ou douze jours d'absence suffisent. On dit:
«J'ai un procès en Bretagne», ou bien: «Mon vieil oncle de Beauvoisis
vient de mourir d'une coqueluche rentrée»; et l'on s'en va passer une
quinzaine à Nice. Un voyage d'agrément et une bonne affaire tout à la
fois.

Trois académiciens qui se sont rencontrés, jeudi soir, au foyer de
l'Odéon, se contaient à demi-voix leurs peines à propos du jour de l'an.
Rien de plus curieux que leurs plaintes à cet égard.

--Figurez-vous, disait l'un d'eux qui avait un bonnet de soie noire sur
la tête, figurez-vous que seize personnes nous poursuivent pour nous
demander chacune la même chose; comprenez que cette chose ne nous
coûterait rien, pas même la moitié d'un centime et que néanmoins nous ne
pouvons la donner tant que ça.

--Qu'est-ce donc?

--Eh! pardieu, un fauteuil.

En effet, il y a trois fauteuils à donner en janvier et seize candidats
qui demandent à les avoir; et tous les seize, suivant l'usage
immémorial, sont individuellement le premier moutardier du pape, ou, si
vous voulez, un homme du bois dont on fait les dieux. Ces dignes
académiciens voudraient bien se sauver quelque part, mais leur grandeur
et les jetons de présence les retiennent au quai Conti.

Il n'y a pas fort longtemps, dans cette divine baraque au palais
Mazarin, il y avait un des Quarante qui n'entendait pas raillerie à
propos d'argent à donner. C'était Lemontey, l'auteur de l'_Histoire de
la Régence_.

Un certain jour de l'an, un des garçons de l'Institut vint voir
l'historien; il le salua, la casquette à terre, et tendit la main.

Lemontey lui donna une pièce de dix sous.

--Comment! rien que ça? dit le garçon en grommelant entre ses dents.

--Hein! qu'est-ce que c'est? riposta l'immortel furieux. Cinquante
centimes, un demi-franc, ce n'est rien? Eh! malheureux, c'est la quatre
cent millième partie de deux cent mille francs, par conséquent de dix
mille livres de rente. Eh! je voudrais bien être garçon de l'Institut
pour en recevoir autant, moi!

P.-J. Proudhon comprenait les étrennes d'une autre façon.

L'année qui a précédé la mort du célèbre dialecticien, M. E. Dentu, son
éditeur et son voisin, se présenta chez lui le matin du jour de l'an.

Après avoir échangé une poignée de main avec lui, il lui montra un petit
paquet enveloppé de papier gris.

--Qu'est-ce que c'est que ça? dit Proudhon.

--Deux poupées que je vous demande la permission d'offrir à vos deux
petites filles.

En entendant ces mots, l'auteur du livre _De la Justice_ entra tout à
coup dans une colère des plus violentes.

--Des poupées à mes filles! Non, mon cher monsieur, non; je vous le
défends positivement. Savez-vous l'enseignement qui résulterait de ce
cadeau? L'amour de l'alanguissement, la coquetterie, la paresse, le
goût du luxe, peut-être de la luxure. C'est bon pour les duchesses,
c'est bon pour les bourgeoises. Tenez, si voulez faire un présent à ces
enfants, apportez-leur quelque chose d'utile, un dé à coudre, des
ciseaux, un paquet d'aiguilles. Qu'elles aient à la main un objet qui,
de bonne heure, leur rappelle qu'elles sont filles de la misère et de la
philosophie et qu'il faut qu'elles songent sans cesse à épouser le
travail!

À certains égards cet esprit de prévoyance se retrouve en grand dans un
mot de Mme Lætitia Bonaparte, la mère de Napoléon.--Longtemps éprouvée,
n'ayant eu de 1790 à 1799 que 1,500 fr. pour soutenir sa modeste maison
et nourrir ses trois filles, Caroline, Elisa et Pauline, la brave femme
ne pouvait pas se résoudre à jeter l'argent par les fenêtres.

En 1809, le 2 janvier, la princesse Pauline vint la voir.

--Madame, l'empereur m'envoie vous faire une question.

--Laquelle?

--Combien avez-vous dépensé, hier, en fait d'étrennes?

--Ma fille, 3,255 francs.

--3,255 francs! Mais je vous avais remis, de la part de mon frère, 30
000 francs pour faire des largesses! Est-ce que vous comptez placer
cette somme?

--Mon Dieu, oui, Paulette.

--Mais pourquoi faire?

--Pourquoi faire? Pour donner, un jour, du pain à tous les rois et à
toutes les reines qu'on a faits dans ma famille!

L'histoire a prouvé par trois fois que l'Agrippine d'Ajaccio n'avait pas
si grand tort.

Philibert Audebrand.



NOS GRAVURES

L'ILE SAINTE-MARGUERITE

[Illustration: Le môle de débarquement.]

[Illustration: Le fort et les prisons.]

[Illustration: Vue de la pointe de la Croisette.]

[Illustration: THÉÂTRE DES VARIÉTÉS.--_Les Merveilleuses_, comédie en
cinq actes, de M. Victorien Sardou.--Décors de M. Robecchi.--Costumes de
MM. Eugène. Lacoste et Draner.]



Le naturaliste Agassiz

Le 15 décembre, un télégramme fort laconique annonçait à l'Europe que
«le professeur Agassiz venait de mourir à Boston».

Cet illustre naturaliste mérite mieux qu'une mention d'une ligne.
C'était le digne successeur des Buffon et des Cuvier, et le monde
scientifique a peu de noms à opposer au sien; en Amérique, nous ne
voyons pas qui est capable de prendre sa place.

Agassiz avait émigré aux États-Unis en 1847, à la suite des événements
politiques dont la principauté de Neufchâtel fut alors le théâtre. Il
était déjà célèbre et s'était fait connaître au monde savant par un
ouvrage sur les poissons fossiles, publié dès 1842, et qui est resté
classique en géologie, comme le livre de Cuvier sur les mammifères
éteints du bassin de Paris, ou le livre de Brongniart sur la flore
fossile des terrains houillers.

Né dans le canton de Vaud en 1807, Agassiz avait étudié en Allemagne, et
fut reçu docteur à Munich. Il fut nommé professeur d'histoire naturelle
à Neufchâtel dès 1838, et publia en français, en latin ou en allemand
divers ouvrages de zoologie, dont celui que nous avons cité plus haut a
surtout contribué à le faire connaître.

Ses études sur les glaciers, qu'il poursuivit avec une ardeur
infatigable, escaladant tous les pics des Alpes, entre les années 1840
et 1847, confirmèrent la réputation qu'il s'était acquise parmi les
géologues, et l'on peut dire que lorsqu'il quitta l'Europe, son nom
était déjà universellement connu.

Ses deux collaborateurs, MM. Desor et Vogt, Suisses comme lui, ont
continué les traditions du maître. Ils n'ont cessé de marcher à la tête
de la science helvétique, et ils l'ont même quelquefois poussée en
avant, notamment en anthropologie, avec une virilité, une audace qui ont
épouvanté en France plus d'un de nos maîtres officiels.

Agassiz, à peine arrivé aux États-Unis, fut nommé professeur d'histoire
naturelle à l'Université de Cambridge, près Boston, et c'est là que,
vingt ans plus tard, nous l'avons rencontré nous-même, augmentant,
classant sans cesse ses chères collections, et toujours à l'affût de
nouveaux voyages pour faire progresser la science et ouvrir aux
investigations de l'esprit humain des champs jusque-là inconnus.

      [Note 1: Voyage au Brésil, Paris, Hachette. 1868.]

Avec sa femme, qui ne cessa de le seconder dans ses recherches et de
s'associer à tous ses travaux, comme une vraie Américaine qu'elle était,
il entreprit le voyage de l'Amazone. On sait quel trésor de faits
curieux il rapporta de cette exploration, et combien il en accrut ses
collections, notamment en ichthyologie. Ce voyage, publié par Mme
Agassiz, a été traduit en français (1); l'exploration de l'Amazone a été
même illustrée dans le _Tour du monde_, d'après les dessins de Mme
Agassiz, qui tenait aussi bien le pinceau que la plume, dans ces
dernières années, M. Agassiz avait entrepris l'étude du fond des mers,
et fait à ce sujet sur un navire de guerre américain, que le
gouvernement des États-Unis avait mis généreusement à sa disposition,
une série de travaux fort intéressants poursuivis dans l'un et l'autre
océan, l'Atlantique et le Pacifique. Il était aussi allé de Boston à
San-Francisco par le cap Horn. Il avait espéré que sa santé, ébranlée
par un travail incessant, se relèverait dans ce long voyage. Il semble
qu'il n'en a rien été, puisque la nouvelle, de sa mort nous est parvenue
au moment où tout faisait espérer que ses amis et la science pourraient
encore le conserver longtemps.

Dans ce voyage de circumnavigation, les découvertes d'Agassiz ont été
presque de tous les jours, sur les courants, la température des eaux
marines à diverses profondeurs, le fond de la mer, les animaux qui s'y
rencontrent. C'est lui qui a pour la première fois démontré que le fond
des océans est habité à toutes les profondeurs, contrairement à ce qu'on
avait écrit. Que d'espèces nouvelles en coraux, coquilles, poissons,
plantes marines il avait ramenées de son dernier voyage! Il était occupé
à classer tout cela, à le distribuer, à le faire connaître avec cette
générosité toute américaine qui le distinguait, quand la mort est venue
le surprendre.

Au physique, c'était un homme de haute taille, fort vigoureux; ses
traits annonçaient l'aménité, la bienveillance, et le moral ne démentait
pas ce que le physique annonçait. Il était ouvert, sympathique, causait
volontiers et facilement, ne disait du mal de personne, pas même de ses
confrères, ce qui est rare parmi les savants. Il était, comme tous les
protestants, fort attaché aux doctrines religieuses. Spiritualiste, il
faisait volontiers intervenir la Providence dans la création des
espèces, mais cela ne l'empêchait pas d'apporter dans les théories
scientifiques beaucoup d'indépendance. Ainsi il était, en histoire
naturelle, avec les Lamarck, les Geoffroy Saint-Hilaire, les Goethe, les
Darwin, partisan de la variabilité de l'espèce humaine et non de
l'unité, comme le voulaient Buffon et Cuvier, et comme quelques
naturalistes, entre autres M. de Quatrefages, le veulent encore
aujourd'hui.

Il faisait bon marché des honneurs, et se contentait du titre de
correspondant de notre Académie des sciences, n'ayant jamais voulu
accepter de l'empereur Napoléon III, qui l'avait connu et apprécié en
suisse, ni le titre de sénateur, ni celui de professeur au Collège de
France, ni même celui de directeur général du Muséum, place restée,
dit-on, vacante depuis la mort de Cuvier. On essaya de le tenter à
diverses reprises et de le fixer parmi nous; toujours il préféra rester
dans sa patrie d'adoption. Républicain il était en Suisse, républicain
il demeura aux États-Unis. Il vient d'y mourir, comblé de gloire sinon
d'honneurs, aimé de tous, ayant fait de nombreux élèves, n'ayant cessé
un jour de travailler et de faire progresser la science, qui a été
l'occupation de toute sa vie. C'était un homme de bien, _vir probus_, au
sens le plus général du mot, un de ces hommes qu'on voit toujours partir
avec le plus vif regret, parce que l'on sent combien il sera difficile,
pour ne pas dire impossible, de les remplacer.

L. Simonin.



Le Fort Sainte-Marguerite

L'ex-maréchal Bazaine aurait pu être envoyé dans quelque casemate
oubliée, dans quelque prison sans passé, ou même faire le voyage de la
Nouvelle-Calédonie, en compagnie de pétroleurs. L'opinion publique eût
été probablement satisfaite de ce châtiment qui plaçait ainsi au même
rang tous ceux qui ont failli faire sombrer le pays! Mais décidément la
fortune sourit à Bazaine; pendant que nous grelottons dans le Nord, on
l'envoie dans une contrée bénie du ciel, inondée, au coeur de l'hiver,
des chauds rayons du soleil, et délicieusement rafraîchie, en été, par
les brises de mer!...

Heureux maréchal! La Providence lui assigne même la prison à jamais
célèbre de l'homme au masque de fer. Etrange caprice du destin!
L'innocent martyr du despotisme de Louis XIV a vécu là, le visage
couvert, les traits constamment voilés, tenu dans le plus complet
isolement, tandis que le grand coupable de Metz va sans doute passer les
dernières années de sa misérable vieillesse en captif heureux, entouré
peut-être de quelques-uns des siens, et à coup sûr il n'aura pas pour
gouverneur un maître implacable comme Saint-Mars!

Je me trouvais, il y a peu de mois, à Cannes, et de là on voit se
profiler, à quelques milles en face, les îles de Lérins, semblables à de
gigantesques entassements. Si l'on était oiseau, en deux coups d'aile,
on arriverait à Saint-Honorat ou à Sainte-Marguerite. Sans s'armer d'une
longue-vue, il est parfaitement possible de distinguer les rochers
élevés qui bordent les deux îles, et l'on peut compter jusqu'aux
fenêtres du fort Sainte-Marguerite.

Une vingtaine de petits bateaux bariolés dansaient dans le port de
Cannes, sous la violente caresse du mistral, et demandaient à grands
cris, par la voix de leurs patrons, quelque promeneur complaisant!

--Monsieur! promenade à Sainte-Marguerite! Bon temps! Bon vent! me cria
l'un des bateliers en me priant du geste de descendre.

--Et combien de temps faut-il pour arriver à l'île!

--Oh! monsieur, pas beaucoup! J'y suis allé l'autre jour en moins d'un
quart-d'heure!

--Et le vent est bon? repris-je.

--Excellent! monsieur, deux ris aux voiles et nous filons comme
l'éclair!

Inutile de dire que le quart-d'heure du brave batelier se changea en
demi-heure, la demi-heure en trois quarts-d'heure et qu'une heure après
nous ne touchions pas encore au môle du débarquement. En revanche,
j'avais eu la mer la plus moutonneuse du monde; nous avions failli être
roulés par les vagues; mais quelle baie splendide, que de merveilleux
horizons!

J'eus le malheur de descendre du bateau pour tomber entre les mains d'un
vieux sergent qui ne me lâcha pas avant de m'avoir conté,--ce qu'il
savait du reste fort mal,--l'histoire de l'île Sainte-Marguerite.

Il m'expliqua que le fort avait été construit sous Richelieu, puis pris
par les Espagnols, qui l'avaient agrandi, et enfin réparé par Vauban.

En résumé, ce bâtiment serait peu digne d'intérêt si la légende de
l'homme au masque de fer n'était pas là pour captiver.

Matthioli, c'est le nom que l'on donnait à ce célèbre inconnu, avait une
prison que le maréchal Bazaine,--l'homme heureux!--ne connaîtra sans
doute que de vue! La chambre qu'il habita onze années n'était éclairée
que par une fenêtre du côté du nord, percée dans un mur de près de
quatre pieds d'épaisseur; on y avait même prudemment adapté trois
grilles de fer placées à une distance égale. Cette fenêtre donnait sur
la mer.

Ce qui fit supposer à quelques indiscrets que Matthioli devait être
quelque grand personnage, ce sont d'une part les mesures prises par
Saint-Mars pour éloigner de lui même les geôliers, et de l'autre
l'espèce de respect dont semblait l'entourer le gouverneur.

De plus, on assure que l'homme au masque de fer portait des vêtements
recherchés, de fines dentelles, et qu'on lui fournissait des habits
aussi riches qu'il paraissait le désirer.

Il n'en fallait pas plus pour faire pleuvoir des milliers de
conjectures: C'est un frère de Louis XIV, disent les uns.--C'est le duc
de Beaufort, assurent les autres.--C'est un fils de Cromwell!...

Quelques anecdotes inventées sans doute viennent à la rescousse, et
notre homme, qui n'était peut-être qu'un petit gentilhomme sans grande
importance, passe d'emblée à la postérité!

Vous connaissez l'histoire du pêcheur qui ramasse sous les fenêtres de
Matthioli une assiette d'argent sur laquelle se trouvaient inscrits
quelques caractères;--le brave homme rapporte sa trouvaille au
gouverneur, qui lui demande s'il a lu les mots écrits sur ce plat: «Je
ne sais pas lire!» répond naïvement le pécheur, et Saint-Mars lui dit:
«Allez! Remerciez le ciel de votre ignorance!»

Un ingénieux historien, à la vue très-bonne, affirme qu'il y avait sur
ce plat désormais historique, ces mots: «Louis de Bourbon, comte de
Vermandois, frère de Louis XIV, etc.»

Si Bazaine jette jamais ses assiettes par les fenêtres, les pêcheurs
d'aujourd'hui les conserveront peut-être sans scrupule.

Richard Cortambert.



Variétés: "les Merveilleuses", comédie en cinq actes de M. Victorien
Sardou.

Cette fois c'est mon collaborateur M. Morin qui se charge de rendre
compte des _Merveilleuses_, de M. Sardou. Son dessin animé, spirituel et
d'une parfaite exactitude, tient lieu de l'article de théâtre. Aussi
bien notre critique à nous serait-elle inutile puisque M. Sardou n'a pas
jugé nécessaire d'introduire une action dans sa comédie, qui relève
presque tout entière du décorateur et du costumier. Quoi? pas le moindre
petit bout d'intrigue? Si vraiment, mais si peu que cela ne vaut pas la
peine d'en parler. Dorlis, que la guerre d'Italie a enlevé aux premières
joies de la lune de miel à sa femme Illyrine, retrouve au retour de
Rivoli et d'Arcole, son épouse convolant en secondes noces avec le
citoyen Saint-Amour, chef du cabinet de Barras. Il était temps, deux
heures plus tard, protégée par la loi du divorce, elle devenait madame
Saint-Amour. C'est tout, et cette petite comédie entamée à la fin du
quatrième acte se dénoue au cinquième. Il semble que M. Sardou, occupé à
faire revivre dans une série de tableaux vivants les hommes et les
choses du Directoire, et attardé longtemps dans les curiosités et les
bibelots du temps, se soit dit: «Maintenant que j'ai reconstitué ce
peuple bigarré dans les rues, agité dans les salons cet essaim de
merveilleuses et ce groupe de muscadins, que j'ai placé sur leurs
étagères ce musée archéologique des dernières années du siècle, songeons
un peu à mettre une action dans la pièce; si mince qu'elle soit, cela
est toujours assez bon; l'intérêt n'est pas là, il est dans cette série
de tableaux, dans ce panorama des plus mobiles et des plus amusants,
avec ce décor du premier acte, ce jardin du Palais-Égalité où s'asseyent
les _incroyables_, le menton caché dans la cravate _écronitique_, avec
_les oreilles de chien_, le chapeau gigantesque en demi-lune, le bas en
tire-bouchon et le bâton de houx à la main. Là circulent les
carmagnoles, les bouquetières, là se réfugient contre les huées des
_sans-culottes_, les daines _sans-chemises_ que la brutalité de la foule
menace de jeter à l'eau.

Au second tableau, nous sommes sur le perron de la rue Vivienne, où
s'agitent les agioteurs, devant cette boutique de boulanger qui indique
le prix montant et descendant du louis, étiage de la fortune publique.
Au premier étage d'une maison, des joueurs jettent leur or au râteau des
croupiers; à l'entresol, des _marchandes de frivolités_ prélèvent des
intérêts sur la bonne fortune tentée au premier étage. C'est le bruit,
c'est la rue. L'acte suivant nous transporte dans l'hôtel du financier
Ragot; un bijou, que ce décor, une merveille de goût et d'exactitude,
avec ses pendules, ses candélabres du temps, avec ses sièges en forme
d'X, avec ses tasses à thé à fond jaune tacheté de petites fleurs
noires. Là règnent les _Merveilleuses_, les robes à la _Flore_, les
tuniques à la _Minerve_, la redingote à la _Galathée_, passant par
toutes les nuances, depuis le _Fifi pâle effarouché_ jusqu'au _Violet
cul de mouche_. Et les coiffures! Le turban relevé avec des plumes
bleues, bonnet Pierrot, bonnet à la Délie, bonnet à l'Esclavonne. Tout
ce monde féminin caquette et fripe dans ses mains des éventails de crêpe
noir lamé et pailleté d'argent, sur lesquels se montre discrètement
l'effigie de Louis XVI, de la reine et du dauphin, ces éventails au
_Saule pleureur_. Les élégants zazayent de leur petite voix de
femmelette leur parlé gazouillé et mouvant, et étalent leurs habits de
soie rayée à queue de morue. MM. de Concourt ont fait dans un excellent
livre l'inventaire par le menu de cette société du Directoire. Ce
catalogue des choses et des gens, M. Sardou, par une fantaisie d'auteur
dramatique, l'a fait vivre aux Variétés. Il a animé les Carie Vernet,
les Debucourt. Cela est fort amusant au début, mais fatigue vite chemin
faisant. On feuillette pendant une heure un album de caricatures, mais
toute une soirée! c'est un peu long. Et puis, une observation. Comment,
nous voilà dans cette société de l'an de grâce 1798, et pas un costume
d'officier ou de général? Ce ne sont pourtant pas les militaires qui
faisaient défaut dans ce monde du Directoire. Il y a là une lacune.

M. Savigny.



Glace et patins: "La première leçon" et "Un regard en passant".

Puisque l'hiver s'obstine à ne pas entrer en scène, faisons tout éveillé
un rêve qui fera tressaillir d'aise les membres du club des patineurs.

Il y a huit jours, le thermomètre est descendu à dix degrés au-dessous
de zéro, et depuis lors il s'est résolument maintenu entre six et huit.
Lacs, étangs, toutes les pièces d'eau dormante ont gelé, et finalement
la glace a acquis une respectable épaisseur.

O bonheur! l'heure heureuse, depuis si longtemps attendue, a donc sonné,
et le moment fortuné est venu! Vite, courons, et sans perdre une minute,
au lac, au lac!

Déjà sous un ciel gris d'acier, au milieu d'un cercle de grands arbres
étincelants de givre, s'y presse une foule élégante et joyeuse, les
femmes emmitouflées de fourrures, portant le manchon en sautoir; les
hommes vêtus du costume de rigueur; bonnet fourré, pelisse, pantalon
collant qui fait valoir les formes et bottes cracoviennes; les uns et
les autres ayant chaussé le patin et glissant, se croisant, se
poursuivant sur la glace qu'ils rayent d'un pied plus ou moins habile.

Car s'il en est qui savent proprement faire un dehors, écrire
correctement leur nom du bout d'un patin victorieux, il y en a d'autres
aussi qui font beaucoup de fautes d'orthographe, et même en sont encore
à épeler péniblement leur alphabet. Aussi, pour les présomptueux, que de
mésaventures et de chutes, souvent ridicules.

Je ne parle que pour les hommes.

Il est bien entendu que c'est toujours avec grâce qu'une femme tombe sur
son pouff, quand cela arrive, ce qui est rare; car, plus timide, ce
n'est que bien soutenue qu'elle se risque à faire ses premiers pas sur
ce terrain glissant, où bientôt cependant elle s'élancera, rapide comme
l'hirondelle, en traçant comme elle, capricieuse, d'inextricables
méandres.

Quelques-unes cependant ne parviennent jamais à surmonter assez leur
frayeur pour oser chausser le patin, et ce n'est que confortablement et
chaudement établies dans un traîneau qu'elles consentent à fendre l'air,
sous la conduite et la garde de quelque jeune gentleman, avec lequel il
leur est loisible alors d'achever tout à leur aise la conversation en un
autre endroit commencée, ou de commencer l'entretien qui sans doute se
terminera ailleurs.

Je n'en jurerais cependant pas, car à quoi le plus souvent tiennent
ici-bas les choses, et de quoi dépendent nos résolutions les mieux
arrêtées? De ceci ou de cela, d'une goutte de pluie, d'un rayon de
soleil, ou encore d'un regard en passant.

Louis Clodion.



Les tortues de mer à Paris.

Il y a longtemps qu'on n'avait vu à Paris des chéloniens possédant des
dimensions aussi prodigieuses. Les derniers avaient fait leur apparition
alors que florissait l'empire de l'infortuné Maximilien. Depuis lors il
s'est écoulé moralement plus d'un siècle. Aussi n'est-il pas étonnant
que les tortues de MM. Potel et Chabot aient obtenu un véritable succès
d'estime aussi bien dans la rue Vivienne que sur le boulevard des
Italiens.

Une de ces étrangères, rien qu'en agitant ses pattes, a cassé innocemment
la glace de la devanture qui la séparait de la rue. Mais ce n'était pas
pour reconquérir une liberté définitivement perdue, et dont elle ne
pouvait, dans son état d'engourdissement, de demi-sommeil, comprendre le
prix.

Ces animaux sont d'une force prodigieuse, et dans leur pays d'origine
d'une étonnante agilité. Ils nagent comme des poissons dans l'Océan.

C'est surtout lorsque la femelle va pondre ses oeufs que l'on peut
facilement la surprendre et la capturer, ce qui se fait en la retournant
sur le dos, quelquefois à l'aide d'un levier.

L'écaille des tortues franches n'a aucune valeur, mais la chair est
très-délicate, et il est à désirer qu'elle figure sur le carreau des
Halles où elle serait très-rapidement appréciée.

Malheureusement nous sommes si routiniers en matière de gastronomie,
qu'elle est à peu près complètement perdue pour nous dès qu'elle a servi
à faire du bouillon. Les Anglais, plus pratiques, tirent un excellent
parti de tous les morceaux.

La tortue jouit d'une propriété inestimable pour le transport dans les
pays lointains. On n'a besoin de la fumer ni de la saler, ni de la
placer dans des boîtes ou dans un garde-manger entouré de glace
fondante. Elle arrive vivante des Antilles sans qu'on ait besoin de lui
donner à boire et à manger. On pourrait donc se livrer à une
exploitation régulière de cette nouvelle matière alimentaire que nous
signalons expressément.

De tous les animaux la tortue est peut-être celui qui a le cerveau le
moins développé.

Lacépède allait jusqu'à prétendre qu'il est de la grosseur d'une
noisette pour un animal pesant 150 kilos.

Mais il n'y a pas, paraît-il, d'animal qui soit plus porté aux plaisirs
de l'amour. Alors le mâle devient féroce, et aucun danger ne serait
capable de le déterminer à quitter sa femelle. Mais cela ne dure guère.
Au bout de quelques jours il l'abandonne sans remords, la laissant
regagner péniblement les îlots sablonneux où elle déposera ses oeufs, en
grand danger d'être surprise par les pêcheurs qui la guettent. Notre
dessin fait voir les suites inévitables de cette surprise. Un aide de
cuisine s'apprête à trancher la tête de la tortue tandis qu'un autre
empêche cette tête de rentrer dans la carapace, à l'aide d'un câble et
d'un croc. L'armée des marmitons est là sous les armes, prête à
commencer ses grandes opérations. Jamais mode plus barbare d'exécution
n'a été inventé. Il faut croire que la tortue a si peu de cervelle
qu'elle ne s'en aperçoit presque pas. Car si elle se plaint, c'est si
bas, si bas que jamais personne ne l'a entendue.

W. de Fonvielle.



LA VEILLE DU 1er JANVIER

(Fin)

--Absolument. Et je vais choisir des exemples. Voici Mademoiselle Mimi,
par exemple. J'ai déjà dit que je n'entendais pas médire des
poupées,--le jouet n'empêche pas le livre.--La vraie poupée, celle que
l'on peut habiller et déshabiller sans crainte de froisser une robe de
cent francs, qui possède une tête de porcelaine que l'on fait remettre à
neuf par le premier marchand venu du coin quand son propriétaire a eu le
malheur de tomber sur le nez, la poupée qui a son trousseau bien simple
de petits bas, de petits pantalons et de petites chemises, que sa maman
blanchit elle-même, la poupée que l'on mène en voiture et qui fait la
dînette, cette poupée-là est toujours amusante et sera amusante tant que
le monde durera. Mais le soir, quand Mimi viendra sous la lampe demander
à sa maman de lui montrer des images, sera-t-elle contente, oui ou non,
si ces images sont choisies dans un livre à elle, à elle toute seule,
écrit pour elle...

--Il y en a donc de ces livres-là.

--Il y en a quarante à l'heure qu'il est, ni plus ni moins, et la
collection des albums de P.-J. Stahl se complète d'année en année. C'est
le tableau vivant de l'enfance à tous les degrés, c'est un
chef-d'oeuvre, une galerie sans rivale.

--Mais Mimi ne sait pas lire!...

--Si elle ne sait pas lire encore, elle sait voir au moins; tous les
enfants savent lire dans les livres à images; l'image vue, l'image lue,
on veut savoir au plus juste de quoi il s'agit, et vous êtes là, chère
madame, pour lui lire à haute voix les légendes spirituelles ou
émouvantes que Stahl a donné à traduire en merveilleux dessins au crayon
de Froelich. C'est toute une morale où le code de la première enfance
est passé en revue article par article.--«Il faut aimer son papa, sa
maman et le bon Dieu», voilà pour l'âme. «Il faut manger sa soupe
courageusement jusqu'à la dernière cuillerée», voilà pour le corps. Et
pour la vie pratique: «Il ne faut mettre son doigt ni dans son nez, ni
dans les pots de confiture.--Il ne faut pas jouer avec ce qui coupe; les
couteaux ne sont pas un jeu.--Il est abominable d'égratigner son frère,
sa soeur et même sa bonne.--Il est très-mal aussi de marcher dans les
ruisseaux, ils ne sont pas faits pour cela.--Il ne faut jamais dire
qu'on n'a pas envie de dormir quand il est huit heures et demie
sonné...»

Mon ami et sa femme s'étaient mis à rire dès les premiers mots de cette
énumération.

--Pauvre Mimi! dit la jeune mère, c'est vrai tout de même que pas plus
tard que ce soir elle s'est démenée comme un beau petit diable en
prétendant que la pendule avançait et que, vrai, il ne pouvait pas être
huit heures et demie!...

--_Les Commandements du grand-papa_ lui en apprendront bien d'autres. Et
la _Journée de la célèbre mademoiselle Lili_, et la _Boîte au lait_, et
le _Journal de Minette_, et les _Idées de mademoiselle Rose_, illustrées
par Detaille, et la _Révolte punie_, et _Hector le fanfaron_, et l'_Ours
de Sibérie_, et _Bonsoir petit père_, et _Toc-Toc_, et _Mademoiselle
Mouvette_, qui est son portrait vivant, sans compter les albums en
couleur qu'elle pourra manipuler à son aise sans courir le risque de
s'empoisonner, au rebours de ces albums anglais, dont les enluminures
grossières ne sont bonnes qu'à crever les yeux ou à gâter l'esprit.
C'est une maxime à graver en lettres d'or dans le Code des parents, que
préserver les enfants des niaiseries imprimées, c'est accomplir une
oeuvre pie. Voilà tout le secret de la bibliothèque Hetzel; P.-J. Stahl,
l'auteur applaudi des _Bonnes fortunes parisiennes_, que vous avez lues
tous les deux, à su tremper sa plume, comme je l'ai vu écrire quelque
part, dans un encrier rempli de lait sucré; une nourrice qui aurait
passé par l'Académie française n'aurait pas su trouver plus de
ressources d'esprit et d'imagination que ce père Gigogne. J'aurais dit
tout cela dans mon article, je puis bien vous le dire à vous, en
attendant.

--Eh! c'est là précisément ce que j'étais en train de prêcher à ma
femme, s'écria mon ami; mais on n'est jamais prophète en son pays. Je
suis heureux de voir ton succès; on ne t'interrompt plus.

L'interrupteur se contenta de sourire et je poursuivis en ces termes:

J'arrive à Jujules. Savez-vous, chère madame, vous qui parliez tout à
l'heure de livres à choisir «par-dessus le marché», ce que votre petit
homme de huit ans m'a appris, il n'y a pas six mois? J'étais en train de
lui faire, en vous attendant, un petit cours d'histoire naturelle et,
par étourderie ou par ignorance, je ne sais plus au juste, je m'étais
avisé de ranger le crapaud parmi les reptiles malfaisants. Double
erreur, le crapaud n'est pas un reptile et le crapaud n'est pas une bête
malfaisante. Là-dessus, voilà Jujules qui m'interrompt de sa voix la
plus douce:

--Pardon! mon parrain, mais j'ai lu quelque part que le crapaud n'était
pas un reptile...

--C'est bien, possible; qu'est-il alors?

--C'est un batracien, mon parrain, à moins que le livre n'ait menti.

Le livre n'avait pas menti; mais voyez-vous votre bambin qui en
remontrait à son maître? Je lui demandai le titre de ce bienheureux
ouvrage. C'était un des classiques du genre: l'_Histoire d'une bouchée
de pain_ de Jean Macé.

--Un de mes cadeaux de l'année dernière,... murmura mon ami.

--Allons? je suis battue sur toute la ligne, et par un enfant encore!
s'écria la jeune femme. C'est de bonne guerre. Je me rends à discrétion.
Que lui donnerons-nous cette année au savant Jujules?

Je me levai et je m'en fus chercher dans le coin où je les avais déposés
en entrant, l'_Histoire d'une maison_, de Viollet-le-Duc, et la _Famille
Chester_, de P.-J. Stahl et William Hughes.

--Voici deux nouveautés que vous prendrez la peine de lire avant le 1er
janvier. Car ces excellents livres ont le double mérite qu'ils
conviennent aux petits et ne sont pas inutiles aux grands. Je ne veux
pas être cru sur parole; il faut que vous appreniez par vous-même quel
soin sévère, quels scrupules ont présidé à la formation de cette
bibliothèque d'élite. C'est déjà beaucoup de savoir qu'un homme tel que
M. Viollet-le-Duc a pris le meilleur de son temps pour apprendre au
grand public comment se bâtit une maison, ce que la profession
d'architecte exige de clarté dans l'esprit et de rectitude dans le
jugement. Nous avons tout à gagner à ces enseignements-là. On apprend à
tout âge et il n'est jamais trop tard pour aller à l'école. C'est encore
dans un de ces livres que j'ai trouvé la maxime suivante: «Je ne doute
pas qu'on ne puisse faire un gros livre de ce que tu sais, disait au
campagnard à son fils qui lui revenait du collège tout enorgueilli de
son grec et de son latin; mais je suis assuré qu'on en ferait un plus
gros encore avec tout ce que tu ne sais pas.»

--Comment l'appelez-vous ce livre-là?

--_Entre frères et soeurs_. Ce sont des causeries scientifiques pleines
de savoir et de bonne humeur; signé Lucien Biart.



[Illustration: LA PREMIÈRE LEÇON.--D'après le tableau de M. Boutibonne.]

(Publié avec l'autorisation de MM. Goupil et Cie.)


[Illustration: UN REGARD EN PASSANT.--D'après le tableau de
M. Boutibonne.]

(Publié avec l'autorisation de MM. Goupil et Cie.)

--C'est l'auteur de ce joli volume de nouvelles que tu as lues avec tant
de plaisir, dans la _Revue des deux mondes_, ajouta mon ami, et qui ont
paru en volume à la même librairie Hetzel, sous le titre des _Clients du
docteur Bernagius_, et à l'usage des femmes d'esprit.

--C'est cela même. Ajoutez que nous nous retrouverons constamment avec
des écrivains amis. Après Viollet-le-Duc, P.-J. Stahl et Lucien Biart,
il faudrait nommer Jules Sandeau et sa _Roche aux Mouettes_,
Erckmann-Chatrian et _Madame Thérèse_, Hector Malot et son Romain
_Kalbris_, et d'autres tout aussi connus auxquels j'arriverai tout à
l'heure. Mais ce n'est pas fini. Le 1er janvier de Jujules serait trop
maigre si vous vous borniez à deux livres; vous y ajouterez la _Soeur
perdue_, de Mayne-Reid, qui fait suite aux _Aventures de terre et de
mer_, qu'il a déjà reçues l'année dernière, et l'_Histoire du Ciel_, de
Flammarion, qui manque à sa bibliothèque. Je me charge de la _Roche aux
Mouettes_, de Jules Sandeau et de _Romain Kalbris_, d'Hector Malot.

--Ah ça! s'écria mon ami, du train dont nous y allons, il ne restera
rien pour Edouard!

--Rassurez-vous, la bibliothèque d'éducation et de récréation en a pour
tous les âges et pour tous les goûts. Edouard est déjà un petit homme
sérieux. Entre temps, il sait manier très-convenablement le compas et
l'équerre. Tandis que Jujules lui prêtera son _Histoire d'une maison_,
Edouard fui confiera en échange la collection des _Voyages
extraordinaires_ de Jules Verne...

Mais c'est que je les lis, moi aussi, ces voyages!... s'écria la jeune
femme en me coupant la parole, y en a-t-il de nouveaux?

--Ah! je vous y prends! Que me disiez-vous donc tout à l'heure, que vous
vous en reposiez sur le premier libraire venu du choix de ces lectures?
Jules Verne tout au moins aurait été désigné à l'avance et pour ce seul
aveu il vous sera beaucoup pardonné. Certes oui, il y en a de nouveaux
et ce ne sont pas les moins merveilleux. J'ai apporté le _Pays des
fourrures_, dont je puis parle en connaissance de cause, car je l'ai
déjà lu dans le _Magasin d'éducation_. Vous avez encore le _Tour du
monde, en quatre-vingts jours_, un chef-d'oeuvre d'invention, une sorte
de conte des Mille et une nuits, avec la fantaisie déréglée en moins, et
en plus l'imagination scientifique. Ce sont de fameux pendants à _Vingt
mille lieues sous les mers_, au _Voyage dans la Lune_ et au _Centre de
la terre_, à _Cinq semaines en ballon_, aux _Enfants du capitaine,
Grant_, au _Capitaine Hatteras_, etc. Cet étonnant romancier poursuit un
plan qui consiste à faire faire à son public la découverte successive de
toutes les parties du monde et de tous les phénomènes du globe. Nous
avons encore un bon bout de chemin en perspective. Savez-vous ce qu'il
m'a répondu tout dernièrement? Je lui demandais quelles surprises
nouvelles il nous réservait et s'il nous était permis de compter sur une
deuxième série aussi riche que la précédente.

--N'est-ce que cela! me dit-il gaiement, apprenez qu'elle est toute
composée cette série à venir; il ne me faut plus que le temps de
l'écrire.

--Tout va bien, répliqua mon ami, mais avec tout cela je ne vois pas
pourquoi tu nous a parlé du compas et de l'équerre d'Édouard?

--M'y voici. Nous lui donnerons les Sciences usuelles et leurs
applications mises à la portée de tous, par le capitaine de frégate
Louis du Temple. Ce livre-là serait un peu trop sérieux pour Jujules; il
fera le bonheur d'Édouard. Figurez-vous, mes amis, la mécanique et la
géométrie racontées par un homme qui a appris la science à de pauvres
mécaniciens de la marine, à des gens presque illettrés mais pleins
d'ardeur, de bon vouloir et de dévouement. Ce sera bien le diable si
sous la direction d'un tel maître Edouard ne devient pas un mécanicien
de premier ordre. Je tiens à être là pour jouir de sa joie quand il
recevra ce magnifique volume, et si vos mains sont trop pleines de
cadeaux pour y joindre celui-là, c'est moi qui m'en chargerai.

--Mais non! dit la jeune femme en riant, je n'accepte pas l'épigramme;
me voilà bel et bien convertie, et je vous promets que le n° 18 de la
rue Jacob comptera désormais une cliente aussi assidue que dévouée.
N'abusez pas de votre victoire.

--Ainsi, ajouta mon ami, c'est toute une bibliothèque que nous
introduisons dans la famille. Quelle heureuse chance pour moi d'avoir eu
pour auxiliaire un ami dont le métier consiste précisément à lire les
livres nouveaux pour guider autant que possible le choix du grand
public. Si grâce à toi, le budget des étrennes est un peu plus lourd que
de coutume, je ne m'en plaindrai pas.

--C'est encore une erreur, répondis-je, et ce sera mon dernier mot. Le
plus riche, le plus luxueux de ces beaux livres, les _Contes de
Perrault_, de Doré, qu'il faudra donner à Mimi, dans un an ou deux, ne
coûte pas à beaucoup près ce que coûte une soirée dans un théâtre de
genre, qui trop souvent se trouve être un théâtre de mauvais genre; il
coûte moins qu'un joujou vulgaire de chez Giroux, une boîte de bonbons
de Roissier, une fleur artificielle à mettre dans vos cheveux, madame,
ou la fumée de quelques cigares de choix que monsieur achètera au
Grand-Hôtel. Direz-vous que ce qui serait trop d'argent pour une chose
qui reste ne serait rien pour une chose qui passe?

--Non! non! s'écrièrent en choeur mes deux amis, le mari et la femme,
associés et réconciliés dans le même sentiment. Nous voilà d'accord.

--Tout est donc bien qui finit bien, répondis-je en fermant l'entretien;
cela finit d'autant mieux que mon article est fait. Tant pis pour vous,
je vous préviens que je vais livrer au public toute notre conversation
sans y changer un mot.

--Tu ne nous nommeras pas au moins!

--Je le jure! Je me bornerai à vous soumettre mon procès-verbal et à
signer pour copie conforme:

Prosper Chazel.



LA SOEUR PERDUE

Une histoire du Gran Chaco

(Suite)


CHAPITRE X

ARRÊTÉS PAR UN «RIACHO.»

LES GYMNOTES

Les voyageurs se trouvaient à un mille de distance de leur dernière
halte quand les hautes berges du Pilcomayo commencèrent à se déprimer,
puis à s'abaisser jusqu'à se mettre presque de niveau avec le fleuve. La
colline qu'ils avaient jusqu'alors suivie se continuait sur l'autre
bord, comme si elle eût été coupée par le courant qui formait en cet
endroit une série de rapides contre lesquels l'eau se brisait en
bouillonnant et avec un bruit assourdissant.

Les voyageurs n'y prêtèrent pas attention; ils descendirent la pente et
continuèrent à remonter le cours d'eau.

Ils ne tardèrent pas à se heurter contre un obstacle inattendu. C'était
une sorte de ruisseau lent, un _riacho_ (2) qui débouchait
perpendiculairement dans le Pilcomayo ou en sortait, suivant la saison
et les caprices de l'inondation. En ce moment il semblait être immobile,
parce que la rivière principale, subitement enflée par l'ouragan,
arrêtait le courant plus tranquille de son affluent. Ses eaux étaient
jaunâtres et comme mêlées de terre et de sable. Le seul moyen d'en
savoir la profondeur était d'y entrer à cheval, mais l'expérience était
dangereuse.

      [Note 2: Le _riacho_ de l'Amérique du Sud est un cours d'eau
      tributaire d'une grande rivière. Il ressemble au bayou de la
      Louisiane. En temps d'inondation son courant change de direction
      et revient sur lui-même.]

Il ne fallait pas songer à tourner pour le franchir au-dessus de sa
source, ni à chercher un gué en le remontant. Le riacho était droit
comme un canal, et les cavaliers pouvaient le suivre des yeux à travers
la plaine sur une étendue de plus de dix milles présentant toujours la
même largeur et probablement la même profondeur que sous la tête de
leurs chevaux.

Que faire? remonter jusqu'à la source aurait exigé une demi-journée tout
entière. Cypriano était trop impatient pour y songer et Gaspardo
lui-même paraissait médiocrement disposé à un retard. Essayer de passer
à l'endroit où ils se trouvaient semblait être une entreprise
hasardeuse; il leur faudrait peut-être nager. Cependant cette
alternative ne les eût pas arrêtés si le bord opposé avait offert une
pente douce ou quelque point facile qui permit aux chevaux d'aborder.
Mais il n'en était pas ainsi; au contraire, la berge s'élevait
perpendiculairement à plus de deux pieds au-dessus de l'eau, et, sous
l'eau, cette sorte de muraille pouvait être encore plus profonde. Les
voyageurs étaient dans l'impossibilité d'évaluer la profondeur à cause
de la coloration de l'eau, conséquence de la tormenta, et il n'existait
ni courant ni rides pour les aider à se former une opinion même
approximative.

Ils restaient indécis sur leurs selles. S'il avait été seul, Cypriano,
dans son impatience, aurait lancé son cheval en plein cours d'eau, mais
Gaspardo avait mis la main sur la bride en lui disant: «Patience! il est
bon de réfléchir, même avant de faire une folie.»

Ils demeurèrent ainsi pendant plus de dix minutes, tantôt jetant les
yeux sur le ruisseau, tantôt se regardant les uns les autres.

«_Gracias a Dios!_ que Dieu soit loué! s'écria tout d'un coup le
gaucho.»

Il proféra cette exclamation d'un ton si satisfait et avec un tel soupir
de soulagement que ses jeunes camarades comprirent que le problème était
résolu et que le moyen de passer était découvert.

«Qu'avez-vous imaginé, mon bon Gaspardo? demanda Cypriano, toujours le
plus prompt à interroger.

--Regardez là-bas, dit Gaspardo? en montrant de la main l'endroit où
l'affluent réunissait ses eaux à celles du fleuve. Que voyez-vous
là-bas, senoritos?

--Rien de particulier, quelques grands oiseaux blancs avec de longs
becs, qui ressemblent à des grues.

--Certainement, ce sont des grues, et même des grues soldats, des
_garzones_ (3). Eh bien! qu'en pensez-vous?

      [Note 3: Le _garzon_ est la plus grande des grues de l'Amérique du
      Sud. Il possède une hauteur de cinq pieds; ses jambes sont longues
      et grêles; son bec pointu est immense; il a sous la gorge un sac
      rouge comme un pélican et son plumage est presque d'un blanc de
      neige.]

--Qu'elles nagent?

--Nager! pas le moins du monde. Le garzon ne nage jamais. Elles passent
à gué, senoritos; oui! à gué.

--Eh bien! après? fit Ludwig.

--Comment! après? Je suis étonné que vous, naturaliste, un savant qui
avez appris à raisonner, vous ne liriez pas la conclusion d'un fait
aussi clair.

--Quelle conclusion? demanda naïvement le jeune savant.

--La plus simple du monde, à savoir que comme le dit la chanson, si les
canards l'ont bien passé, nous passerons nous aussi le riacho. Les grues
ont de longues jambes, c'est vrai, mais où un garzon peut passer, un
cheval n'est pas obligé de nager. Non, muchachos! nous traverserons à
l'endroit où ces gros oiseaux blancs sont en train de s'amuser. Nous
pourrions même peut-être le faire ici, mais cela serait moins sûr. Il y
a évidemment une barre de sable entre le riacho et la rivière et voilà
pourquoi les grues sont à l'eau. J'ajoute que, si elles y sont, ce n'est
pas pour le simple plaisir d'y prendre un bain de pieds. Il est probable
que l'orage a troublé les poissons et les a ramenés du large contre la
barre. Les grues, les trouvant là à leur portée, y sont venues à leur
tour. Tout s'enchaîne à merveille, vous le voyez, et nous n'avons
nous-mêmes rien de mieux à faire que de mettre à profit le résultat de
l'expérience faite par les grues.»

Le gaucho avait raison. Les _garzones_ étaient activement occupés à
pêcher; les uns plongeaient leur bec sous l'eau, d'autres, la tête
renversée, montraient sous leur gorge de vastes poches écarlates
gonflées par le poisson qu'ils s'efforcaient d'engloutir.

«C'est pitié de les déranger de leur dîner, dit Gaspardo, surtout après
le service qu'elles nous ont rendu en nous montrant le gué. Por Dios! Il
nous faut pourtant le faire, il n'y a pas moyen de l'éviter. Allons,
senoritos, descendons, nous demanderons en passant pardon à mesdames les
grues de la liberté que nous prenons à leurs dépens.»

En disant ces mois, Gaspardo se dirigea vers le confluent des deux cours
d'eau, suivi par ses compagnons qui n'avaient fait, comme on le pense,
aucune objection au discours du brave gaucho.

Au bout de deux cents pas, ils arrivaient au territoire de pêche des
grues.

Ces grands oiseaux, effrayés par l'approche de créatures si différentes
de celles qu'ils voyaient ordinairement, se hâtèrent d'avaler le contenu
de leurs poches écarlates, puis, agitant leurs grandes ailes au-dessus
de l'eau, s'élevèrent dans les airs en protestant par leurs cris contre
le dérangement qu'on leur causait!

Pendant un moment, ils tournèrent au-dessus de la tête des cavaliers en
poussant leurs notes perçantes, comme s'ils avaient espéré disputer aux
cavaliers le passage du ruisseau. Cependant, quand les chevaux se mirent
à l'eau, ils comprirent que pour le moment leur pèche était finie, et,
cessant leurs bruyantes démonstrations, ils partirent l'un après l'autre
en quête d'une retraite plus tranquille.

Le passage était tel que Gaspardo l'avait supposé; c'était une barre
entre le fleuve principal et son tributaire. Ni en aval ni en amont les
chevaux n'auraient pu passer à gué, et même sûr la barre, au point le
plus profond, leurs sangles baignaient dans l'eau.

La distance à parcourir était de plus de cent mètres, car c'était à
cette place que le riacho avait sa plus grande largeur.

Ils avaient franchi les deux tiers du passage et se félicitaient déjà
d'être bientôt arrivés sur l'autre rive, quand tout d'un coup les
chevaux firent halte en frémissant de la tête aux pieds.

Au même instant, chacun des trois cavaliers ressentit une commotion
étrange et tellement simultanée, que leurs exclamations s'échappèrent de
leurs trois bouches à la fois comme d'un seul gosier..

Gaspardo seul reconnut la cause de ces chocs imprévus.

«Caramba! s'écria-t-il, c'est une raie électrique. Non pas une, mais
peut-être un millier! Il y en a tout autour de nous, je le vois bien au
frémissement des chevaux. Donnez de l'éperon, senoritos! donnez de
l'éperon, ou nos bêtes paralysées n'atteindront jamais le bord!»

Ainsi apostrophés, les jeunes gens piquèrent de toute la force de leurs
talons, et leurs montures s'avancèrent encore, mais avec inquiétude et
une visible irrésolution. Parfois elles essayaient de reculer en dépit
des coups d'éperon.

Les cavaliers n'échappaient pas à cette influence. Le fluide subtil
courant le long des membres des chevaux, pénétrait dans le système
nerveux des hommes et leur causait de violentes secousses. Tous les
trois se sentirent d'autant plus troublés, que la force ne pouvait rien
contre l'obstacle bizarre qui s'opposait à leur marche en avant.
Gaspardo seul conservait encore assez de présence d'esprit pour parler
et agir.

«Éperonnez, criait-il, éperonnez! si nous ne gagnons pas le bord
rapidement, les gymnotes auront raison de nous et de nos bêtes. Nos
chevaux s'enfonceront dans l'eau comme des pierres et nous-mêmes, si
nous n'échappons pas à l'influence de ces infernales bêtes, nous ne
pourrons passer ni à gué ni en nageant. En avant donc, senoritos! Jouez
de la cravache et des éperons comme s'il s'agissait du salut de nos
Ames!»

Ludwig et Cypriano n'avaient pas besoin d'être excités. Ils sentaient
parfaitement l'imminence du péril et ne comprenaient que trop que chaque
minute le décuplait. Tous deux poussaient leurs montures autant que le
leur permettait leur énergie défaillante.

Gaspardo le premier finit par atteindre le bord; il fut suivi de près
par Cypriano. Mais quand tous deux, se retournant, jetèrent les yeux sur
Ludwig, ils s'aperçurent que celui-ci était resté en arrière d'eux, à
quelques mètres de la rive; son cheval tremblait comme une feuille et
refusait d'avancer. Le cavalier commençait à perdre la tête en voyant
l'inutilité de ses efforts. Tout d'un coup sa monture cessa de bouger.
Le gaucho et Cypriano la virent peu à peu enfoncer. Evidemment Ludwig
était hors d'état de la retenir,

Cypriano fit mine de descendre de cheval et de se jeter à l'eau pour
aller au secours de son cousin.

«Gardez-vous-en bien, s'écria le gaucho. Vous n'arriverez qu'à périr
avec lui. Il y a mieux à faire pour le salut de Ludwig.»

En même temps il détachait son lazzo de sa selle et le faisait tournoyer
autour de sa selle. Le noeud coulant tomba juste sur les épaules de
Ludwig. Le jeune homme enlevé de sa bête abordait, cinq minutes après,
sain et sauf sur le rivage.

Sans perdre un instant, le gaucho relâcha le lazzo, le détacha
promptement des épaules de Ludwig, le fit siffler encore, et le lança
sur le cheval, dont l'arrière-train était déjà sous l'eau.

Cette fois, la boucle largement ouverte tomba sur le cou de l'animal en
entourant dans sa première moitié la haute selle espagnole qu'il
portait; Gaspardo, assurant solidement le lazzo autour de son poignet et
de son avant-bras, fit faire demi-tour à sa propre monture du côté
opposé à la rive, et l'encourageant de la voix, il la lança d'un élan
vigoureux en avant.


CHAPITRE XI

LE POISSON QUI FAIT DU FEU

Il y eut une lutte violente au milieu du riacho; elle dura peu. Le
cheval de Ludwig reprenait courage en se sentant secouru; il fit un
effort de vigueur pour aider à celui qui était tenté en sa faveur; ses
jambes de derrière, dégagées, reprirent bientôt leur fonction, et il
finit par prendre terre à son tour.

Le bord de ce cours d'eau bourbeuse présentait un étrange tableau; les
trois chevaux frissonnant semblaient près de défaillir, et leurs
cavaliers n'étaient guère dans un meilleur état.

Le plus âgé des trois conservait encore un peu de force, mais il était
loin de se sentir aussi solide et aussi alerte que d'habitude. Jamais il
n'avait subi une si violente attaque des gymnotes, et il ne pouvait
s'expliquer leur puissance extraordinaire qu'en l'attribuant à
l'électricité de la tempête, qui sans doute avait surexcité en elles
l'énergie du fluide.

C'était là en effet l'explication la plus plausible du fait; la raie
électrique, parfois complètement inoffensive, est d'autres fois l'animal
le plus dangereux qu'il soit possible de rencontrer au sein des eaux.

Les chevaux furent quelque temps avant de se remettre de l'influence et
des souffrances causées par les décharges galvaniques des gymnotes. Les
cavaliers et Gaspardo lui-même avouaient qu'ils se sentaient très-mal à
leur ai$e. Cependant le gaucho finit par retrouver sa vaillante humeur.
Le succès de sa double pêche au lazzo, la première qu'il eût faite en ce
genre, l'avait ragaillardi, et il communiqua un peu de son entrain à ses
deux compagnons. Ils reprirent sans délai leur voyage, et, tout en
continuant à suivre les bords du Pilcomayo, Gaspardo donnait à ses
jeunes compagnons toutes les observations à sa connaissance relativement
aux singuliers animaux auxquels ils avaient eu tant de peine à se
soustraire.

«Les gauchos, dit-il, les appellent des raies: cependant j'ai entendu le
senor Ludovico (il désignait ainsi le père de Ludwig) leur donner le nom
de gymnotes (4). Je suppose que c'est celui qui est connu des
naturalistes.

      [Note 4: La gymnote possède une merveilleuse puissance électrique.
      Les chevaux e! les bestiaux qui passent à gué les marécages ou
      ruisseaux peuplés par ces singulières créatures succombent souvent
      sous leurs chocs galvaniques. L'incident que nous rapportons est
      en parfaite concordance avec les phénomènes observés.]

--C'est vrai, répondit le jeune Ludwig en s'intéressant aux paroles de
Gaspardo. C'est là en effet leur nom scientifique.

--Avez-vous jamais vu de près un de ces vilains diables? demanda
Gaspardo.

--Non, répliqua Ludwig, mais j'ai souvent entendu mon père en parler.»

A ces mots de «: père», un nuage passa sur les traits du jeune homme; il
était évident qu'il ne pensait déjà plus aux gymnotes.

«Moi, dit Gaspardo, j'en ai vu beaucoup. Près de l'endroit où j'allais à
l'école, il y avait une espèce de mare qui était pleine de raies
électriques, et nous autres enfants nous nous en amusions beaucoup,
quoique nous en eussions très-peur. Vous allez voir que ce n'était pas
sans raison. Je me souviens qu'un jour j'assistai à un triste spectacle.
Un vieux boeuf, qui n'avait plus qu'un oeil, s'était laissé choir dans
cette mare. Les enfants ne doutent de rien; j'avais eu la chance
d'accrocher, avant que la pauvre bête ne fût à vau-l'eau, une corde à
l'extrémité de ses cornes; nous nous mimes une douzaine au moins à tirer
sur cette corde, persuadés que nos efforts suffiraient à ramener le
pauvre animal du gouffre où il était tombé. Naturellement nous n'y
parvînmes pas. Le malheureux boeuf n'en eut pas pour longtemps. Je le
vois encore, après s'être débattu un instant, s'abîmer tout d'un coup
sous l'eau, comme s'il eût été frappé d'un coup de foudre invisible.
Jamais je n'oublierai le regard de détresse qu'il nous jeta avant de
disparaître; ils ont de si bons regards, les boeufs; mais ce que
j'oublierai encore moins, c'est le châtiment inattendu que nous reçûmes
du propriétaire du boeuf, dont nous espérions des remerciements,
châtiment dû, nous dit-il, à la maladresse de nos efforts.

«C'était le maître d'école lui-même, un homme pratique, qui ne se payait
ni de bonnes paroles ni même de bonnes intentions. «Vous vous êtes tous
conduits comme des imbéciles, s'écria-t-il, en essayant de faire une
chose tellement au-dessus de vos forces. Il fallait crier au secours,
venir me chercher. Je n'étais pas loin et mon boeuf serait encore en
vie. Savoir ce qu'on peut et ce qu'on ne peut pas, connaître la mesure
de ses forces est indispensable à tout âge, et pour que vous vous
souveniez de cette utile maxime, je vais vous appliquer à chacun quelque
chose qui vous la fixera dans la mémoire.»

«Nous reçûmes tous une demi-douzaine de férules. Jamais correction ne
fut administrée avec une plus grande impartialité. Chacun en eut son
compte.

--C'était un méchant homme ce maître d'école, s'écria Cypriano...

--Un peu rude, j'en conviens, répondit Gaspardo, mais c'était surtout un
homme sensé et judicieux. Ces férules m'ont sauvé de bien des sottises
dans ma vie, et, s'il faut tout dire, elle vous a été utile à vous-même.
Je me la suis rappelée à propos dans notre caverne, tout à l'heure,
quand il s'agissait d'abattre à coups de fusil notre second tigre.
L'affaire était chanceuse. C'est grâce à la mémorable leçon de notre
vieux maître que j'ai donné la préférence à notre fusée sur une décharge
d'artillerie dont reflet n'était pas certain. Pour en revenir à nos
raies électriques, je ne me doutais pas, à l'époque où s'est passée
l'histoire que je viens de vous raconter, que j'aurais à me tirer
d'affaire avec elles aujourd'hui et dans une circonstance aussi sérieuse
que celle d'où nous sortons. Soyez sûr, mon cher Ludwig, que le souvenir
du boeuf et de la leçon énergique subie à cause de lui m'a inspiré
heureusement tout à l'heure, quand je me suis servi de mon cheval comme
d'un remorqueur pour le vôtre.

--Pauvre Gaspardo, dit Cypriano, c'est pourtant vrai que nous voici tenu
de bénir le vieux maître d'école auquel il a dû un enseignement si
difficile à oublier.»

La conversation continua sur les raies électriques.

«Vous dites que vous avez vu des raies électriques, cousin, demanda
Ludwig. A quoi ressemblent-elles?

--Le gaucho peut vous le dire mieux que moi.

--A quoi ressemblent-elles, Gaspardo?

--Ma foi, _muchachos_, si l'on me demandait de faire une description de
ces vilaines bêtes, je répondrais qu'elles ne ressemblent à rien.
L'animal le plus laid de la création pourrait être vexé de leur être
comparé. S'il y a de l'eau en enfer, c'est d'animaux comme ceux-là
qu'elle doit être peuplée.

--Tout cela ne nous apprend pas à quoi ressemble une raie électrique,
interrompit Ludwig, auquel l'amour de l'histoire naturelle faisait
désirer une description plus précise.

--Non certainement, répliqua le gaucho, mais ce n'est pas une chose
aisée que de décrire un poisson qui n'est peut-être pas un poisson,
quoiqu'il passe son temps sous l'eau.

--Quant à être un poisson, c'est un poisson, fit le jeune naturaliste,
tout aussi bien que les autres raies, mais quelle est sa forme, sa
couleur? sa dimension?

Mayne Reid.

(_La suite prochainement._)



[Illustration: LES TORTUES DE MER A PARIS.--Décapitation d'une grosse
tortue.]

LA SOEUR PERDUE PAR MAYNE REID

[Illustration: Le vieux mâle gisait inanimé.]

[Illustration: De petits hiboux occupaient le sol en commun avec les
quadrupèdes.]

[Illustration: Chacun d'eux penché sur le sol.]

[Illustration: La construction en était toute primitive.]



REVUE LITTÉRAIRE

LES LIVRES D'ÉTRENNES

II

Parmi tous ces livres gaufrés et dorés que le jour de l'an fait naître,
il en est un que je trouve particulièrement recommandable, c'est le
_Magasin d'éducation et de récréation_, fondé, il y a quelques années,
par M. J. Hetzel, avec la collaboration spéciale de Jean Macé et de
Jules Verne. Le _Magasin d'éducation_ en est arrivé maintenant à sa
neuvième année, à son dix-huitième volume, et la plupart des ouvrages
qu'il a publiés, _Les Anglais au pôle nord, Les Enfants du capitaine
Hatteras, Le Pays des fourrures_, de Jules Verne, _La Roche aux
Mouettes_, de Jules Sandeau, _Les Contes du château_, de Jean Macé, et
les délicieuses historiettes de P.-J. Stahl, ses contes et récits de
morale familière, sont rapidement devenus populaires. Je ne sais rien de
plus intéressant et de plus curieux que de feuilleter, sous la lampe,
ces volumes où la gravure vient en aide à l'imagination, où le dessin
explique et anime le texte, où les yeux sont charmés avant l'esprit. Les
enfants seraient trop heureux si ces beaux livres, ces récits qui les
captivent, qui les amusent, ces images qui les séduisent, si tout cela
était fait pour eux seuls. Mais les parents,--ces grands enfants,--y
trouvent aussi leur compte. Il y a, dans le _Magasin d'éducation_, comme
dans toute la bibliothèque d'Hetzel, des catégories de lectures pour
tous les âges.

D'abord, le premier âge, qui se plaira, par exemple, à cette capricieuse
histoire de _La Famille Chester_, que P.-J. Stahl a écrite en
collaboration avec W. Hugues, ou encore à _La Comédie enfantine_ et aux
jolis dessins de Froment, adorables comme des fresques antiques ou comme
les meilleurs tableaux d'Hamon. En ce genre, _La Boîte au lait_, tableau
de la «première commission» de Fanchette, est tout à fait une chose
exquise. Les hésitations de Fanchette portant la boîte au lait à tante
Rose, ses stations, ses tentations, sa gourmandise bientôt punie, tout
cela est rendu avec une délicatesse infinie, et c'est là une véritable
oeuvre d'art.

Le deuxième âge et la jeunesse ont les récits didactiques de Jean Macé
et de Viollet-le-Duc, l'_Histoire d'une maison_, entre autres, où
l'éminent architecte explique avec beaucoup de clarté et d'esprit
comment on s'y prend pour conduire un logis de la base au faite. Il faut
placer aussi dans cette catégorie les romans de Lucien Biart ou du
capitaine Mayne-Reid, les aventures de terre et de mer dont les lecteurs
de l'_Illustration_ ont pu mieux que personne mesurer le mérite,
puisqu'ils connaissent _La Soeur perdue_, ce vigoureux tableau de moeurs
exotiques.

Les parents enfin, ceux qui lisent ces livres par-dessus les épaules et
la tête de leurs enfants, ont pour eux _Le Tour du monde en 80 jours_ et
_Le Pays des fourrures_, et la _Géographie de la France_ et les
_Sciences usuelles_, mises à la portée de tous par M. Louis du Temple,
un capitaine de frégate qui écrit avec une lucidité étonnante. Elle est
riche, on le sait, cette collection Hetzel, et les dix-huit volumes du
_Magasin d'éducation_ forment, à eux seuls, une bibliothèque véritable,
la plus instructive et la plus attachante. Quelle richesse d'inventions,
quelle dépense d'imagination et de talent! Comme ce Magasin est
supérieur à notre pauvre _Journal des Enfants_ qui faisait jadis notre
joie! On y sent à chaque page la main d'un artiste et d'un lettré. Cet
homme-double, c'est Hetzel, le plus fin moraliste, l'écrivain délicat,
l'homme qui sait le mieux ce qui plaît le plus à ces critiques sévères;
les enfants. Hetzel a vraiment créé tout un genre de livres, et n'eût-il
pas droit à la renommée littéraire la plus brillante (il en a fait don à
P.-J. Stahl), qu'il mériterait encore d'être béni des lettres pour avoir
fondé en France un genre moral et familier, mais artistique, que la
France ne connaissait pas.

Cette fois, outre les deux volumes annuels de ce _Magasin d'éducation_
dont la collection entière, les deux séries, formeraient la plus
magnifique étrenne et la plus intelligente qu'on pût donner, Hetzel
publie plusieurs excellents ouvrages que j'ai grand plaisir à signaler
et d'une façon toute spéciale.

C'est, ai-je dit, _La Famille Chester_, de P.-J. Stahl. Cette histoire
de «deux petits orphelins», qui ne sont autres que deux malheureux
_rats_ de Londres, eût fait sourire J.-J. Grandville. Les dessins sont
de Froelich et ils sont ravissants. C'est l'_Histoire d'une maison_, de
Viollet-le-Duc, avec des illustrations et des figures qui mettent ce
grand art de l'architecture à la portée de tous. C'est le joli volume de
Lucien Biart, _Entre frères et soeurs_, où toutes les menues
connaissances scientifiques indispensables à la conversation sont
enfermées avec beaucoup de talent. C'est, encore une fois, _La Soeur
perdue_, de Mayne-Reid, c'est enfin l'oeuvre de Jules Verne, qui se
trouve augmentée de deux volumes, _Le Tour du monde en 80 jours_ et _Le
Pays des fourrures_. Lorsqu'on parle de Jules Verne, il suffit de donner
le titre de son nouveau livre; il a son public, sa spécialité, son
originalité, et personne auprès du public n'a plus de vogue que lui. Le
fait est que ses récits, où la fantaisie se mêle si agréablement à la
science, sont des plus attachants. Je sais des lecteurs qui en sont
fanatiques. _Le Tour du monde en 80 jours_ et _Le Pays des fourrures_
auront certainement, ou, pour mieux dire, ont maintenant le succès des
précédents ouvrages de l'auteur, _Cinq semaines en ballon_, ou encore
_De la Terre à la Lune_. M. Verne a évidemment mis à profit, pour écrire
et décrire son _Pays des fourrures_, les récits intéressants de M.
Hayes, mais il a peint d'une touche toute personnelle ces paysages du
pôle, cette mer de glace, ces _icebergs_, et de telle façon qu'on ne
saurait les oublier. Ce dernier livre est l'un de ses bons livres, Il
vaut tout ce que l'auteur a fait de mieux et l'Académie pourra fort bien
le couronner, comme elle a couronné les précédents ouvrages et le
_Magasin d'éducation_ tout entier.

J'ai dit quel petit chef-d'oeuvre c'était que _La Boite au lait_, de M.
Froment; il faut ajouter qu'Hetzel publie, dans le même genre,
d'adorables albums, comme _Les Commandements du grand papa_, illustrés
par Lorentz Froelich, et _Les Aventures de Mademoiselle Minette_, qui se
recommandent tout particulièrement au public par le nom de l'artiste qui
en a signé les dessins. C'est Coinchon, un brave garçon, garde national
de marche au 19 janvier, et tué, comme Henri Régnault, devant le mur de
Buzenval. Coinchon a fait pour Mademoiselle Minette des études de chats
et de chattes absolument réussies. Il y avait un vrai talent chez le
malheureux jeune homme. On ne saurait trop louer ces livres-albums, dont
le texte est de P.-J. Stahl, et il faut avoir, pour écrire les légendes
de ces dessins, un talent d'écrivain d'une trempe parfaite. Cela n'a
l'air de rien, ces quelques lignes mises au bas d'un croquis de Froelich
ou de Froment, et, pour les tracer, il faut posséder à la fois les
qualités les plus rares, la finesse, la simplicité, l'émotion, une
certaine tendresse, la science de l'enfance, toutes choses qui ne se
peuvent trouver, on l'avouera, que chez des natures d'élite.

Hetzel a donc donné, cette année comme les années précédentes, des
oeuvres de choix, et il en prépare déjà de nouvelles, l'_Histoire d'un
âne_, par Stahl, l'_Île mystérieuse_, par J. Verne, _Une Mère_, par M.
Legouvé, et la _Petite soeur_, par M. de Laprade. Et c'est plaisir de
voir tous les bons esprits et les coeurs haut placés aider dans son
entreprise l'homme qui a su faire ainsi une révolution dans la librairie
et créer une bibliothèque pour les jeunes esprits, qui seront plus
heureux que notre génération sacrifiée et pénétreront peut-être par la
porte au seuil de laquelle nous aurons usé nos efforts, dans cette
société équilibrée où le bonheur, dit-on (pourquoi ne l'espérerait-on
pas?) sera mieux réparti entre tous, l'injure de la patrie étant depuis
longtemps vengée.

Ce ne sont pas là d'ailleurs les seuls livres d'étrennes qu'il nous faut
encore signaler. M. Gaston Tissandier a, depuis un an, fondé une sorte
de revue illustrée des sciences qu'il appelle La Nature. La première
année est finie et forme déjà un beau volume d'une utilité et d'un
intérêt absolus. MM. Dehérain, Flammarion, C.-M. Gariel,--un esprit
supérieur, un de nos anciens compagnons de classe,--Amédée Guillemin, E.
Margollé, etc., composent la rédaction de ce recueil que je n'ai point
qualité pour analyser ou critiquer, mais dont je signale avec plaisir
l'apparition et dont je constate le succès.

M. le marquis de Cherville a publié aussi (chez Didot) un bien joli
volume. On connaît son _Histoire d'un trop bon chien_. Cette fois, M. de
Cherville nous conte l'_Histoire naturelle en action_. Il est chasseur,
il est campagnard, il adore les animaux, tout en les abattant d'un coup
de Lefaucheux; mais, à dire vrai, le gibier et lui n'en sont pas moins
bons amis. La preuve en est dans la façon dont il en parle. On n'a pas
plus d'esprit et pas plus d'émotion juste et non affectée que n'en a M.
de Cherville en ces pages qui instruisent et qui amusent, et qui
méritent d'être relues. L'_Histoire naturelle en action_ est un des plus
instructifs recueils de nouvelles qu'on ait publiés depuis longtemps.

Et les _Contes du bibliophile Jacob à ses petits enfants_? M. Paul
Lacroix a fait tenir dans ces pages et dans ces quelques récits toute
l'histoire de France de 1350 à 1695. Chaque épisode choisi par le savant
auteur de tant de travaux estimés forme, si je puis dire, le tableau
d'un règne ou d'une époque et, de la sorte, le lecteur s'instruit en
s'amusant. Il s'instruit sans le savoir, car, c'est un fait, le public
n'aime pas qu'on lui dise: venez ici, je vais vous apprendre quelque
chose. Il hait d'instinct les magisters. Mais on n'est pas moins
pédagogue ni pédant que M. Paul Lacroix, et ses _Contes du bibliophile
Jacob_, avec leurs dessins très-étudiés et très-vrais de M.
Philippoteaux méritent, eux aussi, une place d'honneur.

Est-ce tout? Certes non. Je dois signaler encore _Les Merveilles de la
science_, de M. Louis Figuier. C'est un livre plein de faits, groupés
avec art et rendus visibles,--j'allais dire palpables,--par des dessins.
M. Figuier nous apprend là tout ce qu'il faut savoir sur le verre, le
cristal, les poteries, les porcelaines, la soude, le savon, les
potasses. Et tout cela est intéressant comme un roman. A propos de M.
Louis Figuier, je suis bien en retard avec lui, ou du moins avec ses
_Vies des savants illustres_ qu'il publie en volumes in-18 (ce sera
l'édition définitive); je devais depuis de longs mois l'annoncer.

Je ne reviendrai point sur _La Comédie de notre temps_, texte et dessins
par Bertall. Je tiens seulement à ajouter, en manière de post-scriptum,
après la notice de l'autre jour, que le livre fait son chemin et que
l'auteur y a trouvé son plus grand succès. L'éditeur, M. Eugène Plon,
nous a adressé depuis un joli volume signé Mustapha, et qui s'appelle
_Voyage autour de ma tente_. Ce sont de petits croquis militaires d'une
valeur rare. Ce pseudonyme de Mustapha cache, je crois, M le capitaine
Lung, l'auteur d'un très-beau travail sur le _Masque de fer_. Ce sont là
des souvenirs du temps où le soldat avait le droit de rire.
«Recueillons-les, semble dire _Mustapha_, et amusons-nous-en encore
jusqu'au jour où il nous sera permis de rire des autres.»

M. Plon est encore l'éditeur d'une magnifique publication, aujourd'hui
terminée, le _Musée des Archives nationales_, où l'on retrouve
catalogués, analysés, reproduits très-souvent _en fac-similé_, les
incomparables trésors historiques conservés à la rue du Chaume. Tout le
inonde n'a pas le loisir d'aller visiter le musée des Archives et
surtout d'en étudier les richesses. Eh bien, là, on retrouve le Musée
lui-même, on le possède dans ces pages savantes qui composent, à dire
vrai, un monument littéraire et historique tout à fait unique. Passer
des sceaux à l'aspect étrange et des signatures bizarres des premiers
rois à l'écriture des Henri IV et des Louis XIV, pour s'arrêter à
Bonaparte, après avoir regardé les morceaux de papier déchiré trouvés
sur le cadavre de Pétion, quel réve! quelle fantastique réalité! Or,
c'est cela, ce sont ces surprises et cette science que ce beau volume,
le _Musée des Archives nationales_, tient en réserve. Il ne nous suffira
pas de l'avoir loué ainsi, rapidement, nous y reviendrons à coup sûr.

Il en est, il en sera de même des _Fables_ de La Fontaine, que vient
d'éditer M. Jouaust. La Fontaine illustré par Millet, Stevens, J.-L.
Brown, Detaille, Emile Lévy, etc., et illustré de façon à ce que le
dessin original de l'artiste soit reproduit, si je puis dire, dans sa
réalité même, voilà l'étonnement que nous réservait ce maître
ès-bibliophilie. Il a réussi et nous prédisons, dés à présent, un vif
succès à ces _Fables de La Fontaine_, que nous rangeons dans la
catégorie des livres d'étrennes, quoique le livre n'ait pas besoin, pour
être apprécié, d'être un livre d'actualité.

Jules Claretie.



BIBLIOGRAPHIE

_La pluie et le beau temps_, météorologie usuelle, par Paul
Laurencin.--A lire le titre de ce charmant petit volume, on pourrait
croire à une oeuvre fantaisiste, mais le sous-titre est là pour
rectifier cette impression première et déterminer le domaine dans lequel
l'auteur introduit le lecteur à son grand profit.

C'est donc de météorologie qu'il s'agit, c'est-à-dire de ces phénomènes
curieux dont l'atmosphère est le théâtre et qui influent sur ce que,
dans le langage familier, on appelle le _Temps_. L'ouvrage, publié par
J. Rothschild, éditeur, et orné de 110 gravures et cartes, est divisé en
vingt chapitres, où M. Laurencin, en un style clair, précis et d'une
élégante simplicité, traite successivement de la composition de l'air,
de la chaleur et des courants atmosphériques, de l'eau dans
l'atmosphère, de la pluie, de ses bienfaits et de ses méfaits, des
orages, du cyclone, de l'arc-en-ciel, des climats, des saisons, etc.,
etc., et montre finalement que tous les phénomènes de la pluie et du
beau temps dérivent d'une cause unique: la chaleur solaire, et que,
jusqu'à un certain point, on peut prévoir les variations atmosphériques.
Cette possibilité de se rendre compte des chances probables de pluie et
de beau temps, pour une époque déterminée, intéresse aussi bien l'homme
de plaisir que l'homme de travail. Aussi sommes-nous convaincus que _La
pluie et le beau temps_, ce résumé aussi succinct que substantiel de
toutes nos acquisitions touchant la science météorologique, recevra de
tout le monde l'accueil qu'il mérite à tous les titres, c'est-à-dire le
plus favorable et le plus empressé.

P.


Au nombre des étrennes les plus belles et les plus utiles, les plus
intéressantes et les plus instructives, nous devons placer en première
ligne un magnifique volume: _le Jardin d'acclimatation illustré_.

L'auteur, M. Pierre Pichot, le sympathique directeur et rédacteur en
chef de la _Revue britannique_, a eu le talent de vulgariser la
zoologie, et son remarquable ouvrage, apprécié des savants, est écrit
dans un style clair et facile, qui le met à la portée de tout le monde.

Ce splendide livre renferme 25 gravures coloriées et d'innombrables
vignettes; ce n'est pas seulement un excellent guide du Jardin
d'acclimatation; l'auteur a poursuivi un but plus élevé et a réussi à
faire un traité complet de zoologie.

Le _Jardin d'acclimatation illustré_ se trouve chez Hachette et au bois
de Boulogne, à la librairie du Jardin d'acclimatation. Son prix est plus
modique qu'on ne pouvait s'y attendre pour une publication aussi
importante. (Broché, 15 fr.; richement relié, 20 fr.)

Il y a deux mois, nous avons vu plusieurs fabricants de machines à
coudre faire grand bruit avec les récompenses qu'ils avaient obtenues à
l'Exposition de Vienne. Sans vouloir diminuer en rien la valeur attachée
aux médailles de progrès et à celles de mérite, que ces maisons ont
affichées, il nous sera permis de leur opposer une maison qui a été
l'objet de distinctions tout exceptionnelles, dont elle s'est peu
vantée. C'est la Compagnie Wheeler et Wilson, de New-York (qui a son
siège à Paris, chez M. H. Séeling, 70, boulevard Sébastopol).

Cette importante Compagnie, en outre des médailles de progrès et de
mérite qui lui ont été décernées, a seule été recommandée par le jury
international pour le _grand diplôme d'honneur_. Et dernièrement M.
Nathaniel Wheeler, président de cette Compagnie, a été décoré de
l'_ordre de François-Joseph_, comme récompense de services éminents
rendus à l'industrie de la machine à coudre,--la seule décoration
accordée à Vienne à un fabricant de machines à coudre.

Cette double distinction place évidemment la Compagnie Wheeler et Wilson
au-dessus de toutes les compagnies rivales, et comme à Paris en 1867, où
l'unique médaille d'or pour ce genre de fabrication lui a été décernée,
elle a remporté la victoire sur tous ses concurrents.



LA NATURE

REVUE DES SCIENCES EN 1873

La nouvelle publication que M. G. Tissandier a fondée cette année, avec
le concours de nombreux écrivains scientifiques, a obtenu de la part du
public l'accueil dont elle était digne. Nous sommes persuadé que le
premier volume qui vient de paraître, et qui comprend le tableau du
progrès en 1873, comptera parmi les livres les plus appréciés de
l'époque du jour de l'an. Les principaux collaborateurs de _La Nature_:
MM. le Dr. Bertillou, H. Blerzy, Ch. Boissay, Bontemps, P.-P. Dehérain,
C. Flammarion, W. de Fonvielle, C.-M. Gariel, F. Garrigou, J. et M.
Girard, A. Guillemin, Dr. Joly, S. Meunier, E. Margollé, E. Menault,
Vignes, Zurcher, etc., sont trop connus du public pour que nous ayons à
faire l'éloge de leurs travaux. Nous préférons emprunter à _La Nature_
la description fort intéressante de la nouvelle bouée de sauvetage à
lumière inextinguible, dont un de nos compatriotes, M. Silas, est
l'inventeur.

[Illustration: Nouvelle bouée de sauvetage lumineuse (système Silas).
Gravure extraite du journal la Nature.]

Cette bouée est formée, comme l'indique la gravure contre, d'une sphère
métallique contenant du phosphure de calcium. Un homme tombant à la mer
pendant la nuit, on jette à la surface de l'eau la bouée Silas. L'eau
pénètre dans la sphère creuse, décompose le phosphure de calcium donnant
naissance à un dégagement abondant d'hydrogène phosphoré. Ce gaz
s'échappe par un tube supérieur, mais il a la propriété remarquable de
brûler spontanément au contact de l'air, sans que l'eau puisse
l'éteindre. Une flamme vive, brillante éclaire le naufragé et le guide
tandis qu'il serait irrévocablement perdu si nulle lumière n'apparaissait
au milieu des ténèbres!

La Nature abonde en faits de ce genre, elle nous donne l'exposé complet
des événements scientifiques récents, des découvertes importantes, ses
belles et nombreuses illustrations en font une publication éminemment
attrayante, et digne à tous égards des plus grands éloges.



[Illustration: nouveau rébus.]

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

Le commerce est le lien des nations.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1609, 27 décembre 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home